Boomerang. La vogue du boomerang.

Boomerang. La vogue du boomerang.
Boomerang
LA VOGUE DU BOOMERANG
Objet de curiosité par le mystère de son vol, le boomerang suscite également nombre d’interrogations quant à
son mode d’utilisation par les tribus aborigènes d’Australie qui, les premières, l’ont inventé sans pourtant rien
connaître des lois de la physique. Cet instrument, simple
en apparence, témoigne de l’extrême ingéniosité des
groupes humains dans leur mode d’adaptation au milieu.
Le boomerang est donc le produit d’une technologie
adaptée, qui aura nécessité beaucoup d’efforts de la part
de nos modernes aérodynamiciens pour pouvoir être
compris et mis en équation. Il y a quelques années déjà,
cette pratique ancestrale s’est largement implantée sur
l’ensemble du territoire australien, au point de devenir
un véritable sport, avec ses fédérations, ses règlements,
ses records et ses champions. La “Boomerang Association
of Australia” (“Association australienne de boomerang)
fut créée en 1969 et deux ans après, en 1971, le premier
championnat national officiel fut organisé.
Progressivement, la passion du “bâton qui vole” a gagné
les autres continents, donnant par là-même, naissance à
toute une industrie, et à l’organisation de compétitions
nationales puis internationales.
Légèrement différents dans les formes, mais divergents
surtout par leur finalité, le boomerang et le “killing-stick”
(“bâton à tuer”), sont cependant souvent confondus.
C’est d’ailleurs sans doute cette confusion qui fait que le
boomerang passe souvent pour être une arme. Or, nous
rappellent les spécialistes, il semble démontré qu’en raison de la faiblesse de son impact (elle-même due à la
légèreté de l’engin: 100 à 200 gr.), le boomerang n’a pas
la capacité d’assommer un animal. En revanche, et du
fait de la particularité de son vol, le boomerang peut
aider à faire s’envoler une nuée d’oiseaux et les
contraindre à se précipiter dans les filets préalablement
tendus.
25
Boomerang
La latte de jet, quant à elle, ne revient pas à proximité de son point de départ. Elle présente en fait
toutes les qualités d’une arme de chasse ou de
guerre redoutable, et peut atteindre une portée de
près de 200 m. Cette latte n’est d’ailleurs pas spécifique à l’Australie puisqu’on en retrouve trace aussi
bien chez les Indiens d’Amérique du Nord, dans les
peintures rupestres au Maghreb, ou même dans les
tombeaux des pharaons en Egypte. C’est du “killingstick” que le boomerang dérive. D’un usage moins
répandu, seules quelques tribus en Australie
connaissaient sa technique complexe de fabrication
et son mode d’emploi.
En acquérant toutes les caractéristiques d’un sport,
le boomerang a progressivement perdu la symbolique rituelle qui était la sienne dans les groupes
aborigènes. Son utilisation s’est également spécialisée et se réduit désormais (du moins pour les plus
doués) à un rapport compétitif, dont n’est d’ailleurs
pas exclu l’attrait d’un merveilleux passe-temps. De
surcroît, nombre de spécialistes mettent couramment en oeuvre leur propre expérience pour fabriquer eux-mêmes leur engin. La pratique du boomerang ne se réduit pas ainsi au seul lancer, mais fait
appel à toutes les qualités d’observation et d’habileté technique et physique de l’individu.
Les concours qui sont organisés un peu partout de par le
monde prennent en compte la précision de retour de l’engin, la distance parcourue, son rattrapage à la main, ainsi
que diverses épreuves qui consistent à lancer le plus
grand ou le plus petit boomerang.
Très complexe à mettre au point, le boomerang a souvent
été victime d’abus commerciaux notoires. Trop longtemps,
certains fabricants n’ont mis sur le marché que des produits de très mauvaise qualité, qui ne possédaient pas du
tout les caractéristiques techniques nécessaires pour assurer la trajectoire circulaire si particulière du boomerang.
Sous des apparences trompeuses d’engin rudimentaire! le
boomerang exige au contraire beaucoup de compétence
technologique.
Il serait sans doute trop complexe d’exposer ici les lois de
l’aérodynamique qui explique le vol du boomerang. Schématiquement, l’on peut dire que celles-ci sont similaires à
celles d’un rotor d’hélicoptère. Mais il n’est pas nécessaire
toutefois de connaître les règles précises de fonctionnement de cet engin pour apprécier ce jeu, qui s’avère être
de surcroît, à la portée de tous, tant le prix des engins les
plus performants est peu élevé. C’est là un critère de premier ordre qui, avec l’enthousiasme des premiers jets réussis, devrait contribuer à garantir un franc succès au boomerang.
26
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising