De nouvelles pratiques avec de nouveaux modes de rémunération

De nouvelles pratiques avec de nouveaux modes de rémunération
De nouvelles pratiques
avec de nouveaux
modes de rémunération
De nouveaux modes de rémunération pour une nouvelle organisation
de l'offre des soins de proximité
Sous la pression conjuguée des besoins de la population, des attentes des professionnels de santé et de la démographie, l'offre de
soins de 1er recours connaît des mutations profondes depuis maintenant plusieurs années. Les professionnels de santé, notamment
les plus jeunes, aspirent à une activité différente de celle de leurs aînés et envisagent de se regrouper. Ce mode d'exercice favorise
en effet les échanges et la coordination entre les professionnels de santé et permet une meilleure prise en charge médicale des
patients.
Les expérimentations visent à compléter ou à se substituer au paiement à l'acte par des modes de rémunération par forfait. Leur objectif est de tester dans quelle mesure des modes de rémunérations alternatifs au paiement à l'acte favorisent la qualité et l'efficience
des soins de premier recours en incitant les professionnels à s'organiser différemment et en valorisant le développement de certaines
pratiques innovantes, notamment en matière de prévention.
L'expérimentation en Rhône-Alpes des nouveaux modes de rémunération
des professionnels de santé et des centres de santé…
En juillet 2008, un appel à projet national, accompagné d'un cahier des charges spécifique, est lancé dans le cadre de la mise en
œuvre de l'article 44.1 de la LFSS 2008 pour la mise en œuvre de nouveaux modes de rémunération. Cette expérimentation sera
menée pendant cinq ans. Elle est ouverte aux professionnels de santé libéraux engagés dans une démarche d'exercice coordonné
pluridisciplinaire et également aux centres de santé.
Axée sur les soins de premiers recours, elle vise la qualité et l'efficience de ces soins, par une meilleure collaboration des professionnels et des pratiques innovantes.
Pour le premier appel d'offre, six régions expérimentales sont retenues par le Ministère de la santé : Bourgogne, Bretagne, FrancheComté, Ile de France, Lorraine et Rhône-Alpes, soit 42 sites d'expérimentation. Depuis le 1er juin 2010, l'expérimentation est ouverte
à toutes les régions avec un nouvel appel d'offre dont la date butoir de dépôt de dossier est fixée au 30 octobre.
En Rhône-Alpes, six sites ont déjà signé une convention :
- le régime des Mines de Saint-Etienne ;
- la Maison de Santé de Saint-Symphorien-de-Lay dans la Loire ;
- le groupe médical des Allymes dans l'Ain ;
- la maison médicale de la plaine de l’Ain ;
- la Mutuelle de France Réseau Santé en Isère ;
- les centres de santé de l'AGESCA (Association de GEstion des Centres de Santé) à Grenoble.
Selon les cadres nationaux établis, les sites se sont positionnés sur deux modules économiques :
- module 1 : Forfait pour les missions coordonnées
Ce financement forfaitaire rémunère l'activité coordonnée des professionnels de santé exerçant de façon regroupée. Il est modulé et
gagé par les performances sanitaires de la structure, mesurées par des indicateurs de qualité, de coordination et d'efficience.
- module 2 : nouveau service au patient dont, pour l’instant, un seul axe proposé : “l’éducation thérapeutique du patient"
Pour ce thème, un cahier des charges spécifique a été établi dans le cadre de ces expérimentations. Ce module s’ouvrira ultérieurement à d'autres prises en charge plus innovantes.
Nouveaux modes de rémunération des
professionnels de santé
Sommaire
fiche 1 : Objectifs des expérimentations
fiche 2 : Sites expérimentaux en Rhône-Alpes
fiche 3 : Module 1 “missions coordonnées”
fiche 4 : Module 2 “éducation thérapeutique du patient”
fiche 5 : L’impact pour les patients
fiche 6 : mode d’emploi
fiche 7 : Panorama des acteurs éligibles
- maison de santé pluridisciplinaire
- pôle de santé
- centre de santé
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Objectifs
des expérimentations
L'offre de soins de 1er recours se modernise
Depuis quelques années, l'offre de soins de 1er recours connaît des
mutations profondes sous la pression conjuguée des besoins de la
population, des attentes des professionnels de santé et de la démographie médicale.
De plus en plus de professionnels de santé, notamment les plus jeunes, aspirent à une activité différente de celle de leurs aînés et envisagent de se regrouper. Ce mode d'exercice favorise en effet les
échanges et la coordination entre les professionnels de santé et
permet une meilleure prise en charge médicale des patients.
Il encourage également une meilleure coopération entre professionnels, optimisant les interventions de chacun, notamment pour la
prise en charge des maladies chroniques.
Enfin, il permet de développer des services innovants pour les
patients comme la prévention, l'éducation à la santé, mais aussi
l'accompagnement des patients dans leurs démarches administratives (ouverture de droits), l'orientation des patients dans le système
de soins y compris hospitalier, la prise en compte de la santé des
aidants familiaux (maladie d'Alzheimer), etc.
Ainsi, un exercice regroupé et pluri-professionnel constitue une offre
de soins de 1er recours performante et attractive pour les professionnels de santé. ,
“Le premier engagement, c’est d’assurer l’égal accès de
tous à des soins de qualité […] La loi HPST offre de nouveaux outils pour lutter contre les inégalités géographiques d’accès aux soins et pour mieux répartir, en pleine
concertation avec les professionnels de santé, l’offre de
soins en fonction des besoins des patients. […] Il existe
toujours des solutions, et celles-ci doivent être discutées
entre les élus, les professionnels de santé, les citoyens,
avec l’aide et l’appui des agences régionales de santé
(ARS). Ce travail concerté s’appuiera notamment sur le
regroupement des professionnels de santé libéraux, par
exemple sous la forme de maisons de santé pluridisciplinaires. Je veux passer des expérimentations de ces
regroupements à leur généralisation. Concrètement, ce
sont 250 maisons de santé qui seront financées et mises
en place d’ici à 2012.”.
Hôpital expo - Extrait du discours de Roselyne BachelotNarquin (19 mai 2010)
Des rémunérations adaptées à ces nouvelles
modalités d'exercice
La rémunération actuelle des professionnels de santé libéraux
n'encourage cependant pas ces initiatives. En effet, le paiement à
l'acte ne favorise pas de nouvelles répartitions des tâches entre
professionnels, ni le développement de nouveaux services adaptés aux besoins des patients. Des financements complémentaires
par le Fonds d'intervention pour la coordination et la qualité des
soins (FICQS) existent mais il ne s'agit pas de financements
pérennes.
C'est pourquoi l'article 44 de la loi de financement de la sécurité
sociale pour 2008 a ouvert la possibilité de procéder à des expérimentations de nouveaux modes de rémunérations, ceux-ci pouvant compléter ou se substituer au paiement à l'acte.
L'objectif de ces expérimentations est de tester
dans quelle mesure des modes de rémunérations
alternatifs au paiement à l'acte favorisent la qualité
et l'efficience des soins de premier recours en incitant les professionnels à s'organiser différemment
et en valorisant le développement de certaines pratiques innovantes, notamment en matière de prévention.
Ces expérimentations, prévues sur une période de 5 ans (20082012), concernent toute structure pluri-professionnelle ambulatoire (maisons, centres et pôles de santé) qui a formalisé un projet de santé visant notamment à favoriser la continuité et l'accès
aux soins. Elles sont entrées dans leur phase opérationnelle le 1er
janvier 2010, dans 6 régions et sont étendues au second semestre 2010 à l'ensemble des régions.
Une évaluation de ces expérimentations est prévue. Elle permettra de déterminer leur impact sur l'efficience du système et sur la
qualité de la prise en charge des patients, et les conditions de
leur éventuelle généralisation.
fiche 1
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Sites expérimentaux
en Rhône-Alpes
En juillet 2008, un appel à projet national, avec un cahier des charges spécifique, a été lancé pour la mise en œuvre de nouveaux
modes de rémunérations.
Pour le premier appel d'offres, six régions expérimentales en
France ont été retenues par le Ministère de la santé : Bourgogne,
Bretagne, Franche-Comté, Ile de France, Lorraine et Rhône-Alpes,
soit 42 sites d'expérimentation.
Depuis le 1er juin 2010, l'expérimentation est ouverte à toutes les
régions avec un nouvel appel d'offres lancé et une date butoir de
dépôt de dossier fixée au 30 octobre 2010.
Cette première vague d'expérimentations concerne deux modules :
Module n°1 : " Missions coordonnées "
Il consiste dans le versement d'un forfait rémunérant les missions
de coordination au sein des sites expérimentateurs (management
de la structure, temps de concertation interprofessionnelle). Le forfait est versé à la structure et non directement aux professionnels
et est conditionné en partie à l'atteinte d'objectifs de santé publique
et d'efficience. Ce forfait est modulé par les ARS en fonction du
taux d'atteinte des objectifs du module 1.
Module 2 : nouveaux services au patient,
axe "Education thérapeutique"
Il vise à expérimenter un paiement forfaitaire pour rémunérer l'activité d'éducation thérapeutique du patient en médecine de ville,
dans le but d'aider les patients ou leur entourage à acquérir ou
maintenir les compétences nécessaires pour gérer leur maladie de
façon plus autonome.
En Rhône-Alpes, dans trois départements,six sites ont signé une
convention fin 2009 pour une mise en œuvre concrète des
expérimentations au 1er janvier 2010 :
- le régime des Mines de Saint Etienne : module 2
- la Maison de Santé de Saint-Symphorien-de-Lay dans la Loire : module 1
- le groupe médical des Allymes dans l'Ain : modules 1 et 2
- la maison de santé de la Plaine de l'Ain : modules 1 et 2
- la Mutuelle de France Réseau Santé en Isère : modules 1 et 2
- les centres de santé de l' AGESCA à Grenoble : module 1
fiche 2
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Module 1
"missions coordonnées"
Le premier module proposé consiste dans le versement d'un forfait pour l'activité coordonnée conditionné par l'atteinte d'objectifs de santé publique et d'efficience.
Principes
En début d'année, un forfait est alloué pour rémunérer les activités coordonnées en plus du paiement à l'acte. Il est versé en totalité à la structure qui détermine ensuite librement les modalités de répartition de ce forfait entre les professionnels de santé qui la composent.
Calcul de la subvention accordée à une structure :
Elle est calculée en fonction de 2 critères : la taille de la patientèle et le nombre de professionnels impliqués dans la structure. La dotation se
décompose donc en deux forfaits :
- un forfait A, acquis, rémunérant le temps de management de la structure, en fonction du nombre de patients ayant désigné leur médecin traitant (MT) au sein de la structure. Les enfants entre 6 et 16 ans sont intégrés à la patientèle dès lors qu'ils ont consulté un médecin
de la structure deux fois au cours de l'année. Les patients ALD (ALD exonérante) sont également inclus dans la patientèle considérée.
Compléments possibles :
* La précarité de la patientèle pourra être prise en compte le cas échéant dans le calcul du forfait, afin de valoriser les efforts particuliers
(temps passé, démarches administratives, etc.) nécessaires à la prise en charge de ces patients.
* Si les professionnels “expérimentateurs” désirent mener des actions spécifiques de prévention ou d'éducation à la santé en population
générale, par exemple dans les écoles ou en groupe, l’agence régionale de santé, (ARS), après examen du dossier et de sa cohérence avec
les priorités du projet régional de santé, pourra accorder un forfait local. En ce cas, il faut renseigner des indicateurs de suivi particuliers.
- et un forfait B, fonction du temps passé par chaque professionnel de santé au sein
de la structure, rémunérant le temps nécessaire à la coordination. Le temps de présence
au sein de la structure est comptabilisé en équivalent temps plein (ETP) :
1 ETP est égal à 11 demi-journées par semaine. Cette dotation est variable en fonction de
l'atteinte des objectifs assignés à la structure.
Ce second forfait sera chaque année reconsidéré en fonction de l’atteinte des objectifs.
Partie B
Partie A
Quatre classes de forfaits selon la taille de la structure :
Nombre de
patients ayant
un MT dans la
structure (x)
Cla s s e 1
Cla s s e 2
Cla s s e 3
Cla s s e 4
x< 2700
patients
2700<x<
6300
patients
6300<x<12400
patients
x> 12 400
patients
6 900€
13 800€
22 500€
45 000€
Exemple de calcul du forfait :
Supplément
pour le 1er ETP
médecin
généraliste
8 900€
Supplément
pour les autres
ETP médecins
généralistes1
3 000€
Supplément
pour chaque
ETP de
professionnel de
santé
supplémentaire,
hors médecin
généraliste
1 400€
Une maison de santé pluri-professionnelle
dont le nombre de patients ayant choisi leur
médecin traitant au sein de la structure est
inférieur à 2 700 et qui comporte deux
médecins généralistes à temps plein, deux
infirmiers dont un à temps plein et un autre
travaillant sept demi-journées sur onze, et
un psychologue, percevra :
* Partie A = 6 900 €
* Partie B = 8 900 + 3 000 + 1400x2,64 =
15 596 €
Soit au total 22 496 € pour le module 1.
fiche 3
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Module 1
"missions coordonnées"
L'identification des professionnels de santé
Le terme "professionnel de santé" recouvre les professionnels
identifiés comme tels dans la 4ème partie du Code de la santé
publique
* Professions médicales : médecin, chirurgien dentiste, sage-femme ;
Pour mémoire, tous les indicateurs ont été validés par la HAS, à
l'exception de ceux portant sur l'efficience. Ces indicateurs sont, à
ce jour, stabilisés hormis celui relatif à la diminution du recours à
l'hospitalisation qui est en cours d'élaboration.
Les objectifs d'efficience sont obligatoires car ils conditionnent
l'équilibre économique du modèle.
* Pharmaciens
* Auxiliaires médicaux : infirmiers, masseur kiné, pédicurepodologue, ergothérapeute, psychomotricien, orthophoniste,
orthoptiste, manipulateur d'électro radiologie, audioprothésiste,
opticien lunetier, prothésiste et orthésiste pour l'appareillage de
personnes handicapées, diététicien.
Modulation du forfait B en fonction de l’atteinte
des objectifs
La première année, le montant versé aux professionnels “expérimentateurs” est égal au montant maximal théorique pour permettre aux sites de mettre en place l'expérimentation dans de bonnes
conditions. Le versement du forfait sera par la suite conditionné à
l'atteinte d'objectifs auxquels ils souscrivent par convention avec
l'ARS (cf liste des objectifs et indicateurs fiche 4). Cette modulation sera au maximum de 20%.
Les objectifs visent à évaluer l'apport de l’exercice coordonné à la
qualité des soins et à l'efficience des pratiques.Ils sont donc calculés sur les résultats agrégés de tous les professionnels de la structure et non, professionnel par professionnel.Ces objectifs, au nombre de 16, s'articulent autour de 3 axes :
* la qualité des soins ;
* le travail coordonné pluri-professionnel ;
* l'efficience définie comme le bon rapport entre la dépense engagée et la pertinence médicale de l'intervention.
À ces objectifs, sont associés des indicateurs qui permettront d'apprécier leur niveau de réalisation. Ces indicateurs sont au nombre
de 24. Il est possible au site de choisir certains indicateurs en fonction de ses activités et priorités d'action :
* au minimum 4 indicateurs parmi les 12 indicateurs de qualité des
pratiques,
* 4 indicateurs parmi les 7 indicateurs de coordination des soins.
Hormis les indicateurs déclaratifs à la charge des structures,
la plupart des indicateurs seront renseignés par l'extraction
des bases de l'assurance maladie.
A quoi s’engagent
les sites candidats ?
* Les sites candidats s'engagent sur des objectifs de qualité
des pratiques, de coordination et de continuité des soins de
l'efficience qui conditionnent la poursuite de la rémunération
expérimentale ;
*Ils acceptent que le montant du forfait soit conditionné par le
niveau global de réalisation des objectifs. Toutefois, la totalité
du montant du forfait est garantie la première année. Les données collectées au cours de cette première année serviront à
constituer l'étalon pour les évaluations futures ;
* Ils s'engagent à fournir des données décrivant leur site et son
environnement, ainsi que des données de résultats destinées à
mesurer l'impact des nouveaux modes de rémunération et l'apport de l'exercice regroupé pluridisciplinaire en termes d'efficacité, de coût et d'efficience. L'objectif est de permettre l'évaluation de l'expérimentation.
Cette évaluation sera menée par PROSPERE* en lien avec
l'ARS concernée. Elle portera sur l'ensemble des sites. Elle est
indispensable pour que les pouvoirs publics décident ensuite
de généraliser ou non le mode de rémunération expérimenté.
* L'équipe PROSPERE regroupe l'IRDES (institut de recherche et de
documentation en économie de la santé), la société française de
médecine générale et le CERMES (centre de recherche en médecine,
science, santé et société)
fiche 3- 2
Liste des objectifs et des indicateurs :
Objectifs de qualité des
Objectifs de qualité des
pratiques
pratiques
Dépistage des cancers
Prévention contre la
grippe saisonnière
Indicateurs
Indicateurs
“D” : déclaratif
Taux de couverture du dépistage organisé du cancer du colon chez les patients
de 50 à 74 ans
Taux de couverture du dépistage du cancer du sein chez les patientes de 50 à
74 ans
Taux de couverture vaccinale contre la grippe saisonnière chez les patients de
65 ans ou plus
Taux de patients, hors primo prescription, vaccinés contre la grippe saisonnière
par une IDE
Lutte contre l’hypertension
Taux de patients ayant une HTA essentielle isolée non compliquée équilibrée
D
(au moins sur trois contrôles annuels)
Prise en charge des
diabétiques
Taux de patients diabétiques ayant eu 3 ou 4 dosages HBA1C dans l’année
Prévention de l’obésité
Prévention du risque
cardiovasculaire
Dépistage Alzheimer
Accompagnement
Alzheimer
Prescription par les
paramédicaux
Lombalgies chroniques
Objectifs dede
Objectifs
coordination etetdede
coordination
continuitédes
des
soins
continuité
soins
Taux de couverture du dépistage de l’obésité au niveau du site D
Taux de patients masculins > 45 ans présentant un « sur risque
D
cardiovasculaire » bénéficiant une fois par an d’une mesure de prévention
intégrée dans le dossier médical
Taux de patients se plaignant de troubles mnésiques et bénéficiant de tests
mémoires dans le cadre du dépistage de la maladie d’Alzheimer
D
Taux de patients atteints d’une maladie d’Alzheimer pour lesquels a été
proposé un soutien aux aidants
Taux de délivrance de dispositifs médicaux prescrits par des IDE
Taux de patients lombalgiques ou lombo-sciatalgiques, en arrêt de travail
D
>3mois, dont les dossiers ont été discutés en réunion pluri professionnelle
Indicateurs
Indicateurs
Chaque consultation ou série d’acte paramédical réalisé au sein du site est
tracé dans le dossier médical commun tenu par chaque médecin traitant D
Continuité des soins
Continuité des soins en dehors des heures de fonctionnement du site
Continuité des soins aux heures de fonctionnement du site
Partage d’information
Organisation des
pratiques
Objectifs d’efficience
Objectifs
d’efficience
D
Coordination des soins avec une structure extérieure (HAD, SSIAD, etc.) D
Les professionnels de santé ont accès à un espace de travail informatique
commun
D
Des réunions de concertation/suivi ont lieu selon un rythme programmé avec
les professionnels de santé du site
Existence de protocoles sur support papier ou électronique
D
Indicateurs
Indicateurs
Taux de prescription des antibiotiques dans le répertoire
Bon usage des
médicaments génériques
Diminution du recours à
l’hospitalisation
Bon usage des transports
sanitaires
Taux de prescription des antihypertenseurs dans le répertoire
Taux de prescription des statines dans le répertoire
En attente
Taux d’utilisation de véhicules sanitaires légers (vsl)
fiche 3- 3
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Module 2 : nouveaux services
aux patients
"axe éducation thérapeutique du patient"
Le 2ème module, dans son premier axe visant l’ "éducation thérapeutique du patient",
consiste à expérimenter la possibilité d'un paiement forfaitaire pour rémunérer cette activité
en médecine de ville.
En l'absence de financements adaptés pérennes, l'offre d'éducation thérapeutique en médecine de ville n'a émergé que de
manière parcellaire et de façon beaucoup plus récente qu'à l'hôpital.
Les programmes visent à aider les patients ou leur entourage à
acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour
gérer leur maladie, de façon plus autonome, en cherchant à prévenir les complications et à maintenir la meilleure qualité de vie
possible.
L'article 84 de la loi portant réforme de l'hôpital et relative aux
patients, à la santé et aux territoires (HPST) organise le développement des programmes dans une logique de qualité et de proximité. A terme, ces programmes devront se conformer au cahier
des charges national défini par arrêté du ministre chargé de la
santé, être autorisés par les ARS et évalués par la Haute Autorité
de santé.
Dans cette perspective, et en lien avec la mise en œuvre de ces
dispositions, le module 2 expérimente un paiement forfaitaire des
programmes structurés en médecine de ville.
Cahier des charges caractéristiques
attendues de la structure
L'équipe d'intervention doit obligatoirement comprendre au minimum deux professionnels de santé de professions différentes. Si
l'un de ces deux professionnels n'est pas un médecin, le programme doit être coordonné par un médecin. Le programme doit
être accessible à toute personne le nécessitant dans le cadre des
objectifs du programme et de son périmètre géographique. Pour
favoriser leur accessibilité, les projets proposés devront s'inscrire
dans une offre de proximité (au plus près du lieu de vie des personnes).
À l'issue de la première année de fonctionnement, la file active du
programme devra comprendre au minimum 50 patients. Elle devra
ensuite augmenter chaque année d'au moins 10 % pendant la
durée de l'expérimentation.
Enfin, conformément aux principes votés dans le cadre de l'article
84 de la loi HPST, aucun contact direct entre le malade et son
entourage et une entreprise se livrant à l'exploitation d'un médicament ou une personne responsable de la mise sur le marché d'un
dispositif médical ou d'un dispositif médical de diagnostic in vitro
ne sera autorisé.
Pathologies prioritaires
et population cible
Les programmes devront prioritairement, mais non
exclusivement, porter sur les pathologies suivantes :
diabète de type 1 et 2, asthme et BPCO (bronchite
pulmonaire chronique obstructive), insuffisance
cardiaque et/ou HTA et obésité. Les programmes
peuvent s'adresser aux enfants et/ou aux adultes
selon les pathologies.
Par ailleurs, il est demandé d'inclure prioritairement , dans ce cadre expérimental, les patients
n'ayant jamais bénéficié de séances d'éducation
thérapeutique, ainsi que ceux étant dans les
périodes charnières d'évolution de la maladie
où le bénéfice est le plus important. Le cas
échéant, leurs proches (parents, conjoints…) peuvent être inclus.
Afin d'aider les sites à mettre en œuvre ce module,
le ministère diffusera, à titre d'exemple, les programmes d'éducation thérapeutique mis en œuvre
par les sites au fur et à mesure de leur disponibilité.
Pour bénéficier de cette autorisation, donnée également par l’ARS pour 4 ans, tout promoteur doit en
formuler la demande auprès de la Direction déléguée protection et promotion de la santé.
fiche 4- 1
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Module 2
"éducation thérapeutique
du patient"
Déroulement du programme
Le programme d'éducation thérapeutique proposé devra être composé de quatre phases successives :
* orientation vers le programme d'éducation thérapeutique : l'inclusion
du patient dans le programme doit être prise à l'initiative ou avec l'accord du médecin traitant du patient, ce dernier étant tenu informé des
principales étapes du déroulement du programme ;
* diagnostic éducatif : il doit permettre d'identifier les besoins du
patient et de prendre en compte ses attentes. Il est réalisé par un ou
plusieurs professionnels de santé formés à l'éducation thérapeutique
dans le cadre d'un entretien individuel avec le patient ;
* séances d'éducation thérapeutique : elles sont réalisées en groupe
de 8 à 10 adultes (6 à 8 enfants) et animées par un ou plusieurs professionnels. Le nombre de séances collectives varie en fonction de la
pathologie, du stade de sévérité et des besoins du patient ;
* évaluation individuelle finale du bénéfice du programme pour le
patient : elle est réalisée par le(s) professionnel(s) de santé ayant
effectué le diagnostic initial au cours d'une séance individuelle.
Valorisation du module
Trois types de forfaits cumulatifs sont envisagés
Forfait 1 : prise en charge du patient
Le forfait par programme et par patient est alloué à la structure qui
détermine librement les modalités de répartition de ce forfait entre les professionnels. Un cofinancement par les organismes complémentaires est
possible. Le montant du forfait est fonction du nombre de séances proposées au patient :
- 250€ pour le diagnostic éducatif et 3 ou 4 séances (ateliers collectifs ou
séances individuelles) ;
- 300€ lorsque le nombre de séances est porté à 5 ou 6.
Ce forfait couvre :
- le diagnostic éducatif initial ;
- la rémunération des professionnels pour les séances individuelles et
collectives, y compris le temps de coordination et la transmission des
informations aux principales étapes de la démarche ;
- l'évaluation individuelle finale du bénéfice de l'éducation thérapeutique
pour le patient et la synthèse écrite ;
- les frais de fonctionnement : location de la salle, frais d'entretien des
locaux, logistique, matériel, document ;
- les supports.
Une indemnisation de 100€ est prévue en cas d'abandon du programme
par le patient après le diagnostic éducatif initial et la 1ère séance.
Forfait 2 : élaboration du programme
Forfait 3 : formation des professionnels
Un forfait de formation de 1000€ par professionnel est versé sur justificatif de dépenses, dans la
limite de deux formations par an et par type de
programme. Ce forfait contribue à couvrir une
partie des frais de formation et d'indemnisation
pour perte de ressources, sous réserve que la
formation ne soit pas, par ailleurs, financée par le
dispositif de développement professionnel
continu.
Le forfait est garanti jusqu'en 2012. Il remplace la
plupart des financements qui visaient jusqu'alors
à rémunérer l'activité d'éducation thérapeutique
(FIQCS*, FNPEIS*, etc.). La convention avec
l'ARS sera, si c'est nécessaire, accompagnée
des avenants aux conventions qui accordaient
ces financements.
* FIQCS : fonds d'intervention pour la qualité et la
coordination des soins
* FNPEIS : fonds national de prévention et d'éducation
en information sanitaire
une somme de 1000€ peut vous être allouée pour l'élaboration et la structuration initiales du programme d'ETP. Ce forfait est alloué une seule fois
en début de programme.
fiche 4- 2
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Module 2
"éducation thérapeutique
du patient"
Evaluation de l’atteinte des objectifs
A quoi s’engagent les sites ?
Le site accepte de renseigner un certain nombre
d'indicateurs de suivi d'activité et de résultat,
notamment :
* évolution annuelle de la file active de patients ;
* accessibilité géographique (nombre de sites, territoire géographique couvert), accessibilité horaire
(plages horaires proposées pour les séances) ;
* contenu du programme : nombre de séances
individuelles/ nombre de séances collectives ;
* Pourcentage de patients terminant le programme
(c'est-à-dire ayant réalisé l'ensemble des séances
prévues lors du diagnostic éducatif et une évaluation individuelle des compétences acquises) ;
* Pourcentage de patients dont les objectifs d'acquisition des connaissances fixés lors du diagnostic éducatif ont été jugés atteints lors de l'évaluation individuelle ;
* Pourcentage de satisfaction des bénéficiaires en
termes de modalités de l'enseignement et d'acquisition des connaissances.
Le site accepte de fournir des données descriptives caractérisant leurs sites et leur environnement,
ainsi que des données de résultats destinées à
mesurer l'impact des nouveaux modes de rémunération et l'apport de l'exercice regroupé pluriprofessionnel en termes d'efficacité, de coût et
d'efficience.
L'objectif est de permettre l'évaluation de l'expérimentation. Cette évaluation sera menée par
PROSPERE* en accord avec l'ARS concernée.
Elle portera sur l'ensemble des sites. Elle est
indispensable pour que les pouvoirs publics décident ensuite de généraliser ou non le mode de
rémunération expérimenté.
* L'équipe PROSPERE regroupe l'IRDES (institut de
recherche et de documentation en économie de la
santé), la société française de médecine générale et le
CERMES (centre de recherche en médecine, science,
santé et société)
fiche 4- 3
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Quel est l’impact de ces
expérimentations pour les patients ?
Ces expérimentations visent à améliorer le service rendu aux patients en permettant une évolution des pratiques professsionnelles. En y participant, les professionnels de santé sont conduits à analyser l'impact de leur organisation sur
la qualité des soins et la prise en charge de leurs patients.
Quatre points pour les patients
Un droit à l'information
Les patients doivent être informés, par tous moyens, de l’engagement des professionnels qui les prennent en charge dans l'expérimentation.
En effet, la participation aux expérimentations a vocation à donner
aux professionnels les moyens d'améliorer leur exercice : la coordination entre professionnels de la structure, la continuité des
soins, ou encore l'efficience des prescriptions, tous éléments que
les patients sont en droit de connaître afin d'exercer au mieux leur
liberté de choix du praticien.
Un impact neutre sur le plan financier
L'article 44 de la loi de financement de la sécurité sociale pour
2008, instaurant ces expérimentations, déroge aux règles habituelles de participation de l'assuré aux tarifs des soins. Ainsi, pour
ces nouvelles formes de rémunération, les patients ne s'acquittent
pas du ticket modérateur et ne doivent pas faire l'avance des frais.
Ces nouveaux forfaits seront donc intégralement pris en charge.
En revanche, la participation de l'assuré est maintenue pour tous
les actes qui sont facturés dans le cadre habituel.
La participation éventuelle
des organismes complémentaires
Le temps des expérimentations, les modalités de participation des
organismes complémentaires volontaires peuvent prendre plusieurs formes : co-financement, portage de projet, etc.
À ce jour, certains ont manifesté leur souhait de cofinancer le
module 2 relatif à l'éducation thérapeutique du patient.
Dans ce cas, les professionnels engagés dans la démarche,
devront alors demander à leurs patients s'ils sont affiliés à cet
organisme et, le cas échéant, facturer directement la part du forfait prise en charge à cet organisme.
Des changements pour une qualité des soins
accrue
L'expérimentation ne modifie pas la nature de la relation avec leur
professionnel de santé. En particulier le tarif et le mode de paiement de la consultation ne varient pas.
Si de nouveaux services sont proposés par les professionnels de
la maison de santé (éducation thérapeutique par exemple), leur
prise en charge sera intégralement assurée par l'assurance maladie et les patients n'auront pas à faire l'avance de frais. De même,
le professionnel de santé reste tenu au secret médical qui protège
la confidentialité des échanges.
Les structures participant aux expérimentations ont, en outre, pris
un certain nombre d'engagements visant à améliorer la qualité des
soins et à renforcer leur continuité :
* mieux coopérer entre les professionnels de la structure pour faciliter la prise en charge des pathologies complexes et des maladies
chroniques ;
* simplifier le parcours de soins en facilitant l'orientation du patient
dans le système de santé, dans le respect de son libre choix ;
* assurer des services innovants de prévention, d'éducation à la
santé et d'information administrative.
fiche 5
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Mode d'emploi
Si un regroupement de professionnels de santé ou un centre de santé est intéressé pour candidater sur cette
expérimentation, il doit déposer un dossier auprès de l'ARS.
L’instruction d’un projet
A quoi s'engagent les sites candidats ?
L'ARS formule un premier avis sur l'opportunité du projet. Le
dossier et cet avis sont remontés au ministère de la santé qui
valide ou non la candidature. L'ARS, consécutivement, signe une
convention avec les sites retenus.
* Ils acceptent de respecter les engagements requis selon le
module choisi ;
* Ils acceptent en particulier de fournir des données décrivant
le site et son environnement, ainsi que des données de résultats destinées à mesurer l'impact des nouveaux modes de
rémunération et l'apport de l'exercice regroupé pluri-professionnel en termes d'efficacité, de coût et d'efficience.
L'objectif est de permettre l'évaluation de l'expérimentation,
indispensable pour une éventuelle généralisation.
Conditions à remplir
Les sites candidats doivent présenter les caractéristiques suivantes :
* exercice pluri-professionnel de premier recours :
au minimum deux médecins généralistes et un professionnel paramédical (infirmier, masseur-kinésithérapeute) ;
* projet de santé formalisé décrivant les objectifs et les modalités
d'organisation de la structure :
Quelles sont leurs garanties ?
- prenant en compte les besoins de santé du territoire et proposant une offre cohérente avec le volet ambulatoire du SROS ;
- témoignant d'un exercice coordonné, - en interne (réunions
pluri-professionnelles régulières, mise en place de
protocoles de prise en charge, etc.) ; - en externe, avec les
autres acteurs de santé du territoire (autres maisons de
santé, hôpital, SSIAD, etc.) ;
- témoignant d'une prise en charge globale du patient
allant de la prévention (campagnes de dépistage, etc.) au suivi
(par exemple dans le cas des maladies chroniques) ;
- assurant la continuité des soins (horaires d'ouverture
élargis, possibilité de consultations non programmées) ;
- mettant en place un dispositif de partage d'informations
sécurisé entre les professionnels de la stucture ;
* Cette expérience s'inscrit dans un contrat. Les sites candidats
ne prennent que les engagements auxquels ils pensent pouvoir
souscrire en toute liberté ;
* L'expérience s'effectue tout au long de la période dans un climat
de dialogue avec l'ARS ;
* Les sites reçoivent régulièrement les informations relatives à
l'évaluation de l'expérience, ce qui leur permettra d'en apprécier
les conditions de réalisation ;
* En fin d'année, l'ARS les invite à un échange sur les résultats,
les conditions et difficultés de l'expérimentation. ;
* les sites peuvent, à tout moment, mettre fin à l'expérience.
L'ARS les accompagnera pour gérer la sortie de l'expérimentation
et pour rentabiliser les investissements qu’ils auront réalisés, le
cas échéant.
* implication dans la formation des futurs professionnels de santé
(accueil et encadrement des internes, des étudiants en 2e cycle
d'études médicales, etc.).
Dossier de candidature à renseigner
La structure doit être le lieu d'exercice principal des professionnels
et être aisément identifiable par la population.
Plage de dépôt en cours
* dossier à télécharger
fiche 6
Nouveaux modes de rémunération des professionnels de santé
Définitions
Maisons de santé pluri-professionnelles
Les MSP sont plus qu’un simple regroupement de professionnels.
Une maison de santé s'organise véritablement autour des besoins
du patient, dans une démarche coordonnée.
Selon les termes de la loi, "Les maisons de santé assurent des
activités de soins sans hébergement et peuvent participer à des
actions de santé publique ainsi qu'à des actions de prévention et
d'éducation pour la santé et à des actions sociales. Les maisons
de santé sont constituées entre des professionnels de santé. Elles
peuvent associer des personnels médico-sociaux.".
Par ailleurs, la constitution de maisons de santé pluri-professionnelles répond à une évolution des modes d'exercice souhaitée par de
nombreux professionnels. Elles apparaissent aujourd'hui comme
une solution concourant au maintien, voire au développement de
l'offre de soins, dans les lieux où la démographie médicale est
souvent fragilisée. C'est un élément d'attractivité pour les professionnels de santé qui cherchent à s'installer ou qui ont un sentiment d'isolement.
Enfin, la MSP est aussi un espace de concertation et d'échange
entre professionnels permettant une meilleure réponse aux
patients dans le cadre d'un suivi coordonné.
Pôles de santé
Un pôle de santé est un regroupement de professionnels de
santé exerçant dans ou hors les murs, dans leurs propres locaux.
A l’instar d’une maison de santé, un pôle de santé rassemble, dans
un secteur donné, plusieurs professionnels des soins de premier
recours : médecins généralistes, infirmières, pharmaciens, kinésithérapeutes, orthophonistes, psychologues, podologues, diététiciens ... et travailleurs sociaux, unis par une charte, un projet et des
objectifs opérationnels concernant la santé des patients. La motivation du regroupement est variable de l'unité de lieu géographique au projet de soins affiché d'emblée.
Des études ont déjà démontré que le regroupement de professionnels de santé améliore la qualité des soins.
à consulter : Questions d’économie de la santé n° 157 septembre
2010 http://www.irdes.fr/Publications/2010/Qes157.pdf
Questions d’Economie de la santé n° 147, octobre 2009 (faire
lien vers pdf)
centres de santé
Les centres de santé sont régis par le décret n°2010-895 du 30 juillet 2010 relatif au centre de santé et l'arrêté du 30 juillet 2010 relatif au
projet de santé et au règlement intérieur des centres de santé (articles L 6323-1 et D 6323-1 à D 6323-10 du code de la santé publique).
Il s'agit de structures sanitaires de proximité dispensant principalement des soins de premier recours. Ils assurent des activités de soins
sans hébergement et mènent des actions de santé publique ainsi que des actions de prévention, d'éducation pour la santé, d'éducation thérapeutique des patients et des actions sociales ; ils appliquent le tiers payant. Ils peuvent pratiquer des interruptions volontaires de grossesse par voie médicamenteuse dans un cadre défini réglementairement.
Ils constituent des lieux de stages pour la formation des différentes professions de santé.
Ils sont créés et gérés soit par des organismes à but non lucratif, soit par des collectivités territoriales, soit par des établissements de santé.
Les médecins qui exercent en centre de santé sont salariés.
Les centres de santé élaborent un projet de santé incluant des dispositions tendant à favoriser l'accessibilité sociale, la coordination des
soins et le développement d'actions de santé publique.
Les centres de santé sont soumis, pour leur activité, à des conditions techniques de fonctionnement prévues par décret.
Ouvrir un centre de santé
Depuis la mise en œuvre de la loi HPST, les centres de santé ne sont plus soumis à agrément préalable du représentant de l'Etat dans la
région, mais à un régime de déclaration, matérialisé par la transmission au directeur général de l'agence régionale de la santé d'un projet de
santé élaboré avec l'ensemble des professionnels du centre. Le directeur général de l'ARS en accuse réception et le centre de santé peut
fonctionner.
Toute modification portant sur l'activité du centre, son implantation ou son gestionnaire, fait l'objet d'une modification du projet de santé, également transmise au directeur général de l'ARS.
fiche 7
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising