PRSE2 - ARS Guyane

PRSE2 - ARS Guyane
PRSE 2
Santé Environnement
Guyane
Agir ensemble
pour vivre mieux
Santé
2009 >2013
Plan Régional
Environnement
eau
air
sols
déchets
mercure, plomb, amiante
pesticides et produits phytosanitaires
maladies vectorielles : dengue, paludisme...
habitat indigne et insalubre
sante environnement au travail
sécurité alimentaire
transports
risques auditifs
éduquer, informer, communiquer...
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 2 sur 132
Page 2 sur 186
Le « droit de vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » inscrit dans le préambule
de la Constitution, qui affirme le lien entre l’environnement et la santé, trouve un terrain d’application tout
particulier en Guyane.
La région Guyane est marquée par l’existence de très fortes inégalités de santé, à la fois territoriales et
sociales, mais aussi par des problématiques environnementales spécifiques et uniques. Le défaut d’accès à
l'eau potable, la qualité de l’eau, l’habitat insalubre, le paludisme, la dengue, la question du mercure lié à la
consommation de poissons, la question des déchets, un site industriel unique au monde illustrent la diversité
et l’importance des questions en santé environnement. Le deuxième plan régional santé environnement
(PRSE2) constitue un outil essentiel pour apporter des réponses à ces questions spécifiques.
Instauré par la loi de santé publique du 9 août 2004, puis conforté par le Grenelle de l’environnement, le
Plan Régional Santé Environnement s’intègre dans une dynamique plus vaste de la politique de santé
inscrite dans le Projet Régional de Santé.
Parce que nous sommes tous individuellement ou collectivement concernés et pour prendre en compte les
enseignements du premier PRSE de Guyane, nous avons souhaité que ce deuxième PRSE soit le fruit d’une
démarche de concertation et de co-construction avec les différentes parties prenantes et qu’il constitue le
cadre de référence de l’action en santé environnement en Guyane au moins jusqu’en 2013, voire 2015
année importante pour les programmes de santé publique.
Le PRSE2 de Guyane doit susciter la réalisation de nouvelles actions originales élaborées en concertation
avec les acteurs locaux. Il offre aussi un lieu d’échanges et de réflexions sur les questions de santé
environnement. Il est profondément ancré dans la promotion de la santé. Enfin, il pourra être source
d’inspiration pour l’ensemble des institutions, des professionnels et de la population. Le programme d’actions
du PRSE2 de Guyane s’articule autour de 10 thèmes prioritaires et de 63 mesures concrètes, dont 39
originales qui doivent encore faire l’objet d’appels à projets et la mobilisation de moyens spécifiques.
L’engagement de tous - élus, décideurs, services de l’Etat, collectivités territoriales, professionnels de la
santé et de l’environnement, partenaires économiques et sociaux, medias, associations, citoyens - est
déterminant pour la réussite de la mise en œuvre du PRSE2 de Guyane.
Avec le PRSE, soyons, plus que jamais, acteurs de notre santé tout en étant protecteurs de notre
environnement.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 3 sur 132
Page 3 sur 186
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 4 sur 132
Page 4 sur 186
Avant propos
Le Plan Régional Santé Environnement est la déclinaison régionale du Plan National Santé Environnement
2009 – 2013. Le Plan Régional Santé Environnement de Guyane a pris du retard dans son élaboration. Les
nouvelles actions du PRSE2 de Guyane sont donc à mettre en œuvre sur deux années, 2012 et 2013 mais
beaucoup pourront être poursuivies jusqu’en 2015, date importante pour les programmes de Santé
Publique, après une étape d’évaluation en 2013 en phase avec le bilan du Deuxième Plan National Santé
Environnement.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 5 sur 132
Page 5 sur 186
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 6 sur 132
Page 6 sur 186
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 7 sur 132
Page 7 sur 186
SOMMAIRE
1.
Santé environnement en Guyane........................................................................................ 11
Définitions et enjeux de santé publique .................................................................................................................... 12
Définitions................................................................................................................................................................... 12
Les enjeux de santé publique..................................................................................................................................... 12
Les principales origines des pathologies observées liées aux impacts des facteurs environnementaux ................... 12
Les grands enjeux en santé environnement en Guyane .......................................................................................... 14
Le défaut d’accès à l’eau persistant en Guyane et les maladies entériques récurrentes ........................................... 14
Les maladies vectorielles, des maladies anciennes et émergentes ........................................................................... 15
L’éducation et la promotion de la santé en santé environnement à développer ......................................................... 16
La pollution environnementale par le mercure et d’autres substances ....................................................................... 18
Des risques avérés et potentiels liés à l’habitat et aux milieux de vie ........................................................................ 19
Depuis 2009, 45 % des alertes sanitaires reçues à l’ARS sont d’origine environnementale ...................................... 19
Un enjeu transversal majeur : les inégalités dans le domaine santé environnement en Guyane ........................ 20
La réduction des inégalités......................................................................................................................................... 20
Inégalités de santé : l’exemple des épidémies de typhoïde en Guyane ..................................................................... 21
Une population guyanaise vulnérable par une forte croissance démographique et une population jeune ................. 24
Une population socio-économiquement défavorisée .................................................................................................. 25
Santé environnement en Guyane : état des lieux par thématique........................................................................... 31
Le défaut d’accès à l’eau potable ............................................................................................................................... 31
Protection de la ressource en eau .............................................................................................................................. 35
Qualité de l’eau potable.............................................................................................................................................. 37
Eaux des loisirs (baignades et piscines)..................................................................................................................... 40
Les maladies vectorielles ........................................................................................................................................... 43
Contrôle sanitaire aux frontières................................................................................................................................. 50
Lutte contre l’habitat indigne....................................................................................................................................... 51
Impact liés aux activités humaines présentes et futures............................................................................................. 52
Mercure en Guyane.................................................................................................................................................... 53
Exposition au plomb, risque de saturnisme ................................................................................................................ 55
Légionelles, amiante, déchets d’activité de soins à risque infectieux dans les établissements recevant du public
(ERP).......................................................................................................................................................................... 55
Déchets d’activités de soins à risques infectieux dans le secteur diffus ..................................................................... 56
Qualité de l’air extérieur.............................................................................................................................................. 57
Qualité de l’air intérieur............................................................................................................................................... 57
Prévention des intoxications à l’oxyde de carbone..................................................................................................... 58
Prévention des risques auditifs................................................................................................................................... 58
Prévention du risque radon ........................................................................................................................................ 58
Sécurité sanitaire des aliments................................................................................................................................... 59
Rayonnements non ionisants ..................................................................................................................................... 59
La question des déchets en Guyane .......................................................................................................................... 60
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 8 sur 132
Page 8 sur 186
Santé et travail ........................................................................................................................................................... 61
La question du transport fluvial en Guyane ................................................................................................................ 62
2.
Un PRSE : pourquoi et comment ? ..................................................................................... 64
Le contexte institutionnel ........................................................................................................................................... 65
Les bases de travail régionales ayant guidé l’élaboration du 2ème PRSE............................................................. 65
Le PNSE 2009-2013 en bref : 58 actions nationales .................................................................................................. 65
Les enseignements tirés du 1er PRSE....................................................................................................................... 67
La démarche d’élaboration du PRSE2 ....................................................................................................................... 71
Les instances mises en place..................................................................................................................................... 71
Le travail au comité de pilotage, en atelier et au GRSE ............................................................................................. 73
Consultation sur le projet de PRSE2 .......................................................................................................................... 78
3.
Le programme d’actions du PRSE2 de Guyane ................................................................ 82
Résumé du programme d’actions et des objectifs du PRSE ................................................................................... 83
Résumé des axes des actions proposées .................................................................................................................. 83
Détail du programme d’actions du PRSE de Guyane ............................................................................................... 86
L’accès à l’eau potable et la protection des contaminations environnementales liées à l’eau.................................... 86
Impacts sur la santé des substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols dont le mercure, les pesticides, les
phytosanitaires et autres ............................................................................................................................................ 87
« Maladies vectorielles » : prévention, lutte contre les vecteurs, actions communautaires ........................................ 88
Protéger la santé et l’environnement des enfants et des personnes vulnérables du fait de leur état de santé........... 89
Réduire les substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols (dont sites et sols pollués et déchets) .......................... 90
Santé-environnement au travail.................................................................................................................................. 92
Aménagement du territoire et qualité de vie, modes de transports doux.................................................................... 93
Habitat indigne et insalubre ........................................................................................................................................ 94
Habitat indigne et insalubre ........................................................................................................................................ 94
La thématique transversale de l’éducation et la promotion de la santé en santé environnement : éducation,
formation, communication .......................................................................................................................................... 96
Les actions non retenues dans le programme du PRSE2 de Guyane à la date du 1er décembre 2011.............. 100
4.
5.
L’articulation du PRSE avec les autres plans et documents stratégiques régionaux. 102
Modalités de mise en œuvre et de suivi du second PRSE ............................................. 105
Les différentes instances.......................................................................................................................................... 106
Instances chargées de la mise en œuvre................................................................................................................. 106
Instances chargées du suivi ..................................................................................................................................... 106
Instance chargée de l’évaluation .............................................................................................................................. 106
Aspects de mutualisation et de coordination avec les autres régions ...................................................................... 107
Les indicateurs de suivi ............................................................................................................................................ 108
Typologie des indicateurs......................................................................................................................................... 108
Indicateurs généraux ................................................................................................................................................ 109
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 9 sur 132
Page 9 sur 186
Les moyens pour le programme d’action du PRSE2 de Guyane .......................................................................... 112
Les actions déjà financées ....................................................................................................................................... 112
Les moyens encore à mobiliser pour le PRSE2 de Guyane : 1 389 000 € ............................................................... 113
La communication sur le PRSE................................................................................................................................ 115
Internet ..................................................................................................................................................................... 115
Les autres formes de communication....................................................................................................................... 115
6.
Annexes............................................................................................................................... 116
Annexe 1 - Les fiches actions du PNSE 2................................................................................................................ 117
Annexe 2 - Les actions du PRSE I en Guyane......................................................................................................... 119
Annexe 3 - Les réalisations découlant du PRSE I................................................................................................... 120
Annexe 4 – Composition du groupe régional santé environnement (GRSE) ....................................................... 121
Annexe 5 – Composition du comité de pilotage restreint ...................................................................................... 122
Annexe 6 – Composition des ateliers ...................................................................................................................... 122
Annexe 7 – Glossaire................................................................................................................................................. 124
Annexe 8 – Arrêté préfectoral d’approbation .......................................................................................................... 127
Annexe 9 – Projet de programme d’action du PRSE2 de Guyane ......................................................................... 130
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 10 sur 132
Page 10 sur 186
1. Santé environnement en Guyane
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 11 sur 132
Page 11 sur 186
Définitions et enjeux de santé publique
Définitions
Selon la définition proposée par le bureau européen de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), « la
santé environnementale, comprend les aspects de la santé humaine, y compris la qualité de la vie, qui sont
déterminés par les facteurs physiques, chimiques, biologiques, sociaux, psychosociaux et esthétiques de
notre environnement. Elle concerne également la politique et les pratiques de gestion, de résorption, de
contrôle et de prévention des facteurs environnementaux susceptibles d’affecter la santé des générations
actuelles et futures ».
La Commission d’orientation du plan national santé environnement dans son rapport de février 2004 a
retenu la notion d’environnement comme « milieux de vie », qui peuvent être domestiques, naturels ou
professionnels. L’approche courante écarte de la catégorie environnementale qui relève de l’exposition
volontaire et du comportement individuel, en revanche, elle inclut des thèmes tels que la prévention des
risques liés à l’écoute de la musique amplifiée, l’activité physique ou encore la nutrition.
Les enjeux de santé publique
L’article L.1411-1 du code de la santé publique indique que la politique de santé publique
concerne notamment « [...] l’identification et la réduction des risques éventuels pour la santé liés à des
facteurs d’environnement et des conditions de travail, de transport, d’alimentation ou de consommation de
produits ou de services susceptibles de l’altérer […] ».
Les caractéristiques de l’environnement des individus et groupes de population influent sur les
comportements et les perceptions, ainsi que sur les niveaux d’exposition aux substances et situations
dommageables pour la santé. L’environnement est, dans ce sens, un des déterminants de la santé des
populations (les autres concernant les aspects génétiques, les facteurs comportementaux et l’accès aux
soins).
Les principales origines des pathologies observées liées aux impacts des facteurs
environnementaux
L’exposition directe à des organismes microbiologiques ou à des agents pathogènes comme les
bactéries, les parasites, les virus : ces microorganismes sont responsables de grandes maladies
infectieuses telles que légionelloses, salmonelloses, typhoïdes, hépatites, gastroentérites, parasitoses, toxiinfections collectives alimentaires, choléra …
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 12 sur 132
Page 12 sur 186
L’exposition directe à des substances chimiques (minérales et organiques) ou des particules
diverses : Les pathologies en découlant sont de plus en plus nombreuses, augmentant parallèlement au
processus de développement économique et industriel. Ces substances ou particules concernent l’ensemble
des polluants atmosphériques, les métaux ou métalloïdes comme le plomb ou l’arsenic, les rayonnements
ionisants, l’amiante, les pesticides et autres molécules de synthèse,... Les principaux types de pathologie en
découlant sont :
•
Les cancers, pathologies régulièrement associées à des facteurs environnementaux. Divers travaux
d’expertise collective situent la part des cancers d’origine environnementale entre 10 à 30 % de
l’ensemble ;
•
Les intoxications telles que le saturnisme et les intoxications au monoxyde de carbone ;
•
Les maladies induites comme l’asthme, les pathologies respiratoires et cardiovasculaires.
L’exposition précoce (in utero) à certains produits chimiques, notamment aux perturbateurs endocriniens,
peut avoir une incidence sur le déclenchement de pathologies chroniques comme le diabète et être à
l’origine de malformations congénitales.
L’exposition indirecte à des agents pathogènes par divers vecteurs : Ces agents sont responsables de
maladies vectorielles ou de zoonoses comme la dengue, le chikungunya, le paludisme, la leptospirose.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 13 sur 132
Page 13 sur 186
Les grands enjeux en santé environnement en Guyane
Le Plan Stratégique Régional de Santé du Projet Régional de Santé de Guyane 2011 – 2015 présente déjà
les grands enjeux en santé environnement en Guyane. Les enjeux sont présentés ici avec plus de détails et
dans l’ordre d’importance donnée lors de la consultation sur le PRSE.
Le défaut d’accès à l’eau persistant en Guyane et les maladies entériques récurrentes
En Guyane plus de 15% de la population n’a pas accès à une eau potable1, y compris dans les
agglomérations urbaines telle que Cayenne où de telles situations perdurent avec la croissance
démographique, dont l’expansion des zones d’habitats spontanés est un corollaire.
Ces carences constituent un enjeu important de santé publique compte tenu des risques de maladies
entériques induits. En effet, pour pallier au défaut de raccordement à l’eau potable, la population
s'approvisionne en eau au moyen d'eau de pluie, de puits, de crique et dans le cas le plus défavorable en
eau superficielle (fleuve). Ces ressources sont très vulnérables face aux pollutions environnementales et
anthropiques (multi usages de l'eau du fleuve: toilette, bain, vaisselles...) et sont souvent vecteurs de
maladies et parfois même d'épidémies.
La Guyane a été touchée ces quinze dernières années par 13 épidémies de typhoïde et 96 cas de malades
déclarés lors de ces épidémies. En territoires isolés, les données recueillies par le système de surveillance
syndromique des centres délocalisés de prévention et de soins attestent de l’impact, notamment chez les
enfants, de ce problème : au cours des 2 dernières années, 1 389 cas de diarrhées ont été recensés, dont
575 chez les moins de 1 an. Il est déploré 1 à 2 décès par an d’enfant de moins de 3 ans.
Le contexte épidémique sud américain2, notamment en matière de choléra - l’épidémie survenue en Haïti en
2010 est la seconde que connaît la région en 20 ans – donne un relief particulier à l’accès non universel à
l’eau potable en Guyane, en faisant peser un risque de propagation régionale d’autant plus grand que les
flux migratoires continus, entrants et sortants, rendent difficile la mise en œuvre de mesures de contrôle
sanitaire aux frontières.
La question de l’eau dans les établissements scolaires : en Guyane, la prévalence du surpoids chez les
enfants de 7 à 10 ans serait autour de 19 %. Or dans un contexte de climat tropical en Guyane, les enfants
doivent boire beaucoup. Par mutation des habitudes alimentaires et du développement de l’industrie des
boissons sucrées, les enfants et leurs familles vont spontanément vers ces boissons servies dans des
1
Préfecture de Guyane. Plan Régional Santé Environnement de la Guyane. Rapport. 2007
D’après l’Organisation Panaméricaine de la Santé, l’épidémie de choléra apparue en octobre 2010 en Haïti (près de 300 000 victimes et 5000
décès estimés en mai) a entrainé des cas sporadiques importés dans divers pays de la zone Caraïbes dont le Venezuela.
2
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 14 sur 132
Page 14 sur 186
conditionnements qui les rassurent sur le plan hygiénique. L’appétence aux boissons sucrées
hypercaloriques, s’installe très rapidement, d’autant qu’elle peut être entretenue dans le cadre familial.
Pour la déclinaison en Outre-mer du Programme National Nutrition Santé-Plan Obésité (PNNS-PO), une
action prévoit en milieu scolaire de sensibiliser les enfants, et également les adultes qui les encadrent, à
l’intérêt physiologique de boire de l’eau sans limite de quantité, aux risques (santé bucco-dentaire,
obésité …) générés par l’introduction des boissons sucrées dès le jeune âge et par leur utilisation comme
boisson exclusive. Cette action de promotion de l’eau sera facilitée par la mise en place dans les
établissements scolaires de fontaines assurant le rafraîchissement de boisson dans de bonnes conditions
d’hygiène.
Les maladies vectorielles, des maladies anciennes et émergentes
La grande variété des vecteurs potentiels d’agents infectieux constitue une double menace pour la
population guyanaise :
•
la possible émergence d’épidémies de maladies éradiquées (fièvre jaune), géographiquement
éloignées (Chikungunya …) ou nouvelles et, donc, difficiles à identifier précocement ;
•
l’impact socio-économique potentiellement lourd des deux principales maladies vectorielles
rencontrées en Guyane : le paludisme (endémique), et la dengue (aux épidémies récurrentes).
Paludisme
L’endémie de paludisme, à Plasmodium Falciparum pour un tiers des cas (37% des cas confirmés en 2010)
et P. Vivax pour deux tiers, entraine plusieurs centaines d’hospitalisations chaque année et stagne alors
qu’elle est en phase de pré élimination au Suriname. De 2004 à 2009, l’incidence annuelle oscille entre 3000
et 4500 cas. La forte réduction observée récemment ne semble qu’apparente : depuis 2008, le nombre des
cas diagnostiqués au Suriname chez des sujets venant du territoire français – lieu présumé de l’infestation –
augmente, jusqu’à représenter l’essentiel des cas « surinamais ». Cette situation, concomitante du renfort
des opérations françaises de répression contre l’orpaillage clandestin, l’occupation clandestine du territoire
forestier apparait comme un facteur de persistance de foyers d’infestation palustre en Guyane, ce que
l’absence de programme de prévention à destination des populations de ces sites peut expliquer.
Dengue
Le virus de la dengue circule sur un mode endémo-épidémique en Guyane provoquant certaines années
des épidémies importantes à l’échelle du territoire, comme en 2006, 2009 ou 2010 où respectivement
15 700, 13 900 et 9 400 cas de syndromes cliniques évocateurs sont dénombrés. Le nombre de décès par
la dengue est faible. Le PSAGE adopté en 2010 est un élément fort de coordination des politiques publiques
de lutte contre la dengue.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 15 sur 132
Page 15 sur 186
L’éducation et la promotion de la santé en santé environnement à développer
La santé n’est pas seulement l’absence de maladie. Elle doit être perçue comme un moyen d’atteindre un
certain bien-être et une qualité de vie. Dès lors, il s’agit d’une notion subjective, tout comme la perception de
la qualité de l’environnement et des risques associés. Ceci démontre la nécessité d’élargir l’approche
institutionnelle basée sur la mesure physique, chimique, et biologique de l’environnement, pour intégrer les
aspects socio-environnementaux, et donc la nécessité de travailler en interdisciplinarité, avec les sciences
humaines et sociales.
Des spécificités sont à prendre en compte pour la Guyane en matière d’éducation et de promotion de la
Santé-environnement à développer :
•
Une diversité de populations guyanaises : par son histoire, la population guyanaise regroupe des
Amérindiens, les Noirs Marrons Bushinengués, les Créoles (Guyanais mais aussi Antillais), les
H’mongs, les métropolitains auxquels s’ajoutent diverses populations : Surinamais (15 %), Haïtiens
(10 %), Brésiliens (9 %), Guyaniens (2 %), Chinois (0,6 %), Libanais, Syriens, Dominicains,
Péruviens3, les Africains et les Russes… Cette diversité de population est retrouvée avec les
nombreuses langues de Guyane4: les différents créoles, 6 langues amérindiennes, les 3 langues
nengees Bushinenguées, le H'mong ainsi que les langues d'Amérique latine et le français. Des
monolinguismes peuvent être observés (amérindiens ou bushinengés) mais le plurilinguisme est
plus observé qu'en métropole5
•
Des situations de dégradation importante du milieu de vie déjà citées (population non raccordée au
réseau d'eau potable, logement « de fortune » ou encore résidences principales sans
assainissement, présence de gites larvaires 6) imposent des actions spécifiques.
3
ARS de Guyane, 2011, Projet Régional de Santé de Guyane 2011 – 2015, Partie I : Diagnostic Régional de Santé, www.ars.sante.fr, p 12
ALBY Sophie, LEGLISE Isabelle, 2007, Le paysage sociolinguistique de la Guyane, in Comprendre le Guyane aujourd’hui, sous la direction de Serge
MAM LAM FOUCK, ed ibis rouge, p 469
5
LAUNEY Michel, 2007, La situation linguistique de la Guyane et la question des langues régionales, in Comprendre le Guyane aujourd’hui, sous la
direction de Serge MAM LAM FOUCK, ed ibis rouge, p 481
4
6
Recensement Général de la population de 2008 dans les DOM
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 16 sur 132
Page 16 sur 186
Espaces sociaux-culturels le long du Maroni frontalier
Figure 1
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 17 sur 132
Page 17 sur 186
La pollution environnementale par le mercure et d’autres substances
La pollution mercurielle
L’impact sanitaire de la pollution environnementale par le mercure est un sujet de préoccupation depuis les
années quatre vingt dix. Les techniques d’orpaillage employées en Guyane érodent et lessivent les sols,
mobilisant le mercure minéral s’y trouvant naturellement en quantité, en moyenne 150gHg/kg7. Son dépôt
sédimentaire, puis sa méthylation, le commuent en une forme toxique absorbable par certains poissons
dans la chair desquels il s’accumule.
L’exposition alimentaire chronique des parturientes au second et troisième trimestres de grossesse peut
entrainer des altérations du développement neurologique de l’enfant à naitre (capacité de raisonnement et
d’organisation visuelle spatiale, coordination motrice fine)8. En revanche, les études épidémiologiques
menées dans les années 2000 au sein de ces populations exposées exonèrent cette pollution du risque de
malformations congénitales, dont la plus grande fréquence observée semble refléter un suivi insuffisant
(notamment échographique) des grossesses, conséquence d’un accès plus difficile aux soins.
Une toxicité chronique à de faibles doses des substances chimiques à prendre en compte
La toxicité chronique à de faibles doses dont les effets se manifestent généralement à long terme, et
dépendent de multiples facteurs d’exposition, qui peuvent interagir entre eux au travers de ce qu’on appelle
les « effets cocktails », plus difficile à mettre en évidence doit aussi être prise en compte en Guyane.
•
La présence de quelques sites « industriels » doit faire l'objet d'une attention particulière comme le
Centre Spatial Guyanais notamment.
•
Des utilisations de produits phytosanitaires non seulement parfois dans des conditions d'application
non conformes au mode d'emploi mais aussi par l'utilisation de produits quelquefois non autorisés
peuvent être à l'origine d'une exposition non seulement professionnelle mais aussi « familiale » ou
du consommateur final de l'aliment traité dans ces conditions.
•
L'exposition doit prendre en compte l'exposition professionnelle : l’intensité des effets est faible,
l’exposition est difficile à estimer rétrospectivement, les troubles apparaissent des années après
l’exposition. La principale difficulté est de quantifier la part qui lui est spécifiquement attribuable dans
les problèmes de santé observés : cancers, pathologies respiratoires, troubles de la reproduction …
Ainsi, par exemple, si globalement les études épidémiologiques rattachent un nombre important de
cancers à l’environnement, les fourchettes d’estimation varient fortement (5 à 20%, le chiffre de 20%
ayant été estimé par l’OMS en prenant en compte les expositions passives au tabac).
7
LAPPERCHE V., MAURY-BRECHET R., BLANCHARD F. et. al. Répartition régionale du mercure dans les sédiments et les poissons des six
fleuves de Guyane. Rapport. BRGM. RP-55965-FR
8
CARDOSO T., BLATEAU A., CHAUD P., et. al. Le mercure en Guyane française : synthèse des études d’imprégnation et d’impact sanitaires
menées de 1994 à 2005. BEH 2010;3:117-120
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 18 sur 132
Page 18 sur 186
Des risques avérés et potentiels liés à l’habitat et aux milieux de vie
Sur les 30 000 habitants de Guyane en habitat indigne, 80 % vivent dans des bidonvilles ou des zones
d’habitat spontané concentrant parfois plusieurs centaines de personnes. C'est à dire qu'environ 25 000
habitants de Guyane vivent aujourd'hui bien souvent sans électricité, sans eau, sans équipement sanitaire
(WC, douche ou baignoire) et sans assainissement. Habiter dans ces zones c'est aussi, bien souvent, vivre
dans des zones à risques naturels importants comme les risques d’inondations ou de glissements de terrain.
Les chiffres du Recensement Général de la population de 2008 dans les DOM illustrent les problématiques
liées aux milieux de vie sous l’angle de l’équipement de l’habitat :
•
En matière de logement, les résultats du recensement indiquent que le pourcentage de logements «
de fortune » en Guyane est de 4 % des résidences principales. Les communes de Maripasoula,
Papaïchton et Awala-Yalimapo atteignent des valeurs respectivement de 34 %, 20 % et 13 %.
•
Le pourcentage de résidences principales sans assainissement est de l’ordre de 17 % et celui des
résidences principales sans équipement sanitaire de l’ordre de 19 %.
Depuis 2009, 45 % des alertes sanitaires reçues à l’ARS sont d’origine environnementale
La Plateforme de Veille et de Gestion Sanitaire est chargée, au sein de l’ARS, d’analyser tous les
signalements concernant les risques liés aux activités de soins, aux produits consommés (alimentaires et de
santé) et aux milieux de vie (eau, air, sols) et de mettre les actions nécessaires en route.
Sur 157 signaux investigués sur ces 3 années, 71 sont d'origine environnementale. Les pathologies
digestives potentiellement liées à des défauts d'hygiène sont fréquentes (30/71) des TIAC ou des typhoïdes
qui sont alors particulièrement investiguées.
Les maladies vectorielles paludisme et dengue font l'objet d'une veille épidémiologique permanente mais
seuls les cas groupés sont suivis de gestion. Pour la dengue, la gestion est spécifique, en période inter
épidémique et en conformité avec le PSAGE, du fait de l'absence de survenue de nouveau sérotype, des
actions de communication et des interventions de terrain conduites par le Conseil Général.
L’analyse des alertes sanitaires liées à l’environnement fait émerger de nouveaux problèmes de santé
publique pour la Guyane tels que :
o
Des cas groupés de morsure de chauve souris avec un risque de rage humaine en forêt ou
communes isolées
o
Le risque fièvre Q, dont l'origine de contamination n'est toujours pas identifiée, avec des études de
cas groupés en cours
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 19 sur 132
Page 19 sur 186
o
Les intoxications par produits traditionnelles dont l'usage n'est pas maîtrisé : bita à Saint Laurent et
sur l'Approuage, mixture traditionnelle sur Camopi et intoxication à la pemba sur l'ouest guyanais
o
La survenue de maladies émergentes telles que l'Hantavirus lié à la présence d'un certain type de
rongeur et une antropozoonose (Streptoccocus Suis)
o
Des cas de saturnisme dans l'ouest Guyanais dont les causes ne sont pas encore déterminées
o
Le risque légionelle essentiellement en établissement de santé
Apports du Système d’information pour la surveillance des Maladies Infectieuses Prioritaires en
Guyane
Dans le domaine de la surveillance épidémiologique, la qualité tant des données utilisées que du recueil de l’information sont des
éléments fondamentaux déterminant le niveau de performance du dispositif pour la détection de tout phénomène représentant une
menace pour la santé publique.
Au cours des 30 dernières années, une attention particulière à été portée dans la plupart des pays développés, à la création et à
l’utilisation de systèmes informatisés dédiés à la surveillance épidémiologique de maladies infectieuses communément établies ou à
celle de maladies émergentes.
En Guyane, les risques sanitaires liés à l’environnement sont très différents de ceux observés en France métropolitaine, tant d’un
point de vue qualitatif, du fait d’un milieu tropical et de la présence de micro-organismes présents sur le territoire que quantitatif, le poids
de ces pathologies en termes de morbidité et de mortalité étant très supérieur à celui observé en métropole.
En particulier, le paludisme et la dengue sont depuis de nombreuses années des problèmes de santé publique majeurs dans la
région de l’Amérique Centrale et de l’Amérique du Sud. Les difficultés d’accès à l’eau potable pour une partie non négligeable de la
population font également des maladies entériques un problème majeur de santé. Enfin d’autres pathologies infectieuses dont la
fréquence de survenue est notablement supérieure à celle existant en métropole, ou la gravité plus importante, ou l’épidémiologie
spécifique (typhoïde, maladie de Chagas, infections à hantavirus…), nécessitent une attention particulière visant à limiter le poids de
ces pathologies dans le département.
Cette réflexion initiée depuis plusieurs années, avait déjà conduit, en 2000, un groupe d’expert à définir et à hiérarchiser, de
manière consensuelle avec les professionnels de santé impliqués dans le diagnostic, la prise en charge thérapeutique, le contrôle et la
prévention des risques sanitaires, un certain nombre de maladies infectieuses prioritaires. Il était ainsi admis qu’il était nécessaire de
mettre en place ou de renforcer le dispositif local de surveillance et de contrôle de telles maladies, de façon complémentaire au
système de Maladies à Déclaration Obligatoire lorsque ce dernier existait.
Plusieurs avancées ont été menées depuis dans le domaine de la surveillance relative aux maladies infectieuses prioritaires en
Guyane et en 2008, la Cellule de l’Institut de veille sanitaire en Régions Antilles-Guyane (Cire AG) chargée de la coordination de la
surveillance épidémiologique en Guyane a initié l’élaboration d’un système d’Information dédié à la Surveillance des Maladies
Infectieuses Prioritaires en Guyane (SISMIP).
La mise en production de ce dispositif, fin 2012- début 2013, permettra de structurer, d’homogénéiser et de centraliser toutes les
bases d’informations relatives aux différentes sources de données relatives aux maladies infectieuses prioritaires en Guyane (réseau de
médecins généralistes, centres hospitaliers, laboratoires d’analyses biologiques médicales, centres délocalisés de prévention et de
soins, forces armées de Guyane, département de démoustication et actions sanitaires,…). L’intégration de toutes ces informations au
sein de cet outil partagé entre les différents acteurs de la surveillance et de l’alerte sanitaire en Guyane, permettra de façon
incontestable de renforcer les capacités de détection et de réponse visant à contrôler et à limiter la propagation des maladies
prioritaires en Guyane. A plus long terme, il sera possible d‘intégrer des sources de données complémentaires, notamment dans le
domaine environnemental (qualités de l’air, météorologie, occupation du sol, indice de végétation, …) et de développer des travaux
dans le domaine de la modélisation, de la détection et de la prévision de phénomènes épidémiques et/ou d’évènements inhabituels afin
de renforcer les capacités d’interprétation et de prévision des maladies infectieuses prioritaires en Guyane.
Claude FLAMAND, Cellule de l’InVS en Régions Antilles-Guyane, Cayenne, Guyane Française
Un enjeu transversal majeur : les inégalités dans le domaine santé
environnement en Guyane
La réduction des inégalités
Les inégalités sociales de santé traversent l’ensemble de la population française en un gradient continu qui
suit la hiérarchie sociale pour un très grand nombre de maladies. Elles se traduisent notamment par une
différence d’espérance de vie de sept ans entre les ouvriers et les cadres supérieurs. Les inégalités, avec
l’enchaînement et l’accumulation de leurs différents déterminants (socio-économiques, comportementaux,
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 20 sur 132
Page 20 sur 186
liés au système de soins, inégalités devant l’environnement…), sont l’un des grands enjeux de santé
publique dans les années à venir.
Des acteurs et des dispositifs peuvent être mobilisés sur ces questions :
•
Les Ateliers santé ville (ASV) pour répondre à l’évolution des besoins en santé et la nécessité de
réduire les inégalités sociales et territoriales d’accès à la santé et aux soins ont contribué à placer la
santé au cœur du débat politique local.
•
Les Contrats Locaux de Santé (CLS), une mesure innovante de la loi HPST du 21 juillet 2009 est
l’instrument de la consolidation du partenariat local sur les questions de santé, notamment en
matière de Promotion de la santé et prévention, dont les problématiques de santé environnement.
•
Les Agendas 21 locaux et leurs 5 finalités pour des projets territoriaux de développement durable
selon le cadre de référence national :
o
Lutte contre le changement climatique et protection de l’atmosphère
o
Préservation de la biodiversité, protection des milieux et des ressources
o
Epanouissement de tous les êtres humains
o
Cohésion sociale et solidarité entre territoires et générations
o
Dynamique de développement suivant des modes de consommation et de production
responsables.
Le Plan National Santé Environnement 2009-2013 souligne que les inégalités de santé liées à
l’environnement peuvent être approchées de différentes manières. Parmi elles, on peut citer l’approche
sanitaire, ou l’approche par la pathologie, et l’approche populationnelle, approche privilégiant davantage les
populations les plus vulnérables au regard des pathologies liées à l’environnement (enfants, personnes
âgées, personnes ayant déjà eu des épisodes de maladies les ayant affaiblis et/ou liés à l’environnement,
population habitant dans des zones à risque environnemental pour la santé, etc.).
Quelque soit l’approche utilisée, sanitaire ou populationnelle, les données existantes (Estimations de
population, RGP, études de l’Insee, travaux de la CIRE, de l’ORSG en particulier) montrent que la Guyane
accuse un retard par rapport à l’ensemble de la France, et que ce retard est souvent répercuté à l’échelle
infrarégionale, opposant globalement des communes/territoires isolés, longeant les deux fleuves principaux
(Maroni et Oyapock) à des communes, situées sur le littoral.
Inégalités de santé : l’exemple des épidémies de typhoïde en Guyane
Les études déjà menées ou en cours montrent l’existence d’inégalités de santé entre la Guyane et les autres
régions, inégalités qui se répercutent également à l’échelle infrarégionale.
La fièvre typhoïde et paratyphoïde, pathologie liée aux mauvaises conditions d’accès à l’eau courante, a une
incidence plus élevée en Guyane que dans les autres régions (cf figure n°2). A l’échelle infrarégionale, les
données de cas groupés de typhoïde depuis 1995 montrent que l’incidence de cette pathologie est
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 21 sur 132
Page 21 sur 186
inégalement répartie sur le territoire, touchant davantage les communes des fleuves, notamment celle du
Maroni (cf figure n°3).
Figure 2
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 22 sur 132
Page 22 sur 186
Figure 3
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 23 sur 132
Page 23 sur 186
Une population guyanaise vulnérable par une forte croissance démographique et une
population jeune
Avec un taux de variation de la population de 2,8% en moyenne par an sur la période 1999 - 2009, la
Guyane dépasse largement les autres régions françaises en matière de croissance démographique,
conjuguant un solde naturel et un solde des entrées et des sorties élevés (respectivement 1,9 et 0,9).
Cette forte croissance démographique n’est pas répartie de façon analogue sur l’ensemble du territoire
guyanais, et varie, selon les communes, d’environ – 1% à plus de 7% en moyenne par an sur la période
1999-2008 (cf figure n°4).
Figure 4
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 24 sur 132
Page 24 sur 186
Par ailleurs la part des personnes de moins de 15 ans représente plus d’un tiers de la population en Guyane
alors que sur l’ensemble de la France, sa part s’élève à moins de 19%. Aucune commune guyanaise
n’échappe à ce constat puisque dans la plupart des communes également, la part de cette tranche d’âge
avoisine ou dépasse 30%.
Une population socio-économiquement défavorisée
Les différentes catégories de revenus, la répartition des foyers fiscaux par tranche
Le Rapport annuel 2010 de l’Institut d’émission des départements d’Outre-mer précise à sa page 36 qu’
« En 2009, la répartition par tranche de revenus des foyers guyanais est voisine de celle des autres DOM,
mais très dissemblable de celle affichée au niveau national. Plus de la moitié des foyers fiscaux disposent
d’un revenu inférieur à 9 400 € contre seulement 24,9% en métropole. »
Le graphique de la figure 5 illustre cette question : en Guyane, la proportion de foyer fiscaux avec un revenu
fiscal de moins de 9 400 €/an est plus du double par rapport à celle de Métropole en 2009.
Figure 5
Répartition des catégories socioprofessionnelles en France et en Guyane
La comparaison de la répartition des catégories socioprofessionnelles en France et en Guyane montre que
l’inactivité est très forte en Guyane comparée à l’ensemble de la France (cf figure n°6). Ces inégalités socioprofessionnelles se répercutent à l’échelle guyanaise, opposant le littoral plus urbanisé où les taux de
personne sans activité professionnelle varient entre 30 et 45% selon la commune, et les communes isolées
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 25 sur 132
Page 25 sur 186
de l’est et de l’ouest guyanais où les taux de personnes sans profession sont les plus élevés, tous
supérieurs à 50% et pouvant atteindre dans certaines communes environ 85% de la population de plus de
15 ans (cf figure n°7).
Figure 6
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 26 sur 132
Page 26 sur 186
Figure 7
Cette pression démographique, conjuguée à des populations socio-économiquement vulnérables, n’est pas
sans impact sur l’habitat. Les travaux de l’Insee montrent que la part des logements sans eau courante et/ou
sans assainissement et/ou sans installation sanitaire dépasse dans certaines communes 80%. Là encore,
l’étude de la répartition spatiale de ces indicateurs révèle de fortes inégalités entre les communes du littoral,
moins touchées par le phénomène de l’insalubrité, et les communes isolées et situées sur le littoral de
l’Oyapock ou du Maroni (cf. figure 8).
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 27 sur 132
Page 27 sur 186
Figure 8
Précisions sur l’exploitation des données de l’Insee9
9
Carte « logement sans eau courante » :
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 28 sur 132
Page 28 sur 186
La « Disponibilité en eau et électricité (DOM) » a été utilisée : En référence à l'existence d'un point d'eau potable à l'intérieur du logement et à l'équipement électrique d'au moins une
pièce, les logements sont répartis selon les caractéristiques suivantes :
- eau froide seulement, électricité dans le logement ;
- eau froide seulement, pas d'électricité dans le logement ;
- eau chaude, électricité dans le logement ;
- eau chaude, pas d'électricité dans le logement ;
- aucun point d'eau, électricité dans le logement ;
- aucun point d'eau, pas d'électricité dans le logement.
Pour la carte « logement sans eau courante », ces deux dernières catégories ont été cumulées.
Carte « logement sans installations sanitaire ». Les données « Installations sanitaires (DOM) » ont été utilisée :
Les logements sont répartis selon qu'ils disposent ou non :
- de WC situés à l'intérieur ;
- d'une baignoire ou d'une douche installée dans le logement et à la disposition exclusive de ses occupants.
Carte « logement sans assainissement » : Les données « Mode d'évacuation des eaux usées (DOM) » ont été utilisées.
Les catégories du mode d'évacuation des eaux usées sont les suivantes :
- raccordement au réseau d'égouts ;
- raccordement à une fosse septique ;
- raccordement à un puisard ;
- évacuation des eaux usées à même le sol.
Le raccordement au réseau d'égouts ou "tout-à-l'égout" est une évacuation des eaux usées par canalisation branchée sur un égout. Les écoulements à ciel ouvert ne rentrent pas
dans cette catégorie. De même, dans le cas de puisard ou fosse septique, il n'y a pas "tout-à-l'égout".
Pour la carte « logement sans eau assainissement », les deux dernières catégories ont été cumulées.
Remarque générale quant à l’utilisation des données de l’Insee du Recensement Général de la Population : « Les effectifs supérieurs à 500 peuvent normalement être utilisés en
toute confiance. Les effectifs inférieurs à 200, et particulièrement ceux inférieurs à 50, doivent être maniés avec précaution car ils peuvent ne pas être significatifs. De ce fait, les
comparaisons entre territoires de petites tailles sont à proscrire. Pour des zones de moins de 2 000 habitants, il est recommandé de ne pas utiliser les données issues de
l'exploitation complémentaire. » Cette limite à l'exploitation des données est importante : sur 22 communes, 1 commune compte moins de 50 logements, 3 communes moins de 200
et 6 moins de 500 logements.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 29 sur 132
Page 29 sur 186
Inégalités environnementales liées à l’isolement/l’éloignement
Sur les 22 communes, 8 sont proches de Cayenne par la route, 7 sont accessibles après 2 à 4 heures de
voiture, parfois tout terrain ; quant aux 7 dernières communes, elles ne sont accessibles que par voie
aérienne (avion ou hélicoptère) ou plusieurs jours de pirogue à moteur (obligatoire pour les hameaux isolés),
cf. figure 9.
Figure 9
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 30 sur 132
Page 30 sur 186
Santé environnement en Guyane : état des lieux par thématique
Classiquement une trentaine de thématiques sont définies par le Ministère de la Santé comme faisant partie
du domaine santé environnement. Les thèmes concernent tous les risques, tant biologiques que physiques,
d'origine anthropique ou naturelle, au cours des activités domestiques, de travail ou de loisir. Il couvre
notamment et de façon traditionnelle le logement et les autres environnements clos, certaines activités
industrielles et de soins (déchets à risques infectieux), l'accès à une eau conforme pour l’ensemble des
usages (eau du robinet, eaux conditionnées, eaux usées, eaux de loisirs …), à des aliments sains, à un air
extérieur et intérieur de bonne qualité, mais aussi des sujets nouveaux et émergents, qui sont liés à certains
produits chimiques reprotoxiques ou perturbateurs du système endocrinien, aux effets de la réutilisation des
eaux usées traitées, aux ondes électromagnétiques, aux nanoparticules, au changement climatique. Parmi
ces thématiques seules certaines sont prioritaires en Guyane.
Le défaut d’accès à l’eau potable
En Guyane, l’accès à l’eau potable est très inégal sur le territoire. Au total environ 15 % de la population de
Guyane ne dispose pas d'un accès à l'eau potable. Ainsi une partie de la population utilise de l’eau non
potable pour des usages domestiques tels que la boisson, la cuisine ou encore l’hygiène corporelle. En plus
du nombre importants d’épidémies de typhoïdes depuis 15 ans déjà cité il faut indiquer que la dernière à
Maripasoula en 2010 comportait 11 cas avec un décès.
Les chiffres du Recensement Général de la population de 2008 dans les DOM illustrent les problématiques :
le département connaît une nombreuse population non raccordée au réseau d'eau potable de l’ordre de 13
% des résidences principales avec des variations importantes entre les communes.
L’utilisation d’eau non potable pour des
Accès à l’eau potable et situations sanitaires
(OMS)
usages domestiques présente des risques
sanitaires. En effet, l'eau est vectrice de
Accès à l’eau possible
Distance
Possibilité de réponse
au besoin
Niveau de
préoccupation
sanitaire
Moins de 5 L/pers/jour*
1000 m
30 minutes
-
Situation très
critique
Base :
Entre 5 et 20 L/pers/jour*
de 100 et 1000 m
de 5 et 30 minutes
. Consommation d’eau potable
possible
. Hygiène de base difficile
Situation
critique
Intermédiaire :
Environ 50 L/pers/jour*
moins de 100 m
moins de 5 minutes
. Consommation d’eau potable
assurée
. Hygiène de base possible
Situation
moyenne
Optimal :
Environ 100 L/pers/jour*
Plusieurs robinets
alimentés
Optimale
Favorable
nombreux parasites, bactéries ou virus qui
sont à l’origine de maladies hydriques telles
que
la
typhoïde
ou
encore
des
gastroentérites aigues. Les populations les
plus exposées sont notamment les enfants
et les nourrissons mais également toutes
les personnes présentant des fragilités
immunitaires même ponctuelles.
*L/pers/jour : litre par personne et par jour
Prüss-Üstün A, Bos R, Gore F, Bartram J. Safer water, better health: costs, benefits and sustainability of interventions to protect and promote health.
World Health Organization, Geneva, 2008, p 22
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 31 sur 132
Page 31 sur 186
La production et la distribution d'eau potable relèvent de la responsabilité des communes. Les compétences
des communes dans la gestion de l'eau sont progressivement étendues notamment à partir de la loi du 3
janvier 1992. Elles concernent principalement l'approvisionnement et la distribution en eau potable et
l'assainissement.
L’ensemble du littoral est desservi par des réseaux d’eau publics qui délivrent une eau de bonne qualité aux
populations raccordées. En revanche, certains quartiers dits « d’habitat spontané » de villes telles que
Cayenne, Rémire-Montjoly, Matoury, Saint Georges-de-l’Oyapock ou encore Saint-Laurent-du-Maroni ne
sont pas raccordées au réseau. Les populations sont contraintes de s’organiser pour assurer leur
alimentation en eau par des puits ou grâce à la récupération d’eau de pluie ; au pire, de puiser l’eau de
rivière pour leurs besoins domestiques. Des analyses bactériologiques réalisées sur les eaux ainsi
collectées conduisent généralement à les qualifier d’impropres à la consommation humaine.
Les bourgs des communes isolées de l’intérieur bénéficient d’unités de traitement adaptées à leur besoin.
L’eau distribuée est généralement de bonne qualité mais les réseaux ne permettent pas toujours d’alimenter
individuellement chaque habitation.
Configurations techniques minimales des accès à l’eau publics
(OMS et Afrique du Sud) :
o
o
o
o
o
o
o
A moins de 200 m des habitations
Un point d’eau public pour 25 maisons ou 100 habitants
Un débit minimum de 10 L/min
Une pression minimale de 0,9 bar (9 mètres)
Le robinet préféré au bouton poussoir
Une hauteur de robinet prenant en compte les tailles des récipients
Une permanence fonctionnement : 98 % du temps (moins de 7 jours sur
une année)
Public standpipe design and maintenance for rural South Africa , J Haarhoff and L Rietveld, JOURNAL OF THE
SOUTH AFRICAN INSTITUTION OF CIVIL ENGINEERING, Vol 51 No 1, 2009, Pages 6–14, Paper 687, et
données OMS
Les villages isolés possédant une
école sont équipés d’un système de
production d’eau potable. Cependant,
certains villages isolés ou familles
isolées,
notamment
dans
les
campous sur les fleuves Maroni et
Oyapock,
ne
bénéficient
d’aucun
accès au réseau public et la situation
ne permet pas toujours d’en prévoir
un. Leurs habitants ont recours à l’eau du fleuve ou la récupération de l’eau de pluie pour satisfaire leurs
besoins domestiques.
L’installation de forages équipés de pompes à motricité humaine et de système de récupération d’eau de
pluie, encouragée par le Conseil Supérieur d’Hygiène Publique de France, représente une alternative
intéressante en termes d’alimentation en eau des populations isolées.
Dans certains quartiers d’habitat spontané ne bénéficiant pas de raccordement au réseau d’eau potable, 19
bornes fontaines monétiques ont été installées ces dernières années par les collectivités pour pallier à ce
défaut d’accès. De nouveaux projets sont actuellement en cours pour implanter de nouvelles bornes.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 32 sur 132
Page 32 sur 186
La répartition géographique des accès à l’eau potable par des bornes fontaines et des pompes à motricité
humaine est présentée figure 10.
Equipements pour l’accès à l’eau eau en Guyane en 2011
Commune
Apatou
Awala-Yalimapo
Camopi
Cayenne
Grand-Santi
Iracoubo
Kourou
Macouria
Mana
Maripasoula
Matoury
Montsinéry-Tonnegrande
Ouanary
Papaïchton
Régina
Remire-Montjoly
Roura
Saint-Élie
Saint-Georges
Saint-Laurent-du-Maroni
Saül
Sinnamary
Total :
Bornes fontaines Pompes à motricité
à carte
humaine
8
8
Eau potable, équipements, hygiène :
les bénéfices des interventions pour protéger la santé (OMS)
Interventions
Réduction des
fréquences
de diarrhées
Hygiène
37 %
Equipement sanitaire
32 %
Accès à l’eau
25 %
Qualité de l’eau
31 %
Multiples
33 %
7
1
5
4
1
1
6
7
19
Données ARS de Guyane, SCOMPSE, 2011
29
48
56 %
Prüss-Üstün A, Bos R, Gore F, Bartram J. Safer water, better health: costs, benefits and
sustainability of interventions to protect and promote health. World Health Organization,
Geneva, 2008, p 21
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 33 sur 132
Page 33 sur 186
Figure 10
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 34 sur 132
Page 34 sur 186
Protection de la ressource en eau
Les ressources en eau
D’apparence abondante, l’eau douce disponible sur le territoire guyanais est une ressource présentant de
nombreuses limites à sa potabilisation.
Les eaux de surface
Les eaux de surface, celles des fleuves, sont relativement vulnérables dans les zones les plus peuplées.
Elles sont exposées aux pollutions liées aux activités humaines et économiques. D’autre part, elles
subissent l’influence des marées jusqu’à plusieurs dizaines de kilomètres dans l’intérieur des terres. En
Guyane, la population guyanaise est plus dense le long du littoral. Exploiter cette ressource nécessite alors
d’importants efforts financiers et techniques pour en assurer la distribution.
Par exemple, l’usine de potabilisation de l’eau du fleuve La Comté a connu ces dernières années, avec la
combinaison d’évènements climatiques exceptionnels et défavorables, des difficultés au niveau de la filière
d’exploitation de cette ressource. Cette situation a été crainte notamment lors de la sécheresse 2009 où la
remontée du biseau salin dans les fleuves guyanais avait menacé plusieurs captages importants du
département. Des dispositions avaient alors été prises afin d’alimenter en eau la population à partir de
bâches d’eau potable disposées en plusieurs points de la ville de Cayenne et de Saint-Laurent-du-Maroni
mais qui aurait nécessité une logistique importante et ne pouvait que pallier temporairement à la pollution
des captages par le sel. Il s’agissait d’un cas particulier où le périmètre de protection n’était d’aucune utilité.
Toutefois, on peut imaginer facilement les possibles conséquences d’une pollution massive du captage de la
Comté qui alimente l’île de Cayenne (par exemple déversement d’un camion d’hydrocarbures sur le pont de
la Comté…etc). La Guyane dispose d’un plan de secours en eau potable destiné à faire face à ce type de
situations critiques.
Ces évènements doivent conduire les pouvoirs publics à repenser la dépendance à une unique ressource et
imaginer des solutions de diversification afin de sécuriser la distribution d’eau potable à une population en
très forte croissance.
Les eaux souterraines
L’alternative à la ressource de surface est alors l’eau souterraine. La connaissance du fonctionnement des
aquifères par le biais d’études et de campagnes de prospection hydrogéologique permet, la plupart du
temps, de répondre aux attentes des petits bourgs et de l’habitat dispersé en Guyane.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 35 sur 132
Page 35 sur 186
Ces nappes sont peu sensibles aux variations saisonnières et leur atout essentiel réside dans sa qualité. En
théorie, elles sont présentes sur tout le territoire faisant de cette ressource, une ressource de proximité non
pénalisée par la distance séparant production et consommation.
Mais malgré une réalimentation des aquifères par les précipitations considérables, la disponibilité est
localement restreinte par une géologie complexe défavorable à la formation des « grands aquifères ». Ainsi
les débits exploitables offerts par le sous-sol guyanais paraissent souvent bien faibles au regard de ceux
prélevables dans les grands fleuves.
Ainsi en Guyane, les communes du littoral sont principalement alimentées par une eau d’origine superficielle
et les communes isolées ayant une population moins importante, sont équipées de forages lorsque la
géologie le permet.
Les périmètres de protection des captages
La protection de la ressource en eau est une priorité pour la production d'eau potable. Contre les pollutions
locales, ponctuelles et accidentelles, la réglementation instaure ainsi des périmètres de protection autour
des captages d'eau.
Déterminés par déclaration d'utilité publique (DUP), des périmètres de protection sont instaurés autour des
captages, après une procédure administrative. La protection d'un captage se compose en fait de deux ou
trois périmètres, déterminés selon les risques de pollution et la vulnérabilité du captage. Les interdictions,
prescriptions et recommandations sont proposées en conséquence.
•
un périmètre de protection immédiate autour du point de prélèvement, dont les terrains sont à
acquérir en pleine propriété et où aucune activité, hors celles pour la production d’eau potable, n’est
autorisée.
•
un périmètre de protection rapprochée à l'intérieur duquel peuvent être interdites ou réglementées
toutes activités ou installations portant atteinte directement ou non à la qualité des eaux
•
si la situation le nécessite, un périmètre de protection éloignée, où la réglementation générale est
applicable.
Plusieurs étapes composent la procédure de protection d'un captage :
•
délibération de la collectivité
•
présentation d’un projet avec un rapport descriptif
•
avis de l'hydrogéologue agréé
•
enquête publique et administrative
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 36 sur 132
Page 36 sur 186
•
avis du Conseil départemental de l'environnement et des risques sanitaires et technologiques
(Coderst)
•
arrêté préfectoral de Déclaration d'utilité publique (DUP)
L'objectif premier des périmètres de protection est de lutter contre les pollutions locales, diffuses, ponctuelles
et accidentelles. En l’absence de ressources de substitution et de filière de traitement adaptée au traitement
du polluant, la pollution d’un captage peut priver temporairement la population d’eau potable
La protection de la ressource en eau est l’une des étapes majeures afin que soit délivrée à la population une
eau conforme aux limites réglementaires et indemne de pesticides, hydrocarbures et autres substances
chimiques toxiques en prenant en compte tous les risques de pollutions.
Procédure de déclaration d’utilité publique des périmètres de protection encadrée par la réglementation :
code de la santé publique (art R1321-7 et suivants)
Seulement 31% des 110 captages de Guyane disposent actuellement d’une déclaration d’utilité publique de
leurs périmètres de protection. Toutefois cette protection concerne 97% des volumes d’eau et des habitants,
la majeure partie de la population étant alimentée par des ressources d’eau de surface protégées.
La contrainte principale reste la longueur de la procédure et les effectifs à engager sur ces dossiers. Le coût
de la procédure reste également une contrainte pour les petites ressources comme les pompes à bras, la
procédure d’instauration des périmètres de protection étant la même pour ces ressources que pour celles de
plusieurs dizaines de milliers d’habitants.
Le contexte actuel de création de nombreux ouvrages d’alimentation en eau potable amène des enjeux
particuliers dans ce domaine pour faire face aux risques qu’entraine le développement simultané de
l’urbanisation.
Qualité de l’eau potable
Alimentation en eau potable
L'eau du robinet est aujourd'hui le produit alimentaire le plus contrôlé pour que sa consommation ne
présente pas de risque sanitaire pour les consommateurs. Les eaux destinées à la consommation humaine
doivent en effet satisfaire à des limites et des références de qualité, portant sur des paramètres
microbiologiques, chimiques et radiologiques. Elles sont établies à des fins de suivi des installations ainsi
qu’à l'évaluation des risques pour la santé. Elles sont fixées par arrêté du ministre chargé de la santé.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 37 sur 132
Page 37 sur 186
Ce sont les communes qui sont responsables de l’alimentation en eau potable et l’Agence Régionale de
Santé a en charge le contrôle sanitaire des eaux distribuées. Les fréquences de prélèvements sont définies
selon la réglementation en fonction des volumes distribués et de la population desservie.
En Guyane, 18 des 22 communes ont délégué la gestion de la production et de la distribution de l’eau
potable à la Société Guyanaise Des Eaux (SGDE). Seules les communes de Camopi, Ouanary, Saint Elie et
Saül sont en régie directe. La Guyane dispose de 41 unités de potabilisation de l’eau ainsi qu’une trentaine
de pompes à motricité humaine installées principalement sur les rives du fleuve Maroni.
Parmi ces unités de distribution, seules quatre alimentent plus de 5000 usagers. Il s’agit des unités de la
Comté, du Rorota, de Kourou et de Saint-Laurent-du-Maroni.
Qualité de l’eau distribuée en Guyane
Sur 449 prélèvements effectués sur l’ensemble des réseaux de distribution du département en 2010, 35 soit
8 % des prélèvements présentent une non-conformité du point de vue bactériologique et 100% respectent
les limites de qualité physico-chimique.
La Communauté des Communes du Centre Littoral, qui concentre plus de 67% des abonnés du
département, est alimenté en eau par deux unités de production, celles de la Comté et du Rorota qui
présentent 100% de conformité bactériologique et physico-chimique en 2010.
Pour les non conformités, il s’agit majoritairement de prélèvements effectués en sites isolés et notamment
sur les pompes à motricité humaine qui délivrent une eau brute issue d’un forage. Des problèmes qualité de
l’eau sont à noter en Guyane sur tout ou parties des réseaux de 7 communes (Camopi, Grand-Santi,
Ouanary, Régina, Roura, Saint-Élie et Saül) qui font l'objet de problèmes récurrents de qualité de l'eau
potable (cf. figure 11).
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 38 sur 132
Page 38 sur 186
Figure 11
Communes avec une unité de distribution dont les limites de qualité
Microbiologiques ont été dépassées pour plus de 20 % des prélèvements
sur les trois dernières années
(2008, 2009 et 2010)
En 2008
En 2009
En 2010
CAMOPI
GRANDSANTI
OUANARY
KAW (Régina)
FAVARD (Roura)
SAINT ELIE
OUANARY
KAW (Régina)
FAVARD (Roura)
SAINT ELIE
OUANARY
KAW (Régina)
FAVARD (Roura)
SAUL
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 39 sur 132
Page 39 sur 186
Certaines références de qualité présentent des dépassements ponctuels, c’est notamment le cas pour :
•
L’aluminium : la cause la plus courante de la présence d’aluminium est, en plus d’une teneur
naturellement présente dans les eaux de Guyane, le traitement de l’eau par des sels d’aluminium
afin d’éliminer la couleur ou la turbidité.
•
La turbidité : la turbidité de l’eau a pour origine la présence de matières en suspension qui donnent
un aspect trouble à l’eau.
Eaux des loisirs (baignades et piscines)
Connaître la qualité de l’eau de loisirs, lieux de baignade de la population, permet de prévenir les risques
pour la santé des baigneurs.
Eau de baignade
En Guyane la baignade est une activité très répandue. Mer, rivières, fleuves, criques, cascades sont des
lieux de prédilection pour s’adonner à ce loisir ou cette activité quotidienne. Dans le cadre du code de la
santé, les baignades déclarées sont les seules à faire l’objet d’un contrôle sanitaire et de mesure, le cas
échéant de protection de la qualité de l’eau, notamment avec une étude particulière commanditée ou
réalisée par les communes, le profil de baignade.
Les communes déclarent aux services de la préfecture, les zones les plus fréquentées par la population
pour la baignade. L’Agence Régionale de Santé met alors en place un contrôle sanitaire mensuel qui permet
de surveiller la qualité de ces eaux tant sur le plan microbiologique que physico-chimique.
Ce suivi permet d’estimer les impacts des rejets situés à proximité du site, notamment les rejets
d’assainissement d'eaux usées, qui influencent la qualité de l'eau du site de baignade. Ainsi les collectivités
peuvent mettre en place des stratégies, notamment par l’élaboration d’un profil de baignade imposé par la
réglementation, pour améliorer la gestion des rejets dans le milieu naturel et offrir à leurs administrés des
zones de baignades de meilleure qualité.
Lorsque la qualité présente des risques pour la santé des baigneurs, un arrêté préfectoral peut être pris pour
interdire la baignade dans la zone. Sur le département de la Guyane, 21 zones de baignades sont
déclarées. Principalement localisées sur le littoral, il s’agit pour 13 d’entres elles de plages situées au bord
de l’océan et pour les 8 autres de baignades aménagées en bords de crique, en fleuves ou rivières.
Le classement des eaux de baignade selon la directive n° 2006/7/CE des 21 sites qui ont fait l’objet d’une
surveillance en 2011 est le suivant (cf. la carte figure 12) :
o
eaux de bonne qualité : 24%,
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 40 sur 132
Page 40 sur 186
o
eaux de qualité moyenne 52 %,
o
eaux pouvant être momentanément polluées 24 %,
o
eaux de mauvaise qualité : 0%.
Figure 12
Source : ARS de Guyane
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 41 sur 132
Page 41 sur 186
Eaux de piscine
Les établissements nautiques accueillant du public, qu’ils soient privés ou publics, sont soumis également à
un contrôle sanitaire. Sur l’ensemble du département, 67 bassins des 45 établissements ouverts en 2011
sont soumis à ce contrôle dont la fréquence est d’une fois par mois.
Les paramètres analytiques contrôlés dans les eaux sont également de deux types : bactériologiques et
physico-chimiques. L’eau doit respecter certains critères pour être à la fois désinfectante, ne pas permettre
le développement de microorganismes et ne pas être irritante pour les baigneurs.
Ainsi sur l’année 2011, le taux de conformité bactériologique est de 78 % contre 55% pour la conformité
physico-chimique : les non conformités physico-chimiques s’expliquent majoritairement par un défaut ou un
excès de chlore. L’ARS informe le responsable de l’établissement qui rétablit au plus vite les conditions de
baignade. Un nouveau contrôle est alors effectué pour s’assurer du rétablissement de la conformité de l’eau.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 42 sur 132
Page 42 sur 186
Les maladies vectorielles
La Dengue
La dengue est une maladie due à un virus. Ce virus fait partie de la famille des Flavivirus, il en existe 4
sérotypes différents qui sont tous présents en Guyane.
En Guyane, le virus de la dengue est transmis par la piqure du moustique Aedes aegypti. Il s’agit d’un
moustique diurne, cela signifie qu’il est actif la journée, et il pique aussi bien à l’intérieur des maisons que
dans l’environnement péri-domiciliaire.
La vulnérabilité territoriale : Composante fondamentale de l’appréciation du risque aux maladies infectieuses
vectorielles
Les maladies infectieuses à transmission vectorielle (MITV) représentent pour le territoire guyanais un enjeu scientifique,
politique, social et de santé publique. Si l’étude des virus, des vecteurs, des dispositifs de lutte antivectorielle et de veille
sanitaire restent des priorités pour apprécier la dynamique d’une épidémie, il est aujourd’hui reconnu que des éléments
d’explication sont non seulement à chercher dans la manière dont les sociétés humaines s’exposent aux vecteurs mais aussi
dans l’appréciation de la vulnérabilité du territoire. L’analyse de la vulnérabilité territoriale vise à identifier, caractériser et
hiérarchiser les espaces fonctionnels à partir desquels se créent et se diffusent le risque au sein d’un territoire. Les politiques de
prévention des risques doivent considérer en priorité ces espaces dans la mesure où ils peuvent perturber voire compromettre
la sécurité sanitaire du territoire.
On entend par vulnérabilité d’un territoire l’ensemble des faiblesses susceptibles de perturber son fonctionnement et sa
sécurité sanitaire. Ces éléments de faiblesse sont à chercher dans les effets de contexte qui sont à la croisée des relations
nature et société. Une approche analytique ou synthétique de la vulnérabilité envisagera la vulnérabilité par nature de
descripteurs :
structurale : pour les infrastructures physiques (bâti, réseaux physiques, ouvrages d’arts, etc.) ;
corporelle : pour les personnes physiques ;
humaines ou sociales pour les populations (approche sociale ou psycho-sociale) ;
institutionnels : pour les institutions ;
environnementales : pour les différentes composantes du milieu naturel (végétation, ressource en eau, etc ?) ;
- fonctionnelle et économique : pour les fonctions et activités diverses supportées par les éléments précédents.
Les différentes formes de vulnérabilité se déclinent à des échelles de temps et d’espace, qui leur sont propres suivant la
nature des éléments vulnérables, leur niveau d’organisation, leur implantation géographique et la période analysée (avant,
pendant ou après une crise). Il apparaît donc clairement que la vulnérabilité est un système dynamique, articulé autour d’une
multitude de facteurs directs et indirects, en interaction souvent complexe. La vulnérabilité territoriale sous l’angle de la
systémique met en avant toutes les réactions en chaîne entre les composantes du système, ce qui nécessite de considérer
simultanément de multiples enjeux.
De plus, l’analyse de la vulnérabilité d’un territoire suppose une réflexion propre à chaque espace et s’inscrit dans une vision
d’interdépendance et de solidarité des espaces pour un territoire donné. La vulnérabilité territoriale face aux MITV renvoie à
l’idée qu’il existe, au sein de chaque espace, des éléments susceptibles d’engendrer et de diffuser leur vulnérabilité à
l’ensemble du territoire. Cette démarche permet de questionner la part endogène du risque sanitaire et de rompre avec les
approches courantes d’aléas centrées.
L’identification des vulnérabilités participe à l’affichage du risque sanitaire au même titre que l’aléa. Ce point est fondamental
car dans de nombreuses situations la prise en compte de la vulnérabilité comme un paramètre essentiel du risque et de faire de
sa réduction un levier essentiel de la prévention des risques sanitaires. Le questionnement présente l’intérêt de replacer le
champ des risques sanitaires sur le terrain des décideurs, en portant leur attention sur les enjeux majeurs du territoire.
Valérie Morel, décembre 2011 Centre IRD de Cayenne, UMR MIVEGEC – Equipe DySMI, Cayenne, Guyane Française
Les principaux symptômes de la dengue sont : une fatigue prolongée, une fièvre élevée, des douleurs
musculaires et articulaires souvent invalidantes, des maux de tête, une éruption cutanée éventuelle. Dans
certains cas l’infection évolue après 2 à 7 jours vers un tableau grave. La dengue peut être mortelle. La
dengue est endémo-épidémique en Guyane où elle pose des problèmes de santé publique compte tenu des
risques de mortalité qui lui sont liés et des conséquences socio-économiques qu’elle peut engendrer.
Le moustique Aedes aegypti se développe dans des milieux anthropiques. La dengue est présente sur
l’ensemble des zones de vie à l’exception des bourgs de Camopi et de Trois Sauts (villages amérindiens
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 43 sur 132
Page 43 sur 186
situés en amont sur le fleuve Oyapock) dans lesquels aucun cas de contamination autochtone n’a été
identifié, en effet le moustique vecteur n’a jamais été retrouvé sur ces communes.
Description des épidémies de dengue survenues en Guyane depuis 2005 (CIRE/InVS)
Période
Nombre de cas estimés
(année-semaine)
Nombre de cas
Nombre de
hospitalisés
décès
DENV-2
204
4
Sérotype
Cliniquement
Biologiquement
évocateurs
confirmés
2006-01 à 2006-34
15700
2230
2009-01 à 2009-38
13900
4129
DENV-1
241
2
2009-53 à 2010-38
9400
2431
DENV-4 & 1
92
1
La dengue est endémo-épidémique en Guyane avec une répartition géographique hétérogène selon les communes et
également variable dans le temps (cf. figure 13). Cela signifie que la maladie est présente sur le territoire et circule de manière
continue mais certaines années cette circulation s’intensifie, conduisant à la survenue d’épidémies. Le nombre de personnes
touchées par cette maladie varie d’une année sur l’autre. Ainsi les années à épidémie, le nombre de cas connait une forte
augmentation. La situation dépend également des sérotypes de virus de la dengue qui circulent. En effet, un sérotype n’ayant
pas circulé sur le territoire depuis plusieurs années, voit une faible immunité installée au sein de la population et connait donc
une diffusion plus rapide.
Figure 13
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 44 sur 132
Page 44 sur 186
La dengue est présente dans les milieux anthropiques. Ce sont les constructions et les activités humaines
qui fournissent aux moustiques les gites dans lesquels peut avoir lieu la ponte. La prévention de la dengue
repose donc sur la sensibilisation et la mobilisation de l’ensemble de la population. Cela concerne aussi bien
les particuliers que les entreprises privées et les organismes publics. Ainsi, la lutte contre la dengue
demande la participation coordonnée de multiples acteurs complémentaires, dans les domaines de
l’épidémiologie, de l’entomologie, de la démoustication, de la clinique, de la biologie et de la communication
sociale. Un document encadre en Guyane la stratégie à adopter en fonction de la situation épidémique : le
Programme de Surveillance d’Alerte et de Gestion des Epidémies de Dengue (PSAGE Dengue), en cours
de territorialisation.
Le paludisme
La maladie est due à une infection du sang par un parasite du genre Plasmodium. Le paludisme est
transmis à l’homme par la piqûre d’un moustique femelle, du genre Anopheles. Le moustique femelle
s’infecte en piquant un homme impaludé : la femelle, en prenant le repas de sang nécessaire à sa ponte,
injecte le parasite. Ce moustique pique essentiellement la nuit. Les mâles ne piquent pas.
En Guyane trois espèces de parasites du genre Plasmodium sont présents sur le territoire et à l’origine de la
maladie chez l’Homme :
•
•
•
Plasmodium falciparum est l’espèce la plus pathogène et responsable des cas mortels. Elle est
présente dans les zones tropicales d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Asie, et elle est dominante en
Afrique
Plasmodium vivax, qui peut subsister sous une forme latente ("hypnozoïte") dans la cellule
hépatique de l’homme et provoquer des rechutes tardives s’il n’est pas traité
Plasmodium malariae existe en Guyane mais se rencontre rarement (< 2%)
Les principaux symptômes sont les suivants : une fièvre, des maux de tête et des frissons. Des cycles
typiques alternant fièvre, tremblements avec transpiration intense, peuvent alors survenir : c’est "l’accès
palustre".
Lorsqu’une personne est malade un diagnostic précoce et un traitement rapide sont très importants pour
maîtriser la maladie, cela permet d’en raccourcir la durée, limite les complications éventuelles et limite la
propagation de la maladie. Les femmes enceintes, les enfants sont particulièrement fragiles vis-à-vis du
paludisme. Le paludisme peut être mortel.
Cadre réglementaire
• Loi n°64-1246 relative à la lutte contre les moustiques
• Loi n° 2004-809 du 13 août 2004 relative aux libertés et responsabilités locales
(Code de la Santé Publique et Code des Collectivités Territoriales)
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 45 sur 132
Page 45 sur 186
Télédétection et maladies vectorielles
Les maladies à transmission vectorielle posent d'importants problèmes de santé publique en milieu tropical et menacent un nombre
grandissant de régions du monde, en raison, notamment, des modifications des milieux, d'une vulnérabilité croissante des populations,
de l'intensification des échanges internationaux de marchandises et de passagers. Leur (ré)émergence, leur caractère endémique et/ou
épidémique, leurs dynamiques spatiale et temporelle sont en partie dus aux conditions environnementales et à leur modification, à des
échelles multiples.
Dans ce contexte, l'usage de données environnementales issues de la télédétection pour comprendre et anticiper des problèmes en
santé publique n'est pas nouveau. A titre d'exemples, les images satellitaires permettent de caractériser l'occupation et l'usage du sol,
dont la nature et la structure peuvent être associées à la présence de vecteurs (moustiques, punaises, etc.). Elles permettent
également d'estimer des paramètres météorologiques. Les données radar sont quant à elles non perturbées par la couverture
nuageuse et peuvent fournir des informations sur la topographie et la dynamique de hauteur d'eau des fleuves.
Cependant, l’évolution des techniques de télédétection (nouveaux capteurs optiques et radars, résolutions spatiales, temporelles et
spectrale accrues), la facilité et la diminution des coûts d'accès aux données et les développements méthodologiques associés à
l'analyse et à la modélisation des données complexes incitent à reconsidérer l'usage de la télédétection en santé. Le projet de
Surveillance de l'Environnement par Satellite en Guyane (SEAS-Guyane), fournissant une plateforme technologique d'acquisition et de
traitement d'images satellitaires de haute et très haute résolutions, illustre parfaitement ces progrès et s'exporte maintenant à la
Réunion et au Gabon. Cependant, la télédétection seule ne suffit pas à appréhender les interactions entre l'environnement et la
transmission vectorielle. Parallèlement aux avancées technologiques et méthodologiques précitées ont émergé de nouveaux
paradigmes de recherche, par l'intégration des approches épidémiologiques, écologiques, géographiques, paysagères et de la
génétique des populations, auxquelles s'adjoignent les sciences humaines et sociales, les mathématiques et l'informatique.
Les outils et méthodes ci-dessus apportent des solutions mais rendent plus prégnants certains questionnements scientifiques et font
émerger des problématiques originales : quelles échelles et résolutions, spatiales et temporelles, pertinentes pour l'étude des
interactions environnement-santé ? Quelles méthodologies pour changer d'échelles et donc appréhender la complexité des interactions
entre les différentes composantes des systèmes éco-épidémiologiques ? Comment analyser conjointement des données nombreuses,
multi-sources, multi-échelles, hétérogènes ... ? Comment construire des modèles fiables au regard de cette complexité ?
Actuellement, des réponses sont apportées par, notamment : la modélisation spatiale et les biostatistiques afin d'identifier des patrons
caractéristiques, à différentes échelles de temps et/ou d'espace, des occurrences de vecteurs ; l'analyse conjointe de résultats
d’enquêtes, de caractères environnementaux et des occurrences de vecteurs par des méthodes d'analyse et de fouille de données
complexes ; une interaction effective mais encore trop rare entre les disciplines citées plus haut.
Ainsi, au regard de la complexité des phénomènes en jeu, seule une démarche pluridisciplinaire et intégrée semble à même de
relever le défi que constituent la compréhension, la prédiction, la prévention et le contrôle de la transmission des maladies vectorielles.
Emmanuel Roux, IRD, UMR228 ESPACE-DEV, Cayenne, Guyane Française
Le paludisme est présent en Guyane sur les communes situées le long des deux grands fleuves frontières,
mais également dans les communes de l’intérieur (Régina, Saül…). Le littoral, à l’exception de quelques
foyers identifiés, est indemne.
Incidence comparée du paludisme en Guyane française et au Suriname
(ARS & ministère de la santé surinmais)
2004
2005
2006
2007
SURINAME (520 000 habitants)
2008
2009
Nbre de cas annuels
8378
9131
3289*
1104
2086
1371
Dont cas contractés en Guyane
141
208
186
297
611
1116
Nbre de décès annuels
7
2
0
1
0
0
2010
GUYANE FRANCAISE (232 000 habitants)
Nbre de cas annuels
3038
4479
Dont cas hospitalisés
Nbre de décès annuels
4
4079
3291
3276
3345
291
257
377
352
4
2
1
2
1577
1
* l’effondrement de l’incidence à partir de 2005 coïncide avec l’implantation d’un ambitieux programme de lutte par le Suriname soutenu par le Fond Mondial et l’Organisation
Mondiale de la Santé.
En 2010, le nombre de cas annuel de paludisme a connu une importante diminution (passant d’environs
3340 cas en 2009 à 1600 en 2010). Le Suriname a intégré le programme « Roll Back Malaria » de
l’Organisation Mondiale pour la Santé (OMS). Ce programme avait pour but l’élimination du paludisme sur
son territoire. Ainsi, en 2011, le paludisme a été quasiment éliminé du Suriname. Cette action menée
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 46 sur 132
Page 46 sur 186
notamment sur le fleuve Maroni du côté Surinamais a également impacté la Guyane et participé à la
diminution du nombre de cas en 2010. C’est l’ensemble de la région qui profite de cette dynamique.
L’orpaillage illégal est une problématique importante en Guyane. Cette activité amène notamment de forts
mouvements de populations qui circulent clandestinement sur le territoire et qui favorisent le développement
et la propagation de la maladie.
Figure 14
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 47 sur 132
Page 47 sur 186
Autres maladies vectorielles
Maladie de Chagas
La maladie de Chagas est due à un parasite transmis par un insecte hématophage de type triatome. Le
parasite, du genre Trypanosome, est transmis à l’homme soit suite à une piqûre, soit par la contamination
d’un aliment. C’est une maladie dont l’infection chronique est invalidante et peut être mortelle.
Leishmaniose
En Guyane seule la leishmaniose cutanée a été identifiée chez l’homme. La maladie est due à un parasite
transmis par un phlébotome (insecte volant ressemblant à une petite mouche).
Le parasite du genre
Leishmania, est transmis à l’homme lors d’une piqûre. Comme pour le moustique, c’est la femelle
phlébotome qui pique pour prendre un repas sanguin. Les phlébotomes sont actifs de nuit. La majorité des
cas sont contaminés au cours d’activités ou de séjours en forêt.
Fièvre Jaune
La fièvre jaune est une maladie due au virus amaril. Ce virus est transmis à l’homme par l’intermédiaire des
moustiques du genre Aedes. Le moustique responsable des épidémies urbaines est Aedes aegypti
(également vecteur de la Dengue). Le virus de la fièvre jaune infecte également les singes en forêt où
persiste un cycle moustique-singe-moustique (cycle selvatique). La fièvre jaune est une maladie mortelle.
Contre la fièvre jaune il existe un vaccin qui est valable 10 ans. En Guyane la vaccination est obligatoire et
aucun cas n’a été identifié en Guyane depuis 1998.
Rage
La rage est une maladie due à un virus. Le virus rabique est présent dans la salive de l’animal infecté (chien,
chauve-souris, animal sauvage…). L’homme se contamine suite à une morsure, griffure ou léchage sur une
plaie par un animal infecté. Aucun cas de contamination interhumaine en population générale n’a été
documenté à ce jour. C’est une maladie mortelle.
Il existe un vaccin contre la rage. Ce vaccin est utilisé en prévention de la maladie, mais il est également
utilisé comme traitement après une exposition (morsure, griffure, contact à risque avec un animal infecté ou
suspecté de l’être). En Guyane, le dernier cas humain a été diagnostiqué en 2008, le virus isolé était celui
retrouvé classiquement chez les chauves-souris.
Hantavirus
L’hantavirus est un virus dont les hôtes naturels sont des rongeurs sauvages. Cela signifie que certains
rongeurs en sont porteurs et peuvent être source de contamination. L’homme se contamine par voie
respiratoire en inhalant le virus présent dans les excrétas (urine, selles, salive) des rongeurs ou par morsure.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 48 sur 132
Page 48 sur 186
Le virus a été isolé et identifié en Guyane en 2008. Depuis trois cas ont été diagnostiqués et deux décès ont
été imputés sur le territoire, à ce virus émergent.
Leptospirose
La leptospirose est une maladie due à une bactérie de type Leptospira. Les rongeurs, et en particulier les
rats, sont les principaux réservoirs et ils excrètent cette bactérie dans leur urine. Cette bactérie peut se
maintenir dans le milieu extérieur s’il y a de l’humidité ou de l’eau (boue, eau douce). La contamination de
l’homme se fait par contact avec la bactérie au niveau cutané ou muqueux (au niveau d’une plaie ou de la
peau macérée dans une eau infectée). La maladie peut être mortelle. Elle est, compte tenu des données
sanitaires actuelles, répandues en Martinique et Guadeloupe.
Autres zoonoses présentes en Guyane
Histoplasmose
L’histoplasmose est une maladie due à un champignon appelé Histoplasma capsulatum. Ce champignon
peut être présent dans les fientes de chauves-souris, de pigeon ou d’autres oiseaux. La contamination de
l’Homme se fait par voie respiratoire en inhalant le champignon (ou ses spores). En Guyane, la quasi-totalité
des cas sont des individus immunodéprimés. La maladie peut être mortelle.
Toxoplasmose
La toxoplasmose est une maladie due à un parasite appelé Toxoplasma gondii. En Guyane la
Toxoplasmose Amazonienne est transmise par la matière fécale des mammifères, notamment les félidés. La
contamination se fait par ingestion. Certaines formes du parasite sont présentes sur les plantes ou la terre
souillée par des déjections d’animaux. On peut aussi contracter la maladie en ingérant de la viande
contaminée, crue ou insuffisamment cuite.
Il existe en Guyane une forme sévère qui pourrait être due à l’ingestion de viande insuffisamment cuite de
gibier contaminé par des déjections de félidés sauvage ou par des eaux contaminées par ces mêmes
déjections.
Fièvre Q
La fièvre Q est une maladie due à une bactérie Coxiella burnetii. La contamination se fait par inhalation
d’aérosols ou de poussières contaminées par les bactéries qui peuvent être présentes notamment dans les
produits de mise bas et les déjections des animaux infectés. Dans une moindre mesure la contamination
peut se faire par contact direct avec des animaux infectés. Il est identifié depuis les années 90 une
recrudescence des cas de fièvres Q, sans qu’il ait été possible à ce jour d’identifier la source de
contamination.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 49 sur 132
Page 49 sur 186
Contrôle sanitaire aux frontières
L’objet et la portée du règlement sanitaire international consistent à prévenir la propagation internationale
des maladies, à s’en protéger, à la maîtriser et à y réagir par une action de santé publique proportionnée et
limitée aux risques qu’elle présente pour la santé publique, en évitant de créer des entraves inutiles au trafic
et au commerce internationaux. Les missions développées actuellement à cette fin en Guyane ont concerné
jusqu’à présent principalement :
•
la mise en place en coordination avec les services aéroportuaires les services de secours et de soin
des protocoles d’urgence efficaces pour faire face aux événements imprévus pouvant affecter la
santé publique ;
•
l’information et l’éducation des passagers, équipages et autres personnels des points d’entrée ;
•
le maintien et le contrôle de l’hygiène des points d’entrée notamment en ce qui concerne la
présence des vecteurs ;
•
la réalisation de contrôles visant à évaluer et à développer les capacités aux points d’entrée ;
Au début du XXIe siècle, les pressions dans le domaine démographique, économique et environnemental
ont créé des conditions sans précédent permettant à des maladies infectieuses nouvelles et réémergentes
de se propager comme elles ne l'avaient encore jamais fait. L’expérience des dernières décennies
montre qu’aucun pays ne peut se mettre à l'abri des maladies et des autres problèmes de santé
publique. Tous sont vulnérables face à la propagation des agents pathogènes. L’émergence du SRAS
en 2003 a démontré à quel point. Cette vulnérabilité commune a également rendu nécessaire des moyens
de défense collectifs et une responsabilité partagée quant à leur fonctionnement. C’est là le principe qui
sous-tend le Règlement sanitaire international.
Le contrôle sanitaire aux frontières et l’application du règlement sanitaire international font donc partie des
enjeux sanitaires majeurs de notre époque en Guyane ou ailleurs.
C’est ainsi que récemment, l’épidémie de choléra en Haïti a conduit la Guyane à se doter d’un plan pour
prévenir l’apparition du choléra dans la région (image)
Le RSI (2005) a été transposé en droit interne par l’article 107 de la loi HPST. Aux termes de l’article L31151 du Code de la santé publique, le RSI régit notamment le contrôle sanitaire aux frontières
A cette heure, l’ensemble des dispositions entourant le RSI n’a pas d’application effective en France car le
décret d’application et ses arrêtés n’ont pas encore été adoptés (en cours de en discussion
interministérielle).
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 50 sur 132
Page 50 sur 186
La problématique concerne l’ensemble de la population. La Guyane possède trois frontières extérieures, une
façade maritime d’environ 380 km, une frontière fluviale avec le Suriname de 520 km, et une frontière fluvio
terrestre avec le brésil longue de 730 km dont 303 km de frontière terrestre. Elle dispose par ailleurs d’un
aéroport international, de deux ports maritimes.
La parution du décret d’application du RSI en France devrait conduire au renforcement des activités de
l’autorité sanitaire en ce domaine. Les principales contraintes liées au contrôle sanitaire aux frontières en
Guyane sont la grande perméabilité des frontières fluviales et terrestres guyanaises.
Lutte contre l’habitat indigne
Les préoccupations d’ordre sanitaire dans l’habitat sont tributaires des caractéristiques spécifiques à la
Guyane, qui essentiellement, sont :
•
climat équatorial avec des températures supérieures à 20°C tout au long de l’année
•
constructions en majorité récentes
•
démographie importante et niveau socio-économique de la population inférieure à la moyenne
nationale
•
les conditions d’accès à l’eau potable et à l’assainissement sont souvent précaires dans les sites
d’habitation en zone isolée et dans les zones péri- urbaines
Les pathologies liées à l’habitat insalubre sont, entre autres :
•
maladies infectieuses (dengue, paludisme, typhoïde…) dues à l’absence d’eau courante,
accumulation de déchets (problème d’hygiène et de gites larvaires), mauvaise évacuation des eaux
usées, sur-occupation favorisant la transmission de maladies.
•
Asthme, allergies dues à l’humidité, infiltrations d’eau favorisant la prolifération de moisissures,
acariens, allergènes.
Ces éléments ainsi que les interventions sur le terrain de l’ARS, les sollicitations et signalements faits à cette
dernière en matière d’habitat ont conduit à définir la politique d’intervention dans ce domaine.
Priorité d’action de l’ARS dans le domaine de l’habitat, l’insalubrité est estimée à 6,5% du parc de logements
en Guyane10. L’habitat insalubre : En Guyane, l’habitat insalubre concerne environ 10 000 constructions
dont :
10
•
50% d’habitat spontané
•
20% de bidonvilles
•
20% d’habitat diffus en centre ville
•
10% d’habitat traditionnel précaire
Données 2010 de la DEAL de Guyane/AUCL/UA/AU
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 51 sur 132
Page 51 sur 186
Plusieurs facteurs concourent à cette situation. Une démographie galopante (3,6%/an), une grande précarité
de la population, l’absence de foncier aménagé et une offre insuffisante de nouveaux logements liés à la
capacité de construction des bailleurs sociaux :
•
Le logement social : un parc de 11 000 logements sociaux et 13 000 demandes en attente
•
Les demandes de recours en droit opposable au logement (DALO) : au total 1300 dossiers ont été
déposés depuis 2 ans et demi que le dispositif DALO est en fonctionnement en Guyane. Plus de la
moitié de ces dossiers ont été déclarés prioritaires par la commission qui examine les dossiers.
Seuls 20% des prioritaires ont été relogés (soit 10% du total des demandes)
Les outils de lutte contre l’habitat insalubre sont :
•
Les opérations de résorption de l’habitat insalubre (RHI), amenant les voiries et réseaux divers sur
les quartiers d’habitat spontané ou de bidonvilles
•
Les opérations programmées d’amélioration de l’habitat-rénovation urbaine OPAH-RU) et
programmes d’intérêt général (PIG), traitant l’insalubrité diffuse, sous forme incitative
•
L’application du Code de la Santé Publique, traitant de l’insalubrité diffuse, sous forme coercitive
A titre d'exemple, sur la typologie des désordres constatés en matière d’habitat, les dernières enquêtes de
terrain dans le cadre des suites données aux signalements DALO, les constats suivants sont observés : des
infractions au Règlement Sanitaire Départemental pour 10 %, des infractions aux règles locatives de
décence pour 30 %, 20 % d'infractions aux dispositions relatives à la salubrité et 10 % des constats sur des
questions de sécurité de type « péril » .
En terme d’actions, l’ARS a organisé en février 2011 un colloque sur l’habitat indigne d’une semaine, alliant
formation et partage d’informations entre les structures locales concernées (collectivités, administrations,
opérateurs, CAF, travailleurs sociaux..). L’ARS a vu depuis le nombre de signalements en secteur diffus
augmenter très fortement : en 2011, l’ARS Guyane a instruit 41 plaintes ou signalements, concernant 86
logements pour 250 personnes. Onze arrêtés préfectoraux ont été pris, concernant 33 logements.
Sous l’égide du Préfet de Guyane, un pôle départemental de l’habitat indigne doit être créé en 2011, avec
mission notamment de rétablir la commission de l’habitat dégradé qui fonctionnait l’année dernière encore.
Impact liés aux activités humaines présentes et futures
Cette thématique se décline au travers des évaluations des risques sanitaires des études d’impact (ERSEI).
En Guyane, il y a très peu de dossiers traités par l’ARS : le Centre Spatial Guyanais fait l’objet d’une ERSEI
qui est toujours en cours ; hormis ce dossier, un seul a été traité concernant une installation classée (projet
de carrière). Le premier dossier traité en Guyane sur une infrastructure routière, en 2010-2011, a fait l’objet
d’une évaluation des nuisances sonores et l’étude « air » est en cours.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 52 sur 132
Page 52 sur 186
Les lancements de fusées depuis le centre spatial guyanais de Kourou entrainent le rejet atmosphérique de
produits de combustion du propergol solide (perchlorate d’ammonium et acide chlorhydrique) durant deux
minutes, entre 0 et 50 km d’altitude. Les retombées au sol sont théoriquement limitées à une zone de trois
kilomètres autour du pas de tir, éloigné des zones habitées. Ces rejets atmosphériques d’acide
chlorhydrique, estimés à moins de 20 tonnes par tirs, semblent négligeables au regard des rejets naturels :
volcans et océans en émettent respectivement, 5000 et 300 000 000 tonnes chaque année. Néanmoins, les
communes riveraines du centre spatial font l’objet d’une attention particulière vis-à-vis d’un éventuel impact
sanitaire lié à ces activités, notamment dans le cadre du Secrétariat Permanent pour la Prévention des
Pollutions Industrielles du Centre Spatial guyanais.
A ce titre la population de Sinnamary fait l’objet d’une étude particulière en cours. Par ailleurs, des analyses
de polluants spécifiques (perchlorates par exemple) permettent le suivi de la qualité de l’eau en fonction des
risques particuliers. Les analyses de perchlorates ont relevé une absence de ce polluant dans les
ressources utilisées pour la production d’eau potable, comme dans les eaux distribuées à Sinnamary,
Kourou et Soyouz.
Mercure en Guyane
Le mercure qui se retrouve dans les cours d’eau Guyanais majoritairement du fait de l’orpaillage illégal et de
la déforestation s’accumule sous sa forme réduite, méthylmercure, dans certains poissons d’eau douce par
un phénomène appelé bioamplification L’homme en les consommant absorbe à son tour ce méthyl mercure
nuisible à la santé. Sous cette forme et pour ce type d’exposition chronique (par ingestion de poissons
contaminés), le mercure est un neurotoxique. Une imprégnation élevée peut entrainer entre autres des
troubles de l’équilibre et chez les enfants des retards psychomoteurs ou staturo pondéraux. Cette forme de
mercure peut aussi conduire à des lésions du cerveau et du système nerveux chez le fœtus.
En 2005, plus de la moitié des habitants des villages enquêtés sur le fleuve Haut Maroni présentaient une
imprégnation en mercure supérieure au seuil à partir duquel des altérations fines des fonctions visuelles et
motrices peuvent être détectées chez certains enfants par des tests médicaux.
Les études épidémiologiques et alimentaires et les analyses de poissons réalisées jusqu’à présent ont
démontré que le facteur prédictif le plus fortement lié à l’imprégnation en mercure chez les populations
exposées est la fréquence de consommation de poissons par ces populations. Certaines espèces de
poissons (l’aïmara notamment mais aussi la torche tigre…etc) présentent une imprégnation mercurielle
supérieure aux seuils de recommandations.
Les populations concernées sont celles consommant des poissons d’eau douce, donc généralement les
habitants des berges des fleuves et cours d’eau de Guyane, et surtout en amont de l’Oyapock et du Maroni.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 53 sur 132
Page 53 sur 186
Les populations sensibles sont les femmes en âge d’avoir des enfants du fait des effets toxiques du mercure
sur le fœtus ; et les enfants de moins de sept ans en raison des effets sur le développement psychomoteur.
La carte figure 15 présente les concentrations moyennes de mercure dans les cheveux en 2005 (en µg/g de
cheveux.). Les campagnes de dépistage qui débutent fin 2011 permettront d’actualiser ces données.
Carte des concentrations moyennes de mercure en µg/g de cheveux. Guyane française 1994/2005.
Figure 15
Source : Le mercure en Guyane française : synthèse des études d’imprégnation et d’impact sanitaires menées de 1994 à 2005, Thierry Cardoso 1, Alain
Blateau1, Pascal Chaud1, Vanessa Ardillon1, Séverine Boyer1, Claude Flamand1, Eric Godard2,, Nadine Fréry3, Philippe Quénel1, 1/ Cellule
interrégionale d’épidémiologie Antilles-Guyane, Fort-de-France, Martinique, France 2/ Direction de la santé et du développement social de la Guyane,
France, 3/ Institut de veille sanitaire, Saint-Maurice, France
Les derniers dépistages réalisés en 2009 ont montré que l’imprégnation mercurielle des populations du Haut
Maroni restait supérieure à la norme fixé par l'OMS pour certains individus, mais qu’on observait un retour à
la normale avec les mesures de prévention mises en place avec les programmes de prévention.
L’explosion des cours de l’or depuis 2005 implique que l’orpaillage illégal producteur de mercure (1,3 kg de
mercure par kg d’or extrait) est devenu une activité extrêmement lucrative.
Les conclusions des experts du dossier mercure ont été consolidées par les derniers avis de l’agence
française de sécurité sanitaire des aliments qui a conclut que les femmes enceintes ou allaitantes et les
enfants de moins de 3 ans, doivent d’éviter, à titre de précaution en raison du risque lié au méthyl mercure la
consommation de certains poissons prédateurs sauvages.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 54 sur 132
Page 54 sur 186
Exposition au plomb, risque de saturnisme
D’une manière générale et hors Guyane, la présence de plomb dans l’habitat, notamment dans les peintures
au plomb interdites depuis plusieurs décennies et pouvant être présentes dans des logements anciens, peut
être à l’origine de cas de saturnisme (concentration de plomb dans le sang >100 µg/litre de sang pour les
enfants), pathologie associée à une intoxication au plomb. La recherche de plomb dans les logements est
obligatoire pour ceux construit avant 1949 en cas de nouveau contrat de location. Cette obligation ne
s’applique pas, au vu de la « jeunesse » des constructions en Guyane, qu’à quelques immeubles. Malgré
tout, une information de cette règlementation a été faite auprès de la Chambre des notaires de Guyane en
2007.
En 2011, un cas groupé de saturnisme a été mis en évidence sur un îlot d’habitation concernant une
quarantaine de personnes dont une vingtaine de cas de saturnisme et une imprégnation générale de toute la
population de l’îlot. Les conclusions de ces investigations pourraient justifier la mise en œuvre d’un
dépistage de saturnisme chez les enfants et imposer l’information de la population pour prévenir les risques
d’exposition au plomb (ce dés que la source d’exposition sera identifiée).
Légionelles, amiante, déchets d’activité de soins à risque infectieux dans les
établissements recevant du public (ERP)
La légionellose est une forme grave d’infection pulmonaire causée par des bactéries : les légionelles. Elle
n’est pas une maladie contagieuse d’une personne à une autre ; elle est contractée par voie respiratoire.
Souvent sans complication, elle peut toutefois être mortelle (11% de décès sur les cas recensés en 2009).
Les personnes dont le système immunitaire est affaibli (diabète cancer…) sont plus vulnérables à cette
maladie.
Les risques liés aux déchets d’activités de soins sont les suivants :
•
risque infectieux ou biologique : contracter une maladie due à un agent biologique présent dans le
milieu ou sur les instruments de travail
•
risque mécanique : possibilité de se faire une plaie en manipulant des objets de soin « piquantscoupants-tranchants », en dehors de toute infection.
Pour mémoire, les maladies liées à l’amiante sont provoquées par l’inhalation de fibres. Toutes les variétés
d’amiante sont classées comme substances cancérogènes avérées pour l’homme. Des pathologies non
cancéreuses sont associées aussi à une exposition à l’amiante comme l’asbestose (sclérose) qui réduit la
capacité respiratoire.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 55 sur 132
Page 55 sur 186
Concernant les établissements de santé et les maisons de retraite de Guyane, tous ont fait l’objet d’une
inspection sur les années 2009 à 2011. En Guyane de l’ordre de 80 ERP (liste à consolider avec la
préfecture) sont potentiellement concernés par les inspections sur les différents thèmes (légionelles, DASRI,
bruit), 5 établissements de santé, 4 maisons de retraite, 20 établissements médicaux sociaux et 23
établissements sociaux.
Quatre établissements ont fait l’objet d’un arrêté préfectoral de mise en demeure pour la mise en conformité
avec les réglementations relatives aux légionelles, à l’amiante et aux DASRI. Un arrêté a été levé en 2011
suite à la mise aux normes du site concerné. Ces établissements font l’objet, dans le cadre d’un programme
d’inspection élaboré en début d’année, de contrôles réguliers pour les amener à la conformité.
La température de l’eau du réseau public d’eau potable étant toujours supérieure à 20°C et souvent à 25°C,
le risque lié au réseau d’eau froide est potentiellement présent ; 2 campagnes d’analyses de légionelles sur
l’ensemble des points de contrôle du réseau public d’eau potable de Guyane (2008-2009) n’ont pas révélé
de présence de Légionelles.
Aucun cas de légionellose n’a été déclaré depuis 2006 (1 cas lié à un établissement de tourisme). Depuis la
parution de l’arrêté du 1er février 2010 relatif à la surveillance Légionelles dans les ERP, des inspections ont
été réalisées en 2011 sur des ERP autres qu’établissements de santé et EHPAD. Ces inspections se
poursuivront en 2012. L’information et la sensibilisation de tous les ERP concernés ont accompagné les
inspections réalisées sur le risque Légionelles mais aussi sur l’amiante et les DASRI.
Déchets d’activités de soins à risques infectieux dans le secteur diffus
Le secteur dit diffus concerne les professionnels libéraux de santé (PLS) et les patients en auto-traitement
(PAT).
Si certains PLS ont passé une convention de collecte-traitement avec un opérateur agréé, la majorité les
intègre dans la collecte des ordures ménagères. Le rappel de la réglementation et une sensibilisation seront
à mettre en œuvre pour améliorer cette filière. Pour les PAT, aucune structure de collecte n’a été mise en
place à ce jour. Ponctuellement, le Centre Hospitalier André Rosemon à Cayenne accepte les DASRI des
patients du réseau diabète qui peuvent les amener et les gère dans sa propre filière.
La Communauté d’Agglomération des Communes du Littoral (CACL) a lancé un appel d’offre pour la mise
en place d’une filière d’apport volontaire par les PAT sur son secteur d’intervention (Ile de Cayenne). Le
décret n° 2011-763 du 28 juin 2011 organise la filière d'élimination des DASRI des patients en auto
traitement selon le principe de la responsabilité élargie des producteurs. La filière sera mise en place par un
éco-organisme agréé par arrêté des ministres chargés du développement durable et de la santé, sur la base
d'un cahier des charges. Des sites pilotes vont mettre en place cette filière en 2012. Pour Antilles-Guyane, la
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 56 sur 132
Page 56 sur 186
Martinique s’est proposée pour cette action ; cette mise en œuvre sera suivie par l’ARS Guyane pour une
application locale à moyen terme.
Qualité de l’air extérieur
L’être humain est soumis à de très nombreux agents, naturels (pollen notamment), ou issus de l’activité
humaine (polluants chimiques, particules…), pouvant impacter sa santé. L’inter action de tous ces agents et
l’impact sur la santé sont encore mal définis.
Néanmoins les nombreuses études sur l’impact des particules fines (taille égale ou inférieure à 10
micromètres) permettent d’établir un tableau de pathologies associées. Ces particules peuvent pénétrer
dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine pour les plus fines et provoquer des cardiopathies,
des cancers du poumon, des cas d’asthme et des infections des voies respiratoires inférieures. Dans les
pays développés comme dans ceux en voie de développement, les principales causes de pollution
atmosphérique sont les moyens de transport motorisés, les industries petites ou grandes, l’utilisation de
biomasse et de charbon comme combustible (source : OMS, communiqué de presse du 26 septembre 2011)
L’observatoire régional de l’air de Guyane ne dispose à ce jour d’une seule station de mesure fixe (centre
ville de Cayenne) et d’une unité mobile qui permet des campagnes d’observations sur la presqu’île de
Cayenne pour estimer la représentativité de la station urbaine de Cayenne et à Sinnamary pour une
surveillance de la qualité de l’air à l’occasion des tirs de fusée Ariane et aussi sur les autres communes du
littoral.
Les campagnes de mesure en 2010 indiquent un niveau global de bon à moyen, avec un pic de mauvaise
qualité sur les particules en suspension dans l’air en mars, imputable à l’arrivée aérienne massive de sable
du Sahara. Ce phénomène s’est reproduit en 2011.
Qualité de l’air intérieur
En relation avec le climat local, les conditions d’aération, de ventilation en usage permettent d’éviter le
confinement et l’éventuelle concentration d’agents polluants dans l’intérieur des immeubles.
En Guyane, l’usage des climatiseurs est très fréquent. Il est nécessaire d’assurer un entretien régulier de
ces équipements afin de limiter le développement bactérien et de moisissures sur le filtre, pouvant être un
facteur de risque sanitaire pour les voies aériennes. Des recherches sont en cours pour évaluer les risques
sanitaires induits.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 57 sur 132
Page 57 sur 186
Prévention des intoxications à l’oxyde de carbone
Le monoxyde de carbone, ce gaz inodore, incolore peut être à l’origine d’intoxication grave pouvant conduire
au décès très rapidement. Les obligations réglementaires sont issues essentiellement du Code de la Santé
Publique Art. L1331-22 à 31. L’absence de chaudières et de cheminées dans le logement en Guyane
réduisent considérablement le risque d’intoxication au monoxyde de carbone, ainsi que la pratique quasi
généralisée de la ventilation naturelle des locaux. Le seul point significatif est l’utilisation importante de
groupes électrogènes pour suppléer l’accès difficile et inégal sur le territoire au réseau électrique.
Prévention des risques auditifs
Le bruit agit sur l’audition et peut provoquer :
•
une fatigue auditive, diminution temporaire de la sensibilité auditive
•
une surdité, due à la répétition de fatigues auditives ou d’un traumatisme auditif (exposition courte à
un niveau sonore très élevé)
•
des acouphènes (bourdonnements continus ressentis)
•
de l’hyperacousie (hyper sensibilité à certains sons)
La prévention des risques auditifs est réglementée par le décret n° 2006-1099 du 31 août 2006 relatif à la
lutte contre les bruits de voisinage et modifiant le Code de la Santé Publique s’applique dans ce domaine.
Ce texte a été complété localement par un arrêté préfectoral. Cet arrêté préfectoral, relatif à la prévention
des nuisances sonores a comme objectif de réglementer les comportements bruyants en mettant l’accent
sur la prévention et en rendant plus simples l’application de certaines dispositions du décret du 31 août
2006, adapté au contexte guyanais.
Ces prescriptions ont fait l’objet d’une campagne d’information en 2007 auprès des opérateurs concernés.
Ces prescriptions s’appliquent que pour les constructions dont le permis de construire est antérieur à juillet
1997.
Prévention du risque radon
Le radon, élément naturel radioactif émis par le sol a fait l’objet de mesures en 2001. Les valeurs mesurées
à cette occasion (moyenne inférieure à 20 Bq/m3 d’air) n’ont pas nécessité la mise en œuvre d’un dispositif
de surveillance particulier en Guyane.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 58 sur 132
Page 58 sur 186
Sécurité sanitaire des aliments
Un défaut de Sécurité sanitaire des aliments peut provoquer une toxi-infection alimentaire collective (TIAC)
définie comme la survenue d’au moins deux cas similaires d’infection digestive (diarrhée, vomissements,
maux de ventre, fièvre) dont on peut rapporter la cause à une même origine alimentaire.
C’est une maladie à déclaration obligatoire qui conduit les services de l’État à mener une enquête pour en
connaître l’origine et proposer des mesures de prévention individuelles ou collectives adaptées. La Mission
Inter Services de Sécurité Alimentaire (MISSA) est en cours de mise en place pour remplacer le Pôle de
sécurité sanitaire existant. Sa mission est de coordonner les différentes actions des différents services.
Les TIAC surviennent aussi bien en milieu familial qu’en restauration collective ou commerciale. Les
aliments concernés sont le plus souvent de la viande, du poisson ou des œufs, puis de la charcuterie. Le
lait et ses dérivés peuvent être incriminés tout comme les coquillages. Les salmonelles, les staphylocoques,
les clostridium sont les germes les plus souvent en cause. Il existe aussi des réactions allergiques
(histamine) notamment avec le poisson. Les germes sont susceptibles de se développer dans les aliments à
toutes les étapes de leur manipulation (stockage, préparation, conditionnement, transport…), surtout en cas
de rupture de la chaîne du froid.
Rayonnements non ionisants
Dans le cas des radiofréquences, les effets biologiques observés sont des effets thermiques, c'est-à-dire
une augmentation de la température des tissus. Lorsque l’on se situe à des niveaux d’exposition inférieurs
aux valeurs limites d’exposition, les expertises scientifiques les plus récentes concluent que l’analyse des
données scientifiques disponibles ne montrent pas d’effets sanitaires à court terme ou à long terme.
Toutefois, des interrogations subsistent sur la possibilité d’effets à long terme, liés à l’utilisation de
téléphones mobiles, pour des utilisateurs intensifs. (source : site internet « portail interministériel
radiofréquences, santé, environnement).
L’amélioration des connaissances sur les effets sanitaires grâce au développement de la recherche
scientifique et de l’expertise est particulièrement soutenue dans ce domaine. Elle a permis de fixer des
valeurs limites d’exposition du public. L’exposition aux radiofréquences est ainsi encadrée sur le plan
réglementaire afin de prévenir les effets sanitaires des radiofréquences. Le respect de ces valeurs limites
d’exposition du public aux radiofréquences fait l’objet de contrôles. Par ailleurs, les conditions d’implantation
des émetteurs de radiofréquences tels que les antennes-relais de téléphonie mobile, sont précisément
définies.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 59 sur 132
Page 59 sur 186
De nombreuses interrogations sur les effets sanitaires des radiofréquences sont formulées par le public.
Parmi celles-ci, un intérêt particulier est porté à une meilleure connaissance de ces effets chez les enfants
ainsi qu’à la question de l’hypersensibilité aux champs électromagnétiques
Les sites internet officiels traitant de ce sujet, notamment le portail interministériel radiofréquences, santé,
environnement issu du Grenelle de l’environnement (http://www.radiofrequences.gouv.fr) permettent d’avoir
accès à une information complète, actualisée. Dans son rôle d’information, l’ARS Guyane portera à la
connaissance du grand public ces sites au travers du réseau associatif et des collectivités locales.
La question des déchets en Guyane
Cet extrait de la conclusion du Plan Départemental Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés de la
Guyane illustre cette question en 2008 : « Si l’état de la collecte des déchets en Guyane s’est encore bien
amélioré ces dix dernières années, la part de population desservie par un réseau de collecte passant de 80
à plus de 90%, la situation du traitement de ces déchets est, elle, de plus en plus préoccupante. Les taux de
production de déchets ménagers se rapprochent, en relation avec l’évolution des modes de consommation,
des niveaux métropolitains. […] le niveau d’équipement est très nettement insuffisant pour accueillir ces
déchets dans des conditions respectueuses de l’environnement et de la salubrité publique. L’amélioration
des conditions de stockage est donc un axe majeur du Plan révisé. Les communes, incapables d’assumer
individuellement les nouvelles exigences réglementaires, ont aujourd’hui quasiment toutes fait le choix de
l’intercommunalité et se regroupent en trois Communautés de Communes […].
En matière de gestion des déchets dangereux dont la principale source en Guyane correspond aux déchets
de l’automobile la situation évolue également. Ainsi l’unique collecteur agrée pour les huiles usagées
collecte et exporte vers des filières agréées environ 15 à 20 % du gisement. Le taux de collecte est
sensiblement équivalent pour les batteries (60 t des 400 t de flux annuel). Ces chiffres ne doivent pas
masquer la réalité de filières parallèles d’exportation vers les pays limitrophes et notamment le Brésil.
Certaines estimations faites par les professionnels du secteur estiment que plus de 50% des pneumatiques
sont exportés de façon illégale vers le Brésil et le Surinam. »
Le dépôt et le stockage de déchets et d’encombrants sur une propriété privée, comme sur un terrain public,
peuvent constituer des réservoirs d’eau stagnante et favoriser l’apparition de gîtes à moustiques. Ainsi, les
véhicules hors d'usage (VHU) laissés à l'abandon peuvent constituer des gites larvaires. Ces gites, qui
peuvent être proches des habitations, sont des lieux privilégiés pour la ponte des moustiques du genre
Aedes aegypti et contribuent au développement de maladies vectorielles telles que la dengue.
En Guyane, il existe une véritable problématique concernant la gestion de ces VHU considérés comme des
déchets dangereux. La filière de prise en charge et de traitement des VHU rencontre de fortes difficultés.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 60 sur 132
Page 60 sur 186
Ainsi on estime qu'il existe un stock historique de 18 000 VHU répartis sur le territoire. La préfecture pilote et
coordonne la gestion de ce dossier afin d'améliorer, en concertation avec les services de l'Etat, les élus
locaux, les professionnels et les particuliers, la collecte et la valorisation des épaves automobiles.
Santé et travail
Le parcours professionnel est une part importante de la vie de l’individu en terme de temps et
d’épanouissement personnel. La vie professionnelle impacte énormément la vie privée et vis versa tant sur
le plan de la santé physique que mentale. La santé au travail ne peut être négligée et encore moins
dissociée de la santé de l’individu au sens large. Les contraintes physiques (manutention manuelle,
ergonomie, vibrations mécaniques), les risques liés à un équipement de travail, l’environnement physique
agressif (bruit, utilisation de produits chimiques, …) ou encore certains rythmes de travail sont quelques uns
des facteurs de risques entraînant une pénibilité pour le salarié en l’absence de prévention qui peuvent
aboutir à des accidents de travail (AT) ou maladies professionnelles (MP).
La prévention des risques professionnels est une condition de progrès économique et social. L’employeur a
une obligation de sécurité de résultat quant à la préservation de la santé physique et mentale des salariés
de son entreprise.
Le Plan Régional de la Santé au Travail (PRST 2), élaboré en 2011 en collaboration avec les acteurs la
prévention de risques professionnels (CGSS, Services de Santé au Travail, l’ARACT), vise à mener des
actions d’information/sensibilisation à destination des employeurs et des salariés et de contrôle. Ces actions
viennent compléter d’autres actions menées respectivement par les organismes et institutions citées cidessus.
Les produits dangereux sont à l’origine de nombreuses pathologies. Les atteintes allergiques les plus
fréquentes au niveau professionnel sont les allergies cutanées (eczéma et urticaire) et les allergies
respiratoires (rhinites et asthme). Plus grave, les produits classés Cancérigène, Mutagène, Repro-toxique
(CMR) sont à l’origine de cancers professionnels. La reconnaissance de MP liées à l’exposition des CMR est
en forte augmentation en France ces dernières années. Tant au plan national que dans la région Guyane,
les difficultés sont multiples :
•
Le manque de prise en compte de cette problématique par les employeurs,
•
La poly-exposition (l’exposition à plusieurs produits (poussière de bois, solvant, …) dans une même
activité ou sur toute durée de la vie professionnelle,
•
Le temps de latence entre l’exposition à un agent chimique dangereux et l’apparition d’une MP,
•
Le manque de suivi d’exposition lors du parcours professionnels d’un salarié.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 61 sur 132
Page 61 sur 186
La problématique de l’exposition des salariés aux agents chimiques dangereux est cadrée par une
réglementation européenne et nationale.
Le PRSE se veut être un outil permettant de mettre en synergie des moyens humains, techniques et
financiers complémentaires aux actions déjà existantes dans les autres plans afin d’atteindre des
populations de salariés dont la santé au travail est menacée par l’exposition aux produits chimiques
dangereux.
Tout salarié est potentiellement concerné par les produits chimiques. Cependant, certains secteurs sont dits
plus exposants de part leur activité. En Guyane, l’utilisation de produits phytosanitaires ou l’utilisation de
procédés entrainant le dégagement de produits de décomposition, en particulier les poussières de bois, sont
les secteurs d’activités où des actions doivent être conduites pour préserver la santé des travailleurs et
améliorer leur suivi d’exposition.
La limite des actions, dans le passé, est le manque ou l’absence de culture de la prévention des risques
professionnels dans les différents corps de métier entrainant de mauvaises pratiques très exposantes. Le
changement des habitudes est long et doit s’accompagner d’aide et de sensibilisation aux risques dûs à
l’exposition à certains produits chimiques. En respectant les principes généraux de la prévention
(suppression ou à défaut substitution du produit chimique par un moins dangereux, réduction de l’exposition,
…), l’enjeu est double : réduire le risque de maladies professionnelles pour les utilisateurs des produits
chimiques et réduire l’impact sanitaire pour le consommateur.
La question du transport fluvial en Guyane
Couvert à 90% d’une forêt équatoriale dense, la Guyane est caractérisée par un réseau routier développé
uniquement sur les communes du littoral, sauf dernièrement pour la commune d’Apatou sur les rives du
Maroni. Les autres communes (Maripasoula, Papaïchton, Grand Santi, Saint Elie, Saul et Ouanary) ne sont
accessibles que par voie aérienne ou fluviale.
Ainsi, Maripasoula et Saül, isolées en pleine forêt, disposent d’une liaison aérienne régulière avec Cayenne
répondant à un besoin d’intérêt général pour le désenclavement des communes de l’Intérieur. Pour autres
les communes de l’intérieur de la Guyane, les fleuves constituent des voies de transport et de
communications naturelles.
La navigation s’y exerce librement et les usagers doivent s’assurer en permanence des conditions de
sécurité de la navigation (profondeur de l’eau et de l’absence d’écueils ou d’obstacles). Les embarcations,
pirogues en aluminium ou en bois, ont en général une longueur inférieure de 20 mètres. Le service de
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 62 sur 132
Page 62 sur 186
transports scolaires sur le fleuve Maroni, transporte chaque année environ 2 200 enfants par voie de
pirogues.
Les enjeux importants collectés en atelier concernant les transports fluviaux et dont certains font l’objet
d’actions proposées dans le cadre du PRSE sont les suivants :
•
Promotion des moteurs hors-bords 4 temps
•
Sécurisation du transport fluvial des hydrocarbures (embarcations à double fond et cuves à paroi)
•
Respect de la chaîne du froid des denrées alimentaires pour les transports aériens et fluviaux
•
Amélioration du confort de transport des passagers (protection contre la pluie et le soleil)
•
Construction de débarcadères pour les pirogues (transport scolaire) et d’abris-pirogues
•
Transport fluvial des déchets
Sans aboutir à des actions inscrites dans le PRSE, la thématique du transport terrestre a été abordée :
incitation au développement des véhicules hybrides, incitation au développement des vélos électriques,
développement des pistes cyclables en milieu urbain et périurbain, développement des transports en
commun. Par ailleurs la gouvernance et ses modalités ont été questionnées sans que des actions puissent à
ce jour être proposées, notamment pour mettre en place des indicateurs permettant de mesurer la situation
et les progrès apportés par les politiques publiques en matière de transport et la création ou détermination
d’une instance de suivi des politiques publiques en la matière (observatoire des transports par exemple).
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 63 sur 132
Page 63 sur 186
2. Un PRSE : pourquoi et comment ?
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 64 sur 132
Page 64 sur 186
Le contexte institutionnel
Au niveau international, dès 1989, l’OMS a initié la tenue de conférences internationales interministérielles
consacrées aux relations entre l’environnement et la santé. A Helsinki, en 1994, les Etats membres ont
décidé d’élaborer des plans nationaux d’action en santé environnement. La dernière conférence à Parme en
mars 2010 s’est traduite par la signature d’une déclaration commune prenant un certain nombre
« d’engagements à agir », et 4 priorités : les enfants, le changement climatique, la participation des enfants,
des jeunes et autres parties prenantes, le développement des connaissances et outils pour l’élaboration et la
mise en œuvre des politiques.
Au niveau national, la thématique santé environnement fait partie des 5 préoccupations majeures de santé
publique reconnues par la loi de santé publique du 9 août 2004, au même titre que le cancer, le handicap,
les violences routières et les maladies rares. Cette loi instaure le 1er plan national santé environnement et
prévoit sa déclinaison régionale au sein des plans régionaux de santé publique (PRSP). Ainsi sont créés les
programmes régionaux santé environnement. Dans le cadre de la récente loi « Hôpital, patients, santé,
territoires » de 2009, les PRSP sont remplacés par un projet régional de santé qui doit, de la même façon,
intégrer des dispositions en santé environnement. Le PRSE2 doit donc être cohérent avec les orientations
du PNSE2, et du futur projet régional de santé porté par l’agence régionale de santé.
Santé environnement est aussi un thème phare du Grenelle de l’environnement et de la stratégie nationale
de développement durable de 2003, avec, notamment, l’émergence du principe d’équité environnementale.
Cette question des inégalités, de plus en plus au cœur des préoccupations de l’ensemble des politiques
publiques, trouve sa traduction la plus forte dans la Charte de l’environnement de 2005 qui fait du droit à «
vivre dans un environnement équilibré et respectueux de la santé » un droit constitutionnel.
Les bases de travail régionales ayant guidé l’élaboration du 2ème
PRSE
Le PNSE 2009-2013 en bref : 58 actions nationales
Le PNSE 2 s’inscrit dans la continuité des actions portées par le premier PNSE et décline les engagements
du Grenelle de l'environnement en santé environnement. Sur la base d’un constat commun, il doit pour la
période 2008-2013 :
•
poser les principaux enjeux
•
caractériser et hiérarchiser les actions à mener
•
définir un ensemble d'actions communes et concertées (niveau national et local)
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 65 sur 132
Page 65 sur 186
Le Plan National Santé Environnement n’a pas vocation à intégrer l’ensemble des mesures prises dans le
domaine de la Santé-environnement, ni à se substituer aux différents plans existants.
Deux paragraphes sont consacrés aux liens entre les différents plans de santé publique ou thématiques
(Plan Santé-Travail, Plan Ecophyto 2018, SDAGE, Plan d’élimination des déchets …) : « L’articulation avec
le Plan Stratégique Régional de Santé Publique de Guyane et les schémas et programmes régionaux de
santé publique de Guyane » et « L’articulation avec les autres plans et programmes de Guyane en lien avec
santé environnement ».
Élaboration du PNSE 2
La concertation était basée sur le rapport du groupe de travail lancé dans les suites du Grenelle de
l'environnement (entre janvier 2008 et le 14 avril 2009), avec la consultation au niveau national et local entre
octobre 2008 et février 2009 avec des associations, des élus, des partenaires sociaux, des employeurs et de
l’Etat.
Deux axes majeurs
Axe 1 : Actions du PNSE 2 pour réduire les expositions responsables de pathologies à fort impact sur la
santé
•
réduire les émissions de particules dans l’air
•
réduire les émissions dans l’air et dans l’eau de six substances jugées particulièrement importantes
au vu de leur toxicité et de l’exposition de la population
•
améliorer la qualité de l’air intérieur des bâtiments
•
réduire les expositions aux substances cancérigènes, mutagènes ou reprotoxiques (CMR) en milieu
de travail
•
développer des modes de transport respectueux de la santé.
Axe 2 : Actions du PNSE 2 pour réduire les inégalités environnementales
•
réduire l’exposition des enfants, des femmes enceintes aux produits cancérigènes, neurotoxiques,
reprotoxiques et mieux gérer les risques liés aux reprotoxiques et aux perturbateurs endocriniens
•
réduire les expositions dans les bâtiments recevant des enfants
•
renforcer la lutte contre les atteintes auditives et les traumatismes sonores liés à l’écoute de la
musique
•
prévenir les allergies
•
améliorer la prise en charge des pathologies
•
renforcer le programme de résorption de l’habitat indigne
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 66 sur 132
Page 66 sur 186
•
garantir l’accès durable à l’eau potable
•
identifier et traiter les zones à forte densité d’activité et à gérer les contaminations passées, l’histoire
industrielle ou la proximité d’infrastructure pouvant être à l’origine de « points noirs »
environnementaux
•
réduire les nuisances liées au bruit
•
réduire l’exposition à certaines substances ou agents d’origine naturelle comme les affleurements
d’amiante naturel ou le radon
Les douze mesures phares du PNSE2
•
Réduire de 30% les concentrations dans l’air ambiant en particules fines (PM2,5) d’ici 2015 et les
émissions dans l’air et dans l’eau de 6 substances toxiques prioritaires (mercure, arsenic, HAP,
benzène, perchloroéthylène et PCB/dioxines) d’ici 2013
•
Mettre en place un étiquetage sanitaire des produits et matériaux dans l’habitat au regard de la
qualité de l’air intérieur et rendre obligatoire l’utilisation des produits et matériaux les moins émissifs
dans les crèches et les écoles
•
Favoriser les mobilités douces
•
Assurer la protection des aires d’alimentation des captages d’eau les plus menacés
•
Améliorer la connaissance et réduire les risques liés aux rejets de médicaments dans
l’environnement
•
Mettre en place un programme de biosurveillance sanitaire
•
Expérimenter dans 4 régions un dispositif de traçabilité des expositions professionnelles
•
Renforcer le contrôle des substances, préparations et articles mis sur le marché en France,
notamment sur les produits destinés aux enfants
•
Réduire l’exposition aux substances préoccupantes dans l’habitat et les bâtiments accueillant des
enfants (mesures de qualité de l’air intérieur, identification et traitement des bâtiments construits sur
des sols pollués)
•
Développer un réseau de conseillers habitat-santé
•
Poursuivre le programme de lutte contre l’habitat indigne
•
Identifier et gérer les points noirs environnementaux
Les enseignements tirés du 1er PRSE
L’élaboration du PRSE1
Rappel du calendrier
•
•
•
Une première réunion du comité d’animation et de suivi s’est tenue en mai 2005.
Juillet – août 2005 : rédaction des fiches actions et sous-actions par les services pilotés désignés.
Octobre 2005 : rédaction de la première version du PRSE
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 67 sur 132
Page 67 sur 186
•
•
Entre février 2006 et mars 2007 : formulation d’avis (Conseil Economique et Social de la Région
Guyane, Conseil Régional Guyane, Conseil Départemental d’Hygiène, Conférence Régionale de
Santé)
13 mars 2007 : validation du Plan Régional de Santé Publique par arrêté préfectoral ; le PRSE
faisant partie intégrante du Plan Régional de Santé Publique.
Les instances de l’époque
L’organisation du PRSE1 en Guyane était déclinée comme suit :
-
un comité d’animation et de suivi
-
un comité de pilotage
L’animation du Comité de pilotage du PRSE était assurée par le comité d’animation et de suivi.
Le PRSE1 de la Guyane
Le PRSE de la Guyane comportait 26 actions (détail en annexe), déterminées à partir des 45 actions du
PNSE, sélectionnées en fonction des spécificités de la région Guyane et dont la mise en œuvre relève de
manière substantielle du niveau local.
Une action spécifique à la Guyane présente dans le PNSE1
-
« La prévention des risques liés au mercure »
Trois actions étaient spécifiques à la Guyane
-
« Prévenir et réduire les risques liés aux maladies transmises par les vecteurs »
-
« Lutter contre les maladies entériques des populations vivant en sites isolés sur les fleuves »
-
« Protéger la santé des personnes séjournant sur les chantiers d’orpaillage et les sites
touristiques isolés »
Vingt six actions dans le PRSE1 de Guyane
De ces 26 actions, 9 sont considérées prioritaires car classées comme telles au niveau national ou en raison
de spécificités régionales marquées. A ce titre, ces actions feront l’objet d’une mobilisation particulière des
services de l’Etat. Au total 80 fiches sous actions étaient associées aux 26 fiches actions.
Listes des 9 actions « prioritaires » du PRSE1 en Guyane
o
Réduire de 50 % l’incidence de la légionellose d’ici 2008
o
Réduire les émissions aériennes de substances toxiques d’origine industrielle
o
Améliorer la qualité de l’eau potable en préservant les captages des pollutions ponctuelles et
diffuses
o
Prévenir les risques spécifiques d’exposition au mercure en Guyane et aux pesticides en
Guadeloupe et Martinique
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 68 sur 132
Page 68 sur 186
o
Réduire les expositions professionnelles aux agents cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques
CMR, notamment celles concernant les poussières de bois, le benzène, le plomb et les fibres
céramiques réfractaires, en renforçant et en modernisant les moyens de contrôle et les services de
santé et de sécurité au travail
o
Organiser l’exploitation des données existantes pour estimer l’exposition de la population aux
pesticides
o
Faciliter l’accès à l’information en Santé-environnement et favoriser le débat public
o
Prévenir et réduire les risques liés aux maladies transmises par les vecteurs
o
Lutter contre les maladies entériques des populations vivant en sites isolés sur les fleuves
Les actions 17 « retenues » du PRSE1 en Guyane
o
Réduire de 30 % la mortalité par intoxication au Monoxyde de Carbone d’ici 2008
o
Promouvoir des modes de déplacement alternatifs
o
Mieux prendre en compte l’impact sur la santé des projets d’infrastructure de transports
o
Réduire les émissions de NOx des installations industrielles
o
Réduire les émissions polluantes du secteur résidentiel et tertiaire
o
Limiter les pollutions des eaux et des sols dues aux pesticides et à certaines substances
potentiellement dangereuses
o
Diminuer le risque sanitaire dû à la baignade
o
Protéger la santé des populations vivant en habitat insalubre
o
Renforcer la surveillance du marché notamment par la réalisation de campagnes ciblées de contrôle
o
Renforcer, notamment en milieu professionnel, la protection des femmes enceintes et la
préservation de la fertilité masculine.
o
Améliorer la prévention du saturnisme infantile, le dépistage et la prise en charge des enfants
intoxiqués
o
Améliorer l’information sur la prévention de l’asthme et des allergies
o
Protéger les adolescents des risques dus à la musique amplifiée
o
Veiller à la qualité des bâtiments accueillant des enfants
o
Développer l’information et la formation des différents acteurs de la prévention dans l’entreprise
o
Consacrer la fête de la science en 2006 au thème Santé-environnement
o
Protéger la santé des personnes séjournant sur les chantiers d’orpaillage et les sites touristiques
isolés
Des exemples de réalisations découlant du PRSE I
Le détail des actions réalisées est présenté en annexe.
-
Réduire les émissions aériennes de substances toxiques d’origine industrielle, sous-action : «
Réduire les émissions atmosphériques de mercure des installations d’affinage des métaux » :
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 69 sur 132
Page 69 sur 186
o
recensement des installations visées, réunions d’information et de sensibilisation des
professionnels du secteur, visites d’inspection approfondie, mise en conformité
administrative.
-
Mieux maîtriser les risques liés aux substances chimiques
o
« Réduction des expositions professionnelles aux agents cancérigènes, mutagènes et
reprotoxiques » : réalisation et diffusion d’une plaquette d’information sur le risque
cancérigène,
mutagène
et
reprotoxique,
interventions
directes
en
entreprises
notamment celles du secteur bois, développement de mesures à réduire le risque en
cas de détection de risques.
-
Réduire les émissions de NOx des installations industrielles
o
Application de la réglementation pour la réduction des émissions polluantes de NOx des
installations de pollution
-
Limiter les pollutions des eaux et des sols dues aux pesticides et à certaines substances
potentiellement dangereuses
o
-
Consacrer la fête de la science en 2006 au thème santé environnement
o
-
Réalisation de campagnes de mesure des pesticides dans les eaux superficielles
Organisation de la fête de la science en 2006 sur le thème « santé et environnement »
Protéger la santé des personnes séjournant sur les chantiers d’orpaillage et les sites touristiques
isolés
o
Renforcement de la prise en compte des aspects sanitaires dans les dossiers
d’autorisation d’orpaillage et les autorisations délivrées
o
Poursuite des contrôles des chantiers d’orpaillage vis-à-vis des aspects sanitaires
o
Amélioration des conditions sanitaires de l’accueil dans les sites touristiques
Principales conclusions de l’évaluation du PRSE1
-
Le PRSE1 a permis de fédérer les services déconcentrés de l’Etat autour de la thématique Santéenvironnement
-
Le PRSE1 n’avait pas impliqué et associé suffisamment les collectivités territoriales, les entreprises,
les associations et les usagers
-
Le PRSE1 ne disposait pas de moyens spécifiques et importants mobilisables au niveau régional
pour sa mise en œuvre
-
Le PRSE1 était dépourvu d’instance active régulièrement pour le suivi et l’appui à la mise en œuvre
des actions inscrites dans le Plan
-
Les pilotes des actions (16 institutions différentes ou groupement d’institution) ont fait l’objet d’un
changement de personnel important : seuls 3 demeurent les même en termes de personnes au
moment de l’évaluation en 2010
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 70 sur 132
Page 70 sur 186
PRSE1 de Guyane
Les principaux points forts
-
Les principaux points faibles
La prise en compte et l’affichage de l’enjeu santé environnement
-
Des priorités étudiées en adéquation avec les problématiques
-
régionales
-
-
La valorisation d’actions
-
Une meilleure visibilité de l’action publique et du rôle de l’Etat
Un PRSE trop administration-centré : peu d’implication des
collectivités, manque de sollicitations d’experts scientifiques
Peu de moyens attribués spécifiquement
Complexité de l’articulation avec les autres plans (compte tenu
de leur nombre)
Ces conclusions, pour les principales, sont retrouvées dans les évaluations nationales du PNSE1.
Les engagements pour le PRES2 découlant des conclusions de l’évaluation du PRSE1
La prise en compte des préconisations faites lors de l’évaluation du 1er PRSE s’est traduite par les mesures
suivantes :
-
engager un partenariat Etat-Région dans le pilotage du PRSE2
-
mettre d’une démarche de concertation élargie préalable à la rédaction du PRSE2, et l’ouverture du
comité de pilotage à des partenaires extérieurs à l’Etat
-
favoriser l’engagement des acteurs (collectivités, institutions, experts, scientifiques, associations) en
les mobilisant, au travers d’ateliers de travail, sur des thématiques et des entrées moins techniques,
plus transversales et plus fédératrices
-
ne pas décliner stricto sensu les actions du PNSE pour laisser suffisamment d’espace aux initiatives
locales et à la prise en compte des spécificités locales
-
articuler le PRSE avec les autres politiques de santé ou d’environnement qui sont en interaction
La démarche d’élaboration du PRSE2
Les instances mises en place
Le GRSE (groupe régional santé environnement)
Il est composé d'environ 80 membres : collectivités, associations de patients, d’usagers, d’environnement,
de professionnels de santé, représentants du monde économique (chambres, syndicats…), services de
l’Etat, personnalités qualifiées (experts scientifiques), autres partenaires (assurance maladie, établissements
publics…). Il est co-présidé par le Préfet de région et le Président du conseil régional. Il a été réuni au début
et à la fin des travaux d’élaboration du PRSE2 : le 15 avril 2011, le 21 décembre 2011 et le xx février 2012.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 71 sur 132
Page 71 sur 186
Le comité de pilotage restreint
Compte tenu du nombre important de participants au GRSE, un comité plus restreint a été constitué pour
suivre les travaux. Il est composé de membres du conseil régional, du conseil général, de l’ARS, de la
DEAL, de la DAAF, de la DIECCTE et de l’ORS.
L'animation du comité de pilotage restreint a été assurée par deux représentantes de la DEAL (risques
chroniques et environnement) et un représentant de l'ARS (santé environnement).
Le comité de pilotage élargi
Un comité élargi du comité restreint a été constitué lors de certaine étapes clefs des travaux avec la
participation des animateurs des ateliers. Le comité de pilotage élargi a permis d'aider à l'animation et
d'aborder les questions transversales aux différents ateliers.
Les ateliers thématiques
Ils avaient pour missions d’identifier les enjeux prioritaires et de formuler des préconisations d’actions au
comité de pilotage du PRSE2 par un travail en atelier. Neuf ateliers ont été proposés :
1.
atelier « protéger la santé et l’environnement des enfants et des personnes vulnérables du
fait de leur état de santé ».
2.
atelier « impacts sur la santé des substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols dont le
mercure, les pesticides, les phytosanitaires et autres »
3.
atelier « accès à l’eau potable et protection des contaminations environnementales liées à
l’eau. »
4.
atelier «aménagement du territoire et qualité de vie, modes de transports doux ».
5.
atelier « sensibiliser la population à la santé environnementale : éducation, formation,
communication »
6.
atelier « maladies vectorielles » : prévention, lutte contre les vecteurs, actions
communautaires
7.
atelier habitat « indigne et insalubre »
8.
atelier « Santé-environnement au travail »
9.
atelier « réduire les substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols (dont sites et sols
pollués et déchets) »
Les ateliers étaient animés par des membres du GRSE : des agents du conseil régional, du conseil général,
de l’ARS, de la DEAL, de la DAAF, de la DIECCTE, de la Caisse Générale de Sécurité Sociale et de
l’ORSG.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 72 sur 132
Page 72 sur 186
Le travail au comité de pilotage, en atelier et au GRSE
Le travail en comité de pilotage
La préparation du GRSE et de son mode de fonctionnement
Des engagements demandés aux partenaires ont été inscrits dans une charte d’organisation et de
fonctionnement du GRSE (cf. annexe pour la charte complète), notamment :
Les membres du GRSE s’engagent à :
•
élaborer le second PRSE,
•
suivre le déroulement du plan pendant sa phase de mise en œuvre sur la période 2009-2013
•
se réunir périodiquement : il est prévu deux à trois réunions pendant la phase d’élaboration du
PRSE 2, et une réunion annuelle pendant la durée du plan.
Les partenaires devaient s’engager à contribuer à la dynamique du GRSE, notamment :
•
en participant aux réunions des ateliers auxquels ils se sont inscrits,
•
en contribuant aux échanges et aux avis demandés,
•
en enrichissant les débats au moyen d’éléments objectifs,
•
en étant force de propositions constructives pour élaborer le contenu du plan, en étant le relais de
l’information auprès de leurs propres réseaux.
Une adaptation des actions proposées dans le 2éme PNSE au contexte Guyanais
Les 58 actions inscrites dans le PNSE2 ont été analysées préalablement en comité de pilotage pour en
proposer une sélection aux animateurs d’atelier en tenant compte de trois critères suivants :
-
les thématiques des ateliers,
-
l’adéquation au niveau territorial de leur mise en œuvre
-
leur pertinence vis-à-vis des spécificités locales guyanaises.
Des thématiques ont été estimées prioritaires ou simplement « retenues » :
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 73 sur 132
Page 73 sur 186
o
Quinze des 58 actions nationales ont été proposées comme prioritaires et réparties selon leur
thématique dans 6 ateliers :
Libellée des actions du PNSE2 proposées aux ateliers
Fiche du PNSE2
comme prioritaires en Guyane par le COPIL
Réduire les rejets de six substances toxiques dans l’air et dans
FICHE 2 « REDUCTION DES SUBSTANCES TOXIQUES DANS
l’eau (Décline l’engagement 138a du Grenelle)
L’AIR ET DANS L’EAU »
Améliorer les connaissances sur les expositions aux pesticides
(phytosanitaires et biocides)
Développer des actions d’incitation et d’aide à la substitution de
substances toxiques en milieu de travail et favoriser le
développement de procédés alternatifs
FICHE 4 « REDUIRE L’EXPOSITION AUX SUBSTANCES AYANT
UN EFFET CANCERIGENE MUTAGENE OU REPROTOXIQUE
Renforcer le suivi des expositions professionnelles
(CMR) EN MILIEUX DE TRAVAIL »
Renforcer la lutte contre les atteintes auditives et les
traumatismes sonores aigus liés à l’écoute de musiques
amplifiées
Conforter et développer le programme national de traitement de
l'habitat indigne
FICHE 8 « LUTTE CONTRE L’HABITAT INDIGNE »
Prévenir l'insalubrité due à la suroccupation
Créer des mesures ciblées d’accompagnement social
Protéger de manière efficace la ressource aux échelles des
périmètres de protection et des aires d’alimentation des
captages (Décline l’engagement 101 du Grenelle)
FICHE 9 « PROTEGER LA POPULATION DES CONTAMINATIONS
ENVIRONNEMENTALES LIEES A L'EAU »
Réduire les apports de certaines substances dans le milieu
aquatique
Maîtriser la qualité sanitaire de l'eau distribuée
Assurer une gestion durable de la disponibilité en eau
Identifier et gérer les zones géographiques pour lesquelles on
observe une surexposition à des substances toxiques
FICHE 10 LUTTE CONTRE LES « POINTS NOIRS
Renforcer la gestion des sites et sols pollués (Décline les
ENVIRONNEMENTAUX »
engagements 241 et 242 du Grenelle)
Réhabiliter ou gérer les zones contaminées, notamment outremer
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 74 sur 132
Page 74 sur 186
o
Vingt cinq des 58 actions nationales ont été proposées comme « retenues » et réparties selon leur
thématique dans les 9 ateliers :
Fiche du PNSE2
FICHE 1 « PLAN PARTICULES »
FICHE 2 « REDUCTION DES SUBSTANCES
Libellée des actions du PNSE2 proposées aux ateliers comme « retenues »
en Guyane par le COPIL
Mieux réguler la mobilité et réduire les émissions atmosphériques unitaires de
chaque mode de transport
Réduire les rejets de six substances toxiques dans l’air et dans l’eau (Décline
l’engagement 138a du Grenelle)
TOXIQUES DANS L’AIR ET DANS L’EAU »
Construire sainement par la limitation des sources dans le bâti et la maîtrise des
installations d'aération, de ventilation et de climatisation
Mieux gérer la qualité de l’air intérieur dans les lieux publics
FICHE 5 « SANTE ET TRANSPORTS »
Prendre en compte l’impact sur la santé des différents modes de transport
Favoriser les transports actifs et les mobilités douces
Réduire les nuisances liées au bruit généré par les transports
Améliorer la santé et le confort des usagers et des travailleurs des transports
Réduire l’exposition des enfants et des femmes enceintes ou en âge de procréer
aux substances les plus dangereuses
FICHE 6 « PROTEGER LA SANTE ET
L’ENVIRONNEMENT DES ENFANTS »
Mieux gérer les risques liés aux reprotoxiques et aux perturbateurs endocriniens
Réduire les expositions dans les bâtiments accueillant des enfants
Améliorer la prise en compte de la sensibilité particulière des enfants, des
femmes enceintes ou en âge de procréer dans l'expertise des risques
FICHE 7 « PROTEGER LA SANTE ET
Prévenir les allergies
L’ENVIRONNEMENT DES PERSONNES
VULNERABLES DU FAIT DE LEUR ETAT DE
Développer la profession de conseillers « habitat-santé » ou « en environnement
SANTE »
intérieur »
Intégrer la lutte contre le bruit dans une approche globale
Renforcer la police du bruit
FICHE 11 « DIMINUER L’IMPACT DU BRUIT»
Se doter d’outils permettant d’appréhender l’impact sanitaire du bruit
Organiser l’information et la concertation sur les ondes électromagnétiques
Améliorer la connaissance et réduire les risques liés aux rejets de médicaments
dans l’environnement
Afficher clairement le domaine santé environnement travail dans les politiques
FICHE 14 « RECHERCHE »
scientifiques des différents opérateurs de recherche et renforcer les moyens
humains et financiers
Renforcer les disciplines de recherche majeures et les thématiques prioritaires
pour la prédiction et l'évaluation des risques et dangers environnementaux,
notamment sur les pathologies en forte augmentation ou (re)émergentes et sur
les risques émergents
Renforcer la recherche sur les contaminants de la chaîne alimentaire
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 75 sur 132
Page 75 sur 186
Favoriser la recherche technologique et l’innovation pour l’accompagnement des
entreprises vers des pratiques plus respectueuses de la santé et de
l’environnement
Eduquer les jeunes en santé environnement travail
Développer des outils d’information en santé environnement travail et en
mesurer l’impact
o
La question des déchets en Guyane est apparue comme une thématique prioritaire et transversale à
étudier dans plusieurs ateliers
o
Quatre thématiques ont ajoutées aux actions nationales du fait des spécificités locales et des actions
du PRSE1 de Guyane
Prévenir et réduire les risques liés aux maladies transmises par les vecteurs
Thématiques ajoutées aux actions nationales du
Evaluer et réduire les impacts environnementaux et sanitaires de la lutte
antivectorielle
fait des spécificités locales et des actions du
PRSE1 de Guyane
Lutter contre les maladies entériques des populations vivant en sites isolés
Protéger la santé des personnes séjournant sur les chantiers d’orpaillage et
les sites touristiques isolés
Aide à l’animation des ateliers
Le comité de pilotage a produit des documents pour l’aide à l’animation et pour favoriser une harmonisation
des résultats du travail en atelier :
-
Elaboration d’un guide à l’attention des animateurs
-
La rédaction d’une fiche action type à utiliser comme modèle
A plusieurs reprises le comité de pilotage a été réuni de manière élargie avec les animateurs des ateliers
pour prendre en compte les difficultés éventuelles rencontrées en atelier.
Le travail en ateliers
Chaque atelier s’est réuni globalement à trois reprises.
o
La 1ère réunion avait pour objectif de définir le périmètre de réflexion de l’atelier, d’identifier les
enjeux prioritaires sur la base des éléments de connaissance disponibles et des actions nationales
o
La 2ème réunion avait pour objectif de formuler des axes stratégiques et de poser les premières
bases des actions
o
La 3ème réunion avait pour objectif de finaliser la définition des actions par la validation dans l'atelier
des fiches actions
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 76 sur 132
Page 76 sur 186
Définition du programme d’actions du PRSE2 de Guyane
Les actions ont été proposées au COPIL par les animateurs des ateliers. Le COPIL a pris en compte les
difficultés éventuelles pour la définition des actions. Seul le caractère opérationnel des actions s’imposait
pour leur intégration dans le programme d’action du PRSE2. Pour être retenues, les actions devaient avoir :
o
un contenu précis
o
un contour bien délimité
o
un pilote identifié
Le parti pris en COPIL a été de ne pas discuter l’opportunité et la pertinence des actions
opérationnelles proposées après la phase de travail en atelier pour respecter la concertation pour
l’élaboration du PRSE.
Les actions dont le caractère opérationnel n’était pas abouti à la date de rédaction du PRSE2 de Guyane
sont indiquées dans le document, au paragraphe « Les actions non retenues dans le PRSE2 de Guyane à la
date du 1er décembre 2011 ». Ces actions doivent être considérées comme des possibilités d’actions
importantes puisqu’abordées en atelier mais dont le caractère opérationnel n’a pas encore abouti. Un appel
à pilote est lancé lors de la consultation pour ré-envisager leur intégration dans le programme d’action du
PRSE 2 de Guyane.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 77 sur 132
Page 77 sur 186
Consultation sur le projet de PRSE2
La consultation générale au-delà des groupes de travail doit permettre à la population, aux acteurs, aux
partenaires n’ayant pas participé aux ateliers d’exprimer leurs points de vue sur l’état des lieux, les enjeux
en Guyane et le programme d’actions proposés dans le PRSE2 de Guyane.
La consultation en ligne sur internet
Diffusion de l’information sur la consultation
Une version papier du projet de PRSE2 a été envoyée à tous les élus de Guyane (Maires, Députés,
Sénateurs et Présidents des conseils Général et Régional).
Une lettre et/ou un message électronique d’information de la mise en ligne sur le site internet de l’ARS du
document et du questionnaire d’enquête a été diffusée largement : aux membres du Groupe Régional Santé
Environnement, au Rectorat (pour une diffusion au corps enseignant), aux professionnels de santé
(Médicaux, paramédicaux, aux établissements de santé, aux corps professionnels, aux représentants
professionnels …), aux membres du Comité Départemental d’Evaluation des Risques Sanitaires et
Technologiques, aux membres de groupes d’experts (Maladies Infectieuses Transmises par les Insectes,
Groupe sur les épidémies), aux membres de la Commission Régionale de la Santé et de Autonomie ...
Les médias ont relayé l’information le jour du début de la consultation le 21 décembre 2011 par des articles
de journaux dans la presse, sur internet, à la radio et à la télévision. Mi-janvier, une relance de l’information
sur la consultation en cours a été faite dans le principal quotidien local, France Guyane.
Pendant toute la période de consultation, une information avec un lien directe vers le site de l’ARS a été
achetée par l’ARS sur le site d’information et d’échange le plus consulté de Guyane (www.blada.com).
Le projet de PRSE2 était par ailleurs en libre consultation avec un questionnaire « papier » à l’accueil du
siège de l’ARS à Cayenne et de l’antenne de Saint Laurent du Maroni.
Présentation du questionnaire de consultation
Le questionnaire comportait trois rubriques, en plus d’une rubrique d’informations générales sur la personne
donnant son avis :
•
•
•
Une proposition de classement des 7 enjeux identifiés dans le projet de PRSE2 avec la
possibilité de proposer des enjeux en plus
Une collecte d’avis sur l’état des lieux sur les questions de Santé-environnement présentées
dans le projet de PRSE2
Un avis sur les moyens budgétaires à mobiliser sur les 9 thématiques et les 16 groupes
d’actions du projet de PRSE2
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 78 sur 132
Page 78 sur 186
Résultats de la consultation :
Sur la période de mise en ligne de la consultation entre le 21 décembre 2011 et le 15 février 2012, 259 avis
ont été collectés sur internet et une dizaine reçues à l’ARS. Au total, le nombre d’avis représente environ
0,1 % de la population de Guyane et environ 0,6 % du nombre d’abonnés à internet en Guyane11.
•
Classement des 7 grands enjeux en santé environnement en Guyane :
A partir des résultats de la consultation, le classement suivant peut être établi :
Classement des 7 grands enjeux en santé environnement en Guyane
Le défaut d'accès à l'eau potable en Guyane
Les maladies vectorielles (dengue, paludisme, etc...)
L' éducation et la promotion de la santé en santé environnement
La pollution environnementale
Les risques liés à l'habitat et aux milieux de vie
Les inégalités dans le domaine santé environement en Guyane
Les alertes sanitaires d'origine environnementale
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
Sur la base de ces résultats, les enjeux seront reclassés dans le PRSE2 de Guyane :
(1)
(2)
(3)
(4)
(5)
(6)
(7)
Le défaut d’accès à l’eau potable en Guyane
Les maladies vectorielles (Dengue, Paludisme …)
L’éducation et la promotion de la santé en santé environnement
La pollution environnementale
Les risques liés à l’habitat et aux milieux de vie
Les inégalités dans le domaine santé environnement en Guyane
Les alertes sanitaires d’origine environnementale
•
Les propositions d’enjeux lors de la consultation
Globalement, le champ de propositions libres a été utilisé par 50 % des personnes donnant leur avis.
Beaucoup de propositions (46 %) portaient sur des thématiques plus générales : santé, soins,
établissements de santé, actions sociales, économie, actions des communes ...
11
En 2009, on dénombrait 40 800 abonnements à Internet en Guyane, p 134 du Rapport annuel 2010 sur la
Guyane de l’Institut d’émission des départements d’Outre-mer, www.iedom.fr, onglet « Publications ».
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 79 sur 132
Page 79 sur 186
Sur les thématiques Santé-environnement, les 42 propositions, portaient principalement sur les questions
liées à l’orpaillage, aux pesticides, aux pollutions par les déchets, à l’impact du spatial et à l’habitat. En
terme de thématiques, les propositions concernaient principalement le milieu de vie (57 %), l’eau (28 %) et la
lutte antivectorielle. A noter des suggestions d’augmenter le prise en compte des actions transfrontalières,
de la pluridisciplinarité et de l’évaluation des actions.
Ces propositions seront transmises aux acteurs concernés et seront utilisées pour les travaux futurs.
•
Avis sur l’état des lieux par thématique en Santé environnement en Guyane
Pour 46 % des réponses, l’état des lieux par thématique est considéré comme « complet » (12 % sans
réponse et 23 % sans avis). Trente et un pourcent des personnes consultées le considèrent comme « assez
détaillé » (28 % sans réponse et 20 % sans avis).
•
Avis sur la mobilisation de budgets pour des actions détaillées dans le PRSE2
Neuf sujets considérés à plus de 70 % des réponses comme « important, urgent pour lesquels il faut
mobiliser des moyens et des budgets » (classement dans l’ordre) :
(1)
(2)
(3)
(4)
(5)
(6)
(7)
(8)
(9)
prévention du risque lié au mercure (89 %),
les besoins fondamentaux en eau potable (89 %),
les risques de contamination de l’eau potable (87 %),
les phytosanitaires (80 %),
la sensibilisation de la population en Santé-environnement (80 %)
le développement des connaissances dans le domaine de la lutte vectorielle (79 %),
la réduction des rejets dans l’environnement (77 %),
l’inventaire et le suivi des émissions dangereuses (71 %),
le traitement de l’insalubrité diffuse (71 %)
Six sujets considérés comme « important, urgent il faut mobiliser des moyens et des budgets » à moins de
70 % des réponses :
(10)les projets architecturaux pour répondre aux besoins des populations sensibles du
fait de leur état de santé (66 %),
(11)le développement d’intervenant/conseillers en Santé-environnement (60 %),
(12)un réseau d’échange en Santé-environnement (60 %),
(13)l’approche partenariale et transversale pour la lutte contre l’habitat insalubre (56 %)
(14)le risque chimique au travail (53 %),
(15)le transport fluvial (53 %),
(16)l’amélioration de la connaissance sur les particules dans l’atmosphère (36 %).
Ces résultats seront pris en compte par le comité de suivi du PRSE après avis du comité de pilotage pour
l’élaboration du PRSE2 de Guyane.
•
Profil des personnes ayant répondus à la consultation :
Vingt cinq pourcent des personnes étaient âgées entre 26 et 35 ans, 57 % entre 36 et 60 ans. Le répondant
était une femme à 58 %, un « Cadre ou profession libérale » à 52 % ou un « employé ou ouvrier » à 28 %.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 80 sur 132
Page 80 sur 186
Des habitants de 18 des 22 communes de Guyane et d’une commune d’Ile de France ont participé à
l’enquête. Sauf pour Saint Laurent du Maroni avec 8 % des personnes consultées, la participation est
hétérogène mais assez proportionnelle aux populations des communes : 30 % pour Cayenne, 19 % pour
Rémire-Montjoly, 16 % pour Kourou et 12 % pour Matoury.
Les avis par retour de courrier
La DEAL, l’Observatoire Régional de la Santé de Guyane, le Rectorat, une association et des médecins de
l’ARS ont transmis un avis écrit. Les avis collectés par retour de courrier et par messagerie portaient sur des
erreurs techniques et scientifiques présentes dans le document, sur les financements considérés comme
insuffisants (sur les pesticides notamment), sur l’importance des collaborations transfrontalières et sur la
présentation et la lisibilité du document.
Le document a été repris sur la présentation des actions, les erreurs dans la première version et sur le
budget à allouer aux études sur les pesticides.
Consultation
en
Conseil
Départemental
d’Evaluation
des
Risques
Sanitaires
et
Technologiques
Les membres du Conseil Départemental d’Evaluation des Risques Sanitaires et Technologiques, ont été
consultés directement et individuellement lors du lancement de la consultation le 21 décembre 2011 puis,
avec la présentation du résultat de la consultation lors de la séance du CODERST du 7 mars 2012.
Consultation en Comité de pilotage pour l’élaboration du PRSE
Le copil du PRSE a réalisé une dernière relecture avant sa mise à la signature.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 81 sur 132
Page 81 sur 186
3. Le programme d’actions du PRSE2 de Guyane
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 82 sur 132
Page 82 sur 186
Résumé du programme d’actions et des objectifs du PRSE
Résumé des axes des actions proposées
1.
La question du mercure en Guyane
• Réaliser un état des lieux des connaissances de
l’imprégnation des poissons de Guyane (pilote
ARS, financement déjà réalisé)
• Faire une évaluation précise du risque sanitaire
(pilote ARS, financement interne)
• Diffuser les mesures de protection individuelles
adaptées pour les populations des sites isolés et
la population en général
. Réaliser de nouveaux supports de
prévention (pilote ARS, financement :
20 000 €)
. Organiser des réunions publiques
d’information (pilote ARS, financement :
25 000 €)
. Déployer les nouveaux outils de
prévention (pilote ARS, 2 500 €)
. Réaliser et diffuser un guide de
consommation de poisson pour la
population générale (pilote ARS, 9 000 €)
2.
Satisfaire les besoins fondamentaux en
eau potable de la population
• Identifier les zones sans accès à l’eau potable
(pilote ARS, financement : 25 000 €)
• Diagnostiquer les installations d’alimentation en
eau existantes (pilote DAAF, financement :
100 000 €)
• Elaborer un guide pour le conseil pour
l’équipement pour l’alimentation en eau potable
(pilote : DAAF, financement 5 000 €)
• Maîtriser les consommations d’eau en général
où l’accès à l’eau est déjà assuré :
. Promouvoir dans la population les
économies d’eau (pilote ARS,
financement : 5 000 €)
. Limiter les fuites sur le réseau de
distribution (pilote DAAF, financement
interne)
3.
Protéger la population des
contaminations environnementales liées à
l’eau
• Informer la population générale de l’existence de
périmètres de protection (pilote ARS,
financement : 5 000 €)
• Informer à domicile la population habitant à
proximité de l’existence de périmètres de
protection (pilote ARS, financement : 5 000 €)
• Installer une signalétique à proximité de
périmètre de protection de captages (pilote ARS,
financement : 20 000 €)
• Rédiger un guide pour la protection des
ressources en eau à l’attention des collectivités
locales (pilotes ARS, financement : 5 000 €)
• Organiser des campagnes d’information sur la
qualité de l’eau du robinet (pilote ARS,
financement : 5 000 €)
4.
Impacts et risques sanitaires des
produits phytosanitaires
• Remettre en place un groupe de travail sur la
question (pilote DAAF, financement interne)
• Evaluer l’impact sur les utilisateurs et leur
environnement familial (pilote DAAF,
financement : 20 000 €)
• Evaluer le risque pour les consommateurs (pilote
DAAF, financement : 25 000 €, à préciser :
l’ORSG proposait 100 000 € lors de la
consultation.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 83 sur 132
Page 83 sur 186
5.
Sensibiliser la population en Santéenvironnement
• Sensibiliser les enfants en milieu scolaire (pilote
ARS/Rectorat, financement : 40 000 €),
•Sensibiliser les jeunes en milieu extra scolaire
(pilote ARS/GPS, financement : 30 000 €),
• Sensibiliser les adultes en milieu professionnel
(pilote DDAS du Conseil Général/Rectorat,
financement : 30 000 €)
• Sensibiliser les adultes en milieu extraprofessionnel (pilote DDAS du Conseil Général,
financement : 30 000 €)
6.
« Maladies vectorielles » : prévention,
lutte contre les vecteurs, actions
communautaires
• Evaluer les conséquences sanitaires et
écologiques de la lutte anti vectorielle (pilote
ARS/DEAL, financement 60 000 €)
• Rechercher des solutions contre les vecteurs
alternatives à la lutte chimique (par pièges
pondoirs par exemple) (pilote IPG, financement :
192 000 €, dont financement partiel déjà réalisé
par l’ARS : 23 000 €)
• Améliorer la connaissance pour l’adoption de
comportements protecteurs par la population
(pilote IRD/ARS, financement : 174 000 €)
7.
Réduire les pollutions toxiques dans
l’air, l’eau et les sols
• Réduire les émissions et rejets pouvant
présenter un danger pour la santé et
l’environnement (pilote : DEAL, financement
interne)
• Synthétiser les connaissances sur la
cyanurisation utilisable en exploitation aurifère
(pilote BRGM, financement : 21 500 €)
• Réduire les émissions de fluides frigorigènes
fluorés (pilote : DEAL, financement interne).
• Limiter les impacts environnementaux des
décharges non autorisées (pilote : DEAL,
financement interne).
• Limiter les émissions polluantes du secteur
agricole :
. Apporter un appui technique et
réglementaire aux éleveurs pour réduire
l’impact de leur activité (pilote : DAAF,
financement interne)
. Réduire les émissions de phytosanitaire
par la mise en œuvre du plan Ecophyto
2018 en Guyane (pilote : DAAF,
financement 20 000 €)
. Améliorer la collecte des produits
phytosanitaires non utilisables (pilote :
DAAF, financement interne).
8.
Inventorier et suivre les émissions de
substances toxiques dans l’air, l’eau et les
sols pour la santé et l’environnement
• Connaître les installations classées rejetant des
substances dangereuses aqueuses (pilote :
DEAL, financement interne)
• Recenser la destination des rejets aqueux de
certains établissements (pilote : DEAL,
financement interne)
• Développer les systèmes d’informations : GIDAF
sur les données d’auto-surveillance,
GEOGUYANE / PRODIGE sur les données
géographiques environnementales (pilote : DEAL,
financement interne)
• Recenser les zones polluées par le mercure
(pilote BRGM, financement : 60 000 €)
9.
Traiter l’insalubrité de l’habitat
• Mettre en place une stratégie partagée (pilote
DEAL/ARS, financement interne)
• Appliquer la Loi Letchimy et ses nouvelles
dispositions (pilote DEAL, financement interne)
• Gérer la situation particulière d’habitat sur
d’anciennes décharges dans le cadre des
opérations RHI (pilote DEAL, financement interne)
• Améliorer le repérage de l’insalubrité par un
réseau de partenaires (pilote ARS, financement
interne)
• Développer la lutte contre les marchands de
sommeil (pilote ARS, financement interne)
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 84 sur 132
Page 84 sur 186
10.
Protéger la santé et l’environnement
des enfants et des personnes vulnérables du
fait de leur état de santé
• Produire un tableau partagé de synthèse pour le
recensement des populations particulièrement
vulnérables de Guyane (pilote ARS, financement
interne)
• Sensibiliser par des actions dans le domaine
scolaire sur la question du handicap en ville
(pilote ORC, financement : 5 000 €)
11.
Améliorer la coordination et l’échange
d’information entre les différents acteurs en
éducation et promotion en santé
environnement
• Créer un annuaire des acteurs (pilote GPS,
financement 30 000 €)
• Créer un relais entre les différents acteurs (pilote
GPS, financement 30 000 €)
• Créer un document d’information en Santéenvironnement à l’attention des acteurs (pilote
GPS, financement 20 000 €)
12.
Développer un réseau
d’intervenants/conseillers éducation et
promotion en Santé-Environnement
• Analyser le besoin, les actions déjà réalisées et
faire des propositions (pilote GPS/ARS,
financement : 40 000 €)
• Expérimenter la démarche
d’intervenants/conseillers en SantéEnvironnement (pilote GPS/ARS, financement :
40 000 €)
13.
Développer une approche transversale
de la lutte contre l’habitat indigne
• Rétablir la commission inter-services de l’habitat
dégradé (pilote Préfecture, financement interne)
• Créer un document d’information des communes
et mettre en place un réseau de correspondant
dans les communes (pilotage ARS, financement :
30 000 €)
14.
Santé-environnement au travail
• Communiquer vers les professionnels et la
population en générale sur les risques liés aux
produits Cancérigène, Mutagène et Réprotoxique
(pilote : DIECCTE, financement : 10 000 €)
• Informer les employeurs et salariés des risques
dus à l’exposition au bruit et aux produits
chimiques et les obligations associées notamment
dans les entreprises d’entretien et d’espace vert
(pilote : DIECCTE, financement interne)
15.
Aménagement du territoire et qualité
de vie, modes de transports doux
• Promouvoir les moteurs hors-bord 4 temps sur
les fleuves (pilote Conseil Régional,
financement 50 000 €)
• Sécuriser le transport fluvial des hydrocarbures
(pilote Conseil Régional, financement 50 000 €)
• Améliorer les conditions de transports par la
construction d’abris contre la pluie et le soleil
(pilote Conseil Régional, montage financier
réalisé)
16.
Amélioration de la connaissance sur
l’exposition aux particules via l’atmosphère
• Installer deux stations de mesure fixes des
particules fines dans l’atmosphère : une à Saint
Laurent du Maroni et l’autre dans l’Est Guyanais
(pilote ORA, financement : 140 000 €).
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 85 sur 132
Page 85 sur 186
Détail du programme d’actions du PRSE de Guyane
L’accès à l’eau potable et la protection des contaminations environnementales liées à
l’eau
Satisfaire les besoins fondamentaux en eau potable de la population
En Guyane, près de 15 % de la population n’a pas accès à l’eau potable. Les actions proposées
compléteront les actions déjà entreprises pour la satisfaction des besoins fondamentaux de la population en
matière d’accès à l’eau potable. Les actions portent non seulement sur la réponse à apporter (en identifiant
les zones sans accès à l’eau potable et en diagnostiquant les installations existantes) mais aussi sur la
maîtrise des consommations d’eau en général où l’accès à l’eau est déjà assuré (en limitant les fuites sur le
réseau de distribution et par la promouvoir les économies d’eau).
Protéger la population des contaminations environnementales liées à l’eau
Lorsque l’accès à l’eau est assuré, maîtriser la qualité de l’eau distribuée et la protection des ressources
sont primordiales. Les actions concernent d’une part l’action publique et privée sur les aspects techniques
pour développer des solutions adaptées et pour aider à la protection des ressources par un guide pour les
collectivités locales. D’autre part, une sensibilisation de la population pour promouvoir la qualité de l’eau
potable du robinet et l’adoption des comportements adaptés pour la protection des ressources en eau.
Axes
Satisfaire les besoins
fondamentaux en eau
potable de la population
Actions
Assurer une gestion durable
de la disponibilité en eau
potable en préservant la
ressource
Mesures
Limiter les fuites sur le
réseau
Promouvoir les économies
d’eau
Diagnostiquer les
installations existantes
Identifier les zones sans
accès à l’eau potable
Développer l’accès à l’eau
potable
Maîtriser la qualité de l’eau
distribuée
Protéger la population des
contaminations
environnementales liées à
l’eau
Protéger de manière efficace
la ressource aux échelles
des périmètres de protection
des captages (ppc)
Sous mesures
Pilotes
DAAF
ARS
DAAF
ARS
Améliorer et promouvoir la
qualité de l’eau potable
Organiser des campagnes
d’information sur la qualité
de l’eau du robinet
ARS
Développer des solutions
adaptées à chaque type de
sites isolés avec un
programme de mesures
spécifique (domaine public,
sites touristiques et
d’orpaillages, domaine privé
mono familial …)
Créer un programme de
mesures comblant les
déficits identifiés avec pour
objectif de réduire de 50%
ces déficits
ARS/DAAF
Créer un guide
d’accompagnement aux
collectivités sur la procédure
ARS
Accompagner de façon
durable la mise en œuvre
des périmètres de protection
des captages
Développer l’information
auprès du grand public
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Signalisation verticale sur
les périmètres
Fiche d’information annuelle
aux abonnés sur les
périmètres de protection des
captages
Information à domicile des
habitants localisés dan un
périmètre
ARS
ARS
ARS
Page 86 sur 132
Page 86 sur 186
Impacts sur la santé des substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols dont le mercure,
les pesticides, les phytosanitaires et autres
Prévention des risques sanitaires liés au mercure : ramener les niveaux d’imprégnation
biologique mercurielle des sous-groupes à risque en deçà des recommandations de l’OMS
Les études ont démontré l’importance de l’imprégnation au mercure de certaines populations. Les actions
proposées permettront un état des lieux des connaissances de l’imprégnation des poissons de Guyane, une
évaluation précise du risque sanitaire induit et la diffusion des mesures de protection individuelles adaptées
non seulement aux populations des sites isolés mais aussi pour la population en générale.
Impacts et risques sanitaires des produits phytosanitaires
Pour répondre à la question liée à l’utilisation de phytosanitaires et des impacts sur la santé pour les
utilisateurs et son environnement familial ainsi que pour les consommateurs, deux mesures sont proposées
pour une amélioration des connaissances du contexte guyanais particulier.
Particules : amélioration de la connaissance sur l’exposition aux particules
Il est proposé d’installation d’une station de mesure fixe à Saint Laurent du Maroni et dans l’Est Guyanais
pour l’extension géographique des mesures de la qualité de l’air en Guyane, notamment sur la question des
particules fines.
Axes
Impacts et risques sanitaires
des produits phytosanitaires
Particules : amélioration de la
connaissance sur l’exposition
aux particules
Prévention des risques
sanitaires liés au mercure :
ramener les niveaux
d’imprégnation biologique
mercurielle des sous-groupes
à risque en deçà des
recommandations de l’OMS
Actions
Mesures
Poursuite de l’évaluation de
l’impact et des risques des
PPP sur les utilisateurs et
environnement familial et de
l’évaluation de la
contamination des fruits et
légumes
Amélioration de la
connaissance sur les
particules par des mesures
en continu de particules dans
l’Ouest et l’Est Guyanais
Mise à jour des messages
sanitaires et des
recommandations sur la
consommation des poissons
et sur les autres
comportements alimentaires
permettant la diminution de
l’imprégnation mercurielle
Renforcement de la
campagne de prévention des
risques liés à la
consommation de poissons
Evaluer l’impact et risques
des PPP pour les utilisateurs
et l’environnement familial
Sous mesures
Pilotes
Etude d’évaluation de
l’impact et risques des PPP
pour les utilisateurs et
l’environnement familial
DAAF /
ARS
Mise en place d’un groupe de
travail thématique pour
reprendre les travaux déjà
initiés sur cette question ces
dernières années
DAAF
Evaluer le risque des PPP
sur les consommateurs
DAAF /
ARS
Installation d’une station de
mesure fixe à Saint Laurent
du Maroni et dans l’Est
Guyanais
ORA
Saisine de l’ANSES sur les
risques sanitaires liés à la
consommation des
différentes espèces de
poissons sur la base de la
synthèse visée dans la
mesure précédente
ARS
Diffusion du guide de
consommation de poissons
de Guyane
ARS
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 87 sur 132
Page 87 sur 186
imprégnés de mercure et sur
les comportements
alimentaires à privilégier
Réalisation de nouveaux
supports de communication
et de prévention des risques
sanitaires liés à la
consommation de poissons à
forte imprégnation mercurielle
ARS
Réalisation et diffusion d’un
guide de consommation de
poissons de Guyane pour la
population générale
ARS
Restitution auprès des
populations exposées et
promotion de comportements
alimentaires permettant la
diminution de l’imprégnation
mercurielle (consommation
fruit, fibres, boucanage du
poisson… etc)
Organisation de réunions
publiques d’informations en
sites isolés (campagne de
prévention sur le terrain) sur
l’ensemble des communes
exposées et dans les
principaux villages de ces
communes où les
imprégnations mercurielles
de la population sont les plus
fortes
Déploiement des nouveaux
outils de communication en
sites isolés
ARS
ARS
« Maladies vectorielles » : prévention, lutte contre les vecteurs, actions communautaires
Développer la connaissance, prévenir et réduire les risques liés aux maladies vectorielles et
aux moyens de lutte mobilisés
Les actions proposées sur la thématique des maladies vectorielles constituent des projets importants et
pluriannuels pour développer la connaissance, pour prévenir, réduire les risques et pour adapter les moyens
de lutte mobilisés. Cette forte mobilisation d’expertises en Guyane doit permettre une évaluation des
conséquences sanitaires de la lutte, la recherche de solutions alternatives et l’adoption de comportements
protecteurs par la population.
Axes
Développer la connaissance,
prévenir et réduire les risques
liés aux maladies vectorielles
et aux moyens de lutte
mobilisés
Actions
Mesures
Développer la connaissance
et réduire les risques liés aux
maladies vectorielles et aux
moyens de lutte mobilisés
Modification du
comportement des
populations
Sous mesures
Développer des méthodes
complémentaires à la lutte
chimique classique
IPG /
DDAS
Évaluation des
conséquences de la LAV sur
l'homme et le milieu
Identifier et utiliser les
données comportementales
et environnementales de
façon optimale
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
DEAL /
ARS
IRD /
ARS
Page 88 sur 132
Page 88 sur 186
Pilotes
Protéger la santé et l’environnement des enfants et des personnes vulnérables du fait de
leur état de santé
Mieux connaitre les populations concernées (enfants et des personnes vulnérables du fait de
leur état de santé) et les risques qui leur sont spécifiques
La mesure proposée doit permettre d’établir un tableau partagé de synthèse des populations
particulièrement vulnérables pour contribuer à leur protection et à la mobilisation des acteurs. Les tendances
et les évolutions, que l’on connait comme très rapides en Guyane (par exemple pour les enfants) seront
intégrées.
Promouvoir des projets architecturaux dans le domaine de l’habitat et des équipements
publics pour répondre besoins spécifiques de ces populations
L’action proposée doit permettre de mobiliser et sensibiliser la jeunesse et son proche entourage à
l’accessibilité de la ville aux personnes âgées ou handicapées pour améliorer la prise en compte de la
question du handicap en ville avec un projet pédagogique en milieu scolaire original de sensibilisation.
Axes
Actions
Mesures
Sous mesures
Pilotes
Mieux connaitre les
populations concernées
(enfants et des personnes
Caractériser et dénombrer de
vulnérables du fait de leur état
la population concernée
Edifier un tableau de synthèse
avec quelques chiffres
ARS
guyanais
de santé) et les risques qui
leur sont spécifiques
Promouvoir des projets
architecturaux dans le
La question du handicapé en
domaine de l’habitat et des
ville : réaliser un projet
équipements publics pour
pédagogique en milieu scolaire
répondre besoins spécifiques
pour sensibiliser les acteurs
de ces populations
Mobiliser et sensibiliser la
jeunesse et son proche
ORC
entourage à l’accessibilité de
la ville aux personnes âgées
ou handicapées.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 89 sur 132
Page 89 sur 186
Réduire les substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols (dont sites et sols pollués et
déchets)
Inventorier et suivre les émissions de substances dangereuses pour la santé et
l’environnement
L’objectif est d’une part d’améliorer les systèmes d’informations (GIDAF sur les données d’auto-surveillance
des exploitants d’installations classées pour la protection de l’environnement et GEOGUYANE/PRODIGUE
sur les données géographiques environnementales). D’autre part, deux inventaires proposés concernent les
installations agricoles, les zones polluées par le mercure et, enfin sur une synthèse des connaissances sur
la cyanuration utilisable en exploitation aurifère est proposée.
Réduire les émissions et rejets pouvant présenter un danger pour la santé et
l’environnement
Les actions proposées participeront d’une part dans le domaine agricole à la réduction des impacts
environnementaux des élevages, à la mise en œuvre du plan Ecophyto 2018 en Guyane et à la collecte des
produits phytosanitaires non utilisables. L’autre série de mesures concernent la réduction des émissions de
fluides frigorigènes fluorés et la limitation des impacts environnementaux des décharges non autorisées.
Axes
Actions
Mesures
Sous mesures
Déployer l’application GIDAF
DEAL
en Guyane
Améliorer la collecte et la
Pilotes
Créer la plate-forme
bancarisation des données
Santé-environnement
Mettre en place et faire vivre
PRODIGE, Animer la plate-
la plateforme GEOGUYANE /
forme PRODIGE, Ouvrir l’accès
PRODIGE
de la plate-forme PRODIGE aux
Inventorier et suivre les
DEAL
collectivités et au public
émissions de substances
Améliorer la connaissance et
dangereuses pour la santé
le suivi des émissions
et l’environnement
polluantes des
établissements ICPE et
agricoles
Connaitre les établissements
ICPE rejetant des substances
DEAL
dites « dangereuses » dans
leurs effluents aqueux
Recenser la destination des
rejets aqueux de certains
DEAL
établissements ICPE dans le
milieu naturel
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 90 sur 132
Page 90 sur 186
Etablir un bilan des zones
polluées par le mercure et
BRGM
mesurer les influences de
cette substance sur les
cours d’eau impactés.
Réaliser une synthèse des
connaissances sur les
processus de cyanuration
utilisés dans l’exploitation
BRGM
aurifère et analyser les
impacts en milieu
équatorial pour les milieux
naturels.
Développer des outils de
vulgarisation de la
Réduire les
réglementation de type « livret
DAAF
de l’éleveur » ou « guide de
(service
Apporter un appui réglementaire et
bonnes pratiques
SALIM et
technique aux producteurs de
environnementales » à
SFEAF)
porcs en vue de réduire les
destination des éleveurs de
impacts environnementaux des
Guyane
émissions et rejets
pouvant présenter un
danger pour la santé
et l’environnement
Limiter les émissions
polluantes du secteur
agricole
élevages
Organiser la mise en place
d’un appui réglementaire et
DAAF
technique pour les
(service
agriculteurs par l’intermédiaire
SALIM et
d’un organisme agricole
SFEAF)
(IKARE par exemple)
Réduire les émissions de produits
Contribuer à la mise en place
phytosanitaires en contribuant à la
d’un système pérenne de
mise en œuvre du plan Ecophyto
collecte de produits
2018 en Guyane
phytosanitaires non utilisables
DAAF,
Chambre
d’Agriculture
Contrôler les professionnels
susceptibles de manipuler ou de
Réduire les émissions de
fluides frigorigènes fluorés
(substances
appauvrissant la couche
d’ozone ou gaz à effet de
serre)
mettre en œuvre des fluides
DEAL
frigorigènes fluorés
Former et informer les frigoristes
inscrits à la Chambre des métiers,
Etablir un partenariat entre la
DEAL, la CCIG, la Chambre des
métiers et l’ARDAG, Réaliser un
numéro du mensuel « Brèves de
l’Energie » sur la réglementation
des fluides frigorigènes
Réaliser un point d’étape sur la
délivrance des attestations de
CCIG
CCIG
capacité et d’aptitude
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 91 sur 132
Page 91 sur 186
Réduire les rejets de
substances dites «
dangereuses » dans les
DEAL
effluents aqueux des
établissements ICPE
identifiés
Fermer les décharges d'ordures
Résorber les décharges
ménagères non autorisées
non autorisées, les
Réhabiliter les sites après
réhabiliter et les suivre
fermeture des décharges d'ordures
DEAL
DEAL
ménagères non autorisées
Suivre les sites fermés et
DEAL
réhabilités
Santé-environnement au travail
Connaissance des risques liés aux produits chimiques
Pour améliorer la connaissance des risques liés aux produits CMR (Cancérigène, Mutagène et
Réprotoxique) et les mesures de prévention adaptées, des mesures de communication à l’attention des
professionnels (notamment sur les données de sécurité) et de la population en générale (par une information
concernant le repérage des produits) sont proposées.
Suivi de l’exposition des salariés
L’action d’informer les employeurs et salariés des risques dus à l’exposition au bruit et aux produits
chimiques et les obligations associés devra permettre d’inciter les employeurs des entreprises du secteur
entretien et espace vert à développer le suivi d’exposition des salariés.
Axes
Actions
Connaissance des risques
liés aux produits chimiques
Améliorer la connaissance
des risques liés aux produits
CMR et les mesures de
prévention adaptées.
Suivi de l’exposition des
salariés
Inciter les employeurs des
entreprises du secteur
entretien et espace vert à
développer le suivi
d’exposition des salariés.
Mesures
Communiquer auprès des
professionnels concernés
(fournisseur – utilisateur)
l’intérêt de la Fiche de
Données de Sécurité (FDS)
Réaliser une large
information concernant le
repérage des produits
dangereux via l’étiquetage
Informer les employeurs et
salariés des risques dus à
l’exposition au bruit et aux
produits chimiques et les
obligations associés
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Sous mesures
Pilotes
DIECCTE
DIECCTE
DIECCTE
Page 92 sur 132
Page 92 sur 186
Aménagement du territoire et qualité de vie, modes de transports doux
Trois actions sont proposées dans le PRSE sur la thématique les transports fluviaux : la promotion des
moteurs hors-bords 4 temps, la sécurisation du transport fluvial des hydrocarbures (embarcations à double
fond et cuves à paroi) et l’amélioration du confort de transport des passagers (protection contre la pluie et le
soleil). Elles ont pour vocation la réduction, d’une part des pollutions des moteurs à combustion et d’autre
part des risques de pollutions accidentelles impliquant des hydrocarbures et l’amélioration des conditions de
transports.
Axes
Actions
Mesures
Promotion des moteurs horsbords 4 temps
Transport fluvial
sécurisation du transport
fluvial des hydrocarbures
(embarcations à double fond
et cuves à paroi)
l’amélioration du confort de
transport des passagers
(protection contre la pluie et
le soleil)
Sous mesures
Pilotes
Conseil
Régional
Conseil
Régional
Conseil
Régional
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 93 sur 132
Page 93 sur 186
Habitat indigne et insalubre
En 2011, la région Guyane compte environ 10 000 constructions qui présentent des conditions d’habitat
indigne / insalubre ; où vivent près de 30 000 personnes. Les communes les plus touchées sont celles de
Cayenne, Saint-Laurent du Maroni et Matoury. La loi Letchimy de 2011 vient préciser le cadre particulier de
la réglementation en Outre-mer.
Développer une approche transversale du travail partenarial
La lutte contre l’habitat indigne implique une action transversale. Les actions proposées, à partir des actions
déjà menées en Guyane, doivent permettre d’améliorer le travail avec les communes. La commission
d’habitat dégradé qui a fonctionné en 2009-2010 pour traiter du suivi des dossiers enregistrés au DALO pour
cause d’habitat dégradé est à l’arrêt. Il apparait nécessaire, dans le cadre du Pôle Départemental de Lutte
contre l’Habitat Indigne prévu par les textes, de la remettre en place et de la formaliser pour assurer le suivi
des dossiers.
Traiter l’insalubrité en diffus
Ce n’est que par l’organisation d’un réseau de relais pour le repérage des situations d’habitat dégradé que
l’insalubrité « en diffus » sera identifiée et traitée, le cas échéant avec le parquet et la préfecture pour
développer la lutte contre les marchands de sommeil en Guyane.
Traiter l’insalubrité en opérations d’ensemble
Les actions proposées ont pour vocation d’une part une définition et une mise en place d’une stratégie de
traitement de l’insalubrité à la parcelle à l’intérieur des opérations RHI et d’autre part d’accompagner le
passage des opérations de résorption de l’habitat insalubre à spontané dans le nouveau cadre de la Loi
Letchimy et, enfin, d’accompagner la gestion de constructions sur d’anciennes décharges dans le cadre des
opérations RHI.
Sous
mesures
Axes
Actions
Mesures
Créer / adapter des supports d’information,
Mettre en place un réseau de correspondants
dans les communes
ARS
Développer une approche
transversale du travail
partenarial
Information des collectivités
(élus et personnels) sur
l’articulation des procédures
habitat au regard des
compétences respectives
Etat / Communes /
Particuliers
Préfigurer un des comités
techniques du pôle
départemental LHI
Valider cette commission d’habitat dégradé
comme prioritaire, faire des propositions
techniques calquées sur la commission d’habitat
dégradé
Préfecture
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Pilotes
Page 94 sur 132
Page 94 sur 186
Mettre en place une action pilote de travail
partenarial parquet / préfecture, définir une
méthodologie d’intervention
Développer la lutte contre
les marchands de sommeil
Traiter l’insalubrité en diffus
Etablir des documents de communication,
déployer des sessions d’information / formation,
s'appuyer sur les personnes motivées repérées
dans les organismes partenaires pour en faire
des personnes-ressources.
Faire faire des diagnostics de pollution /
Accompagner la gestion des
traitement, suivre les diagnostics, présenter un
constructions dans la
bilan aux instances de suivi du PRSE, définir un
situation particulière
logigramme d’intervention en fonction des
d’anciennes décharges,
différents niveaux de responsabilités et actions à
dans le cadre des opérations
entreprendre pour résoudre les problèmes de
RHI
pollution des sols
Année N : définir un site pilote (en fonction des
études socio-bâties) qui permette de mettre en
place un périmètre d'insalubrité, travailler sur ce
site pilote à la définition des conditions
permettant de mettre en place l'indemnisation
Accompagner le passage
des occupants (notamment la présence depuis
des opérations de résorption
10 ans), travailler avec la DFIP, sur la base des
de l’habitat insalubre à
ménages du site sur la fixation des indemnités et
spontané (loi Letchimy)
leur utilisation possible (travailler la piste d'apport
personnel dans le cadre de l'accession sociale et
très sociale). Année N+1 : bilan du travail
effectué et validation pour les autres sites en
RHI des mesures expérimentées.
ARS
Organiser un réseau de
relais pour le repérage des
cas d’insalubrité
Traiter l’insalubrité en
opérations d’ensemble
Définition et mise en place
d’une stratégie de traitement
de l’insalubrité à la parcelle à
l’intérieur des opérations RHI
Année N : définir un site pilote afin de tester les
interventions coordonnées, établir un
programme d'action à la parcelle, avec un
échéancier prévisionnel de mise en œuvre,
réaliser les premières actions de ce programme
et évaluer la portée de l'action Année N+1 :
dresser le bilan du pilote et élargir l’approche à
d’autres opérations
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
ARS
DEAL
DEAL
DEAL /
ARS
Page 95 sur 132
Page 95 sur 186
La thématique transversale de l’éducation et la promotion de la santé en santé
environnement : éducation, formation, communication
Améliorer
la
coordination
et
l’échange
d’information
entre
les
différents
acteurs/intervenants en Santé-environnement
L’objectif des actions est d’améliorer la visibilité sur les missions des différents acteurs impliqués en Santé
Environnement et sur les actions menées en éducation et la promotion de la santé. Il s’agit également de
faciliter et d’améliorer l’échange d’informations entre les acteurs.
Développer un réseau d’intervenants/conseillers en Santé-environnement
Aller à la rencontre de la population est le meilleur moyen d’action dans le domaine de l’éducation et la
promotion de la santé, ce notamment sur des zones « sensibles ». Le PNSE2 prévoit un conseiller « habitatsanté » ou « environnement intérieur ». Il est proposé d’étendre la fonction à « conseiller en Santéenvironnement » et d’aboutir à une mise en œuvre sur un site pilote en Guyane.
Sensibiliser la population en Santé-environnement
De nombreux organismes interviennent dans le domaine de l’éducation et la promotion de la santé sur les
différents thèmes de santé environnement. Il apparait utile de formaliser, améliorer et diversifier les actions
en direction des jeunes, scolarisés et non scolarisés, et des adultes, en milieu professionnel et
extraprofessionnel, c’est l’objectif de cet axe de mesures.
Axes
Actions
Créer un annuaire des
acteurs régionaux
intervenant dans le domaine
Santé-environnement et
présentant les outils
existants et disponibles
Améliorer la coordination et
Créer un document unique
l’échange d’information entre regroupant des informations
les différents
et présentant l’ensemble des
acteurs/intervenants en
thématiques de Santé
Santé-environnement
Environnement présentes
sur le territoire
Créer un relais entre les
différents acteurs, assurant
les échanges, l’information et
la coordination entre les
acteurs
Développer un réseau
d’intervenants/conseillers en
Santé-environnement
Mesures
Sous mesures
Pilotes
GPS
GPS
GPS
Déterminer les outils,
méthodes et moyens
nécessaires au
développement de ce profil
ARS/GPS
Mise en place d’un site pilote
pour validation de la
démarche
ARS/GPS
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 96 sur 132
Page 96 sur 186
En milieu extra
professionnel : (1)
Conseil
Général
(DDAS) / GPS
En milieu professionnel : (1)
Conseil
Général
(DDAS)
Action en direction des
adultes
Sensibiliser la population en
Santé-environnement
Action en direction des
jeunes
Conseil
Général
(DDAS)
ARS/GPS/
Rectorat
En milieu extra scolaire : (1)
En milieu scolaire : (1)
(1) Bilan des actions réalisées en Guyane. Identification des structures concernées et des personnes relai, Formation des personnes relais identifiées,
Incitation à la mise en œuvre d’actions de formation/sensibilisation via les relais, Propositions d’actions complémentaires.
Rappel des actions en éducation et promotion de la santé proposées dans les autres ateliers
Les actions proposées sur des thématiques particulières en santé environnement relevant du domaine de
l’éduction et la promotion de la santé seront déployées en prenant en compte le cadre général proposé dans
le cadre du PRSE2 de Guyane.
Thèmes
« accès à l’eau potable
et protection des
contaminations
environnementales liées
à l’eau. »
« impacts sur la santé
des substances
toxiques dans l’air, l’eau
et les sols dont le
mercure, les pesticides,
les phytosanitaires et
autres »
Axes
Protéger la population des
contaminations
environnementales liées à
l’eau
Actions
Mesures
Sous mesures
Pilotes
Maîtriser la qualité de
l’eau distribuée
Améliorer et
promouvoir la qualité
de l’eau potable
Organiser des
campagnes
d’information sur
la qualité de l’eau
du robinet
ARS
Accompagner de façon
durable la mise en
œuvre des périmètres
de protection des
captages
Signalisation
verticale sur site
de la localisation
des ppc
ARS
Fiche
d’information
annuelle aux
abonnés sur les
périmètres de
protection des
captages
ARS
Information à
domicile des
habitants localisés
dan un ppc
ARS
Protéger de manière
efficace la ressource
aux échelles des
périmètres de
protection des
captages
Développer
l’information auprès du
grand public
Satisfaire les besoins
fondamentaux en eau
potable de la population
Assurer une gestion
durable de la
disponibilité en eau
potable en préservant
la ressource
Promouvoir les
économies d’eau
ARS
Prévention des risques
sanitaires liés au mercure
: ramener les niveaux
d’imprégnation biologique
mercurielle des sousgroupes à risque en deçà
des recommandations de
l’OMS
Renforcement de la
campagne de
prévention des
risques liés à la
consommation de
poissons imprégnés
de mercure et sur les
comportements
Réalisation et diffusion
d’un guide de
consommation de
poissons de Guyane
ARS
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 97 sur 132
Page 97 sur 186
alimentaires à
privilégier
Restitution auprès des
populations
« maladies
vectorielles » :
prévention, lutte contre
les vecteurs, actions
communautaires
Développer la
connaissance, prévenir et
réduire les risques liés
aux maladies vectorielles
et aux moyens de lutte
mobilisés
« Santé-environnement
au travail »
Connaissance des
risques liés aux produits
chimiques
« protéger la santé et
l’environnement des
enfants et des
personnes vulnérables
du fait de leur état de
santé »
Promouvoir des projets
architecturaux dans le
domaine de l’habitat et
des équipements publics
pour répondre besoins
spécifiques de ces
populations
Modification du
comportement des
populations
Améliorer la
connaissance des
risques liés aux
produits CMR et les
mesures de
prévention adaptées.
La question du
handicapé en ville :
réaliser un projet
pédagogique en
milieu scolaire pour
sensibiliser les
acteurs
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Organisation de
réunions
publiques
d’informations en
sites isolés
ARS
Déploiement des
nouveaux outils
de communication
en sites isolés
ARS
Diffusion du guide de
consommation de
poissons de Guyane
ARS
Identifier et utiliser les
données
comportementales et
environnementales de
façon optimale
IRD /
ARS
Réaliser une large
information concernant
le repérage des
produits dangereux via
l’étiquetage
DIECCTE
Mobiliser et sensibiliser
la jeunesse et son
proche entourage à
l’accessibilité de la ville
aux personnes âgées
ou handicapées.
ORC
Page 98 sur 132
Page 98 sur 186
La thématique transversale des « Déchets »
Dans le cadre des ateliers, la thématique des « Déchets » a été abordée, dans certains cas sous l’angle
aussi de la thématique de l’éducation et la promotion de la santé. Les actions suivantes, déjà indiquées dans
le tableau par thématique permettent d’illustrer l’étendue de la thématique transversale des déchets en
Guyane.
Les actions portent sur l’action publique sur les décharges sauvages, l’adoption de comportements par la
population vis-à-vis des ses propres déchets mais aussi sur les questions d’aménagement d’habitations
générant des risques sanitaires par la présence de déchet enfouis.
Thèmes
« accès à l’eau
potable et protection
des contaminations
environnementales
liées à l’eau. »
« maladies
vectorielles » :
prévention, lutte
contre les vecteurs,
actions
communautaires
« réduire les
substances toxiques
dans l’air, l’eau et les
sols (dont sites et
sols pollués et
déchets) »
habitat « indigne et
insalubre »
Axes
Protéger la
population des
contaminations
environnementales
liées à l’eau
Développer la
connaissance,
prévenir et réduire
les risques liés aux
maladies vectorielles
et aux moyens de
lutte mobilisés
Réduire les
émissions et rejets
pouvant présenter un
danger pour la santé
et l’environnement
Actions
Protéger de manière
efficace la ressource
aux échelles des
périmètres de
protection des
captages
Modification du
comportement des
populations
Résorber les
décharges non
autorisées, les
réhabiliter et les
suivre
Accompagner la
gestion des
constructions dans la
Traiter l’insalubrité en
situation particulière
opérations
d’anciennes
d’ensemble
décharges, dans le
cadre des opérations
RHI
Mesures
Sous
mesures
Accompagner de
Signalisation
façon durable la mise
verticale sur
en œuvre des
site de la
périmètres de
localisation
protection des
des ppc
captages
Information
à domicile
Développer
des
l’information auprès
habitants
du grand public
localisés
dan un ppc
Identifier et utiliser
les données
comportementales et
environnementales
de façon optimale
Fermer les
décharges d'ordures
ménagères non
autorisées
Réhabiliter les sites
après fermeture des
décharges d'ordures
ménagères non
autorisées
Suivre les sites
fermés et réhabilités
faire faire des
diagnostics de
pollution / traitement,
suivre les
diagnostics,
présenter un bilan,
définir un
logigramme
d’intervention pour
résoudre les
problèmes de
pollution des sols
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Pilotes
ARS
ARS
IRD / ARS
DEAL
DEAL
DEAL
DEAL
Page 99 sur 132
Page 99 sur 186
Les actions non retenues dans le programme du PRSE2 de Guyane à
la date du 1er décembre 2011
Les actions suivantes ne pouvaient, à la date de la rédaction du projet du PRSE2 de Guyane, être prises en
compte pour deux raisons principales : le défaut de pilote et le contenu encore à préciser. Compte tenu de
leur importance, elles apparaissent dans le PRSE2 pour permettre « un appel à pilote » pendant la phase de
consultation et pour signaler les questions abordées en atelier dont la réponse reste, à ce jour, encore à
trouver.
Thèmes
Axes
Actions
Mesures
Sous
mesures
Motifs de
non prise
en compte
« accès à l’eau potable
et protection des
contaminations
environnementales
liées à l’eau. »
Protéger la population
des contaminations
environnementales liées
à l’eau
Maîtriser la qualité de
l’eau distribuée
Améliorer et
promouvoir la
qualité de l’eau
potable
Affiner le
traitement
Pilote non
identifié
« maladies
vectorielles » :
prévention, lutte contre
les vecteurs, actions
communautaires
Développer la
connaissance, prévenir
et réduire les risques liés
aux maladies vectorielles
et aux moyens de lutte
mobilisés".
Lutte contre les
décharges sauvages
Modification du
comportement des
populations
Pilote non
identifié et
contenu des
actions à
préciser
Pilote non
identifié et
contenu des
actions à
préciser
La question du
handicapé en ville
« protéger la santé et
l’environnement des
enfants et des
personnes vulnérables
du fait de leur état de
santé ».
Promouvoir des projets
architecturaux dans le
domaine de l’habitat et
des équipements publics
pour répondre besoins
spécifiques de ces
populations
« réduire les
substances toxiques
dans l’air, l’eau et les
sols (dont sites et sols
pollués et déchets) »
Réduire les émissions et
rejets pouvant présenter
un danger pour la santé
et l’environnement
Limiter les émissions
polluantes du secteur
agricole
Veille technologique et
réglementaire
Repérer les avancées
technologiques et les
bonnes pratiques, les
évolutions de la
réglementation et des
recommandations et
procéder à leur
diffusion.
« Santé-environnement
au travail »
Amélioration de la
collecte des déchets
Création d'une
industrie de
déconstruction et de
recyclage
écologique des
véhicules hors
d'usage en Guyane
Formation et
éducation à la santé
à l’environnement
Répondre aux invasions
de chauve souris liées à
la configuration et à la
construction
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Engager une
réflexion générale
Recenser les
solutions simples
palliatives
existantes
Réduire les
émissions de
produits
phytosanitaires en
contribuant à la
mise en œuvre du
plan Ecophyto 2018
Mettre en place une
organisation
permettant
d’assurer une veille
permanente
Pilote non
identifié et
contenu des
actions à
préciser
Contribuer aux
autres actions du
plan en lien avec
la santé et
l’environnement
Contenu de
l’action non
défini
Pilote non
identifié et
contenu des
actions à
préciser
Page 100 sur 132
Page 100 sur 186
« sensibiliser la population à la
santé environnementale :
éducation, formation,
communication »
Développer le
partenariat avec les
médias
habitat « indigne et insalubre »
Développer une
approche
transversale du
travail partenarial
Créer un réseau de partenaires
médias. Mise en place d’un
animateur du réseau.
Préparer et réaliser des
campagnes d’information via
ces supports, prenant en
compte l’intérêt ponctuel d’un
thème particulier.
Développer et mettre en place
une stratégie pour assurer
l’évacuation des déchets en fin
de chantier
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Information auprès des
maitres d’œuvre, Solder
les marchés lorsque les
déchets ont été évacués
Pilote non
identifié et
contenu des
actions à
préciser
Page 101 sur 132
Page 101 sur 186
4. L’articulation du PRSE avec les autres plans et
documents stratégiques régionaux
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 102 sur 132
Page 102 sur 186
Programme National Nutrition Santé
Lancé en 2001, le Programme national nutrition santé est un plan de santé publique visant à améliorer l’état
de santé de la population en agissant sur l’un de ses déterminants majeurs : la nutrition. Pour le PNNS, la
nutrition s’entend comme l’équilibre entre les apports liés à l’alimentation et les dépensés occasionnées par
l’activité physique.
Plan « mercure en Guyane »
L’action 35 du PNSE2 « Réhabiliter ou gérer les zones contaminées, notamment outre-mer » consiste à
renforcer le plan de prévention des risques liés au mercure en Guyane en mobilisant l’expertise des agences
de sécurité sanitaire (Pilote : DGS) Partenaires : services de la préfecture, ministère de l’outre mer,
Indicateurs de moyens : plan « mercure en Guyane »
Plan Départemental Élimination des Déchets Ménagers et Assimilés de la Guyane
Plan régional présentant la question des déchets en Guyane et l’organisation de leur traitement.
Plan Santé travail
Le Plan Santé au Travail a pour objectif affiché de réformer le dispositif national de prévention des risques
professionnels. Il permet de donner une visibilité politique aux objectifs publics en matière de santé et de
sécurité au travail.
Ecophyto 2018
À la suite du Grenelle de l’environnement, le plan Ecophyto 2018 constitue l’engagement des parties
prenantes – qui l’ont élaboré ensemble – à réduire de 50 % l’usage des pesticides au niveau national dans
un délai de dix ans, si possible.
Le plan Ecophyto 2018 vise notamment à réduire la dépendance des exploitations agricoles aux produits
phytos, tout en maintenant un niveau élevé de production agricole, en quantité et en qualité.
SDAGE de la Guyane - 2010-2015
Document de planification pour l’eau et les milieux aquatiques à l’échelle du bassin, le SDAGE 2010-2015
fixe pour une période de 6 ans les orientations fondamentales d’une gestion équilibrée de la ressource en
eau et intègre les obligations définies par la directive européenne sur l’eau, ainsi que les orientations du
Grenelle de l’environnement pour un bon état des eaux d’ici 2015.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 103 sur 132
Page 103 sur 186
Programmes / Plans Régionaux en Guyane
Porteur du
programme
Calendrier
PRSE2
2010-2014
Programme
Plan
National
Mercure
Nutrition Santé
(PNSE2)
ARS
ARS
2011 - 2015
Accès à l’eau
potable et
fraiche dans les
établissements
scolaires.
Réduire
l’exposition aux
phytosanitaires
par
l’alimentation.
PNSE2
(2009-2013)
Mise à jour
des
messages
sanitaires
liés à la
présence de
mercure
dans les
poissons et
diffusion des
messages
Plan
Départemental
Élimination des
Déchets
Ménagers et
Assimilés de la
Guyane
Plan Santé
travail
Ecophyto 2018
SDAGE
Ademe - DEAL
DIECCTE
DAAF
DEAL
2011-2014
Plan national :
2008-2018
(en cours de
déclinaison
régionale)
2010-2015
2008
Sensibilisation sur
les déchets et les
risques sur la
protection des
ressources en eau
potable, sur les
gites larvaires.
Résorption des
décharges non
autorisées.
Gestion des
déchets et
constructions
d’habitat dans le
cadre d’opération
d’ensemble.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Information
des
utilisateurs et
des
fournisseurs
sur les fiches
de données
de sécurité.
Information
large sur les
étiquettes des
produits
dangereux
Améliorer
l’accès à l’eau
potable en
Guyane.
Collecte des
produits
phytosanitaires
non utilisables
(périmés ou
interdits par la
réglementation)
Améliorer la
qualité des
eaux
(Disposition :
Assurer une
AEP pérenne
et de qualité
pour toute la
population)
Page 104 sur 132
Page 104 sur 186
5. Modalités de mise en œuvre et de suivi du second
PRSE
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 105 sur 132
Page 105 sur 186
Les différentes instances
Instances chargées de la mise en œuvre
Le pilote de l’action désigné est celui qui veille au bon déroulement de l’action.
Ainsi, il aura à charge, si besoin, de lancer l’appel à projets ou l’appel d’offres, d’apporter un appui
(logistique, méthodologique …) au(x) porteur(s) d’action, et de rendre compte au comité de pilotage de
l’avancement de l’action.
Le porteur d’action est celui qui met en œuvre l’action. Il peut être choisi par l’appel à projets ou l’appel
d’offres le cas échéant. Le cas échéant, il peut être chargé de constituer et d’animer, en partenariat avec le
pilote de l’action, un groupe de travail chargé de la réalisation de l’action.
Les partenaires sont les organismes associés à la mise en œuvre et éventuellement au financement de
l’action.
Instances chargées du suivi
Le comité de pilotage du PRSE assurera le suivi du programme.
Il se réunira au moins 1 fois par an, sous la présidence du directeur général de l’agence régionale de santé,
du préfet de région et du président du conseil régional, ou de leur représentant.
Des ateliers thématiques pourront être pérennisés.
Ils se réuniront au moins 1 fois par an, pour faire le point des actions réalisées, et proposer au comité de
pilotage des évolutions à apporter au PRSE.
Enfin, le Groupe Régional Santé Environnement sera réuni 2 fois au cours du PRSE (à mi parcours, et en
fin de programme).
Un bilan de l’avancement des actions sera produit annuellement.
Instance chargée de l’évaluation
Pour la fin du PRSE2 en 2013, une évaluation portant sur l’ensemble de la démarche PRSE, de son
élaboration à sa mise en œuvre et les réalisations auxquelles il aura contribuées sera mise en place par le
comité de pilotage du PRSE. L’évaluation, qui pourra être menée par un opérateur externe, devra
notamment apprécier :
o
la mobilisation des acteurs et son évolution par rapport au PRSE1
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 106 sur 132
Page 106 sur 186
o
la réponse aux objectifs thématiques et transversaux définis dans le PRSE2, ce en lien avec les
objectifs du PNSE2
o
les réalisations, les améliorations et les impacts des actions
Aspects de mutualisation et de coordination avec les autres régions
Des réunions des correspondants régionaux des PRSE en DEAL et à l’ARS sont organisées plusieurs fois
par an par les ministères de la santé et de l’écologie. L’animation nationale de certains thèmes pourrait être
confiée à des régions volontaires pilotes.
Par ailleurs, plusieurs actions du PRSE pourront donner lieu à des échanges et une mutualisation avec
d’autres régions.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 107 sur 132
Page 107 sur 186
Les indicateurs de suivi
Typologie des indicateurs
La typologie des indicateurs proposés ci-dessous suit la classification recommandée par l’OMS et l’agence
européenne de l’environnement pour présenter les indicateurs en santé environnement selon une chaîne
causale qui facilite la compréhension des phénomènes, de la source de pollution à l’impact sur la santé
publique (classification dite « DPSEEA », dont le schéma est présenté p 46) :
Des indicateurs d’état des lieux
Ils peuvent être de type :
-
« déterminants » (D) : ce sont les indicateurs relatifs aux sources de pollution
-
« pressions » (P) : ils traduisent les émissions de polluants dans l’environnement
-
« état de l’environnement » (S comme state) : ils traduisent la qualité de cet environnement.
-
« exposition de la population » (E) : ils traduisent l’importance des niveaux d’exposition et des
populations exposées.
-
de type « effets sur la santé » (E) : ils traduisent les impacts sanitaires.
La définition de ces indicateurs d’état de lieux n’est jamais chose aisée, et leur intérêt en tant qu’indicateurs
d’évaluation des politiques menées reste très limité, pour différentes raisons :
-
leur évolution ne dépend pas que de la mise en œuvre des actions menées ; il existe souvent d’autres
déterminants (par exemple, pour la santé, des déterminants individuels ou liés à l’environnement social,
culturel…),
-
l’impact des actions sur l’évolution des indicateurs ne peut être observé qu’à long terme la plupart du
temps (hors échelle de temps d’un plan quinquennal tel que le PRSE),
-
leur collecte est conditionnée à l’existence de systèmes d’observation ou de mesure. La collecte des
données de santé est rarement automatisée et rarement disponible à un pas de temps annuel, et il serait
intéressant de développer des indicateurs de santé indirects (ex : vente de médicaments) afin de pouvoir
disposer de données plus fréquentes. Quant aux données environnementales, leur disponibilité dépend
généralement de la facilité de métrologie des polluants.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 108 sur 132
Page 108 sur 186
Des indicateurs d’actions
Les indicateurs de type « actions » (A) traduisent les processus mis en œuvre pour éviter, réduire ou
réparer les dommages (réduire les pollutions, protéger les milieux, réduire les expositions, dépister et
prendre en charge les pathologies…). Ils reflètent la mise en œuvre de moyens et non de résultats.
En sus de la typologie DPSEEA, on peut distinguer les indicateurs entre ceux, objectifs, résultant d’une
mesure, ou ceux, subjectifs, qui sont plutôt des indicateurs de perception.
Indicateurs généraux
Ce paragraphe indique des possibilités d’indicateurs qui seront précisés en comité de pilotage du PRSE.
Indicateurs non spécifiques au PRSE
Le PRSE vise globalement à améliorer l’état de santé et la qualité de vie, en réduisant les inégalités, et en
agissant sur les déterminants environnementaux de cet état de santé. L’indicateur de résultat idéal serait
donc l’évolution de la part attribuable à l’environnement dans les principaux indicateurs de santé observés :
mortalité, mortalité prématurée, espérance de vie, incidence et mortalité des pathologies responsables des
plus forts impacts sanitaires.
Cependant, cet indicateur n’est pas très sensible, car la part attribuable à l’environnement n’est pas connue
avec précision.
On ne peut donc que se limiter à suivre les indicateurs de santé globaux, avec les limites
précédemment évoquées. Ceci sera fait dans le cadre plus global de la politique régionale de santé.
Indicateurs de santé publique appliqués aux actions du PRSE
Les concepts classiques d’évaluation en santé publique proposés par le Haut Comité à la Santé Publique
seront utilisés12 :
o
soit évaluer la pertinence de l’action, c’est à dire le lien entre les besoins identifiés et les objectifs
poursuivis,
o
soit évaluer la cohérence, c’est-à-dire le lien entre les différentes composantes du programme mis
en œuvre,
o
soit évaluer l’efficacité, c’est-à-dire la relation entre les objectifs poursuivis et les résultats
obtenus […],
o
soit encore évaluer l’efficience, c’est-à-dire la relation entre les ressources attribuées et les
résultats obtenus,
12
« Actualité et dossier en santé publique » n° 17 décembre 1996 page XIX
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 109 sur 132
Page 109 sur 186
o
ou encore évaluer l’impact de l’action, c’est-à-dire les effets autres que ceux observés sur la
population cible : ceux observés sur les acteurs ou sur l’environnement.
Indicateurs spécifiques au PRSE
D’autres indicateurs généraux spécifiques au PRSE peuvent être définis : pourcentage d’actions engagées,
et achevées
Les indicateurs sont résumés dans le tableau suivant :
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 110 sur 132
Page 110 sur 186
Indicateurs généraux de suivi du PRSE
Indicateurs
Source
Indicateurs du projet régional de santé
(mortalité, mortalité prématurée, espérance de vie,
incidence et mortalité par cancer, par maladie cardiovasculaire et par maladie respiratoire)
Type
d’indicateur
Périodicité
Année de
référence pour
l’état zéro
Effets sur la
santé
% d’actions programmées engagées, achevées (%
global et répartition par objectif)
Copil PRSE
Actions
annuelle
-
Nb actions labellisées PRSE
Copil PRSE
Actions
annuelle
-
Les indicateurs spécifiques des actions
Les actions font l’objet d’indicateurs spécifiques inscrits sur leur fiche action qui permettront de suivre leur
mise en œuvre.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 111 sur 132
Page 111 sur 186
Les moyens pour le programme d’action du PRSE2 de Guyane
Le présent chapitre présente une estimation des moyens nécessaires à la mise en œuvre des mesures
proposées dans le cadre du PRES2 de Guyane. Le calendrier des actions s’étale généralement sur toute la
durée du PRSE2 (2011-2013). Cependant certaines actions pourront, avec une étape d’évaluation en 2013
en lien avec le Plan National Santé Environnement, se poursuivre.
Les actions déjà financées
Les sources de financement du ministère chargé de la santé et du ministère chargé de l’écologie ne sont
assurées, au 1er décembre 2011, que pour les actions suivantes, dont certaines sont déjà entreprises par
l’ARS ou la DEAL :
Thèmes
« impacts sur la santé
des substances
toxiques dans l’air,
l’eau et les sols dont
le mercure, les
pesticides, les
phytosanitaires et
autres »
« réduire les
substances toxiques
dans l’air, l’eau et les
sols (dont sites et sols
pollués et déchets) »
Axes
Prévention des risques
sanitaires liés au
mercure : ramener les
niveaux d’imprégnation
biologique mercurielle
des sous-groupes à
risque en deçà des
recommandations de
l’OMS
Inventorier et suivre les
émissions de
substances
dangereuses pour la
santé et
l’environnement
Réduire les émissions
et rejets pouvant
présenter un danger
pour la santé et
l’environnement
Actions
Mesures
Mise à jour des messages sanitaires et des
recommandations sur la consommation des
poissons et sur les autres comportements
alimentaires permettant la diminution de
l’imprégnation mercurielle
Synthèse statistique et géographique
de caractérisation de l’imprégnation
des poissons de Guyane (synthèse
des études et campagnes d’analyses
d’imprégnation mercurielle des
poissons de Guyane)
Améliorer la connaissance et le suivi des
émissions polluantes des établissements
ICPE et agricoles
Limiter les émissions de substances
dangereuses des exploitations minières
Identifier les établissements sensibles
construits sur les sites potentiellement
pollués
Réalisation de l'inventaire historique
des anciens sites industriels de la
Guyane
Etudier l'amélioration des procédés de
décantation / sédimentation des eaux
de procédés des exploitations minières
Rédiger un guide de bonnes pratiques
de réalisation des digues et barraques
à destination des exploitants miniers
Réduire les émissions polluantes de Nox
des installations de combustion
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 112 sur 132
Page 112 sur 186
Les moyens encore à mobiliser pour le PRSE2 de Guyane : 1 389 000 €
Les principaux financeurs potentiels des autres actions listées ci-dessous sont les suivants, avec des
possibilités de financement devant être étudiées au cas pas cas : les ministères (chargé de la santé, de
l’écologie, du travail, de l’agriculture … via leurs services ministériels ou interministériels en Guyane), le
Conseil Régional, le Conseil Général … D’autres sources de crédits pourront également être recherchées
(Inca, Inpes, BRGM …).
Thèmes
Axes
Protéger la population des contaminations
environnementales liées à l’eau
« accès à l’eau potable et protection
des contaminations environnementales
liées à l’eau. »
Somme Protéger la population des
contaminations environnementales liées à l’eau
Satisfaire les besoins fondamentaux en eau
potable de la population
Actions
Total
Maîtriser la qualité de l’eau distribuée
10000
Protéger de manière efficace la ressource aux
échelles des périmètres de protection des
captages
35000
45000
Assurer une gestion durable de la disponibilité
en eau potable en préservant la ressource
Développer l’accès à l’eau potable
Somme Satisfaire les besoins fondamentaux en
eau potable de la population
Impacts et risques sanitaires des produits
phytosanitaires
130000
Poursuite de l’évaluation de l’impact et des
risques des PPP sur les utilisateurs et
environnement familial et de l’évaluation de la
contamination des fruits et légumes
« impacts sur la santé des substances
toxiques dans l’air, l’eau et les
sols dont le mercure, les pesticides,
les phytosanitaires et autres »
« maladies vectorielles » : prévention,
lutte contre les vecteurs, actions
communautaires
13
Amélioration de la connaissance sur les
particules par des mesures en continu de
particules dans l’Ouest et l’Est Guyanais
Somme Particules : amélioration de la
connaissance sur l’exposition aux particules
Prévention des risques sanitaires liés au
mercure : ramener les niveaux d’imprégnation
biologique mercurielle des sous-groupes à
risque en deçà des recommandations de l’OMS
Somme Prévention des risques sanitaires liés
au mercure : ramener les niveaux
d’imprégnation biologique mercurielle des sousgroupes à risque en deçà des
recommandations de l’OMS
Développer la connaissance, prévenir et
réduire les risques liés aux maladies
vectorielles et aux moyens de lutte mobilisés
Somme Développer la connaissance, prévenir
et réduire les risques liés aux maladies
vectorielles et aux moyens de lutte mobilisés
45000
45000
(+100 000 à
préciser13)
Somme Impacts et risques sanitaires des
produits phytosanitaires
Particules : amélioration de la connaissance sur
l’exposition aux particules
5000
125000
140000
140000
Mise à jour des messages sanitaires et des
recommandations sur la consommation des
poissons et sur les autres comportements
alimentaires permettant la diminution de
l’imprégnation mercurielle
Renforcement de la campagne de prévention
des risques liés à la consommation de poissons
imprégnés de mercure et sur les comportements
alimentaires à privilégier
0
56500
56500
Développer la connaissance et réduire les
risques liés aux maladies vectorielles et aux
moyens de lutte mobilisés
Modification du comportement des populations
242000
174000
416000
Sur proposition par l’ORSG lors de la consultation.
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 113 sur 132
Page 113 sur 186
« protéger la santé et
l’environnement des enfants et des
personnes vulnérables du fait de leur
état de santé ».
« réduire les substances toxiques
dans l’air, l’eau et les sols (dont sites
et sols pollués et déchets) »
Mieux connaitre les populations concernées
(enfants et des personnes vulnérables du fait de
leur état de santé) et les risques qui leur sont
spécifiques
Somme Mieux connaitre les populations
concernées (enfants et des personnes vulnérables
du fait de leur état de santé) et les risques qui leur
sont spécifiques
Promouvoir des projets architecturaux dans le
domaine de l’habitat et des équipements publics
pour répondre besoins spécifiques de ces
populations
Somme Promouvoir des projets architecturaux
dans le domaine de l’habitat et des équipements
publics pour répondre besoins spécifiques de ces
populations
Inventorier et suivre les émissions de substances
dangereuses pour la santé et l’environnement
Somme Inventorier et suivre les émissions de
substances dangereuses pour la santé et
l’environnement
Réduire les émissions et rejets pouvant présenter
un danger pour la santé et l’environnement
Caractériser et dénombrer de la population
concernée
0
La question du handicapé en ville : réaliser un
projet pédagogique en milieu scolaire pour
sensibiliser les acteurs
« Santé-environnement au travail »
Améliorer la collecte et la bancarisation des
données Santé-environnement
Améliorer la connaissance et le suivi des
émissions polluantes des établissements ICPE
et agricoles
Etablir un bilan des zones polluées par le
mercure et mesurer les influences de cette
substance sur les cours d’eau impactés.
Réaliser une synthèse des connaissances sur
les processus de cyanuration utilisés dans
l’exploitation aurifère et analyser les impacts en
milieu équatorial pour les milieux naturels.
Limiter les émissions polluantes du secteur
agricole
Réduire les émissions de fluides frigorigènes
fluorés (substances appauvrissant la couche
d’ozone ou gaz à effet de serre)
Réduire les rejets de substances dites «
dangereuses » dans les effluents aqueux des
établissements ICPE identifiés
Résorber les décharges non autorisées, les
réhabiliter et les suivre
« sensibiliser la population à la santé
environnementale : éducation,
formation, communication »
Somme Améliorer la coordination et l’échange
d’information entre les différents
acteurs/intervenants en Santé-environnement
Développer un réseau d’intervenants/conseillers en
Santé-environnement
Somme Développer un réseau
d’intervenants/conseillers en Santé-environnement
Sensibiliser la population en Santé-environnement
Améliorer la connaissance des risques liés aux
produits CMR et les mesures de prévention
adaptées.
Inciter les employeurs des entreprises du
secteur entretien et espace vert à développer le
suivi d’exposition des salariés.
21500
20000
0
0
0
10000
0
0
Créer un annuaire des acteurs régionaux
intervenant dans le domaine santéenvironnement et présentant les outils existants
et disponibles
Créer un document unique regroupant des
informations et présentant l’ensemble des
thématiques de Santé Environnement présentes
sur le territoire
Créer un relais entre les différents acteurs,
assurant les échanges, l’information et la
coordination entre les acteurs
30000
20000
30000
80000
Déterminer les outils, méthodes et moyens
nécessaires au développement de ce profil
Mise en place d’un site pilote pour validation de
la démarche
40000
40000
80000
Action en direction des adultes
Action en direction des jeunes
60000
70000
130000
Page 114 sur 132
Page 114 sur 186
60000
10000
Somme Sensibiliser la population en Santéenvironnement
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
0
20000
Somme Suivi de l’exposition des salariés
Améliorer la coordination et l’échange d’information
entre les différents acteurs/intervenants en Santéenvironnement
0
81500
Somme Connaissance des risques liés aux produits
chimiques
Suivi de l’exposition des salariés
5000
5000
Somme Réduire les émissions et rejets pouvant
présenter un danger pour la santé et
l’environnement
Connaissance des risques liés aux produits
chimiques
0
Transport fluvial
«aménagement du territoire et qualité
de vie, modes de transports doux ».
Promotion des moteurs hors-bords 4 temps
sécurisation du transport fluvial des
hydrocarbures (embarcations à double fond et
cuves à paroi)
l’amélioration du confort de transport des
passagers (protection contre la pluie et le soleil)
50000
50000
Somme Transport fluvial
Développer une approche transversale du travail
partenarial
100000
Information des collectivités (élus et personnels)
sur l’articulation des procédures habitat au
regard des compétences respectives Etat /
Communes / Particuliers
Préfigurer un des comités techniques du pôle
départemental LHI
30000
Somme Développer une approche transversale du
travail partenarial
Traiter l’insalubrité en diffus
habitat « indigne et insalubre »
30000
Développer la lutte contre les marchands de
sommeil
Organiser un réseau de relais pour le repérage
des cas d’insalubrité
0
20000
Somme Traiter l’insalubrité en diffus
Traiter l’insalubrité en opérations d’ensemble
20000
Accompagner la gestion des constructions
comme par exemple sur d’anciennes
décharges, dans le cadre des opérations RHI
Accompagner le passage des opérations de
résorption de l’habitat insalubre à spontané (loi
Letchimy)
Définition et mise en place d’une stratégie de
traitement de l’insalubrité à la parcelle à
l’intérieur des opérations RHI
0
0
0
Somme Traiter l’insalubrité en opérations
d’ensemble
0
Total
1389000
La communication sur le PRSE
Internet
Le site internet de l’ARS abritera toutes les informations en liens avec le PRSE2 de Guyane.
Les autres formes de communication
La communication sur le PRSE sera assurée de différentes façons :
-
Le PRSE et son état des lieux feront l’objet d’une diffusion au GRSE, aux ateliers, aux contributeurs,
ainsi qu’aux répondants à la consultation ou sur demande
-
Une plaquette de vulgarisation grand public pourra être élaborée
-
Enfin les actions elles-mêmes contribueront à faire connaître le PRSE, notamment grâce à la
labellisation PRSE des actions
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 115 sur 132
Page 115 sur 186
6. Annexes
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 116 sur 132
Page 116 sur 186
Annexe 1 - Les fiches actions du PNSE 2
FICHE 1 « PLAN PARTICULES »
Action 1
Réduire les émissions de particules du secteur domestique
Action 2
Réduire les émissions de particules des installations industrielles et agricoles
Action 3
Mieux réguler la mobilité et réduire les émissions atmosphériques unitaires de chaque mode de transport
Action 4
Améliorer la connaissance sur les particules
Mieux gérer les risques liés aux reprotoxiques et aux perturbateurs endocriniens
Action 19
Réduire les expositions dans les bâtiments accueillant des enfants
Action 20
Améliorer la prise en compte de la sensibilité particulière des enfants, des femmes enceintes ou en âge de
procréer dans l'expertise des risques
Action 21
Renforcer la lutte contre les atteintes auditives et les traumatismes sonores aigus liés à l’écoute de musiques
amplifiées
FICHE 2 « REDUCTION DES SUBSTANCES TOXIQUES DANS L’AIR ET DANS L’EAU »
Action 5
Réduire les rejets de six substances toxiques dans l’air et dans l’eau (Décline l’engagement 138a du Grenelle)
Action 6
Améliorer les connaissances sur les expositions aux pesticides (phytosanitaires et biocides)
FICHE 7 « PROTEGER LA SANTE ET L’ENVIRONNEMENT DES PERSONNES VULNERABLES DU FAIT DE
LEUR ETAT DE SANTE »
Action 22
Prévenir les allergies
Action 23
Développer la profession de conseillers « habitat-santé » ou « en environnement intérieur »
Action 24
Améliorer la prise en charge des pathologies potentiellement dues à l’environnement
FICHE 3 « QUALITE DE L’AIR INTERIEUR »
Action 7
Mieux connaître et limiter les sources de pollution à l’intérieur des bâtiments
Action 8
Construire sainement par la limitation des sources dans le bâti et la maîtrise des installations d'aération, de
ventilation et de climatisation
Action 9
Mieux gérer la qualité de l’air intérieur dans les lieux publics
Action 10
Réduire les expositions liées à l’amiante
FICHE 9 « PROTEGER LA POPULATION DES CONTAMINATIONS ENVIRONNEMENTALES LIEES A L'EAU
»
Action 28
Protéger de manière efficace la ressource aux échelles des périmètres de protection et des aires d’alimentation
des captages (Décline l’engagement 101 du Grenelle)
Action 29
Réduire les apports de certaines substances dans le milieu aquatique
Action 30
Maîtriser la qualité sanitaire de l'eau distribuée
Action 31
Assurer une gestion durable de la disponibilité en eau
FICHE 4
« REDUIRE L’EXPOSITION AUX SUBSTANCES AYANT UN EFFET CANCERIGENE
MUTAGENE OU REPROTOXIQUE (CMR) EN MILIEUX DE TRAVAIL »
Action 11
Développer des actions d’incitation et d’aide à la substitution de substances toxiques
en milieu de travail et favoriser le développement de procédés alternatifs
Action 12
Renforcer le suivi des expositions professionnelles
FICHE 5 « SANTE ET TRANSPORTS »
Action 13
Prendre en compte l’impact sur la santé des différents modes de transport
Action 14
Favoriser les transports actifs et les mobilités douces
Action 15
Réduire les nuisances liées au bruit généré par les transports
Action 16
Améliorer la santé et le confort des usagers et des travailleurs des transports
FICHE 6 « PROTEGER LA SANTE ET L’ENVIRONNEMENT DES ENFANTS »
Action 17
Réduire l’exposition des enfants et des femmes enceintes ou en âge de procréer aux substances les plus
dangereuses
Action 18
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
FICHE 8 « LUTTE CONTRE L’HABITAT INDIGNE »
Action 25
Conforter et développer le programme national de traitement de l'habitat indigne
Action 26
Prévenir l'insalubrité due à la suroccupation
Action 27
Créer des mesures ciblées d’accompagnement social
FICHE 10 LUTTE CONTRE LES « POINTS NOIRS ENVIRONNEMENTAUX »
Action 32
Identifier et gérer les zones géographiques pour lesquelles on observe une surexposition à des substances
toxiques
Action 33
Améliorer la prévention et assurer la gestion des impacts sanitaires et environnementaux post accident
Action 34
Renforcer la gestion des sites et sols pollués (Décline les engagements 241 et 242 du Grenelle)
Action 35
Réhabiliter ou gérer les zones contaminées, notamment outre-mer
Action 36
Evaluer l’impact sanitaire des différents modes de gestion des déchets
Page 117 sur 132
Page 117 sur 186
Développer la formation en santé environnement travail dans l’enseignement supérieur et technique
Action 57
Eduquer les jeunes en santé environnement travail
Action 58
Développer des outils d’information en santé environnement travail et en mesurer l’impact
FICHE 11 « DIMINUER L’IMPACT DU BRUIT»
Action 37
Intégrer la lutte contre le bruit dans une approche globale
Action 38
Renforcer la police du bruit
Action 39
Se doter d’outils permettant d’appréhender l’impact sanitaire du bruit
FICHES 12 « REDUIRE L’EXPOSITION AU RADON ET A L’AMIANTE NATURELLEMENT
PRESENTS DANS L’ENVIRONNEMENT »
Action 40
Réduire l’exposition au radon dans l’habitat
Action 41
Gérer les expositions à l’amiante environnemental
FICHE 13 « RISQUES EMERGENTS »
Action 42
Améliorer le dispositif de surveillance et d’alerte
Action 43
Lancer un programme pluriannuel de biosurveillance de la population française couplé à une enquête de santé
plus large et incluant le dosage des polluants émergents
Action 44
Renforcer la concertation sur les risques liés aux nouvelles technologies
Action 45
Organiser l’information et la concertation sur les ondes électromagnétiques
Action 46
Renforcer la réglementation, la veille et l’expertise et la prévention des risques sur les nanomatériaux
Action 47
Améliorer la connaissance et réduire les risques liés aux rejets de médicaments dans l’environnement
FICHE 14 « RECHERCHE »
Action 48
Afficher clairement le domaine santé environnement travail dans les politiques scientifiques des différents
opérateurs de recherche et renforcer les moyens humains et financiers
Action 49
Structurer et coordonner la recherche en santé environnement travail et renforcer les outils nécessaires
Action 50 Renforcer les disciplines de recherche majeures et les thématiques prioritaires pour la prédiction et
l'évaluation des risques et dangers environnementaux, notamment sur les pathologies en forte augmentation ou
(re)émergentes et sur les risques émergents
Action 51
Renforcer la recherche sur les contaminants de la chaîne alimentaire
Action 52
Favoriser la recherche technologique et l’innovation pour l’accompagnement des entreprises vers des pratiques
plus respectueuses de la santé et de l’environnement
FICHE 15 « EXPERTISE »
Action 53
Rationaliser les conditions et pratiques d’expertise scientifique en appui aux décisions
de politiques publiques
Action 54
Renforcer les capacités d’expertise scientifique en santé environnement travail
FICHE 16 « FORMATION ET INFORMATION »
Action 55
Développer la formation en santé environnement travail des professionnels de santé
Action 56
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 118 sur 132
Page 118 sur 186
Annexe 2 - Les actions du PRSE I en Guyane
Listes des 9 actions prioritaires du PRSE I en Guyane
N°
Action PNSE
1
Réduire de 50 % l’incidence de la légionellose d’ici 2008
7
Réduire les émissions aériennes de substances toxiques d’origine industrielle
10
Améliorer la qualité de l’eau potable en préservant les captages des pollutions ponctuelles et diffuses
12
Prévenir les risques spécifiques d’exposition au mercure en Guyane et aux pesticides en Guadeloupe et
Martinique
Réduire les expositions professionnelles aux agents cancérogènes, mutagènes et reprotoxiques CMR,
23
notamment celles concernant les poussières de bois, le benzène, le plomb et les fibres céramiques
réfractaires, en renforçant et en modernisant les moyens de contrôle et les services de santé et de
sécurité au travail
36 Organiser l’exploitation des données existantes pour estimer l’exposition de la population aux pesticides
44
Faciliter l’accès à l’information en Santé-environnement et favoriser le débat public
46
Prévenir et réduire les risques liés aux maladies transmises par les vecteurs
47
Lutter contre les maladies entériques des populations vivant en sites isolés sur les fleuves
Les actions 17 retenues du PRSE I en Guyane
N°
Action PNSE
2
Réduire de 30 % la mortalité par intoxication au CO d’ici 2008
5
Promouvoir des modes de déplacement alternatifs
6
Mieux prendre en compte l’impact sur la santé des projets d’infrastructure de transports
8
Réduire les émissions de NOx des installations industrielles
9
Réduire les émissions polluantes du secteur résidentiel et tertiaire
11
Limiter les pollutions des eaux et des sols dues aux pesticides et à certaines substances potentiellement
dangereuses
13
Diminuer le risque sanitaire dû à la baignade
19
Protéger la santé des populations vivant en habitat insalubre
22
Renforcer la surveillance du marché notamment par la réalisation de campagnes ciblées de contrôle
24
Renforcer, notamment en milieu professionnel, la protection des femmes enceintes et la préservation de
la fertilité masculine.
25 Améliorer la prévention du saturnisme infantile, le dépistage et la prise en charge des enfants intoxiqués
27
Améliorer l’information sur la prévention de l’asthme et des allergies
28
Protéger les adolescents des risques dus à la musique amplifiée
29
Veiller à la qualité des bâtiments accueillant des enfants
43
Développer l’information et la formation des différents acteurs de la prévention dans l’entreprise
45
Consacrer la fête de la science en 2006 au thème Santé-environnement
48
Protéger la santé des personnes séjournant sur les chantiers d’orpaillage et les sites touristiques isolés
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 119 sur 132
Page 119 sur 186
Annexe 3 - Les réalisations découlant du PRSE I
2 ACTIONS PRIORITAIRES REALISEES
N° Actions PNSE
Services Pilote
Axe n ° 2 : Protéger la santé publique en améliorant la qualité des milieux
7
Réduire les émissions aériennes de substances toxiques d’origine industrielle
1 sous-action : « Réduire les émissions atmosphériques de mercure des installations d’affinage DRIRE
des métaux » : recensement des installations visées, réunions d’information et de sensibilisation (M. Wery)
des professionnels du secteur, visites d’inspection approfondie, mise en conformité administrative.
Axe n° 4 : Mieux maîtriser les risques liés aux substances chimiques
Réduire les expositions professionnelles aux agents cancérigènes, mutagènes et
reprotoxiques (CMR), notamment celles concernant les poussières de bois, le benzène, le
plomb et les fibres céramiques réfractaires, en renforçant et en modernisant les moyens de
contrôle et les services de santé et de sécurité au travail
CGSS/DDTEFP
23
1 sous-action : « Réduction des expositions professionnelles aux agents cancérigènes, mutagènes ( M. Pollet/Me Berrieix)
et reprotoxiques » : réalisation et diffusion d’une plaquette d’information sur le risque cancérigène,
mutagène et reprotoxique, interventions directes en entreprises notamment celles du secteur bois,
développement de mesures à réduire le risque en cas de détection de risques.
10 ACTIONS « RETENUES » REALISEES
N°
2
Actions PNSE
Services Pilote
Axe n° 1 : Prévenir les décès liés aux infections / intoxications aïgues
Réduire
de
30
%
la
mortalité
par
intoxication
au
CO
d’ici
2008
DSDS
1 sous-action : Réalisation d’une campagne d’information et de prévention sur le monoxyde de
(M. Mansotte )
carbone et les risques associés à l’utilisation des groupes électrogènes
Axe n ° 2 : Protéger la santé publique en améliorant la qualité des milieux
8
Réduire les émissions de NOx des installations industrielles
1sous-action : Réduction des émissions polluantes de NOx des installations de pollution
11
Limiter les pollutions des eaux et des sols dues aux pesticides et à certaines substances
DAF/DIREN/SPV
potentiellement dangereuses
(Me Trétout/Me Moreau)
1 sous-action : Réalisation de campagnes de mesure des pesticides dans les eaux superficielles
13
Diminuer le risque sanitaire dû à la baignade
6 sous-actions :
-Recensement des points de baignade fréquentés ne faisant pas l’objet d’un contrôle sanitaire
réglementaire
-Adaptation du contrôle sanitaire des baignades en mer et en eaux douces
DSDS (M. Margueron)
-Amélioration de l’information du public sur la qualité des eaux de baignade, sur le lieu
même(baignades et piscines)
-Amélioration de l’information du public sur la qualité des baignades
-Amélioration de la qualité de l’eau des piscines
-Prévention des pollutions des sites de baignade et autre sites d’usage de l’eau
22
24
29
DRIRE
(M. Wery)
Axe n° 4 : Mieux maîtriser les risques liés aux substances chimiques
Renforcer la surveillance du marché notamment par la réalisation de campagnes ciblées de
DDCCRF
contrôle
2 sous-actions : - Recherche des éthers de glycol dans les peintures et vernis
( M. Videcoq)
-Recherche des colorants azoïques dans les articles textiles en cuir
Axe n° 5 : Renforcer la protection des enfants et des femmes enceintes
Renforcer, notamment en milieu professionnel, la protection des femmes enceintes et la
préservation de la fertilité masculine.
1 sous-action : Renforcement en milieu professionnel, de la protection des femmes enceintes et de la
préservation de la fertilité masculine
Veiller à la qualité des bâtiments accueillant des enfants
1 sous-action : Etablissement et diffusion d’un guide d’aide aux maîtres d’ouvrage pour le respect de
prescriptions environnementales : confort thermique et acoustique, protection contre les moustiques,
rongeurs, chauves-souris…
CGSS/DDTEFP
(M. Pollet/Me Berrieix)
DSDS/DDE/ADEME
(M.Yvon/M. Brunelot)
Axe n° 8 : Consolider la formation et développer l’information
Services Pilote
Développer l’information et la formation des différents acteurs de la prévention dans CGSS/DDTEFP
43 l’entreprise
(M. Pollet/M.Berrieix)
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 120 sur 132
Page 120 sur 186
3 sous-actions :
Développement e l’offre de formation des différents acteurs de la prévention dans l’entreprise
Rencontre avec les branches professionnelles pour les sensibiliser à la prévention
Réalisation d’actions de communication dans le domaine de la prévention
45
Consacrer la fête de la science en 2006 au thème santé environnement
1 sous-action : Organisation de la fête de la science en 2006 sur le thème « santé et environnement »
DRRT
(M. Lecomte)
Axe n° 9 : Actions spécifiques à la Guyane
48
Protéger la santé des personnes séjournant sur les chantiers d’orpaillage et les sites touristiques isolés
3 sous-actions :
- Renforcement de la prise en compte des aspects sanitaires dans les dossiers d’autorisation
DSDS
d’orpaillage et les autorisations délivrées
(M. Yvon)
- Poursuite des contrôles des chantiers d’orpaillage vis-à-vis des aspects sanitaires
- Amélioration des conditions sanitaires de l’accueil dans les sites touristiques
Annexe 4 – Composition du groupe régional santé environnement
(GRSE)
Représentants de collectivités territoriales
Conseil Régional
Conseil Général
Ensemble des 22 communes invitées
CACL
Communauté de communes de l'EST guyanais
Commune de St Laurent du Maroni
Communauté des Communes des Savanes
Représentants des associations, des salariés, du monde économique et de l’assurance maladie
Conseil de l'Ordre Infirmier
Conseil de l’Ordre des Médecins
Conseil de l’Ordre des Pharmaciens
Conseil de l’Ordre des Chirurgiens Dentistes
Conseil de l’Ordre des Masseurs-Kinésithérapeute
Association Kwata
Guyane Nature Environnement
Association GRAINE GUYANE
GEPOG
Association Mama Bobi
Centrale Démocratique des Travailleurs de Guyane
DAAC
C.G.S.S.
Ordre des Architectes
CAUE 973
Service de Santé au travail
Opérateurs LHI (SIGUY-SIMKO etc…)
Représentants d’établissements publics, institutions et personnalités qualifiées
BRGM
ADEME
Office de l'Eau
CHAR – CHOG - CMCK
IPG
IRD
ORA
Parc Amazonien de Guyane
DIASS
CNES - CSG
Agence Régionale de Santé (personnes qualifiées)
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 121 sur 132
Page 121 sur 186
ARACT (Association régionale pour l'amélioration des conditions de travail)
Observatoire Régional de la Santé de Guyane
Représentants des services de l'Etat
DEAL
DAAF
DRRT
DIECCTE
DJSCS
Rectorat
ARS
Annexe 5 – Composition du comité de pilotage restreint
Conseil Régional
Conseil Général
DEAL
DAAF
DIECCTE
ARS
Observatoire Régional de la Santé de Guyane
Annexe 6 – Composition des ateliers
LISTE des INSCRITS aux ateliers du PRSE II de la Guyane
1 – « Protéger la santé et l’environnement des enfants et des personnes vulnérables
Du fait de leur état de santé
Animation : Dr Pascal BRUNCHER (Conseil Général) / VAN GASTEL Benoît (ARS)
SERVICE
NOM-Prénoms
ORC Sarl
ROGER Olivier
ORA
- PANECHOU-PULCHERY Kathy
- SORPS Rodolphe
RECTORAT
- EUZET Geneviève
- GACHET Marie-Claire
Association DAAC
DUFAIL Myriam
ARS
VAN GASTEL Benoît (ou représentant de l’ARS)
« Impacts sur la santé des substances toxiques
dans l’air, l’eau et les sols dont le mercure, les pesticides, les phytosanitaires et autres »
Animation : Jean-Rémy Gougaud (ORSG) Damien Brélivet (ARS)
SERVICE
NOM-Prénoms
SIMON Anne-Marie
CHAR
- LAPLACE Damien
DAAF
- STEINER Marie-Christine
Conseil Départemental de l’Ordre des Infirmiers
Conseil Départemental de l’Ordre des
LOTHORE Cédric
Infirmiers
POLLET Jean-Pierre
DIECCTE
FLEURY Mary
CGSS
- PANECHOU-PULCHERY Kathy
Muséum National d’Histoire Naturelle
- SORPS Rodolphe
ORA
GUIRAUD Audrey
GUEZ Alex
Kaliteo Environnement
- LE SOURNE David
DEAL
- SURUGUE Nicolas
PARC AMAZONIEN de GUYANE
- GUITET Cécile
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 122 sur 132
Page 122 sur 186
« Accès à l’eau potable et protection
des contaminations environnementales liées à l’eau. »
Animation : Myriam Debris (DEAL police de l’eau) Valérie CESA (ARS)
SERVICE
NOM-Prénoms
Conseil Ordre des Médecins
POLITUR Bernard
DAAF-SDEP
VERHAEGHE Charles
CPS – Croix-Rouge
GAILLOU José
Conseiller Régional (commission Santé)
LOUVEL Dominique
BRGM
BOURDAA Sébastien
Association DAAC
DUFAY Myriam
RECTORAT
DECHESNE Jean Joël
DEAL
GUEZ Alex
OEG (Office de l’Eau de Guyane)
INIMOD Myriane
Union Départementale Force Ouvrière
CHAMPEAUX Alain
PARC AMAZONIEN de GUYANE
- CARRILLO ARROYO Eduardo
- GUITET Cécile
4- «Aménagement du territoire et qualité de vie,
modes de transports doux »
Animation : Marc Sagne (Conseil Régional)
SERVICE
NOM-Prénoms
Fédération Guyane Nature Environnement
ROUDGE Christian
Conseillère municipale et communautaire
PHILEMONT-MONTOUT Colette
(Cayenne)
GOMES José
Association DAAC
RAPHAEL Line
Mairie de MATOURY
- VAN GASTEL Benoît (ou représentant de l’ARS)
ARS
- DASI Mario
COASNE Philippe
DEAL
5- « Sensibiliser la population à la santé environnementale : éducation, formation,
communication »
Animation : Matthieu Saugues (ARS) Gérard Deviers (ARS)
SERVICE
NOM-Prénoms
- EUZET Geneviève
RECTORAT
- GACHET Marie-Claire
- JUNG Serge
PHILEMONT-MONTOUT Colette
Conseillère municipale et communautaire
LOTHORE Cédric
(Cayenne)
POLLET Jean-Pierre
DIECCTE
BRUNET Lucie
CGSS
MAILLARD Stéphane
ARS
- FERNANDES DOS SANTOS Nilza
Association GRAINE
- LUTAUD Gaëlle
Association DAAC
PERROUD Marc
Association MAMA BOBI
- CHOCHO Arise
Conseil Général
- HO-A-SIM Jean-Michel
6- « Maladies vectorielles » : prévention, lutte contre les vecteurs, actions communautaires
Animation : Dr Patrick Rabarison (Conseil Général)
SERVICE
NOM-Prénoms
RECTORAT
- EUZET Geneviève
Conseil Ordre des médecins
- GACHET Marie-Claire
ARS
POLITUR Bernard
- SAUGUES Matthieu
- ROBEIRI Pascal
DEAL
DEBRIS Myriam
IRD
- MOREL Valérie
- ROUX Emmanuel
Institut Pasteur
DUSFOUR Isabelle
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 123 sur 132
Page 123 sur 186
ORSG
DAAF
Association DAAC
Conseil Général
BOMPARD Priscillia
MILLER Manuelle
GOMES José
- RONDA-SYLVA Ignace
- BELLONY Serge
7- Habitat « indigne et insalubre »
Animation : Olivier Rey (ARS)
SERVICE
NOM-Prénoms
ORC Sarl
ROGER Olivier
ARS
DASI Mario
C2R Atelier d’urbanisme /OPAH Cayenne
MARTY Jacqueline
SEMSAMAR
R. JUDITH
Association DAAC
RAMDASS Calvin
PACT de Guyane
BERGER Elodie
Mairie de MATOURY
VERONIQUE Patrick
DEAL
- BOUJOT Aurélien
- JEAN-BAPTISTE-ADOLPHE Antoine
8- « Santé-environnement au travail »
Animation : Cédric Lothoré (DIECCTE) Jean-Pierre Pollet (CGSS)
SERVICE
NOM-Prénoms
EUZET Geneviève
RECTORAT
- GACHET Marie-Claire
- LANGLOIS Patrick
- DECHESNE Jean-Joël
SILIGHINI Didier
Syndicat UNSA
BERTEAUD Claude
CNES/CSG
SIMON Anne-Marie
CHAR
LEBRETON Luc
DAAF
TACITA Janique
Conseil Général
- BONADEI Dominique
Union Départementale Force Ouvrière
- CHAMPEAUX Alin
9- « Réduire les substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols (dont sites et sols pollués et
déchets) »
Animation : Noëlle Thine (DEAL) Myriam Debris (DEAL)
SERVICE
NOM-Prénoms
GEPOG
De PRACONTAL Nyls
BRGM
- NONTANOVANH Mandi
- LECOMTE Paul
CHAR
SIMON Anne-Marie
ARS
DEVIERS Gérard
DAAF
- LAPLACE Damien
- ATTICA Christiane
SEMSAMAR
JEANNETTE Marie-Gabrielle
CNES/CSG
RICHARD Sandrine
Conseil Général
TACITA Janique
PARC AMAZONIEN de GUYANE
GUITET Cécile
Annexe 7 – Glossaire
ADEME : agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
ADIL : association départementale d’information sur le logement
AEP : Alimentation en Eau Potable
ARDAG : Association pour le Recyclage des Déchets Automobile en Guyane
ARS : agence régionale de santé
ASV : Atelier Santé Ville
BRGM : bureau de recherche géologique et minière
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 124 sur 132
Page 124 sur 186
CCIG : Chambre de Commerce et d’Industrie de la Guyane
CCIG : chambre du commerce et de l’industrie de Guyane
CG : conseil général
CHSCT : comité d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail
CIRE : cellule de l’InVS en région
CLS : Contrats Locaux de Santé
CMR : Cancérogènes et/ou Mutagènes et/ou toxiques pour la Reproduction
CMR : cancérigène, mutagène et reprotoxique
CO : monoxyde de carbone
CODERST : comité départemental de l’environnement, des risques sanitaires et technologiques
COPIL : comité de pilotage
CR : conseil régional
CRSA : conférence régionale de santé et de l’autonomie
DAAF : direction de l’alimentation l’agriculture et de la forêt
DALO : Droit au Logement Opposable
DASRI : Déchet d’Activité de Soins à Risque Infectieux
DDAS : Direction de la Démoustication et des Actions Sanitaires
DEAL : direction de l’environnement, de l’aménagement et du logement
DFIP : Direction Régionale des Finances Publiques
DGS : Direction Générale de la Santé
DGS : direction générale de la santé
DIECCTE : direction de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi
DJSCS : direction de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale
DUP : Déclaration d’Utilité Publique
EHPAD : Etablissement d’Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes
ERP : Etablissement Recevant du Public
ERP : établissement recevant du public
FDS : Fiches de Données de Sécurité
GIDAF : Gestion Informatisée des données d’Autosurveillance Fréquente
GPS : Guyane Promotion Santé
GRSE : groupe régional santé environnement
HAP : hydrocarbures aromatiques polycycliques
HPST : Hôpital, Patients, Santé et Territoires
IKARE : Institut Karibéen et Amazonien de l’Elevage
InVS : institut de veille sanitaire
IPG : Institut Pasteur de la Guyane
LAV : Lutte Anti Vectorielle
MOUS : mission de maîtrise d'œuvre urbaine et sociale
OMS : organisation mondiale de la santé
ONEMA : office national de l’eau et des milieux aquatiques
ORC : « Olivier Roger Consultant » SARL
ORSG : Observatoire Régional de la Santé de la Guyane
PACT : association de Protection, amélioration, conservation, transformation de l’habitat
PAT : Patient en Auto-Traitement
PCB : Polychlorobiphényles
PDALPD : plan départemental d'action pour le logement des personnes défavorisées
PM2,5 : particules de diamètre inférieur à 2,5 µm
PMSI : programme de médicalisation des systèmes d'information
PNNS : Programme National Nutrition Santé
PNNS : plan national nutrition santé
PNSE : plan national santé environnement
PRAPS : programme régional d’accès à la prévention et aux soins
PROA : plan régional de l’offre alimentaire
PRODIGE : Plate-forme d’échanges d’Information Géographique
PRQA : plan régional pour la qualité de l’air
PRS : projet régional de santé
PRSE : plan régional santé environnement
PRSP : plan régional de santé publique
PRST : plan régional santé travail
PSAGE : Plan de Surveillance et d’Alerte dans la Gestion des Epidémies
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 125 sur 132
Page 125 sur 186
RGP : Recensements Généraux des Populations
SDAGE : schéma d’aménagement et de gestion des eaux
SGDE : Société Guyanaise des Eaux
TIAC : Toxi Infection Alimentaire Collective
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 126 sur 132
Page 126 sur 186
Annexe 8 – Arrêté préfectoral d’approbation
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 127 sur 132
Page 127 sur 186
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 128 sur 132
Page 128 sur 186
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 129 sur 132
Page 129 sur 186
Annexe 9 – Projet de programme d’action du PRSE2 de Guyane
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 130 sur 132
Page 130 sur 186
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 131 sur 132
Page 131 sur 186
PRSE
Guyane 2009-2013 … 2015
Page 132 sur 132
Page 132 sur 186
Deuxième Plan Régional Santé Environnement de
Guyane
Annexe 9
Programme d’actions
20 juin 2012
Page 133 sur 186
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 134 sur 186
Page 2 sur 54
SOMMAIRE
1
Thème : « protéger la santé et l’environnement des enfants et des personnes
vulnérables du fait de leur état de santé ». .................................................................................. 6
1.1 Axe : Mieux connaitre les populations concernées (enfants et des personnes vulnérables du fait de leur
état de santé) et les risques qui leur sont spécifiques............................................................................................... 6
1.1.1
Actions : Caractériser et dénombrer de la population concernée.................................................................... 6
1.2 Axe : Promouvoir des projets architecturaux dans le domaine de l’habitat et des équipements publics
pour répondre besoins spécifiques de ces populations............................................................................................ 6
1.2.1
Actions : La question du handicapé en ville : réaliser un projet pédagogique en milieu scolaire pour
sensibiliser les acteurs ................................................................................................................................................. 6
2
Thème : « impacts sur la santé des substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols
dont le mercure, les pesticides, les phytosanitaires et autres » ................................................ 9
2.1 Axe : Particules dans l’atmosphère : amélioration de la connaissance sur l’exposition aux particules..... 9
2.1.1
Actions : Amélioration de la connaissance sur les particules par des mesures en continu de particules dans
l’Ouest et l’Est Guyanais .............................................................................................................................................. 9
2.2 Axe : Prévention des risques sanitaires liés au mercure : ramener les niveaux d’imprégnation biologique
mercurielle des sous-groupes à risque en deçà des recommandations de l’OMS................................................ 10
2.2.1
Actions : Mise à jour des messages sanitaires et des recommandations sur la consommation des poissons
et sur les autres comportements alimentaires permettant la diminution de l’imprégnation mercurielle ..................... 11
2.2.2
Actions : Renforcement de la campagne de prévention des risques liés à la consommation de poissons
imprégnés de mercure et sur les comportements alimentaires à privilégier ............................................................... 11
2.3 Axe : Impacts et risques sanitaires des produits phytosanitaires ................................................................ 13
2.3.1
Actions : Poursuite de l’évaluation de l’impact et des risques des PPP sur les utilisateurs et environnement
familial et de l’évaluation de la contamination des fruits et légumes .......................................................................... 13
3
Thème : « accès à l’eau potable et protection des contaminations environnementales
liées à l’eau. »................................................................................................................................ 16
3.1 Axe : Satisfaire les besoins fondamentaux en eau potable de la population .............................................. 16
3.1.1
Actions : Développer l’accès à l’eau potable................................................................................................. 16
3.1.2
Actions : Assurer une gestion durable de la disponibilité en eau potable en préservant la ressource .......... 17
3.2 Axe : Protéger la population des contaminations environnementales liées à l’eau.................................... 17
3.2.1
Actions : Protéger de manière efficace la ressource aux échelles des périmètres de protection des captages
17
3.2.2
Actions : Maîtriser la qualité de l’eau distribuée ............................................................................................ 20
4
Thème : «Aménagement du territoire et qualité de vie, modes de transports doux »... 21
4.1 Axe : Améliorer les conditions de transport sur les fleuves ......................................................................... 21
4.1.1
Actions : Promouvoir l’acquisition de moteurs hors–bord à 4 temps............................................................ 21
4.1.2
Actions : Action pilote dans le domaine du transport fluvial d’hydrocarbures................................................ 21
4.1.3
Actions : Améliorer les conditions de transport fluvial des passagers........................................................... 22
5
Thème : « sensibiliser la population à la santé environnementale : éducation,
formation, communication »........................................................................................................ 23
5.1 Axe : Développer un réseau d’intervenants/conseillers en Santé-Environnement ..................................... 23
5.1.1
Actions : Déterminer les outils, méthodes et moyens nécessaires au développement de ce profil............... 23
5.1.2
Actions : Mise en place d’un site pilote pour validation de la démarche ....................................................... 23
5.2 Axe : Sensibiliser la population en santé-environnement ............................................................................. 24
5.2.1
Actions : Action en direction des jeunes ....................................................................................................... 24
5.2.2
Actions : Action en direction des adultes ...................................................................................................... 25
5.3 Axe : Améliorer la coordination et l’échange d’information entre les différents acteurs/intervenants en
Santé-Environnement.................................................................................................................................................. 25
5.3.1
Actions : Créer un relais entre les différents acteurs, assurant les échanges, l’information et la coordination
entre les acteurs ......................................................................................................................................................... 25
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 135 sur 186
Page 3 sur 54
5.3.2
Actions : Créer un annuaire des acteurs régionaux intervenant dans le domaine santé-environnement et
présentant les outils existants et disponibles.............................................................................................................. 26
5.3.3
Actions : Créer un document unique regroupant des informations et présentant l’ensemble des thématiques
de Santé Environnement présentes sur le territoire ................................................................................................... 26
6
Thème : « maladies vectorielles » : prévention, lutte contre les vecteurs, actions
communautaires ........................................................................................................................... 27
6.1 Axe : Développer la connaissance, prévenir et réduire les risques liés aux maladies vectorielles et aux
moyens de lutte mobilisés .......................................................................................................................................... 27
6.1.1
Actions : Modification du comportement des populations ............................................................................. 27
6.1.2
Actions : Développer la connaissance et réduire les risques liés aux maladies vectorielles et aux moyens de
lutte mobilisés............................................................................................................................................................. 28
7
Thème : habitat « indigne et insalubre » ............................................................................ 30
7.1 Axe : Traiter l’insalubrité en opérations d’ensemble...................................................................................... 30
7.1.1
Actions : Définition et mise en place d’une stratégie de traitement de l’insalubrité à la parcelle à l’intérieur
des opérations RHI..................................................................................................................................................... 30
7.1.2
Actions : Accompagner le passage des opérations de résorption de l’habitat insalubre à spontané (loi
Letchimy).................................................................................................................................................................... 31
7.1.3
Actions : Prendre en compte la qualité du sous-sol et son impact sanitaire éventuel dans le cadre
d’opérations d’aménagement ..................................................................................................................................... 31
7.2 Axe : Traiter l’insalubrité en diffus................................................................................................................... 32
7.2.1
Actions : Organiser un réseau de relais pour le repérage des cas d’insalubrité ........................................... 32
7.2.2
Actions : Développer la lutte contre les marchands de sommeil ................................................................... 32
7.3 Axe : Développer une approche transversale du travail partenarial............................................................. 33
7.3.1
Actions : Préfigurer un des comités technique du pôle départemental LHI................................................... 33
7.3.2
Actions : Information des collectivités (élus et personnels) sur l’articulation des procédures habitat au regard
des compétences respectives Etat / Communes / Particuliers ................................................................................... 34
8
Thème : « santé-environnement au travail »...................................................................... 35
8.1 Axe : Connaissance des risques liés aux produits chimiques...................................................................... 35
8.1.1
Actions : Améliorer la connaissance des risques liés aux produits CMR et les mesures de prévention
adaptées..................................................................................................................................................................... 35
8.2 Axe : Suivi de l’exposition des salariés........................................................................................................... 36
8.2.1
Actions : Inciter les employeurs des entreprises du secteur entretien et espace vert à développer le suivi
d’exposition des salariés. ........................................................................................................................................... 36
9
Thème : « réduire les substances toxiques dans l’air, l’eau et les sols (dont sites et
sols pollués et déchets) » ............................................................................................................ 37
9.1 Axe : Inventorier et suivre les émissions de substances dangereuses pour la santé et l’environnement 37
9.1.1
Actions : Améliorer la connaissance et le suivi des émissions polluantes des établissements ICPE et
agricoles ..................................................................................................................................................................... 37
9.1.2
Actions : Améliorer la collecte et la bancarisation des données santé-environnement ................................. 39
9.1.3
Actions : Etablir un bilan des zones polluées par le mercure et mesurer les influences de cette substance
sur les cours d’eau impactés. ..................................................................................................................................... 41
9.1.4
Actions : Réaliser une synthèse des connaissances sur les processus de cyanuration utilisés dans
l’exploitation aurifère et analyser les impacts en milieu équatorial pour les milieux naturels...................................... 42
9.2 Axe : Réduire les émissions et rejets pouvant présenter un danger pour la santé et l’environnement .... 43
9.2.1
Actions : Réduire les rejets de substances dites « dangereuses » dans les effluents aqueux des
établissements ICPE identifiés ................................................................................................................................... 43
9.2.2
Actions : Réduire les émissions de fluides frigorigènes fluorés (substances appauvrissant la couche d’ozone
ou gaz à effet de serre) .............................................................................................................................................. 44
9.2.3
Actions : Résorber les décharges non autorisées, les réhabiliter et les suivre ............................................. 46
9.2.4
Actions : Limiter les émissions polluantes du secteur agricole...................................................................... 49
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 136 sur 186
Page 4 sur 54
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 137 sur 186
Page 5 sur 54
1 Thème : « protéger la santé et l’environnement des
enfants et des personnes vulnérables du fait de
leur état de santé ».
1.1 Axe : Mieux connaitre les populations concernées (enfants et
des personnes vulnérables du fait de leur état de santé) et les
risques qui leur sont spécifiques
1.1.1 Actions : Caractériser et dénombrer de la population concernée
1.1.1.1
Mesure : Edifier un tableau de synthèse avec quelques chiffres guyanais
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : so
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
La population de Guyane est d’une grande diversité et d’une évolution très dynamique. Ces caractères confèrent à certaines
populations des sensibilités particulières aux risques sanitaires liés à l’environnement.
L’objectif de ce travail est d’évaluer :
ƒ
Les données chiffrées des populations sensibles et vulnérables aux risques santé environnement
ƒ
L’évolution dans le temps, avec un historique, des données actuelles les plus précises possibles et une projection
dans la mesure des possibilités
ƒ
D’avoir une distribution géographique à minima à l’échelle communale, voire avec un découpage infra communale,
dans la mesure des possibilités données par les chiffres disponibles
Les informations seront présentées sous forme de tableaux et de cartes.
Elles seront rendues disponibles à tous les acteurs de santé publique.
Cette action sera réalisée dans le cadre des objectifs 2012 de l’ARS en partenariat avec les acteurs possibles encore à
contacter (ORSG, Insee …). Elle ne doit pas nécessiter de moyens particuliers.
1.2 Axe : Promouvoir des projets architecturaux dans le domaine
de l’habitat et des équipements publics pour répondre besoins
spécifiques de ces populations
1.2.1 Actions : La question du handicapé en ville : réaliser un projet pédagogique en
milieu scolaire pour sensibiliser les acteurs
1.2.1.1
Mesure : Mobiliser et sensibiliser la jeunesse et son proche entourage à l’accessibilité de la
ville aux personnes âgées ou handicapées.
Pilote (Institution) : ORC
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 5 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 138 sur 186
Page 6 sur 54
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX
Vous êtes vous déjà posé la question : et si j’étais handicapé ?
Nos villes interdisent quasiment de façon rédhibitoire l’accessibilité des équipements, infrastructures, commerces, voire tout
simplement promenade urbaine à une fraction de plus en plus importante de notre population (handicapés, … mais aussi
personnes âgées).
Ces obstacles sont le fruit de multiples facteurs, tels:
ƒ
ƒ
ƒ
ƒ
Une urbanisation n’ayant pas pris en compte les difficultés de cheminement de ces personnes, absence de trottoirs
dans de nombreux quartiers
Des comportements inadaptés voire dangereux vis-à-vis des ces personnes en difficulté ; il suffit pour s’en convaincre
d’observer la nouvelle avenue d’Estrées où le stationnement permanent de résidents ou propriétaires de magasins
devant leur garage sur le trottoir oblige le promeneur handicapé à faire un détour sur la chaussée réservée aux
automobiles si ce n’est à rebrousser chemin
Des commerces et autres lieux de proximité inadaptés à l’usage du client handicapé, … voire inaccessibles
Éléments qui ont conduit à la sélection de l’action
D’aucuns expliquent l’absence de cette fraction de la population dans la ville (ils restent invisibles) par une culture de la honte
(je me cache et mon entourage me cache parce que je suis handicapé). C’est nécessairement une réponse trop partielle car
même si cette population souhaitait et était encouragé à avoir une vie sociale normale et être « acteur-usager » de la société à
par entière (consommateur, promeneur, etc..), nos comportements quotidiens et la ville que nous avons construite le leur
interdit ou pour le moins accroît de façon sensible les risques d’incidents et accidents.
Le « vivre ensemble » et « la ville pour tous » ne peuvent rester de simples slogans et si la « honte de l’handicap » est ainsi
parfois désignée localement comme l’un des facteurs empêchant la concrétisation de ces vœux et conduisant à leur défection
de notre paysage social et urbain, notre absence collective d’empathie et de prise en compte de leurs difficultés quotidiennes
est facteur d’aggravation notable de cette situation.
Cible : enfants, grand public, handicapés
L’objectif est de rendre plus accessible la ville, c'est-à-dire la rendre moins dangereuse pour la personne handicapée, la
personne âgée, ou tout autre personne ayant une mobilité réduite.
Mobiliser et sensibiliser la jeunesse et son proche entourage à l’accessibilité de la ville aux personnes âgées ou handicapées.
Nos comportements quotidiens (notamment en tant qu’usagers des voies publiques) étant en cause il est donc proposé de
travailler sur ces aspects en interpellant et sollicitant les scolaires qui pourraient être collégiens ou/et lycéens en leur
demandant dans le cadre d’un projet:
1.
d’une part d’évaluer l’accessibilité de la ville pour cette frange de population au travers notamment d’un travail
d’investigation de terrain et d’observation soit dans leur quartier soit sur leur trajet quotidien entre domicile et école ou
lieu d’activités sportives et culturelles
2.
et d’autre part en préconisant des actions susceptibles de réduire ces difficultés tant du point de vue des
infrastructures et aménagements (réfection, création, aménagement des trottoirs, etc.) que de nos comportements
(stationnement sur les trottoirs, absence de ralentissement lorsque l’on croise des piétons sur une chaussée qui par
ailleurs est dépourvue de trottoirs etc.)
Au–delà de la prise de conscience attendue ou pour le moins de son éveil, ce dispositif pourrait, s’il est suffisamment
généralisé, donner une bonne photographie de la situation tant géographique que dans sa diversité.
Acteurs / partenaires : RECTORAT (à préciser)
Une allocation versée auprès des établissements scolaires engagés afin de mieux les mobiliser ? (à préciser)
Un budget afin d’animer le dispositif, réaliser le travail de synthèse et rédiger un rapport final ? Dont l’importance variera en
fonction de la richesse des travaux réalisés par les scolaires et le nombre d’établissements ayant participé.
Phase d’expérimentation du dispositif
Sur la base d’une participation de quelques établissements scolaires de Cayenne (2 ou 3 ?) un budget d’animation de 5 000€
afin d’accompagner les enseignants, faire le travail de synthèse et rédiger un rapport final devrait être suffisant
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 139 sur 186
Page 7 sur 54
Échéancier :
Phase d’expérimentation du dispositif
Probablement 1 année scolaire depuis la coopération avec le rectorat, le lancement effectif du travail de terrain des scolaires et
enfin la rédaction des rapports par les élèves.
Suivi :
ƒ
Indicateurs : Nombre d’interventions en établissements, nombre d’élèves impliqués
ƒ
Participation : Nombre de collèges et/ou lycées (ou autres établissements scolaires) ayant participé
Phase d’expérimentation du dispositif
Sensibilisation : Intérêt porté par les élèves à ce travail d’investigation (évaluation faîte par les enseignants)
Exhaustivité : Nombre de quartiers, lieux, … ayant été observés
Connaissance : Précision illustrative des données recueillies
(photographies, cartographie, schémas, etc.)
Projection : Nombre et diversité des mesures préconisées
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 140 sur 186
Page 8 sur 54
2 Thème : « impacts sur la santé des substances
toxiques dans l’air, l’eau et les sols dont le
mercure, les pesticides, les phytosanitaires et
autres »
2.1 Axe : Particules dans l’atmosphère : amélioration de la
connaissance sur l’exposition aux particules
2.1.1 Actions : Amélioration de la connaissance sur les particules par des mesures en
continu de particules dans l’Ouest et l’Est Guyanais
2.1.1.1
Mesure : Installation d’une station de mesure fixe à Saint Laurent du Maroni et dans l’Est
Guyanais
Pilote (Institution) : ORA
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 140 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Fiche action du PNSE2 : Axe 4- Améliorer la connaissance sur les particules
Autres plans en lien avec l’action : Plan national particules - Axe amélioration des connaissances
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
L’équipement de mesure des particules en Guyane est limité comparativement aux autres régions. La mesure de
concentrations des particules ne couvre en Guyane que la région de Cayenne, unité urbaine de la zone urbaine régionale
(ZUR), zonage applicable au 01/01/10 et retenu pour la Guyane à l’occasion de la mise en œuvre de la directive européenne
2008/50/CE.
Le reste du Département est considéré comme une zone rurale (ZR) comprenant 19 communes et constituées de 5 unités
urbaines dont St-Laurent du Maroni, Kourou, Macouria, Sinnamary et les autres communes. L’Ouest Guyanais notamment ne
dispose pas de suivi de la qualité de l’air malgré l’expansion rapide de la ville de Saint Laurent.
Il en est de même pour l’Est Guyanais qui sera confronté à un trafic automobile croissant et à un développement de cette zone
suite à l’ouverture du pont entre le Brésil et St-Georges.
Or il apparaît pertinent dans la configuration Guyanaise que ces deux principales zones disposent d’une station de mesure fixe
des particules pour une spatialisation correcte et homogène des niveaux de la qualité de l’air, afin d’être en capacité de
connaître et d’informer sur les niveaux de la qualité de l’air concernant ce polluant majoritaire (les particules) en Guyane.
La particularité de cette stratégie d’équiper de façon homogène le territoire permettrait l’obtention de données terrain pour
l’Application de l’imagerie satellitaire à la cartographie des aérosols en Guyane et ainsi de contribuer à la mise en place de la
spatialisation des autres communes non dotées de dispositif de mesure.
Le coût d’un tel équipement, cabine et équipement informatique inclus, représente environ 70 000 euros soit 140 000 euros au
total.
Tenant compte du mode de financement des organismes de surveillance de la qualité de l'air agréés précisé par l’arrêté du 21
octobre 2010, un tel équipement peut être subventionné par le PRSE dans le cadre du budget arrêté préalablement par l’organe
délibérant de l’organisme.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 141 sur 186
Page 9 sur 54
- Cible : population grand public de la Guyane et l’Europe dans le cadre des rapportages annuel
Installation d’une station de mesure fixe à Saint Laurent du Maroni et dans l’Est Guyanais
Acteurs / partenaires : DEAL, ORA, ARS
Sources de financement envisagées : DEAL ?, ARS ? PRSE ?
Échéancier : 2013
Suivi :
ƒ
Indicateurs : installation station de mesure (oui ou non)
ƒ
Modalités d'évaluation : ARS
ƒ
Etat initial : non
ƒ
Etat visé : oui
2.2 Axe : Prévention des risques sanitaires liés au mercure :
ramener les niveaux d’imprégnation biologique mercurielle
des sous-groupes à risque en deçà des recommandations de
l’OMS
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
Description du contexte régional ou local correspondant au champ de l’action, Action déjà menées, éléments qui ont
conduit à la sélection de l’action
Les dépistages de l’imprégnation mercurielle menés jusqu’à 2005 sur la population guyanaise des sites isolés ont mis en
évidence que les expositions au mercure les plus fortes concernent les populations en amont des fleuves formant les frontières
de la Guyane. En 2005, plus de la moitié des habitants des villages enquêtés sur le Haut Maroni présentaient une imprégnation
mercurielle supérieure au seuil OMS à partir duquel des altérations fines des fonctions visuelles et motrices peuvent être
détectées chez certains sujets par des tests neurologiques et neurophysiologiques.
Par ailleurs, les études épidémiologiques et alimentaires et les analyses de poissons réalisées jusqu’à présent ont démontré
que le facteur prédictif le plus fortement lié à la concentration de mercure dans les cheveux est la fréquence de consommation
de poissons par ces populations. Certaines espèces de poissons (l’aïmara notamment) présentent une imprégnation
mercurielle supérieure aux seuils de recommandations de l’OMS.
Faisant suite aux résultats de ces études, la Croix Rouge française avait été choisie pour mener un projet de prévention et
d’éducation à la santé parmi les populations concernées de 2006 et 2009. Il comportait outre la prévention vaccinale et la
prévention des maladies infectieuses, un volet consacré à la prévention mercurielle auprès des femmes enceintes : information
et sensibilisation ; suivi à travers des prélèvements. Ce programme avait permis notamment de mener une information sur les
risques liés au mercure auprès des populations concernées, d’apporter des conseils nutritionnels visant à diminuer en priorité la
contamination mercurielle aux stades critiques de la vie (femmes enceintes, fœtus, nourrissons, jeunes enfants) et d’envisager
un suivi de l’évolution de l’imprégnation mercurielle
Les analyses réalisées durant cette période ont montré que l’imprégnation mercurielle des populations du Haut Maroni restait
supérieure à la norme fixé par l'OMS pour certains individus, mais qu’on observait un retour à la normale avec les mesures de
prévention mises en place dans le programme mené par la Croix Rouge.
Les stratégies d'intervention sont diversifiées : dépistage, prévention, communication, réduction du risque, lutte contre les cofacteurs.
Objectif : la promotion des mesures correctives alimentaires et la prévention de l’imprégnation
Les études épidémiologiques menées jusqu’en 2006 ont mis en évidence le retentissement neurologique infra-clinique du
mercure chez les enfants des communautés du Haut Maroni et Haut Oyapock. Les recommandations des experts ont alors
convergé vers une restriction de consommation des espèces de poisson les plus contaminées pour les groupes de population
les plus sensibles : jeunes enfants, femmes enceintes et allaitantes.
Ces conclusions ont encore été consolidées par les derniers avis de l’AFSSA dont celui du 14 juin 2010 relatif aux bénéfices /
risques liés à la consommation de poissons qui a conclut que les femmes enceintes ou allaitantes et les enfants de moins de 3
ans, doivent d’éviter, à titre de précaution en raison du risque lié au méthyl mercure la consommation de certains poissons
prédateurs sauvages (qui présentent une imprégnation mercurielle comparable à celle de certains poissons guyanais).
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 142 sur 186
Page 10 sur 54
Les mesures d'accompagnement doivent viser
1) la diminution de l'absorption du mercure lors de la digestion, par des actions simples et accessibles telles que la
consommation de 1 fruit par jour et d'aliments contenant des fibres pendant la grossesse. Ces mesures sont par ailleurs
inscrites dans le Plan National Nutrition Santé.
2) la réduction de la teneur en mercure des aliments, y compris celles des poissons à risque, que les populations
consomment lorsqu'elles n'ont pas d'autres ressources, par la promotion des techniques culinaires également accessibles,
telles que le boucanage du poisson, plutôt que le poisson bouilli ou grillé. Par exemple le boucanage réduit de 22% la teneur
en mercure d’un aimara par rapport à la cuisson du même poisson bouilli.
Dans un environnement complexe, l'objectif de l'ARS vise une prise en charge globale des populations, et s'adresse également
aux co-facteurs de risque (consommation massive d'alcool industriel à fort degré d'alcool pendant la grossesse), d'autant
qu'aujourd'hui leur place est majeure à côté du risque mercuriel lui même.
Cible : populations exposées en sites isolés dont personnes sensibles (femmes enceintes et en âge de procréer,
jeunes enfants : réduction de l’imprégnation) + population générale (information pour la prévention des risques)
2.2.1 Actions : Mise à jour des messages sanitaires et des recommandations sur la
consommation des poissons et sur les autres comportements alimentaires
permettant la diminution de l’imprégnation mercurielle
2.2.1.1
Mesure : Saisine de l’ANSES sur les risques sanitaires liés à la consommation des différentes
espèces de poissons sur la base de la synthèse visée dans la mesure précédente
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Acteurs / partenaires : ARS + DAAF
Coûts : 0
Échéancier : 2012
Suivi : ARS
Indicateurs : saisine réalisée oui / non
Modalités d'évaluation : ARS
Fréquence de l’évaluation : 1 fois par an
Etat initial : non réalisé
Etat visé : réalisé
2.2.2 Actions : Renforcement de la campagne de prévention des risques liés à la
consommation de poissons imprégnés de mercure et sur les comportements
alimentaires à privilégier
2.2.2.1
Mesure : Réalisation de nouveaux supports de communication et de prévention des risques
sanitaires liés à la consommation de poissons à forte imprégnation mercurielle, adaptés
pour les populations des sites isolés qui sont les plus concernées (affiches en langues locales)
avec intégration des autres comportements alimentaires permettant la réduction de
l’imprégnation mercurielle
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 20 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 143 sur 186
Page 11 sur 54
Acteurs / partenaires : ARS
Échéancier : 2012
Suivi : ARS
Indicateurs : saisine réalisée oui / non
Modalités d'évaluation : ARS
Fréquence de l’évaluation : 1 fois par an
Etat initial : non réalisé
Etat visé : réalisé
2.2.2.2
Mesure : Restitution auprès des populations exposées des données actualisées de
contamination des poissons et des messages sanitaires. Promotion de comportements
alimentaires permettant la diminution de l’imprégnation mercurielle (consommation fruit,
fibres, boucanage du poisson..etc)
2.2.2.2.1
Sous mesure : Organisation de réunions publiques d’informations en sites isolés (campagne de prévention sur
le terrain) sur l’ensemble des communes exposées et dans les principaux villages de ces communes où les
imprégnations mercurielles de la population sont les plus fortes (villages du Haut Maroni et Haut Oyapock
notamment : Caillodé, Antecume Pata…etc)
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 25 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Acteurs / partenaires : ARS
Coûts (déplacements essentiellement + traducteurs ou recrutement d’un prestataire pour les faire)
Échéancier : début : août 2012 ; fin : 2013
Suivi : ARS
Indicateurs : nombre de réunions publiques d’information
Modalités d'évaluation : ARS
Fréquence de l’évaluation : 1 fois par an
Etat initial : 0
Etat visé : 15
2.2.2.2.2
Sous mesure : Déploiement des nouveaux outils de communication en sites isolés
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 2 500,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Acteurs / partenaires : ARS + GPS ?
Acteurs / partenaires : ARS
Échéancier : début : août 2012 ; fin : 2013
Suivi : ARS
Indicateurs : nombre de lieux d’affichage
Modalités d'évaluation : ARS
Fréquence de l’évaluation : 1 fois par an
Etat initial : 0
Etat visé : 30
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 144 sur 186
Page 12 sur 54
2.2.2.3
Mesure : Réalisation et diffusion d’un guide de consommation de poissons de Guyane :
permettant la vulgarisation des conclusions obtenues par la saisine de l’ANSES et
l’information en population générale par des recommandations de consommation claires et
précises.
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 8 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Acteurs / partenaires : ARS + DAAF
Échéancier : 2013
Suivi : ARS
Indicateurs : réalisée oui / non
Modalités d'évaluation : ARS
Fréquence de l’évaluation : 1 fois par an
Etat initial : non réalisé
Etat visé : réalisé
2.2.2.3.1
Sous Mesure : Diffusion du guide de consommation de poissons de Guyane
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 1 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Acteurs / partenaires : ARS + DAAF
Échéancier : 2013
Suivi : ARS
Indicateurs : réalisée oui / non
Modalités d'évaluation : ARS Fréquence de l’évaluation : 1 fois par an
Etat initial : non réalisé
Etat visé : réalisé
2.3 Axe : Impacts
phytosanitaires
et
risques
sanitaires
des
produits
2.3.1 Actions : Poursuite de l’évaluation de l’impact et des risques des PPP sur les
utilisateurs et environnement familial et de l’évaluation de la contamination des
fruits et légumes
2.3.1.1
Mesure : Evaluer l’impact et risques des PPP pour les utilisateurs et l’environnement familial
2.3.1.1.1
Sous mesure : Mise en place d’un groupe de travail thématique pour reprendre les travaux déjà initiés sur cette
question ces dernières années
Pilote (Institution) : ARS / DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 145 sur 186
Page 13 sur 54
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
Méconnaissance de l’impact des PPP sur la santé des utilisateurs en Guyane (à rapprocher des conclusions des études déjà
réalisées) Questionnement récurrent et légitime des consommateurs vis-à-vis des résidus dans les fruits et légumes en guyane.
Préoccupations à mettre en relation avec la méconnaissance du grand public des pratiques culturales et la faible accessibilité
aux analyses résidus effectués par les services de l’Etat.
3 études ont déjà été menées :
•
Création d’une base de données sur l’utilisation des pesticides en Guyane, DIREN, 2001
•
Mise à jour d’une base de données sur les pesticides utilisés en Guyane, DSDS, 2006
•
Etat des lieux des pesticides en Guyane, ORSG, 2010
-Éléments qui ont conduit à la sélection de l’action
-Cible : populations (grand public, enfants, professionnels…) ou structures (collectivités, établissements scolaires, hôpitaux…)
Grand public (consommateurs) et utilisateurs de produits phytopharmaceutiques (agricole et non agricole)
2.3.1.1.2
Sous mesure : mise en place d’un groupe de travail thématique pour reprendre les travaux déjà initiés sur cette
question ces dernières années
Ce groupe de travail aura pour objectifs de définir le cadre général de l’étude et de réaliser un appel d’offre pour la sélection
d’un bureau d’étude.
Acteurs / partenaires : ARS, DAAF, CGSS, DIECCTE
Coûts : 0€
Échéancier : Février 2012
Suivi :
Indicateurs : Date de la première réunion, nb de réunion, date de la parution de l’appel d’offre
Modalités d'évaluation : ARS,
Etat initial :
Etat visé : lancement de l’appel d’offre, sélection d’un bureau d’étude
Le bureau d’étude sélectionné, avec la validation du groupe de travail, devra élaborer le contenu détaillé de l’étude et sera
chargé de son exécution.
Objectifs de l’étude :
- faire remonter la perception des utilisateurs agricoles et non agricoles de la dangerosité des PPP
- identifier les sources de contamination (notamment au travers des pratiques : produits utilisés, doses, stockage,EPI,DAR,prise
en compte des éléments climatiques…).
- identifier les impacts auprès des applicateurs.
- Evaluer la prévalence des intoxications aiguës auprès des professionnels de la santé
- identifier les leviers d’action prioritaires afin d’améliorer la situation.
Concernant les zones agricoles, tous les systèmes de cultures doivent être représentés. Les zones non agricoles (espaces vert,
jardins, voiries, collectivités) doivent être également traitées.
Acteurs / partenaires : Bureau d’étude, ARS, DAAF, CGSS
Échéancier : juin 2013
Suivi :
Indicateurs : Nombre et répartition des enquêtes
Modalités d'évaluation : Bureau d’Etude sélectionné, relevé mensuel
Etat initial :
Etat visé :
2.3.1.2
Mesure : Evaluer l’impact et risques des PPP pour les utilisateurs et l’environnement familial
2.3.1.2.1
Sous mesure : Etude d’évaluation de l’impact et risques des PPP pour les utilisateurs et l’environnement familial
Pilote (Institution) : ARS / DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 20 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 146 sur 186
Page 14 sur 54
Le bureau d’étude sélectionné, avec la validation du groupe de travail , devra élaborer le contenu détaillé de l’étude et sera
chargé de son exécution.
Objectifs de l’étude :
faire remonter la perception des utilisateurs agricoles et non agricoles de la dangerosité des PPP
identifier les sources de contamination (notamment au travers des pratiques : produits utilisés, doses, stockage, EPI,
DAR, prise en compte des éléments climatiques…).
identifier les impacts auprès des applicateurs.
Evaluer la prévalence des intoxications aiguës auprès des professionnels de la santé
identifier les leviers d’action prioritaires afin d’améliorer la situation.
Concernant les zones agricoles, tous les systèmes de cultures doivent être représentés. Les zones non agricoles (espaces vert,
jardins, voiries, collectivités) doivent être également traitées.
Acteurs / partenaires : Bureau d’étude, ARS, DAAF, CGSS
Échéancier : juin 2013
Suivi :
Indicateurs : Nombre et répartition des enquêtes
Modalités d'évaluation : Bureau d’Etude sélectionné, relevé mensuel
Etat initial :
Etat visé :
2.3.1.3
2.3.1.3.1
Actions : Poursuite de l’évaluation de l’impact et des risques des PPP sur les utilisateurs et
environnement familial et de l’évaluation de la contamination des fruits et légumes
Mesure : Evaluer le risque des PPP sur les consommateurs
Pilote (Institution) : ARS / DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 25 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Conforter (ou non) les risques de contamination des fruits et légumes identifiés en 2006, en s’appuyant :
sur les pratiques identifiées dans la première mesure. Les améliorations constatées seront à souligner.
sur les données résidus issues de la DIECCTE pôle C qui incluent les produits végétaux importés et les données
résidus du DAAF/SALIM.
sur une campagne d’analyse résidu (en concertation avec la DIECCTE)
Acteurs / partenaires : Bureau d’étude, DIECCTE, ARS, DAAF
Échéancier : juin 2013
Suivi :
Indicateurs :
Modalités d'évaluation :
Etat initial :
Etat visé :
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 147 sur 186
Page 15 sur 54
3 Thème : « accès à l’eau potable et protection des
contaminations environnementales liées à l’eau. »
3.1 Axe : Satisfaire les besoins fondamentaux en eau potable de la
population
3.1.1 Actions : Développer l’accès à l’eau potable
3.1.1.1
Mesure : Identifier les zones sans accès à l’eau potable
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 25 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
Actuellement près de 15% de la population guyanaise n’a pas accès à l’eau potable. Ce constat est préoccupant du point de
vue sanitaire.
Paradoxalement dans les zones desservies, le taux de perte sur réseau est relativement élevé et les consommations des
usagers sont importantes par manque de sensibilisation à la notion d’économie d’eau.
Acteurs / partenaires : ARS via une prestation externalisée
Echéancier : juin 2012
Suivi :
Indicateurs : réalisation d’un diagnostic
Modalités d'évaluation : DAAF, ARS
Etat initial : néant
Etat visé : état des lieux complet du département
3.1.1.2
Mesure : Diagnostiquer les installations existantes
Pilote (Institution) : DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 100 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Cette mesure vise à réactualiser un diagnostic déjà réalisé en 2000 sur l’ensemble du territoire.
Acteurs / partenaires : DAAF via une prestation externalisée
Echéancier : juin 2012
Suivi :
Indicateurs : réalisation d’un diagnostic
Modalités d'évaluation : DAAF, ARS
Etat initial : Etude réalisée en 2000 par SETUDE et AGIR
Etat visé : état des lieux complet du département
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 148 sur 186
Page 16 sur 54
3.1.2 Actions : Assurer une gestion durable de la disponibilité en eau potable en
préservant la ressource
3.1.2.1
Mesure : Promouvoir les économies d’eau
Pilote (Institution) : DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 5 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Cette mesure vise à sensibiliser les consommateurs à la préservation de la ressource en eau au travers de campagnes grand
public et des actions de proximité incitant à des comportements responsables.
Acteurs : prestation de service externalisé (voir avec le GRAINE)
Échéance : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : réalisation de campagnes
Modalités d'évaluation : sondage par le pilote
Etat initial : néant
Etat visé : campagnes réalisées
3.1.2.2
Mesure : Limiter les fuites sur le réseau
Pilote (Institution) : DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Cette mesure vise à réduire les volumes perdus sur les réseaux pour optimiser le ratio volume consommé / volume distribué..
Acteurs : DAAF
Echéance : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : ratio volume distribué / volume produit
Modalités d'évaluation :
Etat initial : 24.6 % de perte = 9m3/km/jour (source SGDE-JME mars 2011)
Etat visé : atteindre 20% de perte et diminuer l’indice de perte linéaire
3.2 Axe : Protéger la population
environnementales liées à l’eau
des
contaminations
3.2.1 Actions : Protéger de manière efficace la ressource aux échelles des périmètres de
protection des captages
3.2.1.1
3.2.1.1.1
Mesure : Développer l’information auprès du grand public
Sous mesure : Fiche d’information annuelle aux abonnés sur les périmètres de protection des captages
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : Oui
Montant du budget prévisionnel : 5 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 149 sur 186
Page 17 sur 54
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
La qualité de l’eau dépend de plusieurs paramètres : la qualité de la ressource, le traitement qu’elle subit et le réseau par
lequel elle transite.
Actuellement du point de vue de la ressource, on constate que les périmètres de protection des captages sont souvent
méconnus par la population mais aussi que les collectivités connaissent mal les procédures de déclaration d’utilité publique et
donc un certain nombre de captages sont en service alors que les ppc ne sont pas établis.
Sur le département, la majorité de la population est alimentée par une eau superficielle caractérisée en Guyane par une faible
minéralisation. L’éloignement et les difficultés d’approvisionnement font que peu de stations bénéficient d’une reminéralisation.
On peut également rencontrer des taux élevés pour la turbidité ou encore l’aluminium.
Du fait de la grande dimension des réseaux, les quantités de chlore injectées sont relativement élevées pour assurer le
maintien de la qualité microbiologique de l’eau jusqu’en bout de réseau. Le goût de chlore n’est pas apprécié par les
consommateurs qui se tournent alors vers des eaux d’autre provenance ou d’autres boissons.
-Cible : grand public, habitants des ppc, collectivités…
Le but est de distribuer une eau répondant aux exigences de qualité d’une eau destinée à la consommation humaine. Pour y
répondre l’objectif est double, protéger efficacement la ressource et optimiser le traitement pour que l’eau du robinet soit
reconnue comme une eau de qualité et appréciée par les consommateurs.
Sous-mesure : Fiche d’information annuelle aux abonnés sur les périmètres de protection des captages
Cette sous mesure vise à joindre, une fois par an, à une facture d’eau une fiche décrivant ce qu’est un ppc, la localisation et les
prescriptions s’appliquant aux ppc de la commune.
Acteurs / partenaires : Instructeur des ppc, ARS
Coûts : Budget partenariat ARS + SGDE
Echéancier : Décembre de chaque année
Suivi :
Indicateurs : envoi de la fiche
Modalités d'évaluation : ARS
Etat initial : néant
Etat visé : une fiche par an par abonné
3.2.1.1.2
Sous mesure : Information à domicile des habitants localisés dan un ppc
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 5 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS / Déchets
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
La qualité de l’eau dépend de plusieurs paramètres : la qualité de la ressource, le traitement qu’elle subit et le réseau par
lequel elle transite.
Actuellement du point de vue de la ressource, on constate que les périmètres de protection des captages sont souvent
méconnus par la population mais aussi que les collectivités connaissent mal les procédures de déclaration d’utilité publique et
donc un certain nombre de captages sont en service alors que les ppc ne sont pas établis.
Sur le département, la majorité de la population est alimentée par une eau superficielle caractérisée en Guyane par une faible
minéralisation. L’éloignement et les difficultés d’approvisionnement font que peu de stations bénéficient d’une reminéralisation.
On peut également rencontrer des taux élevés pour la turbidité ou encore l’aluminium.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 150 sur 186
Page 18 sur 54
Du fait de la grande dimension des réseaux, les quantités de chlore injectées sont relativement élevées pour assurer le
maintien de la qualité microbiologique de l’eau jusqu’en bout de réseau. Le goût de chlore n’est pas apprécié par les
consommateurs qui se tournent alors vers des eaux d’autre provenance ou d’autres boissons.
-Cible : grand public, habitants des ppc, collectivités…
Le but est de distribuer une eau répondant aux exigences de qualité d’une eau destinée à la consommation humaine. Pour y
répondre l’objectif est double, protéger efficacement la ressource et optimiser le traitement pour que l’eau du robinet soit
reconnue comme une eau de qualité et appréciée par les consommateurs.
3.2.1.1.3
Sous-mesure : Information à domicile des habitants localisés dans un ppc
Cette sous mesure vise à s’assurer que les personnes vivant dans un ppc sont au courant de l’existence de celui-ci et des
prescriptions associées.
Acteurs / partenaires : ARS (instructeur PPC) via prestation de service externalisée
Echéancier : l’ensemble des habitants devra avoir été informé
Suivi :
Indicateurs : pourcentage des habitants vivant dans un ppc informés
Modalités d'évaluation : ARS
Etat initial : néant
Etat visé : tous les habitants vivant dans un ppc, informés
3.2.1.2
3.2.1.2.1
Mesure : Accompagner de façon durable la mise en œuvre des périmètres de protection des
captages
Sous mesure : Créer un guide d’accompagnement aux collectivités sur la procédure d’établissement des ppc
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 5 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Cette sous mesure vise à créer un guide méthodologique pratique pour les collectivités décrivant la procédure administrative
dans son ensemble et fournissant des modèles pratiques les aidant à chaque étape de la démarche.
Acteurs : ARS Inspecteurs des ppc
Échéance : Fin 2011
Suivi :
Indicateurs : réalisation du guide
Modalités d'évaluation : ARS
Etat initial :
Etat visé : création d’un guide et communication aux collectivités
3.2.1.3
3.2.1.3.1
Mesure : Accompagner de façon durable la mise en œuvre des périmètres de protection des
captages
Sous mesure : Signalisation verticale sur site de la localisation des ppc
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 20 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS / Déchets
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 151 sur 186
Page 19 sur 54
Cette sous mesure vise à indiquer à la population l’existence sur site des ppc au moyen de panneau de signalisation et
d’information.
Acteurs / partenaires : Partenariat collectivités-ARS (Instructeur des ppc),
Echéancier : l’ensemble des ppc devra être identifié au terme de 4 ans
Suivi :
Indicateurs : pourcentage de ppc identifiés sur site
Modalités d'évaluation : ARS
Etat initial : néant
Etat visé : tous les ppc identifiés au terme de 4 ans
3.2.2 Actions : Maîtriser la qualité de l’eau distribuée
3.2.2.1
3.2.2.1.1
Mesure : Améliorer et promouvoir la qualité de l’eau potable
Sous mesure : Organiser des campagnes d’information sur la qualité de l’eau du robinet
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 5 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Cette sous mesure vise à réconcilier de façon générale les consommateurs avec l’eau du robinet. Les campagnes pourront
porter tant sur la qualité de l’eau distribuée, sur la problématique de la gestion des emballages.
Acteurs : ARS (médecin santé publique et DSE) via prestation de service externalisée
Échéance : annuelle
Suivi :
Indicateurs : nombre de campagnes organisées par an
Modalités d'évaluation : ARS
Etat initial : Néant
Etat visé : une campagne annuelle
3.2.2.2
Mesure : Développer des solutions adaptées à chaque type de sites isolés au travers d’un
programme de mesures relatif aux installations d’alimentation en eau potable (domaine
public, sites touristiques et d’orpaillages, domaine privé mono familial …)
3.2.2.2.1
Sous mesure : Créer un programme de mesures comblant les déficits identifiés avec pour objectif de réduire de
50% ces déficits
Pilote (Institution) : ARS / DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 5 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Cette mesure vise à créer un programme de mesures comblant les déficits identifiés par le diagnostic réalisé par la mesure
X.1.1. Il aura pour objectif de réduire de 50% ces déficits. Le programme devra par ailleurs inclure un suivi dans le temps des
installations assurant une alimentation pérenne.
Acteurs : DAAF, DEAL (REMD), OEG, ARS prestation de service externalisée ?
Echéance :
Suivi :
Indicateurs : rédaction du programme de mesures et réduire de 50 % les déficits d’accès à l’eau potable
Modalités d'évaluation : DAAF ou ARS
Etat initial : Etat décrit par le diagnostic X.1.1
Etat visé : réduction de 50% des déficits d’accès / Installations opérationnelles de façon pérenne
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 152 sur 186
Page 20 sur 54
4 Thème : «Aménagement du territoire et qualité de
vie, modes de transports doux »
4.1 Axe : Améliorer les conditions de transport sur les fleuves
4.1.1 Actions : Promouvoir l’acquisition de moteurs hors–bord à 4 temps
Pilote (Institution) : Région Guyane
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 50 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
Les pirogues motorisées, naviguant sur les fleuves de Guyane, sont pratiquement toutes équipées de moteurs à 2 temps.
Ceux-ci sont plus polluants que les moteurs à 4 temps et consomme plus de carburant.
Malheureusement, ceux-ci sont moins réactifs que les moteurs à 2 temps et pourraient poser des problèmes pour le
franchissement des sauts.
Il est proposé de promotionner l’acquisition de moteurs à 4 temps pour le transport fluvial. Il s’agit, dans un premier temps, de
tester le moteur à 4 temps en situation de franchissement de sauts et de requérir l’avis des piroguiers sur la manœuvrabilité
permise par ces moteurs.
Dans un second temps, une aide à l’acquisition de moteurs à 4 temps sera mise en place.
Acteurs / partenaires : Région Guyane, DEAL, Syndicat des transporteurs fluviaux du Maroni
Coût sur 3 ans : 900.000 € (dont 15.000 € expérimentation)
Financement : Région, PRSE
Échéancier : 2012-2015
4.1.2 Actions : Action pilote dans le domaine du transport fluvial d’hydrocarbures
Pilote (Institution) : Région Guyane
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 50 000,00 € Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
Le transport des hydrocarbures sur les fleuves de Guyane est réalisé dans des conditions ne répondant pas à la réglementation
nationale.
Par ailleurs, ce transport présente des risques importants de pollution en cas de chavirement des embarcations ou durant la
phase de transbordement du carburant.
Il s’agit de concevoir, construire et expérimenter une pirogue pilote en aluminium, répondant aux normes nationales de
transport d’hydrocarbures et aux exigences de manœuvrabilité requises par les piroguiers.
Acteurs / partenaires :
Région Guyane
DEAL
Syndicat des transporteurs fluviaux du Maroni
EDF
Coûts : 150.000 €
Financement :
Région
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 153 sur 186
Page 21 sur 54
FEDER
PRSE
Échéancier : 2012
4.1.3 Actions : Améliorer les conditions de transport fluvial des passagers
Pilote (Institution) : Région Guyane
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) :
Montant du budget prévisionnel :
Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
Le transport fluvial des passagers se réalise actuellement dans des conditions relativement rudimentaires.
A titre d'exemple, il n'existe que peu de débarcadères ou d'abris passagers. Cette situation est particulièrement préjudiciable
pour les élèves bénéficiant du transport scolaire en pirogue.
L’action vise à améliorer les conditions de transport fluvial des passagers à travers :
La création d’infrastructures (pontons, abris)
L’équipement des embarcations (protections pluie-soleil)
Acteurs / partenaires :
Région Guyane
FEDER
Syndicat des transporteurs fluviaux du Maroni
Comité du tourisme de la Guyane
Coûts :
Infrastructures 1.000.000 € (sur 3 ans)
Appui à l'investissement en faveur du confort des pirogues 800.000 € (Sur 3 ans)
Financement : Région, FEDER, PRSE
Échéancier : 2012
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 154 sur 186
Page 22 sur 54
5 Thème : « sensibiliser la population à la santé
environnementale
:
éducation,
formation,
communication »
5.1 Axe : Développer un réseau d’intervenants/conseillers en
Santé-Environnement
5.1.1 Actions : Déterminer les outils, méthodes et moyens nécessaires au développement
de ce profil
Pilote (Institution) : ARS / GPS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 40 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
- En terme d’information, aller à la rencontre de la population est le meilleur moyen d’informer, notamment sur des zones «
sensibles ». Cette méthode est déjà utilisée par les associations, la DDAS….
La fiche PNSE prévoit conseiller « habitat-santé » ou « environnement intérieur ». Le groupe de travail du PRSE a affiché la
volonté de vouloir étendre la fonction à « conseiller en santé-environnement ».
-Cible : population générale
5.1.1.1
Mesure : étude sur le bilan des actions existantes ou ayant existées sur le terrain et des
conditions de mise en place de ce profil ; proposition pour la mise en œuvre sur un site
pilote
Acteurs / partenaires : bureau d’études, associations, collectivités locales, conseil général…
Échéancier : juin 2013
Suivi :
Indicateurs : cahier des charges, rapport cahier des charges, rapport d’étude, communes consultées et associées à
’action, autres acteurs/organismes rencontrés
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
5.1.2 Actions : Mise en place d’un site pilote pour validation de la démarche
Pilote (Institution) : ARS / GPS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 40 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
Acteurs / partenaires : associations, collectivités locales…
Échéancier : mise en place sur le terrain début 2014
Suivi :
Indicateurs : site identifié et protocole/accord avec les partenaires rédigé, évaluation de l’état initial sur la zone
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 155 sur 186
Page 23 sur 54
l
5.2 Axe : Sensibiliser la population en santé-environnement
5.2.1 Actions : Action en direction des jeunes
5.2.1.1
Mesure : En milieu scolaire : Développer la formation continue des professionnels de
l’éducation et du milieu médical scolaire aux thématiques de santé-environnement - Projet
éducatif - Convention avec le rectorat sur la prise en compte du thème « santéenvironnement » dans le cadre des projets éducatifs
Pilote (Institution) : ARS / GPS / Rectorat
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 40 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
De nombreux organismes interviennent dans le domaine de la sensibilisation sur les différents thèmes de santé environnement.
Il apparait utile de formaliser, améliorer et diversifier les actions en direction des jeunes, scolarisés et non scolarisés, et des
adultes, en milieu professionnel et extraprofessionnel.
-Cible : population générale
Acteurs / partenaires : éducation nationale, infirmières scolaires, associations, GPS
Échéancier : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : nombre d’actions de formations réalisées, nombre de personnel formé, nombre d’élèves-étudiants touchés
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
5.2.1.2
Mesure : En milieu extra scolaire : Bilan des actions réalisées en Guyane. Identification des
structures concernées et des personnes relais, Formation des personnes relais identifiées,
Incitation à la mise en œuvre d’actions de formation/sensibilisation via les relais,
Propositions d’actions complémentaires
Pilote (Institution) : Conseil Général (DDAS) / GPS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 30 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
Acteurs / partenaires : DJSCS, mission locale régionale, associations sportives, ligues sportives, Sécurité Sociale, foyers
d’insertion, maisons de quartiers, maisons des jeunes, armée, CRIJ, EAG, collectivités locales
Échéancier : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : nombre de structures approchées, nombre de relais identifiés, nombre de personnes touchées par les actions de
formation/prévention, nombre d’actions menées
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 156 sur 186
Page 24 sur 54
5.2.2 Actions : Action en direction des adultes
5.2.2.1
Mesure : En milieu professionnel : Bilan des actions réalisées en Guyane. Identification des
structures concernées et des personnes relai, Formation des personnes relais identifiées,
Incitation à la mise en œuvre d’actions de formation/sensibilisation via les relais,
Propositions d’actions complémentaires
Pilote (Institution) : Conseil Général (DDAS) / Rectorat (associé)
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 30 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
Acteurs / partenaires : CCIG, associations d’adultes, chambres consulaires, chambres des métiers, syndicats professionnels,
éducation nationale
Échéancier : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : nombre de structures approchées, nombre de relais identifiés, nombre de personnes touchées par les actions de
formation/prévention, nombre d’actions menées
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
5.2.2.2
Mesure : En milieu extra professionnel : Bilan des actions réalisées en Guyane. Identification
des structures concernées et des personnes relai, Formation des personnes relais identifiées,
Incitation à la mise en œuvre d’actions de formation/sensibilisation via les relais,
Propositions d’actions complémentaires
Pilote (Institution) : Conseil Général (DDAS)
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 30 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
Acteurs / partenaires : Pôle Emploi, ADI, clubs services…
Échéancier : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : nombre de structures approchées, nombre de relais identifiés, nombre de personnes touchées par les actions de
formation/prévention, nombre d’actions menées
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
5.3 Axe : Améliorer la coordination et l’échange d’information
entre les différents acteurs/intervenants en SantéEnvironnement
5.3.1 Actions : Créer un relais entre les différents acteurs, assurant les échanges,
l’information et la coordination entre les acteurs
Pilote (Institution) : GPS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 30 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 157 sur 186
Page 25 sur 54
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
L’objectif est d’améliorer la visibilité sur les missions des différents acteurs impliqués en Santé Environnement et sur les actions
menées sur ce thème. Il s’agit également de faciliter et d’améliorer l’échange d’informations entre les acteurs.
-Cible : administrations, milieu médical, milieu de l’éducation, associations.
Acteurs / partenaires : ensemble des partenaires intervenant en Santé Environnement
Échéancier : fin 2013
suivi :
Indicateurs : nombre d’acteurs rencontrés, annuaire finalisé publié
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
5.3.2 Actions : Créer un annuaire des acteurs régionaux intervenant dans le domaine
santé-environnement et présentant les outils existants et disponibles
Pilote (Institution) : GPS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 30 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
Acteurs / partenaires : ensemble des partenaires intervenant en Santé Environnement
Échéancier : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : nombre d’acteurs rencontrés, annuaire finalisé publié
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
5.3.3 Actions : Créer un document unique regroupant des informations et présentant
l’ensemble des thématiques de Santé Environnement présentes sur le territoire
Pilote (Institution) : GPS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 20 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : Action EPS Atelier
Créer un outil simple et vulgarisé à l’intention d’intervenants en santé-environnement (enseignants, associations…)
Acteurs / partenaires : ensemble des partenaires intervenant en Santé Environnement
Coûts : 20 000 euros
Échéancier : fin 2013
Suivi
Indicateurs : nombre de thèmes abordés, document unique publié
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier- 2 fois par an
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 158 sur 186
Page 26 sur 54
6 Thème : « maladies vectorielles » : prévention,
lutte contre les vecteurs, actions communautaires
6.1 Axe : Développer la connaissance, prévenir et réduire les
risques liés aux maladies vectorielles et aux moyens de lutte
mobilisés
6.1.1 Actions : Modification du comportement des populations
6.1.1.1
Mesure : Identifier et utiliser les données comportementales et environnementales de façon
optimale
Pilote (Institution) : IRD / ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 174 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS / Déchets
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
-Cible : Population générale et acteurs institutionnels
La transmission des maladies vectorielles réside non seulement dans la présence, la densité et la distribution des vecteurs,
mais aussi et surtout dans la manière dont la société, voire, pour le cas de la Guyane, les groupes de populations s’exposent à
ceux-ci.
La considération conjointe de ces deux aspects (aléa et exposition) est un pré-requis à la construction d'indicateurs de risque
de transmission.
Les actions visant à modifier le comportement des populations face au risque de transmission doivent donc intégrer deux
dimensions complémentaires et indissociables, ainsi que leur évolution dans le temps et l'espace :

- la dimension environnementale : Bio-écologie des vecteurs et des hôtes, caractérisation de l'environnement du
territoire Guyanais ... ;

- la dimension sociétale : Paramètres socio-culturels, comportementaux, connaissances et perceptions des risques ...
Dans ce contexte, les objectifs sont :
•
Renouveler les connaissances environnementales et sociétales concernant la transmission des maladies vectorielles
en Guyane ;
•
Établir des indicateurs synthétiques de risque de transmission, spatialisés et pouvant être suivis dans le temps ;
Diffuser largement et régulièrement les connaissances et les résultats obtenus afin que les professionnels de la communication,
de l'éducation, de la prévention, de la lutte anti-vectorielle et de la santé puisse diversifier et contextualiser les actions de
prévention et de contrôle des maladies vectorielles.
Acteurs / partenaires : Organismes de recherche et de santé, collectivités territoriales …
Coûts :
Coût sur 3 années de fonctionnement
Poste de dépense
Coût annuel (€)
(€)
Thèse
30000
90000
Master II
2500
7500
Vacations
10000
30000
Missions
9000
27000
Frais de terrain
1500
4500
Ateliers/Séminaires
2000
6000
Fonctionnement
3000
9000
Total
58000
174000
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 159 sur 186
Page 27 sur 54
Échéancier : sur la durée du PRSE
Suivi :
Indicateurs : Nombre d’ateliers ; nombre de publications scientifiques ; nombre de recrutements dédiés ; volume de données
rassemblées
Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des organismes membres de l’atelier
Etat initial : Néant
Etat visé : Nombre d’ateliers : 3 ; nombre de publications scientifiques : 3 ; nombre de recrutements dédiés : 7 ; volume de
données rassemblées (à estimer après un an de fonctionnement)
6.1.2 Actions : Développer la connaissance et réduire les risques liés aux maladies
vectorielles et aux moyens de lutte mobilisés
6.1.2.1
Mesure : Évaluation des conséquences de la LAV sur l'homme et le milieu
Pilote (Institution) : DEAL / ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 60 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Cette mesure vise à avoir une vision claire des impacts sur l'environnement des produits utilisés dans le cadre de la lutte antivectorielle.
Acteurs / partenaires : Conseil général, DEAL
Source de financement: BOP 181
Échéancier : fin 2013
Suivi :
Indicateurs : mise en place d'un suivi environnemental
Modalités d'évaluation : DEAL
Etat initial : Néant car aucun suivi en place
Etat visé : Suivi effectif
6.1.2.2
Mesure : Développer des méthodes complémentaires à la lutte chimique classique
Pilote (Institution) : IPG / DASS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 192 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Cette mesure vise à évaluer les méthodes complémentaires à la lutte contre Ae. aegypti afin de réduire la dispersion
d’insecticides dans l’environnement et d’améliorer l’efficacité des actions de lutte anti vectorielle (LAV) menées actuellement.
Les approches dites “Lure and Kill” ont pour but d’attirer (« Lure ») dans des pièges les femelles agressives ou gravides par des
attractants spécifiques afin de les tuer (« Kill ») ou/et de tuer leur descendance (stades larvaires). L’ensemble de ces méthodes
vise à diminuer les densités de moustiques. Ces méthodes se veulent sélectives et même si elles impliquent des molécules
insecticides, celles-ci concentrées dans les pièges, ne sont pas dispersées dans l’environnement.
Ces approches sont déjà utilisées en complément d’actions de LAV dans certains contextes épidémiques. Elles sont également
intégrées dans les stratégies dites de « Push-Pull ». Cette dernière, encore expérimentale, vise à limiter le contact
hommes/moustiques en repoussant ces derniers (« Push ») hors des maisons à l’aide de composés répulsifs/irritants
(matériaux imprégnés, imprégnations murales…) puis en les attirant efficacement (« Pull ») vers des pièges pour les éliminer.
Des publications décrivent déjà des molécules, des pièges et dans certains cas leur application ou utilisation sur le terrain.
L’efficacité de la méthode, mais aussi les problèmes opérationnels liés à ce type d’approche, sont ainsi déjà documentés. Les
pièges utilisant des pyréthrinoïdes comme insecticides et différents types d’infusion de foin comme attractants sont
fréquemment cités. Des études menées en Guyane ont déjà démontré une efficacité limitée des pyréthrinoïdes contre Ae.
aegypti et le pouvoir attractant de certaines infusions de foin, même si ce travail doit être complété.
Forts de ces connaissances, nous proposons, au travers des sous-mesures listées ci-après, de mettre au point un système
adapté au contexte guyanais.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 160 sur 186
Page 28 sur 54
•
Identifier des attractants. Les attractants connus ou supposés seront listés. Des tests en laboratoire sur une population
naturelle d’aegypti de Guyane seront effectués pour sélectionner les plus efficaces puis un protocole d’utilisation mis au point.
•
Identifier des méthodes limitant la prolifération du moustique. Une liste de méthodes chimiques ou mécaniques
permettant d’éliminer les adultes ou les larves sera établie. Des tests en laboratoire seront effectués pour identifier les
méthodes les plus efficaces. Un protocole d’utilisation sera mis au point.
•
Identifier des types de piège. Plusieurs types de pièges fabriqués dans différents matériaux sont aujourd’hui
disponibles. La sélection devra tenir compte de l’efficacité, du coût et de l’acceptabilité par la population.
•
Valider la méthode sur le terrain. Afin de mesurer l’impact de la méthode, un suivi de la densité d’Ae. aegypti dans des
sites pilotes sera effectué. La méthode choisie sera alors déployée en saison des pluies, période de prolifération d’Ae. aegypti.
Le mode opératoire, le nombre et l’emplacement des pièges seront alors évalués.
Au cours du suivi en année 1, l’acceptabilité par les résidents des méthodes pressenties sera évaluée.
L’impact éventuel sur d’autres insectes sera mesuré en analysant le contenu des pièges.
Perspectives. La continuité de ce projet résidera, d’une part, dans l’application de la méthode obtenue à plus grande échelle et
de manière intégrée à la stratégie de lutte en cours et, d’autres part, dans l’évaluation d’autres méthodes qui pourraient
également être complémentaires.
Acteurs / partenaires : IPG / DDAS / ARS / DREAL
Coûts : 192 193 euros sur 2 ans
Echéancier : Deux ans après le début du projet
Suivi :

Indicateurs de suivi :

Recrutement d’un technicien à temps plein

Bons de commande de produits et matériels

Réunions de projet

Indicateurs de réalisation :

Rapports de sous-mesures

Rapport final

Modalités d'évaluation : comité de suivi constitué des membres de l’atelier réuni deux fois par an

Etat initial : voir descriptif de la mesure

Etat visé : sélection d’une méthode et mode opératoire validé.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 161 sur 186
Page 29 sur 54
7 Thème : habitat « indigne et insalubre »
7.1 Axe : Traiter l’insalubrité en opérations d’ensemble
7.1.1 Actions : Définition et mise en place d’une stratégie de traitement de l’insalubrité
à la parcelle à l’intérieur des opérations RHI
7.1.1.1
Mesure : Année N : définir un site pilote afin de tester les interventions coordonnées, établir
un programme d'action à la parcelle, avec un échéancier prévisionnel de mise en œuvre,
réaliser les premières actions de ce programme et évaluer la portée de l'action Année N+1 :
dresser le bilan du pilote et élargir l’approche à d’autres opérations
Pilote (Institution) : DEAL / ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
En 2011, la région Guyane compte environ 10 000 constructions qui présentent des conditions d’habitat indigne / insalubre ; où
vivent près de 30 000 personnes. Les communes les plus touchées sont celles de Cayenne, Saint-Laurent du Maroni et
Matoury.
L’habitat insalubre peut être classé en 4 grandes catégories :
- les zones d’habitat spontané et illicite, avec parfois un bâti de bonne qualité, qui représentent 50% de l’ensemble
des constructions insalubres ;
- les bidonvilles (20%) ;
- l’habitat diffus en zone urbaine (20%),
- l’habitat traditionnel précaire dans les sites isolés et le long des fleuves (10%).
Concernant les zones d’habitat spontané et les bidonvilles, des opérations de RHI (Résorption de l’Habitat Insalubre) ont été
initiées depuis plusieurs années ; elles traitent principalement de la viabilisation des terrains déjà occupés. Ces opérations
prennent de l’ordre d’une dizaine d’années pour se finaliser. Si le nombre d’opérations reste relativement stable sur les 5
dernières années, le nombre de construction insalubres ne cesse de croitre.
Mesure :
•
Année N :
- définir un site pilote afin de tester les interventions coordonnées
- établir un programme d'action à la parcelle, avec un échéancier prévisionnel de mise en œuvre
- réaliser les premières actions de ce programme et évaluer la portée de l'action
•
Année N+1 : dresser le bilan du pilote et élargir l’approche à d’autres opérations
Coordonateur : DEAL, ARS, Collectivités
Acteurs : collectivités, opérateurs, EDF, SGDE, ARS, CAF, préfecture, DJSCS
Suivi :
Etat initial : non résolution de tous les critères d’insalubrité sur les parties privées dans les opérations RHI
Etat visé : sortie d’insalubrité pour les parties publiques et privées lors des opérations RHI
Indicateurs : nombres de logement sortis intégralement de l’insalubrité, en fonction de quatre critères, foncier, raccordement,
bâti et social
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 162 sur 186
Page 30 sur 54
7.1.2 Actions : Accompagner le passage des opérations de résorption de l’habitat
insalubre à spontané (loi Letchimy)
7.1.2.1
Mesure : Année N : définir un site pilote (en fonction des études socio-bâties) qui permette
de mettre en place un périmètre d'insalubrité, Travailler sur ce site pilote à la définition des
conditions permettant de mettre en place l'indemnisation des occupants (notamment la
présence depuis 10 ans), Travailler avec la DFIP, sur la base des ménages du site sur la
fixation des indemnités et leur utilisation possible (travailler la piste d'apport personnel
dans le cadre de l'accession sociale et très sociale), Année N+1 : bilan du travail effectué et
validation pour les autres sites en RHI des mesures expérimentées.
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
La loi Letchimy vient préciser les droits des occupants ayant construit sur terrain d’autrui.
Mesures :
•
Année N :
- définir un site pilote (en fonction des études socio-bâties) qui permette de mettre en place un périmètre d'insalubrité
- Travailler sur ce site pilote à la définition des conditions permettant de mettre en place l'indemnisation des occupants
(notamment la présence depuis 10 ans)
- Travailler avec la DFIP, sur la base des ménages du site sur la fixation des indemnités et leur utilisation possible
(travailler la piste d'apport personnel dans le cadre de l'accession sociale et très sociale)
Année N+1 :
- bilan du travail effectué et validation pour les autres sites en RHI des mesures expérimentées.
Coordonateur : DEAL, ARS, Collectivités
Acteurs : collectivités, opérateurs, préfecture, DFIP
Suivi :
Etat initial : pratiques non juridiquement assises
Etat visé : résolutions de situations auparavant complexes
Indicateurs : nombre de constructions traitées (démolitions), montant des fonds alloués pour ces démolitions
7.1.3 Actions : Prendre en compte la qualité du sous-sol et son impact sanitaire éventuel
dans le cadre d’opérations d’aménagement
7.1.3.1
Mesure : Accompagner la gestion des constructions dans la situation particulière
d’anciennes décharges, dans le cadre des opérations RHI
L’objectif est de faire faire des diagnostics de pollution / traitement, suivre les diagnostics, présenter un bilan aux instances de
suivi du PRSE, définir un logigramme d’intervention en fonction des différents niveaux de responsabilités et actions à
entreprendre pour résoudre les problèmes de pollution des sols.
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) : Déchets
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 163 sur 186
Page 31 sur 54
Deux opérations RHI ont récemment révélé d’anciens déchets enfouis, lors de la phase travaux (Arc-enCiel à Rémire-Montjoly
et Matines à Cayenne).
Mesures :
•
faire des diagnostics de pollution / traitement
•
suivre les diagnostics, présenter un bilan aux instances de suivi du PRSE
•
définir un logigramme d’intervention en fonction des différents niveaux de responsabilités et actions à entreprendre
pour résoudre les problèmes de pollution des sols
Coordonateur : DEAL
Acteurs : Communes, opérateurs
Suivi :
Etat initial : non prise en compte des anciennes décharges (autorisées ou sauvages) dans les programmations des
opérations RHI
Etat visé : prise en compte du sous sol lors de la phase étude et capacité à gérer les découvertes fortuites lors de la phase
travaux
Indicateurs : nombre de personnes concernées, types de mesures prises
7.2 Axe : Traiter l’insalubrité en diffus
7.2.1 Actions : Organiser un réseau de relais pour le repérage des cas d’insalubrité
7.2.1.1
Mesure : Etablir des documents de communication, Déployer des sessions d’information /
formation, S'appuyer sur les personnes motivées repérées dans les organismes partenaires
pour en faire des personnes-ressources.
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 20 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Actions déjà menées :
Pour la partie habitat diffus en zone urbaine, il existe, en amont des procédures coercitives qui sont en train de se mettre en
place, des actions incitatives. Celles-ci relèvent globalement de deux dispositifs, l’OPAH-RU de Cayenne et le PIG de « lutte
contre l’habitat indigne et la résorption de la vacance ».
Le recensement systématique des situations d’insalubrité n’est pas réalisé par les acteurs de terrain. Il apparait nécessaire
d’informer ces acteurs sur qui peut faire un signalement, dans quels cas faire un signalement et comment et auprès de qui faire
un signalement.
Coordonateur : ARS, DEAL, DJSCS
Acteurs : Conseil Général, autres travailleurs sociaux (hôpital, etc.), communes, CAF, associations travaillant à domicile,
opérateurs habitat, ADiL à venir, forces de l’ordre, pompiers, etc.
Suivi :
Etat initial : très faible nombre de signalements
Etat visé : nombre de signalements plus en rapport avec la population concernée
Indicateurs : nombre et type de relais potentiels, nombre de personnes relais sensibilisées
7.2.2 Actions : Développer la lutte contre les marchands de sommeil
7.2.2.1
Mesure : Mettre en place une action pilote de travail partenarial parquet / préfecture,
Définir une méthodologie d’intervention
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 164 sur 186
Page 32 sur 54
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Les dossiers portés par chaque acteur, notamment les plus durs, ne sont que ponctuellement partagés, alors que leur
résolution demanderait une action concertée.
Coordonateur : ARS, DEAL, DJSCS
Acteurs : Préfecture, ARS, DEAL, DJSCS, Communes, CAF, opérateurs habitat, services fiscaux, parquet, forces de l’ordre
Suivi :
Etat initial : quasi-absence du traitement des marchands de sommeil (hors procédures judiciaires)
Etat visé : prise en charge partagée des dossiers « marchands de sommeil »
Indicateurs : qualification du logement (décence, RSD, insalubrité, péril) et nombre de dossiers partagés
7.3 Axe : Développer une approche transversale du travail
partenarial
7.3.1 Actions : Préfigurer un des comités technique du pôle départemental LHI
7.3.1.1
Mesure : Valider cette commission d’habitat dégradé comme prioritaire, Faire des
propositions techniques calquées sur la commission d’habitat dégradé
Pilote (Institution) : Préfecture
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : so
Montant du budget prévisionnel :
Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX, OBJECTIF
En cours de mise en oeuvre
Suite aux recommandations du rapport Letchimy sur l’habitat indigne dans les DOM, la circulaire du 17 mai 2010 a demandé la
mise en place un Pôle Départemental de Lutte contre l’Habitat Indigne (PDLHI) dans chaque DOM. Lors du colloque-formation
du début d’année 2011, la préfecture s’est engagée à mettre celui-ci en place.
Le PDLHI est une structure de travail indispensable pour engager des actions concertées dans le domaine de l’habitat indigne,
notamment pour la mise en oeuvre des volets transversaux du PRSE.
L’arrêt de la commission d’habitat dégradé qui a fonctionné en 2009-2010 pour traiter du suivi des dossiers enregistrés au
DALO pour cause d’habitat dégradé laisse un vide. Il apparait nécessaire, dans un premier temps, de la remettre en place et de
la formaliser pour assurer le suivi des dossiers ; et dans un second temps d’élargir son domaine d’actions à d’autres
signalement que ceux du DALO.
MESURE :
•
Valider cette commission d’habitat dégradé comme prioritaire
•
Faire des propositions techniques calquées sur la commission d’habitat dégradé
Acteurs : ARS, DEAL, DJSCS, Conseil Général, Communes, CAF, opérateurs habitat, ADiL à venir
Suivi :
Etat initial : la commission d’habitat dégradé ne fonctionne plus
Etat visé : remise en place de cette commission
Indicateur : remise en place effective de la commission d’habitat dégradé
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 165 sur 186
Page 33 sur 54
7.3.2 Actions : Information des collectivités (élus et personnels) sur l’articulation des
procédures habitat au regard des compétences respectives Etat / Communes /
Particuliers
7.3.2.1
Mesure : Créer / adapter des supports d’information, Mettre en place un réseau de
correspondants dans les communes
Pilote (Institution) : ARS
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 30 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Acteurs : ARS, opérateurs habitat, communes
Suivi :
Etat initial : les communes n’engagent pas (ou peu, selon les communes) de procédures
Etat visé : les communes sont en capacité de traiter les problèmes d’habitat indigne
Indicateur : nombre de réunions/courriers d’information, nombre de personnes sensibilisées, type de support d’information
réalisé
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 166 sur 186
Page 34 sur 54
8 Thème : « santé-environnement au travail »
8.1 Axe : Connaissance des risques liés aux produits chimiques
8.1.1 Actions : Améliorer la connaissance des risques liés aux produits CMR et les
mesures de prévention adaptées.
8.1.1.1
Mesure : Communiquer auprès des professionnels concernés (fournisseur – utilisateur)
l’intérêt de la Fiche de Données de Sécurité (FDS)
Pilote (Institution) : DIECCTE
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX
Entre 4 et 8,5% des cancers sont d’origine professionnelle. 13,5% de la population active (soit plus de 2 millions de salariés)
aurait été exposée à au moins un agent cancérogène sur le lieu de travail. 4,8 millions de tonnes de substances CMR ont été
utilisées en France en 2005.
De nombreuses pathologies sont associées à l’exposition de substances dangereuses. Les atteintes allergiques les plus
souvent rencontrées au niveau professionnel sont les allergies cutanées (eczéma et urticaire) et les allergies respiratoires
(rhinite et asthme).
De part ses caractéristiques géographique, la Guyane est un département où l’importation de produits entre autres
phytosanitaires et biocides non autorisés et toxiques est importante. L’utilisateur de produits chimiques classés CMR ou ACD
n’a également pas la culture de la prévention visant à supprimer ou réduire au maximum l’exposition de salariés dans leur
environnement de travail. La sous déclaration des maladies professionnelles en Guyane ainsi que temps de latence entre les
expositions à un agent cancérogène et la survenance de la pathologie ainsi que le manque de traçabilité des expositions des
salariés sont deux difficultés majeures pour déterminer l’origine des maladies professionnelles.
Le Plan Régional Santé au Travail 2 élaboré en 2011 aborde cette problématique en sensibilisant les employeurs et salariés, en
contrôlant le respect des règles de santé sécurité au travail et en informant et sensibilisant les salariés et employeurs et en
améliorant le suivi de l’exposition des salariés.
Le Plan Ecophyto, initié depuis 2008 suite au Grenelle de l’environnement et piloté par le Ministère en charge de l’agriculture
prévoit dans un axe spécialement dédié aux DOM (axe 6) des mesures visant à sécuriser les pratiques phytosanitaires au
niveau santé et environnement.
Elles se traduisent par des actions de formations, de sensibilisation aux bonnes pratiques phytosanitaires. Des mesures
doivent être prises en compte à partir de début 2012 dans le nouvel axe du plan national Ecophyto (axe 9), intitulé « Santé et
Protection des utilisateurs »
Cette fiche action du PRSE se veut complémentaire aux plans déjà existant.
8.1.1.2
Mesure : Réaliser une large information concernant le repérage des produits dangereux via
l’étiquetage
Pilote (Institution) : DIECCTE
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 10 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) : EPS
Acteurs : appel d’offre à faire pour un spot TV
Échéance : Délais de réalisation de la mesure
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 167 sur 186
Page 35 sur 54
Suivi :
Indicateurs : Libellé de l’indicateur
Modalité d'évaluation : Nom, institution chargée de renseigner l’indicateur; Fréquence de l’évaluation
Etat initial : NA
Etat visé : Valeur ciblée en précisant l’unité et l’échéance
8.2 Axe : Suivi de l’exposition des salariés
8.2.1 Actions : Inciter les employeurs des entreprises du secteur entretien et espace vert
à développer le suivi d’exposition des salariés.
8.2.1.1
Mesure : Informer les employeurs et salariés des risques dus à l’exposition au bruit et aux
produits chimiques et les obligations associés
Pilote (Institution) : DIECCTE
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
CONTEXTE, ETAT DES LIEUX
La multi–exposition aux produits chimiques, aux sources ionisants, au bruit, aux vibrations, sont autant de risques pouvant
détériorer la santé des travailleurs. Le législateur a pour cela encadrer le suivi de l’exposition. L’employeur est tenu d’assurer le
suivi de l’exposition de ses salariés.
Les agents de contrôle de l’inspection du travail et le service prévention de la CGSS veillent à l’application de la réglementation
vis-à-vis de l’exposition des salariés. Les services de santé au travail alertent les employeurs quant à leur obligation.
Les agents de contrôle de la DAAF (service de l’alimentation) veillent au respect de la réglementation concernant la détention et
l’usage de produits phytopharmaceutiques par les applicateurs agricoles.
Certains métiers sont de part leur activité, plus exposant. La méconnaissance de la réglementation de la part des employeurs
entrainant l’absence ou le manque de suivi d’exposition des salariés ainsi que le temps de latence entre les expositions à un
agent cancérogène et la survenance de la pathologie sont d’autant de facteurs ne facilitant pas le suivi de l’exposition des
salariés.
Acteurs / partenaires : Services de Santé au travail, DIECCTE, CGSS, FREDON, DAAF
Échéancier : 2013
Suivi :
Indicateurs : indicateur de suivi –indicateur de succès
Modalités d'évaluation : Nom, institution chargée de renseigner l’indicateur; Fréquence de l’évaluation
Etat initial : Valeur de l’indicateur et date de la dernière évaluation
Etat visé : Valeur ciblée en précisant l’unité et l’échéance
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 168 sur 186
Page 36 sur 54
9 Thème : « réduire les substances toxiques dans
l’air, l’eau et les sols (dont sites et sols pollués et
déchets) »
9.1 Axe : Inventorier et suivre les émissions de substances
dangereuses pour la santé et l’environnement
9.1.1 Actions : Améliorer la connaissance et le suivi des émissions polluantes des
établissements ICPE et agricoles
9.1.1.1
Mesure : Connaitre les établissements ICPE rejetant des substances dites « dangereuses »
dans leurs effluents aqueux
Pilote (Institution) : DEAL / BRGM
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Les établissements dit «ICPE » sont des établissements contenant une Installation Classée pour la Protection de
l’Environnement. Depuis la publication du décret n° 2007-1467 du 12 octobre 2007 (Journal Officiel du 16 octobre 2007) créant
le livre V de la partie réglementaire du Code de l’Environnement, la liste de ce type d’installation, appelée encore
« nomenclature ICPE », est définie à la colonne A de l’annexe de l’article R. 511-9 du Code de l’Environnement
La Guyane compte :
- un centaine d’établissements en fonctionnement et ayant reçu une autorisation d’exploiter délivré par le préfet (chiffres de
2009). 6 d’entre eux sont suivis par la DAAF (service de l’ex-DSV), les autres étant suivis par l’inspection des installations
classées de la DEAL (service de l’ex-DRIRE).
- Environ 120 établissements soumis au régime de la déclaration et ayant reçu un récépissé de déclaration des services de la
préfecture, entre 2004 et 2009.
La réduction des pathologies à fort impact sur la santé passe en particulier par une amélioration de la qualité des milieux. La
Directive européenne Cadre sur l’Eau (DCE) 2000/60/CE du 23 octobre 2000 fixe à 2015 la 1ère échéance à laquelle les états
membres devront avoir atteint un bon état de leurs masses d’eau. Pour ce faire, la DCE préconise de renforcer la protection de
l’environnement aquatique, notamment par des mesures spécifiques visant à réduire, voire supprimer progressivement les
rejets, émissions et pertes de substances dangereuses. En effet, les substances dites « dangereuses » sont des substances
définies comme toxiques, persistantes et bio-accumulables, et qui provoquent une intoxication des organismes affectés en
perturbant certaines fonctions vitales pouvant aller jusqu’à la mort. 106 substances sont concernées dont les nonylphénols, le
benzène, le toluène, les PCB, certains chlorobenzènes, chlorotoluènes et chlorophénols, certains pesticides (simazine,
atrazine, endosulfan…), certains métaux (cuivre, chrome et leurs composés,…), certains hydrocarbures aromatiques
polycycliques (anthracène, fluoranthène,…).Les effets de ces substances s’expriment à de très faibles concentrations de l’ordre
du microgramme par litre.
Pour répondre à la DCE, le ministre en charge de l’environnement a élaboré un programme national d'action contre la pollution
des milieux aquatiques par certaines substances dangereuses (PNAR) et lancé une action nationale de recherche et de
réduction des rejets de substances dangereuses dans l’eau par les installations classées (RSDE). Apres une première phase
débutée au niveau national en 2002, une deuxième phase a été lancée en 2009.
La 1ère phase a permis, sur la base de la participation de sites volontaires et après concertation des représentants des
secteurs professionnels, d’identifier les substances dangereuses susceptibles d’être émises par les différents secteurs
d’activité.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 169 sur 186
Page 37 sur 54
Tirant les enseignements de cette 1ère phase, la 2ème phase qui a débute en 2009, consiste à identifier les substances «
dangereuses » contenues dans les rejets des principaux établissements ICPE et, dans un deuxième temps, à réduire voire
supprimer les rejets de ces substances.
En Guyane, plusieurs établissements sont potentiellement concernés par cette 2ème phase de l’action nationale. Il s’agira pour
l’inspection des installations classées d’informer ces établissements, d’identifier ceux qui sont réellement concernés par cette
action, de proposer au préfet les arrêtés complémentaires prescrivant la recherche de substances dangereuses dans leur rejet
(RSDE) et de suivre les résultats de ces recherches.
En 2011, 5 établissements on fait l’objet de projet d’arrêtés préfectoraux complémentaires RSDE.
Note : L’étape consécutive à la réalisation de la présente mesure consistera à réduire voire supprimer les rejets de substances
dangereuses identifiés tel que présenté à la mesure 9.2.3.3 « Réduire les rejets de substances dites « dangereuses » dans les
effluents aqueux des établissements ICPE identifiés ».
Acteurs / partenaires : Service REMD (DEAL) / Service MNBSP (DEAL), SALIM (DAAF), Office de l’eau, préleveurs,
laboratoires
Financement : Moyens propres de la DEAL
Echéancier : 2013
Moyens : analyse des dossiers de demande d’autorisation d’exploiter et des arrêtés préfectoraux, courriers aux exploitants,
visites des établissements et élaboration des projets d’arrêtés complémentaires RSDE, visites d'inspection et suites
administratives et pénales, …
Suivi :
Indicateurs :
- Nombre de projets d’arrêté RSDE
- Nombre d’établissements ayant débuté une campagne de mesure
- Nombre de rapports de surveillance initiale
Modalités d'évaluation : Correspondant Eau, Unité RCD (Service REMD, DEAL). Fréquence : 1 fois / an
Etat initial : 0
Etat visé :
- Rapport du « Nombre d’arrêtés pris » sur « Nombre d’établissements concernés » = 100%
- Nombre de rapport de surveillance initiale = 5
9.1.1.2
Mesure : Recenser la destination des rejets aqueux de certains établissements ICPE dans le
milieu naturel
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
L’arrêté ministériel du 17 juillet 2009 relatif aux mesures de prévention ou de limitation des introductions de polluants dans les
eaux souterraines achève la transposition de la directive 2006/118/CE du 12 décembre 2006 sur la protection des eaux
souterraines contre la pollution et la détérioration (article 6).
Cet arrêté établit de nouvelles règles pour encadrer les rejets directs et indirects de polluants vers les eaux souterraines. Son
application conduira à la révision des arrêtés préfectoraux autorisant les établissements ICPE à procéder à ce type de rejets et
à la mise en conformité de ceux-ci avec les dispositions des SDAGE.
Afin d’atteindre cet objectif, la circulaire du 5 février 2010 prévoit que chaque région procède au recensement des rejets directs
et indirects des établissements ICPE vers les eaux souterraines.
La Guyane est particulièrement concernée par cette mesure du fait du caractère isolé de nombreux sites ICPE.
Acteurs / partenaires : Service REMD (DEAL) / SALIM (DAAF), Office de l’eau
Financement : Moyens propres de la DEAL
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 170 sur 186
Page 38 sur 54
Echéancier : 2013
Moyens : enquête auprès des exploitants (courriers), analyse des dossiers de demande d’autorisation d’exploiter et des
dossiers de déclaration, visites d'inspection,…
Suivi :
Indicateurs :
- Nombre de courriers adressés
- Nombre de réponses des exploitants
- Nombre de rejets directs et indirects recensés
Modalités d'évaluation : Correspondant Eau, Unité RCD (Service REMD, DEAL). Fréquence : 1 fois / an
Etat initial : 0
Etat visé : Situation vis-à-vis des rejets vers les eaux souterraines connue pour 100% des établissements ICPE en
fonctionnement.
9.1.2 Actions : Améliorer la collecte et la bancarisation des données santéenvironnement
9.1.2.1
9.1.2.1.1
Mesure : Mettre en place et faire vivre la plateforme GEOGUYANE / PRODIGE
Sous mesure : Créer la plate-forme PRODIGE, Animer la plate-forme PRODIGE, Ouvrir l’accès de la plate-forme
PRODIGE aux collectivités et au public
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Les systèmes d’information actuels utilisés par les différents services de l’état et autres établissements publics sont peu
compatibles car conçus et développés selon des logiques et des modèles différents, répondant à des besoins et des contraintes
spécifiques (épidémiologie, surveillance de la qualité de l’environnement, application de la réglementation, alerte…). La mise en
relation des indicateurs sanitaires avec des indicateurs environnementaux est insuffisamment recherchée.
Les systèmes d’information en santé environnementale visent d’une part à documenter, et d’autre part à surveiller les émissions
de polluants et leur impact sur la qualité des milieux, l’exposition de la population à ces nuisances (eau, air, sols, aliments…) et
les conséquences sanitaires qui peuvent en découler. Ils consistent en la réalisation et la collecte de mesures dans l’objectif
d’évaluer les risques, de mettre en place les actions nécessaires à leur gestion, d’évaluer les actions conduites, d’anticiper les
risques émergents.
A terme, en reliant l’information issue de différentes base de données ou système d’information géographique, ils devraient
permettre de faire évoluer les hypothèses et les connaissances sur les relations possibles entre nuisances environnementales
et pathologies et constitueront une véritable aide à la décision pour les pouvoirs publics.
Parallèlement à la création des systèmes d’information en santé environnementale, une veille doit être organisée afin de
garantir la prise en compte de nouvelles données.
La directive européenne INSPIRE, aujourd'hui codifiée dans le code de l'environnement, impose aux autorités publiques, d'une
part de rendre les données géographiques environnementales accessibles au public en les publiant sur internet, et d'autre part
de les partager entre elles.
Sur le plan local, les services de l'état ont identifié cette action comme une priorité pour la structuration des données en
Guyane.
La plate-forme PRODIGE contribue à la mise en œuvre en Guyane de la directive européenne INSPIRE, à améliorer les
échanges entre services et à réaliser des économies d’échelles pour la sphère publique.
PRODIGE est une plate-forme d’échanges et de mutualisation des données géographiques des services de l’Etat en Guyane.
Chaque service participant à la plate-forme mettra, à la mesure de ses moyens, ses propres données à disposition des autres
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 171 sur 186
Page 39 sur 54
services. Cette plate-forme sera progressivement ouverte aux collectivités qui seront habilitées à l’alimenter et un accès internet
dédié permettra aux particuliers de consulter les données publiques.
Ce projet s’inscrit dans un cadre plus large de la modernisation de ces services et vise à créer entre les différents partenaires
publics une dynamique vers une meilleure lisibilité et une cohérence d'action.
En constituant une plate-forme d’échanges et de mutualisation des données géographiques, les services de l’État en Guyane
s’organisent pour développer l’exploitation de leurs informations en vue de faire de la plate-forme PRODIGE un outil d’aide à la
décision dans tous les domaines de compétence de l’État, notamment dans le domaine santé-environnement.
La mise en place de PRODIGE a donné lieu fin 2009 à la réalisation d’une étude de faisabilité qui a permis de dimensionner la
plate-forme et de définir un mode opératoire. La DEAL s’est appuyée sur les compétences de l’Agence d’Urbanisme de Guyane
afin de créer la plate-forme et de configurer son arborescence. Depuis le 2ème trimestre 2011, les services associés (DEAL,
DAAF, INSEE, ONF, EPAG, DIECCTE, DM, ARS …) ont débuté le renseignement de la base qui sera « inaugurée » avant la fin
2011.
- Créer la plate-forme PRODIGE
Acteurs / partenaires : Unité IGD (Service PCE, DEAL), Agence d’Urbanisme et membres de la plate-forme
Coûts : 100 000 € dont 75k€ de FEDER et 25 k€ du Ministère de l’écologie, du développement durable, des transports et du
logement sur la période 2009-2012.
Échéancier : Mise en place de la plate-forme en 2012
Suivi :
Indicateurs :
Mise en place physique de la plate-forme
Nombre de couches de données renseignées
Statistiques de consultation de la plate-forme et de téléchargement des données
Modalités d'évaluation : Unité IGD (Service PCE, DEAL)
Etat initial : absence de plate-forme
Etat visé : plate-forme créée et accessible aux membres
- Animer la plate-forme PRODIGE
Acteurs / partenaires : Unité IGD (Service PCE, DEAL), Agence d’Urbanisme et membres de la plate-forme
Financement : Moyens propres de la DEAL
Échéancier : Action continue à partir de 2012
Suivi :
Indicateurs :
Nombre de membres actifs de la plate-forme
Nombre de bases mises en commun
Taux annuel d’augmentation du nombre de bases mises en commun
Nombre de réunions de l’équipe projet
Modalités d'évaluation : Unité IGD (Service PCE, DEAL), évaluation trimestrielle.
Etat initial : 30 % des partenaires informant la base
Etat visé : 70% des partenaires informant la base à fin 2013
- Ouvrir l’accès de la plate-forme PRODIGE aux collectivités et au public
Acteurs / partenaires : Unité IGD (Service PCE, DEAL), Agence d’Urbanisme et membre de la plate-forme
Financement : Moyens propres de la DEAL
Échéancier : fin 2012
Suivi :
Indicateurs : Nombre d’accès publics mensuels
Modalités d'évaluation : Unité IGD (Service PCE, DEAL), évaluation mensuelle
Réalisation :
Etat initial : absence de portail public
Etat visé : création d’un portail public PRODIGE
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 172 sur 186
Page 40 sur 54
9.1.2.1.2
Mesure : Déployer l’application GIDAF en Guyane
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
GIDAF : Gestion Informatisée des Données d’Autosurveillance Fréquentes
Le principe d’autosurveillance vise à responsabiliser les exploitants d’installations classées pour la protection de
l’environnement (ICPE), en leur imposant, via leur arrêté préfectoral d’autorisation, une obligation d’auto-contrôle du respect de
leurs obligations réglementaires concernant leurs rejets.
L’autosurveillance constitue un maillon primordial de la prévention des pollutions et de la maîtrise des rejets. Elle a pour but de
permettre aux exploitants de mettre en œuvre rapidement des actions correctives en cas de dysfonctionnement accroissant
l’impact de leur établissement sur l’environnement.
L’application informatique GIDAF a été élaborée conjointement par les services des DRIRE du Bassin Rhin-Meuse (Alsace,
Champagne-Ardenne et Lorraine) et l’agence de l’eau Rhin Meuse, de 2006 à 2008.
Cette application permet la collecte de données d’autosurveillance fréquentes relatives aux eaux de surface, grâce à la
déclaration renseignée par les établissements ICPE concernés sur un portail Internet.
Dès 2009, ayant constaté l’intérêt des services déconcentrés de l’inspection des installations classées, des agences de l’eau et
des représentants des industriels pour cet outil, la Direction Générale de la Prévention des Risques (DGPR) et la Direction
Générale de l’Aménagement, du Logement et de la Nature (DGALN) ont décidé d’en étendre l’utilisation au niveau national,
dans une logique de mutualisation et de rationalisation des moyens.
Une circulaire du 15 février 2010 fixe les modalités du déploiement de cet outil au niveau national.
Acteurs / partenaires : Service REMD (DEAL) / Service MNBSP (DEAL), SALIM (DAAF), Office de l’eau, laboratoires
Financement : Moyens propres de la DEAL
Echéancier : 2013
Suivi :
Indicateurs :
Nombre d’établissements ICPE concernés
Nombre de cadres de surveillance créés sur la plateforme GIDAF
Nombre de comptes d’accès GIDAF créés
Nombre d’exploitants ayant initialisé leur compte GIDAF
Nombre d’exploitants ayant validé une déclaration sous GIDAF
Modalités d'évaluation : Correspondant GIDAF (Service REMD, DEAL). Fréquence : 1 fois /trimestre
Etat initial : 0
Etat visé :
- 100% des cadres de surveillance créé d’ici 2013
- Initialisation du compte GIDAF par les exploitants concernés : 50% d’ici fin 2012, 100% d’ici fin 2013.
- Nombre d’exploitants ayant validé une déclaration sous GIDAF / Nombre d’établissements ICPE concernés : 25%
en 2012, 70% en 2013.
9.1.3 Actions : Etablir un bilan des zones polluées par le mercure et mesurer les
influences de cette substance sur les cours d’eau impactés.
Pilote (Institution) : BRGM
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 60 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 173 sur 186
Page 41 sur 54
En 2010 les résultats obtenus via le réseau de surveillance des eaux de surface de la DCE ont montré à de nombreuses
stations du réseau, des teneurs dans l’eau supérieures à la norme de qualité environnementale (0,05 µg/l) ; par ailleurs il est
prouvé que la pollution par les bassins des secteurs orpaillés est bien réelle (BRGM 2007)…
Comment évoluent ces zones polluées en mercure, représentant communément plusieurs centaines de km² ? Quelle est la
quantité qui transite vers l’aval, exportée notamment via les MES ? Que retrouve-t-on dans les sédiments ou dans les eaux (et
matières en suspension) transitant vers la mer ? Est-ce un phénomène cyclique, avec des « bouffées » liées aux variations
saisonnières du climat et de l’activité minière ? Quel pourrait être l’impact du stock métal des secteurs pollués sur le long terme
pour l’environnement en Guyane ?
Cible : DEAL, OEG, ONEMA,…
En lien avec la fiche action du PNSE2 : fiche n°10, action n°35
Assurer le suivi régulier des flux de mercure transitant depuis un grand secteur minier pollué, en mettant en place des
campagnes saisonnières de contrôle des teneurs dans les eaux et les matières en suspension.
Effectuer les bilans Hg en fonction des régimes hydrologiques permettant d’évaluer les quantités sortant des zones polluées en
fonction de la période de l’année (et de l’intensité des activités minières des secteurs).
Mesurer l’influence de cette pollution au mercure des cours d’eau sur le bon état des masses d’eau, et notamment par rapport
au réseau de surveillance et de contrôle mis en place pour la DCE.
Le travail effectué devrait permettre d’apporter des éléments de réponse aux questions posées ci-dessus (contexte, état des
lieux, objectifs), notamment sur les stocks mercure venant impacter l’ensemble aval du secteur choisi et perturbant (ou non ?) le
bon état des masses d’eau, mais également sur l’influence du climat, sur la pertinence du réseau de surveillance des eaux de
surface de la DCE…
Etapes de réalisation :
- 1. Etablir un réseau de points de contrôle en se basant sur l’ensemble des résultats en Hg de l’inventaire réalisé en 20062007, et permettant de cerner un grand secteur polluant de l’activité aurifère qui servirait de secteur test – Espérance, ComtéOrapu – Sinnamary… avec un réseau de l’ordre de 10 à 20 stations.
- 2. Mettre en place 2 campagnes de prélèvement des eaux et des MES (saison sèche et saison des pluies)
- 3. Analyser le mercure dans les échantillons, mesurer les quantités de MES et établir une estimation des hauteurs d’eau et
des débits. Pour l’analyse de Hg, les méthodes rapides et/ou sur site seront privilégiées.
- 4. Interpréter les résultats en termes de flux et de bilan « mercure » transitant de l’amont (minier) vers l’aval.
Acteurs / partenaires : BRGM, DEAL, OEG, ONEMA, Comité de Bassin ??
Coûts : 80 000 euros (dont 20 000 € dotation BRGM). Financement DEAL demandé. Financement PRSE demandé.
Échéancier : 2013
Suivi :
Etat initial : Mauvaise connaissance des flux de mercure transitant dans les grands tributaires hydrographiques ;
Etat visé :
- cartographie saisonnière de la distribution du mercure en sortie d’un grand secteur minier, aux points d’un réseau de
surveillance spécifiquement adapté au mercure ;
- essai d’estimation des flux transitant dans les compartiments « eau » et « MES » des cours d’eau ;
- approche du bilan, dans le meilleur des cas, des quantités annuelles de mercure mises en jeu dans la relation
amont –aval ;
- comparaison avec ce qui pourrait être attendu au niveau du réseau de surveillance DCE des eaux de surface
9.1.4 Actions : Réaliser une synthèse des connaissances sur les processus de cyanuration
utilisés dans l’exploitation aurifère et analyser les impacts en milieu équatorial
pour les milieux naturels.
Pilote (Institution) : BRGM
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 21 500,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
Le cyanure de sodium est utilisé pour le traitement de la plupart des minerais d'or et partout dans le monde. Le mot "cyanure"
est cependant très connoté et a actuellement dans nos sociétés, une charge émotionnelle bien compréhensible. En effet, en
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 174 sur 186
Page 42 sur 54
fonction de la manière dont il sera utilisé, il peut présenter – ou non - des risques pour la santé humaine et l’environnement. Par
ailleurs, il n’y a pas d'alternative au cyanure pour le traitement des minerais aurifères, en termes de technologies et de coûts : le
cyanure est indispensable à l'industrie mondiale de l'or. En Europe c'est la Suède qui doit, à ce jour, avoir les plus grandes
installations de cyanuration, que les compagnies privées et les pouvoirs publics gèrent en bonne maîtrise et à la pointe de
l'écologie intelligente.
En Guyane, aujourd’hui, cette technologie n’est pas utilisée (il y a eu par le passé des projets pilotes qui ont été
menés à bien), les compagnies minières ne devant pas (encore !) avoir recours à cette technologie vu la présentation actuelle
des minerais exploités. A terme ne faudra-t-il pas y avoir recours, comme dans les autres parties du monde ? Si c’était le cas,
quels impacts potentiels cela pourrait représenter pour le milieu naturel dans les conditions de climat qui existent en Guyane ?
Et particulièrement pour les milieux aquatiques en aval des installations minières ? Ou pour la santé humaine ? Les conditions
d’utilisation et de destruction des cyanures posent-elles en Guyane des contraintes différentes qu’ailleurs ? Y-a-t-il des
spécificités, propres au contexte climatique, géographique et humain, qu’il faudrait prendre en compte lorsqu’on étudie la
faisabilité des process par cyanuration ?
Cible : services de l’Etat, chargés de la protection de l’environnement, et pourra être diffusé auprès des collectivités, des
professionnels et groupes de pression,…
Faire une synthèse des connaissances sur les processus de cyanuration utilisés dans l’exploitation aurifère, sur ses conditions
d’utilisation, ses contraintes, ses limites tant industrielles qu’environnementales. Analyser les impacts et les conséquences
potentielles pour les milieux naturels en climat tropical ou équatorial, et particulièrement les milieux aquatiques, et mettre en
exergue ce qui serait plus spécifique des conditions rencontrées en Guyane, tant du point de vue naturel (climat, géographie…)
qu’anthropique (développement industriel local, démographie…).
Etapes de réalisation :
-
Tâche 1 : Compilation des données bibliographiques disponibles, partie industrie, chimie des cyanures, comportement
dans les milieux naturels, impacts et nuisances, risques encourus…
Tâche 2 : Analyse critique de l’information, notamment des études des cas d’accidents environnementaux majeurs
Tâche 3 : élaboration de la synthèse et écriture du rapport final
Tâche 4 : présentation et diffusion des résultats auprès des publics et acteurs concernés, services de l’Etat,
collectivités, professionnels…
Acteurs / partenaires : BRGM
Coûts : 29 000 euros (dont 7 500 euros dotation BRGM) ; Financement PRSE demandé
Échéancier : 2012
Suivi :
Etat initial : Mauvaise connaissance des processus de cyanuration et de leur impact ;
Etat visé : Connaissance plus approfondie de ces processus et de leurs conséquences pour le milieu naturel spécifique
guyanais.
9.2 Axe : Réduire les émissions et rejets pouvant présenter un
danger pour la santé et l’environnement
9.2.1 Actions : Réduire les rejets de substances dites « dangereuses » dans les effluents
aqueux des établissements ICPE identifiés
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
A l’issue de la mesure «Connaître les établissements ICPE rejetant des substances dites « dangereuses » dans leurs effluents
aqueux », les établissements rejetant des substances dites « dangereuses » seront connus. Il s’agira pour l’inspection des
installations classées de proposer au préfet les arrêtés complémentaires prescrivant une suivi et une étude technicoéconomique visant à réduire, voire supprimer les rejets de substances dangereuses de ces établissements.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 175 sur 186
Page 43 sur 54
Acteurs / partenaires : Service REMD (DEAL) / Service MNBSP (DEAL), SALIM (DAAF), Office de l’eau, préleveurs,
laboratoires
Coûts : Budget de fonctionnement du service REMD la DEAL
Echéancier : 2015 à 2017 selon les substances concernées
Suivi :
Indicateurs :
Nombre de projets d’arrêté RSDE
Nombre d’établissements ayant débuté une campagne de suivi
Nombre d’étude technico économique reçue par l’inspection
Modalités d'évaluation : Correspondant Eau, Unité RCD (Service REMD, DEAL). Fréquence : 1 fois / an
Etat initial : 0
Etat visé :
Rapport du « Nombre d’arrêtés pris » sur « Nombre d’établissements identifiés comme concernés par cette mesure » =100%
9.2.2 Actions : Réduire les émissions de fluides frigorigènes fluorés (substances
appauvrissant la couche d’ozone ou gaz à effet de serre)
9.2.2.1
Mesure : Réaliser un point d’étape sur la délivrance des attestations de capacité et d’aptitude
Pilote (Institution) : CCIG
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Les fluides frigorigènes fluorés sont utilisés dans les systèmes de production de froid (climatisation, congélateur, réfrigérateur,
etc.). Certains d’entre eux contiennent des substances appauvrissant la couche d’ozone et/ou ayant un impact sur l’effet de
serre.
La présente mesure s’inscrit dans la poursuite de l’action n°9 du PRSE 1 de Guyane. Il s’agit de mener différentes actions
d’information, formation, contrôle, et partenariat dans le but de toucher le plus grand nombre de professionnels susceptibles de
manipuler des fluides frigorigènes fluorés, réduire leur émissions dans l’atmosphère, et ainsi protéger l’environnement et, par
conséquent notre santé.
Les arrêtés ministériels du 30/06/08 et du 13/10/08 imposent respectivement l’obtention d’attestation de capacité pour les
entreprises et d’attestation d’aptitude pour le personnel susceptible de manipuler des fluides frigorigènes. En Guyane, c’est
l’APAVE qui délivre les attestations d’aptitude des frigoristes suite à une formation de plusieurs jours. Afin de mieux identifier les
besoins en formation des professionnels, il s’agit d’évaluer le nombre de professionnels disposant déjà des attestations
d’aptitude ainsi que les entreprises disposant d’une attestation de capacité.
Acteurs / partenaires : Conseiller Energie des bâtiments, CCIG /APAVE, organismes agréés pour délivrer les attestations de
capacité
Coûts : Financement ADEME /CCIG / PRME (programme régional pour la maîtrise de l’énergie)
Échéancier : 2011
Suivi :
Indicateurs :
Nombre d’attestations d’aptitude délivrées
Nombre d’attestations de capacité délivrées
Modalités d'évaluation : Conseiller Energie des bâtiments, CCIG. Fréquence : 1 fois/an.
Etat initial : N/A
Etat visé : Connaissance du nombre d’attestations d’aptitude et d’attestation de capacité délivrées
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 176 sur 186
Page 44 sur 54
9.2.2.2
Mesure : Former et informer les frigoristes inscrits à la Chambre des métiers,Etablir un
partenariat entre la DEAL, la CCIG, la Chambre des métiers et l’ARDAG, Réaliser un numéro
du mensuel « Brèves de l’Energie » sur la réglementation des fluides frigorigènes fluorés et
son application en Guyane
Pilote (Institution) : CCIG
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
MESURE :
- Former et informer les frigoristes inscrits à la Chambre des métiers
La Chambre des Métiers a participé à la formation des frigoristes sur la thématique des fluides frigorigènes depuis 2004 avec 3
sessions de formation réalisées en partenariat avec l’ADEME. Il n’y a pas eu de session de formation entre 2006 et 2009.
L’objectif est de relancer ces sessions de formation / information en l’actualisant avec les récentes évolutions réglementaires.
Acteurs / partenaires : Conseiller Energie des bâtiments, CCIG / Chambre des Métiers
Coûts : Financement ADEME /CCIG / PRME (programme régional pour la maîtrise de l’énergie)
Échéancier : formation avant fin 2013
Suivi :
Indicateurs :
Nombre de formations délivrées
Nombre de professionnels ayant suivi les sessions de formation
Modalités d'évaluation : Conseiller Energie des bâtiments, CCIG. 1 fois / an.
Etat initial : 0
Etat visé : 50% minimum des frigoristes inscrits à la Chambre des Métiers formés
- Etablir un partenariat entre la DEAL, la CCIG, la Chambre des métiers et l’ARDAG
La thématique des fluides frigorigènes concerne plusieurs acteurs (frigoristes, garagistes, distributeurs, broyeurs de véhicules
usagés) et mobilise plusieurs organismes. Ainsi, afin d’assurer une large diffusion de l’information, il s’agit de créer un
partenariat entre la DEAL, la CCIG, la CMA et l’ARDAG. Ce partenariat devrait permettre de mutualiser certaines actions.
Acteurs / partenaires : Conseiller Energie des bâtiments, CCIG/ Ingénieur Risques Chroniques - Santé Environnement, DEAL
/CMA/ARDAG
Coûts : Financement ADEME /CCIG / PRME (programme régional pour la maîtrise de l’énergie)
Échéancier : 2012
Suivi :
Indicateurs :
Identification des interlocuteurs de la chambre des Métiers et de l’ARDAG
Nombre d’échanges, diffusion d’information
Nombre de réunions
Modalités d'évaluation : Conseiller Energie des bâtiments, CCIG. Fréquence : 1 fois / an.
Etat initial : N/A
Etat visé : 1 réunion bilan par semestre avec les différents partenaires
- Réaliser un numéro du mensuel « Brèves de l’Energie » sur la réglementation des fluides frigorigènes fluorés et son
application en Guyane
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 177 sur 186
Page 45 sur 54
Le chargé de mission énergie de la CCIG publie un mensuel intitulé les « Brèves de l’Energie » afin d’informer les
professionnels des évènements régionaux dans le secteur de l’énergie ainsi que des nouvelles réglementations. Un numéro
spécial sera consacré au bilan sur la réglementation des fluides frigorigènes et son application en Guyane.
Acteurs / partenaires : Conseiller Energie des bâtiments, CCIG
Coûts : Financement ADEME /CCIG / PRME (programme régional pour la maîtrise de l’énergie)
Échéancier : 2012
Suivi :
Indicateurs :
Réalisation la mesure 9.2.1.1. « Point d’étape sur la délivrance des attestations de capacité et d’aptitude »
Nombre d’exemplaires envoyés
Modalités d'évaluation Conseiller Energie des bâtiments, CCIG. En 2012.
Etat initial : N/A
Etat visé : Publication d’un numéro spécial des Brèves de l’énergie sur le thème « réglementation des fluides frigorigènes »
9.2.2.3
Mesure : Contrôler les professionnels susceptibles de manipuler ou de mettre en œuvre des
fluides frigorigènes fluorés
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Il s’agit de contrôler un échantillon des différents types de professionnels susceptibles de manipuler ou mettre en œuvre des
fluides frigorigènes fluorés (distributeurs, frigoristes, installateurs, établissements ICPE détenteurs d’équipements de production
de froid, garagistes,…) afin d’évaluer leur conformité vis-à-vis de la réglementation sur les fluides frigorigènes fluorés et
d’identifier les besoins en information /formation.
Acteurs / partenaires : Correspondant Produit Chimique (Service REMD, DEAL) / CCIG, CMA, ADEME
Coûts : Moyens propres de la DEAL
Échéancier : 2013
Suivi :
Indicateurs :
Nombre de contrôles réalisés
Nombre d’établissements contrôlés non conformes
Nombre d’établissements ayant corrigé les non conformités relevées
Modalités d'évaluation : Correspondant Produit Chimique, Unité RCD (Service REMD, DEAL). Fréquence : 1 fois / an.
Etat initial : 0
Etat visé : Pour une année n+1, le ratio {Nombre d’établissements ayant corrigé les non conformités relevées l’année n /
Nombre d’établissements contrôlés non conformes l’année n } est supérieur ou égal à 100%.
9.2.3 Actions : Résorber les décharges non autorisées, les réhabiliter et les suivre
9.2.3.1
Mesure : Fermer les décharges d'ordures ménagères non autorisées
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) : Déchets
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 178 sur 186
Page 46 sur 54
Les déchets de par leur quantité, leurs aspects polluants, leurs flux réguliers et en augmentation certaine sont de nature à
porter atteinte à l'environnement et à la santé des populations. Une bonne gestion des déchets est primordiale pour maintenir
un environnement sain.
La gestion des déchets ménagers et assimilés est un enjeu important pour la Guyane. Les difficultés liées à cet enjeu sont de
plusieurs ordres :
–
le territoire de la Guyane est vaste et en partie inaccessible, ce qui engendre des contraintes locales différentes d'une
gestion classique observée dans l’Hexagone : difficulté de transport et coût important, nécessité de création de centre de
stockage de petite capacité et grand nombre de centres de stockage comparativement à la quantité de déchets produit par le
territoire, etc. ;
–
les collectivités territoriales, qui ont la compétence de la gestion des déchets ménagers et assimilés, peinent à en
assurer la charge économique ;
–
les installations de stockage existantes sont pour la plupart non autorisées et ne répondent que rarement aux normes
exigibles en matière de protection de l'environnement ;
–
le tri, la valorisation et la réutilisation des déchets sont quasi inexistants sur l'ensemble du territoire ;
La gestion des déchets dangereux est également problématique pour la Guyane. Les grandes lignes de cette problématique
sont les suivantes :
–
aucune infrastructure de traitement des déchets dangereux n'est présente sur le territoire ;
–
nécessité d'envoyer tous les déchets dangereux par bateau en métropole, ce qui augmente considérablement le coût
de traitement ;
–
les réseaux de collecte des déchets dangereux au niveau industriel sont quasi inexistant ;
–
la filière de traitement des Véhicules Hors d’Usage (VHU) n'est pas mise en place puisqu'un seul entrepreneur est
agréé pour la dépollution des VHU, avec une capacité bien inférieure au gisement ;
–
seul deux déchetteries sont présentes sur le territoire (Kourou et Rémire) ce qui est très insuffisant à la fois en
couverture mais aussi en capacité.
Notons également qu'aucun établissement d'équarrissage n'est présent en Guyane et que les rejets sauvages de déchets
ménagers comme industriels (dangereux ou non) pose un véritable problème de salubrité publique.
Par un arrêt du 29 mars 2007, la Cour de justice des Communautés européennes a condamné la France pour n’avoir pas pris
toutes les mesures nécessaires pour assurer le respect des articles 4, 8 et 9 de la directive 75/442/CEE relative aux déchets,
telle que modifiée par la directive 91/156/CEE du Conseil, et de l’article 14 sous a), b) et c) de la directive 1999/31/CE
concernant la mise en décharge des déchets, en raison de l’existence sur son territoire de nombreuses décharges non
autorisées, dont 9 en Guyane.
L’impact de l’éxécution de cette condamnation serait une amende de plusieurs dizaines de millions d’euros assortie d’une
astreinte d’environ 100 000 euros par jour jusqu’à la fermeture ou la mise aux normes de ces sites.
Actions déjà menées avant 2009 :
Fermeture des décharges de :
Mana : fermée en 2007 et réhabilitée
Régina : fermée et réhabilitée à la date 03 novembre 2008
Cacao /Roura/ Macouria : fermetures exigées par l’arrêté préfectoral du 23/07/07, fermées et réhabilitées avant le
01/01/09
Rémire-montjoly : fermée et réhabilitée depuis la fin des années 90
Acteurs / partenaires : Unité RCD (Service REMD, DEAL), Mairies responsables de la gestion des sites / ADEME
Coûts : Budget de fonctionnement du service REMD la DEAL
Échéancier :
ƒ
Décharges d’Iracoubo et de Sinnamary à fermer en 2009
ƒ
Décharges d’Apatou, Grand Santi, Papaïchton, Maripasoula et Saint George à fermer avant 2012
Suivi :
Indicateurs :
Nombre de mise à l’arrêt notifiés
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 179 sur 186
Page 47 sur 54
Nombre de sites fermés
Modalités d'évaluation : Unité RCD (Service REMD, DEAL). Fréquence de l’évaluation : annuelle
Etat initial : 6 sites fermés (au 01/01/09)
Etat visé : 13 sites fermés en 2012
9.2.3.2
Mesure : Réhabiliter les sites après fermeture des décharges d'ordures ménagères non
autorisées
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) : Déchets
Chaque site fermé à partir du 01/01/09 devra être réhabilité.
.
Acteurs / partenaires : Unité RCD (Service REMD, DEAL), Mairies responsables de la gestion des sites / ADEME
Coûts : Financement des réhabilitations : 80% maximum par l’ADEME, 20% minimum par la collectivité concernée. A valider
Échéancier : 2013
Suivi :
Indicateurs de suivi :
Nombre d’étude de réhabilitation transmis par les collectivités
Nombre d’arrêté préfectoraux de réhabilitation pris
Avancement des travaux de réhabilitation
Modalités d'évaluation : Unité RCD (Service REMD, DEAL). Fréquence de l’évaluation : annuelle
Etat initial : 0 % de sites réhabilités (au 01/01/09)
Etat visé : 70 % de sites réhabilités (au 31/12/13)
9.2.3.3
Mesure : Suivre les sites fermés et réhabilités
Pilote (Institution) : DEAL
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) : Déchets
Chaque site fermé et réhabilité doit faire l’objet d’une surveillance (émissions, …) et des Servitudes d’Utilité Publique (SUP)
doivent être mises en place.
Acteurs / partenaires : Unité RCD (Service REMD, DEAL), Mairies responsables de la gestion des sites / ADEME
Coûts : Budget de fonctionnement du service REMD la DEAL
Échéancier : fin 2013
Suivi :
Indicateurs :
Nombre de dossier de SUP transmis par les collectivités
Nombre d’arrêté préfectoraux pris pour prescrire des SUP
Nombres de collectivité ayant mis en place une surveillance
Modalités d'évaluation : Unité RCD (Service REMD, DEAL). Fréquence de l’évaluation : annuelle
Etat initial : 0 arrêté de prescriptions de SUP pris (au 01/01/09)
Etat visé : 6 arrêtés de prescriptions de SUP pris (au 31/12/13)
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 180 sur 186
Page 48 sur 54
9.2.4 Actions : Limiter les émissions polluantes du secteur agricole
9.2.4.1
Mesure : Apporter un appui réglementaire et technique aux producteurs de porcs en vue de
réduire les impacts environnementaux des élevages
9.2.4.1.1
Sous mesure : Organiser la mise en place d’un appui réglementaire et technique pour les agriculteurs par
l’intermédiaire d’un organisme agricole (IKARE par exemple)
Pilote (Institution) : DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Les élevages de porcs souffrent depuis ces dernières années de l'absence d'appui technique, de l'augmentation des contraintes
réglementaires et de difficultés pour mobiliser les investissements afin d'y faire face. Le nombre d'exploitations a diminué, le
volume de production a tendance à diminuer également, avec des installations vieillissantes de plus en plus et en décalage
généralisé avec les normes de traitement des effluents.
- Actions déjà menées :
Pas d’actions ces dernières années de la part des agriculteurs, et contraintes fortes sur les services de contrôle de l'État qui ne
peuvent se résoudre à infliger des procès-verbaux en l'absence de possibilités d'amélioration pour les élevages, et dans un
contexte où l'impact sur l'environnement ne conduit pas à un des situations de crise aiguë.
- Éléments qui ont conduit à la sélection de l’action :
Les services de la DAAF et certaines organisations professionnelles ont identifié la problématique et se mobilisent pour mettre
en oeuvre un début de réponse dans les prochains mois. Pour cela, un « programme sectoriel » sera élaboré pour être soumis
au conseil d'administration de l’ODEADOM pour un financement au premier semestre 2012.
Cible : Environ une centaine de producteurs de porcs à travers la Guyane.
Autres plans en lien avec l’action :
PDRG (programme de développement rural qu'en Guyane) à travers les aides aux investissements
Plan régional Offre Alimentaire (CIOM)
Acteurs/Partenaires : DAAF / Association des vétérinaires, IKARE, chambre d’agriculture/EDE, SCEBOG, OPEG
Coûts : Le coût pour l’action d'un technicien est d'environ 70.000 € / an. Les lignes de financement existent sur la mesure 111B
du PDRG (jusqu'à 100 % de financement).
Échéancier : Un dossier pourrait être monté d'ici février 2012, et validé en mars 2012.
Suivi :
Indicateurs :
nombre d'éleveurs ayant reçu la visite du technicien,
nombre de documents de vulgarisation réalisés et diffusés,
organisation de formations pour les éleveurs,
visite technique etc.
Modalités d'évaluation : DAAF. Fréquence de l’évaluation : annuelle
Etat initial : actuellement il n’y a pas de soutien technique aux éleveurs
Etat visé : avoir des personnes formées et compétentes : technicien, ingénieur pour apporter aux éleveurs le soutien technique
dont ils ont besoin, en particulier sur le volet sanitaire et environnementale qui doit être mis en avant
En 2010, des éleveurs des trois départements français d'Amérique se sont regroupés pour créer une nouvelle organisation ,
IKARE, dont la mission est de développer de l'appui technique et du transfert de solutions innovantes aux éleveurs. La filière
porcine pourrait être bénéficiaire d'action particulière, en lien avec les enjeux de santé et d'environnement, par la question d'une
meilleure gestion des effluents.
Action à prévoir :
IKARE devrait intégrer ses thèmes d'action parmi ses priorités, et mobiliser un financement public (mesure 111B du PDRG)
pour le recrutement d'un technicien agricole pendant quelques années. Celui-ci serait chargé de diffuser et de vulgariser des
informations réglementaires (entre autres relatives à l'identification des porcs, à la gestion des effluents), du conseil technique
en termes de production, d'alimentation, de modernisation des installations etc.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 181 sur 186
Page 49 sur 54
9.2.4.1.2
Sous mesure : Développer des outils de vulgarisation de la réglementation de type « livret de l’éleveur » ou «
guide de bonnes pratiques environnementales » à destination des éleveurs de Guyane
Pilote (Institution) : DAAF
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : non
Montant du budget prévisionnel : so
Mesure ou action transversale (Thème) :
Les éleveurs sont aujourd'hui fassent un manque d'outils adaptés pour porter à leur connaissance les normes réglementaires et
les bonnes pratiques techniques adaptées aux conditions d'élevage en Guyane où dans les DOM.
Action à prévoir :
Des outils de vulgarisation ont été produits dans le passé et sont tombés en désuétude. Un travail de réactualisation est
nécessaire, en utilisant des outils actuels tels que le livret de l'éleveur guadeloupéen ou autres.
9.2.4.2
Mesure : Réduire les émissions de produits phytosanitaires en contribuant à la mise en
œuvre du plan Ecophyto 2018 en Guyane
9.2.4.2.1
Sous mesure : Contribuer à la mise en place d’un système pérenne de collecte de produits phytosanitaires non
utilisables
Pilote (Institution) : DAAF, Chambre d’Agriculture
Besoin d’appel à projets ou offres (oui/non) : oui
Montant du budget prévisionnel : 20 000,00 €
Mesure ou action transversale (Thème) :
D’une manière générale l’utilisation des produits phytosanitaires, dans la dynamique globale de développement d’une
agriculture durable et productive a été soulevé lors du Grenelle de l’environnement en 2007. A l’issue de ces travaux, le
Président de la République a confié au Ministre chargé de l’Agriculture et de la Pêche la responsabilité de l’élaboration d’un
plan d’actions visant à réduire de 50% l’usage des pesticides dans un délai de dix ans, si possible.
Ce plan, nommé ECOPHYTO 2018, vise à la fois à réduire l'usage des produits phytosanitaires et à limiter l'impact sur la santé
et l’environnement de ceux qui resteront nécessaires. Cette réduction doit se faire dans le respect de la compétitivité de
l'agriculture en maintenant un niveau élevé en quantité et qualité. Il vise un changement global des pratiques en matière de
protection des végétaux, ce qui implique un fort engagement des professionnels concernés.
Le Plan Ecophyto 2018 est composé de 8 axes à l’origine, eux-mêmes déclinés en 105 actions. Sa mise en oeuvre a débuté il y
a trois ans, après sa présentation au Conseil des Ministres en septembre 2008.
En Guyane, la déclinaison régionale du plan a été officialisée le 4 octobre 2011.
Un neuvième axe, orienté spécifiquement sur la santé et la protection des utilisateurs a été lancé en novembre 2010 à Paris.
Les travaux de cet axe seront organisés autour de quatre chapitres portant sur les équipements de protection, la veille sanitaire,
la conception et maintenance du matériel de pulvérisation et les zones d’incorporation. Il sera officialisé fin 2011.
L’axe 6 du plan Ecophyto prévoit des actions spécifiques aux départements d’outre-mer. L’une d’entre elles est de mettre en
place un système pérenne de collecte des produits phytopharmaceutiques non utilisables (PPNU) et des emballages vides de
produits phytopharmaceutiques (EVPP) à l’instar du réseau ADIVALOR en métropole.
Encadré par le code de l’environnement, ces déchets, considérés comme dangereux, doivent être éliminés dans le respect de
l’homme et de l’environnement par le détenteur final de ce déchet.
Le Ministère de l’Outre-Mer est le financeur principal de cette action. Un co-financement d’ADIVALOR est également prévu.
Cette action intègre plusieurs objectifs :
•
le respect de la réglementation ;
•
la gestion sécurisée des déchets ;
•
l’évolution vers une agriculture durable et respectueuse de l’environnement.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 182 sur 186
Page 50 sur 54
Acteurs / partenaires : DEAL, Conseil Régional, Conseil Général, Mairies, collectivités, distributeurs, organisation de
professionnels agricoles, ADIVALOR
Coûts : financement Ministère de l’Outre-Mer, co-financement ADIVALOR
Échéancier : 2013
Suivi :
Indicateurs :
Nombre de collectes effectuées
Volume de déchets traités
Modalités d'évaluation : Chambre d’Agriculture, DAAF. Fréquence de l’évaluation : annuelle
Etat initial : N / A
Etat visé : mise en place effective des collectes. Pérennité du dispositif.
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 183 sur 186
Page 51 sur 54
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 184 sur 186
Page 52 sur 54
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 185 sur 186
Page 53 sur 54
Programme d’actions du PRSE
Guyane 2009-2013
Page 186 sur 186
Page 54 sur 54
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising