Fuite des cerveaux, retours et diasporas

Fuite des cerveaux, retours et diasporas
4
r
i
Fuite des cerveaux,
retoivrs et diusporus
Jacques Gaillard, Anne Marie Gaillard
Les pays en d&veloppementse sont longtemps plaints de l'exode des
cerveaux qu'ils subissaient du fait de l'émigration vers les pays du
Nord des jeunes en quête d'une formation supérieure et de leurs élites
scienti3ques.
Jacques et Anne Marie Gaillard montrent toutefois que la perception de ce phénomène a évolué dès lors qu'on a pris conscience que les
expatriés fonnaìent, au moins potentìellement, des diasporas scientifiques et techniques ,susceptibles d'être mobilisées au profit de leur
pays d'origine. Ils montrent néanmoins que la constitution de telles
diasporas œuvrant dans l'intérêt de leur pays d'origine passe - tout
comme le retour de ces émigrés -par un certain nombre de Conditions
telles que le sort réservé par chaque pays ù cette élite.
Certains pays - notamment ceux qui se trouvent en phase de développement rapide - ont su mobiliser ù l'étranger, voire inciter au
retour, leurs chercheurs. D'autres, au contraire, continuent à souffrir
d'une émigration qui résulte de facteurs économiques, politiques,
scientifiques...
Ce texte montre en définitive le caractère ambivalent d'un phénomène au demeurant polymolphe qui fait l'objet en conséquence d'évaluations très contrastées. Il a, en outre, le mérite de révéler comment,
sous certaines conditions, un handicap peut être transformé en opportunité.
H.J.
. .
I
.-
1. Jacques Gaillard est sociologue des sciences à l'Institut français de recherche scientifique
pour le développement en coopération (QRSTOM). Anne Marie Gaillard est socio-anthropologue
spécialiste des migrations internationale$.
.
p
.
- . .-
..
. .
. .
..
- ,.....
., .
.
fu.turibles févrìer 1998
est aujourd’hui de plus en plus convenu d’affirmer que la fuite des cerveaux ne serait plus un facteur d’appauvrissement pour les pays d’origine
mais serait une source de développement. Cette proposition, qui n’est pas
nouvelle, a été récemment renforcée suite aux phénomènes de retour de cerveaux, observés notamment dans nombre de pays asiatiques et au développement quasi simultané, au cours des dix dernières années, d‘organisations en
réseau ayant pour objectif de mobiliser à distance et de re-connecter les chercheurs et les ingénieurs expatriés avec la communauté scientifique présente
sur le territoire national.
Cette tendance à privilégier les aspects positifs de ces migrations
semble de plus en plus répandue, au point que certains des grands pourfendeurs de la fuite des cerveaux se prononcent aujourd’hui en faveur de
l’opportunité >> que représente, pour les pays d’origine, l’expatriation de
leurs élites à l’étranger. Ainsi, Bhagwati qui, dans les années 1973-1975
était un spécialiste reconnu des études sur l’élaboration de systèmes de
taxation des pays d’immigration (pays d’accueil) afin de compenser les
pertes subies par les pays d’émigration (pays de départ), écrivait en 1994 :
<< Ces pays (les pays en développement) ont eux-mêmes changé d’avis.. .
De plus en plus ils voient dans cette émigration de leurs ressortissants les
plus doués une occasion pour ces derniers de se distinguer et de contribuer
à la gloire de leur pays d’origine ... Ces pays espèrent utiliser à leur avantage les talents de leurs ressortissants à l’étranger. Bref, le schéma en cours
aujourd’hui n’est plus celui de la fuite des cerveaux, mais plutôt celui de
la diaspora D ’.
Pourtant peut-on définitivement affirmer aujourd’hui que la fuite des
cerveaux n’est plus un handicap pour les pays qui voient partir leurs
élites ? Si Ia mondialisation permet et justifie désormais une circulation
internationale des idées, des projets et des personnes, n’avons-nous pas un
peu trop facilement tendance à penser que les migrations qu’elle occasionne sont forcément temporaires, voire pendulaires, relevant davantage
d’une mobilité qui serait devenue plus ou moins << normale >> au sein d’un
même espace mondialis6 et s’inscriraient dès lors davantage dans une
optique de gain que de perte pour le pays d’origine ? Si les diasporas
façonnent l’avenir comme elles ont aussi façonné le passé, dans quelles
limites et à queIles conditions peuvent-elles contribuer à l’internationalisation et ay renforcement des capacités scientifiques et techniques (S&T) des
pays d’origine ?
2. BHAGWATI J.N. M O M. << Vive les Ctudïants étrangers >>. Courrier Intemarional, no 204,
29 septembre - 5 octobre 1994.
3. PORTNOFF André-Yves. << Les diasporas scientifiques et techniques modèlent l’avenir >>.
Fuzuribles, no210, juin 1996, pp. 57-59.
26
i
.i..
--,.,--.-..I
‘U
.
~. .
. ,....
-.
”..
Fuite des cermeaax, retours et diasporas
Des f l ~ difficdment
x
identijìules
’
La première difficulté rencontrée pour analyser ce phénomène migratoire
est celle de l’identification des professions qui entrent dans Ia catégorie des
<< cerveaux >>- Si à 1’0rigine le brain drain 4 s’appliquait principalement aux
médecins et biologistes britanniques partant travailler aux Etats-Unis, le
terme s’est par la suite généralisé. C’est ainsi que la plupart des travaux qui,
depuis lors, ont traité du sujet ont adopté cette même expression pour stigmatiser les migrations des personnels formés ou en formation dont les qualifications faisaient défaut au pays d’émigration, allant parfois jusqu’à inclure
dans la catégorie << cerveaux >> les ouvriers qualifiés ou certaines catégories
d’employés dont la qualifkation était certaine mais dont Ia formation intellectuelle était très élémentaire.
Si l’on se place sur le plan strict de la statistique pour définir ces G cerveaux >>, il faut alors se référer aux catégories professionnelles, or on est là
confronté à la diversité des concepts qui varient d‘un pays à l’autre. Une illustration simple en est le mot français <<cadre>> qui n’a pas d’équivalent en
anglais ou en allemand, ou encore le mot anglais << professionnaE >> intraduisible en français 5. Cela explique en partie le flou des classifications utilisées
par les auteurs qui traitent de ce sujet et justifie que l’on délimite ici, une
‘catégorie dite << intellectuelle, scientifique et technique >>, ayant pour caractéristique commune le passage par l’université ou les établissements d‘éducation supérieure. Partant sont inclus dans cette classification à la fois les professionnels confmnés qui partent à l’étranger (ils caractérisent principalement
l’émigration Nord-Nord) et les étudiants qui partent pour se former, mais qui
souvent s’installent dans leur pays d’accueil une fois leurs études terminées
(is caractérisent principalement l’émigration Sud-Nord).
Un autre problème de taille est celui de la mesure de ces migrations.
L’opération est là aussi dificile en raison d’une part de la multiplicité et de
la variété des mobilités aussi bien dans l’espace que dans le temps6, et
d’autre part, en raison de l’absence de chiffres disponibles dans un grand
nombre de pays de provenance des migrants, carence dont l’effet n’est pas
corrigé par l’existence de c h i e s dans les pays d’accueil, ces demiers n’étant
souvent nifiables ni comparables. L‘utilisation des statistiques pour mesurer
les migratiqns a été largement étudite, mais se pose, avant même la question
4. Mot 1 mot drainage de ceTeaux qui va se traduire par fuite ou exode de cerveaux en français.
5. DEROSIÈRES A. et THEVENOT L. Les catégories socio-professionnelles. Paris :Editions
Ia Découverte, 1988. 125pages.
6. DOMENACH H. et PICOUET M. << Typologie et réversibilité migratoire >> in APPLEYARD
Reginald (ed.). L’incidence des migrations hfenzationales sur les pays en développemnt. Paris :
OCDE, 1989, pp. 43-52.
27
.
... . _.
..
.
.
..
. ..
.
. ,..
-
”.,
.
.
,
.
,...
.
r
.,
(I
futuribles février 1998
de l’harmonisation des statistiques, celle des concepts qu’elle mesure, lesquels, comme pour les catégories professionnelles, varient considérablement
non seulement entre les différents pays, mais au sein même des pays en fonction des moments, des politiques migratoires et des différentes sources
d’information. Des recommandations d’homogénéisation de ces concepts ont
été faites en 1953 7, mais encore maintenant, ces derniers restent marqués par
l’aspect légal et réglementaire qui, dans chaque pays, défini les migrants.
Les statistiques disponibles aujourd’hui ne permettant pas de brosser un
tableau général fiable de ces migrations, on en est donc réduit B s’appuyer sur
des études de cas, à recouper des informations nationales, B prendre en
compte des études internationales pour que puissent émerger les évolutions
récentes de la mobilité des élites. Cela explique l’absence d’informations
chiffrées (sauf en ce qui concerne les pays o Ù il est possible d’accéder aux
chiffres officiels, et les étudiants dont les migrations sont observées par
l’UNESCO).
complexe, polymorphe et récurrent
La mobilité des scientifiques ou des savants B travers le monde est aussi
vieille que la science, laquelle s’est construite dès l’origine par la circulation
des hommes et des idées (voir encadré 1). Toutefois, nul ne semblait se préoccuper des pertes occasionnées aux pays d‘origine par ces migrations
.
.
7. SIMMONS A. B. << The United Nations Recommandations and Data Efforts : International
Maation Statistics >>. InfernatiomIMigration Review. New York :Center for Migration Studies,
vor 21,1987, p. 999.
28
.. -
-
j
x
c
!.
. I
c
‘i
Fuite des cerveaux, retours et diasporas
.
..
I
29
.
..
.-
-
.,
.
- ..
~~
. -.
. .
r
futurìbles féurìer 1998
i
l
,
jusqu’au début des années 60 o Ù appafaît le tenne de bruin drain dans un rapport de la Royal Society ‘:Ce terme avait toutefois été utilisé précédemment
en 1957 par Ayn Rand dans son roman Atlas Shrugged, oh le terme illustrait << l’évaporation B des innovateurs et entrepreneurs qui quittaient la
recherche ou la production pour des raisons économiques, sociales ou politiques. L‘emploi de ce terme par la Royal Society visait à décrire très précisément les migrations d’intellectuels et de scientifiques britanniques vers les
États-Unis, et tout particulièrement les médecins et chercheurs en sciences
médicales. Cette expression évocatrice continua à faire recette et fut généralement adoptée dans Ie but de dramatiser lo la perte de personnel hautement
qualifié. Le bruin drain désignait donc très précisément le phénomène de
déperdition du capital humain formé qui s’opérait en réponse à un appel du
marché.
À la même époque, on ne caractérisait pas encore de la même façon globalisante et lapidaire le déplacement des élites intellectuelles des pays en
développement (PED) vers le Nord, à savoir que ce mouvement n’était pas
uniquement analysé en fonction du paradigme économique de l’offre et de la
demande. Au contraire, ces migrations effectuées la plupart du temps dans un
objectif d’études s’inscrivaient dans un courant de transfert de technologie
grâce auquel les pays du Sud espéraient résoudre leurs carences de maind’œuvre qualifiée. Cela restait toutefois un mal nécessaire en attendant que
ces pays développent leurs systèmes d’éducation supérieure. Mais le mouvement s’accéléra et lorsqu’au seuil des années 1970, la demande de formation
supérieure dans ces pays fut telle qu’elle entraîna un accroissement incontrôlé
des flux migratoires vers les pays du Nord (lesquels quintuplèrent entre 1960
et 1990 passant de 245 O00 à 1 178 O00
et que conjointement les étudiants,
une fois leur diplôme obtenu, semblaient s’installer dans les pays d’accueil,
la notion d’exode s’imposa.
En s’inscrivant dans la pensée tiers-mondiste, cette migration fut perçue
comme un problème et donna Lieu A des débats multiples et passionnés où
8. ROYAL SOCIETY (The). (< Emigration of Scientists from the United Kingdom, Report of a
Committee Appointed by the Council of the Royal Society B. Londres :The Royal Society, 1963.
9. RAND A. 4th Shrugged. New York : Signet. 1957.
10. JOHNSON H.G. <<TheEconomics of the Brain Drain : The Canadian Case >>. Minerva, vol. 3
(3), pp. 299-311,1965.
I I . Ces chiffres se rapportent aux étutudiants inscrits en début d‘année universitaire d m des universités é!rangèrees. OECD/CERI. a Foreign Student Enrollment in Selected OECD Countries >>.
In Foreign Students and Internationalization of Higher Education, Appendix 2, pp. 288-299,
1989. UNESCO. Foreign Students in Higher Education Comparative Statistical Data for 1980
and 1990, Section of Statistics on Education, Division of Statistics, doc. S E - 1 1 . Paris:
UNESCO, 10 p. 1993.
30
--,~
-
..
i
2
Fuite des cerveaux, retours et diasporus
I
I
s’affrontèrent les courants dits nationalistes et internationalistes, les premiers
considérant que la migration des élites du Sud s’inscrivait dans la continuité
du pillage que faisait le Nord au détriment du Sud 12, alors que les seconds
voyaient, au contraire, cette migration comme normale dans un marché OÙ les
talents se déplacent vers les lieux où ils sont le mieux utilisés et rémunérés 13.
Toutefois le terme de bruin druin s’imposa ; d’abord en tant que vocable pour
stigmatiser la perte des diplômés des PED s’installant dans les pays riches,
ensuite en tant que phénomène univoque car dès lors on associa, souvent hâtivement, la notion de déperdition à celle de migration des élites. C’est ainsi
que l’ONU définit alors le bruin drain comme une migration à sens unique
ou un exode ne pouvant désigner qu’un courant migratoire dirigé tout à la fois
du Sud au Nord - entre pays en développement et pays ‘développés - et au
profit des seuls pays industrialisés à économie de marché.
En conséquence, un grand nombre de mesures furent proposées pour stopper l’hémorragie de cerveaux du tiers-monde. La plus connue fut celle de la
taxation l4
qui préconisait la mise en place de dispositifs fiscaux dans un but de
redistribution. Toutefois, aucune de ces mesures (quelles soient préventives, de
restitution ou de compensation) n’eurent les effets souhaités, et le plus souvent
elles ne furent même pas applicables, pour des raisons techniques et politiques
mais aussi et principalement parce qu’il n’était pas possible d’apporter une solution globale à un phénomène social qui, par sa nature même, présentait une
extrême diversité. Ce dernier aspect fut particulièrement mis en évidence par
une étude m‘enée sous les auspices de I’UNITAR (Institut des Nations Unies
pour la Formation et la Recherche) et publiée en 1978 15.
Cette étude pour laquelle une enquête fut passée auprès de 6 500 étudiants
dans 11 pays et qui devait faire référence pour les années - et même les
décennies - suivantes, révéla certains aspects inattendus du bruin drain,
dimontrant par exemple que, contrairement aux postulats en vigueur, 1) les
étudiants qui restaient dans leur pays d’accueil après leurs études projetaient
quand même de rentrer dans leur pays d’origine, 2) que la plupart de ceux
qui étaient déjà rentrés chez eux projetaient d’y rester, et 3) que ce n’était pas
systématiquement les meilleurs qui restaient à l’étranger. Donc, la migration
étudiante qui avait été, entre autres, au cœur du débat sur le brain drain
I
I
l
I
l
I
1
,
I
I
l
, I
12. AMUZEGAR J.<< Brain Drain and the Irony of Foreign Aid Policy >>. Economia InfernazionaZe, vol. 21(4), pp. 679-719, 1968.
13. JOHNSON H.G. <<An
Internationalist Model B. In ADAMS W. (ed.). Bruin Drain. New
York :Macmillan, 1968.
14. BHAGWATI J.N. DELLALFAR W. <<TheBrain Drain and Income Taxation n. World
Development, no 1, pp. 94-101, 1973. BHAGWATI J.N. The Bruin Drain und Tamtion - Theory
und EmpiricaI Analysis. Amsterdam :North-Holland Publishing Co., 292 p., 1976.
15. GLASER W.A. HABERS G.C. The Bruin Drain: Emigration und Return. UNITAR
Research Report, Oxford : Pergamon Press, 324 p., 1978.
31
-
~
A
futuribles février 1998
P
iI
,
i
.
Fuite des ce~veuux,retours et diasporas
n’était pas forcément un drain car, dans l’hypothèse où les retours se réaliseraient (ce que l’étude, par ailleurs, ne prouvait pas) il ne s’agirait alors que
d’une migration temporaire.
À partir de là, le retour fut logiquement considéré comme le meilleur
remède contre le brain drain et progressivement, les mesures économiques
gIobaIement préconisées pour lutter contre ce phénomène cédèrent la place à
des approches nationales variées, visant à apporter des solutions ad hoc pour
répondre 2 des situations précises, et cela principalement en termes de politiques favorisant le retour. Ce faisant, on commençait à renouer avec la perception première que l‘on avait des migrations des élites, à savoir qu’elles
allaient favoriser le développement du Sud. Toutefois pour que les retours
puissent se réaliser et déboucher à tenne sur une inversion des flux migratoires, il fallait davantage que des politiques volontaristes, les obstacles individuels et structurels étant multiples (voir encadré 2).
Le thème du brain drain connut ensuite sur le plan politique et académique,
un relatif déclin d‘intérêt vers la fin des années 1970 et le début des années
1980. Ce fut une sorte d’épuisement consécutif à l’échec de multiples tentatives des milieux internationaux à élaborer des politiques propres à réduire
l’hémorragie des cerveaux du Sud. Toutefois, face aux nouveaux visages que
revêtent actuellement les migrations scientifiques : explosion des migrations
étudiantes,retours des cerveaux dans certains pays nouvellement industrialisés
et nouveaux flux de personnels S&T qualifiés consécutivement aux bouleversements des systèmes S&T de l’ex-Union soviétique et des pays d’Europe
de l’Est (voir encadrés 3 et 4), Ie débat autour du brain drain ré-émerge et
retrouve parmi les universitaires et les politiques un intérêt renouvelé.
Or curieusement, malgré les débats et critiques autour du terme et des
concepts sous-jacents brièvement présentés ci-dessus 16, le vocable brain
drain et ses correspondants français (fuite ou exode des cerveaux) continuent
d’être très fréquemment utilisés aujourd’hui. En fait, si cette dénomination a
prévalu dans le débat dors même qu’elle était contestée par de nombreux
chercheurs, c’est sans doute parce que l’image est évocatrice du phénomène
qu’elle cherche à illustrer. Mais c’est aussi parce que, dans un contexte de
pensée dominante (que l’on qualifierait aujourd’hui de politiquement correcte) et dont les organismes internationaux se firent la caisse de résonance,
il n’était pas convenable d’aller à l’encontre d‘une conception << soLidariste >>.
Pour cette raison, le brain drain fut et est toujours une notion largement uti-
16. Pour une discussion plus détaillée voir GAILLARD A.M. et GALLARD J. Intemational
Migration of the Highly Qualified :A Bibliographic and Conceptual Itinerary. New York : Center for Mipation Studies, 1998, 200 pages. La version française de la Synthese de cet ouvrage
doit également paraître en 1998 in CI$ARUM J.et J.-B.MEYER. Les migrations scientifiques
internationales aujourd’hui >>. Paris : Editions de I’ORSTOM (CD-Rom).
!’
‘,!.
I
..
.
Fuite des cerveaux, retours et diasporas
. .
1
:
I
I
--
futuribles février 1998
lisée dans la presse d’information et dans les articles de vulgarisation. Mais
force est de constater que sa définition n’a jamais été définitivement acquise
et que le même terme est trop souvent utilisé pour décrire ou analyser des
phénomènes migratoires différents 17.
De même que la migration des élites ne relève pas toujours des mêmes dynamiques (volonté de savoir, recherche d’excellence, recherche de meilleures
conditions de travail et de vie, de meilleurs revenus etc.), les enjeux politiques
de cette migration divergent eux aussi d’un pays à l’autre. Ainsi, cela ne constitue pas toujours une préoccupation politique pour les pays d‘origine. Une des
raisons à cette apparente indifférence peut être liée àune situation de surplus de
cerveaux (brain overjZow en anglais) qui qualifie la migration des élites résultant d’une incapacité des marchés nationaux à absorber la main-d’œuvre qualifiée formée localement. C’est encore aujourd‘hui le cas de nombreux pays en
développement qui produisent plus de diplômés qu’ils ne sont en mesure d‘en
Le phénomène, bien
employer. L‘Inde illustre parfaitement ce cas de figure Is.
que d’importance moindre, se produit aussi en Europe (dont au Royaume-Uni
et en France) oÙ de plus en plus de jeunes titulaires de doctorat tentent d’éviter
les difficultés de début de carrière en choisissant de s’expatrier 19. Toutefois,
ce brain overjZow, - dès lors qu’il trouve à s’expatrier -peut se transformer
en brain pool c’est-à-dire constituer un réservoir, un stock de cerveaux à
l’étranger dans lequel il serait possible de puiser le moment venu pour recruter
autant que de besoin. Ce fut une des réactions officielle des autorités de la
République Populaire de Chine (RPC) en 1987, lorsqu’elles prirent conscience
du non-retour d’une grande partie de leurs étudiants partis se former à l’étranger (voir encadré 5).
Par ailleurs, les schémas migratoires évoluent eux aussi. La durée de
séjour des étudiants du Sud (migration qui a été au cœur du débat sur le brain
drain) en est un exemple, et deux tendances se côtoient actuellement : à côté
des longs séjours pour études doctorales qui se maintiennent, le nombre de
séjours courts pour formations très spécifiques, réalisés à la demande des
’
17. Pour une discussionplus détaillée voir GAILLARD J.MEYER J-B. << Le bruin druin revisité :
de l’exode au réseau %. In J.Gaillard (éd.). Coopérutions scientijiques internationales. Paris :Editions de YORSTOM, 1996, pp. 331-347.
18. Cf:KHADRIA B. KRISHNA V.V. << Phasing Scientific Migration in the Context of Brain
Drain and B r ~ nGain in India >>. Science Technology et Society. 2 (2). juillet-décembre 1997.
19. Pour le Royaume-Uni voir notamment DICKSON David. << More Graduates-but Fewer
Jobs >>. Nature. Gol. 365, 9 septembre 1993, p. 98. Pour la France voir les différentes enquêtes
ministérielles (MESRDGRT) dirigées par DENIAU Raymond et FXOMEUT Jacques. << Docteurs : précarité, mode d’emploi. Pour la moitié des docteurs, la thèse n’est qu’un beau parchemin >>. La Recherche. no 298, mai 1997, pp. 105-108. Une récente étude réalisée par le bureau
du CNRS à Washington p e p e t cependant de relativiser l’importance du phénomène de l’exode
des cerveaux français aux Etats-Unis : T.EROUA”E D. 4 Présence française en science et en
ingénierie aux Etats-Unis. Cerveaux en fuite ou en voyage ? >> Novembre 1997,56 pages.
36
Fttite des cerveaux, retours et diasporas
I
..
Encadré 5 - Le retour re& h plus tard.
Les,expatriés de la République Populaire de Chine
U
futuribles février 1998
pays d'origine, se multiplient depuis une dizaine d'années 20. Cette évolution
est non seulement la conséquence de l'expression de besoins spécifiques du
Sud, mais répond également aux choix politiques faits par certains pays du
Nord de faire payer la totalité des frais d'inscription et de scolarité aux Ctudiants étrangers (c'est le cas du Royaume-Uni, de l'Australie et des ÉtatsUnis), partant les consommateurs du Sud deviennent exigeants SUT la qualité
du service requis et contrôlent davantage les formations et l'expatriation de
leurs élites.
L'évolution du phénomène et la diversité des situations ont donc nécessité
l'utilisation'.de nouveaw vocables à côté du brain drain, lequel a fini par être
utilisé, malgré.son contenu sémantique chargé, comme un tenne générique.
Ainsi, on lui substitue aujourd'hui volontiers les termes de mobilité,
20. KAZUHIRO Ebnchi (ed.). Foreign Students and Intemationalization of Higher Education.
Actes du x 1988 OECDlJapanSeminar on Higher Education and the Flow of Foreign Students >>.
Hiroshima University : Research Institute for Higher Education, 299 p-
38
Fuite des cerveaux, retours et diasporas
d’échange ou de circulation, dans la mesure oÙ la mobilité des cerveaux s’inscrit de plus en plus en termes d‘appartenance à une communauté scientifique
internationale dans un contexte général d’tmergence d’une science-monde et
d’une économie globale 21. Il ne faudrait pas en conclure hâtivement que le,
phénomène de déperdition attaché à la migration des élites a totalement disparu pour autant. JJ reste au contraire intrinsèquement lié à la migration ellemême car pour qu’il n’y ait pas de déperdition il faut qu’une forme de retour
ou de circulation - entre autres par le truchement des diasporas qu’elles
soient scientifiques ou non - puisse s’instaurer.
Conjointement du refoar des cemedux,
les dìusporus scientifiques
La décennie 1980 a donc vu se développer, parallèlement aux pertes
occasiönnées par les départs, le concept symétrique de retour des cerveaux
ou de retour des compétences. Les politiques ainsi mises en place dès les
années 60 et 70 visent la réintégration systématique des nationaux formés à
l’étranger. Les << petits dragons >> du Sud-Est asiatique sont devenus les
champions du retour, et deux organismes internationaux financent depuis
une vingtaine d’année, des projets d’aide au retour de migrants qualifiés
dans leur pays d’origine : l’Organisation Internationale pour les Migrations
(OIM) et le programme TOKTEN (Transfer Of Knowledge Through Expatriate Nationals), administré par le PNUD. D’autres pays, notamment en
Amérique latine, ont également mis en place des programmes et des politiques visant à encourager les retours 22. Mais ce sont sans conteste la Corée
du Sud et Taïwan 23 qui ont mis en application les politiques de rapatriement
les plus volontaristes.
L‘efficacité de ces politiques est restée très limitée au cours des années
1960 et 1970. Pour prendre l’exemple de la Corée du Sud (voir encadré 3),
ce n’est qu’à partir des années 1980 que l’on a pu observe? d‘importants taux
de retour de chercheurs et d’ingénieurs expatriés aux Etats-Unis. Ce cas,
comme celui d‘autres pays nouvellement industrialisés de la région, illustre
fort bien le fait que le retour des élites S&T est pour une large part lié au
21. Un de%at du même type traverse également Ies politiques de coopération. Voir à ce sujet
D E W P. << Les migrants. Coopérants de demain ? >) Projet, no 241,1995, pp. 80-88.
22. A titre d’exemple, voir l’article de Barreiro et Velho dans le numéro thématique << The International Mimation of Brains >> de la revue Science Technology and Society : BARREIRO A.
VELHO L. << The Uruguyan Basic Scientists’Mipationsand their Academic Articulation Around
the PEDECIBA >>. Science TechnoZogy & Society. 2 (2),July-December 1997.
23. CHANG S.L. << Causes of Brain Drain and Solutions :The Taiwan Experience >>. Studies in
Comparative Intemational Development. 27 (1) : 27-43, 1992.
39
i
futuribles févrìer 1998
développement économique du pays, accompagné du développement d‘un
système national de recherche performant, et qu’il est étroitement dépendant
de la densité et de la qualité des échanges existant entre le pays d‘origine et
la diaspora scientifique expatriée.
Ces retours constituent pour le pays d’origine une réelle contribution au
développement scientifique technologique et industriel, notamment dans les
domaines des nouvelles technologies. Ainsi le retour à Taïwan, Hong Kong
et Singapour de leurs scientifiques nationaux a contribué à une augmentation
sans précédent du nombre de publications scientifiques mainstream 24 lesquelles ont plus que doublé de 1989 à 1994 dans ces pays. La production
scieqtifique des meilleures universités de cette région n’a plus désormais
grand chose à envier aux universités occidentales. Un autre exemple illustre
les bénéfices de ces retours : sur les 193 sociétés créées dans l’enceinte du
parc industriel et scientifique de Hsinchu (leader mondial dans le domaine
des ordinateurs personnels et des circuits intégrés) à Taïwan, 81 l’ont été par
des scientifiques et des ingénieurs taïwanais revenant des États-Unis 25.
Non seulement ces retours accélèrent le déyeloppement scientifique et
technique du pays, mais ils coptribuent également à une plus grande intemationalisation de ces activités. A titre d’exemple Ies études faites sur l’impact
des retours en République Populaire de Chine26 montrent que les scientifiques formés à l’étranger ont non seulement largement participé à I’mélioration des standards scientifiques et académiques de leur pays mais qu’ils
sont plus préparés que les personnels formés localement pour la révolution
scientifique engagée dans le pays, en raison d’une plus grande efficacité,
d’une meilleure confiance en soi, d’approches professionnelles plus créatives,
de meilleurs contacts intemationaux et de meilleurs agendas de recherche, de
plus grandes facilités pour parler les langues étrangères ainsi que pour maîtriser les nouvelles technologies et les nouvelles approches de recherche.
L’observation montre en outre que ces retours ont été favorisés par l’existence de réseaux formels ou informels entre les diasporas, qu’elles soient traditionnelles ou scientifiques lorsque ces demières existent (voir encadré 6 ) et
les communautés S&T nationales. Cela a amené plusieurs pays à envisager le
rôle des diasporas comme central en tant que stratégie de contoumement et
de récupération du brain drain et partant, à considérer que tout scientifique
24. Mot à mot :cqurant dominant. I1 s’agit ici des publications indexées, à partÚ de journaux et
revues scientifiques à fort impact, par la base de données SCI (Science Citation Index) de YISI
(Institute for Scientific Xnformation) basé aux Etats-Unis.
25. Voir le dossier publié dans Nature. VOI. 383, 5 septembre 1996 et notamment: N A ” l
Richard. ((Taiwan’sTechnocrats Stoke the Economy >>. Namre. Vol. 383,5 septembre 1996, p. 12.
26. CHEN CHANGGUI, ZWEIG D. << The Impact of the Open Policy on Higher Education in
China >>. Communication présentée à la conférence annuelle de l’Association for Asian Studies,
Los Angeles, 25-28 mars 1993.
40
I
-
-
.
.
. ,...
.
._
. ..
. ..
.
. ,.
.
Fuite des cerveaux, retours e t diasporas
Encadré 6 - Diasporas traditionnelles et diasporas S&T
,
1
. ..
. ..
:
I "
41
.
,
. . .. .
futuribles février 1998
des connaissarices. C‘est ainsi que les
membres exoatribdu 4< Cercle de Vienne >>,
ment de leur pays (y compris en faveur du
retour des cerveaux et du développement
ou ingénieur expatrié pouvait contribuer au développement de la science et
de la technologie de son pays d’origine. Mieux encore, la présence de ces
nationaux à l’étranger devait permettre, d’une part, de jeter les bases d’un
réseau de veille et d’infomation scienGfique et technique, et d’autre part, de
contribuer à l’internationalisation et au renforcement des communautés scientifiques nationales grâce à la re-connexion de ces scientifiques expatriés
(autour d’intérêts communs) avec les institutions nationales et leurs collègues
présents au pays d’origine.
Ce modèle, qu’il est désormais convenu d‘appeler diaspora scientifique et
technique est l’effet, pour partie, d h n e politique volontariste impulsée par les
pays d’origine alors que les diasporas classiques se sont formées, le plus souvent, à partir des communautés expatriées. Ces nouvelles formes de diasporas, seront par nature plus évanescentes car leurs membres, qui sont souvent
des migrants temporaires ou de fraîche date (étudiants entre autres) les destinent à être en renouvellement permanent. Elles se démarquent aussi des diasporas traditiòpnelles parce que chaque membre de la communauté est directement connecté, sans média institutionnel ou communautaire. Leur forme
même sera difffrente. Alors que la diaspora traditionnelle est galactique c’està-dire cornposée de communautés (les étoiles) connectées entre elles aussi
bien qu’avec le centre Oe pays d‘origine), l’organisation des diasporas S&T
est plus arborescente du fait de l’intérêt prédominant du pays d’origine qui
est au cœur du projet et le maintient de façon volontariste. Cette différence
42 .
.
.
,
‘
.
..
-
--
.
,-
.__.___.l__l._
~
..
h
i
..
... ”
.
.
, .
.
.. ., ..
. .
”
r
L
i
#
Faite des cerveaux, retours et diasporas
de structure sera peut-être atténuée par le maillage systématique rendu possible par le développement de techniques modernes de communication qui
permettent une configuration démultipfiée et plus extensive devant aboutir 2
un nombre de relations et d’échanges beaucoup plus nombreux entre les
membres de la diaspora entre eux et avec les pays d’origine.
L’émergence de ces diasporas modemes a également bénéficié d’un
contexte d’internationalisation des activités scientifiques et des politiques
S&T nationales (voir encadré 7). Un nombre croissant d‘initiatives ont ainsi
été prises par plusieurs pays au cours des dix dernières années pour répertorier, mobiliser, organiser et reconnecter leurs chercheurs expatriés avec la
commupauté scientifique présente sur le territoire natio@. C’est n o t F e n t
le cas du Chili, de la Colombie, de la Corée du Sud, de I’Erythrée, de la Hongrie, de l’Inde, de la Tunisie, du Maroc, de la Roumanie, de Singapour, de
Taïwap et du Venezuela. Ces pays ont développé des formes variées et plus
ou moins élaborées de diasporas intel.lectueIles ou S&T. Ainsi, l‘université
d’Asmara en Érythrée a limité son ambition à répertorier et 2 solliciter les
quelques 400 scientifiques érythréens résidants aux États-Unis pour contribuer au renforcement de la qualité de son enseignement ’I, d’autres pays ont
simplement constitué des fichiers nationaux de leurs scientifiques expatriés,
utilisant ce fichier comme une réserve dans laquelle ils puisent selon les
besoins. Un des premiers pays à mettre en place ce système fut l’Inde. Panni
ces pays, c’est probablement la Colombie (voir encadré sur le réseau Calda)
qui offre le modèle de diaspora scientifique le plus élaboré et le plus ambìtieux. D’autres diasporas sont également en cours de formation
Si l‘idée paraît simple et séduisante, sa mise en œuvre est plus complexe.
Les principales difficultés résident dans l’identification et la localisation des
membres expabriés, dans la mise en place du réseau mais aussi dans l’organisation de sa durabilite et, finalement, dam l’existence d‘une communauté
scientifique nationale suffisamment dense et développée pour permettre le
montage de projets communs et d‘échanges scientifiques. Toutes ces conditions qui nécessitent à la fois une volonté politique et une capacité administrative sont loin d‘être remplies par l’ensemble des pays en développement,
notamment en Afrique.
De plus, l’observation des dynamiques au sein du réseau Caldas a mis en
évidence une contradiction inteme à ce type de modèle, liée au fait qu’il
.
,
.
.
,.
‘*.
27. X S A K Wolde-Ab, OGUBAZGHI Ghebrebrhan. << The Role of Enhean Scholars and Professionnels h the Diaspora.>, In TJXJI-STRI.JPErik W.(Ed.). Research Training for Development. Actes de la conférence (< Research Training for Countries with Limited Capacity x. Frederiksberg : Roskilde University Press, 1996..
28. Notamment en Afrique du Sud. Voir : KAPLAN D. Q Reversing the Brain Drain : The Case
for Utilising South Africa’s Unique Intellectual Diaspora s. Science Technology & Society. 2 (2),
juillet-décembre 1997.
43
.
.
.
.
.
44
.\
---
9
-.
... . .
~-
,_.- _..".. ....
~
-
.
.
c
Faite des cerveaux, retours et dhsporas
repose 2 la fois sur le postulat d'une science Universelle et sur le principe de
l'attachement patriotique des scientifiques. Or, on a pu constater 29 que plus
ces demiers sont 2 la pointe de leur discipline, p h ils pnvïlégient les Liens
avec leurs pairs au sein de la communauté scientifique intemahonale dans le
d o m d e de Jeur spéciälité (sans forcément se préoccuper d'avoir des relations
avec des scientifiques un peu hors de leur champ pour la simple raison que
29. Voir la référence Schlemmer et al. dans l'encadré du réseau Caldas.
45
ij1
/j
Il
II
‘
I
/ ì
i
,d
>i
I
I:
.<
futuribles février 1998
k
ces demiers sont des compatriotes). À l’inverse, plus leurs liens avec le
réseau sont fondés sur un sentiment d’appartenance nationale plus ils cèdent
à la tentation d’ouvrir ce réseau à l’échange et à l’entraide entre ses membres,
diluant ainsi son potentiel strictement scientifique et le détournant partiellement de son objectif.
Enfin, le développement des diasporas S&T nationales pourrait être en
partie hypothéqué par les effets de la privatisation croissante des activités
S&T à laquelle le Nord et le Sud se trouvent confrontés. Les normes qui
régissent le fonctionnement de la communauté scientifique intemationale
nous ont habitué à considérer la connaissance scientifique comme un bien
universel disponible pour tous. Avec la mondialisation de l’économie, la
capacité de création scientifique est de plus en plus considérée c o m e une
arme commerciale. De bien public, elle devient de plus en plus un bien privé
qu’il est de moins en moins question de partager30. En conséquence les
valeurs et les modèles professionnels en vigueur, particulièrement ceux qui
touchent à la collaboration et à l’échange d’information sont en train de changer de façon radicale. Cela risque, à teme, de limiter les champs d’action des
diasporas S&T nationales.
U. est par contre vraisemblable que l’appartenance à une même sphère culturelle et linguistique constitue un avantage distinctif pour jeter les bases de
collaborations internationales fructueuses. Les exemples dans la communauté
chinoise sont déjà nombreux. Ainsi, les chercheurs de l’Institut d‘Astronomie
de la National Central University de Taïwan collaborent avec l’Observatoire
Astronomique de Beijing et des astronomes aux États-Unis (dont la plupart
sont d’origine chinoise) dans le cadre d’un projet intitulé le Beijing Arizona
Taipei Corznecticut Project (BATC) 31.
La faite des cerueuux n’est pas encore épuisée
Cela ne signifie pas pour autant que le phénomène de déperdition attaché
à l’expatriation des élites soit annulé. Les conditions de mise en œuvre et de
maintien des diasporas scientifiques ainsi que 1’efficacite des politiques de
retour sont telles qu’elles ne sont pas, loin de Ià, réalisables dans tous les pays
d’origine. Or, s’il existe d’autres politiques visant à réduire la déperdition
attachée au départ des élites (limitation des départs, contrôle des formations
et de la durée d’expatriation, par exemple), Ies politiques les plus efficaces
*
I /
I
:
30. Cf:CALLON M. <!La privatisation de la science est-elle inéluctable ? >> In W U S T R. (éd.).
Les Sciences au Sud. Etat des lieux. Les sciences hors d’occident au X X e siècle, vol. 6, Paris :
Éditions de I‘ORSTOM.
31. Voir le dossier publié dans Narure. Vol. 383, 5 septembre 1996.
t
.
Y
II
‘7
&ïte des cerveaux, retours et diasporas
restent celles qui, basées sur le volontariat, permettent une restitution massive
sous une forme ou sous une autre des valeurs expatriées (compétences et
savoirs entre autres).
Le retour, nous l’avons vu, est une politique qui ne se réalise efficacement
que dans des pays dont le développement de l’économie et du système national de recherche présentent suffisamment de similitudes avec ceux des pays
de résidence des expatriés pour que cela constitue une incitation suffisante à
la réalisation du retour (voir les encadrés 3 et 5). Par ailleurs, la réussite d’une
telle politique est étroitement dépendante de la densité et de la qualité des
échanges existant entre le pays d’origine et la diaspora scientifique expatriée.
En effet, plus ,les candidats potentiels au retour seront connectés avec la
communauté nationale et plus ils seront informés plus ils auront connaissance
des possibilités d‘emploi dans leur champ et seront capables de prendre leur
décision de retour.
Le rôle de la diaspora est donc fondamental pour la réussite de la politique
de retour, toutefois celle-ci est une option gui ne peut survivre sans un minimum de congruence d’intérêts entre la communauté scientifique nationale et
la communauté expatriée. En effet, plus il y a recoupement entre les intérêts
et les niveaux scienWiqoes des deux communautés, plus le champ des
échanges se densjfiera et pourra aboutir à des collaborations. De nombreux
pays en développement sont loin de disposer d‘une communauté S&T
piésentant ces caractéristiques, pas plus qu’ils ne disposent des conditions
économiques et socio-professionnelles minimales susceptibles de favoriser
une réalisation massive des retours.
Ainsi, l’émigration des étudiants et des scientifiques reste une source de déperdition qui continue d’affecter de nombreux pays. C‘est le cas de beaucoup
de pays africains où le phénomène n’a cess6 de revêtir des proportions importantes, même si de nouvelles politiques sont envisagées et exp6rimentée.spour
en limiter les effets 32. Mais l’Inde présente, à ce propos, l‘un des exemples le
plus typique. Voilà un pays oï3 le brain drain revêt une réalité permanente depuis une trentaine d’année alors mEme que le retour de scientifiques indiens a
été à l’origine de l’institutionalisation d’équipes de recherche de pointe, notamment dans le domaine de Ia biologie moléculaire. En contrepartie les départs des élites restent très importants alors que les retours sont três faibles.
C‘est le cas par exemple des ingknieurs formés dans les fameux aT -Instituts
de technologie indiens - dont 30 % émigrent, une fois leur formation
terminée en Inde, et dont seulement 3 % reviennent. Ces deeers constituent
74 % des Indiens titulaires d’un doctorat travaillant aux Etats-Unis. De
32. Voir le numéro spécial d‘Afrique Éducation,
africains >>, mars 1997.
a Retour en
-que
des cadres et diplômés
47
futuribles février 1998
,
plus, 70 % des non-Américains titulaires d’un doctorat et vivant dans ce même
pays affirment qu’ils ont l’intention de rester dans leur pays d‘accueil 33. Ces
constatations amènent Khadria et Krishna 34, à affirmer que les gains globaux
escomptés des retours des scientifiques en Inde sont neutralisés par l’ampleur
du phénomène de l‘émigration permanente des chercheurs et ingénieurs indiens, et que partant, la déperdition est toujours patente.
*
**
‘
I
Les diasporas scientifiques contribuent à l’internationalisation et au renforcement des capacités S&T des pays d’origine qui investissent sur Ia présence à l’étranger de leurs élites S&T. Toutefois leur opérationalité dépend
de l’existence de communautés scientifiques endogènes denses et dynamiques
auxquelles elles ne pourront jamais se substituer. Par ailleurs en réalisant
l’inventaire des chercheurs et ingénieurs expatriés à I’étranger, la diaspora
permet l’instrumentgisation des politiques de retour. De fait les deux options,
retour et diaspora, sont interdépendantes. La diaspora est indispensable au
succès des stratégies de retour en même temps que le retour est indispensable
pour que les liens entre diaspora et communauté scientifique nationale se
revitalisent et se redynamisent.
Le terme brain drain reste sans conteste un << mot valise >> très chargé sur
le plan imaginaire et conceptuel. La récurrence de ce terme depuis bientôt
quarante ans montre que l’on continue d’établir un lien de cause à effet entre
la migration des élites et l’idée de déperdition pour les pays d’origine, déperdition qui reste encore, il est vrai, souvent une réalité. Cependant, bien que
prégnante, cette perception a évolué. L‘expatriation est de moins en moins
considérée comme une déperdition permanente pure et simple ou comme une
trahison envers le pays d’origine. De plus, de la même façon que le bruin
drain représente un ensemble de phénomènes complexes et polymorphes, les
diasporas scientifiques revêtiront des formes et des modèles variés étroitement liés aux systèmes culturels et socio-politiques des pays d’origine. Les
études de cas présentés dans cet article montrent à l’évidence que les situations, les politiques et les modèles mis en place sont contrastés.
Ces études de cas illustrent égdement le fait que les migrations scientifiques internationales s’inscrivent désormais de plus en plus dans une logique
de circulation 35, évolution à Jaquelle contribuent les politiques de retour et
33. BHAGWATI J.N., R A 0 M. Up. cit.
34. KHADRIA B. W S H N A U.V. Up. cif.
35. Pour une discussion plus détaillée voir GAILLARD J.GALLLARD A.M. e The Intemational Migration of Brains :Exodus or Circulation ? >> Science Technology & Society. 2 (2),juilletdécembre 1997.
i
Fuite des cerveaux, retours et diasporas
les modèles de diasporas. Cela a permis aux pays d'origine d'optimiser leurs
capacités par une plus grande internationalisation de leurs activités S&T, par
le développement de nouvelles disciplines et de nouvelles industries de haute
technologie, par le renforcement de leurs institutions de recherche et d'éducation supérieure. Cela a également contribué à l'accroissement des productions scientifiques nationales et de leur impact (particulièrement en ce qui
concerne les nouveaux pays industrialises asiatiques) et, bien sûr, à une plus
grande circulation des scientifiques et de la connaissance. Toutefois, pour
qu'il y ait une véritable logique de circulation et de restitution des valeurs
expatriées (hommes, idées, talents, savoirs etc.) il est indispensable que les
pays d'origine offrent des conditions qui favorisent les collaborations et qui,
somme toute, soient propices au retour, conditions qui n'ont finalement pas
beaucoup changé depuis que Glaser et Haber (Op. Cit.) les ont énoncées il y
a deux décennies, à savoir : stabilité politique, développement économique et
politique scientifique favorisant l'exercice des professions S&T.
Concepts et méthodes de prospective
L'Europe occidentale - Tendances et défis à l'hor.izon 2010
Séminaire animé par Hugues de Jouvenel, délégué général defuturibes international
organisé parfuturibles international les 2 et 3 avril 1998
Ce séminaire a pour objet de :
-Définir ce qu'est la déniarclie prospective, sa spécificitéau regard des antres << méthodes s de
prévision, quelles sont ses limites et son utilité, particulièrement comme instrument d'aide à
la décision et à I'élaboration de stratégiesdans un climat d'incertitudes croissantes.
- Offrir un panorama des caractéristiques de la démarche, des méthodes disponibles, de l'usage
qui peut en être fait et, très pragmatiquement, de la manière de conduire de telles réflexions.
- Dégager les grandes tendances et mutations prévisibles au niveau européen à l'horizon 2010
au travers d'une analyse critique systémique des principaux changements en cours et
prévisibles et des recherches prospectives qui y sont consacrées.
-
Jeudi 2 avril 1998 - Concepts et méthodes de prospective
Introduction à Ia démarche prospective, instrument Faide à la décision
Veille, intelligence stratégique et prospective
Les méthodes prospectives et leurs applications
Etude de cas et exemples d'application
Vendredi 3 avril 1998 - L'Europe occidentale
Tendances et défis à l'horizon 2010
La mutation du système de production : I'émergence d'un nouveau paradigme technicoéconomique
La stratégie et le management des organisations
L'avenir des systèmes de protection et de régulation sociale
L'avenir des sociétés d'Europe occidentale à l'horizon 2010
49
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising