1 - Université de Genève

1 - Université de Genève
| 2 |
14 mars-11 avril 2013 | le journal n°73
point fort
L’arrivée des «Moocs» bouscule
l’enseignement universitaire
Dès cet automne, l’Université de Genève proposera quatre «cours de masse en ligne et gratuits»
(«MOOCs») sur la plateforme Coursera. En quelques semaines, l’offre a déjà attiré 10 000 inscriptions
L’
Université de Genève
a officiellement rejoint
l’univers des «MOOCs» le
21 février dernier. Ces «massive open online courses»
(cours de masse en ligne
et gratuits) répondent à un
principe aussi simple que
généreux: mettre à la portée
de tous les cours des meilleures universités du monde,
avec des exigences aussi élevées que pour les étudiants
réguliers en termes de suivi et d’évaluation. Résultat:
trois jours après leur lancement, les quatre cours proposés dès cet automne par
l’UNIGE (lire ci-dessous) attiraient déjà plus de 3000 inscriptions. Le cap des 10 000
participants sera vraisemblablement franchi au moment
où ces lignes seront publiées.
étudiants par millions
L’histoire des «MOOCs»
commence en août 2011,
lorsque trois informaticiens
de l’Université de Stanford,
Sebastian Thrun, Daphnée
Koller et Andrew Ng décident
de mettre en ligne trois cours
d’informatique. Un simple
courriel adressé à une poignée de collègues met le
feu aux poudres. En l’espace
d’une nuit, 5000 personnes plier la capacité d’innovation. qui se passe autour des cours
s’inscrivent. Une année et Il a aussi suscité les réactions et notamment les forums
demie plus tard, les trois pla- les plus alarmistes sur les fournis par les plateformes
teformes lancées dans la fou- risques d’uniformisation des sur lesquels les apprenants se
lée – Udacity, Coursera et edX connaissances scientifiques regroupent en communautés
– comptabilisent plusieurs qu’il pourrait représenter. afin de s’entraider et d’évaluer
millions d’inscrits. Coursera, Dans tous les cas, les univer- leurs connaissances. Ainsi des
fondé par Daphnée Koller et sités ont de bonnes raisons de participants turcs se retrouveront peut-être une fois par
Andrew Ng, a établi des par- prendre la chose au sérieux.
«C’est une évolution qui semaine dans un café à Istantenariats avec 69 universités, dont l’EPFL et l’UNIGE, et va inciter les universités à bul pour discuter d’un cours
propose plus de 300 cours, en remettre l’enseignement au suivi sur un «MOOC» ou tracinq langues (anglais, espa- centre de leurs préoccupa- duire celui-ci à l’intention du
gnol, français, chinois et ita- tions, ce qui est une bonne public non anglophone.
En dématérialisant une
lien) dans tous les domaines chose», résume Jean-Dodes sciences humaines et des minique Vassalli, recteur partie de leurs cours ex cathede l’UNIGE. En effet, les dra, «les universités seront
sciences naturelles.
amenées à mieux
Il va de soi que
l’Université de Ge- «Avec les ‘‘Moocs’’, les universités mettre en valeur tout
que le présentiel
nève ne pouvait
vont remettre l’enseignement au ce
peut apporter, ajoute
pas manquer de se
Jean-Dominique Vaspositionner dans centre de leurs préoccupations»
salli. Les étudiants sece courant, dont
on peut tout dire sauf qu’il est «MOOCs» vont certainement ront invités à suivre un cours
anodin. En dépit des difficul- renforcer, au niveau acadé- en ligne, puis se retrouveront
tés liées aux questions de cer- mique, un phénomène déjà en classe avec l’enseignant
tification, d’authentification observé sur le plan éduca- pour tester leur capacité à
des participants et à un taux tif en général: avec Internet utiliser ce qu’ils ont appris. Le
d’abandon de près de 80% et les moteurs de recherche, repositionnement de ce qui
actuellement, le phénomène l’accent n’est plus telle- va rester dans les universi«MOOCs» a rapidement capté ment mis sur la quantité de tés, par opposition à l’offre en
l’attention des universitaires connaissances acquises mais ligne, sera donc critique pour
et des médias internationaux, sur la capacité à les discuter la survie de ces institutions.»
suscitant les commentaires et à les mettre en perspec- Le nombre élevé de particiles plus enthousiastes, quant tive avec d’autres disciplines. pants ouvre par ailleurs la
à son potentiel pour démo- De fait, la vraie valeur ajoutée voie à davantage d’expéricratiser le savoir et démulti- des «MOOCs» tient à tout ce mentation sur le plan péda-
gogique. Il sera plus aisé, pour
l’enseignant, de mesurer l’impact de telle ou telle manière
de diffuser les connaissances.
enrichir le débat d’idées
En permettant à des publics très variés d’accéder à
l’enseignement universitaire,
les «MOOCs» offrent également la perspective d’enrichir le débat d’idées entre
des personnes d’âges et de
provenances géographiques
très différents. A cet égard,
loin d’aboutir à une uniformisation de la pensée, ils pourraient contribuer à diversifier
la manière d’aborder et de
diffuser les connaissances
scientifiques. C’est ce dont
témoigne, par exemple, l’expérience de ce professeur de
l’Université de Princeton aux
Etats-Unis qui, au contact
d’étudiants d’autres cultures,
remodèle son cours jusque-là
très formaté à l’américaine.
Sur la question de l’évaluation, enfin, les universités
vont probablement rester
pour un moment dépositaires
de la certification. «Du moins
aussi longtemps que les diplômes resteront un critère
pour les employeurs», précise
Jean-Dominique Vassalli.
«Massive open online courses» mode d’emploi
Quatre cours ont été retenus
pour figurer au menu inaugural
des «MOOCs» version UNIGE,
dès cet automne: «Calvin,
histoire et réception d’une
Réforme», «Santé globale: une
perspective interdisciplinaire», «Le
management des organisations
internationales» et «La diversité
des exoplanètes». Le premier sera
donné en français, les trois autres
en anglais. L’UNIGE privilégie ainsi
des thématiques sur lesquelles la
perspective genevoise apporte une
spécificité. Plusieurs enseignants
interviendront dans chaque cours.
Cette première salve fera office
d’essai pilote.
Un appel à projet à l’intention des
enseignants intéressés sera lancé
en juin de cette année pour une
deuxième série de cours. Un comité
éditorial avec des représentants du
Rectorat et des Facultés effectuera
la sélection. Le choix de la langue
sera laissé aux enseignants. Mais
Coursera encourage la diffusion
de cours dans des langues
autres que l’anglais. Les cours
ne déboucheront pas, pour le
moment, sur l’obtention de crédits.
La propriété intellectuelle restera
en mains de l’Université.
Le format des cours se décline en
trois composantes: des vidéos
de deux heures hebdomadaires
découpées en tranches d’un quart
d’heure, sur une durée totale de
quatre à douze semaines pour un
cours; des quiz et exercices pour
valider les connaissances des
apprenants et leur permettre de
suivre le module hebdomadaire
suivant; un suivi des participants
via le forum fourni par Coursera.
Les premières données sur le profil
des participants aux «MOOCs»
indiquent qu’il s’agit pour la
plupart de personnes déjà en
emploi.
www.coursera.org/unige
Rens.: Pablo.Achard@unige.ch
le journal n°73 | 14 mars-11 avril 2013
|3|
Photo: T. Sloan/AFP
bio
express
Nom: Antoine Geissbuhler
Titre: Directeur du
Département de radiologie
et informatique médicale
(Faculté de médecine)
Le président américain Barack Obama• participant à une démonstration d’enseignement à distance à l’Université du Michigan le 10 février 2011.
Parcours: Formation
de médecin interniste,
spécialisation en
informatique médicale
(Vanderbilt University),
direction de la chaire
d’informatique médicale
de l’UNIGE, médecin-chef
du Service de cybersanté
et télémédecine des
HUG, direction du
centre collaborateur de
l’Organisation mondiale
de la santé (OMS) pour la
cybersanté, présidence
du comité exécutif de la
Fondation Health on the Net,
direction du réseau RAFT,
présidence de l’International
Medical Informatics
Association.
Du médecin de brousse à la santé globale
Directeur du Département de
radiologie et informatique médicale, Antoine Geissbuhler pratique
le cyber-enseignement depuis une
dizaine d’années dans le cadre du
réseau RAFT. Une expertise qu’il
mettra à profit durant un «MOOC»
en santé globale. Entretien
L’Université proposera dès l’automne
prochain un «Massive Open Online
Course» («MOOC») en santé globale.
Pourquoi ce choix?
Antoine Geissbuhler: Pour faire notre
place sur un marché qui va devenir
très compétitif, nous devons mettre
en avant nos spécificités. Dans l’optique de la santé globale, les défis
auxquels nous sommes confrontés
aujourd’hui ne peuvent plus être résolus au niveau d’un pays ou d’une
seule discipline, mais au travers
d’une approche transnationale et
transdisciplinaire. Or, de ce point de
vue, notre Université est bien profilée, d’une part, grâce à sa vocation
généraliste et, de l’autre, par la présence de nombreuses organisations
internationales et non gouvernementales à Genève.
Avez-vous déjà une idée de la manière dont ce «MOOC» sera construit?
Contrairement à la plupart des cours
de ce genre qui existent actuellement,
le «MOOC» en santé globale ne sera
pas dispensé par un seul enseignant,
mais par des intervenants issus de
différentes facultés qui présenteront
un kaléidoscope des problématiques
liées à la santé globale. Compte tenu
du public visé, le cours sera d’abord
proposé en anglais, mais nous envisageons une traduction française à
moyen terme. Pour être convaincant,
l’ensemble devra être de très grande
qualité, notamment sur le plan des
contenus où nous allons jouer à fond
la carte du «swiss made».
Lancé en 2000, le Réseau en Afrique
francophone pour la télémédecine
(RAFT) vous a permis d’acquérir une
solide expérience en matière d’enseignement à distance. Pouvez-vous en
rappeler les principaux objectifs?
RAFT vise à rompre l’isolement des
professionnels de la santé exerçant
dans des régions périphériques où
ils ne peuvent ni se perfectionner ni
consulter des spécialistes. Il offre des
modules de formation continue sur
des thématiques comme les maladies
chroniques qui, en Afrique notamment, deviennent un souci majeur. Le
RAFT permet aussi aux «médecins de
brousse», qui vivent souvent loin de
leur famille, de créer des liens sociaux
et de cultiver le sentiment d’appartenir à une communauté.
Ce savoir-faire est-il directement
transposable aux «MOOCs»?
Pas intégralement. Les «MOOCs»
s’adressent à un public relativement
homogène, qui dispose d’un accès internet à haut débit et qui recherche
des connaissances essentiellement
techniques. Le modèle est celui d’une
grande université qui dispense un savoir de référence au reste du monde. Il
y a là un potentiel énorme, ne serait-ce
que pour combler les nombreux cours
qui sont orphelins, notamment en
Afrique, faute de professeur. Cependant, la logique de RAFT est différente.
En quoi?
L’UNIGE fournit l’environnement informatique et organisationnel du projet
et les cours sont dispensés via un de
ses serveurs. Mais 80% des contenus
pédagogiques sont produits depuis
l’Afrique pour l’Afrique. Nous avons dû
batailler pour imposer cette idée car,
au départ, les médecins africains auxquels nous nous adressions voulaient
plutôt que le savoir vienne du Nord.
Avec le recul, le résultat montre toutefois que cela valait la peine.
Pourquoi?
En Afrique, il y encore beaucoup de déférence vis-à-vis de l’enseignant. Il y a
donc peu d’échange et de débat avec
les étudiants. Avec le RAFT, les connais-
sances sont mises en perspective et
discutées entre professionnels dans
une logique de co-apprentissage.
Autre différence de taille, vous avez dû
vous adapter à un public qui dispose
d’un accès souvent limité à Internet?
Un médecin dans un hôpital de
brousse doit parfois se rendre dans
un cybercafé pour suivre le cours en
payant son heure de connexion. Si la
bande passante n’est pas suffisante,
il décrochera rapidement. Nous avons
donc privilégié un système très peu
gourmand de ce point de vue tout en
veillant à ne pas sacrifier l’essentiel.
C’est-à-dire?
L’intérêt de RAFT, c’est aussi la communauté qui se crée autour. Le seul élément visuel de nos cours est une petite
vignette dans laquelle on voit la personne qui s’exprime. Or, cette vignette
utilise des ressources et nous avons
pensé la supprimer. Cela a soulevé un
tollé parmi les participants pour qui le
sentiment d’appartenir à une communauté est une source de motivation
essentielle. Aujourd’hui, RAFT rassemble chaque semaine un millier de
personnes autour d’un même cours.
Demain, avec les «MOOCs», on verra
apparaître des communautés comptant des dizaines, voire des centaines
de milliers de personnes.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising