Un monde de violences

Un monde de violences
Nouvelle édition
Les années 1990 ont permis à Francis Fukuyama d’annoncer la fin de l’histoire. Les années
2000 ont montré combien il était illusoire d’imaginer un monde pacifié, sans conflits, sans
forces obscures dont on ne mesure jamais, avant qu’elles n’apparaissent, les terribles
conséquences. À vrai dire, la troisième mondialisation a dessiné les contours de ce qui
est tout sauf un « village global », en réalité un monde privé de mode d’emploi, qui court
éteindre un incendie après l’autre sans jamais en voir la fin.
Six contraintes majeures vont désormais déterminer la trajectoire de l’économie mondiale.
Trois nouvelles, le vieillissement de la population, la panne du progrès technique, la rareté
de l’épargne. Et trois déjà à l’œuvre, l’explosion des inégalités, le transfert massif d’activités d’un bout à l’autre du monde et la financiarisation sans limites de l’économie. Telles
des plaques tectoniques, ces pressions vont attiser les foyers de nouvelles ruptures qui ne
préviendront pas, ni sur leur date, ni sur leur intensité. Sommes-nous capables de faire face
à ces futurs chocs, aux violences qu’ils ne manqueront pas de provoquer ?
« Fluide comme un roman, courageux comme Churchill, inventif comme pas un… »
Erik Orsenna
Jean-Hervé Lorenzi
MICKAËL BERREBI
UN MONDE DE
Jean-Hervé Lorenzi
MICKAËL BERREBI
UN MONDE DE
L’économie mondiale
2016-2030
« À tout moment il y a des petits morceaux d’avenir dissimulés dans le présent.
Ce livre les a débusqués et nous les offre, nous permettant ainsi de voir, sinon l’avenir,
au moins les lignes de force des prochaines années. Passionnant et éclairant. »
François Lenglet
« Impossible de penser économiquement le monde jusqu’en 2030 sans prendre
en compte les grandes ruptures et les grands risques prévus et analysés
par Jean-Hervé Lorenzi. »
Hubert Védrine
17 E
Couverture : © Masterfile / studio Eyrolles © Éditions Eyrolles
Photographie de l’auteur : © Félicien Delorme
G56001_Un monde de violence_003-apercu.indd 1
Code éditeur : G56338
ISBN : 978-2-212-56338-2
Jean-Hervé Lorenzi est professeur d’économie à l’université de Paris-Dauphine et président du Cercle des
économistes. Mickaël Berrebi est diplômé de l’ESSEC
et actuaire.
19/10/2015 12:17
Nouvelle édition
Les années 1990 ont permis à Francis Fukuyama d’annoncer la fin de l’histoire. Les années
2000 ont montré combien il était illusoire d’imaginer un monde pacifié, sans conflits, sans
forces obscures dont on ne mesure jamais, avant qu’elles n’apparaissent, les terribles
conséquences. À vrai dire, la troisième mondialisation a dessiné les contours de ce qui
est tout sauf un « village global », en réalité un monde privé de mode d’emploi, qui court
éteindre un incendie après l’autre sans jamais en voir la fin.
Six contraintes majeures vont désormais déterminer la trajectoire de l’économie mondiale.
Trois nouvelles, le vieillissement de la population, la panne du progrès technique, la rareté
de l’épargne. Et trois déjà à l’œuvre, l’explosion des inégalités, le transfert massif d’activités d’un bout à l’autre du monde et la financiarisation sans limites de l’économie. Telles
des plaques tectoniques, ces pressions vont attiser les foyers de nouvelles ruptures qui ne
préviendront pas, ni sur leur date, ni sur leur intensité. Sommes-nous capables de faire face
à ces futurs chocs, aux violences qu’ils ne manqueront pas de provoquer ?
« Fluide comme un roman, courageux comme Churchill, inventif comme pas un… »
Erik Orsenna
Jean-Hervé Lorenzi
MICKAËL BERREBI
UN MONDE DE
Jean-Hervé Lorenzi
MICKAËL BERREBI
UN MONDE DE
L’économie mondiale
2016-2030
« À tout moment il y a des petits morceaux d’avenir dissimulés dans le présent.
Ce livre les a débusqués et nous les offre, nous permettant ainsi de voir, sinon l’avenir,
au moins les lignes de force des prochaines années. Passionnant et éclairant. »
François Lenglet
« Impossible de penser économiquement le monde jusqu’en 2030 sans prendre
en compte les grandes ruptures et les grands risques prévus et analysés
par Jean-Hervé Lorenzi. »
Hubert Védrine
Couverture : © Masterfile / studio Eyrolles © Éditions Eyrolles
Photographie de l’auteur : © Félicien Delorme
G56001_Un monde de violence_003-apercu.indd 1
Code éditeur : G56338
ISBN : 978-2-212-56338-2
Jean-Hervé Lorenzi est professeur d’économie à l’université de Paris-Dauphine et président du Cercle des
économistes. Mickaël Berrebi est diplômé de l’ESSEC
et actuaire.
19/10/2015 12:17
Un monde de violences
Groupe Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement
ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des
Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2014, 2016
ISBN : 978-2-212-56338-2
Jean-Hervé LORENZI
Mickaël BERREBI
Un monde de violences
L’économie mondiale 2016-2030
Deuxième édition
Sommaire
Introduction.........................................................................................................................
7
Chapitre 1
La grande panne du progrès technique.......................................................... 13
L’innovation, un phénomène de rupture................................................
Le rôle majeur du progrès technique dans la croissance..............
Ralentissement : le grand débat.....................................................................
Des ressources de plus en plus rares............................................................
La guerre de l’intelligence.................................................................................
15
21
27
34
41
Chapitre 2
La malédiction du vieillissement............................................................................ 45
Le poids de la démographie dans l’histoire...........................................
Les trois impacts du vieillissement...............................................................
Un mal pour un bien ?.........................................................................................
Vers des conflits intergénérationnels...........................................................
48
53
61
67
Chapitre 3
L’irrésistible explosion des inégalités................................................................. 75
Inégalités et croissance : le retour d’un vieux débat.......................
La fin du mythe égalitaire...................................................................................
La société patrimoniale contre les classes moyennes......................
Les inégalités au cœur d’un nouveau conflit........................................
77
86
98
104
© Groupe Eyrolles
Chapitre 4
Le choc de la désindustrialisation........................................................................ 109
1995-2005 : désindustrialisation et délocalisations..........................
La tentation de Londres.......................................................................................
L’espoir américain....................................................................................................
La terrible incertitude sur la mondialisation........................................
111
120
126
134
6
Un monde de violences
Chapitre 5
L’illusion d’une définanciarisation......................................................................... 147
L’explosion de la liquidité..................................................................................
Le démembrement du système financier................................................
L’utopie de la régulation.....................................................................................
L’équation impossible de la dette..................................................................
La finance contre l’économie réelle...........................................................
149
153
160
163
169
Chapitre 6
L’épargne, ultime ressource rare........................................................................... 177
L’énigme de l’équilibre entre épargne et investissement.............
Trois décennies de surabondance d’épargne........................................
Le monde change, l’épargne décroît..........................................................
Le monde change, l’investissement croît.................................................
Vers un déséquilibre majeur.............................................................................
179
182
187
192
194
Chapitre 7
Un monde brownien....................................................................................................... 201
Le discours inintelligible des Banques centrales................................
La difficulté des prévisions macro-économiques..............................
Des débats économiques irresponsables...................................................
Le progrès technique toujours en question..........................................
Le mystère chinois s’épaissit dans un monde de violences........
204
210
214
217
221
Chapitre 8
Éviter la grande crise du 21e siècle...................................................................... 225
230
233
236
244
246
Index.......................................................................................................................................... 251
© Groupe Eyrolles
Recentrer le monde sur sa jeunesse............................................................
Socialiser les ressources rares............................................................................
Dompter la rente......................................................................................................
Penser un nouveau Bretton Woods.............................................................
Partager les risques...................................................................................................
Chapitre 1
© Groupe Eyrolles
La grande panne du progrès
technique
Quelle étrange destinée que celle de l’analyse du progrès technique proposée par les économistes depuis deux siècles ! La difficulté à mesurer ce progrès est patente : celui-ci dépend, dans le
cadre d’une approche de la productivité globale des facteurs, de
la nature de la croissance d’un pays donné comme de la répartition sectorielle de ses activités. Il y a plus important : le progrès technique a été envisagé au travers d’un concept essentiel
de la réflexion historique, celui de la révolution industrielle.
Cette expression, élaborée par Adolphe Blanqui 1, traduit le passage d’une société d’un système technique à un autre, illustré au
premier chef par la première révolution industrielle à la fin du
19e siècle, où la machine à vapeur, la sidérurgie de la fonte et l’exploitation extensive des mines de charbon définissent un nouveau système technique. Certains économistes ont repéré, plus
1. Adolphe Blanqui, Histoire de l’économie politique en Europe, depuis les anciens
jusqu’à nos jours, Paris, Guillaumin, 1837.
14
Un monde de violences
tard, d’autres ruptures dignes d’être placées sous ce vocable de
révolution industrielle.
Le débat lancé est légitime. Quand on observe, aujourd’hui, les
évolutions scientifiques et technologiques avec, d’un côté, des
avancées rapides et, de l’autre, des stagnations, il est impossible
de déceler une évolution forte du progrès technique. C’est ce
que suggèrent certains auteurs outre-Atlantique, en premier
lieu Robert Gordon, qui remet en question explicitement l’idée
© Groupe Eyrolles
En réalité, le terme de révolution évoque l’idée d’un changement radical, d’une mutation profonde des structures économiques et sociales. Ainsi, évoquer la grande panne du progrès
technique revient à se poser à nouveau la question de ce que
fut et pourrait être une vraie rupture technologique. Le moment
que constitue l’explosion des technologies de l’information et de
la communication mérite-t-il ce terme ? Peut-être, si l’on veut
bien rappeler qu’il date de près de 30 ans et que les vrais enjeux
sont aujourd’hui d’un autre ordre : l’énergie et l’insuffisance des
technologies qui lui sont associées ; les biotechnologies dont les
innovations n’ont pas encore trouvé de traduction massive dans
un domaine comme la santé ; les nanotechnologies, enfin, qui
relèvent plus du projet que d’une réalité.Traiter du progrès technique revient plus à imaginer des ruptures brutales qu’à évoquer
une évolution linéaire, paisible, continue, positive. Ce qui n’est
pas chose facile. Les dernières décennies ont peut-être été marquées par une décélération de la croissance de ce progrès. D’où
cette interrogation : est-il possible de voir émerger un nouveau
système technique dont personne ne peut aujourd’hui dessiner précisément les contours, qui bouleverserait les modes de
consommation, mais également les modes de production, c’està-dire la manière dont le système productif se transforme ? Ainsi
posée, la grande question de la croissance ressurgit aujourd’hui,
comme à plusieurs reprises au cours du 19e siècle. Pour les économistes, un premier détour s’impose à travers le rôle majeur
tenu par le progrès technique dans la croissance, mais dont il faut
repérer le caractère discontinu et, pour ceux attentifs à la régularité des évolutions économiques, qui se révèle tout sauf cyclique.
La grande panne du progrès technique
15
d’une progression réelle. Car, pour lui, les chiffres sont là, têtus,
qui pointent un ralentissement caractéristique.
Le doute s’impose. Il faut prendre la juste mesure de cette
contrainte récente, la difficulté à développer la science et l’innovation. Car le monde sera à l’avenir guidé par les pays capables de
résoudre cette incertitude sur la nature de la frontière technologique et sur les nouveaux secteurs à développer. Ces pays seront
les puissances dominantes du 21e siècle.
L’innovation, un phénomène de rupture
© Groupe Eyrolles
Le progrès technique est, aujourd’hui comme hier, le plus beau rêve
des économistes naïfs. Selon eux, au fur et à mesure que le développement se réalise, on constate une sorte de continuité paisible et
régulière du progrès scientifique et de ses innovations. Le caractère
cyclique de cette variable majeure dans la croissance permet ainsi
de rassurer les uns et les autres avec, en fin de course, l’idée que les
dépenses en recherche et développement (R&D) permettent d’influer sur le progrès technique. De la vision des classiques, rassurante
et liée à la première révolution industrielle, jusqu’aux modèles de
croissance endogène des années 1980 et les investissements publics
décidés par Bill Clinton, la prépondérance de cette pensée ne s’est
pas démentie. Or, dans les faits, elle ne s’avère pas très fiable. L’histoire est, en effet, portée par de formidables tensions qui permettent
à des économies à bout de souffle de rebondir et reprendre vie.
Ce phénomène porte un nom, « révolution industrielle », une
exceptionnelle convergence de transformations des technologies
qui permet à un nouveau système technique de naître. Au fond,
le terme de révolution n’évoque rien d’autre qu’un changement
radical, une mutation profonde des structures économiques, un
moment d’accélération de la croissance, qui libèrent et dirigent
vers l’économie réelle de nouvelles inventions prêtes à trouver
leurs marchés. C’est là l’expression d’un nouvel équilibre technique, fondateur d’une nouvelle croissance économique, d’un
nouveau modèle social.
16
Un monde de violences
Mais ce changement repose sur l’émergence simultanée de ce
que Clayton M. Christensen 1 appelle les technologies de rupture, disruptive technologies, avec cette nuance si importante à faire
entre la technologie elle-même et son utilisation, ou ce que cet
auteur appelle « usage stratégique ».
S’intéresser aujourd’hui à cette question, c’est tout simplement
faire un retour sur les deux derniers siècles, dont les ruptures ont
engendré une croissance du progrès technique sans équivalent
dans l’histoire humaine. On peut dire, sans se tromper, que la
croissance du progrès technique, donc la croissance tout court,
fut l’enfant de ces périodes très particulières. La question qui se
pose aujourd’hui est de savoir si un éventuel ralentissement du
progrès technique, tel qu’on semble le constater aujourd’hui,
peut être inversé en une reprise soutenue.
1. Clayton M. Christensen, The Innovator’s Dilemma:When New Technologies Cause
Great Firms to Fail, Boston, Harvard Business School Press, 1997.
© Groupe Eyrolles
Si la recherche scientifique est continue, si le rythme des inventions l’est peut-être aussi, ce n’est qu’à certaines époques, historiquement repérables, que des mutations brusques inaugurent
un nouvel équilibre technique, porteur d’une nouvelle organisation économique et sociale. De la recherche scientifique
au progrès technique et à la croissance du système productif, le
processus est complexe et passe par la recherche, la découverte,
l’expérimentation, l’adoption de nouveaux produits et procédés. Avec, au centre, l’innovation technologique ou, plus exactement, pour reprendre Schumpeter, une grappe d’innovations
technologiques. Cette vision historique est, et reste, polémique.
Ces moments de rupture ont-ils vraiment existé, qui permettraient de périodiser l’histoire économique humaine ? Si, pour
les besoins de la cause, on a édicté des dates symboliques, 1783
pour la machine de Watt par exemple, l’histoire économique ne
peut se contracter sur quelques mois. Pourquoi ces révolutions
apparaissent-elles à tel endroit plutôt qu’à un autre ? Quels sont
les facteurs qui précipitent le déclenchement de ces révolutions ?
Est-ce l’offre qui commande ou plutôt la demande ? La grande panne du progrès technique
17
Rien ne permet aujourd’hui d’affirmer que l’on n’est pas à
l’aube d’une longue période de stagnation. Personne ne peut
aujourd’hui se contenter de dire que l’avenir sera obligatoirement ailleurs que dans les vieux pays industrialisés. Nul ne sait
où pourrait se produire et se propager cet éventuel bouleversement. Pourquoi pas en Europe ou, plus largement, dans les pays
de l’OCDE ? Car l’Europe a été le berceau du développement
capitaliste depuis le 15e siècle. Il importe de comprendre qu’à
cette date une grande vague d’innovations et de transformations
socio-économiques a déferlé sur l’Europe.
Comme le rappelle Jacques Brasseul 1, Robert Heilbroner 2 en
donne une perspective millénaire : « L’Europe occidentale a été le
théâtre d’un événement majeur, d’un véritable cataclysme qu’aucune des autres grandes civilisations n’a connu : il s’agit de la disparition complète, radicale d’un pouvoir centralisé et autoritaire
lors de la chute de l’Empire romain aux 4e et 5e siècles… Ce vide
du pouvoir central a laissé la place à une plus grande liberté que
les cités se sont efforcées avec succès de conquérir. La montée des
villes, carrefours naturels et lieux privilégiés de l’échange, c’està-dire de la spécialisation du marché, explique l’apparition du
capitalisme en Occident. Nulle part ailleurs, que ce soit en Chine,
en Inde, ou dans les pays d’Islam, les villes, soumises à un pouvoir
centralisé fort, n’ont pu développer ces libertés économiques,
libertés qui ont été préservées en Europe, malgré le retour des
États autoritaires, c’est-à-dire les monarchies absolues du 15e au
18e siècle. »
© Groupe Eyrolles
Même approche de la part de Rosenberg et Birdzell 3 pour qui
la chance majeure de l’Occident vient de son malheur initial, la
disparition du système d’unification politique impérial romain,
et de la nouvelle compétition, permanente, entre les nouvelles
1. Jacques Brasseul, Petite Histoire des faits économiques et sociaux, Paris, Armand
Colin, 2010 (2001).
2. Robert L. Heilbroner, The Making of Economic Society, Prentice-Hall, 8e édition
1989 (1962).
3. Nathan Rosenberg et Luther E. Birdzell, How the West Grew Rich,The Economic
Transformation of the Industrial World, New-York, Basic Books, 1986.
18
Un monde de violences
petites unités politiques indépendantes. Les auteurs insistent sur
l’effet positif de cette dispersion sur l’innovation : « Cette division
en nombreuses nations garantit une sorte d’assurance collective
pour la société : parmi toutes les innovations techniques qui sont
le fait de multiples artisans, paysans et entrepreneurs du continent, on est sûr de ne pas perdre une idée intéressante. » Exemple
révélateur : le remplacement progressif des anciennes pratiques
de confiscation et de spoliation du pouvoir par une fiscalité régulière, favorable au développement économique.
Autre événement tout aussi décisif dans l’histoire de l’Europe :
l’effondrement du système féodal. Faut-il le rappeler ? La révolution industrielle et, par conséquent, les processus d’expansion
mondiale, ont aussi pour origine l’écroulement de la société féodale européenne entre 1300 et 1450. Cette société, construite sur
un rapport de soumission du serf au seigneur, interdit au paysan,
une fois son excédent confisqué, d’adopter des pratiques agricoles plus productives ou de prendre des initiatives commerciales.
Pour passer de ce système économique à des forces productives
plus mobiles, il faut que la structure féodale soit remise en question par une série de crises, dont la première est démographique.
Le début du 15e siècle marque un tournant dans les mutations
de l’économie européenne. Une période de croissance continue
de la population et l’atteinte de la limite de l’écoumène territorial européen déclenche une crise au sein du système féodal. La
population de l’Europe passe de 45 millions en 1450 à plus de
100 millions en 1650, ce qui aggrave les problèmes de production
de denrées agricoles. L’insuffisance technique du régime féodal
est patente.
© Groupe Eyrolles
Un autre facteur explique cette dynamique, la chute de Constantinople en 1453, jusqu’alors capitale de l’Empire byzantin. Désormais aux mains des Turcs, le nouvel Empire ferme définitivement
la route terrestre aux échanges avec les Européens au profit d’une
route maritime contrôlée par les marchands arabes. La réponse
ne se fait pas attendre avec l’ouverture par l’Europe de ses propres
routes commerciales, avec des techniques maritimes que les Portugais maîtrisent à la perfection.
La grande panne du progrès technique
19
Parallèlement, la croissance du commerce donne un rôle de plus
en plus important aux villes qui, après avoir détenu un pouvoir
administratif, deviennent des centres industriels. La richesse n’est
plus là uniquement aux mains de ceux qui possèdent la terre, mais
bien aux mains de ceux qui contrôlent le commerce. Le système
féodal cesse alors quasiment d’exister.
Cette période de développement commercial et financier
de l’Europe au 16e siècle ouvre la voie à un essor industriel au
18e siècle. Au cours des 16e et 17e siècles, un certain nombre
de bouleversements perturbent la vie économique du monde
occidental. C’est le temps des grandes découvertes, des nouveaux
espaces, de l’accumulation des capitaux financiers, prémices du
développement d’un futur système financier. Mais c’est également la période de la formation des États-nations et de la prise
de conscience de l’unité et de l’importance des intérêts territoriaux. Ces changements, conjugués les uns aux autres, créent un
contexte favorable à l’essor d’une société industrielle, à ce que
l’on appelle la première révolution industrielle.
© Groupe Eyrolles
Le monde occidental, à partir de cette date, connaît une croissance forte, inimaginable auparavant, entraînée essentiellement
par de nombreuses innovations qui n’ont de cesse de remettre en
cause les modes d’organisation de l’économie et de redistribuer
les cartes entre les puissances économiques.Tout est dit, et sur la
période et sur l’origine du succès occidental, par Niall Ferguson 1, lorsqu’il évoque les six killer apps : la compétition, la science,
la propriété privée, les sciences appliquées comme la médecine,
la consommation de masse et, enfin, l’éthique du travail. C’est
leur convergence qui explique que la première révolution industrielle ait démarré au milieu du 18e siècle en Occident plutôt
qu’ailleurs.
L’avènement de la puissance anglaise correspond à ce que les
historiens considèrent comme l’époque de la domination technologique d’un pays, même si certains d’entre eux, comme
1. Niall Ferguson, Civilization,The West and the Rest, Penguin Books, 2011.
20
Un monde de violences
Musson 1, défendent l’idée originale selon laquelle les pays d’Europe continentale ont connu des développements similaires :
« Nous sommes portés à exagérer la suprématie industrielle britannique et à oublier les nombreuses contributions du continent
à sa révolution industrielle. » Peu importe pour notre réflexion
sur l’émergence à venir d’un nouveau choc technologique, mais
une condition s’impose de tout temps.
1. Albert E. Musson, “Continental Influence on the Industrial Revolution in
Great Britain”, in: Barrie M. Ratcliffe (dir.), Great Britain and Her World, 17501914. Essays in Honour of W.O. Henderson, Manchester, Manchester Univ. Press,
pp. 71-85.
2. Patrick Verley, L’échelle du monde. Essai sur l’industrialisation de l’Occident, Paris,
Gallimard, 1997.
3. Paul Bairoch, Victoires et déboires.Tome 1 : Histoire économique et sociale du monde
du 16e siècle à nos jours, Paris, Gallimard, 1997.
© Groupe Eyrolles
Hier comme aujourd’hui, on revient à ce rôle majeur de la diffusion de nouveaux biens et services de consommation, si liée
aux structures sociales comme l’a montré Patrick Verley 2 lorsqu’il rappelle à quel point la répartition du revenu influe sur la
demande et, donc, sur la capacité des technologies nouvelles à
s’imposer. L’Angleterre a été le premier pays d’une large classe
moyenne. Et si l’on regarde avec admiration les pays émergents
et leur formidable potentialité, c’est bien leur capacité à développer des classes moyennes qui nous rend si optimistes à leur
sujet, même si le temps demeure une contrainte déterminante.
Certes, la rupture peut être rapide, mais les changements qu’elle
implique, les transformations qu’elle impose, ont besoin du temps
long. D’après Paul Bairoch, « Dans la longue durée, une rupture
peut être considérée comme un phénomène entraînant des
changements très profonds dans un laps de temps relativement
court, par rapport à la durée de la phase antérieure. En tenant
compte de ces réserves, on admet que la révolution industrielle
a été l’une des deux plus importantes ruptures de toute l’histoire
de l’humanité, c’est pourquoi nous les qualifierons de ruptures
fondamentales 3. »
La grande panne du progrès technique
21
En réalité, à partir de la fin du 18e siècle, la révolution industrielle
a ouvert une nouvelle ère du capitalisme dans les économies occidentales. Elle a constitué, à l’échelle de l’histoire économique du
monde, un changement radical dans les principes de fonctionnement de l’économie et établi les bases de sa mondialisation avec
son apogée au début du 20e siècle. Elle a aussi été à l’origine de la
plupart des innovations techniques qui ont modifié les processus
de production comme les objets de consommation.
Sommes-nous aujourd’hui dans des conditions similaires ? Oui
et non. Oui, par l’émergence de classes moyennes. Non, car l’essentiel des transformations de ce début de siècle repose sur l’utilisation d’une nouvelle classe ouvrière gigantesque et largement
asiatique. Rien de plus. Demeure l’évidence que le progrès technique est au cœur de toutes les évolutions des sociétés, passées et
à venir.
© Groupe Eyrolles
Le rôle majeur du progrès technique dans la croissance
Dans les années 1950, les économistes ont fait sensiblement progresser la connaissance en attribuant l’essentiel des résultats de
la croissance au progrès technique, comme un Abramovitz, un
Kendrick, un Denison et, surtout, un Solow. C’est bien après que
Romer, initiateur d’un mouvement intellectuel très créatif, propose de ré-endogénéiser le progrès technique et de considérer
qu’il n’est lui-même que le produit des ressources affectées au
développement scientifique et technologique. Peu importe, les
faits sont désormais établis, le progrès technique est à l’origine
des deux tiers de l’augmentation de la richesse annuelle. À regarder les deux derniers siècles, on ne peut que constater cette formidable accélération de la production et de la production par
habitant, une accélération liée étroitement à la succession de
vagues innovatrices.
Depuis 1783, date emblématique de la première révolution
industrielle, deux ou trois moments, se traduisant par la modification des conditions de production et de consommation,
22
Un monde de violences
apparaissent comme générateurs d’un nouveau modèle de croissance. C’est, à coup sûr, le cas à la fin du 18e siècle, du 19e siècle,
probablement à la suite de la crise de 1930, avec l’apparition du
fordisme, et, peut-être, à la suite de cette convergence étonnante
des années 1980 où l’informatique, les télécommunications,
l’Internet transforment les formes de consommation comme la
manière dont sont produits les biens et les services. Explicite dans
nos modes de vie, ce changement l’est moins à lire les chiffres
de gains de productivité. Peut-être n’est-ce là qu’une étape dont
l’importance est renforcée par l’irruption d’un milliard de travailleurs à peine payés et d’objets de consommation à faible prix.
Est-ce le cas aujourd’hui ? Non. Du moins, si l’on fait parler les
chiffres. Intéressons-nous à l’évolution du PIB par heure travaillée de certains pays développés comme, par exemple, la France,
l’Allemagne, le Royaume-Uni, le Japon et les États-Unis. Le
constat est clair. S’il y a eu, pendant la période 1950-1973, une
nette croissance du PIB par heure travaillée avec un taux annuel
atteignant presque 8 % pour le Japon, et des taux compris entre
3 et 5 % pour les pays restants, cette croissance s’est largement
ralentie pendant la période la plus récente, entre 2007 et 2012.
Taux de croissance du PIB par heure travaillée en pourcentage
(moyenne annuelle des taux de croissance)
France
1,7
1,9
5,0
2,9
1,9
1,5
0,2
Allemagne
1,6
0,8
5,9
2,4
2,3
1,6
0,3
Royaume-Uni
1,2
1,7
3,1
1,7
2,4
2,5
– 0,6
États-Unis
1,9
2,5
2,8
1,4
1,9
2,1
1,5
Japon
2,0
1,8
7,7
3,0
2,3
1,6
0,9
Sources : OCDE StatExtracts, Angus Maddison (L’économie mondiale, une perspective
millénaire), OCDE (2002), US Bureau of Economic Analysis, Eurostat, Bureau international
du travail et les auteurs.
Le lien entre croissance et progrès technique est clair. Ce qui l’est
moins, n’en déplaise à Romer, ce sont les raisons qui font que
© Groupe Eyrolles
1870 - 1913 - 1950 - 1973 - 1990 - 2001 - 2007 1913 1950 1973 1990 2001 2007 2012
La grande panne du progrès technique
23
cette mécanique vertueuse se met en marche. Et c’est là où apparaît un autre acteur dont le rôle est faussement évident : le progrès
scientifique.
© Groupe Eyrolles
Car l’innovation n’a jamais été, du moins au 18e siècle, le seul fruit
de l’application des découvertes scientifiques. Elle a répondu, en
premier lieu, à un nouveau besoin. L’empirisme, les tâtonnements
sont caractéristiques des débuts d’une évolution marquante. Les
premiers ingénieurs tentent ainsi d’appliquer, par essais et par
erreurs, de nouvelles méthodes de production. C’est en raison
d’une nouvelle demande que les inventions naissent. Le rôle de la
science, du moins pour la première révolution industrielle, n’est
apparu qu’ensuite.
Certes, au 18e siècle, les relations entre scientifiques et praticiens
sont régulières au sein des sociétés savantes, principales institutions de diffusion du savoir. Pensons, par exemple, au symbole de
la première révolution industrielle, la machine à vapeur. C’est là
une technique simple, mais capitale dans la dernière phase. Les
machines à vapeur sont alors l’une des premières applications de
la science à l’industrie. En effet, la puissance de la vapeur, connue
depuis l’Antiquité, n’a jusqu’alors pas été l’objet de recherches
destinées à lui donner une dimension pratique. Or, cette nouvelle
utilisation de la vapeur est devenue une innovation technique
majeure. Le secteur minier l’utilise pour pomper l’eau et permettre ainsi une exploitation plus en profondeur et plus efficace.
L’anglais Thomas Newcomen met au point, dès 1705, une pompe
à vapeur, mais il faut attendre les innovations deWatt en 1783 pour
obtenir des machines réellement performantes. Ces moteurs sont
très vite indispensables dans les filatures et les complexes métallurgiques, raison pour laquelle on ne cesse d’améliorer leur puissance et leur rendement thermique. La machine à vapeur illustre
parfaitement une série d’innovations qui s’appuient à la fois sur
un tâtonnement empirique et sur les recherches scientifiques en
vue de son perfectionnement prometteur.
Pourquoi revenir sur cette question ? Tout simplement parce
que la grande énigme d’aujourd’hui pourrait se résumer ainsi :
24
Un monde de violences
si les évolutions de la science sont exceptionnelles, éblouissantes,
touchent à peu près à tous les domaines connus, elles ne nous
confortent pas dans l’idée qu’elles aient la capacité de se transformer en innovation, a fortiori en progrès technologique et, définitivement, en nouvelle révolution industrielle.
Mais, peut-être, faut-il croire à ce progrès scientifique, un bienfait s’il est bien utilisé, qui permet à la société d’améliorer ses
conditions de vie. En France, aujourd’hui, la question se pose à
nouveau pour une partie de la population, ce que traduit le débat
sur le principe de précaution. Et, pourtant, pour que la science
se transforme en innovation, il faut ce qu’on pourrait appeler un
terreau favorable, une forme de civilisation propice.
Marcel Mauss décrit la capacité de celles-ci à s’étendre, à se développer, à créer leur propre dynamique et à imposer, sans le dire,
une forme technologique spécifique 2. Les exemples historiques
abondent à ce sujet. Le retour de la Chine sur la scène mondiale
en est une illustration exceptionnelle lorsque l’on sait, comme
1. Paul Valéry, La crise de l’esprit, 1919.
2. Marcel Mauss, Les civilisations. Éléments et formes, 1929.
© Groupe Eyrolles
Pour Fernand Braudel, Arnold Joseph Toynbee, Marcel Mauss
ou Paul Valéry, le concept de civilisation est apparu comme une
matrice de l’histoire économique des pays. La plus belle expression de la vie et de la mort des civilisations revient peut-être à
Paul Valéry : « Elam, Ninive, Babylone étaient de beaux noms
vagues, et la ruine totale de ces mondes avait aussi peu de signification pour nous que leur existence même. Mais France, Angleterre, Russie […] ce seraient aussi de beaux noms. Lusitania aussi
est un beau nom. Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde. Nous sentons qu’une
civilisation a la même fragilité qu’une vie. Les circonstances qui
enverraient les œuvres de Keats et celles de Baudelaire rejoindre
les œuvres de Ménandre ne sont plus du tout inconcevables : elles
sont dans les journaux 1. » Mais cet éloge funèbre n’est-il pas aussi,
paradoxalement, un hymne à la grandeur des civilisations ?
La grande panne du progrès technique
25
nous l’a si bien rappelé David Landes 1, qu’elle fut à l’origine de la
métallurgie, près de quinze siècles en avance sur l’Occident, mais
également de l’imprimerie, alors même que l’Occident, entre la
chute de l’Empire romain et le 10e siècle, connaissait une véritable stagnation de l’évolution des techniques.
La révolution du Moyen-Âge, décrite par Marc Bloch 2, est le
résultat d’une période de progression sociale, d’adoucissement
climatique et de brutal développement scientifique. Il nous rappelle qu’entre 1050 et 1250 « l’évolution de l’économie entraînait une véritable révision des valeurs sociales. Il y avait toujours
eu des artisans et des marchands. Individuellement, ces derniers
du moins avaient même pu, çà et là, jouer un rôle important.
Comme groupes, ni les uns ni les autres ne comptaient guère. À
partir de la fin du 11e siècle, classe artisane et classe marchande
devenues beaucoup plus nombreuses et beaucoup plus indispensables à la vie de tous, s’affirmèrent de plus en plus vigoureusement. »
© Groupe Eyrolles
On peut aussi évoquer le 12e siècle de l’Espagne musulmane,
Al Andalous, dont la prospérité et le raffinement, hérités de la
période omeyyade, fait rêver ses contemporains occidentaux et
du Maghreb et, plus encore, les historiens qui font de cette région
du monde une sorte d’âge d’or civilisationnel qui ne correspond
qu’en partie à la réalité. Mais il est vrai que le calife almohade Abu
Yusuf Yakoub al Mansur a marqué de son empreinte ce sud de
l’Espagne convoité par les royaumes catholiques du nord. Guerrier avant tout, il se montre aussi grand bâtisseur, dans une sorte de
continuité avec les dynasties musulmanes qui l’ont précédé. S’il
lance de grands travaux de fortification pour protéger les grandes
villes d’Al Andalous, il fait aussi construire des ponts, des mosquées, des bains et la Giralda de Séville, nouvelle capitale du califat. La prospérité des temps se traduit par une sociabilité urbaine
inconnue du reste de l’Europe avec ses marchés qui reflètent un
1. David S. Landes,“Why Europe and the West? Why Not China”, Journal of Economic Perspectives, printemps 2006, pp. 3-22.
2. Marc Bloch, La société féodale, Paris, Albin Michel, 1998 (1939-1940).
26
Un monde de violences
Angus Maddison 1 l’a également parfaitement décrit en évoquant Venise, le Portugal, la Chine, la Hollande, et l’Angleterre.
La croissance économique relève, selon lui, de trois phénomènes
clairement identifiables : « la conquête ou la colonisation de
zones relativement peu peuplées, dotées de terres fertiles, de ressources biologiques nouvelles ; les échanges internationaux et les
mouvements de capitaux ; l’innovation technologique et institutionnelle ». C’est le dernier point qui nous importe le plus. Celui
qui inscrit l’histoire dans la force des institutions. Ainsi, on peut
dire qu’au 16e et au 17e siècle, la science occidentale a été l’objet
d’une sorte de révolution dictée par l’étroite collaboration entre
savants et scientifiques comme Copernic, Érasme, Bacon, Galilée,
Hobbes, Descartes, Petty, Leibniz, Huygens, Halley ou Newton.
Tous se connaissaient, correspondaient régulièrement avec leurs
collègues étrangers et voyageaient beaucoup. Cette sorte de coopération informelle est ensuite institutionnalisée au sein de nouvelles académies scientifiques, favorisant la confrontation et les
débats, publiant les résultats de la recherche. Ces travaux n’ont
1. Angus Maddison, L’économie mondiale. Une perspective millénaire, éd. OCDE,
2002.
© Groupe Eyrolles
commerce des plus florissants sur le pourtour méditerranéen, très
amateur des productions locales comme la céramique, le papier,
mais aussi la soie. Les villes sont aussi les centres d’une très brillante activité intellectuelle, toutes disciplines confondues. Et ce
n’est donc pas un hasard si un « terreau » aussi fertile que Cordoue, l’ancienne capitale andalouse, voit naître au 12e siècle deux
des plus grands esprits du temps, voire des temps, Moïse Maimonide et Averroès. L’étendue de leur savoir impressionne,
tout comme cette rare intelligence permettant de maîtriser des
disciplines aussi différentes que la médecine ou la philosophie.
Mais ils sont bien les hommes de leur temps, de cette civilisation
andalouse qui porte un art de vivre et un raffinement inconnus
à l’époque en Occident, conjugués avec un dynamisme économique et culturel ouvert au progrès des techniques, des sciences
et de l’histoire des idées.
La grande panne du progrès technique
27
pas vocation à rester enfermés dans des bibliothèques, mais sont
associés à la définition des politiques publiques. La question demeure aujourd’hui de savoir où identifier ces
environnements favorables. Chacun pense aujourd’hui au génie
californien, chacun est persuadé également que l’Internet supprime toutes les barrières et autorise la diffusion généralisée de
la connaissance. Et, pourtant, il y a, et il y aura, des lieux plus
propices à la créativité et à la capacité de traduire la science en
innovations.
Mais où ?
© Groupe Eyrolles
Ralentissement : le grand débat
Pour les économistes, la prospective s’appuie traditionnellement sur ce qu’on appelle la « croissance potentielle ». Celle-ci
est définie comme la croissance permettant d’atteindre le niveau
maximal de production sans accélération de l’inflation, sans déséquilibre majeur. On calcule celle-ci à partir de la croissance de
la population active et la croissance des gains de productivité
globaux, c’est-à-dire du progrès technique. Qu’on prenne les
travaux du FMI, de l’OCDE et de bien d’autres organisations
de recherches économiques, dont les prévisions se révèleront
vraisemblablement inexactes, elles expriment néanmoins l’idée
que l’on se fait de l’avenir. Et celle-ci est beaucoup moins optimiste qu’on pourrait l’imaginer car ces prévisions se situent dans
la continuité de l’évolution du progrès technique des dernières
années. Les résultats sont très parlants, comme on peut le constater, notamment pour les pays occidentaux, les États-Unis, l’Europe et la France. Mais ces prévisions de taux de croissance, entre
1 % et 2 % par an, ne sont finalement pas si surprenants au regard
de ceux des deux derniers siècles, même s’ils expriment une rupture, d’où cette perception implicite que l’on rentre dans une
quasi-stagnation.
28
Un monde de violences
2030-2060
2017-2030
2012-2017
2007-2012
2001-2007
1990-2001
1973-1990
1950-1973
1913-1950
1870-1913
1820-1870
1500-1820
Taux de croissance du PIB en pourcentage (1500-2012) et taux de croissance
potentielle du PIB en pourcentage (2012-2060)
(moyenne annuelle des taux de croissance)
France
0,4 1,3 1,6 1,2 5,1 2,8 2,0 1,8 0,5 1,8 2,1 1,4
Allemagne
0,4 2,0 2,8 0,3 5,7 2,5 2,2 1,4 1,2 1,6 1,2 1,0
Royaume-Uni 0,8 2,1 1,9 1,2 2,9 4,2 1,4 3,1 0,1 1,6 2,2 2,2
États-Unis
0,9 4,2 3,9 2,8 3,9 2,3 2,8 2,7 1,0 2,1 2,4 2,0
Japon
0,3 0,4 2,4 2,2 9,3 3,1 3,1 1,6 0,2 0,9 1,4 1,4
Sources : OCDE, Angus Maddison (L’économie mondiale, une perspective millénaire),
OCDE (2002), Eurostat et les auteurs.
Pour illustrer ce débat, un nom s’impose, celui de Robert Gordon 1 : « la phase de progrès technologique rapide qui a suivi la
Révolution industrielle serait une exception de 250 ans au cours
de la longue stagnation qui caractérise l’histoire humaine ». Il
laisse ainsi entendre que l’innovation technologique actuelle
ne représente pas grand-chose, comparée à l’introduction de
1. Robert J. Gordon. “Is U.S. Economic Growth Over? Faltering Innovation
Confronts the Six Headwinds”, NBER, working paper, no 18315, août 2012.
© Groupe Eyrolles
Certes, ce sentiment que le monde entre dans un déclin irréversible n’est pas nouveau. Les penseurs millénaristes ne se sont
pas évaporés comme par enchantement. Mais le temps présent
est tout simplement confronté à ce que certains appellent une
grande panne technologique. Elle se retrouve, à l’évidence, dans
l’évolution des gains de productivité totaux des quinze dernières
années. C’est de ce constat qu’est né le formidable débat qui,
aujourd’hui, oppose de nombreux économistes sur la réalité du
progrès technique. Pour nous, l’enjeu est essentiel. Nous pensons
que le monde est, en réalité, confronté à une incertitude absolue
sur sa croissance. Certes, nous sommes éblouis par la rapidité du
rattrapage de certains pays émergents, mais là n’est pas la question
pour les vingt années qui viennent.
La grande panne du progrès technique
29
l’électricité, de l’eau courante, du moteur à combustion interne
et autres innovations qui datent de plus de cent ans.
Faut-il chercher une responsabilité spécifique au cœur même du
fonctionnement de nos sociétés modernes ? Gordon identifie six
grands handicaps, six vents contraires, que l’on peut juste évoquer
ici : le dividende démographique, notamment avec la retraite des
baby-boomers ; les limites de la scolarisation, avec, d’un côté, des résultats universitaires moins performants et, de l’autre, des frais de scolarité toujours plus élevés, qui supposent soit plus d’endettement, soit
l’arrêt des études ; l’augmentation des inégalités ; les conséquences
de la mondialisation et des délocalisations ; l’enjeu énergétique et
de la protection de l’environnement ; et, enfin, l’endettement des
gouvernements et des ménages.Tout le monde peut, sans difficulté,
se rallier à cette description du monde contemporain. Mais ­Gordon
va au-delà de cette simple pensée. Il est l’initiateur d’un mouvement plus profond qui juge que le système technique actuel est peu
propice à la poursuite éternelle d’un mécanisme comme la loi de
Moore, c’est-à-dire le doublement de la puissance de calcul dans un
semi-conducteur tous les 18 mois. Selon lui, la croissance moyenne
américaine entre 1891-2007 de 2,1 %, portée par des vagues successives d’innovations, devrait chuter dans les décennies à venir à 0,9 % 1.
© Groupe Eyrolles
C’est ainsi qu’une école est née, sur cette appréhension de ce
qu’on pourrait appeler « la grande stagnation ».Tout part du milieu
des années 1970 qui signe, pour les classes moyennes du monde
occidental, un tournant avec un pouvoir d’achat qui progresse
peu ou pas, un chômage devenu une menace quasi-permanente
et des perspectives d’avenir de plus en plus sombres. De fait, les
chocs pétroliers des années 1970 ont inauguré pour les économies
occidentales une succession de crises et de brèves accalmies. Pour
Tyler Cowen 2, le recul de l’innovation et des gains de productivité depuis les années 1970 est lié à une baisse de la productivité
1. Conférence donnée dans le cadre d’un séminaire organisé par le Cepremap et
la Darès, Paris, 6 décembre 2014.
2. Tyler Cowen, The Great Stagnation: How America Ate All the Low-Hanging Fruit
of Modern History, Got Sick, and Will (Eventually) Feel Better, Dutton Adult, 2011.
30
Un monde de violences
continue dans l’éducation, l’administration, la santé, et entraîne
avec elle l’ensemble de l’économie, que les avancées, insuffisantes,
dans l’industrie et les technologies, ne parviennent à compenser. « La période allant de 1880 à 1940 a apporté de nombreuses
innovations technologiques majeures dans nos vies. Cette longue
liste comprend l’électricité, la lumière électrique, des moteurs
puissants, l’automobile, l’avion, l’électroménager, le téléphone, la
production de masse, la radio, la télévision… », écrit-il. En dehors
de l’Internet, « la vie au sens matériel n’est pas si différente de ce
qu’elle était en 1953. Nous conduisons des voitures, utilisons des
réfrigérateurs et allumons des éclairages électriques ». Si les technologies de l’information et l’Internet ont une influence sur notre
façon de vivre, de consommer, de produire, elles n’engendrent pas,
pour Tyler Cowen, des emplois et une industrie de masse comme
celle de l’automobile. Si bien que l’Internet est une innovation
qui n’a guère d’incidence sur les salaires et le pouvoir d’achat.
Pour mesurer ce fameux progrès technique, prenons la productivité globale des facteurs de cinq pays, la France, l’Allemagne, le
Royaume-Uni, le Japon et les États-Unis. La productivité globale
des facteurs correspond, en effet, à l’accroissement relatif de la
richesse qui ne s’explique ni par le travail, ni par le capital. Certes,
ce « résidu » de richesses n’est pas le moyen optimal pour évaluer
le progrès technique, mais c’est pourtant bien ce dernier qui le
compose en grande partie. Selon notre reconstitution, les années
les plus récentes sont marquées, tous pays confondus, par un fort
ralentissement de la productivité globale des facteurs.
1985 1990
1990 1995
1995 2000
20012007
2007 2012
France
1,7
1,1
1,3
0,9
– 0,3
Allemagne
…
1,4
1,1
1,1
0,1
Royaume-Uni
0,4
1,6
1,4
1,5
– 1,1
États-Unis
0,7
0,7
1,5
1,4
0,9
Japon
3,1
0,7
0,7
1,1
0,4
Sources : OCDE, The Conference Board et les auteurs.
© Groupe Eyrolles
Taux de croissance de la productivité globale des facteurs en pourcentage
La grande panne du progrès technique
31
Dans ce débat, une voix forte se fait entendre, celle de Kenneth Rogoff : « J’ai récemment évoqué la thèse de la stagnation
technologique avec Thiel et Kasparov à l’université d’Oxford,
ainsi qu’avec Mark Shuttleworth, pionnier du logiciel libre. Kasparov m’a demandé non sans ironie ce qu’un produit comme
l’iPhone 5 ajoute à nos capacités et il a souligné que la plus grande
partie de la science qui sous-tend l’informatique moderne date
des années 1970. Thiel a défendu l’idée que les mesures de relâchement monétaire et de stimulation budgétaire hyper-agressives destinées à combattre la récession ne visent pas la bonne
maladie et sont de ce fait potentiellement très dangereuses. Ce
sont des idées intéressantes, pourtant il est presque indiscutable
que le ralentissement de l’économie mondiale résulte d’une crise
financière systémique sévère et non d’une crise de longue durée
en matière d’innovation. […] Il faut donc répondre à une question : la principale cause du récent ralentissement est-elle une
crise de l’innovation ou une crise financière ? Peut-être un peu
des deux, mais le traumatisme économique des dernières années
est avant tout la conséquence de la crise financière, même si, pour
y remédier, il faut s’occuper simultanément des autres obstacles
à une croissance durable 1. » La difficulté à trouver des explications reste entière, avec ce bémol néanmoins que représentent
les conséquences de la grande falaise des brevets, des coûts liés
aux recherches de pétrole, de la tertiarisation accélérée et de ses
faibles gains en termes de productivité 2.
© Groupe Eyrolles
Ce débat lancé, l’important est de s’interroger sur ce que pourrait être un monde où l’innovation retrouve sa vigueur. Et, tout
d’abord, comment favoriser ce rebond ? C’est ce à quoi tente
de répondre Edmund Phelps 3. Les pays industrialisés doivent,
selon lui, rompre avec le corporatisme et les valeurs conservatrices. Relancer l’innovation et la productivité ne peut se faire
1. Kenneth Rogoff,“Crise de l’innovation ou crise financière ?”, Project Syndicate, décembre 2012, pp. 5-9.
2. Patrick Artus, Marie-PauleVirard, Croissance zéro, Fayard, 2015.
3. Edmund Phelps, Mass Flourishing: How Grassroots Innovation Created Jobs,
Challenge, and Change, Princeton University Press, 2013.
32
Un monde de violences
Mais imaginons un instant que la dynamique de l’innovation
reprenne son cours. Que se passerait-il ? Telle est la question
posée aux futurologues. Pour la plupart d’entre eux, le monde de
demain n’apparaît pas comme si idyllique. Pour Erik Brynjolfsson
et Andrew McAfee, Carl Frey ou Michael Osborne, Jeffrey Sachs
ou Laurence Kotlikoff, les victimes de ces éventuelles révolutions
industrielles seront nombreuses. Par exemple, Erik Brynjolfsson
© Groupe Eyrolles
sans adopter des valeurs de « modernité ». Ce prix Nobel, réputé
pour avoir montré qu’un retour à l’emploi ne signifie pas celui
de l’inflation, s’interroge sur la cause profonde de la baisse de
productivité qu’il date des années 1960 : le manque d’innovation.
En cinq décennies, cette absence n’a été démentie qu’à une seule
reprise, lors des années de la bulle Internet. Le constat vaut autant
pour l’Europe que pour les États-Unis. Une vraie reprise signifie
ainsi une remise en cause des hiérarchies établies, une inversion
des priorités au profit des entreprises, des start-ups et des investisseurs. Et ce, au détriment d’une approche étatiste et centraliste. Le
chantier à venir est, pour lui, aussi bien culturel qu’institutionnel,
et doit promouvoir les valeurs de modernité, d’aventure et de
découverte, faisant un pari sur l’homme et sa créativité. L’une
des originalités de son ouvrage Mass Flourishing est de décrire la
plupart des économies actuelles comme tributaires du corporatisme, un système dirigiste combinant capitalisme, solidarité et
tradition, né dans les années 1920, et ayant survécu à la deuxième
guerre mondiale. Il se définit par un secteur public prospère, des
réglementations en augmentation permanente, une importance
accrue des syndicats et des lobbys. La France, l’Italie et l’Espagne,
pays les plus corporatistes selon Phelps, ont ainsi des performances en termes de productivité et d’emploi très médiocres.
L’intervention excessive de l’État comme de toutes les institutions privilégiant le court terme, l’uniformité et la conformité
des mentalités, propagées par les réseaux sociaux, sont autant
d’obstacles à l’innovation. Edmund Phelps défend un capitalisme
nouveau fait d’aventure, de défi, d’exploration, d’individualité et
de dynamisme, en opposition aux valeurs de prévention, d’acquis
ou de précaution.
La grande panne du progrès technique
33
et Andrew McAfee 1 font un état des lieux de ce qu’ils appellent
le second âge des machines : voitures sans conducteur, super
ordinateurs qui battent des hommes à des jeux de connaissances,
robots qui effectuent des tâches complexes dans les usines, téléphones individuels plus puissants que les plus gros ordinateurs de
la génération précédente. D’où la nécessité de repenser le travail,
l’éducation et le rapport à la machine. Nous vivrions donc moins
une période de récession qu’une tourmente technologique
remodelant en profondeur le marché du travail, avec une phase
de transition forcément douloureuse.
© Groupe Eyrolles
Carl Frey et Michael Osborne 2 l’ont chiffrée. Ils évoquent la possibilité de la mise en péril de 47 % des emplois américains. Encore
plus inquiétant, Jeffrey Sachs et Laurence Kotlikoff 3 soulignent
que, en cas de hausse de la productivité, les futures générations
seraient les premières victimes, le remplacement des ouvriers par
des robots pouvant réorienter les revenus des premiers vers les
propriétaires des robots, dont la plupart seront à la retraite. On
imagine déjà la guerre des générations. Certes, cette inquiétude a
toujours existé, liée à un progrès technique qui impose une substitution du capital au travail, avec les conséquences d’adaptation
douloureuses que l’on sait. Les optimistes comme Alfred Sauvy
ont pu dire que les gains de productivité créeront de manière
directe et indirecte de nouvelles richesses et une demande, elle
aussi, grandissante, suscitant un rebond de croissance. La compensation entre effets positifs et effets négatifs se ferait ainsi au
bénéfice des premiers. Mais quand ? C’est toute la question et,
d’après Gordon ou Rogoff, elle n’est pas encore à l’ordre du jour
essentiellement préoccupé aujourd’hui par la stagnation.
1. Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, The Second Machine Age:Work, Progress,
and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies, W.W. Norton & Company, 2014.
2. Carl Benedikt Frey et Michael A. Osborne, “The Future of Employment:
How Susceptible Are Jobs to Computerization?”, OMS, working paper, 17 septembre 2013.
3. Jeffrey D. Sachs et Laurence J. Kotlikoff, “Smart Machines and Long-Term
Misery”, NBER, working paper, n° 18629, décembre 2012.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising