Les métiers de la culture

Les métiers de la culture
Fondé en 1985 par Françoise et Jean-Marie Schmitt,
l’IESA est un établissement d’enseignement supérieur privé
reconnu par le Ministère de la Culture.
Il accueille des étudiants dans trois départements de formation :
Marché de l’art, Métiers de la Culture et Multimédia.
Depuis près de 25 ans, l’IESA a formé plus de 10 000 étudiants,
jeunes et adultes, qui sont aujourd’hui des professionnels
du marché de l’art, du spectacle vivant, du patrimoine
et du tourisme culturel ainsi que des nouvelles technologies.
Il développe ses formations selon des critères académiques
(rigueur scientifique), professionnels (réalisation de projets
personnels et participation à des projets grandeur réelle
professionnalisants) et internationaux (échanges d’étudiants,
voyages d’études, soirées internationales, coopération
avec d’autres structures de formation européennes
et internationales).
métiers
de la culture
paris, bruxelles, florence, londres
PEFC/10-31-1152
Ce document est imprimé
par SIB, répondant aux
normes de la certification
Imprim’Vert
www.iesa.info
IESA, 5, avenue de l’Opéra, Paris 1er
et 5, rue Saint-Augustin, Paris 2ème
tél. +33 (0)1 73 54 13 13 ou +33 (0)1 42 86 57 01 - iesa@iesa.info
Formation initiale :
du 1er au 3ème cycle
Formation professionnelle :
cycles longs
et cours à la carte
“
IESA,
LE GRAND TOUR :
paris, bruxelles,
florence, londres
”
L’énergie des formations
au service de la pérennité professionnelle.
Comment assurer aux étudiants et aux stagiaires de la formation professionnelle que les enseignements et formations vont les aider à s’insérer durablement dans les secteurs professionnels visés et
ceci dans une période économiquement troubléE ?
Depuis 1985, en participant à travers la constitution des référentiels de certification (le premier titre de l’IESA a
été homologué en 1991) à la définition des métiers culturels et à leur professionnalisation, l’IESA suit l’évolution
de ce secteur et fait bénéficier ses étudiants de ce travail de veille. Les professionnels impliqués dans la transmission des savoir-faire et des compétences liés à ces métiers, les différents conseils de l’IESA, le corps professoral et
les partenaires publics et privés avec lesquels il coopère, valident la fiabilité des cursus et de leurs débouchés.
En inscrivant, en temps réel dans les formations, les évolutions technologiques, sectorielles, culturelles et sociales
qui viennent modifier les pratiques, les contenus et les réglementations des métiers de la culture, l’IESA permet
à ses étudiants d’être porteurs d’actions innovantes et de poursuivre des parcours professionnels nouveaux et
recherchés.
Ces parcours sont rendus possibles par une pédagogie qui, outre l’acquisition traditionnelle des connaissances
générales et professionnelles, met l’accent sur la dynamique des projets, assurant l’assimilation des savoir-faire
ainsi que la capacité des étudiants à mener des projets culturels, de la conception à la réalisation jusqu’à la médiation.
Cette « énergie du faire », soutenue par une équipe de coachs spécialisés dans les grands domaines culturels
(expositions, théâtre, danse, musique, arts de la rue, valorisation du patrimoine, tourisme culturel) ainsi que dans
les nouveaux secteurs du mécénat et des médiations ciblées (mécénat croisé, culture et handicap, solidarité...)
permet aux étudiants de s’inscrire dès leur formation dans une insertion professionnelle durable.
Dès son entrée à l’IESA, l’étudiant est ainsi considéré comme un acteur de la culture dont l’énergie et les compétences professionnelles permettront de convaincre les employeurs culturels en France et à l’étranger (entreprises,
collectivités territoriales, associations…), de sa capacité à concevoir et à conduire leurs projets.
Françoise et Jean-Marie Schmitt
Directeurs de l’IESA
“
“
Prendre en compte
la logique économique,
s’investir, s’adapter,
se diversifier
Les métiers de la culture très professionnalisés
représentent l’équivalent de 332 000 emplois
salariés à temps plein en France1 et plusieurs
millions en Europe. Ils se caractérisent par des
compétences diversifiées dont l’unité
professionnelle est assurée par l’objectif culturel
qui s’exprime dans les projets des institutions,
collectivités, associations et entreprises.
La pérennité des formations et des emplois
culturels est donc assurée par l’association
des savoir-faire et de l’énergie propre
à la programmation culturelle.
1
2
Etude L’emploi salarié dans le secteur de la culture,
DEPS Ministère de la Culture, 2009 - © IESA
”
Le département
Métiers de la culture et de l’événementP. 04
Les professionnels
au service de la formationP. 48
Anticiper les métiers et les bassins d’emplois :
une offre globale et transversale Les professeurs P. 50
P. 06
Les structures qui accueillent nos étudiants en stage P. 53
Les titres certifiés de l’IESA
P. 08
Culture - Solidarité - Handicap
P. 57
Des parcours reconnus établis sur 2 ans d’expériences
P. 09
Les métiers de la culture
P. 10
L’énergie des projets au service de l’insertion professionnelle
P. 12
Les témoignagesP. 58
Des projets grandeur réelle pour s’approprier les enseignements P. 14
Anciens étudiants et professionnels
P. 60
Du contenu, de la méthode et du sens au service du terrain P. 20
Que sont-ils devenus ?
P. 76
L’insertion professionnelle et les parcours P. 22
Les formations du département Métiers de la culture
P. 24
Les formations pour étudiantsP. 26
Le 1er cycle «Campus», après le baccalauréat Le 2 cycle «Communication et financement de la culture»,
après une licence P. 28
ème
Les 3ème cycles professionnels «Conduite de projets culturels»,
après un master P. 32
P. 36
Formation professionnelle
et cours “ à la carte ”P. 42
Quelle formation choisir ?
P. 44
Les cours d’initiation P. 44
Les cycles courts de perfectionnement
P. 45
Les modules de spécialisation P. 46
Les formations longues certifiante P. 47
L’Institut d’études Supérieures
des Arts P. 78
Le Conseil de perfectionnement P. 80
Etudier à l’IESA P. 81
En quelques dates P. 82
La chaîne télé P. 84
Vivre l’international à l’IESA P. 86
Se renseigner et s’inscrire P. 87
Les parrains et marraines
P. 88
4
Sadia Lbaz,
étudiante en 3ème cycle
conduite de projets culturels 2009
Danseuse, chorégraphe
Le département
Métiers de la
culture et de
l’événement
5
Anticiper les métiers et les bassins d’emplois :
une offre globale et transversale
Le département métiers de la culture bénéficie des contenus des deux autres PÔLES de l’iesa : Marché de l’art et multimédia.
Dans le cadre de ses trois départements, Marché de l’art et Expertise, Métiers
de la Culture et de l’Evénement, Edition et communication multimédia, l’Institut d’Etudes Supérieures des Arts propose à ses étudiants des formations
préparant aux métiers des différents bassins d’emplois du secteur culturel.
Le département des Métiers de la Culture est au coeur de cette diversité
et de cette transversalité. Patrimoine, création contemporaine, arts visuels,
spectacle vivant (théâtre, danse, musique, cirque et arts de la rue), administration et financement (production, mécénat, marketing), médiation
(enfance, handicap, solidarité, séniors), communication,
UNE politique de formation
tourisme culturel... les professionnels de la culture
innovante fondée sur
interviennent dans des champs multiples (social, culture,
l’analyse des évolutions du
événementiel, développement durable, politique
secteur culturel et
de la ville et des territoires...) et dans des structures
l’anticipation des
très diverses (associations, collectivités territoriales,
bassins d’emplois
entreprises, établissements publics, fondations...).
Le retour permanent des professionnels et des institutions sur l’évolution des
métiers et des secteurs culturels permet une adaptation rapide des cursus
de formation aux besoins professionnels. La transversalité, les passerelles
et l’interdisciplinarité issues de cette complémentarité inédite de l’action
6
Choisissez
ou créez
votre emploi.
• Administration et gestion
de projets culturels,
• Administration et droit
de la culture,
• Financement de projets culturels,
classiques ou innovants
l’iesa séléctionne pour vous
les secteurs d’activité
de demain !
•M
écénat, mécénat croisé, mécénat
de compétence, management
du don,
• Marketing culturel et produits
dérivés,
commune de trois départements de formation offrent aux étudiants la
possibilité d’évoluer professionnellement en se forgeant des parcours
innovants liés aux nouveaux bassins d’emplois décelés.
L’historique du département Métiers de la culture, depuis 1985, montre
le dynamisme et l’efficacité de cette politique de formation innovante
fondée sur l’analyse des évolutions du secteur culturel et l’anticipation
des bassins d’emplois.
Historique du département Métiers de la culture
Depuis 1985, l’IESA participe à la professionnalisation des métiers
du secteur culturel. Centré tout d’abord sur les métiers du marché
de l’art et du patrimoine, il a dès 1986 mis en place une formation sur les
aspects juridiques et financiers de la culture, développant une réflexion
sur les liens entre culture et entreprises ainsi que sur la place croissante
du mécénat dans le financement des projets culturels.
En 1993, pour professionnaliser les métiers liés à la médiation et à la
mise en valeur du patrimoine ainsi qu’au développement naissant du
tourisme culturel, il crée un département Métiers de la Culture et
de l’Evénement intégrant les savoir-faire en matière de production
• Médiation, communication,
relations presse et relations
publiques,
• Edition papier et multimédia,
• Communication graphique
et web,
• Réseaux européens et politiques
de développement international,
• Culture : développement local
et développement durable,
• Culture et solidarité : lutte contre
l’exclusion, (culture en milieu
carcéral, culture en milieu
hospitalier),
• Culture et handicap :
production et médiation,
• Culture et jeune public / Culture
et publics seniors,
• Développement patrimonial
et collectivités territoriales,
de spectacle vivant, de régie d’œuvres et de conception d’expositions.
Dès 1994, accompagnant la toute première émergence des nouvelles
technologies, il crée un département de formation Multimédia soutenu
par la galerie Multimédia-IESA, lieu d’exposition, de réflexion et de
veille technologique. Anticipant l’évolution dans ce domaine, il l’inclut
dans les parcours de formation du département Métiers de la Culture et
fait participer ses étudiants à l’élaboration de produits multimédia pour
le secteur culturel. Il développe des cycles sur la communication et la
médiation culturelles intégrant les nouvelles technologies de l’information
et de la communication. Il sera ainsi à l’initiative de la première vente aux
enchères d’une œuvre virtuelle en 1996. En 1995, il lance une réflexion
sur le patrimoine naturel (jardins, paysages, environnement) ainsi que
sur le développement durable qu’il poursuit en 1996 en organisant avec
la DATAR (Délégation à l’aménagement du territoire et à l’action régionale) un colloque sur « Patrimoine et développement des territoires ».
En 2004, conscient que les nouvelles technologies sont en train de
bouleverser le monde des industries culturelles, il crée le premier cycle sur
les cultures électroniques et le développement de la création musicale.
En 2007, en parallèle des politiques publiques menées dans ce domaine,
l’IESA s’attache à travailler avec ses étudiants sur l’accès de tous les publics à la culture. Il développe avec eux, notamment en soutenant leurs
projets personnels, des actions en faveur des publics handicapés ou exclus ainsi que des jeunes publics.
En anticipant, depuis 1985, des domaines qui aujourd’hui sont reconnus
comme étant au cœur des politiques de développements culturels,
l’IESA a permis à ses étudiants de s’inscrire dans des parcours
professionnels innovants.
• Tourisme culturel (politiques
de développement et produits),
• Ingénierie de projets culturels /
Ouvrir un lieu au public,
• Valorisation du patrimoine
naturel (Jardins, paysages,
environnement),
• Valorisation du patrimoine
industriel,
• Musées, musées de société,
fondations, fonds de dotations,
• Spectacle vivant (théâtre, danse,
musique, arts de la rue, cirque),
• Production et diffusion
de spectacles (co-production
internationale),
• Production et diffusion
de la musique,
• Gestion d’une compagnie
ou d’un ensemble musical,
Marché de l’art et Expertise : toutes les spécialités.
Peinture et arts graphiques : techniques de l’oeuvre peinte ; papierdessin-gravure ; techniques, restauration et conservation en art contemporain ; peinture européenne du XVe siècle ; peinture européenne
du XVIe siècle ; peinture française du XVIIe siècle ; peinture européenne
du XVIIe siècle ; peinture européene du XVIIIe siècle ; peinture européenne
et dessin du XIXe siècle ; art moderne ; art contemporain ; photographie ;
histoire des collections ; tendances actuelles de l’art contemporain...
Mobilier et objets d’art : histoire de la décoration d’intérieur (XVe-XXe
siècles) ; mobilier français de la haute époque à la Régence ; mobilier européen du XVIe au XVIIIe siècle ; mobilier français de la Régence
au XIXe siècle ; mobilier européen des XVIIIe et XIXe siècles ; art nouveau art déco - design ; céramique européenne ; orfèvrerie européenne ;
verrerie européenne ; arts d’Extrême-Orient ; arts de l’Islam ; bronze et
sculpture ; histoire des collections...
Marché de l’art : droit et fiscalité du marché de l’art ; l’Etat et l’art contemporain : les aides publiques ; commandes, diffusion, marché de l’art contemporain ; économie du marché de l’art ; monter une exposition...
Multimedia : les métiers de l’édition et de la communication.
Parcours professionnels : chef de projet internet ; manager Internet
et projet video ; chef de projet vidéo et effets spéciaux ; développeurintégrateur web et concepteur vidéo : développeur-intégrateur web et
maquettiste : concepteur-réalisateur Internet et vidéotruquiste ; manager
Internet et projet presse ; concepteur-réalisateur Internet, print et vidéo...
Modules professionnels : réalisateur web ; webdesigner ; flashdesigner ;
développeur web ; manager web ; marketeur web ; conduite et mangement de projets multimédia ; graphiste-maquettiste ; monteur vidéo ;
vidéographiste-truquiste...
• Musiques électroniques
et art contemporain,
• Art contemporain et
spectacle vivant,
• Les festivals / Spectacle vivant
et développement local,
• La médiation des publics
dans le spectacle vivant,
• Produire et co-produire
une exposition,
• Assurance, transport
et réglementation
des oeuvres d’art,
• Exposition et politique
de développement des structures
culturelles,
• Outils et techniques de médiation pour une exposition,
• Scénographie et muséographie
• Régie d’œuvres et récolement...
7
Les titres certifiés de
l’iesa pour le département
Gérard Laizé
Directeur Général du VIA,
Valorisation de l’innovation dans l’Ameublement
Le 16 octobre 1996, avait lieu à DROUOT
sous le marteau de Maître BINOCHE,
la vente de la première œuvre virtuelle
réalisée par Fred FOREST, adjugée
au prix de 58 000 francs.
Cette opération initiée par Françoise
Schmitt et coproduite par l’IESA
(Institut d’Etudes Supérieures des Arts)
dont elle est la Directrice, a marqué
un véritable tournant dans le marché de
l’art. Il était ainsi prouvé qu’il était
possible de valoriser une œuvre immatérielle et en même temps, se posait la
question fondamentale de l’appropriation
d’une œuvre virtuelle. […]
Aujourd’hui, nous sommes dans la même
situation que les pionniers face à la
conquête d’un nouveau territoire.
Tous les espoirs sont permis.
Toutes les initiatives seront saluées.
8
Postface de Bâtisseurs d’immatériel (Edition grise/2000)
Métiers de la culture
Deux titres certifiés par l’état et enregistrés au
Répertoire national de la certification professionnelle
Administrateur de projets culturels
– niveau I (JO du 27/08/08)
L’administrateur de projets culturels exerce au sein de la fonction
publique ou dans les secteurs privés ou associatifs. Dans le cadre de sa
fonction, il assure une double mission d’assistance / conseil et de pilotage
de projets auprès de ses commanditaires. Cette mission de conseil est
importante et contribue au choix des projets qui vont participer au
développement économique, touristique et culturel d’un site ou d’une
région.
Dans la classification des titres professionnels, le niveau I correspond
au personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation
de niveau supérieur à celui de la maîtrise (master 1). Spécialisation en
communication, financement et réalisation de projets grandeur réelle.
Spécialiste-conseil en biens et services culturels
– niveau II (JO du 03/03/07)
Le spécialiste-conseil en biens et services culturels définit et met en
œuvre des projets de valorisation du patrimoine artistique, culturel et
naturel. Il participe à la conception, à la production et à la logistique
d’événementiels culturels. Il met en place des stratégies de communication, de médiation et de diffusion, en particulier par le moyen des
nouvelles technologies.
Dans la classification des titres professionnels, le niveau II correspond au
personnel occupant des emplois exigeant normalement une formation
d’un niveau comparable à celui de la licence ou de la maîtrise (master 1).
Des parcours reconnus
établis sur 25 ans d’expérience.
la définition des métiers existants et émergeants.
Débutée en 1985, la professionnalisation des métiers de la culture passe,
dès 1991, avec la première homologation du titre de l’IESA par l’Etat, par la
mise en place de référentiels de formation appuyés sur des grilles éclairant
les différents positionnements de ces métiers
Elle constitue la reconnaissance
ainsi que les compétences, savoir-faire
de notre professionnalisme
et connaissances qui y sont liés.
mesuré notamment par la
Avec les membres de son Conseil de
satisfaction de nos clients
perfectionnement, du Conseil professionnel
et nous engage dans une
du département Métiers de la Culture, des
démarche de progrès
professeurs référents et des nombreux
permanent.
professionnels et institutions qui dans le
cadre de partenariats participent à l’élaboration des formations en
fonction des besoins professionnels, l’IESA intègre à ces référentiels,
au fur et à mesure des évolutions du secteur, les activités liées au développement des projets culturels.
Ces référentiels ont notamment été validés lors de l’homologation du titre
Spécialiste en biens et services culturels par l’Etat au niveau II en 2003 (puis
de sa certification en 2007 et de son inscription au Répertoire National de
la Certification Professionnelle sous l’intitulé Spécialiste-Conseil en Biens et
Services Culturels) et de la certification du titre de niveau I Administrateur
de projets culturels en 2008.
Qualifié ISQ-OPQF en 2009, dans les domaines Formation à des métiers
spécifiques et Contrat de Professionnalisation, l’IESA poursuit ce travail
rigoureux de référencement au quotidien en l’associant à l’analyse des
innovations permanentes des parcours des étudiants et des évolutions
des pratiques professionnelles exprimées par les partenaires français et
étrangers de l’IESA.
décision tripartite composée de représentants de clients, de prestataires
de formation et d’un représentant de l’Etat.
Le professionnalisme est apprécié au travers d’une instruction
rigoureuse - conforme à la Norme AFNOR NF X50-091- en 4 étapes :
recevabilité du dossier, analyse au fond de la demande par un expert
de la FPC - appelé instructeur- émission d’un avis collégial par une commission d’instruction, décision par le comité sectoriel de qualification.
Pour vous, clients, cette qualification ISQ-OPQF préjuge d’une relation
de confiance client/prestataire de formation, et est le gage d’une
coproduction réussie et donc efficace.
*L’ISQ - organisme professionnel de qualification
des entreprises de prestations de services
intellectuels - est le seul en France à délivrer ce
type de qualification, reconnue par le Ministère
de l’Economie, de l’Industrie et de l’Emploi.
“
Un tremplin
vers la mise en projet grandeur réelle.
Un réseau de connaissances,
de contacts, d’évènements.
Une équipe dynamique.
Un saut dans la vie professionnelle.
Un investissement sur mon avenir.
La qualification ISQ-OPQF
La qualification est délivrée par le Comité Formation de l’ISQ*, instance de
Emilie Motte (Campus 2008)
”
9
10
Les métiers
de la culture
Des compétences pour
des parcours réussis
Administrateur de projets ou de sites culturels,
agent de développement du patrimoine,
Agent d’artistes,
animateur d’environnement local,
animateur du patrimoine,
autoentrepreneur de spectacles ou de projets culturels,
cadre de structure de production
ou d’agence d’événementiel, cadre d’industrie culturelle,
chargé de mécénat en entreprise,
chargé de mission projet et territoire,
chargé de mission développement durable et territoire,
chargé de production ou de diffusion,
chargé de programmation,
chargé des relations publiques,
commissaire d’exposition,
consultant en recherche de fonds,
consultant en stratégie culturelle,
Développeur culturel,
Directeur des affaires culturelles,
directeur d’un pôle animation et solidarité,
gestionnaire de fondation,
journaliste,
Manager culturel, médiateur culturel,
médiateur jeune public et publics Handicapés,
organisateur de festivals et de salons,
responsable commercial dans le tourisme culturel,
responsable de la communication,
Responsable des actions en direction de la jeunesse,
responsable logistique, régisseur
responsable de médiation culturelle
responsable des relations presse, Relations publiques
Responsable des partenariats
tourneur de spectacles ...
L’iesa, révélateur de potentiels
Toutes les formations sont conçues pour permettre aux étudiants ainsi
qu’aux stagiaires de la formation professionnelle d’acquérir de réelles
compétences professionnelles. Ils effectuent des stages dans les différentes
structures culturelles : entreprises de production ou industries culturelles,
agences de communication et d’événementiel, collections publiques ou
privées, collectivités territoriales, fondations d’entreprise, galeries, maisons
d’édition ou groupes de presse (livre, presse, web), musées ou institutions
culturelles, associations de diffusion et production culturelles... bénéficiant
ainsi du vaste réseau professionnel de l’IESA.
Un suivi pédagogique individuel mené tout au long de la formation
assure l’accompagnement professionnel de chacun d’entre eux. Il permet
aux stagiaires de faire un point régulier sur leurs formations et leurs attentes,
de préciser leurs compétences et leur projet professionnel, d’orienter leurs
recherches de stages, de renforcer leur réseau par une mise en rapport
privilégiée avec le milieu professionnel.
Ce suivi personnalisé, qui implique les professeurs référents, des coachs,
les équipes pédagogiques ainsi que la direction générale, permet à l’IESA
de proposer aux étudiants des parcours adaptés à leurs potentiels et de les
orienter vers des bassins d’emplois ciblés.
Les tables rondes et manifestations organisées par l’IESA ainsi que leur
présence active sur de nombreux salons sont aussi pour eux l’occasion de
renforcer leur réseau et leur compréhension des métiers du secteur culturel
et de découvrir les métiers et les secteurs dans lesquels ils se spécialiseront
grâce à leurs stages et options et seront heureux de travailler.
Une écoute permanente
pour la promotion des talents.
Olivier de Charsonville
Directeur de la Culture au Conseil général du Loir-et-Cher.
3ème cycle 2001
Passionné par le développement de la culture et du patrimoine au cœur
des territoires, j’ai quitté les métiers de la mode et de la création en 2000,
après plus de 12 ans d’implication dans le rayonnement international de
marques telles que Nina Ricci, Dior ou Regina Rubens.
Les collectivités territoriales sont confrontées depuis plusieurs années à
une concurrence accrue et à des attentes exigeantes de la part des publics,
tout en ayant à optimiser leurs investissements et leurs dépenses de fonctionnement. A ces enjeux, correspondent donc de nouveaux métiers et
de nouveaux modes organisationnels. Une rencontre avec Françoise Schmitt et un 3ème cycle en Métiers de la culture m’ont permis de consolider
ainsi mon projet qui était entré dans sa phase opérationnelle : développer
la délégation de service public d’équipements culturels appartenant à
des collectivités. Intervenants de qualité, pépinière de porteurs de projet,
réseaux actifs dans les milieux de l’art et de la culture, incitation au montage de projets innovants et accompagnement dans la prise de risques,
sont les outils qui nous permettent, au sein de l’IESA, de rentrer de plein
pied dans l’opérationnel.
Après 3 ans au pilotage de Centre Art & Culture, j’ai ensuite rejoint la
mairie d’Orléans pour coordonner la rénovation et le développement
du centre-ville. Une création de poste pour la création d’un service de
4 personnes dont l’objectif principal était de faire revivre et rayonner le
cœur d’une capitale régionale, en reliant rénovation urbaine, animations
culturelles et diversification de l’offre commerciale et des artisans d’art.
Depuis plusieurs mois, j’assume de nouvelles fonctions pour de nouvelles
frontières : directeur de la culture au Conseil général du Loir-et-Cher.
D’un centre-ville à un département, la coordination et la dynamisation
des politiques de la culture du territoire sont mes nouveaux objectifs.
Patrimoine, spectacles vivants, schéma de développement des enseignements artistiques, expositions itinérantes, schéma de lecture publique,
archives départementales et galerie d’art départementale sont organisés
autour de 55 collaborateurs contribuant aux attentes des publics et à
l’attractivité du département. Une exigence du service public qui requiert
cohérence des politiques et lisibilité de l’offre culturelle, tout en veillant
aux évolutions technologiques et aux nouvelles expressions artistiques.
développement du centre ville [...]
faire revivre et rayonner le coeur d’une
capitale régionale, en reliant rénovation
urbaine, animations culturelles et diversification de l’offre commerciale et des
artisans d’art.
directeur de la culture [...]
une exigence du service public qui
requiert cohérence des politiques
et lisibilité de l’offre culturelle, tout en
veillant aux évolutions technologiques et
aux nouvelles expressions artistiques.
11
L’énergie des projets
au service de l’insertion professionnelle.
La culture de l’action
L’ÉVÈNEMENT PERMANENT
En développant, depuis son origine, une pédagogie appuyée sur les projets,
l’IESA a choisi de mettre ses étudiants en situation professionnelle et de leur
offrir la clé de l’emploi culturel. Si les formations permettent l’acquisition
des connaissances générales et techniques indispensables aux métiers de
ce secteur, c’est l’énergie des projets et de ceux qui les portent qui favorise
l’insertion professionnelle.
Dès la première année de formation, les étudiants et les stagiaires de la
formation professionnelle sont donc amenés à monter des projets de
groupe et des projets personnels dans le cadre de coaching assurés par
des professionnels-intervenants des différents secteurs culturels. Cette
énergie développée personnellement et collectivement au travers de plus
de 70 projets réalisés chaque année par les étudiants de l’IESA assure
tout à la fois l’acquisition théorique et pratique des connaissances et des
compétences et la capacité à défendre un projet culturel, à le mener de
sa conception à sa réalisation et à l’inscrire dans une politique générale
d’entreprise, de collectivité territoriale ou d’association.
En restant en permanence à l’écoute des besoins culturels mais également
des attentes sociales auxquelles la culture peut apporter des réponses,
l’IESA permet ainsi aux étudiants qui arrivent sur le marché du travail avec
des projets, souvent novateurs, déjà réalisés ou en cours d’aboutissement,
de pouvoir s’intégrer rapidement et durablement dans l’emploi culturel.
En privilégiant dans l’ensemble de ses formations la notion de transversalité
des savoirs (regroupant l’ensemble des secteurs de la culture et les
innovations en cours), et de réalisation de projet, l’IESA donne toutes
les garanties nécessaires à l’adaptabilité de ses étudiants à ce secteur et à la
possibilité, pour chacun d’entre eux, de se forger un parcours personnalisé
et pérenne en fonction des projets et des qualités dont il est porteur.
Ces événements mettent en contact les étudiants, le public et les professionnels autour de sujets d’actualité ou d’avant-garde :
• des soirées internationales de découverte des cultures
• des rencontres sur le thème « solidarité-culture »
• des colloques et conférences, des conférences-dégustation
• des soirées de prestige autour des étudiants (soirées de parrainage, remise
de titres certifiés, des masters de l’Université de Warwick, dîners des anciens...)
• des présentations de projets, de nombreux événements in-situ
“
LE suivi personnalisé des étudiants
• Coaching et encadrement des projets : des professionnels-intervenants
accompagnent les étudiants dans la réalisation de leurs projets personnels (séminaire de méthodologie, suivi personnalisé, aide à la réalisation,
présentation régulière des projets, entrainement à la prise de parole
et expression orale...).
• Bureau des stages : recherche de stages adaptés au profil et aux
attentes de chaque étudiant via le réseau de l’IESA.
• Une équipe pédagogique à l’écoute des besoins et des demandes
des étudiants : aide à la réalisation de projets, à la définition du parcours
professionnel et à l’insertion professionnelle.
• Des outils de communication : pour la recherche d’emplois et l’adaptation interactive au secteur culturel (iesanetwork - plate forme de mise en
réseau - offres d’emplois et de stages en ligne ).
• Un accompagnement pré-professionnel
Olivia de Smedt (Campus 2008)
La possibilité de mettre en place des projets artistiques ambitieux et originaux, grâce
à l’apprentissage d’outils essentiels et concrets pour leur réussite. Passer de la théorie à la pratique.
”
L’événement de A à Z !
L’immersion au coeur de l’action
Des partenariats pour intégrer le monde culturel
Dès la première année, les étudiants sont amenés à être médiateurs
au cœur de grands événements culturels comme les festivals de musique Rock en Seine au Domaine national de Saint-Cloud, ainsi que
les grands salons d’art contemporain comme la FIAC, Slick ou Show
Off. Ils y découvrent l’organisation de ces événements (commissariat d’exposition, relations publiques, relations presse...) ainsi que la
technique de médiation avec les publics : organisation, rencontre
avec les professionels, accueil du public, suivi des événements.
La culture grandeur réelle
Chaque année l’IESA noue également des partenariats avec des collectivités territoriales, des sites ou des musées pour que les étudiants mènent des études de publics ou de valorisation du patrimoine : projets
grandeur réelle. Les étudiants en 1ère années travaillent ainsi tous les ans
sur une grande étude de public (Cité nationale de l’histoire de l’immigration, Musée des Arts décoratifs, Centre Georges Pompidou, Festival
d’Automne, Musée de l’homme, Palais de Chaillot, FRAC - Le Plateau,
Musée des Invalides, Musée Carnavalet, Maison de Victor Hugo...). Les
2ème années travaillent, quant à eux, sur une étude de valorisation du
Patrimoine dans le cadre du Prix Vieilles Maisons Françaises de l’IESA
qui chaque année attribue une bourse et offre cette étude à un site
souhaitant mettre en place une politique de valorisation et de mise en
tourisme. En 2ème et en 3ème cycles, les étudiants réalisent également sur
des cas concrets en partenariat avec des institutions ou entreprises culturelles et des collectivités territoriales sur des projets de médiation, de financement, de production de spectacle vivant ou d’exposition ainsi que
de valorisation du patrimoine et de mise en tourisme de sites (en 2008,
festival de rock MoFo à Mains d’Œuvres [93], étude des publics pour les
Journées de la Rose à Chaalis [60]...).
L’IESA partenaire
de Rock en Seine
depuis sa création.
13
Des projets «grandeur réelle»
pour s’approprier les enseignements
Garantir la rigueur et l’efficacité des formations
Quel que soit le niveau de formation de l’étudiant, le département Métiers
de la culture le confronte aux réalités du chef de projet. Il propose donc à
chaque étudiant de mener son propre projet culturel, de la conception à la
réalisation, soutenu par ses professeurs coachs ainsi que par l’IESA.
A travers cette réalisation, l’étudiant acquiert la rigueur, la précision et
les connaissances fondamentales nécessaires à la définition du concept,
l’étude de son contenu théorique, la synthèse des idées et leur retransmission
dans le discours. La méthodologie, spécifique à chaque projet, est appliquée de manière transversale au contenu. Les étudiants, par
Apprendre
des séances de coaching hebdomadaires, analysent le contexte
à mettre ses idées
et les enjeux, les publics concernés, les stratégies et techniques
en pratique
de communication, la réalisation d’un budget prévisionnel et
sa mise en œuvre. Ils forgent ainsi durant toute leur scolarité, en complément de leurs stages, un véritable réseau professionnel bâti dans l’action.
Autant de savoirs et de savoir-faire acquis et mis en œuvres.
Les départements Marché de l’art et Multimédia
en appui des projets des étudiants.
Les étudiants du département Métiers de la Culture bénéficient de
l’expertise des professeurs des deux autres départements. Les professeurs
du Marché de l’art les aident dans la conception de leurs sujets
d’exposition, ceux du département Multimédia dans la création d’outils
de communication et de médiation.
Ils bénéficient également de l’aide des étudiants de ces départements
dans la réalisation de leurs projets. Chaque année, les étudiants
en édition et communication numériques participent ainsi à la réalisation
d’identités visuelles, de sites Internet et de productions audiovisuelles.
Cette transversalité et cette complémentarité vécues dans le cadre de
la formation sont un atout majeur pour les étudiants qui apprennent à
travailler en équipe et à définir avec des futurs professionnels leurs besoins.
“
L’opportunité de réaliser
des projets grandeur réelle [...].
Une vraie chance et surtout
un témoignage de la confiance que met
l’école en ses étudiants.
Marie-Elisabeth Maille (Campus 2008)
14
Les étudiants du 2e cycle Communication et fnancement de la culture partenaires du Festival
MoFo à Mains d’Œuvres.
”
2
1
1. «Strip Off».
Exposition de papiers peints réalisés par des artistes et des designers Matali Crasset, Jean-Charles de Castelbajac, Jacques Garcia,
Féraud, Coco Jobard, Kenzo Takada...- dans les vitrines de la ligne
14 du métro puis à la galerie 1ère Station de l’IESA. L’opération
s’est achevée par une vente aux enchères - Maître Pierre Cornette de Saint Cyr au marteau - au profit de l’association Mécénat
Chirurgie cardiaque - Enfants du Monde.
2. Organisation d’un concert à la Fête de la Musique par
Olivia Van der Vynckt et Marine Thommerel, leader du groupe
« Les Pouffameches».
1
2
3. « Rien à voir… tout à toucher ».
Une exposition dans le noir pour découvrir les œuvres d’art uniquement par le toucher. Voyants et non voyants partagent les
mêmes expériences. Par Julie Boulanger, Dorian Vaillant
4
4. « Les premières rencontres d’artistes européens à
Beaumesnil » organisées par Le Cadre d’Or et l’IESA, soutenues
par le Conseil Général du département de l’Eure, en collaboration avec la Mairie, la Communauté de communes et l’Office du
Tourisme de Beaumesnil.
Menées par des étudiants de 3ème Cycle : François Allex, Anissa
Abdellatif, Anaïs Arnaud, Charlotte Callet, Florence Cazali, Christiane Lutz, Séverine Colet, Gisèle Goldasz, Claire Guilloton, Gwenaëlle Le Roy, Julien Mounier, Corina Nicolas, Jean-Philip Henot,
Sandrine Taréa et Xia Wang.
5. «Expressions végétales».
Exposition de créations contemporaines autour de la matière
végétale, réalisée par Emilie Motté, Franziska Spreng et MarieElisabeth Maille, toutes trois Campus 2008, au Viaduc des Arts,
soutenue par les ateliers de Paris et bénéficiant du parrainage de
Jean-Michel Othoniel.
8
3
5
6
7
6. Journées du Patrimoine à Bois Normand près Lyre à l’invitation de Régine Delaroche-Vernet et de la mairie.
Médiation et oragnisation des Journées du Patrimoine dans
l’église St Julien : exposition de tableaux, de peintures sur porcelaine, de bouquets en correspondance avec les tableaux et la
porcelaine, et concert de la cantatrice Vania Boneva de l’Opéra
de Paris.
7. «Nous habitons cette ville (ce livre)».
Dans le cadre de la manifestation Lire en fête, l’IESA et la RATP
ont proposé une exposition sur le thème du livre dans le métro
Saint-Germain-des-Prés. A la façon d’une constellation, cette exposition salue quelques uns des auteurs et de leurs complices qui
ont eu l’ambition de transformer le monde et «relit» le paysage
urbain du faubourg Saint-Germain qui les a vu vivre.
8. Nuit Blanche. Durant l’évènement Nuit Blanche le 6 octobre 2007, dont l’IESA est partenaire depuis sa création, le projet
Téléportation mené par Delphine Lebovici et Pascal Legrand,
étudiants en 3e cycle, a proposé à des artistes d’investir 19 cabines téléphoniques de la capitale pour en faire des œuvres d’art
éphémères.
15
1. Au profit de l’Association « Vaincre la Mucoviscidose », trois
étudiantes ont associé leurs compétences pour organiser une
exposition vente de prestige : «Carnets d’inspiration». Soline
Haudouin, Olivia de Smedt et Géraldine Genin. Tissant des liens
privilégiés avec des institutionnels et des entreprises de renom,
tels que la Mairie de Paris, la FIAC ou la société Montblanc, et
regroupant des œuvres de plus de 60 artistes et créateurs reconnus,
tels que Jean-Michel Alberola, Christian Lacroix et Nicolas Vial,
elles ont su faire de cette vente un grand succès. L’exposition des
œuvres et la vente dirigée par Me Rémi Le Für, se sont faites à
la Galerie Pierre-Alain Challier, ancien étudiant du département
Marché de l’Art.
2. Projet réalisé par Claire Baldewyns, étudiante en 3ème cycle. Elle
a créé l’association VHERBE tissant des liens entre jardin et art
contemporain. Dans le cadre des 25 ans de la Fête des plantes
vivaces au domaine de Saint-Jean-de-Beauregard, l’association VHERBE et l’artiste Jean Daviot ont investi le site avec
l’œuvre « ImaGine ».
2
1
3
3. Marie Bonnafous, Laurène Corbière, Charlotte Lombrez,
Emma Loos, Andreina Ortega, étudiantes en 2ème cycle, ont
produit et réalisé la communication des Précieuses ridicules
à l’Espace Kiron, mis en scène et interprété par la compagnie
La Savaneskise.
4. Association capteur de rêves. Julie Boulanger, étudiante
en 3ème année, réalise des projets culturels à l’hôpital, à l’image
de «Les bons contes font les bons amis», un spectacle de contes
sur les liens entre la Bretagne et le Québec qui a été joué dans les
principaux hôpitaux de Bretagne à l’occasion du 400e anniversaire
du Québec.
4
6. A l’occasion de la 26ème Foire aux antiquités de Plemeur
Bodou, au Château de Kerduel, Aline Zalay et Clothilde
Seitz, étudiantes en Campus Métiers de la Culture et en 3ème cycle
Marché de l’art, ont organisé des ateliers pour enfants, des
animations de danse bretonne et des visites de la foire. Cette
année, Aline Zalay soutient son titre sur ce projet en développant l’offre par des propositions musicales et une exposition d’art
contemporain.
7. Dans le cadre du Prix VMF 2007 de l’IESA, les étudiants de
2ème année Campus ont réalisé un projet de valorisation pour le
village médiéval de Brancion, à la demande de l’Association La mémoire médiévale. Cette étude s’est déroulée en trois
phases : étude historique, étude de l’environnement culturel et
historique, proposition d’actions de valorisation.
16
8. Elisabeth Addad, Fanny Costiou, Chloé Dobat, Julie Leveau
et Xiao Song, étudiantes en 2ème cycle, ont produit et réalisé la
communication d’un concert du Créole Jazz Orchestra
au Studio de l’hermitage (Paris).
8
5
5. Le chant des cieux nuageux. Jessica Mompiou et Laetitia
Delaloye, étudiantes en 3ème Cycle ont réalisé un documentaire
sur les Gnaouas au Maroc. La bande-annonce du documentaire a
été projetée lors du Salon de TV (Porte de Versailles) et plusieurs
projections ont eu lieu à Paris : à l’Espace Bernanos ou à l’Institut du Monde Arabe lors de l’exposition de photographies
« Mémoires d’eux Gnaouas ».-
6
7
1
1. « Kino3 ». Charlotte Warroude et Baptiste Piver, étudiants
en 3ème année, ont proposé un « Kino Kabaret » à Mains d’œuvres. Le concept « Kino », forme particulière de court-métrage
qui consiste à réaliser un film en très peu de temps – 48 heures –
et avec très peu de moyens.
2. «Voyages des thés». Dans le cadre du «Week-end des
jardiniers du château du Lude» 2006, à l’invitation de la comtesse de
Nicolaÿ, des étudiantes de 3ème année, ont proposé une exposition
exceptionnelle dédiée à la divine boisson dans les salles du
château et le jardin. Ateliers de jardinage, dégustations, conférences, animations et cérémonies du thé ont rythmé la fête.
3. «Le Festival Blue Valentine». A l’occasion de la Journée
de la Femme, met à l’honneur la révolutionnaire Olympe de
Gouges et développe les thèmes de l’Amour et de la Liberté
féminine, du Voyage et de l’Exclusion. Les 10 et 11 mars au Théâtre
du Temps (Paris 11ème) avec la participation de nombreux étudiants de 3e cycle métiers de la culture. Le Festival est la vitrine de
la Compagnie Théâtrale Brocéliande.
6
2
5
4
7
4. «Légendes astèques». Claudia Calvo Gomez et Nathalie
de Guerin, étudiantes en 3ème Cycle, ont conçu et organisé un
spectacle mêlant théâtre, poésie, chant et danse autour des légendes de l’une des plus brillantes civilisations pré-colombiennes.
Mis en scène par Lorenzo Gomez Chelius, à la Cité Universitaire
- Casa de México.
5. «Fête de la Saint-Honoré». À l’occasion du banquet
de la Saint-Honoré, à l’église Saint-Roch (Paris), les étudiants
de 1ère année Campus ont proposé des animations variées :
musique, poésie, danse et théâtre, vidéoprojection, slam,
cracheurs de feu et jongleurs... «du luth au slam».
6. «Sphère Nomade». Chloé Chevaleyre, Camille Prévot et
Carole Dupré, étudiantes en 2ème année, ont organisé «Sphères
Nomades» festival de théâtre le 30 juin 2007 dans les Arènes
de Montmartre de 13h30 à 21h30. C’est en souhaitant soutenir
l’action de Magisphère Niger, une association humanitaire qui
oeuvre pour l’éducation des enfants touaregs du Niger, que le
festival Sphères Nomades est né.
3
7. «Liszt». Des étudiants de Campus, passionnés par l’œuvre
de Liszt, ont produit une exposition interactive sur ce moment
clé de l’histoire de la musique : la création de la forme «récital»
par Liszt, le premier pianiste à avoir assuré tout un concert seul
sur scène. Dans les salons de I’Institut culturel hongrois à Paris,
généré par Rosane Perseguers.
8. « Soirée de parrainage au Château d’Ecouen » Pour
fêter le départ d’Alain Erlande Brandenburg du Musée national
de la Renaissance, les étudiants ont organisé un dîner de gala
dans la célèbre galerie de Psyché, écrin de la tenture de David
et Betshabée, ainsi qu’un spectacle d’escrime artistique autour
d’Aude Nocetti, 3ème cycle, et de hip hop sur les pavés de la cour
d’honneur, dirigé par Chloé Faure et Jeanne Roche, étudiantes
en Campus.
9. «Fête à Ambleville». Pour fêter le printemps, Me Olivier
Coutau-Bégarie, propriétaire du château d’Ambleville, et
Françoise Schmitt ont organisé, en partenariat avec l’Association
internationale Saint-Roch, un dîner blanc où les narcisses, fleurs
phares du jardin à l’italienne d’Ambleville, étaient à l’honneur. Les
étudiants ont organisé un spectacle de théâtre et de fauconnier
dans le domaine.
8
9
17
Alain Erlande Brandenburg
Conservateur général honoraire du patrimoine
Directeur scientifique de l’IESA
Ancien directeur adjoint des musées de France,
ancien directeur des Archives de France, des Musées nationaux du Moyen-Âge
- Thermes de Cluny et de la Renaissance - Château d’Ecouen.
L’Institut d’Etudes Supérieures des Art est une structure
qui vit ce qu’elle enseigne. Du marché de l’art aux métiers
de la culture et de la communication numérique, il met au
cœur de ses formations le rapport aux publics. Mettre à la
disposition de tous l’art ancien comme la création contemporaine, le patrimoine comme les productions de spectacle
vivant, c’est avant tout apprendre à regarder et à transmettre. Les professionnels qui interviennent à l’IESA ont tous
cette volonté d’ouvrir les yeux des étudiants, d’ouvrir leur
esprit et de leur donner cette générosité qui leur permettra
d’être des acteurs culturels performants sachant s’adapter
aux évolutions des besoins du monde culturel. La rigueur
scientifique y côtoie la réactivité professionnelle, les acteurs
publics comme les responsables de structures privées apportent cette même volonté de donner aux étudiants toutes les cartes pour réussir leur parcours professionnel. La
dimension internationale de l’IESA est également un atout
professionnel particulièrement important pour tous
les étudiants, jeunes comme adultes.
18
formation
action
production
Au cœur de la vie artistique et culturelle,
l’IESA met la richesse de son réseau professionnel
au service de ses étudiants
19
Du contenu, de la méthode et du sens
au service du terrain.
Garantir la rigueur et l’efficacité des formations
La formation allie, depuis 1985, un enseignement méthodologique et
professionnel à la réalisation de projets et de stages tout au long de
l’année. Afin de donner aux étudiants des méthodes de travail, des
connaissances pratiques et professionnelles qui leur permettent d’intégrer efficacement le monde du travail, la formation est dispensée par
des professionnels spécialisés, reconnus dans leurs domaines d’activité
(valorisation du patrimoine, spectacle vivant, montage d’exposition,
communication et médiation, financement et mécénat, administration
et droit…), permettant ainsi une acquisition rapide des savoirs et des
savoir-faire dans le cadre d’une pédagogie active.
Conseil scientifique du département
métiers de la culture
Garant de la rigueur des cursus et des méthodes d’enseignement.
Alain Erlande Brandenburg, conservateur général honoraire du
patrimoine (directeur).
Diplômé de l’Ecole nationale des Chartes et de la section supérieure de l’Ecole
du Louvre, ingénieur au CNRS, il est spécialiste du Moyen-Age. Il a dirigé les
musées nationaux du Moyen-âge (Thermes de Cluny) et de la Renaissance
(Château d’Ecouen), a été adjoint au directeur des Musées de France et
directeur des Archives de France. Ses nombreux ouvrages, articles et catalogues ainsi que son enseignement (EPHE, Ecole des Chartes, Ecole du Louvre)
ont permis de renouveler l’étude de l’histoire de l’art du Moyen-Age.
de l’orfèvrerie française au laboratoire de l’unité mixte du CNRS et
conseiller scientifique à la direction de la Caisse nationale des Monuments
historiques et des sites devenue MONUM, puis Centre des Monuments
Nationaux. Secrétaire générale de l’ICOM, elle a présidé son comité international des arts appliqués.
Denis Lavalle, conservateur général du patrimoine.
Après des études d’histoire de l’art à l’Université de Paris IV, il a été
pensionnaire à l’Académie de France à Rome. Il est chargé de mission
à la Direction de l’Architecture et du Patrimoine pour les palais nationaux
et le suivi des grands mécénats. Spécialiste de la peinture des XVIème et
XVIIème siècles ainsi que des grands décors, il est également un excellent
connaisseurde l’art moderne et contemporain et des politiques de présentation des œuvres dans les musées et les expositions.
Conseil professionnel du département
Métiers de la Culture
Claire Andries, secrétaire-général et directeur des productions du Théâtre
national de Chaillot
Marianne Eschet, délégué général de l’Admical
Emmanuel Gérard, directeur de l’agence d’ingénierie Ipolis
Alain Lamaignère, directeur de salons d’art contemporain
François Missonnier, directeur des festivals Rock en Seine et EuropaVox
Catherine Arminjon, conservateur général honoraire du patrimoine.
Chargée de mission pour les expositions de la direction du patrimoine
ainsi que pour la Cité de l’architecture et du patrimoine, Musée des
monuments français, elle a été responsable de l’étude sur les poinçons
20
Alain Erlande Brandenburg
à Notre Dame de Paris.
Denis lavalle : conférence
dans la chambre de Lorenzo,
au Palais Vecchio.
Catherine Arminjon
aux côtés de Vincent Timothée
au théatre du Châtelet.
Les professeurs responsables d’Unités d’Enseignement
Droit et Administration : Jacques Charpillon, ancien chef de
l’inspection générale du Ministère de la culture.
Ancien élève de l’ENA, il prend une part active à la modernisation du ministère de la culture : promotion de l’économie culturelle et du mécénat,
des technologies numériques, systèmes d’information intégrés. Il prend
enfin la direction de l’inspection générale du ministère jusqu’en 2007.
Lors de la fondation de l’Institut national du patrimoine, il crée le premier
enseignement «diffusion-médiation du patrimoine».
Economie de la culture : Xavier Dupuis, chercheur au CNRS.
Détaché à l’Université Paris Dauphine, co-directeur du Master 2 « Management des organisations culturelles », il a consacré tous ses travaux
à l’économie de la culture en s’attachant particulièrement au secteur du
spectacle vivant et au thème de l’évaluation des politiques publiques. Il a
aussi exercé pendant plusieurs années une activité professionnelle dans
le secteur culturel (Opéra Royal de Wallonie et Opera Europa).
Exposition et régie d’œuvre : Corinne Bocquet, responsable de
la logistique à la Fondation Cartier pour l’art contemporain.
Après une formation à l’école des Beaux-Arts d’Amiens, puis à l’école
nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, spécialisation scénographie et décor de théâtre, elle entre en 1977 au Musée national d’art
moderne - Centre Georges Pompidou en qualité de conférencière, puis à
la régie des expositions et enfin en tant que conservateur adjoint. Elle rejoint ensuite l’équipe de la Fondation Cartier pour l’art contemporain.
Histoire de l’art : Serge Legat, diplômé de l’Ecole du Louvre et
conférencier des Musées nationaux.
Serge Legat enseigne à l’IESA l’étude historique et stylistique de l’art
du XVe au XVIIIe siècle. Depuis des années, il partage ses connaissances
avec un public d’amateurs, multipliant les conférences dans les musées
et institutions en France et à l’étranger. Professeur à l’école nationale
d’architecture de Paris-Val-de-Marne, il est également Vice-Président de
l’Association des amis du Musée Gustave Moreau.
Patrimoine et Ingenierie culturelle : Marc Puig, consultant.
Concepteur-réalisateur de produits touristiques et culturels – DEA de géographie rurale, Marc Puig a 25 ans d’expérience de direction de services
culture, tourisme, patrimoine et métiers d’art pour les collectivités territoriales : développement et mise en œuvre des techniques d’interprétation,
(création de circuits de visites, parcours théâtralisés, muséographie du
patrimoine…). Expert théâtre DRAC Languedoc Roussillon (1997-2000).
spectacle vivant : Claude Véron, président de l’Association
«Jeunes talents Cirque Europe», responsable du réseau « Transdisiplinary
European Art Magazine».
Diplômé en sciences de l’éducation et de sociologie, il a été responsable
national du département activité et cultures aux CEMEA, chargé de projets
d’accompagnements d’événements culturels. Il devient ensuite Délégué
général de Marseille Objectif Danse, directeur de l’association Pépinières
européennes pour jeunes artistes, puis le premier directeur de l’association
Relais Culture Europe. En 2006, il rejoint les Editions du Mouvement.
Tourisme culturel : Alain Monferrand, Président de l’Associa-
Financement culturel : Jean-François Dubos, secrétaire géné-
ral et secrétaire du Conseil de surveillance et du Directoire de Vivendi.
Maître des Requêtes au Conseil d’État (en disponibilité), passionné par
la culture, il est secrétaire général de l’Association du Festival d’Aix en
Provence, administrateur des rencontres photographiques d’Arles et
président des amis de la Maison Européenne de la Photographie. Il a
également été secrétaire général de la Fondation du Patrimoine et administrateur de l’Association Française d’Action Artistique.
tion Vauban et Secrétaire délégué du Comité d’Histoire du Ministère de
l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement
du territoire, Conseil Général des Ponts et Chaussées.
Architecte DPLG, docteur en géographie, diplômé d’études supérieures
d’urbanisme, diplômé de l’Ecole nationale des ponts-et-chaussées.
Depuis 1985, il a fait sa carrière au sein des ministères chargés du tourisme, comme conseiller technique, chargé d’inspection générale avant
de devenir secrétaire général du Conseil national du tourimse puis directeur de l’Observatoire du tourisme (Odit-France).
21
L’ouverture internationale
Des stages et un réseau professionnel à l’international
Des stages en Europe grâce à la Charte Erasmus
Des projets a l’international
Grâce à l’obtention de la Charte Erasmus élargie aux stages, les étudiants
de l’IESA peuvent bénéficier de bourses pour effectuer un stage de trois
mois à l’étranger. Les demandes sont à déposer au service des stages
où elles seront instruites. Les stages liés à un projet professionnel seront
retenus en priorité.
Parmi les projets d’étudiants, nombreux sont ceux qui se déroulent à
l’international, certains dans le cadre d’Erasmus.
Une convention avec le Ministère des Affaires Etrangères
Pour permettre aux étudiants d’effectuer des stages au sein d’ambassades,
de centres culturels français et d’institutions françaises à l’étranger, l’IESA
a signé une convention avec le Ministère des Affaires Etrangères. Pour
bénéficier de cette convention (qui ne donne pas de droit à une bourse),
les étudiants doivent se renseigner auprès du bureau des stages.
Un réseau international d’anciens, de professeurs
et d’amis
Grâce aux anciens étudiants travaillant à l’étranger, aux professeurs invités
et aux nombreux responsables d’institutions qui soutiennent les formations de l’IESA, notamment à Bruxelles, Florence et Londres, le service
des stages bénéficie d’un réseau d’entreprises et d’institutions prêtes
à accueillir les étudiants pour des stages de deux à six mois.
Ce réseau est complété par les soirées internationales, organisées tout
au long de l’année à l’IESA, qui permettent aux étudiants de rencontrer
des personnalités de différents pays ainsi que de découvrir les cultures et
les créations artistiques étrangères. A travers ces nombreux témoignages,
dont ceux des cent étudiants étrangers de l’IESA qui représentent chaque
année plus d’une quarantaine de pays, un réseau culturel international
existe et vit au quotidien.
22
SEOUL [R]EVOLUTIONS proposé par Chloé Dobat, étudiante
•en Le2 projet
cycle, s’articule autour de la découverte de la société coréenne
ème
contemporaine et essentiellement de l’exploration de la ville de Séoul.
À partir d’un voyage de recherche, une exposition de photographies
présentera la ville vue d’un regard extérieur auquel les visiteurs français
pourront s’identifier ainsi que des travaux d’étudiants d’art de la prestigieuse université Kyung Hee. Les lycéens francophones de Séoul pourront
participer à un concours de photographies organisé par l’Ambassade
de France en Corée et proposer des clichés présentant leur quotidien.
Réalisation du projet au printemps 2010.
Du 3 juin au 14 septembre 2008, le Musée National d’Art Moderne
•et Contemporain
de Prague a exposé dans ses murs la « Triennale d’art
contemporain ». Mathilde Blostin, étudiante en 3ème année, a proposé
aux organisateurs d’enrichir leur offre en préparant des visites en français
et en allemand. Dans le cadre d’un stage Erasmus, elle a conçu et généré
cette nouvelle programmation : réalisation d’affiches publicitaires, diffusion
de l’information auprès des organismes compétents, gestions des publics,
préparation de matériels pédagogiques : un réel succès.
2004 l’IESA est adhérent à Campus
•FranceDepuis(agence
nationale pour la promotion de
l’enseignement supérieur français à l’étranger)
placée sous la tutelle du ministère des Affaires étrangères et européennes
et des ministères de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et
de la Recherche.
La Charte Erasmus
Les échanges au cœur du projet pédagogique de l’IESA
Le développement de la création et de la diffusion artistiques, qui est au
centre du projet d’enseignement de l’IESA, trouve largement sa source
et sa pérennité dans les échanges internationaux d’inspiration et d’expériences. La professionnalisation des métiers de la culture est une tendance
durable qui conduit à des besoins accrus de compétences à intégrer aux
cursus d’éducation supérieure et de formation permanente. Ces besoins
doivent être identifiés, de façon continue, en particulier par des échanges
internationaux, les enseignements ajustés en permanence compte tenu
des évolutions rapides des secteurs culturels. Les échanges internationaux
sont le moyen privilégié d’assurer l’anticipation des pratiques, des attentes ainsi que l’identification des comportements et des compétences qui
devront être mises en œuvre. Cette démarche d’anticipation caractérise
le mode de développement de l’offre d’enseignement de l’IESA et explique
son implication dans des échanges avec des établissements d’enseignement
en Europe et dans d’autres pays. L’expression culturelle doit fonder ces
échanges pour que l’association des cultures se concrétise et se dynamise
dans des projets culturels d’intérêt et d’enthousiasme communs.
L’accueil des étudiants étrangers
Le pôle international aide les étudiants étrangers au moment de leur arrivée en France (suivi personnalisé des inscriptions, test de français
et sessions de Français langue étrangère (FLE), aide administrative et pour
le logement (privé, en résidence universitaire ou en famille d’accueil) ainsi
que durant leurs études (suivi des résultats et des stages en lien avec les
responsables pédagogiques, cours de FLE et de culture française et
européenne, soutien et tutorat si nécessaire, insertion dans la vie
culturelle parisienne). Il informe les étudiants des possibilités de formations
ou programmes d’échanges à l’étranger ainsi que des possibilités de stages.
23
En haut : échange culturel en Toscane.
En bas : 9 mai 2009 : Fête de l’Europe, les étudiants de l’IESA sont invités au Quai d’Orsay.
Les formations du département
Métiers de la culture et de l’événement
Former les étudiants aux métiers de la culture
et de l’événement
Dans le cadre de la réforme de l’enseignement supérieur et de son
harmonisation européenne (processus de Bologne), le département
Métiers de la culture et de l’événement propose aux étudiants trois
cycles de formation :
• Le 1er cycle Campus en trois ans (après le baccalauréat), permettant le
passage du titre certifié par l’Etat au niveau II «Spécialiste-conseil en biens
et services culturels», et poursuivre à l’IESA le 2ème cycle (niveau I).
• Le 2ème cycle en deux ans (après une licence), permettant le passage du
titre certifié par l’Etat au niveau I «Administrateur de projets culturels»,
• Le 3ème cycle professionnel d’un an (après un master), permettant
également le passage du titre certifié par l’Etat au niveau I «Administrateur de projets culturels».
Permettre aux professionnels et aux amateurs
de se spécialiser
Le département Métiers de la culture et de l’événement propose également aux professionnels et aux amateurs des cours à la carte (de 12h à
72h) et des cycles courts (de 1 à 5 jours). Des formations longues leur
permettant d’acquérir une spécialisation dans les domaines de la gestion
de projets culturels sont également programmées.
Dans le cadre d’une reconversion professionnelle ou d’une professionnalisation, ils peuvent présenter les titres certifiés par l’Etat «Spécialisteconseil en biens et services culturels» (niveau II) ou «Administrateur de
projets culturels» (niveau I).
24
Le montage d’exposition
Définir un thème, sélectionner et localiser les œuvres, mettre en place des
contrats avec les artistes ou les prêteurs, les assurances, le scénographe, le
transporteur, élaborer un rétro-planning, définir une stratégie de partenariat et de communication, organiser le vernissage, recherche de publics...
L’organisation de festival et spectacle vivant
Musique - Danse - Théâtre - Arts de la Rue - Cirque
Définir un thème, procéder à une recherche documentaire systématique sur le(s)
sujet(s), identifier les personnes-ressources, cibler un public, rechercher un lieu,
rassembler les partenaires, bâtir une stratégie de communication, déterminer les
étapes de préparation de l’événement, mettre en œuvre la logistique...
La communication culturelle
Concevoir une stratégie média et hors média, rédiger un communiqué de presse,
élaborer un dossier de presse, un dossier de partenariat, de mécénat, sélectionner les visuels, les formats, les supports, réaliser un mailing, travailler sur bases
de données informatisées, bâtir un retro-planning, organiser une relance presse,
un voyage de presse, assurer un suivi durant l’événement, en dresser le bilan...
La médiation culturelle
Identifier les outils mis à disposition du médiateur, les hiérarchiser,
construire un discours, sensibiliser les spectateurs-visiteurs à de nouvelles
thématiques, prendre en compte la disparité des publics et leurs attentes,
développer des outils de médiation à destination des publics spécifiques...
L’ingénierie et le tourisme culturels
Etablir une étude de faisabilité, décrire le site, mettre en lumière ses
atouts et ses points faibles, procéder à une analyse de la concurrence,
proposer des scénarii de développement, procéder à des analyses
comparatives de leur pertinence, détailler le scenario choisi : descriptif
du projet, interêt, originalité, légitimité, faisabilité économique et
conditions de mise en oeuvre...
Pour les adultes en formation
professionnelle ou personnelle
CONDUITE DE PROJETS CULTURELS
3ème cycle professionnel
1 an
2 options > Valorisation du patrimoine
naturel
> Web Culturel
Présentation du Titre certifié niveau I
validation
Pour les étudiants…
… après le baccalauréat
Campus Metiers de la culture
et de l’Evenement
1er cycle Campus
3 ans
1ère année commune - 60 ECTS*
… sur test et dossier
après un bac+2 validé
Entrée par équivalence :
2 ans
Administrateur de projets culturels
et Certificat IESA
2ème & 3ème années - 120 ECTS*
trois options : spectacle vivant et musique,
Exposition, Patrimoine et tourisme
Présentation du Titre certifié niveau II
validation
Spécialiste - conseil
en biens et services culturels
et Certificat IESA Campus
Cours à la carte,
cycles courts,
MODULES
à partir de 6 heures
Choix de cours au sein des
cours d’initiation et de spécialité
cycles courts professionnels
MODULES
du département.
… après la licence
ou un 1er cycle
COMMUNICATION ET FINANCEMENT
DE LA CULTURE
validation
Certificat IESA
2ème cycle
2 ans
4ème & 5ème années - 120 ECTS*
Présentation du Titre certifié niveau I
validation
*ECTS : le système européen de transfert et d’accumulation de crédits
(European Credits Transfert System) est fondé sur la charge de travail
de l’étudiant et permet de valider des cursus effectués dans d’autres
établissements européens.
Une année universitaire correspond à 60 crédits.
Administrateur de projets culturels
et Certificat IESA
CONDUITE DE PROJETS CULTURELS
… après un master 1
3 cycle professionnel
1 an
ème
2 options > Valorisation du patrimoine
naturel
> Web Culturel
1 année - 60 ECTS*
Présentation du Titre certifié niveau I
validation
Administrateur de projets culturels
et Certificat IESA
25
26
Nicolas Vial,
Un tramway nommé désir,
Le Monde, 15 décembre 2006.
Les formations
pour étudiants
27
Le 1er cycle Campus
Une formation professionnalisante en 3 ans. Trois options de spécialisation : Exposition, Spectacle vivant
(théâtre, Danse, Musique, Cirque et Arts de la Rue), Patrimoine et tourisme. Titre Spécialiste-conseil en biens et services
culturels certifié par l’Etat au niveau II et inscrit au RNCP. Entrée possible par équivalence en 2ème année.
Le 1er cycle en trois ans est une «formation-action» fondée sur l’acquisition
de savoir-faire professionnels et la réalisation de projets. Elle offre aux étudiants un enseignement transversal leur permettant d’acquérir les
compétences de porteur de projet culturel qu’il s’agisse de montage
d’exposition, de production de spectacles vivants (théâtre, danse, musique, arts de la rue et cirque) ou de valorisation et de mise en tourisme
du patrimoine.
L’étude des formes artistiques (histoire de la création) et l’analyse de l’offre
culturelle (étude des publics et des productions) se fait par des professionnels
qui partagent avec les étudiants leurs connaissances du terrain
et leur permettent d’acquérir une grille de lecture critique du
du bac à bac +3,
contenu d’un projet culturel. Les cours in situ dans les grandes
« une formation-action »
institutions culturelles permettent également de mieux appréhender ce milieu de la culture tant dans ses productions que dans ses fonctionnements (métiers, partenaires et modes de fonctionnement).
Les professionnels-enseignants (consultants, producteurs, responsables de médiation...) leur apportent les méthodologies nécessaires à la réalisation d’études
de publics, de production de spectacle ou d’exposition, d’analyse d’un site ou
d’un territoire et de sa mise en tourisme, de mise en œuvre d’un projet de
médiation ou de réalisation d’une campagne de communication. L’acquisition
de ces savoir-faire est appuyée sur des réalisations concrètes grandeur réelle.
Cette formation générale est complétée en 2ème et en 3ème années par des cours
de spécialisation suivant l’option choisie par l’étudiant : montage d’exposition,
spectacle vivant ou patrimoine et tourisme culturel, ainsi que de séminaires sur
culture et handicap, culture et solidarité....
Enfin, à travers l’étude de l’économie culturelle, du droit du patrimoine,
de la propriété intellectuelle et du mécénat, de l’étude du fonctionnement
28
de l’administration culturelle, les étudiants acquièrent les réflexes indis-
pensables à la maîtrise des données administratives, juridiques, fiscales
et financières des projets culturels.
Le titre certifié par l’Etat (niveau II)
Les étudiants ayant validé l’ensemble des matières du 1er cycle
peuvent passer le titre de l’IESA «Spécialiste-Conseil en biens et
services culturels», certifié au niveau II par l’Etat et inscrit au Répertoire National de la Certification Professionnelle.
Les examens du titre sont composés d’un écrit d’admissibilité composé
de trois épreuves de 3 heures et d’un oral final. Les épreuves se déroulent en septembre.
Pour valider le titre, les étudiants doivent également passer le TOEFL
(Test of English as a Foreign Language). Des cours d’anglais les y préparent durant l’ensemble de la formation.
L’insertion professionnelle
Dès la 1ère année, les étudiants effectuent des stages en entreprise. Si
en 1ère année les stages permettent plutôt aux étudiants de découvrir
les métiers de la culture et de choisir leur option de spécialisation, ils
deviennent, dès la 2ème année et particulièrement en 3ème année, un véritable lieu complémentaire de formation en fonction de leurs domaines
de spécialisation et de leurs projets professionnels.
Tous les étudiants sont parrainés dès la première année de leur formation par un professionnel qui peut les aider à la réalisation de leur projet
personnel et à leur intégration au monde du travail.
S’ils le souhaitent, les étudiants ont la possibilité d’effectuer la 2ème et la
3ème années en contrat de professionnalisation.
En participant aux nombreux salons et projets grandeur réelle organisés par l’IESA ou pour lesquels l’IESA est partenaire (FIAC, Slick, Rock
en Seine...), les étudiants ont la possibilité de se constituer un «carnet
d’adresses» qui favorisera leur insertion.
L’ouverture internationale
Les formations prennent également en compte les projets européens et les
problèmes de coproduction internationale essentiels à la réalisation et au
financement d’une grande partie des projets culturels. Grâce au partenariat
avec les Conseillers du Commerce Extérieur, les étudiants sont également
formés au dialogue interculturel ainsi qu’à la communication internationale
dans le cadre de l’entreprise. Ces cours leur permettent de
Apprendre
mieux évaluer les attentes des entreprises partenaires dans
à mettre ses idées
le cadre de projets internationaux ainsi que les spécificités
en pratique
culturelles des grands pays avec lesquels ils travailleront.
Dans le cadre d’Erasmus et de la convention signée avec le Ministère des
affaires étrangères, les étudiants de 2ème ou 3ème année peuvent également suivre un semestre de cours ou effectuer des stages à l’étranger.
Quels métiers ?
Chargé de projets culturels, chargé de production ou de diffusion (spectacle vivant, musique, industries culturelles), cadre de structure de production ou d’agence d’événementiels, chargé de mécénat en entreprise,
chargé des relations publiques ou de médiation culturelle, tourneur, animateur du patrimoine ou d’environnement local, chargé de la communication ou de relations presse, journaliste...
La majorité des étudiants trouve un travail dans sa spécialité à la suite
des stages. Certains poursuivent un cursus universitaire ou effectuent un
séjour à l’étranger, afin de compléter leur formation ou travailler.
Le rythme cours / stage
En 1ère année, les étudiants suivent sur l’ensemble de l’année trois
jours de cours par semaine et sont les deux autres journées en stage
en entreprise. Au mois de février, ils effectuent un stage à temps plein.
Ils peuvent également effectuer un stage à temps plein en septembre
et durant les mois de l’été.
En 2ème et 3ème années, les étudiants partagent leur formation entre
cours (2,5 jours / semaine) et stage (2,5 jours / semaine). Ils ont cours à
temps plein au mois de février et effectuent trois mois de stage à
temps plein de mai à juillet. Cela permet aux étudiants de pouvoir
suivre des projets complets durant leur stage à une période où l’activité culturelle en France est très importante (festivals, tourisme...).
Cette période est également pour eux l’occasion d’effectuer un
stage à l’étranger, notamment dans le cadre des bourses Erasmus.
L’option de spécialisation
Si la formation de 1re cycle est pluridisciplinaire sur les trois ans, les étudiants choisissent en 2ème et 3ème année une option de spécialisation en
fonction de leur projet professionnel. Cette option d’une demi-journée
par semaine leur permet de se spécialiser dans l’analyse et la conduite
de projets dans l’un des trois domaines suivants : montage d’exposition,
spectacle vivant, patrimoine et tourisme culturel.
Durant les cours de cette option, les étudiants sont également coachés par
des professionnels pour réaliser leur projet de fin de 1re cycle.
Ils peuvent enfin poursuivre leur formation à l’IESA dans le cadre du
2ème cycle Communication et Financement de la Culture afin d’obtenir le titre « Administrateur de projets culturels», certifié par l’Etat au
niveau I.
29
Des étudiants en 1ère année, 2008-2009.
tableaux horaires
Le projet de fin de 1er cycle
Durant le 1er cycle, les étudiants doivent réaliser au moins un projet
personnel «grandeur réelle» qu’ils présentent également lors de l’oral
du titre «Spécialiste-Conseil en biens et services culturels». Ce projet
est essentiel à la validation du cycle, il permet à l’équipe pédagogique
d’évaluer les compétences professionnelles de l’étudiant et son aptitude
à mener un projet, de sa conception à sa réalisation.
Ils sont suivis durant leur formation par des professionnels qui les aident dans
la réalisation de ce projet ainsi que dans sa formalisation et sa présentation.
Le suivi de ce projet fait l’objet de coaching personnel et de séminaires de méthodologie dans le cadre de l’option de spécialisation en 2ème et 3ème années.
1ÈRE année Métiers de la culture
Matières
Les examens
Semestre 1
La formation est validée par des examens à la fin de chaque semestre.
Pour chaque semestre, l’étudiant reçoit un bulletin regroupant les notes
obtenues à l’ensemble des examens, ainsi que l’appréciation du service
des stages, de la direction pédagogique ainsi que de la direction générale.
Au second semestre, les stages sont validés par la remise d’un rapport écrit
et une soutenance orale.
L’entrée par équivalence
Les étudiants ayant déjà validé un bac+2 (BTS tourisme, administration
des entreprises, marketing...) peuvent, sur dossier et entretien, accéder
directement à la 2ème année. Ils doivent néanmoins suivre les cours fondamentaux de rattrapage durant la deuxième année.
3030
Volume horaire
Semestre 2
Cours
TD
Histoire de l’art et des civilisations I - Antiquité
Histoire générale du spectacle vivant
et de la musique
Anglais
Politiques publiques en faveur de la culture I
Communication et relations presse
Tourisme culturel
Etude des publics
Économie et métiers de la musique
Technique de médiation
Culture générale et méthodologie
Culture juridique
Bureautique et initiation Photoshop
Visites - Connaissance des lieux culturels
Technique de recherche de stage / entrainement
de prise de parole en publique
36
24
24
0
24
24
24
24
24
24
24
24
24
0
0
24
0
0
0
24
0
0
0
0
0
36
0
12
Histoire de l’art et des civilisations I - Moyen Age
Histoire générale du spectacle vivant
et de la musique
Anglais
Politiques publiques en faveur de la culture I
Etude des publics
Tourisme culturel
Spectacle vivant
Cinéma
Gestion et comptabilité
Visites - Connaissance des lieux culturels
Technique de recherche de stage / entrainement
de prise de parole en publique
Monter un projet culturel
Coaching de projet de groupe
36
24
24
0
24
24
24
24
24
24
0
0
24
0
24
0
0
0
0
36
0
18
0
12
0
24
3èME année Métiers de la culture
Volume horaire
Matières
2
èME
année Métiers de la culture
Volume horaire
Matières
Histoire des civilisations II - XV -XVIII siècles
Histoire de l’art II - XVe-XVIIIee siècles
Anglais
Politiques publiques en faveur de la culture II
Organisation du territoire
Tourisme culturel
Médiation culturelle
Méthodologie et réalisation
de montage d’exposition
e
Semestre 3
Spécialité
Semestre 4
Spécialité
e
Cours
TD
12
36
0
24
24
24
24
0
24
24
0
0
0
0
24
0
Semestre 5
Spécialité
Montage d’exposition
Coaching projets
24
0
Spectacle vivant
Coaching projets
24
0
Patrimoine et tourisme culturel
Coaching projets
24
0
12
36
0
24
24
24
0
24
24
0
0
0
24
24
0
0
24
0
0
24
Histoire des civilisations II - XVe-XVIIIe siècles
Histoire de l’art II - XVe-XVIIIe siècles
Anglais
Organisation du territoire
Politiques publiques en faveur de la culture II
Culture juridique 2
Méthodologie du diagnostic
et développement de projet
Mécénat et partenariat
Montage d’exposition
Cours : la scénographie
Coaching projets
Cours TD
Histoire de l’art et des civilisations III - XIX siècle
Anglais
Droit de la propriété littéraire et artistique
Droit du patrimoine
Organisation et financement de la culture
Mise en marché
Marketing et communication
Musiques actuelles et industrie musicale
Techniques de recherche d’emploi et création de
structures
e
Spectacle vivant
Cours : Montage d’une production
Coaching projets
24
0
0
24
Patrimoine et tourisme culturel
Cours : La mise en valeur d’un site
Coaching projets
24
0
0
24
Semestre 6
Spécialité
Montage d’exposition
Cours : muséologie, muséographie
Coaching projets
Spectacle vivant
Cours : Montage d’une production musicale
Coaching projets
Patrimoine et tourisme culturel
Cours : Etude de faisabilité d’un projet de mise en
valeur de site
Coaching projets
Histoire de l’art et des civilisations III - XIXe siècle
Anglais
Economie de la culture
Gestion d’une production de spectacle
Marketing et communication
Réalisation de site internet
Industries culturelles (hors musique)
Les produits dérivés culturels
Marketing et luxe (interventions des conseillers du
commerce extérieur)
Montage d’exposition
Cours : Présentation et mise en valeur de la création
artistique
Coaching et techniques de recherche d’emploi
Spectacle vivant
Cours : la production d’une pièce de théâtre, la
production d’un opéra
Coaching et techniques de recherche d’emploi
Patrimoine et tourisme culturel
Cours : Etude de faisabilité d’un projet de mise en
valeur de site
Coaching et techniques de recherche d’emploi
36
0
24
12
12
24
6
24
0
24
0
0
0
0
0
0
0
12
24
0
0
24
24
0
0
24
24
0
0
24
36
0
24
24
24
8
12
4
0
24
0
0
0
7
0
0
12
0
24
0
0
24
24
0
0
24
24
0
0
24
31
Le 2ème cycle Communication
et Financement de la culture
Une formation professionnalisante en 2 ans après une licence ou le 1er cycle Campus IESA.
Un titre certifié par l’Etat au niveau I : Administrateur de projets culturels.
32
Dispensée par des professionnels de la communication et du financement, cette formation répond aux besoins croissants du secteur culturel
dans ses compétences spécialisées. Les intervenants, issus du secteur
culturel ou professionnels confirmés dans leur domaine d’intervention
(communication, économie et gestion, mécénat, multimédia...), apportent aux étudiants des savoir-faire de haut niDE BAC +3
veau. Ils les aident à transposer les connaissances acquises
AU NIVEAU MASTER
aux branches culturelles qu’ils souhaitent intégrer et les
préparent à être demain au cœur de la gestion des entreprises ou des
institutions de ces branches.
La formation propose un enseignement de haut niveau des techniques
de communication et des options stratégiques de mise en valeur d’événements, de productions, de sites ou de territoires. Elle permet également aux étudiants de se familiariser avec les nouvelles possibilités
de communication qu’offre internet (site, blog, newsletter, forum) pour
intégrer et mettre en œuvre des plans d’édition et de communication
numériques.
En assurant aux étudiants un enseignement exigeant et pragmatique dans le domaine de la gestion et de l’économie, mais également
du droit et de la fiscalité, notamment pour la recherche de fonds et
le mécénat, ce 2ème cycle offre la possibilité de maîtriser la gestion
financière d’un événement et la recherche de financements et d’en
assurer la mise en œuvre contractuelle.
Par des études de cas, et, durant la deuxième année, par le suivi et le coaching de projets «grandeur réelle» personnels et de groupe, les étudiants
développent des expériences de réalisation, de communication et de financement de projets culturels qui leur permettent d’accéder à l’emploi avec un CV
offrant déjà à l’employeur l’assurance de compétences opérationnelles. Par
les stages, les étudiants bénéficient enfin d’expériences professionnelles leur
permettant de mettre en pratique les compétences acquises dans des entreprises ou des institutions culturelles et de développer leur réseau relationnel.
Les projets
Chaque étudiant doit réaliser un projet personnel sur les deux ans. Il est
accompagné par un coach. Ce projet fait l’objet d’un rapport écrit et est
validé par une soutenance orale, devant un jury de professionnels avant
le départ en stage de 2ème année. Le projet doit être réalisé.
Les étudiants de chaque promotion montent également un projet dans
le cadre d’un séminaire de 2ème année.
Les étudiants qui viennent du 1er cycle Campus de l’IESA peuvent ainsi murir et compléter leur projet et même envisager par ce biais la création de leur propre emploi.
Le titre Administrateur de projets culturels
Les étudiants ayant validé l’ensemble du 2ème cycle peuvent passer le titre
de l’IESA, certifié au niveau I par l’Etat et inscrit au Répertoire National de
la Certification Professionnelle. Le Titre est composé d’un oral regroupant
la soutenance d’un projet personnel appuyé sur un dossier et une question
d’actualité. Les épreuves se déroulent en septembre ou en février.
Les stages
Durant les deux années de formation, les étudiants ont deux journées et
demi par semaine consacrées aux stages ainsi qu’un stage obligatoire de
trois mois à temps plein, de mai à juillet. Cette insertion professionnelle
fait partie de la formation. Le service des stages aide les étudiants à
trouver leur entreprise ou leur institution d’accueil et effectue, avec les
responsables pédagogiques, un suivi de l’insertion professionnelle. Fin
juillet, les étudiants soutiennent devant un jury de professionnels leur
rapport de stage. Le jury évalue leurs compétences professionnelles et
leur analyse du secteur culturel.
Le cursus
UE 1 : Techniques et stratégies de communication.
UE 4 : D
éveloppement des formes culturelles de 1945
à nos jours.
Pour valider leurs propositions et leurs choix, les opérateurs culturels
doivent être capables d’en faire une analyse critique tenant compte de
l’évolution et des tendances des formes culturelles en France et en Europe : patrimoine, arts plastiques, spectacle vivant (musique, théâtre,
danse, arts de la rue), cinéma. Un ensemble de cours, séminaires et rencontres permettra aux étudiants de développer cette capacité critique.
De l’action presse aux relations publiques et à la réalisation de plans
de communication multimédia, les étudiants maîtrisent l’organisation
et le fonctionnement des médias français et étrangers et apprennent à
construire une stratégie de communication.
Séminaire sur le thème du « Financement de la Culture »
UE 2 : F
inancement et gestion des projets
et des structures culturels.
Sous la direction de Jean-François Dubos, Secrétaire général et
Secrétaire du Conseil de surveillance et du Directoire de Vivendi.
Financer un événement ou une structure culturelle requiert des capacités pour rechercher les fonds (mécénat, sponsoring, subventions, fonds
de dotation...) et des savoir-faire pour les gérer. Etude exhaustive des
financements publics et privés ; gestion financière d’un événement,
d’une production ou d’un site ; mise en place de recettes additionnelles
(produits dérivés...). Choix des formes institutionnelles de gestion (partenariat public-privé, SEM, EPCC, régie, DSP...). Les étudiants acquièrent
les compétences et les savoir-faire les mettant en mesure d’assurer la
faisabilité financière des projets culturels qu’ils auront à conduire et d’en
assurer la mise en œuvre contractuelle tenant compte en particulier des
contraintes institutionnelles juridiques qui y sont liées.
Une série de conférenciers prestigieux interviennent
pour témoigner :
UE 3 : E
conomie de la culture : structure de l’offre,
analyse des pratiques et des publics.
Pour évaluer la faisabilité de leurs projets, les étudiants analysent l’environnement culturel et ses spécificités économiques. Industries culturelles (livre,
musique, cinéma), spectacle vivant, arts visuels ou patrimoine sont étudiés
et évalués en fonction de l’évolution des publics et des technologies.
• «le mécénat culturel» par Albane de Chatellus,
Secrétaire générale de l’Opéra Comique.
• «Le budget de la Culture» par Arnaud Roffignon, Conseiller
du Ministre de la Culture aux affaires budgétaires et fiscales
• «Le Financement d’un festival de musique» par Patrick Marijon, Directeur adjoint du Festival d’art lyrique
d’Aix en Provence.
• «Les instruments extérieurs : Culture France, Union Européenne, Ministère des Affaires étrangères» par Aldo Harlault,
Secrétaire général de Culture France.
• «Financer un événement culturel» par Laurent Flutto, Administrateur du «projet Bordeaux 2013», directeur de l’Escale du Livre.
33
le cursus
1ère année
Matières
Volume horaire
Cours
TD
Les médias : spécificités et typologie des publics
Communiquer : relations presse et publiques
Financement public et privé de la culture
Les contrats : salariés / prestataires / intermittents
Economie générale de la culture
L’Etat et les collectivités territoriales
Semestre 1
Les théories de l’art
Spectacle vivant
Anglais juridique et professionnel
Anglais artistique
Coaching d’un projet de groupe
Techniques de recherche d’emploi
24
24
24
12
24
12
12
48
0
0
0
0
6
6
6
6
0
0
0
12
12
12
24
6
Communiquer sur le web
Construire un plan média
Gestion et comptabilité de projet ou production
Recherche de fonds et mécénat
Structure des offres culturelles
Etude des publics de la culture
Semestre 2 Art contemporain
Photographie, vidéo, cinéma
Anglais juridique et professionnel
Anglais artistique
Coaching de projets de groupe
Techniques de recherche d’emploi
6
6
24
24
12
12
24
24
0
0
0
0
24
6
6
6
6
6
12
6
12
12
12
6
Stage professionnel
34
2ème année
3 mois (420 h)
Matières
Volume horaire
Cours
TD
Définir une identité et construire une image
Créer une charte graphique
Etablir un plan de communication multimédia
Choisir la structure juridique le mode de gestion
Utilisation commerciale d’un site web
Gestion de produits éditoriaux
Projet (coaching et autonomie)
Semestre 3
Economie et tourisme culturel
Les nouvelles tendances de l’art contemporain
L’interdisciplinarité dans l’art au XXe
Anglais juridique et professionnel
Anglais artistique
Coaching du projet personnel
Techniques de recherche d’emploi
12
0
12
12
12
12
0
12
0
0
0
66
24
24
24
0
0
0
0
0
12
6
12
12
12
6
Communication de crise et lobbying
Réalisation d’un site web
Développement de produits dérivés
Projet (coaching et autonomie)
Evolution des industries culturelles
Evolution des consommations
Semestre 4 Animation du patrimoine
Anglais juridique et professionnel
Anglais artistique
Coaching du projet personnel
Techniques de recherche d’emploi
12
12
12
0
12
12
12
0
0
0
0
6
60
12
30
0
0
0
12
12
12
6
Stage professionnel
3 mois (420 h)
PHOTO
35
Festival Rock, Pop, Folk MoFo - Mains d’Œuvres, janvier 2009 - © l. Corbière.
Le 3ème cycle professionnel
Conduite de projets culturels
Une formation professionnalisante en 1 an après un master 1 ou dans le cadre d’une reconversion professionnelle.
Un titre certifié par l’Etat au niveau I : Administrateur de projets culturels.
Composé de deux modules, Spectacle vivant et exposition et Valorisation du
patrimoine et tourisme culturel, ce cycle d’un an donne aux étudiants une
approche pluridisciplinaire de la culture qui répond à la mobilité des métiers
de la culture et à l’interdisciplinarité croissante des événements culturels et
des politiques de développement et de valorisation patrimoniales.
Le premier module fournit les compétences et les savoir-faire requis dans
la réalisation d’événements éphémères (danse, musique, théâtre, arts de la rue, expositions...) ; le
une année de spécialisation
second, celles nécessaires à des politiques de vaprofessionnelle : parfaire
lorisation ou de développement de territoires ou
ses compétences et
de sites (étude des publics, ingénierie culturelle et
s’intéger au marché
touristique, développement durable...) intégrant
une bonne connaissance des structures publiques (Etat et collectivités
territoriales) et des opérateurs privés.
Structuré par la réalisation de projets personnels et de projets en groupe,
conduits ou coachés par des professionnels, ce cycle propose une solide
formation à l’administration (gestion financière et contractuelle, recherche de financement, etc.) et à la réalisation (production et coproduction,
ingénierie patrimoniale et touristique, etc.) des projets. Un séminaire
facultatif sur la conduite de projets internationaux permet aux étudiants
de bénéficier d’un suivi professionnel des projets qu’ils souhaiteraient
mener à l’étranger.
Afin de mettre en valeur leurs projets et de permettre à des publics
différenciés de se les approprier, les étudiants travaillent avec des professionnels sur les outils et techniques de médiation et de communication,
intégrant les contraintes des publics spécifiques comme les enfants ou
les personnes handicapées. Pour les étudiants qui le souhaitent, l’option
Communication internet pour le secteur culturel permet d’approfondir
36
cet enseignement par le biais des nouvelles technologies.
La rencontre des professionnels, l’étude des formes culturelles et des
patrimoines particuliers, l’étude générale des arts et des civilisations
permettent aux étudiants de se forger une bonne connaissance de l’actualité, des tendances culturelles et ainsi de développer une approche
critique sur leurs propres projets.
Les projets
L’approche projet est au cœur de la pédagogie de l’IESA. La réalisation de projets est en effet la meilleure manière de convertir
les connaissances dispensées en compétences et savoir-faire opérationnels. Elle permet également à l’étudiant de valider concrètement les enseignements et le cas échéant de reprendre, dans le
cadre des coaching de projet, les points qu’il n’aurait pas assimilés
où dont il n’aurait pas saisi le mode de mise en œuvre.
Durant la formation, les étudiants sont associés à deux types de
réalisation : un projet en groupe et le développement d’un projet
personnel. Dans les deux cas les étudiants bénéficient du soutien
d’un coach.
LA CONDUITE DE PROJETS, EN FRANCE ET A L’INTERNATIONAL
Sous la direction d’un consultant, les étudiants réalisent des projets en
petits groupes, selon leurs domaines de spécialisation : étude de mise
en valeur d’un territoire, valorisation et développement d’un site patrimonial, montage d’un spectacle vivant. Ces projets sont réalisés en lien
direct avec des institutions, collectivités territoriales ou opérateurs privés,
de l’appel d’offre à la mise en application sur le terrain.
Les étudiants ont ainsi l’opportunité de mettre en pratique les méthodologies acquises en formation, et de s’approprier des savoir-faire tech-
niques qui nourrissent les contenus des cours. La mise en œuvre de ces
projets est soumise à une production écrite ainsi qu’à une soutenance
orale validée par les responsables pédagogiques et les commanditaires
du projet.
A l’échelle internationale, Philippe Garcia de la Rosa, chargé de mission au Ministère des Affaires étrangères et européennes anime chaque
semaine une réflexion sur le thème des « relations culturelles internationales », sur le rôle et la place des dispositifs artistiques et culturels
qui interviennent dans le montage de projets en France et à l’étranger.
Au travers de son expérience de conseiller culturel, d’enseignant et de
commissaire d’expositions internationales, Philippe Garcia de la Rosa
conseille et oriente les étudiants dans la méthodologie, et leur fait bénéficier de ses savoirs pour réaliser leurs propres projets.
Dans le cadre d’une validation des compétences professionnelles, et
pour enrichir son expérience d’un exemple réalisé, chaque étudiant est
invité à mener un projet personnel, sur un thème et dans un domaine de
son choix (production d’un spectacle, montage d’une exposition, mise
en place d’une politique de communication, conception d’outils de médiation, réalisation d’ateliers pédagogiques, etc.). Ce projet, qui peut
être soutenu pour l’obtention du Titre Certifié par l’Etat au niveau I, permet à chaque étudiant de se confronter à la réalité du secteur culturel,
à la rencontre de professionnels et au développement de compétences
pluridisciplinaires, juridiques et techniques. Encadré par un consultant et
par l’équipe pédagogique, l’étudiant doit ainsi mener toutes les phases
de conception et de réalisation d’un projet : du montage du budget à
la recherche de financement en passant par le parti-pris artistique, la
communication et l’accueil des publics.
Dans ce contexte, il s’attache tout particulièrement à cibler et à expliciter
le projet culturel dans un cadre international, notamment son origine, sa
cohérence, sa faisabilité et ses perspectives. Ce séminaire est tout spécialement destiné aux artistes, médiateurs culturels, et futurs professionnels
de la programmation culturelle, français ou étrangers, qui interviennent
ou souhaitent intervenir dans un contexte international.
Ce séminaire permet aux étudiants porteurs de projets culturels internationaux de les mettre en place et de les développer efficacement.
Les stages
La formation comprend un stage de deux mois à temps plein entre les
deux semestres de formation. Les étudiants bénéficient de l’aide du bureau des stages afin de trouver une entreprise ou une institution d’accueil
leur permettant d’acquérir une expérience professionnelle dans le secteur culturel qu’ils souhaitent intégrer. Le stage fait l’objet d’un rapport et
d’une soutenance orale qui participent à la validation de la formation.
Avec la réalisation du projet personnel et du projet de groupe, des dossiers
de mécénat et de médiation culturelle, les stages participent à la professionnalisation des étudiants et à la constitution d’un CV offrant déjà à
l’employeur l’assurance de compétences opérationnelles.
En fin de parcours, les étudiants bénéficient également de l’aide d’un spécialiste de l’insertion professionnelle qui les aide à définir leur projet professionnel et à rédiger leur CV pour optimiser leur recherche d’emploi.
Le titre Administrateur de projets culturels
Les étudiants ayant validé l’ensemble du 3ème cycle peuvent passer
le titre de l’IESA, certifié au niveau I par l’Etat et inscrit au Répertoire National de la Certification Professionnelle. Le Titre est composé d’un oral regroupant la soutenance d’un projet personnel
appuyé sur un dossier et une question d’actualité.
Les épreuves se déroulent en septembre ou en février.
37
Château de Beaumesnil : «Les premières rencontres d’artistes européens»,
projet de fin de cycle, juin 2006.
LE CURSUS
UE 1 : Administration et gestion de projets
UE 3 : Exposition, Muséographie, régie d’œuvre
De la gestion financière à la maîtrise d’un planning de réalisation de projet, les étudiants acquièrent les compétences et savoir-faire nécessaires
à l’administration de projets culturels en intégrant les réalités économiques de ce secteur ainsi que les aspects réglementaires et juridiques qui
s’y attachent.
Financer un projet culturel requiert des capacités pour rechercher les
fonds (mécénat, sponsoring, subventions...) et des savoir-faire pour les
gérer. Dans ces domaines, les étudiants acquièrent les compétences
pour assurer la faisabilité financière des projets culturels et leur mise en
œuvre contractuelle, tenant compte en particulier des contraintes institutionnelles juridiques qui y sont liées.
Chaque étudiant devant réaliser un projet personnel durant l’année, cet
enseignement est complété par un coaching personnalisé permettant la
mise en pratique et l’intégration des différentes connaissances acquises.
L’enseignement sur le mécénat et la recherche de fonds fait l’objet d’un
projet que les étudiants réalisent par petits groupes (8 étudiants maximum) concrétisé par un rapport écrit et une soutenance participant à la
validation du cycle.
De la régie des œuvres à leur monstration, les étudiants intègrent les
différents savoir-faire nécessaires à la mise en œuvre d’une exposition
(stockage des œuvres, transport, assurance, accrochage, mise en lumière, scénographie...) ainsi que les aspects juridiques et contractuels
qui s’y rattachent. Avec l’aide de critiques d’art, de conservateurs et de
commissaires d’exposition, en analysant l’évolution des modes d’accrochage et en étudiant différentes expositions en France et en Europe, ils
maîtrisent les différentes manières d’exposer en fonction des contenus
et des objectifs des manifestations.
UE 2 : Production de spectacle vivant
En s’appuyant sur l’étude des structures et des mécanismes du spectacle
vivant, les étudiants maîtrisent la méthodologie de la production d’un
spectacle ou d’un festival. Ils acquièrent les connaissances, compétences
juridiques et contractuelles permettant sa production (ou coproduction),
sa diffusion ou sa cession.
38
UE 4 : Communication et médiation des événements.
Pour rencontrer leurs publics, les événements culturels s’appuient sur
des techniques de médiation et de communication adaptées. Par l’étude
de cas concrets, des professionnels permettent aux étudiants d’appréhender les différentes méthodes de médiation et de communication en
fonction, notamment des publics spécifiques (enfants, handicapés...) et
du contenu des projets.
Cet enseignement est structuré par une réalisation grandeur réelle que
les étudiants réalisent par petits groupes (5 étudiants maximum) faisant
l’objet d’un rapport écrit et d’une soutenance participant à la validation
du cycle.
UE 5 : Etudes des champs culturels et histoire
des civilisations
Pour valider leurs propositions et leurs choix, les opérateurs culturels
doivent être capables d’en faire une analyse critique intégrant les singularités des formes de création. Un ensemble de cours, séminaires et rencontres permettra aux étudiants de développer cette capacité critique,
également nourrie par le cours de culture générale : histoire de l’art et
des civilisations.
UE 6 : L
e patrimoine : statuts, organisation,
politiques et opérateurs
UE 9 : D
éveloppement patrimonial
et développement durable
Le rôle de l’Etat et des collectivités territoriales est prédominant dans
l’organisation de la culture en France. Pour porter leur projet dans ce
contexte et l’inscrire dans les politiques culturelles, les étudiants acquièrent la connaissance des structures qui gèrent le patrimoine et les
réglementations et financements qui s’y attachent. Par l’étude de cas
concrets, ils décryptent les montages, partenariats et modes de gestion
pertinents pour les projets dont ils sont porteurs.
Le développement durable est un enjeu majeur, devenu incontournable
dans toute politique de développement, locale ou territoriale et désormais inscrite dans les projets culturels d’entreprise. Les étudiants doivent
s’approprier cet impératif et l’utiliser pour promouvoir leurs projets, les
rendre attractifs auprès des décideurs et prescripteurs et cohérents avec
les politiques de développement. Des élus, des responsables culturels
et des animateurs de projets viennent analyser l’impact de cette notion
dans la conception et la mise en œuvre des projets culturels.
UE 7 : Tourisme culturel
Première activité qui fait vivre le patrimoine et les projets de développement ou de valorisation, c’est l’enjeu principal de nombreuses politiques
de développement territorial. Les opérateurs culturels et touristiques doivent travailler ensemble et intégrer chacun à leur niveau les exigences
patrimoniales, économiques et sociales. En analysant les pratiques culturelles des publics français et étrangers, en comprenant les mécanismes
de l’industrie du tourisme, les étudiants maîtrisent les outils assurant la
viabilité financière de leurs projets et leur intégration aux politiques de
développement des opérateurs touristiques et des collectivités.
Options :
Chaque étudiant choisit une des deux options :
Anglais professionnel ou Histoire de l’art.
UE 8 : V
aloriser le patrimoine,
monter un projet de développement
Les étudiants doivent maîtriser la méthodologie de projets culturels et
patrimoniaux, de leur conception à leur médiation auprès des publics.
Des professionnels, à partir de cas concrets, analysent les approches
techniques de l’appel d’offre, de la préconisation, de la réalisation, de la
communication et de la médiation de ces projets. Ils étudient avec eux
les différentes options de valorisation du patrimoine et les font travailler
aux enjeux culturels (conservation du patrimoine, valorisation de la création, développement local...) de ces projets.
Cet enseignement est structuré par des réalisations, conduites par des groupes
d’étudiants (vingt maximum), coachés par un consultant tout au long du semestre.
39
Étudiants de l’IESA présents sur les salons culturels.
le cursus
Matières
Comptabilité et gestions de projets
Le porteur de projet
Droit de la propriété littéraire et artistique
Economie de la culture
Mécénat et recherche de fonds
Structures du spectacle vivant
Europe et administration du spectacle vivant
Produire un spectacle
Contrats de cession et de diffusion
Monter un festival
Droit et réglementation des œuvres d’art
Organiser une exposition
Semestre 1
La régie d’œuvre
La conservation préventive
Penser l’exposition
La médiation culturelle
Les outils de la médiation
Les publics spécifiques
La communication culturelle
Arts et civilisations 1
Les métiers de la musique
La production cinématographique
Panorama de l’offre culturelle
Coaching du projet personnel
Volume horaire
Cours
TD
18
0
12
15
18
9
9
12
6
6
15
18
12
12
12
12
12
6
12
18
3
6
18
0
0
6
0
0
12
0
0
0
0
0
0
6
0
0
0
18
0
0
0
0
0
0
0
12
Matières
Arts et civilisations 2
Les musées de société
Le patrimoine industriel
Le patrimoine naturel
Etudes de sites
L’administration culturelle de l’Etat
Le droit du patrimoine
L’administration culturelle régionale et locale
Les fondations et les associations du patrimoine
Les politiques d’aménagement du patrimoine
Les modes de gestions public-privé
Mécénat
Les pratiques culturelles des français
Semestre 2 Le tourisme culturel
L’organisation du tourisme en France
Les entreprises du tourisme
Mise en tourisme de sites et territoires
Méthodologie de l’ingenierie culturelle
Conduite d’enquêtes des publics
Les enjeux de valorisation du patrimoine
Patrimoine et spectacle vivant
Techniques de médiation et de communication
Le développement durable et la culture
Prendre en compte le développement durable
Culture, développement durable et collectivités
Coaching du projet personnel
Stage professionnel
4040
Volume horaire
Cours
TD
22
6
6
6
0
15
15
15
6
9
9
9
3
9
9
9
6
24
9
9
6
27
12
6
6
0
6
3
3
3
12
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
0
15
0
0
0
0
0
0
0
12
2 mois (245 h)
Deux options pour compléter sa formation
Dans le cadre du 3ème cycle professionnel Conduite de projets culturels,
l’IESA propose aux étudiants de compléter leur formation en fonction de
leur projet professionnel. Deux options sont proposées : l’une sur l’utilisation des nouvelles technologies dans la communication des projets
culturels, l’autre sur le développement de projets dans le domaine du
patrimoine vert et du développement durable.
Communication internet pour le secteur culturel
Arts, patrimoine, tourisme culturel, spectacle vivant... les nouvelles technologies de l’information et de la communication sont aujourd’hui un
élément moteur du développement de la culture et des arts. L’expansion
du réseau Internet, la maturité et la standardisation des outils de production rendent accessibles ces technologies à tous les acteurs du secteur.
Le recours aux nouveaux outils de communication associés au réseau
mondial est maintenant un impératif.
Ce stage a pour objectif de définir et de mettre en œuvre des projets
de communication Internet pour les entreprises, les institutions et les
associations culturelles : Connaissance des supports de communication
Internet : enjeux, spécificités et complémentarités ; Méthodologie :
approches éditoriale, fonctionnelle, technique, juridique et budgétaire ;
Gestion de projets : concevoir, réaliser, produire, publier dans un contexte culturel ; Maîtrise d’outils professionnels matériels et logiciels pour la
collecte, la numérisation, le traitement et la diffusion de médias (textes,
images, documents…) ; La production des supports clefs de la communication en ligne : sites Web, lettres d’information (newsletters), courrier
électronique (e-mails et mailings) ; Gestion de la publication : dépôt
et protection de noms de domaine, choix d’un fournisseur d’accès et
d’un hébergeur ; Maîtrise de solutions logicielles de mise en ligne, de
publication, de gestion de contenus et de mise à jour ; Référencement,
partenariat et affiliation.
Valorisation et mise en tourisme des parcs et jardins
«jardins, paysages, environnement»
Les parcs et jardins, qu’ils appartiennent à l’Etat et aux collectivités territoriales ou à des propriétaires privés, sont depuis plus de dix ans au cœur
d’une politique de valorisation patrimoniale et de conquête des publics
issue de l’engouement croissant de nos contemporains pour le patrimoine vert et de la nécessité d’équilibrer les budgets de fonctionnement
et de restauration de domaines coûteux.
La multiplication des spectacles et festivals ou des fêtes des plantes montre que le tourisme des jardins accorde aujourd’hui une place importante à l’événementiel. Il est entré dans une phase concurrentielle qui
impose à ceux qui souhaitent y travailler une formation transversale, de
la conservation des sites à leur communication, de l’ingénierie culturelle
de projet à la réglementation en vigueur dans les domaines publics ou
privés accueillant du public. En dispensant une bonne connaissance des
différents types de parcs et jardins existants et des réglementations qui
y sont liées, en développant une méthodologie de projet allant de la
création à l’ouverture au public d’un jardin ainsi qu’à sa communication
et son animation, la formation donnera aux étudiants et aux stagiaires
des compétences pluridisciplinaires. Ils sauront ainsi dialoguer avec les
propriétaires privés comme avec les responsables des domaines publics,
avec les jardiniers en charge de la restauration et de la création paysagère comme avec les techniciens du spectacle et de l’animation, avec
les entreprises et les collectivités territoriales, qui participeront au financement des projets, comme avec les communicants et les ingénieurs
touristiques qui en faciliteront la promotion.
L’IESA est présent sur les salons professionnels qui défendent le patrimoine vert : Saint-Jean-de-Beauregard, Courson, Fête de la Rose à l’Abbaye
de Chaalis. Des voyages sont également organisés en Angleterre (Hampton Court, Chealsea Flower Show...) ainsi qu’en Italie et en Belgique.
41
«Good Morning Mr Gershwin», spectacle de la Compagnie Montalvot-Hervieu au Théâtre National de Chaillot
© photo : Patrick Berger
42
L’IESA travaille en étroite collaboration avec les responsables du Théâtre National de Chaillot qui participent à la
programmation des cours dans le domaine du Spectacle vivant et de la médiation. Une ancienne étudiante de 3ème cycle
Conduite de Projets culturels, Sabine Véron-Durand, y a été embauchée à la direction du développement et des publics.
formation
professionnelle
et cours
“à la carte”
43
Quelle formation choisir ?
Les cours d’initiation pour les curieux
Histoire des différents champs culturels : histoire de l’art, histoire du
théâtre et de la danse, histoire de la musique, histoire du spectacle de
rue et du cirque… des cours à la carte pour une première approche de
la création sous toutes ses formes.
Les cours d’initiation pour les curieux
Pour approfondir sa culture générale et découvrir les
différents champs culturels et les grandes institutions.
Les cours du soir de 18h30 à 20h
Les cycles courts de perfectionnement
pour les professionnels - de 1 à 5 jours
Secteur juridique et financier, politique culturelle, montage d’exposition
et régie d’œuvres, production et diffusion du spectacle vivant, valorisation du patrimoine et tourisme culturel, médiation et communication…
Des cycles de 1 à 5 jours pour approfondir des domaines précis et professionnels
Introduction à l’histoire de l’art : de l’antiquité au Moyen-Âge
Introduction à l’histoire de l’art : de la Renaissance au XVIIIe siècle
■ Introduction à l’histoire de l’art : art moderne et contemporain
■ Université du thé, du chocolat et du café : une expertise originale
■
■
Les conférences
Histoire de la musique
Histoire du théâtre, de la danse et de l’opéra
■ Histoire du cirque et du spectacle de rue
■
■
Les modules de spécialisation - De 5 à 8 semaines
De 1 à 3 mois, ces modules de formation permettent une spécialisation
dans un domaine précis des métiers de la culture : production d’événement (exposition et spectacle vivant), mise en valeur du patrimoine
et tourisme culturel, valorisation du patrimoine naturel, communication
numérique pour la culture.
Les visites en journée
A la découverte des musées parisiens
A la découverte des galeries d’art contemporain
■ A la découverte du Musée du Louvre
■ A la découverte du Musée national d’Art moderne
■ A la découverte des théâtres et institutions culturelles (hors musées)
■
■
Une formation longue certifiante - 10 mois
Pour ceux qui souhaitent consacrer une année à temps plein à leur formation, l’IESA propose le cycle certifiant Conduite de projets culturels
permettant le passage du titre Administrateur de projets culturels de
niveau I.
44
«Good Morning Mr Gershwin», spectacle de la Compagnie Montalvot-Hervieu
au Théâtre National de Chaillot. © photo : Patrick Berger.
Les cycles courts de perfectionnement
Formation d’une ou plusieurs journées, les cycles courts de l’IESA sont destinés à des professionnels qui souhaitent
perfectionner leurs connaissances et leurs savoir-faire dans les domaines de la culture.
Secteurs juridique et financier
Le droit du patrimoine (3 jours)
■ Le mécénat et la recherche de fonds (2 jours)
■ La gestion financière d’une production de spectacle vivant (2 jours)
■ Les subventions : Etat, collectivités territoriales, Europe, sociétés civiles
(2 jours)
■ Le marketing culturel (2 jours)
■ Développement patrimonial et développement durable (2 jours)
■
Production et diffusion du spectacle vivant
Production, coproduction et diffusion (2 jours)
Les coproductions internationales (1 jour)
■ Spectacle vivant et valorisation d’un patrimoine (2 jours)
■ Les circuits de la production et de la diffusion musicale (2 jours)
■ Les festivals (1 jour)
■
■
Valorisation du patrimoine et tourisme culturel
Chef de projet en développement patrimonial et touristique (5 jours)
Mettre en tourisme un site (2 jours)
■ Réaliser une étude de développement patrimonial (2 jours)
■ Réaliser un parcours d’interprétation (2 jours)
■ Organiser un colloque (1 jour)
■ Technique de conduite d’une visite guidée (1 jour)
■
Politique culturelle
■
Itinéraire pour la conduite d’une stratégie du changement dans les
entreprises culturelles (2 jours)
■ La mutualisation et sa mise en place dans le secteur culturel (2 jours)
■ Les changements d’échelle territoriale de la culture (1 jour)
■ Le marketing culturel (2 jours)
■ Culture et solidarité (2 jours)
Médiation et communication
■
Créer une gamme de produits dérivés culturels (2 jours)
Communiquer sur un événement ou sur un site avec les nouvelles
technologies (5 jours)
■ Quelles médiations pour quels publics ? (2 jours)
■ Les outils de la médiation culturelle (2 jours)
■ Les outils de médiation pour les publics handicapés (2 jours)
■ Les outils de médiation et de communication pour les projets croisés : culture et solidarité (2 jours)
■
Montage d’exposition et régie d’œuvre
Monter une exposition (2 jours)
La régie d’œuvres d’art (2 jours)
■ Les principes du récolement et de l’inventaire (1 jour)
■
■
nouveau cycle luxe et décoration d’intérieur
■
Sous la conduite de Jacques Grange, décorateur, et Gérard Laizé,
directeur du VIA.
45
Les modules de spécialisation
De 1 à 3 mois, les modules proposés par l’IESA permettent une spécialisation dans un domaine précis des métiers de la culture.
Ils sont particulièrement destinés à des publics souhaitant se perfectionner en vue d’une évolution professionnelle.
Production d’événements culturels
(spectacle vivant, Régie d’oeuvres et expositions)
3 mois d’octobre à décembre. Ce module propose une formation à la production d’événements culturels (spectacles, festivals, expositions…), de la création à
la communication et à la médiation. Il est composé de quatre enseignements :
■ Administration de projets (comptabilité et gestion, droit de la propriété littéraire et artistique, économie de la culture, mécénat et recherche de fonds).
■ Production de spectacle vivant (structures, administration, co-production
d’un spectacle, rédaction de contrats de cession, montage d’un festival).
■ Exposition et régie d’œuvres (droit et réglementation, organisation d’une
exposition, régie d’œuvre, conservation préventive).
■ Communication et médiation des événements (réalisation d’outils de
médiation et de communication, réflexion sur l’accueil et la diversification des publics, mise en place de politiques d’accessibilité, etc.).
Valorisation du patrimoine - tourisme culturel et développement durable
46
3 mois de février à mai. Ce module propose une formation à la valorisation du patrimoine, de sa conservation et son animation à sa mise en
tourisme. Il est composé de quatre enseignements ;
■ Le patrimoine : statuts, organisation, politiques et opérateurs (administration culturelle de l’Etat : organisation et financement, droit du patrimoine, administration culturelle régionale et locale : organisation, financement, politique, fondations et associations du patrimoine, politiques
d’aménagement du patrimoine, modes de gestion public-privé).
■ Tourisme culturel (pratiques culturelles des français et des publics étrangers en France, tourisme culturel, organisation du tourisme, organisation et produits touristiques, mise en tourisme de sites et territoires).
■ Valoriser le patrimoine et monter un projet de développement (métho-
dologie de l’ingénierie culturelle, enquêtes de publics, patrimoine et
spectacle vivant, techniques de médiation et de communication).
■ Développement patrimonial et développement durable (prendre en
compte le développement durable dans la conception et la réalisation
d’un projet ; développement durable et collectivités territoriales).
Valorisation du patrimoine naturel et de l’environnement
1 mois de mai à juin. Les parcs et jardins, qu’ils appartiennent à l’Etat et
aux collectivités territoriales ou à des propriétaires privés, sont depuis plus de
dix ans au cœur d’une politique de valorisation patrimoniale. La conquête
de publics à l’engouement croissant pour le patrimoine naturel répond à la
nécessité d’équilibrer les budgets de fonctionnement et de restauration de
ces domaines coûteux.
6 unités de valeur : Parcs et jardins publics et institutionnels, Ouvrir un
jardin au public, Valorisation du patrimoine naturel et politique de développement territorial, Botanique, Créer un jardin, Histoire des jardins.
Communication internet pour le secteur culturel
2 mois : janvier/février ou juin/juillet. Arts, patrimoine, tourisme culturel, spectacle vivant… les nouvelles technologies de l’information et de la
communication sont un élément moteur du développement de la culture et
des arts. L’expansion du réseau Internet, la maturité et la standardisation des
outils de production rendent ces technologies accessibles à tous les acteurs du
secteur. Ce module a pour objectif de définir et mettre en œuvre des projets
de communication Internet pour les entreprises, les institutions et les associations culturelles. Connaissance des supports de communication Internet,
Méthodologie, Gestion de projets, Maîtrise d’outils professionnels matériels et
logiciels, Production des supports clefs de la communication en ligne, Gestion
de publication, Référencement, Partenariat et affiliation.
La formation longue certifiante
Pour les adultes souhaitant se reconvertir professionnellement et devenir administrateur de projets culturels, l’IESA
propose le 3ème cycle Conduite de Projets culturels. Cette formation permet le passage du titre Administrateur de projets culturels certifié par l’Etat au niveau I (JO du 27/08/08).
La formation
Les stages
Composée des deux modules de formation Production d’événements
culturels (spectacle vivant et exposition) et Valorisation du patrimoine
et tourisme culturel, cette formation de huit mois offre au stagiaire une
approche pluridisciplinaire de la culture qui répond à la mobilité des
métiers de la culture et à l’interdisciplinarité croissante des événements
culturels ainsi que des politiques de développement et de valorisation
patrimoniales.
Structuré par la réalisation de projets personnels et de projets en groupe,
conduits ou coachés par des professionnels, ce cycle propose une solide
formation à l’administration et à la réalisation des projets ainsi qu’aux
techniques et outils de médiation et de communication.
Le stagiaire peut choisir de compléter cette formation par l’un ou les
deux modules d’un mois : Communication internet pour le secteur culturel et Valorisation du patrimoine naturel.
Pour le détail du cycle se reporter aux pages 38-39 dans la partie des
formations pour étudiants.
La formation comprend un stage de deux mois à temps plein entre les
deux semestres de formation. Le stagiaire bénéficie de l’aide du bureau
des stages pour trouver une entreprise ou une institution d’accueil lui
permettant d’acquérir une expérience professionnelle dans le secteur
culturel qu’il souhaite intégrer. Le stage fait l’objet d’un rapport et d’une
soutenance qui participent à la validation de la formation.
La VAE
Les Titres « Administrateur de projets culturels » (niveau I) et « Spécialiste-conseil en biens et services culturels » (niveau II) sont accessibles par
la Validation des Acquis de l’Expérience. Il est possible de télécharger le
dossier des demandes de VAE sur le site www.iesa.info.
Renseignements : Boris Grebille - b.grebille@iesa.fr
La conduite d’un projet personnel
Durant la formation, chaque stagiaire doit produire un projet culturel
personnel qu’il présentera également à l’examen oral du titre certifié
par l’Etat.
L’approche projet est au cœur de la pédagogie de l’IESA. La réalisation
de projets est en effet la meilleure manière de convertir les connaissances
dispensées en compétences et savoir-faire opérationnels. Le stagiaire est
suivi dans la réalisation de son projet par un coach.
47
«Good Morning Mr Gershwin», spectacle de la Compagnie Montalvot-Hervieu
au Théâtre National de Chaillot. © photo : Patrick Berger
Un réseau de
professionnels
qui nous suivent
depuis 25 ans
les
professionnels
au service
de la formation
Soirée de Parrainage
au Musée Carnavalet,
juin 2008.
© Pierre Alivon
49
Les professeurs
Directeurs de musées, universitaires, conservateurs du patrimoine côtoient organisateurs de festivals, critiques,
scénographes, ingénieurs-conseils afin de dispenser aux étudiants une formation scientifique et professionnelle
appuyée sur des critères historiques et techniques. Les cours de spécialités sont dispensés par des professionnels
français et internationaux reconnus. Cette mobilité du corps professoral permet aux étudiants d’étendre
leurs RESEAUx professionnels et de bénéficier de savoir-faire variés et complémentaires.
yves-marie Allain, ingénieur horticole et paysagiste, auteur.
Emmanuelle Amiot-Saulnier, docteur en histoire de l’art.
Georges André, directeur adjoint de Vocatif.
Claire Andries, secrétaire générale du Théâtre National de Chaillot.
Philippe Audubert, directeur adjoint Trempolino, association accompagnant
les acteurs et opérateurs de musiques actuelles.
ISABEL BABOU, formatrice et consultante en tourisme.
Jean-Pierre Bady, conseiller maître honoraire à la Cour des comptes,
président du Conseil national des Parcs et Jardins et de la Commission
de récolement des dépôts d’œuvres d’art.
Cyril Bahsief, chargé de production au Café de la danse.
STEPHANIE BAINVILLE, metteur en scène.
MicheL borjon, directeur général de GRAHAL.
Bernard Boutou, responsable parcs et jardins - DRAC Lorraine.
Odile Brocardi de Ferrières, juriste.
Cécile Bulté, doctorante en Histoire de l’art médiéval.
Claude Bureaux, maître jardinier, Museum d’histoire naturelle.
Jean-Rémy Cauquil, conseiller du Commerce extérieur, Directeur région
parisienne de CITELUM.
François Campana, directeur de Kyrnéa international, coordinateur national
de passeurs d’image.
François Campdevielle, maire de Gelaucourt.
Gilles Barbier, conseiller du commerce extérieur, Stratégie régionale
et management culturel, Groupe Rhône Poulenc / Rhodia.
Alain Casabona, secrétaire-général du Comité National pour l’Education
Artistique (CNEA).
Luis Belhaouari, docteur en histoire de l’art.
Rosine de Charon, DRAC Ile-de-France.
Florence Berthout, directrice générale du Parc de La Villette.
Dominique BEURDELEY-DESJEUNES, consultante en art, spécialisée
en conservation préventive et assurance.
Olivier le Baube, conseiller du Commerce extérieur, Directeur
du développement mondial, Société Petit Bateau.
50
Huguette Bonomi, responsable du pôle culture de la Fédération française
des Maisons des jeunes et de la Culture.
Jacques Charpillon, ancien chef de l’inspection générale au Ministère
de la culture et de la communication.
olivier de charsonville, directeur de la culture au Conseil général
du Loir-et-Cher.
Albane de chatelus, secrétaire générale de l’Opéra Comique.
Corinne Bocquet, directrice logistique de la Fondation Cartier
pour l’art contemporain.
Agnès Chemama, directrice du développement et des publics au Théâtre
National de Chaillot.
CLAUDE BOISCHOT, administrateur de production, les Musiciens du Louvre-Grenoble.
Sylvie Clidière, écrivain, spécialiste des arts de la rue.
Fabrice Bonniot, secrétaire général de Technopol, organisateur
de la Technoparade, écrivain, spécialiste des cultures électroniques.
Philippe Corbin, scénographe, concepteur de spectacle.
Henri de ColberT, propriétaire du Château de Flaugergues.
benoit de Choulot, paysagiste.
joël cottin, chef du service des jardins de Versailles.
Olivier Coutau Begarie, commissaire-priseur, propriétaire du Château
d’Ambleville.
Bruno Delaveine, président de l’Association des Parcs et Jardins de Haute
Normandie.
Anna Dimitrova, docteur en Sociologie – Anthropologie, membre du Collège
Européen des Experts en Administration Publique (CEEAP).
OLIVIER DONNAT, chargé d’études au Département des études,
de la prospective et de la statistique (DEPS).
Jean-François DUbos, secrétaire général et secrétaire du conseil
de surveillance et du directoire de Vivendi, secrétaire général de l’Association du Festival d’Aix en Provence, administrateur des rencontres photographiques d’Arles et président des amis de la Maison Européenne de la
Photographie.
ALAIN DUCLENT, co-fondateur du bureau d’études AD&D, tourisme et culture,
mise en valeur du patrimoine.
Philippe Garcia de la Rosa, chargé de mission au Ministère des affaires
etrangères et européennes.
Patrice Gautier, scénariste, réalisateur.
ARMELLE LE GENDRE, doctorante en Histoire de l’art du Moyen âge.
Emmanuel Gérard, directeur de l’agence d’ingénierie Ipolis.
Cyril Gouyette, chargé des relations avec le public handicapé au Musée du
Louvre.
Jacques Gravelin, conseiller du commerce extérieur, ancien Directeur général chargé de la zone Autriche et Europe centrale, Pernod Ricard.
CHRISTIAN GROS, responsable du service de l’action culturelle au Musée Carnavalet Histoire de Paris.
ELSA GUIGO, chargée de la communication et de la presse au Centre culturel
suisse.
Hervé Guitton, expert en multimédia.
veronique Guyonnaud, propriétaire des Jardins de Barbirey.
BERTRAND DUMAS, historien de l’art.
Suzanne Hême de Lacotte, chargée de la communication et des partenariats à la Cinémathèque française, auteur.
Camille Dumas, directrice de Mains d’Œuvres.
Céline Herrgott, directeur du Conservatoire national des plantes.
Fréderic Dumont Saint Priest, conseiller du Commerce extérieur,
Vice-président de l’OSCI.
Aldo Herlault, secrétaire-général de Culturesfrance.
Xavier Dupuis, chercheur au CNRS, professeur associé à l’Université
Paris IX Dauphine, co directeur du master Master 2 «Management
des Organisations Culturelles».
Madeline Dupuy-Belmedjahed, chargée du service éducatif et de la
documentation du Centre international d’art et du paysage de l’Ile de Vassivière.
Alain Erlande-Brandenburg, conservateur général honoraire
du Patrimoine.
Marianne Eshet, déléguée générale de l’Admical.
Emmanuel Fessy, journaliste.
Laurent Flutto, directeur de l’Escale du livre, salon et festival littéraire
de Bordeaux, administrateur du projet Bordeaux 2013, ville candidate au titre
de Capitale européenne de la culture.
Robert Fohr, responsable de la Mission Mécénat au Ministère de la culture
et de la communication.
Robert de Fonscolombe, directeur adjoint des Parcs, jardins et paysages
du Conseil général des Hauts de Seine.
Laurent Gampel, conseiller du Commerce extérieur, vice président
du groupe Altavia.
Pascal Garbe, architecte paysagiste, chef du projet de la politique jardins
Conseil Général de Moselle.
Geneviève Houdent, ancienne directrice de la communication
de Ricoh France.
Pascal Jacob, directeur artistique des cirques Phénix et du Festival Mondial
du Cirque de Demain, auteur d’ une quinzaine d’ouvrages consacrés au cirque.
Yves JamMet, coordinateur à l’Association de Prévention du Site de la Villette.
Marie-Hélène Jarno, gérante des éditions musicales Tinuta.
Nicole Jimenez, chargée du réseau régional et des activités culturelles
à l’Admical.
Michel jourdheuil, chargé de mission pour les parcs et jardins à la direction
de l’action culturelle du Conseil général du Val d’Oise.
Rémi Jullien, créateur et direction de la société Scènarts.
Alain Karg, conservateur de l’Arboretum de Chevreloup.
LAURA KARP LUGO, doctorante en Histoire de l’art.
ANTJE KRAMER, doctorante en Histoire de l’art.
Ariel Kyrou, auteur, ancien rédacteur en chef d’Actuel et chroniqueur
à France Culture, spécialiste des cultures électroniques.
Bernard de La Rochefoucauld, membre de l’Institut Montaigne,
propriétaire de l’Arboretum des Grandes Bruyères.
Marie de Larouziere, propriétaire du Jardin de l’Alchimiste.
51
Dominique Laulanné, direction artistique de la saison musique et danse
de la Maison de la Musique de Nanterre.
Jean-Hugues Piettre, chargé de mission Lutte contre l’exclusion et liens
avec l’éducation populaire - Ministère de la culture et de la communication DDAI.
Denis Lavalle, conservateur général du Patrimoine et chargé de mission
auprès de la Direction de l’architecture et du patrimoine - DAPA.
Manon Potvin, responsable des relations avec l’enseignement
pré-élémentaire et élémentaire du Musée du Louvre.
Marc Lechien, paysagiste urbaniste - DRAC Lorraine.
Patrick Porte, conservateur du patrimoine.
Serge Legat, diplômé de l’Ecole du Louvre, conférencier des musées
nationaux.
Marc Puig, consultant-formateur, Agence l’Autre regard.
PIERRE LEHRE, commissaire d’exposition, CinéStudio.
sophie le menaheze, historienne de l’art et auteur.
Jacques Lemoine, directeur de Gras Savoye Fine Art.
Arnaud Roffignon, conseiller aux affaires budgétaires et fiscales au cabinet
de la ministre de la Culture et de la Communication, madame Christine Albanel.
Jean-Michel Leniaud, directeur d’études à l’Ecole Pratique des Hautes
Etudes.
Jean-Pierre Rose, chargé de cours à l’Université Paul Valéry (Montpellier)
et au centre inter-régional des monuments historiques d’Avignon, conseiller
technique du FRAC.
Daniel Lesbaches, critique et commissaire d’expositions.
ANNE ROUSSEL, enseignant Gestion et audit.
Françoise Levechin Gangloff, titulaire du Grand Orgue de l’église
Saint Roch et professeur au CNSM de Paris.
Bruno Saunier, adjoint au chef du département des collections à la Direction
des Musées de France.
Gérard Mannoni, journaliste à France culture, critique, écrivain.
Thomas Schlesser, docteur en histoire de l’art, auteur.
Anne de Margerie, responsable nationale culture – ATD Quart Monde.
Patrick marijon, directeur administratif et financier du Festival d’Aix.
Jean-Marie Schmitt, juriste chargé de l’étude du marché de l’art aux
Editions législatives, collaborateur au Journal des Arts, auteur de Le Marché de l’art
à la Documentation française (2008).
Isabelle Martin, secrétaire générale, chargée des relations publiques
au Théâtre de l’Est Parisien.
françoise Simon, responsable de la Librairie des jardins - CMN.
François Missonnier, créateur et directeur du festival Rock en Seine,
directeur du festival EuropaVox.
Alain Tapié, conservateur en chef du patrimoine, directeur du Palais
des Beaux-Arts de Lille et de l’Hospice Comtesse.
ALAIN MONFERRAND, secrétaire délégué du Comité d’Histoire du Ministère
de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement
du territoire, Conseil Général des Ponts et Chaussées, ancien président directeur
de l’Observatoire touristique, ODIT France.
camille they, paysagiste.
Christophe Monin, directeur adjoint du développement culturel,
chef du service du mécénat et des ressources propres, Musée du Louvre.
PIERRE STERCKX, critique, conseiller en art contemporain.
Vincent Timothée, délégué général de la Fondation Hewlett-Packard France.
EMMANUELLE TOUBIANA, agence Tambour Major.
François Vaysse, chef du service des activités éducatives et culturelles
du Musée du Louvre.
Sixtine de Naurois, manager culturel, historienne de l’art, ancienne
directrice de la communication de Mitsukoshi Etoile et du musée Carnavalet.
Claude Véron, président de l’Association «Jeunes talents Cirque Europe»,
responsable du réseau « Transdisiplinary European Art Magazine», ancien
directeur du Relais Culture Europe.
Karen Nielsen, consultante en mécénat, auteur de Mécénat mode d’emploi
(collection Patrimoine - Edition IESA-Economica).
Isabelle Vierget Rias, conseillère arts plastiques - DRAC Ile-de-France.
ELVIRE NOYER, chargée des relations avec les publics au Théâtre de l’Est
Parisien.
CECILE VIGNESOULT-MARTY, consultant en marketing culturel et créatrice,
des boutiques et des lignes de produits de la Comédie française.
Emmanuel Vinchon, conseiller artistique Lille 3000.
JULIA NYIKOS, doctorante en Histoire de l’art.
fabrice Yvelin, service paysage et aménagement de la Ville de Paris.
Claude Origet du Cluzeau, ingénieur-conseil en tourisme et loisirs.
Yves et Anne-Monique d’Yvoire, propriétaires du Jardin des 5 sens.
CATHERINE OUSSET DELAGE, professeur d’éducation musicale.
52
Michel Racine, architecte paysagiste, urbaniste et professeur à l’École
nationale supérieure du paysage de Versailles.
Christine Pedotti, auteur et éditeur.
Ainsi que les nombreux professionnels qui interviennent dans le cadre des tables
rondes ou reçoivent les étudiants pour des cours in situ ou des travaux dirigés.
Les structures culturelles
qui accueillent nos étudiants en stage…
communication,
événementiel,
Mécénat,
fondation,
sponsoring
3ca,
Admical,
Agence Bernadette
Alembret,
Agence Catherine Dufayet,
Agence communic’art,
Agence Diligence Press
& Com,
Agence Heymann Renoult,
Agence Sophie Monet,
Agence Sylvia Beder,
Agence Véronique Lopez
Aides,
Anne Sanson Communication,
cation,
Les puces du design,
SoFF,
Autour de Léonardo,
Compagnie Les Toupies,
Côté salon,
Mac 2000,
Trois Temps Innovation,
Avignon Public Off,
De concert communication,
Moonstar,
Avril en Septembre,
Mode in press,
UCIAP, Les 7 jours du
7ème,
Compagnie Poudre
de Sourire,
Baba Yaga Tour,
Compagnie Que Sera,
Dedale,
Neuflize OBC,
Vecteur Expo, …
Bal à Paname,
DRC, Dominique Racle
Consulting,
Nemoprod,
Buzzer Press,
Compagnie Théâtre
Italique,
Caprices festival,
Danse à Aix,
Etats d’art,
Parcours Saint Germain,
Caroline Carlson,
Discograph,
Centre de création
et de diffusion musicale,
Eclats d’artistes,
Centre de danse Georges
Momboye,
Espace Kyron,
Centre de Musique
baroque de Versailles,
Festival D’Aix en Provence,
Europe and go,
Européenne des Salons,
Favori,
Festival International
de la photo environnementale,
Nuit Blanche,
Pierre Laporte Communication,
Publicis Consultants
France,
Ramsay Art Fair,
Accentonic,
Accentus,
F2J Productions,
Festival Onze Bouge,
Fondation Antoine de
Galbert-Maison Rouge,
Reflex Event,
Fondation Cartier pour
l’art contemporain
Show off,
AROP, Association pour
le Rayonnement de
l’Opéra de Paris,
Slick,
Asperento,
Société des Amis de la
Maison Européenne
de la Photographie,
Association Aribo,
Compagnie Brocéliande,
Association Cairce ,
Compagnie Candela,
Association L’Ame en
Venise,
Compagnie DCA –
Philippe Découflé,
Association La Soupape
Ailée,
Compagnie de théâtre
de Sarah,
Association Pour que
l’esprit vive,
Compagnie du Mystère
Bouffe,
Association pour
le développement
de la danse à Paris,
Compagnie Feu Follet,
Furax,
Compagnie Georges
Momboye,
Glazart,
Ateliers de Paris,
Compagnie le Cap rêvé,
IMG Artists,
Fondation du Patrimoine,
Fondation Giacometti,
Fondation Hyppocrène,
Sentou,
Fondation Jean Dubuffet,
Art Event Organisation,
Institut de France,
Société des Amis de la
Maison Rouge,
Art Paris,
Institut Français du
design,
Société des amis de
Versailles,
Isabelle Louis Relations
Presse,
Société des Amis du Musée National
d’Art Moderne,
Biennale de Paris,
Abracadabar,
EMB Sannois,
Reed Expositions (Fiac,
Paris-photo),
Art Actuel,
Association comme vous
émoi,
Art Vivant,
théâtre,
compagnies,
musique
Château de Versailles
spectacle,
L’art en direct,
Claudine Colin communi-
Les Parisiennes,
Le Public Système,
Société d’organisation
culturelle,
ADIAM91,
Allegria,
Cig’art,
Cité de la musique,
Comme il vous plaira,
Compagnie Acajou,
Compagnie Agora,
Festival de l’Emperi,
Festival d’ïle de France,
Festival des Forêts,
Festival d’opéra baroque
de Beaune,
Festival Entrez
dans la Danse,
Festival Les Siestes
Electroniques,
Festival Onze Bouge,
Festival Patchwork,
Festival Suds à Arles,
France festival,
Hip Hop Citoyen,
53
Iris Music,
Naïve,
Jazz à Porquerolles,
Jazz à Saint Germain,
National Theatre and
concert Hall Taiwan,
Kontshasso,
Nemo music,
Théâtre du Rond Point,
Kulturubain,
New Morning,
La Belle écorchée vive,
Nova Prod,
Théâtre du Vieux colombier,
La Cartoucherie,
Opéra Bastille,
La Comédie Française,
Opéra National de Paris,
La communauté
innavouable ,
La Nacelle – théâtre
du Mantois,
Mairie de Clamart,
Conseil général
des landes,
Mairie de Gentilly,
Association Jardin Jardin,
Conseil de promotion
touristique,
Mairie de la Garenne
Colombes,
Théâtre Jean Arp –Clamart,
Association Pour
l’Histoire Vivante,
Département de l’art
dans la ville,
Mairie de Meaux,
Orchestre des jeunes
musiciens taïwanais
en France,
Théâtre Marius Milhaud
Centre de recherche
du château de Versailles,
Département de l’Essonne,
Mairie de Pantin,
Mairie de Paris,
Paris Quartier d’été,
Théâtre National de la
Colline
Centre des Monuments
français,
Direction des Parcs et
Jardins de la Mairie
de Paris,
Centre International
du vitrail,
Domaine national de
Saint-Cloud,
Chartres- sanctuaire
du monde,
DRAC ile de France,
Mairie
de Savigny le Temple,
Château de Breteuil,
Encore Paris,
Epinay Sous Sénart,
Vivendi Universal
Château de Châtillon
en Bazois,
VO music,
Château de Gizeux,
Waggram Music,
Château de Sagonne,
X-Ray,
Château de Saint Jean
de Beauregard,
Piano aux jacobins,
L’Avant Seine, théâtre
de Colombe,
Ping-Pong,
Pro Art,
La Voie du Tambour,
Production Internationale
Albert Sarfati,
Le Baisé salé,
Radio de la Méduse,
Le bureau,
Rencontres Chorégraphiques de Seine Saint Denis,
Le concert Impromptu,
Le Dansoir-compagnie
Karine Saporta,
Rock en Seine,
Le Divan du Monde,
Société Chopin à Paris,
Le Réservoir,
Sony Music France
Les ballets de Monte
Carlo,
SPPF – société des Producteurs de Phonogrammes
en France,
Les Cuizines,
54
Conseil général
de l’Hérault,
La Ruche,
La vie de Bohême,
Théâtre des Bouffes du
Nord,
Ruq Productions,
Théâtre du Fresne
Théâtre National de
Chaillot,
Théâtre Sylvia Montfort
Théâtre Simone Signoret,
Véronique Jourdain Artistes Manager,
V2 music,
Zebulon Tourne
et Patrimoine,
Association entre
Campagne et Jardin,
Association France
Québec,
Château de Thoiry,
Patrimoine et
jardins,
collectivités
territoriales,
Ingénierie
Culturelle,
tourisme
Château
de Vaux-le-Vicomte,
CityZeum,
Clio,
DRAC Montpellier,
France à la Carte,
Guidesdecharme.com,
Habitation Clément,
Harmatan,
ISASES Consultants,
Jardins des serres
d’Auteuil,
La Demeure Historique,
La Maison de la France,
Mairie d’Epinay sur Seine,
Mairie de Gif sur Yvette,
Mairie de Montreuil,
Mairie de Rambouillet,
Mairie de Rosny Sous Bois,
Mairie de Versailles,
Mairie de Vert le Grand,
Mairie de Voisin
le Bretonneux,
Mairie d’Issy
les Moulineaux,
Maison des cultures du
Monde,
Maison Paysanne de
France,
Mémimée Conseils,
MJC Rambouillet,
Observatoire du patrimoine religieux,
Les Flaneries musicales
Reims,
Sprezzatura,
Les trois baudets,
Théâtre de Gennevilliers
LMD Production,
Lollypop communication,
Théâtre de la cité internationale
Mains d’Oeuvres,
Théâtre de l’Equipée
Affaires culturelles de
Rueil Malmaison,
Conseil général
d’Eure et Loire,
Maison des jonglages,
Théâtre de l’Onde-Vélizy
Agence Le Troisième Pôle,
Conseil général de l’Allier
Mairie de Bois Normand
près Lyre,
Melodisk,
Théâtre de Mogador
Arborescences,
Mairie de Bourges,
Office de tourisme du
pays houdannais,
MIDEM,
Théâtre de Sartrouville,
Mairie de Champigny,
Patrimoine sans Frontière,
Mouvance d’arts,
Théâtre de Suresnes,
Arcanes, ateliers
de restauration,
Conseil général
D’Indre et loire,
Mairie de Chantilly,
Musique en Sorbonne,
Théâtre des deux rives,
Association Culture
Conseil général
de l’Essonne,
Parc Naturel Régional des
Causses du Quercy,
Takeway Concept
Communauté
d’agglomération
de Saint-Quentin-enYvelines,
Les 9 jardins
de la Chatonnière,
Les Bâtisseurs
de mémoire,
Mairie d’Arras,
Mairie de Chartres,
Office National Polonais
de Tourisme,
Office National Tchèque
de tourisme,
Office de tourisme de
Montpellier,
Parc Naturel Régional du
Perche,
Parc Naturel Régional du
Périgord,
RATP, département patrimoine,
Rempart,
SEMA, Société d’Encouragement aux Métiers
d’Art,
Service Régional de l’Archéologie, Limoges,
Tour Jean Sans Peur,
Val d’Yerres,
VIA Patrimoine,
Vieilles Maisons Françaises,
Beaux-Arts Magazine,
Bernard Chauveau
Editeur,
Groupe Express, expansion,
Rencontres Internationales
Paris-Berlin, Roaratorio,
Bureau des musées de la
Ville de Paris,
Etablissement Public du
Grand Palais,
Hector Film,
RTL – service information,
In the Target,
Sombrero and co,
Caisse National des Monuments,
Exploradôme,
Bookstorming,
Cassandre-Hors Champ,
Image d’ailleurs,
Jules Verne Aventures,
Centre culturel de Cotonou (Bénin),
Friche La Belle de Mai,
Centre de promotion
du livre de jeunesse, Montreuil,
Syndicat National de
l’Edition,
Kino,
Technikart,
Kyrnéa International,
Télé magazine,
Centre culturel de Courbevoie,
Cinémathèque française,
L’Agora des Arts,
Télérama,
Cinéma Star,
L’arbre à lire,
TF1,
Connaissance des Arts,
Le Journal des Arts,
Tomawak Production,
Connexion culture,
Les fiches du cinéma,
TRACK 75,
Darkstar,
Les films du Bélier,
V2Lam productions,
Daventures sarl,
Les films du désert production,
Vagalume production,
Edition A Propos,
Edition Citadelles et
Mazenod,
Editions Hoebeke,
Lire c’est parti,
Editions Jalou,
L’Officiel des galeries,
Edition Jean-Claude Lates,
Long Distance,
Abbaye de Maubuisson,
Edition La Martinière,
Magazine AD,
Editions Norma,
Maison du Film court,
Ambassade de France du
Sénégal,
Editions Osmondes,
Méroé Films,
Effervescence productions,
Monuments City Edition.
Air France Magazine,
Epicentre Films,
Ocean Film Distribution,
Alban Editions,
Femina,
OLM Production,
A nous Paris,
Festival de Cannes,
Paris Paname,
Archimaud Editeur,
Festival du film de Paris,
Paris Première,
Art Aujourd’hui,
Fleurus,
Prisma Press,
Art Clair Editions,
Forum des images,
Profil Culture,
Artcontemporain.com,
France 2,
Publication Condenast,
Art press,
France Télévision,
Arte,
Fun radio,
Radio France International,
Association La Caserne,
Gédéon Production,
Radio Nova,
Ville de Medon,
Virage-Voyage et patrimoine.
Média (presse,
radio, net) Edition
(livres), Cinémaaudiovisuel ,
Mouvement,
Ambassade du Pérou,
Alliance Française de
Delhi,
Institut culturel italien,
Institut du Monde Arabe,
Centre National de la
photographie,
Institut Français de Berlin,
Cité de l’architecture et
du patrimoine,
Librairie Maeght,
Hôtel de la Monnaie,
Institut Français de Barcelone,
IInstitutions,
musées, centres
culturels,
centres d’art
Editions Gallimard,
Galeries nationales de
Prague,
Centre Georges Pompidou,
Centre National des Arts
Plastiques,
Libération,
Editions Fleurus,
Ville de Guingamp,
Centre des Monuments
Nationaux,
Zurban,
Librairie historique
Teissedre,
Ville de Fontainebleau,
Centre culturel Suisse,
Forum des images,
Cité Nationale de l’immigration,
CNEAI- Centre National
de l’estampe et de l’Art
Imprimé,
Collection Lambert,
Collection de Saint
Cyprien,
Culture France,
Institut Français de Budapest,
Institut Français de
Meknes,
Institut national du Patrimoine,
Jeu de Paume,
La Caserne,
Le 104,
Le Cube,
Le Laboratoire,
Le Micro Onde de Vélizy,
Ludothèque d’Issy Les
Moulineaux,
Alliance Française de
Jamaïque,
DMF – Direction des Musées de France,
Assemblée Nationale
Direction de l’architecture
et du patrimoine,
Maison Européenne de la
photographie,
Ecole National Supérieure
des Beaux-Arts,
Maison Victor Hugo,
Baccarat,
Beton Salon,
Bibliothèque Nationale
de France, service exposition,
Bureau des Arts Plastiques
de l’Ambassade de France
à Berlin,
Espace Claude Berri,
Espace Commines,
Espace Multimédia de
Boulogne Billancourt,
Espace Pierre Cardin,
Mains d’œuvres,
Manufacture nationale de
Sèvres,
Mémorial du Maréchal
Leclerc,
Ministère de la Culture et
de la Communication,
55
Ministère de la Culture mission des métiers d’art,
Musée national de la
céramique,
Aline Vidal,
Christophe Gaillard,
Galerie Troisième cercle,
Nathalie Obadia,
Almine Rech,
Cedille,
Galerie Vu,
Odile Ouizman,
Ministère de la culture
Malgache,
Musée national du Moyen
Age - Thermes de Cluny,
Anto,
Claude Bernard,
Galerie Yvon Lambert,
Panoram’art,
APCI,
Claudine Papillon,
Génériques,
Mobilier National,
Musée national de la
Renaissance-château
d’Ecouen,
Arcade,
Collectif 12,
Hervé Loevenbruck,
Artalent,
Cosmic Galerie,
Immix galerie,
Art concept,
Institut Français du design,
Artcore,
CNEA, Comité National
d’Education Artistique,
Jackie Outline,
Relais Culture Europe,
Art dans la Cité,
Daniel Templon,
Jane Roberts Gallery,
Romero Candida,
Art Deco service,
Deborah Zafman,
DG Art,
Jean Fournier,Jérôme de
Noirmont,
School Gallery,
Art Event Organisation,
Art Flesh,
Dominique Fiat,
Art Public Contemporain,
Emmanuel Perrotin,
Arums,
Envie d’art,
Artydandy,
Espace Carole Brimaud,
Action Artistique de la
Ville de Paris,
Espace Dialogos,
MONUM,
Museu da Imagen Braga,
Musée Carnavalet,
Musée Château Ramsay,
Québec,
Musée Toulouse Lautrec,
Palais de Tokyo,
Palazzo Grassi, Florence,
Musée Curie,
Parc de la Villette,
Musée d’art américain de
Giverny,
Paris Bibliothèques,
Musée d’art contemporain de Vitry,
RMN – Réunion des Musée Nationaux,
SC Musée,
Musée d’art et d’histoire
du judaïsme,
SVO Musée
Musée d’Orsay,
Union Latine,
Musée de l’air et de
l’espace,
Villa Savoye
Association Paris Viaduc
des Arts,
Wildenstein Institut,
Association Plastica,
Musée de la vie romantique,
Museo del Bambini,
Musée de l’homme,
Musée de Saint Maur,
Musée des antiquités de
Rouen,
Musée des arts décoratifs,
Musée des arts et traditions populaires,
Musée du Louvre,
Musée du Quai Branly,
UNESCO,
Commissariat
d’expoSITION,
agents d’artistes,
conseils
artistiques,
médiation,
collectifs,
pratiques
artistiques,
Galeries d’art
moderne
et contemporain
Musée du Montparnasse,
56
Association Marché Foire
de l’Odéon,
Association Tournesol,
Ateliers d’artistes de
Belleville,
Espace Kiron,
Espace La Vallée,
Europa 102, Hervé Mikaeloff,
Festival d’autonme,
Festival Ar Outsiders, MEP,
Galerie Angle de vues,
Galerie Anton Weller,
Atelier la Ruche,
Galerie de Paris,
Axel Vervoordt, antiquaire,
Galerie Di Meo,
Baudoin Lebon,
Galerie Françoise Paviot,
Biennale de Paris,
Carole Brimaud,
Galerie Jérôme et Emmanuelle de Noirmont,
Carré d’artistes,
JGM Galerie,
Jousse entreprise,
Kamel Nemour,
La Bank galerie,
Pierre-Alain Challier,
Polad Hardouin,
Praz-Delavallade,
Schirman et de Beaucé,
Schleicher+Lange,
Serpentine Gallery,
Sit Down,
L.J. Beubourg,
Smart Fine Art,
L’art pour tous,
The Conran Shop,
La Bank,
TRAM,
La Blanchisserie,
Tudio Othoniel,
La Ferronerie,
Studio Mac,
La Réserve,
La Vapeur,
Les Filles du Calvaire,
Loft,
Magnum,
Terre nuage,
The Cynthia Corbette
Gallery,
The Little Big Galerie,
Maeght,
Valérie Oualid ressources
Magda Danysz,
Créatives,
Marc Maisonneuve,
Veronique Smagghe,
Matteo Messervy,
Vivendi,
Marian Goodman,
Vœux d’artistes,
Galerie Jocelyn Wolff,
Marie Letrange, photographe,
Xavier Veilhan,
Catherine Gfeller,
Galerie Nivet-Carzon,
Marion Meyer,
Galerie La ferronnerie,
Véronique Jourdain
Artistes Managment,
Musée Français de la Photographie, Bièvres,
1900-2000 (galerie),
Chambre avec vues,
Galerie Nomads,
Addict Galerie,
Chantal Crousel,
Galerie Nuke,
Martine et Thibault de la
Chatre,
Musée Galliera,
Agence Kreo,
Chenue SA,
Galerie Première Station,
Musée en Herbe,
Yvon Lambert,
Musée Guimet,
Agence Loya-b,
Chez Valentin,
Galerie Quang,
Nathalie Gaillard,
Zen factory,
Vidéo Appart,
Culture - Solidarité - Handicap
Chaque année, les étudiants du département Métiers de la Culture et de l’événement mettent en
œuvre durant leur formation de nombreux projets croisant culture et solidarité (projets dans des
prisons, des hôpitaux, projets de production ou de médiation pour publics handicapés, projets
au profit d’associations humanitaires), participant ainsi à mettre la culture à la disposition de tous
les publics et à en faire un outil de cohésion et de développement social.
Pour accompagner ces projets et professionnaliser les acteurs culturels dans ces domaines qui
demandent des compétences multiples l’IESA a mis en place des cursus de formation à l’intérieur
des parcours de formations initiale et professionnelle.
Il a également, avec le patronage du Ministère de la Culture et de la Communication, créé les
rencontres Solidarité-Culture, pour permettre aux différents acteurs de la culture et de la solidarité de mettre en commun leurs expériences et de créer des synergies afin de proposer des projets
efficaces et utiles pour les publics visés.
Associations, professionnels de la culture, responsables de fondations d’entreprise mécénant des
projets à visée solidaire, professionnels de la santé ou des prisons, spécialistes du handicap, se
sont ainsi retrouvés pour les 1ères rencontres Solidarité-Culture les 24 et 25 avril 2009 pour deux
journées de formation et de tables rondes consacrées à ces thématiques.
Chaque année, l’IESA souhaite ainsi convier professionnels, élus et associations à ces rencontres
afin de créer autour des projets de ses étudiants une vraie dynamique de travail porteuse de sens
et de réalisations concrètes valorisant la culture au cœur des projets citoyens.
La formation professionnelle Culture et
Handicap de l’IESA a été nominée aux Trophées Handi-Friends 2009 dans la catégorie :
«Handi-Sensibilisation» pour la réalisation
d’une formation «Médiation et handicap
dans les sites culturels»
Comment accueillir au mieux les publics handicapés
dans les musées, théâtre, monuments. Comment favoriser leur mobilité, leur accès aux projets éducatifs, visites
guidées, spectacles ? Comment les mobiliser et leur faire
découvrir une programmation culturelle ?
Des spécialistes du handicap et des responsables de sites
culturels ont abordé ces questions lors de la formation
«Culture et handicap».
Une journée de tour de table animées par des professionnels de la culture, et une journée de travaux in situ dans
les espaces dédiés du Louvre et du Musée Carnavalet .
“
C’est avec grand plaisir que j’ai participé à cette table
ronde, très riche pour moi-même et je l’espère aussi pour
les étudiants. Les témoignages que j’ai pu écouter étaient
très touchants. Quelle énergie de la part de vos étudiants !
Un grand bravo à eux ! Je leur souhaite une pleine
réussite quant à la mise en place de leurs projets.
Delphine NAINANI
Fondation B.Braun Medical S.A.S.
”
57
Sans titre, série Urban
Jungles, Pascal Monteil.
58
Courtesy Galerie Caroline
Vachet.
les témoignages
des étudiants
et des
professionnels
59
S
T
I
A
R
T
R
O
P
Olivia de SMEDT
Auto-entrepreneur, indépendant, prestataire de service
dans la production artistique.
Eric Faubert
CAMPUS PROMOTION 2008
Campus 2005
Après une licence d’histoire de l’art, j’ai intégré l’IESA. J’ai eu de nombreuses expériences professionnelles dans le milieu de l’art contemporain
(Fondation Jean-Paul Blachère pour l’art contemporain africain, Palazzo
Grassi, FIAC, Espace Claude Berri) et aussi dans le marché de l’art, notamment à l’Hôtel Drouot et à l’Agence Loya-b. En novembre 2008, avec
Soline Haudouin et Géraldine Genin, nous avons monté le projet «Carnets
d’inspiration», une exposition suivie d’une vente aux enchères de carnets
de croquis Moleskine confiés à 60 artistes contemporains, designers et stylistes (Daniel Firman, Virginie Barré, Jean-Michel Alberola, Rebecca Bournigault, Ronan et Erwan Bouroullec ou encore Christian Lacroix).
Nous avons mis en place une importante communication et de très nombreux partenariats (Moleskine, Galerie Pierre-Alain Challier, Auction Art
et Rémy Le Fur, Montblanc, FIAC, Champagne Roederer, etc.), sans qui le
projet n’aurait pu naître. Les fonds récoltés (près de 38 000 euros) ont été
intégralement versés à l’association Vaincre la mucoviscidose.
Suite à l’événement «Carnets d’inspiration» où de très nombreux partenariats et une production importante ont dû être développés, j’ai décidé
de créer une micro-entreprise afin de travailler en indépendant dans les
domaines de la production artistique et événementielle, le commissariat
d’exposition, la prospection en partenariat et mécénat, ainsi que la communication. De nouveaux projets sont actuellement en cours.
L’IESA représente pour moi la possibilité de mettre en place des projets artistiques ambitieux et originaux, grâce à l’apprentissage d’outils essentiels
et concrets pour leur réussite. Passer de la théorie à la pratique.
Pendant l’IESA Eric a conduit le projet d’un festival intitulé Milit’Art, festival
qui cette année fête sa 3ème édition avec, comme nouveauté, une journée
consacrée au sport et la seconde aux musiques actuelles. Il s’agit d’un
festival hip hop d’un concept nouveau sur le Val d’Oise : son originalité
est dans le challenge que l’équipe s’est fixé ainsi que dans son contenu. Le
projet « MILIT’ART » veut démontrer que, dans un contexte de discriminations diverses, les publics concernés savent faire preuve d’initiatives et sont
capables de contourner le non accès au droit et à la reconnaissance en
créant des manifestations multiculturelles et pluridisciplinaires. Plus qu’un
festival, « MILIT’ART » est l’occasion de prouver que le hip hop est une
véritable culture vivante et non discriminante.
Que représente l’IESA pour vous ?
Je considère l’IESA comme une grande école ; grande par son prestige,
ses cours et sa formation professionnalisante. C’est une fierté d’y avoir
été formé.
60
Prix VMF IESA-2008, château d’Aulan.
Victor Provôt
Médiateur Culturel et Chargé de mission Tourisme au Domaine de
l’Abbaye de Thiron-Gardais (Perche Eure-et-Loir) – Maire de Thiron-Gardais
Campus Médiation et production culturelles, promotion 2002-2005.
Suite à stage de 4 mois, j’ai été embauché (CAE 2 ans) par le Syndicat Intercommunal à Vocations Multiples (SIVOM) du Canton de
Thiron-Gardais dans le Perche en Eure-et-Loir depuis le 1er janvier
2006.
Le SIVOM est une collectivité territoriale regroupement plusieurs
petites communes rurales (un peu plus de 3000 habitants) qui ont
mis leurs efforts dans le développement d’un ancien site monastique du XIIe siècle composé d’une église abbatiale, d’un presbytère,
de l’ancien Collège Royal Militaire, d’une grange aux dîmes et d’un
parc de 4 hectares où autour du vivier des moines des Jardins Thématiques d’inspiration médiévale ont été aménagés en 2000. La
grange aux dîmes est l’entrée du Domaine de l’Abbaye avec l’Office
de Tourisme, un espace muséographique et un espace d’expositions
temporaires.
Ma mission a été pendant plusieurs mois le suivi des travaux de
réhabilitation de la grange aux dîmes, ainsi que l’aménagement
de l’accueil et de l’espace muséographique. Cet espace a été basé
sur deux axes : l’un montrer que l’architecture du Domaine de l’Abbaye était beaucoup plus important avec une réalisation en 3D de
l’abbaye à Révolution et deuxièmement de montrer l’importance
de l’Ordre de Tiron qui avait autorité sur plus de 120 prieurés et
abbayes en France et au Royaume-Uni.
De ce fait je travaille sur l’élaboration d’un réseau des anciens sites
ayant appartenu à l’Ordre de Tiron (tiron.blogg.org). Une autre mission était l’élaboration d’un livret ludique de visite et de panneau
d’interprétation des Jardins Thématiques. Je viens de terminer la
réalisation d’un film d’accueil présentant les activités du Domaine
de l’Abbaye et des sites touristiques alentours. Puis en partenariat
avec tous les acteurs du site je mets en place les manifestations,
événements culturels et expositions sur le Domaine de l’Abbaye.
Depuis quelques mois, le site du Domaine de l’Abbaye fait parti du
Réseau des Sites du Parc Naturel Régional du Perche et nous participons à des actions communes. Nous participons également aux différentes opérations mises en places par le Comité Départemental
du Tourisme ou le service Culture du Conseil Général d’Eure-et-loir.
Pour plus d’informations : domaine.abbaye@perchethironnais.com
Nous travaillons étroitement avec le Conseil Général d’Eure-et-Loir
sur deux projets d’aménagements : l’un étant un musée du Coq et
de la Poule, un conservatoire du vivant dans le Perche (à ThironGardais) qui ferait une trilogie sur le département avec le Conservatoire du Machinisme Agricole (Le COMPA) à Chartres et le conservatoire du céréales, la Maison de la Beauce à Orgères. Le deuxième
projet étant l’aménagement de l’ancien collège militaire en accueil
de classe verte et classe patrimoine ou centre de loisirs, ainsi qu’un
atelier d’artiste à résidence.
61
Marianne ESHET
Déléguée générale ADMICAL Carrefour du mécénat d’entreprise
u
o
‘
“m
Céline Bulliard
Pôle événementiel, Délégation générale aux Relations Internationales
du Secrétariat Général de la Mairie de Paris
Campus PROMOTION 2003
La rencontre avec l’IESA,
et en particulier Françoise Schmitt,
représente pour Admical un moment
fort. Nous avons de suite compris que
nos deux «institutions» allaient faire
un bout de chemin ensemble.
Passion, exigence, légitimité, ouverture
sont les principales qualités
dont je qualifierais votre grande Ecole.
Donner un cours pour des étudiants
motivés, accueillir des stagiaires
disponibles et impliqués, participer
à vos événements culturels fut
à chaque fois une expérience riche
et enthousiasmante.
A renouveler sans modération !
62
Je travaille actuellement à la Délégation générale aux Relations Internationales du Secrétariat Général de la Mairie de Paris, dans le secteur
évènementiel. Cette structure est très dynamique car elle gère toutes les
actions de la Mairie de Paris avec l’étranger : coopération décentralisée,
développement et co-développement, culture, montage d’évènements et
de d’expositions, communication…
L’IESA est pour moi l’école idéale car elle est ouverte et donne des moyens
d’actions non négligeables pour un étudiant qui doit apprendre ce qu’est
le monde professionnel. En effet, les autres modes d’enseignement sont
trop théoriques et « scolaires » et pas assez pratiques.
Elizabeth Zammit Lewis
MAC 2000 Coordinatrice-Responsable de l’organisation de la manifestation et des relations avec les artistes
Campus PROMOTION 2006
la
A la suite de son stage, Elizabeth est embauchée par Hervé Bourdin. Ce
qui implique un énorme travail de sélection et de suivi des artistes, de communication, de participation à la négociation et au suivi des partenariats
ainsi que de gestion et d’organisation de la manifestation annuelle. Cette
année, le salon accueillait 135 artistes dans les domaines de la peinture, la
vidéo, la photographie et l’installation.
r
i
r
uv
CECILE NAMUR
Attachée à l’information,
Rencontres chorégraphiques internationales
de Seine-Saint-Denis
Pénélope Baudoin
Coordinatrice d’événement Mode,
agence La Mode en Images.
CAMPUS PROMOTION 2005
CAMPUS PROMOTION 2005
www.rencontres-choregraphiques.com
Les connaissances et compétences que j’ai acquises au cours de ces deux
années me permettent d’intégrer des secteurs culturels très différents, de
m’adapter plus aisément à des activités très larges. Et dans ce secteur
outre la polyvalence, il faut savoir intégrer une structure en comprenant
les enjeux et être perspicace quant aux moyens à mettre en œuvre. Enfin
quand je parle d’éveil des sens, c’est que pour moi l’IESA a été un bon
moyen de « m‘ouvrir la tête » à de nouveaux horizons dans l’artistique
en général mais aussi dans ma réflexion sur la culture, sur les publics,
sur l’économie culturelle… Pour apprécier ce cursus, il faut beaucoup de
curiosité et l’ouverture d’esprit nécessaire ; le contenu est dense, les enseignants sont des professionnels avec avant tout une approche de terrain,
ce qui change radicalement d’une approche académique. Il faut rester aux
aguets pour s’approprier un savoir qui est d’abord un savoir-faire, comme
dans la vie.
En intégrant les Métiers
de la Culture, j’ai toujours eu pour
objectif la danse contemporaine, mais du
côté de l’organisation. Ainsi, avec cette
formation, j’ai pu découvrir les différents
métiers du spectacle vivant et leur
application dans le domaine
de la danse contemporaine grâce
à l’immersion professionnelle.
C’est ainsi que je suis arrivée aux
Rencontres chorégraphiques
internationales : d’abord un stage, puis
un contrat de professionnalisation
pendant mon cursus et enfin,
l’embauche définitive à la sortie !
”
e
t
ê
t
a
63
Gilles Fresson
Guy Boyer
Directeur de la rédaction de Connaissance des Arts
attaché de coordination auprès
du recteur de la cathédrale de Chartres
3ème Cycle promotion 2005-2006
Régulièrement, des étudiants de l’IESA
viennent donner un coup de main, dans
le cadre de leur formation, aux différents
départements de Connaissance des Arts
(rédaction, iconographie, Internet).
Par leur curiosité, leur ouverture
d’esprit et leur large champ
de connaissances, ils ont montré une
incroyable adaptabilité et un grand
professionnalisme.
Connaissance des Arts est heureux
d’avoir pu accompagner certains d’entre
eux dans leur carrière artistique.
Aujourd’hui, l’intitulé de mon poste est «attaché de coordination»auprès
du recteur de la cathédrale de Chartres, classée patrimoine mondial de
l’UNESCO. C’est un métier d’une extrême variété : ouverture et accueil des
publics, organisation matérielle du culte (pèlerinages et célébrations), pôle
musique (orgues et maîtrise), intendance (entretien et sécurité de l’édifice), aménagements (signalétique, son, lumière), gestion financière, ressources humaines (15 salariés). Un enjeu important est celui de la médiation du patrimoine, avec un service consacré aux visites guidées. L’emploi
du temps suit également l’événementiel : commémorations, expositions
exceptionnelles et concerts – au rythme de quarante dans l’année.
J’assure aussi les relations extérieures : avec les instances des monuments
historiques – les chargés de la restauration, les journalistes, les éditeurs et
producteurs, les mécènes. Je privilégie le lien avec les collectivités locales
et les organes touristiques qui sont sur place.
Cette opportunité est née du croisement de plusieurs centres d’intérêt. J’ai
monté des projets pédagogiques, réalisé des travaux concernant la cathédrale
et publié sur le sujet. Dans le cadre de mon stage à l’IESA, j’ai travaillé pour la
municipalité sur le projet d’un centre d’interprétation dédié à la cathédrale.
Suite à ce stage, j’ai mis à profit mes acquis en conduite de projets culturels, en
créant mon propre poste. Cette fonction n’existait pas avant août 2006.
Que représente l’IESA pour toi ?
L’IESA a été pour moi une sorte de « boîte à idées » ainsi qu’une occasion
de découvrir l’extrême diversité du monde culturel, l’esprit sous jacent
aux projets et leur cohérence globale. L’occasion de se poser pendant une
année des questions essentielles sur les ‘possibles’ du patrimoine…
64
Stéphane Vidal,
Pierre Sterckx
Critique d’art
responsable communication, relations presse
et Internet, MICCRO « Allez Les Filles », Bordeaux.
3ème Cycle PROMOTION 2004-2005
l’IESA, pour moi, c’est l’école
pluridisciplinaire par excellence.
On y enseigne l’image numérique
et l’histoire des jardins ; le présent
y active le passé. Aucune hiérarchisation
des savoirs à l’IESA. Pas d’arts majeurs
excluant de prétendus arts mineurs.
La porcelaine, la bande dessinée
y côtoient les expérimentations
de l’art contemporain.
Cela donne un climat d’école qui
me convient bien : entre le stable
et l’instable, avec tous les risques. L’IESA
est une école ouverte. On y encourage et
multiplie les rencontres entre
les disciplines et les personnes.
L’association s’articule autour de plusieurs projets : la programmation
musicale, un centre d’information des musiques en Aquitaine et une
« démothèque » qui a pour but de conserver et de donner à connaître
les centaines de projets musicaux qui se créent en permanence mais qui
n’ont pas forcément la chance d’atteindre les circuits traditionnels de diffusion… Je m’occupe de la communication, des relations presse et du site
Internet.
• www.allezlesfilles.com
Arthur Carpentier
Directeur de la communication de la Géode
3ème Cycle promotion 2004-2005
A la sortie de l’IESA, Arthur a été embauché par Gilles Bonnevialle, administrateur du domaine national de Saint Cloud, comme «développeur culturel»
pour monter les événements du domaine et rechercher des partenariats.
Depuis 2008, il a rejoint la Géode comme directeur de la communication.
Que représente l’IESA pour toi ?
Un tourbillon de projets, un foisonnement de rencontres, une remise en
question permanente tant y est grande l’ouverture sur les professions
liées à la Culture, des plus anciennes aux plus innovantes. Bref IESA = un
monde d’opportunités.
65
Isabelle Vierget-Rias
Conseillère Arts plastiques à la DRAC Ile-de-France
de
66
La formation à l’ IESA permet à des étudiants dont les profils sont
divers de pouvoir dans le cadre des cours, des travaux dirigés et
rencontres avec les professionnels qui leurs sont proposés de se
confronter à l’exercice d’analyse
qui accompagne les cours magis« appréhender traux d’une part et à appréhender
la mise en oeuvre la mise en oeuvre de l’ensemble
l’ensemble des métiers des métiers du champ culturel
d’autre part. Les rencontres avec
du champ culturel » les professionnels responsables des
structures ou organismes constitués sont toujours des temps importants que je prépare en amont
du déplacement tant avec la structure qu’avec les étudiants.
des personnels. Une large part est faite à la présentation du projet
artistique et de développement culturel de la structure qui accueille
les étudiants. Ces visites sont toujours suivies d’un cours permettant
de dresser le bilan de cette rencontre.
En effet, il ne s’agit pas d’organiser la visite d’un lieu ou d’une exposition stricto sensu mais bien de déplacer le cours de la salle de
classe à l’épreuve du lieu physique où s’exercent les missions. Ainsi,
les étudiants disposent-ils dans ce contexte privilégié d’un exposé
exhaustif sur les missions, les métiers représentatifs et les fonctions
Selon les périodes de l’année et la durée prévue, les stages au sein
d’un organisme ou d’une administration sont toujours très formateurs. On vérifie, alors, la capacité de l’étudiant à se libérer au
mieux des tâches d’intérêt général pour parvenir à assurer un suivi
de dossier bien qu’accompagné par leur responsable de stage.
Outre cet aspect, il est primordial pour les étudiants de savoir
situer les différents échelons politiques, administratifs, juridiques
d’une région. Il est tout aussi important d’identifier la politique du
Ministère de la culture et de la communication, d’appréhender
les questions qui portent sur le mécénat, la fiscalité. La comparaison avec la politique communautaire et celles des différents états
membres doit leur être possible compte tenu de la formation qu’ils
viennent chercher à l’IESA.
Marie Vincent
«De l’autre côté du Val d’Oise : 1ères journées départementales de l’environnement».
Colloque organisé par Michel Jourdheuil (au centre), avril 2009.
Michel Jourdheuil
Chargé de mission pour les parcs et jardins à la direction de l’Action
culturelle du Conseil général du Val d’Oise
3ème cycle PROMOTION 2000-2001
Michel Jourdheuil a consacré la première moitié de sa vie professionnelle
au théâtre, en tant que comédien et auteur dramatique. Au début des
années 1990, il s’est formé à l’art des jardins à l’école Saint-Cyran de
Frouville (Val-d’Oise) puis au développement des patrimoines culturels et
naturels à l’Institut d’études supérieures des arts (Paris), tout en travaillant
comme paysagiste d’intérieur. Depuis 2003, il est chargé de mission pour
les parcs & jardins à la direction de l’Action culturelle du Conseil général
du Val-d’Oise.
Michel Jourdheuil a écrit Chambres calmes, vues sur la mer, mis en scène
par Laurent Pelly en 1987, et Idéal fleurs, interprété en 1993 par Myriam
Boyer et Claire Nadeau sous la direction de Jean-Paul Muel. Il a publié
Jardins secrets en Val-d’Oise (Éditions du Valhermeil, 2005), l’ouvrage collectif Les arbres remarquables du Val-d’Oise (Éditions Dakota, 2005) et La
Maison Knapp (Éditions Atlantica Séguier, 2008).
Que représente l’IESA pour toi ?
Une plateforme de rencontres et d’échanges de savoirs, l’IESA, formidable
propulseur d’énergies, agit en véritable révélateur et accélérateur de soi.
Assistante de conservation au Musée des Monuments français à la Cité
de l’Architecture et du Patrimoine dans le cadre de la préparation de
l’exposition sur « Jacques Androuet du Cerceau », architecte du XVIème
siècle, embauchée à l’issue de son stage de fin d’année et chargée de
mission pour des expositions auprès de Catherine Arminjon
au Château de Versailles.
Campus PROMOTION 2008
L’IESA est mon point de départ
dans le monde professionnel.
Il m’a permis de réaliser mon rêve :
travailler au château de Versailles.
C’est un bon compromis entre
les études et le monde professionnel.
Mon souhait est réalisé : je travaille
à la valorisation du patrimoine
à Versailles.
L’IESA est une ouverture sur
la diversité du monde culturel
par les diverses activités
et événements proposés.
67
,
r
e
é
cr
r
e
p
i
c
i
ant
r
e
v
o
inn
68
«Un jardin d’exception», Création Benoît de Choulot, 25ème Fête des plantes vivaces,
Saint-Jean de Beauregard, avril 2009.
Coralie Grosse
Benoit de Choulot
Attachée de presse, agence Pierre Laporte Communication
Paysagiste
Campus PROMOTION 2005
3ème cycle promotion 2003-2004
En tant qu’attachée de presse, la mission essentielle est de faire le lien entre un évènement culturel et les médias. Pour ce faire, de nombreux outils
sont à exploiter et à réaliser. De l’élaboration de dossiers de presse, aux
partenariats médias en passant par la création de conférences de presse
ou d’une newsletter, le travail d’attachée de presse est polyvalent. Des
aptitudes rédactionnelles sont donc requises mais aussi un grand sens de
la curiosité, de l’organisation et surtout une aisance relationnelle. D’autres
part, le fait de travailler en agence et non pas chez l’annonceur, nécessite
une gymnastique constante de l’esprit pour gérer plusieurs dossiers à la
fois. À cela s’ajoute, comme pour tous les métiers de la culture, une souplesse et une grande disponibilité.
L’IESA représente pour moi un très bon accompagnement pour se lancer
dans les métiers de la culture. L’enseignement, très diversifié apporte de
multiples connaissances et des savoir-faire à valoriser en entreprise. Les
stages sont extrêmement importants dans le processus de professionnalisation. En effet, 3 ans de stages en continu permettent, à la sortie de
l’école, d’être opérationnel et d’avoir constitué un réseau, si important
dans le domaine de la culture !
Le paysagiste Benoit de Choulot est le descendant direct du Comte Paul
de Choulot créateur au 19ème siècle de plus de 280 parcs en France et à
l’étranger. Cet Art des Jardins est une vraie passion qu’il exerce partout en
France à la ville comme à la campagne. Il dessine, crée, restaure avec une
énergie communicative et une grande sensibilité. Après un troisième cycle
à l’Institut d’Etudes Supérieures des Arts, il y est maintenant conférencier,
il explique qu’il s’agit de trouver cette alchimie toute particulière, ces harmonies entre végétaux existants et plants nouveaux, ces jeux essentiels
d’ombre et de lumière, ces cascades et jeux d’eau... qui concourent à créer
un paysage vraiment achevé. Avec Benoît de Choulot, la conversation
devient vite un échange d’idées très animé. Il est en effet intarissable sur
les recettes qui garantissent la réussite d’un jardin d’agrément, la configuration des terrains ou la nature des sols...
Que représente l’IESA pour toi ?
L’IESA c’est un bouillon de talents avec une mise en musique très fine. Tout
le monde ne comprend pas parfaitement l’orchestration, nous n’avons
pas tous un grand talent spontané, mais tout le monde à l’IESA est tiré
vers le haut pour la culture. A l’IESA les formations et l’enseignement sont
réalisés par des intervenants dont la notoriété et l’efficacité ne sont plus
à prouver. Le train de l’IESA roule très vite, tout le monde peut le prendre
mais il ne faut pas le rater.
David Caméo,
directeur de la Manufacture nationale de Sèvres
Le partenariat et les échanges que la
Manufacture nationale de Sèvres
entretient avec l’IESA, depuis 2003,
sont en bien des points exemplaires
et répondent pleinement à la stratégie
de développement que j’ai souhaité
impulser dans cette institution.
La valorisation d’un patrimoine pour
partie immatériel, la transmission des
savoir-faire, le dialogue essentiel entre
patrimoine et création, la diffusion d’une
production d’exception, et la sensibilisation d’un public toujours plus large sont
autant d’objectifs que nous partageons
dans des activités communes.
La porcelaine de Sèvres est un univers
fascinant, aux multiples facettes, à la
dimension humaine rare, que j’entends
révéler au plus grand nombre et l’IESA
est un précieux partenaire en ce domaine,
à commencer lors de notre annuel
rendez-vous de septembre des Journées
Européennes du Patrimoine, comme
dans le contexte plus pointu de cycles
de conférences historiques sur la
céramique.
69
Rosine Benard
Christophe Allemann
Chargée de mission Kynea International
et chargée de cours à l’Université Paris 3
Directeur adjoint, Ecole nationale de musique
et de danse - Ville d’Avray
3ème Cycle PROMOTION 2008
3ème Cycle promotion 2004-2005
Depuis février 2009, je suis chargée de mission par l’association Kyrnéa
International, qui favorise la pratique cinématographique et l’éducation à
l’image auprès des jeunes qui y ont difficilement accès. Je m’occupe du
suivi des différents projets mis en place, de leur développement, et de la
communication.
Depuis que j’ai fini ma formation à l’IESA, je suis également chargée de
cours à l’université Paris 3 où j’enseigne l’analyse de l’image à des élèves
de licence.
Ma formation à l’IESA a été très complémentaire de mes études universitaires. En effet, elle m’a permis d’avoir des bases solides en terme de
communication, de médiation, de gestion de projets… notions que je
n’avais pas du tout abordées à la faculté. Par ailleurs, l’IESA est un lieu où
on peut nouer facilement des contacts avec différents acteurs du milieu
de la culture et rencontrer ainsi des personnes avec qui l’on sera amené à
travailler par la suite.
Je suis responsable du développement culturel et de l’administration
depuis 2006, au sein du Conservatoire à Rayonnement Départemental
de Musique & de Danse de Ville d’Avray, qui fait partie de la Communauté d’agglomération Arc de Seine. L’IESA est un bon souvenir et un
tremplin ! Mais tout dépend comment chaque étudiant appréhende son
passage à l’IESA. Si je peux me permettre un petit conseil aux étudiants,
il faut qu’ils prennent cette expérience en se positionnant avant tout
en acteur et non comme spectateur. Je pense que pour que cette expérience leur soit profitable, il faut qu’ils aient une idée concrète de ce
qu’ils souhaitent faire après ; entretenir leur recherche d’emploi dans le
secteur culturel pendant toute la durée de leur formation ; et s’investir
suivant leurs affinités aux actions proposées par l’école.
t
r
a
p
é
d
u
a
e
v
u
o
”
“un n
l
e
n
n
o
i
s
s
e
f
o
r
p
70
Patrick de Grandmaison
Consultant indépendant pour la valorisation et la mise en tourisme
du patrimoine bâti et naturel.
Catherine Guirette
Secrétaire de production chez V2lam,
maison de production audiovisuelle.
3ème cycle promotion 2007-2008
Professionnelle dans les métiers de la
santé (laboratoire), férue de culture et
d’art, j’ai souhaité me reconvertir.
Durant cette année à l’IESA, j’ai monté le
projet de produire un film sur la danse
et j’ai effectué mon stage chez V2lam, à
la suite duquel j’ai été embauchée.
L’IESA a été un tremplin, une bouffée
d’oxygène… un ravissement
de reprendre des cours à quarante ans et
de rencontrer une variété
de professionnels !
Un permis de ma «liberté» et de mon
envol professionnel, j’ai pu tourner
la page de mon premier métier.
3ème cycle PROMOTION 2007-2008
Je suis rattaché à la structure de portage salariale ITG. Les cibles de mes
prospections sont les communautés de communes. L’IESA représente pour
moi l’ouverture vers le monde de la culture au travers de rencontres de
passionnés et la possibilité d’un nouveau départ professionnel à 40 ans.
Que représente l’IESA pour toi ?
L’IESA représente pour moi l’ouverture vers le monde de la culture au
travers de rencontres de passionnés. L’IESA a été l’occasion de construire
des projets et de partager avec des personnes avec des parcours aussi variés que passionnants. Cet établissement permet de réaliser de véritables
projets culturels, aboutis, grandeur nature. L’IESA signifie la possibilité de
valider un diplôme de niveau I reconnu par les professionnels de la culture
et ceci grâce à la qualité des intervenants, enseignants ou professionnels.
Marion Maerky
Intendante à l’Abbaye de Maubuisson, propriété du Conseil Général
du Val d’Oise.
3ème cycle PROMOTION 2006
En janvier 2006, je vous avais fait part de ce qui m’attendait sur mon
futur poste. Aujourd’hui, après trois ans dans le feu de l’action, je suis
toujours intendante à l’abbaye de Maubuisson, site d’art contemporain
du Conseil Général du Val d’Oise. C’est un ancienne abbaye cistercienne
du 13ème Siècle, qui est devenue aujourd’hui un centre d’art contemporain.
J’y suis en charge d’assurer le bon fonctionnement et la préservation du
monument et de son parc (8 hectares) ainsi que des expositions qui y sont
présentées mais aussi de l’organisation logisitique de nos expositions et
évènements culturels.
71
Emilie Motte
Ninon Leclere
Chargée des relations publiques à La Colline - théâtre national.
3ème cycle PROMOTION 2007
Je suis chargée des relations publiques au service pédagogique du Théâtre
national de la Colline. Mon travail consiste à faire le lien entre le milieu
Scolaire et le Théâtre. J’organise des ateliers, des rencontres avec les équipes artistiques, au Théâtre ou dans les classes. C’est un métier passionnant, qui me permet de contribuer à faire découvrir aux jeunes spectateurs
les écritures contemporaines.
L’IESA représente pour moi un tournant, un tremplin. C’est une école sans
laquelle je n’aurais pas pu réaliser mon changement de cap et qui m’a permis de rencontrer les professionnels des principales institutions culturelles.
À la rentrée 2009-2010, l’IESA est partenaire de l’événement « 4 lieux pour la création
contemporaine » : La Colline - théâtre national, le FRAC Ile-de-France, le Centre National
de la Danse et le Palais de Tokyo proposent un parcours destiné aux étudiants des filières
culturelles et artistiques qui leur permet de rencontrer les artistes et les professionnels des
institutions culturelles. Le programme se déroule en 2 sessions (session 1 : les 28 octobre
et 10 novembre, session 2 : les 9 et 16 décembre) et aborde les questions relatives au
mécénat, à l’administration culturelle, et à la création.
7272
Free lance pour Jean-Michel Othoniel, coordinatrice de l’exposition
Herbier Merveilleux en mai 2008, au domaine de Courson.
Commissaire d’exposition pour Expressions Végétales en mars 2009,
Présidente de l’association Matière à Pensée.
Campus PROMOTION 2008
L’IESA, un tremplin vers la mise
en projet de grandeur réelle.
Un réseau de connaissances,
de contacts, d’évènements.
Une équipe dynamique.
Un saut dans la vie professionnelle.
Un investissement sur mon avenir.
“Puisse l’IES
A continu
à façonne
e
r
r
l
’
intellige
au service
n
ce
de la cult
ure.”
Pauline Tanon
Administratrice de compagnie.
3ème cycle PROMOTION 2003
Le stage de milieu d’année que j’ai réalisé au siège de l’association des
Amis des Parcs et Jardins du Languedoc-Roussillon m’a confortée dans
l’idée que les jardins étaient un espace culturel privilégié : renouant
avec une Nature très «cultivée», le public, très varié, s’y trouve dans
une grande disponibilité, prêt pour la surprise et la fête.
J’ai donc développé avec Mistral Gagnant des spectacles spécialement
adaptés à des représentations aux jardins à la belle saison (et qui passent l’hiver «sous serre» dans les salles de théâtre), par le choix des
textes et de la scénographie : «Oh la belle plante», d’après Colette,
puis «Quelques lumières sur le sexe… des plantes» d’après Rousseau.
Emmanuelle Bousseau
Chargée de production en CDI au Divan du Monde.
Florence BERTHOUT
Directrice générale
de l’établissement public
du Parc de la Villette
3ème Cycle PROMOTION 2008
A la fin de la formation, en mai 2008, j’ai recherché un stage et j’ai été
engagée en tant que stagiaire Assistante de Production de septembre à
décembre 2008. Depuis janvier 2009, je suis en CDI. L’IESA m’a permis
d’atteindre le but que je m’étais fixé, à savoir travailler dans le domaine
de la musique. La formation m’a fait acquérir les outils théoriques et pratiques nécessaires afin de comprendre ce domaine et le secteur culturel
en général.
J’ai également pu rencontrer de nombreuses personnes, intervenants ou étudiants, qui m’ont aidé à définir plus clairement mon objectif professionnel.
En un quart de siècle,
l’Institut d’études Supérieur des Arts
s’est hissé au rang des écoles
prestigieuses qui contribuent
à l’histoire d’un pays.
Puisse l’IESA continuer à façonner
l’ intelligence au service
de la culture.
73
Eve Treuville
Assistante communication, Conservatoire national de Région
3ème cycle PROMOTION 2006
Après une maîtrise d’histoire et de géographie et passionnée de danse, je
voulais me tourner vers les métiers de la culture. Comme j’ai toujours dû
m’assumer financièrement pour mes études, j’avais déjà de l’expérience
professionnelle dans différents domaines culturels, mais me manquaient
des connaissances et surtout un réseau. J’ai donc choisi l’IESA en ayant été
dans différents salons d’orientation et en sondant des professionnels pour
m’assurer de la renommée de l’école. En effet, le choix était important
car je ne pouvais effectuer la formation que dans le cadre d’un CIF après
examen de mon parcours.
74
Sabine Véron-Durand
relations avec le public, Théâtre national de Chaillot.
3ème cycle, PROMOTION 2002-2003
Je suis plus particulièrement chargée
de la prospection et du développement des
publics aussi bien pour l’ensemble des spectacles
proposés à Chaillot que pour des actions plus
ponctuelles comme les ateliers artistiques et
pédagogiques développés autour des pièces.
Il s’agit essentiellement d’un travail de relations humaines sur le terrain qui s’articule en
deux temps. Il faut d’abord se documenter de
manière très précise sur les œuvres — lecture
des textes, rencontres avec les artistes, répétitions… — pour ensuite informer les specta
teurs, en ayant déterminé au préalable les
cibles et les segments de publics que nous désirons toucher. L’un des intérêts de ce poste
réside dans la richesse et la diversité à la fois
des spectacles et par conséquent des types de
publics rencontrés.
• www.theatre-chaillot.fr
«Du Luth au Slam», Fête de la Saint-Honoré
sur le parvis de l’Eglise Saint-Roch, 2006.
CARINE LE MALET
Chargée de programmation au Cube,
Issy-les-Moulineaux.
Emmanuelle Gaillard
CAMPUS PROMOTION 2000
3ème cycle PROMOTION 2007
Je réalise la programmation
et la production de tous les événements
artistiques du Cube : expositions,
soirées vidéo, rencontres avec des artistes,
workshops, performances, etc.
Je m’occupe aussi des partenariats
extérieurs sur des programmations,
notamment avec Radio France.
Je suis chargée de communication et du public du Concert de l’Hostel
Dieu, à Lyon. C’est un ensemble d’instrumentistes et chœur de musique
baroque, qui entame sa 17ème année. Subventionné par la Ville, la Région
et le Ministère de la Culture nous sommes 3 salariées et comme dans toute
association le travail ne manque pas.
Je m’occupe de la saison lyonnaise : 6 productions & 18 dates, de nos
700 abonnés, des partenaires privés & mécènes et de la presse locale et
nationale.
Chargé de communication, Relations avec le public
Je participe également à différents jurys
pour des concours ou des bourses
attribuées à des artistes usant des
médias numériques dans leurs pratiques.
L’IESA, c’est avant tout des personnes
qui ont cru en moi et m’ont soutenue.
L’IESA a été mon « tremplin ».
• www.lesiteducube.com
Damien Bertelle
chanteur compositeur, Popclub Arsenal
Campus PROMOTION 2006
La formation que j’ai reçue à l’IESA m’a donné des clés qui facilitent la
compréhension, notamment dans le domaine du droit, ainsi que de la
gestion, mais je me suis avant tout nourri dans les cours d’Histoire de l’art
et des civilisations.
75
Que sont-ils devenus : quelques exemples...
Valériane AlexandrE, Promotion 2005 - est chargée de développement
associatif à l’ADAGE, (centre de formation pour danseurs).
Aurélien Demaison, Campus promotion 2008 - est Régisseur-adjoint
à l’Atelier Grognard (Galerie d’exposition municipale de Rueil-Malmaison).
François Allex, 3ème cycle promotion 2006 - est chef de projet pour la
société la Squadra (organisation d’événements : road-show, séminaires, soirées).
Andréa Di Maso, 3ème cycle 2003-2004 - chargée de production artistique,
direction commerciale, Disneyland Resort Paris.
Antoine Allouchery, Campus promotion 2008 - travaille chez Eclats D’art,
société qui s’occupe de la tournée d’artistes évoluant dans l’univers de la chanson.
Natacha Djae, 3ème cycle 2007-2008 - chargée des partenariats internet
et événementiels, association Aides.
Mélinda Amodéo, 3ème cycle 2007-2008 - chargée de communication
et assistante commerciale chez Vivienne Monnaie.
Sylvie Dumayet, 3ème cycle - directrice de l’agence de communication
événementielle Les arts migrateurs.
Joana Anisten, Campus promotion 2006 - est chargée de communication
et coordinatrice à la galerie d’art contemporain Paul Frèches.
Cécile Felter, campus 2004-2006 - chargée des publics et assistante
de programmation au château de Blandy-les-Tours.
Caroline Audonneau, Campus 2007 - assistante marketing pour une
revue du groupe de presse La Vie Le monde après un CDD au sein de Télérama.
Emmanuelle Findji, 3ème cycle 2006-2007 - Chargée de production,
La prod est dans le pré. société de production, scénovision, scénographie,
scénoparc, exposition, musée interactif à Paris et en province.
Bérengère Baralle, 3ème cycle 2005-2006 - assistante de christophe
Gaillard, galerie Christophe Gaillard.
Pénélope Baudoin, Campus 2003-2005 - chargée de mission,
Les trois Baudets, salle de spectacle.
Antonia Bellschan Von Mildenburg, 3ème cycle 2007-2008 Junior consultante chez Publicis consultants.
Sophie Bogréau, campus 2003-2007 - assistante de galerie d’art
contemporain Almine Rech.
Claude Boischot, 3ème cycle 2007 - administrateur de production
auprès des musiciens du Louvre-Grenoble.
Michèle Bordier, 3ème cycle 2003-2004 - directrice artistique
du Théâtre du Petit Matin, Val de Rueil.
Dorothée Cabrol, Campus 2003-2005 - administratrice de la compagnie
Pandora, théâtre.
Mathieu Cénac, Campus 2008 - régisseur pour la Fondation Cartier
pour l’art contemporain.
76
Hélène Foulard, 3ème cycle - directrice du Festival de Sully et du Loiret,
festival international de musique classique.
Emmanuelle Gaillard, 3ème cycle 2006-2007 - chargée de communication
du Concert de l’Hostel Dieu à Lyon.
Olivier Gaulon, 3ème cycle 2000-2001 - attaché de presse.
Marie Gootjes, Campus promotion 2005-2008 - assistante de projet à l’APCI
(Agence pour la Promotion de la Création Industrielle) où elle travaille sur le guide
du design en Europe.
élodie Jaubert, Campus 2006-2008 - chargée de mission à l’HADOPI.
Philippe Jasko, 3ème cycle 2002-2003 - régisseur pour la compagnie
Irinia Brook.
Carine Lachèvre, 3ème cycle 2007-2008 - assistante scientifique à l’Historial
Charles de Gaulle aux Invalides.
Laetitia Chaumont, 3ème cycle 2005-2006, consultante indépendante
en communication et ingénierie culturelle .
Pauline Lacoste, Campus promotion 2006 - est attachée de presse au VIA
(Valorisation de l’Innovation dans l’ammeublement), à l’issue d’un stage dont elle
avait trouvé l’offre sur le site de l’IESA.
Alison Chekhar, Campus 2007 - chargée de communication à l’HADOPI,
Haute Autorité pour la Diffusion des Œuvres et la Protection des Droits sur Internet.
Emmanuelle Lavaud, chargée de mission - Relations Internationales,
Direction des Affaires Culturelles de la Ville de Paris.
Karine d’Orlan de Polignac, 3ème cycle 2006-2007 - chargée de projet
événementiel dans le secteur du patrimoine vert.
Alice Leparquois, Campus 2006 - assistante d’administration
dans une école de danse, musique, théâtre.
Judith Maréchal, Campus promotion 2006-2008 - a signé plusieurs
contrats avec l’Unesco au département « ambassadeurs de bonne volonté ».
Nathalie Marestaing, 3ème cycle promotion 2006 - est consultante
en ingénierie touristique et culturelle.
Vincent Merlet, Campus promotion 2008 - est chargé de production
à l’association Influx qui a pour vocation la promotion des musiques électroniques
et des arts numériques sous toutes leurs formes. Il travaille à l’organisation du Festival Patchwork, rendez-vous musical et festif dédié aux musiques électroniques .
Anne-Sophie Miloche, Campus 2006 - chargée des relations publiques
au théâtre de l’Envol.
Julien Mounier, 3ème cycle 2005-2006 - Project Manager à Barcelona Business
Pass.
Karin Olander, 3ème cycle promotion 2005 - est directrice de communication
pour la ville de Boulogne-Billancourt.
Lucie Pacific, 3ème Cycle promotion 2008 - est embauchée pour l’organisation
du FIPA (Festival International des Programmes Audiovisuels).
Nadine Poureyron, 3ème cycle 2005-2006 - coordinatrice avec Julien
Mounier, ancien étudiant de la même promotion, de séjours culturels axés
sur l’art contemporain.
Émilie Prud’homme, 3ème Cycle promotion 2006 - est assistante
de production à la Compagnie de théâtre Pandora.
Anja Spindler, 3ème cycle 2002 - chargée des relations presse et partenariats
médias, festival Archipel, Genève, festival des musiques d’aujourd’hui.
Lauriane Trefouel, campus 2004-2007 - coordinatrice d’événements
pour l’association scientifique Planète sciences.
Eve Treuville, 3ème Cycle promotion 2006 - est assistante de communication
au Conservatoire national de région.
Pauline Viano, Campus 2003-2005 - assistante de tournée et de production,
Productions internationales Albert Sarfati.
Clotilde Vidal, 3ème cycle promotion 2008 - est actuellement chargée
de mission au service culturel et animation de la ville de Loche en touraine.
Elle travaille a la mise en place de l’événement « Vitrines du savoir ».
Constance De Williencourt, Campus 2006 - chargée de mission,
Histoire de voir, association qui promeut le cinéma documentaire peu diffusé.
7777
78
Une école
internationale
à l’échelle
humaine
L’Institut
d’études
Supérieures
des Arts
79
Le conseil de perfectionnement
Le Conseil de perfectionnement se réunit trois fois par an. Il apporte son
expertise aux questions que se pose la direction de l’Institut en matière
de politique générale de développement et sur l’adéquation de l’enseignement dispensé par rapport aux évolutions des demandes professionnelles. Il propose des intervenants et des thèmes de formation, suggère
de nouvelles filières en fonction de l’évolution des métiers, et envisage
de nouveaux programmes d’activités.
Président
Emmanuel d’André, président d’honneur
du Groupe 3 Suisses International, de la Fondation
Royaumont et de l’association Créativallée.
“ Je suis très heureux de présider le Conseil de
Perfectionnement de l’IESA. Je retrouve dans
les enjeux de cet institut les différents engagements personnels et professionnels qui me
passionnent : la défense du patrimoine et de la
création contemporaine, les enjeux économiques et sociaux, l’innovation
par les nouvelles technologies et la volonté d’offrir à chacun les moyens
de s’engager pleinement dans la vie professionnelle en portant des projets personnels. La diversité et la complémentarité des nombreux talents
présents dans le conseil ainsi qu’au sein de l’IESA sont une chance pour
tous les étudiants, jeunes et adultes, qui souhaitent intégrer les métiers du
marché de l’art, de la culture et des nouvelles technologies. “
Emmanuel d’André.
Président d’honneur
Hugues Gall, membre de l’Institut, conseiller d’Etat, président de l’IFCIC,
ancien directeur de l’Opéra de Paris et du Grand Théâtre de Genève.
80
Membres :
Françoise Aubry, directeur du Musée Horta (Bruxelles),
Jean-Pierre Bady, conseiller-maître honoraire à la Cour des Comptes,
David Caméo, directeur de la Manufacture nationale de Sèvres,
Robert Capia, membre de l’observatoire des mouvements internationaux
d’œuvres d’art, président honoraire du SNCAO,
Catherine Cardinal, professeur des Universités (Université Blaise Pascal Clermont Ferrand),
Anne Cérésole, secrétaire de la Société des Arts Décoratifs du Royaume-Uni,
ancien directeur du Sotheby’s Institute (Londres),
Jacques Charpillon, ancien chef de l’Inspection générale (Ministère de la
Culture et de la Communication),
Olivier Giel, délégué général des productions extérieures de la Comédie Française,
Isabella Lapi-Ballerini, surintendante de la province de Lucques (Italie),
Pierre Lehré, cinéaste, fondateur de CinéStudio, administrateur de l’AFDAS,
Gérard Mannoni, journaliste,
Francis Maréchal, directeur général de la Fondation Royaumont,
Alain Monferrand, secrétaire délégué du Comité d’Histoire du Ministère
de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement durable et de l’Aménagement du
territoire, Conseil Général des Ponts et Chaussées
Georges Mouradian, conservateur général du Patrimoine mis à la disposition de la CGT-Culture,
Christiane Prigent, professeur des Universités, ancien Premier vice-président de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne,
Pierre Rosenberg, de l’Académie française.
l’IESA : une trilogie inédite
Marché de l’art - Métiers de la culture - Multimédia
Transversalité, complémentarité, pour une vision globale
Le corps professoral constitué de professionnels et d’universitaires,
l’insertion par les stages et la réalisation de projets grandeur réelle permettent aux étudiants de transformer leurs acquis cognitifs
en compétences et de les mettre en pratique dès le début de leur
formation.
Les cursus dispensés dans chacun des départements allient un enseignement scientifique et professionnel à la réalisation de projets et
de stages. Universitaires, conservateurs, professionnels et consultants
participent ainsi à cette formation-action afin de donner aux étudiants des connaissances scientifiques, pratiques et professionnelles
qui leur permettent d’intégrer efficacement le monde du travail.
SA a signé un accord avec l’International Business School de Budapest.
Afin que les étudiants puissent postuler à des stages dans les représentations françaises à l’étranger, l’IESA a signé une convention avec le
Ministère des Affaires étrangères. Pour mieux leur permettre d’appréhender les réalités des marchés internationaux, il a également signé un
accord avec les conseillers du Commerce Extérieur qui viennent donner
des conférences à l’IESA, sur les échanges économiques et culturels.
Mais si les accords institutionnels se multiplient, c’est d’abord au cœur
de l’IESA que la vie internationale se développe grâce à la présence
d’une centaine d’étudiants étrangers venant de plus de trente pays.
Pour faciliter les échanges culturels, l’IESA organise tous les mois des
soirées culturelles internationales.
Dans un environnement international
Au coeur du monde culturel
Présent à Bruxelles, Florence et Londres, membre de Campus France,
titulaire d’une Charte Erasmus, l’IESA offre à ses étudiants une ouverture internationale par des stages et des voyages d’étude ainsi que
par des échanges universitaires.
L’ouverture internationale, débutée il y a près de 25 ans (conférences
internationales, ouverture d’antennes à l’étranger, voyages d’études,
invitations de professeurs étrangers…), est une priorité de l’IESA. Elle
assure aux étudiants une meilleure mobilité professionnelle.
Après avoir obtenu la Charte Erasmus élargie, permettant aux étudiants de bénéficier de ce programme pour suivre un semestre de
cours ou effectuer un stage de trois mois à l’étranger, l’IESA continue
de développer son réseau d’écoles et d’universités partenaires. Après
la Wallace Collection, l’Université de Warwick, le Sotheby’s Institute ou
la Whitechapel en Grande-Bretagne, le Palazzo Spinelli à Florence ou
l’IRST de Rome et Palerme, la Fondation pour l’Art Claves à Madrid, l’IE-
Avec un conseil de perfectionnement composé de hautes personnalités françaises et étrangères, plus de 300 intervenants par an,
10 000 étudiants déjà formés et un réseau de professionnels qui
parrainent et accueillent les étudiants en stage, l’IESA est au cœur
du monde culturel et de ses développements. Il propose des formations associant en temps réel l’évolution des savoirs et les nouvelles compétences nécessaires au marché de l’emploi.
La conjugaison des trois secteurs de formation (expertise, événements
et patrimoine, nouvelles technologies) permet à l’IESA de proposer des
synthèses et des approches croisées et de décloisonner les secteurs de
la culture (marché de l’art, patrimoine, tourisme, édition, événementiel et arts vivants…), faisant bénéficier chacun d’entre eux d’apports
scientifiques, techniques et relationnels qui ne lui sont généralement
pas familiers. En prolongement de ses formations, l’IESA a également
développé une politique de publications classiques et électroniques.
L’acquisition de compétences
81
L’IESA en quelques dates
1985
n
F ondation de l’Institut d’Etudes Supérieures
des Arts rue du Faubourg Saint-Honoré par
Françoise et Jean-Marie Schmitt.
1987
n
olloque sur l’Art nouveau avec les musées
C
royaux d’art et d’histoire et l’hôtel Métropole
à Bruxelles.
1992
n
re soirée de parrainage au Musée national
1
du Moyen-âge - Thermes de Cluny.
1993
n
uverture du département Métiers de la
O
culture et de l’événement.
1997
n
1998
n
1994
onvention de formation avec le Sotheby’s
C
Educational Studies (Londres). Mise en place
d’un échange d’étudiants et de professeurs
entre les deux structures.
n Mise en ligne d’iesa.fr, le site web de l’IESA.
n Création du département Multimédia et de
sa galerie, lieu d’exposition, de veille et
centre de formation inédit en Europe.
L ’IESA édite le CD-Rom “ Le mobilier français du XVIIIe siècle “, avec Robert Métais,
expert en mobilier, professeur à l’IESA.
L ’IESA est reconnu par le Ministère de la
Culture et de la Communication (J.O. du
10/07/98).
n
1988
n
onvention de formation avec l’Office Central
C
de Répression du Vol d’Œuvres et d’Objets
d’Art – Ministère de l’Intérieur.
1989
onférence internationale sur la protection
C
du patrimoine mobilier des pays d’Europe
du Sud, à Saragosse.
n Convention de formation avec les experts
des compagnies d’assurance.
n
1995
n
n
1990
réation du 1er cycle Campus marché de
C
l’art.
n Premiers séminaires sur l’art textile et le
patrimoine industriel et aéronautique.
n L’École des Antiquaires, CEOAM, rejoint le
Groupe IESA.
L’IESA s’installe au 5, avenue de l’Opéra.
Ouverture par le département Métiers
de la Culture du cycle « jardins-paysagesenvironnement ».
1999
n
2000
uverture du cycle Campus “ médiation et
O
production culturelles “.
n Création des Universités du thé et du
chocolat.
n
2001
n
n
1991
n
82
L ’État homologue le titre Marché de l’art de
l’IESA (J.O. du 13/01/91).
1996
L ’IESA est à l’initiative de la première vente
aux enchères d’une œuvre d’art virtuelle,
celle de Fred Forest par Maître Jean-Claude
Binoche.
n Colloque “ L’aménagement culturel de
la France “ en partenariat avec la DATAR
(Délégation à l’aménagement du territoire
et à l’action régionale).
L ’équipe de production multimédia réalise
le site web du Journal des Arts et la galerie
virtuelle de l’UNESCO.
L ’IESA réalise le “ Le Printemps des musées “, CD-Rom en partenariat avec la Direction des Musées de France.
n
2002
n
L es étudiants multimédia réalisent le site
web TimTamTom du groupe Etam ainsi
que la borne interactive de la première
exposition d’art contemporain au Musée
Guimet.
2003
Homologation par l’Etat du titre de l’IESA
au niveau II, (J.O. du 27/03/03).
n Le département Métiers de la Culture ouvre
une nouvelle option du 3e cycle Conduite
de projets culturels : “ Valorisation et mise
en tourisme du patrimoine vert “.
n Les
étudiants
multimédia
réalisent
la borne interactive de l’exposition
“ Les Passeurs de lumière “, au Centre
International du Vitrail à Chartres.
n L’IESA, membre du comité rédactionnel du
portail web du Ministère de la Culture et de
la Communication.
n Les étudiants des trois départements réalisent l’exposition “ Les artisans d’Art du 1er
de A à Z “ à la Mairie du 1er arrondissement
de Paris.
n Ouverture du Campus “ édition et communication multimédia “.
n Exposition sur les 7 péchés capitaux dans
la station de métro St-Germain des Prés.
L’IESA organise chaque année une exposition dans le métro à la Station Saint-Germain des Près et pour la ligne 14.
n
2004
n
L e département Marché de l’art crée un
cycle européen à Londres, Paris, Bruxelles
et Florence en partenariat avec la Wallace
Collection sur l’Histoire des collections et le
marché de l’art.
L e titre de l’IESA dispense des diplômes nationaux
requis en histoire de l’art, archéologie, arts appliqués et arts plastiques pour accéder à la formation permettant de diriger des ventes volontaires
aux enchères publiques (J.O. du 28/09/04).
n Ouverture de iesanetwork.com et iesa.fr,
nouvelle génération.
n Le département Métiers de la culture ouvre
“ Cyberélectro “, les premiers cycles sur les
cultures électroniques.
n
2005
n
n
L’IESA fête ses 20 ans.
Le cycle History and Business of Art and
Collecting est validé par un Master of Art
de l’Université de Warwick. La première
année par un Postgraduate Diploma.
2006
n
P remières Summer Sessions de l’IESA : cours
d’histoire de l’art et de civilisation française
dédiés aux étudiants étrangers.
2007
L ’Etat renouvelle la certification au niveau II
du titre Spécialiste-Conseil en biens et services culturels (JO du 03/03/07).
n Les Summer Sessions de l’IESA sont accréditées par l’Université de Jacksonville (USA).
n Les étudiants du département Édition et
communication multimédia lancent iesa.tv,
la nouvelle “ connexion culture “, sur le
web en direct du 20e FIPA à Biarritz.
2008
L e titre Administrateur de projets culturels
est certifié par l’Etat au niveau I (JO du
27/08/08).
n Les départements marché de l’art et
métiers de la culture ouvrent deux 2e cycles
(4e et 5e années) dans le cadre du processus
de Bologne (réforme LMD) :
• “ Communication et financement de la culture “,
• “ XXe et XXIe siècles “ : l’art et son marché.
n L’IESA
signe une convention avec
Whitechapel dans le cadre de ses cursus
en art contemporain.
n Le département multimédia développe IESA
Multimédia en regroupant ses activités dans les
locaux de la rue Saint-Augustin tout en étoffant
son offre de formation pour les professionnels.
n Lancement de lachainetele.tv.
n
2008
res rencontres Culture et Solidarité
1
L’OPQF qualifie l’IESA dans les domaines
des formations spécifiques à des métiers et
de la professionnalisation. :
n
n
n
1985 > 2009
de l’international au régional
L ’IESA développe ses partenariats internationaux (Bucarest, Budapest, Berlin, Prague...)
ainsi que ses relations avec les entreprises
privées et les collectivités territoriales.
n L’IESA est adhérent à Campus France depuis
2004, et participe à de nombreux salons.
n
83
Les moyens d’une vraie communication
Lachainetele.tv
Connexion culture, le pôle presse / production du Groupe IESA, présente
www.lachainetele.tv la web tv dédiée à la culture, à l’art et aux tendances. Depuis le 1er octobre 2007, journalistes, animateurs, comédiens et
professionnels collaborent afin d’offrir aux internautes une information
riche et variée.
Dans la rubrique Actualités, retrouvez du théâtre, de la danse,
des expositions et du cinéma, des sorties, de la mode, de la littérature et de la musique. Vos rendez-vous mensuels : Actu’art,
Scènes du mois, Dans ma baignoire, Panoramic et Tendances.
Dans Documentaires-Reportages, entrez au cœur du sujet, allez
à la rencontre de lieux étonnants et de professionnels avec :
« Visite d’un lieu », « La série », « Qui fées quoi ? » et « A table avec
Matthias ». Dans Projection, découvrez une sélection de projets réalisés
hors les murs : clips vidéos, travaux d’étudiants, courts métrages, dessins
animés… Et enfin des Interviews : nous donnons la parole, au public, aux
artistes et aux professionnels.
Cette année, nous avons eu le plaisir de former une dizaine d’étudiants
au sein de l’équipe. Chacun a pu accomplir une mission bien précise,
devant ou derrière la caméra pour la chainetele : montage, animation,
graphisme, rédaction, tournage, design… La chainetele.tv soutient et
accompagne les formations dispensées par l’IESA.
iesanetwork : l’intranet de l’IESA
Le site iesanetwork.com est le lien entre les étudiants, les équipes pédagogiques, les professeurs, ainsi que les professionnels qui l’utilisent pour
les stages ou les offres d’emplois.
Chaque étudiant de l’IESA bénéficie d’un compte iesanetwork, véritable
bureau itinérant, qui lui permet, où qu’il soit, de consulter ses plannings
et ses mails, l’actualité de l’Ecole, de charger des documents sur son
84
compte, de recevoir des supports de cours en ligne ou de modifier son
CV et de consulter des offres de stage ou d’emplois. Il comprend :
n Le lien avec l’espace web de l’étudiant
n Le lien avec les professionnels (CV, offre de stages...)
n Les préférences de l’étudiant (mots de passe...)
n La messagerie de l’étudiant (recevoir et envoyer des mails)
n Le bureau numérique de l’étudiant (stock de documents...)
n Le lien avec les professeurs (supports de cours...)
Le site www.iesanetwork.com présente également, en parallèle du site
d’actualité de l’IESA (iesa.info), des profils de carrière d’anciens étudiants de
l’IESA ainsi que les sites internet et les produits multimédia réalisés par les
étudiants à titre personnel ou dans le cadre des activités pédagogiques.
iesa.info
L’actualité de l’IESA et de ses trois départements de formation est riche
d’événements : salons professionnels, soirées thématiques, colloques et
journées d’études. Tous les étudiants sont invités à participer à ces manifestations afin d’élargir leurs champs de compétence et leur réseau
professionnel. Afin de tout savoir sur cette actualité, le site de l’IESA
(iesa.info) vous propose une mise à jour permanente des événements
que l’IESA crée, dont il est partenaire, ou auxquels il participe.
Le site présente également les différentes formations initiales et professionnelles dispensées par l’IESA, les cycles de conférences exceptionnels,
les soirées de l’Université du thé, du café et du chocolat, les parcoursdécouvertes organisés à Paris, en France et à l’étranger, les tables-rondes
et les colloques, l’actualité des professeurs et des étudiants.
Il regroupe également les témoignages d’anciens étudiants de l’IESA sur
leur parcours et l’apport de l’IESA à leur formation et à leur insertion
professionnelle.
Le BDE
une politique d’Édition
Dans le cadre de la collection Patrimoine éditée aux éditions Economica,
l’IESA publie des travaux liés à ses formations (ouvrages de professeurs,
mémoires d’étudiants, actes de colloques...) : Le patrimoine mobilier. Quelle politique européenne ? (Hervé Coutau-Bégarie et Jean Marie Schmitt),
Vendre le tourisme culturel, (Josquin Barre, 1995), L’œuvre d’art en droit
d’auteur. Forme et originalité des œuvres d’art contemporaines (Nadia Walravens, 2005), Mécénat, mode d’emploi (Karen Nieslen, 2007).
Il édite également pour ses étudiants un Glossaire du patrimoine et du marché de l’Art reprenant les principaux termes juridiques et réglementaires.
Enfin, à la demande de la Documentation française, Jean-Marie Schmitt,
directeur de l’IESA a publié l’ouvrage Le marché de l’Art (DF 2008).
Se connaître, se reconnaître, s’amuser, travailler ensemble et s’entraîder. Avec plus de 700 étudiants et stagiaires de la formation
professionnelle accueillis chaque année, l’Institut d’Etudes Supérieures des Arts est un véritable lieu de vie où se rencontrent les
personnalités les plus diverses.
L’IESA dispose d’un Bureau
des Élèves, le BDE, intégralement géré par des étudiants
volontaires élus par leurs camarades.
Celui-ci a pour but de souder les étudiants et de créer
une dynamique de groupe,
afin que des liens d’amitiés
se tissent entre les élèves,
leur permettant ainsi de travailler dans une ambiance
chaleureuse et de se retrouver en dehors des cours !
Cela permet également de créer une véritable synergie des trois
départements où chaque élève peut monter un projet avec l’aide
de ses camarades des autres départements!
Tous les ans le BDE facilite les rencontres entre anciens étudiants
et nouveaux venus en organisant un week-end d’intégration en
début d’année. Le Bureau des Etudiants centralise également toutes les offres tarifaires offertes aux étudiants par les différents
établissement culturels partenaires ( théâtres, salles de spectacle,
etc. ). Enfin, l’année est ponctuée de soirées étudiantes thématiques à des tarifs réduits, ainsi que de voyages organisés avec le
concours de l’IESA.
Vous pouvez retrouver toutes les activités du BDE sur le site internet www.bdeiesa.com !
85
Vivre l’international à l’IESA...
L’IESA recrute ses étudiants étrangers à travers le monde grâce aux salons Campus
France et anime pour eux et avec eux des événements “grandeur réelle”
Les soirées internationales de l’IESA
Les Summer Sessions de l’IESA
Chaque année, l’IESA accueille une centaine d’étudiants étrangers, venus de
plus de 40 pays différents. Avec eux, la direction de l’IESA organise chaque
mois une soirée internationale dédiée à une région, une culture, une langue
ou un pays. Pays d’Europe du Nord, Pays lusophones, Chine... autant de thématiques qui permettent aux étudiants de parler de leur pays, d’un projet ou
d’un stage à l’étranger, d’inviter des membres des corps diplomatiques, des
artistes, des professionnels de la culture et de l’économie à venir parler de
leur pays ou de leurs expériences, mais également à découvrir les spécialités
gastronomiques de ces régions dans une ambiance festive et animée.
L’IESA propose, durant l’été, une Summer Session en partenariat avec l’Université de Jacksonville (Floride), et créditée par elle. L’occasion pour des étudiants
de toutes les nationalités de venir suivre des cours en français et en anglais
sur l’histoire de l’art et la culture mais également pour les étudiants étrangers
qui s’inscrivent à l’IESA d’effectuer un mois de préparation à la culture et à la
langue française.
Les cours ont lieu in situ (en musées, galeries et rues de Paris). Des sorties sont
également organisées hors de Paris afin de découvrir certains des hauts lieux
du patrimoine de l’Ile-de-France. Deux cours sont des cours introductifs à l’histoire des œuvres d’art et de leur marché tandis que les cours de photographie
et de peinture en plein air sont des cours pratiques liés à l’histoire de l’art.
Des cours de français langue étrangère (par niveau) viennent compléter les
cours d’histoire de l’art. Ils incluent une découverte de la culture française et
européenne (histoire, iconographie, grands courants artistiques).
Toutes ces soirées et leurs programmations sont annoncées sur le site de l’iesa :
www.iesa.info
Passerelles et transparence
L’association des anciens de l’IESA organise des dîners, conférences et débats,
et s’est donné en 2009 l’objectif de réaliser l’annuaire numérique des anciens
élèves qui peuvent déjà s’inscrire en ligne sur le site www.iesa.info, rubrique
“ anciens étudiants “.
Elle organise également dans le cadre des cursus des voyages d’études dans
les grandes capitales européennes de l’art.
Accueil des étudiants en Français langue Etrangere
L’IESA accueille des groupes d’étudiants étrangers pour des sessions de Français Langue Etrangères (FLE) et des visites culturelles de Paris. Il propose des
sessions intensives alliant culture, langue et convivialité.
86
Se renseigner et s’inscrire
Direction :
Directeur-fondateur
Françoise et Jean-Marie Schmitt
Administration pédagogique
1er cycle,
Fabienne rondeau
Directeur scientifique :
Alain Erlande-Brandenburg
f.rondeau@iesa.info
01 73 54 13 21
Directeur des études :
Boris Grebille
2ème et 3ème cycle
et formation professionnelle:
luis belhaouari
Responsable du departement
Métiers de la Culture:
Anissa Abdellatif
a.abdellatif@iesa.info
Se renseigner sur les autres
départements :
marché de l’art :
FLORENCE VIZET
f.vizet@iesa.info
01 73 54 13 08
multimédia :
l.belhaouari@iesa.info
01 73 54 13 14
Sara BIANCHI
s.bianchi@iesa.fr
01 73 54 13 03
Pour toute information,
test d’entrée et inscription :
Responsables des stages :
Marie-Caroline lemans
et Alexandrine Laurent
Marie Fidelin
m.fidelin@iesa.info
01 73 54 13 33
mc.lemans@iesa.info
a.laurent@iesa.info
01 73 54 13 12
Se renseigner à l’international :
Anne rouquan
Responsable administrative :
Manuelle Bardot
a.rouquan@iesa.info
01 73 54 13 09
m.bardot@iesa.info
01 73 54 13 22
Retrouvez toutes nos informations sur www.iesa.info
Direction
Pierre-edouard Schmitt
Pour toute information,
test d’entrée et inscription :
arnaud gonnet
et jean-charles senon
a.gonnet@iesamultimedia.com
jc.senon@iesamultimedia.com
01 73 54 13 18
www.iesamultimedia.com
87
Opéra garnier
Les parrains et marraines
Rue Saint Augustin
nu
Ave
Bourse
e de
ra
é
l’Op
Place
Vendôme
lieu
daniel alcouffe, ancien directeur
du département des objets d’art au Musée du Louvre,
iche
Pyramides
de
R
s
ide
Rue
ram
Py
es
ed
Ru
Jardins
des tuileries
bÉatrice de andia, présidente de l’observatoire
du patrimoine religieux,
Ru
e
Sa
Palais
Royal
in
tH
on
or
é
comédie
française
Musée du
louvre
Ru
ed
PYRAMIDE
du louvre
ivo
li
amÉlie arbeit, assistante de la galerie Kiron,
espace Kiron,
jacques charpillon, membre du conseil
de perfectionnement et anciennement chef
de l’inspection générale du Ministère de la Culture,
serge arzoumanov, Cité de la Musique,
catherine bedel, journaliste au Monde,
frÉdÉrique berni, directrice de Babayaga Tour,
cÉcile berrbi de noailles,
directrice de la compagnie Agora,
n 5, avenue de l’Opéra, 75001 Paris
M° Pyramides, ligne 14/7 ou Palais-Royal, ligne 1/7
n 5, rue saint augustin, 75002 paris
M° Bourse, ligne 3
+33 (0)1 73 54 13 13 / iesa@iesa.info
www.iesa.info
88
Conception et réalisation : Fenêtre sur cour
Crédits photos : l’IESA remercie Pierre Alivon,
Patrick Berger et le Théatre National de Chaillot,
Benoit de Choulot, Jean Daviot, Pascal Monteil,
François Missonnier, Daniel Pissondes,
Caroline Vachet, Nicolas Vial, IESA Multimédia
et les étudiants de l’IESA.
sylvie buisson, commissaire d’exposition,
david cameo, directeur de Manufacture
nationale de Sèvres,
catherine arminjon, conservateur général
honoraire du patrimoine,
eR
mamia bretesche, directrice de la galerie
Mamia Bretesche,
joana anisten, directrice artistique,
galerie Paul Freches,
sigrid d’armendrail,
responsable de communication, Cig’Art,
Palais-Royal
laurent bregeat, réalisateur,
florence berthoux, directrice générale
de l’établissement public du Parc de la Villette
et adjointe au maire du 1er arrondissement de Paris,
sandrine bisognin, chargée de développement
pour SLICK, foire d’art contemporain,
pierre chatard,
artiste et producteur pour Donoprod,
jean-christophe claude,
directeur des éditions Centre Georges Pompidou,
cÉline coutable, directrice du Combo 95
le réseau des musiques actuelles du Val d’Oise,
francis daniel, comédien et metteur en scène
pour la compagnie Progéniture, programmateur
du festival La Coulée,
olivier debienne,
président de l’Association française internationale,
rÉgine delaroche vernet,
organisatrice d’événements,
corinne bocquet, directrice de la régie
à la Fondation Cartier pour l’art contemporain,
mireille devals, ancienne chargée des relations
extérieures, département communication du Centre
Georges Pompidou,
gilles bonnevialle, administrateur
du Domaine national de Saint-Cloud,
jean-luc di paola galoni,
directeur délégué à la présidence Valeo,
fabrice bonniot, producteur de cinéma,
DJ et secrétaire général de technopol,
marie-charlotte douezy, chargée
de communication et diffusion Musique en Sorbonne,
hervÉ bourdin, président du salon mac 2000,
alexandre elalouf,
directeur de Nemo production,
bernadette boustany, conservateur du Musée
municipal de la Varenne Saint-Hilaire,
guy boyer, directeur de la rédaction,
Connaissance des Arts,
alain erlande-brandenburg, conservateur
général honoraire du patrimoine, ancien directeur du
Musée national de la Renaissance - chateau d’Écouen,
Discours et appel des élèves à la soirée de parrainages
à l’ENA.
Les élèves de l’IESA participent dès la premère année au Mondial de l’Antiquité
aux Puces de Saint-Ouen.
hÉlÈne farnault, responsable des dispositifs
de transmission des savoirs-faire à la mission
de métiers d’art au Ministère de la Culture
et de la Communication,
charlotte felteR, directrice associée de
l’agence de weeding planner Com’une Orchidée,
Cocktail à la soirée de remise du titre certifié par l’état à l’ENA.
Jacques Charpillon, Jean-Marc Leri et Françoise Schmitt lors de la soirée de
remise du titre certifié par l’état au Ministère de la Culture.
Un moment de culture et de convivialité au Musée Carnavalet après la soirée de parrainage.
sebastien fournier, directeur artistique,
chanteur baroque,
sandrine galtier-gautais, responsable
communication médiation artistique, programmation
jeune public du théatre de l’Onde à Vélizy,
Pause musicale lors d’une soirée de l’IESA.
William Vonthon et Didier Cramoisan, deux présidents du
Carré Rive gauche, à l’ENA.
Spectacle de la compagnie Bolly Deewani, dirigée par Alexa Kriegel (à droite),
3ème cycle 2008-2009
La bonne humeur règne pour un public prestigieux de professionnels qui soutient les
étudiants, au Ministère de la Culture.
Travaux pratiques “grandeur réelle“ : installation d’une exposition à
l’Espace Cardin.
martha prieto, directrice adjointe
de l’Union Latine,
astrid de t’serclaes, journaliste culinaire,
laurence maynier, secrétaire générale adjointe
de la manufacture de Sèvres,
provoyeur pierre, conservateur général du
patrimoine à la direction des Musées de France,
laura meerson, agent artistique chez Elizabeth
Simpson,
amina qotba, conseillère culturelle à l’UNESCO,
pascale tachot, fondatrice d’Allegria et membre
actif de la Fédération Française d’Enseignement Musical,
anne-laure reveillac de maulmont,
avocate,
jannick thiroux, collectionneur, spécialiste en
art contemporain,
mathieu reymond, assistant manager,
Derrière les Planches,
philippe thomas, directeur des hors-séries et du
développement de Connaissance des Arts,
jean-michel ringeard, président
de la Fédération française des Amis de Musées,
gwendal tomasi, producteur,
jean-david jumeau-lafond, historien de l’art
et commissaire d’exposition,
corinne kemeny, directrice de la compagnie
Le Feu Follet,
isabelle le normand, commissaire d’exposition et directrice artistique des arts visuels et numériques à Mains d’Œuvres,
baudoin lebon, directeur de la galerie Baudoin
Lebon
celine mefret, assistante de communication au
Mobilier national,
jessica miri-marcheteau, présidente
de la Nuit des Médias,
françoise monnin, historienne d’art, journaliste
et conseillère artistique pour MAC 2000,
marie-dominique tabard, directrice de
l’agence de communication Diligence Press and Com,
catherine valla, directrice artistique
de la compagnie le Cap Rêve,
chloe nataff, directrice artistique chez Musicast,
christophe robin, directeur du festival Paris
fait sa somédie
sixtine de naurois, ancienne directrice
de la communication de Mitsukoshi,
robin fournier-bergmann, attaché de
presse, fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent
aurelie van den born, chargée de communication au forum de Vaureal et ex-chargée de programmation plastique au Glazart et au Divan du Monde,
frederic neraud, président de la Fondation
du Patrimoine,
roger-garcia, directrice de communication, CNEA,
astrid vespiren, paysagiste,
olivier de rohan, président de la société des
Amis de Versailles,
nicolas vial, artiste, dessinateur et illustrateur
au Monde,
florence rossignol,
chargée de communication chez IR2S,
isabelle vierget-rias, conseillère arts plastiques, DRAC Ile-de-France,
NAtahlie sahut d’izarn, coordinatrice pour
l’association Bienvenue en France.
aymar de virieux, administrateur du Domaine
de Chaalis,
alice schiller-mallet, artiste et commissaire
d’exposition,
armelle weisman, directrice associée de Trois
Temps Innovation,
marie-stefane de sercey, directrice de la
société des Amis du Musée National d’Art Moderne,
flore de williencourt, directrice d’États
d’Art, évenementiel culturel,
andre nicolas, directeur de l’Observatoire
de la musique, Cité de la Musique,
christine lehot, présidente de l’ONG Meharees
dont l’objet est l’aide à l’éducation et à la résilience
à travers l’art,
claude guinet, gouverneur de l’université
de Sherbrooke (Canada), président de l’AGP,
yannick lemaire, directeur de l’information
chez RTL
alain gutharc alain, galeriste,
elsa lemarignier, co-directrice de la galerie Arums
monelle hayot, éditeur d’ouvrages d’art
et propriétaire du château de Saint-Lô,
armelle levy, journaliste chez RTL
philippe palmieri,
chargé du developpement au Réservoir
sylvana lorenz, directrice de communication
de Pierre Cardin
cynthia pascquali restauratrice atelier
Pascquali, restauration de la Galerie des Glaces
peggy pecquenard, responsable de la galerie
Micro-Onde à Vélizy,
arlette serullaz, conservateur général
honoraire du patrimoine, ancien directeur du Musée
Delacroix,
ahmed yousfi, rédacteur en chef de Paris-Paname
david madec, directeur adjoint de la communication au Musée du Louvre
severine magry, chargée de l’action culturelle,
le prisme, Saint-Quentin-en-Yvelines,
pere thierry de l’epine, président
de l’Association internationale saint roch,
julie siccault-maille, chargée des publics
au Domaine Départemental de Chamarande ,
jacqueline zana-victor, adjointe au maire
du 13ème, chargée des affaires culturelles.
mathieu insa, musicien,
Voyage d’étude à Florence, une étape obligée du cursus à l’IESA : ici les
jardins de Boboli.
yves marek, ancien conseiller culture du président
du Sénat,
valerie gros dubois, directrice artistique
de Mouvance d’Art, festival « Entrez dans la danse »,
ludovic ilolo, chorégraphe et danseur
de la compagnie de danse Les Gens De...,
L’IESA, partenaire du Carré Rive Gauche, crée des tee-shirt et des plans «touristico-culturels» pour
soutenir l’opération.
yves jammet, coordinateur à l’association de prévention du site de la Villette. Il s’occupe de la conception et de la mise en œuvre d’actions de formation à
la médiation culturelle et de la production d’œuvres
éphémères dans l’espace public,
ariel kyrou, spécialiste en musique électroniques
et art numériques
dominique hoff, mezzo soprano
de la compganie Les Limons d’Or, concerts contés,
Pierre Cornette de Saint-Cyr et Jean-François Legaret remettent leur titre à deux
élèves au théatre du Chatelet, durant l’exposition de Jean-Michel Othoniel.
veronique smagghe, directrice de la galerie
Véronique Smagghe,
marion gendron, productrice éxécutive
pour Robin Production et directrice adjointe
de l’Humour en Capitale pour Paris fait sa Comédie,
christian gros christian, responsable
du service d’action culturelle du Musée Carnavalet,
Chaque année en juin, l’IESA organise le dimanche, lors des journées du
Carré Rive Gauche des visites en 15 langues différentes.
pierre laporte,
agence Pierre Laporte communication,
herbert koch, directeur de l’agence De Concert
Communication
paulette giry laterriere, chargée de mission
auprès de la Ministre Christine Albanel,
Une équipe heureuse devant Luis Belhaouari au Domaine national de Saint-Cloud.
gerard manonni, journaliste spécialiste
de la danse,
serena gavazzi, responsable du mécénat
au Domaine de Versailles,
catherine gfeller, photographe,
Déborah Demaline fière de sa réussite aux côtés de Alain Monferrand, Xavier
Delessalle et David Cameo.
anne jacquelin, assistante de communication
et marketing chez Wildbunch Distribution,
karen nielsen, consultante en mécénat,
martine normand roquesalame,
présidente de la section rose de la Société nationale
d’horticulture de France,
robert zacot françois, ethnologue, photographe et journaliste,
Fondé en 1985 par Françoise et Jean-Marie Schmitt,
l’IESA est un établissement d’enseignement supérieur privé
reconnu par le Ministère de la Culture.
Il accueille des étudiants dans trois départements de formation :
Marché de l’art, Métiers de la Culture et Multimédia.
Depuis près de 25 ans, l’IESA a formé plus de 10 000 étudiants,
jeunes et adultes, qui sont aujourd’hui des professionnels
du marché de l’art, du spectacle vivant, du patrimoine
et du tourisme culturel ainsi que des nouvelles technologies.
Il développe ses formations selon des critères académiques
(rigueur scientifique), professionnels (réalisation de projets
personnels et participation à des projets grandeur réelle
professionnalisants) et internationaux (échanges d’étudiants,
voyages d’études, soirées internationales, coopération
avec d’autres structures de formation européennes
et internationales).
métiers
de la culture
paris, bruxelles, florence, londres
PEFC/10-31-1152
Ce document est imprimé
par SIB, répondant aux
normes de la certification
Imprim’Vert
www.iesa.info
IESA, 5, avenue de l’Opéra, Paris 1er
et 5, rue Saint-Augustin, Paris 2ème
tél. +33 (0)1 73 54 13 13 ou +33 (0)1 42 86 57 01 - iesa@iesa.info
Formation initiale :
du 1er au 3ème cycle
Formation professionnelle :
cycles longs
et cours à la carte
“
IESA,
LE GRAND TOUR :
paris, bruxelles,
florence, londres
”
Discours et appel des élèves à la soirée de parrainages
à l’ENA.
Les élèves de l’IESA participent dès la premère année au Mondial de l’Antiquité
aux Puces de Saint-Ouen.
hÉlÈne farnault, responsable des dispositifs
de transmission des savoirs-faire à la mission
de métiers d’art au Ministère de la Culture
et de la Communication,
charlotte felteR, directrice associée de
l’agence de weeding planner Com’une Orchidée,
Cocktail à la soirée de remise du titre certifié par l’état à l’ENA.
Jacques Charpillon, Jean-Marc Leri et Françoise Schmitt lors de la soirée de
remise du titre certifié par l’état au Ministère de la Culture.
Un moment de culture et de convivialité au Musée Carnavalet après la soirée de parrainage.
sebastien fournier, directeur artistique,
chanteur baroque,
sandrine galtier-gautais, responsable
communication médiation artistique, programmation
jeune public du théatre de l’Onde à Vélizy,
Pause musicale lors d’une soirée de l’IESA.
William Vonthon et Didier Cramoisan, deux présidents du
Carré Rive gauche, à l’ENA.
Spectacle de la compagnie Bolly Deewani, dirigée par Alexa Kriegel (à droite),
3ème cycle 2008-2009
La bonne humeur règne pour un public prestigieux de professionnels qui soutient les
étudiants, au Ministère de la Culture.
Travaux pratiques “grandeur réelle“ : installation d’une exposition à
l’Espace Cardin.
martha prieto, directrice adjointe
de l’Union Latine,
astrid de t’serclaes, journaliste culinaire,
laurence maynier, secrétaire générale adjointe
de la manufacture de Sèvres,
provoyeur pierre, conservateur général du
patrimoine à la direction des Musées de France,
laura meerson, agent artistique chez Elizabeth
Simpson,
amina qotba, conseillère culturelle à l’UNESCO,
pascale tachot, fondatrice d’Allegria et membre
actif de la Fédération Française d’Enseignement Musical,
anne-laure reveillac de maulmont,
avocate,
jannick thiroux, collectionneur, spécialiste en
art contemporain,
mathieu reymond, assistant manager,
Derrière les Planches,
philippe thomas, directeur des hors-séries et du
développement de Connaissance des Arts,
jean-michel ringeard, président
de la Fédération française des Amis de Musées,
gwendal tomasi, producteur,
jean-david jumeau-lafond, historien de l’art
et commissaire d’exposition,
corinne kemeny, directrice de la compagnie
Le Feu Follet,
isabelle le normand, commissaire d’exposition et directrice artistique des arts visuels et numériques à Mains d’Œuvres,
baudoin lebon, directeur de la galerie Baudoin
Lebon
celine mefret, assistante de communication au
Mobilier national,
jessica miri-marcheteau, présidente
de la Nuit des Médias,
françoise monnin, historienne d’art, journaliste
et conseillère artistique pour MAC 2000,
marie-dominique tabard, directrice de
l’agence de communication Diligence Press and Com,
catherine valla, directrice artistique
de la compagnie le Cap Rêve,
chloe nataff, directrice artistique chez Musicast,
christophe robin, directeur du festival Paris
fait sa somédie
sixtine de naurois, ancienne directrice
de la communication de Mitsukoshi,
robin fournier-bergmann, attaché de
presse, fondation Pierre Bergé-Yves Saint-Laurent
aurelie van den born, chargée de communication au forum de Vaureal et ex-chargée de programmation plastique au Glazart et au Divan du Monde,
frederic neraud, président de la Fondation
du Patrimoine,
roger-garcia, directrice de communication, CNEA,
astrid vespiren, paysagiste,
olivier de rohan, président de la société des
Amis de Versailles,
nicolas vial, artiste, dessinateur et illustrateur
au Monde,
florence rossignol,
chargée de communication chez IR2S,
isabelle vierget-rias, conseillère arts plastiques, DRAC Ile-de-France,
NAtahlie sahut d’izarn, coordinatrice pour
l’association Bienvenue en France.
aymar de virieux, administrateur du Domaine
de Chaalis,
alice schiller-mallet, artiste et commissaire
d’exposition,
armelle weisman, directrice associée de Trois
Temps Innovation,
marie-stefane de sercey, directrice de la
société des Amis du Musée National d’Art Moderne,
flore de williencourt, directrice d’États
d’Art, évenementiel culturel,
andre nicolas, directeur de l’Observatoire
de la musique, Cité de la Musique,
christine lehot, présidente de l’ONG Meharees
dont l’objet est l’aide à l’éducation et à la résilience
à travers l’art,
claude guinet, gouverneur de l’université
de Sherbrooke (Canada), président de l’AGP,
yannick lemaire, directeur de l’information
chez RTL
alain gutharc alain, galeriste,
elsa lemarignier, co-directrice de la galerie Arums
monelle hayot, éditeur d’ouvrages d’art
et propriétaire du château de Saint-Lô,
armelle levy, journaliste chez RTL
philippe palmieri,
chargé du developpement au Réservoir
sylvana lorenz, directrice de communication
de Pierre Cardin
cynthia pascquali restauratrice atelier
Pascquali, restauration de la Galerie des Glaces
peggy pecquenard, responsable de la galerie
Micro-Onde à Vélizy,
arlette serullaz, conservateur général
honoraire du patrimoine, ancien directeur du Musée
Delacroix,
ahmed yousfi, rédacteur en chef de Paris-Paname
david madec, directeur adjoint de la communication au Musée du Louvre
severine magry, chargée de l’action culturelle,
le prisme, Saint-Quentin-en-Yvelines,
pere thierry de l’epine, président
de l’Association internationale saint roch,
julie siccault-maille, chargée des publics
au Domaine Départemental de Chamarande ,
jacqueline zana-victor, adjointe au maire
du 13ème, chargée des affaires culturelles.
mathieu insa, musicien,
Voyage d’étude à Florence, une étape obligée du cursus à l’IESA : ici les
jardins de Boboli.
yves marek, ancien conseiller culture du président
du Sénat,
valerie gros dubois, directrice artistique
de Mouvance d’Art, festival « Entrez dans la danse »,
ludovic ilolo, chorégraphe et danseur
de la compagnie de danse Les Gens De...,
L’IESA, partenaire du Carré Rive Gauche, crée des tee-shirt et des plans «touristico-culturels» pour
soutenir l’opération.
yves jammet, coordinateur à l’association de prévention du site de la Villette. Il s’occupe de la conception et de la mise en œuvre d’actions de formation à
la médiation culturelle et de la production d’œuvres
éphémères dans l’espace public,
ariel kyrou, spécialiste en musique électroniques
et art numériques
dominique hoff, mezzo soprano
de la compganie Les Limons d’Or, concerts contés,
Pierre Cornette de Saint-Cyr et Jean-François Legaret remettent leur titre à deux
élèves au théatre du Chatelet, durant l’exposition de Jean-Michel Othoniel.
veronique smagghe, directrice de la galerie
Véronique Smagghe,
marion gendron, productrice éxécutive
pour Robin Production et directrice adjointe
de l’Humour en Capitale pour Paris fait sa Comédie,
christian gros christian, responsable
du service d’action culturelle du Musée Carnavalet,
Chaque année en juin, l’IESA organise le dimanche, lors des journées du
Carré Rive Gauche des visites en 15 langues différentes.
pierre laporte,
agence Pierre Laporte communication,
herbert koch, directeur de l’agence De Concert
Communication
paulette giry laterriere, chargée de mission
auprès de la Ministre Christine Albanel,
Une équipe heureuse devant Luis Belhaouari au Domaine national de Saint-Cloud.
gerard manonni, journaliste spécialiste
de la danse,
serena gavazzi, responsable du mécénat
au Domaine de Versailles,
catherine gfeller, photographe,
Déborah Demaline fière de sa réussite aux côtés de Alain Monferrand, Xavier
Delessalle et David Cameo.
anne jacquelin, assistante de communication
et marketing chez Wildbunch Distribution,
karen nielsen, consultante en mécénat,
martine normand roquesalame,
présidente de la section rose de la Société nationale
d’horticulture de France,
robert zacot françois, ethnologue, photographe et journaliste,
Fondé en 1985 par Françoise et Jean-Marie Schmitt,
l’IESA est un établissement d’enseignement supérieur privé
reconnu par le Ministère de la Culture.
Il accueille des étudiants dans trois départements de formation :
Marché de l’art, Métiers de la Culture et Multimédia.
Depuis près de 25 ans, l’IESA a formé plus de 10 000 étudiants,
jeunes et adultes, qui sont aujourd’hui des professionnels
du marché de l’art, du spectacle vivant, du patrimoine
et du tourisme culturel ainsi que des nouvelles technologies.
Il développe ses formations selon des critères académiques
(rigueur scientifique), professionnels (réalisation de projets
personnels et participation à des projets grandeur réelle
professionnalisants) et internationaux (échanges d’étudiants,
voyages d’études, soirées internationales, coopération
avec d’autres structures de formation européennes
et internationales).
métiers
de la culture
paris, bruxelles, florence, londres
PEFC/10-31-1152
Ce document est imprimé
par SIB, répondant aux
normes de la certification
Imprim’Vert
www.iesa.info
IESA, 5, avenue de l’Opéra, Paris 1er
et 5, rue Saint-Augustin, Paris 2ème
tél. +33 (0)1 73 54 13 13 ou +33 (0)1 42 86 57 01 - iesa@iesa.info
Formation initiale :
du 1er au 3ème cycle
Formation professionnelle :
cycles longs
et cours à la carte
“
IESA,
LE GRAND TOUR :
paris, bruxelles,
florence, londres
”
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising