La Parlote 03-2014 - Table de concertation du mouvement des

La Parlote 03-2014 - Table de concertation du mouvement des
M A R S 2 0 14
Spécial 8 mars
L A P A R L OT E
DES CLÉS
À L A P O RT É E D E TO U T E S
La Journée
internationale des
femmes est l’occasion
pour nous toutes de
célébrer nos avancées
historiques, sociales,
professionnelles,
personnelles. Nous le
répétons souvent,
nombreuses sont les
raisons de se réjouir.
Des clés en main
Au fil des années et au prix
d’efforts considérables, les
femmes ont conquis bien
des droits. D’abord, les
droits citoyens, comme
celui de voter et celui d’être élues au sein de diverses instances politiques.
DANS CE
NUMÉRO :
Une clé essentielle :
2
La conciliation travail-famille
Une clé essentielle :
La sécurité économique
3
Marche mondiale
des femmes 2015
4
L’égalité homme-femme
Vous voulez rire?
5
La Coalition CTFE
5
Un outil pour démystifier
l’avortement
6
Une affiche qui s’exprime
6
Très graduellement, elles
se sont frayé un chemin
vers l’éducation supérieure
et ont pu ainsi avoir la possibilité d’élargir leurs horizons. Patiemment, elles
ont lutté pour leurs droits
civils, comme la pleine
capacité juridique, le pouvoir de gérer leurs propres
biens, de conclure des
contrats, de garder leur
nom en se mariant et de le
transmettre à leurs enfants.
Non sans peine, elles ont
obtenu le droit de travailler, d’exercer leur profession, de disposer ellesmêmes de leurs salaires et
d’ouvrir un compte en banque, de continuer de travailler dans la fonction
publique une fois mariées,
d’adhérer à un syndicat
sans la signature de leur
mari.
Le Collectif 8 mars, Huguette Latulippe/Promotion inc.
Illustration Geneviève Guénette
Elles se sont également mobilisées pour obtenir des
congés liés à la venue d’un
enfant, l’équité salariale,
des mesures de conciliation
des temps sociaux, l’accès
aux emplois traditionnellement masculins. Elles ont
milité pour disposer de leur
corps à leur convenance et
de décider quand elles auront des enfants.
Elles se sont battues pour
améliorer leur sort, pour
obtenir l’égalité pour elles,
mais aussi pour les femmes
du monde entier.
Mais les avancées
sont fragiles
L’importance des progrès
réalisés par les femmes est
telle que plusieurs croient
que tout est réglé, qu’elles
ont enfin atteint l’égalité
tant souhaitée.
Pourtant, les femmes et le
féminisme connaissent leur
lot d’attaques de la part des
forces socialement conservatrices. Nombre de droits
et d’acquis sont remis en
question ou carrément supprimés. Certains obstacles
interdisant la pleine égalité
persistent. Ces situations
font que des portes demeurent encore fermées à double tour. Il faut ajouter de
nouvelles clés à notre trousseau pour faire sauter les
verrous.
Article largement inspiré du
Bulletin de la Fédération des
travailleurs et travailleuses du
Québec en condition féminine, p. 2
Page 2
8 mars 2014
UNE CLÉ ESSENTIELLE À L’ÉGALITÉ :
L A C O N C I L I A T I O N T R A V A I L - FA M I L L E
UN
TROUSSEAU
DE CLÉS
À COMPLÉTER
Références
1. Ministère du Travail.
Portrait statistique des
conventions collectives analysées au Québec, 2011
2. Présentation de DianeGabrielle Tremblay à
l’intersyndicale des
femmes, septembre
2013
3. Estimation faite à partir de l’évaluation de
Dusbury et Higgins
(2003) sur le fait que
l’absentéisme lié aux
problèmes de conciliation travail-famille
coûterait 5.5 milliards
de dollars au Canada.
4. Marie-Ève Surprenant,
Jeunes couples en
quête d’égalité, Éditions Sisyphe, Montréal, 126 p.
Une des principales
clés pour l’égalité est
la conciliation travailfamille. En 2014, il
n’est plus acceptable
que des femmes
compromettent leur
santé, leur carrière et
leur autonomie économique,
parce
qu’une réelle politique de
conciliation travail-famille
tarde à voir le jour.
Une lutte qui nous
concerne toutes
Toutes les travailleuses
connaissent la dure réalité
de la conciliation travailfamille. Que nous soyons
mères travailleuses ou étudiantes avec de jeunes enfants ou encore proches
aidantes de parents vieillissants ou de proches en
perte d’autonomie, nous
sommes toutes appelées,
un jour ou l’autre, à devoir
jongler avec nos horaires
de travail pour tenter de
concilier nos responsabilités familiales et nos responsabilités professionnelles.
Ceci est d’autant plus vrai
que le marché du travail
connaît des mutations qui
favorisent le fait que les
obligations familiales et
professionnelles s’entrechoquent : accélération du
rythme de travail, multiplication du travail atypique,
précarisation des emplois,
multiplication des heures
supplémentaires, etc.
Les mesures de conciliation
travail-famille sont pratiquement inexistantes dans la
Loi sur les normes du tra-
vail. On se
rappelle
que cette
loi établit
les conditions minimales de
travail des
personnes
non syndiquées. La situation n’est
guère plus enviable pour
les travailleuses syndiquées, puisque la presque
totalité des conventions
collectives n’offre pas non
plus
de
programme de conciliation
travailfamille .1
L’inaction
coûte cher
Les coûts associés aux répercussions physiques et
psychologiques du conflitemploi à l’endroit des travailleuses et des travailleurs sont évalués à plus de
14 milliards de dollars par
année au Canada. On peut
donc estimer que l’inaction
gouvernementale coûte aux
contribuables québécois
près de 3,5 milliards de
dollars par année.2
Les coûts à l’absentéisme
associés à cette même réalité peuvent être estimés à
près de 1 milliard de dollars
par année au Québec seulement.3
Au-delà de l’argent, les
conséquences sont encore
plus graves pour les femmes. Certaines chercheuses ont démontré que les
femmes ont tendance à se
retirer du travail pour une
période plus ou moins lon-
gue, au bénéfice de la vie
familiale.4. Cette décision
devant l’absence d’un choix
autre amène son lot d’inconvénients : la déqualification professionnelle, la
perte de revenu, les promotions manquées et, à
terme, un appauvrissement
à la retraite.
Une lutte à finir…
Les femmes sont sur le
marché du travail pour y
rester. La conciliation travail-famille est un enjeu
pour l’égalité des
femmes. On ne
pourra prétendre à
cette égalité que
lorsque les femmes arriveront à
concilier le travail et la famille sans devoir sacrifier
l’un ou l’autre.
Dans le document Vers une
politique gouvernementale
sur la conciliation travailfamille du ministère de
l’Emploi, de la Solidarité
sociale et de la Famille,
paru en 2004, on peut lire :
Plus qu’une responsabilité
personnelle, la conciliation
travail-famille est une responsabilité collective.
Parce qu’elles constituent
une richesse économique
et sociale pour notre société, les familles doivent être
soutenues par la collectivité.
Il est maintenant temps
de passer de la parole
aux actes!
Cet article est tiré du dépliant
de l’Intersyndicale des femmes à
l’occasion du 8 mars 2014
L a P a rl o t e
Page 3
UNE CLÉ ESSENTIELLE À L’ÉGALITÉ :
LA SÉCURITÉ ÉCONOMIQUE
Le risque d’être pauvre a
toujours
été
plus
élevé
chez les femmes et la
transformation
de l’économie
n’a pas amélioré leurs conditions de vie.
Certains chercheurs parlent
de féminisation de la pauvreté pour qualifier cet appauvrissement toujours
grandissant.
Insécurité et pauvreté
« Insécurité, incertitude,
instabilité, c’est ce qu’on
entend par la précarité.
Hélas! C’est le lot d’encore
trop de travailleuses. Qu’il
s’agisse des emplois qu’elles occupent, du statut
d’emploi, du salaire, du
revenu d’emploi, des avantages sociaux, des protections sociales, du taux de
syndicalisation, du niveau
hiérarchique, etc., les femmes plus que les hommes
vivent de la précarité en
emploi, ce qui n’est pas
sans incidences importantes sur les autres dimensions de leur vie, quel que
soit leur âge. » 1
Quelques statistiques
centricoises 2
 Les Centricoises tou-
chent l’un des plus faibles
revenus moyens, arrivant
au 16e rang devant la Gaspésie;
Elles gagnent 10 637 $
de moins que les hommes.
Le revenu d’emploi moyen
des femmes équivaut à
seulement 66,9 % de celui
des hommes;
Concernant
$
le
revenu total moyen,
les femmes touchent
10 790 $ de moins
que les hommes;
Plus de la moitié
des femmes gagnent
moins de 20 000 $.
(55,7 % et 34.,6 %);
Taux d’emploi des fem-
mes sans diplôme beaucoup
plus bas que le taux d’emploi
des hommes sans diplôme;
Les femmes de 15 ans et
plus du Centre-du-Québec
sont proportionnellement plus
nombreuses que les hommes
du même âge à vivre sous le
seuil de faible revenu, et ce,
peu importe la MRC observée.
Dans la région, c’est 8 370
femmes (9,3 %) et 6 970
hommes (7,8 %) qui vivent
cette situation;
En 2008, pour chaque
tranche de 100 $ de revenus
d’emploi, les femmes de la
région ont reçu 44 $ en transferts gouvernementaux, alors
que ce montant s’élevait à
21 $ pour les hommes, donc
plus de deux fois moins. Les
femmes sont donc plus dépendantes des transferts gouvernementaux que les hommes;
Parmi les femmes de 55
ans et plus, 10,7 % d’entre
elles vivent sous le seuil de
faible revenu. Chez les hommes, cette proportion est de
6,9 %. On retrouve dans la
tranche d’âge des 55-64 ans
plus de personnes vivant sous
le seuil de faible revenu, tant
pour les femmes que pour les
hommes, mais les femmes
sont toujours plus nombreuses. (14,6 % et 11 %).
Des impacts sur leur vie
Au-delà, des chiffres et des
statistiques, il y a une vie
concrète qui se déroule au
quotidien. La pauvreté mine
l'esprit comme la malnutrition mine le corps. Elle atteint l'estime personnelle, si
bien qu'il devient encore
plus difficile de sortir de la
pauvreté. Plusieurs vivent
un sentiment d’impuissance
et ont l’impression de ne
plus avoir de pouvoir sur
leur vie. Leur santé mentale
et physique sont compromises. Il devient alors difficile
pour celles-ci de se loger à
coût abordable, de se nourrir sainement et de se vêtir
convenablement. Elles souffrent de ne pas pouvoir
offrir à leurs enfants un
foyer sécuritaire, tranquille
et stable, des aliments
nutritifs. Être pauvre c’est
vivre avec des possibilités
limitées et non mal gérer
son budget.
UN
TROUSSEAU
DE CLÉS
À COMPLÉTER
Une situation à changer
En 2014, au Centre-duQuébec, nombreuses sont
les femmes qui vivotent
avec peu de moyens. Vivre
en situation de pauvreté est
un parcours rempli d’obstacles qui se répercutent dans
toutes les sphères de leur
vie. Il importe donc d’agir
pour briser le cercle vicieux
de la pauvreté. Certes, la
région doit se doter d’un
plan d’action pour régler les
problèmes les plus urgents,
mais il importe aussi d’accorder une série de mesures
sociales, afin de compenser
les injustices que les femmes subissent.
Références
1. Dépliant de
l’Intersyndicale des
femmes à l’occasion
du 8 mars 2014
2. TCMFCQ, Avis sur
la pauvreté des
femmes, 2012, 12 p.
Page 4
8 mars 2014
MARCHE MONDIALE DES FEMMES 2015
En 2015, nous remettrons
nos souliers de marche
pour dire haut et fort ce
que nous voulons pour
notre société.
Pour 2015, Alice Lepetit
de la FFQ coordonnera les
activités en lien avec cette
mobilisation. La Coordination du Québec de la Marche mondiale des femmes
(CQMMF) est actuellement
à identifier quels seront les
groupes porteurs de cette
mobilisation en région. La
TCMFCQ, comme plusieurs
Tables
de
concertation
des groupes de
femmes, a été
interpellée par
la FFQ pour
porter la Marche dans la
région.
Avec
les membres, nous verrons
comment nous répondrons
à cet appel.
Pour les Tables régionales
et les groupes de femmes
en région, le défi demeure
de faire valoir
la réalité et
les
besoins
des femmes
des
régions
pour
qu’ils
soient incarnés
dans
cette mobilisation du mouvement des
femmes.
EN 2015,
LA MARCHE MONDIALE DES FEMMES SERA...
LA TCMFCQ
ENVERRA TRÈS
BIENTÔT AUX
GROUPES MEMBRES
LES
QUESTIONNAIRES
DE CONSULTATION
POUR
LES ORIENTATIONS
DE LA MMF.
Thème de la Marche mondiale pour 2015
Orientation de la MMF-2015
« Pour l’appropriation de nos corps
et de nos territoires! »
En 2015, nous utiliserons la MMF comme
moyen d’éducation populaire et politique
dans le but de politiser notre mouvement.
Les femmes poursuivent leur résistance
au système capitaliste, colonialiste et patriarcal. Les femmes construisent des
alternatives fondées sur l’autonomie et
l’autodétermination des
femmes et des peuples.
Libérons nos corps et nos territoires de
l’exploitation, du contrôle, de l’appropriation du travail et de la guerre!
Notre démarche se basera sur les
grands principes de la Charte mondiale des femmes pour l’humanité
que sont la justice, l’égalité, la liberté, la paix et la solidarité!
Actions
 Ouverture officielle au niveau mondial
le 8 mars 2015;
 Action internationale le 24 avril 2015,
un 24 heures de solidarité en mémoire
des femmes mortes lors de l’écroulement d’une usine au Bangladesh en
2012 (de midi à 13 h partout dans le
monde);
 Action nationale au Québec au printemps 2015.
Les Orientations
Une consultation sera lancée la semaine
du 17 février et les groupes auront jusqu’au 31 mars prochain pour nous retourner leurs questionnaires. Les résultats de
cette consultation permettront à la
CQMMF, qui se réunira en avril prochain,
de définir le scénario final et la forme des
actions de la Marche en 2015.
L a P a rl o t e
Page 5
L’ É G A L I T É H O M M E - F E M M E
VOUS VOULEZ RIRE?
Les hommes québécois vont
finir par se convaincre que
l’égalité entre les hommes
et les femmes est une valeur acquise, dont il ne sera
plus nécessaire de parler à
l’avenir puisque « dans leur
grande générosité », ils ont
fini par reconnaître que
nous avions raison et qu’il
fallait le reconnaître officiellement. On en parle comme
s’il était impossible de trouver un seul exemple au Québec où ce droit ne s’applique pas. Vous voulez rire?
Bande de petits comiques.
Vous revenez sur ce sujet
juste pour me faire hurler
encore une fois.
Bien sûr, l’égalité a fait des
progrès et nous en sommes
conscientes.
Mais nous
n’avons jamais cru que le
dossier était clos et qu’il
répondait parfaitement à la
définition même de ce qu’on
appelle l’égalité. Il reste du
chemin à parcourir et vous
le savez. Malgré vos beaux
efforts, les femmes revendiquent encore des avancées
sur le sujet. Et avec raison.
Je reconnais cependant que
vous êtes devenus plus sensibles à l’égalité que vous
souhaitez pour vos filles que
pour les femmes qui ont partagé vos vies. Je ne vous le
reproche pas, car justement,
votre défense de l’égalité de
vos filles va peut-être nous
aider à mener quelques
combats que nous voyons
poindre au bout de nos nez.
(…)
L’égalité des hommes et des
femmes est un ouvrage « in
progress ». Il serait ridicule
de se taper dans les mains
en prétendant que nous y
sommes, que tout a été réglé et que c’est tellement
solide que nous n’aurons
plus à intervenir à l’avenir.
Hélas, ce n’est pas le cas.
Les femmes ont toujours su
que ça prendrait du temps et
que les gains se feraient à la
miette. Surtout qu’il faut
bien l’admettre, il arrive aussi qu’on recule. Il suffit d’un
politicien borné pour que des
pans complets
de
nos victoires disparaissent
d’un seul coup. Même des
femmes peuvent nuire aux
autres femmes et tirer profit
de leurs choix.
Des femmes sont souvent
fières de faire partie du
« boys club », d’être traitées
comme telles et de servir de
courroies de transmission
entre les deux groupes. Ce
n’est souvent que quand
elles ont été trahies ou mises de côté qu’elles réalisent qu’on les a utilisées.
L’égalité homme-femme,
même inscrite dans une
Charte des valeurs, devra
être surveillée de près et ne
devra jamais servir à tirer la
couverture sur des sujets
dont ces messieurs préféreraient ne pas avoir à rediscuter. L’égalité est une valeur mouvante qui nécessite
une surveillance de chaque
instant.
Source : Lise Payette,
Le Devoir, 4 octobre 2013
LA COALITION CONCILIAT ION
T R A V A I L - FA M I L L E - É T U D E S ( C T F E )
Cette Coalition a vu le jour
en juin 2013. Elle avait
comme objectif de réclamer au gouvernement du
Québec la mise en place
d’une loi-cadre visant à
promouvoir et à soutenir la
conciliation travail-famille.
Cette loi-cadre devra s’appliquer tant au secteur privé qu’aux secteurs public,
parapublic et péripublic, et
couvrir l’ensemble des travailleuses et des travail-
leurs. Le Regroupement
désire aussi présenter ses
orientations, afin que la loicadre attendue corresponde aux besoins et aux
intérêts réels des personnes visées.
Initié par les groupes syndicaux, la Coalition regroupe
aussi plusieurs groupes
communautaires. L’objectif
premier de réclamer une
loi-cadre est remis en ques-
tion par les groupes communautaires qui proposent plutôt d’améliorer les normes
minimales du travail en incluant des mesures de conciliation TFE. Lors des États
généraux, des
représentantes
des centrales
syndicales ont
proposé et fait
voter le principe de cette
loi-cadre.
En surfant sur
le Net, j’ai trouvé
cet article de
Lise Payette.
Je le trouve très
pertinent pour cette
semaine précédant
le 8 mars.
Bonne lecture!
Spécial 8 mars
TCMFCQ
19-A , rue de Courval
Victoriaville G6P 4W2
Téléphone : 819-758-8282
Télécopie : 819-758-7624
Messagerie :
coordo@femmescentreduquebec.qc.ca
Retrouvez-nous sur le Web!
www.femmescentreduquebec.qc.ca
Une force collective pour l’égalité
UN OUTIL POUR DÉMYSTIFIER
L ’ AV O R T E M E N T
Issu du travail de la Fédération du Québec pour le planning des naissances (FQPN) et de
son Comité de veille stratégique sur l’avortement, ce jeu de cartes a été réalisé en collaboration avec SOS GROSSESSE. Conçu afin de diffuser de l’information critique et indépendante sur l’avortement, de favoriser la prise de pouvoir et l’autonomie des femmes par
rapport à leur santé sexuelle, reproductive et maternelle et de promouvoir le libre choix, cet
outil éducatif est idéal pour l’animation de discussions de groupe. Il est adapté à un public
mixte, à partir de 15 ans, ayant ou non
des connaissances préalables
sur l’avortement.
L’outil comprend :
52 cartes de jeu
1 carte de présentation
1 carte de mode d’emploi
1 carte des partenaires
Il est disponible en deux formats au coût de 10 $; 15 $ avec les frais de port. Voir le site
Web de la Fédération pour le bon de commande.
Voici l’hyperlien qui vous mènera au bon de commande en ligne : Bon de commande [+]
UNE AFFICHE QUI S’EXPRIME
Les clés veulent exprimer les nouveaux espaces conquis par les
femmes dans notre
société et surtout l’importance d’utiliser les
différentes clés disponibles pour progresser
sur la route menant à
une société plus juste
et plus égalitaire.
Le visuel évoque, par l’illustration des clés et des
vêtements, les femmes
œuvrant dans les services
publics et privés, dans des
métiers majoritairement
masculins ou encore la
diversité des femmes.
Le Collectif 8 mars,
Huguette Latulippe/Promotion inc.
Illustration Geneviève Guénette
Les vêtements étendus et
reliés entre eux sur la
corde à linge démontrent
la nécessaire solidarité
entre les femmes pour
prendre en compte les
divers enjeux qui les touchent concrètement, entre
autres la conciliation des
responsabilités familiales,
sociales et professionnelles. Les clés ou objets suspendus sur la
corde à linge (ex. bavoir…) réfèrent aux soins
à donner à la famille,
aux enfants, aux parents
vieillissants. La clé à
molette illustre l’entretien de la maison, la clé
de sol représente les
besoins de loisirs, etc.
En arrière-plan, nous pouvons voir des immeubles
où jaillit un rayon de lumière qui transperce les
plafonds de verre, où s’ouvrent de nouveaux horizons et espaces à conquérir.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising