Rapport consutation Education nutritionnelle

Rapport consutation Education nutritionnelle
Rapport final
Evaluation du Guide
d’Education Nutritionnelle
Consultants :
Najat MOKHTAR
Salah BENYAMNA
Collaborateurs :
Ali AALOUI
Hassan AGUENAOU
Nour Eddine ELHAOUI
Larbi RJIMATI
Juillet 2008
Sommaire
Remerciements
4
Résumé
5
I- Introduction générale
7
I-1. Objet de l’étude
7
I-2. Eléments du contexte général et spécifique
I-2.1. Contexte général
I-2.2 Contexte spécifique
I-2.3. Objectifs de l’étude
I-2.4. Méthodologie adoptée
7
7
8
9
9
I-3. Les attentes de l’organisme commanditaire: l’UNICEF
I-3.1. Diagnostic de la situation actuelle
I-3.2. Propositions de dispositifs et de mécanismes de régulation et de généralisation
10
10
10
II- Résultats des travaux de la consultation
11
II-1- Résultats des analyses du guide
II-1- 1- Sur le plan du savoir scientifique
II-1- 2- Sur le plan des choix pédagogiques et didactiques
II-1- 3- Conclusion
11
11
11
12
II-2- Résultats des enquêtes sur le terrain
II-2-1-Présentation
II-2-2-Analyse des entretiens avec les responsables centraux
II-2-2.1-Au niveau de la santé
II-2-2.2-Au niveau de l’éducation nationale
II-2-3- Analyse des entretiens avec les responsables provinciaux et les concepteurs du
programme d’éducation nutritionnelle
II-2-4- Analyse du programme de formation des animatrices en éducation
nutritionnelle (outils didactiques, pédagogiques, et sessions de formation)
II-2-4.1- Identification des animatrices; lieux et condition du travail
II-2-4.2-. Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices dans l’utilisation des
fiches d’activités
II-2-4.3-. Analyse des changements proposés par les animatrices et des éléments
pour une stratégie de généralisation
II-2-4.4-. Analyse des difficultés rencontrées au niveau de l’application des principes
pédagogiques préconisés dans le guide
II-2-4.5-. Appréciation du degré de satisfaction des sessions de formations organisées
au profit des animatrices.
II-2-4.6- Synthèse globale des sessions de formations assurées aux animatrices
II-2-5- Analyse du programme de formation au profit des bénéficiaires
II-2-5.1-. Identification des bénéficiaires; lieux et condition du travail
II-2-5.2-. Synthèse des résultats
13
13
13
13
14
15
17
17
18
20
21
21
24
24
25
25
2
III- Vers une stratégie de généralisation de l’utilisation du guide nutritionnel
27
III-1- Au niveau du guide lui-même
28
III-2- Au niveau des ressources humaines et leur formation
III-2-1 Formalisation du processus de formation
III-2-2 Le plan de formation
III-2-3 Accompagnement, suivi et évaluation de la formation
28
29
30
30
III-3- Au niveau des ressources matérielles
30
III-4- Sur le plan de la démarche et ses modalités d’exécution
III-4.1- Démarche
III-4.2- Les mécanismes proposés pour la généralisation
III-4.2-1- Définition des objectifs de généralisation, critères et modalités
III-4.2-2- Structures socioéducatives locales, points relais avec les bénéficiaires
III-4.2-3- Management, suivi et évaluation
III-4.2-4- Schéma pour une stratégie de formation possible de la généralisation de
l’éducation nutritionnelle
III-4.2-5- Quelques points de repère pour l’estimation du coût de généralisation.
III-4.2-6- Budgétisation pour la sensibilisation directe de 3000 bénéficiaires à
l’éducation nutritionnelle.
IV- Conclusion Générale
32
32
32
32
33
33
34
V- Annexes
40
Annexe I: Guide version arabe corrigée et actualisée
41
Annexe II: Synthèses des entretiens avec les acteurs clés
66
Annexe III: Liste des participants
101
Annexe IV: Outils de collecte des données
104
Annexe V: La méthodologie envisagée
127
Annexe VI: Correspondances
132
35
36
37
3
Remerciements
Nous remercions toutes les personnes qui ont soutenu et appuyé ce travail d’évaluation du
Guide d’Education Nutritionnelle. Nos remerciements s’adressent plus particulièrement aux
responsables centraux au niveau du ministère de la santé et au niveau du ministère de
l’éducation nationale et aux responsables provinciaux de l’entraide national, de la santé et de
l’éducation nationale.
Ce travail de consultation a été facilité dans sa phase de collecte des données par la
disponibilité et la collaboration effective des responsables et des membres de l’Association
des Services de Base Intégrés (ASBI). En conséquence, nous tenons à leurs exprimer nos
sincères remerciements pour leur contribution remarquable lors de nos déplacements sur le
terrain que se soit dans la province de Chefchaouen, de Tanger ou d’Asilah. Ils nous ont
organiser et faciliter nos différents entretiens avec les responsables provinciaux ainsi qu’avec
les animatrices du guide de l’éducation nutritionnelle et les femmes bénéficiaires du
programme de sensibilisation au niveau des douars visités.
Les consultants souhaitent profiter de cette occasion pour remercier toutes les personnes qui
ont participé à ce processus. Sans l’énergie et les efforts des personnes impliquées dans ce
programme notamment les concepteurs, les formateurs, les animatrices des sessions de
formation et le personnel de l’UNICEF, il aurait été difficile de mener cette consultation. Leur
disponibilité, leur accueil chaleureux et leur participation active à l’évaluation de ce guide,
nous ont grandement aidé à l’élaboration de ce rapport d’évaluation. Nous sommes tout
particulièrement reconnaissants aux personnes interrogées, nous avons été touché par leur
sincérité et par leur ouverture d’esprit, cet état de fait nous a permis, de diagnostiquer la
situation actuelle du programme avec ses points forts et ses faiblesses, de proposer des
changements et d’apporter des améliorations au guide tant du point de vue du contenu
scientifique et pédagogique que de point de vue de sa mise en application
4
Résumé
Au cours du cycle de coopération (2000-2006), l’UNICEF a soutenu ASBI (Association des
Services de Base Intégrés) pour concevoir et élaborer un guide d’éducation nutritionnelle. Ce
guide a été mis à la disposition des acteurs locaux préoccupés par la petite enfance et ses
problèmes développementaux et éducatifs. Ce guide initialement introduit à Chefchaouen et
étendu par la suite aux provinces de Tanger, Tétouan, Larache, Agadir, Laayoune et Al
Hoceima, vise à sensibiliser les populations aux dangers de la malnutrition et de la sousnutrition et à aider les bénéficiaires à améliorer leurs habitudes et comportements
alimentaires, et plus particulièrement ceux des femmes et des jeunes enfants. C’est donc d’un
projet stratégique en matière de développement humain qu’il s’agit.
Après plus de trois années de mise en œuvre, le moment était venu pour évaluer le degré
d’atteinte des objectifs assignés à ce guide d’éducation nutritionnelle et de prescrire les
conditions de sa généralisation. Cette étude d’évaluation commanditée par l’UNICEF repose
sur une large consultation de l’ensemble des acteurs impliqués dans la conception,
l’élaboration et la mise en œuvre de ce guide d’éducation nutritionnelle. La finalité première
de ce travail de consultation consistait à évaluer les incidences de la démarche éducative
initiée par l’UNICEF et ASBI, à travers la mallette nutritionnelle, sur les différents
bénéficiaires du projet et d’en apprécier la pertinence et la faisabilité pour une éventuelle
généralisation.
Les résultats de l’investigation reflètent l’intérêt accordé par les femmes interviewées au
projet d’éducation nutritionnelle aussi bien pour l’accès à une meilleure connaissance des
notions nutritionnelles qu’au transfert des savoirs acquis dans les pratiques alimentaires et
culinaires. Elles sont disposées à consacrer deux heures par semaine au projet tout en exigeant
d’être concertées dans la planification, le choix des sujets à traiter et la programmation des
séances de sensibilisation. Par ailleurs, les femmes concernées recommandent d’une part,
d’intensifier les séances de sensibilisation et son élargissement afin de mieux répondre aux
besoins diversifiés de la population cible et d’autre part, elles souhaitent de mieux conduire la
sensibilisation dans l’avenir. A ce sujet, la communication des connaissances et savoir-faire
passe inéluctablement par le recours à une animation étayée par des supports multiples, variés
et adaptés aux caractéristiques des bénéficiaires et aux spécificités socioculturelles du milieu.
Des illustrations iconiques, des moyens audiovisuels, des apprentissages en situations
concrètes et réelles, sont évoqués pour simplifier davantage l’appropriation des connaissances
et savoirs nutritionnels ainsi que leur mise en œuvre dans les pratiques alimentaires.
Même si le projet rencontre une grande audience auprès des responsables, ceux-ci pensent que
sa généralisation ne doit pas être automatique. Après cette expérimentation, une phase
d’extension est nécessaire afin de mieux affiner les outils, roder la démarche et convaincre
plus par la qualité des résultats et leurs impacts sur les femmes et les enfants. Cette extension
se fera sur le plan horizontal en augmentant le nombre des bénéficiaires dans les zones
expérimentales et sur le plan verticale en intégrant d’autres régions qui n’ont jamais utilisé le
guide. Le choix de ces nouvelles régions se fera en concertation avec les trois départements
concernés auxquels s’ajouteront d’autres départements comme, par exemple, celui de
l’agriculture et des affaires sociales. La démarche à préconiser doit nécessairement réserver
une place importante au plaidoyer; à la mobilisation; à la planification; à la formation; à la
statistique et à la participation; au monde associatif; à la communication autour du projet pour
susciter l’adhésion de l’ensemble.
Ces dimensions doivent être étudiées de manière concertée et faire l’objet de plans d’action
provinciaux et régionaux différenciés.
5
Les abréviations
ASBI:
Association des services de base intégrés
CFI:
Centre de formation des instituteurs
CPR:
Centres pédagogiques régionaux
EN:
Entraide nationale
INDH:
Initiative Nationale de Développement Humain
MEN:
Ministère de l’éducation nationale
MS:
Ministère de la santé
OMS:
Organisation mondiale de la santé
ONG:
Organisme non gouvernemental
UNICEF:
United Nations Children’s Fund
6
I- Introduction générale
I-1. Objet de l’étude
Conçu et élaboré par l’Association des Services de Base Intégrés, avec le soutien de
l’UNICEF et la participation d’un expert du Ministère de la Santé, le guide d’éducation
nutritionnelle a été utilisé par des éducatrices du préscolaire, des membres des associations
locales, ainsi que par des animateurs des services provinciaux des Ministères de l’Education
Nationale, de la Santé, de l’Agriculture et du Développement Rural et de l’Entraide Nationale.
Cette utilisation, entamée depuis l’année 2005, avait pour but de sensibiliser les femmes aux
problèmes de l’alimentation et à leurs conséquences sur la santé de leurs enfants.
Après plus de trois années de son exploitation sur le terrain, l’UNICEF a décidé de procéder à
l’évaluation des modalités d’opérationnalisation de ce guide d’éducation nutritionnelle, afin
de savoir comment il a été mis en pratique, ce qu’en pensent les différentes organismes/
secteurs socioprofessionnels ayant déjà adopté cet outil socioéducatif et quelles sont les
possibilités de sa généralisation éventuelle.
I-2. Eléments du contexte général et spécifique
I-2.1. Contexte général
Le projet d’élaboration et de mise en œuvre de ce guide d’éducation nutritionnelle à caractère
social s’inscrit dans le cadre des objectifs du Millénaire pour le développement, adoptés à
l’unanimité par la Communauté Internationale le 8 septembre 2000 lors de l’ouverture de la
55ème session de l’Assemblée Générale des Nations Unies.
En outre, ce projet s’insère dans une stratégie globale visant l’amélioration de la santé des
populations et de la promotion de la scolarisation dans le monde rural. Cette stratégie vise à
apporter un soutien spécifique aux populations les plus démunies. Elle se propose de
contribuer au renforcement de la scolarisation et à la diminution de l’abandon scolaire de
manière significative, et plus particulièrement en milieu rural. Dans ce contexte, il importe de
souligner que la qualité de la nutrition constitue un facteur important de développement
psychomoteur, cognitif et somatique et d’amélioration des capacités de concentration et
d’apprentissage des élèves. En effet, étant en bonne santé, les enfants pourraient mieux
apprendre, seraient plus forts, plus productifs, mieux armés pour briser les déterminismes
sociaux et réaliser pleinement leur potentiel.
Environ 178 millions d’enfants dans le monde souffrent de retard de croissance dû à un
manque de nourriture et particulièrement à une alimentation pauvre en vitamines et en oligoéléments et à la maladie. Avec le ralentissement de la croissance, le développement cérébral
stagne et les enfants qui sont dans cette situation ont des difficultés d’apprentissage (OMS,
2008).
Au Maroc, près de cinq enfants sur 100 meurent avant d’atteindre l’âge de cinq ans. Les
enfants du monde rural sont deux fois plus exposés au risque de décès que ceux des zones
urbaines. Les maladies diarrhéiques et leurs conséquences, notamment la déshydratation, sont
7
parmi les principales causes de décès des enfants (MS, 2004). En plus, une femme enceinte
malnutrie et qui ne bénéficie pas de soins de santé adéquats durant sa grossesse donne
généralement naissance à un enfant de faible poids. L’insuffisance pondérale est deux fois
plus fréquente en milieu rural qu’en milieu urbain (MS, 2004). Par ailleurs, la réduction de la
malnutrition due aux carences en micronutriments permettrait de prévenir jusqu'à quatre sur
dix des décès d'enfants attribuables à cette cause, de diminuer du tiers le taux de mortalité
puerpérale, d'augmenter jusqu'à 40 % la capacité de travail et d'améliorer le quotient
intellectuel de la population de 10 à 15 points. L'Unicef estime que les carences en vitamines
et en minéraux coûtent à certains pays l'équivalent de plus de 5% de leur produit national brut
en vies perdues, en incapacités et en diminution de productivité.
Des études effectuées dans différents pays ont prouvé la corrélation qui existe entre les
comportements nutritionnels et la réussite scolaire. A titre d’exemple, les enfants ayant un
déficit en iode connaissent des difficultés d’apprentissage. La carence en iode peut réduire le
quotient intellectuel de 10 points. Chez les femmes enceintes, elles provoquent la naissance
d’environ 18 millions de bébés arriérés mentaux par an. Au Maroc, 22% des enfants
scolarisés de 6-12 ans sont atteints de goitre. La carence en iode coûte à notre pays
l’équivalent de 1,48% de son PIB en termes de perte de productivité, de prise en charge de la
maladie, de déperditions scolaires et de mortalité infantile.
I-2.2 Contexte spécifique
Au cours du cycle de coopération (2000-2006), l’UNICEF a soutenu ASBI (Association des
Services de Base Intégrés) pour concevoir et élaborer un guide d’éducation nutritionnelle. Ce
guide a été mis à la disposition des acteurs locaux préoccupés par la petite enfance et ses
problèmes développementaux et éducatifs. Initialement introduit à Chefchaouen et étendu par
la suite aux provinces de Tanger, Tétouan, Larache, Agadir, Laayoune et Al Hoceima, ce
guide vise à sensibiliser les populations aux dangers de la malnutrition et de la sous-nutrition
et à aider les bénéficiaires à améliorer leurs habitudes et comportements alimentaires, et plus
particulièrement ceux des femmes et des jeunes enfants. C’est donc d’un projet stratégique en
matière de développement humain qu’il s’agit.
Après plus de trois années de mise en œuvre, le moment est venu pour évaluer le degré
d’atteinte des objectifs assignés à ce guide d’éducation nutritionnelle et de prescrire les
conditions de sa généralisation.
D’autres éléments du contexte spécifique ayant un rapport avec la santé (Ministère de la
Santé) peuvent être résumés ainsi:
a- la mortalité néonatale liée généralement à la santé de la mère avoisine 33‰ en milieu
rural;
b- la mortalité infantile peut atteindre 55 ‰ en milieu rural;
c- les jeunes enfants en milieu rural âgés de 12 à 23 mois n’ayant pas achevé leur
vaccination est de l’ordre de 16%;
d- la malnutrition aiguë des enfants en milieu rural est en moyenne de 11%;
e- plus de 40% des enfants de moins de six ans, présentent une carence en vitamine A;
f- plus de 31 % des enfants de six mois à cinq ans ont une anémie par carence en fer;
g- un enfant âgé de moins de cinq ans sur sept présente une insuffisance pondérale, en
milieu rural.
8
A ces données s’ajoutent:
h- la mortalité maternelle (267 pour cent mille naissances en milieu rural);
i- le nombre des accouchements non assistés par un personnel qualifié (près de 60% en
milieu rural);
j- l’analphabétisme des parents et particulièrement des femmes en milieu rural;
k- l’insuffisance et l’indigence des structures de l’éducation de la petite enfance dans le
monde rural;
l- l’échec et l’abandon scolaires précoces.
I-2.3. Objectifs de l’étude
Cette étude commanditée par l’UNICEF repose sur une large consultation de l’ensemble des
acteurs impliqués dans la conception, l’élaboration et la mise en œuvre de ce guide
d’éducation nutritionnelle. La finalité première de ce travail de consultation consiste à évaluer
les incidences de la démarche éducative initiée par l’UNICEF et ASBI, à travers la mallette
nutritionnelle, sur les différents bénéficiaires du projet et d’en apprécier la pertinence et la
faisabilité pour une éventuelle généralisation.
Cette finalité peut être déclinée en trois objectifs:
Objectif 1- évaluer l’incidence du guide nutritionnel de l’UNICEF sur les
connaissances, les pratiques et les attitudes alimentaires des acteurs clés et
bénéficiaires dans les zones concernées par le projet;
Objectif 2- définir le dispositif opportun pour la généralisation de ce guide dans ces
mêmes provinces ainsi que dans les autres régions et provinces du Maroc;
Objectif 3- préciser les conditions de l’institutionnalisation du guide et de l’éducation
nutritionnelle qu’il préconise.
I-2.4. Méthodologie adoptée
La lecture des termes de référence a permis de dégager les questions principales
d’investigation suivantes:
Question 1- Jusqu’à quel point le guide de l’éducation nutritionnelle a eu des
incidences positives sur les acteurs principaux, plus particulièrement les femmes,
visées par le projet?
Question 2- Quel(s) dispositif(s) est (sont) nécessaire(s) pour la généralisation de
l’éducation prônée par le guide d’éducation nutritionnelle ?
Question 3- Dans quelles conditions l’institutionnalisation d’une telle éducation et du
guide qui la supporte est possible?
Pour répondre à ces questions et atteindre les objectifs fixés, la méthodologie qui a été
adoptée est la suivante:
9
a- L’analyse du guide sur les plans du savoir scientifique, des choix pédagogiques et
didactiques (la mallette des documents ayant servi à la formation des acteurs
concernés par le projet tels que le module de formation, les fiches techniques de
séances de présentation du guide);
b- L’identification des catégories de personnes auprès desquelles seront collectée les
données (délégués et responsables centraux et provinciaux de la Santé, de l’Education
Nationale et de l’Entraide nationale; le tissu associatif; les concepteurs du guide ; les
animatrices des sessions de sensibilisation et les femmes bénéficiaires);
c- L’élaboration des outils d’investigation (i) questionnaire destiné aux responsables des
trois départements concernés, des élaborateurs du guide et du milieu associatif, (ii)
questionnaire destiné aux animatrices des sessions de formation et (iii) questionnaire
destiné aux femmes bénéficiaires ;
d- Le déplacement sur le terrain (Chefchaouen, Tanger et Larache) pour la collecte des
données;
e- L’analyse et l’interprétation des données;
f- La rédaction et la validation du rapport de l’étude.
I-3. Les attentes de l’organisme commanditaire: l’UNICEF
I-3.1. Diagnostic de la situation actuelle
Evaluer le degré des connaissances, les pratiques et les attitudes des acteurs et des
bénéficiaires vis-à-vis du guide.
I-3.2. Propositions de dispositifs et de mécanismes de régulation et de généralisation
Les propositions de dispositifs et de mécanismes de régulation et de généralisation peuvent
être résumées ainsi :
a- Définir les mécanismes et les dispositifs de généralisation et d’institutionnalisation de
l’approche éducative et de l’outil pédagogique qui lui est lié;
b- Proposer une démarche (processus et conditions) de généralisation avec la précision
des ressources et des modalités de cette généralisation. Ces scénarios doivent tenir
compte des court, moyen et long termes ; mais aussi de leurs caractères réalistes et
volontaristes;
c- Enfin, nous proposons des repères pour l’évaluation du coût de scénarios retenus pour
la généralisation en termes de ressources humaines (surtout les frais de prise en charge
de la formation) et matérielles (surtout les équipements et la documentation) tout en
proposant les mécanismes de sa mise en œuvre.
10
II- Résultats des travaux de la consultation
II-1-Résultats des analyses du guide nutritionnel
II-1-1- Sur le plan du savoir scientifique
Analyse du fond de la partie théorique
Les huit chapitres de la partie théorique abordent des thèmes d’actualité dans le domaine de la
santé publique. La nutrition et la santé de la mère et de l’enfant ont été considérées d’une
manière particulièrement importante dans le document. Ainsi, le guide répond aux objectifs
pour lesquels il a été conçu et s’intègre parfaitement dans les activités pour la promotion de la
santé et du développement humain comme par exemple les programmes de l’alphabétisation
et de la scolarisation en milieu rural.
Les consultants ont révisé et actualisé cette partie du document ainsi que les fiches
pédagogiques. La copie corrigée se trouve en annexe I.
En résumé, le contenu scientifique de tous les chapitres est correct sauf quelques
imperfections qui ont été revues et corrigées. En outre, les chapitres 5, 7 et 8 ont été revus,
actualisés et complétés.
De même, et compte tenu du profil des éducateurs et des bénéficiaires, certains passages du
document ont été simplifiées.
Les fiches pédagogiques ont été également révisées, elles sont dans l’ensemble correctes et
bien conçues. Cependant, il serait judicieux d’accompagner ces fiches par des exercices
pratiques comme des expériences culinaires pour la préparation d’une alimentation saine et
équilibrée ou des sorties au marché ou au souk pour le choix des aliments appropriés pour la
famille et surtout pour les enfants en bas âge.
Analyse de la forme de la partie théorique
Un travail assez substantiel a été réalisé lors de la révision de la forme du document,
notamment sur le plan de l’homogénéité de la présentation des composantes des chapitres
ainsi que les encadrés où normalement un message clé doit ressortir à la fin de chaque
chapitre. Des couleurs mettant en exergue et différenciant les parties de chaque chapitre ont
été suggérées.
II-1-2- Sur le plan des choix pédagogiques et didactiques
La référence à l’andragogie comme choix pédagogique est imposée par les caractéristiques
des bénéficiaires : des femmes dépassant de loin l’âge scolaire. Cependant si les principes
fondamentaux de cette pédagogie ont été bien identifiés et décrits, leur mise en œuvre peut
poser des problèmes aux animatrices chargées des sessions de sensibilisation à cause du
manque d’exemples concrets illustrant chacun de ces principes les rendant à la portée des
animatrices et des bénéficiaires, et dans la langue de celles-ci. La même remarque concerne
les techniques d’animation. Il serait très utile de signaler comment on s’est assuré de la bonne
maîtrise de ces techniques par les animatrices avant de les utiliser dans des situations réelles
11
de sensibilisation, même si le guide présente des conseils à suivre et un mode d’emploi de ces
conseils. D’où l’importance de joindre au guide un ensemble d’outils d’évaluation des
apprentissages des animatrices et de compréhension par les bénéficiaires. Question de pouvoir
vérifier à chaque étape si les objectifs de formation et de sensibilisation ont été réellement
atteints.
Le rôle des bénéficiaires dans leur propre apprentissage n’est pas suffisamment clair dans le
guide. La totalité des conseils et des opérations sont réservées aux animatrices, alors que très
peu de choses sont indiquées quant au comportement et aux activités que doivent mener les
bénéficiaires pour mieux tirer profit de leur apprentissage.
Sur le plan des modalités d’intervention, là aussi les choix théoriques sont justes et pertinents.
Toutefois, il aurait été plus didactique de faire participer les animatrices à l’élaboration du
matériel support d’intervention au lieu de présenter des tableaux tout faits et des schémas
finalisés. Le guide doit se limiter à présenter les méthodes et les techniques de travail ; quant
aux contenus pédagogiques ils doivent être générés par les animatrices sous la supervision des
formateurs en sessions de formation (Formation active). Ce qui peut aider à régler le problème
des spécificités locales par le recours direct aux produits alimentaires disponibles localement
et aux habitudes culinaires des bénéficiaires. Quant aux structures utilisées pour les sessions
de sensibilisation, il convient de souligner le bon choix des établissements du préscolaire et
leurs animatrices, mais il fallait recourir massivement aux structures de l’alphabétisation pour
deux raisons majeures :
ce programme concerne les femmes analphabètes ;
les dimensions hygiène et nutrition en constituent le cœur.
Nous proposons pour améliorer les fiches d’activités de démarrer ces activités par des mises
en situations réelles et non pas par des définitions. Le domaine de l’éducation nutritionnelle
est riche dans ce sens. Par exemple, l’activité 1 qui porte sur les besoins nutritionnels du
corps, au lieu de démarrer par « le corps humain a besoin…. », partir plutôt d’une situation où
l’on compare les besoins énergétiques de deux corps l’un faisant de grands efforts et l’autre au
repos. Et c’est le cas partout pour l’ensemble des quatorze fiches activités.
Pour terminer signalons que ce guide à de très nombreux points forts sur le plan pédagogique,
dont celui résidant dans l’introduction qui décrit clairement l’objet du guide, la démarche
suivie dans son exécution et le profil des catégories des bénéficiaires des formations et des
sensibilisations.
II-1-3-Conclusion
L’analyse du guide nutritionnel sur les plans des notions scientifiques et des choix
pédagogiques et didactiques, a constitué l’entrée principale à cette étude évaluative. Les aspects
dégagés constituent des éléments de diagnostic, mais aussi, des données dont il faut tenir
compte dans les phases d’extension et de généralisation. Ces aspects peuvent être résumés
ainsi :
Tenir compte des corrections apportées aux notions scientifiques telles qu’elles
figurent dans le guide révisé remis;
Les changements de fonds ont concernés les chapitres 5, 7 et 8 ;
Tenir compte aussi des corrections de la forme proposées;
Nécessité de procéder à une simplification des aspects théoriques;
Améliorer les situations d’apprentissage et les rendre plus proche du vécu des
bénéficiaires.
12
II-2-Résultats des analyses des enquêtes
II-2-1- Description
Conformément à la note méthodologique, les consultants ont conduit sur le terrain des
entretiens avec trois catégories de personnes impliquées ou concernées par le programme
d’éducation nutritionnelle. Il s’agit de:
24 responsables aux niveaux de trois départements ministériels et du monde
associatif et 9 concepteurs du programme objet de la consultation;
11 animatrices des sessions de formation;
24 femmes bénéficiaires regroupées en 3 focus group.
La collecte des données a été réalisée à travers l’utilisation de grilles d’évaluation spécifiques
(voir annexe IV), auprès :
des responsables centraux (MS et MEN)
des responsables provinciaux et des concepteurs du guide (MS et MEN, ASBI).
des animatrices en éducation nutritionnelle (outils didactiques, pédagogiques,
scientifiques et sessions de formation)
des femmes bénéficiaires de la sensibilisation.
II-2-2-Analyse des entretiens avec les responsables centraux
II-2-2-1- Ministère de la Santé
Au niveau du Ministère de la Santé, le nutritionniste rencontré estime que ce projet est
important pour l’amélioration de la santé, celle de la femme et de l’enfant en particulier.
Cette action permet aux bénéficiaires d’adopter de bonnes habitudes alimentaires à travers la
recherche de repas équilibrés. Ce qui peut se répercuter sur la réduction des troubles
nutritionnels chez la population. Celle-ci doit pouvoir bénéficier d’actions concrètes et
visibles permettant, en améliorant l’état nutritionnel, de réduire le risque de maladies et
d’optimiser l’état de santé et la qualité de vie, à tous les âges de la vie.
Pour un projet viable, la stratégie préconisée doit s’appuyer sur les fondements suivants:
Former les professionnels de santé qui se trouvent parfois en difficulté face à la question de
la nutrition. Leur formation initiale doit être renforcée en éducation nutritionnelle. La
formation continue, tant pour les médecins que les paramédicaux, doit être développée. La
nutrition doit être retenue comme priorité nationale dans la formation médicale continue et
deviendra ainsi un thème obligatoire dans les offres de formation.
Faire appel aux réseaux sociaux, en contact direct et quotidien avec les personnes
concernées. Ils doivent être directement sollicités sur la nutrition, thème structurant pour leur
travail social (services sociaux des régions, des provinces mais aussi des centres de santé).
L’Etat doit mettre à leur disposition des outils de formation de leurs équipes ainsi que des
outils d’information à destination de la population.
13
Sensibiliser aux problèmes de nutrition en tenant compte notamment des priorités de la
santé publique et en utilisant l’ensemble des outils d’éducation et de formation existants (tel
que le guide en question) ou à développer.
Assurer une promotion massive de ces outils doit être assurée par l’Etat et divers partenaires
ainsi, que le financement de campagnes de communications régulières sur les repères de
consommation.
Enfin, notre interlocuteur indique que, même si le ministère de la santé mettra à la disposition
du projet l’infrastructure existante en terme de locaux et de personnel, un budget spécial devra
être alloué à cette activité afin d’en assurer la réussite et la pérennité. Il précise également que
les stratégies, les actions et les messages doivent être cohérents, simples, et facilement
accessibles à la population cibles. La mise en œuvre de ces actions doit s’effectuer dans le
cadre défini par le plan régional de santé publique et en intégrant les différents partenaires du
programme organisés au sein de comité de pilotage aux niveaux régional, provincial et local.
II-2-2-2-Au niveau de l’éducation nationale
Au niveau de l’éducation nationale, la personne qui a participé à l’entretien est celle
responsable du service de la santé scolaire dans ce département.
Ces impressions sur le projet et le guide sont très bonnes, parce qu’une formation en matière
de nutrition peut aider à installer chez les bénéficiaires de bonnes habitudes alimentaires utiles
pour la préparation de repas équilibrés. Ce qui peut se répercuter sur l’ensemble de la famille.
D’autant plus que sa généralisation peut toucher la population scolarisée qui environne les six
millions (6 000 000) d’élèves.
Les liens entre la bomme nutrition et la santé d’un côté et réussite scolaire de l’autre, sont
directs à cause des conséquences qui suivent :
pour la femme bénéficiaire, elle lui permet de mener une vie avec moins de
problèmes ;
pour les enfants, elle leurs procure une meilleure concentration et donc plus de bonnes
conditions de réussite et une activité corporelle et intellectuelle normale.
Pour ce qui est des ressources humaines à mobiliser dans le cadre de la généralisation, il
semble qu’il y a une autosuffisance en termes d’effectif. Mais, ces ressources ne peuvent être
qualifiées que moyennant une formation de qualité aussi bien sur le plan de la formation
initiale que celui de la formation continue. Aussi, il faudra prévoir l’élaboration d’un module
de formation à destination des établissements de formation et des enseignants sur le terrain.
Pour renforcer la place de l’éducation nutritionnelle dans le système éducatif, il est nécessaire
de l’intégrer aux curricula, ainsi que dans les manuels scolaires.
Le monde associatif a un rôle important à jouer dans la généralisation à conditions de manière
complémentaire avec les départements.
Les résultats de cette évaluation doivent constituer la base pour la généralisation du guide
nutritionnel.
14
II-2-3-Analyse des entretiens avec les responsables provinciaux et les concepteurs du
programme d’éducation nutritionnelle
Les propos des responsables provinciaux recueillis, montrent que le guide d’éducation
nutritionnelle a été utilisé dans les structures dépendant de leurs administrations respectives.
Néanmoins, la plupart a souligné l’absence de suivi des séances de sensibilisation conduites
au profit des communautés cibles.
Cette première initiative qui a été lancée par une association, soutenue par l’UNICEF et
appuyée par les secteurs de l’éducation, de la santé et de l’entraide nationale mérite, selon
eux, d’être encouragée et institutionnalisée. Ils apprécient la démarche participative suivie
dans le processus, aussi bien au niveau de l’élaboration du guide que celui de la
sensibilisation des bénéficiaires, car elle a réussi à mobiliser des capacités de différents
domaines. Néanmoins, ils estiment qu’il faudrait revoir certaines imperfections avérées sur les
plans pédagogique et didactique. A ce sujet certains d’entre eux apprécient beaucoup la prise
en compte des habitudes alimentaires et pratiques culinaires locales dans les situations
d’apprentissage et les séances de sensibilisation.
En ce qui concerne leurs impressions sur le projet, ces responsables le qualifient de très
important puisqu’il permet de répondre aux besoins spécifiques de la population locale en
matière d’éducation nutritionnelle. Pour satisfaire à une demande très forte dans le domaine,
ces responsables sont persuadés que la sensibilisation à l’éducation nutritionnelle doit cibler en
premier lieu les femmes en âge de procréer. Les personnels potentiels à former pour le transfert
de l’information, sont les animatrices des services extérieurs, les représentants de la société
civile et les enseignantes.
Aussi sont-ils convaincus que l’éducation nutritionnelle peut jouer un rôle important quant à
l’amélioration de la santé de la population en général, et celle des enfants et des femmes en âge
de procréer en particulier. L’éducation nutritionnelle constitue une stratégie sûre pour lutter
contre les mortalités maternelle et infantile. La sensibilisation des communautés à
l’alimentation et à la nutrition aura un impact positif direct sur l’état de santé de la femme et de
l’enfant et elle contribuera à l’amélioration du taux net de la scolarisation des enfants âgés de 6
à 11 ans, qui est actuellement de 84% à Chefchaouen contre 92% au niveau national, et à la
lutte contre l’abandon scolaire dont le taux est de 3% en 2007; (source Délégation MEN).
Hormis leur contribution financière Ŕles budgets alloués aux services extérieurs sont arrêtés aux
niveaux régional et national-, les responsables sont unanimes à mettre à la disposition de ce
projet -pour sa généralisation souhaitable- les ressources humaines et matérielles dont ils
disposent. Les infrastructures sectorielles disponibles pourront aussi être utilisées pour la
formation, le suivi et la diffusion de l’information. Cependant, un soutien logistique
(fournitures pour la formation, frais de prise en charge des formateurs) et un appui technique
aux équipes provinciales (formation des formateurs) est requis pour la réussite de cette
sensibilisation nutritionnelle.
Quant à la généralisation de la sensibilisation à l’éducation nutritionnelle, les responsables
provinciaux, suggèrent l’adoption d’une approche communautaire intégrée susceptible
d’impliquer tous les services socioéducatifs concernés qui devront déployer conjointement
leurs efforts afin d’institutionnaliser le projet de sensibilisation à l’éducation nutritionnelle. Ces
efforts doivent aboutir à la mise en place d’un système participatif de pilotage et de suivi du
projet. Dans le but d’aiguiser les mécanismes de généralisation au niveau national, quelques
15
uns des interviewés suggèrent également qu’elle soit réalisée d’une façon progressive par le
choix d’une zone d’intervention pilote représentant les populations du nord, du centre et du sud
du pays, car affirment-ils, le problème est national.
Par ailleurs, ces responsables affirment que les associations de la société civile peuvent jouer
un rôle primordial dans la généralisation du projet tant au niveau du transfert de la formation,
vu leur proximité des communautés ciblées, qu’au niveau financier par les facilités de
mobilisations et de liquidation de fonds qui leur sont accordés. A titre d’exemple, dans la
province de Tanger, 40 associations dont 7 très actives peuvent être mobilisées dans le
processus (source : Délégation MEN de Tanger).
Le délégué provincial de l’éducation à Tanger, juge utile l’intégration de l’éducation
nutritionnelle dans les curricula, tant au niveau des établissements scolaires que de la formation
(CFI et CPR) non pas en tant que discipline mais comme activité pédagogique transversale.
Des opportunités à saisir sont multiples, notamment à Tanger à travers les partenaires
potentiels, tels que l’UNICEF, le FNUAP et la Communauté Wallonne de Bruxelles qui
pourraient constituer un atout pour le projet.
En outre, ajoutent les responsables interviewés, l’INDH qui subventionne les activités
associatives pourrait s’avérer un important levier pour le enveloppement de cette action
socioéducative.
Une autre instance importante pour le projet a été évoquée par les responsables de Tanger: il
s’agit de l’INAS qui a la compétence d’impliquer les délégations de la santé de la Région
Tanger-Tétouan.
Selon ces responsables, un plaidoyer en faveur du projet étayé par un plan de communication
garantira la mobilisation et l’implication des différents intervenants et partenaires au projet de
l’éducation nutritionnelle.
Quant aux propositions concrètes utiles pour une éventuelle généralisation de l’éducation
nutritionnelle, les responsables suggèrent:
La mise en place d’un système normalisé pour le suivi et l’évaluation ;
La constitution des comités multisectoriels au niveau local pour la mise en œuvre,
l’encadrement, l’accompagnement, le suivi et la régulation;
L’élaboration d’un plan de communication pour le plaidoyer;
L’élaboration d’un plan de formation répondant aux spécificités intellectuelles et
socioculturelles de différents publics impliqués;
L’augmentation de la durée de la formation des animatrices dont le programme devrait
comprendre deux phases; une première centrée sur la vulgarisation des concepts et
notions nutritionnels (18 heures à répartir sur 3 journées); une seconde pour l’initiation
pratique des animatrices à l’utilisation méthodologique du guide (24 heures à répartir
sur 4 jours);
L’implication des enseignantes qui représentent plus de 60% du corps enseignant (soit
3840 enseignantes -source : délégation MEN Tanger-) au processus de sensibilisation
des femmes bénéficiaires favorisera la diffusion à grande échelle de la sensibilisation à
l’éducation nutritionnelle;
16
L’implication nécessaire des inspecteurs pédagogiques du primaire dans la conduite du
processus de formation et de suivi; cette implication se justifie par leur statut
d’encadrement et de supervision et par la relation étroite qu’ils entretiennent avec les
enseignants et les éducateurs. D’autant plus que ce choix faciliterait
l’institutionnalisation souhaitable de l’éducation nutritionnelle;
La dotation de toutes les structures en supports de formation et de sensibilisation;
La prévision d’une étude d’impact du projet sur le changement de comportements et la
santé de la population;
L’intégration progressive du guide à l’école primaire à raison d’une heure et demie par
mois durant les semaines de soutien.
La recherche de moyens de motivation des animatrices.
II-2-4-Analyse du programme de formation des animatrices en éducation
nutritionnelle : outils didactiques, pédagogiques, et sessions de formation
Conformément à la note méthodologique, les consultants ont conduit sur le terrain des
entretiens avec les animatrices d’éducation nutritionnelle
La collecte des données a été réalisée à travers trois grilles d’évaluation (voir annexe IV).
Ces grilles concernent:
l’analyse des difficultés rencontrées dans l’utilisation des fiches d’activités;
l’analyse des difficultés rencontrées au niveau de l’application des principes
pédagogiques préconisés dans le guide;
l’appréciation du degré de satisfaction des sessions de formations organisées au profit
des animatrices.
II-2-4-1. Identification des animatrices ; lieux et conditions du travail
La collecte des données a concerné un échantillon de 9 personnes : un animateur en éducation
non formelle et 8 éducatrices des structures préscolaires communautaires installées par
l’ASBI en partenariat avec les services extérieurs de l’éducation nationale et de l’entraide
nationale et avec la contribution des parents d’élèves bénéficiaires. Sept d’entre elles sont
rémunérées par les parents pour éduquer les enfants âgés de 4 à 6 ans, inscrits dans le
préscolaire communautaire. La huitième est une monitrice faisant partie du personnel de
l’entraide nationale. Ce projet communautaire, qui a été utilisé comme canal de sensibilisation
à l’éducation nutritionnelle, a bénéficié de l’appui de l’UNICEF et du SCAC, (Ambassade de
France à Rabat). Quant à l’animateur il encadre une classe d’éducation non formelle pour une
ONG nationale.
Les éducatrices ont un niveau scolaire secondaire alors que l’animateur détient une licence.
Leur âge varie entre 21 et 41 ans. Ils sont issus du milieu socioculturel des communautés
bénéficiaires et résident dans les sites desservis par le projet.
Les structures préscolaires où exercent ces éducatrices couvrent 8 douars répartis dans trois
communes rurales (Bni Derkoul, Bab Taza et Zoumi) caractérisées particulièrement par un
relief montagneux, une difficulté d’accessibilité géographique, notamment en temps de pluie,
un habitat dispersé, et par une population très vulnérable.
17
Ces éducatrices et animateur ont été mobilisés, à travers des séances de formation organisées
par l’ASBI, pour conduire des séances de sensibilisation des populations locales, les femmes
notamment, en matière d’éducation nutritionnelle en utilisant le guide, objet de cette
consultation.
La formation des animatrices
La durée des formations sur le guide de l’éducation nutritionnelle suivies varie entre 3 et 5
jours pour 6 éducatrices. Elle est de 7 jours pour l’animateur et de 9 jours pour les deux
dernières éducatrices.
Tous les éducateurs ont exprimé leur satisfaction quant à la qualité de ces formations.
Cependant, ils ont signalé l’absence d’un accompagnement susceptible de les aider à
communiquer les connaissances et savoir-faire acquis aux femmes ciblées au cours des
séances de sensibilisation.
Il est important de signaler que la sensibilisation est assumée par les éducatrices à titre
bénévole et complémentaire.
Les femmes bénéficiaires
Celles-ci sont soit des mères des enfants du préscolaire communautaire ou des
bénéficiaires des programmes d’alphabétisation ou de l’éducation non formelle,
conduits par la société civile.
Les séances de sensibilisation à l’éducation nutritionnelle ont été organisées en 2005
dans les sites: Nefzi, El Horm, Rmoutha, Bab Taza Haut. En 2006, elles ont été
réalisées dans les sites de Tazia, Cherrafate et BabTaza bas.
Hormis les femmes du site éducation non formelle qui suivent régulièrement des
séances de sensibilisation et celles de Nefzi qui ont profité de l’ensemble des
séquences prévues dans le guide, les autres femmes n’ont suivi qu’un nombre limité
de séances de sensibilisation (entre 1 et 4 fois et ce depuis le démarrage du
programme).
II-2-4-2. Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices dans l’utilisation des
fiches d’activités
Le dépouillement des données collectées, permet de faire le constat ci-dessous. Signalons
auparavant qu’il a été demandé aux animatrices d’apprécier leur degré de satisfaction quant
aux étapes de la démarche adoptée dans la fiche signalétique d’activité, en utilisant une
échelle d’évaluation à cinq degrés ; les résultats détaillés sont rapportés dans la figure II-1.
Introduction de l’activité:
11,1% éprouvent une assez grande difficulté dans l’utilisation de cette étape qui
consiste à introduire des connaissances et savoirs; objets d’animations proposées
dans les fiches activités;
22,2% déclarent rencontrer une difficulté moyenne à utiliser cette étape;
55,6% utilisent avec une assez grande aisance l’introduction de l’activité;
11,1% uniquement signalent utiliser cette étape avec une très grande aisance;
Aucune animatrice n’a manifesté avoir rencontré une très grande difficulté dans
l’utilisation de l’introduction de l’activité.
18
Moyens didactiques:
22,2% ont exprimé avoir rencontré une difficulté moyenne dans l’utilisation de
cette étape;
44,5% assurent pouvoir utiliser cette étape avec une assez grande aisance;
33,3% des animatrices disent l’utiliser avec une très grande aisance;
Les deux grades inférieurs de l’échelle ne correspondent à l’appréciation d’aucune
animatrice.
Déroulement de l’activité:
77,8% des interviewés attestent utiliser cette étape avec une assez grande aisance;
22,2% disent savoir utiliser cette étape avec une très grande aisance;
Les trois autres grades de l’échelle ne correspondent à l’appréciation d’aucune
animatrice.
Soutien théorique:
11,1% des éducatrices éprouvent une difficulté moyenne dans l’utilisation de cette
étape;
55,6% utilisent cette étape avec une assez grande aisance;
33,3% utilisent cette étape avec une très grande aisance;
Les deux autres grades de l’échelle ne correspondent à l’appréciation d’aucune
animatrice.
Application de l’activité:
22,2% signalent rencontrer une difficulté moyenne dans l’utilisation de cette étape;
33,3% utilisent cette étape avec une assez grande aisance;
44,5% des animateurs assurent utiliser l’étape avec une très grande aisance;
Les deux autres grades de l’échelle ne correspondent à l’appréciation d’aucune
animatrice.
L’analyse de ces résultats fait apparaître que 11 à 22% des interviewés rencontrent certaines
difficultés tant au niveau, pédagogique, didactique que théorique.
Sur le plan pédagogique, les degrés «assez grande difficulté» (pour 11,1%) et «difficulté
moyenne» (pour 22,2%) manifestés au stade de l’introduction de l’activité, revêt une
importance particulière. En effet, c’est au cours de cette étape que s’établisse le premier
contact avec les bénéficiaires. La capacité à communiquer avec des bénéficiaires, adultes, et
généralement analphabètes ou illettrées, s’avère primordiale pour la présentation du problème
à discuter, la détermination de l’objectif attendu de toute séance d’animation et les conditions
de sa conduite. Sans la réussite pédagogique de cette introduction, il devient difficile de
motiver le public cible, de solliciter sa participation et de l’impliquer.
Sur le plan didactique, le nombre des animatrices confrontés à un degré de difficulté moyen,
est important (22,2%). Ce niveau de degré concerne aussi bien la conception et l’utilisation
des supports et moyens didactiques que l’application des activités et la transposition des
savoirs et savoir-faire objets des séances de sensibilisation;
Sur le plan académique, 11,1% des animatrices éprouvent le même degré de difficulté dans la
compréhension des connaissances et savoirs notionnels de base liés à la nutrition. Signalons
19
que la maîtrise des connaissances théoriques est la condition préalable de toute sensibilisation
ou animation d’une séance de sensibilisation. En effet, l’animateur ne peut transposer à autrui
des connaissances qu’il ne s’approprie pas lui-même.
II-2-4-3. Analyse des changements proposés par les animatrices et des éléments
pour une stratégie de généralisation
Deux questionnaires ont été soumis aux animatrices afin de recueillir des propositions de
changements susceptibles d’améliorer la qualité et la pertinence des supports utilisés et des
sessions de formation. Cette démarche s’inscrit dans la vision de l’élaboration d’une stratégie
de généralisation du guide de promotion de l’éducation nutritionnelle. La synthèse de ces
propositions peut être présentée ainsi:
Les animatrices sont unanimes quant à l’importance du guide et la pertinence de la
formation;
Sur le plan didactique, les animatrices proposent un enrichissement des supports
par la multiplication des outils didactiques, leur diversification en intégrant des
illustrations de maladies liées à la nutrition et le recours au matériel audiovisuel;
Sur le plan pédagogique, elles recommandent d’accorder plus de temps à la
formation des animatrices sur l’éducation nutritionnelle, tout en intensifiant les
sessions. La simplification de la langue a été évoquée par quelques éducateurs.
Elles mettent également l’accent sur la révision de la conduite des séances de
sensibilisation en donnant plus d’intérêt et de place aux travaux de simulation et
aux activités pratiques étayées par des préparations concrètes de repas équilibrés;
Quant à la sensibilisation des bénéficiaires à l’éducation nutritionnelle, les
interviewés suggèrent l’implication d’autres animatrices pour structurer les
communautés cibles en associations. La sensibilisation des populations étant un
long processus, ajoutent-elles, requiert une mise en place de mécanismes
susceptibles de couvrir le maximum de localités. Elles proposent la création
d’associations pour la promotion de l’éducation nutritionnelle et leur disposition,
avec le soutien exigé, de participer à l’encadrement des différentes personnes
impliquées dans ces mécanismes;
Quant aux changements provoqués dans les comportements alimentaires, les
animatrices soulignent avoir constaté l’amélioration de certaines pratiques
alimentaires des bénéficiaires; elles citent comme exemples l’utilisation du sel
iodé, l’achat de légumes et fruits le matin plutôt que le soir;
Pour les niveaux d’interventions à privilégier pour une future généralisation, les
animatrices évoquent le préscolaire comme une bonne piste et les centres
d’alphabétisation et d’éducation nutritionnelle en second lieu;
Concernant les points forts du guide d’éducation nutritionnelle, les interviewés
affirment qu’il vient combler un vide dans ce domaine. C’est un outil, disent-elles,
qui permet au public cible l’acquisition des connaissances liées à la nutrition et à
l’alimentation des enfants et des femmes ainsi que la prise de conscience de
l’importance de l’alimentation équilibrée;
Pour les points faibles, les animatrices demandent le renforcement de la formation,
l’enrichissement des supports didactiques et l’intégration des hommes dans la
sensibilisation à l’éducation nutritionnelle;
Soulignant enfin les effets positifs de cette sensibilisation sur les bénéficiaires. Les
interviewés proposent la formation des animateurs de l’éducation non formelle.
20
II-2-4-4. Analyse des difficultés rencontrées au niveau de l’application des principes
pédagogiques préconisés dans le guide
Les données et informations collectées par le biais de la deuxième grille d’évaluation ont pour
objet d’approfondir l’analyse des difficultés rencontrées par les éducatrices dans l’utilisation
du guide d’éducation nutritionnelle.
Il a été demandé aux animatrices d’apprécier le degré de leur compréhension par rapport à
chacun des cinq items formant la grille. Chaque item correspond à un principe pédagogique et
l’échelle de mesure se compose quant à elle de 5 degrés. Les résultats sont comme suit:
Préparation personnelle:
30% des éducatrices disent avoir compris ce principe, 57% bien compris et 13% très
bien compris;
Connaissances des besoins des femmes en éducation nutritionnelle:
33,3% déclarent avoir compris ce principe, 55,6% bien compris et 11,1 très bien
compris;
Planification des séquences de l’éducation nutritionnelle :
88,9% notent avoir bien compris ce principe, et 11,1% très bien compris;
Préparation des séquences de l’éducation nutritionnelle:
39% des animatrices soulignent avoir compris ce principe, 55,5% bien compris et
5,5% très bien compris;
Pilotage et animation des activités:
28,4% disent avoir compris ce principe, 68,9% bien compris et 3% très bien compris.
L’analyse de ces résultats fait apparaître qu’aucune animatrice ne déclare avoir mal compris
ou pas compris chacun des items considérés dans la grille d’évaluation. Comparés aux
données et informations recueillies dans la première grille et analysés précédemment, ces
résultats viennent confirmer que les principes pédagogiques régissant le guide ne posent pas
de difficultés particulières au niveau de la compréhension. En revanche, il convient de
souligner que les difficultés résident surtout dans la mise en pratique de ces principes; c’est à
dire au niveau didactique.
II-2-4-5. Appréciation du degré de satisfaction des sessions de formations organisées au
profit des animatrices.
Une troisième grille a été administrée pour apprécier chez les animatrices le niveau de leur
satisfaction quant aux formations sur le guide d’éducation nutritionnelle dont elles ont
bénéficié. La grille se compose de 8 items et l’échelle d’appréciation est de 4 degrés et les
résultats obtenus sont regroupés dans la figure n°II.1.
Ces graphiques montrent que:
le degré peu satisfaisant est enregistré aux items «se sentir encouragée à partager cette
expérience», «qualité des locaux de formation» et «durée de la formation». Ce degré
est 11,1% pour les deux premiers items et de 55,6% pour le troisième;
le degré assez satisfaisant est de 11,1% pour les items «qualité de l’accueil», « qualité
de l’animation» et «composition de groupes». Pour les autres items les valeurs du
degré de satisfaction exprimées varient entre 11,1% pour «la qualité de l’accueil»,
21
22,2% pour «la durée de la formation» et 66,7% pour «la formation a-t-elle répondu à
ses attentes?»;
le degré très satisfaisant, quant à lui varie entre 22,2% et 88,9%. Ces valeurs ont été
accordées respectivement aux items «durée de la formation» et «qualité de
l’animation»;
l’item «niveau de satisfaction globale» est sanctionné par des niveaux de 22,2% assez
satisfaisant et 77,8% très satisfaisant.
11,1% des animatrices ont affirmé être peu satisfaits quant à leur disposition à
partager l’expérience; une appréciation de la même valeur concerne la qualité des
locaux de formation; alors que 55,6% des interviewés jugent la durée de formation
comme étant très peu satisfaisante.
22
Figure II-1 : Appréciation des animatrices quant au degré de leur satisfaction des
sessions de formations dont elles ont bénéficié.
Clareté du contenu
Niveau de satisfaction
Niveau de satisfaction
Méthodes et supports utilisés
4
3
2
1
0
20
40
60
4
3
2
1
0
80
20
40
Durée de la form ation
Niveu de satisfaction
Niveau de
satisfaction
Qualité de l'anim ation
4
3
2
1
20
40
60
80
4
3
2
1
100
0
20
3
1
40
3
1
60
0
20
Effectif (%)
Niveau de
satisfaction
Niveau de
satisfaction
3
2
1
40
60
Effectif (%)
1: Très peu satisfaisant
3: Satisfaisant
60
80
100
80
100
Appréciation globale
4
20
40
Effectif (%)
Com position du groupe
0
60
Qualité de l'acceuil
Niveau de
satisfaction
Niveau de
satisfacton
Qualité des locaux
20
40
Effectif (%)
Effectif (%)
0
80
Effectif (%)
Effectif (%)
0
60
80
100
4
3
2
1
0
20
40
60
Effectif (%)
2: Peu satisfait
4: Très satisfaisant
23
II-2-4-6. Synthèse globale des sessions de formations assurées aux animatrices
Items
Compréhension des
attentes et des objectifs de
la formation
Réussi
Méthodes et supports
didactiques utilisés
X
Faiblement réussi
X
Partage de l’expérience
Clarté du contenu de cette
session
Moyennement réussi
X
X
Durée de la formation
X
Qualité de l’accueil
X
Qualité des locaux
X
Qualité de l’animation
X
Composition du groupe
X
Votre niveau de
satisfaction globale
X
L’analyse de ces résultats fait apparaître un bon niveau de satisfaction globale chez les
animatrices ayant suivi les sessions de formation. Néanmoins, concernant l’item «durée de la
formation», le résultat obtenu est accablant puisque 55,6% des animatrices le déclare peu
satisfaisant. En effet, la durée consacrée à la formation des animatrices était insuffisante. Les
formateurs ont utilisé une grande partie de l’enveloppe horaire prévue à initier les
participantes aux contenus, aux connaissances de base liées à la nutrition. La présentation et
l’explicitation des modalités d’utilisation du guide n’ont occupé qu’une faible portion du
temps imparti à la formation.
II-2-5- Analyse du programme de sensibilisation auprès des bénéficiaires du programme
de l’éducation nutritionnelle.
Conformément à la note méthodologique, les consultants ont conduit sur le terrain des
entretiens avec les bénéficiaires afin d’évaluer le programme de l’éducation nutritionnelle.
Le programme initialement établi n’a prévu que les bénéficiaires du site de Cherrafate pour
cette opération. Mais après l’entretien effectué avec elles et l’analyse de ses résultats Ŕjugés
limités et insuffisants- il a été décidé de procéder à une collecte de plus d’informations qui
permettraient de mieux cerner l’effet de la sensibilisation en éducation nutritionnelle sur les
24
bénéficiaires. Pour remédier à cette situation, l’association ASBI a organisé deux autres
sorties dans les sites de Tazia et de Nefzi.
La collecte des données a été réalisée à travers une grille d’évaluation (grille n° 7 en annexe
IV).
Cette grille concerne l’appréciation du degré de compréhension et d’appropriation des
principes décrits dans le guide et des outils didactiques et pédagogiques utilisés lors des
séances de sensibilisation à l’éducation nutritionnelle conduites par les animatrices.
II-2-5-1. Identification des bénéficiaires ; lieux de sensibilisation et conditions du travail
des animateurs
La collecte des données a concerné un échantillon de 26 personnes regroupées en 3 focus
groups: 14 bénéficiaires du programme de l’éducation non formelle et 12 mères des enfants
du préscolaires communautaire et bénéficiaires du programme d’alphabétisation.
Toutes les bénéficiaires interviewées habitent dans le territoire de la province de
Chefchaouen. Elles sont réparties selon leur résidence dans les douars de Cherrafate
(commune rurale de Bni Derkoul) et de Nefzi (commune rurale de Zoumi) situés
respectivement à 40 km au Nord, et à 45 km au sud de la ville de Chefchaouen.
Toutes les séances de formation se sont déroulées dans des établissements du
préscolaire où exercent les animatrices du programme de l’éducation nutritionnelle.
L’âge moyen des femmes issues du programme d’alphabétisation est de l’ordre 32,5
ans et celui des femmes issues du programme de l’éducation non formelle est de
l’ordre de 18,4 ans.
Chaque femme a bénéficié en moyenne de 4 séances de formation.
II-2-5-2. Synthèse des résultats
Les femmes bénéficiaires connaissent la définition de l’alimentation équilibrée;
Les besoins alimentaires selon l’âge, le sexe et l’activité exercée sont bien assimilés.
Certaines femmes ont des difficultés à apprécier les besoins de la femme allaitante;
L’association de groupes d’aliments pour préparer des repas équilibrés est
généralement bien maîtrisée;
Le rôle des aliments et les problèmes de santés liés aux carences alimentaires sont
moyennement maîtrisés. Par exemple, elles ne connaissent pas la vitamine A ni son
rôle ni les aliments riches en vitamines. Un effort particulier est à fournir pour
expliquer le rôle des micronutriments avec des outils didactiques et pédagogiques
appropriés.
La majeure partie des femmes interrogées ignorent les aliments fortifiés où en ont des
connaissances confuses ;
Elles ont de bonnes connaissances en matière de nutrition et alimentation ;
Le rôle de l’allaitement maternel est en général bien compris. La durée de
l’allaitement maternel exclusif est connue ;
La majorité des bénéficiaires interrogées ont une excellente impression sur la
sensibilisation aux problèmes liés à l’alimentation et à la nutrition ; par exemple le
goitre, l’anémie, etc.
25
L’apport de la sensibilisation dans la préparation de repas équilibrés est très
important ;
Les femmes sont assoiffées de savoir ; elles en veulent davantage et avec qualité;
Les bénéficiaires du programme de formation ont acquis des connaissances suffisantes
en ce qui concerne les bonnes et les mauvaises habitudes alimentaires ;
Elles préfèrent l’école du douar, comme lieu de la formation ;
Elles sont disposées à consacrer 1 à 2 heures par semaine pour ces séances de
sensibilisation à condition qu’elles se déroulent durant les après midi ;
Elles proposent d’utiliser des moyens audiovisuels et des illustrations comme supports
pédagogiques ;
La préparation de repas équilibrés, en groupe, est aussi un des souhaits exprimés par
les femmes bénéficiaires ;
Elles veulent, à travers ces séances, apprendre à préparer de nouvelles recettes
culinaires nutritives pour elles et pour leurs familles.
En conclusion, ces résultats reflètent l’intérêt accordé par les femmes interviewées au projet
d’éducation nutritionnelle aussi bien pour l’accès à une meilleure connaissance des notions
nutritionnelles qu’au transfert des savoirs acquis dans les pratiques alimentaires et culinaires.
Elles sont disposées à consacrer deux heures par semaine au projet tout en exigeant d’être
concertées dans la planification, le choix des sujets à traiter et la programmation des séances
de sensibilisation.
Par ailleurs, les femmes concernées recommandent d’une part, d’intensifier les séances de
sensibilisation et son élargissement afin de mieux répondre aux besoins diversifiés de la
population cible et d’autre part, une meilleure conduite de la sensibilisation. A ce sujet, la
communication des connaissances et savoir-faire passe inéluctablement par le recours à une
animation étayée par des supports multiples, variés et adaptés aux caractéristiques des
bénéficiaires et aux spécificités socioculturelles du milieu. Des illustrations iconiques, des
moyens audiovisuels, des apprentissages en situations concrètes et réelles… sont évoqués
pour simplifier davantage l’appropriation des connaissances et savoirs nutritionnels ainsi que
leur mise en œuvre dans les pratiques alimentaires.
26
III- Vers une stratégie de généralisation
de l’utilisation du guide nutritionnel
Le diagnostic de l’existant a porté sur plusieurs dimensions du projet et s’est adressé aux
acteurs principaux ayant participé de près ou de loin à la réalisation de ce projet.
Les dimensions étudiées sont :
le guide lui-même dans ses composantes scientifiques, pédagogiques et didactiques;
les situations dans lesquelles le guide a été utilisé;
la façon d’utiliser ces situations dans des sessions de sensibilisation et de formation;
les conditions matérielles et organisationnelles dans lesquelles les sensibilisations ont
eu lieu.
La collecte des données a été faite auprès :
des responsables centraux des ministères de la santé et de l’éducation nationale;
des délégués provinciaux de l’éducation nationale, de la santé et de l’entraide
nationale;
des proches collaborateurs de ces délégués;
des responsables de la société civile;
des animatrices des sessions de sensibilisation et les élaborateurs du guide;
des femmes bénéficiaires.
Ces différents acteurs ont participé à deux niveaux:
celui d’aider au diagnostic du guide de l’éducation nutritionnelle et de la façon dont il
a été utilisé;
celui de participer par leurs propositions à la stratégie de généralisation.
La réponse à la première préoccupation a été faite au chapitre des résultats. Dans ce qui suit,
l’accent sera mis sur l’analyse des propositions pouvant contribuer à la généralisation du
guide nutritionnel. Pour ce faire, rappelons les questions de base posées à ces acteurs. Ces
questions sont :
Quelles sont vos impressions sur le projet de « l’éducation nutritionnelle » dans son
ensemble?
Auriez-vous une idée sur le nombre de bénéficiaires dans la phase de généralisation?
Jusqu’à quel point un projet de ce genre contribuera-t-il à la lutte contre les
déperditions et l’abandon scolaire?
Jusqu’à quel point un projet de ce genre contribuera-t-il à améliorer la santé des
enfants et des femmes?
Quelle peut être la contribution de votre département dans la généralisation du projet
sur les plans:
- des ressources humaines;
- des ressources financières;
- de la formation des ressources humaines.
27
Comment pensez-vous qu’il sera possible de généraliser ce projet?
Comment voyez-vous le rôle du monde associatif dans cette généralisation?
Avez-vous d’autres remarques utiles pour le développement du projet?
III-1-Au niveau du guide lui-même
L’analyse du guide de l’éducation nutritionnelle a révélé des anomalies et a permis de cerner
les améliorations à apporter au guide sur les plans scientifiques, pédagogiques et didactiques
avant de procéder à sa généralisation. Celles-ci concernent la précision et l’actualisation des
notions de nutrition véhiculées par ce guide (voir copie du guide dans sa nouvelle forme Ŕ
annexe I). Quant aux aspects pédagogiques et didactiques la recommandation à ce niveau
porte davantage sur la simplification des procédures et des démarches, et surtout l’adaptation
de l’acte pédagogique à la réalité sur le terrain et aux profils des animatrices et des
bénéficiaires. D’autant plus qu’une généralisation de ce guide suppose un tirage de milliers
d’exemplaires pour répondre aux besoins identifiés ; ce qui recommande l’apport de
simplifications tant sur la forme que sur le fond afin d’éviter que son coût ne soit un handicap
majeur.
Néanmoins une révision du guide, tant sur la forme que sur le fond devrait être assurée avant
cette opération de tirage. Au niveau du fond, les consultants ont proposé un réaménagement
des contenus qui prendrait en considération les améliorations portant aussi bien sur
l’actualisation des informations que sur le redressement de quelques erreurs révélées dans la
partie théorique (annexe I). Au niveau pédagogique et didactique, il serait utile d’insérer
d’autres activités traitant différents problèmes intrinsèques au milieu rural tels que la
protection de l’environnement, l’hygiène du milieu, l’hygiène buccodentaire, la vaccination…
En outre et pour faciliter la communication avec les femmes adultes et les impliquer
davantage au processus d’apprentissage, la partie «jeux éducatifs» ainsi que les supports
utilisés devraient être enrichis. Enfin, il faudrait procéder à la préparation d’un module de
formation susceptible de mieux répondre aux spécificités des animatrices tout en prévoyant
une durée suffisante pour le développement du professionnalisme de leurs interventions.
III-2-Au niveau des ressources humaines et leur formation
Les trois départements visités disposent de ressources humaines pouvant contribuer largement
à la généralisation d’un projet qu’ils considèrent très important. Cependant, la formation de
ces ressources doit faire l’objet de contributions diverses sur le plan des contenus et de la
logistique. Choses qu’ils ne peuvent pas assurer par manque de ressources et de budget
spécial à ce genre de projet. Les structures de formation dont disposent les trois départements
seront mis à la disposition du projet. Cependant, le rôle de la société civile, quand elle est
active, demeure fondamental.
S’agissant de la formation, les responsables de la mise en œuvre du guide affirment avoir
rencontré diverses difficultés quant à une meilleure qualification des animatrices. Ces
difficultés peuvent être présentées comme suit:
Le temps très limité consacré à cette formation (une moyenne de 5 jours par
animatrice) a été justifié par des considérations financières. En effet, toutes les
formations ont été organisées dans la ville de Chefchaouen, alors que toutes les
28
animatrices concernées résident en milieu rural. Les frais de leur prise en charge
(hébergement, nourriture et déplacement) ont limité le champ de manœuvre des
organisateurs pour dispenser une formation de qualité. Ceci les a contraints à adopter
un programme très chargé, voulant répondre à la fois aux besoins des bénéficiaires
quant à l’appropriation des connaissances de base et savoir scientifique liés à la
nutrition et aux modalités pédagogiques et didactiques préconisées pour l’utilisation
du guide;
Il faudrait ajouter à ce problème, le niveau scolaire et intellectuel modeste des
animatrices bénéficiaires dont la plupart a quitté les études sans avoir le baccalauréat.
Vu ces contraintes de moyens affectant la durée de formation, la programmation adoptée ne
pouvait suffisamment initier les bénéficiaires aux savoirs procéduraux, aux techniques
d’animation de groupes et de communication avec les adultes analphabètes.
Par ailleurs, un accompagnement nécessaire à la mise en pratiques des contenus des
formations dispensées, en situations réelles de sensibilisation, n’a pas été assuré à cause des
limites des ressources humaines et matérielles de l’association.
Pour remédier à cette problématique, il s’avère utile de mettre en place une stratégie de
formation appropriée dont les principaux éléments sont:
le recyclage des formateurs disponibles pour approfondir leurs savoirs notionnels en
matière de nutrition et d’alimentation;
le renforcement des équipes provinciales pour l’implication d’autres ressources à
recruter auprès des structures de l’Education, la Santé, l’Entraide Nationale,
l’Agriculture, la Jeunesse et Sport et la société civile; cette proposition permet de
remédier à la mobilité du personnel opérant en milieu rural;
la prévision d’un programme de formation composé de deux unités distinctes et
complémentaires présentant:
 un menu de 18 heures pour la consolidation et l’appropriation des connaissances
scientifiques de base liées à la nutrition et à la problématique de l’alimentation ;
 un menu d’une durée de 30 heures pour l’exploration du guide, d’initiation aux
démarches, techniques d’animation des groupes et de communication avec les
adultes, confection et utilisation des supports didactiques, travaux pratiques.
III-2-1 Formalisation du processus de formation
Un renforcement et une qualification des ressources humaines requises pour la sensibilisation
à l’éducation nutritionnelle, devront être conduits par le biais d’un plan de formation
progressif dont les principales composantes peuvent être déclinées comme suit :
Formateurs provinciaux
Formation des membres de l’équipe provinciale chargée de piloter le projet au niveau de
chaque province retenue pour être bénéficiaire du projet. Cette équipe devrait être composée
des formateurs pédagogiques des secteurs de l’Education, de la Santé, de l’Entraide Nationale,
de la Jeunesse et Sports et des animateurs confirmés de la société civile. L’effectif de chaque
équipe variera en fonction de la géographie et de l’étendue de la zone d’intervention. Nous
proposons 3 cadres pour chacun des cercles composant le territoire de la province. Sachant
que les secteurs de l’Education, de la Santé et de la société civile seront plus représentés que
les autres pour des raisons de compétence et de disponibilité.
29
Equipes relais ou de proximité
Une équipe, composée des professionnels de la santé et de l’éducation et des
animateurs exerçant sur les lieux d’intervention et des animateurs locaux des
associations dynamiques, devra être installée au niveau de chaque cercle administratif,
ou circonscription sanitaire. Les membres de cette équipe seront formés par les
formateurs provinciaux. C’est à elle qu’il viendra d’encadrer et d’accompagner les
éducateurs chargés d’animer les bénéficiaires dans les centres et structures
socioéducatifs se trouvant aux douars concernés par la sensibilisation.
Les animateurs et éducateurs
Ceux-ci sont à recruter, en priorité parmi les éducatrices de l’enseignement
préscolaires, les animatrices de l’alphabétisation ou les jeunes filles ayant abandonné
leur scolarité au moins au niveau de l’enseignement secondaire. Les enseignants et les
animateurs de la société civile sont également à mobiliser pour répondre aux besoins
en sensibilisation. Il est important que les animateurs et les animatrices choisies soient
résidents dans les lieux accueillant les séances de sensibilisation à l’éducation
nutritionnelle et acceptés par les bénéficiaires.
Les formateurs locaux auront la charge de qualifier ces différents opérateurs et de les
accompagner dans le processus de sensibilisation.
Le comité d’appui et d’orientation
Un comité composé des premiers responsables provinciaux des secteurs impliqués,
précités, devrait être constitué au niveau de chaque province faisant partie de la zone
d’intervention du projet. C’est à ce comité qu’il revient de définir les stratégies à
adopter quant à l’identification des populations à cibler, à la détermination des
objectifs du projet et à la qualification des ressources humaines requises pour
l’exécution du processus de sensibilisation à l’éducation nutritionnelle et d’assurer le
suivi et l’évaluation.
Pour réussir sa mission qui consiste à lancer une réflexion sur le processus de
sensibilisation et de l’institutionnalisation progressive du projet dans les systèmes, les
méthodes et les pratiques des secteurs impliqués, l’installation des mécanismes de
fonctionnement ainsi que les travaux de ce comité requièrent un appui technique et
matériel. Ceci doit être mis au point et géré de façon collégiale.
La gestion du projet
La gestion quotidienne du projet nécessite l’investissement des capacités humaines
formées sur le management et ayant pour tâche essentielle la gestion administrative et
financière du projet. Devant les contraintes en effectifs que rencontrent les services
extérieurs impliqués dans le projet, et la lourdeur des procédures dictées par la
hiérarchie et la bureaucratie du système étatique, l’affectation de cette fonction à une
association dynamique, dont les actions communautaires en matière de santé
notamment sont reconnues, est possible. Le comité d’appui et d’orientation peut
déléguer la gestion du projet par convention de partenariat étayée d’un cahier des
charges.
III-2-2 Le plan de formation
La structure chargée de gestion du projet devra élaborer un plan de formation et le présenter
au comité d’appui et d’orientation pour validation avant d’être mis en œuvre. Les objectifs et
contenus dudit plan sont évoqués dans le chapitre précédent. Quant au processus de
30
formation, il sera conduit en cascade de façon à faire bénéficier l’ensemble des personnels
impliqués. Il peut être schématisé comme suit :
Renforcement (en effectif) et consolidation (savoir notionnel
nutritionnel) de l’équipe de formateurs existants
Formation des formateurs provinciaux
Formation des formateurs au niveau de la circonscription
sanitaire
Formation des animateurs et animatrices
Animation des séances de sensibilisation des bénéficiaires
(groupes de 20 à 25)
La supervision du processus de la formation rentre parmi les tâches du comité d’appui et
d’orientation.
III-2-3 Accompagnement, suivi et évaluation de la formation
La concertation entre les membres du comité d’appui et d’orientation -soutenus par l’Unicef
et des experts en nutrition et des professionnels en matière de formation- devrait permettre la
mise en place des mécanismes signalés dans le chapitre précédent, fixer les modalités
pratiques de leur fonctionnement et définir en commun accord les outils de suivi. Ces outils
constitueront les éléments d’un système d’information permettant de communiquer
régulièrement les informations relatives au projet en aval et en amont et entre les différents
partenaires du projet.
Le chapitre III-4.2-4 ci-dessous schématise le canal de transmission desdites informations.
III-3-Au niveau des ressources matérielles
Les ressources matérielles constituent en fin de compte, l’élément déterminant dans la
généralisation du projet, c’est pourquoi une attention particulière doit y être apportée. Les
recommandations faites à ce niveau sont :
la mise en place d’un pilotage du projet doit être assistée techniquement et
financièrement par des organismes intéressés par les droits à l’éducation et à la santé
comme l’UNICEF, l’OMS pour garantir sa coordination et le fonctionnement de ses
mécanismes ;
L’arrimage du projet à l’enseignement préscolaire qui acquis une grande importance
dans le plan d’urgence du MEN, peut être très profitable aux enfants de bas âges ;
31
le projet peut acquérir une meilleure viabilité par son intégration dans les curricula
d’enseignement et de formation (dans sa composante régionale et locale et au niveau
de la formation des professeurs de l’enseignement primaire) ;
le projet ne peut se développer et continuer à exister que s’il figure dans les plans de
développement provinciaux et régionaux des différents départements concernés ;
pour assurer longue vie au projet, il doit nécessairement être arrimé aux grands projets
de développement du pays (l’INDH, le Maroc vert, MEDA, etc.) ;
la mise en œuvre d’un système de suivi et évaluation est nécessaire pour collecter
toutes les données et suivre les indicateurs objectivement vérifiables.
III-4-Sur le plan de la démarche et ses modalités d’exécution
III-4.1- Démarche
Même si le projet rencontre une grande audience auprès de ces responsables, sa généralisation
ne doit pas être automatique. Après cette expérimentation, une phase d’extension est
nécessaire afin de mieux affiner les outils, roder la démarche et convaincre plus par la qualité
des résultats et leurs impacts sur les femmes et les enfants. Cette extension se fera sur le plan
horizontal en augmentant le nombre des bénéficiaires dans les zones expérimentales et sur le
plan verticale en intégrant d’autres régions qui n’ont jamais utilisé le guide. Le choix de ces
nouvelles régions se fera en concertation avec les trois départements concernés auxquels
s’ajouteront d’autres départements comme, par exemple, celui de l’agriculture. La démarche à
préconiser doit nécessairement réserver une place importante :
au plaidoyer en faveur du projet;
à la mobilisation des partenaires;
à la planification stratégique des plans d’action;
à la formation des acteurs chargés de l’éducation nutritionnelle;
à la statistique et ses méthodes de collecte et de traitement;
à l’action associative;
à la communication autour du projet pour susciter l’adhésion de l’ensemble.
Ces dimensions doivent être étudiées de manière concertée et faire l’objet de plans d’action
régionaux spécifiques et différenciés.
III-4.2- Les mécanismes proposés pour la généralisation
III-4.2-1- Définition des objectifs de généralisation, critères et modalités
Compte tenu des résultats d’analyse des propositions et suggestions des personnes
interviewées au cours de cette consultation, il serait pertinent de procéder à une généralisation
cadrée par le découpage administratif et institutionnel du Royaume. L’unité province s’avère
alors une référence à adopter. Le choix de la zone de généralisation du projet éducation
nutritionnelle sera dicté par des critères liés à la mal nutrition affectant ses populations, et plus
particulièrement les femmes et les enfants du milieu rural. Un autre paramètre essentiel pour
32
cette opération réside dans l’engagement et la disposition des secteurs gouvernementaux
concernés à adhérer au projet ainsi que la présence d’associations dynamiques, militant pour
l’amélioration des conditions de vie de la femme et de l’enfant. Par ailleurs, un dispositif
provincial sensé régir et conduire le projet devrait être instauré en concertation entre les
services extérieurs socioéducatifs dépendant de l’état et les représentants des organismes
d’appui et ceux des associations de développement. Ce dispositif devrait donner lieu à un
comité de pilotage du projet au niveau provincial qui serait coordonné par la délégation
provinciale de l’éducation et de la santé. Outre ces modalités organisationnelles très
importantes, et l’appui de l’UNICEF et des autres agences de Nations Unies, il convient de
proposer quelques mesures à adopter en vue de réunir les conditions requises pour la bonne
marche du processus de la généralisation.
III-4.2-2- Structures socioéducatives locales; points relais avec les bénéficiaires
La formation étant la stratégie privilégiée de la généralisation, il convient de tracer un
processus permettant, par des mécanismes appropriés d’arriver à la sensibilisation des
communautés du milieu rural à l’éducation nutritionnelle. Ainsi, les structures préscolaires,
les écoles, les formations sanitaires, les centres d’éducation et de formations, les foyers
féminins, les centres dépendant des ONG locales et toutes autres structures engagées dans le
développement communautaire devraient être engagés dans cette dynamique. Les différents
centres de ressources et de documentation, les bibliothèques scolaires et publiques se trouvant
dans la zone d’intervention devraient être également intégrés au processus de formation et de
sensibilisation.
Les ressources humaines opérant ou utilisant l’ensemble des structures précitées seront, après
leur formation sur la nutrition et l’utilisation du guide, le pivot de démultiplication de la
formation et de la sensibilisation en matière de l’éducation nutritionnelle.
III-4.2-3- Management, suivi et évaluation
Les instances provinciales composant le comité d’appui et d’orientation, en concertation avec
les organismes soutenant le projet et les représentants des associations impliquées, devraient
concevoir et mettre en œuvre un système d’information permettant la communication
permanente entre les partenaires d’une part, et la collecte d’informations et données relatives
à l’exécution de la sensibilisation, d’autre part. Tous les points relais du processus devraient
être concernés par ce système afin d’en assurer une alimentation régulière et de bénéficier du
feedback des comités techniques.
Des réunions périodiques rassemblant les différents partenaires sont à prévoir pour des
réajustements nécessaires ou une réorientation éventuelle du projet.
Le tableau, ci-dessous, illustre les principales composantes du dispositif proposé pour la mise
en œuvre du processus de formation des ressources humaines susceptibles de conduire la
sensibilisation des bénéficiaires à l’éducation nutritionnelle
33
III-4.2-4- Schéma pour une stratégie de formation possible pour la généralisation de
l’éducation nutritionnelle
ORIENTATIONS
ET
PROGRAMMES
DEFINITION DES OBJECTIFS DU PROJET
Comité d’Appui et d’Orientation
- des buts et objectifs de formation
- des zones et publics bénéficiaires
- de la stratégie à adopter
Orientations,
mobilisation, formation,
réajustements.
Evaluation des
séances de la
sensibilisation
Suivi et évaluation
- Services Extérieurs
- Comité composé de délégués
provinciaux de l’Education, de la
Santé, et de l’Entraide Nationale,
- Organismes d’appui
- Société civile.
STRUCTURES PEDAGOGIQUES
- intégration de l’éducation nutritionnelle
dans les programmes de chaque service ou
structure
- élaboration des plans de formation
- implantation des mécanismes de transfert
- mobilisation des ressources humaines
(formation des formateurs) et matérielles
(frais de formation, équipements…)
Suivi et appui de la
sensibilisation
- Comité technique provincial
composé de chefs de bureaux
pédagogiques, de formation ou de
coordination de projets
(présence d’experts de formation et de
nutrition sollicitée)
- Secrétariat projet Education
Nutritionnel à assumer à tour de
rôle.
Accompagnement,
feedback.
EXECUTION TRANSFERT
MISE EN
ŒUVRE
- messages de sensibilisation aux
communautés de la ZI sur les problèmes
liés à la nutrition
- savoirs et savoir-faire requis pour
consolider les habitudes alimentaires des
bénéficiaires et pour corriger les mauvaises
- informations sur les résultats atteints aux
structures provinciales en charge du projet.
- Animateurs des structures
socioéducatives se trouvant dans les
localités de la zone d’intervention
(centres de santé, écoles, centre
d’éducation et de formation, foyers
féminin, unités préscolaires, sièges
des ONG offrant des services…)
La conduite stratégique du programme consistera alors à saisir des opportunités, internes et
externes et à créer autour du projet des conditions propices à l’engagement des intervenants
et des bénéficiaires.
Pour réussi la conduite d’une telle démarche, il convient :
de bien connaître l’environnement: les acteurs, les partenaires, les tutelles, les
politiques sociales et législatives;
d’analyser la situation, d’en tirer les objectifs prioritaires, de se fixer les moyens et
les modalités requises pour la mise en œuvre, le système de suivi et d’évaluation;
de mobiliser les ressources humaines et financières;
de suivre et d’évaluer le fonctionnement du dispositif de formation et de
sensibilisation.
Dans cette optique, l’objectif de la stratégie est de réaliser une éducation nutritionnelle
qui modifiera les attitudes, les pratiques et les habitudes alimentaires de la population ciblée
par la formation et la sensibilisation.
34
III-4.2-5- Quelques points de repère pour l’estimation du coût de la généralisation.
Composantes
Frais de formation et de sensibilisation et sources
de financement
Fonds publics (budgets AREF alloués à la formation continue), dons,
contribution de la société civile ; subventions des conseils communaux,
provinciaux et régionaux, soutien financier des Agences des Nations
Fonds et patrimoine
Unies (Unicef, OMS, FNUAP…).
Espaces, locaux, équipements et ressources des structures appartenant
aux MEN, Santé, Entraide Nationale, ONGs et tout espace pouvant être
mis à disposition par d’autres secteurs et d’autres intervenants.
Equipes provinciales de formateurs : Professionnels de la santé, du
MEN, de l’Entraide Nationale, de la Jeunesse et Sports, de
l’Agriculture et des animateurs des associations. Pour des raisons de
Ressources humaines
disponibilité et de compétence, les tâches de supervision du processus
de formation et de qualification des ressources humaines provinciales
reviendraient aux inspecteurs pédagogiques.
Montage et équilibre budgétaires : en rapport avec la portée du projet
(nombre de bénéficiaires visés, nombre de formateurs, d’animatrices
impliqués dans le processus éducation nutritionnelle et prise en charge
des frais da la logistique (unités informatiques, mobilité des formateurs,
fournitures de formations et fongible)
Taux pour estimer le coût :
Expertise formation de formateurs et composition des équipes
provinciales de pilotage:
1000 DH/jour par expert pendant 12 jours
Formation de formateurs locaux et élaboration du plan de
formation :
Evaluation (Critères
d’estimation des besoins 350 DH/jour/formateur durant 7 jours
et budgétisation)
Formation des animateurs et animatrices :
200 DH/animateur/j durant 7 jours
Fourniture fongible par groupe de 20 pour 7 jours :
2400 DH
Sensibilisation et transfert :
70 heures X 20 DH par animatrice et par groupe de 25 femmes
sensibilisées
Guide Education nutritionnelle :
100 DH/animatrice et formateur, et par structure impliquée.
La prévision d’un montant équivalent aux 10% du coût total du projet
pour couvrir des dépenses imprévues.
Elaboré en fonction des objectifs quantitatifs et qualitatifs du projet de
Budget et rentabilité
chaque zone d’intervention, et selon les résultats attendus et l’utilité
Suivi et évaluation
qu’en retirent les bénéficiaires et la communauté ; le budget prévu à
cette fin doit être réaliste.
Bénévolat et implication des animateurs associatifs volontaires, appel au
Marge de manœuvre
volontariat ; appel au volontariat et aux entreprises citoyennes.
Recours au personnel qualifié des structures accueillant le projet, appui
technique des administrateurs et des agences des Nations Unies, mobilisation
des ressources disponibles sur les lieux, recours aux dispositifs des structures
Stratégie de management publiques pour l’appui technique du projet (accompagnement, suivi,
de la formation
évaluation).
La coordination du projet devrait être assurée par le comité d’appui et
d’orientation accompagné et soutenu par l’Unicef et les services
centraux. Cf. chapitre III.
35
III-4.2-6- Budgétisation pour la sensibilisation directe de 3000 bénéficiaires à l’éducation
nutritionnelle.
A titre indicatif, nous proposons un exemple de budgétisation pour la sensibilisation directe
de 3000 bénéficiaires à l’éducation nutritionnelle pour une province composée de 5 cercles
administratifs.
Nature de
l’activité
Composition du
comité d’appui et
d’orientation et
définition des
objectifs et
moyens
Formation des
formateurs
Formation des
membres des
équipes locales
Formation des
animateurs locaux
Sensibilisation des
bénéficiaires
Accompagnement,
suivi et évaluation
Résultats attendus
Responsable de
l’activité
1. Comité provincial chargé de
piloter le projet constitué de
membres représentant:
- la délégation de la santé (3)
- la délégation éducation (3)
- la délégation de l’entraide (2)
- de la société civile (3)
2. Mécanismes de conduite du
projet et modalités de
fonctionnement arrêtés
12 personnes formées sur
l’éducation nutritionnelle et
l’utilisation du guide
d’éducation nutritionnelle
Une équipe de 4 personnes
(MEN, Santé, EN et Société
Civile) formée sur l’éducation
nutritionnelle et l’utilisation du
guide
20 opérateurs par cercle :
(éducatrices du préscolaire,
animatrices des foyers
féminins, centres
d’alphabétisation, associations
villageoises)
3000 bénéficiaires sensibilisés
directement à l’éducation
nutritionnelle
Informations et données liées à
la mise en œuvre collectées
régulièrement, analysées et
utilisées pour le feedback et
l’évaluation.
Total
Coût estimatif
en DH
6 jours de formation
soit :
36000
36000
Unicef
Comité d’appui
et d’orientation
Experts
2 sessions:
3+5= 8 jrs
48000
- 20 p. X 2 sessions
(3j+5j) soit 160 jrs
Comité d’appui
160 x 150 = 24000
et d’orientation
- 5600 (formateurs)
- 5000 (fournitures)
- 20 X 5 anim X 8
jours soit 800 jrs
Comité d’appui 800 X 100 = 80000
et d’orientation - 19200 (formateurs)
- 9660 (fournitures)
70 hrs/bénéficiaire
Comité d’appui
70 X 20 X120
et d’orientation
168000
Comité d’appui
et d’orientation
Total en
DH
48000
34600
108860
168000*
2500 DH par cercle
12500
407960
Les cases en surbrillance représentent des montants à investir une seule fois par province.
Les autres montants correspondent aux budgets à mobiliser chaque année jusqu’à la sensibilisation des
publics ciblés au niveau de la province (exemple de public cible : mères des enfants du préscolaire ; femmes
suivant l’alphabétisation ; femmes en âge de procréer...).
Le coût du guide de l’éducation nutritionnelle devra être ajouté soit 100 DH par animateur engagé.
* Ce montant pourrait être mobilisé dans le cadre des programmes d’alphabétisation, de l’éducation non
formelle ou dans les programmes de développement humains…
36
IV- Conclusion générale
Le guide d’éducation nutritionnelle, conçu et élaboré par l’Association des Services de Base
Intégrés, avec le soutien de l’UNICEF et la participation d’un expert nutritionniste du
Ministère de la Santé, a été utilisé à Chefchaouen, puis dans d’autres provinces du Royaume
pour sensibiliser les populations aux dangers de la malnutrition et de la sous-nutrition tout
en les aidant à améliorer leurs habitudes et comportements alimentaires.
Après sa mise en œuvre, l’UNICEF a décidé de procéder à l’évaluation de ce guide, afin de
savoir comment il a été mis en pratique, ce qu’en pensent les différents organismes et
secteurs sociaux l’ayant déjà adopté et quelles seront les possibilités de sa généralisation.
D’où les trois objectifs principaux retenus pour cette évaluation :
évaluer l’incidence du guide nutritionnel sur les connaissances, les pratiques et
les attitudes alimentaires des acteurs clés et des bénéficiaires ;
définir le dispositif à adopter pour sa généralisation dans ces mêmes provinces
ainsi que dans d’autres régions et provinces du Maroc ;
préciser les conditions de l’institutionnalisation du guide et de l’éducation
nutritionnelle qu’il préconise.
Pour l’atteinte de ces objectifs et conformément aux termes de références et à la méthodologie
retenue, les consultants ont procédé à une investigation sur la base de différents outils de
collecte et d’analyse des données, afin de répondre aux questions principales suivantes :
jusqu’à quel point le guide de l’éducation nutritionnelle a eu des incidences
positives sur les acteurs principaux, plus particulièrement les femmes, visées par
le projet ?
quel dispositif est nécessaire pour la généralisation de l’éducation prônée par le
guide d’éducation nutritionnelle ?
dans quelles conditions l’institutionnalisation d’un tel projet est possible ?
Pour ce faire la méthodologie adoptée a permis :
d’analyser le guide sur les plans scientifique, pédagogique et didactique ;
d’identifier des catégories de personnes auprès desquelles les données sont
collectées ;
d’élaborer des outils d’investigation à l’adresse des responsables des
départements concernés, des élaborateurs du guide, des représentants de la
société civile, des animatrices et des femmes bénéficiaires ;
de se déplacer sur le terrain (Chefchaouen, Tanger et Larache) pour la collecte
des données ;
d’analyser et interpréter les données collectées ;
de rédiger le rapport de l’étude.
Synthèse des résultats de l’étude
L’analyse et l’interprétation des données et informations collectées, permettent de conclure aux
résultats les plus saillants présentés ci-dessous :
37
Au niveau du guide d’éducation nutritionnelle
Le guide, aussi bien dans sa structure que dans son contenu répond aux objectifs pour lesquels
il a été conçu et s’intègre parfaitement dans les activités de promotion de la santé et de
développement humain comme les programmes de l’alphabétisation, du préscolaire et de la
scolarisation en milieu rural.
Le contenu scientifique dans son ensemble est correct. Néanmoins, l’étude a révélé quelques
imperfections que les consultants ont corrigées. L’essentiel des améliorations apportées se
résume ainsi:
Révision de la partie théorique du guide en tenant compte des corrections,
d’actualisation des notions scientifiques comme le montre la version corrigée est
rédigée en arabe et figurant dans l’annexe I de ce rapport (les principaux
changements apportés concernent les chapitres 5, 7 et 8).
Simplification de certains passages du guide, pour les adapter au niveau scolaire
et intellectuel des éducatrices (les améliorations apportées concernent surtout la
forme et sont signalées dans l’annexe I).
Les autres améliorations, signalées ci-dessous, sont souhaitables afin de faciliter la
communication avec les bénéficiaires et le transfert des connaissances et savoir-faire visés :
amélioration des situations d’apprentissage pour les rendre plus proches du vécu
des bénéficiaires ;
les fiches pédagogiques correctes et bien conçues devraient être étayées par des
exercices pratiques de préparation de repas équilibrés ;
prévision d’outils d’évaluation des séances de sensibilisation ;
renforcement de l’action didactique par l’enrichissement des jeux éducatifs et
par l’intégration d’autres supports de démonstration et d’illustration.
Au niveau des ressources humaines
Etant le levier principal de la sensibilisation à l’éducation nutritionnelle, la formation doit
bénéficier d’un intérêt particulier dans la mise en œuvre du projet. Il s’avère donc utile
de mettre en place une stratégie de formation appropriée pour qualifier les ressources
humaines impliquées. Les principaux éléments de cette formation sont :
le recyclage des formateurs pour approfondir leurs savoirs notionnels en matière
de nutrition et d’alimentation ;
le renforcement des équipes provinciales pour l’implication d’autres ressources
dont dispose l’Education nationale, la Santé, l’Entraide nationale, l’Agriculture,
la Jeunesse et sport et la société civile ;
l’élaboration d’un programme de formation composé de deux modules distincts
et complémentaires présentant:
 un module de 18 heures pour la consolidation et l’appropriation des
connaissances scientifiques de base liées à la nutrition et à la
problématique de l’alimentation ;
 un module d’une durée de 30 heures pour l’exploration du guide,
d’initiation aux démarches, techniques d’animation des groupes et de
38
communication avec les adultes, confection et utilisation des supports
didactiques, travaux pratiques et fiches d’évaluation.
Au niveau des ressources matérielles et financières
Les ressources matérielles constituent un élément déterminant dans la généralisation du
projet. C’est pourquoi une attention particulière doit y être apportée. Les recommandations
faites à ce niveau sont :
la mise en place d’un pilotage du projet doit être assisté techniquement et
financièrement par des organismes intéressés par les droits à l’éducation et à la
santé comme l’UNICEF, l’OMS pour garantir sa coordination et le
fonctionnement de ses mécanismes ;
la viabilité du projet passe par son intégration dans les curricula d’enseignement
et de formation (dans sa composante régionale et locale et au niveau de la
formation des enseignants) ;
le projet peut mieux se développer et continuer à exister s’il figure dans les plans
de développement provinciaux et régionaux des différents départements
concernés ;
l’impression du guide, dans sa version améliorée, et sa diffusion aux acteurs et
structures impliqués doit être généralisée;
nécessité de motiver les animatrices et animateurs chargés de la sensibilisation
des bénéficiaires ;
la pérennité du projet sera assurée par son arrimage aux grands projets de
développement du pays (Plans de développement communaux, l’INDH, le
Maroc vert, MEDA, etc.) ;
la mise en œuvre d’un système de suivi et d’évaluation est nécessaire pour
collecter toutes les données et suivre les indicateurs de réalisation.
Au niveau de la possibilité de généralisation du projet
Les trois départements consultés ont manifesté leur ferme intention d’adhérer au projet. Ils
sont prêts à mettre leurs ressources humaines à la disposition de la généralisation de
l’éducation nutritionnelle au sein de leurs structures de tutelle. Mais pour qualifier ces
ressources, les représentants de ces départements demandent un appui financier à la mise en
œuvre du processus de formation, car ils ne disposent pas de budget susceptible d’être
mobilisé pour la mise en œuvre du projet. En revanche, les structures dont ils disposent y
seront impliquées. Les associations dynamiques peuvent également jouer un rôle fondamental
aussi bien au niveau des ressources humaines que matérielles.
Services extérieurs, société civile et Organismes nationaux et internationaux doivent
conjuguer leurs efforts respectifs pour réunir les conditions matérielles, humaines et
logistiques requises pour une généralisation progressive et réussie du projet. Les éléments
proposés pour cette généralisation et sa mise en œuvre sont présentés en détails dans le
chapitre III.
39
V- Annexes
Annexe I:
Annexe II:
Annexe III:
Annexe IV:
Annexe V:
Annexe VI:
Guide version arabe corrigée et actualisée
Synthèses des entretiens avec les acteurs clés
Liste des participants
Outils de collecte
Documents de références
Correspondances
40
Annexe I: Guide version arabe corrigée et actualisée
41
42
-1
Groupes alimentaires
4
------1
2
3
4
5
6
-7
Laits et dérives
1.1
Viandes, poissons et œuf
1.2
Viandes
-
50%
B3
B2
-
B12
80 %
100g
100 g
-
65 %
20 g
o
g
o
Poissons
D
Oeufs
E
D
B2
B1
A
1.3
Légumineuses et céréales
Légumineuses
% 65
60
% 24
5%
-
(Amidon)
18
1,5
-
Céréales
:
E
1%
%
B1
%80
o
o
72
:
-
:
o
%55
-
50
8%
:
o
75 %
72
12 %
10
1%
-
Riz
:
%77 %8 %1,7 Tubercules
44
%2
% 20
1.4
Légumes et fruits
Fruits
Légumes frais
-
100
% 90
80
C
C
1.5
Matières grasses
Huiles
Beurre et crème
D A
100
100
85
100 g
30 g
80
25 mg
D A
Margarine
Fruits secs
45
50% - 10 % 5% -
C
1.6
Produits sucrés et sucres
Sucre
Miel
Autres produits
bonbons
Eau
1.7
1,5
1,3 l
3l
46
-2
Nutriments rôles et sources
7, 6, 5
2.1
Rôles des nutriments
Energitique
Constructeur
Protecteur
Nutriments
2.1.1
2.1.2
2.1.3
Aliments
Energitiques
Constructeurs
(
Protecteurs
C
47
A
(provitamineA)
D


macronutriment
micronutriment
2.2
2.2.1
Macro nutriments
Glucides
.
.

% 60
50


Saccharose
Fructose
n
4 Kcal
Lipides
2.2.2
48

-
% 30

9 Kcal
1
2.2.3
Protéines


4
Kcal
1
2.2.4
Eau
70%
lymphe
60

- - - -
49
- - - 
87 %
-
90 %
0%
Fibres
2.2.5

-

.
2.3
Micro nutriments
2.3.1
Sels minéraux
Calcium
1

-
( Carence en Calcium )

50

-
D


-
12
-––
600 500
–––––
500 400
700 600
500 400
1200 1000
1200 100
Fer
(hémoglobine)
-
2,5

1,5
1
18 10

5%
20%
28
51

10-12
18-15
50 – 20
15 – 12
18 – 15

-
Iode
(glande thyroïde )

150
100

goitre

150
100

52
2
2.3.2
Vitamines
-
-
-
A, B, C, D, K, E
Vitamines hydrosolubles
B1
-
B1
B2
-
B2
B3
B9
B12
C
53
-
C
3
Vitamines liposolubles
A
A
-
A
D
-
D
D
E
-
Facteurs à influence sur les vitamines

-
A
A C



54
6
5
55
4
Alimentation équilibrée
10, 9, 8
4.1
Définition
-
Principes
-
Caractéristiques



55%
30%
15%
2/3

1/3

2/3
1/3
4.2
Alimentation de la femme enceinte ou allaitante
.
Allaitement
-
56
-
Influence des habitudes alimentaires sur la composition du lait
-
Besoins nutritionnels de l'allaitante
-
57
Petit déjeuner
Collation
Déjeuner
Goutter
Dîner
Collation
-
7
4.3
Alimentation de l'enfant
-
6
24
6
6 2
-
12
6
-
Objectifs de l'alimentation du nouveau-né
Principes
58
Conseils
8
12
6
-
59
5
Equivalences nutritionnelles
10, 9, 8
5.1
Définition
C
5.2
Exemples

2
1

14
100
75

40
100
20

60
6
Circuit des aliments
3
6.1
-
6.2
-
61
7
Troubles nutritionnels
12
7.1
Maladies de carences
Anémie
Goitre
22 %
-
1993
12 6
Rachitisme
D
14
% -
D
AvitaminoseA A
A
41 %
1996
A
9
Marasme
Kwashiorkor
-
2003/2004
62
9% 8% 18 %7.2
Obésité
L2
M
lndice de Masse Corporelle : IMC= M / L2
IMC
<18.5
18.5-25
>25
:
IMC=17,78
IMC=25,39
1,50
1,60
40
65
-
-
63
8
Maladies en relation avec la nutrition
12
8.1
Diarrhée
Conséquences des diarrhées
Prise en charge
-
10
Obesité
8.2
Cancer
64
9
Hygiène et habitudes alimentaires
14, 13, 11
9.1
Attitudes alimentaires
9.2
Hygiène corporelle
Mains propres
Hygiène bucco-dentaire
9.3
Cuisine propre
9.4
Hygiène alimentaire
Règles de base
60°C
-
65
Annexe II: Synthèses des entretiens avec les acteurs clés
Annexe IIa :
Synthèse des entretiens avec les responsables ministériels et leurs proches collaborateurs
Annexe IIb :
Synthèse des entretiens avec les animatrices des sessions de formation du programme de
l’éducation nutritionnelle
Annexe IIc :
Synthèse des entretiens avec les femmes bénéficiaires du programme de l’éducation
nutritionnelle
66
Annexe IIa
Synthèse des entretiens avec les responsables ministériels
et leurs proches collaborateurs
67
LES QUESTIONS
1-Quelles sont vos impressions sur le
projet «l’éducation nutritionnelle» dans son
ensemble ?
LES ELEMENTS DE REPONSE
 Projet très important et permet de répondre aux besoins de la
population en matière d’éducation nutritionnelle ;
 Projet important d’autant plus qu’il intègre la dimension
nutritionnelle locale
 il faut encourager et enrichir une telle démarche
 Comme expérience nouvelle, il y a certainement des imperfections
et des manquements
 Il faut revoir la présentation (séance éducative), il faut qu’elle soit
légère (plus vulgarisée) pour qu’elle soit plus accessible
intellectuellement. Cependant, le contenu est très intéressant
 le projet s’est basé sur le terrain pour être élaboré
 le guide n’a pas été élaboré uniquement par des enseignants ou
inspecteurs mais par une alliance
 il vise la femme par différents canaux
 il y a la demande sur le terrain qui est très forte
 Les limites : relâchement de l’action, non médiatisé, pas de
plaidoyer, pas de diffusion.
 Dans la formation au niveau du primaire, manque le côté santé et
manque d’intérêt pour la nutrition, il faut une initiation des
personnes en charge du domaine de la pédagogie
 Au niveau de l’académie qui est parmi les cibles principales, le
guide vue seulement une fois






2-Auriez-vous une idée sur le nombre de
bénéficiaires dans la phase de
généralisation ?






3- Jusqu’à quel point un projet de ce genre
contribuera-t-il à améliorer la santé des
enfants et des femmes ?



4-Jusqu’à quel point un projet de ce genre
contribuera-t-il à la lutte contre les
déperditions et l’abandon scolaire ?


135 367 Femmes en âge de procréer dont 80 404 femmes mariées
au niveau de Chaouen ;
L’ensemble des enseignants ;
Toutes les animatrices qui travaillent avec les femmes.
Le nombre de bénéficiaires sera de 7000 à 8000 (lutte contre
l’analphabétisme), (Larache)
Les enseignantes du MEN constituent 60% du corps enseignant,
ce qui fait un total de 3840 enseignantes
Les ONG, il y a 40 associations qui sont actives dont 4 concernent
spécialement les femmes. Une association des enfants de
l’immigration (300 enfants), une association des enfants de la rue
(DARNA), Association pas d’enfants sans toit (23 enfants
scolarisés). Les ONG sont très développées à Tanger
Institut national de l’Action Sociale (INAS), il implique la
délégation dans toutes ses actions
Information, via la radio, média et presse, environ 400.000
personnes.
Futurs formateurs ou intervenants : 3 niveaux
* Inspecteurs : 100 personnes
* Médecins chefs santé : 30 personnes
* Educatrices : 200 femmes
Pour les ONG : 7 très actives (choisir les bonnes ONG)
Club santé (40 dynamiques)
Projet très important permettant de réduire la mortalité maternelle
et infantile ;
Projet permet de lutter contre les carences en micronutriments ;
Projet permet d’améliorer l’état nutritionnel de la population en
général et celle des femmes et des enfants en particulier.
Projet pouvant inciter à la scolarisation des enfants : taux actuel
scolarisation est de 84% au niveau de Chaouen.
La santé de l’enfant, sa nutrition, l’éloignement de l’école, le
problème culturel (le père refuse d’envoyer sa fille à l’école même
si on résout le problème économique)
On peut faire le lien si on s’intéresse à la santé de l’enfant et à son
bien être. Ce projet va contribuer à l’amélioration de la santé de
68
l’enfant, à a performance dans l’école qui va l’amener et
l’encourager indirectement à poursuivre ses études
 Au niveau du primaire il y a beaucoup d’abondons à cause de
l’isolement des enfants, ce projet peut améliorer le bien être de
l’enfant et l’amener à s’intégrer à et s’imposer dans le groupe pour
qu’il ne soit plus isolé.
 Projet permet de lutter contre l’abandon scolaire qui est
actuellement de 3%
 Il y’a 3000 abondons scolaires chaque année (Tanger)
 Causes sociales et économiques
 Parmi ces abandons 30 à 40% sont liés à la santé
Ressource humaine et ressource financière:
Il faut lui créer un espace dans le curriculum de la délégation
Il ne faut pas qu’il rentre dans une spécificité, Il faut lui donner un
caractère national
Activité socioéducative: exemple club nutrition tel que club santé,
club pédagogique.
5-Quelle peut être la contribution de votre
département dans la généralisation du
projet sur les plans :
-des ressources humaines
-des ressources financières
-la formation des ressources
humaines
Partenariat :
Une alliance c’est difficile; une simple note est suffisante.
Encrage du projet dans nos objectifs et dans nos actions
institutionnalisées avec des partenaires étrangers, Belgique,
UNICEF,..
Viabilité
La viabilité d’un tel projet dépend de son encrage dans les
objectifs et dans les actions institutionnalisées
Il y’a des atout dans les ressources humaines :
 Les inspecteurs
 Les enseignants…
 Les clubs, qui ont leur base et qui sont prêt
à participer
Besoin de locaux pour les activités para scolaires, centre
d’environnement USBT
Il y a les atouts : FNUAP-UNICEF…





6-Comment pensez-vous qu’il sera
possible de généraliser ce projet ?













Le projet doit être adopté au niveau communautaire ;
Implication de tous les secteurs concernés ;
Mettre en place un système de suivi et évaluation de ce projet au
niveau de toutes les étapes de mise en œuvre.
Institutionnaliser la formation basée sur le guide de nutrition ;
Mettre à la disposition des départements intéressés toute la
logistique nécessaire pour la mise en œuvre du projet ;
Adapter le guide en fonction des habitudes alimentaires locales
La généralisation, elle doit être progressive, prudente, testée dans
une délégation (nord, centre et Sud Maroc, pour pouvoir
comparer)
Avant le test, il faut la formation, c’est une spécialité
andragogique et faire un transfert didactique
Il faut toucher les structures qui travaillent avec les femmes
Le sésame de réussite, c’est les inspecteurs, outil fonctionnel et
non une note (un catalyseur, suivi et évaluation).
Formations des inspecteurs
Implication de l’inspecteur entraîne valorisation de l’inspecteur
Il faut s’appuyer sur l’existant
Un scénario pour l’urbain
Un scénario pour le rural (plus compliqué)
Il faut s’appuyer sur la famille
Projet d’établissement
Ramener la famille vers l’institut
69









7-Comment voyez-vous le rôle du monde
associatif dans cette généralisation ?





8-Avez-vous d’autres remarques utiles
pour le développement du projet ?







Agir au niveau des centres préscolaires
Agir sur les habitudes alimentaires
Impliquer le CFI et le CPR
Domicilier le projet au niveau de la vie scolaire
Régionalisation (Urbain, rural), monter de la base
Diversifier la formation en fonction des cibles, non pas
standardisée la formation
Note tripartite : importante dans la généralisation
Les associations peuvent jouer un rôle primordial dans la
généralisation de ce projet et peuvent aussi contribuer
financièrement (notamment au sud du Maroc) ;
Introduire des programmes de santé maternelle et infantiles dans
les plans d’actions de ces associations.
Deux strates : thématique (former les enseignants…) et travail de
proximité (indispensable, exemple ONG des femmes…)
L’INDH à faciliter la tache, il a fait le tri en gardant les bonnes
ONG, elles sont subventionnées ( DARNA, les enfants de
l’immigration..).
Le système de suivi est évaluation doit être normalisé ;
Mettre en place un comité multisectoriel au niveau local pour le
système de suivi et évaluation
Augmenter la durée de la formation des animatrices (05 jours
minimum) ;
Prévoir une étude d’impact de ce projet ;
Réviser les fiches pédagogiques et les fiches d’animation en
fonction des cibles ;
Intégrer ce guide dans l’enseignement primaire.
(1h30mn/semaine)
Réfléchir à un système de motivation des animatrices ;
Sensibiliser avant de commencer
Mettre en place un plan de communication
Pour le suivi du projet, mettre en place, des indicateurs simples et
mesurables
70
Annexe IIb
Synthèse des entretiens avec les animatrices des sessions de
formation du programme de l’éducation nutritionnelle
71
Grille 1
Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices dans
l’utilisation des fiches (n =9)
1
2
3
4
5
11,1
22,2
55, 6
11, 1
22,2
44,5
33, 3
77, 8
22, 2
11,1
55,6
33, 3
22,2
33,3
44, 5
Appréciation
Items
Introduction de
l’activité (IA)
(%)
Les moyens
didactiques (MD)
(%)
Déroulement de
l’activité (DA)
(%)
Le soutien
théorique (STh)
(%)
L’application de
l’activité (AA)
(%)
La grille 1 sera utilisée dans le cas des animatrices
Pour faciliter le remplissage de cette grille, on utilisera une échelle de valeur allant de 1 à 5 selon le barème suivant :
1
très grande difficulté dans l’utilisation de l’item
2
assez grande difficulté dans l’utilisation de l’item
3
difficulté moyenne dans l’utilisation de l’item
4
assez grande aisance dans l’utilisation de l’item
5
très grande aisance dans l’utilisation de l’item
72
Grille 2
Propositions de changements par les animatrices
au niveau de leur formation
Items
Animateurs
Introduction de
l’activité (IA)
Les moyens
didactiques
(MD)
Déroulement de
l’activité (DA)
Le soutien
théorique (STh)
L’application de
l’activité (AA)
A1
A2
Autres jeux plus
éducatifs
A3
A4
Préparation
collective de
quelques plats
A5
A6
Illustrations de
cas dus au+
carences
Plus de temps
dans la formation
A7
A8
Simulation
Activités pratiques
Utilisation de
matériels audiovisuels
Enrichir le guide
Préparation de
repas équilibrés
A9
73
Grille 3
Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices des formations
dans l’application des principes pédagogiques décrits par le guide
I- Jusqu’à quel point les principes pédagogiques d’animation proposés ont été compris ?
Degré de compréhension
1
Très mal
compris
2
Mal
compris
3
Compris
4
Bien compris
5
Très bien
compris
Principe pédagogique
(1) La préparation personnelle de
l’animatrice (PPA)
(1.1) La maîtrise des objectifs et
de la portée de l’EN (%)
11
(1.2) L’actualisation de la maîtrise
des connaissances
scientifiques liées à l’EN (%)
(1.3) La compréhension de la
structure des fiches
d’activités et de leur séquentialité
(%)
22,2
(1.4) Maîtrise des principes de
base de l’andragogie (%)
44,5
(1.5) Maîtrise des techniques de
base d’animation des
groupes d’adultes (%)
55,6
(1.6) Connaître quelques éléments
de la psychologie
comportementale et de la
psychologie sociale (%)
33,3
(1.7) Connaître les attitudes et les
rôles de l’animatrice de l’EN
(%)
11,1
(2) La connaissance des besoins en
éducation nutritionnelle des
bénéficiaires (CBENB) (%)
(3) La planification des séquences
de l’éducation nutritionnelle
orientée vers les bénéficiaires
(PSENB) (%)
33,3
55,6
44,5
44,5
88,9
11,1
66,7
11,1
44,5
11
33,3
11,1
55,6
11,1
66,7
22,2
11,1
88,9
11,1
(4) La préparation des séquences
74
de l’éducation nutritionnelle
(PSEN)
(4.1) Les différents moments de
l’animation de l’EN (%)
(4.2) Les opérations dans la
préparation de l’activité (%)
33,3
66,7
44,5
44,5
11,1
(5) Pilotage et animation des
activités
(PAA)
(5.1) Les informations générales
(%)
100
(5.2) Les informations spéciales
pour la gestion du moment de
démarrage de l’activité (%)
33,3
66,7
22,2
87,8
33,3
66,7
55,6
33,3
(5.3) Les informations spéciales
relatives à l’animation du moment
de réalisation des apprentissages
(%)
(5.4) Les informations spéciales
pour la gestion du moment
d’objectivation et d’application
des acquis (%)
(5.5) Les informations spéciales
pour la gestion du moment
d’évaluation et de renforcement
des acquis (%)
11,1
75
II- Indiquer le ou les principe(s) à :
II.1- renforcer

La préparation personnelle de l’animatrice (PPA) : 100%

La connaissance des besoins en éducation nutritionnelle des bénéficiaires (CBENB): 100%

La planification des séquences de l’éducation nutritionnelle orientée vers les bénéficiaires (PSENB) : 100%

La préparation des séquences de l’éducation nutritionnelle (PSEN): 66,7%

Pilotage et animation des activités (PAA): 33,3%
II .2- reformuler
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………….
II.3- supprimer
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………….
En justifiant dans chaque cas votre choi+
Les principes en question sont :
-La préparation personnelle de l’animatrice (PPA)
-La connaissance des besoins en éducation nutritionnelle des bénéficiaires (CBENB)
-La planification des séquences de l’éducation nutritionnelle orientée vers les
bénéficiaires (PSENB)
-La préparation des séquences de l’éducation nutritionnelle (PSEN)
-Pilotage et animation des activités (PAA)
76
Grille 4
Evaluation globale de la formation
1 : Pas du tout satisfaisant / 2 : Peu satisfaisant / 3 : Assez satisfaisant / 4 : Très Satisfaisant
3
4
Cette session a-t-elle répondu
à vos attentes/objectifs ?
(%)
1
66,7
33,3
Les méthodes et supports de
présentation utilisés
(%)
33,3
66,7
33,3
55,6
33,3
66,7
22,2
22,2
11,1
88,9
33,3
55, 6
Qualité de l’animation
(%)
11,1
88,9
Composition du groupe
(%)
11,1
88,9
Votre niveau de satisfaction
globale
(%)
22,2
77.8
Vous êtes-vous sentis
encouragés à partager cette
expérience?
(%)
Clarté du contenu de cette
session
(%)
Durée de la formation
(%)
2
11,1
55,6
Qualité de l’accueil
(%)
Qualité des locaux
(%)
11,1
77
Grille 5
Les éléments de la stratégie de généralisation
1- Quelles sont vos impressions générales sur le projet dans son ensemble ?
En général guide intéressant.
Formation pertinente
2-Que faut-il renforcer et consolider ?
Ajouter support audio-visuel
Sensibiliser les différents acteurs concernés
Renforcer les activités pratiques
Intensifier les sessions de formation
3-Quels sont les changements à effectuer en vue de la généralisation du projet ?
Plus d’illustrations pratiques
Simplification du langage
4-Comment voyez-vous votre rôle dans la perspective de généralisation ?
Formation de nouvelles éducatrices
Sensibilisation de la population pour se structurer en association
Installation de personnes relais dans chaque douar
Soutien aux animatrices
Création d’associations de promotion de l’éducation nutritionnelle
5-Qu’est ce qui a changé chez les femmes ayant bénéficié de la formation, à votre avis ?
Pratiques liées à l’alimentation saine et équilibrée (e+. utilisation de sel iodé).
Horaires des courses (matin plutôt que le soir)
6-Quels seraient les niveaux d’intervention à privilégier (préscolaire, primaire, autre) ?
A tous les niveau+
Préscolaire peut être une bonne piste pour la généralisation
Intégration de l’éducation nutritionnelle dans les centres d’alphabétisation.
7-Quels ont été les points forts du projet?
Combler un vide
Données sur la nutrition des enfants et des femmes.
Connaissance de l’importance de l’alimentation équilibrée chez les enfants
8-Quels ont été les points faibles?
Formation des animatrices à renforcer et à approfondir
Manque de supports audio-visuels
Cibler aussi les hommes
9-Quels sont les bénéfices d’un tel projet sur l’éducation non formelle ?
Effets positifs
10-Comment seront mobilisées les structures de l’éducation non formelle dans la généralisation du projet ?
Formation des animatrices de l’éducation non formelle
78
Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices
dans l’utilisation des fiches d’activités
Moyens didactiques
Niveau de satisfaction
Niveau de satisfaction
Introduction de l'activité
5
4
3
2
1
0
20
40
5
4
3
2
1
0
60
10
20
Niveau de satisfaction
4
3
2
1
40
50
Soutien théorique
5
60
80
100
5
4
3
2
1
0
20
Effectif (%)
40
60
Effectif (%)
Application de l'activité
Niveau de satisfaction
Niveau de satisfaction
Déroulement de l'activité
20
40
Effectif (%)
Effectif (%)
0
30
5
4
3
2
1
0
10
20
30
40
50
Effectif (%)
79
Difficultés rencontrées par les animatrices dans l’application
des principes pédagogiques décrits par le guide
Connaissances des besoins en éducation
nutritionnelle des bénéfiaires
5
5
Niveau de
compréhension
Niveau de compréhension
Préparation personnelle de l'anim atrice
4
3
2
4
3
2
1
1
0
20
40
0
60
20
Préparation des séquences de
l'éducation nutritionnelle
Niveau de
compréhension
5
3
1
40
60
80
5
3
1
100
0
20
Effectif (%)
40
60
Effectif (%)
Pilotage et anim ation des activités
5
Niveau de
compréhension
Niveau de
compréhension
Planification des séquences de
l'éducation nutritionnelle
20
60
Effectif (%)
Effectif (%)
0
40
4
3
2
1
0
20
40
60
80
Effectif (%)
80
Evaluation globale de la formation
assurée aux animatrices
Clareté du contenu
Niveau de satisfaction
Niveau de satisfaction
Méthodes et supports utilisés
4
3
2
1
0
20
40
60
4
3
2
1
80
0
20
4
3
2
1
0
20
40
60
80
100
3
2
1
0
20
Niveau de
satisfaction
Niveau de satisfacton
3
2
1
40
4
3
2
1
0
60
20
4
3
2
1
60
Effectif (%)
60
80
100
80
100
Appréciation globale
Niveau de satisfaction
Niveau de satisfaction
Composition du groupe
40
40
Effectif (%)
Effectif (%)
20
60
Qualité de l'acceuil
4
0
40
Effectif (%)
Effectif (%)
20
80
4
Qualité des locaux
0
60
Effectif (%)
Durée de la form ation
Niveu de satisfaction
Niveau de
satisfaction
Effectif (%)
Qualité de l'anim ation
40
80
100
4
3
2
1
0
20
40
60
Effectif (%)
81
Annexe IIc
Synthèse des entretiens avec les femmes bénéficiaires du
programme de l’éducation nutritionnelle
82
Focus groups n°1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
12345-
Durée (5)
Objet dernière
séance
Lieu (4)
C
Nombre de
séances
sensibilisation
suivies en
de la
Période
Education
dernière
Nutritionséance
(3)
15
Niveau scolaire
(2)
Statut (1)
1
Nombre
d’enfants
Ancienneté dans
le douar en
années
N°
Age (à estimer !)
Province : Chefchaouen
Commune rurale : Bni Derkoul
Douar : Tazia
Depuis la
E
0
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
23
C
Depuis la
E
3
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
20
C
Depuis la
E
3
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
14
C
Depuis la
E
3
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
16
C
Depuis la
E
3
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
20
C
Depuis la
E
0
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
20
C
Depuis la
E
5
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
19
C
Depuis la
E
7
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
24
C
Depuis la
E
7
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
13
C
Depuis la
E
3
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
24
C
Depuis la
E
4
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
20
C
Depuis la
E
6
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
13
C
Depuis la
E
6
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
17
C
Depuis la
E
6
27/05/08 Présc
1/2h
naissance
Mariée (M) ; Divorcée (D) ; Célibataire (C)
Ecole (E) ; Collège (C) ; Alphabétisée (A)
Noter les réponses (hier ; il y a trois semaines, le mois dernier, l’année précédente…)
Où s’est passée la dernière séance de sensibilisation à la nutrition? (école, préscolaire, dispensaire,…
Durée de la dernière séance en heures ou minutes.
83
6
7
8
9
10
11
12
13
14
Suite
1
2
3
4
5
6
7
8
9
-
Prendre
des
aliments
différents
et variés
Adopter
un
program
me
alimentai
re riche
et
régulier
5
Manger
beaucoup
de viande
4
Femmes
A+es
+
+
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Autre
Au douar
Préscolair
e
Ecole
Formation
sanitaire
Educatrice
Profession
nel de
santé
Instituteur
(ice)
Non
Oui
Q1As-tu acquis des informations sur l’alimentation équilibrée, si oui où et par
qui?
3
Manger
beaucoup
d’aliment
s
Connaissances et informations de base sur la nutrition
2
Q2 A votre avis qu’est-ce que qu’est-ce que
l’alimentation équilibrée ?
Femmes
Connaissances et informations de base sur la
nutrition
1
Outil pour le recueil de réponses
Réponses
Réponses attendues
Autres à formuler
84
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
3
5
+
+
+
2
3
5
+
+
+
+
3
3
5
+
+
+
4
3
5
+
+
+
+
5
3
5
+
+
+
+
6
3
5
+
+
7
4
5
+
+
+
8
3
5
+
+
+
+
9
3
5
+
+
+
+
10
3
5
+
+
+
+
11
4
5
+
+
+
+
12
3
5
+
+
+
+
13
3
5
+
+
+
+
14
3
5
+
+
+
+
+
+
11
+
+
12
+
+
13
+
+
14
+
+
Autres à formuler
-
Le petit déjeuner est essentiel
pour l’enfant avant d’aller à
l’école.
La femme enceinte a besoin
d’une alimentation riche en
calcium et en sel minérau+
L’enfant a besoin d’une
alimentation riche en calcium
(lait et dérivés), en sels
minérau+ et en vitamines
(légumes et fruits)
Légumes+ légumineuses+ du
poisson ou de la viande ou œufs
+ pain ou riz +fruit+ lait ou
dérivés
Trois repas essentiels, étalés
périodiquement sur la journée
(petit déjeuner, le déjeuner,
diner)
L’enfant a besoin en plus de ces
trois repas d’une collation entre
le petit déjeuner et le déjeuner et
d’un goûter vers 16 heures
Q3 Besoins alimentaires selon l’âge, le se+e et l’activité e+ercée ?
Femmes
10
Réponses attendues
85
Le fer important pour être
fort et solide. Carence peut
entraîner l’anémie
Aliments riches en fer :
abats, viandes, œufs ;
Produits renforcés : farine,
biscuits
Le calcium nécessaire pour
les os.
Lait et dérivés, légumes
crus, fruits frais et secs
1
+
+
+
+
+
2
+
+
+
+
+
3
+
+
+
+
4
+
+
+
+
+
5
+
+
+
+
6
+
+
+
+
+
7
+
+
-+
+
+
+
+
8
+
+
+
+
+
+
9
+
+
+
+
+
+
10
+
+
+
+
+
+
11
+
+
+
+
+
+
12
+
+
+
+
+
+
+
13
+
+
+
+
+
+
+
+
14
+
+
+
+
+
+
Aliments riches en iode
(sel iodé, poissons et
produits de mer
L’iode (carence peut
entrainer nanisme, débilité
et goitre…)
Q4 Rôles des aliments et problèmes de santés liés au+ carences alimentaires ?
Des aliments riches en
vitamine A (carottes, lait et
dérivé, viandes et poissons
produits alimentaires
renforcés (Huile de table,
beurre, lait)
Femmes
La vitamine A nécessaire à
la vue
Connaissances et informations de base sur la nutrition
Réponses attendues
Ne connaissent pas en quoi les aliments sont fortifiés, il y a une
confusion (exemple, elles pensent que la farine est fortifiée en
vitamine A)
86
Départ des enfants à
l’école sans avoir pris leur
petit déjeuner
Ne pas manger l’enveloppe
externe des raisins et de la
tomate
Manger des lentilles avec
du poisson
Manger des légumes crus
et propres
Le bébé a besoin d’être
protégé, allaité
naturellement et bien
nourri
+
+
6 mois
2
_
+
+
4 mois
3
+
+
4 mois
4
+
+
4 mois
5
+
+
6 ans
6
+
+
6 mois
7
+
+
6 mois
8
+
+
6 ans
9
+
+
6 mois
10
+
+
6 mois
11
+
+
6 ans
12
+
+
4 mois
13
+
+
4 mois
14
+
+
6 mois
Q5 Parmi les énoncés suivants indiquer les bonnes et les mauvaises habitudes alimentaires
Manger les fruits et les
aliments sans les avoir bien
lavés
Femmes
Se laver les mains
uniquement après avoir
mangé
1
Boire du thé en mangeant
de la viande et du poisson
Habitudes et pratiques alimentaires
Réponses attendues
Bonnes habitudes, à
consolider
Mauvaises habitudes, à éviter
Rép Q6
Pour la diversification alimentaire (allaitement +
introduction aliments) 11 femmes jusqu’à 2 ans, et 3 femmes
jusqu’à 1 an
87
2
3
4
5
6
7
8
9
11
12
14
+ +
+ + + + +
13
Non
Oui
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Ecole du Douar
Ne savent pas
Réponses attendues
Quelles sont les contraintes de la mise en
application des savoir et savoir alimentaires acquis ?
Hygiène alimentaire (conservation et cuisson)
Elaborer des recettes pour menus équilibrés
Préparation de démonstration de repas
Où et qui préfères-tu animer? **
Y-t-il d’autres thèmes à aborder? *
Utiliser les mêmes supports
Q8
-1
Oui avec des films
Indiquer la durée/semaine que tu peu+ consacrer à
l’éducation nutritionnelle (en minutes)
R
1 heures- Après midi
Q8
Non
A ton avis comment peut-on faire pour acquérir des
habiletés alimentaires?
Organiser des ateliers sur la préparation des repas
équilibrés à partir des denrées e+istantes dans le
milieu ?
Oui
R
Q8 : La sensibilisation t’a-t-elle aidé à préparer des repas équilibrés?
+ + + + +
10
+ +
1
Es-tu d’accord avec la sensibilisation sur la nutrition?
Femmes
Appréciations des savoir-faire avoir faire acquis et suggestions sur les améliorations futures.
Q7
Q8-2
Les femmes veulent suivent des
programmes de nutrition et de santé à
l’école
Utiliser les lettres E pour école ; P pour préscolaire; FS pour formation sanitaire ; D pour Douar
88
Focus group n°2
2
3
4
5
678910-
Durée (5)
Objet dernière
séance
Lieu (4)
4
Nombre de
séances
sensibilisation
suivies en
Education
Période de la
Nutrition
dernière séance
(3)
M
Niveau scolaire
(2)
Nombre
d’enfants
Ancienneté dans
le douar en
années
1
Statut (1)
N°
Age (à estimer !)
Province : Chefchaouen
Commune rurale : Bni Derkoul
Douar : Cherafate
Depuis la
C
1
Présc
naissance
C
Depuis la
C
0
Présc
naissance
C
Depuis la
A
1
Présc
naissance
M
2
Depuis la
E
1
Présc
naissance
M
3
Depuis la
A
3
Présc
naissance
Mariée (M) ; Divorcée (D) ; Célibataire (C)
Ecole (E) ; Collège (C) ; Alphabétisée (A)
Noter les réponses (hier ; il y a trois semaines, le mois dernier, l’année précédente…)
Où s’est passée la dernière séance de sensibilisation à la nutrition? (école, préscolaire, dispensaire,…
Durée de la dernière séance en heures ou minutes.
89
7
8
9
10
11
12
Suite
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Adopter un
programme
alimentaire
riche et
régulier
6
Prendre des
aliments
différents
et variés
5
Manger
beaucoup
de viande
4
Femmes
A+es
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Autre
Au douar
Préscolaire
Ecole
Formation
sanitaire
Educatrice
Instituteur
(ice)
Professionne
l de santé
Non
Oui
Q1As-tu acquis des informations sur l’alimentation équilibrée, si oui où et par
qui?
3
Manger
beaucoup
d’aliments
Connaissances et informations de base sur la nutrition
2
Q2 A votre avis qu’est-ce que qu’est-ce que l’alimentation équilibrée ?
Femmes
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
Outil pour le recueil de réponses
Réponses
Réponses attendues
Autres à formuler
90
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
2
3
4
5
6
7
8
9
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Autres à formuler
Le petit déjeuner est essentiel
pour l’enfant avant d’aller à
l’école.
La femme enceinte a besoin
d’une alimentation riche en
calcium et en sel minérau+
L’enfant a besoin d’une
alimentation riche en calcium
(lait et dérivés), en sels
minérau+ et en vitamines
(légumes et fruits)
Légumes+ légumineuses+ du
poisson ou de la viande ou œufs
+ pain ou riz +fruit+ lait ou
dérivés
Trois repas essentiels, étalés
périodiquement sur la journée
(petit déjeuner, le déjeuner,
diner)
L’enfant a besoin en plus de ces
trois repas d’une collation entre
le petit déjeuner et le déjeuner et
d’un goûter vers 16 heures
Q3 Besoins alimentaires selon l’âge, le se+e et l’activité e+ercée ?
Femmes
Réponses attendues
10
11
12
91
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Des aliments riches en
vitamine A (carottes, lait et
dérivé, viandes et poissons
produits alimentaires
renforcés (Huile de table,
beurre, lait)
Aliments riches en fer :
abats, viandes, œufs ;
Produits renforcés : farine,
biscuits
Le calcium nécessaire pour
les os.
Lait et dérivés, légumes
crus, fruits frais et secs
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Le fer important pour être
fort et solide. Carence peut
entrainer l’anémie
Aliments riches en iode
(sel iodé, poissons et
produits de mer
La vitamine A nécessaire à
la vue
L’iode (carence peut
entrainer nanisme, débilité
et goitre…)
Q4 Rôles des aliments et problèmes de santés liés au+ carences alimentaires ?
Femmes
Réponses attendues
11
12
92
Habitudes et pratiques alimentaires
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
Départ des enfants à
l’école sans avoir pris leur
petit déjeuner
Ne pas manger l’enveloppe
e+terne des raisins et de la
tomate
Manger des lentilles avec
du poisson
Manger des légumes crus
et propres
Le bébé a besoin d’être
protégé, allaité
naturellement et bien
nourri
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Se laver les mains
uniquement après avoir
mangé
Manger les fruits et les
aliments sans les avoir bien
lavés
Boire du thé en mangeant
de la viande et du poisson
Q5 Parmi les énoncés suivants indiquer les bonnes et les mauvaises habitudes alimentaires
Femmes
Réponses attendues
Bonnes habitudes, à
consolider
Mauvaises habitudes, à éviter
Rép Q6
12
93
1
2
3
4
5
6
7
9
+
+
+
+
+
+
Non
Oui
Oui
+
+
+
+
Ecole du Douar
+
Réponses attendues
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Quelles sont les contraintes de la mise en
application des savoir et savoir alimentaires acquis ?
Hygiène alimentaire (conservation et cuisson)
Elaborer des recettes pour menus équilibrés
Préparation de démonstration de repas
Où et qui préfères-tu animer? **
Y-t-il d’autres thèmes à aborder? *
Utiliser les mêmes supports
l’éducation nutritionnelle (en minutes)
Q8
-1
Non utilisé
2 heures- Après
midi
Organiser des ateliers sur la préparation des repas
équilibrés à partir des denrées e+istantes dans le
milieuque
? tu peu+ consacrer à
Indiquer la durée/semaine
R
A ton avis comment peut-on faire pour acquérir des habiletés alimentaires?
Q8
Non
R
Q8 : La sensibilisation t’a-t-elle aidé à préparer des repas équilibrés?
8
Es-tu d’accord avec la sensibilisation sur la nutrition?
Femmes
Appréciations des savoir-faire avoir faire acquis et suggestions sur les améliorations futures.
Q7
Q8-2
10
11
12
** Utiliser les lettres E pour école ; P pour préscolaire; FS pour formation sanitaire ; D pour Douar
94
Focus group n°3
31
M
2
3
29
C
0
4
32
M
2
5
32
M
3
6
27
D
0
7
32
M
2
1112131415-
4
C
12
C
6
P
5
P
3
A
3
A
3
Nombre de
séances
sensibilisation
suivies en
Education
Période de la
Nutrition
dernière séance
(3)
A
Depuis la
naissance
Depuis la
naissance
Depuis la
naissance
Depuis la
naissance
Depuis la
naissance
Depuis la
naissance
Depuis la
naissance
Il y’a 4
ans
Il y’a 4
ans
Il y’a 4
ans
Il y’a 4
ans
Il y’a 4
ans
Il y’a 4
ans
Il y’a 4
ans
Durée (5)
2
4
Objet dernière
séance
M
Lieu (4)
58
Niveau scolaire
(2)
Statut (1)
1
Nombre
d’enfants
Ancienneté dans
le douar en
années
N°
Age (à estimer !)
Province : Chefchaouen
Commune rurale : ZOUNI
Douar : MEFZI
Présc
1h
Présc
1h
Présc
1h
Présc
1h
Présc
1h
Présc
1h
Présc
1h
Préparation
de plat in
situ
Mariée (M) ; Divorcée (D) ; Célibataire (C)
Ecole (E) ; Collège (C) ; Alphabétisée (A)
Noter les réponses (hier ; il y a trois semaines, le mois dernier, l’année précédente…)
Où s’est passée la dernière séance de sensibilisation à la nutrition? (école, préscolaire, dispensaire,…
Durée de la dernière séance en heures ou minutes.
95
7
Suite
1
2
3
4
5
6
7
Adopter un
programme
alimentaire
riche et
régulier
6
Prendre des
aliments
différents
et variés
5
Manger
beaucoup
de viande
4
Femmes
A+es
Instituteur
(ice)
Educatrice
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
-
-
+
+
-
-
+
+
Autre
Au douar
Préscolaire
Ecole
Formation
sanitaire
Professionne
l de santé
Non
Oui
Q1As-tu acquis des informations sur l’alimentation équilibrée, si oui où et par
qui?
3
Manger
beaucoup
d’aliments
Connaissances et informations de base sur la nutrition
2
Q2 A votre avis qu’est-ce que qu’est-ce que l’alimentation équilibrée ?
Femmes
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
Outil pour le recueil de réponses
Réponses
Réponses attendues
Autres à formuler
96
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
2
3
4
5
6
7
Le petit déjeuner est essentiel
pour l’enfant avant d’aller à
l’école.
4
5
+
+
+
+
4
5
+
+
+
+
4
5
+
+
+
+
4
5
+
+
+
+
3
5
+
+
+
+
5
5
+
+
+
4
4
+
+
+
Autres à formuler
L’enfant a besoin d’une
alimentation riche en calcium
(lait et dérivés), en sels
minérau+ et en vitamines
(légumes et fruits)
Légumes+ légumineuses+ du
poisson ou de la viande ou œufs
+ pain ou riz +fruit+ lait ou
dérivés
La femme enceinte a besoin
d’une alimentation riche en
calcium et en sel minérau+
Trois repas essentiels, étalés
périodiquement sur la journée
(petit déjeuner, le déjeuner,
diner)
L’enfant a besoin en plus de ces
trois repas d’une collation entre
le petit déjeuner et le déjeuner et
d’un goûter vers 16 heures
Q3 Besoins alimentaires selon l’âge, le se+e et l’activité e+ercée ?
Femmes
Réponses attendues
3 femmes ne connaissent pas le calcium
97
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
2
3
4
5
6
7
Aliments riches en iode
(sel iodé, poissons et
produits de mer
La vitamine A nécessaire à
la vue
Le fer important pour être
fort et solide. Carence peut
entraîner l’anémie
Aliments riches en fer :
abats, viandes, œufs ;
Produits renforcés : farine,
biscuits
Le calcium nécessaire pour
les os.
Lait et dérivés, légumes
crus, fruits frais et secs
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
+
Des aliments riches en
vitamine A (carottes, lait et
dérivé, viandes et poissons
produits alimentaires
renforcés (Huile de table,
beurre, lait)
L’iode (carence peut
entraîner nanisme, débilité
et goitre…)
Q4 Rôles des aliments et problèmes de santés liés au+ carences alimentaires ?
Femmes
Réponses attendues
Elles ne connaissent pas la vitamine A
La farine fortifiée en fer n’est pas disponible dans le Douar
Elles ont de bonnes connaissances en matière de nutrition et
alimentation
98
Habitudes et pratiques alimentaires
1
2
3
4
5
6
7
Boire du thé en mangeant
de la viande et du poisson
Se laver les mains
uniquement après avoir
mangé
Manger les fruits et les
aliments sans les avoir bien
lavés
Départ des enfants à
l’école sans avoir pris leur
petit déjeuner
Ne pas manger l’enveloppe
e+terne des raisins et de la
tomate
Manger des lentilles avec
du poisson
Manger des légumes crus
et propres
Le bébé a besoin d’être
protégé, allaité
naturellement et bien
nourri
Q5 Parmi les énoncés suivants indiquer les bonnes et les mauvaises habitudes alimentaires
Femmes
Réponses attendues
Bonnes habitudes, à
consolider
Mauvaises habitudes, à éviter
Rép Q6
+
+
6 mois
+
+
6 mois
+
+
6 mois
+
+
6 mois
+
+
2 ans
+
+
6 mois
+
+
6 mois
99
1
2
3
4
5
6
7
Non
Oui
Y-t-il d’autres thèmes à aborder? *
Les recettes
Elaborer des recettes pour menus équilibrés
Hygiène alimentaire (conservation et cuisson)
+ + + + + + +
+ + + + + + +
Réponses attendues
Quelles sont les contraintes de la mise en
application des savoir et savoir alimentaires acquis ?
Préparation de démonstration de repas
+ + + + + + +
Où et qui préfères-tu animer? **
Utiliser les mêmes supports
Oui avec des films
Q8
-1
Ecole du Douar
Indiquer la durée/semaine que tu peu+ consacrer à
l’éducation nutritionnelle (en minutes)
Organiser des ateliers sur la préparation des repas
équilibrés à partir des denrées e+istantes dans le
milieu ?
2 heures- Après midi
+ + + + + + +
R
A ton avis comment peut-on faire pour
acquérir des habiletés alimentaires?
Non
Oui
Q8
+ + + + + + +
+
+
R
Q8 : La sensibilisation t’a-t-elle aidé à préparer des repas équilibrés?
+ + + + + + +
+
+
Es-tu d’accord avec la sensibilisation sur la nutrition?
Femmes
Appréciations des savoir-faire avoir faire acquis et suggestions sur les améliorations futures.
Q7
Q8-2
Les femmes sont assoiffées de savoir, elles demandent
plus de formation
** Utiliser les lettres E pour école ; P pour préscolaire; FS pour formation sanitaire ; D pour Douar
100
Annexe III: Liste des participants
61 personnes interviewées
101
Responsables provinciaux et locaux
Le préscolaire communautaire,
partenariat AREF Tanger Tétouan et la
Société civile (ASBI)
Ministère de l’Éducation Nationale
Académie Régionale pour l’Education et la Formation de
Tanger/Tétouan.
Département
Ministère de la
Santé
Entraide Nationale
ONG locale
Noms et prénoms
1.
Mr. Lahcen
BOUSBAA
2.
Mr. Abdelkader
EZZOUHRI
3.
Mr. Mohamed OUAJ
4.
Mr. Omar TARBIK
5.
Mr. Ounaya
Abdelouahed
6.
Mr. Chehboun
Abdelaziz
7.
Mme. Fedoua
8.
Mr. Abdenkader
Mehtal
9.
Mr. Mohamed Larbi
OULAD ALI
10.
Melle. Nadia El
Mjedki
11.
Melle. Sanae Hajji
12.
Institution
qualité/profile
Délégué provincial
Chef de service des affaires
éducatives
Délégation
provinciale de
Tanger/
Assilah
Conseiller en planification
Chef de service des affaires
juridiques et des litiges
Délégué provincial
Inspecteur
primaire
Délégation
provinciale de
Chefchaouen
Secrétariat particulier, chargée
du suivi
Directeur
S/S
Allal
Ben
Abdellah
Directeur S/S Cherrafate
Educatrice
Cherrafate
Melle. Sara Kerrouâ
13.
Melle. Ouafae
Mehtal
14.
Melle. Asmae
Benkhajjou
15.
Melle. Malika Elhajji
16.
Mme. Atika El Harti
17.
Melle. Aïcha El Hajji
18.
Mr. Ahmed Zennane
19.
Mr. Mouad EL HOR
20.
Mme. Fatima Khlafa
21.
Mme. Rahma Ben
Moussa
22.
Dr. Ahmed
MOUNTASSIR
23.
Dr. El Houcine
BJANI
24.
Melle. Rajae EL
GHAZI
enseignement
Partenariat ASBI et
Délégation MEN de
Chefchaouen
préscolaire
à
Educatrice préscolaire à El
Horm
Educatrice préscolaire à Bab
Taza
Educatrice préscolaire à Bab
Taza
Educatrice préscolaire à Bab
Taza
Délégation
provinciale Larache
Délégation
provinciale
Chefchaouen
Délégation
provinciale
Chefchaouen
de
Educatrice préscolaire à El Kob
Educatrice préscolaire à Tazia
Educatrice préscolaire à Nefzi
Animateur
éducation
non
formelle à Tazia
Délégué provincial
Directrice
provinciale
des
Centres d’éducation et de
Formation et Garderies
Directrice Centre d’éducation et
de formation «Solidarité»
Délégué provincial
de
Médecin Chef SIAAP
Sage-femme, responsable de la
Santé maternelle
102
Animatrices
Localité
Effectif
Douar Tazia
5
Douar Mefzi
1
Douar Bab Taza
5
Total
11
Bénéficiaires
Localité
Effectif
Douar Tazia
19
Douar Mefzi
7
Total
26
103
Annexe IV
Outils de la collecte de données
Outil n°1
Destiné aux responsables : Fiche d’identification, diagnostic et questions de généralisation
Outil n°2
Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices dans l’utilisation des fiches
Outil n°3
Propositions de changements par les animatrices
Ouitl n°4
Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices des formations
dans l’application des principes pédagogiques décrits par le guide
Outil n°5
Questionnaire sur les éléments de la stratégie de généralisation
Outil n°6
Evaluation globale de la formation
Outil n°7
Destiné aux bénéficières : Focus groupe
104
Outil n°1
EVALUATION
DU GUIDE DE L’EDUCATION NUTRITIONNELLE
Fiche identification
Diagnostic
Questions généralisation
105
Evaluation Guide de l’Education Nutritionnelle
Identification du R. Santé
1 Ŕ Qualité/ Profil
2 - Province
3- Commune
4 Ŕ Lieu de travail
6 Ŕ Ancienneté dans le poste
Code
…………………………………………………
Date de recueil des données
…………………………………………………
Nom de l’enquêteur (enquêtrice)……………………………………………………
……………………………………………
……………………………………………………
……………………………………………………
9- Information sur le guide de l’éducation nutritionnelle
10- Si oui, a-t-il été utilisé dans l’une des structures où vous êtes impliqué ?
11- Si oui, a-t-il été utilisé dans votre structure ?
12- Si oui, est-ce qu’il y a eu un suivi ?
……………………………………………………
1
Oui
2
Non
1
Oui
2
Non
1
Oui
2
Non
1
Oui
2
Non
106
QUESTIONNAIRE : LES ELEMENTS DE LA STRATEGIE DE GENERALISATION
REMARQUE FENERALE : Chaque fois que c’est possible, demander des données chiffrées
Demander de préciser les avantages et les inconvénients de ce projet
QUESTIONNAIRE 1 : Les responsables de la Santé
LA CIBLE
LES QUESTIONS
1-Quelles sont vos impressions sur le projet « l’éducation
nutritionnelle » dans son ensemble ?
LES ELEMENTS DE REPONSE
2-Auriez-vous une idée sur le nombre de bénéficiaires dans la phase
de généralisation ?
-LE DELEGUE
-LE MEDECIN CHEF
SIAAP
-LA SAGE FEMME
3- Jusqu’à quel point un projet de ce genre
contribuera-t-il à améliorer la santé des enfants et des femmes ?
4-Quelle peut être la contribution de votre département dans la
généralisation du projet sur les plans :
-des ressources humaines
-des ressources financières
-la formation des ressources humaines
5-Comment pensez-vous qu’il sera possible de généraliser ce
projet ?
6-Comment voyez-vous le rôle du monde associatif dans cette
généralisation ?
7-Avez-vous d’autres remarques utiles pour le développement du
projet ?
107
EVALUATION
DU GUIDE DE L’EDUCATION NUTRITIONNELLE
Fiche identification
Grille 1 : Analyse des difficultés rencontrées
par les animatrices dans l’utilisation des fiches
Grille 2 : Propositions de changements par les animatrices
Grille 3 : Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices
des formations dans l’application des principes pédagogiques décrits par le guide
Fiche évaluation globale de la formation
108
Outil 2
Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices
dans l’utilisation des fiches
Evaluation Guide de l’Education Nutritionnelle
Identification de l’animatrice
Code
…………………………………………………
Date de recueil des données
…………………………………………………
Nom de l’enquêteur (enquêtrice)
……………………………………………
1 Ŕ Prénom & Nom (Facultatif)
2 - Province
3- Commune
4 - Milieu de résidence pour les femmes
5 - Age de l’enquêtée (Facultatif)
6 - Niveau d’instruction
7- Accessibilité au lieu de sensibilisation
8- Formation sur le guide nutritionnel
9- Si Oui Durée de la formation ?
10- La formation a-t-elle répondu à vos attentes
11- Après les séances avec les bénéficiaires est-ce qu’il y a eu un accompagnement ?
13- Depuis quelle année avez-vous commencé a organiser des séances de sensibilisation sur la nutrition ?
14- A quelle fréquence / combien de fois par mois?
15- Quelle est le nombre moyen de femmes par séance ?
……………………………………………………
……………………………………………………
……………………………………………………
1 . Urbain
2 . Rural
3 . Périurbain
……………………………………………………
1 . Coranique / M’Sid / Cours informels
2 . Primaire
3 . Secondaire
4 . Supérieur
5 . Non déterminé
1
Moins de 1 km
2
entre 1 et 5 km
3
plus de 5 km
1
Oui
2
Non
/……./ Jours
1
Oui
2
Non
1
Oui
2
Non
/…../…./
/…../…./
/…../…./
109
Pour faciliter le remplissage de cette grille, on utilisera une échelle de valeur allant de 1 à 5 selon le barème suivant :
6
très grande difficulté dans l’utilisation de l’item (ou 1)
7
assez grande difficulté dans l’utilisation de l’item (ou 2)
8
difficulté moyenne dans l’utilisation de l’item (ou 3)
9
assez grande aisance dans l’utilisation de l’item (ou 4)
10
très grande aisance dans l’utilisation de l’item (ou 5)
Introduction de
Les moyens
Déroulement de
Items
l’activité
didactiques
l’activité
Activités
(IA)
(MD)
(DA)
(1)Les besoins nutritionnels de l’organisme
Le soutien
théorique
(STh)
L’application de
l’activité
(AA)
(2) Rôle des aliments
(3) Circuit des aliments
(4) Reconnaissance et classification des groupes
alimentaires
(5) Les nutriments
(6) Rôle des nutriments
(7) Sources des nutriments
(8) Equilibre nutritionnel
(9) Alimentation de la femme enceinte ou allaitante
(10) Alimentation de l’enfant selon l’âge et les étapes de son
développement
(11) Comportements et habitudes alimentaires
(12) Carences nutritionnelles et conséquences
(13) Protection et hygiène alimentaire
(14) Protection de l’environnement et hygiène individuelle
110
Outil 3
Propositions de changements par les animatrices
La grille 2 sera remplie lors de la discussion avec l’animatrice en inscrivant les propositions dans les cases correspondantes :
Les propositions peuvent être scientifiques, pédagogiques ou autres choses à préciser chaque fois.
Introduction de
Les moyens
Déroulement de
Items
l’activité
didactiques
l’activité
Activités
(IA)
(MD)
(DA)
(1)Les besoins nutritionnels de l’organisme
Le soutien théorique
(STh)
L’application de
l’activité
(AA)
(2) Rôle des aliments
(3) Circuit des aliments
(4) Reconnaissance et classification des groupes
alimentaires
(5) Les nutriments
(6) Rôle des nutriments
(7) Sources des nutriments
(8) Equilibre nutritionnel
(9) Alimentation de la femme enceinte ou allaitante
(10) Alimentation de l’enfant selon l’âge et les étapes de
son développement
(11) Comportements et habitudes alimentaires
(12) Carences nutritionnelles et conséquences
(13) Protection et hygiène alimentaire
(14) Protection de l’environnement et hygiène individuelle
111
Outil 4
Analyse des difficultés rencontrées par les animatrices des formations
dans l’application des principes pédagogiques décrits par le guide
I- Jusqu’à quel point les principes pédagogiques d’animation proposés ont été compris ?
Degré de compréhension
1
Très mal compris
Principe pédagogique
2
Mal compris
3
Compris
4
Bien
compris
5
Très bien
compris
2
Mal compris
3
Compris
4
Bien
compris
5
Très bien
compris
(1) La préparation personnelle de l’animatrice (PPA)
(1.1) La maîtrise des objectifs et de la portée de l’EN
(1.2) L’actualisation de la maîtrise des connaissances
scientifiques liées à l’EN
(1.3) La compréhension de la structure des fiches
d’activités et de leur séquentialité
(1.4) Maîtrise des principes de base de l’andragogie
(1.5) Maîtrise des techniques de base d’animation des
groupes d’adultes
(1.6) Connaître quelques éléments de la psychologie
comportementale et de la psychologie sociale
(1.7) Connaître les attitudes et les rôles de l’animatrice de l’EN
Degré de compréhension
Principe pédagogique
(2) La connaissance des besoins en éducation nutritionnelle des bénéficiaires
(CBENB)
1
Très mal compris
112
Degré de compréhension
1
Très mal compris
2
Mal compris
3
Compris
4
Bien
compris
5
Très bien
compris
1
Très mal compris
2
Mal compris
3
Compris
4
Bien
compris
5
Très bien
compris
1
Très mal compris
2
Mal compris
3
Compris
4
Bien
compris
5
Très bien
compris
Principe pédagogique
(3) La planification des séquences de l’éducation nutritionnelle orientée vers les
bénéficiaires
(PSENB)
Degré de compréhension
Principe pédagogique
(4) La préparation des séquences de l’éducation nutritionnelle
(PSEN)
(4.1) Les différents moments de l’animation de l’EN
(4.2) Les opérations dans la préparation de l’activité
Degré de compréhension
Principe pédagogique
(5) Pilotage et animation des activités
(PAA)
(5.1) Les informations générales
(5.2) Les informations spéciales pour la gestion du
moment de démarrage de l’activité
(5.3) Les informations spéciales relatives à l’animation du
moment de réalisation des apprentissages
(5.4) Les informations spéciales pour la gestion du
moment d’objectivation et d’application des acquis
(5.5) Les informations spéciales pour la gestion du
Moment d’évaluation et de renforcement des acquis
EN : Education nutritionnelle
113
II- Citer deux raisons qui expliquent dans chaque cas pourquoi il n’a pas été compris
Deux raisons qui expliquent pourquoi le principe n’a pas été compris
Principe pédagogique
1) La préparation personnelle de l’animatrice (PPA)
(1.1) La maîtrise des objectifs et de la portée de l’EN
(1.2) L’actualisation de la maîtrise des connaissances
scientifiques liées à l’EN
(1.3) La compréhension de la structure des fiches
d’activités et de leur séquentialité
(1.4) Maîtrise des principes de base de l’andragogie
(1.5) Maîtrise des techniques de base d’animation des
groupes d’adultes
(1.6) Connaître quelques éléments de la psychologie
comportementale et de la psychologie sociale
(1.7) Connaître les attitudes et les rôles de l’animatrice de l’EN
Deux raisons qui expliquent pourquoi le principe n’a pas été compris
Principe pédagogique
(2) La connaissance des besoins en éducation nutritionnelle des bénéficiaires
(CBENB)
(3) La planification des séquences de l’éducation nutritionnelle orientée vers les
bénéficiaires (PSENB)
Deux raisons qui expliquent pourquoi le principe n’a pas été compris
Principe pédagogique
(4) La préparation des séquences de l’éducation nutritionnelle
(PSEN)
(4.1) Les différents moments de l’animation de l’EN
114
(4.2) Les opérations dans la préparation de l’activité
Deux raisons qui expliquent pourquoi le principe n’a pas été compris
Principe pédagogique
(5) Pilotage et animation des activités (PAA)
(5.1) Les informations générales
(5.2) Les informations spéciales pour la gestion du
moment de démarrage de l’activité
(5.3) Les informations spéciales relatives à l’animation du moment de
réalisation des apprentissages
(5.4) Les informations spéciales pour la gestion du
moment d’objectivation et d’application des acquis
(5.5) Les informations spéciales pour la gestion du
Moment d’évaluation et de renforcement des acquis
115
III- Indiquer le ou les principe(s) à :
III.1- renforcer
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………….
III .2- reformuler
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………….
III.3- supprimer
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………….
En justifiant dans chaque cas votre choix
Les principes en question sont :
-La préparation personnelle de l’animatrice (PPA)
-La connaissance des besoins en éducation nutritionnelle des bénéficiaires (CBENB)
-La planification des séquences de l’éducation nutritionnelle orientée vers les bénéficiaires
(PSENB)
-La préparation des séquences de l’éducation nutritionnelle
(PSEN)
-Pilotage et animation des activités
(PAA)
116
Outil 5
QUESTIONNAIRE : LES ELEMENTS DE LA STRATEGIE DE GENERALISATION
REMARQUE FENERALE : Chaque fois que c’est possible, demander des données chiffrées
Demander de préciser les avantages et les inconvénients de ce
projet
QUESTIONNAIRE : Les personnes ayant participé à l’animation des sessions de sensibilisation
LA CIBLE
LES QUESTIONS
LES ELEMENTS DE REPONSE
1- Quelles sont vos impressions
générales sur le projet dans son
-DES EDUCATRICES
ensemble ?
DU PRESCOLAIRE
COMMUNAUTAIRE
2-Que faut-il renforcer et consolider ?
-LA RESPONSABLE
D’UN FOYER AYANT
GENEFICIE DE LA
FORMATION
- UN RESPONSABLE
DU PRESCOLAIRE
- UNE RESPONSABLE
D’UN CENTRE
EDUCATION ET
FORMATION
- UN ANIMATEUR
D’EDUCATION NON
FORMELLE
3-Quels sont les changements à
effectuer en vue de la généralisation
du projet ?
4-Comment voyez-vous votre rôle
dans la perspective de généralisation ?
5-Qu’est ce qui a changé chez les
femmes ayant bénéficié de la
formation, à votre avis ?
6-Quels seraient les niveaux
d’intervention à privilégier
(préscolaire, primaire, autre) ?
7-Quels ont été les points forts du
projet?
8-Quels ont été les points faibles?
9-Quels sont les bénéfices d’un tel
projet sur l’éducation non formelle ?
10-Comment seront mobilisées les
structures de l’éducation non formelle
dans la généralisation du projet ?
11-Autres remarques utiles
117
Outil 6
Evaluation globale de la formation
1 : Pas du tout satisfaisant / 2 : Peu satisfaisant / 3 : Assez satisfaisant / 4 : Très Satisfaisant
Cette session a-t-elle répondu à vos attentes/objectifs ?
1

2

3

4

Les méthodes et supports de présentation utilisés




Vous êtes-vous sentis encouragés à partager cette
expérience?




Clarté du contenu de cette session




Horaires de la formation




Qualité de l’accueil




Qualité des locaux




Qualité de l’animation




Composition du groupe




Votre niveau de satisfaction globale




118
Outil 7
Fiche identification
Diagnostic
Focus group
Durée (5)
Objet dernière
séance
Lieu (4)
Nombre de
séances
sensibilisation
suivies en
Education
Période
Nutritionde la
dernière séance
(3)
Niveau scolaire
(2)
nombre de foyers :
Le préscolaire :
Foyers féminins ou autres structures sociales :
Nombre
d’enfants
Ancienneté dans
le douar en
années
Statut (1)
N°
Age (à estimer !)
Province :
Cercle :
Commune rurale :
Douar :
Nombre d’habitants :
Nombre d’écoles :
1
2
3
4
5
1617181920-
Mariée (M) ; Divorcée (D) ; Célibataire (C)
Ecole (E) ; Collège (C) ; Alphabétisée (A)
Noter les réponses (hier ; il y a trois semaines, le mois dernier, l’année précédente…)
Où s’est passée la dernière séance de sensibilisation à la nutrition? (école, préscolaire, dispensaire,…
Durée de la dernière séance en heures ou minutes.
119
7
8
9
10
11
12
Suite
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Adopter un
programme
alimentaire
riche et
régulier
6
Prendre des
aliments
différents
et variés
5
Manger
beaucoup
de viande
4
Femmes
Axes
Réponses attendues
Autres à
formuler
120
Autre
Au douar
Préscolaire
Ecole
Formation
sanitaire
Educatrice
Instituteur
(ice)
Professionne
l de santé
Non
Oui
Q1As-tu acquis des informations sur l’alimentation équilibrée, si oui où et par
qui?
3
Manger
beaucoup
d’aliments
Connaissances et informations de base sur la nutrition
2
Q2 A votre avis qu’est-ce que qu’est-ce que l’alimentation équilibrée ?
Femmes
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
Outil pour le recueil de réponses
Réponses
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Autres à formuler
Le petit déjeuner est essentiel
pour l’enfant avant d’aller à
l’école.
La femme enceinte a besoin
d’une alimentation riche en
calcium et en sel minéraux
L’enfant a besoin d’une
alimentation riche en calcium
(lait et dérivés), en sels minéraux
et en vitamines (légumes et
fruits)
Légumes+ légumineuses+ du
poisson ou de la viande ou œufs
+ pain ou riz +fruit+ lait ou
dérivés
Trois repas essentiels, étalés
périodiquement sur la journée
(petit déjeuner, le déjeuner,
diner)
L’enfant a besoin en plus de ces
trois repas d’une collation entre
le petit déjeuner et le déjeuner et
d’un goûter vers 16 heures
Q3 Besoins alimentaires selon l’âge, le sexe et l’activité exercée ?
Femmes
Réponses attendues
10
11
12
121
Connaissances et informations de base sur la nutrition
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
122
Lait et dérivés, légumes
crus, fruits frais et secs
Le calcium nécessaire pour
les os.
Aliments riches en fer :
abats, viandes, œufs ;
Produits renforcés : farine,
biscuits
Le fer important pour être
fort et solide. Carence peut
entrainer l’anémie
Des aliments riches en
vitamine A (carottes, lait et
dérivé, viandes et poissons
produits alimentaires
renforcés (Huile de table,
beurre, lait)
La vitamine A nécessaire à
la vue
Aliments riches en iode
(sel iodé, poissons et
produits de mer
L’iode (carence peut
entrainer nanisme, débilité
et goitre…)
Q4 Rôles des aliments et problèmes de santés liés aux carences alimentaires ?
Femmes
Réponses attendues
Habitudes et pratiques alimentaires
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Femmes
Le bébé a besoin d’être
protégé, allaité
naturellement et bien
nourri
Manger des légumes crus
et propres
Manger des lentilles avec
du poisson
Ne pas manger l’enveloppe
externe des raisins et de la
tomate
Départ des enfants à
l’école sans avoir pris leur
petit déjeuner
Manger les fruits et les
aliments sans les avoir bien
lavés
Se laver les mains
uniquement après avoir
mangé
Boire du thé en mangeant
de la viande et du poisson
Q5 Parmi les énoncés suivants indiquer les bonnes et les mauvaises habitudes alimentaires
1
Bonnes habitudes, à
consolider
Réponses attendues
Mauvaises habitudes, à éviter
Rép Q6
11
12
123
1
2
3
4
5
6
7
8
Non
Oui
Non
Oui
Réponses attendues
Quelles sont les contraintes de la mise en
application des savoir et savoir alimentaires acquis ?
Hygiène alimentaire (conservation et cuisson)
Elaborer des recettes pour menus équilibrés
Préparation de démonstration de repas
Où et qui préfères-tu animer? **
Y-t-il d’autres thèmes à aborder? *
Utiliser les mêmes supports
Q8
-1
Indiquer la durée/semaine que tu peux consacrer à
l’éducation nutritionnelle (en minutes)
R
Organiser des ateliers sur la préparation des repas
équilibrés à partir des denrées existantes dans le
milieu ?
Q8
A ton avis comment peut-on faire pour acquérir des habiletés alimentaires?
10
R
Q8 : La sensibilisation t’a-t-elle aidé à préparer des repas équilibrés?
9
Es-tu d’accord avec la sensibilisation sur la nutrition?
Femmes
Appréciations des savoir-faire avoir faire acquis et suggestions sur les améliorations futures.
Q7
Q8-2
11
12
* Noter les réponses collectées :……………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………….
……………………………………………………………………………………………………………….
** Utiliser les lettres E pour école ; P pour préscolaire; FS pour formation sanitaire ; D pour Douar
124
Annexe V:
Note méthodologique
125
I- Evaluation de l’impact du guide sur les acteurs clés prestataires en terme
de connaissance (savoir), pratique (savoir faire) et attitudes (savoir être)
I-1- Evaluation du guide sur la forme et sur le fond : analyse du document
Cette évaluation portera sur chacun des objectifs du guide
en termes de degré d’atteinte de ces objectifs;
par rapport à la pertinence du guide;
sur son efficacité et son efficience;
Ces objectifs seront organisés selon trois catégories
ceux portant sur les savoirs scientifiques et pédagogiques;
ceux de nature méthodologique et didactique;
ceux ayant trait au savoir être et aux attitudes.
Ce travail préalable sera complété par la définition des compétences visées par le guide, comme par exemple:
les attitudes positives (lesquelles?);
la capacité de communication (quoi? avec qui? pourquoi faire?);
la capacité de transfert des situations de formation et d’apprentissage vers des situations de la vie
quotidienne et la culture locale;
le sens de la responsabilité individuelle et collective.
Ce travail doit nous permettre d’entreprendre les évaluations attendues qui suivent:
Évaluer si les démarches pédagogiques sont claires pour chaque contenu
Évaluer si le guide rend explicite le contenu de façon simple
Évaluer la langue de véhicule du contenu (celle dont le guide est écrit et celles utilisées
dans les sessions de formation)
Évaluer si le guide est présenté d’une façon aérée
Évaluer le timing de la délivrance du message (le volume hebdomadaire des leçons
d'éducation nutritionnelle)
Évaluer si l’aspect culturel est tenu en compte
Évaluer l’approche participative
Évaluer les moyens techniques utilisés
Évaluer le degré de vulgarisation des connaissances scientifiques et techniques
Évaluer si le contenu est scientifiquement correct (Contenu en terme de données sur la
nutrition)
I-2- Collecter des informations sur la conception du document au niveau des acteurs clés
qui peuvent être des sources potentielles d’information
Organiser des entretiens avec les concepteurs du guide et avec les acteurs clés, notammen :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
les responsables provinciaux du Ministère de la Santé
les responsables provinciaux du Ministère de l’Education Nationale
les responsables provinciaux du Département de l’Entraide Nationale
le responsable de l’association des Services de BASE intégrés (ASSBI)
des ONG impliquées
des responsables de l’activité au niveau de l’UNICEF
les animatrices et les animateurs dont il faut définir le nombre et le lieu du
travail
les bénéficiaires dont il faut définir le nombre pour chaque province concernée
126
I-3- Suivi sur le terrain et évaluation de l’acquis
Evaluation du guide sur le terrain par la méthode du «Focus group», des questionnaires et par des
observations.
Le "focus group" qui est une forme de recherche qualitative consiste à interroger des groupes de
bénéficiaires. La discussion en "focus group" est une utilisation explicite des interactions au sein du
groupe pour produire des données et des aperçus qui, autrement, seraient moins accessibles. Cette
technique sera employée indépendamment comme méthode de collecte de données sur le train pour
recueillir les interprétations que donnent les participants au guide comme outil pédagogique et leur
vision sur ses limites et ses points positifs.
Nous allons utiliser les méthodes du "focus group", les observations sur le terrain et les discussions
avec les acteurs clés pour collecter des informations sur:
1- Les contraintes pour la mise en place du guide
2- Les problèmes qui se sont posés pendant le déroulement des ateliers de formation, et comment
ont ils été résolus?
3- Que pensent les agents du terrain et les membres de la communauté.
4- Quelles sont les leçons tirées de cette expérience pilote
I-4- Organisation de l’Evaluation
Mise en place du plan d’action en tenant compte du but et des objectifs de l’évaluation
Etape 1
Etape 2
Etape 3
Etape 4
Etape 5
Etape :6
Etape :7
Etape:8
Etape:9
Etape 10
Elaborer des hypothèses/ questions d’évaluation, définir les indicateurs de performances
Formation des membres de l’équipe d’évaluation
Planification des aspects logistiques et administratifs
Identification des sources et des techniques de recueil de données
Développement des instruments de recueil de données :
Préparer des questionnaires, Préparer des protocoles d'interviews
Finalisation du choix de l’échantillon des sites et des personnes interviewées
Travail de terrain : Préparation des équipes de terrain en techniquesde recueil de données
et en logistique
Conduite des interviews et des observations
Analyse des informations recueillies
Résumer les conclusions de l’évaluation
Rapport
I-5-Les opérations de l’Evaluation
I-5-1-Opération 1
Etude du guide sur les plans du:
1-contenu scientifique (savoir nutritionnel) pour dégager:
-la qualité des savoirs véhiculés;
-l’utilité de ces savoirs par rapport aux objectifs du guide ;
-la clarté des notions manipulées;
-la conformité de la traduction ;
-le niveau de formulation des différents concepts;
-etc
2-contenu et de la démarche pédagogique et didactique afin de s’assurer de :
-la pertinence des méthodes utilisées ;
-l’efficacité des outils proposés pour :
-la formation des animatrices ;
-la communication avec les femmes bénéficiaires ;
-l’incitation à la participation et à la construction de ses propres
savoirs nutritionnels ;
-la mobilisation des différents acteurs du projet ;
127
Cette étape doit déboucher sur les propositions d’amélioration des contenus, des méthodes et des outils pour la
phase de généralisation (Propositions provisoires). Elles seront définitives une fois étayées par les données
d’observation et celles collectées sur le terrain.
I-5-2-Opération 2
Cette opération consiste à:
o identifier les objectifs du guide et s’assurer de leur formulation;
o procéder à leur catégorisation en tenant compte des populations cibles et de la nature des activités
d’apprentissage envisagées;
o définir les compétences que la réalisation des objectifs permet d’installer chez les femmes
concernées;
o préciser les indicateurs de performance fixés;
o définir les référents qui seront utilisés dans l’analyse et l’interprétation des résultats.
I-5-3-Opération 3
Au cours de cette opération, on procédera à la validation des résultats des deux opérations précédentes auprès de
deux ou trois personnes ayant une responsabilité dans le projet (UNICEF et ASSBI, et une personne ressource
du Ministère de la santé,etc). Cette opération peut se réaliser par simple échange par E-mail. Cette opération est
d’une grande importance pour la suite du travail d’évaluation.
I-5-4-Opération 4
Construction des outils de collecte des données
Après élaboration de la procédure générale qui sera suivie dans la collecte des données, on procédera à la
confection des outils de collecte. Ces outils sont:
-un questionnaire à utiliser auprès des responsables provinciaux de la santé, de l’éducation et de
l’entraide nationale;
-une grille à utiliser au cours des discussions avec les animatrices des formations;
-une grille pour animer les discussions en focus group avec les femmes bénéficiaires de la formation.
I-5-5-Opération 5
Déplacements sur le terrain pour effectuer la collecte des données dans les provinces de Larache, Tanger et
Chefchaouen. Cette opération nécessite la prise des mesures suivantes:
-la prise de contact avec les cadres responsables du projet des trois provinces relevant de la santé,
l’éducation et l’entraide nationale;
-la prise de contact avec les points focaux du projet dans chacune des trois provinces;
-l’établissement de la liste des animatrices de la formation par le biais du guide;
-la formation des échantillons à partir de la population des femmes bénéficiaires dans chacune des
provinces concernées (listes).
La réussite de cette opération repose sur l’adhésion des personnes ressources, de la préparation d’un planning
rigoureux et de la communication avec ces responsables.
I-5-6-Opération 6
Analyse et interprétation des données
I-5-7-Opération 7
Rédaction du rapport de l’évaluation selon les normes de l’UNICEF.
I-6-Chronogramme des opérations
Le mardi 13 mai
Le mardi 20 mai
Du 21 au 31 mai
Pendant le mois de juin
Opérations 1 et 2
Opérations 3 et 4
Opération 5
Opérations 6 et 7
128
II-Les éléments de la stratégie de généralisation
Dans cette stratégie, il s’agira de la construction de scénarios de généralisation (au moins un par province
concernée). Pour ce faire, la stratégie sera articulée autour des points suivants:
-l’énoncé de la problématique et des problèmes en intégrant les spécificités locales et provinciales;
-la définition des objectifs quantitatifs et qualitatifs de la généralisation;
-la précision de la ou des méthode(s) pour réussir cette généralisation;
-la définition des ressources humaines et matérielles nécessaires;
-indication, dans la mesure du possible, des sources pour répondre aux besoins matériels et humains que
nécessite la généralisation de l’utilisation du guide nutritionnel;
-établissement d’un plan progressif de généralisation tenant compte des moyens dont peut disposer
chaque province et de sa capacité de mobilisation et d’intervention;
-proposition de dispositifs d’évaluation, de suivi et de régulation de l’ensemble du projet et des sous
projets provinciaux et locaux.
Ce travail doit déboucher sur :
-l’identification des leviers de généralisation ;
-l’indication des procédures de mise en œuvre de ces leviers ;
-la définition des dispositifs de mise en œuvre, de suivi et de régulation des problèmes et des
obstacles de réalisation de la généralisation.
129
Annexe VI:
Correspondances
130
Rabat le 07/06/2008
Références :
ASSOCIATION DES SERVICES DE BASE INTEGRES (ASBI)
BP 88 CHEFCHAOUEN
***
Téléfax (212)039 98 73 38 // E-Mail assbiaaloui@yahoo.fr
A : Monsieur le Délégué provincial du MEN à Tanger/Assila
Objet : Remerciements
Monsieur le délégué,
J’ai le plaisir de vous informer qu’une fois rentrés de leur mission, les experts chargés
d’évaluer le Guide d’Education Nutritionnelle, conçu par l’ASBI avec l’appui de l’Unicef, se
sont réunis à Rabat pour faire le point sur le résultat des sorties effectuées dans votre
délégation.
Au cours de cette réunion, tenue le 7 juin, ils ont été unanimes à mettre en exergue la qualité de
l’accueil que vous leur avez réservé, la pertinence des modalités organisationnelles adoptées
qui ont facilité leur tâche, la confiance et la spontanéité qui ont marqué le déroulement des
discussions et entretiens, la clarté et la richesse de suggestions que vous avez avancées et le
climat relationnel humain créé pour la réussite de leur mission.
Au terme de cette réunion, les experts m’ont confié de vous transmettre leurs sincères
remerciements, leur gratitude et leur reconnaissance quant aux efforts que vous avez déployés
personnellement en vue de réunir toutes les conditions favorables et leur parfaite satisfaction de
l’aboutissement de leur mission.
En outre, ils tiennent à travers vous, à remercier vos proches collaborateurs et collaboratrices
qui ont fructueusement participé à cette réalisation.
Tout en vous réitérant notre considération, veuillez agréer, monsieur le Délégué nos sentiments
les meilleurs.
Signé pour par ordre des :
Dr Najat MOKHTAR
Dr Salah BENYAMNA
Dr Nour Eddine EL HALOUI
Dr Larbi RJIMATI
Dr Hassan AGUENAOU
A.Aaloui
131
Rabat le 07/06/2008
Références :
ASSOCIATION DES SERVICES DE BASE INTEGRES (ASBI)
BP 88 CHEFCHAOUEN
***
Téléfax (212)039 98 73 38 // E-Mail assbiaaloui@yahoo.fr
Du : président de l’Association
A : Monsieur le directeur du S/S Allal Ben Abdellah. Bab Taza
Objet : remerciements
Monsieur le directeur,
J’ai le plaisir de vous informer qu’une fois rentrés de leur mission, les experts chargés
d’évaluer le Guide d’Education Nutritionnelle, conçu par l’ASBI avec l’appui de l’Unicef,
se sont réunis à Rabat pour faire le point sur le résultat des sorties effectuées dans
votre délégation.
Au cours de cette réunion, tenue le 7 juin, ils ont été unanimes à mettre en exergue la
qualité de l’accueil que vous leur avez réservé, la pertinence des modalités
organisationnelles adoptées qui ont facilité leur tâche, la confiance et la spontanéité
qui ont marqué le déroulement des discussions et entretiens, la clarté et la richesse de
suggestions que vous avez avancées et le climat relationnel humain créé pour la
réussite de leur mission.
Au terme de cette réunion, les experts consultants m’ont confié de vous transmettre
leurs sincères remerciements, leur gratitude et leur reconnaissance quant aux efforts
que vous avez déployés personnellement en vue de réunir toutes les conditions
favorables et leur parfaite satisfaction de l’aboutissement de leur mission.
En outre, ils tiennent à travers vous, à remercier les animatrices et éducatrices qui ont
fructueusement participé à cette réalisation.
Tout en vous réitérant notre considération, veuillez agréer, monsieur le directeur nos
sentiments les meilleurs.
Signé pour les consultants:
Dr Najat MOKHTAR
Dr Salah BENYAMNA
Dr Hassan AGUENAOU
Dr Nour Eddine EL HALOUI
Dr Larbi RJIMATI
A.Aaloui, président de l’ASBI
132
Rabat le 07/06/2008
Références :
ASSOCIATION DES SERVICES DE BASE INTEGRES (ASBI)
BP 88 CHEFCHAOUEN
***
Téléfax (212)039 98 73 38 // E-Mail assbiaaloui@yahoo.fr
Du : président de l’Association
A : Monsieur le directeur du S/S Cherrafate. Bni Derkoul.
Objet : remerciements
Monsieur le directeur,
J’ai le plaisir de vous informer qu’une fois rentrés de leur mission, les experts chargés
d’évaluer le Guide d’Education Nutritionnelle, conçu par l’ASBI avec l’appui de l’Unicef,
se sont réunis à Rabat pour faire le point sur le résultat des sorties effectuées dans
votre délégation.
Au cours de cette réunion, tenue le 7 juin, ils ont été unanimes à mettre en exergue la
qualité de l’accueil que vous leur avez réservé, la pertinence des modalités
organisationnelles adoptées qui ont facilité leur tâche, la confiance et la spontanéité
qui ont marqué le déroulement des discussions et entretiens, la clarté et la richesse de
suggestions que vous avez avancées et le climat relationnel humain créé pour la
réussite de leur mission.
Au terme de cette réunion, les experts consultants m’ont confié de vous transmettre
leurs sincères remerciements, leur gratitude et leur reconnaissance quant aux efforts
que vous avez déployés personnellement en vue de réunir toutes les conditions
favorables et leur parfaite satisfaction de l’aboutissement de leur mission.
En outre, ils tiennent à travers vous, à remercier les animatrices et éducatrices, ainsi
que les femmes et jeunes filles ayant fructueusement participé à cette réalisation.
Tout en vous réitérant notre considération, veuillez agréer, monsieur le directeur nos
sentiments les meilleurs.
Signé pour les consultants:
Dr Najat MOKHTAR
Dr Salah BENYAMNA
Dr Hassan AGUENAOU
Dr Nour Eddine EL HALOUI
Dr Larbi RJIMATI
A.Aaloui, président de l’ASBI
133
Rabat le 07/06/2008
Références :
ASSOCIATION DES SERVICES DE BASE INTEGRES (ASBI)
BP 88 CHEFCHAOUEN
***
Téléfax (212)039 98 73 38 // E-Mail assbiaaloui@yahoo.fr
Du : président de l’Association
A : Madame la directrice du centre Entraide Nationale. ‘Solidarité’
Chefchaouen.
Objet : remerciements
Monsieur la directrice,
J’ai le plaisir de vous informer qu’une fois rentrés de leur mission, les experts chargés
d’évaluer le Guide d’Education Nutritionnelle, conçu par l’ASBI avec l’appui de l’Unicef,
se sont réunis à Rabat pour faire le point sur le résultat des sorties effectuées dans
votre délégation.
Au cours de cette réunion, tenue le 7 juin, ils ont été unanimes à mettre en exergue la
qualité de l’accueil que vous leur avez réservé, la pertinence des modalités
organisationnelles adoptées qui ont facilité leur tâche, la confiance et la spontanéité
qui ont marqué le déroulement des discussions et entretiens, la clarté et la richesse de
suggestions que vous avez avancées et le climat relationnel humain créé pour la
réussite de leur mission.
Au terme de cette réunion, les experts consultants m’ont confié de vous transmettre
leurs sincères remerciements, leur gratitude et leur reconnaissance quant aux efforts
que vous avez déployés personnellement en vue de réunir toutes les conditions
favorables et leur parfaite satisfaction de l’aboutissement de leur mission.
En outre, ils tiennent à travers vous, à remercier les animatrices et éducatrices, ainsi
que les femmes impliquées dans l’éducation nutritionnelle.
Tout en vous réitérant notre considération, veuillez agréer, madame, nos sentiments
les meilleurs.
Signé pour les consultants:
Dr Najat MOKHTAR
Dr Salah BENYAMNA
Dr Hassan AGUENAOU
Dr Nour Eddine EL HALOUI
Dr Larbi RJIMATI
A.Aaloui, président de l’ASBI
134
135
136
137
138
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising