La plaine du Chélif - Biblioweb - Université de Cergy

La plaine du Chélif - Biblioweb - Université de Cergy
UFR LETTRES ET SCIENCES HUMAINES
CENTRE DE RECHERCHE TEXTES ET FRANCOPHONIES
Thèse de Doctorat de Lettres nouveau régime
en Littérature française et francophone
Présentée et soutenue publiquement à l’Université de Cergy-Pontoise
pour obtenir le grade de Docteur (arrêté du 30 mars 1992)
■
GÉOGRAPHIE, IMAGINAIRE, FICTION :
LA PLAINE DU CHÉLIF A TRAVERS LES
TEXTES
TOME 1
■
Par
El Djamhouria SLIMANI-AÏT SAADA
Novembre 2007
Jury de soutenance :
Christiane CHAULET ACHOUR, Professeur à l’Université de CergyPontoise, Directrice de thèse
Dalila MORSLY, Professeur à l’Université d’Angers, rapporteur
Emmanuel FRAISSE, Professeur à l’Université de Paris III, rapporteur
Violaine HOUDART-MEROT, Professeur à l’Université de CergyPontoise, membre
Hadj MILIANI, Professeur à l’Université de Mostaganem, membre
INTRODUCTION
« Reflétant et fixant des canons, l’anthologie est
nécessairement définition et interprétation de la
littérature. Issue d’une lecture et vouée à la médiation,
elle ne cesse d’en donner une image paradoxale,
écartelée entre sa volonté d’ériger un monument et celle
de traduire un mouvement »1
Renouer avec une tradition : réécrire la mémoire d’une région à partir de
l’assemblage et de l’analyse d’un ensemble de textes s’y référant et s’échelonnant sur plus
d’un siècle, tel est l’objectif de notre recherche. Le fil directeur de cette réalisation est le
lieu géographique, son histoire et ses différentes représentations sur le plan de l’écriture et
de l’imaginaire. Le discours d’accompagnement critique de ce recueil est enrichi par une
connaissance du terrain. L’anthologie que nous proposons n’est pas à proprement parler
une compilation de textes exclusivement littéraires mais s’en inspire pour présenter un
choix de textes divers qui ont pour thème commun l’histoire et la représentation d’une
région d’Algérie qui reste assez méconnue : la plaine du Chélif. Elle porte sur la conquête
d’un espace géographique précis, sur la création de villes et de leur évolution à travers
l’écriture et ce en sollicitant tous les types de textes. Il s’agit de montrer comment la
géographie investit l’espace littéraire, et inversement de voir comment cette plaine du
Chélif s’inscrit, au fil de ce recueil, dans l’espace de l’écriture en tentant de dégager la
spécificité et l’apport de chacun des textes à la construction d’un imaginaire sur un lieu
donné, à défaut de parler d’une littérature régionale
On peut certes, nous objecter qu’«une anthologie est par nature un classement et un
traitement du littéraire »2. De fait, si pour la composition de ce recueil, le cadre
socioculturel est historiquement daté -1843 à nos jours- et géographiquement défini par le
titre : la plaine du Chélif à travers les textes : Chlef, Miliana, Ténès, le choix de textes
1
2
Emmanuel Fraisse, Les anthologies en France, Paris, PUF, 1997, p. 12.
E. Fraisse, Les anthologies en France, Paris, PUF, 1997, p. 129.
1
semble contestable au regard de cette définition. En effet, notre corpus étant constitué
d’extraits littéraires et de productions en marge du texte littéraire, se posent non seulement
le problème de la forme de notre étude : une forme culturelle qui ne serait pas littéraire au
sens strict du terme mais également celui du statut de cette paralittérature et des littératures
d’expression française dans les champs littéraires et institutionnels. Aussi il convient de
préciser d’abord les raisons de ce choix pour cette forme puis quelques éléments de
réflexion autour de la définition formelle des anthologies.
1. Choix du sujet et option pour une recherche sur le mode anthologique
L’intitulé de notre recherche : « géographie, imaginaire, fiction : la plaine du Chélif
à travers les textes» peut surprendre les partisans d’une littérature classique, tout comme
peut étonner l’anthologie de lieux qui l’accompagne. Quel est l’intérêt d’intégrer la
géographie dans une recherche qui se veut d’abord littéraire et pourquoi y greffer un recueil
de textes dont le dénominateur commun est l’évocation de lieux situés dans cette plaine du
Chélif ?
Ce sujet de recherche est en quelque sorte un prolongement oblique de notre thèse
de magister3 qui était consacrée au quatuor d’Assia Djebar, L’amour la fantasia, Ombre
sultane, Vaste est la prison et Ces voix qui m’assiègent. Plus précisément le texte en prose
poétique Biffure nous avait fortement impressionnée et interpellée. Il introduisait le chapitre
intitulé « Femmes, enfants, bœufs couchés dans les grottes… » qui relate un événement
tragique, lié à l’histoire de la conquête, l’enfumage par l’armée coloniale, de toute une tribu
qui s’était retranchée dans les grottes du Dahra. C’est donc par le biais de la littérature que
notre intérêt pour l’histoire de la région du Chélif s’est éveillé.
Lorsqu’il s’est agi de s’inscrire en doctorat, travailler uniquement sur l’œuvre de
Assia Djebar n’était plus stimulant mais l’intérêt pour l’histoire de la région était resté
toujours aussi vif. Au fil de nos lectures, nous nous apercevions qu’elle est évoquée dans
des ouvrages de tous genres mais n’en constituait pas le thème majeur. Aussi ce travail a
pour origine une question récurrente voire obsédante, pour la native de la région que je
3
Equivalent dans le cursus algérien du mémoire de D.E.A.
2
suis : pourquoi cette plaine du Chélif, riche et fertile est-elle si peu présente dans les œuvres
littéraires ?
Un autre phénomène lié à cet espace géographique nous a interpellée, à savoir la
forte sismicité de la région qui génère la destruction et la reconstruction de lieux, qui
modifie notre rapport aux lieux et qui joue donc un rôle non négligeable sur le plan de
l’imaginaire. Préoccupée de ce que la littérature pouvait dire de la nature, de l’espace
géographique qui nous concerne, la lecture des divers ouvrages y référant nous donne l’idée
de collecter les textes qui racontent l’émergence des lieux sur le plan de l’écriture et de les
exploiter sur le plan didactique. En fait, de par notre formation d’enseignante, l’idée, en
élaborant ce recueil, était de rester centrée sur les textes littéraires, tout en étant consciente
que la réflexion doit être renvoyée à un plus vaste ensemble. Plusieurs paramètres que nous
évoquerons au cours de cette étude entrent en jeu dans l’appréhension ou la compréhension
de terme littérature. En effet comment parler de littérature, d’histoire, de géographie tout en
restant centrée sur l’enseignement de la littérature ? Peut-on parler d’anthologie quand les
textes proprement littéraires ne constituent que 60% du corpus choisi pour notre recueil ?
Anthologie une histoire de forme ?
Ce projet de recension et d’analyse de textes de genres divers ayant pour thème
commun la région du Chélif se heurte à un écueil de taille sur le plan formel, celui de son
intitulé. Le terme anthologie est-il approprié pour le désigner ? Car si de fait, le choix du
corpus est déterminant dans la construction de l’objet de recherche, les actes de sélection,
d’extraction, de rassemblement qui président à son élaboration impliquent la définition
d’une forme au sein d’un nouvel environnement. Aussi avons-nous choisi de donner à la
construction de notre objet la forme anthologique4. Mais qu’entend-on d’abord par
anthologie ?
Si l’on se réfère, à l’histoire de l’évolution du terme « anthologie » proposée par
Emmanuel Fraisse dans son ouvrage intitulé Les Anthologies en France, « l’extension du
sens d’anthologie concerne avant tout le passage d’un modèle historiquement reconnu l’Anthologie grecque - à un recueil de pièces poétiques brèves, puis à tout recueil de prose
4
El Djamhouria Slimani, « Corpus hétérogène sur un mode anthologique » in Objectif : thèse, Amiens,
Encrage édition et CRTH-Université de Cergy-Pontoise, 2004, p. 131-140.
3
ou de vers ». La plupart des définitions se limitant à une conception exclusivement
littéraire, la seule différence notable concerne l’élargissement de l’anthologie aux pièces en
prose. C’est au cours du XIXe siècle notamment, que l’anthologie paraît trouver son
expansion et ses caractéristiques principales. Cette expansion du terme qui va prendre une
valeur générique est confirmée par la définition de La Grande Encyclopédie :
« Anthologie I. Littérature – On désigne sous ce nom tout recueil de morceaux choisis de
prose ou de vers, dus à des auteurs différents. La première que nous connaissions est
celle de Méléagre […]. Mais l’idée a fait fortune […] nous avons aujourd’hui un grand
nombre d’anthologies ou de recueils de morceaux choisis de prose ou de poésie destinés
principalement à l’éducation. » 5
Or, selon Emmanuel. Fraisse, cette définition « en liant anthologie », « morceaux
choisis » et « éducation », soulève une série de problèmes face auxquels il reste délicat,
aujourd’hui encore, de donner une réponse tranchée ». Il rappelle que c’est au cours du
XIXe siècle également, que « morceaux choisis » et « anthologie » entrent en concurrence et
que la distribution entre les deux termes va, dès cette période, tendre à s’opérer en fonction
du degré de pédagogisation du recueil. Cela s’explique par le fait qu’à cette époque, la
scolarisation, l’étude des textes en langue nationale et l’histoire littéraire se développent
parallèlement. Cependant, il n’en demeure pas moins qu’aux yeux de nombreux
spécialistes, « le caractère scolaire des morceaux choisis suffit à les exclure de l’anthologie
stricto sensu »6.
Pour Emmanuel Fraisse c’est probablement dans l’organisation de l’anthologie,
dans la manière dont elle agence et accompagne les extraits proposés, que la question de
l’appartenance des morceaux choisis à l’anthologie peut être en partie éclaircie. En fait,
pour qu’il y ait véritablement anthologie, il faut un fil conducteur affirmé ou identifiable,
une chronologie ou une thématique explicite, des notices biographiques et des références
bibliographiques. En somme, son organisation doit être décelable comme l’explique cet
auteur :
5
Camille-Ferdinand Dreyfus (dir.), La Grande Encyclopédie, inventaire raisonné des sciences, des lettres et
des arts par une société de savants et de gens de lettres, Paris, H. Lamirault & Cie, s.d. [1886-1891], 9 vol., t.
3, p. 154-156, p. 154, cité par E. Fraisse, in Les Anthologies en France, op. cit., p. 92.
6
E. Fraisse, Les Anthologies en France, op. cit., p. 96.
4
« En l’absence d’un regard organisateur lisible dans l’appareil critique, préface ou
postface, notices bio-bibliographiques, notes explicatives, sans mise en ordre
immédiatement perceptible des textes retenus, il ne saurait y avoir anthologie véritable
mais seulement forme anthologique. » 7
Sachant ainsi, qu’une anthologie est le résultat d’un choix et d’un classement du
littéraire, notre projet n’est pas de fournir une anthologie au sens littéral du terme mais de
contribuer à l’expression d’une littérature propre à notre région et sur notre région, d’une
part. D’autre part, comme l’ampleur de la production peut rendre malaisé la sélection et que
la forme fragmentaire se prête bien à un regard d’ensemble, nous avons opté pour la
construction d’un recueil de textes susceptible d’être exploité sur le plan pédagogique. Une
«anthologie de lectures»8 en quelque sorte qui pourrait effectivement être utilisée comme
outil didactique dans l’approche des textes en classe de français langue étrangère en y
adjoignant en annexe un fascicule pédagogique proposant à titre indicatif des pistes
d’exploitation de quelques-uns de ces textes. Ce sera un «recueil mixte» dans le sens où
l’entend Emmanuel Fraisse :
« Quant aux recueils mixtes, ils concernent les « écrivains» ou affichent une orientation
scolaire. Ils sont également fréquents dans le recueil de littérature étrangère qui
entendent proposer un panorama complet de la production littéraire d’une aire culturelle
donnée. » 9
La nature de cette anthologie est donc mixte : composée d’extraits littéraires et non
littéraires, elle se veut à la fois thématique et historique. Notre objectif premier étant de
raconter l’histoire de cette portion de la plaine du Chélif à travers les textes pris dans un
ordre chronologique, nous avons donc privilégié l’histoire et le descriptif des villes de
Chlef, ex- El-Asnam, ex- Orléansville, de Miliana et de Ténès.
Ce choix peut sembler arbitraire mais il est commandé par un souci de rigueur
pratique qui demande de délimiter notre champ d’intervention, et par la nature et le nombre
de documents collectés relatifs à la création d’Orléansville, création, elle-même, déterminée
par des faits historiques cela va sans dire mais surtout par sa position stratégique. Ce n’est
7
E. Fraisse, Les anthologies en France, op.cit., p. 96.
Ibid, p. 108.
9
Ibid.
8
5
qu’après la pacification de Miliana que le maréchal Bugeaud décide l’implantation de ce
centre de colonisation proche de la mer, qu’est au départ, Orléansville :
« El-Asnam a pour origine un camp permanent, créé par Bugeaud en 1843, pour
surveiller les montagnards du Nord et du Sud, à mi-chemin de Miliana et de
Mostaganem et en rapport facile avec la mer par la trouée de Ténès: « c’est la position
de Ténès qui a fixé celle de la future Orléansville» (Yacono). » 10.
Mais l’ordre chronologique fréquemment adopté, pour se présenter comme
« l’expression explicite d’une conscience du devenir littéraire », ne peut être retenu comme
le caractère unique de l’anthologie. L’appareil critique qui accompagne les textes, ou
péritexte, est aussi une caractéristique essentielle de l’anthologie au sens classique du
terme. Il faut cependant, éviter un double écueil car le plus souvent, « soit le propos
théorique réduit les textes cités à n’être que des illustrations, soit les informations diverses
marquent le caractère secondaire du recours aux textes mis à leur service en l’absence
d’indications propres à saisir un développement littéraire »11. Emmanuel Fraisse rejoint le
point de vue de Dieter Pforte et Johann Bark12 quand ils estiment que le péritexte ne doit
pas constituer plus de 25% du total du texte. Le troisième critère qui doit être également
retenu dans la définition de l’anthologie est le nombre d’auteurs proposés. « Il y a
anthologie si les textes d’au moins cinq auteurs sont représentés ». Ainsi pour cet auteur :
« Une telle définition - organisation, appareil critique, multiplicité des textes et des
auteurs – qui correspond en grande partie à l’anthologie moderne […] a le mérite d’être
rigoureuse et de borner clairement le champ d’investigation. » 13
En fait ce qui explique notre choix pour le point de vue anthologique, c’est qu’il
permet de définir son objet non par sa nature compilatoire, mais par ses critères
d’organisation et la nature du péritexte. Œuvre de lecture ou plutôt de relecture,
l’anthologie permet d’abord de réécrire le passé au prisme d’un regard présent. Or notre
travail se voulant contribution à la reconstruction de notre histoire, l’anthologie constitue
les cadres de la mémoire plus sûrement que toute théorie littéraire en organisant en réseau
10
Jean Despoix et René Raynal, Géographie de l’Afrique du Nord-Ouest, Paris, 1975, p. 99.
E. Fraisse, Les anthologies en France, op. cit., p. 96.
12
E. Fraisse, Les anthologies en France, op. cit., p. 96, citant J. Bark et D. Pforte, Die deutschsprachige
Anthologie, Vittorio Klostermann, Frankfort, 1969.
13
Ibid., il s’agit de « l’anthologie telle qu’elle se développe dans l’Europe du XIXe siècle » p. 98.
11
6
des textes associés. Elle permet enfin de construire un lieu imaginaire d’existence
«régionale», une représentation de soi :
« Ainsi miroir de l’identité ou de l’altérité, rêvée, espérée, proclamée, l’anthologie peut
être définition d’un «chez soi», construit pour être présenté aux «autres» (les étrangers,
les anciens colons, les oppresseurs inconscients d’aujourd’hui), ou bien présentation des
14
autres aux siens (par la médiation d’un passeur qui se sent des deux mondes). »
L’anthologie proposée ne sera pas littéraire, au sens strict du terme, mais plus
ouverte sur des textes variés, le texte étant considéré comme un énoncé qui renvoie
essentiellement à une situation d’énonciation, situation qu’il nous faut donc déterminer et
que nous nous proposons d’analyser au fur et à mesure de notre étude. Jean-Marc Moura
dans le chapitre intitulé « l’effet anthologique », écrit :
« L’anthologie est un moyen dynamique de construire le lieu d’énonciation d’une œuvre.
Elle invite à la découverte d’un mouvement littéraire et culturel qu’on présente dans sa
cohérence jusqu’alors négligée. […] Ces anthologies représentatives de toutes les
régions francophones, ne ressemblent en général pas à « ce cimetière où l’espace est
mesuré, et où il faut à chaque instant, trouver de la place pour de nouvelles tombes. »15 Il
s’agit de montrer qu’existe une littérature. La composition est créatrice d’un double
sens : on crée un bouquet littéraire et une littérature (jusque-là non reconnue comme
telle)... Elle relie en même temps la création littéraire à une communauté de culture ou
de race, engageant dès lors une certaine lecture des textes qui influencera la
scénographie des œuvres à venir. » 16
De fait, si le rôle de l’écriture n’est pas anodin, toute réflexion sur la littérature
s’efforce de prendre en compte deux réalités : le texte, et celui qui est à son origine,
l’écrivain. Toute étude littéraire implique donc la prise en compte de la réalité du texte, ou
de la réalité de l’écrivain. Différentes questions peuvent être posées, plusieurs approches ou
perspectives d’étude sont ainsi ouvertes. Notre corpus hétérogène composé de textes
nombreux, 52 au total, nécessitera des angles d’analyses différents puisque par définition la
méthode est tributaire de l’objet. Pour notre part, nous souhaitons nous appuyer sur l’apport
de la sociocritique et de la géocritique pour délimiter notre cadre théorique et analytique,
enrichi sur le plan méthodologique de l’apport de la linguistique dont la théorie de
14
Anne-Marie Chartier, «Les anthologies, histoire des lectures traversières», article paru dans Le Français
aujourd’hui, n° 119, p.107-114.
15
E. Fraisse, Les anthologies en France, PUF, 1997, p. 274-275, citation empruntée à M. Halbwacks, reprise
par J.-M. Mourra.
16
Jean-Marc Moura , Littératures francophones et théorie post-coloniale, Paris, PUF, 1999, p. 115.
7
l’énonciation pour l’approche de textes et plus précisément du fait littéraire. Comme le
précise Dominique Maingueneau :
« L’approche strictement « grammaticale» ne peut plus suffire : l’analyste est désormais
contraint de s’appuyer sur une théorie de l’énonciation littéraire dont les catégories ne
sont réductibles ni à celles de la grammaire, ni à celles de la rhétorique
traditionnelle. »17
De plus dans un contexte plurilingue la notion de culture littéraire doit être
redéfinie. De fait, toute culture étant rencontre avec la culture de l’autre, l’éducation
interculturelle suppose une autre approche de la littérature. Et l’apport de la linguistique
n’est pas négligeable dans l’enseignement de la littérature dans ce contexte, ainsi que
l’explique Didier Coste :
« La linguistique est revendiquée comme apport nécessaire à l’enseignement de la
littérature, en particulier dans une situation pluri- ou multilingue, parce qu’elle constitue
un appareil scientifique de description indifférent aux compétences culturelles
spécifiques constitutives de la littérarité, parce qu’elle interroge des capacités humaines
innées et non pas une sensibilité acquise, parce qu’elle devrait permettre - en constatant
et interrogeant la différence de ses fondements avec ceux des études littéraires — de
poser à nouveau des questions « naïves » sur les textes, de recontextualiser et de
repolitiser leur interprétation. » 18
Anthologie, champ littéraire et francophonies
Les anthologies classiques tendent à présenter de manière rationnelle et
chronologique la littérature, laissant souvent croire que leur objet d’étude est un ensemble
ordonné et réfléchi à l’intérieur de frontières stables et mûrement réfléchies. Or lorsque
nous quittons le cadre strict du champ littéraire classique français pour aborder les paralittératures et les littératures francophones, le point d’ancrage du discours scientifique
nécessite d’être reconsidéré. En effet, l’évolution actuelle consiste à intégrer dans le champ
littéraire des littératures jugées marginales ou secondaires : écrits pour la jeunesse, sciencefiction, littérature enfantine ou populaire ou régionale, elle consiste aussi à importer dans le
champ littéraire des objets de référence étrangers à l’institution : des littératures composées
dans d’autres aires culturelles - ainsi les littératures d’expression française -, ce qui
17
Dominique Maingeneau, Linguistique pour le texte littéraire, Paris, Nathan, 2003 4e édition, p. 6.
Didier Coste, article publié par l’auteur sur Acta le 30 août 2005,
<http://www.fabula.org/revue/document964.php > consulté le 13/06/07.
18
8
contribue à reformer l’ensemble de la création littéraire. Notre recueil composé de textes
appartenant à des genres divers que nous avons classé en deux grands ensembles, littérature
à fonction testimoniale et textes proprement littéraires, ne correspond ni aux canons d’une
recherche littéraire, ni à ceux de l’anthologie. Dans notre cas c’est encore opposer
littérature française aux littératures d’expression française et mettre l’accent sur le
problème de la légitimation de ces « littératures francophones » définies comme suit par G.
Hargreaves :
« Les littératures que l’on qualifie de francophones se distinguent de celle de la France
par des critères qui sont en partie culturels (sans être essentiellement linguistiques) mais
aussi doublement politiques. Il s’agit d’une part de littératures d’expression française
enracinées dans les territoires où s’exerce une souveraineté autre que celle de la France
(les frontières étatiques du monde contemporain sont ainsi directement constitutives de
la distinction entre les littératures francophones et la littérature française, la ligne de
partage entre celles-ci correspondant à la démarcation territoriale de l’Hexagone).
D’autre part la majorité de ces pays ont subi dans le passé la domination coloniale de la
France. Cette deuxième dimension politique, qui est antérieure à la première, a
profondément marqué la production culturelle de ces pays. » 19
Cette littérature qui n’a pas reçu de reconnaissance institutionnelle ne pourrait-elle
pas se définir comme la frontière de la littérature, « l’autre » indispensable dans le domaine
des « Belles-Lettres » ? Pour Christiane Chaulet Achour il s’agit plutôt d’« écrire une
histoire littéraire de la langue française» car les œuvres issues d’aires géographiques
différentes ayant pour point commun la langue française ont introduit « “l’étranger”dans la
littérature, par la grande porte, celle de la langue littéraire »20. Elles obligent à reconsidérer
les champs littéraires français et francophone autrement, car précise-t-elle :
« On se heurte là à l’habitude d’une construction littéraire basée sur la superposition des
centralismes linguistique et territorial. C’est un double champ littéraire institutionnel
qu’il faut prendre en considération que l’écrivain ait choisi ou non la nationalité
française mais encore plus lorsqu’il a une autre nationalité. »21
Elle ajoute encore : « pour que ces histoires littéraires produisent des effets hors des
cercles consacrés des Salons du livre et des plateaux de télévision, il est nécessaire que les
19
Alec G. Hargreaves, « La littérature « beur » : approches comparatives et didactiques » in Littérature
comparée & didactique du texte francophone, Paris, L’Harmattan, coll. « Itinéraires et contacts de cultures »,
volume 26, 2e semestre 1998, p. 74-75.
20
Christiane Chaulet Achour, « Qu’entend-on par « francophonies littéraires ? » in Convergences
francophones, Amiens, Encrage édition et CRTF/UCP, 2006, p. 25-26.
21
Ibid., p. 27.
9
formateurs aient à leur disposition des outils : ouvrages pédagogiques avec aussi
anthologies et dictionnaires littéraires » entre autres, des ouvrages « accessibles » qui
rendraient accessibles les recherches universitaires aux enseignants et au grand public.
Anthologie et imaginaire
Cet ensemble que nous constituons sous forme d’anthologie répond à des besoins
culturels et mémoriels spécifiques : il s’agit de réécrire l’histoire de notre région à travers
les textes afin de cerner les éléments qui ont contribué à la construction d’un imaginaire
austère sur la région, d’appréhender l’émergence de lieux en littérature. Les villes de
Miliana, de Ténès dont les positions ont déterminé la création de Chlef, seront les
principaux lieux que nous nous proposons d’interroger.
Ces lieux chargés d’histoire, détruits et reconstruits lors de la guerre de conquête
coloniale ou créés par la colonisation comme Orléansville (aujourd’hui Chlef) maintes fois
détruite et reconstruite suite à des cataclysmes, font que les textes qui rapportent les
conditions de leur reconstruction ou de leur création dévoilent nécessairement le discours
idéologique fondant l’espace représenté. En effet, le référent spatial d’un texte linguistique
nous amène à examiner les rapports qu’entretient l’espace représenté dans un texte quel
qu’il soit avec le concept espace tel qu’il se dégage du discours général d’une civilisation
ou du pouvoir colonial. Espace, géographie, histoire sont les principales notions qui ont
informé notre recherche littéraire et mémorielle.
Les rapports que l’homme entretient avec l’espace qui l’environne sont complexes
et les interactions de l’homme et du milieu géographique peuvent se lire sur site. En effet,
si l’homme peut enlaidir et détruire son environnement, il peut aussi l’exalter et le porter à
une dimension supérieure par les constructions, les cultures, les ouvrages d’art qu’il lui
impose. Ces interactions peuvent également se lire en texte car dans une région à forte
activité sismique comme la plaine du Chélif, il est intéressant de voir la perception que
l’homme livre de son immersion dans la nature en furie, à travers les romans et les poèmes.
Nous évoquerons aussi le climat, la forte chaleur qui caractérise cette plaine, caractère qui
est souligné de manière récurrente par les différents auteurs. Selon l’expression des
géographes, « Orléansville est un petit Sahara perdu dans le Tell ». Or, la remarque qui
s’impose, si nous comparons les représentations de quelques auteurs, est de savoir pourquoi
10
la chaleur de la plaine du Chélif, est dévalorisée alors que le climat saharien est valorisé. La
chaleur du désert notée par de nombreux écrivains, et des peintres, l’immensité et la
solitude liées à cet espace leur ont fait choisir ce lieu comme terre d’élection pour leur
inspiration. La plaine du Chélif peut-elle prétendre, à un moindre degré, à émerger sur le
plan littéraire ?
L’ambition de cette anthologie serait de dégager les modifications du regard que les
auteurs portent sur les milieux où ils situent leurs fictions ou leurs écrits, en l’occurrence
l’espace chélifien. Quels sont les modes de représentation propre à chaque auteur et à
chaque genre et par-delà les différences, peut-on repérer des constantes, une topique qui
traverseraient ces textes sur une durée aussi brève (un siècle et demi) ?
Sachant que l’anthologie a une fonction de restitution de l’histoire littéraire ou du
moins de sa perception, elle peut être un facteur de compréhension de l’avènement des
œuvres et des auteurs dans l’histoire de la littérature.
2. Architecture
Plan de l’anthologie
Le plan de cette anthologie de textes présentés dans l’ordre chronologique de 1842 à
nos jours se compose de deux grands ensembles :
Le premier ensemble est intitulé : Fondation des lieux. Il articule les thématiques de
la guerre, de la géographie et de l’histoire et relate la création des lieux.
Le second ensemble a pour titre : Événements dans la région, il se subdivise en
deux parties :
- La première partie que nous avons intitulée « événements historiques » traite des
événements liés aux facteurs humains qui ont joué un rôle majeur dans l’émergence des
lieux en écriture.
- La deuxième partie traite des événements liés au site géographique. Elle articule
les productions littéraires dont les thèmes sont étroitement inspirés par les facteurs naturels.
11
Plan de notre étude
Pour aborder l’analyse de ces extraits nous avons adopté un plan en trois parties :
La première partie est consacrée à l’étude géographique et historique de la région et
plus précisément des trois villes que nous avons privilégiées : Chlef, ex-El-Asnam, exOrléansville, Miliana et Ténès. Nous avons aussi abordé l’étude de la toponymie de la
région qui joue un rôle non négligeable dans la quête mémorielle des lieux.
La seconde partie, intitulée « Espace géographique et espace imaginaire », aborde la
notion d’espace, une notion essentielle dans l’appréhension de lieux aussi bien
géographiques que textuels. Le classement des textes dans l’ordre chronologique donne
certes, une unité au niveau historique pour suivre la création des lieux et leur évolution,
mais il s’avère insuffisant pour appréhender leur émergence au niveau littéraire. Aussi
avons-nous procédé à une périodisation de cette anthologie composée de deux parties. Nous
avons délimité une première période intitulée « littérature à fonction testimoniale », dans
laquelle nous incluons les écrits de militaires et les écrits de civils afin d’étudier la conquête
du territoire, son aménagement et les représentations liées aux facteurs géo- historiques (cf.
tableau A ). Cette première période constitue donc la seconde partie de notre étude.
La troisième partie correspond donc à la seconde période. Elle a pour titre
« Confirmation littéraire de la plaine du Chélif ». Elle regroupe « la littérature à fonction
poétique » (cf. tableau B ) et se subdivise à son tour en deux sous-parties : la première souspartie traite de la littérature coloniale et la seconde de la littérature post-coloniale.
Cette séparation de fait entre l’intérêt littéraire et la valeur documentaire
ou idéologique des textes nous permet de mettre en lumière l’évolution
d’une région à travers l’histoire, la géographie et la littérature. Elle nous
permet de replacer ces textes dans leur contexte historique, mais aussi de
chercher à préciser comment ces extraits ou œuvres reflétaient l’évolution
de l’opinion publique et, à l’inverse, comment la marche de l’histoire, les
catastrophes naturelles qui caractérisent cette entité géographique
pouvaient avoir déterminé des transformations progressives de
l’expression littéraire. Les différentes représentations à travers une
12
thématique liée aux facteurs naturels et donc à la géographie
confirmeront précisément l’émergence de ces lieux en littérature.
Méthodologies
Le texte et ses références en géographie et histoire
Situé au point de convergence de plusieurs champs de recherche qu’il tente
d’articuler, notre travail sur la plaine du Chélif à travers les textes, cherche à voir comment
se construit la représentation d’une région, comment la géographie, l’histoire et la
littérature contribuent à l’évocation d’un lieu. Or, qui dit lieu, réfère automatiquement à un
point de l’espace sur Terre et donc à la géographie.
Le terme d’origine grecque, signifiant Terre (Géo) et description (graphie), la
géographie s’intéresse au rapport de l’homme à l’étendue en général, donc à l’espace. Pour
connaître et comprendre le fonctionnement de la Terre, les hommes ont appris à évaluer sa
forme, sa rotation et ont appris à la décrire et à la cartographier. Ils ont dressé des listes de
ses ressources et de ses populations et expliqué les relations entre milieux physiques et
humains. La géographie est une discipline scientifique ouverte sur l’analyse des pratiques
spatiales qui s’interroge sur leurs causes et leurs conséquences. Elle étudie la façon dont les
hommes aménagent l’espace pour créer des territoires avec leurs paysages, leurs genres de
vie, leurs activités. Elle en tire des conséquences pour mieux expliquer les pratiques
actuelles et futures et élabore des modèles pour anticiper l’avenir et prévoir un
aménagement durable de nos espaces de vie. Elle essaye d‘expliquer les processus spatiaux,
en posant les questions suivantes : comment se localisent les hommes et leurs activités dans
le milieu ? Pourquoi s’y sont-ils implantés ? Qui s’y est installé au cours de l’Histoire ?
Jusqu’où ont-ils pu étendre leur territoire de vie ? Comment vivent-ils dans ces milieux ? À
partir des réponses à ces questions, les géographes interprètent et expliquent la distribution
des hommes, les interactions contre les facteurs naturels et humains, les conséquences de
ces actions sur l’environnement et les manières de l’aménagement. Si sa démarche est celle
d’un inventaire rassemblant les conditions de nature et les acquis des générations
13
précédentes, elle n’en est pour autant pas qu’un catalogue ; son domaine est le présent, sa
double mission, la description et la diversité des lieux vécus et voisins et de leur ouverture
sur l’extérieur.
Ce qui fait alors l’intérêt et la pertinence de l’étude géographique, c’est qu’elle
analyse comment chacun, à partir d’un lieu donné, se représente le monde de manière
cohérente. Ainsi la géographie nous rappelle l’importance des lieux, de la qualité de vie, de
la responsabilité territoriale, de la solidarité spatiale. Elle s’attache à démêler les liens entre
espace géographique, physique et humain, vie économique, culturelle et sociale, en
proposant des modèles pour systématiser les explications. Grâce à ses explications, chacun
peut suivre de grands processus spatiaux, les décrire (par des mots, croquis, statistiques),
les expliquer de manière générale et saisir les impacts de l’imparfaite représentation que les
hommes ont du monde sur leurs décisions géographiques. Cette représentation influence
aussi leur imaginaire sur l’aménagement spatial et sur les conséquences des catastrophes.
Son objet est donc l’analyse, selon des visions variées, de la manière dont les sociétés
distribuent, aménagent, se représentent et luttent pour vivre dans l’espace. Dans le cas de
notre région, les crues du Chélif ou les tremblements de terre ont remodelé à maintes
reprises le paysage physique et social. L'épisode colonial entre autre a généré sur la terre et
les hommes des bouleversements considérables. Cet espace vaste, diversifié et riche fait
que depuis toujours la géographie de cette vallée joue un rôle non négligeable dans
l'histoire du pays.
L’Histoire, quant à elle s’intéresse au temps, aux événements humains aux
processus naturels qui ont modifié l’espace géographique et humain. De plus, toute histoire
de société implique et signifie en même temps ancrage dans l’Histoire. Aussi notre objet
d’étude ne peut être abordé sans le recours à cette discipline tout comme la littérature ne
peut être envisagée indépendamment de l’Histoire. Cette dernière reste un matériau
privilégié de la production littéraire sous toutes ses formes. Œuvres de fiction,
autobiographies, essais, mémoires, relation de voyage etc. entremêlent Histoire et
imaginaire à des degrés divers.
La littérature est certes conditionnée par l’Histoire dans laquelle elle s’inscrit et en
conditionne la transmission à son tour. Et la rencontre de ces deux disciplines implique la
mise en œuvre d’un certain nombre de moyens, de techniques d’écriture dont l’intérêt
réside pour le lecteur averti, dans leur interaction et de voir en fait comment Histoire et
14
Littérature s’en trouvent modifiées. Ainsi le roman, genre fictionnel par excellence, puise
toujours dans l’Histoire de quoi nourrir ses fictions et leur donner leur part de
vraisemblance. Le roman historique, particulièrement, emprunte à l’Histoire un cadre, une
reconstitution de détail qui donne un cachet de dépaysement tout en informant. La
séduction que ce genre exerce sur le public vient de ce poids de véracité ; par le détour du
roman, le lecteur comprend mieux le passé et s’approprie son présent. La reconstitution
romanesque va aider à éclairer le passé ou un moment du passé et en même temps expliquer
le présent.
De plus, les changements qui surviennent à un moment donné dans le domaine
économique, avec leurs répercussions sur les plans politique et idéologique, ne peuvent
manquer d’exercer une influence plus ou moins profonde sur les conditions de production
et de réception littéraires. Aussi bien la production que la réception d’une œuvre littéraire
sont déterminées de façon ouverte par des facteurs d’ordre social qui varient en fonction
des époques. Cet ancrage dans la réalité sociale implique une dialectique qui s’instaure
entre le présent et le passé ou la tradition. A différents niveaux on observe une dynamique
entre les pôles de l’œuvre et du lecteur, de l’œuvre et de la société, du présent et du passé.
Dans cette optique, il ne faut pas perdre de vue, qu’à certains moments, dans certaines
conditions, parce qu’il est beaucoup moins compromis idéologiquement que le texte
historique, parce qu’il est un moyen de transgression de l’idéologie dominante, c’est le
texte littéraire ou “l’histoire – récit” qui « donne une image plus adéquate de la réalité ».
C’est lui qui « travaille » le mieux la réalité et la donne à connaître. Il s’agit donc pour
l’analyste de voir comment l’introduction de l’Histoire dans la littérature « entraîne des
modifications profondes des éléments romanesques » pour reprendre cette citation de Pierre
Barbéris dans Le prince et le marchand22.
Ainsi dès lors qu’il s’agit de la représentation d’un lieu, la géographie et l’histoire
sont immanquablement convoquées. Notre association de textes divers ressortissant
essentiellement au témoignage, au récit de voyage et à la fiction obéit à deux motivations :
- La réalisation d’un travail mémoriel et littéraire dont l’ambition est de contribuer à
la connaissance de l’expression textuelle d’une région d’Algérie qui reste méconnue.
- Le désir d’un regard réflexif et distancié sur l’enseignement littéraire en milieu
plurilingue qui se concrétise par l’élaboration d’un recueil pouvant être exploité sur le plan
15
didactique. Ouvrage qui propose aux enseignants et aux étudiants des pistes de travail
concrètes pour aborder les notions indispensables à toute étude littéraire.
Elle nous permet également, de voir, comment l’armée coloniale investit un espace
géographique et le transforme, comment ce lieu est représenté au niveau des différentes
productions, comment l’Histoire se dévoile à travers ces écrits de genres variés : relations
historiques, (Lettres de Saint Arnaud), roman historique, (L’amour, la fantasia d’A.
Djebar), nouvelle (Les enjôlés d’Isabelle Eberhardt), satire (Tartarin de Tarascon, d’A.
Daudet), autobiographie (Au fil des ans et des mots, de Paul Robert), théâtre (Le Séisme,
d’Henri Kréa) légende, poésie, etc.
Ainsi que le montre cette énumération de textes, notre approche est
pluridisciplinaire parce que notre problématique exige de diversifier les points de vue d’une
part, et que d’autre part, la variété des textes constituant notre corpus d’étude nous impose
d’emprunter des outils d’analyse à l’histoire, à l’anthropologie, à la sociologie et à la
linguistique. Celle-ci, sous les différentes formes prises en approche du texte littéraire, a
toujours informé nos analyses. Elle nous a déterminée sur le plan didactique à aborder les
textes par le biais de la lecture méthodique. En effet, les analyses linguistiques et
psycholinguistiques sur la lecture ont mis en évidence que la lecture ne se réduit pas à un
processus linéaire de constatation d’une signification mais engage un processus dynamique
de construction du sens. En clair, il s’agit de familiariser, d’initier nos étudiants à la lecture
méthodique par la mise en œuvre des outils d’analyse sur des textes relativement brefs. Le
recours à l’Histoire et à la géographie dans l’appréhension de textes littéraires ou autres,
induit une approche plus motivante. Ces deux disciplines permettent une appréhension plus
critique du texte et surtout l’esquisse d’une culture régionale grâce au point d’ancrage
choisi qui est pour notre projet, l’étude d’un lieu qui leur est à la fois familier et étranger.
Ce lieu est évoqué différemment selon les auteurs, tout en ayant comme point
commun un espace géographique situé dans la région du Chélif. Pratiquement tous les
écrivains choisis ont séjourné ou traversé la plaine du Chélif à un moment donné. Si ces
auteurs sont d’horizons divers, leur point commun reste l’évocation de lieux situés dans
cette plaine d’Algérie. La lecture de cette aire géographique se faisant le plus souvent en
termes d’opposition entre espace européen et espace autochtone dévoile déjà l’idéologie
22
Pierre Barbéris, Le prince et le marchand, Paris, Fayard, 1980, p. 142.
16
coloniale et la violence qui a présidé à la création d’une ville qui deviendra chef-lieu d’un
immense département.
En effet, la création d’Orléansville (aujourd’hui Chlef), d’abord simple camp
militaire, sur un territoire assez vaste, a provoqué de grands bouleversements sur tous les
plans. Elle a entraîné notamment, l’apparition « d’un chapelet » de villages coloniaux et
donc modifié la géographie physique et humaine de la région. Aspect que nous aborderons
plus en détail à la fois dans le chapitre consacré à l’étude géographique et historique de la
région et à travers l’étude de la toponymie.
Ce qu’il faut souligner c’est que l’espace est vécu différemment en fonction du lieu
où l’on se situe et en fonction de l’échelle considérée. Sa manifestation en est le territoire,
d’où la nécessité d’éclaircir cette notion ainsi que les notions de lieu, et de représentation
spatiale de même que celle d’une forme particulière : la description. De fait, la cohérence
de cette anthologie provient de son appui sur ce constat : la représentation de lieux est
intimement liée à leur histoire mais surtout à la manière dont cette histoire est mise en
texte. Aussi c’est sur cette notion de texte que s’appuient la conception et l’exploitation de
ce recueil à but tout à la fois didactique et littéraire.
Mais au préalable, sans prétendre à l’exhaustivité, il est nécessaire pour l’étude des
textes envisagée, d’en préciser, quelques soubassements théoriques et didactiques.
Le texte et la théorie de l’énonciation
La notion de texte comme ensemble clos de signes nous invite à considérer l’apport
de la sémiotique dans l’appréhension des faits du langage, dans le processus d’écriture
lecture. En fait, toute l’approche sémiotique est partie de la différence entre énoncé et
énonciation et dans la remise en cause du texte considéré comme isotope. Approche qui
résume le passage de la linguistique de la parole à la linguistique du discours et qui doit
beaucoup à l’apport de Benveniste par la mise en évidence de la dynamique de la
conversion de la langue en discours. Selon Benveniste :
« Il y a pour la langue deux manières d’être langue : dans le sens et dans la forme :
-la langue comme sémiotique,
-la langue comme sémantique.
Ces deux systèmes se superposent dans la langue telle que nous l’utilisons. A la base il y
a le système sémiotique, organisation de signes, selon le critère de la signification,
chacun de ces signes ayant une dénotation conceptuelle et incluant dans une sous unité
17
l’ensemble de ses substituts paradigmatiques. Sur ce fondement sémiotique, la languediscours construit une sémantique propre, une signification de l’intenté produite par
syntagmation des mots où chaque mot ne retient qu’une petite valeur qu’il a en tant que
signe. Tel est le double système constamment à l’œuvre dans la langue et qui fonctionne
si vite et d’un jeu si subtil qu’il demande un long effort d’analyse et un long effort pour
s’en détacher si l’on veut dissocier ce qui relève de l’un et de l’autre.
Mais au fondement de tout, il y a le pouvoir signifiant de la langue qui passe avant celui
de dire quelque chose. »23
Benveniste nous propose ainsi de distinguer dans la langue une double dimension ;
d’une part, la langue en tant qu’elle signifie comme ensemble clos de signes; d’autre part,
en tant qu’elle agit c’est-à-dire qu’elle relie au monde. Cette double dimension de la langue
va bouleverser le mode de lecture d’un texte car il faut déterminer au préalable la situation
d’énonciation qui a engendrée une production donnée. Le texte par son ordre sémantique
est en référence à une situation de discours précise. Autrement dit, le texte est un énoncé
qui renvoie essentiellement à une situation d’énonciation, l’énonciation étant définie
comme « la mise en fonctionnement de la langue par un acte individuel d’utilisation » selon
Emile Benveniste, acte que l’on oppose à l’énoncé, objet linguistique qui résulte de cet
acte. Cependant, selon Dominique Maingueneau et Olivier Ducrot :
« la notion d’« acte individuel d’utilisation » soulève néanmoins des difficultés parce
qu’elle associe énonciation et production d’un énoncé par un individu, ce qui pour de
nombreux phénomènes ne va pas de soi. Aussi peut-on avec O. Ducrot affaiblir cette
définition en disant que l’énonciation est «l’événement constitué par l’apparition d’un
énoncé. » 24
De fait la notion de situation d’énonciation étant au cœur de toute réflexion sur
l’énonciation, elle peut être considérée comme le contexte empirique de production de
l’énoncé, ou comme la situation impliquée par l’énonciation de tel ou tel genre de texte, la
mise en scène de la parole :
« Pour lever cette équivoque attachée au terme « situation d’énonciation », il vaut mieux
réserver cette notion aux linguistes qui travaillent sur des énoncés d’un point de vue
strictement linguistique. Quand il s’agit de textes (relevant de « genres » c’est-à-dire de
dispositifs de communication socio historiquement définis), on parlera plutôt de
contexte de production pour désigner les conditions empiriques de production d’un
texte […] en revanche on parlera de scène d’énonciation pour la situation dont le texte
23
Emile Benveniste, cité par André. Jacob, Genèse de la pensée linguistique, Paris, Armand Colin, 1973, p.
288.
24
Olivier Ducrot, Le Dire et le dit, Paris, Ed. de Minuit, 1984, p. 179 cité par Dominique Maingueneau,
Linguistique pour le texte littéraire. 4e édition. Paris, Nathan, 2003, p. 11.
18
prétend surgir […] celle où le lecteur entre en contact avec une instance proprement
littéraire dans un temps et un espace définis par l’énonciation du texte. » 25
Le terme texte étant compris en référence à la définition suivante :
« Le terme de texte s’emploie volontiers comme un équivalent de discours ou d’énoncé,
lorsqu’il désigne une suite d’unités linguistiques produites par un ou plusieurs
énonciateurs. »26
Pour une mise au point plus explicite nous nous appuierons sur les travaux du
linguiste Jean-Michel Adam27 qui établit une distinction entre les trois catégories du
discours, de l’énoncé et du texte.
Discours, énoncé, texte
Le discours se définit comme le produit de multiples pratiques discursives à l’œuvre
dans la vie sociale régies par un certain nombre de conventions. Les usages de l’échange
amènent à repérer, dans chaque domaine, des productions correspondant à des genres
particuliers. Ces multiples formations linguistiques sont liées à des conditions de
production et de réception variables selon les époques et les pays. De ce fait le discours ne
saurait être dissocié du contexte socioculturel dont il dépend, il doit s’appréhender de
manière pluridisciplinaire, au vu des paramètres externes (interactions institutionnelles,
idéologiques ou esthétiques) qui en déterminent l’émergence.
L’énoncé est la manifestation ponctuelle du discours, réalisée dans une situation
donnée. Oral ou écrit, c’est un objet concret, délimité, et directement observable dans sa
matérialité même. Il demeure essentiellement orienté vers la référence au monde : que ce
référent soit réel ou imaginaire, linguistique ou non, il constitue la visée de l’énoncé et ne
peut être négligé par l’analyse. L’énoncé constitue un moyen d’accès au texte proprement
dit, dont il est le support tangible, mais il ne se confond pas avec lui.
Le texte enfin correspond au modèle abstrait selon lequel s’organisent les énoncés. Servant
de socle aux divers types de discours, il n’est pas soumis aux tensions et aux fluctuations
qu’ils subissent. Ainsi, J.-M. Adam avance la double équation suivante :
Discours= texte + contexte
Texte= Discours+ contexte
25 D. Maingueneau, Linguistique pour le texte littéraire, op. cit., p. 11.
26
Jean-François Jeandillou, L’Analyse textuelle, Paris, Armand Colin/Masson, 1997, p. 137.
27
Jean-Michel Adam, Eléments de linguistique textuelle, Liège, 1990, p. 19.
19
Comme le commente Jean-François Jeandillou cette équation «montre bien cette
indépendance du texte, qui découle en fait d’une abstraction théorique (il faut l’abstraire,
l’isoler de son environnement et de ses modes de réalisation). Il s’agit non pas d’un donné
concret mais d’un appareil schématique construit par une analyse explicite.»28
Il ne s’agit plus de lire le texte et de chercher de stricte adéquation entre le monde
extralinguistique et l’univers auquel il peut renvoyer car son organisation sémiotique étant
un pur modèle, elle n’est pas subordonnée à la référenciation. Par contre, on peut considérer
que cette organisation représente des simulacres de référents, plus ou moins conformes aux
objets du monde selon l’impression de réalité que le texte doit susciter. Cette opération dite
de « référentialisation », patente dans les contes et récits de science-fiction est plus
dissimulée mais non moins prégnante dans les romans de type réaliste qui ne dessinent
jamais qu’une image partielle et partiale (et donc altérée) de la réalité historique. Quelle
que soit la ressemblance d’un objet ou d’un lieu avec l’original cela ne l’empêche pas
d’être une totale création de langage.
C’est pourquoi il ne s’agit plus de paraphraser le texte comme le préconisait
l’approche thématique, ou de le décomposer en unités, pour lui donner une forme, retrouver
sa structure et donc procéder ainsi à une lecture réductrice. Pour en saisir le
fonctionnement, il est nécessaire de le considérer d’abord d’un point de vue pragmatique :
en tant qu’objet de langage, il émane d’un acte d’énonciation qui exploite la langue pour
agir d’une façon ou d’une autre sur le lecteur. C’est, de plus, un complexe signifiant et cette
charge sémantique demande à être appréciée selon sa logique, selon le type d’univers
auquel elle renvoie et la distance qui sépare cet univers d’une « fidèle » représentation du
monde.
Ecrire c’est toujours agir. Chaque texte est la somme d’un ensemble d’opérations
sélectives qui lui ont donné sa singularité. Appréhendé globalement, il traduit un dessein et
doit corollairement susciter un certain effet. C’est pourquoi il est important de comprendre
comment le texte peut être en soi porteur d’une intention et comment il tend à agir sur des
destinataires choisis. Cette stratégie s’interprète en l’examinant à travers sa mise en forme,
la façon dont il « signifie » un objectif et dont il le représente, directement ou
indirectement. C’est bien dans le texte et non pas avant, après ou hors de lui que cette
20
orientation peut se repérer. Aussi la lecture critique d’un texte si elle ne peut faire l’impasse
de l’approche énonciative ne peut être complètement opératoire sans référence aussi à la
notion d’écriture.
Rappelons cette célèbre citation de Roland Barthes : « Plus le texte est pluriel et
moins il est écrit avant que je le lise », qui réhabilite l’écriture puisque toute acte de lecture
d’un texte est acte d’écriture ou plutôt de réécriture. Ce concept d’écriture acquiert une
forme théorique en définissant l’entreprise littéraire comme cause d’elle-même, fondatrice
de sa propre rhétorique et instauratrice de sa propre langue prise comme matériau que l’on
travaille, hors de tout modèle du dit ou de l’écrit et rejoint la définition de Julia Kristeva
que nous pouvons rappeler :
« La pratique signifiante (qu’elle soit appelée littérature, ou récit de presse, ou
maxime… etc.) doit être étudiée non pas comme une structure déjà faite mais comme
une structuration, comme un appareil qui produit et transforme le sens, avant que ce sens
soit déjà fait et mis en circulation. Ainsi plus que d’un discours nous parlerons d’un
texte. »29
Dans son article intitulé : textum aut corpus. La critique littéraire voit-elle un texte
ou entend-elle une voix ? François Gramusset définit ainsi le texte :
« Le concept texte n’est donc pas littéraire ; il désigne un matériau sémiologique
éminemment fluide mais sécable et dépourvu de toute organicité, un produit industriel
de culture qui circule aisément sous forme tangible (support papier), acoustique
(radiophonique) ou électronique (Internet et autres réseaux).
Les traits anthropologiques et poétiques qui caractérisent le phénomène historique,
social et langagier nommé littérature sont absents du monde textuel, ou du moins ne lui
sont pas nécessaires. Or la plus grande pratique de la critique littéraire est bien
« textuelle », c’est-à-dire qu’elle se situe (souvent à son insu) dans l’univers logique,
idéologique et conceptuel de la « textualité ».30
Dés lors, s’interroger sur la pertinence du concept « texte » dans le champ
spécifique de la littérature, sur la distinction à établir entre « texte » et « textualité » nous
ramène à la métaphore visuelle qu’offre déjà le mot texte en rappelant son étymologie
latine textus signifiant tissu. Les lettres, les mots, les phrases, les figures du discours sont
28
Jean-François Jeandillou, L’analyse textuelle, op. cit., 1997, p. 109.
Julia Kristeva, « Problème de la structuration du texte » in Théorie d’ensemble, Paris, Edition du Seuil, coll.
« Tel Quel », 1968, p. 298-299.
30
François Gramusset, « Textum aut corpus. La critique littéraire voit-elle ou entend-elle une voix ? » in
Milagros Ezquerro (dir.), Théories du texte & pratiques méthodologiques, actes du colloque de Caen (MRSH,
décembre 1998), Caen, Presses universitaires de Caen, 2000, p. 174.
29
21
tissés ensemble dans l’ordre d’une composition intentionnelle, par un savoir-faire. La
composition désignerait le texte et l’intention doublée du savoir faire relèverait de la
textualité. C’est par excellence le domaine de la rhétorique qui place le discours dans
l’ordre des effets : informer, convaincre et persuader, séduire, charmer, emporter
l’adhésion, fonder le consensus.
C’est certes un point de vue intéressant mais qui sollicite un débat de spécialistes et
qui intéresse en premier chef les linguistes. Aussi pour ne pas être entraînée hors des
balises de notre étude il convient d’aborder le point de vue sociocritique
Point de vue sociocritique
En un sens si l’énonciation, la sémantique et l’orientation argumentative sont trois
paramètres qui constituent autant de points d’ancrage ou de modes d’accès pour l’analyse
(nous y reviendrons dans le chapitre réservé à l’exploitation pédagogique de quelques
extraits de notre anthologie), il n’en demeure pas moins que cette notion de texte resterait
incomplète sans la référence au point de vue sociocritique pour qui, le texte littéraire,
œuvre d’art et de langage est avant tout produit social, s’inscrit dans un ou plusieurs
courants idéologiques et donne à voir une certaine vision du monde. Pierre Zima précise :
« Toutes les théories rhétoriques seraient dénuées de sens si la construction sémantique
et syntaxique (« la substance proprement linguistique ») du discours était sans rapport
avec ses effets sociaux. »31
Pour la sociocritique, les propriétés formelles d’une œuvre ne peuvent livrer tout
leur sens que si on les rapporte aux conditions socio-historiques de leur production, à la
visée idéologique de l’écrivain, à sa conception du travail littéraire et à son insertion dans la
société de l’époque. Donc pour mieux saisir la ou les cultures et la langue ou les langues à
l’œuvre dans le texte, il est indispensable de s’intéresser aux origines socioculturelles et
linguistiques de l’écrivain. Autrement dit la question du texte et de sa lecture doit être
envisagée en tenant compte de l’ancrage de l’œuvre littéraire et de ses différents pôles
(auteur – texte - lecteur) dans la réalité sociale c’est- à- dire en tenant compte d’une part, de
l’ensemble du processus de communication littéraire sur la chaîne auteur- œuvre- lecteur,
31
Pierre V. Zima, Manuel de sociocritique, Paris, Picard, 1985, « Vers une sociologie du texte », p. 129.
22
et, d’autre part, en le situant dans un ensemble de phénomènes directement liés à la réalité
sociale. « On peut dire en effet, avec D. Kliche, que la littérature est société, qu’elle
fonctionne comme une société et qu’elle est dans la société. »32
Cet ancrage dans la réalité sociale ne doit pas être considéré comme une évidence
qu’il suffirait de mentionner mais comme constitué de rapports complexes, notamment
entre production et réception qu’il importe d’analyser de manière approfondie car l’ancrage
dans la société implique et signifie en même temps ancrage dans l’histoire. Les
changements qui surviennent à un moment donné dans le domaine économique et les
répercussions sur les plans politique et idéologique qu’ils induisent, ne sont pas sans effets
plus ou moins profonds sur les conditions de production et de réception littéraires.
Dans Le Degré zéro de l’écriture33 Roland Barthes précise en effet, le triple rapport
qui commande l’entreprise littéraire et l’analyse critique et qui tient compte des rapports de
l’écrivain à l’origine, à l’histoire, au pouvoir. Selon lui, « L’écriture est une fonction : elle
est le rapport entre la création et la société, elle est le langage littéraire transformé par sa
destination sociale »34. Pour Barthes, l’écriture c’est plus précisément « le choix de l’aire
sociale au sein de laquelle l’écrivain décide de situer la nature de son langage » et c’est
pourquoi « le langage n’est jamais innocent ». Importance sociale donc et rôle idéologique
d’une pratique, l’écriture, dont toutes les formes manifestées littéraires et non littéraires,
sont liées, dont tous les types de discours sont en relation d’intertextualité.
Pour Claude Duchet il s’agit d’interroger la mise en texte35 c’est-à-dire la prise en
charge par le texte romanesque du discours social. Selon Marc Angenot, cela représente un
dilemme car le texte littéraire est immergé dans le discours social. Pour lui :
« la sociocritique veut mettre en valeur ce qui fait la particularité du texte comme tel et
faire voir les procédures de transformation du discours en texte et l’effet littérature ne
peut être jugé et mesuré que par rapport au système socio discursif global dans lequel il
s’engendre. […] la littérature est en effet polysémique[…] elle ne fait que refléter non
pas le réel comme naguère on a pu le dire ; mais le discours social dans sa confuse
mouvance et son incapacité essentielle à jamais pouvoir connaître, ce réel dont l’énigme,
décidément ne se résout pas. Elle n’est qu’un certain (et incertain) travail après coup sur
32
Dieter.Kliche, Sozialistiche Kultur und Literaturrezption, in Gesellschaft – Literatur - Lesen, Aufbau
Verlag, Berlin und Weimar, 1976, p. 297, cité par Yves Gilli, « texte littéraire, réalité sociale et histoire », in
Annales littéraires de l’université de Besançon, Texte littéraire et histoire, approche théorique et pratique à
la lumière des récentes recherches européennes, n° 312, Paris-Besançon, Les Belles Lettres, 1985, p. 33.
33
Roland. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Paris, Le Seuil, coll. « Point », 1953.
34
.R. Barthes, op. cit., p. 11.
35
Claude Duchet, Sociocritique, Paris, Fernand Nathan, 1979.
23
le discours social et qui tire son caractère du fait de venir après que tout soit déjà
dit. »36 (Souligné par l’auteur).
Plus simplement, le texte littéraire ayant une existence et une signification
historique, la sociocritique primordialement, visera selon Jean Peytard à définir « une
méthode de lecture de texte. Le texte étant aussi bien constitué par une citation, un titre de
roman, une page prélevée, que par une œuvre complète. »37
Pour nous, en privilégiant la représentation de cette portion de la plaine du Chélif
dans l’imaginaire à travers les textes littéraires et para-littéraires, l’orientation sociohistorique s’impose d’elle-même. Comme s’est imposé, par l’option d’une orientation
didactique, le choix de plusieurs genres d’expression. En effet, dans cette perspective, la
diversité des histoires et des genres devient source d’un riche système de variantes,
organisables dans un regroupement de thèmes communs voire récurrents tels le climat (la
chaleur), les catastrophes naturelles (les crues du Chélif, les séismes), un fait historique
marquant (les «enfumades» du Dahra), l’histoire des lieux, qu’ils soient séculaires ou des
créations coloniales ou hybrides.
Les extraits proposés, leur mode de rassemblement et de classement, par période et
par thème, se veulent avant tout oeuvre de mémoire, témoignage sur une région dont la
représentation au niveau de l’imaginaire est très controversée et parce que « C’est peut-être
dans les anthologies que les cultures nationales peu diffusées peuvent trouver un lieu
d’expression privilégié. »38
Les différents sens d’une notion : lieu, territoire, point de vue et représentation spatiale.
L’intitulé de notre travail oriente la lecture et privilégie une technique, la description
et le rôle que joue toute représentation de l’espace au niveau de l’imaginaire. Il s’avère
donc nécessaire de clarifier au préalable ces notions spatiales de lieu, de territoire pour
aborder la notion de point de vue essentielle à l’étude de la description.
Le lieu (locus en latin ou topos en grec) est la réponse à la question « où ? » Il est le
fondement même de la géographie qui interprète toujours l’espace à partir d’une
36
Marc Angenot, « Que peut la littérature ? Sociocritique et critique du discours social » in J. Neefs et M.-C
Ropars (dir.), La politique du texte, Lilles, Presses universitaires de Lille, 1992, p. 12 et 21.
37
Jean Peytard, Littérature et classe de langue, Paris, Crédif-Hatier, 1983, coll. « LAL », p. 109.
38
E. Fraisse, Les anthologies en France, op. cit., p. 111.
24
localisation. On ne peut certes se situer que par rapport à un repère. La localisation pose
alors le problème épineux « de point de vue ». Ce dernier, qui est par définition multiple
car subjectif, a un impact déterminant sur notre perception du monde. Tout jugement se
faisant à partir d’un « point de vue » qui est une « prise de position », on touche là au vif
de l’objet assigné au programme scientifique, ce qui explique notre choix de textes sur la
région sous forme d’anthologie. En effet l’option anthologique nous semble la plus
appropriée pour multiplier les points de vue et déterminer la représentation collective d’une
région à partir des représentations individuelles. Si la localisation est donc une notion
relative, il faut la construire en relation avec d’autres éléments, par rapport au milieu
naturel environnant (c'est-à-dire le site) et par rapport au point de vue des autres (c’est la
situation). En définitive le lieu est ce point de l’espace que l’on s’approprie et à partir
duquel on perçoit le monde.
Le territoire est le cadre spatial dans lequel est établie une communauté humaine,
c’est donc une portion d’espace contrôlée et appropriée, y compris symboliquement, par
une société donnée. L’occupation coloniale du territoire dans le cas de l’Algérie est un
objectif géographique de la guerre qui a modifié profondément l’espace social. Pour
exemple, et non le moindre, la création d’un espace étatique a bouleversé l’espace tribal
dans le pays tout comme la création d’Orléansville au confluent du Chélif et de l’oued
Tsighaout a modifié aussi bien l’espace physique que l’espace social de la région. Un autre
problème lié au concept d’espace est de savoir s’il est organisé ou non. L’intérêt de « la
production spatiale » est qu’elle permet de savoir si un espace est subi ou désiré. Le
principe d’un espace « organisé » est relativisé autour de l’idée d’un « espace produit » ou
d’un « espace vécu ». Ainsi le projet de l’aménagement spatial de la nouvelle cité qui nous
est donné par Saint Arnaud dans une lettre à son frère :
« La position géographique et politique d’Orléansville est telle que, par la force des
choses, d’ici à quelques années le siège d’une division y sera établi. Il faudra donner
bien des coups de pioche et de truelle et planter bien des arbres, tracer des routes et
creuser des canaux ; mais nous arriverons, tout se fera. »39
39
Lettres du maréchal de Saint Arnaud. Publ. par Adolphe Leroy de Saint-Arnaud, Paris, Michel Lévy frères
libraires-éditeurs, 1855, tome 2, p. 4-5.
25
Un autre exemple, à l’échelle de la région qui nous intéresse, nous est encore fourni
par Saint Arnaud lorsqu’il occupe la ville de Miliana. Il relate le réaménagement du
territoire conquis ainsi :
« Dans une ville où huit cents hommes et vingt officiers se logeaient avec peine, j’ai
placé deux mille quatre cents hommes et cent cinquante chevaux, de l’artillerie, et je n’ai
employé ni une tente ni un gourbi en feuillage. Cinq cents hommes de corvée
déblayaient les maisons, les maçons rétablissaient les moins ruinées : une activité
débordante, communiquée électriquement, relevait tout cela. […] Les Arabes rentrent en
masse dans Milianah. Je leur ai nommé un hackem, un muphti, un cadi, des chaouchs.
J’ai rendu une mosquée à leur culte. Il y a quelques jours, Milianah ne retentissait que de
coups de fusils : aujourd’hui, du haut du minaret, la voix du Muezzin annonce l’heure de
la prière. C’est un songe. » 40
La ville détruite par l’armée française est reconstruite par celle-ci qui l’occupe de
façon durable. Son territoire est réaménagé et les Arabes sont autorisés à se réinstaller mais
sous l’égide de l’occupant. L’espace chélifien est donc autant le produit de l’histoire que de
la géographie c'est-à-dire celui d’aménagements qui ont systématiquement tentés de le
rationaliser. L’étude géographique d’une région donnée propose de voir le territoire comme
résultat du rapport étroit entre un groupe social et une représentation collective de l’espace.
Ainsi que le précisent les géographes :
« A un moment donné, la représentation spatiale permet d’établir une correspondance
entre un groupe et un espace en termes d’affinité élective, d’appropriation,
d’identification, d’affiliation, processus complexe dit de territorialisation. Pour un
groupe, territorialiser revient à investir un espace en y multipliant les lieux et les réseaux
sur un mode à la fois concret et symbolique. On comprend que dans ces conditions, le
territoire pousse parfois à la quête des limites, provoque la construction de barrières,
engendre à la délimitation de frontières, et qu’il soit souvent assorti d’une dimension
juridique. »41
L’intimité des rapports qu’entretient chaque personne avec l’espace géographique,
l’étroite imbrication de ce dernier et des projets de chaque société sont à tout moment
influencés par les représentations individuelles et collectives de l’espace, et donc les images
du territoire dans lesquelles s’inscrivent le temps individuel et le temps social.
40
Ibid., Lettres du Maréchal de Saint Arnaud, op. cit., p. 1-2.
Annette Ciattoni et Yvette Veyret (dir.), Les Fondamentaux de la géographie, Paris, Armand Colin, 2003,
coll. « Campus », p. 22-23.
41
26
La notion de représentation spatiale se rattache donc davantage au registre des
représentations collectives, elle appartient à la catégorie des représentations sociales. Se
représenter l’espace c’est aussi se représenter ceux qui l’occupent et ceux qui l’ont façonné.
Les représentations de l’espace varient selon l’âge, le sexe, les modes de transports, etc.
Les représentations spatiales correspondent, à un moment donné, aux schémas, véritables
remodelages ou reconstitutions, suivant lesquels un groupe se représente l’espace proche ou
l’espace lointain, le sien ou celui des autres. Il le fait en fonction de connaissances pratiques
certes, mais aussi en fonction des systèmes d’idées, de valeurs, de projets auquel il donne
corps.
La construction des représentations spatiales est un processus de longue durée qui
mobilise l’ensemble des savoirs et savoir faire à partir desquels une société conçoit un
espace, l’ordonne, le pratique et lui donne sens. Les représentations spatiales ou cartes
mentales ainsi construites deviennent plus ou moins consciemment des références utilisées
dans les jugements, les conduites et l’action, relatifs à l’espace que chaque groupe engage
vis-à-vis de lui-même, ou vis-à-vis des autres. Comme l’illustre cet extrait d’un procès
verbal de réunion du conseil municipal d’Orléansville :
« Nous savions, se disent les habitants que le pays d’Orléansville longtemps calomnié
par tous, à Paris comme à Alger sur la foi de quelques touristes plus ou moins officiels
qui n’avaient fait que traverser la contrée en courant, ignoré de ses chefs naturels qui n’y
étaient même jamais venus, était il y a quelques années encore sous le coup d’une
réputation défavorable et que nous affirmons imméritée. » 42
Ce que nous verrons au fil de l’analyse de textes du premier ensemble de notre
anthologie, productions relevant de tous les registres de la dynamique sociale, et qui
intègrent une expérience territoriale collective unique : l’aménagement spatial d’une région
avec la création de villes et de villages s’égrenant tout le long de la plaine du Chélif.
La description d’un lieu à travers les textes
Nous avons choisi de privilégier une forme, la description, pour étudier ses
mécanismes à travers un éventail de textes sans se limiter au seul genre romanesque d’une
42
Archives municipales, Procès verbal de réunion du conseil municipal d’Orléansville en date du 9 novembre
1858.
27
part, car « la littérature n’est jamais simplement la somme des œuvres individuelles, mais
se constitue tout autant à travers les relations que ces œuvres tissent entre elles »43. D’autre
part, du côté du récepteur, notamment la reconstruction de l’œuvre implique toujours
d’abord la reconnaissance des conventions discursives générales dont elle relève.
Les différentes approches de la notion de description s’accordent à voir dans la
description une pratique propre à la convention courante. Liée à la fonction référentielle du
langage qui désigne les éléments de l’univers réel que le locuteur veut distinguer, la
description en énumère les propriétés sur le mode du commentaire évaluatif. On ne décrit
pas pour simplement constater l’existence de l’objet et en énumérer les aspects, on décrit
pour, à l’intention d’un destinataire. La prise en compte de celui-ci infléchit la fonction que
l’on attribue à la description, laquelle peut être élogieuse ou critique.
Décrire, c’est écrire à propos de : l’étymologie nous autorise à voir dans la
description l’une des procédures essentielles de l’écriture littéraire : dire le monde, objets et
paysages, lignes, formes, volumes, couleurs, ce qui du monde se donne à appréhender par
un sujet doté de cinq sens, (notamment celui qui privilégie la description). Décrire c’est
représenter le monde par l’écriture. Pour notre part, comme les textes choisis évoquent la
représentation d’un lieu sur une durée assez longue, nous avons opté pour les présenter
dans l’ordre chronologique. Cela permet d’étudier l’évolution de cette représentation à
travers les différentes descriptions et les différents points de vue que cela implique. Notre
choix aussi pour la forme anthologique s’il a pour origine le désir de partager une rencontre
personnelle, répond surtout à une préoccupation didactique : dresser un tableau organisé
d’un aspect d’une littérature consacrée à un lieu en donnant à lire des extraits significatifs
sur la représentation de ce lieu.
L’exposition des textes d’hier visant à rendre lisibles ceux d’aujourd’hui, elle
permet d’établir une certaine généalogie. Comme le souligne aussi Emmanuel Fraisse :
« l’anthologie est par définition une organisation de la mémoire et une relecture des textes
qu’elle conserve »44, elle s’institue de fait, comme un univers de formes, de thèmes de
types discursifs saisi comme reflet d’un art marqué par l’histoire et devient nécessairement
« miroir orienté » d’une littérature. Notre objet d’étude ayant pour titre : « la plaine du
Chélif à travers les textes », a donc pour corollaire l’histoire et la description d’un lieu à
43
Dictionnaire des genres et notions littéraires, Encyclopaedia Universalis et Albin Michel, Paris, 2001.
28
travers différents supports. Le choix de cet intitulé nous permet de transformer notre corpus
qui est déjà un groupement de textes en « montage didactique », pour en orienter la lecture.
Ce montage esquisse en effet, les premiers traits d’un projet de lecture pour chacun de ces
textes mais encore il détermine le type de relation entre chacun des textes et fournit un
cadre pour l’enchaînement des séances.
De fait, même si cet intitulé ne fait pas état des différences et des spécificités de
chacun de ces textes, il les rapporte à une série d’invariants (la description et l’évocation de
lieux constitutifs d’une région) et laisse donc une certaine latitude à l’enseignant pour la
construction d’une séquence didactique. Ce dernier peut définir pour le même groupement
de textes, sous le même intitulé, des problématiques textuelles différentes en fonction
desquelles il ajustera l’ordre d’étude des textes et, corrélativement la succession des
séances.
Enfin, il permet l’ébauche d’une perspective commune à l’ensemble de ces textes,
une ébauche doublement thématique et problématique :
La description désigne à la fois une forme dont le contenu, une liste plus ou moins
exhaustive et disposée d’une certaine manière de particularités physiques, sociales etc.
L’appartenance au code esthétique du réalisme et du naturalisme suscite à la fois la
récurrence de certains motifs et la résurgence, d’un texte à l’autre, de pratiques scripturales
spécifiques.
S’agissant de notre corpus, il faut faire mention de l’insistance dépréciative des
descriptions faites a posteriori. On voit en effet les auteurs souligner à plaisir l’aspect de
désolation et la chaleur élevée de la région qui en donne une image bien peu hospitalière,
ainsi cette description de Maupassant :
« Dans la plaine jaune, interminable, quelquefois on aperçoit un bouquet d’arbres, des
hommes debout, des Européens hâlés, de grande taille, qui regardent défiler les convois,
et, tout près de là, de petites tentes pareille à de gros champignons, d’où sortent des
soldats barbus. C’est un hameau d’agriculteurs protégé par un détachement de ligne.
Puis dans l’étendue de terre stérile et poudreuse, on distingue, si loin qu’on le voit à
peine, une sorte de fumée, un nuage mince qui monte vers le ciel et semble courir sur le
sol. C’est un cavalier qui soulève sous les pieds de son cheval la poussière fine et
brûlante; et chacune de ces nuées sur la plaine indique un homme dont on finit par
distinguer le burnous clair, presque imperceptible.
De temps en temps des campements d’indigènes. On les découvre à peine, ces douars,
auprès du torrent desséché où des enfants font paître quelques chèvres, quelques
44
E. Fraisse, « Mémoire et anthologies », in Mémoire, mémoires, Amiens, Encrage édition et CRTF/UCP,
1999, p. 21.
29
moutons ou quelques vaches (paître semble infiniment dérisoire). Les huttes de toile
brune, entourées de broussailles sèches, se confondent avec la couleur monotone de la
terre. » 45
Cette détraction que l’on ne trouve pas au même degré dans les premiers écrits se
généralise et devient progressivement une figure obligée de la région ou de la ville selon
qu’on la traverse ou qu’on y habite. C’est en ce sens que la description qui se veut peinture
fidèle du réel dans l’écriture réaliste reste éminemment entachée de « soupçon » car il n’est
pas possible d’établir une distribution nette entre objectivité et subjectivité, sinon un
jugement à partir d’un point de vue qui comme nous l’avons dit plus haut est « une prise de
position ». Faute de pouvoir conduire une analyse méthodique de ces « regards croisés »,
on en livre simplement quelque illustrations discursives, ainsi ce passage d’un Médecinmajor des Armées vantant l’emplacement et la salubrité d’Orléansville :
« En effet, la vaste plaine du Chélif, l’une des plus grandes et des plus riches au nord de
l’Afrique, peut être considérée comme la plus susceptible d’être habitée, puisqu’elle est
moins marécageuse et par conséquent insalubre.
Orléansville se trouve merveilleusement située pour devenir un centre de colonisation.
Des routes nombreuses la font communiquer avec Alger, Milianah, Mostaganem, Oran
et Mascara. Une route de Ténès, passant par Orléansville et Thiaret, mettrait en
communication directe et les besoins mutuels des populations du sud et du nord. Ce
nouvel itinéraire, qui traverserait les hauts plateaux du Sersou et du Gebel-Amour,
pourrait un jour être suivi de préférence par les caravanes qui font le commerce de
l’intérieur de l’Afrique. » 46
Et sur un autre mode Alphonse Daudet consacre quelques lignes à la description de
la région. La citation des lieux communs y est ambivalente, ironique en même temps
burlesque et grinçante et l’on peut lire très exactement dans les attitudes qui y sont mises en
scène, la dualité de sa disposition à l’égard de l’Algérie :
« Pendant un mois, cherchant des lions introuvables, le terrible Tartarin erra de douar en
douar dans l’immense plaine du Chélif, à travers cette formidable et cocasse Algérie
française, où les parfums du vieil Orient se compliquent d’une forte odeur d’absinthe et
de caserne, Abraham et Zouzou mêlés, quelque chose de féerique et de naïvement
burlesque […] …Curieux spectacle pour des yeux qui auraient su voir. Un peuple
sauvage et pourri que nous civilisons, en lui donnant nos vices […]
Puis tout autour, des plaines en friche, de l’herbe brûlée, des buissons chauves, des
maquis de cactus et de lentisques, le grenier de la France!...Grenier vide de grains, hélas!
Et riche seulement en chacals et en punaises. Des douars abandonnés, des tribus effarées
45
Guy de Maupassant, Lettres d’Afrique (Algérie, Tunisie), présentation de Michèle de Salinas; Paris, La
boîte à documents, extrait du chapitre intitulé «La province d’Oran», 1990, p. 305-306.
46
Robert Pontier, Souvenirs de l’Algérie ou Notice sur Orléansville et Ténès, Cambrai, F. Deligne, imprimeur
libraire de l’Archevêché, 1854, p. 1-3.
30
qui s’en vont sans savoir où, fuyant la faim, et semant les cadavres le long de la route.
De loin en loin, un village français, avec des maisons en ruine, des champs sans culture,
des sauterelles enragées, qui mangent jusqu’aux rideaux des fenêtres, et tous les colons
dans les cafés, en train de boire de l’absinthe en discutant des projets de réforme et de
constitution. Voilà ce que Tartarin aurait pu voir, s’il s’en était donné la peine… » 47
Une dernière illustration, celle-ci d’un véritable guide que les contraintes de
concision rédactionnelle, le public français auquel il est destiné et la date de publication (le
centenaire de la colonisation) conduisent à reprendre quelques clichés, mais cette fois
valorisants. Textualité apprêtée de fioritures, conditionnée pour une consommation
touristique convenue, dans la pratique de laquelle le stéréotype trouve son
accomplissement :
« Et puis, voici Orléansville. Je ne sais quel est, au gros de l’été, l’aspect de cette
capitale d’une région torride, mais je sais bien que, dans les mois touristique, elle
s’entoure d’une aimable ceinture d’arbres et de jardins. C’est la revanche des régions qui
doivent toute leur verdure à l’arrosage artificiel que de la disposer avec art et de savoir
profiter de l’eau jusqu’à la dernière goutte. […] Au nord, même si le Chélif, selon le mot
d’un géographe prudhommesque, «coule à sec», c’est-à-dire entre des rives dont la
hauteur jure avec son mince débit, de beaux eucalyptus, des cyprès compacts abritent ou
jalonnent d’opulentes cultures de vignes, d’orangers et de grenadiers. Au sud-ouest,
Orléansville a sauvé ou créé en partie cent hectares de pins et de caroubier, un Bois-deBoulogne assez inattendu ici. La ville elle-même, en dépit de ses murailles à créneaux et
de ses rues tirées au cordeau, s’est efforcée vers un urbanisme coquet, signe de
prospérité. Les rues y sont larges au point que les blancs immeubles à deux étages ont
l’air d’attendre des étages complémentaires. Quelques maisons traitées en style
mauresque, un palais de justice dont la porte est d’une amusante polychromie, de nettes
et claires boutiques, un square élégamment dessiné […] une mosquée neuve et fort
élégante, avoisinant une école de tapis et de broderies, voilà de quoi passer quelques
heures sans ennui. Et peut-être n’est-il pas inutile, pour montrer la vie de ces souspréfectures algériennes et l’esprit d’initiative de leurs édiles, de signaler que celle-ci
s’est offerte – en plein royaume de l’aridité – le luxe trop rare en France d’une piscine
municipale. » 48
Approche didactique
Nous avons donc choisi de rassembler ces textes sous le mode anthologique afin de
mieux cerner la naissance et l’évolution d’un lieu à travers des textes de forme et de genre
variés en accordant le primat à la chronologie. Notre anthologie ayant pour but d’esquisser
47
Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon, Paris, 1872, réédité par l’école des loisirs, Paris, 1981, Chapitre V
Troisième épisode, p. 120-122.
48
Georges Rozet, Alger, Blida et la vallée du Chélif, Publication du centenaire de l’Algérie, Paris, Horizons
de France éditions, 1930, p. 37-54.
31
l’image textuelle d’une région, des extraits courts et nombreux, doivent rendre sensible
l’évolution historique et déployer l’éventail des sujets, des formes, et des tons.
S’agissant de notre corpus nous avons opté pour un faisceau de caractéristiques
typologiques, thématiques et esthétiques que nous avons rassemblé et traduit sous
l’intitulé « la plaine du Chélif à travers les textes » et ce dans la perspective de son
exploitation didactique en classe de français langue étrangère. Il s’adresse en priorité à un
public spécifique, des étudiants algériens préparant une licence de français et dont le niveau
de langue est plutôt « intermédiaire » qu’« avancé » si nous nous référons aux tests
d’évaluation proposés par le CERL (cadre européen de référence des langue), licence
particulière où l’enseignement de la langue reste étroitement associé à celui de la littérature.
Ainsi notre recueil de textes, s’il n’a pas de visée ou de méthodologie purement
pédagogique, entend suggérer des prolongements didactiques pour un public spécifique,
celui des enseignants de français langue étrangère et des étudiants en licence de FLE. En
effet, sur le plan de la formation des enseignants, la typologie de textes que nous proposons
peut donner lieu à l’élaboration d’un matériel didactique intéressant au niveau de l’analyse
des textes, de la production à la construction de schéma didactique ou de types de
séquences didactiques. L’autre prolongement didactique qui concerne l’expérimentation et
donc les apprenants, est de former les étudiants à l’analyse textuelle par la pratique de la
lecture méthodique. Cette dernière renvoie à une conception qui juge utile de proposer des
méthodes, des techniques d’analyse, afin d’engager les apprenants dans une démarche
active de production de sens. Elle permet de proposer de nombreuses activités
pédagogiques en appréhendant le texte de façon globale. En outre, les directives du
programme officiel sont claires, si l’on se réfère par exemple aux orientations proposées
pour l’enseignement du module « didactique des textes littéraires », elles sont énoncées
ainsi :
Instructions officielles de la licence d’enseignement de français (25 juin 1983)
« Cadre institutionnel et pédagogique sous-tendant l’enseignement du français et les
objectifs assignés ou assignables à cet enseignement : (orienter surtout en fonction de
l’enseignement des textes).
Les divers supports à l’enseignement d’une langue et leurs applications (textes littéraires
et paralittéraires). […]
Les pratiques relevant de ces supports,
32
Les approches des textes littéraires et les pratiques pédagogiques. » 49
Or, si la littérature occupe une place essentielle dans la formation de la personnalité
et dans l’appropriation par chacun de la mémoire collective, son enseignement reste
problématique dans une société qui n’a pas d’option claire entre l’enseignement de la
langue française (réduite idéologiquement à être l’ex-langue coloniale) et l’acquisition
d’une part du patrimoine littéraire. Ainsi en matière de langue française, on espère une
sorte d’acquisition technique tout au long de la formation, « lavée » du contexte historique.
La double exigence – apprendre une langue et son contexte – est cloisonnée :
l’enseignant doit : soit, porter son attention sur les difficultés linguistiques de ses
apprenants qui donneront la priorité à l’acquisition d’outils simples qu’il espère
immédiatement réutilisables, soit, transmettre un patrimoine littéraire qui le poussera à
délaisser les apprentissages méthodologiques. En tout état de cause, apprentissage
linguistique et acquisition d’une part de patrimoine littéraire ne sont pas incompatibles.
Dans leur manuel, J. Biard et F. Denis abordent cette articulation :
« Sans une certaine connaissance du patrimoine littéraire propre à la langue enseignée il
n’y a pas d’accès à une langue avertie de toutes ses ressources et sans travail sur la
langue une véritable intelligence des œuvres est impossible. C’est dans le texte littéraire
même, y compris et surtout avec des élèves en difficulté, que la langue se conquiert
réellement : le texte littéraire a cette supériorité sur la communication […] qu’il
condense, complexifie et rend exemplaires les fonctionnements langagiers en les
rapportant à d’autres scènes (l’imaginaire, l’historique, le collectif, etc.) où chacun,
d’une façon ou d’une autre, joue son identité et cherche ses repères. »50
Notre démarche vise à reconstituer, en les hiérarchisant, les différentes étapes que
comporte la lecture méthodique, selon le cheminement suivant :
Notre objectif initial est d’élaborer une grille d’analyse s’efforçant d’être aussi
complète que possible, afin de permettre au lecteur de choisir, en fonction du texte proposé
et de l’angle de lecture adopté (groupement de textes thématique ou perspective d’étude de
l’œuvre intégrale), les outils méthodologiques adéquats.
49
Arrêté du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique portant liste et contenu des
modules composant le curriculum des études en vue de la licence d’enseignement de langue française du 25
juin 1983.
50
Jacqueline Biard et Frédérique Denis, Didactique du texte littéraire, progressions et séquences, Paris,
Nathan, 1993, coll. « Perspectives didactiques », p. 6.
33
Notre second objectif est à partir d’un corpus représentatif des principaux genres et
types de textes de proposer plusieurs maniements de cette grille d’analyse. Si celle-ci
inventorie des procédés récurrents, elle ne se borne pas à un recensement figé et
systématique de catégories formelles. Mais elle conduit à élaborer des hypothèses de
lectures synthétisées sous la forme d’un plan détaillé qui fait ressortir la spécificité de
chaque texte étudié. Car c’est cette articulation entre le repérage des procédés d’écriture à
l’œuvre dans un texte donné et la construction d’un plan interprétatif qui, à notre avis,
constitue la difficulté majeure éprouvée par les étudiants. Nous y reviendrons de manière
plus détaillée dans le fascicule consacré à l’exploitation pédagogique des textes.
3. Présentation du Corpus
Notre anthologie a pour date initiale : 1843 car c’est à cette date que le centre
militaire d’Orléansville est créé. L’anthologie commence donc par les lettres du maréchal
Bugeaud mais nous tenons à signaler que nous avons opéré une légère entorse à cette
chronologie par l’insertion d’une lettre de Saint-Arnaud de 1842. Date à laquelle Miliana
est réellement investie par l’armée coloniale.
Le classement des textes a été déterminé par trois facteurs :
Le facteur géographique déterminant : la première caractéristique d’Orléansville
c’est nous l’avons déjà dit, d’être une création coloniale et c’est sa position géostratégique
qui a déterminé le choix de son emplacement.
Le facteur naturel : la chaleur, les crues et les séismes qui ont largement contribué à
la construction d’un espace imaginaire fortement dépréciatif de la région.
Le facteur humain : personnages historiques qui ont contribué directement ou
indirectement à la création de la ville, personnages témoins de l’essor d’une ville, du simple
conducteur de travaux aux écrivains tels A. Daudet, G. de Maupassant, A. Kinglake, I.
Eberhardt entre autres, beaucoup plus proche de nous, la relation d’écrivains natifs de la
région tels Paul Robert, le lexicographe, Assia Djebar, Mohamed Magani. Tribus au
potentiel fortement séditieux se livrant à des guerres intestines mais durement éprouvées
par la spoliation coloniale. Le régime militaire a été instauré puis s’est imposé par «le
sabre», mais aussi en profitant des rivalités tribales. L’Histoire de Yemma Bnett à BéniHaoua, histoire revisitée par Vénus Khoury-Ghata dans son roman et Maïssa Bey dans la
34
préface d’un livre-disque et quelques poèmes enfin écrits en hommage à la ville ou à la
région.
Notre corpus se compose de textes variés : extraits épistolaires, extraits littéraires et
paralittéraires (compte-rendu de réunion du conseil municipal, article publicitaire, notice…)
dont l’intérêt sur le plan didactique est de voir comment des genres discursifs, aussi
éloignés que la lettre l’est du poème, nous informent sur un lieu à un moment historique
donné ; de voir aussi comment les motifs récurrents associés à ce lieu participent à la
construction d’un imaginaire sur cette région du Chélif, imaginaire peu élogieux.
L’ordre chronologique s’est imposé pour appréhender de manière pertinente les
conditions socio-historiques de production de ces textes. En effet, cette sélection dans la
successivité permet de cerner l’évolution de la représentation de la plaine du Chélif,
étroitement liée au développement socio-économique d’Orléansville. En outre, si les lettres
du maréchal Bugeaud et celles de Saint Arnaud nous informent sur les conditions et les
motivations, idéologiques et stratégiques entre autres, qui ont présidé au choix de ce lieu
pour la création d’Orléansville, elles nous éclairent aussi sur un pan de notre histoire. Elles
nous permettent d’analyser les mécanismes mis en jeu au niveau de l’écriture dans la
transposition d’un fait historique, du niveau épistolaire au niveau littéraire. Nous citons
pour exemple la mise en texte d’un événement aussi tragique que les enfumades des grottes
du Dahra ou les faits d’un Chérif héroïque tel Boumaza chez Assia Djebar.
Nous avons donc opté pour la répartition de nos textes en deux grands ensembles
qui correspondent au plan de l’anthologie que nous avons annoncé plus haut. Nous
présentons notre corpus dans les tableaux ci-dessous.
35
ENSEMBLE 1 : FONDATION DES LIEUX
Auteur
Fonction
Bugeaud
Militaire
(général)
Bugeaud
Militaire
(colonel)
Militaire
Saintarnaud
Saint
Arnaud
Saint
Arnaud
Pontier
Militaire
Texte
et
numérotation
Création
d’Orléansville T.1,
P4
Kranios des sbéah
T. 2, P7.
Milianah T. 3, P8.
Guerre d’Afrique T.
4, P10.
Militaire
« une ville qui prend
forme » T. 5, P11.
Médecin
– « Avenir
major
d’Orléansville et de
Ténès » T. 6, P12.
Médecin–
Fondation
Pontier
major
d’Orléansville
des armées
T. 7, P13.
Militaire
Antiquités du cercle
Lapasset
de Ténès
(lieutenantT. 8, P15.
colonel)
Membres du Procès verbal de
Archives
conseil
réunion du conseil
municipal
municipal
d’Orléansville T. 9,
P 18.
Aide Major
Milianah T.10, P20.
Ricque
Écrivain
L’affût du soir dans
Daudet
un bois de lauriers
roses T. 11, P21.
Argumentaire T. 12,
Lamairesse Ingénieur
P23.
Conseiller
Pétition et mémoire
Fourrier
général
des
habitants
d’Orléansville
T. 13, P25.
Parlementaire Milianah T. 14,
Bourde
P26.
Date
Genre
discursif
02/04/1843 argumentatif
Genre
littéraire
épistolaire
08/06/1843 informatif
épistolaire
01/07/1842 descriptif
épistolaire
25/11/1844 descriptif
épistolaire
20/12/1844 argumentatif
épistolaire
1854
Narratif
Récit
témoignage
1854
narratif
Récit
témoignage
1856
Récit
documentaire
9/11/1858
Narratif
description
itinérante
argumentatif
1865
1872
descriptif
descriptif
monographie
roman
1874
argumentatif
1880
argumentatif
Article
de
journal
Article
polémique
1880
narratif
Compterendu
Récit
voyage
de
Remarque : La numerotation des pages correspond à celle de l’anthologie
36
ENSEMBLE 1 FONDATION DES LIEUX. (suite)
Auteur
F onction
Texte
et Date
numérotation
parlementaire Le Chélif T.15,
1880
Bourde
P27.
La plaine du 1883
Clamageran Sénateur
Chélif T.16, P29.
La vallée du 1884
Maupassant Écrivain
Chélif T.18, P32.
Militaire
Création de la 1887
Bourin
(capitaine)
route El-EsnamTénès T. 19, P34.
Conducteur de Ténès T. 20, P36. 1890
Branlière
travaux
et La plaine du 1894
Masqueray Historien
écrivain
Chélif T.21, P38.
et Orléansville
1894
Masqueray Historien
écrivain
T. 22, P41.
Militaire
Création
des 1898
Du Barail
villages chrétiens
et conversions en
pays musulman
T. 23, P43.
Géographe
Orléansville
1901
Vast
capitale
d’une
région torride
T. 24, P45.
écrivaine
Chevauchée en 25/12
Eberhardt
pays farouche
/1902
T. 25, P47.
publié
en 1987
Administrateur Vallée de flamme 1950
Hanin
et de poussière
T. 26, P49.
Administrateur Milianah T. 27, 1950
Hanin
P51.
Lexicographe Orléansville et 1979
Robert
ma
maison
natale T.28, P52.
Lexicographe Promenade
en 1979
Robert
ville et hors de la
ville T. 29, P54.
Genre
discursif
narratif
descriptif
Genre
littéraire
Récit
de
voyage
Récit de voyage
descriptif
Récit de voyage
narratif
Récit
documentaire
descriptif
Récit historique
descriptif
Récit de voyage
descriptif
Récit de voyage
polémique
Récit
autobiographi-que
descriptif
Récit
documentaire
narratif
Récit
autobiographi-que
descriptif
Récit de voyage
descriptif
Récit de voyage
narratif
Récit
autobiographi-que
Récit
autobiographi-que
descriptif
37
ENSEMBLE 2 : ÉVÉNEMENTS DANS LA REGION
Tableau 1 : Événements historiques
Genre
discursif
Auteur
Texte et numérotation
Date
Bugeaud
L’insurrection du Dahra
T. 30, P57.
01/05/1843 argumentatif
SaintArnaud
SaintArnaud
Djebar
L’insurrection du Dahra
19/07/1845 informatif
T. 31, P58.
L’enfumade des des Sbéhas T. 32,
15/08/1845 informatif
P59.
« Femmes, enfants, bœufs couchés
dans les grottes… »
1985
narratif
T. 33, P61.
Genre
littéraire
Epistolaire
Epistolaire
Epistolaire
Récit
Historique
Djebar
Biffure T. 34, P66.
1985
poésie
Prose
poétique
Eberhardt
Les enjôlés T. 35, P67.
1902
narratif
nouvelle
38
ENSEMBLE 2 : ÉVÉNEMENTS DANS LA REGION
Tableau 2 : Événements liés au site géographique
Genre
discursif
Genre littéraire
Auteur
Texte et numérotation
Date
Eberhardt
Aïn Djaboub T. 36, P71.
1902 narratif
Nouvelle
Kréa
Le séisme T.37, P75.
1958 théâtral
pièce théâtrale
Magani
Djemaï
1983 narratif
1986 narratif
roman
roman
1986 poétique
poésie
Vincent
Medjbeur
KhouryGhata
La faille du ciel T. 38, P77.
Saison de pierres T. 39, P80.
Poème d’EL Asnam et d’autres
lieux T. 40, P83.
Le tremblement de terre à EL
Esnam T. 41, P88.
Miliana T. 42, P90.
La crue du Cheliff T. 43, P91.
Les fiancées du cap TénèsT. 44,
P94.
AïtOuyahia
Orléanville 1954 T. 45, P96.
Skif
Vincent
Poétique
exhortatif
1986 descriptif
1989 narratif
1986
poésie
poésie
roman
1995 narratif
roman
1999 narratif
récit
autobiographique
2006 narratif
roman
2004 narratif
roman
2004 narratif
roman
2004 narratif
roman
Martorell
Villages chrétiens de la plaine du
Chélif T. 46, P99.51
le Chélif ou la magie des lieux T.
47, P102.
Lieux hybrides ou l’impossible
fusion T. 48, P103.52
Ma vie à la campagne T. 49,
P104.
Mon pays T. 50, P108.
2004 poétique
Tengour
Enfance T. 51, P106.
2005 narratif
poème
récit
autobiographique
Bey
Ténès et l’ombre de Imma B’nêt
Prose
2005
T. 52, P109.
poétique
AïtOuyahia
Granger
Granger
Granger
préface
51
Ce texte s’insère au plan de l’analyse dans le premier tableau mais en raison de la périodisation que nous
avons opérée dans notre anthologie, nous préférons le laisser tel qu’il apparaît dans le recueil.
39
Les bornes de notre étude ainsi posées, son contenu se doit de donner à voir
concrètement l’histoire de la région à travers l’historique de la création d’une ville ainsi que
les multiples représentations que suscite cette plaine du Chélif au niveau de l’écriture. C’est
donc Chlef ex El Asnam ex Orléansville qui assure l’unité de l’ensemble. Il semblait
évident de prendre pour point de départ la date de sa création parce que l’édification de ce
camp militaire à l’origine, modifiera complètement le paysage de la vallée du Chélif. La
création d’Orléansville aura des répercussions innombrables sur le plan politique, social et
économique et bien sûr au plan de l’imaginaire.
Nous présentons en annexe un fascicule pour illustrer par quelques exemples
l’approche didactique que nous proposons de ces textes ainsi qu’une communication sur
« L’histoire de l’enseignement du français dans la plaine du Chélif pendant la
colonisation »53.
52
Ibidem.
« L’enseignement du français en colonie : Enseignement primaire : expériences inaugurales/Institution du
français : aspects historiques et didactiques », journées d’études du 7 et 8 juin 2007 organisées par le
laboratoire de recherche Kachina sous la direction de Mme Dalila Morsly, université d’Angers.
53
40
PREMIÈRE PARTIE
ÉLÉMENTS DE GÉOGRAPHIE ET D’HISTOIRE
41
CHAPITRE PREMIER
ESPACE GÉOGRAPHIQUE ET HISTOIRE
I. ÉTUDE GÉOGRAPHIQUE
1. Délimitation
Les plaines du Chélif, situées au centre du pays entre les deux grands pôles
économiques, à l’Ouest d’Alger, et à l’Est d’Oran, présentent des unités bien distinctes
s’ordonnant parallèlement au littoral :
« -Au Nord une série de hautes collines aux formes molles, le Dahra, prolongées à l’Est
par des amandes calcaires plus vigoureuses (le Zaccar1500m) heurtant brutalement le
rivage.
- Au Sud un ensemble montagneux très compact mais découpé par les cours d’eau
transversalement, dominé par les massifs de l’Ouarsenis (1908m).
- Au centre , de part et d’autre de ce relief, s’égrène un chapelet de plaines depuis la
plaine de Djendel à l’Est jusqu’à celle d’Ighil-Izane à l’Ouest, dont l’axe orienté
grossièrement d’Ouest en Est est constitué par le cours du Chélif ».54
La dépression du Chélif donne ainsi l’illusion sur une carte à petite échelle, d’une
fosse continue entre, au Nord, les monts du Zaccar que prolongent les plateaux du Dahra et,
au Sud, le massif de l’Ouarsenis.
« La vallée longitudinale du Cheliff, de Djendel au confluent de la Mina, est en effet un
étroit couloir inséré entre le Dahra et les contreforts septentrionaux de l’Ouarsenis,
épanoui à son extrémité occidentale en un ancien fond de lac dont le Chéliff aidé de la
Mina a forcé la porte inférieure pour gagner la Méditerranée au nord de Mostaganem »55.
Même si elle donne l’illusion d’un long couloir, ce qui caractérise cette délimitation,
c’est le morcellement de cette région mais aussi sa cohésion : « Cette plaine est en fait une
suite de plaines accolées les unes aux autres et entre lesquelles le Chélif jette le lien ténu de
54
Géographie, L’Algérie, 6e année secondaire, manuel réalisé par un collectif d’enseignants et d’étudiants, le
chapitre intitulé « Les pays du Chélif » étant rédigé par M. Sari, assistant à l’ Institut de géographie,Alger, I.
P. N. (Institut Pédagogique National), p.103 à 109.
55
Henri Lorin, L’Afrique du Nord, Tunisie Algérie Maroc, Ed. Armand Colin, Paris, 2ème édition, 1913, p.
154.
42
son cours sinueux. » Il s’agit bien des plaines du Chélif, et non d’une plaine se développant
en une seule masse comme par exemple la Mitidja :
La plaine de Djendel : c’est la plus orientale ; elle s’étend sur environ 35km de long
et 12km de large. Elle tourne le dos à la Mitidja, s’adosse au Nord et à l’Est à un ensemble
montagneux, qui lui constitue un cadre imposant : le plateau de Médéa qui atteint un millier
de mètres, les monts du Zaccar qui culminent à 1579 mètres et le Djebel Ganntas qui ne
dépasse guère 800 mètres, cet ensemble domine le plus souvent la plaine de 400 mètres
seulement. Elle permet grâce à la vallée de l’ Oued Djer les communications avec la
Mitidja et par conséquent Alger, d’où son importance économique.
Des fortifications de Miliana, la plaine du Chéliff proprement dite commence au
pied même des pentes cultivées d’El Khemis (Affreville) et Sidi Lakhdar (Lavarande) et se
compose de :
La plaine des Attafs, région ondulée d’une cinquantaine de kilomètres de long
moins large que la précédente, qui donne l’impression d’un couloir étiré entre de hauts
reliefs. Délimitée au Sud par le djebel Doui s’appuyant sur la masse de l’Ouarsenis qui
s’annonce par des mamelons dénudés, au Nord à la suite du massif de Miliana par les
contreforts des Braz dépassant rarement 800 mètres mais qui barrent l’horizon d’une
manière continue, la plaine des Attafs se termine à l’Ouest au pied des monts des Béni
Rached (ou collines des Ouled Abbès) dont l’altitude reste faible (rarement plus de 250
mètres) mais qui forment une limite précise avec les plaines du Chélif ;
La plaine de Chlef offre le paysage de la plaine alluviale, mais un paysage plus
varié, plus complexe, une région malaisée à délimiter. Au sud, les monts de l’Ouarsenis
dressent au-dessus des alluvions anciennes des abrupts que percent de loin en loin les
affluents du Chélif : Tsighaout, Sly, Taflout ; c’est par ceux-ci, qu’ont été conduites les
alluvions grasses et fertiles déposées dans la plaine commune :
« Au Nord, les collines des Montagnes Rouges, d’abord dénudées puis couvertes de
quelques bois de pins et d’oliviers, dominent le Chélif d’une centaine de mètres et
paraissent arrêter l’extension de la plaine; mais lorsque le vert et l’ocre de leurs coteaux
viennent mourir près de la route de Ténès à Orléansville, on s’aperçoit que la nappe
alluviale se poursuit au-delà par la dépression des Adjerafs »56.
C’est peu après, entre Oued Sly et Cinq Palmiers, que la plaine du Chélif atteint sa
56
Xavier Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit., p. 60.
43
largeur maximum ; elle se rétrécit ensuite vers l’Ouest pour se terminer non loin de la
limite départementale, à la colline d’El-Kherba.
Puis c’est la plaine d’Ighil-Izane ou plaine oranaise, dont l’originalité s’explique par
un climat nettement plus sec et une végétation à prédominance halophyte.
« A partir de Merdja de Sidi Abed et plus encore après Hamadena, la bordure
montagneuse du Sud, s’écarte progressivement de la bordure septentrionale. Les
alluvions du Chélif vont bientôt se mêler à celles de la Mina, et l’esprit le moins averti
perçoit de notables différences avec les plaines algéroises: l’aridité plus grande se
manifeste d’autant mieux que le sol chloruré interdit parfois toute culture et doit être
abandonné au parcours des moutons; le Chélif et ses affluents ne parviennent pas à
assurer le drainage complet de la région et la présence de la Sebkha Ben Ziane suffirait
seul à donner à cette région son caractère oranais ».57
La plaine se termine non loin de la Mina avec le djebel Mekhalia et les monts de Bel
Hacel. Ainsi la délimitation a fait apparaître un morcellement caractéristique qui s’explique
par le parcours du Chélif (ou Oued Chlef). Le Chélif est donc un élément incontournable
dans la géographie de cette plaine.
2. L’oued Chélif
Principal fleuve d’Algérie, né dans les Hautes Plaines ; il mesure 700 kilomètres de
long. Son cours inférieur, longtemps parallèle à la mer, sépare deux reliefs de l’Atlas
tellien, les monts de Dahra au nord et ceux de l’Ouarsenis au sud.
Le Chélif fait son apparition au Nord-est de la plaine un peu avant Djendel (exLavigerie), se fraye un passage dans la région médiane puis contournant l’obstacle, les
hauteurs ravinées du djebel Doui, il remonte vers le Nord et pénètre dans la plaine des
Attafs. Après son confluent avec l’Oued Fodda, il continue sa course vers l’Ouest. Sur une
douzaine de kilomètres, il s’enfonce dans des gorges particulièrement resserrées, au début
surtout ; elles ont permis d’édifier des barrages de dérivation, dont les bienfaits se font
sentir encore. Puis le Chélif retrouve le paysage de la plaine alluviale, mais un paysage plus
varié, plus complexe. Au Nord, en aval du confluent de la Mina, le Chélif avant d’atteindre
la mer, s’encaisse dans les plateaux de Mostaganem et, à la plaine proprement dite, succède
une vallée étroite. Par son étroitesse, son aridité moins grande, sa proximité de
57
Xavier Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit., p. 60.
44
Mostaganem, cette région du Chélif présente des caractères particuliers. Là cesse une
région qui avait commencé un peu en amont de Djendel. Cet oued qui dessine cette région
lui donne son originalité comme le souligne Yacono :
« Le Chélif toujours présent, mais il semble traverser en étranger cette plaine qu’il a
pourtant édifiée. Il s’encaisse au pied des berges dépassant parfois dix mètres et disparaît
au regard du voyageur de la plaine. Par endroits, quelques plantations d’eucalyptus, de
trembles ou de pins décèlent l’existence de son lit. Souvent, des lames de sable et de
gravier divisent le cours en plusieurs branches et, pendant la saison sèche, «le roi des
fleuves algériens» réussit péniblement à se frayer un passage, alangui lui aussi par les
effluves du soleil »58.
De fait l’assèchement estival apparente le Chélif aux autres oueds algériens, l’orientation
Est-ouest de son cours suffirait à marquer les plaines qu’il traverse d’une remarquable
originalité parmi les autres plaines sublittorales.
« C’est que nous rencontrons nulle part en somme, c’est ce qui est normal: une grande
rivière d’Est en Ouest (ou Ouest Est) dans une longue dépression de même sens. Et ce
phénomène exceptionnel n’est réalisé que dans les plaines du chélif. Pour en retrouver
l’équivalent il faudrait aller jusqu’en Tunisie, dans la vallée de la Medjerda »59
La principale caractéristique du Chélif reste la pérennité de son débit avec un temps
de crue (temps où les eaux sont les plus hautes ; ce qui ne signifie pas obligatoirement
inondation de la plaine par débordement des berges) et d’étiage (temps où elle sont les plus
basses au point quelquefois de disparaître ce qui n’est pas le cas pour le Chélif). Cette
faiblesse des écoulements au moment de l’étiage tient aux retenues d’eau des barrages sur
ses affluents qui donc n’alimentent plus le fleuve et lui donne en été les caractéristiques
plus d’un oued intermittent que d’un fleuve grossi de tous ses affluents
Pour exemple en suivant son cours de Chlef (Ex Orléansville) vers l’Ouest, Le
Chélif passe près du gros bourg de Oued-Sly (du nom de son affluent), près de Bou-Kader ;
puis il reçoit l’Oued Rhiou qui vient de la région de Ammi-Moussa et où un village du
même nom est implanté. Il reçoit encore La Mina très important tributaire dont les sources
s’épanouissent en éventail de Tiaret à Takhmaret à la crête des hauts plateaux. La Mina
traverse des gorges étroites entre les monts des Béni-Chougran et l’Ouarsenis puis après
avoir fertilisé le territoire étendu d’Ighil-Izane (ex-Relizane) atteint le Chélif en amont
58
59
X. Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 61.
Ibid. p. 62.
45
d’Aïn-Tédelès.
Saigné tout le long de son parcours ainsi que ses affluents par des milliers de canaux
d’irrigation, discipliné par des barrages, traversant des terrains perméables, le Chélif a un
débit relativement constant. Ses crues, qui sont rares, sont cependant redoutables. Autre
caractéristique sur laquelle nous insistons, ce fleuve, dont la longueur est si remarquable
souffre de la forte évaporation due à la forte chaleur qui caractérise cette plaine une bonne
moitié de l’année. L’intérêt indéniable de cet oued malgré son débit irrégulier et faible, est
sa capacité à irriguer une plaine aussi vaste ainsi que le précise Henri Lorin :
« Gros ruisseau vaseux qui ne débite en moyenne que 10 mètres cubes à la seconde, le
Chélif se réduit parfois en été à un mince filet d’eau ; l’hiver, c’est par accès une trombe,
qui roule plus de 1200 mètres cubes, et détache des blocs de ses berges abruptes ; la
coupure de son lit est, en toutes saisons, un obstacle aux communications… de sorte que
sa seule valeur est celle d’un canal d’irrigation, dont il faut discipliner l’irrégularité. »60
3. Le Climat
A une quarantaine de kilomètres de la mer, les plaines du Chélif semblent devoir
bénéficier d’un climat très tempéré. En fait, les noms de Chlef, El-Khemis ou de Relizane
évoquent moins des régions relativement sèches que des localités particulièrement chaudes.
Ce qui caractérise cette plaine c’est son climat continental, aux étés très chauds, aux hivers
tièdes, avec un printemps écourté et un automne très bref. Il pleut très peu dans le fond de
ce couloir, fermé à ses deux bouts comme sur ses flancs ; les vents qui tombent des
montagnes où ils ont abandonné leur humidité sont tour à tour glacés et brûlants.
« Les plaines du Chélif s’individualisent remarquablement et dessinent un couloir de
chaleur d’une extraordinaire netteté. Le sillon thermique s’accuse particulièrement en été
et ceux qui le peuvent fuient alors vers les stations d’altitude ou les agglomérations du
littoral .»61
« Les maxima des températures de la vallée du Chélif sont célèbres. Les maxima
absolus, observés de 1913 à 1937, s’élèvent, en effet, à 47° pour Orléansville, 48°5 aux
Attafs et 46°3 à Duperré. Ces chiffres sont comparables aux observations effectuées au
Sahara où on relève 49°2 à Biskra et 48°8 à Ouargla ».62
60
Henri Lorin, L’Afrique du Nord, Tunisie Algérie Maroc, Paris, Ed. Armand Colin , 1913, p. 15.
X.Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 108-110
62
P. Moati, J. Albitre et al, Le développement agricole du département d’Orléansville, Alger, imprimerie
Baconnier,1960, p. 12.
61
46
Ainsi la vallée du Chélif, située en retrait, derrière la chaîne du Dahra–Zaccar est –
elle complètement isolée de l’influence marine. Cette dernière est par contre, plus sensible
sur le massif qui est, en conséquence plus arrosé. Le cordon littoral accuse des moyennes
annuelles de 545mm à Ténès et de 635 mm à Cherchell.
Le massif de l’Ouarsenis bénéficie lui-même, bien que plus méridional, d’une
meilleure pluviométrie que la plaine qui si en fait est la région la plus aride du département
n’en est pas moins la plus riche grâce à l’eau d’irrigation. En fait le relief du Dahra
empêche l’influence de la mer et rend son versant sud plus sec que son versant nord. De
plus ce versant sud est plus court et en opposition plus abrupt que celui du nord ce qui dans
le paysage explique- relativement au versant côté Ouarsenis – versant nord – la quasi
absence de barrages, de possibilités agricoles liées à l’irrigation d’où pour reprendre
Yacono le moins grand nombre de villages coloniaux dans la zone septentrionale. La
colonisation a donc misé sur l’agriculture irriguée avec le développement des orangeraies à
Orléansville, Relizane etc. ; de la culture de l’olivier qui nécessite un moins grand besoin
d’eau que celle des orangers ou du moins les récoltes sont moins compromises par la
sècheresse estivale. La végétation liée au climat, révèle la sècheresse ; on trouve en
abondance le jujubier sauvage (zizipus lotus) de l’alfa : végétation que l’on retrouve au
Sahara. Des steppes d’où l’élevage extensif, ce qui explique en partie l’économie plutôt
pastorale avant la colonisation.
4. Villes et villages
Les villes sont placées au-dessus de la rivière, et le plus souvent sur la rive gauche,
qui est la plus étalée. Ici comme ailleurs en Algérie, la plaine a attiré l’émigrant parce
qu’elle offrait ou paraissait offrir des conditions plus favorables. Le fait colonial partout
présent marque cette région d’un sceau particulier et la différencie de ses voisines. Si nous
nous référons aux chiffres, ils nous donnent des indications éloquentes :
47
« 29 villages coloniaux répartis dans ces plaines totalisant 22.200 kilomètres carrés
contre 10 ou 12 dans la zone montagneuse septentrionale (à l’ouest de Miliana et jusqu’à
hauteur de la Mina) pour une superficie au moins double, et une quinzaine dans
l’Ouarsenis pour une étendue cinq fois plus considérable. Il faut aller jusqu’à la côte
d’une part, jusqu’au Sersou de l’autre, pour retrouver un chapelet de villages de
colonisation rappelant, et à une échelle moindre, celui qui s’égrène le long de la vallée
du Chélif. »63
On trouve en effet, échelonnées à quelque distance du Chélif, dont le voisinage
immédiat est redoutable à cause de ses crues et de ses vases, les agglomérations suivantes :
El-Khemis (Affreville), gros bourg qui ne date que de 1867, mais qui grâce au
chemin de fer et à la route nationale qui le traverse a miné la fortune de Miliana, AïnSultan, Sidi-Lakhdar (Lavarande) et Aïn-Defla (Duperré) ; cette dernière ville élevée sur un
emplacement portait sous les Romains le nom d’Oppidum Novum (la nouvelle ville) et au
temps des Arabes celui d’El-Khadra (la verte) ; Oued-Rouina (Rouina) ; El Attaf (Les
Attaf) et ses deux agglomérations fondé par le cardinal Lavigerie pour les orphelins
indigènes recueillis pendant la famine de 1867 Cheikh Benyahia (Sainte-Monique) et SidiBouabida (Saint-Cyprien-des-Attafs), El Abadia (Carnot), Oued-Fodda ;
Chlef (Orléansville, El-Asnam), capitale de la vallée à égale distance d’Oran et
d’Alger,
A l’ouest de Chlef, Oued-Sly (Malakoff), Bou-Kader (Charon), Oued Rhiou
(Inkermann), Jdiouia (Saint-Aimé) et El-Hamadna (Hamadna) qui doivent ainsi leur
existence à des travaux d’irrigation, Et enfin Ighil Izane (Relizane) qui est devenue wilaya.
Selon H. Lorin « Les Français n’ont fait d’ailleurs que relever des ouvrages romains, dont
les ruines indiquent une vie rurale bien développée ». 64
Délimitée à l’Ouest par Ighil Izane, à l’Est par la ville de Miliana, au Nord par
Ténès et au Sud par les monts de l’Ouarsenis, la plaine du Chélif a donc pour wilaya
principale la ville de Chlef, choisie déjà à l’époque romaine comme fort de défense pour
son excellente position géostratégique, d’où son nom de Castellum Tingitanum. Elle est
choisie pour la même raison par Bugeaud qui y établit un poste pour servir de centre
d’opérations aux colonnes militaires et surveiller à la fois les tribus indomptables de
l’Ouarsenis et du Dahra. Chef-lieu d’arrondissement et de subdivision militaire (1856) puis
sous-préfecture, elle est aujourd’hui wilaya.
63
64
X. Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 62.
H. Lorin, L’Afrique du Nord, op. cit. p.155.
48
II. HISTOIRE
Ces plaines du Chélif situées dans une région de transit où se mêlent les influences
du centre et de l’ouest du pays ont présenté un intérêt stratégique et économique durant
toute l’histoire du pays, elles ont toujours facilité les relations entre l’Ouest et l’Est et le
Nord et le Sud par les vallées transversales et ont été occupées dès la haute Antiquité
comme l’attestent les nombreux témoignages archéologiques et historiques : grottes de
Nacmaria, vestiges hydrauliques, ruines romaines, description de la voie commerciale par
El Bekri (XI°siècle). Axe majeur entre l’Est et l’Ouest ces plaines prospères, ont de tout
temps été convoitées et ont de ce fait un passé riche d’ « histoire tragique de razzias et de
prospérité » comme le souligne Xavier Yacono évoquant cette phrase de Masqueray :
« Même sans le Chélif, il est vrai, un trait géographique essentiel demeurerait: le
caractère de bas pays encastré entre deux régions montagneuses, caractère qui nous est
paru au premier contact avec les plaines du Chélif et sur lequel il nous faut maintenant
revenir.[…]Fait géographique d’importance majeure et lourd de conséquences
historiques: cet axe essentiel de communication ne pouvait pas ne pas être un grand pays
de guerre, une «vallée épique» qui raconte « une vieille histoire tragique de razzias et de
prospérités, de désastres et d’espérances»( Masqueray). »65
1. Jalons historiques
a. Période préhistorique et phénicienne
L’ancienneté du peuplement berbère est affirmée à partir du Néolithique. Avant
l’arrivée de l’envahisseur romain, cette région fut occupée par les Phéniciens qui y
installèrent plusieurs comptoirs pour échanger leurs fournitures artisanales avec les
Berbères. Ténès (Kartene) entre autres, a été créée par les Phéniciens au huitième siècle
avant Jésus Christ. La région côtière et les plaines ont subi l’influence carthaginoise au
troisième siècle avant Jésus-Christ alors que la wilaya se trouvait aux confins des royaumes
Amazigh et Massyle, subissant tantôt la domination de l’un , tantôt celle de l’autre et ce
jusqu’à l’unification de la Numidie par Massinissa.
Les royaumes berbères des IIIe et IIe siècles – avant J. C. – ont disparu sous la
65
Xavier Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 62
49
poussée de l’expansion romaine mais les forces, la vitalité des tribus berbères est demeurée
et ce sont ces mêmes Berbères qui seront l’ossature de l’Afrique romaine (à vrai dire
berbéro romaine) qui assureront la relève quand les Byzantins, réfugiés à l’est du pays et
les Vandales minés par leurs crises internes et les révoltes des tribus n’assureront pas les
fonctions dévolues au pouvoir étatique.
b. La période romaine.
En 33 avant J.C., les Romains, avec l’empereur Auguste Octave et avant
l’occupation directe de la région, fondent une colonie à Ténès « Cartennae » avec des
vétérans de la deuxième légion romaine.
Avec Juba II, la plaine du Chélif fut source de richesses agricoles pour la
Maurétanie césarienne. L’occupation romaine a touché la côte et les plaines. Cependant les
tribus montagnardes du Dahra et l’Ouarsenis sont restées indépendantes. La ville de Chlef
« Castellum Tingitanum » fut un camp militaire pour surveiller ces tribus farouches.
L’Itinéraire d’Antonin (vers 215) positionne la ville de Castellum Tingiti à 22 milles
à l’ouest de Tigauda (des Beni-Guadid des Attafs aux Ouled Abbès) et à 60 milles de Mina
(Relizane sur l’oued Mina) ce qui correspond très exactement aux 33 et 90 kilomètres
séparant Chlef de ces deux localités. Les historiens comptent Castellum Tingiti déjà au
nombre des places fortes et des postes romains (limes) achevés dans la plaine sous Hadrien
(117-138). Son annexion ou sa création par les Romains remonterait donc au règne
précédant Trajan (97-117). La présence des armées de l’empire à Tingiti peut toutefois être
donnée comme certaine en 148, sous l’empereur Antonin dont le long règne (138-161)
n’est marqué par aucune prise d’armes digne de ce nom.
Une basilique y fut construite au IIIème siècle après J.C. dans laquelle fut enterré
l’évêque Saint-Réparatus de Tingiti. C’est la plus ancienne église datée que l’on connaisse
en Afrique. Charles André Julien note à ce propos que « La plus ancienne des églises
chrétiennes dont on ait retrouvé les restes- disparus aujourd’hui à l’exception des
mosaïques- est celle de Castellum Tingitanum (Orléansville) bâtie en 324.66 Les fouilles
archéologiques, principalement celles faites de façon fort aléatoire lors de l’édification de la
66
Charles-André Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Tunisie- Algérie- Maroc, Des origines à la conquête
arabe, Payot, Paris, 1964 (deuxième édition revue et mise à jouir par Christian Courtois), p. 213-214.
50
subdivision d’ Orléansville, ont confirmé l’existence de l’occupation romaine dans toute la
plaine du Chélif : Les basiliques de Damous el Karita et de Saint Cyprien sur la colline de
Sainte Monique (actuellement nommée Cheikh Benyahia) ont livré de très nombreux
fragments épigraphiques et, partout l’on a découvert en abondance des vestiges chrétiens :
sarcophages, bas-reliefs, vases et lampes.
La plus belle pièce exhumée reste à ce jour, la mosaïque de la basilique Saint
Réparatus du nom de son évêque mort en 476 après 9 années et 11 mois de sacerdoce. On a
retrouvé son tombeau et son épitaphe dans la crypte. L’inscription de la mosaïque peut être
ainsi traduite : « En l’année 285, le douzième jour des calendes de décembre (20 novembre
325) ont été posées les fondements de cette basilique qui a été achevée l’année provinciale
deux cent… Aie présent à l’esprit le serviteur de Dieu pour que tu puisses vivre en Dieu ».
L’inscription de cette mosaïque permet donc de dater la construction de l’édifice à
l’époque de Constantin Le Grand. Spéciale par son architecture et ses dimensions et
revanche des Chrétiens sur le Donatisme, la basilique de Tingiti est construite à la faveur de
la trêve accordée en 321 par l’empereur Constantin aux Donatistes. Une parenthèse mérite
d’être ouverte quant à l’histoire du donatisme dont il reste des traces au niveau de
l’ethnonymie et de la toponymie dans la région du Chélif.
Les Donatistes, appartiennent à une secte chrétienne qui se constitua dans l’Eglise
d’Afrique au IVe Siècle. Animés par Donat, évêque de Cellae Nigris, en Numidie appelé
aussi Donat les Cases Noires, ils sont en guerre implacable contre le christianisme depuis
317. D’après Michel. Mourre :
« Soixante dix évêques, réunis en concile à Carthage au début de 312, déclarèrent
invalide l’ordination de Cécilion, évêque de Carthage, sous prétexte que son
consécrateur, Félix d’Aptonge, avait perdu tout pouvoir d’ordre, en s’étant rendu
coupable durant la persécution de Dioclétien du crime de traditor, c’est-à-dire d’avoir
livré aux païens les vases sacrés et les livres saints des Chrétiens. […] Mais le donatisme
persista encore durant tout un siècle et suscita en Afrique des troubles parfois sanglants,
il ne fut vaincu que par Saint Augustin. (Début du cinquième siècle.) »67
Pour illustrer leur férocité nous citerons le cas de Typasius, un insoumis (que l’on
appellerait aujourd’hui objecteur de conscience), qui refusa le service au cours d’une
campagne, et qui mourut pour ses convictions :
67
Michel Mourre, Dictionnaire encyclopédique d’histoire, Paris, Bordas, 1978, article « donatiste », p. 1703.
51
« A Tigava (El-Kherba), sur le Chélif, entre Duperré et Orléansville), le vétéran
Typasius refusa de reprendre du service, après sa conversion : “Je suis chrétien, déclarat-il au commandant des troupes, je ne puis combattre sous tes ordres.” Il périt sous le
68
glaive » .
La trêve sera rompue en 348 et la guerre ne cessera qu’en 392. Le christianisme
connaîtra, avec des périodes d’interdits et de liberté, son apogée entre 400 et 484. La
plupart des vestiges sont datés de cette époque. Pour la petite histoire est-il besoin de
rappeler qu’à 40 kilomètres de Chlef existe le mausolée d’un saint réputé, Sidi Abbed Akil
–ab- Addour ou Akil Addour selon les cartes. De tradition inamovible, sa garde est confiée
à des Madouni de la tribu proche nommée Doniata. Les riverains sont nommés les Ouled el
Kenb el Kahla (les fils des grottes noires) et Akil Addour se traduit par « noires
demeures ». Les « Cases noires » sont visibles de nos jours sur les flancs montagneux des
Beni Ouragh environnant le mausolée. Un faisceau d’autres preuves établissent l’identité de
Donat les Cases Noires avec l’éponyme Sidi Abbed (il y eut deux Donat les Cases Noires
comme il y eut deux Sidi Abbed). Entre 372 et 375, le comte Théodose décime les
Musones (Mouaznia et Beni Ouazzane) et les Mazices (Mouazria, Mâazia, Zegaouat)69 aux
monts Caprariens (Timksioune) et Ancorarius (Djebel Mancora des Beni Ouragh).
Les Circoncellions, troupes armées donatistes composées de paysans ruinés,
devenus errants et cannibales hantent de nos jours les fables chélifiennes qui les désignent
par les Béni Kenboun (les fils des grottes noires) ou Beni Madoun (les Donatistes). Ailleurs
ils n’ont laissé aucun souvenir.
Du reste, l’appartenance de Réparatus au rite chrétien n’est pas appuyée sur une
certitude absolue. Morcelli, dans sa liste des évêchés d’Afrique (début du 5ème siècle) cite
une douzaine de chefs lieux chélifiens dont Gunugu (Gouraya), Zuccabar (Miliana),
Manliana (El-khemis), Tigava (Kherba), Cartennae (Ténès), Vagal (Bou-kader, mais non
Tingiti.
La présence de l’aile flavienne bretonne (1000hommes) est attestée à Chorfa
(hauteurs sud de Chlef, à 2 Km) par une médaille « A la Flavia Britanniar C.R. ». Les
inscriptions attestent le séjour de cette aile militaire en Césarienne en cours de l’année 148
68
CH.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Tunisie- Algérie- Maroc, Des origines à la conquête arabe,
op. cit. p. 213-214.
69
Ethnonymes fréquents dans la région de Chlef et qui sont à l’origine des noms de tribus.
52
et son rapatriement en 150, d’où pour la Tingiti romaine une existence quasi certaine en
148. C’est à cette date qui coïncide avec la grande démobilisation, que sont achevés les
grands travaux de colonisation. Charles-André Julien écrit :
« Entre 144 et 150, plusieurs milliers d’hommes sont débarqués sur la côte entre Tipasa
et Mostaganem (en l’absence d’engagement militaire signalé au cours de ces années) ;
Uttédius Honoratus est nommé en 144, Procureur des deux Maurétanie, fonction qu’il
exercera jusqu’en 150, année de son rappel et d’une démobilisation massive. Honoratus
est sénateur, donc dépourvu de pouvoir militaire, le commandement des troupes étant
assuré directement par l’empereur qui n’en a pas fait un usage offensif, il en résultait
pour Honoratus, les attributions d’un architecte – voyer chargé, en temps de paix, de
construire ou reconstruire routes, fortifications, réseaux hydrauliques etc. sous protection
et/ou avec une main d’oeuvre militaire. » 70
Nous citerons pour exemple la célèbre conduite romaine alimentant la ville en eau
du Tsighaout (Tsighout : « l’affluent », l’Isar de Ptolémée) par des kilomètres de conduite
et 13 citernes pourvues d’escaliers plongeants trouvées pratiquement intactes lors des
travaux de terrassement et de la construction des fondations de la ville. Cette conduite
romaine fut nettoyée par les armées ; elle fonctionnait encore en 1882. Récemment encore,
après le séisme de 1980, des travaux de terrassement effectués sur la place de la Grande
mosquée, ont mis à jour un ouvrage d’hydraulique souterrain, romain d’origine. Il s’agit de
l’un des regards ou citernes qui alimentaient Castellum Tingiti en eau potable, captée sur le
Tsighaout à 3600 mètres en amont de son confluent avec le Chélif.
La conduite Romaine et les citernes de Chlef ont fait l’objet de nombreuses
communications. Et en se référant notamment à celles publiées dans la Revue Africaine
entre 1857 et 1860, on peut en remontant le cours de Tsighaout, facilement localiser les
lieux et observer les restes d’un barrage romain et un premier réseau de cinq regards. Deux
d’entre eux fonctionnent encore jusqu’à présent. D’anciens travaux routiers ont
définitivement sectionné la conduite mère : ils l’ont en même temps mise à nu sur une
bonne longueur. C’est l’unique endroit où elle apparaît à l’air libre et où on peut l’observer
à loisir dans sa totalité. Le tronc supérieur continue de débiter une eau beaucoup plus claire
que celle de Tsighaout. Dans l’histoire locale cette source, qui coule dans le Chélif sous la
rocade Alger-Oran, est supposée miraculeuse. Aux dires des riverains, cette eau tiédit en
hiver et en devient fraîche pendant les chaleurs. Selon l’explication d’un ingénieur en
70
CH.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Tunisie- Algérie- Maroc, Des origines à la conquête arabe,
op. cit. p. 213-214.
53
hydraulique ce phénomène paraît normal quand on sait que la conduite romaine ne capte
pas une partie du flux, mais l’inféroflux du Tsighaout c’est-à-dire la rivière souterraine
infiltrée dans le sous-sol des berges et qui longe le lit parallèlement au courant d’eau
visible. Les installations hydrauliques romaines sont connues à cet endroit sous le nom de
Ansor Dekkiche, du patronyme d’un propriétaire qui au début du siècle, s’en servait pour
abreuver ses bêtes et irriguer ses melons. En fait cette fausse identité représente en quelque
sorte, pour ces vestiges, une garantie de survie.
c. La période des Vandales.
Avec les destructions vandales, l’Afrique cesse d’être romaine. En 429,le plus
indomptable et le plus destructeur des peuples germaniques qui aient agressé l’Europe
romaine durant le Ve siècle, les Vandales, entreprend et réussit la conquête de l’Afrique du
Nord. « Ce peuple est structurellement prédateur, il ne connaît d’autre économie que le
pillage ». La base des Vandales, à cette époque reste l’Afrique du Nord. Pas plus qu’en
Espagne ces derniers n’y constituent un Etat. Ils en occupent le territoire, oppriment la
population, pillent les biens, détruisent et ravagent ce qu’ils omettent de prélever. Un siècle
durant, le Maghreb est ainsi livré au plus anarchique des conquérants qu’on puisse
imaginer. Les Vandales ne retiennent qu’une institution des Romains : l’impôt. Fait rare
dans l’histoire, la présence des Vandales ne laisse dans la région à peu près aucune trace
matérielle positive. Seuls demeurent le souvenir dans le paysage, la marque des
destructions, qui ont fait du nom des Vandales le synonyme même de barbarie. Comme
reste aussi le souvenir de leur passage au niveau de notre région sur le plan linguistique ou
plus précisément sur le plan de la toponymie puisque l’actuel Bordj Bounaama ex Molière,
a toujours été désigné par les autochtones par Bordj Béni Hindel qui signifie littéralement
la forteresse des Vandales, (cf. étude de la toponymie)
d. La période berbéro arabe
S’édifiant sur ce qui restait des villes romaines , amalgamant les populations
citadines livrées à elles-mêmes après l’effondrement de l’empire et les populations des
tribus ayant vécu en marge de l’ordre municipal antérieur, les royaumes berbères dits des
54
Djeddars, des Ve, VIe et VIIe siècles réalisèrent une véritable renaissance. Au Ve et VIe
siècle après J.C. le territoire de la plaine du Chélif constituait la principale composante du
royaume indépendant Amazigh de l’Ouarsenis, des Djeddars.
Avec les « futuhate » de l’Islam, les Musulmans ont conquis la région entre 675-682
après J.C. (53-62 de l’hégire) sous le commandement du chef militaire Abou El Mouhadjir
Dinar. Sur le plan des institutions et de l’organisation politique, la conquête mit fin aux
royaumes des Djeddars et, dans les domaines technique et social la conquête arabe marqua
un temps d’arrêt. Les guerres incessantes, l’insécurité, les destructions, eurent pour
conséquence un exode accentué vers les montagnes.
Par la suite, peuplée par les tribus Zenata et Maghraoua principalement, elle est
passée successivement sous l’autorité des Banu Rostom, Béni Obeide, Banu Ziri, Banu
Hammad, des Mourabitoune, des Mouahidoune et enfin des Banu Ziane. En bref, ce qu’il
faut retenir, c’est le foyer des Maghraoua, importante confédération berbère, branche
zénatienne, qui a joué un rôle non moins important au côté des Zianides. Des apports arabes
tels que les Ouled Abbès se sont fondus avec la population autochtone.
De par leur situation géographique, ces différentes régions ont contribué à la
formation et à l’Histoire de la partie occidentale du Maghreb central, comme l’attestent
Tahert (capitale ibadite où domina le kharidjisme au Xe siècle), Mazouna (ancienne capitale
des beys turcs de l’Ouest, dont la zaouïa voisine fut le berceau du sénoussisme au
XVIIesiècle) et la vie urbaine à Ténès, Cherchell, Miliana. On peut encore affirmer que
c’est cette situation qui les a prédisposées à jouer le rôle de lien matérialisé par la route
commerciale Alger Oran décrite par El-Bekri (XIe siècle) mais aussi de transition, que l’on
retrouve dans le climat, la pluviosité augmentant d’Ouest en Est. Voici comment El Bekri
nous présente Miliana, Aïn Defla, Ténès :
55
« On arrive à Milîana, ville de construction romaine, où l’on voit plusieurs anciens
monuments, beaucoup de ruisseaux qui font tourner des moulins. Ziri Ibn Menad
reconstruisit cette place et la donna pour résidence à son fils Bologguîn. Elle est
maintenant dans un état prospère. El –Khadra « la verte »71 (4) qui forme la station
suivante, est une ville considérable, qui possède un grand nombre de jardins ; un de ses
quartiers est envahi par les eaux toutes les fois que la rivière voisine est grossie par les
pluies. […] De là on va s’arrêter à Ténès, ville entourée d’une forte muraille et située à
deux milles de la mer. Dans l’intérieur de la place est une colline escarpée dont le
sommet est couronné par un petit château. Cet édifice est dans une si forte position, que
les agents du gouvernement se le sont approprié comme résidence.[…] Cette ville
s’appelle Ténès la Neuve ; les habitants montrent, sur le bord de la mer l’ancienne Ténès
72
(1) et qui, selon eux,fut habitée avant la construction de la ville actuelle. Celle-ci fut
bâtie en l’an 262 (875-876 de J.C.) par les marins de l’Andalousie. »73
En 1725, l’Anglais Shaw dans son ouvrage Voyage dans la Régence d’Alger,
identifie les ruines de la future Orléansville coloniale avec la Tingiti de l’Itinéraire. Il donne
l’appellation locale « Sinaab ». C’est sous ce nom, à peine altéré en « Lesnab » que les
habitants n’aient jamais désigné leur ville. En 1962, on a décidé que Lesnab masquait son
homophone correct et arabe « El-Asnam » qui signifie « les idoles », lors même qu’aucun
historien arabe ne mentionne ce nom et que jamais, au grand jamais, il n’a été trouvé à
Chlef, une quelconque représentation ressemblant de près ou de loin à une statue. Ainsi
Lesnab, semble être l’altération plus juste du « Sinaab » du docteur Shaw dont la
signification exacte est le « binôme ». Dénomination donnée à deux tribus associées, l’une
noble et l’autre servile, occupant chacune la rive d’un fleuve.
Plus tardivement mais avant les Romains (Cf. Pline), les villages des seigneurs
s’appelleront des « Tigava », les villages sulbaternes les « Tigauda » (Ouled Abbès et
Ouled Adda à l’époque arabe). Quand le binôme est unitaire sans séparation naturelle, il est
dit « Ouabed » (Oubadoun de Ptolémée et Badin de Ibn Khaldoun). L’exemple le plus
probant reste celui de Singas ou Sindjas « les deux communautés », fédération tribale à 14
kilomètres au sud de Lesnab. Ibn Khaldoun nous apprend qu’elle occupait les deux berges
du Chélif, sans nous indiquer la date de son déplacement qui remonte probablement à la
grande colonisation d’Antonin le Pieux (148). Sur ce point la sémantique a probablement
71
Note de bas de page n°4 du traducteur : « Shaw place les ruine d’El-Khadra sur le Chélif, à un mille au nord
du djebel Doui. C’est auprès d’El-Cantera-t-el-Gadîma, à la jonction du Chélif et du oued Fodda que se
trouvent les ruines d’El-Khadra, l’Oppidum novum de l’Itinéraire d’Antonin, route de Calama à Rusuccuro.
Sur son territoire, les Français ont fondé un village nommé Duperré. » in Abou – Obeid El-Bekri, Description
de l’Afrique Septentrionale, traduite par Mac Guckin De Slane, Ed. Adrien-Maisonneuve, Paris, 1965,
[reproduction de l’édition de (1911-1913) d’Alger], p. 127.
72
Ibidem, Note (1) du traducteur : « ce sont les ruines de Cartenna ». p. 128.
73
Abou – Obeid El-Bekri, Description de l’Afrique Septentrionale, traduite par Mac Guckin De Slane, Ed.
Adrien-Maisonneuve, Paris, 1965, [reproduction de l’édition de (1911-1913) Alger], p. 127.
56
mieux renseigné Ibn Khaldoun que les documents.
e. La période turque
Durant l’époque turque, la région fut soumise et répartie entre plusieurs
circonscriptions administratives. L’organisation territoriale se traduisait ainsi : Dar El
sultane pour Ténès et la côte, Beyliks des parties Est et Ouest avec le Khalifat du Chélif
dont la capitale était Mazouna. Il faut signaler que les chefs de la régence ottomane qui
furent amenés à annexer l’Algérie grâce aux religieux du mouvement maraboutique au
début du XVIe siècle (Sid Ahmed Ben Youcef et ses contemporains) purent asseoir leur
pouvoir sur les tribus algériennes en posant pour principe de choyer les chefs de zaouïas et
les docteurs islamiques. La société se composait d’une masse de petits fellahs et de
métayers au cinquième (khammès) dominés par quelques grandes familles d’origine noble
ou maraboutiques auxquelles ils payaient des redevances surtout en nature. Comme le
précise M.ahieddine Djender : « La domination turque n’ayant fait qu’augmenter l’emprise
des pouvoirs féodaux, l’Etat turc finissant par n’être plus lui même qu’un pouvoir féodal
supérieur ».74
En somme un état féodal insoumis dans un état d’obédience étrangère. De cet état
féodal coiffant un système étendu de tribus solidement organisées et de grands domaines,
véritables apanages placés sous l’autorité de chefs ou de seigneurs, il reste peu de traces
écrites, hormis quelques fragments de poésie populaire orale.
De l’occupation turque il reste quelques vestiges à Ténès et à Miliana. A Miliana
notamment, quelques traces sont encore visibles ainsi : « De l’ancienne ville il reste sur la
petite place centrale, un fragment de minaret où l’on a trouvé gracieux d’enchâsser une
horloge. La France a redressé et aligné les murailles berbères »75.
74
Mahieddine Djender, « Essai sur les communautés villageoises et rurales en Algérie (leur place dans
l’histoire) », p. 95.
74
Georges Rozet, Alger, Blida et la vallée du Chéliff, Horizons de France Edit., 1930, Publications du
centenaire de l’Algérie, p. 37.
57
f. L’occupation française
Après 1830, à la suite de l’occupation française, la région fut le champ de batailles
mémorables. L’agression française déclenchée en 1840 inaugura une nouvelle époque
historique pour la région. Epoque marquée fondamentalement par une farouche résistance
menée dans les plaines par l’Emir Abdelkader et dans le Dahra et l’Ouarsenis par le chérif
Mohamed Ben Abdallah dit Boumaza, « l’homme à la chèvre », qui se solda par des
massacres de populations civiles et les tristement célèbres « enfumades » des grottes du
Dahra, où s’était repliée la tribu des Ouled Riah, scènes pérennisées par des écrits et des
tableaux de peinture coloniaux.
Cette époque fut marquée aussi par la pacification de cette plaine du Chélif et la
création de la subdivision militaire d’Orléansville qui devenait ainsi le lieu de passage
contrôlé et obligé entre l’Est et l’Ouest.
En prenant la relève des Turcs, les Français ont beaucoup emprunté à leur
organisation territoriale (caïds, aghas, etc.) et calqué admirablement leur façon d’appliquer
la maxime diviser pour régner. Les Français suivirent la même voie. Ils s’empressèrent de
reconnaître l’existence légale des ordres religieux et surent gagner à leur cause leurs chefs
en les comblant d’avantages pécuniaires et honorifiques. .La société avait évoluée vers un
féodalisme caractérisé par de grands domaines, propriétés de chefs de tribus ou de chorfa
(nobles). Nous citerons pour exemple le cas de la tribu des Medjadja restée toujours
indépendante, dont le territoire n’a jamais été pénétré par la colonisation. Shaw au XVIII°
siècle écrivait au sujet du village des Medjadja qu’il écrit Merdjijah « il n’est remarquable
que parce qu’il est sous la protection d’une famille de marabouts qui hérite de père en fils
de cette dignité depuis plusieurs siècles ». Au début de l’occupation française, la tribu obéit
au caïd Si Henni Ould Mohamed ben Sayah très grand propriétaire terrien et père du cadi Si
Henni, grande figure très appréciée par les siens comme par les Français et contestée par
certains. Voici ce qu’en dit Yacono :
58
« Inévitablement l’administration rencontra Si Henni lorsqu’elle voulut créer dans le
Dahra oriental, dans les plaine du Chélif ou sur le versant méridional de l’Ouarsenis de
nouveaux centres de colonisation.[…] Il cède lui-même d’importantes superficies.[..]
L’Administration l’indemnise en argent ou le plus souvent par des échanges, le traitant
avec beaucoup d’égards.[…] Dans le pays il avait la réputation de veiller avec un soin
jaloux à ce qu’aucun Européen ne vint faire des acquisitions territoriales aux Medjadja,
quitte à payer plus cher que ses concurrents Et de même qu’il se dressait devant la
colonisation privée lorsqu’il s’agissait de son douar d’origine, il se dressa devant la
colonisation officielle opposant une fin de non recevoir à toutes les propositions en
s’appuyant sur un vote de la djemaa des Medjadja. L’Administration recula devant
l’expropriation et la colonisation fut ici arrêtée par la résolution d’un grand chef
indigène. »76
Sinon, il semble malgré la création de nombreux centres de colonisation et la
pacification de la plaine menée tambour battant, que l’ensemble de la population ne s’est
jamais soumis. Des mouvements insurrectionnels fréquents, des tribus belliqueuses se
livrant à des querelles intestines ont fait de cette contrée, une zone de passage au potentiel
fortement séditieux. Ils ont contribué aussi à l’inscription dans la mémoire collective d’une
réputation belliciste et irréductible à toute forme de vie policée et civilisée
g. La société jusqu’en 1840, les principales tribus.
La vallée du Chélif, voie de passage essentiel, pour ne pas dire la seule, d’Est en
Ouest et, évidemment d’Ouest en Est, a connu de grands courants de migrations qui
amèneront de forts contingents de population. Et c’est une idée couramment admise
qu’après la colonisation romaine, et jusqu’à l’occupation française, l’insécurité régna en
permanence dans les plaines, déterminant l’exode vers les montagnes ou l’inverse. Pour
être plus précis, nous citerons le point de vue de deux géographes J. Despois et R. Raynal :
« Les plaines du Chélif, prospères, semble-t-il, dans l’Antiquité et au milieu du MoyenAge (IX – XII) ont beaucoup souffert de l’infiltration des nomades et du va et vient des
armées entre le XII° et le XVI°siècles.
Elles ont trouvé, avec le régime turc, une période de tranquillité. En 1830, elles
comptaient 25000 habitants soit 25 à 30 par km2. Pas de véritables villages, pas de
villes, sinon sur le pourtour: Miliana, Mostaganem et l’ancienne capitale du Beylik de
l’Ouest, Mazouna. » 77.
La société traditionnelle précoloniale relevait de deux types d’organisation. Une
76
X. Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 320, 321.
77
X. Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 62.
59
société paysanne, sédentaire, villageoise et montagnarde côtoyait une société
agropastorale et semi-nomade des Hautes plaines et de certains bassins telliens. Les deux
groupes étaient sans doute d’importance comparable. L’organisation tribale segmentaire
assurait leur cohésion. La plaine comptait vraisemblablement une cinquantaine de tribus.
La mise en valeur se fondait sur la complémentarité des ressources entre la plaine et son
environnement montagnard. La trame urbaine était lâche, se structurant autour de quelques
petites villes situées pour la plupart à l’intérieur, Miliana, Mazouna et Ténès sur le littoral.
Elles étaient comme dans tout le Maghreb, lieux du savoir religieux et intellectuel, des
centres d’échanges. Le marché mettait en contact les différentes tribus et permettait
l’échange des marchandises et la rencontre des hommes
Selon Xavier Yacono :
« Il est certain tout d’abord qu’en période de troubles le refoulement des populations de
la plaine vers la montagne n’est pas le seul à envisager. Pour le sédentaire des plaines,
l’ennemi le plus à craindre n’est pas toujours le grand nomade avec lequel il parvient le
plus souvent (à ses dépens il est vrai) à établir un modus vivendi. Le montagnard
demeure plus dangereux parce que, pratiquant lui – même l’agriculture, il convoite non
seulement les récoltes, mais le terroir même de son voisin des plaines et on ne peut
douter qu’en Afrique, comme ailleurs, les montagnes aient souvent déversé leurs
populations sur le bas pays. La destruction des cités romaines du Chélif au Ve et VIe
siècles s’explique sans doute par la révolte du prolétariat agricole des latifundia, mais
plus encore, croyons-nous, par l’intervention des montagnards qui, comme ceux de
l’Aurès, se jetèrent ici sur les centres florissants, depuis longtemps objet de leur
convoitise…Tels les oueds qui se versent au Chélif, les montagnards obéirent à la pente
et glissèrent lentement vers la plaine où ils s’établirent à demeure. Les raisons de ce
mouvement, (…) l’attrait de sols plus riches. Parfois aussi c’est le désir de faire partie du
Makhzen qui pousse les tentes vers le bas pays. Les plus faibles surtout sont toujours
prêts à abandonner le territoire sur lequel ils ne se sentent pas en sécurité : on voit par
exemple, en 1847, dans le cercle d’Orléansville, Les Béni-Ouazan, constamment volés
par les Adjama, demander à venir habiter dans la plaine du Chélif, autorisation qui leur
est refusée, mais qu’évidemment ils n’auraient pas eu besoin de demander dans un
régime moins policé. »78
Cette analyse du géographe est corroborée par celle de l’historien Mahieddine.
Djender, qui explique la rivalité entre tribus et l’ampleur des pouvoirs locaux féodaux par
le même phénomène : « Les tribus des plaines, principalement céréalières et pastorales et
les tribus de montagnes, formées en villages puissants et organisés ; les premières en état de
dépendance partielle vis-à-vis des Etats et des pouvoirs féodaux, ne donnant que ce qui est
convenu suivant les usages et les conventions, les secondes en état de quasi indépendance
ou d’indépendance totale » font que le jeu des forces sociales en présence se modifie,
78
X. Yacono, La colonisation des plaines du Chélif (de Lavigerie au confluent de la Mina), op. cit., p. 190.
60
qu’« un nouvel équilibre entre ces forces, une nouvelle structure de la société se
dessinent »79.
L’argument décisif se trouve selon X. Yacono dans la composition même des tribus
où l’élément montagnard tient souvent une très grande place. Il cite le cas du douar de Sidi
Amer, dans les Ouled el Abbès, qui est originaire de Mazouna. Celui des Abid (à l’Ouest de
la plaine d’El-Khemis) chez lesquels on rencontre des Braz (des montagnes au Nord-ouest
de Aïn Defla) des Beni Ouazan et des Chouchaoua (de l’Ouarsenis) et encore le cas Béni
Menasser établis chez les Aribs et possédant le tiers du territoire de cette tribu. L’exemple
des Ouled Kosséïr précise t-il est encore plus caractéristique :
« Non seulement on rencontrait dans cette tribu un grand nombre de propriétaires
appartenant aux Medjadja et dont la présence soulèvera des difficultés lors du
cantonnement, mais encore dans la tribu même plusieurs groupes étaient étrangers à la
plaine comme le montre l’énumération suivante des différentes fractions agrégées à la
tribu primitive :
Oulad Kadra, originaires des Hachem Ghris (haute noblesse; région de Mascara ?)
Oulad Cheffa, originaires des Beni Tigrin (région d’Ammi-Moussa).
Djaïd, originaires des Beni Keraïch.
Cheurfa ouled Sidi Lazereg, originaires des Flittas (Ouarsenis occidental).
Dekakcha, descendant de Ben Dekkeich, ancien seigneur des Mehal, ayant commandé
dans le Bas-Chélif.
Chetahl, originaires des Sendjès (Ouarsenis, au Sud d’Orléansville).
Habaïr, originaires des Baghdoura (Dahra, au Nord-Ouest d’Orléanville).
Mreiria et Houonoui, originaires des Sbéah (à l’Ouest d’Orléanville, dans la plaine et
dans les montagnes du Nord et du Sud).
Zebabdja-Mouafkia
Roumlia, originaires des Oulad Chérif (Tiaret).
Athmenia
El Hadar, originaires de Mezouna (Dahra Oranais).
Méraounia, originaires des Beni Merzoug (au Sud-Ouest de Ténès).
Ouled Hamdane, originaires des Medjeher (Région de Mostaganem).
Brehah, originaires des Ouled Riah (Dahra occidental).
Ouled Sidi Yusef, descendant de marabouts de ce nom.
Ouled Sidi Ahmed Ben Abdellah, souche primitive des Medjadja (au N.E. d’Orléanville);
à eux se relient par le sang les Ouled Sidi Macout el Hammam et les Hathah du Sahara.
Beni Zidja, issus des Heumis (entre Orléansville et Ténès).
Ainsi sur ces 18 fractions, une douzaine au moins sont originaires des régions
montagneuses. Comme il s’agit d’une des plus importantes tribus du Chélif, cet exemple
nous paraît particulièrement probant. »80
79
M. Djender, Introduction à l’Histoire de l’Algérie : Systèmes historiques, conception générale de l’histoire
nationale, Alger, SNED, 1968, p. 109.
80
X. Yacono, La colonisation des plaines du Chélif (de Lavigerie au confluent de la Mina), op.cit., p. 191.
61
h. Dislocation de la société tribale.
On peut dire sans aucune exagération que la colonisation a provoqué la dislocation
de la société tribale. Le régime féodal et colonial dans la plaine du Chélif était
continuellement secoué par des insurrections d’une ampleur et d’une durée remarquables.
Nous citerons pour exemple l’insurrection de Marguerite qui a marqué durablement
la mémoire collective dans cette région. L’accaparement des terres par les colons, les
impôts, la corvée, les guerres civiles incessantes, les famines, rendaient la vie impossible
aux paysans.
Les écrits abondent en descriptions de famines, des populations errant sur les routes
après les guerres et les mauvaises récoltes. Les écrits militaires ainsi que littéraires sur cette
période campent de nombreux personnages bien vivants tels que caïds, colons,
fonctionnaires, veules, fourbes, rapaces ; tous occupés à leurs intrigues et complots. Dans
ces écrits la figure du grand rebelle de l’époque, Boumaza, «l’homme à la chèvre», nom de
guerre du héros Chélifien de son vrai nom Mohamed Ben Abdallah, est souvent évoquée.
A travers des récits vrais ou fabuleux, maints aspects de la société de l’époque nous sont
dépeints.
Les grands seigneurs féodaux, Caïds, Aghas, ayant plus à cœur de sauvegarder leurs
privilèges que de préserver le pays, pratiquaient d’abord une politique de compromis puis
de capitulation. Mais le peuple dans son ensemble opposait dès le début une résistance
farouche à l’envahisseur. Face à l’agression, il y aura ainsi deux partis opposés, celui de la
capitulation et celui de la résistance.
Vers 1850, le régime colonial commençait à s’installer de façon durable.
L’économie ne fonctionnait plus que pour le plus grand profit des compagnies coloniales
françaises et pour assurer le maintien d’une lourde machine administrative et policière. La
répression frappait durement toute velléité de résistance. De nouvelles structures
apparaissaient au sein de la société chélifienne. La colonisation ayant fait naître 29 centres
et 3 villes dans cette plaine du Chélif.
La paupérisation de la paysannerie s’aggravait de plus en plus, due aux spoliations
coloniales, à la multiplicité des impôts et taxes, aux accaparements de terre par les colons
comme par les féodaux qui s’étaient mis au service des Français. L’installation des
entreprises semi industrielles et commerciales coloniales, la construction de la voie ferrée,
62
des routes entraînaient l’apparition d’une nouvelle classe sociale, la classe ouvrière. Dès sa
naissance, cette classe ouvrière algérienne prenait contact avec les dures réalités de
l’exploitation coloniale : salaire de famine, travail exténuant, brutalités quotidiennes.
Comme c’est à travers la lecture de textes divers que nous avons choisi de dérouler
peu à peu l’Histoire de cette région, nous estimons indispensable de revoir l’histoire
d’Orléansville et les conséquences qu’elle a entraînées sur le développement de Ténès et
Miliana à partir de l’année 1843, date de sa création. Pour ce faire et comme l’on doit
suivre l’ordre chronologique nous commencerons par l’histoire de Miliana dont
l’occupation en 1842 a permis la conquête et la pacification de la plaine du Chélif.
2. Miliana
Situation géographique.
En empruntant la route nationale qui relie Alger Oran après un parcours de 120 Km
d’Alger on débouche sur Khemis-Miliana, seuil de la plaine du Chélif. De là on s’engage
sur une autre route assez tortueuse bordée de roseaux et de ruisseaux qui grimpe le long des
jardins harmonieusement soignés vers les vieux remparts de Miliana, une ville millénaire.
Suspendue au penchant du Mont Zaccar qui la couvre entièrement au Nord, la ville est bâtie
sur un énorme rocher de travertin aux contours abrupts. A l'Est, elle domine à pic un ravin,
au Sud, la vallée du Chélif, et à l'Ouest un plateau arrosé d'eau jusqu'à la chaîne de
l'Ouarsenis.
Miliana appelée à juste titre « nid d’aigle » est bâtie sur un rocher dont les
escarpements inaccessibles assuraient la sécurité de la ville qui s’étouffe aujourd’hui entre
les précipices qui lui ont permis de survivre. Vers le nord, la ville est accrochée sur le flanc
du Zaccar, montagne qui se divise en deux grands massifs, le Zaccar Gherbi et le Zaccar
Cherqui formant tous deux une enceinte naturelle dont le plus haut sommet atteint 1579
mètres d’altitude. Au sud, la ville domine une immense étendue, la plaine du Chélif qui
occupe une superficie de 23773 hectares environ.
Au milieu du 16e siècle, Léon l’Africain dans Description de l’Afrique note que
« cette ville est placée au sommet d’une montagne, elle est à environ 40 milles de la mer,
63
c’est-à-dire de Cherchell. La montagne sur laquelle a été bâtie Miliana est pleine de sources
et couverte de noyers au point qu’on n’achète pas les noix et qu’on ne les cueille même pas.
La ville est entourée de hautes murailles antiques. » D’un côté le rocher domine une vallée
profonde, d’un autre, une pente qui part du sommet de la montagne est parsemée
d’habitations.
Le micro- climat, frais et tempéré de Miliana, détonne par rapport au climat sec et
chaud qui caractérise les plaines du Chélif. En effet, la pluviométrie est faible dans ces
plaines : 400 mm, par an, en moyenne, contre 1 500 mm, au sommet du Zaccar. Il reste à
signaler cependant que là aussi, le couvert végétal commence sérieusement à se dégrader.
La ville est plantée de platanes qui sont son symbole, même si sur ses armoiries on y trouve
un palmier et un lion, lointain souvenir de l'époque où ce félidé infestait les montagnes
avoisinantes. Cette ville qui comptait intra muros environ 3000 habitants au siècle dernier,
a vu sa population se multiplier par dix. La ville, sous la poussée démographique étouffe
entre ses vieux remparts. Pour faire de la place, on a commencé par mettre à bas les
murailles en pierres de taille et les portes superbes et imposantes d'Alger (Bab Echerki) et
de l’Ouest (Bab El Gherbi). Miliana, située au creux d'une végétation luxuriante avec ses
jardins et ses vergers cultivés en banquettes qui s'échelonnent vers la plaine, est en fait le
symbole de ville citadine déchue.
Histoire de Miliana
A l'instar des autres villes du Maghreb, Miliana connut plusieurs conquêtes ainsi
que des troubles politiques parmi lesquels on peut citer quelques dates :
La conquête arabe
Entre 362 et 370 de l'Hégire soit en 972-980 de l'ère Chrétienne, Abou El Feth
Bologhin Ibn Ziri Essanhadji, vassal d'Al Moez il Din Allah de la Dynastie des Fatimides
reconstruisit la ville médiévale sur les ruines de l'antique Zucchabar. Bologhin devint le
maître incontesté d'Ifriqya. Pendant un certain temps Miliana fut la capitale d'une grande
partie du Maghreb. Durant cette période la ville renaît et connut une grande prospérité. Les
64
nombreux historiens et géographes qui ont visité cette ville ont tous confirmé son caractère
d'opulence.
Au Xe siècle, Ibn Hawqal fut le premier géographe arabe à citer le nom de Miliana
dans ses écrits. Il la situe à une étape d'El-Khadra et la qualifie de « cité antique », pourvue
de moulins que fait tourner son cours d'eau et possédant un grand nombre de canaux
d'irrigation. Au XIe siècle, El Bekri constate que la ville est romaine et renferme de
nombreuses antiquités.
En 1081/47381, Youcef Ibn Tachfin, chef des Almoravides occupa Alger Médéa et
Miliana. A partir de 1159/547 Miliana fit partie de l'empire Almohade- A cette époque, la
ville connut en 1184, le siège des Beni Ghania.
Miliana au XIIe siècle est décrite ainsi par un géographe arabe anonyme :
« Proche de la ville d'Achir, elle est une grande ville de construction romaine, rénovée
par Ziri Ben Menad ; de plus elle contient des vestiges de l'Antiquité. C'est une cité
fortifiée sur le plateau d'une montagne appelée Zekar dont toute la végétation est du
Myrte et d'où jaillit une importante cascade. Son fort débit actionne les moulins à eau.
La ville de Miliana possède des eaux courantes, des ruisseaux et des vergers remplis de
tous les fruits. C'est un des lieux de l'Afrique les plus fertiles et où les prix sont les plus
bas. Miliana de son site élevé, surplombe une vaste plaine avec de nombreux villages
prospères et des champs à cultiver. La ville est entourée d'un grand nombre de tribus
Berbères. Le fleuve Chélif, un grand fleuve célèbre, traverse cette plaine avoisinante.
Sur les bords se trouve une ville très ancienne aux vestiges antiques, appelée Chlef, qui a
donné son nom à un cours d'eau. Actuellement, c'est une ville en ruines. Dieu est le
savant suprême qu'Il soit exalté. »82
En 1261 / 659, Miliana fut assiégée par les Hafçides de Tunis pour soutenir leurs
alliés les Beni Tudjin qui étaient en possession de cette ville.
A partir de 1308 / 707, les Zianides imposèrent leur autorité sur presque toutes les
villes du Maghreb central y compris Miliana.
En 1372 / 774, Ibn Khaldoun décrit ainsi la ville : « C'est une cité faisant partie du
domaine Maghrawa Beni Warsifen dans la plaine de Chélif […] Boluggine a tracé le plan
d'El Djezaïr, de Melyana et de Lemdiya ». Au cours de cette période, Miliana fut un foyer
de culture.
81
La première date correspond au calendrier grégorien et la seconde au calendrier hégirien.
Traduction d'un texte en langue arabe, extrait du manuscrit d'un géographe arabe anonyme rapporté par
Dombay et publié par Alfred Kremer, sous le titre « Description de l'Afrique par un Géographe anonyme du
VIe siècle de l'Hégire », Vienne, 1852, p. 59.
82
65
En 1461, Abou Abdallah Mohamed El Moutawakil, sultan de Ténès, s'empara de
Médéa et Miliana d'où il forma une armée pour aller conquérir les villes de Béni Rached,
Mostaganem et Tlemcen .Depuis, les Milianais jouirent d'une certaine autonomie jusqu'à la
venue des Turcs83.
La période turque
Lorsque les frères Barberousse firent leur entrée à Alger en 1516, Aroudj, décida
aussitôt d'étendre son autorité vers 1517 sur les villes de l'Ouest du pays. Miliana devint le
premier caïdat84 de la région d'Alger. En raison de sa position stratégique, les Turcs
installèrent alors les tribus Makhzen pour bien contrôler la région et ses environs. A cette
époque, la ville rayonnait et vivait dans l'aisance .Elle fût décrite dans plusieurs ouvrages
de chroniqueurs arabes et européens dont nous citons quelques extraits.
Au milieu du16e siècle, le célèbre voyageur Mohamed El Hassan El Fassi dit Léon
l'Africain en fit la description suivante :
« La ville est située au sommet d'une montagne à 40 miles (64km) de la mer .Cette
montagne est gorgée d'eau et couverte de noyers au point que les habitants n'achètent pas
les noix et ne les cueillent même pas…. À part la culture des vergers, certains d'entre eux
sont des tourneurs qui font de forts jolis récipients en bois. La ville est entourés d'une
ancienne muraille qui donne d'un côté sur un ravin et de l'autre sur une pente qui mène
vers la vallée du Chélif, situation qui rappelle celle de la ville de Narni en Italie. »85
Hamdane Ben Othmane Khodja dans « El-Mihat » fournit lui aussi quelques détails
sur ses habitants et leurs activités : « Les habitants de Miliana se caractérisent par une sorte
d'entêtement. Leur terre est extrêmement fertile, ce sont des jardiniers et leurs fruits sont
excellents. Ils ne s'adonnent à aucune espèce d'artisanat et ils n'ont d'autre que celui de faire
sécher les fruits et d'en faire une sorte de confiture à base de jus de raisin et d'amandes qui
se conserve durant toute l'année, le climat chez eux est salubre. »
83
Abbas Kebir Benyoucef, Miliana, Alger, Agence Nationale d'Archéologie et de protection des sites et
monuments historiques, 2000, la plupart de ces informations données dans cette partie sont extraits de cet
ouvrage.
84
Caïdat, (terme dérivé de caïd, mot arabe qui signifie chef), région relativement autonome et administrée par
un magistrat dont les fonctions s’exercent en matière de police, d’administration et d’impôts, ce serait le
terme équivalent de sous–préfecture.
85
Source < http://fr.wikipedia.org/wiki/Cat%C3%A9gorie:Ville_ou_commune_par_pays >consulté le,
12/12/06.
66
Emerveillé par le site de Miliana le Docteur Shaw écrit : « Miliana a de
remarquable, qu'il soit bien arrosé au nord ouest du mont Zeckar, qu'il est environné de
beaux jardin : et enfin que la vue y domine sur les territoires de Djendel, des Matmata et
d'autres tribus Arabes jusqu'à Médéa. Au printemps, les dévots d'Alger, de Blida et du
voisinage y viennent baiser la chasse de Sidi Ahmed Benyoucef, le saint tutélaire de la
ville. » Quant à Venture de Paradis, il donne un aperçu sur l'essor de la production agricole
de cette ville en écrivant : « Dans le district d'Alger, du côté du Sud, on cultive du riz dans
le territoire d'une ville murée qu'on nomme Miliana et dans le district de Mascara, à la
contrée qu'on nomme Mina. Le riz de Miliana est d'une meilleure qualité que celui de
Mina ».
A cette époque, Miliana était un centre de rayonnement religieux et culturel sur
l'ensemble de la région. Elle comptait vingt cinq mosquées, dont huit importantes. Vu son
rôle prépondérant, les artisans de la ville n'ont pas hésité à contribuer à la reconstruction de
la ville d'Oran en 1792, après l'occupation espagnole pendant le Règne de Bey Mohamed El
Kebir. Miliana et sa région connurent des soulèvements des tribus Righa contre
l'occupation turque. L'insurrection de Bouterik cheikh des Soumata en 1544 au cours de
laquelle le Caïd Hassan trouve la mort prés de Hammam Righa en est un exemple.86
La conquête coloniale
La prise de Miliana eut lieu le 8 Juin 1840, par le général Valée. En 1840, à l'arrivée
de l'armée française (comprenant près de 12.000 soldats), sur l'ordre de l'Emir Abd El
Kader, la ville fut incendiée et vidée de sa population. Le blocus de la ville qui s'en est suivi
a rendu les soldats français « prisonniers », à la merci des combattants et cavaliers de
l'Emir. La bataille fut terrible et le blocus aidant, la famine et les maladies provoquées par
la pollution de l’eau firent des ravages dans les troupes françaises. Camillle Rousset
rapporte que c’est grace à un ancien soldat vêtu en Arabe qui a pu s’échapper de Miliana et
se présenter au palais du gouvernement pour prévenir les autorités que celles-ci
intervinrent. « Les nouvelles qu’ils apportait in extremis étaient de telle sorte qu’il n’y avait
86
Extrait de L'Afrique de Marmol - Traduction de Nicolas Perrot, sieur d'Ablancourt, 1647 T. II p. 396-97.
67
plus un jour à perdre »87. Le général Changarnier reçut les instructions pour aller au secours
des soldats bloqués à Miliana. Quand il entra dans la ville, le spectacle « qu’il vit tout
d’abord dépassa sa plus douloureuse attente. L’état des troupes était navrant » rapporte cet
auteur qui poursuit ainsi son récit :
« la moitié de la garnison, a dit le général Changarnier était dans le cimetière, un quart
dans les hopitaux ; le reste se traînait sans force et sans courage, incapable de défendre
les remparts que l’ennemi, malinformé, n’avait heureusement pas attaqués. » Cette
malheureuse garnison fut relevée toute entière. […] Victimes d’une fatalité impitoyable,
les tristes débris qu’on croyait avoir sauvés des horreurs de Miliana avaient été suivis par
la mort ; ils lui appartenaient : elle les reprit presque jusqu’au dernier tour à tour. Des
douze cents trente six hommes laissés au mois de juin dans la ville maudite, soixante dix
survivaient seuls au 31 décembre. Etonnée de ce grand désastre, émue par la poésie
frémissante de Joseph Autran, l’opinion publique fut sévère pour le maréchal Valée. »88
Sur les 1300 soldats français encerclés, 850 environ ont péri et ont été enterrés à
Miliana. Le reste comme le laisse entendre l’auteur cité ci-dessus n’a pas survécu. Un livre
paru en 2003 a d’ailleurs pour titre : Une épopée dramatique : la prise de Miliana, 184089.
Le calme étant revenu, les habitants de la ville et de la région sont retournés et ont en
général récupéré leurs propriétés abandonnées. Aussi, pendant la période coloniale, on
estime qu'à Miliana 10 à 15% des terres cultivables ont été occupées par les Français et des
étrangers européens (espagnols, maltais, italiens, ou suisses). Il faut préciser que le terrain
en pente est morcelé en petites propriétés. Ce sont des jardins potagers ou des vergers
modestes cultivés en terrasse qui constituent le plus souvent des exploitations familiales.
Par contre, à Arioua (Ex. Margueritte) à 9 kilomètres seulement de Miliana les
expropriations ont été très importantes. On peut estimer que près de 75 à 80 % des terres,
fertiles et bien situées, appartenaient à des colons français ou des étrangers européens.
C'était l'une des causes principales du soulèvement de cette petite agglomération en 1901.
Citons également le cas de Khemis-Miliana (Ex. Affreville) située à 8 kilomètres au sud de
Miliana, dans la plaine du Chélif, où les expropriations ont été très importantes. Les
superficies appartenant aux colons pouvaient s'élever à environ 75% des terres cultivables.
87
Camille Rousset, L’Algérie de 1830 à 1840, Tome second, Paris, Plon-Nourrit et Cie Imprimeurs –Editeurs,
1900 3ème édition, p. 478.
88
Ibid., p. 480-481.
89
André Bloch, Une épopée dramatique : la prise de Miliana, 1840, Paris, Maisonneuve &Larose, 2003.
68
3. La création d’Orléansville
Situation géographique
Orléansville, (Ville du nom du Duc d’Orléans) fut fondée en 1843 par le Maréchal Bugeaud
sur l’emplacement de la citadelle romaine de Castellum Tingitanum dont les ruines
couvraient une surface de 600 mètres sur 300 mètres. La ville est située au confluent de
l’oued Chéliff (700 km) et de l’oued Tsighaout, à 140 m d’altitude, sur la rive gauche du
Chéliff, elle est aussi à mi-distance d’Alger (220 km) et d’Oran (205 km) et également
entre la mer au Nord, Ténès à 53 km, et les montagnes de l’Ouarsenis au Sud. Elle est
surtout au centre de la voie longitudinale occupée par les plaines sur 200 Km, de Djendel
(Lavigerie) à 29 Km à l’Est de Miliana, à l’Oued Mina (Relizane). Voie qui échappait au
contrôle des troupes françaises, en dépit des actions menées à l’Est et à l’Ouest.
Histoire de sa création
Au printemps de l’année 1842, Bugeaud décide de parcourir la vallée et de pénétrer
dans le massif du Dahra afin d’établir la jonction entre deux colonnes appartenant aux
divisions d’Oran et d’Alger. Après avoir frappé durement les Sbéah (de la région de Oued
Rhiou) qui firent leur soumission, il campe à El-Asnam parmi les ruines de l’ancien
Castellum Tingitanum et opère sa jonction sur l’oued Rouina (à 40 Km à l’Ouest de
Miliana) avec la colonne Changarnier partie de Blida.
« Il était désormais possible de se rendre par voie de terre, de la frontière du Maroc à
celle de Tunisie, mais la soumission de la vallée du Chélif n’était pas, pour autant,
assurée. Dès septembre, l’émir qui s’était fixé chez les Flitta s’abattit sur les tribus du
bas Chélif, qu’il frappa d’impitoyables représailles. »90
Il suffit donc à Abdel-Kader de reparaître dans l’Ouarsenis, au début de 1843, en
chef de la résistance et en justicier implacable, pour dominer le massif et mordre sur le
Dahra. Les deux chaînes étant trop loin des bases françaises pour qu’elles pussent y exercer
90
Ch.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Tunisie- Algérie- Maroc, La conquête et les débuts de la
colonisation (1827-1871), P.U.F., Paris, 1986 (deuxième édition revue et mise à jour par Christian Courtois),
p. 193.
69
un contrôle efficace, Bugeaud décida en avril 1843, de fonder un poste à El-Asnam. Le 23
Avril 1843, la colonne du Général Gentil, dite de Mostaganem, comprenant les troupes de
la Division d’Oran et celle du Maréchal Bugeaud venant d’Alger opèrent leur jonction au
confluent du Chélif et de l’oued Tsyghaout, à peu près à égale distance de Miliana et de
Mostaganem.
Le plan du Maréchal consiste à dominer la plaine et à créer au centre un
établissement qui communique avec un port voisin. L’endroit était donc idéal et le Colonel
Cavaignac fut désigné pour exécuter ce plan. Le Lieutenant Prevost dans la revue
archéologique de 1842, écrit à ce sujet :
« La position choisie était éminemment militaire ». Centre de la fertile vallée du Chéliff
que va longer la route d’Alger à Oran, unique voie commode pour aller du Chéliff aux
repaires de l’Ouarsenis, Orléansville se trouve, en outre, près du seul débouché qui mette
en relation la plaine du Cheliff avec la côte septentrionale de l’Algérie. En effet, la
vallée de l’Oued Ouaran conduit, par un col peu élevé, de la « montagne du plâtre » dans
la vallée de l’Oued Allala et, par suite à Ténès. A droite de cette voie naturelle sont les
montagnes inaccessibles des Béni – Ménasser, à gauche celles, non moins praticables,
du Dahra.
Le Maréchal, comprenant la nécessité d’avoir un centre d’opération pour les
colonnes qu’il faudrait lancer sans cesse dans des pays aussi difficiles, chercha un lieu
qui satisfit pleinement ses vues : il le trouva là où l’avaient déjà trouvé les généraux
romains qu’un même but de domination forçait à étudier avec soin la topographie de la
contrée.
Le général fit aussitôt construire des routes et acheminer un énorme matériel. Le
nouveau camp baptisé, le 16 mai, Orléansville, en l’honneur du prince héritier mort
accidentellement l’année précédente, fut placé sous le commandement du colonel
Cavaignac. » 91
Tout d’abord simple poste stratégique, Orléansville servit dès lors avec le port de
Ténès pour son ravitaillement, de point d’appui aux troupes militaires qui, de là,
rayonnaient à leur aise à travers les tribus indociles du Dahra de l’Ouarsenis et des Béni –
Ménasser. Le camp s’éleva près des ruines romaines encore abondantes que les militaires
s’empressèrent d’utiliser comme matériaux de construction, et malgré les efforts de
Cavaignac pour sauver les antiquités, les soldats et les colons y puisèrent comme en une
carrière. Ainsi fut détruite la grande basilique constantinienne à cinq nefs.
Le principal inconvénient du site était le climat aux étés torrides, mais le camp
rendit les services militaires qu’on attendait de lui. L’armée tint solidement la vallée du
Chélif et priva l’émir Abd-el- Kader des ressources importantes de la région entre le Chélif
91
Prevost, extrait de Revue archéologique, Paris, [s. n.], 1842.
70
et la Mina. Ce camp permanent se transforma rapidement en un fort marché pour le gros
bétail et les riches produits agricoles de la région. La route, la voie ferrée, les irrigations,
l’administration ont conjointement engendré la ville. Ville qui connaîtra de nombreuses
modifications au cours de son histoire comme nous le verrons à travers la lecture de notre
recueil. Après avoir longtemps conservé une garnison, elle est restée une ville de
fonctionnaires. Complètement détruite à deux reprises par un terrible tremblement de terre
en 1954 puis en 1980, c’est une ville neuve mais monotone avec son plan en grille hérité de
la colonisation. Ce que nous verrons plus en détail dans le chapitre consacré à la notion
d’espace.
4. Ténès
Situation géographique
La ville de Ténès est située sur la côte, à l’Ouest d’Alger et au nord de Chlef à une
cinquantaine de kilomètres du chef-lieu de wilaya. Ville et port maritime, à l’embouchure
de l’Oued-Allala ; au pied du col par lequel la vallée centrale du Chélif communique avec
la mer, c’est l’entrepôt naturel de Chlef. La distance qui sépare Ténès d'Alger est d’environ
200 kilomètres par le littoral et 250 kilomètres en passant par la ville de Chlef. La ville a
été fondée au milieu de la côte du Dahra, entre Alger et Oran, sur un plateau légèrement
incliné, de 40 à 50 mètres de hauteur au-dessus de la mer. Elle est bordée :
- au Nord, par une falaise acore qu’une plage étroite sépare de la mer ;
- à l’Est, par une pente escarpée bordant la petite vallée de l’oued Allala, que
traverse le chemin du port ;
- au Sud, par les premier contreforts des montagnes qui commencent de suite, à la
porte de la ville ;
enfin, à l’Ouest, par un plateau étroit de 20 à 30 mètres d’élévation, acore sur la mer
qu’il longe sur plusieurs lieues.
Un phare est construit à la pointe du cap Ténès ; il est dominé immédiatement SudEst par une arête dentelée à grands escarpements verticaux composés comme le massif du
cap, de calcaire blanc et dont le point le plus haut atteint 640 mètres d'élévation.
71
Histoire de Ténès
Le nom même de Ténès témoigne de la haute antiquité de son origine. Il s’est
conservé sans altération, à travers la longue chaîne des siècles, depuis l’époque de la
domination carthaginoise jusqu’à nos jours. Le mot Cartennae qui désignait cette cité à
l’époque romaine n’est semble-t-il que la transcription du vocable phénicien Karth
« ville », précédant le nom de lieu Tenae que l’on rencontre encore, sur la côte orientale de
la Tunisie, à quelques lieues au sud de Sfax où les ruines de Tenae conservent pareillement
leur ancienne dénomination92.
Une autre version affirme que Carthenna, est un mot composé de Carth qui signifie
cap et Thenna qui était le nom de la rivière qui traversait la région. Cette version semble
plus vraisemblable car El-Bekri signale que « la rivière Tenatin qui entoure la ville du côté
du nord et de l’est, vient des montagnes situées à une journée de distance vers le sud et se
décharge vers la mer »93.
D'autres sources avancent le nom de Cathennas, d'origine punique qui donnera plus
tard le nom actuel de Ténès. Tout porte à croire qu’elle fut bâtie par les Phéniciens,
postérieurement sans doute, à la fondation de Carthage, c’est-à-dire vers le huitième siècle
avant Jésus-Christ. Á cette époque, les Phéniciens installèrent à Ténès un comptoir
commercial comme l’attestent des tombeaux le long de la côte.
Au temps des royaumes berbères, Ténès était située aux confins de la Numidie
Orientale (Massilia) et elle était placée sous le commandement de Syphax. A la fin du
III.ème siècle avant Jésus-Christ, elle connut la domination Carthaginoise et elle en fut
délivrée par Massinissa.
La période romaine
En l'an 30 Avant Jésus-Christ les Romains conquirent la ville et lui donnèrent
définitivement le nom de Cartennae. Auguste en fit une colonie militaire formée
essentiellement de soldats de la 2ème Légion. Beaucoup de vestiges datant de cette époque
92
E. Bourin, Ténès (Cartenae), (extrait de la « Revue de l’Afrique française »), Paris, M. Barbier, libraireéditeur, 1887, p.5.
93
Abou-Obeid-El-Bekri, Description de l’Afrique Septentrionale, Traduction de Slane, op.cit., p.127.
72
ont été retrouvés comme par exemple: des mosaïques avec des inscriptions romaines:
« Caius Fulcinius Optatus soldat de la 2ème Légion, ou bien celle de Victoria, fille de
descendance sénatoriale décrite dans le livre de Jacques Heurgon, Le Trésor de Ténès.94
La conquête arabe
La région fut conquise entre 675 et 682 par le chef militaire Abou El Mouhajir
Dinar. Elle a été gouvernée par différentes dynasties: les Rostomeides, les Idrissides, les
Mérinides, les Almoravides, les Almohades, et les Zianides. En l'an 302 (262 de l'Hégire)
les Andalous commencèrent la construction de la ville nouvelle (Ténès el hadhar) appelée
paradoxalement le Vieux Ténès par les colons Français, et ou se trouve la mosquée de Sidi
Maiza (considérée comme la troisième du pays et datant du début du Xe siècle). Ténès fut
réputée pendant cette période comme une ville universitaire où séjournaient des étudiants
venus d'autres régions et d'autres universités pour parfaire leurs connaissances sous la
direction d'éminents professeurs et savants tels que: Ibrahim Ibn Yekhlef Ibn Abdessalem
Abou Ishak Ettensi, ou bien encore Abou El Hassen Ibn Yekhlef Ettensi qui créa avec ses
enfants plusieurs universités à Tlemcen et où il enseigna. Le musée actuel, une ancienne
mosquée, porte son nom. Des géographes arabes tels que El Bekri (1068) ou Al Yaakubi
ont séjourné à Ténès et la citent dans leurs ouvrages.
La période turque
Les Espagnols occupaient Ténès depuis 1505 et ils en furent chassés par les Turcs
avec à leur tête Kheireddine Barberousse en 1516. La ville restera sous domination turque
jusqu'a la colonisation Française.
La période coloniale
Ténès fut occupée par le Colonel Changarnier le 22 Décembre 1841, il abandonna la
place n'y trouvant pas d'abris suffisants et aucune ressource pour sa cavalerie. En 1843, le
Maréchal Bugeaud décide de la création du port de Ténès. Après avoir investi El-Asnam et
choisi l’emplacement de la nouvelle ville le 27 avril, il y laissera le colonel Cavaignac à la
tête de la garnison. Il fait tracer dès le lendemain (le 28 avril) la route par ses troupes
jusqu’à Ténès. Le 8 mai, « après des travaux prodigieux exécutés par l’armée » la route de
94
J. Heurgon, Le trésor de Ténès, Paris, éd. Arts et Métiers Graphiques, 1958.
73
Ténès à El-Asnam fut livrée à la circulation. Avec la construction du port une nouvelle
ville, va voir le jour. C’est la « ville neuve » des Français appelée par les
autochtones« Ténès la Neuve » par opposition à « Vieux-Ténès ». L’histoire de la création
de cette ville à la suite de la construction du port de Ténès est ainsi étroitement liée à celle
de la conquête.
Michel Branlière95, dans sa notice consacrée au port de Ténès explique que sur le
plan militaire, la construction du port de Ténès était vitale lors de la guerre de conquête
coloniale. Le port de Ténès était très important, parce que d’une part, c’était le seul point
par où Orléansville pouvait être ravitaillée et qu’il permettait de lancer sur le Dahra et la
vallée du Chélif un corps de troupes. D’autre part, pendant la guerre de Crimée et aussi
pendant celle d’Italie, le port de Ténès a été un point d’exportation important. Pour le
capitaine .Bourin la création de Ténès comme celle d’Orléansville n’était qu’une
restauration : « Orléansville allait s’élever sur les ruine d’El-Asnam et du Castellum tingitii
des romains, Ténès devait sortir des cendres de la vieille Cartennae. »96
Un détail que nous avons trouvé intéressant de relever c’est qu’à Taghzout, située à
une trentaine de kilomètres sur la côte ouest de Ténès, le gendre d’Elisée Reclus,
l’architecte Régnier acheta des terres et s’installa. Sous son impulsion un petit groupe de
libertaires constitua un phalanstère basé sur la solidarité et l’esprit communautaire. La
colonie se développa et mit en valeur plus de trois cent vingt hectares et ce malgré toutes
les entraves des autorités qui ne voulaient en rien faciliter la vie à ces colons pas comme les
autres qui entretenaient de bons rapports avec les Musulmans et les payaient plus que les
autres Européens.
95
M. Branlière, Notice sur le port de Ténès, Paris, Imprimerie Nationale, 1890, s.p.
E. Bourin Ténès (Cartennae), extrait de la Revue de l’Afrique française, Paris, M. Barbier, libraire –éditeur,
1887, coll. « Les villes d’Algérie », p. 18.
96
74
CHAPITRE DEUX
TOPONYMIE ENTRE GÉOGRAPHIE ET
HISTOIRE
La toponymie rend compte d’une entreprise de nomination de lieux. Elle consiste à
attribuer un nom à un environnement précis : ville, villages, rues, jardins, édifices etc.
Soumise aux avatars de l’Histoire, elle est un enchaînement de baptêmes, débaptisations,
rebaptisations. L’étude toponymique d’une région étant intimement liée à son histoire est
de ce fait fluctuante. Il y a une onomastique et, partant une toponymie spécifique à la
région qui nous intéresse à cause, d’une part des influences mutuelles dues aux contacts de
population qui ont élaboré un type onomastique particulier ; d’autre part, d’un rapport
original à l’histoire : terre de colonisations et de substitutions et changements fréquents de
noms ; mais aussi plus ou moins massivement, lieu de résistances et de permanences qui
ont fait que les conséquences sur le plan onomastique ne sont pas des moindres.
I. MODIFICATIONS TOPONYMIQUES
A l’arrivée du corps expéditionnaire français en Algérie, le pays ou plutôt les
régions urbaines étaient administrées par la régence d’Alger qui dépendait plus ou moins du
pouvoir ottoman décadent. Or, bien que la domination turque s’étala sur quatre siècles
environ, la langue turque, a cependant très peu influencé les langues locales et partant
l’onomastique. Selon Foudil Cheriguen, « la toponymie algérienne ne concernait au début
du XIXe siècle que des noms berbères et arabes (ces derniers eux-mêmes, bien qu’ils
fussent d’origine arabe classique, étaient fortement altérés par l’arabe dialectal), la
conquête française vint ajouter, quelques années après 1830, et petit à petit mais de façon
ininterrompue (pendant plus d’un siècle et demi) une autre strate à celles déjà existantes :
75
punique, gréco-latine et surtout arabe, pour ne citer que celles qui, réellement, ont fait
souche dans le pays » 97.
Dans son ouvrage intitulé Des noms et des lieux, Mémoires d’une Algérie, oubliée,
Mostefa Lacheraf98, affirme que l’inventaire onomastique ou toponymique révèle un
« gisement » ancien en langue tamazight. D’après lui, « dans l’épigraphie nord-africaine à
laquelle se réfère Gustave Mercier à propos de ce qu’il appelait, en 1924 « La langue
libyenne (c’est-à-dire tamazight) et la toponymie antique de l’Afrique du Nord », si des
noms propres d’hommes ou de femmes surgissent et, parmi eux, il en est qui sont toujours
reconnaissables comme ce Tascure, découvert gravé en latin et dont les doublets
linguistiques actuels sont Tasekkurt et Sekoura signifiant « perdrix » en kabyle », ils sont
moins nombreux que les noms de lieux. Il explique ce phénomène en citant l’explication
qu’en donne Mercier : « ils sont cependant beaucoup moins nombreux que les topiques,
parce qu’ils ne revêtent pas obligatoirement, comme ces derniers, la forme féminine, et
aussi parce que l’onomastique humaine a changé avec la conquête, les noms latins se
substituant aux indigènes, comme devaient le faire plus tard les noms arabes. »
99
Pour
Mostefa Lacheraf, il n’en demeure pas moins que :
« Les topiques ou toponymes et lieux-dits à travers toute l’Afrique du Nord constituent,
quant à eux, un véritable festival de la langue berbère, et l’on bute sur ses noms, devenus
familiers aux vieilles générations d’Algériens connaissant leur pays, dans les moindres
recoins du sous-continent maghrébin. […] Bref, un inventaire grandiose ou infinitésimal,
un espace géographique modelé par les millénaires et s’exprimant en tamazight, la
Nature et les hommes confondus ! Ne serait-ce que pour cela (qui est déjà énorme) cette
langue devrait être enseignée à tous les enfants algériens afin de leur permettre de
redécouvrir leur pays dans le détail. Et non par le biais de l’abstraction idéologique
imposée. » 100
Cet auteur conclut que ce n’est que par l’effort prospecteur méticuleux se rapportant
à l’Algérie de tous les lieux et de tous les jours, que la pédagogie scolaire et de
l’enseignement supérieur, en transposant à son niveau, avec des moyens appropriés, cette
légitime initiation à la terre, à la faune, à la flore, aux mille réalités concrètes (et
97
Foudil Cheriguen, Toponymie algérienne des lieux habités, Alger, Epigraphe, 1993, p. 33.
Mostefa Lacheraf, Des noms et des lieux, mémoires d’une Algérie oubliée, Alger, Casbah éditions, [1998
1ère éd.], 2003 2ème édition revue et augmentée, notre édition de référence.
99
M. Lacheraf, Des noms et des lieux, mémoires d’une Algérie oubliée, Alger, op. cit., citant Gustave
Mercier, La langue libyenne et la toponymie antique de l’Afrique du Nord, article paru en 1924, p. 161.
(Souligné en italique par l’auteur).
100
Ibid.
98
76
méconnues) du Maghreb, fera gagner à l’identité algérienne, les certitudes dont elle a
besoin pour s’affirmer et s’épanouir. Identité comprise comme « notre être national
véridique, fruit intime de la géographie et de l’histoire, toutes deux connues charnellement
à partir du terrain et assumées comme telles sans détour ni mensonge » 101.
En clair, la compréhension de la culture d’une région passe également par la
toposémie. De fait, l’importance des noms et de la toposémie est liée à l’acculturation, aussi
l’étudier c’est une façon de revendiquer une identité culturelle. Nous citerons l’exemple de
la ville d’Orléansville rebaptisée après l’indépendance El Asnam puis rebaptisée Chlef
après le séisme de 1980. L’attribution de ce toponyme a soulevé la levée de boucliers d’une
partie de la population qui continue à la désigner par El-Asnam ou encore par Lesnab (son
toponyme originel). Les noms témoignent aussi pour les lieux où plus aucune trace n’existe
et la tradition orale est là pour les expliquer. Certains noms renvoient directement aux
contes et légendes, et semblent plus accréditer les récits oraux qu’à nommer une réalité.
C’est le cas, par exemple, du lieu-dit désigné sur les cartes d’état-major soit par « Tokeiket
N’Gis » (littéralement les rochers des fiancés), soit par Hadjerat El Ouchek (littéralement le
rocher des amoureux) sur lequel fut érigé un village colonial qui fut baptisé « La fontaine
du génie » et qui est dénommé actuellement « Hadjerett Ennouss » (cf. étude des
toponymes). C’est aussi le cas de « Ghoul el ouidène » pour désigner l’oued Chélif.
Nommer en diversifiant les noms pour mieux distinguer les lieux. La relation de
l’homme au milieu est plus étroite en ce sens que le lieu marque l’homme qui l’habite. Et
en retour, l’homme s’identifie au lieu habité. Comme ce dernier est objet de modification
au cours de l’histoire, il devient le plus souvent sur le plan toponymique, lieu de
dénomination et de renomination en fonction de la domination du moment. Ce processus
correspond à ce que Louis Jean Calvet désigne par « processus de glottophagie »102. En
s’appropriant du pays, le colonisateur se met en devoir d’en faire l’inventaire en séparant et
en nommant les êtres et les choses selon sa propre nomenclature renouvelant le geste
101
M. Lacheraf, Des noms et des lieux, mémoires d’une Algérie oubliée, Alger, op. cit., p.161.
Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme, petit traité de glottophagie, Paris, Payot, coll. « Petite
bibliothèque Payot », [1ère éd. 1974], 2ème éd. rev. 1979, cf. chapitre 4 « Les traces linguistiques de la
colonisation ».
102
77
mythique de la possession du monde à son commencement par l’homme, car comme le
souligne Roland Barthes :
« S’approprier, c’est fragmenter le monde, le diviser en objets finis, assujettis à l’homme
à proportion même de leur discontinu : car on ne peut séparer sans finalement nommer et
classer, et dès lors, la propriété est née. Mythiquement, la possession du monde n’a pas
commencé à la genèse, mais au Déluge, lorsque l’homme a été contraint de nommer
chaque espèce d’animaux et de la loger, c’est-à-dire de la séparer de ses espèces
voisines. » 103
Le colonisateur nomma de fait, les villes, les villages et les rues selon son désir.
Pour Ahmed Lanasri cette nomination relève du processus de dépossession identitaire qui
accompagne la dépossession territoriale. Il précise :
« Cette volonté de se poser en créateur d’un monde construit à sa mesure implique
conséquemment une dépossession systématique du colonisé dont on s’approprie la terre
sans autre forme de procès, qu’on dépouille de son histoire pour qu’il puisse tenir son
rôle dans la « création » du colonisateur et enfin qu’on nomme, à l’instar du Tout –
Puissant, selon son propre lexique. » 104
Ce que nous constaterons dans notre étude sur la toponymie qui s’intéresse
principalement aux noms des lieux de la plaine du Chélif, et bien entendu à l’origine des
toponymes de souche française.
Dans les plaines du Chélif, les noms des lieux examinés sous l’angle diachronique
racontent l’histoire de la colonisation, des villes et du chapelet de villages créés dans cette
région. Ils restent un témoignage du processus d’implantation coloniale et d’appropriation
au niveau linguistique par la francisation. Faut-il rappeler que dès le début, la colonisation
française s’intéressa à la terre et plus particulièrement aux terres arrosées. Du coup, la
toponymie des régions situées au nord se trouva bouleversée, la terre, ayant changé non
seulement de propriétaires mais aussi de mode de propriété, a dû subir aussi un changement
toponomastique ; d’où l’abondance de toponymes à partir d’anthroponymes français ou
parfois, européens francisés qui ont fini par devenir des noms de lieux habités de fermes ou
de cités. A la fin du XIXe siècle pratiquement tous les lieux habités ou presque portent des
noms français, selon Djamel Kharchi « Dans la même année 1882, toutes les communes du
103
R. Barthes, Le degré zéro de l’écriture, Paris, Ed. du Seuil, [1ère éd. 1953 ] 1972, p. 93.
A. Lanasri, La littérature algérienne de l’entre-deux guerres, genèse et fonctionnement, Paris, Publisud,
1995, p. 91.
104
78
territoire civil furent baptisées systématiquement de noms français, en remplacement des
dénominations locales originelles. »105Ainsi le mépris de l’autre, autrement dit la
méconnaissance de l’autre ou l’incompréhension de l’autre se manifeste dès les premiers
contacts précoloniaux dans l’entreprise taxinomique. C’est ce processus de nomination mis
en branle dès la prise de possession d’un territoire par le colon que Louis-Jean Calvet
qualifie de «glottophage » et qu’il explique ainsi :
« Ce droit de nommer » que s’arrogeait le colonisateur, geste inaugural qui préludait au
colonialisme et au processus glottophage, qui les concentrait en un seul acte, les portait
en germe : barbares, bobo, sioux […], etc. Or cette nomination de droit divin est ellemême parfois trace archéologique des rapports de force, des dominations qui ont
traversé l’histoire et lui ont donné naissance. Du moins, car elle en est toujours trace,
106
reste-t-elle parfois la seule trace. »
D’après lui encore, si au plan de la nomination de peuples (ethnonymie), on a un
moyen de suivre les progrès d’une conquête, d’en retrouver les traces, d’en délimiter
l’expansion, il reste cependant que « c’est la toponymie qui nous guide plus sûrement en la
matière ». Ce que nous tenterons de vérifier à travers l’étude des toponymes chélifiens.
Nous avons noté dans un tableau la nouvelle toponymie des agglomérations de la
région telle qu’elle a parue dans le Journal Officiel de la République Algérienne
Démocratique et Populaire du 7 décembre 1965 mais en adoptant l’ordre alphabétique des
noms actuels. Nous avons noté aussi la modification apportée au nom du chef-lieu, suite au
séisme de 1980. Nous tenterons d’abord d’expliquer les noms de lieux donnés par la
colonisation puis de traduire les significations des dénominations locales originelles et
actuelles à la suite du tableau portant la liste des villes et villages de la portion de la plaine
du Chélif qui nous intéresse c’est-à-dire tous ceux situés entre Miliana, Chlef et Ténès et
qui font partie des wilayas de Chlef et de Aïn Defla (ex Duperré). Le nouveau découpage
administratif excluant Oued Rhiou (ex Inkerman) Jdiouia (ex Saint-Aimé) et El-H’madna
(Hamadna) qui dépendent de la wilaya d’Ighil Izane (ex Relizane). Enfin comme l’ordre
chronologique est de mise, il va de soi que notre étude resterait incomplète sans référence à
105
Kharchi Djamel, Colonisation et politique d’assimilation en Algérie 1830-1962, Alger, Casbah éditions,
2004, p. 243.
106
L.-J. Calvet., Linguistique et colonialisme : petit traité de glottophagie, op. cit., Chap. 4 : « Les traces
linguistiques de la colonisation », p. 104 – 111.
79
la toponymie romaine de la région. Toponymie dont nous proposons la lecture en nous
référant à la carte de géographie.
1. Toponymie romaine de la région
Selon Charles-André Julien « Au moment où l’Afrique romaine atteint son
extension maxima, au milieu du IIIe siècle, frontière idéale et frontière réelle coïncidaient à
peu près pour l’actuelle Tripolitaine, la Tunisie et l’Algérie orientale. Mais dans l’Ouest de
l’Algérie le limes n’était, semble-t-il, qu’ « une zone surveillée »107. Cette frontière suivait
la vallée du Chélif, par Oppidum novum (Duperré) et Castellum Tingitanum (Orléansville),
franchissait la Mina non loin de Relizane :
« Dans la vallée du Chélif, se dressait sur un plateau le chef lieu d’une commune
romaine Sufasar (Dolfusville) ; Malliana (Affreville) occupait les terres fertiles arrosées
par l’oued Boutane ; Oppidum novum (à 1.500 km au Nord-Est de duperré) ; coloniede
Claude, était perchée sur un mamelon non loin d’un étranglement de la vallée ;
Zucchabar (Miliana) surveillait la vallée du haut d’un plateau escarpé en saillie sur les
pentes du Zaccar. » 108
Ces villes font partie de la Maurétanie césarienne. L’observation de la carte, nous
permet de repérer sur la côte, la principale ville littorale et également capitale, Caesarea
(Cherchell), Gunugu (Koubba de Sidi Brahim) à 4 kilomètres de Gouraya, Dupleix
(Damous), Cartennae (Ténès), Dolfusville(Oued Chorfa), Francis Garnier (Béni Haoua).
107
Ch.-A. Julien, Histoire de l’Afrique du Nord, Tunisie- Algérie- Maroc, Des origines à la conquête arabe,
Payot, Paris, 1986, p. 134.
108
Ibid.
80
Toponymes romains dans la plaine du chelif
Nom latin
Nom en colonisation
Nom actuel
Caesarea
Cherchell
Cherchell
Gunugu
Kouba de Sidi-Brahim
Sidi Brahim
Sufasar
Dolfusville
Oued Chorfa
Cartili
Dupleix
Damous
Lar Castellum
Francis Garnier
Béni Haoua
Cartennae
Ténès
Ténès
Zucchabar
Milianah
Miliana
Manliana
Affreville
El-Khemis-Miliana
Oppidum Novum
Duperré
Aïn Defla
Tigava Castra
Wattignies
Ouled Abbes
Tigava Municipium
Cinq Palmiers puis Warnier
Souk el Arba, Ouled-Farès
Castellum Tingitanum
Orléansville
Chlef (Lasnab)
Vagal
Charon
Bou Kadir
81
Villes de la Maurétanie césarienne
Jean DESPOIS, René RAYNAL, Géographie de l’Afrique du Nord-ouest, Payot, 1967, p. 96.
82
2. Toponymie actuelle de la plaine du Chélif.
Dénomination actuelle
Dénomination en colonisation
Abou El Hassen
Cavaignac (C. 1886) canton de Ténès.
Aïn Defla
Duperré, Chef-lieu de commune (1859), arr. de Miliana.
Aïn Lechiakh
Voltaire
Aïn-Merane
Rabelais
Aïn-Sultan
Aïn-Sultan, canton de Miliana (1870).
Ard-Beïda
Ard-Beïda, hameau, commune d’Orléansville
Arib
Littré.
Arioua
Margueritte, commune mixte d’Hammam-Righa.
Bennaria
Flatters
Béni Haoua
Francis Garnier
Bir Saf-Saf
Vauban.
Bordj Bounaama
Molière, Chef-lieu de commune mixte d’Orléansville appelé aussi
Bordj Béni Hindel
Bou Kadir
Charon (C. 1885), canton d’Orléansville. (à 6 Km au Sud,
puits
naturel, dit le trou du diable).
Bou medfa
Redoute, Chef-lieu de Commune, arr. de Miliana
Bouzghaïa
Chassériau anciennement « Trois Palmiers » et Kh’miss
Cheikh Benyahia
Sainte-Monique, commune de Saint-Cyprien.
Chélif
Chélif (C.1886) Commune mixte, canton d’Orléansville.
Chlef, ex- El-Asnam
Orléansville,(C.1856), Chef-lieu d’arrondissement et de subdivision
militaire, à moitié chemin d’Alger à Oran, sur la rive gauche du
Chélif, à son confluent avec l’Oued Tsighaout
Djendel
Lavigerie.
El Abadia
Carnot (C.1881) canton de Duperré créé sous le nom de Mahbil(les
faux ou faucilles ) .
El Amra
Kherba (C. 1889), canton de Duperré.
El-Karimia
Lamartine, commune mixte de Chélif
El-Attaf
Les Attafs, commune de Saint-Cyprien-des-Attafs.
Hadjeret Ennous
Fontaine du génie
Hay El-Houria
la Ferme, commune d’Orléansville
Housseynia
Vesoul Benian, (C. 1856) canton de Bou-Medfa.
83
Dénomination actuelle
Dénomination en colonisation
Kalloul
Khalloul, commune de Cavaignac.
Kherba
Camp-des-chasseurs, hameau, 8h. C. de Montenotte.
Khouanek Oued Djer
Ponts de l’Oued Djer.
Layoune
Taine
Menaceur
Marceau
Miliana
Miliana, Chef-lieu de com. (1854) et d’arrondissements.
Ouarsenis
Ouarsenis, com. mixte (1880), canton d’Orléansville, elle a pour
Chef-lieu le Bordj Bounaama
Oued Chorfa
Dolfusville
Oued-Djer
Oued-Djer, commune d’El-Affroun.
Oued-Fodda
Oued-Fodda,(C.1874),Chef-lieu de commune, arr. d’Orléansville.
Oued Zeboudj
Changarnier, Commune mixte d’Hammam-Righa
Oued-Rouina
Rouina, C. (1888) canton de Duperré, ruines romaines dans le canton
de Zeddine
Oued Sly
Malakoff.
Ouled Abbés
Wattignies
Ouled Fares
Warnier, commune mixte du Chéllif, d’abord Cinq palmiers nom
arabe:Souk El Arba
Ouled Ben Abdelkader
Masséna commune mixte d’Orléansville
Oum Drou
Ponteba, commune d’Orléansville, monuments romains.
SidiAkkacha
.Montenotte (C.1870), canton de Ténès.
Sidi Bouabida
Saint-Cyprien-des-Attafs, (C.1878) agglomération, canton de
SidiGhilès
Novi
Sidi Lakhdar
Lavarande (C.1879) canton de Miliana.
Tadjna
Fromentin, commune mixte de Ténès.
Taougrite
Paul Robert.
Sendjas
Bougainville
Temoulga
Temoulga, commune d’Oued-Fodda.
Ténès
Ténès, chef-lieu de C. (1876) arr. d’Orléansville, ville et port
maritime, à l’embouchure de l’Oued-Allala, au pied du col par lequel
la vallée centrale du Chélif communique à la mer.
Teniet-El-Had
Teniet-El-Had, Chef-lieu de commune (1869) arr. de Miliana.
Zeboudja
Hanoteau
84
II. ETUDE DES TOPONYMES
L’étude onomastique ou toponymique d’une région est riche en
enseignement dans tous les domaines : historique, sociologique, ethnologique et
anthropologique. Dans le cas de l’étude des toponymes de la plaine du Chélif,
nous nous proposons d’aborder dans un premier temps, l’étude des toponymes de
souche française puis dans un second temps, l’étude des toponymes actuels. Cela
semble plus pertinent pour une meilleure compréhension du processus
« glottophage » mis en branle lors de l’implantation coloniale dans cette portion de
la plaine du Chélif.
1. Etude des toponymes de souche française
Affreville, du nom de Monseigneur AFFRE, Denis, Auguste (1793-1848). Archevêque de PARIS, blessé à
mort sur les barricades où il était allé porter des paroles de paix. Créé en 1884. Nom actuel : KHEMISMILIANA
Bougainville, du nom de Louis, Antoine, Comte de BOUGAINVILLE (Paris 1729 - Paris 1811).
Navigateur, fit le tour du monde de 1766 à 1769 à bord de '« La Boudeuse ». Créé en 1914 Nom actuel :
SINDJES ou SENDJAS
Carnot, du nom de Marie-François Sadi CARNOT, né à Limoges en 1837. Ministre puis Président de la
République le 03/12/1887, assassiné à Lyon par Caserio en 1894. Village créé en 1881. Nom actuel :
MAHBIL puis EL ABADIA
Cavaignac, du nom de Louis-Eugène CAVAIGNAC (1802 Paris - 1857), Général, Gouverneur Général de
l'Algérie, Premier Commandant de la garnison d'Orléansville (1843-44) auquel succèdera SaintArnaud,village créé en 1880. Nomactuel: SOUK EL HAAD (le Marché du Dimanche) puis ABOU EL
HASSEN
Changarnier, du nom de Nicolas-Aimé-Théodule CHANGARNIER, général et homme politique (17931877), il fut gouverneur de l’Algérie en 1848. Nom actuel : OUED ZEBOUDJ
Charon, du nom de VIALA, baron de CHARON (1794 - 1880) qui fut Gouverneur Général de l'Algérie.
Village créé en 1874, Nom actuel : BOU KADER ou BOU KADIR
Chassériau, du nom de Théodore CHASSERIAU (1819-1856). Peintre, élève d'Ingres. Centre créé en
1878 et nommé tout d’abord : TROIS PALMIERS Nom actuel : KHMISS (le Jeudi), BOUZGHAÏA
85
Dolfusville, du nom d’un homme d’état autrichien, chancelier (1932), assassiné par les nazis.
Nom actuel : OUED CHORFA
Duperré, du nom de Victor, Guy DUPERRÉ (1775-1846) ; Baron, Amiral qui commanda l'expédition
d'Alger en 1830. Ministre de la Marine. Créé en 1857. Nom actuel : AÏN DEFLA
Dupleix, du nom de Joseph, François, Marquis de DUPLEIX (1697-1763) Fut le conquérant de l'Inde. Créé
en 1896 Nom actuel : DAMOUS
Flatters, Paul FLATTERS (1832 - 1881) Lieutenant-colonel. Chef de mission transsaharienne, il est chargé
d’étudier le tracé d’une ligne de chemin de fer qui devait mesurer près de six cent kilomètres. La première
mission Flatters a lieu de janvier à mai 1880. Au cours de la seconde qui débute au mois d’octobre 1880,
Flatters trouve la mort. La mission est attaquée par des tribus Chaambas et Touareg en 1881109. Le projet de la
transsaharienne reliant l’Algérie au Soudan ne sera abandonné que dans les années cinquante à la veille de
l’indépendance. Créé en 1887
Nom actuel : BENARIA ou BENAÏRIA
Fontaine du génie, Créé le 1er Mai 1843, Nom actuel : HADJERETT ENNOUSS ou TOKEIKET
N’GISS
Francis Garnier, du nom de Francis GARNIER (St Etienne 1839 - 1873) Marin, explorateur du Mékong,
conquérant du Fleuve Rouge, il prépara l'établissement de la France au Tonkin. Mort à Hanoï en combattant
des pirates chinois. Créé en 1911. Nom actuel : BENI HAOUA.
Fromentin, Eugène FROMENTIN (1820 - 1876), Peintre et écrivain orientaliste. Créé en 1907. Nom
actuel : TADJENA ou BEN TADJENA
Hanoteau, Louis, Joseph HANOTEAU (1814-1897) Général, auteur d'études sur les Kabyles.
Nom actuel : ZEBOUDJA
La Ferme, Le 14 août 1845 le camp permanent d'Orléansville fut érigé en "centre de population militaire".
Bugeaud prônait la colonisation militaire des "soldats laboureurs". Au début de 1845 Saint Arnaud créa "la
ferme militaire" destinée au ravitaillement de la garnison et "la Prairie" (futur Pontéba) pour nourrir les
chevaux de l'escadron de spahis. Nom actuel : HAY EL HOURIA
Lamartine, Alphonse de LAMARTINE (21/10/1790-28/02/1869). Poète romantique, romancier, politicien.
Œuvres abondantes et variées. Nom actuel : EL KARIMIA
Lavarande, du nom du commandant LAVARANDE qui s’est distingué lors du siège de la ville de Zaatcha
à l'automne 1849 qui opposa les troupes françaises du général Herbillon aux troupes du cheikh Bouzian
décidées, au nom de la guerre sainte, à chasser les Français. Bou Zian est finalement capturé par les zouaves
du commandant Lavarande110 Nom actuel : SIDI-LAKHDAR
109
Jean-Marc Duon, L’exploitation du Sahara, Paris, Actes Sud, 1993, p. 225-245.
C’est la seule information que nous avons pu collecter sur internet, source : « http//fr.wikipedia.org/wiki/
Bataille de Zaatcha » consulté le 3 décembre 2006.
110
86
Lavigerie, du nom de Charles LAVIGERIE (1825 - 1892), Cardinal, fondateur des missionnaires d'Afrique
ou ''Pères blancs'' et ''Soeurs blanches″. Il sera Primat d'Afrique et Archevêque puis cardinal de Carthage.
Créé en 1894. Nom actuel : DJENDEL
Littré, du nom d’.Emile Littré (1801 - 1881) Lexicographe, auteur d'un « Dictionnaire de la Langue
Française ». Créé en 1880. Nom actuel : ARIB, LES ARIBS
Malakoff111, Point central de la défense de Sébastopol enlevé par MAC-MAHON le 08/09/1855. Créé en
1869. Nom actuel : OUED SLY
Marceau, du nom de François Séverin MARCEAU (1769 - 1796), général de la première
République. Il commanda l’armée de l’Ouest contre les vendéens (1793) se distingua à Fleurus
(1794) et battit les Autrichiens à Neuwied (octobre 1795). Créé en 1888. Nom actuel :
MENACEUR
Marguerite, du nom de Jean MARGUERITTE (1823 - 1870), général de l'Armée d'Afrique qui fut tué à
Sedan Créé en 1884. Nom actuel : ARIOUA
Masséna, du nom d’André MASSENA, duc de Rivoli, prince d’Essling, maréchal de France
(1758-1817). C’est aussi le nom d’une victoire à Zurich assurée par le général Lecourbe (17591815). Nom actuel : OULED BEN ABDELKADER
Molière, Du nom de Jean-Baptiste Poquelin, dit MOLIERE (1622 - 1673), auteur comique et
comédien. Créé en 1906.nom actuel : BORDJ BOUNAAMA
Montenotte, du nom de la victoire de Bonaparte sur les Autrichiens, le 12/04/1796. Village
italien de Ligurie, sur la Bormida, près de Savone, province de GÊNES. Créé en 1848 Nom actuel :
SIDI AKKACHA
Novi, du nom de la Victoire de Bonaparte le 13 août 1799. Village créé en 1848. Nom actuel :
SIDI-GHILÈS
Orléansville, du nom du Duc d'ORLÉANS, fut fondée en 1843 par le Maréchal Bugeaud, sur
l'emplacement de la citadelle romaine de Castellum Tingitanum. Nom originel : LESNAB
dénommée EL ASNAM après l’indépendance. Nom actuel CHLEF
Paul Robert, Du nom de Paul ROBERT, maire d'Orléansville et fondateur de la Banque Robert
Créé en 1910. Nom actuel : TAOUGRIT
111
Nous signalons que les toponymes écrits en italiques sont pour la plupart des noms de victoires militaires
napoléoniennes.
87
Pontéba, s'est appelé d’abord « LA PRAIRIE » puis on lui attribua ce nom commémorant la victoire de
Bonaparte en 1797, du nom de la dernière ville italienne de la province de Venise avant la frontière
autrichienne, en montant vers le col de Tarvis, franchi par Bonaparte en 1797, avant le traité de CampoFormio. Créé en 1848. Nom actuel : MEDROUR ou MOUDROUR
Rabelais, Du nom de François RABELAIS (1494 – 1553). Bénédictin, étudiant errant, puis médecin et
curé. Grand écrivain. Créé en 1889. Nom actuel : AÏN MERANE
Saint-Cyprien des Attafs, créé en 1868 par le Cardinal Lavigerie pour y accueillir les jeunes Arabes
échappés à la famine de 1865-66 et dédié au grand Saint CYPRIEN évêque de CARTHAGE, mort en 258.
Nom actuel : SIDI BOU ABIDA
Sainte Monique, village créé en extension à celui de Saint Cyprien par le Cardinal Lavigerie pour la
communauté des Musulmans convertis au christianisme suite à la famine de 1865-66 et dédié à Monique,
mère de Saint-Augustin ( évêque à Hippone112, Père de l’öglise d’Afrique), dont l’influence fut déterminante
sur la carrière de son fils. Nom actuel : CHEIKH BENYAHIA
Taine, .du nom d'Hippolyte TAINE (1828 - 1893), historien et philosophe. Créé en 1894. Nom actuel :
LAYOUNE.
Vauban, du nom de Sébastien LE PRESTRE, Marquis de VAUBAN (1633-1707) Maréchal de France,
ingénieur militaire novateur qui réforma les fortifications de France. Créé en 1878 Nom actuel : BIR SAF
SAF
Voltaire, du nom de François-Marie AROUET, dit VOLTAIRE (1694 - 1778), écrivain. Créé en
1903. Nom actuel : AÏN LECHIAKH
Warnier, du nom d’Auguste-Hubert WARNIER (08/01/1810- 15/03/1875). Chirurgien militaire
et journaliste. Devint préfet d'Alger. (Saint-Simonien). Créé en 1877 Nom actuel : SOUK EL
ARBA (le marché du Mercredi) actuellement OULED FARES
Wattignies, du nom d’une victoire sur les Autrichiens en 1793. Nom actuel : OULED ABBES
L’étude de la toponymie de souche française nous permet de mettre en évidence le
nombre important d’anthroponymes attribués aux lieux habités. Sur cinquante trois (53)
noms des lieux recensés, trente deux (32) sont des anthroponymes. Dans cette liste de
toponymes vingt (20) sont des noms de militaires ou d’hommes politiques dont les noms
sont le plus souvent associés à la conquête, auxquels sont ajoutés les noms des deux
explorateurs (Bougainville, Francis Garnier).
Huit (8) sont des noms d’écrivains ou de peintres (orientalistes) : Chassériau,
Fromentin, Lamartine, Littré, Molière, Rabelais, Taine, Voltaire.
112
Toponyme romain de Annaba, Bône en coloniation.
88
Quatre (4) sont des noms de gens d’église : Lavigerie, Affreville, les deux autres sont des
noms de saints attribués aux villages fondés en 1868 par le cardinal Lavigerie pour les
orphelins indigènes recueillis pendant la famine de 1867 et convertis au christianisme par
les Pères blancs dans deux agglomérations de la commune d’El Attaf :, Sainte-Monique
(Cheikh Benyahia) et Saint-Cyprien des Attafs (Sidi-Bouabida).
Cinq (5) toponymes sont des noms de lieux étrangers associés à des victoires
napoléoniennes, et qui ont été saisis en gras et en italique dans la liste précédente.
La Ferme, Vesoul Benian, Camps-des-chasseurs, sont des toponymes qui traduisent
la vocation première de ces lieux, avec une remarque pour Vesoul Benian composé d’un
nom de lieu situé au nord de la France et du terme arabe Benian qui signifie habitation : il a
été probablement créé par les ouvriers métallurgistes issus de cette ville qui ont été déportés
lors de la révolution de 1848. Quant à « Ponts de l’oued Djer », « Fontaine du génie »,
« La Redoute », ce sont des toponymes traduits de l’arabe. Ainsi sur cinquante trois (53)
toponymes relevés dans cette région du Chélif, 43 sont français et seulement 10 ont
conservé leur nom originel.
La terre était intimement liée à l’homme, il s’agissait de nommer en diversifiant les
noms pour mieux distinguer les lieux. La terre ayant changé de propriétaires mais aussi de
mode de propriété, a dû subir aussi un changement toponomastique ; d’où l’abondance de
toponymes à partir d’anthroponymes français. Ainsi que l’explique Fodhil Cheriguen :
« toute la toponymie coloniale qui est forcément une toponymie de substitution, comme
d’ailleurs la toponymie post-coloniale, apparaît dans un enchaînement terres cultivées cités bâties, et dans une dialectique d’expropriation/réappropriation dont le seul lien est
justement une rupture-changement impliquant les véritables antagonistes de la lutte,
puisque ce qui reste d’eux, c’est-à-dire cette toponymie anthroponymique, témoin de la
relation homme – terre. »113
Dans une de ses nouvelles, Boualem Sansal relate avec humour ces changements
toponymiques :
113
Fodhil Chériguen, Toponymie algérienne des lieux habités (les noms composés), op.cit., p. 44-46.
89
« Fait remarquable, mon village (Teniet el had) a gardé son nom tout au long de
l’histoire alors que les autres, ballottés de-ci de-là, ont été nommés et renommés, au gré
des invasions. Ainsi furent-ils tour à tour phéniciens, carthaginois, romains, arabes,
turcs. Jamais berbères ou très peu. Ceux que la France a laissés derrière elle furent
effacés et remplacés en une nuit. C’était le plus urgent. L’indépendance c’est ça, une
date de naissance plus un baptême, comme jadis, avant l’effondrement, le communisme
était le soviet plus l’électricité. Mais bon, il vaut mieux être chez soi dans l’obscurité que
chez les autres inondé de lumière. Les nouveaux noms puisent un peu ici et là dans
l’histoire antique des féodalités locales. Puis ce fut le tour des quartiers, les rues, les
cinémas, les cafés, les bars, les écoles, les lycées, les monuments ; puis les mots et les
idées qui furent déshabillés et trempés dans un arabisme importé de je ne sais où. La
mémoire étant ce qu’elle est, et chacun se débattant avec la sienne, on vit un coup sur
une planète, un coup sur une autre. »114
2. Etude des Toponymes actuels
Le classement alphabétique correspond à celui du tableau, les noms actuels dont
nous donnons l’explication sont de ce fait en première position et nous avons donné la
traduction littérale en caractères gras et en italique.
Abou El Hassen ex. Cavaignac
Nom d’un « martyr de la révolution » issu du lieu et nommé par le lieu. Du nom de la source Hassina autour
de laquelle s’est formé le village.
Aïn-Defla ex. Duperré ex El Khadra
Identifiée comme étant l’Oppidum Nuovum des Romains, attestée comme colonie romaine dans la première
moitié du 1er. Siècle, du temps de Claude (42 après J.C.)
Habituellement traduit par [la source aux lauriers roses].
defla en berbère signifie : blanc, salive, neige. Elle a été donnée au laurier parce son amertume provoque la
defla, l’expulsion de la salive, le crachat.
Les locaux les plus anciens ne jurent pas avoir vu pousser un laurier rose aux abords de cette source située à
100 m. de la sortie Est de la ville, vers Alger et en bordure droite de la route nationale. Il s’agit plus
vraisemblablement de la source blanche. Khadra (verte) la ville célèbre qui s’étendait à ses pieds apporte un
argument pour une toponymie locale coloriste.
Remarques :
Il existe une Aïn Defla à quelques kilomètres au nord de Mascara.
Sidi Akkacha, ex Montenotte a pour nom originel Aïn-Defla.
L’hydronymie des sources est fréquemment coloriste en Algérie : Aïn Beïda ( blanche), Aïn Sefra ( jaune),
Aïn-Turgha ( la rivière jaune uragh = jaune en berbère) Aïn Kahla ( noire), Hamr el Aïn ( rouge), Aîn Lefras
(verte).
Les points d’eau ont constitué un fond de commerce matériel et religieux très important dans l’histoire des
berbères. Aujourd’hui, dans le Chélifien, on relève un retour, très marqué, à cette tendance : A Anseur el Bia
( la source de la lionne) aux pieds de l’Ouarsenis, à 7 km de Sindjas il s’est créé sur site, un clergé qui prélève
114
Boualem Sansal, « Souvenirs d’enfances et autres faits de guerre » in Raymond Bozier, (dir.), L’Algérie
des deux rives 1954-1962, Nouvelles de guerre, Paris, Mille et nuits, 2003, p. 37.
90
les donations en argent et se pare déjà des vertus de la noblesse de sang ; à la sortie des Ouled Farès, les
populations en périphérie de Aïn Bouchakor se construisent une filiation avec Sidi M’hammed Ben Ali des
Medjadja et ont imposé déjà un règlement payant des puisages ; à Tissellabine (la fontaine) dans les
Medjadja, territoire sacramentel, ce sont les enfants qui prélèvent les piécettes données par les usagers en
propitiation.
Aïn Lechiakh, ex. Voltaire
[La fontaine ou la source des doctes]. Aïn Lachiakh est une commune de Djendel, initialement Douar
Telbenet (leben et boulbène = terres alluvionnaires, utilisées pour faire des briques, le mot est le même en
français, en arabe et en berbère).
Aïn Merane, ex. Rabelais.
Toponyme en vieux berbère formé de aïn, source ; merane fait de m, les gens de et ran, les moutons, les
troupeaux, dont la traduction nous donne [La source des pasteurs].
(Sur les valeurs d’agent ou de factant fréquentatif nasal m, am, n, an, cf. Linguistique berbère) A l’impact :
onomastique dominante (tribus majoritaires) N’ourine (les gens du mouton, Naymun (les éleveurs), paradigme
berbère sur l’arabe Naγm (petit bétail) auxquelles s’ajoutent les Maghaïni, les Méraïni, les Merini etc. Le
Mérinos reconnu comme typiquement méditerranéen est une race de mouton célèbre. On sait que les Beni
Merine (dynastie berbère de Fès, de Tlemcen et de Grenade entre le XIIIe et le XVIe siècles) transportèrent le
Mérinos en Espagne où il fut amélioré avant de donner souche à la quasi-totalité des races de moutons
actuellement élevés dans le monde.
Les historiens reconnaissent aux Beni Merine de Tlemcen et à leurs cousins et rivaux les Banu Abdel Wad ou
Abdalwadides (littéralement les habitants de la rivière et non les adorateurs) une origine chélifienne. Les
Abdalwadides régnèrent sur le Maghreb central de 1235 à 1554.
Les Beni Merine appartiennent à la confédération des M’chaï’a ( M + chaï’, pluriel concurrent de chatt, les
moutons +γ , nourrisseurs, éleveurs, pasteurs).
M’chaï’γa est l’hyperonyme pour l’ensemble du peuplement humain du Dahra occidental situé entre Ténès et
Mostaganem.
Aïn Sultan, ex. Aïn Sultan
Toponyme en vieux berbère prononcé Soltane et qui désigne un lieu sur l’oued Souffay (forme d Assif :
rivière), aïn : source, sultane, bonne de isli, isliten qui se distingue, qui se démarque. La traduction la plus
proche de l’esprit du mot est la meilleure. [La meilleure source]
Il existe un nombre incalculable de Aïn-Sultan en Algérie. Dans le chélifien, on trouve :
Aïn Sultan à mi-flanc de l’Ouarsenis sur le bord NE du barrage de Sidi-Yacoub, à 14 km au sud de Ouled
Ben Abdelkader (ex Masséna)
Aïn Sultan en bordure de la départementale 101 joignant Tadjna à Aïn Merane (ex Fromentin à ex Rabelais)
Aïn Sultan à 10 km de Benaïria (ex-Flatters).
Toutes les Aïn Sultan sont associées à l’impact, à l’onomastique Soltan, Chikeur, Chakor, Mellah tous sont
synonymes, signifiant le meilleur, le plus idéalement salé avec lecture dans le registre alimentaire où le sel
constituait le référent ( mlih = chikeur = chakor = salé à point = bon = meilleur etc. ).
Aïn Torki, ex. Adélia
Qui signifie [fontaine du Turc], que l’on confond souvent avec Margueritte, gare ferroviaire de
Miliana créée pour le transport du minerai. Adélia signifie forêt en berbère. La toponymie rappelle
la présence turque à Miliana qui a été un beylik.
Ard Beïda, ex. Ard Beïda,
Littéralement la [terre blanche], en raison de sa nature calcaire.
91
Aribs, ex. Littré
Grande plaine située entre Aïn-Defla et Affreville. La toponymie contredira encore une fois les
reconstructions des géographes et des historiens qui ont voulu voir dans les Aribs une tribu arabe. Un relevé
systématique des noms de lieux le long des plaines du Chélif, depuis Affreville jusqu’à Amarna son
embouchure, montre l’omniprésence du toponyme et de l’ethnonyme arib, arab, araïbi, arabat ainsi que de
ses palindromes canoniques abar, abarat, abarati
Des observations permettent d’établir que, arib, ,arif, ariv, ariw sont systématiquement liés et que la labiale
figurant dans le toponyme indicateur du lieu est fonction de la distance séparant ce lieu de la berge de la
rivière. Il s’agit d’un état de langue ancien qu’il n’y a pas lieu de décrire ici, mais dont on retiendra qu’il
formait le mot sur un phonème principal (signifié) plus un modulateur ou gradient (de volume, de distance, de
vitesse, de luminosité de poids, etc.) Les arib désignent tout le bassin fluvial, par opposition à arif et ariv (la
berge, les terres inondables) et ariw terres de plaine clôturant le lit majeur de la rivière. [Bassin fluvial].
Arioua, ex.Margueritte
Terme arabe et berbère signifiant [Le sommet], utilisé pour le col, le sommet d’une côte, d’une butte, etc.
Désigne également le tertre, la butte. Avec l’article berbère, Taourirt.
Benaria, ex. Flatters
Benaria désigne le nome115 antique ou groupements de familles ou de tribus ou Arwa, pluriel de Aria en
berbère, berbère chélifien, et arabe : les anneaux, les cercles, les anses, les boutonnières, les colliers, les
« ronds » ou Daïra ou Douar. Arwa est une altération de harwa pluriel de har (maison, foyer, feu) qui est
souvent prononcé Ar en berbère. Ben est l’équivalent de l’actuel ban116 (en algérien et en arabe « baε ») qui
désigne un groupement de familles suzeraines et vassales. Il indique aussi bien la communauté de seigneurs et
de vilains que le territoire géographique occupé par elle. On peut donc traduire Benaria par le [ban des foyers,
des maisons]. Il s’agit bien en fait d’un village groupant les seigneurs des tribus, lesquelles tribus sont
disséminées sur le nome au vu de l’étude des ethnonymes dans cette région. On y dénombre entre autres, des
Sraïri (les grandes maisons ou seigneurs), des Remmouh (maisons ou familles nobles), les Guendez (les
nobles), les mouhali (Imahwalen ou nobles ou maîtres dits aussi Ben M’hel).
Benaria c’est également le nom porté par une tribu locale. Elle existe de nos jours en assez grand nombre.
Ptolémée (140) appelle les Benaria , Baniurae et Baiures. Il les installe au même emplacement sur sa carte.
Les Benaria coexistent de nos jours avec les tribus Banoura, Bannour, Noura, Benarous (les mêmes Baniures
de Ptolmée) les Harchouch ( har : famille chouch : sommet), Arous , Aroussi, Laroussi ( les familles fédérées
qui donneront les Arrouch ) les Khouatem ( les cercles ou anneaux), des M’zaoui (les agglomérés ou fédérés),
ils sont jointifs avec les Beni Derdjine. Derdjine : d + Ardjine pluriel de Ardj ou Arg ou l’on retrouve le harg
berbère qui désigne de grands groupements de maisons. En rétablissant le h très instable en berbère et en
remplaçant le dj prononcé normalement g en berbère (aux Beni Derdjine le dj est fréquemment prononcé g de
nos jours). Ces derniers comptent les Kouassem (les districts ou les circonscriptions), les Aqouas (les anses),
les Koukhi (les proches en arabe Ikhouan ) les Zerrouk, Gharadh, Chetouan, Bouchet , Cherchar etc.
Les Chetouan et les Bouchet habitent le lieu dit Chet, limite des Benaria (anthroponymie d’approche, frontière
avec le nome limitrophe, souvent naturelle). Les nomes étaient séparés par une frontière appelée Zeboudja,
village à 6 km de Benaria.
Béni Haoua, ex Francis Garnier,
La traduction littérale est [les enfants d’Eve], nom à mettre en relation avec la légende de « Mama
Binette » inspirée d’un fait historique, voir à ce sujet l’analyse des textes relatifs aux lieux de légendes.
115
Nome (du grec nomos) division administrative de l’ancienne Egypte et de la Grèce actuelle.
« Ensemble de vassaux directs du suzerain/ convocation de ceux-ci : lever le ban in Petit Larousse en
couleurs, Paris, 1972, p. 87.
116
92
Bir Saf Saf, ex. Vauban
Bir puits ; saf-saf : peupliers ou trembles dont la traduction équivaut à [puits des trembles]. Bou saf saf est
localement et de nos jours encore, un ethnonyme.
Bordj Beni Hindel ou Bordj Bounaama, ex. Molière
Bordj : citadelle, Beni Hindel : les fils, descendants des Vandales ce qui correspond à [La citadelle des
Vandales].On sait depuis longtemps que les Beni Hindel sont descendants des vandales. Ils sont aussi appelés
localement les qot, survivance du mot Goth.
Cette commune fut rebaptisée après l’indépendance du nom d’un martyr de la guerre de libération nationale,
le colonel Bounaama et la traduction est [citadelle Bounaama].
Bou Kader, ex. Charon
A l’origine Bou-Ghedir, nom du cours d’eau saisonnier qui arrose le village. Bou : attributif, Ghedir : boue ;
Bou Ghedir : qui signifie donc : [aux eaux boueuses]. El Ghadîr signifie aussi [l’étang] d’après El-Bekri ce
qui serait plus probable en référence à un puits naturel, dit le trou du diable, situé à 6 Km au Sud du village.
Bou Medfa, ex La Redoute
Bou : particule relationnelle ou attributive signifiant qui a, qui tient à, qui tient de, etc.
Medfa : forme en m de defaγ, défense. La même forme indique l’agent de défense (le canon) et le lieu de
défense (la redoute). La traduction correspond au toponyme colonial qui signifie aussi [lieu défensif].
Chélif, oued Chélif, Chlef
Le Sardapale de Polybe, le Chinalaph de Ptolémée, le Selef de Léon l’Africain.
En berbère le s et le ch sont interchangeables.
Sine rivière, alaf, alif, alouf, désignent des cinétismes ou des volumes. Les trois uniques voyelles originelles
du berbère servent ici de gradients alaf cinétisme moyen, alif cinétisme réduit, alouf cinétisme ou volume
intense. Le vocalisme d’une même rivière peut changer selon son débit saisonnier Les torrents sont dits oued
Alouf, ils sont Alaf en régime ordinaire et Alif en période d’étiage. Les dénominations des rivières se sont
figées parfois indûment, Alouf ayant été gardé par exemple pour des cours d’eau asséchés.
Des confusions se sont produites entre Alouf (sanglier) et Alouf (torrent). Les deux signifiants sont des
signifiants de cinétisme et tous deux signifient « qui fonce, qui charge » la règle initiale voulant qu’un mot ne
rende jamais compte que d’un attribut du signifié. Il en résulte que Tala ag iLeF (Ilef pluriel de Alouf) se
traduit à Bougie comme étant la rivière aux sangliers sans sanglier nécessairement et qu’à Sindjas oued
tiLeFt signifie la rivière tortueuse. Il existe des oueds Left dans l’Ouarsenis.
Remarques :
Les rivières sont désignées aussi par le palindrome à l’origine interchangeable avec l’orthonormé
LF-FL. Dans les Sindjas oued DeFelten, à Ramka da FeLten, dans la plaine des Sobha Oued taFLout
Chélif, ex. Chélif
village situé sur le bord d’une rivière non loin de Oued Rhiou, plus connu sous le nom de [Chélif des Beni
Ouatîl].
Djendel, ex. Lavigerie
Djendel signifie [vert] gen = vert, adel = vert, adel signifie aussi forêt (verte). Gen a été altéré en den par le
berbère (denden = vert et bleu ou zegzaw vert ou bleu, le djebel bou zegza, la montagne verte-bleue).
L’existence de l’ethnonyme Awisset (les pacages, les pâturages), la correspondance des Djendel avec les
93
Mazices de Ptolémée et de Ammien Marcellin, la superposition que font les historiens des Mazices et des
Maxyes d’Hérodote et des Mazazaces des latins ne laissent aucun doute sur le sens. Il s’agit bien d’éleveurs et
d’élevage. (Maxyes : les gardiens de troupeaux ou les bergers. Or les ethnonymes des tribus dans les Djendels
Azziaz, maharzia, Chouchaoui117 qui signifient : ceux qui engraissent, ceux qui font paître confirme cette
hypothèse. La capitale des Djendel s’appelait à l’époque latine, Sufasar (Souf signifie grande rivière et Asara
bergers). Djendel est connu par l’abondance de sa production animale. C’était le principal fournisseur des
marchés à bestiaux d’El-Khemis et d’El-Affroun. Par ailleurs l’ancêtre des Djendel est Sidi Lakhdar dont le
nom est devenu toponyme de l’ex Lavarande.
El-Abadia, ex. Carnot,
Mahbil est un autre nom donné lors de sa création en 1881. Il signifie "Les Faux" ou "Les Faucilles" : mihbal,
au pluriel maHbil (et non mHabil = les fous). A ensuite été dénommé El-Abadia , toponyme formé en
référence à deux ethnonymes, il désigne un village mixte composé d’une partie habitée par les nobles les
Abbès et d’une partie habitée par la gente servile les Adda, on peut donc affirmer qu’il désigne [le binôme].
Généralement, Abbès et Adda sont en vis-à-vis sur les deux berges d’une rivière. En montagne, ils sont situés
sur des lieux permettant une défense commune et une synergie économique.
El Amra, de Duperré ex. Kherba
Se traduit par la pleine, [la peuplée], remplacement prophylactérique de Kherba, les ruines, considéré de
mauvais augure et magnétiseur du mauvais sort.
El Attaf, ex. Les Attafs.
[Le gué], ou [l’étape]. C’est la Tigauda de l’époque latine.
El Karimia, ex. Lamartine
Nom de la Katiba de l’ALN (compagnie) qui opérait dans le secteur vers 1957, elle-même baptisée du nom de
guerre de son commandant Si Abd El Krim, au lendemain de sa mort au combat. Le nom originel du lieu est
Chouchoua.
El-Khemis – Miliana, ex. Affreville
Sur l’emplacement de Sidi Abdelkader ex Affreville du nom de Monseigneur d’Affre tué dans les émeutes de
Février 1848 à Paris. Manliana ou Malliana de l’époque latine.
Très probablement Mahl (plaine) Liana (courbe ou méandre fluviale) qui rend compte de la position de la
ville, sur la rive droite du lit majeur du Chélif.
En berbère ancien mellet, mellu, le plat pays selon Salem Chaker. 118
C’est probablement la ville de Ibath (la plaine se dit bath) portée par Ptolémée au pied du Zuccabar.
Hadjret Ennous, ex. Fontaine du génie,
Hadjret Ennous, à l’époque latine Canugis, Cunugu. Les cartes d’état-major portent Tokeiket N’ Giss (les
rochers des fiancés) et Hadjret El Ouchek (le rocher des amoureux ou « les » rochers, le pluriel ne se
117
Note complémentaire : « à Chlef où il se parle le berbère authentique, on dit Kssayat pour les pâturages et
pour les bergers (collectif de /KS/). Ces mêmes pâturages et ces mêmes bergers sont désignés aussi par
Chwyyet, d’où Chouchaoua. Il faut savoir aussi que Sidi Aïssa est le saint topique de toutes les tribus élevant
des troupeaux. C’est une règle qui trouve confirmation immédiate très souvent». Information donnée par Mr
Kouadri Mostefaoui Bouali, qui a fait une étude sur le terrain, non publiée à ce jour.
118
Salem Chaker, Linguistique berbère, études de syntaxe et de diachronie, Paris-Louvain, éditions Peeters,
1995, p. 155.
94
distinguant du singulier que par l’allongement de la voyelle finale). Le pluriel indéfini de pierres, rochers
Ouken et les fiancés en berbère et grec gis. Avec le copule N, les rochers des amoureux ou des fiancés se
disent Ouken N Gis (Canugis de Ptolémée). Ce sont des rochers au large de Gouraya qui ont donné ce nom au
lieu situé en vis à vis sur la terre ferme.
Hay el Houria, ex. La Ferme
Commune de Chlef dont le nom signifie [Cité de la liberté].
Kalloul, ex. Kahloul.
Au bord de la rivière Alloula, ou Allala qui a son embouchure à Ténès. Des observations faites dans le
chélifien sur plus de 6 sites séparés par plusieurs dizaines de kilomètres montrent que (Allal, Alloula,
désignent le cours d’eau) Kahloul indique un lieu situé sur la haute berge.
Tous les habitants des Kahloul sont les Ouled γli (les fils du balcon) dits aussi γaoula et Ouled Bouali, Bellili,
etc.
Selon le degré de déclivité de leur sol d’occupation, les Oueld Ali sont nommés Le-Khal, Qaoulal, Koualich,
Qlalich, Sou-Khal, les Ch-Kallil demeurant sur les corniches, puisque signifiant littéralement les
perpendiculaires.
Kherba, de Montenotte ex. Camp des chasseurs.
Petite commune de Montenotte au début de la colonisation. Elle correspond aux ruines de Aïn Defla sur
lesquelles est édifié l’actuel village de Sidi-Akkacha.
Kherba est le terme consacré à travers toute l’Algérie pour désigner les ruines.
On ignore que Kherba est le péjorant de Kerbas, Ti Kerbas, (village normal) et ses gradients supérieurs
Guerboussa, Ta Guerbousset (grand village).
La Kherba de Montenotte n’est pas identifiée à l’époque latine.
Kherba de Aïn Defla (ex.Duperré) actuellement dénommée El Amra.
Les ruines. Celles de Duperré ont été reconnues comme étant la Tigava signalée par Pline comme une ville
préexistante aux Romains. Les Tigava sont des villages princiers ou seigneuriaux. Elles correspondent de nos
jours (systématiquement) aux actuels Ouled Abbès qui se disent nobles (Abbès dans le chélifien, signifie noble
et lion). Les villages serviles sont appelés Tigauda et correspondent actuellement aux Ouled Adda, de nos
jours encore se reconnaissant comme les traditionnels vassaux des Ouled Abbès. Il n’existe pas dans le
Chélifien une seule tribu Ouled Abbès qui ne soit couplée à une Ouled Adda.
Khouanek Oued Djer, ex. Ponts de l’Oued Djer
Khouaneq est le pluriel de Khanq qui signifie : rétrécissement, resserrement, gorge.
Oued signifiant rivière et Ger : qui emporte, se dit d’une rivière susceptible de crues violentes, la traduction
française adaptée est [Les gorges de l’Oued Djer]
Layoune, ex. Taine
Layoune [les sources ou les fontaines] à une quarantaine de kilomètres de Teniet El Had en allant vers
Tissemsilt(Vialar), sur le flanc sud de l’ Ouarsenis. Limite du département ancien d’Orléansville et début du
Sersou. On dit qu’à Layoune commence l’armoise (Chih).
95
Menaceur, ex. Marceau
Nom de la confédération tribale des Menaceur qui occupe le Zaccar depuis Miliana jusqu’à la mer.
Signification : [Les gens des sources]. Le territoire des Menaceur compte plusieurs dizaines de sources. Le
captage par l’arabe du mot Anseur a donné lieu à des corruptions sémantique. C’est ainsi par exemple que Aïn
Nsour dans les Menaceur ne signifie pas la source des éperviers, mais la Source de la source (redondance
fréquente quand la première mémoire du mot se perd).
Remarque : Après Miliana, on trouve également les Menasria de Chlef (au sud de Kefafsa), de Baghdoura
(Cavaignac), à Ammi Moussa, le relais de télévision est installé au lieu-dit Aïn Nsour. Le village de Layoune
livre la configuration, identique à elle-même : Ain, Ouioun, Anseur, Nsour, Mansour, Nasser, Nasri,
Menasser, Menasria . Ces toponymes et anthroponymes existent à l’impact à Layoune.
Miliana, ex. Miliana
Située sur le Zaccar, elle correspond à Zuccabar attestée par l’épigraphie comme colonie romaine dès 33
(annexions d’Octave).
L’ethnonyme majoritaire dans cette région est Stali de Stel, mot ayant son identique en latin (synonyme et
homophone) et signifiant forêt.
Ptolémée appelle Zuccabar le Mont Zelacon, en berbère chélifien il est appelé Zelgou : forêt d’arbres à haute
tige (différente du maquis).
Autres ethnonymes locaux dominants : Zug-Zug et Ber-Ber où l’on retrouve les syllabes constitutives de
Zuccabar.
Pour Zug, tribus de Miliana : Zugar, Zugal, Zugane, Zagzi
Pour Bar : Berber, Berbri.
Le Djebel Bou- Zegza se traduit par « montagne boisée » (Titteri)
la superposition territoriale parfaite des Ouled Menad ( forêt ) Adelia ( forêt) avec les Beni Zug Zug autorise à
écrire Zug = forêt.
Neqmaria ou Nacmaria119, dans le Dahra.
Désigne un entablement, un [plateau dominant] en relief montagneux. On dit aussi Neghmaria et Riah
appelé aussi Nekkaka (en berbère les balcons, fait de Nek balcon , b + nek = bank en berbère balcon ) [selon
la hauteur du balcon on dit NK ou NQ ou NG ]
Les plateaux sont dits aussi Guerguer, Guergour, t’agraret, les mêmes mots existent avec g articulé comme
un /r/ grasseyé.
Ouarsenis, ex. Ouarsenis
Parfois orthographié Ouarensenis, il est constitué de la combinaison de Ouar, qui signifie mont et le mot
Senis, qui décomposé signifie : sen, haut, élevé, éminent, pointu, is « il est », marque de l’état ; la traduction
possible est [Le mont éminent].
Oued Fodda, ex. Oued Fodda
Toponyme constitué des termes oued : rivière et de Fodda, signifiant argent, allusion aux particules de plomb
transportées par lessivage depuis l’Ouarsenis. La traduction est [rivière d’argent].
Oued Sly, ex. Malakoff
Nom de la rivière Sly affluent du Chélif et des tribus qu’il arrose. Embouchure à 14 km. D’Orléansville. Sly
signifie courant d’eau.
119
Nous donnons la signification de ce toponyme car c’est le lieu où se trouvent les grottes des « enfumades
du Dahra ».
96
Oum Drou ex. Pontéba
Altération de bled Medroun, porté Medrour sur les cartes : les pacages, les pâturages, la prairie
Les populations de Oum Drou sont les Hemaïssia (les éleveurs d’ovins), le Meγaïzia (les éleveurs de caprins)
les Taγouchia (les éleveurs de caprins, concurrent berbère), les Djγabtia (les éleveurs de moutons, concurrent
berbère), les Sehari, terres et gens des pâturages.
Rouina, ex. Oued Rouina
C’est le diminutif de Haroun, par aphérèse de la pharyngale aérienne h de Haroun qui se dit de tout rapide
pris dans des encaissements étroits.
Oued Zeboudj, ex. Changarnier
Nom composé de Oued : rivière et de Zeboudj signifiant oliviers ; il se traduit par [la rivière des oliviers].
Sidi Akkacha, ex. Montenotte
Canton de Ténès. Eponyme hérité par un saint perdu de mémoire. A l’origine Aïn-Defla, à l’entrée des gorges
de Ténès.
Le sanctuaire de Sidi Akkacha n’existe pas encore sur les cartes de 1870. Il s’agit probablement d’un
transfert, ou d’une création, postérieure à la création du village de Montenotte ( 1870), l’habitude étant de
déplacer le siège d’un saint sur les bords des routes à grande circulation ou tout simplement de le créer dans le
but de capter le maximum de clientèle. La pratique a donné lieu à des saints à mausolées doubles et triples
(Sidi Saleh Boudinar en montagne et Sidi Salah Trig en bordure de la route Chlef-Bordj Bounaama ; Sidi
Abbed Akiladour en montagne, Sidi Abbed El Adjeb sur la voie Chlef-Oran et Sidi Abbed Debdeb sur le bord
du Chélif…).
Sidi Ghilés ex. Novi
Nom actuel et ancien, Sidi Ghiles, village à 7 km à l’ouest de Cherchell (vers Ténès) au bord de la mer. Il
signifie Monseigneur le noir, anciennement succursale de Sidi Yahia qui signifie également Monseigneur le
noir. (Les sièges des saints avaient des succursales sur les grands axes de circulation pour intercepter de plus
nombreuses offrandes). Le siège de Sidi Yahia est actuellement à 7 km environ de Cherchell, en montagne,
sur la voie menant à Hammam Righa. Il est très connu. Les Sidi Yahia sont nombreux.
Sidi Lakhdar ex. Lavarande
Nom du saint local visionnaire qui en 1820 écrivit une longue poésie annonçant l’élimination du joug turc par
l’arrivée bienheureuse de libérateurs étrangers.
La description des libérateurs (tunique, bottes, armes) correspond étrangement aux troupes françaises.
(Berbrugger, Revue Africaine n° de 1 à 10).
Tadjna ex. Fromentin
T article + djena : vert, verger, jardin. Tadjna est réputée pour son arboriculture fruitière (figuiers, oliviers,
arbres à noyaux et ses cultures herbacées) citée ainsi par El Bekri : « Tadjenna, ville située dans une plaine et
renfermant une population considérable. Elle est entourée d’une muraille et possède un djamé. Ses habitants
appartiennent à la tribu (berbère) des Bercadjenna ; ceux qui occupent les environs font partie de la tribu des
120
Guezennaïa. De Tadjenna l’on se rend directement à Ténès. »
120
Abou–Obeïd-El-Bekri, Description de l’Afrique Septentrionale, traduite par Mac Guckin de Slane, Ed.
Adrien Maisonneuve, Paris, 1965, reproduction de l’édition de (1911-1913) Alger, p. 127.
97
Taougrit ex. Paul Robert
Pluriel de Gar et Ghar, les excavations, les trous, les cavernes, les grottes. Existe concurremment avec le
pluriel archaïque Gri, on peut donc traduire par [Les grottes].
Temoulga, ex. Temoulga
T article + moulga augmentatif de melga, grosse pierre, rocher, colline isolée.
En berbère chélifien on dit aussi Megla, Meqla, grosse pierre, rocher. Pierre meulière. [La colline isolée]
semble la traduction la plus appropriée si l’on se refère à sa position géographique.
Ténès, ex. Ténès
Composé de Te, article et nes, qui signifie sanies, marécages. Le mot est ainsi traduit par tous les historiens
qui lui attribuent en outre, une origine phénicienne.
Teniet el Had, ex. Teniet-el-Had
Toponyme composé de Teniet signifiant col et Had, dimanche, jour de tenue du marché hebdomadaire sur le
lieu. Teniet est le mot hénia, col non encaissé par des falaises. La anse, le cintre. Sa traduction littérale est
[Col du dimanche] à 67 Km au Sud de Miliana sur un mamelon dominant à l’est le col de l’Ouarsenis.
Zeboudja, ex. Hanoteau
Les nomes étaient séparés par une frontière appelée Zeboudja (village à 6 km de Benaria). Zeboudj est une
forme infixe121 avec b étant le nome et de Zoudj (deux en grec zugo) ce qui signifie [Milieu, entre-deux],
consolidé par les arabes par l’ajout de ouast (milieu).
Le chef lieu ou commanderie d’un nome est appelé à l’époque latine Sica Veneria , Hierum, parfois Ariana,
en berbère Tisca Ouroum, Aghroum (maison ou palais du nome ou encore Dar aria , Draria). La configuration
se répète identique à elle même. Dans notre région, il y a une Aria à Mekraza (El-karimia ex. Lamartine), une
autre à Meknassa (Oued Sly) une autre à Sidi Khettab (Timici) les foyers, feux son parfois appelés Timici, une
autre à Oueld Merzoug (Guelta) connue comme capitale de Massinissa sous le nom de ArsenAria (les puits du
nome (Arsen, Irsen) qu’on appelle ailleurs Birtraria).
Dans le cadre de cet asssertion on ajoutera que Zeboudj signifie olivier mais il s’agit ici de l’olivier apparié
« marié », autrement dit greffé, « doublé ». Or doubler s’obtient par multiplication ou par division et en arabe
dialectal Zouedj employé par exemple pour une assiette signifie la briser en deux. Le passage de W à B
indique la ligne de séparation.
Exploiter les ressources offertes par la toponymie est riche en enseignements.
Nous remarquons que le colonisateur a souvent débaptisé les lieux pour lui donner des
appellations plus conforme à sa tradition : Orléansville, Affreville, Saint Cyprien etc. De
même nous avons relevé que si lors de la décolonisation, certaines villes ont été débaptisées
puis rebaptisées, ce rebaptême ne consiste pas toujours à revenir au nom d’origine, d’une
part. D’autre part, certains noms de lieux sont restés inchangés depuis des millénaires
comme l’exemple de Ténès, Miliana, Chélif, Teniet el Had. Selon Louis-Jean Calvet, « le
toponyme est sans doute le substrat le plus résistant aux strates successives de langues qui
121
En grammaire désigne un élément qui s’insère au milieu d’un mot pour en modifier le sens ou la valeur.
98
se succèdent se remplacent ou se déglutissent en un point particulier du globe »122. En fait
la version la plus vraisemblable c’est qu’il n’est pas certain que la volonté de la France, au
début de sa présence en Algérie, ait été de gommer les noms qui existaient déjà, sinon,entre
autres, Teniet El Had, ou Aïn Témouchent etc. auraient disparu des cartes du XX° siècle.
Les noms français n'ont été attribué qu'à des villages créés à partir de rien sur des sols sans
construction. Leur plan était assuré par des ingénieurs du génie civil (Georges Ville à
Villebourg, par exemple) ou par des officiers du génie (capitaine Victor de Malglaive pour
Marengo par exemple.). A l'indépendance, ces noms français ont disparu, les villages étant
rebaptisés de termes arabes à partir de noms de lieux-dits ou de douars voisins; en aucun
cas, ils ne retrouvèrent leur nom d'avant la colonisation française puisqu'ils n'existaient pas
à cette période.
La toponymie peut également apporter des renseignements beaucoup plus précis et
complexes que la simple trace d’une langue ou d’une communauté disparues. Elle peut
aider par exemple à cerner les mouvements de population. Car si au plan de
l’ethnonymie123 on a un moyen de suivre les progrès d’une conquête, d’en retrouver les
traces et d’en délimiter l’expansion, c’est la toponymie qui nous guide le plus sûrement en
la matière. Nous citerons pour exemple le toponyme « Bordj Beni Hindel » qui atteste la
présence des Vandales dans l’Ouarsenis, celui aussi des noms des tribus berbères,
étroitement associés aux toponymes comme celui des « Beni Ménaceur » à Miliana, des
« Menasria » à Chlef des« Bercadjenna » à Tadjena.
En fait, l’utilisation de la toponymie demeure insuffisante, si elle ne s’appuie pas sur
des considérations d’ordre topographique et historique comme nous le constatons à partir
de cette étude toponymique de la région du Chélif. Ce n’est qu’ainsi qu’il est possible de
comprendre l’univers colonial et anti-colonial comme une lutte pour la terre avant même de
songer à la cité. Car cela implique du même coup l’homme en rapport avec le moyen de
production qui devient l’enjeu de toute lutte menée à ce niveau. Ce qui complique du même
coup aussi cette relation à la terre qui n’est pas seulement à cultiver (ou à posséder) mais
qui est symbole d’indigénéité : la terre où l’on est né, des ancêtres, etc. ; d’où l’importance
de cet aspect symbolique, peut-être beaucoup plus que la réalité du moyen de production en
122
123
Louis-Jean Calvet, Linguistique et colonialisme : petit traité de glottophagie, op. cit., p. 105.
La nomination des peuples
99
tant que tel, qui motive les mouvements de libération nationale et la débaptisation des lieux
aussitôt l’indépendance recouverte.
100
DEUXIÈME PARTIE
ESPACE GÉOGRAPHIQUE ET IMAGINAIRE
101
ESPACE GÉOGRAPHIQUE ET IMAGINAIRE
« Aujourd’hui la littérature- la pensée- ne se dit plus qu’en
termes de distance, d’horizon, d’univers, de paysage, de lieu,
de site, de chemins et de demeure : figures naïves, mais
caractéristiques, figures par excellence, où le langage s’espace
afin que l’espace, en lui, devenu langage, se parle et
124
s’écrive. »
Les raisons et les façons de lier littérature et géographie, de les atteler à la même
tâche sont multiples. Aujourd’hui plus que jamais avec le processus de mondialisation,
l’abolition des distances, et l’intrusion d’Internet dans l’espace privé, les repères
géographiques sont devenus mouvants ce qui n’est pas sans incidence sur la littérature.
Le territoire a de tout temps constitué un palimpseste, dans lequel toute inscription
nouvelle vient couvrir et, parfois, détruire une image passée. Des lieux de vie se créent, et
se développent, modifiant du même coup la topographie de la région et notre représentation
des lieux. L’occupation coloniale de la plaine du Chélif suite à une guerre de conquête,
particulièrement violente et implacable, a entraîné de manière profonde et visible la
dislocation de l’espace et la désagrégation de la société. Aujourd’hui encore, la création de
lieux de vie ainsi que leur évolution, notamment en ce qui concerne la ville de Chlef, créée
ex-nihilo, détruite par des séismes et rebâtie à maintes reprises, la prolifération de sites
urbains et leur aménagement souvent anarchique font que les relations que nous
entretenons avec le territoire se trouvent profondément bouleversées par ce nouveau
caractère mouvant, variable des lieux de vie.
Ce qui a réellement changé aujourd’hui, bouleversant du même coup tout le vécu
territorial et l’imaginaire d’une région, c’est la rapidité de ces transformations, et cela à tous
les niveaux, en particulier spatial. C’est pourquoi avant d’aborder la représentation de cette
plaine au plan de l’imaginaire, il importe, au préalable, de définir ce qu’est un espace
géographique. Nous pourrons de cette manière mieux appréhender le rôle que joue un lieu
référentiel sur le plan de l’écriture. Ce qui nous permettra enfin d’analyser l’interaction
entre le milieu physique et sa représentation textuelle en recourant aux différentes
approches qui s’intéressent à la relation entre lieu de vie et espace géographique.
124
Gérard Genette, Figures I, Paris, Le Seuil, coll. Points, 1966, p. 108.
102
CHAPITRE PREMIER
TERRITOIRE ET IMAGINAIRE NOTION
D’ESPACE
« La première réalité d’une civilisation, c’est l’espace
qui lui impose sa poussée végétale et, avec rigueur
parfois, ses limites. Les civilisations sont des espaces,
des zones et pas seulement dans le sens où le veulent les
ethnographes quand ils parlent d’une zone de la hache
bipenne ou de la flèche empennée ; des espaces qui
contraignent l’homme, et sans fin sont travaillés par
lui .»125
L’espace n'est pas étudiable en soi : l'espace est une dimension d'appréhension et
non un objet étudiable. De la même manière que l'histoire est l'étude du temps dans les
relations économiques, les relations sociales, les représentation ou les individus, et
qu'étudier le temps, en lui-même, n'a pas de sens en sciences sociales, il est impossible
d'étudier l'espace en lui-même.
Un lieu se différencie de l’espace en cela qu’il possède une identité, une
appropriation humaine par des représentations. Le lieu est alors un espace qui à une
signification particulière pour l’Homme. Selon A.S. Bailly126 chaque individu à sa propre
représentation de l’espace dans lequel il est, et la géographie est à la fois idéologie et
image. Ce géographe qui a une approche plus cognitive, précise que nos représentations
sont fondées sur l’apparence de l’objet et non sur l’objet lui-même. Nous ne pouvons voir
la réalité matérielle d’un lieu, que depuis le point de vue d’où l’on se trouve, d’après nos
expériences personnelles, notre identité et notre culture. L’appropriation d’un espace ne
peut se faire qu’en prenant en compte cette notion de représentation de celui-ci. Selon cet
auteur :
125
Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen, tome 2, Paris, Armand colin, [1ère éd.
1949], 3ème éd. 1976, p. 109.
126
Antoine Bailly, (dir.), Les concepts de la géographie humaine, Paris, Armand Colin, [1ère éd. 1984],5ème
éd. 2004.
103
« La géographie consiste en une représentation d’objet et de processus spatiaux grâce à
des concepts évolutifs, de ce fait, elle est une transposition donc une image de ces
pratiques et de ces processus ; la connaissance géographique débute donc par la
subjectivité qui seule permet la sélection de certains éléments et l’oubli d’autres, afin de
pouvoir décrire, modéliser, interpréter et expliquer les pratiques spatiales des
hommes. »127
De la psychologie à l’anthropologie en passant par la géographie et l’urbanisme, la
notion d’espace émerge de plus en plus au sein des sciences humaines et sociales. Or dans
le cadre de notre problématique, la représentation et le rôle d’un espace géographique en
littérature, cette notion mérite d’être éclaircie.
I. ESPACE GEOGRAPHIQUE ET ESPACE TEXTUEL.
1. Espace géographique.
L’espace géographique est un concept élaboré par les géographes pour formaliser
scientifiquement les caractéristiques de l’espace terrestre. Cet espace terrestre, réel et
concret, est donné, produit, vécu et perçu.
L’espace terrestre est donné, car il possède une double dimension physique et
écologique. La présence d’un fleuve ou d’une montagne a de nombreuses conséquences sur
l’organisation de l’espace, notamment sur la distribution des villes. L’action humaine n’est
jamais totalement libre, « l’homme crée un espace terrestre en composant avec la physique
de la “nature”, même si celle-ci est déjà profondément humanisée »128.
En définissant l’espace géographique comme un ensemble de lieux et de relations
qui s’établissent entre eux, la notion d’interaction spatiale s’avère cruciale. Elle est
essentielle dans l’étude des rapports humains, économiques etc., mais également dans
l’étude des rapports qu’entretiennent géographie et écriture. Dans le cadre de notre étude,
cette notion revêt un double intérêt. Le premier est la variété de lieux mis en scène dans les
textes ayant trait à la région du Chélif. Le second est d’essayer d’isoler, pour l’explorer, la
composante spatiale dans un texte et, par extension, de voir comment construire une unité
127
A. Bailly, « Epistémologie et histoire de la géographie humaine » in A. Bailly, (dir.), Les concepts de la
géographie humaine, Paris, Armand Colin, op. cit., p. 21.
128
André Dauphiné, « Espace terrestre et espace géographique », in A. Bailly, (dir.), Les concepts de la
géographie humaine, Paris, Armand Colin, op. cit., p. 53.
104
spatiale dans la diversité. D’une part, il s’agit d’une anthologie sur une région donnée, il est
donc évident que si la représentation de l’espace est fortement référentielle, elle se présente
cependant sous des formes diverses. Les lieux, minutieusement décrits dans les récits, sont
appréhendés différemment.
D’autre part, il ne faut pas oublier que la géographie joue un rôle primordial dans la
compréhension d’une culture : l’étude du rapport d’une société à son environnement
physique permet souvent de mieux la comprendre. Ainsi l’exemple de la vallée du Chélif
n’est que l’opposition d’un complexe de plaines à un ensemble montagnard de signe
opposé. Par définition, la géographie analyse les conditions offertes par le milieu aux
groupes humains. Elle en examine la mise en place, l’évolution démographique et spatiale,
en même temps que les formes d’action sur ce milieu du point de vue de l’exploitation des
ressources du sol et du sous-sol. C’est pourquoi l’espace est si présent dans les récits et les
monographies.
L’espace géographique est riche en informations et est, souvent en lui-même, un
témoin privilégié du passé. Il témoigne, en effet, de plusieurs manières : tout d’abord, le
paysage porte en lui les marques des différents aménagements faits par l’homme : lieux de
passage, lieux de vie, etc. qui sont des traces en terme de géographie. Ensuite, les espaces
de vie habités lesquels sont occupés, détruits puis reconstruits, aménageant ou
réaménageant le milieu autrement. Tout comme l’existence de lieux de vie abandonnés, où
la nature reprend ses droits, ou bien les lieux de vie désertés auxquels on cherche à
redonner vie par le biais de la transformation sont autant de témoignages de l’activité
humaine. Enfin, les espaces aménagés pour les besoins de l’homme, comme les routes, les
chemins, les champs, etc. sont autant de repères dans la cartographie sociale. C’est
pourquoi l’espace géographique doit être considéré comme une création continue des
sociétés humaines. Il est, à ce titre, partie intégrante de tout projet social car comme
l’expliquent les géographes :
105
« Toutes les sociétés produisent de l’espace organisé, que nous nommons espace
géographique, dimension intrinsèque de chacune et non pas seulement cadre ou
ressource externe, à la fois produit des pratiques sociales et composante de ces pratiques.
En mobilisant des démarches aussi fondamentales que l’appropriation, l’exploitation, la
communication, l’habitation, l’œuvre humaine de spatialisation ou de mise en espace de
129
l’étendue terrestre, est partie intégrante de tout projet social. »
Ainsi, l’axiologie de la spatialité étant multiple, il s’agit en fait pour nous de voir, à
travers ce recueil de textes, le rôle joué par l’espace géographique au niveau de l’histoire
puis à celui de la narration. Il ne faut surtout pas négliger cette autre caractéristique
fondamentale : les lieux ont un ancrage temporel. S’il est évident que tout événement est
doublement situé, dans le temps et dans l’espace et que l’étude des lieux suscite tout autant
l’intérêt des géographes, des sociologues, que des historiens, est-il besoin de rappeler que
l’histoire de l’occupation de la plaine du Chélif et de la création d’Orléansville est
intimement liée à celle de la conquête ? Les acteurs de la colonisation ont accordé, dès le
départ, une grande attention à la géographie. Les premiers à mettre le pied en Algérie
étaient des militaires. D’une part, les officiers étaient formés à lire l'espace et, d’autre part,
l’appropriation d’un territoire, permet dominations et ségrégations. Aussi les phénomènes
de marginalisation et d’exclusion en dérivent tout comme ceux de majorité et de
dominance. Autrement dit :
« L’analyse de l’appropriation des territoires est ainsi au centre de toute réflexion
géographique : parler de territorialité, c’est s’ouvrir aux mécanismes d’appropriation
pour en préciser les conséquences. » 130
De plus, tout événement se situant à l’intersection d’une époque et d’un lieu, il est
fort intéressant de voir les motivations qui ont présidé au choix d’un territoire donné, la
plaine du Chélif dans le cas de notre étude, et à la naissance de lieux de colonisation, treize
ans après la prise d’Alger.
L’apport de l’historien Fernand Braudel, qui a souhaité mettre à profit
l’enseignement géographique comme un des éléments de base de sa réflexion sur l’étude
des civilisations peut s’avérer intéressant au plan méthodologique dans l’étude de notre
129
Annette Ciattoni et Yvette Veyret (dir.), Les Fondamentaux de la géographie, Paris, Armand Colin, 2003,
p. 10.
130
A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain, Encyclopédie de la géographie, Paris, Économica, 1995, entrée :
appropriation territoriale.
A
106
corpus. D’après lui, interroger l’espace, et de manière plus restreinte une étendue
spécifique, c’est le moyen de saisir, dans une cohérence historique, une culture, une
civilisation. Il écrit à ce propos :
« Reconnaissons-le : la géographie projette une lumière étonnante sur les complications,
les millions de fils de la vie des hommes. Dans toute étude sur le passé, dans tout
problème actuel, on retrouve toujours à la base, exigeante, constante, lumineuse aussi
pour qui veut bien l’observer, cette zone que nous avons désignée sous le mauvais mot
de géohistoire. »131
Il faut donc partir d’un espace qui soit intégré à l’histoire pour parler de
« géohistoire », car elle assure des perspectives d’études qui dépassent le déterminisme. Il
faut, dit-il, savoir faire la part du milieu, éviter le déterminisme naturaliste sans pour autant
nier l’importance des configurations naturelles.
2. Colonisation et aménagement de l’espace
1830 caractérise le début d’une époque dominée par une minorité allochtone et
tournée vers l’étranger. En remontant plus loin dans l’histoire du pays d’autres césures
apparaissent (XVIe siècle : domination turque, VIIe siècle : début des royaumes du Maghreb
central…), mais qui s’estompent dans le temps et n’ont pas, pour nous, le même impact. On
peut donc schématiser l’évolution des derniers siècles du pays par la succession de trois
organisations sociétales différentes : précoloniale, coloniale et postcoloniale.
Puisqu’une société construit son espace, chacune des trois sociétés qui se sont
succédées en terre algérienne a bâti sur le même support physique un lieu de vie à son
image, différent du précédent, présent : tantôt par juxtaposition, tantôt par superposition.
Aussi, la configuration spatiale actuelle n’est-elle pas le reflet intégral de la société. Elle
conserve des éléments hérités des bâtis précoloniaux, lui donnant cet aspect composite qui
déroute le visiteur et séduit le touriste.
L'implantation des colons sur un territoire occupé par des hommes a entraîné des
expropriations douloureuses et un rétrécissement dramatique des lopins des fellahs. Les
grandes lois agraires de la seconde moitié du XIXe siècle ont été de véritables opérations
131
Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen, tome 2, Paris, Armand colin, [1ère éd.
1949], 3ème éd. 1976, p. 114.
107
de "chirurgie sociale" pour reprendre la terminologie de Pierre Bourdieu. Le défrichement
des terres nouvelles et la monoculture mécanisée ont souvent ruiné l'équilibre entre
l'occupation du sol et les écosystèmes. De même, l'équilibre entre la population et les
ressources de ses cultures a été progressivement rompu : la quantité de céréales disponibles
par habitant a même décru à partir des années trente et le pays, d'exportateur est devenu...
importateur! Outrancière, brutale, l'agriculture coloniale a logiquement capté la maind'oeuvre algérienne : dépossédée et appauvrie, celle-ci dut descendre de ses montagnes afin
de travailler dans les grands domaines, pour les moissons et les vendanges. Avec le temps,
ces migrations saisonnières sont devenues définitives. Et le peuple des montagnes se
métamorphosa en peuple de plaines. Ce qui entraînera un autre bouleversement : celui de
l'espace intime. Les déplacements anarchiques des populations, déterminés par l’action
répressive, ont engendré une situation sans précédent dans l’histoire de l’organisation
sociale et spatiale de l’Algérie.
Les paysans arrachés à leur résidence coutumière furent parqués dans des centres
démesurés, dont la situation avait été choisie pour des raisons militaires. Et, sous la
pression de la situation qu’elle avait elle-même créée, l’armée dut prendre en charge des
gens que, jusque là, elle entendait seulement neutraliser et contrôler. En effet, ce
déplacement de population, « parmi les plus brutaux qu’ait connu l’histoire »132, cessant
d’être la conséquence pure et simple de l’évacuation, devint progressivement le centre
d’une politique systématique. La politique de regroupement, entreprise par l’autorité
coloniale, a donc imposé systématiquement une organisation identique de l’habitat, et cela
jusque dans les régions les plus difficiles d’accès. Le village, la maison, la ferme ont été
littéralement retournés. Comme le note Pierre Bourdieu :
« À la façon du colonisateur romain, les officiers chargés d’organiser les nouvelles
collectivités commencent par discipliner l’espace comme si à travers lui, ils espéraient
discipliner les hommes. Tout est placé sous le signe de l’uniforme et de l’alignement :
construites selon des normes imposées en des emplacements imposés, les maisons se
disposent, tirées au cordeau, le long de larges rues qui dessinent le plan d’un castrum
romain ou d’un village de colonisation. Au centre, la place avec la triade caractéristique
133
des villages français, école, mairie, monuments aux morts. »
132
Pierre Bourdieu, Le Déracinement, p. 13 in Franz Schultheis et Christine, Frisighelli, Pierre Bourdieu,
Images d’Algérie, une affinité élective, Arles, Actes Sud, Paris, Sindbad / Camera Austria, 2003, p. 88.
133
Pierre Bourdieu, Le Déracinement, p. 26 et 29 in Franz Schultheis et Christine, Frisighelli, Pierre
Bourdieu, Images d’Algérie, une affinité élective, op. cit., p. 79.
108
Dans la même optique Henri Lefebvre écrit :
« La forme quadrangulaire se retrouve dans le camp militaire romain, dans les bastides
médiévales, dans la ville coloniale hispanique, dans la ville américaine moderne. […].
Le point à fortement marquer, c’est donc la production d’un espace social par le pouvoir
politique : par une violence à but économique. Un tel espace social se génère à partir
d’une forme rationalisée, théorisée, qui sert d’instrument et qui permet de violenter un
134
espace existant. »
Les villes intérieures d’origine coloniale se ressemblent toutes en effet, car bâties
selon le même plan, d’où cette impression de monotonie lorsqu’on traverse la plaine du
Chélif. Dans le cadre de cette organisation spatiale, Miliana est exclue de cette liste.
Miliana, qui est une ville d’origine fort ancienne, représente un cas particulier. Cette ville
précoloniale déchue certes, au moment de la conquête, avait été une ville de
commandement des espaces intérieurs du pays, créés pendant la période islamique.
L’histoire de Miliana est intimement liée à sa topographie. En effet, si elle a joué dans le
passé le rôle de ville de commandement, c’est que son site convenait à une telle fonction de
commandement, comme l’explique Marc Côte135, son « site élevé (afin de dominer) et
appuyé à des accidents topographiques (afin d’assurer leur défense) auquel s’ajoutait un
élément complémentaire, les sources, afin d’alimenter la ville et ses jardins. » Cet auteur
précise que la configuration initiale de toute ville précoloniale « est née de cette trilogie ;
ville, jardins péri-urbains, cadre topographique. Puis elle s’est doublée d’une ville coloniale
qui tantôt s’est juxtaposée à la médina, tantôt l’a phagocytée »136. Or, Miliana est quand
même considérée comme une ville coloniale parce que la médina a été rasée lors de la
conquête, elle conserve cependant un charme particulier car la ville s’est reconstruite sur
les tracés antérieurs.
Au contraire Chlef, comme les villages coloniaux qui essaiment la plaine, résulte
d’une décision politique exogène, celle de création ex-nihilo, sous forme de ville ou de
village de colonisation, à des fins de contrôle de l’espace et de mise en valeur agricole. Les
techniques et les préoccupations étant différentes de celle de l’époque précoloniale, le choix
des sites a été radicalement différent : « les villes ont recherché des positions de centre de
plaine en terrain plat. Là elles ont été tracées sous forme d’un damier urbain orthogonal,
inséré dans la trame agraire des campagnes de colonisation. Toutes les extensions
134
Henri, Lefebvre, La Production de l’espace, Paris, Anthropos, [1ère éd. 1974], 2000 4e. Édition, p. 177.
Marc Côte, L’Algérie, ou l’espace retourné, Paris, Flammarion, 1988.
136
M. Côte, L’Algérie, ou l’espace retourné, op. cit., p. 129.
135
109
ultérieures en ont été marquées »137. Aussi à la suite d’Henri Lefebvre, « on peut se
demander si les divers espaces en damier n’ont pas cette commune origine : l’action
contraignante d’un pouvoir central. Il serait cependant difficile de généraliser sans
précaution ce schéma “générateur” »138. Pour Marie-Claire Kerbrat :
« Édifier une ville, c’est d’abord en tracer les contours. […] Quoi qu’il en soit, le
contour d’une ville, puis ses contours successifs se dessinent à partir d’un centre : il
semble que le fondateur d’une ville détermine d’abord le point où il placera la pointe de
son compas ; d’un compas dont les deux branches s’écarteront peu à peu au fil des
siècles, sans que sa pointe ne se déplace. » 139
Si l’on examine l’histoire de Chlef, on constate qu ‘elle se compose d’un centre
autour duquel gravitent des cités formant des entités indépendantes. La circularité de Chlef
se donne à lire sur les plans actuels : on y constate que la série des arrondissements
s’enroule, autour du premier arrondissement central qui est toujours l’emplacement premier
de la ville coloniale et qui reste le centre administratif de la wilaya. En effet, Chlef, après le
séisme de 1980, a reporté ses quartiers à la périphérie mais le centre administratif reste
implanté dans la ville européenne, ville qui a été cependant réoccupée par la population
quelques années plus tard. La configuration actuelle offre au regard l’opposition entre le
centre géométrique et les extensions désordonnées et illicites récentes sur de vastes espaces.
Ces constructions, n’obéissant le plus souvent à aucun plan d’urbanisme, sont aussi non
conformes aux nouvelles normes parasismiques.
Ténès, ville fort ancienne aussi, se caractérise par la présence de deux sites non pas
juxtaposés mais bien distincts et dont les toponymes expliquent à eux seuls la division de
l’espace ; « Vieux Ténès » pour désigner la ville indigène et dont l’architecture se distingue
de « Ténès la neuve », création coloniale dont le plan correspond au même schéma en
damier de la ville coloniale cité plus haut.
137
Marc Côte, L’Algérie, ou l’espace retourné, op. cit., p. 129.
Henri Lefebvre, La Production de l’espace, op. cit., p. 177.
139
Marie-Claire Kerbrat, Leçon littéraire sur la ville, Paris, PUF., Coll. « Major », 1995, p. 17.
138
110
3. Espace référentiel et espace textuel
La première caractéristique de notre corpus est de mettre en scène l’occupation
offensive d’un espace physique et le clivage des espaces et des groupes qu’elle induit,
c’est-à-dire l’opposition des espaces de colonisation et des espaces de résistance. Certes, si
le propre de tout récit est d’imposer à l’ordre spatial originel une transformation rapide ou
lente, durable ou éphémère, violente ou pacifique, il est donc intéressant de voir, à travers
l’étude de notre corpus, l’appréhension d’une portion de territoire par les différents
protagonistes de la conquête. Ces derniers vont avancer différentes raisons pour justifier
l’occupation de l’espace et la création de lieux précis. Ces raisons, d’ordre stratégiques ou
économiques, révèlent la place assignée à chacun des protagonistes. Elles mettent en
évidence une volonté d’appropriation de l’espace déniant toute existence à l’autre. Pour
illustrer ce propos voici comment le maréchal Bugeaud explique à son supérieur, dans la
lettre du 2 avril 1843, sa décision relative à la création, de nouveaux postes militaires à ElAsnam et Ténès :
« Je partirai le 23 de Miliana, non pas pour rentrer en campagne, il n’y a pas
d’interruption, mais pour aller occuper El Asnam, sur le Chélif, et Ténès, sur la mer,
comme point de ravitaillement.
C’est une grosse affaire que de créer de nouveaux postes et de donner plus d’extension à
l’occupation. Cela rend l’effectif exigu et, pour trouver les troupes nécessaires à ces
nouveaux points, il faut découvrir Saint-Paul et Saint-Jacques. » 140
La création d’Orléansville a été ainsi commandée pour diverses raisons d’ordre
politique et stratégique puis économique. Saint-Arnaud l’explique ainsi à son frère, dans la
lettre datée du 20 décembre 1844 :
« Milianah, à l’époque où j’y commandais et dans les circonstances où je m’y suis
trouvé, était important, mais Orléansville l’est bien davantage. Milianah, en 1842 et
1843 était poste d’avant-garde, à présent c’est un centre. La position géographique et
politique d’Orléansville est telle que, par la force des choses, d’ici à quelques années le
siège d’une division y sera établi. […] l’avenir de ce pays est immense, mais l’or qu’il
engloutira est incalculable. » 141
140
Lettres inédites du maréchal Bugeaud, duc d’Isly (1784-1849), op. cit., p. 260, cette lettre est adressée à
Mr Martineau des Chesnez, son supérieur hiérarchique.
141
Lettres du Maréchal de Saint-Arnaud, tome deux, Paris, Michel Lévy Frères, 1855, p. 4-5.
111
Dans une autre lettre datée de juin 1843, Bugeaud écrit ceci à Genty de Bussy142,
alors chef de division au ministère de la guerre :
« … Le Dahra et la vallée du Chélif sont soumis, Orléansville et Ténès marchent à grand
pas. Les communications entre ces deux points sont aussi sûres que d’Alger à Blida. La
route est chaque jour couverte d’Européens isolés, faisant transporter leurs marchandises
par des Arabes. Les contributions de guerre que j’ai frappées se payent sans difficulté et
couvriront une partie de nos frais d’établissement. » 143
De fait, si les raisons de l’occupation ne sont pas à démontrer, il est tout aussi
intéressant de voir comment se construit la représentation de ces lieux à travers les
descriptions des différents acteurs et des témoins de la conquête. Saint-Arnaud présente
ainsi Orléansville :
« Orléansville est un désert dans un grand désert. Figure-toi quelques maisons au milieu
d’une immense plaine de cinquante lieues de long sur sept et huit de large. Pas un arbre,
pas de végétation ; le Chélif au dos avec un pont à l’américaine. Orléansville est sur la
rive gauche du Chélif, entre Milianah et Mostaganem, à quatre journées d’infanterie du
premier et six du second, ayant au sud-ouest Tiaret, et au nord, à dix lieues, Ténès et la
mer. » 144
A la même époque, nous avons le témoignage de Kinglake, un voyageur anglais de
passage à Orléansville. A l’aube du 25 septembre 1845, venant de Ténès, il franchit le
Chélif à gué et devant lui se dresse Orléansville, ou plutôt « une tentative de construire une
ville dans le désert brûlant »145. Il insiste au passage sur cet aspect climatique, la forte
chaleur associée à cette région : « De tous les endroits sédentarisés d’Algérie, on dit que
c’est là qu’il fait le plus chaud. »146
Ainsi, dans cet espace chélifien, il faudra croiser continuellement les fils de l’espace
et du temps. Qu’on ne se méprenne pas. Il ne s’agit pas ici de faire œuvre d’historien ou de
géographe. Les spécialistes s’en chargent. C’est à travers les textes, à travers l’écriture que
142
Genty de Bussy (Pierre), intendant civil en Algérie par ordonnance royale du 1er décembre 1831, puis
intendant militaire en 1839 puis chef de division au ministère de la guerre.
143
Lettres inédites du maréchal Bugeaud, duc d’Isly, op. cit., p. 263.
144
Lettres du Maréchal de Saint-Arnaud, op. cit. p. 2.
145
Joëlle Redouane, « Un voyageur anglais à Orléansville », in Christiane Achour et Dalila Morsly (éds.),
Voyager en langues et littératures, Alger, OPU., 1983, p. 58. Les citations sont traduites par l’auteure de
l’article.
146
J. Redouane, « Un voyageur anglais à Orléansville », in Christiane Achour et Dalila Morsly (éds.),
Voyager en langues et littératures, op. cit., p. 58.
112
nous voulons démontrer l’interaction entre géographie et imaginaire. Nous voulons aussi
saisir l’explication de cette représentation si peu élogieuse de la plaine du Chélif et ce grâce
aux différentes approches de l’espace en littérature, notamment grâce à l’apport de la
géocritique qui propose une manière d’appréhender la littérature, de la concevoir comme un
espace imaginaire.
II. ESPACE ANTHOLOGIQUE, DIDACTIQUE ET APPROCHES
CRITIQUES
Pour rappel, nous insistons sur le fait que la région que nous avons choisie pour
notre étude est un des espaces forts de l’Algérie grâce à la vallée du Chélif séparant et
unissant en même temps deux massifs montagneux : le Dahra et l’Ouarsenis. Même si cette
vallée constitue un bas-fond surchauffé en été, elle a attiré l’implantation coloniale pour
deux raisons. La première c’est qu’elle constitue un beau couloir de circulation, reliant
l’Oranie à l’Algérie centrale, le Sud à la mer, et comme nous l’avons vu plus haut, son
occupation était donc essentielle pour le contrôle de l’espace. La seconde raison est
agricole, car ses sols plats, limoneux et fertiles ont, grâce à l’irrigation, fait la fortune des
colons. Aussi la plupart des écrits choisis sont-ils consacrés à la naissance de lieux et à leur
description, à certains épisodes de l’occupation coloniale. D’autres insistent sur deux
phénomènes naturels : la chaleur et la sismicité qui caractérisent la région. Leur assemblage
fonde un espace anthologique singulier.
Ce recueil se présente en effet comme une composition, une série de variations sur
plusieurs thèmes : histoire, géographie, imaginaire. Peut-être faut-il préciser que le terme
recueil repose sur « une métaphore essentielle que rappelle son étymologie : celle de la
cueillette, de la sélection, de l’extraction, et de l’assemblage qu’il partage avec l’anthologie
(littéralement « cueillette de fleurs » en grec) »147. Comme Il s’agit d’appréhender
l’émergence d’un lieu en littérature, le choix des extraits jugés significatifs, ne peut bien
entendu exclure un certain parti pris de la part du compilateur, leur ordonnancement
également s’avère décisif car comme l’explique Emmanuel Fraisse :
147
E. Fraisse et B. Mouralis, Questions générales de littérature, Paris, Éd. du Seuil, coll. « Points Essais »,
2001, p. 128.
113
« Quels que soient ses centres d’intérêt, ses conditions de publication et ses publics,
l’anthologie est bien ouvrage imprimé, recueil ordonné et raisonné de textes littéraires
empruntés et fidèlement cités de manière à exprimer l’unité ou la diversité d’une
littérature, d’un thème ou d’une époque littéraire, mettant en valeur des passages
mémorables, excellents, caractéristiques ou curieux. Elle est définie par la multiplicité
des textes qu’elle reproduit et que grâce à la présence d’une distance critique de son
concepteur elle organise en ne se contentant pas de les citer. »148
Cependant l’élaboration d’un recueil composé de textes mettant en valeur des
passages mémorables ou caractéristiques d’une région, ne suffit pas à justifier le recours à
la forme anthologique, il faut en préciser les orientations qui sous –tendent sa composition.
Nous avons choisi de recenser tous les textes qui évoquent la plaine du Chélif dans le but
de cerner la construction d’un imaginaire sur cette région et dans la perspective de les
exploiter comme supports didactiques dans l’enseignement du français langue étrangère.
Et, si toute anthologie est issue d’une lecture vouée à la médiation, notre étude est aussi
issue de la volonté d’un travail de mémoire sur une région mais le but qui lui est assigné
reste avant tout littéraire et didactique.
1. Anthologie Littérature et Transmission
En règle générale, penser l’enseignement de la littérature c’est penser la
transmission d’une culture, d’un patrimoine, d’une histoire littéraire et tout un chacun
s’accorde à dire que l’un des rôles de l’enseignant est d’apprendre à lire les textes littéraires
et d’en varier les approches. Mais quels textes choisir ? Quels textes enseigner ? Les
dissensions sont nombreuses sur la question de savoir si l’enseignement de la littérature
doit se limiter à l’étude des œuvres « classiques » appartenant au panthéon littéraire ou
s’ouvrir sur une littérature qui n’est pas reconnue comme telle par les partisans d’un certain
purisme littéraire. Dans un contexte plurilingue où le français n’est pas la langue
d’enseignement le problème est d’autant plus complexe. Entre enseigner une langue et sa
culture l’enseignant est contraint de choisir des textes accessibles à un public hétérogène.
C’est pourquoi le geste anthologique est régulièrement un geste d’enseignant. Ce dernier
doit constamment adapter son enseignement aux élèves car comme le souligne Martine
Jey :
148
E. Fraisse, Les Anthologies en France, op. cit., p. 98.
114
« Une relation pédagogique de qualité implique que le professeur sache se décentrer,
accepte de prendre en compte la différence de nature et de fonction d’un enseignement
qui n’est pas destiné à de futurs spécialistes de l’analyse littéraire et de l’adapter à une
grande quantité d’élèves et non […] à une élite. »149
La littérature a été et reste toujours considérée comme le vecteur privilégié dans
l’apprentissage d’une langue et de sa culture. Différentes approches sont proposées en
didactique des langues-cultures. Nous citerons l’approche par la langue où les contenus
culturels sont abordés de manière ponctuelle selon les nécessités ou les occasions liés au
travail sur la langue ; l’approche par le représentatif qui considère que la littérature est à
même de « rendre présente » la culture étrangère aux yeux des apprenants. Elle s’appuie sur
la conception classique de l’artiste comme personne possédant une sensibilité particulière
par rapport à sa culture, une capacité de choisir des éléments particulièrement
représentatifs, enfin un art capable de les utiliser pour « représenter » dans le sens premier
de « rendre présent », « rendre sensible » les réalités culturelles évoquées150.
De fait, si le texte littéraire est à même de « rendre présente » la culture étrangère
aux yeux des élèves, la question didactique essentielle n’est pas seulement la définition des
contenus culturels étrangers, mais les effets formatifs que l’on souhaite voir se produire
chez les apprenants au contact de la culture étrangère (développement de l’ouverture et de
la tolérance culturelles, correction des stéréotypes, meilleure connaissance de sa propre
identité culturelle). Il s’agit d’installer de manière progressive une compétence de
communication interculturelle pour préparer les élèves à la gestion des contacts inter ou
multiculturels auxquels ils seront de plus en plus confrontés à l’avenir. Apprendre une
culture étrangère, dans cette perspective, c’est déconstruire, reconstruire et enrichir
l’ensemble des représentations que l’on se fait de cette culture. Aussi pour développer à la
fois la compétence lectorale et « culturelle »151, il est nécessaire de faire exercer la
compréhension sur les textes les plus variés et provenant de sources diverses et d’introduire
149
Martine Jey, « Lanson ou la transmission comme renoncement », in Les enseignants et la littérature : la
transmission en question, Actes du colloque de l’U.C.P. (novembre 2002) coordonné par Emmanuel Fraisse
et Violaine Houdart-Merot, Paris, Scérén CRDP Académie de Créteil, 2004, p. 128.
150
Il est à noter que la combinaison des deux approches, littérature et histoire/géographie, caractérise
l’enseignement traditionnel de la culture en classe de langue. Au début du siècle dernier on cherchait
principalement dans la psychologie collective forgée par la géographie et l’histoire les faits culturels qui
déterminent en profondeur la culture d’un peuple (ce qui aurait forgé l’identité d’un peuple, ce serait une
histoire commune sur un territoire commun), et l’on se proposait de faire découvrir aux élèves « l’âme » ou le
« génie » du peuple étranger.
115
des unités textuelles qui forment un tout et dont la longueur soit conséquente au fil de
l’apprentissage.
C’est pourquoi l’option pour l’anthologie s’avère appropriée sur le plan formel nous
semble-t-il car « ces textes éclatés », comme l’explique Emmanuel Fraisse, « parviennent
bien à faire un corps » et « en dernière analyse ce livre constitue bien un texte, un texte fait
de textes et par conséquent œuvre nouvelle et non pas réduction de ce qu’il reproduit. »152
Sur le plan du contenu, l’unité littéraire de ce recueil réside dans la représentation de lieux à
travers l’histoire. Aussi cette anthologie de textes peut interpeller par son message les
étudiants puisque les lieux évoqués dans les textes ne leur sont pas étrangers.
Comment dès lors aborder l’étude de ces textes ? Comment faire le lien entre espace
géo-historique et espace anthologique ? L’approche géocritique associée à l’analyse de
l’énonciation153 semble la plus pertinente, la plus apte à construire ce lien dans le cadre de
notre problématique.
2. Géographie, littérature et approche géocritique
Dans son introduction à l’ouvrage intitulé, la géocritique mode d’emploi154, Jean-
Marie Grassin propose de définir « provisoirement » la géocritique comme la « science des
espaces littéraires ». Il précise :
« La qualité de science affectée à cette discipline lui attribue un objet, un capital de
connaissances acquises et une méthodologie ; elle évite une appellation trop générale
comme étude des espaces humains, qui ne lui assignerait pas de statut épistémologique
précis, et, à l’opposé, un terme trop objectif comme description des espaces littéraires
qui prendrait mal en compte le nécessaire travail d’interprétation accompli par le sujet
critique. »155
Ici l’enjeu principal ne serait plus tellement l’histoire littéraire qui, par vocation,
vise le temps, mais la géocritique qui considère principalement « les espaces humains sans
cesse déconstruits et recomposés dans le temps par le langage et le verbe. Elle aurait donc
151
Qui sous-tendent le développement de la compétence scripturale.
E Fraisse, B. Mouralis, Questions générales de littérature, op. cit., p. 129.
153
Annoncée et expliquée dans « Le texte et la théorie de l’énonciation » p. 9.
154
Bertrand Westphal (ed.), La géocritique mode d’emploi, op. cit., p. 21.
155
Jean-Marie Grassin, « Pour une science des espaces littéraires », in B. Westphal (ed.), La géocritique
mode d’emploi, op. cit., p. I.
152
116
pour tâche d’élaborer une théorie de l’espace, de la parole et de la création »156. Elle se
fonde sur le postulat suivant : les espaces humains ne deviennent pas imaginaires en
intégrant la littérature ; c’est la littérature qui leur octroie une dimension imaginaire, ou
mieux, qui traduit leur dimension imaginaire intrinsèque en les introduisant dans un réseau
intertextuel, dont le discours historique.
L’espace littéraire étant donc un lieu matériel, géographique, fantasmé et représenté
par la parole, la géocritique a donc vocation à interpréter les manifestations de cet
imaginaire spatial. Comme l’explique Jean-Marie Grassin : « Nous sommes ici au point de
rencontre de la géographie et de la littérature : la géographie est aussi une écriture de
l’espace comme l’atteste son suffixe graphie. Il s’agit foncièrement d’un même discours
sur l’espace »157, la seule différence étant que le référent du géographe est supposé être réel,
alors que celui de l’écrivain est fictif ou fonctionne comme tel. Aussi la géocritique
propose, en effet, d’étudier non pas seulement « une relation unilatérale (espace-littérature)
mais une véritable dialectique (espace-littérature-espace) qui implique que l’espace se
transforme à son tour en fonction du texte qui, antérieurement, l’avait assimilé ». Les
relations entre littérature et espaces humains ne sont donc pas figées, mais parfaitement
dynamiques car c’est là aussi que le statut historique du texte intervient. « L’espace
transposé en littérature influe sur la représentation de l’espace dit réel (référentiel), sur cet
espace-souche dont il activera certaines virtualités ignorées jusque-là, ou réorientera la
lecture »158.
Pour mieux cerner l’émergence de cette nouvelle lecture de l’espace, Bertrand
Westphal159 prend pour point de départ, la seconde guerre mondiale. Il rappelle que les
horreurs, qui ont bouleversé l’histoire de l’homme entre 1939-1945, ont entraîné une
nouvelle lecture du temps mais n’ont pas immédiatement affecté la lecture de l’espace. Ce
n’est qu’après les armistices que la perception spatiale a connu son évolution la plus
156
Ibid., p. II.
Ibid., p. X.
158
Bertand Westphal, « Pour une approche géocritique des textes », in B. Westphal (ed.), La géocritique
mode d’emploi, op. cit., p. 21.
159
Ibid., p. 9-39.
157
117
substantielle car la reconstruction des villes ravagées par les années de guerre a nourri une
vaste réflexion sur l’espace métropolitain, urbain etc.
Il ne manque pas de souligner que, sur le plan politique, la partition du monde
sanctionnée par les accords de Yalta est le reflet spéculaire de celle qui fut décrétée à
Tordesillas en 1494, à la différence que, cette fois-ci, la démarcation ne concernait plus
exclusivement des territoires ultramarins, souvent virtuels mais l’ensemble d’une planète
cartographiée. Par ce fait, tout lieu était désormais connoté ; tout lieu était le fragment d’un
bloc lui-même issu d’une fragmentation. Ce qui n’est pas sans incidence sur le plan
littéraire. Pour rappel, au début du XIXe siècle déjà, la montée des nationalismes a
fragmenté la littérature en territoires nationaux (« littérature anglaise »), régionaux
(« littérature bretonne »), religieux (« la littérature juive »), linguistique (« littératures
francophones » en parlant d’espace de la langue), raciaux (« littérature noire »), géoculturels (« littératures latino-américaines »), etc. Un exemple, assez probant peut illustrer
cette fragmentation de l’espace littéraire. Aujourd’hui si l’on se penche sur l’analyse des
rapports entre littérature française et littératures francophones, on remarque à la suite de
Jean-Marie Grasssin que :
« Les territoires littéraires sont organisés en paysages littéraires par l’historiographie
installant les littératures majeures au centre et reléguant les « petites » littératures à la
périphérie. Cette répartition hiérarchique s’opère à partir d’une perspective orientée
selon un point de vue. Ce système est sans cesse subverti par les littératures nouvelles
qui viennent presque par effraction prendre place dans le paysage reconnu, le
recomposant.»160
Or d’après cet auteur : « cette théorie de l’histoire littéraire en continuelle
redistribution se fonde sur un modèle spatial assignable à la géocritique. »
En effet, dès lors que les nouveaux principes de partage furent entrés en vigueur, le
processus de décolonisation s’est enclenché entraînant une nouvelle lecture de l’espace. Il
importe de souligner que le regard colonialiste était un regard essentiellement
monolithique, qui par sa nature même, embrassait l’espace d’un seul point de vue, le sien,
les autres n’étant que très marginalement pris en compte ou saisis dans leur irrévocable
160
Jean-Marie Grassin, « Pour une science des espaces littéraires », in B. Westphal (ed.), La géocritique mode
d’emploi, op.cit. p. IX-X.
118
altérité. De fait, l’espace colonial était un espace plus ou moins différentiel, mais sa
perception était référencée au centre. Selon cet auteur si « Yalta a consacré la bipartition du
monde ; la décolonisation, elle, a officiellement (ce qui ne signifie pas délibérément)
consacré la multiplicité des regards sur le monde »161. Une crise de la notion de récit va se
rattacher aux complexifications spatiales.
Depuis les années soixante effectivement, la perception de l’espace et notamment
des espaces humains, s’est encore compliquée. On assiste à l’émergence d’une pluralité de
points de vue différents, voire divergents. La littérature, n’étant jamais complètement
coupée du monde, il lui fallait bien réinvestir l’espace selon les nouvelles règles. Ainsi, les
étranges parcours labyrinthiques des nouveaux romanciers ont dérouté plus d’un lecteur.
Pour Bertrand Westphal : « en fait, ils illustraient, avec un peu d’avance peut-être, la
manière dont les lieux étaient, ou allaient être perçus »162. La complexification croissante,
et concomitante, des structures spatiales et des structures de l’œuvre littéraire ont, par
exemple, fait de l’espace urbain une métaphore du livre, et du roman en particulier. Ainsi
pour Roland Barthes, « La ville est un idéogramme : le Texte continue »163. Tandis que de
nombreux écrivains pensaient les relations entre livre et ville, comme Michel Butor164,
Julien Gracq165, Paul Morand166, Georges Pérec167 etc. la théorie (pas exclusivement
littéraire) attachée au décodage de l’espace a connu un vif essor.
Le célèbre essai de Gaston Bachelard, La poétique de l’espace, paru en 1957,
malgré son titre totalisant, s’en tient à une visite des « espaces de l’intimité » 168 que guide
un sentiment de « topophilie » 169 ressortissant à la plus pure des subjectivités. L’Autre est
absent ; c’est le je qui s’exprime et qui se scrute dans le miroir des lieux.
161
Bertrand Westphal (ed.), « Pour une approche géocritique des textes », op.cit., p. 10. C’est l’auteur qui
souligne.
162
Ibid., p. 10.
163
Roland Barthes, L’Empire des signes, Paris, Flammarion, coll. « Champs », 1970, p. 44.
164
Michel Butor, Le génie du lieu, Paris, Grasset, coll. « Les Cahiers Rouges », 1958.
165
Julien Gracq, La Forme d’une ville, Paris, éd. Corti, 1985.
166
Paul Morand, Venises, Paris, éd. Gallimard, 1971.
167
Cf. Philippe Lejeune, La mémoire et l’oblique. Georges Pérec autobiographe, Paris, éd. POL, 1990, chap.
III. « Lieux », p. 141-209.
168
Gaston Bachelard, Poétique de l’espace, Paris, PUF, 1989, coll. « Quadrige », [1ère éd. 1957], p. 20.
169
Ibid., p. 17.
119
En 1973, Pierre Sansot publie une étude qui propose « une poétique de l’objet
urbain »170. Elle porte sur l’ensemble de l’espace métropolitain avec Paris servant de jalon,
mais là encore l’Autre demeure absent, en tout cas cet Autre qui ne partage pas l’espace du
je. Ainsi pour Paul Virilio, géographe et essayiste : «la crise de la notion de “récit”
apparaît-elle comme l’autre face de la crise de la notion de “dimension” comme récit
géométral, discours de la mensuration d’un réel visiblement offert à tous » 171.
En fait, il aura fallu attendre que le colonialisme se vide de l’essentiel de sa
substance pour que l’Autre (en tant qu’étranger), et son image, deviennent un sujet d’étude
spécifique. C’est au cours des années soixante que le terme imagologie, qui signifie la
représentation d’un peuple par un autre a pris le sens que l’on connaît aujourd’hui. La
signification actuelle pose en littérature comparée la question des relations d’espace
littéraire à espace littéraire. Ce rapport de l’identité à l’altérité est celui de l’ici et de
l’ailleurs.
L’approche
imagologique
est
fréquemment
adoptée ;
sa
portée
est
interdisciplinaire ; elle rencontre la faveur de tous ceux qui mettent en relation une culture
regardante (subsumée sous la personne de l’auteur : le Moi écrivant) et une culture
regardée, toutes deux séparées par un écart différentiel, qui sera saisi dans une
représentation plus ou moins stéréotypée, et donc plus ou moins proche d’une image type.
L’imagologie étaye, entre autres, de fines analyses du phénomène colonial en littérature.
Comme le note Bertrand Westphal :
« Ici l’Autre est invariablement autre dans un monde caractérisé, comme dirait Deleuze,
par une opposition entre identique et négatif, identité et contradiction. L’imagologie
consacre un espace de coexistence entre deux ou plusieurs entités, mais en aucun cas un
espace de con-fusion. L’espace regardé, en l’occurrence, correspond à une impression du
regardant ou d’une classe homogène (identifiable) de regardants, qui, sans coup férir, se
prêtera au clichage. Il aura pour fonction essentielle de révéler le je regardant à luimême, et davantage au destinataire de son récit. L’imagologie ne pose pas dans son
principe l’interaction active des regards. Elle les isole pour mieux les analyser. » 172
C’est pourquoi selon cet auteur, l’imagologie n’est pas apte à prendre en compte
l’ensemble de l’étude des espaces humains en littérature, ou mieux : l’étude des espaces
humains appréhendés dans leur globalité. Il semble au demeurant, outre l’imagologie, que
170
Pierre Sansot, Poétique de la ville, Paris, Klincksieck, 1973, p. 387.
Paul Virilio, L’Espace critique, Paris, Christian Bourgois, 1984, p. 27-28.
172
Bertrand Westphal, « Pour une approche géocritique des textes, esquisse », op.cit., p. 12.
171
120
deux autres approches traditionnelles examinent également les relations entre espaces
humains et littérature, à savoir la thématologie, ou critique thématique, et la mythocritique.
La critique thématique accordera une place privilégiée au thème de la ville, de l’île
ou encore du fleuve ou de la montagne – mais sans que ces catégories renvoient forcément
à des espaces désignés. Inversement, la mythocritique intègre des espaces à référent réel qui
re-simulent ce réel, mais à condition qu’ils soient hissés au rang de mythe. L’extrême
prestige devient une condition indispensable. Bertrand Westphal donne l’exemple de
Venise qui selon lui « n’est sans doute pas qu’un endroit mythique mais plus globalement,
elle constitue peut-être la métaphore idéale du Mythe ».
En définitive, si nous recourons à l’exemple de Chlef, nous pourrons constater que
cette ville serait délaissée par la mythocrique, car elle est privée d’une telle aura. Elle
pourrait incidemment servir à illustrer le thème de la ville « éclatée » au détour d’une étude
imagologique consacrée à quelques auteurs ou peut-être que l’on pourrait affirmer qu’elle
représente le mythe de « la ville expiatoire »173. La dimension littéraire de Chlef, sa
dimension littéraire propre n’émergerait à aucun moment, ou très peu. Mais en est-elle
vraiment privée ? C’est toute la question.
Bertrand Westphal explique que l’éclatement progressif de la perception d’un
espace humain homogène, provoqué par un décentrement continu du point de vue et un
approfondissement du regard, ainsi que « le processus de mondialisation de ce même
espace qui plonge ses racines dans la nostalgie d’un système hégémonique, vise à
recompacter les périphéries en réfutant leur statut ». Aussi ce processus qui « refrène les
émergences et discrédite le principe même de la variabilité au nom d’une pensée alliant
unicité et indétermination » nécessite de repenser le lien entre espaces humains et
littérature. Il conviendra donc, pour ce faire, précise cet auteur, de circonscrire le champ de
l’étude et d’ajouter une variable temporelle plus ou moins considérable, à l’instar de ce qui
se faisait naguère dans les études de réception critique, et désormais, en imagologie. De
fait, l’enjeu principal de la géocritique n’est pas d’assurer la médiation vers une œuvre
désignée :
173
Ce que nous avons relevé dans différents textes évoquant les séismes successifs qui ont détruit cette ville.
121
« Tenter une approche géocritique à travers l’étude d’un seul texte ou d’un seul auteur
serait périlleux. A défaut de jalons, hors de tout réseau, on risquerait de se livrer aux
généralisations dénoncées par les spécialistes de l’imagologie. […] Dès lors que l’on se
détache de l’œuvre singulière pour tendre à une vision réticulaire, la question du corpus
s’avère cruciale, et la réponse riche en virtualités » 174
La géocritique permet d’abord de cerner la dimension littéraire des lieux, de dresser
une cartographie fictionnelle des espaces humains, elle permet ensuite de situer l’œuvre
dans la perspective d’un référent spatial plus ou moins largement exploité par ailleurs. En
cela, elle est aussi susceptible d’apporter de précieuses informations dans un contexte
monographique parce qu’ainsi que l’explique encore Bertrand Westphal en note, « c’est
justement dans la mesure où le référent imaginaire, lui, d’habitude, n’essaime pas, que la
démarche géocritique s’applique mal aux espaces “imaginaires.” »175
Ainsi la géocritique envisageant les implications de la géographie dans l’espace
littéraire, invite tout naturellement à observer les questions spécifiques que pose la
construction de l’espace dans un récit. Il importe donc de voir comment cet espace
anthologique de lieux peut s’insérer dans un champ littéraire. Mais il faut d’abord définir ce
que recouvre l’histoire littéraire dans cette perspective pour tenter de périodiser ces écrits.
III. HISTOIRE LITTÉRAIRE ET ANTHOLOGIE
A propos d’histoire, la première position a priori de notre recueil tient au fait
évident que ce n’est pas un ouvrage d’histoire, mais une anthologie. Or, « Une anthologie
annonce, dans son intention elle-même, un ensemble de ruptures d’avec l’histoire et
pourrait même paraître se situer aux antipodes du projet historique »176. En effet,
l’anthologie dispose, selon une liberté apparemment assez arbitraire, de textes divers dont
les liens et dont l’effet recherché par la liaison peuvent ne paraître que de pure convenance
ou se fonder sur de pures affinités. « S’arrêtant à la page, au poème ou à la scène, elle se
174
B. Westphal, « pour une approche géocritique des textes », op. cit., p. 34-35.
Ibid., cf. note 48 p. 34, où il précise toutefois, qu’il est des exceptions.
176
Jean-Claude Polet, « périodisation et grands ensembles littéraires. Limites nationales et cohérences
transversales », in Revue d’Histoire littéraire de la France, La périodisation en histoire littéraire. Siècles,
Générations, Groupes, Écoles, sept.-oct. 2002, n°5, p. 735.
175
122
présente à la fois comme sélection et extraction, abréviation et disposition »177, elle donne
par sa composition même une image inédite de la littérature. De plus l’objectif de toute
anthologie littéraire est de présenter un reflet organisé de la littérature à un moment donné
et d’en exposer explicitement les constances et les variances. Emmanuel Fraisse précise :
« Ce sont bien ces critères d’organisation et l ‘importance du péritexte qui constituent les
principaux éléments de définition de l’anthologie et la différencient des autres formes,
lointaines ou apparentées, de recueil et de rassemblement littéraire. Ils soulignent le fait
que l’anthologie est l’expression d’une conscience critique de la littérature, d’une
littérature, d’un moment ou d’un mouvement littéraires. »178
Certes, la composition de notre anthologie de textes basée sur la représentation d’un
espace physique à travers une évolution historique, fonde un espace imaginaire particulier.
Cet espace est matérialisé par le livre qui les rassemble et leur confirme par ce fait une
« unité esthétique paradoxale »179. Cependant la nature des textes qui le composent, issus
pour la plupart de la littérature coloniale, peut d’une part fausser l’appréhension de la
littérature et refléter, à l’insu du compilateur, seulement la confrontation de deux idéologies
antagoniques (colonialiste et anticolonialiste) au détriment du fait littéraire. D’autre part, il
nécessite de définir le cadre de son émergence et de son appartenance.
Les anthologies classiques tendent à ordonner et structurer de manière rationnelle et
chronologique la littérature au détriment parfois de la logique interne du discours littéraire.
Cependant, dans le cadre du champ littéraire français, le classement et la hiérarchisation
qu’elles proposent se justifient selon des critères littéraires propre à chaque compilateur et
constituent un ensemble ordonné à l’intérieur de frontières mûrement réfléchies. Or pour ce
qui concerne notre objet d’étude, ces repères s’avèrent inopérants. Ce recueil de textes dont
la juxtaposition constitue une littérature peut être perçu en effet, comme un objet littéraire
en marge des champs littéraires et culturels car il s’inscrit dans un champ culturel hybride à
la fois français et francophone. De ce fait, si le point commun de ces textes reste la langue,
il faut souligner que la francophonie est également lue à travers le prisme réducteur des
aires linguistiques et qu’à tort ou à raison, la francophonie se définit le plus souvent en se
177
E. Fraisse et B. Mouralis, Questions générales de littérature, op. cit., p. 127.
Ibid., p. 95.
179
E. Fraisse, Les anthologies en France, op. cit., p. 129.
178
123
différenciant de la littérature française, ce qui justifie fréquemment son exclusion d’une
histoire littéraire consacrée par le centre.
1. Anthologie et francophonies
Face aux cadres généraux qui définissent l’histoire littéraire et aux questions que
pose leur ordre établi, l’élaboration de cette anthologie met en évidence une situation et un
angle de vue inédit ou insolite en considération de nouvelles structurations de l’histoire
littéraire de la France, du moins pour les deux derniers siècles, période que l’histoire
générale appelle l’« Époque contemporaine ». Depuis une quinzaine d’années le terme de
« littératures francophones » tend à se substituer aux expressions « littératures de langue
française » ou « littératures d’expression française » pour prospecter la vie des Lettres
francophones dans le monde en optant pour un découpage géographique. En effet, ainsi que
le souligne Jean-Claude Polet :
« L’histoire contemporaine de la France est, depuis quelque deux siècles en raison de
l’expansion du français dans le monde, est non seulement tenue, comme elle l’a très
partiellement fait, de modifier ses perspectives en raison des littératures de la
francophonie, mais d’ordonner, en intégrant ces espaces littéraires et culturels dans son
patrimoine. Il est nécessaire de réaliser au moins une synthèse provisoire que serait une
Histoire des littératures écrites en français. » 180
Ce n’est certes pas là notre ambition, mais il s’agit de déterminer la place de cette
compilation littéraire dans un champ en constante reconfiguration pour procéder à une
périodisation. Aussi est-il nécessaire de rappeler que l’appartenance géographique joue un
rôle important dans la perception littéraire de cette anthologie et les rapports entre
littératures francophones et littérature française ne doivent pas être négligés. Cette
polarisation reste en soi contestable et c’est pourquoi selon Christiane Chaulet Achour :
« Le pas qui doit être franchi est d’envisager une histoire littéraire plurilingue en France.
Or on sait que la tradition jacobine a déjà évincé l’enseignement des littératures d’autres
langues de France et, a fortiori, celui des littératures des écrivains qui ne sont pas
français ou, s’ils le sont, dont l’origine est non hexagonale. La question n’est donc pas
de se scandaliser mais de comprendre comment les décisions se prennent et quelle part y
ont les traditions et les antériorités. D’où aussi ce qu’il nous faut examiner avant de
mettre en relief les enchaînements institutionnels : la guerre autour d’un mot
180
Jean-Claude Polet, « périodisation et grands ensembles littéraires. Limites nationales et cohérences
transversales », in Revue d’Histoire littéraire de la France, op. cit., p. 735.
124
« francophonie » : distinction pour désigner une spécificité ou distinction pour
discriminer? » 181
Selon cette auteure, il faut d’abord établir la distinction basique entre la
Francophonie officielle182 qui est une « francophonie de prestige » où la langue française
est « vue comme moyen d’extension de la culture « moderne » et de la nation française et
qui « constitue au plan linguistique, le pendant de l’économie néocoloniale imposée aux
pays présumés indépendants183 et les francophonies littéraires. Cette dernière expression
se différencie de la première d’abord par l’absence de majuscules et la marque du pluriel.
Cette pluralité sert ainsi à désigner tous « les écrivains nés dans une autre langue que le
français et qui, sous les coups de butoir de l’Histoire collective ou les à-coups de leur
histoire personnelle, ont « choisi » cette langue pour entamer leur chemin de création184 ».
En fait, les francophonies littéraires regroupent tellement de territoires et de langues
différents que le champ terminologique et notionnel pour chaque territoire demande à être
défini. Or, pour ce qui concerne notre objet d’étude, le recueil de textes regroupant des
auteurs francophones d’origines diverses : écrivains français tels Daudet et Maupassant,
écrivaine d’origine russe comme Isabelle Eberhardt, écrivains algériens et écrivains piednoirs, ainsi que des auteurs qui ne sont pas des écrivains au sens plein du terme, nécessite
que le point d’ancrage du discours scientifique lui-même soit reconsidéré. Car ces textes
appartenant à des courants divers font de notre anthologie un espace littéraire hybride : un
espace en marge d’un champ littéraire plus vaste qui se meut entre espace de la littérature
française et espace de la littérature algérienne francophone. Comme le précise Christiane
Achour : « en attendant que les écrivains algériens puissent élaborer leur champ littéraire et
que les écrivains français puissent faire reconnaître, dans leur champ littéraire, des œuvres
qui s’originent ailleurs », il est intéressant de souligner que :
« La vitalité de ce volet littéraire permet de constater que les frontières nationales ont
bien du mal à résister à l’acte de création qui leur rit au nez. Toutes ces œuvres se
181
C. Chaulet Achour, « Qu’entend-on par “Francophonies littéraires”? Quels enjeux de transmission ? » in
Convergences francophones, Amiens, Encrage édition et CRTF/UCP, 2006, p. 14.
182
Ibid., c’est l’auteure qui souligne ces expressions.
183
C. Achour, Abécédaires en devenir, idéologie coloniale et langue française en Algérie, op. cit., citant
Louis-Jean Calvet p. 101.
184
C. Achour, « Qu’entend-on par “Francophonies littéraires” ? » in C. Chaulet Achour (dir.), Convergence
francophones, op. cit., p. 16.
125
mesurent à deux espaces, celui d’où elles viennent et celui où elles vivent, avec une
Histoire de violence et de bonheur ; avec une conscience des rendez-vous manqués ou
impossibles, des impasses et reconstructions possibles, comme si, d’une colonisation à
une résistance, d’une guerre à une autre guerre, les imaginaires se rejoignaient dans le
dialogue et la recherche d’un ordre du monde ou d’une « logique du désordre. » 185
Aussi selon cette auteure, « ll y a urgence à redéfinir la place de ces francophonies
littéraires au sein d’un ensemble où la littérature française doit se situer autrement ». Ce qui
implique de « redéfinir l’histoire littéraire de la France autrement ». Cette Histoire peut être
envisagée dans une double perspective : c’est-à-dire « en construisant une double histoire
dont certains volets seront communs et d’autres autonomes : une histoire littéraire de la
France et une histoire littéraire de la langue française, ce qui n’est pas la même chose. » 186
Or l’anthologie a une fonction de restitution de l’histoire littéraire ou du moins de sa
perception. Elle peut être un facteur de compréhension de l’avènement des œuvres et des
auteurs dans l’histoire de la littérature. Et l’anthologie, « en s’entourant de précautions
encyclopédiques et de contextualisation qui incluent ou impliquent une certaine érudition
historique », en fondant sa sélection d’auteurs et de textes sur une certaine conscience
historiographique constitue selon Jean-Claude Polet :
« Une illustration textuelle et des perspectives d’analyse textologiques qui viennent
donner à l’anthologie le relief du discours direct des auteurs et des œuvres, là où les
ouvrages d’histoire littéraire ne leur donnent souvent la parole qu’en discours indirect
ou, au mieux, en un discours direct libre fait de citations et de paraphrases inutiles. »187
C’est pourquoi il est nécessaire de contextualiser les extraits choisis. Car toujours
d’après cet auteur, plus la contextualisation est forte, plus l’anthologie se rapproche, non
certes de l’élaboration de l’histoire, qui a le souci de ne rien omettre, mais des conditions
de la perception historique et de l’histoire de la réception. S’agisssant de notre recueil, il
constitue un champ d’étude quelque peu singulier dont la description ne peut se faire dans
les grilles des approches universitaires consacrées. En effet ces textes qui ne relèvent pas
185
C. Achour, « Littératures de langue française » in 2000 ans d’Algérie. 1, Paris, éd. Séguier, 1998, p. 104105.
186
C. Achour, « Qu’entend-on par “Francophonies littéraires” ? », in Convergences francophones, op. cit., p.
22.
187
J.-C. Polet, « périodisation et grands ensembles littéraires. Limites nationales et cohérences transversales »,
in Revue d’Histoire littéraire de la France, op. cit., p. 735.
.
126
tous d’une littérature reconnue au plan esthétique et poétique du terme mais dont
l’imaginaire se nourrit d’un espace géographique commun, et qui ont en partage la langue
française constituent bien un champ littéraire de la marge. Un champ littéraire fécond
comme en témoignent les textes de notre seconde partie, et qui mérite d’être appréhendé
dans sa diversité et sa bipolarisation.
Ainsi l’anthologie qui constitue un « miroir de l’identité ou de l’altérité rêvée ou
proclamée » selon l’expression d’Anne-Marie Chartier188, constitue un espace où « ces
écrivains, par la langue et toutes les lectures faites, sont en relation d’intimité et de
subversion par rapport à des œuvres françaises et les études d’intertextualité prennent alors
toute leur dimension. » 189 Elle permet de relire l’histoire d’une manière distanciée mais
surtout d’exprimer l’émergence de lieux à travers l’écriture. Cette anthologie régionale,
peut donc se prêter à une périodisation.
2. Essai de Périodisation
Les deux parties qui composent notre recueil constituent une unité sur le plan de
l’appréhension historique de l’évolution des lieux. La répartition de ces textes classés dans
l’ordre chronologique, s’avère opératoire lorsqu’il s’agit de procéder à une périodisation.
Nous délimitons donc :
- une première période que nous intitulons « littérature à fonction testimoniale »,
dans laquelle nous incluons les écrits militaires, les écrits de civils et ce que l’on nomme
communément « la littérature de gare » (récits de militaires ou de voyageurs de passage)
afin d’étudier la conquête du territoire, son aménagement et les représentations liés aux
facteurs géo- historique (cf. tableau A) ;
- une deuxième période dont l’intitulé est « La confirmation littéraire de la plaine du
Chélif » qui regroupe la littérature à fonction poétique (cf. tableau B). Elle se subdivise à
188
A.-M. Chartier, loc. cit., p. 114.
C. Achour, « Qu’entend-on par “Francophonies littéraires” », .in Convergences francophones, op. cit., p.
27.
189
127
son tour en deux parties : la première, traite de la littérature en période coloniale et la
seconde de la littérature post-coloniale.
Ce classement nous permet d’appréhender progressivement les différentes
représentations de la région. Il permet en outre, de montrer entre autre que la représentation
le plus souvent péjorée de ces lieux est intimement liée à sa géographie. Aussi l’évocation
des lieux à travers une thématique récurrente liée aux facteurs naturels, chaleur, crue du
Chélif, séisme, qui contribue à la construction d’un imaginaire austère sur la région,
constituera-t-elle un chapitre à part.
L’intérêt de cette périodisation est de permettre de cerner les différents modes
d’écriture à différents moments sur un lieu. Parce que la situation coloniale provoque
ostensiblement un décalage entre le système linguistique et les cadres géographiques de sa
tradition, parce qu’en exportant un pouvoir elle exporte aussi une langue, elle révèle d’une
part l’historicité du langage et de la langue du colonisateur, mais d’autre part, aussi,
l’historicité de la langue du colonisé et de son identité. Elle permet également de souligner
les caractéristiques de la production coloniale. Martine Astier Loutfi explique à ce propos :
« Les œuvres d’imagination qui ont pour sujet la conquête et la vie aux colonies ne
méritent pas toutes la qualification de roman. Il s’agit, en effet, le plus souvent d’écrits,
où, à côté de la fiction, se retrouvent à la fois les souvenirs, les impressions et opinions
personnelles de l’auteur. Il s’agit le plus souvent d’officiers ou de journalistes qui
avaient participé à l’entreprise coloniale et qui tiraient leur inspiration de leurs
expériences vécues. La frontière est vague ici, entre la fiction et le témoignage, la
plupart de ces ouvrages n’appartenant en clair ni à un genre, ni à l’autre. Autre
caractéristique de ces œuvres : on y trouve peu d’œuvres ayant les dimensions d’un
roman mais plutôt des nouvelles, des contes, parfois très courts, parfois plus substantiels
mais restant presque toujours au niveau de la vignette, de la brève évocation, de l’aperçu
d’un monde dont l’ensemble reste inconnu. » 190
Aussi l’ordre chronologique adopté, permet de suivre l’évolution de lieux à travers
l’écriture et le passage de l’écriture à fonction testimoniale à l’écriture à fonction poétique.
Tout comme la distinction opérée entre littérature coloniale et littérature post-coloniale aide
à mieux saisir l’émergence d’une littérature propre à une aire géographique. Cette
distinction ne semble pas a priori pertinente dans la définition d’un champ littéraire mais
190
Martine Astier Loutfi, Littérature et colonialisme, l’expansion coloniale vue dans la littérature
romanesque française, 1871-1914, Belgique, Mouton & Co, 1971, p. 24-25.
128
elle est opératoire dans cet espace littéraire qu’est notre anthologie. Elle permet de pointer
les facteurs historiques qui ont participé à véhiculer cette représentation si peu élogieuse de
la plaine du Chélif. Elle permet de montrer aussi comment cette représentation de ces lieux
va se modifier et révéler un attachement profond à cet espace géographique qui suscite
malgré tout une écriture de la nostalgie.
129
Première période : écriture à fonction testimoniale
Tableau A : chronologie, écriture et références
Événements historiques
1830. 14 juin : Débarquement des troupes
françaises dans la baie de Sidi-Ferruch. 5
juillet : prise d’Alger.
1840 Prise de Miliana.
1841 : Bugeaud est nommé gouverneur de
l’Algérie.
1842 : Saint–Arnaud est chargé de superviser
la reconstruction de Miliana.
1843 Fondation d’Orléansville et de Ténès « la
neuve », Cavaignac est chargé de
l’aménagement du cercle d’Orléansville : deux
espaces sont aménagés, La Ferme et La
Prairie, qui seront les premières colonies.
1844 Saint–Arnaud est nommé chef de la
subdivision d’Orléansville.
1845 Révolte de Boumaza et « Enfumades »
du Dahra : (21 juin 1845) tribu des Ouled Riah
par Pelissier, (12 août 1845), Tribu des Sbéhas
par Saint-Arnaud Création d’une redoute à Aïn
Merane qui deviendra village : Rabelais.
1847, 23 déc. : Reddition de l’émir Abd el
Kader et soumission le 13 avril de Boumaza
qui est embarqué à destination de la France.
1848 Révolution à Paris. Arrivée des colons
parisiens à La Prairie baptisée par la suite
Pontéba.
1852 Début du Second Empire en France.
1857 Création de Duperré aujourd’hui AïnDefla.
Famine de 1867-68, création des villages
chrétiens de Saint-Cyprien-des-Attafs et de
Sainte-Monique.
Création du village de Charon aujourd’hui
Bou kadir.
Écriture à fonction testimoniale
1842 A. de Saint-Arnaud, militaire,
T. 3 Lettre à son frère, « Milianah »191.
1843 Lettres de Bugeaud, militaire,
T. 1 « Création d’Orléansville »,
T. 2 kranios de Sbéahs,
T. 30 « L’insurrection du Dahra ».
1844 Lettres de Saint-Arnaud, T. 4 Guerre
d’Afrique, T. 5 « Une ville qui prend forme ».
1845 Lettres de Saint-Arnaud,
T. 3 « L’insurrection du Dahra »,
T. 32 « Enfumade des Sbéhas ».
1854 R. Pontier, Médecin-major T. 6 « Avenir
d’Orléansville et de Ténès », T. 7 « Fondation
d’Orléansville ».
1856 E. Lapasset, colonel,
T. 8 Antiquités du cercle de Ténès.
1858 Archives, T. 9 Procès verbal du conseil
municipal d’Orléansville.
1865 C. Ricque, Aide Major.
T. 10 Milianah.
1874 E.Lamairesse, ingénieur des ponts et
chaussées, T. 12 Argumentaire pour le choix
d’Orléansville comme chef -lieu de département.
1880 H. Fourrier, conseiller général, T. 13
Pétition et mémoire des habitants d’Orléansville.
191
Nous précisons que les titres en italiques sont les titres originaux, c’est soit le titre de l’ouvrage soit le titre
du chapitre dont est extrait le texte.
130
1880 Création du village de Cavaignac (Abou
el Hassen)
1880 T. 14 Pétition et Mémoire des habitants
d’Orléansville (dpt. du Chéliff).
1880 P. Bourde, militaire, T. 15 « Milianah », T.
16 « Le Chélif ».
1883 J.J. Clamageran, parlementaire, T. 17 « La
plaine du Chélif ».
1887 E. Bourin, capitaine, T 19 « Création de la
route entre El-Asnam et Ténès ».
1890 M. Branlière conducteur des Ponts et
chaussées, T. 20 « Ténès ».
1898 F.C. du Barail, militaire,T. 23 « Création de
villages chrétiens et conversion en pays
musulman ».
1901 H. Vast, historien, T 24 « Orléansville,
capitale d’une région torride ».
1950 C. Hanin, administrateur colonial, T. 26
« Vallée de flamme et de poussière ».
1950 C. Hanin, administrateur colonial, T. 27
« Milianah ».
131
Deuxième période : écriture à fonction poétique
Tableau B : écriture et périodisation
övénements historiques
A. Écriture coloniale
1870-71 Insurrection en Kabylie et chute du
second empire en France
1872 A. Daudet, T. 11
« L’affût du soir dans un bois de lauriers-roses »
extrait de Tartarin de Tarascon
1884 G. de Maupassant, T. 18 « La vallée du
Chélif » extrait de Au soleil.
1881 Soulèvement de Bou Amama dans le sud
oranais. Maupassant, envoyé spécial du
journal Le Gaulois visite l’Algérie.
1901 « Révolte de Margueritte » des tribus se
révoltent contre l’expropriation de leurs terres
et assassinent des colons.
1934 Séisme à Orléansville.
1954 Séisme à Orléansville et déclenchement
de la guerre de libération
1962 Indépendance de l’Algérie, Orléansville
est rebaptisée El Asnam en 1964.
1980 Tremblement de terre à El Asnam qui est
rebaptisée Chlef.
1988 Événements d’octobre : révolte des
jeunes, multipartisme en Algérie.
1991 Interruption des élections législatives
remportés par le FIS, 1992 assassinat du
président Boudiaf, le pays est plongé dans la
violence.
1999 Élection de Abdelaziz Bouteflika à la
présidence.
2003 Tremblement de terre à Boumerdès.
1894 E. Masqueray, T. 21 « La plaine du Chélif »,
T. 22 « Orléansville »
1902 I. Eberhardt ou le courant indigénophile T.
25 « Chevauchée en pays farouche » extrait de
Mes journaliers œuvre posthume publiée en 1923.
1903 I. Eberhardt T. 35 « Les Enjôlés », T. 36 Aïn
Djaaboub
1958 H. Kréa, T. 37 Le séisme
B. Ecriture post-coloniale
1979 P. Robert T. 28 « Orléansville et ma maison
natale », T. 29 « Promenade en ville et hors de la
ville »
1983 M. Magani T. 38 La faille du ciel
1985 A. Djebar, T. 33 « Femmes enfants bœufs
couchés dans les grottes », T. 34 Biffure
1986 A. Djemaï T. 39 Saison de pierres
1986 H. Skif T. 40 Poèmes d’El-Asnam et
d’autres lieux
1986 L. Vincent,T. 41 Le tremblement de terre à
El Esnam, T. 42 Miliana.
1989 T. Medjebeur T. 43 « La crue du Chélif ».
1995 V. Khoury-Ghata T. 44 Les fiancées du cap
Ténès.
1999 B.Aït Ouyahia T. 45 Orléansville 1954 2006
T. 46 « Villages chrétiens de la plaine du chélif »
2004 G. Granger T. 47 « Le Chélif », T. 48
« Lieux hybrides » T. 49 « Ma vie à la
campagne ».
2005 H. Tengour T. 50 Enfance
2005 Y. Martorell T. 51 Mon pays
2006 M. Bey T. 52 Ténès et l’ombre de Imma
b’nêt…
132
La lecture de ces tableaux nous permet de constater un équilibre entre les textes où
l’écriture à fonction testimoniale domine et les textes proprement littéraires. Les écrits de
militaires et de civils sont plus nombreux dans le premier tableau ce qui semble aller de soi
dans un espace en plein réaménagement. On peut noter aussi que les textes littéraires de la
période coloniale sont peu nombreux (sept) en regard des textes de la période postcoloniale (dix- neuf). Cela nous permet d’émettre l’hypothèse que la plaine du Chélif
devient un espace géographique émergent dans le champ littéraire francophone.
La répartition de ces textes classés dans l’ordre chronologique, de façon
indépendante pour chaque partie, est logique pour appréhender la naissance puis
l’émergence de lieux en écriture. Cependant se conformer à l’ordre chronologique seul,
n’est pas opératoire pour l’étude de ces écrits. Aussi pour les besoins de l’analyse nous ne
respecterons pas à la lettre le plan de l’anthologie car il importe de commencer par les
événements historiques qui ont présidé à la fondation des lieux pour ensuite suivre leur
évolution au fil des textes et cerner la construction d’un imaginaire sur cette région
d’Algérie.
133
CHAPITRE DEUX
L’ÉCRITURE DE LA GUERRE DE CONQUÊTE
« Dieu dessine les contours de la géographie,
mais c’est le diable qui écrit l’histoire en
lettres de sang. » 192
La création de ces lieux de colonisation a suscité des écrits nombreux de la part des
acteurs et des témoins de la conquête, de voyageurs de passage, d’écrivains. Or, dès qu’ils
sont constitués par la langue, la parole et l’écriture, ou qu’ils sont appréhendés par lecture,
tous les espaces ou les mondes sont imaginaires, même quand ils renvoient à une
géographie repérable sur le terrain. De même, le champ de l’imaginaire ne se limite pas à
l’émergence de mondes irréels ; il recouvre toutes les représentations subjectives du monde
comme l’ont montré La poétique de l’espace de Gaston Bachelard193 et Les structures
anthropologiques de l’imaginaire de Gilbert Durand194.
Pour Jean-Marie Grassin, « il ne semble pas que la notion d’espace humain soit
universelle ; elle est un produit culturel de la langue et de la parole. La plupart des langues
savent désigner « le lieu » (topos) où l’on se trouve sans avoir autant de notion pour
désigner la dimension plus ou moins délimitée qui entoure un sujet, par laquelle le sujet
détermine sa position au monde et sa vision du monde »195. Ainsi, chaque langue a sa
manière de construire et de répartir l’espace, d’avoir ou de ne pas avoir de vocable central
qui lui permettra de se représenter l’étendue de son lieu. C’est dire que la littérature qui
joue avec les codes et les conventions de la langue est le lieu de l’imaginaire de l’espace.
192
Michel Tournier, « l’Histoire et la géographie », in Le miroir des idées, Paris, Gallimard, p. 85-89 (texte
ajouté dans l’édition de poche de 1996, absent de l’essai du même titre publié au Mercure de France en 1994).
193
Gaston Bachelard, Poétique de l’espace, Paris, PUF, coll. « Quadrige », [1ère éd. 1957], 1989.
194
Gilbert Durand, Les Structures anthropologiques de l’imaginaire, Paris, Dunod, 11ième éd., 1995.
195
Jean-Marie Grassin, « Pour une science des espaces littéraires », op. cit., p. II.
134
Parler de territoire cependant, c’est faire implicitement référence à l’espace humain
si l’on se réfère aux définitions des géographes. Pour Bernard Debarbieux, qui travaille
principalement sur les transformations contemporaines des territorialités collectives, le
territoire est « un agencement de ressources matérielles et symboliques capable de
structurer les conditions pratiques de l’existence d’un individu ou d’un collectif social et
d’informer en retour cet individu et ce collectif sur sa propre identité »196.
Pour Guy Di Méo, qui étudie les fondements de la géographie sociale, « Le
territoire est une appropriation à la fois économique, idéologique et politique (sociale,
donc) de l'espace par des groupes qui se donnent une représentation particulière d'euxmêmes, de leur histoire »197.
Le concept de territorialité désigne quant à lui le processus d'appropriation du
territoire par les groupes sociaux. Géographiquement et théoriquement on peut le définir
comme étant l'unité de l'identité par les lieux liés. Le lieu représente la distance annulée. Le
territoire induit alors des rapports sociaux spatiaux. Il a un sens matériel mais aussi idéel.
I. CONQUÊTE DU
REPRÉSENTATION
TERRITOIRE
ET
STRATÉGIES
DE
En littérature, géographie et imaginaire sont étroitement imbriqués. Nous pouvons
être en présence de lieux symboliques inspirés partiellement par un lieu d’expérience et de
lieux réels parcourus par les personnages de la fiction. Dans tous les cas nous avons affaire
à un espace fantasmé d’un lieu entièrement imaginaire et la géocritique s’intéressera à la
fonction diégétique et symbolique de ces lieux car sa vocation première est néanmoins
littéraire. C’est en tout cas sur le texte qu’elle prend appui. Elle placera l’œuvre en regard
des espaces humains qu’elle investira, et où elle s’investira car les relations entre l’œuvre et
les espaces humains sont interactifs.
196
Bernard Debarbieux, « Le lieu, le territoire et trois figures de rhétorique » in L’Espace géographique,
Genève, 1995, p. 97-112.
197
Guy Di Méo, Géographie sociale, Paris, Nathan université, 2001, p. 40.
135
La question posée et qui est formulée de manière si pertinente par Daniel Henri
Pageaux n’est pas tant celle d’une place possible ou impossible pour la géographie, « dans
ce carrefour qu’est la littérature générale et comparée que celle de l’utilité ou de la finalité
de la science géographique dans une problématique littéraire et plus largement
comparatiste »198.
Ainsi que nous l’avons déjà précisé, nous émettons l’hypothèse que notre
association de textes divers, nous permettra de voir comment l’armée coloniale investit un
espace géographique et le transforme, comment ce lieu est représenté au niveau des
différentes productions, comment l’histoire se dévoile à travers ces écrits de genres variés.
En somme il s’agit pour nous de voir comment géographie, histoire et littérature
s’influencent mutuellement dans l’appréhension de l’espace, comment écriture de l’espace
physique et imaginaire s’interpénètrent voire se confondent, pour donner du sens à ce réel
mouvant, qu’est tout espace humain, comment enfin l’imaginaire des lieux relatif à cette
portion de la plaine du Chélif lui concède une place, aussi minime soit-elle, dans la
littérature. Nous estimons également utile de nous interroger sur la nature générique du
support textuel : la représentation d’un espace humain donné, dans un ouvrage de pure
fiction diverge-t-elle radicalement de celle qui est donnée dans un récit de voyage, par
exemple, ou dans une lettre ? Question à laquelle nous tenterons de répondre à la fin de
notre analyse.
Pour ce faire, il semble plus pertinent de construire notre étude en recourant à
différentes approches, ainsi que nous l’avons déjà évoqué dans la partie méthodologie.
Mais en privilégiant l’apport de la géocritique ainsi que l’analyse des différentes stratégies
énonciatives adoptées, dans ce contexte anthologique. Et, pour rester fidèle à l’ordre
chronologique, nous commencerons par l’écriture épistolaire et la représentation de
l’espace géographique chez les acteurs de la conquête pour qui cet espace est d’abord
champ de bataille. Puis nous tenterons de voir l’évolution de la représentation spatiale et la
construction du champ de bataille par le biais du témoignage, de l’histoire, et de la fiction.
198
Daniel-Henri Pageaux, « De la géocritique à la géosymbolique. Regards sur un champ interdisciplinaire :
littérature générale et comparée et géographie », in B. Westphal (ed.), La géocritique mode d’emploi, op. cit.,
p. 125.
136
II. LE CHAMP DE BATAILLE EN ÉCRITURE.
Avant d’aborder cette représentation du « champ de bataille » ou du « champ de la
conquête » selon le cas, il convient de faire la distinction entre ces deux expressions qui
peuvent être considérées parfois comme équivalentes. Certes, toutes deux renvoient au
champ lexical de la guerre mais une nuance sémantique les oppose. En effet, en nous
référant aux définitions du dictionnaire, la bataille renvoie au « combat entre deux armées,
désigne aussi l’ordre d’une armée en ligne » ; la conquête « c’est l’action de conquérir qui
signifie soumettre par les armes, assujettir, dominer, vaincre » 199.
On constate que le terme conquête connote la bataille avec un objectif bien défini
soumettre à tout prix ce qui implique non pas une bataille au sens classique mais des
batailles et tous les moyens sont utilisés pour atteindre le but visé. Or, est-il besoin de
rappeler que dans le cas de cet espace géographique qu’est la plaine du Chélif, cadre de
notre étude, et dans celui de l’Algérie entière, l’enjeu de la bataille coloniale est
l’occupation du territoire, la domination du pays par la force et par tous les moyens.
Comme il s’agit pour nous d’analyser l’émergence et la représentation de lieux à travers des
extraits de genres différents, il importe de faire cette distinction pour cerner les lieux de la
bataille, les progrès de la conquête afin de voir ce processus d’occupation et de
« reterritorialisation » dans cette plaine.
Selon le genre, selon l’auteur, selon son idéologie, nous aurons des représentations
diverses soit du champ de la conquête soit du champ de bataille proprement dit.
Représentations, dont il importe de dégager le point commun lieu ou lien intertextuel sur
cet espace violenté et de violence qu’est la plaine du Chélif au début de la colonisation. Il
s’agit donc de mettre en évidence par l’analyse, la, ou les stratégie[s] de représentation de
cet espace de la conquête et ce en nous appuyant précisément sur la stratégie énonciative
adoptée par l’auteur du texte et en adoptant l’ordre chronologique des textes.
199
Dictionnaire Petit Larousse en couleurs, Paris, Larousse, 2003.
137
1. Le champ de bataille dans l’écrit épistolaire
Au début de l'année 1841, Bugeaud est nommé gouverneur général de l'Algérie.
Sous son administration, la politique française en Algérie se transforme complètement. Le
jour même de son arrivée à Alger, le 22 février1841, il adresse une proclamation aux
habitants de l'Algérie, et une à l'armée. Aux habitants, il exposait qu'il avait été l'adversaire
de la conquête absolue en raison des moyens humains et financiers qu'elle exigeait, mais
qu’il s’y consacrerait désormais tout entier. Á l'armée, il déclarait :
« Le but n'est pas de courir après les Arabes, ce qui est fort inutile ; il est d'empêcher les
Arabes de semer, de récolter, de pâturer, de jouir de leurs champs. Allez tous les ans leur
brûler leurs récoltes ou bien exterminez-les jusqu'au dernier. »200
La conquête va se doubler d'un effort de colonisation agricole. De fait, la
préoccupation constante de Bugeaud fut d'associer l'armée à la colonisation. « L'armée est
tout en Afrique, disait-il; elle seule a détruit, elle seule peut édifier. Elle seule a conquis le
sol, elle seule le fécondera par la culture et pourra par les grands travaux publics le préparer
à recevoir une nombreuse population civile ». La conquête de la plaine du Chélif a
commencé par la prise de Miliana en 1840 mais pour établir la liaison entre l’Algérois et
l’Oranie il faut trouver le lieu stratégique pour réduire les tribus du Dahra et de l’Ouarsenis
alliées à l’émir Abd-el-Kader. Au mois d’avril 1843, le général Bugeaud décide d’occuper
El-Asnam et Ténès et en informe, par lettre, son supérieur hiérarchique :
« Je partirai le 23 de Miliana, non pas pour rentrer en campagne, il n’y a pas
d’interruption, mais pour aller occuper El Asnam, sur le Chélif, et Ténès, sur la mer,
comme point de ravitaillement. C’est une grosse affaire que de créer de nouveaux postes
et de donner plus d’extension à l’occupation. Cela rend l’effectif exigu. » 201
Dans cet extrait de la lettre du général Bugeaud qui ouvre notre recueil, lettre datée
du 23 avril 1843, les lieux évoqués sont une simple opération de repérage d’un topos, ici le
200
<Http/wikipédia, « Thomas Robert Bugeaud », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires
des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852 [détail édition] (Wikisource)> consulté le 05/12/2006.
201
Lettres inédites du maréchal Bugeaud, duc d’Isly, loc. cit., p. 260 cf. T. 1 de l’anthologie. Nous
signalerons désormais ainsi les textes : T. avec indication numérotée de leur place dans notre anthologie, pour
les référencer et éviter la répétition des notes de bas de page.
138
champ de bataille, lieu commun, au sens propre, ou zone de perturbations commune, entre
géographie, polémologie (ou l’étude de la guerre considérée comme phénomène d’ordre
social et humain) et littérature. Les expressions utilisées relevant du champ lexical de la
guerre attestent une spatialisation du conflit : « rentrer en campagne », « il n’y a pas
d’interruption », « occuper » des lieux précis. Or, qui dit conflit postule une perception de
l’espace en mutation, soit agressé, soit conquérant, devenu, en somme, étranger à lui-même,
déterritorialisé. Catherine Milkovitch-Rioux explique:
« La relation-transformation entre espace et conflit est au demeurant réciproque : sur le
champ de bataille, la géographie est impliquée dans le conflit, prend part à la stratégie ; à
l’inverse le conflit bouleverse la géographie de ses conquêtes, de la ratification de ses
202
traités. »
Pour Gaston Bouthoul203, fondateur de la polémologie, et qui étudie l’impact
territorial de la guerre :
« De la conquête à l’annexion pure et simple, la bataille décline toutes les formes de la
prédation territoriale. Tout conflit, que l’impulsion en soit une volonté d’expansion,
d’annexion ou de libération, se mesure et s’évalue à l’aune du territoire. »204
Ainsi cet écrit, où le stratège informe son supérieur hiérarchique de sa décision
relative à la création de nouveaux postes militaires à El Asnam et Ténès afin de donner plus
d’extension à l’occupation, illustre la relation entre étendue géographique, guerre et espace
de l’écriture. Le champ de bataille, ainsi mis en écriture, devient donc théâtre des
opérations, théâtre de la guerre. Comme l’illustre également cet extrait d’une lettre de
Saint-Arnaud à son frère et datée du 20 décembre 1844 : « La position géographique et
politique d’Orléansville est telle que, par la force des choses, d’ici à quelques années le
siège d’une division y sera établi. »205
202
Catherine Milkovitch-Rioux, « Le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace », in Bertrand
Westphal (dir.), La géocritique mode d’emploi, op. cit., p. 60.
203
Gaston Bouthoul, traité de polémologie. Sociologie des guerres, Paris, Payot, Bibliothèque scientifique,
1970.
204
Gaston Bouthoul, traité de polémologie. Sociologie des guerres, op. cit., ssq : « effets économiques
territoriaux » p. 207.
205
Lettres du Maréchal de Saint-Arnaud, op. cit., cf. T. 5.
139
Nous relevons encore les expressions appartenant au champ lexical de la guerre : « position
géographique », « siège d’une division », qui permettent d’établir les liens entre les trois
domaines cités ci-dessus et d’affirmer que c’est précisément ce théâtre de la guerre qui peut
faire l’objet d’une approche « géocritique ». En effet, il ajoute aux deux premières
coordonnées impliquées, géographie et conflit, qui orientent le champ de bataille, une
troisième, qui nous projette dans un espace littéraire.
Le corollaire de cette analyse s’impose comme une évidence : le récit qui émerge
ainsi du champ de bataille est doté d’une valeur fondatrice car « il revient à l’écriture,
affirme le géographe Paul Virilio, de marquer l’emplacement du corps propre dans son
horizon concret »206. Selon Clausewitz, cité par André Glucksmann dans Le Discours de la
guerre, « l’analyse du terrain n’est pas constatée, mais construite par le stratège »207. Ainsi
le projet d’extension de la conquête est construit et orienté à partir des données
topographiques et le récit de bataille ne s’inscrit pas en elles mais s’invente à partir d’elles
comme nous le verrons par la suite dans l’analyse d’autres extraits, notamment ceux de
Robert Pontier et d’Emile Masqueray.
Dans une autre lettre adressée à Genty de Bussy, chef de division au ministère de la
guerre, et datée du 8 juin 1843, Bugeaud note avec satisfaction :
« Le Dahra et la vallée du Chélif sont soumis ; Orléansville et Ténès marchent à grands
pas. Les communications entre ces deux points sont […] sûres […]. Les contributions de
guerre que j’ai frappées se payent sans difficulté et couvriront une partie de nos frais
d’établissement. »208
Saint-Arnaud dans la même lettre adressée à son frère écrit :
« J’ai dans ma tête le projet de deux routes nouvelles et l’établissement de trois villages.
L’avenir de ce pays est immense. »209
206
Paul Virilio, in Penser l’Europe à ses frontières, Strasbourg, 7-10 novembre 1992, éd. de l’Aube, p. 72.
Ibid., p. 62, note de bas de page de l’auteure : pour les analyses suivantes voir André Glucksmann, Le
Discours de la guerre, Paris, Grasset, 1979, p. 116-121.
208
Anthologie, cf. T. 2.
209
Anthologie, cf. T. 5.
207
140
Nous soulignerons dans ces passages les termes et expressions : « soumis »,
« marchent
à
grands
pas »,
« établissement »,
« avenir »,
« projet »
confirmant
l’appropriation des lieux et en somme une « reterritorisalisation » de l’espace. Dans ces
brefs extraits de lettres, nous pouvons remarquer aussi la manière dont l’écriture rend la
lecture du champ de bataille plus opérationnelle. Opérationnelle dans un double sens : au
sens militaire du terme puisque le succès de la bataille pour la conquête du territoire est
confirmé par l’occupation et la création des lieux ainsi que par les projets de Saint Arnaud ;
et au sens analytique dans la mesure où dans cet espace d’écriture, s’impose à nous l’étude
d’un genre particulier : l’écrit épistolaire.
L’étude de cet espace épistolaire nous permet d’affiner notre analyse de ce champ
de bataille qu’est pour l’instant la plaine du Chélif. Il convient cependant de rappeler
quelques caractéristiques du genre pour comparer ces lettres de militaires, notamment au
niveau énonciatif.
Au plan énonciatif, la lettre est une communication d’individu à individu, son auteur
est toujours principalement en cause ; mais on n’oubliera pas cependant que derrière lui se
profile le cadre de pratiques en usage, d’automatismes, de codes, qui dépendent étroitement
de facteurs sociaux et culturels et de normes fortement inscrites dans l’histoire. De ce fait,
la lettre peut être considérée comme un témoignage. Et comme tout témoignage, le message
doit être soumis à confrontation à l’aide d’autres lettres ou d’autres documents car, s’il est
toujours possible d’en considérer la teneur comme un document historique au sens étroit du
terme, il faut garder à l’esprit qu’une lettre isolée en dit plus sur la vérité de l’épistolier qui
se donne lui–même comme« sujet d’énonciation historique »210.
En effet, si ces deux protagonistes de la conquête utilisent le même mode de
communication, à partir du même lieu, la plaine du Chélif, dans les mêmes conditions, - un
champ de bataille -, leurs objectifs diffèrent. Leur mode d’écriture est différent également
tout comme leurs destinataires bien évidemment ; la situation d’énonciation ou selon
210
Käte Hamburger, Logique des genres littéraires. [1e éd. 1977]. Préface de G. Genette, trad. de l’allemand
par Pierre Cadiot, Paris, Seuil, 1986, p. 48.
141
Dominique Maingueneau211, « le contexte de production » n’est donc pas le même. Tous
deux écrivent en militaires et dans un but défini : la conquête du territoire ; le premier est
dans la perspective d’une conquête à tout prix, le second dans celle de l’occupation et
l’aménagement de ce territoire. La datation des lettres, nous permet de voir l’évolution de la
conquête au profit de l’agresseur qui va remodeler le territoire. Nous sommes en présence
de deux relations sur un espace réel et de sa représentation au plan de l’écriture mais la
stratégie énonciative adoptée par le général est à l’opposée de celle de Saint-Arnaud.
Bugeaud écrit à un administrateur et argumente pour obtenir les fonds nécessaires pour
assurer le succès de son entreprise ; Saint-Arnaud écrit, quant à lui, à son frère, pour
raconter les événements et faire part de ses ambitions, ce qui induit un registre de langue
différent, une tonalité différente. Or, si la lettre est un genre souple et qu’elle s’est adaptée à
divers usages, ce sont ces usages qui vont définir les différentes ramifications du genre.
Geneviève Haroche-Bouzinac note à ce sujet :
« Ainsi la lettre, forme très différenciée à l’intérieur de ses propres limites, se
caractérise–t-elle par l’instabilité de ses formes et la souplesse de son utilisation. C’est la
combinaison de ces facteurs historiquement et socialement variables et de facteurs
invariants (destination, souscription), qui détermine le mode de fonctionnement du genre
212
épistolaire.»
Dans une lettre, l’énonciateur s’adresse à une personne en particulier. Dans une
lettre d’affaires, il s’adresse au titulaire d’une fonction. Dans une lettre intime, il s’adresse à
la personne privée, à l’individu avec lequel existe unes relation d’intimité. Une intimité
spécifique est créée et définie par la lettre, son contenu et les formes de son discours. Les
formules de politesse ou l’emploi des registres et des tonalités démontrent qui écrit à qui.
Mais cette intimité est également un moyen, le chemin jugé le plus adéquat pour atteindre
un but.
Ainsi Bugeaud s’adresse à son supérieur en stratège alors que Saint Arnaud écrit à
son frère en intime. Dans la correspondance, l’enjeu est une relation personnelle. Dans les
deux cas la relation d’intimité est mise en œuvre parce que la correspondance s’empare
211
D. Maingueneau précise : « Quand il s’agit de textes (relevant de « genres » c’est-à-dire de dispositifs de
communication socio historiquement définis) on parlera de contexte de production pour désigner les
conditions empiriques de production d’un texte » in Linguistique pour le texte littéraire, op. cit., p. 11.
212
Geneviève Haroche-Bouzinac, L’épistolaire, Paris, Hachette, 1995, p. 3.
142
d’un problème notoire qui regarde la collectivité. De fait la guerre, crée de nouveaux rôles
pour chaque épistolier, ce qui entraîne nécessairement une nouvelle construction de l’image
de soi dans la correspondance. En insistant sur le rôle qu’il assume, chaque épistolier met
en valeur le devoir qui en découle. Chacun construit une mémoire, différente certes, et la
lettre prend valeur de témoignage. Elle devient par ce fait source historiographique.
Or, à partir du moment où il est mis en scène, re-présenté, le terrain des opérations
devient théâtre des opérations. Une frange imaginaire issue de la représentation que se
forge l’épistolier de cet espace, de la relation entretenue avec le destinataire, de l’image
qu’il se donne de lui-même pénètre dans le message. Ce qui rend contestable la valeur de
témoignage de cette correspondance. En effet, la lettre dissimule autant qu’elle dévoile. La
représentation des faits étant très subjective, elle induit souvent l’adhésion du destinataire
sans aucune critique. Ces lettres restent tout de même une représentation d’un réel même si
la sincérité de l’épistolier peut être discutable.
On peut supposer que Saint-Arnaud, écrivait de manière inavouée pour la postérité,
au vu du nombre de ses lettres qui constituent les deux tomes publiés. Il nous faut préciser
un détail, qui n’est pas sans importance, pour étayer cette analyse, Les Lettres du Maréchal
de Saint Arnaud ont été triées et éditées en 1855 peu après sa mort (29 septembre 1854) par
les soins de son frère et de sa veuve qui « avaient eu l’idée de magnifier son souvenir par la
publication de ses lettres »213 ; celles de Bugeaud sont restées « inédites » comme l’indique
le titre du recueil214, et ne furent publiées qu’en 1922 par sa petite-fille. Elles ont été réunies
sous forme de recueil et annotées par un militaire215. Aussi nous semblent-elles plus
sincères car comme le note dans l’avant propos de cet ouvrage, le capitaine Tattet, qui les a
colligées : « ces lettres, n’étant pas destinées à être publiée, elles ont conservé la vie et cette
spontanéité […] de la pensée. Elles sont éloquentes par elles-mêmes ». Elles sont aussi,
ajoute-t-il, plus loin « intéressantes pour bien connaître le système de colonisation de
Bugeaud, ses principes de combat, sa tactique, comme aussi la situation politique et sociale
de la France »216.
213
François Maspero, L’honneur de Saint-Arnaud, Alger, Casbah Editions, 2004, p.15.
Lettres inédites du maréchal Bugeaud, Duc d’Isly, (1784-1849), op. cit.
215
En l’occurrence le capitaine Tattet, cf. références bibliographiques.
216
Ibid., p. 13.
214
143
Témoignage sur l’individu qui écrit, témoignage sur le groupe auquel il appartient
ou auquel il veut s’intégrer, toujours représentation d’un ordre social, la lettre se trouve
donc « à la croisée » des chemins individuels et collectifs. Ces écrits des protagonistes de
la conquête nous informent sur le bouleversement de cet espace chélifien et la fondation
d’un nouveau territoire, sur le plan géographique et historique. Certes, si toute fondation
territoriale, et toute délimitation participent de l’affrontement qui s’exaspère sur le champ
de bataille, il conviendrait, pour poursuivre cette approche géocritique du champ de la
conquête, de cerner le lieu intertextuel de la bataille, sa « re-simulation élaborée sur un plan
imaginaire. » En l’espèce, il ne saurait être question d’entreprendre une géocritique de
l’espace fondée sur les supports textuels de deux auteurs seulement. Il faudrait d’autres
occurrences comme celle d’un colonialiste et de préférence aussi celle d’un autochtone. Ce
que nous proposons de faire dans la suite de notre analyse, à travers l’étude des textes
d’Émile Masqueray217 et d’Assia Djebar218.
2. Le champ de bataille entre Histoire et fiction : Émile Masqueray.
Le titre de cette seconde partie de l’analyse du champ de bataille s’explique par
l’intitulé de l’ouvrage Souvenirs et visions d’Afrique dont est extrait le texte choisi dans
l’anthologie. Il est utile de rappeler que l’auteur, Émile Masqueray, fut professeur d’histoire
au lycée d’Alger puis détenteur de la chaire d’histoire et d’antiquités d’Afrique à l’école
supérieure de lettres d’Alger et créateur du « Bulletin de correspondance africaine ». Il
s’agit donc d’un spécialiste de l’histoire coloniale qui va entreprendre de raconter ses
souvenirs. Le terme « vision » annonce déjà la place importante de l’imaginaire dans ce
livre, à la croisée des genres historique, fictionnel et autobiographique. Il a été publié pour
la première fois en 1894. Cela fait donc un peu plus de cinquante ans après la conquête. Le
pays ou du moins la région du Tell est pacifiée, la colonisation est bien établie. Aussi la
représentation du champ de bataille à travers l’extrait intitulé « La plaine du Chéliff »219, est
elle empreinte de subjectivité et fortement imaginaire même si les référents historiques sont
217
Emile Masqueray, Souvenirs et visions d‘Afrique, Alger, Typograhie Adolphe Jourdan, [1ère éd. 1894], 2ème
éd. 1914 (notre ouvrage de référence), p. 269-274, cf. T. 21.
218
Assia Djebar, L’Amour, la fantasia, Paris-Alger, J.C. Lattès/ENAL, 1985, cf. T. 33.
219
E. Masqueray, Souvenirs et Visions d’Afrique, op. cit. ; p. 269-274, cf. T. 21.
144
réels. Mais elle reflète surtout l’idéologie coloniale de l’époque. Ce que nous tenterons de
montrer à travers l’analyse.
La mise en récit de la conquête de la vallée du Chélif, dans cet extrait, oriente
l’espace et l’ancre dans l’histoire, dans la longue durée. « C’est la plaine du Chélif,
spectacle étrange de dévastations antiques », « il semble que cette terre…raconte une vieille
histoire tragique de razzias et de prospérités », « vallée épique », « grand pays de guerre ».
« Elle couvre de ses plis des villes romaines,… des hordes arabes, des tribus berbères, des
armées marocaines, des bataillons et déjà des colons de France. Nous soulignons cette
dernière expression qui implique que la colonisation est établie, le territoire occupé et
remodelé. Discours introductif qui justifie en somme la conquête coloniale et qui annonce
la représentation de ce champ de bataille qu’est depuis toujours la plaine du Chélif. Il dit,
en outre, dans la lignée de la « géo-histoire », « la valeur exceptionnelle du temps long »,
désigné comme histoire « profonde », « silencieuse, mais impérieuse des civilisations » 220.
Car ainsi que l’explique Fernand Braudel : « Une civilisation est d’abord un espace, une ère
culturelle… »221.
Comme nous le verrons au fil de l’analyse, la re-simulation successive de trois
champs de bataille dans cet espace textuel, ancre en effet l’espace géographique dans
l’histoire. Dans cet espace, les repères topographiques du champ de bataille précisent les
événements dont il fut le théâtre, dans l’ordre chronologique.
« Autrefois » c’est-à-dire avant la conquête française, « dans cette large
trouée ouverte sur les steppes de Boghar », cet espace était lieu de bataille entre les
nomades du sud et les sédentaires de la plaine. Puis la bataille pour la conquête coloniale de
ces plaines a lieu « au milieu de ces champs nus ». Elle est conduite par Bugeaud et ses
comparses, Changarnier avec ses légionnaires, Lamoricière avec ses zouaves. Enfin, « c’est
là-bas, dans le flamboiement des collines du Dahra, au-delà d’Orléansville, que SaintArnaud livrait bataille à des derviches… ». « Plus loin dans les profondeurs de l’Ouest ;
220
Fernand Braudel, « Leçon inaugurale » au Collège de France (1933), in Combats pour l’histoire, Paris,
Armand Colin, 1953, p. 29.
221
F. Braudel, Ecrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 292.
145
Abd-El-Kader rangeait ses réguliers… ». Ces deux derniers énoncés rappellent l’espace de
la conquête en butte à la résistance autochtone.
L’utilisation massive des localisateurs de lieux et des présentatifs qui structurent le
texte, révèlent l’exposition centrale du champ de bataille : « c’est au milieu de ces champs
nus que Bugeaud s’avançait ». Bugeaud est bien placé au cœur de la conquête du territoire.
Le terme « nus » justifie implicitement l’occupation du territoire, ce qui nous permet
d’établir le lien intertextuel de la bataille avec les extraits précédents.
Une autre remarque s’impose : le champ de bataille est au centre tandis que l’espace
de résistance est « là-bas », « plus loin » dans « les profondeurs de l’ouest ». Ces
indicateurs topographiques méritent d’être relevés car « dès lors qu’elle exprime une
résistance, la fiction du champ de bataille contemporain empruntera désormais sans cesse la
métaphore de la profondeur »222.
De fait, la stratégie de représentation du champ de bataille s’appuie sur la stratégie
de la bataille. Elle est orientée à partir des données topographiques qui organisent le récit
qui s’invente à partir d’elle. Pour plus de précision, il est intéressant de noter que la
figuration du champ de bataille antérieur à la conquête est fortement stéréotypée : « les
grands nomades… tous cavaliers rangés en longues lignes blanches » - « A leur droite les
chameaux porteurs de palanquins… pleins de femmes brunes » - « A gauche la troupe de
fantassins méprisables, armés de bâtons et de mauvais sabres. » Cette description ancre ce
texte dans le genre du récit exotique, caractéristique majeure de l’écriture coloniale. C’est
une description péjorative où l’autre n’est qu’une masse informe comme l’indiquent les
termes utilisés : « troupe » mal armée et « méprisable ». Le caractère négatif de la
représentation de l’autre est inséparable de l’idéologie qui cimente l’unité des colonisateurs
explique Jean–François Guilhaume:
222
Catherine Milkovitch-Rioux, « le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace », op. cit., p. 71.
146
« Il est intéressant de constater que la mémoire collective coloniale se fonde
simultanément sur une opposition commune des colonisateurs par rapport à un autre
décrit en termes négatifs. […] La catégorisation des populations autochtones par les
colonisateurs repose donc sur une série de stéréotypes qui ont pour effet de renforcer
leur sentiment d’appartenance collective. »223
La représentation du champ de bataille, lors de la conquête, est au contraire
fortement laudative. Elle met en avant-scène le stratège Bugeaud, instigateur de la
conquête : « Il avançait en tête de ses colonnes »224, « fouillait de ses yeux bleus les
collines » ; elle met en valeur l’armée française, valeureuse et mieux organisée, qui marche
« en bon ordre », « à distance égales » derrière lui. Supérieure en nombre, cette armée
composite est formée de légionnaires et de zouaves. Peut-être faudrait-il rappeler pour la
suite de notre étude que la légion étrangère est un corps de troupe créé en 1831, en Algérie,
et composée de soldats volontaires, en majorités étrangers, au service de la France225. Les
zouaves sont des soldats d’un corps d’infanterie française créé également en 1831, qui sont
à l’origine des soldats volontaires autochtones car le terme zouave selon son étymologie
vient de l’arabe « zwawa » qui est le nom d’une tribu kabyle où furent recrutés les premiers
zouaves226. Le corps expéditionnaire d’Algérie est mal vu en France. Selon François
Maspero :
« Les officiers bien nés ont tendance à l’ignorer voir à le mépriser. […] Pour beaucoup
d’officiers, zouaves, spahis, chasseurs d’Afrique, Légion étrangère, « Bédouins
français », zéphirs, ces termes-là sentent plutôt la racaille que l’arme d’élite car les
combats sont livrés « dans des conditions qui font fi de l’ordre élémentaire des batailles,
contre des barbares qui ignorent grossièrement les règles de la guerre : quelle carrière
peuvent-ils espérer à la tête de ces gens ? Ils laissent l’Algérie aux aventuriers et aux fils
de famille décavés. » 227
La citation de Changarnier, de Lamoricière puis de Saint Arnaud, les principaux
acteurs de la conquête qui ont marqué durablement la mémoire collective dans cette région,
223
Jean-François Guilhaume, Les mythes fondateurs de l’Algérie française, préface de Bruno Etienne, Paris,
L’Harmattan, coll. « Minorités & Sociétés », 1992, p. 97.
224
Bugeaud employa de nouvelles méthodes de guerre. Les troupes furent divisées en colonnes mobiles. Ces
« colonnes infernales »; pourchassèrent l’ennemi par une incessante offensive et, pour l’affamer, firent le
vide devant lui, incendiant les villages, raflant les troupeaux, in Michel Mourre, Dictionnaire encyclopédique
d’Histoire, Paris, Bordas, 1978, p. 809 et internet : <http/www.wikipédia, « Thomas Robert Bugeaud », dans
Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, 1852
[détail édition] (Wikisource)> consulté le 5/12/2006.
225
Définition du dictionnaire, Petit Larousse illustré, Paris, Larousse, 1972, p. 518.
226
Ibid., p. 992
227
F. Maspero, L’honneur de Saint-Arnaud, op. cit., p. 84.
147
révèle le parti-pris du narrateur-historien et nous permet d’établir de nouveau le lien
intertextuel avec les écrits épistolaires.
La représentation du troisième champ de bataille qu’est l’espace de la résistance, est
fortement péjorative elle aussi. La citation de Saint-Arnaud livrant « bataille à des
derviches » qui « se ruaient » vers lui « en désordre comme des boeufs », « presque nus »,
avec pour unique arme « des bâtons à la main », met en évidence la bataille inégale entre
l’armée coloniale mieux organisée, techniquement supérieure et les soldats de cette armée
improvisée que sont devenues les tribus spoliées de leur territoire. Elle dévoile à l’insu de
l’auteur, la cruauté de Saint Arnaud : « lui qui aimait la guerre et ses tueries, contenait ses
soldats d’un geste pour qu’ils tirassent bien droit et à coup sûr ». De la même façon, la
citation en texte de l’émir Abd-el-Kader associée à la métaphore des « profondeurs de
l’Ouest » en fait à l’insu de l’historien, la figure charismatique de la résistance à la
pénétration française.
L’évocation de la bataille, dans cet espace géographique, - « vallée épique »,
« grand pays de guerre » - se conclue aussi de manière « épique », à l’avantage du
colonisateur avec lequel se confond le narrateur qui note : « la force nous y est restée en fin
de compte ». De fait, l’utilisation du « nous », marque l’appartenance de l’auteur- narrateur
au groupe colonial comme le rappelle l’étude du titre Souvenirs et visions d’Afrique qui
annonce que le texte appartient à un genre mixte mêlant souvenirs vécus et fantasmés. En
tant que vainqueur et colonisateur, il se sent investi d’une mission avec ce qu’elle comporte
« d’honneur et d’obligations hautes », envers les orphelins de cette guerre. Il poursuit :
« nous y sommes les héritiers de tous ceux qui sont tombés sous nos balles, nous sommes
les tuteurs de leurs enfants ». Le texte se ferme en boucle : le rappel de cet espace de guerre
et de « civilisations entremêlées » qu’est la plaine du Chélif, justifie ainsi la bataille
coloniale pour une noble cause, la mission civilisatrice de la France.
Cette mission civilisatrice inscrite en filigrane, prétexte à toute occupation du
territoire, à toute colonisation s’explique si on se réfère à la situation d’énonciation ou à ce
que Maingueneau désigne par le contexte de production du texte. Le livre paraît en 1894, la
pacification de l’Algérie est presque finie, la colonisation bien installée. L’auteur raconte
ses souvenirs et s’adresse à un public français. En effet, l’ouvrage de Masqueray est
148
fortement daté par l’idéologie coloniale qu’il véhicule. Cela n’est pas étonnant car l’auteur,
contemporain de Jules Ferry228, est historien. Or s’il est une discipline institutionnelle qui
joua un rôle prépondérant dans la diffusion et le conditionnement de l’idéologie coloniale,
c’est bien l’Histoire. En effet les récits d’Histoire sont bâtis sur des récits épiques qui
frappent l’imaginaire. La France est présentée comme une mère bienveillante et protectrice
qui assure sa mission civilisatrice.
La métaphore de la stratégie littéraire prend tout son sens dans ce cas précis.
L’écriture s’appuie précisément sur la stratégie de la bataille pour rappeler que le champ de
bataille n’est pas le théâtre de l’événement mais de la durée. Il explique implicitement
l’occupation effective et durable du territoire conquis. On remarque aussi comment le
champ de bataille littérarisé devient théâtre de la guerre. En effet, la représentation du
champ de bataille chez Masqueray, est organisée en trois moments comme un drame :
exposition, nœud, dénouement.
Nous avons mis en évidence que l’ordre du texte se répartit en trois parties : une
introduction ou exposition de l’espace géographique se confondant avec le champ de
bataille, un développement se caractérisant par la mise en scène historique de ce champ de
bataille - ce qu’a été de tout temps la plaine du Chélif -, et la conclusion qui en découle
pour justifier la bataille coloniale et l’occupation de la plaine qui devient ainsi territoire
français. Il convient de souligner la violence et les moyens utilisés dans cette bataille
inégale car ainsi que le remarque l’historien Mohammed Harbi :
« La violence inaugurée par la colonisation comportera deux aspects. Du côté du
colonisateur, elle procède d’une conquête militaire, sans être - c’est une de ses
particularités - soumise au code de l’honneur des armées et aux lois de la guerre, comme
en témoignent les écrits d’officiers français, et notamment la correspondance du
maréchal Saint-Arnaud, véritable anthologie du meurtre, du massacre collectif, du
229
pillage. La violence est aussi économique et politique. »
Aussi la mise en texte de manière elliptique de la bataille de « Saint Arnaud » dans
les « collines du Dahra » va nous permettre d’établir le lien avec l’espace de la résistance
228
Le texte fait écho au discours de Jules Ferry à la chambre des députés lors de la séance du 28 juillet 1885 :
« …Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le
devoir de civiliser les races inférieures ».
229
M. Harbi, « Le poids de l’Histoire, Et la violence vint à l’Algérie », in Le Monde Diplomatique, archives
juillet 2002.
149
face à l’espace de la conquête Il s’agit en fait d’un épisode tragique dont il importe au
préalable de situer les faits sur le plan géographique et historique.
III. RÉSISTANCE À LA CONQUÊTE ET BARBARIE COLONIALE.
« L’affaire du Dahra »
L’ « affaire du Dahra » demeure dans les annales de la conquête comme une sorte
de bavure (regrettable, selon le terme consacré). Elle n’est pourtant pas isolée. On connaît
officiellement au moins quatre tueries similaires opérées dans la région par des
commandants de colonnes à la même époque. Il faut cependant situer les faits dans leur
contexte historique.
Le 14 Août 1844 sur les berges de la rivière Isly qui fait frontière entre l’Algérie et
le Maroc, le général Bugeaud bat les armées du sultan qui avait donné refuge à l’émir Abd
El Kader. Il croit à une victoire définitive sur la résistance algérienne et organise
l’installation permanente des Français dans la plaine du Chélif. Sur la côte, les armées
coloniales occupent Ténès et Mostaganem depuis 1842. Au sud, depuis le début de la
même année 1842, l’avant poste fortifié de Ammi Moussa, créé à mi flanc de l’Ouarsenis,
assure aux Français un contrôle partiel sur les mouvements des tribus montagnardes Beni
Ouragh, Beni Ouazzane et Tigrin.
Au cœur de la plaine et sur la rive droite du Chélif, El-Asnam (aujourd’hui Chlef)
est depuis avril 1843, le siège d’une garnison puissante. Le général Bugeaud l’a baptisée
Orléansville en hommage à son protecteur politique le duc d’Orléans, mort l’année
précédente. Pouvant être ravitaillée par le nord-est à partir de Miliana où l’armée coloniale
a pris pied définitif en 1842 et par le port de Ténès, distant de 50 km, Orléansville devient
le centre du dispositif militaire qui permet à la colonisation de contrôler la plaine du Chélif
et les deux chaînes montagneuses qui l’encadrent longitudinalement : l’Ouarsenis et le
Dahra.
Le Dahra n’est pas à proprement parler une chaîne montagneuse, mais un
développement collinaire calcaire d’une hauteur moyenne de 600 m. profondément creusé
par des ravines et percé de nombreuses grottes. Orienté dans le sens Est-Ouest, il fait façade
à la mer, sur la totalité de son développement, s’inscrivant ainsi entre Cherchell et
150
Mostaganem en falaise abrupte longue de près de deux cent kilomètres. Par endroits il est
coupé de brèches qui permettent une communication des hameaux côtiers avec l’intérieur.
Phéniciens et Romains ont mis à profit ces ouvertures pour y tracer des routes. Parmi ces
routes, la plus ancienne et la plus importante est celle qui relie Ténès à Orléansville. Sans
doute séquelle du cloisonnement des tribus par les Romains du temps de Trajan et
d’Hadrien, elle marquait encore au début de la colonisation, une ligne de partage entre les
habitants du Dahra. Les habitants du nord (vers Cherchell) vivaient de la pêche et de
l’économie forestière. Ceux du sud en revanche, ignoraient complètement la mer et
s’adonnaient exclusivement à la petite transhumance pastorale. Ils élevaient chèvres et
moutons. Le célèbre Mérinos amélioré par les Espagnols, est baptisé du nom de l’une des
tribus majoritaires qui parcouraient les montagnes crayeuses derrière leurs troupeaux : les
Beni Merine.
C’est précisément à l’intérieur de ce Dahra pastoral que Assia Djebbar réécrit ce
sauvage épisode de la colonisation où pendant trois jours et deux nuits (du 19 au 21 Juin
1845), sous les ordres du colonel d’état-major Pélissier, les troupes françaises asphyxièrent
avec des fumées de bois et de broussailles plus de 1500 hommes, femmes, et enfants de la
tribu des Riah. Les malheureux avaient fui leur approche et cherché refuge avec leurs
troupeaux, dans une caverne du nom de « Ghar El Frachich ». Cet acte barbare qui sera à
l’origine du néologisme « enfumade » n’était pas le premier à l’actif des Français. Trois
autres enfumades ont été commises, toutes perpétrées avec la même cruauté et toutes dans
le Dahra230.
230
Note sur «Les enfumades du Dahra », in F. Maspero, L’honneur de Saint-Arnaud, op. cit., p. 208-210 :
1844. Enfumades des Sbeah (Dahra) par Cavaignac, Commandant de la subdivision d’Orléansville. Rapport
de Canrobert : « J’assistai à la première affaire des grottes. J’étais avec mon bataillon dans une colonne
commandée par Cavaignac. Les Sbeah venaient d’assassiner des colons et des caïds nommés par les Français ;
nous allions les châtier. Après deux jours de course folle à leur poursuite, nous arrivons devant une énorme
falaise à pic. Dans la falaise est une excavation profonde formant grotte. Les arabes y sont. On pétarada
l’entrée de la grotte et on y accumula des fagots de broussailles. Le soir, le feu fut allumé. Le lendemain,
quelques Sbeah se présentaient à l’entrée de la grotte demandant l’aman à nos postes avancés. Leurs
compagnons, les femmes et les enfants étaient morts...Telle fut la première affaire des grottes. On n’en parla
guère, parce que le colonel Cavaignac, avec sa prudence ordinaire, ne s’était pas étendu sur le nombre des
Arabes morts de l’enfumade ». (C’est Canrobert qui souligne le mot), p. 210.
Juin 1845. Enfumades de tribus du Dahra par le lieutenant-colonel Canrobert opérant à la tête d’une colonne
distincte.
« Moi-même, je fus amené à pareille extrémité. Me trouvant devant les grottes occupées par les Arabes qui
me reçoivent à coups de fusil, je les somme de se rendre. Les laisser, c’est leur permettre de tuer mes soldats
durant la marche à poursuivre. Les bloquer, c’est impossible ; la chaleur est étouffante, il n’y a point d’eau,
les hommes n’ont plus de vivres. Je réitère les sommations, je préviens les kabyles. Comme il n’y a pas de
bois, je bouche l’entrée de la caverne avec des pierres ». […] « Si j’avais fait autrement, un grand nombre de
151
Les prétextes aux massacres seront les mêmes : châtier les complices de Boumaza
un jeune prédicateur, né au cœur du Dahra, qui sillonne le pays et sème le vent de la révolte
au sein des tribus menaçant ainsi les acquis de la colonisation. Les tribus se soulèvent
contre l’armée française rompant ainsi la quiétude coloniale acquise par la bataille d’Isly.
L’enfumade, qu’évoque Djebbar dans le chapitre qu’elle intitule « Femmes enfant, bœufs
couchés dans les grottes », subsista dans les mémoires parce qu’à la différence des
précédentes, gardées dans le secret, elle fut immédiatement portée à la connaissance de
l’opinion mondiale grâce au tapage orchestrée autour d’elle par les parlementaires français
de l’opposition, abondamment relayés en cela par les journaux, grâce également à la
relation qu’en avait faite à un journal de son propre pays, un Espagnol engagé dans les
troupes françaises et qui en tant qu’officier, avait pris part à la tuerie collective.
2. L’« enfumade » des Ouled Riah dans la littérature : Assia Djebar
Chez Assia Djebar, dans L’amour, la fantasia, le chapitre intitulé « Femmes,
enfants, boeufs couchés dans les grottes » 231, relate la fin tragique par « enfumade » en juin
1845, de la tribu des Ouled Riah. Le récit est précis. Assia Djebar y rapporte des faits aussi
notoirement connus que leurs sources232. La romancière a une façon particulière
d’appréhender l’Histoire, de la reconstruire, par la mise en scène du référent géographique
et en abordant la chronologie par le fragment. De fait, en revisitant entre autres événements
de la conquête française de l’Algérie, la tragédie des « Enfumades du Dahra », elle procède
à une mise en récit à la fois chronologique et topographique du conflit, comme en
témoignent les sections du récit et sa structuration spatiale.
mes soldats seraient tombés inutilement...Je me suis toujours attaché au soldat, je l’ai aimé comme un enfant,
j’ai toujours fait mon possible pour atténuer ses peines … Je me serais toujours reproché la perte d’un seul de
mes soldats causée par mon fait [...] », p. 210-211.
9 Août 1845 Enfumades des Sbeah du Dahra par Saint Arnaud, commandant de la subdivision d’Orléansville
(lettre à son frère Adolphe du 15 août 1845). Cf. Anthologie T. 33.
231
A. Djebar, L’Amour, la fantasia, Paris/Alger, J.C. Lattès/ENAL, 1985, p. 77-90, cf. T. 33.
232
L’authenticité de ces sources est indiscutable : rapport des faits dressés par les acteurs même des
événements, des officiers et soldats de l’armée française, écrivant à chaud le plus souvent, soit à leurs
supérieurs, soit à leurs familles, soit entre eux, avec ce cynisme et cette fidélité au réel qu’autorise la certitude
de l’impunité totale et d’un certain « bien-fondé » des « opérations ». Les noms, les lieux, les dates, les
distances, les chiffres, les batailles et les bilans, tous les éléments sont connus avec une précision militaire. Cf.
note ci-dessus.
152
« Le printemps de l’année 1845 est marqué par l’effervescence de toutes les tribus
berbères du centre–ouest du pays ». L’espace est historiquement daté mais non défini. Le
récit est ancré dans une région de l’intérieur du pays où la résistance à la conquête explose
tandis que son chef charismatique est éloigné : « L’émir Abdelkader refait ses forces à la
frontière marocaine ». Malgré cette absence, « entre Ténès et Mostaganem », « entre
Miliana et Orléansville », « la guerre reprend dans cette région du Dahra ». Le chef de la
rébellion est un jeune prédicateur, âgé de vingt ans. Le « Chérif » se nomme Boumaza233,
on l’appelle aussi Moul es sâa, le maître de l’heure. Il est considéré comme un mahdi- un
envoyé directement inspiré par Dieu. Ce n’est plus la guerre de résistance et
d’indépendance telle que l’a livrée l’émir Abd El Kader. C’est la guerre populaire sans
armée organisée où, définitivement tous les coups sont permis pour terroriser et exterminer
l’ennemi, avec des partisans prêts selon l’expression de Charles-André Julien, « à tous les
sacrifices et à tous les excès ». Boumaza s’appuie sur les confréries religieuses, car
patriotisme et mysticisme se confondent, pour soulever les tribus des montagnes entourant
le Chélif. Le champ de la conquête redevient ainsi champ de bataille.
« En avril », Boumaza « attaque Ténès et risque de prendre Orléansville ».
« En mai », les armées françaises « battent campagne, répriment les rebelles et
incendient leurs villages.» Saint-Arnaud « contraint les guerriers des Béni-Hindjès à
remettre leurs fusils ».
« Le mois de juin commence. » « Le maréchal Bugeaud, qui a supervisé » les
opérations, prend le bateau à Ténès « le 12 juin »pour rejoindre Alger. Le lieu du champ de
bataille, « le Dahra » est évoqué au fil des mois comme l’indiquent les repères temporels de
cette première partie : « en Avril », « en mai », « le mois de juin commence ».
L’insurrection est vaincue à la faveur d’un mouvement savamment combiné des
détachements français à travers les montagnes et la plaine du moyen Chélif, il reste
cependant quelques « tribus de l’intérieur encore insoumises ». Bugeaud confie le soin à ses
subordonnés de réduire les derniers îlots de résistance. Le récit du drame, de l’affrontement
ultime se précise, égrené par les dates.
233
Littéralement « l’homme à la chèvre ».
153
La veille de son embarquement, « le 11 juin », le maréchal, laisse un ordre écrit à
son colonel d’état-major Pélissier, qui pourchasse les derniers Ouled Riah234 encore en
armes en rive droite du Chélif. Il lui enjoint d’imiter l’exemple de Cavaignac : « Si ces
gredins se retirent dans leurs grottes, imitez Cavaignac235 aux Sbeahs, enfumez-les à
outrance comme des renards »236. Cet ordre rapporté textuellement par Cassaigne, l’aide de
camp de Pélissier, est révélateur du caractère de Bugeaud et de sa conception de la
colonisation du pays.
L’ordre de Bugeaud tombe comme un couperet. « Le 16 juin, Pélissier place son
camp au lieu dit « Ouled el Amria ». La répression est sanglante, « maisons incendiées »,
« troupeaux razziés ».
« Le lendemain, les Ouled Riah, entament la négociation » mais l’imposition de
guerre exigée est énorme et surtout ils « renâclent à remettre leurs armes ». « Ils rejoignent
leurs arrières : des grottes considérées comme inexpugnables et qui leur servaient d’abris
déjà au temps des Turcs ». Ces grottes qui ont pour toponyme local « Ghar el Frachich »
(les Grottes des chauves-souris), sont leur ultime refuge contre la traque des soldats de
Pélissier.
Les références géographiques sont précises. Ces grottes « sont situées sur un
contrefort du Djebel Nacmaria », ce qui désigne géographiquement une arête montagneuse
secondaire qui vient butter contre une arête principale et signifie donc qu’il s’agit d’un lieu
particulièrement difficile d’accès dans « un promontoire à 350 mètres d’altitude, entre deux
vallées » qui indique encore un cap élevé et peu aisé à atteindre. Dans ces cavernes sont
aménagés des « silos qui permettent » aux insurgés « de tenir longtemps et de défier
l’ennemi ». L’espace de la résistance face au champ de la conquête se replie dans les
grottes.
« A l’aube du 18 juin », Pélissier est résolu à agir vite. Guidé par le chef du goum237
il s’installe « sur le plateau d’El-Kantara qui domine les grottes ». Il repère les issues de cet
espace où sont terrés les Ouleds Riah, et « de grands feux seront allumés aux ouvertures. »
234
Les Ouled Riah sont des tribus montagnardes du Dahra central. Leur territoire chevauche les deux rives du
Chélif.
235
Eugène Cavaignac, alors commandant de la subdivision d’ Orléansville en 1844, avait enfumé et provoqué
la mort de plusieurs centaines de Sbeah, dans les grottes où les membres de cette confédération tribale
conjointe avec celle des Oueld Riah avaient cherché abri.
236
Assia Djebar, L’Amour, la fantasia, op. cit., p. 78.
237
Mot arabe signifiant troupe, formation militaire supplétive qui était recrutée parmi les autochtones.
154
Des pourparlers s’engagent, les réfugiés acceptent l’imposition de guerre 75000 francs,
mais ils hésitent à se rendre craignant d’être emmenés captifs à « la prison des cigognes »
de Mostaganem238.
Le feu est rallumé « et la fournaise va, sans discontinuer, être alimentée toute cette
journée du 19 juin et toute la nuit suivante. »
Le « 20 juin 1845, à Nacmaria, six heures du matin », « la tribu des Ouled Riah, a
été tout entière anéantie par « enfumade ».
« Le 21 juin 1845, Pélissier donne l’ordre de les sortir et de les compter, « soixante
rescapés sont sortis de ce cimetière, pas tout à fait morts. Une quarantaine pourra survivre »
et « mille cinq cent hommes, femmes, enfants, vieillards, plus leurs troupeaux » gisent dans
« ces grottes à jamais peuplées »239.
Le champ de bataille est fidèlement reconstitué sous la plume de l’historienne mais
sur le plan narratif, nous noterons que les marqueurs temporels, d’abord indéfinis se
précisent progressivement et parallèlement aux indicateurs de lieux pour la mise en scène
de la bataille qui permettra au champ de la conquête d’investir l’ultime espace de la
résistance. Dix jours seulement après l’ordre de Bugeaud (le 11 juin) ont suffit pour réduire
la résistance (le 21 juin). La narratrice évoque pour conclure encore une autre enfumade,
celle de Saint-Arnaud240qui enfume à son tour, la tribu des Sbéah deux mois seulement
après Pélissier.
Les traitements fictionnels du réel chez Djebar
Chez Assia Djebar, le récit est scrupuleusement conforme aux sources historiques
des enfumades des Ouled Riah. Cette auteure construit son récit essentiellement sur la base
des rapports officiels et de correspondances rédigés à chaud par les acteurs de l’événement
et des témoins de premier plan. Elle les cite : tous sont militaires.
238
Prison qui a triste réputation et citée ainsi en texte : « A la prison de la « Tour des Cigognes », à
Mostaganem, comme dans les citernes romaines, transformées en geôles, du nouveau Ténès, les irrédentistes
qui sont de plus en plus nombreux comme otages, croupissent. », p. 78.
239
Ibid., p. 93.
240
Cf. Lettre de Saint-Arnaud, deuxième partie de l’anthologie, T. 31.
155
D’abord, le colonel Pélissier, l’organisateur et l’ordonnateur des enfumades. Il écrit
sur les lieux même de l’événement. Son rapport, à destination de son supérieur immédiat le
maréchal Bugeaud, gouverneur général de l’Algérie, porte la date du 22 juin 1845, soit trois
jours plus tard. C’est la relation la plus détaillée et la plus précise du drame. Elle comporte
le souhait du colonel de n’avoir plus à exécuter pareil ordre et les noms de soldats à
promouvoir pour leur mérite démontré pendant la manœuvre.
Elle cite également la lettre écrite par Pélissier le 20 juin, et adressée à son collègue,
le colonel Saint Arnaud, lui-même en opération dans le Dahra, au nord de la ville
d’Orléansville. Son encre a séché à la chaleur de la fournaise mortelle. On y trouve les
mêmes regrets, les mêmes considérations techniques, des bouffées d’orgueil militaire mal
réprimées et un bilan très satisfaisant des enfumades : la capture de la famille de Ben
Nekkah, adjoint de Boumaza, retirée vivante de sous les cadavres, et la reddition de cinq
tribus voisines, avec leurs fusils.
Puis deux témoins oculaires complètent ses sources-clés : un officier espagnol,
attaché à l’état-major français ; son texte sera publié dans un numéro du journal Héraldo de
l’année 1845, et un anonyme que le médecin militaire P. Christian reproduira à son tour
dans son livre l’Afrique Française paru au cours de la même année 1845. Tous deux
rapportent ce qu’ils ont vu et entendu à l’extérieur des grottes et à l’intérieur, quand
Pélissier aura ordonné de sortir les morts et les survivants.
Enfin, la masse des autres pièces officielles qu’elle a consultées (comptes-rendus
des séances de l’assemblée nationale, articles de journaux, écrits d’historiens,
correspondances diverses…) ne lui servira qu’à ajouter quelques précisions, d’ordre
historique, sans incidence sur la thématique du texte.
• Fiction et intertextualité
Sur le plan intertextuel, si comme l’affirme Julia Kristeva : « Tout texte se construit
comme mosaïque de citations, tout texte est absorption et transformation d’un autre
texte »241, il est intéressant de pointer les procédés de transformation au niveau de l’écriture
241
Julia Kristeva, Sémiotiké, Recherche pour une sémanalyse, Paris, Le Seuil, 1969, p. 85.
156
des données de base. Comment à partir de personnages, de faits et de lieux réels, un
écrivain fait-il oeuvre d’imagination ? Par quels processus sa sensibilité et son esprit
transposent-ils le « donné objectif » en fiction romanesque? Quels éléments du décor,
quelles séquences d’un évènement, quels aspects de ses acteurs sélectionne-t-il dans son
traitement fictionnel, à l’exclusion de tous les autres ?
Il est à noter que les matériaux historiques sont précis, les personnages sont réduits
aux œillères d’un ordre militaire et le décor du drame est pris dans le figement du théâtre
classique. Cependant à tous ces obstacles opposés à l’imaginaire créateur on remarque que
chez Djebar, s’ajoutent les impératifs que lui dictent la déontologie de l’historienne et le
parti pris de concision qu’elle observe dans la relation des faits. De fait, si les lettres du
maréchal Bugeaud, de Saint-Arnaud ou celles de Pélissier et du simple soldat nous éclairent
sur un pan de l’histoire de la conquête, elles permettent, par leur « citation » dans le roman,
d’analyser les mécanismes mis en jeu au niveau de l’écriture dans la transposition d’un fait
historique, de la lettre à la fiction, de l’épistolaire à la narration littéraire, des vainqueurs
aux « vaincus » reprenant en mains (ou en mots) leur histoire.
La mise en texte des faits par Assia Djebar à partir de relations de l’époque est un
lieu d’observation privilégié de la manière dont Histoire et Littérature échangent leurs
pouvoirs, mettant en pratique l’échange de textes et la transformation par le geste de
création de ses sources historiques242.
La reprise des témoignages des principaux protagonistes constitue ainsi la trame de
la fiction qui entend reconstituer, reconstruire le déroulement des faits. C’est donc en leur
état incomplet, souvent avec la ténuité de l’esquisse que s’identifient les schèmes
générateurs de fiction dans le chapitre « Femmes, enfants, boeufs couchés dans les
grottes ». Encore que cette tâche d’identification reste impossible si ce trop rapide passage
n’est confronté avec les autres et si l’itération dans l’écriture ne différenciait avec précision
242
El djamhouria Slimani Aït Saada, « Histoire et fiction dans un roman algérien contemporain :
L’Amour, la fantasia d’Assia Djebar » in Richard Jacquemond, Histoire et fiction dans les littératures
modernes (France, Europe, Monde arabe) l’écriture de l’Histoire, tome 2, Paris, L’Harmattan, 2005, actes du
colloque international de la faculté des Lettres du Caire, L’écriture de l’Histoire entre historiographie et
littérature, 4-6 décembre 2004.
157
le schème structurant de la linéarité narrative. Cette analyse qui ne prétend pas brosser
l’ensemble de la thématique de Djebbar243 se limitera à la citation des schèmes présents
dans le chapitre pré-cité : la théâtralisation des faits ou fantasia, le rôle de la lumière, la
violence préalable et l’érotisation de la fusion. Nous tenterons de le voir à travers la
récurrence du motif de la parade ou « fantasia ».
La possession par la violence est chez Djebar l’un des grands actes significatifs des
destinées individuelles et collectives. Mais pour être consacrée comme telle, cette
possession doit être précédée d’un cérémonial, une parade, analogue à un ballet ou une
fantasia où les candidats potentiels à la possession doivent se monter à la vue de leur
partenaire, laquelle peut être une femme, une nation à conquérir, ou une grotte comme celle
de Nacmaria où les Ouled Riah ont trouvé refuge et où les soldats du goum effectuent déjà
l’exhibition équestre annonciatrice de l’enlacement sanglant qui unira bientôt bourreau et
victime :
« En avant de cette ultime marche, les cavaliers arabes d’El Hadj el Kaim caracolent : ils
ne résistent pas à une fantasia d’ouverture. Face à ces hauteurs menaçantes qu’ils savent
habitées à l’intérieur, ne veulent-ils pas se masquer plutôt leur angoisse? » 244
Certains se sont ressouvenus de leurs origines et ont déserté à la faveur de la nuit,
d’autres éprouvent un début de compassion pour leurs prochaines victimes. Amputée des
transfigurations de l’artiste et de l’écrivain, cette scène enivrante est rendue à son
prosaïsme. « Ses effets magiques dotent de chair et de conscience même les frustes
cavaliers d’El Kaïm ».
La parade, ballet coordonné, visant à séduire, à effrayer ou voué à une autre fin est
prélude à tous les possibles ; elle libère le rêve de la romancière : elle peut enrichir ses
paysages de tous les ornements et prêter à ses personnages des pensées et des émotions qui
ne leur sont pas familières. Elle est l’annonce et le préalable, parfois même les prémices de
l’union charnelle de l’héroïne femme ou terre -son enjeu et sa récompense- avec le héros
élu comme l’illustre ce passage :
243
Signalons que ce roman est un de ceux qui a été le plus étudié, à juste titre car, dans la production de la
romancière, il représente une pièce essentielle et très réussie.
244
A. Djebar, L’amour, la fantasia, op. cit., p. 80.
158
« Le décor ainsi déployé accentue la surprise et l’effarement des victimes. Paysages que
l’on traverse durant des heures, que le récit ensuite immobilise et les hommes caracolent
en pleine charge de l’aube. Symphonie exacerbée de l’attaque, piétinements par lancées
furieuses, touffes de râles emmêlés jusqu’au pied des cavales… Bosquet s’attarde sur la
violence des couleurs… L’élan des retombées le fascine... Notre capitaine s’adonne à
l’illusion de ce divertissement viril : faire corps avec l’Afrique rebelle, et comment,
sinon dans le vertige du viol et de la surprise meurtrière. » 245
Assia Djebar délègue aux témoins visuels (le soldat anonyme divulgué par le
docteur P. Christian et l’officier espagnol) le soin de décrire le meurtre collectif, l’ampleur
du brasier, jetant ses lueurs sur les soldats qui l’alimentent, les cris et les détonations venant
de l’intérieur, le silence des 2500 hommes de troupe qui contemplent la progression des
flammes. Pendant un moment, elle partage le regard et les sentiments des soldats, le feu les
venge :
« J’imagine les détails du tableau nocturne : deux mille cinq cent soldats contemplent, au
lieu de dormir, cette progressive victoire sur les montagnards…Certains spectateurs se
sentent sans doute vengés de tant de veilles ! Les nuits d’Afrique ! Outre le froid et la
nature que l’ombre fige davantage, les glapissements des chacals font sursauter ; les
voleurs de chevaux, leur corps nu enduit d’huile…sèment de brusques terreurs au cours
desquelles dormeurs et sentinelles du même camp s’entretuent. » 246
L’image d’une Afrique où nature, bêtes et hommes sont réunis par une hostilité et
une volonté de nuire instinctives, cette image est l’alibi officiel régulièrement servi à
l’opinion publique par les partisans de la violence coloniale. A. Djebbar consent à y
souscrire. Elle admet même que le harcèlement nocturne d’une troupe puisse à la longue,
provoquer ses représailles les plus cruelles. L’objectivité de l’historienne est consolidée par
son effacement devant les deux témoins majeurs, quand vient l’heure de pénétrer dans les
antres noires de fumées et de rendre compte du résultat. Les dépositions ramenées par deux
personnes qui ne se connaissaient sûrement pas sont traitées par juxtaposition et
comparaison. Cette méthode atteste une volonté d’objectivité irréprochable. La
concordance des descriptions et des chiffres macabres qu’ils renferment ne permet plus le
doute sur leur sincérité :
« Ce second témoin en arrive au même décompte : plus d’un millier de morts, sans
compter tous ceux qui, entassés les uns sur les autres ne forment qu’une bouillie, sans
245
246
Ibid., p. 67-68.
A. Djebar, L’amour, la fantasia, op. cit., p. 104.
159
tenir compte des enfants à la mamelle, presque tous enveloppés dans les tuniques des
mères… »247
L’historienne refuse de juger l’horreur. Au moment où, Pélissier donne l’ordre de
sortir les cadavres « au soleil » et de les compter, à ce niveau du récit l’auteure rompt avec
l’historienne au profit de la romancière car seuls les états d’âme des bourreaux
l’intéressent : « La fiction, ma fiction, serait-ce d’imaginer si vainement la motivation des
bourreaux ? » Cet énoncé peut être compris comme affirmation plutôt que question. Le
lecteur est averti dès l’instant où s’opère la substitution, où l’écrivaine se libère de
l’immédiateté des faits et reprend sa souveraineté sur les regards, les émotions et les
significations :
« Plutôt que les pas des premiers arpenteurs ; quand, à la lueur des lanternes, ils
découvrent les asphyxiés de l’ombre, me fascine davantage l’instant de l’exposition des
cadavres :
“On en sortit de la grotte environ six cents”, note l’officier espagnol et il souligne le
trouble du colonel entouré de son état-major, tous raidis par une froide stupeur.
Six cents Ouled Riah couchés à l’air libre, allongés côte à côte, sans distinction de sexe
ou de rang : les notables avec les plus pauvres, les orphelins de père, les veuves, les
répudiées, les bébés langés au cou des mères, ou accrochés à leurs épaules…Des
cadavres dépouillés de leurs bijoux, le visage noirci, dorment dans un silence qui les
dénude. Ils ne seront ni lavés, ni enveloppés de linceul ; nulle cérémonie d’une heure ou
d’une journée n’aura lieu… »248
Pélissier: « est troublé… ». Son trouble est attesté par un tiers, un témoin-clé.
L’état-major partage son saisissement.
« Asphyxiés du Dahra que les mots exposent, que la mort déterre. L’écriture du rapport
de Pélissier, du témoignage dénonciateur de l’officier espagnol, de la lettre de l’anonyme
troublé, cette écriture est devenue graphie de fer et d’acier inscrite contre les falaises de
Nacmaria. » 249
Ce passage nous permet de mettre en évidence le rôle de l’écriture dans la
transformation de l’histoire comme en témoigne aussi l’écriture poétique de ce passage
extrait de « Biffure »:
247
Ibid., p.106.
A. Djebar, L’amour, la fantasia, op. cit., p.107.
249
Ibid., p. 110.
248
160
« Pour lire cet écrit, il me faut renverser mon corps, plonger ma face dans l’ombre,
scruter la voûte de rocailles ou de craie. Laisser les chuchotements immémoriaux
remonter, géologie sanguinolente. » 250
L’ombre, la voûte de craie rappelle de manière fort symbolique les grottes du Dahra
puisque comme nous l’avons précisé plus haut le Dahra est un développement collinaire
calcaire percé de nombreuses grottes. La « montagne de craie » est aussi l’expression
utilisée par certains géographes pour désigner ce massif montagneux. Mais l’analyse de ce
texte ne peut se comprendre sans référence aux différentes parties qui structurent le roman.
L’amour, la fantasia est une suite de récits, les uns historiques, les autres
autobiographiques qui n’acquièrent de cohérence et d’intelligibilité que s’ils sont étudiés
dans leur totalité. Pris isolément, leur brièveté, ne peut rendre compte des mécanismes mis
en œuvre dans l’entreprise de l’écriture créatrice. En effet, L’amour, la fantasia obéit à une
structure en miroir qui, d’un chapitre à l’autre déploie systématiquement un jeu de
correspondances dans le sens de la comparaison et de l’argument, entre l’autobiographie de
l’écrivaine et l’histoire de la colonisation de l’Algérie par la France. L’écrivaine décrit
minutieusement, sur la base d’archives et de documents attestés, la confrontation des
Algériens et des Français depuis la conquête jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, en
analysant les aspects contradictoires de cette période et donne sa propre vision de cette
phase considérée comme décisive dans la formation de son individualité. Ainsi la recherche
historique est complétée par une vision personnelle basée sur une perception subjective qui
a pour but de renouveler et d’enrichir l’entreprise autobiographique.
• Histoire, écriture et stratégie énonciative
Sur le plan énonciatif, le « Je » est porteur d’une expression et d’un message qui ne
sont pas seulement personnels mais collectifs. La recherche autobiographique ne sera pas
celle du passé personnel centré sur l’enfance et la vie familiale ; mais celle d’un itinéraire
individuel ancré dans la réalité communautaire :
250
Cf. Anthologie, T. 34.
161
« Avant d’entendre ma propre voix, je perçois les gémissements, les râles des emmurés
du Dahra : ils assurent l’orchestration nécessaire, ils m’interpellent, ils me soutiennent
pour qu’au signal donné, mon chant solitaire démarre. » 251
Cette articulation de la relation individus - autres membres de la communauté est
doublée d’une articulation qui engage ce grand Autre qu’est l’étranger. C’est pourquoi le
recours à l’Histoire est déterminant. Cette démarche inscrit le texte dans un champ où
l’intertextualité est fondamentale et où apparaît la fonction déterminante de la lecture. Et si
de fait toute lecture est aussi réécriture, l’écriture chez Djebar, apparaît d’une part, comme
une rupture et un moyen de renouer avec le passé en vue de renouveler la filiation avec les
autres femmes et leur donner voix. L’écriture se révèle d’autre part, espace de la violence
qui accompagne la violence de l’Histoire. Elle est instrument d’usurpation et de possession
de l’autre : colonisation des signes qui accompagne et suit la conquête et l’invasion de cette
patrie avec laquelle la narratrice se confond. Elle réalise que la guerre des armes est
doublée d’une guerre des signes :
« Et l’inscription du texte étranger se renverse dans le miroir de la souffrance, me
proposant son double évanescent en lettres arabes , de droite à gauche redévidées ; elles
se délavent ensuite en dessins d’un Hoggar préhistorique… » 252
Comme le souligne Mourad Yelles :
« Juillet 1830 consacre de manière spectaculaire l’avènement du Signe occidental et la
faillite des codes sémiologiques traditionnels […] Avec les premières relations et autres
chroniques militaires, l’écriture étrangère est déjà dans la place. Métaphoriquement, elle
entame sa carrière prodigieuse sur les pas de la troupe, dans le sillon du soldatdéfricheur, et la poursuit plus tard dans le tracé de craie sur le tableau noir de
l’instituteur-éducateur - tabula rasa de la culture autochtone… Cette trajectoire
fulgurante va précipiter des générations d’“indigènes” dans le malheur et les transes de
“l’amour bilingue”. »253
C’est cette guerre dont son autobiographie est devenue le lieu qu’Assia Djebar va
porter au présent en convoquant l’Histoire et son écriture par les Français et en la revisitant
à la lumière de sa propre lecture des événements. La lecture de ces extraits et leur analyse
251
A. Djebar, L’Amour la fantasia, op. cit., p. 243.
Cf. T. 35.
253
M. Yelles, Les Miroirs de Janus, Littérature orales et écritures postcoloniales (Maghreb-Caraïbes), Alger,
OPU, 2004, p. 30.
252
162
sur le plan littéraire sont intéressantes à plus d’un titre, car pour un lecteur averti le plus
important n’est pas seulement d’interroger l’Histoire pour en vérifier la vraisemblance mais
surtout d’interroger les mécanismes textuels eux- mêmes. Il s’agit donc pour l’analyste de
voir comment l’introduction de l’Histoire dans la littérature entraîne de profondes
modifications des éléments romanesques et permet de façon paradoxale à mieux saisir la
réalité. Car comme l’affirme Pierre Barbéris : « Dans toute situation historique, il existe de
l’historique non encore dominé, qui est justement l’objet, la matière de la littérature. »254
Et si de fait l’important, pour l’historien, réside dans un « réel objectif » ; pour
l’écrivain comme la réalité est fragmentée, multiforme, floue et le plus souvent décevante,
l’important, réside dans la transmission des perceptions et des sensations. Ainsi Djebar, en
s’appuyant sur des documents historiques de première main s’attache non à les reproduire
mais à les transformer et à les doter d’une forte charge émotionnelle. Dans la sélection des
matériaux et dans leur ré-agencement par l’écriture, dans quelle part la volonté consciente
du romancier intervient-elle et dans quelle part s’efface-t-elle pour laisser place à ce qui
peut s’appeler «l’inconscient du texte» ? En dehors de la beauté du style, la qualité de
l’œuvre romanesque et plus généralement de l’œuvre d’art, doit-elle résider dans son
message délibéré, maîtrisé autant dans sa formulation que dans sa portée ou dans ce que
l’auteur nous transmet sur lui-même, à son propre insu ?
3. L’ « enfumade » des Sbéhas dans la relation épistolaire : Achille de
Saint-Arnaud
Deux mois à peine après le sinistre épisode de « l’enfumade » de la tribu des Ouleds
Riah, à vingt lieues des grottes de Nacmaria, le colonel de Saint Arnaud, tuera par le même
procédé huit cents Sbéah. Il tiendra cette opération secrète. Son rapport envoyé au maréchal
Bugeaud sera tenu dans la confidentialité et plus tard, détruit. Il aura administré aux Sbeah
la vraie mort : celle du silence, une violence nue, réduite à la simplicité de l’acte barbare.
Un retour de conscience le poussera cependant à s’ouvrir à son frère. Le 15 août, il envoie à
254
P. Barbéris, Le Prince et le marchand, Paris, Fayard, 1986, p. 142.
163
Adolphe, le récit de sa propre « enfumade » des Sbéhas, en lui demandant de le garder pour
lui. Le cynisme de sa relation tranche avec l’étrange sincérité de son repentir :
« Je fais hermétiquement boucher toutes les issues et je fais un vaste cimetière. La terre
couvrira à jamais les cadavres de ces fanatiques. Personne n’est descendu dans les
cavernes…Un rapport confidentiel a tout dit au maréchal, simplement sans poésie
terrible, ni images. Frère, personne n’est bon par goût et par nature comme moi !..Du 8
au 12 août, j’ai été malade, mais ma conscience ne me reproche rien. J’ai fait mon devoir
de chef, et demain je recommencerai, mais j’ai pris l’Afrique en dégoût. »255
« Personne n’est bon par nature…comme moi », Saint –Arnaud tient à rappeler qu’il
est un être humain normal, le contraire d’un monstre sanguinaire et qu’il a été l’instrument
d’un destin implacable. En fait, on assiste à la mise au point, d’un plan préparé avec toute
la rigueur militaire requise. Il a obéi tout comme Pélissier aux ordres, et le plus
intelligemment possible, en prenant le les initiatives qui lui incombaient : c’est tout. « J’ai
fait mon devoir de chef » écrit-il. Il ne s’agit pas d’une improvisation qui débouche sur
l’accident, il s’agit de suivre à la lettre la consigne de Bugeaud : « Fumez-les à outrance ! »
Ce témoignage de Saint-Arnaud n’est pas le seul car un mois plus tard, dégoût ou
pas, il sera toujours à l’œuvre. Il écrit encore ceci : « je n’ai pas encore tout à fait fini avec
les Sbéhas, mais cela avance… A la fin de l’expédition, j’aurai tué ou pris plus de deux
mille Sbéhas. La tribu entière compte de dix à douze mille âmes. Et peut-être ne seront-ils
pas corrigés ? »256
4. Géographie, Histoire et Intertextualité
La mise en regard de ces textes nous permet de voir comment l’événement est relaté
par les protagonistes du drame, comment il est traité par deux écrivains, l’un français
colonial et l’autre autochtone, à près d’un siècle de distance. Il nous permet de constater
aussi combien la géographie est intimement mêlée à l’histoire de la conquête. Le Dahra, cet
espace géographique que la population autochtone considérait comme inexpugnable, est
devenu la scène de théâtre d’un drame collectif tragique. Il a marqué de manière indélébile
255
256
Cf. anthologie, T. 32.
F. Maspero, L’honneur de saint-Arnaud, op. cit., p. 209.
164
la mémoire collective et symbolise le haut lieu de la résistance des tribus berbères à la
conquête coloniale. Aussi son évocation dans les différents supports textuels que nous
avons choisi de faire figurer dans notre anthologie, par les principaux protagonistes de la
conquête et deux écrivains nous permet d’établir le lien entre espace géohistorique et
espace textuel.
L’évocation de ces lieux, sur le plan narratif, par deux écrivains historiens de
formation, sont complètement divergentes. Il faut souligner chez Masqueray, que la lecture
ou réécriture des faits révèle le parti pris de l’auteur. La stratégie d’évitement adoptée au
plan de la narration quant à l’évocation des « enfumades » du Dahra, désignées par cette
expression métaphorique « c’est dans le flamboiement des collines du Dahra, au-delà
d’Orléansville, que Saint-Arnaud livrait bataille à des derviches… », cet événement
particulièrement tragique parmi ceux qui ont jalonné la conquête coloniale, ainsi que
l’absence de références précises de la part d’un historien, font de son ouvrage une apologie
de l’œuvre coloniale soumise au désir de l’auteur de minimiser la face sombre de la
conquête dans des Souvenirs et visions257 qui autorisent l’expression d’une subjectivité.
Or si dans l’extrait de Masqueray, la métaphore de la profondeur désigne la
résistance dans la fiction du champ de bataille comme l’affirme Catherine MilkovitchRioux : « dès lors qu’elle exprime une résistance, la fiction du champ de bataille
contemporain empruntera désormais sans cesse la métaphore de la profondeur »258, on peut
en avoir encore confirmation dans les œuvres contemporaines sur la guerre d’Algérie. Jean
Pélégri dans Ma mère l’Algérie259, qui évoque la guerre d’indépendance, guerre de
« libération » du territoire, souligne dans ses souvenirs d’enfance, les deux géographies qui
s’affrontent depuis la colonisation, celle de la surface et de l’occupation d’une part, celle de
la profondeur et de la résistance de l’autre, reprenant en un réseau parallèle, les distinctions
topiques entre le jour et la nuit, la lumière et la clandestinité. Il est à souligner cependant
que les grottes dans le cadre du récit de Djebar sont bien réelles. Elles sont de fait, depuis
toujours pour les tribus du Dahra, l’espace de repli face à l’agresseur.
257
Pour rappel le titre du livre d’E. Masqueray est : Souvenirs et visions d’Afrique, op.cit.
Catherine Milkovitch-Rioux, « Le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace », op. cit., p. 71.
259
Jean Pélégri, Ma Mère l’Algérie, Actes Sud, 1990, p. 15.
258
165
La citation en texte de Saint-Arnaud, de sa relation épistolaire avec son frère au
sujet de « l’enfumade » des Sbéhas, par Assia Djebar, permet de voir comment l’écrivaine
se réapproprie l’événement. Elle précise que Saint-Arnaud n’en parle pas : « Il s’est
simplement entouré du mutisme du triomphe implacable. La vraie mort. Les enterrés jamais
déterrés des grottes de Saint-Arnaud ». L’historienne lui sait gré d’avoir laissé comme
Pélissier un témoignage par écrit qui donne une indication sur l’emplacement des
sépultures ; la romancière apprécie le legs de ces mots qui font revivre et partager le
calvaire des victimes :
« Saint-Arnaud lui-même, quand il rompt pour son frère un silence concerté, me délimite
le lieu des grottes-tombes… Ces mots, couleur rouge cinabre, s’enfoncent en moi
comme un coutre de charrue funéraire. » 260
Le moraliste n’arrêtera ni les guerres, ni le génie inventif de la destruction. Prendre
sa voix pour condamner le bourreau et pleurer la victime est une façon de refermer le
charnier sur une émotion et l’abandonner à sa barbarie muette. La romancière ne s’y résout
pas. Elle propose une lecture différente des enfumades du Dahra. Elle jettera une lumière
neuve sur tous les affrontements qui ont opposé Algériens et Français. La formation
d’historienne interfère ausssi sur le plan de l’écriture chez Assia Djebar et les emprunts sont
parfois flagrants. Ainsi dans ce passage du capitaine de Montagnac que rapporte Camille
Rousset la phrase soulignée a été empruntée presque mot à mot :
« Encore et sincèrement ému de la mort héroïque du colonel de Maussion, le capitaine
de Montagnac esquissait d’une plume allègre, en dilettante, le combat du lendemain : " Il
faisait un temps superbe, le soleil était brillant ; le terrain pas trop accidenté, laissait
apercevoir tous les deux mouvements des deux partis. Ces nuées de cavaliers, légers
comme des oiseaux, se croisant, voltigeant sur tous les points, ces hourras, ces coups de
fusil dominés, de temps à autre, par la voix majestueuse du canon, tout cela présentait un
panorama délicieux et une scène enivrante". »261
Pour conclure sur ces relations d’épisodes tragiques qui ont égrené l’histoire de la
pacification des plaines du Chélif, il convient de rappeler que la guerre de conquête fut
longue et meurtrière. Il est évident que jamais, aucun peuple n’a assisté sans combattre à
260
A. Djebar, L’amour, la fantasia, op. cit., p. 113.
C. Rousset, L’Algérie de 1830 à 1840, tome second, Paris, Plon-Nourrit et Cie Imprimeurs –Editeurs, 3ème
édition 1900, p. 488.
261
166
l’envahissement de son territoire. Devant l’opposition farouche de l’Algérien à se laisser
déposséder, le conquérant n’hésitera devant aucun moyen de le réduire. On soulignera à la
suite d’Ahmed Lanasri :
« Que plus les forces en présence sont inégales, plus le refus de se soumettre du peuple
agressé est tenace, plus la conquête tourne à l’extermination de celui-ci. Le corps
expéditionnaire français gagna chaque pouce de terrain aux prix d’atrocités sans nom qui
262
n’épargnèrent ni civils, ni femmes, ni enfants. »
Une autre insurrection qui traduit la résistance du peuple colonisé face à la barbarie
coloniale est reprise de manière indirecte dans la littérature coloniale. Il s’agit du
« Soulèvement de Margueritte en avril 1901 » évoqué de manière implicite dans la nouvelle
d’Isabelle Eberhardt pour expliquer la spoliation des fellahs et leur révolte.
IV. SPOLIATION COLONIALE OU LA
MARGUERITTE : ISABELLE EBERHARDT
RÉVOLTE
DE
Le soulèvement de Margueritte, un bourg situé au sud de Ténès non loin de Miliana,
a marqué durablement la mémoire aussi bien autochtone que coloniale. Il s’explique par la
spoliation des paysans algériens, privés de leurs terres par la politique coloniale. Le séjour
d’Isabelle Eberhardt à Ténès lui permet de comprendre et de partager le désarroi des fellahs
confrontés à l’installation des colons sur leurs terres. Ce thème lui a inspiré des nouvelles263
qui éclairent d’une lumière plus crue les origines de nombreux soulèvements dans la région
notamment la révolte de Margueritte.
La nouvelle intitulée les enjôlés264 d’Isabelle Eberhardt, ne traite pas explicitement
de cette révolte mais décrit la condition du fellah à cette époque et explique les raisons qui
le contraignent à abandonner ses terres et le poussent à la révolte. Nous commencerons
d’abord par situer ce lieu pour tenter de comprendre les événements car le procès qui
s’ensuivit partagea l’opinion en France métropolitaine.
262
Ahmed Lanasri, La Littérature algérienne de l’entre-deux guerres, Genèse et fonctionnement, Paris,
Publisud, 1995, p. 20.
263
La nouvelle Fellah est exemplaire mais en raison de sa longueur nous avons opté pour les enjôlés dont la
thématique est différente mais parce que la source des maux qui acculent le fellah à abandonner sa terre est la
même.
264
Correspond à T. 35 de l’anthologie.
167
Margueritte265, ce village cloué au pied du Zaccar dans des zones arides, dépendait
administrativement de la commune mixte de Hammam Righa jusqu’en 1956, lorsqu’il fut
promu au rang de commune. Sa population en 1954, à la veille du déclenchement de la
révolution du 1er novembre était de 5237 habitants, soit 5030 musulmans et 207 européens.
Au lendemain de l’indépendance, il fut rattaché à la commune de Hammam Righa, puis en
1984, il acquit le statut de commune à part entière266.
• Les causes majeures d’une révolte
Les insurgés impliqués dans l’affaire dite de « Margueritte » avaient été durement
frappés par la colonisation, après l’application du Sénatus-consulte d’avril 1863. Dés 1868,
suite à l’application de ce texte inique, 1463 hectares leur avaient été enlevés. Au moment
de la délimitation effectuée sur le douar d’Adélia, il ne restait encore que 9323 hectares de
terre melk pour les 2194 habitants. Des expropriations successives effectuées, en 1877 et
1881, leur enlevèrent une superficie évaluée à 1799 hectares de terres fertiles. Puis vint le
temps des licitations, c’est-à-dire le temps où pas moins de 3329 hectares furent cédés par
enchères à quelques gros colons européens.
Avant le déclenchement de l’insurrection du 26 avril 1901, il ne restait plus que
4066 hectares en tout et pour tout, pour les 3206 habitants de la contrée. Monsieur
Jenoudet, un colon, disposait à lui seul
de
plus
de
1000 hectares de bonnes terres qui lui
revenaient généralement de 22 à 27 francs l’hectare. Ce dernier, ainsi que quelques autres
colons, fut assassiné suite à un mouvement insurrectionnel animé par un adepte de la
confrérie religieuse Rahmania, Yacoub. Cet événement est rapporté ainsi par Camille
Brunel dans son ouvrage consacré à cette affaire :
265
266
Aujourd’hui Aïn Torki cf. étude toponymique.
Source <http://cheliff.org/portail/?q=node/368> consulté le 9/04/07.
168
« […] Il est constant que ce foyer de fanatisme qui venait de s’allumer au pied du Zaccar
échauffait les esprits dans un rayon encore restreint. Les habitants européens de
Margueritte et de sa banlieue constataient sans trop y prendre garde, l’attitude arrogante
affichée par les indigènes avec qui leurs relations étaient jusque-là cordiales. On
surprenait parfois des propos dont le ton ironique déguisait mal la menace comme celuici : « Chouïa, roumi macache commander » (sous peu les Français ne commanderont
plus).
Au moment où éclate la rebellion, les accusés Couchih Mohammed Belhabib et
Boudjemaâ Abdelkader Ben Aïssa annoncent l’arrivée du Maître de l’heure. Dans la
ferme Jenoudet, tout au début de l’action, l’accusé Youcef ben Salem expliquera que la
guerre sainte est proclamée, et que toute l’Algérie deviendra musulmane. Sans aucun
doute les indigènes du voisinage ont reçu depuis plusieurs semaines l’impression vague
qu’un mouvement islamique se prépare. Il éclate sans les surprendre, et le premier acte
de la journée tragique du 26 avril est à peine accompli à la maison forestière de TiziOuchir, que tous les gourbis de la montagne déversent leurs contingents dans la brousse,
où, tapis des deux côtés de la route, les fellahs observent la tournure des événements
avant de se joindre aux rebelles.
Si ce pressentiment instinctif d’un soulèvement a gagné les indigènes non initiés, c’est
bien que le projet d’agir avait été concerté dans le cercle pieux de Yacoub et Taalbi. » 267
L’avocat de la défense explique au contraire que « la responsabilité morale de cette
révolte doit être imputée à notre système de gouvernement algérien et à l’œuvre de la
colonisation »268. Lorsque le principal accusé dans l’affaire, Yacoub ibn El Hadj prié par le
président de la cour d’assises de Montpellier, le 22 janvier 1903, de faire une déclaration
aux jurés, il déclara en substance :
« Maintenant, laissez-moi vous dire que nous avons été dépouillés de nos terres : les
unes prises par M. Jenoudet, les autres par différents colons et que nous avons été
obligés de travailler pour vivre. Quand un de nos mulets s'égarait sur la propriété d'un
colon, nous étions obligés de verser 15 à 20 francs pour rentrer en possession de la bête;
quand notre troupeau pacageait dans les broussailles, on n’hésitait pas à nous faire des
procès-verbaux (Les procès-verbaux forestiers étaient très nombreux dans le douar
Adélia : 132 en 1899, 219 en 1900, sur les 15.000 ha du douar, 4912 ha de terres
domaniales relevaient du régime forestier). Nos terres, autrefois, nous permettaient de
vivre ; aujourd'hui, nous sommes obligés de vivre avec un franc ou un franc cinquante de
salaire. Que peut faire un homme avec un pareil salaire, quand il a une nombreuse
famille à nourrir, à vêtir, à subvenir à tous les autres besoins ? Quand nous avons besoin
d'argent, la caisse de prévoyance ne prêtait pas à de simples journaliers comme nous, il
fallait être aisé pour emprunter. Alors nous étions obligés de nous adresser à M.
Subreville, qui nous vendait le sac de grains 25 à 30 francs. » 269
267
Camille Brunel, La Question indigène en Algérie, l’Affaire de Margueritte devant la cour d’assises de
l’Hérault, Paris, Augustin Challamel, 1906, p. 8.
268
C. Brunel, La question indigène en Algérie, l’Affaire de Margueritte devant la cour d’assises de l’Hérault,
op. cit., p. 5.
269
Source <http://cheliff.org/portail/?q=node/368> consulté le 9/04/07, il s’agit de la quarante-troisième
journée du procès–audience de l’après-midi.
169
La relation de cette révolte de Margueritte nous permet de comprendre le contexte
d’écriture de la nouvelle intitulée Les Enjôlés d’Isabelle Eberhardt. dont le titre annonce
déjà la duperie, le leurre auxquels succomberont les fellahs dépossédés pour s’enrôler dans
l’armée coloniale. La nouvelle est par définition un genre littéraire basé sur un récit de
fiction court en prose. Ce récit est, contrairement au roman, centré sur un seul événement.
Les personnages sont peu nombreux et ils sont doués de réalité psychologique bien que
celle-ci soit moins développée que dans le roman. Ce court récit d’Isabelle Eberhardt est
construit selon le schéma type de la nouvelle classique comme nous allons le voir.
Le premier moment sert à la mise en place de la situation, des personnages. C’est en
automne à Ténès sur la place du Rocher, « la plus belle de la croulante Ténès », que le
personnage principal Ziani Djillali Ben Kaddour assiste à une parade des tirailleurs. Il est
bûcheron de la tribu des Chârir. Il est aussi l’aîné d’une famille nombreuse et son père se
faisant vieux, « ce serait bientôt sur lui que retomberait tout le labeur de la mechta, et
l’entretien de la famille, et l’impôt, et le payement des sommes empruntées au riche usurier
Faguet et aux Zouaoua… ».
Lors de cette rencontre, les tirailleurs indigènes lui font « miroiter » les avantages de
la vie militaire. Le détail qui l’a le plus impressionné dans les discours des mercenaires
était le fait qu’ils ne payaient pas d’impôts. Un détail qui va changer le cours de sa vie et
qui constitue l’élément perturbateur : « D’abord, il avait été incrédule : de tous temps, les
arabes avaien payé l’impôt au beylik…Mais Mustapha le cafetier lui avait certifié que les
askar avaient dit vrai… Et Djillali réfléchissait. » 270
Une série d’actions est engendrée par cette information. Séduit par la perspective de
vivre sans s’inquiéter de rien il s’engagea comme bien d’autres jeunes gens crédules
« avides d’inconnu et d’apparat ». Son vieux père en haillons l’accompagna à la caserne le
cœur brisé de chagrin. Pour le jeune homme, la désillusion fut rapide mais pris par la vie de
routine « dure et facile du soldat où la responsabilité matérielle de la vie réelle est
remplacée par une autre, factice » : il oublia sa famille et cessa de penser à « sa mechta
170
natale ». Trois années se sont écoulées lorsqu’il passe avec sa compagnie du côté de son
douar natal. Son père est mort et ses frères sont devenus ouvriers chez des colons. Le
gourbi a été vendu et Djillali observe, de manière singulière, « un fellah qui coupe des
épines sur le champ qui était à lui, jadis, sur l’ancien champ des « Ziani ». « Dans ce
regard, il y a le désespoir affreux de la bête prise au piège, et la haine instinctive du paysan
à qui on a pris sa terre et la tristesse de l’exilé. »
La fin du récit est dramatique. Chez Djillali, le fellah reprend le dessus sur le soldat,
il réalise qu’il a conclu un marché de dupes. Il comprend que « sa place n’est pas sous ce
costume de mascarade mais bien sur la terre nourricière, sous les haillons du laboureur,
dans la vie pauvre, mais libre de ses ancêtres ! » Mais il est trop tard et avec rage il essuie
les larmes de ses yeux.
Cette nouvelle s’apparente aux nouvelles de Guy de Maupassant qui dépeignent le
monde et les mœurs paysannes, mais dans le contexte de l’Algérie coloniale la situation est
plus dramatique pour ces fellahs expropriés réduits à travailler comme ouvriers agricoles
chez le colon ou à s’enrôler dans l’armée. Ce qui explique les nombreuses insurrections qui
ont jalonné la conquête coloniale et son corollaire la dépossession territoriale. Le chef
charismatique de la résistance populaire, l’émir Abd El Kader, est exilé, d’autres chefs
prennent la tête de ce mouvement suite aux exactions et spoliations coloniales.
Ainsi Yacoub, le principal accusé dans l’affaire de Margueritte est-il considéré
comme un fanatique par Camille Brunel qui cite les différents chefs religieux « rebelles »
qui figurent à la tête des différents mouvements insurrectionnels tout au long de la
domination :
270
I. Eberhardt, Les Enjôlés, cf. T. 35.
171
« Le Moul-es-Sâa, on le voit, joue dans la société musulmane un rôle immense dont il
serait dangereux de nier la gravité au point de vue de notre domination.
Partout, en effet, et à toutes les époques, le Moul-es-Sâa s’est révélé soudainement ; et il
en est résulté chaque fois une explosion de fanatisme qui a failli compromettre notre
conquête.
En 1845, dans le Dahra – pour ne pas remonter plus haut dans l’histoire – le Moul-esSâa s’appela Bou-Maza (l’homme à la chèvre) ;
en 1864, dans le Sud algérien, il s’appela Sliman ben Hamza ;
en 1871, en Kabylie,il s’appela Mokrani, ou plus exactement Cheikh-el-Haddad271 ;
en 1881, dans le sud oranais, il s’appela Bou Amama (l’hommeau turban). » 272
Peut-être faut-il rappeler ce qui peut paraître comme une évidence, c’est bien
l’Islam qui a pu fédérer une société où les clans et les tribus se livraient des guerres
intestines. Ce qui explique aussi que le mouvement de résistance se reconstituait, animé par
les confréries religieuses ou un mahdi273 providentiel était désigné comme « le Maître de
l’Heure ». Il reste encore à préciser que les Marabouts que l’on vénérait à l’époque et qui
jouissaient d’un grand prestige dans l’imaginaire populaire, sont des hommes qui se sont
distingués par leur piété mais aussi par leur résistance et leurs faits d’armes. Pour JeanFrançois Guilhaume :
« La description négative de l’Islam a donc pour effet de signifier aux colonisateurs un
tiers auquel ils s’opposent. On peut, en ce sens, dire que l’Islam est la marque de l’autre.
Or, cela permet aux Européens de fonder en partie leur appartenance commune sur une
rupture par rapport à un autre décrit en termes négatifs, […] La catégorisation des
populations autochtones par les colonisateurs repose donc sur une série de stéréotypes
qui ont pour effet de renforcer leur sentiment d’appartenance collective. »274
271
C. Brunel, La question indigène en Algérie, l’Affaire de Margueritte devant la cour d’assises de l’Hérault,
op. cit., p. 29 cite ceci en note (3) « Mokrani, qui était le vrai type du grand seigneur arabe, et non un chef
religieux, eût échoué dans sa tentative de soulèvement du monde musulman algérien, sans le concours du
vieux Cheikh-el-Haddad,grand maître de l’ordre des Rahmania, qui, après bien des hésitations, consentit à
jouer le rôle de Moul-es-Sâa en se donnant une mission providentielle. » Cette version est confirmée par
Marcel Emerit dans son article « La conversion des musulmans d’Algérie » in Revue Historique, Paris, PUF,
1960, tome CCXXIII, p. 83.
272
C. Brunel, La question indigène en Algérie, l’Affaire de Margueritte devant la cour d’assises de l’Hérault,
op. cit., p. 28-29.
273
Chef de guerre sainte , s’autorisant du millénarisme populaire, définition de Jacques Berque donné en note
suite à son article, « Á propos de l’Amour, la fantasia », Le Nouvel Observateur, semaine du 30 août au 5
septembre 1985.
274
Jean-François Guilhaume, Les mythes fondateurs de l’Algérie française, loc. cit., p. 96-97.
172
CHAPITRE TROIS
FONDATION DE LIEUX ET NAISSANCE EN
ECRITURE :
UNE ÉCRITURE TESTIMONIALE
Le territoire, une fois conquis, va être complètement remodelé. La fondation de
villes et villages modifie l’espace fraîchement investi par l’armée coloniale et génère le
clivage entre espace colonial et espace indigène. La ville d’Orléansville, simple camp
militaire se développe et prend forme et à sa suite surgissent des villages créés par les
militaires pour les colons. Miliana et Ténès, villes séculaires, vont être aussi complètement
modifiées. Des villages sont fondés par ailleurs, pour les musulmans convertis, par
l’archevêque d’Alger. En règle générale, le thème majeur de cette écriture de la première
période, est l’histoire de la fondation des lieux et du développement d’Orléansville.
I. LES ÉCRITS DES MILITAIRES.
Les écrits des militaires constituent évidemment la première partie de cette
littérature à fonction testimoniale comme l’attestent les courriers adressés par Saint Arnaud
à ses proches de 1832 à 1854, où, le futur maréchal décrit la pacification de l’Algérie. Des
lettres, souvent cyniques, rarement sincères, car rédigées pour son autopromotion. Les
lettres encore inédites à l’époque, de Bugeaud ou encore Mes souvenirs (1820-1879) du
général du Barail, 3 tomes parus en 1895, sont aussi des documents certains sur le plan
historique. Les écrits du médecin-major Robert Pontier (T. 6 et T. 7)275, de l’aide major
Camille Ricque (T. 10), du capitaine Bourin (T. 19), de Paul Bourde, un militaire
également, (T. 16 et T. 17), sont tous dictés par la volonté de témoigner sur un épisode de
275
Pour rappel, T. 6, T. 7 etc. correspondent à l’ordre des textes dans l’anthologie, cet indicatif sert à les
référencer pour éviter la répétition des notes de bas de page.
173
la conquête. Dans le chapitre consacré aux « petits romanciers ultracolonocentristes »qui
dépeignent les scènes de la vie militaire, Alain Calmes note :
« Au temps de la conquête, divers ouvrages l’ont glorifiée, diffusant l’image
attendrissante du soldat laboureur, insistant sur le rôle social de l’officier. La littérature
conçue par les militaires eux-mêmes – mémoires techniques, monographies spécialisées
d’officiers ou de soldats lettrés – met en évidence une curiosité intellectuelle louable et
n’est pas dénuée d’intérêt. Ces écrits examinent les modes de vie des populations
autochtones, traitent de questions relevant de la géographie humaine et constituent
souvent les seules enquêtes sociologiques dont nous pouvons disposer pour la période
sur tel ou tel point particulier. Cette production est fonction d’une phase, celle de la
conquête, dans laquelle l’armée joue un rôle prépondérant. Lorsque le régime militaire
cède la place au régime civil, la situation d’observateurs privilégiés dont jouissent les
276
militaires tend à disparaître. »
Nous citerons pour exemple l’article rédigé par la rédaction de la Revue Africaine à
partir des notes du Lieutenant-colonel Lapasset277, alors chef du bureau arabe de Ténès. Ce
dernier, en mission de reconnaissance, part de Miliana en septembre 1849, se rend à
Cherchell puis descend dans la vallée du Chélif en passant par Orléansville, pour rejoindre
Ténès et le littoral. Cet article donne une vue d’ensemble de la vallée du Chélif et témoigne
de l’intérêt fasciné que l’armée française porte dans les années 1840, aux traces locales de
l’occupation romaine.
1. Une description géographique fidèle de la vallée du chélif : Lapasset.
En Algérie, officiers et architectes s’intéressent au tracé des routes, à l’emplacement
des ponts, à tous les vestiges qui donnent à voir la façon dont les Romains ont occupé
l’espace, organisé les communications, contrôlé le territoire de leur empire. Ainsi dans le
texte intitulé « Antiquités du cercle de Ténès » (T. 8), l’application du colonel Lapasset à
relever tous les sites romains lors de cette mission de reconnaissance en est une illustration.
Les lieux sont fidèlement notés. De nombreux vestiges romains sont signalés le long de son
parcours. Il ne manque pas de souligner l’excellente position militaire de certains sites,
« que les Romains ne durent pas négliger ». L’énumération des toponymes comme la
description géographique des lieux traversés est relativement fidèle : El Khadra, Zeddin,
Oued Rouina etc. Il est intéressant, qu’à cette époque déjà, Beni Rached soit signalée
276
277
Alain Calmes, Le roman colonial en Algérie avant 1914, op. cit., p. 135-136.
Lapasset, « Antiquités du cercle de Ténès », cf. T. 8.
174
comme « une contrée abondante en eaux, bien boisée et où se trouvent de beaux jardins ».
Cette région forme selon l’auteur un contraste dans cette « vallée du Chélif dont l’aridité
dépasse toute croyance » et hormis « les jardins de Medjadja, […] le sol ne présente aucune
trace de végétation ».
Les colonies agricoles sont désignées par le guide par leur toponyme originel.
Pontéba, première colonie agricole, est désignée par « La prairie », le premier toponyme
qui lui a été attribué pour sa fonction par les militaires278. L’auteur précise que ce village
est « appelé Medrour » par les indigènes. L’embryon de ville que constituait la subdivision
d’Orléansville « El Isnam el Djedid » est opposé à « El Isnam el Kedim (le nouveau et le
vieil orléansville) ». Dès le début de l’occupation française dans cette plaine du Chélif, le
clivage de l’espace transparaît dans la toponymie. Un élément caractérisant la région est
souligné encore par cet auteur, « la chaleur intolérable ».
Cette mission de reconnaissance est une des caractéristiques des expéditions
militaires qui se doublent le plus souvent de missions scientifiques. Il y a plusieurs motifs à
cela. En effet, comme l’explique Bernard Lepetit, les expéditions s’inscrivent d’une part,
« au terme provisoire d’un mouvement de territorialisation de la connaissance entamé dans
les années 1760, qui voit dans l’enquête localisée le moyen d’une description pertinente du
monde ». D’autre part, elles associent des acteurs qui disposent tous d’une pratique
particulière de l’espace, « de protocoles de description des territoires et d’une formation
professionnelle à l’espace acquise dans des lieux de formation spécialisée différents »279.
Cet auteur précise au sujet de l’Algérie que, dès 1833, le ministre de la Guerre
suggère à l’Académie des inscriptions et belles-lettres une enquête « qui intéresserait tout à
la fois la science et l’État »280. Il s’agirait, en donnant une géographie de la Maurétanie
antique et une histoire de la colonisation romaine, de contribuer à la conquête française.
278
Cf. étude des toponymes.
B. Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions militaires », in M.-N. Bourguet, B. Lepetit, D.
Nordman, M. Sinarellis, L’invention Scientifique de la Méditerranée. Egypte, Morée, Algérie, Paris, Éd. de
l’Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, 1998, p.98.
280
J. Frémeaux, « souvenirs de Rome et présence française au Maghreb : essai d’investigations », in J. C.
Vatin (éd.), Connaissances du Maghreb, Sciences sociales et colonisation, Paris, Éd. du CNRS, 1984, p. 2946. Les citations entre guillemets sont données par B. Lepetit et proviennent de cet article.
279
175
L’enquête apporterait des données sur les conditions naturelles, sur le « caractère des
peuples » et, par l’étude du tracé des voies antiques, sur les possibilités de la mise en valeur
de terres devenues incultes. Il rappelle qu’en 1837, le ministre de la Guerre confie à
nouveau un travail sur un programme qui se résume ainsi : « Étudier le système de
colonisation adopté par les Romains en Afrique. Quels furent les résultats économiques de
la domination sur cette contrée, quelle en fut l’influence sur la population indigène, pour
quelles causes elle prit fin. » L’identité dans le but à atteindre suggère l’homologie des
moyens à employer : ce que les autorités françaises cherchent dans le recours à l’Antiquité,
c’est à assurer l’efficacité des prises sur le territoire. Comme le souligne encore Bernard
Lepetit :
« Entre les images contraires d’un milieu présenté par certains comme hostile et désolé
et par d’autres comme riant et potentiellement fertile, et face à une méconnaissance du
climat et du terrain telle qu’elle put parfois nuire aux opérations militaires, il convenait
de " réunir complètement, et dans les le moins de temps possible, ce qui peut contribuer
à bien faire connaître une contrée281". Dans l’élaboration d’un savoir pertinent, ce n’est
plus ici un passé qu’on rappelle et se réapproprie mais bien plutôt un avenir qu’on
s’efforce d’engager. »282
Ce qui explique en somme, l’intérêt du Colonel Lapasset pour les vestiges romains.
Cela va se traduire, au plan de l’écriture, par une abondance de références à l’occupation
romaine pour justifier la colonisation française en Algérie.
2. Occupation territoriale, mythe et légitimation coloniale : SaintArnaud, Bourin
La dépossession territoriale était donc justifiée dans la mythologie coloniale par
l’apport du labeur créateur de l’homme civilisé venu dans ces régions laissées à l’abandon
pour les faire fructifier. C’est ainsi que Saint–Arnaud dans sa lettre à laquelle nous avons
donné le titre « une ville qui prend forme » (T. 5) écrit :
281
J. B. Bory de Saint-Vincent, Note sur la commission exploratrice et scientifique de l’Algérie, présentée à
son Excellence le ministre de la Guerre, Paris, impr. De Cosson, 1838, p. 1.
282
B. Lepetit, « Missions scientifiques et expéditions miltaires », op. cit., p. 99.
176
« Il y a à peine un mois que je suis ici et j’ai fait labourer et semer d’orge par mon
régiment seul cinquante hectares de terre. Mille bras travaillent à faire une route. […]
J’ai dans ma tête le projet de deux routes nouvelles et l’établissement de trois
283
villages. »
Après avoir tenté de légaliser son usurpation par son intervention créatrice sur
l’espace, soucieux de faire valoir son entreprise, il va avaliser sa mainmise sur le sol
conquis par la durée historique en créant de toute pièce le mythe latin qui justifiera la
création coloniale. La découverte de ruines romaines sur le site d’El–Asnam le conforte
dans sa conviction qu’il est le légataire de cet héritage latin et chrétien par-delà les siècles :
« Nous vivons sur une ville romaine, et nos tuniques mesquines flottent au même vent
qui agitait ces amples toges romaines si nobles. […] Il y une mosaïque admirable qui
servait d’enseigne au tombeau de saint Réparatus. Je veux faire bâtir l’église chrétienne
au-dessus. Une voûte bien faite la conservera visible dans toute sa beauté, et le temple de
Dieu s’élèvera là où il était il y a quatorze siècles. » 284
Ce mythe est repris également par le capitaine Bourin : « Orléansville allait s’élever
sur les ruines d’El-Asnam et du Castellum Tingitii des Romains, Ténès devait sortir des
cendres de la vieille Cartennae »285. Il faut préciser que ce mythe contemporain de la
conquête, abonde dans « la littérature d’escale » écrite par les écrivains français en voyage
en Algérie mais aussi par les historiens comme chez Masqueray qui décrit ainsi la plaine du
Chélif:
« C’est la plaine du Chélif, spectacle étrange de dévastations antiques, de cultures
modernes et de barbarie et de civilisations entremêlées. […] Elle couvre de ses plis des
villes romaines, des maisons de plaisance et des temples pavés de mosaïques. » 286
En fait, les modalités d’activation du modèle romain au moment de la conquête en
Algérie permettent de soutenir une entreprise de contrôle territorial et « à restaurer les
origines de la civilisation occidentale ». Bernard Lepetit explique ainsi les raisons des
expéditions militaires et scientifiques entreprises en Méditerranée au XIXesiècle : « Il
s’agissait de fonder sur des bases précises la connaissance du passé de grandeur de ces
283
Cf. T. 5.
Ibid.
285
Cf. T. 19.
286
Cf. T. 21.
284
177
territoires et contribuer ainsi, par-delà l’obscurantisme de la domination islamique, à
restaurer les origines de la civilisation occidentale. »287 Il précise cependant, citant Numan
Broc, qu’« aucune grandeur passée ne vient au contraire justifier l’observation en Algérie :
il s’agit moins de restituer des savoirs antiques que de réduire une ignorance présente »288.
Cette précision nous permet de confirmer que dans le cas de l’Algérie, le recours au
mythe romain sert bien à justifier la conquête et l’occupation françaises du territoire.
3. Fondation d’Orléansville : Pontier.
Robert Pontier, peut être considéré comme un témoin privilégié de la conquête en sa
qualité de médecin-major des armées à Orléansville, lors de sa création. Il a écrit en 1854,
une notice sur Orléansville où se mêlent éléments géo historiques et souvenirs personnels.
Il rappelle d’abord l’historique et les motivations de la conquête et l’établissement d’un
camp militaire à Snab ou El-Asnam ainsi :
« Le 23 avril de l’année 1843, deux fortes colonnes expéditionnaires, venant de
directions opposées, faisaient la jonction à Snab ou El Esnam.289 […]. L’intention du
maréchal était de dominer, pour toujours, la riche vallée du Chélif, et de créer, au centre
de cette vallée, un établissement important qui put communiquer avec un port voisin,
afin de pouvoir ravitailler ses colonnes et être toujours prêt à s’opposer aux entreprises,
si hardies et si pleines d’audace, de l’émir Abd-el-kader, le plus redoutable et le plus
constant ennemi de la domination française. En choisissant la position d’El Esnam, point
intermédiaire et à peu près à égale distance de Milianah et de Mostaganem, nos troupes
pouvaient à volonté se porter dans les montagnes difficiles et escarpées de
l’Ouarensénis, par la vallée du Tygraout, et communiquer avec le pont de Ténès, par la
vallée de l’Oued Rhean (Ruisseau des Lauriers-roses).
Ce fut donc au milieu de vastes ruines romaines, cachées en partie par de grandes
herbes et des broussailles formées de ronces, de lentisques et de jujubiers sauvages, que
le camp fut établi. » 290
Cet extrait donne un éclairage plus explicatif aux lettres de Bugeaud et de SaintArnaud. Le champ de bataille se transforme en territoire conquis, il est d’abord « camp »,
puis « subdivision » puis donne « naissance à une ville » ; il devient enfin champ de la
287
B. Lepetit, op. cit., p. 99.
N. Broc, « Les grandes missions scientifiques françaises au XIXe siècle (Morée, Algérie, Mexique) et leurs
travaux géographiques », Revue d’Histoire des Sciences, 34 (3-4), 1981, p. 319-358, cité par B. Lepetit in
L’invention scientifique de la Méditerranée Egypte, Morée, Algérie, op. cit., p. 99.
289
Le mot arabe El Esnam signifie Le Spectre. Les nombreuses et grandes pierres qui s’élevaient au-dessus
des broussailles, vues au clair de la lune, donnaient à tout cet espace triste et couvert de ruines, l’aspect
lugubre de morts revêtus de suaires fantastiques. Explication fantaisiste de l’auteur, cf. étude toponymique.
290
R. Pontier, Souvenirs de l’Algérie ou notice sur Orléansville et Ténès, op. cit., cf. T. 6.
288
178
conquête. Nous adoptons cette expression parce que le territoire conquis n’est pas à l’abri
de nouveaux assauts des troupes de l’émir Abd-el-Kader, il peut se métamorphoser à tout
moment encore en champ de bataille. Pour preuve le « fossé de trois mètres de profondeur
creusé au sud et à l’est du camp » caractéristique de tout espace défensif qui rappelle « les
tranchées » creusées lors de toute guerre et dont les plus célèbres sont liées à la première
guerre mondiale.
Le champ lexical utilisé appartient au champ sémantique de la guerre : « colonnes
expéditionnaires »291, « troupes », « hôpital militaire », tout comme les différents grades
militaires évoqués, « général, maréchal, colonel, commandant » etc. Nous soulignons au
passage que Bugeaud a, dans ce texte, le grade de maréchal292. Ce qui nous permet de situer
l’énonciation comme postérieure aux événements et de confirmer le genre mixte, à la fois
géographique et autobiographique, auquel appartient ce texte, genre affiché dans le titre ;
« Souvenirs de l’Algérie ou Notice sur Orléansville ». Le Je qui prend en charge la
narration se confond avec l’auteur et donne au récit une valeur de témoignage sur le lieu
géographique évoqué. Or si tout témoignage est sujet à caution, le récit autobiographique,
plus que toute autre forme de relation, reste très subjectif et son analyse rigoureuse permet
la mise à jour des non-dits de l’auteur et par extension des non-dits de la conquête.
La relation de la fondation d’Orléansville, par Robert Pontier, peut être découpée en
trois moments respectant l’ordre chronologique des faits : il rappelle d’abord la stratégie de
Bugeaud pour conquérir cet espace, puis il relate l’occupation d’El-Asnam pour décrire
enfin le nouvel aménagement de l’espace qui se confond avec la fondation d’Orléansville :
291
Appelées aussi « colonnes infernales » elles sont tristement célèbres, « Bugeaud employa de nouvelles
méthodes de guerre. Les troupes furent divisées en colonnes mobiles. Ces colonnes ; pourchassèrent l’ennemi
par une incessante offensive et, pour l’affamer, firent le vide devant lui, incendiant les villages, raflant les
troupeaux » in Michel Mourre, Dictionnaire encyclopédique d’Histoire, Paris, Bordas, 1978, p.809.
292
Bugeaud obtint ce titre à la suite de sa victoire sur les Marocains en 1844 sur les bords de l’Isly, une rivière
située à l’ouest d’Oujda dans le Maroc oriental.
179
« Le commandant du génie, M. Tripier […] s’empressa de faire fortifier la presqu’île de
Tygraout où fut établi le parc aux bœufs et les magasins de l’administration. Sur le point
culminant du plateau, furent posés les fondements d’un vaste hôpital militaire muni de
tous ces accessoires. […] Pendant l’époque des débordements du Chélif, toutes les
communications avec le port de Tenez étaient interrompues, et tous les objets
nécessaires pour la ville naissante y étaient retenus. Il devint donc indispensable de jeter
un pont sur le fleuve. » 293
La stratégie du texte reproduit la stratégie militaire de façon mimétique : bataille,
occupation, réaménagement du territoire. C’est par cette stratégie discursive que l’on peut
établir le lien intertextuel de la bataille avec les extraits épistolaires de Bugeaud et de Saint
Arnaud.
Le territoire est représenté comme un lieu stratégique, ce qui justifie l’établissement
du « camp » puis la fondation de la « subdivision d’El Asnam » qui signifie une extension
du champ de la conquête : El Asnam devient une circonscription militaire (ce qui
correspond en principe à un département) puis une « ville naissante » émerge. Cette ville on
en changera le toponyme en « Orléansville » : « El Esnam reçut bientôt officiellement le
nom d’Orléansville, en mémoire du jeune prince qui venait d’être ravi à la France et à
l’armée. »294
Comme nous l’avons vu dans notre étude toponymique de la région, on remarque
combien la toponymie est parlante pour peu qu’on s’y intéresse et que l’on sache démêler
son discours. Donner un nouveau nom au lieu que l’on vient d’investir ou « le droit de
nommer » que s’arroge le colonisateur, relève du mépris de l’autre qui « se manifeste dès
les premiers contacts pré-coloniaux dans l’entreprise taxinomique » et relève aussi du
découpage du territoire, comme l’explique Louis-Jean Calvet :
« Ce mépris des appellations autochtones relève d’un mépris plus vaste pour les
peuples ; les territoires et les habitants n’existaient pas avant l’arrivée du colonisateur
(puisqu’ils n’avaient pas de nom ou du moins puisqu’on se comporte comme s’ils
n’avaient pas de nom), et l’on nomme lieux et peuples comme bon nous semble. » 295
Ainsi la fondation d’« Orléansville » est issue du champ de la conquête et donc de la
mainmise d’un territoire et le nouveau toponyme en témoigne. Car cette mainmise sur le
293
Cf. T. 6.
Il s’agit du duc d’Orléans.
295
L.-J. Calvet, Linguistique et colonialisme, Petit traité de glottophagie, op. cit., p. 56-57.
294
180
territoire participe du même phénomène « glottophage »296 ; en effet, selon Louis-Jean
Calvet, « taxinomie et découpage vont de pair, comme on sait en linguistique, mais c’est ici
de découpage de territoire qu’il s’agit, d’exaction, d’appropriation. On se partage le monde,
géographiquement, économiquement, mais la taxinomie en témoigne. »297
La construction de la ville prépare et détermine l’occupation à long terme du
territoire, sa réorganisation sous l’autorité administrative et politique du pouvoir militaire.
L’espace géographique qui émerge sous forme d’anamnèse, dans cet espace textuel, est la
transformation du champ de bataille en champ de la conquête et traduit la reconfiguration
du territoire.
4. lieux et villes séculaires : Miliana et Ténès
Miliana et Ténès sont deux villes très anciennes. Elles sont tout de même, dans une
certaine mesure, des créations coloniales comme il a été signalé plus haut, dans la partie
intitulée « colonisation et aménagement de l’espace ». Cet intitulé peut être justifié à la
suite de l’analyse d’extraits de plusieurs textes de notre anthologie.
• Reconstruction et aménagement de Miliana par Saint-Arnaud
C’est à travers la lettre de Saint-Arnaud298 adressée à son frère, le texte de l’Aide
Major Camille Ricque299 et celui de Paul Bourde300 que l’histoire de la fondation de
Miliana ou plutôt de son réaménagement sous l’occupation coloniale est étudiée.
Saint Arnaud, dans la lettre à son frère, datée du 1er juillet 1842, tente de situer
Miliana où il vient d’être nommé :
« Rien ne ressemble à Milianah301. Quand on est dans la plaine du Chélif, et qu’on
regarde au nord-ouest, on aperçoit par une percée les montagnes, au pied d’une
296
Phénomène expliqué dans l’étude de la toponymie.
Ibid., p. 57.
298
Lettres du Maréchal de Saint-Arnaud, op. cit., cf. T. 3.
299
C. Ricque, Milianah, Paris, Ed. Vve Benjamin Duprat, 1865, cf. T. 10.
300
Paul Bourde, A travers l’Algérie, souvenirs de l’excursion parlementaire (septembre-octobre 1879), Paris,
G. Charpentier, 1880, cf. T. 14.
297
181
montagne plus haute encore, le Zaccar, un plateau élevé au-dessus des ravins. On
distingue à peine des minarets, une enceinte irrégulière, quelques masures sombres
recouvertes de tuiles, quelques redoutes à droite et à gauche : c’est Milianah. » 302
Miliana est une ville dont l’accès difficile et la position stratégique, explique qu’elle
fut le premier objectif de la conquête dans cette plaine du Chélif. Il semble utile de rappeler
que la prise de Miliana se justifiait aux yeux de l’armée coloniale par le fait aussi qu’elle
était l’une des places fortes de l’émir Abdelkader. La ville était fortifiée et deux portes
permettaient d’y accéder. Saint-Arnaud note : « on arrive enfin dans Milianah par la porte
du Zaccar ou celle du Chélif au choix ». Mais le spectacle qui s’offre à ses yeux est celui
d’une ville en ruines où « l’œil ne se repose nulle part ». Il écrit :
« Ruines et toujours ruines qui s’augmentent chaque jour, car les maisons à moitié
tombées achèvent de s’affaisser, et quand la nuit, je suis réveillé par un bruit sourd et
sinistre mon pauvre cœur répond par un battement bien triste : c’est une de mes maisons
qui s’écroule. C’est une difficulté de plus qui s’élève. Voici où je suis pour être colonel
quelques mois plus tôt qui peuvent peser beaucoup sur ma carrière. .» 303
Le lieu, les repères temporels nous permettent de contextualiser cet énoncé et
déterminer ainsi la situation d’énonciation. En effet, la prise de Miliana eut lieu le 8 Juin
1840, par le général Valée et à l'arrivée de l'armée française, sur l'ordre de l'émir Abd El
Kader, la ville fut incendiée et vidée de sa population. La bataille fut terrible et le blocus
aidant, la famine et les maladies provoquées par la pollution de l’eau firent des ravages
dans les troupes françaises304. Deux années après, Saint-Arnaud est désigné pour
reconstruire la ville. La tâche est énorme mais l’ambition du militaire est plus grande
encore. Il va mener de main de maître le nouvel aménagement de Miliana ainsi que
l’illustre ce passage : « Dans une ville où huit cents hommes et vingt officiers se logeaient
avec peine, j’ai placé deux mille quatre cents hommes et cent cinquante chevaux, de
l’artillerie. » Il précise encore, avec vantardise, qu’il « n’a employé ni une tente ni un
gourbi en feuillage. »305
301
L’orthographe de Milianah adoptée par les auteurs étudiés est en fait la plus proche au plan phonétique du
terme tel qu’il est prononcé par les autochtones. Mais l’orthographe adoptée par l’autorité administrative est
Miliana sans /h/.
302
cf. T. 3.
303
Ibid.
304
Cf. le titre éloquent du livre d’André Bloch, Une épopée dramatique : la prise de Miliana, 1840, Paris,
Maisonneuve & Larose, 2003.
305
Ibid., cf. T.3.
182
Mais ce qui le remplit d’aise c’est le fait que « les Arabes rentrent en masse à
Miliana ». C’est le triomphe du militaire face à la reddition des vaincus. Il ajoute avec
satisfaction qu’il leur a nommé « un Hackem, un muphti, un cadi, des chaouchs ». Il a
également « rendu une mosquée à leur culte ». C’est la preuve de la victoire, de la conquête
effective du territoire. Ce qui lui permet de conclure avec satisfaction : « Il y a quelques
jours, Miliana ne retentissait que de coups de fusil : aujourd’hui, du haut du minaret la voix
du Muezzin annonce l’heure de la prière. C’est un songe. »306
C’est bien le réaménagement du territoire de Miliana qui lui vaut quelques semaines
plus tard le grade de colonel307.
• Histoire de Miliana par Camille Ricque
L’ancienneté de cette ville, sa position stratégique est également évoquée par
Camille Ricque308, Aide Major dans l’armée, qui lui a consacré une monographie, vingt
cinq ans après la conquête. Il précise que l’origine de son toponyme se perd dans la nuit des
temps. Il cite le géographe grec Strabon309 et l’itinéraire d’Antonin qui la désignent par
Maliana, nom qui dérive selon lui « d’un terme hébreu et en toute probabilité d’un terme
punique Mauliana qui signifiait « lieu d’habitation », « camp » ou « passer la nuit ». Bref,
elle a toujours constitué une sorte de station ou gîte d’étape sur les routes qui menaient
d’Alger, de Cherchell ou de Ténès vers l’intérieur de l’Afrique. L’auteur ajoute qu’elle
« fut longtemps la capitale des rois de Numidie310, Bocchus311 s’y retira lors de la dernière
306
Ibid., cf. T. 3.
Cf. anthologie, note de bas de page n° 10, p. 8.
308
Cf. T. 10.
309
Strabon, géographe grec [v. 58 av. J.-C. – entre 21 et 25 apr. J.-C.], auteur de Mémoires historiques et
d’une précieuse Géographie, in Petit Larousse, 1972, p. 1580.
310
Numidie, contrée de l’ancienne Afrique, entre le pays de Carthage et la Maurétanie. Il faut préciser que la
Maurétanie, contrée de l’Afrique du Nord, divisée par les Romains en Maurétanies Tingitane, Césarienne et
sitifienne est auj. partagée entre le Maroc, L’Algérie et la Tunisie. Les Numides, peuple berbère nomade fut
sédentarisé par le roi Massinissa qui s’allia aux Romains, qui, après la révolte de Jugurtha, placèrent la
Numidie sous leur protectorat avant d’en faire une colonie.
311
(IIe siècle av. J.-C.), roi des Gétules, en Maurétanie.
307
183
guerre contre Jugurtha ». Il précise que lors de la conquête de l’Afrique par les Musulmans,
qu’elle tint en échec pendant un an, elle fut rasée et livrée aux flammes. Réédifiée par les
Arabes, elle devint résidence d’un pacha ou d’un bey.
En fait l’intérêt de ce texte, qui se veut érudit et dont il faut relever les confusions et
les approximations, réside dans sa volonté de témoignage et de justification de
l’appropriation de cet espace. Nous relevons d’une part, la confusion avec Khemis Miliana,
Manliana ou Malliana de l’époque latine située au pied du Zaccar et Miliana actuelle qui
elle, est située sur le Zaccar et correspond à Zuccabar attestée par l’épigraphie comme
colonie romaine dès 33 (annexions d’Octave). D’autre part, le rappel approximatif de
quelques jalons historiques par l’auteur qui précise que la ville fut déjà « rasée et livrée aux
flammes » par le passé puis « réédifiée sur ses ruines » n’est pas innocent. En somme la
guerre de conquête se justifie puisque l’histoire ne fait que se répéter.
Au niveau énonciatif, il est intéressant de montrer comment les écrivains militaires
saisissent souvent le prétexte des événements historiques pour insister non pas sur leur
qualité d’historien, mais sur celle de témoin de l’histoire. Dans cet extrait l’absence du
« Je » montre une certaine distanciation de l’instance énonciative qui se pose en quelque
sorte comme un « médiateur culturel » objectif entre le lecteur et le texte. Ce rôle de
représentation dont elle s’investit, elle le justifie justement par la conviction que ses
références historiques sont la preuve suprême de sa bonne foi et légitiment la guerre de
conquête.
• Miliana par Paul Bourde.
En 1880, paraît le livre de Paul Bourde qui relate son excursion parlementaire à
travers l’Algérie. Quarante années sont passées depuis la prise de Miliana. Dans l’extrait
intitulé « Milianah »312, deux aspects contradictoires concernant le développement de la
ville semblent intéressants à souligner.
312
Paul Bourde, À travers l’Algérie. Souvenirs de l’excursion parlementaire (sept.-oct. 1879), op. cit., cf. T.
14.
184
La description de Miliana quant à sa position est fort laudative. Sa position élevée et
défensive a nécessité la réalisation de circuits routiers sur une pente de six cents mètres de
hauteur. Et « par un hasard curieux, ces circuits, vue de la terrasse de la ville, dessinent
exactement la figure d’un chapeau de gendarme ». Elle est comparée à la Touraine, pour
ses vergers qui prouvent que c’est une riche région agricole où la douceur du climat
favorise les cultures des arbres fruitiers. Mais malgré sa position et cette richesse
« Milianah est une ville en décadence ». Cela est dû, en fait, à la concurrence d’Affreville,
qui a bénéficié du tracé ferroviaire entre l’Algérois et l’Oranie. Ce tracé qui a pour
conséquence le déplacement de tout le commerce et de l’industrie vers ce « gros bourg »
qu’est Affreville en 1879 et « qui annonce le triste paysage qui ne change plus jusqu’à
Oran ».
Cet extrait, est en ce sens, intéressant car il explique déjà que la principale raison de
l’enclavement dont souffre Miliana jusqu’à nos jours, trouve là aussi son origine. Miliana,
malgré ses atouts, n’a pu se développer et retrouver son rayonnement de ville phare de la
plaine du Chélif. Elle a raté son entrée dans la modernité du fait de sa position
géographique qui était son atout majeur dans le passé. Au plan énonciatif, le point de vue
d’un narrateur externe qui est certes un militaire mais qui n’a pas participé à la guerre de
conquête, donne au « nous » fort discret par ailleurs, une valeur de témoignage malgré tout
impartial.
• Évocation de Ténès par Rober Pontier
Dans Souvenirs de l’Algérie ou notice sur Orléansville et Ténès, Robert Pontier
relate l’histoire détaillée de la création d’Orléansville qui est étroitement associée à celle de
Ténès. La riche plaine du Chélif ne pouvait être dominée durablement qu’en établissant un
centre de colonisation qui ne soit pas trop distant de la mer. Il écrit :
« Une route de Ténès, passant par Orléansville et Thiaret, mettrait en communication et
les besoins mutuels des populations du sud et du nord. Ce nouvel itinéraire, qui
185
traverserait les hauts plateaux du Sersou et du Gebel-Amour, pourrait un jour être suivi
de préférence par les caravanes qui font le commerce de l’intérieur de l’Afrique. »313
Il précise que l’intention de Bugeaud « était de dominer, pour toujours, la riche
vallée du Chélif, et de créer, au centre de cette vallée, un établissement important qui put
communiquer avec le port voisin, afin de pouvoir ravitailler ses colonnes. » Aussi la
construction d’un pont était-elle nécessaire pour assurer les communications entre les deux
villes car « pendant l’époque des débordements du Chélif, toutes les communications avec
le port de Ténès étaient interrompues, et tous les objets nécessaires à la ville naissante y
étaient retenus. »314 Ténès va connaître une nouvelle fortune avec la création
d’Orléansville.
• Histoire de Ténès par E. Bourin
Pour le capitaine Bourin, l’aménagement de ces points stratégiques n’est « qu’une
restauration » et « Ténès devait sortir des cendres de la vieille Cartennae », tout comme
Orléansville allait s’élever sur les ruines d’El-Asnam et du Castellum Tingitii des
romains. » Il rappelle, avec dates à l’appui, la création de ces deux villes. Le 27 avril,
« Bugeaud marque l’emplacement de la future capitale du Chéliff et investit le colonel
Cavaignac du commandement de la nouvelle subdivision. Le lendemain commence la
fameuse marche compliquée de la création d’une route entre El-Asnam et Ténès ».
Le 29 avril, après quelques combats avec les troupes de « l’agha du Dahra pour
Abd-El-kader », le général en chef arrive à Ténès :
« Il reçoit la soumission de la ville et de la banlieue. Dès le lendemain, il arrête le tracé
définitif de la route qui doit relier Ténès et Orléansville, choisit l’emplacement du poste
315
à construire et met ses troupes à l’ouvrage. »
Le 8 mai, « après des travaux prodigieux exécutés par l’armée », la route de Ténès à
El-Asnam fut livrée à la circulation des voitures. Cet auteur rappelle le changement
313
Cf. T. 6.
Cf. T. 7.
315
E. Bourin, (capitaine), Ténès (Cartennae), Paris, M. Barbier libraire-éditeur, 1887, coll. « Les villes
d’Algérie » extrait de La Revue de l’Afrique française, cf. T. 19.
314
186
toponymique d’El Asnam en Orléansville par décision du ministre de la guerre, le 16 mai
1843. A la même date précise-t-il :
« Un groupe de 243 commerçants et industriels sollicitaient du gouverneur des
concessions pour s’établir à Ténès où le général Bugeaud avait laissé une garnison
316
suffisante et des ouvriers militaires chargés de fonder le nouvel établissement. »
Cette relation de la fondation de Ténès et d’Orléansville par des militaires est encore
reprise en 1890 par un conducteur des ponts et chaussées, dans une notice consacrée au port
de Ténès.
• Le port de Ténès : Michel Branlière
Michel Branlière souligne également l’importance du port de Ténès « puisque
c’était le seul point par où l’on pût ravitailler Orléansville et lancer sur le Dahra et la vallée
du Chélif un corps de troupes. »317 Il rappelle que ce port a rendu des services appréciables
lors de la guerre de Crimée et aussi celle d’Italie. Cependant, avec « la création du chemin
de fer d’Alger à Oran, parallèle à la mer, cette raison militaire de la nécessité du port a
perdu sa valeur. » 318
Ainsi ces deux villes séculaires, Ténès et Miliana, constituèrent les premiers
objectifs militaires de l’armée coloniale. Leur occupation, au prix de luttes acharnées et
combien meurtrières, ont permis de fonder la ville d’Orléansville. Cette fondation a facilité
la pénétration de l’armée de conquête au centre de l’Algérie ; cette armée mène une guerre
sans merci aux tribus des monts du Dahra et de l’Ouarsenis, jusque là irréductibles, mais
qui vont être décimées. La pacification de ces plaines du Chélif s’est faite au prix
d’exactions innommables comme l’illustrent les sinistres « enfumades », évoquées par
Assia Djebar et étudiées précédemment. En effet, cet axe majeur entre l’Est et l’Ouest, ces
plaines prospères, ont de tout temps été convoitées et ont, de ce fait, un passé riche
d’histoire dû à leur position géographique :
316
Ibid. Cf. T. 19.
M. Branlière, Notice sur le port de Ténès, Paris, Imprimerie Nationale, 1890, cf. T. 20.
318
Ibid.
317
187
« Le caractère de bas pays encastré entre deux régions montagneuses, caractère qui nous
est paru au premier contact avec les plaines du Chélif », écrit Yacono n’est pas
négligeable, c’est au contraire, souligne cet auteur un : « fait géographique d’importance
majeure et lourd de conséquences historiques : cet axe essentiel de communication ne
pouvait pas ne pas être un grand pays de guerre. »319
En fait, le stratège Bugeaud ne s’est pas trompé quant à la position et à la création
d’Orléansville. La reconstruction de Miliana comme la création de « Ténès la neuve » ont
permis effectivement la pacification de la région et l’implantation coloniale. Cependant le
développement de ces deux villes s’est trouvé entravé par la création du chemin de fer dont
le tracé parallèle à la mer, les contourne. Ténès et Miliana connaissent un certain déclin dès
la fin du XIXe siècle pour la même raison : la position d’Orléansville située au centre des
axes routier et ferroviaire leur a porté préjudice.
• Le Vieux Ténès : Michel Branlière
La ville ou plutôt le port de Ténès, thème de la notice de Michel Branlière est le
prétexte à une description géographique et à un historique de la ville qui a une origine très
ancienne :
« Au temps de Moïse dit une légende recueillie par Shaw, les gens de Ténès étaient des
sorciers renommés. Le pharaon d’Égypte en aurait fait venir quelques uns parmi le plus
habiles pour les opposer à un thaumaturge israélite qui battaient les magiciens du bord
320
du Nil. »
Le repère temporel « au temps de Moïse », fort indéterminé souligne l’ancienneté de
la ville. Le nom même de Ténès témoigne de la haute antiquité de son origine. « Le
toponyme Cartennae qui désignait cette cité à l’époque romaine n’est que la transcription
du vocable phénicien Karth qui signifie « ville ». L’analyse du toponyme permet à cet
auteur de dresser un bref historique pour situer enfin l’origine de la ville constituant le
« Vieux-Ténès ». Il cite comme référence Berbrugger321 mais sans aucune précision
bibliographique. Il rappelle que Cartennae, isolée par le massif du Dahra n’a pas connu les
319
Xavier Yacono, La Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 62.
M. Branlière, Notice sur le port de Ténès, op. cit., cf. T. 20.
321
Adrien, Berbrugger, a jeté les bases de la connaissance scientifique de l’Algérie au lendemain de la
conquête, il entreprend dès son arrivée à Alger (1835) de rassembler livres et documents concernant l’histoire
du pays. Excellent arabisant, il traduit en français des relations de voyageurs indigènes. Il constitue les
premiers fonds de la bibliothèque et du musée d’Alger dont il est le premier conservateur. Source : Numa
Broc, Dictionnaire illustré des explorateurs français du XIXesiècle. I. Afrique, Paris, éd. C.T.H.S, 1988.
320
188
invasions des Vandales. « Et jusqu’à la conquête arabe, elle paraît avoir formé un royaume
indépendant, avec Ténès pour capitale ».
C’est à cette époque, selon cet auteur, qu’il faudrait faire remonter la fondation de la
seconde ville de Ténès, devenue aujourd’hui le Vieux Ténès par opposition à la ville neuve
française. Il rapporte la légende selon laquelle la fille du roi de Ténès se plaignit de la
violence des vents du Nord-Est qui soufflaient sur le plateau de Cartenna où vivait le roi et
sa cour. Elle demanda à son père de lui bâtir une maison à l’abri du vent sur le rocher du
Vieux Ténès. Suite à « un épouvantable tremblement de terre, Cartenna fut détruite » et les
survivants s’installèrent au Vieux Ténès.
En fait la référence de la légende rapportée par Berbrugger est citée également par
Bourin322 dans son livre sur Ténès. Elle est plus complète chez cet auteur qui la confronte
aussi à la relation de l’historien El-Bekri qui décrit Ténès au XIe siècle en précisant :
« Cette ville s’appelle Ténès-la-Neuve. Les habitants montrent, sur le bord de la mer, un
château qu’ils disent être l’ancienne Ténès et qui, selon eux, fut habitée avant la
construction de la ville actuelle. »323
Certes, par définition la légende est le récit de la vie des personnages réels ou
d’épisodes réels de l’histoire collective, mais amplifié en raison de leur popularité ou de
leur caractère exceptionnel. Ce que nous tenons à souligner c’est que l’extrait intitulé
Notice sur le port de Ténès, paru en 1890, se veut un texte technique mais aborde l’histoire
de Ténès et se veut donc aussi document historique. Michel Branlière, conducteur faisant
fonction d’ingénieur des Ponts et chaussées, veut aussi témoigner à sa manière et les
pseudo informations historiques sont en fait des reprises du texte du capitaine Bourin qui
lui est antérieur (paru en 1887) et aucune référence bibliographique ne les accompagne. La
seule information qui semble intéressante au regard de notre problématique est l’évocation
du tremblement de terre qui a détruit l’ancienne ville de Ténès.
322
E. Bourin, Ténès, (Cartennae), op. cit., p. 7.
Abou Obeid El-Bekri, Description de l’Afrique Septentrionale, traduite par Mac Guckin de Slane, op. cit.,
p. 127, cité par E. Bourin, Ténès (Cartennae), op. cit., p. 9.
323
189
En fait tous ces textes relèvent de cette « littérature » conçue par les militaires ou les
acteurs de l’aménagement du territoire conquis. Les mémoires, les notices techniques, les
monographies spécialisées, les relations épistolaires ou autres, les revues journaux etc.,
sont révélateurs d’un état d’esprit : il s’agit d’investir l’Autre. Après la dépossession
territoriale il s’agit d’entamer la seconde phase ou ce qu’Ahmed Lanasri324 nomme « la
dépossession historique ». Cette production est fonction d’une phase, celle de la conquête,
dans laquelle l’armée joue un rôle prépondérant. Ainsi l’Autre dépossédé de sa terre est
condamné à l’errance, à la misère, à la perte identitaire. La création de ces villes coloniales
va générer toute une interrogation de la part de certains auteurs après l’indépendance.
Charles Bonn, dans le chapitre intitulé « Ville, mémoire et identité dans les romans des
année 70 », écrit :
« Le récit d’un passé fondateur de la nation est une sorte de garant sacré de légitimité de
la Cité nouvelle. On retient ici le terme Cité plutôt que celui d’État car il ne s’agit pas
seulement d’une structure politique, mais de tout un espace public nouveau, où il faut
redéfinir l’identité collective. Or cette cité se confond bien souvent dans les faits avec la
325
ville. […] La ville nouvelle fraîchement conquise n’était–elle pas celle du colon ? »
II. LES ÉCRITS DES ACTEURS CIVILS : REPRÉSENTATIONS DE
LIEUX ET LOGIQUE ARGUMENTATIVE.
1. Procès verbal, argumentaire, pétitions : évolution d’Orléansville
Nous avons rassemblé sous cet intitulé tous les documents qui rendent compte de
l’évolution de l’aménagement du territoire et qui témoignent donc de la représentation de
lieux au niveau de la population civile ou du moins de ses représentants. Nous considérons
cette écriture digne d’intérêt sur le plan géo historique et sur le plan didactique. En effet, la
logique argumentative adoptée par la plupart de ces textes, nous renseigne sur les enjeux
politiques et les représentations associés à cette région.
En 1858, dans le procès verbal de réunion du conseil municipal d’Orléansville en
date du 9 novembre 1858, (T. 9), les membres du conseil municipal s’interrogent sur le fait
324
Ahmed Lanasri, La littérature algérienne de l’entre-deux-guerres, genèse et fonctionnement, op. cit., cf.
« la systématisation de la dépossession » p. 90-100.
325
C. Bonn, Anthologie de la littérature algérienne (1950-1987), Paris, Le livre de poche, p. 109.
190
qu’Orléansville ait été oubliée dans le décret « portant nomination des membres du conseil
général d’Alger », alors que Cherchell, Miliana et Ténès y figurent. Orléanville serait-elle
considérée comme une « bourgade de peu d’importance » pour avoir été oubliée ? En fait, il
est intéressant de noter que depuis sa création, Orléansville jouit d’une image peu
avantageuse comme le souligne le scripteur du procès verbal :
« Nous savions, se disent les habitants que le pays d’Orléansville longtemps calomnié
par tous, à Paris comme à Alger sur la foi de quelques touristes plus ou moins officiels
qui n’avaient fait que traverser la contrée en courant, ignoré de ses chefs naturels qui n’y
étaient jamais venus, était il y a quelques années encore sous le coup d’une réputation
défavorable et que nous affirmons imméritée. » 326
Les Orléanvillois pensaient que, suite à la visite du gouverneur général et d’autres
personnalités, de nouveaux rapports plus véridiques « avaient enfin réhabilité Orléanville
auprès des autorités supérieures, avaient fait justice de tous les mensonges d’autrefois ».
Ils rappellent d’abord la situation géographique exceptionnelle et importante de cette ville
carrefour, dont Ténès est le port et que les Montagnes boisées de l’Ouarsenis défendent. Ils
citent l’importance de sa population avec des chiffres à l’appui. Ces chiffres sur la
population et les terres agricoles attribuées aux colons sont intéressants au plan historique
et au plan de l’aménagement du territoire. La population indigène compte en 1858 « 75000
individus », qui relèvent directement d’Orléansville et « alimentent son commerce ». « Le
district d’Orléansville comporte 4400ha » dont 1332 ha sont répartis entre 92 fermes. Ce
district comporte « deux villages, peuplés l’un de 49 familles, l’autre de 51 ». Nous
précisons qu’il s’agit de La Ferme (aujourd’hui Hay el Houria) et de Pontéba (Moudrour).
Ces membres du conseil municipal déplorent que la ville soit située « sur un territoire
relativement restreint ». Autour d’elle, 202 familles agricoles font prospérer « 2892 ha qui
leur ont été concédés ». Elle compte 1500 habitants Européens et 400 Israélites et
Musulmans. Malgré cela, elle est considérée comme insignifiante par les Autorités. La
raison évoquée en fait au détour de cet état des lieux semble la disproportion entre le
nombre de la population indigène et européenne ce qui leur fait dire :
« Et si la population européenne n’est pas plus importante, la faute n’en serait-elle pas à
cet oubli dont elle a le chagrin de signaler aujourd’hui une nouvelle preuve au territoire
exigu qui a été fait à l’administration civile ? »327
326
327
Archives de Chlef. Cf. T. 9.
Ibid., cf. T. 9.
191
En fait la mésentente pour ne pas dire l’animosité des civils envers l’administration
militaire se comprend mieux en référence au partage territorial et a toujours porté préjudice
à la représentation de Chlef. Dans les deux premières colonies agricoles, « La Ferme » et la
« Prairie » dénommée par la suite Pontéba328, les soldats menaient d’une main de fer la
population aussi bien indigène qu’européenne. Nous illustrerons ce dire par l’exemple de la
création de la colonie de Pontéba et de son mode de fonctionnement.
Elle fut créée officiellement en 1848 et pour la peupler le 23 septembre 1848, un
avis public affiché en France indiquait que « les citoyens de toutes professions qui
désiraient faire partie des 12 000 colons qui doivent être installés dans les colonies
agricoles en 1848 sont invités à se faire inscrire dans leurs mairies respectives où des listes
seront, ouvertes en conséquence »329. C’est la ruée et le 8 octobre 36 000 volontaires sont
déjà inscrits. Fin octobre, plus de 100 000 personnes se sont portées volontaires, et une
commission doit statuer sur chaque candidat, au vu des papiers et certificats établissant sa
position.
L’Algérie représente, pour ces ouvriers souvent sans emploi, la promesse d’un
avenir prospère et radieux : se voir octroyer une parcelle de terrain de 2 à 10 hectares, une
maison, des outils, des semences et des bestiaux, recevoir des rations de vivres jusqu’à ce
que les cultures produisent, voilà une bien belle affaire ! Le plus curieux, c’est que bon
nombre de traditions familiales en feront plus tard des déportés politiques alors que seules
la misère et l’aspiration à une vie meilleure les poussent à partir.
Mais l’accueil des colons à Ténès n’est pas ce qu’ils prévoyaient, non que la
réception soit sans chaleur, bien au contraire, mais il leur est brossé un tel tableau de
Pontéba et de La Ferme que tous veulent s’installer à Montenotte. Les militaires, chargés
328
Initialement appelée « La Prairie » parce que les terres avaient été mises en valeur par les soldats pour
produire le fourrage nécessaire aux montures et bêtes de somme de l’armée.
329
Source <http://www.cheliff.org> consulté le 12/ 03/ 2007.
192
d’organiser la création de ces colonies ne l’entendent cependant pas ainsi, et la répartition
par villages s’opère. Les colons arrivent à Pontéba, située à 6 kilomètres à l’Est
d’Orléansville. Trois grandes baraques, de 80 mètres de long sur 6 mètres de large,
construites par le Génie Militaire, une route défoncée, une rivière boueuse, le Chélif, des
collines nues et seuls quelques champs cultivés par les militaires, tel est le paysage qu’offre
alors cette colonie. Le mythe de l’Eldorado déjà passablement éprouvé, s’écroule
totalement et les beaux discours du départ ont maintenant un goût amer.
Le capitaine Michel Besse, du 16ème de Ligne, un vieux routier de l’Afrique, est
chargé de les encadrer. Dans un discours ferme, il leur explique sa méthode de travail :
réveil au tambour, à 5 heures du matin (l’été, à 3 heures !), départ en escouades aux champs
pour le travail obligatoire. Récalcitrants et paresseux sont prévenus que leur mauvaise
volonté les privera de nourriture. Un ton dur, brutal, mais efficace. Dès la fin de
janvier1849, le capitaine Besse peut noter dans son rapport :
« Je n’ai qu’à me louer actuellement des bons procédés des colons. Dans le
commencement, ils semblaient ne pas vouloir se soumettre au commandement du chef.
Quelques remontrances ont suffi pour les ramener à de meilleurs sentiments. Je pense
qu’animés du vrai désir de bien faire, les colons de Ponteba pourront être signalés
comme étant bien soumis, et s’être occupés de la prospérité de la colonie. » 330
Une exception, ce ton autoritaire ? Il semble bien, au contraire, être largement
répandu. L’administration demandait à de vieux briscards sortis du rang ou à de jeunes
lieutenants d’encadrer des civils venus défricher, cultiver et fonder des village, une mission
pour laquelle ces officiers n’étaient nullement préparés, et qu’ils n’appréciaient pas
toujours. Le mépris des militaires pour ces civils considérés, à tort, comme des « enragés
des barricades », n’arrangeait rien à l’affaire. Il y aura certes des philanthropes comme le
capitaine Lapasset, adulé par les colons de Montenotte. Entre les deux extrêmes, beaucoup
d’officiers furent soucieux de remplir leur mission du mieux possible, malgré leur
méconnaissance du travail de la terre et les faibles moyens alloués par une administration
tatillonne. Sur les 1000 hectares fixés à l’origine comme devant être mis en valeur, 958 sont
effectivement travaillés, plantés de vignes ou d’arbres ; 268 hectares sont plantés de blé
330
Toutes ces informations relèvent de la source citée ci-dessus.
193
dur, 134 d’orge et 235 de fourrage ; le cheptel se multiplie. Le village compte une
cinquantaine de maisons en mars 1851.
Une fois que le village est plus solidement implanté, les Arabes y viennent
volontiers et l’officier-directeur peut noter « qu’ils sont bien traités par les colons ;
quelques-uns les emploient et leur accordent une confiance illimitée, et peu de plaintes
parviennent à l’autorité ». Cependant dans le rapport de l’officier du mois de juillet 1851 on
lit : « au printemps les indigènes pillent nos récoltes, ils coupent les blés, lorsqu’ils ne
trouvent pas de gerbes toutes faites que le propriétaire n’a pas enlevées dans la journée.
Malgré les patrouilles et les gardes particulières, il est impossible d’empêcher les Arabes,
voleurs de naissance, de se livrer à cette industrie qui les fait vivre aux dépens des
cultivateurs ». On peut noter dans cette source documentaire les clichés utilisés pour
désigner les autochtones « les Arabes, voleurs de naissance » mais la spoliation territoriale
qu’ils ont subie n’est guère évoquée.
Fin 1852, l’armée se retire, confiant l’administration du village à l’autorité civile.
En 1874, dans son Argumentaire pour le choix d’Orléansville comme chef-lieu de
département331, Eugène Lamairesse, ingénieur des Ponts et chaussées, estime que la
création du département du Chélif avec Orléansville pour chef-lieu serait un résultat
politique et administratif important. Il avance deux arguments : « le fractionnement de
l’Algérie en départements naturels, ayant chacun des intérêts bien distincts contribuera
puissamment à l’assimilation, à la fusion avec la France » d’une part . D’autre part,
« aucune partie du chemin de fer d’Alger à Oran ne traverse une contrée susceptible
d’acquérir une aussi grande richesse » et d’assurer au chemin de fer un rendement
largement supérieur aux frais engagés par l’état. La création d’un département à l’image
des départements français, fera dire des années plus tard au lexicographe Paul Robert :
« Vers 1919, avec ses 5000 habitants, en majorité français (on disait « européens », par
opposition aux « indigènes ») à l’intérieur des remparts de Bugeaud, ce chef-lieu
d’arrondissement donnait vraiment l’apparence d’une petite ville de province française,
comparable à Foix en Ariège, par exemple. » 332
331
332
Cf. T. 12.
P. Robert Au fil des ans et des mots, 1. Les semailles, Paris, Robert Laffont, 1979, p. 55, cf. T. 29.
194
En 1880, deux pétitions ayant à peu près le même intitulé émanent de la population
d’Orléansville, la première rédigée par le conseiller général Henri Fourrier333 concerne
l’étude de la création d’un département dans la région du Chéliff. En fait, le texte est
révélateur des enjeux politiques que représente le choix d’Orléansville comme chef-lieu de
préfecture. Il était prévu par les autorités d’accoupler l’arrondissement de Mostaganem à
celui d’Orléansville ce qui aurait fait attribuer la préfecture à Mostaganem. Or,« Les
habitants d’Orléansville ne sauraient accepter cette union », lors même qu’on attribuerait la
préfecture à Orléansville. Pour le développement de la ville, ce qui importe « c’est le
prolongement vers le sud de la voie ferrée de pénétration », et pour ce faire il est essentiel
que Miliana et Orléansville fassent partie du même département.
La seconde pétition334 qui est à lire comme amplification de la première vante le
développement de l’arrondissement. Plusieurs centres de colonisation viennent d’être créés
ce qui nécessite le développement de l’irrigation au moyen de barrages sur les divers
affluents du Chélif. L’irrigation devant faire d’Orléansville « une nouvelle Valence ». Les
arguments avancés sont la salubrité du climat sec et si « la résidence est pénible en été pour
les personnes non acclimatées » en l’occurrence des fonctionnaires pour la plupart, il existe
un remède à cela puisque Ténès n’est pas très éloigné. De plus, sur les pentes de
l’Ouarsenis, « une source thermale et minérale des plus belles et des plus abondantes »
pourrait être aménagée en « un établissement balnéaire de premier ordre et une station
sanitaire ».
Ces habitants ajoutent que l’inconvénient de la chaleur d’Orléansville est moindre
que celle qui sévit sur le littoral. Celle-ci, plus humide, engendre beaucoup plus de
maladies. En définitive, « Orléansville, pour la santé, vaut mieux que Mostaganem ». On
relèvera que le facteur climatique joue un rôle non négligeable au niveau de la
représentation de cette région.
2. Littérature
Clamageran.
« d’escale »
et
description
itinérante:
Bourde,
Nous avons inclus ces deux auteurs dans la même partie car ce sont deux hommes
politiques qui relatent leurs voyages en Algérie. Voyages de courte durée comme en
333
Anthologie, cf. T. 13.
195
témoignent les titres. Paul Bourde est un militaire de formation, il a écrit de nombreux
ouvrages d’histoire. Il voyage en Algérie de septembre à octobre 1880 comme membre du
parlement français. Il raconte ce voyage dans un livre dont le titre est A travers l’Algérie,
souvenirs de l’excursion parlementaire (septembre –octobre 1879)335.
Jean-Jules Clamageran est sénateur puis ministre des finances. Il fait deux voyages
en Algérie, du 17 mars au 4 juin 1873 et du 14 au 29 avril 1881. Il raconte cette expérience
ou plutôt ce contact avec l’Algérie dans un livre intitulé L’Algérie Impressions de voyage
(17 mars-4 juin 1873) ; (14-29 avril 1881), et dont le chapitre V est consacré à la plaine du
Chélif336. Dans ces souvenirs et impressions de voyage une caractéristique commune se
dégage : la représentation de la plaine du Chélif se fait à partir du train. Il s’agit donc de
deux descriptions itinérantes.
Paul Bourde (T. 16) souligne l’apparente sècheresse de l’oued Chélif « quelques
flaques … reliées les unes aux autres par un filet d’eau si mince qu’il semblait s’égrener
comme les perles d’un chapelet ». Il précise qu’il ne faut pas se laisser prendre à cette
impression. Comme le sol est fertile, la construction de barrages sur le Chélif fera de la
plaine « une des grandes terres à blé de l’Algérie. Il en donne pour preuve « l’importance
croissante d’Orléansville » et les divers centres établis qui « apparaissent de loin en loin
comme d’aimables oasis » d’où la nécessité de créer de nouveaux barrages. Il cite les
doléances des colons et la nécessité de créer une voie ferrée qui relierait Orléansville à
Ténès. Malgré les dépenses élevées qu’elle engendre, la colonisation qui permettra
la« métamorphose de la plaine » trouve en Paul Bourde un ardent défenseur.
Jean-Jules Clamageran, qui traverse la plaine du Chélif au printemps, souligne
l’aspect monotone et « l’aridité apparente de cette contrée ». Il ajoute : « l’impression qui
reste de la plaine du Chélif, même au printemps, est une impression austère » car selon lui
ce qui manque à cette région « c’est la main et l’esprit de l’homme civilisé, le travail
opiniâtre et intelligent ». Il cite pour exemple le centre militaire d’Orléansville dont la
334
Anthologie, cf. T. 14.
Anthologie, cf. T. 15 et T. 16.
336
Anthologie, cf. T. 17.
335
196
population est de 1700 habitants et où plantations, barrages, constructions, « tout ou
presque tout est l’œuvre de l’armée ».
Dans la description fort laudative de ce centre de colonisation il est intéressant de
relever l’existence d’un pénitencier arabe dont dépendent de vastes terrains qui sont
cultivés par les condamnés indigènes sous la direction d’officiers et sous-officiers français.
Ce qui fait dire à l’instance narrative : « Les résultats obtenus font le plus grand honneur à
ceux qui sont chargés de ces travaux et qui suppléent par leur zèle à leur incompétence ».
Les indigènes prisonniers, sont ainsi soumis à des travaux forcés. Non seulement
spoliés de leurs terres, ils sont souvent acculés par de nombreuses mesures discriminatoires
à commettre des délits et jetés en prison le plus souvent pour des vétilles. En effet, les abus
de l’administration militaire et coloniale se doublaient de ceux des « Tribunaux
répressifs ». Il faut préciser qu’à partir de 1845, il y a en Algérie trois sortes de territoires :
les territoires arabes, les territoires mixtes et les territoires civils. Jean-François Guilhaume
note à ce propos :
« Il apparaît donc que selon la logique coloniale, l’Algérie se réduit aux territoires
337
conquis par l’épée et la charrue . En d’autres termes, l’Algérie des colonisateurs est
assimilée à l’œuvre coloniale. Le reste, c’est-à-dire les territoires où sont refoulés les
indigènes, représente un lieu indéfinissable et sans importance. On peut dès lors
comprendre que si le discours sur l’œuvre coloniale n’a pas à faire état de la condition
338
misérable des Musulmans, c’est parce que ce discours les situe hors de l’Algérie. »
Ce qui est certain c’est que la devise de Bugeaud : « Ense et Arato », par l’épée et la
charrue, n’a pas fait d’émules. Or, pour Jean-Jules Clamageran :
« Le soldat-laboureur serait un type admirable s’il cultivait son champ, non le champ
d’une communauté, et comme la propriété individuelle est inconcevable avec un service
militaire permanent, il faut créer le colon milicien. »339
C’est pourquoi d’après ce parlementaire, la colonisation ne sera véritablement
productive que si la terre est mise entre les mains de « véritables agriculteurs propriétaires
337
« C’est le titre d’un ouvrage écrit par le général Bugeaud, en précisant cependant qu’aux yeux des
colonisateurs le rôle de la charrue est tout aussi essentiel que celui de l’épée. Autrement dit, les termes de la
conjonction sont mis rigoureusement sur le même plan » note donnée par J.-F. Guilhaume in, Les mythes
fondateurs de l’Algérie française, op. cit., p. 233.
338
Jean-François Guilhaume, Les mythes fondateurs de l’Algérie française, préface de Bruno Etienne, Paris,
L’Harmattan, 1992, coll. « Minorités & Sociétés », p. 216.
339
Cf. T. 17.
197
en vertu d’un titre définitif. » En fait, le désir des colons d’acquérir de nouveaux espaces
était freiné par les militaires, qui avertissaient l’opinion du danger de livrer entièrement
l’Algérie à la colonisation. Aussi la mise en contexte de cet énoncé par le repère temporel
« Au printemps » qui indique qu’il s’agit du second voyage de Clamageran en Algérie en
avril 1881, permet de voir que l’aménagement territorial d’Orléansville relève encore de
l’autorité de l’armée340 et la colonie de peuplement est encore peu nombreuse.
Ainsi cette « littérature » sur la région du Chélif, par des acteurs de la conquête
aussi bien militaires, politiques que civils n’est-elle intéressante que du point de vue de la
construction d’un imaginaire austère qui reste fortement tributaire de la géographie mais
aussi de l’histoire coloniale.
3. Lieux et écritures hybrides, Saint-Cyprien des Attafs et Sainte
Monique : du Barail, Granger, Aït Ouyahia.
Le terme hybride que nous avons choisi pour désigner la création des villages de
Saint-Cyprien des Attafs et de Sainte Monique dans la plaine du Chélif se justifie par le fait
que ce sont deux villages chrétiens créés pour les indigènes convertis. En fait, la création de
ces lieux hybrides fut largement contestée par l’autorité coloniale militaire et administrative
d’une part, et d’autre part par la population même. Ainsi, cette population convertie eut à
souffrir d’une double stigmatisation de la part de leurs anciens coreligionnaires pour qui ils
étaient des « M’tournis »341 et de la part des Européens qui les désignaient du sobriquet
« Melons catholiques ». Trois textes font référence à ces convertis, celui d’un militaire, le
général du Barail342, celui d’un écrivain français d’Algérie, Guy Granger343 et celui d’un
écrivain algérien, Belgacem Aït Ouyahia344. Il convient cependant de rappeler le contexte
socio historique de la création de ces villages ainsi que les grandes lignes de la politique
340
L’Algérie est dirigée par un Gouverneur général qui dépend du Ministère de la Guerre.
Terme formé à partir du verbe français « tourner »et /m/ de l’arabe dialectal « qui a » qui signifie « celui
qui a tourné » désigne ceux qui ont tourné leur veste c’est-à-dire ceux qui ont changé de camp. La conversion
associée par la suite à la naturalisation suppose un double reniement : celui de la religion d’origine et celui de
son appartenance nationale même si ce dernier terme utilisé en situation de domination coloniale n’est pas
vraiment pertinent. On l’entend comme l’attachement à l’identité et l’histoire d’un territoire.
342
François Charles Du Barail, (général), Mes souvenirs, tome 3, Paris, Plon, 1898, p. 49-50, cf. T. 23.
343
Guy Granger, Yasmina la rebelle du Chélif, Alger/Paris, Marsa Éditions, 2004, cf. T. 48.
344
Belgacem Aït Ouyahia, L’Afrasienne ou la dérive des continents du Kontum au Djurdjura, Alger, Casbah
éditions, 2006, p. 21-22, cf. T. 46.
341
198
d’évangélisation en Kabylie. Ce rappel s’avère nécessaire car nous proposons de mettre en
regard ces textes pour tenter de comprendre les raisons de cette stigmatisation dont eut à
souffrir cette communauté de convertis et, par là aussi, voir son impact sur la représentation
des lieux.
La création de ces villages, à la fin du second empire, est liée à la terrible famine qui
sévit en Algérie à partir de 1867. Le pays fut dévasté par les sauterelles et par trois années
de sècheresse sans précédent. Des épizooties détruisirent son bétail. Cette situation fut
aggravée en 1868 par le choléra et le typhus. La mortalité fut effrayante : « Combien de
victimes disparurent, c’est ce qu’il serait difficile de dire, car l’état-civil n’existe pas pour
les indigènes du territoire militaire » écrit un ancien capitaine de Zouaves345. Il avance
quand même le chiffre de cinq cent mille victimes346. D’innombrables affamés venaient
s’abattre dans la banlieue des villes, pour y mourir. Marcel Émerit explique :
« Poussés par le désespoir, les Arabes de l’intérieur se dirigèrent en foule vers la zone
colonisée avec l’espoir de recevoir des secours des Européens, moins touchés par les
maux qui désolaient le pays. Ils laissaient le long de la route une multitude de cadavres
qui pourrissaient sur place. Les hôpitaux furent vite pleins et leur personnel, décimé par
le typhus, était épuisé par l’immensité de sa tâche. Les pouvoirs publics étant débordés,
347
il fallut faire appel à la charité privée. »
L’archevêque d’Alger, Mgr Lavigerie aidé par la population européenne, recueillit
une multitude d’enfants orphelins ou abandonnés qui restèrent à la charge des populations
et de l’archevêché. La majeure partie fut placée dans un vaste orphelinat pour la fondation
duquel il obtint des subsides conséquents. Pour Lavigerie, c’était la situation idéale pour
réaliser son rêve d’évangéliser les musulmans. Ce fut aussi le début d’une grande
polémique entre le gouverneur général Mac Mahon et l’homme d’église. Marcel Émerit
écrit :
345
E. Perret, ancien capitaine de Zouaves, Récits Algériens 1848-1886, Paris, Bloud et Barral Libraires
éditeurs, 1898, p. 269-270.
346
D’après M. Émerit, la crise de 1867-68 fut la plus grande qu’ait connue l’Algérie : 100 000 victimes dans
la région d’Oran. Il évalue au total 500 000 le nombre de personnes condamnées à mourir de faim in J.-F.
Guilhaume, Les mythes fondateurs de l’Algérie française, préface de Bruno Etienne Paris, L’Harmatthan,
1992, p. 115.
199
« À cette occasion, l’archevêque ne perdit pas de vue le grand dessein de sa vie : la
conversion de l’Afrique. On entendit sortir de sa bouche, au lieu des paroles de pitié
qu’on attendait, des diatribes contre l’Islam, considéré comme responsable de la misère
morale du peuple algérien. “Il faut cesser de le parquer dans son Coran, comme on l’a
fait trop longtemps, comme on veut le faire encore, avec un royaume arabe prétendu ; il
faut lui inspirer, dans ses enfants du moins d’autres sentiments d’autres principes. Il faut
que la France lui donne, je me trompe, lui laisse donner, ceux de l’évangile, en le mêlant
348
enfin à notre vie, ou qu’elle le chasse dans les déserts, loin du monde civilisé. »
On apprit que Lavigerie baptisait les orphelins arabes et affichait l’intention de les
garder près de lui, même s’ils étaient réclamés par leurs proches. Mac-Mahon lui faisait
observer que « la charité devait être désintéressée et qu’il serait odieux d’abuser de la
détresse des musulmans en les obligeant à renoncer à leurs croyances. » 349
Pour l’archevêque il est hors de question de rendre les orphelins à leurs tribus. Il
écrit à Mac Mahon :
« Je suis le père, le protecteur, de tous ceux de ces enfants dont les pères, dont les mères,
dont les tuteurs n’existent plus. Ils m’appartiennent parce que la vie qui les anime
encore, c’est moi qui la leur ai conservée. C’est donc la force seule qui les arrachera de
350
leurs asiles… »
Il termine par une violente diatribe contre la politique des bureaux arabes,
responsables selon lui de la misère et du maintien des mœurs barbares :
« Mieux valent, cent fois, des efforts, des sacrifices même, pendant quelques années, que
de condamner la France à rouler éternellement, dans le vide, ce rocher de Sisyphe, qui
finira par l’écraser, si elle ne lui donnait une base ; cette base c’est celle sur laquelle elle
351
repose elle-même, c’est la civilisation chrétienne. »
Mac Mahon exaspéré envoie copie de ces documents au Conseil d’Etat et demande au
gouvernement impérial d’intervenir. Il craint que la propagande chrétienne dans les tribus
n’engendre des révoltes sanglantes. Il ajoute :
347
Marcel Émerit, « La conversion des musulmans d’Algérie » in Revue Historique, Paris, PUF, 1960, tome
CCXXIII, p. 74.
348
Extrait de la lettre adressée au directeur des écoles d’Orient et publiée aussitôt par les journaux, in Œuvres
choisies de S. E. le cardinal Lavigerie, Paris, 1884, t. 1, p. 165-166, cité par Emerit, p. 75.
349
M. Émerit, « La conversion des musulmans d’Algérie », in Revue Historique, op. cit., p. 75.
350
Extrait de Œuvres choisies de S. E. le cardinal Lavigerie, op. cit., p. 184-185, cité par Emerit, p. 76.
351
Ibid.
200
« Les Arabes ne veulent plus confier leurs enfants à nos écoles et à nos établissement
charitables ; l’œuvre de civilisation va être compromise par les déclarations
malencontreuses d’un prélat qui veut ignorer les intérêts de la France. » 352
Ces tentatives de conversion opérées par l’archevêque ont semé, en effet, un climat
d’inquiétude dans les milieux musulmans. Marcel Emerit cite Si Ben Ali Cherif, un grand
marabout qui relève avec indignation les paroles imprudentes de Lavigerie :
« Nous préférerions voir mourir tous nos enfants que de les voir devenir chrétiens. Avec
nous, donc, pas de transaction possible sur cette question. Vous nous avez
solennellement promis la liberté de notre conscience. Si vous y attentez, vous manquez à
vos serments et vous vous dégagez des nôtres. » 353
De son côté, Lavigerie écrit à l’empereur une lettre où il déclare que
l’administration militaire cherche seulement à diminuer sa responsabilité dans les malheurs
publics. L’empereur répond en donnant raison au gouverneur :
« Vous avez, Monsieur l’Archevêque, une grande tâche à accomplir, celle de moraliser
les 200 000 colons catholiques qui sont en Algérie. Quant aux Arabes, laissez au
gouverneur général le soin de les discipliner et de les habituer à notre domination. »354
Mais l’archevêque n’en fit qu’à sa tête. Ces enfants furent baptisés et convertis au
christianisme. L’archevêque les maria et les établit entre Orléansville (Chlef) et Affreville
(Khemis-Miliana) dans deux agglomérations de la commune d’El Attaf. Il s’agit des
villages de Sainte-Monique et de Saint-Cyprien des Attafs355. Marcel Emerit résume ainsi
son action :
« En ce qui concernait les orphelins arrivés à l’âge adulte, il refusait de les laisser
embaucher comme ouvriers agricoles dans les centres européens. Le but des colons,
écrivait-il “ est de les pervertir et de les amener, par leur exemple, à devenir de libres
penseurs.”356 Il décida donc de les préserver de tout contact spirituel extérieur, de marier
les orphelins baptisés à des orphelines chrétiennes et de fonder les villages où ces
couples s’occuperaient d’agriculture, en se gardant de fréquenter les marchés arabes de
352
M. Émerit, « La conversion des musulmans d’Algérie », in Revue Historique, op. cit., p. 77.
Ibid., Note 1 A. G. G., IEE 33, donnée par M. Émerit, p. 84.
354
Ibid., A.G.G., I EE 41, 12 mai 1868 et lettre de l’archevêque du 14 mai dans I EE 32, référence donnée par
M. Émerit, p. 85.
355
Noms actuels : pour le premier Cheikh Benyahia et Sidi-Bouabida pour le second.
356
Référence donnée par M. Émerit, « La conversion des musulmans d’Algérie », in Revue Historique, op.
cit., p. 82.
353
201
la région, et resteraient sous la surveillance spirituelle des curés et des congréganistes. Il
acheta 100 hectares de terre dans la haute vallée du Chélif et fonda les villages de SaintCyprien et Sainte Monique, qui existent encore aujourd’hui. »357
Cela explique en partie la raison pour laquelle, ils ne furent pas intégrés dans la
communauté chrétienne coloniale. Ces colons, qui ne fréquentent pas les églises, trouvent
donc assez naturel que l’archevêque baptise les orphelins arabes. En fait, comme
l’empereur pratiquait une politique favorable aux agriculteurs indigènes, les colons
« arabophobes » virent d’un bon œil l’offensive de Lavigerie. Désireux d’assimiler
progressivement les musulmans, ils voulaient interdire l’enseignement du Coran tel qu’il
était donné dans les zaouias. Mais l’alliance entre le clergé et les colons n’était guère
solide. Ces derniers, en grande majorité incroyants, sont méfiants et s’ils ont soutenu
Lavigerie c’est surtout par intérêt. Ils pensaient que l’archevêque leur confierait les
orphelins arabes baptisés, dès que ceux-ci auraient atteint l’âge de travailler. Ce serait, dans
les centres de colonisation, une main d’œuvre à bon marché, très docile, parce que les curés
continueraient à leur prêcher la résignation. Lavigerie l’avait laissé croire. Mais son
programme était très différent. Les colons déçus, protestèrent de manière virulente et
retrouvèrent l’arsenal de leur anticléricalisme : « Dans un pays civilisé, allait-on classer les
gens suivant la religion ? On risquait, disaient-ils, de provoquer un antagonisme furieux
entre des races qui devraient peu à peu s’amalgamer. »358
En réalité, explique Marcel Emerit, « Les colons déploraient la hausse du prix des
terres, provoquée par les achats massifs de l’Archevêque, et regrettaient surtout la main
d’œuvre docile qu’on leur avait promise. »359 Selon cet historien cela explique qu’après la
chute du régime impérial, des députés de colons, « Warnier, le saint-simonien, et Alexis
Lambert, l’ancien déporté, n’obtiendront pas de faire donner des concessions aux Arabes
chrétiens dans les villages européens, mais feront rogner les subventions accordées aux
orphelins de l’archevêché. »360
Mostefa Lacheraf dans son intervention lors du colloque « Mémoire et
enseignement de la Guerre d’Algérie » organisé en mars 1992 par l’Institut du Monde
Arabe et la Ligue de l’enseignement rappelle que :
357
Ibid., p. 83.
Cf. les débats dans le Journal Officiel du 23 juillet 1874 référence donnée par M. Émerit, op. cit., p. 83.
359
M. Émerit, « La conversion des musulmans d’Algérie », in Revue Historique, op. cit., p. 83.
358
202
« L’exemple le plus flagrant de ces exclusions est celui de ces centaines de très jeunes
orphelins dont les parents avaient été victimes de la meurtrière famine de l’hiver 18671868 dans le Chélif, et qui furent baptisés autoritairement par le tout-puissant cardinal
Lavigerie. Devenus adultes — et donc chrétiens — ils devaient être dotés de terres dans
de nouveaux villages aux noms significatifs (Sainte-Monique, Saint-Cyprien, etc.). Or,
ni l’Etat colonial, ni les colons européens, ne voulurent gratifier ces convertis malgré
eux d’un pouce de terrain, refusant d’assimiler leur nouvelle religion chrétienne à une
source officielle de droits. »361
En Kabylie, à la même époque, les tentatives d’évangélisation n’avaient eu encore aucun
succès. D’après Marcel Emerit, « Lavigerie crut que les Kabyles, musulmans apparemment assez
tièdes, seraient très heureux de recevoir l’Evangile. Il prétendit avoir reçu des lettres de djemmâas
(conseils municipaux kabyles) qui lui demandaient d’établir des écoles religieuses dans leurs
villages. »362 Ce qui était complètement faux. Cet auteur précise que les Kabyles demandaient des
écoles à l’Administration et offraient d’en faire les frais, mais il s’agissait évidemment d’écoles
françaises laïques. Lavigerie offrit aux Ouadhias une école de Jésuites dont il assurerait les frais.
En 1868, le colonel Hanoteau (le meilleur connaisseur qui fût jamais du milieu kabyle
souligne Emerit) « déclarait que : en cinq ans, les jésuites n’avaient pas obtenu une conversion. Il
ajoutait qu’il est insensé d’affirmer que les kabyles ne sont pas de vrais musulmans : les plus
fameuses zaouias se trouvaient autrefois dans leur pays ». Il ajoute que ces tentatives
d’évangélisation « ridicules » engendreraient dans ces montagnes une dangereuse agitation.
D’ailleurs peu après l’ouverture des écoles chrétiennes, l’inquiétude est grande dans la population
indigène si bien que Si Ben Ali Chérif, ce Marabout qui « a habité la France et connaît bien notre
civilisation » précise Emerit, se plaint au général Durieu en ces termes :
« Vos écoles, vos collèges, votre armée vous attirent plus de monde que jamais les
prédications ne vous en donneraient. Nos enfants vont vers vous malgré nous. Et
comparant vos institutions avec les nôtres, qui sont inscrites dans un seul livre, le Coran,
ils reconnaissent la supériorité des vôtres en matière civile et sont amenés par suite à
douter du Coran. S’ils doutent, ils ne sont plus musulmans. C’est votre grande tolérance,
j’en ai la conviction, qui vous a valu ce rapprochement de gens qui seraient restés sans
cela vos irréconciliables ennemis. C’est vers vous que tous les intérêts matériels
360
Ibid., l’auteur renvoie aux débats cités dans le Journal officiel du 23 juillet 1874.
M. Lacheraf, « Mémoire et enseignement de la Guerre d’Algérie » titre de l’intervention au colloque
organisé en mars 1992 par l’Institut du Monde arabe et la Ligue de l’enseignement.
362
M. Émerit, « La conversion des musulmans d’Algérie », in Revue Historique, op. cit., p. 85.
361
203
appellent la population d’Algérie… Gardez-vous de toute pression ; elle tournerait
certainement contre vous. » 363
Et Marcel Emerit précise que les sanglants événements de 1871 vont justifier cette
mise en garde. Il écrit :
« On est en droit de soupçonner que la grande révolte de Kabylie dirigée par la confrérie
musulmane des Rahmania, révolte qui ne s’est pas produite dans les régions touchées par
la famine, tire en partie ses origines des maladroites tentatives d’évangélisation menées
dans ces montagnes sur l’ordre de Lavigerie. »364
Ce bref rappel historique explique le climat sociopolitique qui a présidé à la création
de ces villages chrétiens et aide à mieux comprendre la relation du général du Barail. Il
permet un angle d’approche plus rigoureux des extraits qui évoquent ces lieux « hybrides ».
• La relation du général du Barail
La relation de du Barail est celle d’un militaire ayant participé à la guerre de
conquête qui écrit ses souvenirs en 1898, c’est-à-dire vingt ans après la création de ces
villages. Elle nous éclaire sur sa position vis-à-vis de ces conversions qu’il estime très
contestables. Ce général rappelle que :
« L’archevêque exploita la terrible famine de 1867, pour obtenir de la misère ce qu’il
n’avait pu obtenir de la persuasion. On enregistrait avec grand tapage les conversions de
quelques orphelins, recueillis par la charité publique, ou celles de pauvres filles perdues,
tristes brebis dont la rentrée au bercail ne devait guère réjouir l’âme du pasteur. »365.
On peut affirmer que cette relation, faite à partie d’un point de vue externe, reflète
certes l’idéologie coloniale de l’époque mais révèle les tensions et enjeux politiques que
suscite l’aménagement du territoire entre civils et militaires, entre religieux et laïcs. Le
conflit ouvert entre l’archevêché et l’administration militaire couvre d’autres enjeux
inavoués.
Les autorités coloniales, militaires et administratives ont souvent, par pragmatisme
363
A. N. F. 80/1746, Mac Mahon au ministre des cultes, Alger, 18 mai 1868, référence donnée par M. Emerit
dans son article, « La conversion des musulmans d’Algérie », in Revue Historique, op. cit., p. 74.
364
Ibid.
365
F. Ch. du Barail, (général), Mes souvenirs, tome 3, op. cit., p. 49, cf. T. 23.
204
politique, adopté une position de réserve vis-à-vis de la conversion des Musulmans au
catholicisme. Les congrégations religieuses, sous la direction de Lavigerie comme nous
venons de le voir, ont intégré pourtant le principe d’une évangélisation à grande échelle
comme en témoigne la création de ces villages chrétiens dans la plaine du Chélif.
Cependant pour Du Barail, les « fameux Pères Blancs, moitié guerriers, moitié
missionnaires » s’ils sont admirables pour leur dévouement, malgré tous leurs efforts pour
inspirer la foi, n’ont pas à leur actif « une seule conversion sérieuse. » Car ajoute-t-il de
façon péremptoire : « on ne convertit pas le Musulman. »
L’analyse de cet extrait permet de souligner que l’Autre, désigné par l’Arabe ou le
Musulman, s’il est évoqué pour illustrer l’inimitié entre le gouverneur de l’Algérie,
MacMahon « pourtant un très grand chrétien »366 et l’archevêque d’Alger Lavigerie, c’est
parce que du Barail comme de nombreux militaires, connaît bien la sensibilité des
musulmans en présence des moindres tentatives de prosélytisme chrétien, leur tendance à
entrer en rébellion dès que l’on touche à la religion. Dans cette relation des faits dont il a eu
écho, le parti pris de l’auteur narrateur est évident. C’est la prise de position solidaire d’un
militaire pour un membre de sa corporation. L’autre n’est ici évoqué que par son
appartenance ethnique ou n’existe que comme entité religieuse irréductible que l’on doit
ignorer et les convertis sont de « pauvres brebis égarées ».
• Évocation des villages chrétiens de la plaine du Chélif : Granger, Aït Ouyahia
Dans Yasmina la rebelle du Chélif, le roman de Guy Granger paru en 2004, ces
villages chrétiens sont également évoqués. L’héroïne éponyme du roman, dont la toile de
fond est la guerre d’Algérie, est une jeune musulmane éprise d’un Français. Cette jeune
fille instruite, choisit la lutte armée et prend le maquis pour combattre l’occupant. Au cours
d’une embuscade qui tourne à la déroute, elle est faite prisonnière. En prison, elle décide de
tenir un journal et évoque son amour pour François au fil de l’écriture. La supposée
narratrice, sait intimement que son amour pour François n’est qu’une « folle passion » ou
qu’un « défi illusoire » car il est réprouvé par les deux communautés. Elle évoque, pour
366
Souligné par l’auteur.
205
s’en convaincre, l’exemple des communautés de « couples mixtes franco–arabes » de la
plaine du Chélif :
« Il existe bien du côté de Saint-Cyprien, dans la plaine du Chélif, une petite
communauté de couples mixtes franco-arabes. Mais, ils vivent sous l’opprobre de la
société qui les appelle « les M’tournis » Ils s’efforcent, en vain, de bâtir une Algérie
nouvelle mais la xénophobie reste la plus forte. Ces haines qui divisent l’Humanité sont
à la fois absurdes, car nul ne peut choisir le lieu de sa naissance, et mauvaises car la
vanité a engendré de tous temps des querelles sanglantes qui ont jeté la terre dans la
désolation. Ne sommes-nous pas les citoyens d’un même monde ? » 367
Yasmina comprend que son amour pour François est condamné d’avance par les
communautés en présence, car il symbolise le choix d’une altérité inacceptable en période
de rupture et de guerre sous couvert d’appartenance à une autre communauté politique,
socio-culturelle et religieuse. Cette communauté mixte est couverte d’opprobre et le même
sobriquet « M’tournis » désigne « les couples mixtes franco-arabes ». On relève ici que le
facteur religieux n’est guère évoqué pour expliquer cette épithète péjorative.
Dans L’Afrasienne ou la dérive des continents, roman de Belgacem Aït Ouyahia
paru en 2006, les personnages du roman, Maxime Boumadi et son fils Marius, sont « des
chrétiens convertis, les imtourniyen »368 de Kabylie. Ils sont tous deux officiers français,
mais malgré tout, ils « restent des melons convertis, selon la riche terminologie dont
Norbert Munoz […] usait le plus naturellement […] pour désigner les Aborigènes
évangélisés d’Algérie. »369 L’évocation des villages de Saint-Cyprien et de Sainte Monique
se fait au détour d’une conversion au sujet des Arabes convertis :
« Qu’est-ce que tu crois ? Il y en a, tu sais, éparpillés un peu partout en Algérie. En
allant du côté de chez toi, sur la route d’Oran, Tu n’as pas vu, à trente ou quarante
kilomètres d’Orléansville, Sainte Monique, Saint Cyprien, avec l’hôpital des religieuses,
juste avant les Attafs ? Il y a un gros noyau de ces melons catholiques comme toi et moi,
et même peut-être plus que nous autres encore… Mais c’est toujours des melons… » 370
367
G. Granger, Yasmina la rebelle du Chélif, op. cit., p. 61, cf. T. 48.
Cf. « M’tourni » ici le terme est formulé dans le parler kabyle.
369
B. Aït Ouyahia, L’Afrasienne ou la dérive des continents du Kontum au Djurdjura, op. cit., p. 21, cf. T. 46.
370
Ibid.
368
206
Le colonisé n’est désigné ici, par le colonisateur, que sur le mode du sobriquet. En
effet, ce mode de nomination n’est qu’un des aspects de la dépossession identitaire qui
relève d’une dépossession plus vaste selon Ahmed Lanasri qui explique :
« Le vaincu est l’indigène, celui qui est né dans le pays avant l’arrivée du conquérant et
se trouve donc en marge de la nouvelle société créée par le colonisateur puisque c’est en
dépit et contre lui que s’est effectué le projet colonial. Ne sachant quoi en faire, sauf à
l’utiliser en tant qu’instrument mécanique de mise en valeur de la colonie, on tente alors,
d’estomper sa présence en le fondant dans la géographie physique du pays comme
simple objet de décor en le vidant de son être : le colonisé a une multitude de sobriquets
371
mais pas de noms, ou alors, il est l’adepte d’une religion : un musulman. »
Et même converti il reste l’indigène, l’autre méprisable. La mise en relation de cet
espace mixte avec les espaces, aussi bien colonial qu’indigène est saisie dans une
représentation stéréotypée. Aussi l’analyse et la comparaison de ces différents points de
vue, dans le cadre d’une approche imagologique semble intéressante car Bertrand Westphal
précise :
« L’imagologie consacre un espace de coexistence entre deux ou plusieurs entités, mais
en aucun cas un espace de con-fusion. L’espace regardé, en l’occurrence, correspond à
une impression du regardant ou d’une classe homogène (identifiable) de regardants, qui,
sans coup férir, se prêtera au clichage. Il aura pour fonction essentielle de révéler le je
regardant à lui-même, et davantage au destinataire de son récit. L’imagologie ne pose
pas dans son principe l’interaction active des regards. Elle les isole pour mieux les
analyser. » 372
Dans le roman de Guy Granger, comme dans celui de Aït Belgacem, l’évocation de
ces villages et de cette communauté convertie est faite d’un point de vue interne : celui
d’un auteur français natif d’Algérie et celui d’un auteur algérien kabyle qui connaît la
réalité des villages chrétiens du dedans. Mais pour le premier en fait, si les « haines qui
divisent l’Humanité sont à la fois absurdes et mauvaises », le contexte colonial et surtout
religieux qui a présidé à la création de ces villages est complètement évacué.
Ces couples « franco arabes s’efforcent, en vain, de bâtir une Algérie nouvelle mais
la xénophobie reste la plus forte » écrit Yasmina dans son journal. La narratrice ne précise
pas l’origine de cette xénophobie et révèle la posture ambiguë de l’écrivain narrateur qui se
371
A. Lanasri, La littérature algérienne de l’entre-deux-guerres, genèse et fonctionnement, op. cit., p. 97-98.
B. Westphal, « Pour une approche géocritique des textes, esquisse », in B. Westphal, La géocritique mode
d’emploi, loc. cit., p. 12.
372
207
dévoile à travers l’écriture du journal. En fait l’usage de ce subterfuge qui consiste à faire
parler une femme de l’autre communauté dans ce roman écrit par un Français manifeste une
volonté de mise à distance du regard, d’un recul vis-à-vis de ses propres préjugés. Ce
procédé révèle malgré tout certain a priori de l’auteur. Ce point de vue d’un Français de
gauche bien intentionné, révèle en fait une méconnaissance de l’histoire de cette région ou
peut-être préfère-t-il l’ignorer ? Pour un auteur, représentant une minorité de la population
coloniale favorable à la fusion, l’exemple du village de « Saint-Cyprien » est mal venu.
L’abstraction du contexte socio-historique de la création de ces villages dans la mise en
écriture de cet espace, affaiblit son argument.
L’humanisme de l’auteur et pseudo narratrice qui affleure dans cette question : « Ne
sommes–nous pas les citoyens d’un même monde ? » est plutôt une affirmation dénonçant
que ces « haines qui divisent l’humanité sont absurdes et mauvaises ». Elle traduit une
réflexion et un désir d’agir pour surmonter les clivages sociaux. Cette action aboutirait sur
la preuve d’une identité commune qui aurait récusé les différences ethniques et religieuses
dressées par les politiques et les intolérants. Elle aurait levé l’interdit sur des tabous et des
discriminations devenus depuis la prise d’Alger jusqu’à nos jours, l’obstacle majeur à
relation harmonieuse entre de milliers de Français et d’Algériens, d’Algériennes surtout,
honnies et parfois immolées pour des amours taxés d’anathèmes.
Les tentatives de bâtir une Algérie où toutes les communautés vivraient en harmonie
relèvent de l’utopie comme l’illustrent ces villages chrétiens de la plaine du Chélif car la
narratrice n’évoque à aucun moment la raison de ce clivage de l’espace dans le contexte
colonial de l’époque. De plus, l’Autre, désigné par son entité raciale « franco-arabe » sans
plus, révèle à l’insu de l’auteur son appartenance à la communauté coloniale et une certaine
nostalgie des lieux, un certain regret caractéristique des romans postcoloniaux des auteurs
pieds-noirs.
Pour le second auteur, les conditions socio historiques de l’évangélisation en
Kabylie et dans cette plaine du Chélif ne sont pas non plus évoquées. Cependant,
l’évocation de ces villages chrétiens sert au contraire à souligner plutôt les différents
comportements que cette évangélisation a induit chez le colonisé et chez le colonisateur.
208
Cette relation dénote une plus grande tolérance de la part de la communauté musulmane de
l’époque vis à vis de ces convertis que de la part de la communauté chrétienne. La guerre
d’Algérie provoquera une scission irrémédiable et ces « Imtourniens » prendront position
en tant qu’Algériens. L’appartenance religieuse n’est pas remise en cause mais le
comportement de l’armée coloniale fera que certains abjureront le christianisme, d’autres
continueront à pratiquer cette religion quand ils ne seront pas carrément agnostiques à
l’image de Amokrane Maxime Boumadi. Ce point de vue interne, sur une communauté
jugée transfuge par les siens, méprisée par les colons européens propose une autre lecture
de l’histoire d’Algérie. Il donne surtout un bel exemple de tolérance et dénonce
implicitement les intégrismes de tout bord qui menacent le pays.
En conclusion l’analyse de ces trois extraits permet de montrer que l’histoire de la
création de ces villages chrétiens que nous avons appelés hybrides, reflète la perpétuation
d’un imaginaire fortement péjoré sur ces lieux et sa population et ce à partir de trois points
de vue et à plusieurs années d’écart. On peut affirmer que les tensions, les stigmatisations,
les non-dits qui ont accompagné la conversion des Musulmans dans le contexte colonial
sont peut être en partie responsables de cette représentation négative des lieux. Cependant,
le facteur essentiel est lié à la violence de la conquête.
Après la guerre totale menée par Bugeaud, les autochtones, ruinés, connurent des
périodes où s’aggravèrent leurs conditions d’existence. En bref, les mesures
d’expropriation des autochtones, privant ceux-ci de leurs meilleures terres au profit de
l’implantation de villages de colonisation, les mesures d’exactions européennes, s’ajoutant
aux aléas naturels, amènent les indigènes au désespoir. Dans les années 1850, les militaires
citent de nombreux cas de famine. Celle de 1867-1868 fut la plus grande. Il faut également
rappeler que suite à l’appropriation des terres par la colonisation, les autochtones sont
cantonnés dans des réserves trop petites pour la communauté qui y vit. Et cette politique de
cantonnement est l’une des constantes de la politique coloniale. Comme on a pu le
constater la perception de ces villages hybrides, à cent huit ans d’écart, reste fortement
péjorée car quelle que soit la stratégie adoptée, en fonction des données du moment, le
monde colonial reste un monde compartimenté où l’espace physique et sémantique est
rigoureusement délimité. Il faut toujours séparer en milieu colonial et cette dichotomie
209
entre espace chrétien européen et espace chrétien indigène, en est l’illustration.
En conclusion on peut affirmer que ces écrits de la première période forment
l’embryon d’une littérature étroitement liée à la guerre de conquête et à l’implantaton
coloniale. Il n’est donc pas étonnant qu’elle soit presque exclusivement le fait des militaires
et que sa thématique soit la création des lieux et l’aménagement du territoire. Il est vrai que
depuis 1830, l’autorité militaire a régné sans partage en Algérie et commis de nombreux
abus de pouvoir en imposant ses vues. Aussi il n’est pas étonnant qu’elle rencontre de
farouches détracteurs et qu’elle n’ait pas suscité d’œuvre majeure. Alain Calmes souligne :
« En raison de cette passable image de marque, l’armée n’a donc inspiré aucune œuvre
importante, car un tel ouvrage eût nécessité, pour voir le jour, une forte subvention du
ministère de la Guerre.»373
Il précise entre autre que Louis Bertrand s’est aventuré dans Le roman de la
conquête374 mais selon son avis, que nous partageons, « Les pages les plus vivantes – selon
nous – sont dues à Isabelle Eberhardt, que Lyautey qualifia avec une sympathie non feinte
de « réfractaire ».Car Isabelle Eberhardt est l’un des rares auteurs à mettre en scène les
autochtones sans parti-pris.
373
374
Alain Calmes, Le roman colonial en Algérie avant 1914, Paris, l’Harmattan, 1984, p. 137.
Louis Bertrand, Le roman de la conquête, Paris, Fayard, 1929.
210
TROISIÈME PARTIE
CONFIRMATION LITTÉRAIRE DE LA PLAINE DU
CHÉLIF
211
CHAPITRE PREMIER
ÉVOCATION DE LA PLAINE DU CHÉLIF DANS
LA LITTÉRATURE COLONIALE
Dans son acception la plus large, l’expression littérature coloniale englobe des
œuvres qui traitent d’un sujet en relation avec les colonies, sans autre précision
géographique ni thématique. Le genre de littérature coloniale est de fait un genre flou.
Proliférant sous diverses étiquettes, il désigne aussi bien des productions médiocres
destinées à nourrir des rêveries de bazars que des écrits consacrées à l’exaltation de
l’empire et à la connaissance de l’Ailleurs.
Pour préciser le champ couvert par cette notion de littérature coloniale il importe de
définir ses liens avec l’idée coloniale. En fait, le rapport à l’idéologie, à l’exotisme, et au
réel constituent trois déterminations de la littérature coloniale et fournissent un cadre
interprétatif à qui veut aujourd’hui lire tel roman colonial, telle relation de voyage, tel essai
dans un contexte qui les éclaire. Aussi dans le cadre de notre problématique, nous classons
sous cette étiquette tous les écrits parus dans la période coloniale mais en établissant encore
la distinction entre écriture à fonction testimoniale et écriture poétique. Ces écrits
constituent un ensemble discursif intéressant au plan de l’histoire de l’émergence littéraire
d’un lieu et par là dans le cadre de l’approche géocritique que nous avons adoptée. Car en
fait la littérature coloniale peut être considérée comme un ensemble de documents qui
permettent « une relecture distanciée de textes précisément datés, qui s’avèrent pertinents
pour qui s’intéresse au contact de culture »375.
375
Comme l’écrit Martine Mathieu dans sa présentation du volume d’actes du colloque sur Le Roman
colonial, Paris, L’Harmattan, 1987.
212
I. ÉCRIVAINS VOYAGEURS ET DESCRIPTION DE LIEUX
• 1872. Alphonse Daudet, Tartarin de Tarascon
Dans Tartarin de Tarascon376 Alphonse Daudet dépeint la plaine du Chélif en plein
chantier colonial. S’il faut le situer historiquement, disons qu’il correspond à la phase finale
de l’ère des Bureaux arabes377 en Algérie et à la fin de l’Empire en France. En effet de
décembre 1861 à février 1862, Daudet fait un voyage de neuf semaines en Algérie qui le
mènera à Alger, Blida, Miliana, où il séjournera assez longtemps, et à Orléansville. Ce
voyage va donner lieu aux Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon et à certaines
nouvelles des Contes du lundi et de Lettres de mon moulin. Il est important de rappeler le
contexte socio historique de cette période pour mieux saisir la portée satirique de Tartarin
de Tarascon.
Depuis le début de la colonisation algérienne une controverse complexe opposait les
partisans du régime d’administration militaire, héritier et continuateur de la conquête, à
ceux d’un régime d’administration civile qui aurait assimilé l’Algérie à la France
métropolitaine comme le voudraient les colons. Les hésitations de Napoléon III qui favorisa
tantôt l’un tantôt l’autre contribuèrent à aviver les oppositions et à durcir les positions. En
effet l’armée par l’intermédiaire des Bureaux arabes, avait autorité totale sur les habitants
du pays aussi bien au point de vue administratif que juridique. Cette toute puissance
conduisit à des abus que les adversaires de ce mode d’administration eurent beau jeu de
dénoncer. De fait, les pratiques scandaleuses auxquelles se livraient les militaires sur la
population locale, exécutions sommaires, extorsions de fonds, sévices, étaient des procédés
habituels de cette administration. Mais en réalité, les raisons de cette opposition des colons
n’avaient rien d’humanitaire. Les officiers des Bureaux arabes, s’ils maltraitèrent souvent
leurs administrés, furent aussi une protection contre les appétits territoriaux des colons dont
376
A. Daudet, Aventures prodigieuses de Tartarin de Tarascon, Paris, [1ère éd.1872], réédité par l’école des
loisirs, Paris, 1981, (notre édition de référence), p.120-122, cf. anthologie T. 11.
377
Il faut préciser que la conquête du pays s’est doublée d'un effort de colonisation agricole avec la création
des bureaux des affaires arabes en 1844 par Bugeaud. C’est en fait un système de gouvernement indirect
exercé par des chefs indigènes reliés au commandement français par ces bureaux des affaires arabes.
L’Algérie des « tribus », soumise au régime du sabre, est mise à sac par les militaires et les chefs arabes
nommés par la France.
213
la première revendication était « le droit d’exproprier les Algériens »378 et si l’officier du
bureau arabe devint « la bête noire qu’ils accusèrent des pires méfaits, entre autres
d’entretenir la guerre, pour les empêcher de progresser »379 c’est surtout parce que selon les
paroles de l’un d’eux « il estimait injuste de dépouiller le peuple arabe des biens dont il
jouissait depuis un temps immémorial pour en doter des déclassés faméliques, incapables
de les faire fructifier. »380Aussi lorsqu’en 1860 Napoléon III fit succéder à une expérience
d’administration civile un retour à la suprématie militaire, c’est, en partie, parce qu’au
cours d’un voyage en Algérie, il avait été frappé par la nécessité de préserver le Arabes
contre l’exploitation systématique qui naissait de la collusion entre l’administration civile et
les intérêts européens. Martine Astier Loutfi explique de cette manière le contexte sociohistorique de parution de Tartarin de Tarascon :
« En 1858, Clément Duvernois, ancien rédacteur en chef du journal d’Alger La
colonisation, défendait dans un livre intitulé L’Algérie ce qu’elle est, ce qu’elle doit être,
les nécessités du cantonnement, cette institution qui visait apparemment à transformer
les terres tribales en propriétés individuelles et les Arabes nomades en paysans
sédentaires, en fait colons et spéculateurs pouvaient ensuite acquérir ces terres à bon
compte381. Au livre de Duvernois répondait celui d’Ismaël Urbain L’Algérie pour les
Algériens, bientôt suivi de Indigènes et immigrants qui, par l’influence qu’ils eurent sur
la politique de l’empereur valurent à leur auteur de devenir l’objet des attaques du parti
de la colonisation. En 1867, Mgr Lavigerie, archevêque d’Alger, raviva la polémique :
son prosélytisme catholique était apparu comme une menace aux officiers soucieux de
ne pas irriter la susceptibilité religieuse des Musulmans, l’Archevêque lia sa cause à
celle de la colonisation et mena contre le régime militaire une campagne qui, soutenue
par la presse catholique métropolitaine, Veuillot et Montalembert en tête, répandit
largement ces accusations contre le régime militaire. Seule la chute du Second Empire
mit temporairement, un terme au débat entre militaires « arabophiles » et colons
« arabophobes » (que leurs adversaires qualifiaient « d’arabophages »)382. Il est
vraisemblable que Daudet eut des échos de ces polémiques : il collaborait au Figaro
dont Alexandre Duvernois, frère de Clément, et lui aussi propagandiste colonialiste, était
le rédacteur en chef. » 383
378
Ch.-A. Julien, Histoire de l’Algérie contemporaine, op. cit., p. 340.
Paltingeas, officier du bureau arabe de blida, cité par Ch.-A. Julien, op. cit., p. 336.
380
Ibid., p. 405.
381
Ch.-A. Julien, op. cit., p. 404.
382
Cette opposition semble s’être perpétuée, après le régime du sabre. Dans son livre, si révélateur de l’état
d’esprit colonisateur de certains Français à la fin du siècle, Je deviens colon, mœurs algériennes, Paris,
Calman Lévy, 1895, Hugues Le Roux, évoquant son installation en Algérie, en 1894, écrit : « le plus résistant
obstacle que l’on trouve devant soi, au moment où les pioches se lèvent, ce n’est pas le granit des Hauts–
Plateaux, c’est un état d’esprit,particulier aux colons algériens, et qui s’appelle l’arabophobie. Il a déterminé
une violence contraire aussi déraisonnable, presque aussi dangereuse : l’arabophilie. Celle-ci serait le fait des
personnes parlementaires en tournée de caravane, et, généralement de tous les touristes qui visitent la colonie
avec un billet circulaire. », p. 110-111.
383
Martine Astier Loutfi, Littérature et Colonialisme l’expansion coloniale vue dans la littérature
romanesque française 1871-1914, Paris/La Haye, Mouton, 1971, p. 7-8.
379
214
C’est dans ce contexte politique, que l’Algérie nous est montrée envahie par des
militaires dans Tartarin de Tarascon, « où les parfums de l’orient se compliquent d’une
forte odeur d’absinthe et de caserne ». Dans ce récit satirique, le narrateur raconte comment
Tartarin en voyage en Algérie, part à la chasse au lion. L’aventure qui tourne au fiasco est
prétexte à une satire féroce des visées colonialistes et surtout des rêves de société idéale qui
se sont multipliés au XIXe siècle.
L’extrait que nous avons choisi est composé de deux tableaux dissonants qui
décrivent « la formidable et cocasse Algérie française » dans ses deux réalités : l’Algérie
des tribus, et l’Algérie des villes. Tableau réaliste de la mauvaise administration de
l’Algérie sous le régime du sabre. Le réquisitoire est « violent », et déconsidère
littérairement aussi bien le régime militaire que son annexe littéraire, l’exotisme « héroïque
et guerrier ». Or, comme le rappelle si bien Martino en 1931 : « La conquête de la France
est contemporaine de l’expansion du romantisme en France ». Désormais, « chaque
voyageur emporta de France avec lui son Algérie toute faite : comme ils passèrent très vite,
presque tous, ils n’eurent que très peu à la retoucher ». « Les poncifs appelaient la satire. Ce
fut Tartarin. » 384
La période à laquelle Daudet publie son roman, 1872, correspond sur le plan
littéraire, à la grande période du courant réaliste (réaction contre l’idéalisme romantique,
pour lequel l’art doit transcrire le réel) et du mouvement naturaliste. Or si la littérature
coloniale et l’exotisme ont pour vocation commune de traiter d’un ailleurs, hors d’Europe,
l’exotisme conventionnel devient la tare à éviter, le vestige d’un passé révolu, démoli et
néfaste. Avec Tartarin, Daudet met fin à l’édulcoration des hommes et des paysages qui
caractérisait le romantisme. « La vogue de l’exotisme et de l’orientalisme cachait les effets
néfastes de la politique des Bureaux arabes. Tartarin vient ridiculiser en fait l’orientalisme,
renverser son décor de carton pâte et montrer la réalité. » 385
384
Martino, Doyen de la Faculté des lettres d’Alger cité par Jean Gourdon, Jean-Robert Henry et François
Henry-Lorcerie, Revue Algérienne des Sciences juridiques, économiques et politiques, Alger, Faculté de droit,
université d’Alger, mars 1974, n°1, vol. XI, p. 183.
385
J. Gourdon, J.-R.Henry et F. Henry-Lorcerie, « Roman colonial et idéologie coloniale en Algérie », in
Revue Algérienne des Sciences juridiques, économiques et politiques, Alger, Faculté de droit, université
d’Alger, mars 1974, n°1, vol. XI, p. 179.
215
Pour Martine Astier Loutfi, « il est évident que l’auteur n’évoque pas seulement des
impressions de voyage mais qu’il illustre ironiquement les plaintes antimilitaristes »386. Elle
souligne qu’il ne traite guère mieux les colons, victimes d’une administration parasitaire
qui leur « mange… jusqu’aux tiges de [leurs] bottes » que nous voyons « dans les cafés en
train de boire de l’absinthe en discutant des projets de réforme et de constitution. » 387 Les
Arabes y sont encore plus maltraités comme l’illustre ce passage :
« L’autorité féroce et sans contrôle de bachagas fantastiques, qui se mouchent gravement
dans leurs grands cordons de la Légion d’honneur, et pour un oui ou pour un non font
bâtonner les gens sur la plante des pieds. La justice sans conscience de cadis à grosses
lunettes, tartuffes du Coran et de la loi, qui rêvent de 15 août et de promotion sous les
palmes et vendent leurs arrêts, comme Esaü son droit d’aînesse, pour un plat de lentilles
ou de Kouskous au sucre. Des caïds libertins et ivrognes, anciens brosseurs d’un général
Youssuf quelconque, qui se soûlent de champagne avec des blanchisseuses mahonnaises,
et font des ripailles de mouton rôti, pendant que, devant leurs tentes, toute la tribu crève
de faim, et dispute aux lévriers les rogatons de la ribote seigneurale. » 388
Cette diatribe virulente mérite d’être citée intégralement parce qu’étant présentée
comme une partie de cette Algérie réelle que « Tartarin aurait pu voir, s’il s’en était donné
la peine », « elle pouvait être interprétée comme un document sur la société indigène en
1862, date du voyage de Daudet en Algérie » explique Martine Astier Loutfi. Mais surtout,
« le choix des détails révèle l’influence que les thèses colonialistes avaient eu sur la vision
de Daudet »389. Les qualités civilisatrices de la colonisation étaient un des thèmes sur lequel
les propagandistes d’Alger revenaient constamment. « Le thème de la mission civilisatrice
des colonisateurs allait devenir par la suite une des bases de l’idéologie impérialiste. (cf. la
deuxième partie). Dans la remarque amère de Daudet il est difficile de discerner s’il déplore
les prétentions des colonisateurs ou les résultats obtenus. » 390
Car contrairement aux militaires qui pensaient que les Arabes n’étaient pas
« civilisables », les colons considéraient, avec plus ou moins de bonne foi, qu’il était de
leur devoir de civiliser cette population. Au sujet de ces chefs arabes sans foi ni loi,
Alexandre Duvernois écrit : « ils ont été créés par nous seuls »391, « nous » c’est-à-dire
cette administration militaire française irresponsable qui d’un « cireur de bottes » veut faire
386
M. Astier Loutfi, Littérature et Colonialisme, op. cit., p. 9.
Cf. T. 11.
388
Ibid.
389
M. Astier Loutfi, Littérature et Colonialisme, op. cit., p. 9.
390
Ibid., p. 11.
391
Alexandre Duvernois, Le Régime civil en Algérie, Paris, J. Rouvier, 1865, p. 137.
387
216
un administrateur, comme on le voit dans Tartarin. Daudet complète le bilan de
l’administration militaire par cette description du pays fort dépréciative :
« des plaines en friche, de l’herbe brûlée, des buissons chauves , des maquis de
lentisques, le grenier de la France… grenier vide de grains », hélas, et riche seulement en
chacals et en punaises. Des douars abandonnés, des tribus effarées qui s’en vont s’en
savoir où, fuyant la faim, et semant des cadavres le long de la route. De loin en loin un
village français, avec des maisons en ruines, des champs sans culture, des sauterelles
enragées…»392
En fait, les résultats économiques expriment de manière éloquente la faillite du
régime d’administration militaire. Pour Martine Astier Loutfi : « Daudet, dans Tartarin de
Tarascon, publié en 1872, confirmait non seulement les « vices » du régime militaire mais
l’échec d’une politique coloniale dont le souverain déchu avait été responsable. »393
Aussi pour cette auteure, que certains critiques littéraires aient pu « croire que
Daudet donnait dans cette œuvre, une image exacte de la société indigène démontre que les
préjugés racistes peuvent obscurcir le jugement littéraire. Sur plusieurs points : l’antimilitarisme, l’anti-arabisme, la position de Daudet rejoint celle des colons, mais ceci ne
semble pas impliquer une prise de position politique »394. Pour elle, l’essentiel dans
l’écriture de Daudet est à but littéraire :
« La description algérienne de Daudet est guidée par des intentions littéraires plus que
documentaires ou polémiques. Daudet se sert de la réalité coloniale pour démystifier le
rêve oriental que de « nombreuses lectures » avaient forgé dans l’esprit du Tarasconnais
et de ses contemporains. Pour mieux faire ressortir la folie de son héros, l’auteur a
accentué le contraste entre la vision exotique de son héros de Tartarin et la réalité. Il était
dès lors, parfaitement justifiable qu’il empruntât à ses observations, à ses lectures, et aux
polémiques contemporaines les traits les plus excessifs, les plus choquants de la colonie,
car ils étaient ceux qui pouvaient le mieux mettre en évidence l’aveuglement de son
héros. » 395
Il n’en demeure pas moins que cet écrit satirique qui dénonce « l’exotisme colonial
et guerrier » est étroitement articulé au contexte socio-culturel de l’époque et contribue à le
reproduire. Nous pouvons affirmer que cet extrait nous brosse la réalité coloniale, même si
certains détails sont grossis plus que d’autres dans un but autre que celui de dénoncer cette
392
Cf. T. 11.
M. Astier Loutfi, Littérature et Colonialisme, op. cit., p. 11.
394
Ibid.
395
Ibid.
393
217
situation coloniale. Aussi cet extrait offre-t-il un intérêt historique autant que littéraire car
« le texte est indissociable du tissu social où il a été produit. »396
• 1884. Guy de Maupassant, « La vallée du Chélif »
En 1881 il parcourt l’Algérie comme envoyé spécial du journal Le Gaulois car des
soulèvements agitent le pays. Il envoie des chroniques sur son exploration du pays et sur le
soulèvement de Bou Amama dans le sud oranais. Le texte auquel nous avons donné le titre
« la vallée du Chélif »397 est extrait du livre Au Soleil398. La particularité de ce livre, qui
rassemble ses différents écrits sur l’Algérie envoyés à divers organes de presse, c’est qu’il
reconstitue un itinéraire qui répond aux lois du genre du récit de voyage. Les villes
traversées sont autant d’étapes du voyage réel et servent de maillons à la chaîne littéraire du
récit, les chapitres portant pour titre des circonstants de lieux. En fait le texte que nous
avons choisi est extrait du chapitre intitulé ultérieurement (cf. note) « La province d’Oran ».
Dans cet extrait qui se présente donc explicitement comme un épisode du voyage :
« Pour aller d’Alger à Oran, il faut un jour de chemin de fer », le narrateur traverse
« l’immense vallée du Chélif » et en présente une description apparemment réaliste.
Le voyage en train, en plein été est pénible et toute la description tend à faire saisir
la sensation de solitude liée à l’immensité du paysage et l’atmosphère d’écrasement perçue
par le narrateur. En suivant la vallée du Chélif « un horizon stérile et brûlant » s’offre au
regard. Cette plaine qui constitue « un espace démesuré tout plat », est « enfermée en des
montagnes désolées, grises et brûlées, sans arbre, sans une herbe. »
Le récit au présent donne l’illusion de l’immédiateté mais le déroulement linéaire du
voyage particulier est perturbé quelquefois par des échappées dans l’intemporel qui confine
396
Marc Angenot, Un état du discours social, « L’univers des discours », Longueuil (Montréal), Le
Préambule, 1989, p. 34.
397
Cf. T. 18.
398
Guy de Maupassant, Au soleil, Œuvres complètes illustrées, Paris, librairie Ollendorf, [1884 1ère éd.], 1902
ème
(2 éd., notre éd. de référence), p. 27-30. Nous signalons que le même extrait figure dans le chapitre intitulé
« La province d’Oran », in Lettres d’Afrique (Algérie, Tunisie), présentation de Michèle de Salinas, Paris, La
boîte à documents, 1990, p. 304-305-306.
218
au guide de voyage. « Quelquefois » on aperçoit un bouquet d’arbres, des Européens hâlés
des soldats barbus. C’est un hameau d’agriculteurs protégé par un détachement de ligne »,
« De temps en temps des campements d’indigènes», « et c’est ainsi toujours. Aux haltes
du train, d’heure en heure, un village européen se montre, quelques maisons pareilles à
celles de Nanterre ou de Rueil ». On note ainsi que la colonisation est bien établie, la ligne
ferroviaire sert de point de jonction entre les villages européens mais les hameaux sont
encore protégés par les soldats.
Bien que le réel laisse ses empreintes au travers des noms de lieux, Orléansville,
Oran, ou la désignation des personnages : « des Européens »,», « des campements
d’indigènes », « des troupes de nomades », les touches réalistes associés au décor servent
de faire-valoir à l’insolite, mis en lumière par un effet de contraste. En effet, si l’itinéraire
esquissé se présente d’emblée comme un compte rendu ou un récit de voyage, il emprunte
aux procédés de la fiction en se dégageant du principe de transparence auquel semble le
réduire son statut référentiel : il se donne une dimension tragique lorsqu’il évoque la
tyrannie exercée par le soleil contre la terre.
Le Soleil et la terre sont deux leitmotivs de ce récit de voyage comme l’illustrent ces
expressions : « La terre devient nue et rouge, la vraie terre d’Afrique », « l’immense
vallée…sans arbre, sans une herbe », « l’affreuse misère du sol dévoré par le soleil »,
« l’étendue de terre stérile et poudreuse », « la poussière fine et brûlante » « la couleur
monotone de la terre » et en conclusion : « la chaleur est intolérable » « l’eau brûle la
bouche, et l’air qui s’engouffre … semble soufflé par la gueule d’un four. » Ainsi de cette
traversée de la plaine du Chélif, ce sont l’immensité de la plaine où s’égrènent les nouvelles
colonies et l’élément climatique qui sont retenus.
En fait, dans cet extrait qui place les étapes du voyage au premier plan, reconstituant
un itinéraire, le narrateur, tente de maîtriser l’altérité et de restituer son objet de conquête
au lecteur. Il se pose comme un passant voyeur qui regarde sans chercher à pénétrer la
conscience de l’autre. Il désire simplement voir ce qu’il y a à voir sans abandonner ses
repères culturels. Le récit de voyage qui mime un échange de conversation entre le
voyageur-narrateur, investi d’un savoir à faire passer, et le lecteur potentiel, se charge d’une
219
valeur essentiellement didactique. La source énonciative se caractérise par une voix unitaire
et impersonnelle qui, en se révélant par l’utilisation des comparatifs « pareilles à celles de
Nanterre ou de Rueil », apparaît comme la porte parole d’une conscience française. En fait,
Maupassant, s’il aborde le système colonial dans sa réalité quotidienne, s’il note le
dénuement du peuple arabe, garde sa sympathie aux militaires. Mostefa Lacheraf note dans
Littératures de combat :
« Guy de Maupassant, ne s’embarrasse, alors, d’aucun scrupule dans un récit de voyage
triomphaliste intitulé : « Au soleil » et au cours duquel il emploie un vocabulaire
invariablement méprisant et contraire à la vérité. […] L’auteur de cette héroïque
randonnée traite nos compatriotes de tous les noms, et les représente sous les traits les
plus abjects inspirés, en droite ligne, des pires préjugés chers aux militaires français des
sinistres « bureaux arabes » dont il était l’hôte complaisant. Il l’avoue en quelque sorte et
nous laisse deviner la source d’information dont ce reporter et cet écrivain fait la
découverte auprès des représentants officiels de l’idéologie coloniale, et cela, sans aucun
effort de sa part, ni sens critique,ni probité intellectuelle. […] La terminologie et les
clichés indigénophobes399. si caractéristiques de cette ère d’apogée de la domination
coloniale et dont témoigne le récit de voyage de Guy de Maupassant, laissent supposer
que l’auteur ne fut pas non plus insensible aux théories de certains théoriciens et
activistes haut placés tels que Warnier, Masqueray, Lavigerie, etc.[…] Maupassant cesse
d’être un journaliste motivé ou simplement désigné pour exécuter une tâche déterminée ;
il cesse d’être, du même coup un écrivain réaliste , un témoin faisant l’effort serein et
crédible d’objectiver sa propre vision du monde – ou d’un monde jamais connu
auparavant. Pour lui il n’y a en face, qu’une totalité brute qu’il ne daigne pas connaître
par l’application à ce champ nouveau d’une curiosité investigatrice d’ordre social. »400
Martine Astier Loutfi abonde dans ce sens en faisant remarquer que « les chroniques
algériennes de Maupassant font une large place à l’exotisme le plus douteux ». Selon elle,
si cet auteur a réagi, comme ses contemporains, « aux méthodes de colonisation qui lui
paraissaient immorales, incohérentes, corrompues et dangereuses », il convient de préciser
que : « Les manifestations du colonialisme qu’il dénonça et exploita furent des symptomes
superficiels qui ne l’empêchèrent pas de donner une adhésion quasi spontanée aux forces
expansionnistes. »401
399
Mostefa Lacheraf, Littératures de combat essais d’introduction : étude et préfaces, Alger, éditions
Bouchène, 1991, p. 78, note de l’auteur : « Plus exactement « arabophobes », pour se conformer à l’un des
termes de la classification adoptée par les tenants de l’idéologie coloniale de la fin du XIXe siècle à travers
leur vision assimilationniste du peuple algérien qui divisait ce dernier a contrario entre des partisans et des
critères négatifs ou positifs, et sur des bases anthropologiques et pseudo-raciale. »
400
M. Lacheraf, Littératures de combat essais d’introduction : étude et préfaces, op. cit., p. 77-78-80.
401
M. Astier Loutfi, Littérature et colonialisme, op. cit., p. 20.
220
• 1902. Isabelle Eberhardt, Aïn Djaaboub
Cette nouvelle raconte l’histoire d’amour entre deux jeunes gens que la destinée
sépare. Elle est intéressante car l’espace mis en scène est celui de Ténès. Les noms de lieux,
« L’oued Allala », « le mont de Sidi Merouane », « les côteaux de Chârir » ancrent le récit
dans le réel mais Aïn Djaaboub, qui signifie la fontaine ou source, est à la fois un lieu
symbolique et métaphorique puiqu’il est aussi source de légende et de la fiction.
L’intrigue se résume à l’histoire d’amour contrariée par les aléas de la vie. La
nouvelle répond au schéma classique du conte : une situation initiale où le héros Si
Abderrahman, un jeune taleb lettré venu de Tlemcen, arrive à Ténès, un lieu qui l’enchante.
Les événements s’enclenchent, il rencontre Lalia une jeune ténésienne au bord d’une
fontaine. Les deux jeunes gens s’éprennent l’un de l’autre, une folle passion les unit. Mais
la maladie du père oblige le héros à quitter son amante. La jeune fille est désespérée par la
séparation et ne se résout à laisser partir son amant qu’après lui avoir fait boire l’eau de Aïn
Djaaboub, une« eau miraculeuse qui a pour vertu d’obliger au retour celui qui en a goûté ».
Il part, habité par la nostalgie du lieu et de Lalia : « Si Abderrahmane sentit que depuis
qu’il avait quitté Ténès, tout lui semblait morne et décoloré ». Il est contraint de rester à
Tlemcen et succède à son père dans sa fontion de grand Mouderrès402. Cinq années ont
passé lorsqu’il peut enfin se dégager de ses responsabilités et revenir à Ténès. Mais « il ne
trouva de Lalia qu’une petite tombe grise. […] Lalia était morte, après avoir attendu le
taleb dans les larmes pendant deux années ». Sidi Abderrahman se retire du monde et se
consacre à une vie de prière.
L’espace joue un rôle important dans cette fiction. Deux espaces sont mis en scène
celui de la fontaine Aïn Djaaboub, le lieu de la rencontre et de la séparation des amants, qui
s’insère dans celui plus vaste de Ténès. En effet, toute la nouvelle est organisée autour de la
description de Ténès. Le texte se présente comme un diptyque, une sorte de tableau en deux
volets. Le premier volet nous présente un paysage ténésien euphorique à partir de deux
points de vue. L’arrivée du héros à Ténès « un jour, à l’aube » est le prétexte d’une
description détaillée du site. Les localisateurs et les noms de lieux structurent cette
402
Professeur versé dans les sciences théologiques en particulier.
221
description. Le tableau représente un paysage très coloré dont les différents éléments qui le
composent sont évoqués par des taches de couleur rappelant les paysages impressionnistes :
« Au pied de la montagne, la Ténès des Musulmans apparaissait en amphithéâtre, toute
blanche dans le brun chaud des terres et le vert puissant des figuiers.[…] une légère
brume violette enveloppait la montagne et la vallée, tandis que les lueurs orangées et
rouges embrasaient lentement l’horizon, derrière le djebel Sidi Meraouane.
Et tout fut rose, dans la vallée et sur la montagne. Ténès apparut à Si Abderrahman, à la
plus gracieuse des heures, sous des couleurs virginales. » 403
Toutes ces couleurs traduisent l’état de réceptivité du narrateur son accord parfait
avec la nature. L’étonnante polychromie du panorama s’oppose à la présentation de la ville
du « Vieux Ténès ». Le « Ténès des Musulmans » est ainsi décrite : « près des vieux
remparts noircis et minés par le temps, entre les maisons caduques, délabrées sous leur
suaire de chaux immaculée, s’ouvre une petite place qu’anime seul un café maure fruste et
enfumé. » Le registre assez sombre et triste auquels appartiennent ces termes « vieux,
noircis, minés, caduques, délabrées, suaire, fruste, enfumé » est atténué par la luminosité de
la « chaux immaculée ». Cette description révèle l’origine fort ancienne de la ville et son
extrême pauvreté. Elle n’est pas du tout péjorative mais empreinte de réalisme car cette
place de « Vieux Ténès existe toujours » même si les habitations qui l’entourent sont plus
neuves. Elle est aussi prétexte à une autre forme paysagère.
En effet c’est à partir du « café maure»404 qu’une seconde vue d’ensemble de Ténès
nous est présentée : « de là, on voit l’entrée des gorges, les forêts de pins […] les ruines de
la vieille citadelle qu’on appelle smala. Tout en bas, parmi les roches éboulées et les
lauriers roses, l’oued Allala roule ses eaux claires. ». Ces différentes descriptions, loin
d’être un simple décor, un cadre dans lequel l’action évolue traduisent la réceptivité de
l’auteure, sa sensibilité au paysage qui l’environne. Les couleurs changeantes, les formes
géométriques variées s’imposent dans l’écriture d’Isabelle Eberhardt au point d’imprégner
toute son œuvre. De fait, dans certaines nouvelles de cette auteure, la rêverie face à un
paysage semble prendre plus de place que l’intrigue. La dimension spatiale prend le pas sur
la dimension temporelle. Les paysages y tiennent une place de choix et la description ne
forme pas une catalyse mais un élément essentiel du récit.
403
404
Cf. T. 36, de façon générale, l’écriture d’Isabelle Eberhardt est très soucieuse des couleurs.
Lieu réservé aux hommes et privilégié par l’écrivaine qui s’y mêlait aux autochtones, habillée en homme.
222
Souvent envisagée comme un arrêt dans la narration, comme un reflet de l’état
d’âme du personnage, ou encore comme un dispositif rhétorique, la description dans les
récits d’Eberhardt prend une toute autre dimension. Elle nécessite d’interroger le lien entre
l’expérience vécue et la description littéraire, entre la contemplation et le paysage écrit.
Ainsi que l’explique Rachel Bouvet : « Il semble bien que le récit cherche sans cesse à
remettre en scène l’acte de paysage à l’origine de l’écriture. »405
« L’acte de paysage », selon cette auteure, renvoie effectivement au « paysage
comme expérience vécue ». Le paysage se construit de manière intime, lors d’une
expérience visuelle, olfactive, auditive, tactile qui peut donner lieu à la contemplation ou
susciter d’autres réactions personnelles. Comme l’explique très justement Alain Corbin :
« [L]e paysage est manière de lire et d’analyser l’espace, de se le représenter, au besoin
en dehors de la saisie sensorielle, de le schématiser afin de l’offrir à l’appréciation
esthétique, de le charger de significations et d’émotions. En bref, le paysage est une
lecture, indissociable de la personne qui contemple l’espace considéré. » 406
C’est lors de l’interaction entre un sujet et une réalité physique que le paysage
s’élabore, que ses contours se précisent que ses formes et ses couleurs se fixent. Cet acte de
perception où entrent en jeu de nombreux filtres, joue un rôle déterminant dans tout récit,
particulièrement les récits de voyage, pour la simple raison que le récit s’élabore à partir de
la traversée réelle, physique, de l’espace, et que les descriptions littéraires reposent sur des
actes de paysage préalables. « La littérature se nourrit de l’expérience vécue, elle s’offre
comme un prolongement de cette rêverie spatiale qui affecte bien des voyageurs. »407
Autrement dit, un paysage n’existe pas à l’état naturel, il suppose un choix effectué par un
sujet, une création esthétique, où interviennent la sensibilité et l’émotion, une interaction
entre un sujet et un site particulier. Eric Dardel écrit dans son ouvrage sur L’Homme et la
terre :
405
Rachel Bouvet, Pages de sable Essaisur l’imaginaire du désert, Montréal, XYZ éditeur, coll.
« Documents », 2006, p. 60.
406
Alain Corbin, L’homme dans le paysage, Paris, Textuel, 2001, p. 11.
407
R. Bouvet, Pages de sable, op. cit., p. 43.
223
[L]e paysage n’est pas un cercle fermé, mais un déploiement. Il n’est vraiment
géographique que par ses prolongements, que par l’arrière-plan réel ou imaginaire que
l’espace ouvre au-delà du regard. […] Le paysage est une échappée vers toute la Terre,
une fenêtre sur des possibilités illimitées : un horizon. Non une ligne fixe, mais un
mouvement, un élan. »408
Le lieu de l’intrigue, Aïn Djaaboub, lieu de la première rencontre des amants, est
avons-nous dit, un lieu symbolique. Le terme Aïn désigne la fontaine et renvoie à l’eau,
source de toute vie, lieu où l’amour s’éveille. Il est à relever que dans la nouvelle Aïn
Djaaboub si les lieux évoqués sont bien réels, l’espace fictionnel annoncé par le titre
fonctionne comme dans le conte. Le motif de la fontaine ou de la source est largement
exploité dans les contes et les légendes. Dans le dictionnaire des symboles on peut lire :
« La sacralisation des sources est universelle, du fait qu’elles constituent la bouche de
l’eau vive ou de l’eau vierge. Par elles, se fait la première manifestation, sur le plan des
réalités humaines, de la matière cosmique fondamentale, sans laquelle ne pourraient être
assurées la fécondation et la croissance des espèces. L’eau vive, qu’elles répandent est
comme la pluie, le sang divin, la semence du ciel. »409
Il est évident que dans les cultures traditionnelles, la source symbolise l’origine de
la vie, et, d’une façon plus générale, toute origine, celle du génie, de la puissance, celle de
tout bonheur. La fin tragique de l’héroïne qui a attendu vainement le retour de l’amant n’est
pas dû à la rupture du serment lié aux vertus de la source. Le pouvoir de la source n’est pas
remis en cause puisque le taleb est revenu à Ténès « comme en une patrie, le cœur
bondissant de joie ». Mais il est trop tard car si la vie est un éternel recommencement, elle
est aussi source de déception et l’homme oublie qu’il « ne jouit jamais deux fois du même
bonheur ».
La source dont il s’agit ici, peut être considérée aussi comme « la source de la
connaissance qui conduit à la perfection et qui dérive de la Mémoire, lieu sacré du Savoir ».
Car peut-être faut-il rappeler « que la mémoire était adorée comme le réceptacle de toute
science […] et « c’est ce même symbolisme de la source archétypale que traduit Jung
408
Eric Dardel, L’Homme et la terre, Paris, PUF, 1952, p. 42.
Jean Chevalier et Alain Gheerbrant, Dictionnaire des symboles : mythes, rêves, coutumes, gestes, formes,
figures, couleurs, nombres, [1ère éd. 1973] nouvelle éd. revue et augmentée, Paris, Robert Laffont, 1982, p.
903.
409
224
comme une image de l’âme, en tant qu’origine de la vie intérieure et de l’énergie
spirituelle. » 410
Si Abderrahmane se condamne à la vie ascétique et devient anachorète car « Il
comprit l’inanité de notre vouloir et la folie funeste de notre cœur avide qui nous fait
chercher la plus impossible des choses : le recommencement des heures mortes ».
L’intrusion du narrateur par l’emploi du pronom « nous » donne une dimension universelle
à cette affirmation. Et ce lieu, Aïn Djaaboub, espace fictionnel et espace de vie, source de
l’écriture, donne une dimension parabolique au récit. Les lieux ne prennent sens qu’à partir
d’un vécu. Plus qu’un simple reflet fidèle de la nature, le paysage serait le résultat très
subjectif d’une perception culturellement orientée.
Il est à souligner la place particulière qu’occupe Isabelle Eberhardt dans la
littérature coloniale de l’époque. Nous précisons dans ce contexte que sous « littérature
coloniale » nous entendons la littérature liée au « fait colonial ». C’est dire que coloniale
signifie « de la colonie » et non « d’idéologie colonialiste ». Elle est l’un des premiers
auteurs à mettre en scène dans ses nouvelles les autochtones et à dépeindre les mœurs
indigènes sans parti-pris et plutôt avec sympathie. Expérimentant l’altérité à travers la
rencontre des indigènes, Isabelle Eberhardt a fait de cette découverte de l’autre la base de
ses récits. Elle fait partie de ce que l’on appelait communément le courant indigénophile.
Alain Calmes écrit à ce sujet :
« Le groupe des écrivains indigénophiles ne représenta jamais un parti homogène en
raison de la disparité de ses composantes et de l’absence d’une structure de rencontre
entre les écrivains, à la différence du groupe colonocentriste qui disposait
d’anthologies,de manifestes et de l’appui massif des moyens d’information de masse de
l’idéologie dominante.[…] Cette intelligentsia sans attaches fut amenée à jouer un rôle
modérateur.[…] Son existence a servi de frein aux excès et aux injustices envers les
colonisés en maintes occasions. Quelques courants indigénophiles se regroupent autour
d’organes de presse comme l’Akhbar de Victor Barrucan. Il s’agit toutefois d’une
opinion très minoritaire, violemment et constamment attaquée par l’idéologie
dominante. » 411
Il n’en reste pas moins évident que le groupe restreint des écrivains indigénophiles
reflète indirectement, dans ses œuvres, l’idéologie du parti anticolonial. Aussi il n’est pas
410
411
Ibid., p. 904.
Alain Calmes, Le roman colonial en Algérie avant 1914, Paris, L’Harmattan, 1984, p. 187-188.
225
étonnant selon cet auteur que les critiques de ces contestataires soient très ponctuelles et ne
semblent pas remettre en question le système colonial dans son ensemble car « l’indice du
monde occidental est alors colonialiste et les défenseurs d’un autre idéal doivent amener à
petits pas leurs contemporains vers la lumière.»412
• 1958. Henri Kréa, Le Séisme Tragédie
L’intitulé de la pièce théâtrale d’Henri Kréa par sa thématique suffit à traduire le
genre tragique auquel elle appartient. La tragédie est par définition un poème dramatique
dont le sujet est le plus souvent emprunté à la légende ou à l’histoire, mettant en scène des
personnages illustres et représentant une action destinée à provoquer la terreur ou la pitié
par le spectacle des passions humaines et des catastrophes qui en sont les conséquences. Le
séisme ou tremblement de terre, qui se traduit par une secousse plus ou moins violente
imprimée au sol et qui se produit toujours à une certaine profondeur à partir d’un épicentre
est le signe d’une activité géologique intense. Cette activité se traduit sous forme de
catastrophe naturelle dont les conséquences tragiques sont des bouleversements sur le plan
humain et géographique. Aussi, le sous-titre tragédie semble-t-il redondant même s’il sert à
caractériser le genre de cette pièce de théâtre.
La pièce se compose de quatre parties intitulées dans l’ordre : « Prologue »,
« Episode I » « Episode II » et « Exode ». Dans le prologue constitué de sept scènes, une
voix rappelle les tremblements de terre du XXe siècle ; le coryphée intervient ensuite pour
justifier les sauts dans le temps : c’est la période de l’Afrique romaine et la lutte contre
Jugurtha. Après ce prologue, l’Episode I, composé de quatre scènes, se rapporte à l’Algérie
coloniale qui n’est pas nommée en texte. L’Episode II composé également de quatre
scènes, mêle soldats romains et peuple colonisé en lutte. L’exode joue sur les symboles de
lutte d’hier et d’aujourd’hui en projetant le masque de Jugurtha. C’est cette dernière partie
et plus précisément la scène où apparaît le masque de Jugurtha que nous avons choisie
d’analyser, scène où le dramaturge renoue avec la définition première de la tragédie en tant
que catharsis.
412
A. Calmes, Le roman colonial en Algérie avant 1914, op. cit., p. 187-188.
226
Dans le prologue, l’évocation des tremblements de terre qui ont secoué la planète au
cours du siècle dernier, entre autres celui d’Orléansville, le 9 septembre 1954, séismes qui
ont fait de milliers de morts, est le prétexte pour une mise en scène des violences qui
secouent une contrée sous l’occupation romaine. Mais cet argument n’est qu’un prétexte,
l’essentiel du texte est ailleurs. Le pays n’est pas cité en texte mais la figure de Jugurtha qui
lutta contre les Romains au prix de sa vie, ancre la scène en Afrique du Nord. Or, Jugurtha
est présenté non comme une entité autonome mais comme masque, comme support d’un
discours. La notion de masque illustre la portée subversive et parodique de la pièce. Le
« récitant » est incarné par le coryphée qui rappelle le rôle de cette figure symbolique :
« Le coryphée : - Surgissant du fond des âges, ressuscitant au plus profond du désespoir,
à l’appel du peuple dont il est l’âme indivise, Jugurtha, éternel justicier, met un terme
malheureux à cette iniquité dont on croyait presque qu’elle était une nécessité immuable,
une calamité dont les destins nous avaient fait l’offrande, telle une de ces épidémies
dévorant périodiquement les cités et les champs d’un pays maudit. »
Le recours à cette figure historique et symbolique de la résistance du peuple numide
(c’est-à-dire des ancêtres berbères) à la colonisation romaine, ne peut se comprendre qu’en
référence à l’histoire du Maghreb en général et de l’Algérie en particulier. Ce que nous
tenterons de montrer après une mise en contexte littéraire de cette pièce et un rappel
historique du rôle de Jugurtha.
Henri Kréa se sert de la figure de Jugurtha à l’époque romaine et du symbolisme du
tremblement de terre pour évoquer la guerre d’Algérie. Cette pièce de théâtre fait écho à
l’œuvre de Jean Amrouche (1906-1962), l’un des premiers écrivains algériens, célèbre à la
fois comme poète, essayiste, critique et journaliste de radio. Poète du déracinement, du
drame du colonisé aux prises de l’acculturation, il partira en quête des sources du « génie
africain » auquel il donnera la figure emblématique de Jugurtha, roi des Numides, lequel
dans la littérature maghrébine, deviendra l’une des grandes figures de la résistance des
peuples indigènes aux multiples envahisseurs qui ont sévi en Afrique du Nord. La figure de
Jugurtha est symbolique des sentiments patriotiques que célèbre l’Histoire.
227
La référence au court essai l’Éternel Jugurtha413 de Jean Amrouche est nécessaire
pour mieux comprendre la pièce de Henri Kréa. Le portrait psychologique qu’il dresse de
ce guerrier indépendant mais prêt aux échanges « personnifie les Maghrébins dont Salluste
disait déjà qu’ils ″ne pouvaient être enchaînés ni par la crainte ni par les
bienfaits″ »414.C’est un homme d’action mais il ne peut s’engager dans quelque chose de
durable ce qui explique pourquoi « le Maghreb est un pays semé d’anciennes et de jeunes
ruines ». Christiane Achour résume ainsi ce portrait de Jugurtha par Jean Amrouche :
« Ce caractère se manifeste par le passage, brusque et inattendu, de l’activité la plus
intense à l’apathie la plus profonde. Il est désir toujours insatisfait, tension vers autre
chose, se contentant de peu dans le réel. Dans cette voie dangereuse qui reprend les
préjugés colonialistes, Amrouche redresse la barre, en quelque sorte, en donnant un sens
positif à ce qui pouvait être perçu négativement : cette inactivité n’est pas paresse, mais
tension mystique où se mêlent sensibilité et sensualité jusqu’à ce que retombe
l’enthousiasme : « Jugurtha ou l’inconstance, Jugurtha génie de l’alternance. Il ne peut
s’imposer la discipline, condition de toute action féconde. » « Cette personnalité exaltée
et instable a un trait majeur, la passion de l’indépendance, qui s’allie à un très vif
sentiment de la dignité personnelle. » Ce qui explique qu’il soit fantasque, versatile,
coléreux, généreux, indiscipliné : « il ne se soumet pas au destin sans se révolter contre
lui. » Mais il faut que la mesure soit comble pour qu’il se révolte. » 415
Cette auteure explique que l’essai de Jean Amrouche, quelles que soient les réserves
qu’on puisse formuler à son sujet, donne une image de l’intellectuel acculturé tel qu’il se
perçoit et « à ce titre il prend place dans les essais-plaidoyers »416. Il faut signaler en fait,
qu’à la même période, paraissent, un essai en arabe de Abderrahman Madoui intitulé
Yugurta et un autre en français de Mohamed Chérif Sahli dont le titre est Le Message de
Yougourtha417. Ces deux productions s’inscrivent aussi dans le courant des essaisrésistance. Pour ces essayistes de la période coloniale, la figure de ce rebelle héroïque et
téméraire, orgueilleux et sûr d’une puissance dont il use avec la passion de l’homme
persuadé qu’il triomphera jusqu’au bout avec sa volonté de refus et le besoin de
dépassement qui l’habitent, est emblématique. Jugurtha est le modèle en qui les
Maghrébins se reconnaissent, il est le symbole de leur esprit d’indépendance. « Son épopée
413
Jean El Mouhouv Amrouche, l’Éternel Jugurtha, paru dans la revue L’Arche, N°13, février 1946, repris
dans Études méditerranéennes, N° 11, 1963.
414
Pierre Grenaud, La littérature au soleil du Maghreb, de l’antiquité à nos jours, Paris, L’Harmattan, 1993,
p. 223.
415
C. Achour, Anthologie de la littérature algérienne de langue française, Alger/ Paris, ENAP-BORDAS,
1990, p. 47.
416
C. Achour, Anthologie de la littérature algérienne de langue française, op. cit., p. 48.
417
M.C. Sahli, Le Message de Yougourtha, Alger, En-Nahda, 1947, rééd. à Paris par L’Algérien en Europe,
1968.
228
ne fut pas vaine », écrit Mohammed-Chérif Sahli qui explique ainsi Le Message de
Jugurtha : « Tombé en pleine lutte, il reste pour nous l’émouvant messager de cette grande
espérance du cœur humain, qui se nomme liberté. »
Un propos d’Assia Djebar, l’historienne, qui « résume tout ce que la littérature
algérienne, de Jean Amrouche à Tahar Djaout en passant par Mohammed Dib, Mouloud
Mammeri, Nabile Farès, Rachid Boudjedra, conteste de l’histoire écrite par les
vainqueurs » est rapporté ainsi par Beida Chikhi :
« Certes les Berbères de l’histoire écrite, écrite en particulier en latin par Salluste,
politicien corrompu et historien redoutable, auteur du classique « La guerre de
Jugurtha », un siècle avant l’ère chrétienne… Ces berbères donc de l’histoire occidentale
furent souvent présentés comme de perfides ennemis. Mais il a suffi qu’un Jughurta,
non domestiqué, soit allé jusqu’au bout de son défi contre Rome encore invincible - cela
50 ans avant Jules César – pour qu’en Afrique du Nord, chaque résistance contre les,
invasions ultérieures (contre les Arabes, les Espagnols, les Turcs puis les Français)
invoquât le fantôme de cet ancêtre héroïque. » 418
Mostefa Lacheraf évoque également ce « Visage d’un revenant à la vie dure,
ressuscitant sans cesse»419 à travers ces vers d’Henri Kréa :
La multitude renaissait
Malgré le feu et le poison
Un rappel historique sur ce personnage emblématique apporterait un plus grand
éclairage à la lecture de la pièce de Henri Kréa.
Jugurtha est le petit-fils de Massinissa, le « grand roi », qui contribua à la victoire de
Scipion sur les Carthaginois à Zama420, en l’an 202, et qui, à 88 ans, conduisait encore ses
troupes à la victoire. L’objectif de Massinissa, guerrier autant que lettré et économiste, était
de regrouper tous les hommes du Maghreb, de l’Atlantique au golfe des Syrtes. Jugurtha
poursuit la même voie, il s’attellera à cette tâche avec passion jusqu’à sa chute et sa mort
dans une geôle romaine. Au service de sa foi patriotique, « il avait contracté des alliances,
adopté une conduite qui pourrait paraître illogique si elle ne reflétait les ambivalences d’un
418
Assia Djebar, « Discours de Francfort, 2000 », document intégralement reproduit dans l’ouvrage de Beida
Chikhi, Assia Djebar Histoires et fantaisies, Paris, PUPS, 2007, coll. « Lettres Francophones », p. 116-117.
419
M. Lacheraf, Littératures de combat, op. cit., p. 40.
420
Zama est une localité en Numidie où Scipion l’Africain vainquit Hannibal (202 av. J.-C.).
229
esprit sincère dans son inconstance, tantôt rassembleur, tantôt diviseur, toujours disponible
et cependant passionnément attaché à son idéal »421. Pour atteindre son objectif, il
s’accommoda des contraires, des controverses qui lui paraissaient un jeu naturel et excitant
de l’esprit, le complément du jeu de la guerre où il excellait. Pour ce jeune Numide,
intelligent et ambitieux, pourquoi la politique du pire n’aurait-elle pas été payante quand les
hommes sont des jouets pour qui mènent l’action ? Combattant en Espagne du coté des
Romains, il apprit à les connaître et, s’il bénéficia de l’amitié de Scipion l’Africain, il
découvrit que de nombreux consuls étaient à vendre. Pourquoi aurait-il accepté la
proposition des Romains de partager la Numidie avec son cousin Adherbal dont il avait fait
assassiner son frère ? Désireux de succéder à son oncle Micipsa, fils de Massinissa, et de
reconstituer le royaume de ce dernier, il se rend à Rome, corrompt les magistrats, supprime
le rival, Massiva, que lui opposaient les Romains. Sommé par le Sénat de partir, il insulte
Rome, qui se croit éternelle, alors qu’elle n’est dit-il qu’une « ville à vendre, qui ne tardera
pas à périr si elle trouve acquéreur ».
C’est la guerre ouverte avec les Romains. Poursuivant sa provocation, Jugurtha fait
égorger dans la petite ville de Vaga les centurions au cours d’une fête où ils avaient été
invités par les Berbères. Pareil crime méritait une expédition punitive confiée alors au
consul Metellus. Mais celui-ci trop timoré est remplacé par un homme issu du peuple,
Marius (Caïus), général et homme politique romain (157-86 av. J.-C). Celui-ci, élu consul,
est chargé de diriger l’armée d’Afrique en guerre contre Jugurtha. Jugurtha si habile à
manœuvrer et à corrompre, se laissera duper à son tour et sera victime de la trahison à son
tour. Trop confiant en Bocchus, son beau-père, roi de la Maurétanie, dont il a accepté
l’alliance, il sera livré aux Romains par ce dernier. Traîné enchaîné derrière le char de son
vainqueur, emprisonné à Rome, laissé sans nourriture, le patriote berbère y meurt sans
avoir pu réaliser son rêve d’une Afrique aux Africains.
Dans la pièce de Henri Kréa, écrite en 1956-57 en pleine guerre d’Algérie, la
similitude des événements et la symétrie guerrière, permettent de donner plus de relief à
cette figure emblématique de la résistance. En effet, même si l’entreprise du prince berbère
fut vouée à l’échec, elle est admirable car c’est l’épreuve qui lui a donné sa stature
421
P. Grenaud, La littérature au soleil du Maghreb, de l’antiquité à nos jours, op. cit., p. 223.
230
patriotique.
Cela explique en partie pourquoi cet auteur se sert de la figure de Jugurtha à
l’époque romaine et au symbolisme du tremblement de terre pour évoquer la guerre
d’Algérie. De fait, si L’exode joue sur les symboles de lutte d’hier et d’aujourd’hui, c’est la
projection du masque de Jugurtha qui confère à cette scène une valeur illustrative d’une
vérité à savoir la force de la résistance du peuple malgré les aléas de l’histoire et de la
géologie comme l’illustre ce passage :
« Mais malgré les coupes sombres faites dans le peuple, celui-ci demeurait immortel,
renaissant des cendres de ses villages, des tribus calcinée dont la superbe lumineuse
brillait toujours les yeux prolétaires. Les nomades déguenillés campaient furtivement sur
les rives des fleuves saumâtres. Les forêts se pétrifièrent et le pays entier devint la proie
422
des rocailles. Même la vermine agonisa, à la merci de la canicule et du gel, la nuit.»
1954 est une date symbolique, l’année du séisme d’Orléansville est aussi celle du
déclenchement de la guerre d’indépendance en Algérie (le 1er novembre 1954). Si le texte
fait référence à une période éloignée de l’histoire, son écriture est contemporaine à la
période qui agite tout le Maghreb et particulièrement l’Algérie. Rappelons qu’à la date de
l’écriture de la pièce (1956-1957) la Tunisie et le Maroc accèdent à l’indépendance, 1955
pour le Maroc et en 1956 pour la Tunisie, mais l’Algérie est plongée dans l’horreur de la
guerre. Une autre strate du séisme concerne en fait la critique politique, sociale qui vise
tous les pouvoirs de l’occupant romain, en particulier dans les parties dialoguées. Les
attaques visant le pouvoir romain et par extension la France coloniale sont d’une violence
lyrique qui rappelle le théâtre de Kateb Yacine. Comme le souligne Mostefa Lacheraf :
« Ailleurs encore, dans la perspective de la liberté et du progrès social que seuls les
opprimés et les exploités savent arracher et défendre, deux voix s’élèvent qui se
complètent et à
L’armée inespérée
Des paysans sans terre… de K. Yacine,
Répond le :
Prolétaire innombrable
Ultime barrière
A la sauvagerie…de H. Kréa. »423
422
423
Cf. T. 38.
M. Lacheraf, Littératures de combat, op. cit., p. 41.
231
Ces vers empruntés à deux poètes contemporains, l’un algérien révolutionnaire et
l’autre français communiste, sont cités dans un jeu de correspondances et de
complémentarité pour illustrer les arguments de l’essayiste. Car pour Mostefa Lacheraf :
« Ils indiquent […] qu’une poésie de cette nature, parce qu’elle échappe aux impulsions
individualistes, pour devenir , à un moment exceptionnel de l’Histoire, œuvre de tous,
expression d’une réalité nationale multiple, reflet d’une conscience commune trouve et
ordonne ses thèmes complémentaires dans une harmonie qui est le propre de la parole
humaine inventoriant le monde au sein du désastre, le disputant à la panique et à
l’oubli. »424
Dans le théâtre contemporain, comme dans le théâtre antique, l’articulation entre
représentation, narration et catharsis permet d’interroger le théâtre dans son rapport et son
apport à la réalité. La guerre qui secoue le pays est à chercher dans les strates de l’histoire
tout comme les secousses telluriques qui secouent fréquemment le globe terrestre ne se
comprennent qu’en référence aux failles géologiques.
Le Séisme, est un drame polyphonique où viennent se confondre poème et théâtre.
Les parties dialoguées et les passages lyriques en vers libres composent, avec les passages
en prose, un mélange de genres dont la juxtaposition donne l’impression à la fois d’un
désordre et d’une énergie en éruption. Pour ce poète la sauvagerie humaine et la brutalité
géographique se partagent équitablement le monde car aucun Dieu ne se cache derrière ces
manifestations colossales. Ce qui explique le genre affiché de la pièce : « tragédie ».
Inspirée par la tragédie antique, la tragédie moderne présente des personnages en conflit
avec le monde mais aussi avec leur destin contre lequel ils se révoltent. Or pour Henri Kréa,
l’espèce humaine est seule pour affronter la menace extérieure où se reflète l’illimité de sa
propre violence, ce qui confère le caractère tragique de sa condition.
Nous aborderons plus en détail l’extrait que nous avons choisi dans l’étude
consacrée à l’interaction des séismes et de l’imaginaire dans le chapitre intilulé « écriture et
tremblement de terre ».
424
Ibid.
232
II. LITTÉRATURE POST-COLONIALE 1962-2006
1. Lieu natal et écriture autobiographique : Orléansville, Paul Robert
Paul Robert, le lexicographe de renom, est né à Orléansville en 1910. Il évoque dans
ses Mémoires425 sa ville natale non sans tendresse. C’est dans le premier tome surtout où il
raconte son enfance que nous avons choisi deux extraits426 qui nous ont semblé fort
intéressants sur le plan socio historique et didactique.
En effet, le premier texte auquel nous avons conservé l’intitulé du chapitre dont il
est extrait « Orléansville et ma maison natale », offre une description minutieuse de la
maison et des détails sur l’essor de la ville vers 1919. 5000 habitants en majorité français y
vivent, il ajoute en parenthèses (on disait « européens », par opposition aux « indigènes »).
La ville est encore fortifiée et « à l’intérieur des remparts de Bugeaud » elle a vraiment
« l’apparence d’une ville de province française » avec ses rues tracées à angle droit, ses
larges trottoirs et ses maisons semblables à celles de la métropole ». Elle possède aussi un
théâtre, l’Aiglon. Le père est un industiel à la fois maire de la ville et délégué financier.
Le second texte offre une description ambulatoire très fidèle de la ville. Les
localisateurs de lieux structurent le texte : le premier paragraphe débute par « à l’intérieur et
hors des remparts », il offre une vision d’ensemble de la ville où se promener est agréable.
Le second paragraphe indique que « vers l’ouest » se trouve un beau jardin public, la souspréfecture et un hôtel. « A l’opposé » se trouve la « pépinière », « cette forêt plantée par le
génie militaire de Bugeaud faisait l’orgueil des Orléansvillois ». « Au-delà, vers la route de
l’Ouarsenis » les innombrables gourbis des indigènes étaient protégés par les buissons.
Quand la colonisation s’installe et s’institutionnalise, elle engendre de fait, un
clivage entre l’espace urbanisé, d’un côté, et l’espace rural, de l’autre. Au sein de l’espace
colonial, la périphérie correspond à l’altérité dans ce qu’elle a de plus irréductible.
L’urbanisme colonial présente une structure réticulaire mais l’ensemble des quartiers qui le
425
Paul Robert, Au fil des ans et des mots. Les semailles, Tome 1, Au fil des ans et des mots. Les moissons,
Tome 2, Paris, éditions Robert Laffont, 1979.
426
Cf. T. 28 et T. 29.
233
composent constitue un ensemble articulé mais aussi figé : toute dynamique semble
paralysée par la structure politique et les identités restent soigneusement séparées.
L’auteur narrateur raconte qu’après la guerre, le conseil municipal, présidé alors par
son père, décide de faire construire une cité indigène moderne. Cependant les architectes
ont bâti à l’européenne et n’ont pas tenu compte des coutumes traditionnelles quant à
l’aménagement spatial domestique autochtone à savoir, une demeure sans ouverture sur
l’extérieur, composée de chambres avec des fenêtres qui donnent sur une cour centrale
baignée par la lumière du jour. Aussi les indigènes qui occupèrent cette cité moderne
« eurent tôt fait d’en murer les fenêtres et d’ouvrir une bouche d’aération dans le toit ».
Ainsi d’un point de vue allogène, le centre, la ville correspondent au progrès
occidental emblématisé par exemple par la gare, le « beau jardin public » tandis que la
périphérie représente un état de chaos originel, à l’image des gourbis indigènes.
2. Lieu légendaire et évocation littéraire : Béni-Hawa, Vénus Khoury
Ghata et Maïssa Bey.
Depuis 1802, contre vents et marées de l’histoire, une population du littoral algérien
vénère Ma Binette, chrétienne devenue marabout à Béni Haoua427. La légende commence
avec le naufrage du Banel, bateau de la flotte napoléonienne, parti de Toulon vers Saint
Domingue et qui fit naufrage au large de Béni Haoua, plus précisément dans la baie de
Goussine. Plusieurs femmes, religieuses hollandaises dit-on, furent sauvées et mariées à des
caïds locaux. L’une d’elles, Imma B’nêt, fit tant de bien qu’après sa mort elle fut vénérée
comme sainte. Aujourd’hui encore, son mausolée domine la baie des Souahlia à l’est de
Ténès.
Les archives officielles de la marine française, l’histoires des « descendants » ou
sympathisants de la sainte constituent la trame de la version romancée de cette légende
reprise par Vénus Khoury Ghata dans son livre Les mariées du cap Ténès428.
427
428
Ex Francis Garnier, situé entre Cherchell et Ténès.
Vénus Khoury-Ghata, Les fiancées du cap Ténès, Paris, J.C. Lattès, 1995, cf. T. 44.
234
En fait, le lieu et donc la légende qui s’y attache, suscite de multiples lectures tant
littéraires que cinématographiques comme en témoigne le livre disque intitulé Déliés une
descendance algérienne429. Ce livre, qu’a préfacé Maïssa Bey, a été réalisé avec le
concours de cinq auteurs de formation et d’horizons différents.
Laurence Huet est une auteure française de théâtre et de fictions radiophoniques,
elle réalise aussi des documentaires de création pour France culture « en s’attachant à la
part de fiction qu’il y a dans toute réalité » ; Hachemi Mokrane est un plasticien-calligraphe
algérien natif de Beni Haoua, il est vraisemblablement un descendant du chef de la tribu des
Béni Haoua. Il expose régulièrement ses œuvres en Algérie et en Europe ; Yves
Jeanmougin est né au Maroc et réside en France, il est photographe de reportage ; Mariela
Damian est née à Buenos Aires, anthropologue de formation, elle se tourne vers le
documentaire de création radiophonique, elle a publié notamment, Espagnols d’Orient,
(2002-2003), un ouvrage en cinq volets consacré aux juifs expulsés d’Espagne en 1492 ;
Titus Oppmann est né en Allemagne, c’est un bassiste-contre bassiste au parcours
éclectique, il intervient au sein d’orchestres de renom (philharmonique de Radio-France,
Ensemble intercontemporain).
L’analyse de la préface nous permettra de mettre en exergue les motivations qui ont
animé les auteurs de ce livre, leur intérêt pour ce lieu de légende. Il importe d’abord de
reconstituer les faits et le contexte socio historique pour essayer de comprendre la naissance
de la légende.
En janvier 1802, un navire français, le Banel, fit naufrage sur la côte ténésienne, au
cours d'une tempête qui dura plusieurs jours. Ce navire transportait des troupes à SaintDomingue, où le frère du Premier Consul se trouvait en difficulté. En 1802, Bonaparte
gouverne la France et une bonne partie de l’Europe. A Saint-Domingue (partagée entre la
France et l’Espagne depuis 1697), suite à l’anarchie provoquée par la Déclaration des
droits de l’homme et du citoyen, les planteurs blancs appellent les troupes anglaises et
429
Maïssa Bey, « Préface » du livre disque de Laurence Huet, Hachemi Mokrane, Yves Jeanmougin, Mariela
Damian, Déliés une descendance algérienne, Musique de Titus Oppmann, Paris, Métamorphoses, 2005, cf. T.
52.
235
espagnoles à la rescousse. Celles-ci sont chassées par Toussaint Louverture, ancien esclave
émancipé, qui proclame l’indépendance de l’île en 1800. Bonaparte souhaite y rétablir au
plus tôt l’autorité de la métropole. D’autant plus qu’une expédition est préparée pour
occuper la Louisiane, toute proche de Saint-Domingue, restituée à la France par l’Espagne
le 1er octobre 1800.
La campagne de Saint-Domingue débute en décembre 1801. Trente cinq mille
hommes y sont envoyés de divers ports français. Mais le Banel, l’un des neuf navires de la
division Ganteaume, parti de Toulon le 9 janvier 1802, s’échoue le 15 janvier dans la baie
de Souahlia, tout près de Beni-Haoua. Une partie des hommes fut sauvée par le Bey d'Oran,
Mohammed Mekallech (fils du Bey Mohammed Al Kebir qui avait repris définitivement
Oran aux Espagnols). Mais il manquait du monde, spécialement plusieurs femmes430.
Un courrier diplomatique intense, est échangé entre les autorités françaises et le dey
de la régence d’Alger, pour récupérer les rescapés du naufrage. Bonaparte menaça le Dey
Mustapha de venir lui-même récupérer son monde s'il ne faisait rien pour retrouver les
naufragés. Il faut ajouter à cela que les archives de Toulon, port de départ du Banel, furent
transportées à Brest où elles ont disparu au cours des bombardements aériens de la seconde
guerre mondiale431. C’est la raison, pour laquelle nous estimons utile de joindre à cette
recherche sur la naissance d’une légende, l’une des rares archives sur l’événement dans son
intégralité. Il s’agit de la lettre de Dubois-Thainville :
430
Le Banel, commandé par le capitaine Callamand, transportait des troupes de Toulon à Saint-Domingue, et
il avait échoué sur la côte du cap de Tenez. Les naufragés avaient été dépouillés et maltraités par les hordes
insoumises de ces parages, et le Bey d'Oran (Mohammed Mekallech [1799-1805]), fils du Bey Mohammed al
Kabir qui reprit Oran (1798), et père de Mekallech que les Français nommeront bey de Tlemcen en 1842,
avait gardé en esclavage les hommes de l'équipage qui avaient pu se soustraire au massacre de leurs
compagnons. Source <http://cheliff.org/portail/?q=glossary/5> 02/05/2007.
431
Voir enquêtes et travaux de Mme Alberte Sadouillet-Perrin, qui est remontée aux sources : - la mémoire
des anciens des Beni Haoua, avec l'aide de Si Al Hossine Ben Henni Moqrane, - les résultats de son enquête,
Mme S- P les a consignés dans divers articles, puis dans un roman, Les captives du Banel, Paris, Centurion,
1954.
236
« Note432 du citoyen Dubois-Thainville, chargé d'affaires de France et Commissaire
générale des relations commerciales à Alger, à Mustapha, Dey d’Alger.
Alger, ventôse an X (avril 1802)
Le vaisseau français Le Banel portant 200 marins, 529 militaires et 9 femmes, ayant à
bord des munitions de guerre et de bouche, s'est perdu le 25 nivôse433 dernier (15 janvier) sur les
côtes de Barbarie. Les rapports qui me sont parvenus sur cet évènement font frémir. Les habitants
des contrées où le naufrage a eu lieu se sont portés aux attentats les plus inouïs ; ils ont employé les
moyens les plus barbares pour s'opposer au salut des Français, ils ont brisé les embarcations, détruit
les radeaux, coupé les cordes qu'on était parvenu à attacher à terre, ils ont pillé, dispersé l'argent et
une partie des effets qui se trouvaient sur le bâtiment. Les Français qui ont échappé à la fureur de la
mer ont été dépouillés, mis nus par le froid le plus rigoureux, assassinés ou traînés impitoyablement
dans les montagnes. Plus de 200 ont péri de la main des barbares, et leurs cadavres sont encore
étendus sur le rivage et sur la route d'Oran. Plusieurs naufragés du nombre desquels se trouvent être
trois femmes, le Comte Noyer, officier, et plusieurs mousses sont encore au pouvoir des Cabaïls.
Les traités de la République avec la Régence et particulièrement celui de 1689, qui vient
d'être renouvelé par son Excellence le Dey434, portent que tout bâtiment français échouant sur les
côtes d'Afrique recevra secours, protection et sûreté ; que les hommes, les effets et les
marchandises seront respectés. Les naufragés étaient donc sous la sauvegarde des conventions les
plus sacrées. Dans cette circonstance tout est devenu la proie des assassins, et les Français ont
trouvé sur une terre amie la mort et l'esclavage les plus affreux.
Un d'eux a, dit-on, embrassé la religion musulmane. L'article 19 du traité de 1689
s'exprime ainsi : « Si un français veut se faire Turc, il n'y pourra être reçu qu'au préalable il n'ait
persisté trois fois vingt-quatre heures dans cette résolution, pendant lequel temps il sera mis en
dépôt entre les mains du Consul. »
Toutes les mesures protectrices ont sans doute été ordonnées par la régence d'Alger dans
cette circonstance malheureuse, et je prie son excellence Dey et tout les Grands d'agréer les
témoignages de ma plus vive reconnaissance, mais ils jugeront sans doute que de nouvelles
dispositions et réparations proportionnées à la gravité des attentats sont indispensables.
Je réclame, au nom et d'après les ordres de Bonaparte, Premier Consul de la République
française :
1° - la punition exemplaire des assassins,
2°- la restitution de tous les effets saisis par eux,
3°- la délivrance immédiate des Français qui sont encore en leur pouvoir,
4°- Je demande que les Français reçoivent la sépulture,
5° - Que, conformément à l'article 19 du traité de 1689, le Français qui a témoigné le désir
d'embrasser la religion musulmane soit envoyé ici, ou déposé à Oran dans la maison du ViceConsul d'Espagne. Il sera rendu à l'expiration des trois jours, s'il persiste dans sa résolution.
Alger, le 24 ventôse an de la République française.
Dubois- Thainville » 435
Les tribus de Ténès comme celles de la plupart des plaines du Chélif dépendent de
l’aghalik d’Oran. Dans l'alliance turque, les Beni Haoua et les Beni Hidja formaient une
sorte de micro-confédération de tribus : une partie des Beni Derdjine, au sud, et au douar
432
« Correspondances consulaires et commerciales, Alger » (1802), Ministère des Affaires étrangères, Paris.
15 janvier 1802.
434
L'original de ce traité est aux archives des Affaires étrangères, Salle des Traités. Il a été publié dans les
recueils de MM. Martens, Tétot et de Clercq. Il stipulait la liberté de commerce comme avant la rupture, la
suppression de l'esclavage des Français à Alger, la restitution des Concessions d'Afrique, l'exemption d'une
année de redevances, et le remboursement des sommes respectivement dues par la France aux Bacri et par la
Régence à la Compagnie d'Afrique dépossédée de ses comptoirs.
435
15 mars 1802.
433
237
Maïn, à l'ouest, se rattachaient à eux. A l'est, la limite était l'oued Damous ; au-delà
commençait la confédération des Zatima. Pour l'administration turque, c'était des tribus
semi indépendantes dont elle reconnaissait les chefs pour ne pas les avoir contre elle. Cet
Aghalik des Beni Haoua et des Beni Hidja dépendait en théorie du Bey d'Oran. Il était
commandé, en ce début du XIXe siècle, par l'Agha Si Al Hadj Abd-al- Qader Ben Henni,
surnommé " Al Moqrane" (Al Kébir, l'aîné), qui était également Caïd de sa tribu. Le Caïd
des Beni Hidja, dépendait de l'Agha, mais nommait lui-même les chefs de "ferqa"
(fractions) des tribus. Là, s’achève l’histoire du Banel et commence celle d’Imma B’nêt.
La littérature orale a, quelque peu, transformé l'histoire ; la littérature écrite
également. Ces femmes, religieuses hollandaises dit-on, furent sauvées et mariées à des
caïds locaux. Dans son roman, les fiancées du cap Ténès, Vénus khoury Ghata, restitue les
circonstances du naufrage et imagine le destin de ces femmes rescapées du naufrage. Elles
vont être soumises aux enchères et offertes au plus offrant. Ce sont donc ces parcours de
femmes qui constituent la trame du roman. Elle utilise les documents officiels pour camper
sa fiction mais l’espace et les lieux ne sont guère conformes à la réalité. L’histoire se passe
essentiellement à Ténès dont la description est très péjorative, tout comme elle brosse de la
population, des tableaux peu avantageux. La description de la région se veut surtout
ethnologique et n’échappe pas à certains clichés ; l’évocation du Sud, où la plus jeune des
femmes va être emmenée pour épouser le fils d’un chef de tribu, n’échappe pas non plus
aux stéréotypes convenus. La population musulmane est inculte, superstitieuse et très
arriérée. Ténès de l’époque n’est qu’une bourgade triste et insalubre.
Dans l’extrait que nous avons choisi, le nom de « yemma b’nette » qui va être
attribué à la religieuse sœur Mère Jeanne de l’enfant Jésus, est ainsi expliqué :
« Elle est la seule à parler l’arabe, qu’elle apprit lorsqu’elle suivit les troupes françaises à
Saint-Jean-d’acre en tant qu’infirmière. Les Bani Haoua sont convaincus qu’elle est la
mère des trois filles, d’où ce nom de yemma b’nette qui circule de bouche en bouche.
Elle essaie de les rassurer en déclarant qu’elle est infirmière. » 436
De plus, comme elle est la plus âgée, personne ne veut la prendre pour épouse. Et
c’est Mouloud, un chevrier « si misérable dans ses vêtements loqueteux » qui accepte de la
436
Vénus Khoury-Ghata, Les fiancées du cap Ténès, op. cit., p. 16, cf. T. 44.
238
prendre sous sa protection. Or, dans la légende locale, cette religieuse épousa l'Agha Si Al
Hadj Abd-al- Qader Ben Henni, surnommé « Al Moqrane ». Hachemi Mokrane, l’un des
co-auteurs, de Déliés, une descendance algérienne, affirme être l’un de ses descendants.
« Dans son village, Beni-Haoua, Hachemi Mokrane a toujours entendu dire que cette
femme blonde aux yeux clairs était son ancêtre. Certains Fils d’Eve (traduction de BeniHaoua) ont les yeux très bleus, oui, comme lui-même… »437
Cet ouvrage collectif, peu commun, est né de souvenirs d’enfance à Béni-Haoua,
des visites au mausolée du jeune Hachemi, des Archives officielles de la Marine française,
de la correspondance entre Laurence Huet et Hachemi Mokrane, de la fiction de Laurence
Huet qui compose une correspondance entre Imma B’nêt, et son frère. Ces auteurs
demandent alors « un regard et une écoute terrestres à Yves Jeanmougin et à Mariela
Damian. En septembre 2003, les quatre auteurs séjournent à Béni Haoua. Le photographe
dévoile les lieux d’Imma B’nêt et de ses descendants. Ses images ancrent la légende dans
l’ici et maintenant »438. Mariela Damian rencontre les « descendants » ou les sympathisants
de la naufragée, cette femme qui fit tant de bien qu’après sa mort elle fut vénérée comme
une sainte. Ces extraits de témoignages qui parsèment le livre Déliés sont autant de petites
pierres sur le chemin d’une connaissance sensible d’imma B’nêt qu’accompagne la
musique de Titus Oppmann.
Ainsi l’oralité, la multifocalisation, la déterritorialisation et l’intertextualité sont les
principales caractéristiques cet ouvrage. Ce sont tous ces éléments qui ont servi de canevas
à l’écriture, à la composition de ce beau livre sur un lieu de la côte du Dahra dont le
toponyme traduit à lui seul la légende : Béni Haoua, les enfants d’ Ève.
C’est aussi cette filiation que revendique Maïssa Bey dans son poème cité en
exergue à la préface, qu’elle a rédigée pour ce livre particulier. Cette légende qui s’intéresse
aux liens entre le voyage et l’écriture est mise ainsi en mots de manière très poétique :
437
L. Huet, « lecture », présentation du livre au Salon international du livre d’Alger, le 29 09 2005, Espace
animation, SILA, Alger.
438
Ibid.
239
« Aux fils de Hawa
Je suis la première femme échouée au bord de ce qui fut le premier rivage
Sur mon corps tatoué
S’écrivent en signes mystérieux
Les contours de vos vaines chimères
Je rôde aux abords obscurs d’une ville ceinte de remparts de poussières
Je suis l’ancêtre vive
Echarde à jamais fichée à la pointe de vos mémoires. »
L’auteure sait combien la quête mémorielle est ardue. La part faite aux mythes, à la
légende, les silences forcés ou délibérés les tabous, les trous de l’histoire, les passions, sont
les nombreux obstacles à une connaissance sereine de nos lieux :
« Comment franchir les seuils des légendes et des silences accumulés en strates par tant
de générations ? Comment faire pour que l’histoire se lise enfin débarrassée de la
démesure des mythes, des passions et des rejets ? Simplement en se dépouillant de toutes
les certitudes du savoir. »439
« Il faut attendre, dit-elle, « parfois longuement que surviennent les mots », se
mettre en état de réceptivité, alors seulement on est en condition d’entendre monter depuis
les profondeurs de son être, le langage des signes, de l’histoire. Le passé livre son sens et
les signes recèlent les secrets du passé et de l’avenir. Ce pourrait être une voix, dit-elle, ou
une image. « A force d’humilité, d’effacement et de patience, voici maintenant que
s’esquisse en traits indécis un visage, au cœur de l’évocation, […] des cendres soufflées par
la nostalgie des légendes ». Mais ces signes qui esquissent le passé, le font pressentir, ils ne
le dévoilent pas. « La terre mais aussi la mer n’ont pas fini de livrer leurs trésors enfouis
sous des couches d’oubli. Non, la terre, là-bas, n’a pas fini de parler, de raconter son
histoire, notre histoire. Seulement elle se tait maintenant puisque plus personne ne veut
l’interroger. »
C’est la même réflexion qui sous-tend une autre préface, celle que Mostefa Lacheraf
a écrite pour le livre Pierres et lumières,de Belgacem Aït Ouyahia, réflexion qui est au
cœur de son ouvrage, Des noms de lieux, mémoire d’une Algérie oubliée440 :
439
M. Bey, « Préface » du livre disque de Laurence Huet, Hachemi Mokrane, Yves Jeanmougin, Mariela
Damian, Déliés une descendance algérienne, op. cit, cf. T. 52.
440
M. Lacheraf, Des noms et des lieux mémoire d’une Algérie oubliée, Alger, Casbah éditions, [1998 1ère éd.],
2003.
240
« Vieilles pierres, paysages familiers d’une Algérie que l’on découvre avec émotion et,
paradoxalement, une double sensation de fraîcheur et de jeunesse […] c’est que l’oubli
ingrat a trop duré, et la confusion des concepts sur un fonds d’ignorance de soi qui font
de l’Algérie, aujourd’hui agressée de l’intérieur, un pays qui affabule son histoire et
tourne le dos à sa géographie faute de savoir se situer de façon adéquate dans l’espace
et dans le temps » .441
Mais pour Maïssa Bey, « peu importent les précisions historiques […] le nom du
bateau, le nombre de victimes, les échanges très protocolaires de courrier entre les plus
hautes autorités de part et d’autre de la mer blanche du milieu » ce qui est essentiel aux
yeux de l’écrivaine c’est que cette femme « désormais élevée au rang de sainte, de
marabout » soit : « Elle, Imma B’nêt. Maintenant, en écriture, ombre retrouvée, reconnue,
nommée. » 442
Or, la géocritique qui se définit comme une « poétique dont l’objet serait non pas
l’examen des représentations de l’espace en littérature, mais plutôt celui des interactions
entre espaces humains et littérature » prend tout son sens dans le contexte de ces extraits
proposés. Ce lieu existe désormais en littérature, induisant des écritures et des lectures
multiples grâce à l’action et l’influence d’une femme hors du commun. Femme devenue
marabout, terme dont l’étymologie arabe rabata signifie lié ou engagé : c’est-à-dire qu’il a
pris avec Dieu l’engagement de n’agir que pour le bien-être de l’humanité. Cette approche
nous permet d’affirmer que le toponyme Béni Haoua attribué à ce lieu, explique à lui seul,
l’influence d’une femme dans l’émergence d’un espace auréolé de légende dans
l’imaginaire populaire. Peu importe l’appartenance religieuse, on ne retient que le nom de
la mère des origines « comme pour nous expliquer l’évidence première : seuls ceux qui
savent aimer peuvent prétendre à l’éternité ».
3. L’oued Chélif dans la littérature : Tami Medjebeur et Guy Granger
Le Chélif est évoqué dans l’œuvre de ces auteurs dès le titre. Le roman de Tami
Medjebeur s’intitule Passion sur les berges du Chélif, celui de Guy Granger : Yasmina le
rebelle du Chélif. Il est à signaler qu’il apparaît aussi dans le titre du second roman de
Belgacem Aït Ouyahia Les blés d’or du Chélif et qu’il est le thème central du dernier
441
M. Lacheraf, préface à B. Aït Ouyahia, Pierres et lumières, op. cit., p. 5-6.
M.Bey, « Préface » du livre disque de L. Huet, H. Mokrane, Y. Jeanmougin, M.Damian, Déliés une
descendance algérienne, op. cit., cf. T. 52.
442
241
roman de Mohammed Magani intitulé Scènes de pêche en Algérie. C’est qu’il est un
élément géographique essentiel dans la configuration du pays. Aussi est-il utile de rappeler
ses caractéristiques et quelques dates où les crues du Chélif ont été particulièrement
violentes.
•
Le Régime du Chéliff dans la Plaine d'Orléansville
Le Chélif est le plus important fleuve d’Algérie. Il prend sa source dans l’Atlas
Saharien, plus précisément dans le Djebel Amour (ou Djebel Gourou) qui culmine à 1937
mètres, près d’Aflou. Il commence par couler du Sud vers le Nord, comme pour rejoindre
au plus court la Méditerranée. A sa naissance, il se nomme Oued Chelal. Puis il devient
l’Oued Touil (long). Sur les Hauts Plateaux, il se nomme Oued Ouerk. à Chahbounia, après
avoir reçu les eaux du Nahr Ouassel (ou Naar Ouassel) qui arrive du Sersou, il devient
enfin le Chéliff et arrose Boghari. Il est un moment alangui dans une sebha. Revigoré par
un barrage, il traverse les gorges profondes de l’Atlas Tellien, où le barrage du Ghrib le
retient un moment. Il musarde alors et frôle Oued Chorfa de ses méandres après avoir rallié
l’Oued El Harbit. Là, se ravisant dans sa course, il se dirige vers l’Ouest. Il débouche
ensuite dans la riche plaine d’El-Asnam qui s’étend de Miliana à Mostaganem entre les
monts du Dahra au Nord et ceux de l’Ouarsenis au Sud.
Certes, il n’est pas navigable car il est trop capricieux mais les eaux boueuses de ce
fleuve-roi sont un bienfait du ciel, une richesse indispensable à toute vie. C’est un peu le
Nil de cette région d’Algérie. D’aval en amont, les nombreux barrages érigés par les
premiers colons le freinent pour lui emprunter cette manne vitale. Ils la distribuent ensuite
dans les terres ingrates à des lieues à la ronde, faisant surgir la vie de la plaine aride.
Certains disent que le Chéliff a mauvais caractère. Tel un pur-sang arabe,
apparemment docile et dompté, morne et alangui, il peut soudainement, lorsque l’orage
d’automne gronde sur la Montagne Rouge, se cabrer, se déchaîner en de violentes
explosions de colère aveugle. Xavier Yacono alors professeur à l’école primaire supérieure
d’Orléansville, présente en 1936 une communication sur « le régime du Chéliff dans la
plaine d’Orléansville » dans laquelle il tente d’expliquer les causes de son irrégularité. Il
écrit :
242
« C'est un fait d'observation courante que le Chéliff, bien que le plus long des oueds
algériens, possède également un régime très irrégulier. Notre but est de mesurer tout
d'abord l'ampleur de cette irrégularité dans une région donnée - (cette région est la plaine
du Cheliff, entre le barrage de Pontéba443 à l'Est et celui de Charon444 à l'Ouest) - et
ensuite d'en déterminer si possible les causes avec quelque précision. Avant toute chose
il paraît utile de donner certains chiffres moyens qui serviront de base pour apprécier et
ensuite expliquer les irrégularités. Son débit total annuel moyen est de 743.994.084 m3.
L'abondance moyenne d'un cours d'eau s'exprime par son module, c'est-à-dire " la
moyenne à la seconde de tous les débits de l'année". Au barrage de Pontéba pour la
courte période envisagée, ce module atteint 21 m3, ce qui correspond à plus de 23 m3 à
la seconde à Charon. Mais sur l'ensemble de la période 1923-1935 au barrage de Charon,
le module tombe à 18 m3, soit un débit très faible pour un cours d'eau de 700 kilomètres.
Au cours de la période 1923-1935, au barrage de Charon, le Chéliff a charrié une
moyenne de 550 millions de m3 d'eau, ce qui ne représente qu'une faible partie de l'eau
tombée dans son bassin comme le prouve le calcul de son coefficient d'écoulement. » 445
Ces explications techniques ne sont pas très claires pour le profane, il s’agit
cependant de retenir que son régime est extrêmement irrégulier. Malgré son apparence
paisible, à certains endroits, il n’est plus qu’un mince filet d’eau, il peut être trés violent.
• La crue du Chélif, une évocation réaliste : Tami Medjebeur
Le roman de Tami Medjebeur est une chronique de la société rurale dans la plaine
du Chélif pendant la période coloniale. Le douar Houaoura et celui de ouled Meziane sont
situés non loin de l’oued Chélif, de part et d’autre de ses berges, à l’ouest d’El Asnam. La
relation de la crue de cet oued qui est complètement asséché par endroits permet de
constater qu’il peut se transformer en rivière impétueuse dévastant tout sur son passage.
Les crues du Chélif sont terrifiantes, elles le font monter de dix mètres en quelques instants,
débordant rapidement de ses berges, emportant hommes, mechtas, bêtes, arbres dans une
formidable et titanesque cavalcade boueuse. Dans l’extrait de Tami Medjebeur la
description de la crue du Chélif débute ainsi :
« A mesure que la pluis tombe, le Chéliff grossit et son niveau monte. […] La largeur de
la rivière a triplé et à divers endroits les eaux tourbillonnent en bruissant. […] Parfois un
peu de terre attenant à la falaise se détache… l’énorme bloc se précipite et s’engouffre
dans la rivière avec un fracas de tonnerre provoquant un remous,dont les vagues vont se
briser jusqu’à la rive opposée. […] Le lendemain, tout ce que Ouled Meziane compte
comme population mâle se trouve rassemblée sur les bords du Chéliff. De ce côté-ci, la
443
Nom actuel Moudrour.
Nom actuel Bou-Kadir
445
X. Yacono, « Le Régime du Chéliff dans la Plaine d'Orléansville » 1ère Partie, in Revue Africaine n° 79,
Alger [1ère éd. 1936], rééd. OPU, 1985, p. 253-266.
444
243
rivière n’est plus qu’à un mètre du bord, tandis que du côté opposé elle a recouvert tout
le versant en pente inclinée et s’étend à perte de vue jusqu’au ras des maisons de
Houaoura. Le fleuve tranquille qu’on se permettait de traverser à gué s’est enflé
démesurément. Avec ses trois cents mètres de large, il mérite son surnom de "ghoul el
ouidène", l’ogre des rivières. » 446
Il arrive parfois que le Chélif quitte son lit et dévaste tout sur son passage. L’auteur
cite une autre crue du Chélif où « il n’y avait plus une herbe, plus un arbre debout… Le
Chéliff en se retirant avait tondu la campagne. Elle était lisse comme un caillou. » Nous
citerons quelques crues particulièrement importantes pour avoir été inscrites dans les
archives d’Orléansville. Cela nous permettra de mieux comprendre l’évocation de ces crues
dans le roman de Tami Medjebeur et leur rôle dans la construction d’un imaginaire des
lieux assez austère et empreint de fatalité.
Les Crues du Chélif : quelques dates
Mardi 10 janvier 1860, la circulation est interdite sur le pont en bois du Chéliff, en raison
de la grande crue de la rivière et la vétusté de l’ouvrage. En janvier 1861, la circulation sur
le pont en bois est interdite en raison de la crue de la rivière. Elle ne sera rétablie que le 25
janvier.
Décembre 1877, les pluies torrentielles enregistrées dans la région Chélifienne ont causé
une importante crue de l’oued Chéliff qui avait atteint un débit de 1448 mètres cubes447.
10 janvier 1904, de graves inondations ont provoqué une grande crue du Chéliff qui a
endommagé sérieusement l’endiguement de la Ferme448.
21 décembre 1930, au début de la saison hivernale une importante et extraordinaire crue
suivie d’une formidable inondation, sont signalées dans l’Orléansvillois. Au barrage de
Pontéba (actuellement situé sur le territoire du douar Brihiènne, commune d’Ouled Abbès),
en vingt quatre heures, le lit du Chéliff atteint 200 millions de m3. À Orléansville, le pont
446
T. Medjebeur, Passion sur les berges du Chélif, op. cit., cf. T. 43.
Source Revue Africaine N° 79, op. cit., p. 263.
448
Nom actuel Hay-El-Houria
447
244
du Chéliff cède sous la poussée de l’eau. Les pluies torrentielles vont continuer à s’abattre
sur la région durant 12 jours449.
23 janvier 1931, la crue du Chélif est particulièrement dévastatrice. Les habitants du
hameau la Ferme qui sont peu éloignés de la berge adressent une pétition dont on a retrouvé
les traces dans les archives de la commune. On relève ceci :
« A la suite des graves inondations qui ont frappé plus particulièrement la Ferme, une
pétition est adressée au maire d’Orléansville par les habitants de cette bourgade
représentant 115 immeubles touchés sérieusement par la crue, dans laquelle ils
demandent une intervention rapide des pouvoirs publics pour stopper les érosions du
Chéliff qui deviennent une menace sérieuse. Il est noté par ailleurs dans la pétition : “
que les crues de novembre 1927, décembre 1930 et janvier 1931 ont gravement effondré
les berges de la presqu’île sur laquelle le village est construit. Qu'en certains endroits, le
lit du Chéliff s’est déplacé de près de trente mètres en direction des habitations.” »450
21 octobre 1954, des pluies torrentielles sont enregistrées dans la région d’Orléansville.
Elles ont provoqué des dégâts importants. Le pont de la traversée de l’oued Tileft (à 7 km
d’Orléansville, en direction de Vialar) est entièrement détruit.
9 janvier 1961, de graves inondations sont survenues à travers la commune d’Orléansville
faisant d’importants dégâts.
11 décembre 1967, des pluies torrentielles se sont abattues sur la ville d’El Asnam et ses
faubourgs qui ont provoqué de graves inondations et des dégâts considérables.
Ces crues du Chélif sont bien évidemment des catastrophes naturelles, mais dans
l’imaginaire populaire elles sont considérées le plus souvent comme un châtiment divin.
Comme l’affirme un paysan dans le roman de Tami Medjebeur :
« Pour sûr, cette fois c’est la fin du monde. Dieu nous envoie le Chéliff pour nous punir.
Les gens sont devenus trop mauvais, trop méchants. Ils oublient Dieu trop souvent et ne
pensent qu’aux avantages matériels de l’existence.» 451
Cette interprétation des cataclysmes est récurrente dans plusieurs extraits qui les
évoquent. Ce que nous tenterons de comprendre à la suite de l’analyse des textes évoquant
449
450
Source Revue Africaine N°79, op. cit., p. 263.
Archives municipales d’Orléansville.
245
les séismes qui ont secoué la vallée du Chélif. Il est certain que ces catastrophes naturelles
ont contribué largement à la construction d’un imaginaire empreint de réprobation et de
commisération sur cette région.
• Le Chélif ou la magie du lieu : Guy Granger
La trame narrative du roman de Guy Granger, qui se présente comme un journal
intime, a pour toile de fond et référence la guerre de libération nationale désignée
communément comme guerre d’Algérie. Yasmina, une jeune algérienne instruite, a choisi
la lutte armée et pris le maquis pour combattre l’occupant. Au cours d’une opération
militaire qui tourne à la déroute elle est faite prisonnière. Torturée, isolée puis partageant le
sort de ses sœurs emprisonnées pour leurs convictions politiques, elle écrit son journal
intime. Au fil des pages de ce cahier journal - du 3 octobre au 2 novembre 1956 - l’histoire
du pays croise intimement l’histoire de « Mina » qui a choisi les siens et qui, cependant, est
éprise de François,un ami d’enfance. Cet amour est condamné d’avance par les
communautés en présence car il symbolise le choix d’une altérité inacceptable en période
de rupture et de guerre, sous couvert d’appartenance à une autre communauté politique,
socio-culturelle et religieuse.
Ce roman est particulièrement intéressant parce que l’auteur-narrateur réussit plus
ou moins à s’effacer derrière sa jeune héroïne algérienne, Yasmina, qui raconte son histoire
sans que le récit donne l’impression du factice ou du documentaire. Ce texte, susceptible de
plusieurs lectures, offre une peinture de la société algérienne de l’époque, précise, ressentie
et présentée « de l’intérieur » mais du point de vue français. En effet, l’histoire dans
laquelle s’ancre ce récit, la guerre d’Algérie, les rapports antagoniques mis en évidence
pour la réappropriation d’un espace et les liens qui unissent la pseudo-narratice au lieu natal
situé au bord du Chélif, sont les éléments moteurs de ce roman. Ainsi, la géographie, le
rapport aux lieux, est intimement imbriquée à l’histoire intime de l’écrivain-narrateur qui se
dévoile à travers le journal de Yasmina.
De la géographie réelle à la géographie intime
451
Cf. T. 43.
246
Le texte évoquant le Chélif, est un extrait du chapitre 7 intitulé « Mon adolescence à
Tiaret ». Il occupe une place centrale dans le cahier journal composé de 14 chapitres. Le
roman en comprend 16. Le premier chapitre a pour titre : « Mon arrestation » et le dernier
s’intitule « François ». Arrêtée, Yasmina la narratrice, pour ne pas sombrer dans la folie
décide de tenir un cahier journal. L’écriture est en fait prétexte à l’évocation de son village
natal, « Voltaire »452, situé dans la plaine du Chélif : « Derrière cette porte close, j’éprouvai
le désir d’aller à la rencontre du village resté cher à mon cœur, où je connus mes premiers
émois amoureux, où j’appris la nature… »453, écrit-elle dans le chapitre introductif où elle
explique ainsi les raisons qui la poussent à écrire : « je vais tenir un journal pour graver ces
souvenirs qui m’accompagnent dans mon épreuve, il adoucira ma vie ».
Ce journal commence le 3 octobre et se termine le 2 novembre 1956. Dates et lieu
ancrent le récit dans la guerre d’Algérie désignée par euphémisme « les événements
d’Algérie », tout comme le terme « rebelle » du titre révèle le point de vue français si nous
nous référons au lexique utilisé dans les journaux de l’époque. Ce terme « rebelle » connoté
positivement en langue française prend un sens péjoratif et dévaluant dans le contexte de la
guerre d’Algérie. En effet dans ce même contexte, « Une Algérienne combattante », aurait
été le titre attendu d’un roman écrit par un Algérien. Nous citerons pour exemple Le
Journal d’une maquisarde publié en 1959 dans El Moudjahid, organe du FLN à Tunis qui
paraît du numéro 44, le 22 juin 1959 au numéro 49, le 31 août 1959. Dans le chapitre
intitulé « Résistances images de combattantes » Christiane Chaulet-Achour le présente
ainsi :
« C’est un témoignage d’une jeune maquisarde, suscité par « ses chefs », Amirouche en
particulier. […] C’est une chronique qui montre combien les villageoises et les militants
des villes ont été actives quotidiennement et ont constitué l’épine dorsale de cette guerre
populaire. La jeune fille ne veut pas donner d’elle-même une image héroïque mais
entend témoigner pour toutes les jeunes femmes qui ont combattu. Notons que le terme
de « journal » n’est pas tout à fait exact puisqu’il n’a pas été tenu au jour le jour mais
recomposé assez près des événements narrés avec un effort de reconstruction des
souvenirs. Pour appuyer la véracité des ce qu’elle dit, elle multiplie dates précise, lieux
et faits. […] Ce récit semble pouvoir être considéré comme une sorte de récit-matrice
organisant les image-clés de la combattante : premier jour d’activité militante,
452
Aujourd’hui Aïn Lechiakh.
Guy Granger, Yasmina la rebelle du Chélif, Alger- Paris, Marsa éditions, coll. Algérie-Littérature-Action,
2004, p.17.
453
247
interrogatoires insupportables, courage des paysannes ; solidarité des maquisards ;
réunions et abris dans les grottes ; importance de la formation reçue avant de monter au
maquis. De façon parcellaire ou plus complète, il porte en lui tous les éléments de ce qui
sera dit ultérieurement et certains auteurs y puiseront. » 454
Ce petit détour lexicographique et historique permet de recontextualiser le parti pris
pied-noir opposé à toute négociation avec les combattants algériens. Cependant à la lecture
du roman de Guy Granger, le terme « rebelle » reprend sa connotation très positive en
français. Il permet de souligner le point de vue de l’écrivain-narrateur à travers son
personnage Yasmina.
De fait, la prise en charge du récit sous forme de journal, par Yasmina, personnage
fictif, révèle une situation d’énonciation à la fois double et ambiguë. La position narrative
de Guy Granger, l’auteur narrateur, qui prend la place de Yasmina, une femme appartenant
à la communauté opposée, peut s’expliquer comme une tentative de comprendre les
événements du point de vue de l’autre et obéit à des motivations complexes que nous
tenterons de pointer à travers l’analyse du texte.
Le choix de cet extrait s’est imposé à nous car l’élément géographique joue un rôle
primordial dans le travail de l’imaginaire. L’évocation du village natal situé dans la plaine
du Chélif, qui abrite le site de « ses premiers émois amoureux », est d’une part, pour ainsi
dire le lieu géographique « déclencheur de rêves », d’autre part, le « je » narratif induit la
mise en scène d’un rapport aux lieux empreint de subjectivité. Il nous conduit à nous
interroger sur le processus créateur pour déterminer comment, à sa seule évocation, un lieu
s’imprègne de magie.
L’intérêt de ce texte est la thématique géographique appréhendée de manière
singulière par un personnage inventé par un narrateur de l’autre communauté, « l’ennemi »
dans le contexte de la guerre mais aussi l’ancien “aimé” plus ou moins. « La bibliothèque »
dans laquelle la narratrice se réfugie pour laisser libre cours à ses pensées, lieu de lecture et
d’écriture, est le lieu de l’imaginaire par excellence, espace de lecture et d’écriture, espace
454
C. Chaulet-Achour, Noûn Algériennes dans l’écriture, Paris, éditions Séguier, 1999, coll. « Les colonnes
d’Hercule », p. 75-77.
248
aussi de solitude propice à la rêverie ; il s’oppose « au parloir », ce « réduit grillagé », « ce
lieu où les langues se délient » qu’est l’espace de la réalité amère qu’est la prison.
Dans la bibliothèque, Yasmina fait abstraction de la réalité, elle éprouve « un certain
plaisir à contracter le temps ». L’évocation du village natal est marquée par le « Chélif » et
par « le son diffus de la derbouka » qui l’ancrent ainsi dans un lieu de l’Algérie rurale.
Ancrage à la fois géographique et sonore qui permet de manière métaphorique le
déroulement de l’anamnèse et d’établir un premier parallélisme. Les souvenirs se déploient
« diffus », l’envahissent en « une longue reptation », à l’image de cet oued aux méandres
capricieux. En fait, le son de la derbouka qui « l’enveloppe » permet d’établir un second
parallélisme avec le Chélif, le « limes », l’oued protecteur qui se confond avec « Voltaire »,
son village natal.
Ce village, où la narratrice a passé son enfance, elle « le promène sur tous les
chemins comme un grain de beauté » ; image métaphorique de tout espace géographique
marqué sur une carte comme le grain de beauté sur la figure. Pour tout un chacun, le pays
natal est un point sur une carte. Plus encore pour Yasmina car « il a marqué » son corps
« comme un tatouage indélébile ». Or, cette « trace » est aussi représentation spatiale et
métaphore de la carte de géographie physique se confondant avec le corps. La géographie
sous l’aspect de carte organise ainsi la vision, mais la mémoire, par quoi advient l’écriture,
est structurante et dévoile le processus imaginaire. De fait, à cette évocation du pays sur le
mode symbolique, de cette carte de géographie dont le support est le corps se superpose
bientôt l’image du territoire : « le Chélif délimite mon fief en le cernant dans sa boucle
liquide, c’est mon limes, ma protection contre d’éventuels envahisseurs ».
Progressivement, le territoire se précise. Il devient « fief », un domaine situé au
coeur du Chélif. Cet oued le protège, il est son « limes ». Et cet espace géographique cerné
par le Chélif, se fait alors île, se transforme en refuge, compris aussi comme protection par
l’imaginaire. Comme l’expliquent les géographes :
249
« A un moment donné, la représentation spatiale permet d’établir une correspondance
entre un groupe et un espace en termes d’affinité élective, d’appropriation
455
d’identification, d’affiliation, processus complexe dit de territorialisation. »
Dans cette portion de « terre » délimitée par le Chélif, la présence de la « source » et
de « l’olivier » sont autant d’éléments symboliques qui renvoient à l’espace des origines, au
lieu édénique de l’enfance également et à la relation charnelle qui lie la narratrice à cet
espace car « territorialiser revient à investir un espace en y multipliant les lieux et les
réseaux sur un mode à la fois concret et symbolique. » 456
De fait, l’évocation du fleuve se fait alors homme paysage, érotisé sous le regard de
Yasmina éprouvée par la séparation de l’être aimé et la solitude de la prison comme en
témoignent les nombreux pronoms possessifs. Le paysage se charge de sensualité, il
devient expression lyrique des corps : « Mon Chélif traverse la chevelure blonde de la
plaine et court vers la mer ». Au spectacle de la plaine se superpose bientôt l’image d’un
dos nu de femme. « En passant, le Chélif effleure les petites dunes bien rondes, lascives à
souhait », « son front heurte le rivage. » Ici les mots « plaine », « plage », « rivage »
évoquent les paysages mais s’appliquent à la chair féminine tandis que l’oued évoque le
partenaire masculin désigné encore par le pronom possessif : « Mon Chélif dépose
régulièrement un baiser sur les lèvres ourlées de la mer ». L’échange de vocabulaire
prépare la confusion de l’oued et de la mer, il rapproche l’analogie phonique pour suggérer
celle de la terre et de la mère.
L’image érotisée de l’oued, le ballet annonciateur des prémices de la fusion
fougueuse avec la mer s’ordonne selon l’écoulement naturel et n’est que l’enclenchement
d’une logique amoureuse, les appels du désir consentant. La chorégraphie se règle d’abord
sur la lenteur de l’oued qui « rampe à plat ventre » puis sur sa rapide progression : il
« continue fièrement sa course » « il court » vers « la mer en furie », « là il se jette à
l’eau », pour finir sur la prise de possession des amants l’un par l’autre : « leurs eaux
s’entremêlent à satiété ». Sa sauvagerie sera celle du désir exacerbé par une trop longue
455
456
Annette Ciattoni et Yvette Veyret (dir.), Les Fondamentaux de la géographie, op. cit., p. 22-23.
Ibid.
250
attente. Les mouvements des eaux, des « amants » s’assujettissent enfin à leurs caps
réciproques : « Petit à petit, les flots s’apaisent ».
La description anthropomorphique du Chélif se jetant dans la mer Méditerranée « en
furie » est ainsi métonymie de la passion qui enflamme les deux amants, Yasmina et
François, symboles de deux peuples, de la relation passionnelle qui a toujours prévalu entre
deux pays situés sur les rives opposées de cette mer Méditerranée. La violence de cette
passion recevra toutes les interprétations mais aucune n’expliquera son ampleur.
Dans le cadre d’une approche géosymbolique nous relèverons comment le village
natal s’efface à son tour dans une vision plus ample : la Méditerranée. Cet espace projeté en
avant et au-delà de la terre natale, s’impose d’emblée comme le lieu autre, le lien de l’entredeux comme l’indique son étymologie « mer entre-deux terres ». Car si cette mer située
entre trois continents a été souvent le théâtre de conflits sanglants dûs aux chocs provoqués
par les trois religions monothéistes : judaïsme, christianisme et islam, elle est un espace où
se superposent des lieux, des civilisations diverses, comme l’atteste l’évocation des villes à
caractère mythique du pourtour méditerranéen : « Memphis, Athènes, Rome, Jérusalem »,
elle est aussi espace de renaissance : elle « rend(s) la pureté à toutes ces eaux qui charrient
tant de douleur ».
Le titre du roman annonce une sollicitation géographique mais la genèse du projet
implique sans cesse l’histoire dans la lecture du paysage. Le changement spatial
accompagne et représente le changement temporel, passage d’un moment à un autre sur la
ligne du temps, trajet d’un point à un autre dans l’espace, mais aussi conscience de la durée
et symbole d’une mutation d’un parcours intérieur, d’une transformation mentale ou
spirituelle. Ce Chélif hors du temps pénible de la guerre et du lieu mesquin de la prison se
jetant dans une mer Méditerranée « miséricordieuse », régénératrice est le référent de
l’imaginaire de l’auteur qui recourt aux mythes comme l’atteste le mot « écume », qui
renvoie à Aphrodite (qui signifie « née de l’écume »), déesse grecque de la beauté et de
l’amour. Les termes « chaste », « pureté », « généreuse », « nourricière », la redondance des
« qualificatifs » signalent aussi le mythe de l’Éden, d’une terre de paix, d’un espace
possible de renaissance. Gilbert Durand « affirme qu’un mythe existe par sa geste, par son
251
drama, par son cortège d’épithètes et de verbes. Toute la mythologie classique nous
enseigne que, bien avant le nom, c’est l’attribut qui caractérise renvoient à un espace
mythique »457. Il explique encore :
« Le mythe, dissémination diachronique de séquences (mythèmes) et de symboles,
système ultime, asymptotique d’intégration des antagonismes, le mythe est l’ultime
discours et cet ultime discours exprime en dernier ressort « la guerre des dieux. » 458
En fait, ce passage trace la figure du pays mythique du bonheur, espéré ou perdu : le
retour à la « mère nourricière ». Le lieu du désir, se dessine comme la projection des
contrées de l’enfance, du lieu natal. Il célèbre le bonheur originel qui fait de cet espace
l’analogique du paradis de l’enfance, à savoir le paradis terrestre ou l’Éden dont
l’étymologie en hébreu signifie campagne, délices, qui se confond avec cet espace rural
qu’est « Voltaire », le pays natal.
Ce degré premier du bonheur et de paix est connoté esthétiquement en deux
leitmotivs celui de la Terre et de la qualité des eaux et de leur pouvoir de régénérescence
qui révèle une véritable fascination de cet élément premier de toute vie sur l’écrivain. Ainsi
le traitement textuel du lieu dessine, à sa manière, le portrait de celui qui le contemple, et ce
que la narratrice découvre, le pays mythique. Le schéma parental de l’espace est tout tracé.
Il ne s’agit pas, pour nous, de faire une analyse psychanalytique mais au niveau historique
et symbolique, cet espace est d’une importance primordiale pour la compréhension du
processus de création imaginaire. Il convient, nous semble-t-il, de se référer d’une part, au
contexte historique de l’événement, et d’autre part, à la situation affective de Yasmina, la
pseudo narratrice.
Cette évocation de l’espace natal intervient à un moment historiquement marqué,
c’est la guerre d’Algérie, sur le cahier journal l’extrait est daté au « 18 octobre 1956 ».
Cette guerre qui est d’abord lutte pour le territoire, n’est pas commune, c’est en fait
457
Gilbert Durand, Introduction à la mythodologie, Mythes et sociétés, Paris, Albin Michel, 1996, p.196.
252
L’affrontement entre deux espaces géographiques : l’espace de l’occupation coloniale que
sont les villes et villages et l’espace de la résistance qu’est le maquis. Commentant un
passage du livre de Jean Pélégri459, Catherine Milkovitch-Rioux définit ainsi le maquis :
« Le lieu de la “connaissance intime” et de la “sédition”, le maquis, enracine dans la
terre algérienne, la résistance à l’Histoire conçue par l’empire européen comme projet
colonial et expansion territoriale. »460
Or « Mina » la « rebelle », a opté pour l’espace de la mère qui se confond avec la
terre. Elle a pris le maquis pour combattre l’espace colonial auquel appartient François.
Mais cet espace de l’autre se confond aussi avec celui du père qui lui a permis l’accès au
savoir d’où dilemme. Pour surmonter cet antagonisme, la narratrice ou plutôt le narrateurécrivain a recours au mythe. Car « Le mythe est le discours ultime où se constitue la
tension antagoniste fondamentale à tout discours, c’est-à-dire à tout « développement » du
sens »461, comme le souligne Gilbert Durand.
De fait, le rapport que la jeune fille entretient avec le réel est celui qu’elle possède
en elle comme rapport déjà construit. Le manque d’amour d’une mère « incapable de
sentiment », la misère, la ségrégation sexiste qui prévaut dans ce milieu rural se révèle à
travers le prisme de sa propre culture, celle donnée par son inscription charnelle dans le
paysage sauvage et chaud de sa région du Chélif et celle nourrie par le père qui entretient
une relation privilégiée avec son contremaître et sa famille (la famille de François), celle
enfin nourrie par ses propres lectures. Ce rapport au réel traduit encore l’ambiguité de
l’instance narrative qui se confond avec l’homme, symbolisé par l’oued Chélif, qui prête
son regard désirant à la femme qu’il aime, en l’occurrence une terre située sur le pourtour
méditerranéen, l’Algérie.
L’histoire dans laquelle s’ancre ce récit, la guerre d’Algérie, les rapports
antagoniques mis en évidence pour la réappropriation d’un espace et les liens qui unissent
458
Gilbert Durand, Champs de l’imaginaire, Textes réunis par Danièle Chauvin, Grenoble, Ellug, 1996, p. 77,
cf. article « L’Univers du symbole », p. 65-80.
459
Jean Pèlègri, Ma Mère l’Algérie, Actes Sud, 1990, p.15.
460
Catherine Milkovitch-Rioux, « Le champ de bataille, ou les métamorphoses de l’espace » in Bertrand
Westphal, La géocritique mode d’emploi, op. cit., p. 73.
461
Ibid., p.75.
253
la pseudo-narratrice à ce lieu ne peut s’expliquer qu’en référence aux mythes qui
structurent l’histoire de l’écrivain. Guy Granger, écrivain pied-noir, prône le dialogue des
communautés et renoue les fils de la mémoire pour tenter par le biais de l’écriture née
d’une séparation douloureuse, un retour pacifié au pays. L’évocation explicite de la
Méditerranée ancre ce roman dans l’histoire agitée de tout le pourtour méditerranéen et
dans le champ littéraire de la« patrie méditerranéenne », développée par Gabriel Audisio au
début des années cinquante. Patrie qui entend favoriser sur les deux rives de la
Méditerranée un renouvellement des thèmes et des lieux d’écriture. Aussi la résurgence
littéraire et idéologique du mythe d’Aphrodite, du paradis terrestre dans ce lieu mythique à
travers l’écriture dévoile en fait un antagonisme insurmontable. Le désir d’un peuple pour
un autre, (ailleurs d’un homme ou d’une femme pour un partenaire d’une race dite
différente) est la pulsion d’une mémoire historique commune refoulée dans l’inconscient.
Une résection instinctive du temps et de la mémoire amoureuse. A quelle origine rattacher
nos ostracismes, nos refus de nous reconnaître l’un l’autre, l’interdit dont nous frappons la
fusion des peuples et celle des corps ?
Cette quête de la jonction entre les deux rives est le moteur même de l’écriture parce
que l’exil est rapport à la terre, à la mère, à soi. L’écriture se nourrit du pays rêvé, de la
symbolique qui naît de l’exil. A travers le prisme du souvenir revisité dans une douloureuse
investigation, le travail d’écriture devient alors une manière de cerner la double
confrontation entre mémoire du paysage et sa restitution par le langage. L’évocation de
lieux réels cités dans le texte, et leur représentation sur le plan imaginaire nous incite à
parler de génie des lieux. Car si par génie du lieu, « il faut entendre le singulier pouvoir
qu’exerce une ville ou un site sur l’esprit de ses habitants ou de ses visiteurs »462, pour la
pseudo-narratrice, le Chélif est l’élément moteur de l’imaginaire. Faisant abstraction du lieu
où elle se trouve, l’évocation de « Voltaire », son village natal met en branle l’imaginaire
au service du processus créateur. « La fiction, écrit Leïla Sebbar dans une correspondance
avec Nancy Huston, c’est la suture qui masque la blessure, l’écart entre les deux rives. »463
462
463
Michel Butor, Le génie du lieu, Paris, Grasset, 1958, coll. « Les Cahiers Rouges », p. 3.
Leïla Sebbar, Nancy Huston, Lettres Parisiennes, Histoires d’exil, Paris, J’ai Lu, 1997, p. 147.
254
La passion, un langage imagé, une sensibilité visuelle exceptionnelle font de la
pseudo-narratrice ou en réalité de l’auteur-narrateur, une image en miroir du paysage.
L’hommage rendu aux lieux de son enfance et à cet oued qui les délimite exprime le lien
fécond qui s‘est tissé entre mémoire du paysage et sa restitution par l’écriture. Si l’extrait
occupe une place centrale dans le roman ce n’est guère fortuit. Le personnage vit dans la
perte d’un paysage familier, le lieu natal qui est assimilé ici à « la perte d’un être aimé
paraissant irremplaçable ». Et quelle que soient les figures de cette perte, l’expérience est
douloureuse car selon Freud « ce qui est demeuré incompris fait retour ; telle une âme en
peine, il n’a pas de repos jusqu’à ce que soient trouvées résolution et délivrance »464. Le
refoulé reste comme un « corps étranger » dans le psychisme, fait retour, « frappe à la la
porte » et n’a de cesse qu’il n’ait été délivré. Telle est la raison profonde de la plupart des
écrits français sur l’Algérie.
Au plan littéraire, l’exil ou la perte du paysage est source d’étrangeté et de
mélancolie. Une part de pays parle toujours à l’âme et à la mémoire ; sur un mode
désormais paradoxal, celui du plaisir-peine. La date de parution du roman et le contexte
socio-historique dans lequel il émerge, l’ancre en fait dans le champ littéraire si controversé
de la « Nostalgérie » que nous abordons plus en détail avec le poème d’Yvette Martorell.
4. écriture de la nostalgie ou « Nostalgérie » : Yvette Martorell
L'Algérie, pays mythique, malmené par l’histoire, au passé comme au présent,
continue de hanter l’imaginaire de ceux qui ne l’ont jamais tout à fait quittée. En effet, la
littérature pied-noire qui s’identifiait à la littérature coloniale (thématique algérienne de la
narration et appartenance des auteurs à la colonie) n’a pas cessé avec l’indépendance de
l’Agérie mais s’est développée ces dernières décennies sous un mode différent et une
appellation explicite : « la nostalgérie ».
Ce terme de Nostalgérie a été utilisé pour la première fois en 1940 par un poète,
Marcello Fabri, un Français d’Algérie qui résidait en France à cette époque et qui avait la
nostalgie du pays. Aujourd’hui la réécriture nostalgique de l'Algérie répandue dans les
464
Sigmund Freud, Cinq psychanalyses, Paris, PUF, 1989.
255
textes des Pied-noirs est souvent désignée par« nostalgérie ». Amy L. Hubbell l’explique
ainsi :
"Nostalgérie": "the nostalgic rewriting of Algeria prevalent in Pied-Noir texts is often
referred to as "Nostalgérie". The Pied-Noir, fated to perpetually return to their referent of
colonial Algeria as a means of sustaining identity, have created numerous
autobiographical accounts of their homeland. These accounts began to appear during the
nearly thirty years of willful silence about the Algerian war in France; consequently,
Pied-Noir accounts dominate French-Algerian history today." (Hubbell, 2004: 86).
« Les Pied-noirs, voués à retourner perpétuellement à leurs réferents de l'Algérie
coloniale comme moyen de soutenir/sustenter l'identité, ont créé de nombreux récits
autobiographiques de leur mère patrie. Ces récits ont commencé à apparaître durant les
presque trente ans de silence voulu (obstiné) sur la guerre d'Algérie en France ; par
conséquent, les récits des pieds-noirs dominent l'histoire Franco-algérienne
aujourd'hui »465.
La fin de l’Algérie coloniale a été vécue par les personnes comme fin d’un monde et
mort d’une Algérie dont la disparition est devenue effective et entière dans l’exode. C’est
cette histoire collective et individuelle que les mémoires ont conservé et emporté avec
d’autres souvenirs, la refoulant et lui imposant silence pour s’épargner les affects pénibles
qui lui sont liés, qui resurgit dans cette littérature. L’échappatoire au trauma proposée par la
production nostalgique, qui réassume sans distance critique la vision léguée par la
littérature coloniale, est un retour au passé d’avant « le drame algérien » pour tenter
d’oublier, d’effacer « les événements » traumatiques. Aussi comme l’explique Pierre
Siblot :
« Cette production s’est-elle d’abord assigné pour mission la conservation et l’archivage
du patrimoine. Engagée sous les auspices de groupements, dont le plus connu – le cercle
algérianiste – a significativement repris la dénomination du principal courant de la
littérature coloniale, l’entreprise a consisté en rééditions de textes du XIXe siècle et de la
première moitié du XXe. Il ne s’est pas agi de préserver les œuvres de l’oubli, mais plus
fondamentalement de procéder à la restauration du passé dans la fabulation romanesque
ou historique. […] plongée rétrospective, rétrograde par essence, la démarche
nostalgique offre, le temps d’une lecture, l’illusion du bon temps retrouvé.» 466
465
Amy L. Hubbell "Looking Back : Deconstructing Postcolonial Blindness in Nostalgérie" in Algérie:
guerres, mémoire, représentations; Algeria: Wars, Memory, Representations, Vol. 3, Nos. 1-2, Automne
2004, p. 86.
466
Paul Siblot, « L’exil au présent, retours à « l’Algérie heureuse » ou les mille et un détours de la nostalgie »,
in Revue de l’occident musulman et de la Méditerranée, Le Maghreb dans l’imaginaire français, la colonie, le
désert, l’exil, Edisud, 1985, p. 156.
256
Or la contradiction inhérente à la production nostalgique est de reproduire
l’idéologie et les positions coloniales qui conduisirent « au trauma ». Dans un article
intitulé « L’exil au présent, retours à « l’Algérie heureuse » ou les mille et un détours de la
nostalgie », le titre explicite à lui seul les caractéristiques de cette nouvelle littérature,
Pierre Siblot fait la distinction entre la littérature coloniale et cette littérature post-coloniale
des « Français d’Algérie ». Il précise à ce sujet :
« La littérature coloniale a pour caractéristique d’avoir tenu un discours extraverti,
adressé aux instances lointaines de la métropole dispensatrices des sanctions littéraires et
détentrices du pouvoir politique. Le projet avoué de tous les auteurs étant de s’en faire
entendre pour les convaincre du bien fondé de leurs vues sur la colonie. […] Et
maintenant lorsqu’un destinataire est interpellé, il s’agit le plus souvent de la
communauté des rapatriés […].
D’autre part une différenciation plus décisive apparaît au niveau narratif. Alors que les
romans coloniaux organisaient leur syntaxe narrative selon des « énoncés de faire », les
textes actuels établissent leurs développements sur des « énoncés d’état ». […] Le
scripteur ne peut plus prétendre agir sur le destin du pays et des gens, alors que son
propre destin est marqué par l’histoire. Dépossédé de toute incidence pragmatique et de
toute perspective d’avenir, le discours romanesque français sur l’Algérie se déplace du
Faire à celui de l’Être. Il devient interrogation sur soi, son passé et ses origines : il est en
quête d’identité. » 467
Dans ces récits, il ne s’agit plus d’altération mais d’une radicale privation, d’une
bouleversante catastrophe qui mène en exil pour toujours et confisque la mémoire. Le
personnage devenu étranger à lui-même ne peut non plus se reconnaître dans le pays qui lui
fait face ou plus souvent l’environne. Survient alors la perte d’une évidence, perte du lien
qui unissait l’âme, la mémoire, à une part de pays dans une émotion esthétique. Ce que
nous tenterons de montrer à travers l’analyse du poème d’Yvette Martorell dont le titre
Mon pays468 engage un contrat de lecture explicite, inscrit le récit dans une réalité
historique vécue, en lui donnant l’éclairage qui devra dominer la lecture, l’amour du lieu
natal contrarié par l’exode pied-noir de 1962.
467
Paul Siblot, « L’exil au présent, retours à « l’Algérie heureuse » ou les mille et un détours de la nostalgie »,
in Revue de l’occident musulman et de la Méditerranée, Le Maghreb dans l’imaginaire français, la colonie, le
désert, l’exil, Edisud, 1985, p. 152.
468
Texte inédit, cf. T. 50.
257
Yvette Martorell, Mon pays
Sonnez, carillonnez, cloches du souvenir deux prières, deux défis, deux colères, des
sentiments mêlés ressentis dans la chair, et dans l’âme : Vous torturez sans fin et mon cœur
et mon âme.
La douleur connaît ses cibles : elles sont doublement désignées par le possessif mon
cœur, mon âme. Elle est cruelle, térébrante : après le cœur, c’est l’âme, le lieu du cœur le
plus sensible qu’elle atteint, et qu’elle fouille. Le souvenir convoqué est en même temps un
calvaire redouté parce qu’il ravive les souvenirs du pays natal et que ces souvenirs sont
chargés d’affliction :
« Je revois nettement les étapes du drame
Quand, du pays natal, il m’a fallu partir. »
Yvette revit les moments du départ au temps présent je revois, avec le même
arrachement, la même intensité : nettement les étapes, pays natal, partir Les allitérations
en /p//t/ rappellent le départ et martellent la mémoire endolorie de chacune des péripéties du
grand exode, le drame, connu de tous :
« Moi, je suis née là-bas, dans un endroit brûlant,
La plaine du Chéliff, dans une jolie ville,
El-Asnam aujourd’hui, jadis Orléansville,
Préfecture connue entre Alger et Oran »
Mais Yvette Martorell ne se lamente pas. La souffrance la libère. La voici dégagée
du temps, revendiquant son moi, déjà hors d’atteinte, là-bas, pourvue d’une existence, d’un
début d’identité je suis née qu’elle va décliner avec les traits de son pays, différents, précis,
provocateurs en juxtaposant les toponymes. Elle se livre sur elle-même à un travail
d’évocation analogue à une mise au point, une focalisation de la mémoire rétrécissant son
champ. Dans l’endroit brûlant se précise une plaine, celle du Chéliff, et dans cette plaine se
découpe une jolie ville, celle-là où elle a vu le jour. Yvette donne les détails : Orléansville
Une préfecture connue, une ville désignée à tous par sa joliesse, attribut non partagé avec
aucune autre ville entre Alger et Oran. La joliesse reste qualité commune mais pas celle
258
d’Orléansville car sa beauté est alliée à sa chaleur : un endroit brûlant, une jolie ville sous
son soleil de feu.
Yvette Martorell a indiqué les lieux afin que nul ne les ignore. Ses retrouvailles avec
son pays et sa ville sont de l’ordre des choses intimes : elle congédie les autres. Oh !
L’exclamation exprime son désarroi. L’exclamation s’ajoutant au vocatif, une émotion
fiévreuse se crée qui anime et traverse le troisième quatrain, signe de l’amour profond,
caractérisé par les possessifs, mon pays, mes aïeux, mes parents, l’accumulation sur le
même registre de mots à champs sémantiques décroissants, pays natal, terre de mes aïeux,
maison de mes parents, foyer, asile, petit rond, indique l’éloignement de l’instance
d’énonciation. Son appréhension du lieu n’est plus qu’un rond sur la carte. Peu importe
l’essentiel pour Yvette Martorell, est dans ce qu’elle y retrouve, la puissance de vie, la
chaleur :
« Bel Orléansville
Vis-tu toujours autant sous ton soleil de feu ? »
Une question est posée par un intime qui tutoie, qui se dispense des explicitations.
En fait par l’emploi du « tu » c’est « je » qui s’adresse à « je ». Ce tutoiement peut être
compris en effet, comme une mise à distance du « je » à « soi ». Yvette Martorell a fait
corps avec son pays dans une effusion intense. Mais la réalité ressurgit, et avec elle, la
lucidité, et les obstacles :
« Par delà les pays, les mers et les frontières,
Je pense encore à toi, à ton beau ciel tout bleu, »
Les syllabes longues et ouvertes /de m/er et de front/ières rendent compte des
grandes distances qui séparent Orléansville du « je » qui s’énonce. L’éloignement tente de
se compenser par le tutoiement, par l’intériorisation : je pense, par la durée : encore, par la
substitution d’une sensation à une autre : la chaleur devient ciel bleu, enfin par l’illusoire
conversion de l’hybride tout en particule de temps équivalente de toujours qui aspire à fixer
dans l’éternité, une part de ce que l’on aime, afin d’en faire l’aliment inépuisable du
souvenir. Yvette s’ampute de ses sens pour ramasser ses énergies sur le seul qui la rattache
encore à sa ville aimée, la vision intérieure :
259
« Je ne te revois plus qu’en fermant les paupières
Oh mon pays perdu, terre de mes aïeux. »
Les termes parlent de géographie, d’histoire, d’arrachement, de l’attachement au
sol, et d’amour. Le découragement ne dure cependant pas. Les derniers quatrains
commencent par mais pour introduire la restriction, l’obligation de vivre amputée d’une
partie de sa vie. Ils racontent l’exil, les difficultés d’une autre vie imposée par l’aléa
historique, celui de la lutte. L’installation ailleurs et les problèmes quotidiens sont
rapidement évoqués :
« Mais tout a été dit, on a tourné la page,
Il a fallu reprendre pied sous d’autres cieux
Alors on a vécu, sans entrain, sans courage,
Un poète a dit : « partir, c’est mourir un peu ! »
Des formules toutes faites sont utilisées pour évoquer un passé irréversible. Yvette
Martorell se fond dans une vie terne, morose. Française d’Algérie, il ne saurait exister une
plus grande épreuve que l’exil, une épreuve enfermant sa vie entière dans l’énoncé « mon
pays » qui se confond avec le sentiment de perte et la conscience de l’impossible retour au
lieu natal. Dans ce poème, c’est la reconstitution de l’histoire personnelle passée qui - bien
que douloureuse – ouvre la voie vers l’avenir et vers une identité nouvelle. De fait, la
mémoire est liée de façon inextricable à l’idée de l’identité et à une redéfinition de celle-ci.
Pour la personne exilée, essayer de rassembler les fragments épars de son passé et de sa
culture, faire vivre les souvenirs même les plus douloureux, permet un remembrement de
l’être. Déduction faite de l’invivable, il lui reste tout un ciel de vitalité : il faut réagir. Son
injonction il faut ne s’adresse pas à elle, mais au « on » un public qu’elle a convoqué, la
communauté pied-noire, pour l’inviter à la suivre dans sa démarche. La voilà offrant
l’exemple de sa détermination :
« De mon pays natal, je veux être un soldat
Portant haut levé, le flambeau du souvenir,
Cloches, carillonnez ! Ne sonnez pas le glas ! »
Suivre Yvette Martorell, c’est forcer les cloches à carillonner le bonheur du
souvenir, ou sa douleur, et même les deux à la fois, qu’importe car il s’agit du souvenir
260
d’Orléansville. Yvette Martorell ne peut dire sa ville que dans la déploration de l’avoir
perdue mais une autre manière de vivre, une éthique sont aussi proposées car d’autres
personnes, torturées comme elle par l’exil et la dépossession ont songé à exprimer l’amour
du pays natal par le désespoir, le suicide. Surmonter cette douleur par le biais de l’écriture
reste la plus sûre échappatoire.
Rendre compte de ce sentiment d’exil, de nostalgie associé à celui de l’arrachement
est une caractéristique de cette littérature de la « nostalgérie ». Ce sentiment est ainsi défini
par un pied-noir :
« Quel meilleur nom pourrait-on donner à ce sentiment complexe qui habite toujours
aujourd'hui chacun d'entre nous, comme une véritable seconde nature.
Consciemment ou non, elle influence notre comportement et a même guidé chaque acte
de l'existence des plus atteints. Et que ceux qui ont cru pouvoir la détruire, par dépit,
opportunisme, intérêt, reniement ou honte, ne se fassent pas d'illusions, elle sera encore
là au crépuscule de leur vie, pour les accompagner vers un nouveau destin.
Parfois endormie, elle se réveille comme une vieille douleur, avec le temps qui passe, ou
dans certaines circonstances. » 469
Le temps a passé, les passions sont peut être moins violentes, mais elles n'en sont
que plus profondes. Cette écriture de la nostalgie pour un pays, un lieu, révèle de manière
aiguë et critique combien l’élément géographique façonne l’imaginaire et tient un rôle
prépondérant dans la structuration du moi. Dans l’exil et le deuil il peut devenir l’élément
moteur du processus créateur : « Survient alors la perte d’une évidence, perte du lien qui
unissait l’âme, la mémoire, à une part de pays dans une émotion esthétique ». Toutefois
cette écriture de la « nostalgérie », écriture le plus souvent doloriste, doit être dépassée si
l’œuvre veut prétendre à l’universel.
469
<http://doc-iep.univ-lyon2.fr/Ressources/Bases/DP/articleDP.html?iddp=158998> consulté le 13/06/07.
261
CHAPITRE DEUX
ÉCRITURE ET TREMBLEMENTS DE TERRE
« Dans la vallée creusée de tombes
Partout où le chéliff déverse sa
Colère
Percent les voix tumultueuses des
Hommes et le sourd grondement de la terre
Remontant sauvagement ses âges. »470
« Le rapport des hommes à la violence larvée de la
planète est complexe. Par-delà les comportements de
fuite que la narration prête aux personnages, il
semble que s’établisse, dans l’univers romanesque et
par le biais du langage, une complicité confuse entre
le globe terrestre et ses habitants. Le texte, qui tend
fréquemment à gommer les ruptures entre l’objet et
le vivant, ne recule pas devant les comparaisons qui
exploitent l’analogie entre le phénomène géologique
et les décors de la vie civilisée. »471
Le 10 octobre 1980, à 12h 25 en temps universel, un violent tremblement de terre
détruisait presque totalement la ville d’El-Asnam, faisant quelques milliers de morts. Vingt
six ans auparavant, cette même ville, alors Orléansville, avait déjà vu vingt mille de ses
habitations détruites et pleuré la mort de 1243 personnes. En 1934, elle avait été déjà
secouée par un violent séisme qui fit également aussi de nombreux dégâts humains et
matériels, modifiant complètement l’aménagement urbain. Ce séisme a laissé quelques
traces dans la mémoire collective mais pas en écriture. C’est à travers quelques photos de la
rue principale de la ville d’Orléansville que l’on a pu constater la modification du paysage
urbain générée par ce tremblement de terre. Les deux derniers séismes, au contraire, par
leur intensité et l’ampleur des dégats qu’ils ont généré, provoquèrent une forte émotion au
sein de la population et suscitèrent maints écrits.
Nous rappelons Le Séisme472 d’Henri Kréa qui fait allusion au tremblement de terre
de 1954 et retiendrons son évocation par Belgacem Aït Ouyahia dans Pierres et
470
Hamid Skif, Poèmes d’El-Asnam et d’autres lieux, op. cit., p. 8, cf. T. 40.
Isabelle Dangy, « L’obsession de la planète chez Echenoz », in Arlette Bouloumié et Isabelle TrivisaniMoreau (dirs.), Le génie du lieu, des paysages en littérature, Paris, Imago, 2005, p. 332.
472
Henri Kréa, Le Séisme tragédie, op. cit., cf. T. 38.
471
262
lumières473, et par Habib Tengour dans Enfance474. Le séisme de 1980, sert de toile de fond
au roman La faille du ciel475 de Mohamed Magani, et il constitue le thème du roman Saison
de pierres476 de Abdelkader Djemaï. Il est évoqué également dans Poèmes d’El-Asnam et
d’autres lieux de Hamid Skif et dans le poème de Lucienne Vincent intitulé Le tremblement
de terre à El Esnam477.
I TREMBLEMENT DE TERRE : RÉALITE ET IMAGINAIRE.
1 Le séisme une réalité amère imprévisible
Le tremblement de terre est unique parmi les catastrophes qui, de tout temps, ont
frappé l’humanité. Il est unique par sa soudaineté et ses conséquences : même une éruption
volcanique, un autre redoutable fléau géophysique, ne survient pas sans prévenir ; le
tremblement de terre si. De fait, le tremblement de terre peut être la catastrophe naturelle la
plus meurtrière sur notre planète. En quelques secondes, des villes et des villages peuvent
être détruits, et des dizaines de milliers de personnes tuées ou ensevelies sous leurs ruines.
La vie économique d’une région peut se trouver anéantie comme la ville d’El-Asnam dont
la destruction est relatée ainsi dans un journal:
« El-Asnam, si fière de son titre de ville la plus neuve d’Algérie - elle avait presque
entièrement été reconstruite après 1954 et comptait avant le drame 120 000 habitants est devenue une cité martyre, inhabitable à cent pour cent. Des immeubles entiers se sont
écroulés, dans un horrible enchevêtrement de béton et de ferraille, d’autres maisons sont
encore debout, mais fissurées, inutilisables. Ce sont les constructions récentes qui ont le
moins bien résisté, même celles édifiées selon les normes antisismiques.
Le siège de la wilaya, le palais de justice, le nouvel hôpital, le commissariat de police se
sont effondrés ainsi que l’hôtel Cheliff, ultramoderne et l’hôtel Baudoin, déjà rasé en
1954. Le marché couvert, la cité Hay Nasr où vivait 3000 habitants, le seul immeuble de
cinq étages d’El-Asnam, les Galeries algériennes, le centre paramédical ne sont plus
qu’un amas de ruines sous lequel sont ensevelies des centaines de victimes. »478
473
B. Aït Ouyahia, Pierres et lumières, op. cit., cf. T. 45.
H. Tengour, « enfance » in Leïla Sebbar, Une enfance algérienne, Paris, Folio, 2005, p. 217-218, cf. T. 51.
475
M. Magani, La faille du ciel, Alger, ENAL/Publisud, 1983, p. 152-156, cf. T. 38.
476
A. Djemaï, Saison de pierres, Alger, ENAL, 1986, p. 6-9, cf. T. 39.
477
L. Vincent, …D’Algérie, Paris, Publisud, 1986, p. 89, cf. T. 41.
478
« Le séisme de 1980 », article paru dans Paris-Match n°2533 du 24 10 1980, Reportage de Jean- François
Chaigneau / Marie-France Saurat / Patrick Jarnoux / Michel Le Tac.
474
263
Ce séisme de très forte magnitude, 7,3 sur l’échelle de Richter, a complètement
dévasté la ville d’El-Asnam et ses environs. Le bilan des dégâts est lourd : 3000 morts et
plusieurs milliers de blessés, les dégâts matériels sont évalués à 10 milliards de dinars et la
ville est pratiquement rasée à 80 pour cent. Dans la ville privée d’eau, d’électricité et de
toutes ressources, l’armée distribue des vivres aux rescapés qui vivent maintenant sous la
tente ou en plein air. Le premier choc passé, et sans attendre la décision qui sera prise par le
gouvernement algérien, les habitants sont unanimes : « Jamais, disent-ils, nous ne
reviendrons habiter ici. El-Asnam sera désormais une ville fantôme. » C’est là, une
réaction caractéristique de l’homme face au désastre provoqué par un phénomène
imprévisible et face à l’inconnu.
Depuis que l’homme réfléchissant à ce qui l’entoure, veut trouver la raison des
choses et s’expliquer l’Univers, nul phénomène naturel n’a eu, plus que les tremblements
de terre, le don de l’émouvoir et d’exciter sa curiosité, sans doute par suite même de la
terreur qui les accompagne. Mais pourquoi y-a-t-il des séismes ? Pour quelle raison,
subitement la Terre commence-t-elle à vibrer violemmment, sans aucun préavis ? Ces
questions posées depuis l’Antiquité, n’ont reçu des éléments de réponse qu’au début du
XXe siècle. Dominique Lecourt dans l’introduction du livre de HarounTazieff, explique :
« Les tremblements de terre ne sont pas seulement porteurs d’une forte charge émotive.
Leur explication requiert une théorie de la structure interne de la Terre qui ouvre
directement sur l’épineuse question de son histoire. Question qui, au sortir de
l’Antiquité, va devenir, pendant des siècles, une question taboue parce qu’elle était
supposée définitivement réglée par les textes bibliques. » 479
En effet, aux yeux des hommes, les tremblements de terre ont depuis des temps
immémoriaux porté la marque la plus irrécusable, mais aussi la plus accablante, celle du
Destin. Il semble étonnant, devant un phénomène aussi destructeur et qui frappait tant les
imaginations, qu’on ait dû attendre le milieu du XXe siècle pour acquérir une connaissance
rationnelle de ce que le siècle précédent a commencé à appeler les « séismes ». Sans doute
l’épouvante ne favorise-t-elle pas la connaissance, et entretient-elle plutôt la superstition
qui lui fait obstacle.
479
Haroun Tazieff, La prévision des séismes, Paris, Hachette, 2003, coll. « Questions de Science », p. 9.
264
Pour Haroun Tazieff le tremblement de terre est assimilé à la guerre : « que ce soit
notre planète marâtre qui nous fasse la guerre ou que ce soient des frères humains parlant
autre langue ou adorant autre dieu, peu importe, c’est la guerre. Guerre éclair certes, brève
à l’extrême aussi destructrice et meurtrière »
480
. Il est à souligner l’analogie de cette
comparaison d’un scientifique avec celle exprimée dans la pièce théâtrale de Henri Kréa481.
Aussi est-il intéressant d’étudier l’imaginaire construit autour des séismes dans les extraits
évoquant cette catastrophe naturelle.
2. Tremblement de terre et imaginaire
Avec Henri Kréa, Hamid Skiff, Lucienne Vincent, Abdelkader Djemaï et Mohamed
Magani la mise en écriture de l’espace géographique bouleversé par le cataclysme naturel
prend différentes formes. Elle se fait sur le mode théâtral tragique et symbolique chez Kréa,
de manière très poétique chez Skif et Vincent, sur le mode surréaliste chez Djemaï, sur un
mode plus réaliste chez Magani et sur un mode satirique chez Habib Tengour.
Le choix du genre théâtral tragique par Henri Kréa s’explique par rapport au
contexte de l’époque. La tragédie contemporaine s’est inspirée, au XXe siècle,
principalement à la veille de la Seconde Guerre Mondiale dans une période
particulièrement pessimiste, du mythe antique pour lui donner un traitement nouveau. Face
aux cataclysmes qui secouent de manière cyclique la planète, face à sa propre violence,
l’homme est tragiquement seul : abandonné des dieux il doit faire face à son propre destin,
à l’absurdité de sa condition. La référence au tremblement de terre d’Orléansville en 1954,
à l’occupation romaine de la Numidie sont prétexte pour le poète pour dénoncer le conflit
qui déchire les communautés en présence :
480
481
Ibid., p. 109.
Nous précisons que nous reprenons l’extrait d’Henri Kréa, pour le mettre en regard avec les autres textes.
265
« Ce pays creuset d’hommes de
Toutes origines de
Toutes destinations poétiques
Se heurtant
au cliquetis du feu,
Au rythme du sang
coulant à flots
comme un fleuve en crue
rompant les digues des étroites vallées »
L’ordre colonial est ébranlé dans ses fondements et sa reconstruction reste sans
perspective de retour à un ordre antérieur. Cette guerre qui ne veut pas dire son nom, le
déchirement des consciences évoqué par les différentes voix dans les parties dialoguées,
annoncent l’indépendance de l’Algérie « en gésine » et la fin inéluctable d’une époque :
« Au son déjà perceptible
Des vagissements éternels des générations
Issues de cet alliage prolifique
Broyé par le pilon cosmique
Du malheur. »
Pour Henri Kréa, le tremblement de terre comme la guerre relève d’une même
« tragédie ». La violence qui secoue la croûte terrestre et la violence humaine engendrent
les mêmes destructions, les mêmes malheurs. Les mêmes forces brutales sont à l’œuvre, la
même aptitude à l’autodestruction affleure dans la matière naturelle et dans les usages
humains. Ainsi que nous l’avons déjà vu pour ce poète, guerre et séisme sont des tragédies
équivalentes. Les ravages engendrés par le cataclysme naturel ou par la guerre, un
cataclysme dû à la bêtise humaine, sont pareils sinon plus insensés encore. Ils sont d’autant
plus tragiques car la destruction de la vie est programmée par l’homme aveugle dans sa
folie. Son point de vue, quoique plus axé sur l’absurdité de la guerre et par extension de la
condition humaine, est plus philosophique mais rejoint en partie celui du scientifique, le
vulcanologue Haroun Tazieff, pour qui le séisme est comparable à la guerre éclair au vu de
sa soudaineté et de ses conséquences meurtrières.
Dans l’extrait du premier roman de Mohamed Magani, La faille du ciel, la
description apocalyptique de la ville d’El-Asnam est présentée selon les règles de l’écriture
réaliste. C’est du point de vue de Hamid, le personnage principal, que le paysage nous est
présenté :
266
« Hamid leva les yeux, un spectacle apocalyptique se dressait devant lui. Un épais
manteau de poussière rougeâtre couvrait El-Asnam, tandis que des nuées d’oiseaux
voltigeaient dans le ciel, fuyant la terre devenue inhospitalière. Il […] pénétra dans la
ville, dévastée, comme si des pieds colossaux avaient piétiné ses quartiers, épargnant
quelques endroits. Des maisons, des édifices publics, il restait des amas de décombres à
peine plus haut que deux mètres. Des hommes hébétés, tournaient en rond dans les rues,
d’autres couraient dans tous les sens, déchirés entre l’appel de la solidarité et la
conscience tragique d’un vide imminent »482
Le terrain semble avoir été travaillé et déchiré par des forces brutales, cyclopéennes,
mythiques. La mise en scène de la violence géologique culmine. La dislocation des
bâtiments décapités ou éventrés suit la propagation des ondes en suggérant le mouvement
de monstres telluriques aux « pieds colossaux » piétinant la Terre. Le titre du roman la
faille du ciel joue sur une ambiguïté ou sur un double registre : le registre religieux et le
registre géophysique. Le terme ciel étant associé à la divinité s’oppose à la faille qui est la
caractéristique de la terre éventrée par le séisme. Le terme ciel a une forte charge
symbolique. Il est en effet selon la définition du dictionnaire :
« Le symbole quasi universel par lequel s’exprime la croyance en un être divin céleste
créateur de l’univers et garant de la fécondité de la terre (grâce aux pluies qu’il déverse).
[…] Le ciel est une manifestation directe de la transcendance, de la puissance de la
pérennité de la sacralité, ce que nul vivant de la terre ne peut atteindre. Le ciel est
universellement le symbole des puissances supérieures à l’homme, bienveillantes ou
483
redoutables. »
Aussi essayer de comprendre l’inexplicable et chercher une raison au désastre et
également une réaction humaine pratiquement universelle. En effet, devant de telles
catastrophes, des civilisations et des époques différentes ont apporté des solutions variées
qui ont pendant longtemps fait appel à une intervention divine. Dans l’ouvrage intitulé
Quand la terre tremblait, l’histoire des croyances diverses quant à l’origine des séismes,
nous est ainsi rappelée :
482
Cf. T. 38.
Jean Chevrier et Alain Gherrbrant, Dictionnaire des Symboles, mythes, rêves, coutumes, gestes, formes,
figures, couleurs, nombres, Paris, Robert Laffont/Jupiter, [1ère éd. 1969], 1982, p. 248-249.
483
267
« Les anciens Grecs voyaient dans le séisme un effet de la vengeance d’un Dieu, en
général Poséidon, offensé par les habitants d’une cité. Pour les Romains, à l’époque de
la République, le tremblement de terre était un prodige, signe d’une rupture du pacte
avec les dieux, vue qui différait assez peu de celle des chinois.
Les tremblements de terre de la Bible sont en général de pures manifestations de la
puissance de Dieu, souvent dirigées contre les ennemis d’Israël. Mais avec les premiers
chrétiens et la notion de péché, apparaît l’idée que Dieu envoie le tremblement de terre
pour châtier les hommes. Cette conception traversa les siècles, comme en font foi
prières, litanies et homélies, qu’elles soient catholiques, orthodoxes, protestantes ou
musulmanes.
Enfin, au XVIIIe siècle, le grand séisme de Lisbonne raviva la querelle de l’optimisme, à
laquelle prit part toute l’intelligentsia européenne : si Dieu était tout puissant et
infiniment bon, comment le mal pouvait-il exister sur terre ?
Parallèlement à ces vues religieuses, philosophes et savants, pour qui les séismes étaient
des événements naturels, essayent de comprendre les causes. […]
Ce n’est qu’à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, que […] sismologues et
géologues établirent de concert la nature tectonique des séismes, sans pour autant
comprendre clairement l’origine des efforts qui amenaient les ruptures de la croûte
terrestre. Il fallut pour cela attendre la tectonique des plaques vers la fin des années
484
1960. »
L’allusion à l’intervention divine semble être récusée par le titre de Magani et peut
être comprise comme une quête d’un sens autre à donner à la vie. Face au malheur imposé
par les éléments, cette tragédie ou « faille » imputable au ciel est malgré tout surmontable
car la force humaine réside dans l’espoir et dans son attachement à la vie L’extrait se
termine explicitement par l’expression de cet élan vital qui pousse tout être humain vers
l’avenir, cet espoir en l’humanité qui s’incarne en l’enfant, le neveu que Hamid recherchait
dans les décombres et qui se dresse soudain devant lui :
« Devant lui, son neveu le regardait, le corps agité de sanglots. La surprise plongea
Hamid dans un état proche du lent réveil qui suit d’interminables nuits autistes, comme
si la soudaine apparition du petit garçon l’émerveillait de découvrir l’existence d’un
autre être humain sur son fief : une île déserte. Il réalisa alors la tragédie de la ville de
son adolescence. » 485
Cette quête du sens des tremblements de terre a ainsi alimenté, au long des siècles,
toute une réflexion sur le plan philosophique, religieux, scientifique et littéraire et surtout
des croyances souvent fantaisistes liées à des superstitions.
484
485
Emanuela Guidoboni et Jean-Paul Poirier, Quand la terre tremblait, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 8-9.
Cf. T. 38.
268
Dans le long poème de Hamid Skiff, le texte oscille à la frontière du mythe et du
constat scientifique, essayant de définir une aire poétique particulière fondée sur cette
hybridation. Dès les premiers vers, le bouleversement de l’espace met en scène la Terre de
manière métaphorique, comme entité planétaire « berceau du monde » qui porte en elle la
mort et laisse entendre que le globe est loin d’être un socle apaisé par son grand âge :
« O ma longue nuit de tremblement de terre
La mort a jailli du berceau du monde
Et la peur de terre dans les prunelles vitrifiées
Les énoncés référant à la genèse», « l’arche de Noé », « l’improbable
recommencement du monde, rappellent qu’il est, au contraire, travaillé par des forces
sourdes qui peuvent à tout moment « jaillir ». « L’imprévisible a frappé à la porte » semant
la mort, détruisant tout sur son passage en quelques secondes. À la colère du poète face au
cataclysme :
« Quel souffle me reste-t-il pour ne pas tomber à genoux
et cracher de toutes mes forces sur le visage craquelé
De cette saloperie sans nom »
Succède l’abattement :
« En d’autres temps
En d’autres lieux
Il me faudra enfouir ces visages à peine entrevus
Ces amas de corps et les regards de l’innocence mutilée »
Puis l’espoir et le goût à la vie reprennent le dessus :
« A force de voir la mort en face et de travers
On finit toujours
Par prendre un goût prononcé pour la vie
[…]
Nous irons de nouveau à Béni-Rached et Abadia
A karimia et Sandjas, à Béni Hawa
Perdue face à la mer
Et ailleurs
Pour tromper nos terreurs et faire rejaillir
Les volcans de bonheur de nos flancs »
269
En fait face à la catastrophe, ces réactions semblent naturelles. Emanuela Guidoboni
et Jean-Paul Poirier en expliquent les étapes :
« Devant de telles catastrophes, les réactions des hommes sont, pour une grande part,
universelles et de tous les temps : abattement d’abord, deuil pour les survivants qui ont
perdu parents ou amis, puis, la vie devant continuer, reconstruction des maisons et des
édifices publics, et enfin tentatives pour comprendre l’incompréhensible et chercher une
raison au désastre. »486
Ces trois étapes, abattement, deuil, reconstruction, précèdent toujours la tentative
d’explication que l’être humain cherche à donner à cette catastrophe. Sur le plan de
l’écriture la relation des séismes rappelle invariablement ces étapes. Nous relevons d’abord
le récit des faits, l’abattement des survivants, les secours qui s’organisent puis la
reconstruction, la tentative d’explication diffère bien évidemment selon l’auteur et ses
représentations. Mais en règle générale, les descriptions du spectacle apocalyptique qui
s’offre à la vue des survivants d’un séisme sont suivies d’une narration qui adopte ce
schéma.
Un univers entier, est foudroyé en quelques secondes par cette « guerre-éclair »
qu’est le séisme. Coincé entre l’hébétude totale et la parfaite vision d’un monde
soudainement effondré, l’homme est quelque part dans la folie subite. Il court dans tous les
sens en proie à l’épouvante puis vaincu par l’ampleur du désastre, submergé par la fatalité
il se réfugie dans l’apathie. Une fois, le choc passé, la peur travaille en profondeur mais la
solidarité humaine redonne des forces et la reconstruction s’impose. Lucienne Vincent
évoque ainsi ce travail de deuil et de reconstruction qui n’est rendu possible que par cet
élan de solidarité humaine qui s’identifie à l’amour :
« A l’œuvre sans attendre ! ensemble tout le jour
Il faut tuer la peur, soulager la souffrance,
Arrêter le lourd flot de la désespérance,
Et reconstruire, vite, une cité d’amour ! »
Le texte de Skiff révèle une sensibilité aiguë à l’ambivalence terrestre, à son
alarmante vie intérieure comme à sa vocation traditionnelle et plurielle de mère, d’amante,
486
E. Guidoboni et J.-P. Poirier, Quand la terre tremblait, op. cit., p. 8.
270
de berceau et de tombeau. Mais la bêtise humaine reste incommensurable : « c’est tellement
dur d’écouter l’homme le plus simple dérailler ». La terreur et le spectacle de la mort
pendant un tremblement de terre fait le plus souvent penser au jugement de Dieu et suscite
examens de conscience, repentirs et surtout réactions irrationnelles. Devant l’inexplicable,
la réaction commune des hommes est d’expliquer le tremblement de terre comme un
châtiment divin :
« Voici les victimes expiatoires dit l’un
La vengeance divine dit l’autre
Dieu que les hommes sont bêtes
Et pourtant !
… Qu’un seul d’entre eux disparaisse et se voile le firmament. »
Cette explication du tremblement de terre comme manifestation divine est présente
également dans le poème de Lucienne Vincent. Le séisme est assimilé au démon qui nuit et
l’incantation est claire :
« Qu’intervienne, au plus tôt, la juste main de Dieu !
Que meure le Vilain ! Qu’un élan pur l’expulse »
Chez Belgacem Aït Ouyahia la réaction de l’auteur-narrateur trahit malgré lui une
résurgence de sa croyance originelle. Lorsqu’il apprend par la radio la nouvelle du séisme
qui a ébranlé la région d’Orléansville il se surprend à invoquer Dieu :
« Mon Dieu ! Mon Dieu ! et je me surpris moi qui étais si peu pratiquant – et même pas
pratiquant du tout – je me surpris à réciter à haute voix la chahada : « Il n’y a de Dieu
que Dieu, et Mohammed est l’envoyé de Dieu. » 487
La réaction des rescapés du séisme est analogue : « Tous demeuraient sidérés après
le premier cri d’effroi du début, les lèvres seules remuaient comme dans une ultime prière,
les yeux relevés au ciel et l’index pointé vers Dieu »488.
487
488
Cf. T. 45.
Ibid.
271
L’explication du tremblement de terre se fait sous le mode satirique chez Habib
Tengour qui donne d’abord une explication qui semble aujourd’hui fantaisiste et qui réfère
au mythe de la représentation terrestre chez les anciens :
« En ce temps-là, la terre était comme une assiette plate. Elle reposait sur la corne
gauche d’un taurillon noir qui tenait en équilibre instable sur la queue d’un poisson.
Quand le poisson remuait ça faisait trembler la terre. » 489
Cette explication n’est pas sans rappeler la croyance japonaise. « Selon la tradition
japonaise, les mouvements d’un énorme poison-chat sur lequel repose la Terre seraient à
l’origine des nombreuse catastrophes qui affectent le pays »490. Ainsi dans la plupart des
régions soumises à des tremblements de terre fréquents, les hommes ont imaginé des êtres
fantastiques qui cherchaient à les punir.
La mention du tremblement de terre d’Orléansville en 1954 dans la nouvelle
intitulée Enfance, est le prétexte, pour l’auteur, à rappeller les fables fabriquées de toutes
pièces par la population à cette occasion. Si pour les croyants il est évident que le
tremblement de terre est une manifestation de la colère divine, les explications et les
interprétations qu’en donne la rumeur publique sont très fantaisistes comme le note de
manière fort ironique Habib Tengour :
« A Mostagananem, tout le monde commentait abondamment la nouvelle. Dieu avait
frappé la ville de Lasnâb, pour faire un exemple. On racontait que des bouteilles de vin
avaient été trouvées dans le mirhab de la grande mosquée. La veille, le muphti de
Lasnâb s’était rendu au bordel numéro six avec un coran dans la poche de son pardessus.
On dit aussi que beaucoup de notables organisaient des orgies dans les lieux saints.
Beaucoup prétendaient que Sidi Abed avait juré la perte de la ville. Ses gens étaient des
mécréants plus endurcis que le peuple de Loth. Ils ne respectaient ni mosquées ni
tombeaux de saints. On disait qu’ils arrosaient leur couscous d’une sauce au vin et que
sous prétexte de célébrer la nuit de l’Erreur, ils s’adonnaient à la fornication avec les
femmes et les jeunes hommes. »491
Toutes ces interprétations, ces superstitions témoignent de la volonté des hommes
d’expliquer un phénomène qui les dépasse sans souci de rationalité. La mention de Sidi
Abed, le saint tutélaire de la région qui « avait juré la perte de la ville », de l’imam tartuffe
censé donné l’exemple, la comparaison de la population avec le peuple de Loth, le
489
Cf. T. 51.
Raoul Madariaga et Guy Perrier, Les tremblements de terre, préface de C.-J. Allègre, Paris, Presses du
CNRS, 1991, p. 10.
491
Cf. T. 51.
490
272
recensement des péchés : boissons alcoolisées, fornication, mécréance, soulignent l’origine
religieuse de ces croyances et le jugement sans appel de la doxa : les habitants d’El-Asnam
se sont mal conduits envers Dieu et ses saints et le tremblement de terre qui a détruit la ville
et fait plus d’un millier de morts est un juste châtiment divin.
La résurgence de ces croyances lors du tremblement de terre qui a encore frappé
cette ville en 1980, montre combien elles sont fortement ancrées dans la mentalité
populaire. La ville d’El-Asnam subira même un changement toponymique pour conjurer le
sort, décident les dirigeants officiels. Elle s’appelle Chlef depuis, mais cela la met-il pour
autant à l’abri d’autres séismes ? Cette conjuration du sort par le changement onomastique
n’est pas nouvelle. En Grèce où les séismes sont fréquents Antioche fut détruite par un
violent tremblement de terre en 526, ce n’était pas la première fois. En effet « Antioche la
grande souffrit, pour la cinquième fois, de la colère divine ». « Ce fut la fin de la ville la
plus noble et la plus élégante » selon les termes d’un chroniqueur. Emanuela Guidoboni se
référant à la compilation de chroniques historiques, oeuvre du moine grec Georges
Cedrenus,rappelle :
« Deux ans plus tard, le 26 novembre 528, un autre tremblement de terre frappa encore
Antioche et détruisit les édifices reconstruits et les rares qui avaient échappé au séisme
de 526. Dans l’espoir de conjurer de nouveaux désastres, Antioche changea de nom et
prit celui de Theopolis, la cité de Dieu. Cette précaution n’empêcha pas que la ville ne
soit de nouveau ravagée en octobre 588. »492
Elle précise en note : « On peut rappeler à cette occasion, que plus de mille quatre
cents ans plus tard, en 1954 et en 1980, la ville algérienne d’Orléansville changea deux fois
de nom, dans l’espoir, vain, d’écarter la menace de séismes futurs »493. Il y a lieu de
préciser que le premier changement onomastique est lié à l’indépendance du pays où les
toponymes français ont été remplacés par les noms originels des lieux ou par des noms
proprement algériens.
Abdelkader Djemaï enfin, aborde le thème du séisme de façon très symbolique. Le
titre du roman Saison de Pierres signale déjà l’importance accordée par l’écrivain à la
492
493
E. Guidoboni, J.-P. Poirier, Quand la terre tremblait, op. cit., p.100.
Ibid.
273
référence minérale et qui précise-t-il « résume l’histoire du séisme qui a frappé par deux
fois la région d’El-Asnam. »494
Ce texte trouve son ossature dans la situation de cataclysme où se trouve plongée
soudainement « la ville éventrée, effondrée, les jambes levées au ciel, acculée aux cordes
de fer, les dents au tapis ». Ville victime du « viol du séisme », non nommée mais suggérée
par la traduction du toponyme « cette cité portant le nom de Statues mutilées que les
Romains occupèrent », et par le nom du narrateur personnage Sandjas, ethnonyme d’une
tribu du bord du Chélif. La description anthropomorphique de la ville après le séisme est
saisissante :
«Le viol après la morsure du Prédateur, le viol du séisme. […] la terre avait bougé telle
une dent ; la ville, nomadisait, dénoyautée de son volume, de ses formes, privées de ses
racines dévorées par le prédateur. La ville ébouriffant ses cheveux de fer, lacérant son
visage, labourant ses flancs, devenait folle. […] La ville, chevilles brisées, claudiquait
dans la plaine, retombait goutte à goutte, cuisant dans l’huile du séisme. […] Et la ville ,
tête contre le trottoir, les mâchoires de travers, dégringolait les escaliers saoule de pierre
en pierre, de dalle en dalle »
Quelle est la frontière entre la fiction et la réalité ? Cette ville femme au corps
disloqué permet une rêverie urbaine monstrueuse à la fois surréaliste et poétique. Ville où
l’élément minéral règne sans partage, ville meurtrie « qui n’est plus qu’un amas de
gravats », non loin des « rives d’un oued férocement sec ». La violence, la sècheresse,le
drame ont la couleur du sang qui s’allie à la pierre et au feu de la chaleur en cette image
poétique d’une violence apocalyptique.
Le responsable de cette tragédie est « le prédateur ». Quelle explication donner en
effet à l’imprévisible qui surgit détruisant en quelques secondes les lieux, les repères, les
assises sur lesquelles l’homme a bâti sa vie, semant la mort et la désolation ? « Ces
chevaux de pierres aux sabots de silex, au galop électrique qui fondirent sur la ville » quelle
force mystérieuse les fait mouvoir ? Par quel phénomène extraordinaire, la ville est-elle
devenue en un laps de temps, « cité maculée, piétinée, poupée hallucinée, yeux dehors, la
mort dedans » ? Abdelkader Djemaï essaye d’y répondre dans l’entretien publié dans la
revue Algérie-Littérature-Action :
494
Jacques Dumont et Dominique Le boucher, « A. Djemaï une écriture de pierres », Algérie-Littérature –
Action, n° 768 Janvier- février 1997, p. 181-188.
274
« Mon premier roman, Saison de Pierres, était construit autour du séisme qui a frappé
par deux fois la région d’Orléansville. Cette sensation d’effondrement, de dislocation,
d’affaissement, est extrêmement difficile à rendre. Comment raconter un séisme sans
être confronté à un côté formel ? C’est là que je me suis aperçu du règne omniprésent de
la pierre. Pour ce drame d’Orléansville, certains ont dit que les gens avaient été punis par
495
Dieu, pour avoir adoré des statues de pierres. »
Les croyances ont la vie dure, la population d’El-Asnam est accusée de paganisme.
Et l’on comprend mieux le souffle de religiosité qui anime les autorités soucieuses de
conjurer le sort qui imposeront un changement toponymique sans se soucier de l’avis de ses
habitants qui sont restés fortement attachés au toponyme originel.
De fait, les grands séismes ont profondément marqué l’imagination de l’homme
depuis la nuit des temps. Ils font partie de toutes les théophanies et sont interprétés comme
une manifestation de la colère de Dieu. Il a fallu la Tectonique des plaques pour que le rôle
constructif des séismes dans la constitution des reliefs terrestres soit enfin pleinement
reconnu. Il n’en reste pas moins que pour le commun des mortels cette explication n’est pas
toujours satisfaisante. Face au désastre, à la mort, les questions métaphysiques vont de soi,
chacun tentera de se satisfaire d’une réponse qui lui permettra de s’accrocher à la vie et de
se reconstruire.
II. ACTIVITÉ SISMIQUE ET PRODUCTION LITTÉRAIRE
La littérature sur la région chélifienne renouvelle sa thématique et à partir des
années quatre vingt, et plus précisément à partir du séisme de 1980, pense la ville. Or,
penser la ville conduit à penser les éléments qui la constituent ou entrent en contact avec
elle. Pour Abdelkader Djemaï, la référence minérale a une importance extrême. Quel refuge
plus proche du bouillonnement viscéral des entrailles de la terre, pourrait chercher l’être
abominablement traqué par la mort ? Ces pierres avec lesquelles nous bâtissons nos
maisons, que nous restera-t-il lorsqu’elles se mettront à se tordre, à se fendre puis à se
disloquer pour retourner à la terre ? Dans ce lieu où la mort surgit, écrire reste la seule issue
495
Jacques Dumont et Dominique Le Boucher, « A. Djemaï une écriture de pierres », Algérie-Littérature –
Action, n° 768 Janvier- février 1997, p. 182-183.
275
pour ne pas oublier, répond Abdelkader Djemaï dans l’entretien accordé à Jacques Dumont
et Dominique Le Boucher. Il explique ainsi les motivations profondes de son écriture :
« On raconte les gens disparus pour combler le vide qu’ils laissent, pour faire qu’ils
soient présents. On a des souvenirs pour se venger de la mort. […] Pierres de la parole
496
au nom de ceux qui ont été enfoncés vivants sous l’éboulement des pierres. »
Et selon cet auteur, ce texte est sans doute émouvant par la pudeur même de ceux
qui l’ont fait naître et qui ne le liront pas. Cela explique pourquoi, transposé d’un espace
réel à l’espace fictionnel, le motif minéral prédomine dans la production de cet écrivain.
Son second roman, intitulé Sable rouge, rappelle en effet, le thème prégnant du minéral
dans son oeuvre. Pour cet auteur, la menace est toujours tapie dans les entrailles de la ville.
Le rouge et le gris se résument en un même chant funèbre : des constructions que l’homme
s’évertue à dresser il ne reste que des pierres que du sable. Les pierres dressées des anciens
rites, les pierres qui couvrent les morts sont là pour rappeller le passage éphémère de l’être
humain sur terre et le règne de l’élément minéral. Elément minéral plus angoissant encore
dans l’espace urbain.
Pour Mohammed Magani, le séisme est devenu le moteur de son écriture. Après La
Faille du ciel, son second roman intitulé Esthétique de boucher donne l’impression
d’abandonner la métaphore du tremblement de terre mais il conserve une bonne part d’une
identité et d’une histoire tellurique au travers de ses lieux, en l’occurrence un rayon de 30
kilomètres incluant les villes et les environs d’El Asnam, dont le nom évoque d’emblée les
trois séismes majeurs qui ont ébranlé la région, en 1934, en 1954 et en 1980. La
particularité de ce roman est en effet l’espace mis en scène, une grotte. Les personnages
d’« Esthétique de boucher » cherchent refuge dans les entrailles d’une montagne, pour
refaire le monde, mener une vie souterraine et libertaire, à l’aune de l’écrit et du sexe libre.
« Dans cette existence intra muros la montagne leur procure le seul habitat véritablement
antisismique, l’abri contre le brouhaha et les bouleversements du monde extérieur » précise
l’auteur497.
496
J. Dumont et D. Le Boucher, « A. Djemaï une écriture de pierres », Algérie-Littérature –Action, op. cit., p.
184.
497
Mohammed Magani, entretien personnel sur le web, du 30/12/2006.
276
Dans son troisième roman, « Le Refuge des ruines », les lieux du roman se situent
une fois encore à El Asnam, la ville meurtrie par trois tremblements de terre. L’un des
personnages nourrit le rêve d’écrire, un jour, un roman instable au-delà du possible, « qu’on
aurait dit écrit par un sismographe. »498 Ce même personnage, lui l’émigré de longue date,
conserve au fond de son cœur l’image d’un vieil homme que la faille sismique de 1980 a
approché comme la mort et embrassé l’humble demeure en pisé et au toit de chaume,
vieillard qui ne peut se résoudre à habiter loin des abords immédiats de la profonde fracture
de la terre. Il refuse de se fixer ailleurs, non par bravade, mais par simple souci de léguer à
son fils unique quelque chose de sa longue traversée de la vie, fut-ce un fragment de faille,
souvenir impérissable à ses yeux. Mohammed Magani , au sujet de ces romans, explique
ainsi le choix de cette thématique sismique :
« Ces trois romans racontent le séisme ici et là, en font référence à des degrés et niveaux
divers : ils le convoquent pour historiciser faits et événement ; rappeler sa permanence
dans la région ; l’associer à d’autres calamités naturelles ou désastres de main d’homme
en vue de montrer la fragilité de la condition humaine ; ont en recours comme métaphore
de la démolition (ou auto démolition) psychologique et matérielle. La contribution
ultime et décisive du séisme entraîne un franc tremblement de la forme, déstructuration
et précarité absolues d’un roman encore à voir le jour.
Le poids de la forme, celui du contenu, leur séparation tend à s’estomper. Le séisme les
a jetés dans un gobelet à dés et s’amuse à les tourner dans tous les sens à une vitesse
vertigineuse. Lorsque, de temps à autre, le gobelet tombe et découvre les dés, les yeux
s’ouvrent sur un facteur palpable de possibilités, d’innovation et de dépassement formel
qui subvertit le roman, le désorganise, envoie récits et sens à la cadence des ondes
sismiques sensibles et insensibles, crée non le « frisson » cher à Nabokov, mais
l’attachement, la rencontre de l’auteur et du lecteur autour d’histoires inachevées,
fragmentées, en cours ou en attente. Dès lors, auteur et lecteur complices se recherchent,
se hèlent, communiquent sur les lignes de contact de la faille, en dépit ou à cause
d’elle. »499
C’est pourquoi son dernier livre intitulé Scènes de pêche en Algérie500, est une
oeuvre qui se distingue par son architecture, car c'est en réalité un roman composé de
nouvelles. « Exercice difficile, infiniment plus difficile que d'intégrer des nouvelles dans
mes romans (déjà tenté dans d'autres romans). Hélas, cette architecture m'a été suggérée par
les séismes successifs qu'a connus la plaine du Cheliff. »501 précise encore cet écrivain.
.
498
Mohammed Magani, entretien personnel sur le web, du 30/12/2006
Ibid.
500
M. Magani, Scènes de pêche en Algérie, Alger, 2006.
501
Ibid.
499
277
Le séisme est devenu un thème littéraire privilégié de l’écriture d’expression
française en Algérie mais également dans l’espace littéraire francophone franco-algérien
ces dernières décennies. Nous citerons notamment, en plus des auteurs que nous avons
choisi d’étudier : Le jour du séisme de Nina Bouraoui, Zenzela de Azouz Begag, La femme
sans nom502 de Boualem Sansal. Si l’on recense tous les titres parus de 1980 à nos jours
dans la littérature algérienne, la liste sera bien longue. Cet engouement pour ce thème peut
s’expliquer en partie par les séismes qui ont ébranlé effectivement ces dernières années
diverses régions du pays: El-Asnam, Tipaza, Aïn Temouchent, Mascara, Boumerdès. Mais
aussi par les symboles que le mouvement sismique peut induire : du bouleversement du
moi, de la quête intime mais aussi des bouleversements collectifs comme l’illustre ce
passage de La femme sans nom de Boualem Sansal :
« Un univers entier, a été foudroyé en quelques secondes et les gens contemplaient les
bras ballants. C’était fini nous ne pouvions en douter, nous commencions nos premiers
pas dans le dénuement véritable. Celui des tout premiers âges : plongés dans le noir, sans
logis, épouvantés, assoifés, affamés, nous ne savions plus si nous étions des hommes ou
des bêtes. C’est d’une marche hésitante que H. rejoignit les cohortes qui erraient entre
les décombres à la recherche des leurs. Hommes ou bêtes nous nous devions aux
nôtres. »503
La vogue de ce thème s’explique aussi sans doute par le climat de violence qui a
caractérisé les décennies quatre vingt. Il semble en effet, que l’émergence de cette
littérature soit étroitement liée à la violence qui a secoué le pays. Les émeutes des jeunes en
1988, l’interruption du processus démocratique, l’assassinat du président Boudiaf suivi de
l’assassinat des représentants emblématiques de l’élite intellectuelle du pays, tous ces
événements enchaînés peuvent être considérés comme un présage de la guerre fratricide qui
plongea le pays dans l’horreur. Cette guerre soudaine qui sema la désolation et la terreur,
plongea l’Algérien dans un état qui n’est pas sans rappeler la terreur et les dégats que
provoquent les tremblements de terre. Ces événements sont donc comparables aux signes
avant-coureurs d’un cataclysme. Ils expliquent le processus qui plongea le pays dans le
chaos et la terreur et constituent des éléments non négligeables pour expliquer l’intrusion
de cette thématique du séisme dans le champ littéraire. La littérature traduisant souvent à
502
B. Sansal, La femme sans nom, in Les Belles étrangères, 13 écrivains algériens, Paris, éditions de
l’aube/Barzakh, 2003.
503
B. Sansal, La femme sans nom, in Les Belles étrangères, 13 écrivains algériens, Paris, éditions de
l’aube/Barzakh, 2003, p. 156, 159.
278
son insu un état de la société dans laquelle elle se produit, elle est donc à comprendre en
référence au contexte socio-historique et socio-discursif de son apparition.
L’inscription du séisme dans le champ littéraire algérien traduit un malaise social,
un mal être de la jeunesse en quête de repères identitaires face à la mondialisation effrénée
et au bouleversement des valeurs dans une société éclatée. La guerre civile larvée, issue des
conflits idéologiques antagoniques pour l’établissement d’un ordre social importé et
imposé, a bouleversé en profondeur la société et généré angoisse et incompréhension. Et, la
littérature, étroitement liée à cet ensemble social complexe et mouvant, est partie prenante
de ce combat qu’elle reflète intentionnellement ou pas.
Explorer l’imaginaire du séisme ou de la région chélifienne implique de s’interroger
sur le processus symbolique de la lecture, un processus intégrateur qui fait en sorte que le
texte s’inscrit dans la série que le lecteur a construite et qui le relie aux savoirs, aux
traditions, aux images, à l’ensemble des systèmes sémiotiques présents dans sa culture.
Ainsi El Asnam, dont le nom évoque d’emblée le séisme nourrit un imaginaire spécifique.
Cette ville qui « n’existe que par la volonté des hommes là où elle devait être, moins pour
produire que pour régner » comme l’écrit Emile Masqueray a contribué largement à la
construction d’un imaginaire des lieux ambivalent plutôt austère.
En effet, on peut déduire à la lecture de notre corpus que l’imaginaire sur cette
plaine du Chélif réunit trois figures : principalement celle du séisme, celle de la chaleur
accablante et celle de l’oued, aux crues imprévisibles, qui lui donne son nom. Ces trois
figures associées à cet espace particulier font partie de ces éléments qui habitent aussi bien
l’imaginaire individuel que l’imaginaire collectif, elles forment des réseaux sémiotiques
reconnus et réactivés par la lecture des textes. Nous parlons de figure parce que le caractère
éminemment géographique de cet espace a tendance à disparaître au profit d’une certaine
anthropomorphisation. Masqueray compare cette ville à « une lionne à demi couchée sur
cette terre fauve » et rappelle les motifs de sa création :
« Au milieu de la paix et de la somnolence universelle, elle continue de regarder, les
yeux à demi clos si la route d’Alger à Oran est toujours libre. Elle observe à sa droite les
collines du Dahra, fertiles en prophètes ; à sa gauche, sur le fond blanc du ciel du sud,
une montagne dentelée et un dôme que les soldats de Changarnier appelaient la
« cathédrale ». C’est l’Ouarensenis. »504
504
Cf. T.22.
279
Nous soulignons le caractère sauvage attribué à cet espace stratégique et le rôle de
gendarme qu’a joué la création d’Orléansville dans l’écrasement de toute vélléité de
résistance à la conquête coloniale d’une part. D’autre part, le caractère imprévisible des
crues de l’oued Chélif comparé alors à un« ogre » (« Ghoul el ouidène ») ajouté à la chaleur
excessive soulignée pratiquement dans tous les textes, ont contribué largement à forger un
imaginaire peu élogieux et contrasté des lieux.
Il est évident que le paysage fait intervenir des filtres culturels au même titre que les
différentes figures mentionnées plus haut. On s’aperçoit dans cette étude que la
confrontation du sujet avec l’espace réel enrichit l’imaginaire, que le paysage joue un rôle
prépondérant dans les imaginaires spatialisés, c’est-à-dire déterminés de manière
géographique. Ainsi existe-t-il un abîme entre Orléansville de Paul Robert et El-Asnam de
Mohammed Magani quoique la ville ait subi de profonds changements, onomastiques et
urbanistiques, entre l’époque du jeune Robert et celle du héros de Esthétique de boucher,
c’est surtout le mode de représentation qui s’est réformé. Dans une étude intitulée
« l’espace de la socialité », Michel Maffesoli commente certaines observations faites par
Gilbert Durand au sujet des figures de l’imaginaire et de leur relation au lieu :
« […] Ces figures que l’on retrouve dans les légendes, dans les contes, dans les
fantasmes populaires, sont toutes liées à un lieu, à une territorialisation bien précise.
C’est ce qui peut faire dire que « l’espace est la forme a priori de la fonction
fantastique ». […] Affirmer donc que « l’espace est le lieu des figurations », c’est
souligner l’inscription mondaine de nos représentations, c’est montrer que nos rêves et
nos pratiques quotidiennes s’enracinent, se territorialisent dans un humus qui est facteur
505
de socialité. »
Ainsi le lieu réel ou l’espace géographique joue en un rôle primordial dans la
création imaginaire. Pour Mohammed Magani par exemple, outre El Asnam, l’oued Chélif
joue un rôle dynamique dans la narration. Il explique ainsi le sujet de son dernier roman :
« Dans Scène de pêche en Algérie il s'agit en fait, en bonne part, d'une biographie de
l'oued Cheliff. Je crois que là se trouve l'origine de mon affection pour le pays natal. J'ai
eu ma première vision de la mer au travers des crues de l'oued, impérissable souvenir.
Ma vie, et celle de beaucoup d'autres enfants, se rythmait par les allers et retours entre
l'oued et l'école, alors que nous étions sous occupation française. Nous allions à l'oued,
comme d'autres (les enfants français) allaient aux fêtes ou aux bals. Scène de pêche en
Algérie emprunte formellement à l'oued son évaporation et disparition continuelle, d'où
la brièveté des textes, leur essoufflement devant l'inéluctable. »
505
Michel Maffesoli, « l’espace de la socialité », Espaces et imaginaire. Ville-Montagne-Carrefours,
Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 1979, p. 18.
280
CONCLUSION
« L’imaginaire déchoit-il ou se renforce quand il est
confronté au réel ? »506
La vertu de la littérature est de donner accès à l’étrangeté. Partie d’une inquiétude
littéraire référant à un événement historique puis orientée vers une quête mémorielle sur
l’histoire d’une région, cette recherche aboutit à une anthologie, perfectible comme toute
recension de ce type, mais assez représentative selon les objectifs circonscrits, en
permettant de suivre l’émergence de lieux en littérature. Elle s’est voulue aussi socle de
référence et de transmission de notions de culture littéraire.
Le point de départ de notre recueil est la fondation d’Orléansville qui a été créée
pour les besoins de la guerre de conquête et donc dans un contexte de violence extrême. La
création de cette ville, dans cette plaine, en état de guerre presque permanent, soumise à un
climat de violence au long des siècles, a complètement modifié l’espace et par là
l’imaginaire des lieux sur cette région.
En posant les jalons de cette anthologie, nous voulions appréhender l’évolution de
cet imaginaire des lieux et montrer que si cette représentation est parfois négative c’est
qu’elle est étroitement liée à la fois à l’histoire de la région mais également à sa géographie.
Des secousses politiques et telluriques ont, en effet, altéré souvent son image. Aussi il n’est
guère étonnant que le thème du séisme soit une caractéristique majeure des représentations
littéraires de ces deux dernières décennies. Comment pouvait-il en être autrement étant
donné les tremblements de terre qui ont secoué à intervalles réguliers la vallée du Chélif,
perçus comme « blasons » des bouleversements sociaux qu’a connus le pays ?
506
Victor Segalen, Equipée, Paris, Gallimard, coll. « l’imaginaire », 1983, p. 265.
281
Toutefois, l’objectif était de montrer aussi, à travers la recension de textes, qu’il
existe un corpus littéraire de langue française dont témoignent les nombreux écrits de 1843
à nos jours. Posée comme hypothèse de travail, cette « existence » littéraire de la région
s’est révélée riche par la diversité des textes qui l’ont faite émerger en écriture. Nous avons
souligné d’une part, que la littérature prolifique des soldats, des hommes politiques,
parlementaires, voyageurs constitue déjà l’embryon d’une représentation littéraire de la
plaine du Chélif malgré un certain parti pris qui ne dénie pas leur valeur de témoignage ;
d’autre part, le désir de reconstruire une réalité du passé afin de comprendre le présent à
partir de ces textes de valeur inégale sur le plan littéraire, nous a fait mettre en valeur
combien le fait littéraire est révélateur des enjeux politiques et idéologiques qui ont présidé
à la création des lieux. Chevillés aux événements, ces récits portent témoignage de
l’histoire et de l’évolution d’une région, même si les œuvres sont d’inégale valeur : ils
existent et nous offrent une typologie de textes intéressante qui peut être transposée sur le
plan didactique.
La littérature ainsi présentée sous forme anthologique, qui se veut exercice de
remémoration, devient le lieu de la transformation. Cette recherche nous a permis en effet,
de montrer comment le travail de la mémoire transforme les perspectives de la réception
initiale de ces textes et donc aussi de leur transmission ultérieure. Face à l’oubli, la
littérature ne restitue que divers aspects des faits mémorables pour leurs auteurs ou
l’époque mais par le pouvoir de reconstruction d’une réalité du passé, elle permet
l’appréhension d’un imaginaire des lieux constitutif de la région. Certes, en réduisant
l’ensemble de la production d’un groupe d’auteurs, l’anthologie se heurte à la question du
bien-fondé de ses choix, le principe même de l’extraction renvoyant à une totalité plus
vaste. Nous avons sciemment intégré l’ensemble des auteurs évoquant la plaine du Chélif
ou la choisissant comme contexte sans faire de distinction entre écrivains « du dehors » et
écrivains natifs d’Algérie. Nous avons intégré la littérature des Pieds-noirs nés dans la
région car l’appartenance à un lieu et à une culture s’éprouve peut-être mieux lorsque l’on
en est séparé, la mémoire étant l’instrument central d’une reconstruction d’origine ou
d’identité. Cette quête et/ou revendication d’appartenance à un lieu peut être vécue aussi
bien sur sa propre terre que dans l’exil. Ce que nous y avons vu, c’est la certitude partagée
282
d’appartenir à une terre, à un espace commun. Il serait inexact de ne donner à cette
solidarité ressentie qu’une signification politique ou idéologique car ce qui fait l’unité et
l’homogénéité d’une littérature en apparence multiple, c’est l’existence d’un caractère
commun que l’on pourrait appeler avec Jacques Noiray, « le sentiment d’autochtonie, et qui
ne saurait se réduire à une simple revendication nationaliste. »507
Le lien fondamental que la littérature algérienne de langue française entretient avec
une histoire et une civilisation spécifique empêche évidemment qu’on la confonde avec la
littérature dite « coloniale » qui l’a précédée ou une littérature plus « nostalgérique » qui l’a
accompagnée et suivie, mais cette anthologie est peut-être l’embryon d’un espace littéraire
algérien qui assume pleinement son histoire, dans la totalité de sa complexité.
Notre recherche peut se synthétiser en trois ensembles : le premier constitué autour
de la notion de texte et de littérature, le second autour de la notion d’espace et de
l’interaction de l’histoire et la géographie dans l’émergence des lieux en écriture et enfin le
troisième et dernier, autour des notions de transmission littéraire et d’échanges culturels. Ce
dernier point me retiendra plus volontiers en conclusion car il est apte à éclairer la réflexion
et le cheminement qui ont mené à ce prolongement didactique de la recherche qui se
voulait, au départ, essentiellement littéraire.
Nous avions bien conscience que parler d’une région et de son évolution à travers
les textes relevait d’une gageure. Il semblait présomptueux de nommer « littérature », une
suite réduite de quelques textes triés pour les besoins et aléatoire de consacrer une étude à
des auteurs qui ne sont pas tous écrivains et ce à seule fin de tenter de montrer l’émergence
de lieux en écriture. L’approche géocritique qui tente de décrire, d’expliquer et d’interpréter
l’écriture de l’espace humain nous a permis, néanmoins, de mettre en évidence la place
prépondérante de l’imaginaire géographique dans ce recueil de textes et d’en affirmer la
cohérence.
Au terme de cette recherche, nous pouvons souligner l’indéniable intérêt de la
dimension géographique comme thématique singulière, révélatrice de questions complexes
où l’historien est certainement plus à l’aise que le littéraire, dans le brassage des textes et
507
Jacques Noiray, Littératures francophones, I. Le Maghreb, Paris, Belin, 1996, p.10.
283
des documents. En fait si la géographie apporte à l’étude de la littérature (il s’agit bien sûr
d’histoire des littératures et non d’histoire littéraire) des précisions non négligeables, cette
discipline ne saurait autoriser une quelconque instrumentalisation de la littérature qui en
ferait l’illustration de sa méthodologie ou de sa problématique. La géographie n’a pas à
donner a priori, un cadre pour vérifier si tel ou tel texte illustre bien ou moins bien une
question de géographie humaine, physique, ou autre. Si nous voulons comprendre comment
un espace est dit et écrit, nous le faisons avec les moyens de la poétique, des outils de telle
méthode de description textuelle. L’intérêt de la géographie est qu’elle aide le littéraire à
mieux comprendre comment, avec des mots et des images, un texte donne une
représentation de ce que nous nommons réel, et propose, à sa manière, une investigation du
dit réel. En parlant d’un imaginaire géographique, nous avons tenté de distinguer ce qui est
de l’ordre de l’imaginaire poétique et ce qui peut servir à compléter une étude portant sur la
création de lieux particuliers et l’histoire d’une région au sens large.
À travers les différentes analyses des textes, il ressort de notre étude que cette plaine
du Chélif, aux paysages variés et contrastés, émerge bel et bien sur le plan littéraire.
L’étude d’un espace réel sur le plan imaginaire nous a permis de mettre en évidence ce
mouvement de va-et-vient entre littérature et espace qui est le principe de base de l’analyse
géocritique. L’étude de la représentation d’un espace à partir de plusieurs points de vue,
autre principe primordial de l’approche géocritique, nous a permis ainsi d’articuler ces
derniers qui, bien que distincts, peuvent dégager un imaginaire du lieu propre à cette
région. De fait, la multiplicité des points de vue dresse une cartographie de la plaine du
Chélif, espace réel qui, du même coup, devient un espace largement imaginaire et fortement
tributaire de la géographie.
En effet, cette vallée enserrée entre deux chaînes montagneuses, est perçue comme
un endroit austère en raison de son climat rigoureux, la chaleur excessive est soulignée de
manière récurrente par la plupart des auteurs ; en raison aussi de l’oued capricieux qui la
traverse et qui peut se transformer en trombe dévastatrice ; en raison enfin de sa sismicité
car elle est situé au bord d’une faille508. Le traitement de l’espace chélifien correspondrait
508
Nous rappelons que la faille de Beni-Rached a été découverte par Belgacem Aït Ouyahia, Cf. T 45 où il
évoque ainsi cet épisode : « le défilé des officiels a pris fin et François Mitterand, le ministre de l’intérieur,
284
aux différentes figurations culturelles du lieu infernal, depuis la chaleur qui règne sans
partage sur cette« vallée de flamme et de poussière » où « l’évaporation qui gerce les
muqueuses, l’air émané de la crémation générale inflige aux horizons une présence
inflexible, […] vallée torréfiée que n’atteint pas la brise de la mer parce que le Dahra
l’entrave »509, jusqu’au désordre négatif du chaos issu « de la violence millénaire de la
terre, de la matrice d’une ville gisant sur son gravat »510 opposé à un site harmonieux à
l’ordonnance géométrique : « des rues tracées à angle droit et bordées d’arbres, avec de
larges trottoirs, des maisons presque toutes semblables à celle de la métropole »511. Ainsi ce
même espace est récrit, réélaboré poétiquement dans plusieurs textes mais le traitement de
la matière géographique est différent. Il revient donc à la géocritique de les mettre en
perspective, de procéder à des recoupements.
Un deuxième principe réside dans la relation entre temps et espace, qui débouche
sur la création d’un espace intertextuel. Dans cet espace, les rapports entre les textes jouent
autant que les rapports entre le texte et le réel : le texte ne s’interprète plus seulement
comme mise en œuvre de faits extérieurs à lui-même, mais aussi dans ses relations aux
autres textes. Le texte est abordé comme productivité et non plus comme texte clos,
signifiant en lui-même et par lui-même, il est texte ouvert. De plus « l’anthologie se
présente, concrètement et métaphoriquement, comme un recueil, c’est-à-dire comme une
organisation ou compilation raisonnée et intentionnelles de pièces diverses qui prennent un
sens nouveau dans leur rassemblement même. »512 Ce qui a pour corollaire que la
conception même de l’interprétation littéraire change.
Les orientations didactiques ont été déterminées par le corpus mêlant littérature et
paralittérature et, aussi, par mon itinéraire d’enseignante. Enseigner c’est transmettre des
savoirs. Or, en matière littéraire la littérature est objet de culture plus que de connaissances
et l’enseignement de la littérature se heurte à un paradoxe entre transmettre une culture et
visitant la région sinistrée, s’est rendu en hélicoptère dans “le charnier de Beni Rached, découvert par hasard
par un jeune médecin kabyle…” rapportera France soir. ».
509
Cf. Charles Hanin, Algérie…terre de lumière, T 26.
510
Cf. A. Djemaï, Saison de pierres, T 39.
511
Cf. P. Robert, « Orléanville et ma maison natale », T 28.
512
E. Fraisse, B. Mouralis, Questions générales de littérature, Paris, éditions du Seuil, coll. « Points Essais »,
2001, p.128.
285
transmettre des connaissances. Aussi l’origine de ce projet est double : le désir d’un regard
réflexif et distancié sur l’enseignement littéraire et le constat qu’il n’existe guère
d’ouvrages ni de méthodes sur l’enseignement littéraire en Algérie513 qui tiennent compte
de la réalité linguistique et culturelle du public universitaire. Il ne faut pas perdre de vue
que la transmission est également transmission de savoirs sur les textes et d’outils de
lecture.
Or les recherches universitaires qui se soucient de transmission de savoir-faire ne
sont pas légion et n’ont pas la faveur du milieu de la recherche. En outre, l’enseignement de
la langue et son articulation à la lecture et à l’écriture posent problème aussi bien au lycée
qu’à l’université. La mise en place, à l’université, d’un enseignement centré sur la lecture
des textes littéraires et de leur approche critique laisse peu de place à un apprentissage
raisonné de l’écriture dans toute sa diversité, de même que l’apprentissage de la langue
n’est pas suffisamment pris en charge au lycée en raison du volume horaire imparti à
l’enseignement de la langue française. D’où la nécessité pour les enseignants d’adopter de
nouvelles stratégies d’enseignement et de renouveler le corpus de textes étudiés, en
première année de licence, plus centré sur l’acquisition de notions théoriques et sur le
renforcement des compétences linguistiques des étudiants.
Pour appuyer nos conclusions il est utile de rappeler la politique linguistique et les
réalités scolaires algériennes. En effet le problème linguistique se pose avec acuité dans ses
dimensions politiques, économiques, sociales et culturelles. La question des langues est
d’une telle complexité qu’elle soulève un certain nombre de questionnements : comment
rentabiliser l’enseignement d’une langue étrangère avec un volume horaire restreint ?
Comment gérer la coexistence des langues en créant un espace culturel et éducatif équilibré
où toutes les langues trouveraient leur juste place ?
Un bref rappel du système pédagogique en Algérie nous montre que celui-ci a été
ponctué par une série de réformes. Dès les premières années de l’indépendance, la politique
513
Hormis convergences critiques, de C. Achour et S. Rezzoug, remanié dix ans plus tard, par C. Achour et
Amina Bekkat sous le titre « Convergences critiques II » où les notions théoriques de critique littéraire sont
abordées avec une grande clarté, il n’existe pas de manuel proposant de méthode concrète d’explication de
notions littéraires et d’exploitation de textes.
286
d’arabisation a fait du français la première langue étrangère, « étudiée pour elle-même et
non utilisée pour l’apprentissage d’autres matières ». Le français n’a donc plus été
considéré comme langue d’enseignement mais comme matière à enseigner. Le phénomène
s’est répercuté dans le volume horaire imparti qui s’est considérablement réduit. Ces
conditions dans lesquelles s’est effectué l’apprentissage du français à partir de l’école
primaire jusqu’au secondaire n’ont permis qu’à une minorité d’élèves d’en user
correctement, soutenus par un milieu familial plus francophone.
Près d’un demi-siècle après l’indépendance, la prise en charge pédagogique des
bacheliers en licence de français, à l’université, se heurte à des difficultés d’autant plus
grandes, que ces nouveaux étudiants, durant leur scolarité antérieure, n’ont pas acquis les
instruments de base d’usage correct de la langue parlée et surtout écrite. Ce qui induit que,
dans sa pratique, l’enseignant est confronté à des difficultés multiples : la difficulté
d’enseigner une discipline, conjointement langue et littérature ; en conséquence, la
difficulté liée au choix des textes et d’œuvres ; enfin la difficulté liée à la nécessité d’une
transposition didactique de savoirs théorique sur les textes.
Les problèmes rencontrés dans l’enseignement de la littérature que nous tenons à
souligner sont de deux ordres : la difficulté majeure semble être le déficit culturel et
linguistique des étudiants, qui rend laborieuse la lecture des textes et plus particulièrement
des textes « classiques » ; la seconde préoccupation des enseignants est le désintérêt quasi
général des jeunes pour la lecture. Pour la grande majorité, les étudiants n’ont pas reçu la
formation qui leur permettrait d’aborder sans problème l’étude d’un texte ou d’une œuvre
littéraire du fait de la portion congrue qui est réservée à cet enseignement. De plus, les
outils de travail sur les textes en termes d’analyse littéraire, d’anthologies ou d’études
critiques sont peu nombreux voire inexistants. Il nous semble que la recherche universitaire
a un rôle à jouer en contribuant à fournir aux élèves des textes ressources pour leur
permettre d’améliorer leurs compétences en compréhension de l’écrit et par là même leur
montrer comment s’y prendre pour écrire.
287
Toutes ces considérations, trop rapidement rappelées, expliquent donc notre option
pour un prolongement didactique de notre recherche sous forme anthologique, car le geste
anthologique est un geste d’enseignant.
Aborder l’enseignement de la littérature par les textes est stimulant même si les avis
divergent quant au statut même du texte littéraire. « Nous aurions bien du mal à écrire et à
parler en nous passant du mot « texte » qui peut aujourd’hui désigner, dans la langue
savante, à peu près tout écrit. Cette extension confusionnelle semble avoir trouvé son
corollaire dans le mot « écriture ». L’écriture est la praxis, « le processus pratique,
volontaire » qui produit le texte. »514 De fait, tous s’essaient à le cerner sans parvenir
néanmoins à une définition claire. Mais cette tension même vers la circonscription de la
notion de texte permet de peser l’immense travail qui reste encore à faire pour envisager le
phénomène littéraire dans un contexte plurilingue. Il rend aussi plus modeste et moins
péremptoire lorsqu’on tentera de trancher, dans les champs littéraires, entre textes
francophones et textes français, entre textes littéraires à haute valeur poétique et textes à
valeur plus testimoniale. Aujourd’hui, à l’heure de la mondialisation, la notion de littérature
doit être appréhendée dans sa dimension interculturelle. En effet intégrer une littérature de
langue française aux autres littératures francophones permet le dialogue des cultures
indispensable à toute ouverture d’une part. D’autre part, le recours à l’analogie, à la
comparaison est une démarche formatrice. La construction des savoirs explicites sur les
textes aide à savoir faire.
Comment dès lors situer notre propre travail dans ce vaste champ d’investigation
aux perspectives éclatées ? Comment justifier celles que nous avons suivies et dont notre
travail rend compte ? C’est notre connaissance du terrain qui a fondé les orientations que
nous avons prises et nous a incité à limiter notre réflexion à l’enseignement de la littérature,
à proposer des pistes d’exploitation des textes, des activités pour favoriser l’acquisition des
stratégies de lecture des étudiants et qui pourraient évoluer vers le stade des stratégies
d’écriture. Car il s’agit de sensibiliser les étudiants aux spécificités de l’énonciation
514
François Gramusset, « Textum aut Corpus. La critique littéraire voit-elle un texte ou entend-elle une
voix ? » in Théories du texte & pratiques méthodologiques. Actes du colloque de Caen (MRSH, déc. 1998).
Caen, Presses universitaires de Caen, 2000, p. 170.
288
littéraire, de leur apprendre à construire les cadres de l’énonciation, d’enrichir leurs
ressources lexicales, pour leur permettre de transposer ces savoirs sur le plan de l’écriture et
d’inscrire leur subjectivité dans un texte. Tel est l’horizon que peuvent se donner les
enseignants qui recueillent des textes comparables à ceux analysés ici.
Ce travail a été l’occasion d’intégrer plus étroitement la géographie à la réflexion
littéraire et mémorielle. On voit combien l’élément géographique nous force à reprendre
l’examen du travail de l’imaginaire. Selon les enjeux politiques ou idéologiques, la
représentation de la plaine du Chélif est positive ou négative mais c’est par l’écriture que
cette région d’Algérie advient en littérature. C’est l’écriture qui permet de s’inscrire dans
une histoire et de restaurer, par le travail de la mémoire, une identité mise à mal. L’histoire
de lieux est riche en enseignements et chacun inscrit son rapport affectif à un lieu donné.
Poursuivant la découverte de cet autre lui-même, si opposé et si semblable, en tout cas,
indissociable de son histoire, ce descendant exemplaire de la Plantation, Faulkner, Edouard
Glissant dans Faulkner Mississipi, exprime ce qui fut notre intuition et notre découverte
assumée parce que devenue consciente, tout au long de ce « mémoire », d’un lieu partagé et
apte à redéfinir autrement les frontières, les inclusions et les exclusions :
« … Voici le lieu, notre lieu.
Approchons-le par ses lointains.
Nous l’imaginons, non point en expansion impérieuse alentour, comme le premier
colonialiste ou financier venu, mais en contagion de poétique partout au monde. Il ne
s’évapore pas pour autant. Il ne s’altère d’aucune déperdition. Il s’enhardit d’une relation
nouvelle.
Approchons-le dans le temps. (…) La ville la plus tourmentée garde ce cimetière dans
515
ses profonds, qu’on découvrira quelque jour. Le lieu est la couture du Temps. »
Conjointement à notre souci de mémoire et de transmission, c’est cette
appréhension renouvelée d’un autre rapport au passé, dans une reconstruction du
présent, qui a été le fil souterrain puis apparent de nos recherches.
515
Edouard Glissant, Faulkner Mississippi, Paris, Stock, 1996, p. 318.
289
ANNEXES
290
Fascicule
Lectures méthodiques de quelques textes
Orientations didactiques et exploitation pédagogique
291
Introduction
La typologie de textes que nous proposons peut donner lieu à l’élaboration d’un
matériel didactique intéressant au niveau de l’analyse des textes, de la production à la
construction de schéma didactique ou de types de séquences didactiques. Certes, la
typologie de textes a toujours été source de discussions car il existe différents types de
classifications qui renvoient à des cadres théoriques différents. La multiplicité des
définitions, des désignations et des délimitations ainsi que le nombre de classifications516
s’ils montrent la diversité des points de vue et l’intérêt du contraire, peuvent cependant
entraîner des confusions ou décourager le lecteur non averti. Mais l’enjeu didactique et
pédagogique est important et sans entrer dans le débat théorique des divers champs
appréhendés, pour la compréhension des textes, on peut affirmer que la typologie textuelle,
fondée sur la corrélation de la forme globale d’organisation des textes et de leur
manifestations linguistiques, offre de multiples possibilités de « pédagogisation » et permet
de développer une réelle compétence textuelle tant en réception qu’en production. Selon
Jean-Pierre Cuq et Isabelle Gruca :
« La perspective pragmatique de la textualité souligne bien que le texte n’est pas un
produit fini aux formes achevées et immuables et, contrairement à ce qu’ont affirmés
certains chercheurs, la typologie de textes, loin d’enfermer le texte dans une conception
statique, met en valeur sa dynamique : tout texte, par les règles qui le régissent et les
constituants qui le structurent et le composent, appartient à un ensemble plus vaste
auquel il est intimement lié, même s’il actualise ou peut actualiser en même temps
plusieurs autres types textuels. L’exemple le plus significatif concerne la description qui
se développe souvent à l’intérieur de la narration. » 517
Préparer les apprenants à la maîtrise des divers types de textes, c’est non seulement
les aider à comprendre un texte, mais c’est aussi leur fournir des instruments d’analyse
qu’ils pourront réinvestir par la suite et les rendre autonomes. Le prolongement didactique
qui nous semble le plus pertinent est de former les étudiants à l’analyse textuelle par la
pratique de la lecture méthodique notamment. Cette dernière renvoie à une conception qui
juge utile de proposer des méthodes, des techniques d’analyse, afin d’engager les
apprenants dans une démarche active de production de sens. Elle permet de proposer de
516
Pour une présentation succincte des différents types de classifications voir André Petitjean, Les typologies
textuelles, Pratiques n° 62, « classer les textes », juin 1989, p. 86-92.
292
nombreuses activités pédagogiques en appréhendant le texte de façon globale. En bref, elle
leur permettra d’acquérir des outils d’analyse favorisant une approche autonome de tous les
types de textes, littéraires ou non littéraires. Il importe donc pour le lecteur de reconnaître
les schémas d’organisation des textes, et de déterminer la dominante du texte pour en
dégager ensuite son organisation intrinsèque et de percevoir son hétérogénéité
compositionnelle. Pour ce faire, il nous faut rappeler les principes de la lecture méthodique.
Principes de la lecture méthodique
Ces principes proposent une démarche fondée sur des procédures spécifiques qui
permettent à tout étudiant, lecteur virtuel, quelles que soient son expérience de lecteur et ses
connaissances antérieures, d’acquérir des outils d’analyse favorisant une approche
autonome de tous les types de textes, littéraires ou non littéraires, voire de l’image fixe. En
effet, la maîtrise de ces outils conduit à l’élaboration d’un sens qui donne sa pleine
signification à l’acte de lire. Ainsi la lecture méthodique est une lecture réfléchie qui
permet aux apprenants d’élucider, de confirmer ou de corriger leurs premières réactions de
lecteurs. Les exigences d’une lecture méthodique permettent de donner plus de rigueur et
plus de force à ce que l’on nomme d’habitude explication. Cependant, le rappel des
instructions officielles nous semble le préalable nécessaire à la mise en œuvre d’une
démarche d’analyse qui s’efforce d’être aussi large que possible tout en se gardant d’être
systématique :
Instructions officielles de la licence d’enseignement de français (25 juin
1983)
« Cadre institutionnel et pédagogique sous-tendant l’enseignement du français et les
objectifs assignés ou assignables à cet enseignement : (orienter surtout en fonction de
l’enseignement des textes).
- Les divers supports à l’enseignement d’une langue et leurs applications (textes
littéraires et paralittéraires).[…]
- Les pratiques relevant de ces supports,
- Les approches des textes littéraires et les pratiques pédagogiques. »518
517
Jean-Pierre Cuq, Isabelle Gruca, Cours de didactique du français langue étrangère et seconde, Grenoble,
Presses universitaires de Grenoble, 2003, p.165.
518
Arrêté du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique portant liste et contenu
des modules composant le curriculum des études en vue de la licence d’enseignement de langue française du
25 juin 1983.
293
L’orientation en fonction de l’enseignement des textes est soulignée. « Les pratiques
relevant de ces supports » sous – entendent les différentes approches adoptées pour la
compréhension et l’exploitation de ces textes sur le plan didactique. Les différents types de
textes, littéraires ou non, appellent des méthodes différentes de lecture, qui s’élaborent au
cours du travail même. Aussi pour la mise en oeuvre de cet exercice, notre démarche vise à
reconstituer, en les hiérarchisant, les différentes étapes que comporte la lecture méthodique.
Nous commencerons d’abord par ce qu’elle tend à mettre en œuvre pour la définir et
énumérer ce que refuse la lecture méthodique.
Qu’est ce qu’une lecture méthodique ?
La lecture méthodique est une explication de texte consciente de ses démarches et
de ses choix. Elle tend à mettre en évidence le travail constant et indissociable de la forme
et du sens dans le tissu du texte. L’enseignant doit veiller à faire acquérir progressivement à
ses étudiants un vocabulaire exact et pertinent, outil nécessaire de l’analyse. Ce qu’elle tend
à mettre en œuvre peut être résumé en quelques points :
1 – L’observation objective, précise, nuancée des formes ou des systèmes de formes
(grammaire, morphologie, et syntaxe ; lexique, champ lexical, champ sémantique ; énoncé,
énonciation ; images, métaphores et métonymies, modalités d’expression, effets
stylistiques, structures apparentes et structures profondes).
2 – L’analyse et l’organisation de ces formes et la perception de leur dynamisme au
sein du texte (convergences et divergences).
3 – L’exploration prudente et rigoureuse de ce que ne dit pas en clair le texte.
4 – La construction progressive d’une signification du texte à partir d’hypothèses de
lecture dont la validité est soigneusement vérifiée.
5 – La constatation, dans une synthèse, de ce qui fait l’unité complexe et profonde
du texte ou de l’œuvre en question. Il ne s’agit pas de récuser les réactions personnelles des
apprenants au terme d’une lecture mais il faut leur apprendre à motiver et à nuancer leurs
jugements.
Il faudra veiller à chacune de ces étapes de tenir compte de la situation du texte dans
son temps et dans son espace propre.
294
L’exercice ainsi conçu, qui demande du temps et qui suppose un travail de longue
haleine, entraîne les apprenants à une plus grande autonomie devant un texte. L’enseignant
les entraîne à examiner plus librement et plus rapidement un texte court en les incitant alors
à se poser les questions suivantes : « De quoi s’agit-il ? Qui voit ? Qui parle ? À qui ? Où ?
Quand ? Comment ? » Ces questions appellent des réponses précises qui s’appuient sur le
texte et qui s’organisent peu à peu en vue d’une lecture cohérente.
La lecture méthodique peut se présenter sous des modes variés, suivant l’ordre du
texte ou selon un ordre plus synthétique. Elle adapte à chacun des genres de discours ou
types de textes ses outils d’analyse. Elle ne propose pas une grille unique pour le
déchiffrement de tous les textes mais au contraire tient soigneusement compte de la
spécificité de chacun d’eux.
Par exemple la lecture méthodique d’un texte argumentatif, met en œuvre les
catégories linguistiques (situation de discours, énonciation, thème/propos), rhétoriques et
dialectiques appropriées. Elle ne reproduit pas des énoncés, mais elle analyse l’organisation
syntaxique du texte, les modalisations du discours, les moyens rhétoriques d’un art de
persuader. Autre exemple, la lecture méthodique de l’image fixe, donne un aperçu d’une
démarche d’analyse susceptible d’être transposée dans d’autres domaines que l’écrit.
En bref, ce qu’il faut retenir : la lecture méthodique rejette la paraphrase, elle ne
mime pas, passivement le développement linéaire du texte, elle n’attribue pas à l’auteur, a
priori, une intention, elle ne suppose pas que le contenu et la forme puissent être dissociés
et enfin elle ne s’enferme pas dans des préjugés esthétiques.
1. Outils pour l’élaboration d’une grille de lecture
Nous avons choisi de nous référer aux travaux de Jean-Michel Adam, plus
précisément à son analyse des schémas textuels prototypiques pour élaborer une grille de
lecture. En effet, Jean Michel Adam dans son analyse des schémas textuels prototypiques,
met en valeur un certain nombre d’énoncés stables ou de régularités compositionnelles qui
lui permettent de définir cinq schémas prototypiques des séquences : narrative, descriptive,
argumentative,explicative et dialogale.
Il semble que traiter les marques textuelles pour situer le texte d’un point de vue
intratextuel a toute sa cohérence dans une classe de langue : faire relever par les apprenants
295
les indices qui relient un texte à un type favorise des entrées cohérentes en harmonie avec
des assises théoriques variées mais complémentaires. Parmi les faisceaux d’indices
caractéristiques de chaque cadre canonique et dégagés par la linguistique textuelle, il est
possible de sélectionner les plus pertinents par rapport à l’extrait et de les utiliser comme
vecteurs pour orienter l’apprenant vers la construction du sens. On relèvera ainsi :
1. Pour lire le récit
- La temporalité : le récit, par définition, raconte une suite d’actions ou
d’événements, réels ou imaginaires, qu’il inscrit dans le temps, que ce temps soit aussi réel
ou imaginaire. L’expression du temps occupe donc une place centrale : les embrayeurs
temporels, les expressions indiquant une progression, les verbes exprimant le début ou la
fin d’une action, la variation des temps verbaux (passé simple, passé composé, présent de
narration), l’expression de la succession, de l’antériorité et de la postériorité, tous ces
repères sont au service de la progression du texte narratif et leur étude pourrait favoriser
l’appréhension de la chronologie ou le déroulement de l’histoire.
- le repérage du schéma narratif, qui constitue la logique de tout récit : il permet
l’analyse de la structure, aide à résumer l’histoire ou à situer l’extrait. Pour mémoire
rappelons les cinq étapes constitutives :
• La situation initiale,
•La complication de cette situation avec un élément perturbateur qui rompt l’état
initial,
• Le déséquilibre qui enclenche un processus de transformation,
• L’intervention d’éléments de résolution,
• La situation finale avec un retour à l’équilibre.
Ce schéma quinaire peut être ramené à trois phases (situation initiale, processus de
transformation et situation finale) ou amplifié et détaillé comme cela a été fait pour le
conte.519
- L’action ou la suite d’actions, moteur de tout récit : le repérage des verbes peut
servir de repères pour appréhender la conduite du récit.
519
Vladimir Propp, La morphologie du conte. [1ère éd. 1970]. Paris, Ed. du Seuil, coll. « Points. Essais »,
1992.
296
- Le mode de narration, le système énonciatif et le mode de focalisation : leur étude
permet la saisie du statut du narrateur par rapport au récit (distanciation/ implications
personnelle).
- Les acteurs du texte narratif : les distinguer permet de déterminer les force
agissantes ou actants qui permettent à l’action d’évoluer, de différencier les adjuvants des
opposants, de désigner le héros, animé par des mobiles et qui tend vers un certain but, etc.
- Le vocabulaire (appréciatif/dépréciatif/neutre), les connotations : ils indiquent si le
récit est objectif ou non.
Il y a bien sûr d’autres éléments qui ne sont pas forcément pertinents pour le même
texte. Tout texte appartenant à un même type est à la fois unique et identifiable ou
semblable à d’autres. De fait, le récit est l’unité textuelle qui a été le plus étudiée,
probablement en raison de son importance dans le domaine littéraire et de son étendue dans
différents genres d’écrits : romans, contes, nouvelles, mais aussi faits divers, poésies,
publicités etc.
2. Pour lire le texte descriptif
- Le thème –titre, donné par le terme générique : d’entrée de jeu, le lecteur peut
savoir quel est l’ « objet » dont il va être question même si, quelquefois, il est nommé
uniquement à la fin de la description, créant ainsi un effet d’attente. S’il est indiqué en
début de séquence, le lecteur peut faire appel à ses connaissances antérieures, il est en
attente d’un certain champ lexical et il peut ainsi comparer son savoir à ce qu’il en
découvre. L’objet, le personnage ou le paysage ainsi nommé, est ensuite décomposé en ses
différentes parties.
- Les marqueurs d’énumération et de reformulation, qui soulignent la structure
généralement arborescente du texte descriptif.
- La spatialité, car la description représente ce qui se situe dans l’espace : le
repérage des indicateurs de lieux, qui organisent l’ensemble de la description, favorise
l’analyse de la structure.
- Les sensations : liées à l’espace, la description comporte de nombreux éléments
d’ordre visuel (lumières, volumes, couleurs, formes, etc.), mais, pour rendre plus présent ou
297
concret ce qui est présenté, elle met en jeu les autres sensations (notations auditives et
olfactives notamment).
- Le champ lexical, qui assure l’organisation thématique : la description s’organise
autour d’un même champ lexical et le texte descriptif est, par excellence, le texte de
l’expansion nominale : les divers objets sont nommés pour être qualifiés et représentés avec
leurs propriétés ou leurs qualités d’où l’importance des adjectifs, des propositions relatives,
etc.
- Le vocabulaire (appréciatif, dépréciatif, neutre), qui permet de dire si la
description est objective, subjective, réaliste, idéalisée, fantastique, etc.
- La constance des choix stylistiques : les réseaux lexicaux sont généralement
soulignés par des figures de style, les comparaisons, les métaphores, les hyperboles et les
connotations sont des figures que développe toute description : elles fonctionnent comme
des facteurs de cohésion et indiquent l’isotopie développée.
- les fonctions de la description : ornementale, référentielle, explicative ou
documentaire, métaphorique et symbolique.
- Le point de vue : focalisation externe (les « objets » sont montrés de l’extérieur, de
façon neutre et objective), focalisation interne (ils sont présentés à travers le regard et la
subjectivité d’un personnage et la réalité est donc limitée à sa vision), focalisation zéro ou
le point de vue omniscient (les « objets » sont décrits accompagnés du savoir du narrateur
qui voit tout et qui sait tout).
Le texte descriptif a souvent été privilégié dans la plupart des manuels et des
méthodes de la tradition classique, probablement en raison des propriétés didactiques qu’il
possède et d’une certaine conception linguistique, qui entretenait d’étroites relations avec la
taxinomie et qui considérait la langue comme une nomenclature, un inventaire possible de
dénomination du monde. Cependant si la description favorise le savoir et la mémoire, la
mise en scène du vocabulaire et sa distribution thématique répondent à des règles textuelles
qui différencient l’énumération de la description.
3. Pour lire le texte argumentatif
- Les indices d’énonciation sont les indices caractéristiques de tout texte
argumentatif car ce dernier défend une prise de position en s’opposant de manière implicite
298
ou explicite à ceux qui pensent le contraire. L’implication de l’argumentateur et plus ou
moins manifeste et la présence des tenants de la thèse qu’il s’agit de réfuter est plus ou
moins discrète. Le caractère dialogique souvent entretenu par le texte argumentatif peut être
source de confusions, voire même de contresens. L’analyse des indices d’énonciation
permet d’éviter cet écueil.
- Les principaux traits qui marquent la subjectivité sont notamment mis en valeur
par le jeu sur les pronoms personnels (première et deuxième personne), l’emploi d’un
vocabulaire persuasif (termes affectifs, catégoriques et très souvent évaluatifs), la présence
de verbes d’opinion, l’utilisation massive de modalisateurs comme les adverbes
(assurément, sans aucun doute, etc.), des expressions introductives (il est certain que),
l’emploi de l’impératif pour rendre complice le lecteur, etc.
- La présence du point de vue adverse peut se révéler par le discours direct, la parole
rapportée, la concession qui permet d’accorder quelque crédit aux arguments adverses pour
mieux défendre ensuite les arguments de l’auteur, les appels directs de l’argumentateur etc.
Cette entrée linguistique dans le texte permet de percevoir les deux « voix » en
présence et de ne pas attribuer les pensées de l’un à l’autre.
- L’organisation du texte, qui aide à identifier la thèse et l’agencement des
arguments,
grâce
à
l’étude
des
connecteurs
logiques
(cause/conséquence,
déduction/induction, opposition, etc.) ou des expressions à valeur argumentative (cela
montre bien que) et grâce à l’appréciation de la ponctuation dont le rôle est particulièrement
pertinent. Le schéma argumentatif mis ainsi à jour met en valeur la stratégie utilisée et peut
permettre de déceler des relations implicites ou des passages elliptiques ou manquants. Il
marque aussi le type de raisonnement choisi : déductif, concessif, raisonnement par
analogie. Il existe de nombreux plans possibles :
• affirmer la thèse proposée, puis enchaîner les arguments pour la prouver et, enfin,
reformuler la thèse en conclusion pour en montrer la véracité ;
• présenter la thèse adverse, puis enchaîner les arguments pour la réfuter et, enfin,
affirmer la thèse proposée ;
• faire dialoguer les deux thèses en présence et dérouler argument et contre
argument afin d’asseoir la thèse proposée ;
- Les fonctions du texte argumentatif, mises en valeur par son organisation :
fonction persuasive (l’émetteur cherche à convaincre et à persuader le lecteur) ou
299
polémique (il s’oppose à celui ou à ceux avec lesquels il n’est pas d’accord souvent en les
ridiculisant ou par le jeu de l’ironie) ;
- Le développement et la répartition des champs lexicaux, qui révèlent le thème
traité, mais aussi les oppositions (thèse proposée/thèse rejetée). Les connotations
(positives/négatives), les images, les répétitions, les exagérations, les gradations sont autant
de moyens utilisés pour renforcer l’efficacité de l’argumentation.
- La hiérarchie des arguments et des exemples, deux ingrédients fondamentaux du
texte argumentatif qui sont souvent présentés selon un aller-retour subtil. Les arguments
peuvent prendre la forme d’assertions de raisonnements, s’appuyer sur des anecdotes, des
faits, etc., faire appel à la raison ou à l’affect.
Tous ces éléments ont une valeur argumentative : ils forment un tout au service
d’une thèse à défendre. Prendre appui sur certains de ces indices permet de bien dégager les
prémisses et d’établir le circuit argumentatif propre au texte en question.
En résumé, pour développer une véritable compétence lectorale, il est nécessaire de
faire exercer la compréhension sur les textes les plus variés et provenant de sources
diverses et d’introduire au plus tôt des unités textuelles qui forment un tout et dont la
longueur soit conséquente au fil de l’apprentissage. Un des écueils dû au recours aux
extraits réside dans le fait qu’ils ne parviennent pas à éveiller l’attention de l’apprenant, ni
sa motivation, de plus, cette pratique ne favorise pas une approche textuelle et l’apprenant
peut percevoir le texte comme un morceau de langue isolé qui lui est imposé à des fins
d’apprentissage de langue et non comme un texte qui peut l’interpeller par son message ou
ses centres d’intérêt. C’est pourquoi nous avons opté pour une progression thématique et
typologique à la fois.
II. La mise en œuvre de la lecture méthodique
Toute lecture méthodique doit être élaborée en fonction d’objectifs spécifiques qui
orientent déjà vers certaines hypothèses de lecture. Elle se fera en quatre étapes :
A – Objectif initial
• Il faut au préalable déterminer la perspective d’étude du texte
300
L’étude des lettres de Bugeaud et de Saint-Arnaud par exemple, se fera dans le
cadre d’un groupement de textes à la fois thématique et historique : étude des
caractéristiques de l’écrit épistolaire et l’histoire de la création de lieux.
L’étude du chapitre «Femmes, enfants, bœufs couchés dans les grottes… »520 se fera
également dans le cadre d’un groupement de textes thématique et historique mais il pourra
se faire aussi dans la perspective de la lecture voire de l’étude de l’œuvre complète.
On peut déterminer la perspective d’étude d’un texte comme extrait détaché,
représentant d’un genre, d’un type, ou de procédés d’écriture par exemple : l’étude des
procédés mis en œuvre dans la description de la plaine du Chélif, extrait d’un roman de
Masqueray, roman hybride mêlant histoire imaginaire et souvenirs ; ou encore l’étude de la
nouvelle comme genre particulier à travers les nouvelles d’Isabelle Eberarhdt, Chevauchée
en pays farouche ou Aïn Djaaboub.
B – Observation du paratexte
Quelles pistes induisent les données préalables : date, auteur, titre, sous-titre et
éventuellement préface, pages de couverture et table des matières.
L’analyse de la formulation des titres est utilisée pour formuler une hypothèse de
lecture.
C – Identification du texte
Sur quels indices se fonder pour déterminer l’appartenance du texte à un genre
répertorié (roman, autobiographie, poésie, etc.) ? La détermination du type est parfois
moins immédiate. Si elle est évidente pour certains textes, elle peut aussi supposer une
étude plus approfondie. On parlera ainsi de dominantes narratives, descriptives,
argumentatives, dialogiques, qui peuvent se combiner ou se relayer à l’intérieur d’un même
texte.
La disposition typographique du texte sera également prise en compte. Cette
première caractérisation du texte va orienter partiellement le choix d’outils d’analyse
spécifiques.
520
A. Djebar, L’amour la fantasia, J. C. Lattès/ ENAL, 1985, p. 77-90.
301
D – Outils d’analyse
Structure
On appellera « structure » d’un texte d’une part la disposition typographique
(découpage en paragraphes pour un texte en prose ; en strophes ou en groupements de vers
pour un poème), d’autre part les différentes unités syntaxiques et sémantiques. Il peut y
avoir concordance ou discordance entre ces deux types de structure.
Ces deux types de structure du texte peuvent apparaître clairement lors d’une
première approche. Cependant, la structure de certains textes n’est repérable qu’au terme
d’une étude mobilisant d’autres outils.
La composition du texte peut suggérer des hypothèses de lecture et conduire à
l’élaboration d’un plan d’étude.
Enonciation et point de vue
a) la voix : qui parle ?
Rechercher les marques du discours du narrateur : pronoms personnels et pronoms
adjectifs possessifs.
Distinguer :
- Narration à la première personne (auteur = narrateur = personnage principal dans
le cas d’un récit autobiographique ; narrateur = personnage principal dans le cas d’un
roman à la première personne).
- Narration à la troisième personne (narrateur distinct du personnage principal).
b) Le point de vue : qui voit ?
Déterminer le type de focalisation (zéro, interne, externe, termes définis dans le
glossaire).
Repérer les verbes et sujets de la perception.
c) indices d’énonciation
Etudier le vocabulaire valorisant/ dévalorisant, les connotations, les modalisateurs,
les repères de temps et d’espace.
Cadre spatio-temporel
Les repères spatiaux peuvent être étudiés en corrélation avec l’examen du point de
vue et des champs lexicaux.
302
Les repères temporels sont étudiés à partir des temps verbaux et de leur valeur
aspectuelle et des autres indications apportées par les adverbes, les substantifs ou les
propositions.
Champs lexicaux et figures de style
Rechercher les principaux champs lexicaux en étudiant leur distribution dans le
texte et leur corrélation.
Etudier les figures de style dominants : comparaison, métaphore, métonymie,
hyperbole, anaphore, antiphrase etc.
Syntaxe, ponctuation, rythme et sonorités
a) Syntaxe
- Types de phrases : simples ou complexes, nominales ou verbales.
- Structure d’enchâssement des subordonnées.
- effet de rupture syntaxique (anacoluthe).
b) Ponctuation
Fréquence, effets rhétoriques et expressifs (ex : les deux points à valeur de liaison
logique, les points d’exclamation et de suspension à valeur émotive).
c) Rythme
Il se fonde sur la succession des accents toniques placés dans la langue française sur
la dernière syllabe non muette d’un mot ou d’un groupe de mots formant une unité
grammaticale.
d) Sonorités
Assonances, allitérations, rimes, paronomase.
Tons et registres
Identifier la dominante tonale du texte : comique, pathétique, tragique, lyrique,
épique.
Caractériser le ou les registres de langue : familier, courant, soutenu.
N.B. : il va de soi que certains outils d’analyse sont pertinents pour tout type de texte alors
que d’autres sont spécifiques à des genres ou types particuliers, comme le montreront les
lectures méthodiques proposées.
303
Le genre épistolaire
Nous commençons par l’étude de la lettre puisque ce sont les lettres de Bugeaud et
de Saint Arnaud qui ouvrent notre anthologie. Sur le plan énonciatif, comme la lettre est
toujours communication d’individu à individu, son auteur est toujours principalement en
cause d’une part, et d’autre part derrière lui se profile le cadre de pratiques en usage,
d’automatismes, de codes, qui dépendent étroitement de facteurs sociaux et culturels et de
normes fortement inscrites dans l’histoire. Elle est donc un document qui porte témoignage
sur la personne qui écrit, sur le groupe auquel elle appartient. Elle est toujours
représentation d’un ordre social.
Caractéristiques du genre
La lettre est un écrit que nous envoyons à une personne absente. Sa caractérisation
minimale en est l’adresse (indication du destinataire) et une souscription explicite
(apposition ou mention de signature) qui suffisent à la distinguer d’un autre type de
discours. Les formes de la lettre sont multiples Certaines sont d’origine fort ancienne :
lettre familière, épîtres ; d’autres de naissance plus récente : billets, cartes postales, mails.
On peut affirmer sans conteste que c’est un genre souple. La souplesse de la lettre fait
qu’elle s’est adaptée à divers usages et ce sont ces usages qui vont définir les différentes
ramifications du genre. Ce qu’il faut cerner malgré la diversité de ses formes, ce sont les
clauses communes minimales qui, en dehors de l’adresse et de la souscription, donnent à un
message ses caractéristiques épistolaires.
Une structure commune
Dans la tradition médiévale la rédaction de la lettre nécessite 5 étapes : le salut, la
quête des bonnes grâces, la narration, la demande ou objet du message et la conclusion. Ces
cinq parties se sont simplifiées en trois étapes. Celles-ci se distinguent par leur fonction :
prendre contact avec le destinataire, présenter et développer l’objet du message, prendre
congé. Ce que la rhétorique classique désigne par les termes empruntés au vocabulaire de
l’éloquence : exorde, narration, conclusion.
304
L’exorde correspond à l’en-tête du type « mon cher…Ma chère » que nous connaissons
aujourd’hui.
La narration ou développement de la lettre, peut comprendre toutes sortes d’autres formes
de récits, descriptions, dialogues rapportés et mis en scène, anecdotes, énigmes visant à
tenir en haleine le correspondant. Elle inclut parfois les réponses « article par article » à la
précédente lettre ou un questionnement. L’article correspond à une rubrique qui constitue
l’unité minimale du message. Le terme « article » peut désigner également un motif de la
lettre, par exemple celui de la protestation d’amitié. C’est la narration qui définit
l’appartenance de la lettre à telle ou telle catégorie.
La circularité de la lettre, les « parties particulières » de la lettre miment le déroulement
d’un entretien. Aucune lettre ne peut s’évader de cette circularité qui dénoue et renoue les
liens du dialogue et de la solitude, comme les étapes d’une rencontre de vive voix. Les
motifs abordés se calquent souvent sur ce mouvement en boucle : la conclusion voit
resurgir la préoccupation fondamentale de celui qui écrit. S’il s’agit d’un remerciement, il
est réitéré, repris sur le mode mineur du « merci encore »521.
Ce que nous tenterons de démontrer à travers l’étude des lettres de Bugeaud et de
Saint-Arnaud c’est que comme tout témoignage donc, le message doit être soumis à
confrontation à l’aide d’autres lettres ou d’autres documents. S’il est toujours possible d’en
considérer la teneur comme un document historique au sens étroit du terme, il faut garder à
l’esprit qu’une lettre isolée en dit plus souvent sur la vérité de l’épistolier qui se donne lui –
même comme « sujet d’énonciation historique »522. Avec l’épistolier pénètre dans le
message une frange imaginaire issue de la représentation qu’il se forge de la relation
entretenue avec le destinataire, de l’image qu’il se donne de lui-même. En fait, la guerre
crée de nouveaux rôles pour chaque épistolier, ce qui entraîne nécessairement une nouvelle
construction de l’image de soi dans la correspondance. En insistant sur le rôle qu’il assume,
chaque épistolier met en valeur le devoir qui en découle.
De plus, comme dans toute communication, agit en sous-main ce que Freud nomme « la
gardienne de l’antichambre », censure personnelle agissant à l’insu des épistoliers. La lettre
dissimule autant qu’elle dévoile.
521
522
G.Haroche Bouzinac, L’épistolaire, Paris, Hachette, 1995, p.19-20-21.
Käte Hamburger, Logique des genres littéraires, Préface de G. Genette, Paris, Seuil, 1986, p. 48.
305
Thomas BUGEAUD
L’insurrection du Dahra
Cette lettre est un témoignage à verser dans le dossier de la terrible répression de l’insurrection du Dahra,
répression tristement célèbre par les «enfumades» des grottes dans lesquelles s’étaient réfugiées les tribus
insurgées.
A Monsieur Martineau des Chesnez.
1er mai 1843.
Nous sommes dans un moment de crise. Une insurrection commencée dans le
Dahra, à l’ouest de Ténès, a franchi le Chélif et a gagné l’Ouarensénis ainsi que les tribus
du versant sud de ces montagnes. On s’est déjà battu plusieurs fois autour de Ténès.
Le 5 mai, je réunirai sous Méliana, dans la vallée Chélif, une bonne petite colonne
et j’agirai conformément aux circonstances. Les journaux l’Algérie, l’Afrique et autres
diront-ils encore que c’est nous qui allons chercher la guerre?
Voudront-ils que nous envoyions leurs feuilles, aux insurgés qui nous ont attaqués,
au lieu de leur opposer nos baïonnettes et nos sabres? L’un d’eux prétendait l’autre jour que
nous avions fait passer la charrue avant les bœufs, qu’au lieu de guerre il fallait faire
connaître aux Arabes ce que nous voulons par la voie de la presse qui est la reine du
monde.
Et puis dans un tel pays n’est-il pas bien pressant d’établir partout le gouvernement
civil? On y est toujours dans la situation où les républiques antiques donnaient la dictature.
Thomas BUGEAUD
Lettre inédites du maréchal Bugeaud, duc d’Isly (1784-1849), colligées et annotées par
M. le capitaine Tattet et publiées par Mlle Feray-Bugeaud d’Isly, Tours/ Paris,
impr.Delis / Emile-Paul frères éditeurs, 1923, p. 261-262.
306
Support : "L’insurrection du Dahra", lettre de Thomas Bugeaud.
0bjectifs : - identifier les caractéristique du genre
- s’informer sur une période historique.
- Exploitation des éléments para textuels
- Que savez-vous de Bugeaud ? Quel rôle a-t-il joué dans l’histoire de la conquête
de l’Algérie?
- Quelle information a motivé cette lettre ?
- De combien de paragraphes se compose le corps du texte ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
- Exploitation globale
- Relevez les marques formelles renvoyant à l'énonciateur.
- Que s’est-il passé dans le Dahra ?
- Qui était derrière ce soulèvement ?
- Que compte alors faire Bugeaud ?
- Dans les deux derniers paragraphes, Bugeaud expose clairement sa politique :
en quoi consiste cette dernière ?
- Extension
Réécrivez cette lettre sous forme d’un récit historique.
307
Jacques Achille LEROY de SAINT-ARNAUD
Lettre adressée à son frère, dans laquelle il parle de Boumaza et du guet-apens que celui-ci a dressé à l’agha
523
Hadj Ahmed, épisode repris par Assia Djebar dans « la mariée nue de Mazouna »
[A M. LEROY DE SAINT-ARNAUD, AVOCAT A PARIS].
Orléansville, le 19 juillet 1845.
[…] Orléansville est un enfer. Il y a une poussière qui aveugle, entre partout, s’unit
à tout. Ce n’est pas de l’air que l’on respire, c’est du feu. Au moins j’espérais être un peu
tranquille et faire travailler à mes routes, mais voilà que les Sbéhas, tribu de scélérats
jamais soumis, viennent me faire un coup à la numide. Ils ont laissé passer chez eux mon
agha Hadj-Hamet, qui allait à Mazouna avec un goum de deux cents chevaux pour chercher
une femme à son fils Ali. A son retour, ils ont tendu une embuscade et ont tué l’agha, deux
caïds, une douzaine de cavaliers, blessé vingt et pris tout le butin du goum. C’est un coup
très fâcheux, qui me prive d’un homme dévoué et m’oblige à me remettre en selle malgré
moi par une chaleur sans nom. Il paraît que c’est une haine de tribu à tribu, Sbéhas contre
Sindjès. Il y avait aussi sous jeu quelque émissaire secondaire du chérif, peut-être le chérif
lui-même. Quelque soit la cause, il faut que j’aille faire le siège de leurs grottes comme
Pélissier.
Lettres du Maréchal de Saint-Arnaud,, tome deuxième, Paris,
Michel Lévy Frères libraires-éditeurs, 1855, p. 32-34
Support : Lettre de Saint Arnaud
0bjectifs : - identifier les caractéristiques du genre
- s’informer sur une période historique.
- avoir une idée sur Orléansville à l’époque coloniale.
- Exploitation des éléments para textuels
523
Assia Djebar, L’amour, la fantasia, Alger/Paris, ENAL / J. C. Lattès, 1985
308
- Qui est Saint-Arnaud ? Pour quelles raisons est-il à Orléansville ?
- Que représentent les signes typographiques du début du texte ?
- Quelle information nous donne-t-on dans la note de bas de page ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
- Exploitation globale
- Que décrit-t-on dans les trois premières phrases ?
- Qu’est-ce qui caractérise particulièrement Orléansville ?
- A quel procédé stylistique a eu recours l'auteur dans cette description?
- Relevez tous les mots appartenant au champ lexical de la « chaleur »
- Relevez les personnages cités dans le texte, et dites quel est le rôle de chacun
d’eux dans le récit ?
- En quoi se résume celui-ci ?
- Que décide Saint Arnaud de faire en guise de réaction à ce coup spectaculaire ?
- Extension
Lire le chapitre « La mariée nue de Mazouna » dans L’Amour la fantasia
d’Assia Djebar et comparez la relation de l’événement avec celle qu’en fait SaintArnaud dans sa lettre. A la lumière de ces écrits, récrivez l’histoire en respectant la
chronologie des événements.
309
Michel BRANLIERE
TÉNÈS
Cette présentation de Ténès, se voulant succinte, mêle éléments de géographie et d’Histoire.
La ville a été fondée au milieu de la côte du Dahra, entre Alger et Oran, sur un
plateau légèrement incliné, de 40 à 50 mètres de hauteur au-dessus de la mer. Elle est
bordée : au Nord, par un falaise accore qu’une plage étroite sépare de la mer ; à l’Est, par
une pente escarpée bordant la petite vallée de l’oued Allala, que traverse le chemin du port ;
au Sud, par les premiers contreforts des montagnes qui commencent de suite, à la porte de
la ville; enfin, à l’Ouest, par un plateau étroit de 20 à 30 mètres d’élévation, acore sur la
mer qu’il longe sur plusieurs lieues.
Un phare est construit à la pointe du cap Ténès ; il est dominé immédiatement au
S.E. par une arête dentelée à grands escarpements verticaux dont le point le plus haut atteint
660 m d’élévation.
Quelques indications relatives au port.
Au point de vue militaire, le port de Ténès était aussi très important, puisque c’était
le seul point par où l’on pût ravitailler Orléansville et lancer sur le Dahra et la vallée du
Chélif un corps de troupes; d’autre part, on a vu que pendant la guerre de Crimée et aussi
pendant celle d’Italie, croyons-nous, le port de Ténès a été un point d’exportation
important.
Il est certain que depuis la création du chemin de fer d’Alger à Oran, parallèle à la
mer, cette raison militaire de la nécessité du port a perdu de sa valeur ; mais il y a lieu
d’observer qu’Orléansville est séparé d’Alger et d’Oran par 200 kilomètres, et qu’en cas de
guerre les communications par voie ferrée seraient immédiatement interrompues.
Renseignements historiques.
Cartenna- «Au temps de Moïse», dit une légende recueillie par Shaw, «les gens de
Ténès étaient des sorciers renommés. Le pharaon d’Egypte en aurait fait venir quelques uns
parmi les plus habiles, pour les opposer à un thaumaturge israélite qui battait les magiciens
du bord du Nil».
Sans remonter avec le voyageur anglais en ces temps fabuleux, il faut reconnaître à
la ville de Ténès une origine ancienne, et tout porte à croire qu’elle fut bâtie par les
310
phéniciens, postérieurement sans doute, à la fondation de Carthage, c’est-à-dire vers le
huitième ou le septième siècle avant Jésus-Christ.
Les Romains l’appelèrent Cartenna, mot formé de Karth, ville, en phénicien, ou de
car, cap, en berbère, et de Tenna, nom de lieu. Cartenna, isolé par le massif du Dahra des
grandes routes naturelles des invasions, n’a pas d’histoire.
[…] «Les Vandales ne pénétrèrent pas dans le Dahra, et jusqu’à la conquête arabe,
le pays paraît avoir formé un royaume indépendant, avec Ténès pour capitale. C’est à cette
époque qu’il faudrait faire remonter la fondation de la seconde ville de Ténès, devenue
aujourd’hui le Vieux-Ténès par opposition avec la ville neuve française.
«A cette époque, nous dit Berbrugger, la fille du roi de Ténès se plaignit à son père
de la violence des vents du N.E. qui balayaient le plateau de Cartenna, où vivait le roi
berbère. Son père lui permit de se bâtir une maison, à l’abri du vent, sur le rocher du VieuxTénès. Sa famille et ses courtisans vinrent bâtir autour d’elle. Puis à la suite d’un
épouvantable tremblement de terre, Cartenna fut détruite, ce qui décida les survivants à
imiter d’autres et à se retirer au Vieux-Ténès.»
Michel Branlière, conducteur faisant fonction d ‘ingénieur des Ponts et Chaussées,
Notice sur le port de Ténès, Paris, Imprimerie Nationale, MDCCCXC (1890)
311
Support : « TÉNÈS ». Michel Branlière
0bjectifs : - identifier les caractéristiques du texte documentaire.
- connaître la géographie et l’histoire d’une ville.
- Exploitation des éléments para-textuels
- Quelle est la fonction de l’auteur ?
- D’après le titre, quel serait le type de ce texte ?
- De combien de paragraphes est-il composé ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Comment ?
- Exploitation globale
- Quelles sont les informations présentées dans les trois premiers paragraphes ?
- Quel est le temps qui y est le plus employé ? Pourquoi, d’après vous ?
- Y-a-t-il des marques formelles renvoyant à l’énonciateur ?
- Repérez les passages narratifs. Quel mot annonce le 1er passage de narration ?
- A quels temps sont conjugués les verbes dans la narration ? Citez deux exemples.
- Justifier l'absence de figures de style dans le texte.
- Que représentent les expressions écrites en italique?
- Situer Ténès en employant des phrases personnelles.
- Qu’est-ce qui faisait la valeur du port de Ténès ?
- Quel fut le vieux nom de Ténès ?
- A quelle époque fut fondé le « Vieux –Ténès » ?
- Comment Cartenna fut-elle détruite ?
- Extension
-
Faites une recherche exhaustive sur l’histoire et la géographie de Ténès.
(Sur une carte incomplète fournie par le professeur) Situez sur cette carte le
phare dont il est question dans le texte. Complétez les légendes.
312
Isabelle EBERHARDT
Chevauchée en pays farouche
Un témoignage sur la région de Ténès nous est fourni par Isabelle Eberhardt qui y a vécu un certain
temps. Son séjour à Ténès, s’il fut fructueux sur le plan de la production littéraire a été empoisonné par une
cabale montée par les colons contre cette Européenne excentrique qui les narguait en prétendant défendre les
intérêts des autochtones. Elle visite les douars et note les histoires ou curiosités locales, assiste à des
cérémonies, s’enquiert des conditions de vie des Musulmans, traverse les villages européens « construits sur
les terrains pris aux pauvres fellahs qui y travaillent maintenant aux conditions draconiennes du khamessat
français. Le paysan se plaint, mais supporte son sort très patiemment jusqu’à quand? » écrit-elle. Fin 1902,
tandis que Slimène est Khodja (secrétaire-interprète) à la commune mixte de Ténès, Isabelle parcourt les
tribus en quête de reportages pour le journal L’Akhbar.
(Alger) le 25 décembre 1902,
Le jeudi soir 11 décembre, comme il avait été décidé, je suis partie au clair de lune
de Ramadane, pour ce voyage au Dahra.
[…]…La soirée était claire et fraîche. Un grand silence régnait dans la ville déserte
et nous filâmes comme des ombres, le cavalier Mohammed et moi. Cet homme, si bédouin
et si proche de la nature, est mon compagnon de prédilection, parce qu’il cadre bien avec le
paysage, avec les gens…et avec mon état d’esprit. De plus, il a, inconsciemment, la même
préoccupation que moi des choses obscures et troubles des sens. Il sent ce que je
comprends et il le sent certes plus intensément que moi, justement parce qu’il ne le
comprend pas et ne cherche pas à le comprendre. A Montenotte et Cavaignac, station au
café maure. Au-delà de Cavaignac, nous quittons la route carrossable et nous nous
engageons dans le dédale enchevêtré de cet inextricable pays de Ténès. Nous traversons des
oueds, nous grimpons des côtes, nous dévalons des ravins, nous côtoyons des cimetières…
Puis, dans un désert de diss et de doum, au-dessus d’un bas-fond sinistre d’aspect
saharien où les buissons sont haut perchés sur des tertres, nous mettons pied à terre et nous
mangeons…pour manger et nous reposer. A chaque bruit, nous nous retournons sur
l’insécurité du lieu. Puis j’aperçois une vague silhouette blanche contre l’un des buissons,
dans le bas-fond. Les chevaux s’agitent et ronflent…Qui est ce? Il disparaît, et quand nous
passons par là, les chevaux manifestent de l’inquiétude.
Puis, la route suit une vallée étroite, coupée d’oueds nombreux. Les chacals hurlent
très près. Plus loin, nous grimpons suivant le flanc de la montagne qui sépare cette région
de la mer et nous arrivons à la mechta de Kaddour-bel-Korchi, caïd des Talassa.
313
Le caïd n’y est pas et il faut aller plus loin, par des sentiers affreux. Nous trouvons,
au commencement de la terre de Baach, le caïd de la mechta d’un certain Abdel-el-Kader
ben Aïssa, avenant et hospitalier. Nous prenons là notre second repas et quand la lune est
couchée, nous repartons pour Baach, par des chemins bordés de fondrières, boueux et
pleins de pierres roulantes…A l’aube, le bordj de Baach, le plus beau de la région, nous
apparaît très haut sur une colline pointue, très semblable à un bordj saharien.
Mes journaliers, précédés de la vie tragique de la bonne nomade par René Louis Doyon, Editions
d’Aujourd’hui ; coll. «Les introuvables», Paris, 1987, p. 284-286
314
Support : « Chevauchée en pays farouche », Isabelle EBERHARDT
0bjectifs : - identifier les caractéristiques du reportage.
- maîtriser les techniques de la description itinérante.
- Exploitation des éléments para-textuels
- A quelle atmosphère renvoie l’épithète « farouche » ?
- Le texte commence par des indications spatio-temporelles : pourquoi ?
- Que représentent les trois points mis entre crochets ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- Quelle est la décision prise par la narratrice ?
- A quoi renvoie le pronom personnel « nous » ?
- Dans le 2ème paragraphe, est insérée la description d’un lieu et d’un personnage,
relevez tous les mots et expressions renvoyant à l’un et à l’autre.
- Quelles sont leurs caractéristiques ?
- Quelle est la particularité du paysage décrit?
- Relevez dans les paragraphes suivants les verbes de perception et ceux de
mouvement ?
- L’espace décrit inspire peur et inquiétude : comment se manifeste ceci sur le plan
verbal ? Quelle est la fonction de la description dans ce récit ?
- Quel fut la dernière étape des cavaliers ?
- Qu’est-ce qui distingue Baach des autres régions visitées ?
- Extension
Appliquez la grille de Philippe Hamon aux passages descriptifs contenus
dans le texte. Commentez le tableau en insistant sur le type de description adopté.
315
Charles.HANIN.
Milianah
Milianah, sur la porte de l’ouest dit-on, domine la plaine à l’infini et, de sa
promenade fameuse, la pointe des Blagueurs, l’œil vole vers des horizons illimités. Ville
qui n’a d’autre attrait que son site, la fraîcheur de ses ombrages, le ruissellement de ses
eaux dans les fossés, la profusion des fleurs dans les bosquets, la verdure des pelouses dans
les petites squares, l’épanouissement des vergers, le climat qu’adoucit, au long des jours les
plus torrides de l’année, la brise qui vient sans contrainte de la mer, parce que dressée sur
son piton par-dessus les hauteurs d’alentour, sauf cependant cet éternel Zaccar si proche et
si dominateur.
Mais, hors des jardins et du panorama des Blagueurs, c’est le même ennui des
choses mourantes que l’on trouve en cette Milianah surannée où le jeune Alphonse Daudet
tenta de raffermir ses poumons. Il y avait alors beaucoup de chasseurs d’Afrique dans cette
garnison des soldats du second Empire, et ne rappelle-t-il pas quelque part l’équipée
caricaturale d’un sien cousin méridional, armé jusqu’aux dents à la poursuite
d’hypothétiques fauves ?
Je ne vois plus que des gens qui s’en vont par groupes désoeuvrés, autour du marché
éclatant des milles couleurs des fruits amoncelés sur les éventaires, des gens devant les
échoppes des artisans et les boutiques d’où s’échappent les vociférations derrière les
étalages, des gens devant les cafés maures où l’on bavarde à l’infini pour ne rien dire tandis
que d’autres dorment à même le sol, tuant les heures tièdes ; et des tirailleurs qui badaudent
à l’aventure, et des officiers qui se pressent au cercle autour des tables de bridge..
ALGERIE…terre de lumière, Paris, Editions Alsatia, 1950,
extrait du chapitre : « Vallée de flamme et de poussière », 183-184
316
Support : « Milianah » Charles HANIN
0bjectifs : - Maîtriser les caractéristiques du texte descriptif.
- identifier les fonctions de la description.
- Exploitation des éléments para-textuels
- À quoi renvoie le titre du texte ?
- De quel ouvrage est-il extrait ? A quel lieu renvoie l’intitulé du chapitre ?
- Comparez le titre du chapitre à celui du livre dont il est extrait. Quel élément leur
est associé ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- Le premier paragraphe abonde de syntagmes nominaux: quel effet produit leur
juxtaposition ?
- Pourquoi l'auteur commence-t-il par une restriction dans l'expression " n'a d'autre
attrait que ..." ?
- Relevez dans ce même paragraphe le vocabulaire valorisant le site de Miliana.
- Que représente le premier paragraphe par rapport au premier ?
- Déterminez la position du narrateur par rapport au paysage décrit
- A quelle œuvre de Daudet fait-il allusion dans le deuxième paragraphe ?
- L'implication du narrateur se fait de manière patente dans le dernier paragraphe :
comment se manifeste-t-elle sur le plan linguistique?
- Cette description est on ne peut plus péjorative: illustrez par des exemples puisés
dans le texte ?
- Relevez dans le texte des indices montrant que le narrateur est étranger au lieu qu'il
décrit. ?
- Extension
Appliquez la grille de Philippe Hamon au texte en soulignant notamment le
changement d'attitude du narrateur
317
Belgacem AIT-OUYAHIA
Orléansville 1954
Dans la nuit du 8 au 9 Septembre 1954, un tremblement de terre a presque totalement détruit la ville
et ses environs. Le séisme qui ne dura que quelques secondes, fut extrêmement violent et fit quelques 1 500
morts et de très nombreux blessés. Dès que ce désastre a été connu, un magnifique élan de solidarité national
et international s'est manifesté par des dons très importants en nature et en espèces. Comme l’indique son
intitulé, cet extrait fait référence à Orléansville en 1954 et au séisme .C’est la ville où le narrateur- auteur,
médecin de son état, a fait son stage interné dans le service de chirurgie du docteur Kamoun. Il apprend la
nouvelle du séisme qui a ébranlé la région, par la radio. Il retourne spontanément porter secours aux
victimes.
Il est huit heures du matin. Je me remets au volant et j’allume le poste.
- «…a secoué la région d’Orléansville. De nombreux immeubles se sont écroulés. On
compte déjà de très nombreuses victimes et l’hôpital de la ville est submergé de blessés.
C’est le plus grand tremblement de terre qu’ait connu l’Algérie… »
- Mon Dieu ! Mon Dieu ! Et je me surpris, moi qui étais si peu pratiquant- et même pas
pratiquant du tout- je me surpris à réciter à haute voix la chahada : «Il n’y a de Dieu que
Dieu, et Mohamed est l’envoyé de Dieu». Je redémarrai et sans réfléchir, je repris la route
en sens inverse. J’avais quitté Orléansville une semaine auparavant, à la fin de mon stage
interné dans le service de chirurgie du docteur Kamoun.[…] Et, peu avant midi je
franchissais le porche de l’hôpital.[…] Le jardin de l’hôpital, habituellement si tranquille,
avec ses allées bordées d’iris, sa pelouse de gazon près de la direction, ses carrés plantés de
fleurs avec des massifs de rosiers, était envahi, piétiné de partout.
Les malades, jetés de leurs lits par la première secousse, s’étaient précipités au
dehors et s’étaient spontanément regroupés au fond du jardin; ils occupaient les carrés, au
bout des allées qui menaient aux services: les grands malades, les opérés récents,
incapables de se lever, étaient couchés sur des lits de camp ou allongés sur des couvertures,
à même le sol; les plus valides, qui, oubliant leur état, avaient aidé les autres malades à
évacuer les salles, restaient debout, cherchant comment se rendre encore utiles: les autres,
assis, accroupis, recroquevillés, enveloppés d’un châle ou d’un drap, demeuraient
agglutinés les uns aux autres pour partager leur frayeur et mieux se soutenir.
318
-« Attention! Attention! Ça recommence. Mon Dieu! Ya Rebbi! Ya Rebbi ! »
Le sol se remettait à trembler, roulant son grondement sous leurs pieds, secouant
tout, prêt à s’ouvrir pour tous les engloutir. Tous demeuraient sidérés après le cri d’effroi
du début; les lèvres seules remuaient comme dans une ultime prière, les yeux relevés au ciel
et l’index pointé vers Dieu.
Le personnel de l’hôpital allait d’un groupe à l’autre: les infirmiers, ceux qui étaient
de garde cette nuit-là et qui, évidemment, étaient demeurés sur place, ignorant encore, pour
certains, le sort de leur propre famille, et, les autres, que la première secousse avait, par
chance, épargnés et qui avaient accouru aussitôt; comme s’étaient précipités, pour se
joindre aux sauveteurs, les autres employés de l’hôpital, rescapés eux aussi; à leur tête,
Monsieur Lacheref ; le directeur, lui aussi improvisé secouriste de fortune. Il était là, mais
pas son adjoint, l’économe, enseveli dans sa maison.
Les victimes arrivaient toujours, souvent par groupes de deux ou trois, des gens
d’une même famille ou des voisins que le malheur avait réunis. On les installait par terre, là
où il y avait encore de la place. Devant la direction, le parvis cimenté était jonché de
blessés ; au centre, deux étaient adossés au tronc de l’oranger. L’un d’eux, une femme
enceinte, fixait, prostrée, son tibia sorti des chairs.
Monsieur Kamoun soulevait doucement la jambe et la logeait dans une attelle avec
précaution. […] Mon patron n’avait pas eu le temps de se changer. […] Sous la blouse il
avait encore le pyjama bleu ciel et ses pieds nus traînaient les éternelles mules noires.
- Matkhafich ! N’aie pas peur ! dit-il à la jeune femme. On va te soigner rapidement.
Il m’aperçut au moment où il se redressait pour aller vers l’autre blessé. Son visage,
au teint brun naturel, habituellement ouvert et volontiers souriant, était fermé, assombri,
presque sale, creusé par la fatigue de la veille. Son regard pesa un instant sur moi.
Il me dit seulement d’une voix assourdie: - « Vous êtes là, Aïtou. »
Comme une simple constatation, qui allait de soi, sans surprise. Puis comme s’il
voulait rattraper ces secondes de faiblesse, il ajouta d’un ton plus ferme:
- « Allez vite mettre une blouse et venez me rejoindre ! »
319
«Orléanville, une semaine après le séisme»
La ville s’habitue à ses ruines et s’installe dans sa nouvelle vie; les gens ont
réintégré leur maison ou ce qu’il en reste; j’ai moi-même repris ma chambre à l’hôpital où,
la nuit, toujours à une heure avancée, je tombe de fatigue sur mon lit.
Le défilé des officiels a pris fin et François Mitterand, le ministre de l’intérieur,
visitant la région sinistrée, s’est rendu en hélicoptère dans «le charnier de Béni Rached,
découvert par hasard par un jeune médecin kabyle…» rapportera France soir.
Pendant tous ces jours, le monde entier avait manifesté sa compassion et sa
générosité. Des équipes de volontaires bénévoles, venues de France mais aussi d’autres
pays, étaient arrivées pour apporter leur aide aux sinistrés. […]
Pour emmagasiner les dons de toutes sortes, on avait dressé derrière l’hôpital, sur
terrain plat, plusieurs tentes qui étaient gardées en permanence par des soldats. L’endroit
n’était pas clos et les gens pouvaient aller et venir librement entre les tentes ; il y avait là
surtout des Indigènes, quelques jeunes et beaucoup d’enfants et de vielles femmes espérant
quelque distribution de toutes ces choses qui leur étaient destinées ; quelques Européens
aussi se mêlaient à la foule.
Profitant d’un moment de répit, cet après-midi là, […] j’y traînais mes pas en
compagnie de Bendaoud et de Maïza, deux infirmiers du service. […] Nous arrivons près
de la tente au moment où deux soldats, deux légionnaires, s’en éloignent emmenant avec
eux un jeune indigène qu’ils maintenaient, sans ménagement, chacun par un bras.
- « Dispersez-vous, maintenant ! allez, fissa, du vent ! » hurla le lieutenant qui se
tenait à l’entrée de la tente.
J’avais déjà amorcé mon demi-tour quand je l’entendis ajouter d’un ton de dégoût,
des plus méprisants : - « Tous des voleurs, ces Arabes ! »
Je reçus l’insulte comme un coup de poignard dans le dos. Mon sang ne fit qu’un
tour. C’était comme si l’insulte m’était adressée à moi seul. Je décidai donc d’en supporter,
seul, le poids, pour tous les Arabes, et en leur nom, de répondre, seul, à celui qui venait de
nous injurier. Je devais le faire, moi qui parlais français, et certainement mieux que lui, je
saurai lui clouer le bec. Oublié l’interne musulman tout fier d’être appelé « Monsieur » […]
320
Au diable l’indigène privilégié ! Je n’étais plus moi ; j’étais ceux-là, tous ces pauvres hères
en haillons et aux pieds poussiéreux. Je me sentais subitement fort, grandi de tous. Assez
fort pour faire face à l’homme en uniforme et marcher droit sur lui pour lui crier :
- Qu’est-ce qui vous autorise à nous insulter comme ça, à traiter tous les Arabes de
voleurs ?
Eberlué, il me fixa d’un oeil furibond, dévisageant le faciès noir de Bendaoud et le
visage basané de Maïza, avant de me répliquer en criant plus fort que moi : - Et vous qui
êtes-vous pour oser élever la voix devant un officier français ?
- Moi, je suis qui je suis. Mais vos paroles, à vous sont indignes d’un officier
français.
Pierres et lumières: souvenirs et digressions d’un médecin algérien, fils d’instituteurs « d’origine
indigène », préface de Mostefa Lacheraf, Alger, Casbah-édition, 1999, p. 268-282.
321
Support : « Orléansville, 1954 ». Belgacem Aït Ouyahia.
0bjectifs : - relater un événement, savoir le recontextualiser.
- dégager la structure du récit.
- Exploitation des éléments para-textuels
- A quoi renvoie l'année évoquée dans le titre du texte ?
- Quel genre d'informations nous sont livrées dans le chapeau ?
- Quelle fonction exerçait l'auteur au moment des faits ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- Quels indices nous permettent de situer le récit dans son contexte socio-historique?
- Etablissez une relation entre auteur et narrateur.
- Comment l'auteur entame-t-il la relation des faits ?
- Comment l'inter discours est-il pris en charge par l'auteur ?
- Relevez dans le texte les mots appartenant au champ lexical de "la panique"
- Le texte abonde de références socioculturelles: relevez-en quelques unes.
- Dégagez la structure du récit.
Extension (activité d'écriture)
Transformez les différentes répliques contenues dans le texte au discours
indirect.
322
Procès verbal de réunion du conseil municipal d’Orléansville
En date du 9 novembre 1858.
Un membre du conseil : « Tous les conseillers municipaux, la population toute
entière du district d’Orléansville ont été vivement impressionnés lorsqu’ils ont vu que dans
le décret du 30 octobre dernier portant nomination des membres du conseil général de la
Province d’Alger, Orléansville a été passé sous silence. »
Chacun se regarde en s’abordant et l’on se demande d’où peut provenir cet oubli?
« Nous savions, se disent les habitants que le pays d’Orléansville longtemps calomnié par
tous, à Paris comme à Alger sur la foi de quelques touristes plus ou moins officiels qui
n’avaient fait que traverser la contrée en courant, ignoré de ses chefs naturels qui n’y
étaient même jamais venus, était il y a quelques années encore sous le coup d’une
réputation défavorable et que nous affirmons imméritée.
Mais nous pensions que la lumière s’était faite enfin pour nous; que les voyages
successifs en 1855 et 1857 de M. le Gouverneur Général Randon, de Mr l’Evêque Pary, de
M. le préfet Lautour Mezeray et d’autres hauts personnages que nous ne citerons pas après
les précédents, nous pensions que de nouveaux et plus véridiques rapports avaient enfin
réhabilité Orléansville auprès des autorités supérieures, avaient fait justice de tous les
mensonges d’autrefois.
Certes ce n’est pas nous qui nous plaindrons qu’Aumale, Cherchell, Ténez,
Milianah soient représentées dans le Conseil Général de la Province d’Alger. Mais
Orléansville est-il donc une bourgade de si peu d’importance qu’elle ne puisse figurer pour
une voix auprès de ses sœurs?
Orléansville est une cité qui date déjà de 15 ans. Elle est le centre naturel et
topographique de ce que l’on pourrait appeler déjà une province, de ce qui sera bientôt un
département.
Orléansville, assise dans la fertile plaine du Chéliff sur les bords du fleuve est le
point où viennent déjà se croiser les routes de Ténez à Thiaret et à Téniet el Had, d’Alger,
Blidah et Milianah à Mascara, Mostaganem et Oran. Le chemin de fer de l’Ouest passera
sous ses remparts. Ténez est son port. La chaîne de l’Ouarsenis dont les hauts pitons la
défendent au Sud, est couverte de forêts, les plus belles peut-être de l’Algérie : 2 Aghaliks
et 21 Khalifats c’est-à-dire 75000 individus de la population indigène relèvent d’elle
323
directement, alimentent son commerce, et, si la population européenne n’est pas plus
importante, la faute n’en serait-elle pas à cet oubli dont elle a le chagrin de signaler
aujourd’hui une nouvelle preuve au territoire exigu qui a été fait à l’administration civile?
Rappelons puisqu’il le faut que le district d’Orléansville comporte 4400 hectares et
que tout est occupé depuis 10 ans, mais que 92 fermes de petite moyenne et grande culture
partagent 1332 hectares, que le district a de plus deux villages, peuplés l’un de 49 familles,
l’autre de 51 et que tous ces colons sont sérieusement assis sur le sol depuis 6 et 10 ans et
qui tous travaillent avec courage et non sans fruit.
N’est-ce donc rien qu’une ville qui, sur un territoire relativement restreint, voit tout
autour d’elle, 202 familles agricoles faisant prospérer les 2892 hectares qui leur ont été
concédés? N’est-ce donc rien qu’un district qui compte plus de 1500 habitants Européens et
400 Israélites et Musulmans, plus de 220 patentes, payant annuellement à l’état près de
4500 francs, dont la propriété bâtie représente une valeur de plus de 3 millions qui fait un
commerce annuel, importation et exportation de plus de 3 millions et demi, qui possède un
marché arabe où se réunissent chaque dimanche plus de 5000 vendeurs et acheteurs et où
les transactions de tous genres atteignent plus de 10 millions par an, enfin dont le budget
communal s’élève en recettes ordinaires à 7800 francs. »
Archives de Chlef, 9 novembre 1858
324
Support : « Procès verbal de réunion du conseil municipal d'Orléansville, en date du 9
novembre 1858 »
0bjectifs : - maîtriser la technique du compte rendu.
- savoir faire la synthèse d’un débat.
- Exploitation des éléments para textuels
- Comment s'explique l'absence d'un titre résumant l'essentiel du texte ?
- De quel type de texte s'agit-il alors ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- D'emblée, on expose le problème de façon explicite : quel procédé utilise-t-on
pour le faire?
- Relevez les indices montrant que le membre énonciateur parle au nom de toute la
population.
- Quels sont les arguments avancés par le membre du conseil pour défendre sa
thèse ?
- Comment s'y prend-il ?
- Quels rapports logiques l'auteur utilise pour classer ses arguments ?
- Orléansville est une ville à vocation on ne peut plus agricole: relevez les expressions
qui le montrent.
-Extension (activité d'écriture)
Faites le compte rendu d'une réunion à laquelle vous avez assisté.
325
Yvette MARTORELL
Mon pays
Sonnez, carillonnez, cloches du souvenir,
Vous torturez sans fin et mon cœur et mon âme.
Je revois nettement les étapes du drame,
Quand, du pays natal, il m’a fallu partir.
Moi, je suis née là-bas, dans un endroit brûlant,
La plaine du Chélif, dans une jolie ville,
El-Asnam aujourd’hui, jadis Orléansville,
Préfecture connue entre Alger et Oran.
Oh ! Mon pays natal, terre de mes aïeux,
Maison de mes parents, foyer, ô cher asile
Petit rond sur la carte, bel Orléansville
Vis-tu toujours autant sous ton soleil de feu ?
Par delà les pays, les mers et les frontières,
Je pense encore à toi, à ton beau ciel tout bleu,
Je ne te revois plus qu’en fermant les paupières,
Oh mon pays perdu, terre de mes aïeux.
Mais tout a été dit, on a tourné la page,
Il a fallu reprendre pied sous d’autres cieux
Alors on a vécu, sans entrain, sans courage,
Un poète a dit : « partir c’est mourir un peu ! »
Mais la vie continue, il faut donc réagir,
De mon pays natal, je veux être un soldat,
Portant haut levé, le flambeau du souvenir,
Cloches, carillonnez ! Ne sonnez pas le glas !
Yvette MARTORELL, poème inédit.
326
Support : «Mon pays ». Yvette Martorell
0bjectifs : - identifier les caractéristiques du genre.
- rendre compte de l'impact esthétique et nostalgique produit par le poème.
- Exploitation des éléments para-textuel
- Qu'évoque le titre du poème?
- De combien de strophes est composé celui-ci?
- Avez-vous des informations sur son auteur?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- Pour quel mètre opte la poétesse?
- A quel temps sont conjugués les verbes dans le premier vers?
- La poétesse est torturée sans cesse par le souvenir : quels sont les éléments
évoqués?
- Sur quoi porte l’emphase dans la deuxième strophe? Quel est l’effet produit ?
- Comment se manifeste le changement de ton en comparant la première et la
deuxième strophe?
- Dans la troisième strophe, des détails sur la ville sont donnés : en quoi se résument
ces derniers?
- Comment s'explique l'abondance des adjectifs possessifs dans le texte ?
- Dans l'avant dernière strophe, la poétesse se fond dans les adages et les formules
toutes faites : quel effet de sens peut avoir ce procédé sur le lecteur ?
- Une lueur d'espoir naît dans la dernière strophe: comment est- elle verbalement
traduite?
- Comparez le dernier vers avec le premier et dites s'il s'agit bien de prière ou d'un
défi?
- Extension (activité d’écriture : le pastiche)
- Le très célèbre poème de Joachim du Bellay, Heureux qui comme Ulysse… traduit
également la nostalgie éprouvée par l’exilé au souvenir de sa patrie. Etudiez-le et
essayez d’écrire un texte court à la manière de cet auteur ou d’adapter le poème en
prose en respectant le même thème.
327
Paul ROBERT
Promenades en ville et hors de la ville
A l’intérieur et hors des remparts, Orléansville offrait d’agréables promenades que
je faisais, dans mon enfance, tantôt avec mes parents, tantôt avec mes petits camarades,
sans parler du court trajet que je parcourais, généralement seul, pour me rendre à l’école
communale. Je passais devant le monument surmonté du buste de mon oncle, place PaulRobert, la place principale de la ville, construite sur la mosaïque d’une basilique chrétienne,
datant du IVe siècle, et appelée plus tard basilique Saint- Réparatus.
Vers l’ouest, la rue d’Isly nous menait au beau jardin public, bordé d’un côté par
l’hôtel Baudouin, de l’autre par la sous-préfecture où nous nous retrouvions un peu chez
nous grâce aux souvenirs d’enfance de ma mère. Cette résidence dominait de haut la porte
de Ténès, le pont du Chélif et le hameau de la Ferme, près duquel se trouvait le grand
terrain de football, plus tard dénommé stade Joseph Robert, en l’honneur de mon père.
A l’opposé, non loin de la gare, les tièdes soirées de l’été nous entraînaient, parfois,
vers la pointe sud-est des remparts, dite « pointe de blagueurs » où l’on pouvait causer,
assis sur des banquettes de pierre, et contempler « la pépinière » qui s’étendait en
contrebas, sur des centaines d’hectares. Aux portes même de la cité, cette forêt plantée par
le génie militaire sous Bugeaud faisait l’orgueil des Orléansvillois et, disait-on, le bonheur
des amoureux. Au-delà, vers la route de l’Ouarsenis, les buissons épineux et les cactus
protégeaient d’innombrables gourbis. Auprès d’eux, le conseil municipal, présidé par mon
père décida, après la guerre, de faire construire une cité indigène moderne.
Malheureusement, les architectes bâtirent à l’européenne sans tenir compte des coutumes
traditionnelles. Les occupants eurent tôt fait d’en murer les fenêtres et d’ouvrir une bouche
d’aération dans le toit.
Au fil des ans et des mots, 1. Les semailles, Paris, Editions
Robert Laffont, 1979, p. 59-60.
328
Support : «Promenades en ville et hors de la ville ». Paul Robert.
0bjectifs : - identifier les caractéristiques du récit autobiographique
- Repérer les techniques de la description ambulatoire et ses liens avec
l’autobiographie.
- Exploitation des éléments para textuels
- Que savez-vous de l'auteur?
- De combien de paragraphes se compose le texte ?
- D'après le titre, quel serait le type du texte ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- Que décrit –t-on dans le texte ?
- Relevez dans le texte les verbes de mouvement. Quel est le temps dominant de ces
verbes ? Justifiez.
- Citez les principaux endroits où se rendait le narrateur ?
- Faites le plan de la ville en suivant les indications du narrateur. Correspond-il à
celui de la ville actuelle ?
- Cette description vous paraît-elle objective ?Justifiez votre réponse ?
- L’organisation spatiale dénote un clivage social entre les communautés : repérez ce
clivage dans le texte.
- Par quels termes les communautés défavorisées sont-elles désignées ? Que reproche
l'auteur aux responsables de l'époque ?
- Extension
Appliquez la grille de Philippe Hamon aux passages descriptifs contenus dans le texte
puis commentez.
329
Robert PONTIER.
« Fondation d’Orléansville »
Le 23 avril de l’année 1843, deux fortes colonnes expéditionnaires, venant de
directions opposées, faisaient la jonction à Snab ou El Esnam.*524 L’une, dite de
Mostaganem, sous les ordres de M. le général Gentil, était composée de troupes
appartenant à la division d’Oran. La seconde, commandée par le maréchal Bugeaud, venait
d’Alger. Ces deux
colonnes étaient suivies chacune
d’un convoi considérable de
prolonges et de bêtes de somme. L’intention du maréchal était de dominer, pour toujours, la
riche vallée du Chélif, et de créer, au centre de cette vallée, un établissement important qui
put communiquer avec un port voisin, afin de pouvoir ravitailler ses colonnes et être
toujours prêt à s’opposer aux entreprises, si hardies et si pleines d’audace, de l’émir Abdel-kader, le plus redoutable et le plus constant ennemi de la domination française. En
choisissant la position d’El Esnam, point intermédiaire et à peu près à égale distance de
Milianah et de Mostaganem, nos troupes pouvaient à volonté se porter dans les montagnes
difficiles et escarpées de l’Ouarensénis, par la vallée du Tygraout, et communiquer avec le
pont de Ténès, par la vallée de l’Oued Rhean (Ruisseau des Lauriers-roses).
Ce fut donc au milieu de vastes ruines romaines, cachées en partie par de grandes herbes et
des broussailles formées de ronces, de lentisques et de jujubiers sauvages, que le camp fut
établi.
M.Eugène Cavaignac, colonel de zouaves, fut désigné par le maréchal pour
prendre le commandement supérieur des troupes laissées dans la subdivision d’El Esnam,
dont §Ténès faisait partie. El Esnam reçut bientôt officiellement le nom d’Orléansville, en
mémoire du jeune prince qui venait d’être ravi à la France et à l’armée, dont souvent il avait
partagé les dangers et dont il était l’idole. Il fallait trouver un homme de cœur et de génie
pour lui confier le plan dû aux vastes conceptions de M. le maréchal Bugeaud, et qui put
créer, avec le peu de moyens mis à sa disposition, deux villes importantes : cet homme fut
le colonel Eugène Cavaignac.
*524 Le mot arabe El Esnam signifie Le Spectre. Les nombreuses et grandes pierres qui s’élevaient au-dessus
des broussailles, vues au clair de la lune, donnaient à tout cet espace triste et couvert de ruines, l’aspect
lugubre de morts revêtus de suaires fantastiques.
330
Nos premières journées passées à Orléansville furent consacrées à mettre à couvert les
munitions de guerre et à placer sous des tentes, faites de tissus arabes, les vivres et les
malades. Un fossé de trois mètres de profondeur et d’autant de large fut creusé au sud et à
l’est du camp. Le commandant du génie, M. Tripier, dont l’activité répondait à celle du
colonel Cavaignac s’empressa de faire fortifier la presqu’île de Tygraout où fut établis le
parc aux bœufs et les magasins de l’administration. Sur le point culminant du plateau,
furent posés les fondements d’un vaste hôpital militaire muni de tous ces accessoires. M.
Beaud, capitaine du génie, fut chargé de la direction de cet édifice, l’un des mieux établis
de l’Algérie sous le triple rapport de la solidité, de la distribution et de l’hygiène. Tous les
différents travaux furent poussés avec une activité dont il serait difficile de se rendre
compte, si l’on ne savait combien l’impulsion venant d’un chef capable et adoré peut
donner d’émulation à tous ceux qui subissent volontairement, ou même sans s’en
apercevoir, l’ascendant de sa volonté.
Pendant l’époque des débordements du Chélif, toutes les communications avec
le port de Tenez étaient interrompues, et tous les objets nécessaires pour la ville naissante y
étaient retenus. Il devint donc indispensable de jeter un pont sur le fleuve. Le capitaine
Renan, de l’armée du génie, fut chargé par le commandant Tripier de diriger les travaux de
cette difficile entreprise. Cet officier parvint, dans l’espace de quelques mois, à joindre les
deux rives du fleuve au moyen d’un pont en bois, dit à l’américaine. Ce pont a cent vingt
mètres et est appuyé aux deux extrémités sur deux culées faites parties en madriers et
parties en maçonnerie. Les trois arches dont il se compose reposent sur des pilotis
solidement fixés. Cet ouvrage a frappé d’étonnement les Arabes, quand ils ont vu qu’il était
assez solide pour avoir résisté jusqu’ici aux crues si subites et si rapides du Chélif.
R. Pontier, …Souvenirs de l’Algérie ou notice sur Orléansville,
Cambrai, F. Deligne, 1854, p. 1-3
331
Support : «Fondation d'Orléansville ». Robert Pontier
0bjectifs : - Identifier les caractéristiques du récit historique.
- s'informer sur une période historique.
- Exploitation des éléments para-textuels
- Quelle information donne le titre ? A quel type de texte renverrait-elle ?
- Quelle est la fonction de l’auteur ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- Quelle fut l'intention de Bugeaud en venant à El Asnam?
- Quels avantages la situation géographique de la ville offrait-elle aux troupes
françaises?
- A quels desseins militaires obéit la fondation de la ville?
- Quelle fut l'origine de la nomination "Orléansville"?
- Qui dirigea les travaux de réalisation du pont du Chélif? Et dans quel but fut-il
réalisé?
- Dans la dernière phrase se dévoile le parti pris de l'auteur, commentez.
- Ce texte abonde de dates, lieux et personnages référentiels: pourquoi d'après vous?
- Justifiez l'absence, dans le texte, de figures de rhétorique.
Extension
Résumez le texte en n'en conservant que les faits les plus saillants.
332
Paul ROBERT.
Orléansville et ma maison natale
L’intérêt de cet extrait autobiographique où l’auteur narrateur décrit sa ville et sa maison natales,
réside dans la configuration et l’essor de la ville dans les années 1920. Il constitue aussi un témoignage sur le
train de vie des colons. Train de vie que l’on peut comparer parallèlement avec celui des indigènes que décrit
Isabelle Eberhardt dans ses nouvelles.
Les représentations théâtrales, comme celle de l’Aiglon, étaient plutôt rares, à
l’époque de mon enfance, dans Orléansville. Pourtant, vers 1919, avec ses 5000 habitants,
en majorité français (on disait « européens », par opposition aux « indigènes ») à l’intérieur
des remparts de Bugeaud, ce chef-lieu d’arrondissement donnait vraiment l’apparence
d’une petite ville de province française, comparable par son importance à Foix en Ariège,
par exemple : des rues tracées à angle droit et bordées d’arbres, avec de larges trottoirs, des
maisons presque toutes semblables à celle de la métropole. Je n’en ai guère connu qu’une
seule qui fût vraiment de style hispano-mauresque, beaucoup mieux adaptée au climat
torride de l’été, avec sa cour intérieure, ses galeries à colonnades, son patio et ses jets
d’eau. Elle appartenait à une vieille cousine auvergnate de mon père, Adélaïde Attard, née
Pouzadoux, qui réunissait souvent chez-elle, avec un certain faste, des dizaines de cousins
et d’amis. Le Tout-Orléansville se retrouvait là.
Notre maison à nous, acquise par mon oncle et mon père, un an à peu près avant ma
naissance, était située en plein centre d’Orléansville, en face de la poste, sur la rue
principale qui s’appelait, comme à Alger et dans beaucoup d’autres villes d’Algérie, la rue
d’Isly. L’immeuble à un étage avait été construit par un négociant en vins, M. Charlet, sur
d’énormes murs qui résistèrent au tremblement de terre de septembre 1954. Il y avait,
naturellement, d’immenses caves en sous-sol, pleines de vestiges de leur destination
première, d’innombrables bouteilles vides et une multitude d’étiquettes volantes portant les
noms de tous les crus de France [...]. Du côté de la rue latérale, portant le nom de
Cavaignac, un grand portail vert s’ouvrait sur une longue cour prolongée par un petit jardin
exubérant, qui séparait le bâtiment principal des communs, couverts de tuiles ocres : un
garage, une cuisine, une buanderie et un impressionnant hangar rempli de bois de
chauffage. Que de coins et recoins propices aux jeux de mon enfance !
Le rez-de-chaussée de la maison comprenait, outre l’imposant escalier qui
desservait le premier étage, quatre pièces donnaient vue sur la rue d’Isly par de grandes
333
baies fixes, posées à environ un mètre du sol, au-dessus de soubassements assez spacieux
pour qu’un gamin comme moi pût s’allonger entre les doubles rideaux et observer audehors sans être vu. Manière d’utiliser les anciennes vitrines du négociant en vins !
Le salon, qui me paraissait immense et vide malgré les nombreux meubles qui le
garnissaient, s’ornait d’un beau piano à queue dont mes soeurs, Andrée et Simone, jouaient
parfois. Ma mère, très mélomane, avait une grande amie, professeur de piano, Mme Marise
Lallement. Son ménage avait été brisé, moins d’un mois après les noces et ma mère aimait
beaucoup cette jeune veuve, douce et charmante, qui venait chez nous fréquemment et qui
m’a donné, dès l’enfance, l’amour de Chopin. J’entendais ma mère lui dire: « Marise,
encore, encore ! » Et Marise Lallement, avec une gentillesse extrême, s’exécutait. Sans
arrêt, défilaient les préludes, les nocturnes, les valses...
Durant la guerre, alors que mes trois cousins aînés étaient sur le front, que ma soeur
Andrée et ma cousine Alice habitaient chez ma tante Jeanne à Alger, […], mes parents, à
Orléansville, avaient l’habitude de prendre leurs repas avec les plus jeunes enfants, ma
soeur Simone et moi, dans l’une ou l’autre des deux pièces qui flanquaient le hall de
l’escalier mais, le plus souvent, dans celle qui donnait à la fois sur la cour et sur la rue
Cavaignac. Par les froides soirées de l’hiver on allumait un bon feu de bois dans la
cheminée et il m’est arrivé, plus tard, à l’école des Roches, de décrire en composition
française l’âtre auprès duquel nous dînions. Le professeur nota en marge de ma copie :
« Âtre, cela ne se dit plus. Où donc avez-vous vu un âtre? » Je persiste dans mon erreur :
l’âtre de mon enfance n’était pas n’importe quelle cheminée. Symbole du foyer familial, il
nous unissait tous les quatre autour de lui
[…] Il y avait aussi les réceptions auxquelles mon père était tenu par ses fonctions
de maire, de délégué financier et d’industriel. Outre les notables locaux, sous-préfet en tête,
mes parents accueillaient à leur table des personnalités de France ou d’Algérie: gouverneurs
généraux, préfets, parlementaires, collègues des assemblées algériennes, fabricants de
machines de meunerie, filateurs de coton du Havre et des Vosges [...]. Ma mère était une
remarquable maîtresse de maison, avec son sourire gracieux et la douceur de ses manières.
Excellente cuisinière, par surcroît, fort bien secondée par Fatma et ses filles, elle laissait
toujours à ses invités un souvenir ravi.
Au fil des ans et des mots, 1.Les semailles, , Paris, Editions Robert Laffont, 1979, p. 55-58
334
Support : «Orléansville et ma maison natale ». Paul Robert.
0bjectifs : - Identifier les caractéristiques du texte autobiographique.
- maîtriser les techniques de la description.
- Exploitation des éléments para textuels
- Qui est l'auteur de ce texte ? Que savez-vous de lui ?
- A qui renvoie le "ma" contenu dans le titre ?
- Quelles informations nous donne-t-on dans le chapeau ?
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- D'emblée, le narrateur situe son récit dans un contexte socio-historique : lequel ?
- Relevez les substituts lexicaux renvoyant à la ville. Que remarquez-vous ?
- A quelle autre ville est comparée Orléansville ?
- Dans le deuxième paragraphe, on passe à la description d'un détail : quel est donc la
progression thématique adoptée par l'auteur ?
- Relevez les expressions témoignant de la chaleur familiale qui régnait dans la
maison du narrateur.
- Quelle charge sémantique avait le prénom Fatma à l'époque ?
- Quelle place aurait Fatma dans la hiérarchie des personnages ?
- Extension
- Appliquez la grille de Philippe Hamon au texte en mettant l'accent sur le type de
description ainsi que sur sa qualité.
335
Isabelle EBERHARDT
Ain Djaboub
Un saint, une source, et une belle Ténésienne. Le souvenir de Lalia coule dans les veines de Si Abderrahmane
aussi doux que l’eau de cette source dont le pouvoir envoûtant oblige ceux qui y boivent à revenir dans cette
ville pleine de charme, à l’image de Lalia qui vit et meurt pour son amour.
Les concitoyens de Si Abderrahmane ben Bourenane, de Tlemcen, le vénéraient,
malgré son jeune âge, pour sa science et sa vie austère et pure. Cependant, il voyageait
modestement, monté sur sa mule blanche et accompagné d’un seul serviteur. Le savant
allait ainsi de ville en ville, pour s’instruire.
Un jour, à l’aube il parvint dans les gorges sauvages de l’oued Allala près de Ténès.
A un brusque tournant de la route, Si Abderrahmane arrêta sa mule et loua Dieu, tout haut,
tant le spectacle qui s’offrait à ses regards était beau.
Les montagnes s’écartaient, s’ouvrant en une vallée de contours harmonieux. Au
fond, l’oued Allala coulait, sinueux, vers la mer, qui fermait l’horizon.
Vers la droite, le mont de Sidi Merouane s’avançait, en pleine mer, en un
promontoire élevé et hardi.
Au pied de la montagne, dans une boucle de l’oued, la Ténès des musulmans
apparaissait en amphithéâtre, toute blanche dans le brun chaud des terres et le vert puissant
des figuiers.
Une légère brume violette enveloppait la montagne et la vallée, tandis que des
lueurs orangées et rouges embrasaient lentement l’horizon oriental, derrière le djebel Sidi
Merouane.
Bientôt, les premiers rayons du soleil glissèrent sur les tuiles fauves des toits, sur le
minaret et les murs blancs de la ville.
Et tout fut rose, dans la vallée et sur la montagne. Ténès apparut à Si
Abderrahmane, à la plus gracieuse des heures, sous des couleurs virginales.
Près des vieux remparts noircis et minés par le temps, entre les maisons caduques,
délabrées sous leur suaire de chaux immaculée, s’ouvre une petite place qu’anime seul un
café maure fruste et enfumé, précédé d’un berceau fait de perches brutes où s’enroulent les
pampres d’une vigne centenaire. Un large divan en plâtre, recouvert de nattes usées, sert de
siège.
336
De là, on voit l’entrée des gorges, les forêts de pins, le djebel Sidi Abd el kader et sa
koubba blanche, les ruines de la vieille citadelle qu’on appelle smala. Tout en bas, parmi
les roches éboulées et les lauriers-roses, l’oued Allala roule ses eaux claires.
Dans le jour, Si Abderrahmane professait le coran et la loi à la mosquée. On avait
deviné en lui un grand savant et on l’importunait par des marques de respect qu’il fuyait.
Aussi, venait-il tous les soirs, avant l’heure rouge du soleil couchant, s’étendre à
demi sous le berceau de pampres.
Là, seul, dans un décor simple et tranquille, il goûtait des instants délicieux.
Loin de la demeure conjugale, il évitait soigneusement toutes les pensées et surtout
tous les spectacles qui parlent aux sens et les réveillent.
Cependant, un soir, il se laissa aller à regarder un groupe de jeunes filles puisant de
l’eau à la fontaine. Leurs attitudes et leurs gestes étaient gracieux. Comme elles étaient
presque enfants encore, elles jouaient à se jeter de l’eau en poussant de grands éclats de
rire. L’une d’elle pourtant semblait grave.
Plus grande que ses compagnes, elle voilait à demi la beauté de son visage et la
splendeur de ses yeux, sous un vieux haik de laine blanche qu’elle retenait de la main. Sa
grande amphore de terre cuite à la main, elle était montée sur un tas de décombres et elle
semblait regarder, songeuse, l’incendie crépusculaire qui l’empourprait toute et qui mettait
comme un nimbe léger autour de sa silhouette svelte.
Depuis cet instant, Si Abderrahmane connut les joies et les affres de l’amour.
Tout son empire sur lui-même, toute sa ferme raison l’abandonnèrent. Il se sentit plus faible
qu’un enfant.
Désormais, il attendit fébrilement le soir pour revoir Lalia: il avait surpris son nom.
Enfin, un jour, il ne put résister au désir de lui parler, et il lui demanda à boire,
presque humblement.
Gravement, détournant la tête, Lalia tendit sa cruche au taleb.
Puis, comme Si Abderrahmane était beau, tous les soirs, il adressait la parole à la
jeune fille, celle-ci s’enhardit, lui souriant dès qu’elle l’apercevait.
Il sut qu’elle était la fille de pauvre khammes, qu’elle était promise à un cordonnier
de la ville et qu’elle ne viendrait bientôt plus à l’aiguade, parce que sa plus jeune sœur,
Aicha, serait guérie d’une plaie qui la retenait au lit et que ce serait à elle, non encore
nubile, de sortir.
337
Un soir, comme les regards et les rires de ses compagnes faisaient rougir Lalia, elle
dit tout bas à Si Abderrahmane:
-Viens quand la nuit sera tombée, dans le sahel, sur la route de Sidi-Merouane.
Malgré tous les efforts de sa volonté et les reproches de sa conscience, Si Abderrahmane
descendit dans la vallée, dès que la nuit fut.
Et Lalia, tremblante, vint, pour se réfugier dans les bras du taleb.
Toutes les nuits, comme sa mère dormait profondément, Lalia pouvait s’échapper.
Enveloppée du burnous de son frère absent, elle venait furtivement rejoindre Si
Abderrahmane au sahel, parmi les touffes épaisses des lauriers-roses et les tamaris légers.
D’autres fois, les nuits de lune surtout, ils s’en allaient sur les coteaux de Chârir,
dormir dans les liazir et le klyl parfumés, les grandes lavandes grises et les romarins
sauvages…
Ils éprouvaient à se serrer l’un contre l’autre, dans l’insécurité et la fragilité de leur union,
une joie mélancolique, une volupté presque amère qui leur arrachait parfois des larmes.
Pendant quelque temps, les deux amants jouirent de ce bonheur caché.
Puis, brutalement, la destinée y mit fin; le père de Si Abderrahmane étant à l’agonie, le
taleb dut rentrer en toute hâte à Tlemcen.
Le soir des adieux, Lalia eut d’abord une crise de désespoir et de sanglots. Puis, résignée,
elle se calma. Mais elle mena son amant à une vieille petite fontaine tapissée de mousse,
sous le rempart.
-Bois, dit-elle, et sa voix de gorge prit un accent solennel. Bois, car c’est l’eau miraculeuse
d’Ain Djaboub, qui a pour vertu d’obliger au retour celui qui en a goûté. Maintenant, va, ô
chéri, va, en paix. Mais celui qui a bu à l’Ain Djaboub reviendra, et les larmes de ta Lalia
sécheront ce jour-là.
-S’il plaît à Dieu je reviendrai. N’est-il pas dit: c’est le cœur qui guide nos pas?
Et le taleb partit.
Lui que les voyages passionnaient jadis, que la variété des sites charmait, Si
Abderrahmane sentit que, depuis qu’il avait quitté Ténès, tout lui semblait morne et
décoloré. Le voyage l’ennuyait et les lieux qui lui plaisaient auparavant lui parurent laids et
sans grâce.
«Hélas, pensa-t-il, ce ne sont pas les choses qui sont changées, mais bien mon âme en
deuil.»
338
Le père de Si Abderrahmane mourut et les gens de Tlemcen obligèrent en quelque
sorte Si Abderrahmane à occuper le poste du défunt, grand mouderrès.
Il fut entouré des honneurs dus à sa science et à sa vie dont la pureté approchait de
la sainteté. Il avait pour épouse une femme jeune et charmante, il jouissait de l’opulence la
plus large.
Et cependant, Si Abderrahmane demeurait sombre et soucieux. Sa pensée
nostalgique habitait Ténès, auprès de Lalia.
Il eut le courage de demeurer cinq ans dans ses fonctions de mouderrès. Quand son
jeune frère Si Ali l’eut égalé en sciences et en mérites de toutes sortes, Si Abderrahmane se
désista de sa charge en sa faveur. Il répudia sa femme et partit.
Il retrouverait Lalia et l’épouserait…
Ainsi, Si Abderrahmane raisonnait comme un petit enfant, oubliant que l’homme ne
jouit jamais deux fois du même bonheur.
Et à Ténès, où il était arrivé comme en une patrie, le cœur bondissant de joie, Si
Abderrahmane ne trouva de Lalia qu’une petite tombe grise, sous l’ombre grêle d’un
eucalyptus, dans la vallée.
Lalia était morte, après avoir attendu le taleb dans les larmes plus de deux années.
Alors, Si Abderrahmane se vit sur le bord de l’abîme sans bornes, qui est le néant de
toutes choses.
Il comprit l’inanité de notre vouloir et la folie funeste de notre cœur avide qui nous
fait chercher la plus impossible des choses : le recommencement des heures mortes.
Si Abderrahmane quitta ses vêtements de soie de citadin et s’enveloppa de laine
grossière. Il laissa pousser ses cheveux et s’en alla nu-pieds dans la montagne, où, de ses
mains inhabiles, il bâtit un gourbi. Il s’y retira, vivant désormais de la charité des croyants
qui vénèrent les solitaires et les pauvres. Sa gloire maraboutique se répandit au loin. Il
vivait dans la prière et la contemplation, si doux et si pacifique que les bêtes des bois se
couchaient à ses pieds, confiantes.
Et cependant, l’anachorète revoyait, des yeux de la mémoire, Ténès baignée d’or
pourpre et la silhouette de Lalia l’inoubliée, et l’ombre complice de figuiers du Sahel, et les
nuits de lune sur les coteaux de Chârir, sur les lavandes d’argent et sur la mer, tout en bas,
assoupie en son murmure éternel.
Amours nomades, Paris, Ed. Joelle Losfeld, 2003, p. 81-87.
339
Support : «Aïn Djaboub ». Isabelle EBERHARDT
0bjectifs : - Identifier les caractéristiques et la structure de la nouvelle.
- Etudier l’insertion de la description et son rôle dans le récit.
- Exploitation des éléments para textuels
- Que signifie "aïn" en arabe? À quoi renvoie le titre ?
- Quelle remarque vous suggère la longueur du texte ?
- Le texte reproduit-il un récit entier, ou constitue-t-il un extrait d'un autre texte plus
long encore ? Justifiez votre réponse.
- La situation d’énonciation
- Remplir la grille suivante :
Qui parle ?
A qui ?
De quoi ?
Quand ?
Où ?
Comment ?
- Exploitation globale
- La ville de Ténès nous est présentée dans ce récit. A partir de quel point de vue ?
Quels autres lieux sont cités en texte ?
- Relisez attentivement le passage descriptif des lieux. Comment est organisée la
description ?
- Relevez les qualifiants. Que remarquez-vous ?
- Dans le premier paragraphe, on commence par énumérer les mérites du saint: En
quoi se résument ces derniers ?
- Quel rôle joue le syntagme "un jour" dans la grammaire du récit ?
- Quels sont les deux temps dominants dans ce texte? Justifiez leur emploi.
- Quel est le point de vue narratif de ce récit ? Justifiez ce choix.
- Relevez des mots ou expressions appartenant au champ lexical de la mythologie.
- En vous appuyant sur le schéma narratif, retrouvez la structure de ce récit.
- Quelle impression vous laisse la lecture de cette nouvelle ?
- Extension
- Résumez cette nouvelle au quart de sa longueur.
340
Filiation et continuation
Nous proposons en annexe cette communication présentée aux journées d’étude du
7 et 8 juin 2007 à Angers sur le thème : « L’enseignement du français en colonie.
L’enseignement primaire : expériences inaugurales » et organisées par le laboratoire
Kachina de l’université d’Angers sous la direction de Madame Dalila Morsly, car elle nous
semble éclairer les motivations profondes qui ont guidé le choix de notre sujet et le désir de
poursuivre sur le double volet de la mise en valeur de l’histoire d’une région et de celle de
la réflexion sur l’enseignement du français.
L’enseignement du français en colonie : journées d’étude 7 et 8 Juin 2007
Kachina, Université d’Angers
Institution du français : aspects historiques et didactiques.
Histoire de l’enseignement du français dans la plaine du Chélif
Parler de l’histoire de l’enseignement du français dans la plaine du Chélif, c’est
d’abord faire référence à l’histoire de la colonisation dans cette région centrale d’Algérie.
Située à mi-chemin d’Alger et d’Oran, elle fut le théâtre de batailles sanglantes, l’objectif
de la conquête étant d’assurer la pacification de la région et la communication entre l’est et
l’ouest. Au cœur de la plaine et sur la rive droite du Chélif, El-Asnam (aujourd’hui Chlef)
est depuis avril 1843, le siège d’une garnison puissante. Le général Bugeaud l’a baptisée
Orléansville525 en hommage à son protecteur politique, le duc d’Orléans, mort l’année
précédente. Pouvant être ravitaillée par le Nord-Est à partir de Miliana où l’armée coloniale
a pris pied définitif en 1842, et par le port de Ténès, distant de 50 km, Orléansville devient
le centre du dispositif militaire permettant à la colonisation de contrôler la plaine du Chélif
et les deux chaînes montagneuses qui l’encadrent longitudinalement : l’Ouarsenis et le
Dahra.
525
El-Asnam deviendra Orléansville le 16 mai 1843 par l’ordonnance du 14 août 1845. Louis- Philippe décide
d’y créer une ville européenne de 2000 âmes avec un territoire de 2000 hectares et ce pour attirer les
laboureurs.
341
L’enseignement du français dans la plaine du Chélif est introduit avec l’arrivée des
premiers colons, cela semble une évidence, mais il n’a concerné qu’une frange minime de
la population.
L’histoire de l’enseignement du français dans la plaine du Chélif pendant la
colonisation se heurte, au plan méthodologique, à un écueil important : l’absence
d’archives au niveau du département. Elles ont disparu lors du dernier tremblement de terre
et d’autres ont été carrément brûlées lors de la décennie noire. Nous avons eu cependant la
chance d’avoir entre les mains deux copies des archives des premiers procès verbaux du
conseil municipal de 1858 à 1930526. D’autres sources documentaires, fournies notamment
par Xavier Yacono, qui a abordé cette question dans sa thèse consacrée à la colonisation
des plaines du Chélif, et par des informations glanées au fil des lectures, nous ont semblé
toutefois insuffisantes pour brosser l’histoire de l’enseignement du français dans cette
région. Aussi la décision d’inclure des récits de vie dans notre corpus documentaire de
recherche en histoire de l’éducation s’est-elle imposée.
Petite-fille d’enseignant, le récit de vie de mon grand-père maternel constituait déjà
une source documentaire non négligeable d’une part ; d’autre part, au sein de la famille
élargie, l’histoire du parcours scolaire de nombreux oncles enseignants, d’une tante
normalienne, m’a incitée à solliciter le concours d’anciens instituteurs français d’Algérie et
autochtones pour confronter, mettre en parallèle ou en croisement, ces écrits de femmes et
d’hommes ayant effectué un parcours professionnel dans le même secteur. L’objectif étant
de comparer les différents parcours et les différentes méthodes d’enseignement quand cela
était évoqué dans les témoignages. Cela permettait d’expliquer en partie pourquoi dans ces
plaines du Chélif, notamment à Orléansville, Miliana, Ténès, Cherchell et dans les
nombreux villages coloniaux (29 dans la plaine, 27 dans les zones montagneuses, au total
56527 où de nombreuses écoles furent ouvertes, le taux d’enfants indigènes scolarisés est
très faible et où comme le note Yacono en 1953 « l’analphabétisme est, en effet, une
526
Ces archives avaient été recopiées par un employé de la mairie féru d’histoire.
« 29 villages coloniaux répartis dans ces plaines totalisant 22.200 kilomètres carrés contre 10 ou 12 dans la
zone montagneuse septentrionale (à l’ouest de Miliana et jusqu’à hauteur de la Mina) pour une superficie au
moins double, et une quinzaine dans l’Ouarsenis pour une étendue cinq fois plus considérable. Il faut aller
jusqu’à la côte d’une part, jusqu’au Sersou de l’autre, pour retrouver un chapelet de villages de colonisation
rappelant, et à une échelle moindre, celui qui s’égrène le long de la vallée du Chélif » in X. Yacono, La
Colonisation des plaines du Chélif, op.cit, p. 62.
527
342
véritable plaie sociale ». Notre communication sera axée donc sur l’histoire de l’institution
scolaire de 1848 à 1948 en Algérie et ses répercussions dans la région et le rôle des
passeurs emblématiques dans la mise en place de l’enseignement du français de 1920 à
1962.
I. L’histoire de l’institution scolaire de 1848 à 1948.
1. L’enseignement traditionnel
Avant d’aborder l’histoire de l’enseignement du français dans les plaines du Chélif,
il faut souligner que l’instruction élémentaire et secondaire y était largement répandue
avant la colonisation. L’instruction était une affaire privée intimement liée à l’activité
religieuse. Elle était assurée par de nombreuses écoles coraniques et par des médersas.
Dans les campagnes, l’enseignement est le fait des confréries religieuses ou zaouias528. Le
rôle de ces écoles était d’assurer une bonne connaissance du Coran mais aussi une
instruction plus large dans le domaine de la littérature, du droit, de la théologie et de
l’organisation de la cité pour les élèves qui se destinaient à occuper des emplois officiels.
Les revenus des biens de main–morte, les habous, permettaient d’entretenir les écoles et de
rétribuer les maîtres ou tolbas. Le nombre exact de zaouias n’est pas connu mais ce qui est
certain c’est qu’on en comptait : une à Medjadja, une à Béni-Rached, une à Bourached,
plusieurs à Mazouna, une près de Cherchell, une médersa à Miliana. Suite à la guerre de la
conquête qui entraîna les destructions des écoles, les pillages et les confiscations des biens
habous, la fuite des lettrés et la dispersion des populations, l’institution scolaire
traditionnelle s’effondra. Comme l’explique Claude Collot :
« Le coup de grâce est donné par l’arrêté du 30 octobre 1848 qui réunit au domaine de
l’Etat les immeubles appartenant aux marabouts, zaouïas et à tous les