Mag 203 - Mairie de Gentilly

Mag 203 - Mairie de Gentilly
Vivre
à
13/17
Dossier :
le stationnement
20/21
Zoom
La nuit blanche
La culture
pour tous les goûts
4/5
Gentilly sans frontière
Bulletin d’informations municipales
28/29
Novembre 2007 N° 203
À VOTRE ÉCOUTE
Standard mairie : 01 47 40 58 58
Les élus vous reçoivent,
sur rendez-vous.
n Y. Joubert
Maire de Gentilly
n P. Tordjman-Planas
Premier Maire adjoint
Projets de quartiers ; vie associative ;
urbanisme et aménagement ; relations
publiques ; communication
n F. Cohen
Maire adjoint
Culture, informatique et nouvelles
technologies
n A. Mugniery
Maire adjoint
Environnement ; circulation ; transports
n P. Daudet
Maire adjoint
Finances-administration ; travaux ;
marchés publics
n Gilles Allais
Maire adjoint
santé - pôle curatif ; centre municipal
de santé ; économie et commerce
n Fatah Aggoune
Maire adjoint
Jeunesse-adolescence ; sport ;
coordination de l’action sociale
et éducative
n Sophie Guillemain
Maire adjoint
Enseignement ; activités péri-scolaires ;
retraités
n Michèle Cosnard
Maire adjoint
Action sociale ; enfance ;
projet éducatif local
n Bamadi Sanokho
Maire adjoint
Coopération internationale,
logement-habitat.
Rendez-vous à prendre au 01 47 40 58 49,
le mardi de 14 à 18h.
n J-Y. Le Bouillonnec
Député
En mairie de Gentilly le 3e lundi du mois
de 16h30 à 18h30
Tél. : 01 41 98 36 61
n P. Gosnat
Député
En Mairie de Gentilly
Jeudi 6 décembre et
jeudi 7 février de 17h à 19h
Rendez-vous 01 49 60 24 27
n A. Desmarest
Conseiller général
Permanence en Mairie de Gentilly.
Le vendredi de 14h à 16h
sur rendez-vous au 01 43 99 70 51
alain.desmarest@cg94.fr
n D. Breuiller
Conseiller général
Sur rendez-vous en mairie de Gentilly
Tél. : 01 46 15 09 00
En attendant
mars 2008
omme vous pourrez le constater
à la lecture de ce nouveau
numéro de Vivre à Gentilly , il y
a du changement.
L’édito du maire (p. 2/3), les échos du
Conseil (p. 11) et les Tribunes réservées aux groupes (p. 18/19) ont en effet
disparu, mais rassurez-vous ce n’est
pas définitif. La raison en est toute
simple : la proximité des élections
municipales, qui auront lieu en mars
2008, nous y oblige, afin de respecter
certaines prescriptions du code électoral.
Une communication réalisée par le
biais d’un bulletin municipal peut en
effet revêtir un caractère de dépense
électorale quand elle a pour effet de
promouvoir l’action, le programme ou
l’image d’un candidat.
C
Même si, à la rédaction, nous nous
efforçons de faire de Vivre à Gentilly
un bulletin d’informations municipales
à destination de tous les Gentilléens
et Gentilléennes, quels que soient leurs
convictions et leur engagement politique, il nous apparaît plus sage de
prendre une telle décision. De nombreuses communes du Val-de-Marne
qui ouvrent également leurs colonnes
au débat démocratique ont d’ailleurs
pris des dispositions analogues.
Nous espérons que les lecteurs attachés à ces rubriques comprendront les
raisons de cette suppression provisoire et vous remercions de votre fidélité à votre bulletin municipal
d’informations.
La rédaction.
Som
À travers la ville.............................. 4 à 11
Dossier ...........................................13 à 17
• Gentilly l’internationale
• Le stationnement à Gentilly
• Le PLH s’expose
• ORU : 2 scénarios pour le terrain Lénine
• Charte du handicap, premier bilan
• RAM ouvre toi
• Gentilly zone d’excellence pédagogique
À travers la ville.............................18 à 19
• CTA traite l’eau des professionnels
• Prévention routière à l’école
• VideoCorp regorge de trésors
• Collectif jeunes
Zoom .............................................20 et 21
• Valouette, gentille Valouette
• Nuit Blanche au Générateur
07
ag 203
29/10/
13:28
1
Page
Vivre
Vivre
à Gentilly
à
Bulletin
d’informations
municipales
Novembre 2007
N°203
13/17
ier :
ent
Doss ionnem
le stat
E-mail :
communication@ville-gentilly.fr
Site : www.ville-gentilly.fr
20/21
e
Zoom it blanch
La nu
Directrice de
la publication :
Andrée Oberhauser
Directeur de
la communication :
Gilbert Khémaïs
Rédacteur en chef :
Éric Lorrain
Secrétaire de rédaction :
Gaby Lobo
Rédaction :
François-Xavier
Debernardi,
Gilbert Khémaïs,
Gaby Lobo, Éric Lorrain.
Comité de rédaction :
F.X. Debernardi,
G. Khémaïs, G. Lobo,
E. Lorrain, P. Tordjman.
Photos : D. Calin,
F.X. Debernardi, G. Lobo,
E. Lorrain, F. Roger.
Publicité : SVR Pro
01 57 63 99 21
Conception maquette :
Pellicam
Réalisation :
PLB Communication
Impression :
Grenier
01 46 15 83 00
Dépôt légal :
Novembre 2007
Tirage :
11 000 exemplaires
lture
goûts
La cu tous les
pour
ntière
ns froicipales
ly sa
un
Gentil informations m
4/5
Bulle
28/29
Novem
bre 20
° 20
07 N
3
tin d’
3
mmaire
Portraits ........................................22 et 23
• Huit heures pour la Palestine
• Jean-François Laslier, chercheur au CNRS
• Banques alimentaires : collecte d’hiver
• Adeline et Johanna, slameuses
Temps libre ...................................28 et 29
Mémoire .................................................24
• Expo : Quand la nature colle à la peau
• Les Glacières
• Art vos balcons
Agenda ....................................................25
• LKR et Mauvaise Graine
• Rencontres Tournesol
En direct des associations .........26 et 27
• Concert : Syrano
• Foot : le retour des moins de 13 ans
Gentilly pratique ..........................30 et 31
A travers la ville
Relations internationales
Gentilly
sans
frontière
La coopération décentralisée que la ville conduit
avec Kolobo s’est enrichie cette année avec l’association
de la ville jumelle de Freiberg pour une véritable politique
de co-développement trilatérale (voir VAG n°201).
Mais l’engagement international de Gentilly ne s’arrête
pas là. La ville œuvre également dans le cadre
de l’Association française des communes, départements
et régions pour la paix (AFCDRP) dont l’objet est de
promouvoir la culture de paix et soutient plusieurs
associations de solidarité internationale.
Tour d’horizon.
Kolobois dans la mise en oeuvre
et la réalisation d’activités
génératrices de revenus. Enfin,
de la création récente des communes au Mali (1999) a découlé
une politique visant à aider les
autorités locales à faire vivre
et à gérer une réalité nouvelle
dans ce pays : une collectivité
locale. À Gentilly, le développement du Projet Kolobo s’accompagne d’une action de
sensibilisation aux valeurs et
actions possibles liées à la solidarité internationale, en direction des personnes vivant ou
travaillant sur le territoire de
la commune. Ainsi, un Collectif
Kolobo a été créé faisant état
des travaux menés au Mali mais
aussi informant sur la coopération décentralisée en général. Par ailleurs le journal
Kolobo infos sert de support à
la diffusion de ces éléments
auprès des Gentilléens.
Freiberg-Gentilly
Le jumelage avec Freiberg
recouvre des actions récur-
4
i le nom de Kolobo, village
rural malien, est familier
aux Gentilléens, ce que
recouvre le “Projet Kolobo”
porté par Gentilly n’est sans
doute pas connu de tous. Il est
composé de deux volets : l’un
étant constitué des activités
menées au Mali et l’autre des
activités menées en France. A
S
Kolobo, l’Association des
Jeunes du 162, la Ville de
Gentilly, le village de Kolobo
ainsi que la Commune de
Duguwolowila se sont investis
dans la construction et depuis
cet été, l’électrification du
centre de santé communautaire
(CESCOM). Par ailleurs,
Gentilly accompagne les
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
rentes comme les échanges
scolaires (voir page 5), les
séjours jumelés au cours desquels, des jeunes partent hors
cadre scolaire. Les groupes,
composés à parité de jeunes
Français et de jeunes
Allemands, vivent pendant
quinze jours ensemble afin de
s’immerger dans l’univers de
l’autre et apprennent à se
découvrir. Organisés une fois
par an, ces séjours se déroulent alternativement en
France et en Allemagne. Des
équipes de foot participent
également à des tournois organisés à Freiberg et à Gentilly
et, depuis 2006, des stagiaires
effectuent des séjours croisés
en immersion professionnelle
et culturelle. Par ailleurs, cet
été et de façon exceptionnelle,
le jumelage a été au cœur du
travail d’électrification du
Cescom. Enfin, le 23 octobre
dernier, une délégation de
retraités de Freiberg a été
conviée à un banquet de l’amitié aux Esselières à Villejuif.
Au cours de la journée, des
rencontres ont été organisées
avec les associations de la ville
ayant participé au jumelage
de même que les retraités freibergeois ont rencontré leurs
homologues gentilléens dans
le cadre d’une après-midi
Tournesol.
Appui aux associations de solidarité
internationale
C’est aussi en appuyant le travail fourni par les représentants des populations que l’ont
peut faire avancer la solidarité internationale. A Gentilly,
plus de quinze associations ont
pour objet et/ou activité l’aide
à l’étranger. L’aide fournie par
la ville se fait selon deux axes.
D’une part l’aide à la formalisation de projets et à la
recherche de financements et
d’autre part l’offre d’une aide
matérielle pour un aspect particulier et exceptionnel d’une
action. Dans ce cadre est organisée la Semaine de la solidarité internationale (initiative
du ministère des Affaires
étrangères) qui, à Gentilly, se
déroulera cette année du 21
au 24 novembre. L’objectif :
d’une part fêter la solidarité
et les associations dont c’est
l’objet et d’autre part être un
lieu d’information pour permettre à chacun de savoir comment il peut s’investir.
Culture
de paix
Fondé par les maires
d’Hiroshima et de
Nagasaki au sortir de
la seconde Guerre
mondiale, le réseau
Mayors for peace
(Maires pour la paix) a
été relayé en France
par l’AFCDRP dont
est membre Gentilly.
L’objet de cette association : faire
du lobbying pour lutter contre
la prolifération nucléaire. Grâce
à ce réseau, ‘’les collectivités
locales s’ouvrent sur le monde
et le monde entre dans les collectivités locales’’ selon les
propres mots de l’UNESCO. A
Gentilly cette action s’est concré-
tisée ces dernières
années par l’organisation de manifestations chaque 21
septembre, date
décrétée par l’ONU
“Journée internationale de la culture de
la paix” au cours de
laquelle, par le biais
d’expositions et de
débats chacun était
invité à réfléchir et
s’exprimer sur cette notion de
culture de la paix. Cultiver la paix
car elle n’est malheureusement
pas naturelle, cela commence
par se rencontrer, se parler,
découvrir la culture de l’autre.
Les actions que mène Gentilly à
l’international n’ont pas d’autre
objectif. l
Jumelage
5
À la rencontre de l’autre
u 22 au 29 septembre,
un groupe de quatorze
lycéennes de Freiberg
a été reçu à Gentilly comme le
furent, à Freiberg, de jeunes
Gentilléens au printemps dernier. Au-delà des traditionnelles
visites de la ville et de Paris,
mais aussi cette année de
Honfleur et Etretat, ce qui a
séduit les jeunes Freibergeoises
c’est l’immersion dans des
D
familles d’accueil. Madame
Schlegel, la professeure de
Français qui accompagnait la
délégation, se félicite des véritables échanges qui s’effectuent
lors de ces séjours : “Beaucoup
de familles sont intéressées par
l’Allemagne, elles posent de
nombreuses questions”. C’est
aussi un enrichissement pour
les jeunes de Freiberg qui
“quand ils vivent dans les
familles, connaissent la vie
réelle. Gentilly est multiculturelle et on ne connaît pas ça à
Freiberg”. Des propos qu’approuvent Sophia et Theresa.
Sophia a apprécié pouvoir “parler avec les familles le soir” et
tout particulièrement “les repas,
meilleurs qu’au restaurant”.
Theresa quant à elle a aimé le
fait de pouvoir “apprendre la vie
des Français et voir les différences avec l’Allemagne”. Toutes
deux espèrent garder le contact
avec leurs familles d’accueil
quand elles seront de retour
à Freiberg, espérant même
peut-être revenir plus tard ou
rencontrer les familles gentilléennes quand elles visiteront
la Saxe. Du côté des familles
d’accueil aussi la satisfaction
était de mise. Ainsi, Monsieur
Zimmermann dont l’épouse est
allemande nous dit “ça crée des
liens et puis ma fille fait de l’al-
lemand” et d’ajouter “à la maison, il y a eu des échanges en
allemand et en français, Theresa
parlait français avec nous et
allemand avec notre fille Lisa”.
Des parents qui n’ont pas changé
leurs habitudes le temps de la
réception de Theresa car “l’intérêt, c’est de leur montrer comment on vit”. Car effectivement,
l’intérêt des échanges organisés dans le cadre du jumelage,
c’est bien de permettre aux
jeunes de chaque pays de découvrir la culture et les modes de
vie de l’autre. Une école de la
vie. l
A travers la ville
Habitat
Avis favorable pour le PLH
Le Conseil municipal du 26 septembre dernier a émis à l’unanimité un avis favorable sur le projet du Programme local
de l’habitat (PLH) du Val de Bièvre. Explications.
gnostic, définit des priorités d’intervention.
Enfin, ces orientations sont déclinées en un
programme d’actions territorialisé et des
préconisations à mettre en œuvre pour
répondre aux objectifs.
Le PLH se compose de quatre axes d’interventions :
• produire une offre nouvelle, diverse et
abordable, pour un parcours résidentiel
de qualité ;
• tenir compte de l’évolution des modes de
vie en construisant des réponses adaptées aux besoins spécifiques des habitants du Val de Bièvre ;
• promouvoir l’innovation et la qualité
urbaine et environnementale de l’habin juin 2005, la Communauté d’ag- capable de mobiliser les moyens importants
tat en milieu dense ;
glomération de Val de Bièvre (CAVB), indispensables à la réalisation des projets • se doter des outils de connaissance de
dans le cadre de sa compétence en de construction et de réhabilitation, capable
suivi et d’animation du programme local
matière d’équilibre social de l’habitat, lan- d’apporter des réponses adaptées à l’évode l’habitat.
çait l’élaboration du Programme local de lution des besoins des populations en Val Ces quatre axes se déclinent en oriental’habitat. Le projet de PLH a été arrêté par de Bièvre : l’accès des jeunes au logement, tions puis en actions. Après avoir été soule Conseil communautaire le 25 juin der- l’accueil de familles et de salariés, le main- mis à la délibération des sept conseils
nier. Selon le Code de la construction et de tien à domicile des personnes âgées, le sou- municipaux, il sera adressé pour avis au
l’habitation, “le programme local de l’ha- tien aux familles en difficultés…
Comité régional de l’habitat. Adopté pour
bitat définit, pour une durée au moins égale
une durée de 6 ans, le PLH fournira aux
à six ans, les objectifs et les principes Une politique sociale
communes de l’agglomération, un outil comd’une politique visant à répondre aux besoins de l’habitat
mun pour défendre et développer le droit
en logements et en hébergement, à favorid’habiter en Val de Bièvre. l
ser le renouvellement urbain et la mixité Le PLH est composé de trois parties : un
sociale et à améliorer l’accessibilité du cadre diagnostic, un document d’orientations et
Info plus
bâti aux personnes handicapées, en assu- un programme d’actions. Le diagnostic,
Exposition sur le PLH,
rant entre les communes et entre les quar- basé sur des études approfondies, a permis
d’identifier les enjeux sur le territoire. Le
aux services techniques
tiers d’une même commune une répartition
62, rue Charles Frérot.
document d’orientations, basé sur le diaéquilibrée et diversifiée de l’offre de logements.” Fruit d’un travail partenarial engagé
avec l’État, la Région, le Département et les
acteurs du logement (bailleurs, syndic, associations…), le PLH tel qu’il a été défini en
Val de Bièvre vise à préserver le caractère
populaire des villes et des quartiers, en
contribuant à répondre aux besoins des
habitants par une offre de logements abordables. Le Programme local de l’habitat du
Val de Bièvre est né de la volonté commune
des sept villes de développer une politique
sociale du logement et de l’habitat à l’échelle
communautaire en s’appuyant sur les projets définis dans chacune des villes. Il s’agit
de créer une dynamique intercommunale
E
6
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
Aménagement du terrain Lénine
Dans le vif du sujet
Après une présentation fin septembre au comité de pilotage citoyen, composé de représentants du quartier,
les deux grandes familles de scénarios d’aménagement ont été présentées mercredi 3 octobre, en réunion publique,
devant une salle comble, en présence des élus et des bureaux d’études.
Un projet accueilli
favorablement par tous
les partenaires
Le 13 septembre dernier, le comité national d’engagement de l’Anru (agence nationale pour la rénovation urbaine) a
favorablement accueilli le grand projet de
rénovation du Chaperon Vert présenté par
les villes de Gentilly et d’Arcueil. Parmi
les objectifs figure l’aménagement du terrain Lénine autour de deux idées fortes :
développer le logement social et diversifier l’habitat, ouvrir et relier les quartiers
entre eux en affirmant le futur axe estouest de la ville.
La concertation
se poursuit
À partir des premières réflexions issues
du référendum de 2006, une équipe d’urbanistes et de techniciens a travaillé sur
les possibilités d’aménagement du terrain Lénine au regard des objectifs en
matière de logement et d’équipement, des
contraintes naturelles (carrières en soussol), des potentialités du site (flore, aqueduc) et des enjeux environnementaux. Grâce
à ces études qui permettront d’évaluer les
dépenses d’aménagement du terrain et les
recettes attendues, il
sera possible de fixer
avec précision le prix
de vente du terrain par
l’Etat à la ville en favorisant un bon équilibre
de l’opération.
“Deux familles de scénarios d’aménagement sont présentées
et soumises à la
concertation” précise
Thierry Wahl, directeur général de la
SemPariSeine, en
charge de la coordination des études : l’une
privilégie une organisation classique
(famille A) tandis que l’autre suggère une
organisation plus ouverte et plus proche
de son environnement urbain (famille B).
Les débats se sont ensuite prolongés dans
des ateliers avec le comité de pilotage
citoyen (conseil de quartier et comité des
habitants) puis lors de l’exposition publique.
Les citoyens, qui semblent privilégier la
famille B, ont pu réagir : “il faut favoriser
des structures d’accueil des jeunes enfants
et aider les jeunes ménages, ne pas créer
une deuxième avenue Vaillant-Couturier,
attirer les commerçants.” Surtout, beaucoup de questions s’imposaient dans l’esprit des principaux intéressés : “comment
seront répartis les logements ? Quel scénario en prévoit le plus ? Quel aménagement pour l’esplanade ? Comment préserver
des espaces boisés et en même temps sécuriser l’espace public ? Quelle place pour
les piétons, les vélos, la voiture ?”
La concertation va se poursuive permettant de répondre aux différentes questions et de prendre en compte les
suggestions. La deuxième phase de l’étude
permettra de déterminer un scénario final.
Celui-ci sera présenté lors de la prochaine
réunion publique, le jeudi 13 décembre. l
Le scénario de base
de la famille A
Il s’agit d’une déclinaison du schéma
présenté dans le dossier soumis à l’Anru.
Cette organisation permet de maintenir
une linéarité le long du nouvel axe
est-ouest, les bâtiments venant
s’implanter le long de cet axe. Les arbres
préexistants disparaissent en grande
partie. La résidence étudiante et le gymnase sont situés le long de l’aqueduc.
Le scénario de base
de la famille B
Tout en maintenant les idées fortes
du projet, il a été élaboré à partir de l’idée
de préservation des espaces boisés.
Les bâtiments sont tous orientés
est-ouest, favorisant l’ensoleillement.
L’esplanade, plus grande que dans
le scénario précédent, permet d’articuler l’avenue Lénine et l’axe est-ouest légèrement
courbé. La résidence étudiante est sur l’avenue Lénine.
7
Charte du Handicap
Un an déjà
En novembre 2006, Gentilly s’engageait en signant la Charte du handicap.
Premier bilan.
endre la ville accessible à tous ration de Val de Bièvre, on peut noter
et changer le regard que pose le réaménagement global de la rue
notre société sur le handicap Benoît Malon actuellement en tran’est pas une mince affaire. Après vaux, de la rue de la Paix à l’avenue
avoir effectué un diagnostic complet Pasteur, celui de l’avenue Raspail en
sur la ville (bâtiments communaux et cours d’achèvement, de la rue Debray
voirie), la Commission pour l’acces- et du rond-point qui relie les deux
sibilité des personnes handicapées, artères. À chaque fois, les trottoirs
réunissant des élus et des représen- sont élargis, les passages piétons
tants des usagers, s’est mise au tra- abaissés et des bandes pododactiles
vail. Ainsi, le centre municipal installées pour permettre une
d’activités culturelles (CMAC) et le meilleure circulation des personnes
relais d'assistantes maternelles à mobilité réduite. De nombreux tra(RAM), récemment ouverts, sont entiè- vaux restent à effectuer comme notamrement accessibles, tout comme le ment l’aménagement de la place Henri
foyer Bièvre qui bénéficie d’une rampe Barbusse, le parvis de la mairie.
d’accès flambant neuf.
Au niveau des transports, en collaDu côté de la voirie, en collaboration boration avec la RATP, les trois lignes
avec le Conseil général du Val-de- de bus vont rapidement être mises en
Marne et la Communauté d’agglomé- accessibilité.
R
Si les dossiers avancent petit à petit,
il y en a un qui tient particulièrement
à cœur aux représentants des usagers
qui siègent à la Commission : le manque
de civisme de certains automobilistes
qui n’hésitent pas à stationner sur les
trottoirs, rendant tout passage en fauteuil particulièrement périlleux, voire
impossible. l
Permanence d’élus
La municipalité a mis en place
une permanence spéciale sur le sujet
tous les lundis après-midi.
Prendre rendez-vous au secrétariat
des élus au 01 47 40 58 01
Petite enfance
Le RAM sur de bons rails
Situé en plein centre-ville, le relais d’assistantes maternelles (RAM) ouvre ses
portes et sera inauguré le 15 novembre.
arents, enfants en bas âge et
les 49 assistantes maternelles
libérales agréées peuvent se
réjouir. Elles vont désormais bénéficier d’une structure qui leur sera
P
entièrement dévouée. Le RAM aura
différentes missions en fonction des
interlocuteurs qui se présenteront :
• apporter aux jeunes parents toutes
les informations relatives aux différents modes de garde et aux questions pédagogiques ou administratives (fiscalité, prestations
familiales, contrat de travail, etc.)
• permettre aux assistantes maternelles de trouver un lieu d’écoute,
d’échange, d’informations et de
conseils.
• promouvoir la profession auprès
des personnes intéressées, susciter des vocations ou exposer les
mérites de l’agrément pour ceux
qui n’ont pas encore fait la
démarche.
• servir de médiateur en cas de litige
entre une famille et un assistant
maternel.
Le RAM se veut complémentaire de
la Protection maternelle infantile
(PMI). l
Relais assistantes maternelles
2 bis, avenue de la République
Tél. : 01 45 36 62 17
Horaires d’ouverture
Lundi : 9h-12h
Mardi : 9h-12h / 14h-19h
Mercredi : 9h-12h / 14h-17h
Jeudi : 9h-12h / 14h-19h
Vendredi : 9h-12h
Un samedi sur 2 : 9h-12h
9
A travers la ville
n Zac Porte de Gentilly
Un
premier
commerce
Fête
des solidarités
rue
Paul-Vaillant-Couturier
du Conseil
général
L’aménagement du bâtiment Ipsos
n finalise
S’inscrire
se
dans le cadre de la Zac de la
Porte
de15Gentilly
: un au
restaurant
Samedi
décembre,
gymnasejaponais
vient
en effet
ses des
portes
au
M.Baquet,
aurad’ouvrir
lieu la Fête
solidarités
rez-de-chaussée du siège social
du la
Conseil
général.
Comme l’an
passé,
de
société
de sondages,
donnant
la remise
desPaul-Vaillant-Couturier.
chèques-cadeaux offerts
sur
l’avenue
Un
commercial
encore
parlocal
le Conseil
général reste
aux personnes
ànon-imposables
attribuer à côté
ce restaurant
:
nede
s’effectuera
pas lors
les élus et les associations de riverains
de
cette
journée.
Une
lettre-chèque
sont intervenus depuis le début
personnalisée
seraduadressée
au domicile
du
projet auprès
promoteur
afin
que ce dernier
accueille
des bénéficiaires.
Il est
impératif toutefois
une
boulangerie.
de s’inscrire
préalablement, et ce jusqu’au
30 novembre, auprès du service
des antennes de quartier 57, rue CharlesFrérot, les mardi, mercredi et jeudi,
de 9h30 à 12h et de 13h30 à 17h30
et au service des retraités/pôle
gérontologie, passage Thomas (accès
place de la Mairie), le lundi de 8h30
à 12h et 13h30 à 18h. Pour procéder
à cette inscription, munissez-vous
d’une pièce d’identité et de l’avis
de non-imposition 2006.
Renseignements : 01 41 24 13 50
Solidarité
n Subvention exceptionnelle
Après le passage du cyclone qui a dévasté
les Antilles en août dernier, le Conseil
municipal, en sa séance du 21 septembre,
a approuvé une subvention exceptionnelle
au Secours populaire français (2500 €),
à la Croix rouge française (2500 €)
et au Secours catholique français (2500 €)
pour venir en aide aux sinistrés
de la Martinique et de la Guadeloupe.
Marché en fête
n Animation commerciale
10
Le samedi 17 novembre prochain est
prévue une animation beaujolais nouveau
sur le marché de la place de la Victoire.
À gagner des bouteilles de beaujolais.
n Marchés de Noël
Du vendredi 7 au dimanche 9 décembre,
de 9h à 19h, artisans et commerçants
vous accueilleront dans une ambiance
conviviale, place de la Victoire. L’esprit
de Noël sera au rendez-vous avec
une dizaine de chalets proposant produits
artisanaux et produits régionaux
dans une ambiance festive et conviviale.
Également, le lundi 24 décembre,
un marché se tiendra exceptionnellement
en centre-ville.
Renseignements : 01 47 40 58 19
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
Rentrée scolaire
Inquiétudes et embellies
“A
Gentilly nous voulons faire de la
Zone d’éducation prioritaire
(ZEP) une Zone d’excellence
pédagogique”, soulignait le maire qui présidait la traditionnelle réunion de rentrée scolaire, de septembre. Le bilan de cette rentrée
fait par tous présente des points positifs mais
aussi des incertitudes et inquiétudes. Parmi
les points positifs et grâce à la mobilisation
de la communauté éducative, la non fermeture d’une classe à Lamartine et une ouverture à l’école Lurçat. Parmi les inquiétudes,
la confirmation d’une fermeture à Barbusse
et des problèmes d’affectation de postes à mitemps sur des classes. Des postes d’éducateurs physiques et sportifs sont menacés.
Du coté médical, un médecin scolaire arrive,
bonne nouvelle mais dans un secteur qui couvre
également la ville d’Orly et donc avec beaucoup d’écoles, beaucoup d’enfants. Ailleurs
les aides éducateurs ne sont plus remplacés,
le tout s’inscrivant dans un contexte d’économies drastiques au plan national. Il n’en
reste pas moins que les travaux d’été pour
l’accueil et le confort des enfants dans les
écoles ont quant à eux été importants. Le
personnel ATSEM, (Agents spécialisés des
écoles maternelles) auparavant rattaché au
service entretien des locaux intègre le service enseignement, et c’est la cohérence de
l’ensemble du travail de chacun qui s’en trouve
renforcée. Les projets culturels, dont la reconduction du festival Courants d’Arts et l’édition d’un livre sur Gentilly, qui sera écrit et
illustré par une classe du collège, viennent
quant à eux enrichir le travail des enseignants.
Pour tous, enseignants, direction d’école,
parents d’élèves et élus, il est clair que l’école
et l’éducation restent la priorité.l
Les chiffres
• 725 enfants en maternelles (687 en 2006)
• 869 enfants en primaires (891 en 2006)
• Ouverture d’une classe maternelle
à Jean Lurçat
• 467 collégiens à Rosa Parks, nette
augmentation (384 en 2006) et ouverture
de 4 classes.
Erratum
Comme indiqué par erreur dans le VAG n°202,
les travaux de rénovation de l’Ecole JeanLurçat ne débuteront pas en 2008 mais bien
à la rentrée 2009.
SOS rentrée
Premier bilan
omme chaque année depuis 16 ans, sous l’égide du
Conseil général du Val-de-Marne, la municipalité et
son service jeunesse mettent en place le dispositif
“SOS rentrée” destiné à aider les jeunes se trouvant sans
affectation d’établissement scolaire. Aujourd’hui, comme en
2006, ils sont 22 à ne pas avoir trouvé d’établissement. Les
jeunes munis de BEP, du BAC professionnel, étaient aussi
touchés recherchant pour l’un une FAC, pour l’autre une inscription en BTS. Certains restant depuis des semaines dans
l’attente des commissions d’affectations qui se réunissaient
seulement en fin septembre. Le dispositif se poursuit.l
C
Jeunesse
Vigilance
n Faux enquêteurs
Du cœur
à l’ouvrage
eudi 20 septembre, la réunion du
Collectif jeunes était fixée à 19h30 pour
permettre à ceux qui travaillent hors
de Gentilly de pouvoir être présents. Des projets sont déjà lancés, CD Gentilly Connection
II par les rappeurs de la ville, renaissance du
tournoi de foot inter-quartiers et pour 2008,
le Forum jeunes entreprises. Forum que les
jeunes ont sollicité souhaitant que leurs actions
ne portent pas seulement “sur les loisirs ou
la culture, mais aussi sur l’emploi et l’insertion des jeunes” selon Leïla. Avec son amie
Sabrina, elles savent ce qu’elles veulent et
Sabrina d’ajouter “il faudrait trouver une
J
orientation pour ceux qui n’en n’ont pas, les
informer sur les différents secteurs qui existent”. Beaucoup de lucidité et de détermination dans ces paroles de jeunes qui ont décidé
de se prendre en main. Il en va de même pour
les responsables du CD, ce sont les artistes
eux–mêmes qui se chargent de régler les questions juridiques, trouver les financements,
faire réaliser la pochette… Mais pour mener
à bien tout ce travail et le pérenniser, il convient
de bien structurer le Collectif et c’est ce à quoi
s’attellent les jeunes qui le composent.
Définition d’un règlement intérieur, répartition des rôles, rédaction d’un document de
présentation… Autant de tâches nécessaires
pour pouvoir aller plus loin. Prochain rendezvous de taille pour les jeunes Gentilléens, la
soirée du 8 décembre au cours de laquelle
les rappeurs offriront une avant-première de
leurs créations, une présentation des différents projets sera faite et la réflexion pour
l’année 2008 sera lancée. l
Des personnes malveillantes continuent
de se faire passer pour des agents
de la Caisse primaire d’assurance maladie,
à domicile directement ou par téléphone.
Les enquêteurs de la CPAM sont tous
munis d’une carte professionnelle.
N’hésitez pas à la réclamer lors d’une
visite. Si vous avez des doutes, contactez
le 0 820 904 156 (0,12 €/m depuis
un poste fixe) du lundi au vendredi
de 8h30 à 17h30.
Santé
n Vite ! Un médecin traitant
Depuis le 2 septembre 2007, les patients
qui ne se sont pas inscrits dans
le parcours de soins en choisissant
un médecin traitant, ne sont remboursés
de leurs frais médicaux qu’à hauteur
de 50 %, au lieu du taux habituel
de 70 %. Selon la loi sur la réforme
de l’assurance-maladie d’août 2004,
choisir un médecin traitant n’est pas
une obligation mais conditionne le taux
de remboursement des soins.
Cette réforme appliquée au CMS
de Gentilly depuis janvier 2006, oblige
notamment l’assuré social à solliciter
en priorité son médecin traitant
et ne consulter un spécialiste que
sur recommandation de son praticien
habituel. Alors, pour ceux qui n’ont
pas encore de médecin traitant
ou dont la situation vient de changer
(femmes mariées, enfants devenus
majeurs, déménagement), dépêchez-vous.
Renseignements : CMS, 01 47 40 58 59.
Transport
Valouette : la ville à tire d’aile
is en service depuis le 1er octobre,
le nouveau réseau communautaire,baptiséValouettefournitgratuitementauxGentilléensuneoffreaméliorée
detransportencommun.Lanouveautéréside
dans la modification des circuits locaux et
dans la création de deux lignes intercommunales(V1etV2)quipermettentdeconnecter le nord et le sud de la Communauté
d'agglomération de Val de Bièvre (CAVB).
• La ligne nord relie les villes de Cachan,
Arcueil, Villejuif et Kremlin-Bicêtre et
touche Gentilly dans l'avenue Jean-Jaurès
à Arcueil, à proximité du Chaperon Vert.
• La ligne sud dessert L’Haÿ-les-Roses et
Fresnes.
Le Conseil communautaire a confié pour
M
5 ans l’exploitation de ce réseau à la RATP.
La ligne de Gentilly s'appelle désormais
“V5.” Par rapport à la précédente offre, les
deux circuits ont été améliorés avec la création de six nouvelles stations grâce à la participation d’un comité d’usagers et en tenant
compte de nombreux courriers parvenus
en mairie. Fondation Vallée, MédiathèqueMaison Doisneau-Rue d’Arcueil, RaspailCalmus, Reine Blanche, Chaperon Vert,
Jaurès font désormais partie du trajet. Pour
la station prévue rue du Val-de-Marne, la
ville attend encore l’accord de la préfecture de police de Paris. Retrouvez toutes
les informations concernant les parcours
et les horaires sur des dépliants disponibles
en mairie ou sur les sites :
www.ville-gentilly.fr
www.agglo-valdebievre.fr l
Les deux lignes
Gentilléennes
- Un service de pointe, le circuit
“domicile-travail” fonctionne de 7 à 9h
et de 17 à 19h du lundi au vendredi.
La fréquence est de 30 minutes avec
4 passages le matin (départs Soleil
Levant, quartier Gabriel Péri à 7h, 7h30,
8h, 8h30) et 4 passages le soir (départ
RER : 17h30, 18h05, 18h35, 19h05).
- Un service de proximité : départ
toutes les heures du Soleil Levant pour
8 passages en semaine (1er départ à 9h
et dernier départ à 17h) et 12 passages
le samedi (1er départ à 7h et dernier à 19h).
11
Le stationnement
à Gentilly
La question du stationnement est cruciale à Gentilly, aux portes de Paris. Quels sont
les besoins pour le stationnement des résidents dans une ville où beaucoup de
logements ont été construits à une époque où la voiture n’avait pas la place qu’elle
occupe aujourd’hui ? Comment réglementer le stationnement dans des secteurs où
le passage et la fréquentation sont importants du fait de la présence des transports
en commun, des services ou des commerces ? Quelle offre nouvelle de stationnement
apporter tout en favorisant le recours aux transports en commun et en dissuadant
l’utilisation de la voiture ? Le Plan local de déplacement (PLD) de la Communauté
d’agglomération de Val de Bièvre, approuvé le 24 avril 2006 partageait les constats et
le besoin d’une étude approfondie sur le stationnement à Gentilly. Celle-ci est engagée
et a débuté par un diagnostic sans concession. Au-delà de ces considérations
techniques, le stationnement c'est aussi un ensemble de règles et usages
qu’il convient de connaître et respecter afin d’améliorer la qualité de vie à Gentilly.
13
Dossier
État des lieux…
étude de stationnement menée
sur le territoire de Gentilly se
déroulera en plusieurs phases
dont la première, le diagnostic, vient
de s'achever. Ce diagnostic étudie en
détail la situation actuelle dans la ville
du point de vue des résidents, des
migrants (personnes travaillant à
Gentilly mais qui n’y résident pas) et
des visiteurs occasionnels. Dans un
dernier chapitre, il définit les enjeux.
GIG). Concernant les aires de livraison, il apparaît que l’offre est globalement en adéquation avec les rues
sur lesquelles se situent les commerces. Dans certains quartiers néanmoins, il existe quelques manques qu’il
convient d’étudier, en particulier au
Chaperon Vert et à Gabriel Péri. L’offre
de stationnement GIC – GIG est quant
à elle insuffisante. Ainsi, il existe sur
la ville vingt-deux places “réservé handicapé ” ce qui correspond à 0.75 %
de l’offre globale.
Or, la norme à l’échelle nationale est
de 2 % de places GIC – GIG. Un effort
significatif est donc à prévoir en ce
domaine.
L’
Les résidents
Il y a au total 2 875 places de stationnement sur voirie à Gentilly. Cette
offre est majoritairement non réglementée, inégalement répartie entre
les différents quartiers et la zone bleue
est restreinte. L’offre privée quant à
elle représente près de 4 000 places
de stationnement annexées aux logements. Cela peut paraître beaucoup
14
mais on constate des déficits dans certains quartiers. Ainsi, le temps passé
à rechercher une place peut aller jusqu’à 36 minutes sur le Plateau en début
et fin de journée. Globalement ce sont
donc le Plateau, Victor Hugo, Gabriel
Péri et le Chaperon Vert qui rencontrent le plus de difficultés. Pour les
deux derniers, la voiture n'occupait
pas, à l’époque de leur urbanisation,
la place qu'elle a aujourd'hui et les
places de parking qui y ont été prévues ne suffisent plus aux besoins
actuels. La situation est moins critique
dans les autres quartiers mais la pression y est tout de même assez forte
compte tenu de l’activité, liée notamment à la présence du RER.
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
En moyenne, plus de 75 % des véhicules stationnés sur l’ensemble de la
ville appartiennent à des Gentilléens,
46 % ne bougent pas de la journée.
La nuit, ce chiffre dépasse les 100 %.
En ce qui concerne les résidents, le
diagnostic fait donc état d’une demande
constante et forte, malgré un nombre
total de places disponibles en apparence suffisant. Ce paradoxe s'explique
par une sous-occupation et une mauvaise répartition de l'offre due à :
• une neutralisation partielle de l'offre
des bailleurs sociaux. Bien qu’ils
bénéficient d'un taux d'occupation
de leurs parkings de 86 %, 500 places
sont inutilisées à Victor Hugo et en
centre-ville.
• une partie des Gentilléens qui possèdent des garages privés ne les utilisent pas pour leurs véhicules, qu'ils
garent sur la voirie.
L’ensemble de ces éléments fait que
la demande des habitants de Gentilly
est supérieure à l'offre théorique, ce
qui participe aux difficultés du stationnement sur la ville.
L’offre spécifique
On entend par offre spécifique les
places de livraison et le stationnement
réservé aux grands invalides civils et
aux grands invalides de guerre (GIC –
Les migrants
Chaque jour, près de 7 000 personnes
se rendent à Gentilly pour y travailler.
Malgré la bonne desserte de la ville en
transports en commun ils sont tout
de même 40 % à utiliser leur véhicule
pour se rendre sur leur lieu de travail.
Etant donné que les entreprises proposent 4 000 places en tout, cela n’aggrave pas le problème de stationnement
sur la ville. En effet, les parkings des
sociétés suffisent à couvrir les besoins
des salariés qui ne résident pas à
Gentilly. Les besoins sont donc limités, même si on observe sur le Plateau
une demande particulière, liée en partie à la gare RER et aux petites entreprises qui, elles, ne disposent pas de
parking.
Les visiteurs
Etude mode d’emploi
Les visiteurs de courte et moyenne
durée éprouvent, par manque de places,
des difficultés à stationner d’autant
qu’ils utilisent faiblement la zone bleue.
Au final, cela ne représente malgré
tout qu’une part infime de la demande
de stationnement à Gentilly.
Les enjeux
L’étude a permis de chiffrer et de clairement identifier les difficultés de stationnement que, pour l’essentiel, les
automobilistes gentilléens vivent au
quotidien. Elle sert également à définir les enjeux pour le Gentilly de demain.
En premier lieu, il faudra offrir aux gens
qui utilisent peu leur voiture la possibilité d'accéder à des parkings souterrains. Et ainsi libérer des places en
surface pour de la demande de courte
et moyenne durée afin de diminuer la
congestion que l’on constate actuellement. Par ailleurs, dans les quartiers
déficitaires, il faut augmenter le nombre
de places notamment dans les opérations de constructions neuves. Enfin,
l’amélioration du stationnement à
Gentilly passera nécessairement par
une adaptation de l’offre spécifique
GIC - GIG et livraisons.
Les premières orientations
Les premières orientations proposées
par le bureau d’études qui a réalisé
ce diagnostic sont les suivantes : dans
un premier temps, il est proposé de
mettre éventuellement en place un stationnement payant selon deux zones :
une zone dite rotative (pour les visi-
teurs) et une zone de moyenne durée
destinée à favoriser le stationnement
des Gentilléens. Cette mesure loin
d’être défavorable aux résidents permettrait de libérer des places en évitant notamment le stationnement
longue durée en extérieur. Le stationnement payant qui pourrait concerner certains secteurs où la pression
est la plus forte, permettrait d’instaurer des tarifs moins élevés pour les
résidents. Pour assurer le respect de
cette nouvelle réglementation, un renforcement du contrôle de ces nouvelles
zones est préconisé. Les rédacteurs
de l’étude proposent par ailleurs de
travailler avec les bailleurs afin d’optimiser l’occupation de leurs parkings
qui, bien qu’élevée, est néanmoins
incomplète. Dans le même ordre
d’idées, il est proposé d’étudier la possibilité d’utiliser les parkings d’entreprises.
Pour remédier à la faiblesse de l’offre
dans certains quartiers, la création
de places sur voirie et en sous-sol
s’avère nécessaire. La couverture de
l’A6b et l’opération de renouvellement
urbain créeront de nouvelles places
au 162 et au Chaperon Vert. Quant au
quartier Victor Hugo, une nouvelle mise
en gestion du parking est à l’étude
avec l’OPAC de Paris.
Maintenant que le diagnostic est établi, un travail de concertation avec
les habitants va être amorcé. Ce diagnostic complet sera prochainement
disponible à l’Apu et sur le site de la
ville* pour consultation, afin de définir ensemble quelles orientations doit
prendre Gentilly pour répondre au défi
qui lui est lancé. l
* www.ville-gentilly.fr
C’est le cabinet Egis Mobilité
qui a réalisé l’étude selon un
cahier des charges défini par
les services municipaux compétents. L’objectif de cette première phase dite de “diagnostic” est de dresser un état
des lieux précis de l’offre et
de la demande de stationnement. Durant plusieurs mois,
de nombreuses opérations ont
été menées.
L’ensemble du périmètre de la
commune a été parcouru afin
de recenser l’offre totale sur
voirie. Des enquêteurs ont
sillonné l’ensemble de la ville
à trois moments clés de la journée (6h, 10h, 15h) et ont relevé
sur leur parcours le nombre
de véhicules stationnés (sur
des emplacements autorisés
ou non). Ensuite, 1150 places
(soit 40% du total) ont été passées au crible. Les enquêteurs
ont effectué un passage heure
par heure, de 6h à 21h, pour
étudier les mouvements de
véhicules et mesurer avec précision le nombre de résidents,
de migrants ou de visiteurs de
courte durée…Enfin, dans 6
secteurs bien délimités de la
ville, les enquêteurs ont étudié le temps mo yen de
recherche d’une place en
effectuant quatre passages à
9h, 12h30, 16h et 19h.
Parallèlement, un questionnaire a été envoyé aux entreprises pour déterminer le
nombre de salariés venant travailler en voiture et la quantité de places de parkings
offertes. Pour finir, plus de
1000 utilisateurs de la station
de RER ont été interrogés pour
connaître leur provenance, la
fréquence de leur déplacement
et le mode de transport utilisé pour venir à la gare.
15
Dossier
Pour circuler
en toute sécurité
Qu’elles soient fixées par le Code de la route, la préfecture ou la municipalité, les règles de stationnement
ont pour but de permettre à tous les usagers de la voie publique de circuler en toute sécurité. Rappel
our que l’ensemble des usagers
de la voie publique puisse circuler en toute sécurité, tous doivent respecter certaines règles. Que ce
soit en vélos, deux-roues motorisés,
voitures, camions ou transports collectifs, chacun doit faire l’effort de se
comporter en ayant à l’esprit la notion
de partage de l’espace public ainsi
que le respect et la sécurité des piétons. Dans cet esprit, le Code de la route,
que chaque conducteur est censé
connaître, a fixé quelques règles élémentaires concernant le stationnement
ou l’arrêt des véhicules sur la voie
publique.
P
agents municipaux n'ont pas la compétence pour commander un enlèvement de véhicule, seule la police
nationale peut le faire. La municipalité
transmet donc régulièrement une liste
des véhicules dits “ventouses” au commissariat pour que celui-ci fasse appel
à la fourrière.
16
Les règles de base
Les véhicules laissés en stationnement
en un même point de la voie publique
ou de ses dépendances pendant une
durée excédant 7 jours consécutifs
constituent une gêne et peuvent
être mis en fourrière. À Gentilly, les
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
L'arrêt ou le stationnement d'un véhicule à 2 ou 4 roues sur un passage
piétons est strictement interdit.
Tout véhicule doit être placé de manière
à ne pas constituer un danger pour les
usagers et ne doit pas porter atteinte
à la circulation des autres usagers de
la route.
Il ne faut donc pas :
• gêner la visibilité dans les virages
ou intersections.
• empêcher la circulation sur les trottoirs, les ponts, les passages ou voies
réservées au déplacement des autres
véhicules, des piétons, vélos, bus.
• stationner devant une entrée carrossable (un bateau) même si on est
propriétaire, devant les feux tricolores, sur les emplacements réservés aux bus, aux taxis, aux GIC - GIG
et sur les aires réservées à la livraison (les particuliers ont le droit d’utiliser ces places pour décharger un
achat volumineux ou lourd, dans une
limite de 15 minutes).
Les spécificités locales
Les autorités locales ont la possibilité
de réglementer le stationnement et
d’adapter certaines règles en fonction
des spécificités locales. Cela peut être
ponctuel (travaux, manifestation, marchés, etc.) ou dicté par des contraintes
de sécurité publique (autour des écoles,
permettre le passage des véhicules de
secours ou d’incendie dans des rues
étroites par exemple).
La zone bleue
Si le stationnement n’est pas payant à
Gentilly, il existe néanmoins une
contrainte, la zone bleue. Située essentiellement en centre-ville, elle est restreinte à des zones géographiques
bien délimitées. Matérialisée par un
marquage bleu au sol et par des panneaux, elle a pour objectif de faire en
sorte que le stationnement soit de courte
durée pour favoriser l’accès aux commerces. Les véhicules ont alors la possibilité de rester au maximum 1h30 à
leur place et doivent indiquer de façon
claire sur un disque disponible dans le
commerce déposé sur le pare-brise leur
heure d’arrivée. La zone bleue fonctionne toute l’année du lundi au vendredi de 9h à 19h et le samedi de 9h à
14h, sauf les jours fériés et au mois
d’août.
Les marchés
Il y en deux à Gentilly, un au Chaperon
Vert sur la place Marcel Cachin et un
sur la place du 8 mai 45 en centre-ville.
Dans le but de permettre la bonne installation du marché, le stationnement
est interdit à partir du mardi et du vendredi à 13h, sur l'ensemble des deux
places. L'entreprise concessionnaire
intervient alors pour installer les étals.
À la fin du marché, le stationnement est
interdit jusqu'à 16h (le mercredi et le
samedi) afin de permettre le nettoyage
de la place.
17
Pour permettre à la clientèle un meilleur
accès au marché du centre-ville, le parking de l'église Saint Saturnin, avenue
de la République, est réglementé en
zone bleue les mercredi et samedi de
9h à 14h.
Verbalisation
Toutes ces règles ne sont malheureusement pas toujours respectées par
tous. La collectivité se retrouve donc
dans l’obligation de sanctionner les
contrevenants. En 2006, les cinq agents
de surveillance de la voie publique ont
établi un total de 1 956 procès-verbaux
(780 pour défaut de disque, 1 176 pour
stationnement gênant). La ville reçoit
5 % du produit du montant des amendes
dressées sur son territoire. Elle a l’obligation légale d’affecter cette somme à
des actions de communication, de prévention ou à des aménagements de voirie pour les personnes à mobilité
réduite.l
A travers la ville
Entreprises
CTA traite l’eau des professionnels
nstallée à Gentilly depuis sa création en 1993, CTA connaît un développement assez exceptionnel.
Après un démarrage un peu délicat, le
jeune fondateur, Serge Tournié, 40 ans,
regarde derrière lui avec satisfaction
et un brin de fierté. “ J’ai démarré l’activité tout seul, chez moi. Pendant des
mois, j’ai trimé sans qu’il ne se passe
grand chose puis le déclic est arrivé. ”
Aujourd’hui, CTA affiche un beau chiffre
d’affaire, emploie 12 personnes dans
des locaux de 1200 m 2 et peut s’enorgueillir d’une croissance de 30 % par
an. Dans un secteur, le traitement de
l’eau, qui réunit de nombreux métiers,
l’entreprise a trouvé une niche. CTA
I
conçoit, fabrique et assemble des matériels de traitement d’eau, revendus via
un réseau de distributeurs/installateurs, destinés essentiellement aux
matériels de cuisine professionnels ou
aux chaufferies collectives. Par
exemple, dans toutes les unités de restauration collective, les lave-vaisselle
ou les cuiseurs-vapeur professionnels
exigent une eau sans calcaire. C’est là
que CTA intervient.
“Faut savoir pourquoi
on court”
Située rue Gabriel Péri dans des locaux
de 100 m2 à son origine, l’entreprise a
grossi petit à petit avant de s’installer
en 1999 dans ses locaux actuels de l’avenue Pasteur. Du côté du personnel, on
ne note aucun profil type et très peu de
turnover. Pour Serge Tournié “si l’entreprise fonctionne bien, c’est grâce à
tout le monde. Chacun apporte sa pierre
à l’édifice et c’est pour ça qu’on a mis en
place une participation qui représente
chaque année un ou deux mois de salaire.
Tout le monde est dynamique, avec l’envie de bien faire. Faut savoir pourquoi
on court…” l
Prévention routière
Sécuriser le chemin de l’école
Chaque année en France, plus de 2000 enfants sont victimes d’accidents corporels sur le chemin de l’école.
Pour y remédier, la Prévention routière a organisé une grande campagne de sensibilisation, qui a fait un crochet
par Gentilly.
a délégation de la Sécurité routière s’est installée sur le parvis de la mairie, devant l’école
Henri-Barbusse. L’objectif est de rencontrer un maximum d’enfants et de
parents pour que chacun prenne
conscience des dangers. Pour Bernard
Cordier, directeur départemental de
la Prévention routière, “ les enfants
sont particulièrement vulnérables
parce qu’ils connaissent bien le chemin de l’école et sont donc moins vigilants. On leur remet des autocollants
et des jeux, cela leur permet de recréer
le parcours qu’ils prennent pour venir
à l’école avec différents panneaux pour
comprendre leur signification. Il y a
une dimension ludique, pour rendre ça
agréable aux enfants, et en même temps
on éduque les parents, ils en ont
besoin. ” Du coup, un dialogue s’installe entre parents et enfants. Quand
ils vont coller leurs autocollants en
L
18
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
mettant les feux, les
passages piétons, les
petits poseront des
questions… Chaque
maman reçoit de son
côté un document avec
les conseils par tranche
d’âge. Pour Isabelle,
une jeune maman, ces
opérations sont indispensables : “ On leur
apprend la vigilance, on
essaie de les sensibiliser. Mais pour l’instant,
hors de question de le
laisser venir tout seul
à l’école ”. Valentin, 8 ans, connaît déjà
très bien les gestes essentiels sur la
route : “Avant de traverser, il faut regarder à droite et à gauche pour voir si
une voiture arrive et attendre qu’elle
passe pour ne pas avoir d’accidents ”.
Pour son copain Raël, le dialogue est
fréquent avec les parents : “ En fait,
c’est surtout moi qui leur reproche des
choses. Parfois, maman traverse alors
que le feu est vert. ” Effectivement, il
y a encore du travail…l
www.priorite-vos-enfants.fr
Entreprises
L’image dans tous ses états…
La société “Vidéo Corp”, installée
avenue Raspail, dans une ancienne
usine de flaconnage de parfum,
est discrètement abritée derrière
un mur d’enceinte tout blanc.
Un mur “écran” que ses employés
auraient les moyens d’animer
tant l’entreprise regorge
de trésors, ceux que les techniques
sophistiquées de l’image
d’aujourd’hui permettent de réaliser.
on fondateur et patron, Jean Pierre
Dudek, qui se destinait à piloter
les avions après avoir fait math sup.
s’est retrouvé très tôt dans cette profession qu’il n’a jamais quittée. Arrivé à
Gentilly pour fêter l’an 2000, le 1er janvier, le voila à la tête d’une entreprise très
performante dans son domaine. Neuf
employés permanents, et quarante à cinquante en intermittence, selon les tournages et le carnet de commandes. Un
carnet qui n’est pas toujours plein car, si
la profession en produits d’images vidéo
et numériques ne subit pas de plein fouet
la concurrence étrangère, le matériel
investi, lui, se trouve vite obsolète. Bien
souvent il ne fait pas plus de deux ans
d’usage ! Vient s’ajouter à cela que monsieur-tout-le-monde se prend pour Fellini,
avec un matériel vendu dans la grande
distribution, aux techniques simplifiées.
Chacun ayant l’illusion de produire ses
effets spéciaux et un rendu d’images du
niveau des professionnels. Une concurrence de plus ?
S
L’entreprise, elle, propose de tourner,
monter, animer, arranger, et offre une
palette complète de services. Il y a peu,
Maïté et François Gerbaud, marque de
haute couture et de prêt à porter, lui commandait 3 500 DVD de ses collections,
un film distribué dans le monde entier et
qui venait de Gentilly. Autres prestations
possibles, les conventions d’entreprises
avec présentations en direct et documents
d’animation comme pour la formation de
personnels. Dunlop ou Peugeot, qui souhaitaient relancer leurs concessionnaires
dans l’exercice de leurs métiers, ont fait
appel au savoir-faire de la société “Vidéo
Corp”.
En plus de disposer de régies de montage
et de direct, d’un studio son et d’illustration musicale, de palettes graphiques d’habillage, d’un parc conséquent de matériel
à la location, l’ensemble sur 1 200 m2, les
plateaux de tournage sont l’un des atouts
phare de la société. L’émission intitulée
“Ô quotidien” et diffusée sur France Outre
Mer, est tournée chaque mois dans les
studios de l’avenue Raspail, l’une parmi
tant d’autres.
Ici, chaque budget est censé trouver sa
réponse, du site Internet à mettre en forme
au nouveau produit, comme ce magazine
DVD distribué en boîtes aux lettres, amorti
par la publicité, sur l’exemple de journaux
gratuits, et qui a pour nom “Dividi” !
Rien n’échappe à la sagacité de Jean Pierre
Dudek qui comme il le dit lui-même se
bat chaque jour pour faire vivre son entreprise. Il sait parfaitement que toute commande sera négociée à l’euro prêt, même
si certains de ses clients comme les
chaînes du petit écran n’hésitent pas à
investir d’énormes sommes dans l’achat
d’espaces publicitaires mais hésitent à
acheter un produit d’images finalisées.
N’a-t-on pas inventé le “JRisme”, mot barbare qui signifie : journaliste reporter
d’image, un seul homme aux manettes
de trois métiers, (son, image et interview)
comme au temps où la vidéo balbutiait
encore. C’est sous cet angle comme sous
tant d’autres que sa société installée à
Gentilly depuis 7 ans fait face en innovant, et c’est tant mieux pour l’emploi. l
19
Nuit Blanche
20
Insomnia,
six heures non-stop
de performances
Pour la sixième édition de “La Nuit Blanche” de Paris qui depuis deux ans
s’étend à la banlieue, Anne Dreyfus et Bernard Bousquet, directeurs artistiques
du Générateur, invitaient pour la première fois en France, l’“International
Performance Group” sous la houlette de Marina Abramovic (voir Vivre à Gentilly
n° 202). De vingt heures à deux heures du matin, douze artistes étaient chacun
aux manettes de sept performances originales, tous originaires de pays
différents. Le Générateur affirme ainsi son projet : développer un espace en
faveur de la performance et de l’expérimentation artistique.
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
participants sont invités
Les
à mâcher un chewing-gum joue
contre joue (Corée)
dans le miroir
Sede laregarder
réalité face à l’image,
sa réalité et son image,
une relation sans fin (Turquie)
Être relié au ciel
par des fils attachés
à chacun de ses doigts
(Indonésie)
21
Tapis rouge et ambiance boîte de nuit,
pour l’entrée du public... (Allemagne)
Deux performeurs n’ont pas
dormi depuis quarante heures,
ils restent éveillés parlant
sans interruption,
les conversations sont
audibles au public par casque
interposé (Allemagne)
Quinze minutes de gloire sur la scène
et sous le feu des projecteurs
y compris paillettes et sourires
en plastique (Allemagne et Turquie)
Les contes de Perrault et des frères Grimm, sur le canoë de la méditation...
(Suède)
Jean-François Laslier
Tête chercheuse…
on temps est précieux, entre
l’école Polytechnique et son
laboratoire de recherche parisien, mais bientôt les deux seront
regroupés à Palaiseau.Avec sa femme
astronome, et leurs quatre enfants,
ils ont déjà séjourné à Pasadena en
Californie, pour la recherche bien sûr.
Maryvonne était invitée par le
California institute of technology, établissement de renommée mondiale.
À la différence des autres sciences,
l’économie puise ses orientations
dans la chair sociale, dira le prof
éclairé.
Né en Algérie, enfance à Reims, JeanFrançois est curieux de nature et, bien
qu’attiré dans sa jeunesse par la philo
et les lettres, finira par les mathématiques, et par s’orienter vers les
sciences économiques. Études mode
d’emploi en quelque sorte du comment marchent la société, ses institutions, et surtout comment les faire
se mieux porter.
Malgré une quasi-obsession à analyser la politique, ce Gentilléen de
48 ans, joue de sa neutralité, se souhaitant avant tout un défenseur de
la démocratie. Il la décortique, en
observateur des points de vue de tous
les continents. Ne produit-il pas du
savoir pour le mettre au service de
la société, comme le définit sur son
site Internet le Centre National de la
Recherche Scientifique ?
Éditeur en chef d’une revue internationale, c’est le travail qui lui prend
le plus de temps.
C’est lui qui valide, compare, fait se
confronter les idées sociales et économiques de ses collègues de la planète, tout en étant le garant de
l’anonymat des avancés et des débats
S
Portraits
On s’étonnera
d’apprendre
qu’il n’y a pas
si longtemps,
apparaissait
l’enseignement
des sciences
économiques
dans les cycles
du secondaire
et des universités.
Directeur
de recherche
au CNRS et
professeur
d’économie
publique à l’école
Polytechnique,
Jean-François
Laslier parle
de ses travaux
avec retenue,
sans magnificence.
22
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
qui se tiennent, en anglais dans le
texte, sous le titre “ Mathematical
social science ”.
Lui parler de passe-temps tient
presque de la plaisanterie, bien qu’à
ses rares moments perdus, il joue
du piano, de l’accordéon et de la
guitare. La musique dans la famille
a son importance, les enfants fréquentant assidûment le conservatoire de la ville.
Car la vie du chercheur, c’est aussi
de nombreux voyages à travers le
monde, pour des échanges nombreux
et nécessaires avec d’autres, aux
seules fins d’entendre et de comparer là où, plus qu’ailleurs, il n’y a pas
de vérité objective qui s’impose.
Dans un article de l’économiste Pierre
Montfraix, on peut lire : “ Tout en reconnaissant la nécessité d’avoir un
regard savant sur un domaine aussi
complexe, l’incertitude ouvre le problème de la liberté et du choix ”. C’est
peut-être là l’illustration scientifique
de l’adage que les voyages forment
la jeunesse, mais pas seulement.
Quoi qu’il en soit, dans tous les domaines comme pour les 600 chercheurs de l’école Polytechnique, ou
pour les 11 600 du CNRS dont JeanFrançois Laslier fait partie, la modestie est nécessaire à toute science, et
de fait c’est ce qui transpire le mieux,
chez lui.
Encore étonné que nous l’ayons sollicité pour se faire connaître, notre
économiste nous a ouvert la porte sur
l’imagination de la liberté et du désir,
merci ! l
Adeline et Johanna
Fleurs de bitume
Deux jeunes Gentilléennes de 18 ans ont remporté un concours national de slam organisé par l’association Cinéma
pour tous. Rencontre.
Á Extraits
(…)
Et c’est pour ça que j’ai envie
Envie de vivre sur grand écran
Cet écran, toile de mon cœur
Et mes yeux sont les projecteurs
(…)
Parfois, je me prends pour une James Bond Girl
Juste pour être bonne et fermer ma gueule
Mais en fait, ce que je préfère, c’est être Jojo
Dans mon film à moi, j’suis une princesse
du ghetto.
out a commencé aux ateliers de
slam du PIJ (point information
jeunesse). Proposés par le service Jeunesse et l’association slam
production, ces cours permettent à
de nombreux jeunes de libérer leur
plume et de coucher par écrit ce qu’ils
ont dans le cœur et dans la tête.
Adeline et Johanna, tout juste 18 ans,
ont apprécié la découverte de cette
poésie urbaine qui permet de “ dire
ce que l’on ressent et qu’on arrive
pas forcément à exprimer à l’oral.
On se libère de toutes les rancœurs,
de toutes les mauvaises ondes. En
fait, plus on est pauvre, plus on est
riche intérieurement. ”. Quand le
concours organisé par l’association
cinéma pour tous, présidée par la
journaliste Isabelle Giordano, s’est
présenté, les deux copines n’ont pas
hésité. Grandes amatrices de salles
obscures et de tous les genres de
film, elles ont pris leur plus belle
T
plume, puisé dans leur inspiration et
leurs souvenirs et ciselé deux petits
bijoux de texte vantant leur amour du
cinéma. Des poèmes émouvants et
attendrissants, qui ont touché en plein
cœur les membres du jury parmi lesquels on trouvait les humoristes Omar
et Fred, le mannequin Noémie Lenoir
ou Isabelle Giordano.
Adeline a décroché le premier prix.
Cette petite brune pétillante, un peu
espiègle et pleine d’humour, rêve de
voyager et découvrir d’autres pays
notamment “ l’Afrique, pour les coutumes, la culture et la musique. ”
Surtout, elle n’a qu’une idée en tête :
reprendre ses études pour se
construire un avenir.
Johanna, elle, est toujours scolarisée, en Terminale STG au lycée Darius
Milhaud du Kremlin-Bicêtre. La jeune
fille, fière de sa double culture,
guadeloupéenne par sa mère et auvergnate par son père, a reçu le troisième prix. Elle qui rêve de devenir
chanteuse exerce déjà dans une chorale Gospel et s’est même produite
sur scène lors de la fête du point J.
Pour cette battante pleine de détermination et de joie de vivre, rien ne
semble impossible. D’ailleurs,Adeline
ne manque pas d’admiration pour son
acolyte : “ elle est incroyable de
volonté. C’est une perfectionniste qui
n’hésite pas à affronter les obstacles”.
Touchée par cette déclaration pleine
de fraîcheur et de sincérité, Johanna
se fend à son tour d’un compliment
pour son amie : “Adeline peut paraître
assez réservée mais quand on la
connaît, cette fille a un cœur en or.
Elle est très attentive, cherche systématiquement à préserver les autres
et donne beaucoup de soi. ”
Galvanisées par le prix qu’elles ont
reçu au Sénat, les deux complices
comptent bien poursuivre leur aventure sur le chemin de la poésie et du
slam. Pour ces deux fleurs pleines de
sensibilité et d’humour, le voyage
intérieur et la création semblent indispensables tant “on perd actuellement
toute la beauté de la vie. Les gens
sont beaucoup trop violents, il n’y a
pas assez de tendresse ” conclut
Adeline. Malgré tout, elles gardent un
sourire franc et plein d’espoir. l
23
Souvenir
Mémoire
Histoire
Les étangs de la Bièvre et les Glacières
La rue de la Glacière, actuelle rue Albert Guilpin, est une voie ancienne de Gentilly qui doit son nom à l’industrie
de la glace que l’on exploitait dans les méandres de la Bièvre du Petit Gentilly, hameau annexé à Paris en 1860.
D.R. L’Illustration, numéro du 25 novembre 1816
par lequel arrive l’essentiel de l’approvisionnement de la capitale. Les étangs de
la Glacière seraient alors devenus les Docks
de Gentilly et auraient été reliés à la Seine
par un tunnel creusé sous Montsouris,
continué par un canal dans la plaine de
Grenelle. En fait, les investisseurs ont préféré porter leurs capitaux sur le développement du chemin de fer à l’avenir plus
prometteur que la voie d’eau.
Parcourir de longs espaces,
un fer sous les pieds !
es étangs et les canaux creusés artificiellement par les glaciers sont
alimentés par la Bièvre. Au printemps, les riverains y pêchent des sangsues, très utilisées en médecine, et des
escargots d’eau, petits mollusques comestibles. L’hiver, la rivière déborde, formant de nombreuses mares et étangs qui
gèlent. Cette eau gelée fournit de grandes
quantités de glace. Afin de conserver la
glace pour l’été, on utilise la fraîcheur
des carrières désaffectées. Descendue
dans des sortes de puits en maçonnerie,
la glace est recouverte de terre. À la belle
saison, les blocs de glace, parfaitement
conservés, sont déterrés au fur et à mesure
des besoins.
Un journaliste, Charles Frémine, écrit dans
L’Illustration du 25 novembre 1876 :“(Les
étangs de la Glacière) s’étalent et s’évasent au fond de la vallée, recouverts, par
grandes places, de végétations orangées
et limoneuses, piqués de roseaux bleuâtres,
muets, stagnants, immobiles, avec des
noirceurs d’un brillant d’ébène poli et des
éclaircies couleur vert bouteille. Leurs
eaux, qui alimentent la Bièvre pendant
L
24
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
les sécheresses, sont visitées l’hiver par
des bandes de canards sauvages. Tandis
que nous côtoyons les bords du marécage
où doit passer la rue d’Alésia et que des
charretiers, en train de la combler, y vident
leurs tombereaux chargés de moellons qui
vont rouler dans les flaques, un épagneul,
la queue en arrêt, fait s’envoler des joncs
deux bécassines reconnaissables au cri
rauque et bref qu’elles jettent en fuyant,
ainsi qu’aux trois crochets qu’elles décrivent brusquement avant de filer dans le
ciel clair.”
Jean Anckaert dans l’ouvrage sur la Bièvre
parisienne rapporte que c’est près de l’un
de ces étangs qu’Évariste Gallois, le
“Rimbaud des mathématiques”, a été tué,
en 1832, au cours d’un duel provoqué pour
les beaux yeux d’une dame.
Les Docks de Gentilly : un
projet qui ne vit pas le jour
En 1831, un projet fait couler beaucoup
d’encre. Il est question de creuser un canal
de jonction entre la Marne et la Seine afin
de désengorger le port fluvial de Paris
Les industriels ne sont pas les seuls à
apprécier les étangs de la Glacière. Avant
que les glaciers ne viennent casser la glace,
le patinage y est autorisé. Sous la
Restauration, durant le règne de LouisPhilippe et au début du second Empire, le
succès des plaisirs du patinage attire aux
étangs de Gentilly de nombreux jeunes
gens. L’abbé Détruissart, curé de Gentilly,
bien connu pour son ouvrage Promenade
au centre du Grand Gentilly près de Paris
(1821), fait la description suivante : “Et
dans la saison des frimas, tous les jours,
quand les eaux des prairies qui sont à
gauche (sic) se transforment en cristal,
on y voit aussi accourir, de tous les points
de la ville, une ardente jeunesse. Par son
empressement à y arriver, elle semble déjà
jouir de l’agrément qu’elle va bientôt goûter en parcourant, un fer sous les pieds,
de longs espaces avec la rapidité de l’éclair,
ou en dessinant avec grâce des figures
extrêmement difficiles à exécuter.”
La vogue des étangs de la Glacière est
éclipsée par l’aménagement des lacs des
bois de Boulogne et de Vincennes qui deviennent les hauts lieux de la mode du patinage. l
Madeleine Leveau-Fernandez
Cité dans Sur les traces de la Bièvre parisienne,
de Renaud Gagneux et Jean Anckaert.
Editions Parigramme.
Agenda
Novembre
Décembre
2007
Culture
n 14 novembre
Concert de musique
baroque des professeurs
du conservatoire
Église Saint-Saturnin
n 17 et 24 novembre
1er et 8 décembre
Éveil musical
Places limitées.
Gratuit sur inscription
au service culturel.
Séance à 10h pour
les 1-2 ans, séance
à 11h pour les 2-3 ans
n 19 novembre
Harold Pinter
“Formes Courtes”
Petites formes hors
les murs en introduction
au spectacle Hot House.
Sketches, rencontre
et débat. Par la cie
Les Dramaticules
Rens. au service culturel
19h Auditorium
du conservatoire –
entrée libre
au salon des réalités
nouvelles. Le jury
refuse. Il ne l’acceptera
que si l’artiste ajoute
une autre couleur !
Klein s’y oppose
et contribue ainsi
à l’affirmation du
monochrome.
Salle St Eloi, 19h30
Vivre sa retraite
n 8 novembre
Exposition
Clemens Kalischer,
photographe
des années 50
Rendez-vous à 14h
devant la Maison
Doisneau
n Du 27 novembre
au 26 janvier
Exposition
Isabelle Tournoud
(lire p.28)
‹ Service culturel :
01 41 24 27 10
‹ Antennes
de quartiers :
01 47 40 58 23
‹ Service jeunesse :
01 49 86 07 76
‹ Service des sports :
01 47 40 58 21
‹ Service retraités : 01
47 40 58 67
06 15 12 31 22
‹ Médiathèque :
01 41 24 21 48
‹ Conservatoire :
01 49 86 08 82
‹ Maison Robert
Doisneau :
01 47 40 88 33
n 4 décembre
On vous emmène
au théâtre de Cachan.
Hot House d’Harold
Pinter par la cie
Les Dramaticules
Réservations
indispensables,
places limitées
Départ en car à 19h45
devant le service
culturel - 10 €
n 7 décembre
Syrano avec en première
partie J. B Manis
Concert (lire p.29)
n 18 décembre
Conférence Histoire de
l’art : Le monochrome
Dans le cadre du cycle
la couleur et la lumière
dans l’art du XXe
et XXIe siècles.
En 1955, Yves Klein
propose une toile
entièrement orange
n 13 novembre
Randonnée en forêt !”
Difficulté **, repas
chaud prévu a BourronMarlottte.
Départ : 8h
n 20 novembre
L’Yonne souterraine
Visite de la Carrière
d’Aubigny (60 mètres
de profondeur), pause
déjeuner et visite
des caves de Bailly.
Prévoir pique-nique.
Départ : 6h45
n 27 novembre
Bowling
Un après-midi
au Bowling de Joinville,
en bords de Marne
Départ : 13h20
n 30 novembre
“Rencontres tournesol”
Une journée pour
découvrir les
réalisations et projets
des ateliers peinture,
écriture, patchwork et
peinture sur soie.
L’atelier théâtre
présentera son nouveau
spectacle.
De 9h à 18h
en salle des fêtes
n 4 décembre
Aquarium du Trocadéro
15 000 poissons
de 500 espèces
différentes.
Rendez-vous
sur place à 13h45,
métro : Trocadéro
n 4 décembre
Hot House”
Sortie au Théâtre de
Cachan
Départ : 19h45 devant
le service culturel
n 11 décembre
Fête au Canotier
Une journée dégustation
et danse à la guinguette
le Canotier.
Départ : 10h
n 18 décembre
Gengis Khan, théâtre.
Dix comédiens et deux
musiciens racontent
l’Asie médiévale dans
une épopée pleine de
bruit, de fureur et
d’humanité.
Départ : 19h30
n 20 décembre
Paris by night
En car, les monuments,
grands magasins
et grands boulevards
en habits de lumière.
Départ à 18h
Jeunesse
n 28 novembre
Forum pré-inscriptions
séjours d’hiver
18h30 Au point J
n Samedi 8 décembre
Soirée du collectif jeune
À partir de 19h
au CMAC
Vie de la cité
n 1er décembre
Soirée de fin d’année
des antennes
de quartier
Renseignements
et inscriptions
au 01 47 40 58 23
n Du 1er au 2 décembre
Marché des Lutins
au Chaperon Vert
avec l’association
Arcueil-animation
01 46 63 72 63
n Du 7 au 9 décembre
Le marché de Noël
Une dizaine de chalets
proposera produits
artisanaux et produits
régionaux dans
une ambiance festive
et conviviale
de 9h à 19h,
place de la Victoire.
Solidarité
n Du 21 au 24 novembre
Semaine de la solidarité
internationale :
Les migrations,
histoires et réalité
Expo, débats,
rencontre...
de 10 à 18h en salle
des fêtes.
Samedi 24 de 15 à 23h.
n 15 décembre
Fête des solidarités
du Conseil général
De 10 à 19h au
gymnase M. Baquet
Vie citoyenne
n 11 novembre
Commémoration au
Monument aux morts.
Dépôt de gerbes.
Vin d’honneur en salle
du Conseil de 11h
à 13h30
Conseil municipal
21 novembre
12 décembre
Conseil d’agglomération
26 novembre
17 décembre
25
En direct des associations
Erratum
USG foot
Moins de 13 ans, le retour
La section foot de l’US Gentilly s’enrichit d’une nouvelle équipe cette saison
avec le retour des moins de 13 ans.
n mercredi comme un autre au
stade Géo André. Sous l’œil attentif des éducateurs Méziane, Yves
et Fabrice, une ribambelle de gamins se
dépense et s’amuse sans compter. Il n’y
a qu’à voir le sourire de Taha, l’attaquant
de l’équipe des – de 13 ans qui rêve “ de
devenir professionnel ” pour comprendre
que le plaisir est total.
En tout, la section foot de l’USG accueille
65 licenciés, des débutants aux – de 13
ans, une tranche d’âge qui avait disparu
depuis de nombreuses années et qui se
révèle maintenant indispensable pour
accompagner la progression de l’équipe
première. Pour l’instant, ils ne sont que
10 pour 11 places sur
le terrain mais Grégory, le responsable
des éducateurs, ne
s’inquiète pas trop,
surtout avec la philosophie qui anime le
club : “ Nous voulons
leur apprendre les
bases du football, leur
transmettre le plaisir
de se retrouver sur le
U
26
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
à Gentilly…
terrain et l’amour du
ballon. L’esprit de compétition viendra plus
tard ”. À terme, l’objectif de la section foot
est de réussir à
recréer toutes les catégories de jeunes et
de parvenir à remonter une équipe cadets
et juniors. “Le sport collectif a des vertus incroyables. C’est une
formidable école pour
apprendre des valeurs
humaines très importantes. On le voit avec
les – de 13 ans qui découvrent le partage, la solidarité et des règles
de vie commune” précise Grégory.
Alors, si vous êtes nés en 1994 ou en
1995, disponibles le mercredi pour l’entraînement et le samedi après-midi pour
les matches et que l’envie de venir “taper
le ballon” vous démange, n’hésitez pas
une seule seconde à rejoindre les vaillants
footballeurs de l’US Gentilly. l
Contact : US Gentilly
1, place de la Victoire du 8 Mai 1945
Tél. : 01 45 46 15 85
e-mail : us.gentilly@wanadoo.fr
Dans le précédent numéro de Vivre à
Gentilly, une erreur s’est produite. Pour
l’association Les clowns en folie, l’adresse
email est : clownsenfolie@club-internet.fr
Société d’histoire de Gentilly
Les Rencontres
de l’Histoire
La SHG propose une soirée sur le thème :
“Gentilly, la nuit, au XIXe siècle” animée par
Virginie Capizzi. La conférence (participation 2 €) sera suivie d’un repas XIXesiècle.
Participation au repas : 13 €, inscription
obligatoire. Le jeudi 29 novembre à 18h30
au Cmac, 2, rue Jules-Ferry.
Renseignements : 06 86 85 13 02
email : shg.gentilly@orange.fr
Galilée
Cours collectifs
L’association ouvre, dans le cadre de son
service d’accompagnement à la scolarité,
un cours collectif de 3 à 6 élèves de maths
et de physique niveau collège. Les cours
se déroulent dans la salle municipale rue
Auguste-Blanqui (à coté de la station RER).
Pour vous inscrire,
appelez le 06 30 23 80 06
Le café des sciences
La mesure
Le Kfé des sciences annonce une nouvelle rencontre le 15 décembre. Le thème
des débats : “La mesure, comment et pourquoi mesurer. Quelle fiabilité ?”. Rendezvous à 17 heures à la Brasserie de la mairie
(déménagée au 55-57, rue Charles-Frérot)
pour 2 heures d’échanges en toute convivialité.
Renseignements : 01 47 40 04 62
France Amérique latine
Fête et solidarité
Le 10 novembre, l’association organise
une soirée autour de ses projets de solidarité engagés au Pérou et au Brésil. Au
programme : exposition des projets –
construction de deux écoles – et hommage
au Che Guevara 1967-2007, rencontre
avec des jeunes revenus du Pérou, animation musicale, restauration typique.
Entrée libre. Au Cmac de 18h à minuit.
Renseignements : 01 45 88 22 74
…et ailleurs
Solidarité internationale
Huit heures
pour la Palestine
epuis plusieurs années, le
comité local de l’association
France Palestine Solidarité
organise une initiative de huit heures
consécutives pour informer et
débattre sur la Palestine.
Ainsi, le samedi 17 novembre, la journée organisée sous le thème 40 ans/
60 ans d’occupation, 60 ans de résistance et être né en Palestine, vous
invite à dialoguer, échanger, voir et
débattre.
Au programme sont prévus : deux
débats “L’histoire du conflit” et “Être
né en territoire occupé”, une exposition de reportages photographiques
(notre image), la vente de produits
palestiniens tels que bijoux, huiles
et savons, et un concert.
Enfin, un repas convivial clôturera
la journée. Le bénéfice de ces “Huit heures” est destiné à poursuivre le financement du
centre pour enfants d’Al Khader, village de Cisjordanie proche de Bethléem.
(voir Vivre à Gentilly n°202 de septembre). l
D
Le 17 novembre, au CMAC 2, rue Jules-Ferry, de 15 à 23 heures.
Renseignements : 06 07 81 90 83
Banques alimentaires
Collecte d’hiver
omme tous les ans, la Fédération française des Banques alimentaires organise une collecte nationale de produits
alimentaires. 90 000 bénévoles seront, les
vendredi 23 et samedi 24 novembre, aux portes
des grandes surfaces pour recueillir les dons
du public. La pauvreté ne diminue pas en France
et le coût des produits alimentaires ne cesse de
croître ; les Banques alimentaires distribuent
l’équivalent de 143 millions de repas à près de
750 000 personnes en France grâce à un réseau
de 79 Banques alimentaires départementales
ou régionales et à 4 800 associations ou orga-
C
nismessociauxquisonten
contact permanent avec
les personnes démunies.
Les dons sont distribués
dans la ville ou le département où ils ont été
recueillis. Cette année,
nous espérons plus particulièrement des boissons, des conserves, de
légumes et de fruits ainsi que des produits plaisir comme le café ou le chocolat.l
Renseignements : 01 49 08 04 84
Sos amitié Ile-de-France
Á Recherche écoutants
bénévoles
L’association SOS amitié offre à tous
ceux qui choisissent d’appeler, la
possibilité de mettre des mots sur
leur souffrance et, ainsi, de prendre
le recul nécessaire pour retrouver
le goût de vivre. Et pour assurer sa
mission, l’association dont les
bureaux pour le sud Ile-de-France
se trouvent à Gentilly, recherche
encore des écoutants bénévoles pour
compléter l’équipe déjà en place. Les
personnes intéressées doivent pouvoir consacrer 5 heures par semaine
à l’association. Une formation (initiale et permanente) est bien sûr assurée. Écrire à SOS amitié Ile de France,
BP100 92105 Boulogne-Billancourt
Renseignements :
http://www.sos-amitie.com/
Anciens combattants
Á À la mémoire de nos frères
L’Union pour le mémorial Afrique du
Nord – 94 érige un monument à la
mémoire des 248 frères d’arme
“Morts pour la France”durant la guerre
d’Algérie et les combats de Tunisie et
du Maroc. Le monument sera inauguré à Créteil, le 22 novembre.
Renseignements : 01 46 77 13 14
Santé
Á Mucoviscidose
SOS Mucoviscidose a pour objectif
l’amélioration de la qualité de vie des
personnes atteintes de cette maladie
génétique grave non curable. Elle
apporte notamment une aide morale
aux malades et à leur famille (7 jours
sur 7, 24h sur 24 au 01 64 63 15 04).
Une assistante sociale assure une permanence le mercredi de 15h à 17h30
au siège de l’association. Pour cela,
elle a besoin de tous et est autorisée
à recevoir des dons et legs déductibles. Il est également possible d’apporter son aide en devenant bénévole
ou correspondant local.
Renseignements :
01 64 63 15 04 et le site
www.sosmucoviscidose.asso.fr
27
Temps libre
Chez nos voisins ...
28
L’HAŸ-LES-ROSES
• Dimanche 2 décembre
“Les virtuoses hongrois”, concert de Noël
L’orchestre national tzigane hongrois, propose
deux siècles de musique, du ballet classique au
programme traditionnel actuel.
À 16h Espace Dispan de Floran
Réservation : 01 46 15 78 78 ou
www.carrefourspectacles.com
ARCUEIL
• Vendredi 30 novembre
“Norig”
Norig, mystérieuse et saisissante, livre
des chansons enivrées d’amour, de douleur
et d’allégresse. Les chants traditionnels
de Moldavie, de Roumanie et de Russie
alternent avec les compositions du groupe
aux influences tango, manouche ou
encore baroque et classiques.
À 20h30 Espace Jean Vilar
Renseignements : 01 46 15 09 93/75
VILLEJUIF
• Jeudi 8 novembre
“Grand corps malade”
Sa voix grave, son charisme, ses textes
ne manquent pas de capter l’auditoire.
Ni rap ni chanson, le slam est une poésie
urbaine, un texte scandé, partagé. Et l’on
repart, assurément, touché, bouleversé.
20h30 Théâtre Romain Rolland
Renseignements : 01 49 58 17 00
CACHAN
• Dimanche 18 novembre
“Les fous du roi”
En partenariat avec France Inter, les humoristes
de l’émission de radio se produiront
sur la scène de Cachan, pour un savoureux
mélange de sketches, improvisations,
parodies de chanson…
15h30 Théâtre de Cachan
Renseignements : 01 45 47 72 41
LE KREMLIN-BICÊTRE
• Samedi 22 décembre
“Le Fantôme de Canterville”,
lecture musicale
Mise en musique du conte d’oscar Wilde.
Un ambassadeur et sa famille aux prises,
dans un manoir hanté anglais, avec le fantôme
des lieux. Une parodie fantastique.
À 15h Théâtre André Malraux
Renseignements : 01 49 60 69 42
FRESNES
• Samedi 24 novembre
“L’histoire d’amour de Roméo et Juliette”,
Théâtre
Phil Car (mise en scène) et son équipe mettent
ici toute leur créativité et leur fantaisie
au service de la tragédie de Shakespeare.
Et c’est un clown – sympathique
et bouleversant – qui nous conte cette histoire
que l’on savoure entre effroi et sourire.
à 20h30 Grange Dîmière
Réservation : 01 49 84 56 91 ou
culturel@fresnes94.fr
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
Exposition
Quand la nature
colle à la peau !
xposition combien originale et fantastique que celle du travail d’Isabelle
Tournoud, qui intitule ses créations
“ Affaires d’Hommes ” au pluriel ! Savoir
manier le roseau, la tomate séchée, herbes
et plantes en tous genres, fait de cette artiste
à part une extraterrestre sachant transformer, voire dompter, Dame Nature. Créations
rêvées, quand la mode est servie par un rendu
vestimentaire pour le moins inatendu :comme
des gants de tomates ou un corset d’eucalyptus ! Pour se rassurer (sans doute) l’artiste a créé son double, le professeur Carré,
un scientifique qui germe dans son esprit
fertile. Elle va jusqu’à inventer des variétés de légumes farfelus ou des insectes
domestiques aux multiples propriétés,
gobeurs de moustiques, mangeurs de poussière. Esthétique, fantaisiste, scientifique,
et forcément poétique. Une fois dans le monde
E
insolite d’Isabelle Tournoud, on ne ressort
pas totalement comme on est entré.
D’ailleurs, à l’occasion de l’exposition, une
création inédite verra le jour. Une idée,
Gentilly aura-t-elle trouvé sa robe en nénuphars de Bièvre ? l
Du 27 novembre au 27 janvier 2008
58/60, Avenue Raspail
Service culturel municipal 01 41 24 27 10
Culture
Art vos balcons
L
es clowns du collectif “ Ces gens
qui ” déambulaient sur le marché
Frileuse ce samedi 29 septembre,
désignant du
bout de leurs
doigts les toiles peintes et
tendues sur
les rambardes
de balcons des
habitants de
la cité du cœur
de ville. Sur
l’initiative du
service culturel municipal,
en collaboration avec l’OPIHLM d’ArcueilGentilly, s’ouvrait fin septembre l’exposition d’art contemporain des oeuvres de
Liliane Camier et Etienne de Bary installées sur les façades d’immeubles.
Saluons au passage tous les locataires
qui ont accueilli avec enthousiasme le
travail des artistes, occasion exceptionnelle d’être au centre d’une galerie de
peintures à ciel ouvert. l
Jeunesse
Concert
Syrano :
C’est un rock,
c’est un pic !
S’y mettre
es LKR (Le Katorzième
Régiment) sont trois,
Chino, Dj Lsk et Konik. Nous
nous rencontrons à quelques
heures de l’ouverture de saison
du Plateau 31 où ils vont interpréter un de leurs morceaux. Les
LKR ont rencontré l’équipe du
Plateau 31 quand celle-ci travaillait à l’élaboration de son spectacle Une 6T 2 rêves. Les LKR y
interprètent un morceau composé
pour l’occasion Va leur dire, mais font également plusieurs apparitions et donnent
quelques répliques. De cette rencontre avec
le monde du théâtre, ils ne retiennent que du
bon : “ Ça nous a beaucoup aidés pour travailler le souffle, le déplacement et la relation avec le public” nous explique Konik. Le
24 janvier prochain, ils feront un concert
dans cette même salle et la Mauvaise Graine
fera leur première partie. Ensemble, ils forment le collectif “S’y mettre”. Ces deux groupes
participent également au CD Gentilly connection II. Dans la vie, ils sont amis, c’est pourquoi sur le disque aussi leurs parcours se
croisent le temps d’un featuring*. Ce fut
L
pour les différents rappeurs de la ville l’occasion “de se rencontrer” selon Chino, ce à
quoi son compère Dj Lsk ajoute que ce peut
également être l’occasion “de faire des scènes
ensemble”. Pour Dims, qui avec son ami Biba
MC forment le groupe Mauvaise Graine, il ne
fallait pas manquer l’occasion. Dims écrivait “déjà, des textes en sport études” ce que
son ami Biba faisait aussi de son côté avant
qu’ils ne se rencontrent. Rendez-vous le
8 décembre prochain** pour découvrir le
fruit de leur travail en avant-première. l
* de l’anglais figurer désigne une apparition d’un artiste sur le
morceau d’un autre.
** Voir page 11
Rencontres Tournesol
Il n’y a pas d’âge pour se divertir
est maintenant un rendez-vous
attendu par nos aînés que “Les rencontres Tournesol” du nom donné
au magazine programme qui leur est proposé tous les deux mois par le CCAS. Le vendredi 30 novembre toute la journée, en salle
C’
des fêtes de la mairie ce sera le moment de
nouvelles découvertes... Journée d’artistes
avec la présentation des ateliers de l’année,
dessins, peinture, patchwork, et en présence d’un jeune sculpteur venant de s’installer à Gentilly. Spectacle vivant et extrait
de la prochaine pièce interprétée par les comédiens de l’atelier théâtre dirigé par Jacques
Leforestier. Stand environnemental en présence du service de la CAVB et, pour que la
fête soit complète, petit-déjeuner pour les
lève-tôt, dès 9h30, mai aussi goûter et thé
dansant autour de 16 heures. Pour que chacun puisse trouver sa place dans une activité,
il suffit de passer et vous y inscrire, l’entrée
est libre. l
Renseignements au CCAS 01 47 40 58 67
29
n avril dernier à l’affiche du
Printemps de Bourges (découvertes ADAMI) et déjà en 2006
aux “Francofolies” de La Rochelle, le
groupe Syrano, cinq musiciens :
Sylvain,le chanteur accompagné d’une
guitare, d’un violoncelle, d’un accordéon, d’un violon et de machines à sons,
ont de bons copains... Sur la scène, ce
melting-pot, hip-hop, reggae, ragga a
eu comme partenaires, Debout sur le
Zinc, Java, La Ruekétanou, Sinsemilia,
La Rumeur, qui les ont déjà accompagnés en musique en les programmant en première partie de leurs
concerts. Leurs chansons bourrées
d’énergie, d’une poésie phrasée, d’un
rap soutenu par les instruments, s’invitent dans la chambre des enfants qui
passent à l’âge adulte. C’est, pour qui
les apprécie, une musique entre sirop
et cyanure ; Peter Pan qui aurait quitté
le pays de Disney pour celui de son
“Côté Punk”.
En 1re partie : JB Manis l
E
Vendredi 7 décembre
en salle des fêtes
Renseignement au Service culturel
01 41 24 27 10
Gentilly pratique
Gentilly pratique…
N° de téléphone utiles
30
Standard de la Mairie :
01 47 40 58 58
Pompiers : 18
Police-secours : 17
SAMU : 01 45 17 95 00
ou le 15
Médecins d’urgence : 15
Croix-Rouge (régulation
le week-end) :
01 45 73 96 84
Urgence dentaire
(dimanches et jours fériés) :
01 48 52 31 17
Centre anti-poison :
01 40 05 48 48
Ambulances 24h/24
Express Ambulances :
01 47 40 19 33
C.H.U du Kremlin-Bicêtre :
01 45 21 21 21
Accueil urgence adultes :
01 45 21 35 42
Accueil urgence pédiatrie :
01 45 21 39 60
Police : Commissariat
du Kremlin-Bicêtre :
01 45 15 69 00
Circonscription d’Action
sanitaire et sociale :
01 41 24 13 50
Caisse d’Allocations
Familiales :
- 0 820 25 94 10 (0,12 €
la 1re minute, 0,118 €
la minute suivante)
- Permanence au KremlinBicêtre (39, rue Charles-Gide)
01 45 21 89 84
Conseil général :
01 43 99 70 00
Crèche municipale familiale :
01 46 63 79 03
Sos femmes battues :
01 40 33 80 60
Sos enfants maltraités :
0 800 05 41 41
Drogue alcool tabac :
0 800 23 13 13
Planning familial
Hôpital du Kremlin-Bicêtre :
01 45 21 27 28
Cimetière de Gentilly :
01 47 40 58 28
Trésorerie
du Nord-Val-de-Bièvre :
16, pl. J.-Jaurès - Le KremlinBicêtre - 01 45 59 26 30
Horaires d’ouverture
de la mairie
Du lundi au vendredi de 8h30
à 12h et de 13h30 à 18h,
sauf le mardi fermeture à 19h
Le samedi de 8h30 à 12h
Le C.C.A.S, Centre
communal d’action sociale,
(aide sociale légale,
secours exceptionnels,
médiation sociale)
est ouvert : Lundi au vendredi
8h30 à 12h - 13h30 à 18h
Mardi fermeture à 19h
Samedi 8h30 à 12h
Tél : 01 47 40 58 06
Pôle gérontologique
Passage Thomas
8h30 - 12h et 13h30-18h, tous
les jours. Pas de permanence
le mardi soir, ni le samedi matin
Centre municipal de santé
Permanences en mairie
n Caisse des allocations
familiales
Le mardi matin de 9h à 12h
n Conseiller juridique
Sur rendez-vous les 1er, 3e
et 4e vendredis de chaque mois
à partir de 17h
n Conseiller juridique
Droit des étrangers
sur rendez-vous 2e mardi du mois
n Architecte conseil du CAUE
Le mardi de 15h à 19h
À l’Atelier permanent
d’urbanisme (rue Albert-Guilpin)
Sur rendez-vous au 01 47 40 58 25
n Conciliateur de justice
Sur rendez-vous au 01 47 40 58 73
n Écrivain public
Tous les mardi et vendredi
de 14h à 18h, sans rendez-vous.
Service gratuit
6, rue du Docteur Ténine
Tél : 01 47 40 58 59
Du lundi au vendredi de 9h
à 19h30, le samedi de 8h à 12h.
Le laboratoire ouvre à 8h
n Atelier permanent d’urbanisme
- le Mardi de 14h à 18h45
- le 1er samedi du mois
de 9h à 11h45
Le Point J
15, rue du Président-Wilson
Tél. : 01 45 36 66 82
Mardi : 14h - 19h
Mercredi : 13h - 19h
Jeudi et vendredi : 10h - 12h
et 13h - 19 h
Samedi : 10h - 12h et 14h - 18h
Lundi, mardi, jeudi, vendredi
de 16h30 à 19h30
Mercredi et vacances scolaires
de 10h à 12h et de 14h à 18h
Le Pij
Du lundi au vendredi de 9h à 12h
Le mercredi de 9h à 12h
et de 14h à 18h
Tél du SMJ : 01 49 86 07 76
La Maison Robert-Doisneau
Mercredi et vendredi 12h/19h
Samedi et dimanche 14h/19h
Fermé les jours fériés
Tél. : 01 47 40 88 33
La Médiathèque
Lundi fermeture toute la journée
Mardi : 13h - 19h
Mercredi : 10h-18h
Jeudi : groupes uniquement
Vendredi : 13h-18h
Samedi : 10h - 17h
Tél : 01 41 24 21 48
Bibliothèque du Chaperon Vert
Mercredi de 9h30 à 13h
Jeudi de 15h30 à 18h30
Samedi de 9h30 à 13h
Tél : 01 49 12 19 01
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
Le Cyberespace
Pharmacies de garde
n Dimanche 11 novembre
Neil
162, rue Gabriel-Péri - Gentilly
n Dimanche 18 novembre
Hoa Hal Van
11, av. de Fontainebleau
Le Kremlin-Bicêtre
n Dimanche 25 novembre
Le Joncour
8, rue du Pdt-Wilson - Gentilly
n Dimanche 2 décembre
Casaurang
46, av. de Fontainebleau
Le Kremlin-Bicêtre
n Dimanche 9 décembre
Sellali
1, rue de la Bièvre - Gentilly
n Dimanche 16 décembre
Cordier
25, av. Charles-Gide
Le Kremlin-Bicêtre
n Dimanche 23 décembre
Saint Georges
36/40, rue de la Convention
Le Kremlin-Bicêtre
n Mardi 25 décembre
Andreani
61, av. Pasteur - Gentilly
n Dimanche 30 décembre
Cadi-Soussi
28, rue Charles-Frerot - Gentilly
n Dimanche 4 novembre
Benois
121, av. de Fontainebleau
Le Kremlin-Bicêtre
n Mardi 1er janvier 2008
Fabre-Pochon
127, av. Paul-Vaillant-Couturier
Gentilly
Objets encombrants
des particuliers
L’enlèvement des objets
encombrants des particuliers
se fait par secteur :
• Les 1er et 3e mercredis
du mois pour les cités OPIHLM,
Éfidis et Opac
• Le 4e mercredi du mois
pour le quartier du Plateau
• Le 2e mercredi du mois
pour le reste de la ville
Collecte des déchets
ménagers spéciaux
Le camion “Planète”
de ramassage des déchets
spéciaux (piles, batteries,
aérosols, huiles de vidange, etc.)
sera présent sur les marchés
de la ville, de 9h à 11h15.
• 2e samedi du mois :
Marché Frileuse
• 4e mercredi du mois :
Marché du Chaperon Vert
Renseignements : 01 47 40 58 61
Codal Pact
Le comité départemental pour
l’amélioration du logement
du Val-de-Marne apporte
une aide pour tous travaux
d’amélioration de l’habitat.
Pour un premier contact,
appeler le 01 45 17 93 43
Permanence du Médiateur
de la République
Le mardi de 14h à 18h
ou le mardi matin
sur rendez-vous.
Renseignements
et prise de rendez-vous :
Maison de la Prévention
et de la Médiation
37, rue Guichard à Cachan.
Carnet
TÉLEX
État civil - Du 27 août au 28 octobre 2007
Naissances
n Élections
Inscription sur les listes
Il est rappelé que la date limite
d’inscription sur les listes
électorales est fixée
le 31 décembre 2007.
Présentez-vous au service
formalités population muni d’une
carte nationale d’identité ou d’un
passeport en cours de validité
et d’un justificatif de domicile.
Renseignements : 01 47 40 58 08
n Santé prévention
Vaccination gratuite
Les séances de vaccinations
gratuites pour enfants de plus
de six ans et adultes, ont repris.
La prochaine séance se déroulera
le 27 novembre de 17h à 19h,
sans rendez-vous, au CMS,
6, rue du Dr-Ténine.
Les personnes désirant se faire
vacciner doivent venir avec
leur carnet de vaccination,
et les mineurs être accompagnés
d’une personne majeure.
Séance suivante : le mardi
18 décembre de 17h à 19h.
Renseignements : 01 47 40 58 59
n Dépistage du diabète
Le CMS organise le lundi
19 novembre, une journée
de dépistage gratuit et
d’information du diabète.
Une diététicienne, un médecin
endocrinologue et une infirmière
seront là pour répondre
à vos questions.
Au CMS, de 10h à 17h30 sans
interruption et sans rendez-vous
(1er étage).
Renseignements : 01 47 40 58 59
Rayane LEVILLAIN
Jules LIONS,
Rayan JABBAR,
Eritzo GRILLON,
Rania ELMADDAHI,
Olivia TELLIER,
Nina BOCCARA--LEFÈVRE,
Sirine DRIAS,
Gonbatanai
OUALENGBE-BISSE,
Dieynaba SANOKHO
Maëva BELIA
Kévin CHAFIR
Amandine ROMANET
Baptemes civils
Abdelmajid ATOUANI
et Yamina JELLOULI
Mariages
Carlos MONSALVE
FERNANDEZ et Martha
Décès
Lorraine MICHELS (née YANG)
La publication des actes d’état-civil est désormais soumise à autorisation
écrite des familles concernées, et ce, dans le respect de la vie privée
de chacun, en vertu de l’article 9 du Code civil. Concernant les décès,
la difficulté d’obtenir cet accord explique l’absence de leur mention
dans Vivre à Gentilly.
Les familles qui souhaitent voir figurer leurs disparus sont invitées
à se faire connaître auprès du service formalités/population.
CCAS
Aides de fin d’année
l’occasion des fêtes de fin d’année, le Centre communal d’action sociale (CCAS) offre une aide aux familles et personnes qui
disposent de faibles ressources et dont le quotient familial est
égal ou inférieur à 313. Pour en bénéficier, rendez-vous au CCAS, muni
des pièces justificatives suivantes : livret de famille (ou une pièce d’identité si vous êtes seul), jugement de divorce si vous êtes divorcé(e), justificatifs de ressources de toute la famille datant de moins de 3 mois
(fiches de paie, attestation Assedic, RMI, AAH, API, attestation de rejet
des Assedic, attestation de retraite…), avis d’imposition 2006, dernière
quittance de loyer ou, à défaut, un certificat d’hébergement et la dernière quittance de loyer de la personne qui vous héberge. Si vous êtes
propriétaire, vous munir de la taxe foncière et de la taxe d’habitation
2006. Une fois votre quotient calculé, un courrier vous sera adressé qui
vous indiquera la date à laquelle vous pourrez venir retirer ces chèques.
Vous pourrez choisir le type de chèques que vous désirez, chèques
cadeaux “ loisirs, culture, actions éducatives ”, chèques “ alimentation,
habillement, équipement de la maison ” ou chèques “ lire ”.
Faites calculer votre quotient familial jusqu’au 17 novembre.
Renseignements : 01 47 40 58 06
À
Les nouveaux commerçants
Studio 21 (changement de propriétaire)
salon de coiffure
55/59, rue Charles-Frérot
06 32 20 86 78
Salon de bronzage
12, avenue Jean-Jaurès
01 45 47 39 08
SEPULVEDA COLORADO,
Frédéric FEUILLET
et Estelle REYZ
Aux deux grappes d’or
(changement de propriétaire)
Bar - Brasserie
30, avenue Jean-Jaurès
01 46 16 29 25
Banque populaire - Rives de paris
41, rue Charles-Frérot
Disparition
Georges Reneau, conseiller municipal de
Gentilly de 1983 à 1989 nous a quitté le
jeudi 04 octobre 2007 à l’âge de 78 ans.
Il a été inhumé le 8 octobre au cimetière
de Gentilly. La municipalité s’associe à la
douleur de sa famille.
31
Vivre à Gentilly - No 203 - Novembre 2007
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising