PAGE 24 (KIOSQUE ARABE)

PAGE 24 (KIOSQUE ARABE)
KIOSQUE
PANORAMA
Le Soir sur Internet :
http:www.lesoirdalgerie.com
E-mail : info@lesoirdalgerie.com
e prenez pas à la lettre
tout ce qu’on raconte sur
les produits «Taïwan»
qui nous viennent du Machrek.
Certes, il y a des fournisseurs
pas très honnêtes qui nous
fourguent des engins piégés et
jouent les étonnés lorsque ça
explose chez nous. On sait,
aujourd’hui, que cette marchandise mortelle est tellement bien camouflée et emballée dans du tissu «Kaâba»
qu’elle leurre nos douaniers
les plus méticuleux.
Ajoutez à cela la tromperie
sur le mode d’emploi ou la
posologie, s’agissant de médicaments aux effets secondaires
dévastateurs.
Cependant, il ne faut pas s’en
prendre aux seuls fournisseurs pour les effets désastreux de leurs potions miraculeuses. Trop souvent, ils n’ont
pas le temps de faire le tri des
surplus, prélevés sur stocks,
qu’ils nous vendent ou nous
offrent gratis. Fatalement, il a
dû y avoir du bon et du moins
bon dans tout ce que nous
avons reçu de là-bas.
Dans ce cas, il faut rejeter la
faute sur nos trieurs en chef
qui s’échinent à nous faire passer ce qu’il y a de pire. Quand
on remplace l’exploration au
scanner par l’imposition des
mains ou la saignée, c’est qu’il
y a eu contrefaçon quelque
part. Et la faute retombe, non
pas sur le marchand d’illusions mais sur ceux qui ont fait
la commande, l’ont réceptionnée et validée, prenant leur
commission au passage.
Quand
nos
dirigeants
s’évertuent à ne prendre que
ce qu’il y a de pire chez nos
voisins, ce ne sont pas ces
derniers que nous devons traiter de malfaiteurs ou de frères
indignes acharnés à nous
nuire. Il y a encore des choses
à prendre et à apprendre chez
nos grands frères du Machrek
mais il faut aller les chercher.
Surtout ne comptez pas sur
N
Leur libertŽ et la n™tre
ceux qui savent juste nous
mentir et nous berner depuis
qu’ils se sont substitués à
l’ordre colonial.
Depuis l’indépendance, ils
claironnent à longueur d’année
qu’en dehors de la Nation
arabe point de salut. Ils chantent à tue-tête leur fierté d’être
arabes, ce qu’il y a de mieux
sur terre depuis la révélation.
Seulement, en privé, c’est un
autre
discours et
nous
connaissons bien leurs choix
quand il s’agit de l’avenir de
leurs propres enfants.
L’école, justement, parlonsen : dans un même élan autoglorifiant, nos médias se sont
évertués à montrer le Maroc du
doigt. Le Maroc épinglé par le
dernier rapport de la Banque
mondiale sur la région Mena
(Moyen-Orient et Afrique du
Nord), comme dernier de la
classe.
Enfin, parmi les quatre ou
cinq derniers. Or, à y regarder
de près, on constate que la
position de l’Algérie n’est pas
très reluisante non plus. A l’indice concernant l'accès, l'équité, l'efficacité et la qualité de
l’enseignement, l’Algérie est
huitième sur quatorze. Elle est
précédée notamment de la
Jordanie, du Koweït et de la
Tunisie, respectivement en
première, deuxième et troisième position. L’Algérie est
même
devancée
par
la
Cisjordanie et Gaza, arrivées
en septième position. Le
Yémen et Djibouti ferment
enfin la marche.
Plus intéressant encore :
«Quatre de ces pays classés
ont connu des conflits politiques considérables depuis
les années 1960, note le rapport de la Banque mondiale, et
pourtant ils se sont montrés
capables de maintenir leur
place en haut de l’échelle ou
parmi les pays moyens : le
Liban, l’Iran, le Koweït, et la
Cisjordanie et Gaza». Le rapport souligne encore que
POUSSE AVEC EUX !
Par Hakim Laâlam
laalamh@yahoo.fr
laalamhakim@hotmail.com
ARABE
«l’Algérie et la Syrie enregistrent de hauts taux d’abandon
limitant leur capacité à développer les niveaux d’enseignement
post-obligatoire».
Cependant,
relève-t-il,
«l’Algérie et l’Arabie saoudite,
disposant de revenus par tête
relativement élevés, marquent
un score moindre que la
Jordanie ou la Tunisie qui ont
des revenus par tête plus bas.
Donc, ni une situation de
conflit ni le manque de disponibilité de ressources ne
constituent
des
goulets
d’étranglement au progrès
dans les réformes éducatives»,
conclut le rapport.
Ajoutons à cela que la
Banque mondiale met l’accent
sur les efforts qui restent à
fournir en matière d’enseignement pour la région Mena.
Cette septième place est donc
à relativiser compte tenu du
niveau des pays classés à
l’échelle mondiale. D’aucuns
pourraient s’en satisfaire,
puisque le Maroc est moins
bien loti que nous. Après tout,
nous sommes passés de la 79e
à la 76e place au classement du
football mondial. Trois places
gagnées d’un seul coup, ça
vous requinque en attendant
que le plus haut minaret du
monde toise ses prétentieux
voisins de l’ouest.
Tout ne va pas si mal aussi
en
matière
de
libertés
publiques, notamment la liberté religieuse, chez nos grands
frères du Machrek. Le Qatar,
oui le Qatar, ce pays qui nous
traque, par le biais des caméras de sa télévision, AlJazeera, s’entrouvre. Les autorités de ce pays, plus musulman que lui tu meurs, ont décidé de construire des églises
pour les communautés chrétiennes. Une décision saluée,
en particulier, par l’ancien
doyen de la faculté de théologie du Qatar, Abdelhamid AlAnsari. Aux intégristes du coin
qui s’opposent à cette idée, Al-
Ansari a rappelé opportunément cette anecdote concernant le calife Omar. Au moment
où il visitait l’Eglise de la résurrection à Al-Qods et à l’heure
de la prière, il a choisi de prier
à l’extérieur de l’édifice chrétien. Il expliqua à ses compagnons qu’il avait fait ce choix
de peur que les musulmans ne
disent : «Omar a prié dans
cette église» et n’en tirent
argument pour la transformer
en mosquée.
Encore un souffle de liberté
qui nous arrive d’Egypte et qui
constitue une agréable surprise. Pour la première fois dans
l’histoire du pays, le Haut
Tribunal administratif du Caire
a autorisé la semaine dernière
une douzaine de coptes
convertis à l’Islam, à revenir à
leur religion d’origine. Le verdict a été accueilli par les
applaudissements des plaignants et de leurs avocats
ainsi que par les coptes présents dans la salle qui ont
crié : «Yahia al-adl» («Vive la
justice») à la manière égyptienne.
«C'est un verdict historique,
une victoire de la liberté de la
foi en Egypte, l'application de
l'article 46 de la Constitution
qui garantit la liberté de la foi
de tous les citoyens», a déclaré l'avocat des plaignants,
Ramsès Nedjar le bien nommé.
En avril 2007, en première
instance, une cour avait rejeté
la demande de ces coptes
convertis. Elle avait estimé que
cela équivalait à de l'apostasie
et constituait une «manipulation de l'islam et des musulmans». Les plaignants avaient
fait appel mais le gouvernement avait tenté d'empêcher
que celui-ci soit examiné,
selon l'avocat des 12 coptes.
Un peu de liberté d’expression au Koweït où le père
Emmanuel Al-Gharib s’exprime, pour le magazine Elaph,
sur la pratique de la région
chrétienne dans le royaume.
Par Ahmed Halli
halliahmed@hotmail.com
Le père Emmanuel affirme se
conformer strictement aux lois
koweïtiennes en la matière.
Les livres du culte sont interdits à la publication et à la
vente. Il n’a pas le droit de
convertir ou de prêcher aux
non-musulmans. En dehors de
ces restrictions, il pratique en
toute liberté à l’intérieur de son
église. Il se dit seulement ulcéré par les invocations des
musulmans contre les chrétiens et inquiet devant la montée de l’intégrisme islamique
dans les pays arabes.
Pendant ce temps, la liberté
de s’étriper pour distraire le
peuple est amplement utilisée
par nos dignitaires religieux.
Après une sévère empoignade
autour de questions financières, deux sommités religieuses du cru ont conclu une
trêve pour affronter l’ennemi
commun : l’évangélisation en
Kabylie. Plus un mensonge est
gros, plus il a des chances
d’être cru. Pendant que les
trois ou quatre chats adventistes rasent les murs, les
troupes wahhabites font la loi
dans les villages. Pourquoi
n’allez-vous pas faire le
constat par vous-mêmes, messieurs ? A quoi servent donc
vos véhicules 4/4 achetés
avec l’argent des contribuables ?
A. H.
LE VERTIGE DES PROFONDEURS !
Amendement de la Constitution. Il semble bien que l’on
s’achemine vers une présidence à vie. Et très franchement,
c’est le volet de la réforme qui…
…m’inquiète le moins
J’ai lu hier, dans des journaux officiels de chez officiel, que l’appel à un 3e mandat «est une demande
populaire qui émane de l’Algérie profonde». J’ai toujours été émerveillé devant ce concept franchement
révolutionnaire de «pays profond». Dès que j’entends
parler d’Algérie profonde, j’imagine aussitôt une équipe
de spéléologues, casque à lampe vissé à la tête, piolet
en main, corde passée en travers du corps, crochets de
rappels accrochés à la ceinture et un décamètre déroulé pour mesurer la profondeur de l’Algérie… profonde.
Et dans ce genre d’équipées dans les tréfonds d’une
nation, une question m’a toujours taraudé l’esprit : à
partir de quelle profondeur décrète-t-on atteintes les
frontières du profond pays ? Ce n’est d’ailleurs pas la
seule question qui me turlupine. Dès qu’il s’agit de pays
profond, je deviens prolixe en questionnements divers.
Comment peut-on décider des normes de profondeur
d’un pays à partir de la surface ? Les mesures prises
par les spécialistes, à partir de la surface, au niveau de
la mer — du Club-des-Pins, par exemple — peuventelles être considérées comme fiables ? Le label «Pays
profond» peut-il être exploité par des gens n’ayant
jamais pratiqué la spéléologie et souffrant de vertige
des profondeurs dès qu’ils franchissent le poste de
gendarmerie de la zone de sécurité de Moretti ? Plus
intrigant encore : comment les gens de la surface peuvent savoir avec exactitude ce que veulent les gens de
la profondeur dans un pays où les voies de communication et de circulation sont aussi peu performantes,
voire même inexistantes ? Les temps de rencontre
entre le pays de surface et le pays profond étant très
rares, sporadiques, ces croisements éphémères entre
deux mondes suffisent-ils aux gens du haut pour comprendre et saisir ce que veulent vraiment les gens du
bas ? Et puis, question subsidiaire : comment se fait-il
que des gens aussi au fait des pulsions de l’Algérie
profonde, des cracks qui viennent aujourd’hui nous
assurer que le pays profond exige un 3e mandat pour
Abdekka, n’aient pas pu prévoir le boycott massif des
dernières élections législatives et locales par les électeurs du… pays profond ? Je fume du thé et je reste
éveillé, le cauchemar des profondeurs continue.
H. L.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising