Télécharger le document - Fondation Jean

Télécharger le document - Fondation Jean
DAVIDCHEKROUN
ETIENNEPATAUT
ISMAËLEMELIEN
JEAN-LOUPSAMAAN
FRANÇOISBUSIER
MATTHIASFEKL
PIERREBUHLER
ERICHAZAN
NICOLASVIGOLLES
JOËLLEDEROFF
PHILIPPETURPIN
THIERRYGERMAIN
PAOLADEBRIL
PASCALJOSEPH
BENOITD’ANCONA
JÉRÔMESADDIER
THIERRYROURE
Esprit Critique
Une décennie en 1OO articles
NICOLASBOUILLANT
OLIVIERGALIANA
THOMASMELONIO
TANGILENEVERICORDEL
DENISQUINQUETON
BENJAMINFOISSEY
LIONELCHOUKROUN
JUDITH HERPE
VIRGINIEHIS
GILLESFINCHELSTEIN
CLARABAMBERGER
MARCVILLEMAIN
PHILIPPERAIMBAULT
Remerciements
Ce livre, imaginé par Gilles Finchelstein,
a été élaboré et coordonné par Thierry Germain et Thierry Roure.
Tous trois remercient chaleureusement les contributeurs d’Esprit critique, dont l’engagement
bénévole aura seul permis une aventure éditoriale qui est aussi une histoire d’amitiés,
ainsi que les contributeurs occasionnels – pour ne citer que quelques-uns dont les articles
figurent dans cet ouvrage, Camille Chekroun, Denis Jacquot, Jacques Morel,
Pierre Moscovici, Vincent Tiberj et Nicolas Véron.
SOMMAIRE
INTRODUCTION DE GILLES FINCHELSTEIN
9
NOUVEAU SIÈCLE, NOUVELLE CIVILISATION
11
1 - Une nouvelle grammaire du monde
(les lignes de force au niveau mondial)
11
Face aux crimes du marché. Quelles armes juridiques pour le citoyen ?, William BOURDON,
critique par David CHEKROUN
13
Libertés et sûreté dans un monde dangereux, Mireille DELMAS-MARTY,
critique par Etienne PATAUT
16
La globalisation humaine, Catherine WIHTOL DE WENDEN,
critique par Etienne PATAUT
19
Dix jours qui ébranleront le monde, Alain MINC,
critique par Ismaël EMELIEN
23
The Next 100 Years: A Forecast for the 21st Century, George FRIEDMAN,
critique par Jean-Loup SAMAAN
26
La peur des barbares. Au-delà du choc des civilisations, Tzvetan TODOROV,
critique par François BUSIER
28
Continuer l’Histoire, Hubert Védrine
avec la collaboration d’Adrien ABECASSIS et de Mohamed BOUABDALLAH,
critique par Matthias FEKL
32
Comment l’Europe va sauver l’Amérique, Charles KUPCHAN,
critique par Pierre BUHLER
34
Après l’Empire. Essai sur la décomposition du système américain, Emmanuel TODD
L’obsession anti-américaine. Son fonctionnement, ses causes, ses inconséquences, François REVEL,
critique par Eric HAZAN
43
2 - Vers une civilisation européenne
(l’Europe comme nouvelle patrie face au monde) ?
47
Une tombe au creux des nuages. Essais sur l’Europe d’hier et d’aujourd’hui, Jorge SEMPRUN,
critique par Nicolas VIGNOLLES
49
L’Europe par le marché. Histoire d’une stratégie improbable, Nicolas JABKO,
critique par Etienne PATAUT
52
Europa mon amour. 1989-2009 : un rêve blessé, Boris PETRIC et Jean-François GOSSIAUX,
critique par Joël LE DEROFF
55
ES PR IT CR ITIQ UE I
1
La révolution européenne 1945 – 2007, Elie BARNAVI et Krzysztof POMIAN,
critique par Joël LE DEROFF
58
L’Europe tragique et magnifique. Les grands enjeux européens, Jacques DELORS,
critique par Joël LE DEROFF
61
3 - Un siècle idéologique (valeurs et idées) ?
65
Le monstre doux. L’Occident vire-t-il à droite ?, Raffaele SIMONE,
critique par Joël LE DEROFF
67
La nouvelle idéologie française, Béatrice DURAND,
critique par Philippe TURPIN
70
L’Annuel des idées 2010, Collectif, sous la direction d’Emmanuel LEMIEUX,
critique par Thierry GERMAIN
74
Le moment fraternité, Régis DEBRAY,
critique par Paola DEBRIL
77
La pensée tiède. Un regard critique sur la pensée française, Perry ANDERSON,
critique par Thierry GERMAIN
80
Traité d’athéologie, Michel ONFRAY,
critique par Pascal JOSEPH
84
Histoire des gauches en France, sous la direction de Jean-Jacques BECKER et Gilles CANDAR,
critique par Benoît D’ANCONA
87
Pouvoir intellectuel, les nouveaux réseaux, Emmanuel LEMIEUX,
critique par Jérôme SADDIER
89
Le neveu de Lacan, Jacques-Alain Miller,
critique par Thierry GERMAIN
92
CHANGER DE MODÈLES
96
1 - Vers un nouveau capitalisme ?
96
Le libéralisme en crise, Economie politique,
critique par Thierry ROURE
99
L’avenir du capitalisme, Jean-Luc GREAU,
critique par Nicolas BOUILLANT
101
Trois leçons sur la société post-industrielle, Daniel COHEN,
critique par Nicolas BOUILLANT
105
Le capitalisme est en train de s’autodétruire, Patrick ARTUS et Marie-Paule VIRARD,
critique par Nicolas BOUILLANT
108
La démocratie et le marché, Jean-Paul FITOUSSI,
2
critique par Olivier GALIANA
111
La grande désillusion, Joseph E. STIGLITZ,
critique par Nicolas BOUILLANT
113
Le libéralisme n’a pas d’avenir. Big business, marchés et démocratie, Guillaume DUVAL,
critique par Thierry GERMAIN
117
I ESP RIT CR ITIQUE
2 - Vers un monde économique unifié ?
121
La prospérité du vice. Une introduction (inquiète) à l’économie, Daniel COHEN,
critique par Paola DEBRIL
123
La mondialisation est-elle un facteur de paix ?, Philippe MARTIN, Thierry MAYER
et Mathias THOENIG,
critique par David CHEKROUN
125
Made in monde. Les nouvelles frontières de l’économie internationale, Suzanne BERGER,
critique par Camille & David CHEKROUN
128
De Sénèque à Lévi-Strauss, ils racontent la mondialisation, Laurent FERRI,
critique par Thierry GERMAIN
130
Le gouvernement du monde, Jean-François BAYART,
critique par Denis JACQUOT
133
Rapport d’information sur la mondialisation, Edouard BALLADUR (président),
Renaud DONNEDIEU DE VABRES (rapporteur),
critique par Thomas MELONIO
137
3 - Un autre modèle politique : l’inconnue social-démocrate
139
Socialismes : Y revenir ?
critique par Thierry ROURE
141
Pourquoi pas le socialisme ?, Gerald Allan COHEN,
critique par Tangi LE NEVE RICORDEL
144
L’esprit de Philadelphie. La justice sociale face au marché total, Alain SUPIOT,
critique par Etienne PATAUT
148
Rénover la gauche en Europe. Pour une gauche réformiste européenne, Bruno LIEBHABERG,
critique par David CHEKROUN
151
Ce grand cadavre à la renverse, Bernard-Henri LEVY,
critique par Pierre MOSCOVICI
153
Sortir du pessimisme social. Essai sur l’identité de la gauche, Gérad GRUNBERG & Zaki LAÏDI,
critique par Thierry GERMAIN
155
Le royaume enchanté de Tony Blair, Philippe AUCLAIR,
critique par Thierry GERMAIN
158
L’ambition et le remords. Les socialistes français et le pouvoir (1905 – 2005),
Alain BERGOUNIOUX et Gérard GRUNBERG
critique par Matthias FEKL
161
REFAIRE SOCIÉTÉ
165
1 - Le social est dans l'escalier
165
Déchiffrer la société française, Louis MAURIN,
critique par Ismaël EMELIEN
167
Les classes moyennes à la dérive, Louis CHAUVEL,
critique par Nicolas VIGNOLLES
170
La France invisible, sous la direction de Stéphane BEAUD, Joseph CONFAVREUX
& Jade LINDGAARD,
critique par Nicolas VIGNOLLES
173
ES PR IT CR ITIQ UE I
3
Faut-il brûler le modèle social français ?, Alain LEFEBVRE & Dominique MEDA,
critique par Denis QUINQUETON
175
Le ghetto français. Enquête sur le séparatisme social, Eric MAURIN,
critique par Eric HAZAN
177
2 - Le travail, c’est capital ?
179
Le quai de Ouistreham, Florence AUBENAS,
critique par Benjamin FOISSEY
181
La France du travail. Données, analyses, débats, Collectif,
critique par Nicolas VIGNOLLES
183
Sommes-nous des paresseux ? … et 30 autres questions sur la France et les Français,
Guillaume DUVAL,
critique par Nicolas BOUILLANT
187
L’avenir du travail, sous la direction de Jacques ATTALI,
critique par Nicolas VIGNOLLES
190
Le capitalisme d’héritiers. La crise française du travail, Thomas PHILIPPON,
critique par Nicolas VERON
193
La fatigue des élites ; le capitalisme et ses cadres, François DUPUY,
critique par Lionel CHOUKROUN
195
3 - L’Humain dans tous ses états (éthiques, pratiques et mystiques)
197
Le multiculturalisme, Patrick SAVIDAN,
critique par Judith HERPE
199
Corps en miettes, Sylviane AGACINSKI,
critique par Tangi LE NEVE RICORDEL
203
Mauvais genre, Axel LEOTARD,
critique par Joël LE DEROFF
206
Capitalisme et pulsion de mort, Gilles DOSTALER & Bernard MARIS,
critique par Virginie HIS
209
Ouvrir la politique à la diversité, Eric KESLASSY,
critique par Vincent TIBERJ
212
Petit éloge de la colère, Patrick AMINE,
critique par François BUSIER
214
Le plan vermeil. Modeste proposition, Régis DEBRAY,
critique par Gilles FINCHELSTEIN
217
Liberté, égalité, sexualités. Actualité politique des questions sexuelles, Clarisse FABRE
& Eric FASSIN,
critique par Denis QUINQUETON
220
La laïcité, centre de l’union, Jean-Michel REYNAUD,
critique par Pascal JOSEPH
4
I ESP RIT CR ITIQUE
222
SCÈNE ET ACTEURS
227
1- A hauteur d’hommes (portraits ; bios ; destins ; histoire)
227
Histoire d’un Allemand. Souvenirs 1914 – 1933, Sebastian HAFFNER,
critique par Denis QUINQUETON
229
Monsieur Bob, Olivier BAILLY,
Le vin des rues, Robert GIRAUD,
Paris insolite, Jean-Paul CLEBERT,
Un parisien à travers Paris, Philippe MEYER,
critique par Thierry GERMAIN
232
Fleurs et couronnes, Ariane CHEMIN,
critique par Thierry GERMAIN
235
Freelance, Grover Lewis à Rolling Stone, Philippe GARNIER,
critique par Thierry GERMAIN
238
André Gorz ou le socialisme difficile, Arno MÜNSTER,
critique par Virginie HIS
241
A vrai dire. Livre de l’après-pouvoir, Vaclav HAVEL,
critique par Joël LE DEROFF
244
Douloureuse Russie. Journal d’une femme en colère, Anna POLITKOVSKAÏA,
critique par Thierry GERMAIN
247
L’observateur engagé, Gilles MARTINET,
Chaque homme est lié au monde, Roger STEPHANE,
critique par Thierry GERMAIN
249
Profession de foi. Pour l’honneur de la politique, Charles FITERMAN,
critique par Thierry GERMAIN
252
La présence pure, Christian BOBIN,
The West Wing, 4ème saison, série télévisée de John WELLS, Aaron SORKIN
& Thomas SCHLAMME,
critique par Denis QUINQUETON
256
Mon sang retombera sur vous. Lettres retrouvées d’un otage sacrifié mars - mai 1978, Aldo MORO,
critique par Pascal JOSEPH
259
Pour l’amour des livres, Jean-Jacques BROCHIER,
critique par Thierry GERMAIN
262
Des voix sous la cendre. Manuscrits des Sonderkommandos d’Auschwitz-Birkenau, Collectif,
critique par Thierry GERMAIN
265
Salvador Allende. L’autre 11 septembre, Antoine BLANCA,
critique par Pascal JOSEPH
268
Mon pays réinventé, Isabel ALLENDE,
L’incroyable et interminable procès du général Augusto Pinochet, Ariel DORFMAN,
Chili, 11 septembre 1973, la démocratie assassinée, sous la direction d’Eduardo CASTILLO,
critique par Thierry GERMAIN
270
Un cabinet d’amateur, Georges PEREC,
critique par François BUSIER
274
ES PR IT CR ITIQUE I
5
2 - (Médias et communication)
277
Média-Paranoïa, Laurent JOFFRIN,
279
critique par Clara BAMBERGER
Propaganda. Comment manipuler l’opinion en démocratie, Edward BERNAYS,
282
critique par François BUSIER
Le général et le journaliste. Conversations avec Jean-Luc Barré, Jean MAURIAC,
Tueurs de papiers, Henri MARC,
Notre métier a mal tourné, Philippe COHEN & Elisabeth LEVY,
287
critique par Thierry GERMAIN
La publicité autrement, Jean-Marie DRU,
292
critique par Virginie HIS
La fin de la télévision, Jean-Louis MISSIKA,
294
critique par Lionel CHOUKROUN
ème
Images et politique en France au XX
siècle, Christian DELPORTE,
critique par François BUSIER
297
Une presse sans Gutenberg, Jean-François FOGEL & Bruno PATINO,
critique par François BUSIER
305
Almanach critique des médias, Olivier CYRAN & Mehdi BA,
critique par François BUSIER
309
Almanach critique des médias, Olivier CYRAN & Mehdi BA,
La méprise. L’affaire d’Outreau, Florence AUBENAS,
critique par Denis QUINQUETON
315
Nos délits d’initiés. Mes soupçons de citoyen, Guy BIRENBAUM,
critique par Jérôme SADDIER
318
3 - Peut-on faire l'économie de la culture (la culture interroge le monde) ?
321
Crime et châtiment, Musée d’Orsay, Commissaire de l’exposition : Jean CLAIR,
critique par Virginie HIS
323
Harvey Milk, film de Gus VAN SANT,
critique par Denis QUINQUETON
325
Beaufort, Ron LESHEM,
critique par Lionel CHOUKROUN
328
La faute à 68, ELFO,
critique par Joël LE DEROFF
330
Mai 68. Les murs ont la parole. Journal mural, Julien BESANÇON,
Mai 68. Soyons réalistes, demandons l’impossible, Philippe GODARD,
critique par François BUSIER
332
Foudres de guerre, Benjamin BERTON,
critique par Marc VILLEMAIN
336
L’avocat de la terreur, film de Barbet SCHROEDER,
critique de Denis QUINQUETON
339
De la culture en Amérique, Frédéric MARTEL,
critique par Lionel CHOUKROUN
341
Au-delà de la haine, film d’Olivier MEYROU,
critique par Denis QUINQUETON
6
I ESP RIT CR ITIQUE
343
La lucidité, José SARAMAGO,
critique par Marc VILLEMAIN
346
Un homme est mort, Kris & Etienne DAVODEAU,
critique par Denis QUINQUETON
348
Le complot contre l’Amérique, Philip ROTH,
critique par Denis QUINQUETON
350
Le temps où nous chantions, Richard POWERS,
critique par Marc VILLEMAIN
353
L’homme qui mangeait la mort, Borislav PEKIC,
critique par Marc VILLEMAIN
358
1916 – 1924. Rétrospective Dada au Centre Pompidou, Télérama,
critique par Philippe RAIMBAULT
360
Les dépossédés, Robert MCLIAM WILSON & Donovan WYLIE,
Le style du monde. La vie dans le capitalisme de fiction, Vicente VERDU,
critique par Marc VILLEMAIN
364
Vent en rafales, Taslima NASREEN,
critique par Philippe RAIMBAULT
368
Le promeneur du champ de mars, film de Robert GUEDIGUIAN,
critique par Pascal JOSEPH
371
Straight Life, Laurie & Art PEPPER,
critique par Marc VILLEMAIN
373
Mondovino, film de Jonathan NOSSITER,
critique par Jacques MOREL
376
ESPRIT CR ITIQUE I
7
INTRODUCTION
GILLES FINCHELSTEIN
Depuis des milliers d’années, les sociétés bougent au rythme des pages que l’on tourne.
Au tamis de l’actualité éditoriale, l’on récolte parfois des idées qui auront la vie dure, des
concepts qui vont se faire un nom, des auteurs qui ne s’en laisseront pas compter. Dans ces milliers
de titres qui se succèdent saison après saison, se nichent les analyses, débats et propositions qui
permettront aux hommes de faire, ensemble, un pas de plus.
Depuis 2003, la revue Esprit critique est le tamis que la Fondation Jean-Jaurès tient, et continuera
de tenir, au cœur de l’actualité éditoriale.
Et, puisque les idées se plaisent aujourd’hui à passer sans cesse de livres en écrans, et à créer
de nouveaux chemins, féconds mais touffus encore, entre la vieille encre et le rétina, nous avons
voulu une revue numérique.
Près de 600 critiques plus tard, et afin de mettre en perspective les thèmes et idées majeurs qui
ont pu émerger au fil de ces dix années de lectures, nous offrons à votre curiosité ce livre en ligne.
Organisé autour de questionnements très actuels tout en laissant, en fin de volume, une large
place à de surprenantes échappées, cet ouvrage vous invite à une libre promenade en une
centaine d’articles parmi ceux parus entre 2003 et 2011.
Cette exploration vous mènera parfois vers des livres et concepts qui ont marqué notre début
de XXIe siècle. Toujours, elle vous dira le plaisir de lire, le goût d’écrire, et le jeu délicat mais fertile
de la critique.
Bonne lecture.
ESPRIT CR ITIQUE I
9
NOUVEAU SIÈCLE
N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Passée au shaker d’une fin de XXème siècle ébouriffante, ayant entamé le XXIème avec la même
frénésie, notre bonne vieille planète s’est plu à changer ses us et coutumes autant que ses codes :
mondialisations, révolutions technologiques, interrogations idéologiques, nouvelles fractures et
nouveaux sens,... C’est ce mouvement qu’Esprit critique a tenté de saisir au travers des essais
critiqués, une nouvelle grammaire du monde exprimée par une question : à nouveau siècle, nouvelle civilisation ?
- I Une nouvelle grammaire du monde
ES PR I T CR ITI QUE I
11
WILLIAM BOURDON
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
FACE AUX CRIMES DU MARCHÉ.
Quelles armes juridiques pour le citoyen ?
WILLIAM BOURDON
Préface de Mireille Delmas-Marty
EDITIONS LA DÉCOUVERTE, FÉVRIER 2010
PAR
DAVID CHEKROUN
décembre 2010
Que peut le droit ? Assurément peu, aurait
répondu Karl Marx tant il était convaincu qu’en
l’absence de conditions matérielles permettant de
les exercer, les droits « ne sont rien d’autre que les
droits du membre de la société bourgeoise, c’està-dire de l’homme égoïste, de l’homme séparé de
l’homme et de la communauté ».
Que peut le droit aujourd’hui face aux crimes
des multinationales et des institutions financières ?
Beaucoup plus, répondrait William Bourdon. Car
avec dextérité1 et talent, cet avocat au Barreau de
Paris, spécialisé dans la défense des droits de
l’homme et des victimes de crimes commis par
des opérateurs économiques, ancien secrétaire
général de la Fédération internationale des droits
de l’homme, auteur récidiviste 2, tente de nous
redonner espoir : les citoyens peuvent disposer
d’armes juridiques pour lutter contre l’impunité
dont jouissent les multinationales. Face au cynisme,
le droit peut être une arme utile et l’auteur, président de Sherpa, le démontre en formulant des
propositions concrètes.
Le postulat de départ est assez clair. Le processus de mondialisation de l’économie s’est
accompagné d’une détérioration progressive et
croissante du respect des droits humains de la
part des multinationales ou « entreprises transnationales ». Ces violations directes ou indirectes des
droits les plus fondamentaux se réalisent dans des
domaines aussi différents que la santé publique,
l’environnement, les normes sociales, les libertés
économiques et les droits syndicaux. Et parfois, ce
sont l’ensemble de ces droits qui peuvent être
sacrifiés lorsqu’il s’agit notamment de l’exploitation
des ressources naturelles. Pour autant, les victimes
de ces crimes de la mondialisation ne disposent
pas des instruments juridiques efficaces pour
faire reconnaître leurs droits et obtenir la sanction
des responsables.
Ainsi, depuis le cas Nestlé, responsable de la
mort de milliers de nourrissons pour avoir détourné
les femmes de l’allaitement dans le seul but de
vendre son lait en poudre, aux travailleurs forcés
de Total en Birmanie en passant par les affaires
Bhopal, Minamata, Nike, De Beers, Coca-Cola,
Chevron-Texaco, les obstacles ne manquent pas
pour que les victimes de la déforestation, de
1. Pour une analyse controversée de William Bourdon, cf. notamment Pierre Péan, Carnages. Les guerres secrètes des grandes
puissances en Afrique, Fayard, 2010 (chap. 1).
2. La Cour pénale internationale. Le statut de Rome, avec Emmanuelle Duverger, Ed. du Seuil, 2000 ; Haute Fidélité, Ed. du Seuil,
1999.
ES PR IT CR I TIQUE I
13
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
l’extraction pétrolière, des essais médicamenteux
et autres crimes obtiennent véritablement justice.
L’explication est nimbée dans l’analyse suivante :
lorsqu’une entreprise multinationale viole les droits
humains, ce sont les juridictions de l’Etat des victimes des violations qui ont vocation à prononcer
une sanction et à ordonner réparation. En pratique, l’entreprise multinationale, en tant que
personne morale, sera sanctionnée au civil et
éventuellement au pénal pour ces crimes à la
condition qu’ils soient commis sur le territoire de
l’Etat du siège ou à l’égard des personnes relevant
de la juridiction de l’Etat du siège. Or, lorsqu’elles
exercent leurs activités commerciales sur le territoire
d’un Etat autoritaire, les entreprises transnationales
bénéficient généralement d’une impunité de fait
pour les violations des droits de l’homme qu’elles
commettent ou dont elles se rendent complices.
Cette impunité s’explique techniquement par une
double réalité : en premier lieu, la territorialité du
droit pénal exclut juridiquement la compétence de
l’Etat du siège pour condamner ces crimes ; en
second lieu, l’Etat sur le territoire duquel se déroulent les activités commerciales ne voudra pas
sanctionner ces violations.
Qu’on en juge à partir de la surprenante affaire
Total en Birmanie. Bref rappel factuel : les sociétés
multinationales Total et Unocal ont exploité un
chantier de gazoduc pendant plusieurs années en
Birmanie. Elles ont été accusées de complicité de
violation des droits de l’homme dans le cadre de
l’exploitation du chantier Yadana, notamment en
raison des violations perpétrées par les militaires
birmans en charge de la sécurité du chantier. Eu
égard à la situation politique, les victimes birmanes
se sont trouvées privées de tout droit à un recours
effectif devant les juridictions birmanes. L’histoire
aurait pu s’arrêter à ce rendez-vous manqué si, et
c’est assez singulier pour être noté, des organisations non gouvernementales n’avaient pas incité
les victimes à engager des actions devant des
tribunaux étrangers. Unocal a été poursuivi au civil
14
I ESP RIT CR ITIQUE
devant les juridictions américaines sur la base
d’une loi de 1789 du nom d’Alien Tort Claims Act
et Total a été poursuivi au pénal devant les juridictions françaises, sur la base du droit pénal.
Finalement, un accord est intervenu avec Total qui
a conduit, rappelons-le sans procès, à la création
d’un fonds d’indemnisation doté de 5,2 millions
d’euros à destination des victimes.
Cette affaire Total révèle assez bien les convictions de William Bourdon. Il convient de collaborer
avec le marché sans être ni dupe ni à sa botte. Le
dialogue avec les multinationales ne doit pas être
condamné par définition car il en va de la moralisation du capitalisme. A l’opposé, le marché ne
peut s’auto-réformer en douceur et il n’évoluera
que sous la pression extérieure de l’opinion
publique (comme dans l’affaire du Probo Koala en
Côte d’Ivoire en 2006) et/ou de la crainte du bâton
ou du juge.
En multipliant les exemples, l’avocat passe en
revue les solutions inefficaces, irréalisables et illégitimes. Premièrement, il écarte la création d’un
tribunal pénal international pour les droits économiques et sociaux sur le modèle de la Cour pénale
internationale et de la convention de Rome du
17 juillet 1998. La thèse est une fois de plus solidement charpentée : certains Etats tels que les
Etats-Unis, la Russie et la Chine n’ont pas encore
ratifié la Convention et les premières actions engagées par la Cour valident la perception d’une
juridiction pour les Africains. Ce manque de légitimité condamne de facto la justice internationale.
Deuxièmement, il critique les instruments de soft
law ou « droit mou » dont la mise en œuvre n’est
guère contrôlée et la violation encore moins
sanctionnée. On pense notamment aux principes
directeurs de l’OCDE, au Global Compact de
l’Organisation des Nations unies (ONU). Dans le
même ordre d’idées, il dénonce le foisonnement
d’initiatives éthiques des multinationales, codes
de bonne conduite, chartes de développement
durable ou autres labels verts ou bleus qui sont
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
évaluées. Par ailleurs, la mise en œuvre effective
de certaines propositions aurait pu être chiffrée.
Enfin les rapports entre ce qui est demandé aux
Etats, à la communauté internationale et aux
multinationales auraient pu être affinés.
WILLIAM BOURDON
généralement destinés davantage à servir les stratégies de greenwashing ou de fairwashing qu’à
s’orienter vers un comportement vertueux. Troisièmement, il critique la radicalisation du mouvement
altermondialiste et ses excès qui ne permettent
pas de trouver des solutions viables. Il cite
pêle-mêle la posture exagérément victimaire de
certaines ONG et des slogans visant à supprimer
la Banque mondiale ou le Fonds monétaire international. Quatrièmement, il dénonce les rapports
incestueux qu’entretiennent les multinationales
avec les ONG, notamment anglo-américaines.
Est alors dénoncé le mouvement d’allers-retours
des salariés d’ONG vers des fonctions de directeurs du développement durable dans des
multinationales ou bien le financement des ONG
par les entreprises transnationales qui en arrivent
à substantiellement changer leurs discours. On
découvre alors qu’une ONG américaine a transformé son slogan « Sue the bastards » en « Finding
the ways that work ».
Mais, avouons-le, cette étude a le grand mérite
d’offrir aux lecteurs une doctrine et une philosophie
nouvelle de la responsabilité sociétale des multinationales3, d’explorer sans préjugé les rapports entre
ONG et multinationales, de pointer les risques de
radicalisation et de connivence entre ces dernières
et de formuler des propositions véritablement
concrètes.
Au final, William Bourdon énonce des propositions argumentées et ordonnées en trois catégories
particulièrement utiles : l’entreprise et son pays d’origine, l’entreprise et ses pays d’accueil, l’entreprise
et la communauté internationale. 39 propositions
originales et réalistes qui fondent les champs du
possible et de l’essentiel : repenser les rapports et
les responsabilités entre les sociétés mères et les
filiales, créer des indicateurs de performance
sociale et environnementale des multinationales,
garantir un droit d’accès des tiers aux informations
sociales et environnementales, encourager une
politique d’achats publics responsables, réformer
les délits de recel, offrir l’accès de la justice
pour les associations luttant contre les atteintes à
l’environnement et contre la corruption, renforcer
les législations réprimant les atteintes aux
droits humains.
En refermant ce passionnant ouvrage, nous
avons regretté toutefois que les propositions
n’aient pas été priorisées, hiérarchisées et surtout
3. Cf. notamment Sherpa, Les entreprises transnationales et leur
responsabilité sociétale, 2009 : http://asso-sherpa.org/sherpacontent/docs/programmes/GDH/publications/2%20-%20Fiche%
20OIF%202010.pdf
ES PR IT CR I TIQUE I
15
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LIBERTÉS ET SÛRETÉ
DANS UN MONDE DANGEREUX
MIREILLE DELMAS-MARTY
EDITIONS DU SEUIL, COLLECTION LA COULEUR DES IDÉES, FÉVRIER 2010
PAR
ETIENNE PATAUT
juin 2010
« Oussama Ben Laden – c’est-à-dire l’idéologie
radicale dont il est devenu l’emblème – a-t-il finalement gagné son pari de détruire la démocratie ? »
Ces quelques mots tirés de la conclusion suffisent à se rendre compte de la gravité de l’enjeu de
la réflexion menée par Mireille Delmas-Marty dans
son dernier ouvrage. Consacré à l’impossible équilibre entre garantie des libertés et maintien de la
sûreté, celui-ci est de nature à faire frémir le
lecteur, qui comprend progressivement à quel
point le balancier penche désormais du côté de
la sûreté.
Célèbre spécialiste de droit pénal, professeur
au Collège de France et spectatrice attentive et
avisée des systèmes juridiques internationaux,
Mireille Delmas-Marty était sans doute la meilleure
guide pour décrire cette évolution qui semble
frapper inéluctablement les pays occidentaux
(notamment) : celle d’un durcissement continu et
inquiétant de la répression pénale. Les exemples
abondent tout au long du livre. Certains d’entre
eux sont bien connus : la situation des prisonniers
des prisons d’Abou Ghraib ou de Guantanamo,
par exemple, a été très largement discutée et critiquée. D’autres, comme l’adoption en France d’une
loi sur la rétention de sûreté qui permet de maintenir
16
I ESP RIT CR ITIQUE
en captivité des individus ayant purgé leur peine
au nom de leur supposée « dangerosité », sont
peut-être moins connus en dehors des cénacles
spécialisés. D’autres encore, peut-être les plus
nombreux et les plus insidieux, sont certainement
presque inconnus du grand public : ainsi notamment des très nombreuses entorses à la protection
de la vie privée aujourd’hui justifiées par la lutte
contre le crime.
Chacun de ces exemples pourrait être discuté à
l’infini, précisé, peut-être même justifié. La grande
force de l’essai de Mireille Delmas-Marty est d’en
proposer une lecture globale, qui insère chacune
de ces hypothèses dans une évolution d’ensemble
d’autant plus glaciale qu’elle semble à la fois cohérente et fatale.
Pour ce faire, l’auteur propose d’alterner les
angles de vue, en se concentrant successivement
sur les personnes, les Etats, puis la planète toute
entière. Chacune de ces démonstrations lui permet
de montrer à quel point le droit pénal est aujourd’hui sur une pente dangereuse.
Sous l’angle des personnes, peut-être le plus
immédiatement accessible et le plus convaincant,
l’auteur démontre de façon limpide le processus
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Véhiculant ce que l’auteur appelle une
« anthropologie guerrière », ces nouvelles lois
déshumanisent à l’aide de statistiques et de
probabilités la figure du criminel, désormais sanctionné non pour ce qu’il a fait, mais pour ce qu’il
pourrait faire… Il est dès lors urgent d’opposer à
cette vision une anthropologie « humaniste », reposant sur l’égale dignité de tous les êtres humains,
y compris du criminel ou de l’ennemi combattant,
donc. Devant la faillite des tribunaux et des parlements nationaux, il semble aujourd’hui que seule
la Cour européenne des droits de l’homme fasse
figure de nœud de résistance, opposant inlassablement les droits de chaque homme dans sa
singularité à la force de la répression de l’Etat. Il
n’est guère d’hommage plus convaincant à l’intuition des rédacteurs de la Convention européenne
des droits de l’homme et au système juridictionnel
qu’ils ont mis en place concomitamment.
MIREILLE DELMAS-MARTY
de déshumanisation du droit pénal et la radicalisation des procédures de contrôle actuellement à
l’œuvre. Notamment, Mireille Delmas-Marty montre
avec précision comment le concept de « dangerosité » ouvre à toutes les dérives, en légitimant des
mesures de contrôle social très strictes (injonction
de soin, suivi socio-judiciaire, bracelet électronique
voire privation de liberté) justifiées non pas par la
commission d’une infraction, mais par le simple
risque d’une infraction. Une telle évolution conduit
inéluctablement à concentrer entre les mains
d’experts sociaux ou médicaux le soin de juger de
l’opportunité de procéder à la rétention, à faire
confiance à des fichiers pourtant truffés d’erreurs
supposés permettre une « analyse de risque » qui
ne paraît convaincante qu’à ceux qui s’y livrent.
L’évolution est d’autant plus inquiétante qu’elle est
très répandue (l’auteur cite l’exemple de la France,
de l’Allemagne et des Etats-Unis, tout particulièrement) et que les différents garde-fous instaurés par
chacun des systèmes juridiques pour défendre les
libertés ne paraissent guère fonctionner. La Cour
suprême des Etats-Unis ou le Conseil constitutionnel français semblent en effet avoir été ici bien
timorés face à la déferlante de lois qui leur ont
été soumises.
La description n’est guère plus enthousiasmante
lorsqu’elle se tourne vers l’étude des dangers pour
les Etats eux-mêmes. L’après 11-Septembre s’est
en effet accompagné de dérives manifestes de
l’Etat de droit, reposant sur une utilisation désormais courante des concepts d’état d’urgence ou
d’état d’exception, qui permettent à la fois de
concentrer les pouvoirs entre les mains de l’exécutif et de supprimer ou d’atténuer un grand nombre
de garanties démocratiques et de libertés fondamentales. Extrêmement inquiétant, le processus,
qui peut passer comme aux Etats-Unis par une
militarisation de la justice ou par une privatisation
de la force publique, touche au cœur même de la
démocratie. Le terrorisme étant par nature une
menace diffuse et perpétuelle, restreindre l’Etat de
droit en l’invoquant, c’est porter atteinte à la nature
même de l’organisation démocratique ; et ce ne
sont pas les exemples des totalitarismes du XXème
siècle, repris par l’auteur, qui peuvent être de
nature à apaiser les craintes soulevées… L’Etat de
droit n’a pas encore cédé, certes. Des points de
résistance existent. On notera ainsi quelques signes
d’espoir venus de traditions nationales fortes et
anciennes. Tout particulièrement, la Chambre des
Lords du Royaume-Uni se distingue avec une
rigueur qui force l’admiration dans le concert des
juridictions suprêmes. Au fil d’une série de décisions, elle montre que la tradition libérale du pays
auquel on doit l’Habeas Corpus ne faiblit pas, au
point de remettre profondément en cause la législation terroriste adoptée, cette fois sans originalité
aucune, par le Parlement britannique.
Les coups portés à l’Etat de droit sont toutefois
rudes et très largement partagés dans le monde.
Dès lors, ils ne peuvent pas ne pas se répercuter
dans l’ordre international tout entier. C’est l’objet
de la troisième partie du livre, peut-être la moins
aisée à saisir et la plus sujette à discussion, que
de décrire les tensions qui traversent la société
ES PR IT CR I TIQUE I
17
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
internationale. C’est qu’en effet les dangers,
aujourd’hui, sont volontiers indifférents aux
frontières. Comme l’affirme l’auteur, terrorisme,
fabrication et commerce des armes ou cybercriminalité sont aujourd’hui des préoccupations
planétaires, pas nationales. Les réponses à ces
menaces, d’ailleurs, sont elles-mêmes aujourd’hui
délocalisées, comme le montre le saisissant exemple de la pratique des Etats-Unis « externalisant »
leurs centres d’interrogatoires dans différents lieux
de la planète, ou procédant à de véritables enlèvements dans d’autres pays. Face à de telles
menaces, une réponse véritablement internationale est difficile à organiser. L’ordre juridique
mondial, tout d’abord, reste relativement peu organisé : malgré un dense réseau de conventions
internationales et d’organisations mondiales ou
régionales, il n’existe pas de société internationale
à proprement parler susceptible de mettre sur pied
une réponse unique et globale aux menaces. Prenant acte de cet enchevêtrement de normes et des
tensions entre un « ordre souverainiste débordé » et
un « ordre universaliste contesté », l’auteur propose
à nouveau sa thèse bien connue du « pluralisme
ordonné ». Il s’agit là d’une idée forte de l’auteur,
auquel elle a déjà consacré tout un ouvrage, qui
propose une grille de lecture possible de l’articulation des différents niveaux de normes. Complexe
et évolutif, le pluralisme ordonné préconisé par
l’auteur n’est pas toujours facile à saisir, notamment dans ses conséquences concrètes. Le propos
est ici beaucoup plus général et dépasse le seul
équilibre entre libertés et sûreté qui fait l’objet du
reste de l’ouvrage. Il n’en reste pas moins qu’il y a
là une tentative vigoureuse et originale d’essayer
de penser une réaction de la société internationale
toute entière au phénomène de durcissement du
droit pénal. En cela, la tentative ouvre grand les
portes d’une discussion, qui s’annonce passionnante, passionnée et d’une importance essentielle.
C’est dire l’ambition de l’ensemble de l’ouvrage,
à la fois constat désabusé et tentative d’organisation
d’une réponse à une évolution très critiquable. A
18
I ESP RIT CR ITIQUE
cet égard, il faut souligner que, quoique très critique, l’essai n’est pas pour autant radicalement
pessimiste. Dans sa conclusion, l’auteur réfléchit à
la construction d’une nouvelle communauté de
destin qui, par une conscience accrue de l’imprévisibilité des risques, pourrait conduire à une
organisation collective et un renforcement des
libertés. Il y aurait là la prise de conscience d’un
destin commun, qui seule pourrait nous faire
échapper à la société de la peur dans laquelle
nous glissons insidieusement.
Réflexions utopiques ? Souhaitons ardemment
qu’il n’en soit rien !
CATHERINE WIHTOL DE WENDEN
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LA GLOBALISATION HUMAINE
CATHERINE WIHTOL DE WENDEN
EDITIONS PUF, SEPTEMBRE 2009
PAR
ETIENNE PATAUT
décembre 2009
A l’heure où s’ouvre un bien contestable débat
sur une supposée identité nationale, la lecture du
nouveau livre de Catherine Wihtol de Wenden
apparaît comme un exercice salutaire. Un exercice,
pourtant, qui n’incite pas nécessairement à l’optimisme, malgré celui mesuré mais communicatif
de l’auteur. Comme elle l’affirme, les questions
d’immigration sont en effet l’un des rares
domaines où la quasi-unanimité des experts
contredit directement les politiques menées au
niveau étatique, au moins dans les pays du Nord.
Le constat, il est vrai, n’est guère étonnant. C’est
que les flux d’immigration ont un très fort impact
sur l’Etat et la nation, qu’ils « défient les principes
mêmes du système étatique westphalien » au point
que l’auteur n’hésite pas à affirmer qu’« avec
l’immigration, la nation n’est plus la communauté
de base du système international dans des sociétés
devenues multiculturelles ».
Rien ne l’illustre mieux que la multiplication des
diasporas, vues comme « la dispersion à partir
d’un territoire » et « l’organisation d’une communauté répartie entre plusieurs pays maintenant des
liens entre les groupes, l’existence d’une identité
collective et de recompositions identitaires autour
d’une mémoire et d’un héritage culturel, un
sentiment d’appartenance, détaché ou non d’un
espace de référence ». Pour ces groupes, à
l’évidence, « la logique des réseaux familiaux, économiques, sociaux, culturels et religieux l’emporte
sur la logique des liens territoriaux ».
Dès lors, les réactions de défiance, de protection sont légion dans les pays d’accueil, Europe et
Etats-Unis en tête, illustrant l’un des grands paradoxes du libéralisme dans sa version globalisée :
celui de prévoir la libre circulation des marchandises, des capitaux, des sociétés, mais pas
des hommes.
L’objectif du livre est, à partir de là, d’essayer de
remettre à plat toutes ces politiques, pour essayer de
bâtir ce que l’auteur appelle une « approche win/
win », expression par laquelle il faut comprendre
qu’il serait possible d’élaborer une vision et, partant,
une politique de l’immigration profitable aux pays
d’origine, aux pays d’accueil et, bien entendu, aux
migrants eux-mêmes.
Le propos, comme on le voit, est à la fois ambitieux et radical. Il ne s’agit rien de moins que de
procéder à une relecture complète des politiques
d’immigration, particulièrement celles du Nord,
au prisme de la réalité des flux de mobilité
des hommes.
ES PR IT CR I TIQUE I
19
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
On comprend bien que l’un des piliers d’un tel
travail soit de procéder à la collecte des données
effectives de ces flux. Dès lors, l’un des premiers et
très impressionnants apports du livre est de donner
un tableau extrêmement précis et, dans la mesure
du possible, chiffré des migrations aujourd’hui.
Continent par continent, les flux migratoires sont
scrutés à la loupe. Austère, souvent un peu télégraphique voire, à l’occasion, répétitive (le livre aurait
mérité un travail de rewriting conséquent), cette
partie n’en est pas moins essentielle. Elle permet de
livrer un tableau à la fois impressionnant et nuancé,
propre, en tout cas, à remettre profondément en
cause les nombreuses idées reçues qui circulent,
notamment en France, sur le sujet.
Cette partie permet notamment de se faire une
idée de l’importance de la variété du phénomène
migratoire, qui doit conduire à distinguer les migrations d’établissement, de travail, de famille ou
d’étude, les réfugiés et demandeurs d’asile et les
migrants illégaux et à tenir compte des phénomènes migratoires plus récents, mais en pleine
expansion : les déplacés environnementaux, poussés par le réchauffement climatique, ou encore la
mobilité de retraités partant s’installer dans des
pays ensoleillés. Le phénomène migratoire est
extraordinairement complexe et la réalité qui apparaît progressivement sous les yeux du lecteur est
très souvent bien éloignée des cadres juridiques
qui sont censés la régir.
Elle permet aussi de se rendre compte non
seulement que l’immigration est un phénomène
mondial (l’immigrant « moyen » nous dit l’auteur est
un Asiatique qui vit et circule en Asie), mais encore
à quel point elle est aussi un phénomène Sud-Sud,
puisque seuls 61 % des migrants vivent dans des
pays développés. Les phénomènes décrits, notamment ceux de migrations en chaîne, par lesquels les
pays à la frontière d’un aimant migratoire (Mexique
pour les Etats-Unis, Turquie ou Maghreb pour
l’Europe) deviennent eux-mêmes des terres d’immigration, sont ici particulièrement spectaculaires.
20
I ESP RIT CR ITIQUE
Vue du continent européen, l’analyse du phénomène offre évidemment moins de surprises. Elle
met le doigt, toutefois – et un doigt précis, chiffré
et mesurable – sur les importants bouleversements
qui résultent de ce que l’Europe est aujourd’hui
devenue le premier pôle d’immigration au monde.
Sont ainsi soulignées les importantes difficultés
politiques de certains pays, notamment en Europe
du Sud, devenus brutalement des terres d’immigration après avoir longtemps été caractérisés par
l’émigration, de même qu’est mise en pleine
lumière la fonction de frontière de la Méditerranée
(qualifiée de « Rio Grande » européen) et le rôle
considérable pris par les alcôves européennes qui
servent de point de passage au prix de très grandes
tensions (Ceuta et Melilla, Malte, Sangatte…). Il faut
aussi lire avec beaucoup d’attention les passages
consacrés à la diversité des parcours migratoires,
qui peuvent varier considérablement en fonction
des pays d’accueil, souvent en raison de liens
historiques aussi anciens qu’évidents (Algériens
en France, migrants du Commonwealth au
Royaume-Uni, Soviétiques d’origine allemande en
Allemagne), parfois en raison de bouleversements
politiques plus récents, au premier rang desquels
il faut bien évidemment compter l’écroulement
du mur de Berlin, qui a fait « entrer en mobilité »
pour reprendre l’expression de l’auteur un grand
nombre d’Etats.
Face à ces mouvements, aussi profonds que
divers, la réponse européenne est plus que
paradoxale. La conscience des nécessités de
l’immigration face au double défi de la pénurie
de main-d’œuvre et de l’inexorable vieillissement
de la population est réelle. La réponse apportée,
pourtant, est loin d’être à la hauteur. Malgré
en effet quelques tentatives timides (notamment
l’élaboration d’un titre de séjour pour les étrangers qualifiés), la communautarisation s’est
jusqu’à aujourd’hui essentiellement traduite par
un alignement vers le bas, sur la politique la plus
restrictive. Sur ce point, le constat de l’auteur est
absolument accablant. L’expérience de l’Europe
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
On ajoutera ici qu’il aurait été sans doute
fructueux d’opposer le rôle de la Commission européenne et celui du Conseil. De nombreux exemples
(le dernier en date étant celui de la récente directive
« retour » sur les modalités d’éloignement des
étrangers) montrent en effet que la Commission
européenne est beaucoup plus sensible aux exigences de la mobilité. Celle-ci est en quelque sorte
intégrée dans son code culturel, puisque l’on sait
le rôle décisif que la Commission a joué pour la
construction de la libre circulation à l’intérieur de
l’Europe, modèle qu’elle garde en mémoire
lorsqu’il s’agit de proposer des textes sur les
migrations en provenance des pays tiers. La
réponse du Conseil, miroir de celle des Etats, est
au contraire à la fois ferme et frileuse. A cet égard,
d’ailleurs, il faut se féliciter de la récente ratification
du traité de Lisbonne, qui fait entrer, même si c’est
par la petite porte, le Parlement européen dans le
jeu entre Commission et Conseil.
C’est qu’en effet l’auteur ne peine guère à
convaincre que la réponse consistant simplement
à fermer toujours plus les frontières est à terme
intenable. Elle est intenable humainement, parce
que cette politique se traduit par des violations
répétées, devenues structurelles, des droits fondamentaux des migrants, jusqu’à ces insoutenables
images de barques pleines de cadavres, échouées
sur les côtes européennes. Mais elle est aussi
intenable politiquement et économiquement. L’immigration est un phénomène irrésistible et, surtout,
nécessaire pour pallier pénurie de main-d’œuvre et
vieillissement. Il est dès lors, pour l’auteur, impératif
aujourd’hui de repenser complètement la politique
d’encadrement des migrations, pour parvenir à
une solution satisfaisante pour les pays d’accueil
comme pour les pays d’origine.
CATHERINE WIHTOL DE WENDEN
aurait pourtant pu servir de parfait contre-exemple.
L’auteur met en lumière en effet en quoi l’accès à
la libre circulation des pays d’Europe orientale
ayant adhéré à l’Union européenne montre très
bien (et contrairement à une croyance fermement
établie) que les migrants reviennent d’autant
plus dans leur pays d’origine que la circulation
entre celui-ci et le pays d’accueil est aisée et
juridiquement garantie.
A cet égard, la proposition la plus audacieuse
et la plus intéressante de l’ouvrage est sans
conteste celle visant à faire consacrer un « droit
universel à la mobilité », d’origine kantienne et
s’appuyant à la fois sur les travaux de Zigmunt
Bauman et sur un certain nombre de textes internationaux dans lesquels ce droit figure en germe.
En toute hypothèse, l’idée générale est entièrement contenue dans la formulation de ce nouveau
droit : une prérogative particulière, individuelle,
opposable aux Etats, garantissant comme droit
fondamental celui de se déplacer d’un pays à
l’autre et d’y rester.
La proposition serait proprement révolutionnaire. Elle demeure, bien entendu, à construire. Il
reste en effet à lui trouver une formulation juridique
précise, à l’encadrer et à lui construire des limites.
Même, en effet, si l’auteur affirme avec beaucoup
de force qu’« un monde sans frontière n’est pas
une utopie », elle n’en est pas moins consciente
que les Etats conserveront encore longtemps le
droit d’apporter des restrictions à l’entrée de
migrants sur leur territoire. Il n’en reste pas moins
qu’en inversant le principe et l’exception, en estimant que le point de départ doit être le droit de
chaque personne à se déplacer et non pas le principe général de fermeture des frontières, l’auteur
propose un profond renversement de perspective.
Partir de l’individu et non plus de l’Etat, affirmer
le droit subjectif de celui-là et non la prérogative de
souveraineté de celui-ci : le changement de focale
est complet. Appuyé sur des faits empiriquement
constatés et des données chiffrées, il convainc au
moins qu’un autre discours sur l’immigration est
aujourd’hui réellement possible. Il est donc bien
permis d’échapper à l’alternative entre deux
modes plus ou moins sévères de fermeture des
ES PR IT CR I TIQUE I
21
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
frontières à laquelle se résume en général le débat
politique français.
Tout reste à faire, mais la voix à la fois scientifique et profondément humaine de Catherine
Wihtol de Wenden doit impérativement être entendue si l’on veut sortir de ce qui semble bien
aujourd’hui être une grave ornière de notre
champ politique.
22
I ESP RIT CR ITIQUE
ALAIN MINC
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
DIX JOURS QUI ÉBRANLERONT LE MONDE
ALAIN MINC
EDITIONS GRASSET, COLLECTION PETITE COLLECTION BLANCHE, MARS 2009
PAR
ISMAËL EMELIEN
juin 2009
Le titre accroche immédiatement le regard.
Il est joliment mis en valeur par la présentation :
un petit livre blanc au titre rouge, avec le nom de
l’auteur en arc-de-cercle noir – c’est la mise en
forme typique de la collection des Essais de
Grasset, au catalogue de laquelle figure le déjà
célèbre De la race en Amérique, de Barack
Obama, que l’on avait vu fleurir sur les comptoirs
des libraires pendant la campagne présidentielle
américaine. Au dos du livre s’égrènent les dix jours
auxquels le titre fait référence.
Percutant, ce titre laisse augurer un exercice
plaisant, parce que concret. Rendant à César ce
qui lui appartient, Alain Minc précise dans l’incipit
qu’il est librement inspiré de celui du livre Dix décisions qui ont changé le monde, qu’écrivit le
journaliste et militant communiste américain John
Reed en 1919 à propos de la Révolution d’Octobre.
C’est l’illustration des ruptures de rythme qui sont
l’Histoire : parmi tant d’exemples, soulignons que
l’effondrement du communisme est daté du 9
novembre 1989, sans plus de considération pour
la perestroïka, tandis que le 11 septembre 2001 a
incarné brutalement pour l’Amérique une menace
pourtant née des décennies plus tôt. Alain Minc
s’inscrit donc dans le mouvement qui consiste à
vouloir toucher l’Histoire du doigt, en identifiant un
point de basculement précis, entre un « avant »
que l’on connaît et un « après » qui reste inconnu.
C’est aussi une manière de rentrer en résonance
avec l’air du temps, avide de repères simples et
précis : il est facile de se souvenir que la crise qui
nous frappe a démarré le 15 septembre 2008 avec
la faillite de Lehman Brothers ; que le baril de
pétrole a pour la première fois dépassé les cent
dollars le 3 janvier 2008 lorsque le trader Richard
Arens en a volontairement acheté mille barils à ce
prix avant de les revendre aussitôt, à perte – il voulait juste être le premier…
L’auteur précise en guise d’introduction que ces
dix journées fatidiques ne sont que des métaphores, en aucun cas des prophéties. La lecture
de l’essai permet rapidement de s’apercevoir que
cet avertissement est erroné – uniquement destiné
à protéger Alain Minc des critiques que s’attirent
les « futurologues » ? Si certains jours sont effectivement des métaphores – « Le jour où la Chine
envahira Taiwan », « Le jour où l’Ecosse déclarera
son indépendance » –, d’autres sont marqués par
l’auteur du sceau de la certitude : « Ce n’est ni une
hypothèse, ni une métaphore, mais une quasicertitude », écrit-il dans « Le jour où la France
comptera plus d’habitants que l’Allemagne ».
ES PR IT CR I TIQUE I
23
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Le choix des sujets a le mérite d’embrasser
largement le spectre des enjeux les plus importants auxquels nous sommes amenés à être
confrontés dans un futur plus ou moins proche.
Saluons notamment « Le jour où l’euro vaudra
2,5 dollars », dans lequel Alain Minc met le doigt
sur un des déséquilibres majeurs de notre économie, qui n’a pas été remise d’aplomb par la crise
et porte potentiellement en son sein une crise plus
grave encore. La variété des sujets abordés
permet à chacun de faire son miel de ces courts
chapitres – Pierre Assouline a ainsi longuement
traité sur son blog « Le jour où Google rachètera le
New York Times pour un dollar ».
Jean-Luc Godard estimait que pour qu’un événement soit qualifié d’historique, il était nécessaire
que rien n’ait permis d’anticiper son occurrence.
Historiques, les journées d’Alain Minc ne le sont
donc pas : elles sont pour l’essentiel l’aboutissement de mouvements qui ont déjà été identifiés et
amplement commentés, tels « Le jour où Israël
attaquera les installations nucléaires iraniennes »
ou « Le jour où le terrorisme menacera de faire
exploser une arme nucléaire tactique ». Le talent
de l’essayiste consiste à mettre en exergue un
point saillant, illustrant l’ampleur du phénomène –
en lui donnant un aboutissement, il nous fait porter
dessus un regard différent.
Seulement, la plupart des sujets relève du
consensus – comment ne pas être convaincu par
la métaphore du « jour où Gazprom lancera une
OPA sur Total », ou celle du « jour où les Asiatiques
rafleront tous les Prix Nobel » ? Alain Minc illustre
plaisamment des mouvements géopolitiques, économiques, démographiques, qui ne sont toutefois
mis en doute par personne. La nouveauté réside
donc dans l’exercice de style, pas dans le fond de
l’essai. D’ailleurs, dans les rares occasions où
l’auteur s’éloigne de cette pensée mainstream,
affleurent les opinions pour le moins libérales qui
le caractérisent. Ainsi regrette-t-il, dans « Le jour où
les jeunes mâles blancs se révolteront », que la
24
I ESP RIT CR ITIQUE
crise compromette l’instauration d’un système
additionnel de retraites par capitalisation et qu’elle
ait conduit à un retour en grâce du keynésianisme
– et donc du déficit public. Il plaide dans le même
chapitre pour une discrimination positive à l’américaine, estimant notamment que le recours au
critère ethnique est indispensable et a vocation à
remplacer la prise en compte des critères sociaux
qui caractérise aujourd’hui le système français de
promotion de la diversité et de réalisation de la
méritocratie – il prédit l’introduction du principe de
diversité dans la Constitution. Relevons au passage que, dans cette métaphore, Nicolas Sarkozy
termine son second mandat tandis que Ségolène
Royal se prépare à une troisième candidature –
François Bayrou, qui mêle « les pulsions les plus
populistes et les citations en grec ancien », en
prend pour son grade.
Consensuels dans leur énoncé, les événements
qu’Alain Minc décrit sont souvent discutables dans
leurs détails. Dans « Le jour où Gazprom lancera une
OPA sur Total », il oppose ainsi les « loups-garous »
russes et chinois aux entreprises indiennes et
aux fonds du Golfe, estimant que ces derniers
constituent une nouvelle bourgeoisie « désireuse
d’accumuler à long terme, avide de reconnaissance, attachée au statu quo, respectueuse de
l’ordre établi ». On est d’accord ou pas : le jugement n’en reste pas moins plutôt péremptoire et
très pauvrement argumenté – on n’est pas loin de
la psychologie de comptoir.
Enfin, bien souvent, ces jours destinés à ébranler le monde relèvent en réalité du domaine de la
banalité : nombre de ces journées dont l’objectif
est probablement de frapper le lecteur par anticipation sont en réalité des reprises d’événements
passés qui ont pu paraître en leur temps à certains
observateurs – à Alain Minc aussi ? – comme la
quintessence de la modernité. On en trouve un
exemple parmi d’autres dans « Le jour où la Chine
envahira Taiwan », dans lequel les chaînes télévisées d’information en continu sont les premières à
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
ALAIN MINC
relater l’invasion, avant les services gouvernementaux américains. C’était déjà le cas en 2001,
comme le rapporte justement l’auteur, mais il
semble ignorer qu’il y a depuis un nouveau mode
d’information, qui a coiffé tous les autres au
poteau lors des tremblements de terre en Californie aussi bien que lors de « l’amerrissage » d’un
long-courrier sur l’Hudson : Twitter !
Au final, l’ouvrage d’Alain Minc est divertissant
– sans plus. On pourrait presque conseiller d’en
rester à la lecture de la première et de la quatrième
de couverture. L’essentiel y figure.
ES PR IT CR I TIQUE I
25
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
THE NEXT 100 YEARS:
A FORECAST FOR THE 21ST CENTURY
GEORGE FRIEDMAN
DOUBLEDAY, JANVIER 2009
PAR
JEAN-LOUP SAMAAN
avril 2010
L’analyse prospective est un genre éditorial en
vogue. Le succès commercial des rapports de la
CIA sur le monde de 2025 en atteste : les lecteurs,
décontenancés par un contemporain international
sans continuité, sont en quête de narrations du
futur qui pourraient, par effet de miroir, leur offrir
une clé pour saisir le monde d’aujourd’hui. Dernier
en date de ces entreprises, l’ouvrage de George
Friedman est peut-être l’essai qui pose le plus la
question de la frontière entre prospective géopolitique et science-fiction. George Friedman est le
directeur de Stratfor, une cellule d’analyse américaine spécialisée dans la spéculation stratégique.
Dans The next 100 years: a forecast for the 21st
century, il réutilise ses travaux pour élaborer un
scénario d’un peu plus de 200 pages qui s’étale
d’aujourd’hui jusqu’à l’aube du XXII ème siècle.
George Friedman ambitionne ni plus ni moins que de
nous conter l’histoire à venir des cent prochaines
années.
Autant prévenir le lecteur avant d’aller plus
loin : aucune méthodologie n’est utilisée par George
Friedman, si ce n’est un recours à l’histoire pour y
dégager, en toute subjectivité, des tendances
lourdes, des principes immanents des relations
internationales. La prospective n’étant pas une
discipline à vocation scientifique, rien de falsifiable
26
I ESP RIT CR ITIQUE
ici. Nous devrons donc nous fier au flair de
George Friedman.
Ainsi, la décennie qui vient verra le déclin de
l’islamisme dans sa forme terroriste puis, vers
2020, l’effondrement de la Russie, en raison de sa
crise démographique, ses insuffisances économiques et l’émancipation des territoires de sa
périphérie sur les flancs asiatiques et européens.
De même George Friedman ne voit pas dans la
Chine un futur rival des Etats-Unis : prise au piège
par le vieillissement de sa population et les inégalités croissantes entre un littoral riche et des terres
pauvres, la Chine laissera place à une autre puissance asiatique renaissante, le Japon. Autre
puissance renaissante : la Turquie, en héritière de
l’Empire ottoman, deviendra le centre de gravité
du Moyen-Orient. L’Europe sera de moins en
moins définie par le couple franco-allemand, dont
la perte d’influence stratégique s’aggravera inexorablement. Le cœur géopolitique de l’Europe se
déplacera plus à l’Est pour être incarné par la
Pologne. Ce nouvel équilibre des puissances (au
sein duquel les Etats-Unis préserveront leur prépondérance) aboutira au tournant de 2050 à une
nouvelle guerre mondiale entre Etats-Unis et
Pologne d’un côté, Turquie et Japon de l’autre.
Cette guerre sera hautement technologique (via le
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
GEORGE FRIEDMAN
recours à une militarisation accrue de l’espace
extra-atmosphérique) et très peu humaine (un
déploiement extrêmement faible de soldats qui
réduira le nombre de victimes).
A ce stade, on peut encore accepter le raisonnement de George Friedman, celui-ci s’appuyant
sur des projections démographiques et économiques relativement convaincantes. Néanmoins, la
seconde partie de l’ouvrage laisse place à une
véritable prophétie de 2050 à 2100, où les
quelques prévisions tangibles du premier demi-siècle laissent place à un assemblage d’intuitions
(non dépourvues d’intérêt) et de fantasmes purs et
simples. Vers la fin du siècle, les Etats-Unis vivront
de nouveau une période de plénitude unipolaire
mais celle-ci s’érodera en raison de l’évolution
démographique américaine au tournant du siècle.
Si les Etats-Unis seront alors toujours la première
puissance mondiale, le Mexique devrait disposer
d’un tel poids économique et humain au sein
même de la société américaine qu’un conflit émergera entre les deux pays. Le Mexique puissance
du XXII ème siècle ? Telle est l’énigme qui achève
l’ouvrage de George Friedman.
A l’issue de la lecture, The next 100 years est-il
une simple élucubration truffée de préjugés projetés en vérités éternelles ou un brillant exercice de
style d’anticipation géopolitique ? Probablement
un peu des deux, mais c’est finalement la force
comme la faiblesse de toute prospective.
ES PR IT CR I TIQUE I
27
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LA PEUR DES BARBARES
Au-delà du choc des civilisations
TZVETAN TODOROV
ROBERT LAFFONT, SEPTEMBRE 2008
PAR
FRANÇOIS BUSIER
avril 2009
Si nous devions considérer comme vrai ce qui
rencontre un succès incontestable – ou ce qui
a tendance à être largement reconnu –, alors
pourrions-nous penser encore que la Terre est
plate et que les poules ne vont plus tarder à se voir
pousser quelques dents… De ce point de vue, les
sujets de débats ne manquent pas et, pensons-le
aussi, ne manqueront sans doute jamais. Or, s’il
est un registre prolifique où la rumeur et l’irrationalité se disputent avec avidité la production de
fausses idées à ne plus dormir du tout, même
debout, c’est bien celui des peurs viscéralement
ancrées à l’âme humaine. Lorsque le premier
démagogue ou populiste venu réveille et chatouille
en nos âmes câlines la vieille angoisse de notre
disparition, qu’elle soit dramatique et personnelle
ou, plus tragiquement encore, collective, il semble
que la raison s’évapore aussi vite que de l’argent
confié à Bernard Madoff.
Ce qu’il y a de pratique avec la peur, c’est que,
comme l’absent, l’autre a toujours tort. Qu’on le
nomme inconnu, étranger, métèque, immigré, allogène, rastaquouère, clandestin, l’autre reste
anonyme et barbare. Une façon de dire : pas de
chez nous. Définitivement… En la matière, ce que
nous appelons l’Occident s’est particulièrement
distingué au petit jeu de l’affirmation péremptoire
28
I ESP RIT CR ITIQUE
de sa supériorité, tout en aggravant de façon
permanente son incapacité à dépasser la posture
d’une pensée magique, où les peuples ne peuvent
que s’opposer, parce que différents et fondamentalement incompatibles. Soi-disant. Après ça, allez
vous étonner que l’on nous mette encore à l’étalage de cette idéologie du choc des civilisations…
Il était donc grand temps qu’un regard objectif
soit porté sur cette question, et c’est ce que fait
Tzvetan Todorov, avec La peur des barbares.
L’auteur s’est emparé du prétexte évoqué par
Samuel Huntington lors de la sortie de son célèbre
livre 1 (dont le titre était emprunté à l’islamologue
Bernard Lewis), paru en 1996, pour en démontrer
la faiblesse conceptuelle, comme pour en appeler
à un surplus de lucidité.
Ce que nous explique Tzvetan Todorov, c’est
que le succès mondial de l’expression « choc des
civilisations » tient surtout à la simplicité de son
contenu. En effet, Samuel Huntington pousse cette
idée qu’avec la fin de la guerre froide, ce ne sont
plus des blocs idéologiques et politiques qui
1. Samuel P. Huntington, Le Choc des civilisations, Paris : Odile
Jacob, 1997.
s’affrontent, mais des « aires culturelles », qu’il
décompte au nombre de huit : civilisations chinoise,
japonaise, hindoue, musulmane, orthodoxe, occidentale, latino-américaine et africaine… Que dire de
cette confusion des critères mêlant religion, langue
et géographie ? Dans cette arène mondiale, il faut
évidemment pointer la Chine et l’Islam comme
dangers potentiels à l’égard de l’Occident, tout en
relativisant le rôle nuisible de la première depuis
qu’elle a rejoint, tambour battant, le camp capitaliste2 (enfin, ils deviennent comme nous !).
chacun pouvant, également, s’approprier ou fréquenter celles qui diffèrent de son bouillon initial.
Mais là se soulignent aussi les limites du rêve des
Lumières, celui de la connaissance éclairant le
monde, car « aucune culture n’est en elle-même barbare, aucun peuple n’est définitivement civilisé »4.
L’humanité demeure une qualité et une construction fragiles, toujours à l’épreuve. Ce qui explique,
peut-être, que nous ne sommes jamais à l’abri du
pire, et que nombre de barbaries aient pu être
perpétrées par des êtres si civilisés, si courtois.
Au final, ce fameux choc des civilisations se
réduirait donc à l’opposition simplissime de l’Islam
face aux démocraties occidentales, et il n’y aurait
d’autres moyens pour résoudre cette équation que
les voies autoritaires du conflit et de la guerre. La
question que pose alors Tzvetan Todorov est de
savoir si cette caricature de pensée ne renvoie pas
dans le camp des barbares ceux qui affichent si
haut les couleurs de la démocratie, afin de mieux
imposer un modèle qui se veut étalon universel. Il
souligne également la nécessité de ne pas se laisser dominer et emporter par l’émotion, comme
celle de ne pas hurler un peu vite avec les loups
de l’idéologie. Sur la base d’un argument : « la
rencontre habituelle entre cultures ne produit pas
le choc, le conflit, la guerre, mais l’interaction, l’emprunt, le croisement »3.
Puis, dans un deuxième chapitre, vient la question des identités culturelles, où l’auteur différencie
« appartenance culturelle, identité civique et adhésion à un idéal politique et moral »5. Il prend soin
de se pencher sur les fonctions de la culture et
relève que plus un individu en augmente sa maîtrise, plus il est capable d’inventer et d’innover. Et
même d’aller bien au-delà, car « à partir d’une certaine profondeur d’exploration, l’art comme la
pensée deviennent universels » 6. L’important est
de comprendre la non étanchéité des cultures
comme leur capacité à échanger et emprunter et
ce de façon permanente. Nous adhérons tous à
plusieurs d’entre elles et devrions, de surcroît,
nous attacher à n’être captif d’aucune. Les progrès
passés comme à venir méritent bien un peu d’intelligence pour en gérer les risques de conflit, ainsi
qu’un travail éducatif vers une plus grande
(re)connaissance de ce qui se situe au-dessus de
la tradition, à savoir le cadre de l’Etat et des structures supranationales. Comme le disait Ernest
Renan, « une nation est un principe spirituel » 7.
Le premier chapitre se frotte au jeu de la définition du mot barbare, et remonte le fil de l’histoire,
notamment européenne, pour en percevoir les évolutions de sens et confronter le terme à ceux de
chaos, humanité, culture, civilisation, et explorer le
lien avec la production qui en découle, c’est-à-dire
les œuvres et les techniques. Contrairement au
progrès des sciences qui s’avère cumulatif,
chaque être humain doit tout apprendre, dès sa
naissance, et s’imbiber des valeurs de sa culture
pour se construire et devenir un être civilisé. Le
libre arbitre, qui sous-tend cette édification d’un
individu collectif, permet à la fois une unité de
l’humanité comme une diversité des cultures,
T Z V E TA N T O D O R O V
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Passées ces quelques clés, Tzvetan Todorov se
penche, au chapitre suivant, sur l’ouvrage de
Samuel Huntington. Il démaquille les faux-
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Cf. p. 133.
Cf. p. 135.
Cf. p. 80.
Cf. p. 84.
Cf. p. 64.
Op. cit., p. 114.
ES PR IT CR I TIQUE I
29
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
semblants idéologiques qui servent d’alibis à une
vision manichéenne du monde et justifient la
désormais célèbre « guerre contre le terrorisme »,
ainsi que son cortège de pratiques (telles que la
torture) qui délégitiment le bien-fondé démocratique de ces engagements militaires. La cible
évidente en est l’Islam, et peu importe ce que peut
contenir cette appellation, peu importe de savoir
ce qu’il y a de civilisé ou non dans cette réalité,
puisque de toute évidence, pour Samuel Huntington, là se cachent des êtres si différents de nous,
si inférieurs et si peu développés qu’ils ne peuvent
être autres que barbares. A ce petit jeu du va-t-enguerre à tout prix, lorsque le mensonge (voire la
bêtise) sert si idéalement la manœuvre politicienne, nous devons craindre que le monde ne
devienne, alors, encore plus dangereux qu’il n’est,
encore plus instable. Ne nous étonnons plus, dès
lors, que les fauves que nous fabriquons n’hésitent
plus à venir nous mordre.
Le chapitre quatre analyse par le détail trois cas
de conflits qui se sont produits en Europe : l’assassinat de Theo van Gogh, les caricatures danoises
et le discours tenu par Benoît XVI, le 12 septembre
2006, à l’université de Ratisbonne, sur les rapports
entre foi et raison, donnant à entendre un lien
entre Islam et violence. Ces trois « petits » chocs
civilisationnels opposent l’Islam à la liberté
d’expression, de conviction ou de construction
d’une identité, c’est-à-dire tout un ensemble de
libertés qu’est censée garantir la vertu démocratique occidentale : « chacun se trouve amené à
naviguer entre deux écueils (et parfois plus), celui
qui consiste à rester trop tolérant envers ces différences de cultures souvent assez dérangeantes, et
celui qui nous amène à les combattre avec une
telle intransigeance qu’elles en ressortent renforcées »8. Pour clore ce chapitre, Tzvetan Todorov
s’intéresse aux perspectives d’évolution vers
un Islam libéral. S’il paraît évident que cela ne
peut être imposé de l’extérieur aux musulmans,
peut-être devons-nous nous interroger avec plus
d’acuité sur « le sentiment de frustration et d’humi30
I ESP RIT CR ITIQUE
liation éprouvé ici et là par la population [musulmane] »9. Pour l’auteur, la solution sera politique,
ou ne sera pas.
Le dernier chapitre s’attache à définir l’identité
européenne dont la spécificité réside dans l’attention portée aux différences marquant les pays et
les cultures qui la constituent. Si le projet européen
semble plus difficile à lire aujourd’hui que ses
manques flagrants (dimension sociale, politique
étrangère,…), ne serait-il pas temps de revenir sur
les traditions particulières qui ont permis l’émergence d’œuvres de l’esprit dont la vocation visait
l’universel, sur le développement de la pensée critique où « toutes les valeurs peuvent être soumises
à l’examen » ? 10 Puisque « c’est cet équilibre
entre unité et pluralité qui devient donc la caractéristique de l’Europe »11, Tzvetan Todorov propose
d’en mieux régulariser les différences : le projet
européen reste toujours celui de l’édification
d’une civilisation.
En conclusion, l’auteur de La Peur des barbares
préconise, comme on peut s’y attendre, un renforcement du dialogue entre les cultures et, dans ce
cadre, invite les Occidentaux à une révision de
leurs croyances en l’universalisme de leurs positions. De plus, à force d’utiliser la peur comme
moyen de gouvernance, on en oublie un peu vite
que toute entité responsable, qu’elle soit individu
ou structure politique, se doit de veiller au respect
et à l’approfondissement des valeurs communes
pour avancer un projet, plutôt que d’en rechercher
ce qui divise les peuples.
Avec cet ouvrage, Tzvetan Todorov se penche
sur les fondements de l’histoire européenne pour
en souhaiter, à partir de ce qui pourrait représenter
son exemplarité, un modèle de développement
8. Cf. p. 189.
9. Cf. p. 238.
10. Cf. p. 251.
11. Cf. p. 254.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
T Z V E TA N T O D O R O V
« universel », c’est-à-dire acceptable par tous les
peuples de la planète, quelles que soient leurs
origines, leurs cultures ou la diversité de leurs
sociétés. Il en appelle à « tracer une ligne de
démarcation très claire entre identité culturelle et
choix politiques, entre formes de spiritualité et
valeurs civiques incarnées par les lois. […] La
séparation entre lois et valeurs, d’un côté, culture
et spiritualité, de l’autre, peut devenir, en Occident
aussi, le point de départ d’une politique adaptée à
la société contemporaine »12.
Le souci d’objectivité annoncé, et pleinement
respecté, en fait un parcours minutieux et
rigoureux, enrichi de quantités d’exemples, de
références et de cas étudiés. La précision et le
sérieux de son analyse rappellent les origines universitaires de l’auteur, mais n’en font pourtant pas
un ouvrage austère. Il constitue une approche
vivante de la question toujours actuelle de la
barbarie, mais pourra décevoir ceux en recherche
de fortes convictions et de perspectives clairement
balisées pour l’avenir. Nous touchons là à la limite
du genre : on ne peut attendre d’un livre qu’il
s’affranchisse de partis pris et de subjectivités et
exiger en même temps qu’il adopte des points de
vue partisans ou engagés. Tzvetan Todorov sait
trop, sans doute, que le sérieux de cette affaire ne
saurait tolérer la partialité ou l’inexactitude. Et de
citer Germaine Tillion, à qui ce travail est en partie
dédié : « Car notre patrie nous est aussi chère qu’à
la condition de ne pas devoir lui sacrifier la vérité »13.
12. Cf. p. 288.
13. Op. cit., p. 164.
ES PR IT CR I TIQUE I
31
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
CONTINUER L’HISTOIRE
HUBERT VÉDRINE
avec la collaboration de
Adrien Abecassis et Mohamed Bouabdallah
EDITIONS FAYARD, JANVIER 2007
PAR
MATTHIAS FEKL
mai 2007
A l’heure où les principaux enjeux internationaux ont peiné à trouver la place qu’ils méritent
dans la campagne présidentielle française, la
lecture du dernier essai d’Hubert Védrine s’avère
fort utile. Appréhender les grands équilibres du
monde, porter un regard lucide sur leur évolution
et, à partir de là, dégager les perspectives d’une
action réaliste : telle est, de longue date, la
méthode de l’ancien ministre des Affaires étrangères. On la retrouve dans Continuer l’Histoire,
opuscule synthétique à l’usage d’un large public.
L’ILLUSION DU « MEILLEUR DES MONDES »
Hubert Védrine part d’un constat : après la
chute du mur de Berlin, les Occidentaux ont, trop
vite, cru à la « fin de l’Histoire », à un paradis terrestre où les ONG, la justice internationale, le
multilatéralisme et la diplomatie des droits de
l’Homme se substitueraient définitivement à une
Realpolitik unanimement décriée.
Or, nous dit Hubert Védrine, il ne s’agit là que
de pétitions de principe et d’exhortations, aussi
incontestables qu’illusoires. Et, poursuit-il, contrairement à une idée communément répandue, ces
illusions sont largement partagées des deux côtés
de l’Atlantique. En effet, il existe un accord fonda32
I ESP RIT CR ITIQUE
mental entre les Etats-Unis et l’Europe sur la
nécessité de faire de la démocratisation du monde
la priorité des diplomaties occidentales. Le seul
réel désaccord ne porte pas sur les buts, mais sur
les moyens, en l’occurrence, sur la légitimité ou
non du recours à la force : c’est l’opposition entre
Mars et Vénus, chère à Robert Kagan.
LA DÉMOCRATIE,
« CE N’EST PAS DU NESCAFÉ »
Au-delà de ce désaccord majeur, existe une
incompréhension partagée : celle du temps nécessaire à la maturation démocratique. En effet, la
démocratie ne se résume pas à la mise en place
de techniques de légitimation par le suffrage. Elle
suppose aussi l’appropriation d’une véritable
culture de la citoyenneté, dont l’ancrage requiert
un temps incompressible. La démocratie, « ce n’est
pas du Nescafé », disait Octavio Paz. Hubert
Védrine reprend cette image à son compte pour
fustiger la « croyance en une conversion quasi instantanée à la démocratie comme à une religion ».
Sans doute préférerait-il « laisser du temps au
temps », là où l’« indignation médiatisée » réclame
des réactions instantanées et, de ce fait, souvent
précipitées.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Hubert Védrine s’emploie ensuite à dégager,
au-delà du seul clivage Nord-Sud, de nouvelles
lignes de partage du monde contemporain, en
fonction notamment du degré d’exposition aux
risques environnementaux, et sans éluder la délicate question du choc des civilisations.
La définition d’une vraie politique étrangère est
la seule voie possible pour relever ces défis. Et aux
yeux de l’auteur, cette politique sera réaliste ou ne
sera pas. Définir nos intérêts et veiller à les défendre : telle est l’ambition qu’Hubert Védrine assigne
à la diplomatie. Il la décline concrètement en
plusieurs axes.
Rénover le multilatéralisme, en le rendant à la
fois plus efficace et plus légitime. L’on retiendra
notamment la réforme du Conseil de sécurité ; la
réforme des institutions de Bretton Woods en
révisant les quotes-parts et les droits de vote pour
accroître la place des pays émergents et en
développement ; la création d’une organisation
mondiale de l’environnement ; la négociation d’un
nouveau traité de non-prolifération, « plus incitatif
pour le nucléaire civil, plus dissuasif pour le
nucléaire militaire ».
Relancer l’Europe en cessant la fuite en avant.
Il faut, nous dit Hubert Védrine, clarifier l’identité
de l’Europe. Nous devons donc lui fixer des limites
et cesser de confondre l’adhésion, d’une part, le
voisinage, l’alliance, la coopération et le partenariat, d’autre part. Et pour ce, commencer à proposer
à la Turquie un partenariat privilégié. Ainsi se
concrétisera la théorie des trois cercles : un noyau
central d’Etats fortement intégrés ; autour, une Union
plus large, d’environ 35 membres ; enfin, l’« anneau
des pays amis » imaginé par Romano Prodi, auxquels serait proposée une politique de bon
voisinage. Dans l’immédiat, Hubert Védrine ne
pense pas que la relance de l’Europe passe
d’abord par les institutions. Il se sent plus proche
du concept d’« Europe par la preuve » forgé par
Ségolène Royal, et qu’il décline en projets concrets,
notamment en termes de politique économique
et sociale, d’énergie, d’environnement ou encore
de recherche.
HUBERT VÉDRINE
POUR UNE POLITIQUE ÉTRANGÈRE
RÉALISTE
PLAIDOYER POUR L’ETAT
Enfin, conclut Hubert Védrine, « le monde souffre
plutôt de l’impuissance des Etats que de leur excès
de puissance ». Or, les Etats demeurent selon lui
doublement pertinents dans le monde qui vient.
D’une part, ils sont les seuls à pouvoir relever les
défis de demain, à lutter concrètement contre les
épidémies, à mettre en œuvre des politiques
économiques et sociales, etc. D’autre part, ils sont,
par définition, la condition sine qua non du multilatéralisme qui, en l’absence d’Etats solides, se
résumerait à une « mutualisation des impuissances ».
« Les Etats et les gouvernements, irremplaçables
fondements d’un multilatéralisme efficace, doivent
être réhabilités et non plus, jour après jour, disqualifiés et affaiblis ».
L’ouvrage se conclut par une exhortation : aux
responsables politiques de sortir la France de la
déprime où la plonge un monde dans la marche
duquel elle ne se retrouve plus. Regarder notre
passé sans culpabilité ; voir le monde tel qu’il est ; y
jouer un rôle utile en nous projetant dans l’avenir :
« il n’est pas aujourd’hui de responsabilité plus
haute pour les politiques que de le dire et d’en
convaincre les Français ».
ES PR IT CR I TIQUE I
33
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
COMMENT L’EUROPE
VA SAUVER L’AMÉRIQUE
CHARLES KUPCHAN
EDITIONS SAINT-SIMON, OCTOBRE 2003
PAR
PIERRE BUHLER
novembre 2004
Paru en 2002 chez Knopf, The end of the American Era, US Foreign Policy and the geopolitics of
the twenty-first century avait été écrit avant la
guerre d’Irak. L’auteur1 fait précéder la traduction
française d’une préface où il explique que cette
guerre avait en fait accéléré le mouvement qu’il
décrivait. Les divisions que ce conflit avait provoquées chez les Européens seraient moins durables
et profondes que le fossé transatlantique ainsi
creusé. Quant à la « débâcle irakienne », elle aurait
pour effet d’entraver les velléités d’hégémonie des
Etats-Unis et ne manquerait pas de renforcer les
« instincts isolationnistes de l’Amérique ». Bien
informé sur la politique américaine, l’ouvrage de
Charles Kupchan pèche sans doute par un
enthousiasme excessif sur la capacité de cohésion
de l’Europe des 25. Par ailleurs le titre retenu pour
la traduction française n’a qu’un rapport très lointain avec la teneur du livre.
Dans cet essai à contre-courant de la pensée
dominante aux Etats-Unis, Charles Kupchan postule que la suprématie dont jouit le pays depuis la fin
de la Guerre Froide – le « moment unipolaire » – ne
durera pas au-delà de la fin de la décennie. Un
monde multipolaire lui succédera : les Etats-Unis,
l’Europe – en voie d’intégration rapide – et les
puissances asiatiques (Chine, Japon). C’est en
34
I ESP RIT CR ITIQUE
vain que les Etats-Unis tenteraient de faire obstacle
à une transition inexorable. Et plutôt que de laisser
cet ordre international futur s’installer par défaut,
ils devraient en préparer l’avènement et faire
usage de toute leur puissance actuelle pour le
canaliser et le tempérer, faisant perdurer l’ordre et
la stabilité aujourd’hui obtenus grâce à la Pax
Americana. C’est le sens d’un dessein stratégique
(grand strategy) encore à inventer par l’Amérique
et dont l’auteur s’attache à dégager les éléments.
CINQ MODÈLES POUR DÉCRIRE LE MONDE
Kupchan convoque cinq auteurs, tous américains,
qui ont, au cours de la décennie écoulée,
proposé une vision du monde issu de la fin de la
Guerre Froide :
– Francis Fukuyama avait fait sensation en 1989
avec sa thèse sur la « fin de l’histoire ». Le ralliement prévisible, après la chute de l’empire
soviétique, d’un nombre croissant de pays aux
valeurs de la démocratie libérale était le gage d’un
ordre mondial stable et pacifique. Pour en hâter
1. Professeur de relations internationales à Georgetown University et senior fellow au Council on Foreign Relations, Charles
Kupchan a été chargé des questions européennes au National
Security Council dans la première administration Clinton.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Chacune de ces grilles de lecture offre un angle
intéressant, concède Kupchan, mais elles ont en
commun le défaut d’être le produit d’un moment
particulier de l’Histoire, un moment défini par la
suprématie absolue des Etats-Unis, liée à l’environnement géopolitique d’aujourd’hui, mais qu’il
serait erroné de tenir pour pérenne. L’auteur balaie
tour à tour les thèses de Huntington – ses prédictions ne se sont pas réalisées, car la compétition a
lieu non pas entre les blocs de civilisation, mais
entre puissances –, de Mearsheimer – un schéma
trop « fataliste », par ailleurs démenti par la
construction européenne – et de Kennedy-Kaplan –
le Sud est « un problème d’urgence humanitaire, pas
une menace stratégique ». Quant à Fukuyama, son
modèle présente une double faiblesse : d’une part
le système international n’est ni égalitaire ni démocratique, et son ordre repose avant tout sur la
puissance, d’autre part, le développement de la
démocratie a été indissociable, dès le XIXème siècle,
de celui du nationalisme, source de compétition et
de rivalité entre les nations. Rien ne permet
de garantir que la diffusion de la démocratie suffira
à contenir les tensions immanquablement engendrées par la fin du « moment unipolaire ». S’agissant
enfin de la mondialisation et de l’interdépendance
économique qui en résulte (thèse de Friedman),
elles peuvent avoir des effets ambivalents et
n’offrent pas davantage de garanties fiables d’évolution pacifique et démocratique de ceux qui y
sont exposés.
CHARLES KUPCHAN
l’avènement, les Etats-Unis devaient déployer une
politique de promotion de la démocratie et éviter
de se laisser entraîner dans des conflits le long de
la ligne de partage entre ces deux mondes ;
– John Mearsheimer avait estimé en 1990 que la
fin du monde bipolaire signifiait le retour des rivalités du passé entre puissances européennes, source
d’une instabilité à laquelle seul un recours contrôlé
à la dissuasion nucléaire permettait de remédier ;
– Samuel Huntington avait pour sa part postulé,
en 1993, que l’ordre du monde était déterminé par
le choc de quatre grands blocs de civilisation et de
culture – judéo-chrétien, orthodoxe, islamique et
confucéen. Entre ces blocs aux vues irréconciliables, l’affrontement était inévitable, et en particulier
avec le bloc occidental, le plus exposé et le plus
prosélyte des quatre ;
– Paul Kennedy et Robert Kaplan, en 1993,
voyaient se profiler une division du monde en deux
blocs – les pays nantis et les pays pauvres – entre
lesquels passerait la principale ligne de fracture
du futur ;
– enfin, en 1999, Thomas Friedman, éditorialiste
au New York Times, avait décrit un monde divisé
entre les Etats qui se plient aux normes de la mondialisation et de l’ère numérique, ajustant leurs
économies en conséquence et récompensés par
l’afflux de capitaux, et ceux qui y sont réfractaires, et
que les marchés sanctionnent (crises financières...).
Au contraire, plaide Kupchan, ce qui détermine
l’ordre international est la distribution de la puissance et la compétition entre les puissances, qui
sont, en dernière analyse, les principaux acteurs
de la vie internationale.
LE « MOMENT UNIPOLAIRE »
NE DURERA PAS
Sortis victorieux de la Guerre Froide, jouissant
d’une suprématie absolue, les Etats-Unis sont le
principal pourvoyeur de stabilité du système international :
– en maintenant les équilibres régionaux ;
– en exerçant une influence décisive dans nombre
d’organisations internationales (OTAN, Banque
mondiale, FMI, APEC, OMC...) ;
– en étant le chef d’orchestre de la mondialisation,
en même temps que le principal promoteur de
la démocratie.
Ce « moment » est toutefois appelé à se
refermer avant la fin de la décennie, sous l’effet
inexorable de deux facteurs : la diffusion de la
puissance et le déclin de l’internationalisme
aux Etats-Unis.
ES PR IT CR I TIQUE I
35
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
La diffusion de la puissance et la montée de
puissances rivales des Etats-Unis
A court terme, l’Europe s’affirmera de plus en
plus comme un centre de pouvoir mondial. A plus
long terme, la Chine – une des grandes puissances de la planète dans un quart de siècle – et
le Japon, après qu’il aura surmonté son marasme
économique, émergeront comme contrepoids
aux Etats-Unis.
Alors que pendant la Guerre Froide les EtatsUnis et l’Europe ont, à défaut d’alternative, formé
un pôle unique, l’Ouest, ce pôle se scinde
aujourd’hui en deux parties, à l’image de l’Empire
romain au IIIème siècle. Ce phénomène échappe à
la plupart des observateurs américains, qui s’intéressent davantage aux Etats-membres de l’Union
européenne qu’à celle-ci et ont d’autant plus de
mal à appréhender l’entité nouvelle que celle-ci est
avant tout de nature économique et que les tentatives d’union politique ont toutes tourné court. Ce
faisant, ils sous-estiment « l’un des événements
géopolitiques les plus significatifs du XXème siècle »
et ignorent les enseignements de l’Histoire : les
premières années d’existence des Etats-Unis
furent consacrées à l’intégration économique,
l’intégration politique intervenant beaucoup plus
tard. De même, l’unification de l’Allemagne avait
commencé par l’économie, discrètement, à partir
de 1815 ; lorsque le processus s’acheva en 1871,
« l’équilibre de la puissance » avait été, selon les
propres termes de Disraeli, « entièrement détruit
en Europe ».
Mais quand bien même, poursuit Kupchan, le
processus n’irait pas jusqu’à la création d’un Etat
unitaire, le bilan de la construction européenne est
d’ores et déjà impressionnant, en termes de puissance économique et monétaire, comme en atteste
du reste l’attraction exercée sur les pays candidats.
Certes, les sceptiques, aux Etats-Unis, auront
beau jeu de faire valoir que le manque de légiti36
I ESP RIT CR ITIQUE
mité des institutions, le vieillissement de la population européenne, la dilution entraînée par
l’élargissement et la faiblesse militaire persistante
de l’Union européenne font douter de sa capacité
à devenir un jour un acteur international sérieux.
Certes, aussi, les survivances du gaullisme en
France produisent une « variété de nationalisme
qui tout à la fois nourrit une grande ambition pour
l’entreprise européenne et se met en travers de sa
réalisation (...) appelant à une Europe forte par son
rôle dans le monde, mais faible par ses institutions
– une impossibilité logique et pratique ». Mais
cette ambivalence, estime Kupchan, n’est pas
tenable à long terme et ne durera pas, surtout
lorsque la pression en faveur de l’approfondissement se renforcera à mesure que s’approchera
l’échéance de l’élargissement.
Quoi qu’il en soit, telle qu’elle est aujourd’hui,
l’Union européenne est déjà un défi à l’influence
américaine. Mais tout indique qu’elle devient plus
active sur la scène internationale, dans les Balkans
et au Proche-Orient notamment, et qu’encouragée
par les velléités manifestées par les Etats-Unis
de réduire leur engagement en Europe, elle
chemine vers une plus grande intégration dans les
domaines de la défense et de l’armement (A400M,
Galileo...). Les discours des dirigeants européens
soulignent l’ambition géopolitique nouvelle de
l’Union européenne, posant les prémisses d’une
revendication d’un statut correspondant à cette
ambition. Marquant la résistance à l’influence
américaine et la fin de la déférence observée
envers Washington depuis des décennies, ils
révèlent aussi les contours d’une « forme de nationalisme paneuropéen ».
Même s’il n’y a entre l’Europe et les Etats-Unis
aucun contentieux territorial et encore moins de
perspective de conflit, le potentiel de friction est
élevé : le Proche-Orient, le traitement des Rogue
States, la politique des sanctions, la défense antimissiles lorsqu’elle abordera des stades
opérationnels, les contentieux commerciaux et
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Le déclin de l’internationalisme aux Etats-Unis
Se situant résolument à contre-courant d’une
opinion dominante qui voit dans la réaction américaine après le 11-Septembre un remède durable
contre les tentations isolationnistes, Kupchan
estime que les tendances lourdes, déjà à l’œuvre
avant les attentats, l’emporteront. Et ce d’autant
plus que la lutte contre le terrorisme devra s’inscrire dans la durée et s’appuyer sur des modes
d’action non spectaculaires (coopération policière,
renseignement, opérations clandestines) qui ne
sont pas de nature à galvaniser l’Amérique.
Les Etats-Unis continueront d’éprouver la
« lassitude » du fardeau de l’hégémonie mondiale,
pronostique l’auteur, alors que s’essouffle l’internationalisme libéral qui a porté la politique
américaine tout au long de la Guerre Froide. Car
bien que cette période fût longue, cette posture
reste une exception dans l’histoire de la nation,
contraire au précepte des pères fondateurs, qui
était de se tenir à l’écart des querelles européennes. Ce n’est que tout à la fin du XIXème siècle
que vint le « goût d’empire » et, avec lui, un internationalisme, fragile et hésitant, qui finira par
sombrer, au lendemain de la Première Guerre mondiale, dans le rejet par le Sénat du traité d’adhésion
à la Société des nations. Au sortir de la Seconde
Guerre mondiale, veillant à prendre les précautions
qu’avait négligées Wilson, Roosevelt était parvenu
à définir un internationalisme centriste acceptable
pour la classe politique américaine, amenant le
pays à surmonter ses racines isolationnistes et à
accepter des contraintes institutionnelles.
Cet engagement a pu être maintenu pendant la
Guerre Froide, mais il est aujourd’hui corrodé par
un ensemble de facteurs :
– la disparition de la menace soviétique, ciment de
l’adhésion à une politique extérieure activiste ;
– la résurgence de l’aversion pour les arrangements institutionnels contraignants ;
– les transformations qui affectent la scène
politique intérieure : pour des raisons démographiques, l’influence des régions du sud et de
l’ouest montagneux est devenue décisive, de
même que celle de minorités (Hispaniques, Asiatiques...) dans de grands Etats tels que le Texas et
la Californie. Les élus de ces régions manifestent
une sensibilité nettement moins grande aux exigences de l’internationalisme que ceux des Etats
du nord-est et du Midwest. Parallèlement, les élus
« formés à l’école de la Guerre Froide » ont cédé
la place, dans une proportion de l’ordre de 50 à
60 % depuis 1992, à des nouveaux venus, également moins sensibles à ces problématiques. Enfin,
observe Kupchan, la politique partisane a envahi,
ces dernières années, le domaine de la politique
extérieure, qui en était resté relativement préservé ;
– sur le plan intellectuel, les jeunes générations
de l’élite américaine se détournent des disciplines
qui ont nourri l’internationalisme de ses aînées,
comme l’histoire ou les relations internationales,
une tendance dont atteste la désaffection croissante pour les carrières diplomatiques ;
– sur un plan plus conjoncturel, le ralentissement
de l’économie alimente une baisse du soutien des
élus au libre-échange et engendrera une rigueur
budgétaire accrue, aux dépens des engagements
extérieurs qui ne sont pas directement liés à la lutte
contre le terrorisme. Il est à prévoir également que
si ces engagements compromettent d’une façon
ou d’une autre, aux yeux de l’opinion, la sécurité
intérieure, se posera la question de la pertinence
de leur maintien. Enfin, les chances sont réelles
que les guerres ne soient pas toujours seulement
aériennes, avec peu ou pas de victimes américaines, et victorieuses : là aussi, l’opinion pourrait
ES PR IT CR I TIQUE I
CHARLES KUPCHAN
financiers, la question des OGM, l’évolution de
l’euro vers un statut de monnaie de réserve aux
dépens du dollar, sans parler des visions divergentes, entre Européens et Américains, sur le rôle
du droit international, de la gouvernance et des
institutions qui en sont les outils, institutions dont
l’efficacité serait mise en péril par des divergences
entre l’Europe et les Etats-Unis.
37
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
être sujette à revirement.
Sans doute, avertit l’auteur, est-il prématuré de
conclure à un repli isolationniste, mais le risque
existe et il doit être pris d’autant plus au sérieux
qu’il se combinerait alors à un unilatéralisme bien
réel, lui, pour former un cocktail dangereux, aliénant aux Etats-Unis leurs partenaires.
En tout état de cause, la « lassitude » vis-à-vis
des engagements extérieurs du pays s’est clairement manifestée à la fin des années 1990,
notamment par la tiédeur dans la conduite des
opérations au Kosovo et les récriminations du
Congrès quant au rôle de l’Europe. Elle a été
confortée par l’arrivée de l’administration républicaine et les réticences ensuite manifestées
vis-à-vis de l’engagement américain dans les
Balkans.
Tout en prenant du champ et en faisant mine de
se retirer, observe Kupchan, les Etats-Unis, crispés
à l’idée de voir diminuer leur influence, refusent
toute dévolution de responsabilités à leurs
partenaires : « cette combinaison schizophrénique
d’enthousiasme décroissant pour l’engagement
international et d’unilatéralisme croissant envoie
au monde des messages brouillés. Un jour les
Etats-Unis se plaignent de fardeaux excessifs,
demandent à leur partenaires d’en prendre leur
juste part et se retirent de leur rôle mondial. Le lendemain, ils dédaignent leurs partenaires, n’en font
qu’à leur tête et réagissent avec outrage lorsque
d’autres cherchent à combler le vide laissé par
une puissance hégémonique lasse ».
Cette contradiction a été au cœur de la querelle
sur la défense européenne qui envenima les relations transatlantiques dans le sillage de la guerre
du Kosovo, laquelle avait révélé la faiblesse, volontiers soulignée à Washington, des capacités
militaires des Européens. Mais après que ceux-ci
eurent décidé de mettre sur pied une force de
réaction rapide, l’administration Clinton se mit à
38
I ESP RIT CR ITIQUE
envoyer des signaux contradictoires (déclarations
de Madeleine Albright, Franck Kramer et William
Cohen) : « les Etats-Unis demandaient à l’Europe
d’acquérir davantage de capacités de défense,
mais de ne pas escompter davantage d’autonomie
ou de poids dans la décision ». La « schizophrénie »
s’est poursuivie sous l’administration Bush, amenant
l’auteur à conclure qu’« il n y a pas de meilleur
moyen pour les Etats-Unis d’envenimer leurs relations avec une Europe en pleine ascension que
de demander aux Européens de devenir plus
autonomes pour en prendre ombrage dès
qu’ils s’exécutent ».
QUELLE GRAND STRATEGY
POUR LES ETATS-UNIS ?
S’autorisant à nouveau des leçons de l’Histoire,
Kupchan considère que les puissances, principaux
acteurs de la vie internationale, ont besoin d’une
grand strategy pour maintenir les équilibres à la
fois internes – entre le niveau de leurs ressources
et leurs engagements – et externes – lorsqu’il
s’agit de modérer les puissances rivales et de projeter un ordre stable dans le système international.
Les Etats-Unis, qui ont eu recours à plusieurs stratégies successives (containment, roll back,
détente) pendant la Guerre Froide, n’ont plus
aujourd’hui, après avoir triomphé du communisme,
de grand strategy.
Alors que le pays jouit d’une puissance et d’une
influence sans égales pour façonner l’ordre
international de l’après-Guerre Froide, il gaspille
cette chance. « Les Etats-Unis sont une grande
puissance à la dérive, comme le montre un comportement contradictoire et incohérent », vitupère
l’auteur, en relevant que cette carence était déjà
manifeste sous la présidence Clinton, se manifestant notamment lors de l’engagement hésitant dans
les Balkans, à propos des balbutiements de l’Europe
de la défense, à propos de la Russie (invitée à
s’intégrer à l’Ouest en même temps qu’il était procédé à l’élargissement à l’est de l’OTAN) et de la
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Avec l’installation de l’administration républicaine à la Maison-Blanche, ces contradictions ont
pris toute leur ampleur, produisant davantage
encore d’incohérences et de revirements dans les
politiques des Etats-Unis (Corée, Proche-Orient,
lutte contre le terrorisme...). Moyennant quoi « les
Etats-Unis ne savent pas où aller, ils ne savent
donc certainement pas comment y aller. Sans un
ensemble de principes directeurs – une grand
strategy – même les efforts les mieux intentionnés
ne mènent nulle part ».
Ce qui est peut-être plus préoccupant, suggère
l’auteur, est que ce vide conceptuel ne semble
inquiéter personne à Washington. La tendance
lourde à l’indifférence de l’opinion publique pour
tout ce qui se passe à l’extérieur des frontières n’a
été que temporairement interrompue pas les attentats. Et au sein des élites, le sentiment de force des
Etats-Unis après l’effondrement du communisme a
renforcé une propension au « triomphalisme complaisant », les erreurs de politique n’étant, du fait
du grand différentiel de puissance entre les EtatsUnis et le reste du monde, pas sanctionnées. Les
think tanks, traditionnels pourvoyeurs d’idées, sont
davantage préoccupés d’alimenter les médias en
citations et formules-choc (sound bites) que de
produire de la pensée stratégique. Quant aux universités, autre vivier traditionnel, elles ne forment
plus, du fait de la pluridisciplinarité décroissante et
de la réduction de l’enseignement de l’histoire, de
penseurs et de stratèges. Même dans l’administration Clinton, le seul véritable pôle de pensée
stratégique fut constitué par Robert Rubin 2 et
l’équipe qu’il avait assemblée autour de lui. Mais ses
prérogatives se limitaient à la politique économique
et financière. Quant à l’entourage du président
Bush, il est formé d’« anciens combattants de la
Guerre Froide, plus outillés intellectuellement pour
traiter les défis du passé que ceux du futur ».
CHARLES KUPCHAN
Chine (gestes de sympathie mêlés à des gestes
hostiles). Se bornant à gérer le statu quo, l’administration démocrate se prévalait de principes
aussi incohérents que l’étaient ses politiques :
retrait de nombreuses démarches multilatérales,
inclinations unilatéralistes... Ces tendances étaient
encore plus marquées chez les Républicains
conservateurs qui, au Sénat, ont préféré infliger
une défaite au président Clinton en rejetant la
ratification du traité d’interdiction des essais
nucléaires, en 1999, plutôt que de préserver la
crédibilité du pays.
S’attachant ensuite à définir les contours d’une
grand strategy, Kupchan estime qu’elle doit servir
à anticiper les lignes de fracture géopolitiques
futures pour désamorcer ou limiter leur potentiel
destructeur. Pour les Etats-Unis, ce plan stratégique doit leur permettre de gérer, au mieux de
leurs intérêts, la fin du « moment unipolaire » et la
transition vers le monde multipolaire que la montée
de nouvelles puissances et la « lassitude de
grande puissance » éprouvée par l’Amérique rendent inévitable.
Les éléments en seraient de deux ordres :
– A l’intérieur, un internationalisme libéral qui
soit acceptable dans la durée par l’opinion américaine : c’est-à-dire qui soit à la fois un compromis
entre les traditions idéaliste et réaliste de l’Amérique et un équilibre entre les intérêts et les
sensibilités des régions, tout en étant préservé des
convulsions partisanes. Roosevelt avait réussi à
trouver ce positionnement idéal. L’administration
Clinton, grisée par la suprématie américaine, avait
négligé de le rechercher. L’administration Bush,
partagée entre les courants conservateur et néoconservateur qui inspirent sa politique, est
accaparée par la lutte contre le terrorisme. Mais
au-delà de cet horizon, elle professe un réalisme
anachronique et monolithique qui a peu à offrir au
reste du monde et qui, sur le plan interne, sera
davantage un obstacle qu’un prélude à un nouvel
2. Chef du Conseil économique national du président Clinton
puis secrétaire au Trésor de 1995 à 1999.
ES PR IT CR I TIQUE I
39
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
internationalisme.3 Sans doute le manichéisme dont
il est assorti constitue-t-il une recette aisée pour
« éduquer » le public, mais il ne faut pas attendre
des partenaires des Etats-Unis qu’ils s’y rallient.
Kupchan recense toutes les difficultés prévisibles
pour construire un tel soutien auprès d’élus de ces
régions, le sud et l’ouest montagneux, aujourd’hui
dominantes dans le paysage politique américain,
dont les instincts sont le plus souvent simultanément isolationnistes et unilatéralistes. Mais il se
borne, sans guère d’autres précisions, à suggérer
de « neutraliser les poches d’extrémisme par une
gestion attentive de coalitions régionales et en
forgeant un internationalisme modéré, capable de
désarmer les isolationnistes et les unilatéralistes » ;
– En termes de contenu de la grand strategy,
l’auteur fait à nouveau appel aux ressources de
l’Histoire pour constater qu’elle offre des exemples
où une ère de multipolarité n’a pas été associée,
comme c’est le cas le plus fréquent, à des expériences de rivalités génératrices de désordres et de
guerres : la formation des Etats-Unis, la construction
européenne et, mais pendant quelques décennies
seulement, l’équilibre des puissances européennes
instauré par le Congrès de Vienne.
Kupchan recense trois caractéristiques communes
à ces expériences :
– la modération stratégique (strategic restraint) ;
– la création de procédures et d’institutions ;
– l’intégration sociale. C’est précisément cette
dimension qui fit le plus défaut dans la démarche
du congrès de Vienne, où la divergence croissante
entre les évolutions des monarchies libérales et
des monarchies conservatrices mit fin, avec les
révolutions de 1848, au système mis en place en
1815.
C’est sur ces trois dimensions que l’auteur propose de construire la grand strategy américaine.
La modération stratégique
40
I ESP RIT CR ITIQUE
Elle implique la retenue dans l’exercice de la
puissance et le partage des privilèges auxquels
celle-ci ouvre l’accès. Vis-à-vis de l’Union européenne, un tel choix implique de reconnaître à
celle-ci davantage de poids et d’autonomie, plutôt
que d’opposer de la résistance à une maturation qui
aura lieu en tout état de cause. Ce qui devrait être
d’autant plus aisé que l’Europe est un partenaire lié
aux Etats-Unis par une histoire et des valeurs partagées et n’a rien d’un « prédateur agressif ».
En termes concrets, cette démarche implique
que soit levé le soupçon qui pèse traditionnellement sur tous les projets liés à l’Europe de la
défense et qu’une influence accrue soit accordée
aux Européens dans la structure de commandement de l’OTAN. Elle implique également un
partenariat stratégique plus mûr entre l’Union
européenne et les Etats-Unis, à base d’un dialogue
direct avec les instances de l’Union plutôt que par
le canal des relations bilatérales, davantage de
consultation préalable et moins d’actions unilatérales, sans mentionner le travail d’éducation du
public et du Congrès américains à ce nouveau
partage des rôles. S’agissant des politiques,
l’Union européenne et les Etats-Unis devraient
coopérer aux deux tâches capitales que sont la
consolidation de la situation toujours fragile en
Europe du Sud-est et à l’intégration progressive de
la Russie dans le projet européen. A ce titre,
l’OTAN devrait s’ouvrir à la Russie vers la fin de la
décennie et se préparer à assurer des rôles très
différents de ceux qui furent les siens durant la
Guerre Froide.
La Chine, dont l’évolution présente de grandes
incertitudes, ne peut être traitée de la même
manière que l’Union européenne. La modération
stratégique doit là s’appliquer aux questions à propos desquelles la sensibilité de Pékin est la plus
3. Curieusement, l’auteur s’abstient de commenter les projets
militaires de l’administration vis-à-vis de l’Irak, dont il est pourtant
difficile de nier le caractère « internationaliste ».
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Le volet asiatique de la grand strategy américaine prend place dans un calendrier plus étiré
que le volet européen, précise l’auteur, qui veille à
devancer les critiques et à rassurer : les intégrations régionales ainsi soutenues, que ce soit en
Europe ou en Asie, seront préservées – par les
différences culturelles et linguistiques ou encore
par les conflits entre Etats membres de l’Union
européenne et institutions supranationales – de la
tentation d’évoluer vers une forme d’Etat unitaire
aux ambitions prédatrices.
L’enchâssement institutionnel
Les institutions et les procédures sont les moyens
de faire opérer la logique de la modération stratégique et aussi de policer la compétition géopolitique
internationale. Elles présentent l’avantage de maintenir le cours de la politique extérieure des EtatsUnis sur un « sentier » multilatéral, à mi-chemin des
extrêmes de l’isolationnisme et de l’unilatéralisme.
Par ailleurs, les Etats-Unis, aujourd’hui au faîte de la
puissance, peuvent s’offrir le luxe de tourner le dos
aux organisations internationales dans lesquelles
ils ne parviennent pas à imposer leurs vues. Mais
lorsque se refermera le « moment unipolaire », ils
devront se tourner plus fréquemment vers des
institutions dont leur comportement unilatéral
actuel sape l’autorité. C’est pourquoi ils doivent
renoncer à la liberté d’action qu’ils s’octroient
aujourd’hui et préparer les institutions indispensables à la maîtrise de la multipolarité, afin de faire
perdurer la Pax Americana au-delà de ce
« moment unipolaire ». En investissant ces institutions, les Etats-Unis devraient chercher à leur faire
remplir trois grandes fonctions :
– la gestion des relations entre les principaux
centres de pouvoir du monde. Cette tâche pourrait
incomber à un directoire des cinq grandes
puissances que sont les Etats-Unis, l’Union européenne, la Russie, la Chine et le Japon, délibérant
par consensus, sans droit de veto, et ouvert à des
Etats majeurs des grandes régions du monde
(Inde, Egypte, Brésil...) ;
– l’injection de normes et de règles dans le
système international. Nombre des institutions à
même de remplir cette fonction existent déjà, mais
sont soit dominées par les Etats-Unis, soit ignorées
par eux. Dans les deux cas, il y a lieu de rétablir
un fonctionnement plus équilibré, garantie de leur
autorité. La mondialisation rend indispensable une
amélioration des mécanismes de gestion des relations commerciales, monétaires et financières : si
l’Organisation mondiale du commerce constitue
une bonne plate-forme pour les rapports commerciaux, les mécanismes ad hoc de coordination
existants ne sont pas à même de répondre aux
besoins constatés dans le domaine monétaire,
alors que l’euro évolue vers un statut de monnaie
de réserve, ou financier, avec les risques de crises
embrassant des régions entières. La même
démarche s’applique à la soumission à la règle de
droit du système international, et aux institutions
qui l’incarnent : « les Etats-Unis doivent résister à
la tentation de prendre leurs distances vis-à-vis de
ces institutions ou de les ignorer carrément, se
mettant de la sorte au-dessus de la loi aujourd’hui
parce qu’ils peuvent se le permettre. Si ces institutions ne sont pas prêtes le jour où une Amérique
moins prédominante éprouvera le besoin de
s’appuyer sur elles, les Américains ne pourront
s’en prendre qu’à eux-mêmes » ;
ES PR IT CR I TIQUE I
CHARLES KUPCHAN
vive (Taiwan, la défense antimissiles), tout en traçant
des « lignes rouges » (transfert de technologies
de destruction de masse à des Rogue States, usage
de la force hors des frontières...) et en veillant
à dégager des aires de coopération (dialogue intercoréen, commerce...). Plus largement, les EtatsUnis devraient, toujours selon Kupchan, cesser de
bloquer toute forme d’intégration régionale asiatique
à laquelle ils ne sont pas partie prenante. Ils
devraient au contraire l’aiguillonner – en particulier
la coopération sino-japonaise, quels qu’en soient les
obstacles – car ils ne pourront indéfiniment assurer
la responsabilité de la sécurité d’une région dont il
serait du reste illusoire de penser qu’elle restera
figée éternellement dans le statu quo actuel.
41
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
– le traitement des menaces à long terme, qui pour
l’essentiel, se jouent des frontières, et qui sont le
plus efficacement contrées par la coopération
internationale, qu’il s’agisse de la prolifération des
armes de destruction massive, de la lutte contre le
terrorisme, de la prévention des crises régionales
ou de la protection de l’environnement mondial.
Sans doute, concède l’auteur, les Etats-Unis ne
doivent-ils pas se rallier à toutes les démarches
multilatérales qui se présentent, mais ils devraient
s’abstenir de se laisser guider par leur seul intérêt
étroitement national, proposer des solutions alternatives et se prêter au compromis : « l’esprit du
multilatéralisme est au moins aussi important que
le fait lui-même. Ce n’est que si l’Amérique appuie
les institutions internationales et la solidarité
qu’elles incarnent que celles-ci auront une chance
de domestiquer les instincts de compétition d’un
monde multipolaire ».
L’intégration sociale
C’est est sans doute le paramètre le moins aisément mesurable, mais c’est son absence qui a
manqué de provoquer la dislocation des Etats-Unis
lors de la Guerre de Sécession, entre des nordistes
et des sudistes qui avaient construit des ordres
sociaux et des identités politiques incompatibles.
A contrario, c’est en bonne partie à l’intégration
intervenue depuis lors qu’on peut attribuer la
vitalité ultérieure du pays. La même observation
pourrait être faite pour la construction européenne.
La proximité culturelle, linguistique ou géographique rend plus aisée cette intégration, qui a
donc davantage de chances de se réaliser au sein
des grandes régions qu’entre elles. Entre les EtatsUnis et l’Europe, l’esprit de communauté sera
difficile à maintenir en l’état dans un contexte
d’affirmation de l’Europe, mais sa préservation –
par des échanges parlementaires, éducatifs, commerciaux... – sera utile pour amortir les effets
d’une confrontation inévitable.
42
I ESP RIT CR ITIQUE
EMMANUEL TODD
FRANÇOIS REVEL
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
APRÈS L’EMPIRE.
Essai sur la décomposition du système américain
EMMANUEL TODD
EDITIONS GALLIMARD, 2002
L’OBSESSION ANTI-AMÉRICAINE.
Son fonctionnement, ses causes, ses inconséquences
FRANÇOIS REVEL
EDITIONS PLON,2002
PAR
ERIC HAZAN
avril 2003
Depuis le 11 septembre 2001, l’étude des relations internationales et des conflits internationaux
redevient un sujet tristement à la mode. La fin de
l’année 2002 marque, elle, le retour d’une réflexion
approfondie sur les rapports entre les Etats-Unis et
le monde : les ouvrages parus sont légion et s’interrogent qui sur la puissance américaine, qui sur les
antécédents familiaux de George W. Bush. D’un
côté, on redécouvre Chomsky et on se demande
abruptement si les champions de la démocratie ne
le sont pas que « dans un seul pays ». De l’autre, on
n’oublie pas que le plus anti-américain de nous tous
était De Gaulle, comme s’il s’énervait de leur devoir
la libération de la France. C’est dans ce contexte
que sortent les essais d’Emmanuel Todd et JeanFrançois Revel, respectivement en août et décembre
2002. Tous les deux clairs et concis, ils utilisent néanmoins deux perspectives radicalement différentes ;
ils se complètent et s’opposent sur bien des points.
Emmanuel Todd, dans la ligne de ses précédents ouvrages, s’emploie avec une précision
chirurgicale à déterminer ce qui explique pourquoi
la seule grande puissance occidentale, dont la
force est incontestée et incontestable et dont le
modèle économique s’est révélée sinon plus atti-
rant, en tout cas plus robuste que celui de l’URSS,
pourquoi, donc, les Etats-Unis sont-ils en train de
« péter les plombs » ? Certes, la logique ultra-libérale
mondialiste est largement remise en cause mais les
soutiens d’Attac reconnaissent eux-mêmes qu’ils
ne remettent pas en cause l’organisation capitaliste
de la vie économique et démocratique : ils cherchent à l’aménager. Todd se demande donc, un
tantinet facétieux, quel est ce pays, si sympathique
et si légitime aux lendemains d’un 11 septembre
meurtrier, qui vient ennuyer soudain un Iran en
voie de démocratisation et une Chine et une Russie uniquement pénétrées de développement
économique. Un début d’explication : la disparition
du nazisme et du communisme serait à la source
d’une énorme déprime américaine sur le thème
« je ne suis plus indispensable au reste du monde »,
d’où la recherche de combats nouveaux. De plus,
l’élection contestée de George W. Bush et la nouvelle dépendance économique des Etats-Unis
vis-à-vis de l’Europe renforcent un sentiment de
faiblesse, de perte de légitimité et un besoin de
contrôle politique des ressources. La principale
menace d’un monde en voie de stabilité ne seraitelle pas justement une Amérique devenue
prédatrice car terrifiée par son propre déclin ?
ES PR IT CR I TIQUE I
43
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Quoique parti d’un autre type de questionnement, Jean-François Revel nous fait réfléchir aux
mêmes enjeux : que doit-on aujourd’hui penser de
la première puissance mondiale ? Ne faut-il pas
faire table rase d’un amoncellement sans fin de préjugés de droite comme de gauche ? La véritable
raison de notre antagonisme systématique vis-à-vis
des Etats-Unis ne serait- elle pas finalement une
immense jalousie ? Les Etats-Unis ne sont, en définitive, devenus la première puissance mondiale
que parce que nous les avons laissés faire : ils
révèlent les insuffisances de la politique étrangère
des pays européens en particulier et l’Europe en
général, et c’est bien ce qui nous ennuie... Nous
sommes anti-américains simplement parce que le
centre mondial de l’innovation économique, politique et culturelle s’est déplacé vers les Etats-Unis
et que nous sommes verts de rage.
44
cause par la perception nouvelle d’inégalités
anciennes (intégration des minorités noires et hispaniques insuffisante,...).
Dans ce contexte, l’émancipation de l’Europe et
le retour de la Russie sur la scène internationale
contribuent à renforcer l’inquiétude grandissante
des stratèges américains de voir émerger une
Eurasie qui fasse jeu égal avec eux.
Emmanuel Todd, à l’appui de ses thèses, met
en lumière les principaux symptômes de la faiblesse, perçue comme nouvelle, du modèle
américain. Les fissures des années 1960-70 sont
aujourd’hui d’autant plus visibles que le « contremodèle » a disparu et que le système américain est
en pleine décomposition. Afin de conserver leur
rang international et par crainte de l’émergence
d’autres superpuissances qui pourraient bousculer
leur « leadership », les Etats-Unis font des grands
moulinets. Ils ne résolvent jamais un problème afin
de justifier des actions militaires futures, ils s’attaquent à des puissances de taille moyenne (Irak,...)
et ils relancent la course aux armements.
Jean-François Revel nous rappelle à la fois les
racines de l’anti-américanisme de droite, né du
gaullisme et de la jalousie de l’ancienne puissance
vis-à-vis de la nouvelle, et de gauche, né d’une
allergie à l’ultralibéralisme, totalement assimilé au
système américain. C’est justement ce que Revel
déplore : des abus. Les Européens, alors même
que c’est leur principal reproche à la vision américaine du monde, simplifient à l’extrême lorsqu’ils
parlent des Américains. La mécanique est toujours
la même : sélection des preuves et contradiction
interne du réquisitoire. Illustrée de nombreux exemples, cette analyse de « la mauvaise foi » européenne tombe parfois juste, comme lorsqu’il
fustige le « simplisme » des dirigeants européens
et leur complexe de supériorité vis-à-vis des Américains ; ou à côté, lorsqu’il justifie presque leur
soutien aux dictatures militaires en Amérique du Sud
par le fait que les Européens n’ont pas fait mieux. En
tous cas, pour Revel, ce sont les mensonges de la
partialité anti-américaine qui fabriquent l’unilatéralisme américain. A prendre avec des « pincettes »
tout de même.
Tout cela ne saurait cacher un déclin certain de
l’empire américain. Empêtrés dans le mythe d’un
terrorisme universel et remis en cause dans leur légitimité par la victoire même du modèle démocratique
qu’ils ont contribué à promouvoir, les Etats-Unis
peinent à maintenir leur empire. Tout comme la
France et l’Angleterre en leur temps, les sources de
la puissance impériale américaine s’épuisent : ils
n’ont plus la force politico-militaire d’antan et leur
universalisme idéologique est cruellement remis en
Au final, ces deux ouvrages réussissent pleinement à remettre en cause notre vision des rapports
internationaux et de l’« hyperpuissance » américaine. Jean-François Revel nous interroge lui sur
les véritables raisons de notre hostilité vis-à-vis de
ce pays et de ce peuple, à qui le XXème siècle a
réussi plus qu’à tout autre. On se plaît à ne pas
jeter avec lui « le bébé avec l’eau du bain » et un
siècle d’innovations, de dynamisme et d’intelligence avec le gouvernement Bush. Parfois, sans
I ESP RIT CR ITIQUE
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
EMMANUEL TODD
FRANÇOIS REVEL
nuance, il semble néanmoins faire l’apologie d’une
splendeur américaine passée voire dépassée et
surtout lui apporter un soutien sans conditions discutable. Emmanuel Todd nous fait douter de
l’hyperpuissance américaine et on se demande si
les derniers événements ne sont pas le prélude à
un déclin stratégique et économique des EtatsUnis. En tous cas, ces deux livres se lisent avec
une égale facilité, comme les romans indispensables d’une nouvelle saga géo-stratégique en cours
d’écriture, et nous permettent de mieux appréhender le futur de nos relations d’amour-haine avec
les Etats-Unis.
ES PR IT CR I TIQUE I
45
NOUVEAU SIÈCLE
N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
- II Vers une civilisation européenne
(l’Europe comme nouvelle patrie face au monde) ?
JORGE SEMPRÚN
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
UNE TOMBE AU CREUX DES NUAGES
Essais sur l’Europe d’hier et d’aujourd’hui
JORGE SEMPRÚN
EDITIONS CLIMAT, FÉVRIER 2011
PAR
NICOLAS VIGNOLLES
juin 2010
« Le présent pose et formule les questions du
passé, et le passé éclaire la caractéristique particulière du présent », Marc Bloch.
Au travers d’allers-retours au cœur de notre histoire commune, au gré d’emprunts philosophiques,
littéraires, artistiques, Jorge Semprún parle, avec
envie, avec attachement, du plus beau de tous les
projets d’avenir : l’Europe.
En décidant avec Une tombe au creux des
nuages de collationner en un seul et même recueil
les textes de conférences données à travers toute
l’Allemagne entre 1986 et 2005, l’auteur de l’inoubliable L’écriture ou la vie prenait le risque d’une
sorte de tournée d’adieu nostalgique et passéiste.
Sorte de dernier tour de chant. C’était évidemment
oublier qui est Jorge Semprún : un regard sur le
passé mais tourné vers l’avenir, un homme lucide,
concevant l’histoire comme utile au temps présent.
Un homme toujours soucieux de faire vivre la pensée de ceux qui, victimes des barbaries totalitaires,
sont devenues « une tombe au creux des nuages »,
selon le mot du poète Paul Celan.
LE CAMP DE WEIMAR-BUCHENWALD
ET LA LUCIDITÉ
Omniprésent, structurant, fondateur, le souvenir
de la déportation, de son internement au camp de
Weimar-Buchenwald est pour Semprún ni un point
de départ ni un horizon indépassable, il est pour
lui, avec l’analyse fine et complète des deux
grands totalitarismes du XXème siècle – l’hitlérisme
et le stalinisme –, la meilleure garantie d’une
construction européenne réussie.
Au fil des pages, avec la liberté de ton et d’écriture qui sied au romancier, Jorge Semprún revient
sur les soubassements philosophiques, les logiques
historiques, les constructions intellectuelles et
culturelles qui ont conduit à rendre possible au
cœur de l’Europe la réalisation de ce que Kant
appelait le « mal absolu ».
De cette expérience des camps, Semprún tire
une connaissance de l’homme et de sa capacité
physique et intellectuelle à la résistance. Au cœur
de l’enfer concentrationnaire, il a vu le courage de
certains résistants communistes et conservé intact
le souvenir de ces intellectuels, amis, avec qui ils
échangeaient le dimanche après-midi. Le souvenir
d’hommes qui, même entravés, parfois mourants,
ES PR IT CR I TIQUE I
49
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
sont demeurés libres et lucides. Fidèles à l’idée
qu’ils se faisaient de la liberté et de la lucidité. Il
n’est rien qu’admire davantage Semprún que la
lucidité, l’intelligence d’anticipation dont ont pu
faire preuve des auteurs comme Hermann Broch
ou Elias Canetti. Citant Emmanuel Levinas, Semprún écrit : « L’alouette qui salue le soleil, tout le
monde peut en faire autant. Tout le monde est
capable de saluer l’aurore. Mais distinguer dans la
nuit obscure de l’aube la proximité de la lumière
avant son éclat, l’intelligence c’est peut-être cela ».
LE SIÈCLE DES TOTALITARISMES
Au cœur de l’ouvrage, comme d’ailleurs dans
l’ensemble de l’œuvre de Semprún – on se souviendra notamment de Mal et modernité en 1997 –,
l’analyse des deux grands totalitarismes du XXème
siècle occupe une place essentielle. Essentielle,
c’est-à-dire renvoyant à l’essence même de tout
son projet d’écriture. Qu’on se le dise, Semprún
est non seulement le romancier brillant que l’on
connaît, une grande figure de la social-démocratie
européenne, mais il est d’abord et avant tout, par
essence, un combattant de l’antifascisme.
Parmi toutes les conférences restituées dans
Une tombe au creux des nuages, plusieurs portent
sur la question du nazisme et du stalinisme, la
question de leur émergence, de leurs logiques propres, de leurs ressemblances. C’est le sujet que
choisit de traiter par exemple Semprún en 1996
devant la direction du parti social-démocrate allemand et qu’il restitue dans le neuvième chapitre
de son ouvrage, intitulé « De l’expérience du totalitarisme ». Pourquoi un tel besoin de replonger
encore et toujours dans la compréhension fine des
expériences totalitaires alors même que, en apparence, le triomphe sur le continent européen de la
démocratie libérale est total ? Sans doute parce
que, comme l’écrit Semprún, « le combat pour la
démocratie et pour le développement permanent
de ses contenus politiques et sociaux n’a pas été
seulement un problème du XXème siècle, mais qu’il
50
I ESP RIT CR ITIQUE
continuera de l’être pour le siècle à venir, quelles
que soient les formes concrètes qu’il adopte ».
Semprún aborde la question des totalitarismes
en ayant constamment à l’esprit celle de l’avenir
des totalitarismes. Autrement dit, celle des dangers
de l’avenir. Au travers de ses développements
consacrés au nazisme et au bolchevisme, c’est la
démocratie que Semprún cherche à fortifier. De
son regard sur l’histoire du XXème siècle, cet « âge
des extrêmes », il retire paradoxalement une leçon
plutôt encourageante. La démocratie parlementaire, pluraliste, libérale, est bien plus forte que ce
qu’elle a parfois bien voulu croire. Sa capacité
d’absorption des crises, notamment économiques,
son caractère évolutif, le réformisme social, la
diversité qu’elle seule rend possible sont moins
des éléments de faiblesse que des atouts. Les
expériences totalitaires doivent moins nous inviter
à douter des capacités de la démocratie qu’à un
travail intense et permanent d’approfondissement.
La gauche a de ce point vue une responsabilité
particulière ; elle doit désormais concevoir son projet réformiste d’abord comme la volonté de
perfectionner le projet démocratique.
L’ALLEMAGNE, DONC L’EUROPE
A la fin d’une conférence donnée le 27 janvier
2003 devant les membres du Parlement allemand,
à l’occasion de la commémoration officielle des
victimes du national-socialisme, Jorge Semprún
conclut ainsi : « la première voix européenne qui, en
cette année 1935, a retenti, solitaire mais prophétique, a été une voix allemande, une voix juive ».
Husserl, philosophe allemand, fondateur de la phénoménologie, est cette voix dont parle Semprún,
une des figures parmi d’autres qui rappelle qu’aux
heures les plus sombres de leur propre histoire, des
Allemands ont su, inspirés par une longue et
brillante culture philosophique, défendre le parti de
la raison contre la montée des extrémismes.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
JORGE SEMPRÚN
Lors de toutes ses conférences, Jorge Semprún
témoigne de sa grande proximité avec le pays de
sa captivité, l’Allemagne. Chaque fois qu’il parle
de ce pays si proche, Semprún sait que ses mots
comptent double pour le public allemand venu
l’écouter ; à Weimar, Berlin ou Francfort, il s’oblige
donc à une franchise absolue. Au travers de lignes
aussi lucides qu’émouvantes, il s’adresse au
peuple allemand avec la voix de celui qui attend
beaucoup, qui espère beaucoup, non pas tant
pour lui-même que pour l’avenir de l’Europe et de
la social-démocratie.
Parce que le peuple allemand est « le seul à
pouvoir et devoir prendre en compte les deux
expériences totalitaires du XXème siècle : le nazisme
et le stalinisme », « le seul à les avoir vécus dans
sa chair et dans son âme », alors, écrit Semprún,
« il ne peut les dépasser qu’en les assumant critiquement de façon conséquente et approfondie ».
Il en va de l’avenir de la démocratie allemande et
de l’unité de l’Europe. Magnifique discours que
celui de l’Européen Semprún, qui demande aux
Allemands de s’assumer, pour pouvoir ensuite
assumer le projet européen.
Aux Allemands, Semprún lance un appel permanent à la responsabilité ; avant comme après la
réunification, plus que d’autres, mieux que d’autres,
les Allemands ont la responsabilité de ne pas
décevoir les espoirs d’une Europe unie. Dès les
années 1980, en militant insatiable de la démocratisation de la RDA et de la réunification allemande,
il entrevoit les perspectives positives d’une Allemagne forte en Europe, passerelle entre l’Ouest et
la Mitteleuropa.
En somme, au travers de ce livre, on perçoit que
si Jorge Semprún est espagnol et français, son rêve
d’une supranationalité européenne le fait toujours
revenir en Allemagne. Il faut lire Une tombe au creux
des nuages, ne serait-ce que pour retrouver le fil de
notre attachement au projet européen, et partager
un peu de la passion européenne de Semprún.
ES PR IT CR I TIQUE I
51
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
L’EUROPE PAR LE MARCHÉ
Histoire d’une stratégie improbable
NICOLAS JABKO
PRESSES DE SCIENCES PO, 10/ 2009
EDITION ACTUALISÉE ET REMANIÉE DE PLAYING THE MARKET :
A POLITICAL STRATEGY FOR UNITING EUROPE, 1985-2005, CORNELL UP, 2006).
PAR
ETIENNE PATAUT
mars 2010
La « décennie Delors » (soit, grosso modo, les
années 1985-1995) reste encore aux yeux de ceux
que la construction européenne enthousiasme une
sorte d’âge d’or. C’est la décennie au cours de
laquelle a été adoptée l’acte unique européen, qui
a permis l’achèvement du marché intérieur et vu
l’édification des fondations de l’Union économique
et monétaire avec, à la clé, l’adoption d’une monnaie unique. C’est encore pendant cette période
qu’a été adopté le traité de Maastricht, créant
l’Union européenne et introduisant dans les textes
fondateurs la notion de citoyenneté européenne.
Pour autant, et ce n’est sans doute pas le moindre des paradoxes, c’est aussi à ce moment qu’a
progressé l’idée, aujourd’hui si profondément
ancrée, selon laquelle l’Europe sera « libérale »,
entièrement orientée autour de la construction
d’un marché à la concurrence libre et non faussée
et dont les enjeux politiques principaux seront
confisqués par une poignée de techniciens non
élus mettant en danger la démocratie telle qu’elle
s’exerce dans le cadre national. Cette ligne d’argumentation a conduit aux graves déraillements de la
construction européenne au moment du rejet du
projet de constitution, que l’on peine encore
aujourd’hui à surmonter.
52
I E SPR IT CR ITIQUE
Le très grand intérêt qui se dégage de la lecture
du livre de Nicolas Jabko vient précisément de ce
qu’il aborde de front et en profondeur ce qui n’est,
le plus souvent, qu’un discours critique assez peu
articulé sur ce caractère libéral de l’Europe. En
étudiant en détail certaines des décisions politiques majeures et les stratégies de négociation
pour y parvenir, il montre précisément comment
les acteurs de la construction européenne se sont
emparés de la notion de marché pour en faire le
levier d’une relance de celle-ci.
A cet égard, le résultat le plus spectaculaire
– qui constitue le cœur de l’ouvrage – est sans
conteste de montrer en quoi le « marché », dans le
cadre de la construction européenne, est en réalité
un répertoire d’idées et non pas un concept aux
contours définis ; de montrer en quoi le recours à
la notion de marché a permis de créer les conditions d’un consensus politique improbable entre
les tenants d’un véritable libéralisme économique
et ceux qui restaient attachés à l’interventionnisme
politique en matière économique, entre les fédéralistes convaincus et les souverainistes militants.
En montrant précisément les conditions politiques d’élaboration de chacun de ces pans de la
construction communautaire, l’étude fait litière
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Il y a bien, dès lors, une stratégie politique à la
fois précise et nouvelle, décidée et mise en œuvre
par les Etats au Conseil, mais sous l’aiguillon efficace et inlassablement actif de la Commission. De
cette politique, la notion de marché était le pivot.
Recourir à celle-ci, c’était utiliser un terme acceptable pour tout le monde pour parvenir à un
consensus sur des réformes dont le caractère économiquement libéral était extrêmement variable.
En d’autres termes, c’est précisément l’extrême
plasticité de la notion de marché qui en a fait l’efficacité politique.
La thèse est originale et ambitieuse. Elle permet
de proposer une explication à quelques paradoxes
bien connus de l’Union européenne. Le fait particulièrement que les deux principaux postes
budgétaires de l’Union soient la Politique agricole
commune et les politiques structurelles, qui sont,
pour dire le moins, des politiques fort peu libérales.
Le fait, encore, que la création de ces fonds structurels ait été l’œuvre presque exclusive de la
Commission européenne, cette même Commission
qui, parallèlement, mettait en œuvre une politique de
concurrence dont on critiquait alors l’extrême rigidité.
Pour étayer son argumentation, l’auteur s’appuie
sur l’étude précise de quatre cas : la construction
d’une zone financière unique, celle d’un marché
intérieur de l’énergie, l’adoption d’une politique
structurelle et l’élaboration d’une Union économique et monétaire. Pour chacun de ces exemples,
qui font l’objet à chaque fois d’un chapitre propre,
le marché sert d’outil de justification, d’argument
rhétorique propre à faire émerger les conditions
d’un consensus politique toujours difficile à obtenir.
Jamais, de ce fait, il n’est chargé du même sens ni
du même rôle.
NICOLAS JABKO
d’une sorte de déterminisme historique rétrospectif. Le visage de l’Europe tel qu’il se présente
aujourd’hui n’était pas forcément impliqué par les
traités tels qu’ils ont été conclus et rédigés en
1957. Que les pères fondateurs aient choisi la voie
de la coopération économique concrète est un fait
acquis. Il n’était aucunement nécessaire, pour
autant, que cette coopération prenne la forme
qu’elle a progressivement adoptée dans les
années 1980, lors de l’élaboration de politiques
dont leurs auteurs ne savaient d’ailleurs pas si elles
allaient ou non être couronnées de succès. De
cela, rien n’atteste mieux que les très grandes
incertitudes qui, jusqu’au dernier moment, ont
affecté l’adoption progressive de l’euro.
Chacun de ces chapitres, parfois assez techniques, permet de suivre pas à pas l’élaboration
de la décision, les hésitations, les volte-face
parfois, qui ont accompagné le processus. La description de ce que l’auteur appelle la « saga de la
libéralisation de l’électricité », par exemple, permet
de montrer à merveille la très grande ambiguïté
des acteurs de l’époque, à commencer par les
Français, qui d’un côté ont semblé un moment
s’opposer à la libéralisation tout en préparant leur
industrie à en tirer les bénéfices. L’Union européenne, en jouant sur ces ambiguïtés, a réussi à
convaincre progressivement un ensemble d’acteurs
aux intérêts divergents que la construction d’un
marché intérieur de l’électricité était effectivement
souhaitable et qu’il était nécessaire d’introduire
une concurrence là où elle n’existait pas. L’objectif
de l’auteur n’est pas ici de se prononcer sur les
vertus ou les défauts d’une telle libéralisation. Il est
plutôt de montrer comment, en s’appuyant sur
l’idée de marché (et en modifiant très profondément,
et à plusieurs reprises, ses propositions) la Commission a pu faire adhérer des Etats aux politiques
très différentes à un projet d’une incontestable
ampleur économique et politique.
Dans le même sens, mais en donnant cette fois
à la notion de marché un contenu tout à fait différent, c’est la Commission qui s’est chargée de
convaincre les Etats d’abonder à des fonds
chargés d’être dépensés dans le cadre de la politique structurelle. Le choix était ici doublement
risqué, d’abord parce que ces fonds, en tant que
ES PR IT CR I TIQUE I
53
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
mécanisme de redistribution, n’ont rien de libéral,
ensuite parce qu’ils supposaient une augmentation
du budget global de l’Union dont les Etats étaient
alors loin d’être convaincus. La justification était ici
encore celle de la construction d’un marché, vu
cette fois comme un espace commun au niveau de
développement comparable. Aux tenants du laisserfaire, on faisait valoir que compenser les inégalités
régionales de l’Europe à l’aide des fonds structurels, c’était améliorer la compétitivité des régions.
Aux interventionnistes, on affirmait qu’il s’agissait
là d’un embryon de politique sociale. Dans les
deux cas, c’était bien le marché qui servait de
pivot à l’argumentation, permettant d’obtenir
l’adhésion des différents gouvernements européens, de droite comme de gauche.
Construire l’Europe par le marché, dès lors,
c’était aller de l’avant dans la construction européenne, c’était lancer des projets politiquement
très ambitieux, en rassemblant autour de ceux-ci
des Etats aux conceptions économiques et politiques fortement divergentes. Le résultat n’était pas
garanti d’avance. Avec le recul, il faut saluer un
incontestable succès, dont Nicolas Jabko permet
de beaucoup mieux comprendre les ressorts.
Et maintenant ?
Il apparaît assez clairement que la stratégie du
marché montre aujourd’hui ses limites. L’ambiguïté
fondamentale du recours à la notion de marché,
tout d’abord, ne pouvait perdurer infiniment. Des
choix politiques essentiels doivent aujourd’hui être
faits et assumés peut-être plus clairement qu’ils ne
l’ont été jusqu’ici. Par ailleurs, le rejet assez massif
dont fait l’objet le recours aux seuls arguments économiques, encore accentué par la crise, montre qu’il
est aujourd’hui urgent de trouver d’autres leviers
d’action. Ces leviers, institutionnellement, existent
déjà. Depuis le traité de Maastricht, tout particulièrement, ont été élaborés de nouveaux instruments,
visant précisément à faire sortir de son lit purement
économique la construction européenne.
54
I ESP RIT CR ITIQUE
A cet égard, plus que l’Europe sociale, encore
largement théorique, l’espace de liberté, sécurité,
justice est peut-être l’un des candidats les plus
prometteurs. Au sein de l’Europe, en effet, se bâtit
progressivement un espace de justice au service
du citoyen encore largement méconnu mais potentiellement de grande envergure. La promotion des
libertés fondamentales, l’élaboration d’un statut du
citoyen et de la famille européenne, l’émergence
d’une nouvelle coopération pénale : tous ces
nouveaux domaines, et bien d’autres encore, sont
désormais explorés au sein de l’espace de liberté,
sécurité, justice. Leur importance indéniable, leur
proximité avec les préoccupations quotidiennes
laissent penser qu’il s’agirait là d’un domaine
d’action à la fois ambitieux et susceptible de
réconcilier l’Europe avec ses citoyens.
Le levier existe donc bien. Il reste à trouver un
nouveau Delors pour s’en emparer.
BORIS PETRIC
JEAN-F RAN Ç OI S GOSSI AU X
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
EUROPA MON AMOUR. 1989-2009
Un rêve blessé
BORIS PETRIC et JEAN-FRANÇOIS GOSSIAUX
EDITIONS AUTREMENT, SEPTEMBRE 2009
PAR
JOËL LE DEROFF
novembre 2009
Soit une année de crise passablement déprimante. Soit une élection parlementaire européenne
particulièrement ratée. Pour l’ensemble de la
gauche et dans l’ensemble des pays européens,
ce qui représente d’ailleurs une première en
termes de convergence politique constatée dans
l’ensemble de l’Union européenne.1
Voilà de surcroît qu’arrive le vingtième anniversaire du 9 novembre 1989, alors même que,
soyons honnêtes, nous peinons à actualiser la
carte de l’Europe inscrite dans notre cortex. Ne
nous arrive-t-il pas encore d’opposer « nouveaux
membres » et « anciens membres » de l’Union,
voire « Est » et « Ouest », comme si la Grèce et la
Finlande n’étaient pas à l’est de la République
Tchèque et de la Slovénie, et comme si ces dernières n’avaient pas largement rattrapé le niveau
de vie du Portugal ?
Il y a matière à repenser notre logiciel européen… Vite, un bol d’air !
Quinze universitaires, sociologues, anthropologues et ethnologues se retrouvent pour nous
offrir quelques tranches de vie et de recherche,
dans un ouvrage coordonné par Boris Petric et
Jean-François Gossiaux, de l’EHESS. Difficile d’y
voir un ouvrage à thèse, si ce n’est par le postulat
que l’Europe peine à panser ses plaies et à penser
son identité réunie. L’essentiel, ce sera plutôt un
regard « qualitatif » vivant sur l’Europe d’aujourd’hui, un regard dirigé plus spécifiquement sur
l’espace postcommuniste, mais révélateur de la
recherche d’identité d’une Union dont tous les
membres, sans bien s’en rendre compte, vivent
en symbiose.
VOYAGE, VOYAGE…
L’auteur de cet article a eu le privilège de se
plonger dans la lecture de cet ouvrage lors d’un
passage à Varsovie. Et engage ses lecteurs à suivre ce petit livre, pour voyager à leur tour dans les
pays voisins, en oubliant quelques instants les
questionnements théoriques et généraux sur la
« transition » d’après 1989, et se représenter
certaines des questions très politiques, très matérielles, très spécifiques et surtout très diverses
qui occupent la vie publique de la Bulgarie, de
l’Allemagne, de la Serbie, de la Hongrie ou de
la Pologne.
1. A l’exception notable mais isolée de la Grèce, où le parti socialiste PASOK, après une victoire aux élections législatives
européennes de juin, vient de remporter un triomphe aux élections générales d’octobre 2009.
ES PR IT CR I TIQUE I
55
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Ils découvriront beaucoup de questions de
mémoire, beaucoup d’écriture(s ?) de l’histoire,
beaucoup d’interrogations et de débats. Des
débats rendus possibles, des débats devenus
inévitables avec l’instauration de nouvelles démocraties aussitôt insérées dans un système libéral
plein d’opportunités nouvelles, mais peu disposé
à laisser les nouveaux venus inventer leur propre
modèle de société. De la confrontation avec le
passé proche au retour des souvenirs douloureux
d’avant 1945, un travail a commencé qui n’amènera pas de réponse simple. Un travail qui
concerne tout le continent.
Exemple insolite : la reconstruction du champ
politique hongrois, entre un camp conservateur et
un camp socialiste et libéral, mis en perspective à
partir des « ré-enterrements politiques » successifs,
dans un cycle entamé par la mise en scène d’une
cérémonie nationale en l’honneur d’Imre Nagy et
de ses compagnons de 1956.
... VERS DES PROBLÉMATIQUES
BIEN FAMILIÈRES
Les lecteurs redécouvriront également des
questions politiques dont la gestion appartient
désormais à l’ensemble de l’Union européenne.
Soient des réfugiés demandant l’asile en
Europe en abordant notre continent par la Roumanie, où ils ne sont pas toujours bien reçus : centres
de rétention, aide administrative, juridique et
linguistique laissant à désirer. Pas la peine de
développer plus avant, un militant français bien
informé aura compris que de Bucarest à Paris, les
enjeux et les combats sont les mêmes.
Soient une subculture et une musique populaire
tendanciellement vulgaires, apanages, en Bulgarie,
de nouveaux riches aux fortunes subites et parfois
douteuses, mettant en scène le pouvoir de l’argent. Voici un courant, dit chalga, qui s’inscrit dans
un contexte postcommuniste spécifique, mais qui
56
I ESP RIT CR ITIQUE
est trop bling-bling pour être étranger aux concitoyens de Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi.
Soient des travailleurs saisonniers à la recherche
d’opportunités dans l’espace d’un vaste marché du
travail largement unifié, complétant des salaires
trop bas par une activité temporaire mieux rémunérée, à quelques centaines de kilomètres de leur
domicile. Soient des entrepreneurs pris dans les
contraintes de la mondialisation, soupesant la
question des délocalisations, revivant in fine les
mêmes questions, de la riche Vénétie à la Moldavie roumaine…
QUELQUES QUESTIONS POLITIQUES
POUR NOTRE AVENIR
Les Européens, malgré leurs différences de sensibilité, malgré les déclinaisons nationales et
locales des situations auxquelles ils doivent apporter des réponses, ont manifestement besoin de
rechercher des solutions concertées. En dépit des
insatisfactions, en dépit des rêves de prospérité
parfois déçus, dix ans après 1989, une communauté de destin s’est créée au gré des échanges
économiques et des mouvements de population.
Tout le monde n’en a pas une claire conscience,
mais c’est un fait.
Il devient urgent de rendre cette communauté
présente à elle-même, pour que les citoyens puissent penser leur lien à la décision politique à
l’échelle de l’Union. C’est une exigence démocratique qui conditionne l’avenir de notre « rêve
blessé ». Les interviews qui concluent l’ouvrage
le soulignent.
Pour Elie Barnavi2, notre Union a besoin d’une
âme, d’un sentiment d’appartenance incarné dans
des symboles, une pédagogie et un (des ?)
projet(s) politique(s) conçu(s) et défendu(s) à sa
2. Auteur notamment, en 2008, de L’Europe frigide. Essai sur un
projet inachevé, Bruxelles, André Versaille éditeur.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
BORIS PETRIC
JEAN-F RAN Ç OI S G OSSI AUX
dimension. Marc Abélès, qui emploie, depuis
le début des années 1990, son talent d’anthropologue à l’analyse du fonctionnement des
institutions communautaires, le rejoint largement.
Il propose une vision du vivre ensemble européen,
fondée sur la conscience d’une « survivance »
conditionnée par la recherche de solutions
politiques et de protections sociales communes.
Et en tire les conséquences : pouvoir et contrepouvoirs doivent être pensés et identifiables à
l’échelle européenne.
Et « Bruxelles », dans tout cela ? Si « Bruxelles »
cessait d’être ce mot-symbole, lourd de sousentendus parfois menaçants, ce mot-paravent
placé par commodité et paresse entre les citoyens
et les acteurs et procédures de décision politique ?
Alors Bruxelles, tous guillemets ôtés, deviendrait ce
qu’elle est déjà : une capitale avec ses administrations, ses représentations diplomatiques, ses
groupes d’intérêt, ses rites et ses rendez-vous.
Une capitale à dimension humaine, une ville où
plusieurs sociétés se croisent, avec ses habitants
belges et son caractère incroyablement et paisiblement cosmopolite. Une réalité saisie dans un bel
article-instantané par Arnaud Appriou, haut fonctionnaire formé à l’anthropologie et à l’ethnologie.
ES PR IT CR I TIQUE I
57
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LA RÉVOLUTION EUROPÉENNE
1945-2007
ELIE BARNAVI et KRZYSZTOF POMIAN
EDITIONS PERRIN, FÉVRIER 2008
PAR
JOËL LE DEROFF
octobre 2008
Décrivant la tendance à l’unification qui s’est
peu à peu concrétisée depuis 1945, qu’a donc de
révolutionnaire ce livre ? Certainement pas les faits
qu’il relate, car il ne s’agit pas d’un travail de
recherche historique de nature à apporter des révélations ou à mettre en lumière des événements mal
connus. A tel point qu’un lecteur sévère pourrait
juger n’avoir pas beaucoup appris en le refermant.
Il se tromperait : le but des auteurs est autre.
« Il s’agissait, en allant à l’essentiel, d’insérer le
processus de l’unification de l’Europe dans la
logique historique globale qui l’a rendue possible ».
Extraite de l’avant-propos, cette phrase peut résumer l’ambition d’un ouvrage écrit à quatre mains
par Elie Barnavi, ancien ambassadeur d’Israël en
France et directeur du Centre d’études internationales de l’Université de Tel-Aviv, également connu
pour son engagement au sein du mouvement La
Paix Maintenant, et de Krzysztof Pomian, directeur
de recherche au CNRS et professeur à l’Université
de Torun, en Pologne.
L’EUROPE, UNE ENTITÉ PARFOIS DIVISÉE
MAIS TOUJOURS SINGULIÈRE
La révolution européenne est un livre à thèse :
« assurément, l’Europe est une option idéologique.
58
I ESP RIT CR ITIQUE
Qu’il soit clair d’emblée que c’est la nôtre ». Cette
mise au point effectuée, et après une introduction
qui évoque Le monde d’hier, la célèbre autobiographie de Stefan Zweig, les auteurs donnent
corps à leur vision de ce qu’est l’Europe. C’est
celle d’un ensemble géographique, mais aussi
politique et culturel, doté d’une identité propre et
spécifique qui le distingue du reste du monde,
quelles que soient les divisions sanglantes qu’il a
connues au cours du XXème siècle.
Or, en 1945, après les déchirements dus aux
bellicismes et aux totalitarismes, si la puissance
historique de l’Europe s’est annihilée, il se trouve
que son identité singulière demeure. Les forces
centripètes qui avaient germé dans l’entre-deuxguerres reprennent alors vigueur. Il ne s’agit pas
d’une alternative aux nations existantes, comme le
suggère la caricature malveillante des souverainistes d’hier et d’aujourd’hui. Bien au contraire.
Elie Barnavi et Krzysztof Pomian citent Raymond Aron fort à propos : « le choix n’est pas celui
[…] entre une Europe unifiée et la diversité des
nations. Il est entre deux conceptions dont l’une
est le totalitarisme, qui empêche de concilier, et
l’autre le fédéralisme, qui permet de concilier
l’existence de l’Europe […] avec la diversité des
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Des guerres mondiales au traité de Lisbonne,
du blocus de Berlin aux élargissements de l’Union
en passant par un 1968 dont l’Ouest n’a pas eu
l’exclusivité, les auteurs s’attachent à parcourir une
fois de plus les événements qui ont marqué les
décennies écoulées sur notre continent. Ils soulignent sans relâche combien l’unité européenne,
objectif et réalisation politique, est aussi en partie
une donnée préexistante, tant les références culturelles, artistiques, politiques et sociales sont
partagées. Une illustration parmi d’autres : les
intellectuels dissidents d’Europe centrale, du
temps de la Guerre Froide, sont dépeints comme
les plus européens des Européens de leur temps.
Au final, cette lecture est une occasion de réviser son histoire contemporaine de l’Europe de
manière à accepter comme une évidence la
phrase souvent entendue en 2004 : les élargissements sont des réunifications.
LE PARI DES AUTEURS : LA CONSTRUCTION
D’UN RÉCIT HISTORIQUE EUROPÉEN
La portée révolutionnaire que veut se donner
cet ouvrage ne réside pas, on l’a dit précédemment, dans les informations factuelles qu’il
apporte. Pour mieux saisir l’enjeu historiographique et pédagogique, il est permis de se référer
à une facette du concept de récit historique développé par Paul Ricœur. Selon celui-ci, une des
caractéristiques de l’histoire est que sa compréhension est liée aux mécanismes cognitifs de la
compréhension narrative. Ce lien n’est certes pas
direct et univoque. En tout état de cause, il met en
évidence l’importance de la manière dont on écrit
– dont on raconte – l’histoire.
E L I E B A R N AV I
KRZYSZTOF POMIAN
nations ». Ces mots doivent être replacés dans le
contexte de l’année 1946, mais leur sens reste à
méditer : affirmer et construire une communauté
de destin entre les peuples européens est en réalité le moyen de protéger leur diversité. Unie dans
la diversité ? Dans les années 2000, la devise proposée pour l’Union européenne fait écho aux
propos prononcés soixante ans auparavant.
Or il est certain que jusqu’ici en Europe, on écrit
principalement des histoires nationales. Ce sont
des histoires nationales que l’on apprend de
l’école primaire au lycée, et qui forgent le socle
culturel des citoyens européens. Au cours des
décennies, nous sommes passés d’une situation
où cette histoire apprise contribuait à enraciner les
rancœurs, de guerre en guerre, entre les peuples,
à une vision relativement apaisée des choses,
grâce à laquelle les écoliers apprennent aussi les
bénéfices de la coopération internationale et de la
construction européenne. Pourtant, ces évolutions
heureuses restent inscrites dans la perspective de
l’histoire de France, de l’histoire britannique, de
l’histoire de la Pologne…
L’expérience et le pari d’Elie Barnavi et de
Krzysztof Pomian sont de cet ordre : revisiter des
événements connus pour les présenter sous la
forme d’une histoire de l’Europe. C’est à cette
aune que doit être apprécié le résultat auquel ils
parviennent, et c’est bien là que se situe l’option
idéologique revendiquée dans l’avant-propos.
La construction de l’ouvrage va dans ce sens, qui
met en miroir dans les mêmes chapitres les développements consacrés à l’Europe occidentale des
premières Communautés européennes avec ceux
qui retracent les temps marquants de la vie des
démocraties populaires, sans oublier les interactions avec les grandes puissances mondiales ni la
disparition des empires coloniaux. La lecture aisée
témoigne du « plaisir pris à l’écrire » dont font état
les auteurs.
L’enjeu est certainement de taille, et le projet
européen gagnerait à favoriser de telles expériences. Savoir dire cette histoire de l’Europe est
une des conditions pour que les citoyens, peu à
peu, apprennent à donner plus de sens à l’entité
politique qui s’est construite depuis les traités de
Rome. Ce livre, qui pourrait être lu dans le cadre
ES PR IT CR I TIQUE I
59
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
du programme de classe de terminale, témoigne
d’un travail digne d’inspirer les manuels d’histoire.
L’expérience du manuel franco-allemand publié à
partir de la rentrée 2006 par les éditeurs Nathan et
Ernst Klett Verlag est un des trop rares exemples
de l’effort fondamental à mener en ce domaine.
« Il nous reste à espérer que nous avons su en
convaincre les lecteurs », s’interrogent les auteurs.
Chacun jugera. Il est pourtant évident qu’ils posent
une problématique historiographique qui est le
pendant d’un enjeu politique souvent négligé :
l’Union européenne a élaboré des institutions politiques qui sont une nouvelle forme, révolutionnaire
à sa façon, de démocratie représentative à l’échelon supranational. Ses dirigeants, qui l’ont forgée,
n’ont pas pour autant su construire, à ce jour, une
culture politique dont ils auraient eux-mêmes besoin
pour informer et tenir des discours capables d’organiser la médiation nécessaire entre les citoyens et le
pouvoir normatif qui est celui des institutions communautaires. Pour que la politique européenne ne
fasse pas seulement la norme, mais qu’elle fasse
aussi sens pour le plus grand nombre.
60
I ESP RIT CR ITIQUE
JACQUES DELORS
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
L’EUROPE TRAGIQUE ET MAGNIFIQUE.
Les grands enjeux européens
JACQUES DELORS
EDITIONS SAINT-SIMON, FÉVRIER 2007
PAR
JOËL LE DEROFF
juillet 2007
Jacques Delors a la particularité d’être à la fois
une des figures tutélaires de la gauche française
et de la construction européenne. Mais s’il a été le
ministre de l’Economie et des Finances des trois
premières années de l’ère Mitterrand, il n’a pas,
après ses mandats à la Commission européenne
(janvier 1985-décembre 1994), effectué de retour
à la politique nationale à la manière d’un Romano
Prodi. Plus qu’un leader, il reste donc la référence
pour la gauche pro-européenne.
tude n’est reconnue comme vérité, sauf si elle
est constamment redécouverte. » De l’analyse de
l’acquis à la prospective, c’est, pour reprendre une
expression utilisée par des amis, mais aussi par
des adversaires politiques, le « logiciel Delors » qui
s’offre à nous.
S’attend-on à un récit à la première personne,
sur le ton de l’autobiographie ? Il a écrit des
Mémoires pour cela (Plon, 2004). Cet ouvrage-ci
est celui d’un militant. Jacques Delors est d’abord,
depuis son engagement dans le syndicalisme
chrétien-social, un militant. Douze ans après avoir
quitté le sommet des institutions communautaires,
il l’est toujours. Pour les cinquante ans du traité de
Rome, l’ouvrage qu’il nous livre est un recueil passionné de ses travaux et de ceux du think tank
Notre Europe.
S’agissant de célébrer le cinquantième anniversaire du traité de Rome et de l’institution de la
Communauté économique européenne, il semblait
impossible d’échapper à un exercice de style
devenu habituel. Les ingrédients sont connus. Il y
a l’élan des pères fondateurs, la paix consolidée,
la réunification du continent après la fin de la
Guerre Froide. Le vote de 2005 l’a prouvé, ces
considérations ne sont pas contestées, mais elles
n’enthousiasment plus. Jacques Delors apporte la
chair et la vitalité qui rendent une dynamique à la
célébration de l’œuvre européenne.
Ce livre est un écho à la conviction exprimée
par le premier directeur du Collège de l’Europe de
Bruges, Hendrik Brugmans : « l’Europe est un
pays où les gens sont toujours en lutte les uns avec
les autres. L’Europe est l’endroit où aucune certi-
L’EUROPE, CINQUANTE ANS APRÈS :
ANALYSE SANS CONCESSION,
FIERTÉ DE L’ACQUIS
Cela n’exclut pas l’analyse de ce qui ne s’est pas
déroulé au mieux, au premier chef l’élargissement
aux pays d’Europe centrale et orientale. Manque de
préparation, nous dit Delors, qui développe en
ES PR IT CR I TIQUE I
61
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
nous obligeant à sortir de notre ressenti d’Européens de l’Ouest. Le problème, dit-il, c’est que
NOUS n’avons pas été intéressés par l’expérience
qui a été celle de l’Est, NOUS ne nous sommes
pas préparés à donner aux nouveaux membres ce
qu’ils espéraient. Nous sommes co-responsables,
s’il y a incompréhension. La France n’a-t-elle pas
été bénéficiaire de l’ouverture des échanges avec
la Pologne, avant même son entrée dans l’Union ?
Qui a parlé du plombier polonais ?
patronats. Elle peut et elle est cela, et beaucoup
plus. L’auteur de cet article, travaillant dans la
santé et la sécurité au travail, en sait quelque
chose, puisque les directives dans ce domaine ont
harmonisé les normes en vigueur, et largement par
le haut.
Ce qui pourrait aller mieux, c’est aussi cette
Union économique et monétaire qui devrait marcher sur deux jambes, politique monétaire et
politique économique, mais qui boite à cause de
l’atrophie de la seconde. C’est cette stratégie de
Lisbonne, grand leitmotiv européen (voyez les
documents issus du dernier congrès du PSE). Les
méthodes qui devraient servir sa mise en œuvre,
notamment la fameuse « méthode ouverte de coordination », n’ont pas fait leurs preuves.
L’Union et la Communauté ont des institutions
dont le modèle remonte à 1950 et au traité CECA.
Jacques Delors est un défenseur inconditionnel de
leur équilibre, avec cette nuance qu’il réfléchit aux
réformes à apporter. Tout doit se faire, selon lui, en
consolidant le triangle Conseil-Commission-Parlement : « c’est un modèle qui garantit le respect de
la loi, la responsabilité démocratique et l’efficacité
de l’action ».
Mais l’Union européenne que Jacques Delors
rappelle à notre souvenir est d’abord celle de succès concrets. Le succès d’un modèle d’Etat de
droit, d’un espace de droits fondé sur des valeurs
et sur un acquis communautaire qui rapproche
aujourd’hui les pays du continent. Un système
dans lequel 27 pays décident et appliquent des
règles uniques, et sont soumis à la jurisprudence
d’une seule Cour de justice.
S’il faut tordre le cou à une légende tenace,
l’Europe, c’est l’Europe sociale. Déjà. L’Union qui
est la nôtre encourage la société civile organisée,
elle promeut le dialogue social tripartite, elle donne
des instruments aux partenaires sociaux. Jacques
Delors fut le promoteur de ce processus dès son
arrivée à la tête de la Commission. Il nous prévient :
il ne s’agit pas d’une potion magique, les Etats
restent responsables de leurs politiques sociales.
Mais l’Europe sociale produit des normes sociales
minimales, et pourrait en produire plus ; elle fournit
le cadre d’accords collectifs entre syndicats et
62
I ESP RIT CR ITIQUE
LE « LOGICIEL DELORS »,
LA DÉFENSE DU MODÈLE
INSTITUTIONNEL COMMUNAUTAIRE
Ce préalable posé, il insiste sur le besoin de
décharger le Conseil européen (chefs d’Etat et de
gouvernement) pour qu’il puisse se concentrer sur
les tâches de direction, doté d’un président au
mandat dépassant six mois. Le Conseil des ministres doit disposer d’une formation permettant à
des ministres chargés spécifiquement des affaires
européennes, se réunissant toutes les semaines,
d’assurer la gouvernance. Quant au « gouvernement économique », c’est un slogan, mais il s’agit
de donner aux politiques économiques de la zone
euro une vraie cohérence, qui fasse pendant à la
Banque centrale européenne (BCE). Impossible et
dangereux, en revanche, de remettre en cause
son indépendance.
Ces missions sont en tous les cas à mener sous
le regard plus averti de l’opinion et d’un Parlement
européen dont le renforcement doit se poursuivre.
Jacques Delors se fait aussi l’avocat d’une personnalisation de la démocratie européenne, en
améliorant la désignation du président de la Commission par le Parlement, et la responsabilité
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Un avis d’expert nous est donné sur la notion
« d’avant-garde ». Celle-ci a été mal comprise.
Delors ne renie pas pour autant l’idée selon
laquelle l’élargissement doit s’accompagner de la
possibilité pour certains pays, dans le respect de
la méthode communautaire, d’entreprendre la
mise en commun de certaines politiques avant les
autres Etats membres, à condition que tous puissent rejoindre les précurseurs dès qu’ils le peuvent
et dès qu’ils le veulent.
Synthétisant sa vision institutionnelle, la formule
delorienne de fédération d’Etats-nations est connue.
« Ce que je retiens de la méthode fédérale, c’est
qu’elle permet de savoir qui fait quoi, et donc aux
citoyens de sanctionner ce qui leur paraît non
conforme au mandat qu’ils ont donné à leurs dirigeants […] Et ce que je retiens de l’histoire, c’est
que les Etats-nations doivent demeurer ». En
quelques lignes, la définition du principe de subsidiarité qui a tant intrigué les Français !
L’EUROPE À LA RECHERCHE D’UNE VISION
Si l’Europe de 2007 est en crise, les causes n’en
sont pas qu’institutionnelles. Jacques Delors
regrette certes le Traité constitutionnel, mais il souligne le rôle d’autres facteurs, et pour commencer
l’absence de vision des responsables politiques
européens, leur incapacité à proposer et confronter
des projets ou à passer des compromis gagnants.
Le projet européen, se plaît-il à dire, repose sur
le développement concomitant de trois dimensions
politiques qui sont aussi des valeurs : « la compétition qui stimule, la coopération qui renforce, la
solidarité qui unit ».
Le premier tort de nos dirigeants est d’accorder
du crédit à la notion de juste retour. Le reproche
s’adresse principalement aux gouvernements, y
compris français, qui ont réussi à limiter le cadre
des perspectives financières du budget européen.
La solidarité européenne, faut-il le rappeler, n’est
pas un jeu à somme nulle ! Les dépenses réalisées
dans les pays les moins riches favorisent leur développement en tant que partenaires, et en fin de
compte profitent à tous. Les résultats des précédents élargissements l’ont montré.
JACQUES DELORS
politique de la première. Des éléments qui auraient
été renforcés par le Traité constitutionnel. Pour
autant, Delors ne plaide pas pour que les partis
européens reproduisent les clivages et les affrontements bipolaires nationaux.
Autre erreur de certains leaders : la recherche
de frontières définitives. Jacques Delors refuse
d’exclure a priori la Turquie, puisque c’est ce pays
qui fait le plus débat. Sa position est plus générale
et découle d’une réflexion sur notre identité et
l’appartenance à l’Europe. La citation s’impose :
« en continuant de supposer qu’une identité européenne préalable est inscrite dans l’histoire, et que
cette tendance permet de construire l’Europe politique sans avoir à réfléchir à son contenu […],
nous nous préparons des lendemains difficiles. […]
Il faut inverser les termes […] La construction
d’une identité doit donc être le préalable, et non
pas le présupposé, de tout projet européen. »
La q u e s t i o n e s t : q u e vo u l o n s - n o u s f a i r e
ensemble ? Il faut à la grande Europe à vingt-sept
ou trente des objectifs réalistes. Ce qui ne veut pas
dire modestes. Premièrement, la paix et la compréhension dans toute l’Europe (dans les Balkans, aux
marges de la Russie). Deuxièmement, l’Europe
doit inventer et consolider une politique de développement solidaire et soutenable, tenant compte
de l’environnement, des principes de libre circulation, de la cohésion économique et sociale, de
minima sociaux, du dialogue social. Troisièmement, nous devons promouvoir la diversité de nos
cultures comme une richesse. C’est à ce prix que
le « Gulliver enchaîné », puissance à faible volonté,
saura trouver son rôle. Les Européens doivent
identifier les questions internationales que l’Europe
peut traiter, se donner prudemment les institutions
ES PR IT CR I TIQUE I
63
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
et les experts qui pourront les gérer. Nous en partageons déjà les valeurs : multipolarité, aversion
pour la force, foi dans le droit international.
Il appartient « à l’Europe de montrer que les
exigences de rentabilité économique peuvent être
conciliées avec la prise en compte de l’avenir ».
Faut-il oser le parallèle avec la question de Ségolène Royal, le 11 février dernier, à Villepinte :
« Avons-nous quelque chose à dire encore
au monde ? » ?
LE « LOGICIEL DELORS »,
UNE CONCEPTION DU MILITANTISME
Le discours de la méthode de Jacques Delors
n’est pas réductible à l’analyse des institutions,
c’est ce qui le distingue du technocrate. L’Europe
tragique et magnifique est révélateur des modalités d’engagement de l’auteur après son départ de
la Commission Européenne. Ce livre est le produit
d’un militantisme collectif, incarné dans ce cas
par Notre Europe, un think tank consacré à la
recherche, à la production et à la diffusion de
prises de position sur toutes les questions d’intérêt
général européen. Après Delors, Notre Europe a
été présidée par Pascal Lamy, commissaire européen (1999-2004) et Tommaso Padoa-Schioppa,
éminent économiste aujourd’hui ministre de
Romano Prodi.
Le message de Jacques Delors est celui d’un
homme de gauche. Ses appels les plus directs au
combat politique sont ceux lancés lors de la campagne référendaire de 2005. Ils s’agissait, bien
sûr, de la défense du Traité établissant une Constitution pour l’Europe, lequel, inutile d’y revenir,
comportait autant de proclamations sociales que
de principes libéraux, était révisable dans les
mêmes conditions que les textes en vigueur,
apportait des droits supplémentaires et des instruments nouveaux, par exemple pour la défense des
services publics. Pour le reste, le maintien des
règles de concurrence est le socle juridique de la
64
I ESP RIT CR ITIQUE
lutte contre les dérives monopolistiques, faut-il
le rappeler ? Ces arguments sont connus, leur
conclusion est logique. Le référendum du 29 mai
2005 était une nouvelle occasion pour les souverainistes de faire entendre leur voix légitime.
Pour qui veut améliorer l’Europe, il faut se battre
de l’intérieur. C’est sur ce point que le lecteur trouvera une analyse originale, malheureusement peu
appliquée par les tenants du « non » comme par
ceux du « oui » : « La démocratie c’est la lutte !
Pourquoi la gauche serait-elle battue d’avance ? ».
Conclusion : « Battons-nous !» L’Europe, nous la
voyons par le prisme de l’idéal souhaité, quand il
y aura une Constitution, quand nous aurons un
Traité social. Mais l’Europe, n’est-ce pas, surtout,
une réalité déjà présente ? N’est-ce pas l’évidence
que les traités actuels, Constitution ou pas, nous
donnent des droits, et que c’est à nous de les faire
valoir ? Où sont les programmes et les débats
construits autour des compétences législatives qui
sont aujourd’hui celles de l’Union, dans le cadre
desquelles nos élus européens et nos gouvernements sont législateurs ?
Les miracles, nous dit Jacques Delors, font partie de l’histoire de la construction européenne. Le
miracle qui vit l’échec de la Communauté européenne de défense dépassé par le traité de
Rome, le Conseil européen de Fontainebleau qui
propulsa la Communauté vers l’Acte unique, Maastricht, qui, malgré la confusion née de la chute du
Mur de Berlin, traça le chemin de la monnaie
unique. Pour que de nouveau, le projet commun
puisse renaître de la crise, il faut expliquer, écouter,
informer sans cesse, comme cela a été trop
souvent oublié.
Vite, car « les Européens sont sommés par
l’histoire de choisir entre le déclin peut-être doré et
la survie, comme ensemble politique fier de ses
traditions et de ses cultures, mais aussi fier d’une
puissance à bâtir ».
NOUVEAU SIÈCLE
N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
- III Un siècle idéologique (valeurs et idées) ?
R A F FA E L E S I M O N E
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LE MONSTRE DOUX
L’Occident vire-t-il à droite ?
RAFFAELE SIMONE
EDITIONS GALLIMARD, SEPTEMBRE 2010
PAR
JOËL LE DEROFF
février 2011
Pour les lecteurs des interviews accordées par
Raffaele Simone en France à la rentrée 2009 1,
l’achat de cet essai a certainement paru impératif.
Venu d’un pays précédant régulièrement le reste
de l’Europe dans les cataclysmes politiques, et tout
aussi régulièrement suivi par ses voisins, cet essai,
selon Le Monde, « aide à comprendre » « l’effondrement de la gauche européenne, alors que le
continent souffre des contrecoups de la crise
financière née des excès du libéralisme ».
Dans une critique publiée par l’OURS à la fin de
l’année dernière 2, Alain Bergounioux remarquait
que Le Monstre doux ne propose pas pour autant
de solution innovante à la situation des forces progressistes européennes. Il reconnaissait dans le
même temps que certaines des analyses de l’auteur, un linguiste, ont une valeur explicative
originale, trop peu exploitée par les responsables
politiques et les chercheurs français. Il reste que
l’essai pèche par nombre d’inexactitudes et par
des raccourcis imprudents.
DÉCHIFFRAGE D’UN PHÉNOMÈNE
POLITIQUE PAR UN LINGUISTE
L’intuition la plus saisissante de Raffaele Simone
est d’avoir emprunté à une prophétie de Tocqueville
la description de ce « monstre doux » qui peu à peu
s’impose aux peuples et aux institutions occidentales, sans en modifier la forme, mais en créant de
fait une nouvelle forme de régime politique.
Voici donc que le Zeitgeist (l’esprit du temps)
répandrait partout un nouveau despotisme culturel
de masse, adapté aux démocraties, avilissant les
hommes mais sans les tourmenter : « je vois une
foule innombrable d’hommes semblables et égaux
qui tournent sans repos sur eux-mêmes pour se
procurer de petits et vulgaires plaisirs, dont ils
emplissent leur âme. Chacun d’eux […] est comme
étranger à la destinée de tous les autres ». Derrière
ces hommes, « s’élève un pouvoir immense et
tutélaire » qui « ne cherche […] qu’à les fixer irrévocablement dans l’enfance » et « rend moins utile
et plus rare l’emploi du libre arbitre ».
La description d’une société contemporaine
dominée par des valeurs de consommation, de
1. Cf. notamment Raffaele Simone, « Pourquoi l’Europe s’enracine à droite », Le Monde Magazine, 12 septembre 2010 :
http://www.lemonde.fr/politique/article/2010/09/12/pourquoi-leurope-s-enracine-a-droite_1409667_823448.html
2. Cf. Alain Bergounioux, « Un boulevard pour la droite ? »,
L’OURS, Mensuel socialiste de critique littéraire culturelle artistique, n°402, novembre 2010.
ES PR IT CR I TIQUE I
67
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
divertissement et de jeunisme est éclairante. Elle
renforce le paradigme de Raffaele Simone, selon
lequel les droites modernes, de Silvio Berlusconi à
Nicolas Sarkozy, sont à la fois le moteur et l’émanation de ce « monstre doux » qui prospère dans
tout l’Occident.
En posant la question de la « naturalité » de la
droite et de « l’artificialité » de la gauche, Raffaele
Simone met aussi le doigt sur la différence constitutive des deux pôles de la vie politique. Cette
différence conditionne leur capacité respective à
détenir l’initiative politique et sociale dans un
moment historique dominé par une version nouvelle d’« ultracapitalisme » financier et mondialisé.
Si les droites, toujours conservatrices, ont pour
seul moteur la mise en œuvre nationale de politiques de communication modernes visant à
légitimer l’ordre socio-économique, alors leur
tâche est certainement plus facile que celle des
gauches, la raison d’être de ces dernières restant
d’élaborer et de faire partager des projets de transformation sociale à long terme, basés sur des
principes abstraits tels que l’émancipation et la justice sociale. L’auteur aurait dû ajouter que, dans un
ordre socio-économique de plus en plus mondialisé, le fait que le débat démocratique reste
essentiellement limité au niveau national n’handicape pas la droite, mais stérilise les efforts de
la gauche.
Son explication de l’inadaptation actuelle de la
gauche contient en reflet des éléments pertinents,
notamment quand il étudie la décomposition progressive de sa base électorale et sociale : classe
ouvrière en voie de déstructuration, jeunesse politiquement moins engagée, classe moyenne et
moyenne bourgeoisie aux intérêts divergents.
En revanche, il est permis de trouver Raffaele
Simone trop sévère quand il liste le « catalogue »
des grands objectifs historiques de la gauche, en
y distinguant généralement des échecs inexcu68
I ESP RIT CR ITIQUE
sables. Sécurité sociale, éducation universelle,
protection des travailleurs, droits civils, développement de la culture et de la science, progrès d’une
mentalité rationnelle et laïque du monde, lutte
contre la pauvreté, égalité hommes-femmes, redistribution des richesses, respect de l’environnement
sont manifestement des combats qui ont vocation
à se renouveler sans cesse. L’erreur de la gauche
au XX ème siècle, contrairement à ce que suggère
Raffaele Simone, n’est peut-être pas tant d’avoir
échoué sur toutes ces questions que d’avoir cru et
laissé croire, à un moment donné de l’histoire,
qu’elles pourraient être réglées définitivement par
l’accomplissement d’une sorte de fin de l’histoire.
TROP DE CLICHÉS, TROP DE
RACCOURCIS : UN LIVRE À NE PAS LIRE ?
Au-delà de ces constats intéressants et de ces
tentatives d’explication originales, Le Monstre doux
contient un certain nombre d’éléments qui rendent
difficile de lui accorder un statut d’essai de
référence.
Tout d’abord, malgré l’intérêt des interviews
accordées par l’auteur aux médias français, il semble que la prétention à appliquer son analyse à
l’ensemble de l’Occident (ce qui est pourtant son
ambition), voire seulement à l’Europe occidentale,
est dans une certaine mesure le fruit d’un malentendu. C’est le cas quand Raffaele Simone détaille
les erreurs commises par les gauches. De très
longs développements sont dévolus à leur compromission avec les régimes communistes dictatoriaux.
Or, si les dirigeants du centre-gauche italien comptent des héritiers directs du Parti communiste
italien, dans tous les autres pays d’Europe occidentale les grands partis de gauche sont les
héritiers des socialistes qui ont refusé d’adhérer au
léninisme puis au stalinisme. A la suite de la
Seconde Guerre mondiale, ces partis, y compris
en France, ont fait le choix de l’atlantisme, même
s’ils le revendiquent avec plus ou moins de fierté.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
plus, la majorité des Européens disposent d’un
logement conçu pour des ménages de très petite
taille. Ce qui contraste avec un passé pas si
lointain, où plusieurs générations, souvent nombreuses, s’agglutinaient dans des logements de
dimension insuffisante.
R A F FA E L E S I M O N E
De manière similaire, les développements sur le
« buonisme » correspondent à des critiques bien
réelles en Italie, qui portent à la fois sur la communication et le programme des dirigeants de l’actuel
Parti démocrate (PD). Or ces débats n’ont pas eu
lieu dans les mêmes termes dans d’autres pays.
Quant à l’accusation de laxisme que Raffaele
Simone relaie, par exemple sur les questions de
lutte contre la délinquance, elle s’avère plus
proche des stéréotypes véhiculés par la droite que
d’une quelconque réalité, et ce même sans rappeler les expériences les plus sécuritaires menées par
des gouvernements comme celui de Tony Blair en
Grande-Bretagne – qui n’est pas une exception.
In fine, en refermant l’essai, on se dit que les
interviews étaient bien suffisantes...
Par ailleurs, Raffaele Simone, sans doute à
cause de raccourcis mal articulés, frôle parfois le
dérapage. Pour souligner la disparition du sentiment de honte causé par l’étalage des corps
jeunes dans les médias, il va jusqu’à dire que les
pays où règne le fondamentalisme religieux ont
« au moins le mérite de nous rappeler le sens de
la honte et d’en restaurer l’importance primordiale ».
Dans ce passage, Raffaele Simone, qui enseigne
pourtant à Rome, commet la faute de ramener le
fondamentalisme religieux au seul islamisme. Et
même s’il serait grotesque de l’accuser de prendre
l’Iran pour modèle, il serait bon de lui rappeler que,
indépendamment de la stérilité des exhibitions de
Loft Story, il reste, au cœur de l’Occident, bien des
femmes et des hommes acculés à la honte par la
force de traditions rétrogrades et par les pesanteurs
sociales que véhiculent toutes les communautés.
Des femmes et des hommes discriminés en permanence, et dont certains se suicident pour échapper
à l’impasse.
Enfin, Raffaele Simone fonde une partie de ses
développements sur des faits sociologiques non
démontrés. Parlant du phénomène de la vidéosurveillance, il s’alarme à juste titre. Il est cependant
acrobatique d’en déduire comme il le fait que la
notion d’intimité est en voie de disparition dans
nos sociétés. C’est faire fi d’une réalité : de plus en
ES PR IT CR I TIQUE I
69
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LA NOUVELLE IDÉOLOGIE FRANÇAISE
BÉATRICE DURAND
EDITIONS STOCK, SEPTEMBRE 2010
PAR
PHILIPPE TURPIN
février 2011
Pourquoi, dans une société pluraliste et démocratique comme la nôtre, le débat public s’est-il
focalisé de façon récurrente et avec autant d’intensité sur la question des signes religieux ? Et cela,
pour aboutir, comme on sait, au vote de la loi du
15 mars 2004 interdisant le port de signes religieux
ostensibles à l’école, et plus récemment à une loi
interdisant la burqa dans les lieux publics. Dans La
nouvelle idéologie républicaine, Béatrice Durand ne
se contente pas de discuter le bien-fondé de ces
interdictions. Si elle déplore l’inflexion autoritaire
donnée par ces lois à un régime de laïcité jusque-là
libéral, elle cherche surtout à en restituer le sens
dans un contexte politique tendu où la laïcité, identifiée à la défense des valeurs de la République, est
présentée comme le fondement du vivre-ensemble
opposé au risque de repli communautaire, lui-même
implicitement associé à l’islam. Parce qu’elle reste
prisonnière des modèles élaborés par la France
républicaine du XIXème siècle, l’idéologie républicaine (française) aurait ainsi fait preuve de son
incapacité à « proposer une réaction raisonnable à
la diversité culturelle de fait de notre société ».
Dans ce contexte, fait-elle remarquer, l’échec du
républicanisme comme courant politique distinct,
en l’occurrence la marginalisation du Mouvement
des citoyens et de son leader après l’élection de
70
I E SPR IT CRITIQUE
2002, ne signifie en rien le rejet des valeurs républicaines par les Français. Il coïncide bien au
contraire avec leur réappropriation par toutes les
forces politiques, les intellectuels et les électeurs.
Elles seraient ainsi devenues « notre sens commun
politique » (p. 13) ou, mieux, « l’épine dorsale de
notre ‘identité nationale’ » (p. 10). Et il va de soi
qu’avec le repositionnement stratégique du Front
national sur les thèmes de la laïcité et de la République, il devient urgent pour tous ceux qui se
croient sincèrement républicains de donner un
sens plus pur aux mots de la tribu…
Que recouvre au juste cette identification
unanime à la République et à sa tradition ? La
réponse, pour le moins tranchée, est donnée dès
l’introduction : « Ce discours est la forme que prend
l’aveuglement de la société (française) sur ellemême : il lui fournit une lecture du présent et du
passé totalement déformée ; il inspire des réflexes
d’exclusion antidémocratiques, des décisions
politiques déraisonnables et inefficaces ; il est bien
souvent un chauvinisme qui s’ignore » (p. 13). Pour
être plus précis : « C’est la présence de l’islam en
France qui a déclenché la renaissance du républicanisme, la réémergence de la question de la laïcité
et l’accusation de communautarisme » (p. 149).
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Le ton péremptoire de l’essai et la posture moralisatrice qui l’accompagne ne manqueront pas
d’agacer, ainsi que la partialité, en particulier dans
le choix et le commentaire des textes cités. Sur
certains points, la démonstration est affaiblie par
des approximations et des omissions. De même, le
lecteur pourra juger factice cette reconstitution
d’une idéologie (néo)républicaine (« un ensemble
diffus de valeurs et d’éléments de discours »,
p. 12) dont on s’acharne à montrer l’incohérence.
Il n’en reste pas moins une excellente contribution
au débat politique actuel, en particulier pour
l’effort de clarification conceptuelle des notions de
« sphère publique » et de « communautarisme ». Le
tout dans un style limpide et élégant.
Dans le premier chapitre, intitulé « Voiles, vêtements, signe et sens », Béatrice Durand se propose
de réexaminer les divers arguments avancés pour
interdire le foulard et la burqa. S’en tenant à une
interprétation libérale du principe de laïcité (une
« laïcité bien comprise »), elle soutient que la République a outrepassé ses droits : « La loi du 15 mars
2004 est en contradiction avec un principe fondamental à valeur constitutionnel, la libre expression
des convictions de tous ordres » (p. 50). Mais, vue
de l’étranger – c’est-à-dire de Berlin, où elle vit
depuis 1990 –, la chose remarquable dans l’affaire
des foulards est l’importance prise en France par
la question des signes et de leur visibilité. D’où
une première interrogation : est-il « contraire à la
laïcité que des individus produisent dans l’espace
public des signes par lesquels ils manifestent une
différence ou appartenance à un groupe » (p. 21) ?
Autrement dit, comment faut-il comprendre la privatisation des convictions et pratiques religieuses ? Le
propre de la culture politique française serait
d’avoir interprété cette privatisation non seulement
comme la garantie d’une liberté de choix mais
aussi comme une obligation de discrétion, inventant ainsi « un régime acceptable de visibilité des
différences », dont il faut chercher l’origine dans
les modalités conflictuelles de la séparation de
1905, dans un « habitus bourgeois » et surtout
dans une « définition implicite du partage privé /
public qui repose sur une confusion » entre ce qui
relève de l’Etat et ce qui relève de la vie commune
(l’espace public au sens où tout le monde y a
accès). On lira avec intérêt la critique de l’article
« Distinction du privé et du public » écrit par Elisabeth Badinter pour le Guide républicain. Enfin la
seconde question que pose cette affaire est celle
de savoir dans quelle mesure le législateur peut
préjuger du sens de ces signes et choix vestimentaires : soumission à l’ordre patriarcal, intégrisme
religieux ? En somme, se demande très justement
Béatrice Durand, « qui décide du sens des signes
dans une communauté ? ».
B É AT R I C E D U R A N D
Laïcité, signes religieux, espace public (chapitre 1), modèle français d’intégration (chapitre 2),
opposition de la nation civique, ouverte sur l’universel, à la nation ethnique, du droit du sol au droit
du sang (chapitre 3), opposition du vivre ensemble
au repli communautaire (chapitres 4 et 5), sanctuarisation de l’école (chapitre 7), éducation civique
(chapitre 7), égalité confondue avec mixité, etc. :
l’essai de Béatrice Durand se présente comme un
« inventaire critique des poncifs néorépublicains »
par une républicaine convaincue, mais qui s’avoue
exaspérée par ce que les républicains actuels
auraient fait de cet idéal. Sont particulièrement visés
les essayistes, journalistes et hommes politiques qui
seraient les principaux relais de ce discours dans
l’opinion publique, la palme revenant à Régis Debray
et à Jean-Pierre Chevènement. Alain-Gérard Slama,
Pierre-André Taguieff, enfin Elisabeth Badinter et
Alain Renaut y sont cités pour leur contribution au
Guide républicain distribué en 2006 par l’Education
nationale, qui restera comme le Manuel de notre
moment républicain.
L’adoption des lois de 2004 et 2010 marquerait
ainsi une régression de la société française d’un
régime de stricte laïcité, qui reconnaît pleinement
l’égalité des droits, à un régime de tolérance qui
confine dans un statut inférieur une minorité
musulmane soupçonnée de déloyauté à l’égard de
ES PR IT CR I TIQUE I
71
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
la communauté nationale.1 Parce qu’elle conforte
« une conception exclusive des appartenances et
des identités », dans laquelle les liens communautaires infra-nationaux sont forcément subis et
concurrents du lien civique, « la vulgate républicaine se révèle incapable de comprendre ce qui
s’exprime dans les manifestations publiques
d’allégeance à un groupe : une demande de
reconnaissance – et pas la demande d’un statut
particulier » (p. 144). Ces réflexions trouvent leur
prolongement dans le chapitre 4, consacré au
« repli communautaire » et surtout au chapitre 5, qui
lève l’équivoque du terme « communautarisme »
(entretenue par l’article d’Alain Renaut dans le
Guide républicain) et va jusqu’à pointer ironiquement la proximité entre nationaux-républicains
français et communautariens américains (Walzer,
Sandel, Taylor).
L’ensemble appelle quelques réserves. L’argumentation du chapitre 1 est discutable pour
plusieurs raisons. Le rapport de la commission
Stasi du 11 décembre 2003 n’est même pas cité,
alors qu’il est repris dans le Guide républicain de
2006. Or la question du sens des signes pour les
uns (celles qui portent le voile) et pour les autres
(celles qui ne le portent pas) y est clairement
posée. Le traitement conjoint des lois de 2004 et
de 2010 permet de ne pas prendre en considération les arguments les plus solides en faveur de la
loi de 2004 : irréductibilité de l’école à tout autre
espace public, pressions exercées sur des jeunes
filles mineures pour les contraindre à porter un
signe religieux. Enfin l’explicitation de la distinction
public/privé aurait pu être l’occasion de rappeler
l’existence d’établissements privés d’enseignement qui, selon les termes de la Loi Debré, sont
associés à l’Etat pour assurer un service public. La
reconnaissance de la liberté d’enseignement
(confessionnel et laïque) est ainsi un élément
essentiel de notre régime libéral de laïcité.
En outre, l’ouvrage souffre de simplifications, en
particulier par l’accent mis sur l’incapacité de la
72
I ESP RIT CR ITIQUE
culture républicaine à voir dans la diversité autre
chose qu’une menace pour l’intérêt général. Ce
qui revient à opposer de façon sommaire à la doxa
républicaine une vulgate tocquevillienne dont
Pierre Rosanvallon a montré l’inexactitude. Le
modèle politique français. La société civile contre
le jacobinisme de 1789 à nos jours 2 retrace ainsi
les étapes de la recomposition libérale du jacobinisme par les républicains, avec les lois de 1884
sur les syndicats et de 1901 sur les associations.
L’auteur passe sous silence un progrès notable
dans cette histoire : la création du Conseil français
du culte musulman en 2002.3
Le plaidoyer pour la diversité et sa libre expression trouve sa limite dans une élaboration
insuffisante de la notion de différence, notamment
dans le chapitre 2, « Un modèle républicain
d’intégration », qui montre comment l’intégration
suppose toujours de l’assimilation. Une réfutation
des nationaux-républicains sur ce terrain doit
nécessairement passer par une discussion des
thèses développées par Emmanuel Todd dans Le
destin des immigrés4 et reprises par Jean-Pierre
Chevènement.5 Enfin quand Béatrice Durand écrit
que « le communautarisme n’existe pas au sens
1. Pour bien saisir cette distinction entre laïcité et tolérance, il est
utile de lire la discussion du 22 août 1789 sur la liberté des
opinions religieuses : Mirabeau : « Je ne viens pas prêcher la
tolérance. La liberté la plus illimitée de religion est à mes yeux un
droit si sacré, que le mot tolérance, qui essaye de l’exprimer, me
paraît en quelque sorte tyrannique lui-même, puisque l’existence
de l’autorité, qui a le pouvoir de tolérer, attente à la liberté de
penser, par cela même qu’elle tolère, et qu’ainsi elle pourrait ne
pas tolérer » (Ils ont pensé les droits de l’homme, Textes et débats
(1789-1793), Ligue des droits de l’homme - EDI, p. 88). Pour une
articulation rigoureuse de ces questions, on lira l’ouvrage remarquable de Jean-Claude Monod, Sécularisation et laïcité, (PUF,
2007) en particulier la dernière partie : « La laïcité : reconstruction
des principes, tensions historiques ». C’est nous qui introduisons
cette distinction entre laïcité et tolérance.
2. Pierre Rosanvallon, Le modèle politique français. La société
civile contre le jacobinisme de 1789 à nos jours, Seuil, 2006.
3. Jean-Pierre Chevènement y a contribué en tant que ministre
de l’Intérieur et des Cultes de 1997 à 2000. Cf. le récit qu’il en
fait dans Défis républicains (Fayard, 2004), chapitre 15, L’unité
de la république au défi, L’islam et la République (pp. 388-400),
La montée des communautarismes (pp. 403-414).
4. Le destin des immigrés, Seuil, 1994, en particulier les pages
d’introduction et de conclusion.
5. Défis républicains, op.cit., pp. 289-290.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Enfin les réflexions d’un philosophe comme
Walzer 7, pour précieuses qu’elles soient, constituent un cadre théorique trop général pour saisir
les enjeux d’une participation de l’islam de France
à la société française. L’ironie de l’histoire veut
qu’une des réponses les plus élaborées à cette
question se trouve dans un rapport commandé en
1985 par Jean-Pierre Chevènement, alors ministre
de l’Education nationale, au grand arabisant
Jacques Berque, intitulé L’immigration à l’école de
la République 8. Prenant acte du fait que l’immigration maghrébine transforme les conditions dans
lesquelles la France doit penser son identité collective, Jacques Berque insiste sur la nécessité de
traduire politiquement et dans l’action publique
cette mutation inéluctable, en bâtissant dès l’école
« une structure de réciprocité », une « solidarisation
des présences culturelles ». Dans un article de
1997 intitulé « Berque, l’école, l’immigration : rencontre inopinée »9, Françoise Lorcerie est revenue
en détail sur les préconisations de ce rapport,
concernant l’enseignement de l’arabe, le travail sur
les stéréotypes, une pédagogie adaptée, et sur les
raisons pour lesquelles elles n’ont pas eu de prolongement institutionnel dans le dispositif ZEP :
« Si le rapport Berque s’est peu inscrit dans
l’action publique, c’est donc certainement en
raison des priorités de légitimation républicaine du
ministre mandataire » (p. 188).
B É AT R I C E D U R A N D
d’un phénomène sociologique observable et
mesurable qui affecterait la société française
depuis quinze ans qu’on en parle » (p. 155), on
cherche en vain les données sociologiques qui
justifieraient une telle affirmation. C’est dire que
le malentendu autour de ce terme n’est pas entièrement dissipé par la définition très restrictive
qu’elle en donne : « Y a-t-il en France, au sein de
la société nationale, un groupe qui demanderait en
tant que tel des droits politiques ou civils particuliers pour ses membres, remettant ainsi en cause
un Etat de droit fondé sur le caractère individuel
des droits de la personne et du citoyen ? » (p. 133).
Qu’on lise par exemple l’étude récente de Christophe Guilluy sur la complexité des phénomènes
de séparatisme social et culturel.6
« Traiter les enfants de l’immigration en contribuants potentiels à notre identité culturelle, ce
n’est ni les y fondre, ni les en dissocier en les
bloquant sur leurs traits distinctifs. Les assumer, ce
n’est faire éclater ni l’école, ni la culture française.
C’est adopter un radicalisme à l’échelle des transformations du monde présent ». 10 « De la façon
dont, par la coutume scolaire comme en bien
d’autres domaines, nous traduirons en nous ces
présences, et construirons ainsi la nôtre dans
l’ensemble islamo-méditerranéen, dépend une
part de notre avenir ».11
6. Christophe Guilluy, Fractures françaises, Bourin, 2010.
7.Cf. en priorité l’article « Individu et communauté », publié dans
l’ouvrage collectif Un siècle de philosophie, Folio essais, 2000,
pp. 409-436.
8. La Documentation française ; également : « De nouveaux
minoritaires dans la cité européenne », Strasbourg, Conseil de
l’Europe.
9. Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1997,
vol. 83, pp. 171-194 (disponible sur persee.fr) (p. 188). Du même
auteur : « La loi sur le voile : une entreprise politique », Droit et
société (68), pp. 53-74.
10. Jacques Berque, op. cit., 1985, p. 50.
11. Ibid., p. 50.
ES PR IT CR I TIQUE I
73
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
L’ANNUEL DES IDÉES 2010
Collectif, sous la direction D’EMMANUEL
LEMIEUX
BOURIN EDITIONS, 2010
PAR
THIERRY GERMAIN
juin 2010
Quoi de plus réjouissant qu’un ouvrage consacré aux idées et qui entame ses 461 pages d’analyses, portraits et débats par une petite leçon sur
la sérendipité, soit « l’art de faire des trouvailles ».
Surtout lorsque ce barbarisme désigne précisément « la faculté de trouver ce que l’on ne cherchait pas et que l’on surmonte ». Appliqué à un
homme politique français dont la récente prestation télévisée de médecin malgré lui a eu récemment un certain succès, ce serait trouver la porte
du 55 Faubourg Saint-Honoré en partant faire une
course sur Virginia Avenue.
Autre concept tonique utilisé pour ouvrir cette
annuel 2010, l’abduction, ou l’art d’élaborer des
hypothèses à partir de fait étonnants. Rien moins
qu’une salutaire incitation à pratiquer une « désobéissance productive » dans le domaine des idées,
incitation que les auteurs illustrent in petto en
multipliant les angles neufs, les portraits décalés et
les concepts iconoclastes. Un « festival d’intelligence » donc, et un opuscule qu’il sera plus
profitable à l’honnête homme de dégainer que
de dédaigner.
L’exercice est ambitieux : « présenter les analyses, débats, opinions et tendances ayant eu le
plus d’impact sur nos sociétés en 2009 ». Vous
74
I ESP RIT CR ITIQUE
surprendrais-je en affirmant que cet objectif n’est
pas atteint, et en ajoutant que ce n’est pas grave ?
La crise du capitalisme, les enjeux environnementaux, la loi Hadopi, la situation universitaire,
l’état de la recherche publique, un petit tour
d’horizon géo-planétaire : les incontournables des
bilans en tout genre sont bien là. Mais la valeur
particulière de cet annuel est décidément ailleurs.
Outre qu’il est consacré aux idées, ce qui lui donne
une place à part dans le déferlemen d’ordonnances
et diagnostics que suscite, année après année, l’état
de notre bonne vieille planète, il est surtout très
« abductif », c’est-à-dire que, multipliant les angles
originaux et les visions décalées, il étonne.
Sa structuration, pour commencer, est différente
du tout-venant : émergences, influences et fantômes ne sont pas des rubriques très courantes
dans ce type d’exercice mémorial, si hémisphères,
chronologie et fabriques des idées y sont plus souvent à leur place. Kezaco ?
Emergences vise à vous instruire sur les idées,
concepts en analyses qui, palpitants encore, déboulent dans nos univers intellectuels et mentaux.
Si tous les produits n’ont pas la fraîcheur préten-
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Ce sont parfois les idées qui sont neuves, ainsi
du « nudge » cher à Richard Thaler et Cass
Sustein, concept issu de la neuro-économie et qui
fonde une véritable théorie de l’incitation, laquelle
vise ni plus ni moins qu’à se glisser entre libéralisme pur et keynésianisme classique.
C’est aussi l’usage fait de notions un tant soit
peu décapantes, tel « l’indice Big-Mac » de mesure
de la pauvreté que Lemieux utilise à dessein afin
de revisiter à sa sauce les inégalités mondiales.
Ce peut être une vue particulière portée sur un
sujet classique, à l’instar de Thierry Paquot lorsqu’il
se penche sur « le combiné » de solutions que sont
les éco-quartiers, de Charlotte Cabaton lorsqu’elle
décortique la crise actuelle pour tenter de faire
émerger les bases d’un « capitalisme véritable »
ou de Rémi Sussan lorsqu’il revient sur la « géoingénierie » et fait fort à propos le point sur les
différents arguments en vogue concernant le réchauffement climatique.
L’on trouve des notions appliquées à des
domaines inhabituels. Ainsi de la folie considérée
comme l’une des matrices fondamentales de nos
comportements économiques (une variante de
l’économie comportementaliste), qui nous vaut
cette jolie illustration du fou qui, penché à la fenêtre de son asile, demande aux passants qu’il aperçoit : « combien êtes-vous là dedans ? ».
L’on peut aussi traiter des tendances actuelles
avec plus ou moins de délicatesse. PhilippeJoseph Salazar, mesurant un certain « retour du
verbe » (Obama), fustige cependant notre très pauvre éloquence hexagonale et ne craint pas de le
faire en citant Sieyes qui voyait ses collègues
députés comme des « singes ayant des larynx de
perroquets ». Une « théatocratie » selon lui bien
française, laquelle nécessiterait cependant pour
perdurer des langues mieux pendues. Churchill
pourtant, refusant que la Chambre des communes
soit profondément modifiée lors de sa remise en
état (« nous construisons un bâtiment et puis voici
que le bâtiment nous construit »), partait de la
même intuition.
EMMANUEL LEMIEUX
due, beaucoup sont réellement détonants, et
aucun en tout cas ne risque d’approcher une quelconque date de péremption.
Abstention (« la gauche sans question et la
droite sans réponse »), indifférenciation, crise de la
régulation..., cette passionnante partie de l’ouvrage
donne parfois l’impression de parcourir des
sentiers connus avec une carte neuve.
Influences correspond à une galerie de portraits
passionnante à parcourir, tant ces visages nous
ouvrent à chaque fois les portes d’une histoire édifiante, d’une aventure intellectuelle ou d’un destin
gorgé de sens.
Célestin Monga, lead economist à la Banque
mondiale, nous renseigne sur les surprenants
détours de son opposition à Paul Biya et ramène
au passage dans ses filets une instructive analyse
dialectique sur classe et « race ». Ignacy Sachs,
pionnier du développement durable vu du Sud,
nous redit l’enjeu vital d’une planification repensée
et la nécessité absolue de mieux graduer les différentes composantes du développement (sociales,
environnementales, économiques...).
Jean Nicolas nous parle de rébellion, de ce
« souci de survivre » qui est devenu le moteur unique
et omniprésent de tant et tant de vies aujourd’hui.
Oded Grajew, fondateur de l’Institut ETHOS, rappelle à quel point le Forum social mondial aura fait
œuvre utile en apportant de nouveaux questionnements, et incite de ce point de vue à ne pas céder
à la tentation de « tuer le messager ». Philippe
d’Iribarne nous parle de la mondialisation lorsqu’elle
est confrontée à la diversité de « l’esprit des
peuples », une analyse des cultures et valeurs
qu’Emmanuel Lemieux traduit joliment comme étant
« les lumières tamisées par la diversité du monde ».
ES PR IT CR I TIQUE I
75
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Candido Mendes et l’Académie de la latinité
qu’il a fondée prônent une nouvelle « diplomatie
de la pensée », Alfredo Lopez Austin nous conte
« la vieille histoire de la merde » avec un déroutant
à-propos, Pierre Lemieux réclame avec un fameux
culot « que les Etats-Unis arrêtent avec leur socialisme à visage humain », Steve Patrick Jampijinpa
nous explique la superbe notion de dreaming qu’il
a tirée de son combat pour le peuple Tanami, Julien Bonhomme vous entretient de ces « voleurs de
sexe » qu’il a longtemps étudiés et Nicolas Boursiaud fait état des luttes féroces qu’il mène au nom
de l’art post-moderne.
Paul Jorion est présent, lui qui a devancé bien
des analystes établis dans sa prédiction de la crise
des subprimes, tout comme Harlad Welzer et son
inquiétant concept de « guerre des climats »,
Esther Duflo par son laboratoire d’action contre la
pauvreté (J-PAL) ou Emmanuel Hoog et son « droit
à l’oubli ». La revue Réciproques également qui
traite d’une science toute neuve autour des solidarités familiales (la « proximologie ») ou la « créolisation » d’Edouard Glissant, lequel développe dans
son institut du Tout-Monde des notions qui semblent mériter quelque détour (« produits de haute
nécessité », monde conçu comme un archipel de
micro-cultures, vision nouvelle et positive des Etats
et des frontières).
Décidément, les gens rassemblés ici, et qui tous
semblent illustrer à merveille la devise d’Edouard
Glissant (« Agis dans ton lieu, pense avec le
monde »), ces gens donc ne se trouvent pas
ailleurs à tous les coins de page.
Fantômes enfin nous remet en contact avec
quelques disparus essentiels, afin que ce court
laps de temps arraché à la mémoire nous enseigne
sur ce que leur vie, parfois aussi leur mort, ont
encore à nous dire.
Leur mort si l’on parle d’Alan Turing, génie avant
l’heure d’une informatique encore balbutiante, et
76
I ESP RIT CR ITIQUE
qui, homosexuel en un temps et un lieu où il était
encore délicat de l’être, devait se suicider en
avalant le quartier d’une pomme qu’il avait préalablement gorgée de cyanure.
Leur vie pour Michel Freitag, analyste avisé d’un
capitalisme qui envahit chaque interstice de nos
sociétés et dont il avait si bien défini les trois apories : il transforme soumettant toute chose à la loi
de la valeur, il butte contre les limites finies du
monde (écologie), il supprime les frontières du matériel et de l’immatériel.
Une fois que j’aurai précisé que ce guide est en
quelque sorte le concentré imprimé de débats,
analyses et critiques produites tout au long de
l’année sur le site du même nom, il me restera à
mesurer l’apport d’un tel travail en reprenant la très
belle phrase d’Oded Grajew, à qui l’on demandait
si ses idées n’était pas quelque peu invisibles
encore : « sur la photo oui, mais pas sur le film ».
A leur place, Emmanuel Lemieux, son guide et
son site participent avec grand talent à cette mise
en mouvement des concepts, qui seule peut faire
qu’une idée naissante devienne un jour une aventure humaine. Rien que pour cela, chapeau !
R É G I S D E B R AY
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LE MOMENT FRATERNITÉ
RÉGIS DEBRAY
EDITIONS GALLIMARD, FÉVRIER 2009
PAR
PAOLA DEBRIL
avril 2009
A la lecture du titre Le moment fraternité, le
lecteur s’étonne. Régis Debray, « l’homme du sacré
et du religieux », s’éloignerait-il de ce qui a fait sa
« marque de fabrique », en sortant en apparence du
domaine du religieux ? Et pourtant… Par cette
réflexion sur un concept bien laïc de notre République, Régis Debray ne s’éloigne en réalité que peu
du sacré. Pour mieux y revenir, en explorant une
notion qui touche à la sacralité sécularisée et à cette
part de sacré qui fonde toute société… Il y revient
donc, le Régis Debray que nous connaissons, en
puisant dans toutes ses réflexions antérieures sur le
sacré, pour analyser le troisième des monstres
sacrés de notre République qui ornent tous nos frontons : Liberté, Egalité… Fraternité.
Mais alors, pourquoi écrire un livre sur la fraternité, après avoir tant étudié les religions et les
autres formes du sacré ? Tout d’abord, parce que
la fraternité, comme l’ensemble de notre devise
républicaine, de ses attributs et de ses serviteurs
(des hussards noirs de la République aux célébrations du 14 juillet), relève en réalité du sacré,
héritière de la charité chrétienne, rassemblant un
nous autour d’un même idéal transcendant…
Mais plus que par attrait pour la dimension
sacrée de cette notion, c’est par révolte que Régis
Debray semble s’être lancé dans cet ouvrage qui,
par son style dense, rythmé et ciselé, ressemble
davantage au plaidoyer qu’à l’essai philosophique.
En effet, Régis Debray commence dès les premières
lignes par nous interpeller sur un triste constat : à
l’heure où le sacré revient en force jusqu’à se
dissoudre dans le « tout sacré », à l’heure où les
deux autres principes qui fondent notre vivre ensemble, liberté et égalité, omniprésents, s’interprètent
quotidiennement et font la une, à l’heure où les uns
et les autres ne cessent de rechercher ce qui les unit
tout en se réfugiant dans de nouvelles tribus, la fraternité est délaissée, suspecte, désuète, indéclinable,
voire taboue… Parent pauvre de notre devise, tombée aux oubliettes, et pourtant de là naît le
paradoxe. Dans notre société en manque de
repères, avide de communion et de sacré, où ce
dernier est remplacé par un « sacré de substitution », des « spasmes collectifs, célébrations courtes
et sans sillage », la fraternité pourrait alors apparaître
comme une solution, un socle de sacré suffisamment ouvert pour ne pas exclure et suffisamment
fermé pour souder et apporter à l’homme ce dont il
a tant besoin pour lutter contre la mort.
Après avoir dressé un portrait au vitriol d’une
société en manque de repères et de sens, qui s’est
forgée dans le culte des droits de l’Homme une
ES PR IT CR I TIQUE I
77
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
nouvelle religion, ce que Régis Debray appelle
la ROC (religion de l’Occident contemporain),
l’auteur lance un appel à la renaissance de cette
notion oubliée, mais d’une modernité incroyable à
ses yeux. Avec son rythme saccadé, proche de la
révolte, l’auteur décrit de manière acerbe cette
ROC qui a déchu, se réduisant au charity business, le show biz étant devenu le nouveau clergé
dans une société à la recherche de sacré sans
jamais véritablement le trouver. La religion remplacée par « une religion civile (…) kitsch, riche en
instantanés et pauvre en visions (…). Une religion
light, cathodique et grand public, lacrymale et
festoyante (…), aux couleurs du présent : flashy,
impulsive, volatile », véhiculée par la publicité et la
télévision, de nouvelles idoles, attendant encore
son messie, son incarnation. La conclusion a
quelque chose de désenchanté : les droits de
l’Homme sont la dernière religion, mais, devenant
un business, ils y perdent en sacralité.
C’est bien là que réside le malaise de nos sociétés. Politiquement incorrect, Régis Debray nous
amène à réfléchir sur les limites de nos nouveaux
monstres sacrés.
Face à ce constat d’errance, comment retrouver
ce qui nous unit ? Comment faire vivre la fraternité ?
Comment rassembler et recréer ce nous sans
risquer de construire de nouvelles barrières ? Comment retrouver du sacré, ce qui unit, ce qui
rassemble, sans exclure ? En un mot, Régis Debray
nous amène à réfléchir sur le sens de notre vivre
ensemble. Si l’auteur est amer, le lecteur peut tout
de même entrevoir dans les dernières pages l’espoir
de renouer avec cette devise de la République, trop
oubliée parce que difficile à concrétiser.
Comme si la fraternité fondatrice, celle à l’origine de toute société, celle de 1789 et de la
Résistance (à ne pas confondre avec la fraternité du
stade, consumériste et éphémère, sans passé ni avenir), n’avait plus d’attrait ni de point d’ancrage…
Peut-être parce que, comme le souligne l’auteur,
78
I ESP RIT CR ITIQUE
« une plaisanterie de mauvaise foi nous porte à
vouloir la concorde sans le combat, le lien sans le
liant, le réflexe civique sans la conscience historique, les droits sans devoirs, l’horizontale sans
verticale… ». Peut-être parce qu’il est plus difficile
de communiquer sur la fraternité, spontanée et
vivante, notion en apparence abstraite, que sur nos
deux autres devises, plus portées au juridique (la
liberté de même que l’égalité étant dotées de génitifs, alors que la fraternité forme un tout, se
suffisant à elle-même).
Malgré ses limites, lorsque celle-ci se réduit à la
seule solidarité, tâche impersonnelle et collective
sous la IIIème République (une fraternité rationalisée
sans affect ni sacré) ou encore lorsqu’elle devient
violente (la fraternité de 1789 laissant place à celle
de 1793), la fraternité a de l’avenir. Terriblement
moderne, elle pourrait bien être la pièce maîtresse
de la boîte à outils visant à forger et réparer notre
vivre ensemble. La fraternité est moderne parce
qu’elle est une famille transnaturée mais non
ethnique, faite d’agrégations grégaires ; parce qu’elle
réunit des individus dans le respect de leurs différences et sur la base d’une adhésion volontaire à
une appartenance commune à un nous, lié par un
but plus élevé qui le dépasse. La fraternité seraitelle un socle trop délaissé de la République et qui
pourrait nous aider à trouver du vivre ensemble ?
C’est bien ainsi que Régis Debray conclut : « Sortir
de la naphtaline notre grande vieille dame humiliée, mais pas encore alitée, ne serait pas la pire
façon, sous nos latitudes, d’affronter un avenir qui
s’annonce carnassier ».
Mais loin de donner une vision simplement
idéaliste, voire naïve, d’une société qui retrouverait
pleinement ce qui la soude, sa fraternité première,
Régis Debray nous met également en garde : la
fraternité est exigeante, il s’agit d’une gymnastique
à pratiquer quotidiennement, mais qui « ne se
décrète ni se cuisine ». Sans un certain vibrato, elle
ne saurait prendre toute sa dimension sacrée qui
fait sa force.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Pour conclure, Régis Debray décoiffe ici encore,
et c’est ainsi que nous le connaissons et l’apprécions… Une plume ciselée, alliant franc-parler et
rigueur intellectuelle, fluidité et mise en perspective. Spécialiste des religions, l’auteur n’hésite pas
à démonter les « nouvelles religions », au risque de
surprendre, voire de choquer, ne serait-ce par son
argumentation peu politiquement correcte sur le
règne de la nouvelle religion athée, la ROC, qui
aurait créé une nouvelle génération d’humanitaristes, « le post-moderne retrouvant la banalité du
Bien »… On sent poindre dans son approche une
légère déception face aux espoirs de sa génération, face à un certain idéalisme, notamment
lorsqu’il dénonce un humanitarisme utilitaire et
individualiste ou encore lorsqu’il nous révèle
quelques anecdotes fraternelles de la Bolivie ou
encore de moments avec François Mitterrand...
développée, alors que le lecteur, avide, aurait peutêtre aimé en savoir un peu plus sur les moyens de
redonner vie à cette dernière…
R É G I S D E B R AY
Ce livre résonne comme un cri face à une
société qui n’a cessé de chercher à se dépasser
en plaçant les droits de l’Homme au centre jusqu’à
les ériger en une nouvelle religion, pour ne laisser
place selon l’auteur qu’au « droit-de-l’hommisme ».
On sent une certaine amertume et une critique
parfois un peu ingrate à l’égard de ce que nous
pourrions appeler progrès, notion tant critiquée
par l’auteur : si cette nouvelle ROC connaît certains travers, dérivant vers un produit de marque
comme un autre, le propos, qui a certes le mérite
de nous amener à réfléchir, nous ferait presque
oublier que, si les droits de l’Homme sont à ses
yeux une nouvelle religion en déroute, ils ont tout
autant, du moins, le mérite d’exister.
Malgré tout, cet ouvrage est particulièrement à
propos, alors que la crise financière et économique semble avoir démontré les limites de la
dislocation du lien social, où l’individu tente de
composer avec une série de nouvelles identités et
sacralités rassurantes qu’il recompose, puzzle à
géométrie variable, laissant émerger des liens multiples avec les nouvelles tribus. Ce livre pose
également le temps d’un court « moment » la question du sens de notre sacro-sainte fraternité, il pose
un moment de fraternité, à la fois comme une solution et un progrès, un compromis et une nécessité,
comme une possibilité de recréer du vivre ensemble, un moment sacré qui permettrait à nouveau
d’élever l’homme dans un tout plus faste qui le
dépasse et l’amène à se dépasser. Régis Debray
nous propose un moment de sacré qui se concrétise d’autant mieux dans une société qui a un
besoin urgent d’humanisme et d’un espace où
l’échange n’est pas seulement marchand ; en un
mot, une idée qui pourrait n’être pas si désuète
que cela.
Les aficionados de Debray retrouveront son
style, vif, avide d’étymologie, passant parfois du
coq à l’âne dans un tourbillon de métaphores bien
choisies, poussant le lecteur à suivre sa pensée
vivante et vive, toujours sur le fil du rasoir, au risque
de s’y perdre parfois. Ils y retrouveront aussi ses
thèses sur le sacré, qui composent une longue
première partie, au détriment peut-être de l’aboutissement de sa réflexion sur la Fraternité, moins
ES PR IT CR I TIQUE I
79
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LA PENSÉE TIÈDE.
Un regard critique sur la pensée française
PERRY ANDERSON1
EDITIONS DU SEUIL, AVRIL 20052
PAR
THIERRY GERMAIN
juin 2005
80
La scène se déroule dans quelques décennies.
Quel que soit le pays, s’il en reste, la société, s’il
en demeure, les contraintes du temps, s’il s’en vit,
il y aura bien toujours quelque presse pour en
parler. Ou même, de façon plus certaine, une
police pour veiller sur tout cela.
Pourtant, une chose est certaine : il y a bien un
cadavre. Celui de la France, et avec celui de sa
défunte Pensée. « Parfois je pense, et parfois, je
suis » disait Paul Valéry. Notre grande nation
semble prise de la même malédiction, qu’elle ne
puisse plus être et penser en même temps.
Jeune rédacteur ou jeune flic, il s’en trouvera
bien un pour se tourner vers un vieux revenu de
tout, abandonné à ses songes dans un coin
obscur de la pièce, et le sortir brutalement de sa
torpeur par un sonore : « Alors machin, sur l’affaire
Anderson, quoi ? ».
Autour du corps, un historien anglais de bonne
renommée passe sans trop de fioritures de l’autopsie à l’oraison funèbre, dans une transe qui n’est pas
sans également évoquer l’exercice spirite de l’invocation des défunts. Les tables tournent plus vite que
les têtes, et l’au-delà ressemble diablement pour
notre « vieux pays » à un procès posthume.
Le vieux pourra être gêné dans sa tranquillité ou
ravi d’être questionné, il pourra avoir tout réussi et
jouir d’une aura bien méritée ou au contraire grappiller ses derniers points de retraite en se faisant
complaisamment oublier, il pourra à sa convenance
même être une vieille, une chose est certaine,
scientifiquement inattaquable, à cette question il
répondra : « Sur l’affaire Anderson ? Rien ».
De l’autre côté du défunt, l’un des meurtriers
présumés, intellectuel français de première bourre,
s’emploie sans trop de motivation à une défense
efficace mais sans panache. Ne niant ni qu’il y ait
eu homicide (« la dégringolade française »), ni que
les temps soient durs, il réfute essentiellement
Fiction en effet, pure fiction que tout cela. Il est
hautement improbable que dans quelques décennies, d’ici quelques mois même, qui que ce soit se
soucie d’une quelconque « affaire Anderson »,
voire d’un quelconque Anderson.
1. Peter Anderson est un essayiste britannique et historien de
gauche réputé, enseigne à l’université de Californie Los Angeles
(UCLA). Auteur de très nombreux ouvrages, il a été l’animateur
de The New Left Review, publiée à Londres, et le cofondateur des
Editions Verso.
2. Ces textes ont été publiés (en anglais) à l’automne 2004 dans
la revue London Review of Books.
I ESP RIT CR ITIQUE
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
C’est un exercice ancien pour les intellectuels
que de s’invectiver au-dessus des tombes : les
exemples pullulent. A croire que c’est même une loi
du genre : la polémique n’est belle qu’à l’ombre
des cyprès. Reste que c’est un peu vite, à ce qu’il
me semble, que ces deux-là ont convoqué les
mânes pour régler leur litige. Et que tout ceci relève
moins du Panthéon que du tribunal de police.
Soyons juste : Nora se défend et Anderson y est
allé franchement. Aux meilleurs temps des explications entre hommes, à l’aube et sur le pré, le
Français avait sans coup férir le choix des armes.
De quoi s’agit-il ?
Trois fois rien, jugez-en : « une campagne organisée, conduite avec habileté et détermination
pendant deux décennies par Furet, Nora et leurs
alliés » a conduit la France à « la camisole de
force libérale » et une irrémédiable « normalisation
rampante ».
Le crime est d’autant plus grave que la France
fut par exception, au cœur d’un large déclin européen, un véritable repaire (repère) de la pensée, et
vécut à deux siècles de distance comme un
second âge des Lumières. Là, l’historien anglais
retombe dans sa nécrophagie, et se livre morbide
à l’appel des morts : Barthes, Lacan, Foucault,
Deleuze, Bourdieu…, même Derrida qui pousse
l’élégance jusqu’à justifier la thèse de l’auteur en
décédant récemment. Lévi-Strauss dans une telle
ambiance ne doit pas simplement se sentir vieux
mais miraculé…
« De Gaulle est mort, la France m’a fait faux
bond », se résume Tillinac dans son très beau
Venin de la mélancolie3. Anderson a vécu le même
drame, mais en multipliant les victimes. Cet
homme n’a pas la nostalgie économe.
Car voilà, si les années 1960 et 1970 furent cet
âge d’or de la pensée française, depuis, c’est
Waterloo à tous les étages. Et l’historien de Sa
Majesté nous déroule sur quelques pages et
autant d’années une relecture à sa façon de nos
dernières décades, durant lesquelles Furet, Nora,
Rosanvallon et quelques autres se saisissent des
leviers intellectuels du pays pour nous mener à
une « République du centre » aussi dépassionnée
qu’indigente, ouverte sans le secours de sa
fameuse « exception culturelle » aux plus mauvais
vents du monde et livrée sans plus aucune
défense à la vulgate libérale. Nivelée, tondue, trépanée, notre fière nation se recroqueville dans la
petite niche sans gloire que lui réserve désormais
l’implacable mondialisation.
P E R RY A N D E R S O N
avoir porté dans ce fait criminel la responsabilité
première que le citoyen de la perfide Albion
lui attribue.
Et dire qu’il est des gens pour encore réfuter la
légère tendance de certains à agiter plus que
nécessaire la théorie du complot ! Nous voilà passés de l’Histoire des Annales dont les grandes et
lentes masses étaient certes parfois difficiles à
appréhender, à une histoire où trois intellectuels un
peu complices conduisent un pays au bord de
l’abîme. Le côté « Da Vinci code » est si palpable
que l’on en vient à se demander si c’est innocemment qu’Anderson précise, lorsqu’il évoque la mort
de Furet, que cela arrivât lors d’une partie de tennis avec Luc Ferry !
Je pourrais vous donner le détail de cet insidieux hold-up sur nos cerveaux (car si les
manipulés sont aussi manipulables, on n’est pas
loin, excusez-moi de le dire, de passer un tantinet
pour des c…) : le front antitotalitaire, les nouveaux
philosophes, la « galaxie Furet », Commentaire, Le
Débat, la fondation Saint-Simon… Vous n’y verriez
rien de bien neuf, ces gens, ces cercles et ces
publications étant depuis fort longtemps (et avec
raison parfois) dans le collimateur d’une certaine
3. Denis Tillinac, Le venin de la mélancolie, Editions La Table
Ronde, 2004.
ES PR IT CR I TIQUE I
81
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
gauche. Et ce n’est pas nouveau d’introniser François Mitterrand comme « l’architecte politique de
cette transformation ».
Je peux bien le dire ici en confidence : il m’est
arrivé aussi de pointer du doigt des organes jugés
trop « tièdes » ou trop compromis avec ceux de
l’autre bord (souvenons-nous de Phares et Balises
en 1995), La République du Centre n’était pas ma
lecture de chevet et « l’ouverture » pas ma position
stratégique préférée non plus. Mais jamais, au
grand jamais, je n’aurais assimilé le Dictionnaire
critique de la révolution française à une arme révisionniste, ni considéré Les lieux de mémoire
comme l’instrument insidieux de création d’une
« union sucrée », antichambre de la mort politique
pour notre fière nation.
Au goût du complot, Anderson ajoute bien sûr,
l’un allant souvent avec l’autre, un attrait prononcé
pour le déterminisme historique. Il faut goûter à sa
juste « valeur » son récit implacable de notre lente
déchéance politique, et la façon dont elle nous
conduisait sans rémission à la catastrophe du
21 avril (qu’il avait sûrement prévue…). Que l’on se
rassure, notre beau pays aura utilisé les ultimes
feux de son génie à apporter au monde (qui
l’attendait)… la pensée altermondialiste ! Toute la
grappe n’était donc pas infestée, soufflons.
Face à une telle avalanche, Pierre Nora hésite
entre la claque d’usage en ces circonstances, la
contestation sorbonnarde (qu’il sent inadaptée) et
la (paresseuse) réfutation pro-domo.
La contestation est claire : elle adopte comme
souvent une partie de la thèse adverse pour mieux
la dénoncer. Ce qui est commun : le sentiment du
déclin (« dégringolade ») mais Nora porte le diagnostic hors de nos frontières, ce qui paraît juste
mais hors sujet ; la perception d’une certaine nonchalance intellectuelle, mais Nora juge le sujet
général, pointant « la raréfaction des théories d’ensemble et des thèses générales ». S’il accorde une
« hyper visibilité » française, il en donne les raisons :
relief particulier en France de l’exercice intellectuel,
recul de la « culture de guerre civile », crise du
modèle national dans de nombreux domaines,
essoufflement d’un certain idéal républicain…
Surtout, Pierre Nora pointe l’extrême faiblesse
du texte d’Anderson, celui-ci ayant ouvertement
manifesté la prétention de proposer une analyse
(être l’analyste ?) de l’état intellectuel de notre
nation : une grande sensibilité aux faits et aux
constats, une cécité quasi complète face aux
causes (hors le complot) et aux remèdes (hors la
mise en accusation des factieux, l’on imagine).
Qu’ajouter de plus important ?
La réfutation pro-domo, Nora s’y livre en détail
face aux outrancières approximations d’Anderson
sur son travail (Le Débat, Furet et son dictionnaire,
Les Lieux de mémoire, l’accusation d’avoir
censuré Hobsbawm…), mais surtout plus généralement dans l’analyse comparée qu’il fait des postures
intellectuelles possibles, y intégrant un éloge de la
distance qui n’est visiblement pas pour les chiens.
Que retenir de tout cela ?
La claque est sans conviction : tout cela, « un
peu bouillie », ne serait « que de l’extrémisme mou
pour dénoncer la pensée tiède ». L’on sent le Français soucieux de ne pas personnaliser l’échange,
et sa retenue (lassée) est palpable. C’est presque
dommage : cela sert les quelques-uns qui veulent
voir dans le texte d’Anderson autre chose qu’un
fragment de sa propre psychanalyse.
82
I ESP RIT CR ITIQUE
D’abord qu’en kiosque, Sciences Humaines avec
son numéro spécial sur les « pensées rebelles : Foucault, Derrida, Deleuze »4 et Le Nouvel Observateur
avec son hors-série sur « 25 grands penseurs du
4. Numéro spécial n° 3, mai 2005, « Foucault, Derrida, Deleuze :
Pensées rebelles ».
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
P E R RY A N D E R S O N
monde entier » semblent vouloir parfaitement
relayer ce débat.
Ensuite que ce livre n’apporte rien que de nombreux ouvrages récents ont déjà (et mieux)
développé sur le thème du déclin de la France ou
de l’hégémonie (au sens gramscien) du libéralisme.
Enfin qu’il n’est pas nécessaire de prétendre
jouer les docteur Knock de notre vie intellectuelle
(qui chatouille certes aujourd’hui plus qu’elle ne
gratouille) pour s’écrier comme Tillinac et sans
plus de complexes : « Comme j’aurais aimé
fuir mes équivoques en mettant un fusil au bout
d’une cause ! ».
ES PR IT CR I TIQUE I
83
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
TRAITÉ D’ATHÉOLOGIE
MICHEL ONFRAY
EDITIONS GRASSET, JANVIER 2005
PAR
PASCAL JOSEPH
mai 2005
C’est sous les pommiers de l’Orne qu’on fait les
meilleures siestes !
A quoi sert un philosophe ? A donner à penser.
Si les mots ont un sens, l’écriture d’un Traité, on ne
parle ici que du qualificatif que Michel Onfray a
donné à son dernier opus et pas de celui qui agite
le débat public, et a fortiori l’écriture d’un Traité
philosophique, est une grande œuvre, qui suppose
concepts, arrêtes, critiques, bref fondations.
C’est peu dire que l’ouvrage ne remplit aucune
des promesses du titre et du contenu.
Pourtant, comme on espérait de l’ouvrage et de
l’auteur, dans un contexte marqué de manière
structurelle par la nécessité de défendre et d’incarner la laïcité – à toute heure soyons prêts ! – et de
manière conjoncturelle par le torrent d’émotions
cathodiques après la disparition de Karol Wojtyla
et l’élection de Josef Ratzinger aux fonctions de
chef de l’église catholique.
Certes, dans le grand relativisme qui
aujourd’hui nous fait oublier les saveurs de l’exigence et de la rigueur intellectuelle, on peut bien
préférer « Ca se discute » aux « Dossiers de l’écran »
et proclamer que lire du Barbara Cartland, c’est
84
I ESP RIT CR ITIQUE
tout de même lire ! Mais, si l’on veut penser et
s’orienter dans la pensée, il faut toujours choisir
Socrate à Protogaras et les pentes les plus escarpées aux terrains plans de la facilité rhétorique.
Pour aborder son sujet, Michel Onfray commence d’emblée par se mettre hors de la critique :
j’ai rencontré Dieu et je peux bien en parler, et
nous voilà embringués dans un guide de voyage
où l’auteur sature les lignes de ses billets d’avion
comme preuves de la validité de ce qu’il va nous
dire. Mais, « la chair est triste, hélas et j’ai lu tous
les livres ». On n’oubliera pas que l’auguste Kant
a très peu quitté Königsberg, ce qui ne l’a pas
empêché d’écrire et de penser. Mais, « ô tempora,
ô mores », l’heure est au « global philosophe » et il
faut en être. Ainsi à la page 21, l’auteur nous dit
qu’il « a vu Dieu souvent dans son existence… à
l’Ile Maurice, dans un sanctuaire consacré à
Gamesh ». Il doit bien être le seul effectivement,
puisqu’il s’agit plus précisément de Ganesh, le jet
lag ne dispense pas d’être exact.
C’est à ces petits signes, dont le livre est truffé,
qu’on se dit que ce n’est pas seulement le métier
de philosophe qui se perd, c’est aussi celui de
secrétaire de rédaction.
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Il faut discuter du procédé. Oui, il faut militer
pour une approche démocratique de la philosophie et les mots les plus simples sont préférables
à tout jargon. Mais la démocratie en philosophie
n’est pas facilité(s) de langage, approximations et
jugements de valeur à l’emporte-pièce, sauf à
laisser à penser qu’il ne s’agit que d’opinions au
sens strict (j’aime, j’aime pas) et pas d’idées
critiques (je pense, je doute, je construis).
Et l’athéologie alors ? Kézako ? Comme Régis
Debray voulait fonder la médiologie et en fit même
une revue, voici venir l’athéologue. Ici, on discutera
et du terme et de la « nouvelle science » comme il
y a des « nouvelles stars ». Disons franchement, et
c’est un point qui aurait pu être discuté, que le
terme est contradictoire en lui-même. Penser le
monde sans Dieu et utiliser le vocable même nié
(a-théos) est un obstacle de vocabulaire sérieux
auquel nous sommes confrontés depuis toujours.
Au fond, être laïque pourrait suffire à la tâche, sans
doute aussi, le concept de liberté devrait être interrogé… Mais peste ! Silence, on fonde une science
ici et maintenant !
Par ailleurs, Onfray se prend les pieds dans le
tapis (de prière, elle est facile, mais bon, on sort
quand même d’une lecture éprouvante, qui mérite
l’indulgence), c’est lorsqu’il ne sait plus lui-même
s’il faut penser sans Dieu, contre Dieu, avec Dieu,
après Dieu : « L’athée ? Un homme libre devant
Dieu, y compris pour en nier bientôt l’existence ».
Est-ce bien la question que se pose l’athée, être
même libre devant Dieu ou penser le monde en
liberté absolue de conscience ? La question ne
sera pas renseignée.
M I C H E L O N F R AY
Mais notre auteur se veut fondateur, il doit donc
déconstruire tout ce que l’a précédé… Après avoir
fait le tour du monde en une trentaine de pages
(plus fort que le père Jules Verne), Michel Onfray
nous fait faire le tour de sa bibliothèque (plus fort
que le père Borgès). Et vas-y que je te cite et recite
trois auteurs à la ligne et que je te les qualifie d’un
mot. Pic de la Mirandole, pas mort ! A cette
logique de l’effet, s’ajoute « l’effet mousse » permanent, voyez comme je suis fort et philosophe
en diable.
C’est un autre point qui pourrait être mis en
débat. L’athéisme est-il un après de la religion ou
une notion anhistorique, au sens où l’on peut être
sans Dieu, non parce que l’on y renonce après
l’avoir connu, mais parce qu’on peut vivre le
monde sans autre support que la Raison ? Le point
ne sera pas discuté. Michel Onfray confond là
l’anthropomorphisme avec l’anthropologie, qui
pourrait expliquer le support de la croyance à l’appréhension du monde, mais chut ne dérangeons
pas le forgeron.
On pourrait interroger aussi le procédé qui
consiste à confondre la religion et l’Eglise, la
foi et le cléricalisme. Même si « le cléricalisme,
voilà l’ennemi ! », un philosophe qui veut écrire sur
l’athéisme aurait dû justement pointer que ce n’est
pas la manière dont se comporte l’Eglise qui invalide la croyance, c’est justement la croyance dans
un objet transcendantal, c’est-à-dire antérieur,
supérieur et extérieur, qui est en cause. Sauf à
considérer que si les Eglises tenaient leurs promesses, un peu comme si les communistes
habitaient tous en HLM, la foi ne serait pas en soi
discutable ! Et si Benoît XVI ne mettait plus le préservatif à l’index, mais comme tout le monde,
est-ce que cela suffirait à ne pas discuter la
croyance en Dieu ?
Mais là où l’auteur dessert plus fortement sa
tâche est bien dans cette assurance sans limite
avec laquelle il convoque l’histoire et l’anecdote
ensemble, les livres et les rumeurs, les pensées et
les poncifs pour ne livrer au fond qu’un livre de
haine. Sur ce point, les citations sont trop longues
à produire mais tout de même est-ce faire ouvrage
de pensée que d’affirmer : « Je dirai plus loin combien Hitler, chrétien qui n’abjure jamais sa foi,
célèbre l’Eglise catholique, apostolique et romaine,
ES PR IT CR I TIQUE I
85
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
vante l’excellence de son art de construire une civilisation, puis prophétise sa pérennité dans les
siècles à venir. Pour l’instant, je constate que dans
Mon Combat, il renvoie explicitement page 306 de
la traduction française aux Nouvelles Editions
Latines, au fouet donc au passage de Jean (II,
14)… » Et pas beaucoup plus loin : « Hitler – Abu Ali
en arabe – aime beaucoup la religion musulmane,
virile, guerrière, conquérante et militaire par excellence »… Tout est dit et pas seulement la messe…
Allons au fait. Ceci n’est pas un Traité et encore
moins un Traité philosophique. Il faudrait des lignes
et des lignes pour exprimer la consternation
d’abord, la stupeur ensuite, la colère enfin devant
ces tissus d’approximations bétifiantes et parfois
malodorantes qui déshonorent l’art de donner à
penser et à comprendre qu’on appelle la philosophie : « Non ridere, non lugere, neque detestare,
sed intelligere » disait Spinoza : « Ne pas rire, ne
pas se moquer, non plus détester, mais comprendre ». On en est loin !
On dit que l’auteur fut fort marri de la réception
de la critique, à rebours paraît-il du succès de
librairie, y voyant même là la preuve que l’intelligentsia complote contre l’intelligence du peuple,
« même Le Canard Enchaîné », glapit-il dans Le
Monde… C’est une preuve supplémentaire que
l’indépendance d’esprit du volatile en guerre
contre la guerre depuis 1915 n’a rien perdu avec
l’âge, bien au contraire !
Ami lecteur, si tu veux aller au fond des choses,
faut-il te désespérer de l’absence de pensée sur le
sujet de l’athéisme et de la grandeur de l’homme
sans Dieu ? En ce terrain aussi, l’auteur se veut
définitif et prédictif. Livrant sa bibliographie, en fin
du chemin de croix qu’il nous impose – au moins
avec Jésus-Christ, c’était plus court, il n’y avait que
quatorze stations ! –, il affirme sans ambages :
« Pauvreté athée. La bibliographie de la question
athée est indigente ». Heureusement, l’indigence
a trouvé son maître !
86
I ESP RIT CR ITIQUE
Conseillons le seul livre de Max Stirner,
L’Unique et sa Propriété (1845), ouvrage de pur
métal, qui ouvre la pensée. Pour le reste, les bons
philosophes sont légion, celui de l’ère du soupçon,
Nietzsche et ceux de l’ère du doute, Marx, Freud
comme ceux de l’ère de la fin du sujet, Foucault
ou Deleuze.
C’est pourquoi on saura gré à Michel Onfray de
nous avoir écrit notre conclusion, commentant
l’ouvrage d’un certain Georges Minois : « L’introduction dans laquelle l’auteur s’essaie à penser
l’athéisme gagne à être sautée et le reste du livre
considéré pour les fiches qu’il juxtapose à partir
desquelles on peut envisager soi-même les lectures à faire. A prendre comme un recueil de fiches
à trier… ».
C’est celui qui dit qui y est ! On peut même
sauter tout le livre !
JEAN-JACQUES BECKER
GILLES CANDAR
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
HISTOIRE DES GAUCHES EN FRANCE
sous la direction de
JEAN-JACQUES BECKER
et GILLES CANDAR
Tome I, L’héritage du XIXème siècle ;
Tome II, XXème siècle : A l’épreuve de l’histoire
EDITIONS LA DÉCOUVERTE, 2004
PAR
BENOÎT D’ANCONA
« Lorsqu’on me demande si la coupure entre
partis de droite et partis de gauche, hommes de
droite et hommes de gauche a encore un sens, la
première idée qui me vient est que l’homme qui
me pose cette question n’est certainement pas un
homme de gauche ». Cette phrase d’Alain est passée de mode, nous dit-on. Il est vrai que la droite
d’aujourd’hui ne réclame pas le retour de la
monarchie absolue, l’interdiction des syndicats, le
travail des enfants, le catholicisme religion d’Etat,
la fin de l’école gratuite, laïque et obligatoire. Il est
vrai que les aristocrates propriétaires terriens qui
sont candidats aux élections ne considèrent plus
depuis longtemps que le suffrage universel ne fait
que confirmer une légitimité qu’ils possèdent déjà
mais reconnaissent qu’il est le seul à pouvoir leur
conférer cette légitimité. Il est vrai que c’est de
Gaulle qui, en accordant le droit de vote aux
femmes, a instauré le vrai suffrage universel, que
ce sont des gouvernements de droite qui ont légalisé la contraception puis l’interruption volontaire
de grossesse et même que c’est Napoléon III qui
a créé le droit de grève. Il est encore vrai que la
gauche ne prône plus l’appropriation collective
des moyens de production ni même du crédit. Vrai
enfin que la frontière entre la gauche et la droite
n’est pas celle qui sépare les ténèbres de la
lumière.
En 2002, nous avons entendu tant de commentateurs et parfois d’acteurs de la vie politique,
comme Jean-Pierre Chevènement, disserter sur
l’absence de différences entre la droite et la
gauche. Un contre-exemple m’a particulièrement
marqué. En 2001, le gouvernement de Lionel
Jospin a fait adopter par le Parlement la loi de
« modernisation sociale » qui avait pour objectif
d’essayer de protéger les salariés contre la course
à la maximisation du profit. Lutte ouvrière a expliqué en substance qu’il s’agissait d’un cautère sur
une jambe de bois. Lorsque dès l’automne 2002,
le gouvernement Raffarin a suspendu les principales dispositions de ce texte, les premières
réactions sont venues d’Arlette Laguiller contre ce
coup porté aux travailleurs. Sans commentaire.
La droite avait son Rémond (Les droites en
France, Aubier-Flammarion, 1982) et son Sirinelli
(Histoire des droites en France, Gallimard, 1992),
livres de grande ampleur. Si la gauche a fait l’objet
de nombreux travaux importants (Jean Touchard,
Alain Bergounioux et Gérard Grunberg…) et de
nombreuses études sous des angles ou des
périodes précis, il n’existait pas de tentative
d’approche globale sinon exhaustive des gauches
en France. C’est ce que commencent à combler
largement les deux volumes de l’histoire des
ES PR IT CR I TIQUE I
87
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
gauches en France sous la direction de JeanJacques Becker et Gilles Candar. Les contributions
sont l’œuvre tant de spécialistes reconnus (Agulhon,
Vovelle, Corbin…) que de jeunes universitaires. Les
articles portent sur la confrontation des gauches aux
idées (Lumières, marxisme…), aux phénomènes
socio-historiques (guerre, économie, colonisation…),
à des pratiques politiques (barricades, banquets,
suffrage universel…) ou à des événements historiques majeurs (Révolution, 1848, Commune,
Affaire Dreyfus, Mai 68…). C’est à un large panorama que nous convie cet ouvrage.
Mon attention a été particulièrement retenue par
l’article de Maurice Agulhon, intitulé « La gauche,
l’idée, le mot » qui inaugure le premier volume
consacré à « l’héritage du XIXème siècle, le second
étant consacré au « XX ème siècle à l’épreuve de
l’histoire ». C’est en militant amateur d’histoire que
je l’ai lu et que j’y ai trouvé matière à discussion.
Maurice Agulhon en tient pour une division du
champ politique français non pas en deux camps
(droite et gauche) mais en trois (droite, gauche et
révolution). On peut certes être d’accord avec
l’auteur lorsqu’il écrit, en substance, que contrairement aux théories de Marx la lutte des classes
n’est pas le moteur principal de l’histoire et que
d’autres conflits sont à la source de nombreuses
évolutions historiques. Il n’en reste pas moins que
toute société connaît une division entre classes
dominantes et classes dominées. Ce clivage ne
recouvre évidemment pas le clivage droitegauche. Pour faire simple, il y a toujours eu des
bourgeois voire des aristocrates de gauche, ainsi
que des salariés de droite. Cependant, la prise en
compte prioritairement des intérêts de la classe
dominante ou des dominés par les gouvernants
est un critère des plus intéressants pour apprécier
où se situent les uns et les autres. Par ailleurs, le suffrage censitaire jusqu’en 1848 place à gauche de
l’échiquier politique des hommes qui sont incontestablement de droite comme les orléanistes. On est
toujours ou presque à la gauche de quelqu’un. Si
88
I ESP RIT CR ITIQUE
comme l’écrit Maurice Agulhon, au XIX ème siècle
« bourgeois de droite et bourgeois de gauche ont
passé beaucoup plus de temps et dépensé plus
d’énergie à se combattre entre eux qu’à combattre
les prolétaires », c’est que le combat contre les
prolétaires réclamait peu d’énergie dès lors qu’il n’y
avait pas de suffrage universel et que l’organisation
collective des ouvriers, pour ne pas parler de celles
des journaliers, en était à ses balbutiements.
Entériner le clivage entre hommes et femmes
de gauche d’une part et révolutionnaires d’autre
part, c’est accepter que le verbe prime sur l’action.
En France depuis la Commune, il n’existe de révolutionnaires qu’en paroles. Le Parti communiste
français a-t-il profité de l’aubaine offerte en mai 68
par une grève générale et par la contestation,
notamment par la jeunesse, du pouvoir gaulliste en
place ? Que nenni. Conformément aux consignes
de Moscou, il a soigneusement contribué à étouffer
toute possibilité de renversement du pouvoir et ce
ne sont pas les trotskistes et autres organisations
gauchistes qui ont été dangereuses pour la
Vème République.
Ce qui distingue fondamentalement la gauche
de la droite, c’est la prise en compte de l’égalité
des individus sans jamais mettre en question les
libertés fondamentales des mêmes individus. Les
différences réelles tiennent davantage au point
d’équilibre souhaité entre libertés et égalité.
EMMANUEL LEMIEUX
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
POUVOIR INTELLECTUEL,
LES NOUVEAUX RÉSEAUX
EMMANUEL LEMIEUX
EDITIONS DENOËL, COLLECTION IMPACTS, 2003
PAR
JÉRÔME SADDIER
juillet 2003
Où en est le « paysage intellectuel français »
(PIF), deux décennies après les Intellocrates de
Hamon et Rotman ? A cette question digne d’une
couverture du Nouvel Obs, Emmanuel Lemieux
consacre un pavé à première vue décourageant
de 700 pages et, au vu de la volée de bois vert qui
lui a été infligée à la sortie de son enquête en mars
2003, l’on pouvait craindre que Lemieux ait été
capable du pire (le jeu de mots est facile mais les
vacances arrivent…). S’il faut parfois au lecteur
faire preuve d’endurance pour parvenir à bon port,
ce voyage en « intellocratie » en vaut la peine,
même si l’état des lieux n’est pas des plus réjouissants.
Thèse principale : en vingt ans, la formation
d’une gigantesque « bulle médiatique » a considérablement bouleversé la vie intellectuelle française,
ses règles comme ses mœurs, et surtout sa crédibilité. En somme, le PIF a mis les pieds dans le
PAF, et il n’en sort pas indemne : dérives médiatiques, collusions affairistes, intrigues ministérielles,
batailles éditoriales, errements politiques, excommunications moralisatrices… Le tableau dressé par
Lemieux est saisissant. C’est à qui saura le mieux
se positionner pour accéder à un magistère
permanent donnant accès à une prébende universitaire, un fauteuil éditorial, au plateau nocturne
d’Ardisson, aux colonnes du Monde ou du Nouvel
Obs, aux coulisses du pouvoir. Si l’on ajoute à
cette vision apocalyptique la déshérence de l’idée
de progrès et un passage désenchanté (désenchanteur ?) de la gauche au pouvoir, il y a de quoi
se sentir déprimé quant à la bonne santé du PIF et
un chouia désabusé à l’égard des polémiques qui
l’agitent de temps à autre.
Il faut tout le sens de la formule de Lemieux, qui
a trempé sa plume dans une encre jouissive et
vacharde, pour susciter jusqu’au bout l’intérêt du
lecteur dans les méandres des « influences » et les
combines des « tribus ». L’auteur a ses têtes de
Turc, qui le lui ont d’ailleurs bien rendu, mais il ne
pourra pas lui être reproché de ne pas être suffisamment informé : l’on regrettera même à certains
égards la surabondance de faits et de références
qui nuit quelque peu à la clarté de la démonstration,
et l’on s’inquiétera au passage pour la bibliothèque
de l’auteur qui a dû subir une inflation désespérante.
Les bastilles du « pouvoir intellectuel » n’ont certainement pas apprécié de voir étalées leurs mœurs :
c’était pourtant salutaire. Elles ont en revanche
moins réagi face à la critique de leur versatilité ou
de leur aveuglement politique : c’est bien dommage car c’est en cela que la démonstration est
des plus intéressantes.
ES PR IT CR I TIQUE I
89
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
Avec une précision d’entomologiste, la fresque
de Lemieux distingue quatre grandes catégories
d’intellectuels : les « médiacrates » (intellectuels
généralistes et médiatiques ayant un avis autorisé
sur à peu près tous les sujets de société et disponibles pour tout combat passant à portée de
plume), les « oracles » (experts dûment sollicités et
rétribués par tous les tiroirs-caisses de la République des Lettres voire du MEDEF pour les plus
entreprenants), les « séminaristes » (universitaires
englués dans la gestion boutiquière de la corporation pour se distraire de la grisaille de leur
laboratoire) et les « gendelettres » (forme préhistorique de l’intellectuel français qui aspire à abolir la
frontière fonctionnelle qui distingue l’écrivain de
l’éditeur). Chacune de ces familles aux caractéristiques quasi zoologiques (présentées dans l’ordre
décroissant de la notabilité) est décrite avec sa
topographie particulière, ses complicités afférentes, et même ses avocats associés. L’ensemble
de ce tout petit monde surnage dans un joyeux
mélange des genres : médias, politique, affaires…
Un « grand intellectuel » se doit d’avoir un pied
partout (ce qui tient manifestement de la prouesse
physique et suppose au minimum de l’entregent).
Ce sport particulier réservé aux gentlemen des
lettres revient à pratiquer une forme accomplie
d’« inceste professionnel » par lequel la composition d’un comité de rédaction, d’une liste de
pétitionnaires, d’un jury littéraire ou d’un plateau
télé dans une émission culturelle obéit aux même
règles qu’un dîner en ville.
Grand vainqueur de ces joutes intello-médiatiques, la « génération 68 » tient manifestement le
haut du pavé et Emmanuel Lemieux entreprend
avec un plaisir jubilatoire de déboulonner des statues patiemment forgées dans l’acier des médias,
des coulisses du pouvoir et des affaires. Pierre
Bourdieu, Bernard-Henri Lévy, Régis Debray, Alain
Finkielkraut, André Glucksmann, Alexandre Adler,
Pierre Rosanvallon et bien d’autres passent ainsi
dans sa moulinette sauvage et souvent inspirée, et
l’on se délecte avec l’auteur des petites et grandes
90
I ESP RIT CR ITIQUE
compromissions, des reniements et des faiblesses,
des copinages et des excommunications définitives,
des postures et parfois même des impostures… En
définitive, c’est une grande partie des intellectuels
de la « génération 68 » qui se fait ainsi aligner dans
une tentative d’épitaphe avant l’heure. Lemieux
souligne brutalement l’éclatement idéologique d’une
génération marquée pour sa très grande partie par
son gauchisme originel, ainsi que ses tentatives
de recyclage dans l’anti-mondialisation, dans le
républicanisme ou plus prosaïquement dans le
libéralisme. La démonstration est parfois si féroce
que le livre tourne par certains côtés au « manuel
de survie pour anciens gauchistes dans la jungle
du PIF ».
S’il est acquis dans l’imaginaire collectif qu’un
intellectuel est nécessairement de gauche, il y a
lieu de procéder alors à de sérieuses révisions. Le
tableau de Lemieux est à ce titre, bien qu’en filigrane, la description d’un divorce des intellectuels
avec la gauche annoncée dès 1983 par Max Gallo
dans une tribune retentissante. Vingt ans après cet
appel vibrant de l’ascète du Panthéon, le tandem
a toujours le pied à terre et les « compagnons de
route » sont en goguette. A l’heure des considérations savantes ou polémiques sur l’état de la
gauche, l’on notera que ses propres faiblesses
n’ont en fait rien à envier à celles du PIF. Reste à
savoir quelle est la cause et quelle est la conséquence… Mais il n’en demeure pas moins que,
privé de son débouché politique, le PIF paraît
voué aux guerres picrocholines et aux violents
règlements de comptes : pour ou contre Taguieff,
« nouveaux réacs » contre « néo-progressistes »,
pro-serbes ou pro-croates (et/ou bosniaques et
kosovars)… Les lignes peinent à se dessiner et
sont rarement dénuées d’arrière-pensées, mais ne
contribuent pas à définir les contours d’un nouveau paysage politique.
Toujours habiles dans l’usage du triptyque
« indignation, pétition, excommunication » avec
l’assistance des « honorables correspondants »
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
EMMANUEL LEMIEUX
des pages d’opinion de la grande presse parisienne, nos intellectuels entretiennent leur forme et
soignent leurs réseaux mais maintiennent durablement leurs distances avec la politique… A de rares
moments, la surchauffe guette la machinerie et tel
ou tel se retrouve dans l’œil du viseur, mais les
causes ne sont souvent que de passage (la lutte
contre l’extrême-droite, la réforme de la Sécu, les
sans-papiers…) et ne retiennent pas durablement
le chaland : tout bon intellectuel médiatique se doit
de créer l’événement, quitte à paraître inconstant.
Si l’on ajoute à cela une sévère dégradation des
mœurs universitaires, où la baston, le copinage et
le plagiat sont devenus des règles de vie en société,
l’on se prête à penser que l’insécurité ne sévit pas
seulement dans les quartiers difficiles, mais que les
trottoirs de Saint-Germain-des-Prés ou du Quartier
Latin ne sont pas non plus des plus sûrs.
Dans cet univers impitoyable, l’on cherchera
malheureusement en vain les « nouveaux réseaux
du pouvoir intellectuel » annoncés par l’éditeur. Au
fil des pages, les « nouveaux visages » sont en
effet bien peu nombreux à émerger : des universitaires (Philippe Corcuff, Bastien François, Franck
Poupeau, Véronique Nahoum-Grappe), des journalistes (Sylvain Bourmeau, Elisabeth Lévy, Josyane
Savigneau) et même un avocat (Maître Pierrat)…
L’on retiendra ces quelques noms sans vouloir
offenser les autres, mais l’on peine souvent à comprendre en quoi ils constituent pour la plupart des
« nouveaux réseaux » structurés autour de visions
intellectuelles spécifiques et de stratégies bien établies. Pour la plupart eux-mêmes engagés dans
les batailles d’appareil propres à leur caste, on leur
souhaite bien du courage pour en changer les
mœurs et redonner du sens à la fonction de l’intellectuel dans notre société. Comme le souligne
Lemieux, « il reste à inventer un intellectuel du nouveau continent européen et de la mondialisation,
un intellectuel des démocraties ennuyeuses ».
Rendez-vous dans vingt ans…
ES PR IT CR I TIQUE I
91
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
LE NEVEU DE LACAN
JACQUES-ALAIN MILLER
EDITIONS VERDIER, AVRIL 2003
PAR
THIERRY GERMAIN
juillet 2003
Jacques-Alain Miller n’a pas beaucoup apprécié d’être embarqué l’an dernier, via la plaquette
de Daniel Lindenberg, dans l’aventure retentissante des Nouveaux réactionnaires. Homme
d’esprit, intellectuel au sens le plus noble du terme
et psychanalyste, il a donc, dans le plus grand
calme apparent, décidé de faire deux choses : se
moquer de son enrôleur et comprendre. Le neveu
de Lacan est donc un bloc de près de 400 pages
tout à la gloire de Lindenberg, qui s’en serait probablement bien passé, et de ses radicales
classifications politiques et intellectuelles. Si l’opuscule de la collection « République des idées » a
déjà fait couler pas mal d’encre, en voilà encore, et
du meilleur ! C’est qu’emporté par l’exercice,
Jacques-Alain Miller s’est laissé aller à prendre
une posture assez inhabituelle pour lui de membre
à part entière de la République des idées, et ce
glissement vers le siècle est en soi même une part
intéressante et assez savoureuse de son ouvrage.
Du coup, c’est dans les toutes dernières lignes
qu’il décrit avec le plus de clarté l’exercice auquel
il vient de le livrer : « allumer un projecteur, placer
sous les yeux du public certains tours que lui jouent
des acrobates, des magiciens, à qui pour un peu
on donnerait le bon dieu sans confession ». Nourri
de fortes références, usant de la psychanalyse
comme d’une technique efficace et affûtée d’inter92
I ESP RIT CR ITIQUE
pellation et de compréhension, maniant l’ironie
avec une réelle délectation et ciselé dans sa
construction, ce livre est en lui même un réponse à
Lindenberg : voilà comment s’écrit un pamphlet !
Trois grandes parties, trois exercices différents,
structurent le livre. Tout commence à la façon des
Lumières par une « Notice sur la vie et les travaux
de Lindenberg Daniel, fameux pamphlétaire français », note lue lors de la « séance semi-clandestine
annuelle » de la désormais célèbre « Académie
des sciences immorales et politiques ». Une académie qui organise chaque année un « brunch des
non-dupes » ne peut être totalement néfaste à la
société qui l’accueille. Rédigée dans cet esprit et
entièrement à la gloire de Lindenberg, cette partie
met notamment en valeur son parcours et une certaine tendance au reniement et à son corollaire,
selon Miller, une pratique quasi pavlovienne de la
dénonciation. Passant du communisme à une certaine tendance jésuitique (« moins de russe, plus
de ruse », cela donne une méthode ainsi décrite :
« l’a-t-il dit, ne l’a-t-il pas dit ? Il l’a laissé entendre,
voilà comment cela s’appelle. Il démentira si cela
tourne mal, il affirmera si cela tourne bien. Il y
a des écoles où cela s’apprend, voyez-vous »),
l’auteur des Nouveaux réactionnaires nous est
dépeint sans trop d’objectivité dans son parcours
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
S’en suit un dialogue entre « lui et moi », dans
un dédoublement inspiré notamment de Borges,
dont un extrait de La Biblioteca ouvre cette partie,
et qui se conclut plaisamment par ces mots : « je
ne sais lequel des deux écrit ces pages ». Conversant avec son moi, Jacques-Alain Miller va aller
chercher « l’instigateur » derrière Lindenberg, et
ébaucher sa tentative de décryptage du pamphlet.
Sa victime est cette fois Pierre Rosanvallon. Directeur de la collection « la République des idées » et
éditeur au Seuil des Nouveaux réactionnaires,
Rosanvallon est selon Miller au cœur d’une stratégie consciente et collective de brouillage des
frontières et repères intellectuels et politiques.
Alors que l’ex-animateur de la Fondation SaintSimon attribue au livre de Lindenberg un pouvoir
de « révélation des mouvements de recomposition
en cours », Miller pense lui que l’ouvrage, dont il
décrit fort bien d’ailleurs les ressorts notamment
médiatiques qui en assurent la publicité puis le
succès auprès des élites (dont on sait qu’il n’a pas
été le même en librairie), est le navire amiral d’une
stratégie délibérée de « construction de l’opinion ».
Il compare cette « conspiration du meilleur » à ces
agriculteurs qui travaillent aujourd’hui à créer de
nouvelles « vigueurs hybrides », et se lance dans
un désopilant exercice de parallélisme entre les
jésuites et cette démarche selon lui à l’œuvre. La
« République des idées » devient, plongée dans
une telle solution, une « organisation de masse des
élites ». Plus fondamentalement, l’auteur évoque
ce « peuple introuvable » qui, offrant un large vide
au cœur de nos sociétés contemporaines, laisserait la place à la création de nouveaux « insignes
inédits », autour notamment de la socialisation de
l’opinion, de l’exaltation de l’unité du peuple nation
et de la construction médiatique des communautés
d’opinion. L’un des traits de ce mouvement serait
d’ailleurs l’émergence souvent commentée ces
temps derniers de nouvelles identités particulières
(NIP si l’on prend la voie sérieuse, « nippes » en
restant au second degré, une frontière que Miller
prend bien soin de laisser le plus souvent dans
l’ombre ! ). Demeure une conviction certaine dans
le rôle de l’incarnation en politique, et donc dans
la nécessité absolue de placer au cœur de nos
démocraties de nouveaux « signifiants-maîtres ».
D’où, dans son analyse, le rôle et la place du petit
livre de Daniel Lindenberg.
T H I E R RY G E R M A I N
intellectuel, et donc sert de fil rouge (si j’ose dire)
à une vivante traversée des familles d’esprit de ces
trente dernières années.
Dans quel sens tout cela ? Avec quel objectif
pratique ? C’est la troisième partie du livre, écrite
cette fois sous la forme du journal d’Eusèbe (devinez qui), qui apporte une bonne part de la réponse.
Alternant exercice diariste traditionnel et extraits
(articles, dont un savoureux portrait de Nicolas Sarkozy en monsieur « Kandoo », ce qui résonne plutôt
singulièrement ces jours-ci ; conférences ; cours),
cette partie est celle qui fait le plus appel à la
psychanalyse comme outil d’analyse et de « révélation », mais souvent aussi comme vecteur fort
efficace et très pointu de l’ironie constante de l’auteur. Retenons-en ici la dimension la plus politique :
le rapport entre l’évolution de la gauche et l’opuscule lindenbergo-rosanvallonnien. Tout part du
concept de « gauche orléaniste » dans lequel,
selon Miller, peut s’intégrer une bonne part de la
gauche française actuelle. Cette « gauche de la
technostructure », s’il faut l’en croire, a en cours
une vaste opération de redéploiement : préempter
la part recyclable de thèmes traditionnels de la
droite (sécurité, autorité…), et pour ce faire, à la
fois déplacer la ligne de démarcation ancienne
avec la droite la plus modérée et faire reluire les
différences pour éviter que cette opération (technique dite du « me too » aux Etats-Unis) n’échoue
et que l’électeur aille malencontreusement préférer
l’original à la copie. Le livre de Lindenberg serait
dans cette opération le manifeste intellectuel d’un
nouveau « bloc de progrès » qui associerait dans
une « union des modernes » (laquelle soit dit en
passant a vocation à vampiriser le maximum d’espace à gauche) les libéraux et les « égalitaires », et
donc se constituerait en opposition aux archaïques,
ES PR IT CR I TIQUE I
93
N O U V E A U S I È C L E , N O U V E L L E C I V I L I S AT I O N ?
intégrant la gauche radicale, et bien sûr aux « nouveaux réactionnaires ». Pour fonctionner, ce complot
s’appuie sur le « discours de l’homéostase », c’està-dire sur une société dont la tension a été
ramenée à son plus bas niveau, et dont le principal
instrument reste le droit. Utilisée à haute dose,
cette « judiciarisation des choses et du discours »
fait de la démocratie un lieu vide, ce que Miller
illustre de la façon suivante : « Quand le Droit est
respecté, il n’y a même pas de lieu d’où puisse se
dire : ceci n’est pas juste. Quel lieu inventer pour
dire : il n’est pas juste que certains accumulent de
l’argent et que d’autres tombent dans la misère ?
S’ils ne sont pas contents, qu’ils fassent donc un
procès ». L’auteur oublie simplement dans une telle
approche que la loi, cela se change ! Oui, mais qui
le peut et qui le veut vraiment, répondrait-il ?
En tout cas pas l’Homme de gauche, dont Le
Neveu de Lacan, poursuivant sa démonstration à
travers force détours et digressions de haute volée,
nous annonce l’irrémédiable disparition. Il est mort
d’ailleurs en 1983, les vingt années dernières étant
celles de ce que Lacan nomme « le temps-pourcomprendre ». On espère au moins que la
remarque est générale ! Décomposée, réduite à
l’état d’une « multiplicité inconsistante » (Cantor),
d’un « pas tout » (Lacan), la gauche est devenue
insaisissable et c’est ce qui justement ferait
aujourd’hui sa force. Hybridation généralisée, multiplicité de possibles, l’enjeu est de cristalliser cette
solution, au sens chimique, dans un vote, et c’est
justement ce que Lionel Jospin n’a pas su faire
voici un an. A l’ère « post-politique » où « l’on administre et l’on ne gouverne pas », ayant perdu le
sens tragique de l’histoire (ce que Miller illustre au
travers d’un portrait fort terne ma foi de la politique
extérieure du gouvernement Jospin), notre psychanalyste « zara-tout-strass » débusque derrière le
pamphlet qui voici quelques mois l’aura égratigné
l’élément d’un séisme rampant dont l’épicentre
n’est pas très loin du bloc de la République du
centre parue en 1988. Si l’on peut ergoter sur pas
mal d’éléments de ses analyses, il faut rendre à
94
I ESP RIT CR ITIQUE
Miller justice de son talent et de sa clarté. Descendu dans l’arène, il s’y tient avec cette distance
et cette ironie légère qui ne devraient jamais manquer aux hommes et femmes qui croisent sur la
(petite) place publique le fer de leurs opinions.
Cette distance, Miller l’illustre par une anecdote en
forme de citation, héritée d’une visite aux auteurs
de Tel quel : « Je me souviens de Claude Simon
m’expliquant que si la révolution battait son plein
sous ses fenêtres, il finirait sa page avant de descendre prendre part au combat. Cela me
paraissait bien long, une page de Claude Simon ».
Décidément oui, sa réfutation à son enrôleur,
Jacques-Alain Miller l’aura fort heureusement plus
inspirée des cabinets et cafés du Grand Siècle que
des pamphlets au cordeau des décennies qui
nous talonnent. Et c’est déjà beaucoup d’y réussir.
CHANGER DE MODÈLES
Mondialisation, financiarisation, crise économique : autant de bouleversements économiques
majeurs qui, au-delà du fine tuning des politiques conjoncturelles, nous somment de repenser
notre système économique et sociétal. Car c’est l’assomption de la raison instrumentale (Adorno),
la tyrannie du chiffre, sous-tendant ces évolutions qu’il semble aujourd’hui nécessaire d’interroger.
Autant dire que le modèle social-démocrate est plus que jamais d’actualité pour éviter que le tissu
social ne se déchire sous le coup d’une mutation profonde et incontrôlée du capitalisme.
- I Vers un nouveau capitalisme ?
CHANGER DE MODÈLES
LE LIBÉRALISME EN CRISE
PAR
XXXXXXX
L’ECONOMIE POLITIQUE, NUMÉRO 44, TRIMESTRIEL, OCTOBRE 2009
THIERRY ROURE
novembre 2009
Après le triomphe des idées libérales dans les
années 1970, triomphe qui paraissait alors inéluctable, nous assistons à une véritable réhabilitation de
l’intervention de l’Etat dans l’économie, à l’occasion
de la récente crise financière et économique.
La dernière livraison de L’économie politique1,
revue théorique éditée par Alternatives économiques, publication s’efforçant de replacer, de
manière critique, les questions économiques et
sociales dans une perspective politique lato sensu,
permet de s’interroger à nouveaux frais sur
l’étrange mais durable hégémonie du libéralisme
à laquelle nous avons assisté depuis trente ans. Il
n’est pas vain en effet de se demander d’où vient
cette idéologie pour penser la sortie de cette épistémè au sens de Foucault.
Bien sûr, ce numéro est l’occasion de retracer
les avatars successifs du libéralisme, qu’il s’agisse
des théoriciens comme Smith, Mill, Hayek, Friedman, père du monétarisme ou plus près de nous
Lucas, théoricien des anticipations rationnelles, et
des politiques qu’ils ont inspirées, comme celles
de Thatcher et Reagan arrivés au pouvoir respectivement en 1979 et 1981. Le colloque Lippman en
1938 et la création de la Société du Mont-Pèlerin
en 1947 autour de Hayek ont ainsi joué un rôle
fondamental dans la construction et l’essor du
néo-libéralisme, idéologie qui, en s’inscrivant dans
les têtes, a conduit à des politiques de déréglementation tous azimuts.
Mais cette publication va beaucoup plus loin
puisqu’elle a pour fil conducteur de revisiter la
généalogie des idées libérales en allant à l’encontre d’un certain nombre d’idées reçus.
Elle le fait en montrant la véritable hybridation
qui a eu lieu au cours de l’histoire entre libéralisme
et socialisme. Ainsi l’article de Jean Dellemotte
montre, textes à l’appui, que Smith est loin d’être
l’apologiste du marché que l’on a dit car La
Richesse des nations confère une large place à
l’Etat, qui doit assurer les fonctions régaliennes bien
sûr mais également développer les infrastructures ;
ce faisant, il prouve que la « main invisible », véritable pont-aux-ânes de la pensée libérale, n’est
qu’une métaphore ayant une place marginale dans
l’œuvre de Smith. Le véritable fondateur du
1. Le comité de rédaction regroupe des journalistes spécialisés
dans le domaine économique et social comme Denis Clerc et
Christian Chavagneux et des universitaires comme Dominique
Plihon, président du conseil scientifique d’ATTAC, et Marc Flandreau, professeur à Sciences-Po Paris.
ES PR IT CR I TIQUE I
99
CHANGER DE MODÈLES
libéralisme serait ainsi davantage le docteur
Quesnay, créateur de la maxime « laisser faire,
laisser passer » et chef de file des physiocrates
composant la « secte des économistes », que Smith
lui-même qui a construit une théorie morale beaucoup plus complexe.
Par ailleurs, les articles de Catherine Audard,
professeur à la London School of Economics, et de
Gilles Dostaler, spécialiste bien connu de Keynes,
retracent, avec beaucoup de pédagogie et de
nuances, l’histoire des chassés-croisés entre libéralisme et socialisme. Dans cet échange mutuel le
« moment John Stuart Mill », pour parler comme
Pierre Rosanvallon, aurait été déterminant puisque,
auteur de la grande synthèse de la pensée classique, il a également développé des points de vue
d’inspiration socialiste, en prenant fait et cause
pour les déshérités et pour les femmes notamment, prises de position fondées sur une théorie
de l’homme comme être social. Contrairement à
une vision atomistique d’une société d’individus
rationnels et calculateurs, que l’on retrouve encore
dans bon nombre de manuels actuels de microéconomie, les grands penseurs socialistes libéraux
ont toujours insisté sur la dimension relationnelle et
sociale de l’homme. C’est particulièrement vrai de
l’Italien Rosselli, auteur de la formule de « socialisme libéral » qui n’a rien à voir avec le qualificatif
de « social-libéralisme » servant aujourd’hui à
fustiger une prétendue dérive du socialisme gestionnaire. Fort de cette hypothèse, il nous est ainsi
permis de tordre le cou à de nombreuses idées
reçues sur des auteurs pourtant majeurs : Keynes
est ainsi classé parmi ces libéraux sociaux car,
membre du parti whig, il entendait bien, à la différence de Marx, sauver le capitalisme même s’il était
critique à l’égard du laisser-faire ; Walras, fondateur
de la théorie néo-classique formalisée, est rendu
dans toute sa complexité car il est pertinemment
rappelé qu’il était socialiste ; Hayek, bien qu’il fut le
chantre de l’ordre spontané du marché, est également présenté comme un esprit éclectique très
critique à l’égard de la mathématisation de l’écono100
I E SPR IT CR ITIQUE
mique. Chemin faisant, on réalise ainsi que la scientificité de celle-ci est bien relative car elle s’enracine
toujours dans des systèmes de valeurs éthiques et
politiques. Chez tous ces grands auteurs, contrairement à ce que l’on pourrait croire, les choix
politiques ont ainsi préexisté aux constructions théoriques.
Mais il y a plus. L’article de François Lenglet,
dans ce numéro ouvrant des perspectives stimulantes mais qu’il faudrait approfondir, cherche à
montrer que le chassé-croisé se ferait également au
niveau des politiques qui sont menées puisque c’est
paradoxalement la gauche au pouvoir qui aurait
procédé en France à une certaine libéralisation à
compter de 1983 et que c’est aujourd’hui un gouvernement de droite qui pourrait peut-être redonner
à l’Etat une fonction de régulation économique.
Malgré la grande richesse des idées brassées
dans ce numéro, il n’en reste pas moins vrai que
le clivage entre socialisme et libéralisme existe
dans les têtes et dans les faits, et qu’il serait vain
d’en faire abstraction pour appréhender un débat
politique forcément contradictoire même s’il doit
être abordé dans toute sa complexité. Certes libéralisme et socialisme sont également issus de la
révolution industrielle mais, s’il s’agit de frères, ce
sont des frères ennemis. Bien sûr, il faut rappeler
les échanges entre ces deux doctrines mais ne
pas oublier que ce sont deux matrices idéologiques opposées et irréductibles. Il n’en reste pas
moins vrai que ce numéro devrait nous aider à
revisiter l’histoire des idées politiques pour inventer
les nouvelles matrices intellectuelles, qui sont
aujourd’hui nécessaires, pour inventer l’avenir.
CHANGER DE MODÈLES
L’AVENIR DU CAPITALISME
JEAN-LUC GRÉAU
PAR
NICOLAS BOUILLANT
octobre 2008
Autant le dire d’entrée : voilà un livre bigrement
intéressant, du genre de ceux que l’on garde
ensuite à portée de main. Le style est plaisant,
clair, précis, chirurgical même. Les questions
traitées sont admirablement bien remises en perspective. Les analyses sont pertinentes et surtout
diablement convaincantes.
Pour prendre deux exemples glanés au hasard,
lisez les quelques pages bien senties sur le caractère non opératoire de la taxe Tobin (notamment
comparé à « l’encaje » chilien) ou sur les dangers
des retraites par fonds de pension. En quelques
mots, tout est dit sur des questions qui ont quand
même entraîné, et entraînent encore, des discussions multiples et passionnées et une littérature
imposante. On sort ainsi du livre de Jean-Luc
Gréau avec une meilleure compréhension des
phénomènes économiques contemporains, une
envie de débattre sur les évolutions des sociétés
actuelles, une incitation à l’action militante pour
modifier ces évolutions. Un bon et vrai essai, quoi,
pour paraphraser Pierre Mauroy.
Seules les propositions, peut-être un chouia
sans surprises, en dehors de la suppression de la
Bourse qui a déjà intrigué les médias, m’ont paru
un niveau en-dessous des analyses. Mais il est vrai
que, comme le dit Gréau lui-même, il n’est pas
question de « concéder à la tentation d’un retour
subreptice au socialisme » mais de trouver une
voie de rénovation du capitalisme, ce qui peut
sembler à certains, dont je fais partie, bien trop
conservateur, même si la tâche est ambitieuse.
La question centrale du livre de Gréau est
posée dès le chapitre introductif (qui pour les lecteurs trop pressés constituent une bonne synthèse
du livre, mais ce serait dommage) : le capitalisme
est-il encore viable ? La question peut apparaître
saugrenue tellement il est clair que « nous voici
habitant un monde où non seulement le capitalisme semble avoir surmonté tous les défis du
siècle écoulé, mais où il déborde de ses anciennes
limites. Il apparaît non plus modestement comme
une machine à produire et à répartir les richesses
matérielles, mais comme un instrument de transformation des sociétés en systèmes marchands ».
« Et pourtant… ».
Et pourtant, en effet. « Le capitalisme n’était-il
pas plus solide quand il était en concurrence avec
le socialisme réel ou avec les idéologies fondées
sur le rejet du marché ? » « Aujourd’hui, il suffirait
que l’un quelconque des pivots matériels du système se casse pour que le château extraordinaire
ES PR IT CR ITIQUE I
101
JEAN-LUC GRÉAU
EDITIONS GALLIMARD – LE DÉBAT, JANVIER 2005
CHANGER DE MODÈLES
du capitalisme dernier cri soit menacé de ruine ».
Diable, la prédiction de Marx serait en train de
s’accomplir et nous ne le voyons pas.
Jean-Luc Gréau nous invite donc à reprendre
avec lui plusieurs faits actuels majeurs, souvent
commentés, et, à partir d’eux, à nous interroger
sur la viabilité du capitalisme contemporain. Je ne
reprendrai dans cette chronique que les principaux, qui constituent par ailleurs les titres de
chapitres du livre.
Premier fait : l’anomalie américaine. Jean-Luc
Gréau reprend la question maintes fois débattue :
Etats-Unis, modèle à suivre ou économie en
déclin ? En fait, ni l’un ni l’autre, mais une anomalie économique puisque la santé économique
enviée des Etats-Unis repose sur une demande
soutenue des particuliers qui n’est plus liée à la
distribution des revenus, mais aux facultés de crédit offertes sans limites apparentes par le système
financier. La propension à s’endetter des Américains a toujours été très forte et avait déjà été
utilisée à plein lors du cycle expansionniste 19952000. Cela avait permis, conjugué à un investissement massif dans les nouvelles technologies,
une croissance importante. Mais une fois le cycle
en voie de retournement, plutôt que d’observer un
retour à l’épargne, la dette des ménages américains a continué à augmenter. Le choix a en effet
été fait, notamment par des taux d’intérêt très bas,
de continuer à endetter les citoyens américains (et
l’Etat). La bonne santé de l’économie américaine,
et de son emploi, ne doit donc rien à un « génie
américain », mais à une bonne vieille recette
keynésienne de croissance tirée artificiellement par
la demande.
Cependant, ce surendettement du consommateur américain atteint aujourd’hui des proportions
jusqu’ici inconnues. Et il a entraîné un déficit commercial abyssal, clairement parallèle à l’évolution
de l’endettement des ménages américains, avec là
encore aucune limite à l’horizon. En effet, « les
102
I E SPR IT CR ITIQUE
créanciers sont tenus par les débiteurs ». Les
partenaires économiques des Etats-Unis doivent
continuer à engranger des dollars s’ils ne veulent
pas compromettre la poursuite de leurs échanges
commerciaux avec les Etats-Unis, échanges qui
soutiennent leur propre économie. En clair, le
monde est aujourd’hui dépendant de l’appétit
effréné de consommation du ménage américain.
Deuxième fait majeur : la déflation salariale
mondiale. Gréau se livre ici à une analyse du
phénomène des délocalisations et à une critique
de la théorie du libre-échange qui, pour n’en être
pas nouvelles, conservent toutes leur pertinence
et sont présentées avec une clarté qui ne peut
qu’entraîner l’adhésion. La théorie de l’avantage
réciproque ne fonctionne pas lorsque le critère du
coût du travail est prédominant dans le choix des
implantations et lorsque celles-ci ne visent pas la
satisfaction du marché local, mais les marchés des
pays développés. La conséquence principale du
fonctionnement du libre-échange actuel, ce n’est
donc pas l’enrichissement réciproque, mais le
démantèlement des bases industrielles des pays
développés, le chômage et une pression croissante à une égalisation des salaires par le bas.
Une déflation d’un nouveau genre est donc en
œuvre, dans le sillage de cette pression mondiale
à la baisse des salaires. Les responsables : la
grande distribution et la prise de pouvoir des
marchés financiers.
Troisième fait : les capitaux sans tête. La mondialisation des années 1990 n’est pas la première
de l’histoire économique. Il y avait eu la mondialisation anglaise, la mondialisation des années
1920, la mondialisation des pétrodollars. Mais elle
a trois caractéristiques distinctes des précédentes :
elle inclut potentiellement le monde entier, elle se
double d’une ouverture concomitante (et obligatoire) des frontières commerciales et des marchés
financiers, elle se réalise principalement sous
forme d’investissements directs. Or, ces caractéristiques induisent un potentiel de déstabilisation des
CHANGER DE MODÈLES
Comme l’a montré la crise asiatique, l’ouverture
des marchés dans des pays qui disposaient d’un
excédent d’épargne a entraîné classiquement (et
bêtement) une « surliquidité », la formation de
bulles immobilières et financières, et une crise dont
le « caractère extravagant laisse songeur ». Idem
pour la « dette perpétuelle latino-américaine »
causée certes par une incapacité à recourir à
l’épargne locale et une improductivité des structures, mais aussi par l’appétit disproportionné des
bailleurs de fonds étrangers et la garantie implicite
du FMI à ces bailleurs.
Quatrième fait : les scandales boursiers. Les
scandales type Enron et les dégringolades boursières auraient dû conduire à des réflexions sur
le fonctionnement actuel des Bourses ou plutôt
leurs dysfonctionnements : endettement effréné
des sociétés cotées, évaluation erratique, rachats
de leurs propres actions, développement des
stock-options (ce passage permet à Jean-Luc
Gréau une petite digression sur les salaires des
dirigeants d’entreprises qui, dans le contexte
des indemnités de départ du président de Carrefour, sonne on ne peut plus juste), formation de
bulles spéculatives,…
A cela s’ajoute un problème plus global : la
Bourse ne finance plus les entreprises, mais au
contraire « les entreprises subventionnent les
détenteurs d’actions », et notamment les fonds de
placements collectifs qui « soumettent les entreprises et les collectivités de salariés qu’elles
abritent à un régime de prédation ». L’introduction
boursière répond de même moins à la nécessité
objective d’une consolidation financière des entreprises qu’au désir d’enrichissement et à la volonté
de puissance des individus. La bourse n’a
donc plus que des inconvénients et les entreprises
sont désormais soumises à une vision strictement
financière et de
leurs actionnaires.
court
terme,
dictée
par
Le système capitaliste a donc généré des anomalies, plutôt des contradictions, qui le rendent
aujourd’hui fragile. Son devenir passe donc par
l’instauration d’institutions protectrices qui pourraient encadrer le monde nouveau. « Le moment
est venu de retrouver la trace et l’inspiration du
Schumpeter de Capitalisme, socialisme et démocratie ». En effet, comme il l’avait fait, il est
nécessaire de proposer une nouvelle organisation
générale qui permettra à l’entreprise et à la
concurrence d’agir dans un sens à la fois plus
juste et plus efficace, en un mot de redéfinir le
fonctionnement du capitalisme. Jean-Luc Gréau
formule alors quelques propositions, qui pour n’en
être pas moins révolutionnaires, semblent et opérantes et nécessaires pour réussir cette nouvelle
régulation du capitalisme qu’il appelle de ses
vœux. Je les regrouperais en trois familles :
— Un néo-protectionnisme : Jean-Luc Gréau
reconsidère le projet de libre-échange mondial et
propose la mise en œuvre d’un néo-protectionnisme adapté aux conditions de l’économie
contemporaine, contrepartie à la mondialisation
des entreprises couplée à la recherche du plus
bas salaires. Il ne s’agit pas de les enfermer et les
priver de leur liberté d’action, mais simplement les
contraindre à développer le travail des populations
des nations anciennement développées et les
ramener dans le champ de la responsabilité collective. Une seule solution apparaît alors, qui n’a
d’ailleurs rien de nouvelle : « c’est à partir de
grandes zones de libre-échange économiquement
intégrées et commercialement protégées que peut
s’organiser la mondialisation. Le marché commun
européen en a offert le modèle vivant ». Et l’on
retrouve ici, même si je ne suis pas sûr que ce soit
le fond de la pensée de Jean-Luc Gréau, la nécessité d’une Europe forte. La construction européenne
n’est pas la cause des effets néfastes du libéralisme
et de la mondialisation, contrairement à ce que l’on
ES PR IT CR ITIQUE I
103
JEAN-LUC GRÉAU
économies nationales, notamment des économies
émergentes, lié notamment aux flux désordonnés
de « capitaux sans tête ».
CHANGER DE MODÈLES
a pu entendre ces dernières semaines, elle est au
contraire notre meilleur rempart.
— Une réorganisation du système monétaire international : là encore, Jean-Luc Gréau ne fait pas
dans l’originalité, ni dans son analyse des dysfonctionnements du SMI actuel (les privilèges de
l’Amérique, l’accumulation des dollars,…), ni dans
ses propositions : mise en œuvre d’une grille de
parités stables à partir d’un étalon panier, instauration de la clause de solidarité forcée, mise en
œuvre d’un système de garantie aux emprunteurs.
Mais elles restent toujours à mettre en application.
— Une réforme de la gouvernance de l’entreprise
en fondant les droits des actionnaires sur leur engagement durable dans le capital de l’entreprise.
Gréau demande à ce que cesse la double aberration illustrée par les scandales financiers : celle
d’entreprises soumises à la pression financière abusive de la Bourse et celle de managers dont l’action
quotidienne échappe à tout contrôle sérieux. Il propose de suivre l’exemple de l’actionnariat familial :
« Il ne saurait y avoir de pouvoir de l’actionnaire
sans lien contractuel avec l’entreprise ». Cette
réforme doit s’accompagner de la suppression des
marchés financiers de type boursier. C’est clairement la proposition la plus révolutionnaire. Cette
vieille institution victorienne ne tient que par le
soutien de la finance américaine. Il faut donc simplement mettre en place un marché d’actions à
dividende prioritaire sans droits de vote à côté
d’une procédure permettant de concentrer le capital entre quelques actionnaires de référence dotés
du pouvoir juridique.
En conclusion, pour Jean-Luc Gréau, « un fait
simple et essentiel réunit ces questions dans leur
ensemble. Il provient de la position centrale de
l’Amérique. » Les dirigeants américains sont habités
par l’illusion que leur nation a mis au point le
modèle socio-économique dont le monde a besoin.
Au contraire des modèles suédois, allemands ou
japonais, les élites américaines se sentent donc
104
I E SPR IT CR ITIQUE
investies d’une mission, dans la meilleure tradition
d’un messianisme idéologique. Or, cette organisation socio-économique aboutit aux Etats-Unis à ce
que « deux Amériques se regardent : l’Amérique
riche d’épargne et l’Amérique riche de dettes et de
plus en plus fragmentée ». Cette étrange configuration sociale, où le salariat a laissé place à une
immense classe « servante » d’une minorité toujours plus riche, ne peut être ni suivie, ni surtout
constituer un exemple pour aucune autre nation.
L’Europe par exemple n’a aucune raison de suivre
ce modèle, mais doit plutôt insister sur ses propres
atouts.
L’avenir du capitalisme passe par la résolution
des contradictions matérielles qui menacent son
équilibre et la définition de formes nouvelles de
régulation en liaison avec la mondialisation. Or,
pour cela, il est nécessaire de combattre la volonté
d’une élite américaine sûre de son modèle.
« Aucune nation n’a le droit d’imposer son avenir
au capitalisme ».
CHANGER DE MODÈLES
TROIS LEÇONS SUR LA SOCIÉTÉ
POST-INDUSTRIELLE
DANIEL COHEN
PAR
DANIEL COHEN
EDITIONS LA RÉPUBLIQUE DES IDÉES – SEUIL
NICOLAS BOUILLANT
décembre 2006
Daniel Cohen, universitaire bien connu, nous
propose un petit livre (90 pages) d’une grande
facilité de lecture et d’une grande clarté sur les
évolutions économiques et sociales en cours. Le
fait qu’il reprenne un cycle de conférences donné
au Collège de France n’y est pas étranger. Ce livre
s’adresse donc plus au citoyen qu’à l’expert et on
peut lui souhaiter de connaître la même postérité
que son inspirateur, le livre de Raymond Aron
intitulé Dix-huit leçons sur la société industrielle.
immatérielles y domine largement. Une des conséquences est une nouvelle structure des coûts
puisque désormais c’est la première unité du bien
fabriqué qui coûte cher. Cela modifie totalement
les fondements de l’économie de marché, comme
le montre Daniel Cohen en développant l’économie du cinéma ou de la télévision.
Dans la première « leçon », Daniel Cohen
dépeint en quelques traits les contours de la nouvelle organisation économique et sociale, qu’il
appelle « société post-industrielle ». Rien de ce
qu’il présente n’est franchement novateur, mais la
clarté de cette présentation permet une bonne
compréhension de phénomènes complexes.
La seconde rupture est sociale, avec le passage
d’une organisation tayloriste du travail à une organisation centrée sur la polyvalence (le toyotisme).
Une des conséquences de cette « révolution de
l’organisation » est l’accroissement des inégalités
puisqu’elle repose sur une valorisation des travailleurs les plus qualifiés, les seuls à créer de la
valeur ajoutée. Autre conséquence : elle accroît les
désordres physiques et mentaux au travail en reposant sur l’hyperproductivité.
Cette société « post-industrielle » est née de
cinq ruptures par rapport au passé. La première
est technologique, produite par ce que l’on
appelle la troisième révolution industrielle autour
des technologies de l’information et de la communication. Elle aboutit à une société dite « de
services ». L’agriculture et même l’industrie n’y
sont plus en effet que marginales. C’est une
société de l’information ; la production d’activités
La troisième rupture est culturelle : c’est l’avènement de l’individualisme, issu d’une nouvelle
vision de la vie en société née dans les mouvements de la fin des années 1960. Conséquence de
cette rupture et de la précédente : la solidarité qui
était au cœur de la société industrielle a disparu.
L’usine a ainsi cessé d’être un lieu de rencontre
sociale, les quartiers ont cessé d’être des lieux de
mixité sociale. Comme le dit Cohen, « les riches
ES PR IT CR ITIQUE I
105
CHANGER DE MODÈLES
font sécession et se regroupent selon la logique
des appariements sélectifs ».
La quatrième rupture est économique : la finance
a pris le pouvoir dans le management des entreprises. Cette « révolution financière » a, entre autres
conséquences, celle que les managers ne se rémunérant pas en stock-options n’ont plus qu’un seul
objectif, la satisfaction des actionnaires. Et leur
« récompense » est désormais sans limites, bien loin
du principe énoncé par Rockefeller selon lequel un
dirigeant d’entreprise ne devait pas gagner plus de
quarante fois le salaire de ses ouvriers.
La cinquième rupture enfin, c’est la mondialisation. Daniel Cohen y consacre l’ensemble de sa
deuxième « leçon ». Il rappelle, comme d’autres
auteurs avant lui, que ce n’est pas un phénomène
nouveau en soi. Une importante mondialisation
avait eu lieu à la fin du XIXème siècle. La mondialisation actuelle, comme la précédente, repose sur
l’émergence de nouveaux partenaires, la Chine et
l’Inde aujourd’hui, et sur une division internationale
du travail. Mais, à rebours du schéma classique
ricardien (deux pays qui commercent en se spécialisant dans la production où ils sont les meilleurs
relativement s’enrichissent tous les deux), on
observe que la spécialisation ne se pratique
aujourd’hui que dans le cas des pays non développés et aboutit au seul enrichissement des pays non
spécialisés, les pays développés.
Pour comprendre cette apparente contradiction
entre la théorie et le réel, il est nécessaire de
modifier nos habitudes de raisonnement. Dans la
société « post-industrielle », les pays riches s’accaparent le segment de la production immatérielle, le
seul qui rapporte vraiment, tandis que les pays
moins développés se retrouvent en concurrence
entre eux sur les segments qui rapportent peu.
Exemple : le coût de production tout compris
(matières premières, travail, transports,…) d’une
chaussure de sport est de seize dollars. Son prix
de vente est de soixante-dix dollars. L’essentiel des
106
I E SPR IT CR ITIQUE
recettes va dans la poche des concepteurs, des
publicitaires et des distributeurs, tous situés dans
les pays riches. Et les grandes entreprises ne sont
plus des producteurs, mais des stratèges mettant
en valeur leurs produits dont la production est distribuée aux quatre coins du monde et localisée au
gré des avantages comparatifs à un instant donné.
Cette société « post-industrielle » entraîne des
principes d’organisation, économiques et sociaux,
nouveaux. La troisième « leçon » tente de les définir, en interrogeant la capacité de l’Europe, et
de la France, à préserver ses acquis dans ce
nouveau schéma. Comme l’indique Daniel Cohen :
« l’Europe, qui a inventé la sécurité sociale, peine
à définir un nouveau modèle social qui porte son
nom ? Est-elle une victime collatérale de la disparition de la société industrielle ? ».
L’Europe, en partie prisonnière de sa spécialisation « passée », court le risque d’être concurrencée
par les pays émergents dans le domaine industriel
et distancée par les Etats-Unis dans le domaine
immatériel. En effet, dans ce « nouveau monde »,
il faut disposer des institutions capables de créer
la matière indispensable à la nouvelle production,
l’homme. C’est donc le niveau des universités et
de la recherche qui fonde aujourd’hui la bonne
tenue économique. Or, les universités européennes
sont mal placées dans la concurrence mondiale et
la recherche européenne reste un empilement de
recherches nationales. De même, les pôles
d’excellence européens apparaissent bien chétifs
face aux pôles américains, voire indiens ou chinois.
Daniel Cohen explique ici très bien l’importance
de cette question qui doit être au cœur des
prochains débats français et européens. Un exemple parmi d’autres pris dans Les Echos de ce jour
illustre l’urgence de la situation : 39 000 ingénieurs
par an seulement sortent de l’école en Allemagne,
dix fois plus en Inde, quinze fois plus aux EtatsUnis. Il faut donc aujourd’hui y aller franchement
sur le développement des écoles et des universités.
Or, l’inquiétante faiblesse d’intervention de l’Etat
laisse nos universités, notamment parisiennes,
dans un état de vétusté indigne du potentiel de nos
étudiants. La mise en place des pôles de compétitivité en France, qui associent universités, entreprises,
laboratoires et collectivités locales, est par contre
porteuse d’un début d’espoir.
Autre difficulté pointée par Cohen, le « modèle
social européen » n’est plus, si tant est qu’il ait
existé un jour. On a en effet aujourd’hui trois
modèles principaux : le « modèle » anglo-saxon
qui repose sur une solidarité sociale obtenue par
le bon fonctionnement des marchés, notamment
celui du travail, le « modèle » scandinave qui
recherche la solidarité sociale grâce à une syndicalisation forte, le « modèle » méditerranéen qui
repose sur une solidarité sociale exercée par la
famille. Les deux premiers modèles sont efficaces
par rapport au chômage ; le dernier, privilégiant
l’emploi du chef de famille, entraîne des taux de
chômage élevés pour les autres composantes de
la société. La France est à la croisée de ces exemples, ou plutôt elle a créé son propre modèle, ni
individualiste au sens anglais, ni communautaire
au sens allemand, soumis à deux systèmes de
valeurs inconciliables : les valeurs cléricales et les
valeurs aristocratiques. Il en résulte une cohésion
sociale aujourd’hui mise à mal, notamment dans
les banlieues, par un chômage important non compensé par une solidarité familiale.
Les explications de Daniel Cohen sont ici un
peu synthétiques, touchant à plusieurs questions
qui mériteraient toutes de longs éclaircissements.
Mais il appuie clairement le doigt sur deux
grandes difficultés françaises d’aujourd’hui.
D’abord, l’absence de choix (depuis le début des
années 1990 ? des années 1980 ?) entre un projet
d’inspiration libérale et un projet d’inspiration
social-démocrate laisse la France dans un entredeux qui lui fait cumuler les inconvénients des
deux systèmes. Ensuite, le modèle social français
est en lambeaux. La « crise des banlieues » en a
révélé l’ampleur, comme la hausse du communautarisme, qui n’est d’ailleurs qu’une réponse à la
ségrégation sociale et non sa cause.
Or, l’une des caractéristiques de la société postindustrielle est que la sphère économique
n’engendre plus de modèle social. C’est donc à
chaque pays de forger les nouveaux compromis
permettant de résoudre les problèmes posés par
la société post-industrielle et de mobiliser ses ressources culturelles et politiques pour fabriquer de
la cohésion sociale et de l’efficacité économique.
Comme conclut Daniel Cohen, l’enjeu est de fabriquer, de réinventer une infrastructure sociale qui
aide les personnes à vivre un destin digne de leurs
attentes.
L’Europe doit donc rapidement s’entendre sur
un modèle social commun, au moins sur des
grandes lignes communes sur les prérogatives de
l’Etat, du marché, des syndicats,… Or l’attentisme
qui prévaut aujourd’hui sur la question européenne après l’échec du référendum français est
en ce sens dangereux. Surtout, il faut créer une
véritable Europe de la connaissance, des universités, de la recherche, non seulement pour doter
l’Europe d’un levier pour la société de l’information, mais aussi pour « semer les germes d’une
communauté morale, affective ».
ES PR IT CR ITIQUE I
107
DANIEL COHEN
CHANGER DE MODÈLES
CHANGER DE MODÈLES
LE CAPITALISME EST EN TRAIN DE
S’AUTODÉTRUIRE
PATRICK ARTUS et MARIE-PAULE VIRARD
EDITIONS LA DÉCOUVERTE, OCTOBRE 2005
PAR
NICOLAS BOUILLANT
avril 2006
Les interrogations sur le devenir du capitalisme
sont décidément fort nombreuses en ce début de
XXIème siècle. Après Joseph Stiglitz qui donnait un
vigoureux pamphlet contre l’évolution de la mondialisation, Jean-Luc Gréau qui se demandait si le
capitalisme avait un avenir, Jean Peyrelevade qui
dénonçait un « capitalisme total », c’est au tour de
Patrick Artus, professeur d’économie bien connu,
en collaboration avec une journaliste des Echos,
de nous alerter sur le fait que « le capitalisme est
en train de s’autodétruire ». Les mêmes mécanismes sont d’ailleurs décrits dans ces différents
livres ; ce court opus n’apportera donc rien de
nouveau à ceux qui ont déjà épluché les livres
cités. Pour les autres, on peut leur recommander
la lecture de cet ouvrage, même si ce n’est pas
celui-ci qui a ma préférence.
Le livre commence par un constat : un malaise
social grandissant côtoie de flamboyants profits.
En effet, d’un côté, les grandes entreprises
françaises (et mondiales) publient semestre après
semestre des résultats exceptionnels : plus de 60
milliards d’euros de profits en 2004 pour les entreprises du CAC 40. Les actionnaires de ces
entreprises bénéficient à plein du système (25 milliards de versements de dividendes en 2004), de
même que leurs dirigeants avec un salaire moyen
108
I ESP RIT CR ITI QUE
annuel de 2,2 millions d’euros, en hausse annuelle
de plus de 10 %. De l’autre côté, celui de la
France d’en bas, pour reprendre une expression
passée de mode, en sus d’un chômage important
et d’une précarité grandissante, les évolutions de
revenus sont bien maigres (le pouvoir d’achat du
« salaire moyen par tête » stagne : + 0,2 % en
2002, - 0,3 % en 2003, + 0,4 % en 2004).
Deux causes à ces évolutions disparates : la
mondialisation et les exigences des investisseurs
sur la rentabilité des fonds propres.
La mondialisation, avec en particulier le mouvement de délocalisations, entraîne un processus de
désindustrialisation dans les pays développés.
Ainsi, en France, l’industrie a perdu 7,5 % de ses
emplois en dix ans. Mais surtout, et ce point n’est
pas assez souligné dans les débats autour de la
mondialisation, celle-ci est d’abord et avant tout une
« formidable machine à comprimer les salaires ». La
peur du chômage et des délocalisations a créé une
pression à la baisse sur les salaires, et ce y compris
dans les secteurs non délocalisables, et permis aux
entreprises de conserver à leur seul profit les gains
de productivité, par ailleurs importants. On assiste
donc, et de plus en plus, à une déformation du
partage des revenus au détriment du travail.
CHANGER DE MODÈLES
Désormais, pour les entreprises, seul le court
terme compte. Cette évolution, accentuée par l’introduction de nouvelles normes comptables qui a
raccourci l’horizon à la fois des investisseurs et des
entreprises, entraîne la disparition des investissements dans des projets de long terme jugés pas
assez rentables à court terme. Par ailleurs, les
investissements de capacité sont abandonnés au
bénéfice des investissements de productivité.
Cette déformation du partage du revenu en
faveur des profits a comme première conséquence
une faible croissance. D’ailleurs, les pays où cette
déformation n’a pas été observée (Royaume-Uni,
Espagne, Suède) sont les pays qui ont connu la
plus forte croissance. Les autres, comme la France,
subissent le cercle vicieux : faible croissance du
revenu, demande anémiée, peu d’investissement
de capacité et compression des salaires. La
hausse des profits ne sert donc ni à soutenir la
demande, ni à stimuler l’offre.
A cela s’ajoute, du fait du comportement des
gérants institutionnels qui interviennent sur les
marchés financiers (que les auteurs appellent
« mimétisme rationnel ») et de la multiplication
d’opérations financières risquées nées de l’engouement pour les instruments financiers hyper
sophistiqués et les opérations financières à fort effet
de levier, une forte volatilité de ces marchés, qui
peut décourager la détention d’actifs, déstabiliser
les économies des pays émergents (cf. la crise asiatique), provoquer une grave crise suite à des faillites
en chaîne si les risques cachés se réalisent.
On est donc face à un « capitalisme sans projet »
et à une « sorte de processus d’autodestruction du
capitalisme ». Comment en sortir ?
D’abord par un accroissement de la demande.
Mais les auteurs ne souhaitent pas une politique
d’augmentation des salaires. En effet, comme le
montrent les pertes de parts de marché à l’exportation, la France n’est pas seulement confrontée à
une insuffisance de la demande, mais aussi à une
absence de réactivité de l’offre. Accroître les
salaires accélérerait donc le processus de délocalisations et les destructions d’emplois. De plus, ce
serait augmenter le coût du travail non qualifié,
alors que les pays du vieux continent sont confrontés à une insuffisance d’emplois de services. Dans
les services aux particuliers, le nombre d’emplois
rapporté à la population est de 5,5 % en France
contre 8 % aux Etats-Unis. Dans la distribution, il
est de 8 % contre 9,25 % aux Etats-Unis. Est donc
plutôt préconisé un accroissement des mécanismes d’intéressement et de participation et la
mise en place d’un impôt négatif à la française
(crédit d’impôt sur le revenu accordé aux personnes et familles en activité et à faible revenu),
mise en place amorcée avec la Prime pour l’emploi. Enfin, il est nécessaire de déverrouiller la
concurrence pour faire baisser les prix, notamment
là où la rente est captée.
Ensuite, les auteurs souhaitent « arrêter l’instrumentalisation de la mondialisation par des
investisseurs obsédés par une rentabilité des fonds
propres excessive ». Il s’agit donc d’améliorer les
nouvelles normes comptables et permettre un
ES PR IT CR ITIQUE I
109
PAT R I C K A R T U S
M A R I E - PA U L E V I R A R D
Deuxième cause : les entreprises vivent désormais sous le diktat des 15 % de rentabilité des
fonds propres (ou ROE en anglais), exigence d’ailleurs atteinte puisqu’en 2004 les entreprises du
CAC 40 ont réalisé un ROE de 15,4 %. Comment
obtenir un tel rendement des fonds propres ?
D’abord comme on vient de le voir, en ne distribuant pas aux salariés les gains de productivité.
Ensuite, pour les entreprises en situation de monopole ou d’oligopole, en s’appropriant la rente née
de l’insuffisance de concurrence. Enfin, les entreprises optimisent au maximum les opérations
financières pour gonfler les résultats, en prenant
d’ailleurs parfois des risques excessifs ou en ayant
recours (est-ce vraiment du passé ?), comme l’ont
mis en évidence les scandales Enron et suivants,
à des présentations de comptes falsifiés.
CHANGER DE MODÈLES
respect de l’horizon temporel naturel de chaque
type d’investisseur. « Cela concerne la fréquence
de publication et d’analyse de la performance et la
nature des règles prudentielles. Il faut cesser de
comparer le rendement des fonds de pension à la
même périodicité que celui des SICAV. Il faut
cesser d’imposer aux fonds de pension des règles
de structure d’actif adaptées aux contraintes des
investisseurs à horizon court ».
Les réponses données peuvent apparaître bien
timorées, notamment contre la financiarisation de
nos économies et la pression à la baisse des
revenus, eu égard à la vigueur du constat. Face au
malaise social, de plus en plus évident et clairement
exprimé lors du référendum européen, des
« émeutes urbaines », des manifestations actuelles,
les mesures techniques d’adaptation du capitalisme
actuel proposées dans ce livre n’apparaissent pas
à la hauteur des enjeux. Au niveau international,
c’est un nouveau mode de régulation de la mondialisation qui aurait pu être proposé. Au niveau
européen, c’est la manière de concilier accroissement de l’emploi (et notamment en effet emplois de
services) et développement d’une économie compétitive (dans les secteurs à forte valeur ajoutée)
qui aurait pu être étudiée. Ces aspects sont malheureusement absents de ce livre. On ressort donc
avec une forte impression que le capitalisme est en
effet en train de s’autodétruire, mais sans que cette
course vers l’abîme puisse être combattue. Or les
sociétés ont besoin d’espoir.
110
I E SPR IT CR ITIQUE
CHANGER DE MODÈLES
LA DÉMOCRATIE ET LE MARCHÉ
JEAN-PAUL FITOUSSI
PAR
OLIVIER GALIANA
mars 2004
Dans cet essai tonique et rapide à lire, JeanPaul Fitoussi tente de faire la démonstration qu’il
est absurde de laisser le champ libre aux thèses
libérales consistant à réduire la démocratie, « le
système d’équité » ou bien la sphère publique et
ses moyens d’intervention pour donner sa pleine
efficacité à l’économie de marché.
Rappelant les différents travaux effectués par
les économistes récents ou plus anciens, il
explique que la démocratie et l’économie de marché ne sont ni opposables ni contradictoires. Bien
au contraire, la théorie du marché pur et parfait est
une allégorie contestable du fait que dans toute
société humaine, lorsque aucune redistribution
n’existe, aucune règle collective ne cimente la
cohésion sociale, les mécanismes d’accumulation
des richesses provoquent une insécurité économique incompatible avec la démocratie et de
nature à remettre en cause in fine le marché luimême. Le marché sans démocratie perd par
conséquent de son efficacité car il existe selon
Jean-Paul Fitoussi un « principe de compensation »
qui lie le système économique à la démocratie.
Jean-Paul Fitoussi souligne que l’économie de
marché peut être et même doit être complémentaire avec la démocratie quelles que soient sa
forme et son expression. C’est la démocratie
lorsqu’elle introduit un système d’équité comme
lorsqu’elle produit un système de protection
sociale, la redistribution des revenus et le niveau
de services publics qui permettent d’asseoir
l’acceptabilité des règles du marché. Autrement, et
cela peut-être constaté dans les pays en développement, l’insécurité économique et sociale est un
facteur de violence, de confrontation par la force
et de réduction de la performance de l’économie,
voire de pauvreté. En effet, l’élévation du niveau
de vie liée à la croissance économique, ininterrompue depuis la naissance des sociétés humaines
dans les pays avancés, suppose une intervention
de la puissance publique et donc de l’Etat, garant
de l’intérêt général, pour éviter le creusement des
inégalités, assurer le partage des fruits de la croissance et bien sûr réguler les évolutions erratiques
du marché. La démocratie finalement donne sa
pleine efficacité à l’économie de marché.
Dans son essai, l’auteur s’interroge, au-delà, sur
l’impuissance du politique par rapport à la mondialisation, qui souvent se contente d’une posture
contestataire. Il ne comprend pas pourquoi les
acteurs de la démocratie ne se saisissent pas des
bienfaits de la mondialisation, résultant de l’ouverture des multiples sociétés humaines au monde
ES PR IT CR ITIQUE I
111
J E A N - PA U L F I T O U S S I
EDITIONS GRASSET ET FASQUELLE (NOUVEAU COLLÈGE DE PHILOSOPHIE),
JANVIER 2004
CHANGER DE MODÈLES
actuel, pour formuler et promouvoir un nouveau
modèle de développement. Il considère qu’il nous
appartient d’inventer autre chose, donnant de la
vigueur à la démocratie, aux choix collectifs, réhabilitant l’action publique pour réguler le système
économique et la redistribution des richesses.
Il souligne qu’il n’est pas possible d’accepter
plus longtemps avec un tel degré de résignation
une idéologie libérale qui a aujourd’hui, malheureusement, pénétré tous les esprits. Cette
domination est dangereuse. C’est l’enjeu futur de
nos démocraties, dès à présent menacées par une
aggravation des souffrances sociales, l’indifférence
et la soumission. Il s’agit donc d’abord d’une
bataille idéologique pour abattre l’hégémonie
culturelle de cette conception du monde qui peut
conduire demain à la révolte et la violence.
Cet essai est un appel que la gauche doit
entendre. Il nous appartient d’engager un combat
frontal, en expliquant que la mondialisation ne doit
pas se contenter d’être un nouvel âge du capitalisme pur et dur mais un mouvement vers un
nouveau stade de développement, respectueux de
la complexité des sociétés humaines, de l’équilibre
écologique de la planète, dans lequel la démocratie doit s’épanouir et se renforcer. Ce plaidoyer ne
manque pas de conviction. A nous de ne pas le
laisser lettre morte.
112
I E SPR IT CR ITIQUE
CHANGER DE MODÈLES
LA GRANDE DÉSILLUSION
JOSEPH E. STIGLITZ
PAR
NICOLAS BOUILLANT
mars 2004
Certes, voici un livre qui n’est pas vraiment
nouveau, puisqu’il a presque deux ans dans sa
première version, et bientôt un an dans cette
version livre de poche. Certes, voici un livre portant
encore sur la mondialisation et sur ses méfaits
puisqu’il faut comprendre le titre comme la grande
désillusion vis-à-vis de la mondialisation (le titre
anglais est d’ailleurs meilleur : Globalization and its
discontents). Or, ce sujet de la mondialisation
apparaît battu, débattu, rebattu, dans la presse
comme en édition, depuis plusieurs années, en fait
depuis l’émergence du mouvement altermondialiste après Seattle.
Mais c’est un livre incontournable sur ce sujet
central. Il a d’ailleurs eu un retentissement important. D’abord car c’est un livre référence, d’une
clarté exemplaire, même si par souci de simplification, les développements économiques sont
simplement esquissés (un comble pour un prix
Nobel d’économie !). Ensuite, du fait de la personnalité spécifique de son auteur. Joseph E. Stiglitz
est américain. C’est un professeur d’économie
réputé, prix Nobel en 2001. Et il a été conseiller
économique de Clinton au sein du Council of Economic Advisers de 1993 à 1997 et premier
vice-président de la Banque mondiale de 1997
à 2000. Du sérieux quoi ! Et quelqu’un dont on
s’attendait à ce qu’il nous expliquât plutôt les
bienfaits de la mondialisation que ces méfaits, à ce
qu’il se rangeât plutôt du côté des invités de
Davos que de Porto Alegre ou Bombay. Enfin, car
c’est un livre qui donne de réels arguments aux
partisans d’une approche différente (médiane ?)
des mondialistes libéraux d’un côté et des antimondialisation de l’autre.
Le FMI et la Banque mondiale avaient été créés
après la Seconde Guerre mondiale pour permettre,
dans le droit fil des idées keynésiennes, une action
collective au niveau mondial pour la stabilité économique. La crise des années 1930 avait en effet
bien montré les insuffisances des marchés et les
dangers d’actions non coordonnées des Etats
dans l’obtention de cette stabilité. Or, désormais,
explique Stiglitz, le FMI propose comme politique
économique aux pays en difficulté, et plus généralement à tous les pays en développement, un
hymne au libre marché dans une conception
opposée à celle qui avait fondé la création de ces
institutions, ce qu’il appelle « le consensus de
Washington » : libéralisation des marchés financiers, suppression des entraves au commerce,
privatisation, austérité budgétaire.
ES PR IT CR ITIQUE I
113
JOSEPH E. STIGLITZ
EDITIONS FAYARD (POCHE), SEPTEMBRE 2003
CHANGER DE MODÈLES
Or, quels sont les résultats de ces politiques ?
La libéralisation des marchés financiers a entraîné
une dépendance dangereuse aux flux de capitaux
spéculatifs et, à l’opposé de ce qui était souhaitable pour une économie en difficulté ou en
développement, souvent une hausse des taux
d’intérêt, notamment lorsqu’il a fallu tenter (en pure
perte) de retenir ces capitaux. D’ailleurs, les pays
qui ont connu les développements les plus remarquables sont ceux où l’investissement étranger n’a
joué aucun rôle (Japon, Corée du Sud,..).
De même, la libéralisation commerciale a abouti
souvent à la ruine des producteurs locaux, incapables de résister à la concurrence des produits
occidentaux (ruine accentuée par les taux d’intérêt
élevés). Là encore, les pays en développement qui
ont le mieux réussi sont ceux qui ont levé leurs barrières protectionnistes avec précaution et méthode.
Quant à la privatisation, menée idéologiquement,
sans stratégie de stimulation de la concurrence,
elle a entraîné au mieux hausse des prix, au pire
corruption et démantèlement des entreprises.
Enfin, l’austérité budgétaire a eu pour première
conséquence la hausse du chômage, contribuant
à détruire par là-même un élément pourtant fondamental du développement : la stabilité sociale.
« Pour créer un environnement propice aux investissements, un peu d’inflation n’est peut-être pas
l’idéal, mais la violence et la guerre civile sont bien
pires… Maintenir ce contrat social est particulièrement important et difficile dans les bouleversements
sociaux qui accompagnent si souvent la mutation
du développement. Dans les calculs macro-économiques qu’effectue le FMI avec ses œillères vert
dollar, ces préoccupations-là n’ont trop souvent
aucune place ». Et encore une fois de nombreux
exemples, notamment en Extrême-Orient, ont montré que les pays qui avaient obtenu les meilleurs
taux de croissance étaient ceux qui avaient réussi
à partager les gains réalisés.
114
I E SPR IT CR ITIQUE
Ainsi, les conclusions de Joseph E. Stiglitz
sont sans appel : les réformes du consensus de
Washington ont dans la plupart des pays accru la
pauvreté en accentuant leurs difficultés ou en freinant leur développement. Même là où une certaine
croissance a pu être observée (plutôt en dépit des
« remèdes » du FMI), comme au Mexique, c’est
essentiellement le tiers supérieur, et plus encore le
décile supérieur, qui en ont profité.
Deux exemples sont plus largement étudiés
dans ce livre : la crise asiatique de la fin de la
décennie précédente et la transition russe. Stiglitz
rappelle que depuis trente ans l’augmentation des
revenus et la chute de la pauvreté en Asie orientale
étaient des phénomènes patents. Il s’agissait du
« miracle asiatique », miracle qui reposait sur une
épargne interne forte, des investissements publics
soutenus dans l’éducation, une politique industrielle dirigée par l’Etat, une ouverture très
progressive des importations. Si une crise brutale
est survenue à partir de 1997, elle a été largement
causée par la libéralisation des comptes d’opérations en capital : afflux de capitaux spéculatifs,
suivi d’un reflux rapide. Le FMI a alors accentué la
crise par ses préconisations restrictives pour la
politique monétaire et la politique budgétaire qui
ont entraîné des récessions massives et des pertes
de revenus pour les habitants. Mais le FMI avait
focalisé ses efforts pour éviter une contagion entre
marchés de capitaux, se désintéressant de la
contagion sur l’économie réelle.
Le contexte russe était différent : ce pays n’était
pas à proprement parler en voie de développement, mais était confronté à une importante
transition, le passage d’une économie centralisée
à une économie de marché. Or, les gouvernements russes de la transition, fortement conseillés
par les Américains, ont voulu créer immédiatement
une économie de marché sans mettre en place
auparavant les institutions qui la sous-tendent,
dans un raccourci saisissant des théories développées dans certains « manuels ». Résultat : tandis
CHANGER DE MODÈLES
Pourquoi toutes ces erreurs ? Une première
réponse peut être trouvée dans l’incompréhension
du FMI à déchiffrer les mécanismes du développement et des crises financières des pays en voie de
développement. Les problèmes de l’Amérique
latine dans les années 1980, qui avaient entraîné
les premières grandes interventions du FMI,
étaient en effet spécifiques et non transposables
aux autres pays et à une autre époque. De plus,
les théories des marchés ne peuvent y être appliquées telles quelles car il existe dans ces pays des
asymétries d’information qui font que l’on est loin
des conditions nécessaires au fonctionnement
optimal des marchés. Enfin, les économistes de
cette institution semblent totalement ignorer les
exemples de pays où des réussites économiques
ont été obtenues en dehors des préceptes libéraux, comme ils semblent ignorer les avancées de
la science économique depuis cinquante ans.
Une seconde réponse peut être trouvée dans
un comportement que l’on pourrait qualifier de
« nouvelle forme de colonialisme ». Les interventions
du FMI sont liées au respect de conditions posées
sans concertation avec les gouvernements ou les
économistes locaux, conditions qui vont bien souvent au-delà de l’économie. Or, aujourd’hui, il est
certain que l’acceptation de la population et
l’adaptation des plans aux particularités du pays
sont les conditions essentielles de leur réussite.
Enfin, une troisième réponse fait intervenir un
problème structurel de décision : les institutions
économiques internationales sont dominées par
les pays industrialisés les plus riches, et en leur
sein par les intérêts commerciaux et financiers des
grandes firmes. Or ces derniers ne sont pas les
mêmes que ceux des pays en développement :
l’inflation est une question beaucoup plus regardée que le chômage, une large confiance est
accordée aux marchés et très peu aux institutions
publiques,… Le fait que les dirigeants de ces institutions viennent de la communauté financière et y
retournent après ne peut être fortuit. Ces instances
ne servent plus les intérêts de l’économie mondiale, mais ceux de la finance mondiale. Il y a là
clairement un problème de démocratie. Comme
l’énonce Stiglitz, « dans les démocraties modernes,
nous attendons de toute autorité publique qu’elle
soit responsable devant les citoyens. Les institutions économiques internationales ont échappé à
cette responsabilité directe ».
Ainsi, « le problème n’est pas la mondialisation.
C’est la façon dont elle est gérée. En particulier
par les institutions économiques internationales qui
l’ont fait trop souvent en fonction des intérêts des
pays industriels avancés, et d’intérêts privés en
leur sein. S’il y a mécontentement contre la mondialisation, c’est que manifestement elle a mis
l’économie au-dessus de tout, mais aussi une
vision particulière de l’économie, le fanatisme du
marché, au-dessus de tout autre ». Ce livre nous
propose ainsi avant tout une charge extrêmement
violente contre le FMI et la gouvernance économique mondiale et sur leurs décisions fondées
« sur un curieux mélange d’idéologie et de mauvaise économie, un dogme qui parfois dissimulait
à peine des intérêts privés ».
Joseph E. Stiglitz a ses remèdes contre cette
mauvaise gouvernance responsable du rejet de la
ES PR IT CR ITIQUE I
115
JOSEPH E. STIGLITZ
que l’inflation épuisait les capitaux et faisait disparaître l’épargne interne, les taux d’intérêt trop
élevés cassaient la production locale et arrêtaient
l’investissement. Comme parallèlement l’argent
des privatisations et des emprunts à l’étranger était
détourné, sans que ceci n’émeuve ni les gouvernants russes, ni les financeurs internationaux, la
Russie est devenue en dix ans un pays à développer. Ainsi, alors que seulement 2 % des Russes
vivaient dans la pauvreté en 1989, en 1999 ils
étaient 24 %. Et si un petit nombre de Russes s’est
enrichi, la classe moyenne a été ravagée. Par comparaison, les pays de l’Est qui ont suivi une voie
gradualiste (Hongrie, Slovénie et Pologne) se sont
beaucoup mieux sortis de cette période.
CHANGER DE MODÈLES
mondialisation : réhabilitation du rôle de l’Etat qui
a un rôle essentiel pour tempérer les échecs du
marché et pour assurer la justice sociale, action
collective au travers d’institutions publiques internationales véritablement représentatives, réforme
du système financier international reconnaissant
les dangers de la libéralisation des marchés de
capitaux, forte annulation des dettes des pays
pauvres, réforme de l’OMC avec un rééquilibrage
de l’ordre du jour des négociations, un système de
gouvernance mondiale fonctionnant sur la base du
multilatéralisme,... Cette énumération se rapproche
furieusement de programmes déjà énoncés de ce
côté-ci de l’Atlantique. Qu’elle soit défendue par un
ancien conseiller du gouvernement américain lui
apporte une saveur particulière et démontre que,
finalement, les visions du monde des deux côtés
de l’Atlantique ne sont pas toujours si éloignées
que cela.
116
I E SPR IT CR ITIQUE
CHANGER DE MODÈLES
LE LIBÉRALISME N’A PAS D’AVENIR
Big business, marchés et démocratie
GUILLAUME DUVAL
PAR
THIERRY GERMAIN
novembre 2003
Voici quelques années, dans « Ridicule »,
Patrice Leconte avait admirablement évoqué ces
joutes de mot et d’esprit qui animaient d’antan la
Cour de France, nobles jeux et forts épisodes qu’il
avait lui-même très largement empruntés aux
mémoires de la Comtesse de Boigne. Ces décorations verbales, aussi intenses fussent-elles,
précédaient de peu d’années d’autres exercices
sémantiques, plus révolutionnaires ceux-là. C’est
qu’en effet, dans cette compétition du parler et du
dire, se joue aussi le destin des peuples.
Il est dans cet exercice intellectuel une figure
bien connue et remarquablement efficace,
quoique fort dangereuse : le contrepied. Bien
effectuée, elle produit des idées. Manquée, elle
conduit à l’imposture. Le principe en est simple :
contester les préceptes que semblent unanimement adopter vos contemporains. Et donc prendre
le risque de mettre en cause les idées reçues, qui
sont aussi celles du plus grand nombre.
Les motivations du contre-pied peuvent être
nombreuses : souci tactique, volonté d’affirmation à
tout prix, recherche désespérée d’originalité, publicité, ignorance… Quelquefois, rarement il est vrai, il
s’agit simplement de mettre le doigt sur ces erreurs
collectives qui égarent des nations entières, puisque
l’histoire nous bégaie qu’elles sont possibles, même
probables. Et par cette contestation de fonder de
nouvelles approches, et de produire, au sens
presque physique du terme, de nouvelles idées.
Aussi, lorsque Guillaume Duval proclame à
pleine couverture que « le libéralisme n’a pas
d’avenir », l’on est assez circonspect. Reprend-il
après tant d’autres cette vulgate qui commence à
s’essouffler de la mort annoncée du « système » ?
Surfe-t-il, là aussi en large compagnie, sur la déferlante antimondialisation pour lancer dans cette
« pensée mode » un nouveau produit ? Ou se
risque-t-il à cet art compliqué et dangereux
du contre-pied ?
Sa thèse est effectivement iconoclaste. Car s’il
est bien un élément qui rassemble « mondialistes »
(en fait libéraux radicaux) et « altermondialistes »
(faites-vous-même l’inventaire !), c’est une croyance
affirmée dans l’actuelle toute-puissance du marché
et dans la victoire totale et inéluctable de l’économie
éponyme. Et voici qu’apparaît, entre ceux qui la
souhaitent et ceux qui la combattent, la voix d’un
homme qui conteste cette thèse.
Longtemps avant ces préoccupations, dans
l’Angleterre classique, au détour d’un couloir de la
ES PR IT CR ITIQUE I
117
G U I L L A U M E D U VA L
EDITIONS LA DÉCOUVERTE / ALTERNATIVES ÉCONOMIQUES, SEPTEMBRE 2003
CHANGER DE MODÈLES
chambre des Lords et pour son malheur, Lord
Sandwich avait ainsi apostrophé le fameux John
Wilkes : « vous mourrez pendu ou de la vérole ». A
quoi l’autre avait simplement répondu : « cela
dépendra, Monseigneur, si j’embrasse vos principes ou votre maîtresse ». C’est contre ce type
d’équations simplistes, à deux entrées, que se bat
notre auteur.
Entre l’ultra-libéralisme et l’anti-libéralisme,
entre la corde et la vérole, il y a désormais
Guillaume Duval.
Sa proposition est claire : « les rapports marchands vont probablement jouer à l’avenir un rôle
toujours plus restreint dans la vie de nos sociétés
et de nos économies ». Et Guillaume Duval ne
parle pas, pour aboutir à ce résultat, de révolutions, de nouvel ordre public mondial ou d’un exil
en Creuse, mais bien d’une évolution du système
capitaliste lui-même.
Quels sont ses arguments ?
En premier lieu, dans un contexte toujours plus
complexe et fragile, le secteur non marchand est
en fait aujourd’hui et sera plus encore demain le
facteur déterminant du bon développement du
secteur marchand. L’environnement naturel, social,
politique, humain ou juridique conditionne la
vigueur de l’économie.
Il en prend pour contre-exemple le Japon, où la
faiblesse du secteur non marchand a joué un
grand rôle dans la crise traversée depuis dix ans
par ce pays, et pour exemple les Etats-Unis, où
secteur public et organismes dépendant du secteur « no profit » cumulés conduisent à une
situation en réalité à peu près équivalente à celle
de l’Europe. Il marque la progression en tendance
des prélèvements obligatoires dans les pays de
l’OCDE depuis 1975 (+ 6,3 %) et avance que
c’est bien ce déficit dans la construction d’un secteur non marchand efficace, et non une difficulté
118
I E SPR IT CR ITIQUE
d’accès au marché, qui bloque aujourd’hui la
progression des pays du Sud.
Il ne s’agit pas d’opposer un secteur par rapport à l’autre, mais d’affirmer que la progression
du secteur marchand ne se fera qu’accompagnée,
déterminée même, par une croissance exponentielle du secteur non marchand. Celui-ci ne prend
pas que les atours du secteur public : l’auteur
insiste sur le rôle du tiers secteur et sur la complexification progressive de l’organisation verticale
(multiplication et diversification des acteurs) et horizontale (montée en puissance des instances
« indépendantes ») du secteur non marchand. Il
faut donc se dégager d’une simple comparaison
traditionnelle privé/public pour analyser dans sa
réalité l’équilibre marchand/non marchand de nos
économies contemporaines.
Partant de cette progression inéluctable du secteur non marchand, Guillaume Duval établit une
distorsion aujourd’hui déterminante : un secteur
marchand mondialisé et un secteur non marchand
encore très territorialisé. A titre d’exemple, il nous
gifle littéralement avec un seul chiffre (au passage,
une leçon pour le statisticien Baverez) : c’est
1,2 % de leur PIB que les pays d’Europe ont en
réalité mis en commun ! Cette distorsion est la
principale équation à résoudre aujourd’hui.
Deuxième argument, l’économie de marché au
sens où l’entendent les ultra-libéraux, c’est-à-dire la
concurrence parfaite ou même réelle, ne s’applique
en fait que très marginalement. Comparant la
révolution automobile et celle de l’ordinateur,
Guillaume Duval met en avant l’extrême concentration et l’immédiate mondialisation de la seconde.
Les technologies de communication ont permis ce
double mouvement de déconcentration des collectifs de travail et de concentration des entreprises,
ce qui permet à l’auteur de balayer au passage
(et chiffres à l’appui) le thème récurrent de
la montée des PME et de leur rôle dans la
création d’emplois.
En y ajoutant les enjeux toujours plus forts de la
recherche, qui nécessite pour être efficace une
certaine taille critique, la progression constante (là
aussi démontrée) de l’intégration verticale des
entreprises, donc une limitation progressive de
l’externalisation, et enfin la part devenue de plus
en plus déterminante des coûts fixes par rapport
au coût variable, qui induit des modes de mobilisation du capital très différents, l’auteur démontre
en fait un phénomène de concentration progressive des entreprises.
Joli paradoxe donc que la dérégulation tant
vantée aura en fait conduit à une profonde remise
en cause des « canons » de l’économie libérale :
monopoles et oligopoles prospèrent.
Troisième
financiers.
développement : les
marchés
Analysant les causes et modalités de la montée
en puissance des marchés, rappelant au passage
leur rôle et leur utilité, décryptant les crises
récentes et notamment les ressorts qui ont conduit
à la constitution puis à l’éclatement de la « bulle »
financière dans les années 1990, l’auteur en
conclut surtout qu’une profonde évolution de
l’organisation du système financier est inévitable.
Au passage, il en profite pour démontrer que la
fameuse « dictature des marchés » des années
1980-1990 correspond en fait à un accroissement
notable de la marge de manœuvre et des intérêts
des Etats d’abord puis des managers d’entreprises. Certes les acteurs financiers n’y ont pas
perdu, loin s’en faut, mais c’est bien la somme
de ces trois intérêts conjugués, ajoutée à une
petite part (à laquelle l’auteur fait un sort
très convaincant) d’actionnariat populaire, qui
explique la montée artificielle des cours dans les
années 1990.
Limites du FMI dans la gestion des crises les
plus récentes, importance de l’aléa moral dans la
naissance des « krachs » successifs, risque
systémique, évolution du positionnement des
investisseurs institutionnels, impératif absolu de
la stabilisation des cours, partage accru du risque
financier, responsabilisation croissante des
dirigeants d’entreprises (cf. Enron, Vivendi…) : les
arguments se succèdent qui mettent en perspective « l’émergence inévitable », face à l’impossible
autorégulation du système, d’une autorité politique
accrue, ainsi qu’une montée en puissance d’un
encadrement réglementaire des marchés. Les lois
Sarbannes/Oxley votées en juillet 2002 aux EtatsUnis en sont un exemple frappant.
Cette évolution accompagnera et déterminera
un mouvement parallèle de concentration des
acteurs financiers. Régulation publique accrue,
évolution du mode de gouvernement des entreprises et concentration des acteurs (dont l’auteur
a raison de décrire l’actuelle dispersion au niveau
mondial, extrême si on la compare à la concentration des entreprises) devraient ainsi conduire à une
limitation drastique des aspects les plus exagérés
de la « dictature des marchés » tant dénoncée.
Cadré, organisé différemment, rationalisé, le
système financier redeviendrait l’outil économique
qu’il n’aurait jamais dû cesser d’être.
Progression du secteur non marchand, mouvement de concentration des entreprises et régulation
des marchés, la démonstration de Guillaume Duval
sur le fonctionnement réel de notre système économique mondial est en synthèse fort éloignée en
effet des canons du libéralisme le plus pur.
Ayant débuté sa démonstration avec Marx,
l’auteur conclut logiquement en citant Lénine. Que
faire ? Moins que dans l’émergence d’un système
public international efficace, qui étendrait au
niveau mondial les vertus éprouvées (mais débattues !) des Etats, Guillaume Duval croit (il le
développe) à la force du concept de responsabilité
sociale des entreprises (RSE). Levier pour faire
ES PR IT CR ITIQUE I
119
G U I L L A U M E D U VA L
CHANGER DE MODÈLES
CHANGER DE MODÈLES
aboutir cet Etat mondial, la RSE est surtout une
arme remarquablement efficace, puisque largement
intégrée au système anglo-saxon, pour faire en
quelque sorte évoluer le capitalisme de l’intérieur.
Pour synthétiser, la RSE et les tendances
lourdes démontrées par l’auteur (progression du
secteur non marchand et du tiers secteur, mouvement de concentration des entreprises, régulation
du système financier) pourraient faire passer l’économie mondiale d’un système où dominent les
« shareholders » (droit exclusif des actionnaires) à
une économie-monde qui prendrait pleinement en
compte toutes les « stakeholders » (parties prenantes) de l’entreprise : salariés, clients, financeurs
publics et privés, collectivités locales…
Abouti, ce système correspondrait à une véritable « appropriation collective des moyens de
production ». Guillaume Duval considère que
l’Europe a, dans cette réforme profonde et dans
l’émergence de cette forme moderne de gouvernement d’entreprise, un rôle capital à jouer.
Bouclant la boucle et revenant à l’apostrophe qui
orne la couverture de son livre, l’auteur conclut :
« pourra-t-on encore qualifier une telle économie
de capitaliste » ?
Bien écrit, très clair et surtout remarquablement
argumenté, l’ouvrage du rédacteur en chef adjoint
d’Alternatives économiques impressionne par le
nombre d’idées reçues qu’il met en pièces,
conduisant à une lecture bien plus équilibrée du
système économique mondial.
Ce qui ajoute à la force de l’ouvrage, c’est qu’il
ouvre une perspective en termes d’analyse et d’action entre l’orthodoxie libérale et la nouvelle vulgate
altermondialiste, ce que beaucoup, en de maints
endroits aujourd’hui, recherchent intensément.
Dans une fameuse lettre à Paul Déroulède, voulant
à sa façon donner le change sur le patriotisme
d’alors et les « provinces perdues », Alphonse Allais
confessait : « j’ai les yeux constamment tournés
120
I E SPR IT CR ITIQUE
vers l’Est, au point que cela est très ennuyeux
quand je dîne en ville ».
L’ouvrage de Guillaume Duval est de ceux qui
permettent d’éviter les fixations et offrent au regard
le panorama le plus large et la vue la plus
profonde. Attablé à une terrasse, Allais avait aussi
l’habitude d’apostropher ainsi le serveur : « garçon, une absinthe et un peu moins de vent ! ».
Avec Duval, on y croirait presque.
CHANGER DE MODÈLES
- II Vers un monde économique unifié ?
CHANGER DE MODÈLES
LA PROSPÉRITÉ DU VICE
Une introduction (inquiète) à l’économie
DANIEL COHEN
PAR
DANIEL COHEN
EDITIONS ALBIN MICHEL, SEPTEMBRE 2009
PAOLA DEBRIL
novembre 2009
Par cet ouvrage d’une justesse saisissante,
Daniel Cohen aide le lecteur néophyte en économie à remettre en perspective les fondements du
système économique, mais pas seulement, sur
lequel s’est érigé l’Occident. L’intérêt de cet essai
réside ainsi essentiellement dans la manière dont
Daniel Cohen démontre comment l’économie
façonne l’histoire humaine, et comment cette dernière influe à son tour sur les lois de l’économie. Il
replace les processus dans le temps long. En effet,
loin de se limiter à une analyse économique du
capitalisme, et du parcours de l’« homo economicus », de l’Antiquité à l’émergence de la puissance
commerciale chinoise et au «cybermonde », Daniel
Cohen parvient à replacer la pensée économique
dans le contexte politique et social, dans la profondeur des structures, ce qui donne de l’intensité et
de la justesse à son analyse.
Partant du constat que la crise économique et
financière dans laquelle nous sommes plongés
trouve ses racines dans un processus conjuguant
des phénomènes structurels et conjoncturels,
Daniel Cohen s’interroge sur les limites du système
sur lequel reposent non seulement nos économies,
mais toute notre société, fondée sur « l’économie
du jetable », ce qui ne peut que faire penser aux
analyses de Baudrillard sur la société de consom-
mation. Les limites du système dans lequel nous
vivons résideraient ainsi, selon lui, dans son
essence même, qui le fonde sur un axiome simple,
qui est à la limite de l’ontologie : le vice. L’Homme
européen, en étant sans cesse rongé par ce que
Hegel appelle « le désir du désir de l’autre » a
certes permis le bouleversement profond de la
révolution industrielle et de l’innovation technologique au sens schumpétérien du terme, réalisant
ainsi le « défi prométhéen » de rivaliser avec les
dieux et de toujours produire plus et mieux, favorisant ainsi la croissance. Mais déjà, Daniel Cohen
souligne l’interconnexion étroite entre cette
recherche incessante et les guerres intestines,
pour ce qui concerne le continent européen. Mais
surtout, il montre comment ce système, qui a su
démontrer sa force (force d’innovation, de croissance...), n’a pas été nécessairement synonyme
de progrès. Aussi, Daniel Cohen affine son analyse, loin d’aboutir à une critique simpliste du
capitalisme en soi, soulignant l’apport d’un capitalisme wébérien, « un capitalisme des origines
[rationalisant l’appétit de la cupidité], construisant
des rapports de confiance et de contrat », et
reconnaissant son rôle moteur dans le progrès
scientifique et technologique, ainsi que dans la
progression des revenus et de la productivité,
source de bien-être.
ES PR IT CR ITIQUE I
123
CHANGER DE MODÈLES
Daniel Cohen démontre dans cet ouvrage comment l’industrialisation a profondément bouleversé
le fonctionnement interne des sociétés, par son
processus de « destruction créatrice révolutionnant
incessamment de l’intérieur de la structure économique ». Il en conclut que nos sociétés, « mêlant
création et destruction », sont « des entités fragiles,
qui nécessitent des soins constants ».
La crise économique et financière, énième
manifestation des crises de croissance du capitalisme, semble confirmer que, dans un monde où
de nouveaux acteurs agissant selon les mêmes
règles de la révolution industrielle que les pays
européens au XIXème siècle, il s’avère vital d’ajuster
le système. L’intérêt de l’analyse réside justement
dans son caractère équilibré, Daniel Cohen ne
remettant pas en cause l’économie de marché
en soi ni ne prônant l’appel béat et simpliste à
la décroissance…
Il mêle ainsi avec brio Schumpeter, Smith, Malthus, Keynes et Huntington, sans tomber dans
l’idéologie, mais en donnant les clés pour
comprendre ; et l’intérêt de cet ouvrage réside
principalement dans la capacité extraordinaire de
son auteur à reconstruire de manière synthétique
et concise les pièces du puzzle, nous aidant à
comprendre les phénomènes économiques,
sociaux et politiques qui ont présidé à l’élaboration
du système dans lequel nous vivons.
La conclusion est sévère et inquiétante, comme
le suggère le sous-titre de l’ouvrage.
Mais l’auteur s’essaie à donner des pistes pour
l’avenir, exercice délicat, qui semble donner espoir.
Les civilisations sont mortelles : c’est parce qu’elles
n’ont pas su prévoir leur destinée et s’adapter au
changement à temps. Dans un monde où « le
monde s’est occidentalisé », accélérant le temps,
améliorant les moyens de production, la seule
issue semble être celle d’une « nouvelle révolution
industrielle », qui trouverait son moteur essentielle124
I E SPR IT CR ITIQUE
ment dans l’innovation et la recherche. En effet,
face à des moyens de production mondialisés, le
seul avantage comparatif de l’Europe réside
encore dans la course à l’innovation. Mais la
matière grise ne suffira pas, selon Daniel Cohen. Il
s’agira surtout de repenser notre modèle économique, notamment en termes de mobilité et de
système de pensée, par la nécessité que fera peser
sur l’ensemble de la planète le défi du changement
climatique. En effet, rien ne sera plus comme avant
parce que, au sein du « cybermonde » dans lequel
nous vivons, « une conscience nouvelle de la solidarité de fait lie désormais les humains entre eux ».
Et l’auteur de plaider pour la recherche collective
d’un nouveau système économique, qui conserverait la capacité créatrice du capitalisme telle que
décrite par Max Weber tout en conjuguant un
modèle de société qui améliore la qualité de vie
des hommes de manière durable. Il ne s’agit plus
de la compétition des nations européens ni de
l’affrontement de nouvelles puissances émergentes, mais de la nécessité devenue vitale de
préserver notre bien commun, mis en exergue par
la mondialisation… Un nouveau défi prométhéen.
CHANGER DE MODÈLES
LA MONDIALISATION EST-ELLE
UN FACTEUR DE PAIX
EDITIONS RUE D’ULM, COLLECTION DU CEPREMAP, N° 3, SEPTEMBRE 2006
PAR
DAVID CHEKROUN
mai 2007
La mondialisation est-elle un facteur de paix ?
Assurément, auraient répondu Montesquieu et la
plupart des philosophes des Lumières tant ils
étaient convaincus que « l’effet naturel du commerce est de porter à la paix »1 parce qu’il unit les
nations en les rendant dépendantes les unes des
autres. Plus tard, dans une Europe dévastée par
deux guerres mondiales, ce doux commerce pacificateur servit de fondement à la construction
communautaire. Il suffit pour s’en convaincre
d’évoquer le Traité de Rome qui offre aux Européens depuis le 25 mars 1957 plusieurs libertés
dont celle de commercer librement.
Quel est l’impact réel du commerce sur les
conflits armés ? Les statistiques semblent apporter
un démenti à la thèse du commerce pacificateur :
l’augmentation du commerce mondial ne s’est pas
accompagnée d’une diminution du nombre des
guerres, notamment dans les années 1990. Mais,
il convient de ne pas se limiter à ce résultat empirique car il recouvre une réalité plus complexe.
Le commerce pacifie-t-il donc les relations internationales ? Dans ce petit ouvrage passionnant
par le contenu et modeste par le volume et le prix,
Philippe Martin, Thierry Mayer et Mathias Thoening
apportent une réponse nuancée. La mondialisation
a un effet contradictoire sur les conflits armés : le
commerce bilatéral réduit la probabilité de conflit
entre deux partenaires commerciaux, l’ouverture
au commerce multilatéral l’augmente.
S’agissant du commerce bilatéral, en analysant
les coûts d’opportunité d’une guerre, les auteurs
démontrent que le prix d’une guerre contre un voisin est d’autant plus élevé pour cet Etat que les
échanges commerciaux avec ce dernier sont nombreux.
S’agissant du commerce multilatéral, l’ouverture
aux échanges mondiaux de deux pays voisins
réduit leur dépendance économique et donc le
coût d’opportunité d’un conflit bilatéral. La diversification des partenaires multilatéraux agit comme
une assurance contre les coûts économiques d’un
conflit militaire et elle peut en augmenter la probabilité. Ainsi, en affaiblissant les dépendances
économiques locales, la mondialisation peut produire des effets négatifs sur la paix. On peut donc
s’attendre à ce que la mondialisation entraîne une
hausse du nombre de conflits locaux et régionaux.
Toutefois, la mondialisation diminue simultanément
1. Montesquieu, De l’esprit des lois, 1758.
ES PR IT CR ITIQUE I
125
PHILIPPE MARTIN, THIERRY
MAYER, MATHIAS THOENIG
PHILIPPE MARTIN, THIERRY MAYER
et MATHIAS THOENIG
CHANGER DE MODÈLES
la probabilité des guerres généralisées. Ces explications permettent de comprendre pourquoi les
conflits sont devenus de plus en plus locaux
depuis 1950.
Quelles solutions les auteurs formulent-ils pour
réduire l’augmentation des conflits armés dans le
cadre de l’ouverture au commerce multilatéral ? En
premier lieu, le commerce international peut être
facteur de paix s’il est régulé par plus de droit et
par de meilleures institutions. Il conviendrait alors
que des organes placés sous l’égide de l’ONU
imposent de véritables sanctions commerciales à
l’encontre d’Etats en conflit bilatéral. En second
lieu, l’augmentation des accords régionaux d’intégration commerciale offre un effet pacificateur
dans la mesure où ils renforcent le commerce
bilatéral. Chiffres à l’appui, il est prouvé que l’intégration régionale augmente le commerce entre
voisins, c’est-à-dire entre Etats pour lesquels les
sources de conflits sont les plus nombreuses. Par
ailleurs, ces institutions régionales sont dotées
d’institutions capables de concilier et de rapprocher pacifiquement des voisins aux intérêts
antagonistes. Ainsi, l’entrée de la Turquie dans
l’Union européenne réduirait la probabilité de
conflit entre ce pays et la Grèce de plus de 75 %.
En revanche, elle aurait pour conséquence immédiate d’augmenter le risque d’escalade militaire
entre l’Iran et la Turquie, cette dernière ayant moins
à perdre à être en conflit avec un Etat voisin resté
hors de l’Union européenne.
Quels enseignements pouvons-nous tirer de
cette passionnante étude ? Selon nous, cet essai
propose une méthode d’analyse intéressante et
des conclusions nouvelles. La méthode consiste à
mettre des concepts économiques au service
d’une analyse de politique internationale. La probabilité de guerre est d’autant plus forte que
l’information dont disposent deux Etats est incomplète et que les coûts d’opportunité du conflit sont
faibles. Les asymétries d’information2 poussent
deux Etats à une solution non coopérative et belli126
I E SPR IT CR ITIQUE
queuse. A l’inverse, l’ouverture commerciale augmente les échanges d’information entre pays
surtout si les biens échangés sont manufacturés et
facilite donc une négociation pacifique. La conclusion met en avant les risques de préférences
commerciales accordés à des pays en voie de
développement si elles ne sont pas accompagnées d’une forte intégration régionale. Les
auteurs démontrent que les pays ayant bénéficié
de préférences commerciales par l’Union européenne se sont révélés plus belliqueux que les
autres. Le régionalisme est davantage porteur de
paix au niveau local que la mondialisation.
Quels sont nos regrets à la lecture de cet essai ?
Nous formulerons une série de quatre critiques à
cette enrichissante étude.
Tout d’abord, il est regrettable que cette
enquête soit muette quant au rôle joué par l’industrie de l’armement dans la survenance de conflits
armés entre Etats. Or, le commerce d’armes
est source de conflits localisés dans plusieurs
continents et il aurait été intéressant de mesurer
son impact sur la probabilité de conflit militaire
entre pays.
Ensuite, il n’est fait que très rapidement mention
de l’aide au développement. Plus encore, la
question relative aux préférences commerciales
accordées aux pays pauvres comme source de
conflits locaux n’est pas traitée.
Par ailleurs, il est dommage que les auteurs se
limitent aux conflits interétatiques sans prendre en
2. Il pourrait être proposé à cet effet la petite histoire de la grenouille et du scorpion comme analogie pour indiquer que cet
essai repose sur quelques hypothèses pas toujours vérifiées.
Dans cette histoire, un scorpion demande à une grenouille de
l’aider à traverser une rivière en la faisant passer sur son dos. La
grenouille refuse car elle a peur de se faire piquer par le scorpion. Ce dernier lui répond que s’il la piquait, il mourrait avec elle.
La grenouille accepte donc de le transporter et au milieu du gué,
il la pique. « Pourquoi m’as-tu piquée ? », demande la grenouille ;
« parce que moi je ne fais pas de la théorie des jeux », répond le
scorpion.
CHANGER DE MODÈLES
compte les guerres civiles et n’étudient que le
processus de négociation entre Etats souverains,
quelle que soit l’origine du conflit. Notamment, le
lien causal entre commerce et conflits armés n’est
pas toujours établi avec clarté.
PHILIPPE MARTIN, THIERRY
MAYER, MATHIAS THOENIG
Enfin, les rapports entre mondialisation, démocratisation et paix sont très vites énoncés et pas
véritablement démontrés. Tout juste est-il indiqué
que le courant libéral de la science politique
moderne postule que l’ouverture commerciale aide
à la démocratisation et que la démocratie apporte
la paix. Sans citer Emmanuel Kant ou Amartya
Sen, les auteurs relèvent que les faits donnent raison à cette thèse car depuis 1945, indiquent-ils,
jamais deux démocraties ne sont entrées en guerre.
Les guerres seraient-elles le monopole des dictatures ?3 Mais au fait, les dictatures se font-elles la
guerre ? Partant, et en l’absence d’explication, nous
avons quelques difficultés à prendre pour certaine
la thèse selon laquelle la mondialisation engendre
la démocratisation et l’économie de marché et, par
suite, apporte la paix.
Mais avouons-le, cette étude a le grand mérite
d’explorer sans préjugés le champ des relations
entre mondialisation et paix.
3. Les auteurs excluent sans doute cette situation de leur étude
dans la mesure où les acteurs n’agissent pas avec rationalité, ce
qui est le préalable sous-jacent à l’analyse économique.
ES PR IT CR ITIQUE I
127
CHANGER DE MODÈLES
MADE IN MONDE
Les nouvelles frontières de l’économie internationale1
SUZANNE BERGER
EDITIONS POINTS, COLLECTION POINTS ECONOMIE, JANVIER 2007
PAR
CAMILLE & DAVID CHEKROUN
janvier 2007
La délocalisation est-ce la seule issue pour les
entreprises soumises à la concurrence mondiale ?
Non, répond Suzanne Berger. Ce professeur de
sciences politiques au prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology) et récidiviste patenté2
(Notre première mondialisation. Leçons d’un
échec oublié, Seuil/République des idées, août
2003) montre, au terme d’une enquête de cinq
années auprès de 500 entreprises en Europe, aux
Etats-Unis et en Asie, que le processus de mondialisation est plus complexe qu’on ne le dit.
Avec patience, précision et par des exemples
choisis dans des industries high-tech comme dans
des industries plus traditionnelles, Suzanne Berger
et son équipe composée d’économistes et de politologues déconstruisent nos préjugés, forment une
conviction et nous redonnent espoir : les délocalisations ne sont pas une fatalité. A court terme, les
stratégies fondées sur de faibles coûts de maind’œuvre débouchent souvent « sur une jungle
concurrentielle où les victoires sont dérisoires ou
éphémères ». A moyen terme, la solution consistant
à réduire les coûts en réduisant les salaires et les
avantages sociaux est une impasse. A long terme,
les compétences et les talents sont souvent plus
importants que les stratégies du moindre coût.
128
I ESP RIT CR ITI QUE
Ainsi, il n’existe pas un modèle unique de
réussite consistant à délocaliser la production. Au
contraire, les stratégies visant à favoriser l’innovation
et l’éducation peuvent s’avérer gagnantes. Réussir
à l’heure de la mondialisation est une question de
choix. Il n’y a donc pas de solution universelle.
Quelle conclusion tirer de cette passionnante
enquête ? Selon nous, une conclusion à double
face : le revers est que la stratégie de certaines
entreprises américaines apparaît inquiétante. En
privilégiant les bénéfices à très court terme (trimestriels), les entreprises américaines ont modularisé
et délocalisé une partie importante de leur production. Le secteur informatique en est la meilleure
illustration avec le développement des OEM et
des ODM.3 Le problème est que les firmes américaines, ne maîtrisant plus l’ensemble du processus,
perdent leur capacité d’innovation. Elles sont
1. Traduction de How We Compete: What Companies around the
world are doing to make it in today’s global economy?, 2005.
2. Notre première mondialisation. Leçons d’un échec oublié,
Seuil/République des idées, août 2003.
3. Les fabricants ODM (Original Design Manufacturer) interviennent dans le design et se chargent de la fabrication ; ils ne jouent
pratiquement aucun rôle dans la définition du produit et n’ont
aucun contact avec les consommateurs. Les OEM (Original
Equipment Manufacturer) fabriquent des produits sur commande
et les vendent aux marques. Les ODM et les OEM n’ont pas de
marque propre.
CHANGER DE MODÈLES
alors contraintes de sous-traiter leur raison même
d’exister : le design et la R&D (recherche et développement). Mais alors, que leur restera-t-il ? Déjà
les fournisseurs d’hier sont devenus les concurrents d’aujourd’hui. Or, aucun investissement
public n’est venu compenser le recul de la
recherche privée.
Michel Albert4, il pourrait être intéressant de compléter l’étude de Suzanne Berger pour déterminer
quel est l’« héritage » des entreprises françaises,
dans lequel elles pourraient puiser pour faire face
à la mondialisation.
Quels avantages concurrentiels pour la France ?
L’auteur met également en regard les différents
systèmes capitalistes et leurs atouts respectifs : de
solides institutions de formation continue en Allemagne et au Japon, une tradition juridique qui
facilite les relations contractuelles aux Etats-Unis et
en Grande-Bretagne, des liens entre universités et
industries qui accélèrent le transfert de la
recherche fondamentale vers les start-up aux EtatsUnis. Ces facteurs modèlent les compétences
aujourd’hui incorporées dans les stratégies par lesquelles les entreprises affrontent les défis de la
mondialisation. Suzanne Berger connaît bien la
France et pourtant, les avantages propres au
système français ne sont quasiment jamais mentionnés. Une entreprise française est citée : Solstiss,
fabricant de dentelle installé à Caudry, qui réalise
presque toutes les ventes aux maisons de haute
couture grâce à sa créativité et sa réputation. En
dehors de cet exemple, la France est absente de
toutes les analyses, à la différence de l’Espagne,
de l’Italie ou de l’Europe du Nord. Faut-il en déduire
que les forces du modèle français pour faire face à
la mondialisation ne sont pas évidentes ? Dans ce
cas et dans le prolongement des analyses de
SUZANNE BERGER
Quel rôle pour l’Etat ? Suzanne Berger se
concentre sur les stratégies des entreprises étudiées et consacre moins d’une page aux politiques
gouvernementales. Mais c’est peut-être la conclusion essentielle : l’Etat joue un rôle indispensable
pour que les entreprises puissent mettre en œuvre
des stratégies innovantes, il leur fournit une maind’œuvre éduquée et compétente et réalise les
investissements publics (en infrastructure et
recherche fondamentale) dont elles ont besoin.
4. Michel Albert, Capitalisme contre capitalisme, Seuil, collection
Essais d’économie, 1991.
ES PR IT CR ITIQUE I
129
CHANGER DE MODÈLES
DE SÉNÈQUE À LÉVI-STRAUSS,
ILS RACONTENT LA MONDIALISATION
LAURENT FERRI
EDITIONS SAINT-SIMON, OCTOBRE 2005
PAR
THIERRY GERMAIN
février 2006
Lorsqu’ils ont à se pencher sur les maux de
notre bonne vieille planète, plutôt fringante encore
« quand on pense à l’époque où elle a été créée »1,
nos innombrables docteurs Knock en arrivent
presque toujours au même diagnostic, proféré
mine confite et visage de circonstance : « c’est
la mondialisation ».
Laurent Ferri a donc mené l’enquête. Et, petit futé,
eut la très bonne idée de remplacer l’ADN par le
carbone 14. Résultat : notre nouveau totem idéologique se retrouve avoir manqué de bien peu la
fin des tyrannosaures ! Et ses thuriféraires ne manquent pas, comme ses détracteurs du reste, de
prendre un sérieux coup de vieux.
Ca chatouille pour les uns, ça gratouille pour les
autres, ça s’embrouille souvent, ça magouille
parfois, ça touille de toutes les façons et ça
gribouille sans façon, mais toujours, en dernière
extrémité, ça mondialise à tout va. C’est l’air du
temps. Drôle d’air.
Fatou Diome glissant dans son très beau Ventre
de l’Atlantique2 que « sur la balance de la mondialisation, une tête d’enfant du Tiers-Monde pèse
moins lourd qu’un hamburger » ou Jacques Chirac
voyant dans la mondialisation « un nouveau visage
de l’aventure humaine »3, l’un comme l’autre sont
appelés par Laurent Joffrin, qui préface cette
anthologie, à méditer cette forte sentence qui dit
tout du livre : « La mondialisation serait-elle autre
chose que le mouvement même de l’Histoire ? ».
Au plan éditorial, rien à dire : voilà une idée qui
fait tourner les têtes aussi vite que les imprimeries.
La bonne idée sur un truc comme ça, le plan
génial, c’aurait été le copyright. Un brevet bien
ficelé sur ce soupçon d’universel, et c’était caviar,
Cadillac et cocotiers. Mais voilà, ce tube de
malheur, cette scie lancinante, cet inusable
marronnier, personne pour en adopter la paternité,
aucun génial géniteur pour en revendiquer l’improbable enfantement.
Détective scrupuleux et doté d’un solide
quoique assez improbable carnet d’adresses,
130
I E SPR IT CR ITIQUE
Et pour commencer concernant notre
Terre, ce rappel salutaire en forme de fausse
évidence d’Emmanuel Kant, qui philosopha jadis :
« Puisqu’elle est sphérique, les hommes ne peuvent
1. Alphonse Allais disait cela de l’Homme « imparfait ».
2. Fatou Diome, Le ventre de l’Atlantique, Anne Carrière, 2003 ou
LGF (poche), 2005.
3. Libération, 22 mars 2002.
se disperser à l’infini mais doivent se supporter les
uns à côté des autres ». Fausse naïveté à laquelle
fait écho quelques décennies plus tard cette évocation de Morand d’une Terre plate sur laquelle
« il n’y ait pas de bout du monde » et « qu’aux trois
taches jaune, noire et blanche viennent s’en ajouter d’autres, la race violette, la race bleue, la race
rose, la race verte… ». Oui, à l’échelle des hommes,
de leur tolérance et surtout de leur intolérance, la
Terre est depuis toujours bien petite !
Nouveauté que les échanges lorsque Sénéque
constate que « les Indiens boivent l’eau glacée du
Don, les Perses se baignent dans l’Elbe et dans le
Rhin » ? Voltaire s’amuse d’une arme commerciale
d’un genre particulier lorsque « au loin, vainqueurs
des musulmans, nos vins de France enivrent les
sultans » avant de donner l’une de ses plus belles
définitions à la mondialisation et à son inévitable
corollaire, l’individu : « Le paradis terrestre est où
je suis ». Paul Morand, encore lui, conclut d’un
dubitatif et bien dans son aristocratique manière :
« Nous allons vers le tour du monde à quatrevingts francs », pendant que Blaise Cendrars
compose un menu à l’échelle d’une décidément
toute petite planète : « Iguane sauce caraïbe, jambon d’ours canadien, jeunes chiens mort-nés
préparés en sauce, hérisson au ravensara » et
autres mets.
Méconnaissance d’une logique à l’œuvre
lorsque Pline l’Ancien constate que « les Romains
ont organisé la totalité du monde habité comme une
seule maison », lorsque Leibniz parle de « cadre
mondial », lorsque Kant affirme qu’on « est arrivé à
un point où toute atteinte au droit en un seul lieu de
la terre est ressentie en tous », lorsque Marx et
Engels dénonçant « la paix solitaire et béate des
existences locales et nationales » n’en mesurent
pas moins que « la bourgeoisie façonne un monde
à son image » ou, ironie involontaire et facétieux
signe du destin, lorsque Adam Smith très jeune est
enlevé par ceux-là mêmes qui incarnent voyages
incessants et horizons mouvants, des gitans ?
Ignorance des conséquences lorsque Sénèque
constate encore que « la première barcasse venue
affronte la haute mer et toutes les barrières sont
bousculées » ? Pline l’Ancien balance entre une
admiration non feinte de « l’échange universel » et
un regret lancinant du « bon vieux temps », une
chanson qui connaîtra bien des airs. Voltaire met
en scène un noir à la main et à la jambe coupée
qui, recroquevillé sur son sort, l’interpelle d’un cri
si actuel : « C’est à ce prix que vous mangez du
sucre en France ». Erasme saisit toute la force d’un
possible choc des civilisations lorsqu’il s’écrie :
« Nous combattons les Turcs en Turcs » et LéviStrauss nous fait mieux mesurer l’abîme entre les
peuples lorsqu’il rappelle que « les Espagnols
envoyaient des commissions d’enquête pour
rechercher si les indigènes possédaient ou non
une âme, ces derniers s’employant à immerger
des blancs afin de vérifier si leur cadavre était sujet
à la putréfaction ». Ce même Lévi-Strauss qui nous
redit pourtant avec force que la « civilisation mondiale » est une « coalition de cultures préservant
chacune son originalité ».
L’on retrouve aussi un constant « besoin
d’empire » au cœur de cette vaste geste mondiale.
Pline l’Ancien se demandant « si les dieux n’ont
pas donné les Romains à l’humanité comme une
seconde lumière du jour » n’est pas si loin de
Wydham Lewis parlant de la « supernation » américaine et de « l’éthique cosmique » des Etats-Unis,
« éthique » que Trotski interroge de façon fort
différente mais avec la même mesure de son
importance : « L’histoire favorise le capital américain puisque pour chaque brigandage, elle lui sert
un mot d’ordre d’émancipation ».
Empire éphémère peut-être mais de moins en
moins partiel : il y a loin des vastes « mondes inutiles » relégués aux portes du limes romain aux
« économies monde » régionalisées de Braudel, et
pourtant rien qui se compare à la « standardisation
globale » chère à Théodore Levitt et dans laquelle
nous serions aujourd’hui entrés de plain-pied.
ES PR IT CR ITIQUE I
131
LAURENT FERRI
CHANGER DE MODÈLES
CHANGER DE MODÈLES
« Transition graduelle » peut-être si elle respecte
les préceptes d’Amartya Sen, « âge de fer planétaire » encore si l’on en croit Edgar Morin, lequel
mesure quatre dimensions à acquérir (anthropologique, écologique, tellurique et cosmologique)
pour accéder à la « conscience planétaire », état
générateur de nouvelles formes de lutte et
même de révolution si l’on en croit Gilles Deleuze,
cette mondialisation n’en appelle pas moins
quatre remarques.
Il y aura toujours en son sein des hommes tels
que Vassili Rozanov pour choisir envers et contre
tout de défendre « le Dieu du nid ».
Il y aura toujours pour déterminer une large part
de ses traits, et tracer les courbes nobles ou moins
nobles de ses évolutions, cet argent évoqué par
Benjamin Constant, « qui se cache et qui s’enfuit ».
Il y aura encore et encore décrites par Paul
Morand « ces locomotives qui vont plus vite que
les idées », ce vœu malgré tout exprimé par Rivarol « qu’à richesse égale, la sèche raison cède le
pas à la raison ornée », cet espoir et cette difficulté
mêlés évoqués par Toynbee de « transmettre aux
autres peuples la flamme spirituelle » auquel fait
écho ce constat émerveillé de Stefan Zweig (que le
réveil fut dur !) « que l’essor des sentiments n’est
pas moins merveilleux que celui des aéroplanes »,
enfin, cette volonté chevillée au corps de faire
mentir une dernière fois le cynisme de Paul
Morand et de refuser ce monde où « puisque ce
qui s’échange ce ne sont pas les richesses mais
les pauvretés, mieux vaut la bêtise des peuples
qui s’ignorent que la haine des gens qui
se connaissent ».
Avant de prononcer ne serait-ce qu’une seule et
nouvelle fois ce terme totem de « mondialisation »,
lisez ce livre. Parce que toujours il y aura, selon
l’heureuse formule de Dubreuil, « plusieurs mondes
pour se prétendre le monde ».
132
I E SPR IT CR ITIQUE
CHANGER DE MODÈLES
LE GOUVERNEMENT DU MONDE
Une critique politique de la globalisation
JEAN-FRANÇOIS BAYART
PAR
DENIS JACQUOT
septembre 2004
Dans la multiplicité des ouvrages consacrés à la
mondialisation, ce livre s’annonce particulièrement
novateur tant par sa méthode que par ses analyses
incisives. Jean-François Bayart, adoptant la démarche
de la sociologie historique du politique, entend saisir
« l’émergence de la globalisation contemporaine »
depuis deux siècles qu’il définit comme « un
régime spécifique de pouvoir et d’accumulation ».
Il se propose d’analyser cette « configuration historique du pouvoir, cet « événement » comme « un
changement d’échelle de l’Etat et du capitalisme
dans le temps et l’espace ».
Le premier temps du livre porte sur les relations
entre l’Etat et la globalisation. Jean-François Bayart
réfute la thèse de l’Etat présenté comme un « mort
en sursis », soluble dans le marché, la régionalisation ou les guerres civiles. Il récuse son
« évidemment » entre un Etat-minimum et un Etatcroupion. Car, contrairement aux théorèmes
néolibéraux et souverainistes, les rapports entre
l’Etat et la globalisation ne sont pas un jeu à
somme nulle mais faits de multiples combinatoires.
De multiples exemples le prouvent. Ainsi, l’articulation entre l’expansion et la libéralisation des
échanges marchands avec un retour à un néoprotectionnisme des Etats, ou encore le capitalisme
d’alliance entre le parti et l’armée avec le privé
pour contrôler l’ouverture économique en Chine et
en Russie et reconstituer « l’empire distendu ».
La régulation relève pour l’essentiel des relations
étatiques ou interétatiques même s’il s’agit de
« délégations » à des autorités indépendantes
publiques productrices de droit privé qui s’impose
à l’Etat. La privatisation de certaines fonctions
régaliennes, comme l’affermage des recettes
douanières en Afrique, le contrôle des visas par les
compagnies aériennes, la gestion privée des
prisons, l’importance des sociétés de sécurité
dans le monde industriel, leur participation à la
lutte antiterroriste apparaissent comme une illustration du mode de gestion de la « décharge », notion
empruntée à Max Weber. Elle est aujourd’hui une
modalité de « réinvention de l’Etat » et de son intervention déléguée ou associant le secteur privé
à des tâches publiques selon les instructions
administratives.
La privatisation ainsi analysée apparaît moins
comme une désagrégation de l’Etat que comme
« une transformation de pouvoir associant de façon
discrétionnaire des acteurs sociaux, entraînant une
dilution des responsabilités favorable à sa prééminence absolue ». Ainsi la globalisation va de pair
avec la formation de l’Etat, les logiques transnationales et privées « s’emboîtent » avec l’action
ES PR IT CR ITIQUE I
133
J E A N - F R A N Ç O I S B AYA R T
EDITIONS FAYARD, AVRIL 2004
CHANGER DE MODÈLES
publique des Etats. L’Etat est à la fois « le produit
et le vecteur de la globalisation qui en est le levain,
le moteur de sa formation ».
Il en est de même avec la constitution d’une
société civile internationale saluée comme un
élément-clé de « l’Etat minimum » par les libéraux,
portée au pinacle par les altermondialistes ou
encore saluée par les sociaux-démocrates « comme
point d’appui de la nouvelle gouvernance pour maîtriser la mondialisation ». Or cette société civile,
tout internationale qu’elle soit désormais, est en fait
nationale, ne serait-ce que dans ses contours (le
débat français en exclut les entreprises à l’inverse
de l’expérience américaine). Elle est partie prenante de la gouvernance mondiale à l’image des
ONG dont l’existence est liée à l’Etat, financeur et
cible pour modifier les politiques nationales et
mondiales. Cooptée par les bailleurs de fonds multilatéraux, elle est même apparue comme une
« fiction utile » lors des transitions démocratiques
et vers l’économie de marché des années 1990.
Ses forces sont des véhicules privilégiés des
« actions » globales articulant le local et le global
et assurant l’insertion de l’Etat dans la mondialisation et réciproquement. Elle articule des sociétés
politiques concrètes à la globalisation en contrepoint du jeu traditionnel des puissances et des
activités des entreprises. Elle se révèle enfin
comme un champ de pouvoir asymétrique « reflétant grosso modo la division mondiale de la
richesse et de l’influence ».
Michel Foucault analysait le pouvoir non comme
une puissance détenue par une personne, une
classe, un ensemble social, mais comme une stratégie complexe, mouvante et mobile, un réseau
multiple et changeant : le pouvoir ne se possède
pas, il s’exerce selon des rapports de force qui
induisent sans cesse par leur inégalité des états de
pouvoir mais toujours locaux et instables. JeanFrançois Bayart lui emprunte le concept de
« gouvernementalité » qui renvoie à une problématisation du pouvoir comme « une action sur des
134
I E SPR IT CR ITIQUE
actions », à « l’interface des techniques de soi et
des techniques de domination exercées sur les
autres ». Il souligne ainsi que la globalisation
instaure des rapports de pouvoir sur autrui, en
« structurant leur champ d’action éventuel ». Le
choix du concept de « gouvernementalité », cette
production des rapports aux autres et à soi apparaît plus riche à l’auteur pour rendre compte de
l’hétérogénéité et de l’inachèvement de « l’événement globalisation » et donc préférable à celui de
« gouvernance mondiale » qui, centré sur les
procédures de choix des règles collectives, « évacue la dimension et l’enjeu du pouvoir ».
Mais cette globalisation n’est pas une simple
imbrication de l’Etat, de la guerre et de la mondialisation, qui se traduit, comme l’affirme Martin
Shaw, par un nouveau « système global d’Etats »
fait d’un emboîtement hiérarchisé des Etats-nations
et marqué par une asymétrie radicale au profit de
« l’Etat global occidental » emmené par les EtatsUnis forts de leur primauté militaire, de leur
dynamisme économique et de leur avance technologique. On ne peut réduire la globalisation à un
simple changement d’échelle des rapports purement interétatiques. Dès lors, il faut pour saisir la
gouvernementalité de la globalisation en connaître
les institutions sociales, les fondements sociaux qui
mettent en forme le rapport de l’Etat à la mondialisation, en gardant à l’esprit qu’il s’agit d’un
Etat « intégral » « enraciné dans sa société civile »
comme le rappelait Gramsci.
Ce deuxième temps de la réflexion de JeanFrançois Bayart récuse d’emblée l’idée que « la
globalisation est dépossession, aliénation, anomie »
privant les peuples de leur propre histoire. Au
contraire, la formation de l’Etat et son institutionnalisation doivent composer avec la mondialisation
du social. La recherche anthropologique a montré
que la globalisation n’arase pas les trajectoires historiques des sociétés qui se l’approprient de gré
ou de force quitte à procéder par « réinvention de
la différence ». Ainsi la globalisation n’est pas
CHANGER DE MODÈLES
Jean-François Bayart démontre ainsi que « le
moment impérial » (1830-1960) a produit des effets
de domination ou « d’assujettissement » global,
une notion reprise de Michel Foucault qu’il faut
comprendre dans les deux sens du mot, c’est-à-dire
aussi comme « constitution de sujets moraux ».
Cette problématique de « subjectivation » a une
dimension politique car « des individus ou des
communautés se constituent comme sujets, en
marge des savoirs constitués et des pouvoirs établis, quitte à donner lieu à de nouveaux savoirs et
pouvoirs ». Au total, cette expérience impériale
s’est confondue avec celle de « couches sociales
transversales portant des styles de vie » spécifiques participant de la globalisation. Le moment
néolibéral (1980-2004) qui a suivi voit se poursuivre
cette globalisation des pratiques de subjectivation
politique au sein des mêmes institutions sociales
inaugurées lors du XIXème siècle « fondateur » : les
entreprises multinationales, les églises, les organisations de la société civile internationales comme
les fédérations sportives, politiques et syndicales,
les institutions éducatives et les communautés
d’experts. Celles-ci cultivent des objectifs ou des
croyances partagés, des idiomes spécifiques, des
codes vestimentaires, des « chartes éthiques », qui
font d’elles « des communautés morales » en consolidant leur esprit de corps, leur culture d’entreprise,
leur identité collective et leur conduite de vie dans
lesquels elles se reconnaissent « appartenir ».
La globalisation contemporaine, note l’auteur,
façonne des « types d’hommes » porteurs de
« conduites de vie » auxquels l’on est susceptible
de s’identifier en fonction de sa condition, de son
activité, de son imaginaire, des contraintes de son
environnement. Ainsi l’emblème moral du réformateur dans les pays arabo-musulmans dont la figure
emblématique a été Mustapha Kemal. Elle garde
aujourd’hui sa force de mobilisation dans le
monde (par exemple le mouvement de reformasi
indonésien, le courant réformateur en Chine, etc.)
à l’heure de la libéralisation économique, au point
de synergie entre les processus de formation de
l’Etat-nation et des exigences de la globalisation.
Autre figure, celle de l’émigré « sujet moral en
formation » qui négocie au jour le jour dans les difficultés l’équilibre entre les impératifs moraux de sa
société d’origine et les exigences de sa nouvelle
condition.
Dans un troisième temps, Jean-François Bayart
prolonge sa réflexion sur la gouvernementalité globale en analysant le rapport à la marchandise et
les techniques de consommation et les techniques
du corps que cette dernière met en branle. Il souligne que ces pratiques de « culture matérielle »,
selon l’expression consacrée, sont création et
donc facteurs d’individuation : elles sont « le répertoire avec lequel les utilisateurs procèdent à des
opérations qui leurs sont propres », elles sont
« invention du quotidien », par « construction de
phrases propres avec un vocabulaire et une syntaxe
reçus », selon l’expression de M. de Certeau cité
par l’auteur. La consommation reste différenciée
selon les catégories de consommateurs au-delà de
ES PR IT CR ITIQUE I
135
J E A N - F R A N Ç O I S B AYA R T
étrangère aux sociétés qu’elle englobe. Au fil des
siècles, ces rapports sociaux ont pris la forme de
« champs d’action transnationaux emboîtés au fil
des échanges marchands, religieux, culturels et de
métissage ». Des « opérateurs de la mondialisation
» sont apparus, portés par les flux des échanges :
cadres d’entreprises multinationales, diplomates et
fonctionnaires internationaux, missionnaires, journalistes et experts en tout genre. Sans oublier « les
soutiers de la globalisation », migrants légaux ou
clandestins, ouvrières des zones franches, ouvriers
des nations industrielles soumis au chantage de la
délocalisation ou encore « les intermittents de la
globalisation », employés des secteurs touristiques,
les trabendistes et changeurs informels, etc. Des
réseaux transnationaux, ceux des migrants par
exemple ou liés aux diasporas, se constituent et
s’articulent aux Etats-nations sans nécessairement
les ébranler. Ils modifient les anciens rapports
sociaux locaux pour en créer de nouveaux par un
effet de « glocalisation ».
CHANGER DE MODÈLES
l’illusion de l’uniformité découlant de l’homogénéité et l’omniprésence des marques. Consommer
consiste à « être dans sa société, en employant
le répertoire de la marchandisation à des fins et
selon des codes propres », souligne l’auteur en
s’appuyant sur la comparaison des modes de
consommation dans les McDonalds en Chine, en
France et aux Etats-Unis ou en analysant les codes
vestimentaires en Turquie qui alimentent les luttes
de subjectivation entre islamistes et les laïcistes.
F. Adelkhah a montré l’enjeu civique du port du
hijab en Iran qui a considérablement étendu la
mobilisation des femmes dans l’espace public. En
s’appuyant sur une revue fouillée qui le fait passer
de l’analyse des pratiques sportives aux mouvements de danse, du désir sexuel aux conflits liés
à l’odorat, l’auteur conclut que les pratiques
d’appropriation de la mondialisation s’inscrivent
« dans la chair des êtres en société et en globalité ».
Cependant, ajoute-t-il, l’étude de ces techniques du corps par lesquelles nous nous
constituons en « sujets moraux » de la globalisation
débouche sur un paradoxe. Alors que la mondialisation est censée être urgence et accélération, elle
nous inculque massivement « la discipline de
l’attente ». La file d’attente fait désormais partie de
notre quotidien dans les supermarchés, les cinémas, les cafés, les aéroports. « Elle stylise la
condition historique de l’homme en situation de
globalisation ». Elle participe de la gouvernementalité de l’actuelle mondialisation et en révèle la
contradiction fondamentale entre la libération des
marchés internationaux des capitaux et des biens,
d’une part, le cloisonnement coercitif de celui de
la force de travail, de l’autre. Des flux entiers de
populations sont mis en « attente coercitive » dans
les camps de réfugiés, en rétention pour les detainees du champ de bataille afghan ou stationnent
en stand-by aux portes des Etats industriels, dans
les régions tampons, véritables hubs qui servent de
rampes d’accès au mirage de leur prospérité. Il
faudrait y inclure, précise l’auteur, les recrutements
forcés de travailleurs, en particulier d’enfants en
136
I E SPR IT CR ITIQUE
Afrique, dans le Golfe ou même en Europe, ou la
discipline industrielle des zones franches.
Ainsi se vérifie que la violence et le pouvoir sont
inhérents à la globalisation contemporaine qui
« gouverne » ainsi une « condition liminale », c’està-dire sur le seuil du globe. Cette expérience
liminale partagée par des individus l’est aussi par
des nations. On assiste au « pourrissement sur
pied » de certains Etats comme le Cambodge, la
Birmanie, la Corée du Nord ou l’Angola ou de
certaines revendications nationales comme celles
des Palestiniens, des Kurdes ou des Tchétchènes
suite à « la régulation inégalitaire et hiérarchisée
des richesses économiques ou de l’action diplomatique » Leur hétérogénéité interdit toute rêverie
populiste sur l’apport des « damnés de la terre ».
La «multitude » évoquée par Toni Negri « n’est pas
plus altermondialiste qu’elle ne fut hier révolutionnaire » mais le dilemme demeure. Il a trait à la
capacité des sociétés à « faire leur propre histoire »
ou à se voir ramenées à l’instance du « local »,
rappelle Jean-François Bayart qui nous lance ce
dernier message en conclusion : « Chacun fait
mine d’être conscient de l’enjeu. Mais, obnubilés
par les manœuvres diplomatiques et militaires, les
questions de sécurité, les parties financières, les
combats de titans industriels, le spectre des « civilisations », nous tenons pour menue monnaie le
désir et la souffrance qui parcourent les limbes du
monde. Grisés par la vitesse, nous négligeons
l’attente. C’est oublier que souvent l’Histoire
avance à pas de loup.
CHANGER DE MODÈLES
RAPPORT D’INFORMATION
SUR LA MONDIALISATION
N° 1279, ASSEMBLÉE NATIONALE, DÉCEMBRE 2003
PAR
THOMAS MÉLONIO
février 2004
Insomniaques, gardez espoir ! Un remède miracle vient de sortir dans toutes les bonnes officines
sous le doux nom de Rapport d’information sur la
mondialisation. Cette pilule aigre-douce, signée
Balladur et Donnedieu de Vabres, vous garantit
endormissement immédiat et sommeil paisible. En
effet, rien de bien extraordinaire ni très novateur
dans ce texte, dont le défaut principal est de prouver qu’on peut – horreur ! – souvent être socialiste
et en accord avec Edouard Balladur.
La preuve ? Le rapport plaide pour le renforcement des pouvoirs de l’Organisation internationale
du travail, en la dotant d’un Organe de règlement
des différends sur le modèle de l’Organisation mondiale du commerce, car « en l’absence d’un socle
social commun, les distorsions de concurrence sont
préoccupantes et elles pourraient aboutir à un nivellement par le bas de notre système social qui n’est
pas acceptable ».
On boit du petit-lait. Un pouvoir supranational
comparable serait accordé à l’Organisation mondiale de la santé et à une agence mondiale de
l’environnement. Le tout serait supervisé par un
« nouveau conseil international (doté) d’une compétence d’arbitrage en cas de conflit entre les
différentes normes de droit international, afin de
concilier les principes défendus par les différentes
organisations internationales dans leur sphère de
compétences ». En termes de gouvernance multilatérale, l’ensemble est donc plutôt séduisant. Mais
MM. Balladur et Donnedieu de Vabres pèchent par
naïveté en évitant de s’interroger sur la composition
des majorités qui se dégageraient dans un tel
conseil international. Combien de pays plaideraient
pour un renforcement des droits sociaux ? Certainement pas les pays les plus pauvres qui trouvent dans
le statu quo un avantage comparatif, et certainement
pas non plus la majorité des pays de l’OCDE qui
sont pour la plupart engagés dans une féroce
concurrence fiscale et sociale. La priorité est donc
davantage à la constitution d’un véritable front
social-démocrate qu’à l’angélisme multilatéral.
LA MONDIALISATION PETITS-FOURS
Dans la mondialisation surréelle décrite par
Edouard Balladur et Renaud Donnedieu de Vabres,
le soleil brille et les oiseaux gazouillent. Il est vrai
que nos dignes représentants n’ont pas ménagé
leur peine pour se confronter aux dures réalités de
notre planète bleue comme une orange. Ils n’ont
pas hésité une seconde avant de se confronter à la
vue insoutenable des bidonvilles de Londres (pour
y rencontrer la Banque d’Angleterre et la Financial
ES PR IT CR ITIQUE I
137
EDOUARD BALLADUR
R. DONNEDIEU DE VABRES
EDOUARD BALLADUR (président)
RENAUD DONNEDIEU DE VABRES (rapporteur)
CHANGER DE MODÈLES
Services Authority), Washington (Fonds monétaire
international, Banque mondiale, Federal Reserve),
New York et Genève (pour les institutions multilatérales et les ambassadeurs). Parmi les trente-quatre
personnes rencontrées par la mission, seules deux
représentaient des pays n’appartenant pas à
l’OCDE (le Brésil et le Maroc). Il n’est donc pas
étonnant que les pays pauvres n’aient pas trouvé là
leur plus brillant avocat.
C’est ainsi qu’on lit que « les nombreuses
attaques dont la Politique agricole commune a été
l’objet dans le cadre des négociations de l’OMC
sont tout à fait excessives. Comme pour les biens
culturels, il serait dangereux de libéraliser entièrement ce secteur, car cela aboutirait (…) au transfert
de cette activité dans les pays en voie de développement où les coûts de la main-d’œuvre sont très
faibles ». On n’est guère surpris de constater que les
bonnes intentions affichées tout au long du rapport
s’effacent lorsqu’il s’agit de remettre en cause les
intérêts bien compris des clientèles traditionnelles de
l’UMP. Fort heureusement, apparaît alors une citation de Jacques Delors, qui apporte une vision
légèrement discordante : « Si nous continuons notre
politique, nous aggraverons l’exode rural dans ces
pays avec tous les risques de pauvreté et d’insécurité qui s’y rapportent. Il faut faire un effort avec les
Américains sur les restitutions à l’exportation, car
cela fait baisser les prix (…) et cela décourage les
productions vivrières ».
On peut y voir un hommage partagé à Michel
Rocard et à sa célèbre sentence « la France ne peut
pas accueillir toute la misère du monde, mais elle
doit savoir en prendre fidèlement sa part ». La droite
s’accommode plus aisément de la première partie
de la phrase, remercions M. Delors d’avoir évoqué
la seconde.
VIVE LA MONDIALISATION
(SANS LES ALTERMONDIALISTES) !
La commission nous a rapporté quelques perles
de sa plongée abrupte dans le Tiers-Monde. On
138
I E SPR IT CR ITIQUE
trouve dans son rapport ce paragraphe étrange :
« Il importe d’assumer clairement le choix de
l’engagement de notre pays dans un environnement mondialisé en expliquant l’intérêt à nos
concitoyens. C’est à cette condition et à cette condition seulement que les critiques formulées par les
mouvements alter ou antimondialistes cesseront de
trouver un écho grandissant au sein des opinions
publiques ». Enfin l’ennemi est désigné ! Etrange
retournement de valeurs qui consiste à ériger en
objectif la marginalisation des mouvements altermondialistes. Car tel est bien dans le fond l’unique
objet de ce rapport : donner une réponse politique
à un mouvement dont l’ampleur et la spontanéité
ont dépassé toutes les prévisions.
Occasionnellement, le rapport Balladur-Donnedieu de Vabres ne s’interdit pas l’humour et
s’autorise un inventaire à la Prévert pour décrire les
mouvements altermondialistes : « A vrai dire ils agissent davantage comme un front du refus que
comme une véritable force de proposition (…). Pour
cause, on y trouve aussi bien des défenseurs de
l’environnement (comme Greenpeace ou les Amis
de la Terre), des droits de l’homme (Amnesty international, FIDH), des droits économiques et sociaux
(Droit au logement, Médecins sans frontières) que
des groupes plus informels (anarchistes, zapatistes,
mouvements antifascistes…) ». Mais le plus réjouissant, c’est que les préconisations de la commission
finissent par reprendre un certain nombre de
recommandations exprimées antérieurement par
Attac, notamment « la création de taxes mondiales
dont une fraction pourrait être versée au titre de
l’aide publique au développement et une autre
pourrait être attribuée à certaines organisations
internationales pour mener des politiques d’intérêt
général (santé publique, protection de l’environnement, protection du patrimoine culturel…) ».
Comme quoi, avec un zeste d’angélisme et une
bonne dose de cynisme, l’étrange tribu balladurienne pourrait bien finir par rejoindre l’hétéroclite
coalition de ceux qui affirment qu’un autre monde
est possible.
CHANGER DE MODÈLES
- III Un autre modèle politique :
l’inconnue social-démocrate
CHANGER DE MODÈLES
SOCIALISMES : Y REVENIR ?
CITÉS, NUMÉRO 43, OCTOBRE 2010
THIERRY ROURE
CITES
PAR
février 2011
Cités, sous-titré « Philosophie, politique, histoire »,
est une revue dirigée par Yves-Charles Zarka,
professeur de philosophie politique à ParisDescartes et spécialiste reconnu de Hobbes, qui
cherche précisément à faire le pont entre philosophie et politique. Comme sa présentation l’indique,
elle vise à faire retour au réel tout en essayant de
ménager une ouverture sur le possible. Il s’agit
donc pour Yves-Charles Zarka de maintenir l’exigence de la pensée à l’égard des problèmes de la
Cité dans une démocratie d’opinion où « n’importe
qui peut dire n’importe quoi », pour reprendre
l’expression du linguiste et essayiste Jean-Claude
Milner. « Faire sortir la philosophie dans la rue »
implique donc de se confronter à de nouveaux
domaines car « la pensée ne pense qu’en se déterritorialisant », si l’on en croit le propos liminaire.
Depuis sa création en 2000, la revue a abordé
des thèmes aussi variés qu’importants pour le politique : l’impact du développement technologique,
la fin du travail, la crise de l’autorité, le rôle des
intellectuels, le destin de courants tels l’utilitarisme
et le féminisme, la démocratie face aux religions, le
corps et la sexualité, les conflits identitaires, les
figures de l’Europe, le nouvel ordre international,
les transformations de la guerre.
Pour son dixième anniversaire, la revue a eu la
bonne idée de sortir trois numéros : le hors-série
intitulé « Voyages inédits dans la pensée contemporaine » reprend les grands articles de penseurs
majeurs déjà publiés par la revue (Mireille DelmasMarty, Léo Strauss, Michel Foucault, Amartya Sen,
Axel Honneth, Robert Castel, Raymond Aron,
Jürgen Habermas, Georg Lukacs, John Rawls,
Norberto Bobbio, Jacques Bouveresse pour n’en
citer que quelques-uns). Le hors-série « Retour sur
événements 2000-2010 » tente, quant à lui, de
repenser les grands moments des dix ans écoulés
du 11 septembre 2001 à l’investiture de Barack
Obama en passant par l’élection de Nicolas
Sarkozy et la crise financière.
Enfin, le numéro 43 est titré « Socialismes : y
revenir ? ». L’expression « y revenir » est ici à prendre
au double sens de faire retour réflexif sur le socialisme et son histoire et de restaurer/instaurer
le socialisme.
Yves-Charles Zarka pointe dans son éditorial le
« déficit doctrinal » qui caractérise selon lui le
socialisme actuel. Cette incrimination est à prendre
au sérieux car force est de constater que le
mouvement socialiste en France et en Europe est
ES PR IT CR ITIQUE I
141
CHANGER DE MODÈLES
à la croisée des chemins et que la lecture de ce
numéro peut peut-être nous aider à mieux définir
un projet pour demain.
Nous ne reviendrons pas sur les interventions
de Martine Aubry et Pierre Moscovici qui clôturent
le numéro et que le lecteur est invité à lire in
extenso. Concentrons-nous sur les contributions
des philosophes dont ces deux responsables politiques tirent les leçons. Les articles de ce numéro,
au ton souvent marxien, s’organisent essentiellement sur l’articulation opérée par les différents
auteurs entre socialisme et communisme. Gérard
Bensussan met ainsi en avant le dualisme foncier
du socialisme partagé entre l’anticapitalisme originel de Marx et Engels et la social-démocratie d’un
Bernstein préférant le mouvement au but. Inutile
de dire que cette ligne de clivage explique bon
nombre des débats qui animent actuellement la
gauche. L’auteur explique ainsi la déception d’une
partie de l’électorat de gauche par le clivage du
mouvement socialiste. Il est vrai que l’on ne peut
être déçu qu’à l’égard de ceux dont on attend
beaucoup.
Stéphane Haber, quant à lui, analyse le socialisme et le communisme comme deux moments
logico-historiques qu’il faut penser ensemble pour
en dégager toute la cohérence. Dès lors, le communisme peut s’analyser comme la suppression
de la propriété privée ou l’instauration d’un
nouveau mode de distribution des richesses
collectives, preuve s’il en faut que le concept est
complexe et avait été peu développé par Marx luimême. Le programme de Stéphane Haber est
alors simple : tarir les sources de l’exploitation et
redécouvrir le « commun » face à la « sous-évaluation massive des problèmes concrets liés au
dépérissement des médiations administratives,
monétaires et marchandes » induite par le passage
au communisme.
L’article le plus intéressant nous paraît être,
cependant, celui de Christian Laval et Pierre Dar142
I E SPR IT CR ITIQUE
dot qui revient en détail sur l’analyse de Durkheim
définissant le socialisme comme la volonté par la
société d’organiser la production économique. Le
fondateur de la sociologie française caractérise la
distinction entre socialisme et communisme à
nouveaux frais : il montre que le socialisme est du
côté de l’association, des individus et de ce qu’il
qualifiait dans sa thèse sur La division du travail
social de « solidarité organique ». Le communisme,
au contraire, relève de la communauté, de la
société et de la « solidarité mécanique ». Revenant
sur la définition de Marx du socialisme comme
« association dans laquelle le libre-développement
de chacun est la condition du libre-développement
de tous » qui se définit par autant de relations entre
des « individus totaux », il rappelle la méfiance
prémonitoire de Proudhon à l’égard de ce qui allait
conduire, qu’on le veuille ou non, au totalitarisme.
Les auteurs définissent du coup un projet politique
ayant pour but « l’agir commun comme institution
du commun ».
C’est ce projet que vise précisément à définir
Alain Caillé, animateur de la revue MAUSS et pourfendeur de l’utilitarisme en sciences sociales
réduisant tout à la logique de l’intérêt. Il campe
tout d’abord le paysage actuel marqué par le capitalisme actionnarial mondialisé, la généralisation
de l’idéologie de l’évaluation et ce qu’il appelle le
« parcellitarisme », c’est-à-dire la généralisation de
l’individualisme. Face à ce constat, il propose le
programme ambitieux d’une « social-démocratie
universelle et radicale » caractérisée par la volonté
de contenir l’hubris, l’esprit de démesure ou ce que
les Anglo-Saxons appellent le greed. Pour ce faire,
il propose la fixation d’un salaire minimal et maximal, la nécessité de penser une solidarité vis-à-vis
du monde et de la nature, l’augmentation de l’impôt
sur le revenu et l’héritage, la mise en place d’une
démocratie participative et le développement d’une
société civile mondiale associationniste. Autant
d’objectifs ambitieux, peut-être maximalistes, mais
donnant matière à penser.
CHANGER DE MODÈLES
CITES
De cet ensemble foisonnant qui constitue autant
d’éléments stimulants pour une nécessaire réflexion
sur notre programme, on regrettera néanmoins une
trop grand focalisation sur le marxisme et son
histoire et le peu de place laissé aux courants qui
l’ont précédé, qui ont été injustement qualifiés de
« socialismes utopiques » par Marx et Engels dans
le Manifeste du parti communiste et qui peuvent,
pourtant, servir de base à une réflexion d’avenir.
ES PR IT CR ITIQUE I
143
CHANGER DE MODÈLES
POURQUOI PAS LE SOCIALISME ?
GERALD ALLAN COHEN
EDITIONS DE L’HERNE, MARS 2010
PAR
TANGI LE NEVÉ RICORDEL
juin 2010
Entre espoir et amertume, l’interrogation posée
par le titre a l’insolence d’une question qui
dérange. Inconnu en France, Gerald Allan Cohen
(1941-2009) est l’un des intellectuels les plus éminents de la gauche anglo-saxonne. Professeur à
Londres et à Oxford, il s’est efforcé, sa vie durant,
d’étayer les motifs de croire au socialisme.
Engagé dans sa jeunesse au sein du Parti communiste, il tente d’abord de restaurer la validité
scientifique du matérialisme historique par le
secours de la méthode analytique. Dans Karl Marx
theory of history: a defence publié en 1978, il veut
débarrasser la rhétorique marxiste de ses approximations grâce à la rigueur logique et la précision
des énoncés. Au cours des deux décennies suivantes, il renonce progressivement à cette tentative
pour s’engager dans une réflexion philosophique
et morale sur le concept d’égalité. Nourri de ses
confrontations aux pensées de Robert Nozick et
John Rawls, il côtoie alors le Parti travailliste et
achève son évolution par une conversion aux principes du christianisme social.
Publié en 2009, Pourquoi pas le socialisme ? est
l’œuvre-testament dans laquelle il défend sa nouvelle raison de croire en la gauche. Si le socialisme
n’est plus une évidence scientifique programmée
144
I ESP RIT CR ITI QUE
par l’Histoire, il reste, selon lui, une hypothèse
éthique laissée à la liberté des hommes. Fondé sur
l’exploitation de nos vices (égoïsme, cupidité), le
capitalisme est par essence immoral. A l’inverse, le
socialisme est un projet profondément juste car il
repose sur la confiance dans nos vertus (altruisme,
réciprocité). Pour Cohen, l’enjeu est d’expliquer
pourquoi et comment les hommes peuvent tenter
ce pari éthique.
Pour construire sa démonstration, l’auteur part
de l’expérience-type du camping. Dans ce cadre,
il imagine plusieurs situations où peuvent naître
des rivalités entre les campeurs. Selon lui, tous ces
conflits potentiels trouvent leur résolution dans
l’éthique communautaire. « Dans tout groupe restreint, écrit-il, mêmes les plus rétifs à l’égalitarisme
acceptent les règles d’égalité et de réciprocité et
les prennent pour acquises ». Il en tire la preuve
d’une possibilité pratique du socialisme, fût-elle,
ici, limitée au périmètre d’une tente et à la durée
d’une excursion.
Sur la base de ce constat, il analyse ensuite les
deux principes à la base du bon fonctionnement
du camping. Le premier est la règle égalitaire qui
« vise à corriger tous les désavantages subis dont
le sujet ne pourrait être tenu pour responsable,
CHANGER DE MODÈLES
Pour contenir le danger de son éclatement, le
groupe doit alors faire jouer un second principe. La
règle communautaire vient ici tempérer les inégalités nées de l’égalité des chances. « Le réquisit
central de la communauté, explique Cohen, est
que les individus se soucient les uns des autres et,
si nécessaire et si possible, pourvoient les uns aux
autres ». Nul campeur, en effet, n’a jamais été
abandonné à sa mauvaise fortune par ses compagnons d’excursion.
Ce souci de l’autre conduit finalement à l’élévation morale de chacun. Alors que le capitalisme
nous encourage à envisager autrui « comme une
éventuelle source de profit ou comme une menace
à notre réussite », l’éthique socialiste nous éclaire
sur les liens de réciprocité qui nous rassemblent.
Elle permet à chaque individu d’éprouver la plénitude d’une coopération voulue pour elle-même et
sans arrière-pensées.
Arrivé à ce point de son raisonnement, l’auteur
s’interroge sur la possibilité et l’opportunité
d’étendre ces principes à large échelle. Oui ou
non, les règles de fonctionnement du camping
peuvent-elles être et doivent-elles être appliquées
à l’ensemble de la société ?
Selon lui, deux problèmes d’importance inégale
posent une hypothèque sur l’idéal socialiste. Les faiblesses de l’espèce humaine constituent le premier
facteur d’incertitude. Conscient de l’égoïsme naturel des hommes, l’auteur souligne que ce vice a
été aggravé par le capitalisme. Depuis l’effondrement du monde féodal, la cupidité n’est plus
l’objet d’un opprobre général. En faisant son
apologie, le système capitaliste lui permet, au
contraire, de s’assumer sans fard.
Mais l’auteur met surtout en cause une seconde
source de difficultés. Le principal obstacle à la réalisation du socialisme tient davantage aux limites de
la technologie sociale qu’aux vices des individus.
« Nous sommes incapables, écrit-il, de fabriquer la
machine qui assurera son bon fonctionnement ».
Alors que le capitalisme excelle à exploiter
l’égoïsme des hommes, le socialisme n’a pas
encore trouvé la formule organisationnelle pour
faire fructifier leur altruisme.
Pour Cohen, la solution de ce problème « technique » devient toujours plus malaisée à trouver à
mesure que les systèmes économiques se développent. Si les campeurs peuvent facilement
organiser leur solidarité autour du réchaud à gaz,
la sophistication des sociétés modernes génère
des complications redoutables. Lorsque les
hommes sont affranchis des besoins de base et
sont rassemblés dans une vaste communauté, il
devient très difficile d’organiser la production sans
les indications du marché. L’auteur suggère donc
de réfléchir aux mécanismes d’un nouveau
« socialisme de marché » susceptibles de mettre
en œuvre l’idéal. Mais à la question de savoir si
nous saurons un jour les inventer, il répond par cet
aveu prudent : « sur ce point, je suis agnostique ».
Cet agnosticisme peut sembler, hélas, encore
trop optimiste. S’il n’en revient pas au mythe du
« bon sauvage », Cohen liquide quand même un
peu vite l’hypothèque liée à la nature humaine.
Quoi qu’il en dise, l’obstacle au succès de son
socialisme est plus un problème ontologique qu’un
problème technique.
Située sur le plan amoral d’une nécessité historique, la lutte des classes avait au moins cet
ES PR IT CR ITIQUE I
145
GERALD ALLAN COHEN
qu’il s’agisse des handicaps sociaux ou naturels ».
Aussi exigeante soit-elle, cette conception radicale
de l’égalité des chances n’annule pas toutes les
différences. Rendus strictement égaux sur la ligne
de départ, les individus sont mis en mesure, au
contraire, de développer leurs identités propres.
Suivant les choix qu’ils font, ils tracent des
chemins singuliers au sein du groupe. Le risque
est alors que les intervalles créés dégénèrent en
inégalités injustes.
CHANGER DE MODÈLES
avantage de ne rien attendre des bons sentiments.
Elle avait la sagesse, au contraire, de s’appuyer sur
l’existence d’irréductibles conflits d’intérêts entre
les hommes. Alors que l’individualisme et le consumérisme sont aujourd’hui des valeurs dominantes,
la possibilité d’une conversion générale à
l’altruisme paraît toujours plus illusoire. Pire, le
socialisme risque d’aggraver son déclin, s’il
prêche, encore et toujours, les principes du
dévouement et de l’abstinence. Comme le souligne Raffaele Simone, « le projet socialiste s’inscrit
dans la perspective d’un « effort » permanent que
plus personne n’est prêt à consentir ».
A notre époque, les choix éthiques relèvent,
pour la plupart, de la sphère privée. L’action
publique n’est plus en mesure de les imposer pour
le bien commun. Ayant perdu les moyens de créer
l’Homme nouveau (et c’est heureux si l’on se souvient des tentatives faites au XX ème siècle), le
socialisme de Cohen risque finalement de s’enfermer dans le registre de l’indignation morale.
Aux objections sur le caractère irréalisable de
son idéal, l’auteur répond qu’elles ne suffisent pas
à justifier son abandon. « Y renoncer, affirme-t-il,
sous prétexte qu’il achoppe sur [des] obstacles,
c’est aller à la débandade : même quand il est
possible de le défendre, on le fera moins résolument qu’on le devrait car on aura perdu de vue sa
définition même ».
Reste à savoir si cet idéal est à ce point désirable. Pour Cohen, la réponse à cette seconde
question ne fait évidemment aucun doute. Les
principes égalitaire et communautaire sont les
conditions indépassables de la bonne organisation
sociale. Il est vain, selon lui, de prétendre leur
opposer la supériorité de la liberté individuelle car
elle est illusoire. Dans la société de marché,
explique-t-il, « on ne prend pas conscience de
l’inévitable dépendance mutuelle des hommes ».
En réalité, les choix de l’individu sont toujours liés
aux décisions d’autrui.
146
I E SPR IT CR ITIQUE
Réelle ou pas, la place laissée à la liberté individuelle n’est pourtant pas le seul motif de griefs
contre l’éthique socialiste définie par Cohen. Sa
conception de l’égalité semblera à certains excessive. Présentée comme une fin en soi, elle a parfois
la mauvaise odeur du ressentiment. Les exemples
de situation concrète utilisés par l’auteur montrent
bien comment le principe égalitaire sert à contenir
les frustrations. Il est permis de douter du niveau
d’élévation de ce genre de morale. L’égalité à tout
prix n’est-elle pas la revendication égoïste de
toutes les formes de ratage ?
Surtout, sa vision de la communauté peut faire
peur. Elle ressemble à une nouvelle idole à laquelle
l’individu s’aliène – par vertu ! – en sacrifiant une
part de lui-même. L’homme socialiste est transformé en animal grégaire et bienveillant. Il cherche
sa quiétude dans la paix du groupe. Mais le bonheur se trouve aussi dans le goût de la distance et
les affinités électives. Aimer son prochain, c’est le
labeur de tous les jours… Aimer son lointain, c’est
la tentation qui fait le sel de la vie. Or c’est cette
joie du retrait et de l’ailleurs que ne permet pas la
vie communautaire.
Pour définir le but de la gauche, il n’est donc
pas interdit de réfléchir aux moyens de surmonter
les limites du modèle défendu par Cohen. A cet
égard, le projet de l’autoréalisation de l’individu,
défini par Axel Honneth et repris par certaines
figures du Parti socialiste dont Manuel Valls, ouvre
des perspectives intéressantes. Permettre à chacun
de devenir ce qu’il est présente le double avantage
d’être une aspiration réaliste et progressiste.
Elle est réaliste car elle ne prend pas à rebours
l’égoïsme et l’individualisme qui sont consubstantiels à la nature humaine et aux sociétés modernes.
Le problème n’est pas de savoir si l’on est pour ou
contre ces réalités ; il est de dire ce que l’on en fait
pour les amener vers le meilleur. L’autoréalisation de
l’individu permet de les dépasser sans lutter contre
leur principe même. A défaut d’assurer l’égalité
CHANGER DE MODÈLES
exacte entre tous, cet idéal permet d’espérer l’égalité parfaite avec soi-même.
GERALD ALLAN COHEN
Cet objectif est également séduisant car il s’inscrit pleinement dans les combats de la gauche.
L’épanouissement de l’individu est en effet indissociable de l’harmonie du groupe. Loin de s’opposer
aux solidarités collectives, l’autonomie individuelle
les suppose. Permettre à chacun de devenir ce
qu’il est passe, d’abord, par le renforcement des
liens sociaux. Dès 1898, Jean Jaurès pouvait ainsi
déclarer que « le socialisme est l’individualisme
logique et complet ».
Pourquoi pas le socialisme ? pose une question
essentielle dont la réponse reste ouverte. Sa
lecture stimulera les réflexions de tous les sympathisants de la gauche. A l’heure où les socialistes
français veulent lancer une « offensive de civilisation » et réfléchissent à « la société du care », ils
trouveront dans ce livre matière à confronter leurs
arguments. En saisissant l’occasion de faire sa
préface, François Hollande a ouvert un chemin
que d’autres ne manqueront sûrement pas de
prendre.
ES PR IT CR ITIQUE I
147
CHANGER DE MODÈLES
L’ESPRIT DE PHILADELPHIE
La justice sociale face au marché total
ALAIN SUPIOT
EDITIONS DU SEUIL, JANVIER 2010
PAR
ETIENNE PATAUT
avril 2010
Sous des appellations diverses, de nombreuses
déclarations de droits ont été adoptées depuis la
Seconde Guerre mondiale, à vocation régionale ou
mondiale. Ces droits, qualifiés la plupart du temps
de « fondamentaux », ont progressivement pénétré
les systèmes juridiques de différents Etats, au point
qu’aujourd’hui émerge un mouvement critique à
l’encontre de ces droits fondamentaux. Pour
autant, si le succès de ces déclarations est incontestable, c’est au prix d’une certaine réduction à
leurs aspects civils et politiques. Certains des
textes les plus célèbres en matière de droits de
l’homme se tiennent à l’écart des droits sociaux
fondamentaux, opérant par là une distinction forte
entre une série de droits efficaces et juridiquement
sanctionnés (les droits civils et politiques) et une
autre série de droits (les droits sociaux) beaucoup
moins valorisés. Telle est la situation qui prévaut
par exemple au sein du Conseil de l’Europe,
puisque tout le monde connaît l’importance de la
Convention européenne des droits de l’homme et
de la Cour chargée de son application, alors
même que la Charte sociale européenne, pour sa
part, reste à la fois méconnue et d’application
beaucoup plus restreinte.
Tel n’était pourtant pas le projet initial. C’est ce
que montre Alain Supiot dans un essai stimulant,
148
I E SPR IT CR ITIQUE
centré autour de l’une des premières de ces déclarations. Celle-ci, adoptée à Philadelphie en 1944
sous le titre de « Déclaration concernant les buts
et objectifs de l’Organisation internationale du
travail », n’était que la première d’une longue série
de textes qui visaient à refonder un ordre mondial
en ruine. Aussi a-t-elle été suivie, entre autres, des
accords de Bretton Woods, de la Charte des
Nations unies et de la Déclaration universelle des
droits de l’homme. Mais la déclaration de Philadelphie est indissociable des textes qui l’ont suivie, en
ce qu’elle fonde cette refondation sur la justice
sociale, en liant indissolublement progrès économique, sécurité sociale et amélioration de la
condition ouvrière.
L’oubli de cette dimension essentielle des déclarations d’après-guerre s’est progressivement
réalisé du fait d’un « grand retournement », objet
de la première partie du livre, qui aurait conduit à
substituer la libre circulation des marchandises et
des capitaux à la justice sociale. Charge implacable contre le dogme du marché, cette première
partie décrit comment progressivement « la contrerévolution ultralibérale anglo-américaine » a progressivement défait (ou tenté de défaire) l’héritage
social d’après-guerre. Cet échafaudage repose sur
une foi implacable, de l’ordre de la croyance, dans
les vertus du marché, désormais célébré à droite
comme à gauche. Tout cela pour construire ce que
l’auteur propose d’appeler, empruntant ironiquement un terme de la Constitution chinoise,
« l’économie communiste de marché » ! Celle-ci est
définie comme un système hybride qui « emprunte
à l’ultralibéralisme la mise en concurrence de tous
contre tous, la libre circulation des capitaux et des
marchandises et la maximisation des utilités individuelles et au communisme la démocratie limitée,
l’instrumentalisation du droit, l’obsession de la
quantification et la déconnexion totale du sort des
dirigeants et des dirigés ».
La charge est certes sévère, mais elle n’est pas
totalement nouvelle, d’autres s’étant occupés avant
lui de critiquer différents aspects de la mondialisation. L’apport essentiel d’Alain Supiot, toutefois, est
de montrer comment cette modification profonde
des systèmes conduit à de non moins profondes
mutations institutionnelles et juridiques ; comment
la conception même de la loi en sort bouleversée.
A une loi imposée par les hommes, dans le but
explicite d’atteindre une certaine justice sociale, se
substitue une loi qui découlerait implacablement
des mécanismes de marché, auxquels les
hommes seraient simplement subordonnés. Une
telle approche, à la fois religieuse et scientiste,
conduit à une sorte de darwinisme législatif, par
lequel sont mises en concurrences les lois des différents Etats, au bénéfice de celles qui assurent la
meilleure rentabilité financière pour l’investisseur.
Bien entendu, sortent vaincues de cette concurrence généralisée les différentes branches du
droit, le droit du travail tout particulièrement, qui ne
sont que des obstacles à la « prospérité » qu’il
conviendrait d’aplanir le plus rapidement possible.
Dans un tel monde, l’homme n’a presque plus de
part « et le gouvernement par les lois cède la place
à la gouvernance par les nombres ».
Mais la description critique et négative ne
saurait suffire, aussi l’essai prend-il tout son sens à
la lumière de la seconde partie, « L’actualité de la
justice sociale », dans laquelle l’auteur montre
comment la définition de la justice sociale telle
qu’elle a été adoptée dans la déclaration de Philadelphie pourrait aujourd’hui encore servir à
« s’évader du monde plat et sans horizon de la
dogmatique ultralibérale ». Ici, l’auteur procède à
une véritable réhabilitation du droit, vu non plus
comme simple outil de régulation sociale, mais
comme facteur d’organisation de la société. Il y a
là un plaidoyer pour l’Etat de droit, en son sens le
plus fort : celui d’un gouvernement par les lois, des
lois qui s’imposent également à tous, qui découlent de choix politiques fondamentaux, se référant
eux-mêmes à un système de valeurs soumis à
discussion et à contestation démocratique.
A partir de là, l’auteur propose dans des pages
denses et passionnantes de restaurer une capacité
d’action politique et sociale. L’objectif est ici de se
donner les moyens de penser un système d’organisation sociale non fondé sur cette impasse
actuelle qui, dans le même temps, appelle à
l’initiative et à la responsabilité individuelle des travailleurs tout en les traitant comme des choses à
disposition des forces du marché, auxquelles il
conviendrait simplement de réagir et de s’adapter.
C’est notamment en repensant la responsabilité et
la solidarité que, pour l’auteur, pourrait se réaliser
un tel programme.
A cet égard, on ne peut ici passer sous silence
l’appel à l’invention de nouveaux mécanismes de
solidarité par lequel se clôt le livre. En remarquant
que Bismarck avait eu l’intelligence de « faire des
assurances sociales naissantes le ciment de l’unification allemande », l’auteur estime en effet qu’il est
encore temps de mettre un terme à la concurrence
sociale et fiscale des pays membres de l’Union européenne. Et de s’interroger : « pourquoi l’Europe ne
serait-elle pas capable au début du XXIème siècle de
se doter des nouveaux instruments de solidarité,
propres à soutenir la capacité de ses travailleurs ?
Pourquoi ne donnerait-elle pas l’exemple du rétablissement de la hiérarchie des moyens et des fins fixés
ES PR IT CR ITIQUE I
149
ALAIN SUPIOT
CHANGER DE MODÈLES
CHANGER DE MODÈLES
par la Déclaration de Philadelphie ? ». On conviendra qu’il y a des projets moins exaltants…
Bien évidemment, la vision très noire de l’auteur
pourra être ici ou là contestée ou, en tout cas, atténuée. La description critique contient notamment,
même si c’est en filigrane, presque en creux, une
contestation assez générale du mouvement actuel
de reconnaissance de droits subjectifs qualifiés de
fondamentaux (les « droits à… ») qui pourrait être
longuement discutée. En se concentrant sur la
construction européenne, on pourrait aussi regretter la lecture parfois un peu partiale de la
jurisprudence de la Cour européenne de justice,
qui est peut-être un peu plus nuancée que ce que
laisse penser la présentation très critique de
l’auteur. Il est d’ailleurs assez étonnant que l’auteur
– hormis dans de très belles pages sur la solidarité –
n’accorde qu’une importance assez marginale à
l’intégration dans le droit de l’Union européenne
d’une Charte des droits fondamentaux dont le
premier titre est consacré à la dignité et qui, plus
largement, laisse une large place aux droits
sociaux fondamentaux.
En fait, comme le montre d’ailleurs l’auteur, les
traités fondateurs de l’Union européenne ne sont
pas si éloignés des principes qui animaient la
déclaration de Philadelphie. Que ceux-ci fassent
aujourd’hui l’objet d’une interprétation étroite et
contestable n’est pas douteux, il n’en reste pas
moins (et là encore, l’auteur en convient) que de
très forts arguments peuvent laisser penser qu’une
telle lecture correspond fondamentalement au
projet qui anime la construction européenne. Dès
lors, on se convainc facilement – et la lecture de ce
brillant essai y aide beaucoup – que ce ne sont
pas les textes qui manquent, mais bien la volonté
politique. C’est bien là que l’appel de l’auteur à
renouer avec « l’esprit de Philadelphie » prend tout
son sens et mérite d’être longuement médité par
qui veut sortir de l’impasse dans laquelle semble
s’enferrer aujourd’hui le système mondial en général et la construction de l’Europe en particulier.
150
I E SPR IT CR ITIQUE
CHANGER DE MODÈLES
RÉNOVER LA GAUCHE EN EUROPE
Pour une gauche réformiste européenne
BRUNO LIEBHABERG
PAR
BRUNO LIEBHABERG
EDITIONS LUC PIRE, JANVIER 2009
DAVID CHEKROUN
novembre 2008
Et si la meilleure façon de conjurer la défaite
des partis socialistes européens et d’y remédier
était de suivre les recommandations de l’ouvrage
collectif Rénover la gauche en Europe sous la
direction de Bruno Liebhaberg ? Car c’est à n’en
pas douter l’une des missions de ce livre qui
reprend les interventions d’une vingtaine de chercheurs, intellectuels, responsables politiques
belges et européens lors de trois séminaires organisés à la fin de l’année 2007 par le think tank
indépendant, bien que proche du Parti socialiste
belge, la Gauche réformiste européenne (www.g-re.be).
Avant de réagir brièvement, par le double filtre
de la crise financière mondiale et de l’élection
américaine, aux perspectives et conditions de la
victoire des gauches en Europe, il convient de rappeler brièvement la réalité de ces défaites et les
causes possibles de cette bérézina électorale. Elle
est en effet très loin, la fin du XXème siècle où douze
gouvernements sur quinze du Conseil européen,
soit 80 %, étaient composés de socialistes ou de
sociaux-démocrates. D’élections en défaites, seuls
sept gouvernements sur les vingt-sept de l’Union
européenne sont aujourd’hui présidés par des
âmes de gauche ou de centre gauche, soit 25 % !
LES RAISONS DE LA DÉFAITE
« C’est la faute à pas de chance » ou « c’est
la faute à Ségolène Royal ou aux affaires de Charleroi » ne peuvent à l’évidence expliquer cette
pandémie européenne. La source de ces insuccès
se trouve, à en croire les auteurs de cet ouvrage,
dans le logiciel socialiste frappé d’obsolescence.
Reprenons rapidement l’argumentaire. Le destin
collectif des individus et les mécanismes de solidarité ont toujours été au centre du projet politique
de la gauche. L’Etat social a été la réponse aux
attentes du mouvement social et au capitalisme de
l’époque. Cette équation entre liberté individuelle
et mécanismes de solidarité permettait aux
citoyens et corps intermédiaires de réaliser « le
meilleur emploi » et à la gauche de l’emporter. La
mondialisation et le processus de transformation
de la société ont modifié la donne. La société
« post-industrielle », engendre une double forme
de déliaison, pour reprendre l’exposé convaincant
de Thierry Pech. Plus simplement, cette société
favorisant la perte du lien social a généré de nouvelles inégalités (accès au logement, à la santé, à
l’éducation, au travail) et de nouvelles discriminations (jeunes et vieux, travailleurs et chômeurs,
hommes et femmes) auxquelles la gauche n’a pas
su faire face et proposer des réponses adéquates.
ES PR IT CR ITIQUE I
151
CHANGER DE MODÈLES
Pour reprendre une formule de Jean-Baptiste de
Foucauld, « La gauche était armée pour penser
l’exploitation, pas l’exclusion. Or le chômage ne
crée pas de solidarité, et nous avons agi sur les
effets, non sur les causes ».
LES CONDITIONS DU SUCCÈS
Doit-on en déduire que le modèle libéral est la
solution aux défis de cette nouvelle société ? Certainement pas pour Bruno Liebhaberg qui énonce
que « contrairement à la droite, qui voit dans la
liberté la condition de l’égalité, nous ne croyons
pas que la liberté conduise naturellement à l’égalité. Etre de gauche, ce n’est pas se satisfaire de la
société telle qu’elle est. C’est aspirer à plus de solidarité, d’égalité et d’émancipation. La vocation
historique de la gauche, c’est d’accompagner les
plus faibles. C’est de veiller à ce que l’enrichissement plus rapide d’une partie de la société ne
génère pas chez ceux qui en profitent légitimement
un égoïsme social ». On ne peut que souscrire à
cette analyse dans le contexte de la crise financière
planétaire. Il est difficilement acceptable « de socialiser les pertes et de privatiser les bénéfices ». La
régulation est plus que jamais nécessaire, comme
l’annonce Charles Picqué dans son article « La
régulation, seule alternative crédible au néolibéralisme ». Par ailleurs, la liberté ne saurait être
l’unique voie d’accession à l’égalité. Aussi faut-il
inventer de nouvelles formes de solidarité : « des
réponses collectives adéquates pour rencontrer
les besoins individualisés » issus de la société
« post-industrielle ». C’est en ce sens que s’imaginent dans cet ouvrage collectif les pistes de
réflexion et les nouveaux instruments à partir des
expériences espagnole, allemande, belge, danoise
et suédoise. Sur le terrain de l’emploi, c’est
l’Allemagne et l’Agenda 2010 du gouvernement
Schröder qui sont sollicités, à savoir les mesures
d’activation du retour à l’emploi, les efforts pour
requalifier les travailleurs, les investissements dans
les infrastructures pour favoriser l’employabilité.
Sur le terrain de l’élargissement des libertés et des
152
I E SPR IT CR ITIQUE
droits civils, ce sont les réformes du gouvernement
socialiste espagnol une deuxième fois victorieux qui
sont convoquées. Au menu : réforme du mariage,
procédure simplifiée de divorce, renforcement des
droits des minorités, autorisation des mariages des
personnes de même sexe et pluralisme religieux
fournissant les instruments d’un dialogue plus
serein entre communautés. La Suède est à l’honneur lorsqu’il s’agit de mieux faire participer les
femmes au marché du travail. La source pourrait
être la réforme du congé parental : « le travailleur est
autorisé à rester à son domicile avec ses enfants
pendant treize mois tout en percevant 80 % de son
salaire ; deux mois sur les treize sont réservés au
père pour le responsabiliser dans ses tâches ». Les
expériences scandinaves sont enfin étudiées en ce
qui concerne les relations de travail ou de « flexicurité » afin de passer « d’un modèle de protection
des emplois à un modèle de protection des
individus ».
Quels regrets peut-on formuler à la lecture de cet
ouvrage ? Nous formulerons deux critiques à ce
très enrichissant opus. En premier lieu, certaines
études ne sont que survolées mais pas véritablement
analysées : trois petites pages pour les conditions de
la « flexicurité » ; idem pour « Les agences de régulation ont-elles leur place à gauche » ; deux pages
pour « Régulation : n’oublions pas le Parlement
européen » ! En second lieu, si l’échelon de l’Union
européenne apparaît dans l’ouvrage dirigé par cet
ancien membre du cabinet de Jacques Delors
comme le levier pertinent pour construire ces nouveaux instruments de régulation et de solidarité et
« pour agir sur les effets inacceptables de la mondialisation », le lecteur se trouve un peu abandonné
dans les conditions de leur mise en œuvre. Pire, il
peut se dire que la politique fiscale et la politique
sociale n’ont pas été initiées par les gouvernants de
gauche qui, à la fin du siècle dernier, étaient aux
responsabilités. Mais, ici comme ailleurs, un « Yes
we can » peut, espérons-le, changer la vie !
CHANGER DE MODÈLES
CE GRAND CADAVRE À LA RENVERSE
BERNARD-HENRI LÉVY
PAR
PIERRE MOSCOVICI
décembre 2007
La gauche mélancolique
Comme le livre de Yasmina Reza, L’aube, le soir
ou la nuit, celui de Bernard-Henri Lévy, Ce grand
cadavre à la renverse, commence par une conversation avec Nicolas Sarkozy. Mais la ressemblance
entre les deux ouvrages s’arrête là. L’une traduit
des impressions, exprime des sensations ; l’autre
produit des idées, inspirées par une passion. Elle
est, même si elle s’en défend, fascinée par le verbe,
le mouvement, le clan qui entoure l’ancien président de l’UMP ; lui résiste à une attraction facile
mais qui eût été factice. Surtout, elle dit oui, certes
pas à un vote pour Nicolas Sarkozy, mais à un bout
de chemin avec lui ; il refuse de voter pour un
homme qui a su amener à lui tant de ses proches
– André Glucksmann, peut-être Alain Finkelkraut,
d’autres encore. Pourquoi ce refus, alors que
beaucoup de choses – et d’abord une proximité
amicale – semblaient plaider pour un ralliement ?
Simple : Bernard-Henri Lévy est de gauche, Nicolas
Sarkozy de droite, et cela interdit la transgression.
J’arrête là. Ce livre n’est pas – ouf ! – un livre de
plus sur Nicolas Sarkozy, autour de Nicolas Sarkozy,
ni même contre Nicolas Sarkozy. C’est un livre sur
la gauche, ce qu’elle a été, ce qu’elle est devenue,
ce dont elle doit se garder, ce qui doit à nouveau
l’inspirer. Je sais que Bernard-Henri Lévy agace
parfois. Mais c’est aussi, c’est d’abord, un philosophe, un homme qui pense sans craindre la
controverse, qui agit juste : contre la barbarie à
visage humain, contre une certaine idéologie française, pour la Bosnie, l’Afghanistan, le Darfour, et
toujours dans la gauche. Son livre, je l’avoue, m’est
profondément sympathique, au sens fort du terme,
car il exprime des sentiments que je partage. Pourquoi écrire sur la gauche aujourd’hui ? Non pas
parce qu’elle a perdu : ça lui est déjà, souvent,
arrivé dans le passé, et elle s’en est relevée. Mais
bien plutôt, me semble-t-il, parce que, pour
Bernard-Henri Lévy – et je partage largement ce
diagnostic –, elle s’est perdue, dans ses politiques
mais aussi dans ses choix fondamentaux. Comment
cela est-il arrivé ? Comment retrouver la gauche ?
Comment rendre vie à ce « grand cadavre à la
renverse où les vers se sont mis » – l’expression est
de Sartre, dans la préface à Aden Arabie de Paul
Nizan ? Voilà de quoi il s’agit dans ce livre.
Celui-ci n’est pas facile à résumer. Alors, je choisirai deux angles. D’abord, j’ai mieux compris, en
lisant Lévy, ce qui s’est passé dans la campagne
présidentielle de Ségolène Royal – dans ce « labo
Royal » – à laquelle il a participé plus que moi, lui
qui, comme moi, avait un autre candidat de cœur,
ES PR IT CR ITIQUE I
153
BERNARD-HENRI LÉVY
EDITION GRASSET ET FASQUELLE, OCTOBRE 2007
CHANGER DE MODÈLES
d’esprit, de raison, Dominique Strauss-Kahn. Ce
n’est pas le sujet central du livre, mais il y a là un
utile contrepoint à la charge impitoyable, au réquisitoire de Lionel Jospin. Bernard-Henri Lévy, on le
sent, n’est pas d’emblée fasciné par Ségolène
Royal. Il l’a suivie, les yeux ouverts, parce qu’elle
était la candidate de la gauche, puis elle l’a intéressé, séduit peut-être, sans qu’il oublie jamais ses
lacunes. Fondamentalement, il pense que dans le
désordre de la gauche, elle a eu les bonnes intuitions, les bons réflexes, et il a voulu l’aider. Peu
importe, au fond, qu’il soit trop sévère ou trop indulgent, voire l’un et l’autre à la fois. Ce qui me frappe
surtout, c’est la révélation de ce que j’imaginais :
l’accumulation dans cette étrange campagne de
nos contradictions – sur le monde, sur l’Europe, sur
la défense, sur l’économie. Bernard-Henri Lévy a
une bête noire, un vieil ennemi intime, Jean-Pierre
Chevènement, le « national républicain ». Sans
doute le diabolise-t-il, mais je partage avec lui la
conviction que ces idées, cette attitude-là ne peuvent être celles de la gauche de demain, et qu’elles
ont été trop présentes en 2007. Cette gauche au
milieu du gué pouvait peut-être l’emporter. Elle
aurait eu du mal à convaincre. Pour cela, elle doit
sortir de l’ambiguïté.
Il y a ensuite, et surtout, l’essentiel du propos de
Bernard-Henri Lévy, le combat contre cette
« gauche de droite » qu’il sent monter ou revenir, la
critique de cette raison « néo-progressiste » qu’il
sent s’installer. Dans des pages fortes, à la fois argumentées et passionnées, il en analyse les ressorts et
en dénonce les dérives. Il y a, d’abord, l’antilibéralisme et l’invitation à distinguer, comme le faisait
Benedetto Croce, le libéralisme politique – indissociable des Lumières – et le libérisme – dévoiement
qui tient le marché pour la loi suprême de la vie
sociale. Il y a, ensuite, l’anti-européisme. Comme
Lévy, je regrette que l’idée européenne ait tant
reculé en France, que le rendez-vous historique de
la réunification de l’Europe après la chute du mur
de Berlin ait été raté, que la gauche – et notamment le Parti socialiste – reste sur cette question
154
I E SPR IT CR ITIQUE
essentielle, surplombée par l’extrême-gauche,
prudente face au souverainisme, qu’elle succombe à
« la paresse de l’esprit et la débilitation de la volonté ».
Il y a, ensemble, l’anti-américanisme – l’autre
« socialisme des imbéciles » – la critique de l’Empire
et l’antisémitisme. Il y a ce qui en découle, la tolérance, voire la fascination pour un « fascislamisme ».
Il y a, enfin, l’anti-universalisme contemporain qui
affaiblit les valeurs et les idées, au nom du respect
des identités et des intégrités.
Dans cette démonstration, qui rappelle un peu
par son ton le Péguy de Notre jeunesse, il y a bien
sûr des raccourcis, des partis pris, des exagérations. On peut être républicain et attaché à la Nation
sans succomber à un nationalisme rance. On peut
aimer l’Amérique – et je l’aime – et détester une partie de l’Amérique – Bush, Guantanamo, la guerre en
Irak. On peut, sans être anti-européen, regretter les
hésitations, les faiblesses, les timidités de la
construction européenne d’aujourd’hui. On peut
combattre le fascisme islamiste sans épouser la
thèse du « choc des civilisations ». Oui, on peut
contester, discuter ce livre, on le doit – sans quoi il
ne serait pas ce qu’il est, un livre utile au débat.
On n’y trouvera pas les recettes, le projet pour la
refondation de la gauche, du socialisme. C’est à
nous, les responsables politiques, que cette tâche
revient. Mais on y trouve une pensée, un avertissement, une grille de lecture. Bernard-Henri Lévy finit
par un appel à la « gauche mélancolique » contre la
« gauche lyrique », à une gauche dépouillée de
l’utopie révolutionnaire, ce « rêve qui tourne au cauchemar ». Cette gauche-là est internationaliste sans
entraves, européenne sans timidité, antitotalitaire
sans réserves, antifasciste sans tabous. Cette
gauche-là part du réel, elle est celle de la réforme
modeste, tenace, humble, qui plaide pour la vérité
– ce n’est pas un hasard si l’ouvrage s’achève sur
la figure de Pierre Mendès France. Cette gauche-là
est aussi la mienne, tout simplement parce que je
crois que c’est à la fois celle de toujours et celle de
demain
CHANGER DE MODÈLES
SORTIR DU PESSIMISME SOCIAL
Essai sur l’identité de la gauche
GÉRARD GRUNBERG et ZAKI LAÏDI
PAR
THIERRY GERMAIN
mai 2007
Commençons par la mauvaise nouvelle : la
gauche va mal.
Voici résumé en peu de mots le théorème
énoncé par Gérard Grunberg et Zaki Laïdi en
ouverture de leur ouvrage : pas assez radicale
pour penser un autre monde, la gauche française
vit un repli identitaire sur la « simple » réparation
des dégâts de la société libérale. Elle entretient alors
une vision restauratrice de l’ordre social, construite
autour du « paradigme de la perte », qui vise à
défendre les acquis et à empêcher, si possible, de
nouvelles atteintes aux situations présentes.
Comme au Cluedo, on connaît donc le mort au
début du jeu. Sauf qu’il ne s’agit pas d’un jeu : sur
la défensive, n’offrant pas de vision globale et
cohérente du monde et de ses changements,
dénuée de pensée créatrice et anticipatrice, la
gauche subit son histoire, ce qui n’est jamais une
bonne nouvelle en termes de justice et de progrès.
Devant une véritable « privatisation de l’utopie »
en cours sous nos yeux, la gauche est impuissante. Toujours profondément gênée par son
« impensé théorique » sur le réformisme de
gauche, entretenant plus ou moins volontairement
une vision pessimiste de l’avenir, trouvant souvent
un repli commode sur le « terrain des luttes » faute
d’inventer une réelle alternative politique, elle
entretient un pessimisme social qui finit par fonctionner comme une « utopie négative ».
Les minorités en lieu et place du prolétariat, la
lutte contre l’exclusion en substitut de la lutte des
classes, son rapport à l’international profondément
affecté par ses hésitations sur l’Europe et la mondialisation, une nette tendance à sur-représenter
syndicats et Etat dans sa vision de la volonté, la
gauche glisserait du politique vers le social et ferait
de la « défense des acquis sociaux » un pâle horizon de rechange pour entretenir sa flamme et
ses troupes.
Assimilant au passage adversaire politique et
modèle économique, superposant donc droite et
libéralisme, notre gauche affaiblie « se vit comme
une anti-droite » sur tous les terrains, et notamment
dans le champ social. Or, tous les clivages fondamentaux ayant perdu de leur acuité (religion,
nation, intégration, individu et autorité), c’est bien
le champ économique qui demeure constituant de
l’identité de la gauche par rapport à la droite.
Bon. La bonne nouvelle peut-être à présent ?
Tout n’est pas perdu.
ES PR IT CR ITIQUE I
155
GÉRARD GRUNBERG
ZAKI LAÏDI
EDITIONS HACHETTE/TELOS, JANVIER 2007
CHANGER DE MODÈLES
Revenant sur l’histoire des tentatives de rapprochement entre libéralisme et socialisme (Hobbhouse,
John Rawls), les auteurs pointent comme déterminant dans le clivage droite/gauche le rapport à
l’égalité, rappellent que la droite naturalise les
rapports sociaux quand la gauche les socialise et
entreprennent d’énoncer quelques pistes essentielles au réveil de l’utopie endormie. Je résume ici
les principaux énoncés :
— il faut non refuser les inégalités mais les inégalités qui perdurent ;
— il faut réinterpréter le marché et le voir autrement que comme une machine à reproduire
mécaniquement les inégalités ; la question doit
être « comment mettre le marché au service du
bien public ? » ;
— de fait, il existe de réelles possibilités pour
l’Etat de se servir du marché pour lutter contre
les inégalités ;
— cela impose également de rebâtir les solidarités
sur des bases plus contractuelles.
Pour chacun de ces points, Gérard Grunberg et
Zaki Laïdi illustrent leurs propositions d’exemples
peu nombreux mais très argumentés (à l’image de
leur analyse du marché du logement), ce qui rend
l’ouvrage très démonstratif.
Point fort de leur exposé, la réalité de la mondialisation (« processus historique de redistribution
de la richesse et de la puissance »), qui est littéralement et brillamment décortiquée, et le rapport de
la gauche à cette mondialisation.
Démontrant que « les jeux de la mondialisation
ne sont pas faits », ils rappellent que celle-ci agit
comme un formidable révélateur des forces et
carences des sociétés placées en compétition :
puisque ce sont des systèmes sociaux et non de
simples économies qui sont en jeu, elle conduit
chaque Etat à réviser les termes mêmes de son
identité. Partant de l’exemple crucial de l’emploi et
du capitalisme « dissociatif » (le capital est mobile,
le travail beaucoup moins) dans lequel nous
156
I E SPR IT CR ITIQUE
sommes entrés, nos auteurs analysent de façon
très approfondie les mécanismes à l’œuvre au
plan international sur l’emploi et les conséquences
supposées et réelles sur le marché du travail
en France.
Ils en tirent deux conclusions essentielles. La
gauche doit s’engager dans « une réappropriation
sociale du changement » et savoir par anticipation
se saisir des opportunités que génère la mondialisation. Elle doit donc se défaire de toute recherche
d’alternative globale, mais travailler à la mise en
cohérence des solutions : non pas envisager « un
autre monde » mais inventer d’autres façons d’agir
sur le monde.
Conscients du rôle de Ségolène Royal à cet
égard, Gérard Grunberg et Zaki Laïdi se livrent à
une description fort intéressante du processus politique qu’elle conduit, insistant notamment sur sa
capacité à incarner avant de représenter (d’où une
survalorisation des valeurs au détriment des éléments purement programmatiques, voire « une
volonté de se placer sur le terrain symbolique pour
échapper au terrain politique »), sur sa tentative
d’acclimater en France la life politics anglosaxonne (intégrer systématiquement la politique au
vécu des gens, et la faire partir de là) et sur son
utilisation de la fameuse triangulation chère à Dick
Morris, le stratège de Bill Clinton, laquelle vise à se
réapproprier les thèmes de l’adversaire sans se
renier (« faire de la politique non partisane sans
décevoir ses partisans »), ce qui n’est pas sans
conséquence en termes de cohérence programmatique, surtout lorsque l’on refuse d’appliquer
cette technique au champ économique et social,
en le limitant pour l’essentiel aux valeurs.
Surtout, comme Eric Dupin, Gérard Grunberg et
Zaki Laïdi considèrent qu’aujourd’hui la droite
donne le ton. Jugeant déterminante dans le
parcours de Ségolène Royal sa capacité présumée
à battre Nicolas Sarkozy, ils alertent de la
même façon sur la nécessité pour la gauche de se
CHANGER DE MODÈLES
doter d’une nouvelle armature idéologique et
programmatique, laquelle ne soit pas uniquement
déterminée par l’opposition à la droite.
Et dans un clin d’œil malicieux (qui n’engage
qu’eux !), ils rappellent que le « succès » du blairisme « ne repose pas seulement sur sa capacité à
jouer sur le registre des valeurs mais également
sur de réelles propositions ».
GÉRARD GRUNBERG
ZAKI LAÏDI
A bon entendeur, semble-t-il.
ES PR IT CR ITIQUE I
157
CHANGER DE MODÈLES
LE ROYAUME ENCHANTÉ DE TONY BLAIR
PHILIPPE AUCLAIR
EDITIONS FAYARD, AVRIL 2006
PAR
THIERRY GERMAIN
juin 2006
Peut-on encore écrire un ouvrage sur la perfide
Albion sans citer Wilde ?
feu nourri ! Le « réformateur radical » va passer un
mauvais quart d’heure.
Philippe Auclair s’en garde bien. Et exhume le
mot du génial Irlandais à propos de la chasse à
courre : « Les indicibles à la poursuite des immangeables ». Dans le genre de sport que semble
affectionner le correspondant londonien de
Marianne, l’immangeable prendra ici les traits
d’Anthony Blair, la cinquantaine fringante et
présentement Premier ministre de la GrandeBretagne.
Une appréciation générale pour commencer : le
blairisme, déjà plutôt discuté comme concept et
pratique, se trouve ici ramené à « un agrégat de
presque convictions et de tâtonnements sémantiques ». Fondamentalement (mal) « digéré » du
thatchérisme, il consiste à favoriser en tout les
forces du marché, en utilisant pour cela le charme
efficace d’une « novlangue » pur copyright et, pour
assurer le coup, les différentes facettes d’un « néodirigisme » qui permet à Philippe Auclair de
comparer l’Angleterre blairiste à la défunte URSS.
Voilà pour l’ambiance.
Exercice difficile, au demeurant, que de vouloir
glisser « Teflon Tony » dans sa gibecière. Connaisseur, le député tory Boris Johnson avait bien
résumé la chose, juste après qu’aient été rendues
les conclusions du rapport Hutton : « Epingler Blair,
c’est comme punaiser de la gelée sur un mur ».
Voilà qui situe l’enjeu.
Déterminé, notre auteur ne s’en laisse pas
compter. Tiaut donc ! Et pour faire bonne mesure,
notre fine gâchette, dont l’actualité politique en
France nous laisse penser que le gibier qu’il s’est
choisi lui ouvrirait largement la possibilité de
chasser en meute, notre chasseur donc envoie du
plomb. Attention : le calibre est conséquent et le
158
I ESP RIT CR ITI QUE
Très doctement, nous pourrions dire que l’auteur
en tient pour une vision notoirement critique de la
situation. Crûment exprimé, le gaillard canarde
sec : productivité en berne, inégalités grandissantes, chiffres du chômage truqués, partenariats
public-privé biaisés, endettement en trompel’œil… : la « référence blairiste » est servie ! Pourtant,
malgré ce tir de barrage, il y a au moins deux raisons de prendre le risque d’aller y voir de plus près.
La première est que le trophée que souhaite
s’offrir monsieur Auclair est tout sauf anodin. Un
CHANGER DE MODÈLES
La seconde est que la bordée de l’auteur n’est
pas sans fondement et que, sans pouvoir assurer
qu’ils fassent mouche à coup sûr, certains de ses
arguments approchent dangereusement leur cible
par une démonstration au scalpel appuyée sur des
chiffres troublants. Quels sont-ils ?
Dans son calcul de l’endettement du pays (l’une
de ses fiertés, malgré une détérioration notable
ces deux dernières années), le chancelier de
l’Echiquier Gordon Brown aurait notamment omis
d’intégrer le coût pourtant inévitable de la retraite
des fonctionnaires (600 000 de plus depuis 1997),
soit 1 000 milliards d’euros : une bagatelle ! La
dette recalculée par Auclair se monterait effectivement, avec une ou deux omissions supplémentaires
dûment réintégrées, à 1 819 milliards d’euros, 652
milliards au-dessus d’un déficit français qui fait
pourtant couler beaucoup d’encre et autant de
larmes. Afin d’être clair, l’auteur évoque ce magicien qui, ayant broyé la montre sans prix d’un
spectateur, se tourne déconfit vers le public pour
lui avouer qu’il a oublié la fin du tour…
Pour diminuer artificiellement son taux de
chômage, le même gouvernement aurait volontairement fait glisser 1,5 million (!) de sans-emplois
vers la catégorie des incapacity benefit, les malades
longue durée. A preuve les travaux de deux universitaires, une concentration du phénomène dans les
régions fortement désindustrialisées, un taux
d’inactifs en âge de travailler anormalement élevé
(quatre fois plus que l’Italie) et surtout en très nette
augmentation (+ 400 %). Réintégrés, ces chômeurs « escamotés » feraient passer le taux anglais
à 8,8 %. Plutôt délicat…
Treize millions de pauvres, 1 % de la population
la plus riche qui détient 23 % du patrimoine (un
record), le plus faible niveau de construction de
logements sociaux depuis… 1925, 50 % des
emplois qui durent moins de quinze mois (les
« McJobs »), un salaire minimal certes nouveau
mais parmi les plus faibles d’Europe, une absence
de réelle redistribution fiscale, la prolifération des
fat cat, ces symboles vivants du capitalisme le plus
débridé, ou enfin une augmentation générale des
revenus (+45% depuis 1997) qui doit surtout à la
notable progression des hauts revenus. C’était, vu
par Philippe Auclair, un échantillon d’égalité au
royaume de Tony Blair...
Les trois quarts des ménages endettés, 60 000
faillites personnelles en 2005 et 20 000 de plus rien
que dans le premier trimestre 2006, un endettement
personnel des Britanniques qui en cumulé représente 1,6 trillon d’euros (le PNB des 154 pays les
plus pauvres de la planète !), l’auteur rapproche
sans gentillesse excessive la priorité stratégique de
Tony Blair en termes de politique économique
(bâtir LA puissance post-industrielle de services)
et le flot consumériste qui irrigue le marché
intérieur. A la clé : une fragilité extrême et des
inégalités accrues.
Dans une Grande-Bretagne qui détient le record
européen du nombre de prisonniers, la description
de la mise en place des partenariats public-privé
(PFI : private finance initiative) ne donne pas lieu à
plus de louanges. Outre les aspects opérationnels
(formation et turn-over des gardiens, salaires…),
c’est le déséquilibre fondamental qui est dénoncé :
le « privé ne joue le jeu que s’il a la garantie de
gagner ». Du coup, le dispositif est organisé en
ES PR IT CR ITIQUE I
159
PHILIPPE AUCLAIR
peu éclipsée aujourd’hui par le « modèle » scandinave, la « troisième voie » blairiste a mobilisé
l’attention de la plupart des observateurs politiques ces dernières années, même les plus
étourdis. Et si de bons auteurs (je pense notamment à Guillaume Duval) nous ont heureusement
incités à ne pas trop regarder la Grande-Bretagne
de Tony Blair avec des schémas pleins les yeux, la
portée internationale du concept, les opérations
politiques qu’il a suscitées (rappelons le manifeste
Blair-Schröder) et surtout le bilan en apparence
flatteur dont il se prévaut « à domicile » restent une
source de curiosité et donc de raccourcis intenses.
CHANGER DE MODÈLES
fonction de ce postulat. Système de santé (NHS),
rail ou éducation, Philippe Auclair démonte littéralement les mécanismes de chaque secteur pour
en extraire à chaque fois les mêmes rouages :
« arrangements » financiers très en faveur des opérateurs privés, services détériorés, productivité en
baisse, inégalités accentuées.
Nouvelle icône de ce système public et parapublic, les targets. Ces « cibles » (objectifs) auraient
littéralement redéfini la signification même de
l’action publique, imposant des normes de rentabilité peu en adéquation avec le sens de ce
service, donnant lieu à de multiples tours de
passe-passe statistiques ou financiers et surtout
légitimant une démarche d’encadrement et de
contrôle qui serait, selon l’auteur bien sûr, l’une
des caractéristiques majeures du blairisme.
« Maniaque du contrôle », Tony Blair aurait en
effet multiplié les occasions d’encadrement et de
surveillance de ses concitoyens. Là, Auclair change
encore de calibre : Staline ou la Stasi sont convoqués pour illustrer à leur juste niveau les
penchants totalitaires de l’hôte du 10 Downing
Street, lequel se livrerait à une remise en cause
sans précédent des libertés civiles. Vignette automobile, carte d’identité, caméras de surveillance,
numéro d’assuré unique… : tout est bon à ce qu’il
semble pour ficher et pister les citoyens de sa
Gracieuse majesté. Même le prototype du technocrate blairien nous est décrit, avec son sourire
« comme le reflet d’un rayon de soleil hivernal sur
le couvercle d’un cercueil ». Brrr !
Je vous avais prévenus : il ne sera pas dit que
Philippe Auclair aura sorti le matériel et chaussé
les étriers pour rien. Si l’on peut déduire de ce
ball-trap qu’il ne goûte qu’assez moyennement la
Grande-Bretagne de Tony Blair, la comparant pour
conclure et sans trop d’élégance à « une vieille
fardée qui passe et repasse sous le couteau du
chirurgien pour se faire retendre la peau », l’on ne
peut nier que l’argument toujours étayé, les chiffres
160
I E SPR IT CR ITIQUE
sonnants et trébuchants et, last but not least, la
cohérence du propos donnent à ce pamphlet la
valeur d’un réquisitoire. Toujours contestable bien
sûr, totalement déterminé par l’idée de briser une
icône (un club se profile…) mais suffisamment
nourri pour être, sans hésitation, versé au débat.
Finalement, à consommer avec les précautions
d’usage.
A ce titre, un bon thérapeute vous conseillerait
vraisemblablement (aussi le ferai-je) de lire d’un
même mouvement la charge d’Auclair et le bilan
très documenté sur les années Blair que vient de
faire paraître La Documentation française 1. La
dimension internationale en sus (essentielle dans
la démarche de Tony Blair mais totalement occultée chez Auclair), vous y trouverez tous les
éléments de la saga de la « troisième voie », dans
des développements forts riches et toujours agréables à appréhender.
Vous bénéficierez au passage d’un large
portrait et d’une analyse tout à fait complète du
Royaume-Uni de ces dix dernières années. Reste
que la conclusion de Mougel sonne, elle, comme
un satisfecit sans appel : « Les années Blair : une
réussite globale incontestable ».
La critique est ici exprimée toute entière dans le
« globale ». So Bristish, isn’t it ?
1. François-Charles Mougel, Royaume-Uni, les années Blair,
Etudes - La Documentation française, octobre 2005.
CHANGER DE MODÈLES
L’AMBITION ET LE REMORDS
Les socialistes français et le pouvoir (1905-2005)
ALAIN BERGOUNIOUX et GÉRARD GRUNBERG
PAR
MATTHIAS FEKL
février 2006
Raconter l’histoire des socialistes : tel est le
premier objet du passionnant ouvrage d’Alain
Bergounioux et de Gérard Grunberg.
Du moment fondateur – le congrès de la salle
du Globe, où les socialistes surmontent leurs
divisions et créent le Parti socialiste-section
française de l’internationale ouvrière (SFIO)
– jusqu’aux cinq années de gouvernement de
Lionel Jospin, en passant par la synthèse de Jean
Jaurès, le Front populaire, l’action de Léon Blum
ou encore l’élection de François Mitterrand à la
présidence de la République, ce récit de cent ans
de socialisme en France est aussi une histoire
politique du siècle passé.
Au-delà de ce récit, les auteurs analysent les
spécificités du Parti socialiste par rapport aux
autres grands partis de gouvernement de gauche
en Europe.
Selon eux, « la dynamique politique propre du
Parti socialiste français est […] le produit d’une
tension permanente entre son intégration croissante au système politique français » – c’est
l’ambition et la volonté d’exercer le pouvoir – « et
le refus de tirer au niveau de sa doctrine et de ses
principes les conséquences de celle-ci » – c’est le
remords d’avoir insuffisamment transformé la
société, qui se traduit par un retour périodique aux
sources et le refus de toute révision véritable de la
doctrine originelle. De la scission qui donne
naissance, en 1920, au Parti communiste, jusqu’à
nos jours, c’est par référence à la synthèse, non
par la recherche d’une refondation intellectuelle
que les socialistes cherchent à se ressourcer.
Alain Bergounioux et Gérard Grunberg identifient quatre grands cycles dans l’histoire du Parti
socialiste depuis 1905. « Le refus du pouvoir »,
entre 1905 et le Front populaire en 1936. « Le
remords du pouvoir », ensuite, qui dure jusqu’au
congrès d’Epinay, en juin 1971 : ce cycle correspond aux premières expériences du pouvoir,
brèves et débouchant sur le remords face à l’insuffisance des réformes accomplies. « L’ambition du
pouvoir », qui s’incarne en François Mitterrand à
compter d’Epinay et s’achève avec le second
septennat du président, correspond au plein exercice du pouvoir, au prix parfois d’écarts entre un
projet de rupture et des réformes certes majeures,
mais jamais à proprement parler révolutionnaires.
Vient enfin le cycle du « pouvoir incertain », à
compter de 1995 et jusqu’à aujourd’hui. La
doctrine n’y est pas révisée en profondeur, mais
Lionel Jospin veille à réduire l’écart entre le dire
ES PR IT CR ITIQUE I
161
ALAIN BERGOUNIOUX
GÉRARD GRUNBERG
EDITIONS FAYARD, COLLECTION « L’ESPACE DU POLITIQUE », AVRIL 2005
CHANGER DE MODÈLES
et le faire, avant que les scrutins de 2002 et 2005
ne donnent lieu à de nouvelles tentations de
rupture incantatoire.
L’on retrouve, dans chacun de ces cycles,
trois temps politiques : un moment de (re)fondation
intellectuelle, où est élaborée une orthodoxie
doctrinale ; un temps de compromis avec le
système politique, pendant la phase d’exercice du
pouvoir ; enfin, une fois les socialistes revenus dans
l’opposition, un temps de reniement des réformes
menées, vécues comme insuffisantes face à des
inégalités et à une injustice qui perdurent.
Les auteurs envisagent, enfin, deux scénarios
d’avenir, l’un dit « néo-jospinien », l’autre « néomitterrandien ». Ces deux scénarios ont en commun, selon eux, de reposer sur une stratégie
d’union de la gauche et de condamner la mondialisation libérale. Ils diffèrent en ce que l’un vise à
mettre en adéquation les concepts avec le monde
d’aujourd’hui, tandis que l’autre gauchit le discours pour conquérir le pouvoir, avant d’utiliser le
levier de la fonction présidentielle pour mener des
politiques sensiblement différentes des promesses
de campagne.
Alain Bergounioux et Gérard Grunberg ne
cachent pas le regret que leur inspire l’absence de
redéfinition du socialisme. Faute d’une refondation
intellectuelle, le message des socialistes ne peut
qu’être brouillé par des discours prétendument
radicaux mais qui, en fait, ne proposent pas de
solutions nouvelles. Ils préfèrent cependant
conclure sur l’espoir : si les socialistes renouvellent
leur doctrine tout en restant fidèles à leurs valeurs,
alors ils seront dignes d’assumer le pouvoir.
162
I E SPR IT CR ITIQUE
R E FA I R E S O C I É T É
La société française est aujourd’hui traversée par de fortes interrogations. Décrochement des
classes moyennes ? Perpétuation de la reproduction sociale ? Séparatisme des ultra-riches ? Se
fait également jour une interrogation majeure sur le sens du travail, qui était jusqu’alors le fondement
incontesté du lien social. Face à cette crise du modèle social, faut-il adopter le multiculturalisme
ou revenir au modèle républicain ? Autant de problématiques travaillant la société française dans
son tréfonds dont s’est fait écho Esprit critique.
- I Le social est dans l'escalier
R E FA I R E S O C I É T É
DÉCHIFFRER LA SOCIÉTÉ FRANÇAISE
LOUIS MAURIN
EDITIONS LA DÉCOUVERTE, COLLECTION GRANDS REPÈRES, OCTOBRE 2009
PAR
ISMAËL EMELIEN
En janvier 2007, Jean-François Copé, alors
ministre délégué au Budget, déclarait que les
personnes qui gagnaient plus de 4 000 euros nets
par mois faisaient « bien sûr » partie des classes
moyennes... C’est pour répondre à de tels décalages entre un discours ou une représentation
de la société et ce qu’elle est réellement que
Louis Maurin, le directeur de l’Observatoire
des inégalités, a décidé d’écrire Déchiffrer la
société française.
Dans un pays aussi tranché politiquement que
le nôtre, où les élections nationales ne s’éloignent
que rarement des 50/50, où les questions politiques font souvent naître des débats passionnés
(souvenons-nous des discussions à propos du
référendum de 2005), un retour aux faits – donc
aux chiffres – est sans aucun doute salutaire. Une
fois dépassées les postures et les prises de position idéologiques, nombreux sont ceux, à gauche
comme à droite, qui sont prêts à confronter leurs
opinions à la dure réalité des chiffres, quittes à être
obligés de revoir certaines de leurs idées. Ce livre
a été écrit pour eux.
Si l’ambition est louable et le résultat plus que
satisfaisant, cet ouvrage pèche cependant parfois
sur deux points.
Le premier est celui du positionnement de
l’auteur. Il a l’honnêteté de reconnaître dès l’avantpropos que sa démarche est orientée : « inutile de
se cacher derrière une pseudo-objectivité scientifique : la présentation des données, le choix des
séries, des sujets abordés sont eux-mêmes des
choix politiques ». C’est indéniable, et pourtant,
l’ambition de vouloir remettre les choses à plat et
de donner un éclairage chiffré de notre société
devrait obliger à être le plus objectif possible ou, à
tout le moins, interdire d’asséner des affirmations
sans les appuyer sur des chiffres – ce n’est pas
toujours le cas. Cela devient dommageable
lorsque l’auteur reprend à son compte certaines
positions largement médiatisées, celles-là mêmes
dont on attend de sa part un éclairage très factuel.
Un exemple parmi d’autres : dans le quatrième
chapitre sur l’immigration, Louis Maurin écrit ainsi
à propos de l’islam que l’« on assiste à un retour
de l’identification religieuse chez une partie
des jeunes » et que « l’intégrisme séduit parfois
des enfants de seconde ou troisième génération
parfaitement intégrés ». Pourquoi ne pas avoir
introduit de chiffres ou signalé, le cas échéant,
qu’ils n’existent pas ?
Le deuxième point est celui du positionnement
du livre. Dans la préface, Denis Clerc qualifie le
ES PR IT CR ITIQUE I
167
LOUIS MAURIN
novembre 2009
R E FA I R E S O C I É T É
livre de Louis Maurin de « livre essentiel. Pourtant,
ce n’est pas un livre militant : il ne nous propose
pas de rendre la société meilleure et encore moins
de façon d’y parvenir ». Denis Clerc n’a peut-être
pas eu accès à la dernière mouture de l’ouvrage,
puisque nombre de chapitres se terminent justement sur la meilleure manière de dépasser la
situation qu’ils ont décrite. Ainsi, le troisième chapitre sur l’égalité hommes-femmes est-il clos par
un paragraphe intitulé « Comment bouleverser
l’« ordre naturel des choses » ? ». Ces interrogations
brouillent le message du livre, d’autant plus que les
propositions avancées – quand il y en a, et ce n’est
étrangement pas le cas dans ce paragraphe – sont
la plupart du temps assez convenues et peu argumentées. On le comprend aisément, puisque la
place qui leur est réservée est très limitée. C’est la
raison pour laquelle cet ouvrage aurait sans doute
gagné à leur suppression totale.
Cela aurait en effet permis de se concentrer sur
le cœur du livre – et ce cœur est diablement intéressant. Loin des poncifs sur l’explosion de telle ou
telle tendance, à contre-courant des déclinologues
de tout poil, à distance du discours sur « l’entrée
dans une « nouvelle modernité » qui n’en finit plus
d’être moderne », l’auteur dessine les contours de
la société française de 2009.
Les quinze brefs chapitres thématiques sont
autant d’occasions de croiser les études et les
données, provenant aussi bien de l’Insee que
d’autres organismes publics, quand ce ne sont
pas des études d’opinion provenant des instituts
privés. Là réside un des intérêts majeurs de cet
ouvrage, qui fait la somme des données disponibles, quand les Tableaux de l’économie française
de l’Insee, aussi intéressants soient-ils, n’exploitent
que les résultats de… l’Insee.
C’est l’occasion pour le lecteur de se faire une
idée précise de certaines tendances qui sont déjà
relativement connues, de l’exceptionnelle démographie française à la recomposition des relations
168
I E SPR IT CR ITIQUE
familiales en passant par le temps dédié aux repas
– les Français y consacrent toujours deux heures
par jour en moyenne. C’est surtout une ouverture
formidable sur certaines situations qui le sont
moins : faut-il considérer comme une bonne nouvelle le fait que 27 % de Français se déclarent
« racistes » en 2007 ? Sans doute, puisqu’ils étaient…
40 % au début des années 2000 ! On apprend
aussi que près de 3 % des Français (soit presque
deux millions de personnes) souffrent régulièrement
de la faim puisqu’ils indiquaient fin 2007 – donc
avant la crise – ne pas avoir fait de repas complet
pendant au moins une journée au cours des deux
semaines précédentes.
Certaines informations apportent un éclairage
indispensable à des questions très chargées politiquement. Par exemple, la France n’a jamais
connu « l’appel d’air » dont la menace est brandie
par tous ceux qui s’opposent aux vagues de
régularisation des sans-papiers : en dépit de la
délivrance de 100 000 titres de séjour en 1997, les
demandes d’asile ont stagné les deux années suivantes. Le sixième chapitre sur le système scolaire
permet pour sa part de battre en brèche plusieurs
idées reçues : le niveau des élèves d’autrefois est
ainsi largement surestimé. Une étude du ministère
de l’Education nationale a montré que si les élèves
de 1920 étaient meilleurs que ceux des années
1990 pour la résolution des problèmes et l’orthographe, ils étaient aussi moins bons en rédaction
– le niveau est identique en vocabulaire et en compréhension de texte. Surtout, ce chapitre montre
bien que, malgré la démocratisation de l’enseignement, les inégalités demeurent : 9 % des élèves de
classes prépas ont des parents ouvriers ou inactifs,
contre 38 % de ceux qui rentrent en sixième. En
2008, 2,9 % des entrants à l’ENA avaient un
parent ouvrier, alors que ces derniers représentent
encore 22,8 % des emplois. Enfin, un chiffre
retient l’attention parmi tous les autres : seulement
11,2 % des Français de plus de quinze ans disposent d’un diplôme supérieur à bac + 2 – le niveau
des adultes est largement surestimé.
R E FA I R E S O C I É T É
PA LSO
CU
A ILS BMRAUUCRKIN
NE R
Incontestablement, c’est sur les questions d’inégalités et de contours des groupes sociaux que le
directeur de l’Observatoire des inégalités est le
plus percutant. N’en déplaise à M. Copé, une personne seule disposant de 3500 euros mensuels
nets fait partie des 5 % des Français les plus
riches. Cela pose la question de la définition des
couches moyennes, qui est forcément arbitraire.
Louis Maurin explique ainsi que si l’on considère
que la société française compte 50 % de couches
populaires, 40 % de couches moyennes et 10 %
de couches aisées, une personne seule fait partie
des couches moyennes lorsque son revenu mensuel net est compris entre 1500 et 2600 euros
– entre 3400 et 6100 euros pour une famille avec
deux enfants. Sur un autre registre, selon la définition de la pauvreté utilisée pour les comparaisons
européennes – soit 60 % du revenu médian – la
France compte 7,9 millions de pauvres – c’est-àdire de personnes disposant de moins de 880 euros
par mois pour vivre. A l’opposé, le revenu
mensuel net des 0,01 % plus hauts salaires atteint
83 000 euros – il a crû de 69 % entre 1998 et 2006,
quand les salaires des 90 % les moins payés augmentaient de 0,9 % sur la même période, soit onze
euros par mois…
C’est donc un livre utile que Louis Maurin nous
offre à lire. Il permet de dépassionner un instant le
débat en revenant aux faits et de se faire une idée
relativement précise de ce que sont les Français
en 2009. C’est un livre qui mérite d’être lu, et régulièrement actualisé. On en profitera pour se joindre
à l’auteur dans la dénonciation du système statistique français, « qui n’est pas à la hauteur des
enjeux, incapable de fournir des données récentes
dans de nombreux domaines et de les délivrer de
façon intelligible pour le grand public ». Les statistiques sont pourtant indispensables à l’action
politique, même si elles ne sauraient se suffire à
elles-mêmes – l’abbé Pierre l’avait exprimé de la
meilleure manière possible : « les hommes politiques ne connaissent la misère que par les
statistiques. On ne pleure pas devant les chiffres ».
ES PR IT CR ITIQUE I
169
R E FA I R E S O C I É T É
LES CLASSES MOYENNES À LA DÉRIVE
LOUIS CHAUVEL
EDITIONS DU SEUIL / LA RÉPUBLIQUE DES IDÉES, OCTOBRE 2006
PAR
NICOLAS VIGNOLLES
mars 2007
Il est certains sondages qui donnent aujourd’hui
de la France un aperçu inquiétant. Il en est même
qui, plus que d’autres en cette période d’abondance de chiffres, vous fileraient facilement le
bourdon. Dans la France de 2007, à la question :
« Pensez-vous que vous puissiez devenir un jour
SDF ? », près d’une personne sur deux répond par
l’affirmative.1 Toujours pas le bourdon ? Un supplément de chiffres peut-être ?
76 % des Français considèrent que la vie de la
prochaine génération sera plus difficile que la leur
et 86 % estiment que « n’importe qui peut tomber
dans la pauvreté ».2
Ce sont là des indicateurs majeurs, des « clignotants » qui doivent éveiller l’attention sur ce qui se
joue actuellement au cœur des classes moyennes,
de ce sentiment extrêmement puissant de déclassement qui traverse et diffuse le champ social dans
son ensemble. Cette anxiété grandissante, longtemps considérée comme infondée eu égard au
niveau des protections notamment sociales existant
en France, trouve aujourd’hui des raisons objectives
de se manifester. Devenue contagieuse, elle finit par
fragiliser l’un des moteurs les plus robustes de la
société d’après-guerre, cette mythique « classe
moyenne » que le travail permettait, il y a encore
peu, de rallier sans encombres.
170
I ESP RIT CR ITI QUE
Cette classe « sac à patates », produit « d’une
des plus belles errances sociologiques » comme
l’écrit Louis Chauvel, a, tout au long des Trente
Glorieuses, démontré son utilité sociale en servant
de « totem » à la société française et à ses élites
politiques. Elle se serait transformée aujourd’hui,
sous l’effet d’agressions multiples, en une sorte de
catégorie repoussoir, devenant un mouvement sans
avenir ni message. En un mot, on n’y croit plus
vraiment. Or précisément, en perdant leur capacité
à s’ériger en modèle, à incarner le « sens de
l’histoire », les classes moyennes finissent par se
désagréger et cessent de jouer leur rôle de stabilisateur entre les classes situées aux deux extrêmes.
Louis Chauvel montre de manière fort convaincante
ce dangereux retournement. Faute de demeurer un
cap crédible, d’incarner la promesse d’une mobilité
sociale ascendante, faute de pouvoir assumer tous
leurs rôles, les classes moyennes sont aujourd’hui
condamnées à dériver. Sans doute aurait-on pu
souffler à Chauvel ce sous-titre adapté : « histoire
d’une galère contemporaine »…
1. 48% selon le sondage BVA - Emmaüs - L'Humanité - La Vie
réalisé les 3 et 4 novembre 2006.
2. Enquête Eurobaromètre menée du 17 novembre au 19
décembre 2006 dans les vingt-sept pays de l’Union européenne
auprès de 26 755 personnes.
R E FA I R E S O C I É T É
Homogénéité, sentiment d’appartenance, intérêts communs à défendre ; aujourd’hui, tout cela
fait défaut. A y regarder de plus près, tout cela n’a
d’ailleurs jamais constitué un socle pour les
classes moyennes françaises. Au demeurant, la
question ne se posait pas en ces termes jusqu’ici ;
il s’agissait pour elles d’apparaître comme un
projet d’avenir vraisemblable et non de prétendre
circonscrire une quelconque réalité sociale ou
sociologique. La classe moyenne n’a jamais été
autre chose qu’un étendard ! « Elle relevait d’un
rêve collectif partiellement réalisé », écrit Louis
Chauvel. Mais alors pourquoi ce pouvoir de séduction s’est-il évanoui en même temps que les
classes moyennes se désagrégeaient ?
Trois raisons majeures sont mises en avant.
Elles correspondent en fait à de vrais retournements. Plus encore, à des avanies qu’ont eu à
subir, en un temps très court, les classes
moyennes. Avanies et non plus seulement avaries,
car aux difficultés a succédé progressivement un
vif sentiment d’humiliation.
Premier retournement, l’économie. La fin de la
séquence historique ouverte par la reconstruction
d’après-guerre et conclue au début des années
1970 conduit depuis plusieurs années à repenser
le rôle de l’Etat-providence, à rediscuter aussi les
manières d’organiser le marché du travail et même,
plus largement, de concevoir le travail salarié. Louis
Chauvel évoque le « paradis social perdu » et l’entrée brutale dans une « société post-abondance ».
Le sociologue rappelle qu’aujourd’hui, l’essentiel
de la population qui n’a d’autres ressources que
son travail vit dans une société de quasi-stagnation, et qu’au « même moment, les plus aisés,
détenteurs de patrimoines importants, sont en
situation de connaître un niveau de vie jamais
atteint par leurs prédécesseurs ».
Cette « fragilisation » économique, cette atomisation du salariat se traduisent par un éclatement
des conditions de vie et conduisent à l’érosion
d’un noyau dur clairement identifiable. Chacun
construit désormais des stratégies individuelles, en
fonction des ressources dont il peut disposer ; les
solidarités familiales, la dimension patrimoniale
s’avèrent être aujourd’hui largement discriminantes
dans un contexte général de « repli sur soi ». On ne
peut plus dire, aujourd’hui en France, que l’on se
ressemble parce que l’on a le même salaire.
Second retournement, et conséquence directe
de la nouvelle donne économique et sociale, la
société française est une société en demande de
sécurités. Louis Chauvel décrit parfaitement le
fonctionnement d’une « société d’incertitude ». On
assiste en fait à une désinstitutionalisation des inégalités. Pour le dire autrement, aux règles claires
et au collectif succèdent de plus en plus l’arbitraire
et l’individuel. L’école illustre le mieux ce sentiment. Les diplômes, l’insertion professionnelle
grâce à l’allongement des études, la possibilité par
l’enseignement supérieur de « faire mieux que ses
parents », sont aujourd’hui discutés. Plus globalement, dans un contexte économique dégradé,
l’incertitude se traduit dans le corps social
par une nouvelle exigence : l’individuation de
besoins jusqu’alors collectifs. Ainsi donc, la société
ES PR IT CR ITIQUE I
171
LOUIS CHAUVEL
Les tourments et les violences faites aux classes
moyennes sont nombreuses et d’une intensité
croissante, si bien que l’expression même de
« classe moyenne » est désormais légitimement
interrogée, et même sujette à caution. Problème
sémantique d’abord, problèmes vécus par les
classes moyennes ensuite, problèmes pour bâtir un
projet de société cohérent finalement, la liste des
avaries morales, sociales, économiques, culturelles
n’a cessé de s’allonger depuis la fin des années de
croissance forte. Navire amiral au cœur des années
de prospérité, les classes moyennes semblent
n’être plus aujourd’hui qu’un bateau fantôme.
L’ouvrage de Louis Chauvel s’ouvre d’ailleurs sur
cette dimension « fantomatique » et sur la difficulté
de définir, en France, une classe moyenne. C’est
une classe mais sans les attributs de classe !
R E FA I R E S O C I É T É
d’incertitude est aussi une société du repli sur des
stratégies égoïstes, une des nombreuses conséquences de la « désespérance silencieuse de
larges couches de la population ».
semble s’opérer, le politique doit à la fois comprendre la nouvelle géographie sociétale et répondre
aux injonctions souvent paradoxales de classes
moyennes à la dérive.
Enfin, au cœur de la dérive des classes
moyennes, il est une avanie plus intolérable encore
que les autres, celle qui s’attaque aux générations
qui viennent. Le déclassement générationnel est
une offense redoutable faite à l’avenir. Il est vécu
comme une double peine. Une privation pour
aujourd’hui et une privation pour demain. Les
classes moyennes, bien que malmenées, avaient
trouvé en leurs enfants le moyen d’assurer la continuation de leurs propres rêves d’ascension sociale
et de progrès. Or la machine est bel et bien cassée
et le « descenseur social » 3 enclenché. Le credo
fédérateur, encore partagé hier, d’un avenir meilleur demain est aujourd’hui un espoir déçu. La
réalité est autre et le réveil douloureux. La raison ?
Louis Chauvel n’a pas d’hésitation. Pas de mots
assez durs non plus. « Ici comme ailleurs, l’explication réside dans un choix sociétal, délibéré ou non,
de conserver les acquis de la génération qui a
cueilli les fruits de la croissance, au détriment des
intérêts de la suivante ».
Le défi posé par des classes moyennes, nombreuses et mouvantes, inquiètes et exigeantes,
demeure un défi politique majeur. Tocqueville avait
déjà perçu la difficulté de la tâche. « Entre ces
deux extrémités de sociétés démocratiques, se
trouve une multitude innombrable d’hommes
presque pareils, qui, sans être précisément ni
riches ni pauvres, ne possèdent pas assez de
biens pour désirer l’ordre, et n’en ont pas assez
pour exciter l’envie... ».
A la lecture de cet ouvrage, on remarquera
tout de même une forme de contradiction chez
Louis Chauvel qui perpétue par son analyse une
approche sociologique largement fondée sur
l’historicisme et le déterminisme historique, tout en
interrogeant à plusieurs reprises son opérabilité et
sa valeur explicative. L’éclatement et l’atomisation
de la société, le mouvement de fond que constitue
l’individualisme, la recomposition des intérêts
collectifs autour d’enjeux nouveaux, finalement la
dérive des classes moyennes, plaque demeurée
longtemps centrale de la tectonique sociale, obligent aujourd’hui la sociologie à se déprendre au
moins en partie de ses réflexes holistes. Dans un
contexte brouillé, complexe, dans un environnement fait de « frictions » et de chocs violents, au
moment où une redistribution générale des cartes
172
I E SPR IT CR ITIQUE
3. Philippe Guibert, Alain Mergier, Le descenseur social, Enquête
sur les milieux populaires, Fondation Jean-Jaurès/Plon, 2006.
R E FA I R E S O C I É T É
LA FRANCE INVISIBLE
Sous la direction de STÉPHANE BEAUD,
JOSEPH CONFAVREUX, JADE LINDGAARD
EDITIONS LA DÉCOUVERTE,
PAR
SEPTEMBRE
2006
NICOLAS VIGNOLLES
Dans l’œuvre monumentale que constitue son
Journal, Julien Green écrivit que « le grand péché
du monde moderne, c’est le refus de l’invisible ».
Les auteurs de La France invisible, sociologues,
journalistes, historiens, assument pleinement ce
« sacrilège ». Ils entendent révéler, à travers une
série d’enquêtes et de portraits, une réalité très
largement oubliée des statistiques. Ambitieux défi
que celui qui consiste à vouloir sortir de l’ombre
des parcours de vies qui, déviant des trajectoires
traditionnelles, ont fini par être difficilement appréhendables. Pis encore, la vie insaisissable de ces
individus, les chemins de traverse qu’ils empruntent les condamnent à ne plus être « répertoriés »
par la puissance publique. A l’heure du ciblage
des politiques sociales par catégories d’individus,
toute une frange de la population souffrirait du mal
le plus pernicieux qui soit : l’invisibilité. Or on ne
soigne pas des maux que l’on ne nomme pas, pas
plus qu’on ne peut s’attaquer aux situations que
l’on ne voit pas.
souvent inopérants. On est tenté de s’écrier ici que
le projet n’est pas neuf et que la puissance
publique subit depuis maintes années maintenant
les assauts de tous bords sur le seul argument de
l’inadaptation des outils notamment statistiques aux
réalités complexes d’une société atomisée. Mais le
projet de La France invisible dépasse l’unique
critique comptable et la dénonciation de la place du
« chiffre » dans la décision publique. Il fait apparaître
une société dans laquelle les solidarités de classe
n’ont pas totalement disparu mais ont été refondues. Elles se sont réorganisées autour de
nouveaux enjeux : avoir ou pas un emploi, avoir ou
pas un logement, avoir ou pas un handicap, avoir
ou pas accès aux transports, etc… Les portraits
d’invisibles, les récits, les entretiens réalisés auprès
de publics variés offrent au final une vision utile à
tous les acteurs du champ social et interrogent la
conduite des politiques publiques. Partir des réalités
sociales et adapter les éléments de réponse en
permanence. Il s’agit de rectifier le tir !
L’ouvrage dirigé collectivement par Stéphane
Beaud, Joseph Confavreux et Jade Lindgaard
propose une démarche louable et fait émerger tout
un « continent de notre société ». Il se propose ni
plus ni moins de démontrer que les filtres servant
aux actions de politique sociale sont le plus
En redécouvrant cette France-là, on entre de
plain-pied dans la vie de femmes et d’hommes aux
destins torturés et l’on prend la mesure de situations humaines et individuelles d’une extrême
gravité. Les questions surgissent et prennent corps
au fur et à mesure des portraits et des vies que
ES PR IT CR ITIQUE I
173
STÉPHANE BEAUD, JOSEPH
CONFAVREUX, JADE LINDGAARD
décembre 2006
R E FA I R E S O C I É T É
l’on nous donne à voir. Qui sont ces personnes
étrangères au logiciel des politiques publiques
telles qu’elles sont conçues aujourd’hui dans le
champ social ? Quelles formes revêt l’invisibilité ?
Quelles en sont les racines ?
Plus largement, c’est la question de l’inscription
à l’agenda politique de problèmes nouveaux qui
est posée. A partir de quand, par quel processus
une réalité sociale devient-elle une statistique, puis
un problème clairement identifié et enfin un
problème politique qu’une politique publique spécifique vient prendre en considération ? On touche
là au vrai intérêt du travail réalisé dans La France
Invisible car il n’y est pas seulement décrit l’invisibilité et les différentes réalités qu’elle recouvre, on
y démonte les rouages d’une machinerie plus
lourde qui crée véritablement de l’invisibilité de
manière systémique.
Première étape dans ce « désossage » en règle :
la part prise par les sociologues. Les invisibles ne
correspondent pas à une catégorie sociale homogène. Dès lors, ils sont pour la sociologie française
des « angles morts ». Ce premier non-dit des sociologues provient aussi, selon Stéphane Beaud,
d’une « réticence à aborder les problèmes sociaux
du moment », d’une « défiance à l’égard des sujets
les plus chauds socialement et politiquement » et
d’une « fascination pour les petits objets qui conservent un fort accent d’étrangeté ou d’exotisme ».
Deuxième source d’invisibilité pointée du doigt :
le droit. Celui-ci ne vient bien souvent, comme
l’écrit Danièle Lochak, qu’« en redoublement de
l’expérience courante : il ne se saisit pas de ce qui
est inconcevable pour l’entendement commun ».
Mais la construction de l’invisibilité, car c’est
bien d’un construit qu’il s’agit et non d’une situation découlant d’une situation sociale spécifique,
est un processus – une spirale négative – qui
engage plusieurs acteurs. L’ouvrage a comme
principale vertu de fournir une analyse précise des
174
I E SPR IT CR ITIQUE
rôles de chacun. Il fournit les clefs d’explication
de l’invisibilité après avoir montré sa réalité : l’attitude parfois rétive des politiques face aux idées
neuves, le difficile décompte statistique de réalités
individuelles éclatées et mouvantes, le traitement
médiatique déformant, la délicate adéquation
entre réalités sociales et croyances politiques et
idéologiques, les discours contradictoires sur les
classes moyennes ou encore la faible reconnaissance du travail social.
La France invisible est une contribution importante dans la perspective de 2007. Lisez cet
ouvrage comme un véritable travail d’investigation
sociale, comme la mise en mots nécessaire de
réalités mal connues.
De là à y découvrir une France invisible…
R E FA I R E S O C I É T É
FAUT-IL BRÛLER
LE MODÈLE SOCIAL FRANÇAIS ?
ALAIN LEFEBVRE et DOMINIQUE MÉDA
EDITIONS DU SEUIL, FÉVRIER 2006
PAR
DENIS QUINQUETON
« Le fil rouge sur le bouton rouge, le fil vert sur
le bouton vert ».
L’homme ânonne la consigne et marche à
grandes enjambées en comptant ses pas, son
dispositif de mise à feu en bandoulière, pour brancher ledit dispositif sur des explosifs placés sous
une voie de chemin de fer. Arrivé à pied d’œuvre,
le fil rouge dans la main gauche, le fil vert dans la
main droite, il découvre... un bouton jaune et un
bouton bleu. L’homme perd alors son regard dans
un abîme de perplexité. C’est Robert Lamoureux
dans « La Grande Vadrouille ». Voilà un peu ce qui
nous arrive avec le « modèle social français » : nous
sommes dépourvus des moyens de le faire fonctionner parce que quelqu’un a changé la couleur
des boutons quand nous avions la tête ailleurs.
Dominique Méda et Alain Lefebvre nous offrent,
ni plus ni moins, de quoi combler l’abîme de perplexité. Au-delà d’un livre de recettes, c’est une
méthode qu’ils proposent dans Faut-il brûler le
modèle social français ?. « Notre propos est double,
soulignent les auteurs, tout d’abord mettre en évidence le fait que les équilibres sur lesquels nous
avons vécu jusqu’alors sont menacés notamment
par la globalisation, le changement technologique
et le vieillissement de nos sociétés (...) Ensuite,
nous voulons, grâce au regard décalé que permet
la comparaison internationale, montrer que nous
ne savons peut-être pas à quoi nous sommes
fondamentalement attachés dans notre modèle
social, mais que nous sommes probablement très
proches de certains voisins européens, avec
lesquels nous devrions sans doute plus délibérément faire équipe ».
Bref, il s’agit, d’abord, de faire œuvre de clarification. Que voulons-nous ? Faut-il acquiescer au
terme de schizophrène qui qualifie souvent
l’approche que les Français ont de leur système
social, approche que l’on peut résumer à « moins
d’impôts, plus de solidarité pour moi » ou « moins
de fonctionnaires mais mon enfant le sera » ?
Le discours libéral – qui fut, un temps, celui
de la gauche ! – est fondé sur cette apparente
contradiction qui sert de prétexte à un discours
prétendument raisonnable : puisque le peuple
réclame la diminution des prélèvements obligatoires, il faut que le peuple entende qu’il y aura
moins de solidarité et plus de précarité. Le tout
habillé par de quasi eugénistes paroles sur le
thème des « winners » et des « losers » – entendez,
respectivement, les riches et les pauvres – qui
feraient passer le « salaud de pauvre » de Gabin
ES PR IT CR ITIQUE I
175
ALAIN LEFEBVRE
DOMINIQUE MÉDA
mai 2006
R E FA I R E S O C I É T É
dans « La traversée de Paris » pour un traité de
sociologie. Voilà un projet de société qui tend à se
clarifier de plus en plus, qui s’encombre de moins
en moins de précautions de langage ou d’euphémismes. Voilà un projet qui pousse la société vers
une plus grande violence, économique, sociale et
individuelle et qui provoque une profonde détérioration des rapports entre les personnes. Se mettre
à plusieurs pour rouer de coups une personne
réputée plus faible afin de lui dérober son
téléphone portable n’est, après tout, si l’on y réfléchit, qu’une mise en œuvre particulière de la
théorie libérale.
Face à ce « modèle » qui n’a rien de social et
qui ose prétendre qu’une société humaine pourrait
fonctionner sans redistribution ni régulation, face
à ce modèle encore présenté comme le seul possible, y compris par ses opposants les plus
radicaux qui le renforcent en s’abstenant de formuler une alternative, Alain Lefebvre et Dominique
Méda proposent leur méthode démocratique,
inspirée du modèle nordique. Ce modèle est
caractérisé par « un haut niveau de redistribution,
par une résistance de l’Etat providence et, fondamentalement, par une double alliance, de
compétitivité et de solidarité, d’une part, et, d’autre
part, de souci de la reconnaissance de l’individu
dans une société dont la cohésion est essentielle ».
Ce faisant, ils nous donnent à voir que ce qui fut
valable au sortir de la Seconde Guerre mondiale,
moment de grand dénuement où s’est construit le
modèle social français, demeure : le renforcement
de la cohésion sociale est bel et bien une stratégie
de sortie de la crise économique et de reconstruction. Ils nous rappellent également qu’une
ambition est à notre portée : l’émergence d’un
modèle social européen. Notre capacité de
réforme déterminera si ce modèle social, déjà en
mouvement, sera dominé par le modèle britannique, individualiste et productiviste ou par le
modèle nordique, compétitif et solidaire.
176
I E SPR IT CR ITIQUE
Et les auteurs font tout cela en ne perdant pas
de vue l’essentiel : dans un pays démocratique et
républicain comme le nôtre, rien de fondamentalement profitable ne vient d’en haut, d’en bas ou,
pour coller à l’actualité, de l’arrière-boutique.
L’inspiration nordique n’est pas transposable en
l’état. C’est à un puissant travail d’élaboration
démocratique qu’il faut se livrer. Et il y a urgence !
Car, au-delà des miasmes conjoncturels d’un
gouvernement toujours « de boue », « la France
n’ose plus, elle doute et, faute de mouvement
décisif, recule ».
En nous mettant dans les mains un fil jaune et
un fil bleu, assortis aux boutons, le précieux livre
d’Alain Lefebvre et Dominique Méda serait-il le
« courant clair » du débat politique français ?
Quelque chose comme ça, oui. Alors, il faut le lire
et réfléchir.
R E FA I R E S O C I É T É
LE GHETTO FRANÇAIS
Enquête sur le séparatisme social
ERIC MAURIN
EDITIONS DU SEUIL / LA RÉPUBLIQUE DES IDÉES, OCTOBRE 2004
PAR
ERIC HAZAN
Connaissez-vous Eric Maurin ? Comment, vous
ne connaissez pas Eric Maurin ? Alors cela fait
longtemps que vous n’avez pas essayé de réfléchir
à la rénovation de la pensée de gauche. X-Ensae,
docteur en économie, chercheur au groupe de
recherches en économie et statistique (Grecsta) au
CNRS, nous annonce simplement la jaquette. On
se dit que tout cela est sûrement intéressant mais
également mortellement ennuyeux ! C’est que,
vraiment, vous ne connaissez pas Eric Maurin.
Commençons par le commencement. La République des Idées est lancée en 2002 avec une
salve d’opuscules signés par des universitaires
connus (Jean-Paul Fitoussi, Daniel Lindenberg,…)
et L’égalité des possibles d’un certain… Eric
Maurin ! Franchement, la lecture de cet ouvrage
décrasse les neurones d’une gauche moderne en
quête d’un nouveau souffle. A une gauche KO
debout depuis le 21 avril, en moins de 80 pages,
Maurin assène un diagnostic limpide sur la « nouvelle société française ». Cessons, nous dit-il, de
croire que nous vivons dans une société de
classes. C’est du passé. Nous sommes devenus
une société d’individualistes et si nous souffrons
des inégalités, c’est d’une manière bien différente
de celle de nos aînés. Ce que nous voulons, c’est
fuir l’immense reproduction sociale que nous pro-
pose la France. Nous voulons une égalité des
possibles, une pluralité de destins du haut en bas
de l’échelle sociale et faire en sorte que les fils
d’ouvriers ou d’employés ne soient pas forcément,
comme c’est à 90 % le cas aujourd’hui, ouvriers
ou employés. D’universitaire, Maurin passe ainsi
au statut de rock star et ses idées sont reprises par
tout ce qui compte dans la gauche démocratique.
Du coup, quand Eric Maurin sort un nouvel
ouvrage dans la même collection, on l’attend au
tournant. Voyez plutôt.
Dans cet ouvrage, Maurin nous décrit la société
de l’entre-soi. On en avait l’intuition mais avec
Maurin cela devient une certitude : les Français
cherchent consciemment à se retrouver entre
voisins de même niveau social, avec une fragmentation et une finesse d’évaluation étonnantes : les
salaires élevés, les diplômés de l’enseignement
supérieur, les employés,… se retrouvent entre eux.
Cette ségrégation sociale et territoriale a ses
raisons : tout cela a un impact sur la scolarité et le
parcours professionnel des enfants des habitants
de l’ensemble des voisinages considérés. En
poussant plus loin, Maurin stigmatise l’insuffisance
des politiques sociales territoriales menées à ce
ES PR IT CR ITIQUE I
177
ERIC MAURIN
janvier 2005
R E FA I R E S O C I É T É
jour. La focalisation des moyens sur certaines
zones n’est pas mauvaise en elle-même mais ses
résultats sont minces. Cette arme anti-inégalités
manque en effet de précision. Pour redonner une
pluralité de destins à ceux qui sont condamnés
par leur voisinage à un avenir limité, il faut travailler
sur les individus et ce, dès la petite enfance.
Accepter de donner plus de ressources éducatives
et culturelles à ceux dont le milieu social en est le
plus démuni. C’est la conviction de Maurin et son
ouvrage en est une brillante démonstration.
Au final, on est, il faut bien le dire, une seconde
fois assez « bluffés » par la pertinence et la précision et la clarté de la réflexion d’Eric Maurin.
Encore une fois, il nous fait avancer sur l’analyse
des causes et des conséquences de ce qui fait
qu’aujourd’hui, la société française semble « bouchée » pour nombre d’entre nous.
Vous l’avez compris, si Maurin est une rock star,
nous sommes des groupies et, pour être franc, sa
musique n’a rien à voir avec le côté « Star Academy » que nous servent certains économistes à la
petite semaine. Dont acte.
178
I E SPR IT CR ITIQUE
R E FA I R E S O C I É T É
- II Le travail, c’est capital ?
R E FA I R E S O C I É T É
LE QUAI DE OUISTREHAM
FLORENCE AUBENAS
EDITIONS DE L’OLIVIER, FÉVRIER 2010
PAR
BENJAMIN FOISSEY
juin 2010
La question posée par la journaliste est simple.
Quelles sont les conséquences réelles de la crise
pour les plus fragiles d’entre nous ? De quelle
manière cet événement qui tient en haleine les
médias affecte la vie des personnes qui, atteintes
par le chômage et le travail précaire, subissaient
déjà une crise, latente depuis 1973, comme cadre
de vie ? Y a-t-il eu une crise dans la crise ? Une
aggravation des graves problèmes du quotidien ?
Au fil des récits et des discours qui nous sont
livrés, le changement de perception qui s’opère
rend ces questions, si ce n’est irréalistes, du moins
en décalage croissant avec un univers étranger à
ceux qui font l’actualité ou qui s’y intéressent. On
en vient rapidement à s’interroger sur la notion
même d’actualité. La crise, c’est tout juste un peu
plus de difficulté qui ne dénote pas dans un
paysage de difficultés.
Florence Aubenas a loué une chambre meublée
à Caen et s’est lancée, pendant six mois, en quête
d’un emploi, suivant le trajet classique qu’empruntent les demandeurs, de l’agence Pôle Emploi à
l’intérim en passant par le bouche-à-oreille. Sa
quête d’un CDI s’est très vite transformée en une
chasse aux « heures », missions de nettoyage à
réaliser en des temps improbables à des horaires
qui le sont tout autant. La concurrence féroce que
se livrent les sociétés spécialisées dans la propreté
amène ces dernières à sous-estimer jusqu’au
risible le temps imparti pour chaque tâche. Conséquence la plus significative pour le politique, un
acquis social tel que le SMIC autour duquel nous
trouvons des points clivants n’a quasiment aucune
réalité. Il est contourné par ces pratiques avec une
facilité déconcertante. Les minimums conventionnels sont, quant à eux, purement et simplement
ignorés des employeurs qui disposent d’une arme
absolue, celle de pouvoir retirer une annonce
d’une agence au cas où cette dernière jugerait le
salaire proposé non conforme.
Au fur et à mesure des récits de la journaliste,
un constat angoissant apparaît à ceux qui ont
ES PR IT CR ITIQUE I
181
FLORENCE AUBENAS
L’immersion totale et anonyme au cœur d’une
réalité à mettre au jour est une technique dont
usèrent aussi bien le journalisme à sensation que
les grandes plumes présentes ou futures. On se
souvient aussi bien du livre de Günter Wallraff,
Tête de Turc, que des éternelles « enquêtes en
caméra cachée » au cœur d’une secte, d’une
administration ou d’un groupe politique. Cette
méthode a produit les deux extrêmes, elle est de
ce fait risquée et oblige à tenir le sensationnel en
respect. Le pari est ici réussi.
R E FA I R E S O C I É T É
décidé de mettre dans la politique si ce n’est tous
leurs espoirs, du moins encore quelques traces de
foi. Les catégories avec lesquelles nous raisonnons, les outils avec lesquels nous pensons nous
battre et grâce auxquels nous estimons pouvoir
avoir une certaine prise sur la réalité s’avèrent
inopérants, balayés par la réalité d’un rapport
de force défavorable qui prend les reflets d’une
loi d’airain.
Le style employé par Florence Aubenas, mêlant
descriptions détaillées des lieux, de l’univers
qu’elle explore et retours sur une santé et un moral
qui se dégrade, nous permet de saisir en quelques
mots une ambiance, une tension, une perception
du réel sous l’effet de l’usure physique. L’œil de la
journaliste, de celle qui sait nous faire aimer
l’instant décrit sans pour autant le trahir, permet à
l’auteur de ne jamais tomber dans un biais misérabiliste. Bien au contraire, nous comprenons ce qu’il
peut y avoir de grand dans une « pause cigarette »
prise sur un quai, à quel point le surréaliste peut
à tout instant jaillir d’un entretien à Pôle Emploi,
d’une file d’attente dans une agence d’intérim
ou d’une course contre le temps dans les couloirs
d’un ferry qu’il faut nettoyer. Il y a quelque chose
du réalisme décalé des frères Maysles dans
ce texte.
Ce monde de la précarité a également ses
règles et ses rapports de pouvoir, ses manières de
voir le monde qui le font se heurter constamment à
un mur d’incompréhension qui dépasse de très loin
la simple ignorance des contraintes physiques
subies. Deux exemples illustrent ces difficultés, cette
incommunicabilité tenace entre des structures économiques et politiques issues du compromis des
Trente Glorieuses et ce monde du travail précaire
qui en est sorti.
Celui de la journaliste d’abord, et aussi quelque
part celui du politique tant ces deux univers sémantiques sont maintenant proches, celui des syndicats
ensuite. Les rapports faits de condescendance, de
182
I E SPR IT CR ITIQUE
méfiance entre les syndicats et les travailleurs, très
souvent travailleuses, précaires qui tentent d’intégrer ce monde sans y trouver leur place, les rituels
syndicaux, celui de la manifestation en particulier
qui leur semble de plus en plus étranger : ces phénomènes sont décrits de telle manière que nous
finissions par comprendre que la résignation ne les
explique pas à elle seule.
On referme ce livre avec l’impression mitigée
d’avoir pris une leçon de réalité tout en ne sachant
pas encore à quelles fins, ou plutôt que faire pour
que l’actualité politique, à savoir les débats, les
« grands enjeux » autour desquels nous mobilisons
souvent nos esprits, soient autre chose qu’un
spectacle à peine audible et en tout cas très
abstrait dans cet univers.
R E FA I R E S O C I É T É
LA FRANCE DU TRAVAIL
Données, analyses, débats
COLLECTIF
EDITIONS DE L’ATELIER, SEPTEMBRE 2009
PAR
NICOLAS VIGNOLLES
« Ouvrir quelques failles dans la chape des
idées reçues »
La France du travail propose en six chapitres
une description fine du paysage économique et
social français, tel qu’il s’est façonné historiquement et tel qu’il est aujourd’hui. Politiques de
l’emploi, inégalités salariales, protection sociale,
mutations du travail, restructurations d’entreprises
et conception des relations sociales et professionnelles sont successivement passées au crible.
Cette analyse critique, extrêmement documentée,
nourrie des statistiques françaises et européennes
les plus actualisées, parvient parfaitement à
l’objectif pourtant ambitieux qu’elle s’était assignée : permettre de penser autrement le champ
économique et social, ouvrir quelques failles dans
la chape des idées reçues.
L’emploi est au cœur du premier chapitre. Ce
choix n’est évidemment pas neutre. La compréhension des logiques à l’œuvre en matière de
politique salariale, de coût du travail, de qualité de
l’emploi, de segmentation du marché du travail, de
statuts, de protections par l’emploi, offre déjà une
vision complète de grandes options idéologiques et
politiques que l’on retrouvera ensuite plus ou moins
à l’identique dans toutes les autres dimensions du
monde du travail. L’emploi est désormais émietté ;
il ne correspond plus à une norme unique ni ne
permet l’accès à un statut précis et stabilisé. L’emploi renvoie désormais à des degrés divers de
sécurité. Globalement, en même temps qu’il est
devenu une denrée rare, il a perdu de sa qualité.
La lutte contre le chômage à partir des années
1985-95 a conduit à privilégier des approches en
termes de coût du travail et à multiplier les types
de contrats de travail. Mais cette recherche de
« flexibilité » n’a pas apporté de réponse efficace
au chômage de masse comme le démontre sa progression quasi continue depuis un quart de siècle.
Elle a en revanche constitué un élément important
dans la dégradation de la qualité des emplois et
du niveau de protection auxquels ils donnent droit.
Une première idée reçue est donc habilement
déconstruite dans ce chapitre : moins de protection dans l’emploi et plus de flexibilité des contrats
de travail n’encouragent pas la création d’emplois.
Les résultats sont objectivement si décevants en
matière de créations d’emplois qu’ils ont conduit
relativement récemment à s’interroger sur la pertinence de la solution « flexibilité du travail » et à
réfléchir à la construction d’une « flexisécurité »,
associant flexibilité des contrats de travail et sécurisation des parcours individuels, valable y compris
ES PR IT CR ITIQUE I
183
COLLECTIF
décembre 2009
R E FA I R E S O C I É T É
en dehors des périodes d’emplois. Mais la flexisécurité, telle qu’elle est conçue aujourd’hui,
ressemble à une tentative impossible de conciliation entre des conceptions contradictoires, une
tentative impossible de découplage entre emploi
et protections.
Conclusion intéressante à ce chapitre premier,
les auteurs mettent en garde contre une conception
de la « flexisécurité » qui entérinerait finalement une
tendance déjà en cours, à savoir la déresponsabilisation collective vis-à-vis de l’emploi. A cette
orientation, ils préfèrent opposer et promouvoir un
mélange de solutions. La réduction du temps de
travail, la régulation collective des besoins en
emplois et la construction de normes d’emploi de
qualité constituent selon eux « une voie crédible de
sortie du chômage ».
Au-delà de ce chapitre introductif consacré aux
politiques de l’emploi, La France du travail présente une France en tension et en déséquilibre.
Les conséquences sociales de la rigueur salariale (chapitre deux) sont à la fois de plus en plus
aisément observables et difficiles à vivre pour les
personnes concernées. Le pouvoir d’achat du
salaire net moyen a augmenté de 0,5 % entre
1978 et 2006. Pourtant, dans le même temps, la
croissance des gains de productivité est restée
chaque année de l’ordre de 1,5 à 2 %. Ces trente
dernières années sont ainsi résumées : « la croissance économique a davantage bénéficié à
d’autres catégories de revenus que les salaires, en
particulier les revenus de la propriété ». L’illustration la meilleure de ce glissement, principale cause
du creusement continu des inégalités sociales en
France, est sans aucun doute l’évolution de la
structure du revenu disponible des ménages
depuis 1949. La part que constitue le salaire net
est en 2006 exactement la même que celle qu’il
représentait soixante ans plus tôt, quand la part
des revenus de la propriété est, elle, passée de
8,8 % à 21,2 % ! La « France qui se lève tôt » a été
184
I E SPR IT CR ITIQUE
la grande perdante de la rigueur salariale. Ce sont
en effet les Français dont les revenus étaient les
plus étroitement liés à leur activité salariée, les
Français les plus directement dépendants des
revenus tirés de leur travail, qui ont subi les conséquences les plus négatives de la rigueur salariale.
A cette première ligne de fracture au sein de la
société française, sont venues s’ajouter d’autres
lignes de fracture directement corrélées à la première : locataires/propriétaires, salariés de petites
entreprises/salariés de grandes entreprises, etc.
Le « modèle social français » parvient tant bien
que mal à faire tenir l’édifice social ; sa survie doit
beaucoup à l’existence des prestations sociales
(chapitre trois). Elles ont une fonction dite contracyclique. Cela signifie notamment que, en période
de récession économique, elles jouent le rôle de
stabilisateurs économiques, atténuant les effets
négatifs de la crise sur les conditions de vie. Cette
fonction économique reconnue, actuellement observable alors que nous connaissons une crise
économique majeure, ne peut jouer qu’à la condition de ne pas faire le choix d’une approche trop
restrictive des prestations sociales en période de
croissance économique. C’est ainsi une autre idée
reçue sur la France du travail qui doit être levée :
plus on restreint le champ et le niveau des prestations sociales, plus on annihile leur fonction
d’amortisseur social et économique en cas de
crise. Lorsque l’on sait l’importance de la consommation des ménages dans la structure de la
croissance du PIB français, on peut comprendre le
rôle économique, et non plus seulement social,
joué par les prestations sociales...
Pourtant, le constat dressé est bien celui d’une
protection globale face aux risques en recul ; le
taux de remplacement (ratio retraites/salaires)
baisse tandis qu’augmente le nombre de retraités,
le déremboursement des dépenses de soins se
multiplie tandis qu’un nombre croissant de Français n’a pas de complémentaire santé. Si l’on veut
bien avoir en tête que 80 % des dépenses de
R E FA I R E S O C I É T É
Les trois derniers chapitres (quatre, cinq et six)
traitent des mutations du travail, des restructurations d’entreprise et de l’état des relations sociales.
Plusieurs considérations méritent que l’on s’y
arrête, nous nous contenterons de quelques
remarques par chapitre.
La réduction du temps de travail est un élément
majeur pour comprendre les dernières mutations
du monde du travail. Plusieurs idées reçues sont
pour le moins rudoyées... Par exemple, le volume
d’heures travaillées serait inférieur en France à ce
qu’il est chez ses voisins. C’est faux puisque la
durée annuelle effectivement travaillée en France
est de 1457 heures en 2007, contre 1353 en Allemagne et 1336 aux Pays-Bas par exemple. La
durée hebdomadaire du travail est autour de 37,5
heures en France, si l’on prend en compte le total
des emplois, elle est de 36,5 heures au RoyaumeUni et autour de 35 heures en Allemagne... Ces
différences s’expliquent essentiellement par le
recours beaucoup plus développé chez nos
voisins européens au temps partiel, voire très par-
tiel. Mais la réduction du temps de travail a tout de
même eu un impact certain sur la pénibilité du travail et le stress, notamment parce qu’elle a servi de
cadre à une intensification du travail. Au-delà du
temps de travail, ce chapitre montre avec précision
que le travail a changé en profondeur, et en
quelques années, sous l’effet de trois facteurs essentiels : l’organisation de la production, les nouvelles
technologies et enfin les méthodes et outils de gestion. Globalement, la « modernisation » des modes
d’organisation a abouti à une situation paradoxale,
remarquablement formulée par les auteurs ; d’un
côté, on a encouragé l’autonomie et la responsabilisation croissante des individus, de l’autre, jamais la
subordination au travail n’a été aussi forte (temps
partiel contraint, amplitude horaire, adhésion aux
valeurs de l’entreprise exigée…).
Dans le cinquième chapitre, les chercheurs de
l’IRES s’intéressent aux restructurations d’entreprise et à l’évolution du dispositif légal qui les
encadre. Outre les rappels utiles sur ce qu’implique par exemple la mise en place du Plan de
sauvegarde de l’emploi pour les employeurs, on
comprend plus largement ici l’origine des choix
opérés par certaines entreprises en matière
d’emploi. Le régime légal du licenciement économique, jugé trop lourd et complexe, les conduit de
plus en plus à privilégier d’un côté les embauches
en CDD et, de l’autre, les licenciements pour
motifs personnels. Confronté à la multiplication des
restructurations, le législateur a tenté de s’adapter
en encourageant les possibilités d’anticipation et
de négociation au sein de l’entreprise. Par la loi,
on a progressivement tenté de promouvoir un
nouveau mode de gestion des restructurations, de
créer les conditions d’un dialogue social. Dans ce
nouveau cadre, le rôle des organisations syndicales est devenu complexe. Celles-ci courent de
plus en plus le risque d’être jugées co-responsables
de la décision de restructuration si elles signent en
1. Voir Esprit critique n° 90, Fondation Jean-Jaurès, avril 2009.
ES PR IT CR ITIQUE I
185
COLLECTIF
protection sociale concernent la vieillesse ou la
maladie, on comprend mieux les défis posés à la
protection sociale. L’idée de construire un « Etat
d’investissement social », tel que l’ont par exemple
proposé récemment Jacques Delors et Marc Dollé
dans leur ouvrage Investir dans le social1, ne
saurait constituer une perspective sérieuse que
sous certaines conditions. Un tel projet serait voué
à l’échec et resterait au rang des politiques incantatoires s’il devait, selon les auteurs, ne pas remettre
en cause « le dogme de l’impossible augmentation
des cotisations sociales et/ou impôts directs ». Les
chercheurs de l’IRES posent ainsi clairement les
conditions d’un Etat préventif efficace sur le plan
social : pour dépasser le stade du vœu pieu, il
faudrait dans le même temps augmenter la fiscalité
sur le patrimoine, concevoir une nouvelle fiscalité,
notamment sur les revenus, accepter un investissement massif dans l’Education nationale, la formation
et l’emploi. Sacré programme !
R E FA I R E S O C I É T É
amont un accord portant par exemple sur des
mesures de départs volontaires. Les séquestrations
récentes de dirigeants d’entreprises ou de simples
cadres ont montré que, en matière de droit négocié des restructurations, une marge importante de
progrès existait encore... Une idée est ici suggérée
par les auteurs de ce cinquième chapitre : sortir
les restructurations de la seule entreprise pour ne
pas enfermer les syndicats dans des combats trop
isolés, locaux, et pour ne pas permettre non plus
aux actionnaires éventuels de mettre une pression
trop importante sur les dirigeants de l’entreprise.
Pour y parvenir, il est proposé d’élargir chaque fois
que possible le dialogue social au niveau de tout
un territoire, d’un secteur d’activité ou même au
niveau européen. Depuis 2000, des expériences
de ce type, avec un dialogue au niveau européen
de tout un secteur, notamment dans l’automobile,
ont déjà eu lieu.
Enfin, le dernier chapitre est consacré aux relations sociales. Il est particulièrement intéressant de
lire la mise en perspective historique proposée par
les auteurs de ce chapitre ; à travers plusieurs
exemples concrets, on dessine une France caractérisée par l’omniprésence de l’Etat, une relative
atonie syndicale et la découverte tardive de la
négociation collective, elle-même très dépendante
d’ailleurs de l’intervention des pouvoirs publics. On
lira surtout ici une description de l’évolution
législative en matière de dialogue social et d’encadrement de la négociation collective, et la tentation
récente et critiquable, notamment traduite dans la
loi du 20 août 2008, d’encourager les dérogations
aux accords de branches, entreprises par entreprises. Ce dernier chapitre est également
l’occasion d’interroger le rôle des organisations
syndicales. Améliorer la représentativité en la fondant sur l’élection ne suffira pas, car c’est bien la
manière dont sont conçues les négociations nationales qui aujourd’hui posent question. Ces
négociations continuent de faire des organisations
syndicales de simples adaptateurs, des accompagnateurs des politiques publiques, bien plus que
186
I E SPR IT CR ITIQUE
des co-acteurs. Au-delà donc des questions
souvent mises en avant de la représentativité et du
taux de syndicalisation (autour de 8 %), se pose
aujourd’hui la question de la capacité à peser des
organisations syndicales. Celles-ci devront concevoir des stratégies nouvelles, accepter de se
regrouper, sans doute réfléchir à la manière de
bâtir des « alliances offensives » et non plus seulement défensives.
R E FA I R E S O C I É T É
SOMMES-NOUS DES PARESSEUX ?
...et 30 autres questions sur la France et les Français
GUILLAUME DUVAL
EDITIONS DU SEUIL, JANVIER 2008
PAR
NICOLAS BOUILLANT
avril 2008
En fait, le véritable objectif de ce livre se comprend par la lecture du sous-titre : et 30 autres
questions sur la France et les Français. A la différence des deux précédents, ce livre ne défend
donc pas une thèse, une idée. En tout cas pas
directement. Il cherche tout simplement à donner
une suite d’éclairages sur trente et un grands
thèmes de la société française. Et, par la clarté des
exposés et la rigueur des chiffres, il mériterait
d’être distribué gratuitement à tous les Français
car il permet de donner aux citoyens des faits et
des références, indiscutables et nécessaires pour
comprendre les débats politiques et les choix
qu’ils doivent faire.
On ne peut en effet que partager le sentiment
de Guillaume Duval lorsqu’il explique en introduction que ce livre est né d’une insatisfaction : « le
sentiment éprouvé au cours des débats électoraux
de l’année 2007 que les Françaises et les Français
ne disposent pas d’une information suffisamment
précise sur l’état réel de la société dans laquelle ils
vivent ». Clairement ce manque de références
précises des électeurs, auquel ont contribué les
grands médias qui préfèrent la simplification des
images chocs et le pathos à l’information et l’éducation des Français sur les vraies questions qui se
posent à eux, a permis tous les emballements
médiatiques et toutes les confusions, parfois très
contrôlés et bien entretenus, comme le soi-disant
accroissement de l’insécurité en 2002 ou le
« travailler plus pour gagner plus » de 2007.
Guillaume Duval va donc, tout au long de ce
livre, rectifier bien des idées reçues, éclairer des
débats fondamentaux, permettre au lecteur de
mieux connaître les grandes caractéristiques de la
société française. Dans cette analyse, j’en retiendrai pour ma part seulement quelques-unes.
ES PR IT CR ITIQUE I
187
G U I L L A U M E D U VA L
Le livre de Guillaume Duval surprend au premier coup d’œil. D’abord le titre : Sommes-nous
des paresseux ? On s’attend à une adaptation de
L’éloge du repos de Paul Morand, ou plutôt à une
nouvelle thèse sur le travail et les Français. Ensuite
l’auteur. Compte tenu de son pedigree, ingénieur
de formation, plusieurs années dans différentes
entreprises multinationales américaines et allemandes, puis dans un cabinet de conseil japonais,
rédacteur en chef aujourd’hui de ce remarquable
magazine qu’est Alternatives économiques, on
s’attend à un ouvrage économique. D’ailleurs, ces
deux précédents livres, L’entreprise efficace, la
seconde vie du taylorisme et Le libéralisme n’a pas
d’avenir, inciteraient à aller dans ce sens.
R E FA I R E S O C I É T É
D’abord, le sujet qui donne le titre au livre :
Sommes-nous des paresseux ? On voit bien le clin
d’œil de Guillaume Duval à cette croyance, ancrée
dans un public poujadiste à l’aide de slogans
réducteurs portés sur des tréteaux de campagne,
selon laquelle la mise en place des 35 heures aurait
transformé la France en pays de paresseux. Cela
me rappelle une sortie d’un grand patron français,
par ailleurs patron de presse, contre « ce pays de
fainéants qui ne pensent qu’aux vacances », faite
certainement au bord de sa villa de Saint-Tropez
dans laquelle il ne va bien entendu jamais !
Or, comme l’explique Guillaume Duval, la durée
du travail hebdomadaire n’est qu’un élément
parmi d’autres pour juger de la quantité de travail
fournie par un pays ; s’y ajoutent l’importance du
temps partiel, le taux d’emploi des femmes, l’âge
effectif de rentrée et de départ du marché du
travail, la productivité. Au total, la France est en fait
dans une bonne moyenne et la réduction du temps
de travail était un moyen intelligent, notamment du
fait des spécificités du marché du travail français,
avec un grand nombre d’exclus involontaires,
de réduire le chômage. D’ailleurs, les résultats
économiques et les fortes créations d’emplois
enregistrés entre 1998 et 2001 l’illustrent.
Second sujet sur lequel certaines croyances ont
la vie dure, bien entretenues par certains : les
prélèvements obligatoires. Combien de fois avonsnous entendu, y compris dans des bouches
ministérielles, voire présidentielles, que la France
était écrasée d’impôts – plus de la moitié de son
PIB – et que cela entraînait un « boulet » à supporter dans la compétition internationale, notamment
par rapport à l’Angleterre ou aux Etats-Unis. Pourtant, une démonstration très simple permet
d’expliquer que les comparaisons ne sont pas raisons puisque l’on confronte en fait des systèmes
qui ne comptabilisent pas le financement de la
protection sociale de la même façon. Et que
lorsque les comparaisons portent sur des systèmes
comparables, la France s’en sort parfois plutôt
188
I E SPR IT CR ITIQUE
bien. Ainsi, la santé, publique en France, privée
aux Etats-Unis, mobilise 11 % du PIB en France,
plus de 15 % aux Etats-Unis, avec pourtant 45
millions d’Américains sans assurance contre la
maladie. Idem pour les dépenses de l’Etat qui sont
moindres que dans les pays scandinaves, et très
proches de la part consacrée par le Royaume-Uni.
Troisième sujet, le logement, qui est aujourd’hui
un des enjeux principaux de la société française.
Combien de Français connaissent les principaux
éléments du problème : trois millions de mallogés, une situation qui s’aggrave avec une
demande en hausse, notamment du fait des changements familiaux, face à une offre de construction
qui ne suit pas, notamment pour les logements
sociaux, confrontés par ailleurs à des taux de rotation très bas (8 % en région parisienne, moins de
5 % à Paris), des loyers qui suivent la hausse des
prix de l’immobilier, soit un doublement en six ans,
des dépenses de l’Etat considérables, mais
mal dirigées.
Cette connaissance, incontournable pour comprendre un débat, un enjeu, une question de
société, sera pareillement développée sur les inégalités, le pouvoir d’achat et le SMIC, l’école,
l’immigration, la protection sociale, le chômage, le
travail, l’insécurité, la famille, la santé, l’environnement, la dette, l’Europe, la mondialisation.
L’éclairage donné sur certains faits permet
aussi, au-delà des rectifications de croyances erronées ou des connaissances nécessaires à une
bonne compréhension d’un sujet, de mettre en
lumière le domaine où la France peut progresser.
Par exemple l’efficacité de l’Etat, où Guillaume
Duval montre que notre système public, dont nous
sommes souvent si fiers, affiche aujourd’hui des
résultats par rapport à ses objectifs fondamentaux
moins bons que les pays scandinaves notamment.
Idem pour le traitement du chômage.
R E FA I R E S O C I É T É
Et c’est ainsi que l’on atteint la thèse sousjacente de ce livre. Il existe en Europe deux
principaux modèles sociaux : un modèle avec de
fortes inégalités des revenus primaires et une faible
régulation de l’action publique, essentiellement
tournée vers le bon fonctionnement des marchés
(le modèle « anglo-saxon »), un modèle avec une
faible inégalité des revenus primaires et une forte
action publique (le modèle « scandinave »). Les
deux modèles fonctionnent ; après, c’est un choix
sur le type de société que l’on souhaite.
G U I L L A U M E D U VA L
Or, la France est entre deux chaises : elle a de
fortes inégalités de revenus primaires, mais une
forte action publique. D’où nombre de difficultés
actuelles. On aurait pu penser que la dernière
élection présidentielle représenterait un choix entre
ces deux sociétés, après plusieurs années d’immobilisme. Cela a été en partie le cas, puisque l’équipe
au pouvoir aujourd’hui emmène clairement la
France vers le premier modèle. Mais ce choix a-t-il
été fait dans la clarté ? Rien n’est moins sûr.
ES PR IT CR ITIQUE I
189
R E FA I R E S O C I É T É
L’AVENIR DU TRAVAIL
sous la direction de
JACQUES ATTALI
EDITIONS FAYARD, MAI 2007
PAR
NICOLAS VIGNOLLES
juillet 2007
« Vers 2050, surgira un robot d’un genre nouveau : le Sobot (…), une intelligence artificielle
fondée sur un algorithme imitant le génome
humain, un ‘esprit numérique’ sans incarnation
physique, travaillant dans l’univers virtuel ».
Jacques Attali, c’est Jules Verne. « Ce que j’ai
écrit sera réalisé à la fin du siècle», prédisait l’auteur des Voyages extraordinaires. Même ambition
– ou presque – pour l’ancien conseiller spécial de
François Mitterrand, qui nous propose, avec L’avenir du travail, une œuvre à mi-chemin entre roman
d’anticipation et rapport prospectif. Bien sûr, point
de Phileas Fogg ou de capitaine Nemo ici, restent
l’idée d’une odyssée, l’impression que l’auteur
d’Une brève histoire de l’avenir1 nous plonge, à sa
manière, au cœur d’Un tour du monde inédit ;
dans le monde du travail tel qu’il sera en… 2050.
C’est un voyage dans le futur en deux escales ;
d’abord le monde, ensuite la France.
La première partie revient sur les effets de la
mondialisation et rappelle, exemples et chiffres à
l’appui, la nature nécessairement évolutive du
travail. Précieux détour par le présent qui permet
de s’entendre sur ce qu’est le travail, sa valeur
d’échange. Le travail n’est pas un stock, c’est un
190
I ESP RIT CR ITI QUE
flux. Destructions, créations, comment s’organisera demain le travail ? Quelles seront les
nouvelles règles du marché du travail ?
Ici, dans ces pages, s’imaginent – que dis-je
s’imaginent, s’anticipent ! – ce que seront dans
trente à quarante ans les emplois, les services, les
industries, les entreprises, les technologies, les
migrations. Quelques pistes sont esquissées.
Demain, ce monde dans lequel le travail, rassurons-nous, conservera toute sa valeur, ce monde
donc sera tout à la fois plus rapide en termes
d’échanges, plus fluide en termes d’emplois et
plus incertain aussi pour l’individu. Ce monde qui
vient et dont les signes avant-coureurs se dessinent
déjà sous nos yeux s’organisera finalement autour
de trois économies nouvelles : l’une virtuelle, l’autre
criminelle et la dernière relationnelle. Ce monde est
à écrire et, pourtant, on le devine déjà.
Le progrès technique ne supprimera pas le travail ; il continuera de transformer notre rapport à
lui. Il créera des besoins et des métiers nouveaux.
Il appellera des sécurités professionnelles nouvelles et obligera les entreprises – 20 % d’entre
1. Jacques Attali, Une brève histoire de l’avenir, Editions Fayard,
octobre 2006.
R E FA I R E S O C I É T É
Le monde vu par Attali, ce sont aussi des entreprises et des emplois « plus flexibles, mobiles,
nomades, précaires ». Un monde où les entreprises les plus avancées, majoritairement situées
dans les pays du Nord, finiront par se dématérialiser. Fonctionnant sur le modèle des troupes de
théâtre, ces entreprises formeront des « réseaux
collaboratifs », cherchant à attirer vers elles toujours
plus de nouveaux talents, coordonnant la production de télétravailleurs distants de plusieurs milliers
de kilomètres, créant des ponts virtuels entre
travailleurs à domicile, concevant finalement leurs
collaborateurs comme des consultants engagés
« pour un temps ». Un monde enfin où globalement, la pénibilité et la précarité du travail iront
grandissantes, où la demande de sécurités dans
l’emploi, la formation et le chômage formeront un
seul et même continuum, où les temps différents
de l’activité professionnelle seront redéfinis.
Il y a le monde et il y a la France, le cas spécifique de la France, menacée de n’être bientôt plus,
selon Jacques Attali, « qu’un pays de tourisme et
de villégiature ». La menace peut faire sourire – ou
frémir, au choix – mais la démonstration qui suit est
des plus convaincantes. Les éléments d’analyse,
les chiffres, les pistes d’avenir ; rien ne manque à
cette seconde partie. Risquons-nous à un résumé
sommaire : un danger, un diagnostic, des propositions d’actions.
Le danger, on l’a dit, c’est de transformer la
France en un immense parc d’attractions, avec
une croissance des richesses de plus en plus
dépendantes des activités de tourisme, d’hôtellerie, d’accueil, et un appareil productif, un niveau
technologique et industriel devenu rédhibitoire
dans le concert économique international.
Le diagnostic ensuite : clair et sans appel. Oui,
la quantité de travail est plus faible en France que
dans beaucoup de pays de l’OCDE. Oui, le
volume d’heures travaillées y est insuffisant. Oui, le
taux d’emploi y est notoirement trop faible. Oui, le
travail des seniors et des jeunes doit être rapidement repensé. Oui enfin, l’investissement dans la
formation, l’enseignement supérieur, la recherche
n’est pas au niveau suffisant pour aujourd’hui permettre de moderniser notre appareil industriel et
adapter notre marché du travail aux enjeux d’avenir et à la concurrence mondiale. Et revoilà le
spectre baverezien du déclassement, me direzvous. Pas tout à fait car les voies du salut existent
et nous les expérimentons déjà, pour certaines
d’entre elles.
Troisième temps de la démonstration – et oui,
on n’est pas conseiller spécial à l’Elysée sans un
goût prononcé pour la structuration de ses
argumentaires – troisième temps donc, ce sont les
propositions d’actions. Elles concernent de vastes
champs : les emplois de services ou relationnels,
l’amélioration du travail des jeunes, l’allongement
du travail des seniors, la réflexion sur les modalités
concrètes d’une sécurisation des parcours professionnels, la flexibilité du temps de travail, l’évolution
de la notion de temps contraint, l’anticipation des
besoins majeurs en termes d’immigration.
ES PR IT CR ITIQUE I
191
J A C Q U E S AT TA L I
elles au moins en 2050 – à repenser largement la
gestion de leurs ressources humaines. Celles-ci
auront en effet à faire une lecture de plus en plus
extensive de leur fonction sociale, de leur rôle, de
leur rapport aux travailleurs, au-delà de la seule
relation salariale ; il leur faudra répondre aux
demandes de loisir, de santé, de culture. Le bienêtre des salariés deviendra un des termes majeurs
de la compétition entre les entreprises. Un nombre
croissant d’employeurs proposera ce que l’Etat ou
ses services assurent encore aujourd’hui. Pour
attirer les « créatifs », les programmateurs informaticiens, les directeurs marketing de demain, pour
ne pas perdre la bataille de l’innovation, l’entreprise devra prendre en charge les besoins de ses
collaborateurs, de sa famille, leur proposer une
offre de loisirs et se transformer même en agence
de tourisme au moment de leurs congés.
R E FA I R E S O C I É T É
L’Avenir du travail est un livre aux idées claires,
mais qui traite d’un avenir incertain. Il se lit comme
une fiction, une anticipation.
Même quand l’urgence est à la refondation, il
n’est pas interdit de voir loin.
192
I E SPR IT CR ITIQUE
R E FA I R E S O C I É T É
LE CAPITALISME D’HÉRITIERS
La crise française du travail
THOMAS PHILIPPON
EDITIONS DU SEUIL/LA RÉPUBLIQUE DES IDÉES, MARS 2007
PAR
NICOLAS VÉRON
Les archaïsmes de castes au cœur du capitalisme français1
L’approche des élections focalise le débat économique sur les enjeux publics : dette, fiscalité,
réformes, aides, législation, réglementation. C’est
légitime. Mais des causes différentes pourraient
expliquer une part de nos problèmes de compétitivité et aussi du sentiment, si répandu en France,
de blocage collectif. Dans un livre d’une clarté et
d’une force de conviction exceptionnelles, l’économiste Thomas Philippon a laissé de côté les débats
habituels de politique économique pour se
concentrer sur l’institution de l’entreprise. Ses
résultats sont édifiants. En s’appuyant sur un vaste
ensemble de recherches comparatives réalisées
des deux côtés de l’Atlantique, il montre que la
« valeur travail » n’est pas moins forte en France
qu’ailleurs, au contraire. Notre problème ne réside
pas dans les croyances ou la culture des individus,
mais plutôt dans l’absence de confiance entre dirigeants et collaborateurs, observable à tous les
échelons.
Les racines en remontent loin dans le temps : il
y a un siècle déjà, avec les taux de syndicalisation
les plus bas du monde industrialisé, la France se
distinguait par une atrophie du dialogue social et
une incapacité à faire converger patrons et salariés
sur des projets partagés, alors que cet objectif
concentrait l’attention aux Etats-Unis dès la fin du
XIXème siècle. L’originalité de la démarche de
Philippon est le lien qu’elle établit entre relations
du travail, syndicalisme et structure du capitalisme.
Il est impossible de dire à qui revient la faute, entre
d’une part un syndicalisme d’affrontement et,
d’autre part, un « capitalisme de statut », ou
d’« héritiers » comme dans le titre du livre, qui se
renforcent mutuellement. Les dirigeants, nommés
en fonction de leur appartenance de caste plutôt
que de leur capacité à susciter l’adhésion et la
performance, sont faiblement légitimes. Dans les
entreprises familiales, c’est le fils (plus souvent que
la fille) ou le gendre du patron qui succède à celuici. Dans celles dont l’Etat contrôle ou a longtemps
contrôlé le capital, ou dans les entreprises fortement dépendantes d’achats publics ou de
décisions politiques, la cooptation entre anciens des
grands corps de la fonction publique tient lieu de
modèle de recrutement au détriment des compétences et de l’expérience opérationnelle. Par
contraste, les grosses PME du Mittelstand allemand
1. Cette chronique a été publiée dans La Tribune le 19 mars
2007.
ES PR IT CR ITIQUE I
193
THOMAS PHILIPPON
mars 2007
R E FA I R E S O C I É T É
ont fait appel à des professionnels extérieurs aux
lignées détentrices dès le début du XX ème siècle.
En 1993, 21 % seulement des patrons de grandes
entreprises françaises devaient leur place à leur
parcours de management en entreprise, contre
66 % en Allemagne (la situation s’est légèrement
redressée depuis). L’illégitimité des dirigeants et
l’irresponsabilité des syndicats s’entretiennent dans
un solide cercle vicieux. Le résultat est une moindre
performance, et des travailleurs malheureux.
de gauche ou du centre, sur leur capacité à
comprendre un tel message et à en faire un levier
pour l’action.
En France, données à l’appui, même les cadres
sont moins épanouis au travail que les ouvriers les
moins qualifiés ne le sont au Danemark ou en
Suisse. Aucune entreprise née en France ne figure
dans les premières places du classement des
entreprises françaises où les salariés se disent les
plus satisfaits de travailler : les mieux notées sont
toutes des filiales de groupes étrangers, notamment américains.
Dans un autre livre éclairant, la politologue
Isabelle Ferreras, au terme d’une minutieuse
enquête de terrain, met en lumière une dynamique
comparable dans le secteur des supermarchés en
Belgique francophone. 2 Elle fait bien ressortir
l’inadéquation d’un régime de management qui,
comme en France, fait généralement référence
à l’autorité domestique du père de famille, par
opposition à celle librement consentie du leader
démocratique.
En bref, le « problème français » pourrait bien
venir de l’intérieur de l’entreprise, au moins autant
que de l’Etat. La puissance publique, pour autant,
est-elle impuissante pour y répondre ? Certainement pas. Dans son livre, Thomas Philippon
suggère plusieurs pistes, toutes indirectes mais
toutes pertinentes : la fiscalité des successions ;
l’architecture du système financier ; les règles de
représentativité des syndicats ; le management
dans l’administration publique ; l’indépendance
des médias ; l’éducation. Il serait bon de pouvoir
évaluer nos candidats, qu’ils soient de droite,
194
I E SPR IT CR ITIQUE
2. Isabelle Ferraras, Critique politique du travail : travailler à
l’heure de la société des services, Editions Presses de Sciences
po, collection Académique, janvier 2007.
R E FA I R E S O C I É T É
LA FATIGUE DES ÉLITES ;
LE CAPITALISME ET SES CADRES
FRANÇOIS DUPUY
EDITIONS DU SEUIL / LA RÉPUBLIQUE DES IDÉES,
PAR
MARS
2005
LIONEL CHOUKROUN
novembre 2005
En effet, les cadres, habitués à être la « courroie
de transmission » traditionnelle entre la direction
générale de l’entreprise et leurs équipes, voient leur
identité propre bousculée. La notion même d’encadrement n’a plus son sens. Combien de cadres
sans équipes ? La participation – vraie ou fantasmée – aux décisions de l’entreprise ne concerne
plus qu’une minorité. Combien de changements
d’orientation stratégique appris en même temps
que le reste de l’entreprise ?
Que reste-t-il de cette fonction, valorisante et
largement soutenue par les directions générales à
une autre époque ? Plus grand-chose selon
l’auteur. La proximité avec le management se perd
et les cadres sont affectés à des tâches sans encadrement, à des fonctions spécialisées, bref, on leur
demande d’élargir leur champ de compétences
« vers le bas ». Ils subissent de plein fouet ce que
l’auteur appelle « la déprotection », ce phénomène
d’instabilité profonde des organisations, de modification radicale des conditions de travail, de
transformation de la relation aux autres dont les
ingénieurs et cadres en subissent les premiers les
conséquences. Cette « révolution des organisations » constitue un changement des façons
quotidiennes de travailler et est illustrée par la
perte d’un bien précieux pour les cadres : l’autonomie. Car, le paradoxe du taylorisme est là : ne
coopérant pas, les acteurs se protègent ainsi
contre la dureté de la relation aux autres, se créent
un espace de tranquillité humaine !
Seuls, car fondamentalement individualistes, ils
comprennent progressivement que l’entreprise n’a
pas respecté son contrat : leur loyauté n’est pas
ES PR IT CR ITIQUE I
195
FRANÇOIS DUPUY
« Cadres, vous n’êtes plus les rois de l’entreprise ! ». Voici le cri – et bien d’autres – lancé par
François Dupuy, sociologue, à l’adresse de ces
centaines de milliers de salariés des entreprises
françaises. La mondialisation et la logique financière des entreprises ont profondément modifié les
styles de management et d’organisation. Désarroi,
perte de confiance, impression d’abandon sont les
sentiments devenus courants au sein de cette
population. L’auteur souligne, pour aggraver le
tableau, deux facteurs : l’individualisme traditionnel des cadres et l’inversion des relations de
pouvoir : le client est roi, l’actionnaire passe avant
le salarié. Rien que de très entendu, mais l’analyse
de son auteur nous éclaire sur les mécanismes
subtils, subreptices qui transforment l’entreprise.
Après « la France qui tombe », va-t-on assister à
« des entreprises qui tombent et entraînent dans
leur chute leur encadrement » ?
R E FA I R E S O C I É T É
reconnue, les discours managériaux ne sont ni à la
hauteur des enjeux, ni parfois capables de mettre
en face des objectifs les moyens pour y parvenir.
Face à ce constat amer, les cadres déclinent une
série de réponses : perte de motivation, conception plus utilitariste de leur place dans l’entreprise,
découverte des moyens d’action collectifs (la CFDT
est devenue le premier syndicat de l’encadrement
devant la CFE-CGC)… En définitive, les cadres
souhaitent devenir des salariés comme les autres.
Pour preuve, ils plébiscitent les 35 heures ! Au passage, l’auteur, par ailleurs président du think tank
« L’ami public », fondé par Christian Blanc, affirme
que cette réforme n’a pas créé d’emploi par le
temps libéré. On aurait apprécié qu’il donne
quelques éléments pour étayer cette assertion un
peu courte.
François Dupuy dresse également quelques
pistes de réflexion autour des parcours professionnels (créér de la « re-protection » par la polyvalence,
ce que l’auteur nomme la « déspécialisation ») et de
la négociation des parcours professionnels pour en
faire des « mobilités apprenantes », enjeux majeurs
pour nos entreprises et pour la gestion de leurs ressources humaines. Ces quelques idées, bien
senties, mériteraient approfondissement. On peut
regretter au passage le peu de place accordée à
l’analyse des nouvelles relations sociales collectives
et la façon dont les cadres ont vécu quelques
grands moments sociaux tels que les grèves de
1995 ou la réforme des retraites.
196
I E SPR IT CR ITIQUE
R E FA I R E S O C I É T É
- III L’Humain dans tous ses états
(éthiques, pratiques et mystiques)
R E FA I R E S O C I É T É
LE MULTICULTURALISME
PATRICK SAVIDAN
EDITIONS PRESSES UNIVERSITAIRES DE FRANCE, COLLECTION « QUE SAIS-JE ? »,
AVRIL 2009
PAR
JUDITH HERPE
Vous prendrez bien un peu de hauteur ? C’est
ce que nous proposait le philosophe Patrick Savidan dans son ouvrage sur le multiculturalisme,
paru dans la collection didactique « Que sais-je ? »
en 2009, dont la deuxième édition vient de sortir.
Afin de donner un peu d’air au débat sur les
identités qui constituent une nation, le président de
l’Observatoire des inégalités choisit de se placer
sur le terrain des principes et du débat philosophique. Sa volonté est telle de ne pas se perdre
dans les méandres des débats contemporains qui
agitent, surtout depuis le début du mandat de
Nicolas Sarkozy, la sphère politique – où à défaut
de proposer de vraies réflexions sur le devenir de
la cohésion sociale, on ébranle cette dernière à
coups de boutoir répétés et orchestrés – que
Patrick Savidan prend le risque de l’abstraction et
de la densité théorique. Ce choix est le bienvenu.
Il est le détour réflexif nécessaire pour interroger
les fondements de notre construction démocratique et de sa capacité à être un opérateur de
justice sociale.
Patrick Savidan n’analyse pas le fonctionnement de telle ou telle communauté, ni la forme de
leur inscription dans la société majoritaire. Le propos de son ouvrage recherche la construction
conceptuelle qui exige de se détacher des particularismes. Ce que l’auteur questionne, c’est le
fonctionnement du corps démocratique, à la
lumière de ses fondements, face à la diversité et
aux demandes de reconnaissance des groupes
qui la constituent, à l’heure de la mondialisation (le
terme anglais de globalisation traduit alors mieux
l’idée d’uniformisation).
La diversité ethnoculturelle est inscrite dans le
génome des sociétés humaines. Que se soit par
l’unification nationale ou par la résultante de mouvements migratoires de grande ampleur, le corps
constitué des Etats est pluriel. La demande de
reconnaissance de ces identités minoritaires est un
fait social récent en ce sens qu’il est désormais
devenu une demande politique importante, tant au
plan national qu’international.
Si la reconnaissance des droits des minorités
est sans conteste un axe de la légitimité des institutions internationales, si le combat contre la
ségrégation, les relégations ethniques et toutes les
formes d’oppression culturelle ou raciale ne fait
pas débat, il en va beaucoup moins de soi lorsque
l’on aborde la question des pluralismes culturels à
l’échelle des Etats-nations.
ES PR IT CR ITIQUE I
199
PAT R I C K S A V I D A N
juillet 2011
R E FA I R E S O C I É T É
Plusieurs raisons expliquent cette frilosité. C’est
ce détour à la fois historique et éthique que prend
tout d’abord Patrick Savidan, pour nous donner les
clés conceptuelles utiles à la formulation du débat
qui taraude nos sociétés contemporaines : le multiculturalisme est-il un affaiblissement de la Cité ou un
approfondissement du libéralisme démocratique ?
L’IDÉAL RÉVOLUTIONNAIRE ET LES
PRÉSUPPOSÉS DE L’ETAT DÉMOCRATIQUE
Les gouvernements démocratiques modernes
se sont construits sur la destruction de hiérarchies
préexistantes telle que l’aristocratie de l’Ancien
Régime en France. Ces structures archaïques
étaient organisées autour de l’enchevêtrement
entre l’ordre naturel et l’ordre normatif, reposant
sur un principe transcendant. C’est l’appartenance
à un corps et à un rang qui fait alors l’individu.
L’autre étant lui-même perçu par ses caractéristiques de caste et non par son humanité.
Le mouvement révolutionnaire, avec l’affirmation
des valeurs d’égalité, d’autonomie et de liberté
individuelle, entraîna donc un profond ébranlement
de la conception de communauté – qui de naturelle devint de pure convention – mais aussi de la
définition de l’être et de l’autre : en s’affirmant
sujet, l’être démocratique redéfinissait l’altérité
comme humanité.
Cette nouvelle expérience de l’altérité pose
aussi la problématique de la reconnaissance de
soi, de son identité par l’autre. Dans le cadre politique de nos démocraties modernes, elles-mêmes
filles de la Révolution, cette interrogation sur la
reconnaissance de ce qui est autre renvoie à la
construction du corps social et citoyen. En un mot,
comment accepter le particularisme sans mettre
en péril l’universalisme ? Le principe unificateur de
l’Etat-nation passe par l’identification de l’autre
comme étant le même. La réduction de l’altérité est
un facteur nécessaire de l’égalité et de la justice.
200
I E SPR IT CR ITIQUE
Nos différences sont inessentielles, puisque que
nos ressemblances sont, quant à elles, essentielles
au regard de l’objectif unificateur fondateur du
corps national.
On pourrait aisément se satisfaire de l’idéal
démocratique. Beaucoup de penseurs, dont
Patrick Savidan analyse les doctrines, prônent une
sauvegarde acharnée de l’effacement du particularisme au nom de l’unité démocratique. En
mettant de côté les tenants de la domination
raciale, il est passionnant de revenir aux sources
de la réflexion sur la constitution contemporaine du
corps social. En reprenant les pensées de John
Stuart Mill, Patrick Savidan nous permet d’envisager de manière diachronique le refus de la
fragmentation associée cependant à une volonté
de ne pas marginaliser les minorités. Pour Mill,
l’unification culturelle et linguistique est une condition nécessaire de la démocratie représentative,
afin d’éviter les anomies locales et de permettre
une plus grande cohésion sociale et économique.
Passionnant aussi de retourner aux sources de
la pensée républicaine et de sa distinction entre la
sphère privée et la nation civique qu’elle seule
reconnaît comme régulateur politique nécessitant
l’homogénéisation. Nous sommes aux sources du
principe assimilationniste français.
Que ce soit par attachement au « postulat d’une
supériorité épistémologique du modèle de la Cité »
(elle-même idéalisée), par crainte de la guerre
civile, ou par défiance à l’égard d’une construction
politique du communautarisme (Pierre-André
Taguieff), les opposants au multiculturalisme se
sont appuyés sur une définition de l’Etat démocratique comme facteur d’émancipation, d’égalité et
de justice sociale et sur la reconnaissance de son
rôle d’arbitre neutre.
Et si ce n’était pas le cas ?
R E FA I R E S O C I É T É
Et si l’appareil démocratique au lieu d’unifier
avait ségrégué à son tour, à sa manière ? Et si
la neutralité de l’Etat avait plutôt pris les traits
d’une mise en avant plus ou moins discrète de la
norme majoritaire ?
Pour illustrer l’échec de la prétendue neutralité
de l’Etat, Patrick Savidan choisit très justement
l’exemple de notre calendrier traditionnel rythmé
par les célébrations chrétiennes. Poser la question
de la justification d’une telle norme religieuse pour
scander les saisons de la population dans son
ensemble – sans pour autant remettre en question
non pas les racines mais l’histoire de France –
revient très concrètement à interroger le rôle de
l’Etat en tant que promoteur inavoué d’une identité
majoritaire.
A partir du moment où l’Etat ne sait être neutre,
où au lieu d’éradiquer les traces de particularismes il se fait agent culturel et promoteur d’une
norme particulière, il devient non plus facteur
d’unification mais de différenciation. Celui qui ne
se reconnaît pas dans la norme majoritaire (et qui,
par exemple, doit poser des jours de congés pour
les fêtes de sa culture d’appartenance) se sent
exclu du corps social.
LE MULTICULTURALISME : UN ENJEU
DÉMOCRATIQUE ET DE JUSTICE SOCIALE
L’idéal démocratique et libéral s’abîme donc à
nier les différences et à ne pas accorder de reconnaissance de droit à des identités culturelles
minoritaires. A force d’universalisme ou de
recherche de la « généralité sociale » (Pierre
Rosanvallon), il entretient des attitudes et des
représentations vécues comme des « marques de
mépris social ».
La prise en compte politique du multiculturalisme est alors, comme le rappelle Patrick Savidan,
non seulement un facteur d’émancipation pour les
groupes minoritaires mais aussi un renforcement
de la démocratie de l’Etat.
Plusieurs raisons plaident ainsi en faveur
d’un multiculturalisme libéral : la lutte contre les
inégalités ; le respect d’accords antérieurs ; l’enrichissement de la culture sociale globale. Le
premier argument étant au cœur d’une redéfinition
d’une politique démocratique.
Comment, dès lors que l’on admet l’intérêt principiel du multiculturalisme, construire une politique
de la reconnaissance qui ne soit pas une traduction d’un repli sur soi communautaire par défiance
envers un corps social dans lequel on ne se
retrouve pas, ni la mise en œuvre d’un « monoculturalisme pluriel » (Amartya Sen) ou encore une
légitimation passive de groupes illibéraux ? Ou,
pour reprendre les mots de Charles Taylor, comment être « hospitalier à la différence » tout en
assurant la justice et la cohésion d’ensemble ?
A cette interrogation fondamentale, Patrick
Savidan répond en épousant le chemin réflexif
et argumentaire du philosophe canadien Will
Kymlicka, grand défenseur contemporain du
multiculturalisme libéral (cf. La citoyenneté multiculturelle), et son questionnement de la définition du
groupe minoritaire et de la reconnaissance de ses
droits. Dans la théorie de Kymlicka, il y a une
distinction entre les groupes pluriethniques ou
migrants, qui en immigrant volontairement ont
accepté les normes de leur nouvelle nation, et les
minorités nationales tels que les Québécois au
Canada. Patrick Savidan choisit de ne pas approfondir ce distinguo, ce que nous pouvons regretter
au regard de la spécificité multiculturelle française.
La France se pose, en effet, la question du multiculturalisme beaucoup plus à l’égard de ses
populations issues des immigrations successives
qu’au sujet des régionalismes. Mais là encore,
ES PR IT CR ITIQUE I
201
PAT R I C K S A V I D A N
L’ÉCHEC DE L’IDÉAL UNIVERSALISTE
ET DE LA NEUTRALITÉ DE L’ETAT
R E FA I R E S O C I É T É
c’est en voulant s’abstraire des enjeux uniquement
hexagonaux que l’auteur entend poser les principes
conceptuels d’un multiculturalisme politique libéral.
Patrick Savidan fait cependant une entorse à
son principe d’abstraction du contexte français en
abordant l’épineux problème du voile à l’école. Le
refus du hijab, perçu comme une décision profondément illibérale à l’étranger (cf. Anthony Giddens),
s’est fait au nom, à la fois, du principe de laïcité
mais aussi de la promotion de l’autonomie des
femmes. Or, selon Patrick Savidan dans la lignée
de nombreux penseurs du multiculturalisme libéral, l’effet obtenu était l’inverse de celui initialement
recherché. Au nom de la laïcité républicaine, on a
exclu puisqu’on a ainsi « [sanctionné] une logique
de déni de reconnaissance », on a promu une
vision monolithique et statique de la culture et on
a placé les femmes musulmanes, jugées incapables de mener un travail critique, en situation de
devoir choisir entre leur liberté et leur culture.
Patrick Savidan ne nie pas pour autant la problématique des dérives des cultures minoritaires
niant ou mettant en péril les droits individuels (la
culture majoritaire n’en est d’ailleurs pas exempte
non plus). Existe-t-il, dès lors, des garde-fous à
l’autonomisation et à la reconnaissance de droits
minoritaires ? Oui, dit Savidan reprenant l’argumentaire de Kymlicka. La limite du libéralisme est
ce qui est anti-libéral. Ou, autrement dit, si le multiculturalisme a vertu d’émancipateur, il ne peut
donc accorder de licence à des groupes qui, au
nom d’une certaine autonomie, dénient à certains
de leurs membres le droit d’être libre.
Comme le dit Patrick Savidan, en conclusion de
son ouvrage, le multiculturalisme politique est bien
une réflexion sur la tolérance et ses limites. Et le parcours philosophique que l’auteur nous propose
souligne bien le fait que s’il apparaît indiscutablement nécessaire de repenser notre modèle
d’intégration, par trop d’aspects anti-démocratique,
il convient cependant d’adopter la méthode des
202
I E SPR IT CR ITIQUE
« accommodements raisonnables » telle que mise
en œuvre en Angleterre et au Québec.
Les thématiques abordées par le philosophe
– l’universalisme, le contrat social, la justice sociale,
le droit des minorités… – sont au cœur des enjeux
politiques actuels. En nous invitant à ne pas nous
perdre dans les méandres des faits divers pour analyser la construction conceptuelle de la cohésion
sociale dans notre Etat-nation, il réveille aussi chez
nous l’envie de retourner à la réalité présente pour
que des réponses soient apportées à des situations
qui, instrumentalisées à des fins électorales, mettent
gravement en danger nos principes démocratiques.
R E FA I R E S O C I É T É
CORPS EN MIETTES
SYLVIANE AGACINSKI
EDITIONS FLAMMARION, COLLECTION CAFÉ VOLTAIRE, AVRIL 2009
PAR
TANGI LE NEVÉ RICORDEL
juin 2009
Alors que d’éminentes autorités – dont l’anthropologue Maurice Godelier – estiment le « mouvement
irréversible en Occident », elle fournit aux opposants à la gestation pour autrui (GPA)1 une batterie
d’arguments d’autant plus efficaces qu’ils portent
le sceau du féminisme et de la gauche… A
quelques mois de la prochaine révision des lois
bioéthiques, il s’agit là d’un renfort précieux,
n’en doutons pas, pour les gardiens habituels de
l’ordre naturel.
Interdite en France depuis 1994, la pratique des
mères porteuses pourrait bientôt faire l’objet d’une
légalisation. Un récent rapport du Sénat recommande en effet d’autoriser la maternité pour autrui
sous réserve qu’elle soit strictement encadrée.
Soucieuse, pour sa part, de préserver l’éthique de
tout compromis, Sylviane Agacinski livre un réquisitoire implacable contre la GPA en ouvrant la
bataille sur tous les fronts. Heidegger, Marx et Kant
lui servent ainsi tour à tour pour défendre les
créneaux de la citadelle assiégée.
L’auteur met d’abord en garde contre les
dérives de la rationalité technique. D’emblée, elle
rappelle que « la barbarie a toujours été moderne »
et que « nous progressons parfois vers elle sans le
vouloir, aveuglés par les ‘progrès’ de la puissance
technologique ». Grâce aux avancées scientifiques, la reproduction humaine est désormais en
passe de déserter l’univers charnel du désir pour
gagner le fonds aseptisé des éprouvettes. Sous
l’emprise du discours biotechnique et sous l’effet
d’une survalorisation de la génétique, la procréation s’envisage toujours plus comme la fabrication
d’un enfant sur la base de cellules éparses. Dans
ces conditions, la GPA devient un moyen comme
un autre. Mais cette désincarnation des processus
les plus élémentaires coupe l’individu des sources
de la vie humaine : « les liens entre les hommes et
les liens entre les générations sont intraduisibles
dans les termes de la biologie », rappelle-t-elle.
1. Cette pratique consiste à implanter l’embryon fécondé par le
sperme et l’ovocyte d’un couple dans l’utérus d’une femme
tierce.
ES PR IT CR ITIQUE I
203
S Y LV I A N E A G A C I N S K I
« Non, la France n’est pas en retard, affirme
l’auteur sur la quatrième de couverture. Elle est en
avance sur la protection, par la loi, de la dignité des
personnes et de leur corps ». Au fil des 140 pages
de son dernier essai, Sylviane Agacinski mène avec
brio une lutte contre le baby business ; une lutte
qu’elle ne veut surtout pas considérer comme un
baroud d’honneur.
R E FA I R E S O C I É T É
L’auteur dénonce également la marchandisation
des corps. Derrière la volonté des couples de surmonter leur stérilité par la GPA, elle débusque
l’instrumentation de leurs désirs par un secteur
industriel sans scrupule. A l’appui d’exemples
étrangers, elle montre comment le baby business
développe – à grands renforts de bons sentiments
– un marché où l’offre et la demande se disputent
le corps des femmes. Qu’il s’agisse de la mère
porteuse ou de l’enfant à naître, l’un et l’autre
deviennent des ressources que l’on dépense ou
des produits que l’on achète. Ces pratiques
mercantiles sont d’autant plus indignes qu’elles
exploitent, dans de nombreux pays, un prolétariat
féminin soucieux d’échapper à la misère.
Mais la principale critique de Sylviane Agacinski
contre la GPA reste qu’elle porte atteinte – par ellemême – à la dignité de la personne. Quelles que
soient les motivations de la mère porteuse (pécuniaires ou non) et quelles que soient les règles
encadrant son utilisation (fins thérapeutiques ou
pas), elle viole le principe fondamental qui interdit
à quiconque la dépossession de soi-même. La
mise à disposition de l’utérus engage, en effet, tout
le corps de la femme durant neuf mois et la transforme en outil vivant au service d’un tiers. Que la
femme soit consentante ne change ici rien au
problème. Selon l’auteur, aucun individu n’est possesseur de son corps car chacun est son corps.
Dès lors, le corps est par définition exclu de toute
approche patrimoniale et reste, en toutes circonstances, inaliénable.
Conduite avec panache, la charge contre la
GPA prend à revers certaines positions traditionnelles du féminisme. Longtemps considérés
comme une source d’aliénation par les épigones
de Simone de Beauvoir, la grossesse et l’accouchement retrouvent avec Sylviane Agacinski leur
statut privilégié : eux seuls fondent la maternité.
Cette approche renoue avec l’essentialisme d’un
précédent essai, Politique des sexes, qui postulait
déjà le principe intangible et universel de la polarité
204
I E SPR IT CR ITIQUE
sexuelle. Face aux revendications de la Culture,
l’auteur rappelle, à nouveau, les lois de la Nature :
il est des règles contre lesquelles il est vain pour
les hommes d’espérer tout vouloir.
C’est peut-être sur ce point que l’argumentation
de Sylviane Agacinski offre vraiment le flanc à la
critique. Son édifice repose sur l’existence de
normes objectives (maternité, dignité...) dont on
cherche en vain le point d’appui dans nos sociétés
marquées par l’individualisation et la sécularisation. Sur quelle légitimité peut-on aujourd’hui
opposer à la liberté d’une personne l’idée que l’on
se fait de sa dignité ? De quelle autorité le législateur peut-il encore fixer les règles du bien et du
mal dans les choix intimes de chaque individu ?
Que la loi soit toujours nécessaire pour veiller à ce
que la liberté des uns ne viole pas celle des autres,
certes ! Mais qu’elle doive également s’assurer de
la conformité des comportements privés... « Dieu
est mort », disait un autre philosophe... Et le vieil
homme a emporté bien des règles avec lui dans sa
tombe.
Dans la mesure où toutes les conditions d’un
libre consentement sont réunies – et il est bien
certain que cette vérification n’est jamais facile
quel que soit le contrat dont il s’agit – il paraît
impossible d’interdire le recours à la GPA sans ressusciter de grands concepts transcendants. La
dignité du corps touche en effet à la sacralité
quand sa définition échappe à l’individu et s’impose contre ses choix.
« Il faut admettre, dit l’auteur, que l’humanité
reste devant nous, qu’elle est sans cesse, et à nouveau, incertaine, voire égarée, ne sachant plus ce
que veut dire ‘être humain’ ». Si le doute est aussi
radical, c’est qu’il est peut-être temps de renoncer
aux prétentions de le définir encore une fois pour
tous – et d’en confier le soin à chacun.
S’agit-il là d’une « vision libérale et individualiste
de la liberté », comme l’affirme l’auteur ? Sans
R E FA I R E S O C I É T É
S Y LV I A N E A G A C I N S K I
doute, mais ces adjectifs qualificatifs suffisent-ils
vraiment à la flétrir ? Et que peut-on lui opposer
sinon la liberté des anciens caractérisée par la
soumission de l’espace privé aux lois communes ?
Au cours de son histoire – et pour sa plus grande
gloire – la gauche a déjà ramassé bien des étendards de causes perdues... D’aucuns pensent
pourtant qu’aujourd’hui Don Quichotte est fatigué.
ES PR IT CR ITIQUE I
205
R E FA I R E S O C I É T É
MAUVAIS GENRE
AXEL LÉOTARD
EDITIONS HUGO & COMPAGNIE, FÉVRIER 2009
PAR
JOËL LE DEROFF
mai 2009
On peut naître doté d’un caryotype XX, et devenir
homme !
(utile complément à Beauvoir)
Il était une fois l’histoire d’un jeune homme à la
tête fermement ancrée sur les épaules, cherchant
à construire sa vie dans la liberté que la société
européenne du XXIème siècle considère comme un
droit acquis par tous les citoyens. Telle pourrait être
l’accroche d’un résumé de Mauvais genre, récit
autobiographique puissant.
Sauf que tout bascule, simplement parce
qu’Axel Léotard, homme né femme, renvoie cette
société libérale si avancée à ses interrogations et
à ses monumentales confusions entre les notions
du genre en tant qu’identité psychologique et
sociale, du sexe en tant que caryotype et anatomie
génitale, et de la sexualité en tant qu’interaction
entre les désirs, les volontés et les corps.
Si Mauvais genre est incontournable, ce n’est
pas parce qu’il raconte l’histoire d’une personne,
aussi instructive et attachante soit-elle. C’est bien
davantage parce que la force de caractère et de
conviction du héros/auteur fait de son parcours
personnel, associatif et militant, un tableau joyeusement vivant et radicalement implacable d’une
206
I ESP RIT CR ITI QUE
réalité sociale niée, condamnée à l’invisibilité par
une société qui ne la conçoit pas, et donc le plus
souvent la rejette dans la marginalité, la précarité
et l’exclusion.
Il y a de la révolte, assez pour la faire partager
au lecteur le moins averti. Il n’y a pas une once de
misérabilisme, tant le besoin de solidarité entre les
personnes, tout au long du parcours de transition,
est mis en évidence. Il y a de la douleur, parce que
parfois cette solidarité fait défaut, et du bonheur,
car parfois elle permet des découvertes. Bref :
c’est difficile, mais c’est la vie !
Il y a surtout une puissante intelligence qui
décrypte les regards des autres sur un corps et
une personnalité (les siens propres !) qui évoluent
et franchissent les frontières du genre et de la
sexualité. Des frontières qu’une norme sociale
donnée a construites patiemment pendant des siècles en Occident, comme on a construit à un
moment de l’histoire une infranchissable muraille
de Chine, laquelle couronne aujourd’hui, majestueuse, un paysage constitué d’un côté de la
Chine, et de l’autre… de la Chine.
Il en va ainsi de l’humanité et de ses constructions matérielles ou sociales : des repères sans
R E FA I R E S O C I É T É
doute, pas des bornes ! En marge de son récit,
Axel Léotard nous le dit dans une allusion aux
sociétés amérindiennes d’avant la colonisation.
débat public est désormais ouvert et qu’il est
urgent pour les forces de progrès social de mériter
leur nom en s’y investissant fortement, car aucune
avancée n’est acquise.
MESSAGE POLITIQUE URGENT…
Peu à peu, une visibilité des personnes trans
naît donc. Plus chaotiquement en France que dans
d’autres pays. Difficile de désigner un modèle
parfait, mais le Royaume-Uni a développé des
législations antidiscriminatoires en réponse à des
arrêts de la Cour européenne des droits de
l’homme. L’Espagne a adopté en 2007 une loi permettant la modification de l’état civil sans imposer
d’intervention chirurgicale non souhaitée (les tribunaux français, souverains en l’absence de texte
prévoyant la transition, demandent la preuve de la
stérilisation).
Des revendications politiques existent pourtant
pour mettre fin à la psychiatrisation de la transition
et à l’arbitraire médical, judiciaire et administratif
qui ruinent des vies. Au sein de la gauche française, Homosexualités et Socialisme (HES) a
conduit depuis 2006 un travail de fond que les
socialistes gagneraient à s’approprier 1, car il est
grand temps d’agir. Un récent rapport de la Haute
autorité de santé (HAS) montre à la fois que le
L’arbitraire juridique, cela signifie être privé de
papiers d’identité, de numéro de Sécurité sociale
et de tout document officiel correspondant à son
identité vécue. Par voie de conséquence, cela
décuple la lourdeur des multiples tracasseries
administratives. Cela expose à toutes les discriminations possibles et imaginables. Souvent, cela
écarte les personnes du salariat. Le terme de
« sans-papiers » trouve une nouvelle acception.
Ainsi précarisées, les personnes transgenres
doivent faire face à toute une série de coûts, chiffrables au total en milliers et dizaines de milliers
d’euros. Ce sont par exemple des frais médicaux,
certains relativement modestes (endocrinologie),
d’autres beaucoup plus lourds (chirurgie). Ce sont
aussi des frais de procédure, d’ailleurs engagés
sans aucune garantie de résultat : avocats, expertises médicales ordonnées par les juges.
Faut-il encore insister sur le coût psychologique
ravageur d’une transition dans ces conditions ?
Axel Léotard l’illustre sans réplique quand il croise,
dans la salle d’attente de l’hôpital public où il tente
d’obtenir un suivi médical, une jeune femme
hagarde remerciant d’une voix atone le « spécialiste » qui a changé sa vie en la convaincant
qu’elle était une malade mentale. Brisée par l’obscurantisme.
…CONTRE L’OBSCURANTISME
Le mot s’impose comme une évidence. L’ignorance peut expliquer bien des réflexes frileux et
bien des méfiances. Il est compréhensible, de la
part d’un médecin non averti, qu’il manifeste des
1. Cette recommandation est le fait de l’auteur de cette critique
et n’apparaît pas dans Mauvais genre.
ES PR IT CR ITIQUE I
207
A X E L L É O TA R D
Ces dernières années, les militant-e-s des droits
gays et lesbiens sont devenus, sans que le grand
public en soit très conscient, des militant-e-s
« LGBT », lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres. Les associations de convivialité, de
réflexion, les groupes politiques agissant au sein
des partis politiques français et européens ont
adopté ce vocable. Mauvais genre le souligne, non
sans moquer sévèrement la frilosité des respectables responsables associatifs gays et lesbiens,
établis en porte-parole d’homosexuels qui ont
certes encore bien des droits à défendre et acquérir, mais qui bénéficient, eux (en France du moins),
du luxe d’une visibilité et d’un soutien institutionnel
consolidés.
R E FA I R E S O C I É T É
réticences à faciliter un parcours de transition
irréversible, comportant éventuellement des interventions chirurgicales qui, sur la majorité des
patients, relèveraient de la mutilation.
Mais quand les trans se heurtent à des spécialistes revendiqués, qui construisent leur renommée
nationale sur leur prétendue compétence, alors
qu’ils organisent délibérément les heurts et la
durée inacceptable des parcours de leurs patients,
il y a bien obscurantisme.
Quand les hôpitaux et les tribunaux soumettent
les gens à un harcèlement incessant de questions
intrusives, répétées à l’identique par des praticiens
censés représenter des spécialités médicales
différentes, il y a bien obscurantisme. Le récit de la
triple expertise imposée à Axel Léotard (à ses
frais) par le tribunal de Paris est édifiant : un endocrinologue, un psychiatre et un gynécologue,
séparément et sans concertation, pataugent successivement dans la même confusion et se livrent
à des interrogatoires déplacés, indignes, relevant
d’un voyeurisme libidineux.
Quand tous ces professionnels hautement qualifiés refusent de voir et d’entendre que leurs chers
patients courent le danger d’être mis à la rue et
réduits à la prostitution, non par choix, mais parce
que privés de tout ce qui permet l’accès à un
emploi salarié, et qu’ils continuent à multiplier arbitrairement, sans ciller, délais, expertises et
honoraires, en y ajoutant parfois l’insulte, alors il y
a bien obscurantisme.
Et quand tous ces spécialistes placés en position d’autorité sabotent des vies, la conscience
tranquille, sans apparemment réaliser ou vouloir
savoir une seule seconde que des collègues et
homologues, hors des frontières françaises, développent d’autres méthodes, les mettent en pratique,
écrivent et publient, alors il y a bien obscurantisme.
208
I E SPR IT CR ITIQUE
R E FA I R E S O C I É T É
CAPITALISME ET PULSION DE MORT
GILLES DOSTALER et BERNARD MARIS
EDITIONS ALBIN MICHEL, JANVIER 2009
PAR
VIRGINIE HIS
L’homme est pourtant bien doté de ce que l’on
appelle communément la mémoire. Mais pourquoi
diable n’utilise-t-il pas à bon escient cette faculté ? Il
y a 80 ans, une crise que l’on pensait sans pareil
ébranlait le monde. Une crise de démence passagère en réalité. Une première alerte. Des diagnostics
ont alors été établis, des analyses effectuées mais le
traitement prescrit n’était apparemment pas le bon.
La rechute est d’autant plus violente.
Si Freud et Keynes aspirent tous deux à une
humanité cultivée, ils savent que l’homme, bien
que cultivé, reste dominé par ses pulsions primitives. La culture pousse les hommes, dont le
penchant naturel pour l’agression est indéniable, à
être meilleurs qu’ils ne le sont en réalité : tantôt
dominés par la pulsion de vie, tantôt par la pulsion
de mort. La mort qui est la fin de la vie, le terme,
mais aussi la finalité, le but à atteindre.
Dans leur ouvrage consacré à la crise du capitalisme, Bernard Maris et Gilles Dostaler croisent la
vision psychanalytique freudienne et la théorie
économique keynésienne. Les auteurs, embarqués
comme nous tous à bord de ce Titanic, s’interrogent : « Pourquoi les élites poussent-elles à fond
les machines au beau milieu des icebergs ? Quelle
inconsciente arrogance, quel désir de catastrophe,
animent les hommes ? ». Convoquant Freud et
Keynes à la rescousse, ils nous montrent comment
ces deux penseurs contemporains de la crise de
1929 avaient, bien qu’évoluant a priori dans des
sphères bien différentes, fait une analyse convergente des mécanismes qui mènent le système
capitaliste à sa perte. Des mécanismes qui, loin
des théories économiques, sont nichés au plus
profond de la nature humaine dans ce qu’elle a de
plus sombre.
Ainsi les auteurs citent-ils le livre de Job et ses
termes d’une extrême violence : « Pourquoi ne
suis-je pas mort dès le sein, n’ai-je péri aussitôt
enfanté ? Pourquoi s’est-il trouvé deux genoux pour
m’accueillir, deux mamelles pour m’allaiter ? » Le
but de la vie serait donc la mort. La pulsion de vie
pousse les hommes à assurer la survie de
l’espèce. Cette pulsion de vie collective contient et
retient les pulsions de mort individuelles, l’enjeu
étant d’éviter qu’elles ne s’agrègent en pulsion
collective destructrice. C’est le combat entre Eros
et Thanatos.
Pour le plaisir (Eros), on consomme et cela nous
détourne de notre pulsion de mort (Thanatos). La
ruse du capitalisme est de canaliser, de détourner
les forces d’anéantissement, la pulsion de mort,
vers la croissance. On gagne du temps, on gagne
ES PR IT CR ITIQUE I
209
G I L L E S D O S TA L E R
BERNARD MARIS
mars 2009
R E FA I R E S O C I É T É
de l’argent, le temps devient de l’argent. Une
course infernale est engagée pour accumuler plus,
et plus encore. On produit et on reproduit à l’infini.
Pour autant la mort rôde toujours. Le plaisir de
consommer mène à la destruction. On surproduit,
on surconsomme jusqu’à l’overdose, jusqu’à l’aberration : l’accumulation de biens négatifs (déchets).
La publicité et les médias entretiennent ce culte de
l’insatiabilité et du nouveau. Les besoins sont de
plus en plus grands, de plus en plus insatisfaits,
créant désarroi, frustration et violence.
A l’inverse de cette boulimie du capitalisme, il y
a une tendance puritaine qui consiste à accumuler
sans dépenser. On retrouve là une forme d’abstinence, de refus du plaisir qui amène à la
thésaurisation, à l’avarice. Le taux d’intérêt, nouveau paradis, en est la récompense !
Le paradis, parlons-en ! Si l’homme (et la femme
en l’occurrence) ne s’était pas montré si faible,
nous n’aurions pas été contraints de quitter le paradis terrestre où régnait l’abondance pour tous… Il a
ainsi précipité l’humanité dans l’ère de la rareté, du
labeur, de la technique, donnant ainsi naissance à
l’économie. La technique et la science sont utilisées
au profit de l’accumulation dans le but de recréer
les conditions d’un nouveau paradis.
L’homme est donc coupable et cette culpabilité
est le moteur de la culture et du capitalisme. La
dette se transmet de génération en génération
comme un refus héréditaire de la vie. Une nouvelle
religion, celle du travail, bâtit ses églises, édicte
ses commandements. Le chrétien, coupable,
avare, est condamné à accumuler de l’argent pour
racheter le poids de ses fautes. Pour le père de la
psychanalyse, l’argent renvoie à la pulsion de mort
enfouie dans l’inconscient. Il est mis en rapport
avec les excréments, l’érotisme anal, la mort.
Keynes de son côté, plaide pour l’euthanasie
du rentier. Fervent défenseur de la psychanalyse
210
I E SPR IT CR ITIQUE
et des thèses de Freud, il établit le lien entre la pulsion de mort et le désir de liquidité, la tendance
rentière des économies. Il considère que l’amour
de l’argent est le problème moral de son époque
(que dirait-il de la nôtre…) et qu’il faut en débarrasser le monde. Il parle de « désir mortifère de
l’argent » et réfute la théorie quantitative de la
monnaie : « […] booms et dépressions témoignent
que la monnaie n’est pas neutre ». Ainsi érige-t-il
en modèle un élu d’Athènes, Solon, qui en 594
avant J.-C. a été le premier à utiliser la loi pour
modifier la valeur de la monnaie. Deux siècles plus
tard, Platon décrit les ravages de l’amour irraisonné de l’argent et évoque avant Freud le mythe
de Midas. On ne pourra pas dire qu’on ne nous
avait pas prévenus…
Keynes, qui s’était farouchement opposé à l’étalon or, considérait le métal précieux comme « une
relique barbare », « un fétiche qui jouit encore du
prestige de son parfum et de sa couleur ». Il prône
une monnaie « fondante » qui ne servirait qu’à
l’échange. Dès lors que l’argent devient une
réserve de valeur, cela ouvre la voie au désordre
et à la perversion : d’intermédiaire, l’argent devient
une fin en soi, un objet de convoitise.
Mais l’argent a un rôle essentiel de canaliseur
de la violence des hommes. La civilisation, la culture sont sans cesse menacées de désagrégation.
Il faut souder les hommes. Envieux, imitateur, violent, l’homme refonde sans cesse la société
pacifique à travers le meurtre collectif du bouc
émissaire : « Il vaut mieux que l’homme exerce son
despotisme sur son compte en banque que sur
ses concitoyens », écrit Keynes.
Accumuler c’est repousser la violence, mais
vient le temps où celle-ci ne peut plus être contenue et s’exprime. « Le marché contient la panique »
au double sens du terme.
Keynes met en rapport les thèses de Freud sur
la psychologie des foules et le marché. Ce dernier
R E FA I R E S O C I É T É
est conçu comme un objet collectif en soi : « C’est
une foule aveugle, moutonnière, ignorante, stupide,
sujette à la panique, et sensible au mouvement
qu’elle provoque ».
Peut-être faut-il garder l’espoir avec Michel Foucault que « De l’homme à l’homme vrai, le chemin
passe par l’homme fou »2 et que nous sommes sur
ce chemin.
L’analyse de Freud des notions de concurrence
et de compétition qui animent le marché nous
éclaire encore un peu plus. Dans la concurrence,
il y a ce qu’il appelle une rivalité mimétique. Tels
les moutons de Panurge, nous courons avec d’autres vers le même point, même si ce point est le
néant.
G I L L E S D O S TA L E R
BERNARD MARIS
Dans la compétition, on cherche à obtenir
les mêmes avantages que les autres dans une
dimension quasi infantile. L’homme est insatiable,
perpétuellement insatisfait. Le capitalisme apparaît
alors comme un moment puéril, inachevé, immature de l’humanité. « Dans la meute il faut hurler
avec les loups », écrit le professeur. Le marché est
donc le lieu de l’opinion moyenne où jouent à plein
le mimétisme et l’envie, « poison des sociétés
modernes uniformisées et indifférenciées ». « En
proclamant l’égalité de tous, on a promulgué la
déclaration des droits de l’envie », disait Balzac1.
Alors évidemment à l’heure de la mondialisation, c’est l’humanité toute entière embarquée
dans ce train de folie poussé à toute vapeur qui
court à sa perte. Les auteurs échafaudent des
pistes bien noires sur l’évolution de l’homme et de
ce système économique infernal.
Midas, Orphée, Narcisse…, les mythes et les
contes populaires nous interpellent pourtant
depuis des siècles sur notre rapport à l’argent, à
la consommation. Sans doute serait-il opportun,
tout comme la psychanalyse d’ailleurs, de les
enseigner dans les grandes écoles et les universités où sont formées les élites d’aujourd’hui.
Peut-être parmi elles se cache le Solon du XXIème
siècle ?
1. Honoré de Balzac, Beatrix, Gallimard, 1979.
2. Michel Foucault, Maladie mentale et psychologie, PUF, 4 ème
édition 2005.
ES PR IT CR ITIQUE I
211
R E FA I R E S O C I É T É
OUVRIR LA POLITIQUE À LA DIVERSITÉ
ERIC KESLASSY
NOTE DE L’INSTITUT MONTAIGNE, JANVIER 2009
PAR
VINCENT TIBERJ
mars 2009
représentation des moins de cinquante ans ou des
non-cadres. La diversité est bien en butte à un
mode de fonctionnement sclérosant des partis qui
inconsciemment ou sciemment mettent en avant
une définition du « bon candidat ». L’incapacité de
la représentation politique à « faire France »2 n’est
pas qu’une affaire de couleur, c’est aussi une
affaire de genre, de génération et de classe
sociale.
L’élection de Barack Obama n’est que le dernier événement en date scandant cruellement le
retard hexagonal en matière d’ouverture politique
à la diversité. Cette note fait office de bonne piqûre
de rappel face à un système politique qui a la
fâcheuse tendance à préférer la reproduction au
renouvellement. Comment ne pas s’interroger
avec l’auteur sur les retards français, quand on les
met en perspective avec d’autres démocraties ?
Les Etats-Unis font figure de référence à la fois
positive et négative (« le communautarisme américain »). Force est de constater que la politique
prend des couleurs dans bien d’autres pays.
L’Angleterre compte 15 députés et 28 Lords issus
des minorités visibles. Au Pays-Bas, les « nouveaux
Néerlandais » représentent 8 % des membres de
la chambre basse et 3 % de la chambre haute.
L’Italie, pays d’immigration récente, compte deux
députés issus des minorités. L’honneur français est
sauf puisque notre assemblée en compterait trois1
(hors représentants des DOM-TOM).
Avec Mariette Sineau, nous avions ainsi pu
caractériser le député français type en 2002 : un
homme (87,5 %), blanc, âgé de 58 ans en
moyenne, titulaire d’un diplôme supérieur au baccalauréat (82 %, contre 17,5 % dans la population
française), souvent issu d’une grande école
(17,5 %) et exerçant une profession intellectuelle
supérieure (49 %, contre 7 % de la population française). Obligation de désigner des femmes ? Pas
de problème : on les cherche dans les mêmes
classes d’âge et dans les mêmes milieux sociaux.3
Comment en est-on arrivé là alors que, avec
Gaston Monnerville, « protocolairement un Noir a
été le deuxième personnage de l’Etat français de
1958 à 1968 » (p. 13) ? Ce n’est pas pour rien que
l’auteur rappelle le sort fait aux femmes dans la
classe politique ; il aurait pu faire de même pour la
1. Notons qu’ici Eric Keslassy est obligé d’utiliser une « méthode
empirique » qui peut être contestée, mais qui, de par ses défauts
mêmes, montre bien le besoin qu’il y a désormais de compter,
selon des méthodes et des définitions objectives et scientifiques.
2. Michèle Tribalat, Faire France, Paris, La Découverte, 1995.
3. Mariette Sineau, Vincent Tiberj, « Candidats et députés français en 2002. Une approche sociale de la représentation »,
Revue française de science politique, vol. 57, n° 2, avril 2007.
212
I ESPRIT CR ITI QUE
R E FA I R E S O C I É T É
La représentation nationale préfère le blanc et
blanc ? C’est parce que les candidats de la diversité « n’avaient pas le niveau » (Patrick Ollier, cité
p. 41). Rien à voir avec le fait que l’UMP les investit
dans le Xème, le XVIIIème ou le XXème arrondissement
parisien… Des endroits où la gauche dépasse allègrement les 60 %. Attendons avec impatience la
performance de Patrick Ollier dans ces quartiers.
Eric Keslassy démonte exemple à l’appui la
reproduction partisane : le rôle central et dès lors
conservateur des commissions d’investiture, la
diversité de façade promue par les partis de gouvernement4, cette tendance à faire des rares élus
de la diversité des spécialistes de la politique de la
ville ou de l’intégration, comme c’était déjà le cas
des femmes en matière d’enfance ou d’éducation…
2007, seuls 42 % des Français s’y opposent
encore ; mais l’électorat n’est pas prêt, selon Nicolas Sarkozy. On retrouve des antiennes de notre
débat public, certaines de ces préconisations figurent même dans le rapport Balladur. Difficile donc
de les appliquer, dira-t-on. Certes, en bloc, c’est le
cas. Pourtant, si l’on se réfère aux autres démocraties, il suffit qu’une seule soit effectivement mise en
place pour que la représentation des minorités
progresse – mode de scrutin « conservateur » mais
primaires ouvertes (Etats-Unis), droit de vote des
étrangers (Pays-Bas) – et on voit où l’on en est.
Voilà donc une note-bilan accessible et pédagogique, qui apporte sa pierre aux voix scientifiques,
politiques et associatives qui militent déjà sur cette
nécessité démocratique : que la politique prenne
enfin des couleurs !
L’auteur pointe les blocages et leurs sources,
blocages tels qu’il ne peut que préconiser à large
spectre : faciliter en amont la diversification des
élites en multipliant des dispositifs similaires à ceux
que Richard Descoings a mis en place à Sciences
Po-Paris, modifier en profondeur le système politique (dose de proportionnelle, limite en durée et
en nombre des mandats, organisation de « primaires ouvertes » à l’américaine ou encore droit de
vote aux étrangers non-européens). Sur ce dernier
point, notons que, dans le baromètre CNCDH de
ERIC KESLASSY
Face à ce constat d’échec, Eric Keslassy fait le
compte des obstacles réels et imaginés. Il en va
ainsi d’un électorat « frileux », alors même que les
citoyens de base semblent sur ce point en avance
sur ceux qui sont censés parler en leur nom.5 Il en
va aussi de cette idée à la vie dure d’un manque
de talent des enfants de l’immigration.6 A ce sujet,
l’auteur considère qu’ils délaissent trop le militantisme partisan. On remarquera pourtant que des
militants de la diversité, il en existe et que leur
carrière commence à être longue. 7 Pour une
même ancienneté militante, on devrait s’attendre à
les voir plus souvent en haut de la hiérarchie partisane et politique...
4. Les réponses de François Hollande et Patrick Devedjian aux
demandes d’interview de l’auteur sont savoureuses : en résumé
une question qui tient à cœur mais hélas, les contraintes d’emploi
du temps…
5. Sylvain Brouard, Vincent Tiberj, Représenter la diversité : fardeau ou opportunité électorale ?, Note de la Fondation
Jean-Jaurès, n°1, septembre 2006.
6. C’est ainsi que Lionel Jospin justifie l’absence dans son gouvernement de représentant de la France plurielle (p. 43).
Etonnant quand on regarde de près les membres du Club XXIème
siècle, pour ne citer qu’eux, ou que l’on se réfère aux enquêtes
de l’Insee sur la mobilité sociale des enfants de l’immigration
(http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ip1042.pdf)
7. Voir Vincent Geisser et Yamine Soum, Discriminer pour mieux
régner, Paris, Ed. de l’Atelier, 2008.
ES PR IT CR ITIQUE I
213
R E FA I R E S O C I É T É
PETIT ÉLOGE DE LA COLÈRE
PATRICK AMINE
EDITIONS GALLIMARD, , COLLECTION « PETITS ÉLOGES », AOÛT 2008
PAR
FRANÇOIS BUSIER
janvier 2009
Restons calmes… Patrick Amine, que certains
ont pu croiser au coin d’une page ou d’une
musique, en tant que journaliste, écrivain, critique
d’art, éditeur indépendant, parolier ou comme fin
connaisseur des milieux et de la musique rock, ne
nous incite pas, ici, à ressortir de nos caves ou de
nos greniers débordants les vieilles fourches,
aujourd’hui rouillées, des souvenirs passés de nos
révolutions oubliées. Que nenni. L’objet de cet
opuscule relève plutôt du geste de salubrité personnelle, « cette colère dont je fais l’éloge ne peut
être vécue ou assumée pleinement par tous. Elle
est essentiellement violente, antisociale et souvent
pénible à supporter physiquement et psychologiquement. C’est peut-être la raison pour laquelle je
lui voue un culte inaltérable et infini ».1
Comme vous le devinez, ce livre n’est pas le
lieu de la colère mesquine, de celle qui vous étreint
lorsqu’un malfaisant s’empare d’une place de parking qui vous semblait destinée ou de celle qui
vous durcit les dents à la vue du trou dans le pull
tout neuf que vous venez d’acquérir ! Non, foin de
ces enfantillages ! Délaissons, sur l’heure, ces
anecdotes puériles ! Ce dont il est question, c’est
de cette colère tissée dans le drap et dans la transcendance dont on fait les tragédies. Patrick Amine
va jusqu’à citer même Henry James qui, en son
214
I E SPR IT CR ITIQUE
temps, en appelait déjà à « l’imagination du
désastre ».2 C’est dire…
Mais la colère peut s’avérer saine quand elle
permet de n’être pas emporté par notre propre
souffrance. De celle qui s’enracine bien au-delà de
l’irritation passagère, de celle qui vous tord le cerveau et les tripes devant l’injustice, l’incohérence,
l’absurdité et surtout devant la bêtise du monde.
Cependant, cette invitée qui ne prévient pas vaut
bien l’effort d’être apprivoisée pour devenir
constructive. Pour devenir vertu.
S’emporter pour ne pas être emporté. Car cette
majesté de l’éréthisme est une dévoreuse, qui
réclame une exigence de vigilance autant qu’un
effort surhumain pour dire l’inhumain, et le dépasser. Car il ne peut y avoir de fausse colère, d’où
cette obligation de fermeté, cette absence d’artifice, cette proximité avec le vrai et le fondamental ;
il ne peut y avoir de réelle colère sans une véritable indignation, sans le chatouillis de l’universel…
Patrick Amine n’hésite pas, d’ailleurs, à la comparer à la luxure, comme une sorte de « grâce
1 & 2. Cf. p. 10.
R E FA I R E S O C I É T É
De même que la colère peut s’emparer de tout
et de tous, Patrick Amine fait feu de tout bois en
abordant son sujet par toutes les voies qui lui semblent opportunes. Loin de l’article encyclopédiste,
il tente maintes approches et virevolte parmi ses
propres irritations et les exaspérations de personnages célèbres (Khrouchtchev martelant, chaussure
à la main, son pupitre à l’ONU), auxquelles il
ajoute les coups de sang d’auteurs qu’il qualifie de
« fulminants ».
Sa colère, tout d’abord. L’auteur se plaît à explorer des chemins de traverse qui le mènent à
arpenter quelques analyses historiques, mythologiques, psychologiques ou sociales en accompagnement et partage de quelques-unes de
ses franches fâcheries. Au-delà du fait divers ou
de l’anecdote, ce qui se lit correspond bien
à la description faite en début d’ouvrage :
« j’éprouve constamment de la colère lorsque je
sens immédiatement chez les êtres qui m’entourent leur esprit pernicieux, prêt à déverser sur vous
des idées doucereuses, assiégées de bonnes
intentions, leur sentimentalisme de quatre sous,
leurs falsifications fondamentales. L’idée reçue
distillée invariablement me soulève le cœur ». 4
Flaubert n’est pas loin… Il l’est d’autant moins qu’il
répond, en bon tempêteur qui se respecte, à
l’appel tonitruant de notre élogiste moderne, dans
un joyeux mélange des genres visant à effacer des
frontières littéraires par trop incertaines, eu égard
à la matière et au courroux que distille cet exercice
de style.
Là réside l’un des charmes les plus délectables
de ce petit ouvrage : la présence, pas du tout
chiche, d’une foultitude de références et de citations d’écrivains, à la plume – comme à l’âme,
certainement – bien trempée. Ce double regard,
personnel et littéraire, apporte à l’ouvrage une
congruence et une épaisseur des plus jubilatoires.
Au choix, selon votre humeur et vos ires : « Lorsque
les rois ne savent plus régner – les peuples s’énervent » (Louis Calaferte) ; « Je refuse de savoir ce
que peut penser des hommes de talent un homme
qui n’en a pas » (Jules Renard) ; « Etonnantes
jocrisseries des occultes (!) qui ont besoin de rires
et de grimoires pour sentir la présence du Démon,
et qui ne voient pas le Satanisme – à crever les
yeux – de leur épicier, par exemple » (Léon Bloy) ;
« Un livre est un miroir ; quand c’est un macaque
qui s’y mire, il ne réfléchit pas le visage d’un
apôtre » (Lichtenberg) ; « Car le poète – je ne parle
pas des amuseurs de toutes sortes – ne peut être
reconnu comme tel s’il ne s’oppose par un nonconformisme total au monde où il vit » (Benjamin
Péret) ; « Un déluge mal observé c’est toute une
ère entière pour rien !… toute une humanité souffrante qui a juste servi les asticots !… » (Céline) ;
« C’est vous qui devriez être en devenir, pas votre
4. Cf. p. 12.
5. Harold Pinter, l’homme en colère, Le Figaro.fr, rubrique Théâtre,
édition du 26 décembre 2008.
ES PR IT CR ITIQUE I
215
PAT R I C K A M I N E
divine immédiatement censurée ».3 Nous sommes
donc dans le lourd, dans le métaphysique, dans un
monde parallèle où la colère reprend, en fin de
compte, du poil de la Bête ; nous sommes, surtout,
loin des terres de la bien-pensance et de ses petits
arrangements entre ennemis. La colère met en
scène les corps dans l’expression de leur vérité
nue, dans cet instant où la séduction, déjà dépassée, s’avère inutile puis oubliée. À l’image de la
luxure, la colère éclate le doux vernis du spectacle
social consensuel, et c’est très certainement ce qui
heurte et choque, bien plus que l’exhibition de crudité éruptive : l’œil policé ne supporte toujours pas
ce passage de la souffrance à la fureur, d’autant
moins qu’il ne peut pas ne pas le voir. La colère ne
s’encombre de rien ; c’est une évidence à l’assaut
du lien social : la colère ne négocie pas. Fort heureusement, les excès de vertu dont aime à se parer
la civilisation constitue l’une des cibles privilégiées
de cette colère profonde et puissante, qui se
révèle, alors, colère des dieux, et qui trouve, là,
une certaine forme de noblesse. Gare aux fauxculs et aux faux-jetons en présence…
R E FA I R E S O C I É T É
foutu connard d’ordinateur » (Kurt Vonnegut) ; « La
colère est sublime et veut des mots altiers » (Boileau) ; « Indiquer les désastres produits par les
changements de mœurs est la seule mission des
livres » (Balzac) ; et, pour finir : « Je ne voudrais
pas crever avant d’avoir déversé quelques pots de
merde sur la tête de mes semblables » (Gustave
Flaubert). A bon entendeur…
Ce Petit éloge de la colère indique quelques
portes qui ouvrent à la colère : à vous de les
enfoncer furieusement ou de les pousser avec délicatesse, pour mieux exploser ensuite ! A ce titre, il
y manque une vraie colère, celle, énaurme, kolossale, lancinante, débordante et fondamentale de
l’auteur ; celle de ses exécrations les plus absolues ;
celle qui l’a poussé à écrire ces pages, à affronter
ses démons les plus obscurs pour en transformer
la matière, brute et première, en révolte pour
dépasser ainsi le simple stade de la crise de nerf
trépidante ou de l’offuscation mondaine. Le lecteur
en reste quelque peu orphelin… Car la colère produit le déchaînement d’une violence indispensable
à l’extirpation des racines d’une souffrance vécue,
désormais, comme insupportable. De celle qu’il
faut, sans doute, partager et attiser pour arracher
une séparation des églises et de l’Etat, ou défendre une conviction malmenée par des faits
barbares auxquels, pourtant, nul ne semble prêter
attention… De celle qui vous fait prendre une
arme, qu’elle soit de plomb ou de plume, pour raviver les feux mourants d’une quelconque dignité ou
lucidité. Ou de celle qui marqua tant Harold Pinter
– issu de cette génération des « jeunes gens en
colère » 5 – pour qu’il s’opposât si durement à
l’invasion de l’Irak, à l’embargo contre Cuba, aux
violations des droits de l’homme, à Tony Blair et
par tant d’autres combats, qu’il finît, en 2005 (l’année de l’attribution de son Prix Nobel de
littérature), par annoncer qu’il cesserait d’écrire
des pièces pour se consacrer à la politique. Harold
Pinter, « qui dans ses drames découvre l’abîme
sous les bavardages et se force un passage dans
la pièce close de l’oppression ». 6 Une grande
216
I E SPR IT CR ITIQUE
colère ne peut être que le fruit de la conscience
d’une atteinte inacceptable au bien commun.
Malheureusement, il arrive que les voix se taisent
aussi…
Pour Patrick Amine, et pour en finir, une
saine colère est « le propre de l’homme qui reste
debout » 7 ; elle se doit de « posséder cette fierté
nue qui lui donne tant de qualités, et une souveraineté insoupçonnée », et dont « le charme n’existe
que pour les courageux ».8 Alors, restons calmes,
mais pas trop. Louons notre colère à l’heure rouge
d’en lâcher les chiens enragés et furieux, afin de
dévorer avidement la vie à pleines dents ; ordonnons de même, à ceux de nos molosses les plus
féroces – sorte de cerbères libérés de leur condition de gardiens – d’aller mordre, bien plus
cruellement encore, la bêtise et l’injustice au cul.
6. Voir http://www.svenskaakademien.se/web/02a9e228-b5134fdd-9daf-0df79777bc07.aspx
7. Cf. p. 20.
8. Cf. p. 138.
R E FA I R E S O C I É T É
LE PLAN VERMEIL
Modeste proposition
RÉGIS DEBRAY
EDITIONS GALLIMARD, HORS-SÉRIE CONNAISSANCE, OCTOBRE 2004
PAR
GILLES FINCHELSTEIN
Régis Debray – ou, plutôt, un faux Régis Debray –
a publié un livre, intitulé Le plan vermeil. Il s’agit
d’un rapport – ou, plutôt, d’un faux rapport – consacré au vieillissement de la population française dans
lequel, pour dénoncer le cynisme de notre société,
il propose un certain nombre de mesures radicales
visant à « réduire » le nombre de personnes âgées.
La Fondation Jean-Jaurès s’est « procurée » la note
– ou, plutôt, la fausse note – préparant l’entretien
d’un faux ministre avec Régis Debray. Puisque le
procédé semble à la mode, elle est signée par un
mystérieux Monsieur Y – Gilles Finchelstein, en effet,
ne souhaite pas être identifié comme auteur de cet
exercice périlleux.
Le conseiller spécial
Monsieur le Ministre,
Vous allez recevoir Régis Debray, auteur du
rapport intitulé Le plan vermeil consacré au vieillissement de la population française. Il formule des
propositions novatrices et radicales permettant de
« rééquilibrer » notre pyramide des âges : vous
trouverez en pièce jointe une synthèse de ce
rapport. Aussi, la présence note a pour objet exclusif de vous proposer un guide d’entretien.
Avant cela, parce que je sais que vous avez
hésité, je tiens à vous dire que je suis convaincu
de l’utilité de ce rendez-vous avec Régis Debray.
Bien sûr, il est inutile d’insister sur l’inopportunité
de ce rapport dont la commande, le choix du
thème comme l’identité de l’auteur constituent
« l’héritage » de votre prédécesseur – un de plus,
merci pour lui… Je mesure combien cet entretien
peut vous être pénible : quoi de commun, en effet,
entre lui et vous ? Entre le « philosophe » ringard
et l’économiste moderne ? Entre le ronchon invétéré et le volontariste impénitent ? Entre la
glorification du passé et la projection dans le futur ?
Entre la dernière trace du gaullisme et la nouvelle
version du libéralisme ? Entre l’attachement désuet
à l’écrit et le choix assumé de l’oral ? Entre
l’idéologue qui ne pense que « systèmes » et le
pragmatique qui ne parle que « résultats » ? Entre
l’ex-gauchiste français revenu de tout, et d’abord
de l’Amérique du Sud, et la droite mondialisée qui
est chez elle partout, et d’abord en Amérique du
Nord ? Oui, nous nous connaissons depuis trop
longtemps pour que j’ignore tout cela. Mais il faut
malgré tout en passer par là… « La tradition
républicaine », ont avancé certains membres de
votre équipe – vous voyez jusqu’où peut aller la
contamination de ces concepts éculés ! Non !
Le seul argument qui justifie ce rendez-vous est
ES PR IT CR ITIQUE I
217
R É G I S D E B R AY
février 2005
R E FA I R E S O C I É T É
– évidemment – l’écho médiatique que nous
allons lui donner : la photo dans Paris Match est
acquise, l’image dans le 20 heures reste possible,
nous négocions de bonnes reprises dans quelques
journaux « amis ». J’ajoute que cela peut permettre
en outre d’assourdir l’écho de la publication du
douloureux plan « PXK2 » qui sera – opportunément – rendu public le même jour…
S’agissant du constat formulé par Régis Debray,
il est banal mais, reconnaissons-le, il n’est pas
bancal. Tous les chiffres qu’il avance sur le vieillissement de la population française, sur ses
incidences négatives pour la croissance économique ou sur ses conséquences dramatiques pour
l’équilibre de la Sécurité sociale sont parfaitement
exacts – je les ai fait vérifier par la Direction de la
prévision, de l’anticipation et de la futurologie.
Régis Debray aurait pu être un parfait technocrate !
Dites-le lui d’emblée : je ne sais s’il y verra un
éloge de sa rigueur ou s’il le percevra comme une
critique de sa banalisation, mais cela le déstabilisera peut-être… et cela vous amusera sûrement.
S’agissant du style de son rapport, la plume est
classique mais, reconnaissons-le également, la
plume est agile. Si j’osais, je dirais que ses
formules n’ont pas toujours de sens mais qu’il
conserve le sens de la formule ! Je vous en cite
quelques-unes consacrées à la vieillesse et à la
mort, piochées au hasard mais qui lui donneront
l’impression, à laquelle il sera sensible, que vous
avez lu personnellement son rapport. « Ellipse des
soins funéraires, inflation des soins intensifs » ; « le
flux oxygéné contre le stock oxydé », « ceux pour
qui demain ne sera pas un autre jour mais le
même en pire », « savoir s’il convient de donner à
chacun sa propre mort ou à tous une mort propre ».
Je m’arrête là en vous mettant malgré tout en
garde sur le point suivant : n’abusez pas du dithyrambe sur son style. D’abord, parce vous ne serez
pas le premier. Ensuite, parce qu’il prendra cela
comme une diversion. Enfin, parce que je me
souviens que, dans l’un de ses précédents essais
218
I E SPR IT CR ITIQUE
autobiographiques – Les masques, je crois –, il
avait écrit que « le style n’est pas l’homme mais la
revanche de ce qu’il se veut sur ce qu’il est ».
S’agissant des idées du rapport de Régis
Debray, il convient, vous vous en doutez, d’en
prendre un peu et d’en laisser beaucoup… Elles
ont déjà été exprimées maintes fois, par lui ou par
d’autres, mais certaines peuvent alimenter agréablement votre entretien. Pour vous donner un
exemple que vous pourrez utiliser, les développements qu’il consacre au « passage d’une société
de transmission, où le temps est la dimension cruciale, à une société de communication immédiate,
où l’espace tient la vedette », ne sont pas inintéressants. Il explique que nous assistons à une
inversion du « fléchage du temps », que « pendant
deux millénaires, les hommes se sont vieillis pour
se valoriser », que « pour accréditer un mythe et le
rendre respectable, les Grecs le proclamaient
égyptien ; les Romains, grec ; et les seigneurs
médiévaux, romain ». Il ajoute que « nous sommes
la première civilisation où la compétence acquise
fait obstacle aux compétences à acquérir ; où le
jeune se débrouille mieux que l’ancien ». Pas mal
vu et bien écrit, non ?! Vous pouvez abonder en
son sens et l’illustrer de ces anecdotes hilarantes
que vous m’avez racontées à propos de votre fils
et de son ordinateur : cela créera une connivence
entre Régis Debray et vous – en dépit de la différence d’âge, nous sommes toujours le vieux
schnoque de quelqu’un !
S’agissant, enfin, de la proposition principale
formulée par le rapport, je me permets d’insister
sur la nécessité d’une prudence extrême. Pour
lutter contre le vieillissement de la population
Régis Debray propose, vous le savez, la solution
du « regroupement », « sur un territoire propre » et
« autonome », « exclusivement consacré à l’aménagement prophylactique d’un happy end », d’un
million de personnes âgées chaque année. Poussant la précision plus loin encore, il suggère même
– ce qui ne lui était aucunement demandé – de
R E FA I R E S O C I É T É
R É G I S D E B R AY
localiser ce futur Bioland en Ardèche. La proposition, évidemment, ne nous choque aucunement
par son cynisme – elle nous inquiéterait presque
par son modérantisme. Nous travaillons à une opération d’une plus grande ampleur qui, pour être
réussie, doit être préparée avec minutie. Votre
conseiller juridique vérifie que la constitution de ce
« territoire autonome » serait compatible avec les
normes communautaires – ce qui ne m’inquiète
guère. Votre conseiller budgétaire doit apprécier si
l’objectif d’un million annuel de personnes âgées
« regroupées » est suffisant – ce dont je doute.
Votre conseiller politique doit étudier si l’Ardèche
est le département le plus pertinent – ce dont je
doute également : un département comme le Gers
me semble plus prometteur (plus chaud, il serait
plus « productif » quantitativement, plus à gauche,
il serait moins pénalisant politiquement). Votre
conseiller opinion doit réaliser une grosse étude
qualitative auprès non seulement de la cible en
question mais aussi – c’est déterminant – de notre
électorat et notamment des femmes de plus de
cinquante ans qui pourraient être choquées (en
raison d’une espérance de vie plus longue et
d’une sensibilité plus forte). Votre conseiller presse,
enfin, doit proposer un média planning à la hauteur de l’événement. Bref, nous travaillons avec le
professionnalisme que vous connaissez à l’opération dont le nom de code reste « OM3M » – objectif
moins trois millions. N’en dites donc pas un mot à
Régis Debray. Faites-lui même croire, au contraire,
que son idée se heurte à bien des obstacles. Il ne
sera pas surpris et nous ferons « fuiter » une petite
phrase pour brouiller les pistes.
Une dernière idée. Lorsque vous raccompagnerez Régis Debray – la porte de votre bureau serait
trop peu, le hall de l’Hôtel des ministres serait trop,
l’entrée de l’ascenseur conviendra – glissez-lui un
dernier mot : dites-lui qu’il a bien vieilli. Je crois
que c’est vrai.
ES PR IT CR ITIQUE I
219
R E FA I R E S O C I É T É
LIBERTÉ, ÉGALITÉ, SEXUALITÉS.
Actualité politique des questions sexuelles
CLARISSE FABRE et ERIC FASSIN
EDITIONS BELFOND - LE MONDE, OCTOBRE 2003
PAR
DENIS QUINQUETON
novembre 2003
Un avertissement, d’abord. L’auteur de ces
lignes – voilà que je parle de moi à la troisième
personne maintenant ! – a quelque chose à voir
avec les questions traitées dans cet ouvrage.
« Comme tout le monde et c’est rassurant », se dira
le lecteur dans un sourire. Certes, mais un peu
plus que tout le monde puisque j’ai eu la chance
de faire partie des quelques fous qui, en 1992, se
sont mis en tête de trouver les moyens politiques
de créer un cadre juridique pour les couples
– hétérosexuels et homosexuels – qui ne veulent
pas ou ne peuvent pas se marier. Ce fut le d’abord
le contrat d’union civile. Ce fut finalement le pacte
civil de solidarité. Voilà pour l’avertissement.
Risquons-nous maintenant à de l’humour caricatural : quel est le point commun entre Christine
Boutin, Monica Lewinsky, le juge Clarence
Thomas, Coluche et sa définition cynique du viol,
le clandé de la rue de Choiseul de Michel Audiard
et « ça glisse au pays des merveilles » à l’affiche
d’un cinéma de Pigalle ? Le livre d’entretiens de
Clarisse Fabre, journaliste politique au Monde, et
Eric Fassin, sociologue, américaniste, enseignant
à l’Ecole normale supérieure et chercheur au laboratoire de sciences sociales (ENS/EHESS).
220
I ESP RIT CR ITI QUE
Soyons sérieux à présent, car justement les
auteurs nous proposent de l’être sur des sujets
importants que la tradition française – est-ce la
seule ? – a plutôt tendance à évacuer d’un éclat
de rire gras et rougeaud. « Liberté, égalité, sexualités » est un livre organisé et pédagogique qui
donne à penser. Entre l’introduction et la conclusion
se déroulent sept chapitres : l’épouvantail américain ; le Pacs et au-delà ; parité et discrimination
positive ; harcèlement sexuel ; violences sexuées,
violences sexuelles ; prostitution ; pornographie.
Pour chacun des chapitres, une chronologie
partielle et judicieuse aide à fixer la problématique.
L’ensemble est complété d’annexes, textes de
loi, études, statistiques et d’une bibliographie
fournie. Tout ça ressemble un peu à un « manuel
des castors seniors » du citoyen. Bien.
Les auteurs ont le goût du risque. Le premier
chapitre est consacré à l’Amérique, entendez les
Etats-Unis. Mais on y parle d’autre chose que des
délires hallucinés d’un président élu à coup de
cartes mal perforées sous le soleil de Floride. On y
lit une analyse de l’appréhension des questions
sexuelles par la société américaine et de son « dialogue » sur ces mêmes questions, avec la société
française. En pleine guerre d’Irak, alors que la
France – par la voix de son président et le lyrisme
de son ministre des Affaires étrangères – est à
deux doigts de bouter hors de son territoire, une
deuxième fois, les bases américaines de l’OTAN
(oui je sais ce n’est la peine, c’est fait depuis quarante ans, mais c’est une image...), il fallait oser.
Mais ça valait le coup. Car, effectivement, il y a
bien « dialogues » entre les sociétés de part et
d’autre de l’Atlantique sur ces questions. Avant de
le lire, il faut bien sûr évacuer de son esprit la simplification qui consiste à dire, comme on se réjouit
dans les beaux quartiers, que les Portugaises font
quasi génétiquement bien le ménage (pardon pour
elles), que les Américains sont puritains et obsédés par les questions sexuelles tandis que les
Français en parlent beaucoup moins mais le font
beaucoup plus !
J’ai écrit plus haut que ce livre constituait une
sorte de « manuel des castors seniors » du citoyen.
Cette remarque ne commentait pas seulement la
forme. Elle portait aussi sur le fond. Le sujet ou plutôt les sujets traités – Pacs, parité, harcèlement
sexuel, violences sexuées, violences sexuelles,
prostitution, pornographie – se sont tous invités
ces dernières années dans le débat politique, parfois avec quelques tonitruances. Les polémiques
furent vives, les opinions tranchées, les oppositions
parfois violentes. D’aucun n’y ont vu que de la
poudre jetée par les responsables politiques
en mal de différenciation aux yeux de citoyens
abusés. C’est bien connu, paraît-il, les « vraies »
questions ne seraient qu’économiques et les
« vrais » problèmes ne seraient que sociaux. Ce faisant, on conteste la place de ces questions
sexuelles dans le débat politique en oubliant que
toutes renvoient à un enjeu général pas moins
important que l’enjeu économique : l’ordre symbolique, c’est-à-dire les normes qui organisent la vie
en société. Rien de moins.
escroquerie, intellectuelle elle aussi, qui a la vie
dure depuis si longtemps. Ecrivons-le à tout
hasard, il n’est donc pas interdit d’être en désaccord avec les auteurs. Mais après le 21 avril 2002,
ce livre se pose comme une pierre sur laquelle
nulle chapelle n’est à bâtir. Une pierre dans le
jardin dévasté et asséché du débat politique. Dans
une société en manque de valeurs, disons plutôt
de repères tant le mot « valeur » est marqué économiquement ou négativement, Clarisse Fabre et
Eric Fassin nous convient à ne pas escamoter un
débat essentiel autour des mœurs, des modes de
vie que l’on ne saurait confier uniquement au marché ou à la religion. De ce point de vue, les deux
dernières polémiques en date autour de l’école
– le port du voile et le port du string – font,
sans mauvais jeu de mots, froid dans le dos. Et
incontestablement, ce débat mérite mieux qu’un
9 octobre 1998 et des députés qui oublient de
venir en séance. Incontestablement, ce débat vaut
plus qu’un lundi de Pentecôte.
Bien sûr, ce livre prend parti dans le débat.
Deux intellectuels ne peuvent être décervelés au
point d’être « objectifs ». Ah ! « L’objectivité », cette
ES PR IT CR ITIQUE I
221
C L A R I S S E FA B R E
E R I C FA S S I N
R E FA I R E S O C I É T É
R E FA I R E S O C I É T É
LA LAÏCITÉ, CENTRE DE L’UNION
JEAN-MICHEL REYNAUD
EDITIONS GRAFFIC / BRUNO LEPRINCE, 2003
PAR
PASCAL JOSEPH
décembre 2003
Rappels au règlement
Il en va des bons ouvrages comme d’un verre
de whisky chez Boris Vian, certains en prennent
pour s’endormir, d’autres pour se réveiller. C’est
toute l’utilité du précis que livre Jean-Michel
Reynaud, La Laïcité, centre de l’union, dernière
parution de l’Encyclopédie du socialisme1, dans le
cadre d’une nouvelle collection lancée à l’initiative
de Denis Lefebvre.
En effet, on pourra lire l’ouvrage en se disant
que rien de nouveau sous l’œil de la Raison, mais
qu’il n’est jamais inutile de réviser ou qu’à l’aune
de la réalité contemporaine, nous sommes en train
de perdre l’essentiel et qu’alors, l’heure est à la
mobilisation des esprits.
Si l’actualité récente vient de rendre un bel
hommage à une notion naguère défendue par des
colliers de barbes sans moustaches, force est de
déplorer que, en cette matière, la confusion est
maîtresse du logis national. C’est pourquoi le
mérite de Jean-Michel Reynaud est de reprendre,
de manière pédagogique, mesurée et ferme, l’état
de la question, en évitant deux écueils : le rappel
professoral d’une idée morte, dont il ne resterait
plus que quelques adorateurs en blouse grise ;
222
I E SPR IT CR ITIQUE
l’invention d’une cuisine nouvelle qui viserait, au
nom de la perpétuation du vocable, à la mort du
concept.
Rien ne sert à toute force de se persuader du
mélange possible de l’eau et de l’huile. Dans ce
débat on ne peut plus inactuel, puisque consubstantiel à l’idée même de République, l’auteur
retrace les contours du concept vivant de laïcité et
les éléments les plus récents du débat.
Sans y revenir ici, l’examen historique dressé
par l’auteur montre s’il en était besoin que loin
d’être la recherche à tout prix de la paix sociale, le
principe laïque a été une révolution dans la
pensée, pour oser affirmer qu’un citoyen en République est d’abord le produit de la culture au lieu
de la nature. Premier rappel au règlement.
La laïcité pose la question du vouloir vivre
ensemble et de la manière de créer de l’unité à
partir de ce qui est épars. Elle postule l’homme
1. Déjà parus : Louis Levy, Vieilles histoires socialistes ; Pierre
Serne, Le Parti socialiste 1965-1971 ; Jean-Frédéric Desaix,
Christian Pineau, De la Résistance à l’Europe ; Léon Blum, Textes
socialistes 1919-1920 ; recueil de deux textes de Jean Jaurès,
« Socialisme et Liberté » (1898) et « Discours à la jeunesse »
(1903).
R E FA I R E S O C I É T É
A l’heure où la grande trouille agit comme un
principe de précaution, il n’est sans doute pas inutile de rappeler que la laïcité a été et reste un
combat. Qu’on se reporte à nos livres d’histoire
pour voir que l’établissement des inventaires
comme naguère le rapatriement des registres
d’état civil ne se sont pas faits dans la dentelle.
Deuxième rappel au règlement.
Sommes-nous confrontés au retour du religieux
(au nom d’une fameuse phrase que l’on attribue à
Malraux quand on a tout oublié de lui) ou plus
sûrement à un refuge dans des valeurs redécouvertes, voire importées, signes avérés de l’échec de
l’intégration républicaine ? Et dans quelle France
voulons-nous vivre ? Dans une France laïque ou
concordataire ?
Troisième rappel au règlement : l’Etat est areligieux. La question posée n’est pas de savoir
comment l’Etat se situe par rapport au fait religieux,
à quoi l’on résume trop souvent le débat. La laïcité
n’est pas un principe de neutralité mais la condition
première de l’organisation de notre société. Ce par
quoi l’on voit que la laïcité n’est en rien tolérance (il
y avait des maisons pour cela) mais concorde universelle, organisée autour du dogme des dogmes :
la liberté absolue de conscience.
La laïcité n’est donc pas un supplément d’âme
sans saveur et sans odeur dont le périmètre rétrécit au gré des coups de boutoirs de la religion.
Elle s’organise autour d’une « déontologie laïque »
selon l’expression d’Henri Pena Ruiz, à savoir une
théorie de devoirs et une pratique claire des comportements, produit d’une histoire des peuples, qui
n’est en rien laissée au libre choix des individus ou
des communautés.
Le débat sur l’enseignement du fait religieux à
l’école et le port du voile montrent tout à la fois le
caractère réducteur et quotidien de la manière
dont a ressurgi la question laïque. Ce n’est pas le
moindre des paradoxes que de voir aujourd’hui
Régis Debray, revenu de son « revival » républicain
de 1989, défendre au nom de conversions sans
cesse renouvelées non l’enseignement d’une
approche spirituelle, mais du confessionnel.
Le rapport à l’école est donc fondamental2, non
point parce qu’il faudrait savoir comment des gens
différents par la terre et la religion peuvent partager un même espace sans heurts, mais comment
des êtres semblables en droits et en devoirs peuvent émerger de la forge républicaine. Quatrième
rappel au règlement.
La seule querelle qui fasse sens est bien celleci : sommes-nous prêts à promouvoir une société
de liberté, d’égalité et de fraternité ? Il est vrai que
les facteurs d’intégration, oriflammes de la République, sont en berne : le service national est mort
de son inéquité, l’école est en crise, le travail se fait
rare et cher. En outre, la laïcité aujourd’hui souffre
d’être invisible, au contraire d’un voile, d’une croix
ou d’une kippa.
Alors comment répondre à l’offensive puisque
c’en est une ? Parmi les propositions, il en est une
qui peut faire sourire, mais qui est plus sérieuse
qu’il n’y paraît puisqu’elle pose la question de
l’unité de la République : celle de revenir sur les
différents statuts en métropole comme en outremer, avec la remise en cause du Concordat.
Ensuite, appliquer 1905.
2. On relira avec intérêt la fondatrice « Circulaire adressée par
monsieur le Ministre de l’Instruction publique aux instituteurs
concernant l’enseignement moral et civique » plus connue sous
l’expression « Lettre aux instituteurs » de Jules Ferry, dont le
120ème anniversaire (17 novembre 1983) est passé totalement inaperçu.
ES PR IT CR ITIQUE I
223
JEAN-MICHEL REYNAUD
libre, « même si partout il est dans les fers » comme
l’écrivait Rousseau. Du jour de janvier 1793 où les
Français ont tranché définitivement le lien entre le
pouvoir et le spirituel, est né le citoyen, car ici commence le pays des hommes libres.
R E FA I R E S O C I É T É
Mais, il faut aussi donner à voir et à intégrer.
Faut-il ainsi interpréter, et c’est ici une liberté avec
le texte de l’ouvrage, la proposition d’un service
civique récemment déposé au Parlement par le
groupe socialiste ? L’auteur propose de créer des
fêtes civiques et des cérémonies civiles. La République, en rompant avec le calendrier chrétien,
donnait chair et couleurs aux principes fondateurs :
fêtes de la moisson, de l’amour, de la fraternité…
Autant de pistes qu’il serait bon d’investir et de
concrétiser pour donner sens à ce qui a créé la
République, tant il est vrai que l’on n’aime et
défend que ce que l’on partage.
224
I E SPR IT CR ITIQUE
SCÈNE ET ACTEURS
Mémoires, biographies, épopées, drames, récits,... C’est à hauteur d’hommes que se respire
le monde puisque c’est à cette échelle que se déploie la vie. Racontée – storytellée dirait-on
aujourd’hui – par des médias en pleine métamorphose, cette Histoire tissée d’histoires prend
aussi la forme de fictions, expositions et représentations qu’il est important de saisir, tant les signes
que fait une société d’hommes, si divers soient-ils, renvoient chacun à un sens et à un enjeu.
- I A hauteur d’hommes
(portraits ; bios ; destins ; histoire)
SCÈNE ET ACTEURS
HISTOIRE D’UN ALLEMAND
Souvenirs 1914-1933
SEBASTIAN HAFFNER
EDITIONS ACTES SUD, COLLECTION BABEL, SEPTEMBRE 2004
EDITION REVUE ET AUGMENTÉE. TRADUIT DE L’ALLEMAND PAR BRIGITTE HÉBERT
PAR
DENIS QUINQUETON
décembre 2009
complètement fermé, le nazisme. On put alors
entendre l’histoire des déportés, des assassinés,
entre nuit et brouillard. On sortit, ici, en France, de
l’enluminure d’un pays résistant pour commencer
à découvrir une réalité plus nuancée. Finalement,
on tenta de comprendre ce qui s’était passé, comment la démocratie avait enfanté la barbarie. Et
nous voici avec cette Histoire, de Sebastian
Haffner. Son histoire.
Comme il l’écrit dans le prologue, « il peut arriver
qu’un événement historique ne laisse presque pas
de trace dans la réalité vraie, c’est-à-dire dans la
vie la plus authentique, la plus intime de l’individu.
Il peut, au contraire, la ravager jusqu’à n’en rien
laisser intacte. (...) 1890 : Guillaume II renvoie
Bismarck. C’est certainement une date importante,
inscrite en gros caractères dans l’histoire de l’Allemagne. Mais il est peu probable qu’elle ait fait date
dans l’histoire d’un Allemand, en dehors du petit
cénacle des gens directement concernés. La vie
suit son cours. Pas de famille déchirée, pas d’amitié brisée, pas de départ pour l’exil. Pas même
l’annulation d’un rendez-vous galant ou d’une
soirée à l’opéra. Les amours malheureuses n’en
furent pas moins malheureuses, les amours
heureuses n’en furent pas moins heureuses, les
pauvres restèrent pauvres et les riches restèrent
ES PR IT CR ITIQUE I
229
SEBASTIAN HAFFNER
Cette histoire, finalement, il l’avait gardée pour
lui. Elle ne fut publiée qu’en 2000. Sebastian
Haffner, Raimund Pretzel de son vrai nom, est né
en 1907. Il s’est exilé en 1938, passant quelques
semaines à Paris avant de s’installer en Angleterre
où il tente, en vain, de former un gouvernement
allemand exilé doté de son propre service de
propagande et d’une organisation d’aide aux réfugiés. Son idée ne put s’imposer en raison des
divisions internes entre les mouvements de résistance allemands qui, bien que peu nombreux,
furent divers et soumis aux vents contradictoires de
l’histoire. Il vécut en Angleterre dans la précarité
jusqu’en 1954. Juriste de formation, magistrat
stagiaire à Berlin au début des années 1930, il
mènera, à son retour en Allemagne, une carrière
de journaliste et d’historien reconnu. C’est après
sa mort, en 1999, que l’on a retrouvé dans ses
archives cette Histoire d’un Allemand. Elle répondait, en 1939, à une commande de l’éditeur
Warburg, qui resta sans suite probablement pour
cause de guerre. Après, il se peut bien qu’elle
restât rangée dans un de ses tiroirs parce qu’on ne
pouvait pas l’entendre, cette Histoire d’un Allemand.
Il y avait tant d’autres histoires plus dramatiques,
plus épouvantables, qu’on n’entendait pas non
plus. Le temps fit son travail qui nous permit de
détailler ce qui fut d’abord un bloc ignoble
SCÈNE ET ACTEURS
riches. Et maintenant, en regard, cette autre date :
1933, Hindenburg nomme Hitler chancelier. Un
séisme ébranle soixante-six millions de vies
humaines ». C’est dans ce rapport singulier à l’Histoire qu’il inscrit efficacement sa démarche
d’écrivain, de témoin, puisque c’est avec sa vie,
avec les événements qui passèrent à portée de
son regard ou de son cœur qu’il construit cette
Histoire d’un Allemand. A plusieurs reprises, et
c’en est frappant, Sebastian Haffner s’excuse de
trop parler de lui. Comme une candide pudeur
dans un exercice qui, par essence, doit le dévoiler.
Il s’excuse et se justifie, à raison, car l’histoire n’est
pas faite que de héros et de chefs d’Etat. « Il faut
lire les biographies, non pas celles des hommes
d’Etat, mais celles, trop rares, de citoyens ordinaires, inconnus », souligne-t-il. L’auteur utilise
donc sa vie ordinairement dévastée par le nazisme
pour interpeller ses contemporains, non sur son
sort mais sur le sort et l’avenir des Hommes. De
tous les Hommes. C’est la force, extraordinaire
cette fois, de ce récit à la lecture duquel nous
accompagnons un enfant allemand, âgé de sept
ans en 1914, qui grandit dans une famille patriote
et devint un adulte amoureux, déchiré, un intellectuel engagé dans un « duel » perdu d’avance.
Duel, le mot est de lui. Le chapitre quinze, qui
achève la partie dans laquelle il plante le décor de
sa vie, tient en quelques mots : « Nous sommes
arrivés. Le trajet est terminé. Nous voici sur le pré.
Le duel peut commencer. » Le duel ? Avec le
nazisme, ce régime fétide dont il décrit précisément la perversion. La moindre, d’ailleurs, n’est
pas d’inciter au duel alors que c’est la force de
l’ensemble qu’il faudrait mettre en branle contre le
totalitarisme. Mais voilà, le nazisme s’insinue
jusqu’à l’intime. « Mes démêlés avec le Troisième
Reich ne représentent pas un cas isolé. Ces duels
dans lesquels un individu cherche à défendre son
individualité et son honneur individuel contre les
agressions d’un Etat tout-puissant, voilà six ans
qu’on en livre en Allemagne, par milliers, par centaines de milliers, chacun dans un isolement
230
I ESPRIT CR ITIQUE
absolu, tous à huis clos. Certains des duellistes,
plus doués que moi pour l’héroïsme ou le martyre,
sont allés plus loin : jusqu’au camp de concentration, jusqu’à la torture, jusqu’à avoir le droit de
figurer un jour sur un monument commémoratif.
D’autres ont succombé bien plus tôt : aujourd’hui,
ils récriminent sous cape dans la réserve de la SA ».
Comment sortir du huis clos sinon par la politique ?
Mais la réponse de Sebastian Haffner est terrible.
Pour « parachever » l’accession des nazis au pouvoir, il souligne qu’une « chose était indispensable :
la lâche trahison de tous les chefs de partis et
d’organisations auxquels s’étaient confiés les
cinquante-six pour cent d’Allemands qui, le 5 mars
1933, avaient voté contre les nazis ». « Seule cette
trahison, insiste-t-il un peu plus loin, explique le
fait, apparemment inexplicable, qu’un grand
peuple, qui ne se compose pas exclusivement de
poltrons, ait pu sombrer dans l’infamie sans résistance ». C’est, en effet, l’honneur de la politique
que de permettre de faire ensemble, de construire
ensemble, de résister ensemble. C’est son déshonneur d’y échouer ou – pire – d’y renoncer.
Et c’est aussi en politique que l’on peut borner,
poser des limites aux petits compromis du quotidien. Que l’on peut, à partir d’un événement,
donner de la force à un acte de résistance. Et
donner un sens puissant et fécond à une sorte de
limite au-delà de laquelle on est dans l’inacceptable. Mais, en Allemagne, les politiques ont fait
défaut. Alors, le huis clos a continué et nombreux
sont ceux, probablement, qui se sont interrogés :
quel acte faut-il refuser ? A partir de quand
n’accepte-t-on plus ? C’est la question qui traverse
l’ensemble de cette Histoire. Et là encore, la
réponse est terrible. A partir de quand n’acceptet-on plus ? Trop tard. Alors qu’il suit une sorte de
« stage d’embrigadement » organisé par les nazis
à destination des juristes stagiaires, Sebastian
Haffner cherche à borner son action : « Il y a des
choses à ne pas faire, jamais : ne rien dire moimême dont j’aurais honte plus tard. Tirer sur une
cible, d’accord. Mais pas sur des gens. Ne pas me
SCÈNE ET ACTEURS
lier. Ne pas me vendre... Quoi encore ? Mais tout
le reste était déjà abandonné, perdu. Je portais un
uniforme, un brassard avec une croix gammée. Je
me mettais au garde-à-vous et j’astiquais mon fusil.
(...) Que répondre au juge qui me demanderait : tu
portes une croix gammée. Tu ne le veux pas ?
Bien. Alors, pourquoi le fais-tu ? Aurais-je dû refuser, dès le premier jour, au moment où on nous
avait distribué les brassards ? Déclarer d’emblée :
Non je ne porterai pas ce truc, et le piétiner ? Mais
ç’aurait été une folie, et surtout ridicule. Tout ce
que j’y aurais gagné, ç’eût été de me retrouver
dans un camp de concentration au lieu d’aller à
Paris. (...) Et je serai sans doute mort – pour rien ;
pour une donquichottade pas même publique.
Ridicule ». Là s’exprime aussi l’incroyable force de
ce témoignage. A des analyses pénétrantes sur la
mainmise des nazis allemands sur l’ensemble de
la société allemande, il ajoute un témoignage
lucide où il ne se donne pas le beau rôle mais où
il joue le sien.
SEBASTIAN HAFFNER
En 1934 fut créée à Paris, à l’initiative de
Heinrich Mann, André Gide et Romain Rolland,
une Bibliothèque des livres brûlés en Allemagne :
« Deutsche Freiheitsbibliothek », littéralement la
« Bibliothèque allemande de la liberté ». Elle
rassemblait des œuvres qui avaient été interdites
et brûlées par les nazis lors de l’autodafé de livres
en 1933. Si l’on créait son pendant contemporain,
une sorte de bibliothèque contre la barbarie et le
totalitarisme, Histoire d’un Allemand y figurerait en
bonne place, à côté du Complot contre l’Amérique
de Philip Roth et de Conscience contre Violence
de Stefan Zweig. Autant d’honorables tentatives de
nous avertir des folies des Hommes. Pour les
étourdis, les Hommes, c’est nous.
ES PR IT CR ITIQ UE I
231
SCÈNE ET ACTEURS
MONSIEUR BOB
OLIVIER BAILLY
EDITIONS STOCK, 2009
LE VIN DES RUES
ROBERT GIRAUD
EDITIONS STOCK, 2009
PARIS INSOLITE
JEAN-PAUL CLÉBERT
EDITIONS ATTILA, 2009
UN PARISIEN À TRAVERS PARIS
PHILIPPE MEYER
EDITIONS ROBERT LAFFONT, 2009
PAR
THIERRY GERMAIN
septembre 2009
En ce temps-là, coude au comptoir, l’on savait
être facétieux. A l’heure de commander, vous pouviez sans indisposer quiconque opter pour un
staline, un socialiste, un chômeur ou un mendès,
soit un verre de vin rouge, un rosé, un verre d’eau
ou un demi de lait. Les mélanges étaient déconseillés (l’Histoire a prouvé qu’ils n’étaient pas
toujours digestes) et, quelque soit la combinaison,
l’épilogue était écrit d’avance. Une affichette fort
opportunément placée au dessus du bar vous le
redisait en terme simples : « Surtout n’oubliez pas
de payer. Même si vous buvez pour oublier ».
Tout le monde ne boit pas pour oublier. « On dit
que je bois beaucoup. C’est faux. Je bois tout le
temps ». Cette forte remarque est d’un drôle de
personnage qui tient de véritables sièges dans des
gargotes aujourd’hui mythiques : le Café de l’Institut rue de Seine (chez Fraysse pour les habitués),
les Quatre sergents de La Rochelle rue Mouffetard
232
I E SPR IT CRITIQUE
ou le Bar Bac dans les mêmes latitudes. C’est que,
« braconnier de l’éphémère », Robert Giraud,
« Monsieur Bob » pour la postérité, travaille à « herboriser » des spécimens humains et raconte autant
qu’il les fabrique à longueur de tournées des Mystères de Paris maison. Lorsque « l’habitué du bout
du zinc aimante son essaim de nez piqués », c’est
pour exercer, respecté de tous, ses talents de
conteur et son apostolat envers la mémoire populaire.
De l’inlassable « pas du promeneur qui n’en finit
pas d’arpenter les heures de l’insomnie » (Michel
Ragon), Monsieur Bob exerce une vocation que la
vie peu à peu lui a collé en pognes et qu’il finit par
traduire ainsi : « se faire l’intermédiaire de ceux qui
n’ont que leur peau pour tout manuscrit ». Nuit
après nuit, il part récolter ces « fleurs de bitume »
dont parlait Audiard, cette poésie ambiguë de la
cloche et de la misère que le papier imprimé rend
SCÈNE ET ACTEURS
Journaliste, bouquiniste, voleur de chat à l’occasion lorsqu’il n’est pas dans l’attente d’une
embauche à la tâche, résistant, poète, romancier,
Robert Giraud sait parler et sait de quoi il parle. Sa
plume que le chômage a éloignée des journaux,
son refus de la société que la résistance et la prison ont aiguisé, sa poésie que les vers ne savent
plus assouvir vont trouver dans la comédie
humaine des cafés et de la cloche un univers où
s’accomplir. La différence avec tant d’autres : l’absolu de cette démarche, et sa pudeur.
Absolue car personne n’a autant que Robert
Giraud la capacité d’être véritablement et totalement immergé dans cet univers de la zone et du
zinc. Ainsi que le constate Robert Doisneau qui
passe en sa compagnie des centaines d’heures
accoudé aux comptoirs, à rechercher un « sujet »
qui convienne. Et lorsque Giraud explique au
géant difforme finalement choisi que cet honneur
lui revient « parce que t’as une sale gueule », l’autre acquiesce sans sourciller, puisque c’est Bob.
Pudique car Robert Giraud façonne son œuvre
dans le matériau à vif de sa propre existence.
Œuvre de commande certes mais de la vie elle
même, œuvre dans laquelle René Fallet saura
reconnaître une profonde tendresse et un infini respect pour « ces ombres ballonnées de vin noir et
de rêves d’enfants ». C’est en 1955 que Monsieur
Bob écrit ce superbe livre aujourd’hui réédité, ce
Vin des rues qui lui vaudra de devenir l’un des
grands témoins du Paris populaire, aux côtés de
Jean Follain1, de Jacques Yonnet2 et de Jean-Paul
Clébert dont les livres datent aussi de cette
période.
C’est d’ailleurs l’écriture par Clébert de son
Paris insolite, un chef-d’œuvre que les éditions
Attila viennent de superbement rééditer, qui
aiguillonnera Giraud et le conduira, exilé sur l’île
de Bréhat, à enfin aboutir son propre témoignage.
Ces œuvres sont donc jumelles et l’épicentre de
ce tremblement littéraire en hommage à un
Paname qui se meurt est facile à identifier : le Café
de l’Institut, chez Fraysse, où Clébert, Giraud,
Blondin, Yonnet, Vidalie, Doisneau, les frères
Prévert et tant d’autres entretiennent la geste d’un
Paris populaire et bohème dont ils sentent bien,
réfugiés derrière les vitres de l’estaminet et solidement agrippés à son zinc, qu’il est en train de
sombrer. Ce qu’ils tentent de saisir, ce sont les
accents d’une tendre agonie, et les dernières
notes, si belles dans leur habit d’éphémère, d’une
chanson qui va s’éteindre.
Robert Giraud ira tirer de sa solitude la vieille
chanteuse Fréhel pour lui offrir aux Escarpes, rue
Mouffetard, un dernier tour de chant triomphal,
avant que cette voix ne s’éteigne à jamais durant
l’hiver qui suivit. Dans sa préface au Vin des rues,
Philippe Claudel use d’une expression qui
s’applique à merveille aux très belles photos de
Patrice Molinard illustrant Paris insolite : « l’obturateur émet un son de guillotine ». Se révèle ainsi pour
mieux disparaître « un Paris qui était une fête et dans
lequel, désormais, nous errons comme des singes
en hiver » (Olivier Bailly). Si quelqu’un visite aujourd’hui autant d’appartements que Clébert (il était
métreur), y trouvera-t-il une champignonnière, une
volière, un vivarium, un musée particulier de l’érotisme ou la mansarde d’un polyglotte aux 27
langues, désespéré au soir de sa vie de ne pouvoir
apprendre l’esquimau ?
Cet « exotisme de porte-à-porte », ce vagabondage qui permet « de connaître les femmes par
1. Jean Follain, Paris, Phébus Libretto, 2006.
2. Jacques Yonnet, Rue des maléfices, Phébus Libretto, 1987.
ES PR IT CR ITIQUE I
233
O . B A I L LY - R . G I R A U D
J P. C L E B E R T - P. M E Y E R A
belle, mais que l’on ne fabrique pas moins avec
ceux que la vie matraque. Les photos de Doisneau,
les rimes de Prévert, les récits de Giraud sont puisés
au cœur même des failles de l’existence, des
torsions de nos vies, des infirmités de notre République. Le noir et blanc ne sera jamais la couleur
du sang.
SCÈNE ET ACTEURS
leur prénom et les hommes par leurs travers », ces
extraordinaires plongées dans la zone, les faubourgs, les rues perdues et les terrains vagues,
ces espaces aujourd’hui à la mode que Clébert
décrit dans leur incroyable noirceur d’alors (ainsi
du Grand canal), ces lieux insolites qui marient
l’anecdote et le drame (telles les baraques de
secours aux noyés), ce café Chez Francis qui
semble comme un condensé de tous ces endroits
de chaleur et de misère, cette description sur plusieurs pages, qui vous émeut et vous amuse tout
autant, des conditions dantesques dans lesquelles
les clochards devaient envisager leur minimum
d’hygiène, tout cela décrit un monde sur le point
de sombrer.
« On y cavale, au chagrin », s’écrie l’un des
frères de dèche de Clébert, et c’est cette cavale
que l’auteur essaie d’arrêter pour un instant, avec
ses instantanés faits de mots bruts et de poésie
noire, rejoint en cela par un Molinard dont chaque
cliché semble le reflet sur plaque des propos inspirés de l’auteur.
Dans son très réussi Parisien à travers Paris,
Philippe Meyer nous replonge dans le Paris de la
cloche, même si c’est entre deux sorties délicieuses. Offrez-vous un moment de franche
rigolade avec cette exposition in situ consacrée
aux graffitis et organisée depuis le 104 par un
improbable commissaire (lequel énonce sans trouble apparent que « sur un support mobile, le tag
perd incessamment son identité géographique » !)
; amusez-vous de cette commerçante qui face à
un projet qu’elle conteste s’écrie, fataliste : « c’est
fichu, on a été concerté » ; goûtez aux « dromomonomanes et voracitoyens » pour décidément
voir votre ville et sa circulation d’un autre œil.
Rompant avec cette talentueuse et éclairante
désinvolture, l’auteur eut l’idée d’aller passer un
réveillon du 24 décembre avec le SAMU social et
d’arpenter Paris de « lieux » en « espaces » de vie.
C’est en effet ainsi que ces pros de la misère nom234
I ESPRIT CR ITIQUE
ment les pauvres niches creusées dans le tissu
parfois lâche de nos villes, et dans lesquelles des
femmes et des hommes se protègent tant bien que
mal du froid, de la solitude, de la peur et parfois de
la mort. Sans misérabilisme, Philippe Meyer décrit.
Il nous laisse seuls avec une scène irréaliste au fort
parfum de honte dans les urgences de l’hôpital
Saint-Joseph, seuls face au quotidien à la fois tendre et violent du centre d’accueil de nuit, seuls
aussi devant d’inoubliables personnages. Il y a cet
homme perdu dans la nuit de Noël et qui farouchement, contre toute vraisemblance, nie sa solitude,
ou cet autre qui quitte, le dernier et empreint d’une
émouvante nostalgie, le squat qu’il occupait
depuis de longs mois, là où sa vie enfin avait pu
mettre quelques maigres encoches.
Savez-vous que dans l’argot parisien, la cloche
signifie le ciel, et les clochards ceux qui dorment
sous le ciel ? Giraud vous ferait facilement voir et
même toucher les étoiles qui souvent constellent
ce ciel, fût-il de misère. Philippe Meyer vous rappelle qu’il existe 380 bouches de chaleur dans
Paris. Et Clébert vous prévient : la faim donne le
mal de mer.
SCÈNE ET ACTEURS
FLEURS ET COURONNES
ARIANE CHEMIN
EDITIONS STOCK, COLLECTION BLEUE, MAI 2009
PAR
THIERRY GERMAIN
juin 2009
« Le crâne ouvert, nous n’avons rien trouvé
d’extraordinaire », écrit sans plus de délicatesse
l’auteur de l’examen post mortem de Voltaire, alors
que celui de Pascal proclame une « abondance de
cervelle prodigieuse ». Et voilà les embaumeurs
érigés en arbitre des plus nobles compétitions de
l’esprit.
Les ruses du trépas glissent un voile d’ironie sur
les existences les plus fameuses1. Pourtant alerté
par une ancienne prédiction, Eschyle ne put éviter
la carapace de tortue qui lui fracassa le crâne. Paul
Claudel bizarrement demanda ses lunettes, et
Maupassant fut surpris par la faucheuse léchant à
quatre pattes les murs de sa chambre. Homme illustre, toujours tu te méfieras des derniers instants !
On dit que longtemps les Chinois d’un certain
rang avalèrent une émeraude ou un rubis au
moment de leur agonie, afin que leurs héritiers, en
leur ouvrant le corps pour récupérer cette part du
legs, garantissent au dignitaire défunt qu’il ne
serait pas enterré vif. Quelle belle précaution que
de confier ainsi aux vivants une part de la route
que nous aurons à parcourir dans l’autre monde…
N’étant pas chinois, Gérard Brach, Maurice
Kriegel, Alain Robe-Grillet, Robert Feliciaggi,
Georges Marchais et Raphaël Kuderski ne l’ont
pas fait. C’est pourtant ce bijou emporté dans
l’autre monde que quelqu’un vient délicatement
leur prendre, pour tendrement nous le restituer.
Car enfin, sait-on ce qui pousse Ariane Chemin
à suivre ainsi l’enterrement de gens qu’elle n’a parfois jamais vus et à nous en faire ensuite le récit ?
« Vous n’êtes pas de ma famille mais – comment
dire ? – vous êtes mes morts », écrit-elle dans sa
courte préface.
Enterré Gérard Brach, scénariste agoraphobe
qui envoyait son épouse voir films et expositions,
et tressait ainsi son existence du regard d’Elisabeth et de sa propre vision mêlés. Ayant choisi de
se replier dans l’appartement de la rue Bérite, il se
contentait pour voyager des coups de fil d’un
Jean-Jacques Annaud, et pour vivre des séances
d’écritures avec son complice Roman Polanski. Ce
sont les clés de cet appartement qu’Elisabeth
glisse ce jour-là dans le cercueil, au cas où.
1. Michel Schneider, Morts imaginaires, Gallimard, janvier 2005.
ES PR IT CR ITIQUE I
235
ARIANE CHEMIN
La mort joue parfois aux vivants de bien drôles
de tours.
SCÈNE ET ACTEURS
Enterré Maurice Kriegel-Valrimont, devant vingt
personnes. « Il y a dans cette assemblée clairsemée plus qu’une mémoire qui vacille : de la
grossièreté ». Celui qui reçut avec quelques autres
la reddition de Von Choltitz ne figure pourtant pas
dans la scène reconstituée par René Clément pour
son « Paris brûle-t-il ? ». Escamotage de mémoire
si violent que c’est devant une grande photo de ce
moment d’Histoire que se firent ces maigres funérailles, comme un rappel d’honneur juste avant
l’oubli, le vrai.
Enterré Alain Robe-Grillet, devant une pauvre
assistance aussi, avec le bon mot tout de même
d’un ami écrivain (« il est mort en odeur de non
sainteté ») et l’émotion non feinte de son jardinier
lorsque celui-ci découvre qu’il est, aussi fortuitement que cela soit, le personnage d’une œuvre de
son employeur. Qui peut nous dire, de tous nos
partenaires de vie, lequel demain aura réellement
le souci de notre mémoire, et la délicatesse d’embuer son regard au moment du dernier salut ?
Enterré Robert Feliciaggi, dans un village corse
tout entier rassemblé dans le deuil, lorsque, l’écho
des coups de feu à peine éteint, on mesure
l’absence et le trouble, et que le fatras d’affaires et
de politique s’efface devant la disparition « d’un
homme qui vous embrasse par votre prénom ». Si
« en Corse, on réserve toujours la plus belle vue
aux tombeaux », il doit bien y avoir là comme un
message des vivants aux défunts.
Enterré Georges Marchais, par un parti qui vit
l’une des dernières grandes communions funèbres
dont il aura parsemé son destin. Organisées par la
très officielle « commission des obsèques » du
PCF, et par les pompes funèbres générales d’Ivrysur-Seine où, à la ligne « famille du défunt », l’on
inscrit souvent « place du colonel Fabien », ces
funérailles nécessiteront que l’on abatte un mur.
Celui du cimetière, pour que s’écoule la foule de
ceux qui se recueillent.
236
I ESPRIT CR ITIQUE
Enterré « un homme » mort de froid place de la
Concorde une nuit de janvier 2008, « figé dans le
cadre balisé et rassurant de la carte postale qu’on
lui avait dessinée ». Dominique Chantreux, jardinier
à la ville de Paris, trouva un jour « un homme »
installé dans un abri de stockage, et l’accueillit
sans plus de forme. Mais « un homme » mourra
vite, ivre lui qui ne buvait jamais, seul pour n’avoir
pas rejoint l’une de ces confréries de la misère qui
dessinent dans Paris comme une géographie de
notre honte, gelé de n’avoir pas resserré autour de
lui ses huit couvertures, posé sur le sol les palettes
qui toujours le protégeaient, ou brûlé ce qu’il avait
pourtant à portée de main.
Un « vol » de vélib’ lui avait valu une identification policière, et c’est cela seul qui permit que
« loin de la place de la Concorde, quelque part à
l’est du Rhin, une tombe porte aujourd’hui son
prénom d’archange : Raphaël ». Sans cela, pourvu
d’un surnom comme tous ceux qui venus mourir
sous nos yeux ont un patronyme trop difficile à
prononcer, et à retenir, « et c’est l’honneur de la
rue de faire ainsi, sans cérémonie, des pauvres
des Français », Raphaël Kuderski serait allé rejoindre au cimetière de Thiais la cohorte des oubliés.
Ariane Chemin avait fait paraître une autre
version de ce superbe texte, dans Le Monde. Il est
repris dans la passionnante anthologie de grands
reportages qui vient de paraître aux Arènes2.
« Un homme » n’y est pas seul. En parcourant
ces soixante années de violences et de drames,
d’histoires en Histoire, il importe de ne jamais
perdre de vue la juste échelle de cette vaste tragédie, celle de l’Homme, de chaque Homme.
« Un Homme » celui qui éloigne les caméras du
cadavre de son frère, juste après le tremblement
de terre de Mexico.
2. Le Monde. Les grands reportages 1944-2009, Les Arènes, mai
2009.
SCÈNE ET ACTEURS
« Un Homme » Bobosse, rapatrié pour être
enterré alors que son bateau mouille encore à
Fort-de-France, « au terminus des rêveurs ». « Un
Homme » Tommie Smith, qui « a ramassé toute sa
vie » dans le poing brandi lors des Jeux Olympiques de 1968. « Un Homme » ce rescapé du
génocide rwandais, qui jour après jour veille sur
des milliers de cadavres, afin que l’école de
Murambi devienne la mémoire de l’indicible.
« Un Homme » Ali Legasse, qui comme des
milliers d’autres paysans éthiopiens, « en juillet
abandonne femme et enfants » pour ne plus les
revoir. « Un Homme » Marinette, inlassable localière
assassinée dans la maigre masure d’Argenteuil où
elle égrenait de tristes jours de vieillesse. « Un
Homme » Carole Annis, percluse de douleur dans
la salle des Assises où l’on juge celui qui brûla vif
son mari handicapé. « Un Homme » Achour, vieil
immigré riche de sa seule et minuscule chambre
d’hôtel et qui, pour accueillir ses enfants, au terme
de tant de labeur, n’a d’autre solution que de les
emmener au McDo.
ARIANE CHEMIN
« Les gens de votre métier sont toujours là où
ils ne devraient pas être ! ». Le général qui apostrophait ainsi un groupe de reporters, sur l’un des
fronts de la boucherie mondiale de 1914-1918,
poursuivit après un temps de silence : « C’est pour
cela que nous lisons les journaux ».
Le « toujours là où ils ne devraient pas être »
d’Ariane Chemin, ce sont les tombes oubliées, les
maigres cortèges funèbres et les petits ou grands
cimetières sous la lune.
C’est pour cela qu’il faut lire son livre.
ES PR IT CR ITIQ UE I
237
SCÈNE ET ACTEURS
FREELANCE, GROVER LEWIS
À ROLLING STONE
PHILIPPE GARNIER
EDITIONS GRASSET, 2009
PAR
THIERRY GERMAIN
mai 2009
Leonard Sanders était dans les années 1960 le
chroniqueur littéraire du Star-Telegram de Fort
Worth. Descendu un soir au marbre, il tomba sur un
drôle d’individu « courbé sur sa copie, qui secouait
la tête comme Ray Charles, le papier à cinq centimètres des cabochons qu’il avait pour verre de
lunettes ». Dans sa surprise, il ne put s’empêcher de
crier : « Mon dieu, nous en sommes là, le journal a
embauché un aveugle comme correcteur » !
Il n’en était évidemment rien. Leonard Sanders
venait de fortuitement faire la connaissance de
Grover Lewis.
Se servant d’une machine spéciale qui écrivait en
immenses caractères gras, Grover Lewis souffrait
effectivement d’une très mauvaise vue et affectait en
toutes circonstances une vieille courtoisie très caractéristique du vieux Sud des Etats- Unis. Comment
deviner derrière cette politesse surannée l’auteur
féroce de quelques-uns des articles les plus fameux
d’un journalisme qui devait définitivement renouveler
le genre, le « journalisme gonzo »1 ?
Grover Lewis était texan et orphelin. Orphelin,
difficile de l’être plus puisque ses deux parents
s’étaient entretués en 1943, sa mère achevant
d’une balle en pleine tête un mari qui venait luimême de copieusement la truffer de plombs. Et
238
I ESPRIT CR ITI QUE
tout cela, s’il-vous-plaît, avec le même pistolet !
Texan puisque recueilli puis trimbalé de parents en
cousins, il devait pourtant ne jamais dépasser les
limites de Oak Cliff, bourgade plutôt typique d’une
famille qui ne l’était pas moins, et au sein de
laquelle armes, alcool et combines en tout genre
ne venaient jamais à manquer. Il s’était finalement
tiré de là par sa plume, au Star-Telegram de Fort
Worth d’abord puis au Chronicle de Houston pour
échouer enfin, après un détour par le Village Voice,
au magazine Rolling Stone. Il y restera de 1971 à
1973, juste assez pour inventer avec quelques
autres une nouvelle vision de son métier.
Le magazine créé et dirigé par Jan Wenner n’inspirait pas exactement la mélancolie et, du ton des
articles aux procédés d’écriture, du choix des sujets
à la personnalité des rédacteurs, c’est avec de forts
accents d’épopée que ces quelques années « pas
comme les autres » défilent sous nos yeux.
L’alcool est omniprésent : il faut lire sans y
laisser un muscle le récit du mariage de Lewis,
entouré de toute l’équipe de Rolling Stone, et les
tentatives désespérées du pasteur baptiste pour
1. Sur son inventeur, Hunter S. Thompson, voir la critique de son
ouvrage, Gonzo Highway, Robert Laffont, 2005, dans la bibliothèque d’Esprit critique.
SCÈNE ET ACTEURS
Gardons-nous pourtant de considérer ces
femmes et hommes comme de doux amateurs un
tantinet dingos. Il faut avoir entendu Grover Lewis
défendre pied à pied un texte et hurler en désespoir
de cause « cette virgule est à moi, je l’ai écrite ! » ;
il faut écouter Kenneth Turan lorsqu’il affirme que
« Grover Lewis prenait tout à cœur ; pour lui, écrire
était une question de vie ou de mort » ; il faut
surtout lire quelques-uns de ses articles pour
mesurer à quel point l’engagement de l’auteur, le
ton résolument neuf et l’audace dans le choix des
sujets ont permis à ce professionnels d’écrire,
au-delà de quelques récits de circonstance, rien
moins qu’une page neuve du journalisme.
rence en VO (une anthologie bilingue vous attend
en deuxième partie de volume).
Vous pourrez accompagner Grover Lewis sur le
tournage de Vol au-dessus d’un nid de coucou, et
vivre en sa compagnie un improbable séjour au
cœur de l’Oregon State Hospital de Salem, longer
des couloirs dont la couleur « passe sans prévenir
du vert scabreux à une sorte de couleur merde
tamisée », entendre des chants dont « l’effet est
comparable, peut-être, au dernier râle d’une
lavette à carreau », subir l’attaque de kamikazes en
peignoir armés de balais et de serpillières ou
entendre le scénariste vous glisser, assis sur une
moquette « vert exorciste », que « lorsque j’en aurai
fini avec eux, les gens ne sauront plus s’ils doivent
chier ou devenir aveugles ».
Vous aurez l’occasion de le suivre sur le tournage de The Friends of Eddy Coyle et de lire un
extraordinaire morceau de bravoure sur Hollywood
et plus particulièrement l’une de ses icônes,
Robert Mitchum.
Si l’on voulait résumer l’approche « gonzo » du
journalisme, l’on pourrait parler de « reportages
romancés ». Ecrits comme de véritables fictions,
mettant en scène des personnages aussi soignés
que ceux des romans, ces papiers racontent plutôt
qu’ils ne décrivent la réalité. La part du reporter y est
toujours déterminante, donc sa vision des choses.
Ecrits « in vivo », ces articles ne visent pas à l’objectivité mais se veulent la transcription la plus littéraire
possible d’une seule vérité, celle de leur auteur.
Le scénariste est là aussi en veine de confidences (« Ca m’a pris des années de tennis pour
découvrir que ce n’est pas une saloperie au coude
que j’attrapais, mais un truc à la tête »), les femmes
sont omniprésentes (« Si j’avais l’une ou l’autre de
ces poupées, je crèverais d’euphorie incurable »),
l’alcool consommé à profusion et, pour quelques
pages d’anthologie, Robert Mitchum se met en
scène dans un monologue éthylique de la plus
belle facture.
Cet ouvrage sur Grover Lewis nous permet de
disposer de multiples exemples de ce procédé.
Force des descriptions, épaisseur des personnages, sens de la formule, crudité du propos, jeux
multiples sur les situations, équilibre subtil entre
l’inventé et le récit, engagement total du journaliste, tous les ingrédients de base sont installés dès
1971, et ne feront que se renouveler au fur et à
mesure des récits.
L’acteur de légende ne nous cache rien, que ce
soit sur ses approches techniques (« tous ces
plans à la con par le trou de balle qui ressortent
par les dents de sagesse »), sa vision des mœurs
hollywoodiennes (« le secret pour écrire dans les
studios, c’est de se trouver un chapeau et de
l’accrocher quelque part bien en vue, comme ça
si quelqu’un vous demande, on répond qu’il doit
bien être quelque part puisque son chapeau y est »),
ses exploits de mâle accompli (ne manquez pas le
récit où un immense chien prend sans trop de
délicatesse ses parties intimes en gueule) ou de
Ne manquez pas de vous plonger dans l’un ou
l’autre de ces morceaux d’anthologie, de préfé-
ES PR IT CR ITIQUE I
239
PHILIPPE GARNIER
garder à la « cérémonie » un minimum de tenue.
La drogue est à peine moins discrète, et bien des
comportements pouvaient objectivement relever
d’une approche psychiatrique. Lawrence Dietz
évoque avec un reste d’émotion ces « comités de
rédaction où tout le monde hurle et envoie valser
le mobilier, et où un rédacteur sort de son fourreau
un bowie-knife juste pour appuyer un argument ».
SCÈNE ET ACTEURS
buveur d’exception (page 201, il urine sans plus
de cérémonie sur le tapis immaculé de David O.
Selznick, lequel, pourtant aguerri par une longue
fréquentation d’un milieu parfois viril, n’en est toujours pas revenu) et, last but not least, sa vision
des journalistes (« Comme Sinatra me l’a expliqué :
ils se pignolent, et nous on se paye des yachts »).
De façon surprenante, l’article n’a pas trouvé réellement grâce auprès du principal interviewé.
Ce qui avait déjà été le cas pour Lee Marvin
(Lewis, évoquant le travail du maquilleur, explique
que son art revient « à essayer de déguiser un
steak cru en côte de mouton »), Sam Peckinpah
(« saint et monstre »), Thuesday Weld (on la voit,
quelque peu prise de boisson, demander « est-ce
qu’il a vraiment besoin d’être là pendant qu’on
travaille » à propos d’un quidam qui se révèle être
le caméraman), Franck Perry (« ce qu’il y a de plus
maigre en ce moment chez Franck Perry, c’est son
sourire »), le Allman Brothers Band (l’article lança
le genre) ou Robert Redford (Lewis fait le récit de
480 kilomètres éprouvants passés en compagnie
de l’acteur dans son camion Chevrolet Cheyenne,
lequel conduit sans permis, les phares souvent
éteints et une main toujours libre afin de s’enfiler
des bières Corrs à un rythme de métronome).
Il ne faudrait pourtant pas croire que les articles
de Lewis sont de simples tirs aux pigeons (lesquels
mettront de façon surprenante un certain temps
pour se décourager de venir affronter les griffes du
journaliste).
Lisez le récit de sa recherche de Lightnin’ Hopkins,
parcours initiatique dans le ghetto noir de Houston
qui, après une apparition du héros digne des meilleurs romans (« Y’a un petit trou de l’enfer passé le
coin par là-bas qui vend la mousse la plus froide de
tout Houston. Et si on allait s’y arracher la tête ? »), se
conclut par un improbable concert privé « dans un
bayou à peine liquide aux confins de la ville ».
Son papier sur Charlie Parker et sa fantastique
formule finale (« he blew himself out of this world »)
ou son incroyable description d’une fête branchée
240
I ESPRIT CR ITIQUE
dans une maison présentée comme « une version
graillon de Xanadu » (« une flopée de journalistes
venus de New York galopent parmi les chêneslièges, glorieusement défoncés et poussant des
yodels de Mongols. L’un s’assied à croupetons
dans l’ombre du bar, cherchant à reprendre son
souffle : « même les moucherons sont en chaleur »,
se lamente-t-il ») témoignent de sa capacité à saisir
les êtres au plus près et à transmettre, par la
formule qui frappe et un humour au scalpel, le plus
vrai de ceux qu’il croise.
Le cinéma est omniprésent dans l’ouvrage de
Philippe Garnier et le rapport entre le livre et son
adaptation cinématographique constitue l’un des
fils rouge de l’ouvrage. D’Edward Anderson,
l’auteur de Thieves like us, à Gus Hasford, dont
l’ouvrage The lost timers servira de base à Stanley
Kubrick pour Full Metal Jacket, non sans des difficultés épiques qui nous sont ici fort bien relatées,
en passant par Larry McMurtry, ami de Grover
Lewis et futur scénariste de Brodeback Mountain,
c’est toute la délicate alchimie de la transformation
du livre et scénario qu’il nous est proposé d’observer, avec ses passions et ses drames (Hasford
pourrait y avoir laissé la vie).
Et comme toujours avec Lewis, un personnage
finit par résumer d’une formule et en une scène
toute une problématique, en l’occurrence John
Huston sur le tournage de Fat City s’évertuant à
convaincre Leonard Gardner, auteur et scénariste,
que non, décidément non, et malgré le texte original, « Leo-NARD ! Je ne peux pas montrer un mec
en train de ch... ! »
Chahuté par la vie une fois ce « miraculeux »
moment Rolling Stone achevé, devant chaque année
affronter un peu plus les difficultés du journalisme
freelance, lorsque le « nous contre tous » du début se
transforme peu à peu en un éprouvant « moi contre
tous », impuissant à aboutir un roman auquel il aura
pourtant donné dix années, emporté par un cancer
en 1994, Grover Lewis aurait pu sans peine reprendre
cette formule de l’un de ses interviewés et en faire sa
devise : « J’ai besoin de collisions ».
SCÈNE ET ACTEURS
ANDRÉ GORZ
OU LE SOCIALISME DIFFICILE
ARNO MÜNSTER
EDITIONS LIGNES, 2008
PAR
VIRGINIE HIS
novembre 2008
En 1939, ses parents le placent en Suisse dans
une institution catholique particulièrement stricte
dans laquelle il passe les années de la guerre.
Il confiera dans un entretien à Marc Robert 1 :
« J’avais fait dès la première enfance l’expérience
de tous les existentiaux – l’angoisse, l’ennui, la
certitude de n’être là pour rien, de ne pas correspondre à ce que les autres attendaient de moi, de
ne pas pouvoir me faire comprendre d’eux ».
Après Vienne, c’est Lausanne qui sera en 1946
le berceau de sa seconde naissance. Confiné dans
la rigueur, l’indifférence, sans identité propre, c’est
à 23 ans qu’il se sent vivre, pour la première fois
peut-être, à l’occasion d’une conférence donnée
par Jean-Paul Sartre sur l’existentialisme. Il trouve
là son maître. Un an après, Lausanne lui donne
cette fois une maîtresse : Dorine, son double féminin. Il lui dédiera un dernier ouvrage poignant paru
en 2006, Lettre à D., Histoire d’un amour2 avant de
mourir ensemble le 24 septembre 2007. Ainsi, rien,
pas même la mort, ne les aura séparés.
Ayant trouvé un père spirituel et une mère
complice, l’ingénieur chimiste de formation veut
devenir écrivain. Il ne sera jamais le chef d’entreprise tant attendu par son géniteur. Le fils de
patron deviendra le « pourfendeur de l’aliénation
capitaliste ».
En 1949, Dorine et lui rejoignent Paris. Il devient
alors Michel Bosquet, journaliste à Paris-Presse
puis à L’Express avant de co-fonder Le Nouvel
Observateur et de collaborer à la rédaction en chef
des Temps modernes. Ce n’est qu’en 1958 que
Gerard Horst achève définitivement sa mue pour
devenir André Gorz. Il signe de ce pseudonyme
identitaire son premier ouvrage intitulé Le Traître3.
Jean-Paul Sartre en signera la préface intitulée
« Des rats et des hommes » dans laquelle il parle
de son disciple en des termes particulièrement
forts : « A-t-on pilonné, broyé sa vie intérieure, au
point de ne laisser subsister qu’un grouillement de
mots dans un corps décomposé ? Ou bien, sa
1. « L’écologie politique, une éthique de la libération », entretien
réalisé par Marc Robert paru dans Ecorev, n°21, automne-hiver
2005-2006.
2. Lettre à D., Histoire d’un amour, Galilée, 2006.
3. Le Traître, Seuil, 1958 (préface de Jean-Paul Sartre), réédité
par Gallimard, augmenté de l’essai Le vieillissement, coll. « Folioessais », 2004.
ES PR IT CR ITIQUE I
241
ARNO MÜNSTER
Il est des rencontres qui ressemblent à des naissances. Gerard Horst vient au monde en 1923 à
Vienne dans une famille où règnent la froideur, la
dureté d’un père, petit industriel qui renie ses origines juives et se convertit au catholicisme.
SCÈNE ET ACTEURS
conscience intacte est-elle si profondément enfouie
qu’elle le considère de très loin, en étrangère et
qu’elle ne le reconnaît pas ? Personne ne le sait
encore, puisque cet être fissuré n’est personne ».
Dans cet ouvrage, Gorz se penche sur la quête
de l’identité, le sens de la vie, il panse ainsi ses
blessures existentielles pour enfin pouvoir parler
de lui à la première personne d’un singulier si
singulier.
Devenant un penseur de la gauche à part
entière, un dilemme l’anime sans cesse : être un
intellectuel retiré du monde et des hommes animateur de son seul débat intérieur, ou un intellectuel
engagé, qui prend part au débat public.
A partir des événements de Mai 68, la pensée
d’André Gorz, jusqu’alors totalement imprégnée
de celle du « Pape » de l’existentialisme, va
progressivement gagner en autonomie. Il se reconnaît dans la spontanéité du mouvement et la
dénonciation des institutions qui limitent la liberté
de l’homme.
Ni trotskiste ni maoïste, il refuse de suivre la
ligne préconisée par Sartre et Simone de Beauvoir.
Il dénonce les systèmes autoritaires et la planification. Individualiste, résolument libre, il est incapable
de se soumettre à la discipline d’un parti.
Dès lors, il s’engage dans une démarche de
réfutation des fondamentaux du marxisme et en
transcende les limites. Il s’attaque au concept de
conscience de classe indispensable au bon déroulement de la dialectique marxiste. En 1980, il va
jusqu’à faire ses Adieux au prolétariat4 en voie selon
lui de « petite bourgeoisisation ». Le travail a connu
de telles évolutions avec l’automatisation et l’informatisation que les conditions ne sont plus réunies pour
faire émerger cette conscience de classe fédératrice,
moteur de la révolution. Il faut trouver le « néo-prolétaire post-industriel ». Peut-être se cache-t-il dans ce
que l’on nomme la fracture numérique.
242
I ESPRIT CR ITIQUE
Il prône « un autre socialisme », négation positive du capitalisme et alternative au socialisme
autoritaire de la planification centralisée. Il faut
pour cela donner plus d’autonomie aux individus
et aux communautés en veillant à « la liquidation
permanente des structures hiérarchiques et des
rigidités bureaucratiques qui tendent à renaître ».
La solution ne réside pas dans la suppression
de l’Etat, du capital ou du marché. Il ne faut pas
détruire le système mais s’en servir, le mettre en
permanence sous tension pour ne pas figer les
situations, être dans un ajustement permanent, à
l’écoute des attentes de la base. Le socialisme est
alors conçu comme un « au-delà du capitalisme ».
Plutôt que l’insurrection, il est partisan de l’infiltration pour épuiser la bourgeoisie de l’intérieur dans
un processus graduel jusqu’à la crise.
Dès les années 1970, avec Ivan Illich, viennois
lui aussi de trois ans son cadet, il prend le tournant
de l’écologie politique dont il devient l’un des
principaux théoriciens. Pour autant, il dénonce
l’écologisme bon teint, romantique qui tend à
donner à la nature une dimension quasi religieuse
tout comme l’écologisme radical et son catastrophisme stérile.
Se définissant comme socialiste écologique ou
écologiste socialiste, André Gorz définit quatre
urgences objectives :
— Subordonner la rationalité économique à la
rationalité écologique et sociale,
— Déclarer la guerre au productivisme capitaliste
et favoriser la décroissance en autolimitant les
besoins,
— Réduire la durée du travail pour favoriser les
temps de rapprochement entre les individus dans
une mise en commun auto-organisée et une coopération volontaire,
— Découpler le travail du salaire.
4. Adieux au prolétariat. Au-delà du socialisme, Galilée, 1980,
réédition augmentée, 1981.
SCÈNE ET ACTEURS
Aux antipodes des slogans présidentiels que
nous connaissons aujourd’hui, il pense que la
société doit trouver ses satisfactions ailleurs que
dans la consommation. Imaginez un candidat
socialiste à l’élection présidentielle scandant
« Travailler moins pour consommer moins » ou
encore « Gagner moins pour vivre mieux ». Gorz
inverse le système de valeurs qui est actuellement
le nôtre pour développer une éthique socialiste
humaniste qui mettrait un terme à la course à l’argent et au profit. Ne pouvons-nous pas exister
autrement que par ce que nous consommons ?
A l’heure où le monde entier respire en fonction
des cours de la Bourse, où le capitalisme connaît
des spasmes sans pareils, les batailles pour le leadership du Parti socialiste donnent l’impression de
l’emporter sur ces interrogations pourtant fondamentales.
ARNO MÜNSTER
Ce premier opus signé d’Arno Münster nous livre
un parfait condensé de la pensée philosophicopolitique d’André Gorz. Analytique et sensible, le
philosophe et ami d’outre-Rhin nous incite à aller
plus loin dans la découverte de cet homme passionnément libre, visionnaire et désintéressé.
ES PR IT CR ITIQ UE I
243
SCÈNE ET ACTEURS
A VRAI DIRE
Livre de l’après-pouvoir
VACLAV HAVEL
EDITIONS DE L’AUBE, 2007 (PARUTION EN RÉPUBLIQUE TCHÈQUE EN 2006)
PAR
JOËL LE DEROFF
février 2008
« Notes, carnets et entretiens avec Karel Hvízd’ala
1986-2006 » : le sous-titre annonce la structure de
l’ouvrage. Rédigé comme en écho, vingt ans après,
à Interrogatoire à distance, condensé de souvenirs
politiques et de tranches de vie, le Livre de l’aprèspouvoir, est un patchwork qui se dévore de bon
appétit. L’entretien, qui permet la réflexion sur les
événements des vingt dernières années, se mêle
aux morceaux choisis du journal tenu par le président au cours de ses mandats, témoins de moments
historiques ou de pensées légères. Les pensées de
Vaclav Havel, assemblant jour après jour les pièces
du livre, ponctuent l’ensemble avec bonheur.
Le dissident le plus célèbre d’Europe centrale
est devenu un ancien président de la République,
après être resté en fonction plus longtemps (19892003) que la plupart de ses homologues du
continent, et ce sans même avoir adhéré à un des
grands partis politiques qui ont dominé la vie politique tchèque depuis la fin du Forum civique de la
révolution de velours. L’incarnation d’une success
story parfaite, aux yeux de nombreux admirateurs,
notamment anglo-saxons. Havel a la grâce de le
noter, flatté, mais non sans autodérision.
Une lecture agréable. Surtout, une des meilleures occasions offertes, citoyens européens,
244
I ESPRIT CR ITI QUE
d’apprendre sur un pays qui, devenu membre de
l’Union, est désormais l’une des parties constitutives de notre espace commun politique, juridique,
social et économique !
UNE PÉRIODE HISTORIQUE
(RE)FONDATRICE
Les premiers souvenirs évoqués remontent aux
prémisses de la révolution de 1989. De février à
mai de cette même année, qu’il achèvera au
Château de Prague, résidence présidentielle,
Havel avait été une dernière fois emprisonné à la
suite d’une commémoration en l’honneur de Jan
Palach, l’étudiant qui s’immola en 1969 pour
protester contre l’étouffement du printemps de
Prague. En décembre 1989, ce sont les élus du
Parlement de la République socialiste tchécoslovaque, acculés et par réalisme, qui élisent le héros
de la Charte 77 à la tête de l’Etat.
La période de réflexion constitutionnelle et de
transition donne alors naissance pour trois ans à la
République fédérale tchèque et slovaque, guidée
par le Forum civique à Prague, et par le Public
contre la violence à Bratislava. Havel, qui occupe
le fauteuil de Masaryk, qui avait donné corps
à l’idée tchécoslovaque, assiste à un divorce
SCÈNE ET ACTEURS
La République Tchèque qui naît le 1 er janvier
1993 est donc pour le président la dernière phase
de la refondation constitutionnelle, sur laquelle il
rappelle ici certaines de ses positions : sur le mode
de scrutin proportionnel (il n’en était pas partisan),
le bicaméralisme, l’élection du chef de l’Etat au
scrutin universel direct (qui n’a pas été adoptée
jusqu’ici), sur l’Etat de droit, la place de la société
civile, le rôle des partis.
AU CŒUR DE LA VIE POLITIQUE D’UN
ETAT CENTRE-EUROPÉEN MODÈLE ?
Dans les années qui suivent, la vie institutionnelle trouve ses équilibres, et Prague redevient la
capitale d’une démocratie parlementaire libérale.
Comme les autres ? Attendons une génération,
semble suggérer Havel : les politiques formés dans
les années de la normalisation soviétique en garderaient les marques indélébiles. Pour cette raison
peut-être, il témoigne de manière récurrente de
son admiration pour les classes politiques occidentales et notamment américaine.
Evoquant ses relations avec les ministres et
Premiers ministres successifs, Vaclav Havel permet
au lecteur non tchèque de se familiariser de
manière vivante avec les partis et les mœurs politiques de son pays. Une lecture passionnante
s’agissant d’un membre de l’Union européenne,
dont nous votons les lois et qui vote les nôtres.
C’est ainsi qu’il justifie la nomination du Premier
ministre communiste Marian Calfa pendant la
période de transition. La cohabitation avec Vaclav
Klaus (1992-1997), fondateur du Parti démocratique civique (ODS) et admirateur de Margaret
Thatcher, actuel occupant du Château de Prague,
semble avoir été autrement plus douloureuse.
Milos Zeman (1998-2002), artisan de l’arrivée de
la social-démocratie (CSSD) au pouvoir, fait l’objet
d’appréciations sans complaisance, mais cependant plus indulgentes. Plus largement, les deux
grands partis ne sont pas épargnés par l’ancien
président.
La vie d’un président ne s’arrêtant pas aux
frontières nationales, les relations entretenues avec
ses homologues retiennent également l’attention.
François Mitterrand est rapidement cité comme un
ami. L’hommage rendu au président allemand
Richard von Weizsäcker (1984-1994) et à son
attitude en 1990 est chargé d’émotion. Plus
contemporaine, la proximité avec le polonais
Alexander Kwasniewski (1995-2005) nous rappelle
qu’il existe en Europe centrale un héritage commun. Vaclav Havel a d’ailleurs contribué dès 1990
à monter le groupe de Visegrad, formation diplomatique destinée à promouvoir l’échange et la
solidarité entre son pays, la Pologne, la Hongrie et
la Slovaquie. Mais c’est incontestablement le
couple présidentiel et présidentiable formé par Bill
et Hillary Clinton qui décroche le record du nombre
de citations. Une proximité due à une amitié très
solide pour l’ancienne secrétaire d’Etat, Madeleine
Albright, née Marie Jana Korbelova… à Prague.
LES LIGNES DE FORCE D’UN
ENGAGEMENT POLITIQUE INDÉPENDANT
Dissident, président, au nom de quelle idéologie ? Difficile d’identifier un mot en « isme » pour
qualifier le courant de pensée auquel rattacher
Vaclav Havel. Pour ceux qui ne connaissent pas
bien son parcours, ni son action de responsable
politique, A vrai dire apportera quelques éléments,
en retraçant les engagements des dernières
années.
Du point de vue diplomatique, Havel est certainement un atlantiste. C’est avec fierté qu’il rappelle
ES PR IT CR ITIQUE I
245
VA C L AV H AV E L
pacifique et inéluctable, mais fait son deuil d’une
dimension spirituelle gâchée par l’échec de la vie
ensemble. L’ascension des futurs Premiers ministres, le tchèque Vaclav Klaus et le slovaque
Vladimir Meciar, la montée en force de leur parti
respectif qui annonce la fin du Forum et du Public,
est un des facteurs de cette seconde transition.
SCÈNE ET ACTEURS
la dissolution du Pacte de Varsovie à Prague, le
1 er juillet 1991, puis qu’il organise le Sommet de
l’OTAN dans la même ville, le 21 novembre 2002.
A cette date, la République Tchèque a rejoint
l’Alliance depuis trois ans, et il s’agit de discuter
d’un nouvel élargissement incluant les Etats baltes,
anciennes possessions de l’Union soviétique.
Havel indique avoir compris, tôt, que la disparition
du Bloc de l’Est ne conduirait pas à la disparition,
mais à la diversification des missions de sécurité
collective et à l’élargissement géographique du
Traité de l’Atlantique Nord. Pour autant, il ne parle
pas en suiveur passif des Etats-Unis. Quelques
mots sur la crise en Irak en témoignent. Sans
condamner, il paraît perplexe devant les projets de
l’administration Bush et la prétention à l’exportation de la démocratie par une telle méthode.
L’intégration européenne fait bien sûr partie des
grands desseins politiques de la présidence Havel.
La compréhension de la réunification allemande, la
volonté de recomposer la famille européenne
après tant de décennies, sont un classique. La préservation de la diversité culturelle et politique de
l’Union est sans doute la valeur maîtresse défendue.
Une considération qui répond à l’euroscepticisme
« provincialiste » tchèque, très fort au sein du parti
ODS des actuels président et Premier ministre.
Dans une civilisation qui tend à tout uniformiser au
nom du matérialisme, de l’offre et de la demande,
l’Union est le moyen de se préserver ensemble, et
non pas le danger qui menace la nation. Encore
faut-il mieux lui donner confiance en sa mission.
Politiquement libéral, fossoyeur du dogme communiste, Vaclav Havel reste en effet critique face
au capitalisme mondialisé à son tour érigé en
dogme. Et s’amuse, inquiet, de voir des « aigrisseurs », qui refusaient le mouvement et l’action
avant 1989, reconstruire une culture du conformisme à l’heure du tout-marché, en piétinant
l’héritage des dissidents, empêcheurs de tourner
en rond. Critique à l’égard de la mondialisation,
Havel répond par la diversité de la société civile et
246
I ESPRIT CR ITIQUE
de sa capacité à s’organiser. Il réhabilite également la force de décision qui doit être celle du
politique. Préoccupé par l’environnement, il donne
notamment sa lecture de la politique énergétique
de son pays et de ses failles, du choix nucléaire
coûteux qui n’a pas été accompagné de sa contrepartie théorique, la préservation de l’environnement
forestier.
UN PRÉSIDENT ARTISTE ?
Le Livre de l’après-pouvoir comporte aussi une
dimension intimiste. Havel s’y livre, dans les
réponses aux questions de Hvizd’ala, mais aussi au
détour de ses commentaires contemporains ou des
extraits de son journal des années de la présidence. La vie personnelle et ses interactions avec
la vie publique sont clairement dépeintes. La maladie bien sûr, constante dans la vie d’un homme
physiquement fragile. La maladie de sa femme,
Olga Splichalova, décédée en 1996. Le remariage
l’année suivante avec l’actrice Dagmar Veskrnova,
les intrusions de la presse et les indélicatesses…
Considérations intimes également, la sensibilité
au beau, à l’art et au patrimoine. La bataille de
quatorze ans de présidence pour l’amélioration
architecturale du Château de Prague en est un
exemple récurrent, traité avec agacement et ironie.
Très politique, cette sensibilité rejoint l’engagement
politique en faveur de la diversité culturelle et environnementale. Elle est aussi celle de l’écrivain, qui
confie la difficulté à écrire tout au long de ses mandats successifs, et ce jusque dans l’élaboration de
ses discours, parfois laborieuse et conflictuelle.
Le rapport de Vaclav Havel avec son œuvre littéraire s’entrevoit à l’occasion, comme lorsque le
nouveau président, en route pour sa première
visite officielle aux Etats-Unis, assiste en Islande à
une représentation d’une de ses pièces, L’Assainissement : « c’était la première fois après vingt ans
que je voyais une de mes pièces jouée sur une
scène professionnelle ».
SCÈNE ET ACTEURS
DOULOUREUSE RUSSIE
Journal d’une femme en colère
ANNA POLITKOVSKAÏA
EDITIONS BUCHET-CHASTEL, SEPTEMBRE 2006
PAR
THIERRY GERMAIN
octobre 2006
Elena Tregoubova était une journaliste très
critique envers Vladimir Poutine. Ayant de peu
échappé à un attentat à la bombe, elle a choisi de
quitter le pays.
Anna Politkovskaïa est restée. Elle est morte
assassinée dans le hall de son immeuble, le
7 octobre dernier.
« Ai-je peur ? ». Ainsi conclut-elle son dernier
ouvrage. Non la dernière phrase – elle n’aurait pas
aimé qu’il y en eut une. Le dernier chapitre, qu’elle
nomme « conclusion ». « Ai-je peur ? »
Pas pour elle. Pour la Russie. « Peut-être ne
serai-je plus de ce monde, mais il ne m’est pas
indifférent de savoir comment vivront mes enfants
et mes petits-enfants ».
Un peu pour elle quand même. Lucide : « je vois
tout, que ce soit le bien ou le mal ». Mais déterminée : « je me refuse de me cacher et attendre des
jours meilleurs dans ma cuisine, comme le font les
autres ».
Alors elle dit tout, le bien un peu, mais le mal
surtout, tellement le mal.
La Russie d’Anna, tout au long des pages de son
journal de colère, ce sont des députés intimidés par
des sacs d’organes humains qu’on leur lance par
la fenêtre ; c’est le ras-le-bol grandissant exprimé
dans ce « vote contre tous » qui ne cesse de
progresser ; c’est Poutine affirmant : « A quoi peut
bien servir une émission qui invite des perdants ? » ;
c’est la propiska, cette carte d’identité qui attache
le Russe là où il vit ; c’est une pantalonnade présidentielle dans laquelle un leader présente son
garde du corps quasi-analphabète, pendant qu’un
autre, enlevé et drogué au sérum de vérité, finit
piteusement par se réfugier à Londres ; ce sont les
incessantes exactions de l’armée ou l’affligeante
hypocrisie des oligarques et des popes.
La Russie d’Anna, ce sont ces disparus tchétchènes qui rythment son journal et, comme une
sombre respiration, cette même phrase lancinante
et brutale avec chaque fois un autre nom, une
autre vie : « personne ne sait où il/elle se trouve ».
La Russie d’Anna, c’est la dramatique, la
douloureuse, l’inexcusable et pourtant si compréhensible résignation du peuple, de son peuple,
ES PR IT CR ITIQUE I
247
ANNA POLITKOVSKAÏA
Galina Starovoïtova était l’une des dirigeantes
du mouvement démocrate russe. Elle est morte
assassinée dans le hall de son immeuble, le 20
novembre 1998.
SCÈNE ET ACTEURS
comme si le long calvaire des Russes à travers
siècles et régimes ne devait jamais cesser, comme
si un ironique destin, inflexible et tenace, avait
choisi de faire sur cette terre et pour eux, toujours,
comme une antichambre de l’enfer.
La Russie d’Anna fait mal au cœur et aux tripes.
Celle de Daniel, l’orphelin, « chandelle qui brûle
dans l’obscurité ».
Celle de cette autre enfant, portée par son frère,
et protégée du froid par une mince couche de
papier peint.
Celle de Nadejda et d’Alexandre, son fils tué en
Tchétchénie, maman brûlante de douleur et de
revanche.
Celle d’Hurcheda Sultanova, massacrée à neuf
ans en plein Moscou par des skinheads, parce
que tadjike.
« Le soir tombe sur la Russie. Les nains ont des
ombres immenses », entend Anna au plus profond
des rues de Moscou, là où se disent les mots que
même le pouvoir ne peut saisir.
Le soir tombe, et le froid. Bernard Guetta,
quel fatal enchaînement des hommes et des
consciences fait que vous avez dû écrire ce peu
de mots pourtant si justes, et si douloureux : Anna
est morte « comme meurent, à l’automne, les
dernières fleurs du printemps, victimes du froid qui
revient »1 ?
Un froid qui est un peu le nôtre. Un froid mortel
qu’il serait plus mortel encore d’ignorer. Un froid
qui nous guette puisqu’il est partout et puis nulle
part, vaincu souvent puis encore vainqueur. Un
froid qui court l’Histoire et le monde. Un froid qui
aura eu raison d’Anna. Le froid d’Anna.
Lisez son livre.
248
I ESPRIT CR ITIQUE
1. L’Express, n° 2884, 12 octobre 2006, p. 83.
SCÈNE ET ACTEURS
L’OBSERVATEUR ENGAGÉ
GILLES MARTINET
EDITIONS JEAN-CLAUDE LATTÈS, SEPTEMBRE 2004
CHAQUE HOMME EST LIÉ AU MONDE
ROGER STEPHANE
EDITIONS GRASSET, COLLECTION LES CAHIERS ROUGES, OCTOBRE 2004
PAR
THIERRY GERMAIN
avril 2006
Avec Claude Bourdet, ces deux hommes
allaient en avril 1950 fonder L’Observateur, lequel
deviendrait France-Observateur puis en 1964, avec
l’arrivée de Jean Daniel1 et de Claude Perdriel, Le
Nouvel Observateur. Celui-là même dont nous
soufflons cette semaine les quarante bougies. Une
aventure éditoriale vécue comme une autre façon
de poursuivre le combat, combat dont chacun de
ces ouvrages nous laisse à deviner qu’il se mène
d’abord contre soi-même.
C’est patent dans le journal 1940/1944 de
Roger Stéphane, qui parvient admirablement à
« rendre ce mélange de bassesse et de grandeur,
d’inconscience et de ruse qui est le lot des êtres.
A bien des pages de ce livre, les hommes sont
leurs propres juges » (Emmanuel d’Astier). Par
exemple le verra-t-on défendre la victoire anglaise
simplement parce qu’elle est probable ou marquer
une réelle sympathie envers l’un des plus sombres
acteurs de la Cagoule, le Dr Martin2.
Ainsi, le parcours de Roger Stéphane dans la
guerre est fait de multiples postures improvisées
au fur et à mesure de ce jeu de misère et de mort,
que sa jeunesse et son dandysme ne lui permettront d’apprivoiser que difficilement, et peu à peu.
Jeune journaliste exilé sur la Côte d’Azur, il
passe le plus clair de son temps à disserter avec
une « intelligentsia » très largement débordée par
les événements, à la notable exception de Malraux. S’il n’en est pas à dire, comme Cécile Sorel,
que « la guerre est terrible pour des gens comme
nous, qu’elle fauche au milieu de leur carrière », il
1. Signalons sur Jean Daniel le très bon livre d’entretiens récemment paru : Cet étranger qui me ressemble, entretiens avec
Martine de Rabaudy, Editions Grasset, 2004.
2. A ce sujet, Pierre Péan, Le mystérieux docteur Martin, Editions
Fayard, 1993.
ES PR IT CR ITIQUE I
249
GILLES MARTINET
ROGER STEPHANE
C’est durant les jours qui ont suivi sa prise par
les armes de l’agence Havas, là où plus jeune il
avait désespérément tenté de convaincre de
jeunes couples en mal d’exotisme des charmes
injustement méconnus du Crotoy, et après avoir
gravement déclaré à quelques isolés piégés par
une Histoire en pleine effervescence qu’il prenait
la direction de l’agence « au nom de la République
française », c’est à ce moment-là précisément que
Gilles Martinet a croisé le chemin de Roger Worms,
alias « commandant Stéphane », jeune résistant
occupé en ce mois d’août 1944 à tenir, telle une
place forte rendue à la France, l’Hôtel de Ville de
Paris.
SCÈNE ET ACTEURS
sait que la sienne ne fait que commencer. Et si sa
détermination est totale, Roger Stéphane reste profondément, tout au long de ces pages, l’homme
qui finalement nous assènera comme une sentence : « adhérer, c’est renoncer ».
Gide, Malraux, Cocteau, Aragon, Martin du
Gard,… sa guerre au début ressemble à un cocktail
rue Sébastien Bottin. On y devise généralement de
choses générales pour bien souvent vite trouver
refuge dans les préciosités littéraires, si accueillantes en ces temps de froidure.
Viennent très vite cependant le moment de l’action, les réseaux et les missions, les internements
successifs et enfin l’aboutissement de la Libération
de Paris. Baladé de cénacles en cellules, de trains
aveugles et réunions borgnes, de longues veillées
carcérales en fulgurants entretiens, Roger Stéphane
nous offre au passage une remarquable vue en
coupe de la France occupée.
L’on sait que sur cette période émergent les
deux Journaux de Guéhenno 3 et Werth 4. Ce qui
fait la force du récit de Stéphane, c’est ce regard
distant, incertain mais sincère porté sur les événements qu’il traverse, comme si un jeune sorbonnard
occupé de concepts et de sentiments se ruait sans
plus de précautions dans les méandres passablement dangereux d’une Histoire qui avant tout
l’amuse. On peut à ses côtés disserter sur l’issue
du conflit avec Malraux, résister avec Teitgen,
discourir avec Blumel, Weygand, Flandin, Rovan5
ou Jouhaux, entendre un militant communiste
nous dire que Thorez est « un amour de militant »
ou Thierry Maulnier professer que « pour qui veut
écrire, il n’y a pas de mauvaise tribune ».
Au cœur de ce maelström, Roger Stéphane est
d’abord et avant tout un observateur. Il note sans
sourciller que sur tel sujet, tel soir et dans telle
prison, Blumel a fait un « excellent exposé ». Il juge
très sévèrement les réseaux dans lesquels il combat mais échange de façon fort civile avec
250
I ESPRIT CR ITIQUE
Dunoyer de Ségonzac, lors d’une mémorable
soirée à Uriage. Dans son bureau à Vichy, il se fait
raconter par Barthélemy que le Maréchal garde
toute sa vivacité d’esprit, puisque capable de
repérer au premier coup d’œil un franc-maçon
dans une longue liste de noms.
S’il lui arrive de rechercher un camarade de
combat et que la personne lui est décrite comme
un « grand gaillard blond, avec les cheveux en
brosse et l’air sain », il ne s’alarme pas pour autant !
S’il fréquente à Nice les conférences du moment
où des idéologues soudains vantent sans trop de
nuances les forts discutables mérites de l’Allemagne nazie, il note aussi que « l’entrée est de
10 francs et qu’il n’y aura pas de quête ». Il sait
garder son calme lorsqu’un élu de l’Aude lui
pérore sans plus de précautions qu’il « se voit bien
l’âme d’un mouvement mais pas son animateur ».
Et lorsque Cocteau lui révèle sa conviction que « si
les Allemands reculent, ils ne reculeront devant
rien », comment pourrait-il mesurer l’atroce portée
de cette prédiction ?
Traverser la guerre avec Roger Stéphane, c’est
tourner les pages d’une remarquable leçon d’humanité lucide mais sincère, c’est saisir combien
lorsque les temps sont durs et l’horizon obscurci,
penser reste la première force de l’homme en
même temps que sa plus grande faiblesse. Dur et
juste, aiguisé mais tendre, humain, si humain,
Roger Stéphane aurait pu dire comme Verlaine :
« mon regard vieillit les enfants ».
C’est encore avec une douce ironie qu’en 1989
il rassemblera ses souvenirs sous un titre emprunté
à l’une des dernières phrases prononcées par
3. Jean Guéhénno, Journal des années noires, Editions Gallimard, collection Folio, 1984.
4. Léon Werth, Déposition. Journal de guerre (1940-1944), Editions Viviane Hamy, 1992.
5. Il faut lire le recueil de souvenirs de Joseph Rovan, récemment
disparu : Mémoires d’un Français qui se souvient d’avoir été Allemand, Editions Seuil, 1999.
SCÈNE ET ACTEURS
« J’ai traversé le siècle avec un immense désir
de comprendre » confesse également Gilles Martinet au moment de conclure ses Mémoires. Et
comme Roger Stéphane, il n’aura pas hésité à
emprunter bien des voies pour assouvir sa soif de
connaître et son besoin d’agir.
Il a fréquenté les rangs de ces militants communistes qui impressionnaient tant son compagnon
de l’Observateur et, devenu « dissident », il savait
vouloir rester à jamais un « communiste dissident ».
Il a combattu, creusé des tranchées à la Rochesur-Yon juste avant de déclarer la cité « ville
ouverte » et dirigé à Clermont-Ferrand une improbable « commission des replis suspects » (sic). Le
feutre rempli de papier journal, il a fait le coup de
poing contre l’extrême-droite à la Sorbonne, avant
de défendre son pays et ses valeurs au péril de sa
vie, n’échappant à une arrestation certaine qu’en
dévoilant… sa véritable identité.
Du fascisme, il avait mesuré toute l’ineptie avec
la découverte de sens uniques pour piétons Via
del Corso à Rome. Il devait à nouveau en ressentir
toute l’horreur avec l’assassinat en 1944 de son
beau-père, un important responsable syndical italien. Il n’était pas forcément plus rassuré par les
anarchistes croisés lors de la guerre d’Espagne,
lesquels accompagnaient de bons gros rires et de
gestes évocateurs vers leurs armes cette phrase
incessamment répétée : « Que sont devenus les
prêtres ? ». De l’homme, on ne visite pas toutes les
faces en une seule vie.
Pourtant, le parcours militant de Gilles Martinet
est impressionnant. Du PSU, dont il nous dit qu’il
fallait « être un peu polyglotte » pour le diriger aux
Assises du socialisme de 1974, de la revue Frontières animé avec Didier Motchane au Parlement
européen en 1979, de la « Trilatérale » à l’actuelle
« Association pour la communauté culturelle européenne », l’on peut retenir trois idées fondatrices,
trois exigences qu’aujourd’hui nous entendons
avec le sentiment qu’elles sont au cœur de notre
projet et de notre urgence : l’émergence d’une
troisième voie constitutive d’une « post socialdémocratie », l’édification d’une Europe puissance
et l’absolue nécessité de la dignité du combat 7.
Dignité lorsque en 1993 à la Maison de la
Chimie Gilles Martinet hésite à rejoindre un homme
esseulé qui lentement quitte l’assemblée de ses
camarades pour marcher d’un pas lourd vers la
mort. Dignité en Italie, dont il fut l’un de nos grands
ambassadeurs, lorsque Giovanni Falcone lui confie
que si « le courageux ne meurt qu’une fois, le
lâche lui plusieurs fois par jour ». Dignité avec ce
« procès » Boukharine qui aura noué la plus importante, la plus douloureuse mais aussi la plus
fondatrice de ses ruptures.
Roger Stéphane et Gilles Martinet n’ont pas
simplement créé le même journal. Si le gaullisme
devait en 1958 défaire un peu de ce que les journées de 1944 avaient indéfectiblement lié dans le
drame et dans l’espoir, ces deux hommes, ces
deux combattants, ces deux idéalistes portent
profondément en eux cette évidence révélée par
Romain Rolland : « Il n’y a qu’un héroïsme au
monde, c’est de voir le monde tel qu’il l’est et de
l’aimer ».
6. Olivier Philipponnat, Patrick Lienhardt, Roger Stéphane, Editions Grasset, 2004.
7. Sur les idées de Gilles Martinet : Gilles Martinet, Une certaine
idée de la gauche. 1936-1997, Editions Odile Jacob, 1997.
ES PR IT CR ITIQ UE I
251
GILLES MARTINET
ROGER STEPHANE
André Gide : « Tout est bien ». Avant de choisir la
nuit en 1994, le partenaire de Gilles Martinet et
Claude Bourdet dans l’aventure de l’Observateur
aura été conseiller des plus grands, gaulliste militant et pionnier de la télévision culturelle. De quoi
nourrir une excellente biographie, sur un homme
décidément intéressant6.
SCÈNE ET ACTEURS
PROFESSION DE FOI
Pour l’honneur de la politique
CHARLES FITERMAN
EDITIONS DU SEUIL, 2005
PAR
THIERRY GERMAIN
octobre 2005
L’histoire de Charles Fiterman s’est parfois faite
en direct à la télévision.
A l’été 1977, lorsque Georges Marchais utilisa la
petite lucarne pour exprimer tout son mécontentement face aux positions prises par le PS et
singulièrement son leader François Mitterrand.
Intervenue dans le cadre de l’actualisation du
programme commun, cette admonestation publique
portait essentiellement sur le maintien de notre
capacité nucléaire. Elle se concluait par le tristement célèbre « Liliane, fais les valises, je rentre à
Paris ! ». Charles Fiterman qui pilotait cette actualisation pour son parti, et qui le jour même avait
bouclé une base d’accord entre les trois partenaires de gauche, n’avait été informé ni de
l’intention ni du contenu qu’allait développer, dans
son style si particulier, le secrétaire général du PCF.
Le 11 janvier 1980 à 13 heures, c’est avec
quelques-uns des principaux dirigeants du parti,
dans la salle à manger du mythique cinquième
étage de « Fabien », que Charles Fiterman assistait
estomaqué à l’impressionnante prestation télévisée
du même Georges Marchais. En direct depuis
Moscou (!), le secrétaire général du PCF s’employait,
sans plus de nuance, à justifier l’intervention
des forces soviétiques en Afghanistan. Médusés,
252
I ESPRIT CR ITI QUE
conscients de l’impact d’une telle position, dans
son fond et dans sa forme, les responsables politiques quittaient cependant la salle sans mot dire
une fois la télévision éteinte. Voyez-vous, ce qui fait
la particularité du secrétaire général, c’est « que sa
légitimité exige qu’il ait toujours raison ».
Ces séquences cathodiques ne sont pas
neutres. Placé à chaque fois en position de spectateur impuissant, profondément contesté dans
son rôle et dans ses choix, Charles Fiterman vivait
là comme un résumé de sa propre histoire.
Parce que ces interventions mettaient en relief, et
de quelle façon, les raisons profondes du déclin
communiste en France, raisons que Charles Fiterman avait analysées, proposées au débat interne et
tenté de résoudre au sein même de son parti :
l’impossibilité de définir et d’incarner efficacement
un socialisme à la française, tel qu’évoqué lors du
XXIIème congrès en 1976, et donc de bâtir pour le
PCF une identité et une place dans la gauche, en
rapport avec la rénovation réussie du Parti socialiste
; la capacité à prendre en compte la dégradation
rapide et brutale de l’image et de la réalité soviétiques, « allié nécessaire mais encombrant », de
plus en plus encombrant même, des communistes
français.
SCÈNE ET ACTEURS
Ce que Charles Fiterman nous offre dans ces
quelque 350 pages, c’est l’effleurement pudique
d’un destin, l’analyse douloureuse d’un échec et
l’expression exigeante d’une intense espérance.
« Vivre au présent est difficile », « mais je me suis
trompé de futur » : dès le préambule, l’essentiel est
dit, d’une vie passionnée qui veut porter son message pour demain, d’un passé difficile qui veut se
comprendre et se faire comprendre pour servir
l’avenir, d’un parcours riche d’enseignements qui
veut parler aussi pour les générations à naître.
Effleurement d’un destin : l’auteur ne livre ici ni
une succession d’anecdotes (il en reste, et de fort
bonnes), ni un déroulé chronologique où tout
(c’est-à-dire cinquante ans d’Histoire) s’enroulerait
plus ou moins bien autour d’un moi hypertrophié.
Charles est bien caché derrière Fiterman. Seule
l’enfance, la prime jeunesse, quelques rares
personnages dont la silhouette est un peu plus
précisément dessinée par l’auteur (Georges
Cogniot, Jean Kanapa, Waldeck-Rochet…), la
séquence ministérielle si importante à ses yeux ou
la page difficilement tournée en 1994 de quarantedeux années de vie militante, permettent de
pénétrer un peu plus dans l’univers personnel et
familier de l’auteur. Pourtant, lorsque lassé du
spectacle d’un congrès du Parti ouvrier unifié
polonais (POUP) en 1980, il demande à se rendre
à Auschwitz, là où son père fut assassiné en
mai 1944 ; lorsque il évoque son grave accident
d’automobile de 1989 et les réactions qu’il
provoque… ou non (cinq petites lignes dans
L’Humanité) ; lorsque les mots prononcés lors du
XXVIII ème congrès du Parti communiste sont, il le
sait, les derniers, perce à ces occasions et toute
entière la part de l’homme.
Analyse douloureuse d’un échec : « Je me suis
trompé de futur ». Ce que Charles Fiterman nous
fait partager, à sa place et selon son regard,
ce sont des dizaines d’années passées au cœur
de l’appareil communiste. Là non plus pas de
méprise : ceux qui rêvent que l’Histoire ne se fasse
que sous les tables ou dans les coulisses, que les
plus claires apparences soient des leurres jetés au
peuple et que c’est en faisant les poubelles que
l’on dénoue les destins, fussent-ils ceux des peuples, en seront pour leurs frais. L’œil de Moscou
ayant à peu près la même valeur que la main
invisible du marché, ce n’est pas ici qu’on le rencontrera. Reste que derrière tous les « livres noirs »
il y a des livres de vie. En voici donc un, et pas
n’importe lequel.
Etape par étape, en évoquant sa progression
dans l’appareil du PCF (direction de l’Ecole centrale, secrétaire de Waldeck-Rochet puis de
Georges Marchais, membre du bureau politique et
du secrétariat national et de fait enfin numéro 2),
Charles Fiterman illustre d’une formule l’essentiel
de son livre.
« Il faut du temps, beaucoup de temps à l’échelle
humaine, pour que l’acide des faits entame l’acier
des convictions » : tout son parcours de dirigeant
en atteste. En 1956, « l’année terrible » : « Et moi,
qu’ai-je fait ? J’ai approuvé mon parti ». Lors de sa
direction de l’Ecole Centrale du parti, en défendant
au cœur même des Trente Glorieuses l’idée de
« paupérisation absolue » de la classe ouvrière :
« Comment ai-je pu dispenser toutes ces thèses
avec tant de sentiment du devoir accompli ? ». En
découvrant en 1980 la métamorphose d’Edward
Griek, ex-mineur chaleureux et ouvert devenu l’un
de ces autocrates de l’Est : « Quelle malédiction
pesait donc sur ce système pour transformer ainsi
l’or en plomb ? ». Oui, décidément, l’acide aura
ES PR IT CR ITIQUE I
253
CHARLES FITERMAN
Parce que surtout elles incarnent parfaitement
le dilemme profond qui parcourt l’ensemble du
livre de l’ancien dirigeant communiste. Cet ouvrage
sincère, empreint de pudeur et même de délicatesse, est en effet le portrait d’un homme qui va
tenter de partager et d’analyser avec nous une
fracture, ouverte encore, une blessure par nature
irrémédiable. Il nous dit aussi quelle volonté entière
il faut garder au cœur et au poing.
SCÈNE ET ACTEURS
mis bien des années pour percer. Et Charles Fiterman sait que le dire aujourd’hui, en faire « l’aveu »,
ne suffit pas.
Il est arrivé que l’acide des faits prenne de
drôles de formes. Ainsi de Mitterrand qui, lors
d’une visite à Moscou, convoque ministres et collaborateurs dans ses appartements du Kremlin et
développe d’une voix claire pendant de longues
minutes les mérites du régime, dans le seul but
d’en convaincre les micros forcément placés là !
L’affaire a une autre saveur lorsque l’on est le principal ministre communiste du gouvernement de la
République française.
Mais les faits – fussent-ils tenaces –, l’espérance était la plus forte, le combat idéologique
emportait tout : « Nous savions de quel côté penchait l’avenir » selon la formule empruntée par
Charles Fiterman à Pierre Courtade, journaliste à
L’Humanité. Il est bien temps aujourd’hui, comme
le fait l’auteur, d’en analyser les raisons : le contexte
politique et international, déterminant ; le rôle central de la conception léniniste du parti, portée à ses
plus redoutables extrémités ; une lecture « absolutisée, dogmatisée » de la notion de lutte des
classes… Il est bien temps aussi de refuser la
vision du totalitarisme d’Hannah Arendt ou de trouver quelques éléments de bilan positif aux régimes
communistes, éléments éducatifs ou sociaux dont
on se demande comment on peut les séparer de
l’échec général du système et de la violence qui
les a accompagnés.
André Wurmser a résumé d’une formule choc
ce dilemme de tant de militants et responsables :
« Trahir en parlant ou trahir en ne parlant pas ».
Cela déforme une vie, la cabosse, la détermine
une fois pour toutes. Il est bien temps, certes, mais
il est de toutes les façons toujours trop tard dans le
siècle. Reste à jamais « dans la bouche un goût
terriblement amer, dans le corps le poids d’un
extraordinaire échec ».
254
I ESPRIT CR ITIQUE
Reste alors, et peut-être surtout, ce « devoir
d’inventaire et d’invention » qu’affirme avec force
Charles Fiterman, cette « profession de foi pour
l’honneur du politique ». Car « comment considérer
tous ces combats comme inutiles », tant « l’espérance d’un monde meilleur et même du meilleur
des mondes est consubstantielle à l’être humain ».
Cette espérance, Charles Fiterman va la chercher dans sa victoire contre l’échec. Ayant vécu
lors de sa rupture en 1994 un véritable « exil
intérieur », laissé sans responsabilités, suivi, cambriolé, « marqué » en permanence (parfois par
d’anciens amis), il laisse échapper au fil des mots
le sens exact de ce moment de sa vie, l’enjeu réel
de ce qui s’est joué là : « La mort aurait eu pour
moi le sens d’un aveu, d’une défaite ».
C’est sur cette victoire aussi que Charles Fiterman appuie son désir d’utopie, son appel à une
renaissance, son ambition pour demain.
Parce que « l’échec du socialisme réel ne valide
pas le capitalisme réel », parce que l’abus actuel de
« concret » à toutes les sauces et de « proximité » de
toute nature ne parvient pas à masquer la carence
des idées, parce que nous sommes conscients
aujourd’hui d’avoir ces dernières années « affronté
les problèmes du XXI ème siècle proche avec des
outils d’un XXème siècle finissant », plus que jamais,
ce qu’il nous revient de construire, c’est une utopie.
Une utopie à taille humaine, avec ses ambitions et
ses garde-fous, ses espoirs partagés et ses effets
maîtrisés, une « utopie politiquement soutenable »,
mais une utopie véritable.
Traduite dans notre réalité politique, cette ambition pour la gauche s’appelle un projet, « un
contrat de gouvernement ». De ses années ministérielles, déterminantes dans son parcours, Charles
Fiterman retient que la réforme est possible, et
qu’accompagnée de pas mal de volontarisme et
de ce qu’il faut de cohérence, réforme signifie
progrès. Revalorisation du travail, développement
SCÈNE ET ACTEURS
durable et « nouvelle efficacité », mieux vivre
ensemble et « urgence d’un nouveau civisme »,
réforme du statut de l’entreprise…, l’auteur trace
les lignes de force d’une contribution claire à ce
travail de définition programmatique.
Mais mieux que quiconque, par son expérience
de dirigeant d’une grande formation mais aussi
par ses efforts depuis des années pour la remettre
en équilibre sur ses multiples jambes, au travers de
plusieurs démarches successives (Refondations,
Convention pour une alternative progressiste,
Forum Alternatives européennes), Charles Fiterman sait que la gauche, cela s’organise ! Il en
appelle aujourd’hui à un pacte fédérateur, à un
contrat de gouvernement et plus loin à l’émergence progressive d’une nouvelle formation,
« d’un type nouveau ». Refondateur on est, refondateur on reste !
CHARLES FITERMAN
Depuis 1998, Charles Fiterman est membre du
Parti socialiste. Tout son message tient en cela
qu’on peut ambitionner de « réenchanter la politique » tout en participant au congrès du Mans !
Utopie et réalité sont inséparables, et Charles
Fiterman dispose de toute une vie d’engagement
pour en avoir pris l’exacte mesure.
Oui, il y a « urgence de futur ». Oui, selon la très
belle formule d’Hölderlin citée par l’auteur, il nous
apparaît souvent que « Dieu a créé l’homme
comme la mer a fait les continents, en se retirant ».
Et alors oui, au fait d’une vie de passions et de
blessures, au moment où le fleuve rejoint la mer, où
l’inventaire d’une existence se fond dans l’invention d’un monde à venir, on peut comme Charles
Fiterman crier avec un espoir neuf : « Vive la politique ! ».
ES PR IT CR ITIQ UE I
255
SCÈNE ET ACTEURS
LA PRÉSENCE PURE
CHRISTIAN BOBIN
EDITIONS LE TEMPS QU’IL FAIT, 1999, RÉÉDITÉ EN 2004
THE WEST WING
4E SAISON, SÉRIE TÉLÉVISÉE DE JOHN WELLS, AARON SORKIN ET THOMAS SCHLAMME,
AVEC MARTIN SHEEN, RICHARD SCHIFF, ROB LOWE, MOIRA KELLY, JOHN SPENCER,
ALLISSON JANNEY ET STOCKARD CHANNING.
PAR
DENIS QUINQUETON
juillet 2005
Vous connaissez l’histoire. Un commensal vous
a sans doute déjà postillonné ses restants de bœuf
bourguignon à la fin d’un repas sans soif en vous
la racontant. « Quel est le prénom d’Alzheimer ? ».
Comme personne ne le connaît, le dit poursuit,
dans un éclat de rire qui lui rougit et lui gonfle le
visage : « c’est généralement comme ça que ça
commence ! » Alors, faisons simple. La prochaine
fois qu’on vous pose la question, répondez :
« Aloïs ». Ca calmera ! Aloïs Alzheimer était un
médecin allemand qui, en 1906, découvrit de
curieuses lésions sur le cerveau d’une femme
décédée. Chacun peut deviner la suite.
Dans le treizième épisode de la quatrième
saison de la série « The West Wing » – en français,
« A la Maison-Blanche » – on voit C.J. Craig, l’attachée de presse du mythique et imaginaire
président Bartlet, assumer un face-à-face avec son
père, atteint de la maladie d’Alzheimer. Autant dire
que l’épisode ne s’annonce pas riant. Il est en effet
plutôt mélancolique. Reste qu’ils sont forts, ces
Américains ! D’ordinaire, ça vous plombe une série
un truc pareil. Rendez-vous compte : un personnage susceptible de ne plus se souvenir du nom
des autres personnages ! Dallas n’y aurait pas
survécu. Vous imaginez Sue Helen confondant JR
et son frère Bobby ? Encore que...
256
I ESPRIT CR ITIQUE
Et bien là, non. On assiste à cinquante minutes
de télévision qui évoquent la longue, terrible et
épuisante prise de conscience d’un malade – Don
Quichotte qui se (dé)bat contre les moulins à vent
du naufrage de son esprit. Cinquante minutes qui
laissent entrevoir – au moyen d’un parallèle avec
une série d’attentats – ce profond sentiment
d’injustice ressenti quand la maladie touche un
proche, et probablement quand la maladie vous
touche. Cette sourde et inutile révolte qui vous saisit sans savoir vers qui la retourner. Parce qu’on
voudrait identifier une raison, mieux, un responsable, un coupable même, et qu’il n’y en a pas.
Cinquante minutes qui parlent aussi de ce long
effroi qui vous paralyse, parce qu’on ne sait pas
tout de suite comment faire avec un petit enfant de
75 ans qui a fait votre éducation quelques décennies plus tôt. Cinquante minutes qui disent aussi
ces petits signes qu’on met d’abord sur le compte
de la fatigue ou de la déprime parce que – encore
heureux ! – on ne passe pas sa vie à attendre
cette foutue maladie. On ne réalise que plus tard.
On retrouve cette même révolte désorientée
dans La présence pure de Christian Bobin. Dans
ce court ouvrage, il écrit et philosophe autour de
ce père, lui aussi atteint par la maladie d’Alzheimer.
Avant d’entrer dans la « maison de long séjour »,
SCÈNE ET ACTEURS
Le papa de C.J. Craig est encore bien gaillard
mais n’en demandons pas trop. A moins d’un
interminable travelling, c’est difficile à caser dans
un scénario un personnage qui, par exemple,
marche sans arrêt, sans dire et sans but. Il s’agit
d’une série télévisée qui doit s’adresser à un large
public. C’est même précisément pour ça qu’elle
mérite le détour. Alors on choisit les symptômes.
Ce papa-là oublie des choses, range ses factures
dans le frigo et dit à sa fille, alors au bord des
larmes, qu’il ne sait pas qui est l’enfant sur la
photo, jouant dans le jardin de la maison qu’il
habite toujours. Mais il ne ressemble pas encore
à la « petite momie » que raconte Christian Bobin :
« Je la connaissais du vague de l’enfance : une
amie de mes parents, elle tenait un magasin dans
le quartier. Je me souvenais de ses allures de
"grande dame". Je la trouve recroquevillée dans
un fauteuil, les os du visage saillant sous le peu de
chair des joues. La grande dame a laissé sa place
à une petite momie dans la maison de long séjour.
Privée de mots, elle me regarde et pleure. Je me
penche vers elle pour l’embrasser et je retrouve la
grande dame : elle est là, hurlant en silence dans
le fond des yeux humides de la petite momie ».
Une ancienne copine d’école de C.J. lui dit que
la maladie d’Alzheimer est surnommée « the long
goodbye »... « Le long au revoir », a-t-on envie de
traduire, plutôt que « le long salut ». Car, de salut,
on ne voit point quand elle pénètre votre univers
familier. Cela peut sembler bête, mais parvenir à
orthographier correctement ce mot qui résonne
comme le nom d’un imaginaire savant fou et cruel
peut constituer une épreuve. Trouver, du premier
coup la juste place du « h » et du « l »... L’apprentissage dure le temps de s’avouer la vérité, de
reconnaître l’évidence. L’évidence, c’est une interminable tournée d’adieu à la manière des Frères
Jacques, jadis. Cette tournée-là n’est pas hypocrite, suivie de près par un triomphant concert de
retour assorti du plan média approprié. C’est une
tournée sans coquetterie aucune, attendrissante
parfois, qui dure parce qu’on ne s’en va pas
comme ça, et qui s’achève par un authentique
adieu, la mort.
Imaginez un grand tableau noir d’école, le
tableau de la vie. « Ce qu’il savait du monde et de
lui-même est effacé par la maladie, raconte Christian Bobin dans La présence pure. Le tableau est
grand, il est impossible de l’essuyer en une seule
fois, mais de nombreuses phrases ont déjà disparu ».
Ce ne sont pas seulement des capacités intellectuelles qui s’en vont. C’est la vie quotidienne qui
devient un enfer. Un ami médecin du père de C.J.
lui explique : « le problème n’est pas qu’on ne se
souvient plus où on a mis la clé. Le problème est
qu’on ne souvient pas à quoi elle sert ». « La bête
qui ronge leur conscience, observe Christian
Bobin, leur en laisse assez pour qu’ils connaissent,
par instants, l’horreur d’être de là ». Par instant,
juste le temps de reconnaître que « ce n’est pas
facile de s’occuper de moi » ou d’implorer un « tu
ne m’abandonneras pas, hein ? ».
ES PR IT CR ITIQUE I
257
CHRISTIAN BOBIN
J. WELLS - A. SORKIN - T. SCHLAMME
la « maison dont il ne ressortira pas », son père a
séjourné dans un hôpital psychiatrique. Peut-être
pour faire la jonction entre une vie à domicile devenue littéralement invivable pour sa mère et une
trop longue liste d’attente pour avoir une place
dans la maison de long séjour. En la matière, la
liste d’attente représente l’écart immonde qui
sépare la conférence de presse compassionnelle
d’un ridicule ministre de la Santé désargenté de la
réalité. Evoquant ce passage hospitalier, Christian
Bobin s’énerve : « Mon père a séjourné pendant
quelques semaines chez les morts (...). Les morts
n’étaient pas les malades mais les infirmiers qui les
abandonnaient pour la journée entière sans aucun
soin de parole. Les morts étaient ces gens de
bonne santé et de vive jeunesse répondant à mes
questions en invoquant le manque de temps et de
personnel (...). Les morts étaient ces gens murés
dans leur surdité professionnelle. Personne ne leur
avait appris que soigner c’est aussi dévisager,
parler – reconnaître par le regard et la parole la
souveraineté intacte de ceux qui ont tout perdu ».
SCÈNE ET ACTEURS
Alors, on cherche la vie dans ce qu’on imagine
être un enfer, dans ce qu’on vit comme une terrible
épreuve. « Un peu avant six heures du soir, raconte
Christian Bobin, je raccompagne mon père dans
le réfectoire de la maison de long séjour. La plupart des pensionnaires ont déjà été rassemblés
dans cette pièce, certains depuis une demi-heure.
(…) Leurs yeux sont éteints. Ils ne se parlent pas.
(…) Mon père entame parfois une colère au seuil
du réfectoire. Il refuse d’avancer comme s’il pressentait que plus rien ne le détachera de cette
communauté morte – que sa mort personnelle. Sa
colère tombe quand il découvre les visages de
ceux qui partagent sa table, toujours les mêmes. Il
les a côtoyés toute la journée et il leur serre
longuement la main, chaque soir avant de se mettre à table, comme s’il les retrouvait après une
longue absence. Ils répondent à sa poignée de
main en souriant faiblement : même en enfer la vie
peut resurgir une seconde, venue on ne sait d’où,
intacte. Il y suffit d’un geste ».
« Riez, mais pleurez en même temps », conseillait Lautréamont dans Les Chants de Maldoror. Et
n’oubliez pas : Aloïs, il s’appelait Aloïs.
258
I ESPRIT CR ITIQUE
SCÈNE ET ACTEURS
MON SANG RETOMBERA SUR VOUS
Lettres retrouvées d’un otage sacrifié mars-mai 1978
ALDO MORO
EDITIONS TALLANDIER, AVRIL 2005
PAR
PASCAL JOSEPH
juillet 2005
A 9 heures, un commando des « Brigades
rouges » attaque sa voiture et celle de son escorte,
cinq hommes sont tués ; Aldo Moro est enlevé.
Le 9 mai 1978, on retrouve dans le coffre d’une
4L le corps du dirigeant de la DC, assassiné
vraisemblablement entre 6 heures et 7 heures du
matin.
Entre ces deux dates, 16 mars et 9 mai 1978,
55 jours de captivité. 55 jours où Aldo Moro écrit
sans cesse. 55 jours pour dire d’abord son amour
des siens. 55 jours pour mobiliser ses amis, la
communauté politique, l’opinion mondiale. 55 jours
pour obtenir son échange et sa libération. 55 jours
qui s’achèvent par son exécution.
La première lettre connue date du 26 mars, la
dernière du 5 mai 1978. Elles sont toutes les deux
adressées à Eleonora Moro, « ma Noretta chérie »,
« Noretta, ma toute douce », l’épouse. Les 95 lettres publiées ne constituent pas l’intégralité de la
correspondance en captivité d’Aldo Moro, la commission parlementaire d’enquête ayant statué sur
le caractère public de certaines lettres.
Toutes ne furent pas adressées, les ravisseurs
exerçant leur censure « révolutionnaire ». C’est
pourquoi seules trente lettres furent acheminées à
leur destinataire. Cela, Aldo Moro ne le sait pas.
Quelques-unes furent rendues publiques par les
« Brigades rouges » et publiées dans la presse, par
souci de « transparence » (sic). Peu de lettres reçurent de réponses directes, sauf par voie de presse,
notamment de sa famille. Aldo Moro n’en eut
connaissance que par les rares journaux que lui
fournirent ses geôliers.
Il y a, pour une génération qui se souvient de
l’affaire, comme un sentiment de culpabilité qui
revient, celui au fond d’avoir donné une once de
crédit à cette lutte qui n’était qu’un crime, d’avoir
fait, dans un inconscient collectif, de tout ce qui
portait le vocable de révolutionnaire quelque
ES PR IT CR ITIQ UE I
259
ALDO MORO
D’abord les faits, bruts et de sang. Le 16 mars
1978, Aldo Moro, président de la Démocratiechrétienne, se rend à la chambre des députés
pour entériner le « compromis historique » entre le
Parti communiste italien et la Démocratie-chrétienne (DC). Aldo Moro est, à cette époque, une
grande figure de la vie politique italienne, député
depuis 1948, plusieurs ministres, cinq fois président du Conseil.
SCÈNE ET ACTEURS
chose de juste en soi, non discutable, alors qu’il ne
s’agissait que d’un assassinat. Ou pire encore,
d’avoir trouvé ce fait banal.
ment que l’assassinat d’un général ou d’un PDG
d’entreprise publique participait du grand mouvement de la vengeance des peuples.
La préface dit bien le fond de ce malaise. Elle
restitue le souvenir confus que nous pouvons en
avoir gardé, celui d’un homme mal rasé, brandissant un journal, sur fond de drapeau à étoile,
tendu sur un mur. Et cet autre, un coffre ouvert
d’une voiture abandonnée et un corps replié.
Jusque-là, si l’on en restait à cette vision binaire,
on pouvait faire œuvre de compassion mutuelle,
ressortir les grandes références pour expliquer,
excuser, amoindrir : « J’ai lancé une bombe sur
votre tyrannie, non sur un homme. 1 Sans doute.
Mais c’est l’homme qui l’a reçue. Et ça ne l’a pas
arrangé. Voyez-vous, mon cher, quand on a
retrouvé le corps, la tête manquait. Disparue, la
tête ! Quant au reste, on a tout juste reconnu un
bras et une partie de la jambe ».
Il y a comme une tristesse infinie à lire les 95
lettres d’Aldo Moro, parce que l’on sait, lui-même
le pressent, que rien ne changera le cours des
choses. Justement, pourquoi n’a-t-on pas changé
le cours des choses ? Quel crime abominable,
quelle faute impardonnable avait donc commis
Aldo Moro pour être exécuté au terme d’un simulacre de procès par un simulacre de brigades dites
révolutionnaires ?
Jusque-là, tout cela pouvait paraître très banal
en effet. Qu’était l’Italie à cette époque dans l’inconscient collectif ? L’homme malade de l’Europe,
exact reflet d’une caricature facile : combinazione,
instabilité ministérielle et inamovibilité de la classe
politique. En face, héritiers d’une imagerie tout aussi
facile, se lovaient dans l’ombre les « révolutionnaires », opprimés, forcément opprimés, réduits à
des méthodes réprouvées, sans doute, mais justifiées par la dureté des temps.
Jusque-là, les schémas faciles allaient de soi.
Certes, un homme allait mourir, mais il était le symbole de ces années de plomb où se poursuivait la
lutte entre le fascisme, innervant la scène politique
italienne, et les désespérés des grandes causes. A
cette même époque, l’assassinat, tout aussi froid,
d’Hans Martin Schleyer, patron des patrons allemands, pouvait ne pas causer d’autre émotion
particulière, dans un pays où le passé ne passe
pas non plus. Un peu plus tard, la France est toujours en retard, Action directe reprenait le
flambeau de feu et de sang et expliquait docte260
I ESPRIT CR ITI QUE
Jusque-là, nous pouvions consentir à disserter
de l’inadéquation entre les causes et leurs traductions. On ne fait pas la révolution sans casser des
œufs et on ne fait d’omelettes sans tuer des
hommes.
Jusque-là et pas plus loin. La vérité est ailleurs
en effet. On ne discutera pas le point de savoir si
les Brigades rouges étaient vraiment révolutionnaires. En revanche, la critique contre le système
politique italien et la personnalité d’Aldo Moro pouvaient-elles expliquer cet assassinat ? On sera
sans doute mesuré sur le système politique italien,
marqué par l’omnipotence de la Démocratiechrétienne, des réseaux secrets dévoyés à d’autres
fins (la loge P2 notamment), des services parallèles
et par la faiblesse d’une alternative de gauche,
renforcée par la mise à l’écart du puissant Parti
communiste italien. Pour autant, même minée par
l’instabilité politique et la permanence des réseaux
militaires et des services secrets, l’Italie était bien
une démocratie, à la recherche d’une autre voie
pour sortir de l’enlisement institutionnel.
Et c’est justement ce verrou qu’Aldo Moro devait
faire sauter, au nom de la DC, en entérinant l’intégration active du PCI dans la vie politique italienne,
1. Albert Camus, « Les Justes », pièce de théâtre, 1949.
SCÈNE ET ACTEURS
Cette ligne politique, Aldo Moro accepte de la
porter, l’expression prend ici toute sa valeur, « à
son corps défendant », non qu’il y soit hostile, mais
Aldo Moro est un vieil homme qui aspire au bonheur, tout neuf, d’être grand-père. Pas une lettre
dans laquelle le petit Luca n’est cité, caressé,
enjôlé, rendant dérisoire la cause dont Aldo Moro
est le symbole malgré lui.
Alors, Aldo Moro écrit, à ses amis, à ses collaborateurs, aux dirigeants de son parti, au
président du Conseil, au président de la République, au Pape, au secrétaire général de l’ONU. Il
dicte comment joindre tel parlementaire, tel diplomate. Il s’enflamme à l’idée évoquée par Bettino
Craxi, alors chef du Parti socialiste italien, de faire
appel à la clémence, il s’étonne de la ligne dure,
tombée drue quelques jours après son enlèvement, de la DC et de l’Etat : pas de négociation,
c’est-à-dire la mort. Enlevé, Aldo Moro sait très vite
qu’il est condamné à mort tout autant par ses
ravisseurs que par ses amis et par le système italien, qui ne feront rien ou si peu pour le sortir de
son cachot.
Ces 95 lettres donnent la nausée, tant elles dessinent l’image d’une classe politique italienne qui
communie dans la lâcheté silencieuse et soulagée.
Qui a donc commandité l’enlèvement et l’exécution d’Aldo Moro ? La réponse court toujours.
Peut-on aller au-delà ? L’Italie, comme l’Allemagne d’une certaine manière, sont des territoires
où la Guerre Froide se poursuit par d’autres
moyens. Peut-on imaginer que par une grande
manipulation, Aldo Moro ait été livré par la DC
mais aussi, en gage, par le PCI, au sacrifice ?
Peut-on envisager l’ombre des Etats-Unis ? Ce
serait un pied-de-nez bien atroce aux agissements
« révolutionnaires ». Au grand jeu de qui manipule
qui, l’affaire Moro n’a pas dévoilé tous ses secrets.
Certes, on a dit la simplicité des faits : rapt,
procès révolutionnaire, exécution. Mais plusieurs
éléments sont troublants. Tout d’abord, la rapidité
des autorités politiques à prôner la non-négociation. Ensuite, quand les lettres se font insistantes,
la thèse selon laquelle elles sont écrites sous la
dictée des Brigades rouges.
Mais, surtout, l’efficacité redoutable mise en
œuvre pour ne pas retrouver Aldo Moro. Un ravisseur suspecté, convoqué par la police, qui ressort
tranquillement du commissariat. Alors que les
indices pèsent sur le nom « Gradoli », la police se
déplace dans le village du même nom mais pas
dans la rue de la ville de Rome où Aldo Moro a été
retenu. Cinq cartables de cuir auxquels Aldo Moro fait
souvent allusion, restés dans la voiture après son
enlèvement et qui n’ont jamais été retrouvés. Ses lettres dont une partie a été trouvée dans une planque
des Brigades rouges en 1978 et ensuite en 1990, au
même endroit. Cette enquête reste à écrire, mais elle
peut s’appuyer sur plusieurs indices.
Alors que reste-t-il ? 95 lettres d’un homme que
l’on redécouvre, qui va mourir et qui ne sait pas
pourquoi il faut que son sang soit versé. 95 lettres
de désespoir et d’amour, dures à lire, tant nous
savons que la répétition des arguments se
heurtera au mur du silence. 95 lettres qui portent
l’espoir, marquent la résignation et préparent,
comme une confession intime, le moment ultime.
Vient l’heure du testament, du règlement des
affaires matérielles, du partage des biens. Vient
l’heure où Aldo Moro se met en ordre, pour être,
pour lui-même au moins, dans un rapport de
vérité, de sincérité et d’apaisement.
Pendant ces 55 jours, il faut imaginer Aldo Moro
malheureux : « Tout est inutile quand on ne veut
pas ouvrir la porte ».
ES PR IT CR ITIQUE I
261
ALDO MORO
en passant ce fameux « compromis historique ».
Voilà, au-delà du mobile de l’enlèvement, l’élargissement de « prisonniers politiques », le motif
véritable.
SCÈNE ET ACTEURS
POUR L’AMOUR DES LIVRES
JEAN-JACQUES BROCHIER
EDITIONS ALBIN MICHEL, FÉVRIER 2005
PAR
THIERRY GERMAIN
mars 2005
Cela durait depuis des années, depuis toujours
presque. Chaque mois le rendez-vous était immuable.
Rien de sentimental là-dedans, juste la voix régulière et sincère d’un ami fidèle, d’un de ces
mentors à encre d’imprimerie, de ceux dont on se
sert lorsqu’on est jeune et auprès de qui l’on se
serre plus tard. Qui ne possède de ces aînés de
librairie, de ces pères de papier ? Ceux-là, je les
plains. Surtout, je ne les crois pas.
Les Chronique du Capricorne ont donc rythmé
mes années d’apprentissage littéraire. J’en aimais
le ton et le style, la simplicité du propos et la grande
sincérité des opinions. Ayant par trop le goût des
billets phosphorescents et des polémiques au
scalpel, cette évocation très personnelle de choix
et de passions me ramenait vers un rivage plus
tranquille, plus profond aussi : celui d’aimer et de
transmettre.
En fait, des années durant, je n’ai échangé
qu’avec une signature. L’homme derrière ne m’intéressait pas plus qu’il ne semblait s’intéresser.
Peu ou pas dans l’actualité, discret, il ne se manifestait qu’au travers de ces quelques centaines de
signes mensuels et des univers de mots ainsi
créés. Pour exister enfin de chair et d’os, il aura
donc fallu que cet homme meure.
262
I ESPRIT CR ITIQUE
Son intervieweuse, Nadine Sautel, ne dit rien
d’autre : ce n’est que se sachant condamné qu’il
aura finalement accepté de livrer une part de luimême, demande à laquelle il refusait depuis des
lustres d’accéder. C’est pour vous peut-être l’occasion d’un premier échange. C’est pour moi le
moment de lâcher une main que je n’aurai cessé
de tenir, sans trop y prendre garde.
Jean-Jacques Brochier avait donc le goût des
livres, et plus que tout celui de le(s) partager.
Jeune stagiaire au CNRS, travaillant alors aux
côtés de Roland Barthes, il est approché par
Dominique de Roux pour prendre la direction d’un
tout jeune et balbutiant magazine littéraire. Avec
Guy Stibon, François Bott – au tout début – et
Simone Arous, Jean-Jacques Brochier se lance
donc en 1967 dans l’aventure du Magazine littéraire, laquelle ne s’achèvera qu’en février 2004
avec son départ du journal, et quelques mois plus
tard avec sa mort. L’œuvre d’une vie.
« J’ai gâché ma vie ». Dans son ultime article
pour les Lettres françaises, Aragon avait su choisir
ses derniers mots, cinglants et définitifs, pour
marquer la force de son courroux et la profondeur
de sa désillusion. Jean-Jacques Brochier n’aura
pas le loisir d’un dernier message adressé à ses
SCÈNE ET ACTEURS
Tout son livre en témoigne : il était l’homme d’un
autre temps, de ce « bocal de St-Germain-des-Prés »
duquel il n’a jamais vraiment voulu sortir. A l’image
de Bernard Fixot, dont les éditions déménagèrent
un jour et qui ne garda son ancien bureau que
pour un unique mais noble motif : « ils ne vont
quand même pas me faire manger Rive droite ! ».
C’était le temps de Francis, barman du PortRoyal mais véritable Saint-Simon des petites et
grandes frasques littéraires ou mondaines, souvent
les mêmes d’ailleurs ; celui de Gallimard expliquant qu’il « n’est pas là pour s’occuper des petits
éditeurs qui font faillite », petits éditeurs très largement évoqués par l’auteur en juste retour des
choses (Losfeld, Pauvert, Tchou…) ; celui d’un
Maspero chez qui les franckistes commandaient
en nombre des livres que les lambertistes, forcément en désaccord, renvoyaient ensuite.
Les chats de Perec s’appelaient alors « Du Con »,
Mauriac entreposait dans l’entrée de Malagar des
chapeaux improbables qu’il essayait pourtant
consciencieusement un à un avant de sortir, les
lecteurs incrédules venaient aux Editions de Minuit
chercher la page manquante du Voyeur de RobbeGrillet et Alain Bosquet décidait de demeurer au
Père-Lachaise, par épitaphe et à jamais, « le laquais
des mots ».
On pouvait rire, comme lorsque cet auteur
reconnu apprit la mort de son nègre alors que
venait de débuter dans un grand quotidien un
retentissant feuilleton portant sa signature. Sans
qu’il s’en mêlât, l’édition du lendemain fut pourtant
assurée, et les autres jours également, lui évitant
les affres de la fuite ou du ridicule. Eh oui, le nègre
avait un nègre !
On pouvait pleurer aussi, au récit d’un JeanLouis Bory venu à son journal faire une sinistre
page d’écriture et qui, considérant l’exercice
comme raté et sa plume définitivement morte,
rentrait chez lui se tirer une balle dans le cœur.
Etre de ce temps n’empêchait nullement chez
Jean-Jacques Brochier la curiosité et la largeur de
vue. Systèmes d’écriture, évolution du monde de
l’édition, part de la fiction étrangère, « crise » du
roman, rôle des sciences humaines, place de la
littérature populaire, ces entretiens sont d’abord
une vaste réflexion sur l’acte d’écrire, son sens et
ses métamorphoses. Si la culture est vaste, le partipris est permanent et la pensée très personnelle.
C’est au sens propre du mot un témoignage, dans
un procès très largement ouvert3.
S’il ne fallait s’en tenir qu’aux choix des auteurs,
quel critique installé confesserait ne pas aimer
Artaud, Céline, Camus ou Claude Simon ? Pour
Jean-Jacques Brochier, un écrivain « tient à ce
qu’il a voulu dire ». Si le style compte, le sens l’emporte, et c’est toujours ce subtil alliage qui fera
l’œuvre. Tant il est certain qu’un bon livre trouvera
toujours ses lecteurs.
Si vous prenez le temps de lire ces entretiens,
ne vous attendez pas à être ébloui ou charmé.
L’homme est franc, direct même s’il sait être drôle,
tranchant même s’il sait être nuancé, précis même
s’il sait être émouvant. « Vous ne cessez de vous
peindre en petit bourgeois » finit par lâcher Nadine
Sautel. « Faute de pouvoir en être un grand, hélas »,
rétorque notre homme, faussement ironique. En
le quittant, peut-être aurez-vous comme moi le
1. Magazine Lire, Février 2005.
2. Magazine Lire, Avril 2004.
3. Revue Médias, n° 4, printemps 2005, dossier sur la critique littéraire (lire notamment l’entretien avec Raphaël Sorin).
ES PR IT CR ITIQUE I
263
JEAN- JAC QU ES BROC HI ER
lecteurs de presque quarante ans. Est-ce un
hasard alors si sa première chronique dans Lire1,
qui l’accueillera pour quelques numéros, avait
pour titre « Le chagrin d’un ami » et évoquait au
travers d’un livre de Tahar Ben Jelloun le triste destin de ceux qui préfèrent s’isoler pour attendre la
mort2 ?
SCÈNE ET ACTEURS
sentiment d’avoir reçu un précieux témoignage, de
ceux dont on pressent qu’ils nous auraient réellement manqué.
Encombrés de leurs milliers de pages, il est
arrivé à Souvestre et Allain, les auteurs des foisonnants Fantomas, de ressusciter par mégarde
des personnages, ce qui avouons-le peut retirer
quelque crédibilité au récit, fût-il fleuve. Ils ont alors
inventé un système sommaire mais ingénieux,
consistant à disposer des soldats de plomb sur
une table et à coucher ceux représentant les personnages morts.
Jean-Jacques Brochier est désormais de ceux-là.
264
I ESPRIT CR ITIQUE
SCÈNE ET ACTEURS
DES VOIX SOUS LA CENDRE
Manuscrits des Sonderkommandos d’Auschwitz-Birkenau
COLLECTIF
EDITIONS CALMANN-LÉVY, MÉMOIRE DE LA SHOAH, JANVIER 2005
PAR
THIERRY GERMAIN
février 2005
Lassé de tant d’horreurs, ayant presque froidement et si minutieusement décrit durant de longues
minutes l’effroyable processus de mort auquel il
avait assisté, Szlama Dragon aspirait, comment lui
en faire le reproche, à la vie et à l’oubli.
Nous savons que l’oubli, c’est la mort. Et nous
savons avec Claude Lanzmann que l’arme de la
mémoire, c’est la parole. Voilà ce qui donne son
prix à ces témoignages extirpés de la terre d’Auschwitz, à ces bouteilles, aux sens propre et figuré
du terme, jetées par ces hommes embarqués dans
l’enfer nazi vers d’attendus témoins. Jetées vers
nous.
Ces « voix sous la cendre », ce sont à la fois les
témoignages déterrés des charniers d’Auschwitz et
les récits recueillis des très rares survivants des
Sonderkommandos, les « commandos spéciaux »
qui ont existé à Birkenau jusqu’au 18 janvier 1945.
Zalmen Gradowski, Lejb Langfus, Zalmen
Lewenthal, Szlama Dragon, Henryk Trauber et
Feinsilber, aucun de ces hommes n’avait sa place
dans le « monde d’après ». Encore fallait-il imaginer qu’il y en eût un. Témoins forcés et acteurs
involontaires de l’indicible, de cette extermination
que leurs bourreaux avaient la folie de vouloir faire
et la folie de vouloir cacher, ils devaient aussi
« s’accoutumer à l’idée qu’il fallait bien penser au
lendemain ».
Mesure-t-on la part d’espoir qu’il fallut à ces
hommes lorsqu’ils résolurent d’utiliser quelques
pauvres pages griffonnées pour combattre la plus
systématique et la plus impitoyable entreprise de
mort et de destruction que l’homme ait pensée ?
« Pour autant qu’un monde d’Hommes continue
d’exister, il y a un prochain pour lire et déchiffrer la
trace », traduit admirablement Philippe Mesnard
dans l’un des éclairages apportés à ces documents. Malgré l’horreur sans nom, savoir la part
des mots, croire en la force du dire.
Mesure-t-on également l’effort que constitue le
fait de raconter, l’acte de traduire en paroles des
scènes que ni le vocabulaire, ni l’âme de l’homme
ne sont prêts à affronter ? Très neutres souvent,
presque détachés, ces récits sont aussi comme
ES PR IT CR ITIQ UE I
265
COLLECTI F
A la fin de son témoignage lors du procès de
Cracovie, lorsqu’il s’est agi de prononcer les derniers mots, Szlama Dragon, l’un des très rares
rescapés des Sonderkommandos, eut cette phrase
terrible : « Je tiens à retourner à une vie normale,
et à oublier tout ce que j’ai vécu à Auschwitz ».
SCÈNE ET ACTEURS
pour Zolmen Gradowski très littéraires, délibérément portés par un style alors utilisé comme une
mise à distance. Pour pouvoir écrire, « écrire en
dehors de soi » nous dit Philippe Mesnard, « se
détourner de la réalité pour mieux y faire retour ».
Mesure-t-on enfin le prix de cette parole ?
Découvert en avril 1945, négligé, le témoignage
de Lejb Langfus dormira jusqu’en avril 1970 dans
la mansarde oubliée d’une maison polonaise. Ce
« retour à la vie » au sens littéral du terme prend
toute sa valeur. Langfus jette sa parole comme le
dernier cri d’un homme libre, comme un ultime
témoignage d’humanité. Qu’il nous arrive enfin ne
lui donne pas son sens, mais cela lui rend toute sa
valeur.
Car ces témoignages ne parviennent pas de
n’importe où, ni de n’importe quand. Pour être
l’auteur de l’ouvrage le plus souvent cité sur l’univers concentrationnaire1, Primo Levi a la parole qui
n’en prend que plus de force : « L’histoire des
Lager a été écrite presque exclusivement par ceux
qui, comme moi-même, n’en ont pas sondé le
fond ». Un « fond » dont ces « voix sous la cendre »
sont presque seules à pouvoir témoigner.
Les Sonderkommandos, ce sont ces hommes
à qui l’on a fait miroiter des conditions plus
clémentes et qui finissent totalement isolés, à deux
kilomètres d’Auschwitz, dans l’usine de mort de
Birkenau. Vider les chambres à gaz et les fosses,
brûler les corps, récupérer les effets, voilà leur
tâche quotidienne, au cœur même de la « solution
finale », à l’ultime étape de la folie nazie. Leurs voix
nous viennent directement de ces moments et de
ces êtres que les SS voulaient nier, pour le monde
et pour l’histoire. Au travers de ces phrases simples, elles accomplissent une renaissance fragile,
tragique mais inespérée.
Sait-on que ces hommes accompagnaient les
victimes jusqu’au dernier moment de cette improbable chaîne de destruction, jusque dans le ventre
266
I ESPRIT CR ITI QUE
d’apparence si banale et si trompeuse du génocide ? Dénudés, fourvoyés le plus souvent, résignés
parfois, si rarement révoltés, les martyrs ne lâchaient
le regard des Sonderkommandos que dans les
dernières secondes, lorsque se refermaient la
porte des chambres à gaz.
« Ils m’ont confié le dernier secret de leur vie »,
traduit Zolmen Gradowski.
Mot après mot, phrase après phrase, ces
« rouleaux d’Auschwitz » nous livrent l’indicible.
Ces hommes enrôlés le soir même de leur arrivée
au camp et qui découvrent dans les corps manipulés leurs plus proches. Ce garçonnet battu à mort
à l’entrée du « bunker » et dont les yeux incrédules
ne lâcheront pas une seconde ceux de son bourreau. Ces derniers regards portés vers le ciel par
ceux qui savent ou qui devinent, et l’insouciance
terrible des enfants qui ne se doutent de rien.
Mais si chaque récit prend au cœur et aux tripes,
si l’on pouvait imaginer sans plus les tolérer la
détresse des mères, le désespoir des pères isolés à
quelques mètres de leurs familles martyrisées,
l’effroi des plus jeunes, comment affronter cette
description presque technique de leur mise à
mort ? Techniques pour gazer, techniques pour évacuer et transporter les corps, techniques pour
dépouiller, techniques pour brûler,… : il n’est pas
une étape de cette tuerie systématique qui ne soit
rigoureusement organisée et mise en œuvre. Et ici
décrite, avec des mots de chaque jour, des expressions familières dont on se demande ce qu’elles
font là.
Ces hommes découvraient les corps après le
gazage, « pressés comme du basalte ». Ils les
séparaient, les portaient ou les traînaient jusqu’aux
crématoires et là, pour tenir le rythme imposé par
les nazis, ils appliquaient des procédés de créma-
1. Primo Levi, Si c’est un homme, Editions Julliard, 1987.
SCÈNE ET ACTEURS
tion où la disposition, l’âge, l’état de délabrement
des victimes comptaient. Ces mêmes êtres côtoyés
quelques minutes ou quelques heures auparavant,
et accompagnés jusqu’aux portes de la mort, il
fallait ensuite les traiter, comme le souhaitaient
leurs bourreaux, à l’égal de « stucks », de pièces
sans vie ni valeur.
L’on sait que le devoir de mémoire consiste à
comprendre individuellement et collectivement hier
pour éclairer aujourd’hui et demain. L’on mesure
combien la « solution finale » contient de questions
essentielles et de résonances à jamais vivaces. Le
quotidien même des camps implique tant d’interrogations pressantes et irrésolues, ne serait-ce que
le rôle de certains détenus par rapport aux autres
et la vision qu’ils nous renvoient de l’Homme.
Ce que ces hommes ont caché, c’est ce qu’ils
nous livrent. Ce qu’ils ont tu, c’est ce qu’ils nous
disent. Ce qu’ils ont supporté, c’est ce qu’ils nous
lèguent. Ce témoignage est incomparable.
Ils ont douté de notre capacité à croire. Ils ont
douté de notre capacité à voir et à entendre. « Tu
ne croiras pas ce que ton œil te montrera », dit
Zalmen Gradowski et, pourtant, c’est à nous qu’il
s’adresse et à nous seulement, dans son ultime
exorde : « Un jour ton cœur gelé se réchauffera
peut-être et tes mains froides, tes mains glacées
viendront ici éteindre ces flammes ».
C’est le sens de ces testaments enterrés. Ne
pas laisser geler les cœurs. Jamais plus.
COLLECTIF
« Toute personne qui vivait plus de deux
semaines ne le pouvait qu’en vivant au détriment
des autres victimes », nous rappelle Zolmen Lewenthal. Et Rudolf Vrba, dans son récit d’Auschwitz2,
avoue que « durer permettait d’approcher du noyau
qui non seulement avait appris à vivre mais aussi à
prospérer ». L’univers concentrationnaire a malheureusement à nous dire sur nous-mêmes plus que la
vérité brute de l’extermination, tant « les nazis
auront démontré avec une minutie teutonne
jusqu’à quelle profondeur l’homme peut tomber »
(Rudolf Vrba).
Oui, comprendre est tout. Mais pour comprendre sincèrement il faut savoir vraiment.
Rudolf Hoess, dans ses édifiants mémoires 3,
évoque ces hommes occupés à évacuer puis brûler leurs semblables. Pour lui leur action lancinante
et leur apparente maîtrise d’eux-mêmes est tout
simplement de l’indifférence. Et de citer cet homme
des Sonderkommandos découvrant son épouse
parmi les cadavres, et partageant quelques minutes
plus tard, sans trouble apparent, le « repas » de
ses compagnons.
2. Rudolf Vrba, Je me suis évadé d’Auschwitz, Editions Ramsey,
1998 : l’un des 270 prisonniers ayant réussi à s’échapper d’Auschwitz ; son témoignage, transmis à Pie XII, Roosevelt et
Churchill, aura une réelle importance dans la prise de conscience
par les Alliés de l’ampleur de l’extermination menée par les nazis
en Pologne.
3. Rudolf Hoess, Le commandant d’Auschwitz parle, Editions La
Découverte, 2004.
ES PR IT CR ITIQUE I
267
SCÈNE ET ACTEURS
SALVADOR ALLENDE
L’autre 11 septembre
ANTOINE BLANCA
EDITIONS GRAFFIC / BRUNO LEPRINCE, 2003
PAR
PASCAL JOSEPH
février 2004
A ce qu’on dit, Gérald Ford avait du mal à
pratiquer deux activités intellectuelles en même
temps, marcher et mâcher du chewing-gum. Mais
calé dans un fauteuil et libéré de sa pratique d’assouplissement de la gomme, il savait parler clair et
simple. Ainsi en 1977, à la question de savoir ce
qui pouvait justifier l’intervention des Etats-Unis
dans la politique intérieure d’un autre gouvernement, qui plus est issu du suffrage universel, il fut
répondu au journaliste, dans ce que le New York
Times qualifia de « déclaration la plus malheureuse
qu’ait jamais faite un chef d’Etat respectueux, en
principe, de la loi » : « Je ne vais pas entrer dans
le détail, ni porter de jugement sur le droit international. C’est un fait reconnu historiquement. De
telles mesures, on les prend toujours, dans l’intérêt
bien compris des pays concernés ».
Nous avions connu des visages, nous nous
étions faits à des accents, nous avions même
appris à chanter les Quilpayun et souvent nous
dodelinions de la tête avec le sentiment douloureux de l’incompréhension née des effets qui nous
dépassent.
C’est le mérite de la préface d’Antoine Blanca,
écrite 27 ans après la première édition, avec une
plume d’acier, de situer l’origine du 11 septembre
268
I ESPRIT CR ITIQUE
1973 qui marque « la fin d’une longue traque »,
dont le gibier est Salvador Allende et le gouvernement de l’Unité populaire ; les chasseurs, la droite
chilienne et les grandes compagnies américaines ;
les stratèges, la CIA et le président Nixon.
Il était donc nécessaire que l’auteur revienne
aux sources du coup d’Etat, face à un révisionnisme historique qui n’a pas désarmé, à preuve les
consternantes prises de position de la droite parisienne, lorsque Bertrand Delanoë a proposé de
rebaptiser la place Santiago du Chili en place
Salvador Allende. Le 11 septembre 1973 n’est pas
une opération venue des profondeurs du peuple
chilien, mais l’application d’une doctrine d’intervention impériale, à visage humain sous Kennedy,
à balles réelles sous Johnson et Nixon.
On ne résistera pas à citer une scène du film de
Pierre Kalfon et de Patricio Hernandez1 où Nixon,
à l’annonce de l’élection d’Allende, au bord de
l’apoplexie, tapant du poing sur la table, éructe
qu’il convient d’écraser ce son of a bitch. On
se reportera aussi pour comprendre cette vision
équilibrée de l’ordre mondial à l’excellent docu-
1. « Le dernier combat de Salvador Allende », 1998.
SCÈNE ET ACTEURS
Un mot sur le titre, évidemment nouveau, L’autre
11 septembre, comme si là encore il fallait, de
manière anachronique, situer un événement qui
vient avant par rapport à un autre survenu depuis.
On voit bien le difficile travail de mémoire active. De
ce point de vue, on ne pourra que saluer la cérémonie organisée par la Ville de Paris où l’auteur,
Antoine Blanca, faisait resurgir l’espoir assassiné.
Mais Salvador Allende ne se résume pas à la
dernière image que l’on a gardée de lui : un
homme un peu hagard, coiffé d’un casque militaire, les sangles se balançant sur les joues, en
veste avec un pull à carreaux, perdu dans ses
immenses lunettes et entouré des derniers défenseurs de la démocratie chilienne, pendant l’assaut
du Palais de la Moneda.
La première partie raconte l’histoire mêlée d’un
homme et de son pays. C’est en effet la capacité
des grands hommes que de faire corps avec la
géographie de leur pays et de tenter d’en façonner
l’histoire : Allende fut directeur de campagne présidentielle, ministre de la Santé publique à trente ans,
quatre fois candidat à l’élection présidentielle (de
1952 à 1970), député, puis sénateur de plusieurs
territoires d’élection, président du Sénat, secrétaire
général un temps du PS. La seconde partie déroule,
sur deux plans, la montée inexorable vers une fin
programmée : du point de vue de l’Unité populaire
et de ceux qui en organisent la fin.
Il y a de l’obstination chez Allende, celle de
convaincre sans cesse et de travailler à l’unité :
l’unité de la gauche, l’unité du peuple, avec sans
doute un optimisme en la raison qui a pu confiner à
de la naïveté, face à des adversaires qui préfèrent
rompre les arguments à coups de trique. D’Augusto
Pinochet, on citera la réaction d’Allende, dans le
Palais alors qu’il ne sait pas encore que le général,
franc-maçon comme lui, fait partie des conjurés :
« pauvre Augusto, comme il doit être malheureux »,
au même moment où ledit général s’esclaffe au
téléphone à l’idée de jeter le corps du président
d’un avion en plein vol…
Peut-être fera-t-on reproche à l’auteur, qui cisèle
en de courts paragraphes le portrait d’un homme
de son temps, de sa tentation hagiographique qui
perce : bon enfant, bon étudiant, bon père, bon
socialiste, grand lecteur, dépassant en de nombreux points ses contemporains sans leur infliger
sa superbe. Il faut sans doute y voir la douleur
amoureuse de l’auteur qui a vibré pour un homme
qui a fait l’histoire et qui savait l’histoire qu’il faisait.
Salvador Allende, c’était une voix. Pour des
raisons objectives, sa très mauvaise vue l’empêchant de lire des discours trop écrits. Un simple
plan, des mots clés, nourris de longue et ultimes
discussions avec ses proches, vertébraient une
langue juste, généreuse et simple.
Bien sûr, résonnent pour ceux qui les ont entendues ses dernières interventions sur Radio
Magallanés : « Je m’adresse surtout à la modeste
femme de mon pays, à la paysanne qui a cru en
nous, à l’ouvrière qui a travaillé plus, à la mère qui
a compris notre préoccupation pour les enfants…
Ma voix tranquille n’arrivera pas jusqu’à vous : peu
importe. Vous continuerez à m’entendre, je serai
toujours à vos côtés… D’autres hommes viendront,
qui surmonteront ces instants sombres et amers où
la trahison prétend s’imposer. Sachez que bien
plus tôt que prévu s’ouvriront de nouveau les
larges avenues où passera l’homme libre pour
bâtir une société meilleure. Vive le Chili ! Vive le
peuple ! Vive les travailleurs ! »
Companero Allende ? Presente !
2. « Condor : les axes du mal », réalisé par Rodrigo Vazquez, 2003.
ES PR IT CR ITIQUE I
269
ANTOINE BLANCA
mentaire 2, sorti il y a peu, qui fait parler les commissionnaires des Américains. Le plus frappant est
que tout est su et tout est dit depuis le rapport du
sénateur américain Church, publié quelques
années après le 11 septembre. Voilà pour l’origine,
claire et sans taches, du dénouement tragique.
SCÈNE ET ACTEURS
MON PAYS RÉINVENTÉ
ISABEL ALLENDE
EDITIONS GRASSET, 2003
L’INCROYABLE ET INTERMINABLE PROCÈS
DU GÉNÉRAL AUGUSTO PINOCHET
ARIEL DORFMAN
EDITIONS GRASSET, 2003
CHILI, 11 SEPTEMBRE 1973,
LA DÉMOCRATIE ASSASSINÉE
Sous la direction d’
D’EDUARDO CASTILLO
EDITIONS LE SERPENT À PLUMES/ARTE EDITIONS, 2003
PAR
THIERRY GERMAIN
septembre 2003
C’est une belle et tragique histoire. Et comme
dans toutes les belles et tragiques histoires, il y a un
héros. Acteur et victime à la fois, traversé de mille
contradictions, hésitant sur son destin mais inflexible
sur ses principaux traits, ce héros est fait de fulgurances et de doutes, de lutte et de silence, de
grandeur et de petitesse. Allende, Castillo, Dorfman :
les trois livres évoqués ici tournent autour de ce personnage principal, le scrutent et l’interpellent,
tentent de le piéger, de l’émouvoir, de le saisir, pour
tous enfin se réfugier dans la certitude de lui appartenir. Le peuple chilien, ce « pueblo » fier et meurtri,
élégant et lâche, coupable et sacrifié, cette petite
multitude de quinze millions d’âmes qui aujourd’hui
encore, en cet anniversaire de la mort d’Allende,
semblent danser d’un drôle de pas autour des
miroirs qu’on lui tend, voilà le héros de cette histoire.
Et qui peut se targuer de savoir tout d’un peuple ?
Ariel Dorfman vit aux Etats-Unis. Eduardo et
Carmen Castillo à Paris et Isabel Allende en Cali-
270
I ESPRIT CR ITIQUE
fornie. Tous savent cet étrange compagnonnage
qui s’instaure entre un être en exil et son pays,
lorsque l’éloignement soudain devient volontaire et
que votre patrie, désormais accueillante, reste
pourtant comme un impossible mais incontournable horizon. Leur vie semble un sempiternel
voyage autour du Chili. Cette commémoration est
pour eux l’occasion de nous embarquer dans leur
interminable retour vers Santiago. Cette escapade,
faites-la, elle en vaut la peine.
Isabel Allende est romancière. Commencez par
elle. Géographie, coutumes, histoire, gastronomie,
mœurs, c’est en effet avec l’idée de « réinventer »
sous nos yeux son pays qu’elle nous convie à
cheminer à ses côtés. Réinventer au sens étymologique du terme, c’est-à-dire que jamais l’avis de
l’auteur et le talent de l’écrivain ne le cèdent à une
impossible objectivité. Trop de passion dans ce
regard, trop de poésie et trop d’humour aussi.
C’est donc sans concession qu’elle nous dépeint
son peuple, et pas mal des traits ici profondément
et délicatement dessinés peuvent éclairer ces
phases de l’histoire chilienne que d’autres
ouvrages parus et l’actualité nous incitent à déchiffrer. Si l’on veut connaître dans ses humeurs, dans
ses caractères et dans son destin ce pays et ce
peuple qui le 11 septembre 1973 et ensuite auront
à se battre, de quelque façon que ce soit, « de
toute façon » pourrait-on dire, avec la dictature de
Pinochet, c’est dans les mots d’Isabel Allende que
cette initiation peut se faire. Et puis, quelle galerie
de personnages ! La romancière mêle l’ironie
légère et l’émotion sincère pour illustrer quelques
sépias tirés de sa geste familiale et personnelle.
Ces fantômes exhumés sont autant de portraits en
creux d’un autre Chili et opposent au « vrai » pays
un miroir simplement savoureux, et à bien des
aspects passionnant.
Ariel Dorfman fut conseiller de Fernando Flores,
le secrétaire général du gouvernement de Salvador
Allende. Il est aujourd’hui essayiste et romancier,
et comment mieux définir l’ouvrage qu’il nous offre ?
Lui aussi mêle une aventure et des personnages,
mais cette aventure est précise, argumentée, politique et ses personnages sont réels, impliqués,
tragiques. Depuis le 16 octobre 1998, depuis ce
moment où le juge Garzon parvient à la surprise
générale à atteindre Pinochet dans sa clinique londonienne, l’auteur suit pas à pas les procédures,
démarches, arguments et positions. Il ne cache
rien des motivations des uns et des autres, des
jeux diplomatiques, de l’importance que prend le
« dossier Pinochet » au moment où se construit
sinon la réalité du moins la perspective d’une
« mondialisation de la justice », système idéalisé
dans lequel on jugerait désormais au nom de
l’humanité. Des délibérations incertaines des Lords
britanniques aux jeux grossiers des médecins
chiliens, cette fresque fait alterner des considérations importantes sur la nature même et les enjeux
d’une justice internationale avec les scènes hautes
en couleurs de la saga Pinochet, avec en point
d’orgue son extravagant retour au pays.
Mais chaque étape de cet « incroyable et interminable » procès est aussi l’occasion de se tourner
vers un pan de mémoire, lequel bien souvent
prend le visage de femmes et d’hommes emportés
dans la redoutable histoire de la dictature. Ce qui
fait la force de l’ouvrage, c’est moins une thèse
que cette façon de mêler profondément la procédure en cours et le peuple chilien, les actes
juridiques et les êtres de chair et de sang. Ces
noms évoqués, ces histoires racontées, ces sacrifices subis, ces personnages tout à coup et avec
tant de pudeur ressuscités par le romancier, ce
sont ces mêmes noms et prénoms qui alimentent
froidement le dossier à charge de ceux des juges,
Garzon et Guzman notamment, qui travaillent à
faire triompher la justice. Il faut lire les minutes de
l’acte d’accusation du juge Garzon, passer trop
vite sur une identité, des faits, et découvrir plus
tard les actes et les émotions d’une femme et d’un
homme racontés par Dorfman pour saisir ce qu’a
de fort, de vrai, ce procédé qui ailleurs aurait pu
être facile. Ces personnages nous apparaissent à
bien des égards fragiles, tant la bataille est difficile
et serrée, tant leur force d’êtres torturés, meurtris
par le régime, séparés des leurs semble dérisoire
face au temps et au droit, tant leur martyre semble
ne plus rien peser dans le bras de fer diplomatique
engagé et les intérêts en cause. Quelle émotion de
les voir ainsi ressurgir, d’imaginer enfin leur sacrifice justifié, leur mémoire apaisée, leur meurtre
puni, et quelle douleur de les voir finalement
perdre, bien malgré eux, cette ultime bataille. C’est
en leur nom que l’auteur s’emploie tout au long de
ces 250 pages à répondre à la question qui le
hante : « avons-nous réussi l’examen qu’on nous a
fait passer lorsque Pinochet est revenu au Chili ? ».
Car dans ce vaste mouvement autour de la responsabilité juridique de Pinochet se joue le sort
même du peuple chilien. Cette bataille juridique
est finalement surtout un dilemme, un cas de
conscience posé à toute une nation autour de
sa mémoire. « Pinochet est un miroir. Sommesnous vraiment prêts à le juger ? », traduit Dorfman.
ES PR IT CR ITIQ UE I
271
I. ALLENDE - A. DORFMAN
D’EDU ARDO C AST ILLO
SCÈNE ET ACTEURS
SCÈNE ET ACTEURS
« Avons-nous vraiment la volonté de juger le pays
d’où est issu Pinochet ? » puisque de larges pans
du Chili furent intégrés et restent attachés au
système Pinochet. « Est-il en réalité le besoin d’introduire une distance entre lui et nous ? » puisque
tant de femmes et d’hommes peuvent se sentir les
complices muets et souvent même les acteurs
revendiqués d’un système certes dépassé mais
pas disparu. La fierté nationale aidant, la question
Pinochet devient la condition du bon achèvement
de la transition du Chili vers la démocratie.
En pourtant, quel remarquable symbole que le
biais juridique trouvé par Guzman pour « ferrer »
juridiquement Pinochet. Assimilables à des enlèvements, les « disparitions » ne sont pas prescrites et
ne peuvent l’être qu’une fois le corps retrouvé.
Nous sommes là au cœur de l’enjeu de mémoire :
les morts jugent. « El piquete de Londres », ce
rassemblement quotidien devant la clinique où est
retenu l’ex-dictateur, rassemble bien des filles et
des fils de victimes du régime : la chaîne est
vivante, le souvenir vit et agit. « Nous ne sommes
pas les maîtres de la vie et de la mort. En
revanche, nous sommes ceux qui donnons du
sens à cette mort », résume Dorfman. Quelle plus
forte exigence ? Y a-t-il plus beau plaidoyer pour le
devoir de mémoire ?
De fait, comme dans le récit d’Isabel Allende, il
y a des photos dans le petit ouvrage collectif coordonné par Eduardo Castillo, de « ces clichés en noir
et blanc qui prennent l’histoire en flagrant délit »,
comme l’écrit si joliment Philippe Broussard en
exergue de sa contribution. Il y a aussi, comme
chez Dorfman, des silhouettes qui réapparaissent
pour un douloureux séjour hors de l’ombre et de
l’oubli, rappelées au cœur de l’histoire par l’arrestation de Pinochet à Londres en 1998. Patrick
Zachman exprime ce rapport complexe du Chili
avec son passé au travers d’une image, celle
d’une ancienne prison transformée en hôtel et
dans laquelle sauna, salle de gymnastique et salle
de billard sont garnies de barreaux. « Parce que
272
I ESPRIT CR ITIQUE
l’oubli est le pire cadeau que l’on puisse faire
au présent », Zachman tente par divers modes
d’expression de revenir sur cette parenthèse de sa
vie, de retisser d’espace et de temps cette période
allant du 11 septembre 1973, date à laquelle il a
« rayé le Chili de [sa] carte du monde, comme on
enfouit une douleur dans un trou de mémoire », à
l’arrestation de Pinochet. Redécouvrant un pays
dont l’état d’amnésie le stupéfie, il partage sans le
savoir le sentiment d’Aliocha Maldavsky, fille de prisonnier politique, qui vécut sept longues années à
deux pas du stade national de si triste mémoire
sans que personne, jamais, ne lui signifie de
quelque façon que ce soit le caractère particulier
de ce lieu et sa sinistre place dans la répression.
Dans l’émouvante évocation de son emprisonnement, son père, José, nous parle certes du Chili en
lutte, et notamment du rôle des vidéos clandestines
comme instruments d’une « contre-actualité », mais
aussi des habitants de Chuchungo, « les seuls au
monde à boire de la brume », qu’ils recueillent en
effet grâce à un ingénieux et magnifique système.
Quant à Carmen Castillo, si elle évoque avec
profondeur son pays au travers de la figure de son
père, architecte de grand renom et important
responsable élu, c’est pour revenir encore et toujours à cette même exigence qui parcourt toutes
ces pages et semble animer toutes ces âmes
meurtries : « ne pas devenir des consommateurs
passifs de la mémoire ». En murant la porte du 80
de la rue Morandé du palais de la Moneda, celle
que franchit une dernière fois le 11 septembre
1973 le corps sans vie de Salvador Allende, ou en
ne laissant subsister, dérisoire vestige, que la piscine de la villa Grimaldi, haut lieu de la torture sous
son règne, Pinochet avait délibérément engagé
cette bataille essentielle sur la mémoire. Aujourd’hui
plus que jamais, c’est là que le combat se poursuit.
Du fond de sa geôle, José Maldovsky avait fini
par se la poser, cette question piège : « mais après
tout, est-ce qu’il y a quelque chose à comprendre
au règne du général ? ». Jamais loin de la caricature ou du grotesque, appuyées sur les plus bas
SCÈNE ET ACTEURS
sentiments de l’homme, ancrées à des intérêts
aveugles, les dictatures ont la redoutable habitude
de clore leur histoire avec leur règne. Et d’autant
plus facilement que la réconciliation est, ou paraît,
à ce prix. C’est ainsi que la commission chargée
au Chili de ce travail de mémoire fut dénommée
« Vérité et réconciliation ». L’on mesure la redoutable ambiguïté que recèle la juxtaposition de
ces deux mots. Officialiser un dilemme, est-ce le
résoudre ? Dans sa contribution à l’ouvrage de
Castillo, Alain Touraine a bien saisi la double interpellation qui nous est faite aujourd’hui comme hier
par le Chili et son histoire. Comprendre d’abord au
sens classique du terme, c’est-à-dire saisir les
causes et les effets, analyser les forces sociales en
présence, les réalités économiques et politiques, le
rôle des multinationales et des superpuissances.
Mais aussi comprendre que, comme le dit Touraine, « la place du Chili vaincu dans l’histoire
restera celle d’un espoir, souvent incapable de se
réaliser lui-même, mais soulevant les esprits, les
cœurs et les masses avec une force que la répression militaire et policière n’a pu abolir ».
avenues, par où passe l’homme libre pour
construire une société meilleure ». Et si l’une de
ces avenues se nommait le souvenir ?
A lire également sur le Chili : Luis Sepulveda, La
folie de Pinochet, Métailié, 2003.
I. ALLENDE - A. DORFMAN
D’EDU ARDO CASTI LLO
Car que savait des équilibres internes de l’Unité
populaire le père de Georges Klein, collaborateur
assassiné d’Allende, lorsqu’il choisit en 1989 de
passer seul ce qu’il savait être les dernières nuits
de sa vie dans la chambre d’un fils disparu en
1973, qu’il avait partout cherché et jamais revu ?
Que savait des causes du coup d’Etat cette femme
qui, le 12 mars 1990, devant soixante mille personnes réunies au stade national pour fêter la
démocratie revenue et dans un silence de mort se
mit, désespérément et définitivement abandonnée,
à danser seule la cueca, cette danse chilienne qui
ne se danse qu’à deux ?
Oui, décidément, le héros de cette belle et
tragique histoire, c’est le peuple chilien. Celui à qui
dans ses derniers instants, pour ce qu’il mesurait
être ses derniers propos publics, Allende avait
assuré d’une voix sereine : « beaucoup plus tôt
que tard, vous ouvrirez de nouveau les grandes
ES PR IT CR ITIQUE I
273
SCÈNE ET ACTEURS
UN CABINET D’AMATEUR
GEORGES PEREC
EDITIONS BALLAND, COLLECTION L’INSTANT ROMANESQUE, PARIS, NOVEMBRE 1979
PAR
FRANÇOIS BUSIER
septembre 2009
Si certains pensent que le concept de destin ne
s’adresse qu’aux êtres, qu’ils passent leur chemin.
Un cabinet d’amateur ne pourra les satisfaire. Il est
une évidence de penser que les livres relaient les
idées et qu’ils constituent donc, par-là, l’un des
supports d’une agitation du développement du
vivant. Le souffle qu’ils propagent peut, au-delà de
la réflexion, porter jusqu’à prendre la plume, ainsi
que vous le conseillerait un ami ou un proche (plus
ou moins bien intentionné, certes, au regard de
l’épaisseur de votre talent).
Ce texte court de Georges Perec n’en finit
pas de rebondir en d’incessants jeux de miroirs.
Pourtant, l’argument de cet ouvrage se réduit à
quelques lignes : Un cabinet d’amateur, œuvre du
peintre d’origine allemande Heinrich Kürz, est
exposé en 1913 à Pittsburgh (Etats-Unis), dans le
cadre d’une série de manifestations culturelles
organisées par la communauté allemande de la
ville, à l’occasion des vingt-cinq ans de règne de
l’empereur Guillaume II. La description minutieuse
que fait Perec de ce tableau, amène à comprendre
pourquoi de grands musées américains se battirent pour acquérir à prix d’or des toiles réalisées
par les plus célèbres peintres classiques européens, toutes reproduites dans ce tableau.
274
I ESPRIT CR ITIQUE
Mais ce serait bien mal connaître Perec que de
se contenter de cette apparente simplicité. Car,
chez lui, sous les flux du quotidien, sous le poids
de la banalité, s’organisent discrètement des
parcours où s’annonce et se prépare la fin, la
catastrophe : sous l’histoire, il y a toujours d’autres
histoires, de celles qui s’emboîtent, s’agencent, se
mêlent et se croisent avant de trouver leur place.
Un peu comme un puzzle, son jeu favori, où
l’image ne survient pleinement qu’après la pose
du dernier élément, et que l’effort contemplatif en
oublie alors la forme, le nombre et même l’existence des pièces.
Sous. Il y a d’abord le cabinet d’amateur
comme mode d’exposition d’œuvres artistiques
(en général des peintures et des sculptures), où
les murs se chargent de toiles et de cadres,
sans aucune logique particulière de chronologie,
de genre, d’école, de style, etc. Ce principe
(dés)organisateur ne pouvait que retenir l’attention
de Georges Perec dans ses jeux d’écriture, où
l’accumulation, la collection, la juxtaposition et la
rencontre d’éléments a priori hétéroclites parviennent à produire la surprise du sens. Dans Espèces
d’espaces (1974), l’écrivain s’interrogeait déjà sur
le rapport de l’œuvre au mur : « Les tableaux effacent les murs. Mais les murs tuent les tableaux ».
SCÈNE ET ACTEURS
Dessous. A partir de ces matériaux de choix,
Georges Perec s’en donne à cœur joie pour combiner le vrai, le faux, le probable et l’hypothétique
dans la composition du tableau fictif et éponyme
de son récit. A la demande du commanditaire – un
certain Hermann Raffke, émigré allemand aux EtatsUnis, ayant fait fortune dans la bière et devenu
collectionneur reconnu et soucieux de réunir les
pièces maîtresses et adulées de sa collection en
passe de devenir une œuvre –, le peintre Heinrich
Kürz y insère même l’image du brasseur-esthète en
train de regarder son tableau : « un tableau dans le
tableau et un tableau du tableau » ! Ces mises en
abîme, façon sapeur Camember, incitent le spectateur pointilleux à l’exploration des reproductions
de la reproduction. Surprise ! A chaque étape, le
peintre s’est amusé à modifier des détails des
œuvres originales ! Loin d’être anecdotique, ce
détail constitue aussi l’une des clés du récit.
Pour asseoir la crédibilité de sa narration, l’auteur
prend un ton détaché, parfois savant, cite des
extraits de presse et use d’une précision quasiment maniaque dans la description des faits, des
ouvrages et des toiles, etc., jouant et multipliant les
listes et les catalogues pour renforcer l’impression
d’authenticité et de véracité des éléments produits.
Toujours en dessous. A ce stade, il est impossible de continuer sans relier Un cabinet d’amateur
à La vie mode d’emploi, roman volumineux pour
lequel Perec obtint le prix Medicis, en 1978. Dans
un entretien radiophonique 3, il évoqua son désir
d’en travailler une dernière fois les thèmes pour
achever de s’en défaire (sans pour autant les
abandonner), au regard de l’énorme investissement dont ce livre avait fait l’objet. Sa volonté
manifeste était d’encrypter La vie mode d’emploi
dans un texte court, manifestement sans rapport
avec le roman initial, créant, par exemple, des liens
entre certains tableaux du Cabinet d’amateur et les
99 chapitres de ce roman : « La vie mode d’emploi, ce livre qui se déroule dans un espace tout
petit, mais dans un temps énorme et finalement
dans un espace énorme parce qu’il déborde, en
fait se passe dans un dixième de seconde, pendant le moment où le protagoniste principal est en
train de mourir ».4 Cette transition, d’une œuvre à
l’autre, est à la fois continuité d’une écriture et
abandon d’un genre. Après Un cabinet d’amateur,
Georges Perec ne publiera plus de fiction/roman
de son vivant.
Mais plus en dessous, encore, il y a d’autres
histoires, plus profondes, plus enfouies. Celles des
perturbations et douleurs de sa vie familiale, liées
aux thèmes de la disparition et de la mort (perte
des parents, déportation de sa mère, séparation,
1. Perec avait acheté un puzzle de 3000 pièces de ce tableau,
d’un format 120 x 80 cm ! (cité par Jean-Louis Ezine lors de sa rencontre avec Perec en octobre 1978).
2. Cf. p. 28 de l’édition originale de 1979.
3. Entretien avec Gérard-Julien Salvy, diffusé le 12 janvier 1980.
4. Pour plus d’informations, consulter la page « Georges Perec :
cabinet du falsificateur » (http://remue.net/cont/Perec_Montfrans.html),
écrite par Manet van Montfrans, ou sa thèse de doctorat :
« Georges Perec. La contrainte du réel », éditions Rodopi, Amsterdam, 1999.
ES PR IT CR ITIQ UE I
275
GEORGES PEREC
Puis, il y a le cabinet d’amateur comme genre
pictural chez les peintres flamands du XVII ème
siècle. L’auteur s’est beaucoup documenté sur leur
production au travers de nombreux ouvrages
d’histoire de l’art. Il prend pour référence l’un des
maîtres incontestés de cette tradition, Guillaume
van Haecht, et son tableau le plus représentatif1 :
Le Cabinet d’amateur de Corneille Van der Geest
lors de la visite des Archiducs, réalisé en 1628.
Pour les historiens, ce tableau reste toujours un
modèle et une source précieuse d’informations,
par la précision et l’exactitude des œuvres représentées et reproduites. Le fait que les illustres
personnages présents aient été peints à partir de
portraits originaux de Van Dick et de Rubens, rappellent des pratiques chères à Perec : l’emprunt,
la copie, l’évocation, la modification, la variation,
etc. Le plaisir – non dissimulé – qu’il prend à la
manipulation et à la thésaurisation de ces données
pour modeler les avancées de son récit, se distille
et s’apprécie au fil des pages, pour devenir nôtre.
SCÈNE ET ACTEURS
etc.), de celles qui font que vous préférez définir et
poser vos contraintes avec un certain niveau d’exigence, pour mieux les transfigurer et respirer un
peu plus librement.
Mais Un cabinet d’amateur ne pourrait se résumer à une histoire de fiction, de dessous, de faux
ou de falsification 5, alors même que les marques
en sont nombreuses : les copies non identiques,
les faux tatouages de Bronco McGinnis6, etc., ainsi
que bien d’autres indices dont il est impossible de
parler ici sans assassiner l’intrigue de ce livre. Peutêtre faut-il plus y voir la jubilation de représenter la
représentation, ou celle de la libre écriture affrontant un destin, tant on n’est jamais sûr de ce qu’on
lit, de ce qu’on voit ou de ce que l’on pressent,
comme le « paysage à manivelle », cette curiosité
qui laisse défiler une suite incompréhensible de
paysages (n° 8 de la première vente Raffke)7. Ce
qui importe, c’est ce soupçon de mensonge qui
rend les choses vraies, pour, ainsi que l’écrivait
Perec, « le seul plaisir, le seul frisson du fairesemblant »8. C’est cette fascination qui vous colle à
un texte, et que l’on reconnaît à cette vérité : même
quand on en dénoue les ficelles et les stratagèmes,
ça marche encore…
de Pittsburgh, édita un article s’attachant à restituer la vérité sur le contenu et les intentions d’Un
cabinet d’amateur, et rappela aussi l’importance et
l’intelligence des écrits comme la reconnaissance
dont jouissait cet auteur, à fort juste titre. Si cet
assaut de raison ne calma pas les agités, elle
permit néanmoins d’en stopper le venin.
La langue ressemble, sans doute, à une géographie intérieure qui se déploie et s’étend, et
Georges Perec s’y entend pour orienter notre
regard à coup de pinceaux légers et subtils, afin de
recomposer des paysages distanciés, autant
prenants que surprenants. Et là, s’inscrit la modeste
fragilité de toute contribution littéraire, à la fois lettre
et esprit : « Ecrire : essayer méticuleusement de
retenir quelque chose, de faire survivre quelque
chose, arracher quelques bribes précises au vide
qui se creuse, laisser, quelque part, un sillon, une
trace, une marque ou quelques signes ». 10 Ni
paraître, ni disparaître, mais avec soin.
A consulter :
Je me souviens de Georges Perec
(http://jb.guinot.pagespagesperso-orange.fr/pages/home.html).
Le site de l’OULIPO (http://www.oulipo.net/).
Etc. Ce texte court de Georges Perec n’en finit
pas, donc, de rebondir en d’incessants jeux de
miroirs, de plus en plus complexes, de plus en plus
obscurs. Ainsi, le 9 novembre 1989, la prestigieuse
Pennsylvania Review of Books fit paraître un article
émanant de cercles conservateurs regroupant les
descendants d’immigrés allemands (cet Etat fut
l’un de leurs plus importants points de chute), pour
se plaindre de l’attitude hostile du livre de Perec à
l’égard de « l’esprit allemand ». Quelques temps
plus tard, à la suite de cet article, les milieux
d’extrême-droite s’agitèrent à leur tour, et notamment en Allemagne, avec le Germanisch Volksunion
(Union du Peuple germanique), qui menaça de
détruire les bibliothèques où cet ouvrage serait présent. Fort heureusement, dans une de ses récentes
livraisons, The New Yinzer9, revue littéraire en ligne
276
I E SPR IT CR ITIQUE
5. Georges Perec, « A propos de la description », dans Espace
et Représentation. Actes du colloque d’Albi (20-24 mars 1981),
Editions de la Villette, 1982, p. 342.
6. Cf. p. 19 de l’édition originale de 1979.
7. Cf. p. 34 de l’édition originale de 1979.
8. Cf. p. 90 de l’édition originale de 1979.
9. Site de la revue : http://www.newyinzer.com/
10. Cité par Christelle Reggiani, in « Epuisement du roman et
expérience du temps dans Un cabinet d’amateur », Revue Le
Cabinet d’amateur, 2002.
SCÈNE ET ACTEURS
- II Médias et communication
SCÈNE ET ACTEURS
MEDIA-PARANOÏA
LAURENT JOFFRIN
EDITIONS DU SEUIL, COLLECTION MÉDIATHÈQUE, 2009
PAR
CLARA BAMBERGER
mai 2009
Qui sont les média-paranoïaques ? Pour une
grande partie, l’opinion, chaque jour plus persuadée que le système médiatique ne représente plus
qu’une obscure machine sans foi ni loi, manipulatrice et au service des puissants, quels qu’ils
soient. Convaincue que les journalistes ont, par
définition, partie liée avec les élites politiques et
économiques, cette majorité voit dans toute infor-
mation issue des médias traditionnels un artifice
visant à défendre les intérêts d’une caste ploutocratique. Cette réprobation véhémente d’un
système médiatique considéré comme discrédité
et illégitime se retrouve relayée par un certain
nombre d’universitaires, de chroniqueurs, d’intellectuels voire d’idéologues, ces derniers profitant
du sentiment de désenchantement collectif pour
faire avancer leurs thèses.
Le but de Laurent Joffrin n’est pas ici de balayer
d’un revers de main l’ensemble des critiques
adressées à la sphère médiatique, de protéger sa
corporation et de l’exonérer de chacune de ses
fautes. Au contraire, l’auteur décide de prendre au
mot ceux qu’il appelle les média-paranoïaques,
d’étudier leurs thèses principales et de les démonter patiemment. Non pas dans une entreprise de
« blanchissement » du journalisme, dont il est le
premier à reconnaître les failles, mais précisément
pour favoriser une meilleure critique de sa profession, meilleure car assainie. En nous décrivant les
exagérations, les contrevérités et les fantasmes des
média-paranoïaques qui viennent contredire la
réalité journalistique, Laurent Joffrin cherche à
démontrer que les assertions de ses détracteurs
ne résistent guère au seul examen qui vaille, celui
des faits.
ES PR IT CR ITIQUE I
279
LAURENT JOFFRIN
Le journalisme français est malade. De ses
moyens. De ses erreurs. De ses dérives. Mais pas
seulement. Dans Media-paranoïa, essai stimulant
s’il en est, Laurent Joffrin s’attache à déceler une
autre souffrance dont pâtissent les médias, sans
doute la plus aiguë parce que la plus profonde : le
mal d’amour. A travers une argumentation convaincue et convaincante, le directeur de la rédaction de
Libération nous montre comment la critique du système médiatique, évidemment légitime et salutaire
dans toute démocratie digne de ce nom, a progressivement glissé, depuis une dizaine d’années, vers
le terrain boueux de la média-paranoïa. Mais à quoi
renvoie donc ce terme barbare ? La médiaparanoïa, c’est le réflexe pavlovien d’un rejet indifférencié de l’ensemble des organes d’information, la
défiance systématique à l’encontre des télévisions,
des journaux et des radios, bref, « une nouvelle
forme de poujadisme sémiologique et branché ».
SCÈNE ET ACTEURS
Mais avant de s’en prendre à la critique de la
critique des médias, l’auteur se laisse aller luimême à la critique, comme pour arguer de sa
bonne foi, de son humilité et de sa lucidité. Laurent
Joffrin voit dans le journalisme français contemporain quatre maux fondamentaux, lesquels ont fini
par le mener vers une profonde crise morale. Tout
d’abord, l’auteur s’en prend au manque de
rigueur des rédactions françaises, à leurs erreurs
trop nombreuses, bénignes ou dramatiques. Si
l’immense majorité des informations émises est
exempte de bévues ou d’approximations, il en
demeure toutefois une fréquence trop grande.
D’où l’avertissement de Joffrin : « Une faute dans
un journal de référence ou dans un 20 heures est
comme une verrue sur le visage d’une jolie femme.
On ne voit qu’elle ». Ce manque de rigueur
n’émane pas uniquement d’un défaut de vigilance
des rédactions, mais s’enracine dans l’héritage
même du journalisme français, qui a souvent
délaissé le journalisme professionnel, centré sur la
recherche de la véracité, au profit du journalisme
engagé et du journalisme à sensation.
Le deuxième mal du journalisme français, c’est
sa révolution technologique mal maîtrisée. A partir
des années 1980, les médias deviennent des
acteurs de plus en plus envahissants de la vie
quotidienne et certains d’entre eux tombent dans
les dérives du spectacle, du sensationnalisme et
de la superficialité. Ainsi les dérives journalistiques
deviennent-elles criantes, car exposées au grand
jour.
A ce tournant technologique mal négocié s’agrégea un choc économique, avec la privatisation
des chaînes et la modernisation des magazines de
presse écrite, qui marqua un regain d’efficacité
dans la gestion des médias mais qui ne se fit pas
sans une détérioration de leur réputation. En effet,
la logique de l’audimat prévalant, la qualité de
nombreuses émissions se retrouva atténuée et perdit dès lors en respectabilité auprès d’une partie
de l’opinion publique.
280
I ESPRIT CR ITIQUE
Un ultime mal vint handicaper une profession
déjà fragile : le discrédit des élites. Assimilées – à
tort – aux classes dirigeantes, les journalistes
semblent, aux yeux de l’opinion, participer de
l’arrogance d’une nomenklatura nantie et coupée
des réalités sociales. Les polémiques sur le salaire
de certains animateurs – assimilés à des journalistes –, l’exposition de leur vie privée, les
« mercatos » télévisuels et autres évolutions « bling
bling » ont fini par donner aux journalistes une
image de parvenus, davantage fascinés par le
monde des puissants que par leur critique. Alors
que ce type de comportements ne touche qu’une
infime partie des journalistes, il n’en reste pas
moins qu’ils sont aujourd’hui perçus bien davantage comme les amis complices du pouvoir que
comme d’essentiels contre-pouvoirs.
Laurent Joffrin prend acte de ces quatre maux
structurels et reconnaît que la crise du journalisme
français trouve là son origine. Mais il refuse que ces
excès offrent à la critique média-paranoïaque une
condamnation indistincte, agressive et surtout infondée du système médiatique dans son ensemble. En
particulier, il s’agit de déconstruire quatre thèses
aussi répandues qu’illusoires :
« - les médias travestissent systématiquement la
réalité ;
- les médias travaillent sous le contrôle du monde
politique et économique ;
- les médias véhiculent une pensée unique ;
- les médias exercent sur l’opinion une influence
décisive. »
Joffrin y parvient brillamment, en expliquant
dans un premier temps que les journalistes sont
contraints par des règles déontologiques de
garantir des informations d’une fiabilité suffisante.
C’est le Truth Business cher aux Anglo-Saxons :
le business journalistique n’est viable que s’il s’appuie sur la vérité.
L’auteur en vient ensuite à démythifier la thèse
d’une connivence absolue entre journalistes et
SCÈNE ET ACTEURS
politiques. Oui, les seconds fréquentent les
premiers. Forcément, puisque les premiers analysent le jeu des seconds. Mais sont-ils pour autant
complices ? Certainement pas, répond Laurent
Joffrin. Il s’agit en fait de « frères ennemis », aux
aspirations antagoniques. De l’aveu même de
François Hollande : « Un homme politique ne peut
pas devenir ami avec un journaliste. Si nous resserrons les liens, nous sommes trahis aussitôt. Le
journaliste fait toujours passer une bonne information avant un bon ami ». L’âge d’or d’une presse
hors de toute pression politique, économique,
publicitaire n’existe pas. Aux journalistes de savoir
résister.
Mais se dit que l’homme, si inspiré dans la défense
de sa cause, eut pu, dans une autre vie, être avocat.
Concernant la dénonciation média-paranoïaque
d’une « pensée unique », Joffrin note habilement
que la pertinence du concept se retrouve altérée
par le fait que d’aucuns dénoncent la pensée
unique « droit-de-l’hommiste », d’autres la pensée
unique social-libérale, sans oublier les pourfendeurs de la pensée unique « ultra-libérale » et ceux
de la pensée unique « étatiste ». Aussi existe-t-il
autant de pensées uniques que d’opinions contradictoires dans le débat public, ce qui témoigne
bien de sa vitalité, n’en déplaisent à certains.
PA
L ASUCRAELN B
T RJU
OCF K
FN
R IENR
Finalement, Laurent Joffrin s’attaque à la quatrième croyance de la foi média-paranoïaque, celle
d’une toute-puissance des médias sur l’orientation
de l’esprit public. L’auteur en vient à en relativiser
la portée, en montrant que c’est la réalité qui influe
sur l’opinion bien plus que le seul discours
médiatique. D’ailleurs, comment les journalistes
parviendraient-ils à manipuler des gens qui n’ont
déjà plus confiance en eux, pointe-t-il subtilement ?
Ainsi, on le voit, c’est tout en finesse que Laurent Joffrin rend compte des contradictions
média-paranoïaques et nous invite à les dépasser,
afin de repenser le métier de journaliste de façon
sereine. Ce « métier qui remplit une vie, parce qu’il
incarne l’infinie variété de la vie des autres », le lecteur perçoit que Laurent Joffrin en est amoureux.
ES PR IT CR ITIQ UE I
281
SCÈNE ET ACTEURS
PROPAGANDA
Comment manipuler l’opinion en démocratie
EDWARD BERNAYS
EDITIONS LA DÉCOUVERTE, 2007
PAR
FRANÇOIS BUSIER
mars 2008
Vous allez me dire (d’ici, je vous entends déjà
venir) : mais quel est l’intérêt de rééditer un livre
paru en 1928 ? Je vous réponds, dans un premier
temps, que c’est parce que nous sommes en
2008.
D’ailleurs, il ne s’agit pas d’une simple réédition, si l’on en considère la préface. En la matière,
il en est souvent de doucereuses ou de policées,
voire parfois de serviles. Vous savez, de celles qui
vous déroulent le tapis rouge avant l’exhibition des
fastes du palais. Ici, il n’en est rien. Normand
Baillargeon, auteur et enseignant canadien à l’université du Québec à Montréal, remet le texte de
Bernays dans sa perspective historique et, surtout,
en produit une analyse intelligente, une sorte
d’œuvre de salut public à l’attention des sourds et
des mal-comprenants victimes du système médiatique.
Cette préface, donc, encadre – recadre serait
un terme encore plus approprié – la prose de Bernays, et la qualité des saveurs du discours critique
qui s’y développe fait que, in fine, Propaganda.
Comment manipuler l’opinion en démocratie se lit
comme une suite en deux temps, aussi essentiels
(et lumineux) l’un que l’autre, alors que près de
quatre-vingts ans séparent les deux textes.
282
I ESPRIT CR ITI QUE
PREMIER MOUVEMENT
Tout de go, Baillargeon nous brosse le portrait
de Bernays : un personnage dont l’influence de la
pensée demeure incontournable si l’on veut comprendre les profondes transformations qui ont
façonnées le XXème siècle (excusez du peu !), mais
aussi père fondateur de l’industrie des relations
publiques (excusez, à nouveau). Sachant opportunément faire valoir sa qualité de neveu de Tonton
Sigmund 1, « Bernays aimait se concevoir comme
un psychanalyste des corporations en détresse ».2
Autre tendance, son pragmatisme n’a d’égal que
son désir de se vouloir aussi théoricien des relations publiques (entendez, par-là, manipulation de
l’information, des médias et de l’opinion, ce que
les Américains nomment spin).
Ce qui caractérise Edward Bernays, c’est sa
parfaite compréhension des limites de la « réclame »
issue du siècle précédent, et son intuition de la
nécessité de s’appuyer sur les apports tant théoriques que techniques des sciences sociales, alors
en plein essor, afin d’être à la hauteur de ses ambitions, c’est-à-dire devenir l’un des conseillers en
1. Oui, il s’agit bien de celui auquel vous pensez !
2. Cf. p. 7.
SCÈNE ET ACTEURS
Normand Baillargeon synthétise parfaitement la
philosophie fondatrice sur laquelle repose l’édifice
Bernays. Il s’agit, ni plus ni moins, que de considérer que le peuple s’avère incapable de jugements
pertinents et que, seuls, quelques « chefs » éclairés
sont à même de pouvoir gérer correctement les
affaires du monde, à travers ce que Monsieur
Edward nomme « le gouvernement invisible ». « Le
public, au fond, constitue pour la gouvernance de
la société un obstacle à contourner et une menace
à écarter ».3 Tout un programme… Il est cependant
bon de noter que cette approche trouvait un écho
plus que large auprès d’une bonne partie de l’intelligentsia américaine de l’époque, effrayée par
l’élévation culturelle du monde ouvrier – due au
développement des techniques de diffusion de l’information et des moyens de transport –, et donc par
la force que pourrait représenter cette « masse »
ouverte aux idées nouvelles.
Selon l’auteur de la préface, la conception de
Bernays sur les relations publiques, « aussi bien sur
le plan épistémologique que sur les plans éthique
ou politique, [ est ] l’exacte antithèse de ce qu’exige
une démocratie ». Vous voilà prévenus : l’entreprise, qu’elle soit d’ordre économique ou politique,
doit obligatoirement, pour assurer sa mission de
recherche de profit, agir sans le peuple.
DEUXIÈME MOUVEMENT
« La manipulation consciente, intelligente, des
opinions et des habitudes organisées des masses
joue un rôle important dans une société démocratique. Ceux qui manipulent ce mécanisme social
imperceptible forment un gouvernement invisible
qui dirigent véritablement le pays »4 : sous le titre
« Organiser le chaos », voici le premier paragraphe
de son livre. Les choses sont on ne peut plus
claires. Plus loin, il écrit : « La propagande est l’organe exécutif du gouvernement invisible ». 5 La
démonstration que tente Bernays – et qu’il veut
scientifique – tout au long de son texte exploite
l’idée d’une domination nécessaire pour la bonne
marche du monde (des affaires, sous-entendu). En
fidèle pragmatique, il constate les limites du peuple
à décider, sans jamais poser la question de son
éducation, si ce n’est pour modeler les cerveaux
malléables et peu structurés, et déclare inévitable,
pour toute personnalité politique ou pour toute
entreprise, l’obligation de l’assentiment des masses,
avec toute la charge péjorative que peut véhiculer
ce terme.
Dès lors, nous comprenons que la stratégie de
Bernays vise à « contrôler les masses et les mobiliser à volonté sans qu’elles s’en rendent compte ».6
Il prétend, pourtant, que la propagande a également pour objectif de réduire l’écart entre classes
laborieuses et classes intellectuelles ! 7 Cherchez
l’erreur…
Pour lui, la propagande concerne tous les secteurs de la vie d’un pays : l’économie, bien sûr,
mais aussi, et ainsi que l’annoncent les différentes
têtes de chapitre : l’autorité politique, les activités
féminines, l’éducation, les œuvres sociales, sans
oublier l’art et la science. On cherche encore ce
qui pourrait échapper à cet immense appétit.
Autant vous le dire tout de suite, et loin des prétentions de son auteur, ce livre n’est pas un outil
théorique passé sous les fourches caudines de la
démonstration scientifique ; il se révèle plus comme
une tentative de justifier et rendre honorables
– donc, crédibles – des pratiques professionnelles
humainement et socialement contestables, en direction d’une clientèle potentielle avide de bonne
3.
4.
5.
6.
7.
Cf. p. 17.
Cf. p. 31.
Cf. p. 39.
Cf.. p. 60.
Cf.. p. 107.
ES PR IT CR ITIQUE I
283
E D W A R D B E R N AY S
relations publiques les plus courtisés des EtatsUnis. La qualité de sa clientèle et son insolente
réussite professionnelle montrent à quel point il a
su atteindre cet objectif ambitieux.
SCÈNE ET ACTEURS
conscience (et surtout d’efficacité). La rigueur des
modes d’analyse le cède à la force de la conviction.
L’un des intérêts de ce texte repose sur la présentation de nombreux exemples d’actions
réalisées par notre cher conseiller, pour illustrer à
la fois la nécessité de son intervention, le bienfondé de sa démarche, l’efficacité de sa réflexion
comme l’importance et l’évidence de ses résultats.
Et le tableau de chasse ne tiendra pas dans le petit
salon ! Poussez les meubles : Bernays peut s’enorgueillir d’avoir réussi, par exemple, à amener les
femmes américaines à fumer 8, à faire mettre en
place, avec la CIA, le général Castillo Armas au
Guatemala en 1954, à retourner, par l’intermédiaire de la Commission Creel, l’opinion publique
américaine en 1917 en vue de lui faire accepter
l’entrée en guerre des Etats-Unis. N’oublions pas,
ce serait grand dommage, de signaler que certains
de ses ouvrages tenaient une place de choix sur
les rayons de la bibliothèque de Goebbels. Jamais
Bernays n’est revenu, dans ses écrits, sur le fait
que son modèle de pensée puisse engendrer des
situations inhumaines, et certaines parmi les plus
effroyables…
Il nous faut, cependant, le reconnaître, Bernays
reste le premier à formaliser de manière aussi
cohérente ce qui va persister comme un modèle
de référence, et pas seulement pour les professionnels de la profession. Ce modèle, aujourd’hui
bien éprouvé, continue de sévir – mais peut-être
moins encore que son « fondement » philosophique antidémocratique si nous nous référons
aux chiffres record des profits multinationaux –, et
seuls les outils se sont affinés, perfectionnés et
démultipliés, pour investir et pénétrer plus avant
les sphères intimes de notre individualité.
de la propagande, surtout à ceux qui vont devoir
en supporter les conséquences. Son univers ressemble à un Barbie World, où quelques-uns tirent
les fils d’une masse de poupées uniformes et sans
âme, un pur paradis sans l’enfer de la conscience
sociale, cette ultime terreur des élites…
Pour qualifier cette posture et en montrer l’intentionalité, Normand Baillargeon parle de projet
politique, en expliquant que les masses ne doivent
pouvoir choisir ceux qui vont les gouverner que
dans les « classes spécialisées » : « Pour que la
masse se contente de jouer ce rôle, il sera nécessaire d’opérer ce que Lippmann décrit comme une
« révolution dans la pratique de la démocratie », à
savoir la manipulation de l’opinion et la « fabrication des consentements », indispensables moyens
de gouvernement du peuple. « Le public doit être
mis à sa place, écrit Lippmann, afin que les
hommes responsables puissent vivre sans crainte
d’être piétinés ou encornés par le troupeau de
bêtes sauvages ».9
Au cas où vous ne l’auriez pas encore perçu ou
ressenti, Bernays aligne sans complexe cynisme,
mépris et arrogance, malgré l’utilisation ponctuelle
d’un vocabulaire destiné à assurer une vitrine
respectable à son œuvre – sincère, honnête,
immorale, déloyale, saines relations, code moral,
ligne de conduite,… – émaillent ses propos de
façon récurrente. Parallèlement à ce discours lénifiant, il n’hésite pas à employer le mot troupeau.10
Ce qui n’est pas sans rappeler le célèbre « Les
Français sont des veaux » d’un général en képi de
notre connaissance, aux commandes de notre
nation, il n’y a pas si longtemps… Faut-il un système
éducatif si peu efficace – ou si peu de considération, ce qui relève d’une même pensée – pour que
nous en soyons réduits, aux yeux et aux oreilles de
ces prétendues élites, au beuglement pour toute
ÉNIÈME MOUVEMENT
Vous le constaterez aussi : Edward Bernays ne
s’embarrasse de rien pour faire avaler la couleuvre
284
I ESPRIT CR ITIQUE
8. Cf. p. 15.
9. Cf. p. 18.
10. Cf. p. 106.
SCÈNE ET ACTEURS
Aux heures présentes et éclatantes de la communication, le mot propagande ne peut plus
s’écrire, désormais, sans se trouver automatiquement sous-titré par celui de manipulation. Aussi,
pour illustrer la duplicité avec laquelle Bernays
traite son affaire, il suffit de se référer à la compréhension qu’il a de ce terme. Il commence par en
poser une définition neutre, acceptable par tout un
chacun : « La propagande moderne désigne un
effort cohérent et de longue haleine pour susciter
et infléchir des événements dans l’objectif
d’influencer les rapports du grand public avec une
entreprise, une idée ou un groupe ». Puis, dix lignes
plus bas, passons de la théorie à la pratique : « Ce
qu’il faut retenir, c’est d’abord que la propagande
est universelle et permanente ; ensuite, qu’au bout
du compte elle revient à enrégimenter l’opinion
publique, exactement comme une armée enrégimente les corps de ses soldats ».11
En fin d’ouvrage, cela peut même porter le
doux nom de circonstances, lorsqu’il évoque
l’explosion inexpliquée d’un cuirassé américain
dans le port de La Havane, ce qui justifia l’intervention des Etats-Unis pour libérer Cuba de la
domination espagnole et, accessoirement, permit
d’installer la figure de Roosevelt. 12 Un Pearl Harbour avant l’heure… Là où le pragmatisme semble
dissoudre toute question morale, les habitudes ont
la vie dure.
Propaganda. Comment manipuler l’opinion en
démocratie fait donc œuvre utile : ce livre permet
au dernier bien-pensant de se déniaiser, de lui
fournir, enfin, l’opportunité de perdre le pucelage
de ses dernières illusions en matière médiatique
et, plus loin, de mieux saisir les accointances des
différentes sphères de décision. Il peut, désormais,
épingler à son revers la citation de Noam Chomsky
qui ouvre la préface : « La propagande est à la
démocratie ce que la violence est à un Etat totalitaire ».
A propos de totalitarisme, d’ailleurs, la quatrième de couverture nous rappelle que ce ne sont
pas ces régimes autoritaires qui ont produit les
méthodes de propagande les plus abouties, mais
bien nos chères démocraties. La question, dès
lors, est de savoir si la propagande représente une
étape incontournable dans la négociation démocratique, ou si elle en figure un déséquilibre, une
perversion ou, autrement dit, la marque de l’indécrottable volonté des dominants à vouloir ferrer les
peuples au boulet d’un système féodal (la réponse
est facile si l’on se dispense du point de vue social
global). Une fois notre premier émoi passé, rappelons-nous aussi que les dictatures et les tyrans,
comme leur nom l’indique, n’ont nul besoin de
l’assentiment des peuples pour se faire obéir. Bien
au contraire.
Propaganda n’est ni un scoop, ni une révélation, ni un texte exhumé d’un coffre lichtenstanien,
auquel seuls des initiés de fortune pourraient accéder en s’adonnant à la pratique rituelle d’un culte
du secret à tendance mafieuse. Avec plus de réalisme et moins de naïveté, pensons plutôt que cette
résurgence vient mêler ses eaux aux flots de notre
quotidien. Car, ce qui interpelle profondément dans
ce texte, c’est la persistance de l’actualité des
propos de Bernays. Pas seulement en ce qui
concerne l’application vivace de sa réflexion et de
ses méthodes propagandistes, mais surtout au
regard de la similitude des contextes des deux
époques, la sienne et la nôtre. Propaganda paraît
un an avant la Grande Dépression de 1929, et déjà
la recherche d’efficacité entraînait l’ultra-concentration des capitaux, les crises à répétition, la
constitution de monopoles, les bénéfices hypertrophiés, les scandales financiers : tout y est. Et nous
savons, aussi, quelle fut la porte de sortie…
11. Cf. p. 43.
12. Cf. p. 140 et note 1.
ES PR IT CR ITIQ UE I
285
E D W A R D B E R N AY S
forme d’expression ? Etonnez-vous, après ça, que
le vilain peuple réclame la chute de quelques têtes
et que, parfois, il les obtienne !
SCÈNE ET ACTEURS
Alors, oui, nous sommes en 2008, et – quitte
à froisser quelque ego, même de façon postmortem – nous ne sommes toujours pas des
veaux. Ce qui justifie aussi et pleinement cette
réédition « commentée » du texte de Bernays, c’est
que, dans cette extrême dureté des temps, et
même avertis de ce qui peut nous arriver, il nous
faut sans cesse agir pour que l’histoire ne nous
repasse pas des plats dont la faisanderie nous
paraît toujours plus avancée. Aux soirs de lassitude, pourrons-nous encore nous consoler en
pensant, comme Bourdieu l’affirme avec raison,
que L’opinion publique n’existe pas ?13
Terminons simplement sur une note optimiste,
en rappelant que, quoi qu’il arrive – et c’est,
certainement, ce qui doit en faire le charme –, le
cynisme profite et conserve : ce cher Edward
passa ses dernières années comme il avait vécu
son parcours professionnel, en pleine forme. Il
disparut en 1995, à l’âge de 104 ans.
13. Pierre Bourdieu, « L’opinion publique n’existe pas », Les
temps modernes, n° 318, janvier 1973, pp. 1292-1309 (repris in
Questions de sociologie, Editions de Minuit, 1984).
286
I ESPRIT CR ITIQUE
SCÈNE ET ACTEURS
LE GÉNÉRAL ET LE JOURNALISTE
conversations avec Jean-Luc Barré
JEAN MAURIAC
EDITIONS FAYARD, 2008
TUEURS DE PAPIERS
HENRI MARC
EDITIONS DU LOSANGE, 2007
NOTRE MÉTIER A MAL TOURNÉ
PHILIPPE COHEN et ELISABETH LÉVY
EDITIONS MILLE ET UNE NUITS, 2008
PAR
THIERRY GERMAIN
mars 2008
Jean Mauriac a le profil a priori peu avantageux
du « journaliste officiel ». Fils de son père, accrédité par l’AFP auprès du Général de 1944 à 1969
(remarquons que c’est le « personnage » et non le
chroniqueur qui le premier rendra les armes…),
adhérent du RPF, sa distance à son sujet n’est pas
exactement maximale. Lorsque l’on parle de journalisme « embarqué », Jean Mauriac fait figure de
précurseur, lui qui passa presque trente ans aux
premières loges de la saga gaulliste.
Premières loges est le mot : un peu perdu dans
sa retraite irlandaise, orphelin du pouvoir et plus
encore de l’Histoire, le général de Gaulle ne
s’approcha des journalistes qui le suivaient que
pour leur lancer un édifiant « Mauriac est-il là ?». Et
pour la première fois, la réponse était non.
C’est que rares furent les moments où le destin,
la vie et les jours mêmes des deux hommes
devaient cesser de se confondre. La mort qui guettait De Gaulle devait bien les séparer à jamais
quelque temps plus tard, mais le journaliste de
l’AFP sera le seul de sa profession à voir entrer
dans la petite église de Colombey, dans une scène
tragi-comique du plus bel effet, un Malraux plus
désarticulé que jamais appuyé sur un Gary passablement boudiné dans son uniforme de guerre.
Avant cela, Jean Mauriac aura tout connu des
grandes et petites heures de la geste gaulliste, et
le récit qu’il nous en fait est tout simplement remarquable, unique (et pour cause) de par son point de
vue, d’une folle intelligence et parcouru toujours
par une belle sensibilité.
ES PR IT CR ITIQUE I
287
J. MAURIAC - H. MARC
P. C O H E N E T E . L É V Y
A chacun ses trophées. Jean Mauriac fut le seul
homme à voir le général de Gaulle en pyjama.
Henri Marc n’aura cessé toute sa vie « de trébucher sur des cadavres de papiers ». Quant à
Philippe Cohen et Elisabeth Lévy, ils ornent leur
dessus de cheminée des têtes que l’on imagine
plus ou moins ravies de toute leur profession. Et si
tous font du journalisme, ils ne savent pas toujours
le journalisme qu’ils font.
SCÈNE ET ACTEURS
L’émotion de Caen à la Libération, l’improbable
croisière dans le Pacifique, le drôle de périple
deux jours durant en avion, les grands voyages
(Mexico, Québec, Tahiti), les moments forts (la
visite d’Auschwitz, et l’improbable livre d’or…),
autant de scènes saisies sur le vif où s’anime
chaque facette du pouvoir gaullien : l’homme, ses
analyses, ses façons, sa sensibilité, ses doutes,
son rapport au peuple et son idée du monde.
On y mesure les temps difficiles : c’est Olivier
Guichard appelant Jean Mauriac pour lui demander
s’il « connaît quelqu’un que je pourrais inscrire sur
la liste des audiences : il n’y a personne ». On y
entend incrédule le Général glisser à son voisin,
durant le magnifique discours de Malraux pour le
transfert des cendres de Jean Moulin au Panthéon :
« ça prend ». On y savoure la nuit passée par le
journaliste de l’AFP dans un bordel de Beauvais,
seul abri trouvé à la presse par les policiers des
voyages officiels. On est impressionné par la façon
méthodique qu’a De Gaulle de labourer le pays, et
par les neuf discours prononcés en Seine-et-Marne
en une seule journée de 1965.
Durant toutes ces années, Jean Mauriac va pratiquer une forme très particulière d’autocensure.
Très engagé au plan personnel (« il s’agissait du
Général et j’étais entré en religion »), souvent
conduit (c’est l’une des révélations du livre) à
recueillir de la bouche du chef de l’Etat, au gré de
leurs pérégrinations incessantes, des confidences
aussi inattendues qu’explosives (sur l’indépendance de l’Algérie par exemple), le journaliste doit
sans cesse affronter une réalité qu’il énonce très
clairement : « le plus difficile n’était pas de trouver
des informations mais de pouvoir les publier ».
On aura d’abord un mouvement de recul devant
cette position ambiguë, qui renvoie à une très large
responsabilité déontologique, morale presque, de
l’homme derrière le journaliste. Mais quelle puissance que le drame algérien décrit par Mauriac
lorsque l’on a la possibilité de ne pas quitter De
288
I ESPRIT CR ITIQUE
Gaulle d’une semelle ! Quelle émotion cet homme
seul écoutant de son palais désert la clameur toute
proche des manifestants du 30 mai 1968 ! Quelle
grandeur que ce géant abattu qui quitte définitivement et sans rien en laisser paraître un palais
présidentiel qu’il n’a jamais aimé, en glissant
simplement à son chauffeur : « vous roulerez lentement » !
L’autre grand apport du très beau livre de Jean
Mauriac et Jean-Luc Barré concerne bien sûr François Mauriac. Sur le rapport sensible d’une infinie
richesse qu’il aura entretenu avec son père, Jean
Mauriac exprime de nombreux souvenirs, de
subtiles nuances, de sourdes condamnations parfois mais dresse surtout par son évocation un très
beau portrait posthume de l’écrivain.
Partant d’une époque où un Marcel Prévost
poussait le dandysme jusqu’à faire vieillir ses cigarettes entre des piles de linge parfumées aux
rhizomes d’iris, Jean Mauriac remonte le fil de ses
souvenirs et parle sans retenue inutile mais avec
une grande pudeur de la distance entretenue par
son père, de sa souffrance à écrire, de son inavouable homosexualité, de la guerre et de ses
doutes, des mains d’enfants dépassant d’un train
de marchandises aperçues gare d’Austerlitz par sa
mère, du portrait de Pétain dans sa chambre à lui,
autant de confessions douloureuses, dignes, et
d’une incomparable apport pour ceux que la vie
et l’œuvre de François Mauriac passionnent.
Et pour son fils cadet, il n’est pas neutre d’avoir
entendu ce père glisser avec son extraordinaire
ironie « avec ma chance habituelle, je vais mourir
quand ce monde deviendra inhabitable » et d’avoir
si souvent dû se taire devant l’autre grande figure
de sa vie, ce Général « qui déjà ne m’écoutait plus
et me parlait de l’écroulement des empires ».
Henri Marc aura connu bien d’autres vicissitudes, mais il aura fait, et c’est l’essentiel, le même
métier.
SCÈNE ET ACTEURS
Journaliste au Populaire, longtemps engagé
dans la presse socialiste (il verra naître et disparaître
Démocratie et La nation socialiste), Henri Marc
nous montre d’abord de son métier l’extrême précarité. Recyclé dans une agence de presse (l’APP)
puis dans la presse professionnelle (La vie des
métiers), il nous conte la modicité et l’irrégularité
des revenus, l’ambiance changeante et les rites
pas toujours sains des salles de rédaction, les
drôles de propositions des centres de reclassement et les inévitables voies parallèles (pour lui la
Fédération Léo Lagrange, où il développera l’activité cinématographique avant un certain Daniel
Mitrani).
Tout n’est certes pas triste dans le parcours
d’« Hubert Crain », et les moments forts abondent.
Il aura ainsi enfin rencontré Léon Blum, « patron »
du Populaire, le jour même de la mort du leader
socialiste, avant de le veiller dans le hall de « son »
journal. Il aura évité les tirs à balles réelles de
François-Jean Armorin dans les couloirs de Franctireur, fréquenté le festival de Cannes avec Bazin,
Sadoul et Truffaut, et bien ri aux titres d’un Nimier
pour Opéra (« Surprise à Marigny : Barrault encore
plus mauvais que d’habitude ») ou aux vrais/faux
dérapages de France Dimanche (le fameux « Margaret renonce à Peter »).
Pourtant, ce qui se tisse au fil des pages, c’est
sans cesse mêlés un regard empreint d’une magie
qui perdure pour ce métier à nul autre pareil et une
désillusion grandissante, bâtie de mille difficultés
de parcours et d’un pessimisme qui s’approfondit
année après année quant à la réalité et au devenir
de la presse écrite. Jusqu’à évoquer en conclusion
de son ouvrage « ces journalistes incultes, ces
rédacteurs illettrés, ces polyglottes analphabètes,
ces industriels de politique politicienne, ces bouffeurs de papiers imprimés qui sans préparation et
sous prétexte d’investir et de renforcer leur pouvoir, s’emparent d’une entreprise de presse
comme ils s’offrent une starlette avec le même
appétit qu’un magazine ».
A peine embauché à La vie des métiers, il y
sera édifié par le récit d’un collaborateur récemment licencié pour avoir imp(r)udemment retourné
contre le mur le portrait du patron fondateur, Cino
del Duca. Et le long récit des manœuvres internes
à ce magazine, des élections aux prises de pouvoir
en passant par les changements d’actionnaires,
nous plonge dans la réalité quotidienne la plus crue
d’un métier (trop ?) souvent fantasmé.
Pour son dernier numéro, Combat, dans un
éditorial en forme de réquisitoire, lançait ce cri
sans espoir : « venu de la clandestinité, Combat y
retourne ». Pour ne pas connaître le même sort,
Henri Marc, journaliste, a écrit Tueurs de papiers.
Ami et biographe de René Fallet et Francis Blanche,
il sait la valeur des (bons) mots. Et les siens savent
faire mouche.
Ils viennent aussi illustrer les thèses sans
concession et les réquisitoires au cordeau de Philippe Cohen et Elisabeth Lévy.
Profession en crise assimilée d’entrée à un troupeau (« pour l’essentiel, nous nous taisons »), le
journalisme affronte un contexte dont la riante description n’a rien à envier au sombre tableau d’Henri
Marc : « Quand le verbe est prié d’abdiquer devant
l’image, quand la distance est sommée de s’incliner
devant la proximité, quand la médiation doit céder
à l’immédiateté, en somme quand la réflexion a
perdu toute dignité face à l’émotion, il ne reste qu’à
s’adapter. Vous écriviez ? En bien, montrez-vous
maintenant ! Vous cherchiez du sens ? Fabriquez
du show ! ».
ES PR IT CR ITIQ UE I
289
J. MAURIAC - H. MARC
P. C O H E N E T E . L É V Y
Si Jean Mauriac nous parle de « ses » pères,
Henri Marc, immédiatement privé du sien (qui
préféra se volatiliser peu après sa naissance), doit
se concentrer sur ses pairs. Et, désir de transcender une vie ou jeu d’écriture, il le fait au travers
d’un personnage de fiction, double inventé et
animé pour la circonstance : Hubert Crain.
SCÈNE ET ACTEURS
Sans intérêt désormais pour le fond des processus politiques, les journalistes se seraient donc
concentrés sur le destin des hommes et des
femmes qui la font ; dans ce journaliste embarqué
(prégnant lors de la campagne présidentielle),
extrêmement lié au personnage qu’il « couvre »,
« la logique suiveuse devient vite suiviste ».
Comme c’est le média désormais qui fait référence
(« le premier étage de l’action, c’est la communication » selon un certain Sarkozy), la concurrence
(trompeuse) finirait par engendrer le mimétisme.
Un temps masquée par les beaux jours de la
presse d’investigation, dont nos auteurs démontrent assez aisément qu’elle fut surtout une presse
de délation où le secret de l’instruction fut largement foulé au pied et les juges très maîtres du jeu
(jusqu’aux fiascos des « affaires » Alègre et Clearstream), cette crise interviendrait donc au moment
même où la presse a quasiment pris le pouvoir
dans notre pays.
Cette « tyrannie médiatique », largement acquise
sur le « discrédit politique », recèlerait pourtant une
ambiguïté majeure dans son rapport aux grandes
puissances d’argent et plus largement à l’idéologie
dominante, très empreinte encore de libéralisme. Là
demeurent des sujets « à éviter », des notables « à
préserver », des intérêts croisés à « bien prendre en
compte ». D’autant que la presse prônerait très
majoritairement cette même « non-idéologie » devenue en fait une vraie idéologie : « le journalisme
serait devenu un -isme ».
Croyance et idéologie, le journalisme aurait ainsi
remplacé dans nos sociétés le religieux (depuis
longtemps) et le politique (récemment) défaits.
Alors même que son rôle est déterminant dans le
fonctionnement de nos démocraties, le journalisme
serait « la nouvelle croyance » et aurait le rôle non
de relater mais de façonner le réel : « ce qui n’est
pas médiatique n’est pas ». C’est « l’autoréférentialité ».
290
I ESPRIT CR ITIQUE
Pour prétendre disséquer la façon dont ce
« pouvoir journalistique » se déploie ou tente de le
faire, son rapport le plus délicat étant donc avec
les puissances d’argent, nos auteurs reviennent en
détail sur les sociétés de journalistes et leur rôle
ambigu ou selon eux très surévalué lors des
grandes « sagas » récentes de la presse française :
la crise au Monde, la reprise de Libération par Rothschild et le rachat des Echos par Arnaud.
Ces petits moments d’histoire journalistique édifiante ne sont pas plus empreints de prétendue
objectivité que le reste de l’ouvrage. Si les premiers
rôles (Colombani, Plenel, July, Beytout et consorts)
en ressortent plutôt froissés, il n’est guère que du
côté de la rédaction du grand quotidien économique que les journalistes dans leur ensemble
peuvent prétendre, selon la vision des auteurs, avoir
un tant soit peu tiré leur épingle du jeu.
Enfin, pour bien enfoncer un clou déjà correctement frappé, les journalistes de Marianne
(Philippe Cohen étant en charge du site Internet,
Marianne 2) se penchent sur le cas de « journalautes » de plus en plus nombreux et influents
(beaucoup d’entre nous ne s’informant désormais
que par le biais de la toile).
Cette plongée dans les rédactions du net leur
permet d’avancer une fois encore, non sans une
réelle pertinence (mais avec toujours la même
vigueur), leurs principales analyses : imperium des
faits et refus de toute opinion, augmentation exponentielle et non maîtrisée du flux (de la masse)
d’information, rôle premier de l’audience, uniformité de l’information (le rôle des trois grandes
agences de presse est ici central) : les journalistes
deviennent plus que jamais de (précaires) « producteurs de contenu », et ici encore « l’abondance
est le masque chatoyant de la redondance ».
Même s’ils ouvrent (tactiquement ?) quelques
petites fenêtres vers une révolution positive de leur
métier autour du net, Philippe Cohen et Elisabeth
SCÈNE ET ACTEURS
Levy voient dans les sites d’information présents
sur la toile d’abord et avant tout le signe fort que le
journalisme d’aujourd’hui n’est décidément plus
que le « simple relevé de la représentation médiatique des faits ».
Vous serez étonné de savoir que leur livre a été
diversement reçu et commenté dans la presse.
Assez peu critiqué, parfois juste signalé, à l’occasion « l’ai-je bien descendu », ce livre a pourtant le
mérite de synthétiser et d’aller au bout d’un réquisitoire au final assez lancinant sur la presse
d’aujourd’hui.
J. MAURIAC - H. MARC
P. C O H E N E T E . L É V Y
Même si finalement l’entreprise de démolition à
laquelle ils se livrent, le rôle de la presse étant ce
qu’il est dans nos démocraties, appelle à une
petite réserve, qu’exprimera mieux que moi
Claudel1 relatant les propos que lui tint son voisin
une fois l’arbre centenaire abattu : « il faisait de
l’ombre et il était plein de rossignols ! ».
1. Journal, Editions Gallimard, 1968.
ES PR IT CR ITIQ UE I
291
SCÈNE ET ACTEURS
LA PUBLICITÉ AUTREMENT
JEAN-MARIE DRU
EDITIONS GALLIMARD, COLLECTION LE DÉBAT, FÉVRIER 2007
PAR
VIRGINIE HIS
juillet 2007
A la fin des années 1930, Auguste Detoeuf,
industriel et essayiste, écrivait « la publicité c’est la
gloire du riche ; la gloire c’est la publicité du
pauvre ». En 2007, rien n’a changé comme nous
le montre malgré son titre La publicité autrement,
le livre du publicitaire et grand patron de l’agence
internationale TBWA, Jean-Marie Dru. Il en apporte
la preuve par l’exemple en se référant aux grands
comptes pour lesquels il a travaillé : Apple et son
Think different, Adidas et son Impossible is nothing,
Nissan, McDonald et même Royal Canin ! Toutes
ces multinationales ont fait confiance à son agence
pour opérer leur changement d’image, réussi, bien
entendu. On reste entre soi, on parle le même
langage.
Les grandes agences internationales travaillent
pour les managers les plus emblématiques de la
planète Carlos Ghosn ou Steve Jobs car ils ont
compris depuis longtemps que l’image de marque
et la pub sont des leviers essentiels de management. Le publicitaire n’accompagne plus seulement
le projet de l’entreprise, mais, et c’est plus troublant,
il « crée » les valeurs qui vont stimuler les équipes
et doper les ventes.
L’animal publicitaire a un profil pluridisciplinaire,
toujours en éveil, ouvert et hypersensible. Comme
292
I ESP RIT CR ITI QUE
tout créatif, il souffre d’un problème existentiel :
suis-je un artiste, un accoucheur d’idées au
service de l’entreprise, un bâtisseur d’image ou
– quelle horreur – un simple marchand ? Parce
que, au fond, avant de voir la publicité autrement
il faut déjà s’interroger sur sa nature. Pour JeanMarie Dru, c’est tantôt « un art mineur qui d’ici
cent ans sera l’un des reflets les plus sûrs de notre
époque », tantôt « un média art », ou encore de
« l’advertainment », néologisme qui associe loisirs
et publicité. Il est vrai que la pub a recours à de
nombreuses disciplines artistiques – cinéma, photo,
arts graphiques, écriture – et s’associe, quand les
budgets le permettent, à de grands noms du
cinéma notamment. Elle utilise des méthodes quasi
militaires avec les fameux « commandos créatifs ».
Elle passe par les canaux de diffusion qui sont ceux
de l’information (journaux, télévisions, Internet) et,
de plus en plus, elle se confond et se fond avec
elle, on s’oriente ainsi vers un « journalisme de
marque ».
Car la pub est partout, de plus en plus et
souvent sans que l’on s’en aperçoive. Quand
Jean-Marie Dru explique la méthode publicitaire
utilisée pour vendre le dernier modèle d’une
console de jeux qui consiste à faire circuler à
l’échelle mondiale une rumeur sur le web, on peut
SCÈNE ET ACTEURS
« La pratique du métier se renouvelle de fond
en comble. Ma génération se contentait de trouver
des idées. La prochaine devra toujours trouver des
idées, mais imaginer en plus les canaux qui iront
avec. Ce sera la génération Internet, pour laquelle
le média et l’idée ne feront qu’un. Pour elle,
l’immersion dans le média et une meilleure compréhension des canaux seront source d’inspiration.
L’aval influencera l’amont. Le canal suggèrera
l’idée ».
Dommage que la partie relative aux nouveaux
médias et aux nouveaux modes de consommation
médiatique n’ait pas été plus approfondie,
plus prospective. La télévision sera-t-elle demain
confrontée aux mêmes difficultés que la presse
écrite ? Et quid de l’avenir de cette presse écrite ?
comme LA méthode qui permet de faire de la
publicité autrement : « une méthode dont l’objet
est de produire avec rigueur des idées neuves » ;
« faire la chasse aux idées reçues afin de mieux les
mettre en pièces au travers d’une idée radicalement nouvelle ».
Très bien, mais est-ce vraiment neuf justement
– l’auteur précise d’ailleurs que la méthode
remonte à une dizaine d’années ? Est-ce bien une
spécificité de l’agence TBWA, comme l’indique de
façon très « pub » le chapitre 10 du livre humblement intitulé « La méthode (ou comment la
disruption fait de notre agence une entreprise à
part) » ? Petite ou grande, une agence de publicité
ne se doit-elle pas de travailler en disruption ?
Certes les « petites » agences et leurs « petits »
clients n’auront pas les moyens d’organiser de
grandes messes baptisées les disruption days.
On termine donc l’ouvrage avec le sentiment
que Jean-Marie Dru n’a finalement fait qu’appliquer sa méthode en utilisant un nouveau canal :
une grande maison d’édition pour faire la pub de
son agence et la sienne au passage. En avait-il
vraiment besoin ? La mutation dont il est question
est déjà largement en marche ; on aurait pu légitimement s’attendre de la part de ce grand
publicitaire à plus de… disruption.
Alors il est temps pour les agences de faire le
grand « saut créatif » et peut-être ainsi accéder au
titre convoité de media art. Pour cela, elle doit
brasser des savoir-faire, des disciplines, des collaborateurs d’horizons divers, des curiosity workers
pour rompre les habitudes de pensée, apporter
une plus-value symbolique. C’est la disruption.
Une méthode de travail dont Jean-Marie Dru
revendique, via TBWA, la paternité et qu’il présente
ES PR IT CR ITIQUE I
293
JEAN-MARIE DRU
s’extasier de la créativité dont ont fait preuve les
publicitaires mais cela n’exclut pas de s’inquiéter
de telles pratiques. Le web est de plus en plus
malade de cette communication virale pour
laquelle aujourd’hui on ne connaît aucun traitement. La pub, nouvelle épidémie du web ? En
France, la publicité à la télévision ou à la radio est
réglementée, l’affichage en ville fait l’objet de
règlements de publicité, les journaux sont également contraints en termes de pagination. Mais sur
le web aucune règle ne s’applique. L’internaute y
est libre, insaisissable, alors pour les publicitaires il
faut redoubler d’imagination pour réussir à l’attraper – mieux, le capter. Les médias changent, donc
la pub doit s’adapter.
SCÈNE ET ACTEURS
LA FIN DE LA TÉLÉVISION
JEAN-LOUIS MISSIKA
EDITIONS DU SEUIL, COLLECTION LA RÉPUBLIQUE DES IDÉES, MARS 2006
PAR
LIONEL CHOUKROUN
mars 2007
Dans La folle du logis, Jean-Louis Missika, avec
Dominique Wolton, nous régalait déjà avec une
analyse nouvelle de la télévision. Au hasard des
notes prises lors de sa première lecture, certaines
phrases prennent soudain un sens et une actualité
inattendus : « cette notoriété acquise facilement
peut conduire à une certaine paresse. Pourquoi
s’imposer beaucoup de travail quand l’impact de
ce que l’on fait est en général immense et qu’une
infime minorité de spectateurs est réellement capable de vous critiquer sur le fond ». 1 Ecrites en
1983, ces lignes sont prémonitoires de ce que la
télévision a fini par générer en grande masse. Pour
certains, c’est le signe de la fin de la télévision,
celle des émissions qui prennent le temps, qui
explorent, qui fouillent l’histoire et animent le débat
politique. Cette télévision-là est celle d’une autre
époque, celle d’« Apostrophes », celle que Missika
appelle la paléotélévision. Une ère définitivement
révolue où le téléspectateur est en position d’infériorité et dans une distance – un respect – à
l’égard de la télévision et de ceux qui la font. Mais
c’est surtout une ère de rareté des canaux et des
programmes.
Avec la privatisation de TF1 et la création de
chaînes nouvelles, dans les années 1980, le modèle
économique change. Le contexte économique et
294
I ESPRIT CR ITIQUE
social, l’individualisme croissant, la perte de repères
offrent à ces nouvelles chaînes la possibilité
d’explorer de nouveaux programmes et une nouvelle fonction. En plus de se faire pédagogue, la
télévision se fait tour à tour thérapeute, justicier,
psychanalyste. Autant de fonctions qui pansent les
plaies de l’individualisme, donnent la parole et
réparent ce qui relève bien souvent de l’intimité. Le
reality show connaît ses heures de gloire en donnant au téléspectateur le rôle titre. L’animateur, hier
expert, se fait désormais accoucheur d’émotion.
Ce n’est plus « la télévision qui parle au téléspectateur mais le téléspectateur qui se parle à lui-même
et de lui-même ». L’avènement de la post-télévision
n’est qu’un continuum de cette télévision devenue
miroir des réalités individuelles. Avec la télé-réalité,
le téléspectateur n’est plus seulement témoin, il est
acteur de sa réalité, de ses souffrances. La posttélévision ne réclame plus cette particularité (avoir
souffert, être en quête identitaire…), cette identité
classifiée. Notre société perdant progressivement
ses liens avec les corps intermédiaires ou les
groupes sociaux, on passe d’un « individualisme
dépressif », caractéristique de la néo-télévision,
vers un « individualisme positif » associé à une
1. Dominique Wolton, Jean-Louis Missika, La folle du logis, Editions Gallimard, 1983, p. 93.
liberté d’expression et de choix, particulièrement
assumée. Mais cet individu, par le biais de jeux,
d’épreuves, devient un héros, qui aura surmonté
mille difficultés et aura fait la preuve de sa
bravoure. Chacun peut s’identifier à celui qui est à
l’écran, d’autant plus aisément qu’il est un individu
dénué de caractéristiques « originales ». Le téléspectateur devient l’arbitre de celui qui lui
ressemble tant, dans un monde artificiel (celui du
jeu) mais tellement conforme aux affres de la vie en
société ! Le téléspectateur sanctionne, approuve,
rejette, défend cet autre qui est lui-même, mis à nu
par la quête conjuguée de transparence et d’audience. Cette micro-société qu’il commente et juge
n’est autre que la sienne, mise en scène, exagérée,
fantasmée. Cette télévision produit et consomme
du héros, de l’orchestration des êtres et de leur histoire. Elle fédère aussi et crée des communautés,
des valeurs, des personnalités auxquelles tout un
chacun peut s’attacher. Elle prend en définitive
une place laissée vacante par d’autres. Et semble
donc avoir des jours heureux devant elle.
C’est sans compter le processus de disparition
de la télévision décrit par Jean-Louis Missika. La
consommation même de télévision a été bouleversée par l’hypersegmentation. Une offre plus
généreuse que jamais avec l’émergence forte du
câble et du satellite et plus récemment l’offre TNT.
La vague qui va ébranler les chaînes hertziennes
est proche puisque la part d’audience des chaînes
thématiques est de 50 % chez les moins de quinze
ans qui y ont accès. Cette vague a surtout permis
l’émergence de nouveaux acteurs à côté des « historiques » TF1, France Télévisions, Canal Plus et
M6.
Mais « la fin de la télévision » semble plus liée à
un changement de relation entre l’offre de programmes et le mode de consommation. L’offre est
désormais plus vaste et technologiquement plus
souple que le simple et classique flux d’images
et de programmes. Cette « démédiation » se fait
jour dans plusieurs registres. La programmation,
naguère mono-support, est mise à mal par la possibilité de regarder à tout moment son programme
(via la VOD ou la SVOD), de choisir l’heure pour
regarder son programme, de le combiner à un
autre, d’une autre chaîne. Ce n’est guère plus la
télévision en tant que telle qui est regardée mais le
programme. Ceci a des incidences nombreuses ;
sur le rôle du média lui-même et sur la fameuse
notion de « grand-messe du 20 heures », sur le
partage autour d’un programme. L’économie de
l’audiovisuel se trouve bouleversée et au premier
rang la chronologie des médias. Pour contrer cette
offensive de la télévision individualisée et redonner
à la télévision un intérêt concurrentiel majeur,
apparaissent des programmes qui semblent plus
jouer le rôle de « ligne Maginot » que de véritable
offensive : télé-réalité, droits sportifs aux coûts
exorbitants, fictions-événements et personnages
récurrents. Contrairement à la presse écrite qui
s’adapte (certes au prix de lourds sacrifices) aux
nouvelles habitudes de consommation sur Internet,
la télévision ne semble pas encore avoir fait sa révolution culturelle. Elle en prend le chemin, mais
concurrencée là aussi par de nouveaux entrants sur
le marché : les opérateurs de téléphonie notamment, soucieux de trouver des relais de croissance.
En définitive, les médias sont soumis à une dépendance économique forte de la part de ces
nouveaux acteurs, aux outils, savoir-faire, puissance
d’investissement d’acquisition de droits audiovisuels
considérables. Enfin, dernier élément à charge,
la télévision a, nous dit Missika, « creusé sa propre
tombe » en accélérant le processus de « déprofessionnalisation » de la post-télévision, en dévalorisant
« la parole de l’expert, du savant, du politique [et en
survalorisant] la parole ordinaire et souvent dénuée
d’intérêt ».
Enfin, Jean-Louis Missika s’arrête sur les
impacts de ces changements majeurs sur le débat
public. En particulier, là où la télévision pouvait
donner à voir simultanément la même image, le
web désynchronise le débat et diversifie à l’infini
les sources d’information. Chacun, quand il le
ES PR IT CR ITIQUE I
295
JEAN-LOUIS MISSIKA
SCÈNE ET ACTEURS
SCÈNE ET ACTEURS
veut, d’où il le veut, peut participer, regarder, analyser, alimenter la vie politique. Faut-il se réjouir de
cette « désynchronisation » ? Au-delà des excès
quasi consubstantiels à un outil aussi incontrôlable
qu’Internet, la campagne présidentielle actuelle
– et avant elle le débat sur le Traité établissant une
Constitution pour l’Europe – nous donne quelques
signes d’un intérêt nouveau pour la chose
publique. Certes, le risque de désintégration du
débat public existe, tel que décrit par Jean-Louis
Missika ; mais voyons-y une recomposition de
l’investissement en politique par l’appropriation
des idées à travers les nouveaux médias.
296
I ESPRIT CR ITIQUE
SCÈNE ET ACTEURS
IMAGES ET POLITIQUE EN FRANCE
AU XX ÈME SIÈCLE
CHRISTIAN DELPORTE
NOUVEAU MONDE ÉDITIONS, PARIS, OCTOBRE 2006
PAR
FRANÇOIS BUSIER
janvier 2007
Depuis ces caricatures implacables de la fin du
XIXème, comment s’est construit, en un siècle particulièrement chargé de barbaries, de massacres et
de boucheries industrialisées, l’usage de l’image
en politique (au sens large de représentation de
l’espace public comme lieu du débat et de
l’échange), pour aboutir à ces purs produits de
marketing que représentent les débats télévisés
actuels qui, bien que sévèrement policés et lissés,
n’en montrent pas moins, pour autant, de férocité ?
De plus, quelles voies prennent les formes
récentes et futures de cette imagerie ?
Pour aborder ces questions, Christian Laporte
nous propose Images et politique en France au
XXème siècle, un ouvrage sérieusement documenté
– ce n’est pas là une de ses moindres qualités –,
pour parcourir plus d’un siècle d’images liées aux
événements traumatiques de notre histoire, aux
oppositions fortes et aux émotions collectives
intenses, de celles qui vous entraînent à verser,
promptement, dans l’outrance et la sauvagerie.
Mais seuls les peuples heureux, etc.
Entrer dans l’analyse historique par la porte de
l’image présente quelques difficultés, comme de
devoir affronter la diversité et la multiplicité des
supports (et le peu de considération de l’image en
tant qu’archive) ou la compréhension technique
des modes d’élaboration de ces images, mais
aussi la sous-estimation de l’importance des représentations collectives dans la construction des
sociétés.
L’évolution de l’image en politique s’articule
autour d’un axe double. Le passage progressif,
ES PR IT CR ITIQUE I
297
CHRISTIAN DELPORTE
Imaginez, un instant, une affiche où l’image
dessinée de notre cher président de la République
(ou de toute autre sommité politique) contribuerait
à vanter les mérites d’un nouvel aspirateur ou d’un
illustrissime apéritif… La surprise passée, et même
convaincu de façon certaine que l’image reste
toujours un solide argument de promotion, l’anachronisme évident de cette situation vous inciterait,
sur l’heure, à reconnecter cette production visuelle
aux temps de la réclame, aux temps joyeux où
Fallières et Jean Jaurès acceptaient (à l’insu, eux
aussi, de leur plein gré) de se voir transformer en
éminents supports de marques ! Si ce détournement d’image à des fins commerciales pourrait
prêter aujourd’hui à sourire, il n’en était pas de
même pour les caricatures politiques de l’époque,
où la cruauté ne s’imposait aucune limite pour étriller les personnalités publiques et marquer
l’opinion.
SCÈNE ET ACTEURS
d’une part, de l’impersonnalisation à la personnification du pouvoir – sous la III ème République, la
conception parlementaire des institutions relève,
alors, d’une doctrine « qui repose sur la conception d’une souveraineté nationale indivisible, ne
pouvant appartenir à aucun individu, à aucune
partie du peuple, à aucun parti » (p. 281). D’autre
part, le développement constant des techniques
de reproduction et de diffusion de l’image : la
nécessité, par exemple, de passer par des formes
de dessins excluant dégradés et modelés pour
satisfaire aux exigences d’impression de documents dont les tirages peuvent atteindre plusieurs
centaines de milliers d’exemplaires. Et pour parvenir à une approche globale de la situation, il faut
également intégrer la nouvelle loi sur la liberté de
la presse du 29 juillet 1881.
Mais, à la fin du XIXème siècle, avec près de 200
hebdomadaires illustrés recensés, le dessin satirique s’impose pour marquer les moments forts de
la vie politique, c’est-à-dire ses agitations et ses
tempêtes, mais aussi ses drames. La caricature,
forme d’expression par essence excessive, ose
violemment ce que le texte ne peut se permettre :
elle « reprend, amplifie et synthétise les idées portées par l’écrit » (p. 33), elle joue, sans vergogne,
de l’affect et des émotions pour attiser les débats
et marquer les esprits. Et les caricaturistes risquent
d’autant moins d’être poursuivis qu’ils sont considérés, alors, comme des artistes.
Tremplin de tous les délires graphiques, l’affaire
Dreyfus va faire vendre du papier. Beaucoup. Rien
ni personne ne sera épargné. Car la caricature s’appuie sur les clichés les plus traditionnels : elle « est
un art populaire qui, pour s’épanouir et prospérer, a
l’obligation de provoquer l’adhésion des lecteurs.
Elle peut les surprendre. Mais jamais elle ne doit
choquer leurs convictions profondes. Elle navigue
entre deux écueils : la complaisance et le décalage.
Pour éviter le second, elle a parfois tendance à verser dans la première, ce qui contribue sans doute à
la survie des stéréotypes » (p. 273-274).
298
I ESPRIT CR ITIQUE
Cet enracinement populaire de la caricature – et,
surtout, son exploitation des clichés les plus
basiques – se retrouve également dans le déploiement de l’imaginaire colonial (avec, notamment, et
disparu – seulement – depuis peu, le célèbre personnage du Y’a bon Banania), comme dans la
déferlante sans retenue qui va s’abattre sur Léon
Blum, « l’homme le plus insulté de France »1, révélant aussi l’ancrage profond de l’antisémitisme
hexagonal. La caricature ne peut se défaire de cette
vision réductrice et dégradante de l’autre, définissant une altérité de la haine (l’ennemi, le boche,
l’exploiteur, le juif, le profiteur, le franc-maçon,…),
dont le simplisme des arguments n’a d’égal que le
poids du bon sens rassurant qu’elle flatte.
Finalement, avec la caricature, l’imagerie politique peut-elle sortir de la propagande ? D’entrée,
le débat paraît clos si l’on se réfère à l’approche
qu’en a Christian Delporte : « Les précautions
oratoires, les valeurs d’une démonstration appliquée, la recherche d’une argumentation juste, car
fondée sur l’exactitude des faits, et la fiabilité de la
documentation qui peuvent distinguer l’essai, la
caricature les ignore. Par sa violence et son ironie,
elle se rapproche du pamphlet. Mais elle y ajoute
la schématisation visuelle, l’instantanéité de l’effet,
le choc émotionnel, la panoplie des signes et
des codes répétés qui créent entre l’auteur et celui
à qui il s’adresse une solide connivence.
C’est pourquoi la caricature constitue un précieux
observatoire de stéréotypes. Voulant se rendre
immédiatement intelligible à tous, non seulement
elle utilise nos croyances, nos certitudes, voire nos
préjugés, mais elle les conforte et les adapte à la
conjoncture » (p. 254). Cette longue – mais indispensable (car nous allons y revenir) – citation
signale, plus largement, l’émergence d’un modèle
de communication nouveau – en cela qu’il combine instantanéité de perception, sensibilisation
émotionnelle, contenu de message réduit et diffu-
1. Jean Lacouture, Léon Blum, Editions du Seuil, 1977, p. 212213.
SCÈNE ET ACTEURS
A son tour, avec l’évolution des techniques d’impression, la photographie va progressivement
s’imposer dans la presse, et la Première Guerre
mondiale va marquer aussi le temps de la mobilisation médiatique. Avec la création, en 1915, du
Service photographique de l’armée (SPA), puis du
Service photographique et cinématographique des
armées (SPCA), c’est l’irruption de l’impression de
réel dans le quotidien des Français, le témoignage
par l’image de l’atrocité des tranchées comme de
l’étendue des destructions. C’est aussi l’émergence d’une objectivité illusoire qui fournit à ceux
qui ne vivent pas directement la tragédie des
« preuves » palpables pour condamner l’ennemi
– cet autre inacceptable – et lui attribuer les pires
abominations : « accuser l’adversaire de barbarie
autorise même à user de procédés moralement
inacceptables » (p. 160). Heureusement, nous
savons ce qu’il faut penser, aujourd’hui, de la
légende des mains d’enfants et de femmes coupées par la soldatesque allemande, ou du mythe
de la Cinquième colonne, qui permit de justifier
toutes les censures…
L’essor des nouvelles techniques industrielles
accompagne et renforce l’édification du mythe du
progrès qui, par ricochet, oblige à repenser le
modèle de l’homme moderne dans son nouvel
environnement, pour répondre, sans doute, à la
déshumanisation croissante des modes de
production : la célébration des corps musculeux,
par exemple, rejoint le catalogue des images manipulatrices destinées à satisfaire la nécessité, pour
les régimes autoritaires qui s’instaurent, d’asservir
les individualités et les esprits autour du thème de
la puissance nationale et du renouveau. Mais,
dans le chapitre intitulé « L’homme nouveau dans
l’image collaborationniste », Christian Delporte
relève que « les fascismes n’ont pas inventé le portrait idéal de cet homme nouveau » et que l’origine
de ce modèle remonte au début du siècle, avec
« l’élan produit par les mouvements de masse », et
que « le vernis mythologique révèle l’incapacité à
dessiner le futur » tout en le magnifiant (p. 195). Ce
mythe de l’homme nouveau marque une charnière
– en pleine époque de charniers – dans l’évolution
de l’image politique : à la dépersonnalisation de
« l’individu-masse » (p. 191) va répondre, aprèsguerre, la personnification de l’image de la République. Désormais, Untel remplacera Marianne…
Mais il faudra attendre les années 1960 pour constater une pleine utilisation de l’image photographique
par les différents mouvements politiques.
Cependant, même si nous ne pouvons prétendre restreindre la propagande à ces instants
tragiques, les deux guerres mondiales en ont officialisé l’image. Dans un contexte plus global, et
dès le début du siècle, la densification des techniques d’influence en a démultiplié les formes et
renforcé la présence. Puis, après 1945-46, tirant
les leçons informationnelles des divers totalitarismes, les leaders n’hésitent plus à s’afficher ; la
politique n’est plus un sujet vendeur : dorénavant,
c’est l’homme (public) – nouvelle figure – qu’il faut
promouvoir. « La personnalisation de la propagande serait apparue avec la Vème République, se
prolongeant ensuite par l’essor de la communication politique. Une rupture nette, donc, dans
l’histoire de la République » (p. 280). Cette banalisation de la représentation va se confirmer sur les
écrans télévisés des décennies à venir.
Car la télévision sort des cartons. Le 18 juin
1956, l’interview télévisée de Guy Mollet, assurée
par Pierre Sabbagh, marque la rupture de l’indifférence des hommes politiques vis-à-vis du petit
écran. Bien vite, à mesure que progresse le niveau
d’équipement des foyers, ils comprennent l’intérêt
du nouveau média. Certains comprennent encore
plus rapidement. Il suffit de comparer la métamorphose du général de Gaulle entre ses deux
prestations du 13 et du 27 juin 1958 ! Ou, encore, le
10 mai 1974, lors du débat qui oppose Mitterrand
ES PR IT CR ITIQ UE I
299
CHRISTIAN DELPORTE
sion de masse –, un modèle sur lequel vont
s’appuyer, entre autres, les différentes formes de
propagande naissantes et à venir.
SCÈNE ET ACTEURS
à Giscard : ce dernier aura pour stratégie – alors
gagnante – de pratiquer l’obstruction plutôt que de
chercher à être convaincant. Il l’appliquera à nouveau en 1981 (avec la réussite que l’on sait), même
s’il fallait, déjà, relativiser raisonnablement l’influence
des prestations télévisuelles sur le résultat des
urnes : les dents blanches de Lecanuet furent un
peu trop courtes pour lui apporter la victoire…
Puis, après la contestation du monopole gaulliste en la matière – le Général comparait le débat
télévisé à un « combat de chiffonniers », indigne de
sa personne –, viendra le temps de la maîtrise de
l’outil et la nécessité d’être entouré de professionnels compétents. Au lendemain de l’élection
présidentielle de 1974, la position de Michel Poniatowski étonne encore : « Il faut fuir comme la peste
les experts en publicité ou autres spécialistes de
marketing. Ils n’ont aucune connaissance des phénomènes politiques et s’imaginent que l’on peut
vendre un candidat comme une pâte dentifrice »
(p. 333). Par machiavélisme, vision déifiante de
l’élu ou crainte de perte de contrôle, « Ponia »
semble oublier que la publicité, même à ses débuts
– dès les dernières décennies du XIXème –, a participé à la promotion et à l’enracinement des
symboles républicains. Que par pragmatisme,
opportunisme, réalisme ou autres ismes, les stratégies politique et publicitaire soient en grandes
noces depuis fort longtemps, Horkheimer et
Adorno en débattaient déjà en 1944, lorsqu’ils
définissaient la publicité comme « pure représentation du pouvoir social ». 2 Donc, sauf à penser
que tout se vaut, nul n’est parfait…
Alors que, dans les années 1960, la télévision
devient un média de masse « poids lourd », captant tous les regards, l’influence et le poids de ce
média sur le débat se mesurent mieux, surtout
quant à son ouverture et à son élargissement. Les
communicants passent de l’état de créatifs à celui
de stratèges ; ils s’adaptent aux contraintes de
l’instrument en reformatant toute participation télévisée de leurs équipages, les yeux rivés sur les
300
I ESPRIT CR ITIQUE
mesures d’audience : « ce qui compte, désormais,
ce n’est plus tellement ce que l’on dit, mais la
façon dont on le dit, et l’image qui se dégage de
ce que l’on dit » (p. 406). Si l’affiche conserve,
aujourd’hui, un rôle important dans les échéances
électorales, désormais « le JT fixe la cadence et la
chronologie de la campagne et réduit l’image
politique au seul comportement du candidat. »
(p. 439) et toute présence sur les plateaux (talk
show, variétés, émissions people, jeux,…) est bonne
à prendre pour diffuser son image et, surtout,
gagner en notoriété.
L’irruption d’Internet dans le paysage médiatique paraît ne provoquer aucun renouvellement
des formes de l’imagerie politique : « nouvel outil,
vieux procédés » (p. 432). Le citoyen surfeur
semble plutôt vouloir combler le fossé – grandissant ? – qui le sépare des élus, en les interpellant
directement par blog ou site interposés, portant
ainsi, pour son bon plaisir, les petits arrangements
entre amis sur la place publique. Les bonnes villes
de Puteaux et de Toulouse en savent déjà quelque
chose…3 Avec tous les risques que cela comporte,
Internet amorcerait-il un déverrouillage débridé et
tant attendu de la parole politique ? Rien n’est
moins sûr…
Quoi qu’il en soit, pour Christian Delporte, « le
Net constitue désormais un espace essentiel de
création et de diffusion des images politiques de
type satirique, et une source intéressante d’interrogation et de réflexion pour l’historien soucieux de
comprendre les mutations des médias contemporains » (p. 433). Il évoque également le rôle
éventuellement déstabilisateur d’Internet, « qui
pourrait bien ouvrir un nouvel âge de l’image politique avec les avantages et les risques d’une
production et d’une réception sans entraves »
2. Max Horkheimer et Theodor W. Adorno, La dialectique de la
raison, Gallimard, 1974 (New York, 1944), p. 170-172.
3. A ce sujet, consulter le site www.monputeaux.com
SCÈNE ET ACTEURS
Restant dans son rôle d’historien, Christian Delporte nous invite, avec son ouvrage, à une
relecture profonde et particulièrement passionnante de l’iconographie politique liée aux grands
soubresauts qui ont marqué notre histoire comme
notre mémoire collective. Par contre, il ne délivre
pas de conclusions hors de son champ d’étude ni
de perspectives futuro-post-modernes : il permet à
tout un chacun de se bâtir une opinion sur la place
et l’utilisation de l’image en politique et de
s’appuyer sur les leçons de l’histoire comme
moyen préventif de décodage de ce qui nous est
donné à voir aujourd’hui.
partager pleinement le plaisir des découvertes proposées par Delporte : on se prend à imaginer la
parution d’un second volume en couleurs pour
compléter le texte initial et, pourquoi pas, l’édition
d’un DVD pour accéder aux archives audiovisuelles. Ainsi composé, l’ensemble constituerait,
dès lors, un ouvrage de référence emportant plus
largement encore notre conviction.
Cependant, sur la base de la perspective historique dressée par cette étude, les questions
s’accumulent, nous transportant de l’archive au
débat : alors que l’image est devenue aujourd’hui
l’outil prépondérant de la communication politique,
les médias sont-ils porteurs d’un quelconque
espoir de réanimation de la confrontation d’idées
au sein de l’espace public ? Ou, a contrario, la
logique médiatique se dirige-t-elle vers une confiscation (une mise au silence) de l’échange politique
– et, accessoirement, des élections –, au profit
d’une gestion élitaire de la société (vraiment tout,
pour les gens de tout…) ? L’image politique, forte
des émotions qu’elle véhicule, a-t-elle, pour autant,
l’ambition et le pouvoir de dissoudre les possibilités
de tout discours construit et, surtout, contradictoire ? Pourrons-nous accepter, longtemps encore,
l’« envahissement définitif des journaux, des murs,
des oreilles du public » par le « vacarme des
grandes mises en vente »6, ainsi que l’écrivait déjà
Zola en 1883 ?
La démarche de Delporte tient autant de l’historien que de l’archéologue, si nous tenons compte
de la rapidité avec laquelle évoluent les médias. Il
parvient à rendre cohérent un parcours-puzzle des
plus passionnants, analysant en profondeur une
multitude de supports, même si certains sont peu
évoqués (tels l’exposition et le cinéma) et si l’on
excepte le chapitre sur le dessin animé. Au final, il
accumule une diversité suffisante de thèmes pour
accréditer sa thèse de l’image comme clé essentielle de la compréhension de l’histoire politique du
XXème siècle.
L’un des enjeux n’est pas tant que la communication politique pratique les ficelles habituelles de
la propagande, mais que la prédominance visuelle
et télévisuelle du fast food informatif pré-formaté
noie la spécificité et la particularité du registre (et
du discours) politique dans le flux quotidien des
émissions, toutes choses devenant égales. De
Un seul regret, pourtant, qui relève du paradoxe :
nous aurions souhaité, en parcourant Images et
politique en France au XX ème siècle, avoir à nous
mettre sous l’œil une richesse iconographique à la
hauteur de l’argumentation, ne serait-ce que pour
4. Respectivement www.youtube.com et www.dailymotion.com/fr.
5. « La France est le premier pays à garantir la pérennité des
images télévisées et des sons radio », interview d’Emmanuel
Hoog, PDG de l’Institut national de l’audiovisuel (INA), par
Macha Séry, lemonde.fr, édition du 20 décembre 2006.
6. Emile Zola, Au Bonheur des dames, 1883.
ES PR IT CR ITIQ UE I
301
CHRISTIAN DELPORTE
(p. 441). Vouloir faire logiquement du réseau des
r&ea