Bible Mexique - Festival d`Automne à Paris

Bible Mexique - Festival d`Automne à Paris
Paroles d’acteurs
NICOLAS
BOUCHAUD
Deux Labiche
de moins
23 – 27 OCTOBRE 2012
« Révéler l’absurde, dérégler le réel »
Deux Labiche de moins
d’après Le Mystère de la rue Rousselet
et Un Mouton à l’entresol d’Eugène Labiche
Avec
Le Mystère de la Rue Rousselet
Par ordre d’apparition
Lucie Chabaudie, Nazaire
Yann-Gaël Elléouet, Guérineau
Alice Pehlivanyan, Agathe
Guillaume Clérice, Lafurette
Andrés Acevedo, Léon
Un Mouton à l’entresol
Par ordre d’apparition
Clémentine Pons, Madame Fougallas
Laure Duchet, Marianne
Yan Tassin, Monsieur Fougallas
Guillaume Ducreux, Falingard
Andrés Acevedo, Rampicot
Coproduction Association Artistique de l’Adami ;
Festival d’Automne à Paris
En collaboration avec le Théâtre de l’Aquarium
Remerciements au Théâtre Nanterre-Amandiers
Paroles d’acteurs au Festival d’Automne à Paris
2006 : Joël Jouanneau
Textes de Martin Crimp (Personne ne voit la vidéo,
traduction de Danièle Merahi ; Clair en affaires,
traduction de Jean-Pierre Vincent et Frédérique Plain ;
Pièce avec répétition, traduction de Rita Sabah)
Chaque année, carte blanche
est donnée à un « maître de
théâtre », acteur et metteur
en scène, pour partager son
savoir et son expérience avec
les comédiens de l’opération
Talents Cannes Adami.
Cette relation privilégiée entre
un grand metteur en scène et
de jeunes comédiens traduit
la volonté de l’Adami de mettre l’expérience des aînés
au service des plus jeunes. Leur participation à la
construction d’une identité professionnelle commune
entre des comédiens de générations différentes, s’inscrit dans cette belle tradition de transmission orale
qui caractérise le théâtre.
Depuis plus de quinze ans, près de cent cinquante
comédiens ont bénéficié de l’opportunité de travailler
notamment sous la direction de Joël Jouanneau, Julie
Brochen, Ludovic Lagarde, Jean-Pierre Vincent, Marcial
Di Fonzo Bo et Valérie Dréville.
Cette année notre choix s’est porté sur un grand
acteur de théâtre, Nicolas Bouchaud. Il dirigera neuf
comédiens qui iront à la découverte du vaudeville à
partir d’un travail de clown sur deux pièces d’Eugène
Labiche.
Ces comédiens qui nous ont déjà dévoilé tout leur
talent à l’écran, vous enchanteront à nouveau, je
l’espère, sur scène.
Philippe Ogouz
Président du Conseil d’administration de l’Adami
2007 : Julie Brochen
Textes de Jean-Luc Lagarce (Derniers remords avant
l’oubli, Juste la fin du monde)
2008 : Ludovic Lagarde
Texte de Sarah Kane (Manque)
2009 : Jean-Pierre Vincent
Textes de Jean-Charles Massera
2010 : Marcial Di Fonzo Bo
Texte de Roland Schimmelpfennig (Push Up)
2011 : Valérie Dreville
Texte de Robert Garnier (La Troade)
Partenaires médias du Festival d’Automne à Paris
www.festival-automne.com – 01 53 45 17 17
www.theatredelaquarium.com – 01 43 74 99 61
www.adami.fr
Photo couverture
© Erwin Wurm / Série « Hamlet », Untitled (Michael Ransburg) /
2007 Courtesy Thaddaeus Ropac Gallery, Paris, France © Adagp, Paris 2012
Conception graphique : Éric de Berranger, Denis Bretin
© Jean-Louis Fernandez
Mise en scène, Nicolas Bouchaud
Collaboration artistique, Lucie Valon
Assistante mise en scène, Margaux Eskenazi
Scénographie et costumes, Elise Capdenat, Pia De
Compiegne
Lumière, Ronan Cahoreau-Gallier
Stagiaire lumière, Mathilde Chamoux
Entretien avec Nicolas Bouchaud
Vous avez été invité à monter, dans le cadre du dispositif « Paroles d’acteurs » produit par l’association
artistique de l’ADAMI, un projet de votre choix avec
de jeunes acteurs de cinéma et de théâtre. Vous avez
choisi deux pièces en un acte d’Eugène Labiche. Pour
quelles raisons ?
Parce que j’avais envie de travailler sur le fait comique.
Dans une optique de transmission et de pédagogie
c’est intéressant puisque, aborder le comique, c’est
se mettre d’emblée en difficulté. C’est un registre
extrêmement exigeant pour l’acteur parce qu’on
s’aperçoit vite qu’il faut être sur le fil, parce que le
comique ne pardonne pas : si ce n’est pas drôle, tout
est raté.
Comment comptez-vous les guider dans ce registre
et quels seraient les écueils à éviter ?
Il n’y a pas de psychologie dans le comique et c’est
bien pour ça que c’est très compliqué. Les rapports
entre les personnages ne sont jamais horizontaux,
il y a toujours un petit détail qui va creuser un gouffre
énorme entre deux personnages. Il y a toujours du
vide dans le comique alors que l’acteur a tendance
à charger les choses émotionnellement. Ce qui est
passionnant dans ces textes, c’est le mystère suivant :
pourquoi, tout à coup, la situation devient drôle alors
qu’il ne se passe presque rien ? La première chose à
éviter, c’est donc de lire ces textes comme s’ils proposaient des dialogues normaux. Il faut trouver l’incompréhension. Ensuite, le rapport aux objets chez
Labiche est très étrange. Un objet peut vraiment
poser problème. C’est donc un rapport particulier à
l’espace qu’il faut chercher. Une autre dimension qui
me semble intéressante pour de jeunes acteurs, c’est
que chez Labiche ou Feydeau les personnages sont
toujours débordés par les circonstances. Il y a un
temps paradoxal de fuite en avant. On est pris par
une situation – le mensonge, par exemple – et on ne
sait pas où on va. L’acteur est contraint à se mettre
en route.
Quant à la première qualité à travailler, c’est celle
qui permet de ne jamais rien anticiper. Le comique
oblige l’acteur à être dans le présent, à être dans un
étonnement permanent pour reprendre un terme
de Bertold Brecht, et surtout dans un état d’innocence permanente. L’acteur doit retrouver des mouvements internes proches de l’enfant, parce que le
comique touche à cet état. Les auteurs de vaudeville
ne se souciaient pas d’écrire avant tout une critique
sociale, ils se situent dans un monde antisocial,
presque asocial. Le vaudeville est un monde qui,
très vite, révèle de l’absurde, dérègle le réel sans
pour autant le dénoncer.
Le vaudeville serait pour vous une forme de transgression morale ?
Oui, mais pas intentionnelle ! C’est compliqué, le vaudeville, parce que c’est un genre extrêmement codé
qui repose sur des archétypes, un peu sur le modèle
de la commedia dell’arte. Donc c’est intéressant de
travailler sur un genre. Et un genre que l’on pourrait
qualifier de « mineur ». Ce qu’on retient de la littérature
du XIXe siècle, généralement, c’est le drame romantique
et le roman naturaliste. Le vaudeville reste toujours
méprisé et je dois dire que ça m’intéresse d’autant
plus. Je fais ce rapprochement parce que je sors de
deux ans de travail autour du critique de cinéma Serge
Daney, mais je dirais que le vaudeville trouve un équivalent au cinéma dans la série B. Des genres mineurs
qui cachent des perles… Tout l’enjeu va être de les traquer. De débusquer la poésie chez Labiche. Ce que
j’appellerais une « poésie de la bêtise » et voir à quel
point elle est incommensurable et, d’une certaine
façon, magnifique. Ce qui est poétique, c’est le dérèglement progressif du corps. Tout cela est proche du
travail du clown. C’est pourquoi j’ai demandé à Lucie
Valon, qui est clown, de travailler avec nous. Travailler
Labiche nécessite de retrouver un rapport animal aux
situations. J’entends par là être capable, par exemple,
de faire un geste pour lui-même, sans aucune intention. en train de représenter. Le rire devient intéressant
À ce moment-là on commence à entrer dans un voca- dès lors qu’il n’a plus de cible, qu’il n’est plus orienté
vers une critique. C’est bien plus abstrait. Les ressorts
bulaire théâtral.
du vaudeville sont très codifiés et à l’intérieur, il faut
chercher l’abstraction. C’est comme une sorte de
Une sorte de degré zéro du geste ?
Oui. C’est un programme compliqué. Pour y parvenir, transe qui s’empare parfois des spectateurs… Il y a
il faut que l’acteur sache ce que ce genre de choses quelque chose qui me trouble énormément dans ce
produit. Il doit immédiatement avoir le retour de la sujet. Souvent pour les acteurs, le point d’excellence,
salle, savoir que son jeu est relayé par les rires afin c’est de pleurer, c’est de montrer ses émotions, de
qu’il comprenne pourquoi c’est pertinent de le faire. faire offrande au public de son intériorité et de sa
Et là, le clown est intéressant car il est toujours compassion pour un personnage. Je ne souscris pas
branché à celui qui regarde. Le rapport à la salle est à cette vision du jeu. Je suis beaucoup plus impresconstitutif de son travail. L’acteur construit le comique sionné, depuis toujours, par les comiques - et ça n’emautant que le spectateur. Le genre du vaudeville m’in- pêche pas l’émotion. D’ailleurs les grands acteurs
téresse aussi en ce qu’il est hybride : il reste quelque comiques le disent tout le temps, que c’est ce qu’il y
chose du théâtre de foire, il y a des chansons, des a de plus difficile.
styles différents s’y superposent. C’est un genre
« impur », en quelque sorte. Mais ce qui est sûr, c’est Quels souvenirs conservez-vous de votre découverte
qu’il n’y a jamais de tragédie dans le vaudeville. Il y des textes d’Eugène Labiche ?
a une phrase de Büchner qui, je trouve, résume très La première découverte, c’était avec ma mère. Nous
bien la posture de Labiche. Il écrit dans Danton : « On avions passé une soirée à lire ensemble Un Mouton
me traite de railleur. C’est vrai, je ris souvent. Mais je à l’entresol. Mais mon grand souvenir, c’est la mise
ne ris pas de la façon dont quelqu’un est un homme, en scène de L’affaire de la rue de Lourcine par Klaus
je ris seulement du fait qu’il est un homme, alors qu’il Michael Grüber. Il avait travaillé sur une distorsion
n’y peut rien. Et ce faisant, je ris de moi-même, qui extrême du temps et c’est pour ça que cette question
du temps chez Labiche me semble désormais inconpartage votre destin. »
tournable. C’était un temps infiniment long : un personnage qui enfilait une chaussette, ça devenait une
Il y a une part de tragique, dans cette citation…
Bien sûr, mais le tragique doit survenir, on ne doit action énorme. Il y avait un réel problème pour la
pas le chercher. Labiche met en scène des êtres médio- mettre alors que c’est un geste quotidien on ne peut
cres, des petits bourgeois enfermés chez eux, une plus simple. Ça devenait presque métaphysique.
catégorie sociale qui, a priori, n’a aucun intérêt et
aucun attrait spectaculaire. L’enjeu suprême serait Qu’est-ce qui vous a fait comprendre les ressorts du
de réussir à faire rire tout en magnifiant le côté déri- comique sur scène ?
soire et pourquoi pas le côté tragique de ces figures- Je les ai compris physiquement en faisant du clown
là. Ce n’est pas un rire métaphysique comme chez avec Vincent Rouche. C’est un travail d’une difficulté,
Beckett ou chez Ionesco. Souvent, pour se donner de d’une exigence inouïe. Il y a certaines improvisations
la consistance, on évoque Beckett, Ionesco ou Kafka de clown qui consistent à entrer sur le plateau, à
pour parler de Feydeau ou Labiche… C’est sans doute essayer de durer un peu, et ensuite de sortir. Combien
juste. Mais il n’est pas forcément nécessaire de s’y de temps vais-je capter l’attention ? Il faut inventer
référer pour justifier un travail sur Labiche. Il n’y a du temps. Le travail de l’acteur, ce n’est pas de jouer
un personnage, c’est de densifier le présent. Et cette
pas besoin d’enrobage.
invention, on la travaille et on la comprend, entre
Quels souvenirs conservez-vous des rôles comiques autres, avec le travail du clown.
que vous avez abordés dans votre parcours ?
Je pense à la mise en scène de La Dame de chez Maxime Où en étiez vous de votre parcours à l’âge qu’ont
de Feydeau par Jean-François Sivadier. C’est extrê- aujourd’hui les acteurs sélectionnés pour « Paroles
mement puissant de sentir des gens qui ne peuvent d’acteurs » ?
plus s’arrêter de rire dans la salle. On sent bien qu’il Je travaillais avec Didier-Georges Gabily qui nous a
y a quelque chose de totalement irrationnel dans le totalement déniaisés. On avait 25 ans, il nous demanrire. Ce n’est pas la purgation des passions, il n’y a dait de faire des choses sur le plateau qu’on n’aurait
rien de cathartique dans le vaudeville et c’est juste- jamais faites nous-mêmes. On a grandit très vite avec
ment ça qui lui donne une virulence incroyable. C’est lui, vite compris que jouer, ce n’est pas arriver avec
inquiétant, le rire. Et Feydeau ou Labiche ne cherchent un beau costume. Il a tout de suite cherché la chose
aucun accommodement avec la société qu’ils sont monstrueuse chez chacun d’entre nous, la faille, la
blessure, enfin tout ce qu’un acteur de 25 ans n’a pas
forcément envie de voir et de montrer. Voilà ce qu’il
a traqué. Il nous a fait gagner du temps. Énormément.
Avec des choses fondamentales : comprendre que
l’on joue pour un ensemble, pour un espace, pour
l’autre. On n’est pas acteur de soi-même.
Entre la génération des acteurs de « Paroles d’acteurs »
et la vôtre, comment le paysage théâtral vous semble
t-il avoir évolué en terme d’aide à l’émergence ?
Quand j’ai commencé à travailler dans les années
1990, c’était les débuts de Didier-Georges Gabily, d’Olivier Py, de Stanislas Nordey, de François Tanguy… Il
y avait des lieux comme Théâtre en mai à Dijon créé
par François Le Pillouër, le Festival Turbulences à
Strasbourg créé par Claudine Gironès ou le Théâtre
de la Cité internationale dirigé par Nicole Gaultier,
où l’on a pu présenter des projets. Les gens qui débutaient étaient dans la précarité, mais on avait des
plateformes de visibilité importantes. Il y a deux ans,
j’ai participé au jury du Festival Impatiences à l’Odéon.
En parlant avec les jeunes compagnies, j’ai senti qu’aujourd’hui il y avait la précarité, et tout de suite après,
l’institution. Comme s’il n’y avait plus de milieu, plus
de relais. Je pense que ma génération a été la dernière
à bénéficier de la politique de Jack Lang. Quelque
chose s’est durcit et particulièrement depuis les cinq
dernières années, depuis la lettre de mission à Christine
Albanel qui mettait en avant le prétendu « goût du
public » et qui a rendu très compliquée l’émergence
des jeunes artistes. On ne peut pas passer de la précarité aux théâtres nationaux sans relais.
Ça me fait rebondir sur ce qui me touche dans le
comique. J’aimerais raconter une histoire de cinéma
que j’adore et qui concerne le réalisateur Ernst
Lubitsch. Le réalisateur et scénariste Billy Wilder a
écrit cela sur Lubitsch : « Il était capable d’aborder
chaque fragment avec cette déclaration effrayante :
“Il faut que cette scène soit hilarante”. Là-dessus,
tous les esprits concernés se concentraient et se mettaient au travail pour rendre la scène hilarante, se
maintenant à la tâche avec la régularité d’un marteau
pneumatique jusqu’à ce que, bon sang, la scène soit
devenue hilarante. Une fois que le principe général
de la scène était trouvé, les dialogues étaient travaillés
de la même façon. Dans le premier film que nous
avons fait avec lui, il y a une scène où Claudette Colbert
devait dire quelque chose de cinglant à Gary Cooper
et plonger dans la mer d’un radeau. Chaque fois qu’on
arrivait à cet endroit, Lubitsch allait dans le même
coin de la pièce où nous travaillions : “Alors Claudette
dit… énonçait-il en ménageant un blanc et un énorme
point d’interrogation, et plonge gracieusement”. Il
joignait alors les mains et replongeait dans son coin.
Puis, il se tournait vers nous, implorant, non pas une
médiocre plaisanterie, ni même une bonne ou brillante
plaisanterie, mais LA réplique. La réplique inévitable
et cinglante qui devait attendre quelque part d’être
trouvée. Aucune de celles que nous trouvions ne fut
d’ailleurs jamais ça. Et nous pouvons dire en hommage
à la suprême énergie de Lubitsch, que lorsque nous
repensons à lui, nous nous remettons à chercher
cette réplique. » Cette petite histoire de trois scénaristes qui travaillent dans une pièce pour tenter de
trouver LA réplique hilarante, moi je trouve ça merveilleux. Je trouve ça merveilleux parce que ça me
raconte un truc sur le superflu de ce geste. Et en même
temps du très grand sérieux de ce geste. Ça, ça me
fait vraiment penser à Labiche. Cette forme de gratuité
me touche profondément. La question du superflu
en art est fondamentale.
Propos recueillis par Ève Beauvallet
Nicolas Bouchaud
Comédien depuis 1991, il joue d’abord sous les directions d’Étienne Pommeret, Philippe Honoré… Puis
rencontre Didier-Georges Gabily en 1992 avec lequel
il travaillera sur plusieurs spectacles : Les Cercueils
de zinc d’après l’œuvre de Svetlana Alexievitch (1992),
Enfonçures de Didier-Georges Gabily (1993), Gibiers
du temps de Didier-Georges Gabily (1994), Dom Juan /
Chimères et autres bestioles de Molière et DidierGeorges Gabily (1997). C’est à partir de 1998 que Nicolas
Bouchaud joue sous la direction de Jean-François
Sivadier, date qui marquera le début d’une longue
collaboration entre les deux hommes. Ils travaillèrent
ensemble sur : Noli me tangere (1998 - 2011), La Folle
journée ou le Mariage de Figaro de Beaumarchais
(2000), La Vie de Galilée de Bertolt Brecht (2003), Italienne scène et orchestre (2004), La Mort de Danton
de Georg Büchner (2005), Le Roi Lear de Shakespeare
(2007), La Dame de chez Maxim de Georges Feydeau
(2009). En 2008, il joue et met en scène avec Gaël Baron,
Valérie Dréville, Jean-François Sivadier et Charlotte
Clamens, Partage de Midi de Paul Claudel créé au Festival d’Avignon 2008.
En 2010 et 2011, il crée La Loi du marcheur (entretien
avec Serge Daney), qu’il initie dans la mise en scène
d’Eric Didry, et joue dans Mademoiselle Julie d’August
Strindberg, mis en scène par Frédérique Fisbach au
Festival d’Avignon en 2011, puis présenté à l’Odéon –
Théâtre de l’Europe en 2012.
Nicolas Bouchaud au Festival d’Automne à Paris
2010 : La Loi du Marcheur (Théâtre du Rond-Point)
2011 : La Loi du Marcheur (Théâtre du Rond-Point)
Andrés Acevedo
Yann Gaël Elléouet
Né à Séville, Andrés Acevedo se forme à l’École Supérieure d’Art Dramatique et au
Laboratoire de l’acteur du TNT. En 2008, il intègre l’école Internationale de Théâtre
Jacques Lecoq à Paris et obtient son diplôme après deux années d’études. À l’issue de
sa formation, il crée avec les élèves de sa promotion la compagnie 38C.I.T. avec laquelle
ils travaillent sur l’adaptation du Maître et Marguerite de Boulgakov. Il débute en
parallèle sa carrière au cinéma en participant à plusieurs courts métrages dont Gabin,
le Mime de Cyril Rigon et Bonjour de Maurice Barthélemy.
Sur un coup de tête, Yann Gaël Èlléouet débute l’art dramatique. Rapidement, il fait
des voix pour des documentaires, du doublage pour payer ses cours. 2010, il est admis
en Classe Libre mais choisit finalement le Conservatoire National Supérieur d’Art
Dramatique où il travaille avec Gérard Desarthe. À l’issue de sa 1re année, Marcel
Bozonnet, – ex-Administrateur de la Comédie Française – lui propose le rôle de Rafaël
Padilla, rôle-titre de la création Chocolat, Clown Nègre, au Théâtre des Bouffes du
Nord, en tournée en 2012. Dans le même temps, le cinéma commence à lui sourire…
Lucie Chabaudie
Clémentine Pons
Après un baccalauréat théâtre, Lucie Chabaudie se forme au CNR de Bordeaux, de
2000 à 2003, et travaille avec des metteurs en scène tels que Hélène Vincent ou
Georges Bigot. Elle rejoint plusieurs compagnies et joue Tchékhov, Duras, Renaude,
Maeterlinck, Lagarce, Devos. Elle travaille également comme assistante à la mise en
scène. Parallèlement, elle tourne dans des moyens-métrages, Rendez-vous au tas de
sable de Nicolas Bikialo, Wild is the wind de Julie Chaffort, Yoshido de Sébastien
Betbeder. Elle joue dans les téléfilms : Un goût de sel, Un viol, et dans la série Doc
Martin. Elle complète sa formation cinéma avec Bruno Putzulu.
Clémentine Pons se forme à la Classe Libre de l’École Florent, aux Ateliers de l’Ouest
de Steve Kalfa et à la Lamda à Londres. Au théâtre, elle travaille sous la direction de
Jean-Michel Ribes et d’Anne Bourgeois dans un répertoire fantaisiste et contemporain.
Elle interprète aussi sur les planches des classiques tels que Goldoni, Lautréamont
et Claudel. À l’écran, elle joue dans le film Musée Haut, Musée Bas de Jean-Michel Ribes
aux côtés de Valérie Lemercier, dans le film indépendant américain All That Glitters,
ainsi que dans plusieurs courts-métrages. En 2012, elle participe à Talents Cannes
Adami et tourne, dans ce cadre, dans Bonjour, un court-métrage réalisé par Maurice
Barthélemy.
Guillaume Ducreux
Après différentes formations (Cours Simon, École Jacques Lecoq, stages à New York),
Guillaume débute au théâtre du Gymnase avec Les Fourberies de Scapin. Il poursuit
sa carrière dans différentes salles (Marigny, Ranelagh, Traversière…) en jouant Labiche,
Shakespeare, Feydeau sans oublier Goldoni. En parallèle, il tourne dans des
programmes courts, publicités et courts-métrages, sous la direction de Laurent Tirard,
Erick Zonca, Eric Lartigau, Laurence Dunmore. Guillaume Ducreux est avant tout un
mordu de cinéma.
Guillaume Clerice
Après une formation classique (Atelier Premier Acte, Conservatoire du Xe arrondissement de Paris), Guillaume Clerice joue dans plusieurs pièces, notamment La Dame de
chez Maxim, La Mouette, L’Illusion Comique. Il fait ses premiers pas au cinéma dans
Les Chansons d’amour de Christophe Honoré, et enchaine ensuite plusieurs courts
métrages. On lui décerne notamment le prix d’interprétation de Valloire pour son
rôle dans Les Points Noirs, court métrage de Jean Helpert. Il intègre l’Atelier de Pierre
Palmade où il écrit de nombreuses scènes et joue, à ce titre, dans Sketch Collection à
la Gaïté-Montparnasse.
Laure Duchet
Laure Duchet intègre l’Ensatt en 2007, y joue Tourgueniev, Barker, Botho Strauss et
Goldoni. Elle traverse des rôles complexes dans la comédie, l’absurde, le drame
politique, dirigée entre autre par Jean-Pierre Vincent et Guillaume Lévèque. Depuis,
elle enchaîne téléfilms et court métrages : La nuit du réveillon de Serge Meynard, Le
tombeau d’Hélios de Bruno Gantillon… En 2012, elle retourne sur les planches avec
Un bureau en Forêt dirigée par Philippe Morier-Genoud, puis intègre le dispositif
Talents Cannes Adami, pour lequel elle tourne sous la direction de Luc Béraud.
Alice Pehlivanyan
La formation d’Alice Pehlivanyan et son goût pour le répertoire contemporain
l’amènent à travailler sur des textes de Dahlström, Mayenburg, Chaurette, Kane… Puis
vient la comédie avec la pièce Arrête de pleurer Pénélope et le one-woman show
Homme Femme mode d’emploi. En 2011, au Festival de Villeréal, elle découvre
l’écriture au plateau et, forte de cette expérience, elle prépare actuellement un projet
cinématographique sous la direction de Juliette Navis au sein du Collectif La Vie Brève.
Au cinéma, elle sera prochainement à l’affiche du film A.L.F. (sortie le 7 novembre 2012)
de Jérôme Lescure, aux côtés de Didier Sandre, puis dans Les Conquérants de Xabi
Molia, aux côtés de Denis Podalydès et Mathieu Demy.
Yan Tassin
Yan Tassin se forme à l’École du Studio-Théâtre d’Asnières, à l’École Internationale de
Théâtre Jacques Lecoq et à la London Academy of Music and Dramatic Art. Au théâtre,
il travaille notamment avec Antoine Bourseiller, Patrick Chesnais, et Francine Walter.
À la télévision, il tourne avec Marion Vernoux dans Rien dans les poches, ainsi que
dans plusieurs séries. Au cinéma, on l’a vu dans Saint-Valentin, court métrage de
Philippe Landoulsi, et dans Simon Werner a disparu de Fabrice Gobert, sélectionné
au Festival de Cannes 2010 dans la catégorie Un certain regard et nommé aux Césars
en tant que Meilleur premier film.
Andrés Acevedo, Lucie Chabaudie, Guillaume Ducreux, Guillaume Clerice, Laure Duchet, Yann Gaël
Elléouet, Clémentine Pons, Alice Pehlivanyan, Yan Tassin sont issus de Talents Cannes 2012.
Photos comédiens Talents Cannes © Philippe Biancotto
l’adami
s’engage pour la diversité du spectacle vivant
Partenaire du Festival d’Automne à Paris, elle apporte son aide à 6 spectacles
La Femme qui tua les poissons
Création 2012
de Clarice Lispector
Mise en scène Bruno Bayen
Chorégraphie François Chaignaud /
Cécilia Bengolea
Tout mon amour
Création 2012
de Laurent Mauvignier
Mise en scène Collectif Les Possédés /
Rodolphe Dana
Chorégraphie Maguy Marin /
Denis Marioe
Pierre-Yves Macé
La Barque le soir
de Tarjei Vesaas
Mise en scène Claude Régy
Natalie Raybould, voix
Ensemble L’Instant Donné
L’Adami gère les droits des comédiens, des danseurs solistes et,
pour le secteur musical, ceux des artistes-interprètes principaux :
chanteurs, musiciens solistes et chefs d’orchestre pour la diffusion
de leur travail enregistré.
En 2011, elle a réparti 33 millions d’euros à 45 552 artistes.
+ Bronx (Paris) - www.bronx.fr - Photos : © Jean Henry / Francis Vernhet / Bruno Dewaele.
Elle favorise le renouvellement des talents et consolide l’emploi
artistique au moyen de ses aides à la création, à la diffusion du
spectacle vivant et à la formation professionnelle des artistes.
En 2011, elle a soutenu 915 projets pour un budget total de
11,7 millions d’euros.
Société civile pour l’administration des droits des artistes et musiciens interprètes
www.adami.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising