Agenda 21 local : un engagement communal sur la voie du

Agenda 21 local : un engagement communal sur la voie du
Agenda 21 local :
un engagement communal sur la voie
du développement durable
Laurence Lambert
Juillet2005 – Etude n°1
étopia_
1
TABLE DES MATIERES
i. LISTE DES ABREVIATIONS ET DES SIGLES
4
TA BLE D ES M A TIER ES
1
0
A V A N T-PR O PO S
6
1
IN TR O D U C TIO N
6
2
STR U C TU R E ET M ETH O D O LO G IE
7
3
H ISTO R IQ U E D U D EV ELO PPEM EN T D U R A BLE
8
4
D EV ELO PPEM EN T D U R A BLE,A G EN D A 21 ET A G EN D A 21 LO C A L (A 21L)
9
5
6
4.1
G ÉN ÉRA LITÉS
9
4.2
PRIN CIPES G ÉN ÉRA U X D U D ÉV ELO PPEM EN T D U RA BLE
9
4.3
D ÉM O CRA TIE ET G O U V ERN A N CE :U N PRO CESSU S D E D ÉCISIO N CO LLECTIF
10
4.4
D ÉV ELO PPEM EN T D U RA BLE :D U CO N CEPT CO N SEN SU EL À LA SO U TEN A BILITÉ FO RTE
11
4.5
LES IN D ICA TEU RS D U D ÉV ELO PPEM EN T D U RA BLE
11
4.5.1
Les indicateurs du développem entdurable globaux
12
4.5.2
Les indicateurs du développem entdurable locaux
13
4.6
A G EN D A 21 ET A G EN D A 21 LO CA L
14
4.7
A G EN D A 21 LO CA U X EN R EG IO N W A LLO N N E :SITU A TIO N A CTU ELLE
15
D ES PISTES PO U R U N C A N EV A S D ’A G EN D A 21 LO C A L
17
5.1
A G EN D A 21 LO CA L :LES ETA PES-CLES
17
5.2
R EFEREN CES D E M ETH O D O LO G IE
19
5.2.1
La déterm ination politique à agir en faveur du développem entdurable :porter le projet
19
5.2.2
U n responsable du projetm otivé,convaincu etconvaincantpour une efficacité m axim ale
20
5.2.3
La sensibilisation des élus etservices adm inistratifs
20
5.2.4
U ne Cellule interne « développem entdurable »
20
5.2.5
U n (des)partenaire(s)associé(s)pour l’accom pagnem entdu projet
21
5.2.6
L’étatdes lieux ou auditlocal
21
5.2.7
Sensibilisation/form ation du public au développem entdurable etcom m unication
22
5.2.8
Lancem entdu partenariat
22
5.2.9
L’organisation de la participation
22
5.2.10
Rédaction de l’Agenda 21 local
23
5.2.11
Consultation de la population
23
5.2.12
Validation de l’Agenda 21 localpar les services com m unaux
23
5.2.13
Validation de l’Agenda 21 localpar le Conseilcom m unal
24
5.2.14
Publication de l’Agenda 21 localetcom m unication
24
5.2.15
Evaluation etsuivi
24
U N E M U LTITU D E D ’A C TIO N S ET D ES PR O PO SITIO N S C O N C R ETES
25
étopia_
6.1
U N E D EM O CRA TIE FO RTE – V ERS LE REN FO RCEM EN T D E LA PA RTICIPA TIO N
6.2
EN V IRO N N EM EN T ET ÉCO N O M IE :IN TÉG RER L’EN V IRO N N EM EN T PO U R A SSU RER U N E EFFICA CITÉ
ÉCO N O M IQ U E
2
25
26
6.2.1
M ieux gérer le territoire
26
6.2.2
U n habitatdurable
27
6.2.3
G estion des ressources etachats publics
29
6.2.4
D échets
31
6.2.5
Transports etm obilité
33
6.2.6
Entreprises (etagriculture)etem ploi
34
6.2.7
Tourism e etloisirs
34
6.3
SO LID A RITE ET EN V IRO N N EM EN T :IN TEG RER L’EN V IRO N N EM EN T D A N S LES PO LITIQ U ES SO CIA LES ET
CU LTU RELLES
34
6.3.1
Education à l’environnem ent/Sensibilisation
35
6.3.2
Relations extérieures etcoopération internationale
36
6.3.3
D im ension culturelle etéquité sociale
37
6.4
N A TU RE ET EN V IRO N N EM EN T
38
6.4.1
G estion des ressources naturelles/conservation de la biodiversité
38
6.4.2
Pollutions diverses etrisques
38
6.5
ET BIEN D ’A U TRES A CTIO N S ET PRO JETS IN TERESSA N TS …
7 LES O U TILS M IS A D ISPO SITIO N D ES C O M M U N ES A V A LO R ISER D A N S U N A G EN D A 21
LO C A L
7.1
O U TILS PRO G RA M M A TIQ U ES EX ISTA N TS A U SERV ICE D E L’A G EN D A 21 LO CA L
7.1.1
O utils com m unaux m is à la disposition par la Région wallonne
39
40
40
40
7.1.1.1
Schém a de Structure com m unal(SSC)
40
7.1.1.2
Program m e com m unalde D éveloppem entrural(PCD R)
41
7.1.1.3
Plan d’A ctions locales pourla M aîtrise de l’Energie (PA LM E)
42
7.1.1.4
Plan Bois-Energie etD éveloppem entrural(PBE& D R)
43
7.1.1.5
Com m unes actives pourla prom otion du chauffe-eau solaire :Soltherm
43
7.1.1.6
Plan com m unal(intercom m unal)de M obilité (PCM )(PICM )
44
7.1.1.7
Plan de D éplacem ents scolaires (PD S)
45
7.1.1.8
Plan Com m unalde D éveloppem entde la N ature (PCD N )
45
7.1.1.9
Plan com m unaldu Logem ent(PCL)(ancrage com m unal)
46
7.1.1.10
7.1.2
7.1.2.1
7.1.3
A gence de D éveloppem entlocal(A D L)
Autres
Fonds socialeuropéen
Les initiatives com m unales
47
47
47
48
7.1.3.1
Plan com m unald’A m énagem ent(PCA )
48
7.1.3.2
U rbanism e au niveau com m unal:Le Règlem entcom m unald'U rbanism e (RCU )
48
7.1.4
Les initiatives trans-com m unales
49
7.1.4.1
Parc naturel
49
7.1.4.2
Contratde Rivière
50
étopia_
7.1.4.3
7.2
3
Leader+ (Liaison entre A ctions de D éveloppem entde l’Econom ie Rurale)etG roupe d’A ction locale (G A L)
51
LES IN ITIA TIV ES PRO PRES A U X C O M M U N ES EN FA V EU R D ’U N D EV ELO PPEM EN T D U RA BLE
53
7.2.1
Les m archés publics « verts »
53
7.2.2
Consom m ation responsable
54
7.2.3
Systèm e de M anagem entenvironnem ental(SM E)
55
7.2.4
Soutien des éco-zonings
56
8 EN W A LLO N IE,U N E EX PER IEN C E U N IQ U E D ’U N E D EM A R C H E A G EN D A 21 LO C A L :
O TTIG N IES/LO U V A IN -LA -N EU V E
8.1
LE CO N TEX TE
57
57
8.2
LES Q U A TRE D IM EN SIO N S D U D ÉV ELO PPEM EN T D U RA BLE :ÉCO N O M IQ U E,SO CIA LE,EN V IRO N N EM EN TA LE ET
57
D ÉM O CRA TIQ U E
8.3
LA C O M M U N E A CTRICE,C ’EST IM PLIQ U ER L’A D M IN ISTRA TIO N
58
8.4
U N PREM IER FO RU M … U N E C H A RTE D ’EN G A G EM EN T
58
8.5
LA CRÉA TIO N D ’U N C O N SEIL D ’EV A LU A TIO N ET D E SU IV ID U D ÉV ELO PPEM EN T D U RA BLE (CESD D )
58
8.6
LE BU D G ET CO N SA CRÉ A U PRO JET D E LA V ILLE
59
8.7
LE PRO JET D ISCU S
59
8.8
LE PRO JET SU S-C IT (SU STA IN A BLE CITIES)
59
8.9
A PRÈS LA PREM IÈRE PH A SE,LA RELA N CE D ES PA RTEN A IRES ET LA CO N CRÉTISA TIO N
60
9
PR O PO SITIO N S PO LITIQ U ES
62
10
C O N C LU SIO N
64
11
BIBLIO G R A PH IE
66
12
SITES IN TER N ET IN TER ESSA N TS C O N SA C R ES A U D EV ELO PPEM EN T D U R A BLE,A
L’A G EN D A 21 ET A L’A G EN D A 21 LO C A L
68
12.1
SITES IN TERN A TIO N A U X ET FRA N ÇA IS
68
12.2
SITES EN B ELG IQ U E
68
12.3
LES C O M M U N ES A V EC LESQ U ELLES N O U S A V O N S M EN E N O TRE ETU D E
69
13
R EM ER C IEM EN TS
70
14
C O O R D O N N EES
70
étopia_
4
i. LISTE DES ABREVIATIONS ET DES SIGLES
A21L :
ADL :
BEP :
CCAT :
CIWACO :
CLDR :
CMED :
CNUED :
CPDT :
CRAT :
CWATUP :
CWL :
DGA :
DGATLP :
DGEE :
DGRNE :
DGTRE :
EMAS :
ETOPIA :
FEDER :
GAL :
GPI :
GREEN :
IBGE :
ICLEI :
ISEW :
ISO :
LEADER :
ODR :
PALME :
PBE&DR :
PCA :
PCDD :
PCDN :
PCDR :
PCM :
PDS :
PIB :
PICM :
PNB :
PNUD :
SSC :
SME :
SWL :
URE :
UVCW :
UWE :
):
&:
Agenda 21 local
Agence de Développement local
Bureau économique de la Province (de Namur)
Commission consultative communale pour l’Aménagement du Territoire
Centre d’Innovation wallon pour la Construction
Commission locale de Développement rural
Commission mondiale sur l’Environnement et le Développement
Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement
Conférence permanente du le Développement territorial
Commission régionale d’Aménagement du Territoire
Code wallon de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et du
Patrimoine
Code wallon du Logement
Direction générale de l’Agriculture
Direction générale de l’Aménagement du Territoire, du Logement et du
Patrimoine
Direction générale de l’Emploi et de l’Economie
Direction générale des Ressources Naturelles et de l’Environnement
Direction générale des Technologies, de la Recherche et de l’Energie
Eco-management and Audit Scheme
Centre d’Animation et de Recherche en Ecologie politique
Fonds européen de Développement régional
Groupe d’Action locale
Guenuine Progress Indicator (Indicateur de Progrès véritable)
Grand Réseau d’Echange d’Expériences novatrices
Institut bruxellois pour la Gestion de l’Environnement
International Council for Local Environmental Initiatives (Conseil
international pour les Initiatives écologiques locales)
Index of sustainable Economic Welfare (indice de bien-être économique
durable)
International Organization for Standardization
Liaisons entre Actions de Développement de l’Economie rurale
Opération de Développement rural
Plan d’Actions locales pour la Maîtrise de l’Energie
Plan Bois Energie et Développement rural
Plan communal d’Aménagement
Plan communal de Développement durable
Plan communal de Développement de la Nature
Programme communal de Développement rural
Plan communal de Mobilité
Plan de Déplacements scolaires
Produit intérieur brut
Plan intercommunal de Mobilité
Produit national brut
Programme des Nations Unies pour le Développement
Schéma de Structure communal
Système de Management environnemental
Société wallonne du Logement
Utilisation rationnelle de l’Energie
Union des Villes et Communes de Wallonie
Union wallonne des Entreprises
renvoi vers une autre source d’information (référence bibliographique, site
internet, …)
initiative communale intéressante
étopia_
5
0 . Av a n t - p ro p o s
C’est une tradition aujourd’hui bien établie, le groupe ECOLO du Conseil provincial de Namur
consacre sa dotation annuelle à la réalisation d’une étude dont l’ambition est d’explorer des champs
d’activité peu couverts par la Province et de déposer devant le Conseil provincial des propositions
concrètes d’actions novatrices.
A titre d’exemples, citons les études sur les potentialités d’énergies renouvelables dans la province
(un best-seller auprès des communes namuroises), sur la composition des déchets ménagers de
familles « performantes », sur les économies d’énergie dans les logements sociaux, ou sur les
possibilités de télégestion des consommations d’eau et d’énergie par les ménages namurois.
A la demande de la Coordination provinciale Namur/Dinant-Philippeville, le groupe provincial a
choisi de consacrer sa dotation 2004 à l’examen des initiatives que pourrait prendre la Province en
soutien aux communes namuroises désireuses de se lancer dans l’élaboration d’un « Agenda 21
local ». L’étude fut confiée à l’asbl étopia.
A l’examen des initiatives prises par divers échevins de communes namuroises, il est cependant bien
vite apparu aux auteurs de l’étude que ces initiatives avaient une valeur d’exemple qui dépassait
largement le cadre de la Province de Namur. Il a donc été convenu de donner à cette étude une
ampleur plus large qu’initialement prévu, pour aboutir à la publication de deux documents :
ƒ
celui que vous tenez en mains est un guide d’élaboration d’un Agenda 21 local à l’usage de tous
les mandataires locaux de Wallonie. Outre les références théoriques et méthodologiques ainsi que
l’inventaire des outils existants valorisables dans le cadre d’un Agenda 21 local, le document
décrit et analyse une multitude d’actions et propositions concrètes, certes initiées dans des
communes namuroises, mais aisément transposables dans d’autres communes de Wallonie.
ƒ un document plus proche de la commande initiale du groupe provincial, qui sera déposé
officiellement devant le Conseil lors de sa séance de rentrée, reprendra une liste de propositions
concrètes à l’usage de divers services provinciaux ou institutions paraprovinciales namuroises.
En dépit des modestes moyens consacrés à ces études, le groupe ECOLO du Conseil provincial de
Namur a déjà par le passé fait figure de précurseur. Il nourrit aujourd’hui l’espoir de voir ces deux
documents inspirer de nombreuses initiatives novatrices à l’ensemble des mandataires communaux
et provinciaux de Wallonie.
Marc Terwagne
Chef de groupe ECOLO au Conseil provincial de Namur.
6
étopia_
1
Int ro d u c t io n
Aujourd’hui plus que jamais, le développement durable s’impose comme la seule alternative à la
politique productiviste de nos sociétés de consommation, comme projet qui respecte les ressources
naturelles et qui les partage équitablement entre tous les êtres humains, présents et à venir. Cette
approche du développement, qui mise sur d’autres repères que la croissance économique infinie,
implique d’aborder autrement la problématique « environnement-développement ».
Le développement durable est le fil conducteur de notre étude « Agenda 21 : un engagement communal
dans la voie du développement durable », plus particulièrement comme projet porteur d’une dynamique
locale pour les Communes de notre Région. En effet, le développement durable mondial passe
prioritairement par l’action menée au niveau des collectivités locales les plus proches du citoyen
(« Penser globalement, agir localement »), parce que ce que nous construisons maintenant sera notre
héritage pour les générations futures et parce que ce que nous construisons ici dans nos Communes
aura inévitablement des répercussions sur les ressources de l’ensemble de la Planète.
Au niveau international, l’Agenda 21 constitue le programme d’actions jouant en faveur du
développement durable mondial. Afin de favoriser ce développement durable mondial, les
collectivités locales sont invitées à implémenter ce même type d’outil, comme guide d’actions
concrètes à mettre en œuvre à l’échelle de la Commune, comme outil dynamique d’animation et de
projection dans l’avenir de la vie locale. C’est l’Agenda 21 local !
Dans cet esprit, l’étude s’adresse avant tout aux (futurs) élus communaux et provinciaux qui veulent
concrétiser le développement durable dans leur action politique. Nous avons volontairement choisi
ce public-cible, car les mandataires locaux connaissent bien leur Commune, ils sont sans cesse à la
recherche de solutions pour améliorer le cadre de vie des habitants.
Lorsque Ecolo est présent dans des majorités communales, de nombreuses initiatives s’inscrivent déjà
dans la voie du développement durable. C’est ce que nous souhaitons valoriser dans cette étude par
des exemples concrets.
José Daras
Christophe Derenne
Président d’étopia_
Directeur d’étopia_
étopia_
2
7
St ruc t u re et mét h o d o l o g i e
L’étude « Agenda 21 local : un engagement communal dans la voie du développement durable » a été réalisée
par l’asbl ETOPIA_ (Centre d’Animation et de Recherche en Ecologie politique) à la demande de la
Coordination provinciale Ecolo Namur/Dinant-Philippeville grâce à une dotation de la Province de
Namur au groupe Ecolo pour l’année 2004.
L’objectif de l’étude est d’offrir aux élus locaux une « boîte à outils » leur permettant d’une part
d’organiser, de structurer la réflexion par rapport aux enjeux du développement durable local et
global et d’autre part, de s’enrichir des actions concrètes réalisées dans d’autres Communes.
La publication permet au lecteur de saisir, dans un premier temps, des grandes lignes du concept de
développement durable, de l’Agenda 21 et de l’Agenda 21 local (chapitres 3 et 4). Ensuite, elle pose
les bases d’une méthodologie pour la réalisation d’un Agenda 21 local (chapitre 5) et énonce les
thématiques qui peuvent être abordées dans le cadre d’une politique de développement communal
durable (chapitre 6). Enfin, le document dresse une liste des outils mis à disposition des Communes
susceptibles d’être valorisés dans un Agenda 21 local (chapitre 7). La démarche d’élaboration d’un
Agenda 21 local (Plan communal de Développement durable) pour la Ville d’Ottignies/Louvain-laNeuve, entamée en début de législature 2000-2006, est décrite dans les grandes lignes (chapitre 8).
Pour aborder cette étude qui, rappelons-le, est financée par la Province de Namur, nous avons
volontairement travaillé avec des Communes de la Province de Namur (Assesse, Floreffe, Gembloux,
Havelange et Sombreffe). Compte tenu de l’expérience unique d’Ottignies/Louvain-la-Neuve en
matière d’Agenda 21 local en Région wallonne, nous avons également rencontré le Bourgmestre de la
Ville de Ottignies/Louvain-La-Neuve. Le lecteur peut, au passage des chapitres 7 et 8, prendre
connaissance de l’une ou l’autre initiative prise dans ces Communes ou de l’un ou l’autre
plan/programme mis en œuvre, s’intégrant dans la logique du développement durable.
Enfin, l’étude se clôture sur des pistes de réflexion pour permettre aux collectivités locales d’initier
un Agenda 21 local, s’adressant à différents niveaux de pouvoirs (aux niveaux régional, provincial et
communal) (chapitres 9 et 10), ces pistes devant être affinées en d’autres lieux, à l’occasion d’un
travail plus approfondi. Ce chapitre est l’occasion de se rendre compte que la Région wallonne n’a
toujours pas mis en place un cadre administratif clair permettant aux Communes de se lancer dans
une démarche d’Agenda 21 local.
Les chapitres 11 et 12 permettront au lecteur d’approfondir leurs connaissances, soit par une
importante bibliographie (chapitre 11) ou par l’intermédiaire de sites internet (chapitre 12). Et enfin,
le dernier chapitre nous permet de remercier toutes les personnes qui nous ont aidés (chapitre 13).
Cette étude ne se veut pas exhaustive. Elle évoque des pistes d’actions, elle incite à conceptualiser un
développement local au travers de compétences transversales et complémentaires, dans une
démarche globale et systémique. Après la lecture de ce document, tout est encore à construire !
étopia_
3
8
Hist orique du développement durable
Le concept de développement durable est né progressivement à la fin des années ’60, avec
l’apparition de problèmes environnementaux dépassant les frontières (ex : pluies acides, pollution
des eaux fluviales, des mers, …). Il fait son chemin avec une prise de conscience des effets désastreux
de la croissance économique sur l’environnement global impliquant une consommation excessive des
ressources naturelles au Nord et un appauvrissement des populations dans le Sud. En 1972, à
l’occasion de la Conférence de Stockholm (Conférence des Nations unies sur l’Environnement
humain), la réflexion menée invite à mettre en œuvre des stratégies de développement socioéconomiques équitables et respectueuses de l’environnement. En 1987, le rapport de la Commission
mondiale sur l’Environnement et le Développement (CMED), dit Rapport Brundtland, cautionne le
terme de développement durable et définit ce concept comme « un développement qui répond aux besoins
du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ».
Sur base des travaux du Rapport Brundtland, la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement
et le Développement (CNUED), organisée en juin 1992 à Rio de Janeiro (Brésil), pose les jalons d’un
développement durable mondial pour aborder le 21ème siècle. A cette occasion, près de 180 chefs de
Gouvernements et chefs d’Etat adoptent cinq documents importants1, liant désormais les questions
de développement aux questions d’environnement :
- la Convention sur le Climat, affirmant la nécessité de réduire les gaz à effet de serre pour combattre
le réchauffement climatique ;
- la Convention sur la biodiversité, affirmant la nécessité de protéger les espèces animales et végétales
ainsi que les écosystèmes fragiles, et impliquant la mise sous conditions de l’utilisation du
patrimoine génétique mondial ;
- la Déclaration de principe pour la gestion, la conservation et le développement durable de tous les types de
forêts, insistant sur la dimension sociale, écologique et économique des forêts ;
- la Déclaration de Rio sur l’environnement et le développement (Déclaration de Rio), énonçant 27
principes fondamentaux d’orientation pour un développement durable mondial ;
- l’Agenda 21 (encore appelé Action 21), véritable programme d’actions pour un développement
durable mondial pour préparer et aborder le 21ème siècle. Les actions proposées sont regroupées en
une quarantaine de chapitres et ce ne sont pas moins de 2500 recommandations qui sont
énumérées.
1
Les textes sont disponibles, dans leur entièreté, sur le site http://www.agora21.org/dd.html
étopia_
4
4.1
9
Développement durable, Ag enda 2 1 et Ag end a 2 1 lo c a l (A2 1 L)
Généralités
Le concept de développement durable est préfiguré de celui d’éco-développement cité
à l’occasion de la conférence des Nations Unies de Stockholm en 1972. Dans les années
qui suivent, le concept d’éco-développement est largement approfondi, s’attachant à
rendre indissociables les approches du développement et de l’environnement. L’aspect
multidimensionnel du développement est évoqué, impliquant des composantes
sociales (une autre croissance, une autre vision de la société), économiques (une
meilleure répartition des ressources, une plus grande efficacité), environnementales
(limitation de l’impact sur les ressources naturelles et les écosystèmes), spatiales
(respect des équilibres urbains et ruraux, aménagement du territoire harmonieux) et
culturelles (prise en compte des solutions locales dans le respect de la continuité
culturelle).
L’approche participative des acteurs au processus de décision est déjà à l’époque
abordée dans le concept d’éco-développement.
De manière globale, il s’agit d’un même concept, même si les experts s’attachent à
accorder à l’un ou l’autre terme des nuances qu’il serait fastidieux d’évoquer dans ce
rapport. Le terme développement durable demeure le terme de référence de notre
étude étant le plus utilisé dans les textes officiels des Nations unies et de l’Union
européenne.
4.2
Principes généraux du développement durable
La définition extraite du Rapport Brundtland selon laquelle « le développement durable
répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures » est celle
qui est le plus largement utilisée.
Le développement durable constitue une véritable nécessité pour un développement
humain tenant compte des dimensions économiques (améliorer l’efficacité
économique), sociales (améliorer l’équité sociale et lutter contre l’exclusion) et
environnementales (maintenir l’intégrité de l’environnement). Sur ces trois
dimensions vient se greffer la dimension démocratique, appelée dans les textes
officiels la (voir 2.3).
Plus concrètement, cela signifie que les prises de décision doivent intégrer les trois
axes :
-
le développement économique : il est essentiel que le développement économique soit
mis au service des besoins humains, en privilégiant la création d’emplois et le
respect de l’environnement ;
-
l’équité sociale : en donnant aux plus démunis l’accès aux biens et services
répondant à leurs besoins (revenu, logement, soins de santé, éducation, …) mais
également en réduisant les inégalités sociales ;
-
la protection de l’environnement : par l’utilisation minimale des ressources naturelles
et par la lutte contre les pollutions.
Sur cette base, les 27 principes du développement durable repris de la Déclaration de
Rio éclairent le concept. A ces dimensions désormais décloisonnées et simultanées du
développement, se superposent une série de principes indissociables de la mise en
œuvre du développement durable, notamment :
étopia_
4.3
10
-
le principe de solidarité dans le temps intégrant une vision à long terme (prise en
considération de la survie des générations futures mais aussi de la
préservation des ressources naturelles) et dans l’espace (prise en considération
de l’impératif de partager les richesses entre tous les habitants de la planète ;
prise en considération de la contribution de l’action locale sur les enjeux
mondiaux comme par exemple sur la lutte contre l’effet de serre) ;
-
le principe d’intégration des composantes (toute décision doit intégrer les
dimensions sociales, économiques et environnementales et tenir compte des
interactions qui existent entre elles) ;
-
le principe de précaution (reconnaissance des incertitudes scientifiques, ce qui
implique une prise de décision tenant compte des éventuelles conséquences
d’une action garantissant la réversibilité des actes. Ce principe vise à prévenir
la dégradation de l’environnement) ;
-
le principe de participation (participation de tous les acteurs de la société civile
au processus de décision ; prise en considération des compétences et intérêts
de tous les acteurs dans un processus de décision intégrée et durable) ;
-
le principe des responsabilités communes mais différenciées (tous les Etats du monde
reconnaissent leur responsabilité mais les pays développés doivent ici prendre
l’initiative en raison de leurs modes de production et de consommation peu
durables et des moyens dont ils disposent ; identification des responsabilités
de chacun des acteurs).
Démocratie et gouvernance : un processus de décision collectif
Selon le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), « la
gouvernance comprend l’Etat, mais transcende celui-ci en englobant le secteur privé et la société
civile. Ces trois composantes sont essentielles pour un développement humain durable. … La
bonne gouvernance se caractérise notamment par la participation, la transparence et la
responsabilité »2. C’est évidemment à tous les échelons (mondial, européen, national ou
local) que peut s’appliquer la gouvernance.
La gouvernance dépasse donc clairement le processus représentatif conventionnel
pour associer plus largement les acteurs dans le processus décisionnel. Il s’agit d’une
conception plus participative de la démocratie.
La gouvernance vise à renforcer les principes de transparence, de démocratie et de
participation. La participation implique :
2
-
une consultation qui vise à détecter les problèmes, analyser les besoins des
citoyens, …. Afin d’être suffisamment représentative, la consultation doit viser
un public assez large (élus, citoyens, associations, entreprises, réseaux
d’enseignement, …) ;
-
une concertation qui vise à associer les citoyens et acteurs impliqués dans la
prise de décision concernant l’échelon local. Même si la concertation implique
in Brodhag C., Gouvernance et évaluation dans le cadre du développement durable – atelier
gouvernance, colloque : Europe villes et territoire. Agora 21, Lille, 3 et 4 novembre 2000, 14
pages.
étopia_
11
un nombre plus restreint de personnes que la consultation, il est important de
veiller à la représentativité de la communauté.
4.4
Développement durable : du concept consensuel à la soutenabilité forte
Autour de la définition très consensuelle du développement durable issue du Rapport
Bruntdland, on constate que le concept fait l’objet d’approches et d’interprétations très
différentes, voire même littéralement opposées dès qu’il s’agit de se l’approprier et de
le mettre en œuvre.
Sans entrer dans le détail d’une analyse fine comparée des différentes approches du
développement durable, il est intéressant de comprendre ce qui sous-tend ces
différentes théories :
-
l’approche technico-économiste (soutenabilité ou durabilité faible) : plaçant la sphère
économique au centre des préoccupations du développement durable, prônant
l’idée d’une croissance infinie. La dimension environnementale est plutôt
perçue comme une contrainte, la protection sociale étant également le parent
pauvre de cette vision. Cette approche est celle légitimée par les institutions
internationales (Banque mondiale, …) et la théorie économique dominante ;
-
l’approche environnementaliste ou écosystémique (soutenabilité ou durabilité forte) :
l’environnement est le facteur prioritaire et limitant. Cette vision implique de
décloisonner les façons de penser et d’intégrer une approche globale de la
problématique « environnement-développement ». Cette approche nécessite
une transformation sociétale en profondeur, pour une visée de long terme. Les
écologistes portent le projet de développement durable dans cette optique.
C’est donc l’optique privilégiée par cette étude ;
-
l’approche consensuelle : cette approche est plutôt le propre des acteurs publics
qui prônent un équilibre, une conciliation entre la protection de
l’environnement, l’équité sociale et la croissance économique. Face à la
décision politique, cette approche se heurte souvent aux intérêts divergents
des différentes sphères.
Voir aussi :
) Boutaud A., Le développement durable : penser le changement ou changer le pansement ?
Bilan et analyse des outils d’évaluation des politiques publiques locales en matière de
développement durable en France : de l’émergence d’un changement dans les modes de faire au
défi d’un changement dans les modes de penser. Thèse de doctorat. Ecole nationale
supérieure des Mines de St-Etienne et Université Jean-Monnet, France, février 2005,
415 pages.
4.5
Les indicateurs du développement durable
Nous connaissons les indicateurs classiquement utilisés dans le domaine de l’économie
(produit intérieur brut PIB,…), dans le domaine social (indicateurs de pauvreté ou plus
généraux comme les données démographiques) ou dans le domaine environnemental
(ex : émissions de gaz à effet de serre, qualité des eaux, …).
Si les indicateurs du développement durable sont plus difficiles à appréhender, ils sont
également plus nouveaux. Cependant, ils sont indispensables pour donner une
information pertinente sur les avancées significatives dans la voie du développement
durable. Ils constituent également un outil essentiel d’aide à la décision.
étopia_
12
L’Agenda 21 insiste déjà sur ce point: « Les indicateurs courants tels que le produit national brut
(PNB) et la mesure des divers courants de ressources ou de pollution ne permettent pas d’évaluer la
durabilité des systèmes. Les méthodes d’évaluation des interactions entre les divers paramètres de
l’environnement, de la démographie, de la société et du développement ne sont pas suffisamment
développées et appliquées. Il faut donc élaborer des indicateurs du développement durable afin qu’ils
constituent une base utile pour la prise de décision à tous les niveaux et contribuent à la durabilité
autorégulatrice des systèmes intégrés de l’environnement et du développement. »
Extrait du chapitre 40 (point 40.4) de l’Agenda 21 : L’information pour la prise de décision
4.5.1
Les indicateurs du développement durable globaux
Les indicateurs du développement durable globaux font l’objet de recherches
internationales et de calculs de simulations (notamment par pays), redéfinissant la
notion de progrès et de qualité de vie pour tous.
) L’indicateur de progrès véritable
Le Genuine Progress Indicator (GPI) (Indicateur de Progrès véritable) est un indicateur
que propose depuis 1995 un institut californien (Redefining Progress) en pointe sur les
questions d’environnement. La méthode consiste à partir de la mesure traditionnelle
de la consommation des ménages. On y ajoute diverses contributions à la "vraie"
richesse et au bien-être (par exemple l’activité bénévole, le travail domestique). Puis on
soustrait la valeur estimée des "richesses perdues", notamment naturelles (destruction
de la couche d’ozone, autres dommages à l’environnement, destruction de ressources
non renouvelables), mais aussi sociales (coût social du chômage, des délits, des
accidents de la route, progression des inégalités). Dans cette "comptabilité nationale
élargie", on évalue (tant bien que mal) en unités monétaires tous ces effets ajoutés ou
retranchés, par exemple la valeur (ajoutée) du travail bénévole, la valeur (perdue) liée
aux dommages à l’environnement, etc.
Site de Redefining progress : http://www.rprogress.org/projects/gpi
) L’indice de bien-être économique durable
Les Amis de la Terre du Royaume Uni (Friends of the Earth) soutiennent ardemment,
en collaboration avec d’autres institutions (Centre for Environmental Strategy, New
Economics Foundation, …), un indicateur économique alternatif au Produit intérieur
brut : l’Index of sustainable Economic Welfare (ISEW) (bien-être économique durable) qui
est un indicateur reflétant le bien-être et les conditions de vie. Il prend en compte non
seulement la consommation moyenne mais également la répartition et la dégradation
de l’environnement. Après une correction du facteur consommation de l'indicateur, de
façon à tenir compte des inégalités de répartition, l’indicateur intègre plusieurs
facteurs écologiques, comme la diminution des ressources non renouvelables, la perte
de superficie cultivable (en raison de l'érosion des sols et de l'urbanisation), la
disparition des marais et le coût de la pollution de l'air et de l'eau. Il incorpore
également la notion de « dégradations écologiques à long terme », facteur qui tente de
tenir compte des bouleversements d’ampleur internationale, comme les conséquences
du réchauffement du climat et des atteintes portées à la couche d'ozone.
Site des Amis de la Terre du Royaume Uni :
http://www.foe.co.uk/campaigns/sustainable_development/progress/replace.html
étopia_
13
Voir aussi :
) Defeyt P., Le social et l’environnement. Des indicateurs alternatifs au PIB. Institut pour
un Développement durable, octobre 2004, 30 pages.
) Boulanger PM., Les indicateurs de développement durable : un défi scientifique, un enjeu
démocratique. Institut pour un Développement durable, IDDRI, juillet 2004, 24 pages.
Sites internet intéressants :
) Institut pour un développement durable - page consacrée aux indicateurs pour le
développement durable http://users.skynet.be/idd
) Indicateurs du Développement durable (site officiel européen d’Eurostat :
http://europa.eu.int/comm/eurostat/sustainabledevelopment
4.5.2
Les indicateurs du développement durable locaux
La mise en place d’indicateurs de développement durable locaux est nettement moins
concrétisée, tant dans la littérature que sur le terrain. C’est un handicap pour les
dynamiques d’Agenda 21. Heureusement, une série d’indicateurs existant (sociaux,
économiques, environnementaux) peuvent être assez facilement utilisés localement. En
outre, un indicateur (environnemental) est entièrement au point au niveau local :
l’empreinte écologique. Il peut être calculé aussi bien globalement (pour l’ensemble
des habitants de la Planète, pour un pays) que localement (pour une ville, une
collectivité, un individu).
étopia_
14
) L’empreinte écologique, un indicateur intéressant par son approche pédagogique
L’empreinte écologique est un indicateur qui mesure la superficie (hectares globaux)
dont une personne ou une population (pays, ville) a besoin pour maintenir son mode
de consommation ou son style de vie (nourriture et fibres consommées ; déchets
provenant de la consommation d’énergie, infrastructure).
L’empreinte écologique donne des indications sur l’écart entre l’utilisation actuelle de
l’environnement et les ressources potentielles que la Terre, en tant que système de
production biologique, est en mesure de produire.
Un quart de la superficie de la Terre est actuellement biologiquement productive
(forêts, eau douce, côtes, pâturages, …), compte tenu de la faible accessibilité de
certaines zones (calottes glaciaires, déserts, grands fonds d’océans, …).
La population mondiale doit se partager 11,3 milliards d’ha (1,8 ha global/personne)
pour les besoins de l’espèce humaine. L’empreinte écologique est de 2,3 ha par
personne (21 % de plus que disponible). En 2001, l’empreinte écologique d’un
Américain moyen était de près de 10 ha ; celle d’un européen de 5,1 ha (6,7 ha pour un
Belge !) et celle d’un indien de 0,7 ha.
Dans le cadre d’un agenda 21, l’empreinte écologique peut être utilisée comme
indicateur pour comparer la performance environnementale de différents scénarios et
suivre la mise en place de plans d’actions sur le long terme. Il s’agit, en outre, d’un
excellent outil pédagogique et de dialogue entre élus, associations et citoyens.
Calculez votre empreinte écologique :
- sur le site de WWF : http://wwf.be
(page : http://www.wwf.be/eco-footprint/fr/ecological-footprint/index.htm)
- sur le site de l’Institut Bruxellois pour la Gestion de l’Environnement (IBGE) :
http://www.ibgebim.be
- sur le site : http://www.empreinte-ecologique.com
Voir aussi :
) Deschutter G., L’empreinte écologique. WWF, Contribution à un séminaire étopia :
www.etopia.be juillet 2005.
4.6
Agenda 21 et Agenda 21 local
Contrairement à la Déclaration de Rio qui édicte des principes très généraux, l’Agenda
21 (ou Action 21) constitue un véritable programme d’actions, mode d’emploi du
développement durable pour le 21ème siècle. Bien plus qu’une déclaration de principe,
l’Agenda 21 marque une volonté d’activer un développement durable mondial par des
réalisations concrètes.
L’Agenda 21 n’a pas de caractère contraignant pour les Etats, mais par la signature du
texte officiel, les Gouvernements des pays signataires sont invités à adopter une
stratégie pour s’engager dans la voie du développement durable. Au niveau de la
Belgique, les engagements pris au niveau international à Rio ont donné naissance à la
Loi du 5 mai 1997 relative à la coordination de la politique fédérale de développement durable.
Le chapitre 28 de l’Agenda 21 invite les collectivités locales à appliquer le principe du
développement durable à l’échelle locale en initiant et en mettant en œuvre un Agenda
étopia_
15
21 local. L’Agenda 21 local élaboré à l’initiative du pouvoir communal vise à engager
la Commune dans un développement durable de son territoire.
« Les problèmes abordés dans Action 21 qui procèdent des activités locales sont si nombreux que la
participation et la coopération des collectivités à ce niveau seront un facteur déterminant pour atteindre
les objectifs du programme. En effet, ce sont les collectivités locales qui construisent, exploitent et
entretiennent les infrastructures économique, sociales et environnementales, qui surveillent les processus
de planification, qui fixent les orientations et la réglementation locales en matière d’environnement et qui
apportent leur concours à l’application des politiques de l’environnement adoptées à l’échelon national ou
infranational. Elles jouent, au niveau administratif le plus proche de la population, un rôle essentiel dans
l’éducation, la mobilisation et la prise en compte des vues du public en faveur d’un développement
durable. »
Extrait du chapitre 28 de l’Agenda 21 : Initiatives des collectivités locales à l’appui d’action 21
Le chapitre 28 de l’Agenda 21 fixe aussi des objectifs ambitieux, notamment celui de
voir pour 1996, la mise en place, dans la plupart des collectivités locales de tous les
pays, d’un mécanisme de consultation de la population dans le but de parvenir à un
consensus sur un programme d’action à l’échelon de la collectivité.
Le Conseil international pour les Initiatives écologiques locales (ICLEI) a été fondé en 1990, sous
le parrainage du Programme des Nations Unies pour l'Environnement (PNUE), de l'Union
internationale des villes et pouvoirs locaux et du « Center for Innovative Diplomacy » pour agir
en qualité d’agence écologique internationale des gouvernements locaux. L’ICLEI a pour
mission de lancer et servir un mouvement international de Communes, qui grâce au cumul des
actions locales, enregistrent des améliorations notables de la situation écologique mondiale et
des conditions de développement durable.
L’ ICLEI représente, depuis 1990, les gouvernements locaux dans les processus issus de de la
Conférence de Rio. L’ICLEI a rédigé la version préliminaire et coordonné l’approbation du
chapitre 28 d’Action 21, qui endosse le projet Agenda 21 local. L’ICLEI a collaboré avec des
centaines de gouvernements locaux par l’entremise de ses projets régionaux et d’Action locale
21, des Villes pour la protection climatique et de campagnes sur l’eau pour mettre en œuvre des
pratiques de développement durable à l’appui d’Action 21 et de la Convention de Rio.
http://www.sommetjohannesburg.org/groupes/frame-iclei.html
L’ICLEI définit l’Agenda 21 local comme étant « un processus multisectoriel et participatif
qui vise à atteindre les objectifs de l’Agenda 21 au niveau local. Il se fait grâce à la participation
et l’élaboration d’un plan stratégique d’actions visant le long terme et qui répond en priorité
aux problèmes locaux du développement durable » http://www.iclei.org.
Cette définition n’a jamais été traduite concrètement en Région wallonne, ce qui
implique une absence de cadre de référence pour les Communes.
4.7
Agenda 21 locaux en Région wallonne : situation actuelle
Près de 10 ans après cette échéance, force est de constater que très peu de Communes
wallonnes ont mis en œuvre un Agenda 21 local. Citons l’expérience intéressante de la
Ville de Ottignies/Louvain-la-Neuve qui met en place un Agenda 21 local appelé Plan
communal de Développement durable (PCDD) (voir chapitre 8).
Le rapport de la Conférence Permanente du Développement Territorial (CPDT)
(programme 2002-2003) pointe du doigt le manque de cadre de référence, de moyens
techniques, humains et financiers pour la mise en place d’un Agenda 21 local au
niveau communal et souligne le retard pris par rapport aux autres pays européens et
par rapport à la Flandre.
étopia_
16
Il n’y a pas de campagne « Agenda 21 local » menée au niveau régional wallon ou
fédéral. Les structures d’appui aux Communes qui assureraient la promotion et la
guidance en matière d’Agenda 21 local sont inexistantes, alors qu’elles sont
opérationnelles en Flandre.
Le rapport final de la subvention 2003-2004 de la CPDT dresse un inventaire de la mise
en œuvre opérationnelle de l’Agenda 21 local, suite à une vaste enquête auprès de
l’ensemble des Communes wallonnes.
Voir aussi :
) Ministère de la Région wallonne, Conférence Permanente du Développement
Territorial, Rapport final de la subvention 2003-2004. Thème 3.2 Mise en œuvre opérationnelle
de l’Agenda 21 local. GUIDE/CREAT/LEPUR, septembre 2004, 228 pages.
) Fontaine P., La Région wallonne à l’heure du bilan. La Revue durable, n°15, avril-maijuin 2005, pp. 54-59.
) De Schutter G., Enquête : les communes et le développement durable (octobre-décembre
2001). WWF-Belgique, Bruxelles, 2001, 17 pages.
étopia_
5
5.1
17
Des pist es pour un canevas d’Ag enda 21 local
Agenda 21 local : les étapes-clés
La mission du Conseil international pour les Initiatives écologiques locales (ICLEI) est de développer et de
soutenir un mouvement mondial de gouvernements locaux visant à obtenir des améliorations concrètes de
l'état de l'environnement mondial et du développement durable au moyen de l'effet cumulatif des actions
locales.
Des villes, communes, comtés et associations du monde entier participent, en compagnie de centaines
d'autres gouvernements locaux, aux campagnes internationales et aux projets locaux de l'ICLEI. Le
Conseil appuie l'action communautaire, la gestion publique participative ainsi que la concertation et les
alliances stratégiques visant le développement durable. L'ICLEI établit un lien entre l'action locale et les
programmes et politiques mondiaux au moyen de partenariats avec d'importantes organisations telles que
l'Union internationale des villes et pouvoirs locaux, le Programme des Nations-Unies pour
l'environnement et le Centre des Nations-Unies pour les établissements humains (UN-HABITAT).
Grâce à ses campagnes ainsi qu'à divers réseaux et projets techniques thématiques ou régionaux, l'ICLEI
nourrit un mouvement de pouvoirs locaux accélérant le développement durable. Le projet européen d'écoapprovisionnement, les programmes de gestion environnementale tels qu'ÉcoBudget MC et le réseau des
villes africaines durables constituent des exemples de la manière dont l'ICLEI répond aux priorités
régionales. L'ICLEI aide par ses campagnes les gouvernements locaux à générer une conscience politique
des questions clés, à développer leur capacité au moyen d'une assistance technique ainsi que de formation
et à évaluer les progrès locaux et cumulatifs vers le développement durable.
En tant qu'organisme écologique international au service des gouvernements locaux, l'ICLEI assume le
rôle d'une centrale de renseignements sur le développement durable et offre un encadrement sur les
politiques, une assistance technique et les services d'experts pour accroître la capacité des gouvernements
locaux à répondre aux défis mondiaux.
http://www.iclei.org
Comme nous l’avons évoqué au point 4.6, l’Agenda 21 local est un outil identifié au
niveau international, au titre de sa contribution essentielle et indispensable au
développement durable mondial.
L’Agenda 21 local vise à engager les Communes et collectivités locales sur la voie du
développement durable par un engagement pour le long terme, dynamisé par un
processus d’évaluation continue.
L’Agenda 21 local n’est pas une compilation de l’ensemble des plans et programmes
qui sont mis en œuvre par la Commune. A l’inverse, chaque plan ou programme doit
être conçu, orienté et utilisé dans une vision globale et transversale se dégageant de
l’Agenda 21 local.
Concrètement, la démarche Agenda 21 local se traduit par la rédaction d’un plan
d’actions concrètes présentant des propositions d’actions et une mise en œuvre
opérationnelle à court, moyen et long termes. La participation de la population à
l’Agenda 21 local (rédaction, suivi et évaluation) est au cœur de la démarche et
constitue le gage de réussite dans la voie du développement durable.
étopia_
18
Voir aussi :
) Le site internet de la revue française « Développement durable et territoires »
recense quelques ouvrages de référence3 relatifs à la méthodologie qui peut être
appliquée à l’élaboration de l’Agenda 21 local : http://www.revue-ddt.org.
La méthodologie suggérée dans la présente étude s’inspire notamment de ces
documents.
Les étapes clés pour l’élaboration d’un Agenda 21 local4 :
1.
Etat des lieux du capital naturel, écologique, social, culturel, industriel, économique,
patrimonial, financier. Ses atouts et faiblesses. Sur cette base, quels axes de progrès ?
2.
Dans le cadre d’une dynamique participative, élaboration d’un projet stratégique de
développement durable de la collectivité locale.
3.
Définition des moyens pour réaliser ces objectifs, définition des étapes, d’un Agenda.
4.
Mobilisation des « forces vives » de la collectivité pour garantir le succès de chaque étape et
mise en œuvre
5.
Evaluation régulière des résultats obtenus sur base d’indicateurs
Par son caractère non contraignant, l’élaboration d’un Agenda 21 local est souvent
difficile à appréhender, à élaborer, à mettre en œuvre mais également à évaluer.
La Conférence permanente du Développement territorial (CPDT), dans le cadre de son
programme de travail 2004-20055, proposera un guide pratique de l’Agenda 21 local susceptible
de faciliter l’adoption d’une démarche pragmatique de développement durable. Ce guide
prendrait la forme d’une boite à outils qui pourrait être déclinée en différentes sections pour
répondre aux spécificités des acteurs du territoire (communes, entreprises, acteurs
associatifs, …).
3
notamment :
Cogérino L. et Boutaud A., Le développement durable : une autre politique pour les
territoires ? Définition pratique/mise en œuvre. Réseau des Agences Régionales de
l’Energie et de l’Environnement (R.A.R.E), mars 2000, 64 pages.
Centre Ressource du Développement Durable (CERDD), Dessine-moi un agenda 21 local.
L’Agenda 21 sur mesure. CERDD, 2001, 18 pages.
Hewitt N., Guide européen des Agendas 21 locaux – Comment s’engager dans un programme
d’action à long terme vers le développement durable. ICLEI et Conseil Régional Nord-Pasde-Calais, Lille, 1995, 102 pages.
4
in De Mol G., Source d’inspiration pour la mise en œuvre d’initiatives de développement
durable. Répertoire des actions de développement durable à Bruxelles. Cellule d’Action Ville
Durable (CAVID), nd., 108 pages.
5
in Ministère de la Région wallonne, Conférence Permanente du Développement
Territorial, Résumé de la subvention 2003-2004 (2004), p.16 point 5 « Proposition de
programme de travail 2004-2005 »
étopia_
5.2
19
Références de méthodologie
Il est difficile de présenter un Agenda 21 local type, tant la diversité des localités est
importante (taille, situation géographique, ressources naturelles, tissu socioéconomique, réalités financières, … ) même si les étapes-clés sont communes à toutes
les démarches Agenda 21 local (voir 5.1).
Il est important que les Communes qui se lancent dans la rédaction d’un Agenda 21
local établissent clairement une planification du processus aboutissant à la rédaction et
à la publication de l’Agenda 21 local, sous peine de voir l’ensemble des personnes
impliquées dans la démarche se décourager et s’en désintéresser faute de résultats
concrets. En effet, la phase d’élaboration peut être longue, la concrétisation peut
s’avérer difficile et les résultats ne sont pas nécessairement engrangés dans le court
terme.
La logique de l’Agenda 21 local dépasse le cadre de la législature communale de 6
années. La réflexion à mener sur le développement communal durable est difficile à
appréhender car complexe en raison de son caractère transversal et global. Aussi le
critère « temps » doit être pris en compte dès l’élaboration de l’Agenda 21 local. Deux
ou trois ans peuvent être nécessaires depuis la phase d’impulsion politique (décision
ferme prise au sein du Conseil communal) à la publication du plan d’actions.
Faute d’une méthodologie établie sur mesure, les recommandations qui nous
paraissent importantes sont décrites ci-dessous, tenant compte de la littérature
internationale et française (voir 5.1), mais également des spécificités observées en
Wallonie.
Enfin, la constitution d’un Agenda 21 local n’empêche pas la gestion courante des
matières communales et des projets peuvent être initiés parallèlement, dans la logique
du développement durable, impliquant des synergies fortes entre les composantes,
économiques, sociales et environnementales.
5.2.1
La détermination politique à agir en faveur du développement durable : porter le
projet
Le projet « Agenda 21 local » doit faire l’objet d’un engagement résolu de l’Autorité
communale. Il est clair que dans la phase de lancement du processus, la conviction, la
motivation et le dynamisme avec lesquels le projet est porté, sont des éléments
déterminants de son aboutissement et de sa réussite.
Le Bourgmestre doit faire connaître publiquement sa détermination :
-
à agir localement en faveur du développement durable ;
-
à adhérer à la finalité du projet (rédaction du document final Agenda 21 local dans la
perspective d’un développement local durable) ;
-
à adhérer au principe de participation-consultation-concertation de la population et des
acteurs locaux ;
-
à mettre œuvre tous les moyens légaux, techniques et financiers nécessaires à la
réalisation de l’Agenda 21 local.
Afin de crédibiliser la démarche, il est important que la décision de s’impliquer dans la
démarche Agenda 21 local fasse l’objet d’une décision du Collège et du Conseil
communal. La décision de se lancer dans un projet ambitieux est alors rendue publique
(presse locale, dépliants, spot télévisé, affiches, réunions d’information, …) et, si la
communication est bien menée, elle peut être une source de motivation pour
étopia_
20
l’ensemble des citoyens. Il est également important que le Bourgmestre motive
l’ensemble des élus à la réalisation du projet.
& Les élus de l’opposition peuvent proposer à la majorité que la Commune inscrive dans la
déclaration de politique communale (si c’est le cas en début de législature) ou dans ses projets, la
volonté de réaliser un Agenda 21 local.
5.2.2
Un responsable du projet motivé, convaincu et convaincant pour une efficacité
maximale
Afin de concrétiser l’impulsion politique, il est souhaitable, voire même indispensable,
de responsabiliser une personne-ressource chargée du développement durable ou de
l’Agenda 21 local (ex : attribution de la fonction à un fonctionnaire en exercice ou
création d’un poste spécifique). Cette personne est chargée d’assurer concrètement le
rapprochement et la transversalité entre les compétences des différents échevins
(environnement, travaux, affaires sociales, enseignement, …) et les services techniques
et administratifs. Il est important que cette personne-ressource bénéficie de l’appui et
de la reconnaissance de tous les élus et de tous les employés des différents services
communaux.
La personne-ressource aura notamment pour missions :
5.2.3
-
d’élaborer le processus Agenda 21 local ;
-
de sensibiliser et d’informer les élus communaux et les services techniques ;
-
d’assurer la transversalité entre les services communaux ;
-
de coordonner les différents partenaires impliqués (ex : associations, …) et
associés (bureaux d’études, …) ;
-
d’assurer le suivi du projet Agenda 21 phase par phase.
La sensibilisation des élus et services administratifs
Il s’agit d’une étape importante pour assurer la crédibilité du projet. En effet, il est
important de convaincre les élus que le développement durable n’appartient pas à une
famille politique en particulier et qu’il est loin d’être une lubie environnementaliste. Il
faut faire passer le message selon lequel le développement durable est la voie dans
laquelle doivent s’engager les collectivités si elles veulent assurer un avenir aux
générations futures.
Les différents services techniques (personnes sur le terrain) et administratifs (gestion
des dossiers) devront prendre conscience que la réussite du projet dans son ensemble
dépend fortement de leur adhésion à la démarche.
Il faut donc faire comprendre au personnel communal que la démarche Agenda 21
local n’est pas « un truc en plus, une tâche supplémentaire à assumer » mais qu’elle
implique une autre manière de travailler de façon plus cohérente et moins cloisonnée,
un partage de l’information entre services, etc.
5.2.4
Une Cellule interne « développement durable »
La sensibilisation des élus et du personnel administratif n’est sans doute pas suffisante
pour les plonger au cœur projet. Après les premières actions de sensibilisation, il est
nécessaire d’impliquer des personnes en interne qui s’associent concrètement à la
étopia_
21
démarche. Cela peut se traduire par la création d’une Cellule interne « développement
durable », permettant d’associer l’ensemble des services communaux (techniques et
administratifs) au processus d’élaboration de l’Agenda 21 local, concernant notamment
les aspects plus techniques (élaboration du cahier des charges, choix de partenaires
associés comme les bureaux d’études, …). Cette cellule peut regrouper des élus (dont
le porteur du projet : Bourgmestre ou Echevin en charge du développement durable),
des chefs de services, le responsable du projet de développement durable.
Une des premières missions de la Cellule interne « développement durable » est
d’élaborer un cahier des charges de l’étude Agenda 21 local à destination des services
communaux et de l’éventuel partenaire associé (voir 5.2.5) et de le faire valider
(Collège des Bourgmestre et Echevins, Conseil communal).
Le cahier des charges à destination du (des) partenaire(s) associé(s) contiendra
notamment :
5.2.5
-
les motivations du projet et objectifs généraux ;
-
un exposé des tâches demandées (ex : état des lieux, organisation de la
participation, …) ;
-
des objectifs en terme de temps ;
-
…
Un (des) partenaire(s) associé(s) pour l’accompagnement du projet
Compte tenu de la quantité de travail importante à fournir de la part du responsable, la
Commune peut faire appel à un (des) partenaire(s) associé(s)6 (bureaux d’étude,
consultance, bureaux-conseils, …) qui contribue(nt) à l’accompagnement du projet
(état des lieux ou audit local, compétences techniques, études spécifiques, …).
La rédaction du plan peut également confiée à un partenaire associé.
5.2.6
L’état des lieux ou audit local
L’audit local est une étape primordiale de la démarche Agenda 21 local. En effet, le
contenu de l’audit local servira de support au processus de consultation, de discussion
et de décision.
Il est important de garder à l’esprit que le contenu de l’audit local n’est pas un
recensement des politiques menées à l’échelle communale. Il s’agit effectivement d’une
formulation d’éléments cadrant dans une logique de développement durable. Dans ce
cadre il est important d’aborder l’état des lieux de manière dynamique (ex : évolution
d’une problématique au cours du temps).
Le cahier des charges (voir 5.2.4) précise un certain nombre d’éléments de description
de l’audit local7.
6
Nous distinguons les partenaires associés (5.2.5) des partenaires impliqués (5.2.8). Les
partenaires associés n’ont pas directement d’intérêt par rapport au projet porté ; c’est
pourquoi leur adhésion ne conditionne pas l’existence même de la démarche Agenda
21 local.
7
A ce sujet, nous renvoyons le lecteur à la publication suivante : Cogérino L. et
Boutaud A. (2000)
étopia_
22
Des économies d’échelle peuvent être réalisées lorsqu’un état des lieux est établi à
l’occasion de l’élaboration d’un Schéma de structure communal (SSC), d’un
Programme communal de Développement rural (PCDR), d’un Plan communal de
Mobilité (PCM), … L’audit peut éventuellement être complété pour apporter des
éléments manquants (ex : données relatives à l’énergie, aux rejets agricoles ou
industriels, à la mobilité, à la situation socio-économique, …). Les services communaux
et donc le personnel administratif et technique détiennent souvent des informations
importantes et précieuses sur lesquelles il est important de s’appuyer.
Afin d’optimaliser l’évaluation (voir 5.2.15), les indicateurs devraient être identifiés
dans la phase d’élaboration de l’état des lieux (cela permet d’avoir des repères chiffrés
mais également de fixer des objectifs chiffrés). Ces indicateurs doivent être clairs,
compréhensibles par tous, pertinents et facilement calculables.
5.2.7
Sensibilisation/formation du public au développement durable et communication
Avant d’entrer dans la logique participative du processus, la Commune veille à
assurer :
5.2.8
-
d’une part, une sensibilisation/formation au concept de développement durable
(principes généraux, Agenda 21, Agenda 21 local, …). Les actions menées sont
diverses (débats publics, expositions, organisation de journées du
développement durable, actions concrètes au niveau des écoles, …) ;
-
et d’autre part, une bonne communication relative à la démarche Agenda 21
local, à l’état d’avancement, à la planification, au rôle de chacun des acteurs, au
processus participation (calendrier des activités liées à la participation, …). La
communication peut passer par le bulletin communal, la presse locale, un spot
télévisé, les dépliants, … La communication visera les élus, le personnel
communal et les citoyens, etc.
Lancement du partenariat
La Commune lance un partenariat vers les acteurs impliqués, c’est-à-dire ceux qui sont
directement concernés par l’objectif d’un développement communal durable :
associations, ONG, population, réseaux d’enseignement (écoles, universités),
agriculteurs, petites et moyennes entreprises, etc.
5.2.9
L’organisation de la participation
La gouvernance (voir 4.3) vise à renforcer les principes de transparence et de
participation. La participation implique une concertation.
Si cette étape peut paraître difficile à mettre en place, la démarche participative se situe
pourtant au coeur même de l’Agenda 21 local. Les Communes doivent tout mettre en
œuvre pour la réussite du processus participatif.
Des expériences intéressantes existent notamment en France (ex : création d’un Forum
et/ou de groupes de travail, lieux d’expression et de travail commun ; organisation
d’Ateliers Durables ou Ateliers 21, appelant à la créativité du citoyen ; …). Le fruit des
discussions, des débats et des propositions servira de base à la première proposition
d’Agenda 21.
étopia_
23
Voir aussi :
) Cogérino L. et Boutaud A. (2000)
) Centre Ressource du Développement Durable (CERDD) (2001)
L’ICLEI définit le forum de la manière suivante :
« Pour obtenir une idée plus réaliste des véritables besoins en matière d’environnement et des aspirations
de l’ensemble de la collectivité, il serait peut-être souhaitable de créer un groupe de travail spécial,
impliquant autant de groupes d’intérêts que possible (… ). Les opinions peuvent s’exprimer, les valeurs
sont discutées, les oppositions sont débattues, les informations sont échangées et discutées ».
In CERDD, 2001
Le processus participatif vise notamment à :
-
reformuler l’état des lieux sur base de l’audit local (voir 5.2.6) (compléments
d’informations, lacunes à combler, …) ;
-
identifier les problèmes en terme de développement durable. A ce stade, il est
intéressant de proposer des indicateurs simples et facilement mesurables ;
-
formuler des objectifs de développement durable (hiérarchiser les priorités par des
objectifs premiers et objectifs secondaires) et définir des moyens pour y parvenir.
Il faut garder à l’esprit que tous les problèmes ne pourront être traités. Les
choix peuvent être opérés en fonction des critères suivants : gravité de la
situation, autonomie communale pour la réalisation, rapport coûts/avantages,
impact social, obligations légales, …
-
proposer un plan d’action. Il s’agit de l’Agenda 21 local. L’Agenda 21, véritable
outil de planification, est composé d’axes de travail, de projets spécifiques,
d’outils législatifs à utiliser, de moyens budgétaires, de dispositifs de
communication, ainsi que d’un échéancier (planification à court, moyen et long
termes).
5.2.10 Rédaction de l’Agenda 21 local
La rédaction de l’Agenda 21 local est une étape plus technique qui peut être confiée
au(x) partenaire(s) associé(s). L’Agenda 21 local peut être présenté sous différentes
formes : fiches techniques, grille de lecture, tableau de bord,... Il faut garder à l’esprit
que l’Agenda 21 local est susceptible d’être lu par le grand public. Sa présentation doit
être attrayante et son contenu didactique.
5.2.11 Consultation de la population
L’Autorité communale doit tout mettre en œuvre pour mobiliser la population sur
l’Agenda 21. Dans un souci de transparence, la Commune doit expliquer le processus
qui a conduit à la rédaction de l’Agenda 21 local mais également consulter la
population sur le document proposé. La collecte des remarques des citoyens peut
prendre des formes diverses (numéro vert, enquête publique, réunions publiques, …).
Les remarques doivent pouvoir être intégrées dans le plan d’action.
5.2.12 Validation de l’Agenda 21 local par les services communaux
Il faut évidemment s’assurer de la faisabilité réglementaire, technique et financière du
plan d’actions mais également de sa pérennité. L’implication des services
étopia_
24
administratifs et techniques est évidemment importante et essentielle pour la mise en
œuvre des actions concrètes.
5.2.13 Validation de l’Agenda 21 local par le Conseil communal
Ensuite ce sera au tour des élus de ratifier le document Agenda 21 local, mais
également d’hiérarchiser les propositions d’actions en fonction des priorités à court,
moyen et long termes. Cette étape s’inscrivant dans la sphère politique, il est clair que
des débats se tiendront au sein du Collège des Bourgmestre et Echevins mais
également au sein du Conseil communal.
5.2.14 Publication de l’Agenda 21 local et communication
La publication d’un document finalisé clôture la première phase de travail du
processus Agenda 21. Y seront développés les contenus thématiques du plan d’action,
et y seront spécifiées les responsabilités de chaque acteur.
5.2.15 Evaluation et suivi
La publication de l’Agenda 21 local n’est pas une fin en soi. Il s’agit d’une étape, certes,
importante, mais pas définitivement bouclée. Elle s’inscrit dans un processus cyclique
(ou itératif) dans la voie du développement durable impliquant une culture du suivi,
de l’évaluation, de la remise en question et de l’amélioration constante de l’Agenda 21
local.
Des indicateurs de suivi et de résultats permettent d’évaluer des actions menées en
terme de développement durable.
L’évaluation de l’Agenda 21 local a pour effets, l’approfondissement, l’adaptation et
l’amélioration des actions entreprises en fonction des résultats obtenus.
Pour assurer le suivi de la démarche Agenda 21, la continuité du mode de démocratie
participative (transparence-participation) est indispensable, notamment pour assurer
l’amélioration des actions à mener. C’est dans cette optique que les élus doivent se
rendre compte que la démarche Agenda 21 dépasse le cadre de la législature et les
clivages politiques. Mais que les élus ne s’y trompent pas. La bonne gouvernance ne
remet pas en cause le principe d’une démocratie représentative. Elle le consolide. Il
n’est donc pas suffisant de dire « je suis élu, il faut me faire confiance ».
En effet, peut-on concevoir une politique de développement durable autrement que
par une interaction permanente entre la collectivité, en l’occurrence la Commune, et le
citoyen ?
étopia_
6
25
Une mult it ude d’ act ions et d e s p r o p o si t i o n s c o n c r è t e s
Ce chapitre8 décrit les thèmes qui peuvent être abordés dans le cadre d’une politique
communale durable.
6.1
Une démocratie forte – vers le renforcement de la participation
Le lancement de l’Agenda 21 est laissé à l’appréciation des Autorités communales qui
n’identifient pas toujours les enjeux et atouts de la démarche, celle-ci s’inscrivant dans
une vision de développement à moyen et long termes, dépassant donc le cadre de la
législature de 6 ans.
Aujourd’hui, les compétences partagées entre les membres du Collège des
Bourgmestre et Echevins sont souvent cloisonnées et le principe de la « décision prise
collégialement » n’est appliqué qu’au prix d’un marchandage politique (principes du
« maître chez soi » ou « pas sur mes plates-bandes »). Dans le cadre d’un Agenda 21
local, il faut abandonner ce type de gestion.
Espérer une avancée intéressante sur le plan du développement durable nécessite un
changement radical des mentalités des élus en adoptant « Une autre manière de faire de la
politique » ou une saine gouvernance : transparence-démocratie-participation.
Exemples :
-
Mener l’action politique en toute transparence (information complète donnée à
tous les élus locaux, qu’ils soient dans la majorité ou dans l’opposition) ;
-
informer et consulter la population dès qu’un dossier important doit être
traité ;
-
traiter tous les dossiers concernant des acteurs locaux (associations sportives,
associations culturelles, environnementales, sociales, …) avec la même souci
d’équité (ex : les subsides seront accordés suivant une grille d’évaluation du
projet, indépendamment de toute considération politique), …
« A Floreffe, nous tentons d’améliorer constamment la relation au citoyen. Cela se
traduit notamment en assurant un suivi de chaque dossier et en donnant une réponse
au citoyen le plus rapidement possible, mais aussi en adaptant les horaires d’ouverture
de l’administration aux contraintes des citoyens et en améliorant l’accueil de la
population ».
Thérèse-Marie Bouchat et Albert Mabille, échevins à Floreffe
Il est primordial de renforcer des mécanismes de participation et de concertation en
créant un véritable partenariat entre tous les acteurs locaux (élus, associations, réseaux
d’enseignement, opérateurs économiques, agriculteurs, …), avec pour objectif
d’obtenir une avancée sur le thème du développement durable de la Commune. A ce
sujet, il n’y a pas de modèle. Les mécanismes de concertation font appel à la créativité
8
Chapitre élaboré et enrichi grâce à la collaboration des échevins ECOLO de
Communes de la Province de Namur : Mme T-M. Bouchat (Floreffe), MM. J-P. Gérard
(Havelange), A. Mabille (Floreffe), Mmes B. Maroy (Sombreffe), C. Parmentier
(Gembloux), MM. E. Van Poelvoorde (Gembloux) et P. Wattecamps (Assesse).
étopia_
26
des porteurs de projets. Quelle que soit la formule choisie, le mécanisme participatif
fait l’objet d’évaluations régulières, sous peine de le voir s’essouffler rapidement.
Exemples :
-
tables rondes (où la discussion est privilégiée), ateliers créatifs (pour faire
naître de nouvelles idées), création d’un poste de médiateur (interface entre le
citoyen et l’administration), groupes de travail (pour formuler des
propositions concrètes), site internet et forums de discussion, Maison de la
participation (création d’un lieu commun d’expression et de travail commun),
etc.
A Floreffe, à Gembloux, à Assesse, … les échevins Ecolo basent notamment leur action
en s’appuyant sur les compétences, les avis, les requêtes des citoyens et des acteurs
locaux. Les avis peuvent être exprimés au travers de Conseils consultatifs (ex : Conseil
consultatif des aînés à Floreffe), de Commissions communales (ex : Commission
communale Solidarité internationale à Gembloux) ou Groupes de travail (ex : Groupe
de travail Chemins et Sentiers communaux à Assesse).
Voir aussi :
) Rousseaux V., Vade-mecum d’une expérience de participation citoyenne. Le panel de
citoyens – Quel Brabant wallon pour demain ? Fondation pour les Générations futures,
Namur, 2002, 43 pages.
) de Thier D., Saelens S. et Vermeiren B, Guide pour la participation citoyenne dans les
plans communaux de mobilité. MET, Namur, 2001, 48 pages.
6.2
6.2.1
Environnement et économie : intégrer l’environnement pour assurer une efficacité
économique
Mieux gérer le territoire
Depuis une trentaine d’années, les villages se sont étendus considérablement, occupant
davantage d’espaces et nécessitant des aménagements souvent très lourds et donc
coûteux pour la collectivité. La Commune doit opérer des choix d’aménagement du
territoire qui visent à l’engager dans la voie du développement durable. Un chapitre
« Aménagement du territoire » est un axe clé de l’Agenda 21 local, notamment pour
inscrire une vision durable du développement territorial.
Exemples :
-
la densification de l’habitat (prioritairement via la rénovation et/ou
l’occupation des étages des rez-de-chaussée commerciaux) autour des noyaux
bâtis entraîne une diminution des déplacements motorisés, permet d’améliorer
les services de transports en commun pour une plus grande partie de la
population, permet également une utilisation plus efficiente des
infrastructures publiques (écoles, halls omnisports, …). Il permet de réaliser
des économies d’échelle relatives aux commodités (raccordement en eau,
réseau d’égouttage, électricité, …). Elle améliore les possibilités de collecte des
déchets verts, … C’est un choix politique qu’il n’est pas toujours évident de
faire passer auprès de la population (le belge aime l’habitation 4 façades), mais
indispensable en terme de durabilité territoriale, environnementale et
économique ;
-
tout projet de lotissement doit faire l’objet d’un éco-bilan, incluant notamment
un bilan énergétique (matériaux utilisés, isolation, efficience de la luminosité
étopia_
27
naturelle, …), un bilan relatif à la mobilité (nombre de véhicules motorisés
potentiels) mais également un bilan environnemental (impact sur la faune, la
flore, la dégradation potentielle de l’habitat ou de sites particuliers, le
paysage, …) ;
-
la mixité des implantations est importante (habitat, commerces, infrastructures
publiques, agriculture, entreprises, services, …) ;
-
…
« Le Schéma de Structure communal (voir 7.1.1.1) mais également le Règlement
communal d’Urbanisme (voir 7.1.3.2) sont des outils indispensables pour assurer une
vision cohérente de l’aménagement du territoire communal. Il est en cours de
réalisation à Sombreffe. Parallèlement à la conception et la mise en place de ces outils
importants, nous veillons à rencontrer tous les lotisseurs dès la conception d’un projet.
Cela nous permet de négocier, voire d’imposer des charges d’urbanisme diverses dans
la logique du développement durable : trottoirs, espaces convivialité, parkings vélos
abrités et sécurisés dans les logements multiples, plantations, … »
Brigitte Maroy, échevine à Sombreffe
6.2.2
Un habitat durable
Les mandataires politiques ont encore tendance à penser que l’amélioration de l’habitat
n’est pas une priorité. Pourtant, une réorientation des pratiques de
rénovation/construction, notamment dans les logements sociaux (qui sont souvent très
énergivores !), rencontre les trois dimensions du développement durable :
-
au niveau social : libération du pouvoir d’achat par la réduction des factures
énergétiques, factures d’eau, factures « déchets » (voir 6.2.4), facturées liées aux
déplacements motorisés (voir 6.2.5) ;
-
au niveau économique : appel à des entreprises locales pour la
rénovation/construction ; mise sur pied des entreprises d’économie sociale pour la
rénovation/construction. La démarche d’éco-construction implique d’utiliser des
techniques de construction qui privilégient la main d’œuvre ;
-
au niveau environnemental : diminution de la pression environnementale au niveau
du choix des matériaux (matériaux écologiques ou naturels qui consomment peu
d’énergie pour leur fabrication, le transport et la mise en œuvre) mais également
au niveau du fonctionnement des bâtiments (énergie, eau, déchets, …). Choix
urbanistiques et architecturaux intéressants (privilégier la lumière naturelle, …) ;
Exemples :
-
instaurer un système de marchés publics « verts » (voir 7.2) ;
-
privilégier l’éco-construction à l’occasion de projets de lotissement ou
d’habitations, notamment par instauration d’un système de primes
spécifiques ;
-
informer la population pour que les citoyens contribuent effectivement à la
diminution de la consommation d’énergie ;
étopia_
28
La Ville de Gembloux a répondu à l’appel lancé par la Région wallonne pour la
formation de guides « Energie » donnée par l'asbl Bon jour... Sourire. L’objectif est de
former la population à l'utilisation rationnelle de l'énergie, les citoyens ayant un rôle
actif et essentiel à jouer au niveau local : sensibiliser, informer le voisinage, participer
aux actions communales en matière d'énergie,... C'est le sens donné aux formations de
guides Energie.
Eric Van Poelvoorde, échevin à Gembloux
-
imposer des normes d’isolation ;
A Gembloux, tout candidat bâtisseur se voit remettre un dossier expliquant les normes
d’isolation (nécessité d’aller vers une norme thermique plus sévère que la
réglementation thermique), faisant état des primes régionales ou des déductions
fiscales à l’isolation, à l’installation d’un système de chauffage performant,...
Eric Van Poelvoorde, échevin à Gembloux
-
privilégier le recours à des énergies renouvelables (ex : panneaux solaires) par
l’instauration d’un système de primes spécifiques (chauffe-eau solaire,
lagunage, installation de citernes, …) ;
-
pourvoir les infrastructures de logements sociaux de systèmes de chauffage
collectif à l’occasion d’une rénovation ou d’une construction ;
-
instaurer un système de primes aux ménages à faible revenu pour qu’ils
puissent investir dans l’objectif d’une utilisation rationnelle de l’énergie ;
-
aider les ménages les plus démunis à réduire leur facture d’eau (ex : primes
pour l’installation de chasses « double flux »).
) Le Cluster éco-construction
Depuis juillet 2004, le cluster éco-construction est reconnu officiellement par le
Gouvernement wallon. Ce réseau éco-construction rassemble divers experts : des
architectes, des constructeurs, des fabricants et des fournisseurs de matériaux
écologiques, des entreprises actives dans le domaine des énergies renouvelables, des
bio-électriciens, des spécialistes en épuration des eaux par lagunage, piscines
naturelles, traitement et récupération d’eaux de pluies, des organismes d’informations,
des entreprises actives dans le secteur de la rénovation, des spécialistes en
thermographie infra-rouge et en pollution électromagnétique.
Le site internet du cluster éco-construction http://www.ecoconstruction.be fait
référence à quelques projets intéressants, par exemple :
un projet visant à mettre en contact par des conférences les membres du cluster
éco-construction avec les entreprises d’économie sociale afin de développer des
synergies ;
une réhabilitation d’anciens moulins dans les arrondissements de Dinant et
Philippeville ;
un projet d’éco-hameau à Beauraing (conception et construction d’un bâtiment
bioclimatique capable d’accueillir des groupes de 30 élèves dans le cadre de formation
permanente à l’habitat écologique ;
-
etc.
étopia_
6.2.3
29
Gestion des ressources et achats publics
Le développement durable doit être intégré à tous les niveaux institutionnels. La
Commune, et donc l’Administration communale, se doivent de montrer l’exemple en
matière de gestion des ressources et d’achats publics.
Exemples :
-
Instauration de marchés publics « verts » (voir 7.2)
-
audits énergétiques des bâtiments publics ;
-
utilisation rationnelle de l’énergie (diminution de la température dans les
bâtiments publics, faire la chasse au gaspillage, …) ;
-
amélioration de l’efficacité énergétique (ex : ampoules économiques,
amélioration de l’isolation, remplacement des chauffages électriques, …) et
recours à des énergies renouvelables (éolien, solaire, biomasse, …) ;
Depuis 2001, la Ville de Gembloux, consciente de ses responsabilités, s'est engagée
dans une politique volontariste et ambitieuse pour une gestion plus efficace de
l'énergie. Un échevinat et un service spécialement dédicacés à cette matière ont été
créés et une série d'actions concrètes ont déjà pu voir le jour.
Citons entre autres : l'engagement d'une responsable "énergie", la réalisation du
cadastre énergétique des bâtiments communaux et le suivi des consommations, des
audits énergétiques pour les bâtiments les plus énergivores, des travaux subsidiés
d'amélioration de l'efficacité énergétique (isolation, doubles vitrages,…), une
sensibilisation du personnel, une prime Soltherm communale, la première installation
de Wallonie de panneaux solaires sur une maison de repos,…!
Gembloux et Sombreffe sont aussi célèbres pour leur parc d'éoliennes d’une puissance
6 MW, c'est à dire l'équivalent de la consommation de 10.000 personnes.
Eric Van Poelvoorde, échevin à Gembloux
étopia_
30
) Les Communes kyotodynamiques
Maillons essentiels de la chaîne d’acteurs à impliquer pour relever le défi de la sobriété
énergétique, les Communes ont un quadruple rôle à jouer :
-
maîtriser les consommations de leurs bâtiments ;
-
favoriser la production d’énergies verte ;
-
mobiliser les citoyens pour une utilisation rationnelle de l’énergie ;
-
aménager durablement leur territoire.
Estimant que les pouvoirs publics doivent montrer l’exemple, la Région wallonne met
à disposition des Communes une impressionnante panoplie d’outils, pratiquement
taillés sur mesure : formations diverses, audits, subventions à l’investissement,
logiciels,...
Mais
les
Communes
utilisent-elles
ces
outils
?
Avec l’aide de la Région wallonne (la Division de l'Energie et certains opérateurs par
qui transitent les demandes de subvention), Inter-Environnement Wallonie (IEW) a
dressé l’inventaire des réponses que les Communes ont données aux différents outils
régionaux mis à leur disposition. Mis sous forme cartographique, cet inventaire offre
ainsi un premier aperçu des pratiques communales en matière d’énergie. Cet
inventaire est mis à jour annuellement et ne tient donc pas compte des projets de
l'année en cours. Les Communes peuvent communiquer à IEW des informations sur
d'autres projets novateurs en matière d'énergie ne figurant pas dans l'inventaire.
Site internet « Quelle énergie dans ma Commune ? » http://www.kyotocommunes.be
-
consommation responsable (voir 7.2.2) : produits issus de l’agriculture
biologique, produits issus du commerce équitable (café), éco-produits
(peintures, produits de construction, bois labellisé, alternatives aux
pesticides,…).
La Province de Namur, sous l’impulsion de Patrick Dupriez, a élaboré et imposé à ses
fournisseurs un cahier des charges relatif à la fourniture des repas aux occupants du
complexe des Classes de forêt du Domaine Provincial de Chevetogne. Le cahier des
charges est basé sur la capacité du (des) fournisseur(s) à s'intégrer au projet
pédagogique des Classes de forêt et à pratiquer une approche globale et systémique de
la qualité dans les modes d'approvisionnement et de préparation des repas.
L'attribution du marché se fait sur base de critères pondérés (voir cahier des charges
sur www.etopia.be).
Administration provinciale générale de la Province de Namur
) Bioforum, plate-forme pour l’agriculture biologique
L’asbl Bioforum réalise des études de faisabilité en vue d’introduire des ingrédients
biologiques dans les plats délivrés dans les collectivités (CPAS, homes, auberges de
jeunesse, Gîtes d'étape, hôpitaux, milieux scolaires, entreprises, etc), tenant compte des
caractéristiques différentes de celles-ci (exigences alimentaires, infrastructures
disponibles pour les stocks, la cuisine, la délivrance des repas,...).Site internet de
Bioforum : http://www.bioforum.be
étopia_
31
A Floreffe, lorsqu’ils sont en mesure d’intervenir sur les achats publics et de gestion
des ressources, les mandataires Ecolo optent pour l’écogestion, ce qui se traduit par :
-
l’achat de papiers recyclés, peintures naturelles, produits de nettoyage respectueux
de l’environnement, bois labellisés, véhicules équipés au LPG, produits
alimentaires issus du commerce équitable ;
-
des audits énergétiques des bâtiments publics ;
-
des analyses sur les consommations d’eau dans les bâtiments publics ;
-
des études et des actions qui améliorent l’accessibilité des bâtiments publics aux
personnes à mobilité réduite.
Ces décisions s’inscrivent dans une politique visant à consommer autrement afin de
protéger l’environnement (ex : réduction des déchets), la santé, de valoriser le « fait
soi-même », de valoriser les productions locales, à sensibiliser au commerce équitable,
…
Thérèse-Marie Bouchat et Albert Mabille, échevins à Floreffe
6.2.4
Déchets
Les Communes n’ont pas le plein pouvoir sur l’organisation de la filière « déchets »,
les maillons « ramassage-transport-tri-traitement » de certains déchets étant confiés à
une structure spécialisée, une Intercommunale (ex : Bureau Economique de la Province
de Namur – BEP Environnement où les échevins Ecolo participent au processus de
décision).
Toutefois la Commune peut instaurer un plan de prévention des déchets impliquant
tous les acteurs : collectivités (écoles, administration, hôpitaux, halls omnisports,…),
industries, secteurs tertiaires, commerçants, ménages, …
« En 1997, Havelange, Commune rurale de 4600 âmes a dit non à Fost plus. Pour les
responsables de l’environnement, le recyclage des déchets c’est bien mais ne résout en
rien les problèmes de surconsommation et de formation de déchets. C’est dans cet
esprit que la Commune de Havelange a élaboré et mis en place un Plan communal de
prévention des déchets.
L’idée est, en fait, de prévenir la production de déchets, notamment avant le trirecyclage, comme le préconise l’Europe et le Plan wallon des déchets. Ce plan est axé
d’une part, sur l’éducation à un comportement éco-citoyen dans la consommation et
d’autre part, sur des formations et des incitations au compostage individuel.
Nous avons débuté les premières actions concrètes du Plan de prévention en
septembre 1998. En janvier ’99, nous avons instauré l’utilisation de sacs payants et en
avril 2002, ceux-ci ont été remplacés par des poubelles à puces, permettant d’appliquer
plus justement le principe du pollueur-payeur.
La mise en œuvre du plan de prévention a été réalisée avec l’aide d’une institution de
consultance spécialisée « Espace-Environnement » et a nécessité l’appui d’un grand
nombre de partenaires bénévoles. Un aspect important de ce plan est en effet la
démarche participative. Un partenaire incontournable a été la population. Il ne
s’agissait pas d’apporter une série de recettes toutes faites. Le public havelangeois a été
largement informé et consulté afin de connaître ses attentes particulières en fonction de
étopia_
32
ses caractéristiques et de sa sensibilité propres. Des moyens multiples ont été utilisés :
réunions, enquêtes, bon réponse à remplir,…
Grâce à ces réunions et aux informations récoltées, différents groupes de travail
constitués par des bénévoles ont été mis en place. Et en synergie avec les associations
locales, une multitude d’actions de sensibilisation ont été concoctées. Des expositions
pour petits et grands, un spectacle de marionnette, des petits déjeuners écologiques,
des animations « compost », des campagnes « achetez moins de déchets »,...
Les résultats ? Entre 1998 et 1999, la mise en Centre d’Enfouissement technique de
déchets « tout venant » a diminué de 50,6% en moyenne. En chiffres absolus, cela
représente une diminution de 141,2 kg/hab/an. Précisons que, tenant compte du
transfert de déchets vers le parc à conteneurs et de l’incivisme, environ la moitié de
cette diminution a été attribuée à l’effet ‘prévention’ combiné au compostage des
déchets ménagers à domicile (soit environ – 73,28 kg/hab en 1999).
Du côté financier, ces opérations ne représentent pas un surcoût significatif. En ayant
rencontré l’objectif de réduction des déchets, la Commune a investi la « non dépense »
engendrée par la diminution de la quantité de déchets mis en décharge, dans
l’éducation permanente, la sensibilisation des citoyens et dans l’entretien de la
dynamique communale.
Mais l’investissement dans ce Plan de prévention a eu des retombées bien plus
qu’économiques. Des retombées sociales ont été observées, grâce à la dynamique
citoyenne mise en place mais aussi des retombées sur le long terme en impliquant les
citoyens dans une réflexion sur le développement durable ».
Jean Pol Gérard, échevin à Havelange et Philippe Schoemans, éco-conseiller à
Havelange
Exemples :
-
sensibilisation au compostage à domicile ;
A Gembloux, depuis 2002, cinq conférences consacrées au compostage ont été
organisées. Ces soirées, animées par un spécialiste du compostage (asbl Comité Jean
Pain) ont permis d’informer environ 300 personnes. Toujours en 2002, la Commune a
procédé à la formation d’une équipe de 12 guides composteurs en partenariat avec
cette asbl. Véritables relais de proximité, les guides composteurs multiplient les actions
de sensibilisation en vue de promouvoir le compostage à domicile. Les guides
composteurs sont présents lors d’événements locaux (Journée de l’Arbre, portes
ouvertes de magasins de jardinage, braderie…), organisent des permanences
mensuelles au parc à conteneurs, organisent des mini-formations à destination de la
population, informent leurs voisins, connaissances…
Pour inciter les Gembloutois à démarrer un compost, la Commune a mis en place un
système de prime à l’achat de matériel de compostage. Concrètement, les citoyens qui
présentent une facture d’achat de matériel (compostière, silo, …) peuvent être
remboursés d’un montant de 12,5 €.
Eric Van Poelvoorde, échevin à Gembloux
-
prévoir une personne responsable du tri des déchets communaux au niveau
des services administratifs (ex : 1 personne par service) ;
-
actions de sensibilisation aux habitudes d’achats, à la consommation, au tri
(notamment vers les personnes les plus démunies, les logements sociaux, …) ;
étopia_
6.2.5
33
-
actions langes lavables et alternatives aux lingettes jetables pour les ménages
avec enfants en bas âge ;
-
…
Transports et mobilité
La problématique du transport et de la mobilité doit impérativement être abordée dans
l’Agenda 21 local, tant leur incidence sur la consommation d’énergie, la pollution de
l’air et le bruit est importante.
Exemples :
-
prévoir des plans de déplacement pour le personnel communal, avec comme
objectif de diminuer les véhicules motorisés. Promotion des transports en
commun, du vélo ;
-
recours aux véhicules LPG ;
-
prévoir des transports en commun vers les logements des quartiers sociaux ;
-
prévoir des bus (navettes gratuites) à l’occasion des jours de plus grande
affluence ;
« A Floreffe, nous avons instauré un système de navette-bus le jour du marché
hebdomadaire. Il s’agit d’un service gratuit pour les utilisateurs. Les navetteurs ont
l’occasion de se rendre au marché sans prendre la voiture. Les personnes non
motorisées sont enchantées, les commerçants également. On remarque que la navette
est empruntée en moyenne par 60 personnes (surtout âgées) qui viennent non
seulement au marché, mais aussi à l’administration, à la banque, à la poste, … » .
Albert Mabille, échevin à Floreffe
-
sensibiliser la population sur le rôle essentiel des transports dans le
développement durable ; sensibiliser aux problèmes des trajets motorisés sur
de courtes distances ;
-
prévoir un plan vélo efficace et sécurisé ;
-
prévoir un plan de déplacements scolaires (voir 7.1.1.7) et favoriser les
ramassages scolaires en vélo ;
-
assurer la sécurité routière partout, notamment à proximité des écoles, dans les
zones plus densément peuplées, des cœurs de villages ;
« Dans notre Commune, nous avons instauré un nouveau règlement de sécurité
routière. Parallèlement, nous avons planifié des aménagements à l’intention des
piétons et cyclistes afin de favoriser les déplacements doux et de les sécuriser
davantage et instauré des zones 30 km/heure aux abords des écoles ».
Albert Mabille, échevin à Floreffe
-
prévoir un Plan Communal (ou Intercommunal) de Mobilité (PCM ou PICM)
(voir 7.1.1.6) ;
-
négocier avec les niveaux de pouvoirs compétents et interlocuteurs privilégiés
une offre de transports en commun adaptée aux besoins des usages (TEC,
SNCB, …) (nouvelles lignes de TEC, adaptation des horaires, maintien des
gares, …) ;
-
…
étopia_
6.2.6
34
Entreprises (et agriculture) et emploi
Le rôle de la Commune est loin d’être négligeable en ce qui concerne l’accueil des
entreprises et donc l’emploi. Dans la perspective d’un développement durable, il est
important de cerner les retombées économiques (éviter qu’une nouvelle activité ne
détruise des emplois directs et indirects) et sociales (des entreprises locales pour des
emplois locaux) et de réduire l’impact environnemental au maximum.
Exemples :
6.2.7
-
aider à renforcer la préoccupation environnementale (sensibilisation) et à
adopter
des
méthodes
de
production
écologiques
dans
les
entreprises (instauration de primes, d’un système de déduction fiscales, …) ;
-
valoriser des ressources locales (bois, eau, productions agricoles, …) et faciliter
les écoulements de productions locales (ex : produits agricoles locaux à
destination des collectivités, …) ;
-
favoriser le développement de la biométhanisation agricole ;
-
soutenir l’économie sociale vu le potentiel de création d’emplois de proximité ;
-
soutenir les groupements d’employeurs ;
Tourisme et loisirs
En Région wallonne, le développement du tourisme et des loisirs connaît un essor
important. Il est important de développer un tourisme respectueux de
l’environnement.
Exemples :
-
tout projet doit faire l’objet d’une éco-bilan (pression environnementale liée à
l’aménagement et à la surfréquentation, flux de véhicules motorisés
attendu, …) ;
-
promouvoir le tourisme local lié aux espaces naturels, au savoir-faire
(gastronomie, artisanat, …), à l’architecture et au patrimoine ;
-
…
La mise en place d’un groupe de travail « Chemins et sentiers communaux » permet de
valoriser un patrimoine qu’il est indispensable de protéger compte tenu de leurs
aspects sociaux, culturels, écologiques, paysagers et touristiques. Ce groupe de travail
émet des propositions, des avis constructifs et durables sur le devenir et la gestion des
chemins et sentiers communaux.
Paul Wattecamps, échevin à Assesse
6.3
Solidarité et environnement : intégrer l’environnement dans les politiques sociales et
culturelles
L’intégration des questions environnementales dans les politiques sociales est une
priorité. A titre d’exemple, la réduction des déchets est possible pour autant que tous
les ménages, y compris les ménages les plus démunis, y contribuent, ce qui nécessite
une sensibilisation et une information adaptées, ainsi qu’un suivi régulier.
étopia_
35
Exemples :
-
améliorer les conditions environnementales (notamment sécurité et hygiène)
des logements sociaux et améliorer l’offre de logements (ex : réhabilitation de
sites désaffectés en logements sociaux, …). Ce point doit faire l’objet de
négociations entre la Commune et les Sociétés de Logements sociaux (dans
lesquelles siègent notamment des mandataires communaux) ;
-
mener une politique de sensibilisation et d’accompagnement (guidescomposteurs, guides-énergie, respect de la propreté publique, …) des ménages
les plus démunis ;
-
…
« En mars 2005, une douzaine de « sans emploi » ont débuté, à Gembloux, une
formation qualifiante par un travail original. En effet, pris en charge
administrativement par le CPAS de la Ville de Gembloux et accueillis au sein du
Service des Travaux, 11 jeunes candidats apprennent un nouveau métier de
l’environnement appelé "éco-cantonnier". Ce nouveau métier intègre une gestion
écologique de l’espace public par une approche plus adaptée aux conditions locales :
entretien manuel des chemins, sentiers et ruisseaux, nettoyage des accotements et
trottoirs, traque des dépôts clandestins, maîtrise du compostage, taille douce des
arbres et plantations adaptées,…
Il s'agit de la troisième formation d'une action élaborée en partenariat entre le CPAS et
la Ville avec l’appui financier du Fonds social européen (FSE).
Une série de partenaires concernés ont été associés pour enrichir et finaliser la
dimension pédagogique du projet : le Centre technique horticole pour les cours
généraux d'horticulture, le groupe alpha pour des ateliers à thème (confiance en soi,
mathématique, rédaction de courrier,…), la Ville assurant l’encadrement technique et
matériel ainsi que la mise au travail des candidats.
Cette formation mixte dure neuf mois et permet aux travailleurs, qui touchent leur
revenu d'intégration sociale complété par une prime journalière d'assiduité, de se
repositionner sur le marché de l’emploi avec une nouvelle carte de visite de haute
qualité en poche.
In fine, des entreprises pourront engager ces travailleurs après leur formation
qualifiante, via un démarchage de placement orchestré par la Maison de l'emploi.
Une série d’éco-cantonniers resteront au service de la Ville sous le statut d’article 60
géré par le CPAS, ceci pour une durée de 1 an voire plus, après la formation.
Enfin, trois d’entre eux seront assurés de décrocher un emploi stable à la Ville comme
cantonnier dans un des villages non desservis (Grand-Leez, Lonzée et Ernage).
Ceci complète l’équipe de cantonniers déjà en place dans les villages de Sauvenière,
Beuzet, Bossière, Les Isnes, Grand-Manil et à Gembloux Centre et Gare. »
Eric Van Poelvoorde, échevin à Gembloux et Philippe Grévisse, président du CPAS de
Gembloux
6.3.1
Education à l’environnement/Sensibilisation
L’éducation à l’environnement, dès le plus jeune âge, est un facteur clé de la prise de
conscience des enjeux planétaires (effet de serre, pollution des eaux, des sols,
désertification, …) mais également des impacts de chaque acte posé sur
étopia_
36
l’environnement local et mondial. La sensibilisation à l’environnement a pour objectif
de faire évoluer les comportements individuels (mobilité, consommation, économies
d’énergie, économies d’eau, propreté publique, …) et de permettre une contagion des
actes posés.
Exemples :
-
informer la population (bulletin communal, expositions, conférences,
réunions,…) de l’état de santé environnemental de la Commune (qualité de
l’eau du robinet, eaux de baignade, sites intéressants, Natura 2000, volume des
déchets produits par habitant, …) ;
-
informer régulièrement la population sur l’Agenda 21 local (objectifs, état
d’avancement, avancées en matière de développement durable, …) ;
-
mener des actions de sensibilisation dans les écoles (ex : Journées du
développement durable), faire participer les familles, les élèves, les
enseignants au plan de réduction des déchets (collations « zéro déchets »,
boîtes à tartines, gourdes, …) ;
-
réaliser des outils pédagogiques à destination des citoyens pour faire prendre
conscience de l’impact de leur mode de vie et de consommation dans le but de
faire évoluer les comportements ;
-
s’appuyer sur les associations environnementales locales pour qu’elles
puissent mener des actions intéressantes sur la Commune.
« Depuis l’automne 2002, la Commune de Assesse organise, la Semaine de la Nature,
dans le but de promouvoir et d’instaurer une gestion environnementale durable de son
territoire. Cette action a pour finalités de faire prendre conscience de l’existence de
véritables richesses naturelles locales et d’y responsabiliser chaque acteur de la vie
communale. La Semaine de la Nature est organisée en collaboration avec les acteurs
locaux (associations, écoles, citoyens, …) ».
Paul Wattecamps, échevin à Assesse
Site internet à visiter :
EducA 21 (site consacré à la décennie de l’Education au Développement durable en
Communauté française de Belgique) : http://www.educa21.be
Réseau Idée – Information et diffusion en éducation à l’environnement :
http://www.reseau-idee.be
6.3.2
Relations extérieures et coopération internationale
N’oublions pas la dimension internationale dans laquelle s’inscrit l’Agenda 21 local !
Le développement durable vise notamment à réduire le fossé Nord/Sud et à créer des
partenariats avec les pays et les collectivités locales. Toute action locale doit se référer
aux problèmes globaux (ex : mobilité/émissions de gaz à effet de serre ; achat papier/
déforestation ;
déchets/
pollutions ;
consommation/
épuisement
des
ressources ; …).
Exemples :
-
créer des jumelages avec des Communes ayant adopté également un Agenda
21 local, avec pour objectifs l’échange d’informations, de compétences,
d’expériences, mais également la prise de conscience de la dimension
internationale du développement durable ;
étopia_
-
37
associer le milieu associatif local pour encourager les initiatives de partenariat
et d’échange (en Flandre, en Europe, sur d’autres continents, …).
A Gembloux, sous l’impulsion de l’échevinat de l’Enseignement et des Relations NordSud, et à l’initiative de la Commission consultative de Solidarité internationale de la
Ville de Gembloux, un Forum d’éducation au développement a été organisé
(Gembloux, 14, 15 et 16 avril 2005). Depuis le mois de janvier 2005, les élèves d’une
quinzaine de classes primaires et secondaires de tous les réseaux de Gembloux
explorent les autres cultures via le thème général de « L’Autre ». L’objectif de cette
action est d’encourager un changement de mentalité chez les jeunes en les aidant à
développer une démarche d’ouverture. Avec leurs enseignants et les animateurs
provenant d’associations locales et à partir de dossiers pédagogiques, de
documentaires ou de jeux coopératifs, les élèves découvrent « L’Autre » à travers ses
préoccupations quotidiennes : ses habitudes alimentaires, sa culture, son mode de vie,
… les enfants abordent également les questions de commerce équitable et de
développement durable.
Claire Parmentier, échevine à Gembloux
6.3.3
Dimension culturelle et équité sociale
La dimension culturelle fondamentale du développement durable reconnaît que
chaque être humain a droit à l’épanouissement personnel. Ainsi, l’accès aux différentes
formes de culture est fondamental.
Exemples :
-
mise à disposition des citoyens de tous les outils nécessaires à la diffusion de
la culture dans toutes ses formes (bibliothèques, accès à Internet, …). Le milieu
associatif sera associé à la démarche ;
« A Floreffe, en collaboration avec la bibliothèque communale, un service « Prêt de
livres à domicile » est assuré par des bénévoles auprès des personnes qui ne peuvent se
déplacer ».
Thérèse-Marie Bouchat, échevine à Floreffe
-
création d’espaces publics de rencontre et d’expression des citoyens
(notamment les jeunes), des associations, etc.
« A Floreffe, nous avons initié un Contrat local pour l’enfance, en associant tous les
acteurs de la Commune regroupés en un Conseil consultatif. Cela a permis, dans un
premier temps, d’établir un état des lieux des infrastructures et activités, de
l’encadrement, … et ensuite, de voir comment améliorer l’offre de services. C’est ainsi
que nous organisons des activités pour les enfants le mercredi après-midi, une école
des devoirs à Franière. L’amélioration des services de garderie nous paraît
primordiale. Cela se traduit par la formation du personnel, la mise à disposition de
jeux, de livres. Des activités sont également organisées lors des conférences
pédagogiques, ce qui réjouit les enfants et qui permet aux parents de trouver des
solutions pour la garde des écoliers ».
Thérèse-Marie Bouchat, échevine à Floreffe
La politique sociale d’une Commune peut jouer un rôle moteur pour permettre
l’épanouissement de chaque être humain, la rencontre de « l’autre » par exemple :
étopia_
-
38
en luttant contre l’isolement des personnes âgées, précarisées, des personnes à
mobilité réduite, des étrangers, etc.
« La Brochure « Vivre à Floreffe à 60 ans et plus » a été distribuée dans toutes les
maisons concernées. Elle apporte des informations sur les services sociaux, les soins de
santé, les divertissements, les avantages des transports en commun, … »
Thérèse-Marie Bouchat, échevine à Floreffe
6.4
6.4.1
Nature et environnement
Gestion des ressources naturelles/conservation de la biodiversité
L’Agenda 21 des Nations-Unies consacre une partie importante aux questions de
gestion des ressources naturelles et de conservation de la biodiversité.
En collaboration avec la Région wallonne, les Communes mettront tout en œuvre pour
gérer durablement les ressources naturelles et préserver la biodiversité.
Un Agenda 21 local peut donc intégrer divers chapitres relatifs à :
6.4.2
-
la gestion de l’eau (ex : participer à un Contrat de rivière) (voir 7.1.4.2) ;
-
la qualité de l’air et les pollutions atmosphériques ;
-
la qualité des sols ;
-
la conservation de la nature : le Plan communal de Développement de la
Nature (PCDN) peut être mené en concertation avec les citoyens, les écoles, le
milieu associatif (voir 7.1.1.8) ;
-
la protection des zones humides ;
-
des actions de fauchage tardif, actions combles et clochers, actions de
protection des arbres et des haires ;
-
les bois (Journée de l’arbre, sensibilisation aux arbres remarquables), forêts et
sites d’intérêt écologique ;
-
les espaces verts ;
-
l’agriculture, …
Pollutions diverses et risques
Nous avons évoqué plus haut le principe de précaution (voir 4.2). En vertu de ce
principe, les Communes peuvent inscrire des recommandations dans l’Agenda 21 local
concernant la prévention des pollutions et la réduction des risques (ex : risque
d’inondations).
« Dans le cadre du Plan d’environnement de la Commune d’Assesse, nous avons
instauré un projet intitulé « Planification de mesures pour la résolution et la prévention
des problèmes de pollution, d’insalubrités environnementales et de propreté sur le
territoire de la Commune ». Ce projet propose à tous les acteurs de l’environnement un
outil d’évaluation et de repères tant pour la résolution de problèmes que pour la
prévention en matière de qualité de l’environnement (eau, air, forêts et nature,
agriculture dans les limites des compétences communales, déchets) : eaux sales, feux
interdits, dégradations, dépôts sauvages, … »
Paul Wattecamps, échevin à Assesse
étopia_
39
« A Gembloux, nous menons une lutte préventive et active contre les inondations par
des projets écologiques innovants.
Le quartier rural de la rue de Meux et de Petit-Leez à Grand-Leez est très
régulièrement victime des inondations provoquées par des pluies d’orages violentes à
répétition (coulées). Les causes sont, trop classiquement, la modification des pratiques
agricoles, la disparition des pâtures tampons entre les villages et les cultures,
notamment en Hesbaye, l’urbanisation croissante des zones rurales surtout sans tenir
compte des écoulement naturels des eaux de surface, ou encore le manque d’entretien
préventif de l’espace rural.
Aussi, afin de faire converger les demandes des habitants et les principes du
développement durable, un projet a vu le jour, consistant en la création d’une zone
tampon de 1,5 ha entre les grandes cultures en amont (bassin versant de 50 ha) et les
habitations de la rue de Meux en aval.
Cette zone qui sera revêtue de végétation naturelle utilisable par l’agriculture,
permettant une meilleure absorption de l’eau, comporte la levée sur 400 m de minidigues dressées par déblais-remblais de 60 cm à 130 cm de hauteur, selon les endroits
et courbes de niveaux. Elle délimite des zones humides temporaires de rétention avec
infiltration maximale et évacuation d’eau limitée par une canalisation acceptant un
débit de 150 l/seconde seulement, vers la rivière en aval.
On peut citer, entre autres, les avantages suivants :
- impact paysager très faible et excellente intégration rurale locale ;
- moindre perturbation du milieu récepteur en aval (rivière) ;
- coût maîtrisable et entretien limité et doux ;
- meilleure capacité de rétention des volumes d’eau et meilleure infiltration ;
- techniques plus douces de construction ;
- meilleur contrôle des inondations sur une durée plus longue (temps de retour) ;
- intégration de pratiques agricoles in situ. »
Eric Van Poelvoorde, échevin à Gembloux
6.5
Et bien d’autres actions et projets intéressants …
La concrétisation du développement communal durable peut se traduire par une
multitude d’autres actions novatrices et originales. A ce sujet, le site internet Ecolo du
GREEN (Grand Réseau d’Echange d’Expériences Novatrices) est un outil permettant
aux mandataires et groupes locaux écologistes de partager leurs expériences. Certaines
initiatives locales peuvent être reproduites en d’autres lieux, d’autres peuvent être
adaptées.
Site du Grand Réseau d’Echange d’Expériences novatrices (GREEN) :
http://www.ecolo.be/GREEN
étopia_
7
40
Les o ut ils mis à d isp o sit io n d es C o mmunes à v a lo riser d a ns un
Agenda 2 1 local
7.1
Outils programmatiques existants au service de l’Agenda 21 local
7.1.1
7.1.1.1
Outils communaux mis à la disposition par la Région wallonne
Schéma de Structure communal (SSC)
Base légale :
Décret du 27 avril 1989 de décentralisation et de participation modifiant le Code wallon de
l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et du Patrimoine
En quelques mots :
Le Code Wallon de l’Aménagement du Territoire, de l’Urbanisme et du Patrimoine
(CWATUP) (art. 16 à 18) définit le Schéma de Structure communal comme un
"document d'orientation, de gestion et de programmation du développement de
l'ensemble du territoire communal".
L'objet du Schéma de Structure communal est de définir une politique d'aménagement
du territoire dans le cadre d'un projet de développement communal. Ce projet doit
respecter les dispositions du plan de secteur et tenir compte des moyens communaux.
L'existence d'un Schéma de Structure communal est, avec celle d'un plan de secteur,
d'un Règlement communal d'Urbanisme (RCU) et d'une Commission consultative
communale d'Aménagement du Territoire (CCAT), l'une des quatre conditions
nécessaires pour qu'une Commune puisse adopter le régime de la décentralisation, qui
lui accorde une certaine autonomie en matière de délivrance de permis d'urbanisme et
de lotir.
Il est prévu, dans le CWATUP, que la Région wallonne accorde des subventions aux
Communes qui décident de se doter d'un Schéma de structure, d'un Règlement
communal d'Urbanisme, ou d'une CCAT.
Site internet à visiter :
Direction générale de l’Aménagement du Territoire, du logement et du Patrimoine
(DGATLP) de la Région wallonne: http://mrw.wallonie.be/dgatlp
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Gembloux, Ottignies/Louvain-La-Neuve ont un SSC
& Havelange, Sombreffe, Floreffe ont sollicité une subvention en vue de la réalisation
d’un SSC
& Assesse : démarches en cours (instauration de la CCAT en début de législature 20002006)
étopia_
7.1.1.2
41
Programme communal de Développement rural (PCDR)
Base légale :
Décret du 6 juin 1991 relatif au développement rural
En quelques mots :
Un Programme communal de Développement rural (PCDR) est le document de
synthèse de l’Opération de Développement rural (ODR) de la Commune visant à
coordonner les actions de développement, d’aménagement et de réaménagement
entreprises ou conduites en milieu rural par une Commune, dans le but de sa
revitalisation et de sa restauration, dans le respect de ses caractères propres et de
manière à améliorer les conditions de vie de ses habitants au point de vue économique,
culturel.
L’Opération de Développement rural est centrée sur les axes suivants :
- la participation citoyenne :réunions de village et Commission locale permettent
à chaque citoyen qui le désire de réaliser avec d'autres l'état de la situation de
la Commune, de définir des objectifs de développement et les projets à mettre
en oeuvre. Cette « démocratie directe » est tempérée par le fait que la décision
finale reste au Conseil communal ;
- un programme global :une Opération de développement rural, c'est tout d'abord
une réflexion sur l'ensemble des aspects qui font la vie d'une Commune rurale
: agriculture, économie, emploi, aménagement du territoire, urbanisme,
environnement, mobilité, action culturelle… C'est ensuite des projets qui
combinent souvent plusieurs de ces éléments.
- une réflexion stratégique à long terme, clairement encouragée : le programme
communal qui émane de cette réflexion collective propose des objectifs qui
orienteront la politique locale pour plusieurs années à venir. Les projets se
réaliseront par conventions annuelles entre la Commune et la Région. L'aide
de cette dernière peut aller jusqu'à 80% du coût des projets.
Les douze étapes d'une Opération de Développement rural sont :
1.
décision de principe du Conseil communal pour démarrer l'opération ;
2.
demande auprès du Ministre de la Ruralité pour bénéficier de
l'accompagnement d'un organisme extérieur pour animer et alimenter la
réflexion ;
3.
désignation d'un auteur de Programme communal de Développement rural
(PCDR) ;
4.
constitution du dossier des caractéristiques socio-économiques. Il rassemble
des informations sur l'état de la situation de la Commune ;
5.
information de la population sur le processus et première réflexion commune ;
6.
consultation plus approfondie de la population et création de groupes de
travail par thème et/ou par village ;
7.
mise en place de la Commission locale de Développement rural (CLDR),
organe composé d'habitants représentant la population villageoise ;
8.
structuration des objectifs de développement et des projets par la CLDR sous
forme d'un avant-projet de Programme communal de Développement rural ;
9.
vote du projet de PCDR par le Conseil communal ;
42
étopia_
10. avis de la Commission Régionale d'Aménagement du Territoire (CRAT) sur le
PCDR ;
11. arrêté du Gouvernement wallon approuvant le programme ;
12. négociation d'une première convention avec le Ministre compétent et
réalisation graduelle des projets.
Sites internet à visiter :
Direction générale de
http://mrw.wallonie.be/dga
l’Agriculture (DGA)
de
la
Région
wallonne
:
Fondation rurale de Wallonie (FRW) : http://www.frw.be
Scrl Tr@me (accompagnement de projets) : http:///www.trame.be
Voir aussi (liste non exhaustive – situation au 1er janvier 2005) :
& Havelange : troisième opération de développement rural-PCDR en phase de validité
& Sombreffe : première opération de développement rural-PCDR en phase de validité
& Assesse : délibération communale d’adhésion < 10 ans
& Gembloux : délibération communale d’adhésion < 10 ans
Commentaire :
Le PCDR est un outil qui s’intègre parfaitement dans la logique de l’Agenda 21 local.
La dynamique participative, lorsqu’elle est bien menée, est réelle et constructive. La
vision du développement rural englobe l’ensemble des composantes économiques,
sociales et environnementales. Les projets s’inscrivent dans une la durée (min. 10 ans).
Cependant, après quatorze années d’existence, le PCDR n’a pas fait l’objet d’une
évaluation au niveau régional wallon (retombées réelles pour les Communes rurales,
évaluation du processus participatif, …). Dans certaines Communes, le PCDR a abouti
à des projets peu constructifs en terme de dynamique de développement, se traduisant
essentiellement pas des aménagements et embellissements de places de villages.
Le PCDR souffre également d’une politisation exacerbée, dans le sens où l’Autorité
régionale a un pouvoir décisionnel sur la réalisation des projets présentés par les
Communes.
Pour ces raisons, le PCDR devrait faire l’objet d’une évaluation voire d’une
réorientation du processus décisionnel par rapport aux projets portés.
7.1.1.3
Plan d’Actions locales pour la Maîtrise de l’Energie (PALME)
En quelques mots :
La Région wallonne a lancé, à l'automne 2001, un appel à candidature auprès de toutes
les Communes pour soutenir des initiatives communales volontaires en matière
d'utilisation rationnelle de l'énergie et de développement des énergies renouvelables.
En pratique, il s'agit, pour les Communes, de proposer un Plan d'Actions Locales pour
la Maîtrise de l'Energie (PALME) sur son territoire. Sur une période de 3 ans, ce plan
doit traiter de :
-
la valorisation des sources d'énergie endogènes ;
-
la maîtrise énergétique de son propre patrimoine ;
-
l'intégration de l'énergie dans l'exercice de ses compétences ;
43
étopia_
-
l'activation d'initiatives locales relatives à la maîtrise de l'énergie pour les particuliers,
les entreprises, les commerçants, les agriculteurs.
Depuis le lancement de l’opération, d’autres appels à projets ont été lancés par la
Région wallonne.
Sites internet à visiter :
Direction Générale des Technologies,
http://mrw.wallonie.be/dgtre
de
la
Recherche
et
de
l’Energie :
Portail de l’énergie en Région wallonne : http://energie.wallonie.be
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Assesse, Floreffe, Gembloux, Sombreffe, Ottignies/Louvain-la-Neuve
& Namur (site intéressant) : http://www.energie-namur.be
7.1.1.4
Plan Bois-Energie et Développement rural (PBE&DR)
En quelques mots :
Cette initiative a pour objectif d’amener des Communes rurales et d’autres collectivités
à choisir les sous-produits forestiers comme combustible pour chauffer leurs
bâtiments. Le but est de :
-
valoriser une ressource locale ;
-
développer l’économie rurale ;
-
contribuer à une utilisation rationnelle de l’énergie.
Les moyens mis en œuvre par la Région sont :
-
l’information des Communes et des collectivités ;
-
la réalisation d’études de faisabilité ;
-
l’évaluation de la ressource « bois » disponible ;
-
l’évaluation des besoins énergétiques ;
-
l’évaluation des moyens d’utilisation rationnelle de l’énergie ;
-
l’assistance à la mise en place du projet des Communes et des collectivités.
La Fondation rurale de Wallonie a reçu mission de la Région wallonne de coordonner
cette action et plus particulièrement d'assurer les tâches suivantes :
-
informer et sensibiliser les Communes et autres collectivités locales aux
avantages du bois-énergie ;
-
organiser les études de faisabilité (réalisées l’Institut wallon et l’Equipe
régionale Bois-Energie) ;
-
encadrer les collectivités locales dans la mise en œuvre de leurs projets.
Site internet à visiter :
Fondation rurale de Wallonie (FRW) : http://www.frw.be
Voir également (liste non exhaustive) :
& Havelange : réalisation d’une étude de faisabilité Energie-bois
7.1.1.5
Communes actives pour la promotion du chauffe-eau solaire : Soltherm
En quelques mots :
étopia_
44
Dans le cadre de son plan d’action Soltherm initié par José Daras, la Région wallonne
vise la mise en place et le développement du marché du chauffe-eau solaire en
Wallonie. Un accent particulier est mis sur la promotion du chauffe-eau solaire au
niveau local avec pour corollaire la stimulation des communes pour qu’elles aient un
rôle proactif, en vue de devenir des « Communes actives » pour le chauffe-eau solaire.
70 Communes soutiennent déjà activement le chauffe-eau solaire. Les principales
actions programmées sont :
-
des séances d'information ;
-
des visites d'installations solaires ;
-
des manifestations locales (la fête du soleil) ou dans les écoles ;
-
des primes complémentaires, …
Pour prétendre à la subvention, il y a lieu d’établir, d’une part un plan local de
promotion, et d’autre part d’introduire une demande officielle de subvention
(Ministère de la Région wallonne - Division de l’Energie) accompagnée de son
objet et de sa justification : plan local de promotion, ensemble de mesures de
promotion matérielles pouvant faire l’objet de la subvention, …).
Site internet à visiter :
Portail de l’énergie en Région wallonne : http://energie.wallonie.be
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Gembloux et Havelange : étude de préfaisabilité et investissement dans au moins un
chauffe-eau solaire (Gembloux : installation d’un chauffe-eau solaire dans une maison
de repos)
& Sombreffe, Floreffe, Havelange, Gembloux, Ottignies/Louvain-La-Neuve : prime
communale aux habitants qui installent des panneaux solaires
7.1.1.6
Plan communal (intercommunal) de Mobilité (PCM) (PICM)
Base légale :
Décret du 1er avril 2004 relatif à la mobilité et l’accessibilité locales
Arrêté du Gouvernement wallon du 27 mai 2004 relatif à l’agrément des auteurs de plans
communaux de mobilité
Arrêté du Gouvernement wallon du 27 mai 2004 relatif au financement de l’élaboration des
plans communaux de mobilité et de la mise en œuvre de plans communaux de mobilité et de
plans de déplacements scolaires
En quelques mots :
Ce plan instauré par José Daras définit les grandes orientations de la Commune (ou de
plusieurs Communes pour le PICM) relatives à tous les déplacements internes et vers
l’extérieur quel que soit le mode utilisé par les personnes qui se déplacent. Il définit les
lignes directrices de la stratégie de mobilité dans la Commune (ou dans plusieurs
Communes) et précise les orientations des interventions à envisager sur les voiries et
abords. Il a pour objectif d’améliorer l’accessibilité générale de(s) la Commune(s) par
une utilisation des divers modes de déplacements en prenant en compte les différents
usagers : piétons, personnes à mobilité réduite, cyclistes, deux-roues motorisés,
automobilistes, poids lourds, train, bus, …
étopia_
45
Sites internet à visiter :
Portail wallon de la Mobilité : http://mobilite.wallonie.be
Réseau des conseillers en mobilité : http://cem.mobilite.wallonie.be
Centre de documentation et de diffusion en mobilité :
http://documentation.mobilite.wallonie.be
Plan intercommunal de mobilité Chastre-Gembloux-Perwez-Sombreffe-Walhain :
http://mobilite.wallonie.be/pcm/chastre-gembloux-perwez-sombreffewalhain/index.html
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Sombreffe, Gembloux (PCM et PICM : Chastre-Gembloux-Perwez-SombreffeWalhain)
7.1.1.7
Plan de Déplacements scolaires (PDS)
Base légale :
Décret du 31 mars 2004 relatif au transport et aux plans de déplacements scolaires
En quelques mots :
Initié en Région wallonne par José Daras, ce Plan a pour objectifs d’améliorer la
sécurité, l’environnement et la qualité de vie aux abords des écoles par la
sensibilisation des publics scolaires à une mobilité durable, une réduction du trafic
automobile, l’augmentation et l’utilisation du vélo, de la marche, du co-voiturage et
des transports en commun et l’organisation de systèmes d’accompagnement collectif à
pied ou à vélo.
Site internet à visiter :
Portail wallon de la Mobilité : http://mobilite.wallonie.be
7.1.1.8
Plan Communal de Développement de la Nature (PCDN)
En quelques mots :
À l’occasion de l’Année européenne de la conservation de la nature en 1995, la Région
wallonne a mis sur pied les Plans communaux de Développement de la Nature
(PCDN), destinés à dresser un état des lieux du patrimoine naturel des Communes
dans le but de maintenir ou constituer un réseau écologique au niveau communal.
La dynamique du PCDN mise sur l’information et la sensibilisation du grand public à
la conservation de la nature et vise à mettre en place un partenariat et un réseau
d’échanges (participation des acteurs locaux concernés) au niveau du territoire
communal.
étopia_
46
Sites internet à visiter :
Direction générale des Ressources naturelles et de l’Environnement (DGRNE) :
http://mrw.wallonie.be/dgrne/dnf/PCDN
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Ottignies/Louvain-La-Neuve
& Le site Nature de la Ville de Namur est intéressant : http://www.nature.namur.be
7.1.1.9
Plan communal du Logement (PCL) (ancrage communal)
Base légale :
Décret du 15 mai 2003 modifiant le Code wallon du Logement et l'article 174 du Code wallon
de l'Aménagement du Territoire, de l'Urbanisme et du Patrimoine
En quelques mots :
Champ d’application (Articles 187 à 190 du Code wallon du Logement)
Les articles 187 et 188 du Code wallon du Logement (CWL) stipulent que les pouvoirs
locaux (Provinces, Communes, CPAS) doivent fixer « les objectifs et les principes des
actions à mener en vue de mettre en œuvre le droit à un logement décent » dans les 6
mois qui suivent le renouvellement de leurs Conseils.
La Commune doit prendre toutes les mesures tendant à diversifier les types de
logement disponibles sur son territoire (…) ainsi qu’à lutter contre l’inoccupation et
l’insalubrité des logements (Art 187 §2). Chaque Commune devra élaborer « un
programme triennal d’actions » (art 188) en concertation avec le CPAS, les sociétés de
logement social de l’entité et tous les organismes à finalité sociale participant à cette
politique.
Ce programme est soumis à l’approbation du Conseil communal.
Le Plan communal du Logement peut contenir des actions matérielles et des actions
non matérielles.
La Région peut subventionner les actions matérielles, c’est à dire les investissements en
travaux, constructions, extensions ou rénovation de logements. Dans ce cas, un contrat
d’objectifs est conclu entre la Commune et la Région (Art 190).
En contrepartie, la Commune s’engage à :
-
fonder un service communal de logement ;
-
tenir un inventaire permanent des logements inoccupés au sens de l’article 80 du Code
wallon du Logement ;
-
tenir un inventaire permanent des terrains à bâtir.
Par contre les actions non matérielles sont à charge de la Commune, par exemple :
-
la création d’un service d’accompagnement pour les sans-abri ou d’un guichet unique
pour les demandes de logements sociaux ;
-
l’exonération des frais de timbres pour les attestations communales permettant les
aides au logement ;
-
la mise à disposition de conseillers techniques pour la rénovation des logements des
particuliers, …
47
étopia_
Rem : si le Plan communal du Logement ne contient aucune mesure susceptible d’être
subventionnée, l’approbation au conseil communal est toutefois requise.
Site internet à consulter :
Direction générale de l’Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine
(DGATLP) : http://mrw.wallonie.be/dgatlp
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Floreffe, Havelange : programme triennal 2001-2002-2003 et 2004-2005-2006
7.1.1.10 Agence de Développement local (ADL)
En quelques mots :
Outil à la disposition des Communes, le développement local mise sur la capacité du
milieu à devenir le moteur de son développement. Une de ses spécificités est d'intégrer
des préoccupations sociales, culturelles et environnementales aux exigences
économiques. Les missions des Agences de développement local sont :
-
créer de nouvelles activités qui génèrent des emplois durables ;
-
augmenter l’attractivité de la Commune.
Après un diagnostic du territoire, l'Agence de Développement local rassemble les
acteurs locaux (élus, citoyens, professionnels de l'économie, du social, de la culture, du
cadre de vie) dans un partenariat public-privé pour révéler, faciliter et développer des
projets locaux.
Les Communes de moins de 30 000 habitants peuvent bénéficier de subsides régionaux
pour la création d’une Agence de Développement local.
Site internet à visiter :
Portail Emploi et Formation
http://emploi.wallonie.be
professionnelle de
la
Région
wallonne
:
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Agence de Développement local de Gembloux
7.1.2
7.1.2.1
Autres
Fonds social européen
Le Fonds social européen (FSE) est l'un des quatre Fonds structurels européens. Il
permet le développement des ressources humaines et l'amélioration du
fonctionnement du marché de l'emploi. Le FSE est le seul fonds à contribuer à l'Objectif
3 qui vise à soutenir l'adaptation et la modernisation des politiques et des systèmes
d'éducation, de formation et d'emploi. Plus précisément, l'objectif est de corriger le
fonctionnement du marché du travail en permettant le retour au travail de personnes
en situation précaire ou sujettes au risque d'enlisement dans le chômage (voir 6.3).
étopia_
48
Site internet à consulter :
Fonds social européen : http://www.fse.be
Métaguide FSE : http://meta.fgov.be/pc/pce/pcef/frcef05.htm
Voir aussi (liste non exhaustive) :
& Gembloux (collaboration Ville et CPAS) : formation d’éco-cantonniers (voir 6.3)
7.1.3
7.1.3.1
Les initiatives communales
Plan communal d’Aménagement (PCA)
En quelques mots :
En matière d'aménagement du territoire et d'urbanisme, le Plan communal
d'Aménagement (PCA) est un outil très important qui permet de planifier avec
précision la physionomie future d'une zone ou d'un quartier. Il s’agit d’un plan
réglementaire d’affectation du sol et des activités humaines dans le respect des
prescriptions du plan de secteur.
Le recours à cet instrument est encouragé grâce à une possibilité de subventionnement
par le Gouvernement wallon.
Site internet à consulter :
Direction générale de l’Aménagement du territoire, du Logement et du Patrimoine
(DGATLP) : http://mrw.wallonie.be/dgatlp
7.1.3.2
Urbanisme au niveau communal : Le Règlement communal d'Urbanisme (RCU)
Le Règlement communal d’Urbanisme (RCU) concerne les manières de construire les
bâtiments, les voiries et les espaces publics ainsi qu’éventuellement d’aménager leurs
abords respectifs. Il doit se conformer aux dispositions des règlements régionaux
d’urbanisme qui concernent la Commune.
Le Règlement communal d'Urbanisme est établi à l'initiative de la Commune. On ne
peut y déroger que selon les formes prévues par le Code wallon de l’Aménagement du
Territoire, de l’Urbanisme et du Patrimoine (CWATUP).
Il peut contenir :
-
des prescriptions relatives à l'implantation des bâtiments, à la hauteur et aux pentes
des toitures, aux matériaux d'élévation et de couverture ainsi qu'aux baies et
ouvertures. Ces prescriptions s'appliquent aux bâtiments principaux comme aux
bâtiments secondaires ;
-
en ce qui concerne la voirie et les espaces publics, des prescriptions relatives au gabarit,
au mode de revêtement, au traitement du sol, au mobilier urbain, aux plantations, au
stationnement des véhicules, aux enseignes et procédés de publicité ainsi qu'aux
conduites, câbles et canalisations ;
-
éventuellement des dispositions relatives aux abords des bâtiments et des voiries ainsi
que toute autre indication relative aux matières traitées par les règlements régionaux
d’urbanisme.
Le Règlement peut ne contenir qu’un ou plusieurs points visés ci avant.
étopia_
49
Il couvre :
-
soit l’ensemble du territoire communal, auquel cas une carte figure les territoires qui
sont concernés par une réglementation différente ;
-
soit une partie du territoire communal, auquel cas une carte figure les limites.
Les Autorités communales doivent désigner un auteur de projet agréé.
L’adoption d’un Règlement communal d’Urbanisme est soumise à enquête publique et
à une réunion d’information ainsi qu’à l’avis de la Commission consultative
communale pour l’Aménagement du Territoire (CCAT).
Après avoir été adopté par le Conseil communal, le Règlement communal
d’Urbanisme doit être approuvé par le Gouvernement. Sa modification suit la même
procédure.
Une subvention d’un montant équivalent à 60% des honoraires de l’auteur de projet
peut être octroyée aux Communes pour l’élaboration ou la révision totale de leur
Règlement communal d’Urbanisme.
Site internet à consulter :
Direction générale de l’Aménagement du Territoire, du Logement et du Patrimoine
(DGATLP) : http://mrw.wallonie.be/dgatlp
7.1.4
7.1.4.1
Les initiatives trans-communales
Parc naturel
Base légale :
Décret du 16 juillet 1985 relatif aux parcs naturels
En quelques mots :
Un parc naturel est un « territoire rural d’un haut intérêt biologique et géographique,
soumis à des mesures destinées à protéger le milieu, en harmonie avec les aspirations
de la population et son développement économique et social. Tout parc naturel couvre
une superficie minimum de 5 000 ha d'un seul tenant » (Décret du 16 juin 1985).
Le pouvoir organisateur du parc est toujours un pouvoir public : Commune,
association de Communes, province, région, ….
Le concept de parc naturel se distingue fondamentalement de celui de réserve
naturelle dont la visée est la conservation de la nature. Le rôle du parc naturel est de :
-
conserver et valoriser le patrimoine naturel, culturel, bâti ;
-
assurer un développement économique respectueux des richesses patrimoniales ;
-
développer des activités d’accueil (tourisme) et d’éducation.
Le plan de gestion indique :
-
les objectifs poursuivis en ce qui concerne notamment la conservation de la nature, la
protection de l'environnement, l'aménagement du territoire, le développement rural et
économique ;
-
les mesures à prendre pour atteindre les objectifs poursuivis ;
étopia_
50
-
une description des moyens qui seront mis en oeuvre pour que la population s'intéresse
à la gestion du parc ;
-
une estimation des dépenses de personnel, de fonctionnement et d'investissement
nécessaires à la gestion du parc ;
-
éventuellement, les modifications à apporter aux plans d'aménagement en rapport avec
la création du parc naturel ;
-
une estimation de la planification des investissements à mettre en oeuvre, en vue de
promouvoir les objectifs du territoire concerné.
Le parc naturel est un outil vraiment intéressant au niveau du développement rural
d’un espace important qui peut impliquer une ou plusieurs Communes suivant la
superficie du parc. Cet outil fait appel à une démarche participative de la population
qui s’implique dans les orientations de gestion du parc.
Sites internet à consulter :
Association des Parcs naturels de Wallonie : http://www.parcsnaturelsdewallonie.be
Voir aussi (liste non exhaustive) :
Parc naturel Viroin-Hermeton (concerne les Communes de Doische et Viroinval).
7.1.4.2
Contrat de Rivière
Base légale :
Circulaire ministérielle du 20 mars 2001 relative aux conditions d'acceptabilité et aux
modalités d'élaboration des Contrats de Rivière en Région wallonne (M.B. 25.04.2001)
En quelques mots :
Le Contrat de Rivière consiste à mettre autour d'une même table tous les acteurs de la
vallée, en vue de définir, de manière consensuelle, un programme d'actions de
restauration des cours d'eau, de leurs abords et des ressources en eau du bassin.
Sont invités à participer à cette démarche les représentants des mondes politique,
administratif, enseignant, socio-économique, associatif, scientifique.
Tous les habitants d'un même bassin, tous les usagers d'un même cours d'eau
(riverains, gérants de campings, de villages de vacances, d'infrastructures touristiques,
responsables de mouvements de jeunesse, pêcheurs, amoureux de la nature,
défenseurs de l'environnement, amateurs d'histoire et de patrimoine, agriculteurs,
industriels, propriétaires terriens, … ) mais également les mandataires communaux et
provinciaux disposent maintenant d'une plate-forme commune, d'un lieu, le Comité de
Rivière, pour exprimer leurs souhaits sur la qualité de leurs cours d'eau, pour entendre
et prendre en compte le point de vue des autres et ainsi établir ensemble des priorités
dans les actions à programmer.
Le Contrat se construit sur un mode de gestion concertée. Partout, la préparation du
Contrat de rivière a engendré une mobilisation forte autour de la rivière, comme
jamais auparavant. Cette mobilisation a favorisé l'installation d'un climat de confiance
entre acteurs et a permis, ce qui est essentiel, une réappropriation sociale de la rivière.
Les domaines abordés par le Contrat de Rivière couvrent de nombreux aspects liés de
près ou de loin au cours d'eau, à ses abords et aux ressources en eau du bassin :
-
la qualité des eaux de surface et souterraines ;
-
les risques liés aux inondations et la gestion quantitative ;
étopia_
-
la restauration des cours d’eau et la gestion concertée ;
-
l’aménagement du territoire dans la vallée ;
-
la conservation de la nature et la préservation des écosystèmes aquatiques ;
-
la gestion des paysages ;
-
les activités économiques en rapport avec l’eau ;
-
l’agriculture et la forêt ;
-
le tourisme et les loisirs ;
-
le transport fluvial ;
-
la gestion des déchets ;
-
l’information et la sensibilisation du public ;
-
les activités pédagogiques sur le thème de l’eau ;
-
…
51
Sites internet à consulter :
Contrats de Rivière en Région wallonne :
http://environnement.wallonie.be/contrat_riviere/
Voir aussi (liste non exhaustive) :
Contrat de Rivière Haute Meuse (Communes impliquées : Hastière, Dinant, Anhée,
Yvoir, Profondeville et Namur)
Contrat de Rivière Mehaigne (Communes impliquées sur les Provinces de Namur et de
liège : Braives, Burdinne, Eghezée, Fernelmont, Gembloux, Hannut, Huy, La Bruyère,
Villers-le-Bouillet, Wanze, Wasseiges, Héron)
Contrat de Rivière Ruisseau de Fosses (Communes impliquées : Mettet, Fosses-la-Ville
et Sambreville)
7.1.4.3
Leader + (Liaison entre Actions de Développement de l’Economie Rurale) et Groupe d’Action
locale (GAL)
En quelques mots :
Leader + est l’une des quatre initiatives communautaires initiées par la Commission
européenne. Leader + fait partie de la programmation 2000-2006. Entièrement dédiée
au développement rural, Leader + a pour objectif d’inciter et d’aider les habitants à
réfléchir et agir sur le potentiel de leur territoire.
Leader + mise sur la mobilisation des ressources humaines d’un territoire au service de
son développement économique. La mise en œuvre de Leader + se fait au travers de
quatre volets complémentaires et articulés :
-
l'animation du territoire et réalisation d’actions ;
-
la coopération entre collectivités territoriales ;
-
la mise en réseau des Groupes d’Action locale (GAL) et des acteurs ruraux ;
-
l’assistance technique aux Groupes d’Action locale et évaluation du programme Leader
+ au niveau national.
En Wallonie, quinze Groupes d’Action locale, asbl représentatives des forces vives
publiques et privées d’un territoire, se sont organisés sur base de critères précis :
étopia_
52
-
un territoire éligible de minimum deux Communes contiguës, ayant une densité
maximale de 150 habitants au km2 et une population comprise entre 10 000 et 50 000
habitants ;
-
un partenariat équilibré, composé d’au moins 50 % de partenaires privés, et prêt à se
doter d’une structure juridique ;
-
un plan de développement stratégique, dossier de candidature, présentant un solide
diagnostic, une stratégie intégrée, des projets innovants et un budget pertinent.
Les projets menés par les opérateurs de terrain s'articulent autour d'un thème
mobilisateur, spécifique au contexte local, choisi parmi cinq thèmes proposés :
1. l'utilisation de nouveaux savoir-faire et de nouvelles technologies pour rendre
plus compétitifs les produits et services des territoires ;
2. l'amélioration de la qualité de la vie dans les zones rurales ;
3. la valorisation des produits locaux, notamment en facilitant, par des
démarches collectives, l'accès aux marchés pour les petites structures de
production ;
4. la valorisation des ressources naturelles et culturelles ;
5. l'amélioration des relations ruraux/néo-ruraux.
Autour de ces thèmes, les actions/projets peuvent porter sur des matières touristiques,
culturelles, environnementales, agricoles …
Sites internet à consulter :
Site de l’initiative communautaire Leader + :
http://europa.eu.int/comm/agriculture/rur/leaderplus/index_fr.htm
Cellule d’Animation du Réseau wallon Leader + : http://www.leaderwallonie.be
Site de la Région wallonne consacré aux fonds structurels européens (Leader +) :
http://europe.wallonie.be
Direction Générale de l’Agriculture (DGA) de la Région wallonne :
http://mrw.wallonie.be/dga
Scrl Tr@me (accompagnement de projets) : http:///www.trame.be
Interface Leader + (Fondation Rurale de Wallonie et Centre d’Economie rurale) :
http://www.frw.wallonie.be
Voir aussi (liste non exhaustive) :
GAL Pays de Condroz-Famenne : Communes de Hamois, Havelange et Somme-Leuze
GAL Entre-Sambre-Meuse : Communes de Cerfontaine, Florennes, Gerpinnes et
Walcourt
GAL Haute-Meuse : Communes de Anhée, Dinant, Hastière, Onhaye et Yvoir
GAL Assesse-Gesves : Communes d’Assesse et de Gesves
étopia_
7.2
53
Les initiatives propres aux Communes en faveur d’un développement durable
Les outils que nous venons de décrire au point 5.1 dans son ensemble peuvent très bien
s’intégrer dans une démarche d’Agenda 21 local. L’état des lieux ou audit (voir 3.2.6)
réalisé dans le cadre de la démarche Agenda 21 local fera d’ailleurs largement
référence à ces outils programmatiques existants au sein d’une Commune.
Néanmoins, il faut garder à l’esprit que la mise en œuvre de l’un ou l’autre outil ne
constitue pas à lui seul l’Agenda 21 local, même s’il implique déjà une déjà une
démarche participative (ex : PCDR).
Par ailleurs, les Communes peuvent initier de nouvelles politiques et mener de actions
novatrices, indépendamment de tout financement externe. Nous en avons déjà décrit
un certain nombre dans le chapitre 4 « Une multitude d’actions et des propositions
concrètes (voir 4.1 à 4.4).
Citons encore des actions novatrices à mener dans le cadre de :
7.2.1
-
la participation des citoyens (importante notamment pour toutes les questions
délicates comme la mobilité, la gestion des déchets, … mais également pour la
mise en place d’indicateurs locaux de développement durable) ;
-
les marchés publics « verts » ;
-
la consommation au sens large (énergie, construction, alimentation, …) ;
-
des outils économiques (eau, déchets, mobilité, …) ;
-
la mise en place d’un système de management environnemental (SME) ;
-
du soutien à la création d’éco-zonings.
Les marchés publics « verts »
Réorienter les marchés publics vers des achats durables : voilà un excellent outil pour
augmenter la performance environnementale des marchés publics d’une part, et
d’autre part, pour augmenter l’offre de produits verts, ce qui entraîne une innovation
technologique et le développement d’un pôle « recherche-développement » axé vers ce
type de produits, susceptibles de créer de nouvelles activités économiques et de
nouveaux emplois.
Site internet à consulter :
Guide des achats durables : http://www.guidedesachatsdurables.be
Manuel pour stimuler les achats durables des collectivités (Commission européenne) –
Buying green. A handbook on environmental public procurement :
http://europa.eu.int/comm/environment/gpp/pdf/int.pdf
Voir aussi :
) Dugailliez R., Augmenter la performance environnementale des marchés publics. Projet de
délibération et application spécifique au secteur de la construction. ECOLO, juillet 2005, 17
pages.
étopia_
7.2.2
54
Consommation responsable
La Commune a un double rôle à jouer concernant les choix de consommation.
1.
en envisageant des alternatives à la consommation « classique » pour ses
propres services en privilégiant des produits issus du commerce équitable, de
l’agriculture biologique, des éco-produits et en favorisant l’économie
solidaire ;
2.
en relayant les actions et les campagnes des associations défendant des
alternatives à la consommation classique s’inscrivant dans l’objectif d’un
développement durable.
) La campagne « Ca passe par moi » :
Consommer, en effet, n’est pas anodin : nos actes de consommation ont un impact sur
notre santé (« l’alimentation saine »), nos concitoyens du nord (« la finance solidaire »),
nos concitoyens du sud (« le commerce équitable ») et les concitoyens du futur
(l’environnement pour les générations futures »). Dans un monde globalisé où la
régulation est devenue un gros mot, chacun est responsable et capable, au travers de
ses choix de consommation, d’infléchir la marche du monde. C’est à travers quatre
critères (Le commerce équitable, la finance solidaire, une agriculture biologique, l’écoconsommation) que la campagne « Ca passe par moi » va sensibiliser le grand public,
les institutions et les collectivités.
Six associations (Réseau éco-consommation, Crédal, Sos-Faim, Max Havelaar,
Magasins du Monde Oxfam et Nature et Progrès) invitent les consommateurs
(institutions, associations, citoyens) à poser des gestes concrets à travers quatre champs
d’actions :
- le commerce équitable ;
- l’économie solidaire ;
- l’agriculture biologique ;
- l’éco-consommation.
Les consommateurs agissent en signant une Charte d’engagement et à passer à l’action.
Sites internet à consulter :
) Portail « Ca passe par moi » http://www.capasseparmoi.be
Et les partenaires de la campagne :
) Réseau éco-consommation : http://www.ecoconso.be
) Nature et Progrès : http://www.natpro.be
) Oxfam Magasins du Monde : http://www.madeindignity.be
)Crédal banque éthique et solidaire : http://www.credal.be
) SOS Faim http://www.sosfaim.be
) Max Havelaar http://www.maxhavelaar.be
étopia_
7.2.3
55
Système de Management environnemental (SME)
A travers des certifications comme EMAS et ISO 14 001, la Commune peut créer une
dynamique autour de la gestion environnementale des activités se déroulant sur son
territoire (entreprises publiques ou privées, collectivités, écoles, administrations,
intercommunales, …) :
-
en sensibilisant les entreprises au système de management environnemental ;
-
en incitant les collectivités (écoles, hôpitaux, …) et les entreprises d’économie
sociale à instaurer un système de management environnemental ;
-
en instaurant système de management environnemental au sein de sa propre
administration.
Voir aussi :
) Barchman G., Le management environnemental. See Management Files n°20. Groupe
One, 2003, 5 pages.
Sites internet à consulter :
Le portail SME de la cellule du Fil de l’écogestion, hébergé par l’Union wallonne des
Entreprises (UWE), Le fil de l’écogestion : www.eco-gestion.be
Groupe de Recherche et d’Action sur le développement durable et le développement
économique local (Groupe One) : www.groupeone.be
Le Carrefour de l’économie sociale : www.econosoc.be
) Le fil de l’écogestion
La Cellule du fil de l’écogestion aide les entreprises dans la mise en place du Système
de Management environnemental (SME).
La Cellule met à disposition des moyens efficaces permettant de faciliter l’intégration
des systèmes de management. Ainsi les membres bénéficient à la fois d’un support
technique via les outils informatiques et d’un réel soutien des entreprises membres,
notamment à l’occasion des ateliers d’échanges d’expériences.
Fin avril 2005, la Cellule du fil de l’écogestion comptabilisait 133 organismes certifiés
ISO 14 0001 et/ou enregistrées EMAS, dont 117 entreprises privées ou publiques, neuf
Intercommunales, quatre écoles et une administration. Le règlement européen EMAS a
été implanté avec succès dans huit Intercommunales et dans les services centraux de la
Direction générale des Ressources naturelles et de l’Environnement (DGRNE). Trois
écoles pilotes wallonnes ont mis en place un système de management de
l'environnement dans le cadre de la campagne "Ecole de la Qualité Environnemen(to)tale". Le savoir faire environnemental de ces écoles a été couronné par
l'obtention de la certification ISO 14001.
Fil de l’écogestion : http://www.eco-gestion.be
étopia_
7.2.4
56
Soutien des éco-zonings
Dans les limites de ses compétences en matière d’aménagement du territoire et
d’accueil des entreprises, la Commune peut encourager la création d’éco-zonings, dont
les activités sont basées sur le concept d’écologie industrielle. L’éco-zoning est réservé
à des entreprises qui coopèrent pour optimiser l’usage des ressources, notamment en
valorisant mutuellement leurs déchets (les déchets d’une entreprise servant de matière
première pour une autre).
Voir aussi :
) Erkman S., L’écologie industrielle : une stratégie de développement. ETOPIA Centre
d’Animation et de Recherche en écologie politique, Namur, 18 pages.
) Van Doren T., L’écologie industrielle. Un outil de développement durable. See
Management Files n°6. Groupe One, août 2002, 11 pages.
57
étopia_
8
8.1
En Wallonie, une expérience unique d’une démarche Agenda
2 1 local : Ot t ignies/Louvain-La-Neuve 9
Le contexte
La Ville d’Ottignies/Louvain-La-Neuve10, sous l’impulsion de son Bourgmestre
écologiste, Jean-Luc Roland11, est la première Commune wallonne à entrer dans une
démarche d’élaboration d’un Agenda 21 local appelé, dans ce cas, le Plan communal de
développement durable (PCDD).
En début de législature, la déclaration de politique communale 2000-2006 pour
Ottignies/Louvain-la-Neuve évoque déjà la volonté de la majorité de traduire le
développement durable à travers l’ensemble des politiques (qualité de service public,
citoyenneté, politique sociale, politique culturelle, équilibre financier, …).
Il faut souligner que la Ville d’Ottignies/Louvain-La-Neuve bénéficie déjà, depuis les
années ’70, d’une longue tradition participative, notamment due à l’esprit pionnier des
personnes venues s’établir à Louvain-La-Neuve dans une ville en pleine construction
et promise à une évolution très rapide. Déjà avant la législature 2000-2006, la
participation citoyenne se traduit à travers différents Conseils consultatifs
communaux, la Commission consultative communale pour l’Aménagement du
territoire (CCAT) et un Plan communal de Développement de la Nature (PCDN).
Des outils intéressants sont déjà en chantier sur le territoire communal (outils existants
avant 2000 ou mis en chantier en début de législature) : Schéma de Structure
communal (SSC) (1992, revu en 1997), premières études du Plan communal de Mobilité
(PCM), initiatives en matière d’utilisation rationnelle de l’énergie (URE) dans les
bâtiments communaux, …
8.2
Les quatre dimensions du développement
environnementale et démocratique
durable :
économique,
sociale,
La vision développée pour la gestion de la Ville est basée sur les trois dimensions du
développement durable : économique, sociale et environnementale, avec une volonté
d’intégrer à ces composantes la démocratie, garante d’un gestion saine et transparente
mais aussi de la participation citoyenne (conseils consultatifs, Forum, Conseil
d’Evaluation et de Suivi du Développement durable CESDD, Ateliers durables). La
volonté est également d’assurer un ancrage local du projet de la Ville (« travailler avec
les acteurs locaux »).
9
Ce chapitre a été rédigé avec l’aide précieuse de M. J-L. Roland, Bourgmestre
d’Ottignies/Louvain-La-Neuve et de M. T. Couvreur, chef de Cabinet du Bourgmestre.
10
Ottignies/Louvain-La-Neuve : 29 000 habitants (+ 11 000 étudiants non domiciliés) ;
une croissance démographique importante ; deux noyaux urbains (Ottignies et
louvain-La-Neuve) aux problématiques différentes. Majorité : 15 élus de l’Alliance
citoyenne (ECOLO, PS, CDH) et opposition : 14 élus (MR, Intérêts communaux)
11
Compétences du Bourgmestre : Affaires générales, développement durable, police,
mobilité, voiries, espaces verts, environnement, affaires rurales, informatique.
étopia_
8.3
58
La Commune actrice, c’est impliquer l’administration
Le Bourgmestre veille à ce que la Commune joue un rôle d’acteur, en impliquant les
services communaux et en nommant un chef de division responsable du
développement durable et de la transversalité des compétences et décisions.
8.4
Un premier Forum … une Charte d’engagement
A l’issue du 1er Forum organisé à Louvain-la-Neuve le 12 décembre 2002, les
participants (personnes morales) sont invités à signer une Charte d’engagement, les
impliquant à réfléchir et agir tous ensemble sur la voie du développement durable. 121
personnes morales signent la Charte d’engagement en 2002, d’autres viennent les
rejoindre par la suite, notamment à l’occasion de la journée d’étude du 25 février 2003
organisée à Louvain-la-Neuve « Ensemble sur les chemins du développement
durable » (voir 8.9).
8.5
La création d’un Conseil d’Evaluation et de Suivi du Développement durable (CESDD)
Une des étapes importantes et déterminantes du processus participatif de l’Agenda 21
local est l’organisation du premier Forum pour le développement durable (LouvainLa-Neuve, le 12 décembre 2002) qui réunit 350 personnes représentant les forces vives
de la Ville (patrons d’entreprises, commerçants, responsables d’associations, directeurs
d’écoles et de l’université, dirigeants d’intercommunales, responsables de clubs
sportifs, de mouvements de jeunesse, …), ce qui traduit une conscientisation de la
nécessité de gérer la ville durablement, mais également un questionnement par rapport
au projet de l’Autorité communale d’engager la Ville dans un Plan communal de
Développement durable.
Le Conseil d’Evaluation et de Suivi du Développement durable (CESDD) est créé par
décision du Conseil communal. Il est composé de 41 membres : 7 élus, 10 représentants
des partenaires signataires de la Charte d’engagement (dont deux représentants de
l’Université catholique de Louvain), 15 présidents de Conseils consultatifs, 4 experts
extérieurs, 4 représentants des services communaux, sous la présidence du
Bourgmestre (+ 1 secrétaire général). Le CESDD se réunit 4 à 5 fois par an.
Les missions du CESDD sont définies par délibération du Conseil communal :
1.
la mission essentielle étant la préparation de l’élaboration du Plan communal
de Développement durable (Agenda 21 local). Dans ce cadre, le CESDD a
confié la rédaction finale du Plan à trois acteurs associés (bureaux d’études
extérieurs : Survey & Amenagement, Athanor Mediations, CREAT). Le Plan
communal de Développement durable est un document, reprenant, en un
ensemble structuré, les grandes lignes d’un programme que la Ville et les
partenaires s’engagent à mettre en œuvre. Ce Plan communal de
Développement durable comprendra un état des lieux, des objectifs et des
moyens d’évaluation.
2.
La seconde mission concerne la « labellisation ». En effet, le CESDD est
compétent pour examiner les projets qui lui sont soumis par des partenaires
ayant signé la Charte d’engagement ou par des services de la Ville. Il s’agit
d’une reconnaissance des efforts des partenaires et qui vise à assurer une
valorisation et une visibilité des projets.
étopia_
59
Les critères d’évaluation pour la « labellisation » sont élaborés par les Groupes
d’Accompagnement des Projets-Actions (GAPA) constitués au sein du CESDD
en 2003.
8.6
Le budget consacré au projet de la Ville
Jusqu’à présent, depuis le démarrage du projet de constitution du Plan communal de
Développement durable, aucun article du budget communal ne concerne
spécifiquement le développement durable, tous les frais engagés l’étant sur l’article
budgétaire du service « Citoyenneté-participation », mais également sur un poste
« études scientifiques/sous-traitance » ressortant de la compétence du Bourgmestre,
notamment consacré à la rédaction du Plan par les partenaires associés.
La journée d’étude « Ensemble sur les chemins du développement durable » organisée
le 23 février 2005 par la Ville et les trois bureaux d’études associés est auto-financée.
A l’avenir, le PCDD ne devrait pas modifier de façon substantielle les lignes
budgétaires communales, le développement durable devant être intégré dans les
pratiques des services techniques et administratifs, impliquant un décloisonnement des
décisions et une meilleure gestion des services communaux.
8.7
Le projet Discus
La Ville d’Ottignies/Louvain-la-Neuve a été sollicitée pour participer à une étude
internationale intitulée « Projet Discus » et portant sur 40 municipalités et
communautés urbaines en Europe. Ottignies/Louvain-la-Neuve a été la seule Ville
belge retenue pour participer à cette recherche menée en 2002-2003 par le secrétariat
européen d’ICLEI, basé à Freiburg, en Allemagne. Ce projet, mené dans le cadre d’un
co-financement européen, tend à mettre en évidence les facteurs permettant
l’émergence de politiques concrètes et efficaces pour un tel développement urbain
durable. Parmi les autres cités impliquées dans ce projet européen, Munich, Tallin,
Dunkerque, Valenciennes, Thessalonique, Hanovre, Dubrovnik, etc. Cette étude
internationale n’engage pas la ville au niveau des lignes budgétaires.
) Pour en savoir plus sur le projet : le site internet
http://www.governingsustainablecities.org est particulièrement complet.
8.8
Le projet Sus-Cit (Sustainable cities)
Le projet Sus-Cit, qui a démarré au début de l’année 2005, est un projet de coopération
transrégionale Villes durables (Sustainable cities) co-financé par la Commission
européenne (dans le cadre du programme Interreg IIIB) auquel participe notamment la
Ville de Ottignies/Louvain-La-Neuve.
Cette initiative permet la mise sur pied de réalisations pilotes innovatrices de
développement durable dans des Villes partenaires en Wallonie, en France et en
Allemagne. Les réalisations pilotes visent notamment à promouvoir l’efficacité
énergétique et l’utilisation d’énergies renouvelables dans les bâtiments publics et
autres espaces publics. Elles ont également pour objectifs d’encourager le
développement d’activités économiques liées à l’éco-construction et de déterminer les
outils pratiques pour les politiques d’urbanisme durable. Le projet vise également à
promouvoir la mise en œuvre d’un Agenda 21 local dans ces Villes, à créer un réseau
étopia_
60
d’échange, de diffusion de bonnes pratiques et de compétences en la matière et à
encourager une culture de développement durable urbain.
En Région wallonne, la Direction générale de l’Aménagement du Territoire, du
Logement et du Patrimoine (DGATLP) assure la gestion du projet, la coordination
revenant à l’Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW). Sont également
associés à ce projet, pour la Wallonie, le Centre d’Innovation wallon pour la
Construction (CIWACO), le Cluster éco-construction et la Société wallonne du
Logement (SWL)
Les Villes partenaires impliquées dans le projet Sus-Cit sont :
-
pour la Wallonie : Ottignies/Louvain-La-Neuve, Mouscron, Tournai, La
Louvière ;
-
pour la France : Roubaix, Lille, Valenciennes ;
-
pour l’Allemagne : Aix-La-Chapelle.
A Ottignies/Louvain-La-Neuve, il est prévu un investissement pilote de chauffage
urbain (co-génération), dans une optique de faible consommation énergétique, au
niveau de bâtiments publics (Hôtel de Ville, Centre culturel, bâtiments administratifs
et du CPAS).
L’originalité du projet réside notamment dans le public qu’il vise, à savoir les
décideurs politiques et le personnel des services communaux. En effet, ces personnes
sont acteurs-clés pour le changement en faveur d’un développement local durable dès
lors qu’ils disposent d’informations et de formations adaptées.
Voir aussi :
Union des Villes et Communes de Wallonie : http://www.uvcw.be
8.9
Après la première phase, la relance des partenaires et la concrétisation
Tous le processus exposé ci avant constitue la première étape de l’élaboration du Plan
communal de Développement durable qui a pris plus de trois ans :
-
en début de législature : décision ferme d’engager la ville dans un processus
Agenda 21 local ;
-
en 2001 : implication des services communaux et nomination d’un chef de
division pour assurer la transversalité des compétences ;
-
organisation du 1er Forum (12 décembre 2002) et signature de la Charte
d’engagement par les forces vives ;
-
création du CESDD : statuts et missions (décision du Conseil communal du 19
novembre 2002) ;
-
adoption du projet de règlement d’ordre intérieur du CESDD (décision du
Collège échevinal du 6 février 2003) ;
-
adhésion à la Charte des Villes européennes pour la durabilité, dite Charte
d’Aalborg (décision du Conseil communal du 20 mai 2003) ;
) pour en savoir plus sur la Charte d’Aalborg : http://www.sustainable-cities.org
L’organisation d’une journée d’étude « Ensemble sur les chemins du développement
durable » (Louvain-la-Neuve, 23 février 2005) (co-organisation Ville et les trois
bureaux d’études CREAT, Athanor Mediations et Survey & Amenagement) a constitué
étopia_
61
une étape réellement importante, permettant de remobiliser les signataires de la Charte
d’engagement mais également les services communaux qui sont invités à définir
certains modes de gestion et appliquer concrètement la transversalité. 270 personnes
étaient présentes à la journée d’étude, ce qui traduit un intérêt pour le projet de
développement durable. Notons que le personnel communal s’est mobilisé à l’occasion
puisque trente agents communaux étaient présents.
L’organisation en février 2005, par les trois bureaux d’études, d’une enquête auprès
des partenaires signataires de la Charte a permis de faire le point sur l’action, les
projets et l’implication possible des partenaires. Les résultats de l’enquête sont
disponibles sur le site de la Ville (voir ci-dessous).
La démarche d’élaboration du Plan communal de Développement durable est loin
d’être aboutie. Pour juin 2005, les trois bureaux d’études doivent boucler la rédaction
du Plan (diagnostic, orientations stratégiques et plan d’actions présentées sur forme de
fiches). Ensuite, la Ville entrera dans un processus de consultation de la population. Le
vote du Plan communal de Développement durable par le Conseil communal est
prévu avant la fin de l’année 2005.
Une étape ultérieure visera à faire reconnaître quelques projets pour donner l’exemple
en matière de développement durable et d’autre part, à faire émerger des critères de
développement durable (indicateurs) pour la « labellisation » des projets de
partenaires engagés par la Charte. A titre d’exemple, le complexe sportif de Blocry s’est
lancé dans un véritable processus de développement durable pour sa gestion.
A moyen terme, le CESDD devra également jouer un rôle d’observatoire pour sa
mission d’évaluation par la définition d’indicateurs du développement durable au
niveau communal.
Site internet à consulter :
www.olln.be (voir page consacrée au développement durable)
étopia_
9
62
Proposit ions polit iques
A l’issue de cette étude, nous souhaitons émettre des propositions politiques qu’il
conviendrait d’approfondir pour permettre à chaque Commune, quels que soient son
profil socio-économique, sa taille, sa spécificité, sa vocation. Il ne s’agit pas d’un
inventaire exhaustif ou de propositions détaillées, celles-ci devant pouvoir être
approfondies en d’autres lieux. Ces pistes concernent les niveaux de pouvoir régional,
provinciaux et communaux :
Au niveau régional :
Alors que le Contrat d’Avenir pour la Wallonie s’inscrit dans la vision active et
solidaire du développement durable12, alors qu’il en appelle à la participation des
autres niveaux de pouvoir, notamment le niveau communal13, il n’existe pas de
mesure incitative à l’égard des Communes qui mettent en place une dynamique
Agenda 21 local. Des pistes d’actions possibles sont les suivantes :
-
cadrer la finalité de l’Agenda 21 local dans un Décret régional wallon ;
-
organiser une administration spécifique pour les compétences relatives au
développement durable ;
-
assurer des campagnes de formations et d’informations sur le développement
durable ;
-
définir des zones d’intervention plus larges que la Commune (niveau supracommunal) (ex : Contrats de Pays en France14) afin que celles-ci puissent mener
des politiques cohérentes dans des domaines où l’action commune est possible
(logement, énergie, environnement, mobilité, économie, culture, sports, )
-
prévoir un « Guichet unique » permettant de mener des synergies entre tous
les outils programmatiques et de planification régionaux ;
12
« Les actions régionales s’inscriront dans la perspective d’un développement durable
équilibré intégrant les sphères économique, sociale, environnementale et culturelle, en
plaçant le citoyen au centre de celles-ci » (in Gouvernement wallon, Le Contrat d’Avenir
pour les Wallonnes et les Wallons, Ministère de la Région wallonne, 2005, p. 61).
13
« En conclusion, l’avenir de la Wallonie se gagne par la volonté de construire une
stratégie partagée et soutenue par l’ensemble de ses piliers locaux. Les Contrats
d’Avenir issus des débats locaux devront s’intégrer harmonieusement au sein du
contrat d’Avenir pour la Wallonie et le décliner, visant la complémentarité à partir de
la diversité des Villes et Communes » (in Decoster D-P., Fontaine P., Niarchos C.,
Piraux J., Rosinski Z., Roufosse C. et Vissers F., Vers des Contrats d’Avenir locaux.
Elaborer et réussir sa stratégie de développement communal. ULB/IGEAT, Charleroi,nd.,
p.150)
14
La Loi française d’Orientation pour l’Aménagement et le Développement durable et
du Territoire (LOADDT) du 25 juin 1999 définit le pays comme « un espace présentant
une cohésion géographique, historique, économique et sociale ». Le Pays favorise la mise en
valeur des potentialités du territoire en s’appuyant sur une forte coopération
intercommunale et sur l’initiative de la participation des acteurs locaux. Son rôle est de
capter et d’animer divers programmes (Etat, Région, Département) permettant
d’apporter un soutien technique et financier aux initiatives locales dans le cadre d’une
stratégie partagée.
étopia_
63
-
mettre en œuvre de pratiques de discrimination positives pour le financement
d’actions (ex : dans le cadre des plans triennaux « logement » et/ou « travaux »)
pour les Communes dotées d’un Agenda 21 local ;
-
mettre sur pied des réseaux d’échange d’informations, de compétences entre
les différentes Communes.
Au niveau provincial (la Province de Namur, le Bureau économique de la Province, la
Fondation Gouverneur Close) :
-
assurer une aide logistique à la réalisation de l’Agenda 21 local (ex : en
Province de Namur, la Fondation Gouverneur Close pourrait jouer ce rôle) ;
-
mettre à disposition des Communes des outils de sensibilisation au
développement durable à destination du grand public, des écoles, mais
également des élus locaux et du personnel technique et administratif ;
-
mettre sur pied des formations au développement durable pour le personnel
technique et administratif (communal et provincial) ;
-
mettre sur pied des réseaux d’échange d’informations, de compétences entre
les différentes Communes de la Province.
Au niveau communal :
-
inscrire la volonté d’élaborer un Agenda 21 local dans la déclaration de
politique communale de la majorité constituée. Ceci pourrait être le cas pour
un maximum de Communes en début de législature 2006-2012 ;
-
prévoir la compétence « développement durable » à un(e) échevin(e) et lui
donner les moyens de son action transversale ;
-
prévoir de charger une personne responsable du développement durable et de
la transversalité des décisions et de la gestion administrative. Cette personne
sera notamment chargée de la démarche Agenda 21 local ;
-
instaurer une culture de l’évaluation des politiques publiques, trop rarement
pratiquée dans les Communes ;
-
les Communes doivent être en mesure de pouvoir négocier avec les Autorités
compétentes et institutions pour la mise en place de politiques durables. C’est
le cas notamment pour les questions relatives à la mobilité, à la gestion de
l’eau, aux déchets, à l’énergie. A ce sujet, il est important de renforcer les liens
et contacts avec les Communes avoisinantes pour mener des synergies.
On le voit, des outils existent et les leviers à actionner sont financiers, réglementaires,
institutionnels mais aussi culturels. C'est bien d'une convergence de volontés de
différents acteurs, à différents niveaux, que pourra naître une véritable dynamique de
développement durable en impliquant les pouvoirs locaux.
17
in Ministère de la Région wallonne, Conférence Permanente du Développement
Territorial, Résumé de la subvention 2003-2004. Thème 3.2 Mise en œuvre opérationnelle de
l’Agenda 21 local, GUIDE/CREAT/LEPUR, septembre 2004, 18 pages.
étopia_
64
1 0 C o n c l u sio n
La réussite du développement communal durable comme partie d’un développement
durable global passe nécessairement par une intégration des composantes économique,
sociale, environnementale et démocratique qui implique une transversalité des
décisions. Des passerelles et collaborations sont indispensables entre les différents
niveaux de pouvoir pour mener à bien le projet dans son ensemble.
Les Communes wallonnes sont à la traîne d’une démarche lancée au niveau
international par la conférence de Rio en 1992, il y a plus de 13 ans. La Région
wallonne n’a pas encore mis en place les outils d’aides administrative et financière
adressés aux Communes pour la mise en oeuvre d’un Agenda 21 local. Ceci est
d’autant plus vrai pour les Communes rurales dont les moyens financiers sont limités,
dont le cadre est parfois réduit, dont les relais dans d’autres niveaux de pouvoir sont
inefficients, … Les structures mises à la disposition des Villes pour la mise en œuvre
d’un Agenda 21 local sont, au niveau international, mieux organisées. Les réseaux
européens et internationaux sont fonctionnels, les échanges et partages de compétences
sont facilités par divers programmes mis en œuvre.
Il n’empêche… La volonté politique d’inscrire sa Commune dans la voie du
développement durable constitue un des éléments déterminants, mais également le
point de départ de la démarche Agenda 21 local. Et c’est ici que les clivages politiques
doivent s’estomper parce que le développement durable s’impose comme axe directeur
du développement socio-économique de ce siècle !
Une Commune peut-elle s’inscrire dans le développement durable sans se doter d’un
Agenda 21 local ? Cela paraît évidemment plus simple. Mais l’Agenda 21 local, bien
plus qu’une gestion quotidienne des dossiers, constitue un projet mobilisateur,
fédérateur et structurant qui fait appel à la générosité et la solidarité. C’est une
nouvelle manière d’aborder la chose publique dans laquelle chacun peut trouver son
compte, à travers les objectifs généraux suivants :
1.
réduire la pression sur les ressources naturelles tout en cherchant à améliorer
le cadre de vie ;
2.
traiter à la source les causes d’insécurité sociale (exclusion, pauvreté,
précarité,…) par de nouveaux mécanismes de solidarité et de renforcement du
tissu social ;
3.
créer de nouveaux emplois innovateurs au service de l’homme et de son
environnement.
La question du budget affecté à la concrétisation d’un Agenda 21 local peut
évidemment freiner les plus réticents à la démarche, d’autant plus que ses retombées
ne sont pas perceptibles immédiatement.
A Ottignies/Louvain-la-Neuve, les budgets liés à la démarche Agenda 21 local ont été
affectés sur les postes « Citoyenneté-participation » pour la mis en œuvre du processus
démocratie participative et « études scientifiques/sous-traitance » pour la rédaction du
Plan Communal de Développement durable (voir 8.6). La mise en œuvre
opérationnelle du Plan ne devrait pas affecter les lignes budgétaires, le développement
durable agissant comme ligne directrice de la gestion communale.
A l’heure actuelle, vu l’absence de soutien financier et administratif de la Région
wallonne, différentes pistes budgétaires peuvent être empruntées pour appuyer une
démarche d’Agenda 21 local :
étopia_
65
-
une affectation sur fonds propre de la Commune (ex : pour le fonctionnement
du processus de démocratie participative, pour l’implication de bureaux
d’études, …) ;
-
la mise en place de politiques qui permettent, à moyen et long terme, de
réduire la facture de certains postes importants (ex : mise en place d’un plan
de prévention des déchets permettant de diminuer la quantité de déchets
produits et donc de réduire le coût de leur gestion ; mise en place d’une
politique d’utilisation rationnelle de l’énergie dans les bâtiments publics
permettant de réduire la facture énergétique, …) ;
-
la mise en œuvre de projets subsidiés qui intègrent déjà les dimensions du
développement durable (PALME, PCDR, PCM,...) (voir chapitre 7) ;
-
l’implication dans des projets européens permettant de concrétiser et de
consolider certaines actions.
Il parait cependant évident, que les Communes, surtout les petites Communes, doivent
être orientées, guidées, aidées pour la mise en œuvre d’un Agenda 21 local.
La Conférence permanente du Développement territorial (CPDT), dans le cadre d’un
programme de travail 2002-2005, a pour objectif de promouvoir une meilleure
connaissance du concept de développement communal durable. Son programme de
travail 2004-2005 vise notamment à élaborer des propositions opérationnelles par le
biais de différentes formules d’implémentation du développement durable au niveau
local17.
Il y a là un enjeu politique de premier ordre, l’occasion de donner enfin une véritable
impulsion à un outil indispensable mais largement sous-utilisé.
étopia_
66
1 1 B ibliographie
Barchman G., Le management environnemental. See Management Files n°20. Groupe One,
2003, 5 pages.
Bouchat T-M., Bilan et perspectives pour les participations communales d’Ecolo en Région
wallonne. Ecolo, janvier 2004, 62 pages.
Boutaud A., Le développement durable : penser le changement ou changer le pansement ?
Bilan et analyse des outils d’évaluation des politiques publiques locales en matière de
développement durable en France : de l’émergence d’un changement dans les modes de faire au
défi d’un changement dans les modes de penser. Thèse de doctorat. Ecole nationale
supérieure des Mines de St-Etienne et Université Jean-Monnet, France, février 2005,
415 pages.
Brodhag C., Gouvernance et évaluation dans le cadre du développement durable – atelier
gouvernance, colloque : Europe villes et territoire. Agora 21, Lille, 3 et 4 novembre 2000, 14
pages.
Cogérino L. et Boutaud A., Le développement durable : une autre politique pour les
territoires ? Définition pratique/mise en œuvre. Réseau des Agences Régionales de
l’Energie et de l’Environnement (R.A.R.E), mars 2000, 64 pages.
Combe H. (Extra Muros Consultants Coopérative de Conseil), Evaluation en terre de
développement durable. Carnet de bord. Dunkerque Grand Littoral - Communauté
urbaine, nd, 113 pages.
Centre Ressource du Développement Durable (CERDD), Dessine-moi un agenda 21 local.
L’Agenda 21 sur mesure. CERDD, 2001, 18 pages.
Coméliau L., Holec N., Piéchaud J-P., Approche territoriale du développement durable.
Repères pour l’Agenda 21 local. Association 4D, 2001, 137 pages.
Comité 21. Territoires et développement durable. Comité 21, nd, 51 pages.
Decoster D-P., Fontaine P., Niarchos C., Piraux J., Rosinski Z., Roufosse C. et Vissers F.,
Vers des Contrats d’Avenir locaux. Elaborer et réussir sa stratégie de développement communal.
ULB/IGEAT, Charleroi, nd, 176 pages.
Defeyt P., Le social et l’environnement. Des indicateurs alternatifs au PIB. Institut pour un
Développement durable, octobre 2004, 30 pages.
Defeyt P., Une approche socio-économique du développement durable. Cours FOPES, Namur,
2004-2005, 144 pages.
De Mol G., Source d’inspiration pour la mise en œuvre d’initiatives de développement durable.
Répertoire des actions de développement durable à Bruxelles. Cellule d’Action Ville Durable
(CAVID), nd., 108 pages.
De Schutter G., Enquête : les communes et le développement durable (octobre-décembre 2001).
WWF-Belgique, Bruxelles, 2001, 17 pages.
de Thier D., Saelens S. et Vermeiren B, Guide pour la participation citoyenne dans les plans
communaux de mobilité. MET, Namur, 2001, 48 pages.
Dugailliez R., Augmenter la performance environnementale des marchés publics. Projet de
délibération et application spécifique au secteur de la construction. ECOLO, juillet 2005, 17
pages.
étopia_
67
Ecolo, Budget participatif et Agenda 21 : Le développement durable. Plus qu’un concept, une
application locale indispensable aux Communes du XXIème siècle. Ecolo, nd, 27 pages.
Erkman S., L’écologie industrielle : une stratégie de développement. ETOPIA Centre
d’Animation et de Recherche en Ecologie politique, Namur, 18 pages.
Fontaine P., La Région wallonne à l’heure du bilan. La Revue durable, n°15, avril-mai-juin
2005, pp. 54-59.
Gouvernement wallon, Le Contrat d’Avenir pour les Wallonnes et les Wallons. Ministère de
la Région wallonne, 2005, 159 pages.
Hewitt N., Guide européen des Agendas 21 locaux – Comment s’engager dans un programme
d’action à long terme vers le développement durable. ICLEI et Conseil Régional Nord-Pasde-Calais, Lille, 1995, 102 pages.
Ministère de la Région wallonne, Conférence Permanente du Développement
Territorial, Rapport final de la subvention 2002-2003. Thème 3.2 Mise en œuvre opérationnelle
de l’Agenda 21 local. GUIDE/CREAT/LEPUR, septembre 2003, 159 pages.
Ministère de la Région wallonne, Conférence Permanente du Développement
Territorial, Rapport final de la subvention 2003-2004. Thème 3.2 Mise en œuvre opérationnelle
de l’Agenda 21 local. GUIDE/CREAT/LEPUR, septembre 2004, 228 pages.
Ministère de la Région wallonne, Conférence Permanente du Développement
Territorial, Résumé de la subvention 2003-2004. Thème 3.2 Mise en œuvre opérationnelle de
l’Agenda 21 local. GUIDE/CREAT/LEPUR, septembre 2004, 18 pages.
Rapport Brundtland, Notre Avenir à tous. Editions du Fleuve, Montréal, 1988.
Rousseaux V., Vade-mecum d’une expérience de participation citoyenne. Le panel de citoyens
– Quel Brabant wallon pour demain ? Fondation pour les Générations futures, Namur,
2002, 43 pages.
Schalenbourg C., Réseau Leader + en Wallonie. Cellule d’Animation du Réseau wallon
Leader +, Limont, 2ème trimestre 2004, n°1, 19 pages.
Van Doren T., L’écologie industrielle. Un outil de développement durable. See Management
Files n°6. Groupe One, août 2002, 11 pages.
68
étopia_
1 2 Sit es int ernet int éressa nt s c o nsa c rés a u
durable, à l’ Agenda 2 1 et à l’ Agenda 2 1 local
d év elo p p ement
12.1 Sites internationaux et français
Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) : http://www.pnud.org
Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) : http://www.unep.org
Conseil international pour les Initiatives écologiques locales (ICLEI) :
http://www.iclei.org
Indicateurs du Développement durable :
http://europa.eu.int/comm/eurostat/sustainabledevelopment
Local Evaluation 21 : http://www.localevaluation21.org
Le site francophone du Développement durable : http://www.agora21.org
Ministère de l’Ecologie et du Développement durable : http:// www.ecologie.gouv.fr
Revue Développement durable et Territoires : http://revue-ddt.org/
Réseau des Agences régionales de l’Environnement et de l’Energie (R.A.R.E.) :
http://www.rare.asso.fr
Comité 21 (Comité français pour l’Environnement et le Développement durable) :
http://www.comite21.org
Association 4D (Dossiers et Débats pour le Développement durable) :
http://www.association4d.org
12.2 Sites en Belgique
Conseil fédéral du Développement durable (CFDD) :
http://www.belspo.be/frdocfdd/fr/prempag.htm
Commission interdépartementale de Développement durable (CIDD) :
http://www.cidd.fgov.be/
Bureau fédéral du Plan – Task Force Développement durable : http://www.plan.be
Service public fédéral de Programmation Développement durable (SPFDD) :
http://www.belgium.be
Billy Globe (site belge du Développement durable). Site très complet renvoyant vers de
nombreux liens intéressants : http://www.billy-globe.org
Boîte à outils Action 21 : http://www.doc21.be
Institut pour un Développement durable (IDD) : http://users.skynet.be/idd
Portail de la Région wallonne : http://www.wallonie.be
Centre d’Etude du Développement
http://www.ulb.ac.be/igeat
durable (CEDD)
Centre d’Etudes en Aménagement du Territoire (CREAT) :
http://www.urba.ucl.ac.be/creat
Conférence permanente du Développement territorial (CPDT) :
http://www.lepur.geo.ulg.ac.be
–
IGEAT
–
ULB :
étopia_
69
Conseil wallon de l’Environnement pour le Développement durable (CWEDD) :
http://www.cwedd.be
EducA 21 (site consacré à la décennie de l’Education au Développement durable en
Communauté française de Belgique) : http://www.educa21.be
Institut bruxellois pour la Gestion de l’Environnement (IBGE) : http://www.ibgebim.be
Centrum voor duurzame Ontwikkeling (CDO) – Universiteit Gent :
http://cdonet.rug.ac.be
Vlaams overleg Duurzame Ontwikkeling (VODO) : http://www.vodo.be
Réseau Idée – Information et diffusion en éducation à l’environnement :
http://www.reseau-idee.be
World Wildlife Fund Belgique - WWF : http://www.wwf.be
GREEN (Grand Réseau d’Echange d’Expériences Novatrices) :
http://www.ecolo.be/GREEN
… Et bien sûr ETOPIA_ (Centre d’Animation et de Recherche en Ecologie politique) :
http://www.etopia.be
D’autres sites sont cités tout au long du document. La liste n’est pas exhaustive …
12.3 Les Communes avec lesquelles nous avons mené notre étude
Assesse : http://www.assesse.be
Floreffe : http://www.floreffe.be
Gembloux : http://www.gembloux.be
Havelange : http://www.havelange.be
Sombreffe : http://www.sombreffe.be
Ottignies/Louvain-La-Neuve (voir page consacrée au développement durable) :
http://www.olln.be
Voir aussi :
Union des Villes et Communes de Wallonie (UVCW) : http://www.uvcw.be
Province de Namur : http://www.province.namur.be
étopia_
70
1 3 R emerc iement s
Merci à :
-
la Province de Namur qui a accordé une dotation au groupe ECOLO, sans
laquelle cette étude n’aurait pu aboutir.
Pour leur collaboration active, merci à :
-
Thérèse-Marie Bouchat, Echevine Ecolo Floreffe (compétences : Santé et qualité
de vie, enseignement, action sociale comprenant l’enfance, la jeunesse, les
aînés, les personnes handicapées, le logement, l’emploi, la solidarité
internationale) ;
-
Thierry Couvreur, chef de Cabinet du Bourgmestre d’Ottignies/Louvain-LaNeuve
-
Jean-Pol Gérard, Echevin Ecolo Havelange (compétences : Finances, urbanisme
et aménagement du territoire, environnement y compris mobilité et énergie,
culture, jeunesse, tourisme) ;
-
Philippe Grévisse, président du CPAS de Gembloux
-
Albert Mabille, Echevin Ecolo Floreffe (compétences : Environnement, mobilité
et sécurité routière, personnel et organisation administrative, développement
et qualité de vie) ;
-
Brigitte Maroy, Echevine Ecolo Sombreffe (compétences : Aménagement du
territoire et urbanisme, environnement, mobilité, développement rural) ;
-
Claire Parmentier, Echevine Ecolo Gembloux (compétences : Enseignement,
extra-scolaire, relations internationales, agrobiopôle) ;
-
Eric Van Poelvoorde, Echevin Ecolo Gembloux (compétences : Travaux,
environnement, énergie, mobilité) ;
-
Jean-Luc
Roland,
Bourgmestre
Ecolo
Ottignies/Louvain-La-Neuve
(compétences : Affaires générales, développement durable, police, mobilité,
voiries, espaces verts, environnement, affaires rurales, informatique) ;
-
Philippe Schoemans, éco-conseiller à Havelange ;
-
Paul Wattecamps, Echevin Ecolo Assesse (compétences : Environnement,
Aménagement du territoire, Urbanisme, Tourisme intégré, Parc Naturel +
mobilité).
Ils nous ont accordé beaucoup de temps lors d’entrevues au cours desquelles ils nous
ont fait part de leur expérience, de leurs réalisations, de leurs projets en tant que
bourgmestre, échevin(e), président de CPAS ou personnel communal.
Ce travail n’aurait pu aboutir sans les avis éclairés de :
-
Hadelin de Beer de Laer, Président du Service public fédéral de programmation
développement durable (SPFDD) ;
-
Christophe Derenne, Directeur d’ETOPIA_ ;
-
Geoffroy De Schutter, WWF- Belgique, Chef d’unité développement durable
-
Xavier Delmon, Administrateur délégué de TRAME scrl ; (http://www.trame.be)
-
Thierry Laureys, Conseiller PALME, Commune de Beauraing.
étopia_
71
Merci pour leurs conseils judicieux et les pistes à suivre pour la réalisation d’un
canevas d’Agenda 21 local.
Merci également au Comité d’accompagnement composé de membres de la Coordination
provinciale Ecolo Namur/Dinant-Philippeville.
Enfin, merci à l’équipe ETOPIA_ pour ses relectures attentives.
1 4 C o o rd o n n ées
Laurence Lambert, chercheuse et animatrice à étopia_
laurence.lambert@etopia.be
étopia_, centre d’animation et de recherche en écologie politique
Espace Kegeljan,
52 avenue de Marlagne à 5000 Namur
t.: 00 32 81 22 58 48
f.: 00 32 81 23 18 47
info@ etopia.be
www.etopia.be
etopia_ asbl est une association d’éducation permanente reconnue et subventionnée
par la Communauté Française
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising