Frans 1 ,2 Examen VWO

Frans 1 ,2 Examen VWO
Frans 1,2
Examen VWO
Voorbereidend
Wetenschappelijk
Onderwijs
20
05
Tijdvak 2
Woensdag 22 juni
13.30 – 16.00 uur
Tekstboekje
500048-2-5t
Begin
Tekst 1
L’école buissonnière sous-estimée
1
5
10
15
2
20
25
3
lls arrivent en retard un jour sur deux.
Traînent dans les couloirs. Ou sèchent les
cours. Les élèves absentéistes ont mille et une
façons de se glisser entre les mailles du filet
scolaire. Faute de tenir suffisamment compte
de ces multiples signaux d’alerte, l’Education
nationale sous-estime totalement le nombre de
ces buissonniers récidivistes, guettés par le
décrochage et, parfois, par la délinquance.
Telle est la conclusion d’une enquête menée
récemment dans les collèges et lycées de
l’Essonne à la demande des ministères de la
Jeunesse, de la Justice et de la Ville. Environ
20% des jeunes ne correspondent pas au profil
du collégien régulier que l’enseignant aimerait avoir dans sa classe.
A en croire les statistiques officielles,
l’absentéisme ne concernerait que 1% des élèves. Dans un rapport daté de 1998, pourtant,
l’Inspection générale souligne que «l’absentéisme atteint aujourd’hui presque tous les
établissements – ce qui n’était pas le cas il y a
vingt ans – avec, assez couramment, des taux
de 12 à 15%. Les jeunes pensent que ce n’est
plus à eux de s’adapter aux exigences de
l’école, mais à nous de tolérer qu’ils arrivent
à 9 heures plutôt qu’à 8 heures. Les parents?
Ils ferment les yeux.»
A l’évidence, le mode de comptage de
30
35
40
l’Education nationale demande à être affiné.
Actuellement, seuls les élèves cumulant plus
de quatre jours d’absence non justifiée par
mois font l’objet d’un signalement au rectorat. Dans la plupart des cas, ces «zappeurs»
sont des garçons, issus de familles modestes
en provenance du Maghreb, d’Afrique noire
ou d’Europe de l’Est. «Voilà plus de quinze
ans que nous alertons l’Education nationale
sur la difficulté qu’éprouvent certains jeunes
à entrer dans la culture scolaire», déplore
Jacqueline Costa-Lascoux. Jusqu’aujourd’hui,
le ministère de l’Education nationale fait
toujours la sourde oreille.
«L’Express»
500048-2-5t
2
Lees verder
Tekst 2
Chez Fauchon1), les salariés sont payés
des kilos de cerises
Les salariés de Fauchon sont fauchés. Interpellée par les vendeurs en grève qui manifestaient ces derniers jours devant la prestigieuse boutique place de la Madeleine, la
clientèle cosmopolite et raffinée s’est aperçue
– avec stupeur – que la maison faisait parfois
son beurre sur le dos des salariés. Certains
employés, attachés à la maison depuis plus de
trente ans, gagnent aujourd’hui 1 200 euros
net par mois, soit presque l’équivalent de 2 kg
de cerises du Chili vendus par l’épicier de
luxe au prix exceptionnel de 290 euros la
livre! Car, si Fauchon ne badine pas avec la
qualité de ses produits, il soigne peu sa
cuisine sociale interne. Or «ce qui s’y passe
est impensable», assure Fabrice Charbonnier,
délégué syndical Force ouvrière. Rachetée il y
a trois ans par un groupe luxembourgeois,
l’entreprise refuserait d’appliquer les règles
élémentaires du droit social. La grille de
salaire ne correspond pas à celle prévue par la
convention collective. Le comité d’entreprise
n’est jamais consulté sur les décisions
stratégiques, en fonction de quoi les rumeurs
circulent: à terme, Fauchon deviendrait un
supermarché de luxe et les vendeurs seraient
remplacés par des caisses enregistreuses!
«Nous n’avons aucune revendication. Nous
demandons simplement l’application de la
loi», résume Fabrice Charbonnier.
«Marianne»
noot 1
500048-2-5t
Fauchon: de duurste delicatessenzaak van Parijs
3
Lees verder
Tekst 3
Contraception: la pilule reste difficile à avaler
1
5
10
2
15
20
25
3
30
Martin Winckler ne cesse pas d’être en
colère. C’est que le chiffre des interruptions
volontaires de grossesse (IVG) est très élevé,
ce qui en dit long sur les lacunes de la
contraception en France. Selon une enquête
2)
réalisée par l’Inserm , on compte près de
200 000 IVG par an (dont 7000 concernent
des jeunes et 11 000 sont dues à un oubli de
pilule). Un chiffre qu’il faut compléter avec
l’estimation des naissances non planifiées, qui
tourne aux alentours de 20% des 760 000
naissances annuelles en France. Si bien que
l’on arrive à plus de 350 000 grossesses non
désirées!
Une cinquantaine d’années après la
délivrance de la première pilule en France,
comment en sommes nous encore là? Et à qui
la faute? «Par manque d’information et de
fausses informations», avance Martin Winckler, généraliste et auteur de Contraceptions,
mode d’emploi, dont le succès a conduit à une
réédition enrichie des réponses aux très
nombreuses questions des lectrices de la
première version, ainsi qu’à celles posées sur
son site Internet.
«Qui détient ou plutôt retient l’information?, demande Martin Winckler. Qui conseille mal les ministres quand ils décident de
lancer une information d’ampleur nationale?
Qui souffle aux journalistes des magazines
féminins des réponses incomplètes ou terroristes aux questions de leurs lectrices? Les
médecins, répond-il, par manque d’informa-
35
4
40
45
5
50
55
6
60
65
tion, par intérêt personnel ou désintérêt pour
les patientes.»
Dans sa pratique de médecin, il n’est pas
rare que Martin Winckler rencontre des étudiants en sixième année de médecine ou des
stagiaires en hôpital qui n’ont eu, «en tout et
pour tout, que deux heures de cours sur la
contraception, 8 la plupart des questions
des femmes qui consultent leur médecin
tournent autour de la fécondité et de la
sexualité; que ce soit la leur, celle de leur
mari ou de leurs enfants».
Paradoxe de notre société soi-disant sans
tabous, où les corps s’exposent aux devantures des kiosques, la contraception ne fait
recette ni dans la presse ni dans les médias.
Quand ceux-ci s’intéressent à la sexualité,
c’est plutôt pour parler performances, sida et
MST (maladie sexuellement transmissible).
«Il n’est bien sûr pas question de critiquer ce
qui est fait pour lutter contre le sida, relève
Martin Winckler, mais la première conséquence d’un rapport hétérosexuel, ce n’est
pas le sida mais la grossesse!»
La sexualité est l’activité humaine la plus
vieille du monde; la contraception, elle,
évolue. Recycler ses connaissances n’est donc
pas superflu, surtout quand on a la charge de
jeunes. Contraceptions, mode d’emploi est un
livre-outil destiné aux médecins, éducateurs,
parents, infirmières scolaires. Il comporte un
quiz en début d’ouvrage: 45 questions sur la
contraception. Répondez-y et vous saurez très
vite si ce livre vous concerne.
«Le Monde de l’éducation»
noot 2
500048-2-5t
Inserm = Institut national de la santé et de la recherche médicale
4
Lees verder
Tekst 4
Exposition
Cocteau, l’éternel retour
Sur le fil du siècle
Celui qui avouait que pour lui le «trop n’était jamais assez» est
bien l’enfant terrible de la scène culturelle de la première moitié
du 20e siècle! Ecrivain, poète, peintre, décorateur, agitateur
d’idées, cinéaste, Jean Cocteau (1889-1963) a accompagné
presque tous les mouvements artistiques nés autour de la
Première Guerre mondiale.
L’exposition que lui consacre le Centre Pompidou se voit comme
un hommage en noir et blanc à la gloire de l’auteur des «Enfants
terribles». Animées ou non, les images défilent, crépitent pendant
que retentit la voix métallique de l’académicien. Ou encore
l’ironique et tendre musique d’Erik Satie, qui rappelle combien
Cocteau a aussi été mêlé à la scène musicale de son temps. Sur
les murs, la farandole de ses dessins laisse deviner une
imagination sans arrêt sur la brèche. Rapide, léger, son crayon ne
s’en épuise pas moins à tenter de suivre celui, nettement plus
inspiré, de Picasso. Cocteau le magicien n’arrive vraiment à
passionner l’œil que dans les charges ou les comptes rendus
érotiques dont on n’a, au Centre Pompidou, qu’une version trop
épurée…
Le défaut de cette manifestation – qu’il faut néanmoins aller voir
–, c’est d’avoir quasiment fait l’impasse sur toute une partie de
l’activité artistique de Cocteau. L’auteur du «Sang d’un poète» a
été un infatigable créateur de céramiques et l’inspirateur d’un
style élégant, gracieux, qui, dans les années 40 et 50, a revivifié
l’art décoratif hexagonal. De tout cela l’exposition ne parle guère.
«Le Point»
500048-2-5t
5
Lees verder
Tekst 5
Jean-Paul Guerlain:
«Un parfum, c’est toujours
une histoire d’amour»
C’est l’image, ou plutôt l’arôme, de la France, une certaine idée du raffinement et de la
sensualité: la «maison Guerlain». S’il s’éloigne maintenant de sa maison sans laisser
d’héritier, Jean-Paul Guerlain n’a pas pour autant renoncé à ses rêves de roses et de
narcisses.
– C’est la fin d’une dynastie, née en 1828,
année où votre ancêtre Pierre-François
Pascal Guerlain a lancé son affaire.
– Oui. A cette époque, on sortait du Moyen
Age! Les produits relevaient plus de la
droguerie que de la parfumerie. Et, tout à coup,
les femmes se sont émancipées, les magasins se
sont multipliés et, simultanément, on a appris à
extraire des fleurs leur principe odorant. A
Grasse, on fabriquait depuis longtemps des
huiles essentielles en les tirant du jasmin, de la
rose, du narcisse… Et puis un jour on a
commencé à utiliser des produits de synthèse.
C’était 12 : un parfum conçu comme une
o
architecture d’odeurs, comme N 5 de Chanel,
Arpège de Lanvin.
– Vous, vous êtes arrivé dans cette
histoire un peu par hasard.
– Oui. Mes parents ne me destinaient pas à
la parfumerie. Mais je vivais dans un milieu qui
était attiré par ce qui est beau et bon. Mon
premier souvenir olfactif, c’est celui de la tarte
aux fraises que ma mère avait préparée pour
mes 4 ans, en 1941, dans l’appartement parisien
qui venait d’être réquisitionné par les
Allemands. 13 m’émeut toujours. Un jour
de 1955, dans son usine de Courbevoie, mon
grand-père m’a mis au défi de reconstituer le
parfum du narcisse, dont on avait perdu un
flacon d’essences. J’ai mélangé produits de
synthèse et essences naturelles, narcisse, feuille
de violette, jasmin… Cela sentait si bien le
narcisse, que mon grand-père a cru que j’avais
retrouvé le flacon perdu. 14 je fus sacré
parfumeur.
– La légende raconte que vous avez mémorisé plus de 3 000 odeurs…
– Je n’en tire aucun titre de gloire.
D’ailleurs, ce n’est pas le nombre d’ingrédients
qui fait la valeur d’un parfum. Les parfums
15 ne comportent pas plus d’une dizaine de
produits. On reconnaît du reste un Guerlain à sa
signature: un accord composé autour de la fève
3)
tonka , de l’iris, de la rose, du jasmin, de la
vanille, présent dans toutes nos créations.
– Avez-vous une philosophie de la parfumerie?
500048-2-5t
– Pour moi, la parfumerie, c’est une forme
de poésie, de romantisme. J’ai toujours
composé un parfum en pensant à une femme, et
non pas au marché. Là est la différence entre le
grand parfum et celui qui ne dure qu’un an:
16 . Il faut que, dans l’ascenseur qui le
mène à sa petite amie, l’homme amoureux soit
touché par son odeur. Le parfum, c’est
l’expression de la sensualité, l’odeur de la
femme aimée le matin sur l’oreiller… C’est la
forme la plus intense du souvenir.
– Vous n’êtes pas seulement un passionné.
Vous êtes un vrai drogué au parfum.
– C’est une drogue, en effet. Où que je sois,
j’ai un dictaphone auquel je confie mes idées,
et une petite bande sur laquelle je dépose une
odeur. Je me réveille souvent au milieu de la
nuit pour travailler. Et j’ai toujours avec moi
un flacon et un peu du parfum en cours sur la
main. Un de mes rêves aurait été de faire de la
haute parfumerie comme on dit la haute
couture: des parfums créés pour une seule
femme. Or, c’est 17 , peu compatible avec
les lois du marché et la concurrence…
– Même sans la maison Guerlain, vous
continuerez donc à 18 des parfums.
6
Lees verder
– Evidemment! Je n’arrêterai jamais.
Heureusement, je l’ai constaté avec mon grandpère jusqu’à ses derniers instants, l’odorat est
l’un des sens qui ne faiblit pas avec l’âge. C’est
une histoire d’amour, vous dis-je. Ah…
(Soudain inquiet, il fouille dans la poche de sa
veste.) Où donc ai-je mis mon flacon?
«L’Express»
noot 3
500048-2-5t
la fève tonka = de tonkaboon, waarmee men vroeger snuiftabak geurig maakte, thans in de
parfumerie gebruikt
7
Lees verder
Tekst 6
Inflation de livraisons
«Repassez cet après-midi, on m’aura livré votre médicament»:
voilà la phrase préférée des pharmaciens depuis quelques
années. Les pharmaciens pratiquent désormais zéro stock, ce qui
implique deux ou trois livraisons par jour. On imagine la ronde
des camionnettes qui s’ensuit. Outre les pharmaciens, de
nombreux autres commerces ont pris le pli de la livraison
plusieurs fois par jour, tout simplement parce qu’elle coûte
moins cher que la location d’un dépôt.
En ville, la livraison de marchandises devient infernale.
Ainsi, rien qu’à Paris, 200 000 tonnes sont livrées ou enlevées
chaque jour. Et le volume a doublé en dix ans! Les emballages,
en effet, sont de plus en plus volumineux, car on vend beaucoup
plus de produits conditionnés en petites quantités. Autre
phénomène qui prend de l’ampleur: la livraison à domicile des
produits ménagers et alimentaires est appelée à doubler dans les
dix ans grâce au commerce électronique. Bref, les véhicules de
livraison occupent désormais 20% des rues de nos cités.
«Le Point»
500048-2-5t
8
Lees verder
Tekst 7
Les méduses auvergnates à l’assaut des plages
1
5
2
10
15
20
25
3
30
35
4
40
45
C’était le signal des vagabondages. Lorsqu’on chaussait ces sandales en plastique
transparent, on savait que l’on avait désormais quartier libre. Supposées nous protéger
contre tous les mauvais coups de la plage,
elles constituaient l’aide indispensable pour
partir à l’assaut des rochers, du sable et des
vagues.
Une soixantaine d’années après leur
invention, les méduses, qui n’ont
trouvé ce nom que
dans les années 80,
sont toujours là.
Elles ont pris des
couleurs – rouge,
bleu, jaune fluo –
se sont mis des
paillettes, se sont
même parfumées.
Mais pour l’essentiel elles n’ont pas
changé et elles sont toujours fabriquées par la
même entreprise familiale, Plastic Auvergne,
dans un hameau perdu au cœur de l’Auvergne,
Les Sarraix.
C’est là que le coutelier Jean Dauphant
imagina en 1946 de fabriquer des manches de
couteau en plastique plutôt qu’en corne, en
bois ou en écaille. Comment eut-il l’idée,
avec ses fils, de faire des chaussures en plastique? La nécessité sans doute. A la fin de la
guerre, on manque encore de nourriture, de
vêtements et aussi de chaussures, faute de
cuir.
Prenant une semelle de galoche 4), les
Dauphant remplacent le cuir par du plastique.
Puis ils imaginent de fabriquer une chaussure
entièrement dans cette matière. Les essais se
révèlent positifs. Très vite, l’entreprise de
coutellerie se transforme en fabricant de
chaussures. Avec un modèle unique: une
semelle faite en plastique dur et transparent
sur laquelle sont fixées des lanières 5). Elle
devient vite la sandale des congés payés et
surtout celle de l’AOF (Afrique occidentale
50
5
55
60
65
6
70
75
80
7
85
90
française). L’entreprise y réalise alors 80% de
son chiffre d’affaires. «C’est l’Afrique qui a
permis le développement de l’entreprise»,
assure Marc Paslier, petit-fils du fondateur et
actuel président de la direction.
La croissance s’arrête brutalement avec la
décolonisation, les nouveaux Etats indépendants ayant adopté des tarifs de douane
excessifs sur les produits importés. Pour
survivre, l’entreprise est obligée de tout
repenser et de partir à la conquête de la
France. Pour les marchés africains, elle
mettait en avant le bas prix et la résistance de
ses méduses. Pour le marché français, elle
vante la sécurité et l’hygiène. Parallèlement,
l’entreprise se lance dans les bottes, bottillons, sabots de jardin, chaussures de sécurité
en plastique pour ne plus dépendre que des
productions d’été. «La transition s’est faite en
moins de deux ans», assure M. Paslier, «et
malgré tout, les méduses restent le produit de
base de l’entreprise.»
A la fin des années 70, tout se gâte. Le
brevet 6) de la méduse est tombé dans le
domaine public. Les copies abondent, particulièrement en provenance du Sud-Est asiatique
et de l’Italie, à des prix extrêmement compétitifs. C’est l’époque aussi où la troisième
génération prend la direction de l’entreprise
familiale, et pense à des produits plus jeunes,
plus «mode», pour faire la différence avec la
concurrence. Les méduses, dont Plastic
Auvergne est le leader européen, se sont
mises aux couleurs, elles ont adopté des
petites fleurs au milieu du pied, et les bottines
se sont faites vernies, écossaises ou imitation
léopard: «des modèles qui plaisent beaucoup
au Japon.»
Aujourd’hui, l’entreprise emploie 300
personnes et fabrique 80 modèles de chaussures différents. Elle est le premier fabricant
européen de la chaussure en plastique, et
réalise 38% de son chiffre d’affaires à
l’étranger. Mais l’entreprise, strictement
familiale, reste très discrète sur ses résultats.
«Le Nouvel Observateur»
noot 4
la galoche = de overschoen
noot 5
la lanière = de riem, de band
noot 6
le brevet = het octrooi, het patent
500048-2-5t
9
Lees verder
Tekst 8
Insécurité: les recettes hollandaises
Avec un savant dosage de prévention et de répression, les Néerlandais ont fait chuter les chiffres de la
délinquance. Voici comment.
1
5
10
15
20
25
2
30
35
40
45
3
50
500048-2-5t
Déjà 23 heures.
Rachid Douiyeb enfile
sa veste et disparaît
dans une ruelle. La nuit
est tombée sur «Parabole City», une barre
d’immeubles à l’ouest
d’Amsterdam, qui doit
son surnom aux antennes paraboliques fixées
sur les balcons. Sept
jours sur sept, les pères
marocains du quartier
organisent une ronde de
nuit. «On réprimande
les jeunes qui traînent
dehors, raconte Rachid,
28 ans. S’il le faut, on
les ramène chez eux.»
En Hollande, ces pères couche-tard sont
soutenus par la mairie, qui paie leur uniforme,
et l’agence immobilière, qui prête un local.
Résultat: la petite délinquance a chuté de
moitié en quatre ans. Et le programme vient
de recevoir le prix pour la prévention de la
criminalité décerné par la Commission
européenne.
Miracle ou mirage néerlandais? Proclamés
champions d’Europe de la tolérance – ils ont
légalisé l’euthanasie, la prostitution, le mariage homosexuel – les Pays-Bas se distinguent
aujourd’hui par une politique audacieuse et
inventive en matière d’urbanisme et de
sécurité dans les banlieues: pas de solution
miracle, mais une addition de mesures modestes, au cas par cas. «Ils ont dix ans
d’avance sur la France, assure Laurent
Ghékière, directeur de l’Observatoire européen du logement social et d’une mission à
l’Union nationale HLM. Leur parc social, bon
marché et abondant, est devenu très
attrayant.» Au moment où la France est
impliquée dans une campagne électorale
cristallisée sur l’insécurité, certains élus se
précipitent aux Pays-Bas, comme on va en
pèlerinage à Lourdes. En quête de recette, le
maire RPR de Mantes-la-Jolie (Yvelines),
Pierre Bédier, a récemment visité ce
laboratoire social. Il en est revenu bluffé.
La
cité
Bijlmermeer,
au
sud-est
d’Amsterdam. Les principales barres d’im-
55
60
65
70
4
75
80
10
meubles, dignes
La cité Bijlmermeer, au
des plus beaux
sud-est d’Amsterdam. La
programmes staville y a lancé un vaste
liniens, ont déjà
projet de réhabilitation.
été détruites. Des
mères rentrent du marché. Elles ont toujours
vécu ici, malgré le chantier. Malgré tout.
Trafic de drogue, agressions, vols: en 1995,
66% des habitants déclaraient ne pas se sentir
en sécurité. Conçue comme la «ville du futur»
à la fin des années 1960, Bijlmermeer n’a
attiré que les plus pauvres: immigrés des
Antilles néerlandaises et du Surinam, ouvriers
et clandestins. Dans certains immeubles, le
chômage atteignait 80%. «Un échec total de
mixité sociale, soupire Robert Laferink,
sociologue et directeur du bureau de
rénovation. Chaque année, 20% des habitants
quittaient les lieux.»
Du coup, la ville a lancé un vaste projet de
réhabilitation: 6 500 appartements détruits
d’ici à 2009, pour 7 400 logements neufs.
Coût du lifting: 2,3 milliards d’euros. Et ce
n’est pas tout. Gros plan sur les cages
d’escalier, les ascenseurs, les locataires: 125
caméras de surveillance fonctionnent vingtquatre heures sur vingt-quatre. Elles seront
335 en juillet. Leur prix: 2 millions d’euros.
Les habitants, eux, ont fini par s’habituer.
Bien obligés. Ce qui les rassure davantage,
c’est la présence de 150 «gardiens de ville»,
des chômeurs recrutés pour patrouiller. Ils
signalent le moindre incident à la police par
Lees verder
85
5
90
6
95
téléphone portable. Le succès est tel qu’une
organisation nationale des gardiens de ville
regroupe aujourd’hui 2 500 personnes dans
150 villes néerlandaises.
Les Pays-Bas sont l’un des seuls pays
d’Europe où le policier, le maire et les organismes de logement social travaillent vraiment main dans la main. En France, toutes les
décisions sont prises d’en haut, de Paris.
Parmi les recettes néerlandaises: les petites
annonces HLM consultables sur Internet; le
koop-huur, une formule originale qui permet
au locataire de devenir propriétaire de son
logement, tout en restant locataire des parties
communes; et, plus innovant, le label sécurité
100
105
7
110
à Enschede, une ville de 150 000 habitants: la
police visite gratuitement les maisons. Quelques jours plus tard, elle envoie un diagnostic
au propriétaire, accompagné d’une liste
d’entreprises de sécurité. L’installation des
verrous et du système d’alarme terminée, le
riverain colle sur sa porte une vignette. Et ça
marche, les cambriolages ont chuté de 33% en
un an.
Les recettes néerlandaises sont-elles
exportables? Tout n’est pas parfait. Aux PaysBas, on s’occupe plus des effets néfastes du
trafic de drogue sur les habitants que du trafic
lui-même. En revanche, il faut s’inspirer du
pragmatisme des Bataves.
«L’Express»
500048-2-5t
11
Lees verder
Tekst 9
Les «économiques» arrivent en ville
PORTE DE SAINT-OUEN. Jusqu’à présent cantonnées à la périphérie de la capitale, les chaînes d’hôtellerie
économique arrivent dans Paris intra-muros. Un hôtel Formule 1 ouvrira ses portes dans le XIVe arrondissement.
5
10
15
20
500048-2-5t
Jusqu’à maintenant, les grandes chaînes
d’hôtels dans la catégorie économique se
contentaient de la périphérie de Paris, loin du
centre. Les établissements phares, Formule 1
et Etap-Hôtel, trônent un peu partout autour
de la capitale. Mais depuis quelques mois ils
ont implanté, porte de Saint-Ouen, un mur de
petites fenêtres qui ne cache pas moins de 800
chambres. «Il y a un marché puisque ces deux
adresses totalisent 85% de taux d’occupation
sur l’année», constate un professionnel, en
indiquant le critère principal de réussite d’une
nouvelle adresse…
Un beau résultat, mais sans doute aux
dépens des petits hôteliers indépendants des
arrondissements voisins. C’est en tout cas
l’inquiétude exprimée par la chambre
syndicale de l’hôtellerie parisienne. «Les
hôtels situés en dehors de Paris ne payent pas
de taxe de séjour. Cela peut représenter quand
même 10 000 euros par an pour un 2 étoiles
de 32 chambres. Or, intra-muros, nous
supportons en plus des charges foncières
lourdes et nous n’avons pas les facilités de
25
30
35
40
45
stationnement de la banlieue», précise
Bertrand Lecourt.
Mais ces «petits» inconvénients n’arrêtent
pas la chaîne Accor qui lance plusieurs
nouvelles affaires de plus en plus près du
centre-ville. La chaîne investit en force. Les
hôteliers parisiens ont alerté en vain les
responsables locaux pour refuser l’accès à ce
concurrent. Mais les instances économiques
nationales ont tranché. «La concurrence a du
bon, affirme Didier Gros, directeur général du
pôle économique du groupe Accor. Tous les
hôtels vont devoir faire des efforts de mise
aux normes et cela permettra à tout le monde
de faire face à la demande.» Les chiffres, pour
le moment, lui donnent raison. La demande de
clientèle progresse de 3% par an sur Paris. Le
nombre de chambres a augmenté de 1%. Mais
Didier Gros ne cache pas ses ambitions: il a
encore cinq projets d’établissements de 150 à
200 chambres dans ses cartons. Rien que pour
Paris.
«Le Monde»
12
Lees verder
Tekst 10
Les Français et la musique classique
L’Express et Classica les ont interrogés sur leurs goûts musicaux. Leurs réponses sont
surprenantes.
E
o
tonnant et déroutant, tel apparaît ce
sondage Classica-L’Express qui essaye
de mieux comprendre le rapport des
Français avec la musique classique. Première
surprise: les Français préfèrent la musique
classique à la pop (39% contre 30%). Quand on
sait qu’un disque classique ne se vend en
moyenne qu’à 2000 exemplaires, il y a de quoi
s’étonner. Moins surprenant: la séparation des
générations. Seulement 11% des 15-24 ans sont
fans de classique, contre 71% des plus de 65
ans.
Seconde surprise: une écrasante majorité
juge la musique classique accessible, belle,
reposante et moderne, même si 60% des 15-24
ans la trouvent dépassée. Pourtant, quand on
apprend que les trois œuvres préférées des
Français restent Les Quatre Saisons de Vivaldi,
le Boléro de Ravel et la Symphonie n 9 de
Beethoven, on mesure la portée réelle de leur
connaissance du répertoire. Mais, s’ils aiment a
priori la «grande musique», ils la fréquentent
beaucoup moins: 35% en écoutent peu ou
jamais, 80% n’ont pas assisté au moindre
concert ou opéra depuis deux ans. Ici, l’âge du
spectateur ne joue pas: parmi eux, 12% des 1524 ans et 11% des 50-64 ans. Le prix des places
(même si un match de foot coûte aussi cher
qu’un concert symphonique), mais aussi le
cérémonial du concert sont certainement des
problèmes à résoudre. Car une manifestation
comme La Folle Journée à Nantes prouve que la
musique classique peut conquérir un nouveau
public si on la présente avec audace et
originalité.
«L’Express»
500048-2-5t
13
Lees verder
Tekst 11
Le défi de l’e-enseignement
2
10
15
20
3
25
30
35
1
5
On l'appelle une «cyberprof». Christine
Guérin corrige de son domicile de la région
parisienne les devoirs d'anglais d'une dizaine
de lycéens de Guyane, de Russie ou d'ailleurs,
inscrits au campus électronique du Centre
national d'enseignement à distance (CNED).
Les «cyberpotaches» rédigent leur texte sur
leur PC et le transmettent à l'enseignante, qui
effectue ses corrections directement sur écran.
4
40
45
L'enseignement en ligne est en marche, il
va révolutionner le monde de l'enseignement
et de la formation professionnelle. Des EtatsUnis à la Chine, de l'Europe à l'Afrique, les
cours en ligne sont en train de conquérir la
Toile depuis la fin des années 90. Le campus
électronique a enregistré 1 million de connexions l'an dernier en France, contre 35 000
il y a seulement deux ans. La plupart des
grandes écoles de commerce françaises proposent aujourd'hui des formations diplômantes sur le Web pour les étudiants et les salariés.
Après le cédérom et la vidéoconférence,
l'enseignement sur la Toile marque une
nouvelle étape vers une école sans obstacles
et taillée sur mesure, où chacun peut choisir le
moment, le lieu et le contenu de ce qu'il
souhaite apprendre. Seul problème: comment
instaurer une véritable relation pédagogique
sans la présence physique du professeur? Les
enseignants qui répondent, corrigent et conseillent l'élève de l'autre côté du Web sont
encore peu nombreux en France. Ce face-àface virtuel effraie les professionnels de
l'éducation formés dans la grande tradition de
l'«école sanctuaire», pour qui les fameuses
NTIC – nouvelles technologies de l'information et de la communication – demeurent un
sigle barbare.
Pour l'heure, le ministère de l'Education
nationale tente surtout de mettre de l'ordre
dans la jungle d'initiatives commencées ça et
là et de définir une stratégie globale face à la
gigantesque bataille commerciale qui s'engage, Anglo-Saxons en tête. Mondialisation
oblige.
«L’Express»
500048-2-5t
14
Lees verder
Lees bij de volgende teksten steeds eerst de vraag voordat je de tekst zelf raadpleegt.
Tekst 12
Alerte, la France grossit!
E
st-ce la fin du «French paradox», de
cette exception française qui conciliait
bonne chère et sveltesse? La dernière
enquête épidémiologique ObEpi sur l’obésité
confirme une fâcheuse tendance. La population
grossit à une cadence effrayante d’environ 6%
par an. «Si ce processus persistait, le pays
connaîtrait, en 2020, la situation actuelle des
Etats-Unis, où près de 30% de la population
adulte est atteinte», explique Arnaud
Basdevant, chef du service de nutrition de
l’hôpital de l’Hôtel-Dieu (Paris). Actuellement,
1 Français sur 10 est obèse et 1 sur 3 présente
un surpoids.
Chez les enfants, les cas d’obésité ont
triplé en seulement dix ans (15% d’entre eux
sont touchés). «Ils grossissent vite, au rythme
de la mondialisation, et risquent davantage de
développer, surtout à l’âge adulte, un diabète
grave, des complications artérielles, cardiovasculaires ou mécaniques», souligne Arnaud
Basdevant. Chez les plus de 65 ans, l’augmentation est nette également, et particulièrement
inquiétante. «Vu le vieillissement de la population, cette catégorie va occuper, à l’avenir,
une place plus large».
La surcharge pondérale n’épargne maintenant aucune région, ni aucune profession. En
1997, le Sud-Est et l’Ile-de-France étaient peu
affectés. Aujourd’hui, ces zones ont un taux de
progression énorme (voir les cartes). De même,
voilà six ans, le phénomène touchait plutôt les
artisans, commerçants, ouvriers et agriculteurs.
Désormais, l’évolution de la maladie est comparable dans toutes les catégories socioprofessionnelles. Ainsi, 8,3% des personnes obèses
sont des cadres supérieurs ou des professions
libérales.
En fait, quelles sont les causes de cette
épidémie galopante? Une première réponse est
apportée par l’enquête ObEpi. L’étude révèle
une amélioration de l’équilibre nutritionnel
chez les 45 à 60 ans. Cette tranche d’âge mange
plus de yaourts, de fruits et de soupes et
consomme un peu moins de produits riches en
matières grasses. Un bon point. Mais la part des
laitages et sucreries reste encore trop élevée.
Mais la nourriture n’est pas le seul facteur. C’est l’inadéquation entre nos habitudes
alimentaires et notre mode de vie qui est en
cause. Ainsi, la forte progression de l’obésité
chez les personnes âgées et les enfants
s’explique essentiellement par le nombre
d’heures passées devant la télévision ou les
jeux vidéo. Alors qu’il suffirait de marcher
trois quarts d’heure par jour pour réduire de
moitié la tendance à grossir.
«Phosphore»
500048-2-5t
15
Lees verder
Tekst 13
Incendies:
plus de 1000 hectares de
forêt détruits dans le Var
Samedi 26 juillet au matin, les pompiers
luttaient toujours contre les incendies qui
se sont déclarés la veille dans le massif
de l’Estérel (Var). Le feu a pris naissance, en début d’après-midi de vendredi, dans un quartier résidentiel de
Fréjus. Sous l’effet d’un vent tourbillonnant, l’incendie a progressé en
direction de Saint-Raphaël.
De manière préventive, des campings et des villas situés à proximité
d’Agay ont dû être évacués. Environ
mille pompiers du Var et des AlpesMaritimes sont mobilisés; ils ont été
aidés, dans la journée, par les bombardiers d’eau, qui multiplient les rotations.
Un feu qui avait pris naissance en
bordure d’une route nationale a aussi
détruit 20 hectares de forêt à Figanières,
au nord de Draguignan, le vendredi 25
juillet.
En Corse, une reprise de feu dans
la région de Sisco, dans le cap Corse, a
détruit près de 300 hectares de gros
maquis, tandis que l’incendie né il y a
dix jours dans la vallée de la Gravona
semble aujourd’hui maîtrisé, après avoir
ravagé plus de 3000 hectares. – (AFP.)
«La Provence»
Einde
500048-2-5t
16
Lees verder
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising