rapport annuel - AGRIcarrières

rapport annuel - AGRIcarrières
rapport
annuel
2007-2008
sommaire
Mission d’AGRIcarrières 2 | Rôles spécifiques 2 | Message du président 4 |
GRIcarrières 5 | Structure organisationnelle 7 | Les resssources humaines au coeur
A
du développement de la production agricole 10 | Les membres et l’assemblée générale 7 |
Le conseil d’administration 8 | L’équipe d’AGRIcarrières 9 | Bilan des activités 2007-2008 11 | Axe I - Le travail agricole 11 | Axe II - La formation et le développement des ressources humaines 25 | Axe III - Les partenaires du milieu 31 | Axe IV - Le fonctionnement d’AGRIcarrières 33 |
Axe V - La santé et la sécurité au travail 37 |
2
mission
d’agricarrières
Regrouper l’ensemble des intervenants du secteur de la production agricole afin
de mettre en commun les différentes problématiques et élaborer des solutions en
matière de développement de la main-d’œuvre et de l’emploi.
rôles
spécifiques
Valorisation de l’agriculture et promotion
des emplois agricoles.
Réalisation d’enquêtes et d’études visant une
meilleure connaissance du marché du travail et des
besoins du secteur en matière de développement
des ressources humaines.
Développement de la formation continue des
ressources humaines en agriculture.
Avis au ministère de l’Éducation, du Loisir et
du Sport (MELS) quant à la pertinence des
programmes et des contenus lors de la révision
et de l’élaboration des programmes de formation
professionnelle et technique.
Appui aux entreprises agricoles pour la gestion
des ressources humaines et pour l’organisation
du travail.
Soutien et mise en réseau des centres d’emploi
agricole (CEA).
Promotion de programmes gouvernementaux
visant notamment la stabilisation des emplois et
l’insertion des travailleurs aux emplois agricoles.
Réclamation de mesures et de programmes
gouvernementaux adaptés à l’agriculture.
Information auprès de l’ensemble des entreprises
et des travailleurs du secteur.
3
4
message
du
président
L’année 2007-2008 a été particulièrement importante pour agricarrières, marquée par la mise en place d’une
nouvelle activité pour mettre à l’honneur les bonnes idées touchant la gestion des ressources humaines en
agriculture. En effet, le concours « Ma ferme, mon monde » a décerné ses prix à quatre gagnants choisis parmi
les seize candidatures provenant d’entreprises agricoles de différentes régions du Québec. Pour une première
année, nous sommes très contents des résultats. Je tiens à cet égard à souligner la contribution de la présidente
sortante d’agricarrières, Martine Mercier, à la mise en œuvre de cet évènement. Les bonnes pratiques en
gestion des ressources humaines constituent un enjeu clé pour l’avenir du secteur et nous sommes convaincus
qu’un tel concours stimulera l’intérêt des producteurs et des productrices à cet aspect stratégique de la gestion
de leur entreprise.
De même, dans le contexte du manque de main-d’œuvre et de la nécessité pour plusieurs entreprises de
faire appel aux travailleurs étrangers temporaires, nous avons donné suite à notre analyse d’opportunités et
de positionnement dans ce dossier. Nous avons profité de plusieurs occasions officielles pour faire connaître
aux intervenants ministériels concernés, les défis que présentent l’embauche et l’intégration de travailleurs
étrangers temporaires dans les entreprises agricoles et dans les communautés rurales, en terme d’accueil et
d’encadrement. Nous comptons dans la prochaine année poursuivre cette réflexion et proposer à l’ensemble
des organismes intéressés de nouvelles orientations pour soutenir le recrutement et le développement de cette
main-d’œuvre.
Par ailleurs, nous avons conclu plusieurs ententes et poursuivi notre travail d’élaboration de normes
professionnelles et de stratégies d’apprentissage en milieu de travail afin de qualifier et de reconnaître les
compétences des travailleurs dans plusieurs métiers de l’agriculture. Nous sommes à la veille de lancer
l’opération d’implantation de la norme professionnelle pour le métier d’ouvrier en production porcine ; ce
que nous espérons maintenant, c’est que les entreprises, ayant enfin en main de bons outils pour développer
leur main-d’œuvre en milieu de travail, répondront à notre invitation et conviendront avec leurs employés
et les bureaux d’Emploi Québec en régions, des ententes d’apprentissage en grand nombre.
Une nouveauté toutefois cette année, c’est qu’en vertu de la Loi sur les compétences, les travailleurs qui ont
de l’expérience dans les métiers visés, pourraient se voir reconnaître leurs compétences s’ils le désirent, même
s’ils ne sont pas en emploi. C’est une avenue totalement innovatrice que viennent d’ouvrir les décideurs
gouvernementaux et nous comptons aborder ce nouveau défi, même s’il n’est pas simple, avec enthousiasme
et détermination compte tenu des enjeux du secteur en matière de recherche de travailleurs qualifiés.
Il ne me reste donc plus qu’à remercier tous les membres du Conseil d’administration ainsi que nos partenaires
régionaux et sectoriels pour leur appui dans la réalisation des projets d’agricarrières. Je remercie aussi le
personnel d’agricarrières qui a mis, à plus d’une occasion, les bouchées doubles pour réaliser les mandats
qui leur étaient confiés.
Pierre Lemieux
Président d’agricarrières
5
agricarrières
Fondé en 1995, en concertation avec l’Union des producteurs agricoles (UPA), la Société québécoise de
développement de la main-d’œuvre (SQDM) et Développement des ressources humaines Canada (DRHC),
agricarrières, le Comité sectoriel de main-d’œuvre de la production agricole s’est constitué en mars 1998 en
corporation sans but lucratif, en accord avec les orientations d’Emploi-Québec quant au développement des
ressources humaines du secteur de la production agricole.
Il est formé de représentants du secteur qui ont un intérêt pour le développement des ressources humaines.
Sa composition tient compte de la représentativité des régions, du développement des productions agricoles,
du développement régional, ainsi que de l’efficacité dans la poursuite de ses objectifs et de la flexibilité dans
son fonctionnement.
6
En conformité avec la politique d’intervention sectorielle et avec les orientations
adoptées par la Commission des partenaires du marché du travail (CPMT) en
matière d’intervention sectorielle, tout en adhérant à la mission d’Emploi-Québec,
il appartient à agricarrières de déterminer les priorités qu’il entend réaliser dans
le cadre des mandats suivants :
Développer la formation continue de la main-d’œuvre :
· par la participation d’agricarrières à l’atteinte des
objectifs de la Loi favorisant le développement
et la reconnaissance des compétences de la maind’œuvre ;
· par la participation d’agricarrières à la mise en
œuvre du Cadre général de développement et de
reconnaissance des compétences ;
· par l’identification des compétences actuelles et
futures de la main-d’œuvre nécessaires pour exercer
un métier ou une profession en agriculture ;
· par la participation d’agricarrières à la révision et
au développement des programmes de formation
de la main-d’œuvre ;
· par l’identification des professions du secteur pour
lesquelles il serait souhaitable et possible d’instaurer
un Programme d’apprentissage en milieu de travail.
Identifier les besoins du secteur en matière de gestion
des ressources humaines et d’organisation du travail,
et développer des pistes et des moyens d’intervention
pour répondre aux problématiques identifiées.
Élaborer des mesures pertinentes pour permettre la
stabilisation de l’emploi et la réduction du chômage
dans le secteur, mesures touchant tant la main-d’œuvre
que les entreprises ou la création d’emplois.
Prendre en compte les problématiques des clientèles
ciblées sur le plan de l’emploi et proposer aux
entreprises agricoles des pistes d’action, lorsque ces
clientèles constituent une partie significative de la
main-d’œuvre du secteur ou lorsque se présentent des
possibilités réalistes d’intégration de ces clientèles sur
le marché du travail agricole.
Assurer la circulation de l’information auprès des
entreprises et de la main-d’œuvre du secteur, notamment
en ce qui concerne la planification et la réalisation
des activités d’agricarrières.
7
structure
organisationnelle
LES MEMBRES ET L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
La corporation se compose des membres suivants :
L’Union des producteurs agricoles
Ses fédérations et syndicats affiliés :
Fédération de l’UPA d’Abitibi-Témiscamingue | Fédération de l’UPA d’Outaouais-Laurentides | Fédération
de l’UPA de l’Estrie | Fédération de l’UPA de la Beauce | Fédération de l’UPA de la Côte-du-Sud |
Fédération de l’UPA de la Gaspésie-Les Îles | Fédération de l’UPA de la Mauricie | Fédération de l’UPA de
Lanaudière | Fédération de l’UPA de la Rive-Nord | Fédération de l’UPA de Lévis-Bellechasse | Fédération
de l’UPA de Lotbinière-Mégantic | Fédération de l’UPA de Saint-Hyacinthe | Fédération de l’UPA de SaintJean–Valleyfield | Fédération de l’UPA du Bas-Saint-Laurent | Fédération de l’UPA du Centre-du-Québec
| Fédération de l’UPA du Saguenay–Lac-Saint-Jean | Association des aquaculteurs du Québec | Fédération
d’agriculture biologique du Québec | Fédération de la relève agricole du Québec | Fédération des agricultrices
du Québec | Fédération des apiculteurs du Québec | Fédération des éleveurs de grands gibiers du Québec
| Fédération des groupes conseils agricoles du Québec | Fédération des producteurs acéricoles du Québec
| Fédération des producteurs d’agneaux et moutons du Québec | Fédération des producteurs d’œufs de
consommation du Québec | Fédération des producteurs de bois du Québec | Fédération des producteurs
de bovins du Québec | Fédération des producteurs de cultures commerciales du Québec | Fédération des
producteurs de lait du Québec | Fédération des producteurs de pommes de terre du Québec | Fédération
des producteurs de pommes du Québec | Fédération des producteurs de porcs du Québec | Les Éleveurs
de volailles du Québec | Fédération des producteurs maraîchers du Québec | Fédération québécoise des
producteurs de fruits et légumes de transformation | Quebec Farmers’ Association | Syndicat des producteurs
d’œufs d’incubation du Québec | Syndicat des producteurs de chèvres du Québec | Syndicat des producteurs
de lapins du Québec | Syndicat des producteurs en serre du Québec
8
Le CONSEIL D’ADMINISTRATION
La corporation est administrée par un conseil
d’administration de huit personnes choisies par
les représentants des membres de la façon suivante :
Les fédérations régionales affiliées à l’UPA se
désignent trois administrateurs.
Les fédérations et les groupes spécialisés affiliés
à l’UPA se désignent trois administrateurs.
L’UPA désigne deux administrateurs, dont un
de ses dirigeants.
Emploi-Québec a également droit à un représentant
sans droit de vote. De plus, le ministère de
l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation
du Québec (MAPAQ) et le ministère de l’Éducation,
du Loisir et du Sport (MELS) peuvent participer
à titre de personnes-ressources.
REPRÉSENTANTS DE L’UNION
DES PRODUCTEURS AGRICOLES
Pierre Lemieux
Premier vice-président général de l’UPA
Président d’agricarrières
Denis Roy
Trésorier & directeur des finances
et technologies - UPA
REPRÉSENTANTS DES FÉDÉRATIONS
RÉGIONALES DE L’UPA
Jacynthe Gagnon
Présidente de la Fédération de l’UPA de la Rive-Nord
Jean-Denis MorIn
Président de la Fédération de l’UPA de la Beauce
Richard Maheu
Président de la Fédération
de l’UPA d’Outaouais-Laurentides
Membre du comité exécutif d’agricarrières
REPRÉSENTANTS DES FÉDÉRATIONS &
DES GROUPES SPÉCIALISÉS
Robert Babeu
Président de la Fédération des producteurs
de pommes du Québec
Benoît Martin
Président de la Fédération
de la relève agricole du Québec
André Mousseau
Président du Syndicat des producteurs
en serre du Québec
Vice-président d’agricarrières
SECRÉTAIRE-TRÉSORIÈRE
Hélène Varvaressos, agr.
Directrice générale d’agricarrières
LES PARTENAIRES GOUVERNEMENTAUX :
PERSONNES-RESSOURCES SIÉGEANT
AU CONSEIL D’ADMINISTRATION
Marielle Gingras
Responsable du secteur de l’agriculture
Direction générale des programmes
et du développement
Ministère de l’Éducation, du Loisir et du Sport
(MELS)
Carmen Lajoie
Conseillère en formation
Direction du développement
de la main-d’œuvre et de l’information
Ministère de l’Agriculture, des Pêcheries
et de l’Alimentation du Québec (MAPAQ)
OBSERVATEUR
Louis Dionne
Conseiller en main-d’œuvre
Direction du développement des compétences
et de l’intervention sectorielle
Commission des partenaires du marché du travail
(CPMT)
9
L’ÉQUIPE ÉQUIPE RÉGULIÈRE
D’AGRICARRIÈRES Hélène Varvaressos, agr.
Directrice générale
Renée Gagné
Secrétaire de direction
Anick Patenaude
(En remplacement de Judith Lavallée)
Agente d’information et de recherche
Aline Grenier, agr.
Coordonnatrice à la formation et à l’apprentissage
Doris Bardales
Coordonnatrice – Agrijob
Adriana Tavera
Commis-secrétaire – Agrijob
Mireya Tates
Commis – Agrijob
PERSONNEL OCCASIONNEL
Marie-Hélène Mathieu
Agrijob
SERVICES TECHNIQUES FOURNIS PAR L’UPA
Sylvain Boulerice
Comptabilité de gestion
Véronique Gagnon
Technicienne comptable
Hélène Benoît et Francine Larivée
Infographie
LES CONSULTANTS
Communication Tandem
Écoressources Consultants
Alliance Management
La Société de formation à distance des Commissions
scolaires du Québec (SOFAD)
Services conseils Bernard Belzile inc.
Les Éditions Jobboom
Formation Pro-FP- Pierre Paul Racicot
Michèle Perreault
LES RÉALISATEURS DE PROJETS EXTERNES
Les 14 Collectifs régionaux en formation agricole
Concertation pour le plan de soutien en formation
agricole (PSFA).
LES VÉRIFICATEURS
Raymond Chabot
Grant Thornton
10
Les ressources humaines au cœur du
développement de la production agricole.
Agricarrières adoptait, il y a maintenant cinq ans,
un plan stratégique de développement des ressources
humaines pour la période de 2003 à 2008. Ce plan
stratégique se développe en cinq grands axes.
AXE I
AXE II
AXE III
AXE IV
AXE V
le travail agricole
la formation & le développement des ressources humaines
les partenaires du milieu
le fonctionnement d’agricarrières
la santé & la sécurité au travail
Le présent rapport fait état, pour chacun de ces axes,
des activités réalisées dans le cadre du plan d’action
2007-2008 d’agricarrières.
11
axe I
le
travail
agricole
services spécialisés en gestion et en
1 Des
développement de ressources humaines
dans les fédérations régionales de l’UPA.
Les fédérations régionales de l’UPA concluent des ententes avec la direction
régionale d’Emploi-Québec de leur territoire pour le financement de leur centre
d’emploi agricole (CEA) respectif. 13 CEA sont en opération.
rencontres Cette année, agricarrières a tenu quatre rencontres provinciales avec
des cea les responsables des CEA : le 3 octobre 2007, le 5 décembre 2007,
le 17 décembre 2007 et les 1er et 2 avril 2008.
3
OCTobre
2007
La rencontre d’octobre a été jumelée avec celle
réunissant les représentants de l’UPA aux Conseils
régionaux des partenaires du marché du travail.
Cette rencontre a permis aux représentants des
CEA et de l’UPA d’échanger de l’information
et de discuter des sujets suivants :
Travaux d’agricarrières relativement au dossier
d’embauche des travailleurs étrangers temporaires.
Formation et apprentissage en milieu de travail.
Activités et préoccupations des régions en matière
de main-d’œuvre.
Réflexion quant aux rôles à venir des CEA.
Consultation sur la révision de la Politique
d’intervention sectorielle.
Conseil canadien des ressources humaines
en agriculture (CCRHA).
5
DÉCembre
2007
Dépôt des bannières promotionnelles des CEA.
Bilan 2007 et orientations 2008 des programmes
des travailleurs étrangers temporaires.
Consultation de la Commission des partenaires
du marché du travail sur les programmes des
travailleurs étrangers temporaires.
Étude sur la satisfaction au travail des travailleurs
étrangers temporaires.
Prélancement du prix GRH en agriculture.
Utilisation du Forum sur l’emploi agricole.
Bilan de l’activité d’aide à la valorisation des
travailleurs agricoles.
Projet d’analyse et de positionnement des CEA
dans le futur.
Programme de déplacement des travailleurs
agricoles du MAPAQ.
12
bilan
des activités
2007-2008
main d’œuvre
emploi agricole
recrutement & placement
préparation à l’emploi
maintien & stabilisation
création d’emplois
insertion
17
DÉCembre
2007
Les responsables de CEA se sont réunis par appel
conférence avec Monsieur Mario Lauzon de Service
Canada afin de procéder au bilan des Programmes
des travailleurs étrangers temporaires pour l’année
2007 et discuter des orientations pour la prochaine
année.
&
1
2
avril
2008
Bilan sur le Colloque d’agricarrières « Qualifier
pour performer en agriculture : initiatives,
innovations et coups de cœur ! ».
Le pacte de l’emploi du gouvernement du Québec.
Développement et reconnaissance des compétences
en milieu de travail.
Session de formation de
la commission des droits de
la personne & des droits de la jeunesse
Les responsables de CEA ont profité de la rencontre
des 1er et 2 avril pour suivre une formation sur les
droits de la personne en milieu travail. Des exposés,
des discussions et des études de cas ont permis aux
participants de connaître l’implication de la Charte
des droits et libertés de la personne dans le milieu
du travail agricole. Plusieurs sujets ont été traités tels
que la discrimination au niveau de l’embauche, la
sexualisation des postes, la discrimination fondée sur
l’âge, le handicap ou l’origine ethnique. Cette session
de formation est la première activité d’une stratégie
visant à mieux équiper les entreprises agricoles quant
à la GRH et les droits de la personne.
tournée dans les fédérations
régionales de l’UPA
Cette année, les représentants d’agricarrières ont
rencontré les comités de main-d’œuvre des fédérations
régionales de l’UPA de Saint-Hyacinthe et de la
Beauce afin de présenter les orientations du Comité
sectoriel de main-d’œuvre et pour échanger sur les
besoins et les problématiques régionales en matière
de main-d’œuvre et de formation agricole.
13
LE DÉVELOPPEMENT DES CEA EN RÉGIONs
Au cours de la dernière année, agricarrières a multiplié les représentations auprès
de divers organismes afin de faire valoir l’expertise des CEA dans le domaine de
la gestion et du développement de la main-d’œuvre en régions.
Consultation du ministère de
l’Immigration & des Communautés
culturelles (MICC)
La corporation a participé, au mois d’octobre dernier,
à une consultation organisée par le MICC dans le
cadre de la consultation pancanadienne initiée par
Citoyenneté et Immigration Canada. Agricarrières, ainsi
que les autres comités sectoriels de main-d’œuvre
concernés, a été invité à soulever les enjeux et les défis
des programmes des travailleurs étrangers temporaires.
Plusieurs suggestions ont été émises dans le but
d’améliorer les programmes. Agricarrières a, entre
autres, recommandé que soit accru le soutien aux
entreprises en ce qui a trait à l’approche de gestion
des ressources humaines et aux relations interculturelles.
Le Comité sectoriel de main-d’œuvre a fait valoir que
ce sont les CEA dans les fédérations régionales de
l’UPA qui sont les mieux placés pour jouer ce rôle de
plus en plus stratégique si on considère l’ampleur du
développement du recours des entreprises aux travailleurs
étrangers temporaires.
Mémoire de l’UPA présenté au Comité permanent de la
citoyenneté & de l’immigration de la Chambre des communes
La directrice générale d’agricarrières accompagnait le premier vice-président de
l’UPA afin de présenter aux membres du Comité permanent, les commentaires
et suggestions du secteur agricole relativement aux programmes des travailleurs
étrangers temporaires. À travers ce mémoire, l’UPA a démontré que les CEA, déjà
présents en régions et déjà en relation avec les entreprises, sont bien positionnés
pour s’impliquer davantage dans ces programmes.
Analyse stratégique & de positionnement
des Centres d’emploi agricole
Agricarrières a obtenu le soutien financier du Conseil pour le développement
de l’agriculture du Québec (CDAQ) et du Fonds des projets majeurs d’EmploiQuébec pour un projet visant à réaliser une analyse stratégique de la situation
des services des CEA en régions en vue de proposer de nouvelles opportunités
de services. Ce projet est présentement en cours de réalisation.
14
Programme de déplacement des travailleurs agricoles du
ministère de l’Agriculture, des Pêcheries &
de l’Alimentation du Québec (MAPAQ)
Agricarrières a confié à la firme ÉCORESSOURCES le mandat de réaliser une
analyse du financement et de l’utilisation du programme du MAPAQ. L’objectif
de cette analyse est d’identifier des pistes de solutions qui vont permettre de
développer, de façon plus efficiente, le déplacement des travailleurs agricoles. Il est
surprenant de constater qu’au Québec, le système de transport des personnes vers
les campagnes est encore déficient. Ainsi, des intégrations en emplois agricoles
sont impossibles sans moyen de transport.
bilan du programme 2007–2008
Pour la dernière année, les coûts de déplacement de la
main-d’œuvre horticole par autobus, dans le cadre du
programme du MAPAQ, se chiffraient en décembre
2007 à 685 147 $, soit une légère augmentation de
moins de 1 % par rapport à l’année 2006-2007. Il est
estimé que le transport organisé par les CEA a permis de
déplacer l’équivalent de 63 139 jours personnes, ce qui
correspond à une diminution de 10 % par rapport à
l’année dernière. 323 entreprises agricoles ont utilisé
le programme, ce qui représente une baisse de près
de 6 % par rapport à l’an passé.
Le MAPAQ, par son programme, contribuerait à
hauteur de 342 574 $. Les producteurs utilisateurs
et les travailleurs déplacés ont contribué à cette
opération, par le biais d’une tarification, pour 50 %
de la dépense totale.
DÉVELOPPER DES OUTILS ADÉQUATS
Le site Internet des CEA
Agricarrières assure, depuis maintenant six ans, l’hébergement et l’entretien du site Internet des CEA,
www.emploiagricole.com. En moyenne, le site Internet reçoit près de 60 000 visites par année.
Un Intranet « Emploi-agricole »
Les responsables de CEA ainsi que les représentants de l’UPA aux Conseils régionaux des partenaires du
marché du travail, ont maintenant un Intranet bien à eux sur le réseau de l’UPA. L’Intranet « Emploiagricole » permet aux personnes associées de s’échanger de l’information de façon plus fréquente
et conviviale. Ce service est fourni gracieusement par l’UPA.
Des bannières pour les CEA
Les responsables de CEA avaient, par le passé, soulevé le besoin de se doter d’un outil de promotion qui
permettrait à leur clientèle de les identifier facilement lorsqu’ils participent à des activités promotionnelles
(foires de l’emploi, salon agricole, etc.). Pour répondre à ce besoin, agricarrières a outillé chacun des 13 CEA
d’une bannière promotionnelle. Un visuel commun contribuera à développer l’image collective des CEA
auprès des différents intervenants provinciaux.
Des offres d’emploi dans La Terre de chez nous
Les CEA ont acheminé, cette année, 934 offres d’emploi agricole pour publication dans le journal La Terre de
chez nous. L’espace occupé par les CEA, pour annoncer leurs offres d’emploi bimensuellement dans La TCN,
représente une contribution de l’UPA de l’ordre de 23 712 $.
15
2 Opération du bureau Agrijob à Montréal.
AGRIJOB Depuis maintenant sept ans, Agrijob travaille, de concert avec les cinq CEA
de la couronne de Montréal, à la promotion des emplois et au recrutement de
travailleurs occasionnels et saisonniers dans la grande région métropolitaine.
Les opérations d’Agrijob sont synchronisées par un sous-comité de coordination.
Ce dernier harmonise les outils de fonctionnement, en tenant compte des besoins
des CEA concernés. Le comité est à l’écoute des besoins de main-d’œuvre des
producteurs horticoles et se préoccupe aussi des conditions de travail des travailleurs.
2007-2008
Agrijob a inscrit 3 883 personnes pour la saison
2007-2008. Le nombre d’inscriptions est inférieur
à celui obtenu les dernières années.
Inscriptions chez Agrijob
année
inscriptions
2001-2002
2002-2003
2003-2004
2004-2005
2005-2006
2006-2007
5 620
5 649
7 369
5 683
4 747
3 890
La diminution du nombre des inscriptions est causée par plusieurs facteurs :
Le marché de l’emploi montréalais est vigoureux. Tout comme dans le reste du Canada, le Québec affiche un
taux de chômage très bas. Les travailleurs ont plus d’opportunités d’emploi dans d’autres secteurs d’activités et
ces emplois sont en général plus compétitifs au regard des conditions de travail que les emplois de manœuvres
agricoles. De plus, le travail physique en agriculture peut être exigeant pour les personnes qui n’ont pas une
bonne condition physique.
Les nouveaux arrivants à la recherche d’emploi ont, selon les dires de représentants des organismes
communautaires et ethniques, plus de facilité à se trouver un emploi dans leur domaine d’études. Ils délaissent
ainsi les emplois agricoles. Il faut également mentionner que ces organismes travaillent fort pour faciliter leur
intégration sur le marché du travail.
Le rapport d’étape d’Agrijob 2007-2008, révèle encore une fois, le haut niveau de scolarité de plusieurs
postulants (34 % ont un niveau de scolarité universitaire ou collégial). Ils ont des attentes supérieures en
termes de tâches et de responsabilités. Les postes offerts de manœuvres ne correspondent pas toujours à ces
attentes.
Agrijob tient à remercier les organismes suivants pour leur collaboration lors de la campagne promotionnelle de l’année 2007-2008.
Accueil Bonneau | Accueil Liaison pour Arrivants - ALPA | Accueil Saint-Léonard | Action-réinsertion - L’Entrepôt du sac à dos | Agence Nationale de l’Accueil des Étrangers
et des Migrations ancienne –ANAEM | Armée du Salut | Association canadienne des chrétiens d’origine haïtienne à Montréal – ACCOHAM | Auberge communautaire du
Sud-Ouest | Café communautaire multi-caf | Carré Inc. | Carrefour Communautaire de Rosemont, l’Entre-Gens Inc., | Carrefour d’aide Aux Nouveaux Arrivants - CANA
| Carrefour d’alimentation et de Partage St-Barnabé | Carrefour jeunesse emploi Hochelaga-Maisonneuve | Carrefour jeunesse emploi R.D.P | Carrefour jeunesse emploi
Sud-Ouest | Carrefour Le Moutier | Cartier Émilie | CEGEP Dawson | CEGEP de Rosemont | CEGEP Marie-Victorin, Pavillon Bélanger, Pavillon Namur, pavillon
Triest | CEGEP Saint-Laurent | Centre Afrika | Centre communautaire Bharat Bhavan | Centre Communautaire des femmes Sud-Asiatiques | Centre communautaire La
Patience | Centre communautaire Mountain Sights | Centre communautaire multi-ethnique de Montréal-Nord | Centre d’Intégration Jeunesse-Adulte de la Rive-Sud |
Centre d’accueil et de Référence pour Immigrants - CARI Saint-Laurent | Centre d’alphabétisation Villeray, La Jarnigoine | Centre de recherche-action éducative et sociale
multiethnique – CRAES | Centre des ressources éducatives et communautaires pour adultes - CRECA | Centre Pauline-Julien | Centre Saint-Paul | Centre Scalabrini pour
réfugiés et immigrants | Centre Sino-Québec de la Rive-Sud | Centre Yves Thériault | Centro de Orientacion y de Prevention del alcoolismo y toxicomania latinoamericano
- COPATLA | Centres locaux d’emploi (CLE Ahunstic, CLE Côte-des-Neiges, CLE Longueuil, CLE Plateau Mont-Royal, CLE Pointe-St-Charles, CLE Rosemont, CLE
Saint-Léonard, CLE Saint-Michel, CLE St-Laurent | Club de recherche d’emploi Accès-Travail de Montréal | Collectif des femmes immigrantes du Québec | Cuisine
collective Multi-Ethniquel Diners-Rencontres St-Louis de Gonzague | Église Guadeloupe | Filière Employabilité / Objectif emploi 40 ans plus de Mtl | Fondation Ressource
jeunesse | Habitations Jeanne-Mance | Habitations l’Escalier | La Maisonnée - Service d’aide et de liaison pour immigrants | Le Bon Dieu dans la rue | Maison des amis du
Plateau Mont-Royal Inc. | Maison d’Haïti | Maison du partage d’Youville Inc. | Maison Tangente | Mouvement Fraternité Haïti-Québec | Old Brewery Mission | Organisme
Canado-Arabe des droits humains | Refuge des jeunes | Resto Plateau | Service à la Famille Chinoise du Grand Montréal | SESAME | Union Française | Université de
Montréal | Université McGill | William Hingston | YMCA de Montréal - Succursale Centre-Ville
16
Des activités qui portent fruits
Cette année, Agrijob a visité 106 organismes (des
organismes ethniques, d’employabilité, des centres
locaux d’emploi (CLE), cours de francisation)
comparativement à 85 l’an dernier et 53 il y a deux
ans. Ces ateliers et rencontres ont permis de sensibiliser
la clientèle aux opportunités d’emploi en agriculture,
mais aussi de développer et consolider le réseau
d’organismes partenaires d’Agrijob.
Les organismes partenaires apprécient les capsules
d’information qu’Agrijob rend disponibles de façon
virtuelle. Cela lui permet de garder un lien soutenu
avec les organismes montréalais.
Agrijob diffuse, par l’entremise de son site Internet,
toute l’information nécessaire sur les possibilités
d’emploi en agriculture au public.
Le site Internet a reçu un total
de 10 243 visites.
Agrijob est un service d’agricarrières et résulte
d’une entente de fonctionnement entre agricarrières
et la direction régionale d’Emploi-Québec de la
Montérégie, des Laurentides, de Laval, de Lanaudière et
du Centre-du-Québec. Une entente de financement de
248 900 $ a été conclue avec la direction régionale
d’Emploi-Québec à Montréal pour la période
2007-2008.
17
des
3 Stabilisation
emplois en agriculture.
La problématique de stabilisation des emplois
préoccupe agricarrières. En effet, l’allongement
de la durée des emplois offerts aux travailleurs
agricoles saisonniers a été identifié comme un facteur
critique pour attirer et garder la main-d’œuvre dans
les entreprises. À cet effet, agricarrières apporte son
soutien et son expertise aux partenaires régionaux qui
initient et développent des activités en ce sens. Aussi,
agricarrières a souligné un nouveau partenariat en
juin dernier entre l’UPA de Saint-Hyacinthe, l’UPA
de Saint-Jean-Valleyfield et HortiCompétences
(Comité sectoriel de main-d’œuvre en horticulture
ornementale-commercialisation et services) pour
contrer l’instabilité des emplois saisonniers que l’on
retrouve en bon nombre en agriculture et dans les
services qui y sont associés. Cette initiative, intitulée
Réseau Stabili-Travail consiste en un regroupement
d’entreprises de divers secteurs d’activités qui vise le
jumelage d’entreprises de la Montérégie offrant des
périodes d’emploi complémentaires.
activités d’intégration
4 Des
et d’insertion en emploi.
En partenariat avec le CEA de la Beauce et l’organisme
PROMIS, Agrijob s’est impliqué dans le recrutement,
à Montréal, de personnes intéressées à suivre une
formation en production porcine et en production
laitière dans la région de la Beauce. Une vingtaine
de personnes se sont présentées dans les bureaux
d’Agrijob pour assister à une session d’information
sur le projet. Suite à cette séance, les personnes
intéressées par ce projet ont pu participer à une visite
exploratoire de la région. Cette collaboration a permis
de recruter cinq personnes, qui se sont installées en
Beauce et qui suivent présentement la formation en
production laitière et celle en production porcine.
de moyens
5 Identification
pour faciliter le travail
La présidente d’agricarrières, Mme Martine Mercier,
invitée à prononcer un discours, a salué les efforts
d’Emploi-Québec et de ses partenaires sectoriels
pour soutenir la poursuite de cette activité en région.
saisonnier de courte durée
et le travail occasionnel
en agriculture.
Agricarrières profite de toutes les occasions qui lui
sont offertes par les instances gouvernementales,
colloques, médias et autres lieux d’échanges, pour
faire connaître ses positions et recommandations
touchant aux politiques sociales qui pourraient faciliter
le travail saisonnier et occasionnel en agriculture.
Agricarrières a notamment présenté ses observations
et recommandations lors de la Commission sur
l’avenir de l’agriculture et de l’agroalimentaire
québécois et devant les députés fédéraux du Comité
permanent de la Citoyenneté et de l’Immigration de
la Chambre des communes.
18
de l’agriculture
6 Valorisation
et promotion des emplois
et de la formation en agriculture.
DES ACTIVITÉS DE Tournée des CSMO
COMMUNICATION Cette année, le Réseau des gestionnaires de comités sectoriels de main-d’œuvre a
& DE PROMOTION organisé deux tournées d’information réunissant des agents d’Emploi-Québec et des
conseillers en orientation scolaire de la région de la Montérégie. Ce sont plus de
20 comités sectoriels qui se sont déplacés pour échanger et offrir de l’information
sur leur secteur respectif. Pour chacune de ces rencontres, agricarrières s’est
adjoint un représentant du CEA de la région afin de permettre un contact plus
étroit avec le personnel d’Emploi-Québec notamment. Il s’agit d’une occasion
unique pour sensibiliser les personnes ressources sur les carrières et professions
offertes en agriculture et plus particulièrement celles disponibles dans la région.
Formation des responsables de communication de l’UPA
Agricarrières participe à raison de deux fois par année aux sessions de formation
des responsables de communication des fédérations régionales et des groupes
spécialisés de l’UPA. Agricarrières profite de ces rencontres pour présenter
et échanger de l’information sur les sujets d’actualités du Comité sectoriel de
main-d’œuvre.
EXPO Fédération interdisciplinaire de l’horticulture
ornementale du Québec (FIHOQ) à Saint-Hyacinthe
Le 14 novembre dernier, agricarrières a tenu un kiosque d’information lors de
l’Exposition commerciale de l’horticulture ornementale qui se tenait à SaintHyacinthe. Ce fut une belle occasion pour agricarrières de rencontrer des
producteurs horticoles et de pouvoir leur présenter les différents outils et projets
que le Comité sectoriel de main-d’œuvre a développé pour leur secteur. Le Plan
de rémunération pour les employés en production horticole a suscité beaucoup
d’intérêt tout comme l’annonce du développement d’une norme professionnelle
pour le métier d’ouvrier serricole.
Luminescences 2008
Agricarrières, à l’invitation de l’UPA, a participé à une activité jeunesse
intitulée « Luminescences 2008 ». Cette activité, de l’École secondaire de
Mortagne à Boucherville, avait pour objectif de sensibiliser les 2 500 jeunes et
400 membres de l’école au rôle essentiel que joue l’agriculture au Québec. Dans
le cadre de cette activité, agricarrières a animé un kiosque d’information sur
les métiers agricoles ainsi que sur les formations disponibles.
19
DES PUBLICATIONS TRAITANT DES MÉTIERS & PROFESSIONS
DE LA FORMATION PROFESIONNELLE & TECHNIQUE
Les carrières d’avenir 2008
Dans un contexte où le marché de l’emploi devient de plus en plus serré, il
devient impératif pour agricarrières de faire connaître les métiers et professions
du secteur à un plus large public. Le Comité sectoriel de main-d’œuvre a donc
participé, une fois de plus, à la publication Les carrières d’avenir 2008. Pour
ce faire, la directrice générale a donné une entrevue aux Éditions Jobboom.
Magazine Mode d’emploi
Agricarrières a aussi participé à un nouveau magazine sur l’emploi. Intitulé Mode
d’emploi, celui-ci s’adresse à une clientèle faisant face à un choix de carrière et
cherchant de l’information sur les secteurs et carrières en demande. La directrice
a accordé une entrevue dans le cadre d’un dossier spécial sur l’agriculture.
Le Comité sectoriel a profité de ce dossier pour y placer une publicité pour
promouvoir son site Internet.
Repères
Utilisé par les intervenants dans le domaine de la formation et de l’emploi, le
système « Repères » donne accès à de l’information rigoureuse et pertinente en
matière de choix de carrière et d’insertion professionnelle. Agricarrières a donc
procédé à une révision complète des fiches carrières de « Repères » portant sur
les métiers agricoles.
20
Fiches d’exploration de carrière Jobboom
Selon un sondage sur les outils de communication réalisé
par l’Observateur pour le compte d’agricarrières, les
fiches carrières sont des outils de promotion largement
diffusés et très utilisés par les CEA, les conseillers
en orientation, les centres locaux d’emploi et les
carrefours jeunesse emploi. Agricarrières a donc
revu le contenu et la présentation de ces fiches.
L’information sera regroupée dans un seul feuillet ;
celui-ci pourra être diffusé plus largement et ainsi
permettre aux différents intervenants de l’utiliser
à grande échelle.
Ta bouffe, du début à la faim !
Les comités sectoriels de main-d’œuvre du
bioalimentaire (production agricole, pêches
maritimes, transformation alimentaire, commerce
de l’alimentation), en collaboration avec le MAPAQ
et l’Université Laval, développent présentement un
site Internet commun qui sera entièrement dédié
à la promotion des différentes possibilités d’emploi
dans le secteur du bioalimentaire. Le projet intitulé
« Ta bouffe, du début à la faim », s’adresse aux
enseignants et aux élèves de 3, 4 et 5e secondaire.
Le site Internet est divisé en quatre modules ; l’élève
choisit le module qui l’intéresse (production agricole,
pêches maritimes, transformation alimentaire ou
commerce de l’alimentation) et accède à des activités
ludo-éducatives qui lui feront explorer les métiers
reliés au secteur qu’il a choisi. Ce site Internet sera
mis en ligne prochainement.
21
nouvelles stratégies permettant de
7 De
contrer les problèmes actuels et anticipés
de pénurie de main-d’œuvre en agriculture.
ACTIVITÉS D’AIDE Agricarrières a accordé une aide financière de
À LA VALORISATION DES TRAVAILLEURS 15 960 $ pour la réalisation de huit projets visant
à valoriser les travailleurs agricoles.
promoteursprojets
UPA
Saint-Hyacinthe
Consultation de travailleurs et activité de réseautage
pour le Réseau Stabili-Travail
Saguenay-Lac-Saint-Jean
Journée main-d’œuvre agricole « De la séduction
à la valorisation »
Centre-du-Québec
« Défi Emploi Drummond »
Équipe de promotion des emplois agricoles Trophée Héraclès – Participation
au « Bal des moissons »
Côte-du-Sud
Foire de l’emploi à Rivière-du-Loup
Équipe de promotion et de valorisation des
travailleurs agricoles Lévis-Bellechasse,
Lotbinière-Mégantic,
Rive-Nord
Portes ouvertes de l’UPA 2007
Équipe de promotion des emplois agricoles
Colloque des travailleurs agricoles
Foire de l’emploi, Charlevoix au boulot,
Contact Emploi Portneuf
Équipe de promotion des emplois agricoles
22
LA GESTION Communiquer la GRH
DES RESSOURCES La présence d’agricarrières dans les médias agricoles est de plus en plus notable.
HUMAINES En effet, agricarrières a accordé des entrevues et réalisé des articles pour les
publications suivantes :
La Terre de chez nous ;
Les Carrières d’avenir 2008, publié par Les Éditions Jobboom ;
Le Bulletin des agriculteurs « Urgence main-d’œuvre et formation ! », mars 2008
Le Producteur de lait québécois de la Fédération des producteurs de lait du Québec.
La directrice générale a publié deux articles :
Mieux connaître le marché du travail pour gérer ses ressources humaines, mars
2008 ;
Qualifier ses employés en entreprise ?, mars 2008 ;
Le journal Primeurs de la Fédération des producteurs maraîchers du Québec.
La directrice générale a publié trois articles :
Agricarrières-CSMO de la production agricole, mai 2007 ;
Le secteur maraîcher est-il prêt pour l’apprentissage en milieu de travail ?,
septembre 2007 ;
Promouvoir les droits de la personne en milieu de travail ?, mars 2008.
23
Prix en gestion des ressources humaines
Cette année, agricarrières a mis en place une nouvelle activité provinciale visant
à mettre en valeur les bonnes idées des employeurs agricoles en matière de gestion
des ressources humaines.
Agricarrières a profité du congrès annuel 2007 de l’UPA, en décembre dernier,
pour lancer officiellement son nouveau concours « Ma ferme, mon monde, la
bonne idée en gestion des ressources humaines ». Dès janvier 2008, les producteurs
agricoles ont été invités à décrire une de leurs réalisations en gestion des ressources
humaines. Un jury a procédé à l’évaluation des 16 candidatures présentées.
Les gagnants de ce concours ont été dévoilés lors du 8e colloque annuel
d’agricarrières.
« Je tiens à remercier grandement les contributions de tous nos partenaires qui ont permis de lancer cette première
édition du concours « Ma ferme, mon monde ». C’est grâce à leur soutien que nous avons pu récompenser les
gagnants. En terminant, je voudrais souligner la contribution des Centres d’emploi agricoles (CEA) des fédérations
régionales de l’UPA qui ont mis l’épaule à la roue pour mousser la participation des productrices et des producteurs
dans chacune des régions du Québec »
– M. Pierre Lemieux.
er
1
prix
2000 $
e
2
prix
500 $
e
3
prix
500 $
Ferme R. Bordeleau inc.
Production de veaux d’embouche et de bouvillons d’abattage
Clerval, région de l’Abitibi-Témiscamingue.
Pour favoriser les échanges entres les employés et la direction,
l’entreprise a mis à la disposition du personnel une salle de repos
équipée de tables de billard et de ping-pong, d’une cuisinette ainsi
que d’une salle de bain complète.
Le Potager Mont-Rouge enr.
Entreprise fruitière et maraîchère
Rougemont, région de Saint-Hyacinthe.
L’entreprise a eu la bonne idée d’organiser une fête très spéciale pour
les employés au terme de la saison des récoltes, une fête qui met en
valeur les différentes origines ethniques des travailleurs.
Serres Jardins-Nature
Production de tomates biologiques
New Richmond, région de la Gaspésie-Les Îles.
La bonne idée en gestion des ressources humaines a consisté à réaliser
un sondage effectué auprès des employés, lequel a permis d’élaborer
et de mettre en place un programme de reconnaissance au travail.
Cette toute première édition du concours « Ma ferme, mon monde, la bonne idée
en gestion des ressources humaines » a été rendue possible grâce à l’aide financière
d’Emploi-Québec et à la contribution de quatre autres partenaires, soit Bell
Mobilité, La Terre de chez nous, Desjardins Sécurité financière et l’UPA.
Agricarrières a aussi remis un prix de participation, d’une valeur de 500 $ à la
Ferme Adélard et Serge Tremblay, une entreprise laitière à Métabetchouan-Lac-à-Croix.
24
Outils en GRH adaptés aux besoins
L’étude sur les conditions de travail dans le secteur
maraîcher réalisée en 2005 a révélé qu’une proportion
importante des producteurs de légumes de plein
champ utilisaient les services de sous-traitants en
main-d’œuvre pour combler leur besoin de maind’œuvre occasionnel. Cette pratique étant peu
connue, agricarrières a demandé à la firme Services
Conseils Bernard Belzile inc. de documenter la situation
des sous-traitants en main-d’œuvre dans le secteur
agricole. Maintenant que cette pratique est mieux
documentée, le Comité sectoriel de main-d’œuvre
souhaite informer les producteurs des avantages et
inconvénients à utiliser les sous-traitants en maind’œuvre. Les producteurs retrouveront, dans un
dépliant explicatif, les mesures qu’ils pourront
mettre en œuvre pour mieux gérer les risques liés
à cette pratique.
Des études en GRH – La satisfaction
au travail des travailleurs agricoles
étrangers temporaires
Agricarrières réalisait l’an dernier une analyse
d’opportunité et de positionnement quant au dossier
de l’embauche de travailleurs étrangers. Six recommandations étaient adoptées ; l’une d’elles touchait
l’implantation d’un mécanisme d’évaluation de la
satisfaction des producteurs et des travailleurs vis-à-vis
l’embauche de travailleurs étrangers temporaires.
Pour répondre à cette recommandation, agricarrières
a confié à la firme Alliance Management le mandat
de réaliser une étude sur la satisfaction au travail des
travailleurs étrangers temporaires. Les résultats de
cette étude seront pris en compte dans les travaux
futurs et feront l’objet d’un plan d’action spécifique.
La génération Y
L’arrivée massive de la génération Y sur le marché
du travail est une problématique qui touche de près
l’ensemble des entreprises québécoises. Les valeurs,
compréhensions et modes de vie de cette génération
sont différents et déstabilisent un bon nombre
d’employeurs. Étant peu documenté sur ce phénomène,
agricarrières s’est joint à d’autres comités sectoriels de
main-d’œuvre pour confier le mandat à l’Université
de Montréal de réaliser une recherche documentaire sur
les attentes professionnelles des jeunes de la génération
Y, en particulier des personnes qui ont un niveau
d’études ou de qualifications professionnelles peu élevé.
25
axe II
la
formation & le
développement des
ressources humaines
programmes de formation
1 Des
professionnelle et technique adaptés au
secteur et disponibles sur tout le territoire.
Participation à la Table de concertation sur
la formation en agriculture du MELS
Depuis 2004, agricarrières participe aux travaux de la Table de concertation sur
la formation en agriculture qui regroupe les personnes représentant le milieu du
travail, les établissements d’enseignement et les ministères directement concernés
par la formation des ressources humaines en agriculture.
Le mandat de la Table de concertation est d’identifier les priorités d’intervention
à partir desquelles les partenaires pourraient favoriser une meilleure adéquation
entre l’offre de formation et les besoins du marché du travail afin d’en arriver à
une cohésion continue.
26
bilan
des activités
2007-2008
formation professionnelle & technique
développement & reconnaissance des
compétences en milieu de travail
formation à distance
services-conseils
Dans le cadre du plan d’actions concertées,
agricarrières s’est impliqué dans les activités suivantes :
L’organisation d’un colloque ayant pour but de
faire connaître les initiatives des établissements
d’enseignement en formation agricole.
Mise en œuvre d’une stratégie de valorisation
des carrières et de la formation en agriculture
en collaboration avec HortiCompétences.
Examen du rapport d’analyse de profession
de l’ouvrier en production laitière.
Étude sur les fonctions de travail :
producteur/gérant/ouvrier agricole.
Conception d’un tableau de bord illustrant les
données du MELS et du marché du travail facilitant
la gestion de l’offre de formation.
Étude sur les services d’appui en agriculture.
Parcours de formation en continuité
Agricarrières appuie les projets présentés actuellement par les établissements de formation en vue de
mettre en place un parcours en continuité entre un
DEP agricole et le DEC en Gestion et exploitation
d’entreprise agricole. Agricarrières recommande le
soutien, par tous les moyens, du plus haut niveau
possible de compétences des exploitants et de la
relève en matière de production, d’adaptation et de
développement de leur entreprise. Il apparaît ainsi
indispensable d’améliorer l’accessibilité à la formation
souhaitable des futurs exploitants par une offre de
formation concertée secondaire-collégial qui optimise
la durée des formations par un parcours en continue.
27
activités de formation continue
2 Des
disponibles en régions et correspondant
aux besoins exprimés par les producteurs
et les productrices agricoles et leur
main-d’œuvre.
ACTIVITÉS DE Agricarrières est à l’écoute des besoins de perfectionnement exprimés par les
FORMATION producteurs agricoles et leur main-d’œuvre. Il s’assure que des activités de formation
CONTINUE soient supportées financièrement par les directions régionales d’Emploi-Québec
concernées. À ce sujet, la présidente d’agricarrières a fait part de sa grande
satisfaction de voir l’engagement des trois ministères, qui ont confirmé leur implication pour les trois prochaines années dans le Plan de soutien en formation agricole
(PSFA).
Un montant de 60 000 $ supplémentaire a été octroyé au PSFA portant la
contribution totale à 435 000 $ pour la dernière année. Agricarrières s’est dit
heureux de constater que le travail des Collectifs régionaux en formation agricole
est reconnu à sa juste valeur.
Les représentants d’agricarrières participent aux réunions des différentes
instances découlant de la gestion du Plan de soutien en formation agricole
(PSFA) : le Comité de coordination, la Table des présidents des Collectifs de
formation agricole et la Table des répondants en formation agricole (RFA).
Le PSFA est un mécanisme de concertation instauré en 1981 pour répondre
à certaines problématiques propres au secteur agricole comme la dispersion
de la clientèle, la disponibilité limitée des producteurs, l’évolution rapide
des connaissances et des techniques, la nécessité d’améliorer la productivité.
Dans ce contexte, agricarrières a apporté son soutien au développement d’une
AEC en apiculture pour faire suite aux besoins exprimés par la Fédération des
apiculteurs du Québec.
28
Stratégie de formation en gestion
des ressources humaines (GRH)
L’an dernier, agricarrières rendait disponible aux
RFA et aux CEA huit modules de formation portant
sur différents aspects de la gestion des ressources
humaines. Ces modules de formation leur ont permis
d’offrir aux producteurs agricoles des activités de
formation traitant de sujets tels que la planification
de l’embauche de personnel, les outils indispensables
pour la GRH, l’embauche du candidat recherché,
l’accueil d’un nouvel employé, la fidélisation et la
mobilisation des employés, l’évaluation et la gestion
des conflits.
Pour une vision moderne de la GRH
en agriculture (2e édition)
Toujours en demande, agricarrières a vendu pour
l’année 2007-2008, 50 exemplaires de son livre
intitulé « Pour une vision moderne de la gestion des
ressources humaines en agriculture ». Soulignons que
plus de 1 200 exemplaires ont été vendus depuis sa
publication en 1998.
Formation sur la salubrité des aliments
dans les entreprises horticoles
Agricarrières a obtenu de la CPMT une aide financière
de 20 515 $ pour élaborer un plan de formation sur
la salubrité des aliments à la ferme destiné à la maind’œuvre des entreprises horticoles du Québec.
Cette formation développée à la demande du Conseil
québécois de l’horticulture (CQH) vise à aider les
entreprises horticoles à implanter le Programme de
salubrité des aliments à la ferme. Le programme a
été élaboré par le Conseil canadien de l’horticulture
auquel est associé le CQH.
Cette formation sera offerte en régions à partir
de l’automne 2008.
8e colloque annuel
d’agricarrières.
« Qualifier pour performer en
agriculture : initiatives, innovationS
et coups de cœur ! »
Cette année, agricarrières s’est associé au MELS
pour organiser un colloque de deux jours. L’objectif
de ce colloque était de mobiliser le milieu agricole à
l’importance de la qualification de la main-d’œuvre
pour relever les défis nombreux de l’agriculture.
Sous le thème « Qualifier pour performer en
agriculture : initiatives, innovations et coups de
cœur ! », le colloque se tenait les 13 et 14 mars
dernier à Drummondville et réunissait plus de
130 personnes.
Les objectifs de la première journée était de faire
connaître aux producteurs, conseillers et aux différents
intervenants du milieu agricole la nouvelle approche
d’apprentissage en milieu de travail comme stratégie
de développement de la main-d’œuvre.
La deuxième journée du colloque visait à faire
connaître les initiatives des établissements
d’enseignement mises en place pour répondre
aux besoins du milieu.
Des conférenciers, provenant du milieu de la CPMT,
d’Emploi-Québec, des établissements de formation
et de l’UPA, ont fait part de leurs expériences et de
leurs observations pour améliorer la qualification de
la main-d’œuvre en agriculture. À noter, la participation
exceptionnelle d’une délégation française du Réseau
Québec/Canada des établissements d’enseignement
agricole en France. La participation de cette délégation
au colloque a su grandement favoriser les échanges
entre les différents partenaires.
29
3.
en milieu de travail
3 Apprentissage
pour le secteur agricole.
PROJETS DE
DÉVELOPPEMENT &
DE RECONNAISSANCE
DES COMPÉTENCES
EN MILIEU DE
TRAVAIL
Production porcine
En janvier dernier, la CPMT a octroyé 50 000 $ à agricarrières pour soutenir, pendant
les deux premières années, l’implantation d’un Programme d’apprentissage en
milieu de travail (PAMT) pour le métier d’ouvrier en production porcine.
Dès ce printemps, agricarrières entreprendra une campagne de promotion et
de démarchage qui se poursuivra jusqu’en 2010. agricarrières s’est donné comme
cible la réalisation de 150 ententes d’apprentissage en milieu de travail pendant
les deux premières années d’implantation.
Le PAMT pour le métier d’ouvrier en production porcine repose sur la norme
professionnelle élaborée par agricarrières et adoptée par la CPMT en mai 2007.
Production serricole
Le projet de développement d’une norme professionnelle pour le métier d’ouvrier
serricole, comprenant la production légumière et la production de plantes
ornementales, est actuellement en cours de validation auprès du Syndicat des
producteurs en serre du Québec, d’agricarrières et de la CPMT. En parallèle à
cette validation, agricarrières travaille à l’élaboration des outils d’apprentissage.
Production laitière
Rappelons qu’agricarrières a reçu une subvention de la CPMT pour réviser la
norme professionnelle du métier d’ouvrier en production laitière de même que les
outils d’apprentissage. Ce soutien visait à faire la mise à jour de la norme
professionnelle, élaborée en 2001, afin qu’elle reflète les changements intervenus
dans la structure des emplois en production laitière des dernières années.
Suite aux travaux d’analyse de métier, d’élaboration du profil de compétences et
de validation auprès des différents partenaires, un projet de norme professionnelle
révisée a été déposé à la CPMT pour approbation.
Le PAMT pour le métier d’ouvrier en production laitière, qui repose sur la norme
professionnelle initiale, se poursuit depuis 2004. À ce jour, et selon les données
fournies par Emploi-Québec, 121 ententes d’apprentissage ont été signées avec des
entreprises dans les différentes régions du Québec. 49 apprentis et 32 compagnons
se sont vus octroyés un certificat de qualification professionnelle.
Production maraîchère de légumes de plein champ
Une aide financière de 17 449 $ a été octroyée par la CPMT pour évaluer la
pertinence d’élaborer une norme professionnelle pour le métier d’ouvrier en
production maraîchère dans un contexte où les entreprises visées expriment certains
besoins pour une main-d’œuvre plus spécialisée. Les travaux sont en cours de
validation.
30
PROCESSUS
D’ÉVALUATION ET DE
RECONNAISSANCE
DES COMPÉTENCES
DE LA MAIND’ŒUVRE
Dans le but de se conformer aux nouvelles
dispositions de la Loi favorisant le développement
et la reconnaissance des compétences de la maind’œuvre, agricarrières s’est joint aux comités sectoriels
de main-d’œuvre du commerce de l’alimentation,
de l’aménagement forestier, à HortiCompétences
et à pêches maritimes afin d’élaborer un processus
d’évaluation et de reconnaissance des compétences
de la main-d’œuvre.
Le consortium a déposé à la CPMT, en mars dernier,
un projet visant chacun des secteurs concernés.
À compter du 1er avril 2008, les personnes qui
possèdent une expérience significative dans l’exercice
d’un métier visé par une norme professionnelle et qui
souhaitent une reconnaissance, pourront faire évaluer
et reconnaître leurs compétences. Ce processus complété
donnera accès au Certificat de qualification professionnelle lié au métier ou, encore, à une Attestation
de compétences visant les compétences qu’elles
maîtrisent en regard du métier exercé.
31
axe III
partenaires
du milieu
les
Des liens soutenus avec l’ensemble des
acteurs préoccupés par le développement
de la main-d’œuvre en agriculture.
Le 3 octobre 2007, agricarrières a tenu une rencontre réunissant les représentants
de l’UPA aux Conseils régionaux des partenaires du marché du travail et les
responsables des CEA, afin de mieux arrimer les besoins régionaux de main-d’œuvre
et de permettre une meilleure synchronisation entre les actions des CEA, des
comités de main-d’œuvre et des représentants de l’UPA aux Conseils régionaux.
Une ressource d’agricarrières participe, autant que possible, aux rencontres du
comité de coordination du Plan de soutien en formation agricole, de la Table des
présidents des Collectifs régionaux en formation agricole, ainsi qu’aux réunions des
répondants en formation agricole.
La directrice générale participe aux rencontres organisées par le Réseau des
gestionnaires de comités sectoriels de main-d’œuvre.
32
bilan
des activités
2007-2008
concertation
partenariat
Des liens avec le Conseil canadien
des ressources humaines en agriculture (ccrha).
La directrice générale d’agricarrières participe aux
réunions du conseil d’administration du nouveau
conseil à titre d’observateur. Le CCRHA a été créé
en 2006, à l’initiative des associations agricoles
canadiennes, en réponse aux enjeux liés aux ressources
humaines auxquels font face les entreprises agricoles
canadiennes.
Le président d’agricarrières siège au conseil
d’administration du CCRHA en tant que représentant
de l’Union des producteurs agricoles pour le Québec.
La directrice générale a participé à quatre rencontres
du conseil d’administration. Par ailleurs, elle s’est
impliquée particulièrement dans un projet national
en cours pour recueillir de l’information sur le marché
du travail afin d’établir des données et de définir
les besoins. Elle a, à cet effet, participé à quatre
rencontres du comité de suivi du projet.
Agricarrières a déposé, au cours de l’année, trois
projets au comité d’examen des projets du CCRHA
pour étude et considération.
Le 13 août dernier, le conseil d’administration
d’agricarrières accueillait madame Danielle Vinette,
directrice générale du CCRHA. Elle a fait part aux
administrateurs de la mission de son organisation
et des priorités d’action pour la prochaine année. Elle
a souligné la mise en place de deux projets prioritaires
pour le conseil ; Recrutement et rétention de maind’œuvre ainsi que Compétences et formation.
33
axe IV
fonctionnement
d’agricarrières
le
Administration d’agricarrières.
Agricarrières a obtenu un budget de 461 000 $ d’Emploi Québec pour
son fonctionnement et ses activités pour l’année 2007-2008.
Une entente de financement des Collectifs régionaux en formation agricole
a été signée avec Emploi-Québec pour un montant de 145 000 $, ce qui
représente une croissance de 16 % par rapport au budget précédent.
34
bilan
des activités
2007-2008
structure
organisation
fonctionnement
d’agricarrières
implication de ses
membres
Contribution des partenaires
au financement d’AGRIcarrières
La contribution de l’UPA au fonctionnement
et aux activités du Comité sectoriel, pour
la dernière année, se chiffre à 48 965 $. De
plus, par leur collaboration à la mise sur
pied de projets ou d’activités de l’organisme,
les différents représentants de l’UPA ont
participé grandement, et à titre gracieux,
à la bonne marche de l’organisme.
Les rencontres de l’assemblée générale,
du conseil d’administration
& du comité exécutif
Les membres ont tenu leur neuvième
assemblée générale le 29 mai 2007.
Le conseil d’administration s’est réuni à six
reprises : les 8 mai, 29 mai, 13 août, 15 octobre,
19 décembre 2007 et le 30 janvier 2008.
Agricarrières a tenu cinq rencontres de
son comité exécutif : les 31 juillet, 22 août,
1er octobre et 12 décembre 2007 ainsi que
le 18 février 2008.
Les sous-comités d’AGRIcarrières
le sous-comité de suivi des études ;
le sous-comité formation et apprentissage
en milieu de travail ;
le sous-comité de sélection de projets (dans
le cadre de l’aide financière pour le soutien
d’activités de valorisation des travailleurs
agricoles) ;
le sous-comité de coordination d’Agrijob.
Consultation des comités sectoriels
de main-d’oeuvre
Agricarrières a participé à trois consultations
conduites par la Commission des partenaires
du marché du travail (CPMT) :
Projet de Politique d’intervention sectorielle.
Propositions de priorités des groupes de travail
de la CPMT en vue du Plan d’action 20082013 en matière d’éducation des adultes
et de formation continue.
Programmes des travailleurs étrangers
temporaires.
35
Notoriété accrue du secteur
de la production agricole
& de son comité sectoriel.
Participation des travailleurs aux activités d’AGRIcarrières
Agricarrières a une préoccupation de recueillir et d’intégrer, dans ses
travaux, le point de vue des travailleurs agricoles sur les différents aspects de
leur emploi. Sans qu’un mécanisme formel de consultation ait été créé,
agricarrières a consulté les travailleurs agricoles dans le cadre
des travaux suivants :
Étude de la satisfaction au travail des travailleurs
agricoles étrangers temporaires (179 employés).
Validation d’instruments pour la reconnaissance
des acquis pour le DEP en production horticole
(2 ouvriers horticoles).
Étude de pertinence pour une norme professionnelle pour le métier d’ouvrier en production
maraîchère (4 ouvriers horticoles).
Validation du profil de compétences pour
le métier de vacher (7 vachers).
Validation du Profil de compétences dans le
cadre d’élaboration d’une norme professionnelle
en production serricole (4 ouvriers, 4 gérants,
1 technicien).
Processus d’évaluation et de reconnaissance
des compétences de la main-d’œuvre
(1 gérante en production porcine).
Agricarrières a référé au MELS trois mécaniciens
agricoles pour participer à une analyse
de profession pour la fonction de travail de
mécanicien agricole.
Avec l’aide des CEA, il a aussi identifié des
candidats pour participer à une analyse du
MELS pour cerner les fonctions de travail
d’ouvrier, de gérant et d’entrepreneur agricole.
36
Flashes, formation & main-d’œuvre… en ligne
Agricarrières offre, depuis maintenant plus d’un an, son bulletin
d’information « Flashes, formation et main-d’œuvre » en ligne, à raison
de six parutions par année. Étant plus accessible, il permet de rejoindre
un grand nombre de lecteurs. Près de 600 personnes sont abonnées
et le reçoivent dans leur boîte courriel.
Conférences
La coordonnatrice à la formation et à l’apprentissage a prononcé une
conférence dans le cadre de la rencontre annuelle de l’Association
des programmes de diplômes en agriculture du Canada (APDAC).
La directrice générale a présenté les priorités d’actions et les enjeux
d’agricarrières dans le cadre d’une réunion régulière du Conseil
régional des partenaires du marché du travail de la Montérégie.
37
axe V
santé &
la sécurité
au travail
la
Dans tous ses travaux, agricarrières prend en compte les besoins des
employeurs et des travailleurs en matière de formation et de développement
liés à la santé et à la sécurité au travail.
La santé et la sécurité au travail figurent parmi les aspects importants
à maîtriser pour l’exécution des tâches des ouvriers dans le cadre
d’élaboration de normes professionnelles et du Programme
d’apprentissage en milieu de travail ainsi que dans le cadre
d’élaboration des programmes de formation agricole du MELS.
« Je travaille en agriculture, je pense santé & sécurité »
Agricarrières a produit cette année, un dépliant promotionnel destiné
à informer les travailleurs agricoles sur les pratiques de prévention à
adopter à la ferme. Ce dépliant est distribué aux travailleurs par le biais
des Centres d’emploi agricole en régions et par Agrijob à Montréal.
38
bilan
des activités
2007-2008
lois & règlements appliqués par
la Commission de la santé &
de la sécurité du travail (CSST)
activités de prévention
mutuelles de prévention
agricarrières
Comité sectoriel de main-d’œuvre de la production agricole
Maison de l’UPA
555, boul. Roland-Therrien, bureau 535
Longueuil, (Québec) J4H 4E7
Tél. : 450-679-0530
Téléc. : 450-679-0471
Courriel : info@agricarrieres.qc.ca
Site Internet : www.agricarrieres.qc.ca
Ce document peut être reproduit en tout ou en partie à la condition d’en
mentionner la source. Le générique masculin est utilisé sans discrimination
et dans le seul but d’alléger le texte.
Dépôt légal : 2008
Bibliothèque nationale du Québec
Bibliothèque nationale du Canada
ISBN-13 : 978-2-922731-42-2
Ce rapport annuel a été réalisé grâce à l’aide financière de
Ce document est imprimé sur du papier 100 % recyclé.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising