Dans la mêlée du monde

Dans la mêlée du monde
● INITIATIVE
Du 25 septembre au 15 octobre, le maire se rendra, comme
chaque année, dans les huit quartiers de la ville à la rencontre
des habitants pour débattre des problèmes rencontrés
et des solutions à envisager. (P. 9)
Willy Vainqueur
Visites des quartiers
AUBERMENSUEL
Magazine municipal d’informations locales
No 175, septembre 2007 ● 0,60 €
www.blog-aubermensuel.fr
www.aubervilliers.fr
ÉVÉNEMENT ● LE RENDEZ-VOUS DE LA COUPE DU MONDE DE RUGBY
Dans la mêlée
du monde
● ÉCOLE
Rentrée des classes
L’augmentation des
naissances et de la
population ces dernières
années entraîne une
hausse des effectifs
en primaire, et la
nécessité de créer
de nouvelles classes. (P. 4)
● CULTURE
Le conservatoire
d’AubervilliersLa Courneuve
Willy Vainqueur
Depuis 1976,
1 600 élèves débutants
ou confirmés bénéficient
de formations de qualité
en musique, chants
et danse. (P. 12 & 13)
● ÉQUIPEMENTS
Du 7 septembre au 20 octobre, ce sera la fête
aux alentours du Stade de France. Au programme :
retransmission de matchs en direct et sur écran géant,
débats, animations et concerts gratuits.
Tous supporters pour faire de cet événement sportif
un grand moment festif et populaire. (P. 3)
Travaux
D’importants travaux
vont être engagés
pour rénover le centre
nautique et la crèche
Ethel Rosenberg.
Ces équipements vont
rester fermés plusieurs
mois. (P. 6)
2 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
CONTROLE TECHNIQUE
Septembre
Penser
à Visiter
ce magasin
Ouverture
- lundi au vendredi de 8 h 30 à 18 h.
- samedi de 9 h. à 17 h.
s
an rs
0
2 lie
s rvil
i
pu be
e
D Au
à
Commandez
par téléphone
et payez par
P A R I S / P R O V I N C E / É T R A N G E R
n
io e
at onc
t
n
se nn
ré te a
p
r t
su e ce
d
1
0
URS
7/7 4J O
HEURES
Agrément 93-TS 345
Coupe du monde de rugby :
compétitions mais aussi animations et
concerts autour du Stade de France
Le point sur la rentrée des classes
Dernière heure :
les squatteurs de la Maladrerie,
le jugement du 3 septembre
Les chantiers de l’été dans les espaces
publics, les écoles et les gymnases
La piscine entame sa rénovation
La crèche Rosenberg en chantier
pour un an
L’atelier protégé souffle ses 50 bougies
Les nouveaux commerces
du centre-ville
Création d’une section football
au lycée d’Alembert
Les visites du maire dans les quartiers
Les travaux de l’avenue du Président
Roosevelt
Le programme des seniors
Albertivi
(p. 3 à 10)
AUTOMOBILE, UTILITAIRE, 4 X 4
AMBULANCES DU NORD
LOCATION ET VENTE
DE MATÉRIEL MÉDICAL
-
24/2
Aubervilliers au quotidien
Intercommunalité
Nos prix et notre qualité de service
garantissent votre tranquilité
Dossier
19370 ans
2007
Le conservatoire de musique
et de danse
(p. 12 et 13)
7
Depuis
Images
Votre contrat obsèques,
parlons-en et n’en parlons plus.
Rétrospective de l’été
(p. 14 et 15)
Grâce à des formalités totalement prises en charge par nos soins,
le sujet des obsèques, aussi délicat que préoccupant pourra être
envisagé en toute sérénité pour vous, comme pour vos proches.
Monument LANCEA
En granit Jelena. Dim. 100x200
Stèle 85 cm ht, soubassement
12 cm ht, tombale 5 cm épaisseur
Ils ont choisi un contrat précisément adapté à leurs attentes.
Pourquoi pas vous ?
€
1 470
*
EA
LANC
odèle
M
4 et
24h/2rs/7
7jou
Ets Santilly - Pompes Funèbres – Marbrerie
48, rue Charles Tillon - 93300 AUBERVILLIERS
Ets Santilly - Funérarium
10 rue des Pommiers - 93500 PANTIN
Tél : 01 43 52 01 47
Tél : 01 48 45 40 39
Brocante d’Aubervilliers
Marché du centre
DIMANCHE 14 OCTOBRE 2007
Martine, 62 ans, 3 enfants
Brigitte, 48 ans, 2 enfants
Pour moi, cela me permet
de vivre le présent sans
appréhender ce qui peut
arriver demain.
Je souhaite avant tout
épargner à mes enfants
les soucis financiers.
Pour un capital garanti de 2500€
50,40€/mois sur 6 ans.
Pour un capital garanti de 2900€
une prime unique de 2208,93€
(Economoie faite de 691,07€).
NB : Les mensualités du premier exemple tiennent compte de l’inflation. C’est à dire
qu’elles sont calculées pour que le capital obtenu soit équivalent, en terme de pouvoir
d’achat, à celui qui a été décidé au moment de la signature du contrat.
OUVERTURE
Pharmacie
Porte de la Villette
Bon de réservation
Nom : ............................................................................................................................................
Prénom : ..................................................................................................................................
Tél. : ...............................................................................................................................................
Nombre de ML ………… x 10 € = ……………… € (minimum 2 ML couverts).
Chèque à l'ordre : EURL MANDON ;
3, rue Bassano - 75116 Paris.
Tél. : 01 53 57 42 69 - www.mandon.fr
Un nouveau service à la population
(p. 11)
64, rue de la Motte - 01 48 34 57 56
Ets Santilly
Pour les particuliers joindre :
- photocopie recto-verso pièce d'identité ;
- liste sommaire des objets à vendre ;
- enveloppe timbrée à votre adresse.
Pour les particuliers joindre :
- même pièces que les particuliers ;
+ copie de l'extrait KBIS de - 3 mois ;
+ copie du récépissé de déclaration de l'activité
de revendeur d'objets mobiliers.
(p. 9)
Avec ou sans rendez-vous
121, rue Hélène Cochennec, 93300 AUBERVILLIERS
01 48 11 61 32 - Fax 01 48 11 61 33
€
1 710
L’édito de Pascal Beaudet
2, rue des Cités
*Prix TTC hors pose, hors semelle. Pose du monument à partir de 190 € TTC en fonction du monument. Photos non contractuelles. B.System. Réf. 7063
INTERFLORA
Sommaire
%
113, rue Hélène Cochennec,
93300 Aubervilliers
Tél. : 01 43 52 71 13
www.cloatre.interflora.fr
ANNONCES
Du lundi
au samedi
de 8 h 30
à 20 h 30
01 43 52 48 22
Tribune
(p. 17)
Culture
La nouvelle saison du TCA
Le programme du Studio
La reprise des conférences
du Collège de France
(p. 18 à 19)
Sport
Patinage : l’école d’Aubervilliers
fête ses 10 ans
Faites du sport !
Ouverture d’une section basket fauteuil
(p. 20 et 21)
AUBERMENSUEL
N°175, septembre 2007
Edité par l’association Carrefour pour l’information et la communication à Aubervilliers,
7, rue Achille Domart, 93308 Aubervilliers
Cedex. Tél. : 01.48.39.51.93
Télécopie : 01.48.39.52.43
aubermensuel@mairie-aubervilliers.fr
Directeur de la publication : Guy Dumélie
Directeur de la rédaction :
Richard Musat-Grünenwald
Rédactrice en chef : Marie-Christine Fontaine
Rédacteurs en chef adjoints :
Maria Domingues et Frédéric Medeiros
Rédacteur : Eric Guignet
Directeur artistique : Patrick Despierre
Photos : Willy Vainqueur
Secrétaire de rédaction :
Marie-Christine Fleuriet
Maquettiste : Zina Terki
PSD publicité : 01.42.43.12.12
Numéro de commission paritaire : 73261
Dépôt légal : septembre 2007
Abonnement
Je désire m’abonner à
Aubermensuel
Prisma
26, boulevard Anatole France, Aubervilliers
Tél. 01 49 37 11 41 - Fax 01 49 37 14 49
Les couleurs de la vie
Accueil professionnels et particuliers
Horaires
d’ouverture :
du lundi
au vendredi
7h30 à 12h
et 13h30 à 17h
Samedi
8h à 12h.
Nom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Prénom : . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.........................................................
Adresse :
............................................
.........................................................
.........................................................
Joindre un chèque de 9,15 €
(10 numéros par an)
à l’ordre du CICA
7, rue Achille Domart
93300 Aubervilliers
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007 ● 3
ÉVÉNEMENT ● Du 6 septembre au 20 octobre, la Coupe du monde de rugby
Allez… nous !
A
vec la Coupe du monde
de rugby, Plaine Commune n’en est pas à son
premier essai ! Rappelezvous 98 : les concerts et les animations
colorées autour du Stade de France.
Idem en 2003, où l’ambiance, là
aussi, avait été magique (les guinguettes, les spectacles autour du canal). Jamais deux sans trois…
La Seine-Saint-Denis, terre d’Ovalie ? Et pourquoi pas ? Certes, le rugby
n’est pas le sport le plus pratiqué dans
le 9-3. Mais l’important n’est pas là…
Car ce qui va compter le plus, évidemment, c’est la fête. Au-delà de
la compétition proprement dite, ce
rendez-vous sur six semaines nous
promet surtout une grande mêlée populaire. Une poussée collective avec
des gens venus d’un peu partout sur la
planète, la belle occasion d’échanges
forcément enrichissants.
Du côté de l’équipe locale, le
Conseil général, Saint-Denis et les
autres villes de la communauté d’agglomération (dont, bien évidemment,
Aubervilliers), on s’apprête à mouiller
le maillot !
Le 8 septembre, dès le lendemain
E
du match d’ouverture, France-Argentine, une grande parade donnera le
coup d’envoi des festivités. Organisé
par le célèbre chorégraphe dionysien
Philippe Découflé, le défilé de La
Mêlée des Mondes (c’est son nom), un
cortège flamboyant et bon enfant
animé par des centaines de bénévoles
locaux qui se sont préparés tout l’été
(voir ci-dessous), traversera la ville
en fin d’après-midi pour se rendre au
Village Rugbycolor ouvert à la Porte
de Paris, à deux pas du Stade de
France.
Troisième mi-temps conviviale
C’est dans ce vaste lieu réaménagé
pour l’occasion que le public sera
convié (gratuitement) tous les weekends (du jeudi au dimanche) que durera la Coupe du monde. Un endroit
avec une grande scène pour accueillir
des concerts, un écran géant pour
suivre les retransmissions des matchs,
des stands d’animations, un auditorium où se déroulera un Forum mon-
dial sur le sport et ses à-côtés (médias,
rapports Nord-Sud, dopage, etc.) avec
des athlètes et des experts internationaux, un espace tourisme où l’Argentine et l’Afrique du Sud seront les invités d’honneur, mais aussi plusieurs
cafés et points de restauration pour
des troisièmes mi-temps conviviales.
Pour la musique, ce sera avant et
après la diffusion des matchs, avec
une programmation alléchante et métissée (autour de quatre ambiances :
latino, africaine, celtique… et talents
du 93). Parmi les têtes d’affiche : (en
hors d’œuvre) Grand Corps Malade le
6 à 21 h ; Gotan Projet le 7 à 22 h 40 ;
le bal de La Mêlée des Mondes le 8 de
18 h à 21 h ; Johnny Clegg le 13 à
20 h ; le Chœur de Soweto le 14 à
22 h 40 ; Matmatah le 15 à 21 h ;
Carlos Nunès le 21 à 22 h 40 (après
France-Irlande) ; Sanseverino le 22
à 21 h ; Rachid Taha le 28 à 21 h ;
Mlle K (à 20 h) et Sergent Garcia (à
21 h) le 6 octobre ; Les Wampas le
13 octobre à 22 h 40 ; un bal samoan
des entreprises sponsors, des conférences animées par l’université Paris 8,
et une exposition de peintres du
rugby.
Autre lieu de rendez-vous dans la
Cité des rois, celui-là plus spécialement pour le jeune public : le terrain
du Rugby Tour, un espace de jeux démontable (utilisé cet été dans plusieurs communes de l’agglomération)
installé en centre-ville, place Victor
Hugo-place du 8-Mai 1945, où des
animateurs initieront les enfants aux
règles de ce sport de contact (mais pas
de combat !). Toujours pour les
jeunes, une exposition intitulée « Allez
les petits ! » sur l’univers du ballon
ovale sera à découvrir à la Légion
d’honneur.
A souligner aussi, les efforts que
Saint-Denis et Plaine Commune
feront pour que l’événement soit le
plus écologique possible. Avec un tri
sélectif des déchets, des installations
éclairées par des ampoules basse
Spectateurs mais aussi acteurs : la Coupe du monde de rugby s’accompagnera
de nombreuses animations.
le 14 octobre à 22 h 40 ; et enfin, juste
après la finale, le 20 octobre à 22 h 40,
les guitares du groupe pop The Rakes
pour finir sur une note endiablée.
La plupart du temps ouvert de midi
à minuit, le Village Rugbycolor accueillera également des artistes de rue,
les associations locales les plus dynamiques, des animations proposées par
consommation, des buffets 100 %
produits bios ou issus du commerce
équitable, etc.
Que la fête commence !
Frédéric Medeiros
● PROGRAMME COMPLET
www.plainecommune.fr
8 septembre, « La Mêlée des Mondes » fera défiler les habitants de Plaine Co
n force et avec ses talents,
Auber donnera aussi dans
l’ovalie… Coup de pied à
suivre en fin de journée, ce
samedi 8, lorsque Plaine Commune
souhaitera la bienvenue à ses hôtes venus de tous les coins du globe : dans
les rues de Saint-Denis et aux abords
de la Porte de Paris, La Mêlée des
Mondes fera défiler plus d’un millier
de figurants. Pour la réussite de cette
belle – et grandiose – fête populaire, le
chorégraphe Philippe Découflé aura
travaillé depuis des mois avec nombre
d’associations du territoire, parmi
lesquelles l’Accordéon Club et Auber
Breizh. Les musiciens albertivillariens
accompagneront là des danseurs
orientaux, tandis qu’ici, les Bretons du
cru s’adonneront à une danse celtique
largement revisitée... tout comme les
costumes de ces derniers – Auront-ils
encore des chapeaux ronds ! – également très décalés.
Des gens de la ville sur le show, des
Aubervilliers dans la Mêlée
petites mains du lycée d’Alembert en
coulisses aussi…
Celles-là – 13 élèves de BEP et de
1re bac pro, filière mode – n’auront
pas chômé en mai et juin. Dans les
ateliers de Découflé, les jeunes gens
ont œuvré à la fabrication de costumes et d’accessoires pour la parade.
Sous la direction du costumier
Guillaume Attwood, un important
travail – à la main – sur raphia a été
réalisé : « Ils m’ont fait des trucs
terribles, vraiment. Notamment une
soixantaine de pagnes (verts, ndlr)…
Je leur ai montré la technique et puis
les ai lancés. C’était exigeant, avec la
qualité et le souci du détail comme
lignes directrices. » Le tout est réglable, un sur-mesure à géométrie variable, quoi !
En outre, les quelque 100 cocardes
fabriquées pour la parade sont chacune singulières… un vrai tour de
force ! Outre les ceintures végétales et
d’élégantes parures de palme, le pack
d’Alembert a produit des colliers décorés de fleurs qui seront portés avec
bonheur par les figurants/maoris. Façon d’honorer les équipes d’îliens –
Fidji, Samoa, Tonga – et autres mers
du Sud pour une thématique… Pacifique.
C’est la wax qu’elles préfèrent, les
bac pro : en tissus africains, 40 tenues
complètes sortiront des ateliers.
Content le superviseur ? « Elles ont
bien bossé et se débrouillent fort bien
à la main. Quelques talents se sont
d’ailleurs révélés ! »
Joanna, 1re bac pro, terminait en
juin dernier une robe de Bretonne et
semblait satisfaite : « Cela n’a rien à
voir avec le stage réalisé en seconde.
On est ici sur un travail de déco et de
couture, dans le grand bain et c’est
plutôt motivant. Notre travail va être
vu sur les écrans ! »
Avec nous et avec vous, elle sera
évidemment aux premières loges du
défilé…
Eric Guignet
Willy Vainqueur
● Samedi
Photos : Willy Vainqueur
Une fois de plus,
après le Mondial 98
et les Championnats
du monde
d’athlétisme 2003,
le Stade de France
sera le cœur battant
d’un événement
sportif planétaire.
Au programme,
la compétition, bien
sûr, mais aussi une
foule de concerts et
d’animations festives.
Les petites mains du lycée d’Alembert à l’œuvre dans les coulisses de
« La Mêlée des Mondes ».
4 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
Vite dit
Enseignement
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
ÉCOLES ● Le 4 septembre, une rentrée des classes plus compliquée que de coutume
Le mépris ?
● INSCRIPTION SCOLAIRE
● PRÉLÈVEMENT AUTOMATIQUE
Face à la demande croissante des
familles et dans le cadre de la
modernisation des moyens de paiement,
le service Enseignement met en place la
possibilité de s'acquitter des factures par
prélèvement. Par la suite, la possibilité
d'extension des encaissements à la
carte bancaire peut être envisagée. Le
recouvrement par prélèvement sera mis
en œuvre à compter de la facturation de
septembre. Les personnes intéressées
peuvent se présenter au service
Enseignement munies d'un RIB ou
téléphoner pour recevoir le formulaire
d'adhésion.
> Service Enseignement
5 rue Schaeffer. Tél. : 01.48.39.51.30
Ouvert du lundi au vendredi de 8 h 30
à 17 h (sans interruption).
Fermé le premier jeudi de chaque mois
à partir de 12 h.
● ALLOCATION RENTRÉE
SCOLAIRE
Enfants âgés de 6 à 16 ans
La CAF vous aide à assumer le coût
de la rentrée (sous conditions de ressources) en vous versant une allocation.
Votre enfant a entre 16 et 18 ans
Le versement de l'allocation sera versée
dès réception du certificat de scolarité.
L'ARS est également versée aux
familles d'un enfant non allocataire à
condition qu'elles constituent un dossier
auprès de la CAF.
> CAF de la Seine-Saint-Denis
52 rue de la République
93005 Bobigny cedex
Tél. : 0 820 25 93 10
www.93.caf.fr
● DATES DES VACANCES
SCOLAIRES 2007-2008
Toussaint : du samedi 27 octobre
au jeudi 8 novembre
Noël : du samedi 22 décembre
au lundi 7 janvier 2008
Hiver : du 23 février au 10 mars
Printemps : du 19 avril au 5 mai
Eté : jeudi 3 juillet
N
URATIO
OVA
INAUG’ÉCOLE
CASAN
L
DE LA DAVISBIS RUE DANIELLE
E
9
G
19
N
A EDI
SAM EPTEMBRE
22 S 7
200 ES
TIR DE
à PAR
R
11 HEU
LECTURE D’UN POèME
SUR ANGELA DAVIS
PAR JEAN MéTELLUS,
poète-écrivain HaïtIEN
« Et mes classes, comment tu les trouves mes classes, chère Education nationale ? »
Surchargées, lui fera-t-on valoir ! Face à la montée des effectifs, en élémentaire,
l’Éducation nationale tarde à prendre mesure du phénomène. Cette forte augmentation,
la Ville l’avait pourtant identifiée dès janvier dernier…
D
ynamique Auber… plus
de monde, de gamins
aussi ! Augmentation des
naissances et mouvements de populations engendrent
ainsi une forte augmentation des
effectifs. Un constat observé depuis
les années précédentes et qui se
confirme. De fait, le boom atteint de
plein fouet les écoles primaires cette
rentrée 2007. Globalement, on aura
inscrit près de 250 nouveaux élèves –
en maternelle et primaire – au cours
de l’été.
Situation préoccupante, sur le
groupe Jaurès-Guesde notamment,
avec 35 enfants en sureffectif. « On
s’était donné les moyens de créer une
nouvelle classe pour accueillir correctement 23 enfants », explique Claude
Pons, directeur du service Enseignement de la ville. Ne manque plus
pour ces 23 enfants-là que la nomination d’un enseignant… Pour la douzaine de gamins restant, parmi lesquels on dénombre de nombreux CP,
on attend encore une réponse de
l’Education nationale… elle viendra
après la rentrée !
Nouvelle montée des effectifs
à l’horizon 2008
Et pourtant. La Ville, qui avançait
dès janvier dernier des estimations
proches de la réalité, demandait alors
la création de 12 postes d’enseignant :
7 ont été accordés ! Sur cette question,
Pascal Beaudet, le maire, a encore attiré l’attention de l’inspecteur d’académie au mois d’août.
Et en maternelle ? Les gros contingents ont été absorbés grâce aux deux
écoles construites l’an dernier, Anne
Sylvestre et Angela Davis. En juin,
l’Education nationale annonçait deux
suppressions de poste, invoquant la
Willy Vainqueur
Les enfants peuvent être inscrits au
service Enseignement à partir de 2 ans.
> Pièces à fournir (uniquement des
originaux) : livret de famille ou acte de
naissance de l'enfant à inscrire ;
quittance de loyer ou titre de propriété ;
certificat de radiation de l'ancienne école
(si l'enfant a déjà été scolarisé) ; carnet
de santé ou carnet de vaccinations
(BCG/DPC 3 injections/DTPR tous les
5 ans).
Ces vaccinations sont obligatoires.
Pour les familles hébergées : attestation
d'hébergement à remplir sur place par
l'hébergeant ; document à l'adresse de
l'hébergement et à leur nom (compte
bancaire, notification CAF, bulletin de
salaire ou autre document officiel).
Malgré les sureffectifs, la rentrée des classes se déroule avec sourire et enthousiasme sur l’école Jules Guesde.
baisse d’effectifs sur ce terrain-là. Une
baisse nettement moindre que prévu,
de telle sorte que sur Louise Michel,
il faudra rouvrir une classe. Bilan :
27 gamins en attente de scolarisation !
Pas cohérent pour les élèves et les
équipes pédagogiques cette gestion-là.
On attend par ailleurs une nouvelle
poussée des effectifs en maternelle
pour la rentrée 2008 : les analyses
démographiques démontrent qu’il
faudra rouvrir les classes fermées.
« C’est d’autant plus regrettable,
qu’actuellement on ne scolarise aucun
enfant de moins de 3 ans à Aubervilliers. Cela alors que c’est une revendication forte des parents », déplore
Patricia Latour, maire-adjointe à
l’Enseignement maternel et primaire.
Economies de bout de ficelle, mépris ?
Du mépris peut-être encore, mais
sur un autre domaine (public également), et qui engendrera une rentrée
inhabituelle sur Curie-Langevin. Le
parvis du groupe scolaire occupé par
un campement de squatters – que les
pouvoirs publics n’ont pas fait évacuer
malgré les demandes réitérées du
maire (voir page 5) – les parents
d’élèves appréhendaient légitimement
la rentrée des classes… elle se fera
cependant. Après discussion, parents,
enseignants et Ville se sont accordés
sur le principe de ne pas reporter la
rentrée : parents et enfants accèderont
à l’école par d’autres entrées, guidés
par du personnel municipal. Allez,
pour le coup l’Education nationale a
proposé un appui, dépêchant ici force
AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) pour
optimiser l’accueil de ce 4 septembre.
Eric Guignet
PÉRI-SCOLAIRES ● Inventaire des solutions et activités pour les enfants de 3 à 13 ans
Après l’école
P
arents, si de telles préoccupations n’étaient pas réglées…
songez qu’après la sortie des
cours – et même avant, avec la garderie matinale pour les maternelles – il
existe des solutions pertinentes pour
la garde de vos enfants…
Dans toutes les maternelles donc, la
garderie matinale débute dès 7 h 30,
du lundi au vendredi, avec un accueil
échelonné jusqu’à 8 heures (réservé
aux enfants scolarisés dont les deux
parents travaillent). Les inscriptions se
font au centre de loisirs maternels
concerné.
Précisément, les centres de loisirs
maternels (3 à 6 ans) sont effectifs sur
toutes les maternelles de la ville : tous
les soirs de 16 h à 18 h 30, tous les
mercredis de 8 h à 18 h 30, les jours
de vacances de 8 h 20 à 18 h 20 (inscription auprès de la directrice ou du
directeur du centre de loisirs de l’école
maternelle dont il est question).
Les enfants de 6 à 13 ans sont
accueillis en centres de loisirs pri-
maires – les mercredis en période scolaire, de 8 h à 17 h 30, et tous les
jours, sur les mêmes plages horaires,
dans le temps des vacances scolaires
donc – sur Eugène Varlin, Louis
Jouvet et Joliot Curie. A ces trois lieux
vient s’adjoindre le dispositif
10-13 ans sur les quartiers PontBlanc/Vallès et Centre-ville qui fonctionne uniquement durant les
vacances scolaires (9 h à 12 h et 13 h
30 à 17 h 30, du lundi au vendredi).
Notez qu’Eugène Varlin intègre un
centre de loisirs musical avec formations, cours d’éveil et instruments
assurés en partie par le conservatoire
régional (inscriptions auprès du
conservatoire). Sur Louis Jouvet, le
centre à caractère sportif propose des
activités sous forme de cycles permettant de se familiariser à la gymnastique, au roller, tennis et autres…
Et en semaine ? Les 6-13 ans évolueront avec bonheur dans les sept
maisons de l’enfance de la ville. Cela,
en période scolaire les lundis, mardis,
jeudis et vendredis de 16 h à 18 h 30
et les mercredis de 8 h à 17 h 30.
Pendant les vacances scolaires,
l’accueil est assuré du lundi au vendredi de 8 h 30 à 17 h 30. Pour ce
faire, les équipes d’animateurs peuvent récupérer les minots au sortir de
l’école – inscription préalable nécessaire après du directeur de chaque
maison de l’enfance – pour les mener
au centre concerné.
Savoir encore que cela est possible à
tout moment, dès lors que l’inscription a été réalisée, et selon les besoins
des parents.
Du sur-mesure quoi…
Eric Guignet
● RENSEIGNEMENTS
Aubervacances-Loisirs
Tél. : 01.48.39.51.20
Conservatoire régional
Tél. : 01.48.11.04.60
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007 ● 5
SQUATS ● 140 personnes campaient face au groupe scolaire Joliot Curie depuis le 11 juillet
La justice ordonne
l’évacuation des tentes
S
itôt connue la décision du tribunal de grande instance
de Bobigny, le maire Pascal
Beaudet s’est dit satisfait de ce
que la rentrée scolaire des enfants des
écoles Curie-Langevin-Perrin puisse
se faire « à la date prévue ». De fait, le
campement de squatters installé sur le
parvis du groupe laissait entrevoir une
rentrée plutôt difficile. Au-delà, c’est
ments. Edwige Le Net, pour le DAL
93, évoque « des familles victimes de
la crise du logement » cependant que
Libération fait état de familles squattant « des logements laissés libres
par le bailleur parfois depuis de nombreuses années. » Ce que conteste
résolument Gérard Del-Monte, président de l’OPHLM d’Aubervilliers :
« Ici, le taux de logements vacants
correspond à un peu moins de 2 %
de notre patrimoine, soit de 100 à
140 logements selon les périodes de
l’année. Rien de très surprenant à
cela quand on sait que la commission
attribue chaque année plus de
400 logements à des nouveaux locataires ou en réponse à des demandes
d’échange. Avec de tels mouvements,
la vacance locative est inévitable au
moins pendant plusieurs semaines en
particulier en raison de travaux de
remise en état.
Willy Vainqueur
A la Maladrerie,
une soixantaine
de tentes s’étaient
installées sur le
parvis de l’école
suite à l’expulsion
de cinq familles
de squatters.
Le campement
sauvage aura donné
lieu à un véritable
bras de fer entre
la municipalité
et les « campeurs ».
Ce lundi 3 septembre,
le tribunal de
Bobigny ordonnait
la fin de ce mauvais
feuilleton de l’été…
Lors de la rentrée, sur le groupe scolaire Curie-Langevin, les élus sont ainsi descendus sur le terrain pour expliquer
la position de la Ville.
la question du mal logement qui faisait débat et lutte sur le territoire de la
ville. Une situation qui selon le maire
« ne doit pas créer de nouvelles inégalités, notamment à Aubervilliers, et
doit être prise en compte par l’Etat au
niveau nécessaire. »
L’affaire démarre le 11 juillet dernier avec l’expulsion de 5 familles,
bientôt rejointes par d’autres qui –
selon Le Parisien – « occupaient illégalement des appartements dans trois
cités de la ville ». Soit 140 personnes
dont une soixantaine d’enfants
regroupés en quelque 60 tentes, ceuxlà soutenus par le DAL et le Collectif
des mal-logés en colère.
La réaction de la ville – qui a
connu trois campements en sept ans
– est immédiate avec le dépôt d’un
référé et l’assignation en justice pour
« occupation du domaine public routier » et « trouble à l’ordre public » au
tribunal de Bobigny. Dans le même
temps, la municipalité se rend en
délégation par deux fois en sous-préfecture et réclame l’évacuation auprès
de la préfecture. Les squatters manifestent devant la mairie tandis que les
deux parties font état de leurs argu-
91 logements encore squattés
Sans cœur la ville d’Aubervilliers ?
Ici, 41 % de l’habitat relève du logement social et les listes d’attente de
l’OPHLM font apparaître quelque
3 800 familles en attente quand
91 appartements du parc sont encore
squattés… « Dans ces conditions,
chacun comprendra que nous exigions la restitution de tous les appartements squattés afin qu’ils soient
attribués aux familles d’Aubervilliers
en attente et qui sont parfois aussi
démunies que celles qui essaient par
la force de passer devant elles »,
indique Gérard Del-Monte.
La municipalité attend désormais
que le préfet fasse exécuter la décision
de justice…
Eric Guignet
TRAVAUX ● Zone 30, éclairage public, aménagements dans les écoles et les gymnases…
Pascal Dacasa
L’été en chantiers
La période estivale a été mise à profit pour mener une campagne de travaux
dans les écoles de la Ville. Fin août, le maire a visité ce qui a été fait.
F
orcément, il y en aura toujours
pour râler ! Des automobilistes
très pressés et quelques chauffards avérés… Du côté des riverains en
revanche, la mise en Zone 30 d’une
bonne partie du quartier Villette-
Quatre-Chemins a de quoi être comprise. Il n’est qu’à voir l’encombrement
des trottoirs à la sortie des écoles
et tous ces gamins qui déboulent…
Nous sommes dans le secteur d’habitation le plus dense de la ville.
Y brider la vitesse de circulation des
voitures ? Assurément, une mesure de
bon sens. Lancé à 50 km/h, un véhicule n’a aucune chance d’échapper
à l’impact si un piéton traverse à
15 mètres devant lui. A 30 km/h,
l’accident est évité la plupart du temps.
Et si le choc a lieu quand même, le
piéton s’en sort vivant neuf fois sur
dix. A 60 km/h, il mourra neuf fois sur
dix… Des chiffres ? Non, des vies !
D’où ce chantier de voirie, le plus
important réalisé cet été par la Ville et
les services de Plaine Commune.
Entre l’avenue de la République,
l’avenue Jean Jaurès, le boulevard
Félix Faure et la rue Sadi Carnot, des
ralentisseurs ont été aménagés aux
entrées du périmètre de la Zone 30.
Ces rehaussements de chaussée
obligeront les automobilistes à ralentir, une signalétique appropriée
indiquant la nouvelle vitesse à ne
pas dépasser. Coût de l’opération :
210 000 €.
Autre quartier et autre rue à avoir
été mise en Zone 30, le passage des
Roses, avec là aussi une surélévation
de la chaussée, accompagnée d’un
virage redessiné, mais également d’un
élargissement du trottoir côté impair
et de la pose de protections pour le
trottoir côté pair.
Espace public toujours, mais cette
fois-ci concernant l’éclairage : la
période estivale a été utilisée pour
remettre à neuf le réseau d’alimentation électrique des rues Auvry,
Quatre-Chemins, Ecoles, Barbusse,
Poste et Cités ; de nouveaux lampadaires ont été installés sur le boulevard Roosevelt en cours de réfection
ainsi que sur les rues Auvry et
Fourrier ; des candélabres ont été
changés de place autour du futur
square Bordier, et des panneaux
clignotants ont été posés pour signaler des sorties d’école (boulevard
Roosevelt et rue Charles Tillon).
Anne Sylvestre, Angela Davis,
Stendhal, Paul Bert, etc.
Comme à l’accoutumée, juillet et
août ont été également l’occasion de
travaux dans les écoles et les gymnases. Des jeux de cour ont été remplacés ou installés dans les maternelles
Sylvestre, Davis, Rousseau et
Stendhal ; des salles de classe et des
parties communes ont été repeintes à
Quinet, Paul Bert et Brossolette ; des
blocs sanitaires et de l’assainissement
ont été refaits à Quinet et à Stendhal ;
des menuiseries extérieures ont été
changées à Joliot-Curie ; un escalier
de secours réaménagé à Victor Hugo ;
des faux-plafonds remplacés à Vallès.
Enfin, à Louise Michel et à Joliot
Curie, des bâtiments modulaires
ont été installés ou rafraîchis pour
accueillir des classes dans de
meilleures conditions.
Côté gymnases, un investissement
de 245 000 € a été débloqué pour
refaire complètement la couverture et
les plafonds de Robespierre et pour
remplacer les sols en PVC (bien usés)
de Manouchian par un parquet en
bois.
A signaler aussi : la rénovation de la
maison de l’enfance Robespierre, la
mise en conformité du système de
sécurité incendie du théâtre, le
démarrage de la construction d’un
bâtiment rue Barbusse destiné à
accueillir les services techniques de la
Ville, et surtout, la poursuite de
l’aménagement du futur Office des
seniors, rue Heurtault, qui sera ouvert
à l’automne.
Frédéric Medeiros
6 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
Vite dit
Quartiers
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
TRAVAUX ● Fermeture du centre nautique pour quinze mois
La piscine entame
sa rénovation
● LANDY-PLAINE-MARCREUX
PRESSENSÉ
Concertation sur la Place du Front
Populaire
> Samedi 8 septembre,
de 14 h 30 à 16 h 30
Devant le Foyer des Fillettes (repas de
quartier au restaurant du foyer à 13 h).
> Lundi 10, de 16 h à 17 h.
Devant l’école Victor Hugo.
En suspens depuis deux ans, la fermeture de la piscine est désormais effective
depuis fin août. Des travaux d’envergure devraient débuter d’ici la fin de l’année
et se terminer avant la fin 2008. Coût de l’opération : 4 millions d’euros.
Visite intercommunale du quartier
Cristino Garcia-Landy
> Samedi 29 septembre, 15 h
Visite guidée sur l’histoire et l’avenir du
quartier suivie d'une rencontre conviviale
à l’Atelier (26 rue Cristino Garcia).
Départ à 15 h à l’angle de la rue Gaëtan
Lamy et du quai Adrien Agnès.
du Centre national du développement du sport (ex-FNDS) ».
La municipalité devra toutefois
supporter le reste du financement.
Mais comment imaginer Aubervilliers sans sa piscine, ouverte en 1969,
et dont l’attraction ne se dément pas
au fil des ans ? De la maternelle au
collège, des sections natation, aqualoisirs et plongée du club municipal
d’Aubervilliers au grand public, tous
en conviennent : cet équipement
municipal fait désormais partie de
l’histoire et du patrimoine de cette
ville. « C’est vrai, j’y ai appris à nager
avec l’école Victor Hugo et maintenant j’y accompagne mon petit-fils
aux bébés nageurs, reconnaît une
jeune grand-mère un brin nostalgique… Il faut vraiment qu’on la
garde… »
Cours de français alphabétisation
(uniquement pour les femmes) en
collaboration avec le Greta Geforme 93
> Informations et inscriptions
Mardi 11 et jeudi 13 septembre, 9 h 30
Début des cours : mardi 18 septembre,
8 h 30
> Centre Pasteur Roser
38 rue G. Lamy. Tél. : 01.48.34.12.30
● VILLETTE
Un nom pour le square Bordier
Le concours est ouvert jusqu’au
24 septembre.
Si vous avez une idée, faites-le savoir :
> Boutique de quartier Villette
22 rue H. Barbusse, tél. : 01.43.52.67.97
> mail : boutique.villette@mairieaubervilliers.fr
● ROBESPIERRE-COCHENNEC-PÉRI
Fête de rentrée cité Gabriel Péri
Samedi 22 septembre
Au programme : animations sportives,
musicales et danses avec des groupes
locaux, espace enfants/parents avec
jeux, maquillages et parcours sportif,
cabaret théâtre avec la Cie L’artisanat
des menteurs.
Pour les habitants voulant participer à
l’organisation de la fête, une réunion est
prévue lundi 10 septembre à 18 h 30
salle jarry Dumas, 45 rue Alexandre
Dumas.
> Boutique de quartier
120 rue Hélène Cochennec.
Tél. : 01.49.37.16.71
boutiquequartiercochennec@mairieaubervilliers.fr
Chiffres à l’appui, le centre nautique est, et a toujours été, l’équipement le plus fréquenté par les Albertivillariens.
I
● VALLÈS-LA FRETTE
Bourse aux vêtements
> Lundi 8, mardi 9 et mercredi 10
octobre
Dépôt les 2, 3 et 4 octobre
Horaires et renseignements
> Boutique de quartier
34 rue Hémet. Tél. : 01.48.33.58.83
Financement
● FONDS D’INITIATIVES
LOCALES
Vous avez un projet susceptible d’être
financé par le FIL (Fonds d’initiatives
locales). Vous pouvez déposer votre
demande avant le vendredi 5 octobre.
Un comité de gestion est prévu le lundi
15 octobre pour examiner les dossiers.
> Service Vie des quartiers
7 rue Achille Domart.
Tél. : 01.48.39.50.98
subventions qu’elle espère à hauteur
d’au moins 60 % des 4 millions
d’euros nécessaires à la réfection de la
toiture et à la remise en peinture des
3 bassins. « Depuis peu, le conseil
régional d’Ile-de-France a inclus dans
son cahier des charges le soutien aux
communes qui souhaitent rénover
leur piscine, assure le directeur des
sports, Zoubir Ketfi. A cela on pourra
ajouter la part du Conseil général et
Les travaux devraient débuter
avant la fin de l’année
Evoquée par une rumeur infondée,
la perspective d’une fermeture définitive de la piscine au profit du futur
centre olympique, situé sur les bords
du canal, s’éloigne et rassure les
Albertivillariens. « Il n’en a jamais
été question, assure le maire, Pascal
Beaudet. Si les travaux se sont fait
attendre, c’est uniquement pour des
raisons financières et si tout se déroule comme nous l’espérons, notre piscine rouvrira avant la fin de l’année
2008. »
Aubermensuel ne manquera pas
d’accompagner le déroulement de ce
chantier dont la première phase sera
le déshabillage de la structure métallique du toit.
Maria Domingues
PETITE ENFANCE ● La crèche Ethel Rosenberg en chantier pour un an
Du neuf pour les nouveaux
● PAUL BERT
Conseil de quartier
> Mardi 25 septembre, 19 h
Ecole Jules Guesde
3-5 rue Paul Bert.
> Boutique de quartier
32 rue de Presles.
Tél. : 01.48.34.85.18
dant de disposer des fonds nécessaires, nous avons trouvé une solution
intermédiaire avant de pouvoir réaliser des travaux. »
La pose de filets au dessus des bassins a en effet permis de maintenir
ouvert le centre nautique pendant la
durée des études et du chiffrage des
travaux. L’autre avantage d’avoir
patienté est que la Ville a de grandes
chances de bénéficier d’importantes
l y a deux ans, en arrivant le
matin, le personnel de la piscine a
eu la désagréable surprise de trouver un petit morceau de la toiture au
fond du grand bassin. « Nous savions
que le centre nautique avait besoin de
travaux et la Ville s’y préparait, cet
incident – heureusement sans gravité
– a simplement confirmé cette nécessité, explique Mériem Derkaoui,
maire-adjointe au Sport. En atten-
U
ne crèche silencieuse et déserte, l’impression est étrange…
En cette rentrée, la grille
d’Ethel Rosenberg est restée fermée. Y
aurait-il pénurie de nouveaux-nés à
Aubervilliers ? Pas vraiment, non ! Et
c’est justement pour se préparer à
mieux accueillir les petits bouts que
l’équipement de la rue André Karman
a clos ses portes. Une année de travaux
sera nécessaire pour restructurer complètement cette ancienne crèche modèle d’une soixantaine de places ouverte
en 1975 et devenue obsolète avec le
temps. Un très gros chantier pour rénover tout ou presque : avec deux millions d’euros investis dans cette opération par la Ville, le Conseil général, la
CAF et l’ANRU (Agence nationale
pour la rénovation urbaine).
Il faut dire que la façon de s’occuper
des tout-petits en collectivité a beaucoup changé en 30 ans. Or, à Ethel
Rosenberg, la disposition des lieux
n’avait presque pas bougé depuis l’origine. Avec une organisation des locaux
tournée vers les préoccupations (et les
contraintes) hygiénistes de l’époque.
Willy Vainqueur
Conseil de quartier
Jeudi 20 septembre, 19 h 30
> Réfectoire école Firmin Gémier
14 rue Firmin Gémier.
> Boutique de quartier
111 rue André Karman.
Tél. : 01.49.37.03.94
Willy Vainqueur
● SADI CARNOT-FIRMIN GÉMIER
Depuis, il y a eu la généralisation
des couches jetables qui ont facilité
les choses… Mais surtout, de garderies
les crèches sont devenues de plus en
plus des structures à l’ambition pédagogique affirmée (Aubervilliers s’est
d’ailleurs tôt engagée dans ce mouvement). Avec pour tâches de favoriser
les premiers apprentissages de la vie.
A Rosenberg, le contenant ne valait
plus les contenus depuis déjà bien longtemps… « D’où ces travaux, explique
Line Levalois, la directrice adjointe de
la crèche. Ils vont nous permettre de
réorganiser le rez-de-chaussée avec un
accueil pour les trois tranches d’âge, un
lieu de vie avec l’espace restauration, le
coin jeux et activités, les salles de repos.
La cuisine sera également refaite pour
respecter les normes actuelles. Enfin,
on va construire de petites extensions
pour avoir des espaces de jeux supplémentaires, mi-ouverts/mi-fermés suivant les saisons. »
Il est également prévu de refaire l’isolation phonique (et thermique) des
locaux, ce dont ne se plaindront ni le
personnel, ni les enfants !
Les bébés, d’ailleurs, où seront-ils
durant les travaux ? « Nous avons préparé cette fermeture dès l’année dernière en ne faisant tourner la structure
qu’avec des grands et des moyens,
explique Corinne Tabaali, la responsable du service municipal de la Petite
enfance. Pour cette rentrée, les grands
sont passés en primaire, quant aux
moyens (devenus grands), leur hébergement est assuré à la mini-crèche La
Maisonnée, où le rez-de-chaussée a été
libéré de son accueil parents-enfants
qui doit être transféré dans un préfabriqué à proximité. »
Frédéric Medeiros
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007 ● 7
SOLIDARITÉ ● L’Atelier protégé, rue Charles Tillon
L’Atelier aux 50 bougies
U
ne exposition photographique, une visite des
lieux, une réception, les
présences notamment de
Martin Hirsch, haut commissaire aux
solidarités actives, du maire Pascal
Beaudet et de Jacques Salvator, élu en
charge de la Politique de la ville, ont
achevé de donner tout son sens à cette
initiative.
Depuis la rue, rien ne distingue
cette « Entreprise adaptée » – sa dénomination officielle – d’autres établissements à vocation industrielle. L’intérieur non plus avec ses tables de travail, ses établis, ses machines outils et
la marchandise disposée sur des
palettes ou stockée dans des rangements. Les différences résident dans le
rythme, la charge et l’approche du travail plus individualisée. « Nous
sommes un établissement de droit
privé dont la vocation, depuis sa création, est de permettre à des personnes
en situation de handicap psychique,
physique ou sensoriel, de tenir toute
leur place dans la société et d’accéder à
Willy Vainqueur
On n’a pas tous
les jours 50 ans.
Le 29 juin dernier
l’Atelier protégé
avait tenu à marquer
son anniversaire par
une grande journée
festive à laquelle ont
participé l’ensemble
du personnel et les
différents partenaires
économiques
et sociaux.
A l’occasion des 50 ans d’existence de l’Atelier protégé, les visiteurs ont pu découvrir l’éventail des activités proposées.
l’indépendance économique », a expliqué Dominique Manière, le directeur.
55 personnes employées en CDI y
travaillent 35 heures par semaine. Les
effectifs étaient beaucoup plus
modestes en 1947 lorsque le Secours
catholique inaugurait dans l’ancienne
rue de la Goutte d’or, devenue rue
André Karman, ce qui était alors le
premier Atelier protégé de France.
Depuis 1985, pour cause d’extension,
le quotidien de cet établissement que
gère l’Association des Cités, s’écrit
dans le quartier du Pont Blanc. Mais
ses locaux, à leur tour, deviennent exigus, malgré leur modernisation en
2002.
L’Atelier protégé est spécialisé dans
des activités de sous-traitance dans les
secteurs du conditionnement de cos-
métiques, le façonnage de présentoirs
pour la publicité, la mise sous blister
plastique d’objets destinés au grand
public, le façonnage délicat en aval
d’imprimerie, le routage de documents. De Yves Saint-Laurent à la
FNAC, en passant par Nestlé France
ou H&M, plus d’une trentaine de
sociétés, dont plusieurs noms prestigieux sont en contrat avec lui, soulignant ainsi la haute qualité des articles
conditionnés sur place.
Une autonomie financière
Kamel, 25 ans, est arrivé en 2005.
« Je fais de l’emballage, des commandes, je me plais bien ici et avec ce
que je gagne, j’espère un jour pouvoir
quitter ma vie en foyer pour louer un
appartement », a-t-il confié. Il gagne
environ mille euros par mois. Ce n’est
pas le Pérou mais c’est déjà la certitude
d’une certaine autonomie financière.
« J’ai été séduit par la dimension
humaine que requiert notre implication auprès des salariés et qui est vraiment porteur de sens », a rappelé,
quant à elle, Laetitia Rigault, l’un des
quatre moniteurs qui accompagnent
les salariés dans leurs tâches. Quatre
autres personnes complètent l’équipe
de l’Atelier protégé, entreprise d’insertion sociale qui n’a jamais porté aussi
bien son nom.
Frédéric Lombard
● ATELIER D’AUBERVILLIERS
129 rue Charles Tillon.
Tél. : 01.43.52.68.70
ÉCONOMIE ● Création, mutations, changements de propriétaire
Du côté du petit commerce
Eric Guignet
A
u chapitre des bonnes nouvelles, on citera l’ouverture
d’un nouveau kiosque à journaux, au niveau du 197 de l’avenue
Victor Hugo. Tenu par Siraj Namaji,
originaire de Gujrat en Indes, cet
espace offre tous les articles habituellement proposés : revues, magazines,
quotidiens, mots fléchés, etc.
Le nouvel exploitant entend bien
faire fructifier son kiosque qu’il ouvrira de 6 h à 19 h, sans interruption, du
lundi au samedi et le dimanche de 8 h
à 14 h. « Pour le moment je n’ouvre
qu’à 7 h, j’attends qu’EDF m’installe
le courant. »
Le lundi 3 septembre, de passage
sur le kiosque pour lui souhaiter la
bienvenue, le maire Pascal Beaudet et
son adjointe au commerce, Jacqueline
Sandt, ont assuré au nouveau gérant
l’appui de la municipalité dans ses
démarches.
Quelques départs de commerçants
installés depuis de longue date vont
aussi bouleverser les habitudes d’une
clientèle qu’ils avaient su fidéliser. C’est
le cas de la bijouterie Tessier, dont les
propriétaires souhaitaient s’installer
en Province et ont passé la main à
d’autres bijoutiers, les époux Gharbi,
Siraj Namaji tient le nouveau kiosque à journaux implanté avenue Victor
Hugo, à quelques mètres de l’ancien, voué à la destruction.
dans le métier depuis près de 40 ans.
Autre départ, celui du boulangertraiteur, monsieur Poncet, implanté en
centre-ville, qui a transmis son fond de
commerce aux époux Aghray, déjà
exploitants de la boulangerie Banette,
située un peu plus haut dans la rue du
Moutier. Ces derniers ont assuré qu’ils
souhaitaient poursuivre et privilégier
l’activité traiteur-pâtissier de leurs prédécesseurs en gardant le personnel, soit
5 salariés (dont les 2 pâtissiers).
La boutique de prêt-à-porter
Antonio a fermé ses portes définitivement pour laisser place à une agence du
groupe CIC.
Au registre des départs en retraite,
celui des propriétaires de la boucherie
Bruneau fait du bruit. Cependant, les
époux Bruneau ont eu la bonne idée
de céder leur commerce à un Albertivillarien du même métier, Aouzou
Metfah, dont la famille possède
plusieurs boucheries. Avec son associé,
il a pour objectif de rénover entièrement les lieux et d’en doubler la surface commerciale. Les travaux devraient
débuter en octobre.
Enfin, l’exploitante de la boutique
de jouets Hobby a définitivement tiré
son rideau pour partir, elle aussi, à la
retraite.
La municipalité a déjà fait savoir
qu’elle serait attentive à tout nouveau
repreneur. S’appuyant sur un texte de
loi datant de 2005, le conseil municipal vient de voter un périmètre de
sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité qui comprend le
centre-ville, toute l’avenue Victor
Hugo, La Villette, les Quatre-Chemins, le secteur de La Maladrerie et
du centre Emile Dubois. Ce périmètre permettra à la municipalité
d’exercer un droit de préemption sur
les fonds de commerce.
Maria Domingues
Vite dit
Bénévolat
Les demandes des associations pour le
mois de septembre.
> La Cimade et le Comede
s’associent pour ouvrir un centre de
ressources pour le droit à la santé des
étrangers et recherchent des bénévoles
pour l’accueil et le suivi des demandes.
Disponibilité : au minimum, 1 journée
ou 2 demi-journées par semaine du lundi
au vendredi
> La Croix Rouge (délégation
Bobigny, Aubervilliers, La Courneuve)
recherche des bénévoles pour l’aide à la
distribution alimentaire et des personnes
volontaires et disponibles pour aller
chercher les produits à la Banque alimentaire d'Ile-de-France située à Arceuil
et faire un peu de manutention.
Disponibilité : 3 heures l'après-midi,
une fois par semaine du lundi au vendredi
> Les restaurants du cœur
recherchent des bénévoles pour la
distribution alimentaire, l’accueil et la
gestion des stocks. La campagne aura lieu
de décembre à mars. Formation proposée.
Les besoins : les lundi, mardi, jeudi,
vendredi matin selon vos disponibilités.
> Entraide scolaire amicale
recherche des bénévoles pour faire de
l’accompagnement scolaire individualisé
à domicile. Tous les niveaux de primaire
et de secondaire sont les bienvenus.
> Bureau des associations
7 rue du Dr Pesqué.
Tél. : 01.48.39.51.02/03
Mél. : fbenevolat@mairie-aubervilliers.fr
Solidarité
● AVEC RÉSIDÉO
Cette association, en lien avec des
partenaires institutionnels, publics et
associatifs, a pour vocation de louer vos
logements inoccupés. Resideo propose
les logements vacants de propriétaires
privés à des personnes seules ou à des
familles issues d'associations d'hébergement temporaire. Elle a pour principal
objet de reloger ces familles, de gérer
les logements et de les louer dans le
cadre d'une gestion locative adaptée
de droit commun.
> Resideo
51 rue Philippe de Girard, Paris 18e
Tél. : 01.42.05.47.58
Courriel : assoresideo@aol.com
● AVEC LE CLIP
Recherche de bénévoles
Créé en 1985, le Club informatique
pénitentiaire (Clip) est une association de
bénévoles qui a pour objet l'initiation à la
micro-informatique en milieu carcéral
dans une perspective de réinsertion
sociale. Le Clip recherche des bénévoles,
disponibles une à deux demi-journées par
semaine pour étoffer l'équipe intervenant
à la maison d'arrêt de Villepinte.
> Tél. : 01.45.88.56.00
ou 01.76.00.55.31
Mail : assoclip@club-internet.fr
Site : www.assoclip.org
● RECHERCHE FAMILLE D’ACCUEIL
Accueil au domicile, 24 h/24, patient
psychiatrique stabilisé
Le centre hospitalier Robert Ballanger
d’Aulnay-sous-Bois recherche des familles
d’accueil, âge minimum 30 ans,
domiciliées dans un rayon de 50 km, pour
son unité thérapeutique d’accueil familial.
Suivi assuré par des équipes soignantes.
Conditions exigées : participation à la
vie de la famille (activités de loisirs…),
avoir une chambre individuelle avec accès
aux sanitaires, être nourri et blanchi.
Un des membres du couple doit avoir
une activité professionnelle.
Permis B et véhicule.
La personne recrutée aura la
rémunération de 1 500 € net/mois.
> Tél. : 01.49.36.74.67
entre 8 h 30/15 h 30 sauf week-end.
Service
● A LA PERSONNE
Christian Kenne vient de créer son
entreprise. Ses activités : dépannage,
formation informatique à l'exception de
menus travaux, aide à domicile toutes
prestations, auxiliaire de vie à l'exception
des soins.
> Tél. : 01.48.33.50.84/06.23.82.37.62
Courriel : his@donnerlavieauxannees.fr
8 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
Vite dit
Jeunesse
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
ENSEIGNEMENT ● Création d’une Section football au lycée d’Alembert
Rentrée en crampons
● POINT INFORMATION
JEUNESSE ESPACE MULTIMEDIA
Mercredi 26 septembre,
Journée Porte ouverte,
de 14 h à 16 h 30
Inauguration par le maire,
Pascal Beaudet, à 17 heures.
> 22 rue Bernard et Mazoyer.
Tél. : 01.48.34.81.01
ont été recrutés pour leurs aptitudes
sportives mais aussi pour leurs motivations scolaires. Quatre élèves viennent des collèges Jean Moulin et
Henri Wallon d’Aubervilliers. Chacun a conscience qu’il ne s’agit pas de
préparer une carrière de footballeur.
« C’est un plus qui me motivera dans
mes études et me permettra de
décompresser après une journée de
cours », confie Marine, 17 ans, et
licenciée à l’Olympique de Sevran.
Hawa, 15 ans, vient d’un collège à
option foot, à Drancy. « C’est une
manière de continuer à conjuguer ma
passion du ballon tout en préparant
un solide diplôme professionnel »,
assure-t-elle.
● BOURSES DÉCLICS JEUNES
Deux situations s’ouvrent aux assurés
qui exercent pour la première fois
« un job d’été » salarié :
- Ils possèdent déjà un numéro de
Sécurité sociale (ex : régime étudiant ),
c’est sous ce numéro qu’un compte
retraite va être ouvert à leur nom
- Ils n’appartiennent pas au régime
étudiants, c’est leur premier emploi
qui va déclencher leur immatriculation
à la Sécurité sociale et l’ouverture
d’un compte à leur nom.
Dans les deux cas, leur « job d’été »
permettra le report de leur salaire
à ce compte retraite et à la validation
éventuelle d’un ou plusieurs trimestres.
Il faut savoir qu’en 2007, un salaire de
1 654 € brut (salaire soumis à cotisations) suffit à valider un trimestre
d’assurance au régime général, même
si ce salaire a été perçu en un seul
mois. Ce montant correspond à 200 fois
le taux horaire du Smic fixé au
1er janvier de l’année en cours.
Formation
● COURS D'ANGLAIS
Avec Planète anglais
Des cours d'anglais sont proposés
dès l'âge de 3 ans, animés par un
professeur de langue maternelle
anglaise. Pour s'initier avant l'école,
se perfectionner ou préparer, à partir de
7 ans, les examens des universités de
Cambridge et Trinity College de
Londres.
Une formation pour les cycles maternel,
primaire, secondaire et supérieur en
dehors des horaires scolaires.
Stage linguistique pendant les vacances
de février en partenariat avec la mairie
d'Aubervilliers et la collaboration
d'enseignants du Canada anglais.
> Planète anglais
12 rue de la République.
Tél. : 01.48.34.40.99
● BUREAUTIQUE
INFORMATIQUE
L'association ADRHI 93 (Bobigny)
propose des formations en Bureautique
informatique ; Maintenance informatique
et réseaux ; Développement de sites
Web (durée 6 mois dont 3 de stage en
entreprise) ; Alphabétisation (apprendre
à lire, à écrire et à parler français
combiné à l'apprentissage de métiers
de base assisté par ordinateur,
durée 4,5 mois).
Contribution forfaitaire de la part des
stagiaires ou possibilité de prise en
charge par les organismes selon le cas.
> Renseignements
au 01.48.43.29.77
Le foot pour réussir ses études, c’est le pari
que tente le lycée polyvalent d’Alembert
où s’ouvrira à la rentrée de septembre
une Section sportive scolaire de football.
24 élèves de 17 collèges
de Seine-Saint-Denis
– dont Henri Wallon et Jean Moulin –
intègreront la nouvelle
Section sportive scolaire
de football.
M
comme un levier éducatif pour simuler et valoriser le parcours de ces
jeunes », ajoute-t-il.
Car c’est bien de pédagogie que ce
projet se nourrit avant tout. « Nous
croyons que, loin de s’opposer à la
réussite scolaire, le football peut
constituer un point d’appui pour
remobiliser des élèves souvent en
échec à l’issue de leur parcours au collège », confirme Catherine Rondepierre, la proviseure. Elle a défendu
mordicus le dossier d’Alembert. Il
s’agit de donner du sens à leur parcours, rétablir un rapport positif à
l’école et au apprentissage.
Ces 24 élèves – sélectionnés sur un
total de 120 et issus de 68 collèges –
ême une Coupe du
monde de rugby au
Stade de France ne
parviendra à contester
l’hégémonie du football dans les
quartiers. La preuve avec l’ouverture
au lycée polyvalent d’Alembert, à la
rentrée de septembre, d’une Section
sportive scolaire de football (SSSF).
24 élèves, issus de 17 collèges de la
Seine-Saint-Denis, intègreront ce dispositif connu auparavant sous la désignation de sport études. Au menu, le
cursus classique dispensé pendant
2 ans et conduisant au Brevet
d’études professionnelles vente action
marchande. A celui-ci s’ajoute une
grosse cerise, la pratique du foot.
Quatre heures d’entraînement hebdomadaires encadrées par deux professeurs d’EPS, sur le stade du docteur
Pieyre. C’est la première fois dans
l’académie de Créteil qu’une SSSF est
implantée ailleurs que dans un lycée
d’enseignement général.
Mais pourquoi le dynamique et
médiatique lycée des métiers de la
mode s’était-il mis en tête d’accueillir
une telle structure ? « Le lycée a une
forte culture foot et son Association
sportive obtient d’excellents résultats
dans les différentes compétitions
UNSS », précise Dominique Martin,
prof d’EPS et l’un des avants de pointe de ce projet. « Avec notre direction,
nous avons pensé utiliser le football
Mener de front
études et football
Ces deux témoignages soulignent le
caractère mixte du dispositif. « C’était
dans notre cahier des charges car nous
ne voulions exclure personne »,
confirme Catherine Rondepierre.
Ainsi, 10 jeunes filles composent la
promotion 2007-2008. L’ouverture
de cette section dans un lycée à effectif majoritairement féminin a certainement joué en faveur du dossier.
Sportif, pédagogique, le projet se
veut également éducatif et porteur de
valeurs sociales et citoyennes. Le respect des règles communes, la tolérance, un état d’esprit positif, etc. en font
partie. La pratique du football
s’accompagnera également d’une initiation à l’arbitrage, de la possibilité
de passer au sein du lycée l’Attestation de formation aux premiers
secours (AFPS).
Les élèves ont du pain sur la
planche. La direction aussi. Heureusement, elle peut s’appuyer sur une
série de partenaires, parmi lesquels le
Rectorat, la ville d’Aubervilliers, la
Ligue régionale de football et le district de Seine-Saint-Denis, la Fondation TFI. Sans oublier plusieurs parrains prestigieux tels Patrick Vieira et
Cyril Domoraud. De quoi déjà former une équipe de football à 7.
Frédéric Lombard
*Union nationale du sport scolaire
RENCONTRES ● « Cultures urbaines et Cultures traditionnelles » sur Aubervilliers et Stains
Dix jours ensemble
E
ntre les 23 et 30 juillet derniers,
Aubervilliers et Stains ont
accueilli une quarantaine de
jeunes venus de Figuig (Maroc), Beit
Jala (Palestine) et Iéna (Allemagne).
Ceux-là se sont heureusement mélangés avec 24 Albertivillariens et
Stanois, également âgés de 16 à
20 ans, autour du thème Cultures
urbaines et Cultures traditionnelles.
Ce séjour, organisé et piloté par l’Office municipal de la jeunesse (Omja),
avait d’ailleurs reçu le soutien de
l’Union européenne, du Conseil général et de la Direction départementale
de la jeunesse et des sports. Ville des
Musiques du Monde, les services culturels et relations internationales des
deux villes du 93 étaient également
partenaires.
Partager, échanger autour de leur
culture, les jeunes s’y seront employés
au cours de sessions – hip hop, danse
et chants traditionnels – chacun
apportant sa « science » sur telle ou
telle discipline… Bien sûr, tout le
monde ne parlait pas la même langue
mais ces obstacles-là ont allègrement
sauté, les jeunes de l’atelier d’écriture
de l’Omja y allant sans détours
d’un anglais tâtonnant et gesticulant :
« Et puis, il n’y a pas que la parole
pour communiquer. Le message
est aussi passé en dansant », explique
Prerena qui s’est initiée aux danses de
Palestine. « Avec le geste et le regard,
on s’est compris. Ça va être dur de les
quitter ! »
Les Allemands de Streetwork Lobeda auront transcendé le pavé à coup de
figures acrobatiques. Le Baladi Group
de Beit Jala aura chanté et dansé la
terre de Palestine cependant que nos
amis de Figuig introduiront des chorégraphies modernes dans leur tour de
danse traditionnelle. Et cela a fonctionné. A Paul Eluard (Stains) où tout ce
petit monde répétait en ateliers, sur la
place de la Mairie d’Aubervilliers qui a
vu son espace électrisé le temps d’une
belle et chaleureuse représentation :
free style et melting pot devant l’église,
Willy Vainqueur
● JOB D’ÉTÉ SALARIÉ,
ÇA COMPTE POUR LA RETRAITE
Willy Vainqueur
Appel à candidatures
Les Bourses déclics jeunes, d'un
montant de 7 600 €, sont un coup de
pouce décerné par la Fondation de
France à une vingtaine de jeunes, âgés
de 18 à 30 ans, afin de leur permettre
de finaliser un projet original et d'intérêt
général.
Comment s'inscrire ?
Le questionnaire de présélection
est téléchargeable sur le site de la
Fondation de France :
www.fondationdefrance.org ou sur
demande à Bourses déclics jeunes de la
Fondation de France
> 40 avenue Hoche, 75008 Paris.
Date limite des inscriptions :
15 novembre
Echanges et partage de cultures entre jeunes autour de musiques et de danses.
l’Allemagne, le Maroc et la Palestine
dansaient tandis qu’Auber et Stains
tractaient… soit à haranguer le chaland afin de le faire venir à Stains – le
spectacle de restitution du séjour s’est
tenu le 27 juillet à Paul-Eluard – le lendemain. Qu’est-ce qu’il retiendra
Marco, danseur professionnel à Iéna ?
« Ici, j’ai vu la vraie France, loin des clichés touristiques… Des vrais gens. Il y
a des différences entre nous, dans la
façon dont nous vivons. Mais il n’y en
a pas dans notre cœur ! »
A l’issue du séjour, Martial Byl,
directeur de l’Omja, imaginait d’ores
et déjà une suite à l’aventure : « On
souhaite poursuivre cette réflexion –
Tradition et Modernité – en Palestine,
l’année prochaine ». L’écriture, commune, du projet sera déposée dès son
achèvement à l’agence européenne.
Eric Guignet
A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007 ● 9
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
DÉMOCRATIE LOCALE ● Les visites du maire dans les quartiers Ce que j’en pense
Donnez votre avis
● Par Pascal Beaudet, maire d'Aubervilliers
CHAQUE ANNÉE DEPUIS MON ÉLECTION, je vais au devant de vous, dans
vos quartiers. Si j’y rencontre des
habitants satisfaits de vivre à Aubervilliers, j’y sens aussi des impatiences, des inquiétudes sur des problèmes touchant à la sécurité, la
qualité de vie, au commerce, à la
propreté, aux relations de voisinage,
au logement…
C’est à ces questionnements que
mon action et celle de mon équipe
s’efforcent de répondre. En travaillant chaque jour à la réalisation
de nouveaux équipements et à
l’amélioration des structures existantes, à l’aménagement de l’espace
public, à la mise en œuvre d’actions
solidaires, à l’essor de l’activité économique, au développement de la
vie associative, culturelle et sportive,
je garantis à notre ville l’avenir
qu’elle mérite et je me bats pour que
ses habitants y vivent de mieux en
mieux.
Tous ces projets, toutes ces
actions, c’est pour vous et avec vous
que je les construis. C’est d’ailleurs
le sens de la démarche quartier que
j’ai initiée il y a maintenant dix ans.
Mes traditionnelles visites de
quartier seront donc cette année
l’occasion de débattre ensemble du
chemin parcouru grâce à la démarche quartier et de ce qu’il nous reste
encore à faire.
Car je souhaite que les mois qui
viennent constituent des moments
utiles à la mise en commun de nos
idées et de nos expériences, pour
répondre encore mieux à vos
attentes, et pour construire
ensemble l’avenir de notre ville.
A bientôt dans votre quartier !
Willy Vainqueur
Du 25 septembre au 19 octobre, le maire Pascal Beaudet
se rendra comme chaque année dans les huit quartiers de la ville.
J’ai rendez-vous avec vous
Comme en 2005, les visites de quartier (ici à Vallès-La Frette) seront suivies d’une rencontre entre le maire
et les habitants pour débattre de leur quotidien et des solutions à apporter.
C
es rencontres dans les
quartiers, le maire les a
inaugurées en octobre
2005. Depuis, à la même
période, il va à la rencontre des habitants, des professionnels et des représentants du monde associatif local.
Ces visites sont bien accueillies par
les habitants car elles favorisent un
contact libre et direct avec le premier
magistrat de la commune. Pour le
maire, ce parcours effectué à pied et
les échanges lui permettent de mieux
appréhender les difficultés et sont une
aide certaine pour les décisions à
prendre. Beaucoup de questions sont
abordées lors de ces rencontres, mais
l’insécurité, la propreté, les incivilités
sont très largement posées.
Un tour de quartier
suivi d’une rencontre
L’année passée, le maire avait souhaité débattre plus particulièrement
avec les professionnels qui interviennent au quotidien dans les différents
quartiers. Cette année, comme en
2005, les rencontres s’organiseront
autour de deux temps forts : en fin de
journée, une visite à pied pour examiner les points sensibles du quartier
suivie à 20 heures par une assemblée
ouverte à tous et clôturée par un pot
convivial. Ainsi, chacun aura la possibilité de se faire entendre pour faire
part de ses problèmes et de ses propositions pour améliorer la gestion du
quotidien.
A l’occasion des 10 ans de la
démarche quartier, l’échange portera
aussi sur les perspectives et les évolutions à envisager. Le débat sera introCalendrier
Maladrerie-Emile Dubois
> mardi 25 septembre
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée : 20 h, espace Renaudie,
30 rue Lopez et Jules Martin.
duit par des extraits de vidéos et des
cartographies réalisées par des habitants.
Suite à ces visites, la réalisation de
certains aménagements a été accélérée. Citons par exemple le city stade
du Landy ou encore la sécurisation de
l’espace de jeux pour enfants du square Lucien Brun.
Marie-Christine Fontaine
Centre ville-Victor Hugo
> jeudi 11 octobre
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée : 20 h, salle du conseil,
Hôtel de ville.
Firmin Gémier-Sadi Carnot
Dans l’agenda du maire
Les temps forts
18 septembre
29 juin
Réception des enseignants.
Signature de la Charte de coopération
et de développement avec le Conseil
général de Seine-Saint-Denis.
20 septembre
30 juin
Villette-Quatre-Chemins
> mardi 16 octobre
Rencontre avec des nouveaux habitants
du quartier du Landy.
> mercredi 3 octobre
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée, 20 h, réfectoire de l’école
Firmin Gémier, 14 rue Firmin Gémier.
1er
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée : 20 h, salle James Mangé,
1 rue des Cités.
Robespierre-Cochennec-Péri
juillet
22 septembre
Inauguration de l’école maternelle
Angela-Davis.
Seine Commune.
22 septembre
Inauguration du terrain de proximité
au Landy.
Paul Bert
> jeudi 18 octobre
13 juillet
> jeudi 4 octobre
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée, 20 h, préau de l’école Pierre
Brossolette, 50 rue Hélène Cochennec.
Délégation à la sous-préfecture
concernant le campement installé dans
le quartier de la Maladrerie.
Vallès-La Frette
Landy-Plaine-MarcreuxPressensé
13 juillet
> mardi 9 octobre
> vendredi 19 octobre
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée : 20 h, lycée Le Corbusier,
44 rue Réchossière.
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée, 20 h, à l’école Doisneau
7-11 rue Gaëtan Lamy.
Tour de quartier : 18 h - 19 h 30 ;
assemblée : 20 h, préau de l’école Anne
Sylvestre, 69 avenue de la République.
Rencontres nationales du Schéma de
cohérence territoriale (Scot) à Dijon.
Visite de fin de chantier sur le terrain de
proximité du Landy.
25 septembre
Visite du quartier Maladrerie/
Emile-Dubois.
26 septembre
18 et 19 août
Journée porte ouverte
au Point information jeunesse
et à l’Espace multimédia.
Accueil des retours de centres de
vacances.
27 septembre
Conseil municipal.
Carnet
Willy Vainqueur
Distinction
SALAH CHIBAH REÇOIT LA MÉDAILLE
DU MÉRITE. Il y avait beaucoup de
monde ce 4 juillet dans les salons de
l’Hôtel de Ville à l’occasion de la nomination de Salah Chibah à la distinction
de chevalier de l’Ordre national du
21 août
mérite, décoration remise par son ami
d’enfance, Zaïr Kedadouche. Celui-ci
a tout d’abord retracé le parcours du
promu. Ce fils d’immigré kabyle, né à
Aubervilliers en 1956, a grandi dans
le quartier de La Villette, rue de
l’Union, à l’époque un quasi-bidonville, puis dans le quartier « des passages » avant la construction de la cité
de La Maladrerie.
Malgré des conditions de vie précaires, Salah fit de brillantes études
jusqu’à obtenir un master d’informatique appliqué à la gestion. « Sa vocation est d’être un éducateur », souligne
Zaïr Kedadouche. Actuellement professeur dans un lycée parisien, il fut plusieurs années moniteur et directeur de
centres de vacances à la Caisse des
écoles et à l’Omja.
Sportif accompli, il pratique le football. Educateur toujours, il forme les
jeunes au ski et au surf à l’UCPA et
comme éducateur scolaire il intervient
dans une association d’aide à l’enfance
inadaptée, puis aussi comme formateur
pour adultes avec la Ville de Paris et le
Greta.
Le maire, Pascal Beaudet, a souligné
les qualités humaines et les engagements professionnels et citoyens de
Salah Chibah très ému, et lui a adressé
ses félicitations au nom du conseil municipal, « fier de le compter parmi les
habitants de cette ville ». C’est un homme sincère, solidaire, respectueux des
autres que ses amis ont félicité, et qui
a bien mérité l’hommage de la
République.
Marie-Christine Fontaine
Rencontre avec les parents d’élèves du
groupe scolaire Joliot-Curie.
3 octobre
25 août
4 octobre
Cérémonie de la Libération de la région
parisienne.
A suivre
Visite du quartier Villette/Quatre-Chemins.
Visite du quartier Paul Bert.
5 octobre
Accueil des nouveaux habitants.
5 septembre
Lancement d’une campagne de sensibilisation à la propreté en collaboration avec
les commerçants grossistes chinois.
8 octobre
7 septembre
9 octobre
Match d’ouverture de la Coupe du monde
de rugby.
Visite du quartier Vallès/La-Frette.
14, 15, 16 septembre
Fête de l’Humanité au Parc départemental
de La Courneuve.
Conférence du Collège de France
au lycée Le Corbusier.
11 octobre
Visite du quartier Centre-ville/
Victor-Hugo.
13 octobre
Journée mondiale du refus de la misère.
10 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
● NUMÉROS UTILES
Pompiers : 18 Police : 17 Samu : 15
Centre anti poson : 01.40.05.48.48
Urgences EDF : 0.810.33.30.93
Urgences GDF : 0.810.43.30.93
SOS mains : 01.49.28.30.00
Urgences Yeux : 01.40.02.16.80
Enfance maltraitée : 119
Accueil sans abri : 115
Jeunes violence écoute :
0.800.202.223
Solidarité vieillesse : 0.810.600.209
Violences conjugales : 3919
Ce numéro est accessible de 8 h à 22 h
du lundi au vendredi et de 10 h à 20 h
le week-end et les jours fériés.
● PHARMACIE
Une seule pharmacie assure les permanences les dimanches et jours fériés :
> Pharmacie Bodokh
74 av. Jean Jaurès, Pantin
Tél. : 01.48.45.01.46
● BANQUET DES RETRAITÉS
Samedi 15 et dimanche 16 décembre
> Docks Haussmann
43-45 avenue Victor Hugo.
Inscriptions à l'Hôtel de Ville :
Mardi 6 novembre, de 8 h 30 à 12 h
et de 13 h 30 à 16 h 30
Mercredi 7 novembre, de 8 h 30 à 12 h.
Se munir d'une pièce d'identité et d'une
quittance de loyer.
Au-delà de ces dates, les inscriptions
seront encore possibles au Centre
communal d'action sociale.
> CCAS
6 rue Charron, tél. : 01.48.39.53.00
● FIN DE L’ACCUEIL À LA CNAV
La Caisse nationale d'assurance
vieillesse n'accueille plus de public rue
de Flandres. Pour informer et orienter
les assurés, elle met à disposition :
> une plate-forme téléphonique :
0821 10 12 14
(0,12 € la minute), du lundi au vendredi,
de 8 h 30 à 17 h
> un site Internet :
www.retraite.cnav.fr
(visualisation relevé de carrière, estimation du montant de retraite à compter de
54 ans, demande de retraite…).
VOIRIE ● La requalification de l’avenue du Président Roosevelt
Servie sur un plateau
Les travaux avancent
à grands pas,
avec une fin
de chantier toujours
prévue pour
novembre malgré le
rajout au programme
d’un plateau surélevé
aux abords de la
maternelle Marc
Bloch et de l’école
Edgar Quinet pour
sécuriser la traversée
de l’avenue.
D
es centaines de tonnes
d’enrobé fumant déversées, et l’avenue, à proximité de son carrefour avec
la rue des Noyers, a pris de la hauteur… Pas au point de devenir une
côte ! Mais suffisamment quand
même pour inciter les automobilistes à
décélérer en s’engageant sur ce plateau
surélevé. Justement, c’était le but
recherché. Brider les velléités de vitesse
aux abords du groupe scolaire Edgar
Quinet et de la maternelle Marc Bloch
pour sécuriser la traversée piétonne de
l’avenue. Bien sûr, il y avait des agents
municipaux pour assurer les sorties
d’école, mais Plaine Commune, la
Ville et des riverains militaient en
faveur de cet aménagement pour
encore plus de sûreté.
Avec des arguments. C’est vrai que
Pascal Dacasa
Vite dit
AUBERVILLIERS AU QUOTIDIEN
Plateau surélevé, panneaux de signalisation
clignotants et limitation de la vitesse à 30 km/h.
l’avenue est une longue ligne droite ;
que les conducteurs qui se dégagent
des encombrements du carrefour de
la Mairie ont souvent tendance à
appuyer sur le champignon…
« La requalification de cet axe départemental étant en grande partie financée par le Conseil général, demande
lui a été faite de rajouter ces travaux
qui n’étaient pas prévus au programme. Ce qu’il a accepté », explique
Gérard Régnier, chargé de mission
au service exploitation de la voirie à
Plaine Commune.
« On a mis les bouchées doubles
pour que le plateau soit terminé à la
rentrée scolaire. » Du coup, cet aménagement supplémentaire n’aura pas de
Association Seniors d’Aubervilliers
Programme des activités de l’association
conséquence sur la date d’achèvement
de l’ensemble du chantier, toujours
fixée à la fin novembre (hormis la
plantation des arbres – des gros tilleuls
– qui pourrait ne se faire qu’au début
2008).
C’est donc dans trois mois
qu’Aubervilliers héritera, dans le prolongement de l’avenue de la République déjà requalifiée, d’une nouvelle
rue entièrement transformée en boulevard urbain. « C’est-à-dire, précise
Gérard Régnier, où l’on redonne de la
place aux transports en commun et
aux circulations douces. » Couloirs
protégés pour le bus 170, trottoirs
agréablement refaits et, s’ajoutant à
cela, une piste cyclable des deux côtés
Albertivi
15 bis, av. de la République. Tél. : 01.48.33.48.13. e-mail : seniors.aubervilliers@wanadoo.fr
Ouvert au public du lundi au vendredi de 9 h à 12 h 30 et de 14 h à 17 h (fermé le premier lundi matin de chaque mois)
Pour vous permettre de mieux
évaluer les difficultés et la fatigue
des sorties proposées, nous avons
élaboré, par pictogramme, une classification des niveaux de difficulté :
❉
facile
❉❉
quelques difficultés
❉ ❉ ❉ difficile
● SORTIES DU MOIS DE SEPTEMBRE
Jeudi 13 septembre
Cueillette à la ferme (94) ❉
Possibilité d’achat de produits du
terroir.
Prix : 4 €
Départ : Assos., 13 h 15 ; club Finck,
13 h 30, club Allende, 13 h 45
Renseignements à l’Assos.
Jeudi 20 septembre
Une journée à Lille ❉ ❉ ❉
Visite guidée des principaux monuments. Déjeuner puis visite guidée
du Palais des Beaux-Arts.
Prix : 42 €
Départ : Assos., 7 h
Renseignements à l’Assos.
Jeudi 27 septembre
Le quartier de Belleville ❉ ❉ ❉
Avec une guide conférencière.
Prix : 11 €
Départ : Assos., 13 h ; club Finck,
13 h 15 ; club Allende, 13 h 30
Renseignements à l’Assos.
● SORTIES DU MOIS D’OCTOBRE
● SEMAINE DES RETRAITÉS
Jeudi 4 octobre
Journée en Val de Loire ❉ ❉
Visite guidée du château de SaintBrisson. Déjeuner. Visite guidée du
Musée de la Sorcellerie puis goûter à
la Chèvrerie du Grand Bardelet (possibilité d’achat de fromage).
Prix : 42 €
Départ : 7 h de l’Assos.
Renseignements à l’Assos.
Semaine du 15 octobre.
Programme à l’Assos. et dans les clubs.
Jeudi 11 octobre
La chaumière du Roy ❉
Déjeuner dansant au son de
musiques modernes, rock et disco
avec un DJ fan de Barry White.
Prix : 42 €
Départ : Assos., 10 h 15 ; club Finck,
10 h 30 ; club Allende, 10 h 45
Inscriptions : lundi 10 et mardi 11
septembre dans les clubs
Jeudi 25 octobre
Dentelles et Bêtises de Cambrai ❉ ❉
Visite guidée de la confiserie Afchain
(fabrication de la célèbre « Bêtise de
Cambrai ») et du musée. Déjeuner
puis visite guidée du musée de la
Dentelle.
Prix : 34 €
Départ : Assos., 7 h 30 ; club Finck,
7 h 45 ; club Allende, 8 h
Inscriptions : lundi 17 et mardi 18
septembre à l’Assos.
● ATELIERS
L’Assos. propose des ateliers :
Plaisir de bouger : Gym douce Marche - Yoga - Tai chi chuan.
(Inscription sur présentation d’un
certificat médical).
Plaisir d’apprendre : Chorale - Découverte littéraire - Informatique Scrabble.
Plaisir de faire : Peinture et dessin Peinture sur soie - Plaisir diététique,
plaisir gourmand.
Brochure descriptive à l’Assos. et
dans les trois clubs.
● ADHÉSION
de Roosevelt, un plus par rapport à
République.
Avec la requalification de ces deux
avenues qui forment l’axe principal
d’Aubervilliers et qui passe en son
centre, la Ville va se réapproprier, et
c’était bien l’idée, un espace public
trop longtemps utilisé comme une
simple rocade par des flux d’automobilistes venus d’ailleurs pour rejoindre
la RN2 et l’A86. La circulation n’en
sera évidemment pas tarie, mais tout
au moins un peu réduite, puisque ce
réaménagement limitera l’intérêt à
emprunter cette traversée pour gagner
du temps, ce qui ne sera plus le cas…
sauf pour les bus !
Frédéric Medeiros
Magazine vidéo
d’informations locales
PROCHAINEMENT
SUR VOS ÉCRANS :
• Retour sur la saison du
TCA :les mères
• Le catalogue
des associations
s’enrichit
• Le Rallye santé
Maintenant vous pouvez voir les sujets
d’Albertivi sur le site
internet de la ville
www.aubervilliers.fr à
la rubrique « cliquez c’est
la télé » en haut et bas débit.
Et si la souris n’est pour vous qu’un rongeur dont les chats se délectent, vous pouvez retrouver d’anciens numéros et certains sujets dans les boutiques de quartier,
les bibliothèques, à la boutique des associations et même sur grand écran au Studio
avant certaines séances.
Pour participer aux activités, il faut
être adhérent : 4 € l’année.
● LES CLUBS
Club S. Allende
25-27, rue des Cités.
Tél. : 01.48.34.82.73
Club A. Croizat
numéro
166, av. Victor Hugo.
Tél. : 01.48.34.89.79
93
Club E. Finck
7, allée Henri Matisse.
Tél. : 01.48.34.49.38
Clubs ouverts du lundi au vendredi
de 10 h 15 à 17 h 15.
Pour nous contacter : 01.48.39.51.93 ou 01.48.39.52.44
albertivi@mairie-aubervilliers.fr
A U B E R M E N S U E L n°175, septembre 2007 ● 11
INTERCOMMUNALITE
SERVICE À LA POPULATION ● Bientôt un numéro Vert Espaces publics
« Allo, Agglo ? »
Plaine Commune
se prépare à ouvrir
à l’automne un
Centre d’appels
que les habitants
de l’agglomération
pourront contacter
pour signaler des
problèmes de toute
sorte sur l’espace
public afin qu’il y soit
remédié rapidement.
Actuellement en train d’être testée, la plate-forme téléphonique sera opérationnelle en novembre.
techniciens qui sont affectées dans chacune des villes ? Avec la future plateforme d’appels, plus besoin de se poser
la question et pas de risque de voir son
coup de fil se perdre dans la nature…
coup de fil (la nouvelle plate-forme a
été conçue pour en traiter un volume
de 45 000 par an) donnera lieu à une
suite. « Nous avons recensé plus de
130 problèmes qui peuvent se poser.
D’un égout qui sature lors d’une averse
à un feu tricolore qui ne fonctionne
plus, d’un jeu pour enfant dans un
square qui a été abîmé à un affaissement de trottoir, etc. » Tous ces cas de
figures ont été intégrés dans une base
de données interactives qui permettra à
l’opérateur de renseigner son interlocuteur sur le délai d’intervention prévu
en fonction de la situation signalée.
Surtout, la réclamation sera saisie sans
délai et envoyée par mail aux équipes
affectées dans les villes. A eux (ce qui
ne sera pas toujours simple) d’adapter
leur planning de travail en fonction de
ces urgences. Le signalement restera
d’actualité et inscrit comme tel sur les
écrans du Centre d’appels tant que
Pour les habitants des huit villes
« Ce dispositif a justement été voulu
pour faciliter la communication administrés-administration ». Donc, bientôt, et pour tout ce qui concerne les
questions et les réclamations des habitants des huit villes concernant l’espace
public, le seul et unique numéro à
composer sera celui d’Allo Agglo !
Un numéro vert (communication
gratuite à partir d’un poste fixe), le
0800 07 49 04, qui, en fait, existe déjà
mais qui n’avait jusqu’à présent servi
qu’à résoudre des questions liées aux
ordures ménagères (heures des tournées, problèmes de conteneurs, etc.).
S’agissant des signalements, chaque
l’intervention n’aura pas été effectuée,
ce qui devra être confirmé par retour
de mail par les techniciens de terrain.
Une procédure fluide, qui devrait
effectivement simplifier des choses.
Pour peu que la plate-forme ne soit
pas encombrée par tout et n’importe
quoi… « Nous ne sommes ni la police,
ni le Samu, ni SOS Amitié ! », prévient
Franck, un des opérateurs. Mais pas
question de raccrocher sans y mettre
les formes. « Pour des demandes
qui, en fait, concernent les mairies
(démarches administratives, écoles,
stationnement, etc.), nous mettrons
même directement les gens en contact
avec les standards des villes concernées », indique Denis Rondeau.
Quant au délai d’attente pour
joindre un opérateur d’Allo Agglo !,
« pas plus de trois-quatre sonneries, on
va essayer de s’y tenir », assure-t-il.
Frédéric Medeiros
SOCIAL ● Trois initiatives du Conseil général de la Seine-Saint-Denis
« Le 9-3 aide ses djeunes »
coupon distribué aux familles sera évalué en fonction de leurs ressources, sur
la base du quotient familial. Pas de
démarche à faire, les modalités pratiques de la mesure le seront communiquées directement fin septembre.
Enfin, et spécifiquement pour les
jeunes adultes qui rentrent sur le marché du travail, le Conseil général
apportera une aide financière pour
passer le permis de conduire. « Un
millier de jeunes pourraient en bénéficier annuellement », estime-t-on du
côté des élus.
On connaît le cercle vicieux : pas de
permis, pas de travail. Pas de travail,
pas d’argent. Pas d’argent, pas de permis ! 550 000 € seront débloqués à
chaque nouvel exercice budgétaire en
faveur de candidats présentés par des
organismes de formation et d’insertion
professionnelle. Le montant individuel
de l’aide sera fixé en fonction des ressources de la famille du postulant. Plus
d’informations sur cette mesure seront
bientôt disponibles sur le site du
Conseil général : www.cg93.fr
Frédéric Medeiros
Les 15 et 16 septembre, dans le cadre
des Journées du patrimoine, la basilique
de Saint-Denis va ouvrir ses portes
en grand. Au programme : la visite
commentée de la cathédrale et du jardin
médiéval attenant (départ chaque demiheure) ainsi que des ateliers découvertes et jeux pour les enfants tout le
week-end. Le samedi (14 h 30 et
17 h 15), des rencontres avec
l’administratrice du site pour en savoir
plus sur les coulisses de ce monument
historique, chef-d’œuvre de l’art
gothique et nécropole des rois de
France. Le dimanche (de 14 h à 18 h),
une démonstration de techniques de
vitrail par un maître verrier, et des
concerts de musique ancienne
(14 h, 16 h et 17 h 15).
> RV sur place, animations gratuites.
De ce côté-ci du périphérique aussi,
le vélo a sa place en ville… Le samedi 22
septembre, et dans le cadre des Balades
urbaines, Plaine Commune organise une
grande sortie à bicyclette. Une initiative
pour promouvoir les circulations douces
dont le développement figure au
programme du Plan local de déplacements
qui sera adopté à la fin de l’année.
Du Stade de France (départ à 14 h du
siège de Plaine Commune face au SDF)
au parc de La Courneuve, c’est un peloton
d’une centaine de vélos, avec des
habitants, des élus et des techniciens
de la communauté d’agglomération,
qui pédalera de quartier en quartier.
Des vélos et des sièges bébés seront mis
gratuitement à disposition pour une
promenade ouverte à tous (plus de
8 ans pour les enfants).
Le nombre de places étant limité, il est
impératif de s’inscrire à l’avance au
> 01.56.93.63.50 ou par mail à :
balades-urbaines@plainecommune.com.fr
Sécurité
● VOUS AVEZ DEMANDÉ LA POLICE ?
Vite mis dans un tiroir, le rapport publié au
début de l’été par l’Institut des hautes
études de sécurité intérieure sur « les
relations entre la police et la population en
Seine-Saint-Denis » avait effectivement de
quoi gêner les pouvoirs publics… et
inquiéter les habitants du 93. Outre qu’il a
été relevé un fort climat de défiance entre
administrés et forces de l’ordre (c’est ce
seul élément qui a été évoqué par les
médias), un chiffre (passé sous silence)
vient contredire directement les
déclarations de fermeté tenues depuis
plusieurs années. « Entre 2001 et 2006,
les effectifs de police sur le département
ont diminué de 16,3 % passant de 4 567
à 3 821 policiers. » Loin d’être plus
« sécurisée », la Seine-Saint-Denis l’est
donc moins… Dans ces conditions de
travail difficiles pas étonnant donc que
« quatre commissaires sur cinq souhaitent
partir » et que ce soit aussi le cas pour près
de la moitié des gradés et des gardiens de
la paix. Du côté des élus locaux (comme à
Aubervilliers qui a récemment envoyé une
délégation en préfecture pour exiger des
moyens supplémentaires), la grogne
monte. A suivre…
Emploi
● LANCEMENT D’UN NOUVEAU
DISPOSITIF
Frédéric Medeiros
L
a Seine-Saint-Denis ? Un département à forte vitalité démographique. De ce côté-ci du périphérique, les moins de 25 ans sont en
nombre. De quoi faire peur à certains,
parfois… Pourtant, il s’agit bien
d’abord d’un potentiel. Et c’est visiblement ce que pensent les élus du
Conseil général qui ont voté, coup sur
coup, trois mesures en faveur de la jeunesse applicable dès cette rentrée,
réorientant pour cela leur budget
2007.
Premier coup de pouce très appréciable : le remboursement par le CG
de 50 % de la carte Imagine R, sans
condition de ressources, pour les
étudiants, lycéens et collégiens
résidant dans le département. Les
boursiers bénéficiant, eux, d’une diminution de la moitié de la part restant à
leur charge.
Deuxième initiative d’importance :
l’aide à l’achat d’un ordinateur pour
tous les enfants de Seine-Saint-Denis
rentrant en sixième. 20 000 écoliers
(dans le public et le privé) sont potentiellement concernés. Le montant du
Sorties
● LUDIQUE BASILIQUE
● L’AGGLO À VÉLO
Willy Vainqueur
D
ites, je vous téléphone
parce qu’il y a une difficulté dans ma rue, depuis
hier soir un des candélabres ne marche plus et on n’y voit
pas grand-chose au pied de mon immeuble ! » Ce genre d’appel, c’est ce
que s’apprêtent à recevoir les cinq opérateurs de la plate-forme téléphonique
installée au siège de Plaine Commune.
Un dispositif en train d’être rôdé avant
que la ligne ne soit officiellement opérationnelle courant novembre.
« Ré-ac-ti-vi-té ». Denis Rondeau,
qui supervise la mise sur pied de ce
nouveau service à la population, résume d’un mot l’intérêt de la démarche.
Depuis la naissance de Plaine Commune et le transfert progressif d’un certain nombre de compétences des huit
villes membres vers l’agglomération,
pas toujours facile pour les habitants
de savoir qui fait quoi, et vers quelle
administration se tourner ! La mairie
ou l’agglomération ? « Pour la gestion
de l’espace public (voirie, propreté,
espaces verts, assainissement, éclairage,
collecte des déchets ménagers et industriels), c’est Plaine Commune »,
rappelle Denis Rondeau. Certes, mais
à qui s’adresser en cas de souci ? Directement au siège ou aux équipes de
Vite dit
Plaine Commune est en train de mettre sur
pied une Maison de l’emploi. Ce dispositif
qui se déclinera en huit espaces distincts
sur les huit villes de l’agglomération vise à
proposer pour chaque adresse une palette
de services à destination des chômeurs et
des salariés qui veulent changer de travail.
Dans ces locaux, et animés par un
personnel spécialisé, trois pôles de
ressources. L’un consacré à la recherche
d’emploi proprement dite, le deuxième pour
ceux qui souhaitent créer un activité,
le troisième pour s’informer sur les
perspectives du territoire. Sur place
également, une cyber-base emploi avec
un accès Internet aux sites dédiés.
Le premier de ces espaces a été inauguré
le 10 juillet à l’Ile-Saint-Denis
(tél. : 01.55.87.07.70)
12 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
● CULTURE
Sa présence
sur notre territoire
est un camouflet à
ceux qui considèrent
que dans une ville
populaire la culture
est un luxe.
Depuis 1976,
le conservatoire
régional accueille
et forme chaque
année près de
1 600 élèves,
débutants
et confirmés.
La rentrée est prévue
fin septembre
mais les inscriptions
sont en cours.
Tour d’horizon.
Dossier réalisé par
Maria Domingues
Photos : Willy Vainqueur
DOSS
Le conservatoire régiona
C
’est une école, avec son
règlement, ses horaires,
ses diplômes, ses examens, sa rigueur, ses
professeurs diplômés et
sa rentrée, prévue le 23 septembre.
On y apprend à jouer d’un instrument, à travailler son corps et sa voix :
c’est notre conservatoire régional
de musique et de danse. Une vénérable institution, bien campée sur ses
34 ans, qui a su s’adapter et se bonifier avec le temps et qui propose un
parcours complet allant de la découverte à une pratique confirmée.
Condorcet posait comme hypothèse que tout individu est capable de
tout apprendre quand on lui en offre
la possibilité et de bonnes conditions.
On pourrait expliquer la création du
conservatoire de cette manière un peu
abrupte et pourtant symbolique de la
volonté de deux villes, Aubervilliers
et La Courneuve. En 1972, déjà, ces
deux communes possédant chacune
une école de musique se rapprochent
pour créer une grande association qui
aboutira finalement l’année d’après à
la création, en 1973, du conservatoire
national de région d’AubervilliersLa Courneuve (CNR).
Dans le cadre de sa politique d’ouverture, le conservatoire a participé activement aux conférences du Collège
de France. Comme ce lundi 2 avril, au lycée Le Corbusier, à l’occasion d’une conférence sur l’Europe.
Un soutien financier partagé
par le Conseil général
En 2004, la Région Ile-de-France
prend une plus large part dans son
fonctionnement dans le cadre de ses
missions de formation professionnelle, le CNR devient alors conservatoire
à rayonnement régional du 93
(CRR).
Dirigé depuis 4 ans par Daniel
Lefebvre, cet établissement est financé
par plusieurs partenaires dont le
Conseil général, Aubervilliers, la
Courneuve et l’Etat, toujours partie
prenante, mais de moins en moins...
Suivant les instruments et les disciplines, élèves et professeurs se partagent les locaux de La Courneuve (face
à la mairie), qui possède par ailleurs
un bel auditorium, le centre culturel
Houdremont, et ceux d’Aubervilliers
(face au Lycée Le Corbusier) où sont
accueillis, entre autres, les enfants qui
débutent la danse classique.
Après plus de 34 ans d’activité,
on comprendra que les quelque
MUSIQUE ● Baroque, jazz, latino, classique
1 600 élèves et la centaine de professeurs se sentent à l’étroit dans des
locaux devenus inadaptés et désuets.
La bonne nouvelle c’est qu’après
18 années de revendications et
3 mandats successifs où le conseil
municipal tentait de trouver les fonds
nécessaires, la construction d’un nouveau conservatoire débutera en 2008.
Situé près de la piscine, sur plusieurs
niveaux, dont un parking souterrain,
il fera face au square et au Théâtre de
la Commune.
Ouvert à tous les habitants de
région parisienne, moyennant des
droits d’inscription, le conservatoire
offre des tarifs plus avantageux aux
Albertivillariens et aux Courneuviens,
calculés en fonction du quotient
familial. « Un juste retour des choses,
au regard de l’investissement de ces
deux villes qui luttent de pied ferme
pour permettre à leurs populations
de bénéficier de la proximité d’un tel
équipement », justifie le maireadjoint à la culture, Lucien Marest.
CHANT ● Choral, lyrique et baroque
Viens voir les musiciens... Donner de la voix
sionnel, qu’ils souhaitent privilégier
une pratique individuelle ou collective, chacun y reçoit un enseignement
empreint de la rigueur nécessaire à un
cours de qualité. Ici, le fonctionnement est bien celui d’une école mais
qui n’aurait rien d’obligatoire, on y
vient spontanément et le sourire aux
lèvres comme ces jeunes et moins
jeunes que l’on croise dans les couloirs, les uns chargés de lourds fardeaux, les autres, plus légers, juste
encombrés de leurs partitions. On les
voit, pressés, s’engouffrer derrière des
portes d’où s’échappent des accords
de piano, de flûte ou de guitare mais
aussi des rires et des saluts enjoués...
Les cours de musique sont
dispensés dans les deux villes.
Mais le centre de loisirs musical
se situe à Aubervilliers,
près du conservatoire.
A
u conservatoire, on peut
apprendre à jouer de 28 instruments différents : du violon au saxophone, en passant par
la harpe, le clavecin, l’accordéon, la
contrebasse ou la batterie... Difficile
de ne pas y dénicher de quoi satisfaire
un appétit musical prononcé !
Pour cela, près de 70 enseignants se
relaient auprès de 1 473 élèves débutants ou confirmés, qu’ils soient là
pour le loisir ou pour devenir profes-
Seuls ou en formation, ils
aiment partager leur passion
Pour preuve de leur motivation ?
Leur spontanéité à répondre à chaque
sollicitation. Fête de la musique, de la
ville, partenariat avec une association
ayant besoin d’un soutien musical,
concerts aux quatre coins de la ville,
etc., les musiciens du conservatoire ne
boudent jamais leur plaisir de partager leur passion avec tous les publics.
Des cours d’écriture, de formation
musicale, d’orchestration, de création
musicale assistée par ordinateur et de
techniques du son complètent assez
bien l’apprentissage de la musique au
conservatoire. Sans oublier le jazz, les
percussions, les musiques du monde,
anciennes et traditionnelles qui y
figurent aussi en bonne place.
P
our nous, le travail avec le
chant choral est primordial,
assure le directeur du conservatoire, c’est une pensée musicale qui se
répercute sur la pratique instrumentale. En apprenant à chanter, à danser à
jouer ensemble, on crée du lien… »
Matière obligatoire pour ceux qui
apprennent un instrument, le chant se
décline en trois styles : le baroque, le
lyrique et le chant choral et deux pratiques : professionnelle et amateur.
Ainsi, le conservatoire accueille aussi
bien une chorale d’adultes composée
de chanteurs amateurs et ouverte à
tous, que des étudiants de 3e cycle
pour les préparer à des diplômes préprofessionnels. Avec la création des
classes à horaires aménagés musique à
l’école Joliot Curie et au collège
Gabriel Péri et, depuis peu, à l’école
Jules Vallès, le conservatoire a largement développé cette pratique et fait
émerger de véritables talents.
Chaque année, un certain nombre
d’écoliers et de collégiens s’engagent
ensuite dans une formation plus
complète. Comme pour la danse et la
musique, certains en ont fait une
perspective d’avenir et osent imaginer
en faire leur métier. « On est en train
de créer une vraie filière voix, assure
Daniel Lefebvre, en ajoutant la création d’un choeur de 3e cycle et d’un
certificat de fin d’études ».
Il est désormais reconnu que la voix
est un élément déterminant pour la
structuration physique et mentale d’un
individu... Avec le simple plaisir de
chanter c’est une autre bonne raison
pour franchir la porte du conservatoire
sans complexe...
A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007 ● 13
SSIER
al d’Aubervilliers-La Courneuve
DANSE ● Classique, contemporaine et jazz
Précision
Dans les bras de Giselle
Le cours de modern’jazz, juste avant
le spectacle de fin d’année.
I
l faut assister au spectacle de fin
d’année pour bien saisir la qualité et la diversité des apprentissages prodigués au sein du
conservatoire. Le 23 juin dernier, au
centre culturel Houdremont, près de
1 000 personnes y assistaient.
Sur la scène, danseuses et danseurs,
débutants et avancés, se sont succédé,
les unes dans le classique tutu blanc,
les autres dans des tenues plus
contemporaines pour exécuter une
version du ballet de Giselle, thème
choisi et développé cette année par les
quatre professeurs : Hélène Leker,
Sandra Zuniga, Frédéric David et
David Mouchi.
Du plaisir mais aussi beaucoup
de rigueur et de discipline
Au final, une ovation pour une
prestation qui a ravi et surpris un
public pourtant conquis d’avance.
« On a beau assister à quelques cours,
je suis toujours très touché par la
grâce et la féerie qui se dégagent de la
danse classique », assurait un papa,
visiblement très fier de sa petite fille.
« Je ne suis pas une fan du contemporain mais je dois reconnaître que ces
jeunes filles ont vraiment du talent et
que leurs profs ont su l’exploiter »,
commentait admirative une mère de
famille...
Pourtant, ce n’était là qu’une infime partie d’un long travail d’une ou
de plusieurs années de pratique
pour les 131 danseurs inscrits au
conservatoire.
● Les
Contemporaine
ou classique,
la danse occupe
une part importante
dans les activités
du conservatoire.
Ci-contre, le salut
final des petites
danseuses
de 1re et 2e années
de classique sur
la scène du centre
culturel Houdremont
à La Courneuve.
Si le plaisir reste le moteur essentiel,
la rigueur et la discipline qui accompagnent les cours sont aussi pour beaucoup dans la qualité et la rapidité des
acquis. « Je suis surprise par les progrès
réalisés en une année de pratique, assure Myriam, mère d’une petite débutante qui a pu s’intégrer à un cours de
confirmés, en plus de sa progression
artistique et physique, ma fille qui a
plutôt tendance à se disperser, a gagné
en maturité et concentration. »
Des enseignants issus de
compagnies professionnelles
Des bénéfices parfois insoupçonnés
au moment de l’inscription et qui
méritent que les débutants ne se lais-
sent pas découragés, d’emblée, par
un cadre certes plus réglementé mais
aussi mieux maîtrisé que dans d’autres structures. « Nos enseignants sont
d’anciens professionnels, tient à rappeler le directeur, Daniel Lefebvre.
Avant de partager leur expérience, ils
étaient danseurs chez Béjart ou à
l’Opéra de Paris ! »
partenariats avec Aubervacances-Loisirs, les écoles et collèges...
Ne pas s’enfermer dans son savoir
I
nitiés timidement il y a quelques
années, les partenariats entre le
conservatoire et les autres structures de la ville sont désormais incontournables.
Depuis la création de la première
classe à horaires aménagés musique
(Cham), il y a plus de 15 ans à Joliot
Curie, de nombreuses et fructueuses
collaborations ont vu le jour. Parmi
celles-ci : la mise en place du centre
de loisirs musical d’Eugène Varlin
avec Aubervacances-Loisirs, l’accompagnement de l’atelier des arts du
cirque du collège Gabriel Péri et la
production d’un CD avec la classe
Cham du collège, les facilités offertes
aux élèves en musique et danse du
conservatoire d’intégrer le collège
Jean-Baptiste Clément de Dugny
pour y poursuivre leurs pratiques
artistiques parallèlement à leurs
études, la création d’une classe
« ballet » avec 13 enfants d’un CE1
de l’école Jules Vallès...
Sans compter toutes les prestations
remarquables exécutées avec brio, à
l’occasion des différentes manifestations et animations comme la Fête de
la ville et des associations.
« Ne pas s’enfermer dans son
savoir... Aller vers les autres pour les
faire venir à nous... » Autant de principes mis en œuvre avec succès par
l’équipe enseignante et tout le personnel du conservatoire.
« Une chance
pour nos jeunes »
LUCIEN MAREST,
maire-adjoint
à la Culture
Le conservatoire est
un véritable joyau
pour nos populations ! C’est une
vraie chance pour nos jeunes à qui
il offre la possibilité de transformer
leur talent en un métier, c’est extraordinaire... Il représente aussi un
défi pour des villes comme les
nôtres qui doivent assurer 90 % du
coût de fonctionnement de telles
structures et cela en dépit de l’aide
constante du Conseil général. Malgré nos efforts et les années passant, le conservatoire n’était plus en
mesure d’accueillir le public dans
des conditions satisfaisantes. Bien
sûr, pour y remédier, la Ville a
engagé quelques améliorations
notoires, dont la dernière a permis
de dégager de l’espace dans les
locaux de la rue Réchossière, mais
cela restait insuffisant et en deçà
des besoins.
Mais l’heure est à l’optimisme,
après des années de lutte et de
casse-tête à trouver des financements, la chose est acquise : Aubervilliers aura un conservatoire flambant neuf dans un délai estimé à
trois ans. Nous avons retenu 4 projets sur les 104 qui ont concouru.
Au mois d’octobre, nous choisirons
le projet définitif et les appels
d’offres pourront être lancés. Si
tout va bien, on peut imaginer un
premier coup de pioche après l’été
2008... En attendant, je rêve déjà à
tout ce que nous pourrons développer dans ce nouvel espace culturel.
Inscriptions
● MODE D’EMPLOI
Dates
Jeudi 6 septembre et vendredi 7, de 15 h
à 19 h ; samedi 8, de 9 h à 13 h ; lundi 10
et mardi 11, de 15 h à 19 h ; mercredi 12,
de 10 h à 12 h et de 14 h à 18 h30 ;
jeudi 13, de 15 h à 19 h.
Lieux
> Au conservatoire d’Aubervilliers
(pour les familles habitant ou travaillant
à Aubervilliers)
13 rue Réchossière.
Tél. : 01.48.11.04.60
> Au conservatoire de La Courneuve
(pour les familles habitant ou travaillant
à La Courneuve et pour les personnes
domiciliées en dehors de ces villes)
41 avenue Gabriel Péri.
Tél. : 01.43.11.21.10
Paiement
Les droits d’inscription sont calculés
selon le quotient familial et se règlent
sur place.
Documents à présenter
Pour les locataires : dernière quittance
de loyer
Pour les propriétaires : un échéancier
(crédit)
Pour tous :
Dernier avis de paiement des allocations
familiales
Avis d’imposition 2006
Fiches de paie du mois de décembre
2006 des deux parents
Pensions, bourses d’études :
dernier talon du mandat 2006
Justificatif d’emploi pour les personnes
travaillant à Aubervilliers ou à
La Courneuve mais qui n’y résident pas
14 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
Quelques photos
Isabelle Dufour
Photos : Willy Vainqueur
IMAGES
Une journée au centre de vacances de Saint-Hilaire-de-Riez
en Vendée. 600 enfants ont pu profiter de vraies vacances
grâce à Aubervacances-Loisirs.
Jeudi 26 juillet. Les petits des centres de loisirs
maternels s’amusent dans le parc de la propriété municipale
de Piscop.
Samedi 7 juillet. Sortie à la mer et découverte en bateau
du port de Honfleur (Calvados), une initiative de l’association
de Vallès-La Frette, Vivre ensemble le quartier.
Vendredi 13 juillet. Clôture du projet qui a réuni des enfants
de la maison de l’enfance Saint-Exupéry, de la bibliothèque Paul Eluard.
Avec l’association La Part de l’Art et l’artiste Gilbert Peyre ils ont réalisé
des sculptures mécaniques dans les ateliers culturels « casa-nova ».
Nathalie Incorvaia
Dimanche 1er juillet. Seine commune, la manifestation intercommunale, a permis de faire la fête le long
du canal Saint-Denis et de profiter des animations variées qui s’y déroulaient. Beau succès pour la découverte
du canoë-kayak.
Vendredi 20 juillet. Sortie au parc de La Villette pour un pique-nique
et du cinéma en plein air. Une initiative de la coordination du quartier
Paul Bert.
Vendredi 20 juillet. Les enfants ont pu découvrir un Stade de France transformé en plage, se faire bronzer
ou jouer sur le sable à deux pas de chez eux.
Du 2 au 27 juillet. Avec Eté tonus, les 10-17 ans ont pu découvrir
de nombreux sports. Ce jour-là, téléski à la base de loisirs de Jabline.
A U B E R M E N S U E L n°175, septembre 2007 ● 15
IMAGES
Pascal Dacasa
souvenirs de l’été
Samedi 25 août. Dans le hall de l’Hôtel de Ville, le conseil municipal
et les associations d’Anciens Combattants ont célébré le 63e anniversaire
de la libération d’Aubervilliers et de Paris.
Pascal Dacasa
▲
Jeudi 19 juillet.
Les bibliothèques sont de sortie
dans le parc Stalingrad.
Lecture en plein air pour la plus
grande joie des enfants.
▲
Jeudi 26
juillet.
Un spectacle de
danse hip hop,
chorégraphie de
Farid Ouchiouene,
a été proposé
dans le cadre
du festival Paris
Quartiers d’été
sur le terrain de
sport du quartier
Vallès-La Frette.
Jeudi 23 août. Dans le cadre de la 4e année polaire internationale, des enfants des centres
de loisirs ont découvert la vie dans les pôles. Une animation proposée par l’association
Les petits débrouillards
et leur bus
itinérant
sur la place
de la Mairie.
Mercredi
15 août.
De nombreuses
familles
ont pu profiter
d’une journée
à Trouville grâce
à l’association
Villette-loisirs.
D.R.
Vendredi 13 juillet. C’est la fête nationale, feu d’artifice et flons flons sur le parking
de la piscine.
années 60, cette ligne Maginot locale fournit une
soixantaine de mètres de tunnels… les zigzags pour
parer d’éventuelles déflagrations !
Et les autres abris ? Les archives nous apprennent
qu’il y en aurait pléthore sur la commune, les deux
millésimes 1939 éventuellement enterrés sur le site de
Stalingrad. A l’heure où nous écrivons, le premier abri
aura déjà été recouvert d’une dalle de béton. Une surprise pour les archéologues et journalistes de l’an
3012, si par aventure ils ne nous avaient pas lus…
E.G.
Eric Guignet
L’Histoire rattrape Stalingrad
MALGRÉ LES FORTES PLUIES DE L’ÉTÉ – Imaginez un peu des travaux de terrassement dans ces conditions ! – le chantier entrepris
au square Stalingrad a bel et bien continué. Dans ce temps, les
pelleteuses et autres engins de rénovation massive ont mis à jour
de surprenants vestiges archéologiques (photo ci-contre).
Qu’était-ce donc-là que cette structure souterraine s’organisant
en une demi-étoile autour d’un cercle ? Les supputations les plus
farfelues – avec force extra-terrestres – ont couru… Alors ? La
« chose » constituait en fait l’un des trois abris de défense passive
construits par la ville en 1939. Pourvue de trois accès, l’un étant
situé près de l’ancien kiosque à musique démantelé dans les
16 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
ANNONCES
Vite dit
● ACCUEIL DES NOUVEAUX
HABITANTS
Vendredi 5 et samedi 6 octobre
> Soirée d’accueil, le 5, à partir de 18 h
à l’Hôtel de Ville. L’occasion de rencontrer directement des élus, des services
et de découvrir sa nouvelle ville.
> Découverte des quartiers en autocar,
samedi 6.
> Relations publiques
Tél. : 01.48.39.52.21
● ENQUÊTE PUBLIQUE
Modification du plan d’occupation
des sols en vue de la création d’une
aire d’accueil pour les gens du voyage et
d'un espace dévolu à l’habitat adapté.
L’enquête se déroulera au
> bâtiment administratif, service Urbanisme, 31-33, rue de la Commune de
Paris, du lundi 24 septembre au
vendredi 26 octobre inclus, de 8 h 30
à 12 h 30 et de 13 h 30 à 17 h du lundi
au vendredi.
Le commissaire-enquêteur recevra
les personnes intéressées :
> en mairie, samedi 13 octobre
de 9 h à 12 h.
> au bâtiment administratif, service
Urbanisme, lundi 24 septembre de 9 h à
12 h et vendredi 26 octobre de 14 h à 17 h.
Son rapport et ses conclusions transmis
au maire dans les 30 jours de la clôture
de l’enquête seront tenus à la disposition
du public au bâtiment administratif.
● BROCANTE
Dimanche 14 octobre, de 9 h à 19 h
Marché du Centre
15e brocante Robert Fosse à l'initiative
de la Fédération nationale des Anciens
Combattants Algérie-Maroc-Tunisie
Avec le concours de l’EURL Mandon.
> Renseignements : 01.53.57.42.60/69
> Bon de réservation à retirer :
en mairie, 2 rue de la Commune de
Paris ; au bâtiment administratif,
31-33 rue de la Commune de Paris ;
à la Boutique des associations,
7 rue du Dr Pesqué.
N
POURQUOI PAYER
PLUS CHER
VOS OBSÈQUES ?
À Aubervilliers un vrai service
professionnel accessible à tous
et respectueux de l’émotion des proches.
● NOUVELLE PHARMACIE
M. Philippe Nezha est le nouveau
propriétaire de la pharmacie de la Porte
de La Villette
> 2 rue des Cités.
Tél. : 01.43.52.48.22
● L’ASSURANCE MALADIE
SANS SE DÉPLACER
Afin de répondre aux attentes des
assurés et faciliter leurs démarches,
la Caisse primaire d’assurance maladie
de la Seine-Saint-Denis développe ses
services à distance. Simples et rapides,
ils permettent de s’informer et/ou
d’accomplir de nombreuses formalités.
> Un numéro de téléphone :
0 820 904 193
(0,12 €/mn depuis un poste fixe).
Des téléconseillers sont à l’écoute des
assurés, du lundi au vendredi, de 8 h 30
à 17 h (demande d'attestations,
changement de situation, déclaration de
perte ou de vol de la carte vitale…)
Un serveur vocal, 7 j/7, 24 h/24, vous
renseigne sur vos remboursements des
60 derniers jours.
> Une adresse postale unique
Assurance Maladie
de la Seine-Saint-Denis
BP 60300
93018 Bobigny Cedex
> Un site Internet très complet :
www.ameli.fr
Les assurés peuvent s’informer sur leurs
droits et sur leur caisse d’assurance
maladie ; commander des attestations
de droits et d’indemnités journalières ;
demander leur carte européenne
d’assurance maladie ; télécharger des
formulaires officiels (changement de
situation, choix du médecin traitant,
qualité d’ayant droit…) ; consulter leurs
remboursements.
POMPES FUNEBRES
MARBRERIE
ous effectuons les
transferts vers les
funérariums de
votre choix.
Nos devis sont gratuits
Notre contrat obsèques
réputé parmi les meilleurs
est garanti par Générali.
Pour une étude personnalisée
de votre situation,contactez
votre conseiller funéraire.
Intervention immédiate
sur simple appel.
Permanence assurée
7 jours/7 et 24h/24.
ROC’ECLERC
INCINERATIONS - CONTRATS OBSEQUES
CAVEAUX - FLEURS - ARTICLES FUNERAIRES
19, bd Anatole France
93300 Aubervilliers
Tél. 01 48 34 87 73
OPTIQUE PICARD
Henri Hovnanian
Opticien Diplômé
« Je tiens à vos yeux
comme à
la prunelle des miens »
● PAPIERS À CONSERVER
Tout au long de sa carrière, on doit
conserver soigneusement ses bulletins
de salaire, certificats de travail et
justificatifs de périodes militaires, de
maladie, de maternité, d’accident du
travail, d’invalidité et de chômage.
Au moment de la retraite, ils apporteront
la preuve du paiement des cotisations.
Toutes les grandes marques chez votre opticien - Agréé toutes mutuelles - Tiers payants
20 rue du Moutier - 93300 AUBERVILLIERS 01 48 34 30 70
LA TRIBUNE
● Élus communistes et républicains
Présents pour l’avenir !
« ELABORER COLLECTIVEMENT UN PROJET
D’ AVENIR pour Aubervilliers », c’est à
partir de cette démarche que Pascal
Beaudet, Maire et vice-président de
Plaine Commune, invite les habitants à
se réunir en ateliers pour débattre et
construire ensemble les bases d‘un futur
programme municipal.
Les contacts que nous avons témoignent déjà d’un réel
dialogue entre les élus et les administrés. Nous vivons dans
les mêmes quartiers, les mêmes cités, avec souvent les
mêmes préoccupations. Cela étant, le Maire veut donner
au débat démocratique local une dimension plus forte
que celle que nous connaissons aujourd’hui.
L’information sur les projets et l’évolution de la ville exigent en effet un dialogue plus important et permanent.
L’ambition de Pascal Beaudet est de solliciter chacune et
chacun sur le bilan, sur le sens des activités de l’actuelle
équipe municipale ainsi que sur ses projets.
Il souhaite que ces ateliers débats soient pour tous un
espace de rencontres, de réflexions, d’échanges, de dialogues, de recherches de solutions en commun où toutes
les bonnes volontés seront les bienvenues.
Les élus communistes et apparentés veulent trouver
avec vous les meilleures réponses. Nous participerons
donc à ces ateliers de l’avenir avec l’objectif de porter des
propositions qui, s’appuyant sur le bilan de la majorité
municipale, feront qu’Aubervilliers bougera encore et
même pourrait changer davantage.
Nous voulons confronter nos propositions pour
construire un avenir qui fasse qu’à Aubervilliers, la
gauche, toute la gauche, soit unie pour poursuivre son
travail dans l’intérêt de la population.
C’est tous ensemble que nous pourrons réussir.
Gérard Del-Monte
Adjoint au Maire
Les fûts radioactifs entreposés au fort d’Aubervilliers
ont été évacués après huit ans d’attente. Le Parisien, dans
son édition du 31 juillet titre : « personne n’osait plus y
croire ». Sauf nous qui nous sommes battus et nous battons
encore pour que l’Etat lève le voile sur tous les secrets du
site. Si l’évacuation des fûts est avérée cela n’est qu’une étape et notre optimisme est mesuré comparé à d’autres qui
déjà tirent des plans sur la comète sur le devenir du Fort. Il
est vrai que le Fort suscite de nombreuses convoitises.
Les squats et le camp de toile façon Don Quichotte installé depuis début juillet devant l’école Joliot Curie. Près de
80 familles y sont installées, la plupart squattaient et
étaient sous la menace d’arrêtés d’expulsion. Sur ce sujet
qui fait couler beaucoup d’encre, posons-nous les bonnes
questions. Oui il est anormal que des familles s’attribuent
des logements alors que tant d’autres attendent une attribution légale. Depuis huit ans, chaque année le même phénomène se reproduit avec un traitement à chaque fois différent. Comment sommes-nous passer de 5 squats en 2001
à près de 100 en 2007 (sur 12 000 logements cela représente 0,76 %). Souvenons-nous des Près-Clos et des
actions mises en place pour bien gérer le problème.
A 8 mois des élections municipales, la Mairie doit changer son fusil d’épaule et l’OPHLM revoir ses dispositions
pour la protection des logements libres.
Jean-François MONINO
Président des élus Verts
● Auber Progrès Alliance des générations
Tribune non parvenue à la rédaction
● Élus socialistes et républicains
Rencontres
APRES PLUS DE SIX ANNÉES DE MANDAT, les
Elu(e)s Socialistes et Républicains désirent rendre compte de leur action et
échanger avec tous nos concitoyens
sur les difficultés et sur l’avenir
d’Aubervilliers.
La forme choisie ?
Des rencontres de quartier ouvertes à l’ensemble des
Albertivillariennes et Albertivillariens. Deux d’entre elles se
sont d’ores et déjà déroulées le 27 juin dernier à l’école
F.Fromont et une semaine plus tard à l’école Jules Vallès.
Quatre nouvelles rencontres sont proposées en Septembre. Elles auront lieu le 10, le 13 et le 20 dans les écoles
Anne Sylvestre, Robert Doisneau, et Angela Davis. Enfin,
une synthèse des débats sera présentée le 24 septembre à
l’école Stendhal.
Dans le même temps, les Elu(e)s socialistes et républicains ont élaboré une brochure intitulée « Esquisse d’un
compte rendu de mandat ». Il s’agit d’un document comprenant près de 150 pages qui décline nos actions et interventions depuis 2001.
Ce recueil sera disponible lors de nos réunions. Vous
pouvez également vous le procurer en vous adressant directement à notre secrétariat pour un envoi particulier.
En s’appuyant sur le travail effectué par nos élu(e)s, ces
rencontres de quartier permettront de dégager une vision
claire des tâches nouvelles à réaliser pour notre ville. Elles
seront aussi l’occasion d’évoquer les perspectives et les propositions pour construire et choisir ensemble l’avenir
d’Aubervilliers.
Groupe des élus Socialistes et Républicains
01 48 39 52 36 / 51 26
elus.socialistes@mairie-aubervilliers.fr
En espérant vous rencontrer,
Jacques Salvator
Maire-Adjoint d’Aubervilliers, Président du Groupe des
Elus Socialistes et Républicains
● Les Verts
Cet été à Auber
T ROIS ÉVÉNEMENTS ONT MARQUÉ
L’ACTUALITÉ ESTIVALE de notre ville.
La rampe d’accès à la poste principale
est enfin réalisée. Ne boudons pas notre
satisfaction après le combat que nous
avons mené et attendons la rentrée pour
voir si les conditions d’accueil sont
améliorées.
A U B E R M E N S U E L n°175, septembre 2007 ● 17
● Union du Nouvel Aubervilliers
Ensemble
pour mieux servir !
CETTE DEVISE, VOUS L’AVEZ RECONNUE, est
celle de l’Union du Nouvel Aubervilliers.
L’UNA ne représente aucun parti politique, notre politique municipale doit
profiter à tout le monde.
L’UNA réunit des Albertivillariennes, des Albertivillariens, venant de bords, familiaux, religieux, sociaux ou
politiques différents dont le seul but est de rompre avec des
habitudes vieilles de 47 ans de présence continue à la mairie, habitudes souvent dépassées !
L’UNA veut faire évoluer les mentalités, et notamment
de gestion de la ville.
Faire évoluer les mentalités pour faire évoluer Aubervilliers, au quotidien, de façon utile, pratique, dans l’unique
intérêt de chacun de ses habitants.
Faire évoluer les mentalités pour conduire l’intégration
au futur « Grand Paris »
Pour cela nous devons être généreux, tendre la main, car
il faudra du courage pour accepter la main tendue. Nous
formerons la meilleure équipe pour rompre avec les habitudes passées et mieux gérer la nouvelle municipalité.
Rompre avec les habitudes…
Contrairement à certaines rumeurs, la victoire de la liste
UNA n’entraînera aucun licenciement d’agent de la ville.
La mairie a besoin de toutes les compétences et toutes
celles et ceux, qui travaillent pour d’autres aujourd’hui,
seront ravis de travailler avec nous demain.
Vous voulez rompre avec les vieilles habitudes de la
municipalité, vous voulez être utile à Aubervilliers, vous
voulez retrouver la fierté d’être d’Aubervilliers, vous aussi
rejoignez l’Union du Nouvel Aubervilliers.
Ensemble pour mieux servir Aubervilliers !
Dr Thierry AUGY
Président de l’Union du Nouvel Aubervilliers
01 48 39 51 99 - una@augy.org
● Groupe Dib-UMP
Un encouragement
à bonifier !!!
● Groupe communiste Faire mieux à Gauche
Un parti en eaux troubles
LES MOIS D’ÉTÉ ONT VU LE PS MANŒUVRER, voire manipuler l’opinion sur plusieurs questions touchant la vie des habitants. Cherche-t-il à aider la droite ? De
pauvres gens occupent illégalement des
logements prenant la place d’habitants
d’Aubervilliers et le PS repousse la position de la municipalité qui est pourtant très claire : Refus
de voir les habitants d’Aubervilliers pénalisés et demande
que le préfet trouve une solution humaine pour ces « occupants », dans d’autres villes de la région. Parallèlement, le
1er Vice-président PS du Conseil général nous critique sur
cette même question du logement, alors qu’il n’a rien dit là
où il le fallait et que c’est moi-même qui ai, à plusieurs
reprises (SDRIF et conférence métropolitaine), demandé
un rééquilibrage des logements sociaux en région parisienne. Le même élu PS a réaffirmé son refus de la construction de la nouvelle piscine d’Aubervilliers, au moment où,
entre l’Etat, la Région, le Conseil général, la Ville de Paris,
Plaine Commune et la Fédération nationale de natation, le
financement est bouclé. Le PS menace cette future réalisation. Et, comme chacun peut le constater, le PS est dominateur et dictatorial sur les murs d’Aubervilliers. Tout cela
n’apportera rien de bon pour la population de notre ville.
Jean Jacques Karman
JE TIENS À REMERCIER TRES CHALEUREUSEMENT les 833 électrices et électeurs qui
ont porté leurs suffrages sur ma candidature lors du 1er tour de l’élection législative du 10 juin dernier.
Vous avez été 618 Albertivillariennes et
Albertivillariens, soit 5,32 % des suffrages exprimés à m’accorder votre confiance en validant
mon travail municipal et mes actions politiques.
Ma volonté est celle de valoriser puis développer votre
confiance pour la crédibiliser en votre nom.
Le changement doit s’opérer dans la confiance par le
renouvellement de cette majorité municipale qui est un
impératif et transcende le débat d’un simple clivage gauche
- droite.
Pour ça, l’Opposition a le devoir d’être crédible par son
travail et sa présence au sein de l’institution municipale.
J’ai toujours veillé à l’être pour que justement ce travail
soit consistant par sa substance.
C’est l’intérêt général de notre ville qui doit nous animer
au-delà de cette doctrine partisane archaïque qui a rendu
cette ville dans un état de déliquescence, de dégradation,
de misère sociale.
J’ai l’intime conviction que les Albertivillariens veulent
le changement et il ne pourra se produire qu’à la condition
d’une alternance novatrice, en femmes et hommes, capable
d’incarner un espoir concret parce que jeunes, neufs, dynamiques et ambitieux pour notre ville.
Je veux être de ceux-là et il vous appartiendra de choisir
au moment opportun mais sachez que ce choix sera porté
sur une mandature de six ans jusqu’en 2014.
Nous n’avons pas le droit de nous tromper, eu égard, à
l’état pitoyable de notre ville gérée par les mêmes depuis au
moins 60 ans pour les Communistes et 42 ans pour les
Socialistes mais ces deux co-gestionnaires sortants ne
manquent pas d’air pour tenter de nous faire croire
aujourd’hui qu’après tant d’années d’inaction, demain sera
meilleur pour nous, avec les mêmes bien sûr !!!
A vous de juger !!!
Slimane DIB
Président du groupe
Union pour un Mouvement Populaire
Cette tribune des groupes politiques du conseil municipal est placée sous l’entière responsabilité de leurs auteurs, tant au plan éditorial qu’au plan légal. Elle ne saurait donc engager celle de la rédaction.
18 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
CULTURE
THÉÂTRE ● La nouvelle saison du Théâtre de la Commune
Est-ce bien raisonnable ?
Raison/Déraison, c’est à partir de ce thème
tracé sur l’étroite ligne si factice qui sépare
le normal du différent, que se déroulera
la programmation 2007-2008 du TCA.
« une bonne situation » ? Déraisonnable de prendre le temps de l’amour ?
Une fable d’aujourd’hui…
Musique pop-rock, tragédie
grecque et juge véreux !
L’automne à la suite, ce sera, en
novembre (du 9 au 14), Dans le rôle de
la victime. Où la vie d’un jeune Russe
employé par la police pour prendre le
rôle de la victime lors de reconstitutions criminelles. Un drame burlesque,
prétexte à l’autopsie satirique d’une
société en morceaux et d’une jeunesse
de l’Est en miettes. Ce spectacle déjanté, sur fond de musique pop-rock et
avec une troupe qui brûle les planches,
on le doit au fantasque lituanien
Oskaras Korsunovas, déjà vu à Aubervilliers pour deux adaptations endiablées de Roméo et Juliette et du Maître
et Marguerite. Un talent foudroyant
dont la renommée est depuis devenue
internationale.
On continuera, du 28 novembre au
21 décembre, avec L’Orestie, d’après
Eschyle et adaptée par David Géry.
Quoi de commun entre un vieil auteur
grec de 2000 ans, des « lascars » de banlieue et un président bling-bling, pro
du télé-spectacle ? Cette équation déjà
posée à l’Antique époque : de la démocratie comme une violence à faire à nos
instincts violents pour la préserver.
Où en est-on du problème dans cette
société post-moderne où l’excès est le
plus sûr moyen de s’inventer un destin
individuel… au détriment des autres ?
2007 se finira par La Cruche cassée
de l’auteur allemand Heinrich Von
Brigitte Enguerand
A
ux trois coups, le rideau
rouge va s’ouvrir le
3 octobre. Des douze pièces
de la saison à venir, programme des plus copieux, c’est par une
reprise que la saison débutera. Car
Ariane Ascaride nous revient ! Gros
succès de l’année dernière, La maman
bohême (suivi de Médée) avait enthousiasmé la presse et fait salle comble au
point de refuser du monde. Ce portrait
de mère à l’italienne (adapté de Dario
Fo et Franca Rame par Didier Bezace),
truculente et tragique, prisonnière de sa
condition et anticonformiste, avait été
joué en état de grâce par la comédienne
fétiche des films de Robert Guédiguian. Jusqu’au 28 octobre, la magie
devrait de nouveau opérer…
Mère foldingue ou femme au cœur
indomptable, la maman bohème a-telle raison d’être déraisonnable ? La
pièce s’inscrit tout à fait dans la thématique de la nouvelle saison. Une exploration des équilibres et des déséquilibres
qui font nos identités. Avec des pièces
très différentes, pour former moins un
puzzle qu’une mosaïque, où aucune
réponse n’est imposée mais qui pousse
le spectateur à s’interroger.
Jusqu’au 28 octobre également,
Didier Bezace, le directeur du TCA,
aura un autre fer au feu, avec une nouvelle création : Conversations avec ma
mère. D’après un film argentin de Santiago Carlos Ovès, où comment un fils,
homme fait, redécouvre sa mère, alors
que l’univers de réussite sociale dans
lequel il vivait, et qui l’en avait éloigné,
s’écroule. Raisonnable de courir après
Ici, Ariane Ascaride
dans « La maman bohême ».
Kleist mise en scène par Frédéric
Bélier-Garcia (du 29 novembre au
8 décembre). Une farce caustique où
un juge peu scrupuleux est amené à
instruire son propre crime, déployant
tous les efforts pour détourner les soupçons de son double secret…
Aubermensuel reviendra sur la programmation qui courra en 2008. Dire
quand même que la saison s’achèvera
par un duel sur les planches entre Pierre
Arditi et Didier Bezace ! Que le TCA
proposera aussi des débats, des soiréescabaret et des spectacles jeune public.
Mais aussi, car ce n’est pas le moins
important, que les Albertivillariens
bénéficient d’un tarif préférentiel (11 €
la place au lieu des 22 € habituels) et
Roumanie - 2006 - 1 h 53 - VO
Avec Anamaria Marinca, Laura Vasillu.
Palme d’Or, Prix Fipresci et Education
nationale - Cannes 2007
Mercredi 19 à 18 h 30 et 20 h 30, vendredi 21
à 20 h 30, samedi 22 à 16 h 30 et 20 h 30,
lundi 24 à 18 h 30, mardi 25 à 20 h 30.
Dans le cadre des Avant-Premières
en Seine-Saint-Denis et en partenariat
avec Cinéma 93
Délice Paloma
Le film du mois
La forêt de Mogari
● PETIT STUDIO
De Noami Kawase
Japon/France - 2007 - 1 h 37 - VO
Avec Shigeki Uda, Machiko Ono,
Mikiko Watanabe.
Avant première
Grand Prix du Jury - Cannes 2007
Dimanche 23 à 17 h + débat
Séance spéciale suivie d’un débat avec
Catherine Cadou, spécialiste du Japon et
du cinéma japonais, après la projection.
Réservation obligatoire
au 01.48.33.52.52
● Semaine du 12 au 18 septembre
que c’est le moment pour s’abonner
(avec des places à des prix encore plus
avantageux)...
Frédéric Medeiros
● THÉÂTRE DE LA COMMUNE
Renseignements et réservations au
01.48.33.16.16
Cinéma
● STUDIO
2 rue Edouard Poisson.
Horaires au 01.48.33.46.46
● Jusqu’au 11 septembre
Persepolis
De Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud
France - 2007 - NB/couleur - 1 h 30
Dessin animé avec les voix de Chiara
Mastroianni, Catherine Deneuve,
Danielle Darrieux.
Grand Prix du Jury - Cannes 2007
Vendredi 7 à 18 h 30, samedi 8 à 14 h et
18 h 30, dimanche 9 à 17 h 30, mardi 11
à 20 h 30.
L’avocat de la terreur
De Barbet Schroeder
France - 2007 - 2 h 15
Documentaire
Un certain regard - Cannes 2007
Vendredi 7 à 20 h 30, samedi 8 à 16 h
et 20 h 30, dimanche 9 à 15 h, lundi 10
à 18 h 30.
● Semaine du 12 au 18 septembre
La fille coupée en deux
De Claude Chabrol
France - 2006 -1 h 55
Avec Ludivine Sagnier, François Berléand,
Benoît Magimel, Mathilda May.
Mercredi 12 à 20 h, vendredi 14 à 20 h 30,
samedi 15 à 14 h et 18 h 45, dimanche 16
à 17 h 30, lundi 17 à 18 h 30.
● Semaine du 19 au 25 septembre
4 mois, 3 semaines, 2 jours
De Cristian Mungiu
● Semaine du 26 septembre au 2 octobre
Trois amis
De Michel Boujenah
France - 2007 - 1 h 33
Avec Pascal Elbé, Mathilde Seigner,
Kad Merad, Philippe Noiret, Yves Rénier.
Mercredi 26 à 18 h 30, vendredi 28 à
18 h 30, samedi 29 à 16 h et 20 h 30, lundi
1er octobre à 20 h 30, mardi 2 à 18 h 30.
Débat (sous réserve) avec Nadia Kaci
(comédienne) après la projection du
dimanche 30 à 17 h.
Réservation obligatoire
au 01.48.33.52.52
De Nadir Moknèche
France/Algérie - 2006 - 2 h 14
Avec Biyouna, Aylin Prandi, Daniel Lundh,
Nadia Kaci, Fadila Ouabdesselam.
Vendredi 28 à 20 h 30, samedi 29 à 18 h,
dimanche 30 à 17 h + débat, lundi 1er
à 18 h, mardi 2 à 20 h 30.
Harry Potter et l’ordre du Phénix
De David Yates
USA - 2007 - 2 h 15
Version française
Avec Daniel Radcliffe, Rupert Grint,
Emma Watson, Helena Bonham Carter.
A partir de 7 ans.
Vendredi 14 à 18 h, samedi 15 à 16 h 15
(séance DTS*) et 20 h 45, dimanche 16 à
14 h 30, mardi 18 à 18 h 30.
*DTS : séance spéciale avec sous-titrage
pour les malentendants.
● Du 19 septembre au 2 octobre
Ratatouille
De Brad Bird
USA - 2007 - 1 h 50
Version française
Animation 3 D
Mercredi 19 à 18 h 30, vendredi 21 à
18 h 30, samedi 22 à 14 h 30 et 18 h 30,
dimanche 23 à 14 h 30, samedi 29 à 14 h,
dimanche 30 à 14 h 30.
4 mois, 3 semaines, 2 jours
PAS TRES ORIGINAL, raillez-vous, de choisir comme film du mois la Palme d’or du
dernier Festival de Cannes ! Encore qu’il y a Palme et Palme ! Et celle-ci est non
seulement largement méritée, mais encore incontestable ; alors que la plupart des
professionnels ne misaient pas un seul kopeck sur ce « petit film » roumain « sans le
sou », placé in extremis en compétition officielle, traitant d’une histoire d’avortement prohibé sous Ceaucescu ! Et pourtant, outre les trois prix qu’il a remportés,
il n’aurait vraiment pas volé le prix d’interprétation féminine grâce à l’étonnante
prestation d’Anamaria Marinca dans le personnage d’Ottila, qui aide (corps et âme)
sa jeune amie enceinte, dans sa terrible descente aux enfers : nous sommes en 1987,
Gabita, étudiante, fait appel à un certain M. Bébé pour la faire avorter clandestinement. Elle doit trouver l’argent, l’hôtel et se méfier des dénonciations… Comme
des centaines de milliers d’autres Roumaines. Ce fait divers authentique, très cru,
n’est jamais traité de manière anecdotique, ni mélodramatique, ni condescendante.
Tournée en décors réels, cette œuvre sensible et intelligente, au suspense tempéré, essaie de montrer la réalité au plus juste sans raccourcis, ni surcharges. Sa surprenante fluidité tient en sa facture particulièrement exigeante : entièrement tournée
en plans-séquences (de 3 à 12 minutes), elle utilise l’espace avec une rare aisance,
donnant l’impression de se dérouler en temps réel.
Le jeu des comédiens, par conséquence, s’apparente alors à celui du théâtre et
laisse souvent au spectateur le loisir d’opérer ses propres choix sur l’écran. Pour le
réalisateur (qui fut assistant de Bertrand Tavernier sur « Conan »), l’important est
de nous présenter une histoire universelle et atemporelle, même si elle fustige en
réalité une loi anti-IVG de 1966, élaborée par le pouvoir roumain pour développer
une « main d’œuvre disciplinée » (souvenez-vous des orphelinats Ceaucescu ! ).
Tout avortement jusqu’en 1990 a été sévèrement puni, étant considéré, à ce titre,
comme un acte de rébellion et de résistance au régime…
Pourtant ce film n’est pas un règlement de comptes, mais un véritable hymne à
la liberté et au courage des femmes, de toutes les femmes, à leur émancipation, où
qu’elles soient.
Un grand « petit film » dans la lignée de ceux éclos ces dernières saisons en Roumanie, eux aussi découverts à Cannes, comme « La mort de Lazarescu », « 12 h 08
à l’est de Bucarest », « Comment j’ai fêté la fin du monde », présentés dernièrement
au Studio… Coup de cœur !
Christian Richard
A U B E R M E N S U E L n°175, septembre 2007 ● 19
CULTURE
ENTRETIEN ● Carlo Ossola présente la saison 2 des Lundis du Collège de France
« Utopie et Carnaval »
au programme
Après le succès des conférences de l’an passé, l’interaction avec la prestigieuse institution va
continuer en 2007-2008. Co-initiateur du projet avec Jack Ralite, Carlo Ossola – professeur
au Collège de France – éclaire le thème retenu cette saison… Utopie et Carnaval.
● Avant de rentrer dans le vif du
sujet, quel bilan faites-vous de la
première saison des Lundis ?
Cette initiative a véritablement instauré un réseau de bonnes volontés
entre les institutions et les individus.
Ecoles, lycées, mairie, France-Culture,
le Collège de France d’une part, et
de l’autre tous ces gens qui se sont
déplacés, les jeunes, les habitants
d’Aubervilliers, ceux de Paris, les
enseignants et les conférenciers… Les
Lundis ont mobilisé ainsi une façon
de « supplément d’âme ». Soit
quelque chose de très précieux et
nécessaire pour vivre le réel. Un réel
vide et assez plat… nous avons également pris à Aubervilliers conscience
d’une énergie. Une énergie qui n’est
pas mise à profit par la société dans
laquelle nous vivons.
● Utopie et Carnaval, donc.
Qu’entendre là ?
De l’utopie… soit à trouver un lieu
pour ce qui n’a pas lieu. Littéralement, utopie cela signifie « nonlieu », mais un non-lieu qui trouve
son lieu. Pour le philosophe Thomas
More, c’est une île… dans la tradition
juive, c’est le shabbat, le septième
jour, où tout est remis à plat, tout
recommence.
L’Utopie, ce peut être aussi les
Mille ans de bonheur, conférence avec
laquelle Jean Delumeau va
entamer le cycle. Il y a toujours un
moment où ce qui ne devrait pas
avoir lieu peut avoir lieu : l’espoir
Inscriptions
Mercredi 12 septembre, de 17 h à 19 h 30
Samedi 15 septembre, de 14 h à 17 h.
> 41 bis boulevard Anatole France.
Renseignements au 06.22.37.67.48
● AVEC AUBER BREIZH
Cours de danses bretonnes
Reprise des cours à raison de deux
cours par mois. En septembre, mardi 18
septembre à 20 h 30.
> Lieu des cours : foyer protestant
195 av. V. Hugo. Tél. : 01.48.34.76.00
www.auberbreizh.canalblog.com
humain se légitime, donne de la
vigueur au futur.
● Notre époque aurait-elle fait son
deuil en matière d’utopies ?
Les gens d’autrefois investissaient
de leur vie dans un futur dont ils
savaient qu’ils ne profiteraient pas.
Aujourd’hui, on est plutôt dans la
consommation du présent, avec le
futur dans une sorte d’impasse. Ainsi,
nous dévorons l’avenir des générations. Un esprit d’utopie est absolument nécessaire.
● Pourquoi le relier au Carnaval ?
On a souvent reproché aux utopistes – particulièrement à ceux du
XIXe siècle – la distance de leur projet, projet qui ne concernait que des
sociétés à venir. Comment, alors, traverser le présent ? C’est précisément
la fonction du carnaval. Il précédait le
carême et constituait cette période
heureuse qui gommait les inégalités.
Surabondance, fêtes et folie s’emparaient de tous les gens… les hiérarchies sociales étaient remises à zéro.
Cette pause, cette respiration, nous
l’avons perdue aujourd’hui. Nous ne
disposons plus de moments où le
« gratuit » occupe une place entière.
Ferveur de l’excès, ferveur de l’espoir,
tout est tellement réduit et réglé…
Alors que – sans jeu de mots – la vie
demande de la vie pour vivre ! Tant
du côté du carnaval que du côté de
l’utopie, il faut avoir de la vie pour
aimer la vie… c’est précisément ce
qui nous est soustrait et que nous
désirons faire revivre lors de ces
Lundis à Aubervilliers.
Propos recueillis par Eric Guignet
● MILLE ANS DE BONHEUR
Avec Jean Delumeau, professeur
honoraire au Collège de France
Lundi 8 octobre, 19 heures
Lycée Le Corbusier
44 rue Léopold Réchossière.
Réservation au 06.21.20.59.55
L’Art prend ses étals au Montfort
que des marchés de l’art fonctionnaient déjà dans de petites villes de
province.
Sur Aubervilliers, il y avait matière
puisque plus d’une centaine d’artistes
de tous les horizons – peinture, sculpture, photographie… – y résident.
Dans ce contexte, l’absence d’un vrai
lieu d’exposition municipal réduisait
d’autant les occasions d’exposer collectivement. Un marché pour l’Art
fournit ainsi une belle réponse et
devrait également permettre d’accéder
aux œuvres d’art d’une manière complètement décomplexée. Au marché
du Montfort donc… cela tombait
bien et ce supplément d’art devrait
dynamiser le lieu.
Des peintures, des œuvres sur
papier, des gravures, des installations… on va en prendre plein la
vue : une trentaine d’artistes – certains prendront possession d’un étal
de marchand, d’autres s’exposeront
de façon plus classique – seront présents dans la halle.
Au rayon boucherie, on ne manquera pas de jeter un œil aux productions étonnantes de Marion Rami,
inspirées par une réflexion sur la
peau… Miam ?
Bien sûr, Auberfabrik aura pignon
sur marché donc, notamment au
moyen d’ateliers proposés aux enfants
de 7 à 77 ans : constructions diverses
à partir de matériaux de récupération,
fabrication autour du thème du droit
de l’enfance. Sylvie Napolitano donnera à voir des petits formats, entre
peintures, photos, créations numériques et autres objets.
Une vitrine, mais un marché quand
même de sorte qu’on pourra aussi faire
ses courses, les prix restant sages (il y
aura des choses à partir de 20 € !)
Eric Guignet
● JOURNÉES DU PATRIMOINE
Eglise Notre-Dame-des-Vertus
> Dimanche 16 septembre
15 h : visite de l’église par la Société de
l’Histoire et de la vie à Aubervilliers
16 h et 16 h 30 : visites de l’orgue
par Anne-Gaëlle Chanon
12 personnes par visite.
17 h : récital d’Anne-Gaëlle Chanon
(organiste), professeur d’orgue
au Conservatoire d’AubervilliersLa Courneuve, 1er prix du concours
international Xavier Darasse 2005.
> Réservations : 01.48.39.52.46
Spectacles
● ZINGARO
Reprise du dernier spectacle Battuta,
du 21 septembre au 31 décembre.
Représentations les mardis, mercredis,
vendredis et samedis à 20 h 30.
Places à 20 € avec la Carte culture.
> Renseignements au service culturel
7 rue A. Domart. Tél. : 01.48.39.52.46
● DIWANE D’ALGÉRIE
ET BLUES AMÉRICAIN
Concerts avec Bania et Keith B
Brown
> Samedi 22 septembre, 19 heures
Tarif : 8 €
> Auberge de la Villa Mais d’ici
19 rue Sadi Carnot. Tél. : 06.22.72.39.62
carrefour.nomade@gmail.com
La Nuit du Ramadan
Samedi 6 octobre à 20 h
Espace Fraternité
10-12 rue de la Gare
Au programme :
Animations musicales,
des jeunes talents d’Aubervilliers
et
Rabah
(chants marocains, tunisiens et algériens).
Entrée : 8 euros, demi-tarif pour les - de 14 ans
Auberfabrik
V
Inscriptions
> Cours pour enfants (9-12 ans)
Dessin peinture : mercredi de 16 h 30
à 18 h 30
> Cours pour adultes (à partir de 16 ans)
Dessin (tous niveaux) : mardi de 18 h 30
à 21 h 30
Dessin-peinture (tous niveaux) : lundi,
mercredi, jeudi de 18 h 30 à 21 h 30
Photographie : jeudi (débutants),
mardi (confirmés) de 18 h 30 à 21 h 30
Sculpture (tous niveaux) :
mercredi de 19 h à 22 h
> Inscriptions tous les mercredis et
jeudis de 14 h 30 à 19 h 30 à partir du
mercredi 5 septembre.
Prendre RV pour éviter trop d'attente.
Exposition personnelle de travaux
d'adhérents
> Du lundi 24 septembre
au vendredi 5 octobre
Vernissage jeudi 27 septembre à 18 h 30
Jours et heures d'ouverture au Capa.
Visites avec conférencier(e) des
grandes expositions parisiennes
Stages pratiques
Demander le programme au Capa.
> Centre d'arts plastiques
Camille Claudel
27 bis rue Lopez et Jules Martin.
Tél. : 01.48.34.41.66
Associations
INITIATIVE ● Un marché pour l’Art, samedi 29 septembre, halle du marché
ous reprendrez bien une
petite sculpture dans votre
cabas ? Regardez comme
elles sont belles mes natures mortes !
Oui, ce samedi 29 septembre prochain, de 14 heures à 19 heures, on
pourra acheter non point du cochon
mais bien plutôt se payer une
belle tranche d’art au marché du
Montfort…
Pour donner un espace de visibilité
aux artistes de la ville, montrer leur
travail aux habitants, les services culturels s’associent au service de l’Artisanat et du Commerce et organisent
ainsi cette première édition de Un
marché pour l’Art, un projet qui a vu
le jour au gré d’échanges avec Sylvie
Napolitano, artiste plasticienne.
Celle-ci, dont l’association
Auberfabrik travaille à confronter
le plus grand nombre d’enfants aux
pratiques artistiques, avait pu noter
● AVEC LE CAPA
● ACCORDÉON-CLUB
Willy Vainqueur
● C’est-à-dire ?
La société est bien plus portée à
encadrer les énergies plutôt qu’à les
solliciter. De sorte que l’expérience
à Aubervilliers nous a conduit –
presque de manière automatique – au
thème de cette année.
Carlo Ossola à l’espace Fraternité,
le 19 mars dernier.
A l’affiche
Arts plastiques
Les enfants doivent obligatoirement être accompagnés
de leurs parents et rester sous leur surveillance.
20 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
SPORTS
PATINAGE ● L’Ecole d’Aubervilliers fête ses dix ans
Comme sur des roulettes !
La pratique du patinage permet à quatre jeunes adhérents de l’Epam d’intégrer une filière sports et études.
Une belle récompense pour cette association qui boucle ses dix années de pratique.
S
Talents confirmés
et parents mobilisés
Sabrina Ghisslane, Himen Farehane, Prescillia Henneguelle et Thomas
Picard sont tous des adhérents de
l’Epam depuis sa création. « C’est
incroyable ce qui nous arrive, assurent
les mamans de l’Epam, jamais on
n’aurait imaginé un tel débouché
pour nos enfants lorsque nous les
avons inscrits… »
Car l’autre caractéristique de cette
petite association, discrète mais
pugnace, réside en la fidélité et la
mobilisation des parents bénévoles
qui assurent son fonctionnement. A
l’image de Danièle Picard, mère de
Thomas, jeune champion et prodige
qui a appris à patiner dans le gymnase
Willy Vainqueur
ur la piste du Palais des sports
d’Issy-les-Moulineaux, une
silhouette gracieuse scintille
dans sa tenue de gala. Une
dernière pirouette et Himen s’immobilise, sourire aux lèvres. Elle sait que
la partie est gagnée et qu’elle vient de
remporter un nouveau titre : celui de
championne de France du combiné
en patinage sur roulettes sous les couleurs d’Aubervilliers.
Ce titre, obtenu en juillet dernier,
vient enrichir le tableau d’honneur de
l’école de patinage de la ville (Epam)
déjà bien fourni. Depuis sa création, il
y a dix ans tout juste, par un ancien
champion de France, Arnaud Mercier,
cette association n’a cessé de progresser. A tel point que cette année, quatre
de ses jeunes adhérentes bouclent
leurs valises pour intégrer un internat
en sports études à Eaubonne.
La relève de l’Epam est assurée : Célia (ci-dessus) et Inès Hidouche en sont de jolies et talentueuses ambassadrices.
Robespierre que la ville leur met à
disposition depuis dix ans.
« Pour nous les parents, c’est un boulot énorme, il faut tout faire : confectionner les costumes, encadrer et
transporter les enfants vers les lieux
de compétitions par nos propres
moyens, s’occuper des calendriers, des
classements, tenir compte des impératifs de la Fédération… »
Mais au dire des adultes, le plus
éreintant est de courir de ville en ville
pour permettre aux jeunes de s’entraîner sur du parquet, surface de prédilection pour le patinage sur roulettes.
« Nous sommes très reconnaissants
à la municipalité de nous ouvrir les
portes du gymnase Robespierre depuis
le début, reconnaît Danièle Picard, mais
le revêtement synthétique freine la
glisse et handicape grandement les
entraînements. »
YOGA ● La fusion du corps et de l’esprit
S
pour cette discipline du corps et de
l’esprit. A Aubervilliers, on peut le
pratiquer avec le club municipal
d’Aubervilliers (CMA) qui propose
quatre cours hebdomadaires en deux
lieux différents.
Animées depuis fort longtemps par
Raymond, rejoint ces dernières
années par Yvette, ces séances permettent à tout un chacun de travailler
son corps sans le brutaliser. Respiration, décontraction, concentration,
postures… Autant de techniques à
approfondir pour atteindre la séréni-
Plus que jamais, le yoga se présente comme un remède contre le stress lié
à la vie urbaine. Sa pratique régulière assure détente et bien-être.
té. Tous les niveaux sont acceptés, du
débutant au pratiquant assidu, chacun trouve sa place et son compte. Le
yoga peut aussi être pratiqué par des
enfants. « J’ai animé des séances
à la maison de l’enfance Tony Lainé,
explique Yvette. Bien entendu, ce
n’est pas le même yoga, les postures
durent moins longtemps par exemple… J’ai été agréablement surprise
de la réceptivité des jeunes que j’ai
encadrés, j’ai vraiment eu le sentiment que le yoga leur faisait du
bien. »
En effet, bien enseigné et donc bien
assimilé, le yoga permet de réduire
l’agressivité chez les petits comme
chez les grands.
Toujours sceptique ? Testez un
cours, c’est gratuit la première fois !
M. D.
● CMA YOGA
> 19 rue de l’Union
Willy Vainqueur
● EPAM
Gymnase Robespierre
19 rue Danielle Casanova.
Samedi de 14 h à 18 h
Dimanche de 10 h à 12 h
Renseignements sur place dimanche 9.
● TAI-CHI-CHUAN
Un art de vivre
ans compétition ni grade, la pratique du yoga est avant tout un
voyage vers la connaissance de
soi, vers une authentique introspection. En cela, c’est davantage une discipline, un art de vivre qu’un sport.
Ses origines remontent à plus de
3 000 ans avant notre ère. Le terme
viendrait du sanscrit et si on le traduit
souvent par « union », cela reste très
réducteur. En fait, il faut entendre par
yoga, une méthode, un moyen et un
but : la recherche du bonheur. Ce qui
explique l’intérêt jamais démenti
Considérant le travail accompli et les
performances réalisées, le service municipal des Sports a réussi une première
cette année en leur ouvrant – avec
l’accord du collège et du lycée – les
portes du gymnase Henri Wallon,
entièrement refait à neuf et disposant
d’un parquet impeccable. « Nous avons
enfin pu organiser une épreuve qualificative pour les championnats de France
à domicile, s’est réjoui la présidente.
Ce serait formidable de pouvoir en disposer régulièrement… »
Un espoir qui pourrait se concrétiser très prochainement avec l’aide de
la municipalité qui a entamé des
négociations avec la direction du collège Henri Wallon pour disposer de
créneaux horaires supplémentaires
qui bénéficieraient à l’Epam. Ce serait
là un beau cadeau d’anniversaire pour
cette association exemplaire…
Maria Domingues
(rez-de-chaussée de la tour)
Lundi et mercredi de 18 h 30 à 19 h 30 ;
jeudi de 12 h 15 à 13 h 15
(reprise des cours le 1er octobre).
> 135 rue Danielle Casanova
(entrée derrière la résidence,
au rez-de-chaussée)
Mardi de 19 h à 20 h
(reprise des cours le 18 septembre).
Stretch in, stress out
Dès le mois de septembre, les jeudis –
de 12 h 30 à 13 h 30 – au gymnase
André Karman, prendront l’allure,
tranquille, d’un jardin pékinois au petit
matin. Du Tai-chi-chuan donc, tout en
étirements tranquilles aux fins
d’évacuer stress et autres pathologies
collatérales.
En Chine, cette discipline se pratique
depuis des siècles et est également l’un
des arts martiaux les plus répandus au
monde, tenant à la fois d’une danse
lente et d’un combat au ralenti. « C’est
un art martial dans la lenteur qui permet
de favoriser la souplesse. Il s’agit de
mettre l’accent sur l’utilisation minimale
de la force musculaire », explique
Christine Courty, en charge de la
nouvelle activité pour le CMA. « Trouver
des astuces pour faire perdre l’équilibre
de son partenaire, tous les mouvements peuvent être réalisés à deux
et ont une application martiale. »
Martial ? l’adjectif ne doit pas effrayer
puisque le cours s’adresse à tous les
publics (sauf pour les enfants
cependant, pour lesquels un cours
adapté s’impose) et ne nécessite
aucune aptitude particulière.
Le tout dans un esprit de détente,
vitalité, équilibre et plaisir.
Ce programme, Christine Courty en fait
son affaire : la jeune femme – qui sera
entre autres passée par le yoga, le
stretching, le théâtre – enseigne depuis
4 ans et a suivi une formation
spécifique au sein de la fédération de
Tai-chi-chuan complétée par un voyage
en Chine… Cet été, l’organisation
de Paris-Plage lui a d’ailleurs fait
confiance pour animer les ateliers
Tai-chi le long de la Seine.
E. G.
● RENSEIGNEMENTS
CMA : 01.48.33.94.72
A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007 ● 21
SPORTS
SPORT ● Découvrez les disciplines proposées par le club municipal d’Aubervilliers
Faites de l’exercice !
Réussir sa rentrée
sportive c’est d’abord
faire le bon choix de
la discipline la mieux
adaptée à ses envies
et à ses capacités.
Aussi ne manquez
pas de vous informer
auprès des sections
du CMA et du
service municipal
des sports sur les
nombreuses activités
existantes.
Quoi faire ?
Néanmoins, cette profusion constitue à la fois un atout et un inconvénient. « Il y a tellement de choix que
parfois les gens ont du mal à s’y
retrouver, et ce malgré l’aide du guide
édité par la ville chaque année »,
reconnaît François Gornet, directeur
de la plus importante association de
la ville (près de 4 000 adhérents).
Car il faut y ajouter la dizaine
d’autres associations sportives qui
contribuent largement à la diversité
de l’offre sportive sur la ville.
Deux clubs de karaté, un de Kung
fu, un autre d’escrime, l’assocation
sportive de la jeunesse d’Aubervilliers
qui propose du football, du Futsal
avec l’Omja, de la boxe anglaise et
du partinage artistique sur roulettes
ou de la remise en forme avec
Indans’cité... Qui dit mieux ?
Profusion et diversité
Cette diversité vaut d’ailleurs à
Aubervilliers de conserver, année
après année, son statut de ville « la
plus sportive du département », dixit
le journal Le Parisien.
« Nous espérons que les personnes
intéressées se manifesteront assez
rapidement auprès des sections, ce
qui ferait gagner du temps aux bénévoles des sections qui sacrifient souvent leur début de saison pour faciliter celles des autres adhérents »,
explique François Gornet.
Fort d’une expérience qui s’appuie
sur bientôt 60 années d’existence, le
CMA a signé, depuis sa création en
1948, une convention avec la municipalité qui lui permet d’utiliser les
gymnases et stades municipaux sans
en supporter les frais relatifs à leur
fonctionnement (entretien, gardiennage, eau, électricité, etc.).
« En contrepartie, la municipalité
attend du club qu’il organise, encadre
et dynamise la vie sportive de la ville,
tout en faisant preuve de transparence, d’éthique et d’équité », précise
Meriem Derkaoui, maire adjointe
au Sport.
30 disciplines
au choix
Un contrat relativement bien rempli par le CMA qui permet à ses
3 500 licenciés de pratiquer dans de
bonnes conditions moyennant des
cotisations accessibles.
Les autres associations sont également liées par des conventions.
Vous retrouverez tous ces clubs
répertoriés dans un guide édité et
remis à jour chaque année par le service municipal des sports.
Maria Domingues
● RENSEIGNEMENTS
> CMA
47-49 bd Anatole France.
Tél. : 01.48.33.94.72
> Service des sports
31-33 rue Bernard et Mazoyer.
Tél. : 01.43.52.22.42
BASKET FAUTEUIL ● Le CMA s’enrichit d’une nouvelle section
Une petite victoire sur le handicap
B
Willy Vainqueur
onne nouvelle pour les personnes
peu ou pas valides et qui souhaiteraient pratiquer un sport : une
section basket vient de s’ouvrir au sein
du club municipal d’Aubervilliers.
Après des débuts chaotiques pour
cause de créneaux horaires peu adaptés,
cette activité va pouvoir se mettre en
place dans de bonnes conditions. C’està-dire, le jeudi soir, sur le parquet tout
● INDANS’CITE
Reprise des cours
L’association Indans’cité reprendra ses
activités le lundi 17 septembre.
Les cours de modern’jazz enfants et
adultes, de salsa, de remise en forme
et de danse thérapie (public souffrant
d’un handicap) se partagent les deux
salles de danse mises à disposition par
la municipalité.
Les permanences pour les inscriptions
se dérouleront :
> lundi 10 septembre, mardi 11 et
jeudi 13 de 17 h 30 à 19 h, le mercredi
12 de 15 h à 19 h.
> Lieu d’inscription
41 bis-43 bd Anatole France.
Tél. : 01.48.36.45.90
● FITNESS ATTITUDE
Photos : Willy Vainqueur
A
… comme aïkido,
C comme cyclotourisme,
G comme gymnastique,
K comme kayak, T
comme Tai Chi, Y comme Yoga… En
égrainant la liste de la trentaine de disciplines sportives proposées sur la ville,
on mesure mieux l’étendue et l’offre
du club municipal d’Aubervilliers.
Vite dit
neuf du gymnase Manouchian avec la
possibilité de bénéficier des douches
accessibles aux fauteuils.
Fruit d’une collaboration entre la
coordination municipale du handicap
(CMH), le service des sports et le
CMA, le basket fauteuil accueillait déjà
une poignée de jeunes passionnés,
dont la pugnacité est à l’origine de
cette création. Touchées par leur désir
de « pratiquer un sport comme les valides », les deux maires-adjointes concernées, Laurence Grare pour la Santé et
le handicap et Meriem Derkaoui pour
le Sport, n’ont eu cesse d’accéder à ce
désir plus que légitime.
Une pirouette, une esquive et Sofiane
file vers le panneau de basket poursuivi
par deux adversaires. Rapide et habile
dans son fauteuil en carbone, il garde
son avance et marque.
Tout sourire, Sofiane rapplique et
affiche sa satisfaction : « Je vais enfin
pouvoir m’entraîner dans ma ville, à
quelques minutes de chez moi, jubile
cet étudiant âgé de 21 ans, qui se farcit
quatre heures de transport aller-retour
pour pratiquer le basket à Paris. « Personne ne peut imaginer combien tout
est compliqué lorsque l’on est cloué
sur deux roues, assure Sofiane, alors
pratiquer un sport, c’est comme aller
sur la lune ! »
Satisfait du lancement officiel et
effectif de l’activité, Miguel Ferreira, responsable de ce projet au CMH, continue d’y travailler : « Il nous faut trouver
des financements pour acheter des fauteuils spécifiques et du matériel. Dans
un premier temps, l’activité se concentrera sur de l’entraînement mais nous
espérons bien passer, dès que possible, à
la compétition… »
Enfin, autre point important, le basket en fauteuil est ouvert aux personnes
valides. « J’évolue dans une équipe qui
fait de la compétition et nous avons
deux joueurs qui ne sont pas handicapés et ils s’éclatent autant que lorsqu’ils
jouent sur leurs jambes, c’est simplement un autre plaisir », précise Sofiane.
Enfin, comme pour de nombreuses
sections du CMA, on peut tester l’activité gratuitement en se présentant le
jeudi soir à partir de 18 heures au complexe Manouchian.
Maria Domingues
● CMA BASKET FAUTEUIL
> CMA
47-49 bd Anatole France.
Tél. : 01.48.33.94.72
> CMH
114 bd Félix Faure.
Tél. : 01.48.34.76.89
Rentrée des classes
La section Fitness attitude du club
municipal d’Aubervilliers propose
différents cours de renforcement
musculaire, de step et de body jam.
Peu de changements cette année dans
les horaires et les lieux de pratique, mis
à part le cours de gymnastique du jeudi
soir à Manouchian, provisoirement
suspendu.
Gymnastique féminine,
renforcement musculaire
Lundi, mercredi, vendredi
de 12 h 15 à 13 h 15
> gymnase Manouchian,
rue Lécuyer.
Mardi de 18 h 30 à 19 h 30
> gymnase du lycée Le Corbusier,
rue Henri Barbusse.
Step
Mercredi de 18 h à 19 h
> gymnase Manouchian
Body Jam
Jeudi de 12 h 15 à 13 h 15
et vendredi de 19 h à 20 h
> gymnase Manouchian
Renseignements et inscriptions
sur place.
● PATINAGE SUR ROULETTES
Championnats de France
Les derniers championnats de France
de patinage sur roulettes se sont
disputés à Issy-les-Moulineaux au mois
de juillet dernier. L’Ecole de patinage
d’Aubervilliers s’y est distinguée par la
moisson de médailles remportées par
ses adhérents :
Camélia Chérifi, 3e en mini-filles,
Inès Idouche est vice-championne de
France espoir 1, Sarah Chérifi est 3e du
combiné espoir 2, Sabrina Ghisslane est
vice-championne de France en combiné
chez les cadettes, sa sœur
Souhella prend la 3e place, le cadet
Thomas Picard est champion de France
du libre et en couple danse artistique
avec sa partenaire de club, Prescillia
Henneguelle qui remporte aussi le titre
en couple danse.
Enfin, Himen Farehane est championne
de France du combiné dans la catégorie
Jeunesse. Et ce n’est pas terminé !
Thomas Picard et Sabrina Ghisslane se
préparent pour les championnats
d’Europe qui se disputeront à la
mi-septembre en Espagne, tandis que
Sabrina devra enchaîner sur la Coupe
d’Europe, prévue en octobre
au Portugal.
● CENTRE NAUTIQUE
Piscines les plus proches
En attendant la réouverture de la
piscine, vous pouvez vous rendre
dans les centres nautiques alentour :
> Aulnay : 01.48.66.63.08
> Bobigny : 01.48.49.88.90
> Drancy : 01.48.31.50.69
> Marville : 01.49.71.21.70
> Pantin : 01.49.15.40.73
> Saint-Denis : 01.48.21.01.48
24 ● A U B E R M E N S U E L n° 175, septembre 2007
ANNONCES
Petites annonces
RAPPEL AUX ANNONCEURS
La rédaction d’Aubermensuel attire l’attention
des annonceurs des rubriques emplois, cours,
ménage, repassage et garde sur l’obligation qui
leur est faite de respecter la légalité en matière
d’emploi et en particulier l’interdiction
d’employer ou de travailler " au noir ". Des formules existent (chèques emploi-service…) pour
permettre le respect du cadre légal. La rédaction
se réserve donc la possibilité de refuser la publication d’une annonce dont les termes induiraient
un non-respect de la loi. D’une manière générale, les annonces sont publiées sous la responsabilité de leurs auteurs.
● LOGEMENTS
Vente
Vends appartement en rez-de-jardin, 75 m2,
3 jardins dont un avec terrasse de 20 m2 au
prolongement de la cuisine. 3 chambres, grand
séjour, lumineux, fonctionnel. Situé dans un
petit immeuble, résidence privée, calme, jolie
et sécurisée système Vigik. A 10 mn à pied du
métro Fort d'Aubervilliers. Prix : 230 000 €.
Tél. : 01.43.52.63.53
Achat
Achète appartement ou maison en viager.
Tél. : 01.45.78.02.67 (HB) ou 06.77.29.74.66
● EMPLOI
Le service Enseignement recherche des intervenants aide aux devoirs pour la rentrée
2008.
Compétences requises : expérience dans
l'aide aux devoirs, avoir connaissance des
besoins de l'enfant, Bac + 2, Bafa souhaité,
être motivé et disponible.
Horaires : lundi, mardi, jeudi, vendredi (hors
vacances scolaires) de 16 h à 18 h 30
Contrat : CDD (octobre 2007 à juin 2008)
Salaire : 44,52 € brut la vacation de 2 h 30
Transmettre candidatures
(CV + lettre de motivation) à
Monsieur Pons
Directeur du service Enseignement
5 rue Schaeffer.
● DIVERS
Vends sommier à lattes 1 personne, 10 € ; et
2 personnes, 20 €.
Tél. : 01.48.11.91.47
Vends 1 télé Sony Trinitron (70 cm) couleur,
16/9e, peu servie, valeur : 1 000 €, vendue
400 € ; 1 télé Sony (39 cm) télécommande,
servie 1 fois, valeur 600 €, vendue 150 € ;
1 bureau informatique en bois marron clair,
neuf, 100 € ; loue 1 box fermé et caché, dans
résidence à Epinay : 100 € par mois ; 1 caisse à outils métallique, plusieurs niveaux, 9 € ;
1 lit pliant 1 place, façon commode, 100 €.
Tél. : 01.48.41.23.92 (après 21 h)
Vends poêle Inverter 5712 à pétrole, excellent
état, 150 € ; 1 matelas 2 places, 190x140,
parfait état, en latex-chlorophyle, 200 €.
Tél. : 01.48.38.52.88
Femme, sérieuses références, ayant vécu
aux Etats-Unis et enseigné, donne des cours
d’anglais pour enfants ou adultes.
Tél. : 06.86.90.73.26
☛ Attention ! Les lecteurs qui souhaitent
faire paraître une petite annonce dans le
prochain numéro d’Aubermensuel doivent
impérativement l’envoyer avant le 22 du
mois en cours. Libeller les prix en euros.
Pour la réalisation d’un film
intitulé
DU NEUF AU RAYON BOUCHERIE
La qualité de
la viande
charolaise sans
augmentation
de prix !
La suggestion
du marmitton
Boeuf mijoté au riz
et aux poivrons
Préparation : 20 min
Cuisson : 1h50
Jean-Jacques,
votre
« conseiller boucherie »
1 kg de carbonnade de boeuf
4 oignons
1 poivron vert
1 poivron rouge
1 poivron jaune
4 cueillerées à soupe d’huile
2,4 l d’eau froide
75 g de beurre
2 cueillerées à soupe de farine
250 g de riz
thym et laurier
Rue des Cités
dans lequel l’action
se déroule essentiellement
à Aubervilliers,
nous recherchons :
☛ jeunes hommes
entre 19 et 22 ans,
type méditerrannéen
☛ jeunes filles
entre 16 et 20 ans
☛ personnes âgées
d’origines algérienne
et européenne
Le tournage se déroulera
pendant les vacances
de la Toussaint 2007.
Si vous êtes intéressés, contactez
Hakim au 06.15.87.23.12
ou Carine au 06.09.31.58.51
55, rue de la Commune de Paris
Aubervilliers
Ouvert du lundi au samedi
de 8 h 30 à 21 h
Dimanche matin
de 8 h 30 à 13 h
+ 1 h le soir à
votre service
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising