L`art contemporain - Musée des Beaux-Arts

L`art contemporain - Musée des Beaux-Arts
L’ART CONTEMPORAIN
DANS LES MUSÉES
DE LA VILLE DE ROUEN
Dossier pédagogique
Dossier réalisé par le service des publics et le
service éducatif des musées de la ville de Rouen
Définition de l’art contemporain : « La frontière entre art contemporain et art
moderne est très floue. À quel moment l’appellation art contemporain se substitue-telle à celle d’art moderne associée à la notion d’avant-garde ? Cette expression s’est
surtout imposée à partir des années quatre-vingt, supplantant celles d’« art actuel »
et « art vivant ». Mais elle caractérise une époque dont la naissance se situerait
entre 1960 et 1969. L’art contemporain est, pour l’essentiel, inscrit sous l’égide de la
postmodernité, notion symptomatiquement ambiguë qui dépasse largement le champ
des arts plastiques. Le succès de la formule et du concept marque la fin d’une
époque : celle de l’avant-gardisme. L’art contemporain peut également se définir par
l’éclatement des frontières entre les disciplines classiques et par l’apparition de
nouvelles techniques (techniques mixtes, multimédia), qui élargissent le champ
artistique tout en rendant son approche plus complexe. »
(Extrait de L’art contemporain, idées reçues, Isabelle de Maison Rouge)
L’art contemporain au sein des musées de la Ville de Rouen
Ce parcours dans les collections permanentes des musées de la Ville de Rouen
propose de découvrir les collections d’art contemporain.
Si l’enrichissement des fonds fait partie des ambitions muséales, cette volonté
s’exerce de façon assez récente vis-à-vis de l’art actuel dans les musées
municipaux.
Cette volonté s’est traduite par une politique d’expositions régulières sur l’art
contemporain et l’ouverture en janvier 2005 de La Galerie, un espace d’accès gratuit
conçu comme un lieu spécifique d’expositions d’art contemporain, dédié à des
manifestations de format réduit, fonctionnant en complément des grandes salles
d’exposition.
L’ouverture d’une salle Marcel Duchamp au musée des Beaux-Arts en 2007
consacre à la fois un artiste majeur de la modernité et une source incontournable
pour nombre d’artistes contemporains.
Par ailleurs, la rénovation du musée des Beaux-Arts a été confiée autour de 1990 à
l’architecte d’intérieur Andrée Putman célèbre pour ses réhabilitations de bâtiments
préexistants et son esthétique discrète et raffinée. Le Lustre de Sylvain Dubuisson
dans l’escalier d’honneur fut alors commandé.
Liens avec les programmes scolaires et l’enseignement en histoire
des arts
Ce parcours s’adresse aux élèves de tous niveaux des enseignements général,
technique et technologique et parcourt un grand champ de disciplines (histoire des
arts, arts plastiques, lettres, philosophie, sciences, etc.).
Ce dossier propose des pistes pédagogiques adaptables pour les primaires, collèges
et lycées
Primaire : histoire des arts et plus particulièrement arts du visuel et, pour la
chronologie, XXe siècle
Collège (3e) : arts du visuel, arts de l’espace, arts du langage, arts du quotidien
Lycée : arts du visuel, arts de l’espace, arts du langage, arts du quotidien
Toutes les œuvres sont accompagnées de leur localisation dans le musée entre
crochets : [1.3] correspond à la salle 1.3
SOMMAIRE
ACQUISITIONS CONTEMPORAINES
Des acquisitions en rapport avec les collections et l’histoire de la ville
Des œuvres souvent acquises à l’issue d’expositions
Des commandes spécifiques
Des acquisitions d’artistes reconnus sur la scène actuelle
PARCOURS ART CONTEMPORAIN
p. 4
p. 4
p. 4
p. 4
p. 4
Musée des Beaux-Arts
Musée de la Céramique
Autres œuvres exposées
p. 5
p. 5
p. 12
p. 13
AUTRES PISTES PÉDAGOGIQUES
p. 14
Des œuvres représentatives d’ambitions
et d’enjeux contemporains
D’une œuvre à une autre, d’une époque à une autre
Le temps
L’optique : jeu sur les principes de perception
Le trompe-l’œil
L’installation
p. 14
p. 14
p. 14
p. 14
p. 14
p. 14
POUR ALLER PLUS LOIN
Liste des œuvres contemporaines des musées
Lieux et institutions d’art contemporain en France
Glossaire des principaux mouvements artistiques
Chronologie
Où voir de l’art contemporain
p. 15
p. 15
p. 18
p. 21
p. 26
p. 29
ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES
p. 31
RENSEIGNEMENTS PRATIQUES
p. 35
ACQUISITIONS CONTEMPORAINES
Le développement des collections d’art contemporain doit tenir compte de plusieurs
contraintes : quelle place accorder à la création d’aujourd’hui dans un musée qui
déroule un panorama continu de la création artistique du XVIe au début du XXe
siècle, mais qui n’a pas eu l’ambition de « suivre » les évolutions de l’art moderne
pendant une grande partie du XXe siècle. D’où une discontinuité très problématique,
impossible à dépasser compte tenu de l’évolution des prix des grandes œuvres d’art
moderne. Quelle place, par ailleurs, donner à l’art contemporain quand les
contraintes d’espace interdisent d’exposer une part importante des collections
anciennes, notamment XIXe siècle ?
L’ambition, vis-à-vis de l’art contemporain, dans les musées de Rouen est régie par
quelques principes récurrents.
1 Des acquisitions en rapport avec les collections et l’histoire de la ville
Les acquisitions se font le plus souvent en écho des collections et des œuvres déjà
présentes dans les musées ou en citation de l’aura culturelle et historique de la ville
afin de donner du sens et une logique à la présence d’œuvres contemporaines. Ce
jeu de citations, de références et d’hommages est en soi déjà engagé dans le
postmodernisme refusant l’idéal de la table rase et le principe d’avant-garde au cœur
de la modernité.
2 Des œuvres souvent acquises à l’issue d’expositions
- au musée Le Secq des Tournelles à l’issue de l’exposition Tour de force (2002) ont
été acquises Saint Georges terrassant le dragon, girouette d’Orest Ivasyuta ainsi que
Projet de porte de monument de Gonzalo Saint-Trapaga.
- au musée de la Céramique : Des Têtes de Carole Chebron (2004)
- au musée des Beaux-Arts, Chez Arensberg de André Raffray après l’exposition
André Raffray ou la peinture recommencée (2005-2006) complément de la suite de
La Vie illustrée de Marcel Duchamp en douze images déposée par le FNAC, ou
encore de Bertran Berrenger, Le Boul’ch lors de l’exposition des artistes au musée
des Beaux-Arts en 2006.
- à l’issue de l’exposition Céramique fiction (2006), ont été acquises WVZ N° 182
d’Elmar Trenkwalder (exposée au musée des Beaux-Arts), Noir dessein de
Michaële-Andrea Schatt et Les Vanités de Valérie Delarue (exposées au musée de
la Céramique).
3 Des commandes spécifiques
Felice Varini Escaliers nord et sud ; création musicale de Dj Spooky that Subliminal
Kid, Drawn At Random, pour la salle Duchamp en 2007 ; Couvrir, Recouvrir,
Entrouvrir, Découvrir (une installation éphémère) de Daniel Buren pour l’exposition À
travers le miroir, de Bonnard à Buren (2000-2001)
4 Des acquisitions d’artistes reconnus sur la scène actuelle
La plupart des acquisitions s’opèrent auprès d’artistes de renom international comme
Felice Varini, François Morellet, Aurelie Nemours ou Wim Delvoye.
4
PARCOURS ART CONTEMPORAIN
1 Musée des Beaux-Arts
ELMAR TRENKWALDER [MBA escalier d’honneur]
Elmar Trenkwalder est un artiste autrichien né en
1959. Il a participé à plusieurs manifestations
internationales comme la Biennale de Venise et
celle de Lyon.
Sa sculpture WVZ N° 182 a été réalisée pour
l’exposition Contrepoint du musée du Louvre en
2005 et a figuré dans l’exposition Céramique
fiction présentée au musée des Beaux-Arts et au
musée de la Céramique en 2006. La source
d’inspiration de cette sculpture provient des
Métamorphoses d’Ovide (2, 333-366). Dans la mythologie antique, les Héliades, filles
d'Hélios et de Clymène, sont les sœurs de Phaéton. Ce dernier est foudroyé par
Jupiter, maître de l’ordre du monde, pour son incapacité à conduire le char du soleil.
Inconsolables devant la mort de leur frère, elles se métamorphosent en peupliers
pour l’éternité. Lors de l’exposition Contrepoint au Louvre, l’œuvre était présentée
devant une tapisserie flamande du XVIe représentant la chute de Phaéton. Ce même
sujet est présent dans les collections du musée des Beaux-Arts à travers une
peinture maniériste du XVIe, La Chute de Phaéton, attribuée à Jean Mignon [1.8]. La
sculpture est présentée dans l’escalier d’honneur du musée des Beaux-Arts au pied
de la peinture Inter Artes et Naturam de Pierre Puvis de Chavannes, un peintre de
référence pour Trenkwalder. Des liens formels se tissent entre les rythmes verticaux
et la monumentalité des deux œuvres. L’imbrication de l’humain, de l’art et de la
nature les rapproche sous un mode harmonieux chez le peintre et sous l’angle de
l’étrangeté chez le sculpteur. De plus, la céramique en tant qu’art de la terre exprime
aussi le lien entre l’homme et la nature tout comme les peintures de Puvis de
Chavannes, La Poterie et La Céramique sur le palier supérieur de l’escalier
d’honneur.
L’œuvre d’Elmar Trenkwalder évoque à la fois des monuments (dimension, échelle,
plan vertical, symétrie, ornement des monuments indiens), des architectures (tours,
colonnes, piliers de l’architecture gothique flamboyante ou baroque), des paysages
(formes sinueuses et courbes, spirales, ornementation et stylisation végétales,
enroulement, entortillement des formes, idée de prolifération) et des univers
organiques (plis organiques, sexes, jambes, idée de croissance, de mouvement vital,
épiderme luisant et humide). Formes et fragments naturels, architecturaux,
organiques ou sexuels fusionnent, ils s’imbriquent en un écheveau visuel
labyrinthique, l’œil glisse et se perd entre réalité et onirisme.
Des éléments du corps surgissent, d’une matière exubérante, et attirent l’attention
sur les détails les plus intimes de leur anatomie (cf César, Le Pouce, 1965).
Un lien peut être fait avec les œuvres de Salvador Dali (Le Grand Masturbateur,
1929), Louise Bourgeois et Elsa Sahal, où l’érotisme est très présent.
Isoler un élément de son corps, le mettre en scène (travail sur la
mesure/démesure, le gigantesque/humain, la notion d’échelle, la mise en
scène...)
Elmar Trenkwalder, qui croit en la puissance magique de l’œuvre d’art, érige ses
sculptures monumentales comme des totems organiques et architecturaux. Ses
5
sources de référence sont multiples : du sacré comme le grand temple de
Mahadeva, Khajuraho (Inde, XIIe siècle), la Cathédrale baroque de Saint-Jacquesde-Compostelle (Espagne, XVIIIe siècle), ou encore la Sagrada Familia de Gaudi
(Barcelone 1884-1926) au profane comme le Palais idéal du facteur Cheval (18791912).
L’œuvre de Elmar Trenkwalder confronte des forces d’impulsion, d’accroissement,
de mutation, de déformation qui évoquent à la fois ce qui était et ce qui sera. Cette
œuvre dans laquelle l’humain et la nature s’imbriquent mystérieusement nous donne
à voir une dimension intermédiaire entre l’humanité civilisée et la nature brute dans
le temps de la métamorphose.
Rendre perceptible le temps qui s’écoule par l’étirement de l’image.
Dans ce mélange d’éléments ornementaux et figuratifs, lister ceux qui
s’apparentent au domaine de l’architecture/du corps/du végétal.
Lister les éléments relevant de l’informe, de la métamorphose, de
l’hybridation, de l’anthropomorphisme.
Confronter la première vision d’ensemble à une vision détaillée.
S’interroger sur les effets produits par la particularité de la matière et de la
couleur : une surface qui ressemble à une peau luisante et humide et qui
induit un rapport tactile, sensuel ; un matériau dur et inerte, la céramique, qui
évoque le mou et le mouvant ; la force de la construction en opposition avec la
délicatesse de la surface provoque un décalage entre l’évocation des forces
brutes de la nature et une sophistication portée à l’extrême ; la brillance
presque « liquide » qui contraste avec le « solide » de la structure.
Donner un autre titre.
Comparer à d’autres sculptures (technique : ronde bosse, bas relief ;
matériau : pierre, marbre, bronze, bois…).
BERTRAN BERRENGER [MBA, salle 1.1]
Fabrice Bertran et Jean-Paul Berrenger sont deux anciens
élèves de l’école régionale des beaux-arts de Rouen. Ils
forment un duo d’artistes et poursuivent chacun en parallèle
une production individuelle. Ce principe du duo, récurrent dans
l’art contemporain, remet en cause la notion romantique de
génie personnel et de créativité individuelle. Le Boul’ch a été
conçu à l’occasion de l’exposition des deux artistes au musée
des Beaux-Arts en 2006.
Le Boul’ch fonctionne à la perfection comme un trompe-l’œil
sculptural et trouve son titre dans le nom du jeune homme dont
le visage a été moulé. Véritable sculpture imitant un acteur de
rue faisant la fausse statue, imitation d’une imitation, elle se
présente comme une vraie-fausse statue interrogeant
finalement le statut de la statue et la pertinence de la
perception visuelle. L’imitation parfaite en art depuis les raisins
de Zeuxis et le rideau de Parrhasius, est une recherche récurrente démontrant
l’illusion des apparences. L’œuvre reprend les codes des statues classiques
(notamment présentées dans le Jardin des sculptures), par son socle, le jeu des
drapés et sa blancheur renvoyant au marbre. Le Boul’ch peut s’étudier aussi en
regard de L’Ombre du Porte-bouteilles de Marcel Duchamp de André Raffray et du
Cheval Majeur de Duchamp-Villon.
6
Elle se présente sous le mode de l’installation de par la petite coupelle au sol. Cette
dernière intègre la sculpture à l’espace qui l’accueille.
Fabriquée d’éléments divers et disparates, elle incarne certaines ambitions de la
sculpture depuis la modernité dans la diversité des matières non traditionnelles.
On peut lier ce travail à la sculpture hyperréaliste (Duane Hanson, John de Andréa).
Faites croire que quelque chose est autre chose, ou montrez que ça n’est pas
la réalité, dévoilez la supercherie ; trompez l’œil.
Travailler aussi l’idée que l’on se fait, la question de la persuasion et de l’auto
persuasion : trouver des arguments pour dire que c’est un vrai personnage ou
l’inverse.
Avec Le Boul’ch de Bertran Berrenger, le regard est trompé par la matière, la texture,
l’allure. Avoir l’air vrai, avoir l’air faux : histoires d’impressions, d’apparences. On
rejoint la question des stéréotypes, du cliché, de la pose, mais appliquée à du vivant
(cf. : Annette Messager, Pinocchio).
WIM DELVOYE [MBA, salle 1.6]
Artiste belge, né en 1965, son projet Cloaca (2000)
lui a assuré une renommée internationale. Il
expose dans le monde entier.
En associant des contraires, des éléments ou des
systèmes de référence opposés (principe du
clonage), l’œuvre de Wim Delvoye provoque
immédiatement un choc visuel : Caterpillar,
pelleteuse en bois aggloméré, ornée dans le style
des cathédrales gothiques, déroute, hybridant avec
humour l'histoire de l'art et la culture industrielle, le
sacré et le profane.
Confronter visuellement ou par écrit des œuvres anciennes au monde
moderne ou le contraire (par ex. en habillant Louis XIV à la mode actuelle ou
en faisant évoluer La Joconde dans un paysage urbain du XXIe siècle…)
Exploiter le principe du clonage : associer un matériau moderne (le plastique,
par exemple) à un objet ancien, ou l’inverse (une télévision en dentelle).
Juxtaposer ou mélanger, visuellement ou par écrit, des univers de différentes
époques ou civilisations.
L’œuvre de Wim Delvoye, issue à la fois des objets surréalistes et de l’univers de
Jérôme Bosch, va bien au-delà de l’assemblage car il organise un clonage créant
une véritable individualité où s’identifient parfaitement les constituants originaux (cf.
Man Ray, L’Objet indestructible, 1923 ; Meret Oppenheim, Le Déjeuner en fourrure,
1936 ; Dali, Le Homard téléphone, 1936).
Le contre-emploi ou comment l’association de deux éléments incompatibles
peut donner naissance à une œuvre qui a du sens. Étudier la figure de
l’oxymore.
Exploiter la matérialité d’un objet, le sortir de son contexte et le détourner de
sa fonction première, pour le sacraliser, en l’habillant d’éléments évoquant la
préciosité (peinture or, collage de perles…), en changeant le rapport d’échelle,
en le plaçant sur un socle… pour lui imaginer une autre fonction, plus
poétique… pour le rendre insolite…
7
FELICE VARINI [MBA, escaliers Nord et Sud ]
L’artiste suisse, né en 1952, de renommée internationale, expose en 2003 dans une
galerie à Mont-Saint-Aignan. Le musée de Rouen profite de sa venue pour lui passer
commande d’une installation, le laissant libre de choisir l’espace
où installer son œuvre.
Felice Varini investit l’espace et l’architecture selon les
principes de l’installation et de l’in situ pour y faire surgir des
formes a priori sans cohérence dont la lecture se révèle depuis
un point de vue précis et unique : celui du spectateur. C’est le
principe de l’anamorphose (image volontairement déformée de
manière à ce qu’elle ne soit comprise que lorsqu’on la regarde
sous un angle particulier ou à l’aide d’un miroir (cf. : Hans
Holbein le Jeune, Les Ambassadeurs, 1533).
Dans une stratégie habituelle de l’artiste, il utilise un miroir
focalisant le point de vue du spectateur pour la lecture de
l’œuvre. Ce faisant il est en phase avec l’Anamorphose d’après La Descente de
Croix de Rubens de Domenico Piola sur le palier supérieur de l’aile sud. Au-delà de
cette toile du musée, il fait bien sûr référence aux rapports nourris de la peinture et
du miroir depuis la Renaissance.
Constituer une collection de reproductions d’œuvres comportant le motif du
miroir.
Au musée des Beaux-Arts : Gustave Caillebotte, Dans un café, 1880
Autres œuvres : Jan Van Eyck, Les Époux Arnolfini, 1434 ; Le Caravage,
Narcisse, 1597 ; Diego Vélasquez, La Vénus au miroir, 1649/1651 et Les
Ménines, 1657 ; Jean-Dominique Ingres, Madame Moitessier, 1856 ; Édouard
Manet, Le Bar des Folies-Bergères, 1882 ; Escher, Miroir, 1934 ; Magritte, La
Reproduction interdite, 1937 ; Norman Rockwell, Self portrait, 1960
Faire une œuvre qui fasse mal aux yeux. Construisez une œuvre irregardable.
Faire un tableau qui bouge.
Réfléchir au choix de l’espace pour son installation par Felice Varini.
Se poser la question : le spectateur, réfléchi par le miroir, fait-il partie de
l’œuvre d’art ?
Faire une œuvre qui inclut le spectateur.
Travailler sur la fragmentation du réel : observer et rendre compte de la
transformation de son image, au-dessus d’une flaque d’eau (déformation, effet
de « flou »), vue à travers le prisme d’un kaléidoscope…
BERNARD OLLIER [MBA, salle 1.9 et salle 2.10]
Né en 1944, il vit et travaille à Malakoff. Il a dirigé l’école
des beaux-arts de Reims jusqu’en 1992. Au terme de
plusieurs décennies de travail, il expose depuis peu.
À la fin de l’exposition Ombres heureuses au musée des
Beaux-Arts de Rouen en 2008, l’artiste a fait don d’une
installation intitulée Simone Vélasquez (2008). En relation
avec le Démocrite de Vélasquez, elle est constituée de
deux dessins à la mine de plomb marouflés sur carton et de deux tirages numériques
réalisés à partir de tapuscrits sur papier carbone. Cette œuvre, par ses dispositions
spatiales, évoque deux cartels censés fournir des renseignements, du côté des
8
dessins - à gauche du Démocrite - sur la technique
picturale de Vélasquez et, du côté des textes, sur sa
biographie. Les textes, sous le mode de l’extrait,
évoquent les tribulations identitaires d’une certaine
Simone Vélasquez refusant d’être confondue avec le
célèbre peintre espagnol.
Selon un mode habituel de son travail, deux volets plastique et littéraire - sont ici conjoints ; dans un autre
axe de son travail, des dessins gris de grands formats existent de manière
autonome. D’ailleurs, l’artiste a prêté trois grands dessins marouflés au musée des
Beaux-Arts depuis son exposition. Ces derniers sont considérés de ce fait comme
« finis » depuis l’année 2008 : Vue, yeux fermés n° 40 ; Vue, yeux fermés n° 25 ;
Vue, yeux fermés n° 19.
Le travail de Bernard Ollier joue sur les paradoxes : double lecture des dessins entre
monotonie et diversité (surface unitaire de loin et travail graphique complexe de
près) ; surfaces semblant achevées et en réalité à jamais finies ; neutralité du gris
associé en général à l’ombre et reflet changeant des lumières sur les surfaces
métallescentes. Dans son travail, le lieu de présentation de l’œuvre et le spectateur
sont parties intégrantes dans la définition visuelle de l’œuvre.
Il joue sur l’identité des patronymes célèbres associés à des personnages
anonymes ; l’ambiguïté est en jeu dans les grands formats de ces dessins où les
notions de dessin et de peinture se confondent.
Les dessins abstraits à la mine de plomb, obtenus au terme d’un long travail de
recouvrement et d’une recherche de neutralité en permanence reprise et différée,
n’ont d’autre but qu’eux-mêmes et le temps de leur réalisation : « Remplir
inlassablement une surface sans autre volonté que celle de voir le travail se faire ».
Tout ce temps de travail est ce que l’on appelle un process : un processus de
réalisation où le temps de l’ennui et de l’indifférence, revendiqués par Bernard Ollier,
sont constitutifs de l’œuvre, qui reste toujours, potentiellement, un work in progress.
Reprises inlassablement sur des années, ses œuvres ne sont en fait jamais finies,
elles évoquent irrésistiblement le Chef-d’œuvre inconnu de Balzac.
À la manière de Guillaume Apollinaire et de ses calligrammes, écrivez en
dessinant ; dessinez en écrivant.
Faire travailler les élèves sur ces notions d’œuvres en évolution et réfléchir à
la façon de les présenter : comment montrer le temps qui passe ?
Faites une peinture qui ait l’air d’un dessin, faites un dessin qui ait l’air d’une
peinture, d’une gravure, d’un tatouage… Faites croire que votre support est du
bois, du tissu, du sable, qu’il est vieux, craquelé, abîmé, mouillé…
Couvrez l’espace du support avec un outil graphique. Coloriez avec un stylo.
Peignez avec l’autre bout du pinceau. Faites croire que la matière de votre
support est liquide. Qu’elle est vieille. Qu’elle est miroitante. Trompez-l’œil.
ANDRÉ RAFFRAY [MBA, salle 1.1]
Né en 1925, venu à la carrière artistique par la photographie (le studio de ses
parents) et surtout le cinéma qui était son métier (il a dirigé le service Animation de la
Gaumont), André Raffray a produit une œuvre qui vibre de l’amour de l’art et rend
hommage inlassablement à ses grands maîtres. Fort d’une technique précise et
9
virtuose, il a toujours pratiqué le dessin qui lui a servi aussi bien à imaginer des
scènes parfaitement crédibles qu’à reproduire fidèlement un modèle.
Son entrée officielle dans le « monde de l’art » se fait sous les auspices de Marcel
Duchamp, dont il raconte la vie en une série de scènes irrésistibles au style
intemporel et illustratif, à l’occasion de l’exposition inaugurale du centre Georges
Pompidou en 1977. Sa verve narrative, son sens du détail et de la documentation y
font merveille, comme dans les gouaches qu’il réalise par ailleurs sur l’histoire du
cinéma français. Une rétrospective de son travail, réalisée conjointement avec le
FRAC Bretagne, est présentée au musée des Beaux-Arts de Rouen en 2005. André
Raffray est décédé en 2010.
Avec André Raffray se pose constamment la question
de l’hommage ou de la citation élargie à celle du
pastiche puisque son travail consiste souvent à
recommencer avec une autre technique les peintures
d’autrui. Toute son œuvre entre en résonance avec
celles d’autres artistes qu’il aborde ainsi en vrai
historien de l’art. L’Ombre du Porte-bouteilles de Marcel
Duchamp en est un exemple. Elle est réalisée pour le
musée lors de sa rétrospective. Cette technique du
dessin, bien souvent élevée au rang de prouesse (voir
Les Demoiselles d’Avignon d’après Picasso), est l’une
de celles qu’André Raffray utilise le plus. C’est bien sûr un hommage rendu à Marcel
Duchamp et au ready-made. Cette installation, point de départ du parcours des
collections permanentes, est une réelle réflexion sur la pertinence du regard et la
notion d’œuvre d’art.
Réflexions autour de l’art en philosophie.
En littérature, faire travailler les élèves sur des textes « hommages » qui se
présentent comme tels (par exemple : Paul Éluard dans ses hommages à
Pablo Picasso ou Max Ernst). On pourra aussi mettre les élèves en position
de rendre hommage en citant, pastichant un texte qu’ils aiment pour mieux le
mettre en valeur...
Travailler la variation à partir d’Exercices de style de Raymond Queneau
Reprenez à votre compte l’œuvre de…
Dans la salle Marcel Duchamp se trouvent
exposées des images rétro-éclairées d’après
les gouaches illustrant la Vie illustrée de
Marcel Duchamp en douze images (2001),
créées pour l’exposition inaugurale du centre
Georges Pompidou en 1977 et déposées au
musée des Beaux-Arts par le FNAC. Une
treizième image Chez Arensberg, 2001, a été
achetée par le musée.
Avec les élèves, ce sera l’occasion de s’intéresser à la naissance de l’art
moderne par le biais de Marcel Duchamp : biographie, choix des épisodes
illustrés, repérage des personnages représentés, focus sur le mouvement
surréaliste.
Travailler sur la biographie, quels événements choisir pour illustrer la vie de...
10
FRANCOIS MORELLET [salle 1.27]
Né en 1926, François Morellet est considéré comme l’un des
artistes majeurs de l’abstraction géométrique depuis l’aprèsguerre à la frontière de l’Op art, de l’art cinétique et du
minimalisme. Une exposition lui est consacrée au centre
Georges Pompidou en 2011. Depuis les années cinquante, il
refuse souvent la main au profit d’une démarche purement
conceptuelle. Héritier de l’abstraction la plus froide et de
l’impertinence de Dada, il se définit lui-même comme « un
rigoureux rigolard ».
François Morellet s’appuie sur le principe de la citation dans sa
série Lightly faite pour le musée d’Orsay en 2006-2007. Le musée des Beaux-Arts de
Rouen acquiert Lightly n°4 (Monet démonétisé) en 2009. Cette œuvre est
précisément installée dans la salle en dessous de celle présentant La Cathédrale de
Claude Monet. François Morellet, en hommage à cet artiste, fait apparaître « en
lumière » le portail de la cathédrale à l’aide de matériaux contemporains. Il utilise
pour ce faire des néons coudés dont l’arrière est peint à des endroits stratégiques :
l'intensité lumineuse est plus forte dans la partie où le néon se détache du support et
correspond au ciel. Entre « hommage et dommage », citation et ironie, la silhouette
de la cathédrale apparaît paradoxalement par l’ombre projetée et non par la lumière
colorée au cœur du projet de Monet. L’esthétique froide et industrielle des matériaux
utilisés est elle aussi décalée face à la sensibilité picturale du peintre. L’œuvre ellemême, composée de néons et d’ombres portées, ne permet pas une matérialité
stricte de l’œuvre : où commence et où finit l’œuvre ? Existe-t-elle quant elle est
éteinte ?
Jeu de lettrines qui représentent la chose dans l’initiale, mots écrits qui
montrent ce qu’ils veulent dire...
Travailler sur les hommages à Monet, par exemple Roy Lichtenstein,
Cathédrale de Rouen, Série N° 2 , 1969.
Travailler avec des ombres portées qui, projetées sur une surface plane ou
non, évoquent d’autres formes que celles qui les provoquent (par
exemple : les œuvres de Sue Webster et Tim Noble)
Faire un rapprochement avec L’Ombre du Porte-bouteilles de Marcel
Duchamp de André Raffray
SYLVAIN DUBUISSON [MBA escalier d’honneur]
Sylvain Dubuisson, architecte et designer, a reçu la
commande d’un Lustre monumental pour l’escalier
d’honneur, dans le cadre de la rénovation du musée réalisée
par André Putman entre 1990 et 1994. Voici comment
Sylvain Dubuisson s’exprime sur ce projet :
« Ce lustre est suspendu, insolite, dans l'axe de la volée
montante du grand escalier à la hauteur de la corniche
formant la retombée du plafond, de manière à dégager toutes
les vues des fresques de Puvis de Chavannes. Une forme
simple, un cylindre très allongé terminé par des demisphères, une fine membrane métallique, une peau tissée perforée, peut être un abatjour, une chrysalide. À l'allumage il s'ouvre en deux parties, l'étui ou l'écrin, tandis
11
que simultanément l'intensité lumineuse augmente et laisse voir : à l'avant les plats
sont terminés par une langue de cristal au bout de laquelle est dressé sur la pointe
des pieds et basculé en avant le personnage. Il est sur le point de faire l'expérience
du vide. »
Travailler sur les procédés d’écriture qui reposent sur des contraintes :
sonnet, ballade, rondeau ; à ceux qui sont développés par l’Oulipo «S + 7»
par exemple... (cf. La cimaise et la fraction... pour La cigale et la fourmi).
À partir de la reproduction d’une œuvre contemporaine, demander aux élèves
d’avoir une réflexion sur la place à lui donner dans un parcours
muséographique. À partir de l’observation d’une salle du musée, par exemple,
proposer, imaginer, réaliser ou décrire une œuvre avec des matériaux
contemporains qui y ferait écho.
2 Musée de la Céramique
VALÉRIE DELARUE [Céramique, 1er étage]
Née en 1965, Valérie Delarue vit et travaille à Paris.
Essentiellement céramiste, elle s’intéresse aussi à la
peinture, la photographie et la vidéo performance.
Réalisées en faïence et spécialement conçues pour
l’exposition Céramique Fiction en 2006, Vanité aux
plantes de pieds et Vanité aux corolles rappellent les
« rustiques figulines » en terre vernissée de Bernard
Palissy. Ce céramiste du XVIe siècle moulait plantes et
animaux sur le vif pour des créations maniéristes, étranges et luxuriantes, où se
confondent le vrai et le faux. Cet enjeu est actif dans les faïences de Valérie Delarue
où l’ambiguïté de lecture entre sain et malsain, végétal et animal provoque une
réflexion sur la validité du regard. La double lecture s’accompagne d’un double sens
au niveau du langage et produit de véritables jeux de mots visuels comme dans
Vanité aux plantes de pieds. Ces Vanités sont exposées au musée de la Céramique,
parmi les plats d’apparat des XVIIe et XVIIIe siècle, témoignages d’une fortune
passée. Elles évoquent de manières contemporaines le caractère transitoire de la vie
humaine et la vacuité des plaisirs terrestres face à la mort qui guette. Elles
renouvellent par le traitement en trois dimensions un sujet moralisateur
traditionnellement traité en peinture.
(cf. Gabriel Orozco, Black Kites, 1997 ; Damien Hirst, For the Love of God 2007; Vik
Muniz, Vanitas …).
CAROLE CHEBRON [Céramique, escalier]
Carole Chebron est née en 1970 à Nantes. Céramiste plasticienne, elle se forme à
Londres durant six ans à la Westminster University puis à la Goldsmiths University.
En 1999 elle se rend en Israël. Ce séjour marque sa création de manière
significative. Carole Chebron y travaille la porcelaine, le textile et le métal ; elle
expose ses œuvres composites à l’académie des Arts de Jérusalem. En 2000, de
retour à Londres, elle se lance dans ses expériences végétales et participe à une
exposition collective à la Galerie Whiteley’s avec l’installation Les Écrans. Carole
Chebron a dirigé l’atelier de modelage à l’Institut français de Céramique à Sèvres de
12
2002 à 2005 et enseigné à l’école des beaux-arts de Beauvais en 2008-2009. Le
musée de la Céramique de Rouen lui consacre sa première exposition personnelle
Sur la pointe des pieds en 2004. Elle a aussi exposé lors de Céramique fiction en
2006.
Son travail Des Têtes débute en novembre 2001 à partir de têtes de poupée en
celluloïd. Elle produit alors de nombreuses œuvres réalisées dans des matériaux
aussi différents que la porcelaine, la terre crue, le plâtre ou le latex et à travers la
photographie. À partir d’une forme existante, emprunt d’une empreinte, elle joue sur
la répétition d’un même motif « pour éviter l’objet unique ». À travers une exploration
systématique du moulage en positif et en négatif, l’artiste recherche l’apparition et la
disparition de la forme initiale; par ces nouvelles définitions plastiques, l’œuvre se
nourrit d’elle-même. En creux ou en plein, ces Têtes confondent et conjuguent les
moyens utilisés en sculpture et en céramique.
À l’entrée du musée de la Céramique, les Têtes de poupées en latex servent de
paillasson. Dans cette installation le visiteur est invité à piétiner de manière
irrespectueuse à la fois l’œuvre de l’artiste et l’image d’un objet emblématique de
l’enfance. Présentée sur un plan horizontal, en plein, elle répond aux Têtes en creux
présentées sur le mur de l’escalier d’honneur. Ces Têtes sont un bas-relief inversé.
Les cent carreaux de plâtre ne sont pas des moules en effet, mais l’œuvre définitive,
en négatif, qui fixe l’empreinte de têtes de poupée plus ou moins enfoncées,
« L’objet est illusoire, il n’en reste que la trace. » De même, le point de vue du
spectateur donne des lectures inversées : les Têtes paraissent en plein ou semblent
de trois-quarts selon l’angle de lecture.
Travailler sur l’empreinte, la trace comme mémoire.
Travailler sur la série, la notion de multiple.
3 Autres œuvres exposées dans les musées
3.1 Au musée des Beaux-Arts
- Étienne Hajdu, Herbes, aluminium, 1979 [MBA salle 1.27]
- Vincenzo Castella, Rouen 2, 2008, tirage C.Print [couloir de
l’auditorium]
3.2 Au musée de la Céramique
Marcoville, Coupes de fruits [jardin du musée de la Céramique]
3.3 Au musée Le Secq des Tournelles
- Gonzalo Saint-Trapaga, Porte, projet de monument, 2000, fer forgé
- Orest Ivasyuta, Saint Georges et le dragon, girouette, 1998, tôles de fer, d’acier et
de cuivre forgées
13
AUTRES PISTES PÉDAGOGIQUES
1 Des œuvres représentatives d’ambitions et d’enjeux contemporains
- Le rapport au lieu dans les principes de l’installation et de l’in situ.
- La référence et la citation, à travers une réelle connaissance de l’histoire de l’art de
la part des artistes.
- L’humour et le décalage.
- L’utilisation de matériaux des plus divers et de médiums non traditionnels.
(photographie, images numériques, objets récupérés, assemblage…).
- L’interrogation sur la notion d’œuvre, de création, de personnalité artistique.
- L’enjeu combiné du visuel et du mental.
2 D’une œuvre à une autre, d’une époque à une autre : comment les œuvres
s‘inscrivent dans une collection et une histoire commune par la citation, la référence
et l’hommage.
Elmar Trenkwader, WVZ N° 182 ; Bertran Berrenger, Le Boul’ch ; Wim Delvoye,
Caterpillar ; Felice Varini, Escalier sud ; Bernard Ollier, Simone Vélasquez ; André
Raffray, L’Ombre du Porte-bouteilles ; La Vie illustrée de Marcel Duchamp en douze
images ; Chez Arensberg ; François Morellet, Lightly n°4 (Monet démonétisé) ;
Valérie Delarue, Vanité aux plantes de pieds, Vanité aux corolles.
3 Le temps : représenter, utiliser, revendiquer le temps
Elmar Trenkwader, WVZ N° 182 ; Wim Delvoye, Caterpillar ; Bernard Ollier, Vue,
yeux fermés n° 40 ; Vue, yeux fermés n° 25 ; Vue, yeux fermés n° 19 ; André
Raffray, Marcel Duchamp en douze images ; Chez Arensberg ; François Morellet,
Lightly n°4 (Monet démonétisé) ; Valérie Delarue, Vanité aux plantes de pieds,
Vanité aux corolles.
4 L’optique : jeu sur les principes de perception (le regard acteur de l’œuvre)
Felice Varini, Escalier sud et Escalier nord ; François Morellet, Lightly n°4 (Monet
démonétisé) ; Bernard Ollier, Vue, yeux fermés n° 19, Vue, yeux fermés n° 25, Vue ,
yeux fermés n° 40.
5 Le trompe-l’œil
Bertran Berrenger, Le Boul’ch ; André Raffray, L’Ombre du Porte-bouteilles de
Marcel Duchamp ; Carole Chebron, Des Têtes.
6 L’installation : le lieu de présentation est constitutif de l’œuvre
Felice Varini, Escalier sud et Escalier nord ; Bertran Berrenger, Le Boul’ch ; André
Raffray, L’Ombre du Porte-bouteilles de Marcel Duchamp ; Bernard Ollier, Simone
Vélasquez ; Carole Chebron, Têtes de poupées.
14
Pour aller plus loin
1 Liste des œuvres contemporaines dans les collections des musées
Les titres des œuvres soulignées sont celles présentées dans les collections
permanentes.
1.1 Commande
* 1994
Sylvain Dubuisson, Lustre
1.2 Acquisitions
* 2002
Wim Delvoye, Caterpillar, technique mixte, bois, métal, 96.5 x 188 x 61 cm, 2001
* 2003
Marcoville
Baobab, verre teint, 2002
Vasque 1, verre teint
Gonzalo Sainz-Trapaga, Porte, projet de monument, fer forgé et riveté, 55 x 28 x 13
cm, 2000
Felice Varini, Escalier nord ; Escalier sud, installations définitives, 2003
* 2004
Carole Chebron
Têtes de poupées, latex, 2002/2003
Des Têtes, plâtre, 101,5 x 40 cm, 2002-2003
* 2005
Aurélie Nemours, Nombre et hasard, N+H 914, huile sur toile, 1 x 1 m, 1993
* 2006
Charles Fréger, Jeanne d’Arc, photographie, 2005
* 2007
Valérie Delarue
Vanité aux plantes de pieds, céramique, 54 x 23 cm, 2006
Vanité aux corolles, céramique, 54 x 23 cm, 2006
Jean-Philippe Lemée, Nos Marylins, (deux peintures d’une série plus importante),
acrylique sur toile, 1 m x 1 m, 1990
Vera Molnar, 36 carrés sur 2 lignes et 18 colonnes, acrylique sur toile, 50 x 150 cm,
1997
Javier Pérez, Capilares II, sculpture, queues de cheval blanc teintées en rouge, 40 x
500 x 40 cm, 2005
15
André Raffray
Étretat, soleil couchant de Claude Monet, huile sur toile, 55 x 81 cm, 1980/1981 ;
Chez Arensberg, tirage numérique sur film rétro-éclairé, 100 x 180 cm, 2001
L’Ombre du Porte-bouteilles de Marcel Duchamp, crayon graphite sur mur, 2005
Michaële-Andrea Schatt, Noir dessein a, b et c, céramique, textile, plastique, 2005
Elmar Trenkwalder, WVZ 182, céramique, 3,92 x 3,24 x 34 cm, 2005
* 2008
Bertran Berrenger
Les Gardiens (série de cinq photographies), 2006
Le Boul’ch, technique mixte, 2007
Martin Kersels, Thank You for Shopping With Us, technique mixte (moteur, structure
en aluminium, fil de cuivre, sachet en plastique), dimensions variables (H. environ
3 m), 2002
Ville Lenkkeri, La Mort de Ragnar Lodbrog, photographie numérique, 120 x 90 cm,
2004
Alain Sonneville et Pierre-Claude De Castro, Sans titre, hologramme lenticulaire, 46
x 55 cm, 2007
* 2009
François Morellet, Lightly n° 4 (Monet démonétisé) , tubes néon sur toiles, 100 x 65 x
4 cm, 2009
* 2010
Vincenzo Castella, Rouen 2, tirage C-print, 180 x 300 cm, 2008
Ralph Samuel Grossmann, Hohatzenheim 2 (altocumulus), n°1/5, tirage
chromogénique / C-print, 103 x 140 cm, 2008
1.3 Dons
* 2003
Denis Godefroy
Grande Vague rouge, toile cirée
Autoportrait
Portrait
Hommage à Jérôme Bosch, acrylique, plume, papier de soie marouflée, 168 x 300
cm, 1995
Orest Ivasuyta, Girouette de saint Georges, tôle de fer forgé, clouté, découpé, riveté
et cuivre, 119 x 72 x 16 cm, 1998
Marcoville, Vasque 2, verre teint
16
* 2007
Vera Molnar, Car je n’aime pas la couleur verte, gouache et collage, 120 x 950 cm,
1983
* 2010
Geneviève Asse, Architecture lumière, huile sur toile, 195 x 97 cm, 2009 (don de
l’artiste)
Vincenzo Castella, 20 photographies de Rouen, Caen et Le Havre (15 photographies
40,5 x 50 cm et 5 photographies 30 x 50 cm) tirages C-print (don de l’atiste)
Ralph Samuel Grossmann
- Aherneshoop 1 (cumulus effilés), n°1/5, tirage chromogénique / C-print, 103 x 140
cm, 2008 (don de l'artiste)
- Beauvallon (altostratus), n°1/4, tirage chromogénique / C-print, 50 x 70 cm , 2008
(don de l'artiste)
- Niehagen (cumulus), n°1/4, tirage chromogénique / C-print, 50 x 70 cm , 2008 (don
de l'artiste)
Georges Koskas (don d’un particulier)
- Chez Chaplain, 1948, huile sur toile
- Le Modèle, 1992, huile sur toile, 89 x 116 cm
- Sans titre, plusieurs études au crayon sur papier, 31,5 x 23,5 cm
- Sans titre, gouache et encre sur carton, 37 x 48 cm
- Points, 1953, gouache sur papier, 60 x 44 cm
- Cercle, points bleus, gouache sur papier, 1950
- Sans titre, deux études sur papier
Ruth Blees Luxembourg, Faith in infrastructure. The section, Rouen, photographie,
120 x 115 cm, tirage C-print (don de l’artiste)
Bernard Ollier, Simone Vélasquez, 2008 (installation de deux dessins à la mine de
plomb marouflés sur carton et deux tirages numériques à partir de tapuscrits sur
papier carbone) (don de l’artiste)
* 2011
Sylvain Dubuisson, trois études pour le lustre du musée des Beaux-Arts de Rouen,
1993, graphite sur papier
1.4 Dépôt du FNAC
* 2006
André Raffray, Marcel Duchamp en douze images, tirage numérique sur film rétroéclairé, 100 x 80 cm chacun, 2001, achat du FNAC en 2005
1.5 Prêt de l’artiste
* 2010
Bernard Ollier
Vue, yeux fermés n° 19 , mine de plomb, papier marouflé sur toile, 2008
Vue, yeux fermés n° 25 , mine de plomb, papier marouflé sur toile, 2008
Vue, yeux fermés n° 40 , mine de plomb, papier marouflé sur toile, 2008
17
2 Lieux et institutions d’art contemporain en France
Centres d’art
« Expérimentation », « exploration », « laboratoire » sont des termes régulièrement
employés pour désigner les modes opératoires des centres d’art, distinguer la
position qu’ils occupent dans le paysage institutionnel français, une position dans
laquelle la « recherche » est une mission constitutive de leur identité.
Définis dès l’origine comme les lieux du « projet de l’artiste », les centres d’art
accompagnent au plus près les dynamiques souterraines du processus créatif à
travers la production d’œuvres.
Ils sont aussi les lieux de réflexion les plus inventifs sur la question de l’exposition de
l’art contemporain et plus largement de sa dimension publique. Lieux de transmission
d’expériences, les centres d’art relaient tout autant qu’ils participent à l’émergence et
au renouvellement des formes et des pratiques. Désormais largement ancrés dans
les territoires, les centres d’art ont développé ces dernières années des
programmations tournées vers l’international qui les inscrivent dans des réseaux
intellectuels et des circuits économiques qui contribuent à redéfinir le périmètre de
leur action.
À l’heure où le paysage institutionnel français connaît une profonde mutation, en
particulier où les écoles d’art s’interrogent sur leur modèle d’enseignement (statut
d’enseignant chercheur, ouverture de laboratoires...), la question du rôle que les
centres d’art entendent jouer dans l’initiative, l’instruction et l’évaluation de la
recherche sur l’art contemporain est essentielle.
Fonds régionaux d’art contemporain (FRAC)
Les Fonds régionaux d’art contemporain (FRAC) ont été créés en 1982 dans le
cadre de la politique de décentralisation mise en place par l’État avec les Conseils
régionaux, pour permettre à l’art d’aujourd’hui d’être présent dans chaque région de
France.
Leur mission première est de constituer une collection – soit par l’achat d’œuvres
préexistantes, soit par la production de nouvelles – de les diffuser auprès de
différents publics et d’inventer des formes de sensibilisation à la création actuelle.
Chaque FRAC comptant aujourd’hui entre 200 et 3 000 pièces, ce sont plus de
24 000 œuvres qui sont entrées depuis 1982 dans leurs collections.
Patrimoines essentiellement nomades, supports d’une diffusion et d’une pédagogie
originales, les œuvres voyagent en France et à l’international. Ce principe de mobilité
définit les FRAC comme d’indispensables acteurs d’une politique d’aménagement
culturel du territoire visant à réduire les disparités géographiques, sociales et
culturelles et à faciliter ainsi la découverte de l’art contemporain par des publics les
plus divers.
L’association Platform, créée en 2005, réunit 21 FRAC qu’elle met en lien pour
mutualiser leurs expériences et promouvoir leurs spécificités. Développant leur
réseau en France et à l’étranger, elle organise des projets de grande envergure de
diffusion de leurs collections. En 2010, l’exposition itinérante Spatial City: An
Architecture of Idealism, qui associe pour la première fois l’ensemble des FRAC, est
présentée à Milwaukee, Chicago et Détroit.
Artothèques
Une artothèque est une structure de diffusion de l’art contemporain dotée d’une
collection d’œuvres d’art contemporain prêtées à un large public (particuliers,
18
établissements scolaires, associations, entreprises...). Depuis le début des années
80, les artothèques françaises, comme la plupart des institutions vouées à la
diffusion artistique, entretiennent un rapport direct au territoire.
Leur action, à l’origine majoritairement tournée vers les particuliers, s’est depuis une
dizaine d’années considérablement élargie, tant sur le plan géographique que
sociologique. Les artothèques contribuent aujourd’hui à l’aménagement culturel des
territoires, aux côtés notamment des FRAC, des centres d’art et des musées avec
lesquels elles peuvent développer des projets complémentaires. Le mode de
fonctionnement des artothèques, basé sur l’appropriation intime et l’expérimentation
des œuvres dans la durée, les conduit à interroger la place de l’art dans la vie
quotidienne, ainsi qu’à analyser les conditions de son existence et de sa réception.
Dans un paysage institutionnel français marqué par une diversité pertinente des
modes d’action, les artothèques investissent un champ qui est moins couramment
touché par les autres institutions : celui de l’espace privé. Les collections
d’artothèques privilégient ainsi la capacité des œuvres à circuler, à se confronter au
monde et à y agir. C’est dans cet esprit constant de souplesse et de légèreté que le
multiple, comme le dessin, y occupent une place privilégiée.
L’association des professionnels des artothèques publiques françaises a été créée
en 1999 sous le nom d’Association de Développement et de Recherche sur les
Artothèques : ADRA. Active dans la formation des professionnels, elle s’est
également donnée pour mission d’étudier toutes les questions relatives à ce qui
fonde l’action des artothèques : la recherche artistique, la diffusion et la médiation.
École supérieure d’art
Il existe en France 59 écoles supérieures d’art placées sous contrôle pédagogique
du ministère de la Culture et délivrant un diplôme national de 3 ou 5 années d’études
après le baccalauréat en art, en communication et / ou en design.
La qualité et la spécificité de l’offre de formation et de recherche des écoles
supérieures d’art françaises tiennent notamment à un maillage homogène de
l’ensemble du territoire ; un modèle pédagogique privilégiant l’expérimentation, la
pratique et le fonctionnement collégial ; et des équipes très largement composées
d’artistes et de professionnels engagés et reconnus dans leur discipline.
Établissements d’enseignement supérieur, c’est-à-dire de formation et de recherche,
les écoles d’art ne se réduisent pas à ces deux missions principales. Lieux de
pratique, de production, parfois de résidence, souvent de diffusion, ce sont plus
largement des lieux de l’art qui contribuent, aux côtés des musées, des centres d’art,
des FRAC et des artothèques, à la vie artistique et culturelle de leur territoire.
Le rapport à l’exposition y est cependant bien particulier. Assurément adressées au
public, dès lors qu’elles lui sont ouvertes, les expositions en école d’art sont aussi
étroitement liées aux programmes d’enseignement et de recherche des
établissements, dont elles constituent souvent un prolongement ou un complément
et qu’elles font ainsi accéder à la visibilité publique.
L’Andéa (Association nationale des directeurs d’écoles supérieures d’art) a pour
vocation de regrouper les directeurs de ces 59 écoles.
Elle a pour mission de promouvoir et valoriser, au plan national et international, la
qualité et la spécificité de l’offre de formation et de recherche des écoles supérieures
d’art françaises et de réfléchir et agir en vue d’améliorer la qualité et la spécificité de
cette offre. Dans le contexte actuel de réforme des enseignements supérieurs
artistiques, l’Andéa joue un rôle d’interface entre les établissements et les tutelles
pédagogiques et administratives et veille à ce que la réforme soit mise en oeuvre
19
dans le respect des principes qui régissent l’enseignement supérieur artistique dans
les écoles d’art et concoure à améliorer le dispositif actuel.
CIPAC/La fédération des professionnels de l’art contemporain
Le Cipac réunit les professionnels engagés auprès des artistes, dans la production,
la diffusion d’œuvres d’art et la médiation pour les publics. Seize associations
professionnelles sont aujourd’hui membres de cette fédération, elles représentent les
directeurs de centres d’art, de musées, de FRAC, d’écoles d’art et de classes
préparatoires, les galeristes, les commissaires d’exposition, les responsables
d’artothèques ou de bibliothèques spécialisées en art, les critiques d’art, les
enseignants d’écoles d’art, les médiateurs et les chargés des relations auprès des
publics, les régisseurs et les restaurateurs d’œuvres.
La Fédération rassemble tous ces professionnels et collabore aussi avec des
artistes, des responsables institutionnels et politiques ainsi que des experts. Elle
diffuse des ressources et des informations qui participent à la structuration du
secteur.
Le Cipac travaille de façon permanente sur des problématiques essentielles pour les
acteurs de l’art contemporain : les droits d’auteur, la liberté de création, les
collaborations avec le secteur privé, les relations avec les élus, la médiation de l’art...
Par le biais de son organisme de formation, le Cipac propose un programme de
formations spécialisées pour les acteurs du secteur culturel. Il organise
régulièrement des séminaires, des journées d’études ou des débats sur des thèmes
fondamentaux : informations juridiques, apports sociologiques, échanges autour de
politiques culturelles et de projets artistiques.
L’art contemporain et les musées
Institution vieille de deux siècles, le musée a été créé à des fins de délectation et
d’enseignement. En effet, au-delà de la conservation des œuvres, le musée était
étroitement lié aux écoles d’art et par le biais de la copie permettait l’étude des
maîtres anciens. Souvent réservés aux artistes des générations passés, le musée
pouvait cependant accueillir la création contemporaine, ainsi en était-il du musée du
Luxembourg dès le début du XIXe siècle. Si l’on compte une dizaine de musées d’art
contemporain en France, souvent créés dans les années 1980, dont la fonction
première est la conservation, la présentation et l’étude des collections
contemporaines, il est important de préciser qu’un grand nombre de musées de
Beaux-Arts participent de façon permanente à la présentation de l’art contemporain
et de façon ponctuelle à l’organisation d’expositions temporaires. C’est ainsi que le
territoire français est couvert d’un maillage très régulier d’une cinquantaine de
musées qui peuvent permettre au public de voir et revoir des collections
contemporaines. Pour comprendre la création la plus récente, il est souvent utile de
pouvoir la comparer, la mettre en regard, l’introduire par des œuvres plus anciennes.
Le musée est le lieu où le visiteur peut trouver ces références. D’une part, il est en
présence de collections anciennes qui lui semblent plus familières et d’autre part, il a
la possibilité de croiser et d’approfondir, s’il le souhaite, la création la plus récente.
Les grands axes d’exposition et d’enrichissement sont alors choisis en tenant compte
des principales richesses de chaque musée.
Centre national des arts plastiques
Le Centre national des arts plastiques, établissement public du ministère de la
Culture et de la Communication soutient, dans le domaine des arts visuels, la
20
création contemporaine dans toute sa diversité et sa vitalité. Il acquiert des œuvres
d’art, pour le compte de l’État, qui viennent enrichir le fonds national d’art
contemporain dont il assure la garde et la gestion et qui constitue la collection
publique d’art contemporain la plus importante en France. Il assure la diffusion des
œuvres en France et dans le monde entier par des prêts et des dépôts et par
l’organisation d’expositions en partenariat notamment avec des musées et des
institutions culturelles de toute nature. Il accompagne les artistes et les
professionnels par plusieurs dispositifs d’aides, de bourses et d’allocations : aides à
la première exposition, au premier catalogue, bourses de recherche, aides à l’édition
de livres d’art, etc. Il est l’opérateur de la commande publique nationale, qui vise à
porter l’art de notre temps dans l’espace public, accessible au plus grand nombre sur
l’ensemble du territoire. Le CNAP est à la fois l’un des principaux opérateurs de la
politique de l’État en faveur de l’art contemporain pour tous les publics et un acteur
culturel et économique qui accompagne et encourage la scène artistique ainsi que le
dynamisme du marché de l’art en France.
3 Glossaire des principaux mouvements artistiques
(Extrait de L’art contemporain, idées reçues, Isabelle de Maison Rouge, et Nouveau
dictionnaire des artistes contemporains, Pascale Le Thorel-Daviot, reconnaître
comprendre, Larousse)
Abstraction lyrique ou art informel : Après la seconde guerre mondiale, il apparaît
à de nombreux artistes européens qu’il n’est plus possible de représenter la réalité
de manière explicite. Ils traduisent leurs sentiments et impressions, leur expressivité
dans une peinture abstraite. Leurs toiles sont souvent réalisées dans l’instant,
suivant des techniques gestuelles diverses. Plusieurs appellations qui interfèrent
entre elles ont été données à la pratique et au regroupement de ces artistes.
Le terme Abstraction lyrique est employée pour la première fois pour définir l’œuvre
de Jean-Michel Atlan, Camille Bryen, Hans Hartung, Georges Mathieu, Jean-Paul
Riopelle et Wols lors de l’exposition « L’Imaginaire » qu’ils organisent, primitivement
intitulée « Vers l’abstraction lyrique ». Ils engagent à une pratique ouverte et libre de
l’abstraction, en réaction contre le formalisme de l’Abstraction géométrique d’avantguerre. Le critique Michel Tapié organise en 1951 l’exposition « Signifiants de
l’Informel » et réunit sous le vocable Art informel les œuvres de François Arnal, Karel
Appel, Jean Dubuffet Jean Fautrier, Georges Mathieu, Henri Michaux, Jean-Paul
Riopelle. Le critique Charles Estienne parle en 1954 de Tachisme pour définir le
travail de Hans Hartung, Jean-Paul Riopelle et Pierre Soulages, où il voit des
« tâches » de peinture. Son pendant américain est l’Expressionnisme abstrait.
Art cinétique et op art : Courant artistique qui se traduit par une recherche et un
travail sur le mouvement et « l’ambivalence de la perception ». L’exposition « le
Mouvement », galerie Denise René, à Paris, en 1955, est considéré comme l’acte de
naissance de ce courant. Y participent dans un premier temps des artistes qui
travaillent en France comme Victor Vasarely (qui théorise l’idée en 1955 dans le
Manifeste jaune), comme Julio Le Parc ou François Morellet (cofondateurs du
GRAV, Groupe de Recherche d’art visuel, 1960-1968) ou encore comme Yaacov
Agam, Jesus Rafael Soto ou Nicolas Schöffer (qui se bat pour un Art cybernétique).
Ce mouvement s’étend aux États-Unis (Larry Poons) et en Europe (particulièrement
avec Bridget Riley en Grande-Bretagne) à partir de 1965 et de l’exposition « The
21
Responsive Eye », organisée par William Seitz au MOMA à New York, et se
développe sous d’autres formes sous le nom d’Op Art (Optical Art). Des artistes
comme Pol Bury, Jean Tinguely ou Carlos Cruz-Diez sont alors également proches
de ce courant.
Art conceptuel : Ce mouvement apparaît en 1967 à New-York. Il est défini par Sol
LeWitt dans deux essais, Paragraphes sur l’Art conceptuel (1967) et Sentences sur
l’Art conceptuel (1969). Il y affirme : « Dans l’Art conceptuel, c’est l’idée ou le concept
qui est l’aspect le plus important de l’œuvre […], le projet et tous les choix sont
pensés à l’avance et la réalisation n’est plus qu’une formalité. » Sur les traces de
Marcel Duchamp et de ses ready-made, les acteurs de l’Art conceptuel délaissent a
priori la production d’un objet d’art pour s’intéresser au pourquoi de l’art. Ils
proposent un questionnement sur le langage, sur la signification de l’acte artistique.
Leur travail se présente le plus souvent sous forme de textes, de citations, de
revues, de livres. Les principaux représentants de cette tendance sont Robert Barry,
Mel Bochner, On Kawara, Joseph Kosuth, Sol LeWitt, Lawrence Weiner pour les
États-Unis ; le groupe Art & Language pour la Grande-Bretagne ; BMPT (Buren,
Morellet, Parmentier, Toroni) et Bernard Venet pour la France ; Hanne Darboven
pour l’Allemagne.
Art concret : Groupe éphémère fondé en 1930 par Théo Van Doesburg avec l’aide
d’Otto Gustav Carlsund et de Leon Tutndjian, en réaction à la création du groupe
Cercle et Carré (1929). Van Doesburg prêche une abstraction radicale et strictement
géométrique contre une pratique variée de la non-figuration. En 1944, Max Bill et
d’autres artistes suisses reprennent l’appellation et appliquent l’idée d’art concret à
leur travail abstrait.
Art corporel ou Body Art : En 1968, Michel Journiac fonde l’Art corporel. Le critique
et théoricien du mouvement, François Pluchart, le définit comme « une multitude de
pratiques utilisant le corps comme matériel et souvent la photographie comme
média ». Les artistes (Michel Journiac et Gina Pane en France, Urs Lüthi en Suisse)
expriment au moyen d’actions « le corps tel que la société le vit, l’occulte, l’opprime
ou le rejette. Le sexe, le plaisir, la jouissance, la souffrance, la mort, le
travestissement, les déterminismes collectifs et toutes les notions qui permettent de
cerner la question centrale du corps socialisé y prennent un relief particulier ».
Proche, Orlan défend, quant à elle, « l’art charnel ». À partir de 1971, la revue
Artitudes, dirigée par François Pluchart, devient la tribune de ces artistes.
Aux États-Unis, où les mêmes pratiques portent le nom de Body Art, ses principaux
représentants sont Vito Acconci, Chris Burden et Denis Oppenheim.
Art minimal : De 1953 à 1967, Ad Reinhardt peint des monochromes noirs dont il dit
« c’est cela et rien d’autre ». En 1960, Franck Stella expose des Peintures noires où
« ce que l’on voit est ce que l’on voit ». Ces œuvres servent de fondation à un art
qualifié de « minimal », qui se développe aux États-Unis à partir de 1963 en
opposition à l’Expressionnisme abstrait. Ce terme est employé en 1965 par les
critiques Barbara Rose et Richard Wolheim pour définir une forme d’abstraction
pratiquée par des artistes comme Carl André, Dan Flavin, Donald Judd, Robert
Morris (pour la sculpture) ou Robert Mangold, Robert Ryman (pour la peinture). Tous
refusent la figuration, produisent des formes géométriques, inexpressives, épurées
(dites « structures primaires »), articulées entre elles de manière sérielle. Leurs
22
œuvres sont généralement monochromes, ils utilisent des produits manufacturés
(néons, briques, éléments métalliques…).
Arte Povera : Cette appellation naît à Gênes en 1967 avec l’exposition « Arte
Povera in spazio », organisé à la galerie La Bertesca par le critique Germano Celant.
L’Arte Povera réunit très vite un groupe d’une dizaine d’artistes italiens que Germain
Celant décrit comme concernés « par la volonté de construire une activité
processuelle, fondé sur des pratiques confondues avec les exigences d’une réalité
vécue, impliquée à la fois dans un contexte politique et idéologiques » (mai 1968).
Ces artistes s’expriment essentiellement en réalisant des installations pour lesquelles
ils utilisent des matériaux organiques et simples (terre, pierres, végétaux, etc.), des
sources d’énergie (eau, feu, etc.). Ils veulent élever les choses les plus banales, les
plus insignifiantes au rang de l’art.
Art vidéo : En 1963, Nam June Paik installe la première œuvre vidéo, Treize
Téléviseurs préparés, à la galerie Parnass de Wuppertal en Allemagne (« Exposition
of Music-Electronic Television »). Il déclare : « De même que la technique du collage
a remplacé la peinture à l’huile, le tube cathodique remplacera la toile ». En 1965, il
utilise la première caméra portable, le Portapak, créée par Sony, pour réaliser
Global, une vidéo sur la visite du pape Paul VI à New York. À sa suite, dans les
années soixante, d’autres artistes commencent à utiliser la vidéo (caméra,
magnétoscope, moniteur télé ou autre) comme matériau de production artistique.
Dans les années soixante et soixante-dix, la vidéo est employée essentiellement
pour garder la trace d’actions (Art corporel) ou de happenings (Fluxus) par des
artistes comme Dan Graham, Michel Journiac ou Bruce Nauman. Dans les années
quatre-vingt, les vidéastes (Garry Hill et Bill Viola aux États-Unis ; Fischli & Weiss,
Philippe Parreno en Europe) utilisent des images de synthèse, créent des
installations, multiplient images et écrans dans une production expérimentale et
autonome où l’art vidéo se complète de pratiques multimédias.
Cobra : Le mouvement Cobra est fondé à Paris le 8 novembre 1948. Son nom est
inventé par Christian Dotremont. Il prend les premières lettres des capitales du nord
de l’Europe dont sont originaires les artistes fondateurs : Copenhague (Asger Jorn),
Bruxelles (Christian Dotremont, Joseph Noiret), Amsterdam (Karel Appel, Corneille
Constant). Un manifeste, La cause était entendue, est signée de Christian
Dotremont, d’Asger Jorn, de Corneille, de Constant, de Karel Appel, de Noiret, JeanMichel Atlan les rejoint en décembre 1948 et Pierre Alechinsky en 1949. Ce
mouvement a pour particularités d’être formé de poètes et de peintres qui
revendiquent nomadisme, internationalisme, recherche d’un fonds « primitif »,
traditions populaires et ethnologie, expérimentation, spontanéité, intensité des
images. L’arrêt de Cobra, qui a connu un succès international pendant trois ans, est
proclamé fin 1951 dans le dernier numéro de la revue Cobra, publié à l’occasion de
l’ultime exposition du groupe à la IIe Exposition internationale d’art expérimental
(Liège, 1951). Asger Jorn et Christian Dotremont, les deux théoriciens du groupe,
malades, ne peuvent plus l’animer.
DADA : Ce mouvement apparaît à Zurich et à New York en 1915. Il est certainement
un des mouvements les plus complexes et un des plus intellectuels du XXe siècle. Il
se révolte contre la bourgeoisie et se caractérise par la désacralisation des formes et
du sens (c'est-à-dire par un comportement de l'artiste qui laisse penser que l'œuvre
23
n'a plus de caractère sacré), par l'utilisation d'objets récupérés, détournés, comme le
ready made de Marcel Duchamp (1887-1968), La Roue de bicyclette (1913).
Hans Arp (1886-1966) innove quant à lui en réalisant des sculptures faites par
assemblage de formes découpées dans des planches de bois, puis teintes.
Kurt Schwitters (1887-1948) abandonne la peinture traditionnelle pour mélanger
peinture, objets de récupération et détritus divers. Il utilise ces derniers pour leur
valeur plastique, leur forme, leur couleur, matière et aspect esthétique.
École de Londres : Ce nom est donné par le peintre R. B. Kiatj au début des
années soixante pour désigner six artistes qui travaillent à Londres et qui
revendiquent tous la pratique d’une peinture figurative : Michael Andrews, Frank
Auerbach, Francis Bacon, Lucian Freud, R. B. Kitaj, Leon Kossoff. Plus tard
s’inscrivent dans cette filiation picturale des artistes comme Tony Brevan.
École de Paris : Cette expression désigne des artistes qui travaillent à Paris entre
1945 et 1960 et qui ont en commun la pratique d’une peinture qualifiée par Jean
Bazaine de « non figurative ». Elle regroupe des artistes très divers.
Environnement : L'œuvre est conçue non pas comme un objet autonome et mobile,
mais comme un ensemble aux dimensions souvent architecturales, qui propose
d'immerger le spectateur dans une situation. Le musée a ici un rôle clef : on construit
volontiers des environnements dans ses salles, comme des décors, des tableaux en
trois dimensions. Mais le principe peut aussi se retrouver dans un espace non
spécifique.
Expressionnisme abstrait : Ce mouvement, dit également École de New York,
apparaît dans cette ville dans les années quarante, sous les influences combinées
du cubisme, du muralisme et du surréalisme. De 1942 à 1947, les premiers
expressionnistes abstraits, Arshile Gorky, Robert Motherwell, Jackson Pollock, Mark
Rothko et Clyfford Still exposent à la galerie de Peggy Guggenheim, Art of this
Century. Ils sont ensuite rejoints par Wilhem de Kooning, Philip Guston, Joan
Mitchell, Barnett Newman, etc. Le mouvement réunit ces artistes d’une même
génération qui pratiquent une peinture abstraite, gestuelle, appliquée all-over sur de
grands formats. Ils veulent ainsi traduire « l’expérience intérieure du réel ».
Figuration libre : Ce nom est donné par Ben au travail de jeunes peintres français
par le critique Bernard Lamarche-Vadel réunit à Paris, en juin 1981, dans l’exposition
« Finir en beauté ». Ces artistes (Jean-Charles Blais, Robert Combas, Hervé Di
Rosa, etc.) s’adonnent pendant les années quatre-vingt à une peinture spontanée,
brute, très colorée, inspirée par la culture populaire (BD, rock, etc.). Ils peignent en
général sur la toile libre sans châssis, utilisent parfois comme support draps, cartons
ou dos d’affiches.
Figuration narrative : En juin 1964, le critique Gérard Gassiot-Talabot réunit trentequatre jeunes artistes dans l’exposition « Mythologies quotidiennes » au musée d’Art
moderne de la ville de Paris. Il regroupe leurs œuvres autour de la définition
suivante : « Est narrative, toute œuvre plastique qui se réfère à une présentation
figurée dans la durée par son écriture et sa composition sans qu’il y ait toujours à
proprement parler récit. » Ces artistes traitent de manière critique des sujets de la
réalité quotidienne : « Les jeux de la cité, les objets sacrés d’une civilisation vouée
24
au culte des objets de consommation, les gestes brutaux d’un ordre fondé sur la
force et la ruse, le choc des signaux, des mouvements et des sommations qui
traumatisent journellement l’homme moderne. »
Fluxus : Nom donné en 1961 à New York par Georges Maciunas, son fondateur, à
une revue et à un courant qu’il anime suivant le principe dadaïste que « tout est
art » ; il veut « promouvoir la réalité du NON-ART pour qu’elle soit saisie par tout le
monde ». Il organise à New York, des soirées « Musica et Nova », où il fait
notamment découvrir la musique indéterminée de John Cage et de ses élèves. À
partir de 1962, Fluxus connaît un développement international. Des artistes très
différents, comme Ben, Joseph Beuys, John Cage, Robert Filliou, Yoko Ono, Nam
June Paik, Wolf Vostell, participent aux activités de Fluxus.
Hyperréalisme : Ce mouvement américain est né en 1965 en réaction contre la
peinture abstraite. Les hyperréalistes (Close, Hucleux, etc.) cherchent à reproduire la
réalité avec la même précision que la photographie et sont soucieux du moindre
détail.
In situ : Expression latine qui indique qu'une œuvre est réalisée uniquement pour le
lieu qu'elle occupe. Actuellement, les œuvres contemporaines in situ sont
essentiellement des installations.
Installation : C'est une forme d'expression artistique assez récente. L'installation est
généralement un agencement d'objets et d'éléments indépendants les uns des
autres, mais constituant un tout. Proche de la sculpture ou de l'architecture,
l'installation peut être in situ, c'est-à-dire construite en relation avec un espace
architectural ou naturel et uniquement celui-ci.
Land Art : Ce mouvement est apparu aux États-Unis en 1967 puis en Angleterre. Se
caractérise par un travail sur la nature réalisé directement dans le milieu environnant.
Nouveaux Fauves : Ce mouvement (apparu à la fin des années soixante-dix à
Berlin) est caractérisé par une peinture expressive, véhémente, aux figures
découpées, aux dessins inachevés de couleurs vives et agressives. Ces artistes
(Baselitz, Castelli, Dokoupil, etc.) font référence à l’histoire et à la culture de
l’Allemagne, prennent pour sujet aussi bien le sexe, que le paysage le portrait et
l’autoportrait et la nature morte.
Nouveaux Réalistes : En 1960, Pierre Restany, critique et théoricien, fonde le
groupe des Nouveaux Réalistes. Les signataires (Arman, Klein, Dufrêne, Spoerri,
Tinguely, etc.) du Manifeste constitutif affirment : « Les nouveaux réalistes ont pris
conscience de leur singularité collective. Nouveau Réalisme = nouvelles approches
perceptives du réel. » Leur production se caractérise par un geste d’appropriation
(empaquetages, compressions, etc.), la récupération des techniques ou matériaux
industriels des déchets ou des langages visuels.
Performance : C’est une forme de l'œuvre qui emprunte à plusieurs langages,
artistiques ou non : musique, peinture, art de l'acteur et du danseur. Elle est
pratiquée du mouvement Fluxus à l'art corporel des années 70, en passant par la
poésie sonore et le happening. Entre spectacle et environnement, l'art de la
25
performance et sa dimension collective, interactive mais sans machine, trouve moins
de situations propices aujourd'hui. Ce mode d'expression artistique et contemporain,
où l'évènement ou l'action et son déroulement dans le temps constitue l'œuvre. Pour
en garder le souvenir et conserver des traces matérielles, les performances sont
souvent filmées ou photographiées.
Post-modernisme : Après Mai 68, certains artistes s’élèvent contre le minimalisme
dont ils rejettent la froideur et l’élitisme. En 1971, John Baldessari proclame Je ne
ferai plus jamais d’art ennuyeux, et ouvre la porte au post-modernisme. Plus tard, les
Néo-Géos, Néo-conceptuels et Néo-abstraits adoptent une attitude dite postmoderne, inspirée par les théories des structuralistes. Pour eux, l’originalité de
l’œuvre devient sans importance : ils s’approprient également les images du monde
moderne et les œuvres des artistes qui les ont précédés.
Pop Art : Ce mouvement artistique est né en 1955 et utilise des images populaires
aux couleurs franches, avec une inspiration publicitaire. L’objet de consommation
courante devient le point de mire des préoccupations de l’artiste.
Ready-made : À partir de 1914, Marcel Duchamp promeut des objets utilitaires et
ordinaires au rang d’objets d’art : les ready-made (pelle, porte-bouteille, roue de
bicyclette…). Il précise : « le choix des ready-made est toujours basé sur
l’indifférence visuelle en même temps que sur l’absence totale de bon ou de mauvais
goût. » En 1917, pour Fountain, il signe un urinoir sous le pseudonyme de R. Mutt et
déclare : « Que M. Mutt ait fabriqué la fontaine de ses propres mains ou non est sans
importance. Il l’a CHOISIE. Il a pris un élément ordinaire de l’existence et l’a déposé
de telle sorte que la signification utilitaire disparaisse sous le nouveau titre et le
nouveau point de vue – il a créé une pensée nouvelle pour cet objet. »
Support-surface : Ce mouvement apparaît en France en 1969. Son existence est
manifestée par l’exposition « Support-Surface » au musée d’Art moderne de la ville
de Paris en 1970. Ces artistes (Louis Cane, Marc Devade, Daniel Dezeuze, Claude
Viallat, etc.) effectuent une remise en question du support (utilisation du seul châssis,
par exemple) et des techniques traditionnelles d’application de la peinture. Ils
revendiquent un engagement politique marxiste et un lien intellectuel avec la
psychanalyse et le structuralisme.
4 Chronologie
(Extrait de l’ABCdaire de l’Art contemporain, Flammarion)
1969 : Exposition « Quand les attitudes deviennent forme », organisée par Harald
Szeemann à la Kunsthalle de Berne.
1970 : Exposition « Support-Surface » à l’ARC-musée d’Art moderne de la ville de
Paris.
1972 : Documenta 5 à Kassel, organisé par Harald Szeemann.
1976 : Première Foire internationale d’art contemporain (Fiac) à Paris.
26
1977 : Ouverture du Centre d’art et de culture Georges Pompidou à Paris
(rétrospective « Marcel Duchamp » et exposition « Paris-New York »).
1979 : Exposition « Paris-Moscou » au centre Georges Pompidou.
1980 : Exposition « Les Réalismes » au Centre Pompidou.
Exposition « Après le classicisme » au musée d’Art et d’Industrie de Saint-Étienne.
1981 : Jack Lang est nommé ministre de la Culture. Exposition « Finir en beauté »
dans le loft du critique d’art Bernard Lamarche-Vadel, à Paris, qui marque le début
de la figuration libre. Exposition « A New Spirit in Painting » à la Royal Academy of
Arts, à Londres. Exposition « Wetkunst » organisé par Kasper König, à Cologne.
1982 : Création de la Délégation aux arts plastiques (DAP) et des Fonds régionaux
d’art contemporain (FRAC).
1984: Exposition « Primitivism in 20th Century of Art » au Museum of Modern Art,
New York.
1985 : Christo emballe le Pont-Neuf à Paris.
1986 : Daniel Buren crée Les Deux Plateaux dans les Jardins du Palais-Royal, à
Paris.
1987 : Mort d’Andy Warhol à New York.
1988 : Vente aux enchères record pour l’art contemporain : False Start (1959) de
Jasper Johns atteint 17 millions de dollars à New York. Exposition « Une autre
objectivité » au Centre national des arts plastiques, à Paris
1989 : Exposition « Les Magiciens de la terre » au centre Pompidou et à la Grande
Halle de la Villette, à Paris.
1990 : Exposition « High and Low » au Museum of Modern Art, à New York.
1991 : Inauguration de la Galerie nationale du Jeu de Paume, à Paris. Première
Biennale d’art contemporain de Lyon.
1992 : Exposition « Il faut construire l’Hacienda » au Centre de création
contemporaine (CCC) à Tours.
1994 : Exposition « L’Hiver de l’amour », à l’ARC-musée d’Art moderne de la ville de
Paris.
Ouverture des nouveaux espaces de la Fondation Cartier pour l’art contemporain.
1996 : Première édition de « Manifesta », biennale européenne d’art contemporain, à
Rotterdam.
27
1997 : Exposition « Sensation » organisée par Charles Saatchi à la Royal Academy
of Arts, à Londres. Fabrice Hybert représente la France à la Biennale de Venise.
1997 : Inauguration du Guggenheim Museum de Bilbao construit par Frank O.
Ghery.
1998 : Exposition « Out of Actions : Between Performance and the Object 19491979 » au Museum of contemporary Art, Los Angeles.
Ouverture du Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg.
2000 : Exposition « La Beauté », en Avignon.
Ouverture de la Tate Modern, à Londres.
2001 : Pierre Huygue représente la France à la Biennale de Venise.
2002 : Ouverture à Paris du Palais de Tokyo – Site de création contemporaine.
2003 : Jean-Marc Bustamante représente la France à la Biennale de Venise.
2004 : Exposition Contrepoint : l’art contemporain au Louvre, Le Louvre invite dix
artistes à dialoguer avec ses collections : Jean-Michel Alberola, Christian Boltanski,
Marie-Ange Guilleminot qui présente Absalon, Susan Hefuna, Gary Hill, Cameron
Jamie, Ange Leccia, Jean-Michel Othoniel, José-Maria Sicilia et Xavier Veilhan.
2005 : Annette Messager représente la France à la Biennale de Venise.
Ouverture du MAC VAL à Vitry sur Seine.
Exposition Africa Remix, l’art contemporain d’un continent au Centre Georges
Pompidou.
2006 : Exposition Dada au Centre Georges Pompidou.
2007 : Sophie Calle représente la France à la Biennale de Venise.
2009 : Claude Lévêque représente la France à la Biennale de Venise.
Exposition Jeff Koons au château de Versailles.
2010 : Ouverture du Centre-Pompidou-Metz.
Ouverture du LAM, Lille Métropole, musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art
brut.
Exposition Takashi Murakami au Château de Versailles.
2011 : Christian Boltanski représente la France à la Biennale de Venise.
28
5 Où voir de l’art contemporain
Niveau international
Paris : Foire internationale d’art contemporain (Fiac). Manifestation commerciale et
artistique annuelle de courte durée qui se tient à Paris. La 1ère édition a eu lieu en
1974.
Venise : Biennale de Venise : www.labiennale.org/it/Home.html
Kassel : Documenta : www.documenta.de
Basel : ArtBasel :www.artbasel.com
Londres : Tate Modern : www.tate.org.uk/modern
Barcelone : Macba : www.macba.cat/controller.php
Le Mac’s au Grand Hornu : www.mac-s.be
New York : The MoMA : www.moma.org ; Whitney Museum : www.whitney.org ;
Guggenheim Museum : www.guggenheim.org
Los Angeles : The Museum of contemporary Art www.moca.org
Paris et région parisienne
Centre Georges Pompidou : www.centrepompidou.fr
Musée d’Art moderne de la Ville de Paris : www.mam.paris.fr
Fondation Cartier pour l’art contemporain : http://fondation.cartier.com
Palais de Tokyo : www.palaisdetokyo.com
Galeries du jeu de paume (photographie) : www.jeudepaume.org
MacVal (musée d’art contemporain du Val-de-Marne) : www.macval.fr
Le Cube (Centre de création numérique) : www.lecube.com
Niveau national
Musée d’art moderne et contemporain de Strasbourg
www.musees.strasbourg.eu/index.php?page=mamcs
Centre Pompidou-Metz : www.centrepompidou-metz.fr
Lille métropole, musée d’art moderne, d’art contemporain et d’art brut www.museelam.fr
Musée d’art contemporain de Lyon : www.mac-lyon.com
CAPC - Musée d’art contemporain de Bordeaux : www.capc-bordeaux.fr
Musée d’art moderne et contemporain de Nice : www.mamac-nice.org
Musée départemental d’art contemporain de Rochechouart : www.museerochechouart.com
Carré d’art - Musée d’art contemporain de Nîmes
www.nimes.fr/index.php?id=285&id_site=7
Musée de Grenoble : www.museedegrenoble.fr
Biennale d’art contemporain de Lyon, créée en 2007 : www.biennaledelyon.com
En région :
o Rouen
Trafic - Fonds régional d'art contemporain - Frac Haute-Normandie
http://www.frachautenormandie.org
Galerie photo du Pôle Image Haute-Normandie
http://www.poleimagehn.com
Galerie Martainville de l’École supérieure d’art et design Le Havre Rouen
29
http://apparaitre-erba-rouen.blogspot.com/
o Le Havre
Le spot http://www.le-spot.org
Le Muma (musée d’art moderne André Malraux)
http://lehavre.fr/rubrique/musee-malraux
o Yvetot
Galerie Duchamp, centre d’art d’Yvetot www.galerie-duchamp.com
-
En Basse-Normandie
o Évreux
Artothèque d'Evreux
La Maison des arts, atelier d'arts plastiques
o Caen
Musée des beaux-arts de Caen www.ville-caen.fr/mba
Artothèque de Caen
Frac Basse Normandie www.frac-bn.org
Galeries d’art
Galerie Daniel Duchoze www.duchoze.com
Galerie MAM www.mamgalerie.com
Störk Galerie http://storkgalerie.blogspot.com
Manifestations autour de l’art contemporain
Rouen impressionnée organisée par la ville de Rouen
pendant l’été, 1ère édition en 2010
30
ORIENTATIONS BIBLIOGRAPHIQUES
• Pour les élèves
- Amzallag-Augé, Spirales, ressorts et tourbillons, Paris, Centre Pompidou, collection
Zigart, 2005 ;
- Domino Christophe, L’art contemporain, Paris, Scala, 2005 ;
- A. Colzy, R Marchal, F Wateau, L'image au collège, Belin, 2002 ;
- B.-A. Gaillot, Arts Plastiques, éléments d'une didactique-critique, PUF, 1997 ;
- D. Lagoutte, Valise atelier, Hachette Scolavox, 1995 ;
- F. Wateau, Comment savoir si c'est de l'art ou pas, Belin, 2000 ;
• Pour les enseignants : ouvrages généraux sur l’art contemporain
Editions SCEREN
- TDC, L’art contemporain, n° 6, novembre 2007 ;*
- TDC, FRAC L’art contemporain pour tous ?, n° 864, novembre 2003 ;*
- TDC, Le design, n°874, 2004
- TDC, La sculpture dans la ville, n°816, 2001
- V. Bouruet-Aubertot, L’art contemporain, Sceren, autrement junior, série arts,
2005 ;*
- Enseigner à partir de l'art contemporain, Ed Outil de Formation CRDP, Amiens.
- J.-P Fourquet, L’art vivant au collège, rencontres avec des œuvres et des artistes
contemporains, 2004 ;
- C. Saint-Jacques, Arts contemporains, 1950-2000, Autrement, 2002 ;
- N.Thély, Corps, art vidéo et numérique, 2005 ;
- A. Cauquelin, L’art contemporain, Que sais-je ?, PUF, 2007 ;*
- I. de Maison Rouge, J.-M. Prévost, L. Salem, L’art contemporain, Les essentiels
Milan, 1997 ;*
- J.-L. Pradel, L'art contemporain, Larousse, 1992 ;*
- P. Le Thorel-Daviot, Nouveau dictionnaire des artistes contemporains, Larousse,
Paris, 2004 ;*
- M. Meneguzzo, L’art au XXe siècle II. L’art contemporain, Hazan, 2007 ;*
- G. Bertolino, Comment identifier…les mouvements artistiques de l’impressionnisme
à l’art vidéo, Hazan, 2009 ;*
- Dictionnaire de l’art moderne et contemporain, Hazan, 2002 ;*
- I. Ewig, G.Maldonado, Lire l’art contemporain dans l’intimité des œuvres, Larousse,
2005 ;*
- B. Blistène Une histoire de l'art du XXe siècle nouvelle édition, Beaux Arts
Magazine, Centre Georges Pompidou ;*
- Collectif, L’art contemporain, Centre Georges Pompidou, 2008 ;*
- Collectif Qu'est-ce que l'art aujourd'hui ? Beaux-arts magazine, 1999 ;
- Collectif L'art au tournant de l'an 2000, Taschen, 1999 ; *
- E. Couturier, L’art contemporain mode d’emploi, Éditions Filipacchi, 2004 ;*
- C. Domino, L'art contemporain, Scala, Centre Georges Pompidou, 1994 ;
- C. Francblin, D. Sausset, R. Leydier, l’ABCdaire de l’Art contemporain, Flammarion,
2003 ;*
- E. Lucie-Smith, L’art d’aujourd’hui, Phaidon, Paris, réimpression 2002 ;*
- F. de Mèredieu, Arts et nouvelles technologies, art vidéo, art numérique, Larousse,
2003 ;*
- C. Millet, L'art contemporain, Dominos Flammarion, 1997 ;
31
- N. de Oliveira, N Oxley et M Petry, Installations, l'art en situation, Thames et
Hudson, 2003 ;*
- N. de Oliveira, N Oxley et M Petry, Installations II, l’empire des sens, Thames et
Hudson, 2004 ;*
- C. Saint-Jacques (dir), Arts contemporains, 1950-2000, Scéren - Autrement, 2002 ;
• Ouvrages plus spécialisés
Céramique et art contemporain
- Contrepoint au Louvre, De l’objet d’art à la sculpture porcelaines contemporaines,
Connaissance des arts, H.S. n° 269 ;*
- Le corps, l’atelier, le paysage, Céramique dans l’art contemporain, Musées de
Châteauroux, Editions joca seria, septembre 2005 ;*
- N. Blondel (dir.), Céramique : vocabulaire technique, Monum Éditions du
patrimoine, 2001 ;
Ferronnerie
Catalogue de l’exposition Tour de force. Ferronniers primés aux rencontres
internationales d'Helfstyn en Moravie, musée Le Secq des Tournelles, 2002 ;
Design
- A. Midal, Design, introduction à l’histoire d’une discipline, Pocket, 2009 ;*
- C’est quoi le design ?, Sceren, autrement junior, série arts, 2002 ;*
- Design en stock, 2000 objets du Fonds national d’art contemporain, 2004 ; *
- Qu’est-ce que le design aujourd’hui ?, Beaux-Arts éditions, 2009 ; *
Autres
- P. de Félice, Histoire de l’optique, L’Harmatttan, 2009 ;*
- C. Domino, À ciel ouvert, l’art contemporain à l’échelle du paysage, éditions Scala,
1999 ;*
- L. Brogowski et P-H Frangne, Ce que vous voyez est de ce que vous voyez,
tautologie et littéralité dans l’art contemporain, PUR, 2009 ;*
- S. Martin, Art vidéo, Taschen, 2006 ;*
- Restauration et non-restauration en art contemporain, Arset, 2008 ;*
- M. Tribe, R.Jana, Art des nouveaux medias, Taschen, 2006 ;*
- R. Goldberg, Performances, l’art en action, Thames and Hudson, 1999 ;*
- M. Lailach, Land art, Taschen, 2007 ;*
- D. Marzona, Art conceptuel, Taschen, 2006 ;*
- DVD Art concret, encyclopédie de l’art contemporain, 2005 ;* (extrait sur François
Morellet)
- Horizontales, verticales, seules, art concret, Somogy, 2006 ;*
FRAC Haute-Normandie
- Une collection pour une région, 1982-2002, 10 regards sur le Fonds régional d’art
contemporain de Haute-Normandie, FRAC Haute-Normandie, 2002 ;*
- Traits pour traits, Collection de dessins du FRAC Haute-Normandie, 2009 ;*
32
• Sur les artistes présents dans les collections
Wim Delvoye
- Wim Delvoye, « Cloaca & tattoos », dans Les Cahiers du musée national d’Art
moderne, vol. 100, 2007 ;
- Wim Delvoye monographie, Éditions Ides et Calendes, coll. « SuperVision »,
Neuchâtel, Suisse, 2009 ;
- Gilbert Perlein, Rébecca François, Hélène Depotte, Nicolas Bourriaud, Olivier
Bergesi, Wim Delvoye, Éditions Flammarion, Paris, 2010 ;
- Pierre Sterckx, Le Devenir-cochon de Wim Delvoye, Éditions La Lettre volée,
Bruxelles, Belgique, 2007 ;
- Fabian Stech, J'ai parlé avec Lavier, Annette Messager, Sylvie Fleury, Hirschhorn,
Pierre Huyghe, Delvoye, D.G.-F. Hou Hanru, Sophie Calle, Ming, Sans et Bourriaud.
Interviews., Les Presses du réel, Dijon, France, 2007 ;
Bernard Ollier
- Ombres heureuses, Bernard Ollier, MBA Rouen/Area Paris, 2008 ;*
François Morellet
- Morellet-Monet, Correspondances, Musée d’Orsay, 2007 ;*
André Raffray
- André Raffray - Éloge des autres, Lob den Anderen, Kunst und Ausstellungshalle
der Bundesrepublik Deutschland, Bonn, 1999 ;
- André Raffray ou la peinture recommencée, 240 p., textes de Bernard Blistène,
Thierry Dufrêne, Catherine Elkar, Laurent Salomé, Isabelle Sobelman, André
Raffray, Éditions de la Différence/musée des Beaux-Arts de Rouen/Frac Bretagne,
Marianne et Pierre Nahon, juin 2005 ;*
- André Raffray, Un musée imaginaire, La Différence-Galerie Beaubourg, Paris,
2001 ; *
- Dix paysages, onze paysagistes, Centre National d'Art et de Culture Georges
Pompidou, Paris, 1981 ;
- Dix-sept artistes à dix-sept ans, Musée Arthur Rimbaud, Charleville-Mézières /
ENSBA, Paris, 2004 ;
- La Vie illustrée de Marcel Duchamp, Centre National d'Art et de Culture Georges
Pompidou, Paris, 1977 ;
- Le Territoire de l'Art, Musée d'État Russe, Saint-Pétersbourg, 1990 ;
- S. Coëllier , « André Raffray », Artpress n°269, juin 2001 ;
- Thierry Dufrêne, « réouverture du Moderna Museet – The Pontus Hulten
Collection », Artpress n° 301, mai 2004 ;
- J.-L. Ferrier, « Raffray, l’art et son double » in l’Aventure de l’Art au XXe siècle,
Hachette, 1988 (p 767) ;
Carole Chebron/Valérie Delarue/ElmarTrenkwalder
- Catalogue de l’exposition Céramique fiction, éditions musées de la ville de Rouen,
2006 ;*
- Catalogue de l’exposition Sur la pointe des pieds, Carole Chebron, éditions musées
de la ville de Rouen, 2004 ;*
Charles Fréger
- Charles Fréger, Steps, 2003 ;*
33
*Ouvrages consultables au service des publics sur rendez-vous.
• Sites internet
Généraux
- www.lacritique.org
Revue d’art contemporain en ligne
- www.artpress.com
Revue d’art contemporain
- www.culture.fr/fr/sections/themes/art_contemporain
Page consacrée à l’art contemporain sur le site du ministère de la culture : actualité
de l’art contemporain en France et multiples liens vers un très grand nombre de sites
regroupés par thème (arts plastiques - arts visuels, photographie, …)
- www.cnap.fr
Site du centre national des arts plastiques : annuaire répertoriant 2 680 lieux d’art,
calendrier de l’art contemporain recensant 488 événements en France, informations
sur les institutions et nombreux liens vers des sites spécialisés, et base de données
en ligne.
- Frac Haute-Normandie www.frachautenormandie.org
- La maison des artistes www.lamaisondesartistes.fr
- Portail design www.portaildesign.fr
Sur les artistes
- Bertran Berrenger : http://bertranberrenger.fr/
www.mamgalerie.com/artiste.php?artiste=15
- Vincenzo Castella : http://fr.photography-now.com/artists/K10922.html
- Carole Chebron : http://carolechebron.com/
- Dj Spooky that subliminal Kid: www.djspooky.com
- Valérie Delarue : http://vdelarue.free.fr
- Wim Delvoye : www.wimdelvoye.be
- Sylvain Dubuisson : www.dubuisson.fr
- François Morellet : www.galerie-oniris.fr/artistes/morellet/?ensavoirplus=oui
www.jeanbrolly.com
- Bernard Ollier : www.bernardollier.com
- Elmar Trenkwalder : www.galeriebernardjordan.com/index.jsp?s=5579
- Felice Varini : www.varini.org
34
RENSEIGNEMENTS PRATIQUES
• Musée des Beaux-Arts
Esplanade Marcel Duchamp
76000 Rouen
Tél. : 02 35 71 28 40 - Fax : 02 35 15 43 23
www.rouen-musees.com
• Horaires
10h à 18h tous les jours sauf le mardi et les 25 décembre, 1er janvier, 1er et 8 mai,
Ascension, 14 juillet, 15 août, 1er et 11 novembre.
• Service des publics
Esplanade Marcel Duchamp - 76000 Rouen
Tél. : 02 35 52 00 62 - fax : 02 32 76 70 90 - mail : publicsmusees@rouen.fr
• Service éducatif
N’hésitez pas à contacter Laure Bernard, professeur d’arts plastiques, Séverine
Chaumeil, professeur des écoles et Sabine Morel, professeur de lettres pour tout projet
pédagogique au 02 35 52 00 62 (sur rendez-vous le mercredi de 14h30 à 16h30).
Mail : laure.bernard@ac-rouen.fr ; severine.chaumeil1@ac-rouen.fr ; sabine.morel@acrouen.fr
Actualité sur les sites :
Des
musées
de
Rouen :
http//www.rouen-musees.com,
rubrique
activités/groupes/ressources pédagogiques
Du rectorat : http//www.ac-rouen.fr, rubrique espaces pédagogiques/action culturelle
Des musées de Haute-Normandie : http : //www.musees-haute-normandie.fr, rubrique
ressources éducatives
• Tarifs des visites et ateliers
Pour le confort des visites, il est nécessaire de réserver auprès du service des publics au
moins 3 semaines à l’avance au 02 35 52 00 62
Visites libres
Durée à préciser (30 élèves maximum)
Entrée gratuite pour les groupes scolaires, réservation obligatoire
Visites commentées
Durée : 1h
Tarif : 35 € par classe
Durée : 1h30
Tarif : 50 € par classe
Ateliers (matériel fourni)
Durée : 1h par groupe de 15 enfants
Tarifs : 45 € pour 15 enfants / 90 € pour 30 enfants
Visites-ateliers (matériel fourni)
Durée : 2h (1h de visite et 1h d’atelier)
Tarifs pour 15 enfants : 80 € / pour 30 enfants : 160 €
35
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising