Rapport - Gouvernement.fr

Rapport - Gouvernement.fr
PREMIER MINISTRE
RAPPORT ANNUEL
de l’Observatoire
de la laïcité
2014-2015
Observatoire
de la laïcité
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Introduction
Par Jean-Louis Bianco, Président de l’Observatoire de la laïcité
L’Observatoire de la laïcité a adopté son deuxième rapport annuel depuis son installation par le
Président de la République le 8 avril 2013. Il le fait dans le contexte particulier qui fait suite aux
attentats des 7, 8 et 9 janvier qui ont coûté la vie à 20 personnes en raison de leurs professions
(journalistes, policiers) ou de leur religion (juive), et suite aux marches républicaines, partout en
France, du 11 janvier.
Au lendemain des attentats, l’Observatoire de la laïcité invitait « la Nation toute entière [à] s’unir et [à] faire
front (…) Au-delà des divergences politiques, philosophiques ou religieuses, il n’y a qu’un peuple français, qui doit
montrer sa détermination à défendre ce qu’il a de plus précieux. »
Au lendemain des marches républicaines, l’Observatoire de la laïcité rappelait : « Cet élan ne doit pas
s’arrêter là. Depuis son installation (…), l’Observatoire de la laïcité défend la formation massive des fonctionnaires
à la laïcité, la pédagogie de la laïcité à l’école, l’enseignement des valeurs républicaines dès le plus jeune âge, mais
aussi l’enseignement laïque du fait religieux. Parce que c’est de l’ignorance que nait la violence, l’éducation, la
formation et l’information à tous les échelons sont les réponses les plus urgentes au drame que la Nation a connu la
semaine dernière. »
Au sein de l’Observatoire de la laïcité, nous sommes convaincus que ce travail d’éducation, de
formation et de pédagogie est essentiel et urgent pour les citoyens dans leur ensemble.
Mais bien sûr, même s’il participe à la construction de la citoyenneté, en particulier à l’école, il ne
constitue pas la réponse magique au terrorisme.
La laïcité ne peut pas répondre à tous les maux de la société. Pour ne pas galvauder ce principe
majeur de la République, évitons d’en faire un concept « fourre-tout » qui s’appliquerait à des
situations qui relèvent en réalité d’une multitude de champs, tels que la sécurité publique, la situation
sociale, ou l’intégration. Tous ces sujets ne sont pas directement liés à la laïcité.
Pour éviter ces confusions, nous avons demandé aux médias la plus grande vigilance dans le traitement
médiatique de tous les sujets ou faits divers touchant au principe de laïcité. Un exemple ? Nous ne
devons plus voir de photo de burqa à côté d’un article qui évoque la question du foulard. Cette
vigilance est essentielle parce que les amalgames font le lit de l’intolérance et du repli
communautariste qui se traduisent aujourd’hui par une inquiétante recrudescence des agressions à
caractère confessionnel.
Nous l’avons constaté dès notre installation, l’ignorance de ce qu’est la laïcité et de son droit mène
à de nombreuses incompréhensions sur le terrain.
En période de crise et dans le contexte international actuel, celles-ci peuvent conduire à de véritables
conflits. L’actualité nous le rappelle chaque semaine – crèches de Noël, jupes longues, statue d’un
pape, port de signes religieux, affiches dans le métro parisien, etc. –, il y a une forte crispation autour
de la visibilité religieuse et de certaines formes d’expressions religieuses, essentiellement dans
l’hexagone. Il faut appliquer la loi, toute la loi, rien que la loi, avec fermeté et discernement. Mais rien
ne serait pire que de résumer la laïcité en une addition d’interdits, ce qui ne pourrait qu’alimenter un
discours victimaire et, par voie de conséquence, les extrémismes religieux et politiques. Comme l’a
-1-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
relevé le Premier ministre, Manuel Valls, lorsqu’il était ministre de l’Intérieur, ce serait une erreur « de considérer
la laïcité comme une citadelle assiégée ». Les valeurs qu’elle porte sont en réalité partagées par la très grande
majorité de nos concitoyens, qui sont laïques parfois sans savoir expliquer exactement le sens de ce mot.
Nous devons donc rappeler ce qu’est la laïcité, mais aussi que son effectivité suppose toujours plus
de mixité sociale et la lutte constante contre toutes les inégalités et toutes les discriminations. La
commission Stasi, installée par le Président de la République Jacques Chirac, le rappelait dans son
rapport de 2003 et Jean Jaurès affirmait déjà en 1904 : « La République doit être laïque et sociale. Elle restera
laïque si elle sait rester sociale ».
En parallèle, nous devons lancer à l’échelle du pays un gigantesque plan de formation à la laïcité. C’est
ce que nous avons commencé avec la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche, Najat Vallaud-Belkacem (installation de « référents laïcité », formation des
enseignants à la laïcité, instauration d’une « journée de la laïcité » le 9 décembre de chaque année,
mais aussi mise en place de l’enseignement moral et civique, renforcement de l’enseignement laïque
du fait religieux). C’est ce que nous allons faire avec le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, la
ministre de la Réforme de l’État, de la Décentralisation et de la Fonction publique, Marilyse
Lebranchu, le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, Patrick Kanner, et enfin avec la
Secrétaire d’État à la Ville, Myriam El Khomri.
À son niveau, l’Observatoire de la laïcité agit très concrètement par de multiples déplacements de
terrain – chaque semaine partout en France –, et en rappelant aussi souvent que nécessaire les règles
qu’implique la laïcité et les outils qui permettent une bonne gestion du fait religieux.
En une année, l’Observatoire de la laïcité a adopté cinq avis majeurs (avis sur le régime local des
cultes en Alsace et en Moselle, avis sur l’article premier du projet de loi relatif à la déontologie et aux
droits et obligations des fonctionnaires, avis sur la promotion de la laïcité et du vivre ensemble, avis
appelant à développer le service civique) ; a établi un nouvel état des lieux du respect du principe de
laïcité après avoir auditionné tous les ministres concernés, l’ensemble des représentants des
principaux cultes en France, des principales obédiences maçonniques, et des principaux mouvements
d’éducation populaire ; et enfin, a su répondre, par l’élaboration de guides pratiques dans les
différents secteurs et par un accompagnement personnalisé auprès des particuliers et des
collectivités, aux principales interrogations quant à l’application du principe de laïcité.
Les acteurs de terrain doivent savoir quelles réponses apporter. Ils sont encore trop nombreux à se
sentir « mal outillés », navigant ainsi entre deux positions incompatibles avec la laïcité : tout autoriser
(et favoriser ainsi le communautarisme) ou tout interdire (et générer de nouvelles discriminations). Le
« juste équilibre », qui n’est pas de répondre à un intérêt particulier mais toujours d’offrir une réponse
d’intérêt général (dans le cadre de la loi), suppose la bonne compréhension de la laïcité.
La laïcité, c’est d’abord la liberté de croire ou de ne pas croire, et la possibilité de l’exprimer dans les
limites de l’ordre public et de la liberté d’autrui.
C’est ensuite l’indépendance entre l’État et les organisations religieuses. De celle-ci se déduit la
neutralité de l’État, des collectivités et des services publics (et non des usagers). La France assure ainsi
l’égalité de toutes et de tous devant le service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances.
La laïcité est la clé de la construction de la citoyenneté qui fait, de chacune et de chacun d’entre nous,
au-delà de nos appartenances ou de nos origines, des citoyennes et des citoyens à égalité de droits
et de devoirs. Elle nous permet d’aller au-delà de nos différences, de les dépasser tout en les
respectant et, même, en en faisant une richesse. C’est, avec la volonté de vivre ensemble, la base de
notre identité nationale.
Jean-Louis Bianco
Président
-2-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Table des matières
Introduction, de M. Jean-Louis Bianco, Président de l’Observatoire de la laïcité
........................................1
Traitement médiatique des questions touchant au principe de laïcité en France
par M. Jean-Louis Bianco, Président
et M. Nicolas Cadène, Rapporteur général ....................................................................9
Avis de l’Observatoire de la laïcité
.....................................................................................11
Rappel à la loi à propos de la laïcité et du fait religieux ..............................................................................................11
La laïcité aujourd’hui, note d’Orientation de l’Observatoire de la laïcité
Avis sur le régime local des cultes en Alsace et en Moselle ...................................................................................21
Avis sur l’article premier du projet de loi relatif à la déontologie
et aux droits et obligations des fonctionnaires ................................................................................................................37
Avis sur la promotion de la laïcité et du vivre ensemble
Avis appelant à développer le service civique
........................................................13
...........................................................................................39
.................................................................................................................41
Guides pratiques de la laïcité et de la gestion du fait religieux
« Laïcité et collectivités locales »
« La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée »
« Laïcité et gestion du fait religieux dans les structures socio-éducatives »
..............................................................................................................................................43
.............................................................................................53
État des lieux du respect du principe de laïcité en France
...........................43
...............................................61
...................................73
A- Audition des ministres concernés : ..................................................................................................................................73
Audition de Mme Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la Santé................................73
Audition de M. Laurent Fabius, ministre des Affaires étrangères .................................................................76
Audition de Mme George Pau-Langevin, ministre des Outre-Mer
................................................................82
Audition de Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ...................................................................................................84
Audition de Mme Christiane Taubira, ministre de la Justice
..............................................................................88
Audition de Mme Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation,
et de la Fonction publique ......................................................................................................................................................90
Audition de M. Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur
.............................................................................94
Audition de M. Patrick Kanner, ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. .........................95
-3-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
B- Annonces et mise en œuvre des mesures pour une grande mobilisation
de l’École pour les valeurs de la République par Mme Catherine Moreau,
directrice des affaires juridiques du ministère de l’Éducation nationale
et de l’Enseignement supérieur et de la Recherche..............................................................................................99
C- Présentation du dispositif de formation du ministère de l’Éducation nationale
des enseignants par M. Abdennour Bidar, Chargé de mission sur la laïcité au ministère
de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
et par Mme Laurence Loeffel, Inspectrice générale de l’Éducation nationale .....................................104
D-
Bilan des initiatives locales en matière de laïcité
par le Bureau central des cultes du ministère de l’Intérieur ...........................................................................107
E - Mesures mises en œuvre par la protection judiciaire de la jeunesse
pour promouvoir la laïcité .....................................................................................................................................................115
F- La pratique du culte en milieu pénitentiaire
par la direction de l’administration pénitentiaire du ministère de la Justice
.......................................120
G- Situation des régimes cultuels en Outre-Mer et état des lieux de l’application
du principe de laïcité en Outre-Mer par M. Nicolas Cadène, rapporteur général ...........................129
H- Tableau synthétique du droit des cultes applicable en Outre-Mer ............................................................135
I- État des lieux concernant la gestion du fait religieux dans l’entreprise privée,
par Mme Armelle Carminati, présidente du comité « Richesse des diversités » au Medef ..................137
J- Actualité internationale de la laïcité par M. Jean-Christophe Peaucelle,
Conseiller aux affaires religieuses du ministère des Affaires étrangères ................................................143
Auditions des responsables des principales religions en France
....................146
Audition de M. Georges Pontier, président de la Conférence des Évêques de France (CEF) .......146
Audition de M. Dalil Boubakeur, président du Conseil Français du Culte Musulman (CFCM)
M. Dalil Boubakeur a précisé ses propos sur l’instance de dialogue avec l’islam lors
de son installation au ministère de l’Intérieur le 15 juin 2015 :cf. en annexe son discours
prononcé à cette occasion ..........................................................................................................................................................151
Audition de M. Dalil Boubakeur, à l’occasion de la publication
de la « Convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre-ensemble » ............................153
Audition de M. François Clavairoly, président de la Fédération Protestante de France (FPF) ........155
Audition de M. Étienne Lhermenault, président du Conseil National
des Évangéliques de France (CNEF) et de M. Clément Diedrichs, directeur du CNEF ......................160
Audition de M. Haïm Korsia, Grand rabbin de France ..............................................................................................164
Audition de Mme Marie-Stella Boussemart, présidente de l’Union Bouddhiste de France (UBF) .167
Contribution de M. Emmanuel Adamakis, président de l’Assemblée
des Évêques Orthodoxes de France (AEOF) ...................................................................................................................169
Auditions des responsables des principales obédiences maçonniques
en France ......................................................................................................................................172
Audition de M. Daniel Keller, grand maître du Grand Orient de France ........................................................172
Audition de M. Marc Henry, grand maître de la Grande Loge de France ....................................................175
-4-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Auditions des responsables de mouvements d’éducation populaire ............177
Audition de Mme Claudie Miller, présidente de la fédération nationale
des centres sociaux et socioculturels de France ..........................................................................................................177
Audition de M. Payen, Président du Scoutisme français,
M. Vermot-Desroches, Président des Scouts et Guides de France,
Mme Bouneau, Présidente des Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France,
M. Haddad, Vice-président des Éclaireurs et Éclaireuses Israélites de France,
M. Sahli, Président des Scouts Musulmans de France
et M. Hameau, Vice-Président Éclaireuses et Éclaireurs de France ..............................................................179
Audition de Mme Josiane Ricard, présidente de la fédération nationale des Francas ..........................183
Audition de M. Thibault Renaudin, secrétaire général de l’Association
de la Fondation Étudiante pour la Ville (AFEV) et de Mme Eunice Mangado Lunetta,
directrice déléguée de l’AFEV ....................................................................................................................................................185
Audition de M. Jean-Michel Ducomte, président de la Ligue de l’enseignement ..................................188
Audition des participants à « l’Interfaith Tour » (tour du monde interconvictionnel),
membres de l’association Coexister .....................................................................................................................................192
Audition de M. Serge Blisko, président de la Mission interministérielle
de vigilance et de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes).........................197
La laïcité, une étrangeté française ou un projet universel ?
par M. Daniel Maximin, écrivain .........................................................................................199
Rappel des principaux fondements juridiques de la laïcité en France
par M. Nicolas Cadène, rapporteur général ................................................................205
Définition du principe constitutionnel de laïcité et conformité des régimes
dérogatoires à la loi du 9 décembre 1905 : décision du Conseil
constitutionnel du 23 février 2013 par M. Nicolas Cadène,
rapporteur général.....................................................................................................................213
Jurisprudence de la Cour européenne des droits de l’homme
par M. Nicolas Cadène, Rapporteur général .............................................................218
-5-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Régime des établissements d’enseignement privés hors contrat
par Mme Catherine Moreau, directrice des affaires juridiques
du ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche ....................................................................................................................246
Régime des établissements d’enseignement privés sous contrat
par Mme Catherine Moreau, directrice des affaires juridiques
du ministère de l’Éducation nationale de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche ....................................................................................................................250
Circulaire du 25 novembre 2014 sur la journée anniversaire
de la loi du 9 décembre 1905 suite à l’avis de l’Observatoire
de la laïcité du 19 novembre 2013 ...................................................................................254
Circulaire du 20 mars 2015 concernant le droit au retour
en formation initiale pour les sortants du système éducatif
sans diplôme ou qualification professionnelle ...........................................................255
Circulaire du 12 mai 2015 concernant la réserve citoyenne
de l’éducation nationale .........................................................................................................259
Annexes .........................................................................................................................................263
Discours de M. le Président de la République à l’occasion
de l’installation de l’Observatoire de la laïcité, Palais de l’Élysée, 8 avril 2013 .........................................263
Décrets d’installation de l’Observatoire de la laïcité....................................................................................................265
Trombinoscope de l’Observatoire de la laïcité ................................................................................................................268
Arrêt de la Cour de Cassation « Crèche Baby-Loup »,
assemblée plénière, 25 juin 2014 (13-28.369) ...............................................................................................................275
- Avis de l’Observatoire de la laïcité (15 octobre 2013) sur la définition et l’encadrement
du fait religieux dans les structures privées qui assurent une mission d’accueil des enfants .....290
- Communiqué de presse de l’Observatoire de la laïcité
suite à la décision de la Cour de cassation « crèche Baby-Loup » .......................................................301
Communiqués de presse de l’Observatoire de la laïcité .........................................................................................302
- Laïcité et restauration scolaire ........................................................................................................................................302
- Proposition de loi n°61 sur l’extension de l’obligation de neutralité
pour les structures privées accueillant des mineurs ........................................................................................302
-6-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
- Annonces du Conseil des Ministres du 25 février 2015................................................................................303
- Annonces du Président de la République du 5 février 2015 .....................................................................303
- Annonces du Président de la République, du Premier ministre
et de la ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche de janvier 2015 ............................................................................................................................304
- Manifestations contre le terrorisme du 11 janvier 2015 ................................................................................305
- Attentat du 7 janvier 2015 à Paris contre le journal Charlie Hebdo ......................................................305
- Laïcité et crèches de Noël dans les lieux publics .............................................................................................306
- Adoption par le CFCM de la convention citoyenne
des Musulmans de France pour le vivre ensemble ..........................................................................................307
- Actes de vandalisme contre des « arbres de la laïcité » ................................................................................307
Auditions dans le cadre de l’avis de l’Observatoire de la laïcité sur le régime cultuel
d’Alsace-Moselle ................................................................................................................................................................................308
- Audition d’associations promouvant la laïcité en Alsace-Moselle ..........................................................308
- Audition des représentants des principaux cultes d’Alsace-Moselle ...................................................336
- Audition de M. le professeur Francis Messner ....................................................................................................341
- Audition de M. Armand Jung, président de la Commission du Droit Local
d’Alsace-Moselle (CDLAM) ...............................................................................................................................................343
- Audition de M. Jacques-Pierre Gougeon et M. Gilles Pécout,
recteurs des académies de Strasbourg et de Nancy-Metz ........................................................................345
- Audition de M. Philippe Richert, président de la Région Alsace .............................................................348
- Le régime de l’enseignement public en Alsace-Moselle par Mme Catherine Moreau,
directrice des affaires juridiques du ministère de l’Éducation nationale
et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ..........................................................353
Discours de M. Dalil Boubakeur, président du Conseil français du culte musulman (CFCM),
prononcé le 15 juin 2015 lors de l’installation de l’instance de dialogue avec l’islam .........................356
-7-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Traitement médiatique
des questions touchant au principe
de laïcité en France
Par M. Jean-Louis Bianco,
Président et M. Nicolas Cadène, Rapporteur général
Le traitement médiatique des questions touchant au principe de laïcité en France apparaît
extrêmement délicat.
La laïcité est une notion complexe et finalement assez méconnue de nos concitoyens, des
responsables d’entreprises et même parfois des élus. Ce constat devrait nécessiter la plus grande
vigilance dans le traitement médiatique de tous les sujets ou « faits divers » touchant au principe de
laïcité.
Comme l’a rappelé le Président de la République le 8 avril 2013 lors de l’installation de l’observatoire,
« la laïcité n’est pas un dogme de plus, elle n’est pas la religion de ceux qui n’ont pas de religion. Elle est l’art du
vivre-ensemble ».
Ce principe fondamental de la République, qui n’est ni « de droite » ni « de gauche », est régulièrement
utilisé comme concept « fourre-tout » pour définir des situations qui relèvent bien souvent d’une
multitude de champs, tels que les politiques publiques, la situation sociale, la lutte contre les
discriminations, la sécurité publique ou l’intégration. Alors que la Commission nationale consultative
des droits de l’Homme (CNCDH) nous alerte sur une inquiétante recrudescence des agressions à
caractère confessionnel, nous devons « tordre le cou » aux nombreux amalgames qui font le lit de
l’intolérance.
C’est pourquoi nous nous permettons d’appeler l’ensemble des médias, évidemment seuls juges de
leur politique éditoriale, à la prudence. Le caractère éventuellement « passionné » du traitement
médiatique de la laïcité prend le risque, de fait, d’empêcher toute approche rationnelle. Pour tout
sujet lié à ce principe fondamental, nous devons collectivement apporter de manière pédagogique
les éléments nécessaires au débat, sans jamais le réduire à un affrontement entre « pro et anti ».
L’observatoire de la laïcité – dont une de ses missions est justement « d’informer »– prend évidemment
sa part dans ce travail et essaie, du mieux qu’il le peut, de donner l’ensemble des éléments permettant
de mieux appréhender toute situation particulière.
Jean-Louis Bianco
Président
Nicolas Cadène
Rapporteur général
-9-
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le mardi 15 octobre 2013
Rappel à la loi à propos
de la laïcité et du fait religieux
1. La responsabilité de la puissance publique dans la promotion et l’application de la laïcité
a. Le respect de la laïcité suppose un engagement fort et constant de la puissance publique pour
assurer sa pédagogie et sa promotion.
b. La puissance publique doit garantir à tous et sur l’ensemble du territoire la possibilité d’accéder à des
services publics, où s’impose le respect du principe de neutralité, à côté d’autres services d’intérêt
général.
c. La laïcité ne peut être invoquée pour résoudre tous les problèmes sociétaux qui peuvent être liés
à la situation économique et sociale, au contexte urbain ou aux problèmes de l’intégration.
d. La laïcité, parce qu’elle est une des conditions fondamentales du vivre ensemble, requiert la lutte
constante contre toutes les discriminations.
2. Ce que garantit la laïcité
a. La laïcité garantit à chacun la liberté de conscience, ce qui inclut la liberté de croire ou de ne pas croire.
b. La laïcité garantit le droit d’exprimer publiquement ses convictions, quelles qu’elles soient, dans
la limite du respect de l’ordre public et de la liberté d’autrui.
c. La laïcité garantit la neutralité de l’État, condition de l’impartialité de l’État et des services publics
vis-à-vis de tous les citoyens, quelles que soient leurs croyances et leurs convictions.
d. Au titre de la laïcité, la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte1, ce qui
implique qu’aucune religion ou conviction puisse être, ni privilégiée ni discriminée.
e. La laïcité repose sur la séparation des Églises et de l’État, ce qui implique que les religions ne
s’immiscent pas dans le fonctionnement des pouvoirs publics et que les pouvoirs publics ne
s’ingèrent pas dans le fonctionnement des institutions religieuses.
1
Article 2 de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État.
- 11 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
f. La République laïque garantit l’exercice de tous les droits civils quelles que soient les convictions
ou les croyances de chacun.
g. Au titre de la laïcité, la République garantit un enseignement public neutre, dans le respect des
programmes.
3. Ce qu’interdit la laïcité
a. Aucune religion ne peut imposer ses prescriptions à la République. Aucun principe religieux ne
peut conduire à ne pas respecter la loi.
b. Dans l’enceinte des écoles, collèges et lycées publics et dans le cadre des activités éducatives et
péri-éducatives, les élèves ne doivent être soumis à aucun prosélytisme, de quelque sorte que ce
soit, de la part des personnels, de parents d’élèves ou d’autres élèves.
c. Aucun établissement d’enseignement privé sous contrat ne peut déroger à ses obligations liées au
respect du contenu des programmes de l’Éducation nationale. Par ailleurs, ces établissements ne
peuvent pratiquer aucune discrimination, qu’elle soit fondée ou non sur la religion.
d. Aucun agent d’une administration publique, ou du gestionnaire d’un service public ne peut
manifester ses convictions religieuses par des signes ou un comportement prosélyte. Il se doit
d’adopter un comportement impartial vis à vis des usagers du service public et de ses collègues
de travail. Les manquements à ces règles doivent être relevés et peuvent faire l’objet de sanctions.
e. Dans les structures soumises au droit du travail et non au régime du service public, si les libertés
individuelles sont garanties, l’expression des convictions religieuses peut être limitée par le
règlement intérieur si la nature de la tâche à accomplir le justifie, à condition que la limitation soit
proportionnée au but recherché2.
Avis adopté par l’observatoire de la laïcité3 le mardi 15 octobre 2013.
Adoption par consensus.
2
3
Article L.1121-1 du code du travail : « Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de
restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché. »
L’observatoire de la laïcité est composé de dix personnalités qualifiées, de sept membres de droit, de quatre parlementaires, d’un
rapporteur général et d’un président.
- 12 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le mardi 27 mai 2014
La laïcité aujourd’hui
Note d’orientation de l’Observatoire de la laïcité
1. La France se caractérise aujourd’hui par une diversité culturelle plus grande que par le passé.
C’est pourquoi elle n’a jamais eu autant besoin de la laïcité, laïcité qui garantit à tous les citoyens
quelles que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, de vivre ensemble dans la
liberté de conscience, la liberté de pratiquer une religion ou de n’en pratiquer aucune, l’égalité
des droits et des devoirs, la fraternité républicaine.
La laïcité n’est pas une opinion parmi d’autres mais la liberté d’en avoir une. Elle n’est pas une
conviction mais le principe qui les autorise toutes, sous réserve du respect des principes de
liberté de conscience et d’égalité des droits. C’est pourquoi, elle n’est ni pro, ni antireligieuse.
L’adhésion à une foi ou à une conviction philosophique relève ainsi de la seule liberté de
conscience de chaque femme et de chaque homme.
2.
La laïcité se trouve confrontée à des problématiques nouvelles, apparues ces dernières décennies
dans un contexte de montée de revendications communautaristes et de détournement de la
laïcité à des fins stigmatisantes. Forte de son héritage, la laïcité républicaine en France doit les
affronter. L’Observatoire, dans la diversité de ses membres, a entamé leur examen afin de
formuler avis et recommandations.
Ce texte a vocation à éclairer les travaux de l’Observatoire de la laïcité à travers un rappel de l’histoire
et des principes juridiques et philosophiques de la laïcité.
I. La construction historique de laïcité
3. La laïcité est le fruit d’un long processus historique qui a caractérisé, d’une manière ou d’une
autre, tout le monde occidental, à partir du XVIIIe siècle. Parti du cœur du Moyen Âge, il a rejoint
celui qui a abouti à ce qu’il est convenu d’appeler la modernité marquée par la sécularisation, qui
a pris corps à la fin du XVIIIe siècle, avec les Lumières, l’autonomisation de l’individu,
l’émancipation des consciences, le progrès des connaissances et le progrès social. Alors que
l’État monarchique et même la Révolution française, à ses débuts, appelaient la religion au
soutien de leur légitimité, les États et les sociétés ont distingué l’intérêt général des croyances
et des convictions particulières.
4.
Ce processus a pris en France des traits particuliers. La religion catholique a été au cœur des
conflits politiques à partir de la Révolution. Les Constituants ont établi une « Constitution civile
du clergé » pour « nationaliser » la religion catholique. La Révolution a tenté ensuite de jeter les
bases d’une religion civile en instituant le « culte de l’Être suprême », à l’initiative de Robespierre,
sans grand succès. Un décret du Directoire, en 1795, a même établi une éphémère séparation
de l’Église et de l’État. Le Consulat a, au contraire, voulu mettre en œuvre un compromis
politique avec le « Concordat », qui, tout en garantissant le pluralisme religieux, demandait à
l’Église catholique, « religion de la majorité des Français », de contribuer à légitimer l’ordre
- 13 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
politique et social. L’Église catholique conservait ainsi d’importants pouvoirs, qu’elle a voulu
défendre et étendre, quand elle le pouvait, tout au long du XIXe siècle. Le combat contre le
cléricalisme, c’est-à-dire l’influence de l’Église dans la vie politique, a été revendiqué par les
républicains. S’ils n’ont pas conçu de la même manière les rapports qu’un État laïque devait
entretenir avec les Églises, ils entendaient bien tous établir une République laïque.
5.
Après la victoire contre « l’Ordre moral », en 1877, les lois qui ont établi une République laïque
se sont étalées sur plus d’un quart de siècle. L’indépendance de la représentation nationale à
l’égard de la religion a été symboliquement affirmée par la suppression des prières publiques
pour l’ouverture des sessions parlementaires. L’autorisation du divorce a concrétisé la liberté
de l’individu face aux prescriptions religieuses, La laïcisation de l’école avec les grandes lois de
Jules Ferry, (1881-1882 : gratuité et laïcité des programmes ; 1886 : laïcité des personnels) a été
évidemment l’enjeu décisif. Mais la séparation des Églises et de l’État proprement dite n’a été
acquise qu’en 1905 – les républicains ayant hésité sur la voie à prendre. La conception qui a
prévalu, portée principalement par Aristide Briand, Jean Jaurès et Georges Clémenceau, s’est
voulue libérale dans son inspiration et à l’opposé d’une législation antireligieuse. Elle repose sur
trois principes, la liberté de conscience, la séparation des pouvoirs politique et religieux, et donc
des organisations religieuses et de l’État, l’égalité de tous les citoyens quelles que soient leurs
croyances et leurs convictions.
6. La loi du 9 décembre 1905, loi de compromis et d’équilibre, fruit d’un travail important du
Parlement et de longs débats, a clôturé la période fondatrice de la laïcité républicaine. Elle a
donné tout son sens au principe de citoyenneté. « La République assure la liberté de conscience.
Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées dans l’intérêt de
l’ordre public » (article 1er). Cependant, elle « ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionne aucun
culte » (article 2). Les biens du clergé sont confiés à des associations cultuelles, qui n’ont été
reconnues par l’Église catholique que sous la forme d’associations diocésaines, à la suite des
accords Poincaré-Cerretti de 1923-1924.
II – Le principe de laïcité
Qu’est-ce que la laïcité ?
7. Juridiquement, le principe de laïcité est solidement établi.
La loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État proclame et organise la liberté
de conscience, celle des cultes et aussi la séparation de l’État et des Églises. Son premier article
permet de définir la laïcité comme principe d’une liberté citoyenne, soucieuse de ses droits mais
tout autant de ses devoirs envers « l’intérêt général » et « l’ordre public ». À cet égard, la laïcité a
une dimension pédagogique. Elle contribue à faire prendre conscience que la liberté est le droit
éthiquement et politiquement réglé de faire tout ce qui ne nuit pas à autrui, ne porte pas atteinte
à la dignité de la personne humaine, à la sécurité de tous et à la concorde sociale. Elle contribue
à promouvoir une culture commune du respect, du dialogue, de la tolérance mutuelle et de la
considération de tout autre comme semblable doté de la même dignité et des mêmes droits.
Le principe de laïcité a aussi pour conséquence la séparation de l’État et des organisations
religieuses. Cette séparation « des Églises et de l’État » implique qu’il n’y a plus de service public
du culte. L’État ne reconnaît, ne subventionne, ni ne salarie, aucun culte et, par suite, ne se mêle
pas du fonctionnement des Églises. Il n’intervient ni dans leur organisation, ni dans leur
fonctionnement, ni dans leur financement.
- 14 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Les dispositions de la loi du 9 décembre 1905 doivent aujourd’hui se lire à la lumière de textes
de valeur supérieure dans la hiérarchie des normes, Constitution et convention européenne de
sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
Il convient de noter que la loi du 9 décembre 1905 ne s’applique pas dans les deux départements
d’Alsace et dans celui de la Moselle, où demeure le régime concordataire. Le Conseil
constitutionnel a jugé que cette situation n’était pas contraire à la Constitution. Cette loi ne
s’applique pas non plus dans certaines collectivités d’outre-mer.
8. La Constitution du 4 octobre 1958 dispose, dans son article 1er : « La France est une République
(…) laïque (…) », comme le précisait déjà l’article 1er de la Constitution du 27 octobre 1946. « Elle
assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion.
Elle respecte toutes les croyances. ». C’est affirmer la liberté de conscience et poser le principe
que les citoyens ne peuvent faire l’objet de discriminations en raison de leur religion – ou de leur
absence de religion. La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789, à laquelle
renvoie le Préambule de la Constitution de 1958, proclame dans son article 10 que : « Nul ne
doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble
pas l’ordre public établi par la Loi. ».
9. La convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales,
signée à Rome le 4 novembre 1950, dont les stipulations sont applicables dans les États
signataires, dont la France – ces États conservant une liberté dans les modalités d’application de
la convention, sans pouvoir remettre en cause ses principes – précise dans son article 9, que :
« 1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique
la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou
sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte,
l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. / 2. La liberté de manifester sa
religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues par
la loi, constituent des mesures nécessaires dans une société démocratique, à la sécurité publique,
à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et
libertés d’autrui. » L’article 14 de la même convention interdit, pour la jouissance des droits et
libertés reconnus par la convention, toute « distinction », c’est à dire discrimination, fondée
notamment sur la religion.
10. Sous diverses dénominations, « liberté de culte »4, « liberté de religion »5, « liberté religieuse »6, le
droit applicable en France reconnaît7, comme composantes de la liberté de conscience, la liberté
de croire et celle d’adhérer ou de pratiquer une religion, au même titre que la liberté de ne pas
croire, d’être athée ou agnostique ou adepte de philosophies humanistes, ou de changer de
religion.
On doit cependant distinguer la liberté de croire et celle d’expression des croyances. La liberté
de croire ne peut en rien être limitée. La liberté de pensée dont découle la liberté de conscience
comporte celle de critique de toute idée, opinion ou croyance, sous les seules limitations légales
de la liberté d’expression.
La liberté d’expression des appartenances religieuses peut, elle, être limitée dans les conditions
définies par la loi, comme c’est, par exemple, le cas des élèves comme des enseignants dans
l’école publique ou encore des agents publics.
4
Loi du 9 décembre 1905 parle de « libre exercice des cultes ».
Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales.
6
Certaines décisions du Conseil constitutionnel (décision n° 2010-613 DC du 7 octobre 2010) et du Conseil d’État.
7
Sous la seule réserve du respect des restrictions légales fondées sur des motifs d’ordre public.
5
- 15 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le principe doit toutefois demeurer la liberté et les limitations l’exception, compte tenu des
principes constitutionnels et conventionnels, avec lesquelles ces restrictions légales doivent être
compatibles.
11. De la séparation des Églises et de l’État se déduit la neutralité de l’État, des collectivités et des
services publics. La France, République laïque, « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans
distinction d’origine, de race ou de religion ». Elle assure ainsi l’égalité des citoyens face au service
public, quelles que soient leurs convictions ou croyances. Le service public ne peut donc montrer
une préférence, ou faire preuve d’une attitude discriminatoire, selon l’appartenance ou la nonappartenance religieuse, réelle ou présumée, de ses usagers. L’État, les collectivités territoriales
et les services publics ne peuvent pas prendre des décisions qui traduiraient une préférence ou
une discrimination. Les agents publics doivent non seulement ne pas marquer une telle
préférence mais aussi ne pas donner l’apparence d’un tel comportement préférentiel ou
discriminatoire, par exemple par la présence de signes de caractère religieux dans leur bureau ou
guichet ou le port de tels signes.
Cette neutralité s’applique aux agents du service public et non à ses usagers, à l’exception des
élèves des écoles, collèges et lycées publics, usagers du service public de l’éducation, pour
lesquels la loi du 15 mars 2004, encadre « le port de signes ou de tenues manifestant une
appartenance religieuse ». Le principe de neutralité ne s’applique pas dans les organismes privés.
12. Le principe de laïcité, qui est un principe de liberté, ne se réduit pas à cette seule approche
juridique.
La laïcité est doublement émancipatrice.
D’une part, elle émancipe l’État de toute tutelle religieuse. La laïcité est fondée sur le même
principe que la démocratie puisque les deux récusent en France qu’un fondement surnaturel
puisse ou doive légitimer l’ordre politique, fondé sur la seule souveraineté du peuple des citoyens.
D’autre part, la laïcité émancipe également les religions de toute tutelle étatique. Elle garantit ainsi
aux croyants et aux non-croyants le même droit à la liberté d’expression de leurs convictions. Elle
assure aussi bien le droit de changer de religion que le droit d’adhérer à une religion pour celui
qui n’en avait pas. Elle garantit aux croyants la liberté de religion, mais aussi la liberté vis-à-vis
de la religion : nul croyant ne peut être contraint par le droit au respect de dogmes ou
prescriptions religieuses.
La laïcité sépare le politique du religieux pour rassembler tous les membres de la société dans la
garantie partagée des mêmes droits. Les croyants n’ont pas moins de droits que les non-croyants.
Les incroyants n’ont ni moins ni plus de droits d’expression que les croyants. Nul ne peut
invoquer ses convictions pour se soustraire au droit.
13. Le principe de laïcité s’applique au bénéfice égal de la liberté de chacun et de l’égalité et de la
fraternité de tous.
La laïcité n’est pas l’ennemie des religions, non plus qu’une idéologie ou une opinion concurrente
des autres : elle est le principe politique qui permet à toutes les convictions existentielles de
vivre en bonne intelligence les unes avec les autres, à partir de la conviction partagée de l’égalité
pour tous du droit d’expression, comme bien commun.
Le modèle de la République laïque implique la reconnaissance des différences mais sur des
principes et des valeurs partagés, de telle sorte que les appartenances particulières et les
individualismes ne puissent jamais l’emporter sur la possibilité et l’harmonie du « bien vivre
ensemble ».
- 16 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La laïcité est un principe aussi bien démocratique que républicain : elle prend tout autant en
compte la multiplicité des aspirations individuelles que l’unité nécessaire du corps social autour
des principes et des valeurs de la République. Elle rend compatible la liberté personnelle avec la
cohésion sociale.
III – Aspects de l’application du principe de laïcité
aujourd’hui
14. L’une des missions de l’Observatoire est de proposer des solutions pour l’application du principe
de laïcité, en lui-même intangible, à des situations nouvelles.
L’Observatoire a conduit, au cours de sa première année d’existence, des réflexions sur plusieurs
thèmes. Il a ainsi publié un « rappel à la loi » sur les principes de la laïcité et plusieurs guides sur
la pratique de la laïcité : « Guide Laïcité et gestion du fait religieux dans les structures socioéducatives », « Guide Gestion du fait religieux dans l’entreprise privée », « Guide Laïcité et
collectivités locales ».
Si le principe est celui de la libre expression des convictions religieuses, la Constitution, les
conventions internationales et la loi permettent d’y apporter des limites, au titre de la
préservation de l’ordre public. Si le trouble à l’ordre public ne peut naître de la simple gêne, il peut
apparaître dans diverses situations, qu’il convient de préciser.
La pratique du culte
15. Des espaces sont dédiés à l’exercice du culte : les édifices du culte. La liberté de pratique du culte
y est totale, sous réserve que les pratiques cultuelles n’enfreignent aucune règle légale.
Les manifestations religieuses en dehors des édifices du culte peuvent être autorisées sous
réserve qu’elles ne troublent pas l’ordre public.
Prescriptions et comportements
16. Chacun a le droit de s’habiller comme il l’entend, sous réserve d’éviter une exhibition prohibée
par la loi et de respecter les règles relatives aux tenues professionnelles, étant souligné que les
règlementations et les codes sociaux sur ce qui est permis, toléré ou prohibé en cette matière
sont variables selon les lieux et les époques.
Cependant, des prescriptions physiques ou vestimentaires, d’origine religieuse ou affirmées
comme telles, peuvent susciter des réactions d’hostilité ou de défiance. Elles sont présentées
comme des signes d’appartenance commune, des marques de respect ou de pudeur. Leur
caractère religieux est parfois contestable mais affirmé comme tel. Ces signes peuvent concerner
les hommes et les femmes. De fait, les réserves se manifestent principalement à l’égard des
vêtements qui cachent tout ou partie de la tête, du visage ou du corps des femmes.
L’hostilité ou la réserve est liée au sentiment d’une agression symbolique par l’expression d’une
religion perçue comme prosélyte dans l’espace collectif ; s’agissant des vêtements féminins, rejet
d’un signe perçu comme portant atteinte à la liberté des femmes, à leur droit à l’égalité, voire à
leur dignité, en contradiction avec le principe d’égalité entre les hommes et les femmes.
- 17 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Interdire tout signe religieux dans l’espace social serait une atteinte à la liberté de religion, en tant
que cette interdiction s’opposerait à une pratique religieuse qui ne limite pas la liberté des autres.
Il convient dès lors de soigneusement distinguer le trouble objectif à l’ordre public qui constitue
une limite légale aux pratiques religieuses, d’une perception subjective qui ne saurait en tant que
tel justifier une atteinte à cette liberté.
17. La loi du 15 mars 2004 sur le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse
dans les écoles, collèges et lycées publics, qui y interdit le port des signes religieux ostensibles
tels que le foulard islamique, une grande croix chrétienne, la kippa et le turban sikh, a été justifiée
par la volonté garantir la neutralité de l’école, la nécessité de préserver les enfants de pressions
qu’ils subiraient pour porter un tel signe, le souci d’éviter, à l’école, les conflits entre ceux qui le
porteraient et ceux qui ne le porteraient pas ainsi que le prosélytisme qui pourrait naître de cette
expression de conviction religieuse.
Dans les organismes non publics, le port d’un signe religieux, relève de la liberté individuelle mais,
au plan collectif, peut être source de difficultés de fonctionnement de l’organisme, pour des
raisons objectives (conditions de travail) ou subjectives (risques de tension). Des solutions
peuvent être recherchées par des accords contractuels, par secteur professionnel ou entreprise,
pour poser des limites à cette liberté, sous réserve que la légalité de ces accords soit assurée. Si
à l’avenir, les pouvoirs publics jugeaient nécessaire un encadrement légal dans le respect des
normes juridiques supérieures applicables, l’Observatoire recommande de ne pas user de la loi
pour répondre à un seul cas particulier. Pour les services privés collectifs, il revient à l’État ou aux
collectivités territoriales de faire en sorte d’assurer la présence proche d’un service public, dans
lequel le principe de neutralité s’applique. L’Observatoire a rendu un avis en ce sens sur la
situation de la crèche Baby loup, concluant, à ce stade, dans l’attente notamment de l’arrêt
définitif de la Cour de cassation, que des solutions existaient sans loi nouvelle.
Dans l’espace collectif public (hors des services publics), comme par exemple sur la voie publique,
le port de signes religieux est libre, au regard du principe de laïcité. La loi du 11 octobre 2010
interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public n’est pas une loi de laïcité mais une
loi d’ordre public.
18. Les prescriptions alimentaires sont présentes dans la plupart des religions. Elles peuvent
comporter l’interdiction permanente de consommer certains produits, l’obligation de consommer
des produits préparés selon certaines règles religieuses ou l’interdiction de se nourrir à certaines
périodes. Elles peuvent susciter des questions au regard du principe de laïcité lorsque que des
usagers des services publics demandent à se nourrir selon ces prescriptions, ce qui implique,
pratiquement, des contraintes financières et d’organisation pour les organismes en cause.
Dans les faits, les services de restauration collective dans les services publics ne répondent pas
à ces prescriptions alimentaires mais peuvent proposer une diversité de menus, par exemple
avec ou sans viande.
Toutefois, dans les lieux fermés, l’application du principe de laïcité doit tenir compte de
l’impossibilité dans laquelle se trouvent ces personnes de pratiquer leur religion dans un autre
lieu.
Le principe de laïcité impose de faire en sorte que l’expression des convictions religieuses par ces
prescriptions alimentaires ne perturbe pas le fonctionnement du service public et ne constitue
pas une pression à l’égard de membres du groupe qui n’entendent pas les respecter.
19. Les comportements personnels dictés par des convictions religieuses sont de natures diverses.
Le refus de travailler ou de participer à un examen ou un concours un jour de la semaine en est
un exemple. S’agissant des examens, la jurisprudence administrative admet qu’il n’y a pas
- 18 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
d’atteinte à la liberté de religion s’il n’est pas possible d’en tenir compte. Il n’y a pas, en sens
inverse, d’atteinte au principe de laïcité s’il en est tenu compte.
D’autres comportements sont également apparus comme ceux consistant à refuser de serrer la
main d’une personne du sexe opposé, de se trouver avec elle dans des certains lieux collectifs
(piscine), de travailler avec elle ou d’être examiné par elle dans une consultation médicale.
Il n’y a pas de règle légale imposant un rite de politesse déterminé comme, par exemple, de serrer
la main. Les pratiques en cette matière sont évolutives, selon les pays, les époques, les âges, les
milieux sociaux. Toutefois, les comportements portant atteinte à la dignité des personnes sont
inacceptables et pourraient recevoir la qualification de harcèlement moral ou de discrimination.
20. Le prosélytisme religieux consiste à chercher à convaincre d’adhérer à une religion. La liberté
de culte comprend celle de faire connaître sa religion. Elle est de même nature que la liberté de
conviction qui comprend, en matière philosophique ou politique, le droit de faire connaître ses
convictions pour chercher à les faire partager. Le prosélytisme religieux est cependant proscrit
dans les services publics, au nom de leur neutralité. Il l’est aussi, au même titre que d’autres
actions de communication dans l’espace public ou dans l’entreprise lorsque, du fait des moyens
employés ou du message transmis, il porte atteinte à l’ordre public ou au bon fonctionnement
de l’entreprise. Il l’est encore lorsque la pression communautaire contraint de fait des individus
(élèves à la cantine, patients dans les hôpitaux publics, collaborateurs en entreprises, etc.) à des
pratiques religieuses ou présentées comme telles, alors qu’ils n’ont pas personnellement exprimé
le souhait de s’y conformer.
21. Les expressions des religions sur les questions de société, éthiques, politiques ou
sociales, sont, comme toute autre expression d’un groupe social, libres.
Les religions comme les philosophies portent chacune une conception du monde qui les conduit
à exprimer des positions sur les principales questions de la vie en société. Elles ont donc le droit
d’intervenir à ce titre dans le débat public, comme toute organisation sociale et comme tout
citoyen.
22. Tout citoyen et toute organisation peuvent exprimer, par des moyens légaux, leur hostilité à
l’égard d’un projet de loi ou même d’une loi votée, en ce qu’ils l’estiment contraire à ses
convictions, notamment philosophiques ou religieuses. Dès lors que la loi est promulguée, ils
doivent s’y soumettre et ne pas entraver sa mise en œuvre. Nul n’est cependant contraint d’user
pour lui-même d’une liberté offerte par la loi.
L’expression des convictions religieuses ne peut aller, sans menacer la laïcité et les principes
démocratiques jusqu’à mettre en cause la légitimité des décisions prises par les instances
démocratiques, au nom de principes supérieurs.
23. Si le principe de laïcité, en tant qu’il implique la séparation, distingue les Églises et la République,
il ne s’oppose pas à ce que les autorités publiques consultent, s’ils le souhaitent pour éclairer leur
jugement, des représentants des confessions religieuses et des grands courants philosophiques.
Cette consultation doit être conduire dans le respect du principe de séparation.
24. L’Observatoire a pris acte des problématiques nouvelles résultant d’évolutions sociétales et de
revendications, à caractère religieux ou communautariste, qui s’expriment, par exemple, dans
certains services sociaux, les prisons ou le sport. Ces questions importantes, qui doivent conduire
à préciser les règles relatives à l’application du principe de laïcité dans certaines situations, seront
inscrites au programme de travail de l’Observatoire.
- 19 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le mardi 12 mai 2015
Avis sur le régime local des cultes
en Alsace et en Moselle
1. Exposé des motifs
Le droit local propre à la région Alsace et au département de la Moselle est un régime juridique qui
conserve, dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle – annexés par
l’Allemagne en 1871 puis repris à celle-ci en 1918 –, les dispositions mises en place par les autorités
allemandes estimées plus favorables aux habitants ainsi que des dispositions préexistantes qui ont
été entre-temps transformées ou supprimées par la législation française.
Ce droit local concerne différents secteurs : la législation en matière de remboursement des dépenses
de santé, l’aide sociale aux plus démunis, l’organisation de la justice et des tribunaux, les procédures
de faillite civile, le livre foncier, le droit de la chasse et le droit des associations, la réglementation
professionnelle, les établissements de crédit, l’établissement des jours fériés. Il confère aux
communes des pouvoirs plus étendus que dans le reste de la France et touche également le régime
des cultes en dérogeant à la loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État.
Ce régime dérogatoire des cultes est pour l’essentiel constitué du régime concordataire, introduit
sous le Consulat par la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802) relative à l’organisation des cultes. Il
comprend le traité de concordat signé à Paris le 26 messidor an IX (15 juillet 1801) avec le SaintSiège, mais aussi les articles organiques du 18 germinal an X. Sous le Premier Empire, deux décrets
du 17 mars 1808 étendirent le régime concordataire au culte israélite. Quatre cultes sont donc
reconnus par ce régime : le culte catholique, les cultes protestants luthérien (l’Église de la confession
d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine) et réformé (l’Église protestante réformée d’Alsace et de
Lorraine), le culte israélite.
L’Observatoire de la laïcité a ainsi souhaité se pencher sur l’ensemble du régime local des cultes dans ces
trois départements – regroupés depuis sous le nom générique d’Alsace-Moselle8– dans le but d’établir un
état des lieux le plus objectif et impartial possible, élaboré suite à l’audition des acteurs de terrain et
représentants des populations concernées, permettant l’établissement de plusieurs recommandations.
8
L’appellation Alsace-Moselle désigne les trois départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle, soit le territoire autrefois
couramment appelé Alsace-Lorraine qui avait été intégré à l’Empire allemand peu après la défaite de la France en 1870 et qui était
ensuite redevenu français en 1919 à l’issue de la première guerre mondiale. Les départements du Haut-Rhin et du Bas-Rhin appartiennent
à l’actuelle région Alsace, tandis que la Moselle fait partie de la région Lorraine. Si l’Alsace-Moselle n’a donc pas d’existence
institutionnelle, l’expression est utilisée dans un contexte juridique pour faire référence au droit local instauré dans ces trois départements
en 1919 et qui subsiste depuis.
- 21 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
2. Rappel du contexte historique et local en Alsace-Moselle
Lors de l’audition de la Commission du droit local d’Alsace et de Moselle (CDLAM) devant
l’Observatoire de la laïcité, le 20 janvier 2015, le secrétaire général de l’Institut du droit local alsacienmosellan (IDLAM), M. Éric Sander, a déclaré : « Produit de l’histoire mouvementée des départements de la
Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, le droit local alsacien-mosellan est un élément structurant de l’identité de
ces départements ». Plusieurs auditions ont rappelé le poids de l’histoire pour expliquer le maintien de
ce régime dérogatoire9.
Au XVIe siècle, l’Alsace et la Lorraine sont des territoires du Saint-Empire romain germanique situés
entre la Meuse et le Rhin. Ils sont progressivement annexés par le royaume de France entre le XVIe et
le XVIIIe siècle. Ces mêmes territoires font ensuite l’objet d’un rattachement à l’Empire allemand en
1871 après la défaite française lors de la guerre franco-allemande de 1870 jusqu’à la fin de la première
guerre mondiale en 1918, puis lors du Troisième Reich au XXe siècle, de fait, de 1940 à 1945, avant
de retrouver la France.
Le 9 décembre 1905, le Président de la République, Émile Loubet, promulgue la loi de séparation des
Églises et de l’État10, qui met un terme au régime concordataire français. Mais les dispositions
introduites par la loi du 9 décembre 1905 ne peuvent alors s’appliquer dans les trois départements
du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, puisqu’annexés depuis le 2 mars 1871 à l’Empire
allemand, conformément au traité de Francfort signé le 10 mai 1871. Ce dernier est alors perçu par
les territoires concernés comme un abandon de la France. Le traité préliminaire signé à Versailles le
28 février 1871 est examiné par l’Assemblée nationale le 1er mars 1871, où le député du Haut-Rhin,
Émile Keller déclare : « À l’heure qu’il est, je n’ai pas la prétention de changer les dispositions trop arrêtées dans
un grand nombre d’esprits. Mais j’ai tenu, avant de quitter cette enceinte, à protester, comme Alsacien et comme
Français, contre un traité qui est une injustice, un mensonge et un déshonneur. Et si l’Assemblée devait le ratifier,
d’avance, j’en appelle à Dieu, vengeur des justes causes ; j’en appelle à la postérité qui nous jugera les uns et les autres ;
j’en appelle à tous les peuples qui ne veulent pas indéfiniment se laisser vendre comme un vil bétail ; j’en appelle enfin
à l’épée de tous les gens de cœur qui, le plus tôt possible, déchireront ce détestable traité ! ». Ce texte est néanmoins
adopté par 546 voix « pour » et seulement 170 voix « contre » et 23 « abstentions ». Suite à ce vote, Jules
Grosjean, député du Haut-Rhin, donne lecture de la démission collective des 35 députés des
territoires cédés, qui quittent la séance : « Les représentants de l’Alsace et de la Lorraine ont déposé, avant
toute négociation de paix, sur le bureau de l’Assemblée nationale, une déclaration affirmant de la manière la plus
formelle, au nom de ces provinces, leur volonté et leur droit de rester françaises. Livrés au mépris de toute justice et par
un odieux abus de la force, à la domination de l’étranger, nous avons un dernier devoir à remplir. Nous déclarons encore
une fois nul et non avenu un pacte qui dispose de nous sans notre consentement. La revendication de nos droits reste
à jamais ouverte à tous et à chacun dans la forme et dans la mesure que notre conscience nous dictera. Au moment
de quitter cette enceinte où notre dignité ne nous permet plus de siéger, et malgré l’amertume de notre douleur, la
pensée suprême que nous trouvons au fond de nos cœurs est une pensée de reconnaissance pour ceux qui, pendant six
mois, n’ont pas cessé de nous défendre, et d’inaltérable attachement à la patrie dont nous sommes violemment séparés.
9
Cf. en annexes les auditions du 25 novembre 2014 devant l’Observatoire de la laïcité de M. Thomas Andrieu, directeur des libertés
publiques et des affaires juridiques au ministère de l’Intérieur, de M. Francis Messner, du mardi 20 janvier 2015 de M. Armand Jung,
président de la commission du droit local d’Alsace et de Moselle (CDLAM), du jeudi 19 mars 2015 de M. Philippe Richert, président de
la région Alsace.
10
Sur un nombre total de votants de 574, 341 députés votent « pour » et 233 votent « contre » lors du scrutin à la Chambre des députés
le 3 juillet 1905. Le 6 décembre au Sénat, 181 sénateurs la votent sans modifications, contre 102. Le Président de la République la
promulgue le 9 décembre 1905. La loi est publiée au Journal officiel le 11 décembre et entre en vigueur le 1er janvier 1906.
- 22 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Nous suivrons de nos voeux et nous attendrons avec une confiance entière dans l’avenir, que la France régénérée reprenne
le cours de sa grande destinée. Vos frères d’Alsace et de Lorraine, séparés en ce moment de la famille commune, conserveront
à la France, absente de leurs foyers, une affection filiale jusqu’au jour où elle viendra y reprendre sa place. » Le soir
même, le député et maire de Strasbourg, Émile Kuss, succombe à un malaise cardiaque11.
Durant l’annexion par l’empire allemand, ces nouveaux territoires ont juridiquement le même statut
que les autres Länder. Cependant, la plupart des lois françaises restent en vigueur en Alsace-Moselle.
Progressivement, certaines dispositions législatives sont néanmoins remplacées par le droit allemand.
Si le régime concordataire des cultes n’est pas supprimé, il est modifié par l’adjonction de textes
législatifs et d’un texte réglementaire allemands, à savoir la loi du 15 novembre 1909 relative aux
traitements et pensions des ministres du culte et de leurs veuves et orphelins, ainsi que l’ordonnance
du 16 mars 1910 et le règlement ministériel du 19 mars 1910, pris pour l’application de cette loi.
Le 7 août 1914, le général Joseph Joffre annonce à la suite de la libération de Thann que la France,
après la future victoire, tiendra compte des particularités alsaciennes : « la France vous apporte […] le
respect de vos libertés alsaciennes, de vos traditions, de vos convictions, de vos mœurs. » À partir de novembre
1918 et jusqu’à la signature du traité de Versailles, le 28 juin 1919, l’Alsace-Moselle est de facto réannexée par la France, avant de faire de nouveau partie intégrante de la République française,
conformément à l’article 27 du traité. Les frontières de l’ensemble des départements concernés ne
sont alors pas modifiées, en raison des particularités locales dont ils jouissent. Les élus et la
population d’Alsace-Moselle ne souhaitent pas que le rattachement à la France suppose la perte de
ce qu’ils considèrent comme des avantages acquis. En effet, le code civil français est considéré par
eux comme moins avancé que le code civil de l’Empire allemand. Cet état d’esprit conduit à la nonacceptation de certaines lois votées en France entre 1871 et 1918. Suite à la signature de l’armistice
le 11 novembre 1918, Georges Clemenceau, alors Président du Conseil, invite et somme les deux
évêques d’origine allemande de Metz et de Strasbourg à démissionner, pour les remplacer par deux
évêques français. La loi du 17 octobre 1919 confirme le principe du maintien des textes antérieurs
mais y ajoute le principe de l’introduction expresse du droit général. Le 25 décembre 1919, deux
décrets réintroduisent le code pénal français tout en maintenant plusieurs dispositions du droit local
– c’est-à-dire celui de l’Empire germanique – portant principalement sur le droit de chasse, le droit
communal, le droit social et la vie économique. Enfin, les lois du 1er juin 1924 entérinèrent les
dispositions locales, y compris le régime concordataire. Cependant, le nouveau président du Conseil
des ministres arrivé aux responsabilités le 15 juin 1924 suite à la victoire du Cartel des gauches12 en mai
de la même année, Édouard Herriot, propose dans un discours devant la Chambre des députés,
d’introduire les lois laïques13 de la « France de l’intérieur » en Alsace-Moselle et de rompre les relations
diplomatiques avec le Vatican (qui venaient d’être rétablies en 1921 après avoir été rompues en 1904).
Mais il fait face à une considérable résistance populaire, au risque de velléités indépendantistes
locales et au refus de l’opposition sur le premier point et se heurte à l’opposition du Sénat sur le
second. Le Conseil d’État déclare alors, dans un avis du 24 janvier 1925 que « le régime concordataire tel
qu’il résulte de la loi du 18 germinal an X, est toujours en vigueur dans les départements du Rhin et de la Moselle ».
Un service des cultes est donc intégré à la direction générale d’Alsace-Lorraine. En 1944, celui-ci est
transformé en Bureau des cultes de Strasbourg et rattaché au ministère de l’Intérieur.
11
Ses obsèques, aux frais de l’État, ont eu lieu le 3 mars 1871 à Bordeaux et rassemblent une importante foule, comprenant tous les
députés de l’Alsace et de la Lorraine. À cette occasion, Léon Gambetta déclare : « La force nous sépare, mais pour un temps seulement
de l’Alsace, berceau traditionnel du patriotisme français. Nos frères de ces contrées malheureuses ont fait dignement leur devoir, et, du
moins ils l’ont fait jusqu’au bout. Eh bien qu’ils se consolent en pensant que la France désormais ne saurait avoir d’autre politique que
leur délivrance. »
12
Le Cartel des gauches associe 4 groupes : les radicaux indépendants, les radicaux-socialistes ; les républicains-socialistes ; la SFIO.
13
La loi du 9 décembre 1905 mais également les lois Ferry votées en 1881 et 1882 sous la Troisième République et alors que l’AlsaceMoselle était intégrée à l’Empire allemand, qui rendent l’école gratuite (1881), l’instruction obligatoire et l’enseignement public laïc
(1882).
- 23 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Lors de la seconde guerre mondiale, suite à l’annexion des départements de la Moselle, du Bas-Rhin
et du Haut-Rhin au Reich allemand, l’Allemagne nazie abolit le régime concordataire de l’AlsaceMoselle en 1941. Les Églises deviennent des sociétés religieuses de droit privé et sont sévèrement
encadrées, le culte israélite est interdit.
Ainsi, le droit local des cultes, composé de textes français (du Consulat, de l’Empire, de la
Restauration, de la IIe République) et allemands, n’a pas cessé d’être appliqué en Alsace-Moselle, si
l’on fait abstraction de la coupure, particulièrement douloureuse, provoquée par la seconde guerre
mondiale : l’ensemble des textes s’appliquant aux cultes reconnus, abrogé en 1940, a en effet été
rétabli par l’ordonnance du 15 septembre 1944. Par ailleurs, de nouveaux textes ont été édictés qui
modifient les dispositions antérieures dans le sens d’une simplification, ou bien les complètent : il
s’agit notamment du décret du 10 juillet 1948 portant classement hiérarchique des grades et emplois,
dans lequel figurent les personnels des cultes. Le régime local est donc maintenu en raison de
l’attachement de la population des départements concernés, ce que plusieurs personnes –
notamment élus – auditionnées par l’Observatoire de la laïcité ont souhaité rappeler14.
3. Le régime non-cultuel du droit local alsacien-mosellan
La législation locale comprend quatre types de sources :
Les
dispositions d’origine française, abrogées dans le reste de la France mais maintenues par les
autorités allemandes pendant la période de l’annexion : le régime concordataire notamment (cf.
point n°4).
Les
dispositions introduites par les autorités allemandes, telles que le code local des professions.
Les
dispositions propres à la terre d’Empire d’Alsace-Lorraine, adoptées par les organes législatifs
compétents, comme par exemple le régime local de la chasse (loi du 7 février 1881) ou l’aide sociale
(loi du 30 mai 1908 sur le domicile de secours).
Les
dispositions françaises intervenues après 1918, mais applicables aux seuls départements de la
Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, comme la loi du 6 mai 1991 introduisant dans le Code des
assurances des dispositions particulières aux départements du Bas-Rhin, Haut-Rhin et Moselle, la
loi du 14 avril 1998 relative au régime local d’assurance maladie, ou la loi du 1er août 2003
modernisant le droit local des associations.
L’Institut du droit local alsacien-mosellan, dont le secrétaire général a été auditionné par
l’Observatoire de la laïcité15, note que le processus d’unification législative, d’abord intense, puis
beaucoup moins systématique n’a laissé subsister à l’heure actuelle que des pièces éparses
d’importance variable et de contenu très disparate, dans un cadre juridique très largement dominé
par le droit général applicable à l’ensemble du territoire.
14
Dans un sondage réalisé pour l’Institut du droit local en 2005 et transmis à l’Observatoire de la laïcité par le professeur Francis Messner,
92% des personnes interrogés se disaient « favorables à la possibilité de suivre un enseignement religieux à l’école », 90% « favorables à
l’entretien des édifices du culte par les communes » et 92% « favorables à la rémunération des prêtres, pasteurs et rabbins par l’État ».
15
Cf. audition, en annexes, du 25 janvier 2015.
- 24 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Outre le régime des cultes (cf. point n°4), les principales matières où subsistent des dispositions de droit
local sont :
Le droit local du travail, qui concerne essentiellement, le repos du dimanche et les jours fériés16, le maintien
du salaire dans certains cas d’absence du salarié, la clause de non-concurrence et le délai du préavis.
La législation sociale. La Reichsversicherungsordnung (réglementation impériale des assurances) de 1911
imposait une mutuelle complémentaire obligatoire. Aujourd’hui encore, le taux de couverture de la
sécurité sociale alsacienne-mosellane est de 90%, et ainsi bien supérieur au régime général. Ce régime
complémentaire est payé uniquement par une cotisation sociale supplémentaire des salariés alsaciens et
mosellans. L’aide sociale est également une spécificité, découlant de la loi du 30 mai 1908 et qui figure
désormais dans le code de l’action sociale et des familles à l’article L 511-2 qui dispose que : « Toute
personne dénuée de ressources et âgée de plus de seize ans doit recevoir de la commune dans laquelle elle se
trouve un abri, l’entretien indispensable, les soins et prescriptions nécessaires en cas de maladie ainsi que des
funérailles décentes. L’aide est accordée sans préjudice du droit de réclamer le remboursement des frais à la
commune dans laquelle la personne dénuée de ressources a son domicile de secours communal. »
Le droit local de l’artisanat, régi par le code local des professions, selon lequel une activité est artisanale
lorsque le travail qui y est réalisé l’est selon des méthodes non industrielles et qu’il y a recours de façon
prépondérante à des salariés professionnellement formés17.
Le droit des associations. La loi du 1er juillet 1901 sur les associations ne s’applique pas aux associations
ayant leur siège en Alsace-Moselle qui sont soumises aux articles 21 à 79 du code civil local et à la loi
d’Empire du 19 avril 1908. Ces associations peuvent poursuivre un but lucratif et sauf indications
contraires dans ses statuts, ses membres peuvent se distribuer les bénéfices et se partager le patrimoine.
La justice. Les compétences des tribunaux ne sont pas exactement les mêmes. Ainsi, les tribunaux
d’instance ont des compétences plus étendues, alors qu’il n’existe pas de tribunal de commerce, mais une
chambre spéciale du tribunal de grande instance. De plus, la faillite civile y est reconnue : les particuliers
peuvent se voir appliquer la loi commerciale sur le redressement et la liquidation judiciaire s’ils sont en
état d’insolvabilité notoire.
Le régime local de la chasse découle quant à lui de la loi du 7 février 1881 (codifié dans le code de
l’environnement) qui dispose que l’exercice du droit de chasse est retiré au propriétaire foncier et
administré par la commune qui procède tous les 9 ans à des adjudications, le droit de chasse étant réservé
à ces adjudicataires. D’autres différences plus spécifiques sont applicables à ce régime.
Le droit communal comporte des spécificités pour les communes d’Alsace-Moselle, notamment financière,
avec la « taxe riverain » qui permet de répercuter sur les riverains les frais de premier établissement des
voies. À noter également qu’un conseiller municipal peut être « démissionné d’office », par exemple pour
défaut d’assiduité ou pour troubles répétés à l’ordre des séances.
4. Le régime local des cultes en Alsace-Moselle
18
L’article 7 de la loi du 1er juin 1924 rappelle que la loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises
et de l’État n’est pas applicable à l’Alsace-Moselle : « continuent à être appliquées telles qu’elles sont encore
en vigueur dans les trois départements (…) 13° la législation locale sur les cultes et les congrégations religieuses ».
Ces départements restent donc régis par la loi du 18 Germinal an X (8 avril 1802) comprenant le traité
de concordat signé à Paris le 26 messidor an IX (15 juillet 1801) avec le Saint-Siège et les articles
organiques des cultes catholique et protestants.
16
En vertu d’une ordonnance du 16 août 1892, les Alsaciens et les Mosellans ont deux jours fériés supplémentaires par rapport au reste
de la France : le jour de Saint Étienne, fêté le 26 décembre, et le Vendredi saint (qui précède le dimanche de Pâques). L’article 105 b
du Code professionnel local (loi du 26 juillet 1900) pose le principe de l’interdiction du travail salarié le dimanche et les jours fériés.
Certaines dérogations sont néanmoins applicables.
17
Le droit général qualifie l’activité d’« artisanale » lorsque l’entreprise qui l’exerce est de petite dimension (10 salariés maximum).
18
Cf., en annexes, l’audition du 25 novembre 2014 devant l’Observatoire de la laïcité de M. Thomas Andrieu, directeur des libertés
publiques et des affaires juridiques au ministère de l’Intérieur, ainsi que l’ouvrage Le droit local cultuel d’Alsace-Moselle, Analyse, textes
et jurisprudence, novembre 2013, ministère de l’Intérieur, Direction des libertés publiques et des affaires juridiques, édition Journaux
officiels.
- 25 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Ne sont donc pas non plus applicables en Alsace-Moselle les dispositions du titre III de la loi du
1er juillet 1901 relative au contrat d’association, qui régissent dans le reste de la France le régime
juridique des congrégations religieuses, l’ensemble de la loi n’étant pas applicable dans ces
départements et le régime des congrégations relevant de la législation locale, qui s’applique donc tant
aux congrégations religieuses qu’au clergé séculier.
Comme indiqué plus haut, les cultes reconnus sont au nombre de quatre : le culte catholique, les deux cultes
protestants (l’Église protestante réformée d’Alsace et de Lorraine et l’Église de la confession d’Augsbourg
d’Alsace et de Lorraine) et le culte israélite.
La décision du Conseil constitutionnel n°2011-157 QPC (question prioritaire de constitutionnalité)19 du
5 aout 2011 a dégagé un nouveau principe fondamental reconnu par les lois de la République en matière
de dispositions particulières applicables en Alsace-Moselle. Ce principe, qui est de valeur supra-législative,
consacre le fait selon lequel, si elles ne sont pas remplacées par les dispositions de droit commun ou
harmonisées avec elles, les dispositions législatives et réglementaires particulières aux départements du
Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle demeurent en vigueur. Le Conseil rappelle également par cette
décision qu’il ne peut y avoir d’aggravation de l’écart entre les dispositions particulières et celles applicables
au reste du territoire. Dans sa décision ultérieure n°2012-297 QPC du 21 février 2013, le Conseil
constitutionnel a jugé que le régime local des cultes en Alsace-Moselle continuait à s’appliquer et était
conforme à la Constitution. Il a ainsi estimé qu’« en prévoyant que « la France est une République (…) laïque »,
la Constitution n’a pas pour autant entendu remettre en cause les dispositions législatives ou règlementaires
particulières applicables dans plusieurs parties du territoire de la République lors de l’entrée en vigueur de la
Constitution et relatives à l’organisation de certains cultes ». Il a notamment relevé qu’il ne ressortait des
travaux préparatoires ni de la Constitution de 1946 ni de celle de 1958 que le pouvoir constituant ait
entendu remettre en cause les dispositions particulières applicables en Alsace-Moselle et dans certains
départements et certaines collectivités d’outre-mer.
Le fonctionnement des cultes statutaires
Le régime dérogatoire a des conséquences sur les personnels des cultes, sur la propriété des biens
des cultes ainsi que sur les subventions qui peuvent leur être accordées.
Dans les trois départements de la Moselle, du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, les quatre cultes reconnus
sont administrés par des établissements publics du culte (les « fabriques » pour l’Église catholique20,
les « consistoires »21 et les « conseils presbytéraux »22 pour les deux Églises protestantes, les
« consistoires départementaux » pour le culte israélite23). Ces établissements publics sont
autofinancés, les dépenses étant supportées par les cotisations des fidèles. Toutefois, les collectivités
territoriales sont tenues d’assurer le logement des ministres du culte ; de subvenir à l’insuffisance
éventuelle de budget de l’établissement public ; de contribuer au financement des constructions ou
de l’entretien des lieux de culte.
Par ailleurs, étant rémunérés et, dans certains cas, nommés par l’État, les personnels des cultes
d’Alsace-Moselle ont un statut particulier.
19
La question prioritaire de constitutionnalité (« QPC ») est une procédure de contrôle de constitutionnalité sur les lois déjà promulguées
(dit « contrôle de constitutionnalité a posteriori »). Cette question permet, sous certaines conditions, de demander au Conseil
constitutionnel de vérifier si une disposition législative ne serait pas inconstitutionnelle en ce qu’elle « porte atteinte aux droits et libertés
garantis par la Constitution ».
20
Les fabriques sont régies par le décret du 30 décembre 1809, modifié par l’ordonnance du 12 janvier 1825 et les décrets du 8 octobre
1970 et du 18 mars 1992.
21
Créés par les articles organiques des cultes protestants du 18 Germinal an X.
22
Créés par le décret du 26 mars 1852.
23
Article 19 de l’ordonnance royale du 25 mai 1844 et décret du 22 juillet 1872.
- 26 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
1) Le statut des personnels des cultes
Pour certaines catégories de représentants du culte, l’État dispose d’un pouvoir de nomination.
Ainsi,
sont nommés directement par l’État pour le culte catholique : l’évêque diocésain et l’évêque
coadjuteur, à Strasbourg et à Metz. Dans la pratique, le choix est laissé à la discrétion du SaintSiège, le titulaire étant nommé par une bulle du pape selon le droit canon, et par un décret du
Président de la République, les deux textes étant publiés simultanément (cf. Convention du
26 messidor an IX, art. 16, et art. org. 11 et18).
Pour
les cultes protestants, est nommé le président du directoire de l’Église de la confession
d’Augsbourg par le Premier ministre, même si dans la pratique il suit la proposition du consistoire
supérieur (cf. art. org. 41 et 43 et art. 9 et 11 du décret de 1852). Les inspecteurs ecclésiastiques
siégeant au directoire sont proposés par l’assemblée de l’inspection et nommés par le ministre de
l’Intérieur. De plus, un membre laïc du directoire est nommé par le ministre de l’Intérieur, fonction
non rémunérée par l’État (art. org. 43).
Les aumôniers des quatre cultes sont nommés par arrêté du ministère de l’Intérieur, dans la pratique
par le chef du bureau des cultes d’Alsace-Moselle sur proposition de l’autorité religieuse supérieure
avec l’accord de l’autorité militaire (instruction du ministre de la défense du 23 janvier 2006).
D’autres
nominations appellent un simple agrément de l’État, tel que, pour le culte catholique, les
chanoines, les vicaires généraux et les curés (articles organiques 19,21, 35 à 38).
Pour les cultes protestants, les pasteurs de l’Église protestante réformée d’Alsace et de Lorraine sont
nommés par le consistoire de rattachement après avis du conseil restreint et après agrément du
ministre de l’Intérieur (cf. décret du 26 mars 1852, art. 5, al. 1er, modifié). Les pasteurs de l’Église de
la confession d’Augsbourg, sont nommés par le conseil restreint après agrément par le ministre de
l’Intérieur.
Pour
le culte israélite, les grands rabbins sont désignés par les consistoires départementaux après
agrément du Premier ministre (décret du 26 août 1862, art.9, al. 2 et ordonnance du président
supérieur du 22 juillet 1872). Les rabbins sont nommés par le consistoire départemental après
accord du ministre de l’Intérieur (ordonnance du 25 mai 1844, art. 48). Les ministres officiants sont
nommés par les consistoires départementaux. L’agrément par le préfet n’est plus requis dès lors que
les officiants ne sont plus rémunérés par l’État (ordonnance de 1844, art. 51 et ordonnance locale
du 22 juillet 1872).
Les ministres du culte et les employés des secrétariats n’ont pas la qualité de fonctionnaire24. Ce sont
des agents de droit public mais qui n’ont donc pas d’obligation d’obéissance hiérarchique et de devoir
de réserve envers les autorités publiques. Ils perçoivent de l’État un traitement accompagné
d’indemnités dont le principe a été posé par les textes du régime concordataire. Leur rémunération
est fixée selon le même classement indiciaire que celui des agents de la fonction publique. Ainsi, les
dirigeants des cultes catholique et protestants et les ministres des cultes statutaires (curés, pasteurs
et rabbins) perçoivent une rémunération alignée sur celle des agents de catégorie A. Les desservants
voient leurs rémunérations alignées sur celles de la catégorie B de la fonction publique alors que les
vicaires ont une rémunération alignée sur celle des agents de catégorie C. Comme pour tous les agents
publics, les personnels des cultes avancent à l’ancienneté et reçoivent l’indemnité de résidence, le
supplément familial de traitement, le cas échéant, et l’indemnité pour difficulté administrative (prime
spécifique à ces territoires). Les ministres des cultes statutaires ne bénéficient pas des dispositions
propres à la fonction publique concernant les régimes des pensions et l’âge de départ à la retraite.
24
Cf. Avis du Conseil d’État du 27 août 1948 sur la situation des fonctionnaires du cadre local au regard de la législation de la sécurité
sociale : « Considérant que les ministres du culte en exercice en Alsace et en Lorraine, régis par la loi du 18 germinal an X et la loi locale
du 15 novembre 1909 et jouissant, aux termes de cette dernière loi, d’un statut qui se réfère en général aux dispositions du statut local
des fonctionnaires d’Alsace et de Lorraine, n’ont pas toutefois la qualité de fonctionnaires au sens de l’article 1er de la loi du 19 octobre
1946 et qu’en l’état actuel de la législation, les dispositions du décret du 31 décembre 1946 ne peuvent leur être applicables. »
- 27 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Par ailleurs, les collectivités publiques sont dans l’obligation de pourvoir au logement des ministres
du culte ou à défaut de leur verser une indemnité compensatrice. Ainsi, s’agissant du culte catholique,
les communes doivent fournir un presbytère ou, à défaut, un autre logement ou une indemnité
compensatrice (cf. art. 92-1, décret du 30 décembre 1809). Pour le culte protestant, prévaut la règle
du droit des ministres du culte à disposer d’un logement procuré par la commune, et, à défaut, d’une
indemnité de logement. Pour le culte israélite, les communes ont la faculté de fournir un logement
aux ministres du culte, sans y être tenues. Faute de logement, elles doivent verser une indemnité de
logement (cf. ordonnance du 7 août 1842).
En 1970, il y avait 2400 ministres des cultes statutaires. Fin 2014, en comptabilisant également les
employés des secrétariats, le personnel rémunéré par l’État s’élève à 1397 personnes. Les dépenses de
personnel du culte, prises en charge par l’État, s’élèvent à 57,5 millions d’euros pour 2015 pour les trois
départements25.
2) Le statut des biens et des subventions
Les lieux de culte, qu’ils appartiennent à une commune ou à un établissement public du culte,
relèvent du domaine public. À ce titre, l’ouverture d’un nouveau lieu de culte requiert l’accord exprès
de l’administration. Cette prévalence du régime de la domanialité publique se vérifie dans la situation
des établissements cultuels et des biens immobiliers et mobiliers y afférents, dans le régime des
presbytères ainsi que dans les règles d’entretien des édifices cultuels qui incombent à l’établissement
public (même si ceux-ci appartiennent aux communes).
L’établissement public doit faire face prioritairement à ses dépenses de fonctionnement et
d’investissement. En cas de difficultés financières, l’établissement doit apporter à la municipalité
tous les éléments utiles pour connaître la situation financière et décider d’y participer. En cas
d’insuffisance de ressources de l’établissement public du culte, la commune est tenue d’intervenir.
Une telle dépense constitue une dépense obligatoire pour la commune, aux termes de l’article
L. 2543-3 du code général des collectivités territoriales.
L’organisation statutaire publique ne s’applique pas aux cultes non statutaires qui peuvent se
constituer sous forme d’associations en application des articles 21 à 72-III du code civil local. Par
ailleurs, la loi du 9 décembre 1905 ne s’appliquant pas, les cultes non reconnus bénéficient également
de la possibilité, pour une collectivité publique, d’intervenir financièrement dans la construction ou
l’entretien d’un lieu de culte à leur usage, d’une part, dans le respect de ses compétences et du
principe de spécialité et, d’autre part, dans le respect du principe d’égalité et de l’existence d’un
intérêt général suffisant. S’agissant plus particulièrement du financement des lieux de cultes par les
communes (garanties d’emprunt), celui-ci est également fondé sur l’article L. 2541-12 (10°) du code
général des collectivités territoriales disposant que le conseil municipal délibère sur l’allocation de
subventions à des fins d’intérêt général et de bienfaisance26.
En matière fiscale, aux fins de supprimer les inégalités de traitement entre les associations à objet
cultuel de droit local et les associations cultuelles régies par le titre IV de la loi du 9 décembre 1905,
le législateur a ajouté, en 1994, à l’article 1382-4° du code général des impôts, une disposition qui
exonère de la taxe foncière sur les propriétés bâties « les édifices affectés à l’exercice du culte qui, dans les
départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, appartiennent à des associations ayant pour objet exclusif
l’exercice d’un culte non reconnu ».
25
26
Chiffres publics, loi de finances pour 2015.
Cf. circulaire du 29 juillet 2011, ministère de l’Intérieur, Bureau central des cultes.
- 28 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le régime particulier que connaît l’Alsace-Moselle en matière de financement public des cultes concerne
également les subventions relatives aux édifices cultuels. L’État intervient directement en sa qualité de
propriétaire d’édifices diocésains et indirectement par l’octroi d’avantages fiscaux aux édifices cultuels de
tous les cultes. Les communes connaissent des subventions obligatoires s’agissant des cultes reconnus ;
les collectivités territoriales peuvent contribuer, de manière facultative, aux dépenses afférentes aux édifices
cultuels de tous les cultes27, dans le respect du principe d’égalité et de l’existence d’un intérêt général
suffisant.
L’organisation des cultes statutaires
Si des points de convergence importants existent entre les quatre cultes reconnus, tels que, l’exercice
d’une activité d’intérêt général, un système de coopération entre les pouvoirs publics et les autorités
religieuses, un soutien financier public, le contrôle de l’administration, il existe des différences
d’organisation dues à la structure même des cultes.
1) L’organisation du culte catholique
L’Alsace-Moselle compte deux évêchés, celui de Strasbourg, érigé en archevêché par la bulle papale
du 1er juin 1988 et celui de Metz.
La paroisse est la cellule de base du culte catholique même s’il faut distinguer les paroisses curiales,
au nombre de 175, des paroisses succursales animées par les desservants, au nombre de 1210. Le
nombre et la compétence territoriale des succursales sont fixés par le préfet et l’évêque (cf. art. org.
61 et décret impérial du 11 prairial an XII, 31 mai 1804). La création d’une cure ou d’une succursale
est soumise à l’accord du ministère de l’Intérieur (art. org. 62). Dans la pratique, il n’est créé une
nouvelle paroisse que par la suppression d’une autre du fait des contraintes budgétaires.
La baisse du nombre de prêtres a conduit les évêques à procéder au découpage de leurs diocèses
en communautés de paroisses dans lesquelles plusieurs prêtres sont nommés. Le culte catholique
s’organise autour de l’évêque et du chapitre cathédral (non doté de la personnalité morale) et autour
de la mense épiscopale, les menses curiales, les menses capitulaires, les séminaires diocésains et les
fabriques.
2) L’organisation des cultes protestants
L’Alsace-Moselle est composée de deux cultes protestants statutaires, le culte réformé et le culte
luthérien (l’Église protestante réformée d’Alsace et de Lorraine, et l’Église de la confession
d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine). Le système appliqué dans l’Église protestante réformée
d’Alsace et de Lorraine réside dans des assemblées démocratiquement élues, alors que l’Église de la
confession d’Augsbourg est plus hiérarchique. Ces deux cultes se sont rapprochés le 18 avril 2006
avec la création de l’Union des Églises Protestantes d’Alsace et de Lorraine (UEPAL). Les
communautés de base des cultes protestants, instituées par l’article 1er du décret du 26 mars 1852,
sont les paroisses qui constituent des circonscriptions territoriales au sein desquelles l’État rémunère
les pasteurs. On en compte 204 pour l’Église de la confession d’Augsbourg et 47 pour l’Église
protestante réformée d’Alsace et de Lorraine. Elles sont créées par voie d’arrêté du ministre de
l’Intérieur, la compétence de la modification de leurs limites territoriales étant déconcentrée aux avis
des conseils municipaux intéressés (cf. décret du 26 mars 1852, art. 1er). Les consistoires sont les
intermédiaires entre les organismes centraux et les paroisses. Ils sont au nombre de 5 pour l’Église
protestante réformée d’Alsace et de Lorraine et au nombre de 33 pour l’Église de la confession
d’Augsbourg. L’organisation des autorités supérieures diffèrent selon les deux cultes protestants.
27
Les cultes reconnus et non reconnus.
- 29 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Ainsi, pour l’Église de la confession d’Augsbourg, il s’agit d’un directoire dont le Président est nommé
par le Gouvernement. Ce directoire approuve les actes des conseils presbytéraux notamment
financiers et peut intervenir dans le fonctionnement desdits conseils. Concernant l’Église protestante
réformée d’Alsace et de Lorraine, il existe un synode et un conseil synodal, qui délibèrent sur les
matières touchant à la vie de l’Église, selon l’article organique 1-5 et la loi locale du 21 juin 1905 :
« Le synode connaît de toutes les affaires de cette Église, notamment le maintien de la discipline et l’approbation des
règlements intérieurs. »
3) L’organisation du culte israélite
Chaque département est divisé en ressorts rabbiniques pourvus de synagogues particulières
desservies par des rabbins. Ces circonscriptions sont créées avec l’autorisation du ministre de
l’Intérieur après avis du consistoire local et des communes intéressées (cf. art. L.2541-14-1 du code
général des collectivités territoriales) ou du préfet (ordonnance royale de 1844, art. 60). La décision
de suppression de ces circonscriptions relève de l’appréciation de l’autorité administrative qui doit
veiller à l’adéquation des circonscriptions aux besoins du culte, sur laquelle le juge administratif
exerce un contrôle restreint.
Le consistoire départemental, qui a la qualité d’« établissement public du culte », est composé du
grand rabbin et de six membres laïcs élus pour huit ans (art. org. 14). Si en pratique la nomination
relève des membres du consistoire, celle-ci est soumise à l’accord du Premier ministre sur proposition
du ministre de l’Intérieur et après avis du préfet concerné. L’État rémunère un secrétaire dans chaque
consistoire.
Ces trois points rappellent que le droit local des cultes confère différents pouvoirs aux autorités de
l’État. Néanmoins, plusieurs des représentants auditionnés pas l’Observatoire de la laïcité28 ont
indiqué que cela ne pouvait être interprété comme une intervention significative dans le
fonctionnement des quatre cultes reconnus qui compromettrait gravement le libre exercice du culte.
Notamment, les mesures de dissolution d’assemblées délibérantes des établissements publics du
culte, ainsi que celles relatives à la discipline des personnels du culte, seraient extrêmement rares et
interviennent sous le contrôle du juge administratif. La tutelle exercée par les autorités de l’État se
limiterait, s’agissant des décisions relatives au personnel, au contrôle de la régularité de ces décisions
au regard des dispositions de forme (procédure à suivre) ou de fond (conditions à remplir) édictées
par la législation sur les cultes ou le droit général applicable aux agents publics. Quant aux décisions
relatives aux autorités supérieures des cultes (les nominations), elles seraient purement formelles,
l’État avalisant les propositions faites par les instances compétentes des cultes.
Le régime des cultes d’Alsace-Moselle et la société civile
1) Le régime scolaire local
L’Alsace et la Moselle étant allemandes lors de l’adoption des lois Ferry de 1881 et 1882, la loi Falloux
du 15 mars 1850 (art. 23 et 36), qui prévoit que l’enseignement primaire comprend l’instruction
religieuse, continue à s’appliquer dans ces départements. L’article 10 A de l’ordonnance du 10 juillet
1873 du Chancelier d’Empire modifiée par l’ordonnance du 16 novembre 1887 du Reichsstatthalter29,
selon lequel dans toutes les écoles, l’enseignement et l’éducation doivent tendre à développer la
religion, continue également d’être appliqué. Dans sa décision Syndicat national des enseignants du second
degré du 6 avril 2001, le Conseil d’État a ainsi jugé que l’obligation d’assurer un enseignement religieux
28
29
Cf. en annexes les auditions du 25 novembre 2014 ; du mardi 20 janvier 2015 ; du jeudi 19 mars 2015 ; et du mardi 10 février 2015.
Le Reichsstatthalter était chargé d’administrer l’Alsace-Moselle au sein de l’Empire allemand à partir de 1879.
- 30 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
dans toutes les écoles et les établissements d’enseignement du second degré (de ces territoires
concernés) constituait une règle de valeur législative. Il a précisé à cette occasion que « l’obligation en
cause est celle, pour les pouvoirs publics, d’organiser un enseignement de la religion, pour chacun des quatre cultes
reconnus en Alsace-Moselle », et non l’obligation pour les élèves de suivre cet enseignement. L’obligation
d’organiser un enseignement religieux à l’école publique a été codifiée à l’article D. 481-2 du code
de l’éducation selon lequel « La durée hebdomadaire de la scolarité des élèves dans les écoles élémentaires (…)
comprend obligatoirement une heure d’enseignement religieux. » Une faculté de dispense dans le premier degré
est prévue à l’article D. 481-5 du code de l’éducation. Dans le second degré, cette faculté existe
également mais elle n’est pas codifiée ; elle est organisée par voie de circulaire.
L’enseignement religieux est enseigné à raison d’une heure de cours par semaine dans le primaire et dans
le secondaire30. Dans l’enseignement primaire, cette heure d’enseignement religieux étant comprise dans
la durée hebdomadaire de la scolarité fixée à vingt-quatre heures sur l’ensemble du territoire, les élèves
se voient donc privés d’une heure d’enseignement général par rapport aux élèves du reste du territoire.
Cet enseignement religieux est assuré soit par des enseignants volontaires, soit par un ministre du culte
ou dans la plupart des cas par une personne qualifiée proposée par l’autorité religieuse et rémunérée par
des indemnités horaires.
Selon le professeur Francis Messner, auditionné devant l’Observatoire de la laïcité le 24 novembre
201431, il y aurait pour l’académie de Strasbourg « 843 ministres du culte et intervenants de religion, dont
668 pour la religion catholique, 172 pour la religion protestante et 3 pour la religion juive »32.
Le taux de participation à l’enseignement religieux a largement baissé ces dernières années. M. JeanMarie Gillig, président du cercle Jean Macé du Bas-Rhin rappelle que les chiffres actuels font état de
27,6% de participation à cet enseignement pour 72,4% de dispensés pour la ville de Strasbourg, et
de 36,2% de participation pour 63,8% de dispensés au niveau de la communauté urbaine de
Strasbourg regroupant 28 communes. Le collectif laïcité d’accord note une nette augmentation des
élèves dispensés de l’enseignement religieux au collège et au lycée. En 2010, si 63% des élèves
suivaient l’enseignement religieux à l’école primaire, ils n’étaient plus que 30% au collège et 14% au
lycée33.
Au nom de la liberté de conscience, les parents d’élèves ont en effet la faculté de dispenser leurs
enfants de cet enseignement. Dans ce cas, cette heure est dans l’enseignement primaire remplacée
par une heure d’enseignement moral, tandis que, dans l’enseignement secondaire, aucun
enseignement de substitution n’est prévu.
Il semble de plus en plus courant pour les lycées d’instaurer un cours « d’éveil culturel et religieux » qui
constitue une modalité particulière de l’enseignement à caractère confessionnel et qui, à ce titre,
reste optionnel.
Pour l’ensemble du second degré, les effectifs sont en baisse, puisque pour l’année scolaire 20132014, seuls 21% des élèves ont suivi ces cours, alors qu’ils étaient 23,20% pour l’année 2012-2013.
Les auditions menées par l’Observatoire de la laïcité ont révélé que la pratique concernant les
dispenses était fluctuante34, certains établissements demandant lors de l’inscription de simplement
30
Si l’article D.481-2 du code de l’éducation prévoit la possibilité, pour le recteur d’académie, de porter à vingt-cinq heures, dont deux
heures d’enseignement religieux, la durée hebdomadaire de la scolarité des élèves des trois dernières années des écoles élémentaires
d’Alsace-Moselle, cette faculté n’est jamais mise en œuvre et est tombée en désuétude.
31
Cf. en annexes l’audition du 25 novembre 2014 devant l’Observatoire de la laïcité de M. Francis Messner.
32
Chiffres confirmés par le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche.
33
Cf. auditions en annexes, du mardi 16 décembre 2014
34
Auditions (cf. en annexes) de MM. Guy Robillart, Marc Boute, du Cercle Jean Macé du Bas-Rhin ; de M. Michel Seelig du Cercle Jean
Macé de Moselle, de Mme Françoise Olivier-Utard et de M. Édouard Brézin, de l’Union rationaliste ; de M. David Gozlan, secrétaire
général de la fédération nationale de la libre pensée ; du mardi 10 février 2015 de MM. Gilles Pécout et Jacques-Pierre Goujeon,
recteurs des académies de Nancy-Metz et de Strasbourg.
- 31 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
formuler son choix – par le biais d’une fiche et de cases à cocher – et d’autres demandant une
dispense rédigée et formelle, en plus du choix formulé.
Également, certains parents d’élèves se sont vu refuser un changement de choix en cours d’année.
D’autres ont été destinataires de courriers émanant de responsables religieux les incitant à ne pas
dispenser leurs enfants d’enseignement religieux35.
Ces auditions ont révélé par ailleurs une différence entre les pratiques les plus courantes en Alsace
et celles en Moselle36.
2) Les universités publiques de théologie
Les universités publiques de théologie sont prévues par les textes organiques de la loi du 18 germinal
an X. La loi organique de 1919 maintient les deux facultés de théologie (catholique et protestante)
et le décret du 30 mai 1924 confirme le caractère d’« établissement public » de ces deux facultés.
Durant la seconde guerre mondiale, ces facultés de théologie sont supprimées en 1940 par le IIIe Reich
et les professeurs et les étudiants se replient à Clermont-Ferrand. Elles sont aujourd’hui intégrées au
sein de l’université de Strasbourg.
La faculté de théologie catholique trouve son fondement juridique dans la convention conclue entre
le Saint-Siège et le gouvernement allemand le 5 novembre 1902, confirmée par un échange de lettres
entre le gouvernement français et le Saint-Siège le 17 novembre 1923. Aujourd’hui il s’agit d’un
institut rattaché à l’université de Strasbourg qui forme des étudiants de la licence au doctorat.
La faculté de théologie protestante est créée en 1538 par le conseil de la ville de Strasbourg, élevée
en 1566 par privilège impérial au rang d’une académie. Elle disparait sous la Terreur, mais est réactivée
par le décret du 30 floréal an XI (20 mai 1803) instituant l’académie des protestants de la confession
d’Augsbourg. Aujourd’hui, elle a pris la forme d’un institut rattaché à l’université de Strasbourg qui
forme des étudiants de la licence au doctorat. Les liens de la faculté de théologie protestante de
l’Université de Strasbourg avec l’Union des Églises protestantes d’Alsace et de Lorraine ne sont plus
depuis 2006 régis par des textes juridiques mais par un système de courtoisie. La faculté de théologie
protestante de Strasbourg relève du seul droit universitaire.
Comme le rappelle le professeur Francis Messner37, après une première réflexion à l’occasion de
l’application de la loi Faure du 12 novembre 1968 sur l’orientation de l’enseignement supérieur,
l’hypothèse de la création d’une faculté de théologie musulmane a été de nouveau d’actualité au
sein de l’université des sciences humaines de Strasbourg (USHS) dans les années 1980 puis en 1996,
date à laquelle le président de l’USHS Albert Hamm a demandé au professeur Étienne Trocmé38 de
rédiger un rapport au sujet du développement des sciences des religions à l’USHS. Il s’agissait à
l’époque essentiellement de former des savants et théologiens universitaires qui jouiraient, selon M.
Trocmé, d’une grande autorité au sein des communautés et fédérations musulmanes de France. L’idée
de l’instauration d’un département de formation pratique des imams est écartée. Étienne Trocmé
promeut de fait l’hypothèse d’une formation non directement confessionnelle. La création d’une
formation en islamologie a finalement été portée par l’Université de Strasbourg qui, suite à une
habilitation par le ministère de l’Enseignement supérieur, compte depuis la rentrée 2009 un master
35
Cf. en annexes les auditions du 16 décembre 2014 de l’union rationaliste, de la fédération nationale de la libre pensée, du cercle
Jean Macé d’Alsace, du cercle Jean Macé de Moselle et du collectif « laïcité d’accord ».
36
Cf. en annexes l’audition de M. Jean-Marie Gillig, Président du Cercle Jean Macé d’Alsace, du 16 décembre 2014, et l’audition de
MM. Gilles Pécout et Jacques-Pierre Goujeon, recteurs des académies de Nancy-Metz et de Strasbourg du mardi 10 février 2015.
37
Cf. en annexes l’audition du professeur Francis Messner du 25 novembre 2014 ainsi que son rapport remis au ministre de l’Intérieur et
à la secrétaire d’État à l’Enseignement supérieur et à la Recherche sur la formation des cadres religieux musulmans.
38
Ancien président de l’USHS et ancien doyen de la faculté de théologie protestante.
- 32 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
d’Islamologie 1 et 2 dans son offre de formation. Une licence 3 en islamologie a été également
habilitée. Les enseignants du master dispensent des cours d’histoire de l’islam, de civilisation arabomusulmane, de lecture herméneutique des sources, de droit musulman, de sciences sociales des
religions, d’histoire des religions, de langues, de finance islamique et des enseignements sur les
courants de pensée dans l’Islam. Cette formation est scientifique, universitaire et non confessionnelle.
Elle a pour objectif de former des professionnels et des acteurs sociaux, culturels, cultuels et
économiques, des cadres intellectuels de l’Islam, ainsi que des chercheurs et des enseignantschercheurs.
3) Le délit de blasphème
Les articles 166 (relatif aux blasphèmes, injures ou outrages) et 167 (relatif aux entraves au libre
exercice du culte) du code pénal allemand du 15 mai 1871 sont repris de-facto dans le droit local. Ils
punissent le blasphème et l’entrave aux cultes.
L’article 166, non traduit officiellement en langue française, pourrait être traduit comme suit : « Celui
qui aura causé un scandale en blasphémant publiquement contre Dieu par des propos outrageants, ou aura
publiquement outragé un des cultes chrétiens ou une communauté religieuse établie sur le territoire de la Confédération
et reconnus comme corporation, ou les institutions ou cérémonies de ces cultes ou qui, dans une église ou un autre lieu
consacré à des assemblées religieuses, aura commis des actes injurieux et scandaleux, sera puni d’un emprisonnement
de trois ans au plus. » Cet article n’a pas servi de fondement à une condamnation pour blasphème
depuis le retour de l’Alsace-Moselle au sein de la République française39. Il apparait que sa survivance
n’emporte pas d’effet de droit, puisqu’il ne fait pas partie des dispositions ayant été expressément
traduites afin d’être introduit dans le droit interne par le décret du 27 août 2013 portant publication
de la traduction de lois et règlements locaux maintenus en vigueur par les lois du 1er juin 1924 dans
les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle.
L’article 167 a quant à lui été traduit en français par le décret précité et dispose que : « Celui qui, par
voies de fait ou menaces, empêche une personne d’exercer le culte d’une communauté religieuse établie dans l’État, ou
qui, dans une église ou dans un autre lieu destiné à des assemblées religieuses, empêche ou trouble par tapage ou
désordre, volontairement, le culte ou certaines cérémonies du culte d’une communauté religieuse établie dans l’État,
est passible d’un emprisonnement de trois ans au plus. » Ce dernier incrimine donc le trouble à l’exercice du
culte, comme le fait déjà l’article 32 de la loi du 9 décembre 1905, selon lequel : « Seront punis [de la
peine d’amende prévue pour les contraventions de la 5e classe et d’un emprisonnement de six à deux mois, ou de l’une
de ces deux peines] ceux qui auront empêché, retardé ou interrompu les exercices d’un culte par des troubles ou désordres
causés dans le local servant à ces exercices ». Cependant, l’Observatoire de la laïcité souligne ici la différence
de peine prévue pour des faits similaires par ces deux textes de loi : le trouble à l’exercice du culte
est un délit en Alsace-Moselle passible d’une peine d’emprisonnement, quand il constitue une simple
contravention sur le reste du territoire.
39
Cette disposition a trouvé application en 1954, lorsque le tribunal correctionnel de Strasbourg a condamné sur le double fondement
des articles 166 et 167 du code pénal local des perturbateurs d’un office religieux à la cathédrale de Strasbourg. Mais cette décision
n’a été que partiellement confirmée en appel, seule l’incrimination relative au trouble à l’exercice d’un culte prévu à l’article 167 – et
non 166 – du code pénal local ayant été retenue (Cour d’appel de Colmar, 19 novembre 1954, Pferdzer et Sobezac).
- 33 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
5. La question de la suppression du droit local
Les décisions précitées du Conseil constitutionnel du 5 août 2011 et du 21 février 2013 rappellent la
possibilité de maintenir le régime dérogatoire en vigueur en Alsace-Moselle, mais n’interdisent pas
au législateur de le modifier dans le but d’une convergence avec le droit commun, ni même de le
supprimer. Cependant, les auditions menées par l’Observatoire de la laïcité ont rappelé l’attachement
de la grande majorité des populations concernées aux particularités du droit local, dont le régime
concordataire, pour des raisons autant pratiques, qu’identitaires, historiques et religieuses.
L’Observatoire prend en compte les témoignages concordants sur cet attachement, tout en
proposant, à ce stade, des évolutions dans le sens d’une application plus large du principe de laïcité
en Alsace-Moselle (cf. point n°7).
6. La question de l’extension du régime local des cultes
La jurisprudence et la doctrine concluent que ce régime est dérogatoire et ne peut qu’être restreint
et non élargi. L’Observatoire de la laïcité rappelle en effet que toute extension à d’autres cultes serait
contraire au principe constitutionnel de laïcité, même si l’application de ce régime, plus favorable en
Alsace-Moselle pour certains cultes seulement (les cultes statutaires), peut être dérogatoire au
principe d’égalité devant la loi. À cet égard, l’Observatoire de la laïcité rappelle que, lors de l’audition
du 6 janvier 2015, Abdelhaq Nabaoui, vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM),
a déclaré : « le culte musulman souhaite le maintien de ce régime. Je le réaffirme, nous ne souhaitons pas être utilisés
comme prétexte à sa suppression ».
7. Recommandations de l’Observatoire de la laïcité
1. Abroger le délit de blasphème issu du droit local
L’Observatoire de la laïcité préconise l’abrogation de l’article 166, relatif au blasphème, du code pénal
allemand du 15 mai 1871 repris dans le droit local40.
2. Aligner la peine prévue pour un trouble à l’exercice d’un culte sur la loi du 9 décembre 1905
L’Observatoire de la laïcité recommande de modifier l’article 167 du code pénal allemand du 15 mai 1871
repris dans le droit local, afin que la peine prévue soit celle définie par les articles 31 et 32 de la loi du
9 décembre 1905.
3. Inverser les modalités du choix pour l’enseignement religieux
L’Observatoire de la laïcité rappelle que l’obligation d’organiser l’enseignement religieux pèse sur l’État. Elle
n’est pas une obligation pour les élèves de le suivre. Alors qu’aujourd’hui les représentants légaux des
élèves qui ne veulent pas suivre l’enseignement religieux doivent demander une dispense, l’Observatoire
de la laïcité recommande que désormais l’élève ou son représentant légal, en début d’année scolaire,
exprime le choix de suivre l’enseignement religieux pour l’année.
4. Assurer la possibilité pour tout élève de modifier son choix concernant l’enseignement religieux au
cours de sa scolarité
L’Observatoire de la laïcité recommande la rédaction d’une circulaire rectorale précisant la possibilité pour
tout élève de modifier son choix d’enseignement au cours de sa scolarité sur simple demande de son
représentant légal.
40
L’Observatoire rappelle que, le 6 janvier 2015, les représentants des cultes catholique, protestants, juif et musulman d’Alsace-Moselle
ont proposé lors d’une audition commune devant l’Observatoire de la laïcité d’abroger la législation locale relative au blasphème.
- 34 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
5. Placer l’enseignement religieux en supplément du temps de l’enseignement scolaire commun
L’Observatoire de la laïcité recommande une modification de l’article D. 481-2 du code de l’éducation afin
de ne pas priver les élèves des écoles primaires d’Alsace-Moselle d’une heure d’enseignement
hebdomadaire par rapport aux élèves du même degré d’enseignement scolarisés dans le reste du territoire
français. Il est également proposé de supprimer le second alinéa de l’article D. 481-2, qui prévoit la
possibilité, pour le recteur d’académie, de porter à vingt-cinq heures, dont deux heures d’enseignement
religieux, la durée hebdomadaire de la scolarité des élèves des trois dernières années des écoles
élémentaires d’Alsace-Moselle, dès lors que cette faculté n’est en pratique jamais mise en œuvre et est
tombée en désuétude.
6. Supprimer l’obligation de recevoir un « complément d’enseignement moral » pour les élèves ne
suivant pas l’enseignement religieux à la suite de l’instauration de l’enseignement moral et civique dans
les programmes nationaux
Compte tenu de l’instauration, à compter de la rentrée 2015, de l’enseignement moral et civique dans les
programmes prévue par la loi d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la
République du 8 juillet 2013, l’Observatoire de la laïcité recommande la suppression de l’obligation faite
aux élèves de l’enseignement primaire ne suivant pas l’enseignement religieux de recevoir, aux lieu et
place de l’enseignement religieux, un « complément d’enseignement moral » (article D. 481-6 du code de
l’éducation).
7. Réaliser un manuel pratique du droit local (non-cultuel et cultuel)
Constatant une méconnaissance importante de l’ensemble du droit local, l’Observatoire de la laïcité est
favorable à la réalisation d’un manuel pratique du droit local, tel que suggéré par le groupe de travail du
professeur Francis Messner.
8. Simplifier les relations administratives entre les pouvoirs publics et les cultes
L’Observatoire de la laïcité soutient toute simplification des relations administratives entre les pouvoirs
publics et les cultes.
9. Simplifier les conditions de gestion des « fabriques »
L’Observatoire de la laïcité recommande de simplifier les conditions de gestion des « fabriques », par
l’instauration d’un règlement intérieur qui serait approuvé par l’administration.
10. Regrouper les cartes de circonscriptions et déconcentrer au niveau des préfets
L’Observatoire de la laïcité se déclare favorable à ce que, dans un souci de rationalisation, certaines cartes
des circonscriptions soient regroupées, et plus généralement que les créations ou suppressions de
circonscriptions soient déconcentrés au profit des préfets de département, ce qui relève actuellement de
la compétence du ministre de l’Intérieur.
Avis adopté par l’Observatoire de la laïcité le mardi 12 mai 2015.
- 35 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Annexe
Liste des personnes auditionnées par l’Observatoire de la laïcité :
1. Audition, le 25 novembre 2014, de M. le professeur Francis Messner, missionné par l’institut du
droit local (IDL) en tant que président d’un groupe de travail sur les cultes et l’enseignement
religieux.
2. Audition, le 25 novembre 2014, de M. Thomas Andrieux, Directeur des libertés publiques et des
affaires juridiques au secrétariat général du ministère de l’Intérieur.
3. Audition, le 16 décembre 2014, des associations d’Alsace-Moselle suivantes :
L’union rationaliste, représentée par Mme Françoise Olivier-Utard et M. Édouard Brézin, président.
La
fédération nationale de la libre pensée, représentée par M. David Gozlan, secrétaire général.
Le
cercle Jean Macé d’Alsace, représentée par M. Jean-Marie Gillig, M. Marc Boute et M. Guy
Robillart.
Le
cercle Jean Macé de Moselle, représenté par M. Michel Seelig.
Le
collectif Laïcité d’accord, représenté par M. Bernard Anclin et M. Claude Holle.
4. Audition, le 6 janvier 2015, des représentants des principaux cultes d’Alsace-Moselle :
M. Jean-Pierre Grallet, archevêque de Strasbourg et M. Bernard Xibaut, chancelier de l’archevêché.
M.
Christian Albecker, président de l’Union des Églises Protestants d’Alsace et de Lorraine
(UEPAL) et M. Christian Krieger, vice-président de l’UEPAL.
M.
René Gutmann, grand rabbin de Strasbourg et du Bas-Rhin.
M.
Abdelhaq Nabaoui, vice-président du Conseil Régional du Culte Musulman (CRCM).
5. Audition, le 20 janvier 2015, de M. Armand Jung, président de la Commission du droit local
d’Alsace-Moselle (CDLAM).
6. Audition, le 10 février 2015, des recteurs des académies de Strasbourg et de Nancy-Metz :
M.
Jacques-Pierre Gougeon, Recteur de l’académie de Strasbourg
M.
Gilles Pécout, Recteur de l’académie de Nancy-Metz
7. Audition, le 19 mars 2015, de M. Philippe Richert, président de la Région Alsace.
Retrouvez ces auditions en annexes du rapport, de la page 308 à la page 355
- 36 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le mardi 3 février 2015
Avis sur l’article premier du projet
de loi relatif à la déontologie
et aux droits et obligations
des fonctionnaires
Par courrier du 24 novembre 2014, Madame Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et
de la Fonction publique, a saisi l’Observatoire de la laïcité afin de rendre un avis sur l’article premier
du projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires.
1) Cet article remplace les dispositions de l’actuel article 25 de la loi du 13 juillet 1983 portant
droits et obligations des fonctionnaires comme suit :
« Art. 25. – Le fonctionnaire exerce ses fonctions avec impartialité, probité et dignité.
« Dans l’exercice de ses fonctions, il est tenu à l’obligation de neutralité. Il traite également toutes les personnes
et respecte leur liberté de conscience.
« Le fonctionnaire exerce ses fonctions dans le respect du principe de laïcité.
« Il appartient à tout chef de service de veiller au respect de ces principes dans les services placés sous son
autorité.
« Des décrets en Conseil d’État peuvent préciser les règles déontologiques. Cette disposition ne fait pas obstacle
au pouvoir de tout chef de service d’adopter, après avis des représentants du personnel, des règles déontologiques
applicables aux agents placés sous son autorité. »
2) Dans un courrier daté du 29 janvier 2015 et adressé aux membres de l’Observatoire de la laïcité,
Madame la ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique a souligné utilement que
« la question des usagers du service public n’est pas traitée dans le cadre de l’article premier du projet de loi. Il s’agit,
avant toute chose, de consacrer des valeurs directement applicables aux fonctionnaires, et non aux usagers, afin de
garantir à ceux-ci l’exemplarité du service public républicain. C’est l’objectif essentiel poursuivi par le projet de loi.
Au demeurant, la loi fondamentale des fonctionnaires, au sein de laquelle le Gouvernement souhaite rappeler que
le principe de laïcité s’applique strictement, n’a pas vocation à traiter de la situation des usagers du service public,
qui relève d’autres textes. »
L’Observatoire de la laïcité rappelle en effet que c’est de la séparation des Églises et de l’État que se
déduit la neutralité de l’État, des collectivités et des services publics. La France, République laïque,
« assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ». Elle assure ainsi
l’égalité des citoyens face au service public, quelles que soient leurs convictions ou croyances. Le
service public ne peut donc montrer une préférence, ou faire preuve d’une attitude discriminatoire,
selon l’appartenance ou la non-appartenance religieuse, réelle ou présumée, de ses usagers. L’État,
les collectivités territoriales et les services publics ne peuvent pas prendre des décisions qui
traduiraient une préférence ou une discrimination. Les agents publics doivent non seulement ne pas
marquer une telle préférence mais aussi ne pas laisser supposer un tel comportement préférentiel ou
discriminatoire, par exemple par la présence de signes à caractère religieux dans leur bureau ou
guichet ou par le port de tels signes. Comme le rappelle l’avis du Conseil d’État Mlle Marteaux du
3 mai 2000, l’interdiction de manifester sa croyance s’applique quelles que soient les fonctions
exercées par l’agent public.
- 37 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Ainsi, cette neutralité s’applique aux agents du service public et non à ses usagers, qui peuvent
manifester leurs convictions et appartenances religieuses notamment par le port de signes
d’appartenance religieuse, même dans les services publics, sous réserve de ne pas troubler l’ordre
public et le bon fonctionnement du service. La seule exception concerne les élèves des écoles,
collèges et lycées publics, usagers du service public de l’éducation, pour lesquels la loi du 15 mars
2004, encadre « le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse »41. En l’espèce, l’objet
de l’article premier ne porte pas sur les usagers du service public.
3) L’Observatoire de la laïcité rappelle que certains aménagements du temps de travail des agents
publics sont autorisés au nom de la liberté de religion dans la mesure où ces aménagements
restent compatibles avec le bon fonctionnement du service public (JRCE, 16 février 2004, M.B. :
autorisation d’absence refusée à raison des nécessités de service public). La liste des fêtes
religieuses pour lesquelles les agents peuvent solliciter une autorisation d’absence sans que cette
dernière puisse être regardée comme exhaustive peut ainsi être déterminée légalement par
circulaire (CE, 12 février 1997, Melle H., n°125893).
Plus largement, l’Observatoire de la laïcité souhaite rappeler que les exigences relatives à la laïcité de
l’État et à la neutralité des services publics ne doivent pas conduire à la négation de la liberté de
conscience dont les agents publics peuvent se prévaloir. La liberté d’opinion notamment religieuse
est d’ailleurs rappelée par l’article 6 de la loi du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des
fonctionnaires.
L’avis précité Mlle Marteaux du 3 mai 2000 rappelle qu’est prohibée toute discrimination fondée sur
la religion dans l’accès aux fonctions et le déroulement de carrière. Les convictions religieuses doivent
être indifférentes au recrutement des fonctionnaires et agents publics. De manière générale, la
pratique d’une religion ne doit en aucun cas constituer un critère discriminant à l’encontre d’un
candidat (CE, 25 juillet 1939, Demoiselle Beis, rec. p. 524) ou d’un agent contractuel prétendant à la
titularisation (CE, 3 mai 1950, Demoiselle Jamet). Récemment, un concours d’officiers de police a ainsi
été annulé en raison des questions que le jury avait posées à un candidat sur son origine et sur ses
pratiques confessionnelles ainsi que sur celles de son épouse (CE, 10 avril 2009, M. E.H., n°311888).
Le juge administratif veille également au respect de ces principes dans le cadre de la carrière des
agents publics. Le Conseil d’État juge que ni l’appartenance à une religion, ni sa pratique à titre privé
(et non dans l’exercice de ses fonctions, objet de l’article examiné en l’espèce), même connue par
les autres agents du service, ne peut justifier une mesure défavorable à l’encontre d’un agent comme
une mauvaise appréciation sur une feuille de notation (CE, 16 juin 1982, Époux Z., n°23277), une
sanction (CE, 28 avril 1938, Demoiselle Weiss, au recueil p. 379) ou, a fortiori, un licenciement (CE,
8 décembre 1948, Demoiselle Pasteau).
4) Si le principe de neutralité des agents publics ne découle pas du seul principe de laïcité (cette
neutralité concerne, au-delà des opinions religieuses, toutes opinions politiques ou syndicales),
l’exposé des points 2 et 3 rappelle qu’en découlent en revanche l’égalité des citoyens face au
service public et le respect de leur liberté de conscience.
5) Au bénéfice des observations qui précèdent, l’Observatoire de la laïcité émet un avis favorable à l’article
premier du projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des fonctionnaires.
6) Enfin, l’Observatoire de la laïcité rappelle la nécessité de développer les formations initiales et continues
à la laïcité pour tous les fonctionnaires, en particulier ceux au contact avec les usagers, afin d’assurer
une bonne application de ce principe.
Avis adopté par consensus en séance plénière le mardi 3 février 2015.
41
Voir la note d’orientation, La laïcité aujourd’hui, adoptée par l’Observatoire de la laïcité le mardi 27 mai 2014 et disponible sur son site
Internet : www.laicite.gouv.fr.
- 38 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, mercredi 14 janvier 2015
Avis de l’Observatoire de la laïcité
sur la promotion de la laïcité
et du vivre ensemble
Après l’assassinat de dix-sept personnes mercredi 7, jeudi 8 et vendredi 9 janvier 2015 par trois
terroristes se réclamant des organisations sunnites fondamentalistes Al Qaïda au Yémen et Daesh et
après la manifestation républicaine du dimanche 11 janvier 2015, l’Observatoire de la laïcité, dans le
but de renforcer la cohésion nationale, appelle à une accélération de la mise en œuvre de ses
précédents avis et à la promotion de la laïcité et du vivre ensemble en général.
C’est pourquoi, l’Observatoire de la laïcité préconise :
1. La diffusion dans l’ensemble des administrations du rappel à la loi à propos de la laïcité
et du fait religieux adopté par l’Observatoire de la laïcité le 15 octobre 201342.
2. Le recrutement, à côté des aumôniers des autres religions, d’aumôniers musulmans en
milieu carcéral, l’augmentation de leurs moyens et l’instauration de « conseillers
humanistes » pour apporter un soutien personnel aux détenus, quelles que soient leurs
convictions, face à l’influence de mouvements extrémistes.
3. Le très large développement du service civique dans le domaine, éducatif, sanitaire et social,
environnemental, humanitaire, culturel et sportif, afin de renforcer la cohésion nationale et la
mixité sociale.
4. Le développement effectif de l’enseignement laïque du fait religieux dans les établissements
scolaires. Cela suppose, dès à présent, la formation d’enseignants pour qu’ils introduisent une
distance critique dans la réflexion personnelle de leurs élèves. L’Observatoire de la laïcité invite la
communauté éducative à réfléchir à l’extension de cet enseignement dès l’école primaire. Dans
cette perspective, l’Observatoire de la laïcité salue la préparation des « livrets de la laïcité » pour
les chefs d’établissements et les enseignants. L’Observatoire y prendra toute sa part.
5. La réaffirmation de la nécessaire mise en œuvre de l’enseignement moral et civique
dans tous les degrés, à l’école élémentaire, au collège et au lycée. Cet enseignement doit être
effectif à la rentrée scolaire 2015.
6. Assurer, en particulier au sein des programmes scolaires, la prise en compte de toutes
les cultures présentes sur le territoire de la République. Afin que tous les enfants disposent
des outils critiques nécessaires à l’appropriation du récit national, il est en effet essentiel d’y
intégrer l’ensemble de ses composantes, sans préjugé.
42
Cet avis est accessible à l’adresse Internet suivante : gouvernement.fr/documents-de-l-observatoire-de-la-laicite
- 39 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
7. L’organisation chaque année, dans chaque département et à l’initiative des préfectures,
de « semaines de la fraternité ». L’organisation en serait confiée à chaque commission
départementale pour la promotion de l’égalité des chances et la citoyenneté (COPEC) en y associant les
parlementaires, les élus locaux et les nombreux bénévoles et militants qui luttent contre toutes
les formes de discriminations dont peuvent être victimes les citoyens.
8. La multiplication des formations à la laïcité pour tous les fonctionnaires en contact avec
les usagers (formations continues et initiales).
9. Le soutien à la création d’établissements privés (non financés par l’État) de théologie
musulmane en lien à des formations à l’islamologie accessibles à tous43. Afin d’assurer la
formation d’imams en France et d’éviter le développement dans l’espace public de tout discours
extrémiste, il est nécessaire d’offrir des formations comprenant un enseignement théologique,
mais aussi une présentation historique et contextualisée de l’islam, ses fondements doctrinaux,
culturels et cultuels, et une approche exégétique du texte coranique et des autres sources
secondaires. En parallèle, l’Observatoire de la laïcité juge opportun de faire davantage connaître
les travaux de l’Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman (IISMM)44.
10. La diffusion dans l’ensemble des administrations et des municipalités, auprès de toutes
les associations socio-éducatives et de tous les partenaires sociaux des trois guides
édités par l’Observatoire de la laïcité45. Ces guides constituent des outils pour les entreprises,
pour les associations et pour les collectivités pour répondre aux cas concrets relevant du fait
religieux et de la laïcité.
11. La publication d’une circulaire rappelant les règles applicables à propos de la gestion
du fait religieux dans les entreprises privées. L’objectif étant de prévenir, en amont et par
l’application du droit, tout conflit sur ce sujet particulièrement sensible.
De façon plus générale, l’Observatoire de la laïcité rappelle que l’effectivité de la laïcité suppose la
lutte constante contre toutes les discriminations, qu’elles soient économiques, sociales,
scolaires ou urbaines. La puissance publique doit notamment garantir à tous et sur l’ensemble du
territoire la possibilité d’accéder à des services publics de qualité.
Cet avis a été transmis à Monsieur le Président de la République, à Monsieur le Premier ministre, aux membres du
Gouvernement, à Monsieur le Président du Sénat et à Monsieur le Président de l’Assemblée nationale le mercredi
14 janvier 2015.
43
Cf. rapport de M. Francis Messner remis à M. Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur et Mme Geneviève Fioraso, alors ministre de
l’Enseignement supérieur et de la Recherche. M. Messner a été auditionné par l’Observatoire de la laïcité le 25 novembre 2014.
44
En savoir plus sur iismm.ehess.fr.
45
Les guides, adoptés en janvier 2014, sont accessibles à l’adresse Internet suivante : gouvernement.fr/documents-de-l-observatoirede-la-laicite
- 40 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le mardi 18 novembre 2014
Avis appelant à développer
le « service civique »
La France se caractérise aujourd’hui par une diversité culturelle plus grande que par le passé. C’est
pourquoi elle n’a jamais eu autant besoin de la laïcité, laïcité qui garantit à tous les citoyens quelles
que soient leurs convictions philosophiques ou religieuses, de vivre ensemble dans la liberté de
conscience, la liberté de pratiquer une religion ou de n’en pratiquer aucune, l’égalité des droits et des
devoirs, la fraternité républicaine.
Le modèle de la République laïque implique la reconnaissance des différences mais sur des principes
et des valeurs partagés, de telle sorte que les appartenances particulières et les individualismes ne
puissent jamais l’emporter sur la possibilité et l’harmonie du « bien vivre ensemble ».
La laïcité est un principe aussi bien démocratique que républicain : elle prend tout autant en compte
la multiplicité des aspirations individuelles que l’unité nécessaire du corps social autour des principes
et des valeurs de la République. Elle rend compatible la liberté personnelle avec la cohésion sociale.
Le service civique est un engagement volontaire au service de l’intérêt général, ouvert à tous les
jeunes de 16 à 25 ans, sans condition de diplôme ; seuls comptent les savoirs-être et la motivation.
Les volontaires doivent être mobilisés sur des missions utiles à la société, permettant de répondre
aux besoins de la population et des territoires. Dans le même temps, le service civique doit constituer
pour les volontaires une étape d’apprentissage de la citoyenneté et de développement personnel.
Ainsi, le « service civique » permet aux jeunes, de tous horizons, d’être informés et formés aux valeurs
républicaines, de les partager collectivement et de contribuer au renforcement du lien social.
C’est pourquoi, afin de renforcer la cohésion nationale et la mixité sociale, l’Observatoire de la laïcité
appelle à un très large développement du « service civique » dans le domaine, éducatif, sanitaire et
social, environnemental, humanitaire, culturel et sportif.
Cet avis, fait suite à l’annonce du Président de la République en date du 6 novembre 2014 d’« aller
vers un service qui pourrait s’appeler universel ».
Avis adopté par consensus.
- 41 -
PR EM I ER M I N IST R E
Laïcité
et collectivités
locales
Observatoire
de la laïcité
- 43 -
Laïcité et collectivités locales
Charte de principes
La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure
l'égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d'origine, de race ou de
religion.
Elle garantit des droits égaux aux hommes et aux femmes et respecte toutes les
croyances. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que
leur manifestation ne trouble pas l'ordre public établi par la loi.
La liberté de religion ou de conviction ne rencontre que des limites nécessaires au
respect du pluralisme religieux, à la protection des droits et libertés d’autrui, aux
impératifs de l’ordre public et au maintien de la paix civile.
La République assure la liberté de conscience et garantit le libre exercice des cultes
dans les conditions fixées par la loi du 9 décembre 1905.
Au titre de la laïcité, la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun
culte, ce qui implique qu’aucune religion ou conviction puisse être, ni privilégiée ni
discriminée.
La laïcité repose sur la séparation des Églises et de l’État, ce qui implique que les
religions ne s’immiscent pas dans le fonctionnement des pouvoirs publics et que les
pouvoirs publics ne s’ingèrent pas dans le fonctionnement des institutions religieuses.
Les élus de la République ont la charge de faire respecter la laïcité. Elle suppose un
engagement fort et constant de la puissance publique pour assurer sa pédagogie et
sa promotion.
La laïcité, parce qu’elle est une des conditions fondamentales du vivre ensemble,
requiert la lutte constante contre toutes les discriminations.
La puissance publique doit garantir à tous et sur l’ensemble du territoire la possibilité
d’accéder à des services publics, où s’impose le respect du principe de neutralité, à
côté d’autres services d’intérêt général.
Tout agent d'une administration publique, ou du gestionnaire d'un service public a un
devoir de stricte neutralité. Il se doit d'adopter un comportement impartial vis à vis
des usagers du service public et de ses collègues de travail. Les manquements à ces
règles doivent être relevés et peuvent faire l'objet de sanctions.
La République laïque garantit l’exercice de tous les droits civils quelles que soient les
convictions ou les croyances de chacun.
Aucune religion ne peut imposer ses prescriptions à la République. Aucun principe
religieux ne peut conduire à ne pas respecter la loi.
Face aux difficultés pratiques que rencontrent certains élus et agents publics,
l’Observatoire de la laïcité a souhaité établir un guide rappelant les réponses,
encadrées par le droit, aux cas concrets relevant du principe de laïcité dans les
collectivités territoriales.
- 44 -
Laïcité et collectivités locales
Rappel à la loi et cas concrets
La neutralité des bâtiments
des collectivités territoriales :
L’article 28 de la loi du 9 décembre 1905 dispose :
« Il est interdit, à l'avenir, d'élever ou d'apposer aucun signe ou emblème religieux
sur les monuments publics ou en quelque emplacement public que ce soit, à
l'exception des édifices servant au culte, des terrains de sépulture dans les
cimetières, des monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. »
Il découle de cet article que les bâtiments de la collectivité doivent rester neutres1,
de même qu’une salle municipale ou une salle de mariage2.
La gestion des lieux de cultes
et du patrimoine cultuel :
L’article 1 et 2 de la loi du 9 décembre 1905 prévoient que :
« La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice
des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans l'intérêt de l'ordre
public. »
« La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. »
1. La construction des lieux de cultes :
Le législateur a souhaité insérer deux tempéraments au principe rappelé
ci-dessus en ce qui concerne la construction de lieux de culte :
Les baux emphytéotiques administratifs (BEA)3, prévus à article L. 2252-4 du code
général des collectivités territoriales (CGCT) :
– « Un bien immobilier appartenant à une collectivité territoriale peut faire l'objet d'un bail
emphytéotique prévu à l'article L. 451-1 du code rural et de la pêche maritime, en vue de
l'accomplissement, pour le compte de la collectivité territoriale, d'une mission de service
1 Le Conseil d’Etat (CE) a décidé que « le principe de neutralité des services publics s'oppose à ce que soient apposés sur les édifices
publics des signes symbolisant la revendication d'opinions politiques, religieuses ou philosophiques ». Cette décision a été rendue à
l’encontre d’un drapeau à signification politique sur le fronton d’une mairie (CE, 27 juillet 2005, Commune de St Anne, n° 259806).
2 Un crucifix ne peut être installé dans une salle municipale ou une salle de mariage. Cour administrative d’appel (CAA) de Nantes, 11
mars 1999, Association civique Joué Langueurs et autres, n°98NT00207.
3 L’arrêt du Conseil d’Etat du 19 juillet 2011 a jugé légale l’ordonnance du 21 avril 2006 prévoyant les baux emphytéotiques administratifs
cultuels.
- 45 -
Laïcité et collectivités locales
public ou en vue de la réalisation d'une opération d'intérêt général relevant de sa compétence
ou en vue de l'affectation à une association cultuelle d'un édifice du culte ouvert au public ou
en vue de la réalisation d'enceintes sportives et des équipements connexes nécessaires à leur
implantation ou, à l'exception des opérations réalisées en vue de l'affectation à une association
cultuelle d'un édifice du culte ouvert au public, de leur restauration, de la réparation, de
l'entretien-maintenance ou de la mise en valeur de ce bien ou, jusqu'au 31 décembre 2013,
liée aux besoins de la justice, de la police ou de la gendarmerie nationales ou, jusqu'au 31
décembre 2013, liée aux besoins d'un service départemental d'incendie et de secours. Ce bail
emphytéotique est dénommé bail emphytéotique administratif. »
Les garanties d’emprunt pour la construction d’un édifice du culte4, prévues à
l’article L. 2252-4 et L. 3231-5 du CGCT :
– « Une commune peut garantir les emprunts contractés pour financer, dans les agglomérations
en voie de développement, la construction, par des groupements locaux ou par des
associations cultuelles, d'édifices répondant à des besoins collectifs de caractère religieux. »
– Ainsi, par exemple, une commune ou un département peut garantir un emprunt contracté
par une association cultuelle en vue de la construction d’un édifice du culte dans des
agglomérations en voie de développement.
2. La gestion du patrimoine cultuel :
L'article 5 de la loi du 2 janvier 1907 prévoit qu’ « À défaut d'associations
cultuelles, les édifices affectés à l'exercice du culte, ainsi que les
meubles les garnissant, continueront, sauf désaffectation dans les cas
prévus par la loi du 9 décembre 1905, à être laissés à la disposition des
fidèles et des ministres du culte pour la pratique de leur religion. »
Est donc accordé aux cultes un droit de jouissance exclusive, libre et
gratuite des édifices cultuels qui appartiennent à des collectivités publiques.
Les édifices religieux appartenant à la collectivité publique relèvent du
domaine public des collectivités propriétaires mais en dépit de cette
qualité, la commune ne dispose pas du droit de réglementer l'accès à
l'édifice ni même d'en disposer librement :
Article L. 2124-31 du CGCT : « Lorsque la visite de parties d'édifices affectés au
culte, notamment de celles où sont exposés des objets mobiliers classés ou
inscrits, justifie des modalités particulières d'organisation, leur accès est
subordonné à l'accord de l'affectataire. Il en va de même en cas d'utilisation de
ces édifices pour des activités compatibles avec l'affectation cultuelle. L'accord
précise les conditions et les modalités de cet accès ou de cette utilisation. Cet
accès ou cette utilisation donne lieu, le cas échéant, au versement d'une redevance
domaniale dont le produit peut être partagé entre la collectivité propriétaire et
l'affectataire. »
4 Article L. 2252-4 du code général des collectivités territoriales (CGCT).
- 46 -
Laïcité et collectivités locales
Ainsi, la commune propriétaire d'un édifice devra nécessairement obtenir l'accord
de l'affectataire de l'édifice avant de décider l'organisation d'une manifestation
dans cet édifice5.
Les collectivités publiques peuvent participer financièrement aux
« dépenses nécessaires » à l'entretien et à la conservation des édifices du
culte dont la propriété leur a été reconnue en 19056 ;
La commune propriétaire d’une église peut voir sa responsabilité engagée
à raison des dommages provenant du défaut d’entretien des églises.
Les travaux exécutés dans une église pour le compte d’une personne
publique dans un but d’utilité générale conservent le caractère de travaux
publics7.
La loi du 9 décembre 1905 a prévu des exceptions à la règle du non
subventionnement en disposant que… :
a. Les collectivités publiques peuvent participer financièrement aux « dépenses
nécessaires » à l'entretien et à la conservation des édifices du culte dont la
propriété leur a été reconnue en 19058;
b. Cependant ces dépenses ne peuvent être engagées que si les travaux sont
« nécessaires pour l’entretien et la conservation de l’édifice 9 ».
– À ce titre, ne sont pas considérées comme des « dépenses nécessaires », tout embellissement,
agrandissement ou achat de meubles.
– En revanche la réfection partielle de l’immeuble voire sa reconstruction ont été admises
par le Conseil d’Etat comme des « dépenses nécessaires »10.
Le financement de projets d’intérêt
public local en rapport avec les cultes :
Par cinq arrêts du 19 juillet 2011, le Conseil d’Etat a décidé que, pour attribuer une
subvention pour un projet en rapport avec les cultes, il fallait… :
5 CE, 25 août 2005, Commune de Massat, n° 284307, Rec. p. 346
6 Article 13 de la loi du 9 décembre 1905.
7 CE, 1921, Commune de Montségur : ce n’est pas une obligation, mais leur responsabilité sera engagée s’il y a des dommages.
8 Article 19 de la loi du 9 décembre 1905.
9 Conseil d’Etat dans son rapport public de 2004
10 CE, 24 décembre 1926, Sieur Empereur, rec. p. 1138.
- 47 -
Laïcité et collectivités locales
1. Un intérêt public local :
Cas d’espèce :
a. Financement d’un orgue dans une église pour organiser des cours ou des
concerts de musique11 ;
b. Construction d'un ascenseur pour accéder à la basilique de Fourvière12 (afin de
valoriser les atouts culturels ou touristiques de l’édifice),
c. Financement (respectant des conditions tarifaires et qui excluent toute libéralité)
d’un abattoir provisoire pour l’ « Aïd el Kébir »13 (respect des règles de salubrité
et de santé publiques) ;
d. Financement d’une manifestation pour la paix, organisée par une association,
sous forme de tables-rondes et de conférences sans caractère cultuel14 ;
e. En revanche, les ostensions septennales ont un caractère cultuel qui, malgré
leur intérêt culturel et économique, empêche tout financement public15.
2. Qu’elle respecte le principe de neutralité à l’égard des cultes
et le principe d’égalité.
3. Qu’elle exclue toute libéralité qui pourrait s’analyser comme
une aide au culte, notamment… :
a. En inscrivant par voie conventionnelle la destination de la subvention qui doit
être autre que l’association cultuelle (cf. précité5) ;
b. En inscrivant par voie conventionnelle l’organisation de l’usage du bien acquis
(cf. précité4) ;
c. En prévoyant une redevance en contrepartie du service (cf. précité6).
Les subventions accordées
aux associations :
Au sens du titre IV de la loi du 9 décembre 1905, aucune subvention, à l'exception
des concours pour des travaux de réparation d'édifices cultuels, ne peut être accordée
aux associations cultuelles.
Les collectivités territoriales peuvent accorder une subvention à une association qui,
sans constituer une association cultuelle a des activités cultuelles, uniquement dans
11 CE, assemblée, 19 juillet 2011, req. n°308544, Commune de Trélazé.
12 CE, assemblée, 19 juillet 2011, req. n°308817, Fédération de la libre pensée et de l’action sociale du Rhône et M. Picquier.
13 CE, assemblée, 19 juillet 2011, req. n°309161, Communauté urbaine Le Mans Métropole.
14 Conseil d’Etat, 4 mai 2012, req. n°336462 Fédération de la libre pensée et d’action sociale du Rhône.
15 Conseil d’Etat, n°34704915 février 2012, Grande confrérie de Saint Martial.
16 Cf. point précédent sur « Le financement de projets d’intérêt public local en rapport avec les cultes ».
- 48 -
Laïcité et collectivités locales
le cas de la réalisation d'un projet, d'une manifestation ou d'une activité qui ne présente
pas un caractère cultuel et n'est pas destiné au culte et à la condition que16 … :
1. Ce projet, cette manifestation ou cette activité présente un intérêt public local ;
2. Soit garanti, notamment par voie contractuelle, que la subvention est exclusivement
affectée au financement de ce projet, de cette manifestation ou de cette activité et
n'est pas utilisée pour financer les activités cultuelles de l'association.
La mise à disposition de locaux
et équipements communaux :
Concernant le cas de salles ou équipements mis à disposition pour des activités
culturelles devenues, de fait, cultuelles :
1. Si la salle ou l’équipement est fourni gracieusement pour une activité devenue
cultuelle, il s’agit d’une subvention à un culte, ce qui est illégale.
2. En revanche, si la salle est louée et non prêtée, la location est possible et ne
peut être refusée que pour deux raisons :
a. Les nécessités objectives de l’administration communale.
b. Les troubles à l’ordre public.
3. La mise à disposition de la salle ne peut être exclusive et pérenne.
4. Tout refus de location doit être justifié17 .
Le seul fait que l’association soit cultuelle ne permet pas de justifier un refus.
Les manifestations religieuses
sur la voie publique :
1. L’article 27 de la loi du 9 décembre 1905 prévoit que :
« Les cérémonies, processions et autres manifestations extérieures d'un culte, sont
réglées en conformité de l'article L2212-2 du code général des collectivités territoriales. »
2. L’article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales (CGCT) rappelle les
différents pouvoirs de police du maire qui doit assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité
et la salubrité publique.
Pour qu’un refus soit opposé aux manifestations religieuses il faut que…18 :
– l’ordre public soit menacé ;
17 Conseil d’Etat, 30 mars 2007, n°304053.
18 CE, 31 janvier 1934, Sieur Renaux, recueil p. 45.
- 49 -
Laïcité et collectivités locales
– les limitations à la liberté de réunion et de manifestation soient proportionnées
aux risques d’atteinte à l’ordre public.
– le refus soit justifié par l’impossibilité d’encadrer par des mesures préventives
les risques de débordement ;
Il est possible pour le maire d’imposer un itinéraire ou un espace à ses
manifestations religieuses pour des raisons de sécurité ou de bon déroulement
de la circulation19.
La gestion des cimetières :
20
L’aménagement des cimetières pose comme principe la neutralité des parties
communes :
Depuis 1905, le respect d’une stricte neutralité s’impose à l’administration
tant pour l’organisation et le fonctionnement des services publics que
pour les monuments publics, sur lesquels il est interdit d’élever ou d’apposer
tout signe ou emblème religieux.
– Cependant, sont exclus les monuments funéraires.
Dans les cimetières publics, la laïcité s’exprime donc principalement par deux
principes :
1. Une liberté d’expression des convictions religieuses sur les lieux réservés aux
sépultures.
2. Une stricte neutralité des parties publiques et communes du cimetière.
Un maire ne peut s’opposer à ce que des signes ou des emblèmes religieux soient déposés
sur les sépultures, sauf dans le cas où la taille d’un signe ou d’un emblème religieux
déteindrait sur le reste du cimetière, portant ainsi atteinte à la neutralité du lieu21.
Les signes présents avant 1905 peuvent être maintenus, entretenus, et réparés par
la commune.
Concernant les regroupements confessionnels des sépultures :
1. Le principe de neutralité interdit aux maires de prévoir dans le règlement du cimetière
municipal de réserver certaines parties aux personnes professant un culte donné.
2. Néanmoins, la constitution de regroupements confessionnels (non-matérialisés)
est possible22, le maire appréciant lui-même, sous le contrôle du juge si
nécessaire, l’opportunité de créer ou non un espace confessionne23.
19 CE 21 janvier 1966, Sieur Legastebois, recueil p. 806.
20 Cf. circulaire du 19 février 2008 relative à la police des lieux de sépulture.
21 Conseil d’Etat, 21 janvier 1910, arrêt Gonot.
22 Circulaire du 8 novembre 1975 et circulaire du 19 février 2008.
23 Il existe aujourd’hui 70 carrés musulmans en France.
- 50 -
Laïcité et collectivités locales
3. Un maire ne peut se fonder sur le refus des autorités religieuses d’admettre
l’appartenance à une religion d’un défunt pour s’opposer à son enterrement dans
un carré confessionnel24.
4. Un maire ne peut présumer de la religion d’un défunt pour l’enterrer dans un
espace confessionnel25.
La restauration scolaire :
Selon le juge administratif, la création d’un service de restauration scolaire ne
présente pas de caractère obligatoire car il ne s’agit pas d’une obligation liée au
service public de l’enseignement. La fréquentation de la cantine par les élèves n’est
pas non plus obligatoire.
Ainsi, étant un service public facultatif, aucune obligation ne contraint la commune
en matière de menus26.
Dans les faits, les cantines scolaires proposent une diversité de menus, avec ou sans viande.
Les demandes de non-mixité
Les demandes de non-mixité peuvent être refusées en heures ouvrables27 sur la base
du principe de l’égalité entre les femmes et les hommes et l’interdiction des
discriminations. Cependant, il existe trois exceptions à ce refus éventuel28 :
1. La protection des victimes de violences à caractère sexuel.
2. Les considérations liées au respect de la vie privée et de la décence, la promotion
de l’égalité des sexes ou des intérêts des hommes et des femmes
3. La liberté d’association ou l’organisation d’activités sportives29.
En raison du principe de non-discrimination, une municipalité ne peut octroyer un
créneau horaire à un groupe de personnes mettant en avant leur souhait de se séparer
des autres, du fait de leur pratique ou de leur conviction religieuse.
En revanche, des demandes de cours de sport réservés aux femmes sans qu’il n’y ait
de références religieuses ou de discrimination dans le choix des femmes est possible.
Mais il ne pourra pas être demandé que le professeur soit expressément une femme.
24 Tribunal administratif de Grenoble, 5 juillet 1993.
25 Cf. circulaire du 19 février 2008 relative à la police des lieux de sépulture : « (…) Dans la mesure où il existe un espace confessionnel,
il revient à la famille, ou à défaut, à un proche de faire la demande expresse de l’inhumation du défunt dans cet espace, le maire
n’ayant pas à décider de sa propre initiative, le lieu de sépulture en fonction de la confession supposée du défunt, ni de vérifier la
qualité confessionnelle du défunt auprès d’un autorité religieuse ou de toute autre personne susceptible de le renseigne sur l’appartenance religieuse du défunt (…) »
26 Tribunal administratif de Marseille, 26 novembre 1996 et Conseil d’Etat, 25 octobre 2002, Mme Renault.
27 Pour les heures non-ouvrables, voir le paragraphe sur la mise à disposition des locaux et équipements communaux.
28 Article 225-3 alinéa 4 du code pénal.
29 Cela explique que la mixité puisse ne pas être pratiquée par les associations gérant des équipes sportives de handball, basket, football, gymnastique, athlétisme, boxe, etc.
- 51 -
PR EM I ER M I N IST R E
La gestion
du fait
religieux dans
l’entreprise
privée
Observatoire
de la laïcité
- 53 -
La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée
La laïcité est un principe constitutionnel qui juridiquement ne s’applique qu’à l’Etat, aux collectivités territoriales
et aux services publics. Au-delà de cette définition juridique, la laïcité est aussi une valeur républicaine qui
rassemble des femmes et des hommes qui, quelles que soient leurs appartenances religieuses ou
philosophiques, sont libres et égaux en droit. La laïcité ne place aucune opinion au-dessus des autres et
permet la libre expression de ses convictions dans le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre
public.
Dans le cadre de l’entreprise privée, la prise en compte de la manifestation des convictions en matière religieuse
par le salarié suppose de trouver un équilibre entre cette liberté, la liberté des autres et la bonne marche de
l’entreprise.
Face aux difficultés pratiques que rencontrent certains professionnels à juger de cet équilibre, l'Observatoire
de la laïcité a souhaité établir un guide rappelant les réponses, encadrées par le droit, aux cas concrets relevant
du fait religieux dans le monde du travail.
Le cadre général
1. La liberté de conviction est un droit fondamental, consacré par la Convention
européenne des droits de l’homme (CEDH).
L’article 9 de la CEDH1 s’applique à l’ensemble des convictions personnelles,
politiques, philosophiques, morales ou religieuses.
Selon l’interprétation qu’en donne la Cour européenne des droits de l’homme, cette
liberté implique celle d’adhérer ou non à une religion et celle de la pratiquer ou de
ne pas la pratiquer.
Elle vise également le droit de ne pas révéler ses convictions.
2. Ce droit ne protège pas n’importe quel comportement qui serait motivé par
des considérations d’ordre religieux ou philosophique2.
Ainsi, certaines limites peuvent être apportées à cette liberté3, quelle que soit leur
situation dans l’entreprise : en CDI, en CDD, intérimaire, rémunéré ou bénévole,
apprenti, etc.
1 Article 9 de la CEDH : « – Liberté de pensée, de conscience et de religion / 1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience
et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction
individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites /
2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles qui, prévues par la loi, constituent
des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de l'ordre, de la santé ou de la morale
publiques, ou à la protection des droits et libertés d'autrui. »
2 Pichon et Sajous c. France (déc.), no 49853/99, CEDH 2001-X.
3 Arrêt de la Cour de cassation du 21 juin 2005 n° 02-19831 : « Le droit de manifester sa religion tel que posé à l’article 9 de la Convention
européenne des droits de l’Homme (…) n’est pas absolu mais doit être concilié avec d’autres impératifs ».
- 54 -
La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée
L’interdiction de toute discrimination
religieuse :
1. Le Préambule de la Constitution française du 27 octobre 19464 énonce :
« chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut
être lésé, dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses
opinions ou de ses croyances ».
2. Le code du travail5, conformément à la directive européenne 2000/78/CE,
interdit toute discrimination religieuse à tout stade de la vie professionnelle.
Il est ainsi précisé : « aucune personne ne doit être écartée d’une procédure de
recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de formation en
entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné, licencié, ou faire l’objet
d’une mesure discriminatoire, directe ou indirecte (…) en raison de (…) ses
convictions religieuses (…) ».
3. La discrimination religieuse se définit comme le fait de traiter de manière
défavorable une personne, en raison de ses convictions religieuses vraies ou
supposées.
Un salarié ne doit pas faire l’objet de discrimination directe ou indirecte : c’est-à-dire
qu’un critère ou une pratique apparemment neutre peut entraîner un désavantage
particulier en raison des convictions religieuses.
4. Le Conseil constitutionnel6 a affirmé le principe selon lequel « l’employeur
choisit librement ses collaborateurs (…) ».
Celui-ci bénéficie d’une grande « (…) liberté pour déterminer ses méthodes de
recrutement, tant qu’il respecte la protection des droits fondamentaux du
candidat (...) »
Ainsi, « la sélection de ce dernier ne doit en aucun cas reposer sur un critère
de distinction interdit par la loi. Écarter une personne d’une procédure de
recrutement en se fondant sur un motif prohibé par la loi constitue une
discrimination, au sens juridique du terme. »
5. Le Code pénal7 condamne les refus d’embauche, sanctions ou licenciements
fondés sur la religion par une peine maximale de trois ans d’emprisonnement
et 45 000 euros d’amende. Par ailleurs, le code du travail précise que toute
disposition ou « tout acte pris à l’égard d’un salarié en méconnaissance des
dispositions [relatives au principe de non-discrimination] est nul »8.
6. Un règlement intérieur « ne peut comporter de dispositions discriminant les
salariés dans leur emploi ou leur travail, à capacité professionnelle égale en
raison (…) de leurs convictions religieuses9. »
4 Intégré à la Constitution deLA cinquième République (actuelle).
5 Article L. 1132-1 du code du travail.
6 Décision n.88-244 DC, paruE au JO du 21 juillet 1988.
7 Articles 225-1 à 225-4 (couvrent un champ plus large que les religions).
8 Article L1132-4 du code du travail.
9 Article L. 1321-3 du code du travail.
- 55 -
La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée
Cas concrets :
Peut-on mentionner des critères religieux dans une offre d’emploi ?
Non. Aucune offre d’emploi ne peut faire référence aux convictions religieuses des futurs candidats10.
– C’est la conséquence du principe selon lequel aucune personne ne peut être écartée d’une
procédure de recrutement en raison, notamment, de ses convictions religieuses11.
Peut-on interroger un candidat sur sa religion lors de son recrutement ?
Non. Les informations demandées à un candidat ne peuvent avoir comme finalité que
d’apprécier sa capacité à occuper l’emploi proposé ou ses aptitudes professionnelle12.
– La demande, lors d’un recrutement d’informations susceptibles de révéler les convictions
religieuses du candidat n’est pas légale13.
Peut-on refuser à un candidat qui arbore un signe religieux visible, de participer à une
procédure de recrutement ?
Non. Aucune personne ne peut être écartée d’une procédure de recrutement en raison de
ses convictions religieuses14.
– Il n’est pas interdit à un candidat de participer à un recrutement avec un signe religieux.
Le cadre général des restrictions
éventuelles à la liberté de manifester
ses convictions
1. La liberté de manifester ses convictions peut faire l’objet de certaines
limitations, non-discriminatoires, qui doivent être justifiées et proportionnées
au but recherché.
Ainsi, il n’y a pas discrimination lorsque, en raison de la nature d'une activité
professionnelle ou des conditions de son exercice, la caractéristique en cause
constitue une exigence professionnelle essentielle et déterminante, pour autant que
l'objectif soit légitime et que l'exigence soit proportionnée15.
Cette notion d’exigence professionnelle essentielle ne peut être assimilée
à des préjugés défavorables émanant de clients, de co-contractants ou de
travailleurs. Un objectif ne pourrait en effet être légitime s’il est lié à des
motifs discriminatoires.
Cas concret :
« Ainsi, la volonté de répondre à la préférence discriminatoire des clients ou d’autres
travailleurs ne peut pas être acceptée comme objectif légitime.16 »
10 Article L. 5321-2 du code du travail.
11 Article L. 1132-1 du code du travail.
12 Article L. 1221-6 du code du travail.
13 Article L. 1221-6 du code du travail.
14 Article L. 1132-1 du code du travail.
15 Article 1133-1 du code du travail, issu des articles 4 de la directive européenne 2000/43/CE et 4 § 1 de la directive 2000/78/CE
16 Arrêt Smith et Grady – Cour Européenne des Droits de l’Homme : la Cour européenne des droits de l’homme : condamnation du Royaume
Uni qui prétendait justifier l’exclusion systématique des homosexuels dans l’armée britannique par l’homophobie régnante au sein de cette
armée. La Cour a considéré que les attitudes homophobes au sein de l’armée correspondent au préjugés d’une majorité hétérosexuelle
envers une minorité homosexuelle et ne sauraient être considérées comme une justification suffisante aux atteintes portées au droits des
homosexuels pas plus que des attitudes analogues à l’égard des personnes d’origine ethnique ou de couleur différente.
- 56 -
La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée
2. Dans l’entreprise privée, les limites ne peuvent être générales et absolues,
s’appliquant à tous les salariés, sans distinction de professions ou de missions.
Le Code du travail permet à l'employeur, dans le cadre de son pouvoir de direction,
d'apporter des restrictions aux libertés individuelles et collectives au sein de
l'entreprise si elles sont justifiées par la nature de la tâche à accomplir et
proportionnées au but recherché17.
Les limites admises par la jurisprudence française concernent deux domaines18 :
La protection des individus : la manifestation de liberté de conscience
en entreprise ne doit pas entraver les règles d’hygiène, les règles de
sécurité et ne doivent pas relever du prosélytisme.
La bonne marche de l’entreprise : la manifestation de liberté de
conscience en entreprise ne doit pas entraver les aptitudes nécessaires à
l’accomplissement de la mission professionnelle, l’organisation nécessaire
à la mission et les impératifs liés à l’intérêt commercial ou à l’image de
l’entreprise.
Les différents motifs autorisant
des limitations à la manifestation
de la liberté de conviction :
1. Des restrictions peuvent trouver leur justification dans le respect de
l'organisation du travail :
Respect des horaires, respect des lieux de travail, conformité aux techniques
professionnelles utilisées, adhésion à la stratégie commerciale de l'entreprise, etc.
Cas concrets :
L'employeur ne commet aucune faute en demandant au salarié d'exécuter la tâche pour
laquelle il a été embauché dès l'instant où celle-ci n'est pas contraire à une disposition
d'ordre public. Il peut notamment être envisagé de spécifier dans un contrat de travail le
caractère impératif du port d’un uniforme précis, dans le cadre d’une mission le nécessitant,
sans qu’aucune dérogation ne soit possible.
2. La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas entraver la sécurité
et l’hygiène :
17 Article L. 1121-1 du code du travail.
18 Ces critères ont été ainsi répertoriés et classifiés, à partir des délibérations de la HALDE n° 2008-32 du 3 mars 2008 et n° 2009-117
du 6 avril 2009, par Mme Dounia Bouzar, in Laïcité Mode d’emploi, 42 situations, éditions Eyrolles, 2010.
- 57 -
La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée
L’article 9-2 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme retient explicitement
des impératifs de sécurité ou de santé comme restrictions légitimes au droit de
manifester ses convictions ou opinions :
Considération de sécurité au travail19 :
Il s’agit de vérifier si la manifestation de liberté de conscience n’entraîne
pas un accroissement de risques (mécaniques ou chimiques) ;
Impératifs de santé ou d’hygiène sanitaire20 :
Il s'agit d'évaluer si la manifestation de liberté de conscience n’entraîne
pas un manquement aux conditions d'hygiène requises.
La Cour de cassation a notamment rappelé à plusieurs reprises, à propos
de la visite médicale obligatoire, que le salarié ne pouvait se soustraire à
l’application des dispositions impératives.
Cas concrets :
Un maçon refuse de mettre son casque de protection sur le chantier au motif que ses
convictions religieuses lui interdisent de couper ses cheveux ; un machiniste refuse de tailler
ou de protéger sa barbe au motif que ses convictions lui interdisent de raser sa barbe ; une
chimiste refuse d’ôter son foulard au motif que ses convictions religieuses lui interdisent de
montrer ses cheveux ; un salarié refuse la visite médicale au motif que sa religion lui interdit
de se dévêtir devant une personne de sexe opposé, etc.
3. Un salarié ne doit pas faire de prosélytisme :
Il s’agit d’évaluer si la personne concernée fait état d’un zèle ardent pour recruter de
nouveaux adeptes à un culte donné et/ou s’il tente d’imposer ses idées et ses convictions
à autrui.
La Cour Européenne des Droits de l’Homme retient que « le port de certains
vêtements (par exemple : le foulard pour les femmes musulmanes, la kippa ou
le turban pour les hommes de confession juive ou sikh) relève d’abord de
l’accomplissement d’une pratique religieuse avant d’être l’expression publique
de l’appartenance à une religion. »21 Ce n’est donc pas en soi caractéristique d’un
comportement prosélyte.
Un règlement intérieur ne peut interdire de manière générale et absolue « les discussions
politiques ou religieuses et, d’une manière générale, toute conversation étrangère au
service. » 22
Le Conseil d’Etat a considéré que ces dispositions du règlement intérieur
excédaient l’étendue du pouvoir de l’employeur « eu égard à l’atteinte
qu’elles portaient aux droits de la personne »23.
Si le salarié est en droit d’exprimer librement ses convictions dans
l’entreprise, il ne peut le faire que dans les limites que constituent l’abus
du droit d’expression, le prosélytisme ou les actes de pression ou
d’agression à l’égard d’autres salariés.
19 Point 40 de la délibération 2009-117 de la HALDE du 6 avril 2009.
20 Point 41 de la délibération précitée.
21 Arrêt de la CEDH dit Sahin c/ Turquie.
22 Arrêt du Conseil d’Etat du 25 janvier 1989.
23 Arrêt du Conseil d’Etat du 25 janvier 1989.
- 58 -
La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée
Dans cette situation, il pourrait être invoqué l’obligation de protection
de l’employeur à l’égard de ses salariés telle qu’elle ressort des
articles L-4121-1 et L-1152-4 du Code du travail.
Cas concrets :
Un salarié profite de ses fonctions de formateur pour faire du prosélytisme24 ; un salarié
multiplie les « digressions ostentatoires orales sur sa religion »25 ; un autre « dépasse le
cadre normal de la liberté d’expression »26 ; l’animateur d’un camp de centre de loisirs
procède à la lecture de la Bible et distribue des prospectus des témoins de Jéhovah dans le
cadre de son activité27 ; etc.
4. La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas entraver les aptitudes
nécessaires à la mission :
Il s’agit de vérifier si la manifestation de liberté de conscience entraîne une altération
des aptitudes nécessaires à son travail, en utilisant une grille de lecture comparable
à celle pouvant être utilisée pour d’autres situations qui empêcheraient, de manière
provisoire ou définitive, le salarié d’effectuer son travail (alcool, accident du travail, etc.).
« Si l’employeur est tenu de respecter les convictions religieuses de son
salarié, celles-ci, sauf clause expresse, n’entrent pas dans le cadre du
contrat de travail, et l’employeur ne commet aucune faute en demandant
au salarié d’exécuter la tâche pour laquelle il a été embauché dès
l’instant que celle-ci n’est pas contraire à l’ordre public. »28
Cas concrets :
Un salarié travaillant dans le rayon boucherie d’un magasin d’alimentation refuse d’être en
contact avec la viande de porc29 ; une cuisinière ne veut pas goûter aux plats de viande non
égorgée et refuse de toucher les bouteilles de vin en se prévalant de ses convictions
religieuses 30 ; un manager refuse d’être sous l’autorité d’une femme dans le cadre de son
travail au nom de ses convictions religieuses, etc.
5. La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas entraver l’organisation
nécessaire à la mission :
Il s'agit d'évaluer si la manifestation de liberté de conscience entraîne un problème
organisationnel au sein de l'équipe31 ou pour la réalisation de la mission32.
Concernant les demandes d’absences liées aux fêtes religieuses, le refus de l’employeur
est possible s’il est justifié par les impératifs liés à la bonne marche de l’entreprise33.
24 Cour de cassation, chambre sociale, 28 septembre 1993.
25 La Cour d’appel de Basse-Terre, dans sa décision en date du 6 novembre 2006 (06/00095), a reconnu comme fondé sur un motif réel
et sérieux le licenciement d’un salarié multipliant les « digressions ostentatoires orales sur la religion ».
26 La Cour d’appel de Rouen, dans sa décision du 25 mars 1997 (95/04028) a reconnu la faute d’un salarié qui avait développé un prosélytisme « dépassant le cadre normal de la liberté d’expression ».
27 Conseil de prud’hommes (CPH) de Toulouse, 9 juin 1997, Cahiers prud’homaux 1997, page 156.
28 Cour de cassation, arrêt du 24 mars 1998, RJS 6/98 n° 701.
29 Cour de cassation, arrêt du 24 mars 1998, RJS 6/98 n° 701.
30 Cour d’appel de Pau, arrêt du 18 mars 1998.
31 Par exemple : une inégalité des conditions de travail.
32 Par exemple : le respect des délais et le rythme de travail.
33 Cour de cassation, arrêt du 16 septembre 1981.
- 59 -
La gestion du fait religieux dans l’entreprise privée
L’acceptation ou non d’aménagements d’horaires pendant les périodes de jeûne sera
motivée de la même façon.
La HALDE a rappelé que les autorisations peuvent être refusées par l’employeur si
cette décision est justifiée par la nécessité avérée de la présence du salarié concerné
à cette date34.
Cas concrets :
Un salarié demande une autorisation d’absence pour une fête religieuse au dernier moment
et cela perturberait l’organisation du service35 ; un coordinateur refuse d’assister (même
sans manger) à des déjeuners professionnels pendant la période de son jeûne ; 60% du
service demande le même jour une autorisation d’absence pour fête religieuse, etc.
6. La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas entraver les
impératifs commerciaux liés à l’intérêt de l’entreprise :
De manière générale, « l’entreprise ne peut être érigée en lieu neutre en l’absence
d’une disposition législative venant restreindre la liberté de conviction, qui
comprend celle de manifester sa religion »36 .
Aussi, un employeur ne peut invoquer le fait que l’entreprise souhaite
privilégier une image de neutralité pour demander ou imposer au salarié
d’adopter une tenue neutre.
Cela ne signifie pas que l’employeur ne puisse pas refuser un signe
religieux : « les impératifs commerciaux, dans le cadre d’une relation
avec la clientèle, liés à l’intérêt de l’entreprise, peuvent justifier une
restriction apportée au port d’un signe religieux. »37
Mais le simple fait d’être au contact de la clientèle n’est pas en soi une
justification légitime pour restreindre la liberté de religion du salarié.
Ainsi, par exemple, « l’interdiction du port du foulard doit être fondée
sur des justifications précises tenant à la nature de l’activité
exercée. » 38
Ce critère suppose une évaluation minutieuse, au cas par cas, selon les
situations39.
34 Délibération n° 2007- 301 du 14 novembre 2007.
35 Cour de cassation, 16 décembre 1981, n° 79-41.300, Bull. civ. 1981, V, n° 968 ; D. 1982, inf. rap. p. 315, note J. Frossard.
36 Délibération de la HALDE n° 2008-32 du 3 mars 2008.
37 Délibération de la HALDE n° 2008-32 du 3 mars 2008.
38 Cour d’appel de Paris du 19 juin 2003.
39 Cf. l’arrêt de la cour d’appel de Saint-Denis-de-la-Réunion, du 9 septembre 1997 (97/703306) qui a admis le licenciement, « pour
cause réelle et sérieuse », d’une salariée musulmane refusant d’adopter une tenue conforme à « l’image de marque » de l’entreprise.
En l’espèce, le vêtement recouvrait l’intéressée de la tête aux pieds alors que la salariée ne portait pas ce type de tenues lors de son
embauche. D’autre part, l’intéressée, vendeuse d’articles de mode féminin, portait un vêtement qui ne reflétait pas l’image véhiculée
par la boutique de mode dans laquelle elle était employée et dont elle devait refléter la tendance en raison de son rôle de conseil à la
clientèle : ce cas d’espèce n’est cependant pas généralisable à toutes les situations. La jurisprudence se fait in concreto.
- 60 -
PR EM I ER M I N IST R E
Laïcité et Gestion
du fait religieux
dans les structures
Socio-éducatives
Observatoire
de la laïcité
- 61 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
La laïcité est une valeur républicaine qui rassemble les femmes et les hommes qui, quelles que soient leurs
appartenances religieuses ou philosophiques, sont libres et égaux en droit.
La laïcité ne place aucune opinion au-dessus des autres et permet la libre expression de ses convictions dans
le respect de celles d’autrui et dans les limites de l’ordre public.
Le fonctionnement des structures socio-éducatives et le projet éducatif de l’équipe accueillante1, qui constituent
la base de la prise en charge des enfants, sont portés à la connaissance et acceptés par les familles. Ils ne
doivent pas être perturbés ou remis en cause par des revendications à caractère religieux.
Pour faire face à d’éventuelles difficultés pratiques, l'Observatoire de la laïcité a souhaité établir un guide
rappelant les bonnes pratiques et les réponses, encadrées par le droit, aux cas concrets relevant du fait
religieux dans le secteur des structures socio-éducatives2, tant pour les salariés (I) que pour les usagers (II).
Ne sont pas traitées dans ce guide les structures confessionnelles.
1 Loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale.
2 Ce guide a été élaboré notamment à partir des travaux de l’Observatoire de la laïcité, de la Ligue de l’enseignement et des recherchesactions réalisées entre 2008 et 2014 par le cabinet Bouzar expertises avec trois cent travailleurs sociaux des communes de Villefontaine,
Brest, Grenoble Métropole, Saint Martin d’Hères, du centre Profession Banlieue de Saint Denis (Centre de ressources de la ville destiné
aux professionnels travaillant dans les quartiers en difficulté), avec le centre Trajectoire Ressources (Centre de ressources des acteurs
de la ville en Bourgogne et Franche-Comté) et le centre de ressources politique de la ville Bretagne et Pays de Loire.
- 62 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
Le cadre général pour les salariés :
A. Les principes :
a) L’interdiction de toute discrimination religieuse :
1. Le Préambule de la Constitution française du 27 octobre 1946 3 énonce :
“chacun a le devoir de travailler et le droit d’obtenir un emploi. Nul ne peut être lésé,
dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses
croyances”.
2. Le code du travail 4, conformément à la directive européenne 2000/78/CE, interdit
toute discrimination religieuse à tout stade de la vie professionnelle.
Il est ainsi précisé : “aucune personne ne peut être écartée d’une
procédure de recrutement ou de l’accès à un stage ou à une période de
formation en entreprise, aucun salarié ne peut être sanctionné,
licencié, ou faire l’objet d’une mesure discriminatoire, directe ou
indirecte (…) en raison de (…) ses convictions religieuses (…)”.
3. La discrimination religieuse se définit comme le fait de traiter de manière
défavorable une personne, en raison de ses convictions religieuses réelles ou
supposées.
Un salarié ne doit pas faire l’objet de discrimination directe ou indirecte. Par
« discrimination indirecte » en matière religieuse, on entend un critère ou
une pratique apparemment neutre qui entraînerait un désavantage
particulier en raison des convictions religieuses, à moins que cette
disposition, ce critère ou cette pratique soit objectivement justifié par un
but légitime et que les moyens pour réaliser ce but soient nécessaires et
appropriés 5.
3 Intégré à la Constitution de la cinquième République (actuelle).
4 Article L. 1132-1 du code du travail.
5 Définition disponible sur le site du Défenseur des Droits. Références juridiques : article 1er de la loi n° 2008-496 du 27 mai 2008 portant diverses dispositions d'adaptation au droit communautaire dans le domaine de la lutte contre les discriminations ; article L. 11321 du code du travail ; délibération n°2007-239 de la HALDE.
- 63 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
Cas concret : un directeur de MJC recrute des animateurs pour son camp VTT au mois
d’août, proposé aux adolescents les plus difficiles du quartier. Lors des entretiens
d’embauche, il n’est pas discriminatoire de rappeler l’exigence de résistance physique
des animateurs comme aptitude nécessaire à la mission. Tous les animateurs doivent
s’engager à se maintenir dans un état physique leur permettant d’effectuer, par exemple,
6 heures de VTT par jour tout en prenant en charge le groupe d’adolescents
(alimentation saine, sommeil suffisant, etc.). En revanche, est discriminatoire de
demander, par exemple, à un candidat ayant un prénom d’origine maghrébine s’il
compte « faire le ramadan » anticipant ainsi sur son manque de résistance physique.
4. Le Conseil constitutionnel 6 a affirmé le principe selon lequel “l’employeur
choisit librement ses collaborateurs (…)”.
L’employeur bénéficie d’une grande “(…) liberté pour déterminer ses
méthodes de recrutement, tant qu’il respecte la protection des droits
fondamentaux du candidat (...)”
Ainsi, “la sélection de ce dernier ne doit en aucun cas reposer sur un
critère de distinction interdit par la loi. Écarter une personne d’une
procédure de recrutement en se fondant sur un motif prohibé par la
loi constitue une discrimination, au sens juridique du terme.”
5. Le Code pénal 7 condamne les refus d’embauche, sanctions ou licenciements
fondés sur la religion par une peine maximale de trois ans d’emprisonnement et
45 000 euros d’amende. Par ailleurs, le code du travail précise que toute disposition
ou “tout acte pris à l’égard d’un salarié en méconnaissance des dispositions
[relatives au principe de non-discrimination] est nul” 8.
6. Un règlement intérieur “ne peut comporter de dispositions discriminant les
salariés dans leur emploi ou leur travail, à capacité professionnelle égale en
raison (…) de leurs convictions religieuses 9.”
b) Les professionnels de la jeunesse relevant du droit public :
L’obligation de neutralité n’est pas la même selon que le professionnel travaille dans
une structure publique (et représente ainsi l’administration publique) ou privée.
L’obligation de neutralité s’applique aux professionnels de la jeunesse du secteur
public, fonctionnaires, assimilés ou salariés.
Ils ne peuvent porter aucun signe religieux visible ou faire du prosélytisme de quelque
façon que ce soit.
Tout usager, quelles que soient ses convictions, doit pouvoir s’adresser à un agent du
service public, représentant l’Etat ou l’administration publique, qui lui garantit, par
son impartialité, une égalité de traitement.
6 Décision n.88-244 DC, paru au JO du 21 juillet 1988.
7 Articles 225-1 à 225-4 (couvrent un champ plus large que les religions).
8 Article L1132-4 du code du travail.
9 Article L. 1321-3 du code du travail
- 64 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
c) Les professionnels de la jeunesse relevant du droit privé :
1. La liberté de religion ou de conviction est un droit fondamental, consacré par
la Convention européenne des droits de l’homme (CEDH).
L’article 9 de la CEDH 10 s’applique à l’ensemble des convictions personnelles,
politiques, philosophiques, morales ou religieuses.
Selon l’interprétation qu’en donne la Cour européenne des droits de l’homme,
cette liberté implique celle d’adhérer ou non à une religion et celle de la pratiquer
ou de ne pas la pratiquer.
– Elle comporte également le droit de ne pas révéler ses convictions.
2. Ce droit ne protège pas n’importe quel comportement qui serait motivé par
des considérations d’ordre religieux, philosophique 11 ou politique.
Ainsi, certaines limites peuvent être apportées à la manifestation de la liberté
de religion ou de conviction 12, quelle que soit la situation des salariés dans
la structure d’accueil : en CDI, en CDD, intérimaire, rémunéré ou bénévole,
apprenti, etc.
Si les salariés ne sont pas tenus par la loi à une totale neutralité, leur mission
socio-éducative suppose une égalité de traitement et l’exclusion de toute
forme de pression prosélyte.
Cas concret : Au nom de ses convictions, un professionnel de la jeunesse ne peut ni
interdire aux enfants et jeunes dont il a la charge d’écouter certaines musiques, ni
imposer ses propres prescriptions religieuses, notamment en matière alimentaire.
B. Les restrictions possibles à la liberté
de manifester ses convictions :
Dans les structures socio-éducatives publiques, le professionnel de la jeunesse
représentant l’administration publique, la neutralité est totale.
Ce chapitre concerne exclusivement les structures privées :
Les structures socio-éducatives agréées ont pour finalités le développement d’une
citoyenneté responsable, active, critique et solidaire et la promotion de l’égalité et de
la mixité.
10 Article 9 de la CEDH : “– Liberté de pensée, de conscience et de religion / 1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de
conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l'enseignement, les pratiques et l'accomplissement des rites / 2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l'objet d'autres restrictions que celles
qui, prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection de
l'ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d'autrui.”
11 Pichon et Sajous c. France (déc.), no 49853/99, CEDH 2001-X.
12 Arrêt de la Cour de cassation du 21 juin 2005 n° 02-19831 : “Le droit de manifester sa religion tel que posé à l’article 9 de la Convention européenne des droits de l’Homme (…) n’est pas absolu mais doit être concilié avec d’autres impératifs”.
- 65 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
Les exigences d’impartialité et de “juste distance” demandées aux professionnels
de la jeunesse sont justifiées et proportionnées par la nature de leur tâche
socio-éducative.
Ces exigences permettent de garantir les mêmes conditions d’accueil, de pédagogie,
d’éveil à tous les enfants et à tous les jeunes, afin d’éviter toute forme de discrimination.
Enfin, s’ils ne sont pas légalement investis de l’autorité parentale sur les enfants qui
leur sont confiés, les professionnels de la jeunesse sont détenteurs, de fait, d’une des
prérogatives découlant de l’autorité parentale : un devoir de protection et de surveillance.
a) Cadre général :
Ce cadre général rappelle les règles applicables dans toute structure
(association ou entreprise) privée, conformément au code du travail 13.
1. La liberté de manifester ses convictions peut faire l’objet de certaines
limitations, non-discriminatoires, qui doivent être justifiées et proportionnées
au but recherché.
Ainsi, il n’y a pas discrimination lorsque, en raison de la nature d'une activité
professionnelle ou des conditions de son exercice, la caractéristique en cause
constitue une exigence professionnelle essentielle et déterminante, pour
autant que l'objectif soit légitime et que l'exigence soit proportionnée 14.
– Cette notion d’exigence professionnelle essentielle ne peut être
assimilée à des préjugés défavorables émanant de clients, d’usagers,
de co-contractants ou de travailleurs. Un objectif ne pourrait en effet
être légitime s’il est lié à des motifs discriminatoires.
– “Ainsi, la volonté de répondre à la préférence discriminatoire
des clients ou d’autres travailleurs ne peut pas être acceptée
comme objectif légitime. 15”
2. Dans une structure privée, les limites ne peuvent être générales et absolues,
s’appliquant à tous les salariés, sans distinction de professions ou de missions.
Le Code du travail permet à l'employeur, dans le cadre de son pouvoir de
direction, d'apporter des restrictions aux libertés individuelles et collectives au
sein de l'entreprise ou de la structure d’accueil privée si elles sont justifiées
par la nature de la tâche à accomplir et proportionnées au but
recherché 16.
13 Se référer au guide de l’Observatoire de la laïcité « Gestion du fait religieux dans l’entreprise privée » (en accès libre sur le site
www.laicite.gouv.fr) pour plus de détails.
14 Article 1133-1 du code du travail, issu des articles 4 de la directive européenne 2000/43/CE et 4 § 1 de la directive 2000/78/CE.
15 Arrêt Smith et Grady, Cour Européenne des Droits de l’Homme : la Cour européenne des droits de l’homme : condamnation du
Royaume Uni qui prétendait justifier l’exclusion systématique des homosexuels dans l’armée britannique par l’homophobie régnante
au sein de cette armée. La Cour a considéré que les attitudes homophobes au sein de l’armée correspondent au préjugés d’une majorité
hétérosexuelle envers une minorité homosexuelle et ne sauraient être considérées comme une justification suffisante aux atteintes
portées au droits des homosexuels pas plus que des attitudes analogues à l’égard des personnes d’origine ethnique ou de couleur
différente.
16 Article L. 1121-1 du code du travail.
- 66 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
Les limites admises par la jurisprudence française concernent deux
domaines 17 :
– La protection des individus : la manifestation de la liberté de
conscience en entreprise ne doit pas aller à l’encontre des règles
d’hygiène et de sécurité. Elles ne doivent pas non plus relever du
prosélytisme.
– La bonne marche de l’entreprise ou de la structure d’accueil :
la manifestation de liberté de conscience en entreprise ne doit pas
mettre en cause les aptitudes nécessaires à l’accomplissement de la
mission professionnelle, l’organisation nécessaire à la mission et
les impératifs liés à l’intérêt commercial ou à l’image de l’entreprise.
Ainsi, le fait pour un candidat de s’engager, en signant son contrat de
travail, à mettre en œuvre certaines aptitudes, puis de s’y soustraire
au motif de ses convictions religieuses peut être constitutif d’une
faute professionnelle.
Cas concret : une animatrice postule pour un centre de loisirs et refuse de se
mettre en maillot de bain lorsqu’elle accompagne les enfants à la piscine.
b) Les différents motifs autorisant des limitations à la manifestation
de la liberté de conviction des salariés :
Des restrictions peuvent trouver leur justification dans le respect de
l'organisation du travail :
Respect des horaires, respect des lieux de travail,
La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas entraver la sécurité
et l’hygiène :
L’article 9-2 de la Convention Européenne des Droits de l’Homme retient
explicitement des impératifs de sécurité, de santé ou d’hygiène comme
restrictions légitimes au droit de manifester ses convictions ou opinions 18.
Un salarié ne doit pas faire de prosélytisme :
1. Il s’agit d’évaluer si la personne concernée fait état d’un zèle ardent pour recruter
de nouveaux adeptes à un culte donné et/ou s’il tente d’imposer ses idées et ses
convictions à autrui.
2. La Cour Européenne des Droits de l’Homme retient que “le port de certains vêtements
(par exemple : le foulard pour les femmes musulmanes, la kippa ou le turban pour
les hommes de confession juive ou sikh) relève d’abord de l’accomplissement d’une
pratique religieuse avant d’être l’expression publique de l’appartenance à une
religion.” 19 Ce n’est donc pas en soi caractéristique d’un comportement prosélyte.
17 Ces critères ont été ainsi répertoriés et classifiés, à partir des délibérations de la HALDE n° 2008-32 du 3 mars 2008 et n° 2009-117
du 6 avril 2009, par Mme Dounia Bouzar, in Laïcité Mode d’emploi, 42 situations, éditions Eyrolles, 2010.
18 Se référer au guide de l’Observatoire de la laïcité « Gestion du fait religieux dans l’entreprise privée » (en accès libre sur le site
www.laicite.gouv.fr) pour plus de détails.
19 Arrêt de la CEDH dit Sahin c/ Turquie.
- 67 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
3. Un règlement intérieur ne peut interdire de manière générale et absolue
“les discussions politiques ou religieuses et, d’une manière générale, toute
conversation étrangère au service.” 20
Le Conseil d’Etat a considéré que des dispositions d’un règlement intérieur
imposant une “interdiction générale et absolue” excédaient l’étendue du
pouvoir de l’employeur “eu égard à l’atteinte qu’elles portaient aux droits
de la personne” 21.
– Si le salarié est en droit d’exprimer librement ses convictions dans
l’entreprise, il ne peut le faire que dans les limites que constituent
l’abus du droit d’expression, le prosélytisme ou les actes de
pression ou d’agression à l’égard d’autres salariés.
– Dans cette situation, il pourrait être invoqué l’obligation de
protection de l’employeur à l’égard de ses salariés telle qu’elle
ressort des articles L-4121-1 et L-1152-4 du Code du travail.
Cas concrets :
Un salarié profite de ses fonctions de formateur pour faire du prosélytisme 22.
Un animateur d’un camp de centre de loisirs procède à la lecture de la Bible et
distribue des prospectus des témoins de Jéhovah dans le cadre de son activité 23.
4. La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas mettre en cause
les aptitudes nécessaires à la mission :
Le cadre socio-éducatif requiert des salariés des aptitudes spécifiques.
a - Il s’agit de vérifier si la manifestation de la liberté de religion ou de
conviction entraîne une altération des aptitudes nécessaires à son travail,
en utilisant une grille de lecture comparable à celle pouvant être utilisée
pour d’autres situations qui empêcheraient, de manière provisoire ou
définitive, le salarié d’effectuer son travail (alcool, accident du travail, etc.).
Ainsi : “Si l’employeur est tenu de respecter les convictions religieuses de
son salarié, celles-ci, sauf clause expresse, n’entrent pas dans le
cadre du contrat de travail et l’employeur ne commet aucune faute
en demandant au salarié d’exécuter la tâche pour laquelle il a été
embauché dès l’instant que celle-ci n’est pas contraire à l’ordre public.” 24
5. La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas entraver l’organisation
nécessaire à la mission :
a - Il s'agit d'évaluer si la manifestation de liberté de conscience
entraîne un problème organisationnel au sein de l'équipe 25 ou pour
la réalisation de la mission 26.
20 Arrêt du Conseil d’Etat du 25 janvier 1989.
21 Arrêt du Conseil d’Etat du 25 janvier 1989.
22 Cour de cassation, chambre sociale, 28 septembre 1993.
23 Conseil de prud’hommes (CPH) de Toulouse, 9 juin 1997, Cahiers prud’homaux 1997, page 156.
24 Cour de cassation, arrêt du 24 mars 1998, RJS 6/98 n° 701.
25 Par exemple : une inégalité des conditions de travail.
26 Par exemple : le respect des délais et le rythme de travail.
- 68 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
b - Concernant les demandes d’absences liées aux fêtes religieuses, le refus
de l’employeur est possible s’il est justifié par les impératifs liés à la
bonne marche de la structure 27.
c - L’acceptation ou non d’aménagements d’horaires pendant les périodes
de jeûne sera motivée de la même façon.
d - La HALDE avait rappelé que les autorisations peuvent être refusées par
l’employeur si ce refus est justifié par la nécessité avérée de la présence
du salarié concerné à cette date 28.
Cas concrets :
Un salarié demande une autorisation d’absence pour une fête religieuse au
dernier moment et cela perturberait l’organisation de la structure 29. Un
coordinateur refuse d’assister (même sans manger) à des déjeuners
professionnels pendant la période de son jeûne, etc.
Un animateur de centre de loisirs refuse d’être sous l’autorité d’une femme
dans le cadre de son travail au nom de ses convictions religieuses.
6. La manifestation de la liberté de conscience ne doit pas entraver les
impératifs liés à l’intérêt de la structure et à sa pérennité :
a - Ce critère suppose une évaluation minutieuse, au cas par cas, selon les
situations 30 et ne connait pas de jurisprudence dans le cas de structures
socio-éducatives 31.
27 Cour de cassation, arrêt du 16 septembre 1981.
28 Délibération n° 2007- 301 du 14 novembre 2007.
29 Cour de cassation, 16 décembre 1981, n° 79-41.300, Bull. civ. 1981, V, n° 968 ; D. 1982, inf. rap. p. 315, note J. Frossard.
30 Cf. l’arrêt de la cour d’appel de Saint-Denis-de-la-Réunion, du 9 septembre 1997 (97/703306) qui a admis le licenciement, « pour
cause réelle et sérieuse », d’une salariée musulmane refusant d’adopter une tenue conforme à « l’image de marque » de l’entreprise.
En l’espèce, le vêtement recouvrait l’intéressée de la tête aux pieds alors que la salariée ne portait pas ce type de tenues lors de son
embauche. D’autre part, l’intéressée, vendeuse d’articles de mode féminin, portait un vêtement qui ne reflétait pas l’image véhiculée
par la boutique de mode dans laquelle elle était employée et dont elle devait refléter la tendance en raison de son rôle de conseil à la
clientèle : ce cas d’espèce n’est cependant pas généralisable à toutes les situations. La jurisprudence se fait in concreto.
31 Se référer au guide de l’Observatoire de la laïcité « Gestion du fait religieux dans l’entreprise privée » (en accès libre sur le site
www.laicite.gouv.fr) pour plus de détails.
- 69 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
Le cadre général pour les usagers
Les structures socio-éducatives sont “des lieux de rencontres et d’échanges entre
les générations”. Elles “favorisent le développement des liens familiaux et sociaux” 32.
Les activités et sorties sont conçues dans une perspective d’accueil de tous, sans
distinction ou discrimination. Aucun règlement intérieur ou projet éducatif ne peut
venir limiter de manière absolue et systématique la liberté de manifester ses convictions
des usagers.
L’accueil, l’écoute, le respect de chacun rendent possible le dialogue. Les individus
deviennent des acteurs solidaires lorsqu’ils s’engagent dans des rapports sociaux
qu’ils contribuent à constituer, tels que les liens de voisinage, la convivialité, la
solidarité de groupe, les rencontres interculturelles, les engagements citoyens 33.
Une structure socio-éducative reconnaît et respecte la pluralité de son public
et les convictions personnelles et religieuses de chacun.
La loi du 2 janvier 2002, rénovant l’action sociale et l’action médico-sociale, fait du
respect des droits des personnes une question décisive. L’article 11 de la “charte
des droits et libertés des usagers des services sociaux », prévue par la loi,
reconnaît à chacun le droit à la pratique religieuse, dans la mesure où il “ne
trouble pas le fonctionnement normal des établissements et des services” et
“ne porte pas atteinte à la liberté d’autrui”. Dès leur arrivée, un livret d’accueil,
auquel est annexée cette charte 34, est remis aux jeunes.
Le refus d’inscription d’un jeune en raison de son appartenance ou de sa
pratique religieuse réelle ou supposée constitue une discrimination et, comme
indiqué au début de ce guide, est pénalement répréhensible.
Les conditions d’une participation à certains séjours de vacances :
Le droit commun s’applique à tous les jeunes, quel que soit le motif d’une
éventuelle faiblesse physique supposée ou réelle. La participation à certains
séjours sportifs peut donc nécessiter un certificat médical attestant notamment
d’une bonne résistance physique et présenté par les parents consentants.
Cas concret : Si un animateur constate pendant le déroulement d’une activité qu’un
jeune n’est plus, quelle qu’en soit la raison, en possession de ses capacités physiques,
il ne l’autorisera pas à poursuivre l’activité en question : il sera considéré et géré comme
tout enfant malade ou affaibli. L’animateur, en relation avec le responsable des soins,
jugera l’aptitude réelle du jeune et pourra éventuellement (ou pas) l’autoriser à
reprendre les activités avec le reste du groupe.
32 Circulaire de 1995 sur la mission des centres sociaux.
33 Charte fédérale des centres sociaux et socioculturels de France, juin 2000.
34 Loi du 2 janvier 2002 rénovant l’action sociale et médico-sociale.
- 70 -
Laïcité et Gestion du fait religieux dans les structures Socio-éducatives
Exemples de revendications d’usagers :
1. La gestion des repas en commun :
Les repas sont des moments importants de la vie collective au sein des
structures socio-éducatives. L’équilibre alimentaire, la qualité et la quantité
des repas, la découverte de la gastronomie régionale, le plaisir de manger et
de partager sont pour de nombreuses structures des objectifs importants.
Cas concrets :
Les structures peuvent ainsi proposer des menus avec ou sans viande, sans demande
de justification mais à condition que cela ne génère pas une ségrégation spatiale au
moment du repas. Les régimes alimentaires médicaux ou antiallergiques sont respectés
en conformité avec le certificat médical.
La gestion du ramadan ne doit pas entraver le fonctionnement de la structure éducative.
De manière générale, les professionnels sont attentifs à trouver une approche pour que
cette pratique religieuse ne sépare pas les uns des autres. Programmer un repas à
l’heure habituelle sans tenir compte du ramadan n’est pas convivial ni inclusif pour
ceux qui jeûnent, mais programmer un repas pour tous à l’heure de « la rupture du jeûne
» aligne implicitement l’ensemble de la structure sur une prescription religieuse, ce qui
n’est pas admissible. Les solutions sont généralement élaborées, selon les situations,
directement avec les usagers.
2. Les demandes de prières :
Cas concret : La restriction à la dimension individuelle dans un espace intime protège
le bon fonctionnement du camp et prévient les pressions et les segmentations sans
entraver les libertés individuelles fondamentales. En effet, la question se pose parfois
dans les camps de vacances de manière collective. Le refus de la prière collective n’est
pas discriminatoire dans la mesure où chaque jeune peut prier s’il le souhaite, de
manière individuelle, dès lors qu’il n’est pas porté atteinte au bon fonctionnement du
camp de vacances.
3. Le port de signes religieux :
Le port de signes religieux ne doit pas aller à l’encontre des règles d’hygiène
et de sécurité.
Cas concret : Cela suppose de veiller à la compatibilité entre le port du signe et le
respect des règles d’hygiène et de sécurité dans le cas de certaines activités, comme
par exemple, en cas d’activités physiques et sportives.
Sur de nombreux terrains, les équipes de professionnels gèrent les
comportements liés à la visibilité au cas par cas, dans l’objectif que le port
d’un signe ne provoque pas de séparation entre les jeunes (entre filles et
garçons mais aussi entre filles), ni de pression entre jeunes ou de refus pour
effectuer telle ou telle activité.
Si une interdiction générale n’est pas conforme au principe de la liberté de
religion ou de conviction, un comportement accompagnant le port de
signe d’un usager ne doit ni troubler le fonctionnement normal de
l’établissement et des services, ni porter atteinte à la liberté d’autrui.
- 71 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 16 septembre 2014
Audition de Mme Marisol Touraine,
ministre des Affaires sociales, de la Santé
et des Droits des femmes
« Monsieur le Président de l’Observatoire de la laïcité, mesdames et messieurs les membres, je
voudrais tout d’abord vous remercier de votre invitation.
Avant de revenir sur certains des points que vous avez évoqués, Monsieur le Président, je voudrais
attirer votre attention sur le fait qu’il me semble nécessaire d’adopter une approche ouverte et
bienveillante de la laïcité.
C’est important dans le contexte actuel puisque certains essaient de promouvoir une laïcité de
combat qui aurait pour but une neutralisation complète de l’espace public.
Pour beaucoup, la première définition de la laïcité qui vient à l’esprit consiste à reléguer l’expression
religieuse à l’espace privé, comme si on avait oublié que certains jours de la semaine des personnes
se rassemblent pour pratiquer leur religion dans des lieux de cultes publics et ouverts à tous.
Pour ma part, je veux donc promouvoir une laïcité qui s’affirme comme protectrice des libertés. Et je
regrette l’utilisation maladroite du mot laïcité dans des situations qui n’ont pas nécessairement avoir
avec la laïcité. On utilise aujourd’hui ce terme pour définir un ensemble de principes, comme si la
République était définit par la laïcité et que les principes d’Égalité, de Fraternité et de Liberté
découlaient eux-mêmes du principe de laïcité.
Je ne crois pas que nous ayons intérêt à considérer que l’interdiction ou la disparition de toute
expression religieuse dans l’espace public serait la solution aux communautarismes que nous
pouvons voir apparaître, ce serait même l’effet inverse qui se produirait.
La question de la laïcité prend une coloration particulière dans le champ de la santé pour 4 principales
raisons :
Le
droit applicable aux structures de santé dépend de leur statut privé ou public.
Ces
établissements accueillent des personnes en situation de vulnérabilité.
Ces
personnes accueillies dans ces établissements, le sont parfois durablement, et doivent
à ce titre conserver leur liberté religieuse.
Beaucoup
d’établissements sociaux et médico-sociaux sont marqués par leur héritage
historique, puisque certains étaient anciennement gérés par des responsables religieux.
Il y a en réalité peu d’affaires à caractère retentissant. Ainsi, je n’ai – depuis plus de 2 ans que j’occupe
ce poste – jamais été saisie d’une situation qui aurait été réellement conflictuelle. Je laisse de côté
l’affaire « Baby-loup ». Je n’ai eu à intervenir ni dans un établissement social ni dans un établissement
de santé. Même si, en revanche, certains cas nous sont remontés concernant des caisses d’allocation
familiale et CPAM, où il n’y a pas de services de soins.
- 73 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le rapport de 2013 établi par la direction générale de l’offre de soins ne montre pas de tensions
particulières concernant ces questions.
De plus, je me déplace moi-même énormément dans les établissements et je n’ai jamais été saisi
d’une question relative à la laïcité, ni du côté des personnels ni du côté des patients.
À mon sens, le caractère médical de la relation a tendance à s’imposer entre les personnels des
hôpitaux et les patients, ce qui est moins le cas dans les caisses d’allocation familiale.
Le ministère de la Santé a pris des circulaires pour rappeler le principe de neutralité dans le service
public et rappeler les règles applicables.
La
première date de 2005 : elle concerne les droits et devoirs des patients. Et, en 2006 le
ministère a souhaité diffuser une charte de la personne hospitalisée. Les principes contenus
dans la charte rappellent que tous les patients doivent être traités de façon égale, que
l’établissement de santé doit respecter les croyances et convictions des personnes accueillies
et que toute personne doit pouvoir être mise en mesure de participer à l’exercice de son
culte.
De plus, c’est vous le savez un principe important, en dehors du cas spécifique des urgences,
les patients ont la liberté de choisir leur praticien. Mais cela ne doit pas aller à l’encontre des
règles d’organisation du service public. Je suis agréablement surprise de voir que les
établissements agissent de façon souple et dans le dialogue : s’il l’organisation permet de
répondre à une demande, elle est prise en compte, dans le cas inverse, elle ne l’est pas.
Par
ailleurs, en 2012 un réseau de référents laïcité a été mis en place : il est chargé de faire le
lien entre le référent national chargé de ces questions et les référents laïcité des préfectures.
En 2005, une enquête a recensé les points de difficulté dans les établissements de santé : nous
avions alors recensé 9 ports de voile par des agents, 58 personnels récusés par des malades
(essentiellement dans le service des urgences et en gynécologie-obstétrique), 31 difficultés entre
malades d’une même chambre, 36 incidents dans les services d’urgences, et 84 revendications
concernant la nourriture par les malades. En 2009, nous avons fait le constat d’une situation
globalement apaisée et les acteurs rencontrés disaient que les réponses avaient été trouvées.
Quelques années plus tard nous constatons que notre institution est rarement interpellée par des
conflits concernant la laïcité. La HALDE puis le Défenseur des Droits et le médiateur de la République
établissent le même constat. En terme de courriers, il y en a extrêmement peu qui portent sur cette
question-là.
En région Midi-Pyrénées, il y a eu quelques incidents en maternité et il a été décidé de constituer un
groupe de réflexion : les principales questions qui y sont soulevées concernent principalement le
refus de soins, la circoncision et la prise de médicaments durant le jeune.
En Franche-Comté, il y a eu des cas de ports de signes religieux mais qui ont été résolus par le
dialogue, sans difficulté. La HALDE observait que seulement 2% de ses saisines étaient relatives à des
discriminations religieuses.
Concernant les aumôniers, il faut savoir que les rémunérations des aumôniers sont considérées
comme des dépenses de personnels. Ainsi, chaque établissement est libre. Les aumôniers sont
souvent des bénévoles, certains établissements ont souhaité faire un équilibrage entre les différents
cultes, mais c’est un sujet qui reste délicat. Par ailleurs, les établissements ont des difficultés à
identifier les interlocuteurs en charge de l’islam afin de pouvoir disposer d’aumôniers musulmans.
Concernant la formation des personnels hospitaliers, des séminaires ont été mis en place et nous
avons un programme de formation continue.
- 74 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Cependant, effectivement, cette formation n’est pas obligatoire et nous pouvons d’ailleurs nous
interroger sur la nécessité éventuelle de la rendre obligatoire.
Les agences régionales de santé organisent des rencontres avec des représentants des cultes afin
d’évoquer la gestion, des pratiques mortuaires, des rites, et de la nourriture dans les établissements.
Pour terminer je voudrais dire trois choses :
Du
côté des personnels, des adaptations se sont mises en place de façon assez simple qui
permettent de concilier la liberté religieuse et la neutralité du service public. Par exemple,
concernant le port du voile, il est bien sûr inenvisageable de porter un voile pour des raisons
de neutralité mais aussi pour des raisons d’hygiène. C’est pourquoi un certain nombre de
femmes portent des charlottes à la place de leur voile.
En réalité, les choses sont assez claires à l’hôpital, ainsi que dans les cliniques privées qui ont
souvent repris les règles du public. Par contre, les choses peuvent paraître plus floues, moins
connues, concernant les structures de services sociaux ou médico-sociaux qui sont des
établissements qui accueillent généralement des personnes pour de longs séjours et qui
gèrent l’accompagnement vers la fin de vie.
En
2006, le rapport « Rossinot » proposait toute une série d’actions comme, l’interdiction de
la récusation des médecins, l’inscription de l’obligation de neutralité, etc. Je veux dire ici,
devant vous, mon très grand scepticisme sur l’utilité de modifier la loi. Je pense que si des
progrès sont nécessaires il faut les rechercher éventuellement dans le cadre de la charte et
de la convention intérieure. Mais nous ne sommes pas face à un phénomène de masse.
Lorsqu’il y a des difficultés elles sont confinées à des situations particulières et c’est
notamment pour cela que je crois que le passage par la loi serait plutôt un facteur de rigidité
et ferait apparaître des problématiques nouvelles. »
- 75 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 30 septembre 2014
Audition de M. Laurent Fabius,
ministre des Affaires étrangères
et du Développement international
Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les Parlementaires,
Mesdames et Messieurs,
Je suis très heureux de me trouver aujourd’hui devant vous pour traiter de la mise en œuvre de la
laïcité, principe fondamental de notre pacte républicain, dans le cadre de notre politique étrangère
et je vous remercie vivement de m’y avoir invité.
Je ne veux pas me hasarder à définir la laïcité. Disons qu’elle est une posture de neutralité adoptée
par la République face au fait religieux afin de garantir la liberté de culte dans la concorde civile.
Parler de laïcité dans l’action internationale de la France, c’est donc nécessairement évoquer la place
du fait religieux dans les relations internationales d’aujourd’hui. Or il est incontestable que le fait
religieux tient une place croissante sur la scène internationale.
L’actualité tragique de ces dernières semaines nous donne à voir comment la religion peut être
instrumentalisée sans vergogne par un (ou plusieurs) groupes terroristes qui couvre l’ignominie de ses
crimes d’une revendication religieuse. Je veux le redire ici. En se nommant « État islamique », le groupe
terroriste barbare « Daech » commet une double imposture puisqu’il ne s’agit pas d’un État et qu’il
ne représente pas l’islam. Il reste que ce vernis religieux peut attirer certains, notamment des jeunes,
et que l’on ne saurait donc faire l’économie d’une analyse et d’une critique sans concessions de son
pseudo-discours religieux.
Depuis quelques dizaines d’années les cas où le religieux a fait irruption dans le politique sont
nombreux et on peut en donner beaucoup d’exemples. Je songe au Proche-Orient, où le conflit entre
Israéliens et Palestiniens est d’autant plus difficile à résoudre qu’il est attisé par des considérations
religieuses, ou bien la fracture entre sunnites et chiites est plus profonde que jamais, où les minorités
religieuses, notamment les chrétiens, pourtant éléments historiques de l’identité et de la diversité de
la région sont aujourd’hui en danger de mort au point que le risque de les voir disparaître est bien
réel. Mais on pourrait aussi mentionner les Balkans déchirés, il n’y a pas si longtemps, par une guerre
impitoyable selon des lignes de fracture épousant largement les différences confessionnelles, le poids
croissant d’éléments de la droite religieuse, notamment des évangéliques, dans la politique
américaine, la montée du nationalisme se réclamant de l’hindouisme en Inde, les discriminations
dont est victime la minorité musulmane des Rohingyas en Birmanie et bien d’autres cas encore.
Il y a aujourd’hui une mise en cause de la notion d’État. C’est au XVIIe siècle, avec Hobbes et le
Léviathan qu’apparaît une solution philosophique aux interrogations sur la nature de l’État avec la
notion de pacte. On est alors passé de conflits religieux à un système de pacte au sein de l’État. Cela
a permis de tourner la page des guerres de religions. Malheureusement, on pourrait dire que la guerre
actuelle entre sunnites et chiites rappelle la guerre entre catholiques et protestants. Or c’est l’État qui
permet la coexistence de plusieurs communautés. Mais de nos jours, certains voudraient qu’à chaque
communauté corresponde un État. Il faut donc reposer la question de la laïcité et de la notion d’État.
- 76 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
C’est pour tenir compte de ces réalités que j’ai souhaité, dès mon arrivée à la tête de la diplomatie
française, que le fait religieux soit pleinement pris en compte dans la conduite de notre politique
étrangère. Le Centre d’analyse, de prospective et de stratégie du ministère des Affaires étrangères et
le conseiller pour les affaires religieuses ont donc organisé, en partenariat avec le CERI et l’IESR
(Institut européen en sciences de religion, dépendant de l’École pratique des hautes études), un
colloque en novembre 2013, intitulé « religions et politique étrangère ». Pardonnez-moi de rappeler
les propos que j’y avais tenus : « le fait religieux s’impose aujourd’hui de façon croissante à la vie
internationale. Dans ces conditions, aucune politique étrangère ne peut se dispenser de l’expertise
sur les religions et d’outils diplomatiques adéquats. Il est d’autant plus important de s’y pencher que
ces évolutions et ces perceptions bien réelles dans certaines parties du monde ont accrédité des
idées fausses, comme celle dite du choc des civilisations ».
Dans le même temps, il demeure que la France est un État laïque et que ce fait est un élément
essentiel de notre pacte national. Comme les autres administrations, le ministère des Affaires
étrangères et du Développement international se doit de respecter ce principe cardinal. Ses agents
se doivent d’observer une stricte neutralité religieuse. Son action se doit d’être impartiale.
Prendre en compte le fait religieux tout en agissant au nom d’un État laïque. Certains y verront une
contradiction, parfois aggravée par le fait que l’action diplomatique se déploie à l’étranger, dans des
contextes qui sont parfois loin de correspondre aux critères de la laïcité française. Je pense, pour ma
part, qu’il n’y a là nulle contradiction, si l’on considère que la laïcité ne signifie ni hostilité, ni
indifférence, ni ignorance à l’égard du religieux et si l’on revient aux fondements de la laïcité française,
apaisée plus que de combat, telle qu’elle est définie notamment dans la loi de 1905, c’est-à-dire, la
garantie de la liberté de culte et de conscience, la séparation du politique et du religieux et la
neutralité de l’État.
Sur ces bases, je voudrais exposer, d’une part, comment le ministère des Affaires étrangères et du
Développement international prend en compte le fait religieux et, d’autre part, comment il met en
œuvre le principe de laïcité.
*
* *
Comme je le disais plus haut, une diplomatie digne de ce nom se doit de scruter l’influence du
religieux sur la vie internationale, d’analyser ses effets sur la politique intérieure des nations, mais
aussi sur les relations internationales, les alliances ou les conflits, les rapprochements ou les tensions
entre les États. Ce travail, tous nos postes diplomatiques le font, comme les directions géographiques
de l’administration centrale. Il est également important d’être à l’écoute de la parole des autorités
religieuses, dont certaines ont parfois une très grande influence. Nos ambassadeurs font leur métier
quand ils rencontrent ces responsables et entretiennent un dialogue étroit avec eux tant pour
entendre et comprendre leur point de vue que pour expliquer nos propres positions. Moi-même, je
rencontre fréquemment des responsables religieux, qu’il s’agisse de dignitaires étrangers en visite
en France, ou de responsables des communautés religieuses de notre pays. Il est important pour le
gouvernement et pour la diplomatie française d’entretenir un dialogue franc et confiant avec ces
personnalités comme avec d’autres qui ont une influence sur la vie publique.
Je prendrai deux exemples pour illustrer la nécessité de ce dialogue. En premier lieu, chacun comprend
qu’il est impossible de tenter de régler les crises du Proche-Orient, qu’il s’agisse de la question
palestinienne, de la tragédie syrienne, du terrorisme prétendument islamique, de la rivalité entre l’Iran
et l’Arabie saoudite, sans prendre en compte la dimension communautaire, c’est-à-dire le plus
souvent religieuse, de celles-ci. Je ne dis pas que ces conflits ne sont que religieux. Je ne nie pas la
dimension historique, les différends territoriaux, les rivalités de puissance, les effets de l’existence de
- 77 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
régimes autoritaires, les concurrences économiques. Je dis que tout cela a souvent des origines
religieuses ou que les tensions sont souvent attisées par des considérations confessionnelles. Je dis
aussi que les responsables religieux ont un rôle important à jouer en appelant et en éduquant leurs
fidèles à la tolérance, au respect mutuel, à la recherche de la paix, à la coexistence, ou en dénonçant
les violences faites au nom de la religion. S’ils ne sont pas en charge du politique, les religieux peuvent
jouer un rôle important au service de la paix. Les politiques doivent en parler avec eux.
L’autre exemple, très différent, est celui de la lutte contre le changement climatique. Vous savez
combien le sujet est vital pour l’avenir de l’humanité et combien la France, qui accueillera l’année
prochaine la 21e conférence sur le sujet, la COP21, est engagée sur ce thème. Mais vous savez
combien il sera difficile de parvenir à un accord compte tenu des divergences d’intérêts et des
égoïsmes nationaux. Si nous arrivons à mobiliser les grands responsables religieux, ceux qui sont
reconnus par de grands nombres de personnes, y compris des chefs d’État et de gouvernement,
comme des références de sagesse, pour qu’ils en appellent à la conscience des responsables
politiques et des citoyens, cela ne remplacera pas le travail technique des diplomates, mais cela
pourra peut-être aider à engager l’ensemble de la communauté internationale sur la voie du
compromis. Je voudrais, à cet égard, saluer l’action de Nicolas HULOT, envoyé spécial du Président
de la République pour la protection de la planète, qui a engagé le dialogue avec les responsables
religieux en France et à l’étranger, dialogue que je souhaite développer.
Si l’ensemble de notre diplomatie doit prendre en compte le fait religieux, certains diplomates ont,
à cet égard, un rôle plus spécifique à jouer. En administration centrale, le conseiller pour les affaires
religieuses se consacre à l’analyse de l’influence de la religion sur les questions internationales et aux
relations de la diplomatie française avec les responsables religieux. Créé en 1920 pour accompagner
la reprise des relations avec le Saint-Siège, le poste a considérablement évolué depuis et suit
désormais l’ensemble des courants religieux, avec une attention plus particulière, compte tenu de
l’histoire et de l’actualité, sur le christianisme, le judaïsme et l’islam. Par ailleurs, le CAPS (Centre
d’analyse, de prévision et de stratégie) dispose d’un chargé de mission affecté sur les problématiques
religieuses.
En ce qui concerne le réseau diplomatique, nous disposons naturellement d’une ambassade auprès
du Saint-Siège, sujet de droit international sui generis. Les relations avec le Saint-Siège sont fluides
et cordiales. Elles portent sur les questions relatives à la vie de l’Église catholique en France
(nomination des évêques, reconnaissance des congrégations, statut des établissements
confessionnels d’enseignement ou médicaux), mais aussi sur les grands sujets internationaux sur
lesquels le Saint-Siège dispose souvent de sources d’information précieuses et d’une influence réelle.
Si nous avons avec l’Église catholique de vraies divergences sur certains sujets de société, nous avons
aussi avec elle des convergences importantes qu’il s’agisse de la recherche de la paix, du
développement et de la justice sociale ou de la préservation de l’environnement.
Je veux aussi mentionner le rôle du Consul général à Djeddah, siège de l’Organisation de coopération
islamique. Compte tenu du rôle politique de cette organisation internationale, de l’intérêt pour nous
de dialoguer avec ses États membres, parfois d’obtenir son concours (je pense, par exemple, à l’appui
de l’organisation à notre intervention en RCA, alors même que certains voulaient la caricaturer en
intervention occidentale contre des musulmans), j’ai, à l’occasion de l’iftar que j’avais offert en
l’honneur des pays membres de l’OCI en 2012, annoncé ma décision de nommer le consul général à
Djeddah envoyé spécial de la France auprès de l’OCI. Nous organisons, par ailleurs, des consultations
annuelles avec cette organisation, menées par le Conseiller pour les affaires religieuses en liaison
avec les directions concernées du ministère.
Il convient aussi de mentionner le cas particulier du Consul général à Jérusalem, qui tient de l’Histoire,
au travers d’engagements internationaux conclus avec l’Empire ottoman et toujours en vigueur, des
responsabilités spécifiques de protection de certaines communautés religieuses de Terre sainte.
- 78 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
On le voit, la prise en compte du contexte local et l’héritage du passé créent une grande diversité de
situation. Pour autant, ce sont toujours les mêmes principes, au nombre de cinq, qui s’appliquent à
notre action diplomatique.
Le premier principe est celui du dialogue avec tout le monde, avec l’ensemble des institutions et
courants de pensée exerçant une influence sur la vie des nations et sur les relations entre ces
dernières. Les religions sont, de ce point de vue, des interlocuteurs que l’on ne peut ignorer.
Le second principe est celui de la fidélité à nos engagements internationaux. C’est vrai de la liberté
religieuse, garantie par des instruments internationaux auxquels nous sommes partie. C’est vrai aussi
de la relation particulière qui nous lie aux chrétiens d’Orient, normative dans le cas de la Terre sainte,
historique ailleurs au Proche-Orient.
Le troisième principe est celui de l’indépendance. Si nous dialoguons avec les autorités religieuses,
la France conserve, naturellement, sa pleine liberté de jugement, d’appréciation et d’action. Elle veille
aussi à préserver la primauté des droits civils et politiques, ce qui implique de refuser une vision
relativiste des droits de l’homme qui consisterait à leur opposer une norme religieuse pour en
restreindre la portée. On peut penser notamment aux droits des femmes ou à la question de
l’orientation sexuelle.
Le quatrième principe est celui de la neutralité. La liberté de conscience à laquelle nous sommes
attachés vaut pour toutes les religions sous la seule réserve de l’ordre public et du respect des
opinions différentes et du droit des autres cultes.
Enfin, dernier principe, le refus de l’instrumentalisation de la religion. Celle-ci est trop souvent utilisée,
de manière sournoise ou publique, par des forces politiques qui poursuivent des objectifs qui n’ont
rien de religieux. Parfois même, des groupes terroristes et/ou mafieux justifient leurs crimes au nom
de considérations pseudo-religieuses. Nous devons dénoncer et démonter ces manipulations.
*
* *
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Parlementaires, Mesdames et Messieurs, si la
diplomatie française doit impérativement prendre en compte le fait religieux, elle le fait en mettant
en œuvre, dans le domaine qui est le sien, les principes de la laïcité, tant en ce qui concerne le
comportement de ses agents que l’orientation de ses actions. C’est sur ce point que je voudrais
maintenant vous donner quelques explications.
On l’oublie parfois, le premier principe de la laïcité est celui de la liberté de conscience et de culte,
inscrit dans notre constitution et dans les traités internationaux, tels que le pacte des Nations Unies
relatif aux droits civils et politiques ou la Convention européenne des droits de l’homme, auxquels
la France est partie. La liberté de conscience, c’est la liberté de choisir sa religion et de la pratiquer
sans entrave dans le cadre des lois, c’est la liberté de ne pas avoir de religion, c’est enfin la liberté
de changer de religion. Dans le cadre de ses relations bilatérales comme dans son action dans les
enceintes multilatérales, la France est attachée à défendre cette liberté fondamentale. En cas de
violation de celle-ci elle interviendra en défense des personnes dont les droits sont violés, de la
manière, publique ou confidentielle, nationale ou, qui lui paraîtra la plus appropriée.
Le deuxième principe est celui de la séparation de l’Église et de l’État, du politique et du religieux. Si
ce principe est aujourd’hui une évidence pour nous, il n’en est pas de même dans certains pays.
Chacun est certes libre de décider de ses principes constitutionnels et de son système juridique.
Mais nous devons veiller à ce que les confusions ne s’installent pas dans les normes internationales.
C’est pourquoi, la France est réservée à l’égard de certaines initiatives internationales qui, au nom
- 79 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
de la défense des religions, tendent à s’opposer à certains droits fondamentaux, comme la liberté
d’expression et d’opinion, et à entraîner l’État sur un terrain confus où ses décisions seraient dictées
par des considérations religieuses. Je pense notamment aux tentatives de pénaliser la « diffamation
des religions ». Qu’on me comprenne bien. La France a le plus profond respect pour les religions.
Mais, ce sont les citoyens qui ont des droits qui doivent être protégés, au rang desquels la liberté
d’expression et d’opinion aussi bien que la liberté religieuse. C’est pourquoi, nous avons conjugué
nos efforts à ceux d’autres pays, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni, pour écarter la notion
de diffamation des religions du droit international positif, étant entendu que les législations en vigueur
soit nous paraissent suffisantes, soit doivent être établies pour s’opposer à tout ce qui, sous couvert
de religion ou d’hostilité à la religion, s’apparenterait à la discrimination, à l’encouragement à la
violence, voire parfois même à l’appel au meurtre
Enfin, ai-je besoin de le rappeler, la laïcité repose sur la neutralité de l’État. Cela signifie que, sur le
plan international comme au plan national, toutes les religions doivent disposer des mêmes droits,
sous réserve qu’elles respectent les droits des autres et les règles d’ordre public qui garantissent les
conditions du vivre ensemble.
*
* *
Au terme d’une longue et tumultueuse histoire, la laïcité est devenue un principe fondamental de la
République. Il garantit le libre exercice des cultes et la coexistence pacifique des croyants de toutes
obédiences comme des non croyants. Au fil des ans et de la jurisprudence, la laïcité s’est affermie
comme principe et s’est affinée dans ses modalités. Nos concitoyens, de toutes opinions politiques
y sont aujourd’hui fermement attachés et c’est une excellente chose.
Aussi la diplomatie française, dont l’un des objectifs est de faire rayonner la pensée française, j’appelle
cela la diplomatie d’influence, est-elle attachée à promouvoir la laïcité à la française à l’étranger.
Entendons-nous sur le sens du mot « promouvoir ». La laïcité à la française, inscrite dans notre
constitution et définie par les grandes lois du début du XXe siècle et par la jurisprudence, est le fruit
de notre histoire. Compromis entre des traditions différentes voire opposées mais qui, toutes,
participent à notre identité, elle correspond à notre génie national et aux données particulières sur
lesquelles notre pays a scellé son pacte national. Comme telle, elle ne peut pas être « un article
d’exportation » et ne peut pas être transposée telle quelle dans d’autres contextes nationaux. Qu’il
suffise de relever la très grande diversité des situations existant dans les pays de l’Union européenne,
pourtant tous incontestablement démocratiques, depuis le Royaume-Uni où la reine est chef de
l’Église anglicane, à la Belgique qui applique une laïcité ressemblant beaucoup à la nôtre, des pays
concordataires comme l’Espagne et l’Italie à l’Allemagne où les citoyens payent l’impôt cultuel à
l’Église de leur choix, de la Grèce où l’orthodoxie est religion de l’État à la Pologne où l’Église
catholique conserve une très grande influence.
Il n’en reste pas moins que, quel que soit le dispositif juridique retenu, les principes de la laïcité sont
de portée universelle et nous paraissent indispensables à la paix civile, à l’intérieur de la Nation
comme entre les nations. C’est pourquoi, la diplomatie française considère que l’une de ses missions
est d’en faire la « défense et l’illustration ».
Ceci est d’autant plus nécessaire qu’il faut bien reconnaître que la laïcité française est souvent
totalement incomprise par un public étranger qui n’en a qu’une connaissance superficielle et parfois
biaisée au point qu’elle est parfois critiquée comme contraire au principe de la liberté religieuse. J’ai
eu l’occasion de m’en rendre compte lorsque je donnais des cours à l’université de Chicago. Qu’on
se souvienne, à cet égard, des polémiques, souvent très vives et pas toujours éteintes, suscitées par
l’adoption de la loi de 2004 interdisant le port de signes religieux à l’école publique et, dans une
moindre mesure, la loi de 2010 sur la dissimulation du visage, même si cette dernières est basée sur
- 80 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
des considérations d’ordre public et non sur le principe de laïcité. Aussi devons-nous prendre garde
à ce que nos débats et nos initiatives ne soient pas mal compris à l’étranger. Pour faire comprendre
ce qu’est la laïcité comme principe de notre « vivre ensemble », il me semble que nous devons nous
fixer une double ligne d’action.
La première est que la laïcité s’applique dans les institutions françaises à l’étranger. C’est
naturellement le cas de nos missions diplomatiques et consulaires. C’est aussi celui des écoles
françaises. La laïcité doit cependant s’appliquer en tenant compte du contexte local. Je pense surtout
à nos écoles, qui le plus souvent, ne jouissent pas de l’extraterritorialité et doivent donc appliquer
la législation du pays d’accueil. C’est ainsi qu’au nom du principe d’adaptation qui figure dans les
textes fondateurs de l’Agence pour l’enseignement français à l’étranger, certaines de nos écoles au
Proche-Orient, organisent des cours de religion, en marge des heures scolaires, pour les élèves
nationaux du pays de résidence lorsque la loi de ce dernier en pose l’obligation. Dans la même région,
certains établissements peuvent admettre, à titre dérogatoire et exceptionnel, des jeunes filles portant
le voile. Dans la réalité, ces exceptions demeurent rares. Elles sont toujours décidées par l’Agence,
en étroite concertation avec l’ambassadeur sur place en tenant compte du contexte local.
Par ailleurs, nous devons développer sans relâche, sans agressivité mais avec détermination, nos
efforts d’explication sur ce qu’est la laïcité. C’est ainsi que le premier rapport annuel de l’Observatoire
de la laïcité a été adressé aux postes diplomatiques et consulaires qui ont été invités à en assurer la
diffusion et l’explication. De la même manière, la charte de la laïcité a été adressée aux établissements
scolaires à l’étranger qui ont été invités à l’afficher dans leurs locaux à moins que l’ambassadeur ne
juge cet affichage inopportun au vu du contexte local. Dans le même esprit, nos postes sont amenés
très fréquemment à expliquer nos positions à leurs interlocuteurs.
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les parlementaires, Mesdames et Messieurs, il me
semble qu’il y a là un vaste champ de coopération possible entre votre Observatoire et le ministère
des Affaires étrangères et du Développement international. Je me réjouis de ce que ce dernier soit
représenté dans votre enceinte à travers le conseiller pour les affaires religieuses, membre de droit.
Je suis heureux de constater que votre premier rapport annuel comporte des contributions de ce
dernier. Je demande à mon représentant de continuer à participer très activement à vos travaux, à
vous alimenter en éléments d’information sur les dispositifs juridiques étrangers et sur l’appréhension
de notre système à l’étranger.
Je vous propose de renforcer encore notre coopération, selon les modalités qui vous paraîtront
appropriées, notamment en mobilisant plus encore notre réseau diplomatique, mais aussi le réseau
de l’Institut français. L’une des missions de ce dernier est de favoriser le débat d’idées au service de
l’influence française. La laïcité me semble devoir être, par excellence, un sujet de ce débat d’idées.
Nous pourrions, par exemple, dans certains pays jugés prioritaires, demander aux Instituts de
programmer des débats et conférences sur la laïcité.
Je vous remercie.
- 81 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 14 octobre 2014
Audition de Mme George Pau-Langevin,
ministre des Outre-Mer
« Mesdames et Messieurs les membres de l’Observatoire de la laïcité, je vous remercie de m’accueillir
devant vous.
L’exemple des Outre-Mer est très intéressant s’agissant de la laïcité et du vivre-ensemble. En effet,
toutes les religions y cohabitent sans qu’il n’y ait jamais de tensions. Il serait à mon sens souhaitable
de regarder plus attentivement ce qu’il se passe dans les Outre-Mer : on constaterait alors que la
cohabitation entre personnes d’origines et de religions différentes est possible dans le respect des
principes républicains.
Il y a des situations particulières car il y a outre-mer des territoires où l’école publique n’est pas
installée de la même manière que dans l’Hexagone. C’est le cas, par exemple en Polynésie ou en
Nouvelle-Calédonie, où nous avons parfois l’impression que la laïcité est un peu particulière.
S’agissant du port du voile – sujet qui suscite de vives réactions dans l’Hexagone – il est souvent
porté, notamment à Mayotte, dans le cadre d’une tenue traditionnelle et cela ne pose aucun
problème.
Il y a une petite préoccupation à Mayotte de voir apparaître un islam radical importé, j’insiste, car il
ne correspond en rien à l’islam pratiqué par les Mahorais (qui sont à environ 95% musulmans). Mais,
s’il faut être vigilant, à ce stade, il y a peu de tension sur ce sujet. Nous nous sommes rendu compte
que beaucoup d’enfants vivent ce que nous pourrions appeler une double journée : une première
journée à l’école classique communale et une autre partie de la journée avec un enseignement
religieux, coranique. Pour eux, cela constitue de « grosses journées ».
Dans l’organisation que nous avons essayé d’installer dans l’enseignement public, le problème majeur
n’est pas en lien avec le fait religieux, mais il est plutôt de parvenir à dégager des moyens pour des
animateurs dans le cadre de la mise en oeuvre des nouveaux rythmes scolaires. Les problèmes sont
souvent matériels et techniques : il manque des classes, il faut construire de nouveaux bâtiments, des
préaux pour que les élèves puissent déjeuner, car il n’y a généralement pas de lieu de restauration,
etc. Nous sommes d’abord face à des difficultés matérielles.
La population de Mayotte se développe beaucoup, il y a donc beaucoup de mélange. Entre la
population locale et les fonctionnaires arrivés plus récemment, cela entraîne parfois des situations
nouvelles qui peuvent être à l’origine de conflits. Un fait-divers récent a d’ailleurs marqué les esprits :
des militaires français ont déposé une tête de porc devant une mosquée… À la suite de cette stupide
provocation, ils ont été jugés et ils ont écopé de prison ferme : cette lourde sanction a témoigné
d’une volonté d’adresser une sanction exemplaire et de condamner l’absence des inculpés à
l’audience.
Il y a aussi eu un sujet concernant les cimetières : en effet une catholique mariée depuis toujours à
un musulman est décédée et n’a pu être enterrée à côté de son mari. Étant catholique, elle ne pouvait
pas reposer dans un cimetière uniquement musulman. À Mayotte, encore actuellement même si cela
évolue, les cimetières ne sont pas gérés par les communes.
- 82 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Il apparaît en tous les cas essentiel de former le plus grand nombre à ce qu’est réellement la laïcité
et de rappeler qu’il ne s’agit pas d’une hostilité à l’égard des religions.
Il faut combattre la tentation de l’exclusion. Nous devons appliquer partout la loi de 2004. Nous
n’avons pas pour l’instant été saisis de problématiques spécifiques sur ce point. Par ailleurs, le voile
intégral, qui relève de l’ordre public, n’est pas rentré dans les moeurs et nous n’avons à ma
connaissance aucune condamnation à ce sujet dans tous les outre-mer.
Il y a également des difficultés liées à la prolifération d’organisations sectaires issues du
protestantisme : ce sont de petites églises qui encadrent de manière complète la vie de leurs
membres. Il y a là des risques de dérives sectaires, mais nous n’avons, pour l’heure, pas de trouble
avéré à l’ordre public.
La question de la Guyane est aussi intéressante : la Guyane à un régime très particulier, qui découle
de l’ordonnance de Charles X du 27 août 1828. Selon cette ordonnance, l’État doit prendre en charge
les dépenses de l’Église, des fabriques, des lieux de sépulture, notamment en rémunérant les curés.
La loi du 9 décembre 1905, loi de Séparation des Églises et de l’État, n’a pas, selon les souhaits du
législateur, été étendue à la Guyane et ce régime a continué à s’appliquer. Lorsque le département a
été créé, c’est lui qui a récupéré l’obligation de rémunérer les représentants du culte catholique.
Mais, récemment, le président du Conseil général a contesté l’obligation mise à la charge de sa
collectivité. Entre temps, depuis 1828, d’autres cultes sont arrivés en Guyane, et il est vrai qu’il y a
une singularité à ce que le département ne rémunère que les prêtres alors que plusieurs cultes
cohabitent sur le territoire. Le Conseil général a donc décidé de façon unilatérale qu’il allait arrêter
de verser cette rémunération. L’Église a saisi la justice, qui lui a donné raison, en décidant que le
Conseil général ne peut pas s’exonérer de cette obligation. Des parlementaires locaux souhaiteraient
donc introduire une proposition de loi visant à modifier ce système. Mais, à ce stade, le Conseil
général doit continuer à rémunérer les prêtres.
La loi de Séparation des Églises et de l’État du 9 décembre 1905 est étendue à la Réunion, à la
Guadeloupe ainsi qu’à la Martinique, mais elle n’est pas appliquée – comme cela est rappelé dans
votre rapport annuel –, à la Guyane, à Mayotte, à la Polynésie française, à Saint Pierre et Miquelon,
à Wallis et Futuna, ainsi qu’en la Nouvelle Calédonie, et dans les Terres australes et antarctiques
française, où il n’y a cependant pas de population permanente.
Puisque nous avons évoqué le clergé, je voudrais aussi souligner qu’il y avait une situation particulière
à Mayotte concernant les « Cadis » qui étaient, en quelque sorte, des responsables musulmans
exerçant des fonctions de juges de paix. Lorsque Mayotte est devenue un département, cette justice
a dû être supprimée. Si aujourd’hui ils ne sont plus des juges, ils ont tout de même gardé une fonction
de médiation auprès de la population. Leur rôle social est en effet considéré comme important par
celle-ci.
À Mayotte, une modernisation administrative très rapide a été engagée avec la départementalisation.
Je pense qu’il est absolument nécessaire de soutenir la population mahoraise dans la mise en œuvre
de cette transition.
J’ai évoqué devant vous un bilan de l’application du principe de laïcité. Cependant, je pense que
pour l’application concrète et efficace de la laïcité, nous devons toujours être attentifs à la lutte
contre toutes les discriminations et à plus de justice sociale. Il ne faut pas que les revendications –
qui peuvent alors prendre l’apparence de revendications religieuses – soient contestées simplement
par le biais de la laïcité. Il faut aussi entendre les revendications sociales et lutter contre toutes les
discriminations afin d’accéder à la véritable égalité. »
- 83 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 21 octobre 2014
Audition de Mme Najat Vallaud-Belkacem,
ministre de l’Éducation nationale,
de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
« Je suis heureuse de ce temps d’échange sur un sujet essentiel pour notre société et pour l’école. Je
connais l’expertise de l’Observatoire et je tiens à vous dire combien vos avis éclairent les politiques
publiques que nous conduisons.
Ma conviction sur la laïcité est qu’elle est un principe essentiel et intangible garant du vivre ensemble,
qui ne peut être à géométrie variable, soumis aux fluctuations des contextes sociaux ou politiques,
négocié avec tel ou tel groupe de pression, ou enfin présenté de manière différente en fonction
d’intérêts partisans ou d’objectifs qui lui sont exogènes. Cette intangibilité signifie que nous devons
éviter deux écueils : la laïcité dégradée, ou laïcité ouverte, qui abdiquerait son ambition et son sens
par des petits reculs ou des compromis successifs ; la laïcité dite de combat, qui stigmatise le fait
religieux et constitue parfois le masque de l’islamophobie.
La liberté religieuse est une expression de la liberté de conscience. La Laïcité n’est pas l’instrument
d’une opposition ou d’un refoulement du fait religieux, mais la condition de la coexistence
harmonieuse de toutes les expressions confessionnelles, comme de leur absence. Je pense que le
principe de Laïcité doit sans cesse être explicité ainsi, pour être compris. C’est le beau sens de la
pédagogie de la laïcité qu’Abdenour Bidar a développé, j’y reviendrai.
Dans cette période difficile, nous avons plus que jamais besoin de laïcité. Aussi, je serai extrêmement
impliquée et exigeante pour que ce principe soit respectée pour ce qu’il est. Il faut recréer du
consensus national sur la laïcité, faire qu’elle cesse d’être un combat pour être d’abord un moyen :
moyen d’apaiser la société, de faire vivre une culture de la tolérance. Je veux tendre vers une Laïcité
qui échappe aux conflits théoriques et aux passions politiques, qui trouve sa place dans nos vies
quotidiennes en étant comprise, vécue, assumée.
L’école est évidemment le meilleur vecteur de cette ambition. Face au délitement du vivre ensemble,
aux tensions identitaires, aux provocations qui mettent en cause la laïcité, il est nécessaire de
réaffirmer le rôle de l’école dans la transmission des valeurs républicaines, de lui redonner pleinement
sa fonction de creuset de la citoyenneté et de restaurer la confiance envers l’école de la part d’une
société inquiète. La loi de refondation de l’école réaffirme sa mission de favoriser l’appropriation du
principe de laïcité. La laïcité garantit un cadre propice à la transmission des savoirs et des
compétences, à leur apprentissage et à leur appropriation. L’enjeu est de promouvoir une école qui
transmette une appartenance républicaine autour d’une culture commune et partagée, qui respecte
les différences tout en se protégeant des irruptions identitaires et en prévenant les logiques de
radicalisation. Cela passe aussi par une école capable d’éveiller les consciences, de développer la
liberté intellectuelle et l’esprit critique. Il ne faut pas seulement développer la laïcité à ou dans l’école,
mais faire en sorte que l’école délivre une pédagogie de la laïcité, qu’elle ancre ce principe dans les
esprits comme dans les pratiques. Plusieurs chantiers sont essentiels à mes yeux :
- 84 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Préparer et mettre en œuvre le projet d’enseignement moral et civique : prévu pour la rentrée
2015, cet enseignement a fait l’objet d’un rapport du conseil supérieur des programmes du
3 juillet 2014 pour les écoles primaires et le collège. Concernant les lycées, un rapport
complémentaire est attendu pour cet automne, ce qui me permettra d’arrêter les programmes
après consultations au premier trimestre 2015.
Amplifier l’ambition pédagogique par la formation, tant initiale que continue, accompagner
la communauté éducative, les services administratifs, sociaux et les autorités académiques.
Des efforts importants ont été engagés, qu’il convient de soutenir davantage :
- Le plan national de formation prévoit une formation dédiée et dans le cadre des plans
académiques de formation continue, plus de 5000 enseignants, inspecteurs et chefs
d’établissement ont été formés en 2013-20014.
- En matière de formation initiale des enseignants, la Laïcité figure dans le tronc commun des
enseignements. Nous aurons à homogénéiser les pratiques des ESPE et à développer des
ressources pédagogiques dédiées que la Direction générale de l’enseignement scolaire
(DGESCO) élabore avec des Écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) pilotes
autour d’Abdenour Bidar.
- Compte tenu des difficultés signalées par les enseignants au quotidien, nous allons
développer sur la plateforme m@gistere un parcours d’e-formation sur l’enseignement laïc
des faits religieux, complémentaire du parcours existant, très général sur la laïcité (histoire,
textes fondateurs, présentation explicitée de la Charte, QCM).
Améliorer l’animation territoriale et les réponses de proximité pour mettre en œuvre une
pédagogie de la laïcité : nous disposons dorénavant d’un réseau constitué de correspondants
Laïcité dans les académies. Il s’agit pour l’avenir de soutenir leurs initiatives, de leur permettre
de faire remonter les réalités de terrain, d’harmoniser les pratiques et les réponses de
l’institution aux situations complexes auxquelles nous sommes confrontés. Tout ne se joue
pas sur l’expression de principes ou de normes, tout ne se règlera pas par des lois, des décrets
ou des circulaires. Je souhaite que nous épaulions davantage les décideurs de terrain, afin de
faire émerger une culture pratique de la Laïcité, de donner une réalité à l’idée de pédagogie
de la Laïcité, qui suppose de former et d’outiller les agents publics. La pédagogie de la Laïcité,
ce sont des pratiques porteuses de sens à la fois pour l’institution et pour ses usagers, élèves,
familles, partenaires associatifs et collectivités locales.
Redonner un élan à la Charte de la laïcité : nous savons que cette Charte a fait l’objet d’une
bonne diffusion dans les établissements scolaires, mais d’une appropriation très hétérogène.
Nous avons invité la communauté éducative à faire vivre cette Charte au sein des
établissements scolaires, notamment en utilisant les réunions de rentrée, qui permettent de
mobiliser à la fois les élèves et leurs parents. Mais je suis consciente qu’il sera probablement
nécessaire d’aller plus loin et je réfléchis à ce stade sur l’avis que vous avez émis au titre de
l’Observatoire, préconisant d’organiser des actions symboliques autour de la date du
9 décembre, en souvenir de la loi du 9 décembre 1905.
Au-delà de ces chantiers ambitieux, je tiens à vous dire ma conviction sur le contexte actuel, à l’heure
où les tensions communautaires et religieuses prospèrent, où les logiques identitaires sont à l’œuvre.
Je ne suis ni naïve, ni angélique, je mesure la difficulté de la situation et de la tâche, mais je refuse
que l’école comme la laïcité soient vécues ou se vivent comme des citadelles assiégées.
À cet égard, la Direction générale de l’enseignement scolaire (DGESCO) a rendu en avril 2014 les
conclusions d’une enquête menée auprès de trente académies sur le respect du principe de laïcité à
l’école, qui atteste d’une situation globalement apaisée :
- 85 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
la Charte de la Laïcité a fait l’objet d’une bonne diffusion et d’un affichage massif et visible,
quoiqu’il n’ait pas toujours revêtu le caractère solennel souhaité. La Charte de la laïcité à
l’École apparaît bien comme un outil considéré comme très utile par la communauté
pédagogique pour poser un cadre commun, un outil nécessaire mais non suffisant pour faire
respecter la laïcité de l’école.
Le non-respect de la loi de 2004 n’a fait l’objet que d’un très petit nombre d’incidents, réglés
le plus souvent par le dialogue. Globalement, la loi est bien acceptée et bien comprise par les
élèves et leurs familles. Elle contribue à faire régner, dans les écoles et établissements, un
climat apaisé autour de la laïcité.
Globalement rares, présentées comme marginales ou très localisées, les contestations de
certains enseignements concernent le fait religieux (refus de visiter des édifices religieux, de
suivre un cours sur l’Islam ou un cours de français utilisant comme support la Bible.), la
musique (refus de chanter ou de souffler dans un instrument à vent), l’éducation physique et
sportive (natation particulièrement), l’éducation à la sexualité, l’histoire de l’évolution (en
cours de SVT), le génocide arménien et la Shoah.
Sur la restauration scolaire, les académies indiquent qu’une offre de menus répondant à la
diversité culturelle des élèves prévaut et que les problèmes sont ainsi très circonscrits.
En conclusion, si le climat est serein, c’est également avant tout parce que les personnels
exercent une vigilance permanente et recherchent une résolution des conflits par le dialogue,
avec la volonté de créer une culture commune partagée.
Pour autant, au-delà de ce constat global qui n’ignore pas des difficultés locales graves et des
situations de radicalité inquiétantes, il nous faudra travailler ensemble sur des questions qui
continuent d’interroger l’institution régulièrement.
Je pense notamment à la situation des parents accompagnateurs de sorties scolaires. Tout en
rappelant mon attachement à la neutralité du service public, je vous indique que ma position est
conforme à celle qu’a rappelée le Conseil d’État : « les parents accompagnant des sorties scolaires
ne sont pas soumis à la neutralité religieuse ». Ils ne peuvent être considérés comme des agents
auxiliaires du service public et soumis aux règles du service public. Pour autant, il peut y avoir des
situations particulières, liées par exemple à du prosélytisme religieux, qui peuvent conduire les
responsables locaux à recommander de s’abstenir de manifester leur appartenance ou leurs
croyances religieuses. C’est un équilibre qui doit être trouvé par les responsables de terrain et les cas
conflictuels restent heureusement limités. Pour autant, je veux réaffirmer un principe et une
orientation. Le principe c’est que dès lors que les mamans (les parents) ne sont pas soumises à la
neutralité religieuse, comme l’indique le Conseil d’État, l’acceptation de leur présence aux sorties
scolaires doit être la règle et le refus l’exception.
L’orientation, c’est celle de l’implication des familles dans la scolarité de leur enfant et la vie de
l’école. Au moment où je veux absolument renouer le lien de confiance, qui s’est distendu, entre les
parents et l’école, au moment où nous voulons multiplier les initiatives de terrain en ce sens, tout doit
être mis en œuvre pour éviter les tensions. Cela suppose d’éviter les provocations et de faire preuve
de discernement. Je fais confiance aux acteurs de terrain et je serai attentive à ce que cette logique
d’apaisement et d’implication collective pour la réussite des enfants soit partout mise en œuvre.
En conclusion, je veux simplement vous dire ma détermination à agir pour développer la pédagogie
de la laïcité à l’école. Ce n’est pas un chantier subalterne ou connexe aux autres, c’est pour moi un
enjeu central, parce qu’il emporte avec lui la place et le rôle de l’école dans la société. Nous ne
- 86 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
pouvons pas nous résigner à voir se déliter chaque jour un peu plus la capacité de nos concitoyens
à vivre ensemble. Nous ne pouvons pas accepter de laisser une partie de notre jeunesse s’éloigner
de valeurs fondamentales, comme la Laïcité.
Pour cela, il nous faut renoncer à l’incantation et agir. Agir là où c’est le plus efficace, là où se forge
notre conscience collective : à l’école. C’est la mission que la République a dès l’origine confiée au
service public de l’éducation : transmettre nos valeurs essentielles, former des citoyens, apprendre
le respect des autres, mettre une culture en partage. L’école doit être apaisée et protégée. Protégée
des prosélytismes, protégée des irruptions identitaires, protégée des polémiques stériles. C’est
pourquoi les chantiers que je vous ai décrits comme la résolution des difficultés qui subsistent ou
émergent mobiliseront pleinement les compétences de l’institution dont j’ai la responsabilité. »
- 87 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 21 octobre 2014
Audition de Mme Christiane Taubira,
ministre de la Justice, Garde des Sceaux
« Je vous remercie M. le Président, et Mesdames et Messieurs les membres de l’Observatoire de la
laïcité de me proposer cet échange.
S’interroger sur la laïcité, c’est avant tout s’interroger sur la valeur structurante du vivre-ensemble et
le principe de faire société en France au XXIe siècle. La laïcité est un principe de concorde, elle est
chargée d’enseignements : ce qui est intéressant, c’est de voir le contexte de la naissance de la laïcité
et ses paradoxes. Le concept lui-même est récent même si ses racines sont profondes. La laïcité a
souvent comme image de s’être construite contre les religions, mais le premier groupe ayant
revendiqué la laïcité et la liberté de religion l’a fait au nom du protestantisme.
Chacun peut avoir des apparences et religions différentes mais doit se retrouver sur la base même
de la citoyenneté.
En terme de paradoxe, la laïcité est intéressante : en 1793, un décret énonce que « le peuple français
reconnaît l’existence de l’Être suprême et de l’immortalité de l’âme ». On voit bien alors la difficulté
d’aboutir à un concept simple avec une telle construction chaotique. La référence essentielle demeure
la loi de 1905 qui établit la séparation des Églises et de l’État : les débats entre Émile Combes et
Aristide Briand sont riches d’enseignements parce qu’ils témoignent que les tensions ont été fortes,
et que face à la volonté d’une séparation trop brutale, Briand a réussi à apaiser les débats.
La laïcité française a été mise en place d’abord contre la domination de l’Église catholique et s’est
construite afin de garantir la possibilité et le droit de croire ou de ne pas croire. Ceci a permis d’assurer
la possibilité d’être différent et de joindre altérité et citoyenneté.
Le ministère de la Justice a des responsabilités vis-à-vis des personnels de l’administration
pénitentiaire mais aussi vis-à-vis des détenus. Et nous veillons à ce que le principe de libre exercice
des cultes soit respecté et qu’il n’y ait aucune discrimination, notamment liée à l’appartenance
religieuse.
Mais nous veillons aussi à ce que dans la pratique juridictionnelle, le principe de laïcité et de neutralité
de l’État soit respecté, en nous basant sur la jurisprudence qui permet de récuser un juré dont le
port de signes ostentatoires permettrait de douter de son impartialité.
Nous avons des responsabilités en termes d’obligations et de formation. En effet, vous n’êtes pas
sans savoir que l’article 2 de la loi de 1905 nous confie l’obligation d’assurer l’exercice des cultes dans
les établissements pénitentiaires. (Article 2 de la loi du 9 décembre 1905 : Pourront toutefois être inscrites
auxdits budgets les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans
les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons.)
Nous assurons une formation par les directions interrégionales pénitentiaire et l’école nationale qui
permet de former à la gestion de la laïcité nos futurs agents.
Nous avons renforcé depuis 2012 les services du renseignement pénitentiaire et nous avons
réorganisé ses activités, nous avons conçu de nouveaux modules de formation. Sur ces sujets nous
- 88 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
travaillons avec les services du ministère de l’Intérieur. C’est un phénomène dont on parle beaucoup
en ce moment et que nous mesurons pleinement, mais qui n’a pas dans la réalité la dimension qu’on
lui prête dans les débats publics, lorsqu’on croit que la prison est le seul lieu de radicalisation.
Il y a des détenus qui exercent une pression prosélyte sur d’autres détenus, et c’est pour cette raison
que le recrutement d’aumôniers a été nécessaire, car il fallait assurer la liberté de culte de façon à ce
que cet espace ne soit pas occupé par des prédicateurs autoproclamés et sans formation religieuse.
Il y a actuellement 200 personnes particulièrement surveillées : lorsqu’elles sont repérées en train de
faire du prosélytisme nous les transférons autant que possible dans d’autres établissements où nous
savons que le terrain sera moins réceptif à ces pressions.
Nous exerçons un travail de prévention, de surveillance et de formation des personnels pour qu’ils
repèrent et sachent comment réagir face à ces situations.
Nous avons 7 cultes dans les établissements : israélite, catholique, musulman, orthodoxe, protestant,
témoins de Jéhovah (oui, depuis une récente décision du Conseil d’État) et bouddhiste. La répartition
des postes est très inégale : il faut savoir qu’en 2012, 70% des crédits revenaient au culte catholique
et les 30% restant étaient répartis entre les autres cultes.
Pour ce qui concerne les jeunes, les éducateurs reçoivent des formations que nous renforçons de plus
en plus car nous constatons une attitude qui n’est ni toujours conforme ni homogène vis-à-vis des
demandes religieuses.
La laïcité est un espace qui a connu des va-et-vient, la France a influencé l’étranger, notamment en
Turquie, au Mexique, etc.
Le cas de l’Inde est intéressant, car c’est sur la base de la laïcité que l’Inde a refusé d’inscrire dans
sa constitution le système hindou qui reconnaissait les castes. Si la laïcité a été le levier qui a permis
le refus d’inscrire une société de castes, cela montre bien que c’est un principe de concorde et qu’il
permet d’éviter les dérives, les débordements, la suprématie des appartenances singulières, etc.
Le Chili a inscrit la laïcité dans ses textes avant 1905. Ce n’est donc pas un concept exclusivement
français. Des sociétés ont essayé de concevoir une façon de s’organiser qui rende possible la pluralité.
Ces sociétés se sont imprégnées de laïcité, elles en ont fait un emblème extrêmement puissant.
Par rapport aux institutions judiciaires supranationales, la Cour Européenne des Droits de l’Homme
a des vertus d’exemplarité car elle témoigne que nous sommes capables d’avoir des institutions
judiciaires supranationales crédibles. De plus, la Convention Européenne des Droits de l’Homme
dépasse la contradiction apparente de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen qui
n’octroyait des droits qu’au seul citoyen. Elle dit qu’il y a des citoyens, mais surtout qu’il y a l’Homme.
De plus, il arrive que les décisions condamnant les pays tirent par le haut les droits nationaux, cela
permet d’enrichir le droit, et parfois oblige à le modifier.
Pour conclure, lorsque je dis que la laïcité est une doctrine structurante, c’est parce qu’elle permet
d’échapper à toute forme d’influences, qu’elles soient confessionnelles, partisanes, économiques,
financières ou autres. Et même si les institutions publiques ont toujours attisé la convoitise, il faut
garder à l’esprit que « La loi respecte la foi, tant que la foi respecte la loi ».
- 89 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 3 novembre 2014
Audition de Mme Marylise Lebranchu,
ministre de la Décentralisation
et la Fonction publique
« Monsieur le Président Bianco, mesdames et messieurs, je voulais vous remercier et vous dire que
Je suis d’autant plus ravie d’être devant votre Observatoire de la laïcité, que je suis très attachée aux
principes fondateurs de notre République. Je crois que dans une société où la tentation du repli sur
soi est évidente, la laïcité est une valeur centrale. La laïcité est une des spécificités du vivre ensemble
de notre République française, c’est un principe de concorde qui a pour objectif d’unir les citoyens
par-delà leurs différences.
Les principes qui en découlent sont au nombre de trois ; il y a tout d’abord la liberté de conscience
de chacun, ensuite l’égalité qui garantit à tous indépendamment des croyances de bénéficier des
mêmes droits, enfin la fraternité qui permet de cohabiter dans la tolérance et le respect de tous.
Dans une société où l’intolérance grandit, il faut rappeler les grands principes et je crois que c’est le
meilleur moyen de lutter contre ceux qui, aujourd’hui instrumentalisent la laïcité à des fins
stigmatisantes. Aussi pour lutter contre ceux qui utilisent la religion comme prétexte au rejet de
l’autre, on doit affirmer notre refus de voir la laïcité dévoyée par une partie des extrêmes, notamment
par le Front National, qui utilise la laïcité pour cacher son islamophobie et discriminer les musulmans
de France.
Interdire la religion dans tout l’espace public revient à discriminer des personnes du fait de leurs
croyances, et nous ne pouvons pas le tolérer. C’est pour cette raison que nous devons condamner
à chaque fois toute forme de rejet de l’autre.
Ce que je souhaite devant vous, c’est réaffirmer que la laïcité c’est notamment la neutralité de l’État,
et je tiens à ce que, dans mon ministère on rappelle constamment que la laïcité, implique que l’État
ne reconnaît, ne salarie et ne subventionne aucun culte. Le service public doit être impartial et
indépendant de toutes formes de pressions religieuses. La neutralité et l’impartialité des services
publics et des agents publics sont des valeurs intangibles.
La laïcité, c’est aussi l’obligation de garantir la liberté de culte, et l’affirmation que nul ne peut être
inquiété pour sa croyance ou son incroyance.
Soyons collectivement vigilants à ce que ces principes soient toujours respectés. Nous devons être
attentifs ensemble, et, en ce sens, j’apprécie cette phrase d’Henri Peña-Ruiz : « La laïcité c’est l’édification
d’un monde commun aux hommes sur la base de leur égalité et de leur liberté de conscience, assurée par la mise à
distance de tous les groupes de pression. »
Je vais maintenant vous présenter les déclinaisons du principe de la laïcité dans le champ du ministère
de la Décentralisation et de la Fonction publique.
Le principe de laïcité figure dans la Constitution, et est un principe fondamental de l’organisation du
service public. Il contribue, tout comme la neutralité, à l’égalité de traitement sans distinction aucune.
- 90 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Cependant, il me semble essentiel de ne pas faire de confusion entre la neutralité et la laïcité. Le
principe de neutralité s’applique aussi au champ philosophique et politique alors que le principe de
laïcité concerne spécifiquement le religieux.
Toute mission de service public doit être exercée avec une totale impartialité, il en résulte que les
agents publics ont l’obligation de traiter les usagers de façon parfaitement égale, ne doivent
manifester aucune préférence et ne doivent pas traiter de façon discriminatoire certains usagers en
raison des signes religieux qu’ils pourraient porter.
Les agents publics doivent manifester une attitude parfaitement neutre, mais conservent,
conformément à la jurisprudence, la liberté constitutionnelle de conscience. Celle-ci se matérialise,
notamment par la liberté d’exercice d’une religion à titre privé, par l’interdiction de toute mention
d’appartenance religieuse dans un dossier administratif, ou lors d’un entretien, etc.
Le Conseil d’État est venu sanctionner toute mesure discriminatoire, notamment du fait de
l’appartenance religieuse, prise à l’encontre d’un agent public. À l’inverse un agent public, ne peut
avoir de pratiques ou un comportement prosélyte, il est interdit de distribuer un tract ayant un
contenu religieux, il ne peut pas utiliser les moyens de communication du service pour lequel il
travaille pour diffuser du contenu religieux, ou même mentionner son adresse professionnelle sur un
site religieux. Enfin, il ne peut pas porter de signes religieux, ni même avoir un signe manifestant son
appartenance religieuse sur son bureau.
Je crois qu’il est important de rappeler ces obligations aux agents publics, car nous le rappelons
seulement au moment des concours et c’est insuffisant, en particulier pour les agents qui sont en
contact direct avec les usagers.
Je crois en revanche que tout en respectant l’ensemble de ces règles, il faut qu’il y ait des adaptations.
Nous avons permis aux agents qui le souhaitent de pouvoir s’absenter lors des fêtes religieuses parce
que, nos jours fériés ne dépendant que d’une seule religion, ils ne permettent pas à tous d’assister
aux cérémonies religieuses relevant de leurs convictions.
Ainsi, nous avons rédigé une circulaire qui, se référant au calendrier des grandes fêtes religieuses,
permet d’informer les chefs de service sur les congés qu’ils peuvent accepter dès lors que l’absence
de l’agent ne nuit pas au bon fonctionnement du service.
Les difficultés de mise en œuvre de la circulaire ont, au départ, été de plusieurs ordres : certains
représentants du culte ont demandé qu’il y ait plus de dates de fêtes religieuses et parfois ont
demandé que les concours soient interdits certains jours, ce que nous avons refusé. D’autres ont
demandé que les personnes bénéficiant de ces jours pour fêtes religieuses se voient supprimer des
jours fériés, ce que nous avons aussi refusé. Notre constat après deux ans et demi, est que la situation
est apaisée.
Je tiens à vous dire que l’application de la laïcité telle que résultant de la loi de 1905, et surtout les
principes qui en découlent pour les collectivités locales, ont été très bien éclairés par votre guide
« Laïcité et Collectivités locales ».
Il y a toutefois encore certaines difficultés.
En matière de construction de lieux de culte, on a fait valoir le principe de la dignité afin que chacun
puisse bénéficier d’un lieu de culte décent : les quelques tempéraments ont été globalement
acceptés.
Ainsi, il y a plusieurs possibilités pour qu’une commune accompagne la construction d’un lieu de
culte, les baux emphytéotiques administratifs en vue de l’affectation à une association cultuelle, les
garanties d’emprunt à une association, ou bien la location d’un local à une association cultuelle,
- 91 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
enfin, une collectivité peut participer à la rénovation d’un orgue par exemple en se fondant aussi sur
l’enseignement artistique et l’attrait touristique de celui-ci, notamment grâce aux concerts.
Ce qui a été plus difficile pour les communes, ce sont les possibilités d’instaurer des abattoirs
provisoires, afin d’éviter des pratiques privées pour des raisons de sécurité et de salubrité publique.
Le « coût » de l’abattoir, au sens « coup financier » et « coup médiatique » est parfois difficile à
supporter pour les communes.
Nous avons également eu beaucoup de débats à propos des carrés confessionnels dans les cimetières :
mais la polémique est dernière nous. Nous espérons que la mise en place d’adaptations, que vous
traitez dans votre guide, va permettre de dépassionner les débats.
Ensuite je souhaitais attirer votre attention sur les problèmes concernant l’appropriation par les
agents publics du principe de laïcité et des règles qui en découlent, qui est imparfaite.
Le respect du principe de laïcité ne pose pas de difficulté dans les relations entre les agents, mais
pose encore des difficultés dans les relations entre les agents et les usagers.
Nous avons beaucoup de fonctionnaires territoriaux qui font état de la difficulté de respecter leur
obligation de neutralité religieuse : ils savent qu’ils peuvent se référer à la charte de la laïcité, mais
n’y trouvent pas toujours les solutions nécessaires.
Quand nous regardons les données quantitatives, nous constatons qu’au printemps 2014, le
Défenseur des droits a fait l’objet d’une quarantaine de saisines liées au non-respect de la laïcité
dans les services publics. C’est à la fois peu et beaucoup, car il ne s’agit que des cas qui vont jusqu’au
Défenseur des droits, ce qui signifie que d’autres ne remontent pas. Les réclamations concernent en
général la fonction publique territoriale, mais surtout les assistantes maternelles portant des signes
religieux. Dans la fonction publique hospitalière, comme vous a sans doute dit Marisol Touraine, il n’y
a plus vraiment de difficultés, la situation s’étant très nettement améliorée. Cependant, il y a encore
des difficultés dans les Établissements d’Hébergement pour les Personnes Agées Dépendantes
(EHPAD).
Nous avons essayé de résoudre certaines de ces difficultés avec les organisations syndicales et cela
sera pris en compte dans notre projet de loi, courant 2015, relative à la déontologie et aux droits et
obligations des fonctionnaires. Dans ce projet de loi, qui a pour objectif de réaffirmer le sens des
différentes obligations des agents, nous souhaitons aussi restaurer la confiance entre les citoyens et
leurs administrations. Nous prévoyons de renforcer les valeurs et les obligations pour les agents en
instaurant le principe de laïcité au sein du statut général des fonctionnaires qui en est aujourd’hui
absent.
Nous souhaitons donc rédiger un article 1er qui énoncerait que le fonctionnaire exerce ses fonctions
dans le respect du principe de laïcité et qu’il appartient à tous chef de service de veiller au respect de
ce principe dans son service. Cette disposition permettra de responsabiliser les chefs de service de
façon concrète et pédagogique vis-à-vis de la neutralité religieuse. Nous vous la transmettrons pour avis.
Dans les collectivités territoriales, les difficultés se posent différemment, au quotidien : il y a des
besoins nouveaux. Les communes ajustent les choses en fonction des problèmes qu’elles
rencontrent, mais nous voyons bien que leurs ajustements ne sont pas toujours juridiquement
satisfaisants.
- 92 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Il y a des questions plus spécifiques et indirectement liées, comme celle concernant la mixité via les
demandes d’horaires spécifiques pour l’accès aux piscines : nous avons pu constater la création de
clubs de natation « pour personne en surpoids » mais qui en fait cachent parfois des clubs réservés
aux femmes.
Il y a aussi des cas de refus de serrer la main à une femme. C’est choquant et déstabilisant, mais les
réponses à ce refus sont diverses et pas simples.
Je souhaite vous rappeler quelques points en conclusion et vous faire certaines demandes :
Concernant
notre projet de loi relatif à la déontologie et aux droits et obligations des
fonctionnaires, nous voulons lui conférer une certaine solennité, en espérant que son
article 1er puisse être lu dans tous les services. Je souhaiterais donc que nous puissions vous
consulter sur cet article, afin d’avoir votre avis sur sa rédaction, mais aussi peut-être un
commentaire de cet article qui pourrait nous servir lors de sa présentation aussi bien au
Parlement qu’ensuite dans les administrations.
Je voulais aussi évoquer devant vous la question de la formation des agents publics à la laïcité.
Nous avons un module très approfondi sur la lutte contre la discrimination qui est à
destination des Instituts Régionaux d’Administration (IRA), et qui va être déployé dans toutes
nos écoles aussi bien en formation initiale que continue. Cependant, dans ce module la
question de la laïcité n’est pas abordée, il faudrait que nous puissions élaborer une démarche
de nature comparable : peut-être qu’une composante de ce grand module pourrait être
destinée à l’explication de la laïcité.
Le
second problème de la formation, est qu’elle n’est pas la même pour tous nos agents.
Malheureusement, les agents les plus en contact avec les usagers ont parfois de très courtes
formations. Il faudrait donc penser à élaborer un outil qu’ils pourraient conserver au-delà de
la formation.
Dans
le domaine des collectivités territoriales, il y a des besoins nouveaux. Je rencontre
beaucoup de maires de communes qui sont confrontés à ces problèmes. Ce qui nous manque,
c’est une formation des élus : en effet ils peuvent être surpris et parfois désemparés face à
certaines revendications, ne connaissant pas juridiquement les réponses à apporter. Sur cet
aspect, j’ai regardé tous les modules de formation disponible à destination des élus et il n’y
a rien sur l’application du principe de laïcité. Je pense donc que c’est une piste à exploiter.
Lorsque
j’étais ministre de la justice j’ai été reçu à l’Université de Fès pour un colloque : un
professeur de droit m’avait dit « Vous savez, le droit français n’est pas laïque ». Selon lui, pour obtenir
un droit laïque, il fallait qu’il y ait un droit européen commun. Effectivement, on pourrait
certainement imaginer d’aller encore plus loin dans la possibilité de séculariser notre droit,
le « mariage pour tous » en est déjà un bel exemple. »
- 93 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 9 décembre 2014
Échange avec M. Bernard Cazeneuve,
ministre de l’Intérieur, lors d’un déjeuner
de travail au ministère de l’Intérieur
à l’occasion de la journée de la laïcité
le 9 décembre 2014 avec l’ensemble
des membres de l’Observatoire de la laïcité
« Monsieur le Président,
Mesdames et Messieurs les membres de l’Observatoire de la laïcité,
Je tenais tout d’abord à vous dire que le ministère de l’Intérieur ne doit pas être seulement le ministère
de la « sécurité ». Il nous faut rappeler la nécessité de travailler sur des sujets de fond de façon
réfléchie en refusant de « surfer sur l’émotion ».
Nous savons que la situation actuelle n’est pas à l’apaisement. Nous sommes dans une société de
plus en plus violente, et cette violence est à la fois physique et psychologique.
Le développement d’Internet, et plus spécifiquement des réseaux sociaux, a fait tomber des digues :
nous assistons à un déferlement des préjugés, de la violence gratuite, du racisme et de l’antisémitisme.
Les responsables européens ont saisi les opérateurs Internet de cette difficulté. Il faut aller vite.
Sur l’antisémitisme, rappelons qu’il y a une grande différence entre celui du début du vingtième siècle
et celui d’aujourd’hui : c’est qu’entre temps il y a eu la Shoah. On ne peut pas aujourd’hui prétendre
qu’on ne sait pas à quoi l’antisémitisme mène.
Cette montée de la violence et de l’intolérance en général peut être mise en lien avec le principe de
laïcité à l’école. La laïcité c’est aussi le respect de l’enseignement, du corps professoral et de ses
camarades, c’est la mixité scolaire, le respect mutuel, etc.
La laïcité, c’est avant tout la liberté de croire ou de ne pas croire. Et l’école est le lieu de
l’émancipation des esprits et de l’apprentissage de cette liberté de conscience.
Nous assistons aujourd’hui à un détournement de la laïcité qui deviendrait une laïcité d’exclusion de
certaines populations, de certains croyants. Ce n’est pas acceptable. La liberté de conscience doit
être garantie pour chacun.
Trop souvent, les personnes oublient la laïcité telle que Jaurès et Briand la souhaitaient, c’est-à-dire
une laïcité qui permette l’apaisement et le vivre ensemble.
Parfois, nous oublions également que la bonne règle de droit, c’est celle qui a une portée
suffisamment générale pour assurer sa bonne application. Or, nous voyons des demandes récurrentes
de nouvelles lois sur la laïcité, pour répondre de bien mauvaise manière à des cas toujours plus précis.
En réalité, la principale difficulté aujourd’hui est de faire vivre concrètement la laïcité sur le terrain,
sans concession sur les principes, mais sans exclusion. »
- 94 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 16 janvier 2015
Audition de M. Patrick Kanner,
ministre de la Ville, de la Jeunesse
et des Sports
Monsieur le Président de l’observatoire, Jean-Louis Bianco
Mesdames, Messieurs,
Les 7, 8 et 9 janvier, des Français ont tué d’autres Français au nom de Dieu.
Le 11 janvier, la France s’est relevée, mais elle est en rémission.
La laïcité est un sujet vaste et complexe. En parler une semaine après les attentats qui ont affligé la
France rend l’exercice particulièrement difficile.
Mais sans doute aussi, particulièrement nécessaire.
La possibilité de la co-existence pacifique d’individus qui croient et qui ne croient pas, qui sont de
confessions diverses, est mise en cause à double titre :
de manière tragique, spectaculaire, radicale par l’action terroriste ;
de manière insidieuse, lente, redoutable, par la montée du racisme et de l’antisémitisme.
Il est d’ailleurs probable que le surgissement de la première forme de remise en cause de la laïcité,
spectaculaire, se nourrisse, entre autres, de l’érosion des principes républicains par la seconde forme
de remise en cause.
Il s’agit d’un poison lent auquel il est urgent d’apporter un antidote, une riposte républicaine.
Cette remise en cause ne se traduit pas nécessairement par une idéologie structurée, une volonté
farouche de faire du mal à l’autre, de le rejeter. Il peut s’agir aussi d’une déstructuration de la pensée
et du savoir, une perte de confiance dans l’action publique.
Cela nourrit une grande confusion mentale et morale :
Qu’est-ce qui est grave ?
Que vaut la vie ?
Quelle différence entre le racisme et le blasphème ? Entre la satire et l’incitation à la haine raciale ?
Entre le premier et le second degré…
Cette confusion est le terreau des idéologies réactionnaires, que le Gouvernement combat :
stigmatisation de l’homosexualité, refus de l’égalité des sexes, xénophobie, dénonciation des droits
de l’homme…
Le Front national est porteur, de père en fille, de cette idéologie depuis longtemps en France, même
si les expressions publiques évoluent.
- 95 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Viennent s’y ajouter depuis quelques années des groupuscules transnationaux islamistes qui agissent
dans la prédication comme dans l’exercice de la terreur.
Si je dois dater l’émergence de ces discours sur la scène française, je dirais qu’ils sont conséquents
aux émeutes de 2005. À ce moment, un lien a durablement été rompu.
Jusqu’à l’atrocité de la semaine dernière.
L’assassinat de français juifs dans une école ou dans un supermarché casher nous meurtrit.
Les actes de violence commis contre des mosquées nous révoltent.
Mais ces agissements et leurs réponses relèvent d’abord de mes collègues de l’Intérieur et de la
Justice.
Ma mission est, bien en amont, de les prévenir.
Je ne crois pas que les jeunes soient moins attachés à la laïcité que leurs aînés. Les adultes
d’aujourd’hui sont les jeunes d’hier…
En revanche, il est vrai que beaucoup se joue dans la formation intellectuelle et morale des individus
au moment de l’adolescence, et je crois même, pour être plus précis, du collège.
Donc oui, la défense de la laïcité intéresse le ministre de la jeunesse.
Dire que l’intolérance et la radication seraient l’apanage des quartiers relève également d’un
fantasme.
Pour autant, il fait peu de doutes que ces quartiers concentrent comme nul autres, les difficultés
sociales, urbaines, et que leurs habitants peuvent légitimement ressentir une forme d’abandon de la
part de la République.
30 ans de politique de la ville n’auront pas permis de résorber ces fractures. Pour autant, qu’en seraitil sans la politique de la ville ? Les débordements restent somme toute peu nombreux et l’intervention
publique a participé à « faire tenir » la société.
Cette République dont la promesse suscite l’espoir et l’action bien trop souvent la déception.
Dans ces conditions, on comprend que les discours de défiance trouvent prises.
Alors oui, la défense de la laïcité intéresse le ministre de la ville.
Que peut faire le ministre de la ville et de la jeunesse pour contribuer au respect de laïcité ?
Bien que la laïcité rejoigne les valeurs républicaines plus d’un siècle après l’émergence de celle-ci, elle
est – j’en ai la conviction – intimement liée au triptyque liberté, égalité, fraternité.
La laïcité, c’est l’exigence de neutralité et de tolérance qui autorise la liberté de conscience et
d’expression.
Agir pour l’extension de nos libertés, pour leur accomplissement toujours plus total, revient
nécessairement à agir dans le sens d’un renforcement de la laïcité.
Or, le principal instrument de la liberté est l’éducation.
L’éducation nationale bien sûr. Tout de suite, on se tourne vers l’école quand on pense « laïcité ».
Mais il existe d’autres façons d’apprendre et d’autres lieux, d’autres contextes, pour le faire.
- 96 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Aussi, parallèlement à ce que le Gouvernement investit pour l’Éducation nationale, il m’incombe de
valoriser et de développer l’éducation populaire.
La réforme des rythmes scolaires est, de ce point de vue, une formidable opportunité.
La sensibilisation des animateurs de ces temps hors l’école aux enjeux de la laïcité me paraît
essentielle.
L’éducation populaire peut aussi prendre en charge, en partie, l’éducation des jeunes à l’usage
d’internet.
Parce qu’ils sont nés dedans, on suppose un peu vite que l’univers numérique n’a aucun secret pour
les jeunes.
Il faut savoir de quoi on parle.
Oui, ils savent naviguer, télécharger des applications, utiliser un certain nombre de logiciels.
Mais cela ne permet pas de comprendre et d’analyser un message, écrit ou video.
Cela ne permet pas de hiérarchiser des informations, d’appréhender leur légitimité.
Cela ne permet pas de se protéger des intrusions, et des manipulations.
Donc il y a bien tout un champ de compétences à acquérir pour être autonome dans le monde
numérique. L’éducation populaire peut y pourvoir.
L’éducation, elle se fait aussi dans des expériences civiques, des expériences d’engagement, comme
le service civique. La montée en charge rapide de ce dispositif est un plus pour les promoteurs de la
laïcité.
La laïcité est aussi une question d’égalité.
Les discriminations, les stigmatisations sont autant de coups portés à l’idée que toutes les
confessions et les opinions ont leur place.
Que ce soit vis-à-vis des jeunes ou des habitants des quartiers de la politique de la ville, je me battrai
avec détermination contre les discriminations à l’emploi, au logement, aux services et aux politiques
publiques.
Je veux aussi que chacun ait la possibilité de pratiquer sa religion dans des conditions décentes.
Ce n’est manifestement pas le cas aujourd’hui pour nos concitoyens de confession musulmane, dont
beaucoup sont contraints à pratiquer dans des lieux indignes, clandestinement.
Je souhaite que la rénovation urbaine prenne en compte cette dimension.
La poursuite de l’égalité nous amène par ailleurs à casser les logiques de relégation et de ghettoïsation
qui confortent les tentatives communautaires.
Là encore, la politique de la ville, par ses objectifs de mixité, dans l’habitat et dans les commerces,
peut apporter une partie de la solution.
Il y a, à côté de l’égalité dans sa tradition républicaine, une aspiration plus récente qui a aussi à voir
avec la justice et qui m’apparaît légitime : c’est la demande de reconnaissance.
- 97 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
L’égalité ne peut se traduire par l’occultation des différences et des singularités.
Elle ne peut non plus être le faux-nez d’une « catho-laïcité ».
Je suis favorable, même si cela dépasse mes prérogatives ministérielles, à une réflexion sur la nature
des jours fériés, sur la représentation de la diversité d’origine du peuple français dans les médias et
les institutions publiques.
Enfin, la laïcité, dans l’exigence de tolérance qu’elle contient, implique que nous nous sentions liés
les uns aux autres, que nous partagions une commune appartenance : c’est le sentiment de fraternité.
J’en ai peu parlé jusqu’à présent, mais j’ai la conviction que le sport est un vecteur privilégié de
l’expérience concrète de la fraternité.
Tant dans la pratique sportive que dans la cohésion et la ferveur qui se dégagent au moment des
grandes compétitions sportives.
Ainsi, réussir l’Euro 2016 de football, permettre à la nation entière de se retrouver dans un moment
populaire, festif, joyeux, par-delà les origines et les croyances, serait un succès pour la laïcité.
La question aujourd’hui est posée d’un service civique qui concernerait toute une génération.
Je ne veux pas répondre d’ores et déjà à cette question mais il est clair que l’ouverture à l’altérité
qu’impliquerait un tel dispositif est une des dimensions de la décision qui sera prise.
Monsieur le Président Jean-Louis Bianco,
Mesdames, Messieurs,
Nous avons été attaqués ; notre pays a été meurtri mais il s’est relevé.
Dans le prolongement des manifestations qui ont eu lieu la semaine dernière et particulièrement
dimanche, il faut porter la riposte. Une riposte républicaine.
La laïcité fait évidemment partie de cette riposte.
Soyez convaincus que j’en serai l’un des farouches acteurs.
- 98 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Annonces et mise en œuvre
des mesures pour une grande
mobilisation de l’École pour
les valeurs de la République
par Mme Catherine Moreau, directrice des affaires juridiques
du ministère de l’Éducation nationale et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
À la suite des évènements qui se sont déroulés en France en janvier 2015, le ministère de l’Éducation
nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche a mis en place un plan de mobilisation de
l’École pour les valeurs de la République qui se décline en 11 grandes mesures :
1- Renforcer la transmission des valeurs de la République
1 000 premiers formateurs à la laïcité et l’enseignement moral et civique ont été formés au cours de
8 séminaires inter-académiques qui se sont déroulés depuis le 11 mars et se sont achevés le 15 avril
à Fort-de-France. Ces formateurs interviendront ensuite auprès des enseignants et des personnels
d’éducation, d’avril à juin. Ainsi, à la fin de l’année, 300 000 enseignants auront été formés pour
aborder les questions de laïcité, d’enseignement laïque des faits religieux et d’enseignement moral
et civique. La place des référents académiques « laïcité » est essentielle dans ce dispositif.
Les écoles supérieures du professorat et de l’éducation (ESPE) sont mobilisées pour la formation à
la laïcité des futurs enseignants et éducateurs.
De nouvelles ressources pédagogiques, tels que les parcours M@gistere, le livret laïcité ou de
nouvelles ressources vidéos, vont être livrées avant la fin de l’année scolaire.
2- Rétablir l’autorité des maîtres et les rites républicains
La circulaire n° 2014-158 du 25 novembre 2014 prévoit que la journée du 9 décembre sera dédiée à
la commémoration de la loi du 9 décembre 1905 sur la séparation des Églises et de l’État. Elle sera
l’occasion de mettre en place dans toutes les écoles et établissements une pédagogie relative à la
laïcité et aux valeurs de liberté, d’égalité et de fraternité qui lui sont étroitement liées.
Il est par ailleurs demandé aux écoles et établissements de fixer leur choix sur un thème de
commémoration (par exemple l’armistice de 1918 ou le souvenir des victimes de la Déportation) et
d’inscrire les modalités de la participation active des élèves dans leur projet d’école ou
d’établissement.
- 99 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
3- Créer un nouveau parcours éducatif de l’école
élémentaire à la terminale : le parcours citoyen
De l’école élémentaire à la terminale, le parcours citoyen permet à l’élève d’apprendre les valeurs de
la République à travers l’enseignement moral et civique, l’éducation aux médias et à l’information, la
participation à la vie sociale de son établissement et de son environnement, la préparation en amont
de la Journée défense et citoyenneté, et spécifiquement pour les apprentis la participation à des
ateliers débats et philosophiques.
La consultation nationale sur le contenu d’un nouvel enseignement moral et civique étant achevée
et le Conseil supérieur de l’éducation ayant été consulté le 10 avril 2015 sur l’ensemble des arrêtés
nécessaires à sa mise en œuvre, la publication officielle des textes aura lieu courant mai pour une
mise en œuvre dès septembre 2015.
Une circulaire encourageant le développement des médias scolaires (radios, journaux, blogs, etc)
dans chaque collège et lycée est en préparation. Le ministère s’est par ailleurs engagé avec France
Télévisions et l’INA à produire de nouveaux outils audiovisuels de formation (MOOC) à destination
des enseignants sur l’éducation aux médias et à l’information.
Un nouveau protocole établi entre les ministères de la Défense et de l’Éducation nationale est en
cours de finalisation et favorisera la préparation en amont de la journée défense et citoyenneté.
La semaine d’éducation contre le racisme et l’antisémitisme, qui a été réinscrite du 16 au 21 mars
2015 au programme des actions éducatives de l’année scolaire, associe l’ensemble de la communauté
éducative et pédagogique, dont les parents d’élèves et les personnels de l’établissement, les
organisations étudiantes et lycéennes ainsi que les associations complémentaires à l’éducation. Cette
semaine d’actions pédagogiques a pour objectif de sensibiliser les élèves à la prévention du racisme,
de l’antisémitisme et de toutes les formes de discriminations.
L’application FOLIOS, qui permet de valoriser les engagements associatifs auxquels prennent part les
élèves dans le cadre scolaire ou extrascolaire, est en cours de généralisation dans toutes les
académies.
4- Associer pleinement et développer les temps
d’échange avec les parents d’élèves
Des temps d’échanges seront organisés et développés dans chaque école et établissement avec les
parents d’élèves. Ils pourront également participer, aux côtés des personnels de l’éducation et de la
santé, au nouveau comité départemental d’éducation à la santé et à la citoyenneté pour élaborer, au
niveau départemental, des mesures de responsabilisation ou de valorisation de l’engagement des
élèves autour d’initiatives citoyennes.
- 100 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
5- Mobiliser toutes les ressources des territoires :
un partenariat renouvelé avec les collectivités
territoriales et les associations
Dans le cadre des activités périscolaires, un volet laïcité et citoyenneté sera inclus dans les projets
éducatifs territoriaux (PEDT) élaborés par les communes sur le fondement de l’article L. 551-1 du
code de l’éducation et qui associent les services et établissements relevant du ministère chargé de
l’Éducation nationale avec d’autres administrations, les collectivités territoriales et les associations
et fondations.
Des conventions cadres vont ainsi être signées avec l’ensemble des associations concernées par la
lutte contre le racisme et l’antisémitisme.
Inspirée de la réserve citoyenne de la défense, une réserve citoyenne d’appui aux écoles et aux
établissements est créée dans chaque académie. Il s’agit de permettre aux enseignants de faire appel,
au sein de leurs classes, à des intervenants extérieurs pour illustrer leur enseignement en matière
d’éducation à la citoyenneté et à la laïcité et à l’éducation aux médias et à l’information, mais
également de permettre aux personnes et aux associations d’apporter leurs expériences
professionnelles et aux forces vives de la société civile de participer à la mise en œuvre des valeurs
de la République à l’école. Enfin, les collectivités peuvent mobiliser, sous leur responsabilité, les
réservistes qui manifesteraient le souhait d’intervenir en appui aux activités périscolaires. Un projet
de circulaire a été diffusé à l’ensemble des recteurs d’académie lors de la réunion qui s’est déroulée
le 8 avril. La réserve citoyenne sera lancée dans chaque académie à l’occasion des Assises de la
mobilisation pour les valeurs de la République à l’École qui auront lieu le 12 mai.
6- Engager un chantier prioritaire pour la maîtrise
du français
Le 5 février 2015, le Conseil supérieur de l’éducation a donné un avis favorable au nouveau
programme de l’école maternelle qui renforce la préparation à l’acquisition du langage. L’arrêté du
18 février 2015 a été publié au Journal officiel le 12 mars 2015 et entrera en vigueur à compter de la
rentrée scolaire 2015. Le décret n° 2015-172 du 13 février 2015 relatif au socle de connaissances et
de compétences professionnelles précise également que la communication en français fait partie de
ce socle. Le décret n° 2015-372 du 31 mars 2015 relatif au socle commun de connaissances, de
compétences et de culture a été publié au Journal officiel le 2 avril 2015 (après avis favorable du
Conseil supérieur de l’éducation).
7- Accélérer la mise en œuvre du plan de lutte
contre le décrochage scolaire
À la suite de la publication des décrets n° 2014-1453 et n° 2014-1454 du 5 décembre 2014 sur la mise
en œuvre du droit au retour en formation pour les jeunes de 16 à 25 ans qui sont sortis du système
scolaire sans diplôme ou sans qualification professionnelle (qui sont des décrets d’application de la
- 101 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
loi du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la refondation de l’école de la
République), la circulaire n° 2015-041 du 20 mars 2015, élaborée en lien avec les régions et les
ministères concernés, a été publiée au Bulletin officiel du ministère de l’Éducation nationale, de
l’Enseignement supérieur et de la Recherche le 26 mars 2015. Ces textes ont pour objectif de favoriser
la prise en charge rapide des jeunes qui sont sortis du système scolaire sans diplôme et de leur
proposer une nouvelle chance de qualification, dans le cadre du nouveau service public régional de
l’orientation. Il s’agit également de vaincre le décrochage scolaire en associant le ministère de
l’Éducation nationale à d’autres partenaires, par exemple dans le cadre de l’enseignement agricole.
8- Renforcer les actions contre les déterminismes
sociaux et territoriaux
Afin d’aider les élèves dans l’accès aux stages et aux périodes de formation en milieu professionnel,
un pôle de stages permettant de collecter et de suivre les offres émanant des entreprises sera créé
dans chaque bassin d’éducation et de formation.
Dans le but de valoriser l’enseignement professionnel, le troisième appel à projets pour le
développement des campus des métiers et des qualifications a été lancé par la ministre le 30 janvier
2015. Il s’agit de soutenir, par la formation, les politiques territoriales de développement économique
et social afin de faciliter l’insertion des jeunes dans l’emploi (Le décret n° 2014-1100 du 29 septembre
2014 portant création du label « campus des métiers et des qualifications », qui a modifié les articles
D. 335-33 et suivants du code de l’éducation, définit le label et ses modalités de délivrance).
9- Une action en faveur des publics les plus fragiles
Afin de renforcer la mobilisation pour la scolarité des moins de 3 ans, une nouvelle option
« enseignement en maternelle » est créée dans la cadre des formations dispensées par les écoles
supérieures du professorat et de l’éducation pour constituer un réseau de formateurs et de conseillers
pédagogiques spécialistes de la maternelle.
Afin d’aider les publics les plus fragiles, le financement des fonds sociaux des établissements scolaires
est porté à 45 M€, soit plus de 20% d’augmentation et, dans les DOM, un fonds social spécifique
cantine permettra de favoriser l’accès à la restauration scolaire. Ces fonds ont vocation à aider les
collégiens et les lycéens et leurs familles à assumer les dépenses de scolarité et de vie scolaire et se
traduisent par des aides exceptionnelles individualisées sous forme de concours financiers directs ou
de prestations en nature.
Une formation des corps d’encadrement de l’éducation nationale a été mise en place à l’École
supérieure de l’éducation nationale afin d’identifier les signaux de risque de radicalisation et le
phénomène d’embrigadement chez les jeunes.
La circulaire n° 2015-041 du 20 mars 2015 relative au retour en formation initiale pour les sortants
du système éducatif sans diplôme ou qualification professionnelle, déjà citée au point 7, établie
conjointement avec la direction de la protection judiciaire de la jeunesse, comporte des dispositions
particulières en faveur de la poursuite de l’enseignement des jeunes sous main de justice.
- 102 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
10- Mobiliser l’enseignement supérieur et la recherche
pour éclairer la société dans son ensemble
sur les fractures qui la traversent et sur les facteurs
de radicalisation
L’Agence nationale de la recherche a été sollicitée pour définir, en lien avec le CNRS, les moyens de
renforcer le soutien aux travaux de recherche sur les causes de la radicalisation.
Une réflexion est menée avec la Conférence des présidents d’universités et les organismes, tels que
le Conseil national des universités, qui interviennent dans le recrutement des enseignants-chercheurs
ainsi que des chercheurs dans les disciplines rares, notamment sur les thèmes en lien avec les
préconisations du Livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans.
11- Renforcer la responsabilité sociale
des établissements d’enseignement supérieur
Le guide « Laïcité et enseignement supérieur », élaboré par la Conférence des présidents d’universités
en 2004 et qui constitue une référence pour l’ensemble des personnels de l’enseignement supérieur
va être révisé.
Un référent « racisme et antisémitisme » sera désigné au sein de chaque établissement d’enseignement
supérieur.
- 103 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Présentation du dispositif
de formation du ministère
de l’Éducation nationale
des enseignants
Par M. Abdennour Bidar,
Chargé de mission Laïcité au ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
et par Mme Laurence Loeffel,
Inspectrice générale de l’Éducation nationale
La grande mobilisation de l’École pour les valeurs
de la République
Les attentats terroristes qui ont frappé la France les 7 et 9 janvier 2015 ont fait l’objet dans les
établissements scolaires d’une minute de silence en hommage aux victimes et en l’honneur de la
liberté d’expression. Ce moment de recueillement solennel s’est accompagné souvent de
l’organisation, par les équipes éducatives, de débats entre élèves autour de la valeur de cette liberté
d’expression. Ces débats ont mis en lumière le fait que dans notre société existent désormais de très
importantes différences d’estimation de cette valeur, entre ceux qui reconnaissent le droit de rire de
tout, et ceux qui considèrent que ce droit devrait s’arrêter devant ce qu’ils tiennent pour sacré. La
minute de silence a d’ailleurs fait parfois l’objet de perturbations, de la part d’élèves qui ont perçu
les caricatures de Charlie Hebdo comme des « insultes » à la religion musulmane. Parmi les personnels
eux-mêmes, des dissensions parfois fortes sont apparues à ce sujet. Néanmoins la communauté
éducative s’est retrouvée autour de la transmission aux élèves du principe que la violence est
inexcusable : dans un État de droit c’est par la loi, devant un tribunal, que doivent se juger les limites
de la liberté d’expression. Nul ne peut revendiquer, par rapport à cela, de se « faire justice » lui-même.
Ces attentats terroristes et les discussions auxquelles ils ont donné lieu dans les établissements ont
été pour l’École de la République le moment d’une prise de conscience de l’urgence durable à se
rassembler autour de la « mission première » que la Nation lui confie : « faire partager aux élèves les
valeurs de la République ». L’École est le lieu de la transmission de ces valeurs, l’institution en charge
de leur compréhension et de leur partage par les jeunes générations qui auront demain la
responsabilité de les faire vivre. À cet égard, les événements de janvier ont été l’opportunité pour les
personnels de l’Éducation nationale de réfléchir collectivement à l’obligation déontologique
d’engagement inhérente à leur métier. C’était déjà un axe de la Charte de la laïcité à l’École publiée
en septembre 2013 par le ministère de l’Éducation nationale, que de souligner aux élèves et à leurs
parents cette mission première de l’École de la République.
Dans ce contexte s’est posée très vite la question de l’état de la formation des personnels en la
matière, certains d’entre eux ayant témoigné qu’ils se sont sentis « démunis » lorsqu’ils ont voulu
accompagner la minute de silence d’un rappel et d’une pédagogie des valeurs républicaines. En
- 104 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
réponse à la demande exprimée et à cette attente, Mme Najat Vallaud-Belkacem, ministre de
l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, a pris immédiatement trois
décisions :
1- Le lancement d’une grande consultation des personnels sur les difficultés rencontrées dans la
transmission des valeurs, afin que soit identifiée de façon plus précise et concrète la nature des
besoins de formation. Cette consultation instruite dans les établissements et écoles par les
équipes de direction a permis de faire remonter, aux responsables académiques et à l’échelon
national, les informations nécessaires pour une action ciblée.
2- La mise en place de 11 mesures de grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la
République, déclinées selon 4 axes : mettre la laïcité et la transmission des valeurs républicaines
au cœur de la mobilisation de l’École ; développer la citoyenneté et la culture de l’engagement
avec tous les partenaires de l’École ; combattre les inégalités et favoriser la mixité sociale pour
renforcer le sentiment d’appartenance dans la République ; mobiliser l’enseignement supérieur et
la recherche (http://www.education.gouv.fr/cid85644/onze-mesures-pour-un-grande-mobilisation-de-l-ecolepour-les-valeurs-de-la-republique.html).
3- La tenue de 8 journées de formation inter académiques destinées à marquer le moment inaugural
du lancement d’un grand dispositif de formation sur le plan national et la tenue d’assises
départementales associant les personnels et les partenaires de l’éducation nationale (élus, parents,
associations, etc.). Ces séminaires inter académiques dédiés au renforcement de la compétence
professionnelle en matière de transmission des valeurs de la République se sont déroulés entre
le 11 mars et le 16 avril 2015 : 2 journées à Paris respectivement pour les académies du Nord et
d’Île-de-France, une journée à Strasbourg, Poitiers, Nantes, Lyon, Montpellier, Fort-de-France.
Chacune de ces journées a été organisée conjointement par la Direction générale de l’enseignement
scolaire (DGESCO) et par les experts en activité dans les académies – notamment les réseaux des
référents laïcité, référents mémoire et citoyenneté, référents égalité filles/garçons, inspecteurs de
l’éducation nationale en charge de la culture humaniste. Elles ont associé l’Inspection générale de
l’éducation nationale. Le contenu a été à chaque fois sensiblement le même :
1- Une matinée consacrée à la mobilisation d’aperçus fondamentaux sur le principe de laïcité et les
valeurs de la République, à travers des approches historiques, juridiques, philosophiques, assurées
par des universitaires et des spécialistes reconnus de ces questions et de leurs enjeux actuels et
par des inspecteurs généraux.
2- Une après-midi occupée par la tenue d’ateliers thématiques et de tables rondes interactives,
durant lesquels c’est la dimension pratique de cette transmission qui a été mise à la discussion
collective, selon le principe de la présentation de méthodes pédagogiques, d’échanges sur des
questions concrètes (pratique des études de cas), d’une mutualisation des bonnes pratiques et du
partage de l’expérience professionnelle.
Ces huit journées de formation de 1 000 formateurs doivent être suivies, à l’échelle de chaque
académie, des journées durant lesquelles ces formateurs interviendront à leur tour. Le calendrier
prévisionnel est que d’ici à la fin de l’année scolaire 2014-2015 plus de 300 000 personnels de
l’Éducation nationale aient bénéficié de cette première formation. Outre l’investissement des 1 000 formateurs de formateurs, le ministère de l’Éducation nationale a accéléré sa production de ressources
pédagogiques. Le site national de ressources en ligne Eduscol a été enrichi, et un « Livret du chef
d’établissement » est en passe de publication pour accompagner les équipes de direction dans leur
action pour faire vivre et respecter le principe de laïcité et les valeurs de la République dans leurs
établissements.
- 105 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Plusieurs constats et dynamiques ont émergé de ces 8 journées de formation inter académiques. Le
constat le plus récurrent a été la nécessité, pour l’institution scolaire dans toutes ses composantes,
de retrouver et d’enraciner une culture professionnelle commune et pratique, relative à la mission
première de faire partager les valeurs de la République. À cet égard, se pose d’ores et déjà et se
posera pour les années à venir la question cruciale de la formation dans les écoles supérieures du
professorat et de l’éducation (ESPE) : il sera indispensable que celles-ci offrent dans leur tronc
commun une formation à cette obligation professionnelle de faire partager les valeurs de la
République, afin que tous les personnels en aient conscience dès le départ de leur carrière et qu’ils
aient reçu d’emblée les moyens de l’assumer pleinement. C’est plus largement la formation aux
modalités de l’éducation du citoyen en milieu scolaire qui doit devenir une priorité au sein des ESPE.
Outre cette formation initiale, la formation continue devra également inscrire systématiquement cette
priorité dans les plans académiques de formation, dont le contenu est défini annuellement.
Enfin, la dynamique de formation et de concertation doit s’étendre dès aujourd’hui au niveau de
chaque établissement, de chaque école, du territoire national. La réassurance collective de
l’institution dans sa capacité à transmettre les valeurs républicaines passera aussi par cette échelle
la plus locale, c’est-à-dire par l’ouverture d’un maximum d’espaces où cette mission fondamentale
est rappelée par les équipes de direction, mais aussi dialoguée et concertée entre les personnels : la
journée de pré-rentrée, les réunions de mise à jour du règlement intérieur et du projet d’établissement,
les conseils pédagogiques, les conseils d’enseignement, l’accueil des nouveaux professeurs, la
journée anniversaire de la laïcité (9 décembre), la mobilisation des élus lycéens et collégiens, etc.
doivent être saisis comme autant d’opportunités de solidariser les équipes éducatives tout entières
sur cette mission. La mise en œuvre du nouvel enseignement moral et civique à la rentrée 2015, du
CP à la classe de troisième, ainsi que la mise en place du parcours citoyen sont les moyens
pédagogiques d’accomplissement de cette mission.
Ce nouvel enseignement comprend quatre dimensions qui sont autant d’entrées propices : la
sensibilité (rapport à l’autre, transmission d’une culture du respect, de la compréhension, de la
tolérance, de la reconnaissance réciproque, etc.) ; le jugement (éducation à la liberté de penser par
soi-même, culture de l’esprit critique, etc.) ; la règle et le droit (pédagogie de la loi qui fixe et garantit
les mêmes droits et devoirs pour tous, etc.) ; l’engagement (responsabilisation des élèves au service
de l’intérêt général, d’une solidarité sociale ou humanitaire, etc.). L’heure hebdomadaire
d’enseignement moral et civique – à partir de l’école primaire jusqu’au lycée dans toutes ses filières
– sera complétée par la mise en place d’un parcours citoyen dont la finalité est de s’assurer d’une
cohérence et d’une progressivité de la formation morale et civique de l’élève du CP à la terminale.
Ces quatre dimensions propres à l’enseignement moral et civique supposent une éthique enseignante
revitalisée et remise au centre de la formation. On en trouve la formule notamment dans l’article 12 de
la Charte de la laïcité à l’école qui définit l’enseignement laïque, du côté des enseignants, comme un
enseignement qui garantit « l’ouverture la plus objective possible à la diversité des visions du monde ».
Les enseignants doivent ainsi être en capacité d’enseigner la diversité des visions du monde, y
compris religieuse. À cette fin, le ministère de l’Éducation national proposera, avant la fin de l’année
2015, un parcours de e-formation (site internet M@gistère) à l’enseignement laïque des faits religieux,
destiné à aider les professeurs des premiers et seconds degrés de l’école.
L’enseignement moral et civique sera le lieu privilégié de la discussion à visée philosophique, dans
laquelle les élèves apprendront à s’interroger ensemble sur le sens et les fondements de la dignité et
des droits de la personne humaine, sur la connaissance des opinions et des croyances, sur le bénéfice
de la laïcité pour la liberté, l’égalité, la fraternité, etc. Le renforcement de la pédagogie des Droits de
l’Homme et des valeurs de la République passera donc aussi par la formation des professeurs à la
conduite de ces débats argumentés, et la formation à l’éthique de la discussion requise pour cela.
- 106 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
DIRECTION DES LIBERTÉS PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES
Sous-direction des libertés publiques
Bureau central des cultes
Bilan des initiatives locales
en matière de laïcité
Pour faire suite à la demande de l’Observatoire de la laïcité, il a été demandé aux préfets de recenser
les initiatives locales en matière de laïcité, portées par les services de l’État, les collectivités
territoriales ou le monde associatif (circulaire INTD1508795J du 9 avril 2015).
Depuis les évènements de janvier, le thème de la laïcité et des valeurs républicaines s’est imposé
dans le débat public. Les évènements de janvier ont incité les acteurs locaux à se réinvestir sur le
sujet, au travers d’initiatives pour défendre les valeurs de citoyenneté et du mieux vivre ensemble.
I. Le rôle décisif de l’État en faveur de la promotion
de la laïcité
Les attentats du début de l’année ont renforcé le rôle de l’État dans son dialogue avec les religions
et dans sa mission de lutte contre le racisme et l’antisémitisme. Les initiatives locales visent à
conforter le rôle de l’État dans cette démarche de promotion des valeurs républicaines.
1. Le dialogue avec les cultes (art. 1 de la loi de 1905)
Un certain nombre de départementss font état du fait que la conférence départementale de la laïcité
et du libre exercice du culte, qui se réunit depuis novembre 2014 à l’appréciation des préfets, ne
s’est pas tenue au cours de l’année 2014, car cela n’a pas été jugé nécessaire. Dans d’autres, cette
conférence départementale a au contraire été réactivée à la suite des évènements de janvier 2015 afin
de faire état des éventuelles difficultés. Ainsi, la préfecture de Paris souhaite donner un rythme
semestriel cette conférence. Dans les Bouches du Rhône, un groupe de suivi permanent de la
Conférence départementale de la liberté religieuse a été mis en place.
Il convient également de noter qu’un certain nombre de préfets évoquent les initiatives de dialogue
interreligieux qui peuvent se dérouler sur le territoire, à l’instar de l’organisation d’une conférence
interreligieuse ouverte à tous issue d’un café citoyen dans l’Aube, ou d’un colloque national interreligions dans l’Ille-et-Vilaine organisé les 24 et 25 janvier 2015. Dans le département de la Moselle
(57), un « comité interreligieux » réunissant les représentants des différents cultes autour du préfet a
été installé en janvier 2015, et qui se réunira mensuellement ou tous les deux mois. Ce comité vient
concrétiser un travail inter-cultuel commun dans un département non soumis à la loi de 1905 mais
où préexistaient déjà des relations de dialogue entre les religions.
Ou encore, en Haute-Garonne (31), une réunion inter-cultes a été présidée par le ministre de l’Intérieur
de l’époque, Manuel Valls, dans le cadre d’une visite officielle le 27 février 2014. Une charte de la
fraternité inter-cultes sur la pratique religieuse dans le département a été présentée à l’occasion de
la conférence départementale de la laïcité et de la liberté religieuse et signée le 19 mars 2015 par
l’ensemble des représentants locaux des cultes.
- 107 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Sont en général privilégiées les rencontres bilatérales avec les représentants des cultes, souvent dans
un format plus restreint afin d’approfondir les échanges. La nécessité d’un dialogue régulier, formel
ou informel, entre les services de l’État et les représentants des cultes s’est en effet sentir dans la
période recente. Par exemple, le préfet de Haute Marne (52) propose d’élaborer un calendrier de
rendez-vous tout au long de l’année avec les associations confessionnelles et les représentants des
cultes. Les sujets abordés portent principalement sur des questions pratiques liées au libre exercice
du culte telles que la sécurisation des lieux de culte ou le renforcement de la surveillance et de la
protection de ces lieux, les difficultés rencontrées dans la construction de lieux de culte, ou encore
le manque d’aumôniers pénitentiaires musulmans.
Par ailleurs, il apparait que le correspondant laïcité de chaque préfecture est généralement bien
identifié par les services de l’État, les collectivités et les autorités religieuses. Toutefois, le
département du Vaucluse (84) regrette, qu’à l’exception des services académiques de l’Éducation
nationale, les autres services de l’État et les collectivités ne disposent pas de « référent laïcité »
susceptibles de devenir les relais du correspondant laïcité dans leurs structures respectives et
constituer les chevilles ouvrières d’un travail en réseau se nourrissant des expériences et/ou difficultés
de chacun. Néanmoins, le rôle actif d’un référent laïcité à l’ARS dans le Morbihan (56), ou encore le
recrutement par la PJJ du Tarn-et-Garonne (82) d’un cadre référent laïcité et citoyenneté, méritent
d’être soulignés.
L’enjeu réside dans la constitution d’un maillage territorial entre acteurs publics partageant le même
diagnostic, disposant d’un référentiel commun et fixant des réflexes d’intervention collective. Les
Commissions pour la promotion de l’égalité des chances et la citoyenneté (COPEC) sont citées
comme une enceinte utile pour la promotion de la laïcité.
2. Le respect de la neutralité religieuse des services publics (art. 2 de la loi de 1905)
Certaines contestations au respect du principe de neutralité religieuse des services publics ont pu être
portées ça et là à la connaissance des préfets, notamment au sein des établissements scolaires.
À titre d’exemple, sont cités des tentatives de port du voile dans les établissements scolaires, des
signalements de certificats médicaux de complaisance à destinations des jeunes filles musulmanes,
le refus d’un contact physique avec une femme (enseignante, ATSEM), le recul de l’acceptation de la
mixité.
Dans l’Orne (61), il est à noter que plusieurs litiges sont survenus entre collectivités et établissements
scolaires privés concernant la contribution des premières à leur fonctionnement.
Enfin, certains comportements de repli communautaire tendent à s’afficher davantage. À titre
d’exemples, les contrôles de police des femmes qui dissimulent leur visage derrière un voile se
révèlent parfois délicats et sources d’incidents, une prière à ciel ouvert sur le parvis d’un centre
commercial à Creil dans l’Oise (60).
3. Les actions menées par les services de l’État
3.1 Dans les préfectures
- Les cérémonies de naturalisation
Ces moments donnent l’occasion d’un rappel des lignes directirces du principe de laïcité à l’occasion
de chaque cérémonie d’acquisition de la nationalité française. Dans la Sarthe (72), un film introductif
pour partager les valeurs de la République est projeté à chaque cérémonie de naturalisation. De
- 108 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
même, dans le Val de Marne (94), une formation aux valeurs républicaines est obligatoire sous la
forme d’une journée spécifique dans le parcours du primo-arrivant qui signe un contrat d’accueil et
d’intégration.
- Les parcours de formation à la laïcité
Un effort tout particulier est fait en direction des jeunes dans la promotion des valeurs républicaines,
à l’instar de la mise en place d’un « itinéraire citoyen » dans le Doubs (25) qui est un dispositif de
présentation des institutions républicaines et du principe de laïcité à destination des lycéens (54 jeunes
âgés entre 13 et 17 ans ont parcouru la ville à la découverte des institutions de la République).
De même, dans l’Essonne (91), est organisée à la préfecture une journée « République et citoyenneté »
à destination d’une quarantaine de jeunes bénéficiaires de la « garantie jeune ».
Dans la Sarthe (72), a été mis en place un « rallye citoyen » dans un collègue en réseau d’éducation
prioritaire avec accueil formalisé en préfecture ; ou encore le lancement d’une option classe citoyenne
au collège Vauguyon (REP) avec un enseignement en option d’1h30 par semaine en partenariat avec
les pompiers, la DDSP, et le ministère de la Défense dans le cadre de l’appel à projet rapprochement
des forces de sécurité et de la population.
Enfin, en Haute Marne (52), a été mis en place de manière plus élargie un « stage de citoyenneté » à
destination des majeurs n’ayant pas d’antécédent judiciaire ou en complément d’une peine. C’est un
dispositif d’information, de sensibilisation et d’échange sur la citoyenneté, la laïcité et le savoir vivre
ensemble.
- La formation des agents publics
De nombreuses initiatives relatives à la formation des agents publics à la laïcité ont été recensées,
anticipant ainsi la circulaire du 09 avril 2015 (RDFF1509063C) de la ministre de la décentralisation et
de la fonction publique relative aux priorités interministérielles fixées à la formation professionnelle
tout au long de la vie des agents de l’État pour l’année 2015. Cette circulaire prévoit que les principes
de laïcité et neutralité soient réaffirmés comme valeurs fondamentales de la fonction publique et par
conséquent pris en compte dans le cadre de la formation initiale délivrée par les écoles de service
public ainsi que dans le cadre de la formation continue des agents publics.
De nombreuses préfectures ont mis en place des actions de formation des agents publics sur le
thème de la laïcité, notamment ceux qui occupent un poste d’accueil au public. En outre, une
formation sur la laïcité est organisée dans chacun des cinq IRA depuis cette année.
Il est également intéressant de souligner quelques actions particulières telles:
La plateforme régionale d’appui interministériel à la gestion des ressources humaines de BasseNormandie qui a programmé pour la rentrée 2015 des « matinales » sous forme de conférences suivies
d’échanges sur la mise en œuvre du principe de laïcité et la sensibilisation à la lutte contre les
discriminations.
Dans la Vienne (86), une formation des agents des services de l’État aux enjeux de la laïcité a été
instaurée à travers une journée de formation des nouveaux agents à partir d’un support mis à
disposition par la DLPAJ.
Dans le Gard (30), a été signée une convention de partenariat avec la Licra qui intervient lors des
formations initiales des futurs gardiens de la Paix à l’école nationale de police de Nîmes.
Dans la Lozère (48), il est envisagé de faire intervenir la MIVILUDES en vue d’une action de formation
à destination des forces de sécurité, des partenaires institutionnels et des collectivités territoriales
engagés à faire appliquer le principe de laïcité.
- 109 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La DDFIP de la Meuse (55) a mis en place un dispositif de remontées d’informations avec un numéro
d’appel pour relayer les incidents en tous genres pouvant se produire dans les services d’accueil,
notamment lors de périodes de forte affluence.
En Savoie (73), le centre hospitalier Métropole Savoie prépare un guide pour les soignants destiné à
mieux leur faire comprendre les préconisations liées à chaque religion et à faciliter le dialogue, ainsi
qu’un guide à destination des malades.
Dans la Somme (80), la DASEN a organisé une conférence à destination des personnels enseignants
du 1er degré complétée par une formation à distance réalisée au niveau national.
3.2 Au sein de l’éducation nationale
Les préfets se font l’écho d’un certain nombre d’initiatives des rectorats, auxquelles ils ont été
associés.
- La Charte de la laïcité à l’école
La diffusion de la Charte de la laïcité à l’école a été l’occasion de mettre en place des temps
d’explication et de pédagogie sur cette Charte qui a parfois été perçue comme trop compliquée.
Ainsi, dans les Deux Sèvres (79), il y a eu des actions pour traduire avec les propres mots des élèves
les articles de la Charte de la laïcité à l’école.
- Des ateliers d’analyse de la presse
Ont été mis en place différents ateliers d’expression et analyses de presse autour de thématiques liées
à la laïcité pour une meilleure compréhension et le développement d’un esprit critique, notamment
dans le cadre de la semaine de la presse et des médias.
À titre d’exemple, dans l’Hérault (34), le recteur a rencontré la directrice du Club de la presse pour
mettre en place un plan d’actions commun pour la construction de la citoyenneté des élèves à travers
l’éducation aux médias avec deux volets (un plan de formation des journalistes afin qu’ils puissent
intervenir dans les établissements, et la mise en œuvre d’évènements forts autour de la laïcité).
- Les projets éducatifs territoriaux (PEDT) comme opportunité de promouvoir la laïcité
Les maires signataires d’un PEDT sont engagés à intégrer de façon systématique un volet laïcité et
citoyenneté. Ces projets déclinés localement pour garantir la qualité éducative des activités peuvent
constituer un vecteur privilégié de sensibilisation et d’éducation aux valeurs républicaines et
notamment à la laïcité. Des actions concrètes sur ces objectifs peuvent être intégrées dans ces
projets. La signature des PEDT rendus obligatoires dans le cadre de la réforme des rythmes scolaires
a donc été l’occasion d’y inclure un volet citoyenneté-vivre ensemble-laïcité.
Ainsi, dans l’Aisne (02), la ville de Chauny travaille à la mise en œuvre d’un PEDT dans les écoles du
premier degré avec comme axe stratégique le développement de l’apprentissage à la vie citoyenne
et l’éducation à l’environnement et au développement durable.
- Autres initiatives à souligner
Des initiatives qui avaient déjà été mises en place dans certains départements en 2013 ont été
reconduites, voire mises en place pour la première fois dans d’autres départements comme la
plantation d’Arbres de la laïcité à l’instar du département de l’Aube (10), du Cher (18), du Loir-et-Cher
(41), etc. C’est également le cas avec l’étude de la mise en place d’un « réseau d’alerte laïcité » en
Seine-et-Marne (77), à l’instar du Loiret (45), afin de structurer les retours des chefs d’établissements
au sujet d’actes et de revendications portant atteinte à la laïcité.
- 110 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Il est également à relever que, de manière générale, la présence des élèves aux commémorations
s’avère être plus importante.
Enfin, il convient de noter quelques initiatives isolées :
Dans le Territoire de Belfort (90), une application informatique pour les chefs d’établissements et
directeurs d’écoles sur les questions d’atteinte à la laïcité avec deux volets (un volet ressources
règlementaires et un volet signalement) a été lancée.
Dans le Cher (18), un Parvis de la laïcité devant le lycée Jacques Cœur de Bourges a été inauguré.
La directrice académique de la Meuse (55) élabore un projet « citoyenneté » visant à accompagner
les équipes enseignantes et les parents d’élèves de l’école d’Etain qui accueille des enfants fragilisés
pour mettre en place un parcours pédagogique promouvant les valeurs républicaines.
Dans l’Hérault (34), le recteur d’académie a créé à la rentrée scolaire 2014 un pôle « vie des écoles
et des établissements » (PV2E) qui assure la coordination des actions et des personnels engagés sur
la question du climat scolaire, de la promotion du mieux vivre ensemble et de la lutte contre toutes
les discriminations.
Également, le recteur a créé en partenariat avec la MAIF le prix académique de l’engagement civique
« chacun citoyen » lancé le 28 janvier 2015.
Enfin, la possibilité est offerte à tous les enseignants du département de suivre dès la rentrée des
vacances d’hiver le parcours national M@gistere « Laïcité ».
3.3 Dans le cadre de la politique de la ville
- L’opportunité de la signature des contrats de ville
La signature prochaine des nouveaux contrats de ville pour la période 2014-2020 a permis de déployer
un ensemble de mesures portant sur l’égalité et la lutte contre les discriminations. Un certain nombre
d’actions tourneront autour de la laïcité, des valeurs de la République et du vivre ensemble. Les
leviers de la politique de la ville sont mis au service de l’application du principe de laïcité (formation
à la laïcité des animateurs jeunesse, médiateurs de rue, des bénévoles des associations QPV,
animation du réseau des référents laïcité des institutions, axe prévention de la délinquance…).
À titre d’exemple, la communauté d’agglomération du Grand Verdun affiche un quatrième axe
thématique dans le contrat de ville intitulé « Valeurs de la République et citoyenneté » (mise en place
d’un conseil citoyen, généralisation des cérémonies pour les nouveaux citoyens, création d’une
section Jeunes Sapeurs Pompiers).
- Le rôle des associations qui agissent dans le cadre de la politique de la ville
Les associations qui bénéficient d’une aide de l’État, notamment dans le cadre de la politique de la ville,
devront signer une charte de partage des valeurs républicaines, comme cela est prévu en Savoie (73).
De même, dans le Morbihan (56), toute association qui bénéficiera de financements devra démontrer
qu’elle œuvre pour et dans le respect des valeurs de la République, en particulier de la laïcité.
Plus généralement, dans l’Indre et Loire (37), tous les bénéficiaires des crédits politique de la ville
seront signataires d’une charte « Valeurs de la République et laïcité » qui est en cours de rédaction.
Des actions de formation des professionnels de terrain en lien avec le public des quartiers prioritaires
sont organisées, à l’instar de la commune de Béziers dans l’Hérault (34) qui a pour objectif de former
les animateurs qui interviennent dans ces quartiers.
- 111 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
3.4 Dans les établissements pénitentiaires
Dans la Sarthe (72), en maison d’arrêt, la promotion de la laïcité va être portée par une mission de
service civique avec un volet activités culturelles, sportives et laïcité.
Dans le Nord (59), une journée d’échanges sur la laïcité et la pratique religieuse en milieu pénitentiaire
a été organisée afin de permettre aux aumôniers de connaitre et d’appréhender au mieux ce principe.
II. Le rôle des collectivités territoriales
- Initiatives en direction des jeunes
La région Languedoc-Roussillon a notamment financé des courts-métrages réalisés par des lycéens
sur la lutte contre les discriminations qui participent à la promotion des valeurs de la République et
de la laïcité. La région propose également à ses agents de suivre un Diplôme universitaire sur la laïcité
et la multi-culturalité en situation professionnelle.
Dans le Territoire de Belfort (90), la communauté d’agglomération belfortaine a récemment invité
madame Ibn Ziaten, mère d’Imad Ibn Ziaten, premier militaire assassiné par Mohamed Merah. Elle a
pu intervenir auprès des jeunes dans le cadre d’un stage de citoyenneté organisé par le SPIP du
département et devant les détenus de la maison d’arrêt de Belfort.
- Des instances locales dédiées à la laïcité
La ville de Paris a souhaité réactiver l’Observatoire local de la laïcité en lui confiant une mission
d’étude et de propositions opérationnelles sur la mise en œuvre du principe de laïcité dans les
services publics municipaux parisiens.
En Seine et Marne (77), la commune de Montereau-Fault-Yonne a organisé le 21 janvier 2015 un « conseil
communal de la laïcité » en présence des représentants des cultes. Après avoir effectué un diagnostic
local, des réunions mensuelles seront organisées. Un représentant de l’État sera membre de ce conseil.
L’Association des maires de Meuse a mis en place un groupe de travail « Laïcité ».
- Autres initiatives à souligner
Le 42e festival international de la bande dessinée d’Angoulême en Charente (16) organisé fin janvier
2015 a accueilli en son sein un quasi-second festival consacré à la liberté d’expression et à Charlie
Hebdo. Les religions ont été particulièrement mobilisées pour cet évènement.
Dans le Tarn (81), la promotion de la laïcité auprès de tous les publics a été entreprise par le Musée
du Protestantisme de Ferrières qui a intitulé son nouveau parcours muséographique « De la Réforme
à la laïcité ».
Dans l’Allier (03), le préfet signale l’usage du terme de laïcité dans la dénomination de rues, places,
squares, etc.
Dans la Nièvre (58), la ville de Nevers et l’agglomération ont signé conjointement la Charte de la
laïcité dans les services publics pour être affichée dans chaque service public de la ville.
Dans le Pas de Calais (62), la ville d’Arras a mis en place un plan d’actions en faveur d’un meilleur vivre
ensemble avec tous les 11 de chaque mois des rencontres et évènements auxquels sont conviés les
citoyens.
- 112 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
III. Le rôle des associations
De nombreux évènements sur la laïcité et les valeurs républicaines sont mis en place à l’initiative des
associations, sous la forme en général de séminaires, débats, colloques, réunions publiques,
interventions dans des établissements scolaires, etc. Le rôle informatif des associations en la matière
est donc essentiel.
Aux côtés des pouvoirs publics, des associations font également fonction de « veille » et le cas
échéant d’alerte.
Ainsi, depuis septembre 2014, l’Observatoire de la laïcité des Alpes Maritimes (06) dispose d’un
agrément du Rectorat pour intervenir dans les établissements du secondaire et dont le nombre de
formateurs sera doublé (actuellement 8) pour répondre à une demande croissante.
- Dialogue interreligieux
Des associations participent activement, notamment en direction des jeunes, au vivre ensemble des
religions. Il faut tout particulièrement souligner les initiatives associatives suivantes :
Dans le département de la Charente (16), les représentants des grandes religions monothéistes ont
créé ensemble l’association « Pierre, Mohamed, David et les autres » promouvant le dialogue
interreligieux.
Le Comité interreligieux dans le Gers (32) organise plusieurs actions marquantes comme le don du
sang interreligieux.
Dans la Manche (50), la mosquée a organisé une journée « Portes ouvertes » qui s’est avérée être un
succès.
Dans l’Oise (60), cette démarche de dialogue interreligieux se traduit par des journées d’échanges, de
témoignages, des ateliers. À titre d’exemples, « Un ciel pour tous » et « Croyants unis pour la paix » à
Beauvais.
- Promotion de la laïcité
Le rôle de la Ligue de l’enseignement est tout particulièrement actif, à l’instar de la mise en place de
la « semaine de la laïcité » en décembre 2015 au sein des établissements scolaires des Ardennes (08).
Dans l’Orne (61), le thème de la laïcité a été abordé par des lycéens dans le cadre de la webradio au
lycée Marguerite de Navarre d’Alençon.
Dans la Vienne (86), le collectif « Laïcité » rassemble chaque année des associations laïques.
Enfin, dans le Val de Marne (94), des actions relatives à la laïcité sont menées par des associations,
à l’instar de la création d’un outil qui s’intitule « Time Line » qui est un jeu de cartes où chacune
représente un fait historique détaillé au recto et la date correspondante au verso afin de susciter des
échanges sur le vivre ensemble.
- La formation des animateurs socio-éducatifs
Il s’agit de former et sensibiliser les personnels, dont la mission est l’éducation des jeunes, à la laïcité
tels les animateurs et directeurs d’accueils collectifs de mineurs. Cela passe également par un
renforcement de l’évocation des valeurs de la République par les animateurs des journées défense
et citoyenneté.
- 113 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
De manière générale, cela se traduit concrètement par des formations à destination des bénévoles
associatifs et de type BAFA avec des modules de sensibilisation sur la laïcité, à l’instar de ce qui se
fait à Brest dans le Finistère (29) avec une formation-action en discontinu d’environ 20 professionnels
des équipements sociaux-éducatifs et centres sociaux.
La DDCSPP du Loir et Cher (44) a demandé aux mouvements de jeunesse et d’éducation populaire
qui organisent des formations d’animateurs socioculturels (BAFA, BAFD, brevets d’État) d’inscrire
dans leur cursus un programme sur l’accès à la citoyenneté, la laïcité et les valeurs de la République.
Dans le Vaucluse (84), le centre social Croix des oiseaux s’est engagé dans une démarche de formation
à la laïcité de ses salariés.
Il est également intéressant de souligner quelques actions particulières, notamment issues de
l’initiative des MJC :
Dans les Côtes d’Armor (22), la MJC du Plateau souhaite mettre en place un « café social » où les
habitants pourront dialoguer ensemble sur les thèmes de la citoyenneté.
En Haute Savoie (74), il y a des formations des responsables des MJC et actions de sensibilisation par
la culture et les arts à la laïcité et à la tolérance qui sont poursuivies toute l’année (« Remballe ta
Haine »).
Enfin, dans la Sarthe (72), il va y avoir l’organisation d’un concours de dessin autour de la tolérance
mené par la mission locale de l’agglomération mancelle en mai et juin 2015.
- Promotion de la laïcité auprès des habitants des quartiers sensibles
Des initiatives de promotion de la laïcité en faveur des habitants des quartiers sont mises en place,
à l’instar du département des Alpes Maritimes (06) où sont organisées des réunions citoyennes dans
chaque quartier prioritaire du département à la suite des attentats de janvier.
Dans l’Essonne (91), des ateliers « laïcité pour vivre ensemble » sont actuellement proposés aux
associations œuvrant dans les quartiers populaires. Il a été demandé à chaque association d’élaborer
son plan d’actions, conduites notamment dans la mise en œuvre d’un parcours de formation du
personnel (adulte relais, médiateurs), pour promouvoir la citoyenneté, la laïcité et le vivre ensemble.
***
Dans le contexte des attentats de janvier, la diversité et la richesse des initiatives locales relatives à
la laïcité, réalisées ou en cours de réalisation, illustrent la multiplicité des acteurs impliqués et des
actions entreprises. Cette mobilisation démontre une prise de conscience et une volonté d’agir de
la part de tous.
Le représentant de l’État dans le département tient un rôle souvent central, en particulier dans la
pédagogie du principe de laïcité. Il doit également fédérer la multitude d’initiatives locales qui ont
germé en recherchant à conforter systématiquement le rôle de l’État.
Enfin, il ressort une attente forte des différentes communautés vis-à-vis du représentant de l’État au
niveau local pour assurer le respect du principe de laïcité et favoriser l’expression de chacune d’elles.
- 114 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Mesures mises en œuvre par la
protection judiciaire de la jeunesse
pour promouvoir la laïcité
par, la direction de la protection judiciaire de la jeunesse du ministère de la justice
La note de la DPJJ du 25 février 2015
Eu égard aux caractéristiques et aux problématiques des jeunes pris en charge par la PJJ, les questions
de laïcité ainsi que celles de citoyenneté font l’objet d’un travail éducatif quotidien. Ces questions
revêtent un enjeu important dans les services et établissements de la PJJ qui accueillent les jeunes
les plus en difficulté d’intériorisation des règles sociales et républicaines.
Concernant les professionnels, ces questions renvoient aussi à l’intimité et aux propres croyances de
chaque professionnel (agent de la fonction publique pour les établissements et services en régie
directe et professionnels de droit privé pour les personnels des établissements et services du secteur
associatif habilité).
La direction de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) est attachée comme tous les services
publics tant au respect des principes de neutralité et de laïcité qu’au respect des convictions des
mineurs pris en charge de sein de nos institutions et de leurs familles.
Respectueuse de ces principes mais également consciente des difficultés pratiques rencontrées dans
leur mise en œuvre au quotidien, la direction de la protection judiciaire de la jeunesse s’est inscrite
dans une réflexion globale sur la conciliation de ces principes dans le cadre du fonctionnement des
établissements et services placés sous son autorité (secteur public de la PJJ) ou travaillant avec elle
conjointement (secteur associatif habilité).
Le résultat de ce travail de réflexion a conduit la DPJJ à proposer un plan d’action exposé dans la note
n°JUSF1505710N du 25 février 2015 relative à « la mise en œuvre d’un plan d’action de la DPJJ
en matière de respect du principe de laïcité et des pratiques religieuses des mineurs pris en charge
par les établissements et services du secteur public et du secteur associatif habilité et du principe de
neutralité par les agents prenant en charge les mineurs ».
Ce plan d’actions prévoit des actions sur 2 axes : les mesures concernant les mineurs d’une part et
les mesures concernant les professionnels d’autre part.
Concernant les mesures adoptées à l’égard des mineurs
La question de la laïcité est abordée dans la note n°JUSF1511218N du 4 mai 2015 relative « aux
lignes directrices relatives à l’élaboration du règlement de fonctionnement des établissements collectifs
de placement judiciaire du secteur public et du secteur associatif habilité ».
- 115 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Cette note aborde notamment la question du droit du mineur à la pratique religieuse et le respect de
la liberté de conscience. Mais aussi, à travers les dispositions relatives aux modalités d’organisation
des repas et leurs contenus, elle dispose que dans toute la mesure compatible avec le
fonctionnement du service, afin de prendre en considération l’éventuel exercice de la liberté religieuse
des mineurs accueillis, des plats contenant de la nourriture confessionnelle peuvent être délivrés au
sein de l’établissement, si la proposition d’un plat différencié (notamment sans viande ou sans viande
de porc) n’est pas de nature à satisfaire leur demande.
Au-delà du règlement de fonctionnement des établissements de placement, il est indispensable de
rappeler aux agents publics et aux personnels du secteur associatif leurs droits et les obligations
auxquelles ils sont soumis dans ce domaine dans l’exercice de leurs missions.
Concernant les mesures envisagées à l’égard des agents publics
et des personnels du secteur privé intervenant au sein de ces établissements et services
Les différents groupes de travail organisés ces dernières années sur le sujet ont également mis en
lumière la nécessité de clarifier l’obligation de neutralité qui incombe aux agents publics et plus
particulièrement celle de la laïcité. Il apparaît en effet que les agents chargés de la prise en charge
des mineurs ont une conception protéiforme de la notion de la laïcité les conduisant parfois à se
refuser d’aborder toute question relative à la pratique religieuse au risque parfois de faire obstacle
aux droits des mineurs tandis que d’autres ont une conception très extensive de cette notion risquant
de les conduire à un manquement par rapport à leur devoir de neutralité (exemples relevés lors
d’inspection ou par la CGLPL de nourriture confessionnelle proposée comme plat unique, incitation
à la prière, prosélytisme).
La question est d’autant plus prégnante que le rôle du personnel éducatif dans ces établissements
est celui « du vivre avec les mineurs » impliquant une action éducative quotidienne et permanente.
Par ailleurs, il est apparu également nécessaire de préciser auprès des supérieurs hiérarchiques des
différents échelons ce qu’ils étaient en droit d’attendre de la part des agents placés sous leur autorité
en matière de neutralité du service public mais également les droits dont pouvaient bénéficier les
agents du fait du respect de ce principe dans les limites inhérentes au bon fonctionnement du service
public et sa continuité.
Enfin, la récente jurisprudence de la Cour de cassation* permet d’étendre cette obligation de
neutralité et de laïcité aux personnels éducatifs des associations travaillant au sein des établissements
habilités.
Ce travail va s’effectuer à droit constant dans le respect tant des dispositions statutaires, des
conventions collectives et des règlements intérieurs que de la jurisprudence judiciaire et
administrative en la matière et aboutira à la rédaction d’une note avant la fin du 3e trimestre 2015 afin
d’expliciter les règles applicables aux agents publics et aux personnels du secteur associatif habilité
en matière de neutralité.
* C.cass, chambre sociale, 19 mars 2013, CPAM de Seine Saint Denis, 12-11.690
- 116 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La mission nationale de veille et d’information
Dans le cadre de la mise en œuvre du plan national de lutte contre la radicalisation violente et les
filières djihadistes et de la déclinaison des textes ministériels et interministériels publiés entre avril
2014 et mars 2015 visant au renforcement de la coopération entre les services de l’État, la Protection
Judiciaire de la Jeunesse (PJJ) s’est engagée auprès des autres ministères. L’action de la PJJ s’inscrit au
titre de sa mission éducative et s’articule autour de la participation de la PJJ aux politiques publiques
notamment au sein des cellules de suivi mise en place par les préfets.
Les attentats terroristes de janvier 2015 sont intervenus dans un contexte d’attention particulière
portée par l’institution à ces phénomènes et de consignes régulières données aux directions
interrégionales (DIR) et à l’Ecole Nationale de Protection Judiciaire de la Jeunesse (ENPJJ). Une note
de la directrice de la PJJ à destination des échelons déconcentrés en date du 27 janvier
2015 est venue formaliser l’ensemble des actions déjà mises en œuvre depuis le démarrage du plan
gouvernemental (Le recensement des situations de radicalisation – L’accompagnement des familles
dans le cadre des demandes d’opposition de sortie de territoire – L’amélioration du soutien aux
professionnels notamment à travers un plan de formation national – La participation aux dispositifs
nationaux de lutte contre la radicalisation).
Ces actions initiales ont été complétées suite aux annonces gouvernementales des 13 et 21 janvier
2015 avec la création notamment de la Mission Nationale de Veille et d’Information (MNVI)
mais aussi l’allocation de moyens supplémentaires qui ont permis de renforcer la pluridisciplinarité
et de décliner un plan de formation national.
La mission nationale de veille et d’information (MNVI) est rattachée au cabinet de la
Directrice de la PJJ (Son installation est effective depuis le 1er avril 2015 par la nomination
de la chargée de mission nationale) Elle a 2 missions essentielles :
Assurer
la coordination et le soutien aux acteurs qui concourent à la prévention de la
radicalisation dans le cadre de la mission éducative ;
Promouvoir
les valeurs de la République à travers l’organisation d’actions relatives à la laïcité
et la citoyenneté à destination des professionnels, des mineurs pris en charge et de leurs
familles.
Les missions de cette cellule nationale sont déclinées au niveau de chaque direction inter régionale
(DIR) par la nomination d’un référent laïcité et citoyenneté par DIR et au niveau de chaque direction
territoriale (DT), par la nomination d’un ou deux référents « laïcité et citoyenneté ». Un référent laïcité
et citoyenneté est aussi nommé à l’école nationale de protection judiciaire de la jeunesse (ENPJJ)
Soit un total de 69 emplois.
Ces référents ont notamment pour mission de mettre en œuvre des actions citoyennes.
Ces actions ont pour objectifs de transmettre aux mineurs les valeurs républicaines, de sensibiliser
les parents et de soutenir l’action des professionnels dans la conduite d’une politique de citoyenneté
et de réaffirmation des valeurs de la République et notamment la laïcité, la lutte contre le racisme et
toute forme d’intolérance et de discrimination.
Ces actions aborderont aussi la question de la prévention de l’utilisation des technologies de
l'information et de la communication. Le numérique et particulièrement les réseaux sociaux étant
central dans la propagation du phénomène de radicalisation et utilisé comme un outil de propagande
et de recrutement des réseaux djihadistes.
- 117 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Ces actions sont parfois construites en partenariat (par exemple avec l’éducation nationale) et
proposent l’intervention de personnes ou d’associations qualifiées : LICRA, centre de prévention
contre les dérives sectaires liées à l’Islam (CPDSI), MIVILUDES.
La formation
La prise en compte de la laïcité dans les formations statutaires et continues
Dans le cadre de la formation statutaire, les éducateurs ont depuis presque 10 ans, 2 jours
obligatoires de formation sur le fait religieux et la laïcité. Depuis la réforme de la formation, cet
enseignement prend place à la fin de la première année. Ces deux jours sont organisés avec des
enseignants de l’Ecole pratique des hautes études (EPHE), et en particulier l'Institut européen en
sciences des religions (IESR).
Au niveau du catalogue de formation continue, les stages suivants traitent directement des questions
de laïcité, neutralité au sens large :
Stage
« Éthique et services publics »
Stage
« la laïcité dans les services publics »
La question de la laïcité est également évoquée lors des regroupements des dispositifs « service
civique » et « enseignants en CEF ».
Le plan national de formation dans le cadre du plan national de lutte
contre la radicalisation violente
Le plan gouvernemental de lutte contre la radicalisation violente présenté par le gouvernement les
13 et 21 janvier dernier prévoyait, le renforcement de la formation des professionnels. Bien avant
ces annonces la PJJ proposait déjà des formations en relation avec le sujet :
- Les formations proposées par l’Ecole Nationale de la PJJ :
Des formations étaient déjà proposées sur le site central de l’Ecole nationale de protection judiciaire
de la jeunesse (ENPJJ) et dans les pôles territoriaux de formation en déclinaison de la convention
entre la DPJJ et la MIVILUDES du 19 octobre 2011. Cette formation vise à sensibiliser à la
problématique sectaire, à appréhender les mécanismes et les constructions de la relation d’emprise
et fournit des indicateurs essentiels pour mettre les mineurs hors de danger.
- Ce dispositif est renforcé par la déclinaison depuis janvier 2015 d’un plan de formation national
dédié à la lutte contre la radicalisation et la laïcité.
Ce plan de formation se décline à plusieurs niveaux:
La formation des formateurs relais (formateurs du site central et des pôles territoriaux de
l’ENPJJ), qui permet de disposer d'un vivier de formateurs en mesure de construire des
dispositifs de formation sur les sujets liés à la prévention de la radicalisation et la laïcité.
La formation des cadres de l'ENPJJ organisée par le SG-CIPD
La formation des référents laïcité et citoyenneté à l’ENPJJ
- 118 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La formation des agents de la PJJ :
8 800 personnels PJJ et 2 730 personnels du secteur associatif (exclusif), soit environ 3 800 personnes à former par an, sur 3 ans, avec priorité donnée aux personnels d’hébergement, dont
ceux des CEF et CER.
La formation s'adresse à l'ensemble des agents exerçant à la PJJ qu'ils soient affectés dans les
structures de placement ou en milieu ouvert SP et SAH. La formation des agents de la filière
éducative sera organisée sur 3 jours et celle des agents de la filière administrative sur une
journée. Chaque session de formation organisée par l'ENPJJ au sein des PTF sera ouverte à
hauteur de 50 agents. Les formations ont débuté à compter d’avril 2015 et sur 3 ans pour
intégrer l’ensemble des professionnels de la PJJ.
- Une journée d’étude nationale intitulée « prévention de la radicalisation, les
réponses de la République » sur le format « mardi de Roubaix » a été organisée au
site central de l’ENPJJ le 14 avril 2015. Elle a concerné des stagiaires en formation statutaire,
des professionnels en service ainsi que des professionnels exerçant en matière de
protection de l’enfance.
- Les autres formations :
Par ailleurs, les territoires sont encouragés à s’inscrire aux modules de formation organisés par le
SG-CIPD. Les DIR sont invitées à développer d’autres partenariats (DGCS, SNATED, LICRA etc.) en
matière de formation et inscrire les professionnels dans les formations déjà existantes.
En terme de formation, nous serons amenés à nous rapprocher des autres écoles du ministère de la
justice et du réseau des Ecoles du Service Public (RESP) afin d’envisager la mutualisation des
formations proposées.
- 119 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La pratique du culte
en milieu pénitentiaire
Par la direction de l’administration pénitentiaire du ministère de la Justice
À l’aube du XXe siècle, la France adopte la loi de 1905 de séparation des Églises et de l’État, point
d’orgue du processus de sécularisation. L’article 2 de la loi de 1905 précise que la République ne
reconnaît, ne salarie ni subventionne aucun culte. Désormais, les aumôniers ne sont donc plus des
salariés de l’État, et la messe n’est plus une obligation pour les prisonniers. Mais ce principe ne
saurait être interprété de façon rigide. La loi de 1905 renvoie certes le religieux à la sphère privé mais
elle organise aussi les relations entre la puissance publique et les institutions confessionnelles.
C’est donc logiquement que sa portée a résonné au sein des établissements pénitentiaires.
De fait, la mise en place des cultes en prison résulte directement de la loi du 9 décembre 1905.
L’article 2 de cette loi a, en effet, posé les termes d’un équilibre selon lequel, d’une part, « la République
ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte » et, d’autre part, peuvent cependant être inscrites
au budget de l’État et des collectivités « les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer
le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons ».
Cette disposition constitue le fondement légal des services d’aumônerie et de leur prise en charge
par la personne publique ; elle se justifie par l’obligation de permettre aux personnes privées de
pratiquer leur culte.
Ces principes généraux ont été repris par la règle pénitentiaire européenne 29.1 et par l’article 26 de
la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009.
L’exigence de mise en place d’un accès au culte pour les personnes détenues est affirmée à l’article
R. 57-9-3 du code de procédure pénale, qui dispose que « chaque personne détenue doit pouvoir
satisfaire aux exigences de sa vie religieuse, morale ou spirituelle. »
S’il incombe aux aumôniers d’assurer le service du culte et d’offrir aux détenus qui le souhaitent une
assistance spirituelle, il s’ensuit des obligations positives pour l’administration pénitentiaire :
obligation d’organiser l’accès aux cultes pour permettre aux personnes détenues d’exercer
leur liberté religieuse ;
obligation de lutter contre toute forme de prosélytisme et contre les dérives radicales et
sectaires ;
obligation de garantir la neutralité du service public pénitentiaire.
Ainsi, sans empiéter sur les prérogatives dévolues aux aumôniers de prison, l’administration organise
et fixe le cadre d’exercice de la vie cultuelle en détention.
La désignation de référents chargés de la laïcité et de la pratique du culte au sein de l’administration
pénitentiaire et l’agrément d’intervenants d’aumônerie répondent à cette exigence.
Les principaux cultes représentés sont les suivants : le culte catholique, le culte israélite, le culte
musulman, le culte orthodoxe, le culte protestant, le culte des Témoins de Jéhovah et le culte
bouddhiste.
- 120 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Afin de conforter le cadre d’exercice de la pratique du culte en détention, il a été décidé de produire
une note destinée à harmoniser les pratiques et à fournir des repères utiles à tous. C’est la note du
16 juillet 2014 relative à la pratique du culte en détention qui vient compléter un précédent texte
du 20 septembre 2012 relatif à l’agrément des aumôniers et des intervenants d’aumônerie.
Ce texte répond à une demande forte des aumôniers et à un besoin des personnels de l’administration
pénitentiaire.
En effet, l’existence de multiples notes sur le thème de la pratique du culte pouvait faire obstacle à
une bonne appréhension des règles relatives à l’exercice de la liberté religieuse en détention et à
l’application uniforme de ces règles, dans le respect du principe de laïcité.
L’agrément des intervenants d’aumônerie
La plupart des cultes présents en détention sont structurés en aumôneries nationales qui se déclinent
au niveau régional et local.
La circulaire du 20 septembre 2012 a pour objet de rappeler les dispositions applicables en matière
de recrutement des intervenants d’aumônerie de prison.
1. L’agrément de l’aumônier national
Lorsqu’une organisation cultuelle adresse à l’administration pénitentiaire une demande pour
constituer une aumônerie de prison, il est nécessaire qu’elle propose l’agrément d’un aumônier
national.
L’agrément est :
délivré par le directeur interrégional compétent (selon la domiciliation de l’aumônier) ;
après enquête préfectorale ;
après avis du directeur de l’administration pénitentiaire et du ministère de l’Intérieur (bureau
central des cultes).
L’avis de l’aumônier national est requis pour l’agrément de l’ensemble des intervenants d’aumônerie
ainsi que pour désigner, parmi les aumôniers, ceux qui disposent d’une compétence régionale.
Ce dispositif permet à l’administration pénitentiaire de ne pas se substituer à l’autorité religieuse
dans l’examen de l’opportunité des candidatures présentées.
2. L’agrément d’intervenants d’aumônerie
Parmi les intervenants d’aumônerie, on distingue les aumôniers (régionaux ou locaux / indemnisés ou
bénévoles) et les auxiliaires bénévoles d’aumônerie.
Les aumôniers de prison
Conformément à l’article D. 439 du code de procédure pénale, l’agrément est :
délivré par le directeur interrégional ;
après avis du préfet du département dans lequel se situe l’établissement (ou du préfet de région
lorsque la demande porte sur des établissements situés dans plusieurs départements) ;
sur proposition/ après approbation de l’aumônier national du culte concerné.
- 121 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Un aumônier peut avoir une compétence locale ou régionale, selon le mandat qui lui est confié
par l’aumônier national. La demande pour désigner un aumônier régional est adressée par l’aumônier
national au directeur interrégional des services pénitentiaires.
Un aumônier peut être bénévole ou indemnisé. Les aumôniers nationaux procèdent, dans la
limite du montant de l’enveloppe allouée à leur culte, à une répartition. Ils décident quels sont les
aumôniers qui seront indemnisés et à quelle hauteur, les indemnisations étant calculées en vacations
horaires dont le montant est fixé par arrêté interministériel.
Les auxiliaires bénévoles d’aumônerie
La procédure est la même que pour les aumôniers mais l’agrément est délivré pour une période de
deux ans renouvelable (art. 439-2 CPP).
Le rôle des aumôniers de prison
Les aumôniers se consacrent aux fonctions définies à l’article R. 57-9-4 du code de procédure pénale :
l’assistance spirituelle des personnes détenues ;
la célébration d’offices religieux et l’organisation de réunions cultuelles ;
l’organisation des fêtes religieuses (en lien avec l’administration).
1. Les entretiens avec les aumôniers
Les personnes détenues peuvent s’entretenir, à leur demande, aussi souvent que nécessaire, avec les
aumôniers de leur confession. Aucune mesure ni sanction ne peut entraver cette faculté (article
R. 57-9-6 al.1 du code de procédure pénale). Ainsi, les sanctions de placement au quartier disciplinaire
ou au quartier d’isolement, le confinement ou toute autre décision ne peuvent interdire à la personne
détenue de rencontrer un aumônier.
Ces entretiens ont lieu en dehors de la présence d’un surveillant soit dans un parloir, soit dans un local
prévu à cet effet, soit dans la cellule de la personne détenue et, si elle se trouve au quartier
disciplinaire, dans un local déterminé par le chef d’établissement (article R. 57-9-6 al.2 du code de
procédure pénale).
2. La correspondance avec les aumôniers
Les personnes détenues peuvent correspondre avec les aumôniers sous pli fermé. L’article R. 57-8-20
du code de procédure pénale prévoit que « les correspondances destinées (…) aux aumôniers agréés auprès de
l’établissement ou expédiées par ces personnes sont adressées sous pli fermé comportant sur les enveloppes toutes les
mentions utiles pour indiquer la qualité et l’adresse professionnelle de son destinataire ou de son expéditeur ».
3. La célébration des offices
Les jours et heures de célébration des offices sont fixés par les aumôniers en accord avec le chef
d’établissement (article R. 57-9-5 du code de procédure pénale). Le planning s’efforce de prendre en
compte les souhaits exprimés par les aumôniers, en particulier celui de pouvoir accéder à la salle de
culte tous les jours de la semaine, y compris le samedi, le dimanche et les jours de fêtes religieuses.
- 122 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
4. L’organisation des fêtes religieuses
Lorsque l’organisation d’une fête religieuse nécessite des aménagements spécifiques, une note de la
direction de l’administration pénitentiaire indique les dates de début et de fin ainsi que les mesures
particulières à mettre en œuvre. C’est notamment le cas pour le ramadan.
Les relations entre l’administration pénitentiaire
et les aumôniers
Il existe un dialogue constant, à tous les échelons, entre les référents chargés de la laïcité
et de la pratique du culte et les aumôniers de prison.
Dans les établissements pénitentiaires
Au sein de chaque établissement pénitentiaire, un référent chargé de la laïcité et de la pratique du
culte est désigné par le chef d’établissement. Il est l’interlocuteur privilégié des aumôniers ; son rôle
est notamment de faciliter leurs relations avec les services pénitentiaires et les personnes détenues.
En règle générale, il organise une réunion annuelle avec l’ensemble des aumôniers locaux, le chef de
détention, les responsables des différents bâtiments et un représentant du SPIP. Les responsables de
l’unité sanitaire (US), du service médico-psychologique régional (SMPR) ainsi que le responsable local
de l’enseignement peuvent également être conviés.
Dans les directions interrégionales des services pénitentiaires (DISP)
Un référent chargé de la laïcité et de la pratique du culte est par ailleurs désigné dans chaque direction
interrégionale. Celui-ci répond aux interrogations des établissements, les informe des orientations et
directives de l’administration pénitentiaire et fait remonter à la DAP les informations utiles. Il
entretient le dialogue avec les aumôniers régionaux. Là encore, la pratique veut que les aumôniers
régionaux soient réunis au moins une fois par an à l’initiative de la DISP.
Enfin, le référent chargé de la laïcité et de la pratique du culte coordonne les différents services de
la direction interrégionale concourant au traitement des questions d’aumônerie. Il organise, en lien
avec l’unité de recrutement, de la formation et des qualifications, la formation annuelle des aumôniers
nouvellement nommés.
À la direction de l’administration pénitentiaire
Au sein de la sous-direction des personnes placées sous main de justice, le bureau des politiques
sociales et d’insertion (PMJ2) pilote, anime et structure la relation avec les aumôneries nationales,
garantit le respect des principes afférents à l’exercice du culte en milieu pénitentiaire et fixe les
orientations nationales relatives à ces sujets.
Cette structuration, au plan local, régional et national, renforce la connaissance mutuelle entre les
aumôneries et de l’administration et permet à chacun de rester dans son rôle en vertu du principe de
séparation des Églises et de l’État.
- 123 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La formation des aumôniers de prison
La formation théologique des aumôniers ne relève pas de la responsabilité de l’administration
pénitentiaire. L’aumônier national étant le garant de toutes les candidatures présentées pour son
culte, c’est à lui qu’il revient de s’assurer que les personnes sollicitant un agrément d’aumônier de
prison seront en mesure d’exercer correctement leur mission d’assistance spirituelle.
En revanche, les difficultés liées à la diversité de la population pénale nécessitent d’accompagner les
intervenants d’aumônerie dans leur prise de fonction. Il s’agit de doter les aumôniers nouvellement
agréés d’outils de compréhension du milieu pénitentiaire, avec ses règles et ses contraintes, et de leur
exposer les spécificités des publics pris en charge afin de mieux situer le cadre de leur intervention.
À cette fin, des formations sont organisées chaque année par les directions interrégionales des
services pénitentiaires (DISP) et bénéficient en priorité aux aumôniers nouvellement agréés auprès des
établissements pénitentiaires de leur ressort.
L’objectif est de permettre aux aumôniers de prison de comprendre les missions du service public
pénitentiaire, de se familiariser avec l’organisation générale d’un établissement, de repérer les rôles
et les fonctions des différents personnels et d’assimiler les principales règles en matière de sécurité.
C’est évidemment l’occasion de leur présenter le dispositif d’exercice du culte en milieu pénitentiaire
mais aussi les spécificités des publics pris en charge.
Si les besoins s’en font sentir, des formations complémentaires peuvent être mises en œuvre à
l’initiative des directions interrégionales. À titre d’exemple, la DISP de Paris a travaillé en lien étroit
avec la préfecture de Paris et d’Île-de-France, la direction de l’administration pénitentiaire et le bureau
central des cultes du ministère de l’Intérieur148 à l’élaboration d’un nouveau module de formation
consacré au principe de laïcité et à ses implications dans l’espace carcéral. Cette initiative s’est
concrétisée par l’organisation de 2 séminaires de 2 jours à destination de l’ensemble des aumôniers
agréés dans le ressort de la DISP de Paris fin 2014 et au cours du premier semestre 2015. De telles
formations sont également l’occasion de créer les conditions d’un dialogue interreligieux plus fécond.
Afin que cette initiative puisse se déployer sur l’ensemble du territoire la direction de l’administration
pénitentiaire est convenue avec la PRIF que les référents laïcité des directions interrégionales puissent
participer aux actions organisées en Île-de-France afin de recueillir la méthodologie de montage
d’actions.
Par ailleurs, certaines difficultés propres aux établissements franciliens, en particulier le phénomène
de radicalisation islamiste, ont présidé à l’élaboration d’un module spécifique au bénéfice des
aumôniers musulmans de la DISP de Paris. Ce séminaire d’une journée a réuni environ la moitié des
aumôniers musulmans le 10 septembre 2014. Les différents intervenants se sont attachés à définir
et à contextualiser le phénomène de radicalisation religieuse pour que les aumôniers soient mieux à
même d’y faire face, sans jamais sortir de leur rôle premier, qui consiste à prodiguer soutien et
assistance spirituelle aux personnes détenues qui en font la demande.
148
Un groupe de travail permanent consacré aux aumôneries pénitentiaires a été initié en 2012 dans le cadre de la conférence
départementale de la laïcité de la Préfecture de Paris et d’Île-de-France ; il associe la direction interrégionale des services pénitentiaires
de Paris, la direction de l’administration pénitentiaire et le Bureau central des cultes du ministère de l’Intérieur.
- 124 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Les moyens alloués aux aumôneries pénitentiaires
Conformément à l’article 2 de la loi du 9 décembre 1905, des budgets sont affectés aux dépenses des
services d’aumôneries en prison.
L’augmentation régulière des crédits consacrés à l’exercice du culte en prison est le résultat d’une
démarche volontariste, qui s’est notamment concrétisée par l’adoption de deux amendements
parlementaires aux lois de finances pour 2007 et 2008 ainsi que par un abondement de 30 ETPT au
profit de l’aumônerie musulmane en 2013-2014.
En 2012, constatant que la liberté de culte des personnes détenues de confession musulmane était,
en pratique, limitée par le manque d’aumôniers, la Garde des Sceaux, ministre de la Justice, s’est
engagée sur le financement de 30 ETPT supplémentaires (15 ETPT en 2013 et 15 ETPT en 2014) au
bénéfice exclusif de l’aumônerie musulmane. Ainsi, en 2014, le culte musulman est désormais le
deuxième culte financé par l’administration pénitentiaire, derrière le culte catholique et devant le
culte protestant, avec un budget de 629 962 €, soit 26,17% des 2 407 387 € consacrés à l’exercice
du culte en milieu pénitentiaire.
Les crédits affectés à la pratique du culte sont répartis entre les différentes aumôneries. Il appartient
ensuite aux aumôniers nationaux de procéder, dans la limite du montant de l’enveloppe allouée à leur
culte, à une répartition entre les différents aumôniers régionaux et locaux. Ils décident quels seront
ceux qui pourront être indemnisés et à quelle hauteur, les indemnisations étant calculées en vacations
horaires dont le montant est fixé par arrêté interministériel.
Selon les termes de l’arrêté du 1er décembre 2008 qui fixe les montants des indemnités forfaitaires
horaires allouées aux ministres du culte des aumôneries pénitentiaires, le nombre annuel maximal de
vacations horaires est fixé à 1 000, ce qui représente 1 ETPT, et le montant de l’indemnité forfaitaire
horaire est de :
9,67 € pour un aumônier local ;
11,60 € pour un aumônier régional ;
12,57 € pour un aumônier national.
Pour les aumôniers qui en bénéficient, ces indemnités servent à couvrir tout ou partie des
déplacements occasionnés par leur engagement au sein des établissements pénitentiaires.
Par ailleurs dans le cadre du plan de lutte contre le terrorisme, le Premier ministre a décidé de
revaloriser le budget de l’aumônerie musulmane à hauteur de 30 ETP dès 2015 (+ 290 100 €) et de
procéder à une nouvelle revalorisation de 290 100 € en 2016 pour atteindre 60 ETP supplémentaires.
- 125 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
En 2015, la direction de l’administration pénitentiaire alloue 2 697 487 € aux aumôneries pénitentiaires,
selon la répartition suivante :
2015
Aumônerie
Culte catholique
Culte israélite
Culte musulman
Culte orthodoxe
Culte protestant
Culte bouddhiste
Culte témoins de Jéhovah
TOTAL
En euros
1 103 054 €
184 233 €
920 062 €
50 000 €
420 798 €
9 670 €
9 670 €
2 697 487 €
En%
40,89%
6,83%
34,11%
1,85%
15,60%
0,36%
0,36%
100,00%
Effectifs des aumôneries
(aumôniers + auxiliaires bénévoles d’aumônerie)
Sources : (2005 à 2013) Chiffres clés de l’AP au 1er janvier de l’année n
(2014) Remontées des directions interrégionales des services pénitentiaires au 31/07/2014
Aumôneries
2005
2006
2007
2008
2009
2010
Culte bouddhiste
1
1
2
Culte catholique
505
505
536
568
580
600
Culte israélite
54
54
74
65
90
Culte musulman
66
66
94
117
Culte orthodoxe
7
7
16
Donnée
non
disponible(1)
Culte protestant
284
284
254
Culte des Témoins
de Jéhovah
0
0
Autres
9
TOTAL
926
2011
2012
2013
2014
2015
Évolution
2005-2014
7
10
Non pertinent
702
655
668
684
760
50%
67
97
70
75
71
75
38%
147
142
134
151
164
178
193
192%
7
9
12
24
30
49
52
642%
294
287
265
308
317
339
346
377
32%
0
0
0
0
0
0
0
102
111
Non pertinent
9
39
66
57
46
45
32
35
33
50
450%
926
1 015
1 110
1 168
1 129
1 298
1 249
1 311
1 470
1 628
75%
Donnée non disponible(1)
(1) Effectifs intégrés dans la rubrique « Autres »
- 126 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La sensibilisation des personnels pénitentiaires
aux questions relatives à la laïcité, à la pratique
du culte et à la lutte contre les dérives religieuses
Des efforts ont été accomplis pour sensibiliser l’ensemble des personnels pénitentiaires aux enjeux
de la laïcité en milieu carcéral.
1. La formation initiale et continue des personnels pénitentiaires
Ainsi, dans le cadre de la formation initiale, l’ensemble des personnels (surveillants, officiers, DSP,
CPIP et DPIP) bénéficient d’enseignements liés à la connaissance des religions, la laïcité et l’exercice
des cultes.
Approche des religions Laïcité et exercice des cultes
Élèves surveillants
2 heures
3 heures
Élèves officiers
2 heures
3 heures
Élèves CPIP
2 heures
3 heures
Élèves DPIP
3 heures
3 heures
Élèves DSP
3 heures
3 heures
Les objectifs de formation sont les suivants :
connaitre les pratiques religieuses en établissements pénitentiaires dans le respect du principe
fondamental de laïcité de l’État français ;
identifier la place de la religion dans le lien social.
Ces formations permettent une connaissance des différents cultes représentés en détention, les
spécificités des différentes pratiques religieuses mais également la réglementation s’y référent.
Des modules de formation continue sont également proposés par l’ENAP et certaines directions
interrégionales. Il convient de souligner que les DISP qui ne proposent pas ces modules informent
les agents de la possibilité de suivre un enseignement à l’ENAP).
À titre d’exemple, la DISP de Marseille a organisé, au cours du second semestre 2014 plusieurs
sessions sur le domaine de la religion :
une formation sur la connaissance des religions : les fondamentaux du judaïsme ; le christianisme
d’aujourd’hui : de nouvelles façons de croire ; l’islam : genèse et pratiques actuelles ;
une session de 2 jours, mise en place en partenariat avec l’Institut d’études de l’Islam et des
sociétés du monde musulman. Les intervenants sont des sociologues, des chercheurs et des
anthropologues.
Ces formations poursuivent les objectifs d’une meilleure connaissance, compréhension et appréhension
des pratiques religieuses.
- 127 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
2. La diffusion de consignes et d’outils méthodologiques
L’administration pénitentiaire met à la disposition de ses personnels un certain nombre d’outils :
ceux-ci visent à favoriser une approche respectueuse et impartiale à l’égard des cultes tout en invitant
les personnels à faire preuve de vigilance vis-à-vis des éventuelles dérives (prosélytisme et
radicalisation religieuse)
Ainsi, le décret du 30 décembre 2010 portant code de déontologie du service public pénitentiaire (en
particulier les articles 15 et 30) et la note du 16 juillet 2014 (3e partie) rappellent que le principe de
neutralité implique, de la part des personnes qui participent à l’exercice du service public
pénitentiaire, le respect de principes déontologiques qui se traduisent par un traitement égalitaire des
personnes qui leur sont confiées et un comportement respectueux des pratiques religieuses. Cette
neutralité respectueuse doit notamment être observée dans les pratiques professionnelles
(interventions en cellule, intervention en salle polycultuelle, maniement des objets cultuels).
Par ailleurs, les dernières études sur le fait religieux en prison149 ont mis en évidence une certaine
spécificité de l’espace carcéral au regard du phénomène de radicalisation religieuse : certes, le
contrôle par les autorités est beaucoup plus étroit qu’à l’extérieur mais, en raison des multiples
fonctions que remplit la religion en détention (réhabilitation de soi, adoption d’un code éthique,
reconquête d’un territoire personnel, intégration à un groupe, résistance vis-à-vis de l’institution,
etc.), le processus de radicalisation religieuse peut s’intensifier sous des formes inédites.
De surcroît, les études récentes font état d’une nouvelle génération de profils radicalisés, cherchant
davantage à passer inaperçus et à endoctriner un petit nombre de codétenus vulnérables.
Pour cette raison, les personnels de surveillance reçoivent des formations ciblées dès le stade de
l’enseignement initial à l’ENAP. Les conseillers de probation et d’insertion, les délégués locaux de
l’administration pénitentiaire reçoivent également des formations spécifiques dans le cadre de la
formation continue.
Le défi principal consiste aujourd’hui à faire évoluer les pratiques et les outils en lien avec l’évolution
récente des profils radicaux.
Dans cette logique, le guide de bonnes pratiques sur la détection des phénomènes de radicalisation,
dont la première édition datait de 2009-2010, a été actualisée en 2014.
Parallèlement, une consultation vient d’être lancée pour la conclusion d’un marché à procédure
adaptée portant sur la détection et la prise en charge de la radicalisation religieuse des personnes
détenues. Celui-ci vise, d’une part, à mettre à jour l’outil de détection existant et, d’autre part, à
expérimenter un programme de prise en charge de personnes détenues en voie de radicalisation
dans deux établissements pénitentiaires d’Île-de-France.
149
Cf. deux rapports de recherche remis à la DAP au 1er semestre 2014 : « Des hommes et des dieux en prison » de Céline BERAUD,
Claire DE GALEMBERT et Corinne ROSTAING et « Radicalisation en prison » de Fahrad KHOSROKHAVAR
- 128 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Situation des régimes cultuels
en Outre-Mer et état des lieux
de l’application du principe
de laïcité en Outre-Mer
par M. Nicolas Cadène, Rapporteur général
Les 5 collectivités en Outre-mer soumises
au régime de la séparation des Églises et de l’État
Cela concerne près de 1,7 million d’habitants150, répartis entre :
- La Réunion : 839.500 habitants.
- La Guadeloupe : 403.355 habitants.
- La Martinique : 394.173 habitants.
- Saint-Martin : 36.979 habitants.
- Saint-Barthélemy : 8.938 habitants.
En application des dispositions de l’article 43 de la loi du 9 décembre 1905 relative à la séparation
des Églises et de l’État, le décret du 6 février 1911 modifié portant règlement d’administration
publique détermine les conditions d’application de cette loi en Guadeloupe, à la Martinique, à La
Réunion, à Saint-Barthélemy et à Saint-Martin.
Ce décret, qui fut modifié et complété à plusieurs reprises (décret du 30 décembre 1911, décrets des
6 et 10 janvier 1912, 3 avril 1912, 22 mai 1912 et 10 mai 1913) est toujours en vigueur.
Certains articles de ce décret ont été modifiés par des textes postérieurs : c’est notamment
le cas de l’article 27 qui a été modifié par l’article 1er du décret du 29 avril 1925 lequel précise
que « les réunions publiques, quel qu’en soit l’objet, pourront être tenues, à la Martinique et à la Guadeloupe,
sans déclaration préalable ».
La loi du 20 décembre 1966 a aussi donné la capacité aux associations cultuelles situées
dans ces départements et collectivités d’Outre-mer de recevoir des libéralités (donations ou
legs) dans les conditions précisées ci-dessous.
150 Exactement, selon les dernières estimations établies entre 2008 et 2012, 1.682.912 personnes.
- 129 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Les différences entre la loi de 1905 et le décret de 1911 restent mineures. Il s’agit par exemple du
nombre des membres composant les associations cultuelles.
En pratique :
Le rapport de 2000 de la Mission interministérielle de lutte contre les sectes souligne, principalement à propos
de la Guadeloupe151, des manquements importants aux principes de la laïcité, comme par exemple :
Enseignants ou cadres administratifs invoquant une immunité convictionnelle pour s’abstraire
de leurs fonctions régulièrement un jour par semaine.
Interdiction faite à des enfants en âge de scolarité obligatoire de suivre les enseignements
dispensés.
Tentative de conversion massive à une secte dans un milieu ethnique relativement fermé.
Enfants échappant à l’obligation scolaire (ceci, dans les trois départements français d’Amérique).
Diffusion par des enseignants de documents religieusement orientés, voire de documents à
caractères sectaires prononcés.
Cas de prosélytisme par des enfants eux-mêmes.
La Martinique est considérée par différents historiens et sociologues comme étant un espace peu
sécularisé152 avec une très forte présence de la religiosité :
Les fêtes chrétiennes sont importantes, en particulier les fêtes du « carnaval » entourées de
référents religieux venus du christianisme, les fêtes pascales dont la fête du « matoutou » et les fêtes
dites des « chantés nowël » qui se déroulent aux mois de novembre et décembre de chaque année.
La Réunion connaît également une forte religiosité, très diverse153.
Jusqu’à la fin des années 1940, les enfants réunionnais recevaient une instruction religieuse
jusqu’à la première communion, pour se rendre ensuite à l’école laïque. Cette pratique, au fil
des évolutions de la politique française, disparaîtra sans qu’il y ait de véritables affrontements
autour de la question scolaire jusqu’à la fin du 20e siècle.
151 Situation de la pratique religieuse en Guadeloupe, selon Gérald Coralie, « Espace religieux et contraintes juridiques en Guadeloupe »,
in « Relations, Églises et autorités Outre-mer » sous la direction de Jean Baubérot et Jean-Marc Régnault, éditions Les Indes
savantes, 2007 : environ 280 000 catholiques, environ 60 000 hindouistes, et environ 20 000 protestants issus en majorité des
missions protestantes américaines. Par ailleurs, il est à noter une forte présence des témoins de Jéhovah, estimée à 8 000 personnes
environ.
152 Voir notamment l’article de Laurent Jalabert « La Martinique, une société non sécularisée », in « Relations, Églises et autorités Outre-mer »
sous la direction de Jean Baubérot et Jean-Marc Régnault, éditions Les Indes savantes, 2007, et René Rémond, « Religion et société
en Europe », Seuil, coll. Points histoire, 2001.
153 Les responsables religieux locaux estiment à environ 450.000 le nombre de catholiques, environ 70.000 le nombre de musulmans, environ 60 000 le nombre d’hindouistes, et environ 30.000 le nombre de protestants. Il y existe également des communautés bouddhistes
et juives.
- 130 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Les 7 collectivités en Outre-mer non-soumises
au régime de la séparation des Églises et de l’État
et soumises aux décrets-lois des 16 janvier
et 6 décembre 1939 et/ou à d’autres textes spécifiques
Cela concerne plus d’un million d’habitants154, répartis entre :
-
La Polynésie française : 273.77 habitants.
La Nouvelle-Calédonie : 265 639 habitants.
La Guyane : 239.450 habitants.
Mayotte : 212.645 habitants.
Wallis-et-Futuna : 14.231 habitants.
Saint-Pierre-et-Miquelon : 6.080 habitants.
Les Terres australes et antarctiques françaises : aucune population permanente155.
La Guyane
Le régime des cultes en Guyane s’appuie sur trois fondements juridiques :
- Les fabriques régies par l’ordonnance royale de Charles X du 27 août 1828
Cette ordonnance, qui ne s’applique qu’au seul culte catholique relève de la seule décision
du Gouvernement français. Ni la loi du 9 décembre 1905 ni la départementalisation en 1946
ne l’ont modifiée.
Aux termes de l’article 36 de cette ordonnance, « le gouverneur veille au libre exercice et à la police
extérieure du culte [catholique], et pourvoit à ce qu’il soit entouré de la dignité convenable » – formulation
qui recouvre notamment l’entretien du clergé – et conformément aux dispositions de l’article
38, § 2, « il [le gouverneur] se fait rendre compte de l’état des Églises et des lieux de sépulture, de la situation
des fonds des fabriques et de leur emploi »156.
- Les missions religieuses régies par les décrets de 1939.
Depuis l’introduction en Guyane, par arrêté du gouverneur du 26 août 1939, du décret du
16 janvier 1939 (dit « décret Mandel »), les cultes ont pu s’organiser en « missions religieuses » qui
ont la personnalité morale et sont dotées chacune d’un conseil d’administration chargé de
les représenter dans les actes de la vie civile. À la différence des associations cultuelles régies par
le titre IV de la loi du 9 décembre 1905, leur objet n’est pas strictement limité à l’exercice du
culte.
154 Exactement, selon les dernières estimations établies entre 2006 et 2012, 1.011.468 personnes.
155 Les Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) compte environ 140 habitants de façon continue (la population peut varier
chaque année entre 140 et environ 650 personnes) mais ne compte aucun administré permanent.
156 Les fonctions de gouverneur sont de nos jours exercées par le préfet, représentant de l’État en Guyane. Les fabriques, créées par une loi
du 20 juillet 1825, étaient des établissements publics du culte chargés d’assurer l’entretien et la conservation des Églises et d’administrer
tous les biens et revenus affectés à l’exercice du culte. Mais, pour la gestion de ses biens, l’Église catholique a délaissé (à une date
indéterminée) le régime des « fabriques » au profit du régime des « missions religieuses » ouvert par le décret Mandel du 16 janvier
1939.
- 131 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
- Les associations régies par la loi du 1er juillet 1901.
L’article 1er du décret du 13 mars 1946 et l’article 1er du décret du 16 avril 1946 ont rendu
applicables à la Guyane respectivement les titres Ier et II de la loi du 1er juillet 1901 relative
au contrat d’association et le titre Ier du décret du 16 août 1901. Les cultes peuvent dès lors
constituer des associations simplement déclarées. Mais celles-ci bénéficient d’une capacité
juridique limitée aux seuls actes mentionnés au premier alinéa de l’article 6 de la loi du 1er juillet
1901 et ne peuvent ni recevoir des libéralités, ni bénéficier des avantages fiscaux accordés aux
missions religieuses (cf. CE, 9 octobre 1981, Beherec).
La rémunération des ministres du culte catholique est à la charge du Conseil général157. Aucune disposition
législative ou réglementaire n’a modifié la mise à la charge du département de la rémunération des
membres du clergé.
Le Conseil d’État a rappelé cette compétence dans sa décision Beherec du 9 octobre 1981 : il a
considéré que « le statut des Églises demeure régi dans ce département par les dispositions de l’ordonnance en date
du 12 novembre 1828 relative au gouvernement de la Guyane française » et « qu’en application des dispositions de
cette ordonnance, les membres du clergé de la Guyane sont rétribués sur le budget départemental, après agrément de
l’autorité préfectorale, sur demande de l’autorité religieuse, qui propose également leur mutation et leur radiation ».
Les dispositions législatives et réglementaires relatives à la décentralisation n’ont pas modifié en
Guyane les conditions d’emploi et de rémunération des ministres du culte catholiques.
Bien que payés sur le budget des emplois départementaux, les membres du clergé catholique de la
Guyane n’acquièrent pas pour autant la qualité d’agent public (CE, Beherec, 9 octobre 1981).
L’article 33 de la loi du 13 avril 1900 et son décret d’application du 21 août 1900 ayant transféré au
département la charge des « dépenses de personnel et de matériel nécessaires au culte » catholique, l’entretien et
les réparations des édifices cultuels catholiques sont donc pris en charge par le département de Guyane158.
De façon générale et concernant tous les cultes, le principe posé par l’article 2 de la loi du 9 décembre
1905, selon lequel toute subvention aux cultes est interdite, n’a pas été étendu à la Guyane.
Rien ne s’oppose à ce que certains travaux soient pris en charge par une collectivité publique dès lors
qu’ils présentent un objectif d’intérêt général, en particulier en termes de sécurité159.
Par ailleurs, il résulte de la décision du Conseil d’État du 19 juin 2006 « Association La mission du plein
Évangile – La porte ouverte chrétienne » que les édifices appartenant aux missions religieuses et affectés
à l’exercice du culte, à un usage scolaire ou utilisés en tant qu’établissements d’assistance médicale
ou sociale sont exonérés de la taxe foncière sur les propriétés bâties.
Mayotte
À la suite du référendum organisé le 29 mars 2009, Mayotte est devenu le 31 mars 2011 un
département d’Outre-mer régi par l’article 73 de la Constitution (régime d’identité). Le passage à ce
nouveau régime n’emporte pas, par lui-même, l’extension de la loi du 9 décembre 1905 à Mayotte.
157 Le traitement des ministres des autres cultes est assuré par les missions religieuses ou les associations à partir des dons versés par
les fidèles.
158 Les édifices des autres cultes peuvent être la propriété soit d’associations régies par la loi du 1er juillet 1901 en application de l’arti-
cle 6 de cette loi, soit de missions religieuses en application de l’article 4 du décret du 16 janvier 1939.
159 CE, 9 mars 2005, haut-commissaire de la République en Polynésie française.
- 132 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Spécificités :
Dès l’âge de 6 ans, la large majorité des enfants fréquent en parallèle l’école coranique et
l’école primaire de la République. Cette double fréquentation est en perte de vitesse du fait
de l’influence croissante des médias français et des institutions. La madrassa est donc de
moins en moins une formalité pour les mahorais.
Les Mahorais peuvent choisir entre le statut de droit commun, identique à la métropole et un
statut personnel (de droit local), dérogatoire au code civil et à la laïcité.
Le statut personnel peut toucher l’état des personnes mais aussi le droit des successions le
droit foncier.
Le culte musulman (95% de la population) :
- Le grand cadi, autorité religieuse suprême de Mayotte, coordonne l’action des 17 cadis. Traditionnellement, les cadis appliquaient le droit musulman et exerçaient la justice cadiale.
- L’ordonnance du 3 juin 2010 portant dispositions relatives au statut civil de droit local applicable à
Mayotte et aux juridictions compétentes pour en connaître a abrogé les dispositions relatives à l’activité
juridictionnelle des cadis et met fin au recrutement par concours des cadis et à leurs fonctions en matière
juridictionnelle et d’état civil.
- Les juges ont cependant toujours la faculté de consulter les cadis sur l’application du droit local.
- Ces derniers continuent à assurer leurs missions de médiation et de conciliation auprès de la population
locale. À ce titre, ils peuvent être consultés par les fidèles. Ils demeurent ministres du culte musulman.
- Les actuels cadis, en tant que médiateurs et conseillers sur l’application du droit local, restent, jusqu’à leur
départ en retraite, des agents du Conseil général de Mayotte.
Les autres cultes :
La présence chrétienne à Mayotte, essentiellement catholique, est très minoritaire (seulement
environ 4 000 personnes).
Le vicaire apostolique est nommé par le Saint-Siège sans notification préalable adressée au
Gouvernement français. Le supérieur ecclésiastique de Mayotte doit être de nationalité
française, en application de l’échange de notes verbales entre la France et le Saint-Siège
d’avril à juin 1951.
En application du décret du 16 janvier 1939, le préfet agrée la création des conseils
d’administration des missions religieuses. C’est sur ce fondement juridique que fut créée en
1995 la mission catholique.
Les ministres du culte (autres que musulman) sont rémunérés par les missions religieuses.
Autres collectivités de l’article 74 de la Constitution et Nouvelle-Calédonie :
La loi du 9 décembre 1905 n’a jamais été étendue à Saint-Pierre-et-Miquelon, dans les îles Wallis-et-Futuna,
en Polynésie française, en Nouvelle-Calédonie et dans les Terres australes et antarctiques françaises.
- 133 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le décret Mandel du 16 janvier 1939, modifié le 6 décembre 1939, encadre l’exercice du culte dans
ces territoires pour permettre aux missions religieuses d’avoir une personnalité juridique et de gérer
leurs biens.
Il est applicable en Nouvelle-Calédonie depuis 1943, en Polynésie française depuis 1951, dans les îles
Wallis-et-Futuna depuis 1948 et à Saint-Pierre-et-Miquelon depuis 1956.
Les ministres du culte sont rémunérés par les missions religieuses, à partir des dons versés
par les fidèles.
Dans les îles Wallis-et-Futuna, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie, en application
de l’article 4 du décret du 16 janvier 1939, l’entretien et la réparation des édifices des cultes
appartenant aux missions religieuses sont à leur charge.
Cependant, lorsqu’une opération d’équipement concernant un édifice du culte présente un objectif
d’intérêt général, les collectivités publiques peuvent la subventionner sans méconnaître le principe de
laïcité160.
À Saint-Pierre-et-Miquelon, les édifices du culte appartiennent aux communes alors que
l’évêché demeure la propriété de la mission catholique. Les réparations extérieures et les
travaux de chauffage des édifices du culte sont à la charge des communes, tandis que les
travaux plus importants sont assumés par la mission et les fidèles. Les ministres du culte
catholique bénéficient d’une subvention de la collectivité territoriale.
Dans les terres australes et antarctiques françaises, les lieux de culte et leur mobilier
appartiennent au domaine public de l’État qui en assure l’entretien.
À Wallis-et-Futuna, l’enseignement primaire est totalement concédé au diocèse catholique de Wallis-etFutuna. L’État finance l’ensemble des charges liées à cet enseignement, les écoles sont construites sur le
domaine public communautaire des villages selon le droit coutumier et sous le contrôle des rois.
Nicolas Cadène
Rapporteur général
160 Conseil d’État, 16 mars 2005, « ministre de l’outre-mer c/ gouvernement de la Polynésie ».
- 134 -
Arrêté du 10-03-1939 du
Gouverneur de Madagascar
étendant à Mayotte le décret
du 16-01-1939.
Le décret du 06-12-1939
(postérieures à l’arrêté du
10-03-1939) ne sont pas
applicables à Mayotte.
Mayotte
- 135 Non
Le passage au régime
de l’article 73 de la
Constitution n’emporte
pas extension de la loi
du 09-12-1905 à
Mayotte
non
Extension dans les
conditions fixées par le
décret du 06-02-1911
Art 38 de l’ordonnance du 2708-1828 : régime
d’autorisation pour les
libéralités consenties aux
fabriques
Décret du 16-01-1939 :
régime d’autorisation pour les
libéralités consenties aux
missions religieuses.
L'art 910 du CC n'y est pas
applicable (Cf. QE Cointat
n° 9798 du 25-02-2010)
L’article 910 du code civil est
applicable aux DOM. Mais les
missions religieuses restent
soumises aux dispositions du
décret Mandel du 16-01-1939,
lequel prévoit un régime
d’autorisation pour les
libéralités qui leur sont
consenties.
Art 910 du code civil
L'art 21 de la loi n° 66-946 du
20-12-1966 renvoie aux art 7
et 8 de la loi du 04-02-1901
qui renvoient à l’art 910 du
CC
Art 910 du CC
Applicabilité de la
loi du 01-07-1901
depuis la loi du 9
octobre 1981,
confirmée par
l'ordonnance n°
2009-536 du 14
mai 2009 – art 1er
Titre III – loi du 1er
juillet 1901
Titre III –Loi du
01-07-1901 rendue
applicable par la
loi du 19-12-1908
et décret
d'application du
04-10-1919
Titre III – Loi du
01-07-1901 rendue
applicable par
l'ordonnance du 14
mai 2009
Art 37 de
l'ordonnance du
27-08-1828
Congrégations
LA
Loi du 01-07-1901 (art
6) et décret du 16-011939 (art 4) : entretien et
réparation par les
associations ou les
missions religieuses des
EDC dont elles sont
propriétaires
Loi du 13-04-1900 – art
33 et décret du 21 août
1900 transférant au
département de la
Guyane la charge des
dépenses de personnel et
de matériel nécessaire au
culte catholique
Art 13, 18 et 19 loi du
09-12-1905
Décret du 06-02-1911 –
art 17
Edifices du culte
DE
Applicabilité de la loi du
01-07-1901
depuis la loi du 9 octobre
1981, confirmée par
l'ordonnance n° 2009-536
du 14 mai 2009 – art 1er
Applicabilité de la loi du
01-07-1901 sauf titre III
(décret n° 46-432 du 13
mars 1946 rend applicable à
la Guyane les titres I et II de
la loi du 01-07-1901)
Applicabilité de la loi du
01-07-1901 (ordonnance n°
2009-536 du 14 mai 2009 –
art 1er)
Extension dans les
conditions fixées par le
décret du 06-02-1911
oui
Libéralités
L’ O B S E R VAT O I R E
Depuis le 31 mars
2011, Mayotte est
un DOM (art 73
de la Constitution)
Guyane
Décret du 06-02-1911
détermine les conditions
d’application de la loi du 0912-1905 (principe de
continuité institutionnelle)
Ordonnance du 27-08-1828
(Eglise catholique fabriques)
Décret du 16-01-1939
modifié par le décret du 0612-1939 (missions
religieuses)
Loi du 01-07-1901 rendue
applicable dans ces 3 dépts
par la loi du 19-12-1908 et
décret n° 46-432 du 13 mars
1946
oui
Applicabilité
Loi 09-12-1905
DE
Saint Barthélémy
Saint Martin
Loi du 01-07-1901
Loi du 09-12-1905
Loi du 9-12-1905 – art 43
Décret du 06-02-1911
modifié détermine les
conditions d’application de
la loi du 09-12-1905
Applicabilité
Loi 01-07-1901
ANNUEL
Guadeloupe
Martinique
La Réunion
Métropole
Base juridique
Droit des cultes Outre-Mer
RAPPORT
LAÏCITÉ
2014-2015
Tableau synthétique du droit
des cultes applicable en Outre-Mer
DIRECTION DES LIBERTÉS PUBLIQUES
ET DES AFFAIRES JURIDIQUES
Sous-direction des libertés publiques Bureau central des cultes
- 136 -
Décret du 16-01-1939
modifié par le décret du 0612-1939
Décret du 16-01-1939
modifié par le décret du 0612-1939
Nouvelle
Calédonie
Idem
non
non
Idem
Idem
Application du décret Mandel
du 16-01-1939 : régime
d’autorisation pour les
libéralités consenties aux
missions religieuses
Les EDC appartiennent
au domaine pub de
l’Etat qui en assure
l’entretien
Décret du 16-01-1939 –
art 4 : entretien et
réparation des EDC
appartenant aux
missions religieuses à
leur charge
Idem
Décret du 16-01-1939 –
art 4 : entretien et
réparation des EDC
appartenant aux
missions religieuses à
leur charge
Art 9 du décret du 2307-1884 : le conseil de
paroisse assure la charge
de l’entretien des EDC
dont il a la charge
Les communes assurent
la charge des travaux de
réparations et de
chauffage des églises
dont elles sont
propriétaires
Idem
Idem
Applicabilité de la
loi du 01-07-1901
depuis la loi du 9
octobre 1981
Applicabilité de la
loi du 01-07-1901
depuis la loi du 2609-1977
Applicabilité de la
loi du 01-07-1901
depuis la loi du 9
octobre 1981
Congrégations
LA
Idem
non
Application du décret Mandel
du 16-01-1939 : régime
d’autorisation pour les
libéralités consenties aux
missions religieuses
Application du décret Mandel
du 16-01-1939 : régime
d’autorisation pour les
libéralités consenties aux
missions religieuses
Pour les églises protestantes :
régime d’autorisation des
libéralités (art 9 du décret du
23-01-1884)
Edifices du culte
DE
Terres australes
et antarctiques
françaises
Décret du 16-01-1939
modifié par le décret du 0612-1939
non
non
Libéralités
L’ O B S E R VAT O I R E
Wallis et Futuna
Décret du 30-11-1913 relatif
au contrat d'association à St
Pierre et Miquelon :
Extension des titres I et II de
la loi du 01-07-1901
Loi du 26-09-1977 art 18 :
Extension au département
de St Pierre et Miquelon de
la loi du 01-07-1901 (sans
restriction) confirmée par
l'ordonnance n° 2009-536
du 14 mai 2009
Applicabilité de la loi du
01-07-1901 depuis la loi du
9 octobre 1981 confirmée
par l'ord n° 2009-536 du 1405-2009 – art 1er
Applicabilité de la loi du
01-07-1901 depuis la loi du
9 octobre 1981, confirmée
par l'art 1er de l'ordonnance
n° 2009-536 du 14 mai 2009
Applicabilité
Loi 09-12-1905
DE
Décret du 16-01-1939
modifié par le décret du 0612-1939
Décret du 23-01-1884
modifié par le décret du 5
juillet 1927 portant
organisation des Eglises
protestantes
Décret du 16-01-1939
modifié par le décret du 0612-1939
Applicabilité
Loi 01-07-1901
ANNUEL
St Pierre et
Miquelon
Polynésie
française
Base juridique
RAPPORT
LAÏCITÉ
2014-2015
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
État des lieux concernant
la laïcité dans l’entreprise privée
161
L’expression des convictions religieuses
au travail : quelles réalités, quelles réponses ?
Par Armelle Carminati, présidente de la commission « innovation sociale et managériale » du MEDEF
Dans l’entreprise, pilier économique du secteur privé, la question de la place faite à l’expression des
convictions religieuses est sans cesse reposée. Chaque nouveau cas de jurisprudence, chaque
nouvelle enquête sur le « fait religieux » ou prise de parole sur la laïcité dans la sphère publique,
communément confondue avec la sphère civile et la sphère privée, est l’occasion de rappeler aux
dirigeants et managers du secteur privé à quel point la gestion de la diversité des talents est complexe,
tissée de situations de travail quotidiennes et infiniment variées, qu’il faut gérer in situ. La médiatisation
grandissante qui se cristallise autour de quelques situations passées à la loupe est aussi le plus sûr
moyen d’attiser leurs craintes d’être débordés par un « fait » pourtant polymorphe et leur hantise de
tout simplement mal faire face à ce que chacun considère comme un acquis naturel dispensant de
montée en compétences : le management de la laïcité en terrain privé.
Y’a-t-il des raisons objectives à cette perplexité ? Assiste-t-on à une « explosion », comme on le lit
parfois, du fait religieux en entreprise qui justifierait un branle-bas de combat ? Pour éviter toute
réponse émotionnelle à cette question et comprendre la réelle intensité du sujet, il convient tout
d’abord d’examiner les faits, soutenus par des chiffres de plus en plus nombreux et interrogeant tant
les salariés que leurs managers.
Dans quelles conditions la question religieuse
traverse-t-elle l’entreprise ?
Publiés en avril 2015, les derniers résultats de l’enquête annuelle Randstad/Observatoire du fait religieux
en entreprise162 laissent penser que la question du religieux s’installe depuis quelques années dans le
paysage des entreprises françaises sans pour autant se développer de façon exponentielle. La moitié
161 Cet exposé s’est tenu lors de la séance de l’observatoire de la laïcité du 4 juin 2013. Il ne s’agit ici que d’un résumé et non d’une
retranscription, enrichi d’une mise à jour début 2015, au vu des résultats des enquêtes annuelles disponibles depuis.
162 Cf. « Le travail, l’entreprise et la question religieuse », étude publiée en avril 2015 par l’Observatoire du fait religieux en entreprise
(OFFRE) de Sciences Po Rennes, en partenariat avec le groupe Randstad France.
- 137 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
des managers déclare ainsi avoir été confrontée au fait religieux dans l’année écoulée, ce qui est
relativement stable par rapport à l’an dernier.
En revanche, si le nombre de managers concernés évolue peu, la fréquence des cas qu’ils
rencontrent et les difficultés qu’ils éprouvent à les traiter augmentent. Presque un quart
d’entre eux (23%) – soit deux fois plus que l’an dernier – , rapporte avoir été confronté plus
régulièrement à l’expression des convictions religieuses au cours des derniers mois (de façon
quotidienne, hebdomadaire ou mensuelle) et la part des managers confrontés à des cas conflictuels
ou bloquants a quant à elle progressé de 4 points (passant de 2% en 2013 à 6% en 2015), ce qui
en deux ans indique un point de résistance plus fort, sans toutefois atteindre un niveau d’alerte.
Des salariés en France attentifs à l’égalité des chances
en entreprise et plus tolérants aux différences en 2014…
Trouver la réponse appropriée aux problèmes soulevés par l’expression des convictions religieuses
en entreprise privée nécessite, en complément, de tester le climat d’inclusion qui règne en
entreprise afin de voir si, au-delà des managers qui les encadrent, les salariés en France :
sont
sensibles à cette question ;
jugent
la manifestation de l’appartenance religieuse (réelle ou supposée) comme source
d’inégalité de traitement ;
et
considèrent prioritaire que leur entreprise s’empare du sujet.
Quelques instruments récents ont stabilisé une mesure récurrente, dont le Baromètre annuel du
Défenseur des Droits163, naturellement focalisé sur la perception des discriminations. Sur le sujet
précis du climat d’inclusion régnant en entreprise, le Baromètre annuel de perception de l’égalité des chances164
publié chaque année par le MEDEF depuis 2012 nous fournit une indication précieuse sur la sensibilité
des salariés en France sur le climat dans lequel ils travaillent.
Il nous indique, en premier lieu, que les salariés sont de plus en plus attentifs à la question de
l’égalité des chances, qui fait désormais partie pour 87% d’entre eux de leurs priorités, après
l’équilibre vie professionnelle/vie privée et la santé/sécurité au travail, et loin devant le développement
durable. Sans doute mieux informés que par le passé, les salariés sont également plus exigeants sur
le sujet et, si l’on en croit leur ressenti, leurs employeurs ont encore beaucoup à faire pour combler
leurs attentes.
Il suggère, par ailleurs, que cette exigence nouvelle n’est pas due à un sentiment de
discrimination accru. En 2014, la crainte d’être discriminé s’atténue tant au niveau du marché du
travail en général (passant de 59% en 2013 à 51% en 2014, soit – 8pts) qu’au niveau de sa propre
163 Sondage IFOP pour le Défenseur des Droits et l’Organisation Internationale du Travail (OIT), dont la 8e édition a été publiée en février
2015.
164 « Baromètre national de perception de l’égalité des chances en entreprise », enquête nationale MEDEF - TNS Sofres, publiée en
octobre 2014 : terrain du 5 au 19 mai 2014 auprès de 1000 individus issus d’un échantillon national représentatif de la population
salariée du privé d’entreprises françaises de plus de 20 salariés. Ce baromètre annuel a été créé en 2012 par le MEDEF dans le cadre
des travaux de sa commission « richesse des diversités », avec les objectifs suivants :
- mesurer la perception qu’ont les salariés en France du climat d’égalité des chances en entreprise, ainsi que les répercussions de
celle-ci sur les comportements collectifs et notamment leur niveau de confiance ;
- permettre aux entreprises volontaires de s’engager, de se benchmarker sur le même questionnaire et de mesurer leurs progrès au
cours des années.
- 138 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
entreprise (passant de 39% à 35%). De nombreux indices confirment également que le climat s’est
détendu dans les entreprises :
les salariés ont davantage confiance en leur avenir au sein de leur entreprise. 71%
d’entre eux croient en leur avenir dans leur entreprise contre 63% l’an dernier, soit 8 points
de plus ;
la perception du risque discriminatoire s’atténue en 2014. Ils sont 35% à penser
pouvoir être un jour victime de discrimination dans leur entreprise actuelle contre 39% l’an
dernier. Les profils les plus sujets à risque probable semblent aussi être moins
stigmatisés qu’en 2013 : la situation des séniors en matière de recrutement, la probabilité
pour une personne peu ou pas diplômée d’accéder à un poste à haute res¬ponsabilité ou
bien encore le recrutement, la promotion ou l’affectation en clientèle d’une personne
affichant son appartenance religieuse, s’améliore (l’indice composite de « facilité de
carrière probable » calculé sur ces trois événements de carrière passe de 51% en 2013 à 57%
en 2014, remontant au niveau de 2012) ;
enfin, l’environnement de travail se montre plus tolérant aux différences. Il est plus
facile en 2014 que l’an passé d’évo¬quer ses convictions religieuses, ses convictions
politiques ou syndicales, ou encore son orientation sexuelle. Les blagues ou moqueries sur
les horaires de travail, les stéréotypes de genre, l’orientation sexuelle ou bien encore les
convictions religieuses sont perçues comme étant plus rares que jamais (tombant à
27% de fréquence probable au travail, après 32% en 2013 pour ce sujet), laissant
penser à une prise de conscience par le collectif de travail des effets négatifs de ces formes
d’incivilité.
… mais une vigilance à maintenir sur certains thèmes
tels que l’affichage de convictions religieuses
Ces signes d’amélioration ne doivent pas réduire pour autant la vigilance des dirigeants et managers.
Tandis que les craintes d’une éventuelle discrimination liée au genre ou au handicap s’estompent,
alors que les mêmes salariés requièrent néanmoins toute l’attention de leur entreprise sur ces deux
fronts, le sujet de l’affichage des convictions religieuses suscite chez les salariés toujours
aussi peu de crainte d’être personnellement discriminé un jour que d’attentes d’action de
leur entreprise pour plus d’égalité. Même s’il est plus facile en 2014 que l’an passé d’évoquer
cette question à titre personnel (54% des répondants le perçoivent comme facile dans leur entreprise,
contre 52% l’an passé), il ne faudrait pas que le peu d’ambition exprimée par les salariés en la matière
émousse la vigilance des dirigeants.
On peut en effet parler d’ « angle mort » persistant dans les attentes du terrain, quand les mêmes
reconnaissaient plus haut qu’en matière de « facilité de carrière probable », même en
amélioration, l’affichage de convictions religieuses au travail restait la plus problématique
des 10 situations individuelles testées en termes d’égalité des chances (femme, personne
homosexuelle, personne noire, mère d’enfants en bas âge, personne de plus de 50 ans, personne
obèse, etc.).
- 139 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Plus d’un tiers des salariés interrogés considère qu’il est peu probable qu’une personne
affichant son appartenance religieuse soit recrutée dans son entreprise.
Près d’un salarié sur deux affirme que son accès à un poste à responsabilité est compromis.
Presqu’autant est convaincu qu’un poste en contact direct avec la clientèle est difficile à
obtenir.
Pour autant, seuls 6% des salariés interrogés considèrent la question des convictions
religieuses devrait constituer un axe prioritaire de la politique d’égalité des chances
de leur entreprise.
Des résultats, cohérents avec les résultats de l’Observatoire Sociovision165 2014-2015, qui soulignent
qu’une très large majorité des Français (83%) souhaite que l’entreprise reste un endroit neutre et ne
prenne pas en considération les revendications d’ordre religieux.
Gérer la diversité des convictions religieuses :
un besoin de pédagogie avant toute chose
Demandes relatives à la pratique religieuse plus fréquentes d’un côté, attente de discrétion et de
neutralité de l’autre : ces injonctions contradictoires placent le dirigeant dans une situation de plus
en plus délicate. Plus que jamais la finesse managériale est nécessaire pour répondre avec fermeté
et détermination aux situations parfois inacceptables, mais aussi pour faire preuve d’ouverture
d’esprit et de tolérance, faisant toujours en sorte que les solutions apportées à certains ne
nuisent pas à l’équilibre de tous et au vivre ensemble.
La pratique n’est pas simple au quotidien, et ce d’autant moins quand la demande n’est plus
individuelle mais semble soutenue par une forme collective plus ou moins assumée : face aux
décisions à prendre en situation, la difficulté est grande sans bagage jurisprudentiel ou sans mise à
distance des représentations et biais qu’elles amalgament. On observe une véritable solitude des
managers, qui pour la plupart ignorent tout des sujets religieux et réagissent en toute subjectivité,
parfois différemment d’un étage à l’autre de la même entreprise.
Nombreux sont ceux qui ignorent aussi vers qui se tourner pour réfléchir et agir, certains s’ajustant
au rapport de force de la majorité locale perçue, d’autres agissant par hantise d’être perçus comme
phobiques et répressifs ou bien au contraire par hantise du communautarisme. Au fond, l’ignorance
est mère de la peur et trouble le jugement managérial, dans ce domaine comme dans les
autres champs de la diversité.
Face à un tel besoin de repères, il convient de faire monter en compétences nos dirigeants et
managers pour éviter toute improvisation. L’objectif n’est tant de renforcer le cadre législatif
français, déjà très complet, que d’accompagner les managers dans la lecture et la compréhension
de l’existant, que ce soit le cadre législatif général (européen et français), l’évolution de la
jurisprudence, la doctrine de leur entreprise en matière de gestion des diversités et les quelques
règles de bonne gestion managériale désormais rappelées dans bon nombre de guides d’entreprise
ou d’association spécialisées166.
165 « Une demande de discrétion religieuse dans la vie collective », étude Sociovision publiée en novembre 2014.
166 Pour nommer les précurseurs : Accenture, Areva, Casino, EDF, Orange, La Poste, la RATP, la SNCF, mais aussi l’IMS, l’AFMD
(Association Française des Managers de la Diversité), le MEDEF.
- 140 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Quels outils sur le terrain aujourd’hui ?
Dans un louable effort pour proposer des solutions institutionnelles qui éviteraient les dissonances
toujours possibles dans la gestion au cas par cas, à la main des managers, on a pu observer ces
dernières années de « fausses bonnes idées » :
par exemple, l’ANDRH167, qui est un des nombreux clubs de DRH, a proposé en juillet
2012 de légiférer pour banaliser trois des jours fériés en France afin que certains salariés
puissent « poser des jours » pour raison religieuse.
Ainsi
Au
premier abord, neutre et bienveillante, on s’aperçoit vite qu’une telle mesure obligerait
certains salariés à se dévoiler malgré eux, voire provoquer un regroupement « en tant que
communauté » et créer de l’antagonisme au sein d’équipes.
L’essentiel des travaux actuels se fait donc autour de la création de guides managériaux
regroupant des outils utiles et concrets :
titre institutionnel, avec le guide de l’Observatoire de la laïcité, intitulé « Gestion du fait
religieux dans l’entreprise privée ».
À
titre collectif, par des associations comme l’IMS en 2009, l’AFMD168 en 2013, et le MEDEF
en 2014.
À
À titre individuel, par certaines grandes entreprises comme Accenture, Areva, Casino, EDF, Orange,
La Poste, la RATP, la SNCF, etc.
On peut repérer quelques points communs traversant ces démarches169 :
On
rappelle le cadre légal et réglementaire, de façon pédagogique, souvent illustré par des
études de cas concrets. On note d’ailleurs que le « règlement intérieur » des entreprises ne peut en
aucun cas apporter de restriction universelle à la liberté de conscience de chacun et que les
éventuelles interdictions doivent toujours rester justifiées par les fonctions exercées (par nature
différentes d’un poste à l’autre) et proportionnelles au but recherché.
On
relève trois règles importantes pour éclairer la réflexion managériale :
a. Partir des demandes particulières exprimées pour rechercher une solution
apportant un « bénéfice universel y compris pour ceux qui n’ont rien demandé ».
Cette démarche est issue du concept du Plus Grand Dénominateur Commun170. Cela signifie,
contrairement aux « accommodements raisonnables » à la canadienne, que tous les salariés
sont incorporés dans la formulation des réponses, et pas seulement le salarié ou le groupe
réel ou supposé de salariés ayant soulevé la question : par exemple en aménageant les
menus ou l’affichage des menus du restaurant d’entreprise en se souciant des allergies
(gluten, arachide) et des préférences (végétariens, sans alcool) plutôt que de la seule et
infinie variété des rites religieux et de leurs interprétations.
167
ANDRH = « Association nationale des directeurs de ressources humaines »
168 « Association française des managers de la diversité ».
169 Méthodologie développée par le cabinet Bouzar-Expertise, qui a accompagné de nombreuses entreprises suscitées et contribué au
guide de l’Observatoire de la laïcité, intitulé « Gestion du fait religieux dans l’entreprise privée ».
170 Concept et méthodologie développés par Dounia Bouzar du cabinet Bouzar-Expertise.
- 141 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
b. Invoquer le principe d’équidistance : neutralité et discrétion par rapport à ses confrères,
à ses clients, à ses fournisseurs, etc. Ce type de dialogue permet de dénouer bien des
situations individuelles très en amont, en abordant avec tact tout type de question
d’apparence, à évocation religieuse ou non, que ce soit par exemple pour une tenue à la
décence inappropriée dans certaines circonstances ou au style très ou trop peu outrancier
par rapport aux usages d’une filière métier.
c. Ne pas tenter d’interpréter les textes religieux et s’en tenir à la situation de travail
dans l’entreprise, sans entrer dans un débat sur la pertinence de la demande. Par exemple
en examinant une demande d’absence pour motif religieux au même titre que pour
organisation familiale momentanément complexe, avec bienveillance, neutralité et souci de
l’organisation du travail de l’équipe, laquelle est parfois force de proposition plutôt que de
laisser le manager seul régulateur de l’effort collectif.
On relève une typologie de six situations de travail auxquelles les salariés et leurs managers
sont confrontés : les préférences alimentaires, le comportement entre salariés, les horaires aménagés, les
demandes de recueillement, les demandes de jours « fériés » supplémentaires, l’apparence vestimentaire
et le port de signes. Lorsque les trois règles précitées sont utilisées, la plupart de ces six situations
sont facilement désamorcées (par exemple : les demandes de recueillement modérées ne sont
souvent pas concrètement différentes des demandes de pause cigarette de la part de fumeurs
raisonnables).
La
démarche in concreto est donc largement recommandée, mais est conditionnée par un fort
investissement dans la pédagogie et la formation, seuls remparts contre les inégalités de traitement sur
le terrain.
Trois observations pour affiner l’analyse :
faut prendre en considération la surface de jeu des entreprises : les frontières sont
poreuses pour les entreprises internationales, grandes (avec des bureaux ou
établissements dans d’autres pays) ou petites (avec pourtant des fournisseurs ou des clients
hors de France), or les « règles du jeu social » ne sont pas les mêmes selon les pays ce qui
augmente d’autant la complexité managériale face à la diversité d’expérience des
collaborateurs exposés à travailler dans d’autres contextes et pratiques, bien que pour le
même employeur.
Il
Les
situations de travail à traiter sont autant managériales (entre un ou des salariés et
leur superviseur) qu’horizontales (entre salariés ou groupes de salariés). Et les situations
sont d’autant plus complexes qu’elles deviennent collectives, auquel cas une sécurité
indispensable pour le manager sera le recours à une instance de conciliation (que ce soit son
patron direct ou une instance organisée par l’entreprise).
Le
« détonateur émotionnel » touche davantage les femmes que les hommes, notamment
en ce qui concerne l’apparence vestimentaire. L’émotion n’étant jamais un bon guide, c’est
la question dite du « voile » qui est souvent l’une des plus longues à désamorcer, plus
particulièrement lorsque des femmes managers ont à se prononcer sur la conduite à tenir
dans certaines situations de travail impliquant d’autres femmes.
- 142 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Actualité internationale de la laïcité
(2014-2015)
Par M. Jean-Christophe Peaucelle, Conseiller aux affaires religieuses du ministère des Affaires étrangères
Le constat établi dans le premier rapport annuel de l’Observatoire de la laïcité (2013-2014)
demeure parfaitement d’actualité. Il met, notamment en valeur :
L’importance
du fait religieux dans les questions internationales. Cette réalité avait
conduit le ministre des affaires étrangères à organiser en novembre 2013, en collaboration
avec le CERI, un important colloque sur « Religions et politique étrangère ». Les actes de ce
colloque ont été publiés à la fin de l’année 2014 aux éditions Odile Jacob, sous le titre « La
diplomatie au défi des religions ». Depuis, l’actualité internationale n’a fait que confirmer ce
constat, qu’il s’agisse de la victoire d’un parti nationaliste hindou aux élections législatives en
Inde (avril-mai 2014) ou de l’évolution des crises au Moyen-Orient (émergence du prétendu
« État islamique », que nous appellerons Daech, en Syrie et Irak, affrontements entre chiites
et sunnites au Yémen, impasse politique au Liban, due notamment à la division du camp
chrétien…).
La
très grande diversité des régimes constitutionnels et juridiques régissant les
relations entre l’État et la religion, qui font de la laïcité une modalité parmi d’autres du
mode de régulation de cette question sensible, y compris au sein de l’Union européenne et
des pays démocratiques.
La
difficulté récurrente de faire comprendre à l’étranger ce qu’est la laïcité
française, trop souvent perçue comme une posture idéologique et politique hostile aux
religions, bien plus que comme un dispositif juridique garantissant la liberté religieuse (liberté
de croire ou de na pas croire, de pratiquer la religion de son choix, de ne pas avoir de religion
ou de changer de religion) dans le respect de la loi et des libertés d’autrui. Ce malentendu est
particulièrement évident lorsqu’il s’agit de certaines dispositions législatives françaises (loi
de 2004 sur le port des signes religieux à l’école, loi de 2010 interdisant la dissimulation du
visage dans l’espace public) ou dans les débats internationaux relatifs à des thèmes tels que
liberté religieuse vs liberté d’expression ou au respect des religions ou du sacré.
Sans prétendre à l’exhaustivité, il paraît utile de développer trois thèmes pour illustrer
l’actualité de la laïcité dans l’espace international au cours des douze derniers mois.
I) La protection internationale des minorités
La conquête de la plaine de Ninive en Irak à l’été 2014 par le groupe terroriste Daech, a soumis les
populations de la région à une violence extrême (assassinats, viols, enlèvements, pillages, conversions
forcées). Si tous les civils sont victimes de ces exactions, certaines communautés sont plus
précisément ciblées en raison de leur appartenance religieuse. C’est notamment le cas des
- 143 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
chrétiens, réduits à choisir entre la conversion, la mort ou l’exil, et des yézidis, menacés d’extermination.
La violence de ces persécutions est telle que c’est la survie même de certaines communautés,
appartenant pourtant depuis des millénaires au patrimoine culturel et humain de ces régions, qui est
menacée.
Devant cette situation, que le ministre des affaires étrangères et du développement international a
qualifiée « d’entreprise barbare et systématique d’éradication religieuse et ethnique », la diplomatie
française s’est mobilisée. Elle l’a fait au nom de ses relations anciennes avec certaines de ces
communautés, en particulier les chrétiens d’Orient, mais aussi et surtout au nom de sa conception
universaliste des droits de l’homme et de la dignité de la personne humaine ainsi que de sa conviction
qu’il sera impossible de faire évoluer le Moyen-Orient vers plus de stabilité, de paix, de démocratie,
de tolérance et de prospérité en laissant faire un tel projet d’épuration. Si les chrétiens d’Orient
constituent la communauté (ou les communautés) les plus visiblement exposées, la France a pris
soin de faire porter ses initiatives diplomatiques vers la protection de toutes les minorités persécutées
au Proche-Orient.
C’est dans cet esprit que la France, qui présidait le Conseil de sécurité des Nations Unies en mars
2014, a pris l’initiative d’une réunion extraordinaire de cette enceinte, au niveau ministériel, pour
mobiliser la communauté internationale en défense des minorités persécutées du Proche et MoyenOrient. Le ministre des affaires étrangères et du développement international y a demandé
qu’un plan d’action soit préparé par le Secrétaire général des Nations Unies, comprenant
quatre volets :
Le
renforcement de l’action humanitaire pour venir en aide aux personnes victimes des
exactions, aux réfugiés et aux personnes déplacées.
L’action
militaire pour vaincre les groupes terroristes et permettre le retour des réfugiés et
des personnes déplacées.
L’action
politique pour permettre la solution des crises régionales par la mise en œuvre de
politiques inclusives ne marginalisant aucun secteur des populations concernées.
L’action
judiciaire pour que les auteurs des exactions, dont certaines pourraient être
constitutives de crimes de guerre ou de crimes contre l’humanité, aient à répondre de leurs
actes.
Le souhait de la France est que ce plan d’action puisse être rapidement adopté par la communauté
internationale.
II) La lutte contre la radicalisation religieuse
L’attrait exercé par Daesh sur de nombreux jeunes de confession musulmane, y compris de nationalité
française, et les attentats des 7, 8 et 9 janvier commis sur le territoire français ont renforcé le
caractère prioritaire de la lutte contre la radicalisation religieuse et l’extrémisme violent.
Cette politique doit être globale, allant de la prévention à la dé-radicalisation et couvrant de multiples
domaines (police, renseignement, justice, éducation, information, etc…).
Cette politique nationale implique une coopération renforcée avec nos partenaires étrangers,
en priorité européens ou occidentaux, mais aussi avec des pays musulmans soumis aux mêmes
menaces extrémistes et dont les jeunes sont exposés aux mêmes séductions de la part des
- 144 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
mouvements terroristes. Elle comporte également un renforcement du dialogue avec les autorités
religieuses françaises, notamment musulmanes. C’est l’objet du plan pour l’islam de France présenté
le 26 février 2015 par le ministère de l’Intérieur.
Dans le même esprit, le gouvernement a souhaité développer le dialogue des pouvoirs publics
avec les grandes autorités religieuses, notamment islamiques, dans le monde, afin
d’échanger avec elles analyses et réflexions et de jeter les bases, quand cela apparaît possible et
souhaitable, d’une coopération respectueuse de la séparation du politique et du religieux, dans divers
domaines allant de la lutte contre la radicalisation à la formation civile et civique des imams. C’est
ainsi que le conseiller pour les affaires religieuses du ministère des affaires étrangères et du
développement international s’est rendu au cours des premiers mois de 2015 en Égypte, au Maroc
et en Turquie, en compagnie du chef du bureau central des cultes du ministère de l’intérieur (pour ce
qui est des deux premiers pays).
III) Défense et illustration de la laïcité à l’étranger
Les très nombreuses réactions aux attentats des 7, 8 et 9 janvier 2014, qu’elles émanent des autorités
politiques ou des autorités religieuses, ont été unanimes à condamner ces attaques terroristes et
l’emploi de la violence au nom de la religion. Cette unanimité n’aura duré qu’une semaine. En effet,
la parution d’un numéro extraordinaire de Charlie Hebdo le 15 janvier, comportant des caricatures
jugées offensantes pour l’islam, a suscité une vague de critiques à travers le monde et provoqué dans
de nombreux pays des manifestations dont certaines ont dégénéré de manière très violente. Ces
événements ont montré une nouvelle fois que la conception française de la laïcité et notre
attachement à la liberté d’expression étaient souvent mal compris dans le monde et parfois
instrumentalisés de manière hostile à notre pays. Il en résulte clairement qu’il est plus que
jamais nécessaire d’expliquer ce qu’est la laïcité et ce qu’elle n’est pas, ainsi que d’exposer les
raisons qui nous poussent à attacher la plus grande importance à la liberté d’expression et à refuser,
par exemple, la pénalisation du blasphème ou de l’atteinte au sacré en droit international.
Dans cet esprit, la diplomatie française reste mobilisée dans les enceintes multilatérales ou
dans ses échanges bilatéraux avec ses partenaires, afin d’éviter la mise en place de dispositions
normatives contraires à la liberté d’expression et à la séparation du religieux et du politique, tout en
maintenant son combat en faveur de la liberté religieuse, consacrée par le droit international comme
une des libertés fondamentales. Les ambassades, qui sont également invitées à expliquer nos
positions sur ces sujets dans leurs contacts réguliers avec leurs interlocuteurs, ont reçu des
argumentaires en la matière. Le réseau de l’Institut français est également invité, là où cela est
souhaitable, à inscrire la laïcité au nombre des thèmes prioritaires traités au titre du débat d’idées.
Enfin, il convient de signaler que le premier rapport de l’Observatoire de la laïcité (2013-2014) a été
communiqué à l’ensemble des postes diplomatiques et consulaires, qui ont été invités à le diffuser
largement et à établir sur leurs sites internet un lien y menant.
- 145 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 10 mars 2015
Audition de M. Georges Pontier, Président
de la Conférence des Évêques de France
« Monsieur le Président, Madame, Monsieur,
Je vous remercie de m’avoir invité pour vous partager la perception de la laïcité en France aujourd’hui,
ainsi que les propositions de l’Église catholique suite aux événements de début janvier 2015.
I. La Laïcité aujourd’hui en France ?
Je
n’ai pas besoin de vous rappeler que l’Église catholique ne remet nullement en cause la
laïcité de l’État, la laïcité de la République Française. La manière dont les relations
institutionnelles entre les Églises et l’État se sont mises en place tout au long du XXe siècle a
décliné à partir de la vie concrète le principe de l’article 1er de la loi de 1905 « la République assure
la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes sous les seules restrictions édictées ci-après dans
l’intérêt de l’ordre public”. Nous connaissons l’article 2 qui fait l’objet d’interprétations circonstanciées : “La
République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte. En conséquence, à partir du 1er janvier
qui suivra la promulgation de la présente loi, seront supprimées des budgets de l’État, des départements et
des communes, toutes dépenses relatives à l’exercice des cultes. Pourront toutefois être inscrites auxdits budgets
les dépenses relatives à des services d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les
établissements publics tels que lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons ». Et nous pouvons y
ajouter les aumôneries militaires.
La laïcité de l’État est donc un cadre législatif qui précise les relations entre l’État et les religions. Il
y en a d’autres possibles, en particulier les Concordats, pour ce qui concerne l’Église Catholique.
Ainsi l’État dans ses administrations, ses réglementations, ses lois, demeure neutre, respecte les
familles spirituelles, les religions de ses citoyens, précise un cadre législatif respectueux de la liberté
de conscience, de la liberté religieuse et de celle de ne pas croire.
Vous
le savez aussi, l’Église catholique observe, déplore, regrette, une forme de laïcisation de
la société c’est-à-dire, la mise en œuvre du projet de cantonner l’expression des convictions
religieuses des citoyens dans le seul espace privé, lequel devient de plus en plus circonscrit !
Ou du moins ce qui est défini comme espace public devient de plus en plus étendu. L’Église
y voit un soupçon porté sur les religions, un jugement négatif et sévère, une crainte injustifiée
et surannée.
La radicalisation d’aujourd’hui n’est pas seulement le fait d’intégristes incontrôlables. Elle peut aussi
trouver sa motivation et sa force par opposition avec une démarche “laïcisante” qui nie le fait religieux,
lui interdit toute manifestation publique, assimile toute conviction spirituelle à une négation de la
République. Cette laïcité est perçue comme agressive. Elle met en cause un élément fondamental de
l’identité de très nombreux français de toutes confessions. Elle suscite des résistances le plus souvent
passives, silencieuses, mais non moins profondes, et parfois collectives à travers l’appartenance
communautaire qui heurte la tradition française.
- 146 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Dit
autrement, il y aurait un risque important de passer de la laïcité de l’État à une laïcisation
de la société qui manifesterait une réserve, voire une crainte par rapport aux appartenances
religieuses de ses concitoyens. Le risque consiste à favoriser la croissance des groupes
radicaux ou fondamentalistes qui trouvent dans la valorisation de la posture de résistance un
attrait auprès de personnalités fragiles, peu instruites, désorientées et se sentant rejetées de
la société. De plus le manque de travail, les questions de logement, la marginalisation de
certains quartiers favorisent cette radicalisation. Et certains peuvent facilement ou
superficiellement se dire : Quel est ce pays qui ne nous accueille pas, nous tient éloignés du
bien-être général et stigmatise notre croyance ? Quel est ce pays qui n’offre comme modèle
qu’une réussite matérielle et comme mode de vie un hédonisme sans limite ? Quel est ce
pays qui renie une partie de son passé et n’est pas capable d’offrir un cadre de vie respectueux
de tous ?
Je crois que les débats de société sur le port ostentatoire de signes religieux, sur le mariage, sur la fin
de vie, sur les crèches de Noël, sur le nom des fêtes religieuses, sur le travail du dimanche, bientôt
sur les jours fériés ne sont pas des débats qui libèrent notre société d’une emprise illégitime et
dangereuse des religions, mais au contraire qui suscitent en chacune d’elles la constitution de réflexes
identitaires immaitrisables et qui peuvent être violents, surtout si on se sent stigmatisés et que le
dialogue soit ressenti difficile ou absent.
Je me dois d’ajouter ici cette nouvelle offensive législative au sujet de la création d’un principe de
neutralité religieuse qui devrait s’appliquer aux structures privées pour respecter la liberté de
conscience des enfants mineurs éventuellement accueillis et tout spécialement pour celles recevant
des subventions publiques. Lier subventions et neutralité religieuse est contraire à la Loi de 1905 qui
n’interdit les subventions que pour les activités cultuelles.
Et on sait encore qu’on envisage d’étendre le concept d’espace public aux universités et d’y interdire
aux adultes étudiants le port de tout signe religieux. Cette création du concept de neutralité est bien
le signe de cet esprit militant qui veut laïciser à tout prix la société. Ne suffirait-il pas de confier aux
règlements intérieurs de ces institutions ou de ces associations le soin de préciser les règles de
sagesse et de bon sens ? Pourquoi vouloir légiférer au risque de réveiller les plus vieilles querelles ?
Il ne faut jamais oublier qu’on ne gagne rien à humilier une catégorie de citoyens, les membres d’une
religion, voire même le fait religieux. L’humiliation prépare à plus ou moins long terme des violences
revanchardes redoutables.
Un
courant de pensée en France me paraît mal à l’aise par rapport à la persistance du
sentiment religieux dont la mort a pourtant été annoncée depuis plus de 3 siècles. Ne faut-il
pas prendre acte de sa persistance ? Ne faut-il pas aller jusqu’à penser que ce n’est pas un
risque pour la République et que des croyants peuvent être de bons citoyens ? La guerre de
14/18 a permis de réconcilier ceux qui croyaient au ciel et ceux qui n’y croyaient pas. La laïcité
de l’État donne un cadre de vie respectueux de tous les citoyens et de leur diversité de
croyances, de philosophies. Une laïcisation de la société engendre un sentiment d’exclusion
et de rejet qui produit l’inverse de ce qu’il recherche : la paix sociale et le vivre ensemble.
Oui, je puis vous le dire, beaucoup de croyants, beaucoup de jeunes chrétiens, sont lassés par l’image
qui est donnée du christianisme et des chrétiens. Beaucoup de jeunes chrétiens subissent encore des
moqueries, des réflexions à l’emporte-pièce de la part d’enseignants bien éloignés de la laïcité
demandée par l’État à ses fonctionnaires. La possibilité de créer des aumôneries en milieu scolaire
s’est dégradée ou complexifiée. La possibilité d’obtenir des subventions pour des activités éducatives
et de loisir (camps de vacances et autres) est soumise à l’ouverture d’esprit de responsables
administratifs. Les départements religieux dans les bibliothèques ou les médiathèques offrent souvent
des ouvrages nullement fondamentaux et sans consistances. Et on pourrait ajouter à cette liste qui
ne se veut pas accusatrice mais douloureuse.
- 147 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Nous savons que nous n’endoctrinons personne, nous savons que nous contribuons de manières
multiples au vivre ensemble et à la fraternité. Nous savons que nous venons en aide à une partie de
ceux qui sont le plus en difficulté dans la société.
Si un cimetière juif est profané on parle d’antisémitisme, et on a raison. Si 21 Coptes égyptiens sont
assassinés parce que chrétiens, on parle de ressortissants égyptiens. C’est tout cela aussi qui fragilise
notre société qui semble renier son passé et son aujourd’hui, qui n’a pas d’autre idéal à proposer
qu’un individualisme moral, économique, social, qui est mortifère pour nos sociétés, qui contredit les
solidarités nécessaires et le respect de tous. Nous entendons positivement les prises de conscience
qui invitent à redonner des valeurs communes aux habitants de ce pays pour fortifier le désir de vivre
ensemble dans nos profondes diversités.
Permettez-moi une remarque avant de passer au second point que vous m’avez proposé. C’est au
sujet de votre instance : Observatoire de la laïcité.
Il joue peu à peu un rôle reconnu. Sa crédibilité tiendra, à mes yeux, au fait que vous arriverez à servir
la juste laïcité de l’État sans prendre une part active en faveur de la laïcisation de la société. Votre
tâche est difficile, exigeante et nécessaire. Votre responsabilité n’en est que plus grande. Vos avis, vos
recommandations sont d’une grande importance et contribuent à l’élaboration d’une culture
commune en ce qui concerne la compréhension du vivre ensemble dans une société de plus en plus
plurielle.
II. Suite aux événements de janvier 2015. Quelles propositions ?
Les événements de janvier dernier nous ont marqués doublement comme citoyens et comme
croyants.
Comme
citoyens, nous avons été heurtés comme toute la nation par cette barbarie qui s’est
manifestée face à un hebdomadaire symbolique, ô combien, de la liberté d’expression, contre
la communauté juive et contre les forces de police. Nous avons condamné ces actes. Nous
l’avons fait aussitôt de nous-mêmes, en tant qu’Église catholique. La plupart des Évêques ont
pu participer à la minute de silence et aux manifestations organisées dans beaucoup de villes
de notre pays. Nous l’avons fait avec les responsables des autres religions. Nous avons
valorisé le mot fraternité de notre devise républicaine.
Comme
croyants, nous avons été blessés par l’image la plus déformée de la croyance qui
puisse être donnée : le fondamentalisme, l’extrémisme : tuer au nom de Dieu, tuer pour sauver
Dieu, tuer pour plaire à Dieu, c’est insensé. Nous avons observé la souffrance et la peine des
musulmans. Nous avons entendu les craintes de ceux qui ne sont pas croyants.
Devant cela que proposer ?
L’ignorance
profonde au sujet de sa propre famille spirituelle et de celles des autres nous
paraît être un des facteurs les plus évidents dans la compréhension des radicalisations de
tous ordres, dans celle de la transformation de certains individus en extrémistes et aussi
dans les relations entre citoyens de philosophies et de religions différentes. Le
développement des connaissances est donc un premier objectif : connaissance de l’histoire
de notre pays, connaissance des religions et des éléments du judéo christianisme
particulièrement, des philosophies diverses, acquisition d’un esprit critique, développement
de l’usage de la raison. Cela est bien sûr utile pour transmettre la culture de notre pays mais
c’est indispensable pour entrer dans une compréhension plus juste des autres, dans un
dépassement des peurs irraisonnées, dans l’apprentissage réel d’un vivre ensemble.
- 148 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La manière d’organiser cela fait débat et peut faire débat. On le comprend. On veut éviter tout
prosélytisme, tout endoctrinement et toute présentation des religions comme seulement un fait
culturel du passé. Le rapport de Mr. Régis Debray, voici 10 ans a proposé un enseignement du fait
religieux. Il a semblé préférable dans un premier temps de ne pas en faire une matière particulière. Il
paraissait meilleur que cet enseignement passe à travers celui des matières diverses : histoire,
littérature, philosophie, SVT, biologie, etc. Cela supposait bien sûr que les enseignants y soient
préparés et qu’ils le soient de manière empathique et non soupçonneuse. En voyant comment peu
a été fait en ce domaine, on peut se demander si cela était réaliste et possible. Revient alors
l’hypothèse d’en constituer une matière particulière. Cette question mérite débat et réflexion. La
question de la formation des enseignants se pose dans l’un et l’autre de ces choix. On pourrait penser
que s’agissant de la formation d’enseignants, la participation de formateurs appartenant à ces
grandes familles religieuses et philosophiques puisse y être envisagée selon des critères et des
exigences à préciser. Quelqu’un qui connaît bien une religion et en vit n’est pas nécessairement
prosélyte et dénué de l’usage de la raison. Cela passe aussi par la qualité des outils pédagogiques
utilisés comme supports à cet enseignement. Permettez-moi de rappeler que l’enseignement
catholique prend des initiatives en ce domaine et qu’un certain nombre d’écoles ayant des
pourcentages élevés d’élèves musulmans en particulier sont des lieux d’apprentissage du vivre
ensemble pour eux et leurs parents, grâce à une meilleure connaissance les uns des autres et au
respect mutuel.
Manifestement
l’insertion de l’Islam dans notre société pose un problème politique et un
problème culturel. C’est un défi essentiel. Il ne m’appartient pas d’aborder le problème
politique, même si on voit bien qu’il se pose d’abord à l’islam pour trouver les contours d’une
représentation crédible et efficace et ensuite à l’État pour peser ce qui relève des exigences
du respect de l’ordre public.
Nos relations avec des responsables de cette religion, nationalement et localement nous font
percevoir qu’un débat sur ces sujets s’est ouvert entre eux et que de plus en plus de leaders peuvent
désormais s’exprimer sur l’urgence pour l’Islam de relire son texte fondateur et ses pratiques et sur
les enseignements donnés en son nom.
Notre histoire peut nous permettre surement de les aider à mieux comprendre la culture de notre pays
et la pratique de la laïcité. Nous le faisons localement dans des rencontres et colloques, trop peu
nombreux. Nous le faisons dans plusieurs lieux de France, souvent à partir des universités catholiques
en proposant des formations voire des diplômes universitaires intitulés par exemple : Religions,
société et laïcité. Nous le faisons encore en offrant des modules de formation pour des agents de
collectivités ou d’ entreprises afin d’offrir des éléments de formation pour mieux comprendre l’Islam
et ainsi mieux être à même de gérer des équipes composées de personnes des religions différentes.
Pour notre part, Église catholique, nous sommes persuadés que le seul chemin possible pour
les bonnes relations entre personnes de religions différentes est celui du dialogue
interreligieux. Nous nous y employons de manière modeste mais réelle avec des Imams et
des associations musulmanes comme avec les membres d’autres religions. Nous
encourageons les catholiques à pratiquer positivement le dialogue de la vie, du travail
ensemble, de l’engagement commun dans le tissu associatif particulièrement. Soutenir et
favoriser cela paraît nécessaire aujourd’hui. Nous nous efforçons de donner à nos fidèles une
plus juste connaissance de l’Islam et des textes de l’Église sur ce même dialogue.
Ne
peut-on pas penser, au-delà de toute appartenance religieuse, qu’il y a encore tout un
travail de réconciliation des mémoires à opérer. Beaucoup de nos concitoyens sont marqués
à tort ou à raison par l’histoire qu’ont vécue leurs ancêtres du temps de la colonisation. Des
- 149 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
blessures culturelles existent plus profondes qu’on ne peut l’imaginer à première vue. D’autre
part le regard posé sur les personnes de religion musulmane est ici, en France, influencé par le
contexte international, notamment les exactions commises par « Daesh » et « Boko-haram ». Il
est nécessaire et urgent, afin d’éviter tout amalgame, de développer une juste connaissance
des religions et que chacune puisse s’interroger : « Que dit-on de l’autre dans les diverses
traditions ? Que transmet-on à nos enfants ? »
Valoriser
les exemples nombreux d’intégrations réussies de la part de français de confession
musulmane. Le faire bien sûr de manière respectueuse et juste.
La
perspective de développer le service civil est sûrement à encourager et à rendre possible
au maximum. Compte tenu de la diversité religieuse, souvent présente dans les lieux où ce
service civil est accompli, il apparaît important de préparer les jeunes volontaires à accueillir
cette diversité plutôt qu’à l’ignorer au nom d’une laïcité mal comprise. Cela doit bien sûr
s’accompagner du développement de l’instruction civique et de la connaissance des valeurs
et des codes de vie qui régissent notre pays.
Il
faudrait aussi poursuivre une réflexion sur le rapport entre droits et devoirs, exercice des
libertés et sens des responsabilités, critiques et respects, militances et patiences, convictions
et dialogues.
Voici quelques propositions qui ne prennent pas en compte les responsabilités plus spécifiques
relevant de l’État en ce qui concerne la sécurité et la lutte contre les fondamentalismes ou encore
ce qui relève d’une politique familiale encourageante et d’un accès au travail et au logement mieux
facilités ou enfin de l’aménagement du territoire pour éviter la concentration de populations en
difficultés dans les mêmes zones d’habitation au risque de constituer de véritables ghettos.
Tout cela demande une grande implication de toutes les forces de la nation. Tout cela demande un
état d’esprit ouvert, confiant, courageux, bienveillant aussi.
Notre pays a su montrer sa cohésion face au danger des extrémismes fous. Le danger qui nous guette
ne vient pas que de l’extérieur du pays. Il vient aussi de l’intérieur, du manque de perspectives, du
manque de transmissions, du manque de projet ou d’idéal : quelle vision de société poursuivons-nous ?
Quels liens entre citoyens voulons-nous vivre et promouvoir ? Quelles valeurs communes pouvonsnous énoncer et transmettre ? Quelle conscience et quelle recherche du bien commun nous
habitent-elles ? Quelle conception de la nation possédons-nous ? Quelle vision de l’homme guide
notre nation ? L’élaboration de réponses à ces questions ne peut se faire qu’avec la participation de
toutes les familles de pensée et les religions ne sont pas sans ressources pour y prendre leur part.
Notre pays a su traverser de grandes épreuves. Il saura le faire une fois encore pourvu que nous le
fassions les uns avec et pour les autres.
- 150 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 31 mars 2015
Audition de M. Dalil Boubakeur, Président
du Conseil Français du Culte Musulman
M. Dalil Boubakeur a précisé ses propos sur l’instance de dialogue avec l’islam
lors de son installation au ministère de l’Intérieur le 15 juin 2015 : cf. en annexe
son discours prononcé à cette occasion, page 356.
« Mesdames et Messieurs, les membres de l’Observatoire de la laïcité, je vous remercie de m’accueillir.
Le sujet qui nous occupe me paraît tout à fait d’actualité et pose de vraies questions. Pour y répondre,
je peux vous apporter mon témoignage en tant que recteur de la Grande Mosquée de Paris et
Président du CFCM.
Une grande partie de la population qui n’est pas entièrement religieuse mais qui se reconnaît dans sa
culture, dans son identité, comme membre du culte musulman soit près de 6 millions de personnes,
ont eu un sentiment particulier à la suite des évènements de janvier que j’aimerais vous livrer.
Pour les évènements eux-mêmes, je peux dire que la communauté musulmane (pas au sens
étymologique) a reçu les évènements de janvier 2015 avec beaucoup d’émotions : ça a été pour
beaucoup comme un « 11 septembre 2001 » sur notre territoire français.
Ce choc a été vécu en communion avec la communauté nationale puisque le grand défilé qui a eu
lieu le dimanche 11 janvier a mêlé musulmans et non-musulmans. Cela leur a permis de témoigner
ensemble du choc reçu, concernant la barbarie, les victimes de Charlie Hebdo, et les victimes de l’Hyper
casher.
Y a-t-il un risque de radicalisme ? Du point de vue religieux, les analyses ont confirmé notre constat
à tous. Il suffit de regarder dans le Coran pour trouver la réponse : « Tuer un Homme c’est tuer toute
l’Humanité ». L’ensemble des instances religieuses du monde musulman a dénoncé ce crime.
Les musulmans se sont sentis d’avantage liés comme citoyens français à la laïcité et ont montré un
attachement à ce principe. Ils savent que c’est un garde-fou, une garantie sûre de l’État contre les
dérives, contre tout ce qui pourrait éloigner du véritable culte musulman protégé par son authenticité
contre les dérives et le terrorisme.
C’est pourquoi le malaise qui s’est manifesté dans le cadre de la population musulmane de France
a été très important, beaucoup ont ressenti une certaine mise en cause de leur comportement et un
regard méfiant comme s’ils étaient redevables de leur citoyenneté française.
Il y a ainsi eu des critiques sur le fait qu’ils n’auraient pas assez manifesté dans les rues, qu’ils
n’auraient pas été assez mobilisés pour dénoncer les crimes. Il y a aussi une forte crainte des
amalgames entre l’islam et le terrorisme. Il y a de fait une hausse de l’islamophobie : le nombre
d’actes islamophobes a été supérieur en un mois (178 en janvier 2015) à l’ensemble de ceux de
l’année 2014 (133 actes). La population française de confession musulmane est considérée, parfois,
comme une population de citoyens de moindre importance, malgré tous ses efforts d’intégration.
- 151 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Cette crainte peut, relancée fortement par les écrits qui ont été publiés sur les musulmans (de Michel
Houellebecq ou Éric Zemmour par exemple) entrainer un repli communautaire de la part des
musulmans.
Par ailleurs, nous demandons à tous et notamment aux musulmans, d’apporter une attention toute
particulière à la manipulation, à l’emprise des jeunes par des gens qui sont soit intégristes, soit
salafistes, soit wahhabites, et qui multiplient les incitations et les appels à une vision radicale de
l’islam.
Le passage de la norme à la radicalisation doit faire l’objet de tous nos efforts pour ne pas laisser se
multiplier cette démence. La démence n’étant d’ailleurs pas liée à l’appartenance religieuse, comme
nous venons de le voir avec le crash de l’Airbus A320 dans les Alpes...
Sur un autre point, on a entendu un certain nombre d’islamologues mais aussi d’islamophobes, ainsi
que des personnes de la société civile, porter des critiques acerbes à l’encontre du CFCM. Un ancien
fonctionnaire du ministère de l’Intérieur a lancé une diatribe contre le CFCM alors qu’il y a lui-même
travaillé. Si bien que j’ai interpellé le Président de la République, pour lui demander s’il s’agissait
d’une attaque soutenue par les autorités.
J’ai rencontré M. le ministre Bernard Cazeneuve, qui nous a annoncé qu’il allait lancer une initiative
de l’État mettant en place une instance de dialogue avec les musulmans. Je lui ai dit que cela était
très bien mais qu’il fallait utiliser le CFCM, déjà installé. Il m’a été répondu que le CFCM n’avait pas
une ampleur suffisante. C’était pourtant l’État qui avait poussé à sa mise en place !
Le recrutement des membres de cette instance de dialogue sera effectué par les préfets. Mais, sur
quels critères ?
Je suis favorable à la création du dialogue, mais il ne faut pas que celui-ci soit communautariste. De
même qu’il ne faut jamais faire de législation particulière.
Je dirai, pour terminer, que je suis Français comme les autres, avec les mêmes droits et les mêmes
devoirs. Je veux bien que nous discutions ensemble des problèmes – d’ailleurs j’ai toujours eu un
dialogue très enrichissant avec M. Jean-Marc Ayrault. Mais malheureusement, nous n’avons plus de
dialogue sérieux.
Je voulais ajouter un dernier point : où est donc l’argent que le CFCM avait reçu pour la Fondation
des œuvres de l’islam ? Nous avions reçu un million d’euros. Cet argent est aujourd’hui bloqué par
la Caisse des dépôts et consignations.
Pourtant, au CFCM, nous n’avons aujourd’hui aucun moyen, aucun budget, nous n’avons même pas
pu payer notre secrétaire et depuis un mois nous n’en n’avons plus. Le CFCM a été créé par JeanPierre Chevènement, et installé par Nicolas Sarkozy, ce qui signifie que les différentes formations
politiques nous ont soutenus, mais aujourd’hui nous n’avons aucun soutien.
Nous avons fait au CFCM un travail considérable autour de notre « Convention du vivre-ensemble ».
Personne n’en a parlé. Il n’a eu aucun écho.
Le CFCM n’a jamais été reçu es-qualité par le M. le Président de la République, ni par M. le Premier
ministre, Manuel Valls, et je ne sais même pas si le CFCM va encore vivre ou s’il est prévu de le faire
« mourir » en le remplaçant par cette instance de dialogue.
Mesdames, Messieurs, je vous remercie. »
- 152 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 2 septembre 2014
Audition de M. Dalil Boubakeur,
à l’occasion de la publication
de la « Convention Citoyenne des musulmans
de France pour le vivre ensemble »
« Merci beaucoup Monsieur le Président de l’Observatoire pour votre invitation. Je vois qu’il y a parmi
vos membres de fins connaisseurs de l’islam en France.
Tout d’abord, permettez-moi de vous rappeler que ma vie a commencé par la médecine et qu’ainsi
je n’étais pas formé, au départ, à m’occuper des questions musulmanes, même si j’ai été amené à
me poser des questions sur les musulmans malades, leurs droits, leurs revendications, etc.
L’histoire de l’islam en France a évolué à partir du début des années 60 lorsque l’immigration est
devenue plus importante et a amené de plus en plus de musulmans en France. On a alors dû se
demander si cette immigration devait être intégrée et si l’islam pouvait avoir « droit de cité » en France.
À partir des années 80, on a vu surgir le premier problème, celui des lieux de culte. Il n’y avait alors
que la grande mosquée de Paris : l’islam pratiquait était un islam « des caves », avec des mosquées
improvisées. Nous avons alors rencontré une difficulté pour faire accepter par les mairies la
construction de mosquées sur leur territoire.
Avec la révolution iranienne est apparu un islam politique. Des organisations se sont constituées et
rapidement l’État s’est trouvé confronté à des interrogations qu’il n’avait pas imaginées. On s’est
demandé si l’islam avait droit à la parole, si les revendications devaient être accordées ? Et surtout
à qui s’adresser pour parler aux musulmans de France ?
C’est avec M. Chevènement qu’est apparue l’idée d’un Conseil Français du Culte Musulman qui
fixerait un certain nombre de principes, qui réfléchirait sur le moyen d’appréhender la laïcité pour les
musulmans de France et c’est ce que nous avons fait.
La loi de 1905 n’est pas une loi de restriction des cultes. Mais elle est claire, elle dit que « La
République, ne reconnaît, ne salarie, ni ne subventionnement aucun culte ».
L’ensemble des lieux de culte a décidé en 2001 que le Conseil Français du Culte Musulman, serait
l’interlocuteur reconnu, et élu par les musulmans, en mesure de parler en leur nom aux pouvoirs
publics. Depuis la création du Conseil Français du Culte Musulman un certain nombre de questions
ont été traitées concernant notamment, la question des lieux de culte, la question des personnels
religieux, la question des pèlerinages, de la viande halal, des aumôneries, etc.
Je remercie le Bureau Central des Cultes pour leur dialogue constant avec nous, mais aussi Mme Dounia
Bouzar qui a essayé de faire beaucoup pour le Conseil, notamment de faire entrer la présence et la
parole des femmes, même si nous n’avons, hélas, pas encore complètement abouti.
L’apparition du radicalisme, du terrorisme international, ont perturbé l’équilibre y compris au sein de
la société française. Cela a aussi conduit à se demander vers quel islam nous souhaitions tendre ?
- 153 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Vers le communautarisme ou vers la citoyenneté ? Aujourd’hui, la plupart des musulmans s’intègrent,
acceptent les lois de la République et notamment le principe de laïcité : c’est la citoyenneté qui
l’emporte.
Toutes ces difficultés nous ont amené à nous interroger sur la nécessité du vivre-ensemble. Et le
message que nous essayons de transmettre est qu’il faut veiller à ce qu’il n’y ait pas de heurts entre
la volonté de certains et la volonté générale. Il fallait donc que nous exposions le comportement que
les musulmans devraient adopter vis à vis d’un ensemble de questions.
C’est pourquoi, afin de renforcer l’unité nationale dans une communauté de destin et de valeurs
partagées, le Conseil Français du Culte Musulman a publié et largement diffusé en juin 2014, sous ma
présidence, une « Convention citoyenne des musulmans de France pour le vivre ensemble. »
- 154 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 3 mars 2015
Audition de M. François Clavairoly, Président
de la Fédération protestante de France
« Lors de la cérémonie des vœux présidentiels à l’Élysée, le 5 janvier dernier, j’ai pu exprimer au nom
de tous les cultes réunis à cette occasion, par un texte que j’avais rédigé, l’attachement indéfectible
de chacune des confessions aux valeurs de la République. Il ne me revient pas d’insister davantage
sur ce fait décisif qu’il existe à cet égard une unanimité. Toutefois, nous avons également pu constater
combien cette parole était attendue par nos concitoyens, et combien cette cérémonie, d’habitude
plus légère, se trouvait lestée du poids de l’actualité et du drame qui venaient de survenir.
Par conséquent, cette introduction m’autorise à redire devant vous que l’expression publique d’une
parole prononcée par des responsables religieux, une parole reprise dans les médias et clairement
articulée à ce qui constitue notre socle commun, de même que le rappel de notre engagement
commun au service du vivre ensemble dans notre société, peuvent faire sens pour bon nombre de
nos concitoyens.
Mais il y a plus que cela encore. Il y a désormais une prise de conscience profonde et largement
partagée dans l’opinion publique que la promesse républicaine doit être réaffirmée, reformulée et
sans doute renforcée par des gestes significatifs et un engagement de longue durée. Non seulement
en effet, il y a urgence, au vu de la situation, mais l’enjeu à relever est considérable si l’on veut que
cette promesse ne reste pas inaccomplie, ouvrant alors le chemin à d’autres ressentiments et à
d’autres violences.
Ce que je veux dire ici, c’est que l’après 11 janvier nous place devant notre responsabilité vis-à-vis
de la génération qui vient et que l’enjeu concerne toutes les ressources de la société. Toutes les
ressources, y compris les ressources vives que constituent les cultes (et le protestantisme en
particulier).
Ici, je veux exprimer le souhait que la notion de culte, notamment dans cette instance de la
République qu’est l’Observatoire de la Laïcité, ne se laisse pas réduire à une compréhension, selon
le seul langage juridique qu’utilise par exemple le texte de la loi de 1905, mais qu’elle soit
véritablement pensée dans toutes ses dimensions, dans toute sa richesse et tous ses déploiements
symboliques, comme l’ont si bien décrit l’anthropologie religieuse, la sociologie, la philosophie, et
aussi comme le discours de la théologie elle-même en parle actuellement − ce discours théologique
qui est précisément le premier discours critique de la religion −, ou encore comme en ont parlé
depuis tant d’années sans qu’on les écoute vraiment, des intellectuels de renom dont je ne citerai
que Régis Debray. Le culte et la religion ne peuvent être ramenés par un raccourci paresseux et bien
commode de l’intelligence, au rite et à la pratique, à une sorte de code pratique qu’il s’agirait de faire
entrer « par la loi et la règlementation » dans le grand code de régulation républicaine. Le culte, au
cœur de la culture, est en réalité un fait civilisationnel, une dynamique profondément humaine qui
construit et enrichit les personnes, donne du sens et de la densité à l’existence, et autorise chacun
s’il le désire, à prendre sa part de responsabilité dans la société. La République, dont nous tenons
tous pour imprenables les valeurs et les fondements, est d’ailleurs à sa façon l’un des fruits lentement
mûris de cette immense conversation religieuse, philosophique et politique européenne qui s’est
engagée dès le XVIe siècle, avec le temps des Réformes et de la Renaissance puis des Lumières. Une
conversation critique, parfois consensuelle, parfois violente, mais dont l’élément religieux n’a jamais
- 155 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
été « relégué » dans un impensé démocratique (sauf peut-être, il faut bien le reconnaitre et le déplorer,
en France), une conversation qui doit se poursuivre, où les deux sœurs jumelles que sont la foi et la
raison et qui se chamaillent, sont pourtant convoquées à une habitation commune, celle de la
démocratie républicaine.
Relire ensemble notre histoire commune, donc, oser faire acte de relecture critique, permettre la
rencontre et l’étude des ressources juives, chrétiennes, musulmanes, agnostiques et athées qui
habitent nos consciences, les passer au crible de la critique de l’histoire et de la raison, pour faire en
sorte que les identités confessionnelles ou laïques, de concurrentes et agressives qu’elles peuvent
être, se vivent comme identités fraternelles. Tel est l’enjeu : l’enjeu de ce que chacun appelle de ses
vœux sans jamais s’en donner les moyens jusqu’ici et que l’on nomme l’enseignement du fait
religieux.
Il apparait aux yeux de nombreuses personnes et aux protestants en particulier, que le pays a trop
tergiversé, et du coup à cet égard, il a perdu beaucoup de temps. Mais il est possible d’avancer si une
volonté politique s’exprime et si les signaux que nous émettons ici, en particulier, sont déchiffrés :
les compétences existent, les enseignants sont prêts, les structures sont en place (faut-il rappeler les
grandes qualités de notre enseignement supérieur – université, écoles, instituts de théologie, etc. ?
Faut-il citer les initiatives déjà réalisées – EHESS, IHEMR, AGAPAN,… ?
L’une des conversions à opérer, sur ce point de l’enseignement du fait religieux est sans doute,
pour ceux qui vont entrer dans cette démarche, de concevoir les acteurs concernés
comme des partenaires et non comme des concurrents, des relais et non des obstacles,
et de possibles collaborateurs comme c’est le cas dans d’autres situations et d’autres pays.
Peut-on
imaginer de mettre en œuvre un effort conséquent, sous l’égide de l’éducation
nationale, qui travaillerait pour une « concorde discordante » selon le mot de Ricœur, c’est à
dire un projet véritablement porté par tous, faisant droit au réel débat qu’il nécessite
et aux dissensus qu’il fera immanquablement advenir, mais dans un consensus plus
large et qui le tient.
Remarques sur le document « Grande mobilisation de l’École pour les valeurs de la République »
Les
religions, et plus largement les divers aspects du « fait religieux », quelle que soit la
terminologie utilisée, sont quasiment absents du document (une seule mention des mots
« fait religieux » se trouve en p. 4). Cela interroge dans un contexte où ledit « fait religieux »
occupe de manière permanente l’espace médiatique et celui de nos réflexions ici-même, dans
un contexte où l’analphabétisme religieux et « l’oubli » de la dimension spirituelle constituent
le terreau sur lequel prospèrent bien des dérives extrémistes.
Le
concept de « laïcité » mériterait d’être mieux abordé et présenté :
s’agit-il simplement de la neutralité de l’État, qui permet à toutes les religions et opinions
d’exister, de s’organiser et de s’exprimer dans le cadre de la loi ?
s’agit-il d’une laïcité qui serait la « religion de la non religion » comme certains accents du
texte peuvent le laisser entendre ?
- 156 -
RAPPORT
Par
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
rapport aux propositions du texte :
Mettre la laïcité et la transmission des valeurs républicaines au cœur de la mobilisation
de l’École.
1. Renforcer la transmission des valeurs de la République
- Formation de 1 000 formateurs à la laïcité
Il faut saluer cet effort concret de « formation des formateurs ». Mais il en est peu dit sur les contenus :
que va-t-on enseigner dans des délais aussi courts (300 000 enseignants formés d’ici la fin de l’année) ?
Le « réseau protestant du Conseil scolaire » pourrait-il bénéficier de tels formateurs ?
- Enseignement laïque du fait religieux
La volonté de former à la laïcité les futurs enseignants est bienvenue. Mais qui va définir les contenus ?
Dans quelle mesure les représentants des religions ou les professeurs de théologie seront-ils
« partenaires », ignorés, consultés sur ce qui sera enseigné à leur sujet ? (Pour illustrer ce
questionnement, je peux évoquer ce fait que lors de la dernière « Journée académique de
l’enseignement religieux en Alsace Moselle », le Professeur de la Faculté de théologie, Mme Élisabeth
Parmentier a présenté aux autorités académiques une analyse d’un manuel de français de 6e qui
affichait la louable intention de présenter le « fait religieux » à travers des textes des grandes religions.
Son analyse faisait apparaître que seuls des textes de l’Ancien Testament, présentant un Dieu vengeur,
étaient cités. Aucun texte du Nouveau Testament ou d’une autre tradition religieuse n’était présenté
une seule sourate du Coran relative au sacrifice d’Isaac était citée, en regard du texte parallèle de la
Genèse. Aucun théologien ou exégète n’avait été consulté pour le choix des textes et les questions
du manuel à leur sujet).
- De nouvelles ressources pédagogiques
Il faut saluer la volonté de constituer de telles ressources qui sont restées bien maigres depuis le
rapport Debray.
2. Rétablir l’autorité des maîtres et les rites républicains
La formulation du titre semble largement incantatoire : il n’est en effet rien dit sur la manière dont
on va rétablir cette autorité.
- Journée de la laïcité le 9 décembre
Ne s’agit-il pas là d’une proposition dont on peut prédire sans grand risque de se tromper qu’elle va
tomber très vite dans l’oubli ? À nouveau se pose la question : quel contenu ? Va-t-on passer toute
une journée à commenter la loi de 1905 ? N’oublie-t-on pas les 3 Départements d’Alsace-Moselle et
les Territoires d’Outre-Mer où la loi de 1905 ne s’applique pas, et la signification de cette diversité
du régime cultuel en France ?
- Participation active aux commémorations patriotiques
C’est une très bonne proposition : la connaissance de l’histoire à travers des commémorations peut
constituer un excellent support pédagogique.
3. Créer un nouveau parcours éducatif de l’école élémentaire à la terminale : le parcours citoyen
La question des contenus, en particulier de l’enseignement moral et civique, est à nouveau posée
dans cette partie. Les religions, et la confession protestante, pourront-elles y apporter leur
- 157 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
contribution ? (cf. par exemple le projet éducatif – toujours perfectible – conjuguant les savoirs et
savoir-faire transmis par le corps enseignant du Gymnase à Strasbourg dans les salles de classe, avec
les savoir-être et d’autres savoir-faire transmis par les animateurs de la Croisée des Chemins dans les
lieux de vie au fil du jour, peuvent faire société, dans une dimension protestante et « humaniste » –
Et même envisager de sortir des murs pour être une proposition à la Cité).
- Développer la citoyenneté et la culture de l’engagement avec tous les partenaires de l’École
Les Églises et les associations qui leur sont liées seront-elles considérées comme des « partenaires
associatifs » potentiels, en particulier dans le cadre de la mobilisation de la « réserve citoyenne »
évoquée au point 5 ? On pourrait imaginer que des associations comme la Cimade ou l’ACAT, ou même
des institutions actives auprès des personnes handicapées ou âgées, puissent intervenir dans les
établissements scolaires pour témoigner de leur engagement en faveur des personnes « différentes ».
- Combattre les inégalités et favoriser la mixité sociale pour renforcer le sentiment d’appartenance
dans la République.
C’est certainement la meilleure partie du texte, avec les enjeux les plus décisifs.
L’insistance sur la maîtrise du français, la lutte contre le décrochage scolaire et la scolarisation des
moins de 3 ans sont des mesures à encourager.
Au-delà de ces quelques remarques, voici cinq propositions ou pistes de réflexions :
1°) Il faut encourager et développer les occasions de rencontres et les opportunités pour
établir un dialogue de toutes les familles de pensées (les autorités et les instances
concernées sont ici notamment la mairie, la préfecture, l’éducation, le sénat, l’assemblée
nationale, etc. Il s’agira de veiller à ne pas cloisonner ce dialogue en figeant à chaque fois
une sorte de « front des religions » mais à le rendre pluriel, en partage avec d’autres acteurs
de la société sur des sujets divers qui concernent l’ensemble de la société (élus, scientifiques,
entrepreneurs, médecins, magistrats, etc.). De même, les auditions à l’assemblée ou au
sénat, devraient permettre cette pratique de la diversité, évitant le « tunnel » religieux des
auditions sans qu’aucun débat ne s’instaure.
2°) L’une des institutions dont la vocation pourrait élargir ce projet d’ensemble au plan national
pourrait être le Conseil économique, social et environnemental. Sous ce terme de
« social » peut en effet se décliner sans difficulté toute la réalité cultuelle, religieuse et
citoyenne portée par les différents cultes et les familles de pensée.
3°) Dans la perspective de cette prise en compte de la dimension large et transversale du fait
religieux, et pour ne pas réduire sa gestion sous la seule rubrique de l’ordre public et de
l’application de la loi 1905 (que les protestants sont quasiment les seuls à mettre en
application), ne pourrait-on pas opérer un transfert au ministère de la justice ou plus
simplement à une responsabilité interministérielle ?
4°) Le sujet des jours fériés, pour symbolique qu’il soit, ne doit pas être tabou. Faire droit à
un peu de nouveauté, organiser une concertation, tenir compte des évolutions (présence
plus nombreuse de l’islam, moindre pratique religieuse, opportunité à saisir dans un
calendrier qui, lui non plus, ne doit pas être sacralisé mais au service des citoyens, etc.).
5°) Le rendez-vous annuel institué en 2002 entre l’Église catholique et le gouvernement a
été l’occasion d’une surprise pour les protestants d’autant plus qu’il leur a été refusé
lorsqu’ils en ont demandé un semblable. En quoi un rendez-vous avec les principaux cultes
- 158 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
(catholiques, protestants et orthodoxe, musulman, juif et bouddhiste) serait-il une entorse
à la laïcité ? N’aurions-nous pas pu évoquer sans peine et dans les délais requis des
questions vives dont la résolution ne nous a pas satisfait (toilettage de la loi 1905, projet
de loi ESS, bons CAF, immobilier, etc.) ?
Par ailleurs, et pour finir, deux questions : la mise en place sans doute bienvenue d’un DU pour la
formation à la laïcité des cadres religieux n’aurait-elle pas pu faire l’objet d’une information mieux
partagée en amont, d’une concertation voire d’une sollicitation parmi d’autres, des ressources
protestantes via la Fédération protestante de France ? Enfin, les propos du ministre de l’Intérieur
évoquant son souhait, bien compréhensible, de créer une Fondation de l’Islam « à la frontière du
cultuel et du culturel » (article dans Le Monde du 26 février), ne correspondent-ils pas exactement à
ce que la Fondation protestante de France réalise déjà depuis plus d’une dizaine d’années, et dont
il lui est parfois contesté la pratique ?
Je vous remercie de votre attention. »
- 159 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 17 mars 2015
Audition de M. Étienne Lhermenault,
Président du Conseil National
des Évangéliques de France (CNEF)
et de M. Clément Diedrichs,
Directeur du CNEF
« Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur général, Mesdames et Messieurs les membres de
l’Observatoire,
C’est avec reconnaissance et intérêt que nous participons à cette deuxième audition en qualité de
représentants du Conseil national des évangéliques de France et à un moment où, suite aux attentats
du mois de janvier dernier, la peur des religions agite la société et trouble la lucidité de bien des
acteurs du vivre ensemble qui font, en matière de laïcité, de curieuses propositions.
Avant d’entrer dans le vif du sujet, je voudrais rappeler le dynamisme du protestantisme évangélique
qui est passé, en métropole, de 769 lieux de culte en 1970 à 2 184 en 2014. Selon les dernières
statistiques (décembre 2014), la croissance se poursuit au rythme d’une nouvelle Église évangélique
ouverte tous les dix jours dans l’Hexagone. En termes d’audience, un sondage IFOP de 2010 montre
que 500 000 personnes se disent évangéliques en métropole et 100 000 dans les DOM-TOM.
1. L’attachement des évangéliques à la laïcité
Issues de branches du protestantisme qui plongent leurs racines les plus anciennes dans les
évolutions religieuses des 16e et 17e siècles, les Églises évangéliques ont toujours été fortement
préoccupées par les questions de liberté de conscience et d’expression. Il faut dire que, bien avant
la naissance de nos démocraties, les anabaptistes mennonites puis les baptistes ont défendu l’idée
que la foi des sujets d’un royaume ne devrait pas dépendre de celle du souverain. Et c’est l’un d’eux,
le pasteur Roger Williams, qui, au milieu du 17e siècle, a jeté les bases d’un État laïque dans les
colonies d’Amérique171.
Ainsi, contrairement aux idées reçues, la liberté de conscience et d’expression et la séparation des
Églises et de l’État trouvent leur origine non hors de la religion mais en son sein. Et il convient de
préciser au sein d’une branche du christianisme qui s’est toujours fait remarquer par son militantisme.
Comme l’écrit Jean Baubérot, « Williams pouvait accueillir dans le Rhode Island des quakers
pourchassés, cela ne l’empêchait pas de polémiquer doctrinalement avec eux172 ».
171 Lire Marc Boss (éd.), Roger Williams, genèse religieuse de l’État laïque, Genève, Labor et Fides, 2013, 201 p.
172 Marc Boss, op. cit., p. 7.
- 160 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
D’avoir eu raison avant l’heure a valu aux protestants évangéliques bien des difficultés. Jusqu’au
19e siècle en France, ils ont connu l’opprobre et la persécution comme le décrit si bien l’historien JeanYves Carluer dans le livre que le CNEF vient de consacrer à la liberté d’expression173. Cela n’a fait
qu’aiguiser leur intérêt pour la liberté de conscience et d’expression. Et il faut bien entendre la liberté
de tous et non pas seulement la leur. Ainsi que leur intérêt pour la séparation des Églises et de l’État
qui a trop tardé à voir le jour dans l’histoire française et qui est aujourd’hui menacée par des
compréhensions faussées qu’ils perçoivent comme antireligieuses.
Je signale en passant que, dans le droit fil de l’histoire que je viens d’évoquer, le Conseil national des
évangéliques de France a décidé de mener campagne sur le thème de la liberté d’expression sous le
libellé « Libre de le dire ». Et publie depuis juin 2014 une lettre trimestrielle ainsi que des livrets sur
le sujet.
2. La laïcité comme cadre
Si vous me permettez de paraphraser Churchill, la laïcité est comme la démocratie, le pire des régimes
à l’exception de tous les autres ! Une autre façon de dire que nous n’avons pas avec la laïcité une
solution miracle qui permettrait de résoudre tous les problèmes, mais un cadre raisonnable qui
permet de gérer dans l’espace public des aspirations parfois contradictoires entre l’État et son devoir
de neutralité, les adeptes des religions et ceux qui s’y opposent qui veulent faire entendre leur voix,
et la grande majorité, généralement silencieuse, qui ne professe aucune religion et veut qu’on la
laisse en paix. À ce titre, nous apprécions l’analyse que fait l’Observatoire174 en rappelant que la
laïcité française est :
une liberté, celle de croire et de ne pas croire, et que la neutralité en matière
d’expression des convictions s’impose aux agents de l’État et non aux gens de la rue ;
d’abord
la séparation des Églises et de l’État (il faudrait aujourd’hui dire des religions et de
l’État) au sens où l’État ne peut interférer dans l’organisation des religions si ce n’est pour
maintenir l’ordre public, ni les religions imposer à l’État leurs conceptions ;
ensuite
une identité qui permet aux citoyens de la République de se reconnaître, malgré la
diversité de leurs origines et de leurs croyances, donc de se rassembler et d’être égaux en
droits et en devoirs dans la République.
enfin
Je viendrai plus tard à l’une ou l’autre interrogation que peut susciter telle façon de parler ou telle
déclaration, mais à ce stade je voudrais souligner combien le Conseil national des évangéliques se
sent en phase avec le positionnement général de l’Observatoire, y compris quand ce dernier estime
qu’il n’est pas opportun d’inscrire dans la loi de nouveaux interdits en jugeant que l’arsenal juridique
est déjà suffisant. C’est ainsi que le CNEF a accueilli avec une grande satisfaction le communiqué de
l’Observatoire sur la proposition de loi n°61 « visant a étendre l’obligation de neutralité a certaines
personnes ou structures privées accueillant des mineurs ».
3. De quelques préoccupations
Nous voudrions enfin vous faire part de quelques préoccupations en matière de laïcité et de liberté
d’expression.
173 Libre de le dire. Fondements et enjeux de la liberté de conscience et d’expression en France, Marpent, BLF éditions, 157 p.
174 Jean-Louis Bianco: « La laïcité est un trésor à défendre », Centre presse, 14/03/15, http://www.centre-presse.fr/article-375053-jean-
louis-bianco-la-laicite-est-un-tresor-a-defendre.html, consulté le 16 mars 2015.
- 161 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La première a trait au vocabulaire fréquemment utilisé qui tend à faire de la laïcité une valeur, quand
ce n’est pas l’une des valeurs ultimes de la République. Faudrait-il alors que le fronton de nos mairies
et de nos écoles comporte un quatrième terme ? Il y a là à notre sens un glissement qui indique que
la laïcité n’est plus simplement un cadre qui organise le pluralisme des convictions religieuses, mais
une croyance en soi qui s’impose à toutes les autres, prétend repousser dans la sphère privée et
entre les murs des édifices religieux l’expression des convictions religieuses et juge a priori toute
expression publique de foi au mieux comme nuisible, au pire comme dangereuse. C’est ainsi qu’au
tout dernier dîner du CRIF un conseiller régional Île-de-France a dit aux représentants du CNEF :
« nous sommes un certain nombre à penser que si la pratique des religions était confinée au domicile
et aux lieux de culte, la France irait mieux... ». Le propos est préoccupant à plusieurs titres. Il fait
d’abord peu de cas du droit positif en matière de laïcité qui garantit à tous de façon égale, sous
réserve de respect de l’ordre public, liberté religieuse et liberté d’expression. Il est ensuite le reflet
assez fidèle de toute une veine de propos tenus par des personnes influentes, qu’ils s’agissent de
journalistes, d’élus ou de fonctionnaires. C’est ainsi qu’apparaissent ici et là des projets de loi ou des
initiatives privées visant à imposer une stricte neutralité sur le plan de l’expression religieuse dans les
centres de vacances, dans les entreprises privées pour ne citer qu’eux. Enfin, et c’est le plus grave,
cela aboutit dans certaines circonstances à une forme de restriction, voire de répression illégale à
l’endroit des associations cultuelles : refus de locaux communaux sur motif de laïcité pour association
cultuelle ou culturelle confessionnelle, contentieux à Codognan en 2012 sur le prêt d’un terrain à
l’Église méthodiste par la municipalité pour l’organisation d’un festival musical au motif de la laïcité,
refus que se tienne un « Forum Veritas175 » dans l’université de Grenoble en février 2015, intervention
de la police lors de distributions d’invitations par les Groupes Bibliques Universitaires aux abords de
la Cité Internationale à Paris ou de distribution de Nouveau Testament par les Gédéons à Paris sur la
voie publique à distance réglementaire des établissements scolaires.
La deuxième préoccupation tient au manque d’équité dans la façon dont l’État ou les collectivités
territoriales traitent les différents cultes. C’est ainsi que nous déplorons que les protestants
évangéliques doivent se battre, parfois sans succès, pour être reçu au plus haut niveau de l’État
tandis que d’autres cultes sont reçus et consultés régulièrement. À notre grand étonnement, un
fonctionnaire nous a recommandé de rejoindre un organisme d’initiative privée qui s’intitule la CRCF
(Conférence des responsables des cultes en France) pour avoir plus de chance d’être entendu. Estce à dire que les cultes doivent passer sous les fourches caudines d’un organisme religieux
centralisateur dont les membres se cooptent pour avoir l’oreille des pouvoirs publics ? N’est-ce pas
déjà s’immiscer dans le fonctionnement des cultes que de leur dire avec qui ils doivent être en relation
pour être acceptés par les autorités ? De même, comment comprendre que nos Églises évangéliques
rencontrent régulièrement des difficultés – quand elles n’essuient pas des refus – de la part des
municipalités quand elles veulent implanter un lieu de culte alors qu’elles financent intégralement
l’achat du terrain et la construction de l’édifice cultuel ? Cela les surprend d’autant plus que d’autres
cultes dans les mêmes lieux et dans des configurations similaires bénéficient de baux emphytéotiques
et parfois de subventions.
La troisième préoccupation tient au fait que toute la réflexion sur la laïcité et sur la liberté
d’expression tourne actuellement autour de l’Islam et semble faire peu de cas des autres cultes. À
ce titre, nous sommes tout à fait préoccupés, pour ne pas dire choqués, par la proposition de création
d’instituts privés de théologie musulmane de la part de l’Observatoire. Même si les précisions
apportées ensuite ont été de nature à nous rassurer un peu (pas de financement de l’État, formation
à la laïcité et au droit des cultes), il nous semble que le terrain est glissant. Attention à ne pas
175 Organisé par les Groupes Bibliques Universitaires, le Forum Veritas met en relation plusieurs éclairages sur une question pour tenter
d’aller au-delà de la spécialisation académique et arriver à une réelle compréhension globale du monde. L’objectif est que chaque
étudiant puisse se forger une opinion personnelle fondée en recherchant la cohérence de ses positions.
- 162 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
promouvoir une religion d’État dans le souci d’échapper à l’influence, certes préoccupantes, que
d’autres États exercent sur une partie des musulmans français. Cette proposition fait par ailleurs
apparaître un curieux paradoxe : au moment où les instances gouvernementales se préoccupent de
promouvoir un Islam mieux intégré, l’État pousse indirectement nos institutions privées de théologie
évangélique à chercher une reconnaissance de leur diplôme à l’étranger. En effet, dans un souci
louable de faire valoir le monopole de l’État sur les grades universitaires, le ministère de
l’enseignement supérieur est en train de mettre fin à une tolérance de presque 150 ans à l’endroit de
nos Facultés de théologie ! C’est ainsi que la Faculté Jean Calvin d’Aix-en-Provence s’est vu interdire
par le rectorat l’utilisation des grades de licence, master et doctorat en théologie. Nul ne peut
remettre en cause le bien-fondé d’un rappel à la loi et nous ne le faisons pas, mais nul dirigeant de
l’État ne devrait ignorer les effets pervers d’une remise en cause de cet ordre. Le protestantisme
évangélique a patiemment bâti une formation théologique de niveau universitaire, à Aix-en Provence
depuis 1974 et à Vaux-sur-Seine depuis 1965, avec le souci d’une adaptation au contexte français pour
que les ministres du culte soient à la fois efficaces dans leur travail et intégrés dans leur
environnement. L’interdiction qui leur est faite d’utiliser les grades universitaires (alors même qu’il
s’agit de diplômes de théologie qui n’entrent par définition pas en concurrence avec les diplômes
délivrés par un État laïque) risque de pousser nos établissements à trouver des accords avec des
universités étrangères (pays de Galles, Afrique du Sud...) dont certaines sont peu regardantes sur la
qualité de la formation dispensée, et d’éloigner le théologie évangélique du contexte français si
particulier en matière de compréhension de la laïcité.
La dernière préoccupation, au moins pour cette audition, tient à ce qu’ont mis en lumière les
attentats de janvier dernier. Nous faisons face, en tant que société, dans de nombreux quartiers à un
tel manque de sens, à un tel vide spirituel qu’une partie significative de notre jeunesse est prête à
croire n’importe quoi pour sortir de ce néant. La conviction qui nous habite, c’est que ces jeunes et
ces quartiers sont des proies faciles non pas parce qu’il y a un excès de religion au singulier, mais un
manque de religions au pluriel. Si au lieu de s’évertuer à aseptiser la sphère publique de toute
croyance et expression religieuse, l’État et les collectivités s’appuyaient sur les communautés
religieuses, mais aussi philosophiques et politiques, pour arpenter ses quartiers, les animer et les
apaiser, il y a fort à parier que les prédicateurs du djihad susciteraient moins de vocation. Car dans
ces zones de non droit, ce sont souvent les croyants et leurs communautés qui créent du lien social.
Puisque l’État ne saurait choisir une religion, qu’il les encourage toutes également et la cohabitation
créera une saine émulation (Sébastien Fath parle à cet égard de conflictualités créatives ou encore
de laïcité Roquefort versus laïcité fromage blanc 0%). Pour notre part, nous encourageons nos Églises
à se préoccuper des quartiers sensibles et à apporter une aide concrète aux populations en difficultés,
par amour et non par souci prosélyte, faut-il le préciser ? Nous ne faisons rien d’autre que de marcher
sur les traces de ceux qui, dans le protestantisme évangélique, ont gagné leurs galons d’honorabilité
en faisant la guerre à la misère. Je veux parler de l’Armée du salut suivie aujourd’hui par une multitude
d’œuvres diaconales qui font du suivi scolaire, distribuent des colis alimentaires, font de l’animation
pour les enfants bien souvent livrés à eux-mêmes le mercredi… Et bien souvent les pasteurs des
communautés actives dans ces quartiers participent, quand ils ne lancent pas, des rencontres entre
responsables des diverses communautés religieuses pour créer un climat favorable au dialogue, à un
dialogue exigeant mais paisible. C’est leur façon de contribuer sur le terrain à la paix sociale et à la
construction d’une société laïque.
- 163 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 3 mars 2015
Audition de M. Haïm Korsia,
Grand-rabbin de France
« Monsieur le Président, je voudrais tout d’abord vous remercier de m’accueillir.
C’est grâce à la laïcité que nous pouvons librement nous exprimer et partager nos convictions en
France. Ce trésor que nous possédons, beaucoup de pays ne le comprennent pas. Certains pays
anglo-saxons traduisent ce mot par « secularism » mais cela ne recouvre pas correctement notre
notion de laïcité.
Selon nous, la laïcité ne doit pas être modifiée. Car elle pose le principe selon lequel l’État est neutre
et n’impose à personne d’avoir telle ou telle religion, chacun étant libre d’exercer son culte et de
l’exprimer. Le Royaume-Uni est une grande démocratie, mais pour autant, la reine (ou le monarque)
doit avoir une certaine religion, ce qui est aussi le cas dans la principauté de Monaco par exemple.
Ne touchons surtout pas à la loi de 1905. Elle est un pilier de notre capacité à faire vivre ensemble
des personnes ayant des convictions différentes, mais une même volonté de vivre et de construire
ensemble.
La laïcité elle-même est d’essence biblique. En 496, Clovis se fait baptiser, mais il a le génie de ne pas
faire venir le Pape, car selon lui l’onction est reçue de l’esprit saint et n’a pas besoin de représentant
terrestre. Dans la Bible il est dit que « Celui qui habite en dehors de la terre sainte, s’assemble et ressemble à
celui qui n’a pas de Dieu », ce qui signifie qu’il doit partager quelque chose avec ceux qui ne croient pas.
La laïcité est, depuis Clovis, puis depuis 1791 (et l’accord de la citoyenneté aux individus de
confession juive), dans les racines profondes de ce qu’est la France.
Le judaïsme a toujours été un fervent défenseur de la laïcité et la devise du Consistoire est « Religion
et Patrie ». De plus, il existe une prière à la Patrie prononcée chaque samedi dans les synagogues :
« Regarde avec bienveillance depuis ta demeure sainte, notre pays, la République française et bénis le peuple français.
Que la France vive heureuse et prospère. Qu’elle soit forte et grande par l’union et la concorde. » L’union ne peut
se faire que par la laïcité, il n’y a pas des Français qui seraient plus Français que d’autres.
J’ai souhaité que soit rajoutée il y a quelques années, une pensée toute particulière pour nos soldats :
« Que l’Éternel accorde sa protection et sa bénédiction pour nos soldats qui s’engagent partout dans le monde pour
défendre la France et ses valeurs. Les forces morales, le courage et la ténacité qui les animent sont notre honneur. »
On ne peut pas dire « il faut être juif à la maison et Français dans la rue » parce que nous sommes à
chaque instant Français.
Mais ne voir qu’une seule des identités de chacun est une forme de racisme. La laïcité, c’est le partage ;
ne pas rester enfermer dans sa communauté mais aller à la rencontre de l’autre.
En 2005, nous avions célébré le centenaire de la loi portant séparation des Églises et de l’État (le
débat était beaucoup plus serein qu’aujourd’hui).
Entretemps, il y a eu les conséquences de la loi sur les signes religieux à l’école votée en 2004. En
fonction des rectorats, les décisions divergeaient, et il fallait donc trancher. Ce qu’a fait la loi.
Cependant, était-ce vraiment parce que le voile ’ne serait pas conforme à la laïcité’ qu’il fallait
l’interdire à l’école ? Si la réponse est affirmative, alors cela supposerait de l’interdire partout. Or, ici
- 164 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
le problème était qu’il était contraire à la neutralité souhaitée de l’école, et non à la laïcité. J’avais
défendu cette position devant la Commission Stasi, mais elle n’a pas été retenue.
Les règles de la laïcité doivent être simplement réaffirmées. La laïcité est un principe du vivreensemble et non un principe anti-religieux.
Aujourd’hui, nous assistons à une forme de radicalisation de la laïcité qui est inquiétante. Par exemple,
on peut s’étonner que, dans votre instance, il n’y ait pas de représentants des cultes.
En France, le problème c’est qu’il n’y a de dialogues avec les religions que lorsqu’il y a des
problèmes...
J’avais fait la même proposition visant à introduire des représentants du culte au sein du Conseil
Économique Social et Environnemental (CESE). Ainsi, les religions pourraient apporter non pas leur
dogme et leur croyance, mais leur connaissance de l’Homme et de ses tourments. Si je puis dire,
elles ont finalement plusieurs milliers d’années d’expérience.
Quand le secours catholique, juif, musulman ou protestant aide un pauvre, il n’aide pas un catholique,
un juif, un musulman ou un protestant, il aide un citoyen sans distinction. Si l’État voulait reprendre
la gestion de toutes les bonnes œuvres, il n’y arriverait évidemment pas. L’État le sait tellement bien,
qu’il accepte que les donateurs puissent bénéficier de fiscalisation.
Lorsqu’au sein du Comité Consultatif National d’Éthique, le pasteur et le rabbin n’ont pas été
remplacés par des représentants des religions, tout le monde a désapprouvé. Or, le catholicisme était
maintenant représenté par un laïc, et cela n’avait jamais choqué personne que l’islam soit représenté
non pas par un imam mais par un médecin musulman. Je ne suis pas pour le fait qu’il y ait des
représentants des cultes partout, mais il faudrait qu’ils puissent au moins apporter leurs expertises.
Pour le débat sur la fin de vie par exemple, nous avons tout de même des expériences qui peuvent
être utiles au débat.
La laïcité a pu poser quelques questions concernant l’abattage rituel, question qui est souvent
« habillée » par la défense du bien-être animal.
Mais je tiens à vous rappeler que la laïcité est aussi le fait de ne pas pouvoir dire « vous devez être comme
nous ». Car la laïcité, c’est l’absence de norme dictant ce qu’est être Français. Cependant, nous avons
toujours pu compter sur les différents ministères de l’Agriculture qui ont toujours permis au
Consistoire de gérer cette question de façon cohérente.
Nous avons récemment fait l’objet d’attaques au sujet de la circoncision : elles se fondent sur une
pratique illégale de la médecine, qui est absurde, et une comparaison à l’excision qui est tout aussi
absurde.
Nous avons aussi des difficultés concernant les examens, mais nous avons là aussi un bon dialogue
avec le ministère de l’éducation nationale et de l’Enseignement supérieur. À l’époque, nous pouvions
nous arranger avec des « accommodements raisonnables » , par exemple lorsqu’il s’agissait d’un oral,
nous pouvions toujours le déplacer en s’arrangeant avec le Professeur.
J’ai été il y a quelques années sollicitée quant au cas tragique d’une jeune femme qui passait
l’agrégation de Sciences de la Vie et de la Terre. Elle avait brillamment réussi les écrits, elle accède
donc aux quatre oraux, Cependant, un des oraux étant placé le samedi, elle prend la décision de ne
pas y aller. Malgré ce zéro, elle reste largement au-dessus de la note nécessaire, mais elle a été
déclarée défaillante et n’a donc pas pu être admise, alors que certains étudiants ayant une moyenne
inférieure à la sienne ont été admis. J’ai du mal à concevoir que l’on puisse utiliser la laïcité pour
demander à un citoyen de choisir entre sa foi et sa citoyenneté…
Nos écoles juives sont profondément républicaines. De plus, nous organisons différentes
interventions au sein des écoles avec des prêtres, des imams, des pasteurs qui interviennent dans ces
établissements pour se présenter et favoriser le dialogue et la compréhension de l’autre.
- 165 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Nous rencontrons également parfois des problèmes, tenant à la rigueur de certains maires, dans la
gestion des cimetières. Ainsi, la plupart des maires acceptent aujourd’hui les carrés confessionnels
et cela fonctionne bien. Mais il arrive que lorsqu’un juif décède, qu’il n’y ait pas de carrés juifs dans
la commune exacte de son décès ou dans celle de rattachement. En revanche, dans la commune
voisine qui est plus grande, bien qu’il existe un carré juif, le maire peut refuser de l’accueillir arguant
du fait qu’il n’était pas contribuable de la commune ou qu’il n’est pas décédé dans celle-ci et donc
qu’il doit se faire inhumer dans sa propre commune. Ici, il n’est guère question de laïcité, ce sont des
règles de bon sens ! La laïcité doit être intelligente et rassembleuse.
La France s’est construite avec des Français extrêmement divers, et ce depuis toujours. L’expression
« Français de souche » n’a aucun sens. Les questions qui se posent aujourd’hui peuvent toutes se régler
grâce à la bonne volonté de nos interlocuteurs. C’est impensable qu’on ait fait voter une loi sur le
niqab car cela ne correspond absolument pas à une demande religieuse. Cela n’a pas de rapport.
La loi juive impose d’enterrer quelqu’un en pleine terre. En France, pour des questions sanitaires,
l’enterrement ne peut se faire uniquement dans un cercueil. Bien qu’étant rabbin, j’ai donc été habitué
en tant que Français à des enterrements avec un cercueil. Lorsqu’un de mes proches est décédé
dernièrement, je me suis rendu à ses obsèques en Israël où il a été enterré en pleine terre, dans un
linceul. Je dois avouer que la vue du corps que l’on met en terre m’a profondément heurté. Ainsi,
finalement mon conditionnement français s’est imposé et a déterminé mon ressenti.
Le ministère de l’Enseignement supérieur édite un calendrier des fêtes religieuses, ce qui est une
intention louable « pour que chacune et chacun ait la possibilité de bénéficier de jours de congés durant les fêtes ».
Mais est-ce bien laïque de choisir certains jours de fêtes ? De plus, une autre difficulté se pose, à
savoir, ce calendrier s’applique-t-il uniquement aux enseignants ? À mon sens, nous avons en France
assez de jours de congés, de pont, et autres possibilités, pour pouvoir prendre une journée si
nécessaire.
- 166 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 10 mars 2015
Audition de Mme Marie-Stella Boussemart,
Présidente de l’Union Bouddhiste de France
« Je vous remercie de m’avoir invitée à échanger avec vous. Même si j’avoue ne pas me sentir
compétente pour poser le moindre diagnostic suite aux évènements de janvier dernier. Étant la
représentante de l’Union Bouddhiste de France, je peux seulement vous exprimer la façon dont les
bouddhistes ont perçu ces évènements. Mais pour poser un diagnostic, nous n’avons pas les
éléments nécessaires nous permettant d’avoir une vision d’ensemble. En effet, les informations qui
nous remontent proviennent des médias et sont donc, à mon sens, biaisées et partielles.
De plus, en tant qu’Union Bouddhiste de France, nous voulons rester strictement dans notre rôle. Si,
en tant que citoyenne, je pourrais avoir un avis sur un certain nombre de points, en tant que
représentante de l’Union Bouddhiste, il est important de marquer une frontière. Nous pouvons et
devons apporter notre contribution, mais il n’est pas dans notre rôle de mettre en œuvre certaines
politiques ou propositions.
En tant que Français et bouddhistes, le cadre offert par la laïcité nous semble propice.
Nous avons dans notre communauté beaucoup de bouddhistes d’origine asiatique, venus en France
pour des raisons politiques, pour fuir des persécutions religieuses notamment. Il est donc évident que
ce cadre républicain est ressenti comme accueillant et bienveillant.
Les Français de naissance devenus bouddhistes par choix, et non simplement par naissance, ont la
même opinion vis à vis de la laïcité. La liberté de conscience, de religion, et la liberté de changer de
religion, et plus généralement d’opinion, sont des droits intangibles, dont nous usons (ou abusons,
selon certains).
Même si nous nous sentons très à l’aise dans le cadre de la laïcité française, nous voyons certaines
évolutions avec inquiétude.
Nous constatons un raidissement général de la part de la société et donc un risque très élevé de
limitation des libertés individuelles. Les libertés étant entre les mains de personnes imparfaites, il
faut bien sûr qu’elles soient encadrées par un cadre neutre, la loi.
Pour reprendre l’exemple de la liberté d’expression dont on a beaucoup parlé, celle-ci inclut la liberté
de critique vis à vis des systèmes de pensée, et donc des religions. Mais la difficulté, c’est que les
religions n’existent pas en tant que telles, isolément. Il n’y a que des personnes qui ont certaines
convictions, lesquelles constituent une religion.
Dès lors que la liberté d’expression ressemble à une liberté d’insulte, s’il n’y a pas de cadre législatif
clair, cela risque d’entraîner des comportements dangereux. Autant la liberté de conscience ne pose
pas ce problème, autant la liberté de critique est une question délicate du fait des implications et des
réactions éventuelles qu’elle peut susciter. La liberté d’expression doit être bilatérale et s’inscrire
dans un dialogue, afin que les personnes se sentant offensées puissent au moins avoir un espace pour
exprimer leur sentiment. Cependant, une des principales difficultés, c’est que les mots n’ont pas le
même sens pour tout le monde.
- 167 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Pour prendre l’exemple de la récente initiative de Reporters sans frontière, quand je leur ai écrit dans un
courriel que j’étais inconditionnellement pour la liberté d’expression, ils ont compris que j’étais
inconditionnellement favorable à leur texte et à leur démarche, alors que je ne le suis pas.
Ils ont certes le droit d’interpeler les représentants du culte, mais à mon sens nous n’avons pas
attendu que l’Ong Reporters sans frontière vienne nous enjoindre de respecter et transmettre certaines
valeurs pour ce faire. Parce que je suis très attachée à la liberté d’expression, concernant la façon de
faire, il y a des points avec lesquels je ne puis être d’accord. Ainsi, j’ai modérément apprécié l’annonce
préalable qu’il s’agirait d’un moyen de « faire pression » en établissant et rendant publique une « liste
noire » des personnes n’ayant pas signé. Comme il vaut mieux le prendre avec humour, je dirai que
cela illustre que la liberté ne peut pas ni ne doit être unilatérale.
Le sens de l’humour est bien sûr difficile à manier, certains trouvant drôles ce que d’autres trouverons
de mauvais goût.
Prenons l’exemple du film « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? » : en France, ce film a été très bien reçu
par le public, mais aux États-Unis il a été jugé raciste et n’a pas été distribué.
Il en est de même avec le dessin, qui n’est pas « universel » car il n’est pas aussi explicite qu’on le dit
parfois. Un dessin représente des personnes ou des situations en faisant référence à certains codes,
étroitement liés à une époque, une culture, une génération, un groupe particulier. Si nous n’avons pas
ses codes, nous ne pouvons pas en rire. Lorsque je vois certaines publicités à la télévision, je dois
faire appel à mes petits-neveux pour en décrypter le sens.
En tant que Française bouddhiste, j’ai quelques pistes d’évolution. À mon sens, l’apprentissage de la
langue française est fondamental. Notre grammaire, qui est assez rigide, comporte cependant des
procédés qui permettent d’introduire et marquer des nuances ; il importerait de les transmettre aux
nouvelles générations, pour éviter un mode de pensée parfois trop « binaire ». Veillons à l’appauvrissement
du vocabulaire, source potentielle d’un appauvrissement de la pensée. Sans bouleverser les programmes
scolaires, un apprentissage plus poussé de la langue permettrait d’aiguiser l’esprit critique.
Entre les réseaux sociaux et les médias qui nous inondent d’informations, le seul instrument de tri
reste l’esprit critique. Le Bouddha disait qu’il ne fallait pas croire quelque chose pour l’unique raison
qu’il l’avait dit, mais qu’il fallait toujours réfléchir, prendre conscience des choses afin de faire ses
propres choix, même s’ils étaient différents que ceux qu’il avait énoncés. L’esprit critique est
primordial, mais pour cela il faut avoir les outils, comme la langue, le vocabulaire et un certain
entraînement.
Je ne sais pas s’il serait opportun d’instaurer des cours sur les religions. Il me semble qu’il faudrait
en préalable s’assurer de l’accord des parents et des enseignants. Il faudrait aussi et surtout que les
enseignants soient correctement formés à cet exercice délicat, et disposent d’ouvrages et matériaux
de qualité comme support. Donc, pourquoi pas dans l’avenir, mais après avoir pris le temps de tout
bien préparer. Je serais plus encline à un cours « de pensée ». Cela permettrait d’inclure la pensée
religieuse, mais aussi les pensées politiques, philosophiques et autres. Pour maintenir les équilibres.
Dans la même veine, je serais résolument favorable à ne pas attendre la terminale pour initier les
élèves à la démarche philosophique !
- 168 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 5 mai 2015
Contribution de M. Emmanuel Adamakis,
Président de l’Assemblée des évêques
orthodoxes de France
Monsieur le Président,
Monsieur le Rapporteur,
Un an après mon audition devant l’Observatoire de la laïcité, j’ai l’honneur de vous faire parvenir
cette contribution au nom de l’Assemblée des Évêques Orthodoxes de France. Avec l’ensemble de
la population française, les orthodoxes de l’Hexagone ont été profondément troublés par les attentats
survenus à Paris, les 7, 8 et 9 janvier 2015. Ils continuent, au gré d’une actualité nationale et
internationale riche en événements tragiques, à sentir le poids du désenchantement du monde, du
délitement du lien social et du renfermement communautaire qui touchent les groupes les plus
exposés.
Nonobstant un diagnostic du vivre ensemble très contrasté, je suis convaincu que le principe de
Laïcité que le Président de la République, Monsieur François Hollande définit lui-même comme
« principe de liberté et de cohésion », est susceptible de faire émerger la cohésion nécessaire pour que la
France puisse faire corps, à la manière de la marche citoyenne qui répondit aux attentats. La Laïcité
peut-elle agir sur le sentiment global d’insécurité dans lequel nous vivons ? J’ose croire que oui.
D’ailleurs, l’engagement des différents responsables de culte en France, dans le cadre de la
Conférence des responsables de culte en France, ont toujours tenu à faire front ensemble contre le
terrorisme qui se pare des attributs de la religion. Ce terrorisme puisant dans les sources d’un
fondamentalisme mondialisé est certainement l’ultime étape de la sécularisation de la religion ellemême. Nous rappelions dans une déclaration commune, du 8 janvier 2015 que : « Nous sommes
unanimes dans la défense des valeurs de la République, liberté, égalité, fraternité, et en particulier,
la défense de la liberté d’expression. Nous nous engageons à poursuivre cet élan de partage, de
dialogue et de fraternité. » Le fait religieux est constitutif d’un processus de délimitation, pour ne
pas dire de séparation, que la loi de 1905 reprend à sa manière. D’ailleurs tous les débats qui
entourent aujourd’hui la place du religieux dans la société française sont liés à l’évolution de ces
limites entre la sphère publique et privée.
Aussi, avons-nous été particulièrement attentifs à l’Avis de l’Observatoire de la laïcité sur la promotion de la
laïcité et du vivre ensemble, remis au Président de la République, en date du 14 janvier 2015. Nous avons
notamment apprécié la place laissée à l’enseignement dans cet avis. En effet, les orthodoxes
soutiennent que le vivre ensemble est une question d’apprentissage. La transmission de la
connaissance est indispensable à la reconnaissance de l’Autre. La définition claire de la laïcité, dans
le contexte éducatif, est centrale pour désamorcer les mécompréhensions dont elle est sujette, tant
au niveau national qu’international.
Il me revient alors de rappeler que les Français appartenant à l’Église orthodoxe sont attachés au
précieux principe de laïcité. L’histoire de l’orthodoxie au XXe siècle a en effet été marquée, dans ses
territoires traditionnels, par de nombreuses vagues de persécution qu’ont promues des régimes
totalitaires agissant au nom de l’athéisme militant, mais aussi du fanatisme théocratique. Au gré des
- 169 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
mouvements de population qui en ont résulté, les orthodoxes ont trouvé en France mieux qu’un lieu
d’exil. Par l’accès à la liberté de conscience et à la liberté de culte dont elle leur a garanti la jouissance,
par l’octroi d’une pleine citoyenneté qu’elle leur a donné ou redonné d’exercer, la patrie des droits
de l’homme est devenue leur patrie. Portés par ce mouvement d’émancipation, ils se sont ainsi
affranchis des pressions étatiques, des enfermements communautaires, des pesanteurs sociologiques
pour revenir à l’essence de leur foi. Assurés du caractère ouvert et égalitaire de ce pluralisme concret,
ils sont allés à la rencontre des autres à travers le dialogue savant, oecuménique, interreligieux, mais
aussi en entrant dans une relation de plain-pied avec l’humanisme, la modernité et la sécularisation.
Une double cohésion en est ressortie : d’abord, celle des orthodoxes entre eux qui ont dépassé de
la sorte leurs clivages linguistiques ou ethniques pour affirmer leur unité dans l’appartenance
commune à un même pays, une même langue, un même devenir ; ensuite, celle des orthodoxes avec
l’ensemble de leurs compatriotes dans le partage des mêmes valeurs, de la même culture, de la même
conception du politique, au sens premier des lois régissant la vie de la Cité. Le meilleur signe de cette
intégration est certainement la contribution des écrivains, des artistes, des scientifiques, d’origine,
de confession ou de sensibilité orthodoxe au patrimoine et au rayonnement de la France. Dans le
même temps, l’expérience, quasiment de laboratoire, qu’a connue l’Église orthodoxe en France n’a
pas manqué de revêtir une force d’exemple pour le reste de l’orthodoxie dans le monde. Cet
enrichissement réciproque peut, sans exagération, être considéré comme un fruit de la laïcité, ce
principe inaliénable qui est inscrit dans le premier article de notre Constitution.
La laïcité n’est pas qu’un principe, mais il s’agit surtout d’une expérience du vivre ensemble que les
fondamentalismes de tout ordre entendent remettre en question. Dans son rapport au Président de
la République, en date du 15 avril 2015, sur Nation française, un héritage partagé, le Président du Sénat,
Monsieur Gérard Larcher déclare : « Je tiens à le souligner, mon propos sera ici de voir dans quelle
mesure les cultes – tous les cultes – peuvent participer efficacement, en leur sein, à la lutte contre
les fondamentalismes et soutenir explicitement les valeurs de la République française. » Très
certainement, le fondamentalisme est-il un phénomène qui traverse tous les courants religieux, voire
certaines fermentations idéologiques, posant comme base axiomatique la non-possibilité des
religions, et plus largement des personnes, à coexister. Or l’inspiration métaphysique des religions
n’est pas qu’une posture sociologique. Le message de l’Évangile, sur lequel se fonde l’Église
orthodoxe, dans une logique de transmission, considère le dynamisme de la foi à l’aune de sa capacité
à produire du lien, non seulement à l’intérieur de sa propre communauté, mais aussi avec l’ensemble
de l’environnement socio-politique dans lequel les orthodoxes se trouvent. Ce lien, nous ne cessons
de lui chercher un sens, une densité. Que nous l’appelions « communion » ou « fraternité », il renvoie
à l’intuition fondatrice du christianisme que l’on peut vivre pleinement intégrés dans la société et se
satisfaisant du fait que leurs institutions, en se structurant selon les modèles requis, ont acquis le
statut d’interlocuteurs pour les pouvoirs publics et que les dispositions réglementaires générales
encadrant les cultes leur ait été étendues. C’est aussi la raison pour laquelle les orthodoxes en France,
qu’ils soient Français ou étrangers, se lèvent contre les formes diverses du communautarisme. Ils
entendent se situer moralement dans l’espace public tel que le définisse la Constitution et les lois
de la République, tout en participant activement aux différents débats et autres réflexions qui
traversent la société française. La présente contribution participe activement à la volonté des
orthodoxes d’y participer. C’est d’ailleurs avec toujours beaucoup d’enthousiasme que nous
acceptons d’être auditionnés par les différentes commissions publiques.
Au cours de notre précédente audition, je m’interrogeais ainsi : Les fossés qui séparent les hommes
n’ont-ils pas tendance à se creuser sous le poids d’une crise qui n’est pas moins morale
qu’économique ? Une attitude de pure prudence peut-elle suffire face à l’urgence ? Comment
accorder une place aux religions dans le débat public tout en respectant la séparation des pouvoirs
ainsi que l’impératif d’écarter les arguments d’autorité qui en est la condition ? Ces questions sont
encore d’actualité. Elles le sont d’autant plus que les événements tragiques du début de l’année,
échos d’une situation géopolitique qui se détériore au Proche-Orient, ont renforcé l’idée de choc
- 170 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
des religions. Le suffixe « phobie » devient alors le fer de lance de revendications antinomiques, bien
que juxtaposées, ne permettant plus d’appréhender sereinement la circulation des idées et des
expériences par le dialogue.
Les modalités d’un dialogue dans la société française sont constamment à réinventer. Il me semble
donc essentiel, à cette étape cruciale de l’histoire de la France, que nous revisitions nos imaginaires
collectifs, car ce sont des représentations d’opposition de l’autre que naissent les murs
infranchissables au mieux de l’indifférence, au pire de la haine. Le communautarisme qui effraie tant
de nos concitoyens, à juste titre d’ailleurs, constitue une fragmentation inacceptable du tissu sociétal.
Il est la marque d’une société malade de sa fermeture, incapable de dialoguer avec soi-même, comme
avec l’autre au « maximum de sa diversité » comme a pu l’écrire Claude Lévi-Strauss. Sans doute
revient-il à votre Observatoire d’en examiner la possibilité ainsi que la faisabilité. Les religions en
général et l’orthodoxie en particulier nourrissent des engagements proprement altruistes et sont
autant de vecteurs d’espérance participant d’un réenchantement du monde. Car la laïcité est un des
horizons de l’espérance.
- 171 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 24 mars 2015
Audition de M. Daniel Keller,
Grand maître du Grand Orient de France
Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les membres de l’Observatoire de la laïcité, je voulais
tout d’abord vous remercier de m’inviter à cette audition. Je suis satisfait de savoir que notre audition
sera suivie de celle des associations en charge des mouvements d’éducation populaire, car j’ai
toujours été étonné que nous soyons toujours accolés aux instances religieuses.
Je suis heureux d’être parmi vous et en même temps circonspect. Tout a été dit sur la laïcité et j’ai le
sentiment qu’on tourne dorénavant en rond.
La première chose qui me paraît essentielle de vous dire c’est que la laïcité ne saurait être la rançon
des échecs économiques, sociaux et politiques des trente dernières années. Nous ne devons pas faire
passer la laïcité par les pertes et profits de la fragilité sociale et économique que connaît notre pays.
Si l’intégration à la française n’était pas en situation d’échec on parlerait moins de laïcité. De plus,
nous voyons le danger de remplacer l’intégration par l’idéologie de l’inclusion. L’inclusion c’est selon
moi la construction d’une société prison, alors que l’intégration représente une société de liberté. Il
y a là une menace du délitement du vivre ensemble car la notion d’inclusion ne peut concrètement
relier les individus.
Si l’école répondait aux attentes des français on parlerait moins de laïcité. Je ressens une véritable
inquiétude devant le taux des élèves qui ne maîtrisent pas la langue au sortir de l’école primaire,
devant la non-performance des diplômes à un moment où de plus en plus de jeunes diplômés sont
condamnés au chômage ou aux emplois précaires.
Si la République restait une ambition collective on parlerait moins de laïcité. Le projet républicain est
malheureusement en berne. La conscience d’appartenance se fragmente et il est indispensable de
valoriser la spécificité de notre modèle républicain porteur d’une histoire et d’un projet émancipateur.
Le deuxième point essentiel par rapport à nos débats sur la laïcité, c’est l’impossibilité de réduire en
permanence cette question à un débat juridique selon lequel on ne pourrait plus légiférer sur les
questions de laïcité.
La laïcité est malheureusement l’otage d’une dénégation juridique. Prétendre que le recours à la loi
serait contreproductif est un argument tout à fait contestable. On n’a rien appris de l’affaire du voile
de Creil en 1989 qui s’est finalement terminée tardivement en 2004 par une loi, il y a eu trop de
temps perdu et c’est essentiel de ne pas commettre les mêmes erreurs pour l’avenir.
Prétendre que le juge censurerait toute initiative en ce sens n’est pour moi pas vérifié dans les faits.
Je pense que l’affaire Baby Loup a même montré le contraire. La Cour de cassation au terme d’une
longue odyssée judiciaire a confirmé le bien fondé du règlement intérieur de la crèche, en rappelant
les motifs d’intérêt général sur lequel il se fondait. La Cour européenne des droits de l’homme sait
aussi faire droit à la question du vivre ensemble que la France entend promouvoir compte tenu du
particularisme de son régime républicain. Elle l’a montré dans sa décision du 1er juillet 2014 à propos
de la loi de 2010, faisant droit à la préservation du vivre ensemble que le législateur entendait protéger
dès lors que la mesure n’était pas disproportionnée.
- 172 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Dire qu’il faut privilégier la voie des règlements intérieurs et des circulaires ne concourt pas à la
sécurité juridique dont nous avons besoin. En revanche, dans la sphère extérieure au domaine des
services publics, cette voie doit être encouragée afin de juguler toute manifestation de prosélytisme.
Le troisième point que je voulais aborder devant vous, c’est la tendance actuelle à résumer la laïcité
au dialogue interreligieux. C’est une erreur car cela conduit à une impasse et tend à instaurer une
ambiguïté regrettable.
Faire de la laïcité le règlement d’une coexistence harmonieuse entre les religions est contraire au
principe laïque. La laïcité ne peut être le garant du dialogue inter-religieux. La laïcité n’est en effet ni
une croyance ni une conviction. En revanche, il s’agit à travers elle de redonner du sens et du contenu
aux principes républicains en insistant sur l’universalisme qui les sous-tend.
La laïcité est un principe d’organisation de la sphère des services publics dans laquelle l’expression
des convictions confessionnelles n’a pas sa place, au nom d’une séparation du religieux et du
politique. Des problèmes des frontières ou des frottements peuvent exister : les parents
accompagnateurs dans le cadre des sorties scolaires, les espaces de cours à l’université au nom du
fait que l’espace de cours doit être un sanctuaire réservé au travail du libre examen et de l’esprit
critique, ce qui n’est pas compatible avec toute manifestation ostensible d’appartenance à une
religion.
Le principe de laïcité doit conduire à exalter le citoyen qui sommeille en nous, quand il ne s’agit pas
du citoyen qui se meurt. La laïcité a pour but de favoriser la création d’une communauté de citoyens
dans laquelle on ne se définit pas en fonction de ses assignations ethniques, religieuses, culturelles,
sociales ou autres.
Quatrième point, la laïcité doit favoriser l’accouchement d’un nouveau vivre-ensemble. C’est une
expression que nous employons beaucoup actuellement.
Le vivre ensemble n’est pas fondé sur la somme des particularismes qui nous conditionnent mais sur
la volonté de donner corps à la communauté imaginaire des citoyens. La République est un projet en
construction perpétuelle. Elle est de l’ordre du devenir. L’apprentissage de la citoyenneté doit favoriser
cette capacité de l’individu à s’élever à la citoyenneté.
La laïcité nécessite donc un travail de reconquête républicaine à l’école qui ne peut se fonder sur
l’enseignement laïque du fait religieux. L’enseignement n’a pas à être laïque, mais il doit être
scientifique (Qu’est-ce que serait un enseignement non-laïque ?). La connaissance de la religion à
travers ses œuvres ou son contenu spirituel relève de l’Histoire ou de la Philosophie mais ne saurait
trouver place dans le cadre de l’enseignement des valeurs républicaines. Cela doit être bien compris
de tous car l’école doit aussi être le lieu où on laisse les appartenances religieuses en dehors de la
classe, comme les francs-maçons « laissent leurs métaux à la porte du temple ». Ce lieu a été profané et il
faut refaire de l’école un sanctuaire. Cela va de pair avec le rôle et le statut que doit avoir l’enseignant.
La laïcité est le creuset d’un choix de civilisation qui doit consolider la société sécularisée dans
laquelle nous vivons. En arrière-plan se pose la question du volontarisme politique qui doit ou non
s’opposer aux évolutions socio-anthropologiques annonciatrices d’un nouveau temps des tribus
décrit par certains sociologues à l’heure d’une société mondialisée.
Le dernier point que je voulais aborder devant vous, implique les mesures concrètes de promotion
de la laïcité :
Le Grand Orient de France a communiqué à votre Observatoire, la position majoritaire des Loges
d’Alsace Moselle s’exprimant en faveur d’une abrogation du Concordat dans ces départements, dans
la mesure où ces dispositions sont séparables du droit local.
- 173 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le développement d’une pédagogie de la laïcité à destination des élèves et des enseignants souvent
désarmés face à de tels enjeux est urgent. Nous en appelons à une formation massive des enseignants
afin qu’ils puissent répondre aux élèves sans craindre de se retrouver démunis.
Le vote d’une résolution parlementaire consacrant le 9 Décembre journée nationale de la Laïcité,
au-delà de la décision de faire de cette journée la journée de la Laïcité à l’école prise par Mme la
ministre de l’Éducation nationale. Cette mesure ne changerait pas le droit positif mais revêtirait une
dimension symbolique importante. D’ailleurs cette résolution a été votée au Sénat et mais est
bloquée à l’Assemblée nationale.
L’interdiction du port de signes religieux ostensibles dans les espaces de cours à l’Université au motif
que ces signes entrent en contradiction avec la vocation des espaces d’enseignement doit être
étudiée sans chercher à nier les difficultés rencontrées sur le terrain*. Les questions se posent
aujourd’hui majoritairement avec les signes liés à l’islam et principalement le port du voile, mais
pourrait se poser demain pour une autre religion. Je sais que nous avons à faire à un public majeur,
et que nous ne sommes pas dans la même situation que l’école élémentaire. Je comprends aussi que
ce serait mal compris des étudiantes qui se rendent à l’université, mais l’espace du savoir ne peut être
soumis à un quelconque prosélytisme. Cette interdiction ne toucherait que les salles de cours. C’est
une recommandation qui avait été faite par le HCI et qui doit être réexaminée.
L’organisation de l’islam en France ne saurait enfin déboucher sur la mise en place d’un concordat à
rebours. Ce n’est pas le rôle de l’État de s’immiscer dans le contenu d’une religion. Quand je lis que
la solution serait la création massive d’écoles confessionnelles musulmanes, je suis encore plus
inquiet, car c’est d’abord via l’école publique que ces jeunes pourront réussir à s’intégrer.
* En 2014, l’Observatoire de la laïcité a inscrit à son programme de travail l’examen de la gestion du fait religieux dans l’enseignement
supérieur. Cet examen est en cours et un avis devrait être rendu d’ici la fin de l’année 2015.
- 174 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 31 mars 2015
Audition de M. Marc Henry,
Grand Maître de la Grande Loge de France
« Mesdames et Messieurs les membres de l’Observatoire de la laïcité, je vous remercie de votre
invitation.
Cependant, n’attendez pas de la Grande Loge de France de répondre à vos interrogations, car dans
nos loges nous n’abordons ni les questions politiques ni religieuses. Nous ne possédons pas la vérité
mais nous sommes en quête de cette vérité que nous estimons pouvoir trouver aussi bien du côté
de la tradition que du côté de la science.
Dans nos loges nous acceptons les membres de toute origine et de toute croyance. Notre méthode
est simple, lorsque quelqu’un s’exprime, personne ne lui coupe la parole et les apprentis n’ont pas
le droit à la parole. Ce n’est pas par souci de les brimer mais pour leur permettre de penser avant en
leur for intérieur. Notre méthode passe donc par l’interrogation de soi-même avant d’interroger les
autres.
Au sein du Grand Orient de France, il est noté « Nos différences loin de nous léser doivent nous enrichir » qui
est une citation de Saint-Exupéry. Cependant, je ne suis pas toujours d’accord avec l’interprétation
de cette phrase. Et je suis toujours surpris que tout le monde se dise d’accord. Nous l’avons d’ailleurs
vu avec « la manif’ pour tous », que la différence n’enrichissait pas tout le monde. La différence, parfois
dérange, et peut générer de la colère. Selon moi, c’est le niveau 0 de la réflexion d’un maçon. Un
maçon avant d’interroger les autres, doit s’interroger lui-même.
Je pense que si l’on accepte de faire ce travail sur soi même de manière calme, peut être que la
différence qui générait tant de passion va se départir de cette dimension et va pouvoir s’interroger
d’une autre manière.
Or j’ai l’impression que nous sommes dans un débat parfaitement passionné. Il faudrait le
dépassionner. Je pense qu’il faudrait essayer d’aller toujours plus vers le dialogue.
Nous n’avons pas d’autre réponse particulière, sauf que la loi de 1905 nous convient parfaitement
et qu’il ne faut pas accoler d’adjectif à la laïcité.
Je voudrais reprendre ce qu’avait dit mon prédécesseur, M. Alain-Noël Dubart, dans un colloque
« Laïcité république, religions, quelle articulation ? ». Erasme a dit en 1523 « Notre religion à nous, c’est
paix et concorde. Si je ne pardonne pas à mon Frère, Dieu ne me pardonnerait pas ». De plus, il avait cité un verset
de la Gita : « Quand ton esprit aura franchi le tourbillon de l’erreur, tu comprendras que tu peux oublier toutes les
écritures que tu connais et celles qu’il te reste à connaître ».
Cela peut paraître simpliste et ne répond pas aux questions de terrain, mais la vraie question, est
comment prendre en compte la complexité du tissus social, et comment faire en sorte que le respect
se réinstaure ? Il y a une expression que je n’ai pas vue dans votre avis sur la promotion de la laïcité
et du vivre-ensemble, c’est la liberté de conscience.
- 175 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
À travers ce que nous ont transmis nos parents, les valeurs, la religion et ensuite ce que l’école nous
enseigne, l’individu qui se construit aura-t-il le courage de mettre en cause ce qu’on lui impose ?
C’est là toute la question.
Nous y parvenons assez bien à la Grande Loge de France, même si notre exemple n’est pas un bon
exemple, puisque nous procédons par parrainage, et qu’ainsi ceux qui arrivent dans nos loges ont déjà
cette ouverture d’esprit.
Le dialogue interreligieux est sans doute possible. M. Alain Graesel avait organisé un colloque avec
un rabbin, un imam et un prêtre catholique et lui-même, qui s’était très bien déroulé. Mais il y avait
alors 4 personnes de bonne volonté. Comment donner à nos jeunes cette ouverture sur la diversité
et la richesse que constitue cette vérité, certains étant enfermés dans leur propre vérité ? »
Remise
officielle des actes du colloque, « Laïcité, République, Religions : Quelle articulation ? »
à M. Jean-Louis Bianco, Président de l’Observatoire de la laïcité
- 176 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 31 mars 2015
Audition de Mme Claudie Miller,
Présidente de la Fédération nationale
des centres sociaux et culturels de France
« Mesdames et Messieurs les membres de l’Observatoire de la laïcité, je voudrais commencer mon
propos en disant un mot d’introduction. Je suis Présidente de la Fédération des centres sociaux et
socioculturels de France depuis deux ans, je vis en Savoie et je suis aussi impliquée dans le réseau
local des centres sociaux.
La tradition depuis toujours des centres sociaux est de placer les habitants au cœur du processus de
participation, en particulier dans le pilotage des différentes instances du réseau.
À ce titre je tenais à vous dire que je n’ai aucune expertise spécifique dans le domaine de la laïcité,
mon propos est construit en reprenant différents témoignages que j’ai pu recueillir ainsi que l’avis
travaillé par notre commission d’éthique.
La laïcité est une question importante dans le réseau des centres sociaux car implantés très largement
dans des quartiers dits « en politique de la ville », la question de la « multicultualité » se présente
régulièrement. Nous avons actuellement 600 centres sociaux implantés dans ces quartiers. C’est
sûrement dans ces quartiers que se posent avec le plus d’acuité des questions autour du fait religieux
et de la compréhension que chacun peut avoir de la notion de laïcité.
Depuis le mois de janvier il se trouve que nous sommes amenés à participer à de nombreux travaux
sur ce sujet, notamment via les caisses d’allocations familiales. J’ai bien conscience qu’il y a un
véritable enjeu autour des mots et de leur utilisation. N’hésitez pas à me demander des précisions
s’il vous semble que je ne suis pas dans la juste définition des termes.
Le principe de laïcité est inscrit dans les centres sociaux depuis le début du siècle. Ils sont issus d’un
courant social-chrétien, mais le premier qui a été implanté se situait après la loi de 1905. Ainsi les
dames qui ont engagé ce mouvement se sont démarquées de la position traditionnelle pour imposer
dès le démarrage un principe de la laïcité qui avait pour conséquence que « toutes les religions puissent
être accueillies, ainsi que toute personne sans aucune distinction ».
Ce principe est toujours traduit dans les statuts des centres sociaux. En 2000, il y a eu une démarche
importante du réseau qui s’est doté d’une charte fédérale qui inscrit le positionnement des centres
sociaux en termes de valeurs de référence. La laïcité apparaît à travers le principe de dignité humaine :
« La reconnaissance laïque de la pluralité des croyances évite le renvoi de chacun à sa conscience individuelle ou au
repli identitaire ».
Pour nous c’est un texte de référence, au-delà de tous les textes législatifs qui nous sont applicables
et auxquels nous sommes attachés au respect.
On peut dire aujourd’hui qu’à l’intérieur du réseau, c’est une question qui peut être conflictuelle, car
créant du débat, à travers des pratiques quotidiennes. C’est-à-dire que, dans leurs territoires
d’implantation, les centres sont confrontés à des demandes, des réflexions, des attentes, qui
amènent du débat et des prises de position.
- 177 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le travail actuellement mené ne l’est pas seulement au niveau national mais essentiellement au
niveau local.Nous sommes engagés dans des réflexions avec d’autres associations, comme la ligue
de l’enseignement. Par ailleurs la branche « famille » de notre réseau a souhaité mener une véritable
réflexion sur ses sujets.
Nous n’avons pas choisi au niveau national d’engager une réflexion particulière sur la thématique de
la laïcité au-delà d’un avis rendu par notre commission d’éthique, parce que nous pensons que
l’important c’est la capacité des centres sociaux et socioculturels de pouvoir aborder dans la
proximité avec les personnes ces questions. Il s’agit de pouvoir poser les termes du conflit, en
débattre et négocier localement un modus vivendi plutôt qu’appliquer des positions, des
recommandations qui viendraient de la tête du réseau.
Nous le revendiquons, nous sommes un réseau qui fonctionne de façon ascendante et nous préférons
que des solutions soient inventées en proximité, en impliquant les différents acteurs locaux.
C’est au cœur de ces débats qu’il semble possible de construire une définition partagée du principe
de laïcité et de le faire vivre. »
- 178 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 15 avril 2015
Audition de M. Payen,
Président du Scoutisme français,
M. Vermot-Desroches,
Président des Scouts et Guides de France,
Mme Bouneau, Présidente des Éclaireuses
et Éclaireurs Unionistes de France,
M. Haddad, Vice-président des Éclaireurs
et Éclaireuses Israélites de France,
M. Sahli, Président des Scouts Musulmans
de France et M. Hameau, Vice-Président
Éclaireuses et Éclaireurs de France
M. Payen, Président de la Fédération du Scoutisme français :
« Je vous remercie de votre accueil. Je suis l’actuel Président de la Fédération du Scoutisme français
et suis ravi que nous puissions vous rencontrer car nous avons l’impression de porter un projet qui
milite pour le vivre-ensemble. Le scoutisme est arrivé en France dès 1910. Il y a plus de 100 ans qu’on
propose aux jeunes de France une éducation par le scoutisme.
Il y a eu très vite des associations, protestantes, neutres, et catholiques puis assez vite juives et
musulmanes. Alors, devant cette multiplicité nous avons ressenti le besoin de nous fédérer. Notre
singularité c’est de rassembler 5 associations revendiquant une approche propre. Le dialogue interspirituel est une composante fondamentale de ce que nous essayons de faire ensemble. Le scoutisme
est une méthode d’éducation par laquelle nous permettons aux jeunes d’être des citoyens libres et
responsables. Notre projet fédéral permet de grandir, de vivre et de témoigner un certain vivre
ensemble, mais au-delà un certain faire ensemble, et de nous rassembler sans nous ressembler
forcément. Il s’agit de faire l’apprentissage du partage, de la fraternité, et de la solidarité pour vivre
dans une société harmonieuse.
Nous sommes des associations de bénévoles et de volontaires, nous nous appuyons essentiellement
sur la volonté des jeunes. Venir ensemble, nous 5, devant vous témoigne de cette pluralité et constitue
une démonstration de la façon dont nous appréhendons la laïcité.
Au cœur de notre rencontre, il y a une conviction, c’est que dans tout être humain il y a une
dimension spirituelle et convictionnelle. Nous pouvons construire ensemble des démarches
spirituelles qui ne sont pas que religieuses. »
- 179 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
M. Sahli, Président des Scouts Musulmans de France :
« La spécificité de la Fédération du Scoutisme Français va être également dans l’action. Nous mettons
en place des moments tels que « Vis mon camp », où des jeunes vont vivre un camp scout avec des
jeunes d’autres associations de scoutisme. Ils vivent des temps ensemble, et s’éveillent à la fraternité
et à la spiritualité dans l’action même. Cela peut aussi se présenter sous forme de moments festifs
comme la Fête de la fraternité (notamment la grande marche qui a eu lieu récemment à Montpellier).
Cette éducation va les engager peu à peu à être actif et citoyen à la fois. Toutes ces rencontres se
font dans le respect des traditions de chacun.
Mme Bouneau, Présidente des Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France :
« Nous nous organisons sur les rites et les fêtes religieuses de chacun, dans le respect de chacun.
Ainsi, par exemple, nous mangeons casher lors de nos rencontres fédérales. Le collectif ne nie pas
nos spécificités.
« Vis mon camp » permet effectivement à chacun de se rassembler sur la même bannière du
scoutisme, et d’aller au-delà du scoutisme en voyant avec bienveillance ce qui va nous différencier.
M. Sahli, Président des Scouts Musulmans de France :
« Si nous prenons un scout aujourd’hui, quel que soit le mouvement auquel il appartient, on pourrait
le mettre dans n’importe quel groupe scout, en France ou à l’étranger. Dans le scoutisme il y a une
réelle fraternité qui permet à tout un chacun de trouver sa place (au-delà du vivre-ensemble c’est l’agir
ensemble).
Aujourd’hui ce sont des associations qui sont en croissance, il y a un besoin et une demande forte
de la part des parents pour trouver une alternative aux différentes crises pour leurs enfants.
M. Haddad, Vice-président des Éclaireurs et Éclaireuses Israélites de France :
« Si on aborde ce qui peut fâcher, on a parfois le sentiment qu’il y a une tradition en France de cacher
tout ce qui se rapproche du spirituel. Deux exemples :
Nous sommes en contact régulier auprès des caisses d’allocation familiales (CAF) puisque
nos activités peuvent être parfois financées en partie par elles. Nous sommes très vigilants à
ne pas faire figurer dans les dossiers que nous leur soumettons un descriptif des activités
spirituelles que nous organisons. Nous avons eu en effet de nombreux refus de subvention
qui s’appuyaient sur le fait que nos activités étaient en partie de l’ordre du spirituel, alors
que les associations cultuelles (ce que nous ne sommes pas !) n’ont pas le droit d’être
subventionnées. Il y a donc une confusion chez ces institutions entre activités spirituelles et
associations à vocation cultuelle
De
plus en plus de jeunes aujourd’hui nous demandent des attestations pour valoriser le
bénévolat (comme professionnalisant) auprès de leur université ou école. Mais de plus en
plus de jeunes nous demandent une attestation à en-tête « Scoutisme Français », plutôt que
l’en-tête de nos associations (marquées religieusement) afin de rester neutres et de ne pas
provoquer de refus de valorisation du bénévolat par l’institution demandeuse.
Nous essayons de faire remonter aux institutions comme la vôtre ce genre de pratiques, car si nous
vivons véritablement la laïcité au quotidien, nous sommes également contrariés par ces obstacles non
justifiés. La laïcité est le moyen de vivre-ensemble à travers l’échange, ce que nous mettons en
pratique dans chacune de nos associations (nous accueillons des gens d’origines et de confessions
très différentes au sein de nos propres mouvements), ainsi qu’au sein du Scoutisme Français.
- 180 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
M. Vermot-Desroches, Président des Scouts et Guides de France :
« Je voudrais ajouter qu’il n’y a jamais eu autant de scouts qu’aujourd’hui. Il y a 50 millions de scouts
dans le monde. Dans le cadre de toutes nos activités, nous voyageons, nous transcendons les
cultures et la majorité des scouts dans le monde est musulmane.
Nous ne pouvions pas avoir cette discussion avec vous sans évoquer la proposition de loi
actuellement en débat.
La proposition de loi a été renvoyée à la semaine du 11 mai (discussion le 13 mai), et nous serons
attentifs à ce que la semaine du 11 mai ne nuise pas à l’esprit du 11 janvier dernier.
Cette proposition de loi nous paraît plus qu’étonnante quant à sa conception de la laïcité française.
Nos associations sont de loi 1901, elles sont pour la plupart reconnues d’utilité publique. Mais il ne
nous a jamais été demandé qu’elles soient aconfessionnelles !
Nous sommes en relation avec les mineurs et à cause de cela, avec cette loi, nous devrions soit
renoncer à notre identité, soit afficher un caractère propre, comme si nous étions porteurs d’un
danger parce que nous affirmons une spiritualité…
Imaginons que cette proposition de loi soit adoptée : la structure que nous représentons devant
vous est quoi ? Une Fédération neutre ? Avons-nous un caractère propre ?
Au début du mois de mars, l’Élysée mettait en valeur les projets de « la France s’engage », dont sont
sortis lauréats l’association Coexister et d’autres associations œuvrant dans le même sens.
Ces associations sont-elles neutres ? Ont-elles un caractère propre ? Comment pourront-elles se
définir ? Comment pourront-elles obtenir des subventions et par là une reconnaissance tout en
accueillant tout le monde ?
Il y a une méconnaissance très nette de l’idée de laïcité : soit nous serions purement laïques et
neutres, soit nous sommes à cataloguer dans un petit ensemble qui doit être fermé aux autres.
Techniquement qu’est-ce qu’être confessionnel ? Lorsque nous avons 70 000 membres, où mettonsnous l’idée de confessionnalisation ?
Les Scouts et Guide de France avaient été invités par la puissance publique à s’investir d’avantage
dans les cités, au début des années 90, en allant dans les quartiers populaires pour créer du lien et
permettre de renforcer la mixité. Si tout d’un coup, dans ces quartiers, il n’y a plus de discussion
avec les pouvoirs publics, personne n’y gagne, et sûrement pas la République. Si ce petit lien entre
les associations de quartier et la mairie et les collectivités n’existe plus, il n’y aura plus aucun dialogue.
Il me semble que cela pose une question précise de la compréhension de la laïcité : nous avons dû
batailler durement, encore récemment, pour garder l’habilitation à délivrer les Brevets d’Aptitude aux
Fonctions d’Animateur (BAFA) et les Brevet d’Aptitude aux Fonctions de Directeur (BAFD), simplement
parce qu’une partie de nos activités touche au spirituel. Cette proposition de loi est un coup de canif
dans l’esprit de la laïcité.
Mme Bouneau, Présidente des Éclaireuses et Éclaireurs Unionistes de France :
« Oui, par ailleurs, nous nous sommes demandés si nous avions un regard spécifique en France :
nous avons 100 000 adhérents dans nos associations. Cette jeunesse n’appréhende pas le monde
comme une source de possible mais comme une source de danger. Nous avons la chance dans nos
associations de leur ouvrir des possibles, tout en ayant conscience que 100 000 jeunes reprsentent
une goutte d’eau. Il leur est malheureusement renvoyé que l’altérité serait un problème et non plus
un enrichissement…
- 181 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Nous assistons à une véritable fracture entre les jeunes et les moins jeunes dans ce type de débat.
Les moins jeunes se concentrent sur l’esprit de la loi de 1905 et les débats intellectuels qui ont suivi,
alors que les jeunes ont une vision beaucoup plus pratique et pragmatique, et favorisent le vivre
ensemble et la lutte contre les difficultés sociales.
Trouver un sens à sa vie semble encore plus difficile qu’il y a quelques années : l’éducation à la
spiritualité a du sens, offrir un cadre spirituel est un choix de réponse. Après libre à eux, évidemment,
d’y adhérer ou pas.
Beaucoup de parents qui choisissent d’engager leurs enfants dans le scoutisme le font aussi pour des
questions spirituelles.
Nous proposons donc de multiplier les formations sur la laïcité des cadres territoriaux, notamment
de ceux qui regardent nos dossiers, afin d’éviter de mauvaises interprétations de la loi. Cela nous
semble nécessaire pour ne pas se confronter à des individus faisant de l’excès de zèle. »
M. Hameau, Vice-Président Éclaireuses et Éclaireurs de France :
« Les Éclaireuses Éclaireurs de France, EEDF, est une association pleinement scoute…
Les EEDF appartiennent au scoutisme par leur mise en pratique de la méthode scoute qui s’appuie
sur l’engagement, la loi, le respect des valeurs et la vie en petites équipes. Nous sommes reconnus
scouts par le scoutisme français et ainsi par le scoutisme mondial (OMMS) et le guidisme mondial
(AMGE).
Si le scoutisme se vit différemment selon les pays ou les différentes organisations membres, il reste
toujours fidèle à l’esprit et à la méthode scoute définis par le fondateur du scoutisme Lord Baden
Powell : le devoir envers soi, envers les autres et le devoir spirituel.
…et pleinement laïque…
La dimension spirituelle, partie intégrante du scoutisme est déclinée en France de façon propre à
chaque mouvement. Aux EEDF, la volonté de neutralité a d’abord prévalu dans l’idée de rassembler
tous les jeunes quelle que soit leur appartenance sociale ou religieuse. Aujourd’hui, nous affirmons
être laïque « comme l’école publique ». La laïcité s’inscrit dans le projet pédagogique des EEDF et le
texte l’Idéal Laïque en est une composante. Permettre aux jeunes d’exercer leur esprit critique, ne pas
admettre sans réfléchir, s’interroger sur le monde qui les entoure et leur action possible sur la société,
voilà qui caractérise notre vision d’une spiritualité laïque, élévation de l’esprit à construire par chacun
en liberté de conscience dans un collectif bienveillant et respectueux.
…agissant en complémentarité éducative.
L’action des EEDF ne se limite pas à la pratique du scoutisme durant l’année et en camp. Seul
mouvement de scoutisme agréé par le ministère de l’Éducation nationale, l’association prolonge
l’action de l’enseignement public par des formations et l’organisation d’activités en partenariat avec
l’école publique. Entre les Éclés et l’École, depuis 1911, chacun a des ressources que l’autre n’a pas
et c’est ensemble que nous contribuons à l’éducation globale des jeunes. Forte des propositions de
ses 200 structures locales d’activité, l’association partage son savoir-faire afin de co-construire ses
projets avec les équipes enseignantes. »
- 182 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 14 avril 2015
Audition de Mme Ricard, Présidente
de la Fédération nationale des Francas
Je vous remercie d’avoir engagé cette démarche de rencontre avec les mouvements d’éducation
populaire. Je préside la fédération nationale des Francas depuis 2 ans après y avoir exercé diverses
responsabilités. La question de la laïcité a été une question très importante dans nos débats,
notamment lors de notre congrès, où étaient présents de nombreux jeunes. La laïcité est une question
très prégnante dans nos débats avec des points de vue qui ont besoin d’être éclairés et étayés. Pour
ce qui est du détail de ce nous avons arrêté et validé, je vous invite à prendre connaissance du texte
public de notre congrès.
Dans ce texte, nous avons tenu à rappeler que la « République est laïque », ce qui peut paraître
évident mais devait être réaffirmé. Nous avons aussi redit notre attachement aux deux principes
politiques que conforte la laïcité : le principe de séparation des églises et de l’État, par lequel l’État
ne reconnaît et ne finance aucun culte et garantit, en retour, la liberté de conscience et de culte, de
convictions philosophiques, religieuses ou politiques à tous ; et le principe de neutralité du service
public qui assure l’égal traitement de tous les citoyens.
Avoir remis ces principes dans le débat est aussi une manière de ré-éclairer les valeurs et les principes
de la République, et de redire que la laïcité est un principe qui garantit la mise en vie des valeurs
fondatrices de la République (liberté, égalité, fraternité) sur l’ensemble du territoire.
Nous avions déjà adopté en 1995 une motion sur la question de la laïcité dans laquelle nous
rappelions que la laïcité va au-delà de la tolérance ; elle invite non seulement à admettre mais à
comprendre l’autre (son histoire, sa culture…). Elle implique par conséquent de lutter contre toute
atteinte à l’intégrité et à la dignité des personnes, contre toute idéologie contraire aux droits de
l’homme et aux droits de l’enfant.
Nous avons également précisé notre conception de la République laïque en l’adossant à l’exigence
d’une démocratie renouvelée dans le cadre d’une société inclusive porteuse de progrès et de
solidarité pour tous. Il peut y avoir un débat sur l’ajout d’adjectifs à la laïcité. Le parti que nous avons
pris est plutôt de qualifier la perspective de société dans laquelle nous inscrivons notre action : une
société inclusive, fraternelle et ouverte à la diversité.
Nous partons en effet du principe que la question de la différence traverse notre société. Ce constat
n’est pas contradictoire avec la nécessité pour la République de fixer un cadre unique et commun à
tous. Par « société inclusive », nous entendons que la question des différences doit trouver sa place
dans notre République et dans le cadre de la loi.
Loin de nous l’intention de faire des concessions à une quelconque vision différentialiste ou
communautariste. Il ne faut pas nier les évolutions importantes de la société, liées notamment à
l’arrivée et à l’apport de personnes issues de cultures différentes. Il importe donc de distinguer
inclusion et communautarisme. Il faut être inclusif dans le respect des différences et dans le cadre
des lois républicaines. On est bien là sur un enjeu d’égal accès aux droits, et non pas de réponse aux
revendications spécifiques de communautés particulières.
- 183 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le véritable enjeu pour nous, c’est de faire vivre la laïcité, au quotidien, dans et par l’action éducative
et la vie sociale. Conformément aux principes que nous nous donnons, nous avons développé de
manière permanente une pratique de la laïcité.
À l’heure où nous voyons réapparaître la question de l’enseignement moral et civique, il nous semble
essentiel de rappeler et de reconnaître la contribution des associations éducatrices, dont l’action
est complémentaire de celle de l’école. Nous défendons l’idée que la citoyenneté s’apprend et que
cet apprentissage se construit dans l’agir, dans la rencontre, dans le débat, dans les pratiques avec
les autres. L’éducation à la citoyenneté ne relève donc pas tant d’une transmission de savoirs, que
de l’apprentissage dans et par l’action de savoir-faire et de savoir-être.
Je nous mets donc en garde contre quelque chose de l’ordre d’un enseignement désincarné et abstrait
qui échouerait à mettre en vie les principes et les valeurs de la République et à leur donner du sens.
Les évolutions en cours du champ éducatif (réforme du collège, réforme des rythmes éducatifs, etc.),
constituent une opportunité pour concevoir ces apprentissages de manière plus croisée et plus riche.
L’école ne peut pas tout, les associations doivent prendre toute leur place dans ce paysage éducatif
en mutations. Le champ des possibles et les marges de progrès nous semblent très importantes en
la matière.
Trois enjeux nous semblent devoir être plus particulièrement approfondis :
Celui
des pratiques de participation, qui permettent de gérer de la contradiction, de
comprendre qui est l’autre, comment on prend une décision ensemble, comment on l’évalue,
comment on revient dessus…comment on fait la loi.
Celui
de l’éducation et de l’accès au droit et aux droits, en prenant appui sur des supports
ludiques, des pratiques éducatives diversifiées. Ces pratiques doivent être connectées à leur
environnement pour donner à voir ce que l’on entend par éducation à la citoyenneté.
Celui
du développement d’une culture commune de la laïcité et de l’éducation à la
citoyenneté, qui implique de dispenser, au sein des ESPE par exemple, des formations
communes à tous les éducateurs indépendamment de leurs statuts – enseignants, animateurs,
éducateurs spécialisés,…
Pour conclure, je tiens à attirer l’attention sur le risque qu’il y aurait à confiner le débat sur la laïcité
à des spécialistes, et de ne le faire ressortir que dans les moments de crise, de tension ou de
crispation.
- 184 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 14 avril 2015
Audition de M. Renaudin,
et de Mme Mangado, représentants
de l’Association de la fondation étudiante
pour la ville (AFEV)
M. Renaudin, Secrétaire général de l’Association de la fondation étudiante
pour la ville (AFEV) :
« L’AFEV est une association récente (1991) issue d’une envie de créer du lien entre l’université et les
jeunes des quartiers populaires.
Nous avons un bloc d’action (faire / agir) dans lequel nous mobilisons des engagés dans des actions
de solidarité, dont principalement des étudiants. Le premier chantier est l’accompagnement
individualisé de deux heures par semaine dont la moitié des interventions se fait au sein des familles
(accompagnement à l’étude). Nous mobilisons les jeunes en service civique (500 jeunes) ce qui nous
permet de démultiplier l’action. Ce dispositif va augmenter sensiblement avec la volonté affichée de
multiplier les actions en service civique. En primaire, les jeunes s’occupent principalement de la
lecture, au collège de la question de l’ambiance scolaire et de la parentalité, et au lycée professionnel
de la vie lycéenne. La situation des lycées professionnels est très sensible, mais très riche.
Nous avons aussi des projets solidaires de colocation, nous avons actuellement 400 jeunes qui vivent
en colocation dans les quartiers populaires, en appui de leur action sur des thématiques différentes.
Il s’agit d’un nouveau champ d’action sociale.
Nous avons aussi un bloc plaidoyer. Avec notamment un Observatoire de la jeunesse solidaire et une
Journée du refus de l’échec scolaire au mois de septembre. Cette année il sera question des nouvelles
alliances éducatives.
Il y a quelques semaines, nous avons remis un rapport sur la question du logement des jeunes. Nous
avons aussi créé un observatoire de la responsabilité sociétale, notamment sur la reconnaissance de
l’engagement dans le parcours universitaire.
En parallèle nous sommes en train de développer les plateformes d’engagement partant du principe
qu’il doit se repenser, à côté de l’engagement solidaire. Nous développons un espace d’engagement
pour renouveler et accompagner les étudiants. En parallèle nous avons quelques outils qui nous
aident, notamment le laboratoire, « lab AFEV », qui constitue une plateforme d’idées. Nous sommes
aussi en lien avec la fondation Jean Jaurès et Fondapol qui nous aident à balayer les sujets de façon
transversale.
De cette même volonté a émergé le site internet « zone d’expression prioritaire » pour faire valoir la
parole des jeunes (en collaboration avec Libération et France stratégie).
Et puis nous avons créé un forum européen des jeunes engagés, qui, avec une quinzaine de structures
proches de l’AFEV forme un lieu de rassemblement pour un millier de jeunes afin de travailler et faire
de l’innovation sociale et éducative.
- 185 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Nous avons près de 10 000 engagés en tout dont 500 jeunes en service civique et 150 salariés. Nous
sommes financés à 85% sur fonds publics.
Nous sommes reconnus d’intérêt général et bientôt je l’espère, reconnus d’utilité publique.
L’AFEV n’est pas née de l’éducation populaire, c’est une structure qui est née du syndicalisme
étudiant, mais nous nous sommes parfaitement adaptés à cette culture d’éducation populaire.
Cette année, la question de la laïcité s’est posée de façon plus forte, nous avons eu dans notre réseau
des gens qui, par leur âge et sans volonté de polémique ni acceptation aucune des actes commis,
nous ont dit « Je ne suis pas Charlie ».
De plus, sont venues se lier à ces questions, les questions de malaise générationnel, d’islamophobie
et de décrochage. Beaucoup de confusions ont émergées.
Je suis très vite allé à leur rencontre. Ces réactions nous ont percutés car nous sommes d’abord dans
une position inclusive, nous devions nous demander comment expliquer, comment faire, et participer
à réduire les confusions qui existent.
Il y a notamment eu une confusion entre un deux poids deux mesures concernant Dieudonné.
Il a alors fallu leur expliquer que la liberté de parole n’est pas comparable à l’incitation à la haine, ce
pour quoi Dieudonné a été condamné, ou Éric Zemmour par exemple. »
Mme Mangado représentants de l’Association de la fondation étudiante
pour la ville (AFEV) :
« Le public de l’AFEV est divers, nous n’avons pas de quotas, mais un jeune sur deux possède un
niveau de qualification bas, nous avons aussi des jeunes filles qui portent le voile. Et nous pensons
que c’est une richesse. L’AFEV est un espace d’engagement qui est visible pour ces jeunes et qui est
spontané (l’engament afev est souvent un primo-engagement). Pourquoi cette diversification du
public des engagés ? Il y a eu une massification de l’enseignement supérieur et de fait le public s’est
diversifié. L’AFEV a gagné dans les quartiers populaires et prioritaires, nous sommes aussi plus visibles
pour les jeunes de ces quartiers.
Ce que nous avons remarqué c’est que ces jeunes étaient en désir de débattre et avait besoin de
communiquer. Nous avons ouvert un site d’expression des jeunes, nous animons des débats
localement. Il faut dire qu’il y a peu d’espace de dialogue pour eux. Il faut aussi repenser ces espaces
au sein des quartiers populaires, mais pas seulement dans les écoles.
Je voulais cibler mon propos sur la question de l’éducation, notre spécificité réside dans le fait que
nous intervenons au domicile des familles (7 000 familles) qui sont typiquement celles en fragilité
sociale que l’institution a du mal à toucher.
L’école est le lieu de transmission des valeurs de la République, il est important que celles-ci ne soient
pas assimilées à la question de l’identité scolaire.
La première chose qui nous a frappée est l’incompréhension et la méconnaissance de ce qu’est la
laïcité. Dans le pire des cas, il y a un soupçon que la laïcité est un instrument contre ces populations.
Pour certains enfants, l’école est le prolongement de leur culture familiale ; pour les enfants que nous
accompagnons ce n’est pas le cas. Lorsqu’on leur demande de laisser une partie de leur histoire, de
leur culture à la porte de l’école, ils ne le comprennent pas. Ils ont l’impression au mieux d’une
contrainte au pire d’une attaque à leur égard.
Il ne suffit pas d’afficher des chartes de la laïcité pour que la laïcité soit comprise. Les enfants ont
l’impression qu’on leur demande de faire une hiérarchisation entre les valeurs de la République et leur
- 186 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
culture. Ils ont l’impression que celle-ci devrait être niée. Les mêmes difficultés existent pour la
question des mères accompagnatrices avec la circulaire Chatel.
Nous faisons le constat qu’il y a un raidissement du lien familles/école sur la question de la laïcité au
moment même où paradoxalement il y a aujourd’hui une volonté institutionnelle forte de renforcer
le lien famille / école.
Je voudrais attirer votre attention sur ce qu’il s’est passé au moment de la manif pour tous. Des familles
de milieu populaire ont pu croire ce que certains ont raconté sur la théorie du genre, toutes les
horreurs et les affabulations sur cet enseignement. Ils ont été instrumentalisés et cela a fonctionné.
Ce que je veux pointer c’est que l’espace scolaire est opaque pour ces familles. S’il n’y a pas
d’accompagnement, de discussions avec elles, l’espace scolaire devient un risque et non plus une
chance.
Sur la question de la laïcité à l’école, il y a une incompréhension mais aussi un raidissement du côté
des enseignants qui sont parfois perdus, qui n’ont pas les idées claires sur le cadre, ils ont pu être
perturbés par les évènements de janvier.
On nous a rapporté le fait que certaines mères n’étaient plus reçues à l’intérieur des établissements
par les enseignants pour parler de leur scolarité. Il y a eu des sorties scolaires, lors desquels on a
refusé les mères voilées, il y a des parents qui sont délégués et à qui on a demandé de retirer leur signe
religieux. Mais il ne s’agit pas seulement des parents : nous avons eu des cas de jeunes filles engagées
portant le voile qui n’ont pas pu être accueillies dans le milieu scolaire…
Nous ne voulons pas fonctionner sur des rapports de force, mais souhaitons être au clair sur ces
questions. Dans le cadre du programme de réussite éducative, nous avons des crédits de l’État qui
passent par des collectivités et nous avons eu des blocages car on nous a demandé à ce que des
jeunes filles retirent leur voile sous prétexte de « délégation de service public »…
Il y a aussi eu des cas, où on nous a demandé de ne pas prendre de « musulmans », ce qui est une
discrimination flagrante !
En terme de propositions, nous pensons qu’il y a un enjeu fort à expliquer la loi à tous les publics
(parents / communauté enseignante), peut-être à travers des guides, des outils écrits mais aussi des
moments de discussion.
Nous estimons que les discussions sur la laïcité avec les enfants doivent être complétées avec des
discussions avec les familles.
Si cela pose des difficultés de langue, peut-être qu’il faut être pragmatique et faire appel à des
traducteurs.
Nous sommes très en demande de pouvoir nous armer quand on nous fait le procès de ne pas être
neutre (d’accueillir des publics très variés de différentes confessions), alors que nous aurions une
délégation de service public, ce qui n’est pas le cas ! Il faut que nous soyons plus clairs sur la notion
de délégation de service public dans laquelle peuvent s’engouffrer certains acteurs.
- 187 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 24 mars 2015
Audition de M. Jean-Michel Ducomte,
Président de la Ligue de l’enseignement
« Je vous remercie de votre invitation à exposer mon sentiment et à présenter, devant l’Observatoire
de la laïcité, les propositions formulées par la Ligue de l’enseignement consécutivement aux attentats
perpétrés au début du mois de janvier.
La question posée était large et en même temps circonscrite aux conséquences des attentats de
janvier. Je commencerai avec quelques remarques :
Tout le monde a souligné l’importance de l’émotion et de la stupéfaction ressentie consécutivement
aux attentats. La manifestation du 11 janvier a donné le sentiment qu’émergeait une unanimité
républicaine en même temps que s’opérait une réappropriation de mots et de principes, tels ceux de
Nation, de République ou de laïcité, souvent accaparés par des forces politiques hostiles à la
République et peu soucieuses de démocratie. Or, l’unanimité s’est révélée transitoire comme si
l’inondation républicaine avait été trop massive en apparence, pour ne laisser, les eaux de l’émotion
s’étant retirées, que de maigres sédiments.
Au-delà de ces événements, ce qui s’impose à l’analyse, consécutivement au 11 janvier, révèle un
changement assez peu important dans la perception de la laïcité. Un certain nombre de questionnements
ont émergé mais qui ne sont pas nouveaux.
J’ai le sentiment que la laïcité est aujourd’hui victime de deux phénomènes convergents qui ont
contribué à en travestir le sens.
Le premier est de l’ordre du constat et résulte de la dissociation entre la question sociale et la
question laïque. Comme le disait Jean Jaurès, « La République française doit être laïque et sociale, mais
elle restera laïque parce qu’elle aura su être sociale ». La remarque n’a jamais été aussi vraie. Non
seulement l’existence de zones d’exclusion est incompatible avec l’idéal républicain d’égalité et de
fraternité, mais surtout, elle porte en germe l’émergence de constructions identitaires de substitution,
au mieux créatrices d’enfermements communautaires, au pire, génératrices de trajectoires
individuelles nourris d’une soif de revanche. Le traitement de la question sociale a changé de même
que celui de la question laïque. Aucune des deux n’est totalement laissée en jachère, mais désormais
chacune d’entre elle donne lieu à des traitements spécifiques. La question sociale mobilise la mise
en œuvre de processus volontaristes destinés, par la recherche d’une mixité sociale et au travers de
mécanismes compensateurs à réparer les conséquences d’inégalités de statut. Lui manque cependant
une analyse plus fine des raisons qui expliquent les stratégies de regroupement communautaire et
par là même d’assignation et le constat que de plus en plus de jeunes victimes de cette assignation
naisse, comme le souligne Régis Debray, sous X en terme de valeurs. À y regarder de plus près et
sans ignorer les raisons économiques du phénomène, il est vraisemblable que le refus têtu de
reconnaître les différences culturelles et cultuelles et le traitement de ces dernières comme autant
de symptôme d’un refus d’intégration y est pour beaucoup. D’autant qu’à l’inverse, la question laïque
se trouve soumise à un traitement destiné à faire disparaître ce qui dans le comportement visible peu
affecter l’image que nous nous ferions de notre identité collective. Redoutable basculement qui a
conduit à transformer la laïcité de mode d’organisation d’une neutralisation confessionnelle des
institutions en véritable idéologie, ce que n’avait ni envisagé ses concepteurs, ni n’est conforme à la
fonction émancipatrice qui est la sienne.
- 188 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
L’intensification du débat autour, principalement, de la pratique du culte musulman et de sa visibilité
s’est accompagnée de la découverte des vertus de la laïcité par des forces politiques qui jusqu’alors
s’en étaient tenues éloignées. Aux mouvements laïques traditionnels venaient se mêler des laïques
du lendemain, qui voyaient dans un principe dont ils ne cessaient de contester certaines des
applications l’instrument qui leur permettraient d’exorciser les peurs qu’ils ressentaient face aux
évolutions traversant la société française. Ces néolaïques se divisent en deux catégories, souvent
complices, les tenants d’une laïcité de repentir, principalement catholique, en premier lieu, les laïques
identitaires ou éradicateurs en second lieu.
Les tenants d’une laïcité de repentir semblent gagnés par le doute quant à la pertinence des combats
conduits au nom d’un principe dont ils se réclament cependant aujourd’hui. Leur laïcité conserve une
mémoire catholique. Ceci les conduit à revendiquer un apaisement dans l’affirmation de l’exigence
laïque. Défenseurs traditionnels de l’enseignement confessionnel, ils se sont fortement opposés, au
nom de leurs convictions, à la légalisation de l’avortement, au mariage pour tous, ils restent des
adversaires résolus d’une légalisation de l’euthanasie. Pour eux, l’émergence d’un ordre public laïque,
articulé autour d’une neutralité confessionnelle de l’État, ne peut se concevoir indépendamment
d’une référence aux racines chrétiennes de l’identité française. Ils ont reçu un concours de poids en
la personne de Nicolas Sarkozy qui, dans le discours du Latran, prononcé le 21 décembre 2007, outre
la référence aux outrages qu’auraient subis l’Église catholique en 1905, affirmait que, « dans la
transmission des valeurs et dans l’apprentissage de la différence entre le bien et le mal, l’instituteur
ne pourra jamais remplacer le curé ou le pasteur […] parce que lui manquera toujours la radicalité
du sacrifice de sa vie et le charisme d’un engagement porté par l’espérance ». Cette récusation de
l’aptitude de l’instituteur à dire mieux et plus sûrement ce que doivent être les canons moraux d’un
comportement social, Adolphe Thiers l’avait déjà exprimée, en 1850, lors du débat sur la loi Falloux.
La laïcité était sommée de devenir « positive », façon de dire qu’elle ne l’avait pas été jusque-là.
Certes, la France est un pays de culture catholique, son calendrier, le choix de la plupart de ses jours
fériés, en attestent. Mais l’on ne saurait confondre références culturelles et emprise confessionnelle
d’une Église. La laïcité ne s’est pas construite contre la religion catholique, elle s’est limitée, mais là
est l’essentiel, à poser des barrières à la puissance sociale des Églises et, notamment, à celle de
l’Église catholique.
Les laïques identitaires ou éradicateurs, qu’il s’agisse du Bloc identitaire, de Riposte laïque ou de
Front National, tout en feignant de s’affranchir de toute référence religieuse et au prétexte de lutter
contre les communautarismes, voudraient faire du principe de laïcité dont ils se réclament, assorti
de réserves voisines des laïques du repentir, l’instrument de sauvegarde d’une identité fantasmée de
la France. Tout ce qui visiblement heurte leur regard est sommé de disparaître. Pour ces initiateurs
des « apéros vin et saucisson » ou des « soupes au cochon », l’ennemi c’est la religion musulmane et
ses pratiques vestimentaires, cultuelles ou alimentaires. La qualité de Français se juge plus aux
comportements que l’on adopte qu’au partage de valeurs communes. La laïcité acquiert pour eux une
fonction épurative, éradicatrice, exactement à rebours de la conception qu’en avaient les rédacteurs
de la loi du 9 décembre 1905.
Sous l’influence de ces nouveaux courants, la laïcité cesse d’être un outil d’émancipation et un
principe de liberté pour se transformer en instrument permettant de purger l’univers visible de ce
qui blesse leur regard. L’ordre public tend à se réduire à un moyen d’assurer la sauvegarde d’une
identité nationale refermée sur elle-même, exclusive de toute influence qui la viendrait pervertir,
méfiante et parfois résolument hostile à toute immigration qui ne ferait pas acte de capitulation
devant la pauvre mémoire d’un universel sans autre imagination que la réitération de ce qui le rend
si banalement singulier. Le débat engagé en 2009 sur l’identité nationale, finalement converti en une
réflexion sur la question de l’islam, en a offert la navrante illustration.
Pour ces laïques d’un nouveau genre, la laïcité se réduit, dans le meilleur des cas, à une méthodologie
de gestion d’une diversité culturelle qu’ils ne supportent que sommée de faire silence dans son
- 189 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
expression visible et qui parfois confine à un racisme identitaire destiné à sauvegarder l’image qu’ils
se font d’une France ou d’une Europe christiano-centrée, fidèle à ses racines et menacée par le
pratique de cultes venus d’ailleurs. D’instrument d’émancipation, attaché à permettre à chacun de
pratiquer librement le culte de son choix, ils la transforment en outil d’interdiction destiné à réduire
au silence les manifestations qui les dérangent. Une logique d’interdiction n’a jamais rien produit
d’autre qu’un renforcement des crispations qui appellent de nouvelles contraintes pour finalement
conduire à une anéantissement progressif de la démocratie et de la République.
À laisser sans réponse de telles dérives, nous nous condamnons à voir se défaire l’essentiel des
conquêtes acquises au prix de nos combats d’hier. Cela serait inacceptable et seule une insurrection
des consciences laïques est de nature à y faire obstacle.
Et le débat n’est pas simplement théorique, comme en témoigne les propos du maire de Chalon-surSaône autour de la question des repas de substitution proposés lorsque le plat principal contient du
porc. Pour lui, manger du porc deviendrait un indice de laïcité. Serions-nous en train d’inventer une
« laïcité alimentaire » voire « gastronomique » ? Qu’il conviendrait de compléter par la fourniture de
vin dans les cantines scolaires ainsi que le suggérait, il y a peu de temps, un dessin humoristique
paru dans un grand journal du soir.
L’on reste interdit devant une attitude que la décence interdit de qualifier. Mais qui impose de ne
pas rester inerte afin que son poison ne vienne pas détruire le lien social.
Un tel basculement impose la définition d’une stratégie de riposte clairement structurée afin d’éviter
que, sous l’influence d’un discours liberticide, la laïcité ne quitte le champ des libertés publiques,
auquel elle appartient naturellement, pour se muer en instrument de conformation sociale articulé
autour d’une stratégie d’interdiction.
Deux démarches doivent être entreprises, l’une en direction de l’école, l’autre, inscrite dans une
logique d’éducation populaire.
L’institution scolaire doit se doter des moyens lui permettant d’assurer la double mission que
lui assignait l’article 2 de la loi d’orientation de 2005 : la transmission des savoirs et le partage
des valeurs de la République. En effet, comme le souligne justement Mona Ozouf : « L’État
républicain revêt un rôle éthique, éducatif et même spirituel ; pour survivre, il doit être lié, non
seulement à des institutions républicaines, mais aussi à des mœurs républicaines et des
citoyens républicains ». L’enseignement laïque des principes républicains constitue une
exigence absolu, utilement rappelée par Vincent Peillon, lorsqu’il était ministre de l’éducation
nationale. La brutalité des attentats du mois de janvier dernier en a, dramatiquement, rappelé
l’exigence. Mais la capacité à transmettre implique d’abord que ceux qui en ont la charge
aient une connaissance fine de ce qu’ils doivent enseigner et qui n’est pas seulement de
l’ordre du savoir. Il convient tout à la fois d’enseigner et de se donner les moyens d’apprécier
les résistances, de les mettre en mots, de repérer les comportements et d’être en mesure de
les qualifier afin d’articuler les réponses adéquates, ce qui impose connaissances, autorité et
capacité de prise de distance. L’actuelle ministre de l’éducation nationale ainsi que les
différents rectorats doivent être remerciés pour la rapidité et l’efficacité des réponses
apportées dans l’urgence. Les formations organisées ont permis de prendre la mesure de la
capacité du corps enseignant à prendre une exacte mesure des défis qui leur étaient lancés.
Ils ont, dans leur immense majorité, manifesté une aptitude à circonscrire les problèmes
rencontrés, apportant le plus souvent les réponses adaptées. Ainsi lors des quelques
perturbations constatées lors de la minute de silence organisée après les attentats du mois
de janvier. Trois attitudes se dégageaient parmi les « perturbateurs ». Il y avait tout d’abord les
chahuteurs, qui ont trouvé là l’occasion de se rebeller encore une fois contre l’autorité. Il y
avait une petite minorité affirmant cyniquement et de façon parfaitement inacceptable « ils
- 190 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
l’ont bien mérité ». Enfin ceux qui disaient « je ne suis pas Charlie, on est indigné de ce qui s’est passé
mais on a le droit de ne pas être d’accord avec les caricatures ». Cette dernière assertion, si elle peut
nous choquer, méritait discussion et, le plus souvent, elle fut utilement engagée.
Mais
comment inscrire cela dans la durée ? L’enseignement laïque de la morale n’est pas
simple car il ne s’agit pas simplement de rétablir la « bonne vieille morale » dont une série de
maximes épuiserait la signification. La stratégie passe d’abord par une organisation des plans
éducatifs territoriaux qui devraient permettre d’opérer une jonction intelligente entre la
question sociale et la question laïque. Il semble également important que l’enseignement
laïque de la morale, permette de développer des enseignements du droit et de la philosophie,
dès la maternelle, avec des outils simples. Il importe, également, de donner à l’enseignement
du fait religieux la place qu’il peine encore à occuper.
Des
formations universitaires spécifiques, tels des D.U. consacrés aux religions et à la laïcité,
qui ont été organisés à Montpellier et à Toulouse, avec le soutien de la Ligue de l’enseignement,
peuvent constituer des outils pertinents, tant dans une logique de formation initiale que de
formation pertinente des enseignants et chefs d’établissement qui le souhaitent.
Une invitation à travailler le texte des règlements intérieurs des établissements scolaires, sous
une forme plus participative, associant l’ensemble des acteurs de la communauté éducative,
peut constituer un utile exercice de pédagogie active. Chacun prendra plus précisément la
mesure des obligations qui lui incombent.
Mais l’espace scolaire, quelle que soit l’importance qu’il convient de lui reconnaître, ne saurait
être le seul à se voir imposer d’une exigence de respect de l’impératif de laïcité. La société
civile dans son ensemble a des choses à débattre, des démons à exorciser, des commodités
à déconstruire. L’infusion sans cesse plus dense des discours de haine et d’exclusion, dont
témoignent les succès électoraux de forces politiques xénophobes, imposent de redonner
toute la place qui lui revient à la démarche d’éducation populaire, seule de nature à
déconstruire les a priori à partir desquels se défait le lien social. Seule la capacité construite
à regarder ce qui nous arrive pour parvenir à le penser est de nature à rendre acceptable la
réalité de la multi-culturalité et de la multi-confessionnalité, sous l’arbitrage d’une laïcité
rendue à sa fonction première et exclusive de garantie de la liberté de chacun dans les limites
de l’ordre public démocratiquement défini.
Afin de contribuer à l’éducation à la citoyenneté et à la laïcité, La Ligue de l’enseignement a organisé
un centre de ressources constitué de textes de références, d’indications bibliographiques, de modules
de formation et d’une importante sitographie. L’on peut retrouver partie de ces ressources sur les sites
www.laicite-laligue, www.laicite-educateurs.org, www.cidem.org, http://blogs.mediapart.fr/edition/laicité.
- 191 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 24 juin 2014
Audition de participants à l’InterFaith Tour
et de membres de l’association Coexister
M. Samuel Grzybowki, Président de Coexister et membre de l’InterFaith Tour :
« Je voudrais vous dire un grand merci pour votre accueil.
Nous intervenons ici en tant que membre de l’association Coexister, le mouvement interreligieux et
interconvictionnel des jeunes, et particulièrement en tant que participant au projet InterFaith Tour de
cette même association.
Sachez tout d’abord qu’au sein de l’association « Coexister », personne n’est qualifié par son étiquette
religieuse, mais nous avons pris l’habitude dans notre InterFaith Tour de la donner lorsque nous nous
présentons, puisqu’une de nos particularités est justement de représenter toutes les principales
religions, l’agnosticisme et l’athéisme. Nous avons un millier de membres adhérents entre 15 et 35ans
dans toute la France, de toutes croyances et convictions.
Sachez ensuite que nous ne voyons pas le dialogue ou l’interreligieux comme une finalité. Pour nous,
l’interreligieux est avant tout un outil, un levier au service du vivre ensemble.
Outre nos actions dans toute la France, nous nous sommes alliés à Sparknews il y a deux ans pour
monter le projet InterFaith Tour qui vise à envoyer tous les deux ans un groupe de jeunes de
différentes convictions ou croyances à travers le monde, dans des pays aux contextes différents, et
qui se trouvent confrontés à des problématiques différentes (la lutte contre la guerre, contre les
tensions, etc.) pour étudier le fait interreligieux a travers le prisme mondial.
Nous étions membres de la première équipe qui était composée de 5 jeunes (juif, chrétien, musulman,
athée et agnostique). De juillet 2013 à mai 2014, nous avons visité 50 pays et avons produit 250 interviews
qui constituent la base de nos recherches. »
Mme Aissata Ba, membre de Coexister :
« Créé en 2009 suite à l’opération Plomb durci à Gaza, Coexister, le mouvement interreligieux des
jeunes, est une association loi 1901 a-partisane et a-confessionnelle reconnue d’intérêt général, qui
par le biais du dialogue, la solidarité et la sensibilisation promeut la coexistence active au service du
vivre-ensemble et de la cohésion sociale. Elle rassemble des croyants et des non croyants : juifs,
chrétiens, musulmans, athées, agnostiques, etc ensemble.
La coexistence Active est un modèle interactif dans lequel le vivre-ensemble dépend des différences.
La cohésion sociale est donc créée non plus « malgré » mais « grâce » aux différences. Elles sont
synergiques et favorisent la compréhension de l’autre et la compréhension de soi. On parlerait ici
d’une interaction entre l’identité et l’altérité, comme s’il s’agissait d’un dosage équilibré à réaliser. Si
je m’ouvre à l’autre je dois me connaître moi-même. Si je veux me connaître moi-même je dois
m’ouvrir à l’autre. Une sorte de boomerang entre « moi » et « lui ».
- 192 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Partant du constat de la nécessité d’apprendre à nous connaître, pour vivre ensemble, nous avons
décidé d’articuler nos actions autour de 5 pôles :
Le dialogue
Le pôle dialogue est pour nous le premier pas de la coexistence. Il vise à une meilleure connaissance
de soi et des autres. On peut y organiser une visite de lieux de cultes, un débat, une conférence, un
repas partagé un soir de fête, une exposition ou une séance de cinéma. Tout est bon pour trouver
un prétexte à la découverte de ce qui fait que l’autre est différent de moi.Il ne s’agit pas d’un dialogue
qui consisterait en un échange sur les différentes croyances, il s’agit pour nous d’aller au-delà. Nous
ne connaissons pas les religions de tous les membres de l’association d’ailleurs.
La solidarité
Le pôle solidarité se met en action dès qu’on a passé l’étape du dialogue. Il vise à offrir des
expériences de solidarité à des jeunes qui ne partagent pas la même identité ou la même conviction.
Lorsqu’ils disent « je suis » ou « je crois » ils sont d’accord pour ne pas être d’accord. Mais lorsqu’ils
disent « je fais » ils le font ensemble au profit de l’intérêt général. Auprès des personnes âgées, des
sans-abris ou des orphelins, par le biais du don du sang, de la collecte de vêtements ou de jouets,
le pôle solidarité recentre les individus vers un objectif commun, tout différents qu’ils soient.
L’initiative qui l’illustre le mieux est l’opération « Ensemble à Sang% » qui a lieu tous les ans et qui
consiste en un don du sang regroupant des personnes de toutes les confessions, devenu le FAT
(Festiv’All Together). Mais il y a aussi des actions avec la « mie de pain » qui est une association visant
à répondre aux besoins de personnes en danger du fait de la précarité ou de l’exclusion. Etc. ».
M. Victor Grezes, membre de l’InterFaith Tour et de Coexister :
« Notre devise est : « Diversité dans la foi, unité dans l’action ». Dès les premiers « Ensemble à sang% »
il y avait des scouts musulmans mais aussi juifs par exemple. L’unité était remarquable. En tant
qu’Athée, je me retrouve particulièrement dans cette démarche qui va bien au-delà de la religion ».
Mme Aissata Ba, membre de Coexister :
La sensibilisation
« Enfin, le pôle sensibilisation est l’aboutissement de notre démarche. Il propose des ateliers pour
« rendre sensible » les jeunes à l’importance du vivre-ensemble et de la coexistence active à travers
des outils de lutte contre les préjugés. En offrant sous forme de prestation normalisée de rencontrer
collégiens, lycéens, étudiants ou entrepreneurs, les jeunes de Coexister peuvent témoigner de leur
expérience au sein d’un groupe et porter haut le message de la coexistence active au service du vivreensemble. Par le biais d’outils pédagogiques très précis, ils peuvent par la même occasion aider au
décryptage du principe de liberté de conscience et de religions, à l’apprentissage de la laïcité à la
déconstruction des clichés pour motifs religieux. Tout le monde peut inviter Coexister à venir faire une
conférence ou une sensibilisation (et ce obligatoirement via le responsable national de la
sensibilisation). Nous avons été sollicités par des établissements scolaires privés, mais aussi par des
entreprises comme EDF qui souhaitent être sensibilisées sur ces questions pour prévenir les risques
d’atteintes à la cohésion sociale. De plus, nous essayons d’avoir un véritable impact sur les jeunes,
notamment par le biais des réseaux sociaux.
- 193 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La formation
Conscients que l’action d’un mouvement comme Coexister nécessite des connaissances solides sur
le fait religieux et le management interculturel, nous avons instauré un plan de formation visant à
répondre à la double nécessité de développer une culture commune chez ses membres et de leur
permettre l’acquisition des compétences nécessaires à la mission spécifique qui leur est confiée.
Ainsi nous proposons des formations sur les religions représentées en France, sur la laïcité, sur des
savoir-être complets sur la posture du dialogue interconvictionnel et interreligieux et des savoir-faire
concrets sur la mise en œuvre de projets organisés par des moins de 35 ans et, enfin, sur les outils
de l’interculturel.
La Vie-Commune
Nos propositions de vie commune représentent l’aboutissement de notre démarche et donnent la
possibilité aux jeunes qui le souhaitent de partager réellement une partie plus ou moins longue de
leur vie avec des personnes aux convictions différentes : pour quelques semaines avec les voyages
d’étude et les camps d’été, ou pour quelques mois avec les colocations et le projet InterFaith Tour.
Je vais laisser la parole à Victor Grezes pour vous détailler le projet InterFaith Tour. »
Victor Grezes, membre de l’InterFaith Tour et de Coexister :
« Nous avions déjà organisé auparavant des séjours d’une à deux semaines dans des lieux symboliques.
Mais nous avons décidé il y a deux ans de monter ce projet de tour du monde, pour aller encore plus
loin.
Ainsi nous souhaitons que tous les deux ans 5 jeunes partent, un chrétien, un musulman, un juif, un
agnostique et un athée, expérimenter le vivre-ensemble et représenter la diversité française pendant
10 mois partout à travers le monde.
Il fallait apporter une dimension humaine, et en même temps scientifique à ce voyage : nous avons
donc rencontrés 435 personnes ou groupes qui se disent engager dans l’interreligieux et avons
produit 250 interviews filmées.
Nous considérons que notre projet est profondément laïque et républicain et, pour nous,
l’interreligieux (qui n’est pas un dialogue théologique) est un outil à la fois de cohésion sociale et de
vivre ensemble.
Il y a 5 types d’acteurs que nous avons essayé de rencontrer :
Les
grands leaders religieux : le Pape François, le Grand Imam d’Al Azhar, le Patriarche
Maronite, le Pape Copte, le Grand Rabbin de Jérusalem, etc.
Les
La
organisations locales engagées dans l’interreligieux.
société civile.
Des
jeunes, notamment dans des établissements scolaires.
Des
diplomates, car nous avons été reçus par l’ensemble des postes diplomatiques grâce à
notre partenariat avec le MAEDI.
- 194 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Après 10 mois autour du monde, nous avons souhaité faire un Tour de France de 2 mois pour
sensibiliser la population française par le biais de plus de 90 conférences. Nous commençons
seulement notre Tour de France mais nous voyons déjà que cela peut avoir un impact sur les jeunes.
Le message que nous essayons de faire passer c’est « vous pouvez choisir les modalités du monde
dans lequel vous voulez vivre ». Nous voulons aussi faire tomber les a priori et les clichés.
Par exemple, nous avons rencontré une jeune fille de 3ème il y a quelques jours qui nous a dit à la fin
de notre intervention : « Moi avant j’avais peur des musulmans et maintenant je réalise que ce sont
des hommes comme les autres ». Nous réalisons que la sensibilisation par les pairs est un grand atout.
Concernant la laïcité :
Nous avons remarqué qu’il y a une forte méconnaissance de la laïcité à travers le monde, 90% des
personnes que nous avons rencontrées pensaient que le voile étaient interdit dans la rue (ainsi que
la kippa) en France et pensaient que les communautés religieuses devaient y évoluer de façon
souterraine.
Nous nous sommes donc fait malgré nous les ambassadeurs du modèle français et nous avons décrit
de quelle façon nous vivions en France. Notre objectif n’était cependant pas de promouvoir
spécifiquement le modèle français, mais plutôt de comprendre la diversités des modèles existants et
les apports que peuvent nous fournir les autres systèmes.
De plus, la France est considérée comme le pays de l’islamophobie. Beaucoup de pays et de
personnes que nous avons rencontrées pensent que la France est le pays de l’islamophobie
internationale, il nous a donc là aussi fallu réexpliquer la situation française.
Nous sommes donc partis pour aller à la rencontre d’initiatives et nous nous sommes retrouvés des
ambassadeurs informels de la laïcité, leur rappelant que ce n’était pas un principe d’interdits mais au
contraire une garantie de liberté.
Aussi, nous devons souligner le fait que nous avons été très bien reçus par les ambassades françaises
lors de chacune de nos étapes, qui étaient très intéressées par ces questions et ont pris du temps
pour nous accompagner dans nos démarches si besoin. »
Samuel Grzybowki, Président de Coexister et membre de l’InterFaith Tour :
« Ce que nous souhaitons c’est déconfessionnaliser l’interreligieux. En France, depuis 70 ans
lorsqu’on évoque l’interreligieux, c’est avec une véritable portée confessionnelle. Cela signifie donc
que des membres de religions différentes se réunissent pour parler de leur foi, ils cherchent des
points communs, explicitent les différences, etc.
Nous nous sommes rendus compte que dans le reste du monde, l’interreligieux est utilisé comme
levier pour construire quelque chose d’autre, la cohésion sociale, le vivre-ensemble.
Exemple d’initiatives interreligieuses : au Kenya des femmes de différentes confessions, chrétiennes,
musulmanes et animistes qui sont veuves et doivent élever seules leurs enfants, échangent sur les
bonnes pratiques en puisant dans leurs cultures et références religieuses, etc. Et cela, sans pour
autant discuter des croyances des unes et des autres.
Nous nous sommes rendus compte qu’en France l’interculturel et le multiculturel n’a pas suffi pour
le vivre-ensemble et nous estimons que l’interreligieux peut contribuer à une meilleure cohésion
sociale.
- 195 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Nous avons quelques exemples d’initiatives intéressantes, même s’il y en a qui ne sont pas du tout
importables en France.
La principale initiative que nous retenons se pratique à Berlin : il s’agit de la « longue nuit des religions ».
C’est une initiative publique qui permet aux différents lieux de culte de la ville d’ouvrir leurs portes
durant une nuit et qui permet d’aller à la rencontre de l’autre. C’est une initiative à mi-chemin entre
la nuit blanche et les journées du patrimoine. La première année il y a eu entre 100 à 150 communautés
qui y ont participé et cette année il y avait les 250 communautés. Cela commence avec un discours
à la mairie en présence des représentants des communautés, puis ensuite chacune ouvre ses portes
à tous. Cette initiative permet de casser les préjugés, et nous pensons qu’il serait possible d’organiser
ce genre de chose en France.
Cette déconfessionnalisation de l’interreligieux nous a valu beaucoup de critiques car nous nous
déclarons trop aconfessionnels pour les institutions religieuses. Les plus vives critiques viennent de
membres de l’Église catholique.
À l’inverse, nous sommes par exemple très bien reçus par l’UOIF que certains considèrent comme une
organisation extrémiste. On nous y remercie pour le message apaisant que nous portons.
Également, il y a des initiatives qui nous paraissent intéressantes au niveau municipal, comme la
constitution d’un conseil extra-municipal dans une commune des Pays-Bas.
Même en France où nous avons eu connaissance du conseil extra-municipal de Beauvais qui est
simplement consultatif, composé de personnes de tous les âges et ayant comme but le vivreensemble.
Autre exemple à Stockholm, où chrétiens et musulmans ont acheté un même terrain afin de construire
deux lieux de culte ensemble. Ces lieux partageront une entrée commune, ce qui obligera
positivement les différents croyants à se rencontrer.
Autre exemple, Buenos Aires, où il y a des initiatives interreligieuses municipales alors qu’il n’y a que
5% de minorités. Ils font des balades à vélo, organisent des événements communs, etc. afin de mettre
un terme aux préjugés.
Dans de nombreux pays, nous avons constaté que le secours catholique, le secours musulman et le
fond social juif unifié ne forment qu’une même entité et ne sont pas séparés par la croyance. Ainsi,
il est quand même étrange que la France soit le seul pays au monde à avoir 5 mouvements de
scoutismes liés aux différentes convictions religieuses. »
Victor Grezes, membre de l’InterFaith Tour et de Coexister :
« Je voudrais dire un dernier mot sur La Réunion : nous nous sommes rendu compte qu’il y avait une
différence d’interprétation et d’application de laïcité entre l’Île de la Réunion et la métropole. Il y a
là bas un respect beaucoup plus élevé de la différence et ça nous a agréablement surpris et donné
beaucoup d’espoir sur le vivre-ensemble en France métropolitaine. »
- 196 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Paris, le 17 juin 2014
Audition de M. Serge Blisko, Président
de la Mission interministérielle de vigilance et
de lutte contre les dérives sectaires (Miviludes)
« Monsieur le Président, Jean-Louis Bianco, mesdames et messieurs les membres de l’Observatoire
je voudrais vous remercier de votre invitation.
La Miviludes est issue d’un décret de Jean-Pierre Raffarin à la fin 2002. Elle succède à une autre
mission, la « Mission interministérielle de lutte contre les sectes ».
La Miviludes est rattachée au Premier ministre, comme l’Observatoire.
Nous travaillons avec des associations, principalement l’Union Nationale des Associations de Défense
des Familles et de l’Individu (UNADFI) et le Centre Contre les Manipulations Mentales (CCMM) fondé
par Roger Ikor, dont le fils est décédé à la suite d’un jeûne recommandé par le « zen macrobiotique ».
Différentes initiatives parlementaires ont fait évoluer la lutte contre les sectes :
La
première a été menée par M. Alain Gest et Jacques Guyard, suite aux suicides collectifs de
l’Ordre du Temple du Solaire. Ce rapport a été publié en 1996 et s’intitulait « Les sectes en
France ». Quelques mois plus tard le gouvernement Juppé a créé l’Observatoire interministériel
sur les sectes.
En
1999 une commission d’enquête parlementaire présidée et rapportée par les députés
Jacques Guyard et Jean-Pierre Brard s’est intéressée aux sectes et l’argent.
En 2001 a été votée la loi dite About/Picard destinée à renforcer la prévention et la répression
des mouvements sectaires (article 223-15-2 du Code pénal).
En 2006 une commission d’enquête parlementaire présidée par Georges Fenech s’est
consacrée à la situation des mineurs dans un rapport intitulé « L’enfance volée, les mineurs
victimes de sectes ».
En 2013, une commission d’enquête parlementaire du Sénat – Alain Milon (président) et
Jacques Mézard (rapporteur) – s’est intéressée aux dérives thérapeutiques et aux dérives
sectaires dans le domaine de la santé.
Le paysage français est particulier puisqu’il y a une grande attention des pouvoirs publics et un travail
de plus en plus affiné pour échapper à l’accusation de nuire à la liberté de croire. En 1995
l’Observatoire avait alors décidé de publier une liste classant 450 mouvements comme « Sectes ». Ils
avaient alors commis une faute en mettant de nombreux mouvements d’origine bouddhiste dans
cette liste par erreur. Il n’appartenait pas à l’État de classer ce qui relève du religieux et de la secte.
- 197 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
De plus, toutes les décisions au contentieux qui s’étaient fondées sur cette liste ont été annulées.
Et les associations qui étaient classées comme « secte » ont largement changé de nom pour dire
qu’elles ne figuraient pas sur la liste.
Il n’y a pas de groupe religieux suspect, il n’y a que des « dérives », s’il y a des dérives elles sont
souvent de droit commun et peuvent tomber sous le coup de l’abus de faiblesse par suggestion
mentale. En une dizaine d’année nous avons eu une trentaine d’affaires de ce type.
Pour nous, ce qui est important c’est que les incriminations majeures tombent sous le coup de la loi
About/Picard. Parce que cela leur donne une dimension particulière. En effet, elles pourraient tomber
sous le coup d’une condamnation simple pour escroquerie, etc. Mais cela permet que la victime soit
reconnue comme ayant été soumise à une emprise mentale.
Nous formons des personnes, nous aidons les victimes, nous travaillons avec le Bureau central des
cultes du ministère de l’Intérieur, mais nous nous interdisons de parler de doctrine ou de juger les
croyances. Nous ne connaissons que les dérives.
Je rajouterai que nous avons 2500 demandes par an qui émanent des particuliers, des administrations,
des associations et des demandes d’information par les préfectures ou par la police nationale.
Nous travaillons aussi beaucoup avec les Ordres de médecins qui sont très touchés par des praticiens
travaillant sans diplôme, ou par des pseudos psychothérapeutes qui manipulent les personnes.
Notre action est inscrite dans la loi de 1905, notre objet est de veiller à ce que la liberté de religion
ne soit pas détournée pour couvrir des atteintes aux personnes. »
- 198 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La laïcité, une étrangeté française
ou un projet universel ?
Par M. Daniel Maximin, écrivain
1789. Déclaration à Paris : « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit ».
1948. Déclaration universelle de l’ONU à Paris : « Tous les êtres humains naissent libres et
égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les
uns envers les autres dans un esprit de fraternité ».
1. Le principe de la laïcité s’appuie historiquement en France sur celui de la citoyenneté, conçue ellemême comme l’émanation directe des différentes Déclarations des droits de l’homme, notamment
la Déclaration française de la Révolution de 1789, et la Déclaration universelle de l’ONU en 1948.
Cette dernière étant considérée comme essentiellement issue de celle de 1789, l’une comme l’autre
ont pu souffrir de contestations de leur dimension universelle, visant à miner par principe leurs
légitimités. Le fait qu’une quasi unanimité des pays a voté à l’ONU la déclaration de 1948 ne légitime
toujours pas pour certains pays ce qu’ils font apparaître comme une volonté des puissances
impérialistes et coloniales dans l’après-guerre d’imposer un principe « européen ou occidental », lui-même
en contradiction avec leur politique s’opposant encore au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes,
essentiellement dans le Tiers-monde en lutte pour la décolonisation.
Quant à la Déclaration de 1789, elle serait pour certains le signe d’une prétention de la « patrie des droits
de l’homme » à universaliser urbi et orbi des principes qui n’auraient en réalité qu’un caractère national,
ou au plus « européen ». La non-prise en compte par exemple de l’universalité des personnes, par l’exclusion
des femmes et des esclaves apparaît comme une tare originelle (à l’image de la Déclaration américaine
qui l’avait précédée, et qui avait exclu de l’égale liberté les esclaves noirs et les Amérindiens.). Et
plus tard, la politique d’impérialisme colonial dans les deux siècles suivants s’est inscrite dans un déni
de la liberté et de l’égalité des « autres hommes », qui plus est au nom de la mission civilisatrice et d’une
politique d’assimilationnisme culturel, qui ajoutaient la promotion des droits au fardeau de l’homme
colonisateur. La France serait ainsi coupable d’une imposition par la force de son modèle de société,
coupable d’une universalisation imposée par contrainte d’assimilation.
2. Mise en cause de son principe, mise en cause de son évolution historique, la déclaration
des droits et la pratique de la laïcité reçoivent aujourd’hui des critiques convergentes en
ce sens à la fois de l’extérieur et de l’intérieur. Notamment à l’extérieur dans les pays anglosaxons, aux États-Unis, à l’ONU, à la Cour européenne des droits de l’homme ; et à l’intérieur, de
la part de certaines communautés immigrées et de certains représentants de religions. Des critiques
convergentes accusent la France d’atteinte aux droits de la personne, notamment dans le domaine
religieux ou de la vie privée, en raison de la mise en avant d’une « exception française » conçue
comme pouvant porter atteinte en définitive aux droits de l’homme dans sa prétendue « patrie ».
Il importe donc pour l’Observatoire de proposer un examen des origines et de l’histoire de la laïcité
qui puisse répondre à ces accusations, et examiner ce qui fait la légitimité de ses fondements, ainsi
que les dérives historiques, et socio-politiques qui ont conduit aux mises en causes d’aujourd’hui.
- 199 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La laïcité n’étant pas une religion révélée, ni un dogme imposé, elle se doit de se légitimer par elle
même comme un fondement du « vivre ensemble » libre et égal, et mettre au net les conditions de
son « invention », de son origine légitimée par « une foi sans dieux ». Julien Benda disait que « le
monde souffre d’un manque de foi en une vérité transcendante ». Tout ce qui renforcera l’originelle
légitimité transcendante des droits de l’homme ne pourra que renforcer une perception plus juste et
la promotion sans complexe de la laïcité et des lois qui doivent la protéger, la renforcer et la
promouvoir.
3. Une relecture historique est utile pour éclairer le présent. Plusieurs thèmes d’études sur cette
dimension pourront être examinés pour éclairer la réflexion.
- Concernant la question de l’origine de l’universalité : ce qui se donne comme universel,
c’est la soif de la personne humaine de se considérer comme libre et égale, comme un
être à la fois de singularité et de relation. Toute atteinte même volontaire à cette soif est
considérée comme une aliénation, une perte de dignité, une soumission à un autre dominant.
D’autre part, la conscience de « l’utilité commune » structure la personne en même temps comme
être social, désireux de se confronter à la liberté et à l’égalité de l’autre et des autres, dans la
conscience de l’universalité des contraintes collectives qui cimentent le partage du vivre
ensemble. C’est cet équilibre toujours instable entre le soi et l’ensemble qui constitue l’humanité
comme mouvement et non pas comme structure immuable et figée, chaque société se
définissant par sa manière volontairement singulière de vivre et de faire évoluer cette relation.
D’où la nécessaire confrontation à d’autres par inclusion ou exclusion, par conquête ou
assimilation, par contrainte ou par choix, afin de « bricoler » – au sens fort donné par Lévi-Strauss –,
un équilibre destiné à préserver les structures élémentaires de sa singularité, tout en faisant
place à l’invention du nouveau et de l’imprévu déstabilisant. Ce qu’affirment les déclarations
des droits de l’homme, c’est que chaque être, seul parmi quelques milliards d’autres, a droit à
la jouissance de sa singularité, et que c’est là que se mesure la jauge de sa dignité. Chaque
société a droit à l’exercice de sa singularité de conceptions et de vie. Mais ce qu’elles ajoutent
de fondamental, c’est l’affirmation que ces principes qui les définissent sont en même temps
ceux qui doivent les relier dans un partage de ces principes essentiels à leur vie et leur survie.
4. En ce sens, il apparaît que les droits de l’homme n’ont pas de patrie originelle qui en serait
« l’inventeur ». C’est l’homme qui est l’inventeur des droits de l’homme, qui bien sûr se déclinent
historiquement, politiquement, et s’inscrivent en telle époque ou en telle société. La grandeur de la
Déclaration française, vient de ce qu’elle a relié en une synthèse historiquement révolutionnaire, toutes les
évolutions d’un siècle, pour écrire et voter en une nuit une liste d’aspirations qui constitue l’exposé de ce
qui fait partout et toujours la dignité humaine. Ce n’est pas 1789 qui a inventé l’universalité des droits de
l’homme, c’est l’inverse : La France en 1789 a eu le geste « modeste et fou » de synthétiser un vœu universel
qui la précédé et qui l’a éclairé dans sa Révolution. La Révolution procède des droits de l’homme, elle ne les
pas inventés, elle les a célébrés puis inscrits dans un texte fondateur pour l’histoire de la France et du monde.
La patrie des droits de l’homme c’est l’homme universel chaque fois qu’il combat, résiste et gagne
sa liberté. Et par exemple en 1802, leur patrie, ce sont les colonies des Antilles libérées de l’esclavage
luttant contre un Napoléon perçant déjà sous Bonaparte qui voulait détruire cette liberté si chèrement
gagné, en même temps qu’il se préparait a bafouer en France les droits de l’homme pour installer un
empire sur les ruines de la Déclaration.
Cette reconnaissance historique permet de faire litière des accusations de prétention universaliste qui
veulent fragiliser l’expression des droits de l’homme par la révolution de 1789, sous prétexte qu’elle ne
serait qu’une déclinaison régionale et datée de ce qu’une importante personnalité étrangère appelait une
« lettre au Père Noel » pour qualifier la déclaration de 1948. C’est à la fois modestie et fierté quand un
peuple pour sa propre liberté fait référence à l’universel et même l’appelle à son secours, comme la France
de 1789, comme l’Espagne de 1936, comme tous ceux qui appellent aujourd’hui le droit d’ingérence à leur
secours faisant fi des frontières préservatrices de leur oppression.
- 200 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
5. Les Droits de l’homme, et leur déclinaisons historiques, Habeas corpus, Citoyenneté,
Laïcité entre autres, n’ont ni de valeur d’usage ni de valeur d’échange : elles sont valeurs
de relation. Relation entre les hommes, entre les sociétés, et leur légitimité ne vient pas de
l’intérieur de chaque être ou de chaque groupe, mais de cet Entre-deux, qui les définit comme
transcendance au dessus du Même et de l’Autre en confrontation, et les institue comme
incarnation concrète de la figure du Proche.
Par exemple, pour ce qui concerne la laïcité, celle-ci n’est en rien par sa nature une intrusion dans la
sphère privée par exemple du religieux, mais elle ouvre les portes sans entrer à l’intérieur de l’espace
afin de permettre à chacun d’entrer et de sortir librement dans l’espace public également partagé.
Elle n’est pas instituée pour empêcher la liberté de penser ou de vivre sa croyance, pour se protéger du
religieux, mais pour permettre la pluralité des expressions des croyances sans tolérer la domination d’une
seule.
L’histoire de la France frappée de tant de guerres de religions atteste que la sécularisation du pouvoir
politique et l’élimination de tout pouvoir « de droit divin », ont permis la cohabitation des religions,
en particulier le retour des exclues et l’arrivée de nouvelles.
Rappeler ces principes originels et dire cette histoire pluri-centenaire permettrait de faire justice
aujourd’hui des accusations tactiques d’intolérance à la présence de religions venues plus récemment
du Moyen-Orient, d’Amérique et d’Asie. La laïcité n’est pas une croyance parmi d’autres qui se
toléreraient sans se côtoyer ni échanger. Elle est un principe au-dessus des croyances, qui n’a pas
été instituée pour se protéger d’une religion, mais pour permettre la cohabitation de toutes, et plus
même, pour exiger d’elles toutes qu’elles se rejoignent également dans la défense du bien commun
qu’est la tolérance, fut-ce au prix de la remise en cause de leurs certitudes, de leurs dérives
dogmatiques et de leurs vérités révélées. À ce titre, le plus important aujourd’hui n’est pas ce que la
laïcité peut faire pour les religions, mais ce que les religions doivent faire évoluer de leur intérieur pour
la promotion commune de la laïcité, par exemple à l’école, lieu prioritaire d’apprentissage commun
de la citoyenneté.
6. Tout cela implique aussi une relecture plus ouverte d’une histoire de France trop souvent limitée
à sa seule expression hexagonale, sans tenir compte de sa dimension internationale et
« ultramarine » pourtant si éclairante.
La colonisation française établie sur trois continents n’a pas été qu’une relation prétendument
unilatérale de dominant actif à dominé passif, et il importe de considérer l’apport des résistances des
colonisés, de leurs « consciences décolonisées », qui au nom justement des droits de l’homme, à permis
de grandes avancées de leur mise en œuvre, en France même et dans le monde, depuis les abolitions
de l’esclavage jusqu’à la décolonisation. L’identité française moderne dès son origine à la Révolution
jusqu’à nos jours, s’est métissée sans arrêt des apports venus des trois autres continents. Notamment
sur la question fondamentale de la promotion conjointe de la liberté, de l’égalité et des diversités
socio-culturelles.
Le fondement de l’identité nationale sur des synthèses d’apports socioculturels venus de tous les
horizons apparaît souvent en France comme une utopie d’harmonie protectrice, face aux clôtures des
nationalismes, aux dérives communautaristes. Ou un vœu pieux face aux violences de la
mondialisation. Cette réalité souffre de ne pas être affirmée d’abord comme une évidence bien
ancienne, structurante de la nation, fondatrice de l’identité culturelle française, à la source de la
constitution de la République sur la base de la citoyenneté.
- 201 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
7. Comment par exemple peut on attester la dimension universelle de la déclaration de 1789, sans
affirmer pleinement qu’elle s’est légitimée grâce aux luttes des esclaves des colonies françaises
qui ont imposé le vote de l’abolition de l’esclavage par la République en 1794 ?
Au « siècle des Révolutions », l’Amérique et l’Europe n’étaient pas seulement reliées par la circulation dans
les deux sens des idées et des actes libérateurs entre élites et états : Angleterre, France, États-Unis.
faisant se répondre leurs déclarations des droits au-delà de l’océan. Mais l’action de résistance à
l’esclavage des populations d’origine africaine a été un facteur décisif de l’internationalisation de ces
luttes et de leur inscription dans le combat des Droits de l’homme en Amérique, au-delà du seul vœu
d’indépendance politico-économique des dirigeants des colonies anglaises, qui ne concevaient leur
liberté américaine que sur le maintien de l’esclavage. La lutte des esclaves pour leur liberté peut être
considérée comme un pur combat pour les droits de l’homme : ni guerre de religion, ni de conquête,
ni croisade, ni jacquerie d’affamés, ni lutte contre une occupation étrangère, mais combat d’homme
immigrés venus lointainement d’Afrique enracinés en terre étrangère, pour la seule priorité de leur
liberté et l’affirmation de leur égale dignité. Trois continents concernés : la France en Europe, les
opprimés venus d’Afrique, et inscription de leur lutte enracinée en Amérique: voilà qui a su donner
une dimension « universelle » à 1789 grâce à la victoire partagée dans la lutte et la loi en 1794, pour la
première abolition arrachée au nouveau monde, par une conjonction de combats et de principes
des deux côtés de l’océan qui ont fait passer les esclaves vainqueurs du statut de biens meubles à
celui de citoyens non d’un État ou d’une ethnie, ou d’une unique nation, mais d’une commune
République espérée libre et égale d’une rive à l’autre. L’esclave noir des Antilles s’est libéré nu, sans
référence ethnique, territoriale, religieuse, ou nationale, et, refusant de s’émanciper au nom du seul
critère racial, s’est revêtu des habits neufs de la citoyenneté, qu’il avait contribué à faire naître pour
ici et pour là-bas, tout comme son « frère-citoyen » ouvrier de Paris ou paysan de Champagney
exigeaient parmi les doléances pour leur ici, l’abolition pour leurs « frères noirs » de là-bas. On peut
ici rappeler la conclusion éclairante d’Aimé Césaire dans son ouvrage sur Toussaint Louverture, le père
de la révolution Haïtienne : « Quand Toussaint-Louverture vint, ce fut pour prendre à la lettre la
déclaration des droits de l’homme, ce fut pour montrer qu’il n’y a pas de race paria; qu’il n’y a pas
de pays marginal; qu’il n’y a pas de peuples d’exception. Ce fut pour incarner et particulariser un
principe: autant dire pour le vivifier. Dans l’histoire et dans le domaine des droits de l’homme, il fut,
pour le compte des Nègres, l’opérateur et l’intercesseur. »
8. Cette « invention » d’une citoyenneté métisse partagée dès l’origine, même si elle n’a pas duré
dans un premier temps à cause de l’avènement de Bonaparte, ayant du attendre une autre
Révolution en 1848 pour l’abolition définitive, reste le socle fondateur de ce qu’on considère
comme le modèle français de la citoyenneté, et qui a été systématiquement occulté depuis en France
métropolitaine, au profit d’une image d’unité anthropologique d’un Hexagone censé se composer de
« purs produits ».
La réalité originelle d’une créolisation de la citoyenneté française, la réalité bien vérifiée par l’histoire
d’une victoire des droits de l’homme réalisée par des humains venus de trois continents, a été reniée
au profit de l’assomption d’une image entièrement centrée sur l’histoire de l’intérieur du seul
hexagone, perdant du même coup l’affirmation de la dimension internationale de ces avancées
historiques partagées. La décision de rétablissement de l’esclavage par Bonaparte, puis le long
processus postérieur de colonisation des continents d’Afrique et d’Asie, ont définitivement dévoyé
en France la conscience des émancipations communes en celle d’un système recentré sur la
domination du Même comme « peuple d’exception ».
Or l’universel est et a toujours été un horizon naturel des peuples en lutte pour leur décolonisation,
à la fois parce que la colonisation a toujours eu une dimension internationale en tant que première
mondialisation historique, et surtout parce qu’ils faisaient leur la vision que : « l’universel, c’est le
- 202 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
local moins les murs » (Miguel Torga). Sachant que leur liberté ne pourrait s’acquérir que par la
destruction des murailles érigées par l’étranger bâtisseur de forts et d’interdits, autant que par
le rejet du repli sur la prison nostalgique du pur-même et les cases closes de l’entre-soi, en
postulant les droits de tout homme, contre toutes les ségrégations d’altérités.
9. Il sera éclairant d’observer de très près la situation des actuelles collectivités des outre-mer,
notamment les quatre régions créoles issues des « quatre vieilles » : Guadeloupe, Guyane,
Martinique et Réunion, porteuses de très grandes diversités de populations et de cultures. Car
les pratiques historiques et politiques des outre-mer manifestent souvent une primauté accordée
à la citoyenneté sur l’ethnie, à la République sur l’État, et à l’identité socio-culturelle sur le statut
institutionnel.
La conséquence en est que dans les Outre-mer, la référence à la République a la priorité
sur la révérence envers l’État, et la légitimité des droits de l’homme la prévalence sur les
lois de l’État. Face à la trop longue légalité du Code Noir, face à l’arbitraire des lois de
l’État colonial, la légitimité de la Déclaration des Droits apparaît bien comme l’origine et
l’horizon permanents de sociétés d’outre-mer. Comme on a pu le voir aux Antilles en lutte
au nom de la liberté avec la République nouvelle de 89 et contre la France de Bonaparte
en 1802, au nom de la préservation des acquis de la Déclaration des droits. Et plus
récemment dans la rébellion quasi unanime de toutes les colonies contre « l’État français »
pétainiste et leur importante participation à la victoire internationale des Alliés.
L’oubli ou le déni de la place de l’Outre-mer dans l’histoire de la France explique en partie ce paradoxe, qui
fait que le pays a du mal à comprendre l’origine pluriculturelle de ses valeurs originelles fondamentales
constituées par la confrontation avec les étrangetés qui se sont installées depuis des siècles en son for
intérieur, tantôt par sa propre volonté politique de colonisation du monde et d’impérialisme culturel, tantôt
par l’action de ses propres cultures et des pensées nées en son sein, et rebelles à tout impérialisme fut-il
culturel, de Montaigne à Sartre, en passant par Montesquieu et l’Abbé Grégoire, de la prise de la Bastille
aux décolonisations conquises. Et surtout par l’action propre des peuples alors colonisés pour imposer leur
exigence de liberté et d’égalité, au nom même de l’épanouissement de leurs originales identités
géopolitiques et socio-culturelles.
10. S’il importe de revisiter cette histoire, dans la réflexion sur la défense et illustration de la laïcité,
ce n’est pas tant par souci de vérité historique à rétablir, que pour mieux comprendre les
situations actuelles, les problèmes posés et les perspectives ouvertes par le moment historique
contemporain depuis la décolonisation.
Moment qui remet en contact des peuples qui ont depuis un à trois siècles partagé cette histoire
commune en raison même du fait colonial, et qui aujourd’hui, depuis plus de cinquante ans,
constituent l’essentiel des flux migratoires vers l’hexagone, justement issus des sociétés et des
cultures qui ont connu un long cousinage avec la France. Après les « cousinages européens »
d’immigrations du XIXe siècle, de la Pologne à l’Espagne et au Portugal, est venue l’heure des
« cousinages francophones » d’immigrations issues des anciennes colonies françaises, personnes et
communautés qui ne peuvent être considérées comme totalement étrangères, par l’histoire et par les
cultures, et qui doivent conduire à assumer autant la proximité de leur diversité, que la diversité de
leur proximité. Là encore, la laïcité comme valeur de relation a tout son rôle à jouer dans une
confrontation sur place, dans l’Hexagone qui a connu l’Autre en son ailleurs, et le reçoit aujourd’hui
comme Proche en son sein.
D’autre part, face aux accusations actuelles d’ « exception coupable » du « modèle français », qui serait trop
fondé sur l’exclusion de la diversité venues de pays étrangers et d’institutions internationales vigilantes sur
le sujet, on voit tout le bénéfice qu’il y aurait à la reconnaissance de la diversité comme source et aliment
de ce modèle.
- 203 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La diversité constitue un fondement majeur et ancien de l’identité française comme tissage imposé
ou choisi d’identités pluriculturelles venues de presque tous les continents : Afriques, Inde, Chine,
Moyen-Orient, Amériques, qui constituent de plus l’essentiel des peuples des Outre-mer français, et
permettent de montrer à l’œuvre de visu aux interlocuteurs sceptiques ou non informés, la réalité à
l’œuvre, en échecs comme en avancées, d’un « modèle » dont l’exception a plutôt consisté en une
capacité d’intégration de l’autre à soi. La décolonisation comme libération de l’autre face au même
a fonctionné aussi depuis 50 ans comme une « fabrique de proches » que l’histoire rassemble dans ce
que Édouard Glissant définit comme une « créolisation de la mondialité » en lutte contre l’uniformisation
de la mondialisation.
Sur tous ces points, la laïcité comme moyen, comme outil, est au cœur de l’intégration comme fin, sans
passer par les chemins de désintégrations sociales et d’aliénations culturelles, l’égal restant toujours libre
de ne pas être le pareil, exigences et espérances toujours difficiles à rassembler comme chaîne et trame
sur le « métier à métisser ».
Daniel Maximin
- 204 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Rappel des principaux fondements
juridiques de la laïcité en France
Par M. Nicolas Cadène, Rapporteur général
Textes européens
Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés fondamentales
du 4 novembre 1950 :
- « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de changer
de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction individuellement ou
collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et l’accomplissement des rites. La
liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui, prévues
par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique, à la protection
de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés d’autrui » (article 9).
- « Toute personne a droit à la liberté d’expression. Ce droit comprend la liberté d’opinion et la liberté de recevoir ou
de communiquer des informations ou des idées sans qu’il puisse y avoir ingérence d’autorités publiques et sans
considération de frontière. Le présent article n’empêche pas les États de soumettre les entreprises de radiodiffusion,
de cinéma ou de télévision à un régime d’autorisations. L’exercice de ces libertés comportant des devoirs et des
responsabilités peut être soumis à certaines formalités, conditions, restrictions ou sanctions prévues par la loi, qui
constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale
ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la
morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui, pour empêcher la divulgation d’informations
confidentielles ou pour garantir l’autorité et l’impartialité du pouvoir judiciaire » (article 10).
- « La jouissance des droits et libertés reconnus dans la présente Convention doit être assurée, sans distinction aucune,
fondée notamment sur le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions,
l’origine nationale ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation »
(article 14).
- Protocole n°12 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l’Homme et des libertés
fondamentales du 4 novembre 2000 :
« La jouissance de tout droit prévu par la loi doit être assurée, sans discrimination aucune, fondée notamment sur
le sexe, la race, la couleur, la langue, la religion, les opinions politiques ou toutes autres opinions, l’origine nationale
ou sociale, l’appartenance à une minorité nationale, la fortune, la naissance ou toute autre situation. Nul ne peut
faire l’objet d’une discrimination de la part d’une autorité publique quelle qu’elle soit fondée notamment sur les motifs
mentionnés au paragraphe 1» (article 1).
Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne du 25 mars 1957
- « L’Union respecte et ne préjuge pas du statut dont bénéficient, en vertu du droit national, les Églises et les
associations ou communautés religieuses dans les États membres. L’Union respecte également le statut dont
- 205 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
bénéficient, en vertu du droit national, les organisations philosophiques et non confessionnelles. Reconnaissant leur
identité et leur contribution spécifique, l’Union maintient un dialogue ouvert, transparent et régulier avec ces églises
et organisations » (article 17).
Directive 2000/78/CE du 27 novembre 2000
- « Toute discrimination directe ou indirecte fondée sur la religion ou les convictions, un handicap, l’âge ou l’orientation
sexuelle dans les domaines régis par la présente directive doit être interdite dans la Communauté. Cette interdiction
de discrimination doit également s’appliquer aux ressortissants de pays tiers, mais elle ne vise pas les différences de
traitement fondées sur la nationalité et est sans préjudice des dispositions en matière d’entrée et de séjour des
ressortissants de pays tiers et à leur accès à l’emploi et au travail » (alinéa 12).
« Dans des circonstances très limitées, une différence de traitement peut être justifiée lorsqu’une caractéristique liée à
la religion ou aux convictions, à un handicap, à l’âge ou à l’orientation sexuelle constitue une exigence professionnelle
essentielle et déterminante, pour autant que l’objectif soit légitime et que l’exigence soit proportionnée. Ces circonstances
doivent être mentionnées dans les informations fournies par les États membres à la Commission » (alinéa 23).
Règlement (CE) n° 1099/2009 du Conseil du 24 septembre 2009
sur la protection des animaux au moment de leur mise à mort
- « Les animaux sont mis à mort uniquement après étourdissement selon les méthodes et les prescriptions spécifiques
relatives à leur application exposées à l’annexe I. L’animal est maintenu dans un état d’inconscience et d’insensibilité
jusqu’à sa mort. Les méthodes visées à l’annexe I qui n’entraînent pas la mort instantanée (ci-après dénommées
«simple étourdissement») sont suivies aussitôt que possible d’un procédé provoquant infailliblement la mort, comme la
saignée, le jonchage, l’électrocution ou l’anoxie prolongée (…) §4. Pour les animaux faisant l’objet de méthodes
particulières d’abattage prescrites par des rites religieux, les prescriptions visées au paragraphe 1 ne sont pas
d’application pour autant que l’abattage ait lieu dans un abattoir » (article 4).
« (…) Lorsque, aux fins de l’article 4, paragraphe 4, les animaux sont mis à mort sans étourdissement préalable, les
personnes chargées de l’abattage procèdent à des contrôles systématiques pour s’assurer que les animaux ne présentent
aucun signe de conscience ou de sensibilité avant de mettre fin à leur immobilisation et ne présentent aucun signe de
vie avant l’habillage ou l’échaudage » (article 5).
Textes internationaux
Déclaration universelle des droits de l’Homme du 10 décembre 1948
(sans portée juridique contraignante)
- « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion, ce droit implique la liberté de changer de
religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seul ou en commun, tant en
public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites » (article 18).
Pacte international relatif aux droits civils et politiques du 16 décembre 1966
- « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté d’avoir ou d’adopter
une religion de son choix, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant
en public qu’en privé, par le culte et l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement. Nul ne subira de contraintes
pouvant porter atteinte à sa liberté d’avoir ou d’adopter une religion ou une conviction de son choix. La liberté de manifester
sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet que des seules restrictions prévues par la loi et qui sont nécessaires à la
protection de la sécurité, de l’ordre et de la santé publique, ou de la morale ou des libertés et droits fondamentaux. Les États
parties au présent pacte s’engagent à respecter la liberté des parents et, le cas échéant, des tuteurs légaux de faire assurer
l’éducation religieuse et morale de leurs enfants conformément à leurs propres convictions » (article 18).
- 206 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Convention internationale relative aux droits de l’enfant du 20 novembre 1989
- « Les États parties respectent le droit de l’enfant à la liberté de pensée, de conscience et de religion. Les États parties
respectent le droit et le devoir des parents ou, le cas échéant des représentants légaux de l’enfant, de guider celui-ci
dans l’exercice du droit susmentionné d’une manière qui corresponde au développement de ses capacités. La liberté
de manifester sa religion ou ses convictions ne peut être soumise qu’aux seules restrictions qui sont prescrites par la
loi et qui sont nécessaires pour préserver la sûreté publique, l’ordre public, la santé et la moralité publique, ou les
libertés et droits fondamentaux d’autrui » (article 14).
Textes nationaux à valeur constitutionnelle
Déclaration des droits de l’Homme et du citoyen du 26 août 1789, intégrée au préambule
de la Constitution du 4 octobre 1958
- « Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre
public établi par la loi » (article 10).
Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, repris par le préambule
de la Constitution du 4 octobre 1958
- « (...) Le peuple français (...) réaffirme solennellement les droits et les libertés de l’homme et du citoyen consacrés par
la Déclaration des droits de 1789 et les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République. Il proclame,
en outre, comme particulièrement nécessaires à notre temps les principes politiques, économiques et sociaux ci-après :
La loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme. (...) Nul ne peut être lésé,
dans son travail ou son emploi, en raison de ses origines, de ses opinions ou de ses croyances. (...) La Nation garantit
l’égal accès de l’enfant et de l’adulte à l’instruction, à la formation professionnelle et à la culture. L’organisation de
l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État. » (alinéas 1er, 5 et 13).
Constitution du 4 octobre 1958
- « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous
les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion. Elle respecte toutes les croyances. Son organisation est
décentralisée » (article 1er).
Textes législatifs nationaux
Loi du 15 mars 1850 sur les établissements scolaires du primaire et du secondaire
dite « loi Falloux »
- « Les établissements libres peuvent obtenir des communes, des départements ou de l’État, un local et une subvention,
sans que cette subvention puisse excéder un dixième des dépenses annuelles de l’établissement. Les conseils
académiques sont appelés à donner leur avis préalable sur l’opportunité de ces subventions. » (article 69).Article
modifié par la loi Gobelet de 1886, en ce qu’il n’est plus applicable qu’aux établissements du
second degré général, codifié à l’article L151-4 du code de l’éducation.
- 207 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Loi du 12 juillet 1875 dite « loi Laboulaye »
- « L’enseignement supérieur est libre. » (article 1er)
Loi du 28 mars 1882 sur l’instruction publique obligatoire dite « loi Jules Ferry »
- « Les écoles primaires publiques vaqueront un jour par semaine en outre du dimanche, afin de permettre aux parents
de faire donner, s’ils le désirent, à leurs enfants l’instruction religieuse en dehors des édifices scolaires. » (article 2).
Loi du 30 octobre 1886 sur l’organisation de l’enseignement primaire dite « loi Goblet »
- « Les établissements d’enseignement primaire de tout ordre peuvent être publics, c’est-à-dire fondés par l’État, les
départements ou les communes ; ou privés, c’est-à-dire fondés et entretenus par des particuliers ou des associations. »
(article 2). « Dans les écoles publiques de tout ordre, l’enseignement est exclusivement confié à un personnel laïque.
» (article 17).
Loi du 9 décembre 1905 de séparation des Églises et de l’État
- « La République assure la liberté de conscience. Elle garantit le libre exercice des cultes, sous les seules restrictions
édictées ci-après dans l’intérêt de l’ordre public. » (article 1er).
- « La République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucune culte (...) [sauf pour] les dépenses relatives à
des exercices d’aumônerie et destinées à assurer le libre exercice des cultes dans les établissements publics tels que
lycées, collèges, écoles, hospices, asiles et prisons (...) » (article 2).
- « Dans le délai d’un an, à partir de la promulgation de la présente loi, les biens mobiliers et immobiliers des menses,
fabriques, conseils presbytéraux, consistoires et autres établissements publics du culte seront, avec toutes les charges
et obligations qui les grèvent et avec leur affectation spéciale, transférés par les représentants légaux de ces
établissements aux associations qui, en se conformant aux règles d’organisation générale du culte dont elles se
proposent d’assurer l’exercice, se seront légalement formées, suivant les prescriptions de l’article 19, pour l’exercice
de ce culte dans les anciennes circonscriptions desdits établissements » (article 4).
- « Les édifices servant à l’exercice public du culte, ainsi que les objets mobiliers les garnissant, seront laissés
gratuitement à la disposition des établissements publics du culte, puis des associations appelées à les remplacer
auxquelles les biens de ces établissements auront été attribués par application des dispositions du titre II (…) Les
établissements publics du culte, puis les associations bénéficiaires, seront tenus des réparations de toute nature, ainsi
que des frais d’assurance et autres charges afférentes aux édifices et aux meubles les garnissant. L’État, les
départements, les communes et les établissements publics de coopération intercommunale pourront engager les
dépenses nécessaires pour l’entretien et la conservation des édifices du culte dont la propriété leur est reconnue par
la présente loi » (article 13).
- « (…) Les associations pourront recevoir, en outre, des cotisations prévues par l’article 6 de la loi du 1er juillet 1901,
le produit des quêtes et collectes pour les frais du culte, percevoir des rétributions : pour les cérémonies et services
religieux même par fondation ; pour la location des bancs et sièges ; pour la fourniture des objets destinés au service
des funérailles dans les édifices religieux et à la décoration de ces édifices. Les associations cultuelles pourront recevoir,
dans les conditions prévues par le deuxième alinéa de l’article 910 du code civil, les libéralités testamentaires et
entre vifs destinées à l’accomplissement de leur objet ou grevées de charges pieuses ou cultuelles. Elles pourront verser,
sans donner lieu à perception de droits, le surplus de leurs recettes à d’autres associations constituées pour le même
objet. Elles ne pourront, sous quelque forme que ce soit, recevoir des subventions de l’État, des départements et des
communes. Ne sont pas considérées comme subventions les sommes allouées pour réparations aux édifices affectés
au culte public, qu’ils soient ou non classés monuments historiques » (article 19).
- « Les cérémonies, processions et autres manifestations extérieures du culte sont réglées en conformité de l’article 97
du Code de l’administration communale. Les sonneries de cloches seront réglées par arrêté municipal, et en cas de
désaccord entre le maire et l’association cultuelle, par arrêté préfectoral » (article 27).
- 208 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
- « Il est interdit (...) d’élever ou d’apposer aucun signe ou emblème religieux sur les monuments publics ou en quelque
emplacement public que ce soit, à l’exception des édifices du culte, des terrains de sépulture dans les cimetières, des
monuments funéraires, ainsi que des musées ou expositions. (...) » (article 28).
Loi du 2 janvier 1907 concernant l’exercice public des cultes
- « À défaut d’associations cultuelles, les édifices affectés à l’exercice du culte, ainsi que les meubles les garnissant (...)
pourront être laissés à la disposition des fidèles et des ministres du culte pour la pratique de leur religion » (article 5).
Loi du 25 juillet 1919 relative à l’enseignement dite « loi Astier »
- Elle permet un financement public des établissements techniques privés, aussi bien en matière
d’investissement que de fonctionnement. Ce texte instaure les cours professionnels obligatoires : tous
les apprentis doivent suivre, gratuitement, 150 heures de cours d’enseignement théorique et général
par an. Le certificat de capacité professionnelle devient Certificat d’aptitude professionnelle (CAP).
Loi du 31 décembre 1959 sur les rapports entre l’État et les établissements
d’enseignement privés dite « loi Debré »
- « Suivant les principes définis dans la Constitution, l’État assure aux enfants et adolescents dans les établissements
publics d’enseignement la possibilité de recevoir un enseignement conforme à leurs aptitudes dans un égal respect de
toutes les croyances. L’État proclame et respecte la liberté de l’enseignement et en garantit l’exercice aux établissements
privés régulièrement ouverts. Il prend toutes dispositions utiles pour assurer aux élèves de l’enseignement public la
liberté des cultes et de l’instruction religieuse. Dans les établissements privés (...) [sous contrats] (...), l’enseignement
placé sous le régime du contrat est soumis au contrôle de l’État. L’établissement, tout en conservant son caractère
propre, doit donner cet enseignement dans le respect total de la liberté de conscience. Tous les enfants, sans distinction
d’origine, d’opinions ou de croyances, y ont accès. » (article 1er).
Loi du 19 juillet 1961 de finances rectificative pour 1961
- « Une commune peut garantir les emprunts contractés pour financer, dans les agglomérations en voie de
développement, la construction, par des groupements locaux ou par des associations cultuelles, d’édifices répondant
à des besoins collectifs de caractère religieux » (article L2252-4 du Code général des collectivités
territoriales).
- « Les départements peuvent garantir les emprunts contractés pour financer, dans les agglomérations en voie de
développement, la construction, par des groupements locaux ou par des associations cultuelles, d’édifices répondant
à des besoins collectifs de caractère religieux » (article L3231-5 du Code général des collectivités
territoriales).
Loi du 26 janvier 1984 sur l’enseignement supérieur, dite « loi Savary »
- « Le service public de l’enseignement supérieur est laïc et indépendant de toute emprise politique, économique,
religieuse ou idéologique ; il tend à l’objectivité du savoir ; il respecte la diversité des opinions. Il doit garantir à
l’enseignement et à la recherche leurs possibilités de libre développement scientifique, créateur et critique » (article
L141-6 du Code de l’éducation).
Loi du 5 janvier 1988 modifiée par l’ordonnance du 21 avril 2006 et par la loi du 14 mars 2011
- « Un bien immobilier appartenant à une collectivité territoriale peut faire l’objet d’un bail emphytéotique prévu à l’article
L. 451-1 du code rural et de la pêche maritime, en vue de l’accomplissement, pour le compte de la collectivité territoriale, d’une
mission de service public ou en vue de la réalisation d’une opération d’intérêt général relevant de sa compétence ou en vue de
l’affectation à une association cultuelle d’un édifice du culte ouvert au public ou en vue de la réalisation d’enceintes sportives
- 209 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
et des équipements connexes nécessaires à leur implantation ou, à l’exception des opérations réalisées en vue de l’affectation
à une association cultuelle d’un édifice du culte ouvert au public, de leur restauration, de la réparation, de l’entretienmaintenance ou de la mise en valeur de ce bien ou, jusqu’au 31 décembre 2013, liée aux besoins de la justice, de la police
ou de la gendarmerie nationales ou, jusqu’au 31 décembre 2013, liée aux besoins d’un service départemental d’incendie et
de secours. Ce bail emphytéotique est dénommé bail emphytéotique administratif. Un tel bail peut être conclu même si le bien
sur lequel il porte, en raison notamment de l’affectation du bien résultant soit du bail ou d’une convention non détachable
de ce bail, soit des conditions de la gestion du bien ou du contrôle par la personne publique de cette gestion, constitue une
dépendance du domaine public, sous réserve que cette dépendance demeure hors du champ d’application de la contravention
de voirie. Tout projet de bail emphytéotique administratif présenté pour la réalisation d’une opération d’intérêt général liée
aux besoins de la justice, de la police ou de la gendarmerie nationales dont le loyer est supérieur à un montant fixé par décret
en Conseil d’État est soumis à la réalisation d’une évaluation préalable dans les conditions fixées à l’article L. 1414-2. Les
conclusions de baux mentionnées aux alinéas précédents sont précédées, le cas échéant, d’une mise en concurrence et de
mesures de publicité, selon des modalités fixées par décret en Conseil d’État » (article L1311-2 du Code général des
collectivités publiques).
Loi du 15 mars 2004 encadrant en application du principe de laïcité le port de signes ou de
tenues manifestant une appartenance religieuse dans les écoles, collèges et lycées publics
- « Dans les écoles, les collèges et les lycées publics, le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent
ostensiblement une appartenance religieuse est interdit. Le règlement intérieur rappelle que la mise en œuvre d’une
procédure disciplinaire est précédée d’un dialogue avec l’élève » (article L141-5-1 du Code de l’éducation).
Loi du 12 mai 2009 ratifiant l’ordonnance du 21 avril 2006
- « Lorsque la visite de parties d’édifices affectés au culte, notamment de celles où sont exposés des objets mobiliers
classés ou inscrits, justifie des modalités particulières d’organisation, leur accès est subordonné à l’accord de
l’affectataire. Il en va de même en cas d’utilisation de ces édifices pour des activités compatibles avec l’affectation
cultuelle. L’accord précise les conditions et les modalités de cet accès ou de cette utilisation. Cet accès ou cette utilisation
donne lieu, le cas échéant, au versement d’une redevance domaniale dont le produit peut être partagé entre la
collectivité propriétaire et l’affectataire » (article L2124-31 du Code général de la propriété des personnes
publiques).
Loi du 29 octobre 2009 dite « loi Carle »
- « La contribution de la commune de résidence pour un élève scolarisé dans une autre commune dans une classe
élémentaire d’un établissement privé du premier degré sous contrat d’association constitue une dépense obligatoire
lorsque cette contribution aurait également été due si cet élève avait été scolarisé dans une des écoles publiques de la
commune d’accueil. En conséquence, cette contribution revêt le caractère d’une dépense obligatoire lorsque la commune
de résidence ou, dans des conditions fixées par décret, le regroupement pédagogique intercommunal auquel elle participe
ne dispose pas des capacités d’accueil nécessaires à la scolarisation de l’élève concerné dans son école publique ou
lorsque la fréquentation par celui-ci d’une école située sur le territoire d’une autre commune que celle où il est réputé
résider trouve son origine dans des contraintes liées : 1° Aux obligations professionnelles des parents, lorsqu’ils résident
dans une commune qui n’assure pas directement ou indirectement la restauration et la garde des enfants ; 2° À
l’inscription d’un frère ou d’une sœur dans un établissement scolaire de la même commune ; 3° À des raisons médicales.
Lorsque la contribution n’est pas obligatoire, la commune de résidence peut participer aux frais de fonctionnement de
l’établissement sans que cette participation puisse excéder par élève le montant de la contribution tel que fixé au dernier alinéa.
Pour le calcul de la contribution de la commune de résidence, il est tenu compte des ressources de cette commune, du nombre
d’élèves de cette commune scolarisés dans la commune d’accueil et du coût moyen par élève calculé sur la base des dépenses
de fonctionnement de l’ensemble des écoles publiques de la commune d’accueil, sans que le montant de la contribution par
élève puisse être supérieur au coût qu’aurait représenté pour la commune de résidence l’élève s’il avait été scolarisé dans une
de ses écoles publiques. En l’absence d’école publique, la contribution par élève mise à la charge de chaque commune est
égale au coût moyen des classes élémentaires publiques du département » (article L. 442-5-1 du Code de l’éducation).
- 210 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Loi du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public*
- « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage » (article 1er).
- « (…) l’espace public est constitué des voies publiques, des espaces ouverts au public et ceux affectés à des services
publics » (article 2).
Circulaires nationales et autres textes
Circulaires de M. Jean Zay du 31 décembre 1936 et du 15 mai 1937
- Interdiction de toute forme de propagande, politique ou confessionnelle, à l’école publique, et tout
prosélytisme.
Avis du Conseil d’État du 27 novembre 1989 (réitéré en 1992)
- Neutralité de l’enseignement et des enseignants. Le port de signes religieux à l’école n’est ni
autorisé, ni interdit : il est toléré, dans la limite du prosélytisme et à condition de ne pas
s’accompagner du refus de suivre certains cours ou de la mise en cause de certaines parties du
programme scolaire.
Circulaire de M. François Bayrou du 20 septembre 1994
- Recommande l’interdiction à l’école de tous les « signes ostentatoires, qui constituent en eux-mêmes des
éléments de prosélytisme ou de discrimination (…) La présence de signes plus discrets, traduisant seulement
l’attachement à une conviction personnelle, ne peut faire l’objet des mêmes réserves (…) Les recteurs et inspecteurs
d’académie soutiendront tous les efforts (…) pour convaincre au lieu de contraindre, pour rechercher des médiations
avec les familles, et pour prouver aux élèves qui seraient en cause que notre démarche est une démarche de respect ».
Circulaire de M. François Fillon du 18 mai 2004
- Relative à la mise en œuvre de la loi n° 2004-228 du 15 mars 2004 encadrant, en application du
principe de laïcité, le port de signes ou de tenues manifestant une appartenance religieuse dans les
écoles, collèges et lycées publics.
Circulaire du 2 février 2005 sur la laïcité dans les établissements de santé
- Rappel de la charte du patient hospitalisé : « l’établissement de santé doit respecter les croyances et les
convictions des personnes accueillies. Un patient doit pouvoir, dans la mesure du possible, suivre les préceptes de sa
religion (recueillement, présence d’un ministre du culte de sa religion, nourriture, liberté d’action et d’expression,
etc.) ». Tous les patients sont traités de la même façon quelles que puissent être leurs croyances
religieuses. Les patients ne doivent pas pouvoir douter de la neutralité des personnels hospitaliers.
Sauf cas d’urgence ou contraintes liées à l’organisation du service, le malade a le libre choix de son
praticien. Le malade ne peut récuser un praticien ou un agent public en raison de la religion effective
ou supposée de celui-ci.
* Cette loi ne relève pas du champ de la laïcité mais de celui de l’ordre public.
- 211 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Circulaire du 20 décembre 2006 relative aux aumôniers des établissements hospitaliers
- Fait le point sur les dispositions applicables par les chefs d’établissement en matière de recrutement
d’aumôniers pour les diverses confessions concernées lorsque cela s’avère nécessaire eu égard à
la demande des patients hospitalisés.
Circulaire du 19 décembre 2008 relative aux lieux de sépultures
- Si les cimetières sont des espaces laïcs soumis à la loi de 1887, le maire, par son pouvoir de police,
est autorisé à désigner l’endroit où les défunts seront inhumés et donc à créer de fait des carrés.
Circulaire du 16 août 2011 relative aux cantines scolaires
- « (…) la cantine scolaire est un service public facultatif (…) le fait de prévoir des menus en raison de pratiques
confessionnelles ne constitue ni un droit pour les usagers ni une obligation pour les collectivités (…) Il appartient à
chaque organe délibérant compétent (conseil municipal pour le primaire, conseil général pour les collèges, conseil
régional pour les lycées) de poser des règles en la matière (…) les termes de la loi autoriseront les collectivités locales
à pratiquer des prix différents en fonction de la prestation servie (repas bio, repas spécifiques pour les régimes
particuliers, etc.), régimes conformes aux exigences des différents cultes compris ».
Circulaire du 5 septembre 2011 relative à la charte des aumôneries dans les établissements hospitaliers
- Définit un certain nombre de principes fondamentaux et harmonise la pratique des aumôniers
hospitaliers dans le respect de leurs cultes respectifs, des droits des patients hospitalisés et des
valeurs de la République. Son premier objectif est de faciliter le dialogue quotidien entre les
aumôniers et les directions d’établissement ainsi que son appropriation et sa mise en œuvre par les
différentes parties. Un référent chargé des questions de laïcité et de pratiques religieuses est installé
dans chaque agence régionale de santé (ARS) et travaille en liaison avec le correspondant « laïcité »
désigné par le préfet dans chaque département.
Nicolas Cadène
Rapporteur général
- 212 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Décision du Conseil constitutionnel
du 23 fevrier 2013
Analyse par M. Nicolas Cadène, Rapporteur général
Le Conseil constitutionnel a été saisi le 19 décembre 2012 par le Conseil d’État176, dans les conditions
prévues à l’article 61-1 de la Constitution, d’une question prioritaire de constitutionnalité posée par
« l’association pour la promotion et l’expansion de la laïcité », relative à la conformité aux droits et libertés que la
Constitution garantit de l’article VII des articles organiques des cultes protestants de la loi du 18 germinal
an X (8 avril 1802) relative à l’organisation des cultes.
Le Conseil constitutionnel a déclaré cet article – qui prévoit la prise en charge par l’État du traitement des
pasteurs des églises consistoriales – conforme à la Constitution.
Article contesté
Article VII des articles organiques des cultes protestants de la loi du 18 germinal an X (8 avril 1802)
relative à l’organisation des cultes : « Il sera pourvu au traitement des pasteurs des églises consistoriales ; bien
entendu qu’on imputera sur ce traitement les biens que ces églises possèdent, et le produit des oblations établies par
l’usage ou par des règlements ».
Commentaire aux Cahiers de la décision du Conseil
constitutionnel
Alors que l’article 44 de la loi du 9 décembre 1905177 a abrogé pour tous les départements français,
la loi du 18 germinal an X, le régime concordataire est demeuré en vigueur dans les départements du
Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle. En 1918, le retour de l’Alsace-Moselle178 à la France n’a
pas remis en cause cette spécificité du droit cultuel alsacien-mosellan. La loi du 17 octobre 1919 a
ainsi prévu le maintien des dispositions législatives et réglementaires applicables jusqu’à
l’introduction des lois françaises. Puis, la loi du 1er juin 1924179 les a expressément maintenues à titre
provisoire. Dans un avis en date du 24 janvier 1925, le Conseil d’État confirme que « le régime
concordataire, tel qu’il résulte de la loi du 18 germinal an X, est en vigueur dans les départements du Haut-Rhin, du
Bas-Rhin et de la Moselle »180. Après l’abrogation du droit local des cultes par le régime nazi,
176 Décision n°360724 et 360725 du 19 décembre 2012.
177 Article 44, 1°, de la loi du 9 décembre 1905 concernant la séparation des Églises et de l’État, J.O. 11 décembre 1905, p. 7205.
178 Un décret du 6 décembre 1918 et une loi du 18 octobre 1919 maintiennent provisoirement le régime des cultes concordataires en
Alsace-Moselle.
179 Article 7, 13°de la loi du 1er juin 1924 mettant en vigueur la législation civile française dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-
Rhin et de la Moselle, J.O. 3 juin 1924, p. 5026.
180 CE, avis, 24 janvier 1925, sections réunies de la législation, de la justice et des affaires étrangères et de l’intérieur, de l’instruction
publique et des Beaux-arts, EDCE, 2004, p. 419.
- 213 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
l’ordonnance du 15 septembre 1944 rétablissant la légalité républicaine maintient provisoirement la
législation applicable à la date du 16 juin 1940. Le régime des cultes en Alsace-Moselle ne sera plus
remis en cause. L’application de ce régime spécifique applicable aux cultes en Alsace-Moselle
s’explique par « l’attachement de la population (…) aux règles du Concordat et (à) la tradition d’un régime spécifique
dans les domaines religieux »181. Quatre cultes sont ainsi reconnus en Alsace-Moselle : le culte catholique,
les cultes protestants, correspondant, d’une part, à l’Église luthérienne, dite Église de la confession
d’Augsbourg d’Alsace et de Lorraine (ECAAL), et, d’autre part, à l’Église réformée d’Alsace et de
Lorraine (ERAL), ainsi que le culte israélite. Les cultes non reconnus « ne sont ni organisés, ni protégés, ni
rémunérés par l’État »182. Ces cultes sont généralement organisés dans ces départements sous le régime
des associations de droit local183.
Par plusieurs décisions rendues dans les années 2000, le Conseil d’État a écarté les moyens tirés de
la caducité du droit alsacien-mosellan des cultes en raison de sa prétendue incompatibilité avec la
Constitution :
- « Considérant que l’article 7 de la loi du 1er juin 1924, mettant en vigueur la législation civile française dans les
départements du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Moselle, a maintenu en application dans ces départements les
articles 21 à 79 du code civil local ; qu’ainsi le maintien en vigueur de la législation locale procède de la volonté du
législateur ; que si, postérieurement à la loi précitée du 1er juin 1924, les préambules des constitutions des 27 octobre 1946
et 4 octobre 1958 ont réaffirmé les principes fondamentaux reconnus par les lois de la République, au nombre
desquels figure le principe de laïcité, cette réaffirmation n’a pas eu pour effet d’abroger implicitement les dispositions
de ladite loi »184.
- « Considérant que M. et Mme X… demandent au Conseil d’État d’annuler pour excès de pouvoir le décret du 10
janvier 2001 relatif au régime des cultes catholique, protestants et israélite dans les départements du Bas-Rhin, du
Haut-Rhin et de la Moselle, ainsi que la loi du 18 germinal an X et les "autres textes intervenus en vertu de cette
loi » ;
- « Considérant que celles des dispositions de la loi du 18 germinal an X qui portent sur des matières de caractère
législatif ne peuvent être contestées devant le Conseil d’État, statuant au contentieux »185.
Analyse de la décision
Dans le cas d’espèce, la question consistait à se demander si la prise en charge par la collectivité publique
du traitement des ministres des cultes protestants en Alsace-Moselle186 était ou non contraire au principe
de la laïcité.
Tandis que la loi du 9 décembre 1905 de « séparation des Églises et de l’État » n’a pas été rendue applicable
dans ces trois départements, l’association requérante – « Association pour la promotion et l’expansion de
la laïcité » – soutient que les dispositions contestées méconnaissaient le principe constitutionnel de
laïcité. Selon cette association, « la règle de non-subventionnement des cultes et le principe de non-reconnaissance
des cultes, qui résultent du principe de laïcité, font interdiction aux pouvoirs publics de financer l’exercice du culte et
d’accorder un statut ou un soutien public à des cultes déterminés »187.
181 EDCE, 2004, p. 266.
182 M. J.-F. Amedro, Le juge administratif et la séparation des églises et de l’État sous la IIIème République, thèse pour le doctorat en droit
public, Université Panthéon-Assas (Paris 2), 2011, p. 49.
183 Sur ce point, voir également, Commission de réflexion juridique sur les relations des cultes avec les pouvoirs publics, p. 70 et s.
184 CE, 6 avril 2001, SNES, nos 219379, 221699 et 221700.
185 CE, 17 mai 2002, Hofmann, n° 231290.
186 Le budget 2013 de l’État prévoit 58.366.886 euros pour rémunérer 1.397 ministres du culte.
187 Considérant 2.
- 214 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Si la QPC est ici relative à une disposition législative concernant les seuls cultes protestants, la portée
de la présente décision concerne en outre les deux autres cultes reconnus188 au sein du régime
concordataire.
Le juge constitutionnel rappelle que malgré les « entrées et sorties » de l’Alsace-Moselle du territoire national
français au gré des deux Guerres mondiales, il résulte d’une législation constante – datant de 1919, 1924
et 1944 – que le particularisme juridique en vigueur sur ces territoires perdure189.
Dans la présente décision, le Conseil constitutionnel ne fait pas explicitement mention du principe
dégagé dans sa décision n° 2011-157 QPC du 5 août 2011 selon lequel, « tant qu’elles n’ont pas été
remplacées par les dispositions de droit commun ou harmonisées avec elles, des dispositions législatives et réglementaires
particulières aux départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle peuvent demeurer en vigueur ; qu’à
défaut de leur abrogation ou de leur harmonisation avec le droit commun, ces dispositions particulières ne peuvent être
aménagées que dans la mesure où les différences de traitement qui en résultent ne sont pas accrues et que leur champ
d’application n’est pas élargi ; que telle est la portée du principe fondamental reconnu par les lois de la République
en matière de dispositions particulières applicables dans les trois départements dont il s’agit ; que ce principe doit
aussi être concilié avec les autres exigences constitutionnelles ».
Cependant, le Conseil constitutionnel se base ici sur les mêmes textes normatifs, précités ci-dessus, à
savoir : l’article 3 de la loi du 17 octobre 1919 relative au régime transitoire de l’Alsace et de la Lorraine ;
l’article 7–13° de la loi du 1er juin mettant en vigueur la législation civile française dans les départements
du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle ; l’article 2 de l’ordonnance du 15 septembre 1944 relative
au rétablissement de la légalité républicaine dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de
la Moselle.
Auparavant, le Conseil constitutionnel ne s’était jamais prononcé sur la question de la prise en charge par
l’État de la rémunération des ministres des cultes dans le cadre du droit alsacien-mosellan.
Toutefois, le Conseil constitutionnel n’a jamais relevé d’office aucune contrariété à la Constitution
de l’inscription dans les lois de finances annuelles des crédits correspondant aux subventions aux
cultes reconnus dans les départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle190.
On peut également relever la décision n° 77-87 DC du 23 novembre 1977191 dans laquelle le Conseil
constitutionnel a jugé que « l’affirmation par le même Préambule de la Constitution de 1946 que “l’organisation
de l’enseignement public gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État” ne saurait exclure l’existence de
l’enseignement privé, non plus que l’octroi d’une aide de l’État à cet enseignement dans des conditions définies par
la loi » (considérant 4), après avoir précisé que le principe de la liberté de l’enseignement, « qui a
notamment été rappelé à l’article 91 de la loi de finances du 31 mars 1931, constitue l’un des principes fondamentaux
reconnus par les lois de la République, réaffirmés par le Préambule de la Constitution de 1946 et auxquels la
Constitution de 1958 a conféré valeur constitutionnelle » (considérant 3). Le Conseil a considéré que « si la
loi prévoit la prise en charge par l’État de dépenses relatives au fonctionnement d’établissements d’enseignement privés
et à la formation de leurs maîtres, elle ne contient aucune disposition contraire à la Constitution ou à l’ordonnance
du 2 janvier 1959 portant loi organique relative aux lois de finances » (considérant 7).
188 Catholique et israélite.
189 Considérant 4.
190 Dans le cadre de l’architecture budgétaire résultant de la LOLF, ces crédits figurent au sein de la mission Administration générale et
territoriale de l’État ; ils comprennent à la fois des dépenses dites de titre 2 (dépenses de personnel) au titre de la rémunération d’un
peu plus d’un millier de ministres des cultes, et des dépenses dites de titre 5 (dépenses d’intervention) au titre de l’entretien des
séminaires et palais épiscopaux de Metz et Strasbourg et des autres dépenses en faveur des lieux de culte.
191 Décision n° 77-87 DC du 23 novembre 1977, Loi complémentaire à la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959 modifiée par la loi n° 71400 du 1er juin 1971 et relative à la liberté de l’enseignement.
- 215 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
De la jurisprudence du Conseil constitutionnel, trois enseignements peuvent être tirés192 :
a. En premier lieu, la liberté d’enseignement interdit toute interprétation « monopolistique » du
treizième alinéa du Préambule de 1946 au profit de l’enseignement public.
b. En deuxième lieu, le législateur ne peut porter atteinte ni à l’existence même de l’enseignement
privé, ni à son « caractère propre ».
c. En troisième lieu, et en particulier, il est loisible au législateur de prévoir une aide publique dans un
cadre approprié : besoin scolaire reconnu, disponibilité des crédits, respect d’obligations d’intérêt général,
ne pas léser les établissements publics compte tenu de leurs contraintes propres, etc. Il n’en résulte pas
que le législateur aurait l’obligation de prévoir une telle aide. Mais lorsqu’il en prévoit une, et qu’elle a
permis aux établissements privés d’exercer effectivement leur liberté, sa suppression pure et simple
conduirait à la disparition de ces établissements et porterait atteinte à la liberté de l’enseignement ; il s’agit
alors de ne pas priver de garanties légales une exigence de caractère constitutionnel.
Dans le cas d’espèce et alors que la question a pu être débattue en doctrine, le Conseil juge que le principe
de laïcité figure au nombre des droits et libertés que la Constitution garantit.
Il précise : « qu’il en résulte la neutralité de l’État ; qu’il en résulte également que la République ne reconnaît aucun
culte ; que le principe de laïcité impose notamment le respect de toutes les croyances, l’égalité de tous les citoyens
devant la loi sans distinction de religion et que la République garantisse le libre exercice des cultes ; qu’il implique que
celle-ci ne salarie aucun culte » (considérant 5). Comme l’indique le « notamment », il ne s’agit pas d’une
définition limitative du principe constitutionnel de laïcité, mais d’une énumération des règles
essentielles qu’il impose et qui peuvent se concilier entre elles.
Toutefois, il juge qu’en prévoyant que la France est une République laïque, la Constitution n’a pas pour
autant entendu remettre en cause les dispositions législatives ou règlementaires particulières
applicables dans plusieurs parties du territoire de la République lors de l’entrée en vigueur de la
Constitution et relatives à l’organisation de certains cultes.
Et, notamment, à la rémunération de ministres du culte. Il en va ainsi en Guyane et dans les
départements du Bas-Rhin, du Haut-Rhin et de la Moselle.
Ici le Conseil se réfère aux travaux préparatoires du projet de Constitution soumis à référendum le
28 septembre 1958 ainsi qu’à ceux relatifs au projet de Constitution soumis à référendum le 13 octobre
1946, en ce qui concerne la proclamation de la règle selon laquelle la France est « une République (…)
laïque ».
Ainsi, au cours des travaux préparatoires de la seconde Assemblée nationale constituante193, un
débat sur le droit particulier applicable en Alsace-Moselle a pu avoir lieu concernant l’enseignement
public gratuit et laïc. Mais le mercredi 17 juillet 1946, le président de séance indique : « nous n’avons
pas à résoudre, ici, le problème de l’introduction de la législation française dans les trois départements de l’Est ». En
ce qui concerne l’amendement de MM. Hervé et Fajon194 qui a permis d’inscrire dans l’article 1er de
la Constitution du 27 octobre 1946 que la France est une République « laïque », les débats montrent,
à la différence de ceux qui s’étaient tenus quelques mois plus tôt, qu’il n’était plus question de
remettre en cause le droit des cultes en Alsace-Moselle. Le rapporteur général, Paul Coste-Floret, a
d’ailleurs indiqué que si l’amendement a été adopté à l’unanimité, c’est parce que « la laïcité, entendue
dans le sens de neutralité de l’État, est conforme à la tradition républicaine ».
192 Cf. Commentaire aux Cahiers, décision du Conseil constitutionnel n°2012-297 QPC du 21 février 2013.
193 Suite au rejet par le référendum du 5 mai 1946 du texte issu des travaux de la première Assemblée nationale constituante.
194 Seconde constituante, séance du 17 juillet 1946.
- 216 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
De même, aucun débat n’a porté sur la remise en cause du droit des cultes alsacien-mosellan, au
cours des travaux préparatoires du projet de Constitution soumis à référendum le 28 septembre
1958. Dans les commentaires sur la Constitution, il apparaît qu’« afin d’éviter tout malentendu dans
l’opinion, le constituant a jugé utile d’affirmer, ou plutôt de rappeler le sens du mot “laïque”. Ce mot n’a qu’un sens,
c’est celui de la phrase “la République laïque (…) respecte toutes les croyances”. Cela veut dire que la République est
neutre, qu’elle ne prend de position hostile à aucune religion, à aucune philosophie, mais aussi qu’aucune religion ou
aucune philosophie ne peut imposer ses dogmes ou ses concepts à l’ensemble des citoyens »195. Raymond Janot a
précisé que « le laïcisme dont il est question est la neutralité, et non je ne sais quel combat »196. Cette conception
se retrouve en doctrine.
Ainsi, et pour reprendre l’expression employée par l’historien Émile Poulat, en prévoyant que la France
est une République laïque, les constituants de 1946 et de 1958 auraient consacré une « “laïcité de
cohabitation”, exprimée (…) par le maintien du concordat en Alsace et en Moselle »197.
En déclarant conforme à la Constitution l’article VII des articles organiques des cultes protestants de la loi
du 18 germinal an X (8 avril 1802) relative à l’organisation des cultes, c’est cette conception historiquement
déterminée du principe constitutionnel de laïcité que le Conseil constitutionnel retient ici. En 1946, comme
en 1958, les constituants ont entendu inscrire dans la Constitution un principe de laïcité conforme
à la conception française de la neutralité de l’État en matière religieuse sans remettre en cause des
régimes particuliers qui demeuraient applicables sur certaines parties du territoire de la
République198.
Cette conception semble également être, comme rappelé plus haut, celle retenue par la jurisprudence
administrative. En particulier, le Conseil d’État a jugé en 2005 que le « le principe constitutionnel de laïcité
(…) n’interdit pas, par lui-même, l’octroi dans l’intérêt général et dans les conditions définies par la loi de certaines
subventions à des activités ou équipements dépendant des cultes »199. Enfin, notons que la loi de 1905 prévoit,
en son sein même, plusieurs exceptions au principe d’interdiction de financement public du culte200.
Nicolas Cadène
Rapporteur général
195
Comité national chargé de la publication des travaux préparatoires des institutions de la Ve République, Documents pour servir à l’histoire de l’élaboration de la Constitution du 4 octobre 1958, vol. IV, La documentation française, Paris, 2001, p. 159-160.
196
Entretien de Raymond Janot avec la presse, le 9 septembre 1958.
197
M. Wieviorka, « Laïcité et démocratie », Pouvoirs, n° 75, 1995, p. 63.
198
Cf. Commentaire aux Cahiers, décision du Conseil constitutionnel n°2012-297 QPC du 21 février 2013.
199
CE, 16 mars 2005, n° 265560.
200
Aumônerie, entretien et conservation des biens immobiliers non dévolus et réparation des biens dévolus notamment. Nous pourrions
également évoquer la loi du 19 juillet 1961 permettant « garantir les emprunts contractés pour financer, dans les agglomérations en
voie de développement, la construction, par des groupements locaux ou par des associations cultuelles, d’édifices répondant à des
besoins collectifs de caractère religieux » (article L2252-4 et L3231-5 du Code général des collectivités territoriales) et la loi du 5 janvier 1988 modifiée par la loi du 14 mars 2011 qui dispose qu’un « bien immobilier appartenant à une collectivité territoriale peut faire
l’objet d’un bail emphytéotique (…) en vue de l’affectation à une association cultuelle d’un édifice du culte ouvert au public » (article
L1311-2 du Code général des collectivités publiques).
- 217 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Jurisprudence de la Cour
européenne des droits de l’homme
Par la Division de recherche de la Cour européenne des droits de l’homme201.
Introduction
1. La liberté de pensée, de conscience et de religion est un droit fondamental, consacré non seulement par
la Convention européenne des Droits de l’Homme mais par de nombreux textes nationaux,
internationaux et européens. C’est un droit essentiel, dont l’importance est considérable.
2. Aux termes de l’article 9 de la Convention,
« 1. Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté de
changer de religion ou de conviction, ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction
individuellement ou collectivement, en public ou en privé, par le culte, l’enseignement, les pratiques et
l’accomplissement des rites.
2. La liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet d’autres restrictions que celles qui,
prévues par la loi, constituent des mesures nécessaires, dans une société démocratique, à la sécurité publique,
à la protection de l’ordre, de la santé ou de la morale publiques, ou à la protection des droits et libertés
d’autrui. »
3. En sus de la Convention, la liberté de pensée, de conscience et de religion fait, tout naturellement,
partie des droits fondamentaux consacrés par l’Organisation des Nations-Unies. Ainsi, aux termes
de l’article 18 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, toute personne a le droit
à la liberté de pensée, de conscience et de religion ; ce droit implique la liberté d’avoir, ou
d’adopter, une religion ou une conviction de son choix, ainsi que la liberté de manifester sa religion
ou sa conviction, individuellement ou en commun, tant en public qu’en privé, par le culte et
l’accomplissement des rites, les pratiques et l’enseignement. Nul ne subira de contrainte pouvant
porter atteinte à sa liberté d’avoir, ou d’adopter, une religion ou une conviction de son choix. La
liberté de manifester sa religion ou ses convictions ne peut faire l’objet que des seules restrictions
prévues par la loi et qui sont nécessaires à la protection de la sécurité, de l’ordre et de la santé
publique, ou de la morale ou des libertés et droits fondamentaux d’autrui. En outre, l’article 18 in
fine précise que les États parties au présent Pacte s’engagent à respecter la liberté des parents et,
le cas échéant, des tuteurs légaux de faire assurer l’éducation religieuse ou morale de leurs enfants
conformément à leurs propres convictions. L’article 26 du Pacte énonce un principe général de
non-discrimination, qui concerne notamment la religion.
201 © Conseil de l’Europe/Cour européenne des droits de l’homme, janvier 2011. Le rapport a été préparé par la Division de la Recherche
en français uniquement et ne lie pas la Cour. Le rapport peut être téléchargé à l’adresse suivante : www.echr.coe.int (Jurisprudence
/ Analyse jurisprudentielle / Rapports de recherche).
- 218 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
4. Le principe de la liberté de religion apparaît également dans un certain nombre d’autres textes,
notamment dans la Convention internationale des droits de l’enfant, qui consacre nettement le
principe dans son article 14. De même, l’article 12 de la Convention américaine relative aux droits
de l’homme indique que toute personne a droit à la liberté de conscience et de religion. Ce droit
implique la liberté de garder sa religion ou ses croyances, ou de changer de religion ou de
croyances, ainsi que la liberté de professer et de répandre sa foi ou ses croyances, individuellement
ou collectivement, en public ou en privé. Nul ne peut être l’objet de mesures de contrainte de
nature à restreindre sa liberté de garder sa religion ou ses croyances ou de changer de religion ou
de croyances. La liberté de manifester sa religion ou ses croyances ne peut faire l’objet d’autres
restrictions que celles qui, prévues par la loi, sont nécessaires à la sécurité publique, à la protection
de l’ordre, de la santé ou de la morale publique ou à la sauvegarde des droits et libertés d’autrui.
Enfin, l’article 12 de la Convention américaine précise que les parents et, le cas échéant, les tuteurs
ont droit à ce que leurs enfants ou pupilles reçoivent l’éducation religieuse conforme à leurs
propres convictions.
5. La Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne protège aussi la liberté de pensée, de
conscience et de religion dans les mêmes termes que la Convention (article 10 de la Charte).
6. L’importance de la liberté de pensée, de conscience et de religion a été soulignée à plusieurs reprises
par la Cour européenne des droits de l’homme. D’une façon générale, elle est considérée comme l’une
des assises de la société démocratique ; d’une façon plus particulière, les juges voient dans la liberté
religieuse un élément vital contribuant à former l’identité des croyants et leur conception de la vie. En
réalité, la Cour européenne des droits de l’homme a élevé la liberté de religion au rang de droit
substantiel de la Convention, d’abord indirectement puis de façon plus directe.
7. Il y a lieu de noter qu’au cours des dix dernières années, l’importance quantitative des affaires
examinées par la Cour sous l’angle de l’article 9 est en progression constante ; cette tendance
s’explique notamment par l’augmentation du rôle de la religion et des questions connexes dans
le discours sociopolitique.
Portée du droit à la liberté de religion
Portée de la protection de l’article 9 ratione materiae
8. Même s’il est vrai que l’article 9 de la Convention concerne plus particulièrement la liberté de religion,
la garantie de cet article est beaucoup plus large et s’applique à l’ensemble des convictions personnelles,
politiques, philosophiques, morales ou, bien sûr, religieuses. Cet article englobe les idées, les
conceptions philosophiques de toute sorte, avec la mention expresse des conceptions religieuses d’une
personne, sa propre manière d’appréhender sa vie personnelle et sociale. Par exemple, en tant que
philosophie, le pacifisme entre dans le domaine d’application de l’article 9 de la Convention, l’attitude
du pacifiste pouvant être considérée comme une « conviction ».
9. Les convictions personnelles sont plus que de simples opinions. Il s’agit, en fait, d’idées ayant
atteint un certain degré de force, de sérieux, de cohérence et d’importance. En fait, le contenu
formel des convictions doit pouvoir être identifié.
10. Les organes de la Convention n’ont pas compétence pour définir la religion, mais celle-ci doit être
envisagée dans un sens non restrictif. Les croyances religieuses ne sauraient se limiter aux
« grandes » religions. Mais encore faut-il que la religion alléguée soit identifiable, quoique la volonté
- 219 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
des requérants de donner à leurs convictions l’appellation de religion bénéficie d’un a priori
favorable en cas d’ingérence injustifiée de l’État. Le contentieux n’est guère important avec les
religions majoritaires car les dogmes sont connus et les relations avec les États sont stabilisées.
En revanche, la question est plus délicate avec les religions minoritaires et les nouveaux
groupements religieux que l’on appelle parfois « sectes » au niveau national. Or, il ressort de la
jurisprudence actuelle de la Cour que tous les groupements religieux et leurs adeptes bénéficient
d’une égale garantie au regard de la Convention.
11. Saisie du problème des nouveaux mouvements religieux dans l’affaire Fédération chrétienne des
témoins de Jéhovah de France c. France (déc., no 53430/99, CEDH 2001-XI), la Cour a relevé que la loi
française avait pour but de renforcer la prévention et la répression des mouvements sectaires
portant atteinte aux droits de l’homme et aux libertés fondamentales. Précisant qu’elle n’a pas
pour tâche de se prononcer in abstracto sur une législation et ne saurait donc exprimer un point
de vue sur la compatibilité des dispositions du texte législatif français avec la Convention, la Cour
a cependant donné de précieuses indications. Elle a certes relevé que, dans la mesure où elle
vise les sectes – dont elle ne donne aucune définition – cette loi prévoit la dissolution de celles-ci ;
mais cette mesure ne peut être prononcée que par voie judiciaire et lorsque certaines conditions
se trouvent réunies, notamment lorsque les sectes ou leurs dirigeants ont fait l’objet de
condamnations pénales définitives pour des infractions limitativement énumérées et que la
requérante ne devrait, normalement, pas redouter. Un procès d’intention fait au législateur,
soucieux de régler un problème brûlant de société, n’est pas la démonstration de probabilité d’un
risque encouru par la requérante. En outre, celle-ci ne saurait sans contradiction se prévaloir du
fait qu’elle ne constitue pas un mouvement attentatoire aux libertés et, en même temps, prétendre
qu’elle serait, au moins potentiellement, une victime de l’application qui pourra être faite de cette
loi. Par conséquent, la requérante ne saurait se prétendre victime au sens de l’article 34 de la
Convention et l’ensemble de sa requête doit être déclaré irrecevable.
Le droit à la liberté de religion comme pilier d’une société démocratique
12. La liberté de pensée, de conscience et de religion, consacrée par l’article 9 de la Convention, représente
l’une des assises d’une « société démocratique » au sens de la Convention. Elle figure, dans sa
dimension religieuse, parmi les éléments les plus essentiels de l’identité des croyants et de leur
conception de la vie, mais elle est aussi un bien précieux pour les athées, les agnostiques, les
sceptiques ou les indifférents. Il y va du pluralisme – chèrement conquis au cours des siècles –
consubstantiel à pareille société. Cette liberté implique, notamment, celle d’adhérer ou non à une
religion et celle de la pratiquer ou de ne pas la pratiquer (Kokkinakis c. Grèce, 25 mai 1993, § 31, série
A no 260-A ; et Buscarini et autres c. Saint-Marin [GC], no 24645/94, § 34, CEDH 1999-I).
13. Dans une société démocratique, où plusieurs religions ou plusieurs branches d’une même religion
coexistent au sein d’une même population, il peut se révéler nécessaire d’assortir cette liberté de
limitations propres à concilier les intérêts des divers groupes et à assurer le respect des
convictions de chacun. Toutefois, dans l’exercice de son pouvoir de réglementation en la matière et
dans sa relation avec les divers religions, cultes et croyances, l’État se doit d’être neutre et impartial ;
il y va du maintien du pluralisme et du bon fonctionnement de la démocratie (Église
métropolitaine de Bessarabie et autres c. Moldova, no 45701/99, §§ 115-116, CEDH 2001-XII).
14. Dans ce domaine délicat qu’est l’établissement de rapports entre les communautés religieuses
et l’État, ce dernier jouit en principe d’une large marge d’appréciation (Cha’are Shalom Ve Tsedek c.
France [GC], no 27417/95, § 84, CEDH 2000-VII). Pour délimiter l’ampleur et les limites de celle-ci,
la Cour doit tenir compte de l’enjeu, à savoir la nécessité de maintenir un véritable pluralisme
religieux, inhérent à la notion de société démocratique. Par ailleurs, dans l’exercice de son pouvoir
de contrôle, elle doit considérer l’ingérence litigieuse sur la base de l’ensemble du dossier (Église
métropolitaine de Bessarabie et autres c. Moldova, précité, § 119).
- 220 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Dimensions intérieure et extérieure de la liberté de religion
15. Les libertés garanties par l’article 9 de la Convention présentent un double aspect, interne et externe.
Sur le plan « interne », la liberté est absolue : s’agissant des idées et des convictions profondes,
se forgeant dans le for intérieur de la personne et ne pouvant donc, en soi, porter atteinte à l’ordre
public, celles-ci ne peuvent, par conséquent, faire l’objet de restrictions de la part des autorités
étatiques. En revanche, sur le plan « externe » la liberté en question n’est que relative. Cette
relativité est logique dans la mesure où, puisqu’il s’agit de la liberté de manifester ses convictions,
l’ordre public peut être concerné, voire menacé.
16. Si la liberté religieuse relève d’abord du for intérieur, elle implique de surcroît, notamment, celle de
« manifester sa religion » individuellement et en privé, ou de manière collective, en public et dans le
cercle de ceux dont on partage la foi. L’article 9 énumère les diverses formes que peut prendre la
manifestation d’une religion ou d’une conviction, à savoir le culte, l’enseignement, les pratiques et
l’accomplissement des rites (Église métropolitaine de Bessarabie et autres c. Moldova, précité, § 114).
17. Pour ce qui est du cas particulier de la religion, la liberté de choix est importante. L’article 9 de
la Convention garantit à chacun la liberté de changer de religion, c’est-à-dire de se convertir.
Néanmoins, dès l’arrêt fondateur rendu dans l’affaire Kokkinakis c Grèce, précité, la jurisprudence
de la Cour admet que la liberté religieuse comporte, en principe, le droit d’essayer de convaincre
son prochain. « Convaincre » n’inclut pas, en l’espèce, des comportements abusifs, se caractérisant
notamment par des pressions inacceptables et un véritable harcèlement ; celui-ci ne saurait être
protégé par la Convention.
18. Il est important de noter que la liberté de conscience et de religion ne protège pas n’importe quel
comportement, pour peu qu’il soit motivé par des considérations d’ordre religieux ou philosophique.
En d’autres termes, l’article 9 de la Convention protège ce qui relève du for intérieur de l’individu
mais pas nécessairement tout comportement public dicté par une conviction : c’est la raison pour
laquelle il n’autorise pas à se soustraire à une législation générale (Pichon et Sajous c. France (déc.), no
49853/99, CEDH 2001-X).
Aspects individuel et collectif de la liberté de religion
19. La plupart des droits reconnus à l’article 9 ont un caractère individuel qui ne peut être contesté.
Toutefois, il n’en demeure pas moins vrai que certains de ces droits peuvent avoir une dimension
collective. Ainsi, la Cour a reconnu qu’une église, ou l’organe ecclésial de celle-ci, peut, comme
tel, exercer au nom de ses fidèles la liberté de religion et celle de manifester sa religion.
20. Les communautés religieuses existant traditionnellement et universellement sous la forme de
structures organisées, l’article 9 doit s’interpréter à la lumière de l’article 11 de la Convention qui
protège la vie associative contre toute ingérence injustifiée de l’État. Vu sous cet angle, le droit
des fidèles à la liberté de religion, qui comprend le droit de manifester sa religion collectivement,
suppose que les fidèles puissent s’associer librement, sans ingérence arbitraire de l’État. En effet,
l’autonomie des communautés religieuses est indispensable au pluralisme dans une société
démocratique et se trouve donc au cœur même de la protection offerte par l’article 9 (Hassan et
Tchaouch c. Bulgarie [GC], no 30985/96, § 62, CEDH 2000-XI ; Église métropolitaine de Bessarabie et autres
c. Moldova, précité, § 118, et Saint Synode de L’Église orthodoxe bulgare (métropolite Innocent) et autres
c. Bulgarie, nos 412/03 et 35677/04, § 103, 22 janvier 2009).
21. Le principe d’autonomie énoncé ci-dessus interdit à l’État d’obliger une communauté religieuse
d’admettre en son sein de nouveaux membres ou d’en exclure d’autres (Sviato-Mykhaïlivska Parafiya
c. Ukraine, no 77703/01, § 146, 14 juin 2007).
- 221 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
22. De même, l’article 9 de la Convention ne garantit aucun droit à la dissidence à l’intérieur d’un organisme
religieux ; en cas de désaccord doctrinal ou organisationnel entre une communauté religieuse et un de
ses membres, la liberté de religion de ce dernier s’exerce par la faculté de quitter librement la communauté
en question (Saint Synode de l’Église orthodoxe bulgare (métropolite Innocent) et autres c. Bulgarie, précité,
§ 137 ; ainsi que Karlsson c. Suède, no 12356/86, décision de la Commission du 8 septembre 1988,
DR 57, p. 172 ; Spetz et autres c. Suède, no 20402/92, décision de la Commission du 12 octobre
1994 ; et Williamson c. Royaume-Uni, no 27008/95, décision de la Commission du 17 mai 1995).
23. Dans leurs activités, les communautés religieuses obéissent aux règles que leurs adeptes
considèrent souvent comme étant d’origine divine. Les cérémonies religieuses ont une
signification et une valeur sacrée pour les fidèles lorsqu’elles sont célébrées par des ministres du
culte qui y sont habilités en vertu de ces règles. La personnalité de ces derniers est assurément
importante pour tout membre actif de la communauté, et leur participation à la vie de cette
communauté est donc une manifestation particulière de la religion qui jouit en elle-même de la
protection de l’article 9 de la Convention (Hassan et Tchaouch c. Bulgarie [GC], précité, loc.cit., et
Perry c. Lettonie, no 30273/03, § 55, 8 novembre 2007).
24. Un aspect important de l’autonomie des communautés religieuses se manifeste dans le domaine
du droit de travail ; il s’agit de la liberté de choisir des employés selon des critères propres à la
communauté religieuse en question. Cette liberté n’est cependant pas absolue. La Cour a
récemment eu l’occasion de se prononcer sur cette question dans deux arrêts rendus le
23 septembre 2010. Dans l’affaire Obst c. Allemagne (no 425/03, CEDH 2010-…), le requérant,
directeur pour l’Europe au département des relations publiques de l’Église mormone, fut licencié
sans préavis pour adultère, ce qui constituait une violation formelle de l’une des clauses de son
contrat de travail. Devant la Cour, il allégua une violation non de l’article 9, mais de l’article 8 de
la Convention, garantissant le droit au respect de la vie privée. La Cour a conclu à l’absence de
violation de l’article 8, en ces termes :
40. En l’espèce, la Cour observe d’abord que le requérant ne se plaint pas d’une action de l’État, mais d’un
manquement de celui-ci à protéger sa sphère privée contre l’ingérence de son employeur. À ce propos, elle
note d’emblée que l’Église mormone, en dépit de son statut de personne morale de droit public en droit
allemand, n’exerce aucune prérogative de puissance publique (cf. Rommelfänger, décision précitée, Finska
Församlingen i Stockholm et Teuvo Hautaniemi c. Suède, décision de la Commission du 11 avril 1996,
no 24019/94, et Predota c. Autriche (déc.), no 28962/95, 18 janvier 2000).
41. La Cour rappelle ensuite que, si l’article 8 tend pour l’essentiel à prémunir l’individu contre des ingérences
arbitraires des pouvoirs publics, il ne se contente pas de commander à l’État de s’abstenir de pareilles
ingérences : à cet engagement négatif peuvent s’ajouter des obligations positives inhérentes au respect
effectif de la vie privée. Celles-ci peuvent nécessiter l’adoption de mesures visant au respect de la vie privée
jusque dans les relations des individus entre eux. Si la frontière entre les obligations positives et négatives
de l’État au regard de l’article 8 ne se prête pas à une définition précise, les principes applicables sont
néanmoins comparables. En particulier, dans les deux cas, il faut prendre en compte le juste équilibre à
ménager entre l’intérêt général et les intérêts de l’individu, l’État jouissant en toute hypothèse d’une marge
d’appréciation (Evans c. Royaume-Uni [GC], no 6339/05, §§ 75-76, CEDH 2007-IV, Rommelfänger,
décision précitée ; voir aussi Fuentes Bobo c. Espagne, no 39293/98, § 38, 29 février 2000).
42. La Cour rappelle en outre que la marge d’appréciation reconnue à l’État est plus large lorsqu’il n’y a pas
de consensus au sein des États membres du Conseil de l’Europe sur l’importance relative des intérêts en
jeu ou sur les meilleurs moyens de les protéger. De façon générale, la marge est également ample lorsque
l’État doit ménager un équilibre entre des intérêts privés et publics concurrents ou différents droits protégés
par la Convention (Evans, précité § 77).
- 222 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
43. La question principale qui se pose en l’espèce est donc de savoir si l’État était tenu, dans le cadre de ses
obligations positives découlant de l’article 8, de reconnaître au requérant le droit au respect de sa vie privée
contre la mesure de licenciement prononcée par l’Église mormone. Dès lors, c’est en examinant la mise en
balance effectuée par les juridictions du travail allemandes de ce droit du requérant avec le droit de l’Église
mormone découlant des articles 9 et 11 que la Cour devra apprécier si la protection offerte au requérant
a atteint ou non un degré satisfaisant.
44. À cet égard, la Cour rappelle que les communautés religieuses existent traditionnellement et universellement
sous la forme de structures organisées et que, lorsque l’organisation d’une telle communauté est en cause,
l’article 9 doit s’interpréter à la lumière de l’article 11 de la Convention qui protège la vie associative
contre toute ingérence injustifiée de l’État. En effet, leur autonomie, indispensable au pluralisme dans
une société démocratique, se trouve au cœur même de la protection offerte par l’article 9. La Cour rappelle
en outre que, sauf dans des cas très exceptionnels, le droit à la liberté de religion tel que l’entend la
Convention exclut toute appréciation de la part de l’État sur la légitimité des croyances religieuses ou sur
les modalités d’expression de celles-ci (Hassan et Tchaouch c. Bulgarie [GC], no 30985/96, §§ 62 et 78,
CEDH 2000-XI). Enfin, lorsque se trouvent en jeu des questions sur les rapports entre l’État et les
religions, sur lesquelles de profondes divergences peuvent raisonnablement exister dans une société
démocratique, il y a lieu d’accorder une importance particulière au rôle du décideur national (Leyla ahin
c. Turquie [GC], no 44774/98, § 108, CEDH 2005-XI).
45. La Cour relève d’abord qu’en mettant en place un système de juridictions du travail ainsi qu’une juridiction
constitutionnelle compétente pour contrôler les décisions rendues par celles-ci, l’Allemagne a respecté ses
obligations positives à l’égard des justiciables dans le domaine du droit du travail, domaine où les litiges
touchent d’une manière générale les droits des intéressés découlant de l’article 8 de la Convention. Par
conséquent, en l’espèce, le requérant a eu la possibilité de porter son affaire devant le juge du travail appelé
à examiner la licéité du licenciement litigieux sous l’angle du droit du travail étatique en tenant compte
du droit du travail ecclésiastique, et à mettre en balance les intérêts divergents du requérant et de l’Église
employeur.
46. La Cour observe ensuite que la Cour fédérale du travail, dans son arrêt du 24 avril 1997, s’est amplement
référée aux principes établis par la Cour constitutionnelle fédérale dans son arrêt du 4 juin 1985 (…).
La Cour fédérale du travail a notamment rappelé que, si l’applicabilité du droit du travail étatique n’avait
pas pour effet de soustraire les relations de travail du domaine des affaires propres des Églises, le juge du
travail n’était lié par les principes fondamentaux des prescriptions religieuses et morales des employeurs
ecclésiastiques qu’à la condition que ces prescriptions tiennent compte de celles établies par les Églises
constituées et qu’elles ne soient pas en contradiction avec les principes fondamentaux de l’ordre juridique.
47. En ce qui concerne l’application de ces critères au cas du requérant, la Cour note que la Cour fédérale du
travail a estimé que les exigences de l’Église mormone concernant la fidélité dans le mariage n’étaient pas
en contradiction avec les principes fondamentaux de l’ordre juridique, au motif que le mariage revêtait une
importance prééminente aussi dans d’autres religions et dans la Loi fondamentale. La Cour fédérale du
travail a souligné à cet égard que l’Église mormone n’avait pu fonder le licenciement sur l’adultère du
requérant que parce que les informations touchant à l’adultère avaient été portées à sa connaissance par
l’intéressé lui-même. Après avoir examiné les arguments des parties, elle a conclu que le requérant avait
de son propre chef informé son employeur sur son comportement constitutif du licenciement et que, en
particulier, ses allégations quant au caractère uniquement pastoral de ses entretiens avec S., puis avec N.,
ne trouvaient pas de fondement dans les faits établis et qu’elles étaient en contradiction avec l’absence de
compétence pastorale de N.
- 223 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
48. La Cour note ensuite que, d’après la Cour fédérale du travail, le licenciement s’analysait en une mesure
nécessaire visant à la préservation de la crédibilité de l’Église mormone, compte tenu notamment de la
nature du poste que le requérant occupait et de l’importance que revêtait la fidélité absolue au conjoint au
sein de l’Église. La Haute juridiction a également exposé pourquoi l’Église mormone n’avait pas été tenue
de prononcer d’abord une sanction moins lourde, par exemple un avertissement. La Cour observe également
que, selon la cour d’appel du travail, le préjudice du requérant résultant du licenciement était limité eu égard
à son âge, à son ancienneté dans l’emploi et au fait que, ayant grandi et exercé plusieurs fonctions dans
l’Église mormone, l’intéressé aurait dû être conscient de la gravité de ses actes aux yeux de son employeur,
d’autant qu’il ne s’était pas agi d’un seul écart, mais d’une relation extraconjugale durable.
49. La Cour relève également que les juridictions du travail se sont penchées sur la question de savoir si le
licenciement du requérant pouvait être fondé sur le contrat de travail conclu entre l’intéressé et l’Église
mormone et s’il était conforme à l’article 626 du code civil. Elles ont pris en compte tous les éléments
pertinents et ont procédé à une mise en balance circonstanciée et approfondie des intérêts en jeu. Le fait
qu’elles ont reconnu à l’Église mormone le droit d’opposer à leurs employés des obligations de loyauté et
qu’elles ont finalement accordé plus de poids aux intérêts de l’Église mormone qu’à ceux du requérant ne
saurait en soi soulever un problème au regard de la Convention. À cet égard, la Cour observe que, selon
la Cour fédérale du travail, le juge du travail n’était pas lié sans limite aux prescriptions des Églises et leurs
employés des obligations de loyauté inacceptables.
50. Aux yeux de la Cour, les conclusions des juridictions du travail, selon lesquelles le requérant n’avait pas
été soumis à des obligations inacceptables, ne paraissent pas déraisonnables. La Cour estime en effet que
l’intéressé, pour avoir grandi au sein de l’Église mormone, était ou devait être conscient, lors de la signature du
contrat de travail et notamment du paragraphe 10 de celui-ci (portant sur l’observation « des principes moraux
élevés ») de l’importance que revêtait la fidélité maritale pour son employeur (voir, mutatis mutandis,
Ahtinen c. Finlande, no 48907/99, § 41, 23 septembre 2008) et de l’incompatibilité de la relation
extraconjugale qu’il avait choisi d’établir avec les obligations de loyauté accrues qu’il avait contractées
envers l’Église mormone en tant que directeur pour l’Europe au département des relations publiques.
51. La Cour considère que le fait que le licenciement a été fondé sur un comportement relevant de la sphère
privée du requérant, et ce en l’absence de médiatisation de l’affaire ou de répercussions publiques
importantes du comportement en question, ne saurait être décisif en l’espèce. Elle note que la nature
particulière des exigences professionnelles imposées au requérant résulte du fait qu’elles ont été établies par
un employeur dont l’éthique est fondée sur la religion ou les convictions (voir, au paragraphe 27 ci-dessus,
l’article 4 de la directive 78/2000/CE ; voir aussi Lombardi Vallauri c. Italie, no 39128/05, § 41, CEDH
2009-... (extraits)). À cet égard, elle estime que les juridictions du travail ont suffisamment démontré que
les obligations de loyauté imposées au requérant étaient acceptables en ce qu’elles avaient pour but de
préserver la crédibilité de l’Église mormone. Elle relève par ailleurs que la cour d’appel du travail a
clairement indiqué que ses conclusions ne devaient pas être comprises comme impliquant que tout adultère
constituait en soi un motif justifiant le licenciement [sans préavis] d’un employé d’une Église, mais qu’elle
y était parvenue en raison de la gravité de l’adultère aux yeux de l’Église mormone et de la position
importante que le requérant y occupait et qui le soumettait à des obligations de loyauté accrues.
52. En conclusion, eu égard à la marge d’appréciation de l’État en l’espèce (…) et notamment au fait que les
juridictions du travail devaient ménager un équilibre entre plusieurs intérêts privés, ces éléments suffisent
à la Cour pour estimer qu’en l’espèce l’article 8 de la Convention n’imposait pas à l’État allemand d’offrir
au requérant une protection supérieure.
25. Dans l’affaire Schüth c. Allemagne (no 1620/03, CEDH 2010-…, arrêt rendu le même jour), le requérant,
organiste et chef de chœur dans une paroisse catholique, fut licencié avec préavis, également
pour adultère. La Cour est parvenue à une conclusion différente pour les raisons suivantes :
- 224 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
65. En ce qui concerne la conclusion des juridictions du travail, selon laquelle le licenciement était justifié au
regard du règlement fondamental, la Cour rappelle que c’est en premier lieu au juge national qu’il incombe
d’interpréter et d’appliquer le droit interne (Griechische Kirchengemeinde München und Bayern e.V. c.
Allemagne (déc.), no 52336/99, 18 septembre 2007, et Miro ubovs et autres c. Lettonie, no 798/05, § 91,
15 septembre 2009). Elle rappelle toutefois que, si elle n’a pas pour tâche de se substituer aux juridictions
internes, il n’en demeure pas moins qu’il lui appartient de vérifier la compatibilité avec la Convention des
effets des conclusions du juge national (voir, mutatis mutandis, Karhuvaara et Iltalehti c. Finlande, no
53678/00, § 49, CEDH 2004-X, Mirolubovs et autres, précité, § 91, et Lombardi Vallauri c. Italie, no
39128/05, § 42, CEDH 2009-...).
66. Quant à l’application à la situation concrète du requérant des critères rappelés par la Cour fédérale du
travail, la Cour ne peut que constater le caractère succinct du raisonnement des juridictions du travail en
ce qui concerne les conséquences que celles-ci ont tirées du comportement du requérant (voir, a contrario,
Obst précité, § 49). La cour d’appel du travail s’est en effet bornée à expliquer que les fonctions de
l’intéressé en tant qu’organiste et chef de chœur ne tombaient pas sous le coup de l’article 5 § 3 du
règlement fondamental, mais qu’elles étaient néanmoins si proches de la mission de proclamation de
l’Église catholique que la paroisse ne pouvait pas continuer à employer ce musicien sans perdre toute
crédibilité et qu’il n’était guère concevable à l’égard du public extérieur que lui et le doyen pussent continuer
à célébrer la liturgie ensemble.
67. La Cour relève d’abord que, dans leurs conclusions, les juridictions du travail n’ont fait aucune mention
de la vie de famille de fait du requérant ni de la protection juridique dont celle-ci bénéficiait. Les intérêts
de l’Église employeur n’ont ainsi pas été mis en balance avec le droit du requérant au respect de sa vie privée
et familiale, garanti par l’article 8 de la Convention, mais uniquement avec son intérêt d’être maintenu
dans son emploi (voir également à cet égard les conclusions de la Cour constitutionnelle fédérale dans son
arrêt du 4 juin 1985 – paragraphe 35 ci-dessus).
(…)
68. La Cour observe ensuite que, en qualifiant le comportement du requérant de manquement grave, au sens
de l’article 5 § 2 du règlement fondamental, les juridictions du travail ont considéré le point de vue de
l’Église employeur comme déterminant à cet égard et que, d’après la Cour fédérale du travail, l’opinion
contraire du requérant ne trouvait à s’étayer ni dans le règlement fondamental ni dans d’autres textes
ecclésiastiques. Elle considère que cette manière de procéder ne soulève pas en soi un problème au regard
de sa jurisprudence (paragraphe 58 ci-dessus).
69. Elle relève cependant que la cour d’appel du travail n’a pas examiné la question de la proximité de l’activité
du requérant avec la mission de proclamation de l’Église, mais qu’elle semble avoir repris, sans procéder
à d’autres vérifications, l’opinion de l’Église employeur sur ce point. Or, dès lors qu’il s’agissait d’un
licenciement intervenu à la suite d’une décision du requérant concernant sa vie privée et familiale, protégée
par la Convention, la Cour considère qu’un examen plus circonstancié s’imposait lors de la mise en balance
des droits et intérêts concurrents en jeu (voir Obst précité, §§ 48-51), d’autant qu’en l’espèce le droit
individuel du requérant s’opposait à un droit collectif. En effet, si, au regard de la Convention, un employeur
dont l’éthique est fondée sur la religion ou sur une croyance philosophique peut certes imposer à ses
employés des obligations de loyauté spécifiques, une décision de licenciement fondée sur un manquement
à une telle obligation ne peut pas être soumise, au nom du droit d’autonomie de l’employeur, uniquement
à un contrôle judiciaire restreint, effectué par le juge du travail étatique compétent, sans que soit prise en
compte la nature du poste de l’intéressé et sans qu’il soit procédé à une mise en balance effective des intérêts
en jeu à l’aune du principe de proportionnalité.
(…)
- 225 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
75. En conséquence, compte tenu des circonstances particulières de l’affaire, la Cour conclut que l’État allemand
n’a pas procuré au requérant la protection nécessaire et que, partant, il y a eu violation de l’article 8 de
la Convention.
Relations entre l’État et les communautés religieuses
26. La garantie de la liberté de pensée, de conscience et de religion sous-entend un État neutre
de ce point de vue. Le respect des différentes convictions ou croyances est une obligation première
de l’État ; il doit, en effet, accepter que les individus puissent librement adopter des convictions et,
éventuellement, changer d’avis par la suite, en prenant soin d’éviter toute ingérence dans l’exercice
du droit garanti par l’article 9. Le droit à la liberté de religion exclut toute appréciation de la part de
l’État sur la légitimité des croyances religieuses ou sur les modalités d’expression de celles-ci.
27. La Cour a affirmé que l’article 9 de la Convention ne peut guère être conçu comme susceptible
de diminuer le rôle d’une foi ou d’une Église auxquelles adhère historiquement et culturellement
la population d’un pays défini (Membres (97) de la Congrégation des témoins de Jéhovah de Gldani c Géorgie,
no 71156/01, § 132, CEDH 2007-...).
28. Toutefois, cela ne signifie pas pour autant que les relations entre un État contractant et les
communautés religieuses soient complètement soustraites au contrôle de la Cour. Dans l’affaire
Religionsgemeinschaft der Zeugen Jehovas et autres c. Autriche (no 40825/98, arrêt du 31 juillet 2008), la
Cour a constaté une violation de l’article 9 de la Convention du fait, notamment, d’un délai
d’attente de dix ans, imposé aux « nouvelles » communautés religieuses déjà dotées d’une
personnalité juridique afin de pouvoir obtenir le statut de « société religieuse » (Religionsgesellschaft)
offrant plusieurs privilèges importants, notamment le droit d’enseigner la religion dans des
établissements scolaires publics. La Cour a déclaré :
92. ...Given the number of these privileges and their nature, ... the advantage obtained by religious societies
is substantial and this special treatment undoubtedly facilitates a religious society’s pursuance of its
religious aims. In view of these substantive privileges accorded to religious societies, the obligation under
Article 9 of the Convention incumbent on the State’s authorities to remain neutral in the exercise of their
powers in this domain requires therefore that if a State sets up a framework for conferring legal personality
on religious groups to which a specific status is linked, all religious groups which so wish must have a fair
opportunity to apply for this status and the criteria established must be applied in a non-discriminatory
manner.
29. De même, dans l’affaire Savez crkava “Riječ života” et autres c. Croatie (no 7798/08, arrêt du
9 décembre 2010), la Cour a statué sur le terrain de l’article 14 de la Convention et de l’article 1
du Protocole n° 12, prohibant la discrimination dans l’exercice de tout droit garanti par la loi. Tout
en affirmant que la conclusion d’accords spéciaux entre l’État et certaines communautés
religieuses afin d’établir un régime juridique particulier pour celles-ci n’était pas en soi contraire
aux articles 9 et 14 de la Convention, la Cour a constaté que le refus du gouvernement croate de
conclure un accord avec les requérantes – en l’espèce, plusieurs communautés chrétiennes
protestantes –, accord qui leur permettrait d’accomplir certains services religieux et d’obtenir la
reconnaissance officielle par l’État des mariages religieux célébrés par leurs pasteurs, constituait
une discrimination dans l’exercice de leur droit à la liberté de religion. La Cour a déclaré ce qui suit :
85. The Court reiterates that discrimination means treating differently, without an objective and reasonable
justification, persons in relevantly similar situations. However, the Contracting States enjoy a certain
margin of appreciation in assessing whether and to what extent differences in otherwise similar situations
justify a different treatment (see, for example, Oršuš and Others v. Croatia [GC], no. 15766/03, §149,
- 226 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
ECHR 2010-...). In particular, the conclusion of agreements between the State and a particular religious
community establishing a special regime in favour of the latter does not, in principle, contravene the
requirements of Articles 9 and 14 of the Convention, provided that there is an objective and reasonable
justification for the difference in treatment and that similar agreements may be entered into by other
religious communities wishing to do so (see Alujer Fernández and Caballero García v. Spain (dec.),
no. 53072/99, ECHR 2001-VI).
86. The Court notes that it was not disputed between the parties that the applicant churches were treated
differently from those religious communities which had concluded agreements on issues of common interest
with the Government of Croatia, under Section 9(1) of the Religious Communities Act. The Court sees no
reason to hold otherwise. Accordingly, the only question for the Court to determine is whether the difference
in treatment had “objective and reasonable justification”, that is, whether it pursued a “legitimate aim”
and whether there was a “reasonable relationship of proportionality” between the means employed and the
aim sought to be realised (see, for example, Oršuš and Others, cited above, § 156).
…
88. The Court also found that the imposition of such criteria raised delicate questions, as the State had a duty
to remain neutral and impartial in exercising its regulatory power in the sphere of religious freedom and in
its relations with different religions, denominations and beliefs. Therefore, such criteria called for particular
scrutiny on the part of the Court (see Religionsgemeinschaft der Zeugen Jehovas, cited above, § 97).
…
30. Un État peut-il imposer certaines pratiques liées à une religion ? Dans l’affaire Buscarini et autres
c. Saint-Marin [GC], précité, la Cour s’est penchée sur le cas de plusieurs députés devant prêter serment
sur les Évangiles afin de pouvoir exercer leur fonction. La Cour a conclu à une violation de l’article 9,
le fait d’avoir imposé ce serment équivalant à l’obligation pour des élus du peuple de faire allégeance
à une religion donnée. De même, au nom de ce principe de libre choix, il n’est pas possible d’obliger
une personne à participer contre son gré à des activités d’une communauté religieuse dès lors qu’elle
ne fait pas partie de ladite communauté.
Étendue de la protection de la liberté de religion
Ingérence dans les droits au titre de l’article 9
31. Aux termes de l’article 9 § 2 de la Convention, toute ingérence dans l’exercice du droit à la liberté
de religion doit être « nécessaire dans une société démocratique ». Cela signifie qu’elle doit répondre à
un « besoin social impérieux » ; en effet, le vocable « nécessaire » n’a pas la souplesse de termes tels
qu’« utile » ou « opportun » (Sviato-Mykhaïlivska Parafiya c. Ukraine, précité, § 116).
Devoir de neutralité et d’impartialité de l’État
32. Sauf dans des cas très exceptionnels, le droit à la liberté de religion tel que l’entend la Convention
exclut toute appréciation de la part de l’État sur la légitimité des croyances religieuses ou sur
les modalités d’expression de celles-ci (Hassan et Tchaouch c. Bulgarie [GC], précité, § 78 ; Église
métropolitaine de Bessarabie et autres c. Moldova, précité, § 117 ; ainsi que Serif c. Grèce, no 38178/97,
§ 52, CEDH 1999-IX).
- 227 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
33. Une mesure de l’État favorisant un dirigeant d’une communauté religieuse divisée ou visant à
contraindre la communauté, contre ses propres souhaits, à se placer sous une direction unique
constitue une atteinte à la liberté de religion. Dans une société démocratique, l’État n’a pas
besoin de prendre des mesures pour garantir que les communautés religieuses soient ou
demeurent placées sous une direction unique. En effet, le rôle des autorités dans un tel cas n’est
pas d’enrayer la cause des tensions en éliminant le pluralisme, mais de s’assurer que des groupes
opposés l’un à l’autre se tolèrent (Hassan et Tchaouch c. Bulgarie [GC], précité, § 78 ; Église
métropolitaine de Bessarabie et autres c. Moldova, précité, § 117 ; ainsi que Serif c. Grèce, précité, § 52).
34. Dans l’affaire Mirolubovs et autres c. Lettonie (n° 798/05, arrêt du 15 septembre 2009), la Cour s’est
penchée sur la manière dont les autorités de l’État défendeur avaient résolu un conflit interne au
sein d’une communauté religieuse. Elle a affirmé que, lorsqu’elle examine la conformité d’une
mesure nationale avec l’article 9 § 2 de la Convention, elle doit tenir compte du contexte
historique et des particularités de la religion en cause, que celles-ci se situent sur le plan
dogmatique, rituel, organisationnel ou autre. S’appuyant sur l’arrêt Cha’are Shalom Ve Tsedek c. France
[GC], précité, elle a estimé que cela découlait logiquement des principes généraux développés par
la jurisprudence de la Cour sur le terrain de l’article 9, à savoir la liberté de pratiquer une religion
en public ou en privé, l’autonomie interne des communautés religieuses et le respect du
pluralisme religieux. Vu le caractère subsidiaire du mécanisme de protection des droits individuels
instauré par la Convention, la même obligation peut alors s’imposer aux autorités nationales
lorsqu’elles prennent des décisions contraignantes dans leurs relations avec différentes religions.
À cet égard, la Cour a également renvoyé à sa jurisprudence développée sur le terrain de l’article
14 de la Convention, dont il découle que, dans certaines circonstances, l’absence d’un traitement
différencié à l’égard de personnes placées dans des situations sensiblement différentes peut
emporter violation de cette disposition (Thlimmenos c. Grèce [GC], no 34369/97, § 44, CEDH 2000IV). En résumé, la Cour ne doit pas négliger les particularités de diverses religions, lorsque cette
diversité a une signification essentielle dans la solution du litige porté devant elle.
Protection contre l’offense gratuite, l’incitation à la violence et à la haine
contre une communauté religieuse
35. L’article 9 protège-t-il le droit à la protection des sentiments religieux en tant que composante de la
liberté religieuse ? La portée de l’article 9 de la Convention est, en réalité, très grande, de sorte qu’un
tel droit semble garanti par cet article. Certes, la Cour européenne précise que les croyants doivent
tolérer et accepter le rejet d’autrui de leurs croyances religieuses et même la propagation par autrui
de doctrines hostiles à leur foi. Mais, comme le précise l’arrêt Otto-Preminger-Institut c. Autriche,
20 septembre 1994, série A no 295-A, il n’en reste pas moins vrai que la manière dont les croyances
religieuses font l’objet d’une opposition ou d’une dénégation est une question qui peut engager la
responsabilité de l’État, notamment celle d’assurer à ceux qui professent ces croyances et doctrines la
paisible jouissance du droit garanti par l’article 9 : il est certain que dans des cas extrêmes le recours
à des méthodes particulières d’opposition à des croyances religieuses ou de dénégation de celles-ci
peut aboutir à dissuader ceux qui les ont d’exercer leur liberté de les avoir et de les exprimer.
36. Dans l’arrêt Kokkinakis c. Grèce, précité, la Cour a jugé, dans le contexte de l’article 9, qu’un État
pouvait estimer nécessaire de prendre des mesures pour réprimer certaines formes de
comportement, y compris la communication d’informations et d’idées jugées incompatibles avec
le respect de la liberté de pensée, de conscience et de religion d’autrui. Dans l’arrêt Otto-PremingerInstitut c. Autriche, précité, la Cour a admis que le respect des sentiments religieux des croyants,
tel qu’il est garanti à l’article 9, avait été violé par des représentations provocatrices d’objets de
vénération religieuse ; de telles représentations peuvent passer pour une violation malveillante
de l’esprit de tolérance, qui doit aussi caractériser une société démocratique. Dans ce même
arrêt, la Cour a estimé que les mesures litigieuses se fondaient un article du code pénal autrichien
- 228 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
tendant à éliminer les comportements dirigés contre les objets de vénération religieuse qui sont
de nature à causer une « indignation justifiée » ; elles visaient donc à protéger le droit pour les
citoyens de ne pas être insultés dans leurs sentiments religieux par l’expression publique des
vues d’autres personnes, de sorte qu’elles n’étaient pas disproportionnées par rapport au but
légitime poursuivi, qui était la protection des droits d’autrui.
37. Dans l’affaire Gündüz c. Turquie (n° 1), (déc.), no 35071/97, 29 mars 2001, la Cour a conclu à la
violation de l’article 10 suite à la condamnation du chef d’une secte pour incitation du peuple à
la haine et à l’hostilité sur la base d’une distinction fondée sur l’appartenance à une religion ;
propos formulées lors d’une émission télévisée. La Cour observe tout d’abord que l’émission en
question visait à débattre d’un thème lié à l’incompatibilité de la conception qu’a le requérant
de l’Islam avec les valeurs démocratiques. Ce thème, largement débattu dans les media turcs,
concernait un problème d’intérêt général. Certains propos retenus pour la condamnation
dénotent une attitude intransigeante et un mécontentement profond face aux institutions
contemporaines de Turquie. De l’avis de la Cour, le simple fait de défendre la charia, sans en
appeler à la violence pour l’établir, ne saurait passer pour un « discours de haine ». Eu égard au
contexte de la présente affaire, la Cour estime que la nécessité de la restriction litigieuse ne se
trouve pas établie de manière convaincante.
38. Dans l’affaire Gündüz c. Turquie (n° 2) ((déc.), no 59745/00, 13 novembre 2003) de novembre 2003,
la Cour a conclu à l’irrecevabilité de la requête du dirigeant d’une secte islamiste condamné pour
incitation au crime et à la haine religieuse par voie de publication de ses propos dans la presse.
Elle estima que, compte tenu du contenu et de la tonalité violente des propos du requérant, il
s’agissait d’un discours de haine faisant l’apologie de la violence et étant par conséquent
incompatible avec les valeurs fondamentales de justice et de paix qu’exprime le Préambule à la
Convention. De plus, le requérant citait dans le reportage litigieux le nom d’une des personnes
visées par ses propos, personne qui, jouissant d’une certaine notoriété, était facilement
identifiable par le grand public et par conséquent en danger de subir des violences physiques.
Ainsi, la Cour estima que la gravité de la sanction infligée (quatre ans et deux mois
d’emprisonnement, ainsi qu’une amende) était justifiée dans la mesure où elle avait un caractère
dissuasif qui pouvait se révéler nécessaire dans le cadre de la prévention de l’incitation publique
au crime.
39. Dans l’affaire Giniewski c. France ((déc.), no 64016/00, 7 juin 2005) de juin 2005, la Cour déclara
recevable la requête d’un journaliste condamné pour diffamation publique envers un groupe de
personnes en raison de son appartenance à une religion. Le requérant avait publié un article
dans lequel il estime que certaines positions de l’Église catholique avaient « formé le terrain où ont
germé l’idée et l’accomplissement d’Auschwitz ». Dans un arrêt du 31 janvier 2006, la Cour à conclu à la
violation de l’article 10.
40. Dans l’affaire Paturel c. France (no 54968/00, 22 décembre 2005), la Cour a jugé recevable une
requête concernant la condamnation pour diffamation de l’auteur d’un ouvrage critique relatif à
l’action contre les sectes d’une organisation. Dans un arrêt de décembre 2005, la Cour a conclu
à la violation de l’article 10.
- 229 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Addendum
Jurisprudence de la Cour
européenne des droits de l’homme
202
Par la Division de la recherche de la Cour européenne des droits de l’Homme.
Wasmuth c. Allemagne - 12884/03 Arrêt 17.2.2011 [Section V]
Obligation d’indiquer, sur la carte d’imposition, une éventuelle appartenance à une Église
ou société religieuse habilitée à lever l’impôt cultuel : non-violation
En fait –
En Allemagne, les contribuables disposent d’une carte d’imposition sur le salaire assortie
d’une rubrique concernant le prélèvement de l’impôt cultuel, impôt retenu et versé au Trésor
public par les employeurs. Sur la carte d’imposition du requérant, cette rubrique contient la
mention « -- », indiquant sa non-appartenance à une Église ou une société religieuse habilitée
à lever l’impôt cultuel et informant donc son employeur qu’il n’y a pas lieu de retenir cet
impôt. Soutenant notamment que cette mention enfreignait son droit de ne pas déclarer
ses convictions religieuses, le requérant demanda en vain aux autorités administratives la
délivrance d’une carte d’imposition dépourvue de toute mention relative à l’appartenance
religieuse. Il fut débouté par les tribunaux et son recours constitutionnel fut rejeté.
En droit –
Article 9 : la Cour rappelle que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction comporte
également un aspect négatif, à savoir le droit pour l’individu de ne pas être obligé d’agir
de telle sorte que l’on puisse en déduire qu’il a – ou n’a pas – de telles convictions.
L’obligation faite au requérant de renseigner la mention litigieuse sur sa carte d’imposition
constitue donc une ingérence dans son droit de ne pas déclarer ses convictions religieuses.
Cette ingérence a toutefois une base légale en droit allemand et sert un but légitime, à
savoir la protection des droits des Églises et sociétés religieuses à lever l’impôt cultuel.
Quant à la proportionnalité de l’ingérence, la mention litigieuse sur la carte d’imposition
n’a qu’une portée limitée : elle renseigne uniquement sur le fait que le requérant
n’appartient pas à l’une des six Églises ou sociétés religieuses habilitées à lever l’impôt
cultuel et ne permet de tirer aucune conclusion concernant la pratique religieuse ou
philosophique du requérant. Les autorités n’ont d’ailleurs ni demandé à ce dernier
d’exposer les raisons de sa non-appartenance, ni vérifié son orientation religieuse ou
philosophique. En outre, la carte d’imposition n’a pas vocation à être utilisée dans un
cadre public, en dehors des relations avec l’employeur ou les autorités fiscales. Dès lors,
dans les circonstances de l’espèce, l’obligation faite au requérant de renseigner la mention
en cause ne constitue pas une ingérence disproportionnée. La Cour n’exclut cependant pas
qu’il pourrait y avoir des situations dans lesquelles l’ingérence dans le droit de l’intéressé
202 © Conseil de l’Europe/Cour européenne des droits de l’homme, 2011, 2012, 2013. Ces notes d’information sur la jurisprudence de la
Cour ont été préparées par la Division de la Recherche en français uniquement et ne lient pas la Cour. Les notes d’information peuvent être téléchargées à l’adresse suivante : www.echr.coe.int (Jurisprudence / Analyse jurisprudentielle / Notes d’information sur la
jurisprudence de la Cour 2011, 2012, 2013).
- 230 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
à ne pas manifester ses convictions religieuses paraîtrait plus significative et dans lesquelles
la mise en balance des intérêts en jeu pourrait l’amener à parvenir à une conclusion
différente. Pour autant que le requérant se plaint d’être obligé de fournir un soutien indirect
aux institutions religieuses en participant au système de prélèvement de l’impôt cultuel,
sa participation, consistant à donner le renseignement en question, était minime et avait
pour but d’empêcher qu’il fût, à tort, soumis au paiement d’un impôt cultuel.
Conclusion : non-violation (cinq voix contre deux).
La Cour a également conclu à la non-violation de l’article 8.
Ladele et McFarlane c. Royaume-Uni 51671/10 et 36516/10 [Section IV]
Actions disciplinaires contre des employés ayant refusé, pour des motifs religieux,
d’accomplir des tâches concernant des couples constitués de deux personnes de même
sexe : affaire communiquée
La première requérante, chrétienne, pense sincèrement que les partenariats civils conclus entre
personnes de même sexe, dont elle dit qu’il s’agit de mariages de fait, sont contraires à la loi de Dieu.
Elle était employée par une autorité locale en tant qu’officier de l’état civil à l’époque des faits. À la
suite de l’introduction de la loi de 2004 sur le partenariat civil, qui permet l’enregistrement des
partenariats civils conclus entre deux personnes de même sexe, l’autorité locale décida de rajouter
cette fonction aux responsabilités de ses officiers de l’état civil, sans laisser à ceux-ci la possibilité
(comme le firent d’autres autorités) de s’y opposer. Lorsque la première requérante refusa que l’on
modifie son contrat pour y inclure l’obligation de célébrer des cérémonies de partenariat civil, une
procédure disciplinaire fut ouverte contre elle. On lui reprocha d’avoir enfreint la politique en matière
d’égalité des chances et on l’avertit qu’elle risquait de se faire licencier si elle n’acceptait pas la
modification de son contrat. L’intéressée engagea une action en justice, se plaignant de discrimination
et de harcèlement fondés sur la religion, mais fut finalement déboutée. La Cour d’appel estima que
le souhait de l’intéressée de voir ses opinions religieuses respectées ne devait pas l’emporter sur
l’intérêt de l’autorité locale à veiller à ce que tous les officiers de l’état civil manifestent un respect
égal aux communautés homosexuelles et hétérosexuelles.
Le second requérant, chrétien pratiquant, est profondément et réellement convaincu que
l’homosexualité est un péché et qu’il ne doit rien faire qui l’amènerait directement à cautionner cette
orientation. De 2003 à 2008, il travailla comme conseiller pour une organisation nationale qui
dispensait des thérapies sexuelles et des conseils relationnels confidentiels. Bien qu’il suivît une
formation dans le domaine des thérapies psychosexuelles en 2007, il refusa, en raison de ses
convictions religieuses, de s’engager à dispenser de telles thérapies aux couples de même sexe. En
2008, il fut licencié pour faute lourde pour avoir déclaré qu’il appliquerait la politique de l’organisation
et dispenserait des conseils sexuels aux couples de même sexe alors qu’en réalité il n’avait aucune
intention de le faire et qu’on ne pouvait compter sur lui pour qu’il remplît son rôle dans le respect
de la politique d’égalité des chances de l’organisation. Les recours de l’intéressé furent rejetés pour
autant qu’il se plaignait de discrimination et de licenciement abusif.
Communiquée sous l’angle de l’article 9, isolément ou combiné avec l’article 14, et sous l’angle des
articles 13 (première requérante) et 6 (second requérant).
- 231 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Association Les témoins de Jéhovah c. France
- 8916/05 Arrêt 30.6.2011 [Section V]
Taxation imprévisible des offrandes faites à une association religieuse : violation
En fait –
L’association requérante a en particulier pour objet d’apporter son concours à
l’entretien et à l’exercice de son culte qu’elle qualifie de religion chrétienne. Le culte est
financé par des « offrandes ». En 1995, un rapport parlementaire qualifia les Témoins
de Jéhovah de secte. La même année l’association requérante fit l’objet d’un contrôle
fiscal. Sur la base des informations collectées, elle fut mise en demeure de déclarer les
dons qu’elle avait encaissés de 1993 à 1996. L’association refusa et demanda à
bénéficier de l’exonération fiscale qui prévaut pour les dons et legs faits aux
associations cultuelles ; une procédure de taxation d’office fut alors ouverte à son
encontre. En mai 1998, un redressement portant sur l’équivalent d’environ 45 millions
d’euros lui fut notifié. L’impôt exigé affecte les offrandes de 250 000 personnes sur
quatre ans. Tous les recours de la requérante furent vains.
En droit –
Article 9 : le redressement litigieux a porté sur la totalité des dons manuels perçus par la
requérante alors que ceux-ci représentaient 90% de ses ressources. La taxation de ces
dons constitue une ingérence ayant eu pour effet de couper les ressources vitales de
l’association, laquelle n’était plus en mesure d’assurer concrètement à ses fidèles le libre
exercice de leur culte. La cour d’appel a considéré que les sommes d’argent enregistrées
par l’association requérante dans sa comptabilité sous le terme « offrandes » constituaient
des dons manuels, quel que soit le montant de ces sommes. Dès lors, ces dons furent
taxés en application de l’article 757 du code général des impôts (CGI) car ils avaient été
« révélés » par la présentation de la comptabilité de la requérante à l’administration fiscale
lors du contrôle fiscal débuté en 1995. Quant à la prévisibilité de cette mesure, le CGI
énonce que les dons manuels « révélés » à l’administration fiscale sont sujets aux droits
de donation. L’intention initiale du législateur était d’encadrer les transmissions de
patrimoine au sein des familles et donc ne concernait que les personnes physiques. Une
réponse ministérielle datant de mars 2001 a précisé que les dispositions du CGI étaient
applicables aux dons manuels réalisés au profit d’associations ; or, en l’espèce, la
notification de la procédure de taxation d’office et le redressement datent de 1998. En
outre, le Gouvernement n’a pas cité de décisions de la Cour de cassation qui, à l’époque,
seraient allées dans le sens de l’application du CGI aux personnes morales. L’article
pertinent du CGI a été modifié en 2003 compte tenu des conséquences financières de
cette mesure fiscale sur le monde associatif à la suite du litige de la requérante, afin
d’exclure de l’imposition les organismes d’intérêt général. Quant à la notion de
« révélation » des dons, il a été jugé en l’espèce, et pour la première fois, que la
présentation de la comptabilité à l’administration lors d’un contrôle fiscal valait
« révélation ». Une telle interprétation de la disposition litigieuse par les juges était
difficilement prévisible pour l’association requérante dans la mesure où, jusqu’alors, les
dons manuels échappaient à toute obligation de déclaration et n’étaient pas
systématiquement soumis aux droits de mutation à titre gratuit. L’imprécision de la notion
de « révélation » contenue dans le CGI ne pouvait, en l’état du droit positif de l’époque,
conduire la requérante à envisager que la simple présentation de sa comptabilité en
constituerait une. En définitive, cette notion telle qu’interprétée en l’espèce a fait
dépendre la taxation des dons manuels de la réalisation du contrôle fiscal, ce qui implique
- 232 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
nécessairement une part d’aléa et donc une imprévisibilité dans l’application de la loi
fiscale. Ainsi, la requérante n’était pas à même de prévoir à un degré raisonnable les
conséquences pouvant résulter de la perception des offrandes et de la présentation de
sa comptabilité à l’administration fiscale. Partant, l’ingérence n’était pas prévue par la loi
au sens de l’article 9 § 2. Eu égard à la conclusion qui précède, la Cour n’estime pas
nécessaire de se pencher sur le respect des autres exigences du paragraphe 2 de l’article 9.
Conclusion : violation (unanimité).
Article 41 : question réservée.
Bayatyan c. Arménie - 23459/03 Arrêt 7.7.2011 [GC]
Condamnation d’un objecteur de conscience pour refus d’accomplir le service militaire :
violation
En fait –
Le requérant, un témoin de Jéhovah déclaré apte au service militaire, informa les
autorités qu’il refusait d’accomplir son service militaire pour des raisons de conscience
mais qu’il était prêt à effectuer un service civil de remplacement. En mai 2001, il reçut
une convocation pour commencer son service militaire, mais il n’y répondit pas et quitta
temporairement son domicile par crainte d’être enrôlé de force. Il fut accusé de
soustraction aux obligations militaires et fut condamné en 2002 à une peine de deux
ans et demi d’emprisonnement. Il fut libéré sous conditions après avoir purgé environ
dix mois et demi de sa peine. À l’époque des faits, il n’existait pas en Arménie de loi
prévoyant un service civil de remplacement pour les objecteurs de conscience.
En droit –
Article 9
a) Applicabilité – Il s’agit de la première affaire où la Cour est amenée à examiner la question
de l’applicabilité de l’article 9 aux objecteurs de conscience. Auparavant, la Commission
européenne des droits de l’homme, dans une série de décisions, avait refusé d’appliquer
cette disposition aux objecteurs de conscience au motif que les Parties contractantes
avaient le choix de reconnaître ou non le droit à l’objection de conscience puisque, aux
termes de l’article 4 § 3 b) de la Convention, n’était pas considéré comme travail forcé
« tout service de caractère militaire ou, dans le cas d’objecteurs de conscience dans les
pays où l’objection de conscience [était] reconnue comme légitime, un autre service à la
place du service militaire obligatoire ». La Commission avait donc estimé que les objecteurs
de conscience étaient exclus de la protection de l’article 9, lequel ne pouvait être interprété
comme garantissant le droit de ne pas être poursuivi pour un refus de servir dans l’armée.
Toutefois, cette interprétation de l’article 9 reflète les opinions qui prévalaient à l’époque.
Des changements importants se sont produits depuis lors, tant sur le plan international
que dans les systèmes juridiques des États membres du Conseil de l’Europe. Au moment
où a eu lieu l’ingérence alléguée dans l’exercice par le requérant des droits garantis par
l’article 9, à savoir en 2002-2003, il existait un quasi-consensus au sein des États membres
puisque l’immense majorité d’entre eux avait déjà reconnu le droit à l’objection de
conscience. Après que le requérant fut sorti de prison, l’Arménie a également reconnu ce
droit. Le Comité des droits de l’homme des Nations unies a considéré que le droit à
l’objection de conscience pouvait être déduit de l’article 18 du Pacte international relatif
aux droits civils et politiques, et l’article 9 de la Charte des droits fondamentaux de l’Union
- 233 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
européenne indique explicitement que le droit à l’objection de conscience est reconnu
selon les lois nationales qui en régissent l’exercice. D plus, l’Assemblée parlementaire du
Conseil de l’Europe et le Comité des Ministres ont appelé à plusieurs reprises les États
membres ne l’ayant pas encore fait à reconnaître le droit à l’objection de conscience, et
la reconnaissance de ce droit est devenue une condition préalable à l’adhésion de
nouveaux membres à l’organisation. Compte tenu de ce qui précède et conformément à
la théorie de l’« instru-ment vivant », la Cour conclut qu’il était nécessaire et prévisible
qu’elle modifie l’interprétation de l’article 9 et qu’il ne faut plus interpréter cette disposition
à la lumière de l’article 4 § 3 b). En tout état de cause, les travaux préparatoires confirment
que l’alinéa b) de l’article 4 § 3 a pour seul but de préciser la notion de « travail forcé ou
obligatoire » et que cette clause ne reconnaît ni n’exclut le droit à l’objection de conscience ;
elle ne saurait donc servir à délimiter les droits garantis par l’article 9. Dès lors, bien que
l’article 9 ne mentionne pas expressément le droit à l’objection de conscience, la Cour
considère que l’opposition au service militaire, lorsqu’elle est motivée par un conflit grave
et insurmontable entre l’obligation de servir dans l’armée et la conscience d’une personne
ou ses convictions sincères et profondes, de nature religieuse ou autre, constitue une
conviction atteignant un degré suffisant de force, de sérieux, de cohérence et d’importance
pour entraîner l’application des garanties de l’article 9. Étant donné que le requérant se
trouve dans ce cas, l’article 9 s’applique en l’espèce.
b) Observation – Le fait que le requérant n’a pas répondu à la convocation au service
militaire constitue une manifestation de ses convictions religieuses. La condamnation de
l’intéressé s’analyse donc en une ingérence dans sa liberté de manifester sa religion. La
Cour ne tranche pas la question de savoir si l’ingérence était prévue par la loi ni celle de
savoir si elle visait un but légitime, mais se penche sur la marge d’appréciation dont
bénéficie l’État défendeur en l’espèce. Étant donné que la quasi-totalité des États
membres du Conseil de l’Europe ont mis en place des formes de service de remplacement,
un État qui n’a pas encore pris de mesure en ce sens ne dispose que d’une marge
d’appréciation limitée et doit faire la preuve que l’ingérence répond à un « besoin social
impérieux ». Or le système en vigueur en Arménie à l’époque des faits imposait aux
citoyens une obligation susceptible d’engendrer de graves conséquences pour les
objecteurs de con– science tout en ne prévoyant aucune exemption pour des raisons de
conscience et en sanctionnant pénalement les personnes qui, comme le requérant,
refusaient d’effectuer leur service militaire. Un tel système ne ménageait pas un juste
équilibre entre l’intérêt de la société dans son ensemble et celui du requérant. C’est
pourquoi la Cour juge que la peine infligée au requérant, alors que rien n’était prévu pour
tenir compte des exigences de sa conscience et de ses convictions religieuses, ne peut
passer pour une mesure nécessaire dans une société démocratique. Enfin, la Cour fait
observer que le requérant a été poursuivi et condamné alors que les autorités arméniennes
s’étaient déjà officiellement engagées, lors de leur adhésion au Conseil de l’Europe, à
instituer un service de remplacement dans un certain délai, ce qu’elles ont fait moins d’un
an après la condamnation du requérant. Dans ces conditions, la condamnation de
l’intéressé, qui entrait directement en conflit avec la politique officielle de réforme et
d’amendements législatifs que l’Arménie menait conformément à ses engagements
internationaux, ne saurait passer pour avoir été motivée par un besoin social impérieux.
Conclusion :
Article 41 :
violation (seize voix contre une).
10 000 EUR pour préjudice moral.
- 234 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Erçep c. Turquie - 43965/04 Arrêt 22.11.2011 [Section II]
Condamnation pénale d’un témoin de Jéhovah pour le refus d’accomplir son service
militaire et l’absence d’un service civil de remplacement : violation
En fait –
Le requérant est témoin de Jéhovah et refuse d’accomplir son service militaire. Or, selon la
loi, un appelé qui ne donne pas suite à l’appel d’incorporation est considéré comme
déserteur. À chaque période d’incorporation, des poursuites pénales pour insoumission
furent engagées à l’encontre du requérant (depuis 1998, plus de vingt-cinq procès). Ce
dernier fut condamné à des peines d’emprisonnement. En 2004, le tribunal militaire décida
de cumuler les peines d’emprisonnement infligées et obtint un total de sept mois et quinze
jours. Après avoir purgé cinq mois de prison, le requérant fut placé en liberté conditionnelle.
En droit –
Article 9 : le requérant fait partie des témoins de Jéhovah, groupe religieux dont les
croyances comportent la conviction qu’il y a lieu de s’opposer au service militaire,
indépendamment de la nécessité de porter les armes. L’objection de l’intéressé a donc
été motivée par des convictions religieuses sincères qui entraient en conflit, de manière
sérieuse et insurmontable, avec son obligation à cet égard. Le système du service
militaire obligatoire en vigueur en Turquie impose aux citoyens une obligation
susceptible d’engendrer de graves conséquences pour les objecteurs de conscience :
il n’autorise aucune exemption pour raisons de conscience et donne lieu à l’imposition
de lourdes sanctions pénales aux personnes qui, comme le requérant, refusent
d’accomplir leur service militaire. Ainsi, l’ingérence litigieuse tire son origine non
seulement des multiples condamnations dont le requérant a fait l’objet mais aussi de
l’absence d’un service de remplacement. Les objecteurs de conscience n’ont pas
d’autre possibilité que de refuser d’être enrôlés dans l’armée s’ils veulent rester fidèles
à leurs convictions. Ils s’exposent ainsi à une sorte de « mort civile » du fait des multiples
poursuites pénales que les autorités ne manquent pas de diriger contre eux et des effets
cumulatifs des condamnations pénales qui en résultent, de l’alternance continue des
poursuites et des peines d’emprisonnement, et de la possibilité d’être poursuivis tout
au long de leur vie. Un tel système ne ménage pas un juste équilibre entre l’intérêt de
la société dans son ensemble et celui des objecteurs de conscience. En conséquence,
les peines qui ont été infligées au requérant alors que rien n’était prévu pour tenir
compte des exigences de sa conscience et de ses convictions ne peuvent passer pour
une mesure nécessaire dans une société démocratique.
Conclusion : violation (unanimité).
Article 46 : la violation dans le chef du requérant tire son origine d’un problème structurel tenant
d’une part à l’insuffisance du cadre juridique existant quant au statut des objecteurs de
conscience et d’autre part à l’absence d’un service de remplacement. L’adoption d’une
réforme législative, nécessaire pour prévenir des violations de la Convention similaires
à celles constatées en l’espèce, et la création d’un service de remplacement pourraient
constituer une forme appropriée de réparation qui permettrait de mettre un terme à la
violation constatée.
Article 41 :
10 000 EUR pour préjudice moral.
- 235 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Francesco Sessa c. Italie - 28790/08 Arrêt 3.4.2012 [Section II]
Refus de reporter une audience tombant le jour d’une fête juive : non violation
En fait –
Avocat de profession, le requérant, de confession juive, participa en sa qualité de
représentant d’un des plaignants à une audience devant le juge des investigations
préliminaires relative à la production d’un moyen de preuve. Le juge titulaire étant empêché,
son remplaçant invita les parties à choisir la date de renvoi de l’audience parmi deux
possibilités, à savoir les 13 et 18 octobre 2005, selon le calendrier déjà établi par le juge
titulaire. Le requérant fit valoir que les deux dates correspondaient à des fêtes juives,
respectivement Yom Kippour et Souccot, et affirma son impossibilité à être présent à
l’audience de renvoi en raison de ses obligations religieuses. Le juge fixa la date de l’audience
au 13 octobre 2005. Le requérant déposa une demande de renvoi de l’audience à l’attention
du juge titulaire de l’affaire ainsi qu’une plainte pénale à son encontre. Sa demande de
renvoi fut rejetée. La plainte pénale du requérant fut classée sans suite en 2008 au motif
qu’aucun élément du dossier n’indiquait l’intention de violer son droit à exercer librement
le culte juif ni la volonté d’offenser sa dignité en raison de sa confession religieuse.
En droit –
Article 9 : Le juge des investigations préliminaires décida de ne pas faire droit à la
demande de report du requérant sur la base des dispositions du code de procédure
pénale au sens desquelles seule l’absence du ministère public et du conseil du prévenu
justifie le renvoi de l’audience qui vise la production immédiate d’un moyen de preuve,
la présence du conseil du plaignant n’étant en revanche pas nécessaire. La Cour n’est
pas persuadée que la fixation de l’audience litigieuse à une date correspondant à une
fête juive, ainsi que le refus de la reporter à une autre date, puissent s’analyser en une
restriction au droit du requérant à exercer librement son culte. Tout d’abord, il n’est pas
contesté que l’intéressé a pu s’acquitter de ses devoirs religieux. En outre, le requérant,
qui devait s’attendre à ce que sa demande de report soit refusée conformément aux
dispositions de la loi en vigueur, aurait pu se faire remplacer à l’audience litigieuse afin
de s’acquitter de ses obligations professionnelles. L’intéressé n’a pas démontré avoir
subi des pressions visant à le faire changer de conviction religieuse ou à l’empêcher de
manifester sa religion ou sa conviction. Quoi qu’il en soit, même à supposer l’existence
d’une ingérence dans le droit du requérant protégé par l’article 9 § 1, celle-ci, prévue
par la loi, se justifiait par la protection des droits et libertés d’autrui, et en particulier
le droit des justiciables de bénéficier d’un bon fonctionnement de l’administration de
la justice et le respect du principe du délai raisonnable de la procédure ; elle a observé
un rapport raisonnable de proportionnalité entre les moyens employés et le but visé.
Conclusion : non-violation (quatre voix contre trois).
- 236 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Savda c. Turquie - 42730/05 Arrêt 12.6.2012 [Section II]
Absence de loi ou de procédure adéquate pour mettre en œuvre le droit à l’objection de
conscience : violation
En fait –
En mai 1996, le requérant, un ressortissant turc, fut appelé sous les drapeaux et incorporé
dans son régiment. Toutefois, en août 1996, il déserta. En novembre 1997, appréhendé
en possession d’une arme, il fut déclaré coupable d’avoir mené des activités en faveur du
PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) et condamné à une peine d’emprisonnement. En
novembre 2004, après avoir purgé sa peine, il fut conduit à son régiment pour accomplir
son service militaire où il refusa de porter l’uniforme militaire, se déclarant alors objecteur
de conscience. Une série d’actions pénales devant des tribunaux militaires furent prises
à son encontre alors qu’il refusait toujours d’intégrer son régiment en désertant à plusieurs
reprises. En avril 2008, le requérant fut exempté du service militaire et détaché de son
régiment après avoir été diagnostiqué personnalité antisociale.
En droit –
Article 9 : Depuis l’arrêt de Grande Chambre Bayatyan c. Arménie, l’opposition au service
militaire, lorsqu’elle est motivée par un conflit grave et insurmontable entre l’obligation
de servir dans l’armée et la conscience d’une personne ou ses convictions sincères et
profondes, de nature religieuse ou autre, constitue une conviction atteignant un degré
suffisant de force, de sérieux, de cohérence et d’importance pour entraîner l’application
des garanties de l’article 9. En l’espèce, le requérant se plaint de manquements de l’État.
S’agissant de la non-reconnaissance du droit à l’objection de conscience au service
militaire obligatoire, aucune raison convaincante ou impérieuse justifiant ledit
manquement n’est mentionnée. L’invocation de notions telles que la sûreté publique, la
défense de l’ordre ou la protection des droits d’autrui ne suffit pas à expliquer pourquoi
la reconnaissance de ce droit n’est pas compatible avec le devoir général de l’État. Pour
ce qui est de l’absence d’une procédure qui aurait permis au requérant d’établir s’il
remplissait les conditions pour bénéficier du droit à l’objection de conscience, le
requérant n’invoque aucune conviction religieuse pour se prévaloir d’un tel droit, mais
déclare adhérer à la philosophie pacifiste et antimilitariste. De son côté, le Gouvernement
soutient que le requérant ne peut être admis comme étant un objecteur de conscience.
La question qui se pose est donc celle de savoir dans quelle mesure l’objection du
requérant au service militaire relève de l’article 9. Il est observé que la demande du
requérant n’a fait l’objet d’aucun examen de la part des autorités nationales. Il est donc
estimé qu’en l’absence d’une procédure d’examen de ces demandes, le service militaire
obligatoire est de nature à entraîner un conflit grave et insurmontable entre ladite
obligation et les convictions sincères et profondes d’une personne. Au regard de la
jurisprudence de la Cour sur l’article 8 de la Convention, qui a, à maintes reprises, souligné
l’obligation positive de l’État de créer un cadre réglementaire instaurant un mécanisme
judiciaire et exécutoire destiné à protéger le droit à la vie privée, il est considéré qu’il
pesait sur les autorités une obligation positive d’offrir au requérant une procédure
effective et accessible, qui lui aurait permis de faire établir s’il avait ou non le droit de
bénéficier du statut d’objecteur de conscience, aux fins de préserver les intérêts de
l’intéressé protégés par l’article 9. Un système qui ne prévoit aucun service de
remplacement ni la procédure susmentionnée ne ménage pas un juste équilibre entre
l’intérêt de la société dans son ensemble et celui des objecteurs de conscience. Il s’ensuit
que les autorités compétentes ont manqué à leur obligation tirée de l’article 9.
- 237 -
RAPPORT
Conclusion :
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
violation (unanimité).
La Cour conclut aussi, à l’unanimité, à la violation de l’article 3, le requérant ayant
subi des traitements dégradants, et à la violation de l’article 6 § 1, étant donné que
le requérant en tant qu’objecteur de conscience a du comparaître devant un tribunal
militaire incompatible avec le principe d’indépendance et d’impartialité des
tribunaux.
Article 41 :
12 000 EUR pour préjudice moral.
Schilder c. Pays-Bas - 2158/12 Décision 16.10.2012 [Section III]
Requête d’un prêtre à propos d’une restriction du volume sonore d’une cloche d’église la nuit :
irrecevable
En fait –
Le requérant est le prêtre d’une paroisse qui faisait sonner l’unique cloche de l’église à
7h15 tous les matins pour appeler les paroissiens à la messe. Des voisins s’étant plaints
que le bruit perturbait leur repos pendant la nuit, il fut avisé que, s’il ne réduisait pas le
volume sonore de la cloche entre 23 heures et 7h30, une amende lui serait infligée.
En droit –
Article 9 : La Cour est disposée à croire que les mesures en question constituent une
restriction dans la liberté de manifester sa religion. Cependant, la restriction en cause
est « prévue par la loi » et poursuit le but légitime de la protection des droits et libertés
d’autrui. De plus, elle peut passer pour nécessaire dans une société démocratique, un
juste équilibre ayant été ménagé entre les intérêts concurrents et la mesure en cause
étant non pas une interdiction généralisée de faire sonner la cloche de l’église mais
une limitation de son volume sonore pendant les heures nocturnes.
Conclusion : irrecevable (défaut manifeste de fondement).
Eweida et autres c. Royaume-Uni
- 48420/10 et al. Arrêt 15.1.2013 [Section IV]
Mesures disciplinaires contre des employés pour port de symboles religieux (croix) au
travail ou refus de s’acquitter de tâches qu’ils estimaient incompatibles avec leurs
convictions religieuses : violation ; non-violations
En fait –
Chrétiens pratiquants, les quatre requérants se plaignaient de ce que le droit interne
n’avait pas suffisamment protégé leur droit de manifester leur religion. Mme Eweida,
employée de British Airways, et Mme Chaplin, infirmière gériatrique, alléguaient que leurs
employeurs respectifs leur avaient interdit de porter de manière visible une croix
chrétienne autour du cou sur le lieu de travail.
- 238 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
La troisième requérante, Mme Ladele, officier d’état civil, et le quatrième requérant,
M. McFarlane, employé dans une société de conseil en sexothérapie et relations
conjugales, se plaignaient d’avoir été licenciés pour avoir refusé de s’acquitter de
certaines tâches dont ils considéraient qu’elles revenaient à reconnaître l’homosexualité,
au mépris de leurs convictions religieuses.
En droit –
Article 9 pris isolément et/ou combiné avec l’article 14 : Il ressort de la jurisprudence de la
Cour et de la Commission que, lorsqu’une personne est en mesure de se soustraire à une
restriction apportée à son droit de manifester sa religion ou ses convictions, il n’y a pas
d’ingérence dans son droit au titre de l’article 9 § 1 et l’État n’est donc pas tenu de justifier
la restriction en question au regard de l’article 9 § 2. Toutefois, compte tenu de l’importance
de la liberté de religion dans une société démocratique, la Cour estime que, lorsqu’un
requérant se plaint d’une restriction à sa liberté religieuse sur son lieu de travail, elle ne
peut se borner à conclure que la possibilité qui se présente à lui de changer d’emploi
neutralise l’ingérence dont il se plaint ; en pareil cas, la Cour doit prendre en compte cette
possibilité dans l’équilibre global pour rechercher si la restriction est ou non proportionnée.
Lorsque, comme dans le cas de la première requérante et du quatrième requérant, les faits
litigieux émanent d’entreprises privées, et qu’ils ne sont donc pas directement imputables
à l’État défendeur, la question doit être examinée sous l’angle de l’obligation positive faite
aux autorités étatiques de reconnaître les droits garantis par l’article 9 à toute personne
relevant de leur juridiction. En ce qui concerne les principes applicables sur le terrain de
l’article 14 de la Convention, s’il faut normalement qu’il y ait une différence de traitement
entre des personnes se trouvant dans des situations analogues ou comparables pour qu’une
question se pose sur le terrain de cette disposition, il y a également violation du droit à la
non-discrimination lorsque les États, sans justification objective et raisonnable, ne traitent
pas différemment des personnes se trouvant dans des situations sensiblement différentes.
Pareils comportement sont discriminatoires s’ils manquent de justification objective et
raisonnable ; en d’autres termes, s’ils ne poursuivent pas un but légitime ou s’il n’existe pas
de rapport raisonnable de proportionnalité entre les moyens employés et le but poursuivi.
a) La première requérante – La Cour admet que, en revendiquant le droit de porter une
croix de manière visible sur son lieu de travail, l’intéressée entendait manifester ses
convictions religieuses.
Dès lors, l’interdiction qui lui a été faite par British Airways de septembre 2006 à février 2007 de prendre
ses fonctions tant qu’elle porterait sa croix de manière visible s’analyse en une ingérence dans la liberté
de la requérante de manifester sa religion.
Cette ingérence n’étant pas directement imputable à l’État, il convient de rechercher
si celui-ci a satisfait à son obligation positive au titre de l’article 9. L’absence en droit
anglais de disposition protégeant expressément le port de vêtements ou de symboles
religieux sur le lieu de travail n’emporte pas en soi violation du droit de l’intéressée de
manifester sa religion. En effet, les tribunaux internes pouvaient connaître de cette
question et l’ont d’ailleurs examinée dans le cadre des plaintes pour discrimination
déposées par les requérants. En cherchant à véhiculer une certaine image de British
Airways et à promouvoir la reconnaissance de sa marque et de son personnel, le code
vestimentaire de cette société poursuivait un but légitime. Toutefois, les juridictions
nationales ont accordé à ce but une importance excessive. La croix portée par la
requérante était discrète et ne pouvait nuire à son apparence professionnelle. Il n’a
pas été prouvé que l’autorisation accordée par le passé à d’autres employés de porter
des vêtements religieux tels que le turban ou le hijab ait eu un effet négatif sur l’image
- 239 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
de marque et la réputation de British Airways. En outre, les modifications que British
Airways a par la suite apportées à son code vestimentaire pour autoriser le port visible
de bijoux religieux donnent à penser que l’interdiction antérieure n’était pas d’une
importance cruciale.
Par conséquent, comme aucun empiètement sur les intérêts d’autrui n’a été établi, les autorités internes
n’ont pas suffisamment garanti le droit de la première requérante de manifester sa religion, au mépris de
leur obligation positive au titre de l’article 9.
La Cour n’estime pas nécessaire d’examiner séparément le grief soulevé par la
requérante sur le terrain de l’article 14 combiné avec l’article 9.
Conclusion : violation à l’égard de la première requérante (cinq voix contre deux).
b) La deuxième requérante – La Cour admet que, en revendiquant le droit de porter
une croix sur son lieu de travail, l’intéressée entendait manifester ses convictions
religieuses. Dès lors, l’interdiction qui lui a été faite par les autorités sanitaires de
prendre ses fonctions tant qu’elle porterait sa croix s’analyse en une ingérence dans
sa liberté de manifester sa religion.
La restriction en question avait un but légitime, à savoir la protection de la santé et
de la sécurité des infirmières et des patients.
Les supérieurs hiérarchiques de la requérante considéraient en effet qu’un patient
agité pouvait saisir la chaîne portée par l’intéressée et provoquer une blessure en la
tirant, ou que la chaîne pouvait glisser et entrer en contact avec une plaie ouverte.
Le motif justifiant la restriction litigieuse était donc en soi beaucoup plus important
que celui sur lequel se fondait l’interdiction opposée à la première requérante.
La Cour relève par ailleurs qu’une autre infirmière chrétienne avait reçu l’ordre de retirer une croix portée
en pendentif, que deux infirmières Sikhs avaient été invitées à renoncer au port d’un bracelet et d’un kirpan,
et que le port d’un hijab non ajusté était interdit. Les autorités sanitaires avaient suggéré à la deuxième
requérante de porter une croix en broche fixée à son uniforme, ou dissimulée sous un haut à col montant
porté sous sa tunique, mais l’intéressée avait estimé que ces propositions ne lui permettaient pas de
satisfaire pleinement à ses obligations religieuses. Dans ce domaine, les autorités internes doivent bénéficier
d’une ample marge d’appréciation. Les responsables d’un hôpital sont mieux placés qu’un tribunal pour
prendre des décisions en matière de sécurité clinique, surtout s’il s’agit d’un tribunal international n’ayant
pas directement connaissance des éléments de preuve.
Dans ces conditions, la Cour conclut que la mesure critiquée n’était pas disproportionnée et que l’ingérence
dans le droit de la requérante de manifester sa religion était nécessaire dans une société démocratique.
Partant, il n’y a pas eu violation de l’article 9 pris isolément ou combiné avec l’article 14.
Conclusion : non-violation à l’égard de la deuxième requérante (unanimité).
c) La troisième requérante – Le refus de la troisième requérante de participer à la célébration
de partenariats civils entre homosexuels était directement motivé par ses convictions
religieuses. Dès lors, les faits litigieux relèvent de l’article 9. Par ailleurs, l’article 14 trouve
à s’appliquer. La situation de l’intéressée doit être comparée à celle d’un officier d’état civil
n’ayant pas d’objection religieuse aux unions homosexuelles. La Cour admet que
l’obligation imposée par les autorités locales à tous les officiers d’état civil de célébrer des
partenariats civils a eu des effets particulièrement préjudiciables pour les convictions
religieuses de l’intéressée. L’obligation en question poursuivait un but légitime, à savoir la
promotion de l’égalité des chances entre des personnes d’orientation sexuelle différente.
Pour apprécier la proportionnalité de la mesure critiquée, il convient de relever qu’elle a
- 240 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
eu de graves conséquences pour la requérante, puisque celle-ci a considéré qu’elle n’avait
pas d’autre choix que de s’exposer à une action disciplinaire plutôt que d’être désignée
pour célébrer des partenariats civils et qu’elle a fini par perdre son emploi. En outre, on
ne saurait dire que, lors de la conclusion de son contrat de travail, la requérante avait
expressément renoncé à son droit de manifester ses convictions religieuses par le refus
de célébrer des partenariats civils puisque ce n’est que plus tard que cette obligation lui
a été imposée par son employeur. Cela étant, la politique des autorités locales visait à
garantir les droits des tiers également protégés par la Convention, et la Cour accorde
d’ordinaire aux autorités internes une ample marge d’appréciation pour ménager un juste
équilibre entre des droits conventionnels concurrents. Eu égard à l’ensemble des
circonstances de la cause, la Cour estime que ni les autorités locales qui employaient la
troisième requérante et avaient exercé contre elle une procédure disciplinaire ni les
juridictions internes qui avaient rejeté sa plainte pour discrimination n’ont outrepassé la
marge d’appréciation dont elles disposaient. En conséquence, il n’y a pas eu violation de
l’article 14 combiné avec l’article 9.
Conclusion :
non-violation à l’égard de la troisième requérante (cinq voix contre deux).
d) Le quatrième requérant – Employé par une société privée qui imposait à ses salariés
de fournir des conseils psychosexuels aux couples faisant appel à ses services sans
distinguer entre couples hétérosexuels et couples homosexuels, le quatrième requérant
avait subi une procédure disciplinaire pour avoir refusé de s’engager à prodiguer de tels
conseils à des couples homosexuels. La Cour admet que le refus de l’intéressé de
conseiller les couples homosexuels était directement motivé par ses convictions
chrétiennes traditionnalistes en matière de mariage et de relations sexuelles. Elle y
voit une manifestation de la religion et des convictions du requérant. Dès lors, l’État
avait l’obligation positive de garantir à l’intéressé les droits dont il jouissait au titre de
l’article 9. Pour rechercher si l’État défendeur a respecté cette obligation positive en
ménageant un juste équilibre entre les intérêts concurrents en présence, la Cour doit
tenir compte du fait que le licenciement du requérant était une sanction sévère ayant
eu pour lui de graves conséquences. Mais il convient aussi de relever que le requérant
s’était inscrit de son propre chef au programme de formation supérieure en conseil
psychosexuel assurée par son employeur tout en sachant que celui-ci poursuivait une
politique d’égalité des chances qui lui interdirait de sélectionner ses clients en fonction
de leur orientation sexuelle. Si la décision de conclure un contrat de travail et
d’assumer en connaissance de cause des responsabilités ayant des répercussions sur
la liberté de manifester des convictions religieuses n’est pas déterminante quant à la
question de savoir s’il y a eu ou non une ingérence dans les droits garantis par l’article
9, il n’en demeure pas moins que cette décision doit figurer au nombre des éléments
à considérer pour apprécier si un juste équilibre a été ménagé. Toutefois, il convient
surtout de relever que le comportement reproché à l’employeur visait à assurer la mise
en œuvre de sa politique consistant à fournir des prestations de conseil de manière
non discriminatoire. Dans ces conditions, les autorités étatiques disposaient d’une
ample marge d’appréciation pour ménager un équilibre entre le droit du quatrième
requérant de manifester ses convictions religieuses et l’intérêt de son employeur à
protéger les droits des tiers. Eu égard à l’ensemble des circonstances de la cause, la
Cour estime que l’État défendeur n’a pas outrepassé sa marge d’appréciation. Partant,
il n’y a pas eu violation de l’article 9 pris isolément ou combiné avec l’article 14.
Conclusion :
Article 41 :
non-violation à l’égard du quatrième requérant (unanimité).
2 000 EUR à la première requérante pour préjudice moral.
- 241 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Austrianu c. Roumanie - 16117/02 Arrêt 12.2.2013 [Section III]
Confiscation d’un lecteur de cassette utilisé par un détenu pour écouter des cassettes à
caractère religieux : irrecevable
En fait –
Le requérant, de confession baptiste, purgeait une lourde peine d’emprisonnement.
Après avoir réagi à la confiscation d’un petit radiocassette qu’il avait reçu en
récompense de ses bons résultats obtenus au programme d’« éducation morale
chrétienne », il fut informé par les autorités pénitentiaires que les détenus n’avaient
droit qu’à des postes de radio et de télévision fonctionnant sur piles, mais qu’il pouvait
écouter ses cassettes audio sur le lecteur de cassettes appartenant au service de
l’éducation et de la culture de la prison s’il le souhaitait. Dans sa requête à la Cour, le
requérant soutenait notamment que la confiscation de ses cassettes religieuses et de
son lecteur de cassettes avait porté atteinte à sa liberté de religion.
En droit –
Article 9 : Cette disposition ne protège pas tous les actes motivés ou inspirés par une religion
ou une croyance. Eu égard à la marge d’appréciation de l’État, la confiscation du lecteur de
cassettes (à supposer que cela constitue une ingérence dans l’exercice par le requérant de
ses droits au titre de l’article 9) n’a pas empêché complètement l’intéressé de manifester
sa religion. Selon le Gouvernement, les autorités pénitentiaires ont offert au requérant
d’utiliser un lecteur de cassettes dans le service de l’éducation et de la culture de la prison
pour écouter ses cassettes religieuses et, bien que le requérant ait contesté l’existence d’un
tel service, il n’apparaît pas qu’il ait saisi les autorités de la prison d’un grief en ce sens. De
plus, il a été autorisé à assister à des séminaires religieux et n’a jamais contesté qu’il avait
la possibilité de lire des ouvrages religieux dans sa cellule. Eu égard à ce qui précède, la
Cour estime que les restrictions apportées à la liste des choses dont les détenus peuvent
disposer dans leurs cellules par l’exclusion de certains articles (tels que des lecteurs de
cassettes) qui ne sont pas essentiels à la manifestation de sa religion constitue une réponse
proportionnée à la nécessité de protéger les droits et libertés d’autrui et de préserver la
sécurité au sein des prisons.
Conclusion : irrecevable (manifestement mal fondée).
La Cour rejette également pour défaut manifeste de fondement une allégation de
discrimination fondée sur des motifs religieux (article 14 combiné avec l’article 9). Elle
accueille les allégations de violation de l’article 3, tant sous l’aspect procédural que sous
le volet matériel de cette disposition, relativement à un incident datant du 9 décembre
1998 au cours duquel l’intéressé avait été frappé par une matraque, mais conclut à la nonviolation de cet article en ce qui concerne le défaut allégué de soins médicaux adéquats.
- 242 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Sindicatul ’Pastorul cel Bun’ c’Roumanie – 2330/09 9.07.2013
[Grande Chambre]
Le refus d’enregistrer un syndicat de prêtres au nom du respect de l’autonomie des cultes
n’est pas déraisonnable eu égard au rôle de l’État dans la préservation de cette autonomie.
En fait –
Le requérant est un syndicat, fondé par trente-deux prêtres roumains orthodoxes et
par trois employés laïcs. Le président élu du syndicat sollicita auprès du tribunal de
Craiova l’octroi au syndicat de la personnalité morale et son inscription au registre des
syndicats. L’archevêché de Craiova affirma que la création du syndicat sans l’accord et
la bénédiction de l’archevêque était interdite par le Statut de l’Église orthodoxe
roumaine. Par un jugement du 22 mai 2008, le tribunal accueillit la demande du syndicat
et ordonna son inscription au registre. L’archevêché contesta ce jugement, invoquant
l’article 29 de la Constitution, qui garantit la liberté religieuse et l’autonomie des cultes.
Il arguait que le principe de la liberté religieuse ne pouvait s’effacer devant d’autres
principes constitutionnels, notamment celui de la liberté d’association, y compris la
liberté syndicale.
En droit –
La Cour a recherché si, compte-tenu de leur appartenance au clergé, les membres du
syndicat pouvaient bénéficier des dispositions de l’article 11 de la Convention et si le
refus d’enregistrer le syndicat avait porté atteinte à la substance même de leur droit
d’association. Ainsi, il lui faut savoir si les fonctions que les membres exercent sont
constitutives d’une relation de travail entrainant l’applicabilité du droit de fonder ou de
s’affilier à un syndicat au sens de l’article 11. La Cour observe que les fonctions exercées
par les membres du syndicat présentent de nombreux aspects caractéristiques d’une
relation de travail. Cependant, le travail des membres du clergé présente la particularité
de poursuivre aussi une finalité spirituelle et d’être accompli dans le cadre d’une Église
pouvant prétendre à un certain degré d’autonomie. La Cour estime que les membres du
clergé accomplissent leur mission dans le cadre d’une relation de travail relavant de
l’article 11 de la Convention. Dès lors, le refus d’enregistrer le syndicat s’analyse en une
ingérence de l’État défendeur dans l’exercice des droits garantis par cet article de la
Convention. Cette ingérence doit être « prévue par la loi » et inspirée par un ou plusieurs
buts légitimes et « nécessaire à une société démocratique ». La Cour considère que cette
ingérence se fondait sur les dispositions du Statut de l’Église orthodoxe roumaine et
poursuivait un objectif légitime au regard de l’article 11 paragraphe 2, à savoir la
protection des droits d’autrui, en l’occurrence ceux de l’Église orthodoxe roumaine.
La cour rappelle qu’elle a eu à maintes reprises l’occasion de souligner le rôle de l’État en
tant qu’organisateur neutre et impartial de la pratique des religions, cultes et croyances et
d’indiquer que ce rôle contribuait à assurer l’ordre public, la paix religieuse et la tolérance
dans une société démocratique, particulièrement entre des groupes opposés. En refusant
d’enregistrer le syndicat requérant, l’État s’est simplement abstenu de s’impliquer dans
- 243 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
l’organisation et le fonctionnement de l’Église orthodoxe roumaine, respectant l’obligation
de neutralité que lui impose l’article 9 de la Convention. Enfin, la Cour prend note de la
grande variété des modèles constitutionnels qui régissent en Europe les relations entre les
États et les cultes. Compte tenu de l’absence de consensus européen sur la question, elle
estime que la marge d’appréciation de l’État est plus large en ce domaine et englobe le
droit de reconnaître ou non, au sein des communautés religieuses, des organisations
syndicales poursuivant des buts susceptibles d’entraver l’exercice de l’autonomie des cultes.
Conclusion : La Cour décide qu’il n’y a pas eu violation de l’article 11 de la Convention, le refus du
tribunal n’ayant pas outrepassé la marge d’appréciation dont bénéficient les autorités
nationales et n’étant pas disproportionné.
The Church of Jesus Christ of Latter-Day Saints c.
Royaume-Uni – 7552/09 4.3.2014 [Section IV]
Refus d’accorder une exonération totale d’impôts à un temple mormon non ouvert au public :
non-violation
En fait –
En 2001, l’Église requérante demanda d’un de ses deux temples mormons situé au
Royaume-Uni puisse bénéficier de l’exonération totale d’impôts prévue pour les « lieux
de culte religieux publics ». La requérante fut déboutée au motif notamment que le
temple ne pouvait pas recevoir cette qualification, dès lors que l’accès à celui-ci était
limité au groupe fermé des adeptes mormons les plus fervents, détenteurs d’une
autorisation spéciale.
Dans la requête dont elle a saisi la Cour, l’Église requérante voit dans le refus d’accorder
à son temple de Preston l’exonération de la taxe pour les lieux de culte publics une
discrimination fondée sur la religion, contraire à l’article 14 de la Convention combiné
avec l’article 9.
En droit –
La Cour relève que les États ont une large marge d’appréciation dans le domaine fiscal,
mais qu’il doit s’assurer que la mesure ne soit pas disproportionnée et ne nuise pas au
pluralisme religieux.
Dans cette affaire la cour note que les lieux de culte ouverts au public, tels que la
chapelle, sont exonérés du paiement de la taxe en cause. De plus, la législation apparait
neutre, est applicable de la même manière à tous les groupes religieux s’agissant de la
manifestation de leurs croyances dans un cadre privé et produit les mêmes effets
négatifs quels que soient les organismes religieux visés.
Conclusion : non-violation (unanimité).
- 244 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
SAS c. France, n°43835/11, 1.07.2014 [Grande chambre]
Interdiction du port d’un vêtement religieux dissimulant le visage dans l’espace public :
En fait –
La requérante, musulmane pratiquante, porte la burqa et le niqab qui couvrent
entièrement son corps à l’exception des yeux afin d’être en accord avec sa foi, sa
culture et ses convictions personnelles. Elle dit porter ce vêtement de son plein gré, en
public comme en privé, mais de façon non-systématique. Depuis le 11 avril 2011, date
d’entrée en vigueur de la loi no 2010-1192 du 11 octobre 2010, sur tout le territoire de
la République française il est interdit à chacun de dissimuler son visage dans l’espace
public. La requérante dénonce une violation des articles 3, 8, 9, 10, 11 et 14 de la
Convention.
En droit –
la Cour a constaté qu’il y avait une ingérence permanente dans l’exercice des droits
invoqués, que cette ingérence était « prévue par la loi » et qu’elle poursuivait deux buts
légitimes : la sécurité ou la « sûreté » publiques, ainsi que la « protection des droits et
libertés d’autrui ».
S’agissant du premier objectif –la « sécurité » et la « sûreté » publiques- la Cour a jugé
que l’interdiction litigieuse n’était pas « nécessaire dans une société démocratique »
pour l’atteindre, ce but pouvant être atteint par une simple obligation de montrer le
visage et de s’identifier lorsqu’un risque pour la sécurité des personnes et des biens est
caractérisé. S’agissant du deuxième objectif – la « protection des droits et liberté
d’autrui » – la Cour a également rejeté les arguments du Gouvernement invoquant deux
valeurs fondamentales : le respect de l’égalité entre les hommes et le respect de la vie
en société. En l’espèce l’interdiction en cause n’était pas explicitement fondée sur la
connotation religieuse des habits visés mais sur le seul fait qu’ils dissimulent le visage.
De plus, l’État disposait d’une large marge de manœuvre et les sanctions en jeu étaient
parmi les plus légères que le législateur pouvait envisager. Ainsi, la Cour a admis la
proportionnalité de la mesurée contestée.
Cet arrêt est important puisqu’il reconnait la protection du « vivre ensemble » comme
un but légitime pouvant justifier une ingérence dans un droit au titre de la Convention.
De plus, il souligne qu’un État qui s’engage dans un processus législatif de ce type
prend le risque de contribuer à consolider des stéréotypes affectant certaines
catégories de personnes et d’encourager l’expression de l’intolérance.
Conclusion : Non violation des articles 8 et 9 de la Convention.
- 245 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Régime des établissements
d’enseignement privés hors contrat
par Mme Catherine Moreau, directrice des affaires juridiques du ministère de l’Éducation nationale
et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
1. La liberté de l’enseignement
Aux termes de l’article L. 151-1 du code de l’éducation, issu de la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959
sur les rapports entre l’État et les établissements d’enseignement privés : « L’État proclame et respecte la
liberté de l’enseignement et en garantit l’exercice aux établissements privés régulièrement ouverts ».
Le Conseil constitutionnel a reconnu la valeur constitutionnelle de la liberté de l’enseignement en
invoquant un principe fondamental reconnu par les lois de la République (Cons. const., 23 novembre
1977, Loi complémentaire à la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959 modifiée par la loi n° 71-400 du 1er juin 1971
et relative à la liberté de l’enseignement, n° 77-87 DC).
La liberté de l’enseignement revêt plusieurs aspects. Elle désigne d’abord le droit reconnu à chacun
de choisir librement son enseignement, conformément à ses convictions personnelles. Le choix de
l’enseignement, scolaire ou domestique, est libre, comme celui de l’école, privée ou publique. Du
point de vue de l’enseignant, elle s’analyse comme le droit reconnu au maître d’enseigner librement
ce qu’il croit. La liberté de l’enseignement implique également le droit pour les particuliers de créer
librement, dans le respect des exigences minimales formulées par la loi, des établissements
d’enseignement. Enfin, cette liberté impose, dans le cadre du contrat d’association, le respect du
caractère propre des établissements privés (article L. 442-1 du code de l’éducation, voir la fiche sur
les établissements privés sous contrat).
Il faut enfin souligner que l’article L. 131-5 du code de l’éducation prévoit que, pour la mise en œuvre
de l’obligation scolaire à laquelle sont soumis tous les enfants âgés de 6 à 16 ans, les personnes
responsables de ces enfants doivent les faire inscrire dans un établissement d’enseignement public
ou privé ou bien déclarer au maire et à l’autorité de l’État compétente en matière d’éducation (en
l’espèce, le directeur académique des services de l’éducation nationale) qu’elles lui feront donner
l’instruction dans la famille. Les mêmes formalités doivent être accomplies dans les huit jours qui
suivent tout changement de résidence ou de choix d’instruction.
2. La liberté de création des établissements privés
Les établissements d’enseignement privés du premier et du second degrés ainsi que les établissements
d’enseignement technique privés sont soumis à un régime de déclaration préalable défini aux
articles L. 441-1 et suivants du code de l’éducation. Cette déclaration permet d’assurer le respect du
principe de la liberté de l’enseignement tout en permettant la vérification qu’un certain nombre de
- 246 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
conditions imposées pour des raisons d’intérêt public sont bien réunies. Les dispositions législatives
imposent que la formalité de déclaration préalable soit accomplie par une personne dont la compétence
pédagogique est attestée, la déclaration devant en effet être accompagnée de ses diplômes 203. Le
directeur de l’établissement doit être de bonne moralité 204.
La déclaration doit être adressée, selon les cas, au maire, au directeur académique des services de
l’éducation nationale (DASEN), au recteur, au préfet et au procureur de la République 205.
Les autorités désignées par les textes peuvent alors s’opposer, le cas échéant et par décision motivée,
à l’ouverture de l’établissement privé (art. L. 441-2, L. 441-7, L. 441-11). Le conseil académique de
l’éducation nationale (CAEN), statuant en formation contentieuse, est alors automatiquement saisi
de la décision d’opposition qu’il peut confirmer ou infirmer 206, appel de cette décision pouvant être
formé devant le conseil supérieur de l’éducation (CSE) statuant en matière contentieuse. Il convient
de noter que la loi n° 2013-595 du 8 juillet 2013 d’orientation et de programmation pour la
refondation de l’école de la République autorise le Gouvernement à réformer par voie d’ordonnance
cette procédure, ce qui conduirait à ce que les oppositions formées contre les déclarations
d’ouverture puissent être contestées devant les juridictions de droit commun (tribunaux
administratifs).
À défaut d’opposition des autorités administratives compétentes, l’établissement est ouvert à l’issue d’un
délai d’un ou deux mois à compter du dépôt de la déclaration d’ouverture, sans aucune autre formalité.
Les motifs susceptibles de fonder une décision d’opposition sont limitativement énoncés par la loi.
Ils tiennent principalement à des considérations d’ordre public, entendu au sens large, les textes
mentionnant l’hygiène et, de manière assez désuète, « les bonnes mœurs ». En outre, pour les
établissements d’enseignement technique, l’opposition peut être fondée sur le fait qu’il résulterait
des programmes de l’enseignement dispensé que l’établissement n’a en réalité pas le caractère d’un
établissement d’enseignement technique. Pour les établissements du premier degré et les
établissements techniques, le maire peut former opposition dans les 8 jours de la déclaration s’il
estime que les locaux ne sont pas convenables (art. L. 441-1 et L. 441-10).
D’une manière générale, l’opposition, qui ne peut intervenir que pour les motifs fixés par la loi, est
entourée de garanties de procédures et de contrôle juridictionnel visant à empêcher tout contrôle a
priori de l’initiative privée. Le caractère confessionnel des établissements, quel qu’il soit, n’est pas
un motif d’opposition.
Toute personne qui ouvre un établissement privé sans respecter la procédure prévue aux articles L. 441-1
et suivants du code de l’éducation encourt une amende de 3 750 € d’amende, et la fermeture de
l’établissement.
203 Articles L. 441-1 pour le premier degré, M. 441-11 pour l’enseignement technique. Pour les établissements du second degré, l’article
L. 441-5 précise qu’il doit s’agir du baccalauréat, d’une licence ou d’un CAPES et impose en outre un certificat de stage délivré par
le recteur, précisant que la personne a exercé pendant 5 ans au moins les fonctions de professeur ou de surveillant dans un
établissement d’enseignement du second degré public ou privé.
204 Article L. 911-5 du code de l’éducation
205 Pour le premier degré et l’enseignement technique, la déclaration est adressée au maire de la commune, qui vérifie que les locaux
sont convenables tant sur le plan de l’hygiène que des bonnes mœurs (L. 441-1 et L. 441-10). Cette déclaration doit en outre être
adressée au préfet, au DASEN ou au recteur et au procureur de la République (L. 441-2 et L. 411-11). Pour les établissements du
second degré, la déclaration est adressée au recteur qui en avise le préfet et le procureur de la République (L. 441-5 et L. 441-7).
206 L. 441-3, L. 441-7, L. 441-12
- 247 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
3. Financement public des établissements privés
hors contrat
Les aides de l’État ou des collectivités territoriales aux établissements privés d’enseignement hors contrat
sont, quelles qu’elles soient, interdites pour l’enseignement primaire (CE, Ass., 24 mai 1963, Fédération
nationale des parents d’élèves des écoles publiques et Sieur Lachapelle, req. n° 52358 et 52359, Rec. p. 321; CE,
18 novembre 1992, Comité de liaison d’Antibes, req. n° 63247, Rec. p. 414). Ainsi, une commune ne peut
légalement prendre en charge les dépenses de fonctionnement des établissements d’enseignement
privés du premier degré qui ne sont pas liés avec l’État par un contrat conclu dans les conditions prévues
par le code de l’éducation (CE, Sect., 11 mars 1966, ministre de l’Éducation Nationale c/ Association de parents
d’élèves des écoles privées de Mahalon, req. n° 63187 ; 5 octobre 1966, Bonneau, req. n° 57859 ; 19 mars 1986,
req. n° 60483, publiés au Lebon).
Pour l’enseignement secondaire général, les subventions sont limités au 1/10e des dépenses annuelles
de l’établissement ou à la mise à disposition d’un local (L. 151-4 du code de l’éduction). Elles sont libres
pour l’enseignement technique (CE, 19 mars 1986, Département de Loire-Atlantique, n° 60483, Lebon 76).
Enfin, il convient de noter que les collectivités territoriales peuvent garantir les emprunts contractés
par les établissements privés hors contrat, de telles garanties n’étant pas considérées comme des
subventions (CE Ass., 6 avril 1990, École alsacienne de Paris, n° 72873, 73656 et 74359, Lebon 92).
4. Liberté de fonctionnement et d’organisation
des établissements privés et contrôle de l’État
Les établissements privés qui ne bénéficient pas d’un contrat avec l’État fonctionnent librement et
ne sont pas soumis aux programmes d’enseignement définis par le ministre de l’éducation nationale.
L’article L. 442-4 du code de l’éducation prévoit toutefois que les directeurs des écoles élémentaires
privées qui ne sont pas liées à l’État par contrat doivent respecter l’objet de l’instruction obligatoire
défini par la loi 207.
Le contrôle de l’État sur les établissements d’enseignement privés qui ne sont pas liés à l’État par
contrat se limite aux titres exigés des directeurs et des maîtres, à l’obligation scolaire, à l’instruction
obligatoire, au respect de l’ordre public et des bonnes mœurs et à la prévention sanitaire et sociale
(article L. 442-2 du code de l’éducation).
Le directeur académique de services de l’éducation nationale (DASEN) peut prescrire chaque année un
contrôle des classes qui a lieu dans l’établissement ; son but est notamment de s’assurer du respect des
normes minimales de connaissances prévues par l’article L. 131-1 du code de l’éducation et de vérifier
que les élèves ont bien accès au droit à l’éducation défini par l’article L. 111-1 du code de l’éducation208.
Les résultats de ce contrôle sont ensuite notifiés au directeur de l’établissement avec l’indication, le cas
échéant, du délai dans lequel il sera mis en demeure de fournir ses explications ou d’améliorer la situation.
207 Article L. 131-1-1 du code de l’éducation : « Le droit de l’enfant à l’instruction a pour objet de lui garantir, d’une part, l’acquisition des
instruments fondamentaux du savoir, des connaissances de base, des éléments de la culture générale et, selon les choix, de la
formation professionnelle et technique et, d’autre part, l’éducation lui permettant de développer sa personnalité, son sens moral et son
esprit critique d’élever son niveau de formation initiale et continue, de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, de partager les
valeurs de la République et d’exercer sa citoyenneté ».
208 « Le droit à l’éducation est garanti à chacun afin de lui permettre de développer sa personnalité, d’élever son niveau de formation initiale
et continue, de s’insérer dans la vie sociale et professionnelle, d’exercer sa citoyenneté ».
- 248 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Si cette mise en demeure n’est pas suivie d’effet, l’autorité académique avise le procureur de la
République des faits susceptibles de constituer une infraction pénale. Dans cette hypothèse, les parents
des élèves concernés sont mis en demeure d’inscrire leur enfant dans un autre établissement.
Le contenu des connaissances requis des enfants scolarisés dans l’enseignement privé hors contrat
(comme de ceux qui sont instruits dans leur famille) a été précisé par le décret n° 2009-259 du 5 mars
2009 qui a introduit un article D. 131-11 dans le code de l’éducation. Cet article renvoie à la définition
socle commun de connaissances et de compétences figurant en annexe de l’article D. 122-1. En
outre, l’article D. 131-12 précise que la progression retenue pour l’acquisition de ces connaissances
et compétences doit être compatible avec l’âge de l’enfant et son état de santé, tout en tenant
compte des aménagements justifiés par les choix éducatifs effectués. Elle doit avoir pour objet
d’amener l’enfant, à l’issue de la période de l’instruction obligatoire, à la maîtrise de l’ensemble des
exigences du socle commun.
Enfin, il convient de souligner que le Conseil d’État a considéré que les élèves des classes de
l’enseignement privé sous contrat et ceux des classes hors contrat ne sont pas placés dans la même
situation au regard des programmes (voir la fiche sur l’enseignement privé sous contrat). Aussi,
l’administration peut-elle réserver aux premiers la possibilité de participer au concours général sans
porter atteinte au principe d’égalité ou à la liberté de l’enseignement (CE, 3 septembre 2009,
Association « Créer son école », n° 314164).
5. Lutte contre les dérives sectaires
La circulaire n° 2012-051 du 22 mars 2012 relative à la prévention et à la lutte contre les risques
sectaires précise que les classes d’enseignement privé hors contrat relèvent tout particulièrement de
l’action de vigilance de l’État contre les dérives sectaires.
La circulaire rappelle en effet que « outre les contrôles obligatoires à l’ouverture ou relatifs aux titres exigés des
directeurs et des maîtres, au respect de l’ordre public, des bonnes mœurs et à la prévention sanitaire et sociale (…) ,
l’autorité de l’État compétente en matière d’éducation peut "prescrire chaque année un contrôle des classes hors contrat
afin de s’assurer que l’enseignement qui y est dispensé respecte les normes minimales de connaissances requises par
l’article L. 131-1-1 et que les élèves de ces classes ont accès au droit à l’éducation tel que celui-ci est défini par l’article
L. 111-1" (art. L. 442-2) ; il paraît indispensable de proposer au moins une programmation de mise en place de ces
contrôles à partir d’une évaluation des risques ».
À l’effet de proposer une politique nationale en matière de prévention et de lutte contre les dérives
sectaires, en lien avec la MIVILUDES, une mission chargée de la prévention des phénomènes sectaires
dans l’éducation nationale, rattachée à la direction des affaires juridiques, a été confiée à un
inspecteur général de l’éducation nationale et un inspecteur général de l’administration de l’éducation
nationale et de la recherche. Cette mission anime et coordonne un réseau de correspondants chargés
de la prévention contre les dérives sectaires. Chaque correspondant, est placé auprès de chaque
recteur, et intervient en son nom, par délégation, dans l’académie. La circulaire précise qu’il lui
appartient notamment d’ « effectuer la synthèse des observations formulées par les DASEN (…) dans leur mission
essentielle de contrôle de l’instruction dans les familles, ainsi que de l’instruction dans les établissements scolaires sous
contrat et surtout hors contrat ».
Enfin, la circulaire rappelle que les agents de l’éducation nationale doivent intervenir vis-à-vis d’un
organisme privé, d’une association ou d’une école de fait, si elles ont connaissance de la violation
des dispositions précitées, pour obtenir qu’ils se conforment au droit ou pour prendre des mesures
administratives assorties de signalements au procureur.
- 249 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Régime des établissements
d’enseignement privés
sous contrat
par Mme Catherine Moreau, directrice des affaires juridiques du ministère de l’Éducation nationale
et du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche
La loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959 sur les rapports entre l’État et les établissements
d’enseignement privés, dite loi Debré, a permis aux établissements d’enseignement privés primaires,
secondaires et techniques qui le souhaitaient de passer un contrat avec l’État. La même faculté a été
reconnue aux établissements privés d’enseignement agricole en 1984. La loi garantit aux
établissements sous contrat le respect de leur caractère propre (1), la nature confessionnelle de
l’établissement constituant souvent l’un des aspects essentiels de ce caractère propre. Quant aux
conditions exigées des établissements, outre qu’ils doivent correspondre à un besoin scolaire reconnu
pour les contrats d’association, elles entraînent un alignement sur les règles d’organisation et de
fonctionnement des établissements publics, essentiellement en ce qui concerne l’enseignement, l’État
procédant à des contrôles d’ordre pédagogique et financier renforcés sur ces établissements (2).
1. Le caractère propre des établissements
d’enseignement privés ayant passé un contrat
avec l’État
a. Définition de la notion
Aux termes de l’article L. 442-1 du code de l’éducation : « Dans les établissements privés qui ont passé un
des contrats prévus aux articles L. 442-5 et L. 442-12, l’enseignement placé sous le régime du contrat est soumis
au contrôle de l’État. L’établissement, tout en conservant son caractère propre, doit donner cet enseignement dans le
respect total de la liberté de conscience. Tous les enfants sans distinction d’origine, d’opinion ou de croyances, y ont
accès ».
Le Conseil constitutionnel a considéré que la sauvegarde du caractère propre d’un établissement lié
à l’État par contrat n’est que la mise en œuvre du principe de la liberté de l’enseignement qui
constitue l’un des principes fondamentaux reconnus par les lois de la République (Cons. const., 23 nov.
1977, Loi complémentaire à la loi no 59-1557 du 31 déc. 1959 modifiée par la loi no 71-400 du 1er juin 1971 et
relative à la liberté de l’enseignement, n° 77-87 DC, voir fiche sur le établissements privés hors contrat).
C’est la loi Debré qui a « inventé » la notion de « caractère propre ». À l’origine, cette notion était une
garantie donnée par l’État aux établissements privés, notamment confessionnels, que leur association
au service public de l’éducation n’entraînait aucune remise en cause de ce qui fondait leur raison d’être.
- 250 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Le contenu de ce caractère peut être défini par la référence à des valeurs (par exemple, les valeurs
chrétiennes), à une approche pédagogique, une démarche expérimentale ou une dimension
internationale. Dans la plupart des cas, notamment dans l’enseignement catholique, le caractère
propre s’attache également au cadre de travail des élèves ; il concerne surtout ce qui est autour de
la classe, la dimension éducative de l’école, les relations entre les membres de la communauté
éducative. C’est le caractère propre qui donne son identité à l’établissement, qui le différencie de
l’établissement public, répondant ainsi à la demande des familles.
b. Le respect du caractère propre par les personnels de l’établissement
C’est la question des rapports des établissements privés avec leurs enseignants qui a donné à la
notion de « caractère propre » un nouveau développement dans les années 70. Il s’agissait alors de
savoir si le caractère propre d’un établissement (en l’espèce catholique) pouvait être opposé aux
enseignants. Le débat concernait l’attitude des enseignants à l’intérieur de l’établissement, mais
également certains aspects de leur vie privée en contradiction avec les valeurs portées par celui-ci
(interdiction du divorce, du concubinage…). C’est dans ce contexte qu’a été votée la loi ° 77-1285
du 25 novembre 1977 complémentaire à la loi n° 59-1557 du 31 décembre 1959, modifiée par la loi
n° 71-400 du 1er juin 1971, et relative à la liberté de l’enseignement, dite loi Guermeur, dont l’article
1er prévoit que « les maîtres (…) sont tenus au respect du caractère propre de l’établissement ». Le Conseil
constitutionnel, saisi de cette disposition, a estimé que « l’obligation imposée aux maîtres de respecter le
caractère propre de l’établissement, si elle leur fait un devoir de réserve, ne saurait être interprétée comme permettant
une atteinte à leur liberté de conscience » (CC, 23 novembre 1977, n° 77-87 DC). Le Conseil constitutionnel
a donc admis que le respect du caractère propre de l’établissement puisse être imposé aux
enseignants, sans que cela porte pour autant atteinte à leur liberté de conscience.
La juridiction civile, compétente pour statuer sur les litiges opposant les établissements
d’enseignement privés à leurs enseignants, a d’abord eu une analyse stricte de cette disposition, en
jugeant légal le licenciement par un établissement catholique sous contrat d’une enseignante au
motif qu’elle avait divorcé puis s’était remariée, en contradiction avec les principes de l’Église
catholique (Cass., Ass. Plen., 19 mai 1978, Dame Roy c/ Association pour l’éducation populaire Sainte-Marthe).
La Cour de cassation a donc fait prévaloir le respect du caractère propre de l’établissement sur les
droits fondamentaux de la personne, et reconnu un très large pouvoir de contrôle de l’employeur sur
la vie privée de son employé.
La rédaction de la loi Debré issue de la loi Guermeur a été supprimée par l’article 18 de la loi n° 85-97
du 25 janvier 1985 modifiant et complétant la loi n° 83-663 du 22 juillet 1983 et portant dispositions
diverses relatives aux rapports entre l’État et les collectivités territoriales. Saisi d’un recours contre
ce texte, le Conseil constitutionnel a toutefois estimé que « l’abrogation de la disposition de la loi du 25
novembre 1977 imposant aux maîtres enseignant dans les classes sous contrat d’association l’obligation de respecter
le caractère propre de l’établissement n’a pas pour effet de soustraire les maîtres à cette obligation qui découle du
dernier alinéa de l’article 1er de la loi du 31 décembre 1959 ; qu’une telle obligation, si elle ne peut être interprétée
comme permettant qu’il soit porté atteinte à la liberté de conscience des maîtres, qui a valeur constitutionnelle, impose
à ces derniers d’observer dans leur enseignement un devoir de réserve » (CC, 18 janvier 1985, Loi modifiant et
complétant la loi n° 83-663 du 22 juillet 1983 et portant dispositions diverses relatives aux rapports entre l’État et
les collectivités territoriales, n° 84-185 DC). L’obligation faite aux enseignants de respecter le caractère
propre des établissements, qui découle de la liberté d’enseignement, n’a pas disparu avec
l’abrogation de la loi Guermeur. Le Conseil constitutionnel indique toutefois que cette obligation de
réserve faite aux enseignants s’étend à leur seul enseignement.
Le règlement intérieur des établissements peut rappeler que le caractère propre s’impose à tous les
personnels à la condition que la liberté de conscience soit respectée et que les obligations qui en découlent
soient modulées en fonction des responsabilités exercées dans l’établissement (CE, 20 juill. 1990,
- 251 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Assoc. familiale de l’externat Saint-Joseph, n° 85429, Lebon 223) ; de même peut-il prévoir que les maîtres
aient à remettre aux élèves des documents d’information sur l’enseignement catholique à transmettre
à leurs parents (CE, 23 juillet 1993, n° 99391, aux Tables).
2. Les obligations des établissements sous contrat
et le contrôle de l’État
La contractualisation entraîne une série de conséquences sur l’enseignement, le statut des
enseignants maîtres et les financements (ce dernier aspect ne sera pas abordé dans cette fiche).
Le contrôle des établissements ayant passé un contrat avec l’État est plus étendu que pour les
établissements hors contrat. Il est en effet à la fois administratif, financier et pédagogique. Les
autorités académiques, l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale (art. R. 442-15),
le trésorier payeur général (art. R. 442-16) peuvent donc intervenir dans les établissements et les
classes sous contrat.
a. L’enseignement
Ainsi que le prévoit l’article L. 442-1 du code de l’éducation, l’enseignement donné par les établissements
privés sous contrat doit respecter la liberté de conscience des élèves. Tous les élèves qui le souhaitent
doivent pouvoir être accueillis en leur sein, quelles que soient leurs opinions ou leurs croyances.
Aussi, l’enseignement religieux, lorsqu’il est proposé aux élèves des établissements privés sous
contrat, ne peut être dispensé qu’en dehors des heures de classe (art. R. 442-36).
Les règles générales d’organisation des formations et des enseignements et les programmes sont
applicables aux établissements d’enseignement privés sous contrat (art. D. 442-7), qui sont organisés
selon les mêmes structures pédagogiques que celles des établissements d’enseignement publics (art.
D. 442-8).
Dans les classes faisant l’objet d’un contrat d’association, « l’enseignement est dispensé selon les règles et
programmes de l’enseignement public » (art. L. 442-5 du code de l’éducation)
Cette disposition « ne saurait être interprétée comme permettant de soumettre cet enseignement à des règles qui
porteraient atteinte au caractère propre de l’établissement » (Cons. const. 18 janv.1985, précité).
L’enseignement doit permettre de traiter l’ensemble des programmes des différentes disciplines. Ainsi,
l’éducation à la sexualité, qui fait partie intégrante des programmes, n’est pas de nature à porter atteinte
au caractère propre des établissements, dans la mesure où il est dispensé sous la responsabilité du chef
d’établissement, par une équipe de volontaires associant, autant que possible, enseignants et
personnels d’éducation, sociaux et de santé, et ne faisant appel à des intervenants extérieurs qu’à la
demande du chef d’établissement. (CE, 18 oct. 2000, Assoc. Promouvoir, n° 213303, Lebon 424)
Dans les classes sous contrat d’association, l’enseignement est apprécié par l’autorité académique,
qui prend l’avis du directeur de l’établissement (art. R. 442-41). Le système appliqué aux classes sous
contrat d’association est le même que celui en vigueur dans l’enseignement public : les inspecteurs
évaluent l’enseignement en liaison avec le directeur.
Les obligations qui pèsent sur les établissements ayant passé un contrat simple avec l’État sont plus
légères ; s’ils sont aussi soumis au contrôle de l’autorité académique (art. R. 442-56), celui-ci tient
compte de leur liberté pédagogique : l’article R. 442-50 prévoit en effet uniquement que ces
établissements « préparent aux examens officiels et organisent l’enseignement par référence aux programmes ».
- 252 -
RAPPORT
ANNUEL
DE
L’ O B S E R VAT O I R E
DE
LA
LAÏCITÉ
2014-2015
Il convient de noter que seules des classes des écoles sont encore placées sous le régime du contrat
simple et qu’elles sont beaucoup moins nombreuses que les classes sous contrat d’association.
b. Les maitres
Qu’il s’agisse du contrat simple (art. L. 442-12) ou du contrat d’association (art. L. 442-5), l’État prend
en charge la rémunération des enseignants qui font l’objet d’une inspection pédagogique.
Les maitres peuvent être des maîtres de l’enseignement public, fonctionnaires de l’État. Les autres
maîtres sont contractuels ou agréés 209.
Dans les classes sous contrat d’association, les maîtres sont des agents contractuels de droit public.
La réglementation les soumet à un régime très proche de celui des fonctionnaires, tant pour leur
recrutement que pour leur activité et leur évaluation. Dans les classes sous contrat simple, les maîtres
sont simplement agréés par l’État, et sont des contractuels de droit privé.
Les professeurs des écoles des établissements privés doivent passer le concours d’accès au certificat
d’aptitude au professorat des écoles qui se compose des mêmes épreuves que le concours de
l’enseignement public. Les conditions d’accès sont identiques.
Pour devenir enseignant dans l’enseignement privé sous contrat du second degré, il faut passer le
CAFEP (certificat d’aptitude aux fonctions d’enseignement dans les établissements d’enseignement
privés sous contrat du second degré). Les concours, les programmes, les épreuves, les dates des
épreuves et les jurys sont les mêmes que pour les concours externes de l’enseignement public. Les
candidats doivent remplir les mêmes conditions que les candidats aux concours externes publics.
209