l`intelligence interculturelle - Éditions Charles Léopold Mayer

l`intelligence interculturelle - Éditions Charles Léopold Mayer
l’intelligence interculturelle
Michel Sauquet
Martin Vielajus
L’intelligence interculturelle
15 thèmes à explorer pour travailler
au contact d’autres cultures
Préface de Richard Balme Postface de Jean-François Chanlat et Philippe Pierre
38 rue Saint-Sabin 75011 Paris/France
Tél. et fax : 33 [0]1 48 06 48 86/www.eclm.fr
Les Éditions Charles Léopold Mayer, fondées en 1995, ont pour
objectif d’aider à l’échange et à la diffusion des idées et des expériences
de la Fondation Charles Léopold Mayer pour le progrès de l’homme
(FPH) et de ses partenaires. Les ECLM sont membres de la Coredem
(Communauté des sites de ressources documentaires pour une
démocratie mondiale) qui rassemble une trentaine d’associations,
d’instituts de recherche et de réseaux autour d’un moteur de
recherche (scrutari), d’un glossaire commun, le LexiCommon, et de
la collection « Passerelle » : www.coredem.info
Vous trouverez des compléments d’information, des mises à jour,
l’actualité des auteurs, etc., sur le site www.eclm.fr
Cet ouvrage est publié en partenariat et avec le soutien académique de
l’Université Paris-Dauphine (Master de Management Interculturel).
Il a également a été réalisé en lien avec l’École des Affaires
internationales de Paris (Sciences Po) dans le cadre de laquelle les
auteurs assurent depuis plusieurs années un enseignement sur les
questions interculturelles.
Le Master de Management Interculturel de Paris-Dauphine (www.
management-interculturel.dauphine.fr) a pour objectif de former des
experts capables de faire face à de multiples situations de management
en contexte multiculturel, que ce soit dans le cadre de partenariats,
de fusions et acquisitions internationales, de transferts de savoirfaire ou dans le cadre de situations rencontrées quotidiennement à
l’intérieur de l’entreprise (gestion de la diversité, communication et
négociation internationale, mise en place de processus de travail et
gestion d’équipes despatialisées).
Les auteurs
Michel Sauquet a travaillé pendant 40 ans dans la coopération
internationale avec des ONG, ou agences des Nations unies et avec
la Fondation Charles Léopold Mayer. Il enseigne à Sciences Po, à
l’École Centrale de Paris, à l’Université Paris-Dauphine et intervient
à l’ENA. Il préside également la Plate-forme française d’éducation au
développement et à la solidarité internationale (Educasol).
Martin Vielajus est consultant indépendant auprès d’entreprises,
d’ONG et de collectivités territoriales, et responsable Recherche et
Développement de l’agence Synergence. Il enseigne également à
Sciences Po et intervient à l’ENA depuis plusieurs années.
Tous deux ont créé en 2005 l’Institut de recherche et débat sur la
gouvernance (IRG), enseignent conjointement, et sont les auteurs de
L’intelligence de l’autre. Prendre en compte les différences culturelles
dans un monde à gérer en commun (Éditions Charles Léopold Mayer,
2007), traduit en chinois et en brésilien.
Les auteurs remercient tout particulièrement ceux qui, par leurs
apports, leurs relectures, leurs conseils et leurs appuis, ont grandement
aidé à l’élaboration de ce livre : Frédéric Aunis, Richard Balme, Magali
Bouchon, Jean-François Chanlat, Jörg Eschenauer, Sylvain Fournel,
Catherine Guernier, Fanny Huret, Jin Siyan, Amokrane Kaddour,
Thierry Lassalle, Boris Martin, Philippe Pierre, Olivier Sauquet,
Vanessa Scherrer, Dominique Wolton.
Ils remercient également Patrice Rambaud pour son talent
d’illustrateur et pour la note de légèreté et d’humour dont il a su
enrichir leur travail.
© Éditions Charles Léopold Mayer, 2014
Essai n° 205
ISBN : 978-2-84377-185-9
Mise en pages : La petite Manufacture - Delphine Mary
Conception graphique : Nicolas Pruvost
Les illustrations de la couverture, des ouvertures de chapitre et
des pages 39, 40 et 182 ont été réalisées par Patrice Rambaud, www.loeildupigeon.com
sommaire
l'intelligence interculturelle
6
Préface - Richard Balme
9
Introduction - Pour une conception ouverte de l’interculturel
13
Première partie - Visions du monde
33
Chapitre 1 - R eligion, tradition, Histoire.
Sources des représentations culturelles
37
Chapitre 2 - L’Homme et la nature. Entre domination et connivence
59
Chapitre 3 - Le temps. Le gagner, le perdre, le maîtriser
75
Chapitre 4 - L’espace. Lieux, distances et bulles
99
Chapitre 5 - La maladie et la mort. Enjeux symboliques et sociaux
119
Deuxième partie - Identités et statuts
149
Chapitre 6 - L’individuel et le collectif. « Je », « nous », « ils »
155
Chapitre 7 - L’étrange étranger. Le rapport à la différence
175
Chapitre 8 - Les barreaux de l’échelle. Statuts sociaux, prestige social
197
Chapitre 9 - Le masculin et le féminin. Genre et distinction des rôles
215
Troisième partie Cultures professionnelles et organisationnelles
231
Chapitre 10 - Le travail. Entre vocation, métier et devoir
235
Chapitre 11 - Le désaccord et le conflit. Entre affrontement et évitement
259
Chapitre 12 - L’argent. Visions croisées de la richesse et de la pauvreté
279
Chapitre 13 - Les modes d’organisation. Hiérarchie, règles, autorité
293
Quatrième partie - Langues et modes de communication
317
Chapitre 14 - La langue. Au-delà des mots, traduire l’intraduisible
321
Chapitre 15 - La communication. Entre entendus et malentendus
351
Postface - Enjeux du management interculturel, enjeux de l’humain
Jean-François Chanlat et Philippe Pierre
369
Bibliographie transversale
379
L’outil « Culturoscope » - Grille d’analyse des contextes,
des représentations et des pratiques socioculturelles
383
7
Préface
Richard Balme, professeur à l’École des affaires internationales (PSIA) de Sciences
Po et conseiller scientifique du Master International Public Management
Il est probablement peu nécessaire de rappeler au lecteur abordant cet ouvrage l’importance des questions interculturelles dans le
monde contemporain. C’est une évidence, le début de ce siècle s’est
déjà imposé, sous les effets conjugués de changements politiques et
technologiques majeurs, comme une période de flux économiques,
migratoires et informationnels particulièrement denses, porteurs de
changements sociologiques de grande portée dont nous ne saisissons
qu’imparfaitement les contours et les implications. L’activité économique et l’emploi, la recherche scientifique, la création artistique, la
politique, la ville, la famille, aucun secteur de la vie sociale ne semble
à vrai dire épargné par ces mouvements où chacun est tout à la fois
récepteur et acteur du changement.
Il n’échappe pourtant à personne que l’explosion de ces flux
d’échanges, s’ils relativisent ou mettent en cause les formes d’organisation sociale traditionnellement hiérarchiques, est accompagnée
de redéfinitions et de revendications identitaires, parfois virulentes.
Par-delà la complexité et la singularité des situations nationales ou
locales, c’est une même tension entre cosmopolitisme et irrédentisme,
entre société ouverte et société fermée qui travaille l’organisation
sociale, en polarise les mobilisations pour en constituer les clivages.
La présence de « l’autre », qu’elle soit plus effective ou davantage perçue, ne va pas sans questions sur la place de chacun, sur les formes et
les termes de l’échange, et suscite ce qu’on peut appeler des « transactions identitaires » pour gérer et ajuster ces situations.
Naturellement, la violence des fondamentalismes religieux, ou les
grands débats de société opposant communautarisme et républicanisme relèvent de ces perspectives. Mais ces transactions identitaires
sont aussi à l’œuvre beaucoup plus quotidiennement, et de manière
heureusement moins dramatique, dans les rues de nos quartiers, dans
les entreprises et les guichets des services publics, et dans les salles de
classe des établissements scolaires. S’il est un domaine où ces enjeux,
tant les tensions d’aujourd’hui que les espoirs de demain, s’expriment
avec force, c’est assurément celui de l’éducation. Les problématiques
de la diversité culturelle et de ses incidences sur la réussite et l’intégration scolaire sont évidemment très actives dans l’enseignement primaire et secondaire. Mais elles affectent aussi profondément l’enseignement supérieur et la formation des cadres et des dirigeants dans un
monde de plus en plus internationalisé. C’est là que se jouent l’intégration professionnelle des groupes culturels minoritaires, la formation
9
l'intelligence interculturelle
commune des étudiants européens, ou l’acquisition de compétences
pour les élites des pays les plus pauvres. C’est aussi dans les amphithéâtres et les laboratoires que l’analyse et le travail sur les différences
culturelles peuvent être conduits avec la réflexion la plus poussée.
Michel Sauquet et Martin Vielajus l’ont compris depuis longtemps,
et se sont résolument engagés dans des activités d’enseignement à
cet effet. Leurs projets se sont notamment inscrits très naturellement
dans les efforts de diversification sociale et d’ouverture internationale entrepris depuis le début des années 2000 à Sciences Po.
Créée en 2010, l’École des Affaires internationales de Paris (Paris
School of International Affairs – PSIA) offre aujourd’hui un enseignement bilingue à 1 300 étudiants d’une centaine de nationalités
différentes. L’école propose 9 masters différents et travaille en collaboration avec une dizaine d’universités européennes, américaines,
chinoises et russes dans le cadre de doubles diplômes. Le master en
Management public international accueille à ce jour quelque 220 étudiants qui développent des compétences de conception et de gestion
de l’action publique dans des contextes internationaux. Leur future
insertion professionnelle les conduira à interagir avec les institutions
internationales, à gérer des transferts de politiques publiques, et à
travailler dans des équipes fortement diversifiées sur le plan culturel. Une réflexion sur les dimensions et sur les dynamiques de l’interculturalité leur est donc particulièrement nécessaire.
C’est la raison pour laquelle le cours développé par Michel Sauquet et Martin Vielajus a très vite trouvé au sein de l’école une place
privilégiée. « L’intelligence interculturelle » n’est évidemment pas un
catalogue de recettes prêtes à l’emploi pour voyageur pressé, ni même
un protocole d’analyse gravé dans le marbre du chercheur en sciences
sociales. C’est bien plutôt d’une démarche réflexive, nécessairement
interactive et collective qu’il s’agit. Tel qu’il nous est révélé par cet
ouvrage, l’engagement des étudiants aux côtés de leurs professeurs,
leur créativité et leur discernement, la mobilisation très interdisciplinaire des sciences sociales et humaines contribuent à l’élaboration
d’un champ de connaissance qui ne peut se penser qu’en transit et
en mouvement entre les frontières préconçues des cultures ou des
savoirs.
Étudiants ou enseignants, professionnels et chercheurs trouveront assurément dans les pages qui suivent des éléments de découverte et de réflexion très stimulants. Le mode d’élaboration de l’ouvrage et de ses contenus est en lui-même le produit et le révélateur
des réalités interculturelles d’aujourd’hui. Il est heureux que, grâce à
leur talent, il ait pu être élaboré en partie sur la base de l’expérience
d’enseignement des auteurs à Sciences Po. Il inspirera certainement
d’autres expérimentations pédagogiques et scientifiques, dans son
domaine et au-delà.
Introduction
« Ne pas rire, ne pas pleurer, ne pas détester, mais comprendre »
Spinoza
Pour une conception
ouverte de
l’interculturel
Qu’est-ce qu’être riche ou pauvre dans certaines régions d’Afrique
où le même mot est utilisé, dans la langue locale, pour « pauvreté »
et « solitude » ? Pourquoi interrompt-on moins souvent ses interlocuteurs en allemand qu’en français ? Nos partenaires internationaux raisonnent-ils davantage en termes de « je » ou de « nous » ? L’eau et la
terre sont-elles perçues, d’une région à l’autre, comme des éléments
sacrés, des ressources ou de simples marchandises ? Le « oui » d’un
industriel japonais lors de tractations commerciales revêt-il la même
signification que celui d’un industriel français ? Les aides-soignantes
d’origine étrangère dans une maison de retraite bretonne ont-elles
toutes le même rapport au corps, à la maladie et au grand âge ? Autant
de questions, parfois d’énigmes, de constats d’unité ou de diversité,
qui émaillent la rencontre interculturelle. C’est ce que ce livre a pour
but d’explorer.
La première des questions à résoudre est la suivante : toutes ces
interrogations sont-elles encore vraiment d’actualité ? La mondialisation n’a-t-elle pas provoqué une simplification, un rabotage des
différences et ne rend-elle pas progressivement obsolète plus d’un
demi-siècle d’analyses et de recherches qui, de Claude Lévi-Strauss
à Edward T. Hall, en passant par Tzvetan Todorov et Edgar Morin,
s’attachent à la fois à pointer les différences culturelles et à décrire la
complexité du monde ?
Nous pensons au contraire que les enjeux de la rencontre interculturelle n’ont, en réalité, jamais été aussi importants : l’actualité
nous donne tous les jours des signes de la multiplication de mouvements de crispations identitaires et de la montée de nouvelles formes
de xénophobie et de ce « racisme culturel » qu’évoque fréquemment
Michel Wieviorka. Les immersions que nous avons nous-mêmes
connues – et poursuivons – dans le monde des ONG, des entreprises,
des universités ou encore de l’action sanitaire et sociale (où les
équipes de travail sont de plus en plus pluriculturelles) nous mettent
sans cesse en présence d’une demande croissante de nouvelles formes
de gestion de la diversité. Quant à la plupart de nos propres étudiants,
ils s’intègrent progressivement, par le jeu des échanges universitaires internationaux, des stages ou des « années de césure », dans
une communauté qui, de plus en plus, est supposée « penser global ».
Pourtant, de séminaire en séminaire, ils témoignent chaque année de
leurs étonnements à l’égard des cultures qu’ils côtoient, pointent les
stéréotypes dont ils constatent être les victimes, et font parfois état
de leurs difficultés d’intégration dans les universités ou les grandes
écoles dans lesquelles ils se trouvent immergés. Ces témoignages
n’ont pas été pour rien dans l’approche que nous proposons ici.
Ainsi la mondialisation n’intervient-elle pas seulement comme un
bulldozer uniformisateur des cultures. Elle provoque aussi un réveil
des identités culturelles. Ce « paradoxe inattendu », pour reprendre
une formule de Dominique Wolton, renvoie à une mondialisation
15
introduction
l'intelligence interculturelle
16
« qui devait ouvrir le monde et conduit à un défi politique inverse :
gérer le retour des identités et la diversité culturelle1 ».
Intelligence interculturelle
Nous proposons ici un guide facilitant une approche de l’invisible
de nos cultures, mais pas un catalogue des cultures du monde. Son
approche – ébauchée déjà dans notre précédent livre2 mais largement
précisée, développée et complétée dans ces pages – est celle de l’intelligence interculturelle. De quoi s’agit-il ? D’une démarche de vigilance et de curiosité, d’une tentative de compréhension des logiques
de ceux de nos partenaires de travail dont la culture, les modes de
pensée, les façons de fonctionner sont différents des nôtres.
Rien n’est plus périlleux que de décider à l’avance que chacun,
en fonction de sa nationalité, de son métier ou de sa classe d’âge, va
communiquer de manière directe ou non, gérer son temps de façon
mono- ou polychrone, accepter ou refuser le conflit, accumuler ou
redistribuer sa richesse, etc. Cependant, nous constatons qu’il existe
des « adhérences culturelles », des réflexes communs dans certaines
aires géographiques ou secteurs professionnels, dont l’origine est
souvent lointaine, cachée. Raisonner en termes d’adhérences et non
de catégories est une manière d’éviter les clichés et les simplifications
abusives.
Au cœur de cette démarche se trouve un exercice de questionnement : nous pensons – parce que nous le constatons – qu’il est illusoire, lorsqu’on est engagé dans une carrière de mobilité qui conduit
à changer de pays tous les deux ou trois ans, ou lorsqu’on est amené
à travailler, en son propre pays, dans des milieux très pluriculturels,
de prétendre vraiment connaître la culture de l’autre. En revanche,
il est nécessaire, dans ces situations, de se poser une série de questions sur les contextes dans lesquels vivent nos interlocuteurs, sur la
spécificité de leurs pratiques et de leurs manières de fonctionner, et
sur les représentations que chacun a de notions trop vite supposées
communes – le temps, l’argent, l’autorité, la nature… Nos évidences
ne sont pas forcément celles de l’autre, nos références, nos conditionnements initiaux et notre éducation encore moins.
Notre livre ne présente donc pas une série de bonnes pratiques à
appliquer en fonction de tel ou tel espace culturel. Plutôt que de proposer un ensemble de recettes sur la manière de se comporter face à
son interlocuteur chinois, malgache ou brésilien, nous suggérons une
1. Dominique Wolton, « Conclusion générale : de la diversité à la cohabitation culturelle »,
Hermès, n° 51, 2008, http://documents.irevues.inist.fr/handle/2042/23708
2. Michel Sauquet et Martin Vielajus, L’Intelligence de l’autre. Prendre en compte les différences
culturelles dans un monde à gérer en commun, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2007.
manière de s’interroger sur les adhérences culturelles, les réflexes et
les réactions de cet interlocuteur, pour permettre à chacun de mieux
comprendre les éventuels malentendus et de définir la meilleure voie
pour adapter son action. L’objectif est d’inciter les professionnels de
l’international ou du multiculturel, à se demander, chaque fois qu’une
action de coopération, une négociation commerciale, ou encore un
débat scientifique présentent des difficultés inattendues : qu’est-ce
qui, du point de vue culturel ou social, a pu dysfonctionner, expliquer
les blocages ? D’où peuvent provenir les incompréhensions, quelle est
la source profonde de nos malentendus ? Comment interpréter et analyser les différences de comportements chez l’autre, mais aussi chez
nous ? L’échec d’un travail en commun vient-il forcément de l’incompétence, de la duplicité ou de la mauvaise volonté de l’autre ? À ce
titre, l’ouvrage peut se révéler un « réducteur d’agacement », auquel
recourir dans les situations de conflits potentiels. Et une incitation à
interroger ceux qui, riches d’une double appartenance culturelle ou
d’un séjour de longue durée dans le pays ou le secteur professionnel
que nous découvrons, peuvent nous expliquer ce que nous ne comprenons pas ou ce qui nous déconcerte.
Le guide est construit autour d’un outil, le « culturoscope », qui
est une grille d’analyse des contextes, des représentations et des
pratiques culturelles susceptibles d’expliquer les manières d’être et
d’agir de l’autre. On trouvera cet outil à la fin de l’ouvrage, avec ses
15 thèmes-clés (rapport à la nature, au temps, à l’espace, à la santé, au
statut social, etc.) et ses 130 questions renvoyant chacune à une ou
plusieurs pages du livre.
Ces 15 thèmes-clés permettent d’interroger tout autant les représentations de l’autre que les siennes propres : ce n’est que confrontés aux manières de travailler des autres que nous prenons vraiment
conscience de nos propres réflexes culturels, de nos méthodes implicites.
Pour être utile à l’action, cette démarche d’« intelligence de
l’autre » comporte trois stades : la contextualisation ; l’exploration des
différences de représentations et de pratiques ; la prise en compte de
ces différences :
17
introduction
l'intelligence interculturelle
18
Premier stade de la démarche : contextualiser, prendre le temps de
l’observation et du diagnostic, c’est-à-dire faire précisément ce que
nous négligeons trop souvent, pressés que nous sommes d’intervenir
le plus vite possible dans nos missions internationales ou en milieu
pluriculturel. Cette prise de recul concerne :
−− le contexte socio-économique dans lequel évoluent nos partenaires, d’abord : il s’agit de chercher ce qui, dans les comportements de
nos partenaires peut être directement lié à des éléments concrets de
leur environnement, et peut constituer des obstacles ou au contraire
des leviers d’action. Parmi ces éléments de contexte, nous retrouverons notamment le niveau de précarité économique, le niveau d’ouverture du régime politique, les incertitudes sur l’espérance de vie,
le fonctionnement (ou dysfonctionnement) des transports, de l’éducation, de la santé et de l’administration locale, etc. Chacun de ces
éléments et bien d’autres jouent directement sur les pratiques et les
perceptions de nos interlocuteurs ;
−− les contextes linguistiques ensuite : les mots « religion » et
« croyance » sont-ils synonymes ? Mettons-nous tous le même sens
derrière des termes comme culture, laïcité, temps, communication,
espace ou encore autorité, toutes ces composantes d’un « sol de mots
instables », selon la formule d’Armand Mattelart3 ?
Deuxième stade : explorer les différences de représentations, de
systèmes de valeurs et de pratiques. Les différentes manières dont les
individus et les groupes se représentent les éléments qui font l’objet
de la rencontre interculturelle – le temps, l’espace, la santé, l’identité, l’honneur, l’argent, la hiérarchie, etc. – sont souvent la source
de malentendus et de tensions lorsque plusieurs cultures et milieux
sociaux sont en présence. Nous nous attacherons à montrer dans ce
guide quelques sources de cette diversité de représentations culturelles et sociales, qu’elles soient individuelles ou collectives. Nous
tenterons d’identifier les systèmes de valeurs auxquelles elles sont
liées, et d’analyser les pratiques personnelles, professionnelles ou
publiques qui en découlent.
Enfin, le troisième stade de la démarche est celui de la prise en
compte des similitudes et des différences culturelles : il ne suffit pas
de se poser des questions sur les contextes, les pratiques et les représentations de l’autre, il faut pouvoir tenir compte de tout cela dans la
manière de gérer nos relations partenariales. Tenter d’en savoir plus
sur les spécificités culturelles de l’autre, sur son langage, sur ses stratégies est une étape indispensable au travail en commun, mais cela
peut rester à un stade purement théorique si ces connaissances ne
sont pas transformées en savoir-faire et en savoir-être dans la relation
personnelle et professionnelle.
3. Armand Mattelart, Diversité culturelle et mondialisation, Paris, La Découverte, 2005.
Avec une série d’exemples tirés de l’expérience d’une diversité de praticiens, nous insisterons ainsi sur l’enjeu de ce que beaucoup appellent aujourd’hui la « négociation socioculturelle », cette
démarche de passage d’une logique du « ou » (« c’est votre culture ou
la mienne, vos méthodes ou les miennes ») à une logique du « et »
(« que nous l’ayons choisi ou non, nous travaillons ensemble et nous
devons trouver un minimum de repères et de méthodes communes »).
Options thématiques et axes d’analyse du guide
Cet ouvrage approche donc la rencontre interculturelle non par
pays ou régions mais par une série de grands thèmes sur lesquels
la rencontre peut achopper ou amener au constat de visions et de
réflexes communs. Les thèmes que nous avons retenus, sans prétendre à l’exhaustivité, se regroupent en quatre grands axes :
−− les visions du monde : quels éléments structurent la compréhension de chacun sur le monde qui l’entoure ? Quelle est la place
de la religion, de la tradition, de l’Histoire, dans les représentations
culturelles ? Comment les individus considèrent-ils leurs rapports à
la nature ? Quelles sont leurs représentations du temps et de l’espace,
et comment les gèrent-ils ? Quelles sont leurs conceptions de la santé,
de la mort ?
−− l’identité et les statuts : comment chacun se perçoit-il vis-à-vis
des autres ? Qu’est-ce qui caractérise son identité, dans les deux sens
du terme : l’identité qui le singularise, et l’identité qui le rend semblable à d’autres ? Comment les hommes et les sociétés considèrent-ils
le rapport entre l’individuel et le collectif ? Quelles sont les différentes
conceptions du « je », du « nous », du « ils » ? En quoi peuvent différer
les rapports aux statuts sociaux, à l’âge, au masculin et au féminin ? Quel
regard est porté sur la différence, qu’elle soit ethnique, religieuse, etc. ?
Face aux incompréhensions et aux discriminations, quelles conduites et
quelles stratégies identitaires voit-on se développer ?
−− les cultures professionnelles et organisationnelles : nous nous
pencherons sur ce qui détermine la compréhension du cadre de travail de notre interlocuteur. Quel rapport au travail et à l’efficacité ?
Comment se posent les questions de différences culturelles dans le
rapport à la norme, à la hiérarchie, au savoir ? Quelle est l’influence du
culturel et du religieux dans le rapport à l’argent et à la possession ?
Que signifient, dans les territoires où chacun est amené à intervenir,
les mots « richesse » et « pauvreté » ? Quelle diversité de structures
organisationnelles voit-on se développer ?
−− les questions de langue et de communication : il s’agira enfin
d’interroger la manière dont chacun communique et entre en relation
avec les autres. Quelle est l’influence des langues maternelles dans les
modes de pensée ? Quelle part de l’implicite dans la communication ?
19
introduction
l'intelligence interculturelle
20
Les statuts respectifs de l’écrit et de l’oral sont-ils les mêmes d’un secteur à un autre, d’une aire culturelle à l’autre ? Quelles différences
peut-on observer dans la gestion de l’affectif et de l’émotionnel, ou
dans la propension à mêler vie privée et vie publique ?
Ce guide n’est pas à lire d’une seule traite, de bout en bout. Nous
supposons à l’avance que le lecteur ira d’un chapitre à l’autre en fonction des thèmes qui le préoccupent et qu’il y fera son tri personnel.
Avis de prudence
Un élément structurant de notre approche d’intelligence de l’autre
est une vision prudente et critique à l’égard de la place du « culturel »
et de la « différence » dans les comportements de chacun. Nous proposons cinq mises en garde, sur lesquelles nous reviendrons tout au
long de ce guide.
Les mots de la « culture » ne sont pas des évidences
D’abord, la notion même de culture est sujette à controverses. Il
existe du mot culture des centaines, peut-être des milliers de définitions :
−− les unes sont liées à l’idée d’héritage, de patrimoine et d’intellect, définitions très européennes par leur origine, valorisant la figure
de l’homme « cultivé », détenteur d’un privilège, d’une culture qui
n’est autre, nous dit Hobbes dans le Leviathan, que « l’exercice et le
raffinement de l’esprit ».
−− d’autres définitions, comme celle d’Edward T. Hall, mettent
l’accent sur les habitudes acquises et voient la culture comme « un
ensemble de règles tacites de comportements inculquées dès la naissance lors du processus de socialisation précoce dans le cadre familial4 ». Dans le même esprit, Pierre Bourdieu, avec la notion d’habitus,
montre comment la culture se forme progressivement à l’intérieur
même des groupes sociaux, par incorporation de normes et de pratiques véhiculées par les parents, les éducateurs, l’entourage. Il en
résulte de manière durable des réflexes, des manières d’être, de raisonner et d’agir relativement inconscients, implicites : le propre de
l’habitus, nous dit-il, n’est-il pas de se faire oublier et de prendre les
habits du quotidien ?
−− enfin, on trouve des définitions identitaires, liées à la notion
d’appartenance, éventuellement de socialisation loin des terres d’origine, sachant que les appartenances d’un individu sont elles-mêmes
4. Edward T. Hall, La Danse de la vie. Temps culturel, temps vécu, Paris, Seuil, 1984 (1re édition
en anglais en 1983).
multiples, et que le jeu des évolutions, des osmoses et des mélanges
brouille vite les pistes.
Bouillons de cultures : des évolutions permanentes
Les cultures ne sont pas statiques, mais en évolution permanente.
Il est impossible aujourd’hui de considérer une culture en dehors de
ses relations avec les autres, de sa propre évolution, de son propre
métissage, et c’est ce que nous oublions souvent lorsque nous opposons trop vite « l’Occident » au reste du monde. L’Occident, c’est aussi
le lieu d’installation des diasporas, l’univers qui accueille une grande
partie des 30 à 50 millions de personnes de la diaspora chinoise, des
5 à 6 millions de la diaspora indienne, etc., l’univers de destination
des migrants historiques, des réfugiés politiques, de l’exode des
cerveaux… à l’inverse, l’occidentalisation d’une partie de l’Asie ou
de l’Afrique va bon train, et les influences culturelles « Sud-Sud »
indépendantes de l’Occident se multiplient (entre la Chine, l’Inde,
le Brésil, l’Afrique) dans le cadre de ce que Jonathan Xavier Inda et
Renato Rosaldo appellent des reverse cultural flows5. Un mathématicien nous disait la difficulté énorme du calcul des trajectoires des
sondes spatiales. Si elles reliaient deux objets fixes, ce serait presque
simple. Si, comme le chasseur tirant un lapin, elles partaient d’un
point fixe vers un point en mouvement, il y aurait déjà une difficulté supplémentaire. Mais le vrai problème vient du fait que les deux
objets – la Terre et Mars par exemple – ne cessent chacun de se déplacer ! Ainsi en est-il des cultures : la nôtre et celle des autres sont en
perpétuel mouvement, et nos visions réciproques doivent suivre ce
changement continuel.
La culture comme outil stratégique
Il faut avoir conscience que la culture ne cesse d’être instrumentalisée. Alternativement, chacun d’entre nous peut en effet utiliser la
culture selon sa situation et ses intérêts. Nous pouvons nous comporter en gardiens du temple, avec une vision muséologique de la culture
entretenant le déni de l’évolution continuelle des comportements
et du métissage culturel ; en manipulateurs, lorsque les différences
culturelles deviennent un alibi en cas de désaccords (le « chez nous,
c’est différent » si souvent entendu par les cadres expatriés) et un
prétexte pour justifier certaines discriminations ; en culturalistes,
chaque fois que nous attribuons à la culture un poids écrasant comme
facteur explicatif des phénomènes sociaux ; en grossistes, chaque fois
5. Jonathan Xavier Inda et Renato Rosaldo, The Anthropology of Globalization, Malden (Étatsunis), Oxford (Royaume-Uni), Victoria (Australie), Blackwell Publishing, 2002.
21
introduction
l'intelligence interculturelle
22
que nous sommes agrippés à des cultures institutionnelles (cultures
d’entreprise, d’ONG, d’églises…) supposées uniformément valables
d’un bout à l’autre de la planète ; en nombrilistes, ignorants de nos
propres prismes culturels…
Si la culture est un déterminant fondamental des actions et des
représentations de chacun, son influence se trouve bien souvent ailleurs que là où on l’attend et où on la revendique. La démarche de
questionnement que nous proposons permet d’interroger en permanence les places respectives que peuvent prendre l’« alibi culturel »,
l’influence réelle de la culture, les stratégies de mise en avant ou de
dissimulation culturelle, les usages et les abus de référence à la culture.
Les mille et une facettes de la rencontre interculturelle
L’interculturel touche à des dimensions très différentes : la diversité peut être d’abord d’ordre « civilisationnel », géographique, régional ou ethnique. On la rencontre partout : dans les écoles, les établissements sanitaires et sociaux, les entreprises aux équipes multinationales, les administrations, etc. C’est la diversité culturelle la plus
évidente, sans doute l’une des plus prégnantes, et c’est la dimension
abordée le plus souvent, bien sûr, dans ce guide.
Mais la rencontre des cultures se situe également dans bien
d’autres registres ; elle peut intervenir :
−− entre cultures professionnelles : « l’étrange étranger6 », avec ses
références, ses valeurs, ses objectifs, son langage, n’est pas forcément
d’une autre nationalité. Comment, dans un même pays, imprégnés
de leur éducation et de leur culture propre, un haut fonctionnaire et
un artiste, un commercial et un ingénieur, un enseignant et un éleveur dialoguent-ils ? À quels malentendus se heurtent-ils ? Comment
trouvent-ils un langage et des repères communs pour travailler
ensemble ?
−− entre cultures institutionnelles : passer du langage des ONG à
celui de l’entreprise, ou à celui des agences des Nations unies, permet
de mesurer à quel point, d’un type d’institution à l’autre, le vocabulaire, la désignation des mêmes objets et des mêmes processus peut
être différent. Entre ces mondes professionnels, la perception du
rôle des relations humaines, le rapport au temps, à l’argent, à la hiérarchie peuvent varier du tout au tout. Nous l’avons constaté dans nos
propres parcours professionnels.
−− entre cultures générationnelles : entre jeunes et seniors, quelles
différences dans les visions du temps, du travail, quel rapport à la
technologie, quelles cultures communicationnelles… ?
6. Selon la formule de Jacques Prévert dans son poème Étranges étrangers.
−− entre cultures sociales : l’histoire sociale de chacun, son milieu
d’origine, familial, éducatif, tout ce qui a construit ses réflexes, dès le
début de sa vie, cet habitus que nous avons évoqué plus haut, voilà qui
constitue également un élément central des différences culturelles et
des sources possibles d’incompréhension.
Le danger serait donc de « folkloriser » l’enjeu interculturel autour
des seules cultures nationales. La réalité est celle d’une interaction
permanente de ces différentes sphères culturelles (professionnelles,
régionales, organisationnelles, générationnelles…) qui cohabitent et se
trouvent en plus ou moins grande contradiction, chez chacun de nous.
Un corpus d’analyse en proie à l’évolution rapide des réalités
Nous ne pensons pas qu’il existe à proprement parler une « science
de l’interculturel ». Nous nous trouvons plutôt au croisement d’une
foule de spécialités dans les sciences sociales : philosophie, sociologie, ethnologie, anthropologie, histoire, géographie, droit, sciences
politiques, sciences des organisations, sciences des religions, linguistique, sémiologie, psychologie sociale, éthique, etc. S’impose à nous,
dès lors, un défi difficile : celui d’intégrer dans cet ouvrage une variété
suffisante de références pour permettre aux lecteurs des embardées
vers ces différentes disciplines. Car si notre livre est nourri de notre
propre expérience professionnelle et de l’apport de nos étudiants ou
participants à nos stages de formation, il est aussi la résultante de
nombreuses lectures.
D’un côté, nous avons largement exploité ici la vision renouvelée
des questions interculturelles fournie par des centaines de témoignages recueillis auprès d’élèves ingénieurs de l’École Centrale et de
l’École des Ponts-ParisTech, ou d’étudiants de Sciences Po, de l’ENA
et de l’Université Paris-Dauphine de toutes nationalités, par les
apports de professionnels des ONG, de l’administration et de l’entreprise côtoyés ou interviewés.
De l’autre, nous avons cherché, dans une abondante littérature signalée dans la bibliographie générale à la fin de cet ouvrage
les cadres d’analyse les plus pertinents pour accompagner notre
démarche de questionnement.
Or même si la littérature disponible sur l’interculturel est passionnante, elle se trouve parfois dépassée par la rapidité des évolutions
géopolitiques, économiques et sociétales, qui accompagnent la mondialisation, et il faut beaucoup de vigilance pour éviter de servir ici de
vieux schémas. Les classifications nationales par indicateurs de différences culturelles d’un Hofstede dont les enquêtes ont précédé l’explosion de la Chine, de l’Inde, du Brésil, sont-elles encore valables ?
Que faire des typologies d’Edward T. Hall sur les différents modes de
gestion du temps, à l’heure d’Internet et des rythmes nouveaux qu’il
fait émerger dans le monde entier ?
23
introduction
l'intelligence interculturelle
24
En revanche, certaines productions récentes nous aident à actualiser cette réflexion, et il nous faut ici rendre justice aux travaux de nos
collègues de l’Université Paris-Dauphine, notamment Philippe Pierre
et Jean-François Chanlat dont nous nous sommes largement inspirés7
et qui signent la postface de cet ouvrage.
Les univers professionnels concernés par la rencontre
interculturelle : à qui s’adresse le guide ?
Nous le constatons clairement aujourd’hui : la préoccupation à
l’égard de la question de la diversité culturelle (le malaise, parfois) se
retrouve de plus en plus dans la majorité des univers professionnels
et des secteurs d’activité. Ce livre doit d’ailleurs une grande partie de
sa matière aux collaborations que nous avons eues et aux contacts que
nous avons noués avec tous ces milieux, notamment celui des ONG
internationales et des associations, avec lesquelles nous collaborons
régulièrement.
Certains cadres d’organisations comme Médecins du Monde ou
Action contre la faim sont en proie à des doutes croissants quant à
l’adaptation de leurs méthodes aux contextes locaux des pays où
elles interviennent. Pierre Micheletti, ancien président de Médecins
du Monde, n’hésite pas à parler d’une nécessaire « désoccidentalisation de l’action humanitaire8 » en dénonçant les errements de ce que
serait, dans l’humanitaire, une culture institutionnelle rigide éloignée des spécificités culturelles existant dans les pays d’intervention.
Les ONG sont, en matière d’interculturel, des lieux de réflexion et
d’innovation, riches en expériences d’adaptation aux facteurs culturels.
Nous avons rencontré également cette préoccupation de l’interculturel dans certains milieux de l’entreprise et de l’administration. Nous avons souvent constaté que les problématiques propres
à ces milieux étaient en fait très proches de celles du monde associatif sur de nombreux registres : remise en question du monolithisme des cultures de l’organisation ; préparation des cadres à
l’expatriation ou à l’impatriation ; problématique de la mobilité des
cadres, gestion d’équipes multiculturelles (et notamment gestion
7. L’ouvrage que ce dernier a dirigé avec Eduardo Davel et Jean-Pierre Dupuis (Gestion en
contexte interculturel. Approches, problématiques, pratiques et plongées, Presses de l’Université
Laval et Télé-université, 2008) contient une cinquantaine de chapitres sous forme de DVD dans
lesquels les meilleurs spécialistes d’une cinquantaine de pays décrivent les caractéristiques
culturelles de leur aire d’expertise. Nous avons largement utilisé ce travail colossal et trop peu
connu qui complète de manière précieuse tous les autres témoignages.
8. Lire à ce sujet son livre Humanitaire. S’adapter ou renoncer, Marabout, 2008.
des accommodements quotidiens permettant de tenir compte des
demandes d’ordre religieux des employés). Philippe Pierre, qui a
suivi pendant de nombreuses années ces questions en tant que DRH
dans d’importantes entreprises multinationales évoque la complexité nouvelle de situations d’expatriation « pour le géologue allemand
affecté depuis six ans en Afrique (recruté à Jersey et dont les enfants
étudient à Paris et à Los Angeles), pour l’expert-comptable anglais
(né en Inde et marié à une Indonésienne) ou pour le financier gabonais (recruté aux USA pour le compte de la filiale d’un grand groupe
pétrolier d’origine française et qui a déjà pu travailler pour lui dans
six pays)9… ».
Dans beaucoup de secteurs d’activité auxquels nous avons eu l’occasion de nous intéresser, la préoccupation interculturelle est également largement présente.
Nous avons ainsi constaté qu’elle est au cœur du travail des milieux
de l’action sanitaire et sociale : la question de la gestion d’équipes soignantes de plus en plus cosmopolites est posée en permanence, avec
un rapport au corps, à la santé, au genre, à la pudeur, à l’intergénérationnel, au temps, à la hiérarchie, etc., parfois très éloigné de ce à quoi
les gestionnaires ont pu être préparés et habitués dans le passé.
La question est présente dans certains cercles de l’armée et des
forces de maintien de la paix. Nous avons pu l’appréhender en invitant
à nos séminaires de Sciences Po et de l’École Centrale des généraux
impliqués dans le processus de maintien de la paix au Kosovo ou dans
d’autres zones sensibles. De fait, l’armée travaille de plus en plus, sur
ses terrains d’opérations, avec les ONG et une série d’acteurs locaux,
pour clarifier les questions culturelles. Depuis plusieurs années, des
structures comme l’Institut des hautes études de la défense nationale
placent la réflexion sur l’interculturel en bonne place dans leurs programmes.
L’univers de la justice et de la magistrature est également concerné par l’interculturel. Des rapporteurs et des avocats à la cour nationale du droit d’asile témoignent par exemple des innombrables
malentendus d’ordre culturel que peuvent rencontrer des juges en
auditionnant des demandeurs d’asile dont les manières d’être et de
parler semblent a priori invalider la sincérité de leurs propos, dont les
mots sont difficilement traduisibles, etc. La question interculturelle
se pose également, enjeu souvent mésestimé, dans l’univers carcéral.
La question de la gestion de la diversité obsède également les professionnels des milieux de l’enseignement. On connaît les difficultés
des classes du primaire et du secondaire dans certains quartiers, où
coexistent des dizaines d’origines culturelles différentes (avec des
contraintes économiques différentes, des impératifs alimentaires
9. E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
25
introduction
l'intelligence interculturelle
26
différents, etc.). Dans le cas de l’université, l’internationalisation
rapide des grandes écoles et de certains masters universitaires change
radicalement la donne en France. Dans les séminaires que nous animons, nous rencontrons un effectif croissant de Chinois, d’Indiens,
de Japonais, d’Européens de l’Est, de Latino-Américains, etc. C’est ce
qui amène les directions des études à se soucier de plus en plus des
problèmes de leur « intégration » dans les amphithéâtres et les séminaires.
Cette préoccupation interculturelle est de plus en plus présente
dans les milieux religieux, dont certains (le diocèse de Saint-Denis en
région parisienne notamment) nous ont demandé de collaborer à une
réflexion sur ce registre dans des territoires de diversité. Par rapport
à des problèmes de frottement culturel, comment les églises locales
peuvent-elles renouveler leur regard et leur niveau d’information sur
les racines culturelles qui peuvent expliquer les incompréhensions et
les décalages ? Comment un dialogue interreligieux peut-il être mené ?
Ce rapide tour de piste de la diversité des univers professionnels
concernés par la question interculturelle aide à définir le public visé
par notre livre. C’est ce même public qui nous a aidé à construire et à
tester notre grille d’analyse : les étudiants qui, de séminaire en séminaire depuis 2004, apportent leurs expériences et leur vision critique
de notre approche ; les professionnels d’entreprises multiculturelles
(cadres, expatriés, formateurs et conseils en entreprise) ; les acteurs
de la coopération internationale et des ONG humanitaires ; les enseignants, les syndicalistes, les gens d’Église, les militaires, les diplomates, les professionnels du secteur sanitaire et social et de celui de
la justice, les militants associatifs… Tous ces professionnels ou futurs
professionnels qui, depuis une dizaine d’années, au fil des journées
de formation, des conférences, des séminaires, nous ont apporté de
nouveaux éléments de réflexion et nous ont encouragés à élargir nos
perspectives.
On pourra nous objecter qu’une telle diversité peut diluer notre
propos à l’excès. Nous répondrons par le constat que nous avons pu
faire depuis toutes ces années : dans des contextes certes différents,
des questions analogues se posent, qu’il s’agisse de problèmes de langage, de divergences dans la gestion du temps, dans la conception de
la norme et de l’autorité, dans le rapport au travail… Par ailleurs, dans
chacune de nos expériences d’adaptation de la grille de ce livre10 à
une institution donnée, nous avons été frappés de voir à quel point
certaines questions que nous pensions accessoires aux yeux de cette
institution étaient au contraire cruciales pour des raisons auxquelles
nous n’avions pas songé. Il y a donc un risque à décréter a priori que
10. À Médecins du Monde, à la Délégation catholique pour la coopération, à l’association
Étudiants et développement, au diocèse de Saint-Denis…
tel type de différence culturelle ne concerne pas tel ou tel milieu professionnel.
L’écriture à deux plumes de ce livre jouera, nous l’espérons, pour
assurer cette diversité d’approche. Associés depuis 2004 dans une
série d’entreprises communes comme la mise sur pied de l’Institut
de recherche et débat sur la gouvernance (IRG)11 ou la conduite de
séminaires universitaires, nous sommes aujourd’hui engagés dans
des activités d’accompagnement d’ONG, de collectivités, et d’entreprises, enseignement universitaire, formation. Cette complémentarité se double d’ailleurs de bien d’autres : celle de l’âge (une grande
génération nous sépare), et celle d’expériences passées, plus anglosaxonnes pour l’un, plus africaines et latino-américaines pour l’autre.
En revanche nous avons en commun d’être français, d’une origine
sociale et universitaire comparable, et il est possible que notre vision
de l’interculturel et de la différence soit fortement teintée de cela :
un goût pour les typologies, une certaine propension pour les visions
binaires, etc. Autant l’assumer, et en appeler à la vigilance des lecteurs pour qu’ils nous signalent les points sur lesquels nos propos
leur paraissent trop culturellement marqués.
Entre universalisme et relativisme : attitudes et options
quant à la diversité et à la différence
Précisons enfin quelle est la posture avec laquelle nous traiterons de ces sujets. Autour de beaucoup des thèmes que nous venons
d’annoncer comme constitutifs du livre, on retrouve une opposition
sourde entre deux postures extrêmes : l’universalisme d’un côté, et le
relativisme culturel (lié au culturalisme) de l’autre.
L’universalisme postule qu’il existe des principes indiscutables
et des valeurs absolues, valables pour tous, car inhérents à la nature
humaine. La Déclaration universelle des droits de l’Homme est la
principale illustration de la défense du caractère universel de certaines valeurs, devant être reconnues et acceptées par tous les États.
Parmi les détracteurs de cette approche, on trouve notamment le philosophe Tzvetan Todorov, qui lie l’universalisme à l’ethnocentrisme,
qu’il définit comme « ce qui consiste à ériger, de manière indue, les
valeurs propres à la société à laquelle [nous appartenons] en valeurs
universelles12 ». Selon lui, il ne s’agit pas forcément d’une stratégie,
d’une logique de domination consciente ; il s’agit bien plutôt de la
11. www.institut-gouvernance.org
12. Tzvetan Todorov, Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité humaine, Paris,
Seuil, 1989.
27
introduction
l'intelligence interculturelle
28
conviction profonde, indéracinable qu’il n’y a pas de meilleure façon
de penser que la nôtre.
Notons, comme nous le ferons si souvent dans cet ouvrage, qu’un
mot dont le sens est clair et évident pour nous, en l’occurrence « universalisme », n’a pas forcément le même sens – et peut-être même
aucun sens – dans d’autres cultures. François Jullien13 a montré en
quoi, dans l’islam, en Inde, en Chine, au Japon, la question de l’universalisme ne se pose guère, en tout cas pas dans les mêmes termes que
dans la culture occidentale. L’universalisme prôné par saint Paul dans
le christianisme (« Il n’y a plus ni Juif ni Grec, il n’y a plus ni esclave
ni libre, il n’y a plus ni homme ni femme ; car tous vous êtes un en
Jésus-Christ14 ») ne correspond ni à l’esprit de l’islam, ni à la logique
des castes indiennes. En Chine estime-t-il, l’universalité culturelle va
de soi, et la question de l’universel ne se pose même pas. Quant au
Japon, il s’agit pour lui d’« une culture du singulier ; la question de
l’universel ne lui parle pas ».
Aux antipodes de l’universalisme, une posture courante est celle
du « relativisme culturel », qui tient les différences entre les cultures
pour irréductibles, présente celles-ci comme des entités séparées,
impossibles à comparer, et dont les décalages sont « incommensurables ». Le relativisme culturel est souvent entendu également
comme la position suivant laquelle « toutes les cultures se valent »,
position qui interdit le jugement et la hiérarchisation des cultures, et
que l’on assimile souvent à tort à la tolérance. Car la tolérance peut
être jugement aussi : « tolérer » la culture de l’autre ne sous-entend-il
pas qu’en fait on la désapprouve ?
Quant au culturalisme, qui confère au facteur culturel une place
largement dominante dans les déterminants de la vie en société, il
est de plus en plus dénoncé. Une enquête récente que nous avons
menée auprès des Centres d’accueil, de soins et d’orientation (CASO)
de Médecins du Monde, qui reçoivent des patients de toutes nationalités, a montré que les accueillants ne placent qu’en cinquième position l’origine culturelle de ces patients comme facteur à prendre en
compte dans l’explication des difficultés de contact qu’ils constatent.
Avant la culture viennent les situations de précarité matérielle, l’impuissance par rapport au maniement de la langue française, l’histoire
personnelle du patient (traumatismes subis, exil, violence, etc.) et le
niveau d’instruction.
Au plan professionnel, ces différentes options nous paraissent se
retrouver dans deux façons d’aborder la rencontre interculturelle,
également extrêmes, et totalement opposées :
13. François Jullien, De l’universel, de l’uniforme, du commun et du dialogue entre les cultures,
Paris, Fayard, 2008.
14. Épître au Galates 3.6.
−− la stratégie – ou le réflexe inconscient – du bulldozer, consistant
à imposer à l’autre ses propres vues et ses propres méthodes, à dénier
la pertinence de l’adaptation de ces méthodes aux caractéristiques
humaines et culturelles locales ; à imposer des cultures d’entreprise
monolithiques ; à promouvoir des approches uniques de mise en
œuvre de la justice ou du pouvoir politique. Une telle posture mène
souvent à résumer l’autre à un problème à résoudre15. Il aborde le dialogue interculturel avant tout en termes de chocs, de coût de transaction, ou éventuellement de stratégies de persuasion, mais jamais
d’adaptation des pratiques et d’hybridation.
−− la stratégie de l’abdication, par laquelle, immergé dans la
culture de l’autre, on met entre parenthèses sa propre identité et ses
propres valeurs, au motif de ne pas heurter, et en espérant gagner en
efficacité par un effort pour se fondre au moins dans les aspects les
plus visibles de la culture de l’autre.
La représentation du statut des savoirs, thème que nous retrouverons aussi dans bien des passages de ce livre, est étroitement liée
à ces différences de postures. Dans un cas, nous considérerons les
savoirs dont nous sommes porteurs comme les seuls qui permettent
d’avoir une action efficace, et nous récuserons les corpus de médecine
traditionnelle, les techniques d’habitat autochtones, les méthodes
locales d’organisation du travail et de gestion du temps, etc. Dans le
cas contraire, nous priverons nos partenaires de nos propres connaissances, considérant nos savoirs comme forcément inadaptés à ce nouveau milieu.
On a pu souvent constater d’ailleurs que bien des expatriés manifestent dans leur vie privée une très grande ouverture, adoptent
un maximum d’éléments (vestimentaires, alimentaires, etc.) de la
culture d’accueil, mais ne veulent plus entendre parler d’adaptation
dès lors qu’ils se retrouvent dans un cadre professionnel, où leur
culture d’origine et leurs structures mentales acquises dès l’enfance
reprennent complètement le dessus.
Comment nous positionnons-nous par rapport à ces deux
approches ? De l’universalisme – constat d’une commune appartenance à l’humanité –, nous retenons l’affirmation de principes et de
droits inaliénables de la personne humaine. Nous soutenons qu’il
existe clairement une limite à l’acceptable dans les discriminations,
les violences, et les atteintes opérées, chez nous comme ailleurs, à l’intégrité des personnes. Nous partons même du principe qu’une part de
conviction universaliste est indispensable à la rencontre interculturelle, précisément pour être capable de situer son « curseur de l’acceptable » tout en partageant avec l’autre les valeurs et les principes
qui nous ont permis de situer ce curseur. Benjamin Matalon évoque
15. Suivant l’expression de Christoph Eberhard.
29
introduction
l'intelligence interculturelle
30
à ce propos un « universalisme tolérant, qui met [plutôt] l’accent sur
notre commune appartenance à l’humanité16 ».
Du relativisme, nous retenons le refus de hiérarchiser les cultures,
la prise de distance par rapport à nos propres savoirs et à nos propres
convictions, le souci de comprendre, la culture de l’autre. Pour autant,
nous sommes bien conscients de la dérive culturaliste de ce genre
d’attitude. Comme nous l’avons évoqué plus haut, manipuler la différence culturelle peut bien vite glisser vers l’alibi, la protection des
intérêts, le conservatisme et le refus d’un dialogue nécessaire.
Entre tous ces extrêmes se situe notre conception, ni universaliste
ni relativiste ou culturaliste, de la rencontre interculturelle. Cette
conception porte en elle une exigence et une méthode qui sont celles
de la prise de recul, du questionnement et de la négociation socioculturelle. Nous espérons que les chapitres qui suivent traduiront cette
exigence et cette méthode.
Un mot enfin sur notre conception de la « différence » elle-même,
notion dont l’appréciation varie tellement d’une culture à l’autre, d’un
individu à l’autre. La différence est-elle source potentielle d’antagonisme ou élément de complémentarité ? Un détour par les cultures
précolombiennes et par les fondements de la culture chinoise peut
aider à mieux comprendre à quel point les approches de la différence
sont culturellement marquées.
Dans un texte consacré au Mexique et intitulé « Voyage au cœur
de la dualité », L. Cisneros et É. Génin affirment que « contrairement à ce que pensaient les Espagnols à l’époque de la conquête, les
peuples méso-américains n’avaient pas beaucoup de dieux. En fait,
ils n’en avaient qu’un seul ! Un dieu unique et dual : “Ométéorl” pour
les Aztèques, “Hunab Ku” pour les Mayas […]. L’incompréhension des
Espagnols s’explique par leur incapacité à concevoir un dieu dual
qui serait à la fois tout et son contraire. À titre d’exemple, le dieu
aztèque Ométéorl est à la fois un homme et une femme, la lumière
et l’obscurité, le jour et la nuit, la vie et la mort17 ». Ainsi voyait-on le
monde comme un tout, fondé sur l’équilibre entre deux forces opposées mais complémentaires, en interaction positive, dynamique et
créatrice. Cisneros et Génin ajoutent que ce type de croyance « en un
dieu androgyne qui représente la coïncidence des opposés, l’homme
et la femme, le mouvement et la tranquillité, la lumière et l’obscurité, l’ordre et le chaos » est présent dans d’autres cultures anciennes
(Allemagne, Indonésie, Iran, Afrique).
L’analogie avec la philosophie traditionnelle chinoise vient rapidement à l’esprit, avec sa vision globale, qui insiste à la fois sur la
16. Benjamin Matalon, Face à nos différences. Universalisme et relativisme, Paris, L’Harmattan
2006.
17. Luis Cisneros et Émilie Génin, « Voyage au cœur de la dualité », in E. Davel, J.-P. Dupuis et
J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
relation entre le tout et les parties, et sur le yin et le yang, forces et
substances complémentaires, présentes dans l’univers, reliées par le
« Taiji », cette énergie vitale qui opère dans le vide laissé entre les
deux et les fait interagir de manière créative.
On voit alors le fossé entre des cultures (plutôt occidentales), où
penser quelque chose exclut l’inverse, et d’autres, notamment celles
qui sont imprégnées par les principes ancestraux de la sagesse chinoise
où on ne peut pas penser noir sans penser blanc, penser terre sans
penser ciel, gauche sans droite, jour sans nuit, homme sans femme,
vide sans plein, pair sans impair, actif sans passif, etc. La différence
alors n’effraye pas, elle est nécessaire dans un mode de pensée où les
opposés ne sont pas incompatibles et constituent une condition de
l’harmonie.
Incontestablement, cet ouvrage est centré sur l’exploration des
différences davantage que sur la mise en avant des similitudes. Mais
il nous semble que cette exploration, cette prise de conscience (ce que
les Anglo-Saxons appellent intercultural awareness) est une priorité
éthique. La différence, pour nous, est tout sauf un drame, elle est bien
souvent une véritable aubaine, et en tout cas, sa prise en compte est
toujours nécessaire.
Première partie
Visions du monde
Comment perçoit-on le monde qui nous entoure, ici et ailleurs :
le temps qui s’écoule, l’espace que nous occupons, la nature qui nous
environne ? Comment vit-on une souffrance physique ? Comment
perçoit-on sa mort et celle des autres ? Cet ouvrage propose d’explorer comment, d’une culture à l’autre, sont considérés quelques éléments structurants de notre manière de comprendre le monde. Les
domaines que nous avons retenus sur ce registre sont :
−− les visions de la nature, les cosmogonies, les rapports de domination ou de symbiose que l’Homme entretient avec les éléments
naturels ;
−− les visions du temps, de sa valeur, de ses cycles ou de sa progression, avec tout ce que cela implique en matière de gestion du temps et
de réflexes temporels ;
−− les visions de l’espace, de celui dans lequel on vit ou de celui que
l’on se crée entre soi et les autres, visions du proche et du lointain ;
−− les visions de la santé, les regards sur la maladie, la souffrance,
et la mort, points d’achoppement fréquents du travail dans le domaine
médical et social.
Au préalable, nous évoquerons quelques-unes des sources de la
diversité des représentations culturelles : religion, tradition, Histoire.
Au cœur de ces différentes dimensions de notre rapport au monde,
se retrouve une ligne dialectique commune, qui oppose :
−− d’un côté la tendance à se considérer comme « maître et possesseur » du monde, à vouloir le maîtriser et le contrôler : en planifiant
et en séquençant le temps, en dominant la nature, en combattant la
maladie, en opposant souvent à la mort une attitude de déni… ;
−− et de l’autre la tendance à se considérer comme « partie » du
monde, à fixer des limites moins « étanches » entre soi et ce qui nous
entoure : en cohabitant avec la nature, en cherchant moins à maîtriser
le temps, en donnant une place différente à la souffrance et à la mort,
etc.
Il serait illusoire de penser que cette ligne de fracture résume
celle qui oppose système moderne et système traditionnel ; avec d’un
côté une culture de « domination » qui caractériserait les cultures
modernes, industrialisées, et de l’autre une culture de la « cohabitation » qui illustrerait les vestiges des cultures traditionnelles. En
réalité, nous le verrons dans les pages qui suivent, les cartes sont bien
plus mêlées que cela.
35
Chapitre 1
religion, tradition,
Histoire
Sources des représentations
culturelles
Avant d’aborder les différents thèmes de ce guide, nous proposons de nous interroger sur quelques éléments transversaux, fondateurs de la plupart des cultures, qui peuvent contribuer à expliquer
la pluralité des visions des êtres humains : la religion et le sacré ; la
tradition ; l’histoire et les cultures politiques. Selon les pays, les secteurs professionnels ou les personnes, ces trois éléments sont plus ou
moins ancrés, visibles ou homogènes, mais partout ils constituent des
sources culturelles profondes, qui déterminent largement les représentations et les pratiques. Nous en retrouverons l’empreinte dans
presque tous les chapitres du livre, qu’ils concernent le rapport au
temps, à la santé, à l’identité, au travail, etc.
Différentes métaphores circulent dans la littérature relative aux
questions interculturelles. Elles mettent en évidence l’existence, dans
chaque culture, de zones plus ou moins visibles et dont nous sommes
plus ou moins conscients.
La plus connue, popularisée par Edward T. Hall et de nombreux
auteurs et formateurs à sa suite, est celle de l’iceberg : celui-ci comporte une partie aisément visible (comprenant les comportements,
les codes sociaux, vestimentaires, alimentaires, la langue, etc.) et une
partie immergée où l’on trouve les valeurs, les modes de pensée, la
spiritualité, etc. On peut noter avec Michel Lemay1 que, généralement, les malentendus liés au fait que tout n’est pas visible dans la
culture de l’autre viennent de ce que, souvent, la partie émergée de
l’iceberg de l’un est évaluée à partir de la partie immergée de l’autre,
et vice versa : c’est à partir de mes repères enfouis, de mes adhérences
religieuses, traditionnelles, historiques, que j’observe et juge la partie visible (pour moi) de la culture de l’autre ; en retour, c’est à partir
de ses attaches culturelles profondes qu’il observe et juge mon quotidien.
1. Ancien collaborateur du ministère de l’Immigration du Québec.
39
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
Une autre métaphore est celle de l’oignon qui, à mesure qu’il se
laisse peler, fait apparaître le cœur profond d’une culture, ce que les
couches superficielles empêchent de voir.
40
Mais c’est peut-être la métaphore de l’arbre qui se révèle la plus
intéressante pour notre propos en ce qu’elle introduit l’idée de temporalité. Selon Christoph Eberhard2 en effet, l’arbre comporte un
niveau morphologique, celui des branches (habitudes, comportements, technologies, objets) qui est le plus visible et aussi le plus
changeant ; un niveau structurel, celui du tronc (organisation familiale, structures sociales éducatives, juridiques, politiques) ; et un
niveau « mythique », celui des racines enfouies sous terre (religion,
conceptions du monde, valeurs, structures mentales), qui est le moins
apparent et aussi le moins changeant.
Avec la religion, les spiritualités, les traditions, l’histoire, sources
de la diversité des visions culturelles, nous évoquons ici la partie peu
visible de l’iceberg, le cœur de l’oignon et les racines de l’arbre. Dans
tous les cas, ces sources influencent de manière plus ou moins intense
les représentations et les pratiques humaines dans la plupart des secteurs de la vie professionnelle et sociale.
Le rapport au sacré
Question 1. Sacré, religion, spiritualité, croyances… :
de quoi parlons-nous ?
De quoi parle-t-on quand on parle de religion ? S’agit-il d’une institution, d’une mythologie, d’un discours prophétique, d’un corpus
de textes, d’un ensemble de rites, d’un groupe d’appartenance ou
2. Christoph Eberhard, Droit et interculturalité en Europe. Quelques pistes de réflexion, document
interne du Conseil de l’Europe, 2009, www.dhdi.free.fr/recherches/etudesdiverses/articles/
europeinterculturelle.pdf
encore d’une communauté de fidèles ? D’une manière ou d’une autre,
toutes ces dimensions ont une influence, mais elles ne signifient pas
la même chose. Nous proposons ici de distinguer :
−− la religion comme système d’attachement à des éléments sacrés
et de foi en une ou plusieurs divinités (les religions chrétiennes, l’islam, le judaïsme, l’hindouisme, l’animisme, etc.). À noter cependant
que le mot religion est absent de certaines langues, notamment les
langues bantoues.
−− la spiritualité, qui peut concerner le religieux, mais désigner
aussi une posture de différenciation du corps et de l’esprit, ou une
recherche de sens, distinctes de la dimension sacrée. On a ainsi pu
parler de « spiritualité sans Dieu3 ». S’agissant des « spiritualités
orientales » (hindouisme, bouddhisme, taoïsme, confucianisme…),
les Occidentaux ne savent jamais trop comment les définir (philosophies ? sagesses ? religions ?) tant elles échappent à leurs propres schémas culturels. Globalement, le message de Bouddha, de Confucius
ou de Lao-Tseu semble moins religieux que laïque. Presque tous les
« pères » de la sagesse orientale proposent avant tout une éthique de
vie, de survie, une manière de considérer les relations entre les êtres
humains, entre l’homme et le cosmos : une véritable philosophie.
Toutefois, on hésite de moins en moins à assimiler spiritualité et religions, surtout lorsque le mot est utilisé au pluriel (les spiritualités
orientales par exemple), ou lorsqu’on parle de systèmes spirituels, et
c’est ce que nous ferons ici, même si (voir encadré) le mot religion est
surtout lié à la culture occidentale.
Religion : un mot surtout occidental
Michel Malherbe (Les Religions, Nathan 2006) rappelle le lien du mot religion à la culture occidentale, issu des verbes latins relegere (recueillir) et
religare (relier), et note que le terme religion peut à la fois désigner un recueil
de formules et de pratiques religieuses et le lien entre l’homme et la divinité. Il signale que les mots employés pour « religion » dans d’autres langues signent une vision différente de cette notion : din en arabe, avec une
connotation de « civilisation », dharma dans plusieurs langues indiennes (la
loi, ou l’ordre naturel des choses). En chinois, le mot religion se compose
de deux caractères, « zõng » qui, dans l’idéogramme, sous un toit, figure les
trois manifestations célestes (le ciel, la lune et les étoiles), et « jiao » qui
signifie l’enseignement.
3. André Comte-Sponville, L’Esprit de l’athéisme. Introduction à une spiritualité sans Dieu, Paris,
Albin Michel, 2006.
41
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
42
−− la croyance, mot qui peut désigner une croyance religieuse,
mais pas uniquement. Notons que le terme reste souvent prononcé
avec distance, condescendance ou scepticisme, et avec son cortège de
connotations : superstition, crédulité, pensée magique, sorts… La distinction avec la religion est d’autant plus importante à souligner que
l’on attribue souvent au religieux des pratiques et des comportements
qui sont liés à des croyances d’une nature (traditionnelle) différente.
−− enfin, les cosmogonies, récits et traditions mythiques de la création du monde et de la formation de l’univers (du grec cosmos, monde
et gon, engendrer) constituent bien souvent le socle et le reflet de
beaucoup de religions, de systèmes spirituels et de croyances. La
Genèse biblique ou l’épopée de Gilgamesh en Mésopotamie sont, à
ce titre, des révélateurs précieux de la manière dont chaque société
organise le monde, et lui attribue sa part de sacré.
Si chaque religion a ses caractéristiques et ses cohérences, elle rassemble en réalité des groupes humains très divers, avec des niveaux
de connaissance théologique très hétérogènes et une intensité de pratiques et d’affirmations de foi très différentes. Rien n’est plus trompeur que d’assimiler une religion à ses courants fondamentalistes.
Comme le souligne Dounia Bouzar, « ce sont les individus qui déterminent la compréhension de leur religion à partir de ce qu’ils sont
et de ce qu’ils vivent […]. On ne rencontre jamais des cultures ou des
religions, mais toujours des individus qui s’approprient des éléments
de culture et de religion qui sont eux-mêmes en perpétuelle mutation
et interaction4 ».
Question 2. Nos cultures respectives sont-elles
surtout des cultures du sacré ou des cultures
sécularisées ?
Deux grandes familles de cultures sont généralement distinguées
en sociologie et en anthropologie. D’une part, les « cultures sécularisées », au sein desquelles tous les phénomènes de la vie sont supposés avoir une cause logique, explicable, et où ne sont pas mêlés foi
et vie publique, spiritualité et comportement professionnel. C’est le
cas chez une grande majorité de Français. D’autre part, les « cultures
du sacré », plus ancrées dans le monde asiatique, africain ou andin,
où l’on recherche spontanément une explication d’ordre spirituel aux
phénomènes du monde, en considérant l’univers dans une double
dimension : visible et invisible.
La distinction entre cultures sécularisées et sacrées a bien entendu ses limites, notamment lorsqu’on se risque à caractériser ainsi
4. Dounia Bouzar, « Stop au double discours sur la laïcité », Témoignage Chrétien, novembre
2011.
des pays dans leur ensemble. Les États-Unis sont inclassables de ce
point de vue ; quant à la Chine, le caractère « sacré » de sa civilisation
s’incarne-t-il vraiment aujourd’hui dans la mutation très rapide des
modes de vie, de moins en moins traditionnels ?
L’évolution de l’importance de la foi et des pratiques religieuses
dans le monde fait d’ailleurs l’objet d’analyses très contradictoires.
Depuis plusieurs décennies, on voit se multiplier les thèses sur la
« sécularisation du monde » selon lesquelles on assisterait à la fois
au déclin des pratiques et des croyances religieuses, et à la relégation
de la religion dans la sphère privée. À l’inverse, Gilles Kepel n’hésite
pas à donner pour titre La Revanche de Dieu5 à l’un de ses livres, et
avec lui on peut invoquer tout à la fois le réveil de l’islam, le développement de l’évangélisme protestant en Amérique latine et surtout
en Afrique, la multiplication des sectes et des religions afro-brésiliennes, etc.
Question 3. Quelle est la prégnance du religieux
dans notre quotidien, ici et ailleurs ?
Comment prendre la mesure de l’influence réelle des religions
dans le quotidien des individus et des sociétés ? On peut d’abord poser
directement la question aux intéressés, comme le fit voici quelques
années un institut canadien (voir encadré) dans une enquête d’opinion qui a montré à quel point les enjeux personnels du religieux diffèrent d’un pays à l’autre :
La religion au quotidien*
Pourcentages de réponses positives à la question « Êtes-vous d’accord ou
pas d’accord avec cette affirmation ? La religion est très importante pour
moi dans ma vie quotidienne » :
Arabie saoudite : 96 %
Égypte : 89 %
Afrique du
Sud : 70 %
Mexique : 65 %
Liban : 65 %
États-Unis :
63 %
Inde : 55 %
Italie : 51 %
Russie : 51 %
Turquie : 51 %
Corée du Sud :
42 %
Israël : 41 %
Australie : 41 %
Canada : 39 %
Espagne : 31 %
Chine : 26 %
Allemagne :
24 %
Japon : 24 %
Grande Bretagne : 23 %
France : 17 %
* Résultats d’une enquête réalisée en 2006 par l’institut de sondage canadien Angus Reid Strategies auprès de 5 800
personnes de 20 pays du monde.
5. Gilles Kepel, La Revanche de Dieu. Chrétiens, juifs et musulmans à la reconquête du monde,
Paris, Seuil, 1991.
43
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
44
Une illustration frappante de ce que peut être la place du religieux dans le quotidien, y compris professionnel, de nos partenaires :
un dirigeant français d’une entreprise de téléphonie raconte la fierté
manifestée par l’un de ses collaborateurs marocains lui montrant son
logiciel de messages coraniques. Il s’explique : « Très régulièrement,
toute la journée, je reçois ainsi sur mon PC des extraits du Coran. Cela
ne me distrait pas. Cela me stimule… »
On peut aussi considérer des données plus factuelles comme la
place des religions dans les systèmes d’enseignement (voir encadré)
ou le statut des religions face à l’État, que nous évoquerons dans le
chapitre 6.
Les religions dans les écoles publiques - quelques
exemples
- L’Allemagne, la Belgique, la Grèce, l’Irlande, le Danemark, la Grande-Bretagne rendent obligatoire l’enseignement religieux dans les écoles publiques,
que ceci soit inscrit (cas des quatre premiers) ou non dans leur constitution.
- En Espagne et en Italie, l’enseignement religieux est obligatoire et assuré
par les églises dans les écoles publiques.
- La France est le seul état de l’UE où il n’y a pas d’enseignement religieux
en tant que tel dans les écoles publiques, à l’exception de l’Alsace-Moselle.
- En Thaïlande, le bouddhisme Theravada propose à tous les jeunes un stage
d’été dans un monastère, pratiquement obligatoire.
- Dans la plupart des pays de langue arabe, l’éducation religieuse est une
composante du cursus scolaire normal.
D’après M. Malherbe, Les Religions, Nathan, 2006.
Un autre indicateur parfois utilisé est celui de la fréquence des
fêtes religieuses et des jours fériés dans les pays (voir encadré). Mais
cet indicateur est plus contestable : les États-Unis et la Thaïlande, pays
de forte tradition religieuse, n’ont que très peu de jours fériés liés
à des événements religieux. La France en a déjà davantage (6 jours),
mais il s’agit assurément d’un héritage historique : beaucoup de
nos concitoyens connaissent-ils la signification de l’Ascension et de
l’Assomption ? En Inde, en revanche, le très grand nombre de fêtes
religieuses chômées, concernant des religions différentes, est assurément un marqueur fort de religiosité, et bien des chefs d’entreprises
ou des responsables d’ONG ont pu en constater les effets sur les plannings et l’organisation du travail.
Jours fériés et fêtes religieuses - quelques
exemples nationaux
Au Maharashtra (Inde), sur 23 jours fériés nationaux ou optionnels,
17 sont liés au calendrier religieux hindouiste (Diwali, fêtes de Shiva,
de Krishna, de Rama, de Ganesh…), musulman (Moharum, Bakri-Id,
Ramzan, fin du ramadan, anniversaire du Prophète…), jaïniste (Mahavir
Jayanti), bouddhiste (Buddha Purnima), zoroastriste (Shahenshani),
sikh (Guru Nanak Jayanti) ou chrétien (Vendredi saint, Noël).
En Thaïlande, sur 14 jours fériés, 5 sont liés à la religion bouddhiste
(Wan Makha Bucha, Songkran, Wan Vaisakh Bucha, Carême Bouddhiste, Loy Kratong).
En Californie comme dans la plupart des États Américains, seuls 4 de
la douzaine de jours fériés sont liés à la religion (chrétienne) : Noël,
lundi de Pâques, Vendredi saint, Thanksgiving.
En France, sur les 11 jours fériés annuels, 6 sont liés à la religion (chrétienne) : lundi de Pâques, Ascension, Pentecôte, Assomption, Toussaint et Noël.
En Éthiopie, sur 15 jours fériés, 10 sont religieux (7 orthodoxes,
3 musulmans), mais il faut aussi tenir compte des innombrables fêtes
de saints qui, de fait, sont des jours où les paysans ne travaillent pas.
En réalité, les éléments non quantitatifs sont plus utiles lorsqu’on
veut évaluer l’impact de la religion dans un territoire donné. On peut
mentionner en particulier :
−− la place et l’influence des autorités religieuses. Elles n’apparaissent
pas toujours de manière très claire pour l’observateur extérieur, notamment lorsqu’il est habitué à situer le phénomène religieux dans le cadre
d’institutions visibles et organisées, comme c’est le cas dans l’Église
catholique. L’islam, l’hindouisme, le bouddhisme ont plutôt une structure très décentralisée, où la vie religieuse est principalement organisée autour d’une mosquée, d’un temple ou d’un monastère. L’influence
des leaders religieux n’en est pas moins importante, mais, que ce soit en
Seine-Saint-Denis, en Asie ou au Proche-Orient, elle est parfois difficile
à repérer. Or nous aurons l’occasion d’y revenir, le recours aux autorités
religieuses comme alliés essentiels des ONG, des administrations et des
entreprises en tant que médiateurs dans des situations de conflit et de
blocage se révèle souvent très précieux. Ou, dans certains cas, déconcertants pour des Occidentaux : l’universitaire Raj Isar6 a coutume de
rappeler qu’en Inde, un biologiste ou un physicien, fût-il prix Nobel,
n’hésite pas à se rendre au temple pour soumettre une hypothèse scientifique… Dans ce même pays, le recours officiel ou officieux à un astrologue est, selon A. Karkun et al., assez courant : « Il peut être consulté
6. Intervention à un séminaire de Sciences Po en 2007.
45
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
46
comme un consultant en stratégie afin de définir quelle date sera la
plus propice pour la signature d’un contrat ou pour effectuer un achat
important. […] Les traditions peuvent aller encore plus loin comme lors
de la construction d’une usine, qui ne pouvait être commencée qu’après
une bhoomi puja qui permet de chasser les mauvais esprits7. »
−− les manifestations du fait religieux dans les institutions. Multiples sont les données liées à la religion dont les entreprises, les
administrations, les organisations sociales sont aujourd’hui amenées à tenir compte en France comme dans de nombreux autres
pays : interdits alimentaires, signes extérieurs (vestimentaires ou
non) d’appartenance religieuse, revendications de temps et de lieux
réservés à la prière, observation stricte de périodes d’abstinence de
diverses natures (ramadan, sabbat), refus d’abandonner un turban
(sikhs) pour mettre un casque, pratiques de prosélytisme (bibles ou
crucifix dans des espaces supposés laïcs), refus de se serrer la main
entre hommes et femmes, refus des familles de voir des personnes
de certaines religions s’occuper de personnes âgées dans les maisons
de retraite, demande de jours de congé supplémentaires pour observation de rites religieux, etc. Ceci étant, ce que nous prenons implicitement comme une contrainte (tenir compte du fait religieux) est
considéré, dans d’autres cultures, de manière très différente. Dans le
cas du Mexique, N. Grepe fait observer que, au sein de l’entreprise,
« la religion est perçue comme une qualité positive des personnes qui
la pratiquent. Les entrepreneurs ont l’habitude de faire bénir leurs
entreprises le jour de l’inauguration. Les jours de fêtes religieuses,
beaucoup d’entre elles font célébrer une messe pour leurs salariés et
leurs familles8 ». Ainsi est-il difficile, dans certains pays, de distinguer ce qui, dans la vie de l’entreprise, relève du profane ou du religieux. Philippe d’Iribarne, dans son étude de la société SGS-Thomson
au Maroc, a constaté la coexistence des deux registres. Pour lui, le
succès de cette firme « s’explique par l’irruption dans la vie de l’entreprise de références morales qui, tout en étant usuelles dans le
domaine traditionnellement concerné par la religion, sont normalement étrangères à cette vie9 ». Une symbiose entre le profane et le
sacré qui aurait permis à l’entreprise, selon lui, de mobiliser « des ressources de la culture marocaine habituellement inexploitées dans le
contexte de l’entreprise ».
−− la récurrence des références religieuses dans le langage courant,
que la religion ait ou non un statut officiel dans le pays. En Tunisie
7. A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
8. N. Grepe, Cultura Gerencial: México Estados Unidos, Mexico, D. F., Grupo Editorial Iberoamérica,
1990.
9. Philippe d’Iribarne, Jean-Pierre Segal, Sylvie Chevrier et Tatjana Globokar, Cultures et
mondialisation. Gérer par-delà les frontières, Paris, Seuil, 1998.
ou en Égypte par exemple, on ne dit pas « retrouvons-nous après
17 heures », mais « retrouvons-nous après la quatrième prière, ou
après la prière du Asr… »
Question 4. Quelles interactions les religions
ont-elles entre elles ?
Le dialogue interreligieux est toujours un exercice extrêmement
délicat. Il peut s’opérer à différents niveaux : le niveau personnel des
expériences religieuses faites en commun (mariage mixtes, cérémonies religieuses partagées), le niveau des actions menées en commun
(par exemple collaboration entre le Secours catholique et le Secours
islamique), et enfin le niveau théologique, qui est le dialogue le plus
difficile et peut-être le plus aventureux. Ce dialogue suppose, selon
Dennis Gira, un certain nombre de règles de bon sens :
Les cinq règles d’or du dialogue interreligieux
selon Dennis Gira
1. Ne pas chercher chez les autres ce qui est important ou significatif chez
nous. Exemple : dire du Dalaï-Lama qu’il est le « pape » des bouddhistes alors
que sa fonction n’a rien à voir avec celle du chef du Vatican, ou chercher
Dieu dans le bouddhisme, ou à l’inverse, pour un bouddhiste, vouloir considérer Jésus-Christ comme un bodhisattva (un être voué à l’éveil suprême).
2. Reconnaître les limites des mots : reconnaître que les écarts existent entre ce
que les uns et les autres mettent derrière des mots apparemment identiques.
3. Avoir un « principe organisateur » : organiser ou plutôt réorganiser sa
propre pensée enrichie par les idées des autres. Autrement dit : pas de dialogue interreligieux sans un enracinement dans sa propre foi.
4. Juger de la tradition de l’autre par ses « sommets » et non par ses
« sous-produits » (expression d’Albert Camus).
5. Admettre que deux choses peuvent être radicalement différentes sans
être diamétralement opposées
D’après Dennis Gira, Le Dialogue à la portée de tous… (ou presque), Paris, Bayard, 2012.
L’autre point délicat du dialogue est la question de son initiative.
L’Église catholique a eu, au cours des dernières décennies, un rôle d’initiateur illustré par exemple par les rencontres d’Assise (1987, 2011)
organisées par deux papes successifs et dont le retentissement est lié
à l’extraordinaire diversité des courants représentés (islam, judaïsme,
christianisme, bouddhisme, hindouisme, zoroastrisme, jaïnisme,
sikhisme, animisme et même, en 2011, libre pensée…). On pourrait
mentionner aussi le rôle du groupe interreligieux de la famille franciscaine, ou le montage par certains diocèses catholiques de groupes
47
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
48
de dialogue judéo-chrétien ou islamo-chrétien. Mais le catholicisme
est loin d’avoir le monopole de l’initiative. Il existe aussi des groupes
judéo-musulmans en Europe ou au Proche-Orient, des conférences
islamo-catholiques organisées par des musulmans10, des initiatives de
groupes œcuméniques dans lesquels la présence de l’Église catholique
est minoritaire11, des initiatives des Nations unies12, etc.
Remarquons que ce qui vient d’être évoqué se rapporte à des initiatives prises par des croyants revendiquant une identité religieuse
clairement identifiable et différenciée des autres. Mais l’« interreligieux » ne concerne-t-il pas par ailleurs – de manière plus déconcertante pour les modes de pensée européens – le « mélange des religions » qui peut s’opérer au sein même des pratiques individuelles ou
des communautés culturelles ?
Nous pensons ici aux pratiques syncrétiques alliant, dans le
Nordeste brésilien, en Haïti ou en Afrique subsaharienne, le catholicisme d’une part et le candomblé ou le vaudou d’autre part.
Nous pensons aussi, à un autre type de « mélange », que l’on
trouve par exemple dans les pratiques des Japonais, dont Etsuo
Yoneyama nous dit qu’« ils ne trouvent pas du tout bizarre de choisir une religion selon leur goût ou la mode, pour organiser leur
mariage. La célébration se passe souvent dans un grand hôtel, qui
offre plusieurs types de salles selon les différents types de mariage,
salles bouddhiste, shintoïste et chrétienne. […] Les Japonais ont l’habitude de pratiquer deux religions différentes, le bouddhisme et le
shintoïsme. Ils pensent que ces religions sont complémentaires, car
le bouddhisme s’occupe des morts et le shintoïsme des dieux de la
nature. Ils pratiquent aussi le confucianisme comme pensée éthique
et morale 13 ».
Le rapport à la tradition
Question 5. Traditions, droit coutumier,
codes rituels : de quoi parle-t-on ?
La tradition, pour l’historien Michel Meslin, est un « ensemble
d’attitudes et de conduites qui se réfèrent à un passé pour guider une
10. C’est à l’initiative du roi Abdallah II de Jordanie qu’a eu lieu en novembre 2011 à Amman
un forum islamo-catholique sur le thème « Raison, foi et personne humaine – perspectives
chrétiennes et musulmanes ».
11. Rassemblements œcuméniques européens de Bâle en 1989 et de Graz en 1998.
12. Sommet du millénaire des chefs spirituels et religieux organisé par le Secrétaire général des
Nations unies à New York en 2000.
13. Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
action présente, grâce à la prise de conscience d’un principe d’identité reliant les générations14 ». Partout dans le monde la référence à
un passé fondateur flotte dans le présent même lorsqu’elle n’est pas
explicitée et se rattache plutôt à un inconscient collectif. Elle ne se
résume pas à un simple conservatisme, à un réflexe d’imitation inerte
du passé. « Il y a, estime Ysé Tardan-Masquelier, une relation dialectique très forte entre tradition et actualité, conservatisme et innovation. […] En réalité, si le passé joue un si grand rôle, c’est que l’homme
actuel y déchiffre mieux que dans son présent les éléments fondateurs et permanents de toute une vie15. »
La coutume, façon d’agir établie par l’usage, est une notion proche
de la tradition, mais elle est surtout utilisée par les juristes, pour
qui elle est définie comme « un usage juridique oral, consacré par
le temps et accepté par la population d’un territoire déterminé16 ».
On se réfère souvent, dans les actions de coopération, au droit coutumier, qui, s’il n’est réellement prépondérant que dans peu de pays
(Mongolie, Bhoutan, Sri Lanka), tient à côté du droit civil ou constitutionnel une place non négligeable dans bien d’autres régions du
monde (Chine, Afrique de l’Ouest, etc.).
La notion de rite est étroitement liée aux deux dernières, le rite
étant un ensemble d’usages définis par la tradition et la coutume
(et non par la loi). Les rites se caractérisent par des actes répétitifs, codifiés et souvent chargés de symboles. Ils sont très loin de
ne concerner que la sphère religieuse, même si le sociologue Émile
Durkheim fait observer que le rituel profane suit des règles analogues à celles du rituel religieux (le défilé qui rappelle la procession,
le discours qui rappelle le sermon, le mariage civil qui rappelle le
mariage religieux, etc.) et qu’il a finalement la même fonction de
célébration de sentiments collectifs ou d’intégration des individus
dans la vie sociale.
Bien des discours sur la tradition sont empreints d’exotisme et d’un
certain simplisme. Quelques précautions d’observation s’imposent
donc, pour évacuer quelques illusions sur cette notion passe-partout.
Question 6. Peut-on encore opposer « sociétés
traditionnelles » et « sociétés modernes » ?
La distinction entre sociétés traditionnelles (rurales, hiérarchiques, collectives, orientées vers le passé, sacrées) et sociétés
modernes (industrielles, égalitaires, individuelles, orientées vers le
14. Citation extraite d’une intervention à un séminaire de la Sorbonne.
15. Ysé Tardan-Masquelier (dir.), Les Spiritualités au carrefour du monde moderne. Traditions,
transitions, transmissions, Paris, Bayard/Centurion, 1993.
16. Pierre-Clément Timbal, André Castaldo et Yves Mausen, Histoire des institutions publiques et
des faits sociaux, Paris, Dalloz, 2004.
49
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
50
futur, sécularisées), en ce qu’elle supposerait que les cultures sont
homogènes, n’est plus aujourd’hui d’une grande actualité.
Définir la tradition par simple opposition à la modernité amène
en effet bien souvent à se référer à une modernité « occidentale »
comme le rappelle Jean-Pierre Olivier de Sardan, lorsqu’il dénonce
« cette habitude occidentale de penser que tout ce qui ne correspond
pas à la modernité occidentale relève de la “traditionnalité”. Il y a,
ajoute-t-il, une modernité africaine spécifique. Les cultes de possession d’aujourd’hui sont différents des cultes anciens, les génies ne
sont pas les mêmes. L’islam a changé, les tradi-praticiens ne soignent
pas du tout comme dans le passé. Il faut arrêter de renvoyer ce qui
est différent de l’Occident à de la tradition figée dans le passé17 ».
Une réflexion partagée par bien des sociologues, qui parlent de
« modernité multiple18 », de « modernités alternatives19 », ou encore,
avec Jean-Claude Guillebaud, de « modernité métisse », conséquence
d’un « rapatriement des traditions », par lequel « les peuples anciennement colonisés saisissent dans la culture imposée par les colonisateurs les instruments adéquats pour redécouvrir – et rapatrier –
certaines de leurs propres traditions, jusqu’alors oubliées et incomprises20 ».
La tradition elle-même, d’ailleurs, est en permanence réinventée. « Il existe, rappellent les auteurs du Dictionnaire des sciences
humaines21, des musiques, des danses, des cuisines, des religions et
des arts qualifiés de traditionnels par opposition à d’autres qui le
seraient moins ou pas du tout. Souvent, il suffit de gratter un peu
pour que s’efface l’illusion de l’ancienneté ou de la pureté de ces
héritages. » Les traditions ne sont pas figées, et les pratiques du présent contiennent bien des germes de futures traditions : on attribue
à Chateaubriand la célèbre formule : « La tradition, c’est une innovation qui a réussi. »
Enfin, la référence aux valeurs traditionnelles est l’un des recours
auxquels chacun se réfère (plus ou moins fortement), mais elle ne suffit
pas à définir la diversité des systèmes de valeurs sur lesquels notre partenaire s’appuie. L’enjeu est donc surtout de comprendre les différentes
stratégies individuelles de recours à la tradition ou d’évitement de celleci, en fonction des contextes de dialogue ou des intérêts en présence.
17. Entre tradition et modernité, quelle gouvernance pour l’Afrique ?, www.institut-gouvernance.
org/fr/ouvrage/fiche-ouvrage-28.html
18. Shmuel Noah Eisenstadt (dir.), Multiple modernities, Transaction Publishers, 2002.
19. Dilip Parameshwar Gaonkar (dir.), Alternative modernities, Duke University Press, 2001.
20. Jean-Claude Guillebaud, Le Commencement d’un monde. Vers une modernité métisse, Paris,
Seuil, 2008.
21. Jean-François Dortier (dir.), Dictionnaire des sciences humaines, Auxerre, Éditions Sciences
humaines, 2004.
Comment les individus opèrent-ils (par habitude, par choix ou par
réaction) leur propre combinatoire entre une série de valeurs et de
rites traditionnels et des éléments de modernité qui s’en éloignent ?
On peut évoquer par exemple le comportement d’un jeune Malien
en cas de carambolage en brousse. S’il connaît le conducteur qui l’a
heurté, ou s’il peut détecter son ethnie, il va peut-être actionner la
pratique traditionnelle de l’« alliance à plaisanterie » qui unit des
ethnies, clans ou familles et les autorise à se moquer ou à s’insulter
mutuellement, et ce sans conséquence ; ces affrontements verbaux
étant en réalité des moyens de décrispation sociale. Si en revanche
il ne connaît pas son interlocuteur et ne peut pas débloquer la situation par cette pratique traditionnelle, il va recourir à des moyens plus
« modernes » comme le constat ou l’intervention de la police. De la
même façon, on tentera en Afrique de l’Ouest de régler d’abord un
conflit foncier par le recours aux autorités traditionnelles et religieuses avant de songer à se tourner vers la « modernité » des tribunaux officiels.
Question 7. Quelle est la prégnance de la tradition
sur la vie sociale et professionnelle, ici et ailleurs ?
Malgré la mondialisation progressive des méthodes de gestion
dans les entreprises, les administrations et les organisations du tiers
secteur, les adhérences aux traditions et aux rites sont loin de devoir
être rangés au magasin des antiquités ou du folklore. Ils sont également à prendre très au sérieux dans les relations partenariales internationales. Deux questions bien différentes peuvent être gardées en
tête.
Quelle est la place des valeurs traditionnelles
dans la culture de l’autre ?
Tous ceux qui ont eu l’occasion de travailler avec des partenaires
indiens n’ont pu manquer d’être frappés par la prégnance des valeurs
et des traditions issues des multiples influences qui ont émaillé l’histoire du sous-continent : l’hindouisme, l’islam (dynastie moghole),
les mouvements migratoires, la colonisation… Ces traditions sont
donc marquées par un degré important de syncrétisme, mais elles se
présentent aujourd’hui comme un ensemble relativement cohérent,
malgré les mutations importantes que l’occidentalisation provoque
depuis plusieurs décennies. La filmographie indienne en donne une
idée saisissante et très actuelle.
51
religion, tradition, histoire
Bollywood, reflet de la
prégnance des traditions
en Inde
52
www.santabanta.com
l'intelligence interculturelle
Rien de tel que les films de Bollywood pour avoir un aperçu de la force des
traditions en Inde. La plupart de ces films sont profondément imprégnés
des valeurs traditionnelles indiennes, soit qu’ils les exaltent soit qu’ils en
dénoncent les impasses avec virulence et visent à les bousculer : la famille
en premier lieu, sacralisée, patriarcale, multigénérationnelle, fondée sur
l’autorité du père, qui choisit les conjoints de ses enfants, la fidélité et la soumission de la mère ; l’honneur ; l’horreur de l’adultère ; le système des castes
(omniprésent mais presque toujours dénoncé) ; la recherche de la paix… On
trouve aussi dans beaucoup de ces films, y compris dans leur mode narratif
(plusieurs histoires en parallèle) l’évocation des anciens récits mythiques
du Mahabharata et du Ramayana…
Bollywood ne fait que refléter l’influence des valeurs traditionnelles dans les représentations de l’ordre social en Inde, influence
que l’on retrouve avec force dans le quotidien des Indiens, y compris
sur les lieux de travail.
Un autre exemple saisissant de la rencontre entre extrême attachement à la tradition et extrême modernité : les mariages arrangés
s’opèrent de plus en plus, en Inde, à travers des sites Internet qui permettent aux parents de trouver pour leurs très jeunes filles des partis
correspondant à leurs souhaits et parfois à leur « communauté », sans
que le mot de caste soit forcément prononcé.
Quelle est la place des rites ? Quel niveau de ritualisation
des relations sociales ?
L’influence des traditions est également à analyser dans la construction, plus ou moins ritualisée des relations sociales. Dans ce domaine,
l’un des exemples les plus parlants est celui de la Chine, qui demeure,
comme le rappellent Bernard Fernandez et Zheng Lihua, une société du
rituel : « Les rites sont au cœur de la construction du lien social, professionnel et personnel. […] Il faut faire l’effort de comprendre ce qui ne
relève pas de notre sensibilité culturelle […] en développant de nouvelles
compétences, notamment l’apprentissage important du symbole22. » La
tradition du repas-banquet (élément indispensable de tout dialogue
22. Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
diplomatique, commercial ou même humanitaire), celle tout aussi
incontournable des cadeaux aux organisateurs et aux hôtes, ou encore
le rite du Ganbei, toast à consommer cul sec, beaucoup d’entre nous s’y
sont confrontés sans toujours en saisir l’importance symbolique.
Le repas-banquet chinois, tradition, rite et fonction
sociale
« Dans des négociations parfois difficiles, le repas devient un temps de
pause pour les deux parties et un espace de communication où il ne faudra
pas parler affaires. Ce n’est qu’en fin de repas que votre homologue chinois
vous glissera, de manière plutôt implicite, les voies de reprise du dialogue,
ses propositions ou, le cas échéant, ses concessions. Quant au cadeau, il
est ce lien social indispensable, incontournable pour créer du sens dans la
relation. Il relève du concept de don, il a donc une portée symbolique forte. »
Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel. Approches, problématiques, pratiques et plongées, Presses de l’Université
Laval et Télé-Université, 2008.
On notera au passage que le rite du banquet – le repas d’affaires –
est aussi un trait culturel des organisations françaises, qui étonne
souvent nos homologues anglais : un repas, pour eux, est fait pour se
nourrir. Si l’on veut éclaircir un point de négociation, on trouve une
salle de travail et on discute.
Cette plus ou moins grande importance accordée aux rites se traduit également par la place plus ou moins centrale des « cérémonies
de passage » dans d’autres cultures (mariages, enterrements, etc.).
On peut le noter par exemple dans la quantité importante de jours
de congés accordés aux salariés pour participer aux mariages, dont on
sait l’importance, le nombre d’invités, le coût et la durée exceptionnelle dans la tradition indienne.
Le rapport à l’Histoire
Question 8. Héritage historique, mémoire collective,
mythes fondateurs : quelles définitions ?
L’héritage historique et la culture politique des différents territoires dans lesquels nous sommes amenés à travailler permettent,
comme on le verra à plusieurs reprises dans ce livre, d’éclairer certains comportements, certaines représentations, certains réflexes
culturels. Or les héritages historiques sont très divers, l’Histoire est
souvent réécrite, et les cultures politiques sont changeantes. Mais
précisons d’abord le sens des mots.
53
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
54
−− l’héritage historique et politique renvoie à un ensemble d’événements sociopolitiques du passé relatifs à un pays, à une région, à un
peuple, et qui influent sur les conceptions actuelles de notre interlocuteur, et sur la relation que nous pouvons établir avec lui. L’enjeu est
de comprendre quel est l’héritage et le capital historique, quels sont
les traumatismes et les séquelles (des guerres, des colonisations, etc.)
qui peuvent à la fois déterminer des représentations et des pratiques
spécifiques, et jouer dans nos relations.
Comment on écrit l’histoire
L’historien Paul Veyne tient l’histoire pour un « roman vrai », affirmant dans
son livre Comment on écrit l’histoire, que le récit historique n’est guère qu’une
« construction de faits que l’historien découpe à son gré, donnant une importance à ceux qui lui importent… ». Il est également fortement tributaire du
contexte de son écriture, « reflet des grands paradigmes politiques, religieux ou
scientifiques de son époque ». C’est ce qui explique que dans bien des situations de rencontre ou de confrontation interculturelle, la représentation historique des uns se dresse contre celle des autres, et l’on assiste, dans de nombreux cas comme la colonisation, l’histoire de l’Algérie, d’Israël ou d’Afrique
du Sud, à de véritables conflits de mémoire. C’est ce qui explique aussi que la
chute de régimes totalitaires est fréquemment suivi de la réécriture des livres
d’histoire (ex-dictatures latino-américaines, Russie post-URSS, etc.).
D’après Paul Veyne, Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971.
−− la mémoire collective est définie quant à elle par Pierre Nora
comme faisant référence à « l’ensemble de souvenirs, conscients ou non,
d’une expérience vécue et/ou mythifiée par une collectivité vivante, de
l’identité de laquelle le sentiment du passé fait partie intégrante23 ». Elle
relève, note Michel Wieviorka, « des affects, de la conscience, de l’émotion, des passions24 ». Elle est, ajoute P. Nora, « ouverte à la dialectique
du souvenir et de l’amnésie, inconsciente de ses déformations successives, vulnérable à toutes les utilisations et manipulations, susceptible
de longues latences et de soudaines revitalisations ». Elle constitue
donc un élément central à prendre en compte dans la compréhension de
ce qui nous fait agir et fait agir nos interlocuteurs.
La mémoire collective et l’héritage politique se nourrissent largement d’une série de mythes, récits populaires ou littéraires « mettant en scène des êtres surnaturels et des actions imaginaires dans
lesquels se projettent les souvenirs fantasmés d’événements vécus
par un peuple et/ou les structures sous-jacentes à son comportement
23. Pierre Nora, « Mémoire collective », in J. Le Goff (dir.), La Nouvelle Histoire, Paris, Retz, 1978.
24. Michel Wieviorka, La Différence, Paris, Balland, 2001.
familial et à ses rapports sociaux25. » Ces mythes fondateurs, plus ou
moins historiques, plus ou moins légendaires, légitiment un ordre
social, donnent aux groupes leur cohésion et inspirent les conduites :
« Loin d’être un stade dépassé de la pensée humaine, les mythes sont
la forme détournée des lois d’organisation de la société26. »
Question 9. Quelle prégnance l’histoire a-t-elle
sur les représentations, ici et ailleurs ?
L’Histoire (surtout l’histoire sanglante) s’est souvent révélée créatrice de mythes fondateurs durables (conflits Birmanie/Thaïlande,
Turquie/Arménie, France/Algérie) qui peuvent figer les relations
interculturelles. Il est important de garder cela à l’esprit pour désamorcer d’éventuelles instrumentalisations de l’Histoire dans les relations partenariales.
Thaïlande-Myanmar : quand l’Histoire est
instrumentalisée
Une professionnelle d’une ONG américaine ayant séjourné longtemps dans
le Sud-Est asiatique souligne par exemple le rôle de l’instrumentalisation de
l’histoire dans l’attitude des organisations thaïlandaises à l’égard des réfugiés
birmans au cours des années de dictature au Myanmar : « J’ai expérimenté la
tension entre les deux peuples par une reconstruction de l’histoire autour de
mythes : les Thaïlandais invoquaient des événements historiques éloignés, en
l’occurrence le sac du royaume de Siam par la Birmanie, qui est vécu comme
un lieu commun d’attachement à la nation pour s’opposer à une autre nation.
Au niveau de mon travail, j’avais l’impression que même les professionnels
responsables de l’aide psychologique et juridique aux réfugiés ne souhaitaient pas en faire plus pour améliorer le sort des Birmans dans leur pays. »
Témoignage évoqué lors d’un séminaire à Sciences Po, 2010.
Elle est liée également au passé colonial. Beaucoup de Français ont
pu mesurer lors de périodes professionnelles ou privées en Afrique à
quel point la colonisation a pu laisser de traces. Dans bien des pays
de l’ex-empire colonial français on observe encore, plus d’un demisiècle après les indépendances, des réactions d’une grande ambiguïté,
attribuant au Blanc un pouvoir ou un savoir-faire souvent supérieur à
la réalité, mais aussi en mettant continuellement en doute ses intentions, et en lui attribuant a priori une stratégie néocoloniale.
25. Définition du dictionnaire Larousse universel en 20 volumes.
26. J.-F. Dortier (dir.), Dictionnaire…, op. cit.
55
religion, tradition, histoire
l'intelligence interculturelle
56
Les contre-exemples sont dans ce domaine les plus parlants :
l’Éthiopie est un pays réputé pour n’avoir jamais connu d’autre colonisation que celle, très brève (1935 à 1941) de l’Italie mussolinienne.
Pour cette raison, le rapport au Blanc, au « farendj », se caractérise par
une relative indifférence ; c’est un rapport dans lequel la fierté éthiopienne ne se sent nullement menacée, et qui, comme nous avons pu
l’expérimenter personnellement, incite l’expatrié à n’espérer aucune
plus-value de sa situation d’étranger, de même qu’elle le préserve de
tout sentiment de rancœur de la part des nationaux.
De la même façon, la Chine, pays qui n’a que peu connu la colonisation (si l’on excepte la période des concessions) est très fière de son
indépendance. « Le manager français ne peut pas débarquer en Chine
comme en un pays conquis et montrer trop d’arrogance, ça ne prendra
pas », estime Jin Syian, directrice de l’Institut Confucius d’Arras.
De fait, les expatriés français dans les anciennes colonies de notre
pays tentent souvent de se positionner entre trois attitudes :
−− l’attitude qui repose sur le postulat de la culpabilité héréditaire, qui les pousse à se faire les plus discrets, les plus inexistants
possible, à ne pas se croire autorisés au parler vrai, et finalement parfois à ne servir à rien par excès de prudence et par crainte de prolonger des attitudes colonialistes.
−− l’attitude du déni de tout rapport entre d’une part leur situation,
leur travail, leurs engagements professionnels, et d’autre part ce qui a
pu se passer entre les puissances colonisatrices et les pays colonisés.
−− l’attitude plus cynique consistant à assumer leur position de
nouveaux colons et à évacuer tout état d’âme sur les relations entre
anciens colonisateurs et anciens colonisés.
Ainsi, qu’il s’agisse de la religion, de la tradition ou de l’Histoire,
les sources des représentations culturelles sont chacune, mouvantes,
évolutives, et leurs mutations trouvent souvent leur origine dans
leur influence réciproque. Religion, tradition, histoire, mémoire collective et cultures politiques sont dans une perpétuelle interaction et
influent, comme on le verra, sur la plupart des représentations et des
pratiques évoquées dans les 14 chapitres qui suivent.
Pour aller plus loin
Sur le rapport au sacré
››Banon (Patrick), La Révolution théoculturelle. Comprendre et gérer la diversité
religieuse dans notre société, Paris, Presses de la Renaissance, 2008
››Bouzar (Dounia et Lylia), Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ?, Paris, Albin
Michel, 2009
››Boyer (Joseph), Colle (Patrick), Herveau (Joseph), Klein (Laurent), LabidiMaïza (Mehrésia), Les Religions, modes de vie, modes d’emploi, Paris, Éditions
de l’Atelier, 2011
››Cailliau (Hesna), L’Esprit des religions. Connaître les religions pour mieux comprendre les hommes, Paris, Milan, 2003
››Champion (Françoise), Zawadzki (Paul) (dir.), Le Sacré hors religions, Paris,
L’Harmattan/AFSR, 2007
›› Delumeau (Jean), Des religions et des hommes, Paris, Desclée de Brouwer, 1997
›› Gira (Dennis), Le Dialogue à la portée de tous… (ou presque), Paris, Bayard, 2012
››Hervieu-Léger (Danièle) et Azria (Régine) (dir.), Dictionnaire des faits religieux, Paris, PUF, 2010
››Holenstein (Anne-Marie), Rôle et signification de la religion et de la spiritualité
dans la coopération au développement, Berne, DDC, 2002
››Malherbe (Michel), Les Religions, Paris, Nathan, 2004
››Mouttapa (Jean), Religions en dialogue, Paris, Albin Michel, 2002
››Nizard (S.), Kanafani-Zahar (A) et Mathieu (S.), À croire et à manger. Religions et alimentation, Paris, L’Harmattan/AFSR, 2007
›› Rougé (Jacqueline), Croire au dialogue pour la paix, Éditions franciscaines, 2011
››Vallet (Odon), Petit lexique des idées fausses sur les religions, Paris, Albin
Michel, 2002
››Collection « Ce qu’en disent les religions » : La mort, La femme, Le corps, La
prière, La violence, La création du monde, L’éducation, L’injustice, Paris, Éditions
de l’Atelier, 2001 à 2004
››Confucius, le vrai maître de la Chine, Hors-série du Point, n° 12, juin-juillet 2012
››Blog de Jean Baubérot, historien et sociologue des religions : http://jeanbauberotlaicite.blogspirit.com/
Sur la tradition
››Guillebaud (Jean-Claude), Le Commencement d’un monde. Vers une modernité métisse, Paris, Seuil, 2008
››Kelman (Gaston), Je suis noir et je n’aime pas le manioc, Max Milo, 2004
››Mattelart (Armand), La Communication-monde, Paris, La Découverte 1992
››Mattelart (Armand), Diversité culturelle et mondialisation, Paris, La Découverte, 2005
››Wieviorka (Michel), La Différence, Paris, Balland, 2001
››www.scienceshumaines.com/culture-et-tradition_fr_12538.html
Sur l’Histoire et les cultures politiques
››Appadurai (Arjun), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la
globalisation, Paris, Payot, 2001
››Badie (Bertrand), L’État importé. L’occidentalisation de l’ordre politique, Paris,
Fayard, 1992
››Halbwachs (Maurice), La Mémoire collective, Paris, Albin Michel, 1999
››Veyne (Paul), Comment on écrit l’histoire, Paris, Seuil, 1971
››Wieviorka (Michel), La Différence, Paris, Balland, 2001
››Cité nationale de l’histoire de l’immigration : www.histoire-immigration.fr
Chapitre 2
L’Homme et la nature
Entre domination
et connivence
« À Bénarès au bord du Gange, écrivait Joseph Ki-Zerbo, on ne
regarde pas le fleuve de la même manière qu’à partir d’un laboratoire de physique théorique1. » Saisissant raccourci pour rappeler que
la vision de la nature, et les rapports des hommes avec elle varient
d’une région du monde à l’autre et d’un univers socioprofessionnel
à l’autre. Marquée par ses mythes fondateurs, chaque culture développe des visions du monde et de la nature souvent très différentes,
même si elles évoluent beaucoup aujourd’hui, notamment à l’épreuve
des enjeux environnementaux.
Le mot nature, que ce soit en français, en anglais, en allemand ou
dans bien d’autres langues, est largement polysémique. Son étymologie (du latin natura, lui-même dérivé de nasci, être né) nous met
sur une piste : le lien avec éléments innés d’un individu (la nature
humaine). En fait, le terme même ouvre à des controverses sans fin
sur la différence entre nature et culture. Pour notre part, nous nous
en tiendrons dans ce chapitre au sens matériel (et non métaphysique)
de la nature : celui auquel se rapportent les sciences de la nature : le
« monde physique » – en grec, la nature se traduit par φύση (physé) –,
l’univers. Et nous verrons que l’une des lignes de distinction fondamentales en matière de rapport des hommes à la nature concerne leur
posture : domination ou symbiose ?
Interroger les représentations et les pratiques
Question 10. Nos sociétés privilégient-elles une
attitude de domination de la nature ou une posture
de symbiose ?
La manière dont on considère, dans les différentes cultures, la
nature, le monde physique qui nous entoure, peut être influencée par
les cosmogonies, récits mythiques de la création du monde et de la formation de l’univers propres à ces cultures. Ces récits sont à la base de
beaucoup de religions : cosmogonies monothéistes (la Genèse dans la
Bible) ou polythéistes (épopée de Gilgamesh en Mésopotamie, cosmogonies hindoues ou égyptiennes…). Mais ils ne sont pas que religieux,
ils peuvent être aussi l’œuvre de poètes philosophes (Les Travaux et
les Jours d’Hésiode au viiie siècle avant J.-C.) ou de scientifiques (évocation de l’histoire de la Terre et de l’univers dans L’Histoire naturelle
1. Marie-Josée Beaud-Gambier et Joseph Ki-Zerbo, Anthologie des grands textes de l’humanité
sur les rapports entre l’Homme et la nature, Unesco/La Découverte/Éditions Charles Léopold
Mayer, Paris, 1992.
61
l'intelligence interculturelle
62
de Buffon). Or la nature de ces cosmogonies fondatrices n’est pas sans
lien avec la position adoptée vis-à-vis de la nature.
Selon Joseph Ki-Zerbo2, toutes plurielles qu’elles soient, les sociétés humaines ont adopté deux attitudes majeures envers leur milieu
naturel. « La première consiste à appréhender, à saisir, par la main
ou l’outil, à prendre et comprendre la nature comme un objet utilitaire ou agréable ordonné à l’homme comme un moyen par rapport
à une fin. La seconde approche, elle, répudie la sécession à l’égard de
la nature dont on se considère comme un associé, voire une partie
intégrante en tant que microcosme en symbiose dans un macrocosme.
L’être humain apparaît alors comme un sujet parmi une multitude
d’autres sujets dont il doit négocier, par des procédures appropriées
(religieuses, éthiques, symboliques, etc.) la cohabitation et l’alliance. »
La première conception, caractéristique notamment des cultures
occidentales, est largement issue de la cosmogonie biblique dans
laquelle l’homme se voit attribuer une position de domination des
éléments minéraux, végétaux et animaux de la création : « Multipliezvous, remplissez la terre et soumettez-la3. » Elle est également redevable de la pensée grecque, qui définit l’homme par opposition aux
autres éléments du règne animal et lui confère une sorte de droit
de tirage sur les éléments naturels. Descartes, puis les philosophes
des lumières ont renforcé ce dualisme Homme-nature. « La nature,
écrit Hervé Kempf, n’est plus seulement distincte de l’humanité, elle
devient son objet, tant pour révéler ses “secrets” que pour s’adapter
aux besoins humains. L’homme en devient “maître et possesseur”
selon la célèbre formule de Descartes4. » Une conception qui va lancer l’Occident dans une aventure transformatrice sans précédent. Au
point que les hommes vont aller au-delà de la domestication et vont
détruire la nature. Le surgissement au cours de la seconde moitié du
xxe siècle des préoccupations écologistes est d’ailleurs de ce point de
vue une formidable rupture.
Bien loin de cette conception dominatrice, on trouve la posture
de symbiose, conception plus « holistique » des rapports Hommenature : celle qui, dans la foulée des cosmogonies andines ou africaines pousse encore par exemple les Indiens du Pérou à s’agenouiller devant Pachamama (la « Terre mère ») avant de l’ensemencer,
comme pour lui en demander l’autorisation ; vieille nostalgie du sein
maternel, que les civilisations du Vieux Continent ont aussi connu
dans le passé. Ces conceptions vont jusqu’à considérer la nature et
l’Homme comme parties constitutives d’une même communauté.
2. Ibid.
3. Livre de la Genèse (1-28).
4. Le Monde, 26 mai 2005.
l’Homme et la nature
Comme le remarque Édith Sizoo, « dans le contexte culturel des
peuples indigènes des Andes, la notion de “nous” ne comprend pas
que les êtres humains, mais s’étend à tout ce qui vit dans le monde
du visible aussi bien que dans le monde de l’invisible. La notion de
communauté et de parenté n’y est pas réduite à ce qu’on entend généralement par l’organisation sociale5 ». Le ayllu, communauté andine
de parents, se compose « d’êtres humains (runas), de membres de la
nature (salqa), et de membres de la communauté des déités (huacas).
[…] Le mot « parents » est étendu aussi aux plantes cultivées – à la
“chacra”. Les paysans andins considèrent les pommes de terre de leur
chacra comme leurs filles […], les montagnes comme des grands-pères
[…]. Puisque tous font partie de la famille étendue (à tous les êtres
vivants), il n’y a pas d’orphelins dans le ayllu et la notion de solitude
n’existe pas ».
Holistiques également sont les conceptions animistes africaines,
où, rappelle Joseph Ki-Zerbo « le thérapeute d’antan, avant de couper
des feuilles pour l’usage sanitaire, se recueillait un moment devant
l’arbre choisi et lui “demandait pardon” de devoir le mutiler6 ». Dans
une grande part des traditions africaines, l’idée d’un monde anthropocentrique et totalement visible n’a aucun sens. Le monde, pour
beaucoup d’Africains, est plus vaste que cela ; il y a un monde visible,
celui des hommes et des animaux, et un monde invisible, celui des
ancêtres, des génies, des esprits. Et Jean-Bernard Ouedraogo de noter
pour sa part qu’en Afrique, dans de nombreuses représentations symboliques, « les relations avec la nature concernent aussi les relations
sociales entre les individus, dans lesquelles sont inclus les ancêtres
disparus et les esprits qui peuplent les forêts et les bois sacrés. Le
monde n’est pas seulement peuplé de choses sensibles, les esprits
bruissent dans la nature et communiquent en harmonie avec les
hommes. […] Il n’y a donc pas de rupture entre nature et société mais
tout un réseau de correspondances7 ».
Un autre exemple est celui des Indiens d’Amérique du Nord. On
connaît le fameux discours prononcé en 1854 par le chef indien Seattle
en réponse aux propositions d’expulsion et de réinstallation faites par
le président des États-Unis : « Le Grand Chef de Washington nous a
fait part de son désir d’acheter notre terre. […] Mais peut-on acheter
ou vendre le ciel, la chaleur de la terre ? Étrange idée pour nous ! Si
nous ne sommes pas propriétaires de la fraîcheur de l’air, ni du miroitement de l’eau, comment pouvez-vous nous l’acheter ? Le moindre
5. Édith Sizoo, Ce que les mots ne disent pas. Quelques pistes pour réduire les malentendus
interculturels : la singulière expérience des traductions de la plate-forme de l’Alliance pour un
monde responsable et solidaire, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2000.
6. Marie-Josée Beaud-Gambier et Joseph Ki-Zerbo, Anthologie…, op. cit.
7. In Nadia Tazi (dir.), Keywords. Nature, New York, Other Press, 2005, synthèse en français de
Martine Laffon.
63
l’Homme et la nature
l'intelligence interculturelle
8. L’origine et la véracité de ce texte restent néanmoins contestées.
9. Voir www.fnh.org/francais/fnh/uicn/pdf/concertation_autochtones.pdf
10. Nadia Tazi (dir.), Keywords…, op. cit.
© RMN-Grand Palais (musée Guimet, Paris) / Harry Bréjat
naufragés occupent l’essentiel du tableau, la mer démontée n’étant
pour ainsi dire représentée que de manière accessoire.
Sous la vague au large de Kanagawa - Série des Trente-six vues du mont Fuji.
1830-1832 (Hokusai Katsushika - 1760-1849)
© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
64
recoin de cette terre est sacré pour mon peuple. […] Ainsi, lorsqu’il
nous demande d’acheter notre terre, le Grand Chef de Washington
exige beaucoup de nous. […] La terre est précieuse [aux] yeux [du Dieu
de l’Homme blanc], et qui porte atteinte à la terre couvre son créateur
de mépris8. »
Un siècle et demi plus tard, en 2002, le chef Orens Lyons de la
Confédération iroquoise actualisait cette vision en déclarant : « La biodiversité est un terme clinique, technique pour qualifier l’équilibre de
la vie dont nous dépendons. Nous, peuples autochtones, disons que
nous faisons partie de cette vie ; ainsi ce que vous appelez des “ressources” sont pour nous des relations. Tout est dans la façon dont on
les considère. […] Nous vous le disons, tant que vous ferez la guerre
contre Etenoha (la Terre mère), il ne pourra jamais y avoir de paix9. »
Dans une logique analogue, les visions confucéenne et taoïste
considèrent que l’homme est en symbiose et en dépendance mutuelle
avec la nature. La montagne, l’eau de la rivière, l’immensité des mers
ne sont pas, dans la tradition chinoise, des choses, mais des réalités
vivantes qui s’imposent à l’homme et lui enseignent le temps, la mort,
l’infranchissable.
En Inde, selon Vinay Kumar Srivastava, l’idée de la domestication
de la nature ne s’est développée qu’à une époque récente, au moment
de la colonisation, et cette idée demeure encore largement étrangère à
une partie de la population. « Dans la pensée traditionnelle indienne,
les cinq éléments qui constituent la nature sont divins et vénérables
et tout ce qui est naturel est vivant. Les pierres, les rochers, les montagnes, tous les objets du monde autres que les humains sont eux
aussi vivants. Les choses connaissent donc douleur et plaisir, peine
et bonheur […]. Elles communiquent à leur façon et établissent des
relations avec les autres individus. Un arbre, une plante, une pierre
peuvent devenir la demeure d’un dieu et posséder ainsi en elle, d’une
certaine façon, un élément divin. C’est pour cela qu’il faut respecter
le monde environnant tout entier car, si chaque espèce a ses propriétés, tout être peut être réincarné en une autre. Ainsi, non seulement
les hommes font partie de la nature, mais encore elle est en eux, ils en
sont l’incarnation10. »
Un détour par les représentations artistiques de l’homme dans la
nature permet de prendre la mesure de l’importance des différences
culturelles de perspective. Dans le célèbre tableau du peintre japonais
Hokusai, face au déchaînement de la nature (la tempête), l’homme est
un tout petit élément de l’espace représenté, la nature occupant toute
la place. Dans Le Radeau de la méduse de Géricault, en revanche, les
Le radeau de la Méduse (Géricault Théodore - 1791-1824)
Ces postures traditionnelles andines, africaines, chinoises ou
indiennes, postures englobantes des rapports Homme-nature,
sont cependant directement remises en cause par le développement économique actuel des pays émergents : déforestation de
l’Amazonie, construction de barrages pharaoniques en Chine, etc.
65
l'intelligence interculturelle
66
De plus, Frédéric Paul Piguet nous suggère une certaine prudence
par rapport à l’angélisme qui consisterait à penser que dans les
cultures traditionnelles le respect de la nature serait systématiquement supérieur à celui des cultures modernes : « Des tribus nomades
ont dégradé leur environnement, notamment par les activités pastorales qui ont épuisé des régions entières : le Sahara est devenu un
désert par faute du surpâturage occasionné par des troupeaux trop
nombreux et la coupe progressive des bois. […] La tribu africaine des
Moosé a cessé de protéger ses bois dès que le rôle des individus a été
modifié par l’ouverture à d’autres univers tels l’islam, le christianisme, l’État moderne, l’école laïque et l’économie marchande capitaliste11. »
l’Homme et la nature
Originaires de pays où la population agricole ne représente plus
que 2 % de la population active et où l’on a en partie perdu la mémoire
de ce que fut jadis la valeur sacrée de la terre, les professionnels européens de la coopération internationale ont parfois du mal à prendre la
mesure de l’importance des représentations symboliques de la terre,
de la valeur du sol. On sait pourtant que le foncier est à l’origine de
bien des tensions locales et de bien des conflits armés dans le monde.
La thématique du rapport à la terre est liée à une multitude d’autres :
religion, cosmogonies, rapport à l’espace et à la collectivité, identité,
argent, richesse, etc. D’où la complexité des négociations menées au
plan local, national ou international autour de la gestion et de la protection des sols, de leur couverture végétale et des systèmes agraires.
En Nouvelle-Calédonie par exemple, la terre représente pour les
Kanaks bien plus qu’un seul périmètre foncier. « Elle définit l’identité sociale des individus par référence à un tertre fondateur et à
l’itinéraire qui a conduit les ancêtres de ce lieu d’origine à l’habitat
actuel12. » Pour Jean-Marie Tjibaou (leader indépendantiste kanak
assassiné en 1989), « paysages, dessin de village, société, défunts et
êtres mythiques ne forment qu’un ensemble non seulement indivisible, mais encore pratiquement indifférencié. Ce qui veut dire que
l’espace ici est peu intéressant par sa réalité objective. On ne peut
donc l’hypothéquer, le vendre ou le violer par des travaux qui en bouleversent la physionomie, car ce serait porter atteinte à des aspects
divers de l’incarnation du mythe13 ». Les conséquences de cette vision
du foncier sont ainsi radicales dans le discours de beaucoup d’indépendantistes : pas d’indépendance sans restitution des terres en totalité.
Dans l’esprit de beaucoup d’Africains des zones rurales, la terre
est sacrée, « don de Dieu », et à ce titre elle ne peut pas être considérée comme une simple marchandise. Les génies ayant délégué leur
pouvoir au premier occupant de la terre, cette origine impose à l’occupant des devoirs sacrés14. Dans l’ancien Empire du Mandé, la chose
publique était considérée comme résultant du double héritage des
vivants et des morts. Toute tentative d’appropriation de cette chose
publique, sacrée, était alors impossible, puisque même les ancêtres,
les morts, pouvaient en poursuivre le coupable : une redevabilité
devant les vivants et les morts !
S’intéressant au cas de la ressource forestière, Joseph Esoh Elame,
qui plaide pour faire de la « responsabilité interculturelle » un des
piliers du développement durable rappelle qu’en Afrique noire :
« Certaines forêts sont le domicile des divinités. D’autres sont des
cimetières des chefs traditionnels, de hauts dignitaires, de notables
[…]. Aller couper les arbres dans un tel lieu est un véritable sacrilège.
[…] Certaines forêts en Afrique noire abritent d’importants bois sacrés
et sont de véritables sanctuaires ayant la même importance culturelle
que la cathédrale Notre-Dame de Paris […] Le regard que les autres
doivent avoir de notre forêt ne doit donc pas se limiter à sa richesse
naturelle et à son rôle de poumon de l’humanité. Nos forêts doivent
être considérées d’abord comme des biens culturels ayant une forte
dimension historique et commémorative. Elles sont nos monuments,
nos sites, nos musées15. » Nombre de populations sont ainsi partagées,
en Afrique comme en Amazonie, entre l’offense qu’ils ressentent
lorsque leur forêt est agressée par des intérêts marchands, et d’autre
part les nécessités de la survie qui les amènent souvent à participer
elles-mêmes aux mouvements de déforestation.
En Inde, où la terre était célébrée dans les premiers textes sacrés
comme une déesse (Prthivi), les pouvoirs de l’homme sur les sols sont
limités : « La terre, la vache, la femme et la déesse sont quatre manifestations sur quatre niveaux de la même réalité. L’hindouisme les
révère, les accepte et pourtant ne les considère pas comme objet de
l’action de l’homme, mais en tant que réalité qui permet à l’homme
d’agir. Autrement dit, ce n’est pas l’homme qui enrichit la terre mais
11. Frédéric Paul Piguet, Approches spirituelles de l’écologie, Paris, Éditions Charles Léopold
Mayer, 2003.
12. Isabelle Leblic, communication aux iiies journées scientifiques de la Société d’écologie
humaine, Aix-en-Provence, 1991.
13. Jean-Marie Tjibaou, « Recherche d’identité mélanésienne et société traditionnelle », Journal
de la Société des océanistes, n° 53, tome XXXII, décembre 1976, p. 281-292.
14. Entre tradition et modernité, quelle gouvernance pour l’Afrique ?, www.institut-gouvernance.
org/fr/ouvrage/fiche-ouvrage-28.html
15. http://apreis.org/docs/intercultdd_vf.pdf
Question 11. Quelles sont les différences de
représentation de la terre et du sol ?
67
l'intelligence interculturelle
68
le contraire : c’est de la terre que l’homme recherche son enrichissement16. »
Ce regard sur les sources culturelles profondes de représentations
de la terre permettent de mieux comprendre les conséquences lourdes
du mouvement massif d’achats de terres dans des pays comme l’Éthiopie, l’Argentine, Madagascar et bien d’autres par des multinationales
de l’agroalimentaire, des investisseurs privés ou des États, dans un
système que Le Monde diplomatique caractérisait récemment comme
celui des « ventes à la découpe17 ». Ces achats, qui sont d’ailleurs loin
de n’être le fait que de compagnies ou d’États occidentaux (l’Inde ou
l’Arabie saoudite se révèlent de gros acheteurs), n’ont pas seulement
pour conséquence l’expulsion ou la marginalisation de petits paysans ; ils ont aussi valeur de profanation des lieux sacrés, des terres de
sépultures et d’histoire ancestrale, des chemins de circulation.
Question 12. Quelles sont les différences
de représentation de la valeur de l’eau ?
L’eau, ressource limitée, indispensable à la vie et la survie des
hommes, est depuis des siècles l’objet de très âpres batailles, portant sur
sa disponibilité, sa qualité, son appropriation. Batailles internationales
quand des bassins versants sont communs à deux pays (partage des eaux
Inde-Bangladesh par exemple), quand un pays contrôle l’approvisionnement en eau d’un autre à des fins stratégiques (conflit israélo-arabe),
quand des fleuves sont détournés, des barrages pilonnés, des canalisations détruites pour des motifs militaires. Batailles internationales mais
aussi nationales, comme la fameuse « guerre de l’eau » à Cochabamba
(Bolivie) en 2000, ou comme les révoltes populaires contre la privatisation de la ressource en Afrique du Sud ou en Indonésie et ailleurs18.
Mais si les enjeux de la maîtrise de l’eau sont avant tout économiques
et géostratégiques, ils sont aussi de nature symbolique (en français les
mots « rivière » et « rivalité » ont la même racine) et les exemples sont
nombreux des conséquences de la non-prise en compte des représentations culturelles et sacrées de la valeur de l’eau.
L’eau revêt en effet un caractère sacré dans la plupart des civilisations : les fleuves sont les manifestations de la divinité dans les
cosmogonies égyptiennes (le Nil) ou mésopotamiennes (le Tigre et
l’Euphrate) ; les sources et le lac Titicaca sont le lieu de la création du
monde dans la genèse aztèque ; les mythes dogons célèbrent le dieu
16. Ibid.
17. www.monde-diplomatique.fr/2010/01/BAXTER/18713
18. Voir Mohamed Larbi Bouguerra, Les Batailles de l’eau. Pour un bien commun de l’humanité,
Paris, Éditions de l’Atelier, 2003, et Olivier Hoedeman et Sakoto Kishimoto (dir.), L’Eau, un
bien public. Alternatives à la privatisation de l’eau dans le monde entier, Paris, Éditions Charles
Léopold Mayer, 2012.
l’Homme et la nature
de l’eau, le Gange est un fleuve sacré et la pluie est un dieu (Hindra)
dans les textes fondateurs de l’hindouisme, l’eau (du baptême) est un
élément essentiel dans l’Évangile, etc.
Cet héritage culturel affleure aujourd’hui dans l’affrontement
entre les conceptions marchandes de l’eau et celles, traditionnelles,
que l’on retrouve notamment en Afrique, dans les Andes ou dans le
monde arabo-musulman.
Ainsi la « guerre de l’eau » de Cochabamba, que nous venons d’évoquer et qui a mobilisé des milliers de Boliviens dans la rue contre la
privatisation d’une partie de la gestion de l’eau, n’a-t-elle pas été due
qu’à des facteurs économiques. Pour les Indiens vivant en altitude et
vénérant leurs lacs et leurs rivières de manière rituelle, il était hors
de question de négocier l’eau comme une ressource privatisée et il
était insupportable de voir leur montagne percée – blessée – par d’innombrables canalisations.
De même, dans le monde arabo-musulman, les rapports entre les
sociétés multinationales de l’eau et les populations sont envenimés
par la vitalité des représentations sacrées de l’eau dans la région :
Larbi Bouguerra rappelle que le terme charia, signifiait à l’origine, loi
de l’eau, « preuve d’une codification fort ancienne de la ressource chez
les musulmans19 ». Dans l’islam, qui, rappelle-t-il, naquit dans le désert
de l’Arabie, l’eau ne peut être matière à simple commerce : « Donner
de l’eau a toujours été une reconnaissance du lien social et une marque
de non-exclusion. (…) Cette charité recommandée par l’islam devient
un devoir pour tous ceux qui ont à charge les destins d’une ville et en
premier lieu l’émir et, par extension, l’État, ce qui ne va pas sans poser
de problèmes aux politiques. En Arabie saoudite, l’eau est quasiment
gratuite… mais son prix de revient est un secret d’État ! »
On pourrait rapprocher cette vision de celle dont témoigne, pour
l’Afrique précoloniale, Joseph Ki-Zerbo : « Le service public de l’eau
était parfaitement organisé au Bénin et au Congo. […] Comme pour
faire écho aux mythes d’origine, il y a l’idée que tous ces éléments
sont trop précieux pour faire l’objet de transactions ordinaires. Ils
doivent répondre, selon les besoins, à la demande des gens et en particulier des étrangers20. »
Autre exemple en Inde : l’exploitation massive de l’eau et sa pollution à Mumbai par la firme Coca-Cola est considérée par une partie
de la population indienne non seulement comme un très grave préjudice économique et environnemental, mais aussi comme la souillure
d’un élément naturel sacré. Paradoxalement d’ailleurs, les questions
relatives aux eaux usées sont très peu présentes dans les recherches
19. Mohamed Larbi Bouguerra, Les Batailles de l’eau…, op. cit.
20. Joseph Ki-Zerbo, « L’environnement dans la culture africaine. Les rapports entre les
Africains et la nature », Lausanne, EPFL, 1996.
69
l’Homme et la nature
l'intelligence interculturelle
universitaires indiennes, phénomène que Anil Agarwal21 attribue
à un élément culturel : traditionnellement, le traitement des eaux
usées, la maintenance des équipements d’assainissement sont dévolus aux castes les plus basses, et de ce fait, dit-il, n’ont pas la cote dans
les sphères universitaires.
70
Question 13. Quelles conséquences les
représentations des relations Homme-nature
ont-elles sur la prévention des risques naturels ?
L’idée que l’homme est un élément parmi d’autres de la nature peut
conduire à un certain fatalisme par rapport aux risques naturels. C’est
le cas par exemple de l’univers japonais, où le mot tonnerre se traduit
par « grondement des divinités ». Pour la culture traditionnelle japonaise, l’homme n’est guère plus qu’un élément du cycle de la nature,
et tout ce qui a une forme est appelé à disparaître. Les Japonais sont
évidemment très sensibles aux variations climatiques et aux caprices
du sol (tremblements de terre). Mais ils ont à son égard une attitude
assez différente de celle des Occidentaux. Tetsuo Yamaori explique
ainsi qu’au Japon, la nature n’est ni bonne, ni mauvaise. « Elle est ;
un point c’est tout. Il faut coexister avec elle, car l’homme fait partie
du cycle de la vie. Ignorer cette réalité revient à la défier. Et l’on sera
toujours perdant dans ce combat. Les Anciens savaient que lorsque la
nature se déchaîne, on ne peut pas faire grand-chose, et à leur manière,
ils “géraient les crises” en cherchant à apaiser les éléments par des
prières, et en écoutant leurs signes avec une sagacité pratique22. »
Obéissants ?
« Quand le tsunami de 2011 a causé des dégâts au Japon, peu de Japonais
ont récriminé. Il n’y avait rien à faire contre le tsunami et ils ont dû accepter le destin sans mécontentement. Les Japonais ont une certaine position
dans le monde de la nature, les règles de la société s’y conforment […], ce
qui explique la structure de la peinture de Hokusai, où les gens dessinés en
bateau sont petits comparés aux tsunamis et au mont Fuji. Dans le monde
occidental, ce sont toujours les hommes qui contrôlent la nature et règlent
la société. S’ils font face à une chose incompréhensible, ils se demandent
“pourquoi ?” et ils essaient de l’élucider. Les Japonais sont davantage “obéissants” et cherchent moins d’explications. »
Un étudiant japonais, École des Ponts PariTech, 2012.
21. Centre of Science for Environnement.
22. Directeur du centre de recherches internationales des études japonaises à Kyoto et
spécialiste des croyances religieuses populaires.
Prendre en compte les différences
Comment le monde s’accommode-t-il aujourd’hui, dans les différents combats pour la préservation de l’environnement et pour le
développement des pays du Sud, de telles différences de représentations et de pratiques vis-à-vis de la nature ?
Question 14. Comment prendre en compte
les représentations culturelles de la nature
dans la gestion de l’environnement ?
Nous l’avons signalé dans les pages précédentes, la dichotomie
entre la posture de la maîtrise/exploitation de la nature et celle, plus
holistique, de la symbiose est fortement atténuée aujourd’hui par
l’évolution des mentalités et la mondialisation. L’écologie politique,
en particulier, bouscule, depuis une trentaine d’années, la vision occidentale classique du rapport à la nature : en insistant sur la prise en
compte des enjeux environnementaux au cœur de l’action politique
et de l’organisation sociale, en remettant clairement en cause les
modes de production et de consommation, en alertant sur les limites
de l’anthropocentrisme occidental. On peut aussi évoquer le rôle de
l’école de la deep ecology23 (écologie profonde) née des travaux du
philosophe norvégien Arne Næss, qui conteste la division classique
de l’écologie entre besoins humains, prioritaires, et « ressources »
au service exclusif de ces besoins. La deep ecology inscrit les finalités
humaines dans le cadre général du vivant et prône la prise en compte
des besoins de l’ensemble de la biosphère, y compris ceux des espèces
animales et végétales.
Ce brouillage des frontières de représentations culturelles s’est
traduit notamment en 2012 lors du Sommet Rio+20 sur le développement durable : les manifestations de la société civile qui se sont
déroulées en marge (« le Sommet des peuples ») ont en effet permis
de faire apparaître des convergences entre les conceptions de certains mouvements militants environnementalistes et les représentations holistiques des rapports Homme-nature qui ont été évoquées
plus haut. Il est significatif par exemple que les rédacteurs des textes
issus du Sommet des peuples invoquent couramment la défense et
les droits de la « Terre mère ». Selon Ignacio Ramonet, le Sommet des
peuples a avancé l’idée d’une « transition graduelle entre une civilisation anthropocentrique et une “civilisation biocentrique”, centrée
sur la vie, ce qui suppose la reconnaissance des droits de la nature et
23. Voir Roger Ribotto, L’Écologie profonde, Éditions du Cygne, 2007.
71
l’Homme et la nature
l'intelligence interculturelle
72
la redéfinition du “bien vivre” et du bonheur, de sorte que ces deux
notions ne dépendent pas de la croissance économique infinie24 ».
La prise en compte au plan scientifique de la diversité des
approches et des représentations culturelles de la nature dans les
différentes régions du monde est par ailleurs l’un des éléments du
cahier des charges de la création du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC, créé en 1988). Le groupe
voit ainsi inclus dans ses missions celle de rendre compte de ces différents points de vue culturels, tout en cherchant à identifier ce qui
peut faire consensus dans la communauté scientifique. Sur le même
modèle a été créée en 2012 la Plate-forme intergouvernementale sur
la biodiversité et les services écosystémiques (IPBES), pendant du
GIEC pour les questions de biodiversité.
Question 15. Comment prendre en compte
les représentations culturelles de la terre
dans les activités agricoles ? Dans le domaine de la coopération agricole internationale, les différences de représentation des rapports à la terre ont été à l’origine,
depuis plusieurs décennies, de heurts ou d’incompréhensions entre
les populations locales et les agronomes ou zootechniciens étrangers
engagés dans des projets de développement. De l’échec ou de l’inconsistance de ces projets, des organismes de coopération publics ou
associatifs français comme le Cirad25, le Gret26 ou l’Iram27 ont tiré les
conséquences en proposant de nouvelles approches : accent mis sur le
diagnostic social et culturel préalable, démarche de « recherche-développement » intégrant une prise en compte des systèmes agraires
locaux et des représentations culturelles, affirmation du lien entre
agriculture et environnement, etc. Plusieurs ouvrages en rendent
compte aujourd’hui28 et ont contribué à réorienter les pratiques.
24. Ignacio Ramonet, « Les défis de Rio+20 », portail Rio+20, 2 juin 2012, http://rio20.net/fr/
documentos/les-defis-de-rio20
25. Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement.
26. Groupe de recherche et d’échanges technologiques.
27. Institut de recherches et d’applications des méthodes de développement.
28. Pierre De Zutter, Le Paysan, l’expert et la nature. Sept fables et récits sur l’écologie et le
développement dans les pays andins, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 1992 ; François
Greslou, Le Coopérant, missionnaire ou médiateur ? Rencontre des cultures et développement dans
les Andes : un témoignage, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 1995.
Pour aller plus loin
sur les rapports Homme-nature
Ouvrages
››Arnaud (D.), Ilbert (H.) et Mongruel (R.), Biodiversité : le fruit convoité. L’accès aux ressources génétiques végétales : un enjeu de développement, Paris, éditions Charles Léopold Mayer, 1994
››Bouguerra (Mohamed Larbi), Les Batailles de l’eau. Pour un bien commun de
l’humanité, Paris, éditions de l’Atelier, 2003
››De Zutter (Pierre), Le Paysan, l’expert et la nature. Sept fables sur l’écologie et
le développement dans les pays andins, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer,
1992
››Hoedeman (Olivier) et Kishimoto (Satoko) (dir.), L’Eau, un bien public.
Alternatives démocratiques à la privatisation de l’eau dans le monde entier, Paris,
Éditions Charles Léopold Mayer, 2012
››Ki-Zerbo (Joseph) et Beaud-Gambier (Marie-Josée), Anthologie des grands
textes de l’humanité sur les rapports entre l’Homme et la nature, Paris, Unesco/
La Découverte/Éditions Charles Léopold Mayer, 1992
››Tazi (Nadia) (dir.), Keywords. Nature, New York, Other Press, 2005
››Trompenaars (Fons) et Hampden-Turner (Charles), L’Entreprise multiculturelle, Paris, Maxima, 2010
››Yue Dai Yun, La nature, Paris, Desclée de Brouwer, 1999
››Collection des « Dossiers des rencontres de Klingental », publiée par les
Éditions Charles Léopold Mayer :
--L’arbre et la forêt, du symbolisme culturel à l’agonie programmée ? (2000)
--L’eau et la vie, enjeux, perspectives et visions interculturelles (1999)
--L’usufruit de la terre, courants spirituels et culturels face aux défis de la planète
(1997)
--Sols et société, regards pluriculturels (2001)
--Des animaux, pour quoi faire ? Approches interculturelles, interreligieuses et
interdisciplinaires (2003)
Liens
››Représentations culturelles africaines et gestion de l’environnement :
www.politique-africaine.com/numeros/pdf/053011.pdf
Chapitre 3
Le temps
Le gagner, le perdre, le maîtriser
Les questions relatives au temps constituent l’une des sources de
malentendus et l’une des raisons d’échec les plus récurrentes dans le
travail à l’international ou en milieu multiculturel. Même si l’on peut
plaider comme François Ost pour le « droit de chacun à son rythme1 »,
ces rythmes sont si divers, les représentations du passé ou du futur
si variées et les conceptions de « l’urgence » si contradictoires, que
tenter de composer avec les temps de chacun relève souvent de la quadrature du cercle.
Dans les entreprises, la gestion du temps est perçue comme un
enjeu fondamental d’efficacité : cadencement du travail, délai de
mise sur le marché, temps de production, de livraison, etc. Dans le
travail de coopération, et notamment l’humanitaire, la gestion du
court terme et de l’urgence est aussi au cœur des préoccupations des
professionnels.
Pour aborder cet enjeu, nous avons mobilisé notre propre expérience et celle de personnes côtoyées ou interviewées, mais nous nous
sommes aussi beaucoup inspirés d’auteurs comme François Jullien,
Geert Hofstede, Fons Trompenaars, ainsi que d’Edward T. Hall, dont
les ouvrages traitant du temps2 demeurent, plusieurs décennies
après leur parution, d’une certaine actualité, et nous permettent de
prendre un recul salutaire.
Contextualiser
Avant d’opérer une plongée dans les représentations du temps,
quelques points de vigilance s’imposent quant au risque de conclusions hâtives sur la diversité des représentations de cette notion.
On prendra garde notamment aux prétextes culturels en matière de
gestion du temps : le « quart d’heure » ou la « demi-heure » de retard
comme normes culturelles de tel pays ou de telle région deviennent,
par exemple, l’éternel poncif servi aux étrangers. Mais d’autres éléments de contexte doivent, à notre sens, être pris en compte.
Question 16. Le contexte économique et professionnel :
avons-nous tous les mêmes contraintes et les mêmes
repères temporels ?
Il est toujours prudent de prendre en compte, au-delà du culturel,
l’influence du contexte économique : le plus ou moins grand degré de
précarité de la zone concernée et notamment l’état des transports et
1. Joël Van Cauter et Nicolas de Rauglaudre (dir.), Apprivoiser le temps. Approche plurielle sur le
temps et le développement durable, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2003.
2. Edward T. Hall, La Danse de la vie…, op. cit., et Le Langage silencieux, Paris, Seuil, 1984
(1re édition en anglais en 1959).
77
le temps
l'intelligence interculturelle
78
des infrastructures peuvent poser des contraintes de temps qui sont
pour nous moins évidentes.
Il est tout aussi nécessaire de prendre en compte la diversité des
approches du temps et des horizons de temps qui peuvent exister
entre différentes cultures professionnelles dans un même pays, un
même village. Les réflexes d’allocation du temps d’un agriculteur,
d’un fonctionnaire ou d’un commerçant sont différents, leurs horizons temporels également. Gérard Jadoul évoque l’exemple de la
diversité des réflexes des acteurs dans le cadre de la gestion d’un massif forestier en Wallonie : « Quand on réunit les acteurs d’un massif
forestier comme celui dont je m’occupe à Saint-Hubert, on constate
que les gens autour de la table ont des perceptions totalement différentes : un propriétaire forestier privé s’inscrit dans une logique de
trente à quarante ans, un propriétaire public d’une forêt communale
réfléchit dans la limite des six ans de la législature, le chasseur dans
celle des neuf ans de son permis de chasse, l’office du tourisme pense
lui à la “balade champignons” de l’automne prochain3. »
Mais qu’en est-il de l’usage des mots relatifs au temps, et de ce que
nos langues respectives nous disent de nos conceptions du temps ?
rappelle d’ailleurs les contorsions qu’ont dû faire les Chinois pour
traduire le mot temps lorsqu’ils ont rencontré la pensée européenne
au xixe siècle. En usant de néologismes et en faisant un détour par la
langue japonaise, ils ont fini par proposer « entre moments » (shijian).
Quant à la langue des Indiens sioux, nous rappelle Edward T. Hall,
elle n’a de mots ni pour « retard », ni même pour « attendre » !
Question 18. Quel statut ont, dans nos langues,
le passé, le présent, le futur ?
Le mot « temps » couvre, dans la langue française, un champ
sémantique très vaste (le temps qui passe, les temps d’une conjugaison, les trois temps de la valse, le temps qu’il fait, etc.), mais aussi
et surtout un champ lexical étonnamment varié : durée, moment,
instant, rythme, horaires, intervalles, rapidité, lenteur, urgence,
retard, attente, patience, délai, anticipation, avenir, début, fin, court
et long terme… La liste pourrait être encore développée : calendrier,
chronologie, avenir, vieillissement, éternité, époque, saison, progrès,
changement, pression, dilettantisme…
Ce foisonnement illustre pour les Français, un emploi du « temps »
comme concept abstrait et englobant, intégrant dans son champ lexical des dimensions qui sont ignorées ou privilégiées par d’autres
cultures, en contradiction avec cette approche abstraite du temps.
Selon François Jullien par exemple4, si les Chinois (qui n’ont pourtant
méconnu ni les horloges, ni les calendriers, ni l’historiographie) ont
une vision du temps, elle est rarement exprimée comme telle, et en
tout cas elle est beaucoup plus concrète que celle des Occidentaux.
Elle est liée à l’idée d’occasion, d’opportunité, de moment. Jullien
La différenciation très forte qu’en Occident nous sommes habitués à faire entre les trois instances du temps (passé, présent, futur)
n’est pas, loin de là, opérée dans toutes les langues du monde. Cette
différence a des conséquences non seulement sur l’attitude de certains de nos interlocuteurs en matière d’anticipation ou de prévention des risques, mais aussi sur la manière même dont ils pensent le
temps, opposent les temps.
François Jullien observe cette différence à propos de la Chine,
qui fait partie de ces nombreux pays dont la langue ne connaît pas
la conjugaison : « [la langue chinoise] ne conjuguant pas, [elle] ne
donne pas à opposer des temps – futur, présent ou passé […], à penser le temps comme un genre commun né de leur composition. » Il
affirme qu’au contraire, c’est parce que nos langues occidentales sont
« à conjugaison », que, « depuis les Grecs et les Latins, nous distinguons systématiquement et opposons entre eux, les temps du passé,
du futur et du présent5 ».
Selon Edward T. Hall, à la différence des langues amérindiennes
sans conjugaison elles aussi, le temps de nos langues est « traité
comme un flux continu », avec un passé, un présent et un futur, caractéristique grâce à laquelle « nous avons réussi, en quelque sorte, à
concrétiser ou extérioriser la manière dont nous nous représentons le
passage du temps. Nous pouvons avoir ainsi l’impression de maîtriser
le temps, de le contrôler, le passer, le gagner6 ».
D’autres différences majeures existent dans les langues sud-asiatiques ou africaines. L’hindi connaît un luxe de temps de conjugaison pour le passé et le présent (fréquentatif, duratif, progressif et…
irréel), et il conjugue au futur. Pourtant « hier » et « demain » se traduisent par le même mot – kal – qui veut dire « l’autre jour, celui que
l’on ne vit pas ». Cette assimilation du hier et du demain se retrouve
aussi dans la langue principale du Samoa, et dans plusieurs langues
africaines (bamiléké, langues bantoues, langues de la région des
Grands Lacs ou du Congo, langue igbo du Nigeria). Toutes ces langues
3. Joël Van Cauter et Nicolas de Rauglaudre (dir.), Apprivoiser le temps…, op. cit. 4. François Jullien, Du « temps ». Éléments d’une philosophie du vivre, Paris, Grasset, 2001.
5. Ibid.
6. Edward T. Hall, La Danse de la vie…, op. cit.
Question 17. Le contexte linguistique : le terme
« temps » est-il entendu de la même manière dans
toutes les cultures ?
79
le temps
l'intelligence interculturelle
rassemblent ainsi en un seul terme « hier » et « demain », le passé et
l’avenir, comme si les deux phases pouvaient se confondre. Pour savoir
si ce mot est utilisé pour signifier hier ou demain, il faut alors interpréter l’intonation de la voix ou la manière dont est conjugué le verbe
qui le suit ou qui le précède. Quant à la langue maori, en Océanie, elle
ignore tout simplement les mots mêmes de passé et de futur.
Interroger les représentations et les pratiques
80
Les questions évoquées dans les pages qui suivent ont été regroupées en deux ensembles distincts mais complémentaires : d’abord la
diversité des représentations culturelles du temps (temps linéaire,
naturel, cyclique, temps monochrone ou polychrone, orientation vers
le passé ou l’avenir…) ; ensuite l’impact de ces représentations sur les
pratiques de gestion du temps (durée du travail, organisation des réunions, ponctualité, etc.).
Quelques points de diversité dans les visions générales du temps
Question 19. Privilégie-t-on la vision d’un temps
linéaire ou d’un temps cyclique dans nos sociétés
respectives ?
Les différentes religions ont, face au temps, des approches très
différentes, qui peuvent conditionner les comportements. Face, par
exemple, à la nécessité d’appréhender le futur, l’islam insiste sur la
nécessité de s’en remettre à Dieu pour un avenir que l’homme ne saurait contrôler. C’est le sens du fameux Inch’Allah (Si Dieu le veut),
que les musulmans considèrent indispensable de prononcer lorsqu’ils
évoquent une action future. Dans la tradition islamique, explique
Xavière Remacle, « le temps qui passe est perçu comme l’instrument
de Satan pour nous éloigner de notre vraie nature, de la source divine,
pour nous entraîner dans l’oubli. […] Comment évoluer sans s’éloigner
de son origine ? Le temps profane va dans le sens de la fuite : comme
un cours d’eau s’éloigne de sa source, le temps nous éloigne de notre
origine. […] Le temps sacré [au contraire] aide l’homme à remonter
dans le passé, à se souvenir de ses origines, à retrouver sa source7 ».
Les religions chrétiennes ne contestent pas que le futur soit
davantage dans les mains de Dieu que dans celles de l’homme, mais
l’adage « aide-toi et le ciel t’aidera » n’est pas qu’une simple boutade :
l’homme est acteur de son futur et de son salut. Il s’inscrit dans une
logique de progression dans laquelle il a un rôle et une responsabilité.
7. Xavière Remacle, Comprendre la culture arabo-musulmane, Paris, Chronique sociale, 2003.
Un autre exemple d’influence religieuse sur les représentations
temporelles est celle que l’on retrouve dans l’opposition d’une vision
« linéaire » et d’une vision « cyclique » du temps. La conception chrétienne est généralement décrite comme « linéaire » : le temps va d’un
point de l’Histoire à un autre, avec une évolution irréversible. Le
temps a un début, avec la création du monde décrite dans la Genèse,
un jalon central, avec un avant et un après – la naissance du Christ –,
et une fin – avec le retour glorieux de ce dernier (la « parousie ») et le
jugement dernier.
Les religions animistes d’Afrique ou d’Amérique andine et les spiritualités orientales se réfèrent bien davantage, quant à elles, à une
vision cyclique du temps. Se construit ainsi, selon René Barbier le
« temps oriental », avec « une relation au mythe du commencement
et du recommencement ». Dans le taoïsme, « au-dessus du temps qui
commence et finit et dont le commencement et la fin sont déterminés
par la qualité individuelle de la vie, il y a ce qui n’a ni commencement
ni fin, dont tout provient et vers quoi tout retourne : le Tao8 ».
Plutôt que d’une vision strictement cyclique du temps, Édith
Sizoo parle pour sa part d’une forme de « temps spirale » ; dans la tradition indienne ou chinoise comme dans celle de l’Amérique andine,
la récurrence des événements saisonniers, le cycle de la vie font du
temps un processus sans début ni fin, mais, explique Édith Sizoo,
« comme les événements récurrents ne se passent pas exactement de
la même façon, cette notion du temps ne devrait pas être vue comme
circulaire, au sens d’un cercle fermé, mais plutôt comme une spirale
allant vers l’avant9 ». En Afrique au Sud du Sahara, ajoute-t-elle, le
temps est essentiellement conçu comme un temps-événement : « La
longueur du temps n’est pas mesurée par les unités invariables de
l’horloge, mais vécue comme relation entre les événements qui se
sont passés, ceux qui arrivent maintenant, et ceux qui vont inévitablement ou immédiatement se produire. »
Dans bien des cultures traditionnelles, la conception dominante
(qui n’est pas forcément religieuse) est donc celle de ce temps « spirale », défini à partir des saisons et des activités qui reviennent régulièrement. En milieu nomade africain, le temps est couramment désigné en référence aux activités pastorales : « Je reviendrai à l’heure
de la traite », ou « on se reverra au retour des veaux », utilisant en
quelque sorte « l’horloge du bétail » (pour reprendre l’expression de
l’anthropologue Evans-Pritchard10). En Russie, les saisons, très marquées, sont toujours les étapes principales d’une perception « spiralée » du temps : l’expression « сколько лет, сколько зим » (combien
8. www.barbier-rd.nom.fr/collAFIRSE93TempsInde.html
9. Édith Sizoo, Ce que les mots ne disent pas…, op. cit.
10. Edward Evan Evans-Pritchard, The Nuer, Oxford, Clarendon Press, 1940.
81
le temps
l'intelligence interculturelle
82
d’étés, combien d’hivers) couramment utilisée pour évaluer une
durée, montre d’ailleurs cette importance du cycle des saisons dans
la perception russe du temps. Emmanuel Kamdem évoque pour sa
part l’univers temporel africain, où les repères sont ceux du soleil,
de la lune, de la pluie, du tonnerre ; le temps s’y développe avec une
sorte de fluidité, par laquelle « il n’y a pas de rupture manifeste entre
le temps “productif” (consacré aux activités comme l’agriculture,
le commerce, etc.), le temps “récréatif” (consacré aux réjouissances
populaires) et le temps “magique” (consacré aux différents rites et
autres cérémonies à caractère sacré)11 ».
La distinction entre vision linéaire et vision cyclique (ou spirale,
ou naturelle) du temps a un impact direct sur la vie sociale et professionnelle. Hesna Cailliau pense par exemple que la contrepartie
de la vision linéaire tournée vers le progrès dans les cultures chrétiennes est la difficulté d’accepter les échecs et les crises : « “On n’a
qu’une vie”, il ne faut surtout pas la rater, alors qu’en Asie on a l’éternité pour se réaliser. L’impatience, la hâte, le stress sont en Europe la
conséquence inéluctable de sa vision du temps […]. L’idée d’un éternel
recommencement permet d’accepter des hauts comme des bas plus
facilement12. » Quant à la gestion très élastique du temps en Inde
– observée par bien des managers occidentaux –, elle trouve probablement ses racines dans la philosophie hindoue, selon laquelle « un jour
ne peut être pris indépendamment du long continuum qu’est la vie
présente, et au-delà : la suite du cycle des réincarnations. Forcément,
à cette échelle, une heure ou une journée ne peuvent être considérées
que comme des grains de sable face à une montagne13 ».
Question 20. Voit-on le temps comme devant être
maîtrisé, planifié, séquencé ? Cultures monochrones
ou polychrones ?
Le temps est-il plutôt perçu chez l’autre comme une réalité à
dominer, ou comme un élément avec lequel s’harmoniser ? Comme un
ennemi, ou comme un allié ? Question cruciale dans certains domaines
professionnels comme celui de la coopération au développement.
Beaucoup d’agronomes, de techniciens, de formateurs se sont aperçus
trop tard que, pour les populations avec lesquelles ils travaillaient,
11. Emmanuel Kamdem, « Itinéraire de recherche qualitative sur les temporalités en Afrique »,
Recherches qualitatives, hors série, n° 8, 2010, http://revue.recherche-qualitative.qc.ca/hors_
serie/hors_serie_v8/HS8_Kamdem.pdf
12. Hesna Cailliau, L’Esprit des religions. Connaître les religions pour mieux comprendre les
hommes, Paris, Milan, 2003.
13. A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
des idées comme l’anticipation, la planification, qui supposent une
volonté de maîtriser le temps, étaient loin d’être des évidences.
Dans ce domaine, Edward T. Hall14 a distingué le premier, dans les
années 1980, deux modèles d’organisation du temps : « polychrone »
et « monochrone ». Ces modèles, complexes, vont bien au-delà de la
question de savoir si l’on fait une chose ou plusieurs choses à la fois :
−− le système polychrone, courant en Amérique latine ou dans le
monde arabe, consiste certes à assumer que l’on mène simultanément
des activités multiples, mais il suppose aussi une incertitude sur la
séquence temporelle précise d’une action : « L’accent y est mis sur
l’engagement des individus et l’accomplissement du contrat, plutôt
que sur l’adhésion à un horaire préétabli. Les rendez-vous ne sont pas
pris au sérieux, et par conséquent, ils sont souvent négligés ou annulés. Les individus polychrones perçoivent rarement le temps comme
“perdu”, et le considèrent plutôt comme un point plutôt qu’un ruban
ou une route. » Hall note que ce système met mal à l’aise un Américain, dans la mesure où « rien n’est solide ou ferme, en particulier les
projets que l’on établit pour le futur ; même des projets importants
peuvent être modifiés jusqu’à la minute de leur exécution ». Hall fait
également de la force du lien social dans de telles cultures l’une des
explications de cette impossibilité de programmer : « Les individus
polychrones, comme les Arabes ou les Turcs, ne sont presque jamais
seuls […] ; ils sont en interaction avec plusieurs personnes à la fois,
et restent continuellement engagés les uns à l’égard des autres. Programmer et établir des horaires précis est donc difficile, voire impossible. » Dans l’approche polychrone, les individus tendent ainsi à
intégrer et à emboîter plus facilement des activités professionnelles
et des activités « socio-émotionnelles ». Ils tendent à mettre plus
en avant le temps de la relation que le temps plus « artificiel » de la
montre.
−− le système monochrone, que l’on retrouve en Europe du Nord
ou en Amérique du Nord, tend à attribuer un caractère sacré à l’organisation, à éviter autant que possible la dispersion des activités. Le
caractère séquentiel du temps est au centre de l’organisation. « Dans
ces cultures, la vie professionnelle, sociale et même sexuelle d’un
individu est généralement dominée par un horaire ou un programme.
En programmant, on compartimente : ceci permet de se concentrer
sur une chose à la fois. » Cette tendance pousse à l’établissement
constant de priorités : « On traite d’abord les affaires importantes, en
y consacrant la plus grande partie du temps disponible, et en dernier
lieu seulement les affaires secondaires que l’on néglige ou abandonne
14. Edward T. Hall, La Danse de la vie…, op. cit. et du même auteur, La Dimension cachée, Paris,
Seuil, 1984 (1re édition en anglais, 1966).
83
le temps
l'intelligence interculturelle
84
si le temps manque »15. Hall note que l’idée d’imposer des structures
temporelles ou arbitraires est intrinsèque à la manière occidentale de
raisonner. Elle a probablement permis à la civilisation industrielle de
s’imposer, mais elle est génératrice de tensions puisque, dit-il, « ces
structures ne sont pas inhérentes aux rythmes biologiques des êtres
humains, ou à leurs impulsions créatrices, elles ne font pas partie de
sa nature ». Les individus polychrones sont toujours gênés par l’étanchéité qui existe entre le temps professionnel et le temps privé chez
les monochrones.
On retrouve au fond dans cette dichotomie mono/polychrone
quelque chose de la distinction entre les conceptions dominantes
ou englobantes que nous évoquions dans le chapitre précédent.
« L’organisation monochrone, dit Hall, nous détermine subtilement
à penser et à percevoir le monde de manière fragmentée. » Avec le
monochrone, on est dans le linéaire, dans ce qui peut se décomposer ;
avec le polychrone, on est à la fois dans le ponctuel et le global. Ce qui
est en jeu, c’est bien la nécessité de maîtrise du temps.
Cet enjeu de maîtrise soulève la question des différentes représentations de l’efficacité que nous retrouverons dans le chapitre 10.
François Jullien montre qu’à la différence de la conception que les
Occidentaux ont de l’efficacité, résultant de « la mise en œuvre des
moyens appropriés en vue d’une fin et visant à imposer leur volonté à
la réalité16 » suivant un calendrier d’action précis, la pensée classique
chinoise engage plutôt à apprendre, à se laisser porter, « à laisser
advenir l’effet : non pas à le viser (directement), mais à l’impliquer
(comme conséquence) ». L’influence de cette pensée demeure vivace
dans les relations commerciales, humanitaires, diplomatiques avec la
Chine, où les étrangers découvrent souvent avec étonnement la place
de la doctrine du wu-wei, « laisser venir », qui incite à maîtriser les
événements non pas en s’opposant à eux mais en se laissant porter
par eux, quel que soit le temps que cela nécessite. Pour beaucoup de
Chinois, note Hesna Cailliau, « la stratégie est un art subtil qui s’appuie sur l’observation […] et consiste à épouser […] la tendance. Son
effet est invisible, mais produit toujours une transformation globale
et progressive. […] La stratégie chinoise, discrète et progressive, bouscule notre culture d’entreprise, car s’il y a bien un lieu où il faut que
l’effet soit visible, spectaculaire, obtenu rapidement et conduisant
directement au but visé, c’est bien [l’entreprise]17 ». Le savoir des agriculteurs de la Chine ancienne, d’après Jullien, est « d’intervenir au
bon moment de l’année, sans “devancer” ni “retarder” : […] cultiver à
contretemps est vain, et même désastreux, alors que se conformer au
moment suffit à assurer la prospérité sans qu’on ait à se dépenser ».
Même si chaque pays, chaque région a ses adhérences culturelles, on doit se garder de simplifications abusives. Nous avons vu
en France, dans de mêmes équipes de travail, des collaborateurs de
même nationalité et origine fonctionner les uns de manière polychrone, les autres de manière monochrone. Le modèle de Hall a ainsi parfois été pointé comme simplificateur et stéréotypé18 dans la
mesure où sa distinction poly/monochrones est largement calquée
sur une opposition d’ordre anthropologique entre comportements de
sociétés traditionnelles et comportements de sociétés industrielles.
Pourtant, Hall est conscient de ses propres risques de généralisation
en observant qu’aux États-Unis même, si la monochronie domine le
monde des affaires et de l’administration, la polychronie est la règle
de la vie domestique traditionnelle, dont, dit-il, la femme est le centre
(nous sommes au siècle dernier). De même, aujourd’hui, on constate
dans les milieux industriels une grande différence entre les comportements, très polychrones, des commerciaux, obligés de tenir compte
de tous les signaux et d’avoir un œil sur tous les mouvements de la
société, et les comportements des ingénieurs, généralement plus
monochrones.
En tout cas, l’opposition fréquente des deux systèmes dans un
même espace de travail ou de négociation pose toujours des problèmes sérieux aux parties en présence. En se livrant à la comparaison entre les deux Amériques (du Nord et latine), Hall pointe ainsi
la spécificité de la culture monochrone nord-américaine : « Pour nous
[Américains], diviser le temps est un peu comme écrire une phrase sur
une page en espaçant régulièrement les mots pour qu’ils ne soient pas
trop serrés. Les Américains du Nord essaient de distribuer le temps
régulièrement, et si, pour quelque raison, ils pensent être bousculés
à la fin de leur programme, ils accélèrent le rythme et font le maximum pour pouvoir quand même terminer tout ce qu’ils ont prévu de
faire […]. Les mécanismes de contrôle interne font d’un individu son
propre tyran, et le contraignent donc beaucoup plus que les contrôles
externes19. »
Ce n’est qu’en admettant que chaque système a sa logique et sa
vertu que le négociateur américain ou allemand va pouvoir surmonter son impatience et son irritation de voir son interlocuteur se permettre de répondre en pleine réunion à des appels privés ou de traiter
les problèmes dans un ordre qui lui paraît décousu.
15. Edward T. Hall, La Danse de la vie…, op. cit.
16. François Jullien, Traité de l’efficacité, Paris, Grasset, 1997.
17. Hesna Cailliau, L’Esprit des religions…, op. cit.
18. Christoph I. Barmeyer, « Communication interculturelle dans le management francoallemand », in F. Baasner (dir.), Gérer la diversité culturelle. Théorie et pratique de la
communication interculturelle en contexte franco-allemand, Peter Lang, 2005.
19. Edward T. Hall, La Danse de la vie…, op. cit.
85
le temps
l'intelligence interculturelle
Comment chacun perçoit la polychronie
de l’autre…
86
« J’ai travaillé au Sénégal pendant un an dans une mutuelle d’épargne et de
crédit de paysans riziculteurs. Lors de ma première réunion avec le directeur
de la mutuelle pour établir mon plan de travail, j’ai été surpris par le nombre
de fois où notre entretien a été interrompu par des appels téléphoniques. J’ai
constaté, stupéfait, que mon interlocuteur n’hésitait pas à décrocher un seul
appel, qu’il soit privé ou professionnel. Au cours de notre réunion, avec son
téléphone, il organisa la visite d’un bailleur de fonds, prit le temps de raconter à un cousin lointain les exploits de son fils aîné dans un match de foot,
expliqua en détail à un ami comment télécharger le logiciel d’un calendrier
musulman qui prévenait des heures de la prière… D’un côté, cela m’amusait
et me permettait de mieux connaître la figure du directeur, mais d’un autre,
cela m’agaçait et me donnait l’impression de ne pas être pris au sérieux. À
la fin de notre longue réunion, le directeur a dû saisir ma confusion et m’a
dit avec empathie : “Beaucoup d’Européens sont rendus perplexes par notre
façon de travailler au Sénégal. Mais tu dois comprendre, mon ami, quelque
chose de très simple. Ici, on ne distingue pas notre temps au travail de notre
temps personnel. De la même manière que je réponds à mes amis lorsque
je suis en réunion, je peux aussi être chez moi le soir et travailler jusqu’à pas
d’heure !” »
Un étudiant franco-brésilien de retour du Sénégal, Sciences Po, 2013.
« J’ai clairement remarqué que le temps, en France, est polychrone. Pendant
les réunions parlementaires d’un groupe politique, par exemple, il est tout
à fait accepté qu’il y ait des tas de conversations à côté. On prend toujours
le temps de bavarder, même s’il y a d’autres choses à faire. […] Je ne peux
pas, en tant qu’Allemande, ne pas avoir l’impression que la gestion du temps
se fait au jour le jour […]. En général, tout est fait au dernier moment, ou
presque. »
Une étudiante allemande en stage à l’Assemblée nationale, Sciences Po, 2010.
Trois décennies après Hall, Fons Trompenaars a proposé une distinction assez proche du mono/polychrone, en parlant de cultures
séquentielles et de cultures synchroniques. Sur la même ligne que
Hall, Trompenaars rappelle à quel point cette différence « a d’importantes implications dans le domaine des affaires. L’heure convenue pour une réunion peut être approximative ou précise. Le temps
alloué pour réaliser une tâche peut être d’une importance vitale ou
une simple indication20 ».
À côté des réflexes et des représentations culturelles, notons que
les contextes socio-économiques jouent ici un rôle non négligeable : si
20. Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, Paris, Maxima,
2010.
l’approche séquentielle peut naturellement nous sembler plus « maîtrisable » dans un environnement lui-même relativement stable et
maîtrisé, elle peut en revanche amener à concevoir des planifications
fragiles et théoriques dans des environnements par nature plus incertains, et requérant une adaptabilité permanente aux imprévus.
Dans ce domaine, le regard de l’un de nos étudiants tchétchènes
sur la gestion française du temps est révélateur.
« Sans vouloir empiéter sur le domaine réservé
à Allah… »
« La valorisation du temps en France crée des conditions pour sa gestion
efficace. Les Français ont des plannings, des timings, des agendas qui leur
permettent non seulement de gérer le présent mais aussi de faire des prévisions pour l’avenir. Ce n’est pas le cas de ma société qui, elle, redoute
la précision, préférant laisser planer des doutes et des hésitations. Jamais
une affaire ne sera discutée en détail, y compris sur le plan du temps. Le
parachèvement de toute affaire et de tout événement est laissé à la prudence de l’Omnipuissant (d’où le très récurrent “Inch’Allah”). Sans vouloir
empiéter sur le domaine réservé à Allah, je pense quand même que nous
pourrions nous donner la peine de penser les choses en détail, ce qui non
seulement diminuerait les soins de l’Omnipuissant mais nous faciliterait la
vie sur terre… »
Un étudiant tchétchène, Sciences Po, 2009.
Question 21. Nos sociétés sont-elles plus orientées
vers le long terme ou le court terme ?
Très directement liée aux différentes manières de maîtriser et de
séquencer le temps, la tendance d’un individu à penser son action à
partir d’une perspective de long terme est essentielle à comprendre
lorsqu’on travaille sur la durée dans des équipes multiculturelles.
C’est cette tendance qu’étudie notamment Michael H. Bond (proche
de G. Hofstede) dans une étude sur les traits caractéristiques de la
psychologie chinoise (the Chinese value Survey), et qu’il formalise
avec « l’indice d’orientation de long terme21 ».
Notons que l’orientation de long terme n’est pas forcément
synonyme de plus ou moins grande propension à l’anticipation.
L’anticipation comporte un aspect stratégique de planification, de
21. Michael H. Bond, « The Chinese culture connection – Chinese values and the search for
culture-free dimensions of culture », Journal of Cross-Cultural Psychology, juin 1987, et « Finding
universal dimensions of individual variation in multicultural studies of values: The Rokeach and
Chinese value Survey », Journal of Personality and Social Psychology, 55 (6), 1988.
87
le temps
l'intelligence interculturelle
88
découpage du temps de l’avenir. L’orientation de long terme, chez Bond
et Hofstede, se réfère à la tendance culturelle à différer ses envies, à
faire preuve de persévérance afin d’obtenir des bénéfices de plus long
terme. Elle s’accompagne sur le plan personnel, d’un sens plus grand
de l’économie et de l’épargne, d’une importance moins grande donnée
au loisir au profit du travail, ou encore d’une vision plus positive de la
vieillesse. À l’inverse dans les cultures où l’indice d’orientation à long
terme est faible, l’accent est davantage mis sur la satisfaction immédiate des besoins, et, nous dit Michael Bond, sur une « réceptivité aux
tendances sociales en termes de consommation ».
Sur le plan professionnel, cette orientation vers le long terme poussera plus naturellement à investir au détriment d’une rentabilité rapide
et à penser autrement les « résultats nets » d’une activité sur un mois,
un an ou dix ans. La propension à une orientation vers le long terme
est notamment très forte, selon Bond, au sein des sociétés asiatiques, et
notamment dans les pays d’Asie du Sud-Est. Perçue comme très liée, en
Chine notamment, à l’enseignement de Confucius, elle témoigne d’une
forme de pensée acceptant plus facilement d’envisager l’avenir dans
ses contradictions et ses incertitudes. C’est cette propension au long
terme qui serait particulièrement présente dans les cinq pays d’Asie les
plus performants à l’époque des travaux de Bond : Chine, Hong Kong,
Taiwan, Japon, Corée du Sud. La rapidité de leur croissance, selon lui et
selon Hermann Kahn, serait due à la souplesse, au pragmatisme et au
sens de la persévérance qui accompagne cette « orientation vers le long
terme22 ». Ce regard porté vers un avenir lointain se traduit d’ailleurs
de manière très poétique dans les paroles de l’hymne national japonais.
À l’inverse, la culture anglo-saxonne est généralement perçue comme davantage tournée vers le court terme. Ainsi pour
F. Trompenaars, « la vision américaine du futur est à court terme,
quelque chose que l’on peut contrôler à partir du présent. D’où l’accusation de vouloir favoriser les “gains rapides” et la grande importance
donnée aux résultats de chaque trimestre […]. Il n’y a jamais d’excuse
à ne pas faire mieux maintenant ».
Notons enfin que l’orientation vers le court ou le long terme est,
dans de nombreux pays, étroitement liée à leur histoire sociopolitique, et à la manière dont ils ont pu générer ou non un sentiment
d’incertitude et d’instabilité au sein de la population.
89
« Il faut d’abord que demain arrive »
« En Ouzbékistan comme c’est aussi le cas en Russie, la manière de vivre
le “demain” n’est pas uniquement issue de la tradition orientale [ou musulmane pour l’Ouzbékistan], mais aussi d’une habitude construite à la suite
des années de domination soviétique. […] Bien que la société soviétique ait
pu être considérée comme stable, le régime, répressif, a longtemps maintenu un climat d’insécurité et développé dans les esprits une culture du soupçon. Ce n’est qu’aujourd’hui que l’on commence à planifier à long terme
et à penser longtemps en avance. Les moindres choses, ne serait-ce que
planifier des vacances en famille, sont d’abord conditionnées par ce qu’une
expression relate avec justesse : “On verra bien ; il faut d’abord que demain
arrive.” »
Une étudiante ouzbek, Sciences Po, 2010.
« Nos vies continueront dans mille ans… »
« L’hymne national japonais trouve son origine dans un poème “waka” très
court. Le sens de ses paroles est : “Nos vies continueront dans mille ans,
dans huit mille ans. Comme une pierre qui deviendra petit à petit une grande
roche, et une roche qui amassera petit à petit de la mousse.” Nous souhaitons que le monde des Japonais continue pendant des milliers d’années.
Même si nous sommes maintenant de petites pierres, les petites pierres se
rassembleront et deviendront petit à petit une grande roche majestueuse
sur le long terme, et puis le grand rocher amassera petit à petit une mousse
digne d’admiration. La pierre et la roche symbolisent l’homme tranquille et
stable. […] La roche existera toujours sans bouger, même s’il pleut, même
s’il neige, même s’il y a du vent. La roche endure toutes les affres, elle reste
toujours impassible. »
Un élève-ingénieur japonais, École des Ponts PariTech, 2012.
22. Hermann Kahn, World Economic Development, Londres, Croom Helm, 1979.
Question 22. Nos sociétés sont-elles plus orientées
vers l’avenir ou le passé ?
Nous avons été frappés de la récurrence de la question de l’orientation des cultures vers le passé ou vers l’avenir dans les témoignages
que nous recueillons depuis plusieurs années. Ils pointent la plus ou
moins grande facilité à penser l’avenir, et la place différente attribuée
au passé dans différents contextes culturels.
Cette « orientation vers le passé » qui peut être forte dans certaines cultures, consiste à placer au centre des préoccupations la
nécessité de maintenir les traditions, et amène généralement à une
plus grande résistance au changement, au nom de la préservation
d’un héritage et d’une identité. C’est ce que révèle le témoignage de
Fons Trompenaars au sujet de son expérience éthiopienne.
le temps
l'intelligence interculturelle
Le futur pour faire ressurgir les gloires du passé
90
« Je me trouvais récemment en Éthiopie avec un manager néerlandais.
Celui-ci était terriblement déçu, car il n’arrivait pas à organiser un séminaire sur la gestion du changement avec des managers éthiopiens. Ces derniers semblaient obnubilés par le passé, celui d’une civilisation éthiopienne
lointaine et magnifique. Ils refusaient d’introduire tout principe de développement qui ne soit pas fondé sur ce passé. Après discussion avec nos
collègues éthiopiens, il fut décidé d’étudier certains livres consacrés à l’histoire éthiopienne, en les regardant sous l’angle du management moderne.
Qu’avait donc fait de bien l’Éthiopie, autrefois, pour avoir des cités aussi
prospères et un commerce aussi florissant ? […] Le manager néerlandais
put, de cette façon, présenter les choses différemment. À présent, le futur
était vu comme une manière de recréer certaines des plus grandes gloires
du passé. Le séminaire de gestion du changement gagna aussitôt le soutien
enthousiaste de tous les Éthiopiens. »
Extrait de Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
Cet exemple éthiopien illustre la thèse de la logique « conservatoire » développée par Clair Michalon23. C’est, dit-il, « un processus
qui pousse les groupes […] déstabilisés par un présent plein de nouvelles incertitudes, à se retourner vers le passé, et à tenter de réhabiliter pour l’avenir les références du passé, déclarées incontournables :
les mouvements intégristes de toutes obédiences en sont une manifestation, au Nord comme au Sud ».
Quelques points de diversité dans les pratiques de gestion
du temps
Question 23. Quelles sont les différences de pratiques
dans la durée journalière du temps de travail ?
Les cadres français surprennent beaucoup d’Anglais, d’Allemands
ou de Scandinaves par leur habitude (vécue pour certains de nos compatriotes comme une obligation) de prolonger les horaires de travail
bien au-delà de 18 heures. Cette surenchère sur les horaires paraît à
nos voisins nord-européens comme une preuve d’inefficacité : ils en
déduisent que les Français manquent de concentration, bavardent
trop, pratiquent la réunionite et sont obligés de veiller ensuite pour
rattraper tout ce qui n’a pu être fait. Mais s’ils travaillent en France,
ils sont bien obligés de s’y faire : « Tel Anglais, rapporte Christine
Geoffroy, ayant essayé de préserver ses habitudes horaires dans un
contexte de travail à majorité français, avouera qu’il lui a fallu se
23. Clair Michalon, Différences culturelles, mode d’emploi, Paris, Sépia, 1997.
rendre à l’évidence : “Pour être impliqué dans toutes les discussions
au niveau de l’entreprise, pour savoir ce qui se passe, pour progresser,
il faut être prêt à rester jusqu’à vingt heures.”24 »
Question 24. Comment, dans nos cultures respectives,
gérons-nous les temps de réunions et de rencontres ?
Pour des groupes socioprofessionnels similaires, les priorités dans
l’allocation et la hiérarchisation du temps peuvent différer d’un pays
à l’autre. Nombreuses sont, par exemple, les cultures dans lesquelles
il est grossier de commencer une réunion en ouvrant ses dossiers
devant soi et en entrant immédiatement dans le vif du sujet. Chez
beaucoup de partenaires au Japon, en Chine, en Russie, ou dans les
pays arabes, on ne saurait commencer une réunion sans un temps
consacré à des considérations générales (la famille, le temps qu’il fait,
la politique…). Cela ne relève pas, comme des Occidentaux sont facilement portés à le croire, d’une « perte de temps » mais de la nécessité d’un temps d’approche mutuel, d’un mécanisme indispensable de
communication.
De plus, là où le réflexe usuel des Américains ou des Européens
est de commencer par les sujets les plus importants pour reléguer en
fin de dialogue les plus accessoires, au risque de les voir délaissés,
les pratiques asiatiques ou arabes sont inverses : l’essentiel est pour
la fin, la synthèse, la conclusion. Ainsi les négociateurs occidentaux
risquent-ils fréquemment de déduire hâtivement que leur interlocuteur, d’après la manière dont il commence, n’a pas grand-chose d’important à dire ; et d’interrompre trop tôt le dialogue, de ne pas laisser
à l’autre le temps de dépasser le discours introductif, alors qu’il n’a
pas encore pu aborder le plus crucial. De nombreux échecs ont été
rapportés du fait de cette inversion des priorités dans le temps, aussi
bien dans le domaine des affaires que dans celui de l’humanitaire et
du développement.
Les différences dans les délais de réaction réciproque compliquent
encore le problème : les Occidentaux ont souvent tendance à réagir
de manière expéditive, du tac au tac, sans laisser à l’interlocuteur le
loisir d’intérioriser sa réponse, d’où de fréquentes maladresses.
Ici encore, parler d’Occidentaux en général a ses limites. Les
Anglais et les Allemands ne font pas mystère, parfois, de leur
impatience devant la manière dont les Français gèrent les temps
de réunions et s’y comportent : apartés, digressions, interruptions
constantes de l’interlocuteur, manque de discipline, légèreté par rapport à la ponctualité et au respect des horaires, etc.
24. Christine Geoffroy, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
91
le temps
l'intelligence interculturelle
Temps allemands, temps français :
à quoi sert une réunion ?
92
Le dirigeant allemand d’une filiale allemande d’un grand groupe français
de l’industrie pharmaceutique revient furieux d’une réunion au siège. Trois
heures de réunion sur un sujet stratégique et les points essentiels n’ont pas
été abordés. Son collègue suisse germanophone partage la même frustration. Personne n’a vraiment fait attention aux avertissements qu’ils ont
formulés sur la stratégie de diversification du groupe. Alors que lui et son
collègue suisse étaient les principaux concernés et les plus compétents, les
sept dirigeants français présents les ont constamment interrompus. Pour
lui, ils semblaient plus préoccupés de trouver la formulation la plus brillante
qui plaira au président que de véritablement trouver des solutions concrètes
aux problèmes qui se posent.
D’après C. Barmayer et E. Davoine, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op.cit.
Sur un registre différent, beaucoup de ceux qui, comme nous, ont
été amenés à organiser des rencontres internationales ont pu observer les différences de conception dans la construction d’un agenda,
dans la durée d’une prise de parole, dans la plus ou moins grande
acceptation du concept de minutage (un concept qui apparaît étrange
dans beaucoup de cultures). La tendance des organisateurs, qui ont
mobilisé des sommes considérables en billets d’avion et amené ces
participants qui viennent de loin à prendre plusieurs jours sur leurs
occupations ordinaires est de construire un programme très contraignant, avec un minimum de pauses et un timing serré. Mais là où des
Européens peuvent se montrer excédés si on ne démarre pas tout de
suite par les sujets prévus, des Latino-Américains peuvent exiger un
temps d’examen critique de l’agenda, éventuellement de déconstruction et reconstruction du programme… C’est alors la panique, les programmes initiaux ne laissant aucune place à l’imprévu, aucune soupape pour l’improvisation.
Question 25. Quelles sont les différences
de conceptions de la pression, de l’urgence,
de la ponctualité ?
Sur ce que nous estimons être chez l’autre de la lenteur, un manque
d’investissement professionnel, nous sommes prompts à produire un
jugement moral qui ne prend rien en compte de son environnement
humain mais aussi d’un art de l’action qui a lui aussi son efficacité.
La question de la ponctualité, en particulier, est facteur d’irritation, par exemple chez nos interlocuteurs allemands, américains ou
encore tchèques. Dans ce domaine, des codes très précis sont établis
qui interdisent d’arriver en retard à un rendez-vous aux États-Unis
ou suggèrent d’arriver cinq minutes en avance à une rencontre outreRhin. Trois auteurs américains, Terence Brake, Danielle et Thomas
Walker distinguent ainsi les cultures « time fixed » et « time fluid »,
les premières considérant le temps comme une ressource rare, les
secondes subissant le temps comme une force naturelle (« rien ne
peut empêcher la marée de monter et de redescendre »)25.
Il est nécessaire aussi de tenir compte du fait que chez certains de
nos partenaires, le maniement du temps est un langage. En évoquant
« le langage sans paroles du temps et de l’espace », Hall rappelle ce dont
beaucoup d’entre nous ont pu faire l’expérience. S’il nous arrive de
nous faire imposer par un fonctionnaire, un partenaire commercial ou
humanitaire, à l’étranger ou même dans notre propre pays, un temps
d’attente que nous jugeons extravagant, ce n’est peut-être pas parce que
notre interlocuteur est négligent, ou débordé : il peut s’agir d’un véritable langage, d’une manière d’affirmer une autorité, un pouvoir, une
méfiance.
En tout état de cause, les expatriés occidentaux doivent passer,
dans leurs relations partenariales, par l’épreuve de la patience.
Attendre ou jeter l’éponge ?
« Lorsque j’étais volontaire dans une région désertique d’Éthiopie au sein
d’un programme d’éducation sanitaire et maternelle, j’ai dû consacrer
chaque jour plusieurs heures à attendre. Les femmes des communautés
afars supposées se trouver à tel endroit pour telle réunion à la troisième
heure du jour n’y arrivaient généralement qu’à la cinquième ou à la sixième.
Et quels qu’aient été les efforts consentis pour rapprocher au maximum
chaque lieu de réunion ou de séance de soins des lieux d’habitation, rien
n’y faisait. Je savais qu’elles n’avaient pas de montre et que des tas d’éléments familiaux pouvaient expliquer ce qui pour moi était un retard manifeste, mais qui constituait pour une femme afar simple un aménagement du
temps. Mille fois, j’ai été tentée de jeter l’éponge au bout d’une heure et de
repartir “travailler” sur mes dossiers sur un coin de table : mon ONG voulait
tout le temps des rapports, des statistiques, du papier. Mais chaque fois je
me disais : pourquoi suis-je là, pour qui ? Et je persévérais dans l’attente car
c’est le moment passé avec les femmes qui était le plus important. »
Une infirmière française en Éthiopie (vallée des Afars).
25. Terence Brake, Danielle et Thomas Walker, Doing Business Internationally. The Guide To
Cross-Cultural Success, New York, McGraw Hill, 1995.
93
le temps
l'intelligence interculturelle
Prendre en compte les différences
Négocier des règles communes permettant de tenir compte et
d’harmoniser les différents modes de gestion du temps est un défi difficile mais nullement hors de portée. Que ce soit dans le domaine de
la coopération au développement, dans celui de l’humanitaire, dans
l’univers de l’entreprise ou de l’administration, les obstacles sont
nombreux, mais sont souvent franchis grâce à une prise en compte du
facteur humain.
Question 26. Comment résoudre le casse-tête
94
de la concordance des temps dans le travail
de coopération au développement ?
Multiples sont les témoignages d’ONG, de coopérants ou de volontaires qui pointent la difficulté spécifique d’articuler les rythmes et
les temporalités dans le travail de coopération au développement.
Comment concilier :
−− d’un côté, les représentations et les habitudes des populations
concernées en matière de rythme de travail et de gestion du temps ;
leur perception du déroulement des projets et leurs perspectives à
court ou long terme ;
−− et de l’autre, les multiples pressions qu’exercent sur les personnels expatriés les ONG qui les ont missionnés (des résultats rapides
et visibles, un reporting permanent) et les bailleurs de fonds qui
financent ces ONG, sans compter l’« autopression » des coopérants
vis-à-vis d’eux-mêmes ?
Ces différentes pressions poussent souvent l’expatrié à vouloir
aller le plus vite possible et à privilégier son propre rythme sur
celui des groupes au service desquels il est supposé travailler. Elle
rend difficile l’application d’une série de principes dont s’entourent
aujourd’hui de plus en plus les discours de coopération : « participation » des populations, « concertation » sur les objectifs poursuivis,
« appropriation » des méthodes, etc. Le responsable nigérien d’une
association de développement, sensibilisé depuis longtemps à ces
notions et désireux de lui donner toute sa place illustrait récemment pour nous cette impasse : ayant eu connaissance par l’intermédiaire d’une ONG étrangère d’une fenêtre d’opportunité de
financement auprès d’un important bailleur de fonds international,
il commence à organiser des réunions avec les villageois et l’ONG
pour une construction participative du projet, mais très vite on se
rend compte que le délai de deux semaines est beaucoup trop court
pour cela, et il finit par confier à un coopérant français la rédaction
du projet… Certains bailleurs et certaines ONG prennent désormais cette dimension en compte, assouplissent leurs calendriers, et
opèrent un certain nombre de mutations, notamment à travers une
formalisation du temps long de la concertation préalable dans les
projets, pour permettre une véritable participation des populations
bénéficiaires. Évoquant le montage d’un projet au Sahel, un responsable associatif proche de Médecins du Monde témoignait : « On a
fait une grosse erreur en voulant aller trop vite et en ne mettant pas
tous les marabouts dans le coup, et ils ont réussi à saborder toute
l’opération. »
Question 27. L’urgence humanitaire impose-t-elle
de mettre entre parenthèses le facteur culturel ?
De vifs débats ont lieu actuellement dans plusieurs grandes
ONG sur la question de savoir si la donne culturelle est ou non à
prendre en compte dans les interventions d’urgence consécutives à
des conflits ou à des catastrophes naturelles. Une partie du personnel soignant et logisticien estime que ces situations n’autorisent pas
à perdre une minute en spéculations sur la culture des personnes
secourues ; qu’un médecin « connaît son métier » ; qu’une épidémie
est une épidémie et qu’il n’y a pas mille moyens pour en éviter la
propagation. D’autres professionnels constatent au contraire qu’à
vouloir mettre en œuvre trop vite des techniques médicales occidentales sans tenir compte des sensibilités locales, on prend des
risques considérables. Lors des épidémies de choléra qui suivent
souvent de près les tremblements de terre (Haïti) ou les tsunamis
(Indonésie) ou qui se propagent dans des situations de précarité
sanitaire chronique (Mozambique), des équipes médicales ont vu se
retourner contre elles les populations locales, parfois de façon très
violente, à cause de pratiques ignorant les traditions entourant le
mort : ensevelissement précipité dans des fosses communes, interdisant évidemment la remise des corps à leurs familles, utilisation
de la chaux rendant les corps méconnaissables, utilisation de body
bags (ces sacs étanches destinés à contenir, stocker et transporter
les cadavres) laissant planer un soupçon de vol des cadavres aux fins
d’expérimentations humaines, etc.
De plus en plus, les ONG urgentistes s’efforcent donc d’appliquer à leurs interventions un minimum d’attention aux sensibilités
locales, avec le souci, d’une part, d’informer les populations concernées des mesures qui vont être prises en leur laissant la possibilité
de les remettre en question et, d’autre part, de ne pas renoncer aux
approches participatives.
Ainsi, dans de nombreux cas, note le groupe URD, « les organisations humanitaires arrivent plusieurs jours après la catastrophe,
temps durant lequel les habitants des alentours ou les personnes des
zones voisines se sont déjà mobilisées. Quand c’est le cas, il est important d’établir une relation avec les structures […] parce qu’elle met en
lumière des méthodes, des ressources et des idées qui, sinon, n’auraient
95
le temps
l'intelligence interculturelle
pas été identifiées26 ». Le temps qu’elle nécessite est largement compensé par l’amélioration de la qualité du travail et son impact. On est bien
ici dans des situations de négociation socioculturelle. Une responsable
de Médecins du Monde estime ainsi qu’il est très risqué d’installer un
centre de traitement de choléra si on n’a pas eu un temps de négociation
de quelques jours avec la population. Question 28. Comment prendre en compte
les différences de visions culturelles du temps
dans les entreprises et les administrations ?
96
La prise en compte des différences culturelles concernant le temps
est a priori hors sujet pour un grand nombre de chefs d’entreprise
ou de cadres administratifs qui estiment que les horaires sont les
horaires, qu’un calendrier, des échéances ne peuvent être, au sein
d’une équipe de travail, l’objet d’une négociation.
Cependant, on constate que certaines sociétés du secteur privé ont
souhaité trouver des aménagements dans l’organisation du temps en
fonction des demandes des différents groupes culturels qui la composent. Nous l’avons déjà évoqué dans le chapitre liminaire pour ce
qui est des aménagements correspondant à des demandes religieuses
(temps quotidiens de prière, temps de congés correspondant aux
fêtes religieuses).
Les cadres occidentaux se révèlent par ailleurs de plus en plus
pragmatiques, et conscients du lien entre d’un côté des modes de
gestion du temps qui les déconcertent et de l’autre côté les processus de décision de leurs partenaires. L’ancien directeur international du business development du secteur coiffure d’un grand groupe
français de cosmétiques rapporte la stupéfaction de son équipe de
négociateurs de voir ses interlocuteurs japonais, au beau milieu
d’une réunion, se mettre à discuter longuement entre eux dans leur
langue, sans la moindre considération pour le reste des participants.
Les Japonais n’étaient pas d’accord entre eux sur certains points de
la négociation, et ils étaient bien décidés à ne cesser leurs conciliabules que lorsqu’ils seraient tous d’accord. Les Français choisirent
alors de prendre acte de ce mode étonnant de gestion du temps ; ils
ouvrirent leurs ordinateurs et se mirent à régler entre eux certains
problèmes en suspens. Lorsque les Japonais furent enfin d’accord, ils
demandèrent que la négociation reprenne séance tenante. La posture
de souplesse des Français paya et la négociation se termina dans de
bonnes conditions…
26. Groupe URD (urgence – réhabilitation – développement), Manuel de la participation à
l’usage des acteurs humanitaires, URD/Alnap, 2009.
Pour aller plus loin
sur les représentations du temps
Ouvrages
››Hall (Edward T.), La Danse de la vie. Temps culturel, temps vécu, Paris, Seuil,
1984 (1re édition en anglais en 1983)
››Hall (Edward T.), Le Langage silencieux, Paris, Seuil, 1984 (1re édition en
anglais en 1959)
››Hofstede (Geert et Gert Jan) et Minkov (Michael), Cultures et organisations. Nos programmations mentales, Paris, Pearson Éducation France, 2010
››Jullien (François), Du « temps ». Éléments d’une philosophie du vivre, Paris,
Grasset, 2001
››Roberts (Tom), Paroles d’urgence. De l’intervention-catastrophe à la prévention
et au développement : l’expérience d’Action d’Urgence Internationale, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 1997
››Trompenaars (Fons) et Hampden-Turner (Charles), L’Entreprise multiculturelle, Paris, Maxima, 2004
››Van Cauter (Joël) et de Rauglaudre (Nicolas) (dir.), Apprivoiser le temps.
Approche plurielle sur le temps et le développement durable, Paris, Éditions
Charles Léopold Mayer, 2003
Liens
››Revue Temporalistes : lettre transdisciplinaire de liaison entre chercheurs
attachés à l’étude des temps en sciences humaines, http://temporalistes.
socioroom.org/
›› Médecins du monde, Forum « Culture(s) et/ou culture d’urgence ? »,
4 décembre 2008, www.medecinsdumonde.org/Publications/Actes-descolloques-et-forum/culture-s-et-ou-culture-d-urgence
Chapitre 4
L’espace
Lieux, distances et bulles
Avec le rapport de l’Homme à son espace, nous abordons à nouveau, dans ce chapitre, un champ très étendu, à la croisée de l’anthropologie, de la psychologie, de la sociologie, de l’architecture, de l’aménagement du territoire ou encore de la géographie. Cette question est
relativement peu abordée, cependant, dans la littérature concernant le
management interculturel, comme si elle n’avait que peu d’influence
sur les relations professionnelles internationales. Or l’espace est un
marqueur culturel très fort, aussi bien d’identité que de pouvoir.
Marqueur d’identité culturelle tout d’abord, dans la mesure où,
constate Henri Raymond, « il n’y a pas un espace, comme on le croit
généralement, mais des milliers, autant que de sociétés humaines, car
il n’y a pas eu de société sans qu’elle produise, façonne, délimite son
espace1 ». Dans son Anthropologie de l’espace, Marion Segaud observe
qu’il existe d’ailleurs une analogie entre les manières de nommer l’espace et les personnes. Elle donne l’exemple de la langue japonaise, où
« c’est la place dans une hiérarchie sociale, dans la parentèle, dans ou
hors de la maison qui servent pour désigner un individu2 ».
L’espace est également un marqueur de pouvoir, comme en
témoignent les conflits territoriaux, les déchirements entre
espace-nation et espace-culture, la relégation de minorités dans des
espaces marginaux, etc.
Ces deux caractéristiques – l’identité et le pouvoir – se retrouvent
chacune dans les manières d’appréhender la notion d’espace que nous
aurons à traiter tout au long de ce chapitre.
S’il est un phénomène, quasiment universel, qui révèle clairement
ce double enjeu d’identité et de pouvoir dans la manière dont l’espace est appréhendé, c’est bien l’imaginaire de chaque société sur la
position de sa ville-capitale. Tout au long de l’Histoire et d’un continent à l’autre, elles ne sont pas rares ces villes qui se sont représentées comme « le centre du monde » : Cuzco, capitale de l’Empire inca,
signifie « nombril » ; la Mexico précolombienne (Tenochtitlan), la
Rome antique, ou encore Beijing, capitale de l’« Empire du Milieu »
se considéraient chacune ainsi ; les Égyptiens continuent à dire que
Le Caire est « la mère du monde » (Oum al dounia) ; la Mecque, selon
la religion musulmane, est le lieu où Dieu a implanté la matière de la
Kaaba au centre du chaos puis organisé tout autour le reste de l’univers… Autant de villes qui, à un moment donné de l’Histoire, se pensaient au centre, non seulement de leur empire mais de la planète
entière. On pourrait donner de nombreux autres exemples de ce phénomène, de Manhattan à Jérusalem en passant par le Londres du xixe
siècle, la Séville du Siècle d’or (le xvie) ou le Paris du xviie…
1. Cité dans Marion Segaud, Anthropologie de l’espace. Habiter, fonder, distribuer, transformer,
Paris, Armand Colin, 2008.
2. Marion Segaud, Anthropologie de l’espace…, op. cit.
101
l’espace
http://en.wikipedia.org/wiki/File:1581_Bunting_clover_leaf_map.jpg
l'intelligence interculturelle
102
Carte du monde stylisé en forme de feuille de trèfle (les trois continents
classiques : l'Europe, l'Asie, l'Afrique), avec Jérusalem au centre et l'indication
supplémentaire de la Grande-Bretagne, de la Scandinavie et de l'Amérique
("le Nouveau Monde"). Oeuvre de Heinrich Bünting, dans Die eigentliche und
warhafftige gestalt der Erden und des Meers, imprimé à Magdebourg en 1581.
© Stuart McArthur, 1979
La variété des planisphères anciens mais aussi actuels illustre
cette tendance immémoriale à se croire au centre du monde. Si nous,
Européens, avons pris l’habitude de voir l’Europe au centre des planisphères, les Américains et les Chinois procèdent de même avec
leurs propres pays. En Australie, on trouve couramment des planisphères « inversés », plaçant l’Australie en première ligne, et non
point comme un pays « du Sud ».
Planisphère australien : carte du monde corrigée.
Comme l’observe d’ailleurs Michel Foucher, « les cartes sont
d’abord mentales, cognitives, images colorées de nos représentations et de nos projections. On ne voit les autres qu’à travers soi […].
L’image de soi, de l’être collectif, national, précède le regard porté sur
les autres3 ».
L’une des analyses les plus riches des déterminants du rapport à l’espace peut être trouvée dans les travaux d’Edward T. Hall, et dans l’approche de la « proxémie » qu’il a introduite en 19664. Cette notion vise
à analyser « l’usage que l’homme fait de l’espace en tant que produit
culturel spécifique ». Selon Hall, les structures proxémiques aboutissent
à la fois « à consolider le groupe et à l’isoler des autres en renforçant
simultanément l’identité à l’intérieur du groupe, d’une part, et en rendant plus difficile la communication entre les groupes, d’autre part ».
Hall distingue deux grandes dimensions de l’espace, à savoir les
« espaces à organisation fixe et semi-fixe » qui concernent l’espace
que l’homme construit autour de lui, et les espaces « informels » qui
se rapportent à l’espace que l’homme maintient entre lui et les autres :
−− les espaces « à organisation fixe » que sont le territoire, l’habitat,
l’urbanisme, l’aménagement spatial. L’espace semi-fixe, désigne quant
à lui, les arrangements internes de l’espace fixe, l’espace que nous
aménageons, en accentuant ou en diminuant le cloisonnement entre
les personnes. Ces arrangements peuvent se concrétiser, par exemple,
par la mobilité des cloisons au Japon, qui permet aux habitants de rester dans le même espace alors que les activités changent – manger,
dormir, converser… Ils peuvent concerner également la mobilité des
chaises dans une pièce en Chine, où un invité ne doit pas, nous dit
Hall, déplacer sa chaise à moins qu’il n’y soit convié par son hôte : le
faire, explique-t-il, « équivaudrait pour nous à déplacer un paravent
ou même une cloison dans une maison étrangère ».
−− les espaces « informels » sont, selon E. T. Hall, « les distances
que nous observons dans nos contacts avec autrui » : intimes, personnelles, sociales, publiques, elles échappent généralement au champ
de la conscience.
Nous nous attacherons ici à ces deux dimensions du rapport de
l’homme à l’espace. Sur chacune de ces dimensions, notons d’ailleurs
que les enjeux de traduction sont importants. La manière d’appréhender l’espace bâti dans lequel nous vivons varie très largement.
Par exemple, en arabe, la notion d’« espace » peut aussi bien renvoyer au terme al-makân – le « lieu » – qu’à al-fada’ – « l’étendue d’un
terrain ». Mais Thierry Paquot estime que ces termes sont vagues :
« L’expression “espace public” n’existe pas plus [dans la langue arabe]
3. Michel Foucher, La Bataille des cartes. Analyse critique des visions du monde, Paris, François
Bourin Éditeur, 2011.
4. Edward T. Hall, La Dimension cachée…, op. cit.
103
l’espace
l'intelligence interculturelle
que ce qu’elle est censée représenter […]. Les espaces publics sont
définis par la négative, leur absence se fait relative, en “creux” des
propriétés privées5. » Les mots désignant l’espace intime, la distance
entre soi et les autres sont également très spécifiques aux différentes
représentations culturelles de l’espace. On le verra par exemple dans
l’abondance des mots et des concepts de la langue japonaise sur les
espaces internes ou externes, ouverts ou fermés.
Interroger les représentations et les pratiques
104
Quelles représentations et quelles croyances sous-tendent la
conception de l’espace ? Quelles pratiques en découlent ? Comme
suggéré plus haut, nous distinguerons dans nos observations ce qui
concerne d’un côté l’environnement dans lequel nous vivons et, de
l’autre, la distance entre soi et les autres.
L’espace comme environnement dans lequel nous vivons
Question 29. Quelles sont les représentations
du territoire, des frontières et de la mobilité ?
À chacun sa vision du territoire : strictement délimité pour les
populations sédentaires, à géométrie variable pour les diasporas ou
symbolique pour les nomades chez lesquels, selon G. Verbunt, « le
rapport à une terre se borne à des lieux sacrés, des lieux de rencontre,
des tombeaux, qui sont plutôt des jalons sur une route que des lieux
possédés à l’exclusion des autres6 ».
Ce que traduisent ces différentes visions du territoire, c’est avant
tout l’importance, soulignée par Gilbert Bonnemaison, de « l’espace
vécu » dans la manière dont chaque culture appréhende son territoire : cet « “espace mouvement” formé par la somme des lieux et trajets qui sont usuels à un groupe ou à un individu, espace de reconnaissance et de familiarité lié à la vie quotidienne […], à un statut et à un
comportement social7 ». Cet espace vécu, pratiqué, ressenti, est bien
différent pour un nomade du Sahel et pour un insulaire. Chez beaucoup de peuples nomades, la dualité est frappante entre un attachement à des lieux spécifiques (religieux, funéraires, symboliques) et
un détachement à l’égard de territoires, qui sont quant à eux, de taille
variable, se jouant des limites, si importantes pour les insulaires.
5. Thierry Paquot, L’Espace public, Paris, La Découverte, 2009.
6. Gilles Verbunt, La Société interculturelle. Vivre la diversité humaine, Paris, Seuil, 2001.
7. Gilbert Bonnemaison, « Voyage autour du territoire », L’Espace géographique, n° 4, 1981.
Le nomade et l’insulaire
« Le nomade saharien n’a pour frontières que les limites de sa raison, sa
sagesse et son savoir ancestral. L’horizon flottant, la marée de dunes, le
sable crissant sous la dent, irritant, insolent, ne sont que le mirage séduisant mais dangereux d’une liberté absolue. Ici, le désert règne en maître […].
Il avance, résolument, et fragilise chaque jour un peu plus la vie, plus frêle
qu’une feuille d’acacia sous une rafale de vent. Le nomade a su s’adapter, se
courber plutôt devant l’immensité austère et fascinante du Sahara. Il connaît
les tempêtes de sable, les oueds en crue et la géographie des étoiles. Le
nomade a gardé sa fierté mais perdu toute arrogance. Il est humble, patient,
soumis aux cycles de la vie et du temps. […]
L’insulaire caribéen, lui, n’a nécessairement pas le même rapport à l’espace.
Il sait que son territoire s’achève là où l’eau commence. La mer qui isole et
marque une frontière ferme, non négociable. Un isolement qui donne l’illusion d’être au cœur du monde. Dans ces îles, l’Homme est roi. Il conquiert
les plaines, peuple les mornes et la côte, laissant à chaque génération un
espace vital plus étriqué. »
Une étudiante de Sciences Po, de retour du Sahel et d’Haïti, 2010
Ce qui ressort de cette distinction, c’est la place centrale de la
mobilité dans la conception de l’espace des uns et des autres. De fait,
par leurs modes de vie, les Touaregs et les Tsiganes, pour ne donner
que ces deux exemples, sont de moins en moins nomades et de plus
en plus sédentaires (sous le double effet des pressions extérieures
et d’un changement de représentation de la mobilité dès lors qu’elle
n’offre plus aucun avantage), faisant largement évoluer leurs propres
représentations de l’espace. Notons de plus que la sédentarité n’est
pas l’apanage de l’Occident en général ; des habitudes de transhumance printemps-été au Canada (où est célébrée tous les ans une
journée nationale du déménagement) aux pratiques états-uniennes
de déplacement de mobil homes en fonction de l’évolution des lieux
de travail, on constate outre-Atlantique une conception de la mobilité
beaucoup plus sereine qu’en France où l’obligation de changer de lieu
de travail par suite de délocalisations ou de reclassement (qui n’est
certes pas un problème simple) est souvent vécue comme un drame.
« L’espace vécu » varie donc en fonction des cultures de plus ou moins
forte mobilité.
Il se décline aussi de manière plus individuelle : des études sur
les « cartes mentales » ont montré qu’en France, la représentation de
l’espace vécu dépend notamment du niveau d’études et de revenus,
et qu’il diminue notablement avec l’âge et les maladies, avec un rétrécissement progressif du territoire au quartier ou au village et à ses
commerces de base. De ce point de vue, l’expérience des personnes
accueillies dans les centres franciliens de Médecins du Monde est éloquente.
105
l’espace
l'intelligence interculturelle
Distances infranchissables
106
Constats sur la mobilité des personnes accueillies dans les centres d’accueil, de soins et d’orientation (CASO) de Médecins du Monde :
« Les personnes immigrées accueillies dans nos centres ont les plus grandes
difficultés face au déplacement et à la notion de distance. Facilement désorientées en région parisienne, incapables de lire une carte, de demander
leur chemin pour des problèmes de langue, incapables de couvrir le coût
des déplacements, fréquemment tenaillées par la peur d’être arrêtées en
route, elles sont perdues dès lors qu’il faut se déplacer dans des espaces
inconnus. Les femmes roms viennent toujours à trois ou quatre, même pour
la consultation d’une seule d’entre elles, parce qu’elles ont peur de se perdre.
Ce qui nous paraît d’une simplicité élémentaire est très compliqué en fait,
pour beaucoup de nos patients. Il y a aussi des distances infranchissables.
[…] Un garçon malien de 16 ans a débarqué au CASO de Saint-Denis, après
avoir tellement usé son énergie qu’aller de Saint-Denis à Paris pour la soupe
populaire, c’était au-dessus de ses forces. […] Le rapport à la distance est
également lié à l’idée du connu et de l’inconnu : on a l’impression que des
Roms envisagent parfois plus facilement d’aller se faire soigner en Roumanie, à 3 000 km d’ici, qu’à trois stations de métro en région parisienne. »
Témoignages d’accueillantes dans les CASO, 2013.
Question 30. Quelles sont les conceptions culturelles
de l’aménagement spatial urbain et rural ?
Si la manière dont les hommes aménagent l’espace qui les entoure
est révélatrice de leur rapport à l’identité et à la culture, elle l’est aussi et surtout de leur système d’organisation sociale et politique.
Hall pointe ainsi la différence entre deux systèmes d’organisation de l’espace très répandus dans les sociétés modernes : le système
« radioconcentrique » observé par exemple en France ou en Espagne,
et celui de « l’échiquier » provenant d’Asie Mineure, mais courant
aujourd’hui aussi en Grande-Bretagne. Cette distinction nous met
d’ailleurs sur la piste des différences entre une organisation politique
radioconcentrique (jacobine) et une organisation décentralisée. Un
livre ayant connu un fort retentissement à sa sortie en 19478 dénonçait
déjà une (non-) politique française d’aménagement du territoire liée
à une conception fortement centralisatrice du pouvoir. Dans d’autres
pays en revanche, on a pu parler de sociétés du réseau et « d’espaces
réticulés » qui se distinguent d’une simple vision concentrique de
l’espace et du système d’échiquier anglo-saxon. Gilbert Bonnemaison
donne l’exemple des îles du Vanuatu, où « chacun des lieux qui se succèdent sur la route est l’égal des autres. Si l’un des chaînons saute, ou
8. Jean-François Gravier, Paris et le désert français, Paris, Flammarion, 1947.
si l’un des lieux meurt, la route se brise. Les routes mélanésiennes
convergent vers des carrefours où elles se nouent à d’autres, mais
elles remontent aussi vers les lieux de fondation qui sont leur commencement […]. À la différence du lieu central qui fait converger vers
lui le reste de la structure, le lieu de fondation rejette vers l’extérieur
les forces qui sourdent en lui9 ».
Espaces réticulés et importance des « lieux de fondation », voilà
qui rappelle aussi l’organisation des villes japonaises, dans lesquelles
seuls les carrefours et les intersections ont des noms, mais pas les
rues, et où (casse-tête pour le visiteur et même pour les chauffeurs
de taxi), les maisons sont numérotées par ordre d’ancienneté, selon la
date de leur construction !
L’organisation d’un territoire autour d’une série de « centres » et
de périphéries peut elle-même être, en partie, mise en question dans
certaines sociétés. Si les campagnes de beaucoup de pays d’Afrique
sont généralement organisées autour de villages et des fonctions
qu’ils représentent (commerce, palabre, lieux décisionnels collectifs),
d’autres régions africaines, comme c’est le cas en Éthiopie, sont en
effet marquées par la relative absence de villages et un habitat très
dispersé que l’on peut interpréter comme l’héritage d’un système
féodal fondé sur le servage. Dans tous les cas, l’organisation spatiale
est si solidement liée à une histoire et à une culture que les tentatives de restructurations se soldent généralement par des échecs. Il
en est ainsi de la politique de « villagisation » (regroupement plus
ou moins autoritaire dans des villages dotés de tous les équipements
supposés nécessaires) que le pouvoir éthiopien du temps du dictateur Mengistu Hailé Mariam ou que le pouvoir tanzanien du temps
de Julius Nyerere ont essayé de réaliser.
Question 31. Quels sont les repères d’orientation
dans nos cultures respectives ?
« La course du soleil, la position des astres, mais aussi le mouvement des courants (fluviaux et/ou maritimes), le vent dominant et
plus tard l’aiguille aimantée […] ont favorisé la construction par les
hommes, de directions qui organisent leur rapport à l’espace », nous
rappelle Marion Segaud10. Or cette construction s’est opérée de
manière différenciée suivant les cultures. Si les quatre points cardinaux, par exemple, forment pour nous un système incontournable de
repérage dans l’espace, il n’en va pas de même de certaines cultures
traditionnelles (chinoises, extrême-orientales, amérindiennes)
où le centre (ou le milieu) constitue un cinquième point cardinal.
9. Gilbert Bonnemaison, « Voyage autour du territoire… », art. cit.
10. Marion Segaud, Anthropologie de l’espace…, op. cit.
107
l’espace
l'intelligence interculturelle
108
Un sixième et un septième (le ciel et la terre) viennent compléter
le dispositif chez les populations autochtones d’Amérique. L’aval et
l’amont, la mer et la montagne peuvent constituer ailleurs (Pacifique,
Bali) d’autres points de repère de base.
Notons au passage que si les repères d’orientation varient d’une
culture à l’autre, l’importance accordée à cet enjeu de « l’orientation » est elle aussi très variable. Les sociétés asiatiques, par exemple,
sont très marquées par la géomancie, dont la fonction est l’harmonisation de l’espace bâti et du paysage, mais qui est aussi, selon Alain
Delissen, une forme d’harmonisation avec la nature, « qui vaut pour
l’espace humain (orientations, échelles, formes, territoires) et pour
le temps humain (cycles cosmiques, saisons, présence des morts,
histoire sociale)11 ». La plus connue des formes de géomancie est le
feng shui, art chinois ancestral d’origine taoïste. Littéralement « le
vent et l’eau », le feng shui a pour objet d’utiliser les énergies dégagées par les orientations et les lieux pour améliorer le bien-être et la
prospérité de ceux qui l’occupent, et aussi pour déterminer les positions respectives de l’espace des vivants et de l’espace des morts. Son
influence en Chine et en Asie du Sud-Est, notamment au Vietnam ou
à Singapour, est considérable.
Dans les sociétés traditionnelles nomades, ces « sociétés mobiles »
du Sahel, de Mongolie ou d’ailleurs, la question de l’orientation est
omniprésente dans l’aménagement de l’espace individuel : « Non seulement elle préside à l’implantation de l’unité résidentielle (le campement), mais aussi à celle de la tente qui est régie par des règles
strictes. À l’intérieur de celles-ci, objets et personnes sont également
placés dans des directions déterminées12. »
savent qu’ils sont présents dans leur environnement, y compris, par
exemple, les phoques qui circulent sous la couche de glace.
Dans un livre fascinant, un professeur d’arts graphiques de l’École
des beaux-arts d’Abidjan, Francine Levy-Ranvoisy montre que les
images de type photographique ou fondées sur nos notions de perspective et de tracés curvilignes ne parlent absolument pas aux villageois non alphabétisés d’Afrique de l’Ouest. En se fondant sur l’iconographie ivoirienne baoulée, égyptienne antique, ragamala (Inde),
etc., mais aussi sur les dessins populaires actuels, l’auteure propose
(après l’avoir expérimenté avec succès) une forme moderne de représentation graphique des espaces paysans. Dans cette technique dite
de « perspective orthogonale », les objets sont notamment rabattus
perpendiculairement sur les côtés des espaces, et représentés en
plan, comme dépliés et posés sur le sol. « Le caractère d’orthogonalité
observé, écrit-elle, peut être considéré comme une application d’un
ordre naturel des choses : la position verticale de l’homme debout,
la position horizontale des choses mortes ou tombées et des masses
inertes comme l’eau13 », ce qui explique le fait que l’on retrouve ce
type de représentation dans tant de cultures.
Par exemple, les paysans interrogés par l’auteure disent ne pas
comprendre le premier dessin censé représenter leur village suivant
la perspective classique, mais fort bien le deuxième, où les éléments
sont soit verticaux, soit étalés sur le sol.
Question 32. Existe-t-il des différences culturelles
dans les manières de dessiner l’espace ?
Un autre aspect de différenciation entre les représentations d’un
environnement spatial est celui de sa représentation graphique,
autrement dit la manière de dessiner l’espace.
Des études ont montré que certains de nos réflexes picturaux
comme la représentation d’une perspective, de l’horizontalité, de
la verticalité, de l’étendue, n’ont pas de correspondance dans les
cultures traditionnelles. Le lien entre vision du monde et manière
de dessiner l’espace apparaît par exemple dans l’art pictural inuit.
Les Inuits ont une représentation graphique du monde quasi radiographique. Ils mettent à plat sur un dessin tous les éléments dont ils
11. Cité par Marion Segaud, Anthropologie de l’espace…, op. cit.
12. Ibid.
13. Francine Levy-Ranvoisy, Manuel de dessin pour communiquer avec une population non
alphabétisée : la perspective orthogonale, Karthala-ACCT, 1987.
109
l’espace
l'intelligence interculturelle
Autres exemples : le dessin de gauche (ci-dessous) en perspective
orthogonale, bien compris des paysans ivoiriens, représentant une
pompe villageoise aménagée d’une clôture et d’une évacuation des
eaux usées avec abreuvoir, alors que le dessin de droite montre un
champ d’ignames et de riz entouré d’arbres représentés étalés sur
le sol.
110
Heures de marche
« En Éthiopie, l’appréciation du “proche” et du “lointain” en termes d’espace
dépend de la valeur que l’on affecte au temps, de l’état des routes et des
chemins, de l’absence ou non de véhicules, de la disponibilité en ânes et en
dromadaires pour porter les charges… Tel campement, dans la vallée des
Afars, est-il “loin” du lieu où je pose la question ? Non, trois petites heures
de marche : tout près ! Tel marché, dans les montagnes du Wolaita est-il
loin du hameau où je me trouve ? Pas du tout, puisqu’il faut moins d’une
demi-journée de marche pour l’atteindre. En l’absence de routes et de véhicules, la journée, de toute manière, est consacrée à cela, au marché hebdomadaire, un repère culturel et social qui se joue des distances. Rien de tel
pour un professionnel de la coopération, à mon sens, que de se passer de
temps en temps de véhicule pour prendre le temps de marcher avec les paysans, de parcourir les kilomètres d’un sentier qui ondule dans la montagne
avec sa file d’ânes, d’enfants, de femmes surchargées, pour prendre mieux
la mesure du rapport temps-espace dans un univers dont les temporalités
sont bien différentes des siennes. »
Un ancien coopérant en Éthiopie.
L’espace comme distance entre soi et les autres
Question 33. Le petit et le vaste, le vide et le plein,
le proche et le lointain… Quelles sont les différences
de représentations de ces notions ?
Question 34. Quels espaces, quelles « bulles »
créons-nous entre nous et les autres ?
En Asie, observe Gilles Verbunt, « le vide n’est pas ressenti comme
une absence, mais comme ce qui met en valeur ce qui l’entoure. La
peinture et les dessins manifestent des espaces vides que des artistes
occidentaux auraient eu hâte de remplir ». Il y a dans le vide, tel qu’il
est pensé dans la culture nippone, un espace qui n’est pas chaos. Le
vide est au contraire un des éléments admis et respecté d’un ordre
plus global. Mishima n’écrivait-il pas : « Les parois irisées d’une bulle
forment la bulle au même titre que le vide qu’elle contient14 » ?
Quant aux notions de « proche » et de « lointain », elles sont elles
aussi très relatives, notamment du fait de l’aune à laquelle la distance est appréciée. Dans nos cultures, elles sont directement liées à
une distance mesurable en mètres ou en kilomètres tandis que, dans
beaucoup d’autres, elles sont appréciées en termes de temps de déplacement :
Quels sont les espaces que les hommes créent entre eux pour protéger leur intimité ? Nous ne sommes plus ici dans le registre de l’organisation consciente d’un espace physique, mais dans celui, plus psychologique, de ce qui met nos interlocuteurs à l’aise ou mal à l’aise, en
termes de distance, dans leur contact avec nous.
Comme le précise Verbunt, « chaque personne, pour chaque situation de sa vie, se protège de l’intrusion des autres par l’existence imaginaire d’une bulle autour de son corps. L’entrée d’un autre dans cette
bulle est ressentie par elle comme un acte agressif. Elle juge l’autre
comme envahissant, encombrant, et s’efforce, en reculant, de rétablir
la bonne distance avec son interlocuteur. La bonne distance est une
notion élastique. Dans les sociétés où les contacts physiques entre
personnes sont fréquents (habituellement dès la naissance), cette
distance est plus réduite que chez les peuples où l’on ne veut surtout
pas gêner les autres15 ».
14. http://nippongo.free.fr/gaudin.html
15. Gilles Verbunt, La Société interculturelle…, op. cit.
111
l’espace
l'intelligence interculturelle
Dans La Dimension cachée16, Edward T. Hall a cherché à définir différents types de « distances critiques » en fonction du type de relations et d’interlocuteurs impliqués. Il distingue quatre catégories
assorties chacune d’une version « proche » et d’une autre « éloignée »
(et d’un nombre de centimètres ou de mètres que d’aucuns pourront
trouver un peu trop précis).
Les espaces dans la proxémie d’Edward T. Hall
112
La distance intime est celle de l’odeur, du toucher, des mains
jointes, celle où le visage de l’autre est si proche qu’il en paraît déformé. Hall insiste beaucoup sur les différences culturelles de perception de ce type de proximité dans les transports en commun, les places
publiques, les ascenseurs bondés. Il observe par exemple la répugnance des Américains à se trouver dans ce type de situation alors
que, selon lui, elle est jugée naturelle dans le monde arabe. On pourrait évoquer aussi cette expérience que beaucoup d’entre nous ont
faite en s’entassant dans un taxi-brousse en Afrique de l’Ouest, dans
un jeepney aux Philippines ou dans un train de banlieue à Mumbai, et
de constater en quoi nos réticences à la proximité ne semblent pas partagées par les autres passagers. Hall rappelle d’ailleurs que la notion
d’entassement (crowding), péjorative en Europe ou aux États-Unis,
ne pose pas de problèmes dans beaucoup d’autres pays, notamment
au Japon. Corinne Lesnes, pour sa part, fait le lien entre la question
du « hug » américain, la « bise » et l’espace vital : « Les Américains
sont perturbés par la bise, qu’ils trouvent à la limite de l’indécence
[…]. Les Français ne comprennent rien au hug, cette embrassade qui
rapproche les corps d’une manière qui leur paraît souvent familière,
pour ne pas dire déplacée. Les incompréhensions participent d’une
différence culturelle plus vaste, sur l’espace vital nécessaire à chacun.
[…] Pour les relations éloignées, un demi-hug suffit (on passe un seul
16. Edward T. Hall, La Dimension cachée…, op. cit.
bras autour de l’autre). […] à l’opposé, le bear hug, le plus chaleureux,
glouton (c’est l’accolade “de l’ours”). […] Pour les Américains, le hug
est un moment privilégié. En refermant l’espace qui sépare de l’autre,
on réduit la place des malentendus et des désaccords17. »
La distance personnelle implique quant à elle un premier niveau
d’éloignement, vis-à-vis de notre interlocuteur, à travers la création
d’une bulle protectrice que chacun crée (ou ne crée pas) autour de
lui. La distance de relation reste proche, et correspond à une situation de bonne entente, de complicité et de dialogue fluide entre les
individus. Il est malvenu, raconte un ingénieur français travaillant
dans une entreprise de téléphonie basée à Helsinki, de s’approcher à
moins de 50 cm d’un Finlandais… En Thaïlande, témoigne Bruno Philip, « faire le wai, le salut paumes jointes à hauteur de visage, est un
geste respectueux, mais il permet aussi d’éviter le contact physique
dans une société à la fois pudibonde et tolérante18 ».
La distance sociale implique un niveau d’éloignement plus important. Il s’agit généralement d’une distance davantage appropriée à une
relation professionnelle ou commerciale, distance à travers laquelle
chacun se sent en sécurité et peut communiquer tout en maîtrisant
ses émotions. Cette distance peut être très différente en fonction des
cultures. Dans le cadre professionnel, Hall relève ainsi la sensibilité
des Allemands aux attitudes qu’ils ressentent comme des intrusions,
et leur souci de préserver leur sphère privée, leur espace vital. Pour
les Tchèques, la garantie d’un espace privé au bureau est très importante selon Yves-Frédéric Livian et Hana Machkova, qui évoquent
« la difficulté qu’ont certains Tchèques à s’habituer à des bureaux à
espace décloisonné, symboles d’une communication très ouverte et
permanente, sans possibilité de s’isoler19 ».
Hall note d’ailleurs à quel point, dans les bureaux, la question de
fermer ou non les portes est source de frictions au sein des équipes
multiculturelles : les Allemands l’exigent, pour protéger la pièce et
en préserver l’intégrité ; les Américains estiment au contraire qu’une
porte ouverte est signe de disponibilité aux autres, et ne s’enferment
que lorsqu’ils ont vraiment besoin d’être seuls ; quant à l’Anglais,
dont Hall constate de manière peut-être un peu datée qu’il n’a jamais
eu une pièce à lui, « il n’a pas appris à utiliser l’espace pour se protéger des autres. Il dispose d’un ensemble de barrières intérieures,
de nature psychique, que les autres sont censés reconnaître quand
il les fait fonctionner. Ainsi, plus l’Anglais se barricade en présence
d’un Américain, plus grand est le risque que celui fasse irruption pour
17. Corinne Lesnes in Cécile Boutelet et al., Le Tour du monde de la politesse, Paris, Denoël/
Le Monde, 2012.
18. Bruno Philip, in Cécile Boutelet et al., Le Tour du monde de la politesse…, op. cit.
19. Yves-Frédéric Livian et Hana Machkova in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
113
l’espace
l'intelligence interculturelle
s’assurer que tout va bien20 ». Quant aux ressortissants du monde
arabe, toujours selon Hall, « ils ne sont pas gênés d’être entourés par
la foule, mais détestent être cernés par des murs. Ils sont beaucoup
plus sensibles que nous à l’impression d’entassement dans les espaces
intérieurs21 ».
La distance publique, enfin, dépasse le cercle où l’individu est
directement concerné. Dans le mode proche (3,60 à 7,50 mètres), elle
lui permet de fuir si nécessaire et l’oblige à élever la voix. Dans son
mode lointain (au-delà de 7,50 mètres), elle correspond à la distance
que maintiennent autour d’eux les leaders politiques ou les personnages importants.
114
Question 35. Quelle est la place pour l’intimité
dans notre habitat ?
L’importance accordée aux espaces d’intimité dans les lieux de vie
n’est pas uniquement une question de condition sociale, elle est aussi
une ligne de différenciation forte entre les cultures. Ceci est souvent
lié aux manières de vivre, qui incitent ou n’incitent pas à « mettre
en commun » l’espace. En Inde par exemple, selon Abhijit Karkun et
al., la vie « privée » est un concept très relatif. « Le fait de vivre souvent au sein d’une famille élargie (avec les parents, les enfants, les
grands-parents et parfois les oncles et les tantes), dans les milieux les
plus traditionnels, fait que tout le monde est au courant de tout. De
plus, la promiscuité des logements ne favorise pas l’isolement de l’individu. La notion de partage est de ce fait très importante, et des expatriés racontent que certains de leurs collègues indiens n’hésitent pas
à rentrer dans leur bureau pour leur demander quelque chose, ou se
servent directement dans leur paquet de cigarettes, par exemple22. »
On retrouve cette vision bien spécifique de l’intimité et de l’espace personnel dans le modèle d’habitat japonais dont l’une des caractéristiques – la finesse des cloisons et l’isolement très superficiel des
pièces – met en question l’existence d’une possible intimité (privacy).
Hall note d’ailleurs que ce terme de privacy n’existe pas en tant que
tel dans la langue japonaise.
20. Edward T. Hall, La Dimension cachée…, op. cit.
21. Ibid.
22. A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
Prendre en compte les différences
Question 36. Comment prendre en compte la diversité
des règles d’orientation et des représentations de
l’espace ?
Les règles et rites relatifs à l’orientation, notamment la géomancie
en Asie, relèvent pour certains d’entre nous du pur exotisme alors
que leur influence dans la vie professionnelle est quasi quotidienne.
Il n’est pas rare de voir des entreprises de bâtiment et travaux publics
consulter des prêtres taoïstes pour déterminer l’emplacement adéquat d’un aéroport ou d’une voie de circulation, et ceci ne concerne
pas que les entreprises d’origine asiatique. Hesna Cailliau rapporte
par exemple comment la société Danone s’est vue dans l’obligation de
changer l’orientation de ses fours à biscuits dans une usine en Chine
après inspection d’un maître du feng shui23. Elle rapporte également
les mésaventures de l’hôtel Hyatt de Singapour qui, ne parvenant pas,
il y a quelques années, à remplir ses chambres, consulta des géomanciens, fit changer l’angle d’ouverture de l’entrée principale, et retrouva la prospérité ! À quoi l’on peut ajouter le cas de la ville de Hong
Kong, où un bâtiment de la banque HSBC fut construit sur pilotis
à la demande des maîtres de feng shui et où l’on aménagea un trou
immense dans un immeuble pour permettre au dragon vivant dans
les collines d’aller boire à la baie24… De fait, toutes ces données sont
prises de plus en plus en compte dans les entreprises multinationales
présentes en Asie, que leurs managers croient ou ne croient pas à la
réalité des effets de la géomancie sur la productivité.
Dans le domaine de la coopération au développement, après des
décennies de diffusion de dessins pédagogiques représentant l’espace
à la manière occidentale, des efforts importants sont faits pour adapter le matériel à des niveaux de lisibilité pertinents pour les populations (exemple de l’adoption de perspectives aplaties par certaines
ONG, pour reprendre le cas exposé plus haut).
Notons également le développement des outils de « participatory mapping » (cartographie participative) et de « planification spatiale participative », développées par de nombreuses ONG (telles
que Action contre la Faim, en France) mais aussi directement par
certaines communautés locales. Ces outils visent à permettre aux
populations locales de dessiner elles-mêmes une représentation de
leur environnement et de son évolution, en amont de certains projets
23. Hesna Cailliau, L’Esprit des religions…, op. cit.
24. Témoignage d’un voyageur.
115
l’espace
l'intelligence interculturelle
116
d’aménagement ou de développement agricole25. Ces cartes sont des
outils visuels souvent très utiles pour communiquer le savoir local
et adopter une vision commune du territoire avec les communautés
locales. En dehors du fait que ces outils représentent des instruments
politiques et stratégiques importants (facteurs de renforcement des
communautés locales et d’évolution de la gouvernance locale), ils
sont aussi très représentatifs des différentes visions d’un même territoire.
Pour autant, ils se révèlent souvent difficiles à mettre en place.
Certains soulignent même l’usage inapproprié qui peut être fait de
la cartographie au regard des appréhensions de l’espace par certaines
communautés locales : « Les populations autochtones, pastorales et
forestières ne considèrent pas les cartes comme un moyen traditionnel de représenter et communiquer des informations liées à la terre.
R. T. Rundstrom note que “les systèmes occidentaux et européens
de collecte et d’utilisation des données géographiques sont, par de
nombreux aspects, incompatibles avec les systèmes équivalents développés par les peuples autochtones […]”. Avant de s’engager, une communauté doit être consciente qu’une carte peut représenter leurs
connaissances foncières de façon parfois imparfaite26. » Par ailleurs,
plusieurs enjeux interculturels spécifiques sont à garder en tête dans
la réalisation de ce type d’exercice : celui d’une possible différence
entre les représentations respectives des hommes et des femmes dans
la création de la cartographie (si les hommes et les femmes étaient
séparés, y aurait-il des différences sur les cartes ?), ou encore celui
d’une dimension sacrée ou sensible de certains lieux ou de certains
points de la carte (la communauté peut-elle tout partager ? Certaines
informations spatiales sont-elles détenues et protégées par certains
acteurs ?).
Question 37. Comment trouver des compromis dans
l’aménagement des espaces de travail, dans les équipes
multiculturelles ?
Les distinctions très fortes observées par Hall et bien d’autres
entre cultures américaine, allemande, anglaise, française en matière
d’aménagement des espaces de travail (une porte doit-elle être
ouverte ou fermée, un collaborateur peut-il entrer librement dans
l’espace de travail d’un autre, doit-on toujours garder les mêmes
places dans une réunion, etc.) sont aujourd’hui fortement laminées
par la mobilité de cadres qui finissent par décrypter les usages et
25. Une série d’expériences intéressantes dans ce domaine sont présentées dans une étude
préparée pour le Fonds international de développement agricole (FIDA), Cartographie
participative et bonnes pratiques, 2009.
26. Ibid.
trouver des compromis. Ceux-ci sont d’autant plus aisés que l’on fait
l’effort de s’interroger sur les sources profondes des règles du jeu, et
de s’expliquer sur le sens des codes : fermer la porte de son bureau,
est-ce forcément un signe de défiance ou de goût du secret ? Rentrer
dans le bureau d’un autre, est-ce nécessairement un signe d’indiscrétion ou de curiosité mal placée ? Un open space ou des cloisons vitrées
sont-ils des moyens de surveillance ou une modalité de travail collectif ? La coexistence de plusieurs têtes de pont dans des lieux géographiques divers pour une même multinationale est aussi un facteur
d’harmonisation progressive des modes d’aménagements d’espaces
de travail. C’est l’expérience qu’a faite EADS à Paris pour ses directions de la stratégie et du marketing, à Munich pour les directions
des finances et de la communication, à Amsterdam, lieu neutre, pour
le siège social.
Pour aller plus loin
sur le rapport à l’espace
Ouvrages
››Agier (Michel), Esquisse d’une anthropologie de la ville. Lieux, situations, mouvements, Louvain-la-Neuve, Bruylant-Academia, 2010
››Bonnemaison (Gilbert), Géographie culturelle, cours à la Sorbonne 19941997, texte établi par Maud Lasseur et Christel Thibault, CTHS, 2004
››Choay (Françoise), Pour une anthropologie de l’espace, Paris, Seuil, 2006
››Foucher (Michel), La Bataille des cartes. Analyse critique des visions du monde,
Paris, François Bourin Éditeur, 2011
››Hall (Edward T.), La Dimension cachée, Paris, Seuil, 1984 pour la traduction
française (1re édition en anglais, New York, Doubleday, 1966)
››Levy-Ranvoisy (Françoise), Manuel de dessin pour communiquer avec une
population non alphabétisée : la perspective orthogonale, Karthala-ACCT, 1987
››Paquot (Thierry), L’Espace public, Paris, La Découverte, 2009
››Segaud (Marion), Anthropologie de l’espace. Habiter, fonder, distribuer, transformer, Paris, Armand Colin, 2008
Liens
››Article « Territoire » sur wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Territoire
Chapitre 5
La maladie et la mort
Enjeux symboliques et sociaux
Dans quelle mesure la santé, la maladie, la souffrance et la mort,
réalités à première vue universelles, sont-elles aussi des phénomènes
« culturels » et « sociaux » ? Pourquoi les placer comme sujet à part
entière de l’analyse interculturelle dans un ouvrage qui est loin de
concerner les seules professions de santé ?
Nombre d’anthropologues et de sociologues ont depuis longtemps
mis en évidence le caractère social de la maladie, dont Marc Augé
observe qu’elle est à la fois « la plus individuelle et la plus sociale
des choses1 ». Les schémas de pensée qui permettent de la reconnaître, de l’identifier et de la traiter, nous dit-il, sont éminemment
sociaux : « Penser sa maladie, c’est déjà faire référence aux autres. »
De fait, les différentes façons de percevoir la souffrance et la maladie, leurs causes et leurs symptômes, vont largement déterminer le
type de soins et de traitement vers lesquels se tourner. C’est d’ailleurs sur ces « déterminants socioculturels de l’accès aux soins » que
l’ONG Médecins du Monde oriente depuis plusieurs années une partie de ses travaux – auxquels nous sommes associés –, ainsi que bien
d’autres structures internationales actives dans le domaine sanitaire,
comme Action contre la Faim (ACF).
Notons que si le phénomène de la douleur paraît universel, son
« visage » même, entre extériorisation bruyante et retenue, ne l’est
pas. Ainsi les Occidentaux sont-ils frappés, parfois, du léger sourire,
un peu énigmatique, de certaines personnes asiatiques touchées par
la douleur ou le malheur, comme s’il ne fallait pas, dans leur esprit et
leur culture, infliger leur souffrance aux autres. La douleur est certes
un phénomène intime, mais comme le note David Le Breton, « elle est
aussi imprégnée de social, de culturel, de relationnel, elle est le fruit
d’une éducation. Elle n’échappe pas au lien social2 ».
La mort est, elle aussi, une donnée omniprésente dans l’étude
des comportements sociaux. Il est des traits que l’on retrouve dans
la plupart des cultures : les hommes redoutent la mort, et beaucoup
veulent croire à un au-delà qui, selon les époques, les pays ou les
religions prend des noms divers : l’Hadès ou les champs Élysées de la
mythologie grecque, l’Omeyocan des Aztèques, le paradis et l’enfer
des chrétiens ou des musulmans, le Walhalla de la tradition nordique,
la « vie autrement » des bouddhistes, les réincarnations hindouistes,
le « village sous la terre3 » des animistes africains… Dans la plupart
des cultures, l’importance donnée aux rites funéraires est là, selon
Lamine Ndiaye, pour nous rappeler « l’omniprésence malencontreuse
de l’idée de mort dans nos consciences individuelles et collectives » et
la nécessité d’un système de régulation sociale permettant de rendre
1. Marc Augé et Claudine Herzlich, Le Sens du mal. Anthropologie, histoire, sociologie de la
maladie, Archives contemporaines, 1984.
2. David Le Breton, Anthropologie de la douleur, Paris, Métailié, 1995.
3. L’expression est de Louis-Vincent Thomas.
121
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
« vivable » l’idée de la mort4. Pour autant, nous verrons dans ce chapitre que la manière de définir la mort, la façon dont on en parle, la
relation que l’on garde avec l’univers des morts sont loin d’être les
mêmes d’une culture à l’autre, et que ceci n’est pas sans conséquence
sur nos vies sociales et professionnelles.
Contextualiser
Habitués à une certaine conception – dite biomédicale – de la
médecine et à un système de protection sociale avantageux, nous
avons parfois du mal à comprendre à quel point, d’une part les politiques et les systèmes de santé, et d’autre part l’organisation des
savoirs en matière de santé peuvent différer des nôtres.
122
Question 38. Quelle est l’influence du contexte
institutionnel et politique sur les situations
sanitaires ?
Outre le degré d’équipement en hôpitaux, en dispensaires, et en
personnel soignant, que l’on sait très inégal suivant les régions, l’environnement institutionnel et politique est un déterminant important des situations sanitaires. Dans beaucoup de pays, il faut compter avec l’absence de systèmes de couverture sociale et de législation
concernant le handicap, mais aussi avec l’existence de zones de flou
et la marginalisation de certaines populations vis-à-vis des politiques
sanitaires. Derrière chaque politique de santé se situent des enjeux
de pouvoir, d’identité et de souveraineté.
À noter que lorsqu’elles existent, les législations « modernes »
sur les pratiques de santé ne sont pas toujours à même de remplacer
ou d’empêcher véritablement les pratiques traditionnelles. Ainsi le
Liberia ou le Zimbabwe interdisent-ils l’activité des exciseuses traditionnelles qui demeure cependant très largement répandue.
Les législations en place peuvent même bloquer l’action des
organismes sanitaires et sociaux. Par exemple, en République démocratique du Congo (RDC), où la contraception et l’avortement sont
prohibés, l’interdiction des rapports sexuels entre mineurs (assimilés
à des viols) aboutit au déni de tout bien-fondé des actions de réduction des risques sexuels pour les mineurs, puisqu’ils sont interdits
de sexe… En Égypte, les pouvoirs publics assimilent sans nuance les
enfants des rues à des criminels et voient d’un très mauvais œil toute
action d’assistance sanitaire (réduction des risques liés à la drogue ou
à la prostitution), leur refusant le statut de victimes ou de possible
4. Lamine Ndiaye, « Mort et altérité », Éthiopiques, n° 74, 1er sem. 2005.
population « bénéficiaire ». On se souvient également des effets du
positionnement politique longtemps désastreux du gouvernement
sud-africain par rapport à la lutte contre le sida au cours de la première décennie de ce siècle (voir encadré).
Quand le déni tient lieu de politique
de santé publique
Avec 17 % des cas d’infection VIH de la planète pour un pays qui compte
moins de 1 % de la population mondiale, l’Afrique du Sud est le pays le plus
contaminé du monde. À la fin des années 1990 cependant, on pouvait penser que le pouvoir sud-africain était décidé à prendre le problème à bras le
corps, en autorisant notamment la production d’antirétroviraux génériques,
destinée à faciliter l’accès des médicaments aux malades les moins aisés.
Cette mesure lui avait valu un procès retentissant de la part de 39 compagnies pharmaceutiques. À la suite d’une intense campagne de mobilisation
des militants de la lutte contre le sida, épaulés par l’ONG Médecins sans
Frontières, ces compagnies avaient fini par jeter l’éponge en 2001. Mais
cette victoire, considérée à l’époque comme historique, n’avait pas abouti à
changer de manière significative l’accès aux traitements pour les personnes
atteintes de la maladie. Le président Thabo Mbeki et son gouvernement
sont en effet entrés, dans les années 2000, dans une longue période de
déni, assortie d’une argumentation pseudo-scientifique suivant laquelle le
lien entre le virus du VIH et la maladie n’était pas avéré, allant même jusqu’à
juger dangereux pour la santé les antirétroviraux et à conseiller des médecines alternatives à base de plantes et de potions qui se sont révélées inefficaces pour traiter les malades. La catastrophe sanitaire qui s’en est suivie
n’a pas été pour rien dans l’éviction de Thabo Mbeki du pouvoir et l’accession de Jacob Zuma à la présidence. Avec une nouvelle politique de santé
publique et le lancement en 2010 d’une campagne massive de prévention
et de traitement de l’infection, la situation a, depuis, radicalement changé.
Question 39. En présence de quels systèmes de savoirs
médicaux se trouve-t-on ?
Si les savoirs, références et méthodes médicales de l’Occident
se sont progressivement répandus sur l’ensemble de la planète, ils
rencontrent dans beaucoup de régions des corpus et des pratiques
différents qui ont leur vitalité et leur enracinement culturels. Dans
certains cas, ces corpus et ces pratiques relèvent de systèmes organisés et stables, dans d’autres moins. Les grands systèmes organisés en
présence aujourd’hui sont notamment :
−− le modèle biomédical occidental, qui résulte de l’application à la
médecine des méthodes analytiques des sciences exactes, et qui est
enseigné dans la plupart des facultés de médecine. L’une des bases
123
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
124
de ce modèle est l’idée que l’on est d’autant plus efficace dans la lutte
contre la maladie que l’on est capable de l’isoler, pour la disséquer
en éléments précis. Le modèle biomédical s’intéresse avant tout aux
anomalies biologiques et à l’action des agents pathogènes, auquel il
entend remédier soit par la chirurgie soit par l’usage de médicaments
essentiellement chimiques. Beaucoup de soignants dans les pays
occidentaux soulignent les limites de ce système de savoirs et de pratiques : un manque de lien entre le physique et le mental, un « fractionnement » du corps en plusieurs terrains distincts de pathologies,
etc. Certains d’entre eux plaident notamment pour l’évolution vers
un modèle « biopsychosocial » intégré, qui tienne compte des liens
entre les aspects biologiques, psychologiques et sociaux de la maladie. Pierre Micheletti, ancien président de Médecins du Monde, pour
sa part, en appelle, de manière radicale à une « désoccidentalisation
de l’action humanitaire » en dénonçant l’inadaptation fréquente des
techniques occidentales dans les pays d’intervention5.
−− la médecine chinoise traditionnelle procède quant à elle d’un
ensemble de savoirs (dont certains remontent à 5 000 ans) encore
largement mis en pratique en Chine, à Singapour ou dans d’autres
régions du monde. Elle prend en compte l’ensemble des déterminants
anatomiques, physiologiques et psychologiques de la santé de la personne humaine, en attribuant souvent une priorité à l’explication
psychique de la maladie. Recourant en permanence à un langage symbolique précis, elle part de notions profondément enracinées dans
le confucianisme et le taoïsme, notamment la bipolarité (le yin et le
yang) et les flux d’énergie interne qui traversent le corps de l’individu (notion du « qi »). Les thérapies de la médecine chinoise sont
très différentes de celles de la médecine occidentale : la phytothérapie (plantes médicinales), l’acuponcture, la diététique et les cures
alimentaires, le massage corporel, la gymnastique chinoise (qi gong),
soit un ensemble de disciplines et de traitements dont on voit bien
l’ambition préventive et le caractère systémique et global.
−− la médecine ayurvédique indienne (du sanskrit ayur – longévité – et veda – la connaissance) issue elle aussi d’une tradition de plusieurs milliers d’années, est encore enseignée et pratiquée dans l’Inde
contemporaine, et dans quelques autres pays. Elle repose, comme la
médecine chinoise, sur une conception holistique de la santé et sur
le lien entre le physique et le mental, et elle constitue un corpus de
savoirs préventifs et curatifs extrêmement organisé. À partir de diagnostics basés notamment sur la science des « humeurs » des patients
(le vent, la bile, le phlegme), elle propose des régimes diététiques et
spirituels en plusieurs étapes : nettoyer l’organisme, introduire la
méditation, tonifier le corps, diminuer le stress.
5. Pierre Micheletti, Humanitaire…, op. cit.
Parce que ces corpus médicaux organisés se sont développés dans
un cadre historique et culturel précis, médecine chinoise traditionnelle et médecine ayurvédique sont parfois qualifiées d’ethnomédecines, comme il existe une ethnomédecine amazonienne, tibétaine ou
créole.
En Afrique en revanche, même si les pratiques de santé traditionnelles et le rôle des guérisseurs occupent une place importante, avec
des savoirs très divers sur les plantes médicinales, des savoirs divinatoires et rituels innombrables, il n’y a pas à proprement parler de
« système » médical. L’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan
estime que l’on ne saurait parler pour l’Afrique d’une « “médecine
savante” traditionnelle, les spécialistes populaires que sont les guérisseurs […] ne recourant nulle part à un corpus stabilisé et standardisé de savoirs organisés6 » comme on peut les trouver dans les médecines qui viennent d’être évoquées. Ces savoirs, curieusement appelés « profanes » par certains professionnels occidentaux, n’en sont pas
moins innombrables ; ils sont soit issus de l’expérience, soit liés à des
représentations culturelles de la santé, notamment de l’alimentation.
De plus, ils ne sauraient être le monopole de l’Afrique et d’autres
pays du Sud : les « remèdes de grand-mère » de la tradition française,
les vertus attribuées à la soupe pour la croissance, au poisson pour la
mémoire ou aux carottes pour le teint ne sont-ils pas des « savoirs »
très franco-français ?
Question 40. Comment les patients naviguent-ils entre
différents savoirs médicaux ?
Ce serait une erreur de penser que, selon l’aire géographique dans
laquelle ils se trouvent, les patients se tourneraient de façon exclusive
vers l’un ou l’autre des univers thérapeutiques. On sait l’importance
dans nos propres pays de la médecine traditionnelle chinoise, notamment de l’acupuncture, en complément de la médecine occidentale ;
on sait aussi que le recours aux médecines « alternatives », ou aux
rebouteux n’est pas chez nous une exception. Dans beaucoup de pays,
le patient circule de plus en plus souvent, et à son initiative, entre des
pratiques thérapeutiques très étrangères les unes aux autres. G. Salem
note par exemple dans le cas du Sénégal que « les malades demandent
à la médecine des “Blancs” de soigner les symptômes de la maladie et à
la médecine traditionnelle d’identifier les causes ultimes du mal et de
mettre en œuvre les moyens pour la combattre7 ». Ainsi le langage des
tradithérapeutes s’adapte-t-il à un fréquent « bricolage » entre savoirs
6. Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), La Construction sociale des maladies.
Les entités nosologiques populaires en Afrique de l’Ouest, Paris, PUF, 1999.
7. Gérard Salem, La Santé dans la ville. Géographie d’un petit espace dense : Pikine (Sénégal),
Paris, Karthala, 1998.
125
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
126
biomédicaux et savoirs populaires. Ce que l’on constate dans de nombreux pays (à l’instar des pratiques religieuses) est donc une manière
de « syncrétisme médical » qui se refuse à s’enfermer dans l’une ou
l’autre des catégories thérapeutiques : le savoir biomédical ne saurait
calmer la colère des esprits du monde invisible, mais il rend aussi bien
des services que l’expérience a constatés.
Les équipes soignantes qui interviennent dans les pays du Sud ont
donc toujours à élucider la question des « itinéraires thérapeutiques »
de leurs patients. Dans un grand nombre de cas, elles observent que
ceux-ci ne viennent en consultation à la clinique ou au dispensaire
qu’en dernier recours, après avoir épuisé toutes les possibilités des
médecines traditionnelles (le guérisseur, le féticheur, le tradipraticien, ne laissant parfois que peu de ressources aux familles pour payer
les soins de la médecine moderne et les médicaments). La réalité est
souvent celle d’un va-et-vient entre les deux types de médecine, dans
une sorte de processus d’essais-erreurs. « Les représentations de la
maladie, note Magali Bouchon, anthropologue à Médecins du Monde,
sont au plus haut point malléables, immédiatement modifiées par les
individus après trois jours de traitement inefficace. »
Question 41. La prise en charge de la santé est-elle
affaire plutôt individuelle ou collective ?
Dans bien des aires culturelles, les individus sont largement assujettis, en matière de santé, aux décisions de leur entourage (chef de
famille ou de village), les attitudes individuelles quant aux soins
n’étant alors que faiblement autonomes. Des praticiens de Médecins
du Monde évoquent ainsi la diversité des terrains sur lesquels ils
doivent faire face à « une gestion collective de la santé qui influence
les itinéraires individuels. Une femme ne se présente jamais sans son
mari, le mari sans sa femme, les parents sans l’un de leurs enfants,
les enfants sans leur père et leur mère. Ce n’est pas un individu seul,
mais une partie de la cellule familiale qui se déplace groupée pour
saisir le diagnostic, s’enquérir du traitement proposé et décider ce qui
doit être fait8 ».
Le personnel soignant extérieur, souvent formé à se concentrer
sur le caractère individuel de la maladie, des comportements de santé et de la situation économique du patient, ne se rend pas toujours
compte de l’importance et de la complexité du système de lien social
dans ce domaine.
8. Magali Bouchon (dir.), Accès aux soins. Les déterminants socioculturels, guide pratique,
Paris, Médecins du Monde, 2012, www.medecinsdumonde.org/Publications/Guides-a-l-usagedes-professionnels-de-l-humanitaire/Acces-aux-soins-les-determinants-socioculturels
Du ressenti individuel à l’existence sociale
de la maladie : illness, disease, sickness…
Selon Magali Bouchon, anthropologue à Médecins du Monde, certaines
maladies (la dépression par exemple) peuvent ne pas être reconnues par le
groupe, ne pas avoir d’existence sociale. Dans ce cas, un individu ne viendra pas en consultation, car sa souffrance est stigmatisée par le groupe
(« il s’écoute trop, il est fainéant… ») et il est préférable pour lui de taire ses
symptômes. Les anthropologues de la santé distinguent ainsi l’« illness »
(trouble ressenti, subjectif), le « disease » (altération biologique attestée par
un praticien) et le « sickness » (existence sociale de la maladie).
Interroger les représentations et les pratiques
127
Question 42. Quelles sont les différentes conceptions
religieuses et culturelles de la souffrance humaine ?
Comment les religions peuvent-elles donner un sens à la souffrance ? Comment un Dieu de justice et d’amour aurait-il pu vouloir
le mal qui, cependant, est bien là ? Le châtiment divin, qui s’exprime
à de nombreuses reprises dans la Torah, mais qui est toujours suivi d’une phase de rédemption et de réconciliation, est-il un simple
moyen « pédagogique » ou une sanction inévitable pour le peuple
élu ? Comment la souffrance du Christ sur la croix s’est-elle révélée
pour les chrétiens le seul moyen de racheter les péchés des hommes ?
Aujourd’hui, la souffrance humaine est-elle un scandale ou une
nécessité, un passage obligé pour la purification de l’âme ? Comment
réagir à la souffrance ? L’assumer, l’accepter, parfois la rechercher (on
pense aux cilices et aux flagellations de certains religieux catholiques
du xviie siècle) ? Ou la combattre en soi et chez les autres ?
La réponse chrétienne va plutôt dans le sens de la non-résignation :
si le Christ a accepté la souffrance (« la coupe » du sang versé) pour
lui-même, il a également passé sa vie publique à opérer des guérisons.
De plus, on peut rappeler que les premiers hôpitaux et structures de
soins ont été créés en France au xviie siècle par des congrégations
religieuses, au moment même où l’église mettait l’accent sur la vertu
purificatrice de la souffrance.
Pour l’islam, Dieu a enseigné aux hommes à pardonner et à espérer pour guérir la souffrance morale et à se soigner pour guérir la
souffrance physique. Le Prophète lui-même s’est montré préoccupé des souffrances de ses proches, leur enseignant que Dieu avait
créé un remède pour chaque mal et les incitant à la solidarité dans
la recherche de solution aux maladies. Souffrir n’est pas considéré
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
128
par l’islam comme une épreuve inéluctable de purification. Ainsi les
règles religieuses tiennent-elles compte, dans l’accomplissement des
rites, de l’état de santé des fidèles : ceux-ci peuvent être ainsi dispensés de suivre le jeûne du ramadan en cas de maladie ou de grossesse,
ou autorisés à ne pas faire les gestes de la prière s’ils risquent d’accentuer une souffrance physique.
Le bouddhisme a développé à l’égard de la souffrance, physique
et morale, une pensée particulière : tout est souffrance, car tout
désir fait souffrir. Le désir égoïste de jouir et de posséder enferme
l’homme dans la souffrance. L’homme n’atteint la sagesse, libératrice,
qu’en parvenant à éteindre en lui tout désir, en renonçant progressivement à tout ce qu’il possède, jeunesse et richesse, en ne retenant
plus rien pour lui. Alors la souffrance peut être vaincue. La méditation est l’un des moyens de ce détachement progressif. On est certes
ici davantage sur le registre de la souffrance morale que sur celui de
la souffrance corporelle, mais comme beaucoup de spiritualités orientales, le bouddhisme ne saurait séparer l’esprit du corps.
Innombrables – et relativement connus – sont, au plan pratique,
les exemples d’influence de la religion et des croyances (qu’il s’agisse
de convictions ou d’injonctions des structures religieuses), dans les
conceptions qu’ont nos interlocuteurs des questions de santé. La
prévention du sida est un domaine dans lequel ces influences sont
les plus visibles et les plus polémiques. Dans une étude menée en
Tanzanie9 auprès de catholiques, luthériens et pentecôtistes, 53 %
des personnes interrogées attribuaient le sida à une punition divine
et 80 % pensaient que la maladie pouvait être vaincue par la prière…
On trouvera dans les études anthropologiques de Médecins du
Monde10 une grande richesse d’informations sur les implications de
la religion et des croyances dans divers domaines de la santé :
−− dans les pratiques : un exemple parmi d’autres est celui de la
coutume du tohenthal, au Sénégal, qui consiste à faire boire au nouveau-né une eau lavée dans des versets coraniques ;
−− dans les attitudes à l’égard du corps médical et de la prévention : refus de médicaments, refus de l’espacement des naissances et
du contraceptif, refus par les femmes d’être examinées par un médecin homme, etc. ;
−− dans les représentations de la maladie : dans de nombreuses
régions du monde, observe-t-on à Médecins du Monde, les conceptions des sources de la maladie sont basées sur « le principe de la
double causalité, à la fois naturelle/matérielle et surnaturelle/spirituelle (…) la maladie étant souvent vue comme un désordre qui serait
le non-respect des normes ».
9. Dans la revue BMC Public Health, vol. 9, 2009.
10. www.medecinsdumonde.org/Configurations/DSC
Question 43. Quelles sont les différentes
représentations des causes de la maladie
et du handicap ?
Appréhender une maladie consiste avant tout à repérer des symptômes et à identifier les causes qui sont responsables de ces symptômes, ceci pour définir le type de traitement qui permettra de les soigner. « Nommer une maladie, estime Jean-Pierre Olivier de Sardan,
c’est effectuer un diagnostic élémentaire, identifier un ou plusieurs
dysfonctionnements comme étant l’expression d’une “cause” ou
d’une “chose” connue, c’est-à-dire leur donner une identité11. »
Désigner cette cause de la maladie, c’est d’une certaine manière, lui
donner un sens. Or chaque médecine – et chaque corpus de savoirs
organisés en matière de santé – va avoir tendance à construire ses
propres causes, et « revendiquer l’exclusivité du sens » de la maladie. Si la médecine occidentale tend à approcher cette question de
la « cause » de la maladie à partir de ses caractéristiques biomédicales (et à l’exprimer avec le vocabulaire correspondant), d’autres
cultures lieront volontiers cette cause à des représentations et à des
références bien différentes : le surnaturel, le social, le psychologique
par exemple.
La cause d’une maladie ou d’un handicap peut d’abord être perçue
comme liée à un agent surnaturel (génie, « sorcier mangeur d’âme »,
ancêtres, etc.). Les conceptions traditionnelles des causes de la maladie, dans de nombreuses cultures, sont, nous l’avons dit, basées sur
le principe de la « double causalité » : naturelle-matérielle d’une part,
surnaturelle-spirituelle d’autre part. Ces explications surnaturelles
de la maladie sont très fréquentes par exemple dans les savoirs populaires d’Afrique de l’Ouest. Le cancer, note Magali Bouchon, est « une
maladie qui n’est pas dépouillée de son caractère “diabolique”, poussant les malades vers des traitements inefficaces et générateurs d’aggravation sévères, parfois irréversibles. Ce caractère diabolique provient d’une interprétation traditionnelle : la tumeur cancéreuse serait
en fait un sort jeté à l’aide d’une flèche empoisonnée. La forme de
boule que prend la tumeur est alors le signe de l’installation du sort12 ».
Au Liberia, l’épilepsie est assimilée à un phénomène d’envoûtement ;
au Tchad, la fistule obstétricale est considérée comme le résultat
d’une malédiction divine.
11. Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), La Construction sociale des maladies…,
op. cit.
12. Magali Bouchon, « Les soignants en souffrance : les difficultés émotionnelles des soignants
en interaction avec la douleur, la maladie et la mort dans un service de pathologies lourdes et
chroniques à l’hôpital national du point G de Bamako (Mali) », Face à face, regards sur la santé,
n°9, 2006.
129
l'intelligence interculturelle
130
Dans les cultures traditionnelles, le handicap est souvent attribué à des causes surnaturelles qui rendent la médicalisation sans
objet. Des îles du Pacifique à l’Afrique occidentale et centrale, il peut
être perçu soit comme un châtiment des dieux ou des ancêtres, soit
comme l’effet d’un sort jeté par des personnes malveillantes. Calmer
la colère divine, chercher à réparer la faute, ou identifier le jeteur de
sort est alors plus urgent que de faire intervenir la médecine, et ceci
est une source de malentendus fréquents entre les soignants extérieurs et la population. Cette dimension surnaturelle du handicap
peut également lui conférer un caractère plus positif : être handicapé
n’est pas toujours considéré comme un malheur. Plusieurs catégories
de personnes handicapées bénéficient en effet d’un statut à part : au
Sénégal, certaines personnes handicapées sont considérées comme
des interfaces entre le monde visible et le monde invisible, entre
l’humain et le divin. Dans certaines régions de Madagascar, explique
Magali Bouchon, les « sorciers » sont des personnes qui le deviennent
à leur insu, suite à une maladie provoquée par l’arrivée d’un ancêtre
dans l’esprit de la personne. Les Inuits, quant à eux, réservaient la
vocation chamanique aux personnes atteintes d’une infirmité physique, supposées avoir des facultés supérieures aux autres. Le terme
même de handicap est considéré souvent une construction occidentale que l’on ne retrouve pas partout.
La cause d’une maladie ou d’un handicap peut aussi être perçue
comme liée à un comportement moral ou à un dérèglement social.
La maladie est en effet souvent attribuée à un désordre, au nonrespect des normes sociales (adultère, rupture d’un interdit, manque
de déférence à l’égard des anciens, etc.) La souffrance physique peut
être alors comprise comme un « rappel à l’ordre » social. Ainsi par
exemple, en Afrique, rapporte Magali Bouchon, on impute la lèpre à
une rupture d’interdit, comme l’inceste. Mais si c’est un chef de village qui la contracte, on dira que c’est certainement autre chose, peutêtre un sort…
la maladie et la mort Régler le désordre social pour soigner la maladie
« Devant une pathologie somatique, la médecine occidentale désigne le
corps du patient comme lieu du désordre. Elle va également en rechercher
l’origine à l’intérieur de celui-ci. Dès que le diagnostic est posé, elle interviendra sur la cause du dysfonctionnement ou du moins sur les symptômes
les plus gênants. […] Pour les Khassonkés [ethnie d’origine d’un de nos
patients maliens], la maladie est considérée avant tout comme une rupture
de l’ordre social au même titre qu’un accident de la circulation, la perte de
travail ou la mort prématurée d’un membre du groupe. […] Il faudra également identifier où se trouve l’origine du désordre et ensuite proposer une
réparation. […] La maladie d’un membre du groupe est alors susceptible
d’être interprétée comme un message adressé à l’ensemble du groupe. La
réparation du désordre mobilisera l’ensemble des protagonistes impliqués,
naturellement le patient mais largement au-delà, sa famille, ses proches et
éventuellement d’autres membres de sa communauté. »
Anne Margot-Duclot et Serge Bouznah, Regards croisés sur la douleur : impact d’une intervention
de médiation interculturelle dans une consultation spécialisée dans le traitement de la douleur chronique, Journées d’étude APF Formation – Unesco – 21, 22 et 23 janvier 2004, apfformation.
blogs.apf.asso.fr/media/00/02/526706040.pdf
De même, le handicap peut être perçu, dans certains contextes,
comme la manifestation physique d’un ordre social troublé. Il peut
être, par exemple, la conséquence de mauvaises relations entre l’individu et sa famille d’une part, le reste de la société d’autre part.
La cause d’une maladie ou d’un handicap peut être perçue comme
liée à un facteur psychologique. C’est notamment le cas de beaucoup
de patients et de soignants en Chine, pays dans lequel la médecine et
la psychologie traditionnelles s’intéressent de près, depuis très longtemps, à l’influence réciproque du psychisme sur l’organique et de
l’organique sur le psychique.
Ces différents registres de causalité représentent tous à leur
manière des moyens de « remettre du sens » dans la souffrance physique provoquée par la maladie. La raison en est peut-être précisément que notre savoir biomédical moderne, en cherchant à situer et à
expliquer le mal physique au seul niveau de l’organique, ne laisse que
peu d’espace pour une compréhension du « sens » de ce mal. Mais les
cultures locales se chargent de cette interprétation. C’est l’une des
raisons qui expliquent que l’expansion d’une médecine moderne peut
se faire, dans de nombreux pays, sans bousculer les fondements des
croyances traditionnelles en matière de santé. Le fait de reconnaître
l’efficacité de la médecine occidentale n’affecte pas forcément ces
visions traditionnelles des causes de la maladie : cette médecine se
situe sur un terrain bien différent et en partie complémentaire, celui
du traitement.
131
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
Question 44. Quelles sont les différentes manières
de repérer et de nommer la maladie dans nos cultures
respectives ?
132
Le vocabulaire de la santé et des maladies, qui est dans une large
partie du monde occidental un vocabulaire technique, biomédical,
est bien différent dans d’autres cultures que la nôtre, où il est déterminé par d’autres logiques, d’autres références, et où il utilise des
métaphores empruntées au domaine du quotidien. De même que les
causes de la maladie peuvent puiser dans des registres multiples, la
manière même de les nommer peut elle aussi se décliner sur ces différents plans :
−− elle peut faire référence directement à l’agent surnaturel responsable du mal, comme c’est le cas dans certains savoirs populaires
africains. Ainsi un terme que l’on retrouve fréquemment en Afrique
de l’Ouest pour désigner les convulsions infantiles est-il « la maladie
de l’oiseau ». « D’une culture à l’autre, note J.-P. Olivier de Sardan,
l’oiseau responsable change, le mythe varie, mais le schéma de base
semble largement commun13 ».
−− elle peut également se reposer sur les éléments les plus visibles
qu’offre un corps malade, et attribuer à la maladie un nom qui en définit ses symptômes évidents. Il en est ainsi de la « maladie qui provoque des boules » s’agissant des hernies, des tumeurs, des hémorroïdes…
Davantage que de nommer différemment les maladies, l’enjeu est
également de savoir dans quelle mesure les représentations de chacun le poussent à définir de manière différente le niveau de « gravité » de la maladie, ou même ce qui relève de la maladie et ce qui
est considéré comme normal : dans certaines cultures, note-t-on à
Médecins du Monde, « des phénomènes que la médecine occidentale
juge pathologiques ne sont pas considérés comme des symptômes. Les
vers intestinaux, que certaines populations considèrent comme des
éléments nécessaires à la digestion, en sont un exemple ». Ou elles
les banalisent : nommer en wolof sibiru (de sibir – revenir demain) le
paludisme est une manière d’en souligner le caractère banal. « La traduction des noms populaires des maladies peut être une entrée pour
comprendre les conduites, comme pour comprendre comment elles
conditionnent la durée et les délais d’accès aux soins14. »
13. Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), La Construction sociale des maladies…,
op. cit.
14. Magali Bouchon (dir.), Accès aux soins…, op. cit.
« J’ai mal aux yeux, ils vont tomber… »
Les centres d’accueil de soins et d’orientation (CASO) de Médecins du
Monde sont un lieu privilégié d’observation de la variété des formes utilisées dans différentes cultures (africaines, roms, caucasiennes…) pour exprimer (ou cacher) la maladie. Exemple de dialogue courant entre la personne
qui accueille et celle qui vient consulter : « Vous avez mal où ? » Réponse :
« J’ai mal dans mon corps ». Ou alors : « Pourquoi venez-vous consulter ? »
Réponse : « Mon cœur bat… », ou « J’ai mal aux yeux, ils vont tomber… », ou
« Ça chauffe dans le corps… ».
Enquête CASO, 2013.
Question 45. Quel lien établit-on, ici et ailleurs,
entre la maladie et le statut social du patient ?
Dans certaines cultures, la maladie est souvent perçue, nous
l’avons vu, comme la sanction d’une faute morale ou le résultat de
la rupture de liens sociaux. Elle est aussi facteur de dévalorisation,
parfois de mise à l’écart dans la communauté. Dans son étude sur les
maladies dans les zones de langue bambara, Yannick Jaffré souligne
que certaines maladies stigmatisantes « mettent en jeu l’identité des
patients. […] Si une femme enceinte est dite atteinte par la “maladie
du bonheur”, une femme stérile pourra être nommée bòrògè (animal
engraissé sans qu’il se reproduise)15 ». Les analyses de Médecins du
Monde soulignent que des maladies comme les troubles de la fécondité ou les MST (maladies sexuellement transmissibles) « engagent des
liens et bousculent les statuts sociaux […]. Dans certains pays, la prévention se heurte à ces représentations et acheter ou accepter un préservatif est synonyme de “vagabondage” sexuel ». Il est fréquent en
Afrique que les femmes aient honte vis-à-vis de leur communauté de
se rendre dans un centre de santé pour des problèmes génitaux (« on
ne sait pas s’occuper de toi ? Les femmes ici n’ont jamais eu besoin de
ça ! »). De même, l’accouchement à l’hôpital peut être tenu pour une
pratique avilissante ; on dit en Angola qu’« une femme courageuse
accouche seule et n’appelle que pour enterrer le placenta16 »…
En marge de la maladie en tant que telle, notons que les phénomènes de stigmatisation se multiplient aussi dans des pays comme
la RDC à l’égard de femmes victimes de violences sexuelles, souvent
rejetées par leurs familles pour ce qui est considéré comme une souillure culturellement inadmissible. Les équipes locales de Médecins du
15. Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), La Construction sociale des maladies…,
op. cit.
16. Magali Bouchon (dir.), Accès aux soins…, op. cit.
133
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
Monde rapportent ainsi que des femmes ayant osé dénoncer les violences domestiques et sexuelles (punies par la loi) dont elles avaient
été victimes, ont été accusées de « trahir la tradition », menacées de
mort, et finalement victimes d’ostracisme dans le village.
134
Quelle place fait-on aux morts dans les sociétés ? Quel est leur
degré de présence dans les pensées et la vie quotidienne des vivants ?
Peuvent-ils être considérés, ici ou là, comme des « interlocuteurs »,
ainsi que les nomme Patrick Baudry17, comme des « agissants » ?
Depuis une quarantaine d’années, de nombreux sociologues18 ont
pointé le caractère de plus en plus « embarrassant » de la mort pour
les sociétés occidentales : phénomène de plus en plus technique et
médicalisé qui, selon Baudry, « met à distance les proches et qui isole
le malade ; la simplification des rites funéraires (ou leur escamotage), liée à la perte de vitesse des valeurs religieuses […] provoque
une tendance à l’abandon des cimetières et à l’oubli du défunt […] :
une société qui évacue la mort, le mourant et le mort […]19 ». Selon
lui, la plupart des Occidentaux ne disposent que d’un discours assez
pauvre sur la mort, et « la réalité d’une relation aux défunts semble
effritée […] Nous savons que les gens décédés ne reviendront jamais,
qu’ils n’ont plus rien à nous dire et que nous ne pouvons plus leur
demander affection, protection ou conseil. Notre deuil n’est plus
enchanté ».
Mais nombreux sont les exemples de peuples qui intègrent et
célèbrent la mort et lui donnent une place beaucoup plus explicite,
assignant aux morts un rôle central dans la construction de la société
des vivants.
Au Mexique, la mort et les morts sont largement présents dans
l’iconographie et l’artisanat populaire ; le « Día de los Muertos »
(2 novembre) est une fête joyeuse pendant laquelle les familles
vont décorer les tombes, y apporter de multiples offrandes et parfois
pique-niquer sur place ou avaler des calaveras, têtes de mort en sucre,
objets de plaisanteries.
17. Patrick Baudry, La Place des morts : enjeux et rites, Paris, L’Harmattan, 2006.
18. Notamment Louis-Vincent Thomas, Philippe Ariès, Edgar Morin ou encore Jean Baudrillard.
19. Patrick Baudry, La Place des morts…, op. cit.
Photo: Catrina, par Chupacabras, Flickr
Question 46. Quelles sont les attitudes culturelles
à l’égard de la mort et des défunts ?
La fête des Morts au Mexique
À Madagascar, autre signe d’un rapport « décomplexé » avec la
mort, on pratique dans beaucoup de régions le famadihana, « retournement des morts », pratique qui repose sur l’idée que les morts ne
rejoignent pas le monde des ancêtres avant la destruction intégrale
du corps, qui réclame des années et de nombreuses cérémonies. Le
rituel, pratiqué au minimum tous les cinq ans, consiste à ouvrir les
tombes, à déterrer les restes mortuaires, à les envelopper dans des
nattes puis dans des linceuls neufs, à les faire circuler dans le cimetière en dansant, à les toucher, leur parler, leur faire des offrandes,
avant de les ensevelir de nouveau. Cette fête, où se mêlent la joie,
la tristesse et la tendresse, occasionne généralement de grandes
dépenses en nourriture et en boissons.
En Indonésie, dans la province du Sulawesi, le Ma’nene, un rituel
qui peut rappeler celui de Madagascar, consiste à exhumer tous les
trois ans les corps momifiés et à les habiller pour leur rendre hommage avant de les ensevelir à nouveau. Et tout comme à Madagascar,
ces rituels postfunéraires sont coûteux pour les communautés20.
D’autres cultures sont moins festives et surtout plus craintives
à l’égard des morts. Dans l’Afrique des Grands Lacs par exemple, les
morts peuvent être perçus comme des ennemis : « On les évite, on
20. « En Indonésie, deux momies sorties de leur tombe… pour être rhabillées », Le Huffington Post,
3 septembre 2012, www.huffingtonpost.fr/2012/09/03/indonesie-momie-rituel_n_1852153.
html?utm_hp_ref=france
135
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
s’écarte d’eux au plus vite ; on ne visite pas les cimetières, on ne regarde
pas du côté d’une tombe. On se refuse à rassembler dans un cimetière
les morts d’un village, de peur qu’ils ne se coalisent contre les vivants :
chaque mort est enterré à part, à côté de sa case, dans la bananeraie
familiale », nous dit Anicet Kashamura21. Si le mort est craint, c’est
bien le signe qu’il reste présent, agissant, et donc dangereux pour la
société des vivants.
De même, chez les Dogons, la mort, explique Lamine Ndiaye22,
est « le moment à partir duquel la personnalité humaine commence
à s’effondrer. Toutes [ses] parties constitutives […] se dispersent
dans l’atmosphère et se confondent au vent […]. Le défunt n’a plus
de graines ; il n’a plus d’eau ni de sang, il est éminemment “sec”, et
cette sécheresse caractérise aussi ce qui lui reste de parole. Le kikínu,
l’âme d’un défunt errant, devient incontrôlable et dangereux comme
le vent ».
pétrolière en Afrique centrale. Il s’agissait pour lui de répondre à
la question : pourquoi, à formation et à tâches égales, les employés
africains d’une même société ont-ils plus d’accidents mortels sur les
plates-formes que leurs homologues européens ? Après avoir assisté à
des séances de formation et de briefing faites par des cadres français,
le consultant s’est aperçu que, malgré l’importance du danger, les
consignes données évoquaient relativement peu le mot de « mort » et
utilisaient des périphrases que les Africains, plus habitués à regarder
la mort en face, ne comprenaient pas vraiment. D’où le manque de
précautions qu’ils prenaient ensuite.
Question 47. La mort est-elle perçue, dans nos
cultures respectives, comme une rupture, ou inscrite
dans une continuité avec la vie ?
Exemples encore de cette crainte, Louis Vincent Thomas23 nous
raconte comment en Afrique, il n’est pas rare de chasser les morts
avec des pierres (Casamance), de se moquer d’eux (Pygmées), ou
encore d’effacer toute trace signalant la présence d’une tombe (en
pays haoussa).
Si les attitudes à l’égard des morts et la mise en scène de la mort
sont donc radicalement différentes d’une culture à l’autre, la verbalisation même du terme de « mort » est déjà bien souvent source de
malentendus. En témoigne la curieuse expérience faite par un consultant en relations interculturelles, contacté par une grande société
En lien avec la question précédente se pose en quelque sorte la
question du « statut de la mort » dans les différentes sociétés. S’agitil, comme dans les cultures occidentales, d’un état radicalement différent de la vie, du résultat d’une rupture radicale, d’une séparation
absolue, d’un point de non-retour ? Y a-t-il entre les deux statuts, celui
de la vie et celui de la mort, une limite infranchissable ? Ou y a-t-il,
comme dans bien des sociétés, une forme de « continuité » entre ces
deux états ? Beaucoup d’anthropologues, à la suite de Robert Hertz,
ont souligné que « de nombreuses cultures ne voient dans la mort ni
un événement ponctuel ni le franchissement d’une ligne sans épaisseur, mais un phénomène faisant partie intégrante d’une longue évolution. […] Il y a peu de cultures en dehors de la nôtre où l’on croit
qu’un être humain est soit totalement vivant, soit totalement mort.
Dans bien des cas, on croit à l’existence d’une sorte d’état “intermédiaire”24 ».
Exemples de cette perméabilité entre vie et mort : en Indonésie, les
Sasak croient que l’âme s’évade du corps pendant le sommeil comme
elle le fait au moment de la mort. De même, en Amazonie, pour les
Matsigenka, l’âme peut sortir du corps soit en cas de maladie soit en
cas d’injection de produits hallucinogènes. Maurice Bloch remarque
que dans de telles conditions, « mourir peut être une expérience relativement familière, les frontières de la vie et de la mort n’y étant pas
toujours très nettes25 ».
Quant à la tradition hindouiste, avec la doctrine du karma et de la
réincarnation, elle affirme fortement la continuité, puisque la vie de
chacun y est déterminée par ses vies antérieures, dont il reçoit soit la
21. Anicet Kashamura, Famille, sexualité et culture. Essai sur les mœurs sexuelles et les cultures
des peuples des Grands Lacs africains, Paris, Payot, 1973.
22. Lamine Ndiaye, « Mort et altérité », art. cit.
23. Louis-Vincent Thomas, cité par Lamine Ndiaye, « Mort et altérité », art. cit.
24. Robert Hertz, « Contribution à une étude sur la représentation collective de la mort »,
L’Année sociologique, 10e année, 1905-1906, cité dans Maurice Bloch, « La mort et la conception
de la personne », Terrains, n° 20, 1993.
25. Maurice Bloch, « La mort et la conception de la personne », art. cit.
136
« Avec les morts, vous ne faites pas gaffe »
« Un étudiant africain, qui assistait avec moi au séminaire d’anthropologie de la mort dirigé par Louis Vincent Thomas […], m’a dit un jour la
crainte qu’il avait eue dans les premières semaines de son arrivée en France.
C’étaient les relations que nous avions avec les morts qui faisaient l’objet
de son inquiétude. Il comprenait mal, me disait-il, l’indifférence des passants devant les convois funéraires […]. Il considérait qu’il y avait là une
attitude d’irrespect mais aussi et plus encore marquée d’inconscience. Nous
ne manquions pas seulement à ses yeux de convenances rituelles […]. Nous
n’étions pas conscients de notre désinvolture et des dangers qu’elle nous
faisait courir […]. Avec les morts, me disait-il “vous ne faites pas gaffe”. »
Témoignage de Patrick Baudry, dans La Place des morts : enjeux et rites, L’Harmattan, 2006.
137
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
récompense soit la sanction. En Chine, le taoïsme et le confucianisme
développent également cette idée de continuité et favorisent le culte
des ancêtres et la communication avec les morts. La fête des Morts
célébrée tous les ans le 4 avril, se nomme également « fête de la clarté », car elle correspond aussi au retour du printemps, tandis que la
fête chrétienne des défunts tombe début novembre, au moment où la
nature se met en veille…
L’existence du caractère flou de la frontière vie/mort et de la phase
d’état intermédiaire par lequel passent les morts se traduit souvent
par des rituels funéraires très longs qui suivent une série d’étapes
et de cérémonies successives correspondant chacune aux différentes
étapes de la transformation du mort. Ainsi, de nombreuses pratiques
funéraires sont-elles constituées, notamment en Afrique, d’une
longue série de manifestations. Chez les Sasak la période funéraire
ne dure pas moins de… mille jours !
138
Question 48. Quels sens ont les rites
d’accompagnement de la mort ?
Au-delà des différentes manières de parler de la mort et de célébrer les morts se pose la question des perceptions différentes de la
préparation et de l’attente de la mort.
Chaque religion aborde à sa manière la nécessité de « préparer » sa
mort et d’organiser le moment particulier de son agonie. Même si les
pratiques divergent, un élément central de cette préparation à mourir
demeure souvent celui de la « mise en ordre » avant le départ.
En terre d’Islam, écrit Djénane Kareh Tager, « un bon musulman
ne peut pas s’en aller sans avoir remis de l’ordre dans sa vie […]26 ».
Dans cette mise en ordre, le rôle de l’entourage est primordial, notamment pour accompagner les derniers instants du mort par la lecture
de versets du Coran : « On ne meurt jamais seul. La tradition veut
que celui qui s’en va soit très entouré. La famille élargie, les voisins,
les amis sont tous présents pour se soutenir mutuellement et pour
dire au mourant combien sa vie fut bénéfique pour son entourage.
L’accompagnement est l’affaire de tous : les femmes se chargent du
bien-être physique du malade, les hommes le soutiennent sur le plan
spirituel et moral. »
Yannick Jaffré27 note également que, en contexte islamique africain, « la douleur et l’attente de la mort revêtent une importance
particulière. La mort subite […] est parfois considérée comme moins
26. Djénane Kareh Tager, Vivre la Mort. Voyages à travers les traditions, Éditions Oxus, 2006.
27. Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), La Construction sociale des maladies…,
op. cit.
« bonne » qu’une mort lente qui permet au contraire d’expier […] ses
fautes […] et de témoigner sa foi en Dieu ».
Dans le catholicisme, la préparation au grand passage reste
aujourd’hui un élément majeur, qui comporte un sacrement : le sacrement des malades (ce que l’on appelait naguère « l’extrême onction »).
Ce sacrement-là n’existe pas chez les protestants, qui n’ont pas à proprement parler de rites d’accompagnement des mourants.
Dans le bouddhisme, tout attachement est cause de souffrance ; les
derniers moments peuvent donc être sereins s’ils sont dénués de passions et de désirs. Des pratiques comme celles de la méditation, lors de
ces derniers moments, peuvent être considérées comme de véritables
« entraînements à mourir », grâce auxquels, selon Tager, « la personne
apprend à ne pas considérer la mort comme une ennemie ». Ici aussi,
le rôle des accompagnants est central, non pas pour manifester une
affliction, qui n’aurait pour effet que de réveiller chez le mourant ses
propres attachements, mais « pour aider le partant à puiser dans ses
propres ressources les moyens de réaliser la “bonne” mort28 ».
Prendre en compte les différences
Question 49. Comment articuler, lorsque c’est
possible, savoirs médicaux modernes et savoirs
traditionnels ?
L’idée d’articuler les différentes catégories de savoirs médicaux
suscite souvent beaucoup de méfiance. Olivier de Sardan constate,
pour le cas de l’Afrique de l’Ouest, que « les systèmes de santé nationaux, les ONG et les institutions internationales essayent non sans
d’énormes difficultés d’améliorer l’état de santé [des populations],
sans pourtant s’être trop souciés jusqu’à maintenant de disposer de
connaissances sur la façon dont les symptômes morbides étaient perçus, exprimés, et organisés par les principaux intéressés29 ».
En 2002 cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS)
publiait un document stratégique30 pour une prise en compte, prudente mais résolue, des médecines traditionnelles : pour les faire
mieux reconnaître, pour aider à les intégrer dans les autres systèmes
de santé, et même pour les protéger.
28. Djénane Kareh Tager, Vivre la Mort…, op. cit.
29. Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), La Construction sociale des maladies…,
op. cit.
30. Stratégie de l’OMS pour la médecine traditionnelle pour 2002-2005, http://apps.who.int/
medicinedocs/fr/d/Js2298f/
139
l'intelligence interculturelle
140
Les expériences d’articulation des savoirs biomédicaux et des
savoirs populaires tentent de se situer entre deux exigences parfois
contradictoires : d’une part, soigner ou prévenir en urgence (en particulier lorsqu’il y a des risques de contagion et de contamination) ;
d’autre part, prendre en compte les conséquences psychologiques,
culturelles et sociales des traitements biomédicaux et les potentialités des médecines populaires. Pour se repérer entre ces deux exigences, les ONG sanitaires opèrent généralement un tri entre trois
catégories :
−− les pratiques considérées comme dangereuses (« néfastes ») pour la
santé (absorption de produits inappropriés pendant la grossesse, lavements au piment pour « désinfecter », refus des vaccinations, etc.).
−− les pratiques traditionnelles jugées inefficaces mais inoffensives
et qu’il peut se révéler utile d’incorporer aux traitements pour que
ceux-ci soient mieux acceptés. En Haïti, les croyances populaires attribuent le choléra à la diffusion volontaire d’une poudre par les prêtres
vaudous, poudre qui ne peut être éradiquée que par une infusion
d’herbes, une « tisane ». En consentant à ce que les familles venant
avec la tisane lors des visites dans les dispensaires puissent l’administrer aux patients, les équipes de Médecins du Monde ont pu faire
mieux accepter le reste du traitement. Dans d’autres cas, cette ONG
déploie des stratégies d’acceptation du recours au surnaturel pour
compléter les autres formes de soins. À Goma, en RDC, l’équipe n’hésite pas à utiliser des « chambres de prière », et à admettre la potentialité curative du recours au spirituel.
−− les pratiques traditionnelles qui ont fait leurs preuves : plantes
médicinales, développement des énergies vitales, intervention de la
communauté autour du malade. Ainsi, dans le domaine de la santé
mentale, l’articulation des savoirs psychiatriques modernes et des
pratiques traditionnelles peut se révéler extrêmement efficace. En
témoigne l’expérience du docteur Barreto, psychiatre et professeur
de médecine sociale dans l’État du Ceara au Brésil, qui a obtenu des
résultats remarquables dans les années 1980 en associant dans une
même communauté psychiatres, médiums, prêtres et guérisseurs
dans les quartiers populaires de Fortaleza31.
Question 50. En France, quels accompagnements sont
mis en œuvre dans l’accueil de patients de cultures
différentes ?
En France, si la présence de populations d’origine étrangère dans
les établissements hospitaliers et centres d’accueil et de soins n’est
31. Jean-Pierre Boyer et Adalberto Barreto, L’Indien qui est en moi. Itinéraire d’un psychiatre
brésilien, Paris, Descartes et Cie, 1996.
la maladie et la mort pas une nouveauté, l’adaptation des approches médicales aux pratiques culturelles des patients fait aujourd’hui l’objet d’une préoccupation croissante. Elle concerne par exemple :
−− l’accompagnement de la grossesse, de l’accouchement et de la fin
de vie. Accoucher en dehors de son pays et de sa communauté d’origine
est souvent traumatisant pour les femmes issues de l’immigration ; la
césarienne et l’épisiotomie peuvent provoquer des répudiations dans
certaines cultures africaines ; les soins aux nouveau-nés sont rituellement très différents selon les cultures… On a vu par ailleurs que
les rites d’accompagnement de la mort le sont également, et que leur
intégration en milieu hospitalier pose souvent problème. Le recours
à la médiation interculturelle est alors nécessaire pour éviter de choquer par des pratiques trop peu respectueuses des cultures d’origine.
−− l’hygiène et le corps, qui posent notamment le problème du toucher, de la pudeur (éminemment culturelle) et du contact entre des
soignants et des patients de sexe différent. Beaucoup de soignants
décident de prendre acte de ces tensions, et recommandent que les
soins se fassent par une personne du même sexe, sauf en cas d’urgence médicale.
Les formations du personnel soignant ne sauraient prétendre à
introduire celui-ci à une véritable connaissance de toutes les cultures
avec lesquelles ils sont en contact. « La solution pratique, observait
le sociologue de la santé Irving Kenneth Zola, n’est pas de connaître
en détail l’infinie variété des cultures, mais d’être au courant de cette
variété et de la manière dont elles peuvent affecter les pratiques de
santé… de rendre les praticiens sensibles à l’héritage culturel des
patients, à leur propre héritage, et ce qu’il devient lorsque ces différents héritages se rencontrent32. » C’est pourquoi les formateurs
insistent aujourd’hui sur plusieurs conditions susceptibles d’aplanir
les problèmes et d’éviter les malentendus :
−− le dialogue et la communication avec les patients pour distinguer, dans leurs pratiques, le fondamental de l’accessoire, les principes à respecter et les pratiques qui peuvent être évitées ou aménagées sans choquer.
−− l’adaptation du langage et des métaphores à la sensibilité du
public multiculturel lors des réunions de formation (sur des thèmes
comme la prévention des maladies sexuellement transmissibles ou
sur la protection maternelle et infantile). Plus largement, la langue
est un facteur essentiel dans les situations de crise. Les équipes des
CASO de Médecins du Monde témoignent de l’importance cruciale
des interprètes non seulement pour aider les soignants à comprendre
32. Irving Kenneth Zola, cité dans Yannick Jaffré et Jean-Pierre Olivier de Sardan (dir.), La
Construction sociale des maladies…, op. cit.
141
l'intelligence interculturelle
les pathologies des patients (étrangers à plus de 90 %), mais aussi
pour débloquer psychologiquement les personnes concernées.
−− le recours à la médiation culturelle, lorsqu’on peut faire intervenir une personne à cheval sur deux cultures en présence. C’est le cas
par exemple de ce médecin malien qui, en milieu hospitalier français
(centre de traitement de la douleur de l’hôpital Rothschild), est appelé en renfort pour aider à traiter un patient de l’ethnie malienne khassonkée. Celui-ci joue, selon les médecins français, « un rôle essentiel
non seulement dans la traduction des énoncés médicaux mais aussi
dans sa capacité à faire exister le monde khassonké à l’intérieur même
du dispositif. Lorsqu’il nous parle de la façon dont les Khassonkés
font face aux épidémies de méningite, il rend non seulement accessible les logiques thérapeutiques qui prévalent dans ce monde, mais
surtout il nous aide à construire le cadre qui permettra au patient de
déposer son histoire singulière33 ».
142
Question 51. À l’étranger : quelles sont les marges
de manœuvre et les pratiques de négociation
socioculturelle autour de la santé ?
Il est rare que les institutions sanitaires travaillent dans des conditions faciles. Que ce soit en Afghanistan, en Afrique, en Amérique
andine, elles sont parfois très mal vues, considérées comme porteuses de préconisations et de pratiques portant atteinte aux valeurs
culturelles et sociales des populations auprès desquelles elles interviennent : planning familial, espacement des naissances, diffusion de
préservatifs, présence auprès des groupes de prostitués et de drogués,
protocoles d’ensevelissement des morts lors des crises de choléra,
etc. La légitimité des soignants venant de l’extérieur, ou de ceux qui
ont été formés par l’extérieur, est souvent mise à mal au motif qu’ils
« encouragent la prostitution et le viol », et mettent en question les
manières de faire des communautés. Les agents de santé locaux, qui
font partie des équipes soignantes pluriculturelles, sont donc souvent pris entre deux feux : marqués par leur sensibilité religieuse et
leur culture familiale, ils peuvent opposer une inertie aux politiques
à mettre en œuvre pour lesquelles ils sont rémunérés ; à l’inverse s’ils
jouent le jeu de l’équipe, ils peuvent être perçus comme traîtres aux
valeurs de leur propre société. On voit bien alors que pour les ONG et
les institutions sanitaires, la négociation est à opérer non seulement
dans les populations mais aussi au sein des équipes d’intervention.
33. Anne Margot-Duclot et Serge Bouznah, Regards croisés sur la douleur : impact d’une
intervention de médiation interculturelle dans une consultation spécialisé dans le traitement de
la douleur chronique, Journées d’étude APF Formation – Unesco – 21, 22 et 23 janvier 2004,
apfformation.blogs.apf.asso.fr/media/00/02/526706040.pdf
la maladie et la mort Les missions de Médecins du Monde expérimentent depuis plusieurs années des démarches de ce qu’elles appellent « négociation
socioculturelle », processus permettant à chaque acteur de rentrer en
interaction avec les autres afin de s’adapter à son milieu et de tenir
compte de ses contraintes. Ce type de négociation suppose à la fois
la prise en compte de la culture de l’autre et le respect d’une éthique
(choix d’un comportement dans le respect de la dignité de soi-même
et d’autrui). Ces expériences sont engagées pour tenter de résoudre
les problèmes qui se posent dans différents domaines dont nous prendrons ici deux exemples :
−− premier exemple avec les programmes de réductions des risques.
De nombreuses controverses ont lieu actuellement en Europe et dans
le reste du monde sur les méthodes de lutte contre le VIH/sida et les
maladies sexuellement transmissibles dans les groupes jugés les plus
vulnérables, notamment dans les milieux de la prostitution et chez
les usagers de drogues. L’approche dite de « réduction des risques »
consiste à préférer la responsabilisation et l’échange de savoirs à l’imposition de normes de prévention souvent mal adaptées aux publics
concernés. Cette approche implique de vaincre des résistances innombrables, mettant en avant le risque d’encourager des conduites répréhensibles ou illégales : prostitution, actes sexuels chez les mineurs,
drogue. En Tanzanie, témoigne un membre de MdM, « les acteurs de
la lutte contre le VIH réunis par le ministère de la Santé ont tout fait
pour nous convaincre de distribuer des kits de sensibilisation contre
l’usage des drogues, au lieu du kit de sensibilisation à l’échange des
seringues prévu dans le cadre du projet réduction des risques34 ». La
négociation consiste alors à jouer sur les alliances possibles avec certains leaders religieux, avec les ONG locales, les autorités publiques,
etc. La négociation passe enfin et peut-être surtout par la médiation d’anciens bénéficiaires des projets de réduction des risques (les
« éducateurs pairs »).
−− deuxième exemple avec la lutte contre les mutilations génitales
féminines, qui constituent une violation grave des droits humains, et
dont la pénalisation est incorporée dans de nombreuses législations
nationales. Le phénomène est profondément ancré dans de nombreuses cultures (et pas seulement dans les pays du Sud : on estime
à 30 000 le nombre de femmes excisées en France), et constitue un
défi difficile pour les intervenants extérieurs. Au problème de droits
humains que représente l’ablation des organes génitaux d’une femme
s’ajoute de plus un problème purement sanitaire : l’ablation est parfois effectuée, dans les pays les plus pauvres, avec des lames de rasoir
34. Note de synthèse d’un atelier international de Médecins du Monde au Kenya (Naiwasha),
2011, document interne.
143
la maladie et la mort l'intelligence interculturelle
144
rouillées et réutilisées pour plusieurs personnes. Ces pratiques sont
liées à un ensemble de facteurs très divers :
yy les croyances : en Guinée, où le taux d’excisions est considérable (95% des jeunes filles en 1996), prévaut une conviction,
largement partagée : « Si les femmes gardent le petit bout, elles
n’auront pas d’enfants vivants, car si l’enfant, en venant au
monde touche le “petit bout”, il en meurt nécessairement35. » ;
yy la fonction rituelle : au Liberia, les mutilations génitales
des petites filles donnent lieu à des fêtes rituelles auxquelles
tout le village est convié ;
yy les facteurs conjugaux : une enquête menée au Liberia a
également montré que pour plus de 80 % des personnes interrogées, l’excision est considérée par les parents comme une garantie de marier leur fille sans problèmes : réduisant le plaisir sexuel,
l’excision rassure le futur mari sur la fidélité de la jeune fille.
Connaître toutes ces données du contexte culturel, établir une
cartographie des différents acteurs et de leur positionnement par
rapport aux pratiques d’excision est un préalable essentiel à la négociation avec les autorités médicales et villageoises, avec les associations locales, avec les leaders religieux et avec les accoucheuses traditionnelles.
Négocier avec les accoucheuses traditionnelles
« Au Liberia, les accoucheuses traditionnelles (« zoes ») sont rarement scolarisées, et peuvent n’être en rien conscientes des risques pour la santé que
les excisions entraînent. Dans ces cas-là, il est parfois suffisant de montrer
les séquelles des excisions au moment de l’accouchement pour que le danger soit compris et la pratique interrompue. Sinon, des marges de négociations existent […] : formation à l’emploi d’outils moins dangereux, stériles,
non rouillés ; remplacement de l’ablation complète par une perforation symbolique préservant le côté rituel, etc.
En Guinée, les échanges avec les accoucheuses traditionnelles n’ont pas
donné les résultats escomptés. On s’est en fait vite aperçu que pour les
accoucheuses traditionnelles, la pratique des excisions est aussi une source
majeure de revenus (jusqu’à 20 dollars par opération au Liberia) et de prestige social. À la suite d’une longue négociation, les 42 accoucheuses traditionnelles de la sous-préfecture de Bangouya ont signé un contrat par lequel
elles s’engageaient à arrêter les excisions et en échange étaient intégrées au
sein de projets de développement en cours et dotées de sources de revenus
alternatifs (terres, semences, machines à coudre). »
Témoignages des équipes de Médecins du Monde recueillis à l’atelier de Naiwasha (Kenya), 2011.
35. Note Naiwasha, op. cit.
Ce dernier exemple est illustratif d’une démarche progressive et
respectueuse des logiques de chacun : ne pas partir du déni, parer au
plus pressé (sensibilisation aux risques d’utilisation d’outils rouillés)
et ne pas évacuer l’aspect rituel. Certains témoignages font ainsi état
de cas dans lesquels l’acte physique a été supprimé grâce au maintien
de l’ensemble de l’entourage rituel et festif de l’excision, où chacun,
chef de village, famille, anciens, garde un rôle.
Question 52. Comment prendre en compte la diversité
des accompagnements rituels de la mort ?
Peut-on prendre en compte des facteurs culturels et respecter la
diversité des rituels de morts, en situation d’épidémie ? Cette question est très polémique aujourd’hui au sein des acteurs du monde
sanitaire. Nous avons évoqué dans le chapitre consacré au temps les
conséquences de l’usage des body bags dans l’ensevelissement des
morts au Mozambique à la suite d’épidémies de choléra. En Haïti et
dans bien d’autres pays ayant connu des catastrophes génératrices de
ces épidémies, les pouvoirs publics et les ONG sont obligés d’enterrer
en urgence les cadavres dans des fosses communes, ce qui dépossède
les familles de leurs défunts et a de graves conséquences sur l’acceptation des politiques de santé publique. Impossible sans doute de
faire autrement dans l’urgence, mais les équipes médicales sont de
plus en plus soucieuses d’expliquer aux familles les raisons de ce traitement. Des messages de prévention sont également diffusés (sans
grand succès) dans le cadre de ce que les acteurs du monde sanitaire
appellent les « décès communautaires » intervenus à domicile (par
opposition aux « décès institutionnels » en milieu hospitalier), s’ils
interviennent en pleine épidémie. La confrontation des points de vue
dans ce domaine est très musclée : la hantise des équipes soignantes
est que les funérailles soient faites dans les règles traditionnelles,
impliquant des risques dans l’organisation des repas, le manque d’hygiène, etc. à l’inverse, la hantise des familles est le « décès institutionnel » qui les prive de leur mort…
Qu’il s’agisse des tentatives de négociation socioculturelles
concernant la santé ou la mort, les dilemmes sont multiples, les
impasses inévitables. La gestion du temps en cas d’urgences épidémiques relève de la quadrature du cercle ; l’obligation de garder une
neutralité, politique et religieuse est souvent mise à mal ; le curseur
de « l’acceptable » (dans la souffrance, dans les risques encourus par
les patients…) est toujours difficile à placer ; les professionnels locaux
des équipes soignantes multiculturelles sont pris entre les deux feux
de leur appartenance culturelle et de leur appartenance à l’institution… Une accumulation de défis, dont les équipes sont de plus en
plus conscientes à l’heure actuelle, et qui mérite une attention toute
particulière.
145
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur le rapport à la santé et à la mort
Ouvrages
››Augé (Marc) et Herzlich (Claudine), Le Sens du mal. Anthropologie, histoire,
sociologie de la maladie, Paris, Archives contemporaines, 1984
››Barreto (Adalberto) et Boyer (Jean-Pierre), L’Indien qui est en moi, Itinéraire
d’un psychiatre brésilien, Paris, Descartes et Cie, 1996
››Baudry (Patrick), La Place des morts. Enjeux et rites, Paris, L’Harmattan,
2006
››Bouchon (Magali) (dir.), Accès aux soins. Les déterminants socioculturels,
guide pratique, Paris, Médecins du Monde, 2012
››Gardou (Charles) (dir.), Le Handicap au risque des cultures. Variations anthropologiques, Toulouse, Érès, 2010
››Jaffré (Yannick) et Olivier de Sardan (Jean-Pierre), La Construction sociale
des maladies : les entités nosologiques populaires en Afrique de l’Ouest, Paris,
PUF, 1999
››Micheletti (Pierre), Humanitaire. S’adapter ou renoncer, Paris, Marabout,
2008
››Ndiaye (Lamine), « Mort et altérité. Approche socio-anthropologique
d’un phénomène indicible », Éthiopiques, n° 74, 1er semestre 2005.
››Petrillo (Giovannia) (dir.), Santé et société. La santé et la maladie comme
phénomènes sociaux, Paris, Delachaux et Niestlé, 2000
Liens
››Revue Aides soignantes, numéro spécial « Accompagner les patients de
culture différente », www.mnh.fr/telechargement/AS-TAP2010.pdf
››Site de Médecins du Monde, déterminants socioculturels : www.medecinsdumonde.org/index.php/Configurations/DSC
››Revue Humanitaire, hors série « Anthropologues et humanitaires : des
liaisons fructueuses ? » www.medecinsdumonde.org/Publications/La-revue-Humanitaire/Anthropologues-et-ONG-des-liaisons-fructueuses
››Salah Ben Amar (Mohamed), Sur le « visage de la douleur », www.stmi.
org.tn/docs/VIII%20congres/douleur/HTML/douleuretcult.htm
Deuxième partie
IDENTITÉS
ET STATUTS
Le mot identité fait partie de ces notions ambiguës, qui se parent
d’une diversité de connotations et se prêtent volontiers aux controverses. La première de ses ambiguïtés réside dans le fait que la notion
d’identité traduit deux idées bien différentes et parfois opposées :
−− d’un côté, elle décrit ce que nous avons de spécifique, ce qui
nous rend particulier, ce qui constitue notre identité propre. Un
« papier d’identité » permet ainsi à chacun de justifier ce qui le rend
unique. Dans ce sens, l’identité se rapporte à la notion « d’ipséité1 »,
c’est-à-dire la capacité d’une personne à avoir conscience d’elle-même,
et à se représenter comme restant la même à travers le temps et les
changements qui peuvent l’affecter.
−− de l’autre, elle désigne ce que nous avons en commun avec un
groupe, ce qui nous rend « identiques », similaires à certains et non
à d’autres. Cette deuxième dimension renvoie davantage à la question de l’appartenance et de l’identité collective. Or les appartenances
d’un individu sont multiples : elles ne cessent d’évoluer tout au long
de son existence, mais cohabitent aussi à chaque moment de sa vie.
Chacun de nous est une combinaison d’appartenances, dont la hiérarchie et l’importance respectives évoluent selon les âges de la vie.
L’identité propre d’un individu est alors la synthèse personnelle
qu’il fait de toutes ses appartenances2. Elle varie d’ailleurs souvent
en fonction de l’interlocuteur. Chacun met en avant telle ou telle
référence à une appartenance (religieuse, professionnelle, politique,
sexuelle…) en fonction de ce que l’autre peut et veut entendre : l’interlocuteur, en somme, influence notre définition de notre identité.
Ces premiers repères de réflexion vont nous pousser notamment
à réfléchir, dans cette partie, à la manière dont différentes sociétés
conçoivent :
−− l’orientation plus ou moins individuelle ou collective : sommesnous dans une culture du « je » ou dans une autre où le « nous »
domine ? Quelles sont les représentations de la famille, de la communauté, de la collectivité ? Comment cela influe-t-il sur les prises de
décision, sur l’idée de performance, sur le rapport aux pouvoirs ?
−− le rapport à la différence : antagonismes ou complémentarités ;
force des sentiments identitaires et rapport à l’étranger, au différent…
Autre repère de réflexion préalable : plusieurs sociologues, particulièrement Gilles Ferréol3, ont proposé une distinction entre identité « objective » et identité « subjective ». La première, que l’on pourrait aussi qualifier d’identité sociale, est ce qui permet d’identifier la
personne de l’extérieur à partir des catégories et des groupes statutaires dans lesquels on peut, à tort ou à raison, les classer, voire les
1. Notion mise en avant notamment par Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Seuil,
1990.
2. Suivant l’expression de Gilles Verbunt dans La Société interculturelle…, op. cit.
3. Article dans le Dictionnaire de sociologie, Armand Colin, 1991.
151
l'intelligence interculturelle
assigner : l’âge, le sexe, la profession, la position sociale, etc. Quant
à l’identité « subjective », hautement personnelle, elle part de l’individu lui-même, de la représentation qu’il a de lui-même : « Ce que je
pense être. »
L’identité objective, qui relève essentiellement de la sociologie et
l’identité subjective, qui est davantage affaire de psychologie, ne sont
pas des réalités disjointes. La psychologie sociale est là pour faire le
lien entre les deux et mettre en lumière les phénomènes de perméabilité entre la manière dont un individu se représente et les pressions
de l’environnement social.
Cette distinction, de même que les précédentes, nous amènera à
nous intéresser, dans cette partie, à deux autres enjeux qui sont au
cœur de bien des malentendus interculturels :
−− la question du rapport au statut social : quelles formes de structuration hiérarchique des sociétés, castes, classes, positions sociales ?
Quelle influence de l’âge, des diplômes, des savoirs dans cette hiérarchie ? Quel rapport à l’égalité ? Où place-t-on le prestige ?
−− la question du rapport au genre : quelles distinctions entre les
rôles sociaux de l’homme et de la femme ? Quels fondements culturels des discriminations sexuelles ?
Place des identités collectives, rapport à la différence, au statut
social et au genre, telles sont les quatre déclinaisons des aspects culturels de l’identité que nous proposons d’aborder dans cette partie.
Chapitre 6
L’individuel
et le collectif
« Je », « nous », « ils »
La place de l’individu vis-à-vis du groupe, l’importance respective
des logiques individuelles (« je ») et des logiques collectives (« nous »)
dans une culture, est l’un des critères centraux de beaucoup des outils
construits au cours des dernières décennies par les observateurs des
phénomènes interculturels pour mesurer la « distance culturelle »
entre pays. Ce qu’il s’agit d’appréhender, c’est le degré d’autonomie
et de solidarité d’un individu par rapport au groupe, son degré d’attachement aux valeurs communautaires, sa capacité et sa volonté de
raisonner à partir d’une perspective individuelle.
Traditionnellement, les analyses mettent en avant « l’orientation
individuelle » des populations anglo-saxonnes et européennes du Nord
(États-Unis, Grande-Bretagne, Australie, Pays-Bas…) et la tendance
plus communautaire des pays latino-américains et des cultures asiatiques (Chine, Singapour, Inde…). C’est notamment ce que relèvent,
nous le verrons plus loin, les analyses de Geert Hofstede, ou de Fons
Trompenaars. Au-delà de ces analyses, le degré supposé d’individualité ou d’adhérence au collectif d’une société peut être l’objet de tous
les clichés : face à l’archaïsme supposé de la logique collective, l’individualisme serait la source du développement d’une société. Pourtant, le
danger est aujourd’hui d’opposer d’un côté une logique communautaire
s’appuyant sur des valeurs d’harmonie et de réciprocité mais contraignante pour la liberté, l’innovation et le développement économique ; et
de l’autre, une logique individuelle se fondant sur la liberté, la capacité
d’innovation de l’individu et permettant le développement. Les limites
d’une telle analyse apparaissent clairement lorsque l’on observe le succès des économies émergentes asiatiques, fortement marquées par des
valeurs et des formes d’identités collectives, ou lorsque l’on constate la
multiplication de nouvelles formes de solidarités communautaires dans
l’une des sociétés en apparence les plus individualistes : les États-Unis.
Dans ce chapitre, nous nous intéresserons à la manière dont la
culture de chacun peut influencer l’équilibre entre :
−− une orientation individuelle : comme propension à raisonner de
manière autonome et à se penser, en tant qu’individu, au cœur des
stratégies des organisations et de la construction de la société ;
−− une orientation collective comme propension à en référer au
groupe pour toutes les décisions de la vie sociale et à se penser comme
élément indissociable d’un ensemble dont on dépend étroitement.
Interroger les représentations et les pratiques
Question 53. Cultures du « je » et cultures
du « nous » : nos interlocuteurs sont-ils orientés
vers l’individuel ou vers le collectif ?
Distinguer les sociétés suivant les cultures du « je » ou celles du
« nous » est évidemment un peu schématique, mais aide à prendre
157
l'intelligence interculturelle
158
l’individuel et le collectif
conscience de bien des différences de comportement. Dans nombre
de cultures non occidentales, le « je » a si peu de sens qu’un individu peut, dans certaines situations, avoir du mal à parler en son nom
propre sans référence à son groupe d’origine. Certains exemples sont
caricaturaux. Fanny Duthil4, une chercheuse française, nous rapporte
les impasses dans lesquelles elle s’est trouvée en essayant de rassembler des histoires de vies de femmes aborigènes en Australie : des trésors de patience et de diplomatie ont été nécessaires pour recueillir
une parole personnelle, tout simplement parce que ces femmes refusaient obstinément d’utiliser le « je » dans les interviews.
De manière moins lointaine, on retrouve en partie la même réserve
sur le « je » dans certaines cultures arabo-musulmanes. Le mot « je » y
existe, mais le prononcer peut avoir, pour certains, quelque chose d’inconvenant. « Utiliser ce pronom personnel, remarque Hesna Cailliau,
c’est se méjuger devant les siens. Si un Arabe entend par inadvertance
quelqu’un le dire, il le reprendra aussitôt par la formule usuelle de
délivrance : “Que Dieu nous préserve du mot ‘je’, sous-entendu ‘Il n’y
a que le démon pour le prétendre’. Dire ‘je’, c’est se précipiter dans le
chaudron de Satan.”5 »
Comment construit-on ce « je » ? Pour les Français que nous
sommes, « je » se construit d’abord dans la distance qui nous sépare
de l’autre. Comme le pense Emmanuel Levinas6, c’est en considérant
ce qui nous rend différent de l’autre que nous faisons l’expérience de
notre propre identité.
Cette vision est loin d’être universelle. Comme l’a montré un psychanalyste américain, Alan Roland7, les catégories freudiennes, qui
privilégient le « moi » individuel, peuvent difficilement correspondre
à la réalité culturelle de l’Inde et du Japon, pays dans lesquels le
« moi » est avant tout un moi familial (au sens de la famille étendue)
et un moi « spirituel ».
En Inde, explique N. Jayaram8, les cartes d’identité ne sont pas
courantes ; un certain nombre de « marqueurs d’identité » sont donc
nécessaires pour être repéré par les autres, comme le tatouage, le
vêtement, le turban, la barbe ou la moustache. Chacun est, par son
nom de famille lui-même (avec les préfixes et les suffixes qui lui sont
attachés), repérable comme étant avant tout élément d’un « nous »,
d’une caste ou d’une sous-caste, d’une profession attachée à la caste,
etc. Jawaharlal Nehru, un des pères de l’Inde indépendante en 1947,
déclarait ainsi : « C’est le groupe qui importe, l’individu n’occupe
qu’une place secondaire. » Dans la tradition hindoue, note pour sa part
Martine Laffon9, « l’individu n’est pas le centre de l’univers, mais il a
une place assignée dans l’ordre cosmique comme tout ce qui existe. À
la question “qui êtes-vous ?” la réponse d’un individu ne peut dès lors
qu’être collective. Et c’est avant tout en termes collectifs que l’individu doit en Inde négocier son identité du fait du très grand nombre de
groupes existants et de la hiérarchie qui s’est établie entre eux ».
En Chine enfin, c’est avant tout dans la relation à l’autre (et non
dans ce qui m’en sépare) que mon identité se dessine. Un parallèle
intéressant : la langue chinoise se construit elle-même par association
des idées, alors que les langues occidentales construisent le sens par
différenciation. Il n’y a pas une telle rupture entre le sujet et le monde
qui l’entoure. Le schéma de pensée est moins tourné vers la recherche
de la certitude d’exister en tant qu’entité propre que vers le souci d’agir
dans le monde et en harmonie avec le monde. Dans L’Écriture subjective : devenir « je », Jin Siyan décrit même un « je » chinois qui « glisse,
flou, fluide, voire évanescent dans un jeu de codes multiples10 ».
Cette distinction entre l’Asie et l’Occident est illustrée dans une
célèbre étude, menée par Michael Bond au milieu des années 1980
auprès d’étudiants de 23 pays : le Chinese Value Survey11. Michael
Bond, a proposé à un public international estudiantin de se positionner par rapport aux valeurs qui leur semblaient les plus fondamentales, en matière de gestion de la différence et de la diversité. De fait,
les étudiants de différents pays asiatiques, traditionnellement plus
attachés au collectif, ont effectivement privilégié des valeurs marquant le pouvoir du groupe auquel appartient l’individu, comme la
piété filiale ou le patriotisme.
Les différences culturelles entre une orientation plus individuelle
et plus collective des sociétés ont été largement scrutées, modélisées,
et même mesurées par de nombreux auteurs, et notamment Geert
Hofstede et Fons Trompenaars. Pour Hofstede, « l’individualisme se
rapporte aux sociétés dans lesquelles les liens entre les individus sont
lâches, dans lesquelles tout individu est censé s’occuper de lui-même
et de sa famille proche. Au contraire, le collectivisme se rapporte aux
sociétés dans lesquelles chaque individu est, dès sa naissance, intégré
dans un endogroupe fort et cohésif qui, tout au long de sa vie, le protège
en échange d’une loyauté sans faille12 ». L’indice d’individualisme de
Hofstede a été calculé à partir de la réponse, dans son étude auprès des
employés d’IBM dans différents pays du monde, portant notamment
4. Fanny Duthil, Histoire de femmes aborigènes, Paris, PUF, 2006.
5. Hesna Cailliau, L’Esprit des religions…, op. cit.
6. Emmanuel Levinas, Le Temps et l’autre, Paris, PUF, nouv. éd. à paraître en 2014.
7. Alan Roland, In Search of Self in India and Japan: Toward a Cross-Cultural Psychology,
Princeton, Princeton University Press, 1988.
8. N. Jayaram, L’Identité, Paris, La Découverte, 2004.
9. Dans une note interne d’analyse de la collection « Les mots du monde ».
10. Jin Siyan, L’Écriture subjective dans la littérature chinoise contemporaine. Devenir je, Paris,
Maisonneuve & Larose, 2005.
11. Michael H. Bond, « The Chinese culture connection… », art. cit.
12. Geert Hofstede, Gert Jan Hofstede et Michael Minkov, Cultures et organisations. Nos
programmations mentales, Pearson Éducation France, 2010.
159
l’individuel et le collectif
l'intelligence interculturelle
sur leur emploi idéal et les objectifs professionnels les plus importants à leurs yeux. Ainsi, les employés les plus portés sur l’individuel
(que l’on trouve dans les filiales des pays anglo-saxons ou d’Europe du
Nord) souhaitent avoir du temps pour eux, une forte marge de liberté
dans leur travail, des défis individuels à relever. Les employés les plus
portés sur le collectif (dans les filiales africaines, asiatiques ou latino-américaines) insistent quant à eux sur la reconnaissance de leurs
talents par l’organisation dans laquelle ils travaillent.
Valeurs de l’indice d’individualisme
pour quelques pays ou régions
Une étude a été demandée à Hofstede par l’entreprise IBM pour mieux
connaître et comprendre les motivations et les valeurs du personnel de ses
filiales internationales. Elle a été faite auprès de plus de 100 000 employés
dans 53 pays entre 1967 et 1969.
Extrait des résultats
160
États-Unis 91
Australie 90
Grande-Bretagne 89
Canada 80
France 71
Allemagne 67
Afrique du Sud 65
Russie 39
Brésil 38
Chine 20
Afrique de l’Ouest 20
Indonésie 14
Colombie 13
Guatemala 6
Indice calculé sur une échelle de 1 à 100.
Question 54. Quelles sources religieuses et
philosophiques expliquent la plus ou moins grande
orientation individuelle des sociétés ?
Les religions abordent de manières très différentes, les unes et les
autres, la place de l’individu dans un ordre qui le dépasse, la relation
plus ou moins individuelle qu’il entretient avec son Dieu, etc. La plupart des analyses attribuent ainsi une influence déterminante au facteur religieux sur l’orientation individuelle ou collective d’une société.
Premier clivage souvent repéré : celui qui sépare catholicisme
et protestantisme, dans la relation de chacun à son dieu. Pour
Trompenaars, la « relation » à Dieu, dans le catholicisme, se ferait
surtout à travers la communauté des fidèles, tandis que les protestants (en particulier les calvinistes) auraient développé une relation
plus individuelle et personnelle à leur Dieu en passant « des contrats
ou des pactes avec Dieu et entre eux, au titre desquels ils étaient
personnellement responsables ». Ceci corroborerait les résultats des
enquêtes de Trompenaars, selon lesquelles les cultures catholiques
latines sont bien moins individualistes que les cultures protestantes
occidentales (notamment la Grande-Bretagne, l’Europe du Nord, ou
l’Amérique du Nord). L’explication est séduisante, mais elle se heurte
à l’importance croissante de l’individuel dans le catholicisme, traduit
notamment par la présence très forte, dans les catéchismes catholiques des xixe et xxe siècles, de l’idée d’une responsabilité et d’une
culpabilité individuelles.
Davantage que dans les « religions du Livre », l’ego est plus ou
moins l’ennemi dans les religions ou spiritualités nées en Asie, l’hindouisme et le bouddhisme en particulier. Il doit décroître pour que
l’on puisse atteindre la plénitude, ce qui invite à adopter des comportements plus collectifs. Cet ego, d’ailleurs, y est considéré comme une
illusion, puisqu’il ne produit que du passager et de l’éphémère. La
culture japonaise illustre bien cette représentation ; Etsuo Yoneyama
souligne l’importance du principe de « non-affirmation de soi dans la
mentalité des Japonais […]. Le mot individu n’est pas utilisé dans la
culture japonaise, et ceci a favorisé le renforcement du sentiment de
l’appartenance au groupe13 ».
Dans les régions marquées par la conception pyramidale du confucianisme, l’individu est d’abord défini par son statut de « membre »,
assigné à sa « juste place » dans la société. Il constitue un élément
d’un tout, inséparable d’autres éléments, notent Bernard Fernandez
et Zheng Lihua, « contrairement aux sociétés occidentales où l’individu est d’abord défini comme un être biologique indépendant des
autres êtres biologiques. Dans la culture chinoise, chaque individu
trouve sa place dans le réseau qu’il forme avec une autre personne ou
avec les autres. Sa place a un statut : il est fils par rapport à ses parents,
mari par rapport à sa femme, père par rapport à ses enfants, et ainsi
de suite. Chaque statut a ses devoirs. Les statuts s’accumulent et les
devoirs s’additionnent. L’individu dépend d’autrui pour réaliser sa
valeur sociale, car celle-ci est définie par le groupe et non pas par luimême. Son image est contrôlée par l’opinion du groupe14 ».
Une fois encore, ces sources religieuses et morales sont en perpétuelle évolution et réadaptation, et les frontières entre cultures à
orientation individuelle et à orientation collective ont plutôt tendance
à s’estomper. Le cas des pays concernés par le Printemps arabe est intéressant à cet égard. Les pays arabes sont en effet traditionnellement
caractérisés par une orientation forte vers le collectif et la prééminence du groupe sur l’individu. Mais Benjamin Stora montre en quoi
13. Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
14. Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
161
l'intelligence interculturelle
la période de rupture qui s’est produite autour de ce Printemps arabe
a accéléré un phénomène « d’individualisation dans la contestation, la
critique, ou la conduite de la vie quotidienne ». Il estime ainsi que l’on
assiste dans le monde arabe à la naissance de l’individu, « de celui qui
peut exister indépendamment de l’État, mais aussi de la famille ou de
la communauté. Même la pratique religieuse d’aujourd’hui peut être
interprétée comme l’expression d’une croyance personnelle, individuelle, et non plus comme le simple respect de la tradition communautaire. La relation de soi à la pratique religieuse n’est pas imposée par
héritage familial, mais par conviction personnelle15 ».
Est-ce à dire que l’évolution des sociétés va dans le sens unique de
l’individualisation ? Les pages qui suivent nous montreront que cela
n’est pas toujours le cas.
Question 55. Quels sont les rapports à la famille,
à la communauté ?
162
Une traduction concrète de l’orientation individuelle ou collective des sociétés se retrouve dans la diversité des modèles familiaux
et des rapports à la communauté. Nous proposons quatre indices pour
aborder cette question :
−− le premier est celui de la taille de la famille dans les différentes
sociétés (famille nucléaire réduite aux parents et aux enfants versus famille élargie aux grands-parents, oncles, tantes, cousins, etc.).
Les pays occidentaux ont, de fait, tendance à se retrouver davantage
sur un modèle de famille nucléaire, contrairement notamment au
modèle familial africain ou asiatique. Un repère non dénué d’intérêt
pour l’observer est l’importance du nombre de maisons de retraite
dans un pays donné.
Faire cohabiter les générations
« Dans les campagnes chinoises, il est courant que trois générations vivent
dans la même maison. Les plus âgés ne sauraient être mis en maison de
retraite. Ils ont leur importance dans l’éducation de leurs petits-enfants, et
c’est la responsabilité des enfants que de s’occuper de leurs parents âgés.
[…] Les Chinois ont en effet une culture qui donne plus d’importance à la
famille et la communauté qu’à l’individu. […] Un mot de la langue chinoise
est très important pour nous : le guanxi (la relation). Dans la société, la relation est souvent plus importante que les compétences. »
l’individuel et le collectif
−− le deuxième indice est celui du poids plus ou moins central de
la famille dans les comportements économiques et sociaux de chacun.
Cette emprise de la famille sur les actions individuelles est un autre
témoin fort des cultures davantage orientées vers le collectif. Il en va
ainsi de la société mexicaine, observée notamment par Luis Cisneros
et Émilie Genin : « La famille d’une personne est prioritaire sur son
travail ou sur n’importe quel autre aspect de la vie. […] Un reproche
souvent adressé aux employés mexicains est qu’ils sont peu mobiles,
car ils préfèrent rester auprès de leur famille. […] Il n’est pas rare
qu’un Mexicain refuse un emploi plus rémunérateur pour ne pas
s’éloigner de sa famille16. » Et multiples sont les témoignages de ce
type que nous avons pu recueillir ailleurs, en Chine, en Asie du SudEst, par exemple, ou au Maroc.
−− le troisième indice a trait au poids de l’autorité familiale sur les
comportements individuels, révélatrice plus largement de la dépendance de l’individu aux normes définies par son groupe d’appartenance. En Chine par exemple, la conception traditionnelle de la
famille et du rôle du père, « chef de famille » (l’expression date du
ve siècle avant J.-C., littéralement « seigneur de famille »), demeure
un facteur explicatif de bien des comportements. Bernard Fernandez
et Zheng Lihua montrent en quoi le système familial et de parenté est, dans ce pays, un mode de repérage social, moyen de mesurer
l’importance des relations sociales issues de la parenté et pouvant
s’étendre à la région, au pays et même au monde à travers la diaspora :
« Véritable trame invisible pour l’étranger, ces réseaux familiaux et
sociaux fonctionnent sur le principe d’une cohésion forte. Système
patrilinéaire dont la figure marquante est le pater familias, la communauté familiale chinoise s’enracine dans une appartenance à la lignée
paternelle, l’adoption des ancêtres du mari (pour l’épouse) et l’installation dans la maison familiale paternelle17. » La politique de l’enfant
unique, lancée en 1979 pour limiter la croissance démographique a,
certes, introduit des modifications dans le modèle, mais ne semble
pas avoir fait exploser le poids de cette autorité familiale. « Souvent
qualifié d’enfant roi, cet enfant-là a grandi néanmoins dans un univers familial élargi (les tantes, les oncles, les grands-parents) et a fait
l’apprentissage de l’obéissance, de la retenue, de la soumission aux
codes et aux rites, et du respect face à la hiérarchie18. »
Témoignage d’un élève-ingénieur chinois, École des ponts et chaussées, 2013.
15. Benjamin Stora, « L’an I des “Révolutions arabes” ou la naissance de l’individu », Le
Huffington Post, 23 janvier 2012.
16. Luis Cisneros et Émilie Génin, « Voyage au cœur de la dualité », in E. Davel, J.-P. Dupuis et
J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
17. Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
18. Ibid.
163
l’individuel et le collectif
l'intelligence interculturelle
164
« On ne peut rien refuser à sa mère. Jamais. »
Vous avez dit « Communauté » ?
« Entre Maghrébins, nous nous retrouvons sur la conception de la famille,
qui existait déjà bien avant la naissance de l’islam. Nous restons attachés
à la famille jusqu’à notre mort, et particulièrement à notre mère. Plus nous
vieillissons, plus nous lui marquons de respect et essayons de lui rendre
un peu de ce qu’elle n’a cessé de nous donner. On ne peut rien refuser à sa
mère. Jamais. »
« En Corée, deux de mes amis [coréens] se sont retrouvés en porte-à-faux
avec leur père – qui reste l’autorité centrale de la famille. L’un protestait
contre l’ingérence perpétuelle de la famille dans ses affaires personnelles,
en particulier sentimentales ; l’autre s’insurgeait contre l’attitude du père
concernant les tâches ménagères, au domicile parental et lorsqu’il rendait
visite à ses filles. Ces deux amis ont cherché du soutien dans le groupe de
leurs collègues de travail. Dans les deux cas, ils n’ont récolté que de l’incompréhension et de la désapprobation : il s’agissait de la famille, de la volonté
du père, et donc il fallait renoncer à ces divergences pour préserver l’unité
familiale qui était la plus importante. »
En 2010, Médecins du Monde a réuni des soignants, des travailleurs sociaux,
des « éducateurs pairs » de différents pays d’Asie, d’Afrique, d’Europe et
d’Amérique latine*, pour tenter de mieux comprendre ce que chacun met
aujourd’hui derrière le terme « communauté » en s’attachant notamment à
sa traduction dans les langues locales. On a pu y constater que les traductions sous forme de périphrases comme celles de la langue papoue (tout le
monde, les clans, les tribus, toutes les personnes habitant sur un territoire)
sont très différentes de celles, plus restrictives du cộng đồng vietnamien
(ceux qui ont la même « situation »), ou du malgache fokonolona (ceux de
la même ethnie). Mais les conceptions de la communauté peuvent aussi
être d’ordre avant tout spatial (occupants d’un même territoire, conception
courante en Asie), linguistique ou encore lié aux modes de vie (par exemple
chez les Touaregs pour qui l’espace est nettement plus extensible). Elles
peuvent également être d’ordre plus fonctionnel, la communauté étant définie à partir de ce qu’elle permet : comme lieu de solidarité, de partage du
travail, de délimitation du leadership, d’exercice d’une religion, etc.
Dans le travail social, l’observation des différentes représentations de la
notion de communauté peut mettre à jour un fossé entre la réalité et les
constructions mentales des intervenants extérieurs qui fantasment des
communautés qui de fait n’existent pas. La conséquence de cette création
de « communautés imaginées » (danger souvent repéré notamment par les
équipes de Médecins du Monde) est que ceux que l’on souhaite ériger en
leaders de communauté pour les besoins de la cause (usagers de drogue,
séropositifs, prostituées, etc.) n’ont nullement envie d’être catalogués
comme membres de ces communautés, qui n’en sont pas, mais qui sont
définies comme telles dans le langage courant de plusieurs ONG.
Témoignages d’étudiants tunisiens et français, École des ponts et chaussées, 2013 et Sciences
Po, 2009.
−− enfin, le dernier indice concerne le rapport à la communauté,
et la façon dont on définit celle-ci. Au sens large, la sociologie définit
la communauté comme « un groupe étendu de personnes unies par
des liens de sociabilité assez étroits, une sous-culture commune et
le sentiment d’appartenir à un même groupe19. » Derrière cette définition formelle, on peut constater cependant que, d’une culture à
l’autre, l’acception du terme « communauté » peut largement varier,
comme en témoignent les observations faites sur ce point par l’ONG
Médecins du Monde au sein de ses propres effectifs concernés par les
politiques dites de « santé communautaire ».
19. J.-F. Dortier (dir.), Dictionnaire…, op. cit.
* Rencontre de Dhulikel (Népal) : voir l’article de M. Sauquet sur www.medecinsdumonde.org/index.php/
Configurations/DSC/Publications et le guide MdM Travailler avec les communautés, 2012.
Question 56. à quels « groupes de référence »
les individus s’identifient-ils ?
Les communautés de référence d’un individu sont forcément
diverses (la famille, la religion, l’entreprise, la région, etc.), mais plus ou
moins dominantes les unes par rapport aux autres selon les pays et les
cultures. On a bien souvent en tête quelques exemples : pour beaucoup
de Japonais, la référence à la communauté de l’entreprise est particulièrement centrale ; dans les pays arabo-musulmans, la référence à la communauté religieuse (l’umma, communauté des croyants) est essentielle ;
la référence à la communauté familiale est particulièrement forte dans
les pays latins, etc. Mais au-delà de ces images générales, il est utile de
se poser quelques questions sur la nature de cette « adhérence » à une
communauté et sur le type d’identité collective qui en découle :
−− la référence à une ou plusieurs communautés découle-t-elle
d’une sorte de « solidarité mécanique », relativement « subie », dont
165
l’individuel et le collectif
l'intelligence interculturelle
166
la personne n’ose pas s’écarter, et qui prédomine sur l’identité individuelle ? L’individu est-il sous l’emprise d’une communauté, estime-til l’être, l’assume-t-il ? Ou bien, au contraire, cette référence découlet-elle d’un engagement volontaire dans le collectif, d’un choix libre
de se rapprocher de lui ? Contribue-t-il à constituer sa communauté,
à la faire évoluer ?
−− dans quelle mesure les différentes communautés de référence d’un individu se superposent-elles ou, au contraire, se contredisent-elles ? La plus ou moins grande cohérence entre les différentes
communautés de référence d’un individu a tendance, en réalité, à
donner un premier indicateur de son niveau d’ouverture à la différence et à l’altérité. Comme l’ont montré les auteurs d’un ouvrage
coordonné par Bruno Ollivier20, la conscience forte qu’a un individu
d’être membre d’une communauté et de définir ses actions en fonction de cette dernière peut être accompagnée d’une idée d’opposition et d’exclusion vis-à-vis de la catégorie des non-membres.
Notons que par leur mode de vie, par choix ou par réaction, les
individus opèrent souvent leur propre combinatoire entre des références identitaires et communautaires diverses et changeantes. Il
est intéressant par exemple de voir comment, dans les territoires
de diversité en France – nous l’avons observé en Seine-Saint-Denis
– beaucoup de jeunes ont chez eux, à l’intérieur de leur famille, une
attitude de soumission à la tradition de leurs parents et de la terre
d’origine de leur famille (langage, observance religieuse, tenue, rapport aux anciens), mais changent complètement d’attitude lorsqu’ils
sont immergés dans un milieu professionnel ou même dans leur cité.
Question 57. Quelle est l’influence du rapport
individuel/collectif sur les modes de représentation
et de prise de décision ?
Le rapport à l’individuel/collectif influe directement sur la façon
de représenter un groupe et de penser le processus de prise de décision vis-à-vis de celui-ci. Il a des impacts tout autant sur ces modes de
prise de décision au sein des organisations (entreprise, association,
etc.), que dans la sphère publique.
Prise de décision au sein des organisations
Se pose d’abord la question toute simple du nombre de personnes
nécessaires pour représenter un groupe. S’opposent en effet souvent
la vision anglo-saxonne du représentant unique comme modèle
20. Bruno Ollivier (dir.), Les Identités collectives à l’heure de la mondialisation, coll. « Les
essentiels d’Hermès », CNRS Éditions, 2009.
d’efficacité, et des modes de représentation plus collectifs existant
notamment en Asie (Singapour, Japon, etc.) où l’on considère que
représenter seul son organisation peut affaiblir la crédibilité même
du représentant. Au-delà du nombre même de représentants, les
orientations plus collectives mettront aussi souvent en avant l’importance d’une logique de représentation tournante, et la nécessité
d’une diversité de représentants en fonction de leurs compétences et
des contextes de dialogue.
Se pose ensuite la question du niveau d’autonomie du représentant
vis-à-vis du groupe qu’il représente : en cas de demande imprévue, dans
quelle mesure est-il nécessaire de retourner vers le groupe pour le
consulter ? L’exemple japonais en offre une illustration, avec le concept
du nemawashi, terme presque intraduisible, qui désigne un processus
informel de gestion progressive et collective d’un changement important, en lien avec toutes les personnes concernées et dans le but d’obtenir leur adhésion. Cette volonté d’impliquer l’ensemble du groupe
dans la décision a des conséquences sur les temps de négociation. Les
Japonais, explique Edward T. Hall, ont comparé ce processus à une
aiguille qui suit le sillon d’un disque : « Le disque est une métaphore
[qui] évoque le processus et les transactions qui doivent être accomplis dans tous les secteurs et à tous les niveaux d’une organisation. Le
centre du disque, où l’aiguille s’immobilise, symbolise le fait que le
nemawashi a atteint son niveau le plus élevé. […] Le nemawashi est terminé quand il est terminé, et pas avant21. » Perte de temps, pourra dire
un Occidental ; gain de temps estime un Japonais, car dans ces conditions les décisions, partagées par chacun, sont exécutées plus vite.
Les cadres d’entreprises ou d’ONG occidentales ayant à mener des
discussions avec leurs partenaires africains ou asiatiques ont en effet
souvent tendance à accélérer le temps de la négociation et à vouloir la
concentrer sur un moment défini, comme si leurs interlocuteurs et eux,
en tant qu’individus responsables et dotés d’un statut décisionnel dans
leur structure, étaient seuls maîtres du temps nécessaire à la prise de
décision. Or ces interlocuteurs ne considèrent que rarement le temps
comme une propriété individuelle. Dans les échanges avec des leaders
paysans ou des autorités coutumières africaines, les Européens sont
souvent confrontés à des demandes de délais supplémentaires, précisément pour que puisse advenir le temps de la décision collective.
Prise de décision dans la sphère publique
Au-delà du cercle de l’entreprise, l’orientation vers l’individuel
ou le collectif des différentes sociétés n’est pas sans conséquence
sur les processus de prise de décisions publiques, et les modes de
21. Edward T. Hall, La Dimension cachée…, op. cit.
167
l’individuel et le collectif
l'intelligence interculturelle
168
gouvernance de chaque pays. Le cas de l’Afrique de l’Ouest est intéressant en ce sens. La citoyenneté individuelle et la voix individuelle
et autonome du citoyen comme fondement de la prise de décision
publique peuvent avoir peu de sens dans une région où le groupe,
la communauté villageoise et l’ethnie figurent parmi les fondements majeurs de la société, comme nous le signale l’ancien ministre
malien Ousmane Sy22. Selon lui, s’il demeure un outil indispensable
de la construction démocratique, le « vote », avec son corollaire « un
homme, une voix », reste aussi avant tout centré sur l’individu et peut
de ce fait rencontrer des difficultés par rapport à la tradition africaine
du consensus et son orientation forte vers le collectif.
Pour autant, dire que l’approche occidentale des élections se
révèle difficile à mettre en place dans des sociétés africaines, andines
ou centre-asiatiques, ne veut pas dire que ces sociétés sont antidémocratiques. Amartya Sen, réfléchissant dans La Démocratie des autres
aux racines non occidentales de la démocratie23, met ainsi en lumière
l’existence d’une forme de démocratie délibérative hors de l’Occident, illustrée par la tradition de la palabre et de la culture politique
qu’elle incarne. C’est ce que nous raconte aussi à sa manière Nelson
Mandela, dans son autobiographie, lorsqu’il témoigne en quoi sa
conception du leadership fut influencée par le déroulement des réunions tribales auxquelles il avait pu assister dans sa jeunesse au sein
de la société thembu : « Tous ceux qui voulaient parler le faisaient.
C’était la démocratie sous sa forme la plus pure. Il pouvait y avoir des
différences hiérarchiques entre ceux qui parlaient, mais chacun était
écouté, chef et sujet, guerrier et sorcier, boutiquier et agriculteur,
propriétaire et ouvrier. Les gens parlaient sans être interrompus et
les réunions duraient des heures […] jusqu’à ce qu’on soit arrivé à une
sorte de consensus. Elles ne pouvaient se terminer qu’avec l’unanimité ou pas du tout. […] La règle de majorité était une notion étrangère.
Une minorité ne devait pas être écrasée par une majorité24. »
La question qui se pose, bien sûr, est la transposition possible de
ce type de culture démocratique de la délibération et du consensus en
dehors du niveau local dans lequel chacun se connaît et se reconnaît.
Question 58. Comment l’orientation vers l’individuel
ou le collectif influe-t-elle sur l’idée de performance
ou d’échec individuel ?
L’orientation individuelle d’une société ou d’une organisation
influe directement sur la possibilité de mesurer les performances
22. Auteur du livre Reconstruire l’Afrique. Vers une nouvelle gouvernance fondée sur les
dynamiques locales, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2009.
23. Amartya Sen, La Démocratie des autres, Paris, Éditions Payot et Rivages, 2005.
24. Nelson Mandela, Un long chemin vers la liberté, Paris, Fayard, 1995.
individuelles et celle de les récompenser ou de les sanctionner individuellement. Évaluations et récompenses individuelles sont largement présentes dans les pratiques managériales d’une diversité de
pays occidentaux, notamment anglo-saxons, mais se heurtent ailleurs
à bien des incompréhensions.
L’évaluation individuelle implique en effet que chaque tâche
puisse être prise isolément, et que l’action de chacun puisse se distinguer du reste du groupe. Elle implique également une mise en avant
de l’action individuelle par rapport au groupe. C’est cette mise en
avant individuelle qui peut être mise en cause et mal considérée dans
des cultures d’orientation plus collective.
À l’inverse, face à l’idée de sanction individuelle en cas de faute,
s’oppose l’idée d’une prise en charge par le groupe de l’erreur de l’individu sans sanctions spécifiques autres que la honte individuelle
de la personne vis-à-vis du groupe qui la protège. Orientation individuelle ou collective qui change ainsi largement la manière dont la
personne va gérer une erreur, une transgression, ou une mauvaise
performance : dans une culture plus « individualiste », la personne
sera avant tout marquée par une culpabilité personnelle et une perte
de respect de soi-même ; dans une société plus attachée au collectif, le
sentiment dominant serait davantage la honte vis-à-vis du groupe. La
faute devient alors plus « extérieure » à soi, et elle est comprise avant
tout dans le rapport aux autres.
Prendre en compte les différences
Question 59. Comment prendre en compte les logiques
collectives dans la prise de décision en entreprise ?
Comment résoudre la tension entre d’un côté des cultures et des
pratiques managériales dans lesquelles le leader est investi individuellement du pouvoir de décision, et de l’autre les cultures (Japon,
Afrique occidentale…) dans lesquelles il y a nécessité de partage permanent de la décision (même si, par ailleurs, certaines de ces sociétés sont très hiérarchisées) ? Dans le premier cas, on ne comprend
pas qu’une décision ne puisse être prise rapidement dans la négociation, dans le deuxième on résiste à la précipitation et on prend tout le
temps nécessaire à l’implication de toutes les parties prenantes.
Davantage qu’un compromis, l’expérience montre que le dénouement des négociations lorsque ces deux approches sont en présence, est
le plus souvent une question de rapport de force. Une entreprise française désireuse d’investir en Asie, et qui n’est pas en situation de force
face à ses interlocuteurs sera prête, pour arracher un marché, à « avaler la couleuvre » de temps de négociation très longs et de nombreux
169
l’individuel et le collectif
l'intelligence interculturelle
allers-retours (comme l’illustre le cas des centres Leclerc dans l’encadré
ci-dessous). Ceci étant, les négociateurs asiatiques, souvent conscients
de ces décalages de pratiques, peuvent également utiliser ces différences comme des alibis culturels pour retarder la négociation et obtenir, à un moment qu’ils choisissent, le meilleur compromis.
Opposition de styles français et chinois
lors d’une négociation dans la grande distribution
170
« Lorsque nous avons décidé, avec les centres É. Leclerc, d’investir le marché asiatique à la recherche de nouveaux fournisseurs […], la principale
difficulté [lors des négociations] a été de comprendre qui était en face de
nous, le rôle et la fonction de nos interlocuteurs. Ceux-ci changeaient assez
souvent, écoutaient beaucoup mais parlaient peu. Ils avaient tous des titres
importants, si bien qu’il était difficile de connaître réellement leurs liens hiérarchiques et leur influence exacte dans l’organisation. On avait néanmoins
l’impression que le nombre élevé des personnes autour de nous n’était pas
le fruit du hasard, qu’ils communiquaient entre eux, attendaient un signal de
l’un ou de l’autre. […] Du coup il n’était pas toujours évident de se concentrer, d’essayer de savoir qui réellement convaincre, qui était le véritable décideur. […] On se rendit compte que le temps ne jouait pas de la même façon
pour eux et pour nous. Nous étions venus pour contracter, et si possible au
moindre coût et dans des délais raisonnables. Ils trouvaient normal qu’on
fasse différents allers-retours, avant de coopérer réellement. […] à titre de
comparaison, les négociations que nous avons menées avec ces fabricants
nous ont pris en moyenne deux à trois fois plus de temps que celles pratiquées avec des partenaires européens… »
Un cadre impliqué dans les négociations entre les centres Leclerc et des partenaires chinois.
Extrait d’Olivier Meier, Management interculturel. Stratégie, organisation, performance, Paris,
Dunod, 2010.
Question 60. Comment faire des logiques collectives
locales un moteur des actions de développement ?
On a beaucoup parlé et écrit sur l’importance de la valeur de la
solidarité et des logiques d’actions collectives dans certains pays en
développement. Qu’il nous suffise de rappeler, pour le seul Brésil, les
pratiques de mutirão de construction collective de l’habitat, que la
belle formule brésilienne résume : Quanto mais formos, mais eu sou
(« Plus nous sommes, plus je suis »). De fait, ce recours aux potentialités de l’attachement au collectif se révèle de plus en plus un
moteur d’efficacité reconnu dans les actions de développement. L’un
des exemples les plus probants est le développement, non seulement
à l’étranger mais aussi auprès des populations les plus précaires en
France, de la logique de la « caution solidaire ».
La logique de « caution solidaire »
Le principe de la « caution solidaire » est simple : au sein un groupe d’emprunteurs (qui se sont choisis librement), tous sont responsables du bon
remboursement de chacun. En cas de mauvais remboursement de l’un des
membres, un nouveau prêt sera refusé pour tous les membres du groupe,
qu’ils aient ou non remboursé correctement leur propre emprunt.
La caution solidaire s’appuie ainsi sur le principe d’une responsabilité collective des emprunteurs. Elle repose généralement sur des liens existants (de
parenté, de voisinage, etc.) et vise souvent à institutionnaliser des pratiques
anciennes de solidarité (tontines, groupes d’entraide, etc.)
L’un des principaux promoteurs de cette pratique est la Grameen Bank au
Bangladesh qui développe, depuis près de trente ans, une activité de microcrédit auprès de populations pauvres ne pouvant offrir de garanties matérielles.
Si l’idée d’une responsabilité collective est précieuse, elle est aussi très fragile : la multiplication des systèmes de cautions solidaires et leur instrumentalisation par de nombreuses institutions financières a provoqué une diminution de la prise en compte des liens de solidarité existants permettant de
garantir l’engagement réciproque des membres.
171
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur le rapport à l’individuel et au collectif
Ouvrages
››Al-Azmeh (Aziz), Wang (Bin), Hollinger (David), Jarayam (N.), Mamdani (Mahmood) et Renault (Emmanuel), L’Identité, La Découverte et autres
(éditeurs d’Afrique du Sud, Chine, États-Unis, Inde, Liban, Maroc), 2004
››Fernandez (Bernard), Identité nomade, Paris, Economica, 2002
›› Hofstede (Geert et Gert Jan) et Minkov (Michael), Cultures et organisations.
Nos programmations mentales, Pearson Éducation, France, 2010
››Maalouf (Amin), Les Identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998
››Ollivier (Bruno), Les Identités collectives à l’heure de la mondialisation, Les
essentiels d’Hermès, CNRS Éditions, 2009
››Plourde (Simone), Levinas, Altérité et responsabilité, guide de lecture, Paris,
Éditions du Cerf, 1996
››Ricoeur (Paul), Soi-même comme un autre, Paris, Seuil, 1990
››Roland (Alan), In Search of Self in India and Japan: Toward a Cross-Cultural
Psychology, Princeton, Princeton University Press, 1988
››Sen (Amartya), La Démocratie des autres, Paris, Éditions Payot et Rivages,
2005
››Trompenaars (Fons) et Hampden-Turner (Charles), L’Entreprise multiculturelle, Paris, Maxima, 2004
Liens
››Urfalino (Philippe), « La décision par consensus apparent. Nature et propriétés », http://ress.revues.org/86?lang=en#ftn1
››Guide Travailler avec les communautés (Médecins du Monde) : www.medecinsdumonde.org/Publications/Guides-a-l-usage-des-professionnels-del-humanitaire/Travailler-avec-les-communautes
Chapitre 7
L’étrange étranger
Le rapport à la différence
Une des questions centrales relatives aux identités concerne le
rapport à la différence, et plus précisément la manière de considérer
« l’étranger », qu’il soit venu d’ailleurs ou qu’il constitue une minorité dans notre propre pays. Comment les individus et les groupes
sociaux perçoivent-ils ce qui constitue une « différence » et le caractère plus ou moins discriminant de cette dernière ? Comment s’accommodent-ils ou souffrent-ils de leur position minoritaire ?
Avec la mondialisation et le développement des nouveaux outils
de communication, la question du rapport avec l’autre, différent,
est de plus en plus présente dans le quotidien de la plupart des habitants de la planète. En trois générations, observe Dominique Wolton,
« l’espace de la représentation du monde et d’autrui a radicalement
changé et s’est élargi au village global. L’autre est partout et s’impose.
La question de la cohabitation devient donc centrale. Cohabiter avec
quelqu’un qui nous ressemble, c’est déjà complexe […]. Comment vaisje accepter de cohabiter avec celui qui ne me ressemble pas, à qui je
n’ai rien à dire et réciproquement ? Comment faire pour ne pas être
confronté au paradoxe fou qui ferait de l’information et de la communication non pas un facteur de rapprochement mais un facteur d’incompréhension, d’hostilité et finalement de guerre1 ? ».
Ces incompréhensions et cette hostilité concernent en particulier
deux des types de différences que nous évoquerons dans ce chapitre :
les différences d’origine (diversité ethnique) et les différences religieuses, deux éléments qui interrogent en profondeur sur la capacité de chaque culture et de chaque communauté à gérer la diversité,
et font apparaître des différences de traitement significatives (politiques multiculturalistes versus politiques d’assimilation en particulier).
Notons que la question de la diversité liée à l’origine des groupes
humains présents dans un pays génère souvent un certain trouble
sémantique : « étrangers », « personnes issues de l’immigration »,
« minorités ethniques » ou encore « minorités raciales », personne
n’est vraiment d’accord sur l’éthiquement respectueux et le politiquement correct en la matière. Mais d’un pays à l’autre, la préférence pour les mots est différente. Les Anglo-Saxons, Américains et
Anglais n’hésitent pas à parler de « race » et de cohabitation « multiraciale », termes largement mis en cause dans la langue française.
Celle-ci conserve en revanche volontiers le terme « ethnies », qui a
le mérite, note Éric Dupin, « de mettre l’accent sur les différences
culturelles qui sont autrement plus importantes que les différences
biologiques2 ».
1. Dominique Wolton, McLuhan ne répond plus. Communiquer c’est cohabiter, Paris, Éditions de
l’Aube, 2009.
2. Éric Dupin, L’Hystérie identitaire, Paris, Le Cherche Midi, 2004.
177
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
Contextualiser
Question 61. Quelles formes et quelle visibilité
du sentiment raciste peut-on rencontrer dans nos
sociétés respectives ?
178
Le racisme – à la fois comme idéologie et posture, sentiment xénophobe ou répugnance à admettre la diversité au sein de son propre
espace territorial – est un phénomène assez universel, lié à trois tendances communes à chaque être humain : la peur, le besoin de catégorisation des autres (les caractéristiques physiques apparaissant
comme un outil de catégorisation des plus visibles) et le besoin d’estime de soi : selon Henri Tajfel3, se démarquer d’un autre groupe et le
discréditer est bien une manière de s’autovaloriser.
Cependant, le racisme connaît aujourd’hui des mutations significatives, qui peuvent différer d’un pays à l’autre. Ainsi Michel
Wieviorka met-il en évidence plusieurs formes de racisme que nous
pouvons rencontrer à l’étranger chez nos interlocuteurs ou au sein
même de nos sociétés :
−− une forme de racisme construite sur un discours affirmant les
inégalités biologiques (postulat de l’existence de races humaines et
du fait que certaines d’entre elles seraient intrinsèquement supérieures à d’autres) ;
−− des formes plus latentes de racisme telles que le racisme culturel, appelé souvent « néo-racisme » ou « ethno-différencialisme ».
Ce type de racisme met en avant la nécessité de ne pas mélanger les
cultures, de protéger leur cloisonnement. Il ne faut donc qu’un pas de
côté pour assumer la supériorité de certaines cultures. Ce « racisme
sans races » se focalise sur les différences culturelles et non sur l’hérédité biologique ; c’est ainsi la notion « d’immigré » qui se substitue
souvent à celle de race. Michel Wieviorka nous donne l’exemple du
discours néo-raciste à l’œuvre dans les États-Unis des années 1980,
présentant les Noirs américains comme « incapables de s’adapter aux
valeurs de la société américaine du fait de leur différence culturelle,
qui serait irréductible4 ». Ce type de racisme n’a donc plus recours
à des arguments biologiques, mais s’ancre dans des représentations
purement culturelles.
Plutôt que de racisme, il est en réalité souvent question de formes
de fermeture de l’identité nationale. Au Japon par exemple, le phénomène le plus fréquent pour un étranger sera non pas le manque
3. Henri Tajfel, « Classification and quantitative judgement », British Journal of Psychology, n° 53,
1963.
4. Michel Wieviorka, La Différence, op. cit.
de respect ou la mise en cause de sa race, mais avant tout l’impossibilité d’intégrer ou même d’approcher l’identité collective japonaise.
Notons que dans ce pays certains bars, cérémonies, lieux particuliers
sont interdits aux étrangers.
Question 62. Dans quelle mesure la diversité
religieuse est-elle reconnue dans nos sociétés
respectives ?
Pour comprendre dans quelle mesure les différents pays sont
ouverts à la diversité des systèmes de croyance et d’appartenances
religieuses (ou font au contraire de la religion un levier de discrimination), il est utile de se demander quelle place officielle est attribuée
aux religions et quelle est la vision de la laïcité dans le pays. Sommesnous dans un régime de religion d’État, dans un régime de séparation des sphères, dans un régime de laïcité, et que met-on derrière ces
principes ?
Les pays à religion d’État auxquels on pense le plus spontanément sont ceux dans lesquels, pour reprendre l’expression d’Abderrahim Lamchichi, la religion est « un projet politique et social total
qui englobe la spiritualité individuelle, l’identité collective et la religion d’État5 ». C’est le cas, selon cet auteur, de pays tels que l’Arabie
saoudite, le Soudan, le Pakistan ou l’Iran. Dans ces derniers, la vie
au quotidien, le travail, les relations sociales sont indissociables de
la religion (à l’image de ce que fut la vie en terre chrétienne pendant
les grandes périodes de la théocratie en Europe), et le droit coranique
prime sur toute autre forme de droit.
C’est cette place particulière du droit religieux qui distingue fondamentalement les États officiellement islamiques des relativement
nombreux États européens ou latino-américains ayant une religion
officielle protestante, orthodoxe ou catholique (Danemark, Finlande,
Grèce, Angleterre, Argentine, etc.) inscrite dans leur constitution.
À l’inverse, plusieurs pays ont fait de la laïcité un principe constitutionnel : la France bien entendu depuis 1946 (première inscription
constitutionnelle sanctionnant le principe plus ancien de séparation de l’Église et de l’État en 1905) ; mais aussi la Turquie, l’Inde, le
Mexique, la Bolivie et bien d’autres…
5. Abderrahim Lamchichi, La Religion, entre unité et diversité, Auxerre, Éditions Sciences
humaines, 2005.
179
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
Religion d’État ou régime de la séparation
des Églises et de l’État - quelques exemples
Religion d’État ou religion officielle
180
Islam sunnite Arabie saoudite, Soudan, Pakistan, Bangladesh, Algérie, Mauritanie, Maroc…
Islam chiite
Iran
Église luthérienne
Danemark, Finlande
Islande
Église anglicane
Angleterre
Église presbytérienne
écosse
Église orthodoxe
Grèce
Église catholique
Argentine, Costa Rica,
Salvador, micro-États
européens (Vatican,
Monaco, etc.)
Bouddhisme
Bhoutan, Thaïlande
Cambodge
Hindouisme
Népal (jusqu’en 2006)
Laïcité, laïcités
Séparation Églises/
État
France
1946
Turquie
1937
Inde
1950
Le mot laïcité est loin d’exister dans toutes les langues. Plusieurs d’entre
elles le traduisent par « sécularisme », ce que précisément la laïcité n’est
pas : secularism en anglais, Säkularismus en allemand, секуляризм en russe,
szekularizmus en hongrois… Ces traductions trahissent en effet la confusion
fréquente entre laïcité (un cadre juridique permettant à chacun de croire ou
de ne pas croire, interdisant qu’une religion domine les autres, et garantissant la liberté du culte, et donc par nature respectueuse du fait religieux*)
et sécularisation, qui, dans la langue française, suppose la disparition du religieux de l’espace public.
À l’inverse, l’exemple des États-Unis montre à quel point les frontières
sont mouvantes dans ce domaine : il s’agit d’un pays vivant officiellement
sous le régime de la laïcité depuis 1791, mais il s’agit d’une forme de « laïcité fondée sur la Bible », suivant l’expression de Pierre-Antoine Bernheim :
les présidents prêtent serment sur la Bible, « In God We Trust » est inscrit
sur les billets de banque, et le religieux prédomine dans la représentation
du pouvoir au plus haut niveau. Une enquête d’opinion** révélait au début
des années 2000 que dans une élection présidentielle seulement 49 % des
Américains seraient prêts à voter pour un candidat athée contre 59 % pour
un candidat homosexuel et 90 % pour un juif ou un Afro-Américain…
* Voir à ce sujet Jean Baubérot, La Laïcité falsifiée, Paris, La Découverte, 2012.
Mexique
1873
Bolivie
2009
Australie
1901
Israël
1948
Japon
1946
** www.ppkaltenbach.org/news/la-separation-etat-eglises-aux-usa
Religion d’État, religion officielle, laïcité, sécularisation, chacune
de ces approches de la place de la religion témoigne d’une vision bien
différente de la gestion de la diversité religieuse, dont les conséquences dans la vie quotidienne sont largement visibles :
−− faire d’une religion l’élément structurant de la vie publique peut
notamment amener à affirmer la primauté du droit religieux sur les
autres formes de droit, et à poser des contraintes communes importantes sur les pratiques individuelles ;
−− valoriser la diversité des religions dans l’espace public aboutit
à une ouverture à la diversité des pratiques et des obligations religieuses : liberté des codes vestimentaires, etc. ;
−− faire disparaître la religion de l’espace public pousse notamment vers l’interdiction ou non du port de signes ostensibles dans
l’espace public, dans les entreprises, etc.
Interroger les représentations et les pratiques
Quelles sont les sources des représentations de la différence et
des visions de l’étranger dans nos cultures respectives ? Si les religions peuvent être interrogées sur ce point, ce sont surtout la tradition, l’histoire, les cultures philosophiques et politiques qui peuvent
181
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
expliquer des approches diverses, parfois contradictoires de ce rapport à la diversité et la différence.
Question 63. Quelle est l’influence du sentiment
identitaire sur l’ouverture à la différence ?
182
Jan Berting6 fait le lien entre la nature des sentiments d’appartenance et l’ouverture à la différence :
−− dans les sociétés où dominent, selon lui, des identités collectives « faibles et ouvertes », les individus ont bien conscience des différences entre leur communauté et les autres, mais sans que ces différences (réelles ou imaginaires) aient un poids dominant dans leurs
rapports avec les autres ;
−− dans les sociétés où dominent des identités collectives « fortes
et fermées », les individus ont tendance à estimer que leur communauté entoure et domine (écrase, même) toutes les autres différences :
« Plus l’identité est forte […], plus elle est fermée aux autres valeurs,
au relativisme et au pluralisme des modes de vie, plus elle est ethnocentrique et chargée de préjugés concernant l’Autre. » Ce dernier type
de comportement renvoie, à son extrême, au caractère excluant du
fondamentalisme contemporain, « refuge d’une identité forte et fermée dans laquelle le monde extérieur est diabolisé et indiqué comme
la source de toutes les corruptions et de tous les complots ».
Ce lien entre niveau d’appartenance et niveau d’ouverture à l’autre
trouve une illustration intéressante dans l’univers japonais7. Le Japon
distingue nettement les types de relations entre celles qui relèvent
de « l’intérieur » ou de « l’extérieur », du « dedans » ou du « dehors »,
notions déterminantes dans la conception japonaise de l’identité8.
Ainsi plusieurs espaces de relations s’emboîtent-ils comme des poupées russes : l’espace de l’individu, puis celui de la famille, puis celui
de l’intérieur (Uchi), et de l’extérieur (Soto), et enfin le domaine de
l’Autre (Tanin) :
6. Jan Berting, « Identités collectives et images de l’Autre : les pièges de la pensée collectiviste »,
in Bruno Ollivier (dir.), Les Identités collectives…, op. cit.
7. Voir Jean Bel, L’Espace dans la société urbaine japonaise, Publications orientalistes de France,
1980, cité par T. Paquot, L’Espace public…, op. cit.
8. Andrew A. Adams, Kiyoshi Murata, et Yohko Orito, « The Japanese sense of information
privacy », Journal AI & Society, vol. 24, n° 9, octobre 2009.
Uchi regroupe ce qui appartient à la « maison » – dans son sens
plus ou moins étendu : la maison, l’entreprise, le Japon tout entier –
en opposition à Soto qui représente ce qui est extérieur à la maison
– le reste du monde, l’autre, l’étranger. L’espace de l’Uchi n’existe pas
seulement de manière physique, il s’agit en fait d’une sphère au sein
de laquelle les personnes en relation sont proches, et perdent dans
une certaine mesure leur individualité : elles se fondent dans l’Uchi.
La relation entre Uchi et Soto peut se définir par quelques oppositions
du type intérieur/extérieur, national/international, caché/révélé,
familier/non familier, privé/public, etc.
Question 64. Accueillir l’étranger : existe-t-il des
sources religieuses dans la plus ou moins grande
ouverture à l’autre ?
La figure de l’étranger et la question de l’accueil de l’étranger
sont des thèmes récurrents des textes religieux. Or la lecture de ces
textes ne révèle pas de décalages considérables dans la manière dont
les différentes religions et spiritualités considèrent la question, et
témoigne d’une posture commune assez ouverte face à l’étranger.
Dans les trois religions du Livre9, les textes fondateurs font
constamment référence à l’étranger, dans une perspective essentiellement d’ouverture et d’accueil : l’Ancien Testament ne cesse de
rappeler au peuple juif son passé de déracinement (« Tu ne molesteras pas l’étranger ni ne l’opprimeras, car vous avez été vous-mêmes
étrangers au pays d’Égypte10 »), et de décrire des situations d’errance,
d’exil, évoquant notamment la situation d’Abraham, toujours étranger en terre nouvelle. Le Nouveau Testament lui aussi insiste en
permanence sur ce point : les étrangers de l’Évangile ont une place
privilégiée, non seulement ceux des peuples voisins (la Samaritaine
du puits, le Bon Samaritain, la Cananéenne, etc.) mais aussi les envahisseurs (le centurion par exemple, dont le fils est sauvé par la foi
de son père). Plus encore, de l’accueil de l’étranger dépend le salut
du croyant (« J’étais étranger et vous ne m’avez pas accueilli11 »). Le
Coran n’est pas en reste : il prône le devoir d’hospitalité à l’égard des
étrangers comme un héritage d’Abraham, qui accueillit royalement
chez lui des hôtes étrangers dont il ignorait qu’ils étaient des envoyés
divins, et comme signes véritables de l’amour de Dieu.
Bien qu’elle soit moins centrale dans les spiritualités asiatiques, la
sollicitude à l’égard de l’étranger est également présente, notamment
dans la sagesse bouddhiste – « Autour du feu, il n’y a plus ni hôte, ni
9. Judaïsme, christianisme, islam.
10. Exode 22, 21.
11. Matthieu 35, 31-46.
183
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
invité » – et dans l’hindouisme : « Tu fais des prières à ton Dieu, quand
un homme frappe à ta porte, si tu l’ignores, ta prière est une impiété
[…]. Tu fermes ta maison à l’hôte inattendu et tu offres un repas rituel
à ton Dieu ! Si tu distingues entre l’hôte et ton Dieu, ta liturgie : du
crachat12. »
En Afrique, l’accueil de l’étranger, l’hospitalité peuvent trouver
aussi leur source dans le sentiment religieux ; comme l’écrit Thierry
Verhelst13, « l’étranger est, dans les cultures bantoues, un envoyé. Son
message pourrait venir de l’au-delà et apporter une information nouvelle et importante. C’est pourquoi il sera accueilli avec un mélange
de curiosité, de vénération, et de crainte ».
Difficile donc d’établir une corrélation entre les fondamentaux
des différentes religions ou spiritualités et le degré d’ouverture et
d’accueil de l’étranger. Si le facteur religieux intervient, c’est bien
plutôt du fait de ses déformations – intégrismes, fondamentalismes –
qui sont elles-mêmes le plus souvent la résultante d’évolutions historiques, politiques, économiques, sur lesquelles, il est important de
s’interroger.
184
Question 65. Considérer l’étranger : quelle est
l’influence de l’héritage historique et du métissage
sur l’ouverture à la diversité ?
Qu’est-ce que la mémoire collective a retenu ici ou là des conditions d’apparition des « étrangers » ? L’étranger apparaît-il d’abord
comme un ami, un guerrier, un envahisseur, un colonisateur ? Les premiers étrangers apparus dans le pays étaient-il des commerçants, des
missionnaires, étaient-ils appuyés par des forces armées ? La figure de
l’étranger est-elle liée d’abord à l’idée d’ingérence, ou de conquête, ou
d’aide, ou d’apport culturel ?
L’histoire des migrations est un élément explicatif fort du plus
ou moins grand degré d’ouverture à l’étranger et à la différence.
Mouvements d’immigration choisie ou forcée ? Migrations de travail
ou migrations de contrainte (réfugiés) ? Flux migratoires de longue
ou de courte durée ? Pour des pays de peuplements externes successifs comme les États-Unis, le Canada, l’Australie, le Brésil, ou l’Argentine, cette histoire est essentielle à connaître car elle détermine l’ouverture à la diversité et s’incarne dans les modes de gestion des organisations : influences sur les méthodes de travail, poids des diasporas
dans les hiérarchies professionnelles, etc. Les managers australiens
ont ainsi été les premiers à formuler, dès les années 1990, les gains de
12. Toukârâm, Psaumes du pèlerin, Paris, Gallimard, 1956.
13. Thierry Verhelst, Des racines pour l’avenir. Cultures et spiritualités dans un monde en feu,
Paris, L’Harmattan, 2008.
productivité qu’ils pouvaient tirer de la composition très diversifiée
(indienne, indonésienne, européenne, aborigène…) de leur personnel14 à condition de permettre à chacun de valoriser les talents de sa
culture d’origine.
Liée aux flux migratoires, l’intensité des métissages est une autre
source de plus ou moins grande propension à l’ouverture. Dans le
cas du Brésil, où les alliances ont été nombreuses entre Portugais,
Africains, Italiens, Allemands, Syriens et Libanais, l’empreinte historique du métissage est un facteur explicatif, selon Eduardo Davel,
d’une grande souplesse et de certaines manières d’être des Brésiliens :
le malandragem et le jeitinho, deux variantes du « système D » français, manière de répondre à des situations professionnelles et sociales
inattendues, mais aussi et surtout manière de refus du formalisme
social. Ils lient cette culture du métissage avec la « logique anthropophage » selon laquelle les gestionnaires brésiliens agissent et
prennent des décisions au quotidien. « L’anthropophagie renvoie à
l’appropriation sans pudeur des idées et des concepts étrangers, mais
en les apprêtant avec de nouveaux sens, établis en fonction des couleurs et des valeurs locales. […] Le fait d’absorber l’influence de l’autre
ne représente pas une menace pour la constitution de l’identité brésilienne. Bien au contraire : c’est une façon de la renforcer15. »
Le cas du Japon peut être rapproché de celui du Brésil, même
si l’influence de l’héritage historique est davantage de l’ordre du
mimétisme que de celui du métissage. Les Japonais ont fait preuve,
au cours de leur histoire, d’une capacité d’assimilation étonnamment rapide d’éléments multiples importés de civilisations étrangères : européennes dans le cas de l’ère Meiji à partir de 1868, étatsuniennes après la Seconde Guerre mondiale. « Le mimétisme n’est
pas très bien vu chez les Occidentaux, remarque Etsuo Yoneyama. Ils
ont un blocage psychologique en ce qui concerne le fait de mimer un
mode de vie étranger. Les Japonais n’ont pas ce genre de blocage […].
Ils se procurent le mode de vie occidental par mimétisme, puis ils le
transforment en le japonisant. […] Quand les Japonais introduisent
une technologie états-unienne, ils essayent de l’imiter le plus fidèlement possible, mais après l’avoir assimilée une fois, ils l’adaptent
au modèle japonais et l’améliorent16. » Une propension à l’ouverture
que l’on retrouve aussi dans l’ouverture aux autres religions, chez ces
Japonais qui, nous dit aussi Yoneyama, « imaginent difficilement que
les hommes puissent s’entretuer à cause de la différence religieuse ».
14. Voir à ce sujet Bill Cope et Mary Kalantzis, Productive Diversity. A New Australian Model for
Work and Management, Sydney, Pluto Press, 1997.
15. E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
16. Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
185
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
186
Enfin, l’importance historique des échanges culturels (ou à l’inverse du protectionnisme culturel) du pays vers l’extérieur est également à prendre en compte pour appréhender le degré d’ouverture à la
diversité. Un exemple de questionnement est révélateur : à partir de
quelle époque ont commencé les flux de traduction d’œuvres étrangères ? Cette question du flux des traductions est particulièrement
illustrative de l’impact historique des rapports de force internationaux : une cinquantaine de langues seulement (sur plusieurs milliers
dans le monde) font l’objet de traductions ; et comme on ne le sait pas
toujours, le déséquilibre est abyssal entre la proportion considérable
de livres traduits de l’anglais vers d’autres langues comme le français,
l’espagnol, l’allemand ou le tchèque et celle, étonnamment réduite,
de livres traduits vers l’anglais.
Ces différentes sources historiques vont largement contribuer à
déterminer dans quelle mesure le pays aura tendance à rejeter, à intégrer ou à assimiler l’étranger ; c’est-à-dire à déterminer les réflexes de
gestion de la diversité. Ainsi selon Thierry Verhelst, dans nombre de
sociétés traditionnelles, on ne peut durablement rester étranger ; ces
sociétés « se méfient de ce qui est différent parce que la différence est
vécue comme un obstacle à la sécurité et à l’harmonie. [Or] le besoin
d’harmonie peut conduire à une tendance fusionnelle régressive et
devenir étouffant17 », notamment lorsqu’elle génère la peur. Comme
l’explique Henry Panthuis18 à propos du génocide au Rwanda en 1994,
on a pu assister à « une projection phobique, crainte panique, obsession schizophrénique d’être pollués, dominés par des envahisseurs
étrangers ou supposés tels. ».
Prendre en compte les différences
Question 66. Quelles sont les stratégies publiques de
gestion de la diversité ethnique ? Lois antiracistes et
politiques de discrimination positive
Dans la plupart des pays occidentaux, les comportements discriminatoires liés à l’origine ethnique des personnes sont punis par la
loi de manière plus ou moins lourde, mais avec des politiques très
différentes dans leur mise en œuvre. Comme l’observe Michel
Wieviorka19, « tous les pays démocratiques disposent d’un arsenal
permettant un traitement législatif, réglementaire et judiciaire du
17. Thierry Verhelst, Des racines pour l’avenir…, op. cit.
18. Henry Panhuys, La Fin de l’occidentalisation du monde ? De l’unique au multiple, Paris,
L’Harmattan, 2004.
19. Michel Wieviorka, Le Racisme, une introduction, Paris, La Découverte, 2008.
racisme […]. Au-delà, l’action des pouvoirs publics passe par d’éventuels (efforts) pour prendre le problème à bras-le-corps et en réduire
l’impact et la progression, ou bien en jouant sur ses sources, ou bien
en en corrigeant les effets de façon volontariste ». Wieviorka observe
que ces politiques diffèrent considérablement d’un pays à l’autre. Il
oppose en particulier le modèle français d’intégration, « hostile à la
reconnaissance, dans l’espace public, des différences culturelles, ethniques ou raciales » au système américain, qu’il estime plus ouvert
aux différences culturelles et qui met en place des « equal opportunity
policies » (politiques d’égalités des chances) et des mesures d’« affirmative action » (discrimination positive).
La « discrimination positive » est une politique de traitement différencié et préférentiel destiné à corriger les inégalités et les discriminations frappant des groupes minoritaires ou brimés de la société, en leur réservant par exemple des places dans les institutions
publiques, dans les instances politiques, dans les médias, dans les
logements, etc. La genèse de cette notion – et de cette pratique – peut
être recherchée notamment dans les États-Unis des années 1960 à travers la promulgation des lois en faveur de l’égalité raciale. Il s’agissait
alors d’améliorer la représentation des Hispaniques, des Indiens, et
surtout des Noirs américains dans les postes de responsabilité, dans
les universités, dans les médias… L’idée de discrimination positive est
également née en Inde, avec la Constitution de 1949 qui institue le
système des « emplois réservés » (reservations), quotas de postes en
faveur de la caste des intouchables (dalits), des « autres castes arriérées » (« other backwards castes ») et des populations autochtones
qui échappent au système des castes (scheduled tribes). En Afrique
du Sud, aussitôt aboli l’apartheid, une politique d’« embauche équitable » a été mise en place, principalement en faveur des Noirs. Au
Brésil enfin, des « quotas raciaux » ont été ouverts depuis 2002 dans
certaines universités, et où l’idée a fait son chemin dans d’autres secteurs pour « réparer » les discriminations sociales dont les Noirs brésiliens font l’objet. Ce n’est que tout récemment que la Cour suprême
brésilienne et le Sénat ont donné leur accord à cette politique.
À noter que ces politiques ne font pas l’unanimité ; certains y
voient la seule manière d’en finir avec l’inégalité qui frappe les minorités marginalisées. D’autres au contraire leur reprochent de stigmatiser, de fait, certaines populations en leur accordant des droits spéciaux et en les « donnant à voir » davantage encore.
Dans cet esprit de vives polémiques ont cours également au sujet
des « statistiques ethniques » qui sont d’ores et déjà pratiquées en
Grande-Bretagne, aux États-Unis, au Brésil, aux Pays-Bas… Beaucoup
souhaiteraient les voir mises en place en France pour lutter contre
les inégalités et mieux gérer la diversité. D’autres, craignant ici
encore un renforcement des stigmatisations, estiment que cette
pratique se heurte à d’innombrables problèmes philosophiques et
187
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
techniques : qu’est-ce qu’une ethnie ? Comment le concept résiste-t-il
aux phénomènes de métissage ? Comment mesurer le degré d’« ethnicité » des personnes, etc. ? Quand on voit qu’au Brésil, le Sénat a adopté en 2012 certains principes autorisant la discrimination positive en
croisant des critères sociaux et des critères de couleur de peau et que
l’on considère la représentation même des Brésiliens de cette notion
de couleur (voir encadré), on comprend la difficulté de l’exercice.
Couleurs de peau vues du Brésil : 136 catégories…
188
Une enquête de l’Institut national brésilien de statistiques, certes ancienne
(1986), dit très bien le rapport complexe des Brésiliens avec la couleur
de peau. Elle demandait à chaque destinataire du questionnaire d’indiquer « quelle peau il avait ». Le succès fut immédiat, et provoqua un étonnant casse-tête. Les Brésiliens se reconnaissaient dans rien de moins que
136 catégories de coloration allant du blanc au noir.
Pour la couleur blanche, les ménages se sont décrits selon une douzaine de
taxinomies, de bem branca (bien blanche) à branca suja (blanc sale), en passant par branca queimada (blanc brûlé), branca avermelahada (blanc rougi)
ou branquiça (blanc essentiel). La peau jaune révèle quatre entrées. Trois
pour la peau rose. Certaines peaux sont roxas (violettes), verdes (vertes),
palidas (pâles), trigos (blés) ou morenas bem chegadam (brunes bien arrivées). Pour désigner une peau noire ou métisse, les nuances sont quasi infinies : cor de cafe (couleur de café), tostada (grillée), bugrezinha (un peu bien
foncée), meio preta (moitié noire), parda escura (gris sombre), queimada de
praia (brûlé de plage), comme si l’identité raciale était un attribut social passager et relatif, « un objet de négociation ».
D’après Lilia Moritz Schwarcz, Le Monde, 13 septembre 2012.
Question 67. Comment prendre en compte
administrations françaises ont plutôt une attitude stricte face aux
pressions et aux contraintes d’ordre religieux : pas d’exceptions motivées par la religion pour les tenues vestimentaires, les fêtes religieuses, l’alimentation, etc.
De leur côté, les DRH des entreprises privées hésitent de plus en
plus entre trois attitudes :
−− adopter une posture de déni de principe des demandes d’ordre
religieux, par crainte de nuire à la cohérence et à l’unité d’ensemble,
et d’aller dans le sens du communautarisme ;
−− laisser « le terrain » régler les problèmes au cas par cas, trouvant des solutions pragmatiques par le dialogue avec le personnel ;
−− inscrire dans les règlements intérieurs des dispositions répondant aux demandes d’aménagement liées à la religion. Certaines
grandes entreprises prennent par exemple en compte assez facilement la période du ramadan et les règles alimentaires, les cantines
y proposant une variété de plats où chacun peut se retrouver. Chez
Renault ou PSA, des salles de prière ont été installées depuis longtemps, et des aménagements pour temps de prière ont été acceptés.
La question des signes religieux ostentatoires se révèle en revanche
beaucoup plus difficile à régler.
Les syndicats quant à eux, s’en tiennent à la législation concernant
les discriminations : l’appartenance, vraie ou supposée à une religion
déterminée en France fait partie des 19 critères de discrimination
définis par le Défenseur des droits20.
Par ailleurs, ce dernier organisme, autorité française instituée en
2011 et regroupant diverses institutions, dont la Haute autorité de
lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE) rappelle
(voir encadré page suivante) que la liberté religieuse est limitée par
les questions de sécurité, ou par les intérêts commerciaux des entreprises.
la diversité des statuts religieux dans la gestion
des organisations ?
Comment, dans l’espace public et professionnel, dans la coopération internationale, dans la sphère confessionnelle elle-même, gère-ton la revendication et les différences religieuses ?
La prise en compte des pratiques religieuses au sein
des administrations et des entreprises
À la différence de la plupart des pays européens, qui, par exemple,
n’ont aucune réglementation spécifique concernant le port de signes
religieux dans les services publics (notamment les établissements
d’enseignement) et à la différence des pays (comme le Canada)
qui pratiquent des politiques d’« arrangements raisonnables », les
20. L’origine, le sexe, la situation de famille, la grossesse, l’apparence physique, le patronyme,
l’état de santé, le handicap, les caractéristiques génétiques, les mœurs, l’orientation sexuelle,
l’âge, les opinions politiques, les activités syndicales, l’appartenance ou la non-appartenance,
vraie ou supposée, à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, www.
defenseurdesdroits.fr
189
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
Les limites à la liberté religieuse dans l’espace
professionnel en France : six critères à prendre en
compte pour fixer des limites sans être discriminant,
selon la Halde* et le Défenseur des droits**
190
1. La liberté religieuse ne doit pas entraver le respect des règles d’hygiène
(exemple : alors que tous les vêtements doivent être ôtés pour pénétrer en
zone contrôlée dans une centrale nucléaire, un salarié ne peut pas refuser
d’enlever sa kippa).
2. La liberté religieuse ne doit pas entraver le fonctionnement des règles de
sécurité (exemple : une équipe de peintres refuse de monter avec son chef
dans l’échafaudage en haut de la tour Montparnasse car ce dernier qui fait
ramadan est responsable de la sécurité et ses collègues ont peur de prendre
des risques).
3. La liberté religieuse ne doit pas aboutir à imposer une vision du monde et
à faire du prosélytisme.
4. La liberté religieuse ne doit pas entraver la réalisation d’une mission professionnelle (exemple : refuser de toucher à de l’alcool lorsqu’on est chargé
du service à bord d’un avion).
5. La liberté religieuse ne doit pas entraver l’organisation du travail (exemple :
refus d’utiliser Internet, le téléphone et l’ascenseur à partir de 15 heures le
vendredi après-midi pour cause de sabbat).
6. La liberté religieuse ne doit pas entraver les intérêts commerciaux de
l’entreprise (exemple : une vendeuse d’un magasin branché de vêtements
féminins à Paris ne peut pas arriver au travail avec un grand foulard gris
assorti d’une djellaba).
D’après Dounia et Lylia Bouzar, Allah a-t-il sa place dans l’entreprise ?, op. cit.
* Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité
** www.defenseurdesdroits.fr
La prise en compte du facteur religieux par les organisations de solidarité internationales et leur adaptation
à des contextes religieux particuliers La prise en compte du facteur religieux par les ONG, qu’elles
soient ou non confessionnelles, et par les organisations de coopération internationale est jugée de plus en plus comme une attitude
réaliste et nécessaire. Comme on le note au sein de la coopération
suisse (DDC), « écarter la religion et la spiritualité du discours et
de la pratique de la coopération à cause de leur dangereux potentiel
d’instrumentalisation relèverait d’un malentendu fatal. […] Ce serait
nourrir le fondamentalisme que de conclure […] qu’il faudrait bannir
le religieux en tant que tel de la vie publique et le confiner au secteur
privé21 ».
C’est au travers de deux pratiques que se manifeste aujourd’hui
la prise en compte du religieux par les organisations de coopération :
−− la médiation : les autorités religieuses se révèlent être des alliés
indispensables dans de nombreux cas de « négociation socioculturelle ». Les religieux aident notamment à faire le tri entre ce qui est
du ressort véritablement des textes et normes religieuses et ce qui
est plutôt du ressort de croyances traditionnelles distinctes de la religion. Les ONG de santé, souvent confrontées dans leurs actions aux
interférences entre croyances religieuses et santé publique, peuvent
ainsi recourir à des leaders religieux (imams, pasteurs, prêtres) pour
clarifier, vis-à-vis des populations elles-mêmes, ce que disent ou ne
disent pas les textes en matière d’espacement des naissances, de
mutilations génitales féminines, de maladies mentales, etc.
−− la complémentarité : depuis longtemps déjà, des formes de
combinaison du chamanisme et de techniques de psychiatrie sont
pratiquées en thérapie communautaire par des ONG du Brésil22. Il
arrive également aux équipes de Médecins du Monde de rechercher
une complémentarité entre les pratiques proprement médicales et
les actes religieux ou magiques lorsque ceux-ci ne présentent pas de
dangers pour la santé, ceci pour permettre des soins médicaux qui ne
seraient pas acceptés autrement ; nous avons déjà évoqué (chapitre 5)
l’utilisation de « chambres de prière » en RDC associées au traitement de maladies mentales, ou l’association de tisanes magiques aux
traitements conventionnels du choléra en Haïti.
Un autre aspect de la prise en compte du facteur religieux par les
ONG est la collaboration entre acteurs laïques et confessionnels de
la coopération internationale. Les organisations confessionnelles
occupent depuis longtemps dans ce dernier domaine une place
importante. Il s’agit notamment d’ONG chrétiennes d’Europe ou
d’Amérique du Nord (World Vision – Misereor – Brot für die Welt
– CCFD…) mais aussi d’ONG musulmanes telles que le Secours islamique ou l’IIRO23, qui bénéficient d’une visibilité et d’un champ
d’action de plus en plus importants. Elles se prévalent de nombreux
avantages, comme la possibilité de lever des fonds importants du fait
des injonctions religieuses de solidarité, que ce soit dans l’univers
chrétien, juif ou musulman, mais aussi l’accès privilégié à certains
groupes, la diminution des risques d’intervention dans certaines
zones géographiques, etc.
21. Le sociologue Thomas Meyer cité dans Anne-Marie Holenstein, Rôle et signification de la
religion et de la spiritualité dans la coopération au développement, Berne, DDC, 2002.
22. Jean-Pierre Boyer et Adalberto Barreto, L’Indien qui est en moi…, op. cit.
23. IIRO : International Islamic Relief Organization.
191
l’étrange étranger l'intelligence interculturelle
192
La collaboration entre ces acteurs confessionnels et le reste des
acteurs de la coopération passe par l’émergence d’une série de principes simples, de plus en plus présents dans leurs discours :
−− la religion comme identité et non comme mission : même si
certaines organisations telles que World Vision, ONG chrétienne, ou
l’IIRO, ONG islamique, continuent d’assortir à leur action des visées
de propagation de la foi plus ou moins affichées, la plupart des ONG
confessionnelles ont désormais le souci d’affirmer qu’elles agissent,
certes, au nom de leur foi, mais non pour la propager.
−− une action destinée à tous : une partie de ces ONG veillent, du
moins dans leur discours, à ne pas réserver leur appui aux populations et aux partenaires de leur propre communauté religieuse. Cette
ouverture peut d’ailleurs être mal perçue par une partie des donateurs les plus religieux de ces ONG, qui souhaitent veiller à ce que
leurs dons ne permettent de soutenir que leur seule communauté
religieuse.
−− une attitude de neutralité dans les conflits : la plupart de ces
ONG mettent en avant l’absence de prise de parti dans leurs interventions sur des terrains de conflit religieux, qui peuvent bien souvent
faire cohabiter sur un même territoire des ONG des confessions différentes (conflit afghan, tchétchène, etc.).
−− une ouverture aux partenariats : ces ONG placent souvent leur
action dans un cadre de partenariat avec les pouvoirs publics et les
autres ONG, religieuses ou laïques.
Question 68. Comment se positionner soi-même en tant
qu’étranger dans une culture différente ?
Le rapport à l’autre étranger est une question qui se pose également, bien sûr, pour les expatriés. Quelle attitude personnelle, quelle
stratégie identitaire adoptée lorsqu’on se trouve immergé dans une
culture différente ? Dans ce domaine, Philippe Pierre24 a distingué,
à partir de son expérience de DRH dans des entreprises multinationales (L’Oréal notamment), cinq profils identitaires différents illustrant la manière dont chacun assume et gère la mobilité internationale, et organise son rapport à la diversité culturelle :
−− les conservateurs : ils vivent la mobilité internationale comme
la récompense d’une carrière méritante, cherchent à garder intact
les modes de pensée hérités de leur culture d’origine dans leur foyer
familial, tout en adoptant dans l’entreprise les comportements minimaux exigés par la vie des affaires.
24. Philippe Pierre, Mobilité internationale et identités des cadres. Des usages de l’ethnicité dans
l’entreprise mondialisée, Éditions Sides, 2003.
−− les défensifs : pleinement intégrés à l’activité de l’entreprise, ils
se construisent en étrangers et y trouvent des moyens de se distinguer socialement.
−− les opportunistes : jeunes cadres qui cherchent à « synchroniser » leurs comportements avec ce qu’ils saisissent d’une conduite
type approuvée par leurs interlocuteurs. −− les transnationaux : parce que leur univers familial leur a transmis très jeunes des valeurs cosmopolites, ils font figure d’héritiers. Ils
vivent l’épreuve de la mobilité internationale et le voyage comme un
accomplissement de dispositions anciennes et non comme des déracinements temporaires.
−− les convertis : ils s’efforcent d’entretenir la plus grande similitude possible avec ceux qu’ils considèrent comme les détenteurs du
pouvoir dans l’organisation. Ils cherchent à rejeter une partie de leur
histoire, dans un effort de réécriture personnelle.
Cette dernière typologie montre bien à quel point les stratégies
identitaires et les comportements face à la différence, en situation
d’immersion, sont bien autant le produit de l’histoire personnelle
et collective de chacun, de sa culture professionnelle, de ses repères
éthiques, que de ses adhérences géoculturelles. De son statut social
aussi, question centrale de l’identité, qui est au cœur du chapitre suivant.
193
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur le rapport à l’étranger et à la différence
Ouvrages
››Debès (Joseph), Levinas, l’approche de l’autre, Paris, Éditions de l’Atelier,
2000
››Hofstede (Geert et Gert Jan) et Minkov (Michael), Cultures et organisations. Nos programmations mentales, Pearson Éducation France, 2010
››Jullien (François), De l’universel, de l’uniforme, du commun et du dialogue entre
les cultures, Paris, Fayard, 2008
››Kristeva (Julia), Étrangers à nous-mêmes, Paris, Fayard, 1988
››Le Pichon (Alain), Le Regard inégal, Paris, JC Lattès, 1991
››Laplantine (François) et Nouss (Alexis), Le Métissage, Paris, Flammarion,
1997
››Maalouf (Amin), Les Identités meurtrières, Paris, Grasset, 1998
››Masclet (Olivier), Sociologie de la diversité et des discriminations, Paris,
Armand Colin, 2012
››Matalon (Benjamin), Face à nos différences : Universalisme et relativisme,
Paris, L’Harmattan, 2006
››Mattelart (Armand), Diversité culturelle et mondialisation, Paris, La Découverte, 2005
››Pierre (Philippe), Mobilité internationale et identités des cadres. Des usages de
l’ethnicité dans l’entreprise mondialisée, Éditions Sides, 2003
››Schnapper (Dominique), La Relation à l’autre. Au cœur de la pensée sociologique, Paris, Gallimard, 1998
››Stenou (Katérina), Images de l’autre. La différence : du mythe au préjugé, Paris,
Seuil, 1998
››Todorov (Tzvetan), La Peur des barbares. Au delà du choc des civilisations,
Paris, Robert Laffont, 2008
››Todorov (Tzvetan), Nous et les autres. La réflexion française sur la diversité
humaine, Paris, Seuil, 1989
››Trompenaars (Fons) et Hampden-Turner (Charles), L’Entreprise multiculturelle, Paris, Maxima, 2010
››Wieviorka (Michel), La Différence, Paris, Balland, 2001
››Wievorka (Michel), Le Racisme, une introduction, Paris, La Découverte,
2008
››Wolton (Dominique) McLuhan ne répond plus. Communiquer c’est cohabiter,
Éditions de l’Aube, 2009
Liens
››www.defenseurdesdroits.fr
Chapitre 8
Les barreaux
de l’échelle
Statuts sociaux, prestige social
Les premières questions posées à un nouvel arrivant dans un pays
étranger sont généralement très révélatrices de la culture de celui qui
les pose, de ce à quoi il attache le plus d’importance, de sa manière
de placer l’autre dans une hiérarchie sociale qui lui est propre. Dans
certaines cultures, la première question posée concerne le statut
matrimonial (« Êtes-vous marié(e) ? ») et le nombre d’enfants ; dans
d’autres, elle peut porter plus souvent sur la profession et le niveau
de revenus, dans d’autres sur la religion, sur l’âge, le niveau d’études,
la région d’origine, etc. Ces questions parfois brutales sur le « qui
es-tu » sont jugées essentielles et naturelles par celui qui les pose
mais peuvent être tenues pour incompréhensibles ou incongrues par
celui qui les reçoit. D’une aire à l’autre, d’un milieu à l’autre, l’importance attachée au statut social n’est pas la même, on ne met pas le
prestige dans les mêmes fonctions, le sens de l’honneur et de la honte
est différent, le canon de l’égalité n’est parfois plus une évidence.
Le statut, qui fait l’objet de ce chapitre, est une notion – et une
réalité – foisonnante, qui renvoie à la position des individus ou des
groupes dans la société, qu’elle soit déterminée par la profession,
l’origine, la naissance, etc.
Les critères qui déterminent le statut social des uns peuvent être
bien peu déterminants pour les autres. Ceux-ci sont en réalité d’une
extraordinaire diversité. Ils peuvent être liés par exemple, et en vrac :
à la situation professionnelle, aux diplômes et aux savoirs reconnus, à
des pouvoirs magiques, à des qualités artistiques, à l’âge, à l’hérédité,
à un niveau de fortune, etc.
Se questionner sur ce registre peut permettre d’éviter de vexer
nos interlocuteurs en minimisant ce qui constitue pour eux un élément de prestige ou de les incommoder en nous prévalant de qualités
que nous sommes seuls à juger prestigieuses.
Notons que, comme pour bien d’autres sujets évoqués dans ce
livre, la tentation de fondre trop vite sur des différences de représentation des statuts sociaux, qui peuvent frôler souvent le cliché (les
castes excluantes, la « face » à ne pas perdre, le respect des anciens,
etc.) doit être écartée par la prise en compte de l’évolution, parfois
très rapide, des contextes économiques et politiques :
−− des pyramides des âges qui changent : soit de plus en plus évasées vers le bas (dans certains pays comme l’Afghanistan, l’Angola…), faisant apparaître une proportion écrasante de jeunes dont les
représentations bousculent de plus en plus celles des anciens ; ou au
contraire, dans d’autres pays (Japon, Europe), de plus en plus serrées
vers le bas, révélant un vieillissement massif de la population ;
−− des situations de crise économique qui malmènent les hiérarchies et ne permettent plus de prolonger, notamment en Europe, des
rentes de situation statutaires ; ou, à l’opposé, des explosions de croissance (Brésil, Chine, Indonésie…) qui font émerger des stratégies de
conquête de nouveaux statuts et de nouveaux droits.
199
les barreaux de l’échelle l'intelligence interculturelle
Deux points de réflexion, intimement liés, vont nous guider dans
ce chapitre : d’un part la manière de penser l’égalité/inégalité entre
les statuts et la plus ou moins grande structuration hiérarchique des
sociétés ; et d’autre part la place respective des statuts « acquis » et
des statuts « attribués » dans chacune de ces sociétés.
Interroger les représentations et les pratiques
Question 69. Comment perçoit-on l’égalité et
l’inégalité ? Quel est le niveau de structuration
hiérarchique des sociétés ?
200
Le premier enjeu permettant de comprendre l’importance accordée à la stratification sociale dans une société donnée est la perception que l’on peut avoir de l’égalité entre les statuts. Dans son Homo
hierarchicus1, Louis Dumont oppose la vision d’un monde « holiste »,
caractéristique des sociétés hiérarchisées, dans lesquelles l’individu
est absorbé dans le groupe ; et la vision du monde égalitaire et individualiste commune aux sociétés occidentales notamment.
Ainsi la devise française Liberté, égalité, fraternité est-elle souvent
un motif de perplexité dans d’autres cultures, particulièrement en
Asie.
En Chine, l’égalité est souvent considérée comme un concept
importé, ignoré dans une tradition qui nous l’avons déjà dit, a toujours
été construite sur la base de règles hiérarchiques. Bernard Fernandez
et Zheng Lihua2 estiment que dans la culture de ce pays, « la relation
à autrui prend la forme d’une hiérarchie qui impose une inégalité de
fait au profit d’un ordre social supérieur pour le bien de tous », et
insistent sur l’importance de la notion de guanxi qui éclaire le sens
donné par les Chinois aux relations sociales. La guanxi (guan – fermeture ou « porte fermée » – et xi – réseau) part du système de parenté,
fondement de la société chinoise. Elle représente « une extension de
la cellule familiale, premier cercle à l’intérieur duquel se cristallisent
les cinq relations [évoquées en détail dans les pages suivantes], acceptant une inégalité naturelle au sens taoïste et confucéen ».
Même le marxisme, dont on pourrait penser qu’il a imprégné
la culture chinoise de davantage d’égalitarisme, n’a pas modifié
les représentations hiérarchiques de la société. Il suffit pour s’en
convaincre de retourner à l’iconographie de la révolution culturelle,
1. Louis Dumont, Homo hierarchicus. Essai sur le système des castes, Paris, Gallimard, 1966.
2. Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
ou de regarder l’immense sculpture érigée à cette époque à l’entrée
d’un pont monumental à Nankin. Les personnages que l’on y voit à
la queue leu leu y apparaissent suivant la situation précise de leur
catégorie socioprofessionnelle dans la hiérarchie de la dignité des
métiers : en tête l’ouvrier et le paysan, puis le soldat, les professeurs
et les intellectuels venant en fin de ligne (un classement qui bouleverse celui qu’avait proposé Confucius : les intellectuels d’abord,
ensuite les artisans, les commerçants, etc.). Aujourd’hui ces classifications sont autres, mais l’idée même d’égalité, y compris financière demeure étrangère à la plupart des Chinois. « L’inégalité est
inhérente à l’ordre social chinois, estime Chen Lichuan. Ce sont les
principes de politesse, de solidarité et de fraternité qui doivent venir
atténuer ces inégalités3. » Dans le confucianisme, précise un autre
spécialiste de la Chine, Jean-François Billeter, « ce n’est pas la personne individuelle qui constitue la réalité humaine première, mais
l’association hiérarchisée de deux personnes – l’association d’un souverain et de son ministre, d’un père et d’un fils, d’un frère aîné et
d’un frère cadet, d’un époux et d’une épouse. Ces binômes étaient les
données premières. L’humain était hiérarchique dans sa définition
même. L’égalité n’était pas pensable. C’est cette inégalité généralisée
qui a fait de la monarchie, en Chine, non un régime parmi d’autres,
mais le seul régime possible4. »
En s’éloignant de Chine, on retrouve la force de cette structuration
hiérarchique des sociétés dans de nombreuses cultures, où il existe
un système de stratification sociale formalisée, lié à la fois à l’origine
familiale et à l’activité professionnelle, au sein duquel les individus
ne peuvent que difficilement évoluer : c’est le système des castes.
Le plus connu est le système traditionnel de castes en Inde,
qui opère une séparation de la société en groupes endogames (on
ne choisit généralement son conjoint qu’à l’intérieur du groupe),
auxquels chacun appartient par transmission héréditaire, et qui
obéissent à une hiérarchie très précise, allant des « brahmanes » aux
« intouchables ». C’est le concept de varna, qui désigne une séparation issue des textes sacrés au sein de la société hindoue. Ce système
de castes est profondément ancré dans la philosophie hindoue et
dans l’hindouisme : « Les âmes sont créées par le bon vouloir de Dieu
et suivent une série de migrations au travers de différents corps,
humains ou non. Ces âmes […] suivent le cycle des réincarnations et
vieillissent au fur et à mesure du cycle. […] La naissance d’une personne dans une catégorie sociale précise (la caste) est déterminée
3. Intervention dans le séminaire interculturel de Sciences Po de 2007.
4. Jean-François Billeter, Chine trois fois muette, Éditions Allia, 2000.
201
les barreaux de l’échelle l'intelligence interculturelle
par l’équilibre entre les bonnes et les mauvaises actions faites dans
ses vies antérieures5. »
Les castes en Inde et la hiérarchie sociale
Les textes sacrés des Vedas séparent les êtres en quatre groupes hiérarchisés :
- les brahmanes, les « plus purs », transmettent le savoir et pratiquent les
rituels sacrés. Prêtres et savants, ils sont à l’origine de plusieurs métiers
comme enseignants ou hommes de loi ;
- les kshatriyas ont une fonction d’autorité et de protection : rois, princes,
administrateurs, soldats ;
- les vaishyas régissent la vie matérielle : éleveurs, agriculteurs, commerçants ;
- les shudras travaillent pour les autres : artisans, fonctions de service.
Ne relevant pas de ces quatre catégories, on trouve les hors castes (intouchables, ou dalits) chargés des métiers impurs comme la tannerie ou tout
ce qui touche à la mort.
D’après A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.),
Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
202
Officiellement, le système des castes a été aboli dans la constitution indienne de 1950 au profit d’un système de discrimination positive. Ces règles de discrimination positive réservent aux intouchables
un quota non négligeable de places disponibles dans les grandes
institutions et dans l’administration indienne, et corrigent, de fait,
une partie de cette inégalité culturelle. Elles permettent notamment d’ouvrir aux basses castes les portes des grands établissements
indiens de management ou de technologie (à l’issue desquels 90 %
des diplômés s’installent aux États-Unis ou en Europe). De « justes
inégalités » viennent alors combler celles qui sont intrinsèques à la
société indienne. Mais cette structuration hiérarchique des castes
demeure largement prégnante dans la vie sociale et professionnelle,
notamment sur les lieux de travail.
5. A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
Gestion du personnel et tradition des castes
en Inde : une influence bien présente
« Lorsque nous sommes en réunion et qu’il faut faire des photocopies, tout
le monde se tourne naturellement vers un ingénieur de haut niveau ! Le plus
curieux, c’est qu’il s’exécute sans broncher. La clé de l’énigme ? Malgré ses
brillantes études […], il appartient à une basse caste.
J’ai dû licencier une jeune commerciale brahmane. Elle ne supportait pas
d’être placée sous l’autorité d’un chef de produit pourtant très compétent,
appartenant à une caste de bania [commerçants]. Elle passait son temps à
le court-circuiter. »
Témoignage d’un chef d’entreprise français établi en Inde, magazine Challenges, juin 2005.
« Un jeune dalit témoigne dans un article du journal The Observer qu’être
dalit et avoir un emploi à la mesure de ses qualifications est presque une
chose impossible en Inde malgré l’interdiction de la discrimination par la
caste et le droit du travail. [Titulaire d’un master d’Économie], il n’a pu trouver d’autre emploi que celui de son père décédé, c’est-à-dire balayeur des
rues. […] “J’avais [dit-il] réussi à décrocher un job dans un cabinet d’experts
comptables et on m’a demandé de présenter mes diplômes. Mais sur un de
mes diplômes était mentionnée ma caste. Le lendemain, on m’a prévenu
qu’il y avait une erreur et que mes services n’étaient pas requis.” »
A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
« Ne vous étonnez pas que dans le sud de l’Inde, un catholique aille vérifier
la caste d’un prêtre avant d’accepter de se confesser à lui. »
Témoignage recueilli en 2004 d’un catholique du Karnataka.
Comme l’explique Hesna Cailliau, « la société indienne peut être
comparée à un jeu d’échecs où chaque pièce a son rôle et sa manière
de se mouvoir. Dans ce pays obsédé d’ordre (dharma), tout est codifié, rien n’est laissé à l’improvisation. […] Les concepts de liberté et
d’égalité sont des mots creux, utilisés dans les discours politiques,
mais qui éveillent peu de résonance dans l’âme indienne6 ».
Le système des castes se rencontre aussi dans d’autres pays du
sous-continent indien, même si dans beaucoup de cas l’islam ne le
favorise pas : Pakistan, Bangladesh, Népal, Sri Lanka… On peut aussi
le rencontrer en Afrique, par exemple, dans la société peule où les
castes (torodo, thoubalo, mabo, labo, pulo) sont définies à partir des
professions (religieux, pêcheurs, potiers, menuisiers, éleveurs…) ;
chez les Toucouleurs (12 castes) ; les Touaregs ou les Khassonkés.
6. Hesna Cailliau, L’Esprit des religions…, op. cit.
203
les barreaux de l’échelle l'intelligence interculturelle
204
Les origines ethniques et familiales sont ainsi, dans les systèmes
de castes, directement corrélées aux activités professionnelles et
permettent ensemble de définir, de manière codifiée, le statut social
de son interlocuteur. La force des valeurs traditionnelles dans les
visions de l’ordre social est considérable dans certaines cultures où
elles sont invoquées pour justifier une conception conservatrice des
hiérarchies sociales. Ainsi le système des castes trouve-t-il ses défenseurs chez certains Indiens ou Africains, qui arguent qu’il « facilite
la vie en société : on sait comment se comporter, quelle nourriture
il convient de consommer et d’éviter, quel habit endosser, dans quel
milieu chercher sa future épouse. Par ailleurs le système des castes
freine les ambitions et les jalousies excessives car les conditions de
vie de chacun sont déterminées par sa caste7 ».
Que nous disent ces organisations traditionnelles très hiérarchiques et peu mobiles sur nos propres cultures, et notamment sur
notre culture française ? On ne saurait passer sous silence la persistance d’un système de hiérarchie et de reconnaissance sociale tout
à fait particulier en France, tel que l’analyse Philippe d’Iribarne.
D’après lui, même s’il a été balayé par la Révolution française, l’Ancien Régime a laissé des traces dans la manière dont notre société se
représente les statuts : métiers « nobles » et métiers « subalternes »,
importance du recours à une autorité supérieure en cas de conflit,
attachement aux corps d’appartenance, aux privilèges, etc. : « Dans le
monde du travail, chacun, professeur, conducteur du métro, membre
du Conseil d’État ou autre, se conçoit comme membre d’un corps
dont il partage les privilèges et est prêt à en assumer les devoirs. […]
L’existence d’un honneur professionnel porteur de devoirs qu’on ne
peut négliger sans déchoir reste un élément central du fait que, vaille
que vaille, la France tient bon en dépit des conflits qui émaillent son
quotidien8. » Cette revendication d’appartenance à des corps professionnels assortis de droits, de privilèges et de devoirs, surprend
souvent beaucoup d’étrangers. La transmission familiale de charges
(notaires par exemple), les cercles très fermés et élitistes des grands
corps de l’État, le système des grandes écoles, spécifique à la France
sont autant d’éléments qui illustrent la structuration sociale très
forte qui subsiste derrière une vitrine de mobilité. Dès 1964, Pierre
Bourdieu et Jean-Claude Passeron montraient comment le système
d’éducation français constituait un implacable mécanisme de reproduction sociale maintenant et renforçant les inégalités9.
7. Thierry Verhelst, Des racines pour l’avenir…, op. cit.
8. Philippe d’Iribarne, La Logique de l’honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales,
Paris, Seuil, 1993.
9. Pierre Bourdieu et Jean-Claude Passeron, Les Héritiers. Les étudiants et la culture, Paris,
Éditions de Minuit, 1964.
Question 70. Statut conquis ou statut hérité :
qu’est-ce qui détermine la construction
d’un statut social, ici et ailleurs ?
Une deuxième distinction, intimement liée aux différentes perceptions de l’égalité, concerne la manière de « déterminer » le statut
de chacun : mon statut est-il lié à une conquête ou à une rente ? À un
mérite ou à un héritage ?
Fons Trompenaars10 distingue deux tendances dans la manière
d’approcher le statut social, plus ou moins présentes en fonction
des sociétés. Certaines sociétés privilégient ce que l’individu a pu
construire et réaliser (son cursus, ses récompenses, ses réalisations,
ses compétences, etc.), mettant ainsi l’accent sur un statut social
« acquis » (on pourrait même lui préférer le terme « conquis »).
D’autres sociétés mettent davantage en avant un statut social directement issu de l’éducation, de l’origine, de la classe, ou de l’âge, c’est-àdire un statut social « attribué », qui est avant tout hérité d’un environnement culturel et social, et issu de caractéristiques « objectives »
(comme l’âge par l’exemple).
Parmi les cultures ayant tendance à privilégier le statut acquis/
conquis (comme celles des États-Unis, du Canada ou de la Norvège),
on trouve notamment les sociétés protestantes, qui promeuvent la
réussite individuelle et la culture du résultat (l’Achieving Society
comme la nomme David McClelland11). Ces sociétés ont d’ailleurs
tendance à percevoir la logique de statut « attribué » (hérité) – que
l’on retrouve notamment au sein des cultures catholiques, mais aussi
des cultures hindouistes et confucéennes – comme un frein au volontarisme et à l’entreprenariat individuel, et donc à l’innovation et au
développement économique de ces pays. Cependant, le succès de certaines économies asiatiques très marquées par un modèle de statut
social largement « attribué » et un ordre social assez rigide (comme le
Japon, Singapour ou la Corée du Sud) incitent à mettre en cause cette
vision du développement économique.
L’importance du statut acquis/conquis par rapport à celui attribué/
hérité a un impact direct sur les modes d’organisation et de rémunération au sein des institutions. Les rémunérations sont-elles effectuées
en fonction des performances ou proportionnellement à la position
hiérarchique et au statut professionnel de chacun ? L’organisation hiérarchique et la dynamique de promotions internes se justifient-elles
avant tout par les compétences et les réalisations des employés ? Dans
quelle mesure cette logique de promotion uniquement basée sur les
compétences et les réalisations ne risque-t-elle pas de faire « perdre
10. Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
11. David McClelland, The Achieving Society, Pober Publishing Company, 2010.
205
les barreaux de l’échelle l'intelligence interculturelle
la face » à des employés attendant eux aussi des promotions, et ayant
en tête d’autres déterminants de leur mobilité sociale (leur âge, leur
origine, leur sexe, etc.) ?
Un autre impact concerne les formes de management. Trompenaars
met en avant un effet singulier de la logique de statut attribué : la
nécessité pour les individus d’être « à la hauteur » de leur statut,
d’avoir réponse à tout, d’avoir la bonne réaction en toute circonstance,
etc. Comme une sorte de prophétie autoréalisatrice, les individus
vont chercher à justifier a posteriori, par des gages de performance,
les statuts (professionnels, sociaux) qui leur ont été au départ, en
partie « arbitrairement » attribués. À la logique de statut « attribué »
est donc liée la plus ou moins grande honte qu’un professionnel peut
avoir à… ne pas savoir. Elle est considérable en France – un leader, un
enseignant est supposé avoir réponse à tout et y place une partie de
son prestige – mais se révèle beaucoup plus faible ailleurs.
Un chef d’entreprise doit-il avoir réponse à tout ?
206
André Laurent a mené pour l’INSEAD des enquêtes comparatives à propos
de l’impact de la culture nationale sur la conception que les managers ont
de leur rôle. Il a notamment interrogé un échantillon de dirigeants. C’est
l’affirmation « Il est important qu’un manager dispose de réponses précises à la majorité des questions que ses subordonnés peuvent soulever
au sujet de leur travail » qui s’est révélée la plus sensible aux différences
nationales : 18 % des Américains sont en accord avec cette conception de
leur rôle, 53 % des Français et 78 % des Japonais y adhèrent. « Un Américain, explique André Laurent, peut coordonner des expertises sans être
lui-même un super-expert. D’ailleurs les PDG américains passent avec
facilité de la direction d’une entreprise de boissons gazeuses à celle d’un
groupe informatique. Leur connaissance du travail de leurs subordonnés est
mince ou inexistante. Ils prétendent souvent qu’il est dangereux d’en savoir
plus car ceci pourrait encourager une interférence néfaste dans l’activité de
leurs collaborateurs. C’est donc sans hésitation que les Américains rejettent
le savoir comme fondement du pouvoir managérial. Il semble que ce soit
l’inverse au Japon, où la conception du rôle managérial est plus sociale et
englobante. On me dit qu’aucun subordonné japonais ne poserait une question à son patron s’il peut penser que celui-ci ne dispose pas de la réponse
à cette question. Il faut tout faire pour éviter de créer une situation embarrassante pour le patron ! »
Question 71. Quel est le rôle de l’âge dans
la construction du statut social ?
Parmi les déterminants majeurs des cultures privilégiant le statut « attribué », le rapport à l’âge et le respect des anciens arrivent
en première ligne. Lors de négociations ou de réunions importantes,
un Indien ou un Brésilien pourra ainsi se sentir insulté d’avoir à traiter avec des interlocuteurs américains ou suédois plus jeunes, ayant
pourtant « fait leurs preuves » dans leurs propres pays.
Le rapport de domination fondé sur l’âge est encore largement généralisé en Afrique en particulier, en lien avec l’organisation traditionnelle de la famille étendue qui attribuait aux « anciens » la décision sur
des sujets aussi divers que la propriété, l’allocation des ressources, le
règlement des conflits, l’organisation du travail, etc. Comparant le système social traditionnel en Afrique avec le système français hérité de
sa propre histoire, Evalde Mutabazi estime que « la hiérarchie sociale
se fonde généralement en Afrique sur l’âge et l’expérience de la vie,
davantage que sur les métiers nobles et moins nobles ou sur les classes
sociales au sens marxiste du terme12 ». « C’est souvent le plus vieux,
explique pour sa part Claudine Attias-Donfut, qui détient l’autorité,
position privilégiée, attractive et convoitée par les successeurs, éventuellement rivaux13. » Pourtant, ajoute-t-elle, le statut des plus anciens
n’est pas dénué d’ambiguïté : « La position de pouvoir des vieux peut
se transformer en situation d’exclu, dans les cas d’accusation de sorcellerie : dans un contexte de pénurie, cela fournit un bon prétexte pour
dispenser de l’obligation de solidarité. »
La prééminence attribuée aux anciens en Afrique s’illustre notamment dans certaines règles de prise de parole, qui peuvent se révéler
délicates pour un étranger non averti : une Française raconte cette
expérience malheureuse faite lors d’un atelier de formation qu’elle
animait en Afrique, et qui se voulait être le plus participatif possible.
Croyant bien faire, elle commence par donner la parole au plus vieux,
une manière selon elle de reconnaître la primauté des anciens dans la
tradition africaine. Or dans la région concernée, la tradition veut que
l’ancien ne s’exprime qu’en dernier, après que tout le monde a parlé.
Résultat : personne n’osa ouvrir la bouche puisque l’ancien avait déjà
parlé, et la réunion fut interrompue prématurément…
André Laurent, interviewé par Alejandro Abbud Torrès-Torija et Stephane Laurent dans le cadre
du séminaire interculturel de Sciences Po, 2007.
12. Evalde Mutabazi, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
13. Claudine Attias-Donfut, Sociologie des générations. L’empreinte du temps, Paris, PUF, 1988.
207
les barreaux de l’échelle l'intelligence interculturelle
« On ne conteste pas celui qui a vécu »
« En Ouzbékistan, les jeunes sont très respectueux, dans tous les domaines,
envers les personnes plus âgées et ont beaucoup d’estime pour leur sagesse
et leur expérience. Ce qu’ils disent a souvent valeur de vérité car on ne
conteste pas celui qui a déjà vécu. »
Une étudiante ouzbek, Sciences Po, 2010.
« Dans les coutumes du Nigeria, mon pays d’origine, on doit se mettre à
genoux en rencontrant des « elders » (personnes âgées), pour les saluer.
Pendant les vacances scolaires, je me suis trouvée à Londres avec une amie
anglaise, et nous allions rencontrer ma mère, qui était avec une amie nigériane. Quand je les ai rencontrées, je me suis immédiatement mise à genoux
au milieu de Oxford Street […] car c’est une marque de respect dans un
milieu où l’on attribue beaucoup d’importance à l’expérience et à la sagesse
et où la plupart des normes culturelles ont été déterminées par les interactions avec les ancêtres. Ni moi ni ma mère ne nous attendions à ce que mon
amie fasse la même chose que moi, mais l’amie de ma mère, qui n’avait
guère voyagé s’est sentie insultée en constatant qu’elle ne l’avait pas fait. »
Une étudiante anglaise originaire du Nigeria, Sciences Po, 2013.
208
En Chine, l’importance de l’âge dans les relations d’autorité et
de domination ne peut être dissociée de racines philosophiques profondes : on peut difficilement comprendre les rapports intergénérationnels en Chine sans avoir en tête l’influence persistante du modèle
confucéen (réanimé par le pouvoir actuel). Ce modèle met en avant
5 vertus cardinales, qui constituent un code de conduite en harmonie
avec l’ordre social. Les 5 rapports sociaux dans la société chinoise
Nom du rapport
en chinois
Vertu
correspondante
Prince/sujet
Jun/chen
La fidélité
Père/fils
Fu/zi
La piété filiale
Mari/épouse
Fu/fu
Le sens de la
convenance
Frère aîné/
frère cadet
Xiong/di
Le sentiment
fraternel
Ami/ami
Peng/you
La confiance et la
loyauté
Type de rapport
D’après Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et
J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
Sur le registre intergénérationnel, deux de ces rapports cristallisent la soumission des plus jeunes aux plus vieux : du fils au père,
bien sûr (avec la force de la valeur « piété filiale »), mais aussi du
cadet à l’aîné. Au reste, un Chinois ne vous présentera jamais « son
frère » ou « sa sœur », mais son « grand frère » ou sa « petite sœur »,
les mots en chinois n’étant pas les mêmes selon que le collatéral est
plus ou moins âgé.
Ce respect de l’âge est déterminant au Japon ou en Corée, et il a
des conséquences directes sur les règles de mobilité en entreprise,
pouvant fonctionner comme une forme d’autocensure individuelle :
il est fréquent, par exemple, qu’un jeune Japonais refuse un poste
de responsabilité au motif qu’il est trop jeune et qu’une promotion
trop rapide équivaudrait à une insulte à sa culture, à ses parents, à ses
ancêtres.
Le Keigo japonais
« Les Japonais pensent toujours à leur position dans le groupe dont ils font
partie, et ils s’efforcent d’y cultiver l’harmonie. Le “Keigo”, un langage destiné aux personnes âgées, en est un bon exemple. Les Japonais pensent
systématiquement à l’âge de la personne avec laquelle ils parlent, et ils
changent de type de langage selon son âge, car la relation entre eux n’est
pas une relation entre individus égaux. »
Un élève-ingénieur japonais, Ponts-PariTech, 2012.
Question 72. Quelle est la représentation du rôle
des diplômes dans les statuts professionnels ?
Les Anglo-Saxons sont souvent très surpris de voir l’importance
que revêtent pour les Français les diplômes et leur plus ou moins
grand prestige. Plus largement, l’idée même, assez française, qu’il
existe des postes de direction qui seraient avant tout acquis par la
réussite à certains concours universitaires, assurant un statut immédiatement supérieur à ceux qui, même expérimentés, n’ont pas ces
diplômes, paraît étrange à beaucoup de nos partenaires européens ou
d’outre-Atlantique. Aux États-Unis ou en Grande-Bretagne, les candidats à l’embauche sont surtout évalués sur la base de la dernière
insertion professionnelle qu’ils ont eue, le diplôme ne représentant
que la capacité d’un étudiant à apprendre, pas à faire. Interrogé par
Christine Geoffroy dans la Mésentente cordiale14 sur sa perception de
14. Christine Geoffroy, La Mésentente cordiale. Voyage au cœur de l’espace interculturel francoanglais, Paris, Grasset, 2001.
209
les barreaux de l’échelle l'intelligence interculturelle
210
l’entreprise française, un Anglais s’indignait : « Je ne comprends pas
pourquoi, sous prétexte qu’ils n’ont pas de bons diplômes, on barre la
route à des gens très capables qui pourraient être d’excellents cadres.
À côté de cela, on trouve à un niveau hiérarchique supérieur de l’organigramme des cadres sans expérience ni compétence réelle, mais avec
des diplômes de haut niveau ! »
Les Allemands s’étonnent aussi de l’importance donnée par les
Français à ce statut de cadre lié à la réussite à des concours (grandes
écoles notamment) relativement généralistes. La notion même de
cadre, nous disent Christoph Barmayer et Éric Davoine, n’existe pas
en tant que telle en Allemagne : « Comme la notion anglo-saxonne de
manager, la notion de Führungskraft est associée uniquement à une
fonction managériale dans l’organisation, et le mot français “cadre”,
qui comporte également une dimension sociologique (une sorte de
caste) et une dimension juridique (un statut auquel on s’accroche)
ne peut être traduit que très imparfaitement dans ces deux dimensions par “Akademiker” (diplômé de l’enseignement supérieur) ou
par “Angestelle” (employés “cols blancs”) »15. Le parcours d’un ingénieur allemand, selon Éric Davoine, est quant à lui comparable à celui
d’un « alpiniste », qui ne parvient à sa position qu’après avoir occupé
pendant un certain temps des postes d’ouvrier qualifié au cours d’une
formation en alternance puis d’une période professionnelle de participation au travail technique de l’entreprise. L’exemple de la formation des officiers en France et en Allemagne (encadré page suivante)
est lui aussi particulièrement illustratif.
Comment on devient officier des deux côtés du Rhin
« Les grades d’officier se correspondent de façon équivalente dans les deux
armées, mais il existe une différence […] de procédure de passage au premier grade de lieutenant.
En France, le premier grade d’officier est celui d’aspirant, il s’obtient en voie
directe après une sélection (concours) puis quatre mois d’écoles d’officiers
de réserve (ou d’écoles militaires) où il sera dans un groupe de futurs officiers. Après ces quatre mois, l’aspirant est un “apprenti-officier” comme son
nom l’indique, mais il est appelé “mon lieutenant”. Il aura le statut d’officier
[…] et est intégré au groupe social des officiers avec des avantages statutaires qui sont aussi des signes d’appartenance du groupe (cantine réservée, billets de train première classe).
Dans l’armée allemande, le futur officier n’obtiendra le statut d’officier qu’à
l’issue d’une formation de deux ans, un fin ruban gris sur ses épaulettes
marquera cette différence d’objectif qui ne sera jamais assimilable à une différence de statut. Pendant ces deux années, il passera une première année
de service comme simple soldat et caporal avec les autres soldats, puis une
seconde année pendant laquelle il aura un statut de sous-officier [mais il ne
sera appelé qu’“aspirant”]. Les deux futurs lieutenants n’ont [donc] pas les
mêmes parcours. L’un, l’Allemand, est toujours en phase d’identification de
potentiel, phase pendant laquelle il est au coude-à-coude avec ceux qu’il
aura plus tard à commander, l’autre, le Français est déjà […] “cadre débutant” et jouit dès le début de sa carrière d’un statut d’officier qui le distingue
de ceux qu’il a à commander. »
Tiré d’Éric Davoine, Zeitmanagement deutscher und französischer Führungskräfte, Wiesbaden,
DUV, 2002.
La représentation des diplômes, et de ce à quoi ils « donnent droit »
est donc très différente d’une culture à l’autre, et même leur mise en
avant peut se révéler, dans certains contextes, contre-productive dans
les négociations. Fons Trompenaars nous avoue ainsi qu’il utilise des
cartes de visite différenciées selon ses interlocuteurs : « Au MoyenOrient et dans l’Europe du Sud, pour renforcer ma position sociale
dans différents contextes, j’utilise des titres académiques, dispensés
dans le cadre d’une formation académique. En Grande-Bretagne toutefois, si je me présente en tant que “Docteur”, on peut en déduire que
j’ai un penchant trop académique pour être consultant d’entreprise
[…]. Un beau parcours universitaire peut gêner une éventuelle carrière en entreprise16. »
15. Christoph Barmayer et Éric Davoine, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
16. Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
211
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur le rapport au statut
Ouvrages
››Attias-Donfut (C.), Sociologie des générations. L’empreinte du temps, Paris,
PUF, 1988
››D’Iribarne (Philippe), La Logique de l’honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales, Paris, Seuil, 1989
››Dumont (Louis), Homo Hierarchicus. Essai sur le système des castes, Paris,
Gallimard, 1966
››Rocheblave-Spenle (Anne-Marie), « Rôles et statuts sociaux », Encyclopædia Universalis, www.universalis.fr/encyclopedie/roles-et-statuts››Trompenaars (Fons) et Hampden-Turner (Charles), L’Entreprise multiculturelle, Paris, Maxima, 2010
Chapitre 9
Le masculin
et le féminin
Genre et distinction des rôles
La place respective des hommes et des femmes dans les sociétés,
leurs rôles, leurs statuts, et leurs espaces ; l’acceptation ou la répression d’orientations sexuelles minoritaires ; autant de sujets très
controversés qui font l’objet de ce dernier chapitre sur les questions
d’identité, et par rapport auxquels les différences culturelles sont
souvent considérables (et souvent caricaturées).
Ici encore, une prise de recul est nécessaire à propos des mots et
des concepts – particulièrement sur cette notion de « genre » qui a été
longtemps considérée comme intraduisible en français –, ainsi qu’à
propos des contextes politiques et sociologiques.
Pour aborder ce thème, nous nous interrogerons avant tout sur la
manière dont les différentes cultures identifient, distinguent, voire
opposent, les rôles sexuels de chacun ; sur la place respective que ces
cultures attribuent à l’homme et à la femme ; et sur les évolutions
plus ou moins profondes des représentations dans ce domaine.
Contextualiser
Question 73. Genre et différenciations sexuelles : quel
sens et quelle influence ont les mots dans ce domaine ?
L’introduction en France du concept de « genre », traduction
imparfaite du gender anglais, est relativement récente, et ne fait pas
que rejoindre une mode anglo-saxonne. Elle porte en elle une manière
différente de parler et de traiter des questions de différenciation
sexuelle. Parler de « sexe » ou parler de « genre » renvoie en effet à
des perceptions très différentes de ce qui caractérise le masculin et le
féminin, et à des compréhensions distinctes de la place de la culture
et de la nature dans la détermination des identités sexuelles.
L’approche en termes de « genre » plutôt que de « sexe » vise en
particulier à déplacer le débat sur les rapports homme/femme du biologique vers le culturel. Elle tend à analyser les rôles et les statuts des
sexes à partir des logiques sociales et culturelles qui les sous-tendent.
Cette approche n’est pas neutre : elle part du postulat que les rôles
sexuels sont avant tout le reflet de représentations culturelles et non
celui des compétences réelles des hommes et des femmes. Elle affirme
aussi que « la connotation attachée à un rôle et donc à un statut peut
évoluer car elle n’obéit qu’à une seule logique, celle du système
social dans lequel elle est définie »1. Le « genre » peut donc se définir
comme le « sexe social », et il permet d’interroger les représentations
1. Christine Zoé Naré, « Être femme intellectuelle en Afrique : de la persistance des stéréotypes
culturels sexistes », Afrique et développement, vol 22, n° 1, 1997.
217
l'intelligence interculturelle
218
culturelles, sociales, religieuses, de ce qui est masculin de ce qui est
féminin.
Un débat oppose traditionnellement (et de manière parfois simpliste) les promoteurs de la détermination biologique et ceux de
la détermination culturelle des différences sexuelles. En d’autres
termes, il pose la question : « Être femme ou homme, est-ce un fait
de nature, induit par le corps ou est-ce une expression culturelle ? »
Les détracteurs de cette vision du « genre » culturellement construit
brandissent notamment à son encontre l’argument interculturel : en
témoignent les propos d’une universitaire chinoise, Li Xiao-Jiang,
volontairement provocatrice à l’égard de la vision occidentale du
genre : « Cette volonté [occidentale] de maîtrise des phénomènes
naturels a sans doute trouvé expression dans la tentative de […]
réduire ce qui fait qu’une femme est femme à une simple question de
convention sociale et culturelle2. »
Derrière le débat sur le genre, se pose bien évidemment un débat
sur l’égalité des droits et des contraintes entre individus aux identités sexuelles différentes. Le témoignage de Seemanthini Niranjana,
professeur indienne de sociologie, permet de mettre en perspective
cette vision : « Derrière les conceptions (occidentales) de l’identité et
de l’inégalité sexuelles, on trouve en effet la notion d’individu, ellemême indissociable d’une idéologie des droits, de la liberté et de l’égalité. Bien que cette notion ait été adoptée par l’État indien moderne
dans sa Constitution, les conceptions de la “personne” s’avèrent différentes, puisque l’identité est davantage perçue en fonction de la place
que chacun occupe au sein d’un groupe3. »
Question 74. Quel est le degré d’égalité/inégalité
entre hommes et femmes dans les différents pays,
et quelles législations existe-t-il dans ce domaine ?
Un premier constat évident, que les faits observables confirment
massivement, est celui du déséquilibre de la situation des femmes
vis-à-vis des hommes dans la plupart des pays. On peut trouver quatre
indicateurs de ce déséquilibre :
−− le pouvoir politique et économique reste très majoritairement
masculin : selon un rapport de l’ONU4, en 2008, il n’y avait que
11 femmes chefs de gouvernement sur un total de 192 ; 17 % des
membres des parlements étaient des femmes (une proportion déjà
plus que doublée en une décennie). En termes de pouvoir économique,
2. Li Xiao-Jiang et al., Masculin-Féminin, coll. « Les mots du monde », Paris, La Découverte, 2004.
3. Ibid.
4. www.un.org/fr/events/statisticsday/docs.shtml
le masculin et le féminin un chiffre-clé : en 2008, seules 13 des 500 plus grandes firmes mondiales étaient dirigées par des femmes.
−− l’inégalité homme-femme se traduit visiblement dans l’accès au
travail et les conditions de rémunération : selon les pays, les salaires
des femmes représentent 70 à 90 % de ceux des hommes, l’Asie étant
le continent des plus forts écarts, avec un record pour le secteur
manufacturier de Corée du Sud, où les femmes ne gagnent que 57 %
de ce que gagnent les hommes.
−− les femmes représentent les deux tiers des analphabètes dans le
monde, et dans de nombreux pays du Sud, la résistance à scolariser les
filles demeure considérable, surtout en Afrique occidentale et centrale (moins de 60 % des filles en âge d’aller à l’école sont scolarisées).
−− les violences physiques, sexuelles ou psychologiques sur les
femmes restent très fréquentes : selon le rapport de l’ONU précité, le
taux de femmes ayant subi des violences physiques une fois dans leur
vie varie de 12 à 59 % selon les pays. Ces violences sont de différentes
natures : intrafamiliales (40 % des femmes du Bangladesh subissent
des violences physiques de la part de leurs conjoints) ; liées à des
« pratiques traditionnelles préjudiciables5 » (l’excision par exemple) ;
ou encore liées à des conflits armés dans lesquelles les femmes sont
souvent les principales victimes (le viol, arme de guerre).
Un regard sur les contextes dans lesquels nous travaillons est donc
nécessaire pour interroger l’existence de lois et de règlements nationaux qui accentuent ou qui au contraire corrigent ces déséquilibres :
−− dans quelle mesure le cadre et le discours juridiques du pays
visent-t-ils à protéger les individus contre les pratiques discriminatoires ou inégalitaires vis-à-vis de l’un ou de l’autre sexe ? Ce cadre
juridique est-il effectivement contraignant ? Dans de nombreux cas
en effet, les discriminations, interdites, sont tolérées. En Inde par
exemple, le rite du Sati, encore pratiqué malgré son interdiction
depuis près d’un siècle, incite les veuves à s’immoler afin de demeurer des « femmes honorables » ;
−− la législation du pays agit-elle de manière positive ou négative sur l’égalité homme-femme dans la vie privée comme dans la
vie publique ? Suivant les pays, le code de la famille peut contenir ou
non des dispositions discriminatoires, et les lois peuvent poser des
interdits particuliers vis-à-vis des femmes dans l’espace public (par
exemple, en Arabie saoudite, l’interdiction pour les femmes de circuler librement ou de conduire). À l’inverse, les législations peuvent
chercher à corriger les déséquilibres hommes-femmes, par la mise en
place d’une politique de parité dans le domaine politique, dans l’administration, dans les entreprises, etc.
5. Médecins du Monde, Prévention et réponses aux violences liées au genre, guide méthodologique,
Paris, MdM, 2011.
219
le masculin et le féminin l'intelligence interculturelle
Question 75. Quelle acceptation ou discrimination
des orientations sexuelles minoritaires constate-t-on
dans les différents pays ?
Quelques indices clés : aujourd’hui, les pratiques homosexuelles
sont passibles de peine de mort – les peines étant souvent effectivement appliquées – dans une demi-douzaine de pays (Afghanistan,
Arabie saoudite, Iran, Mauritanie, Soudan et Yémen, ainsi que dans le
nord du Nigeria). Ils sont punis d’emprisonnement dans une soixantaine d’autres pays, essentiellement en Afrique, en Asie centrale, au
Pakistan, au Sri-Lanka, en Thaïlande, etc.
Si une trentaine d’États ont beaucoup progressé au cours des dernières années dans la voie de la reconnaissance d’une plus grande égalité de genre en instituant des dispositifs d’union légale (le mariage
entre personnes de même sexe en France, au Canada, en Argentine,
en Afrique du Sud ou encore dans certains États des États-Unis), il
a fallu attendre 1990 pour que l’Organisation mondiale de la santé
supprime l’homosexualité de la liste des maladies mentales de sa classification internationale des maladies. Même dans les pays qui ont
fini par dépénaliser l’homosexualité, les lois interdisant toute discrimination liée à l’orientation sexuelle sont loin d’exister partout. Elles
sont inexistantes, par exemple, en Albanie, en Biélorussie, en Russie,
en Ukraine, en Moldavie, en Turquie…
220
Interroger les représentations et les pratiques
Question 76. Comment les différentes sociétés
distinguent-elles les rôles sociaux de l’homme
et de la femme ?
Dans la famille, à l’école, dans les médias, la rue, l’entreprise, les
institutions religieuses, partout s’affirment, se disent (et parfois se
contredisent) les rôles sociaux respectifs de l’homme et de la femme.
La question qui se pose alors est de savoir dans quelle mesure ces
rôles sont, ou ne sont pas, très clairement établis et distincts, dans les
différentes cultures. Dans quelle mesure ces rôles se confondent-ils
ou sont au contraire très cloisonnés et caractérisés ?
Parmi ses différents critères de différenciation culturelle,
Hofstede et al. distinguent l’existence de sociétés davantage « masculines » ou davantage « féminines » : « Une société est dite masculine
quand les rôles sexués affectifs sont clairement distincts : les hommes
sont censés être sûrs d’eux, robustes et concentrés sur la réussite
matérielle, alors que les femmes sont censées être plus modestes,
tendres, et préoccupées de la qualité de la vie. Une société est dite
féminine quand les rôles sexués affectifs se confondent : les hommes
et les femmes sont censés être modestes, tendres et préoccupés de la
qualité de la vie6. »
Ce qui nous intéresse dans la démarche de l’équipe d’Hofstede,
ce sont beaucoup moins les valeurs qu’elle attribue au pôle masculin (« dur » : compétition, force, ambition, etc.) et au pôle féminin
(« tendre » : préoccupation pour l’environnement social, coopération,
etc.) que la distinction entre des sociétés séparant clairement les
rôles et les caractéristiques des hommes et des femmes, et des sociétés mêlant davantage ces rôles (plutôt du côté des valeurs féminines).
L’un des constats majeurs de ces études est que la tendance des
sociétés à distinguer plus ou moins clairement les rôles sexués masculin et féminin n’a rien à voir avec le degré de développement économique du pays :
−− d’un côté, parmi les sociétés distinguant faiblement les rôles,
on retrouve certains pays d’Europe du Nord mais aussi certains pays
latins (Costa Rica, Chili, Portugal, etc.) ou d’Europe de l’Est ;
−− de l’autre, parmi les sociétés distinguant plus fortement les
rôles, on retrouve un grand nombre de pays anglo-saxons (GrandeBretagne, États-Unis, etc.), le Japon, la Chine, l’Afrique du Sud, etc.
Certes, dans les sociétés industrialisées, les femmes peuvent plus
facilement choisir leur rôle social et leur orientation vers une réussite professionnelle, et donc égaliser en apparence le statut hommes/
femmes dans la société. De fait, cette ouverture d’un statut professionnel aux femmes plaide pour une évolution des pays développés vers une
distinction moins forte des rôles sexués. Mais cette évolution des représentations profondes semble très progressive. C’est pourquoi Hofstede
souligne la nécessité de ne pas confondre le niveau de « féminité » des
sociétés (distinction faible des rôles) et « féminisme » : « Le féminisme
est une idéologie […] qui veut changer le rôle des femmes dans la société. […] D’un pays à l’autre, on observe une forme plus masculine ou plus
féminine de féminisme. La forme masculine affirme que la femme doit
jouir des mêmes opportunités que les hommes. […] La forme féminine
veut changer toute la société, y compris les hommes. La libération de la
femme, certes, mais aussi celle de l’homme. »
Un autre des constats intéressants des enquêtes réalisées par
Hofstede est la plus ou moins grande « permanence » du pôle féminin dans les différentes sociétés : « Dans les pays les plus féminins,
Suède et Norvège, il n’y avait aucune différence entre les résultats
des hommes et des femmes ; tous exprimaient des valeurs identiques
d’empathie et de tendresse. Dans les pays les plus masculins […],
Japon et Australie, les hommes ont obtenu des résultats “durs” et
les femmes “assez durs”, mais le fossé entre les sexes était maximal.
6. Geert Hofstede, Gert Jan Hofstede et Michael Minkov, Cultures et organisations…, op. cit.
221
le masculin et le féminin l'intelligence interculturelle
[…] Entre pays, les valeurs des femmes diffèrent moins que celles des
hommes, et la féminité d’un pays se reflète plus nettement dans les
valeurs des hommes que dans celles des femmes. »
En reprenant la distinction opérée par Hofstede, on retrouve par
ailleurs l’enjeu d’une plus ou moins forte différenciation des rôles
dans l’orientation d’un grand nombre de comportements et de pratiques. Hofstede met en avant plusieurs dimensions sur lesquelles
cette influence est particulièrement forte :
−− dans la représentation du couple et de la famille : enjeu de la
stricte répartition des rôles des parents (la mère s’occupant de la maison, gérant les relations et les sentiments, etc.) ; ou du type de socialisation de l’enfant en fonction de son sexe (dans le type de jeux qu’il
adopte, etc.) ;
−− dans l’importance du tabou porté sur la sexualité, en apparence
plus forte dans les sociétés masculines, et dans les attitudes envers
l’homosexualité qui tend à être davantage rejetée dans les cultures
masculines ;
−− dans les comportements d’achats : reprenant les données d’une
étude de marketing menée par M. de Moodj, Hofstede souligne la
plus grande distinction des rôles en fonction des achats dans les sociétés « masculines » (achat alimentaire par les femmes, achat de la voiture et « achats de prestige » par les hommes, etc.).
222
Question 77. Par quels marqueurs (espace, vêtements,
mutilations, etc.) chaque culture construit-elle une
opposition visible entre les sexes ?
Chaque culture construit sa vision à la fois de l’opposition et de la
complémentarité des deux sexes dans une logique plus ou moins forte
d’inégalité et de domination entre les sexes, avec un besoin plus ou
moins fort de marquage de l’identité sexuelle, et un impératif plus ou
moins net de séparation des sexes. Nous donnons ici trois exemples de
marqueurs de différence : l’espace, le vêtement, et le marqueur corporel.
Le marquage par l’espace : lieux masculins, lieux féminins
La distinction entre masculin et féminin peut être visible dans
l’espace assigné à chacun, à travers la détermination plus ou moins
nette de lieux masculins et de lieux féminins. La distinction traditionnelle opérée dans un grand nombre de pays est celle qui oppose
l’espace intérieur et domestique lié au féminin et l’espace extérieur
lié au masculin.
En France même, a longtemps prévalu un modèle organisé au
xixe siècle : « Cloisonnement des espaces-temps des hommes et des
femmes, et en particulier assignation de celles-ci à l’espace domestique du “foyer”. Ce modèle n’a pas résisté aux effets conjugués de
l’entrée massive des femmes dans le monde du travail, à leur progressive indépendance économique et à leurs revendications d’une égalité
de condition7. » Pour autant, cette assignation de l’espace domestique
aux femmes n’a pas totalement disparu. Ainsi, les enquêtes concernant les choix de résidence des Français, mettent généralement en
avant le fait que pour un couple dont les deux membres travaillent,
on privilégie la plupart du temps le lieu d’habitation qui est le plus
proche du travail de la femme.
La question se pose bien plus nettement dans de nombreux pays,
au sein desquels les normes culturelles associent traditionnellement
femme et intérieur, homme et extérieur. Ces normes « conditionnent
largement pour chaque genre les activités à réaliser et les espaces
fréquentables. Elles se traduisent d’abord par des situations d’absence de sortie du domicile plus fréquentes chez les femmes8. » Dans
l’Inde rurale du Sud par exemple, note Seemanthini Niranjana, « les
termes utilisés pour désigner l’intérieur et l’extérieur n’indiquent
pas seulement un espace physique […]. Appliquées à une femme, les
expressions “devenir extérieure” ou “rester dehors” signifient qu’elle
a ses règles, ce qui l’exclut des espaces intérieurs du foyer9 ». En
Arabie saoudite, l’évolution vers un accès croissant des Saoudiennes
à des espaces publics n’est généralement possible que lorsqu’elles
sont visibles mais non « reconnaissables ». Les femmes peuvent en
revanche être reconnaissables dans des espaces qui leur sont réservés
et au sein desquels elles ne portent pas le niqâb.
Le marquage par la tenue vestimentaire
Il ne s’agit pas tant ici d’observer que les femmes et les hommes
ne s’habillent pas de la même manière que d’évoquer le sens profond
et l’importance de cette différenciation. Ceux-ci renvoient souvent à
l’aspect plus ou moins révélateur du vêtement, et à l’idée de cacher le
sexuel pour repousser le désir de l’autre. Cet objectif peut être concrétisé de plusieurs manières suivant les cultures, en fonction des parties
du corps des femmes auxquelles on attribue la valeur la plus érotique
et la plus sensible : les pieds dans certaines régions d’Asie centrale
ou de Chine, les épaules au Cambodge (où des épaules couvertes
indiquent qu’une femme n’est pas encore mariée), la poitrine dans la
plupart des pays mais nullement dans certaines populations d’Afrique
(chez les Afars en particulier), etc. Ce qui est singulier et très révélateur des normes dominantes en matière d’orientations sexuelles, c’est
7. Marie-Christine Jaillet et Monique Membrado, Masculin/Féminin dans la ville. L’espace urbain
est-il sexué ?, www.cafe-geo.net/wp-content/uploads/CR-Masculin-Féminin-29.04.04.pdf
8. Jeff Turner et Philip Fouracre, « Women and transport in developing countries », Transport
Review, n° 1, 1995.
9. Seemanthini Niranjana et al., Masculin-Féminin…, op. cit.
223
le masculin et le féminin l'intelligence interculturelle
que cette terreur de provoquer le désir ou de choquer ne s’applique
pratiquement qu’aux femmes, très rarement aux hommes.
Le vêtement le plus illustratif de cette volonté de dresser un
« écran » contre le désir de l’homme est évidemment le voile : un écran
décrit par nombre d’auteurs islamiques comme une protection contre
le regard de l’homme, et contre la tentation qu’il peut éprouver.
Le marquage par la mutilation corporelle
Nous avons déjà mentionné (dans le chapitre 4) l’importance et
la signification de la pratique de l’excision dans beaucoup de pays
d’Afrique, notamment conçue comme « garantie » pour la jeune fille
de pouvoir trouver un mari un jour. L’exemple suivant, retraçant la
construction de l’identité sexuelle dans les traditions dogons et bambaras, est particulièrement révélateur de la recherche d’opposition/
complémentarité visée par les mutilations corporelles.
Construire l’identité sexuelle par la mutilation
des corps
224
Ibrahima Camara, professeur de sciences de l’éducation à Bamako, explique
que dans les sociétés traditionnelles, tant qu’il ne porte qu’un cache-sexe,
l’enfant, n’est pas « confirmé » dans son sexe. On le considère comme
bisexué, ou plutôt il n’est ni homme ni femme. Les mythes bambaras et
dogons qui retracent l’origine de l’humanité racontent d’ailleurs que le premier être était androgyne. La mutilation du corps, circoncision et excision,
permettait de dire désormais qui était qui et lui assignait sa position dans
la société.
Tant que le garçon est pourvu d’un prépuce, support de sa féminité, et la
fille de son clitoris, support de sa masculinité, ils sont considérés comme
« impurs ». Ils appartiennent à la catégorie des incirconcis dont le sexe est
indéfini. La circoncision et l’excision vont leur permettre d’acquérir le statut
de véritable homme et de véritable femme et de trouver leur place au sein
de la communauté des adultes. Ce rite de passage était autrefois accompagné du rasage des cheveux, symbole de virilité pour les garçons et du
tressage chez les filles, symbole de féminité.
L’homme ayant perdu sa féminité cherchera donc ce complément qui lui
manque en s’unissant à une femme et inversement. L’enjeu étant celui d’une
assistance mutuelle, le mariage ne pouvait être que la concrétisation de ce
besoin de complémentarité.
Toutes ces étapes de l’enseignement initiatique ont aujourd’hui disparu sous
l’influence de l’occidentalisation, de l’islam, de l’urbanisation. Elles montrent
cependant la complexité des approches du genre et de la sexualité, dans un
réseau de références symboliques et de peurs imaginaires autour du corps
physique et social.
Voir Ibrahima Camara, Le Cadre rituel de l’éducation au Mali. L’exemple du Wassoulou, Paris,
L’Harmattan, 2003.
Question 78. Quelles sont les représentations
de la femme dans les différentes religions ?
La tendance dominante des représentations culturelles de la
femme reste marquée, dans de nombreux pays, par l’importance des
représentations religieuses et traditionnelles qui la placent au second
plan dans la hiérarchie humaine.
Certes les ethnologues aiment à rappeler que dans certaines civilisations (celtes par exemple), les dieux des origines étaient femmes,
et que nombre de religions polythéistes accordaient autant d’importance à l’homme qu’à la femme, comme ce fut le cas dans la cosmogonie de l’Égypte antique qui faisait de la complémentarité des deux
sexes un élément fondateur de l’équilibre cosmique (où l’homme
n’avait pas forcément le beau rôle d’ailleurs : le dieu Seth, un homme,
commet le péché originel tandis que la déesse Maât, fille du dieu Rê
est le symbole de l’harmonie et de la justice universelle). Pour autant,
la place première donnée à l’homme reste prépondérante dans bien
des sources religieuses, et pour commencer, dans les représentations
chrétiennes.
Pour beaucoup de chrétiens, la femme est encore, selon Ariane
Buisset, « un corps second10 ». Dans la Genèse, elle est présentée
comme une « aide11 », une servante, tirée du corps de l’homme (la
« côte »), créée à cause de l’homme et pour l’homme, tentatrice, responsable du péché originel. Même si les Églises protestantes ont
pour la plupart admis les femmes dans le rôle de pasteur, et même si
l’Église anglicane compte des femmes parmi ses évêques, l’empreinte
de l’esprit de la Genèse (à quoi on peut ajouter celle des lettres de
saint Paul) reste forte dans l’Église catholique qui continue notamment de refuser l’idée de l’ordination de femmes.
En est-il de même du judaïsme, à qui Ariane Buisset attribue la
même adhérence à ce que suggère le texte de la Genèse ? Le grand
rabbin Ernest Guggenheim le conteste largement lorsqu’il estime que
« fondamentalement, il n’existe aucune infériorité de la femme. On
peut même démontrer, de toutes sortes de manières, que son rôle
est au contraire primordial. […] La Torah a été donnée d’abord aux
femmes : pour marquer précisément l’importance de leur rôle12. »
Dans le monde arabo-musulman, la question du statut des femmes
est particulièrement complexe. On cite souvent l’Arabie saoudite, où
la norme coranique prime sur toutes les autres : les femmes n’ont le
droit d’y travailler que si leur conjoint ou leur tuteur les y autorise, et
en aucun cas dans un environnement mixte, ce qui limite évidemment
10. Ariane Buisset, Les Religions face aux femmes. S’ouvrir à une vision nouvelle de l’humain et du
spirituel, Accarias, 2008 et La Réconciliation. Essai sur l’unité cachée des religions, Adyar, 1996.
11. « Il n’est pas bon que l’homme soit seul ; je lui ferai une aide semblable à lui » (Genèse 2, 18).
12. http://judaisme.sdv.fr/histoire/rabbins/gugenh/gugenhe2.htm
225
le masculin et le féminin l'intelligence interculturelle
226
leurs possibilités de présence sur la scène professionnelle (guère plus
d’un cinquième des femmes y a une activité professionnelle). Comme
le remarque Raja Ben Slama, « réel ou symbolique, l’enterrement
guette toujours les femmes soupçonnées […] de “séduction-sédition”
(fitna). Entendons : ce qui détourne de Dieu, et qui rend l’homme
imperméable à ses signes. C’est ce qui, en même temps, apparente
la femme au démon, lequel d’ailleurs s’appelle fattan, et “égare les
hommes et les berne de désirs” ». Il s’agit donc de « dresser un écran
qui interdit et sépare, significations auxquelles renvoie le terme
hijab : voile13 ».
La question est donc de savoir dans quelle mesure ces sources religieuses déterminent réellement des pratiques et des législations discriminantes dans les différents pays.
Le premier constat simple est que bien souvent les discours d’exclusion des femmes (ou des minorités sexuelles) – et les législations
nationales qui entérinent ces discours – s’appuient sur des arguments religieux, même dans des pays où le régime de la séparation
des Églises et de l’État est supposé prévaloir. De fait, la religion est
bien souvent un socle sur lequel se légitime l’inégalité de genre : c’est
ce qui se passe par exemple au Sénégal, avec un code de la famille
directement inspiré du droit musulman, mais aussi en Roumanie où
l’État favorise la discrimination à l’intérieur des cultes.
Toutefois, la confusion est fréquente entre l’influence des religions et celle de traditions qui peuvent n’avoir qu’un rapport lointain
avec la religion. Le refus d’une femme musulmane de se faire examiner par un gynécologue de sexe masculin, de pratiquer la natation
dans des piscines mixtes, l’obligation de l’autorisation d’un tuteur
mâle pour le mariage, etc., tout ceci est-il inscrit dans le Coran et les
hadîths ? Beaucoup le contestent, tandis que la stigmatisation d’une
religion est souvent liée à la dénonciation de ces réactions et de ces
pratiques.
Même si certains prônent la bienveillance et la tolérance (des
mots qui en soi peuvent porter une certaine dose de réticence et de
paternalisme), beaucoup de porte-parole des différentes religions
refusent à l’homosexualité le caractère de forme « normale » de vie
du couple et de la sexualité. Ils puisent leurs arguments dans une
tradition, parlent de « fondements de la société », et étayent leur
position, notamment dans le cas des trois religions du Livre, dans les
textes bibliques ou dans le Coran, avec certains passages qui, sortis de
leur contexte, condamnent avec vigueur la pratique de l’homosexualité : l’« abomination » évoquée dans le Livre du Lévitique ou le récit
de Sodome et Gomorrhe dans la Genèse par exemple. Quant à la loi
islamique, elle est, elle aussi, souvent invoquée pour proscrire cette
pratique.
Ce serait une erreur cependant d’assimiler les prises de positions
officielles des autorités religieuses (le magistère de l’église catholique, la position de certains grands rabbins, le discours des tenants
de la charia, etc.) à un reflet fidèle du point de vue des croyants des
différentes religions. Il faut rappeler à ce sujet que 40 % des catholiques français se sont déclarés favorables au « mariage pour tous »,
que beaucoup récusent l’instrumentalisation de certains passages des
textes fondateurs, et que certaines églises protestantes européennes
s’ouvrent de manière accélérée à la réalité homosexuelle.
Les religions et spiritualités orientales, surtout le shintoïsme, sont
moins formelles sur ce point mais gardent leurs distances : dans le
bouddhisme, le précepte de la maîtrise des sens incite à ne pas rechercher le plaisir pour le plaisir et donc, comme dans les conceptions les
plus traditionnelles du catholicisme, à n’envisager la relation sexuelle
qu’en vue de la procréation. Dans l’hindouisme, « le plaisir charnel
est accepté et acceptable uniquement dans la mesure où il est hétérosexuel et consommé dans les liens du mariage14 ».
Au-delà de la référence à la religion, la diversité des positions
culturelles vis-à-vis de l’homosexualité est largement liée à l’enjeu de
la séparation des genres et des rôles sexuels évoqués plus haut.
La prise en compte de tous ces éléments – la législation en vigueur
susmentionnée et les représentations de l’homosexualité – est
aujourd’hui une nécessité ressentie comme de plus en plus impérieuse par les DRH des institutions employant du personnel expatrié.
Il s’agit d’éviter aux membres de ce personnel d’être mis en danger
ou victimes de discriminations ou de rejet lorsqu’ils tiennent très
légitimement à ne pas cacher leurs options sexuelles. L’orientation
sexuelle sort alors du domaine privé dans la mesure où elle entre en
jeu dans les décisions d’acceptation ou d’affectation dans un poste à
l’étranger. Elle concerne également les ONG, non seulement les organisations sanitaires ayant à traiter par exemple des questions de sida,
mais aussi les institutions de défense des droits humains et les organismes de coopération en général. Elle place souvent les intervenants
étrangers dans une position délicate, ainsi qu’en témoigne ce coopérant français successivement en poste en Tanzanie puis en Afrique du
Sud : « J’ai monté des projets d’appui à des groupes gays, lesbiens en
Afrique dans des pays où l’homosexualité est interdite, où l’on risque
13. Raja Ben Slama et al., Masculin-Féminin…, op. cit.
14. http://fr.wikipedia.org/wiki/Homosexualit%C3%A9_dans_les_religions#cite_note-9
Question 79. Les discriminations des minorités
sexuelles ont-elles des fondements culturels ?
227
le masculin et le féminin l'intelligence interculturelle
sa peau et où l’on dit que l’homosexualité c’est quelque chose d’occidental alors qu’on se retrouve avec des gens en souffrance, qui sont
violés, déchirés, pas reconnus, à qui l’on arrache même leurs racines
africaines alors que l’orientation sexuelle n’a rien à voir avec la couleur de la peau : à quel moment doit-on choisir entre ne pas bouger (ce
ne sont pas mes affaires) ou dénoncer une discrimination15 ? »
228
15. Interview réalisé par des étudiants du Master de management interculturel de Dauphine.
Pour aller plus loin
sur les questions de genre
››Appadurai (Arjun), Korom (Franck) et Mills (Margaret) (dir.), Gender,
Genre, and Power in South Asian Expressive Traditions, University of Pennsylvania Press, 1991
››Buisset (Ariane), Les Religions face aux femmes. S’ouvrir à une vision nouvelle
de l’humain et du spirituel, Accarias, 2008
››Hofstede (Geert et Gert Jan) et Minkov (Michael), Cultures et organisations. Nos programmations mentales, Pearson Éducation France, 2010
››Médecins du Monde, Prévention et réponses aux violences liées au genre,
guide méthodologique, Paris, MdM, 2011
››Waldman (Linda), Cornell (Lucida), Ben Slama (Raja), Li (Xiao-Jian),
Fraisse (Geneviève) et Seemantini (Niranajana), Masculin-Féminin, Les mots
du Monde, Paris, La Découverte, 2004
Troisième partie
CULTURES
proFESSIONNELLES
ET orgANISATIONNELLES
Nous proposons ici un focus sur ce qui concerne le plus directement notre vie professionnelle et notre vision de l’organisation
sociale. Pour cela, nous aborderons quatre enjeux-clés :
−− quelles sont les représentations du travail, du « métier », de
l’efficacité, du risque, de la responsabilité ?
−− comment conçoit-on et gère-t-on le désaccord ici et là, quelles
sont les attitudes observables face aux conflits professionnels (affrontement, contournement, évitement, etc.) ?
−− qu’est-ce qu’être riche ou pauvre dans nos cultures respectives ? Quelles postures à l’égard de la possession, de la propriété, du
bien commun ? Sommes-nous dans une culture de l’accumulation ou
de la redistribution ?
−− quelles visions du pouvoir, de l’autorité ? Quel rapport à la
norme et à la règle ? Quelles sont nos conceptions des hiérarchies
et nos comportements à l’égard de nos patrons ou de ceux que nous
encadrons ? Quels sont les principaux modes d’organisation des structures dans lesquelles nous travaillons selon les aires géographiques
ou les sphères professionnelles ?
C’est probablement sur les thèmes de cette troisième partie que la
littérature existante est la plus abondante, concentrée cependant sur
les milieux de l’entreprise. Ici encore, en rapportant les expériences
les plus diverses possible, nous essayerons de croiser les regards en
montrant notamment comment des problématiques interculturelles
communes peuvent se retrouver entre des entreprises, des ONG, des
organisations sociales, etc.
233
Chapitre 10
Le travail
Entre vocation, métier et devoir
L’Antiquité romaine fut une période de grande inventivité en
matière d’instruments de torture. Les esclaves en firent la pénible
expérience avec le tripalium (appareil à trois pieux) ou la trabicula, petit chevalet de torture qui donna le verbe trabiculare : faire
souffrir. Or tripalium et trabicula ne sont autres que les origines
du mot travail en français. Ce rappel étymologique tient peut-être
de l’anecdote, mais il prépare à l’idée que nos propres représentations du travail peuvent se révéler fort différentes de celles d’autres
cultures.
Cet ouvrage étant destiné de manière prioritaire aux professionnels, le rapport au travail y constitue un enjeu majeur. Ce chapitre
n’en aborde que quelques aspects spécifiques : rapport au sens du
travail, aux motivations dans le travail, à l’« accomplissement » dans
le travail ; mais aussi rapport à l’esprit d’entreprise, à l’efficacité, à la
responsabilité, à l’idée de « progrès » dans le travail, etc. Quelles sont
nos cultures du travail, comment sont-elles imprégnées par nos histoires et nos convictions respectives ?
Avant d’aborder les représentations de toutes ces notions, il est
utile – en tout cas pour les lecteurs en situation d’expatriation – de
faire la démarche d’observer la situation de l’emploi et le cadre juridique et social du travail, dans les pays où ils déploient leur activité.
Cette prise de recul les aidera à comprendre dans quelle mesure le
rapport au travail est plutôt un rapport « sauvage », « encadré » ou
« contraint ».
Contextualiser
237
Question 80. Situation de l’emploi : qui travaille
dans nos territoires respectifs ?
La situation de l’emploi formel dans les différents pays est en
principe facile à connaître par le biais des statistiques officielles
(pour lesquelles les comparaisons peuvent au demeurant se révéler très trompeuses, les critères de calcul étant souvent différents).
Mais la question du « qui travaille » ne saurait se limiter aux statistiques, le travail informel, rarement pris en compte, pouvant constituer une part dominante dans certains pays du Sud. L’enjeu de fond,
qui échappe souvent au radar des statistiques, concerne la répartition
des rôles et la contribution effective de chacun à la subsistance de
la famille ou du groupe. En Afrique subsaharienne par exemple, le
travail des femmes est souvent décrit comme essentiel à l’économie
de subsistance sans que celui-ci soit enregistré comme tel. On parle
d’ailleurs souvent à cet égard de « travail invisible ».
le travail
l'intelligence interculturelle
238
Il est également nécessaire de prendre du recul sur les marges de
manœuvre de ceux qui commandent et exécutent le travail, en analysant le niveau d’encadrement juridique de celui-ci.
Depuis près d’un siècle, le travail est (en principe) l’objet de réglementations un peu partout dans le monde (l’Organisation internationale du travail a été créée en 1919). Près de 200 conventions applicables aux 183 états membres ont été adoptées par l’OIT depuis sa
création, concernant par exemple la liberté syndicale, l’élimination
du travail forcé, l’abolition du travail des enfants, l’amélioration des
conditions de travail, l’élimination des discriminations en matière
d’emploi, la durée du travail, la protection sociale, le travail de nuit,
etc.
Mais la question demeure de savoir dans quelle mesure les législations nationales mises en place sous le double effet des pressions
intérieures et des recommandations des instances internationales
sont effectivement appliquées. Nous avons vu en particulier dans les
chapitres précédents que les réglementations concernant la non-discrimination sont très loin d’être respectées (plafond de verre, discriminations à l’embauche, etc.).
En matière de travail des enfants, celui-ci a beau être interdit ou
encadré, il est encore largement pratiqué. Les statistiques dans ce
domaine (qui concernent en général la tranche d’âge comprise entre
5 et 17 ans) sont très trompeuses, le travail des enfants étant souvent,
et pour cause, pratiqué en toute illégalité. L’OIT estime que 350 millions d’enfants sont au travail dans le monde, et établit une gradation
entre « travail acceptable » – l’Unicef estime que, dans certains cas,
et à hauteur d’une limite hebdomadaire, le childwork peut être utile
à l’éducation des enfants –, travail non dangereux, travail dangereux
(mines, pesticides, construction…) et « pires formes de travail » (travail forcé, prostitution, etc.).
Certaines professions échappent encore à la réglementation du
travail. Il aura fallu par exemple attendre la 100e session de la Conférence internationale du Travail, en 2011, pour que l’OIT décide de
faire entrer une cinquantaine à une centaine de millions de travailleurs domestiques du monde entier dans le cadre des normes internationales du travail.
La situation des seniors et des personnes âgées au regard du travail est, elle aussi, très différente d’un pays à l’autre : définit-on ici un
« troisième âge » et un « quatrième âge » ? Existe-t-il un âge légal de
la retraite (ce n’est pas le cas, par exemple, en Australie ou au Canada, sauf pour certaines professions), si oui quel est-il ? Est-il le même
pour les hommes et les femmes ?
Question 82. Quelle est l’importance du syndicalisme
dans nos pays respectifs, sa nature, son rôle ?
Les syndicats existent à peu près partout (la Confédération syndicale internationale a des membres dans plus de 150 pays), mais
il existe des différences notables dans leur nature, leur poids, leur
vocation, qui nous éclairent sur les différences de conceptions des
rapports entre acteurs de la vie professionnelle d’un pays à l’autre.
Plusieurs points peuvent être observés dans ce domaine :
−− le taux de syndicalisation (nombre de salariés adhérents à un
syndicat rapporté à l’effectif total des salariés d’un pays) est très
variable. Le tableau ci-après montre les écarts qui existent au sein des
pays de l’OCDE, mais les taux peuvent se révéler beaucoup plus bas,
notamment dans certains pays d’Afrique et d’Amérique latine (on
constate le niveau particulièrement bas de la France dans ce domaine).
© Institut supérieur du travail – www.istravail.com
Question 81. Quel est, ici et ailleurs, le degré
de réglementation du travail ?
−− la composition et la vocation des syndicats diffèrent également
largement d’une région à l’autre, notamment la part respective des
syndicats ouvriers et patronaux, le rôle des syndicats religieux, la
place des syndicats agricoles, étudiants, etc.
−− leur nature et leur organisation, à propos desquelles on voit
apparaître beaucoup de nuances :
yy le degré d’indépendance : en Russie par exemple, les syndicats
demeurent encore très marqués par une collusion ancienne avec
les organes dirigeants dont ils renforcent la position. Malgré un
nouveau code du travail qui prône le dialogue social, les véritables
négociations restent rares. « La direction et les syndicats, rapporte
Valery Krylov, affirment qu’ils “travaillent ensemble”. La présence
des syndicats est souhaitable pour le respect des lois. Dans les faits,
leur connivence avec la direction aménage des “superstructures du
239
le travail
l'intelligence interculturelle
sommet”. Plutôt que de représenter le personnel, les institutions
sociales servent les intérêts de ceux dont la position permet d’influer sur les règles1. »
yy l’inscription dans une culture de concertation ou de confrontation : ainsi le système de représentation des salariés en Allemagne est-il à la fois très vigoureux – et les syndicats très puissants –, mais il privilégie la concertation avec le patronat à plusieurs niveaux (branches professionnelles et niveau de l’entreprise). Il renforce un mode de gestion basé sur le « consensus
négocié2 » permettant l’adhésion du personnel aux objectifs des
entreprises, que l’on a longtemps considéré comme l’une des explications majeures de la réussite du modèle industriel allemand.
yy l’existence ou non d’une culture syndicale « autochtone » :
dans des conditions économiques très différentes de celles des
deux pays qui viennent d’être cités, le syndicalisme est extrêmement faible dans beaucoup de pays d’Afrique, notamment du fait
de l’écrasante majorité de la population rurale et de l’importance
de l’emploi informel dans les villes.
Interroger les représentations et les pratiques
Question 83. Quelles sont les différentes conceptions
du travail, de sa raison d’être, de nos motivations ?
240
Petit exercice d’étymologie
Nous l’avons dit dès l’introduction de ce chapitre : le travail tel
que conçu dans les étymologies de notre culture francophone, c’est la
souffrance. Cet héritage est, en réalité, largement religieux : les références bibliques ne manquent pas pour accréditer l’hypothèse d’un
lien historique, dans le catholicisme et à un degré nettement moindre
dans le protestantisme, entre l’idée de travail et celle de châtiment,
d’outil de rédemption, de moyen de se racheter d’un péché originel
(Adam, chassé du paradis pour avoir croqué la pomme interdite,
devra gagner son pain à la sueur de son front, Ève devra n’enfanter
que dans la douleur du « travail » de l’accouchement…). D’où le lien
avec le terme de souffrance (trabiculare) ou même avec le terme d’esclavage dans certaines autres étymologies (работа en russe, robota
ou en polonais par exemple). L’homme, enclin à faire le mal, doit aller
1. Valery Krylov, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
2. Suivant l’expression de C. Barmayer, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
vers la rédemption tout à la fois par l’acharnement au travail et par
le contrôle de soi : le salut individuel ne peut ainsi qu’être durement
conquis (la « porte étroite »). Ce rachat des âmes par le travail, qui a
longtemps fondé la chrétienté, se distingue largement des cultures
musulmanes (où la doctrine du péché originel est ignorée) et de la
culture juive (où elle est rejetée). Cette source particulière de vision
du travail s’éloigne également de celle de cultures notamment africaines, dans laquelle l’Homme, partie intégrante de la nature, « est »,
fondamentalement, et où le travail est perçu comme un simple moyen
de survie et non comme un vecteur d’action à tout prix.
En revenant à l’étymologie, on réalise à quel point le mot « travail » est connoté de manière très différente d’un pays à l’autre :
−− en allemand par exemple, Arbeit est lié à l’idée de « patrimoine », et renvoie historiquement, note Clair Michalon, à l’« acte
glorieux qui fonde la qualité de chevalier3 ». Le travail est d’ailleurs
perçu en Allemagne, toujours selon Michalon, comme « un acte positif, qui fait l’objet d’un consensus général, excluant le doute, tant
dans la pratique que dans les finalités ».
−− vision positive également des Japonais à l’égard du travail, sa
traduction – shitogo – signifiant littéralement « processus d’accumulation de la connaissance » et « service ». Le travail est perçu comme
un puissant outil d’intégration sociale, au sein d’entreprises dont la
traduction littérale (kaicha) est quant à elle « clan sociétal ».
−− en roumain, la notion de travail se traduit par lucru, qui provient
du latin lucrum lié à la notion de profit, et qui se rapporte avant tout à la
notion de rémunération. Selon Clair Michalon, cette traduction est liée
au fait que l’attention est moins portée sur le sens et les résultats du travail que sur le salaire : « Travailler, produire de la richesse a longtemps
été synonyme de collaboration avec un pouvoir autoritaire, le plus souvent étranger […]. En fin de compte, seul le poste qui donne accès à la
rémunération est pris en considération, et non l’activité qu’il suppose. »
−− notons enfin que significativement, certaines langues africaines (le swahili, le lingala) ne connaissent pas le verbe travailler,
mais seulement l’expression « faire un travail ».
Le travail : une valeur en soi ?
Il semble ainsi qu’il n’y ait pas de représentation universelle de
l’acte de travailler ou de la « valeur travail » ; pour certains, il n’est
qu’une modalité, pour d’autres une valeur en soi.
Les étymologies japonaises et allemandes du mot nous mettent
sur la voie : l’éthique du travail au Japon est en fait profondément
marquée par les racines très anciennes de la philosophie bouddhiste
3. Clair Michalon, Différences…, op. cit.
241
le travail
l'intelligence interculturelle
zen, qui présente de nombreuses similitudes, selon Hajime Nakamura,
avec l’éthique protestante. Chez les Japonais comme chez les protestants, estime cet auteur, le travail est l’une des voies spirituelles
menant au salut. « L’homme doit s’appliquer à son travail sans penser
à autre chose qu’à réaliser un travail de qualité, car la qualité de son
travail démontre sa qualité spirituelle. L’homme s’oublie dans son
effort de travail et ainsi, il peut diminuer son égocentrisme et réaliser le désintéressement de lui-même […]. Ici, le but de l’homme n’est
pas de reconnaître sa réussite professionnelle, mais consiste, pour
lui-même, à se libérer de la souffrance humaine et à atteindre la paix
intérieure4. » Cette vision rejoint d’une certaine manière celle des
cultures hindouistes ou bouddhistes traditionnelles, qui accordent au
travail, comme processus, une valeur en soi, indépendante du résultat. Même s’il n’est pas utile à proprement parler, le travail demeure
une voie, une manière d’être.
La brouette de l’ashram et la courte vie
du mandala : le travail comme processus
dans la culture indienne
242
« Pour les hindous, l’exercice quotidien de karma yoga, discipline de l’action,
est pratiqué surtout dans les ashrams (résidences ou retraites religieuses).
Il valorise l’apprentissage spirituel et le travail comme une fin en soi. Dans
l’étymologie sanskrite du mot ashram, on retrouve à la fois l’idée de « s’exercer » et celle de « labeur » et de « pénitence ». L’objet de cette pratique est de
dépasser l’ego et de se consacrer complètement à la tâche, sans s’attacher
au résultat et sans attendre de compliments. Si, comme je l’ai expérimenté,
l’on passe un après-midi en hissant des brouettes pleines de déchets potagers vers le haut d’une colline à la demande de son supérieur, on ne doit
pas être déçu, ni fâché, ni bouleversé si le lendemain il demande que les
déchets en question soient déplacés ailleurs, au fond du jardin : le processus
est plus important que le résultat, tout comme, dans la culture bouddhiste,
la construction méticuleuse d’un mandala de sable peut durer des semaines
pour finir détruit, une fois parfait, ou jeté dans la mer.
À l’inverse, on connaît ces mythes grecs qui partent du principe qu’un travail
inutile est la pire des punitions : pour avoir osé déjouer la mort, Sisyphe est
condamné à faire rouler perpétuellement une pierre en haut d’une colline
avant que celle-ci ne retombe au sol. Et pour avoir tué leurs maris, les cinquante filles de Danaos sont condamnées, aux enfers, à remplir sans fin des
jarres percées (le fameux tonneau des Danaïdes) ! »
Une étudiante française, Sciences Po, 2013.
4. Hajime Nakamura, Étude sur l’esprit critique dans le Japon moderne, Shinshusha, 1950, cité par
Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
Historiquement, on retrouve cette glorification de la valeur travail dans beaucoup de régimes autoritaires, et notamment au cœur
du discours du régime soviétique, pour lequel, comme l’observe
Valery Krylov, « [dès la fin des années 1920] la “valeur travail”, sans
rapport au résultat, a été proposée comme force créatrice. […] Cette
idéologie, selon laquelle un salarié devait se livrer corps et âme à son
travail, exigeait la mobilisation totale des travailleurs, et induisait
une logique d’obéissance appelant à l’exemplarité vertueuse5 ». On
pourrait déduire que cette idée de la valeur-travail est exclusivement
celle d’une idéologie politique, mais Krylov estime que si elle a été si
bien assimilée en Russie, c’est que, proche des valeurs orthodoxes qui
prônent le « travailler sans compter pour le bien de tous », elle trouve
ses sources dans des racines culturelles plus profondes.
Pourquoi travailler ?
D’une zone culturelle à l’autre, d’une profession à l’autre mais
aussi bien entendu d’un individu à l’autre, la part respective des
différentes motivations possibles du travail varie : entre « gagner
sa vie », « réussir », progresser socialement ou rechercher des relations humaines et un cadre social dans lequel s’intégrer, le curseur
peut être placé de manière différente. Dans plusieurs cultures, la
priorité est mise, tant du côté des dirigeants que de celui des salariés, dans le caractère intégrateur, et « familial » des relations de
travail. Au Mexique, au Liban, au Brésil, en Colombie par exemple,
voir les résultats de son travail et bien gagner sa vie est important,
mais souvent moins que de travailler dans une bonne ambiance. Le
lien l’emporte sur le règlement, la productivité, le contrat, tout ceci
dans le cadre d’entreprises où la soumission et le paternalisme sont
monnaie courante. Mais dans d’autres cultures, cet aspect relationnel
est une motivation plus marginale. En Grande-Bretagne par exemple,
nous rappelle Christine Geoffroy, on placerait plutôt la tâche avant
la relation : « Pour des peuples latins ou méditerranéens, il est très
surprenant de constater que la tâche, pour un Anglais, passe avant
les relations interpersonnelles. Les témoignages de partenaires de
travail français et anglais seront particulièrement révélateurs de ces
attitudes contrastées. Telle Française dira : “J’ai toujours l’impression
qu’ils ne s’intéressent pas à savoir qui sont réellement leurs interlocuteurs, même si j’ai pris la peine d’envoyer un fax avec mon prénom et mon nom de famille.” Tandis qu’un collègue de travail anglais
affirmera : “En Angleterre, quand on est au travail, c’est pour travailler. Ce n’est pas une chose sociale, on est là pour faire une tâche.
5. Valery Krylov, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
243
le travail
l'intelligence interculturelle
244
Les Français socialisent beaucoup au travail. Nous, on socialise en
dehors du travail.”6 »
Travail comme devoir, comme moyen de gagner sa vie, comme vecteur de réussite et de mobilité sociale, comme manière de s’intégrer
et de s’épanouir : les raisons de se « mettre au travail » sont donc multiples et très liées à l’histoire et à la culture de chaque pays.
Mais ces visions sont également très liées à l’influence du contexte
économique. Dans ce domaine, une réflexion intéressante est menée
par Ronald Inglehart7, qui s’emploie à classer les différentes cultures
nationales du travail en fonction de deux axes qui sont étroitement
liés au contexte économique du pays concerné : un premier axe, lié au
passage d’une société préindustrielle à une société industrielle, qui
oppose les valeurs traditionnelles et religieuses aux valeurs laïques et
rationnelles ; et un second axe qui oppose les préoccupations de survie
aux préoccupations d’épanouissement individuel. Peut-être Inglehart
oppose-t-il trop radicalement tradition et modernité, survie et épanouissement, mais il permet une lecture intéressante de notre thème,
en distinguant notamment trois types de contextes, trois étapes de
développement économique, associés à trois regards sur le travail :
−− dans des contextes où l’influence traditionnelle et la religion
restent prégnantes (« cultures du sacré »), le travail aurait tendance
à s’inscrire davantage dans un système de croyances, à être davantage
lié à une « éthique du devoir », et à constituer davantage une forme
d’obligation vis-à-vis de la société, à l’inverse de ce que l’on observe
dans des sociétés plus sécularisées.
−− dans des contextes où sont développées des valeurs matérialistes et individualistes, notamment dans les phases de transition économique des pays, le travail serait avant tout valorisé dans sa dimension « instrumentale » : il apporte un revenu, il assure une sécurité, etc.
−− à l’inverse, les pays les plus riches caractérisés en partie par des
valeurs « post-matérialistes », valoriseraient davantage la capacité du
travail à permettre le bien-être et l’épanouissement de chacun (mais
pour autant ces sociétés valoriseraient-elles moins le revenu et la
consommation qu’il permet ? Pas si sûr). Le travail devient alors avant
tout une voie de réalisation personnelle. L’intérêt porté à l’activité
menée apparaît bien plus central dans les motivations du travail, au
regard notamment du niveau de salaires, des perspectives de promotions, etc.
Ces différents types de motivations pour se mettre au travail sont
assez classiques, et se retrouvent d’ailleurs dans un outil bien connu,
surtout utilisé pour le marketing et l’analyse des besoins des consommateurs : la pyramide de Maslow.
Son inventeur, Abraham Maslow8, distingue 5 niveaux successifs
de besoins : les besoins de base d’abord, de sécurité ensuite, d’appartenance, d’estime puis de réalisation. Les individus rechercheraient
la satisfaction de chaque besoin avant de penser au besoin du niveau
supérieur. Cette approche a certes été fortement contestée : il n’est
pas évident que les besoins du haut de la pyramide (estime, reconnaissance, réalisation) soient perçus par tous comme moins essentiels que
les besoins de base. Cette modélisation peut cependant nous aider à
interroger la gradation des motivations du travail dans nos sociétés.
La place particulière du travail en France
Les enquêtes réalisées au niveau européen sur la place et l’importance donnée au travail se rejoignent toutes autour d’un même constat : la France se
distingue des autres pays européens par la proportion de la population qui
déclare que le travail est « très important ». Voici le graphique que propose
EVS, le European Value Survey (www.europeanvaluesstudy.eu) :
245
Source : EVS, 1990 et 1999 (reproduit dans l’étude de Lucie Davoine et Dominique Méda, voir
ci-dessous)
(…)
6. Christine Geoffroy, La Mésentente cordiale…, op. cit.
7. Ronald Inglehart, Modernization and Postmodernization: Cultural, Economic, and Political
Change in 43 Societies, Princeton, Princeton University Press, 1997.
8. Abraham Maslow, Devenir le meilleur de soi-même. Besoins fondamentaux, motivation et
personnalité, Paris, Eyrolles, 2008.
le travail
l'intelligence interculturelle
La place particulière du travail en France
(suite)
246
(…) Quels facteurs peuvent expliquer ces différences ? Quelles sont
les motivations particulières des Français qui leur font donner tant
d’importance au travail ? Pour Lucie Davoine et Dominique Méda,
la France ne semble pas plus sensible à l’idée que le travail est un
« devoir à accomplir » que ses voisins anglo-saxons par exemple. Si
on tient compte du pourcentage de personnes simplement d’accord
avec cette idée, la France est plus proche de la Grande-Bretagne.
La France ne se trouve pas non plus parmi les pays les plus pauvres
d’Europe (qui témoignent, on vient de le voir, d’une importance traditionnellement plus grande accordée au travail) ; même si le niveau
de chômage et le sentiment d’insécurité sur le marché du travail sont
un premier facteur explicatif. Les Français ne semblent pas non plus
placer davantage d’importance que les autres dans les salaires et la
dimension « instrumentale » du travail.
En revanche, et c’est bien là une particularité, les Français ont tendance à placer des attentes plus grandes dans l’épanouissement personnel au travail et le développement de leurs capacités au travail.
Plus de 50 % des Français sont « tout à fait d’accord » avec l’idée que
le travail est nécessaire pour développer pleinement ses capacités
[…] alors que moins de 20 % des Britanniques, des Suédois ou des
Finlandais partagent cette idée.
Davoine et Méda traduisent cette spécificité de la manière suivante :
« Le travail est plus fréquemment un investissement affectif en France,
ce qu’ont également mis en évidence les enquêtes d’Ipsos et de la
Sofres […]. Les Français sont ainsi 42 % à penser qu’ils “s’accomplissent souvent dans le travail”, pour une moyenne européenne de
30 % […]. Par rapport à la moyenne européenne, les Français plébiscitent les notions d’accomplissement et de fierté. On retrouve ici les
idées développées par Philippe d’Iribarne […] : les valeurs françaises
opposent le travail “vil” au travail “noble”, qui échappe à la logique du
marché, pour s’appuyer sur une logique interne, celle de l’honneur du
métier. »
Éléments issus de l’étude de Lucie Davoine et Dominique Méda, « Place et sens du
travail en Europe : une singularité française ? », Centre d’études de l’emploi, document
de travail, n° 96-1, février 2008, www.cee-recherche.fr/publications/document-de-travail/place-et-sens-du-travail-en-europe-une-singularite-francaise
Pour aller plus loin sur les différentes représentations du travail,
nous proposons de poser quelques autres questions-clés : Comment
percevons-nous notre métier ? Qu’entendons-nous par « efficacité »
dans le travail ? Quelle séparation faisons-nous entre notre travail et
notre vie privée ?
Question 84. Dans quelle mesure le « métier » est-il
perçu comme un choix, une vocation, une assignation ?
Une notion étroitement associée à celle de travail et qui n’est pas
sans lien avec la question des motivations est celle de métier, autour
de laquelle les représentations culturelles sont très diverses. L’enjeu
est notamment de comprendre dans quelle mesure un métier m’est
assigné, et dans quelle mesure il contribue plus ou moins fortement
à définir mon identité, et mon statut. Le métier est-il ou non perçu
comme un élément central du prestige et de l’honneur individuel ?
Le métier vocation ou question d’honneur ?
Dans certains pays comme l’Allemagne, le métier (Beruf) revêt un
caractère sacré. Le système de formation professionnelle, en alternance, y est pour quelque chose, qui valorise fortement le métier
en l’assimilant souvent à une vocation (Berufung). Dans L’Éthique
protestante et l’esprit du capitalisme, Max Weber mettait en lumière
ce caractère sacré du Beruf (à la fois métier, tâche, travail assigné) :
« Le mot allemand Beruf […] suggère […] une connotation religieuse
– celle d’une tâche imposée par Dieu. […] Si nous faisons l’historique
de ce mot à travers les langues, nous constatons d’abord que, chez les
peuples où prédomine le catholicisme […], aucun vocable de nuance
analogue n’existe pour désigner ce que nous, Allemands, appelons
Beruf (au sens d’une tâche de l’existence – Lebensstellung –, d’un travail défini), alors qu’il en existe un chez tous les peuples où le protestantisme est prépondérant9. »
Les Français ont, pour leur part, selon Philippe d’Iribarne, une
vision particulière du métier correspondant à ce qu’il appelle la
« logique de l’honneur10 ». Avoir un métier, observe-t-il, « c’est appartenir à un corps, s’inscrire dans la grandeur d’une tradition porteuse
d’une forme d’honorabilité que l’on a le devoir de maintenir, à la fois
en en étant digne, et en s’opposant à ce qu’on manque de respect à son
égard ». Cette logique, qui lie le métier au prestige et à l’honneur individuel, se traduit notamment selon lui par une tendance de chacun à
définir ses objectifs et ses responsabilités à partir de la vision qu’il se
construit du « métier » qu’il exerce ; vision portée par les pairs davantage que par un supérieur hiérarchique. « On fait largement confiance
à la capacité de chacun, guidé par le sens de son métier, à analyser les
situations et à agir en conséquence dans le cadre d’objectifs très généraux. » D’Iribarne tient cette manière de concevoir les rapports d’autorité pour une spécificité strictement française, et ajoute que « hors de
9. Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, Paris, Plon, 1964.
10. Philippe d’Iribarne, La Logique de l’honneur…, op. cit.
247
le travail
l'intelligence interculturelle
France, ne pas préciser ce qu’on attend de ceux qui travaillent pour soi
est largement vu comme le signe du fait que l’on ne sait pas ce que l’on
veut. » Il précise également que « les rapports de travail ne mettent pas
seulement en jeu les intérêts des salariés, mais la manière dont ils se
situent dans une hiérarchie qui oppose ce qui est grand et noble à ce qui
est bas. Les sentiments associés aux situations de travail, les réactions
qu’elles suscitent, en sont fortement affectés. On est dans un registre
qui n’est pas seulement celui des intérêts, et l’humiliation menace11 ».
Le métier comme assignation ?
248
Dans plusieurs pays d’Asie, le métier et la place dans la société de
celui qui l’exerce sont étroitement liés. L’influence du bouddhisme
zen contribue, par exemple, à placer au cœur de la culture japonaise
cette vision d’une « assignation » extérieure du métier de chacun :
« Chaque métier est donné à chaque individu par le Ciel comme mission sur terre », estimait ainsi le moine zen Shosan Suzuki12.
En Inde, on retrouve, de manière encore plus formalisée, cette
« assignation » d’un métier en fonction des positions dans la hiérarchie des castes. Ce qui désigne le métier en Inde, c’est la jâti, système endogame lié à la notion de profession (ou même, dans notre
vocabulaire, à celle de corporation de métier). On en compterait plus
de 4 500 en Inde, catégories à l’importance toujours forte en zone
rurale. Ces jâtis sont en réalité davantage que des métiers. Selon
A. Karkun et al.13, les jâtis sont également un système endogame (il
s’agit de bien se marier dans sa jâti). Il est intéressant de noter par
ailleurs que la jâti se distingue de la prospérité sociale de l’individu.
Autant de représentations du « métier » qui se démarquent de
conceptions plus opérationnelles, plus détachées de l’identité individuelle, moins déterminées et déterminantes du statut et de la position de chacun, telles qu’elles peuvent être rencontrées dans les pays
anglo-saxons.
Des cultures de métiers ?
Notons enfin qu’au sein d’une même organisation peuvent se
heurter des cultures de métier :
−− soit des cultures de secteur (lorsqu’une entreprise intervient
dans plusieurs domaines d’activité différents), avec un partage de
11. Philippe d’Iribarne, « L’honneur du métier », in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.),
Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
12. Cité par Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
13. A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
représentations, de savoir-faire, et de réactivité à un environnement
sectoriel : la culture du secteur automobile n’est pas la même que
celle du secteur pharmaceutique ou du secteur bancaire ;
−− soit des cultures professionnelles, qui font souvent s’opposer,
au sein d’une même entreprise, les commerciaux aux financiers, les
DRH aux techniciens, etc., ou au sein d’une même ONG les médecins
et les logisticiens, les gestionnaires et les agronomes, etc.
Question 85. Quelles sont les conceptions de
l’efficacité dans nos cultures respectives ?
Qu’est-ce qu’être efficace ? Les précisions de vocabulaire nous
dévoilent comment, en français et en anglais, les notions d’efficacité et
d’efficience sont liées à la définition des objectifs préalables à l’action.
Efficacité, efficience, rendement
L’efficacité (en anglais effectiveness, ou plus rarement efficacity) se rapporte
au degré de réalisation de ce qui a été prévu. Le degré d’efficacité est le
rapport entre les résultats qui ont été obtenus et les objectifs qui étaient
fixés. La notion de rendement est le pendant de celle d’efficacité dans le
domaine financier : rapport entre le résultat financier et les capitaux qui ont
été investis.
La notion d’efficience (efficiency en anglais) est différente. Elle désigne le
rapport entre ce qui est réalisé et les moyens mis en œuvre pour y parvenir*.
Pour le dictionnaire Larousse, efficient « se dit de quelqu’un, d’une machine,
d’une technique, etc. qui aboutit à de bons résultats avec le minimum de
dépenses, d’efforts. »
Pour aider à comprendre la différence, on peut proposer l’exemple suivant :
mon collègue me demande de traiter un dossier à sa place,
- cas 1, je traite ce dossier aussi bien que lui, mais en deux fois plus de
temps. Je suis efficace car j’ai réalisé la tâche.
- cas 2, je traite ce dossier aussi bien que lui, et aussi rapidement. Je suis
efficient.
Dans les deux cas, efficacité et efficience dans son sens occidental renvoient directement à la définition préalable d’un objectif, fixe et précis, à
partir duquel se mesure la qualité de l’action.
* Définition proposée sur le site www.sppe.gov.pf/IMG/pdf/Efficacite_et_efficience.pdf
Les écarts culturels vis-à-vis de cette approche occidentale de l’efficacité se perçoivent notamment dans certains pays asiatiques, et
concernent la manière d’appréhender l’objectif de l’action menée.
Dans son Traité de l’efficacité14, François Jullien montre qu’à la
14. François Jullien, Traité de l’efficacité…, op. cit.
249
le travail
l'intelligence interculturelle
Question 86. Quelles sont les représentations
de la responsabilité dans le travail ?
différence de la conception que nous avons de cette dernière (résultant de la mise en œuvre des moyens appropriés en vue d’une fin précise, et visant à imposer notre volonté à la réalité), la pensée classique
chinoise engage plutôt à apprendre, à se laisser porter, « à laisser advenir l’effet : non pas à le viser (directement), mais à l’impliquer (comme
conséquence) ». Dès lors, il ne s’agit pas d’une logique de maîtrise des
objectifs coûte que coûte, mais au contraire « de la non-bataille, du
non-affrontement ». On ne saurait complètement ignorer cet héritage de la tradition chinoise, notamment taoïste, dans nos relations
commerciales et internationales actuelles. Le wu-wei, « laisser venir »
incite à maîtriser les événements non pas en s’opposant à eux mais en
se laissant porter par eux : on pense spontanément aux techniques du
judoka qui, loin de contrer son adversaire, utilise la poussée de celui-ci
à son propre avantage.
DR
Le jeu de go
et l’efficacité à l’orientale
250
Korsak Chairasmisak, dirigeant de plusieurs grandes firmes thaïlandaises,
voit dans la philosophie du jeu de go un principe explicatif de l’efficacité des
stratégies asiatiques.
Le jeu de go, nous dit-il, « nous enseigne à nous adapter à des circonstances
changeantes. […] Il nous apprend que toute action mène à une autre et a
une influence sur le long terme et l’issue de la partie ». Le jeu de go incite à
un grand réalisme (« Si vous ne savez pas comment perdre, vous ne savez
pas comment gagner ») et à une capacité de vision globale des choses.
« C’est cette différence de vision qui différencie le général d’un simple commandant. Un commandant qui supervise un front fait en sorte de gagner
la bataille. En revanche, un général se fait une idée globale du champ de
bataille. Il pèse les forces et les faiblesses de chaque camp objectivement.
Il agit en suivant la propension des choses (yin shi ling dao) avec calme et
sobriété. Attentif, prudent, il sait quand attaquer et quand se retirer. Il fait
preuve de flexibilité, en s’adaptant à toutes les contingences pour ensuite
définir une stratégie en fonction des avantages distinctifs de chaque position acquise. »
Le go, poursuit Chairasmisak, est une épreuve psychologique, qui apprend
à maîtriser son envie de gagner trop vite : « Le vainqueur est celui qui saura
contrôler son esprit et résister le plus longtemps possible à la tentation de
tuer, car l’autre perdra patience le premier. »
D’après Korsak Chairasmisak, Enseignements d’un dirigeant asiatique. Sagesse et efficacité, Éditions d’Organisation, 2005.
L’idée de responsabilité dans le travail existe partout dans le
monde, même si, comme le remarque Édith Sizoo15 les langues non
occidentales n’offrent pas toujours d’équivalent symétrique à la
notion occidentale de la responsabilité. La notion renvoie globalement à l’idée de « charge ». En lingala (langue africaine), note Édith
Sizoo, « mokumba signifie “poids” et “grossesse”, pas seulement celle
d’une femme mais aussi celle du chef des anciens qui porte le poids
de la “grossesse sociale” ». Nous avons vu que la nature de cette
charge a, dans les cultures judéo-chrétiennes, un lien avec des fondements religieux (le châtiment consécutif à la pomme croquée de
la Genèse), mais dans le contexte islamique, « la responsabilité n’est
pas représentée uniquement comme un fardeau, mais aussi, dans le
récit de la Création et de la Chute que propose le Coran, comme un
objet confié en dépôt ». Une autre différence culturelle réside dans
la nature volontaire ou non de la charge : « En Occident, “assumer
une charge” est en général associé à une tâche que nous accomplissons soit volontairement, de notre propre initiative, soit parce qu’elle
nous est confiée par d’autres. Mais [bien des non-Occidentaux], de par
leur conception du rapport entre la personne et son environnement,
associent la responsabilité à une charge inévitable. Pour eux, il ne
s’agit pas d’un choix (humain), mais de “l’ordre des choses” (qu’il soit
social, divin ou cosmique) dans lequel chacun doit jouer son rôle. Par
conséquent la responsabilité n’est pas sujette aux changements provoqués par l’homme. » Pour la plupart des Indiens par exemple, note
Makarand Paranjapee, « être responsable, c’est simplement accomplir
son dharma »16. Et c’est, pour certains Africains de l’Est, accomplir
la volonté divine : en swahili, précise I. Ndaywel è Nziem, « le mot
signifiant “responsabilité” pourrait être makadara, terme qui aurait
une connotation religieuse et qui pourrait se traduire par “mission”,
“ce qui a été écrit”, “ce qui a été décrété par la volonté immuable de
Dieu”17 ».
Rappelons par ailleurs que dans les cultures à orientation collective, la responsabilité et l’évaluation de la performance sont davantage affaire d’équipe que d’individus. Ceci se manifeste notamment,
nous l’avons dit, dans le fait que dans ces cultures, en cas de faute individuelle, prévaut non la sanction individuelle mais la prise en charge
par le collectif de l’erreur commise, sans autre punition pour l’individu que la honte qu’il éprouve à l’égard du groupe qui le protège.
15. Édith Sizoo (dir.), Responsabilité et cultures du monde. Dialogue autour d’un défi collectif,
Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2008.
16. Ibid.
17. Ibid.
251
le travail
l'intelligence interculturelle
Question 87. Quels sont les différents rapports
à l’incertitude et au risque dans le travail ?
252
La France, championne ou vice-championne du monde dans la
consommation d’anxiolytiques, a connu récemment une vague de suicides au sein d’une grande entreprise – France Télecom – à la suite
d’un ensemble de restructurations générant une incertitude et un
stress professionnel qui n’avait pas été anticipé par les employeurs.
Or notre pays avait été classé depuis longtemps par Geert Hofstede
parmi ceux dont l’indice de contrôle de l’incertitude (ou d’évitement de l’incertitude – uncertainty avoidement) est le plus élevé.
Cet indice (que Michel Moral18 préfère appeler l’indice de peur de l’incertitude) est l’un des cinq indicateurs de différenciation culturelle que
Hofstede a déduit de l’enquête IBM que nous avons mentionnée plus
haut à plusieurs reprises. Dans cette enquête, trois des questions posées
par Hofstede aux salariés portaient sur : le stress ressenti dans le quotidien du travail, le besoin de règles dans la vie professionnelle et le désir
d’une situation professionnelle stable et à long terme.
Les réponses font apparaître une différenciation entre des
« anxieux » et des « sereins » à l’égard de l’univers du travail. Les
anxieux, parmi lesquels on trouve des Européens (Grecs, Portugais,
Belges, Français…), des Latino-américains, des Arabes, des Africains
et quelques Asiatiques (Japon, Corée du Sud, Taiwan…), sont émotifs,
sujets à la peur et aspirent à ce qui est stable et prévisible. Beaucoup
s’effrayent des changements et recherchent un maximum de règles
et de garde-fous qui les mettent à l’abri de l’inattendu. Plusieurs
auteurs19, à la suite d’Hofstede, insistent sur le besoin qu’ont ces
anxieux du monde professionnel d’avoir dans leur travail des instructions précises, des plannings, une reconnaissance de l’ancienneté ou
de la loyauté plutôt que de la performance. Les conséquences d’un
niveau élevé de « crainte de l’incertitude » sont perçues également
dans la tendance à rester chez le même employeur, la préférence pour
les grandes organisations, et de manière générale, un certain conservatisme et une certaine résistance au changement.
À l’inverse, les « sereins » d’Europe du Nord, d’Amérique du Nord
ou d’Asie du Sud acceptent mieux l’inconnu, célèbrent le pragmatisme et la souplesse, font confiance à l’avenir. Significativement, le
mot « crise » en chinois, se traduit par « danger et opportunité »…
Dès lors, des malentendus et des frictions peuvent survenir au
sein d’équipes multiculturelles en matière de gestion du risque et
de rigidité des structures d’organisation institutionnelle. Malgré
leurs limites (classification par pays, conclusions fondées sur un petit
nombre de types d’entreprises observées), les conclusions d’Hofstede
ont en effet l’avantage de nous alerter sur la posture de nos interlocuteurs par rapport à l’audace, à l’entreprenariat et à la prise de risque :
soit ils sont bien davantage disposés que nous à innover, à investir et
à se lancer, soit ils se montrent très réticents face à ce qui peut leur
paraître imprudent dans ce qu’ils se voient proposer.
Cette crainte « culturelle » de l’incertitude doit être mise en perspective avec les contextes économiques et sociaux de nos interlocuteurs, et avec les conséquences que peuvent avoir leurs erreurs ou
celles des professionnels qui travaillent avec eux ou « pour eux ». Avec
Clair Michalon20, et pour avoir vu opérer de nombreux agronomes sur
le terrain, nous insisterions volontiers sur cette question du droit ou
non à l’erreur dans le cas de la coopération internationale pour le développement. Beaucoup de coopérants considèrent, et ils ont souvent
raison, que leur métier est d’aider à l’innovation : dans les techniques
culturales, dans les adaptations technologiques, dans les produits utilisés, dans le mode de gestion familiale, etc. Le problème est qu’ils travaillent avec des paysans dont l’équilibre de survie est extrêmement
fragile, et que toute erreur de prévision, tout effet inattendu d’une
innovation peuvent rompre brutalement cet équilibre, amenant pour
eux la ruine tandis que le coopérant peut rejoindre ses foyers avant
même de pouvoir mesurer les conséquences de son activité. « Dans un
monde précaire, pour les hommes dépourvus de marge d’action, ceux
qui se trompent disparaissent […] ; l’erreur est synonyme de mort »,
écrit Michalon qui ajoute que, de manière significative, un même mot
désigne, dans la langue aymara (Pérou) l’initiative, le choix, le risque
et le danger !
La crainte de l’incertitude est également à mettre en perspective
avec les héritages politiques de nos partenaires. Dans son analyse des
liens entre culture et modes de gestion en Russie, Valery Krylov nous
dit par exemple que même si l’ouverture des frontières et l’introduction de l’économie de marché ont suscité un esprit entrepreneurial,
beaucoup de Russes, conditionnés par la période soviétique, continuent à chercher une protection dans l’organisation qui les emploie.
« Le Russe, écrit-il, préfère en général être un salarié, même mal payé,
que de créer sa propre entreprise. La situation d’un entrepreneur est
perçue comme instable. La concurrence directe en interne est alors
vécue comme la chute d’un dernier mur contre l’incertitude. Ainsi,
les anciennes pratiques, comme le fait de citer en exemple les performances des meilleurs dans le but de les valoriser, incitent toujours les
18. Michel Moral, Le Manager global. Comment piloter une équipe multiculturelle, Paris, Dunod,
2004.
19. Notamment Terence Brake, Danielle et Thomas Walker, Doing Business Internationally…,
op. cit. ; Michel Moral, Le Manager global, op. cit. ; etc.
20. Clair Michalon, Différences…, op. cit.
253
le travail
l'intelligence interculturelle
travailleurs à s’améliorer, mais à condition qu’elles ne fassent pas de
reproches aux autres membres du personnel21. »
Question 88. Quelle séparation fait-on, ici et ailleurs,
entre la sphère professionnelle et la sphère privée ?
254
Nous avons mentionné, dans le chapitre sur l’espace, le phénomène, très fréquent dans certains pays occidentaux de la « bulle » personnelle décrite par Edward T. Hall, source de problèmes éventuels
lors de la rencontre de personnes de cultures différentes : s’introduire
brutalement dans cette bulle, ne pas la prendre en considération peut
provoquer chez l’autre des réactions de peur ou d’agressivité. Cette
volonté de séparer vie professionnelle et vie privée se manifeste
notamment dans de nombreux pays occidentaux, mais aussi ailleurs :
en Inde, on parle parfois de « compartementalisation » de la vie quotidienne22. Dans ce pays, les choses évoluent certes rapidement, mais
le lieu de travail et la maison sont deux espaces qui ont longtemps
été strictement séparés, avec des modes de vie et de comportement
radicalement différents. « Le lieu de travail est un lieu adapté aux
contingences modernes, nous disent A. Karkun et al., lieu où l’anglais est, généralement, la langue de travail. Les vêtements à l’occidentale sont de mise, la cantine regroupe tout le monde […] et les
conversations sont principalement professionnelles. Mais une fois au
dehors et de retour dans la sphère familiale, les Indiens délaissent
l’anglais et changent généralement pour le dialecte local. Les rituels
religieux sont pratiqués en famille, l’alcool et le tabac sont proscrits
et les conversations sont tournées vers les problèmes familiaux […].
L’harmonie est ainsi préservée grâce à cette dichotomie23. »
Il n’en est pas partout de même. Les Français en séjour professionnel au Japon sont souvent gênés par le fait que les salariés japonais
sortent fréquemment après le travail avec leurs collègues pour boire
ou manger ensemble ou qu’ils ont des activités communes pendant
les week-ends.
Evalde Mutabazi note de son côté qu’en Afrique, ce qui gêne
les cadres européens réside dans les visites parfois incessantes des
membres de la famille ou du clan sur le lieu de travail. « Pour bénéficier pleinement et durablement de l’assistance réciproque communautaire, en plus de ces visites, chaque membre doit participer à tous
les événements heureux ou malheureux (par exemple, les mariages,
21. Valery Krylov, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
22. Expression de M. Singer, When a Great Tradition Modernizes. An Anthropological Approach in
Indian Civilization, New York, Praeger, 1972.
23. A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
les naissances ou les décès) qui touchent les membres de son clan et
ses alliés. Ce sont autant de raisons pour lesquelles l’absentéisme est
souvent mal appréhendé par la rationalité managériale occidentale
et ses procédures élaborées dans des cultures ayant une conception
généralement différente de la famille et de ses rapports avec l’entreprise24. » La communication, en Afrique subsaharienne, entre sphère
professionnelle et sphère privée est particulièrement visible dans le
cas de mouvements sociaux. E. Mutabazi l’a observé par exemple lors
d’une grève opposant en RDC la direction de la filiale locale d’une
multinationale occidentale à la majorité des ouvriers : « Dans les ateliers en grève, […] les complicités et les relations tissées dans l’informel amenaient chaque membre à rester très solidaire des autres en
cas de difficulté familiale ou professionnelle. La grève pouvait d’autant plus durer que leurs maigres salaires étaient complétés par le
revenu de leurs activités parallèles. […] L’assistance réciproque fonctionnait à merveille dans une ambiance chaleureuse et amicale. Pour
tout dire, une espèce de “tontine des énergies et des compétences”
fonctionnait sous forme d’échange de services mutuels et de complémentarités opérationnelles à l’usine, mais aussi au village, et servait à
régler les problèmes des uns et des autres25. »
Peu d’étanchéité également en Russie, où, nous dit Valery
Krylov, « une recherche constante de liens profitables et de partenaires potentiels efface la frontière entre la vie privée et le monde
des affaires. […] Ce mélange introduit largement la vie privée dans le
fonctionnement des organisations. Le pouvoir d’un acteur s’applique,
dans une mesure égale, à l’accomplissement des tâches personnelles
et professionnelles qui ne sont d’ailleurs pas toujours clairement distinguées. Des salariés peuvent partager leurs temps de travail entre
une communication personnelle, une consultation sur Internet et des
pauses26 ».
Prendre en compte les différences
Pour reprendre et synthétiser plusieurs des questionnements-clés
qu’il est nécessaire de prendre en compte pour s’adapter aux approches
et aux pratiques de travail de l’autre, laissons de nouveau la parole à
Christine Geoffroy qui exhorte les Français engagés dans des collaborations quotidiennes avec les Anglais à se poser des questions, beaucoup
de questions, tout autant sur leurs partenaires que sur eux-mêmes.
24. « Culture et gestion en Afrique noire : le modèle circulatoire », in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
25. Ibid.
26. Valery Krylov, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
255
le travail
l'intelligence interculturelle
Français et Anglais sur le même bateau
Questions à se poser sur soi-même et sur l’autre pour une prise en compte
productive des différences de comportement au travail :
››« Quel est le climat de travail que je privilégie ? Quel est mon degré de
concentration par rapport à la tâche que j’accomplis ? Les conversations
sont-elles liées au travail en cours ou à l’ordre du jour, ou bien débouchentelles plus ou moins régulièrement sur des questions diverses ou des questions d’ordre personnel ? […] En fonction des réponses apportées, on s’attachera à créer ou à s’insérer dans une atmosphère de travail qui donne
davantage la priorité à la tâche, tout en sachant trouver les moments privilégiés de socialisation et d’échanges informels, lors des temps de pause,
d’un passage au pub, de l’organisation d’une soirée happy hours ou à l’occasion de rencontres entre membres d’un même club sportif.
››Ai-je porté suffisamment d’attention à l’organisation du temps de travail ?
[À la ponctualité, au respect de “l’heure dite”] ?
››Ai-je parfois trouvé un collègue ou collaborateur anglais un peu nonchalant? […] A-t-il refusé un travail que je lui demandais d’exécuter ? Son
refus de m’aider n’est-il pas lié à la peur de perdre du temps, donc d’être
moins performant, en interrompant la tâche à laquelle il travaillait ? […] Ma
demande était-elle si urgente que je n’avais aucun moyen de l’anticiper ?
(il vaudrait sans doute mieux tenter de rassurer ce collègue en le laissant
terminer son travail en cours et en lui assurant que cette demande supplémentaire sera programmée à un moment plus opportun). »
Extrait de Christine Geoffroy, « Culture et gestion en Angleterre, un idéal de mesure », in
E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
256
Pour aller plus loin
sur le rapport au travail
Ouvrages
››Alter (Norbert), L’innovation ordinaire, Paris, PUF, 2010
››D’Iribarne (Philippe), La Logique de l’honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales, Paris, Seuil, 1989
››Geoffroy (Christine), La Mésentente cordiale. Voyage au cœur de l’espace
interculturel franco-anglais, Paris, Grasset, 2001.
››Jullien (François), Traité de l’efficacité, Paris, Grasset, 1997
››Michalon (Clair), Différences culturelles, mode d’emploi, Paris, Sépia, 1997
››Sizoo (Édith) (dir.), Responsabilité et cultures du monde. Dialogue autour d’un
défi collectif, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2008
››Osty (Florence), Le Désir de métier. Engagement, identité et reconnaissance au
travail, PUR, 2003
Liens
››Organisation internationale du travail/Bureau international du travail :
www.ilo.org/global/about-the-ilo/lang--en/index.htm
Chapitre 11
Le désaccord
et le conflit
Entre affrontement
et évitement
Les réflexions proposées dans ce chapitre sont centrées sur les
dynamiques de conflits et de négociations dans les relations professionnelles et au sein de l’espace privé. Elles ne concernent pas les
conflits armés à l’échelle internationale ou régionale, et n’abordent
que relativement peu le phénomène de la violence en tant que telle.
Autre remarque préalable : si, comme nous le verrons plus loin, la
représentation et la gestion des conflits se révèlent très différentes
d’une culture à l’autre, elles le sont aussi d’un secteur d’activité à
l’autre (du milieu de l’entreprise par exemple au milieu associatif),
et au sein même d’un groupe donné, où coexistent des personnalités
plus ou moins conciliantes, plus ou moins enclines à l’évitement ou à
l’affrontement.
Contextualiser
Question 89. Confrontation, désaccord, conflit,
violence : quel est le sens des mots ?
Le conflit, si souvent rencontré dans les relations professionnelles, est-il nécessairement une confrontation agressive, génératrice de violence ? L’étymologie latine (conflictus, dérivé de confligere, con- « ensemble » et fligere « heurter, frapper »), qui commande
le français conflit, l’allemand Konflikt, l’anglais conflict ou le russe
конфликт plaide pour cette acception, qui suppose un degré de violence explicite. On retrouve cette interprétation du mot dans de nombreuses analyses, comme celle de Diane Drory : « Dès que quelqu’un
est en présence de quelqu’un d’autre, il y a possibilité de conflit. (…)
Le conflit est un affrontement intentionnel entre deux êtres ou deux
groupes d’êtres de mêmes espèces animés d’une volonté agressive,
comportant une intention hostile qui peut, le cas échéant, tendre à la
suppression physique de l’autre. La guerre est un mode de résolution
des conflits1. »
Mais le conflit peut également être perçu différemment : comme
une simple situation d’opposition de sentiments, d’opinions ou d’intérêts, qui présente un caractère à la fois récurrent et inévitable. À
ses origines, estime Johan Galtung, se trouve toujours « une incompatibilité, une contradiction entre des objectifs : “je veux X, tu veux X,
or nous ne pouvons l’avoir tous les deux. Le conflit est quelque chose
d’aussi naturel que l’air que nous respirons.”2 » Il ne s’agirait plus
1. Diane Drory, Cris et châtiments. Du bon usage de l’agressivité, De Boeck, 2004.
2. Johan Galtung, Repenser le conflit : l’approche culturelle, Conseil de l’Europe, 2002, www.coe.
int/t/dg4/cultureheritage/culture/completed/dialogue/DGIV_CULT_PREV%282002%291_
Galtung_F.PDF
261
le désaccord et le conflit
l'intelligence interculturelle
alors de s’attacher à la « prévention des conflits », lesquels seraient
inévitables, mais à la prévention de la violence liée à ces conflits. Ou
même de reconnaître la situation de conflit pour prévenir la violence.
Comme le notent Miguel Benasayag et Angélique del Rey, « nier les
conflits nés de la multiplicité, ceux dont la reconnaissance fait société, c’est mettre en danger la vie. Le refoulement du conflit ne peut
conduire qu’à la violence généralisée, et l’enjeu auquel nous sommes
tous confrontés est bien celui [d’assumer le] conflit, “père de toutes
choses” selon Héraclite3 ». Cette approche rejoint également les analyses de Paul Ricœur, pour qui la démocratie est un « état qui ne se
propose pas d’éliminer les conflits mais d’inventer les procédures
leur permettant de s’exprimer et de rester négociables4 ». Elle fait
écho aussi aux écrits de Hannah Arendt5 qui souligne qu’une société
sans conflits serait une société totalitaire.
Si l’on regarde la manière dont les Chinois traduisent le mot
conflit, on retrouve bien cette distinction entre conflit et violence,
le premier exprimant plutôt la confluence, qui n’est pas forcément
chose violente.
Chongtu : des courants d’eau qui se rencontrent
La subtilité de l’étymologie chinoise du mot conflit
262
« En chinois, le conflit est le chongtu : 冲突. À l’extrême gauche de ces
caractères, on trouve la clef de l’eau. 冲 seul signifie “heurter”, “précipiter”,
mais aussi “laver à grande eau”. Bien que la traduction française “heurter”
ne transmette pas l’idée de l’eau, en chinois le champ sémantique de l’eau
est très visible. 突 signifie “s’élancer”. On trouve donc dans la composition
de ce mot l’idée de deux courants qui se rencontrent, mais la clef de l’eau
donne plutôt l’idée d’une rivière, de deux fluides plutôt que d’un heurt de
deux solides. Alors que dans la pensée occidentale le conflit est le choc
de deux forces qui semblent solides et immuables, et qui peuvent donc
s’entre-détruire, en Chine l’image plus fluide suggère que les deux choses
qui s’opposent peuvent éventuellement s’entremêler. Ici, il est difficile de ne
pas avoir à l’esprit le symbole du yin et du yang. »
Témoignage d’étudiants de Sciences Po, 2013.
C’est surtout aux conflits de la vie professionnelle et sociale que
nous nous attacherons ici : situations d’opposition d’intérêts, d’objectifs, de conception du travail et de la vie en groupe, qui ne contiennent
pas nécessairement de violence. Ce qui fait souvent passer du conflit
3. Miguel Benasayag et Angélique del Rey, Éloge du conflit, Paris, La Découverte, 2007.
4. Paul Ricœur, Écrits et conférences 2. Herméneutique, Paris, Seuil, 2010.
5. Hannah Arendt, Condition de l’homme moderne, Paris, Éditions Pocket, 1997.
à la confrontation puis à la violence, c’est notamment l’entrée en jeu
de l’émotion, qui transforme des situations gérables par la raison en
situations explosives dont la gestion et la résolution deviennent plus
difficiles.
Question 90. Existe-t-il des dispositifs de régulation
sociale des conflits dans les secteurs où nous
travaillons ?
Dans quelle mesure existe-t-il dans les pays avec lesquels nous
sommes en contact une diversité de système de régulation des
conflits ? Comment sont-ils articulés entre eux ? Fonctionnent-ils en
parallèle (et potentiellement en concurrence), ou en complémentarité ? Ces enjeux se posent notamment à deux niveaux :
−− au sein du monde professionnel : en quoi le droit du travail et
les habitudes de concertation à l’œuvre dans les organisations anticipent-ils la gestion du conflit ? En Allemagne par exemple, prédomine depuis des décennies un système de relations professionnelles
au sein duquel les partenaires sociaux ont la possibilité de construire,
sans l’intervention de l’État, un dialogue et un consensus évitant le
plus souvent que les conflits ne s’enveniment ;
−− au sein de la société, plus largement : en dehors des systèmes
judiciaires peuvent coexister des systèmes de régulation traditionnelle (que l’on retrouve par exemple en Afrique subsaharienne) où
des différends peuvent se régler autrement (et parfois en parallèle)
que par la procédure formelle moderne de la justice. L’intervention
des autorités traditionnelles, et le recours à des dispositifs très
anciens comme la « parenté à plaisanterie », que nous évoquerons en
fin de chapitre, y sont encore monnaie courante.
263
Interroger les représentations et les pratiques
Les représentations et les attitudes face au conflit peuvent avoir
des sources lointaines, liées, comme nous le verrons, aux religions
ou à l’histoire. Mais elles relèvent aussi de dispositions d’esprit individuelles ou collectives (cultures de l’harmonie et de la face, de la
relation humaine, de la provocation…) et de l’environnement professionnel.
Question 91. Quelle est l’influence des religions
sur les attitudes face aux conflits interpersonnels ?
La position des religions sur les conflits est une question complexe et controversée. Si on laisse de côté les pratiques, déviations,
fanatismes et alibis religieux pour s’interroger sur les fondements
l'intelligence interculturelle
264
religieux des attitudes face au conflit, deux grandes tendances
peuvent être mises en évidence.
Du côté des grandes religions monothéistes, on peut observer, avec
Andreas Hasenclaver, qu’elles légitiment généralement « des moyens
de contrainte dans certaines circonstances, exigent des sacrifices dans
les combats qu’elles livrent au nom de leur propre foi, et diabolisent
ceux qui adhèrent à une autre foi […]. [Elles] contiennent [pourtant]
souvent des éléments qui proclament l’incompatibilité entre la violence et la foi, demandent des efforts pour faire régner la paix, et
prônent le respect des autres croyances6 ». Mais ce sont toujours des
efforts, dans une représentation de l’existence qui exalte la lutte et
l’affrontement. Comme le remarque Hesna Cailliau « dans la Bible, les
prophètes juifs apparaissent comme des lutteurs, ils n’esquivent pas
la confrontation publique et vont jusqu’à provoquer la société. Moïse
affronte le Pharaon, le menace de châtiments terribles ; Jésus traite
les pharisiens de “sépulcres blanchis”, de “race de vipères”, chasse les
marchands du temple, prédit sa destruction […]. Il en résulte que pour
nous “la vie est un combat”, une lutte permanente, qu’il nous faut
vaincre la nature, mais aussi “forcer sa nature”7. »
Pour leur part, les spiritualités asiatiques – d’où la plupart des mouvements non violents tirent leur inspiration – sont la source de représentations différentes. L’adaptation au monde y est plus importante
que sa transformation. On y engage à « suivre la nature », à épouser
les cours des choses, et à accepter la réalité telle qu’elle se présente.
Ces spiritualités prônent la conciliation, non le combat. Lao Tseu,
fondateur du taoïsme, professe ainsi que « qui est apte à vaincre son
ennemi ne l’affronte jamais directement » et ajoute que « les armes
sont des instruments de malheur ». Quant au bouddhisme, il insiste
selon Johan Galtung sur l’origine « codépendante » des conflits :
« Tout croît ensemble dans une causalité mutuelle. Les conflits n’ont
ni début ni fin ; nous partageons tous la responsabilité de nos actes
et de nos échecs ; il n’est pas d’acteur unique qui porte seul sur ses
épaules la responsabilité et la culpabilité8. »
Question 92. Quelle est l’influence de l’histoire
et des cultures politiques sur ces attitudes ?
le désaccord et le conflit
des évolutions politiques et du processus de construction nationale
du pays concerné.
Dans son étude sur les déterminants des comportements des gestionnaires au Québec, Jean-Pierre Dupuis rappelle par exemple que
l’histoire de cette province est celle d’une émancipation très progressive et très lente de la mère patrie, là où les États-Unis ou l’Amérique
latine ont opéré une rupture plus rapide et plus radicale. Il suggère
que ce fait, ajouté au caractère minoritaire de la société québécoise,
explique la propension des Québécois à l’évitement du conflit dans
le cadre professionnel, à la recherche de consensus, à « l’accommodement raisonnable » : cette dernière expression toute québécoise, qui
définissait initialement la manière dont les sociétés laïques géraient
la diversité des exigences des différentes minorités religieuses,
désigne aujourd’hui l’ensemble des arrangements auxquels aboutit
la gestion des conflits de valeurs ou de droits, notamment dans les
rapports interculturels9.
Le sociologue canadien Jacques Proulx10 revient sur ce lien entre
les cultures politiques et les attitudes de concertation ou de confrontation. En tant que Québécois, les relations de travail lui paraissent
beaucoup plus faciles, fluides, consensuelles avec les Allemands
qu’avec les Français, ces derniers manifestant une culture de l’affrontement. Dans certains cas (Allemagne, Canada), rappelle-t-il, les États
se sont construits progressivement, par rassemblement ; dans un autre
(France), la construction de l’État a été plus verticale et autoritaire.
Philippe d’Iribarne11 ou encore Jacques Demorgon, ont également
montré que plusieurs traits du fonctionnement professionnel en
Allemagne (pratiques de concertation, culture du consensus négocié,
organisation moins hiérarchisée qu’en France) trouvent une partie de
leur origine dans une histoire qui remonte à plusieurs siècles, histoire d’un pays, morcelé au départ, fait de particularismes et d’identités régionales très marquées, histoire d’une réforme luthérienne qui
rejette l’autorité de Rome et jette un regard critique sur les hiérarchies de toute sorte.
Question 93. Exprime-t-on ouvertement un désaccord
dans nos cultures respectives ?
Une hypothèse partagée par de nombreux auteurs est qu’il existe
un lien fort entre la plus ou moins grande propension au conflit ouvert
et à la confrontation dans les attitudes professionnelles, et la nature
La question ici n’est pas de savoir si le désaccord – situation
courante et inévitable – est acceptable ou admis dans telle ou telle
culture, mais de savoir si, culturellement, il peut être exprimé clairement, notamment en public ; si les émotions sont visiblement libérées
6. Andreas Hasenclaver cité dans Anne-Marie Holenstein, Rôle et signification de la religion…,
op. cit.
7. Hesna Cailliau, L’Esprit des religions…, op. cit.
8. Johan Galtung, Repenser le conflit…, op. cit.
9. E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
10. Université de Sherbrooke.
11. Philippe d’Iribarne, « Culture et “effet sociétal” », Revue française de sociologie, vol. 32, n° 324, 1991.
265
le désaccord et le conflit
l'intelligence interculturelle
ou si elles sont cachées à tout prix ; si le style de communication en
vigueur dans nos cultures respectives favorise ou non l’expression
des désaccords.
L’une des analyses les plus éclairantes dans ce domaine est celle
d’Edward T. Hall qui distingue deux modes de communication en
fonctions des cultures (sur lesquels nous revenons plus en détail dans
le chapitre 15) :
−− implicite/à forte charge contextuelle : compréhension plus
implicite de ce qui est communiqué, contradiction moins formalisée,
recours à une diversité d’éléments non verbaux, etc.
−− explicite/à faible charge contextuelle : les phrases exprimées
transmettent la plus grande partie des informations.
Une grande partie des régions d’Asie, de l’Afrique et des pays
arabes sont des exemples de cultures au sein desquelles prédomine
un mode de communication « à forte charge contextuelle », et donc
au sein desquelles l’implicite joue, chaque fois de manière différente,
une part importante dans la manière d’exprimer son désaccord.
Hall donne l’exemple d’une négociation entre un Américain et un
Japonais : le mode de communication du premier est typique, selon
lui, d’une culture à contexte faible, et se traduit par un mode de
communication assez direct et explicite. Pour le Japonais, le souci de
préserver l’harmonie du dialogue le pousse à traduire son désaccord
par des mouvements subtils du regard, des silences et un langage du
corps spécifique. Pour Hall, la compréhension de cette différence est
cruciale pour qu’une communication ait vraiment lieu et que la négociation puisse aboutir.
Un autre aspect de cette réflexion sur l’expression du désaccord
est la question de savoir quel est le sens du « oui » et du « non » dans
nos cultures respectives.
266
Sens d’un « oui », usage du « non »
Dans bien des cultures, notamment en Asie ou dans certains pays d’Afrique,
le « oui » peut ne vouloir dire qu’une chose : « j’ai compris ce que vous vouliez me dire, je vais y réfléchir », « je vous écoute », éventuellement « je ne
veux pas vous contrarier, mais je sais déjà que je ne suis pas d’accord ». Ou
encore (signe de cultures orientées vers le collectif) : « je vous ai entendu,
mais je suis seul et avant de vous répondre je dois consulter mes collègues,
ma famille, ma communauté ». Ainsi le « oui » peut-il relever de la simple
courtoisie, ou d’une stratégie de temporisation, d’évitement.
Dire « non » n’est pas courant partout. Certaines langues, comme le chinois
ou l’amharique, n’ont pas vraiment de mot pour « non », ou ne l’utilisent que
très peu. On répond toujours négativement à une question en réutilisant le
verbe de la question à la forme négative. Et l’on évite souvent de contredire,
pour éviter, comme nous le verrons plus loin, de faire perdre la face à l’autre.
Question 94. Sommes-nous plutôt dans une culture
de la confrontation ou du non-affrontement ?
« L’essentiel, c’est de râler. Ça fait bon genre ! » Cette sortie mémorable de Jean Gabin dans le film Mélodie en sous-sol (1963), nous rappelle que la culture qui nous est la plus familière, en France, est celle de
l’affrontement, considéré comme une forme de courage : dire les choses
telles qu’on les sent, ne pas cacher nos griefs, jouer la transparence et
la franchise, provoquer s’il le faut, ne rien laisser passer, éviter surtout
de « refouler les conflits », attitude évoquée au début de ce chapitre et
considérée chez nous comme très malsaine12. Entre Français, comme
le note Philippe d’Iribarne, « l’expression véhémente des opinions et
des critiques fait partie d’une manière normale de manifester les différences de points de vue. Elle relève d’une sorte de rituel d’affrontement destiné à départager celui qui a raison et celui qui a tort. Il n’est
pas choquant d’élever la voix ou d’affirmer que le point de vue de celui
avec qui on est en désaccord ne mérite pas la moindre considération13 ».
Mais dès lors que l’on se trouve en présence d’interlocuteurs de certains
autres pays, ajoute-t-il, « pareilles manières de faire sont de nature à
transformer en adversaires irréductibles ceux que l’on a ainsi traités ».
Si nous sommes rejoints dans cette idée du conflit toujours utile,
toujours créateur, par une partie du monde occidental (mais une partie seulement comme le montre ce que nous avons dit plus haut de
l’Allemagne et du Québec), l’attitude de bien d’autres cultures face
au conflit est plutôt celle du non-affrontement. Dans son Art de la
guerre, qui a bien peu à voir avec celui de Clausewitz, le Chinois Sun
Zi recommande, plusieurs siècles avant l’ère chrétienne et à la suite
de Lao Tseu « de ne jamais affronter directement un adversaire et,
pour que la victoire soit durable, de toujours laisser une porte de sortie ». Hesna Cailliau revient sur cette vision chinoise du conflit : « Le
stratège chinois cherchera à éviter l’affrontement direct par tous les
moyens : soit en contournant l’obstacle, soit par l’attente de moments
plus favorables, soit par la ruse et l’usage de stratagèmes. La ruse n’a
rien d’immoral aux yeux des Chinois, au contraire, elle fait partie des
critères de l’intelligence avec la prévision de l’avenir, la souplesse
d’adaptation et l’humilité14. »
Cette recherche d’évitement de l’affrontement peut être observé
dans de nombreux pays, avec une mise en avant de l’importance d’un
environnement de travail harmonieux, où la qualité des relations
humaines prime.
12. Voir Miguel Benasayag et Angélique del Rey, Éloge du conflit, op. cit.
13. Philippe d’Iribarne, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
14. Hesna Cailliau, L’Esprit des religions…, op. cit.
267
le désaccord et le conflit
l'intelligence interculturelle
Luis Cisneros et Émilie Genin15 estiment par exemple que pour
beaucoup de Mexicains, dans les entreprises, « un environnement
conflictuel, ou de concurrence entre les collègues, est intolérable […].
Un tel environnement leur semble incompatible avec la productivité de
l’équipe. […] Le gestionnaire mexicain n’a pas l’esprit de compétition au
sens où il ne souhaite pas dépasser ses collègues à n’importe quel prix.
Il cherche plutôt un environnement agréable, amical et détendu pour
travailler. Les conflits ou les situations “gagnant/perdant” sont évités. »
On retrouve cette importance accordée à l’harmonie des relations
professionnelles dans le monde arabe, et notamment au Liban, comme
en témoigne Hèla Yousfi, quand elle rapporte les propos d’un consultant français trahissant le mur d’incompréhension qui sépare les deux
styles européens et proche-orientaux : « Les Libanais ne vont jamais au
conflit ; ils sont là à dire “oui, oui !”, mais il ne se passe rien. Les responsabilités sont diluées, et on ne peut jamais dire les choses clairement.
[…] Quand on leur demande de prendre des décisions, ils disent oui,
oui, mais ils ne font rien après. C’est un discours de façade conciliant
où on ne peut pas dire les choses clairement.16 »
Notons enfin qu’en Afrique, les stratégies de résolution des
conflits peuvent recourir à l’humour et à l’injure (vue comme un jeu),
ainsi qu’en témoigne la tradition des « alliances à plaisanterie » que
nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer.
L’humour au service du désamorçage des conflits :
les alliances à plaisanterie en Afrique
268
L’« alliance à plaisanterie » (appelée aussi « parenté à plaisanterie » ou « cousinage à plaisanterie ») est une tradition très vivace dans les pays d’Afrique
sahélienne, particulièrement au Mali et au Burkina Faso. Elle unit plusieurs
ethnies, clans, ou familles, dans une relation où manier la raillerie, l’ironie,
l’insulte et même l’injure est un moyen de désamorcer les conflits. Il s’agit
d’une sorte d’impolitesse rituelle, que l’ethnologue Marcel Griaule qualifiait
de « cathartique ». Les peuples peuls et bobos, par exemple, ou les Samos et
les Mossis sont alliés dans ce type de système et n’hésitent pas à se traiter
de voleurs, ou d’ivrognes pour exorciser un conflit, sans que les uns ou les
autres n’aient le droit de se vexer. On dit souvent que beaucoup de conflits
ethniques ont ainsi été évités au Burkina Faso et au Mali au cours des précédentes décennies.
15. Luis Cisneros et Émilie Génin, « Voyage au cœur de la dualité », in E. Davel, J.-P. Dupuis et
J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
16. Hèla Yousfi, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
Question 95. « Ne pas perdre la face » : quelle est
l’importance de la « face » et de l’honneur dans
la genèse et la gestion des conflits ?
Notre manière de gérer les conflits est étroitement liée à la
conception que nous nous faisons de notre honneur, et de la manière
dont celui-ci peut être remis en cause. L’exemple le plus connu d’une
conception de l’honneur distincte de la nôtre et repérée depuis longtemps par les diplomates, les hommes d’affaires, les négociateurs
internationaux est celui de la « face » en Chine. Le sociologue Erving
Goffman tient la « face » chinoise moins pour une faiblesse que pour
une qualité lorsqu’il la définit comme « la valeur sociale positive
qu’une personne revendique effectivement au travers de la ligne d’action que les autres supposent qu’elle a adoptée au cours d’un contact
particulier17 ». Loin de n’être qu’un cliché, ce trait de comportement
caractéristique est la « charpente organisatrice des interactions
sociales chinoises » selon Zheng Lihua, pour qui la face comporte
trois dimensions :
−− la réputation morale, c’est-à-dire « la qualité qu’un individu
doit posséder pour être inséré dans la société et qui fait partie intégrante de sa personnalité […] indispensable pour vivre dans un groupe
et s’en faire reconnaître par ses membres » ;
−− le prestige social reconnu par la société à un groupe ou à un
individu, se manifestant « sous la forme d’un succès social lié à l’effort et à l’intelligence ». La face est alors « comme une médaille d’or
que l’on se dispute au cours de la vie sociale » ;
−− enfin la face relationnelle, « signe de l’établissement, du maintien ou de la rupture d’une relation interpersonnelle [sanctionnant]
ou approuvant les comportements exprimés lors de cette relation18 ».
269
17. Erving Goffman, Frame analysis, Norteastern University Press, 1974.
18. Zheng Lihua et Dominique Desjeux, Entreprise et vie quotidienne en Chine. Approche
interculturelle, Paris, L’Harmattan, 2002.
le désaccord et le conflit
l'intelligence interculturelle
« Moi » occidental et « face » chinoise :
deux conceptions de l’identité
« Si l’on demande à un Occidental où se trouve dans son corps le siège de
son moi, il montrera en général sa poitrine, parfois sa tête […] : un moi à
la fois intérieur et intime, et caché au regard des autres. […] Je n’ai pas
besoin du regard des autres pour savoir qui je suis. […] Où se trouve le
moi chinois ? Sur le visage : le moi, c’est la face […] Non seulement je suis
extrêmement sensible au regard des autres, mais plus encore je n’existe
que dans ce regard. Comme si le moi se construisait et se nourrissait de
l’accumulation de bons regards portés sur moi. D’où l’expression “donner
de la face à quelqu’un”, qui signifie le reconnaître et lui donner de la valeur.
Donner de la face, c’est aussi signifier qu’on a confiance en l’autre et accepter la dépendance mutuelle qui permet l’échange de services équitables,
donnant-donnant. »
Extrait de Chloé Asuncio et Dominique Rey, Être efficace en Chine. Le management à l’épreuve de
la culture chinoise, Pearson/Village mondial, 2010.
270
On voit bien à quel point la conception chinoise de la face est liée
à l’attachement au collectif. Pour Fernandez et Zheng, « le sentiment
de “gagner de la face” ou d’en perdre dépend de la présence du public.
[…] La notion de face est étroitement liée à celle de honte qui est ellemême liée au dire des autres19 ». En Chine, l’honneur et le déshonneur
deviennent de ce fait des éléments fondamentaux de la relation professionnelle. Et la situation de conflit ou de contradiction publique
peut être perçue comme une mise en cause directe de cet honneur.
L’importance de préserver l’honneur de chacun et l’harmonie
sociale qui en découle est très présente également au Japon. Avant
qu’il ne soit rebaptisé par référence à la Chine « pays du soleil levant »,
le Japon avait pour nom « Wa », qui signifie « harmonie sociale », et
porte en lui l’idée « d’une certaine humilité, une certaine sensibilité qui permet de mieux vivre ensemble ; une communauté de mentalités20 ». Nombre de témoignages d’expatriés au Japon illustrent
l’importance accordée dans l’entreprise japonaise à tout ce qui peut
paraître déshonorant, phénomène que l’on peut également trouver
sous d’autres latitudes, en Arabie saoudite par exemple (encadrés).
Honneur et déshonneur :
incompréhension et humiliation au Japon et
en Arabie saoudite
Valérie X est responsable du field marketing dans une multinationale. Formée
à travailler à l’américaine, elle se voit confier une responsabilité dans le suivi
de la filiale japonaise, et rencontre Y-San, son interlocuteur à Tokyo. Elle lui
demande de détailler les activités de son équipe. La réponse de l’homme
est très vague. Il l’informe cependant d’un problème de budget marketing.
Prête à régler ce problème immédiatement, Valérie veut en savoir plus, mais
Y-San lui répond qu’il lui en parlera plus précisément par mail, un peu plus
tard. De retour en France, Valérie constate qu’au téléphone, Y-San est extrêmement discret, timide, et ne précise toujours pas le problème de budget
auquel il fait face. Elle finit par proposer au DRH de mettre à pied cette
personne qu’elle juge incompétente et inefficace, et s’apprête à le lui faire
savoir lors d’un séminaire où elle le retrouve. Mais Y-San prend les devants,
demande à lui parler en privé, et lui avoue que depuis le début, son équipe
ne peut rien faire puisqu’elle n’a tout simplement pas de budget marketing :
celui-ci a été détourné par le responsable communication, pour d’autres
opérations.
Y-San explique à Valérie pourquoi il n’a pas pu lui en parler avant : d’une part
cela aurait été de la délation, ce qui est extrêmement mal vu au Japon. Il
aurait pu perdre son emploi pour avoir dénoncé son collègue. Pire il se serait
déshonoré en le déshonorant. D’autre part, ne connaissant pas Valérie avant
de travailler avec elle, il n’avait pas la relation de confiance nécessaire pour
lui parler d’un tel problème.
Témoignage recueilli lors d’un séminaire à Sciences Po, mars 2010.
Benjamin Pelletier témoigne de l’étonnant comportement du DRH saoudien
(« O ») d’un grand complexe hôtelier qui, à la stupeur générale, démissionna
trois semaines seulement après son entrée en fonction à ce poste de haute
responsabilité. Explication :
« La veille avait eu lieu une réunion dans le bureau du directeur. Arrivé un peu
en avance, O. avait posé son téléphone portable sur une table, puis s’était
absenté quelques instants. Le téléphone a sonné pendant son absence.
Agacé, le directeur l’a éteint d’autorité, sans cependant le notifier à O. à
son retour. Le soir, O. reçoit un appel de sa mère, très en colère : “Pourquoi
m’as-tu raccroché au nez ?” La mère reprochait notamment au fils de lui avoir
manqué de respect. O. n’en a pas dormi de la nuit. Le lendemain, il a accusé
le directeur de lui avoir manqué de respect en éteignant son téléphone et de
lui avoir fait perdre la face auprès de sa mère. Sa décision était prise : il était
prêt à perdre son travail pour retrouver sa face et le respect de sa mère. »
Benjamin Pelletier, http://gestion-des-risques-interculturels.com/risques
19. Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
20. www.kichigai.com/Wa.htm
La question de la face n’est donc pas un monopole chinois ou japonais. Elle se présente de manière différente suivant les cultures, l’importance de la religion, la conception de la famille, de la hiérarchie, du
271
l'intelligence interculturelle
prestige, etc. Mais dans la plupart des cas, ce que révèle la crainte de
perdre la face, c’est l’attachement à la communauté ou à la collectivité
d’appartenance.
Question 96. Quelles sont les différentes stratégies
face aux conflits ?
272
Le modèle américain du « dual concern » (double préoccupation) a
été ébauché en 1964 par R. R. Blake et J. S. Mouton21 et complété par
D. Pruitt, et J. Rubin en 198622. Il propose cinq styles de gestion des
conflits, résultant de la part respective de deux tendances : se préoccuper des autres (à la fois de leurs intérêts et de leur regard) et se préoccuper de soi-même. Un individu concentré sur ses propres objectifs et ne
prenant que peu en compte ce que veulent les autres est spontanément
enclin à faire du forcing pour imposer ses propres solutions au détriment de celles des autres. Si en revanche il est concerné par les objectifs
des autres (et pas forcément par altruisme, cela peut-être stratégique),
il est davantage enclin à un style de négociation collaboratif et consensuel.
Les cinq modes de gestion des conflits décrits par les auteurs de ce
modèle sont les suivants :
−− la stratégie intégratrice (integrating), ou stratégie de résolution des problèmes, qui est mise en place lorsque les acteurs ont
autant la préoccupation de leur intérêt que celle de l’intérêt des
autres. La négociation passe alors par beaucoup d’échange d’information, par une prise en compte des différences culturelles et par la
recherche de solutions satisfaisant les deux parties. On est dans une
logique du « et » (tes intérêts et les miens) et non dans une logique du
« ou » (tes intérêts ou les miens) ;
−− la stratégie dominatrice (dominating), qui est celle des acteurs
davantage concernés par leurs intérêts que par ceux des autres. C’est
la stratégie du forcing, où l’on est peu disposé à discuter, et où l’on
souhaite la défaite de l’autre : c’est clairement la logique du « ou »,
excluant que ce soient les intérêts de l’autre qui l’emportent ;
−− la stratégie « arrangeante », ou « complaisante » (accomodating ou obliging), qui est celle des acteurs moins préoccupés de leurs
propres intérêts que de ceux des autres, et qui sont prêts à céder sur
leurs propres désirs ;
−− la stratégie du compromis (compromising), proche de la stratégie intégratrice, où les acteurs acceptent d’abandonner une partie de
leurs objectifs pour rejoindre ceux des autres. On cherche à répartir
21. R. R. Blake et J. S. Mouton, The Managerial Grid. The Key to Leadership Excellence, Houston,
Gulf Publishing Co, 1964.
22. D. G. Pruitt et J. Z. Rubin, Social Conflict. Escalation, Stalemate, and Settlement, New York,
McGraw-Hill, 1986.
le désaccord et le conflit
les ressources entre les deux parties, acceptant que les problèmes ne
soient que partiellement résolus ;
−− enfin la stratégie de l’évitement (avoiding), qui trahit selon
les auteurs du modèle une faible préoccupation pour ses intérêts et
pour ceux de l’autre. On refuse tout simplement le conflit, ou on le
contourne, estimant qu’il n’apporte rien.
Dans quelle mesure les caractéristiques culturelles des différentes
populations du monde les poussent-elles à privilégier l’une ou l’autre
de ces cinq stratégies ? Les enquêtes sur ce point sont plutôt contradictoires. Ce sur quoi elles s’entendent largement, c’est sur le fait que
l’orientation vers l’individuel ou le collectif joue fortement sur la disposition au compromis ou à l’évitement (cultures collectives) ou sur
la propension à la domination (cultures individualistes). Ainsi, dans
la littérature américaine relative aux modes de gestion des conflits,
les stratégies « arrangeantes » et celles « de l’évitement » sont souvent perçues, selon Stella Ting-Toomey23, de manière négative, comme
une forme de désengagement, ou de fuite du conflit. Dans d’autres
cultures, notamment asiatiques (voir encadré), le raisonnement est
très différent.
23. Stella Ting-Toomey, « Translating conflict face-negotiation theory into practice », in
D. Landis et al., Handbook of Intercultural Training, Sage Publication, 2004.
273
le désaccord et le conflit
l'intelligence interculturelle
Taïwan-États-Unis : des styles différents face au conflit
Une étude menée en 2000 par T. Knutson, J. Hwang et B. Deng* a mis en
évidence les différences d’attitudes par rapport au conflit entre professionnels d’entreprises taïwanaise et américaine. On y retrouve presque toutes
les dimensions de caractéristiques culturelles de Hofstede et de Hall évoquées précédemment : l’affrontement de cultures portées sur le collectif
(Taïwan) et de cultures portées sur l’individuel (États-Unis), l’importance
des styles de communication high context (Taïwan) et low context (ÉtatsUnis), etc. Cette étude met en avant la manière dont les Taïwanais tendent à
adopter un style indirect de non-confrontation, et les complications que cela
entraîne lorsqu’ils sont confrontés au style direct des Américains (« dire les
choses ») :
Tendances des négociateurs
taïwanais en cas de conflit :
- préserver une apparence amicale ;
- insister sur le respect mutuel, la
coopération, l’opiniâtreté et la qualité des relations humaines ;
- mettre en avant sa position hiérarchique et sociale au cours d’un
conflit interpersonnel ;
- mettre en avant le contexte qui
contribue au conflit ;
- rechercher l’harmonie pour
résoudre le problème ;
- si l’enjeu le justifie, faire jouer une
approche autoritaire.
274
Tendances des négociateurs
américains en cas de conflit :
- valoriser l’esprit de compétition et
de négociation directe ;
- estimer que chacun fait de son
mieux pour obtenir ce qu’il veut ;
- regarder les problèmes en face ;
- considérer la recherche de l’harmonie comme un moyen d’esquiver
les problèmes ;
- promouvoir un travail orienté sur
la tâche et le « do it yourself » ;
- trouver que les patrons chinois
sont autoritaires.
* Perception and Management of Conflict: A comparison of Taiwanese and US Business Employees,
Intercultural Communication Studies IX-2 (2000)
Pour intéressante qu’elle soit, une telle typologie présente le
défaut de penser uniquement le conflit à partir du rapport de deux
acteurs, et deux intérêts, et de mettre de côté le rôle d’un tiers dans
la résolution, ou au contraire dans l’aggravation du conflit. La question du recours à un tiers acteur est pourtant un enjeu important,
également lié à l’orientation vers l’individuel ou vers le collectif des
cultures. Dans les cultures les plus orientées vers le collectif, notamment en Chine, le recours à ce tiers est central. Il s’agit souvent de placer la médiation dans les mains d’une personne ayant un statut hiérarchique plus élevé, et face auquel chaque partie va chercher à faire
des concessions afin précisément d’honorer le statut de ce médiateur,
et sauver ainsi leur propre « face ».
Question 97. Quelles différences d’attitude peut-on
observer d’une culture institutionnelle à l’autre face
au conflit (ong, entreprises, tiers secteur…) ?
Le conflit et la gestion des désaccords sont des domaines dans lesquels on voit bien que les différences sont loin de n’être que géoculturelles. Elles peuvent être importantes au sein même de notre environnement immédiat entre cultures professionnelles et sectorielles.
Le comparatif entre les entreprises et le monde des associations et
des ONG en France en est un exemple.
« Dans les entreprises du secteur privé, explique un dirigeant
d’une société multinationale de téléphonie, le conflit n’est pas considéré comme honteux comme il peut l’être ailleurs, mais comme
contre-productif s’il n’est pas rapidement traité et résolu. La gestion
du conflit varie certes entre les cultures (en France, on se retourne
directement vers le chef ; en Europe du Nord, on en appelle au spécialiste), mais dans tous les cas on cherche à résoudre le conflit le plus
rapidement possible. »
Dans le secteur non marchand, les conflits ne sont pas vécus,
exprimés, gérés de la même façon, nous avons pu le constater personnellement à de nombreuses reprises. Dans l’univers des associations caritatives ou militantes, des églises, des ONG, des fondations,
le personnel salarié, les volontaires, les bénévoles, les membres des
conseils d’administration sont souvent des personnes qui revendiquent un esprit altruiste, une pureté d’intention, parfois un esprit
de sacrifice qui rend le conflit hors sujet ou même tabou : « On n’est
pas des vendeurs de boîtes de conserve, on n’est pas là pour se taper
dessus… » Du coup, le conflit apparaît souvent comme une faute, un
échec, on essaie de le minimiser ou de le cacher le plus longtemps
possible, et il reste rampant, non déclaré, mais en fait tout aussi aigu
que partout ailleurs.
Comme très souvent les associations, parties d’un tout petit
nombre de personnes, croissent sans s’en apercevoir, alors même que
les outils de régulation qui accompagnent généralement cette croissance (grilles de salaires, délégués du personnel, règlement intérieur,
conventions collectives) tardent à être mis en place. Les hiérarchies
ne sont pas toujours formalisées (« nous sommes tous des copains »)
alors que de fait elles existent, les stratégies d’évitement ne sont pas
rares. C’est l’une des raisons pour lesquelles les conflits larvés, rampants, peuvent prendre de fait une ampleur considérable.
275
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur le rapport au conflit
Ouvrages
››Abu-Nimer (Mohammed), « Conflict Resolution, Culture, and Religion:
Toward a Training Model of Interreligious Peacebuilding », Journal of Peace
Research, 2001
››Benasayag (Miguel) et del Rey (Angélique), Éloge du conflit, Paris, La
Découverte, 2007
››Cai (Deborah) et Fink (Edward), Conflict Style Differences Between Individualists and Collectivists. Communication Monographs, vol. 69, n° 1, 2002
››Cen Ling et Cheung Kat (C. F.), « Management of intercultural conflict: A
preliminary study of Chinese managers and western subordinates », Intercultural Communication Studies, vol. XVII, 4, Hong Kong Baptist University,
2008
››Hall (Edward T.), La Danse de la vie. Temps culturel, temps vécu, Paris, Seuil,
1984 (1re édition en anglais en 1983)
››Lascoux (Jean-Louis), Pratique de la médiation : Une méthode alternative à la
résolution des conflits, ESF, 2009
››Picard (Dominique) et Edmond (Marc), Les Conflits relationnels, Paris, PUF,
2012
››Pruitt (Dean G.) et Rubin (Jeffrey Z.), Social conflict, New York, McGrawHill, 1986
››Rojzman (Charles), Sortir de la violence par le conflit. Une thérapie sociale pour
apprendre à vivre ensemble, Paris, La Découverte, 2007
››Simmel (Georg), Le Conflit, Circé, 1995
››Six (Jean-François), Les Médiateurs, Paris, Le Cavalier bleu, 2003
››Six (Jean-François), Médiation, Paris, Seuil, 2002
Liens
›› Sur le modèle du dual concern : www.galileoco.com/literature/CaiFink2002.
pdf
››http://gestion-des-risques-interculturels.com/risques/perdre-la-faceune-peur-universelle
Chapitre 12
L’argent
Visions croisées de la richesse
et de la pauvreté
Parmi les mots dont la traduction est moins évidente qu’il n’y
paraît, « richesse », « pauvreté », « précarité », « solidarité » occupent
une place de choix. Les fameux « Objectifs du millénaire pour le développement » fixés en 2000 par les Nations unies et les indicateurs de
pauvreté qu’ils retiennent sont-ils entendus de la même façon par
l’ensemble de la planète ? Rien n’est moins sûr.
Souvent contrariante dans les relations familiales ou professionnelles, parfois tabou ou source de malentendus, la question de
l’argent est liée à des approches infiniment diverses. Dans ce chapitre,
nous tenterons de ne pas déborder sur l’univers sans limites de l’économie en général, et nous nous concentrerons sur les représentations
culturelles de l’argent, après avoir rappelé la grande différence des
contextes, et la manière dont celle-ci peut expliquer, en partie, les différences de rapport à la richesse et à la possession.
Contextualiser
Question 98. Économies monétarisées, économies
de subsistance : quelle est la place de l’argent
dans nos sociétés ?
L’argent, dans son acception française classique, est loin d’être
partout l’étalon évident de toute mesure de la production et le seul
instrument de tout échange. Ce constat tient à deux raisons majeures :
−− dans des sociétés où prévalent des économies « de subsistance » se situant en partie à l’écart des flux économiques formels, le
rôle de l’argent est souvent limité, les échanges s’opérant en partie
sous forme non marchande ;
−− dans nos sociétés ultra-monétarisées elles-mêmes, de nouvelles
formes d’outils d’échange émergent de plus en plus. Depuis plusieurs
années, on voit apparaître par exemple des « monnaies sociales », ou
« monnaies régionales1 » du type des « systèmes d’échange locaux »
(SEL) qui, sans concurrencer la monnaie nationale, la complètent
sur un plan local et permettent d’échanger des biens ou des services
autrement. Un autre exemple, et sur un tout autre registre, est celui
des monnaies virtuelles qui font actuellement une percée significative, avec les « e-devises », ou « bitcoins » permettant de contourner
1. Margrit Kennedy et Bernard Lietaer, Monnaies régionales. De nouvelles voies vers une
prospérité durable, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2008, www.eclm.fr/ouvrage-329.
html
281
l’argent
l'intelligence interculturelle
les dispositifs bancaires2. Ici encore, même s’il reste très largement
prévalent, le rapport à l’argent commence à connaître quelques mutations.
Question 99. Quel degré et quelles formes de
corruption peut-on observer dans nos sociétés ?
282
La corruption est un phénomène répandu à peu près partout dans
le monde. L’ONG Transparency International publie depuis près d’une
vingtaine d’années un indice de perception de la corruption (IPC).
Celui-ci n’est pas à proprement parler un instrument de mesure de la
corruption, mais rend compte, grâce à une série de sondages, du jugement des citoyens sur le degré de corruption dans la politique et dans
l’administration de leur pays. En 20123, trois pays seulement étaient
considérés comme « very clean » (Danemark, Finlande et NouvelleZélande), avec un score de soupçon inférieur à 10 % des sondés, 9
autres pays ayant un score inférieur à 20 % (autres pays scandinaves,
Singapour, Suisse, Australie, Canada, Pays-Bas et Luxembourg).
Mais l’indice évoqué ici ne concerne que l’une des formes de la
corruption, ce qu’on appelle la corruption « passive » (acceptation
d’avantages par des agents publics) alors qu’il en existe de nombreuses autres. Afin de les ordonner, Philippe Montigny4 fait notamment la distinction entre :
−− la corruption privée (dessous de table entre entreprises, commissions versées aux acheteurs, traitement de faveur…) et la corruption publique, qui renvoie au « pacte qui s’établit entre un agent
public [fonctionnaire ou personnalité politique] et un agent privé,
entreprise ou individu, sanctionné par le code pénal [car] il se fait au
détriment de la mission que doit remplir l’agent public » ;
−− la corruption passive et la corruption active : la première, en
droit français concerne le fait, pour un agent public, de solliciter ou
d’accepter des dons ou des avantages « pour accomplir ou s’abstenir
d’accomplir un acte de sa fonction, de sa mission ou de son mandat5 ».
La deuxième désigne le fait, pour une entreprise, de verser des commissions indues à des agents publics.
Même s’il est loin d’être le seul, le continent africain est particulièrement affecté par ces phénomènes. Gérard Blundo et Jean-Pierre
Olivier de Sardan6 en détaillent les formes élémentaires en distin-
2. « Le “bitcoin”, une monnaie virtuelle qui s’arrache », Le Monde, 9 avril 2013, www.
lemonde.fr/technologies/article/2013/04/09/le-bitcoin-une-monnaie-virtuelle-qu-on-sarrache_3156495_651865.html
3. www.transparency-france.org/e_upload/pdf/cpi2012_mapandcountryresults.pdf
4. Philippe Montigny, L’Entreprise face à la corruption internationale, Paris, Ellipses, 2006.
5. Code pénal français, art. 432-11
6. Revue Politique africaine, www.politique-africaine.com/numeros/pdf/083008.pdf
guant notamment la commission (avantage en espèce ou en nature
remis à un fonctionnaire pour obtenir quelque chose), la gratification
(cadeau de remerciement), le piston ou la faveur, la rétribution indue
d’un service public, le tribut, ou « péage », qui s’apparente au racket,
la « perruque », que nous connaissons bien en France et qui consiste à
« emprunter » du matériel de l’entreprise ou de l’administration pour
son propre usage (par exemple pour ses propres chantiers), le détournement de fonds, etc.
Question 100. Quel est le statut de la propriété
privée dans nos sociétés respectives ?
Dans les sociétés occidentales, les conceptions juridiques de la
propriété sont durablement marquées par le droit romain – l’usus
(le droit d’utiliser), le fructus (le droit de percevoir des revenus) et
l’abusus (le droit de consommer, de détruire, de vendre, de donner…)
– et par les encadrements constitutionnels issus de la Déclaration des
droits de l’Homme et du citoyen de 1789, de la Déclaration universelle des droits de l’homme ou encore de la Convention européenne
des droits de l’homme.
Dans un tel dispositif juridique, marqué par une culture, européenne, la propriété est largement considérée comme un droit absolu
et individuel. Cette vision peut se heurter ailleurs à d’autres conceptions, notamment dès lors qu’il s’agit de la propriété foncière ou
immobilière.
Après les lois promulguées autorisant la propriété privée en Chine
(2007) puis à Cuba (2009), la propriété privée n’est plus formellement prohibée dans aucun pays du monde autre que la Corée du
Nord. Mais beaucoup de sociétés vivent encore dans ce domaine une
situation moins claire qu’on ne pourrait le croire. En effet, si la notion
juridique de propriété s’est construite en Occident, sur la base de la
propriété privée (la propriété d’État n’étant qu’une exception), le
mouvement, en revanche, a été inverse en Chine où le point de départ
a davantage été la propriété publique, impériale d’abord, collective
ensuite, dans le régime communiste, avant que ne se développe progressivement l’octroi de droits de possession à des personnes privées.
L’accession à la propriété privée en Chine est donc le résultat d’une
longue évolution qui n’est pas encore clairement admise partout et
continue d’évoluer.
En Afrique, autre exemple, le droit coutumier réserve une large
place à la propriété collective, notamment en matière foncière. Cette
vision collective de la terre doit ainsi cohabiter avec les dispositifs,
hérités de la colonisation, de promotion des titres de propriété foncière, qui posent des enjeux de monétarisation, et « d’immatriculation » de la terre (voir chapitre 3). La situation foncière de nombreuses sociétés africaines se caractérise donc, comme le formule
283
l’argent
l'intelligence interculturelle
Claire Tarrière-Diop, par « un entre-deux, sorte de “marchandisation
imparfaite de la terre” donnant lieu au développement de stratégies
métisses7 ».
On voit ainsi que le droit de propriété est loin d’être une évidence
partout sur le plan juridique. En tout état de cause, les représentations et les valeurs attachées à ce droit peuvent fortement différer.
Interroger les représentations et les pratiques
Question 101. Comment la religion influe-t-elle
sur les représentations de l’argent et de la richesse ?
284
Les religions ont, à propos de l’argent, de la richesse et de la pauvreté des influences contrastées. On peut rappeler tout d’abord l’exaltation du dépouillement que l’on retrouve dans certaines religions : au
cœur de l’Évangile dans la tradition catholique tout d’abord (« Vends
tout ce que tu as, distribue-le aux pauvres et tu auras un trésor dans
les cieux. Puis viens, suis-moi. » – Luc 18,22) ; mais aussi chez les saddhus en Inde, dans le jaïnisme, ou encore dans le bouddhisme : on se
souvient du dépouillement total du prince riche devenant Bouddha ;
rappelons aussi que les moines bouddhistes sont tenus de mendier.
Une vision différente de l’argent s’affirme dans le protestantisme :
si l’enrichissement contribue au développement de la collectivité,
il est légitime et même il peut constituer une responsabilité dans la
mesure où il augmente une richesse qui peut profiter à chacun. Max
Weber (L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme) tient ainsi
le développement du capitalisme au xviiie siècle pour le résultat de
l’éthique puritaine (accumuler la richesse sans en jouir directement)
et de cette idée que le succès financier n’est autre que le signe de la
prédestination de Dieu.
Une éthique de l’argent assez comparable se retrouve dans le
judaïsme. Comme le rappelle Claude Riveline8, la sainteté y est compatible avec la richesse car le travail productif est une obligation religieuse. Mais le devoir du riche est bien de donner une partie de sa
richesse aux pauvres et de ne pas abuser, en affaires, de la faiblesse de
l’autre. « S’il est riche, c’est parce que Dieu lui a confié la gestion du
monde pour une part plus grande que les autres et il n’a pas le droit
de se dérober à cette mission. »
7. http://base.d-p-h.info/fr/fiches/premierdph/fiche-premierdph-5167.html
8. Claude Riveline, membre du bureau du Chabbat, professeur d’économie à l’École des mines
de Paris (conférence sur le thème de la spiritualité et du management à Dauphine).
Pour l’islam, l’argent est loin d’être méprisé mais il doit également
servir au bien de la société. Le Coran rappelle en effet que l’argent,
comme toutes les ressources de la terre, appartient à Dieu, et que
le devoir des hommes est de le faire fructifier pour la communauté.
L’enrichissement est licite, et même encouragé, à condition de correspondre à une création de richesse (d’où l’interdiction de la spéculation et des jeux de hasard). Conséquences de ces représentations
religieuses dans la vie économique : des règles bancaires bien particulières (interdiction du prêt à intérêt mais autorisation des revenus du
capital). Une autre condition à la création de richesse est que celle-ci
ne soit pas strictement personnelle, mais également en partie collective. Pour garantir cela, le Coran fait de l’aumône aux plus démunis,
la zakat, l’un des piliers de l’islam : elle invite les musulmans à donner
aux pauvres 2,5 % de leur épargne annuelle et 10 % pour les produits
de la terre. Affectée au financement d’infrastructures sociales de
proximité et aux organisations locales de solidarité, la zakat est, dans
certains pays, une source majeure de financement de la solidarité.
Dernier exemple, celui de l’hindouisme, qui lie piété, rites religieux et réussite financière. Dans le monde de l’industrie en Inde,
comme l’expliquent A. Karkun et al., « la déesse la plus vénérée est
Lakshmi (déesse de la fortune). Elle est célébrée à la fin de l’année
rituelle qui correspond également à la fin de l’année fiscale. Ce qui
explique pourquoi l’Inde se base sur cette date pour publier ses
comptes. Autre détail, une punja (prière) peut être organisée dans
les entreprises afin de célébrer la déesse, lors de la fête du Printemps
(holi) ; on profite alors de cette occasion pour bénir le coffre de l’entreprise9. »
Question 102. Qu’est-ce qu’être riche ou pauvre
dans nos cultures respectives ?
Le rapport à la notion de richesse est fonction des cultures mais
aussi du niveau de précarité et de l’existence ou non d’une protection sociale organisée. Un dicton wolof10 résume par exemple une
hiérarchie des valeurs en Afrique différente de la nôtre : « Qu’est-ce
qu’un pauvre ? Un pauvre est quelqu’un qui n’a pas d’amis. » On ne
s’étonnera pas dès lors que dans certaines langues africaines, le mot
pauvreté soit traduit par solitude, absence de lien. Dans d’autres langues (malinké), la pauvreté se définit plutôt par l’impuissance, « fangantan » par opposition à la puissance, « fagama », mais l’idée d’exclusion sociale est également bien présente dans ce mot. Dans des pays
9. A. Karkun, N. Belhoste et B. Fernandez, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion
en contexte interculturel…, op. cit.
10. Rapporté par Clair Michalon dans Différences…, op. cit.
285
l’argent
l'intelligence interculturelle
où aucune protection sociale n’est assurée, la communauté constitue
de fait une véritable « sécurité sociale », et l’absence d’un réseau de
relations est, de ce point de vue, une tragédie.
L’équivoque sur la dimension « monétaire » ou non de la richesse
se retrouve en permanence dans les situations de coopération au
développement, et dans la manière d’apprécier ce que les uns et les
autres caractérisent comme « progrès ». Cette équivoque est au cœur
de la réflexion du prix Nobel d’Économie d’Amartya Sen, qui tente
de faire évoluer la vision monétaire de la pauvreté vers une conception plus qualitative, en mettant en avant la notion centrale de « capabilities », de liberté d’être et de faire ce que l’on veut. Il est aussi le
point central des réflexions de nombreux acteurs du développement :
de François Greslou11 à Stéphanie Zeiss12 en passant par les mésaventures d’un développeur de pompes à main au Burkina Faso13, une
abondante littérature des éditions Charles Léopold Mayer présente
les témoignages de coopérants qui ont bousculé leur schéma de pensée en réalisant que le type de réduction de la pauvreté qu’il visait se
traduisait en réalité par une dégradation de l’équilibre existant dans
leur pays d’accueil : dégradation de la qualité de la vie communautaire, des relations sociales, parfois même de l’équilibre écologique.
Question 103. Accumuler ou redistribuer ? Quelles
sont les conceptions du don et comment influent-elles
sur la perception de la corruption ?
286
Dans les sociétés d’orientation individualiste, et a fortiori dans
celles qui disposent d’une solide infrastructure d’institutions bancaires et d’épargne, la part de l’argent gagné qui n’est pas dépensée
pour les besoins familiaux courants est assez spontanément investie ou placée dans une optique de constitution de réserves pour la
retraite ou les coups durs. On est là dans une logique d’accumulation.
Dans des sociétés davantage orientées vers le collectif (notamment les sociétés africaines), les sommes d’argent gagnées (ou reçues)
sont plus spontanément partagées avec l’entourage proche (famille,
famille élargie, membres du clan, etc.), qui sera lui-même dans une
logique de partage lorsque le donateur ne gagnera plus d’argent :
logique de redistribution. Ceci peut aller de pair avec des situations
d’incertitude sur l’avenir politique des pays ou avec l’inexistence de
systèmes bancaires fiables, toutes choses qui, de fait, poussent à la
dépense immédiate, personnelle ou communautaire, des sommes
gagnées.
11. François Greslou, Le Coopérant, missionnaire ou médiateur ?, op. cit.
12. Stéphanie Zeiss, « Moi, la gringa et les paysans », in Pierre De Zutter, Le Paysan, l’expert et la
nature…, op. cit.
13. Bill l’espiègle, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer/Lieu Commun, 1992.
Lorsqu’il n’y a ni dépense ni redistribution familiale, l’argent va
souvent à des structures collectives d’épargne comme les tontines, en
Afrique occidentale ou centrale, les idir ou les equb en Éthiopie, etc.
L’objet essentiel de ces cagnottes collectives (qui peuvent collecter
des sommes considérables) est de permettre aux cotisants de pouvoir
faire face à des dépenses sociales importantes (mariages, funérailles,
etc.)
Il n’est pas rare de trouver associée à cette logique de redistribution une certaine défense de la pratique de la corruption, discours
qu’il ne s’agit pas ici de cautionner mais d’expliciter. Dans certains
pays, les cadeaux à la famille et aux proches sur des fonds non personnels, les versements informels à des partenaires commerciaux, la
confusion entre les comptes professionnels et les comptes personnels, sont autant d’opérations dont l’objet est moins perçu comme
l’enrichissement personnel que comme le tissage, l’extension ou le
renforcement de liens sociaux. La corruption permettrait ainsi une
redistribution des richesses, un investissement dans un réseau relationnel qui bénéficie aux membres de la communauté du « donneur ».
Les Camerounais, rapporte Édith Sizoo14, parlent d’« argent chaud »
(réchauffé par les relations personnelles et contrôlé par elles) et
d’« argent froid » (celui qui vient d’ailleurs et dont on peut faire ce
que l’on veut).
Tout en refusant un culturalisme qui attribuerait aux cultures
locales la responsabilité de la corruption, Blundo et Olivier de
Sardan15 listent un ensemble de logiques socioculturelles (dont ils
précisent que la plupart ne sont pas d’ordre traditionnel) mises en
place ou développées sous la colonisation ou après les indépendances,
et qui tendent à faciliter ou à tolérer la corruption :
−− le pluralisme des normes en Afrique, normes légales, normes
coutumières, qui favorise le fait que des acteurs « naviguent entre
plusieurs normes applicables possibles, en fonction de leurs ressources, de leurs stratégies et du contexte ».
−− « l’investissement en sociabilité », qui « constitue une préoccupation incessante de la vie quotidienne, à travers les multiples
obligations qu’impliquent l’entretien et la reproduction des réseaux
relationnels de toute nature [où la règle est celle] de l’échange de
services, valable non seulement entre parents ou amis, mais aussi
entre “connaissances”, au sens large, terme qui inclut quiconque est
“recommandé” par un parent ou ami, voire par un ami d’ami. [Un] système généralisé de services et de contre-services dans lequel chacun
est pris ». Dès lors, le favoritisme dans les services publics apparaît
comme naturellement inséré dans ce système.
14. Édith Sizoo, Ce que les mots ne disent pas…, op. cit.
15. Revue Politique africaine, op. cit.
287
l’argent
l'intelligence interculturelle
288
−−enfin les « cadeaux » incessants, et l’ostentation : « L’om­
niprésence, à chaque instant de la vie sociale, des situations où il
convient de mettre la main à la poche, et la monétarisation de plus
en plus grande de ces “petits cadeaux” […] incitent chacun à considérer que les “petites sommes” versées aux agents de l’État dans l’exercice de leurs fonctions ne sont qu’une forme supplémentaire de ces
cadeaux usuels. »
Et les auteurs de conclure que « l’intégrité est un luxe ou une vertu, hors de portée, dans les circonstances actuelles, de la plupart des
citoyens béninois, nigériens ou sénégalais. En caricaturant quelque
peu, seuls des riches ou des saints peuvent se la permettre. La pression du milieu environnant […] pousse à banaliser les pratiques corruptives, à les dissoudre dans les comportements normaux ».
En dehors des seules considérations de corruption, l’obligation
du don et du contre-don (en argent ou en nature) se retrouve sous
d’autres formes dans d’autres aires culturelles, notamment en Asie,
On tend à le considérer non comme un signe de grandeur d’âme
(comme cela peut être le cas dans nos propres cultures) mais comme
une obligation rituelle lors d’événements de la vie sociale tels que les
mariages, les naissances ou les funérailles. Elise Bijon note que ceci
n’est pas sans contrepartie : « Dans le cas de sociétés régies par le principe du contre-don social à l’occasion de mariages ou de naissances
dans la famille d’un des membres du même réseau social, recevoir
un cadeau est une invitation à en faire un retour […], constituant en
même temps un “cadeau empoisonné”… Il ne faut donc pas s’attendre
en retour à de larges effusions de joie et de gratitude16… »
Dans son essai sur le don17, Marcel Mauss donne en effet à voir
l’ensemble des règles et des codes sociaux qui, dans certaines sociétés,
sous-tendent des pratiques trop vite assimilées à de la gratuité ou à de
la générosité. Ces règles font du don, de l’acceptation du don et de la
réciprocité (contre-don) une véritable obligation sociale : « Refuser
de donner, dit-il, négliger d’inviter, comme refuser de prendre, équivaut à déclarer la guerre ; c’est refuser l’alliance et la communion. […]
La sanction de l’obligation de rendre est l’esclavage pour dette. » Le
don, ajoute-t-il, est « à la fois ce qu’il faut recevoir et ce qui est cependant dangereux à prendre », car il y va de son rang et de son prestige.
Ce que Marcel Mauss écrivait à propos des sociétés dites primitives, nous le retrouvons avec force dans le rite du cadeau, y compris
professionnel, dans la Chine contemporaine.
16. Projet de thèse, document interne.
17. Marcel Mauss, Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques,
Paris, PUF, 1973.
L’enveloppe rouge
« Je me souviens du regard perplexe et embarrassé de Guillaume, mon
conjoint français face à ma grand-mère qui lui a tendu à deux mains une
enveloppe rouge avec 400 yuans (environ 50 euros) dès qu’il a mis les
pieds chez moi, lors de son premier voyage en Chine. Ne sachant comment
réagir, il est resté cloué sur place à l’entrée de la maison. Ma grand-mère a
commencé à pleurer, tout en essayant de glisser l’enveloppe dans la poche
de son manteau. Gêné, Guillaume m’a lancé un regard désespéré. J’ai repris
l’enveloppe pour la mettre dans sa main, nous avons remercié ma grandmère, et nous avons pu entrer dans la maison. Guillaume décrit souvent
cette expérience comme le plus grand choc culturel qu’il ait reçu. Pourtant,
aux yeux d’un Chinois, rien de plus normal que de recevoir d’un aîné une
enveloppe rouge porte-bonheur. Il ne faut jamais la refuser, surtout de la
part d’une personne âgée, le refus pouvant être perçu comme un manque
de respect […]. Le montant du don peut être important, car c’est en fonction
de ce montant que le destinataire distingue l’importance qu’on lui attache et
la force potentielle de leur lien. C’est avant tout une forme de rapport social,
ancrée dans la culture traditionnelle chinoise. »
Une étudiante chinoise, Sciences Po, 2013.
Question 104. L’argent : le montrer ou pas,
en parler ou pas ?
Les événements ayant secoué, au printemps 2013, la classe politique française autour de l’affaire Cahuzac et les innombrables protestations qui ont accompagné l’annonce de mesures d’obligation
d’affichage des patrimoines des élus et des gouvernants disent assez
à quel point, en France, l’argent demeure un tabou et un domaine
exclusivement limité à la sphère privée. En titrant en pleine page « Le
strip-tease de la République » à propos de cette obligation de dévoilement des patrimoines, le quotidien Le Figaro du 16 avril 2013 ne
pouvait mieux illustrer (malgré lui) la force de ce tabou : « cachez cet
argent que je ne saurais voir »…
Aux États-Unis au contraire, ou dans quelques autres pays anglosaxons, on est souvent fier de ce que l’on gagne, on le dit, et l’on n’hésite pas à demander à son interlocuteur le montant de ses revenus.
Cette différence se retrouve d’ailleurs dans les pratiques de mécénat
d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. En France, la philanthropie se
doit d’être anonyme sous peine de voir annulé son caractère caritatif.
À l’inverse, aux États-Unis, le donateur est récompensé de sa générosité par la publication des sommes et de son nom sur les actions
auxquelles il participe…
Dans d’autres zones géographiques (Pacifique, Moyen-Orient), on
trouve également des différences d’attitudes notoires sur la question
de la visibilité des richesses.
289
l’argent
l'intelligence interculturelle
« Je vous souhaite beaucoup de bonheur et
d’argent »
Pour aller plus loin
« En Chine, l’argent n’est pas un tabou. L’ouverture économique de la Chine
et le slogan de Deng Xiaoping qui prônait “la gloire de s’enrichir” ont encore
accentué l’attitude libérée des Chinois à l’égard de l’argent et de la richesse.
L’un des vœux traditionnels les plus populaires en Chine est le “Gong xi
fa cai 恭喜发财” : “je vous souhaite beaucoup de bonheur et beaucoup
d’argent”. » Ouvrages
›› Centre tricontinental, Comment se construit la pauvreté, Paris, L’Harmattan,
2000
››Dommel (Daniel), Face à la corruption. Peut-on l’accepter ? Peut-on la prévenir ? Peut-on la combattre ?, Paris, Karthala, 2003
››Drach (Marcel) (dir.) L’Argent, croyance, mesure, spéculation, Paris, La
Découverte, 2004
››Fosu-Amaah (W.P.), Soopra Manien (Raj) et Uprty (Kishor), Combattre la
corruption, Banque mondiale, Éditions Eska, 2001
››Mauss (Marcel), Essai sur le don : Forme et raison de l’échange dans les sociétés
archaïques, Paris, PUF, 1973
››Montigny (Philippe), L’Entreprise face à la corruption internationale, Paris,
Ellipses, 2006
››Rodinson (Maxime), Islam et capitalisme, Paris, Seuil, 1966
››Wieviorka (Michel) (dir.) L’Argent, Les entretiens d’Auxerre, Ed. Sciences
humaines, 2010
Liens
››Transparency International : www.transparency.org et www.transparencyfrance.org
Une étudiante chinoise, Sciences Po, 2013.
Pour les professionnels de la coopération internationale, la question de la transparence financière est, par ailleurs, un sujet difficile.
Partout l’on s’élève aujourd’hui contre les dangers d’un étalage de
moyens personnels ou institutionnels dans le quotidien du travail :
véhicules 4 x 4, bureaux et logements au-dessus des standards locaux,
etc. Beaucoup de coopérants ou de volontaires ont tenté, pour échapper à cette image, de se « fondre » autant que possible dans les conditions de vie locales. Qu’il le veuille ou non, et quels que soient les
efforts qu’il fait pour imiter les conditions de vie de l’autre, le coopérant ou le volontaire sera toujours celui qui a pu se payer (ou à qui on
a payé) un billet d’avion, qui peut être rapatrié immédiatement en cas
de problème, et dont la famille, peut-être, a des moyens substantiels.
290
sur le rapport à l’argent
Chapitre 13
Les modes
d’organisation
Hiérarchie, règles, autorité
À qui acceptons-nous d’obéir ? D’après quels critères reconnaissons-nous la légitimité d’un pouvoir ? Suivant quelles règles s’organisent les institutions et les entreprises ? Quels sont, dans nos
cultures respectives, les systèmes hiérarchiques à l’œuvre ?
Au cœur de ces questions se trouvent plusieurs enjeux importants : l’implication des acteurs dans l’élaboration des régulations qui
les concernent, l’organisation du système de hiérarchie, ou encore la
répartition et la collaboration entre les pouvoirs.
Les ONG, grandes entreprises ou administrations ayant des
antennes dans différents pays, et employant dans ces antennes une
part importante de personnel étranger, se trouvent bien souvent
face à un même constat : si ces antennes s’alignent dans leurs activités, dans leurs structures formelles ou encore dans leurs modes de
reporting, elles diffèrent très largement dans la manière de penser
les objectifs de l’organisation, la place de ses membres, la manière de
construire la décision, etc.
Face à ce constat de diversité, on voit cependant se multiplier les
normes internationales visant à encadrer (pour des motifs bien compréhensibles d’ailleurs) les normes de gestion des organisations ; un
phénomène qui pousse bien des organisations à adopter un double
discours, entre la réalité de leurs pratiques et les cadres auxquels
elles sont censées se conformer. L’exemple chinois est éloquent à cet
égard (voir encadré page suivante).
295
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
Les entreprises chinoises face à l’émergence
d’un modèle de gestion international :
l’exemple d’ISO 9000
L’un des exemples révélateurs de la diversité des modes d’organisation se
trouve dans l’attitude des entreprises chinoises vis-à-vis des normes internationales de gestion, notamment la norme ISO 9000. De plus en plus
imposée par les clients et les partenaires comme gage nécessaire à l’établissement d’un partenariat, elle contribue à construire « l’image sociale »
de l’entreprise. Or le critère de qualité de gestion présenté dans cette norme
internationale renvoie très largement au modèle que Trompenaars qualifie de tour Eiffel : centré sur les contrats, les procédures juridiques, une
définition précise des tâches de chacun, une logique de contrôle et d’évaluation, etc. Un modèle qui s’éloigne largement de la culture d’une grande
partie des entreprises chinoises, ces entreprises qui fonctionnent plutôt sur
le modèle d’entreprise « familial » décrit par Trompenaars (voir plus bas).
Elles se trouvent ainsi confrontées à un modèle d’organisation plus « occidental » qu’elles pourront considérer comme moins humain, moins vivant,
moins flexible ou moins sensible à l’évolution de leur environnement. Une
tendance de beaucoup d’entreprises chinoises est donc de demander la certification ISO 9000 en adaptant le discours aux exigences du label, sans
pour autant modifier leur modèle organisationnel ou en le faisant évoluer
très à la marge.
D’après Bernard Fernandez et Zheng Lihua, « Gérer un grand pays, c’est comme cuisiner un
petit poisson », in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
296
« Respecter la règle », « obéir à l’autorité », « se soumettre à la
hiérarchie », « connaître son juste rôle » : autant de notions que nous
proposons de questionner dans les pages suivantes.
À plusieurs reprises, nous serons pour cela amenés à distinguer
des modèles culturellement marqués en fonction de telle ou telle
région du monde. Mais au sein des frontières d’un même pays, on
peut identifier la persistance de cultures organisationnelles très différentes en fonction des secteurs, du type d’activités, du niveau d’expertise des membres, de la taille des organisations, mais aussi de la
personnalité des dirigeants.
Par ailleurs, les contextes politiques constituent d’autres éléments
de prise de recul nécessaire pour faire le tri dans la grande diversité
des représentations. Dans quel contexte étatique et institutionnel
raisonnons-nous ? Existe-t-il des contre-pouvoirs ? Le système politique en vigueur dans le pays permet-il aux oppositions de s’exprimer ? Existe-t-il des syndicats ? Sont-ils constitués et fonctionnent-ils
sur un modèle importé (organisation arborescente, pratiques paritaires, etc.) ? L’État est-il l’institution dominante dans les rapports
sociaux ? Y a-t-il ici une culture de la revendication ? Quel lien entre
les entreprises, les acteurs non gouvernementaux et les pouvoirs
publics ? Interventionnisme, libéralisme, social-démocratie ? Autant
de facteurs qui interdisent les classifications trop hâtives par aires
civilisationnelles.
Interroger les représentations et les pratiques
Question 105. Quel est le rapport au respect
de la règle dans nos cultures respectives ?
Les représentations de la norme (du latin norma, équerre ou
règle), de cette « règle, principe, critère auquel se réfère tout jugement » tel que le définit le Larousse, sont-elles identiques partout ?
Ici et ailleurs, peut-on négocier la norme? Le recours à la norme est-il
une protection ? Peut-on avoir recours, en cas de conflit ou de négociation, à des sources de normes différentes selon nos besoins et nos
intérêts ? La norme est-elle unique, ou existe-t-il dans une même
société, une diversité de « sources » capable de dicter la norme, une
diversité de modes de régulations auxquels se réfèrent les individus ?
Pour nous aider à distinguer les différences de représentation
dans ce domaine, Fons Trompenaars1 propose de distinguer deux tendances, deux types de relations à la norme et à la règle :
−− d’un côté, la tendance à privilégier « l’universel » consistant à
adhérer à des normes abstraites, admises par tous, et donc à placer
tout le monde dans une position égale vis-à-vis du respect de cette
norme commune : un même traitement pour tous, sans exception particulière ;
−− de l’autre, la tendance à privilégier le « particulier », en tenant
d’abord compte de la situation spécifique, ou de la personne concernée par le respect de la règle, avant de considérer la norme globale
qui sous-tend cette situation. On présuppose généralement, un peu
rapidement sans doute, que la tendance universaliste est un signe de
modernité, de développement des sociétés et de leurs systèmes de
régulation.
1. Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
297
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
Le dilemme de l’accident de voiture
Pour illustrer cette distinction entre un rapport « universel » et un rapport
« particulariste » à la règle, F. Trompenaars propose à des interlocuteurs de
différents pays un scénario simple : une personne se trouve dans une voiture
conduite par un ami proche, et la voiture heurte un piéton alors qu’il conduit
au-dessus de la limite de vitesse. Il n’y a pas de témoin de cet accident. La
personne va-t-elle témoigner de ce dépassement de vitesse ou protéger son
ami ?
Dans les résultats d’une enquête menée par S. A. Stouffer et J. Toby*, les
cultures anglo-saxonnes apparaissent comme les championnes de la
logique « universaliste » : témoigner de la vitesse réelle de la voiture, se
conformer à la règle, quelle que soit sa relation avec le conducteur. À l’inverse, nombre de cultures asiatiques se retrouvent davantage du côté du
particulier : témoigner en faveur de son ami pour le protéger.
Le point intéressant, soulevé par Trompenaars, est que plus les blessures du
piéton seront graves, plus les avis seront caractéristiques de l’une ou l’autre
de ces tendances : les blessures graves seront pour certains (Nord-Américains, Britanniques, Européens du Nord) une raison de plus de donner un
témoignage exact et de se conformer à la règle ; alors qu’elles seront pour
d’autres (Indiens, Russes, Chinois, etc.) une raison supplémentaire de protéger son ami.
* « Roles conflict and personality », American Journal of Sociology, 1951.
298
Ce que traduit cette distinction dans le rapport à la règle, ce
n’est pas le manque de considération à l’égard de la règle commune
dans certains pays, c’est surtout l’existence d’autres types de règles,
liées aux obligations d’un individu vis-à-vis de sa communauté,
qui peuvent aller à l’encontre du respect de la règle formelle. On
remarque d’ailleurs que l’attitude plus « particulariste » vis-à-vis de
la règle se retrouve avant tout dans des cultures à orientation plus
collective (Chine, Inde, etc.) et se trouve donc assez liée à l’importance des formes de régulation interne aux différentes communautés
d’appartenance qui cohabitent dans la société (voir chapitre 6).
Question 106. Quel rapport au contrat peut-on
observer ici et ailleurs ?
L’un des impacts évidents de cette tendance plus universaliste dans le rapport à la règle est la différence d’attitude vis-à-vis
du contrat, écrit, formel, qui permet de définir avec précision les
attentes et les responsabilités de chacun. Le contrat est-il au cœur
de l’engagement qui me lie à l’autre ? Représente-t-il pour moi un
code de conduite strict, un cadre d’obligation à respecter à la lettre ?
Existe-t-il chez moi d’autres raisons, d’autres sources qui motivent
mon engagement, d’autres éléments qui « m’obligent » vis-à-vis de
mes partenaires, de mes collaborateurs, de mon interlocuteur ? Les
rapports au contrat peuvent ainsi être tout à fait contradictoires
selon les individus :
−− le contrat apparaîtra pour certains comme un moyen de garantir la fluidité des relations et de se protéger contre l’incertain dans
l’évolution d’une collaboration, et donc de permettre de construire
progressivement la confiance ; alors que pour d’autres, il pourra être
perçu comme un manque de confiance a priori, et être source de plus
grande défiance entre partenaires.
−− le contrat apparaîtra ici comme un cadre permettant que chacun garde sa liberté d’agir, du moment que les termes de l’accord sont
respectés ; alors qu’il sera perçu ailleurs comme un cadre rigide ne
permettant pas de faire évoluer la relation, de travailler ensemble.
Les visions peuvent donc se révéler diamétralement opposées : la
souplesse et la solidité des relations se trouveront être, pour les uns,
garanties par l’existence d’un contrat très précis, et, pour les autres,
mises en cause et limitées par le fait qu’on a été poussé à signer ce
contrat.
−− enfin, là où le contrat sera considéré pour certains comme un
point d’arrivée, permettant de définir avec précision le cadre de la
relation, il ne sera pour d’autres qu’une simple directive de départ,
si possible établie de manière suffisamment vague pour permettre de
faire évoluer la relation, en misant sur la confiance comme base pour
des arrangements successifs.
Contrat à l’occidentale versus confiance
à la japonaise
« Les Japonais négocient longuement, mais ce sont des partenaires très
stables avec qui l’on peut travailler longtemps. Pour eux, le contrat est moins
important. Ce qui leur importe, c’est la confiance. […] Le contrat n’est pas
une garantie absolue. Une volonté forte des partenaires est la meilleure
garantie de réussite commune. Pour les hommes d’affaires occidentaux […],
l’aspect légal est très important, car le contrat est ce qui lie les deux parties
et aussi ce qui règle les problèmes en cas de litiges [et] il n’est pas rare de
voir un avocat assister à la table de négociation. Pour les Japonais, c’est une
chose inconcevable parce que chez eux, l’avocat n’intervient que lorsqu’un
problème grave se présente, c’est-à-dire quand il y a une rupture entre les
deux parties. On ne parle pas du divorce lorsqu’on se rencontre pour parler
du mariage ! »
Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
299
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
Question 107. Quelles sont les représentations
de l’autorité : à qui accepte-t-on d’obéir ?
300
Étroitement liée à la question de la légitimité que nous venons
d’évoquer se trouve la question de savoir à quoi et à qui l’on accepte
d’obéir ? On peut évoquer ici diverses dimensions de cette question.
Dans quelle mesure, tout d’abord, l’autorité est-elle surtout un
« statut » (acquis, pérenne, indiscutable) ou surtout une « fonction »
(attribuée, ponctuelle, discutable) ? Selon André Laurent et Owen
Stevens2, deux visions peuvent être distinguées dans ce domaine :
−− une vision sociale centrée sur les relations, assez commune en
France ou dans certains pays latins. La hiérarchie y est vue comme
« statut » et comme position sociale, ne pouvant guère être remise en
cause, et fonctionnant notamment comme une instance systématique
de recours en cas de conflit ;
−− une vision instrumentale, centrée sur les tâches à accomplir,
plus commune dans les pays anglo-saxons et en Europe du Nord. La
position ou la « fonction » hiérarchique peut y être mise en cause ;
celle-ci est définie de manière plus pragmatique, en fonction des compétences et des besoins du groupe à un moment donné.
Cette distinction implique une place bien différente du savoir, de
la compétence, de l’expertise technique, dans ce qui légitime l’autorité. On peut revenir à ce propos sur les analyses de Philippe d’Iribarne
dans La Logique de l’honneur3. Pour lui, l’approche américaine des
organisations (que l’on peut rapprocher de l’approche « instrumentale » de l’autorité) se caractérise par la définition précise des objectifs et des responsabilités, l’évaluation régulière des résultats, et
l’existence d’outils de sanctions ou de récompenses de ces résultats.
Ce modèle se fonde avant tout sur l’idée d’un échange équitable et
libre entre les individus, sur la promotion d’une logique marchande
qui permet de toujours rester « fair », juste et équitable vis-à-vis des
membres d’une organisation. De ce fait, la relation hiérarchique d’un
supérieur à son subordonné se rapproche avant tout du lien entre le
client et son fournisseur, fixant des attentes et évaluant la qualité de
ce qui lui est fourni. Le partage des responsabilités et les objectifs
individuels se trouvent délimités avec précision afin de permettre
d’évaluer les performances de chacun sans pouvoir imputer à ses
résultats les mauvaises performances des autres. Se débarrasser de
toute forme de subjectivité vise à protéger chacun de l’arbitraire,
mais il pousse aussi à utiliser davantage la sanction (quand la cause
est « juste » et la faute justifiée).
2. Cités par Olivier Irrmann, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte
interculturel…, op. cit.
3. Philippe d’Iribarne, La Logique de l’honneur…, op. cit.
L’approche française des organisations, qui implique des modes de
sujétion et d’allégeance bien particulières (plus proche de la vision
« sociale » de l’autorité), renvoie quant à elle à ce que d’Iribarne
nomme une « logique de l’honneur ». La France conserve des formes
de « noblesses de métier » qui permettent de définir, pour chacun
d’eux, une éthique et une technique ; et qui vont de pair avec une
vision spécifique de l’obéissance à une autorité. D’une part, l’obéissance n’est possible que dans un rapport à plus noble que soi, comme
résultat d’un respect, d’une révérence pour celui qui commande plutôt que comme résultat d’une crainte ou d’un intérêt (le laquais ou le
courtisan). D’autre part, l’autorité des supérieurs se trouve limitée
par le fait que chacun tend à définir ses propres responsabilités, et à
estimer les risques, à partir d’un sens du devoir lié au métier auquel il
appartient. Le contrôle par des supérieurs est donc, bien souvent, mal
supporté. « Contrôler n’est pas s’intéresser, en bon client, à la qualité
du produit dont on a passé commande à son fournisseur (signification
américaine), ce qui n’a rien d’offensant. Cela devient une sorte d’ingérence indue dans ce qui ne devrait relever que des rapports entre
l’individu et sa conscience4. » Le contrôle apparaît comme un manque
de confiance face à une personne qui n’est pas jugée à la hauteur de la
fonction (de « l’état » ou du métier) qu’elle remplit.
D’Iribarne met également en avant un troisième modèle d’organisation (notamment présent aux Pays-Bas), basé sur le consensus. Face
à l’imposition de consignes et de sanctions strictes de la part d’une
autorité hiérarchique, ce modèle implique la possibilité pour chacun
d’exposer ses propres arguments, la nécessité de prendre le temps de
convaincre. Parler, s’expliquer, se mettre d’accord. Cette recherche de
consensus n’est pas la traduction d’une prédominance de la logique
collective sur la logique individuelle, une contrainte du groupe sur la
personne, c’est au contraire la marque d’un attachement de chacun à
ses propres idées. Contrairement au modèle français, aucune « opacité » n’est dans ce cas possible dans la manière de concevoir son métier
et ses responsabilités vis-à-vis de ses supérieurs.
Dans ces différents modèles de construction et d’acceptation de
l’autorité se pose la question de la visibilité ou l’invisibilité du pouvoir, phénomène qui peut échapper à l’observateur extérieur dans
une culture donnée. Les hiérarchies peuvent être visibles, mises en
avant, ou au contraire sous-jacentes, pratiquement invisibles, lorsqu’un mode d’organisation s’emploie à « gommer les hiérarchies ».
Remarquons également que la position hiérarchique peut être
inversée dans certaines cultures selon que l’on se trouve dans la
sphère professionnelle ou dans la sphère traditionnelle. L’exemple
des Samoans illustre ce phénomène.
4. Ibid.
301
l'intelligence interculturelle
Matai à Samoa : le conflit des hiérarchies
traditionnelles et professionnelles
L’autorité au plan politique : la diversité des sources
de légitimité et le pluralisme juridique
« À Samoa, le système hiérarchique traditionnel fa’amatai confère aux détenteurs de certains attributs ayant fait la preuve de leurs capacités le titre du
chef : « matai ». Les matai ont des responsabilités importantes, familiales,
civiques et politiques. Ce système, perçu comme le fondement de l’organisation sociale, est très respecté. Cependant, deux exemples montrent
qu’il peut entrer en conflit avec le système imposé au bureau, dans la vie
professionnelle. Une matai d’âge mûr, qui possède un statut très haut dans
son village et plus largement dans la société, travaille comme secrétaire juridique au bureau du ministre de la Justice. Elle refuse d’accepter des tâches
de la part des jeunes avocates qui, selon elle, manquent d’autorité pour lui
donner des instructions. Elle est forcée de trouver du travail ailleurs parce
que le ministère exige un système de travail efficace et structuré, et ne peut
pas s’accommoder de cette sensibilité culturelle. À l’inverse, un jeune matai
d’un village très traditionnel, qui maîtrise très bien la langue des chefs, est
employé administratif, dans l’un des postes les plus subalternes. Et pourtant, quand il s’agit des événements traditionnels, il se transforme rapidement en un des plus importants membres du bureau car il est capable de
s’occuper des aspects cérémonieux. Dans certaines circonstances, le savoir
culturel et oral (dans la langue des chefs) peut ainsi prendre le pas sur la
hiérarchie professionnelle. »
Les sources de légitimité repérables dans le monde sont beaucoup plus
diverses que les Occidentaux ne l’imaginent généralement. Dans un grand
nombre d’États, que ce soit en Afrique subsaharienne, en Asie centrale ou
encore en Amérique andine, on peut notamment distinguer :
- la légitimité appuyée sur des institutions légales et démocratiques définie par
des constitutions souvent directement inspirées des constitutions européennes ou nord-américaines.
- la légitimité des autorités traditionnelles, communautaires, souvent perçue
par la population comme autrement valable et contraignante que celle des
autorités « officielles ». Ainsi, dans les zones rurales du Mali ou du Burkina
Faso les conflits fonciers se règlent-ils en priorité au sein des instances coutumières avant de remonter aux tribunaux officiels. Et dans bien des zones
rurales du Pérou, des paysans n’ont pas l’habitude de dénoncer un voleur
de bétail aux autorités « officielles » mais préfèrent le juger par eux-mêmes
au sein d’assemblées communales qui traitent de manière collective des
affaires locales. « La punition du voleur peut aller de la rosserie collective […]
à l’exclusion de la communauté. Si par malheur la rosserie se termine mal,
l’homicide ne peut être puni par la loi car il est le fait du collectif et non d’un
individu isolé*. »
- la légitimité des autorités religieuses, qui, dans certaines régions, fait passer
par exemple la loi coranique au-dessus de n’importe quel autre système de
droit.
Bien des pays s’organisent pour tenir compte de cette diversité de sources
de légitimité. En Afrique comme en Amérique andine, de multiples tentatives sont faites, tant au niveau de la refonte des constitutions qu’à celui des
pratiques administratives, pour introduire une dose de pluralisme. Au Mali,
la pratique, sinon encore la loi, reconnaît l’existence d’un double système
juridique. « Dans certaines régions du Mali, écrivent Ousmane Sy et Assane
M’baye, la délivrance de la justice n’est pas le monopole de la justice étatique. On trouve en effet des “cadis”, juges musulmans auxquels les juges
étatiques eux-mêmes renvoient parfois les justiciables pour la résolution
de certains litiges alors même que le système légal ne les intègre pas dans
l’organisation judiciaire**. » En Amérique andine, certains régimes reconnaissent les modes de régulation traditionnelle des peuples autochtones.
Dans la constitution péruvienne par exemple, la « justice des communautés » est « la faculté reconnue aux autorités des communautés paysannes et
autochtones d’exercer la justice en application du droit coutumier […]. Cette
reconnaissance par la norme légale suprême est le fruit d’un long processus
de lutte et de consolidation […] qui relève les défis de la prise en compte du
pluralisme juridique par l’État péruvien*** ».
Une étudiante australienne, Sciences Po, 2013.
Notons enfin que, quel que soit le secteur d’activité (entreprises,
administrations, ONG…) dans lequel nous sommes engagés, il est
impossible de ne pas tenir compte des déterminants politiques, institutionnels et sociologiques du rapport à l’autorité, et notamment
dans de nombreux pays, des caractéristiques des systèmes de légitimité du pouvoir.
302
les modes d’organisation
* www.institut-gouvernance.org/fr/ouvrage/fiche-ouvrage-32.html
** Assane Mbaye et Ousmane Sy, « Diversité et gouvernance légitime en Afrique : éloge du pluralisme », in
Chroniques de la gouvernance 2009-2010, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2009.
*** Juan Carlos Ruiz Molleda, « Le pluralisme juridique en Amérique latine : de la reconnaissance légale à la
démarche interculturelle », in Chroniques de la gouvernance 2009-2010, op. cit.
303
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
Question 108. « Power distance » : quel degré
de distance hiérarchique dans les organisations ?
304
L’un des cinq indicateurs de différenciation culturelle proposés
par Geert Hofstede5 est celui du « power distance » (« distance hiérarchique », ou « concentration de l’autorité »), qui cherche à traduire
les éléments suivants : dans quelle mesure un individu peut influencer le comportement d’un autre, dans quelle mesure il peut le commander, quels sont les écarts entre l’individu et sa hiérarchie, quels
sont ses niveaux de dépendance ou d’autonomie vis-à-vis du pouvoir.
Dans sa première enquête auprès des cadres moyens d’IBM en 1974,
Hofstede mesure cette dépendance par un indice déduit de la réponse
à trois questions principales : est-il possible d’exprimer un désaccord
avec son chef ? Comment le supérieur est-il perçu ? Comment le supérieur devrait-il se comporter (paternaliste, autocrate, porté sur la
consultation, etc.) ? Le « power distance » dit aussi le degré d’acceptation, des inégalités de traitement et de pouvoir dans une entreprise :
comment les moins puissants s’attendent à ce que le pouvoir soit distribué ? Le concept d’Hofstede concerne l’entreprise, mais peut aider
à s’interroger aussi sur les différences culturelles de manière plus
large, dans les relations parents-enfants, hommes-femmes, gouvernants-gouvernés. Il renvoie à l’arriéré historique, aux traditions plus
ou moins féodales, aux sources religieuses et spirituelles, etc.
Les pays anglo-saxons et scandinaves sont considérés, dans l’analyse d’Hofstede, comme des pays à faible « distance hiérarchique » et
à forte mobilité sociale et professionnelle : les relations hiérarchiques
sont beaucoup plus fluides, plus horizontales, etc.
À l’inverse, un grand nombre de pays d’Asie (et singulièrement au
Japon), d’Amérique latine, d’Afrique, mais aussi certains pays latins
d’Europe se distinguent, selon Hofstede, par un niveau de « distance
hiérarchique » fort. Dans ces contextes, les structures des entreprises
et des organisations sont plus rigides, le respect formel de la hiérarchie
est plus grand, il existe en leur sein une plus faible mobilité, etc.
C’est singulièrement, pour beaucoup d’observateurs, le cas de bien
des Français, qui, estime Pascal Baudry en comparant notre pays aux
États-Unis6, ne peuvent se situer les uns par rapport aux autres que
dans la verticalité. Dans un article du mensuel L’Expansion, I. Rodgers
rapportait les propos du PDG d’une entreprise de matériel médical :
« En France, selon que vous êtes reçu par le président ou un collaborateur, l’attitude des interlocuteurs sera très différente. Pas outre-Atlantique. Pour les Américains, le pouvoir n’est pas une raison de se distancier de l’homme ordinaire, et le statut de cadre supérieur ne l’empêche
5. Geert Hofstede, Gert Jan Hofstede et Michael Minkov, Cultures et organisations…, op. cit.
6. Pascal Baudry, Français et Américains, l’autre rive, Éditions Village mondial/Pearson, 2004.
pas de traiter d’égal à égal avec un subordonné. Ni de porter lui-même
sa valise à l’hôtel, parfois à la grande honte de son hôte latin7. »
L’importance de la distance hiérarchique se retrouve de manière
bien plus formalisée encore au Japon ; bien des patrons de grandes
firmes françaises dirigeant une de leurs filiales japonaises ont pu en
faire l’expérience.
Être à son poste avant le patron
« Ayant l’habitude d’arriver très tôt au bureau, beaucoup plus tôt que ne le
suppose la pratique japonaise, un patron français, particulièrement matinal
et habitué à commencer sa journée vers 7 heures du matin pour profiter
du calme des bureaux était frappé de voir ses subordonnés japonais à leur
poste bien avant lui. Aucun d’entre eux n’avait vraiment de raisons professionnelles de montrer un tel zèle, mais il était impossible d’arriver après le
patron – qui en l’occurrence ne demandait rien – et encore plus impossible
de lui dire pourquoi ils étaient dans l’entreprise à cette heure-là. »
Nicolas Minvielle, chercheur de retour du Japon – séminaire Sciences Po, 2005.
Deux autres exemples illustrent le rapport à la hiérarchie en Asie. Le
premier, emprunté à l’actualité du trafic aérien montre l’impact du respect de l’ordre en Corée, le second, proposé par Fons Trompenaars8, met
en évidence la question des signes extérieurs de puissance hiérarchique.
Respect de la hiérarchie et… crash aérien
« C’était en juillet 2013 : un Boeing 777 d’Asiana Airlines, qui volait à trop
basse altitude et à une vitesse trop modérée, rate son atterrissage sur l’aéroport de San Francisco [3 morts, 182 blessés]. Sept mois après ce crash, les
enquêteurs du NSTB, l’agence américaine en charge de la sécurité aérienne,
s’intéressent tout particulièrement à la gestion de l’atterrissage par l’équipage coréen, composé de quatre pilotes. L’un des pilotes, auditionné par
les enquêteurs américains, avoue ainsi s’être rendu compte avant même le
crash que la procédure d’atterrissage était réalisée à une vitesse trop faible.
Mais ce pilote a estimé qu’il n’avait pas “l’autorité” pour arrêter l’atterrissage, car cette décision relevait d’un niveau hiérarchique “supérieur”.Cet
aveu n’est pas passé inaperçu auprès de la direction d’Asiana Airlines [qui
a par la suite] renforcé la formation de ses pilotes afin de “casser” cette
culture du respect hiérarchique. »
Extrait de « Derrière le crash de San Francisco, un grave problème de management », Les Échos,
10 février 2014, www.lesechos.fr
7. « Latins et Anglo-Saxons », L’Expansion, janvier 1986.
8. Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
305
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
Mercedes ou bicyclettes ?
« À son arrivée en Thaïlande, un directeur général britannique refusa la
voiture de son prédécesseur. Le directeur financier lui demanda alors quel
modèle de Mercedes il souhaitait. Le DG demanda alors une Suzuki ou une
mini, quelque chose que l’on pouvait conduire facilement dans les embouteillages de Bangkok. Trois semaines plus tard, le DG appelle son directeur
financier et lui demande quand la voiture serait livrée. Le Thaï se départit
un moment de sa réserve et s’exclama : « Vous pourriez avoir demain une
Mercedes, mais pour une Suzuki, ça prend beaucoup, beaucoup plus de
temps. » Le DG lui demanda de voir comment il pourrait accélérer le processus. Au bout de quatre semaines, il voulut voir l’ordre d’achat du véhicule.
Le [responsable du] département des achats répondit que, pour obtenir une
petite voiture, le délai était très long. Dans ces conditions, il [avait] résolu de
commander une Mercedes. Le DG perdit patience. Au comité de direction
qui suivit, il mit la question sur le tapis et demanda une explication. Avec
une certaine timidité, les directeurs, thaïs pour la plupart, expliquèrent qu’ils
pouvaient difficilement venir au travail à… bicyclette.
Dans ce cas, les statuts de chacun s’interpénètrent. Si le DG britannique
avait commandé une voiture encore plus chère, tous les autres managers
auraient monté d’un cran. »
Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
306
En matière de distance hiérarchique, une bonne partie des cultures
asiatiques placent au cœur de leurs systèmes de pensée l’existence de
dynamiques de domination/protection structurantes de l’ensemble
des relations sociales. En Chine, l’influence de la pensée confucéenne
se traduit notamment par l’importance d’une série de « binômes »
fonctionnant sur cette relation d’autorité/obéissance (rapport souverain/serviteur, et à sa suite rapports hiérarchiques du type père/
fils, époux/épouse, etc. – mentionnés plus en détail au chapitre 8). La
recherche de l’harmonie sociale est ainsi fondée sur le respect de cet
ordre établi. « Au lieu de respecter un contrat, l’individu qui obéit se
conforme à des règles qui le transcendent9. »
Attention toutefois aux mots : la hiérarchie n’est pas forcément
signe de pouvoir réel ; le respect ou la distance face à cette hiérarchie
n’est pas toujours synonyme d’obéissance. Michel Moral le montre
en affirmant que si un Japonais devait qualifier la distance hiérarchique, « il préférerait peut-être évoquer le respect […], tandis qu’un
Allemand choisirait les termes d’obéissance ou de discipline10 ».
Notons enfin que l’enjeu de « distance hiérarchique » apparaît
clairement lorsqu’on observe les modes de résolution des conflits au
sein des organisations :
9. Bertrand Badie et Guy Hermet, Politique comparée, Paris, PUF, 1990.
10. Michel Moral, Le Manager global, op. cit.
−− certains vont plutôt avoir tendance à faire appel à leur supérieur hiérarchique pour trancher, s’inscrivant ainsi dans un modèle
« pyramidal », lié à des traditions de distance hiérarchique élevée ;
−− d’autres, voyant le conflit non comme un problème de pouvoir
mais comme un problème de structure, vont chercher à renforcer les
procédures et à revoir les responsabilités pour limiter l’intervention de
la direction et trouver les règles les plus à même de résoudre les conflits.
Philippe d’Iribarne11 illustre cette distinction en donnant
l’exemple d’un conflit au sein d’un projet franco-suédois : lorsque
les experts s’affrontent, dit-il, l’équipe française attend qu’un chef
se situant au-dessus de la mêlée, garant d’une rationalité globale,
tranche. Pour l’équipe suédoise, la qualité de la décision dépend du
consensus qu’elle a suscité. Quand le chef tranche, l’équipe suédoise
se sent trahie par la remise en cause d’une décision collective.
Question 109. Quels modèles organisationnels
dominent ici et ailleurs ? La priorité est-elle donnée
au rôle de l’individu ou à la tâche qu’il réalise ?
Pour comprendre la diversité des cultures organisationnelles,
l’un des outils d’analyse les plus pertinents selon nous (quoique
nécessairement schématique) a été développé par F. Trompenaars et
C. Hampden-Turner12. Il distingue les cultures d’organisations selon
deux axes structurants :
−− la place de l’individu : certaines organisations sont essentiellement « orientées vers l’individu », tandis que d’autres sont davantage
« orientées vers la tâche » à réaliser ;
−− la force des hiérarchies : certaines organisations sont construites
sur des modèles plus « égalitaires », d’autres sur des modèles plus
« hiérarchiques ».
En croisant ces deux dimensions, les auteurs mettent en avant une
série de modèles types d’organisation, qui nous paraissent particulièrement illustratifs.
La culture organisationnelle « familiale »
Un premier type de culture organisationnelle, centrée sur la personne plutôt que sur la tâche, et fonctionnant sur un modèle de relations très hiérarchiques, est qualifiée par Trompenaars de culture
« familiale ». Ce modèle fait reposer l’organisation sur l’autorité bienveillante du directeur (qui prend bien souvent un rôle de « maître »
ou de « père »), et cherche à renforcer un sentiment d’appartenance
11. Philippe d’Iribarne, La Logique de l’honneur…, op. cit.
12. Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
307
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
collective. L’organisation « familiale » tend à prendre en charge des
dimensions très variées de la vie de ses membres (leur santé, leur lieu
d’habitation, leur famille, etc.), et à garantir des emplois de très long
terme. Elle fait peser sur ses membres une pression de réussite avant
tout morale, basée sur un sentiment d’obligation et d’allégeance
mutuelle. Enfin, ce modèle tend à s’appuyer davantage sur des statuts
professionnels « attribués » (voir chapitre 8) ; et non sur les compétences ou les réalisations de chacun.
Les incompréhensions que suscite généralement ce modèle « familial » sont de plusieurs ordres : tout d’abord celui-ci évoque généralement en Occident les dimensions les plus péjoratives du paternalisme
d’autrefois et se trouve perçu, de fait, comme un défaut de modernité. Par ailleurs, il dérange souvent par le « mélange des genres »
qu’il implique entre vie professionnelle et vie privée (ce qui peut
ressembler à un risque permanent de conflit d’intérêts et à un handicap à un mode de gestion rationnel). Enfin, il nous apparaît souvent
comme peu propice au changement interne de l’organisation, du fait
des logiques de loyauté internes très fortes qu’il promeut. Ce modèle
n’en comporte pas moins un atout puissant : l’intimité et la confiance
qu’il permet de créer entre les membres et qui peuvent être un vecteur précieux de mobilisation et de partage de l’information.
Les enquêtes réalisées par Trompenaars dans ce domaine placent
un grand nombre de pays asiatiques (Chine, Singapour, Inde, etc.)
parmi ceux qui se retrouvent le plus clairement dans ce modèle d’organisation familiale. Des pays comme l’Espagne, et dans une moindre
mesure, la France, se retrouvent également en partie dans ce type de
culture organisationnelle.
308
Le Japon : modèle de culture d’organisation
« familiale »
Le modèle japonais, malgré son caractère assez unique, se retrouve assez
largement dans les deux caractéristiques du modèle « familial » proposées
par Trompenaars.
Tout d’abord l’importance de l’emploi à vie encore pratiqué dans un grand
nombre d’entreprises s’accompagne souvent d’une rotation importante des
salariés dans les différents services pour leur permettre une vision complète
de l’entreprise plutôt que de former des spécialistes. Ensuite, « les jeunes
diplômés entrent dans leur entreprise le même jour, comme les élèves d’une
école, et ils se sentent comme les camarades de la même promotion. Leur
camaraderie perdure tout au long de leur carrière*. » Enfin les activités collectives (sportives, culturelles, etc.) organisées par le syndicat à l’intérieur
de l’entreprise contribuent à l’intégration de chaque employé.
Si le respect de la hiérarchie est fort, il s’associe à une conception de la prise
de décision largement collective et à une importance première donnée à la
force du groupe.
* Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
Dans un registre bien différent, une partie de la culture d’entreprise africaine se retrouve également dans ce modèle « familial »,
comme le confirme notamment Olivier Meier.
L’entreprise africaine et le modèle de la cité
domestique
« Dans le monde domestique, l’unité sociale de référence est la famille en
tant qu’unité de production, réseau de solidarité et de protection. […] La
hiérarchie domestique repose par conséquent sur des liens de subordination fondés sur la position occupée dans la lignée, les relations interpersonnelles et le respect de la tradition – et non sur la gestion des compétences
[…]. La position du dirigeant est continue (non interchangeable) […]. Ce
modèle reste très présent dans les entreprises africaines.
En effet, dans l’entreprise africaine, une attention particulière est donnée
aux relations personnelles et affectives entre responsable et employé. […]
L’entreprise est considérée avant tout comme une entité au service de la
collectivité qui doit contribuer au développement et au bien-être de ses
employés, en fournissant une aide dans les domaines du logement, de la
formation, ou de la protection sociale. Comme le soulignent Boltansky et
Thévenot, ce modèle d’organisation contribue à ramener à l’intérieur de
l’entreprise la communauté qui sert d’assise à la cité domestique. »
Olivier Meier, Management interculturel…, op. cit.
S’intéressant lui aussi à la place particulière des relations du clan
et de la famille dans certaines entreprises africaines, Evalde Mutabazi
309
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
a pu construire, à partir de nombreuses enquêtes dans des entreprises
publiques ou privées de pays africains, un modèle dit « circulatoire13 »,
prenant acte des traditions plutôt que de les étouffer sous prétexte
d’adéquations aux méthodes managériales importées. Comme, ditil, chacun dépend des autres et de l’entraide pour sa survie, « tout
Africain doit connaître les différentes branches de son clan et leurs
ramifications pour y être intégré et bénéficier de la sève qui circule en
permanence entre ses différents membres. Sur cet ancrage identitaire,
le modèle circulatoire se définit par différents types de “circulations”
qui relient les membres de la communauté et assurent leur cohésion
par un système d’échanges solidaires et de services réciproques ».
Modèle importé
310
Modèle pertinent avec
les valeurs africaines
pproche segmentée de la vie
A
(privée/professionnelle, par
exemple).
Approche intégrative de la vie
et action collective.
Rationalité : l’action est
segmentée et très spécialisée afin
de mieux atteindre des résultats
souvent chiffrés.
Relationalité : l’homme doit
s’intégrer dans la nature et
veiller en permanence à la
qualité de ses relations avec la
nature, les autres membres de
sa communauté et leurs alliés.
Développement individuel.
Développement du clan ou de la
communauté.
Primauté du profit économique
comme objectif premier.
Primauté (mais non exclusive)
du profit social.
Le temps se perd ou se gagne, car
il est de l’argent (temps investi
en priorité dans la satisfaction
des besoins matériels).
Le temps ne se perd jamais : il se
vit et se partage avec les autres
(temps investi en priorité dans
les relations sociales).
Source : Business digest, n°157, novembre 2005
13. Evalde Mutabazi, « Diversité des cultures et des modèles de management en Afrique.
Le modèle circulatoire », in F. Albertini et al., Communication interculturelle et diversité en
Méditerranée, Éditions Dumane, 2007.
La culture organisationnelle « tour Eiffel »
Le deuxième type de modèle mis en avant par Trompenaars est
celui de la culture « tour Eiffel », en vigueur, suivant le résultat de
ses enquêtes dans les pays d’Europe du Nord (Allemagne, Danemark,
Pays-Bas, etc.). Ce modèle est marqué par une structure très hiérarchique, mais selon une orientation bien davantage centrée sur les
tâches à réaliser, plutôt que sur les individus.
Il repose ainsi sur une division précise des tâches, sous la supervision d’une série de supérieurs hiérarchiques, qui tirent leur autorité non pas d’une relation personnalisée de dévouement, mais d’un
contrat et d’une fonction spécifique (« autorité instrumentale »).
L’accent est mis sur des règles et procédures standardisées, perçues
comme des moyens pour prévenir le risque de personnalisation des
relations, conjurer le danger de conflit d’intérêts, l’arbitraire des décisions, etc. Les critères objectifs de mesure de la performance individuelle et collective sont également au cœur de ce modèle.
Pour les cultures plus familiales, ce modèle est, bien sûr, souvent
perçu comme une vision trop froide de l’entreprise, comme une forme
de déshumanisation de l’organisation. De plus, parmi les décalages
qu’il suscite, ce modèle pourra avoir du mal (à l’inverse du modèle
« familial ») à faire face à l’évolution des demandes extérieures, étant
donnée la nécessité de formaliser chacune de ces évolutions, et de
repenser l’organigramme en conséquence. En revanche, il sera plus à
même de remettre à plat les règles d’organisation et de faire évoluer
les équipes.
À côté de ces deux modèles structurants, Trompenaars en met en
avant d’autres, qui ont aussi leur intérêt dans le décryptage des différences de pratiques organisationnelles :
−− la culture organisationnelle du « missile guidé » : fondée sur une
structure égalitaire, et une orientation vers la tâche à accomplir plutôt
que sur l’individu. Ce modèle est courant, selon Trompenaars, dans
les grandes entreprises américaines ou britanniques. Les membres de
l’organisation ne sont pas cantonnés à des rôles strictement définis,
mais sont ensemble concentrés sur un même objectif précis. Ce type
de culture est notamment fort sur des projets regroupant une diversité d’expertises pointues et de cultures techniques différentes autour
d’un projet bien spécifique (par exemple projet scientifique, etc.) qui
cherchent à collaborer et à se coordonner plutôt qu’à se soumettre
réellement à une hiérarchie commune. « Aucune hiérarchie ne peut
prétendre que les connaissances techniques de A sont supérieures à
celle de B. […] Aussi doivent-ils traiter ces experts avec le plus grand
respect14. » C’est bien la performance de chacun et sa capacité à
14. Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
311
les modes d’organisation
l'intelligence interculturelle
contribuer à l’avancement du projet qui détermine sa place et son rôle
dans l’équipe.
−− la culture organisationnelle « couveuse » : orientée en priorité
vers l’épanouissement des individus, et basée sur un fonctionnement
assez égalitaire des relations. L’organisation est peu stricte en termes
de procédures et cherche à ne pas s’alourdir d’une hiérarchie trop formalisée. Un tel modèle est particulièrement favorable aux logiques de
réseaux, de regroupement de professions indépendantes (médecins,
consultants, etc.) et aux petites structures innovantes en plein développement. La place des relations personnelles dans l’organisation
est souvent plus grande, et l’engagement pour le projet commun est
nécessaire pour maintenir l’équipe étant donnée la relative absence
de structure. Les statuts de chacun sont clairement liés à leurs réalisations et à leurs compétences, et non « attribués » selon des critères
plus externes (âge, ancienneté, etc.)
Commentant sa propre analyse et les résultats de ses enquêtes,
F. Trompenaars incite lui-même à la plus grande circonspection quant
à la tentation d’attribuer globalement à tel ou tel pays l’un des quatre
types d’organisation qu’il décrit : « Où qu’elles soient localisées, écritil, les petites entreprises seront vraisemblablement du type famille
ou couveuse. Les grandes entreprises, qui ont besoin d’une structure
pour garder leur unité, choisiront plus probablement la forme tour
Eiffel ou missile guidé. »
Question 110. Dans quelle mesure les nouvelles
technologies bousculent-elles les systèmes
hiérarchiques des organisations ?
312
L’utilisation d’Internet et des réseaux sociaux apparaît de plus en
plus comme permettant aux relations « horizontales » de prendre le
pas sur des relations « verticales ». Pour autant, s’ils permettent de
faire bouger quelque peu les lignes, ces outils se heurtent à la prégnance des visions plus ou moins hiérarchiques de l’organisation,
comme le montre cet article du Monde de janvier 2013.
Le Facebook d’entreprise : plus d’horizontalité,
moins de verticalité
En France, de plus en plus d’entreprises instaurent un réseau social interne
sur lequel, à la manière d’un Facebook professionnel, les salariés peuvent
échanger. Cela ne va pas sans poser de questions.
« Dans une culture française de l’entreprise qui repose sur une hiérarchie
verticale, le réseau social d’entreprise demeure difficile à appréhender. Ce
dernier se veut “horizontal”, tous les salariés, du sommet à la base, y partageant le même statut […]. Le réseau social d’entreprise n’efface pas la
notion de hiérarchie, qui reste nécessaire », tempère Arnaud Rayrole, directeur général du cabinet d’études en organisation et nouvelles technologies
Lecko. Pour lui, « les dirigeants prennent de plus en plus conscience de l’intérêt qu’ils ont à mettre en place ce type d’outil collaboratif pour connaître le
climat qui règne dans l’entreprise et permettre aux salariés de s’exprimer sur
les choses qui dysfonctionnent, plutôt que de ne rien faire. Car, aujourd’hui,
les informations circulent dans tous les cas ».
Pour Jean-Emmanuel Ray, professeur de droit à Paris-I-Sorbonne, l’intérêt
des entreprises est aussi là, même si celles-ci soulignent davantage les
bénéfices attendus en termes de transversalité et d’innovation : « Les jeunes
discutent déjà de ce qui se passe dans leur société sur les réseaux sociaux
externes. Un des objectifs des entreprises est aussi de réinternaliser ces
discussions potentiellement dangereuses. […] »
Extraits de l’article « Les “Facebook d’entreprise” bousculent la hiérarchie à la française » de Léonor Lumineau, Le Monde, 28 janvier 2013, www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/28/
les-facebook-d-entreprise-bousculent-la-hierarchie-a-la-francaise_1823445_3234.html
313
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur le rapport à l’autorité et sur les cultures
organisationnelles
Ouvrages
››Badie (Bertrand) et Hermet (Guy), Politique comparée, Paris, PUF, 1990
››Badie (Bertrand), L’État importé. Essai sur l’occidentalisation de l’ordre politique, Paris, Fayard, 1992
››D’Iribarne (Philippe), La Logique de l’honneur. Gestion des entreprises et traditions nationales, Paris, Seuil, 1989
››Hermet (Guy), Exporter la démocratie ?, Paris, Les Presses de Sciences Po,
2008.
››Hofstede (Geert et Gert Jan) et Minkov (Michael), Cultures et organisations. Nos programmations mentales, Pearson Éducation, France, 2010
››IRG, Entre tradition et modernité : Quelle gouvernance pour l’Afrique, 2007
››IRG, Chroniques de la Gouvernance 2009-2010 et 2012, Paris, Éditions Charles
Léopold Mayer
››Irrmann (Olivier), Culture, organisation et stratégie, in E. Davel, J.-P. Dupuis
et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel. Approches, problématiques, pratiques et plongées, Presses de l’Université Laval et Télé-Université,
2008
››Meier (Olivier), Management interculturel, Paris, Dunod, 2010, chapitre 2
››Moral (Michel) Le Manager global. Comment piloter une équipe multiculturelle,
Paris, Dunod 2004
››Trompenaars (Fons) et Hampden-Turner (Charles), L’Entreprise multiculturelle, Paris, Maxima, 2010
Liens
››Site de l’IRG : www.institut-gouvernance.org
Quatrième partie
LANGUES ET MODES
DE COMMUNICATION
Langues et communication sont les dimensions les plus évidentes,
les plus connues, et probablement les plus ludiques aussi, de la rencontre interculturelle. Dans ce domaine fourmillent des milliers de
petits exemples concernant les bizarreries de langages, les manières
de se saluer, de se remercier, ou de s’excuser, les codes de prise de
parole, etc. Ces exemples rythment les pages des guides de voyages et
des kits d’aides à la négociation en milieu interculturel.
Nous n’allons pas nous priver de certains de ces exemples, bien au
contraire, en essayant de comprendre ce qu’ils nous révèlent sur la
culture de l’autre.
Le langage n’est pas un simple outil permettant de « nommer le
monde » de manière transparente, objective. Les mots ne sont pas des
étiquettes que l’on peut attribuer à des objets clairement prédéfinis.
Ils participent à construire notre représentation du monde. Derrière
l’apprentissage formel des mots se pose donc la question de la manière
de les construire, de leur donner un sens, et de les dire (ou non).
Nous allons donc tenter d’explorer dans les pages qui suivent la
diversité des langues et des modes de communication, en tentant de
comprendre ce qui les distingue et ce qui les rapproche. Comment, ici
et ailleurs, forme-t-on un mot ? Combien de mots décrivent-ils ce qui,
pour nous, est une même notion ? Que choisit-on de dire ou ne pas
dire pour signifier quelque chose ? Quelle place donne-t-on au silence ?
Autant de questions qui nous permettront de mesurer à quel point un
mot n’est pas forcément traduit lorsqu’il est traduit, et pas forcément
compris une fois qu’il est entendu. « Le langage est pluriel et le signe
est opaque. […] Il dit toujours autre chose que ce qu’il semble dire1. »
Nous chercherons également à appréhender les langues et les
modes de communication comme des reflets, particulièrement utiles,
des différentes cultures qui ont parcouru les pages de ce livre. La
manière de parler et de communiquer de mon interlocuteur traduit
son rapport au monde et celui aux autres. Que m’apprend-elle sur
sa vision du temps et de l’espace ? Sur sa manière de distinguer les
genres ? Sur l’importance qu’il accorde à nos statuts respectifs ? Sur
la manière dont il considère l’individu face au collectif ? Que m’apprend-elle sur son mode de raisonnement, la manière dont il déroule
sa pensée ?
Au cœur des entendus et malentendus interculturels, les enjeux
de langues et de communications sont donc d’incomparables « révélateurs » de la diversité des visions et des représentations. C’est la
raison pour laquelle ils composent la dernière partie de ce guide : afin
d’éclairer autrement un grand nombre des enjeux abordé dans les
pages précédentes.
1. Patrick Charaudeau, Ce que communiquer veut dire, www.patrick-charaudeau.com/Ce-quecommuniquer-veut-dire,129.html
319
Chapitre 14
La langue
Au-delà des mots,
traduire l’intraduisible
Les langues sont-elles de simples instruments de communication ?
Quelle est l’influence de l’architecture de nos langues sur nos modes de
pensée et nos comportements ? Un mot est-il forcément traduit une fois
qu’il est traduit ? Suffit-il de parler formellement la même langue pour
se comprendre ? Autant de questions parmi bien d’autres qui placent le
thème de la langue parmi les principaux facteurs de malentendus que
l’on peut identifier dans les relations internationales, interprofessionnelles ou même intergénérationnelles, et qui auraient pu aussi bien,
tant elles sont transversales, trouver place en tête de cet ouvrage.
Notre langue façonne-t-elle notre manière de penser,
d’être et d’agir ?
C’est l’une des questions centrales de ce chapitre, qui nous ramène,
une fois encore, mais de manière différente, au fameux débat entre
« universalisme » et « relativisme ».
Certains « universalistes » de la langue, comme Noam Chomsky,
estiment qu’il existe des structures profondes du langage, antérieures à toute culture, des lois universelles, que l’on peut confirmer,
par exemple, par la présence dans toutes les langues de phrases affirmatives, négatives ou interrogatives. Il s’agit donc pour eux d’orienter la réflexion vers la recherche des universaux de langues et de pensée, et non sur les différences. Il existerait une sorte de grammaire
universellement répandue, inconsciente, génétiquement déterminée
par les structures neuroniques ; l’homogénéité de la structure des langues serait liée à l’homogénéité biologique du genre humain. Les difficultés de la traduction, selon Chomsky, sont alors loin d’être insurmontables. « Les structures [du langage] sont universelles selon une
nécessité biologique et pas seulement un accident historique. Elles
découlent des caractéristiques mentales de l’espèce2. »
À l’opposé, on trouve les tenants d’un certain relativisme linguistique, qui, sans nier pour autant l’existence de quelques règles
grammaticales communes, insistent sur le fait que chaque langage a
sa manière propre de découper la réalité, et que toute comparaison
des langues, toute tentative pour leur trouver un fond commun est
vaine. Les champions de cette théorie furent notamment l’anthropologue-linguiste Edward Sapir et l’ingénieur Benjamin Whorf.
La fameuse « hypothèse Sapir-Worf » stipule que « le langage est
un guide de la réalité sociale3 », que « derrière les formes lexicales
et grammaticales, il existe des formes de pensée plus ou moins
inconscientes […] et que les cultures humaines sont directement
influencées par les infrastructures des langues dans lesquelles elles
2. Noam Chomsky, Structures syntaxiques, Paris, Seuil, 1979.
3. Edward Sapir, Linguistique, Paris, Éditions de Minuit, 1971.
323
la langue l'intelligence interculturelle
s’expriment4 ». En d’autres termes, l’univers mental de chaque peuple
s’exprime dans sa langue, laquelle influence à son tour sa vision du
monde, sa manière de raisonner et de travailler. En 1966, Edward
Hall, formulait cette idée à sa manière : « Le langage est beaucoup
plus qu’un simple moyen d’expression de la pensée ; il constitue en
fait un élément majeur dans la formation de la pensée. […] La perception même que l’homme a du monde environnant est programmée
par la langue qu’il parle […] Aucune croyance, aucun système philosophique ne saurait dès lors être envisagé sans référence à la langue5. »
Le langage aurait donc un pouvoir, celui de « faire voir et de faire
croire, de confirmer ou de transformer la vision du monde, et par là,
l’action sur le monde, donc le monde6 ».
Les témoignages que nous avons recueillis et les éléments de
notre propre expérience nous font plutôt pencher pour cette dernière
vision du rôle de la langue, à la fois reflet et producteur des cultures.
Jacques Lacan va d’ailleurs encore plus loin en estimant que l’homme
lui-même est un produit du langage et qu’il en est le « serf ». Toute
l’orientation moderne de la philosophie met en avant l’idée que la
vision du monde n’est pas un simple enregistrement passif d’une
réalité mais une construction active de l’esprit, qui s’exprime dans le
langage : celui-ci, affirment J.-R. Ladmiral et E.-M. Lipianski, « ne se
contente pas de traduire une réalité préexistante, il est le champ où
cette réalité se constitue7 ».
La connaissance des caractéristiques des langues maternelles de
nos interlocuteurs – et de la nôtre – se révèle donc essentielle pour
décrypter certains des malentendus auxquels nous nous heurtons
dans la relation interculturelle. D’où l’importance pour l’expatrié
d’un dialogue constant avec les médiateurs linguistiques qu’il peut
trouver sur place, personnes bilingues, traducteurs, interprètes.
L’apprentissage de rudiments de la langue de l’autre (même s’il
parle notre langue ou si nous manions tous deux une même langue
pivot) se révèle par ailleurs toujours utile non seulement pour nous
introduire à des éléments essentiels de la culture et à des modes de
pensée de l’autre, mais aussi parce qu’apprendre une langue, c’est,
pour un temps, placer le corpus de savoirs de l’autre avant le nôtre.
324
en Inde, 200 au Cameroun, en Australie ou au Brésil ; la palme revient
à la Papouasie-Nouvelle-Guinée avec 850, et à l’Indonésie avec 6708 ».
Pour autant, l’existence de beaucoup de ces langues est loin d’être
assurée. Depuis deux siècles, elles disparaissent massivement : certains
experts estiment que 25 langues meurent chaque année, bien moins
d’ailleurs du fait de la mondialisation que de celui de la construction
des États-nations, de la mise en avant des langues nationales officielles,
de la domination croissante de la norme écrite, et de l’entonnoir linguistique des médias dans chaque pays. Autre phénomène massif, la
montée en puissance de quelques langues véhiculaires communes, ou
« langues pivot », permettant de communiquer plus largement dans le
monde. Selon David Bellos9, il suffirait de connaître 9 langues pour être
capables de parler, au moins de manière basique, avec près de 5 milliards d’individus, c’est-à-dire la grande majorité de la population de la
planète ! Le tableau suivant proposé par Michel Malherbe10, même s’il
date un peu (1995), permet d’arriver à conclusion relativement proche.
Langue
Langue
maternelle
(en millions
de locuteurs)
2e langue de
communication
Total
Mandarin
800
200
1 000
Anglais
350
250
600
Hindi/ourdou
350
100
450
Espagnol
315
15
330
Russe
165
120
285
Indonésien/
malais
50
140
190
Portugais
160
20
180
Dans le monde, les langues sont infiniment diverses. Selon les estimations, leur nombre varierait entre 4 000 et 6 000 (la plus parlée étant
le chinois). Selon J.-F. Dortier, on compte « 410 langues au Nigeria, 380
Arabe
140
30
170
4. Nicolas Journet, in Le Langage. nature, histoire et usage, Éditions Sciences humaines, 2001.
5. Edward T. Hall, La Dimension cachée…, op. cit.
6. Citation de P. Bourdieu in La Communication interculturelle, Paris, Armand Colin, 1989.
7. J.-R. Ladmiral, E.-M. Lipianski, La Communication interculturelle, Paris, Armand Colin, 1989.
8. J.-F. Dortier (dir.), Le Langage. nature, histoire et usage, op. cit.
9. David Bellos, Le Poisson et le bananier. Une histoire fabuleuse de la traduction, Paris,
Flammarion 2012.
10. Michel Malherbe, Les Langages de l’humanité, Paris, Robert Laffont, 1995.
Rêver d’une langue unique ou d’une multiplication des langues ?
325
la langue l'intelligence interculturelle
(Tableau suite)
Langue
Langue
maternelle
(en millions de
locuteurs)
Bengali
170
Français
75
Japonais
125
Allemand
90
2e langue de
communication
Total
170
60
135
125
10
100
La diversité des langues est-elle avant tout un obstacle à la communication, ou est-elle surtout, comme le suggère le vieux mythe de
Babel, une chance, une source d’enrichissement mutuel ? Sur ce point,
Heinz Wismann est catégorique : « L’effet Babel, estime-t-il, est ce
qu’il y a de plus productif dans l’histoire humaine11. »
Reconsidérer le mythe de Babel
326
De fait, la diversité des langues et des modes d’écritures dans un
pays est le reflet de son histoire politique, le témoin de sa volonté
d’unité, de l’affirmation de son identité. Le choix d’une langue nationale constitue parfois des facteurs d’unification, souvent largement
imposée, autour d’un pouvoir et d’une identité commune.
« Que s’est-il passé à Babel ? Probablement qu’un peuple, sous l’impulsion
de son chef Nemrod, un guerrier violent, a réussi à imposer sa domination
sur ses voisins, et a mis en place un régime fort qui imposait une pensée
unique, donc inévitablement aussi un langage appauvri. […] Contrairement
à ce qu’on a retenu du texte, Dieu ne se fâche pas. Il n’y a pas de coup de
colère, ni de coup de poing qui écraserait la tour. […] Dans ce récit, l’intervention divine consiste à remettre en quelque sorte l’humanité sur ses
rails en la ramenant à sa finalité, qui est une finalité de diversification et
d’enrichissement. D’où la dispersion des langues consécutive à Babel : une
dispersion qui n’est pas du tout le signe négatif d’une malédiction, mais qui,
au contraire, représente une chance retrouvée.
Cela contraste […] avec le fantasme de la langue unique (et sans doute
parfaite) que l’humanité n’a jamais arrêté de poursuivre […] où chaque mot
serait l’exact décalque de la chose ou de l’idée qu’il vise.* »
* Entretien avec François Ost réalisé par Nicole Bary, « La traduction et le multilinguisme », Études, 2012/12
11. Heinz Wismann, Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 1992.
La langue et l’écriture, instruments d’unification
et de pouvoir en Chine
Le putonghua est la langue nationale, au service de l’unité du pouvoir. […]
C’est après le mouvement du 4 mai 1919 qu’il a été décidé de l’adoption
d’une langue nationale (guoyu) ou “langue commune”, le putonghua. Le
dialecte de Pékin a été choisi pour des raisons politiques […]. Dans les
années 1950, une commission pour l’unification de la langue et de l’écriture
a été créée pour déterminer une langue commune à tous les Chinois. À
tort en Occident, on l’appelle le mandarin (guanhua). Avec les 55 minorités
reconnues, il y aurait plus de 80 langues parlées en République populaire de
Chine. Ainsi, l’usage d’une « langue commune » obligatoire dans les médias,
les écoles et les universités masque une réalité linguistique très variée, une
mosaïque de langues parlées, comprise dans une aire linguistique déterminée qui est autant un trait linguistique qu’un espace de liberté.
Bernard Fernandez et Zheng Lihua, « Culture et gestion en Chine », in E. Davel, J.-P. Dupuis et
J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
Les caractères chinois représentent la plus haute des barrières linguistiques
que puissent rencontrer non seulement un Américain ou un Européen, mais
aussi bien un Asiatique d’un autre monde culturel, ils forment entre les
nations sinisées le pont de communication le plus précieux que les hommes
aient jamais inventé.
Léon Vandermeersch, Le Nouveau Monde sinisé, Paris, You Feng, 2004.
De même, le choix d’un système d’écriture est souvent un acte
politique majeur qui porte en lui une volonté de se démarquer d’une
puissance voisine, une affirmation identitaire, ou une marche vers la
modernité. Parmi les exemples que l’on peut citer :
−− la latinisation de l’écriture vietnamienne, qui utilisait auparavant les caractères chinois, moyen de se démarquer de la domination
séculaire de la Chine ;
−− le remplacement en 1928 de l’écriture arabe par l’écriture
latine à l’initiative d’Atatürk, fondateur de la république turque et
désireux de se rapprocher de l’Occident ;
−− l’importance identitaire très forte du choix entre écriture
latine et écriture cyrillique dans les républiques de l’ex-Yougoslavie
(caractères cyrilliques en Serbie vs. caractères latins en Croatie par
327
la langue l'intelligence interculturelle
exemple), importance que l’on trouve également dans d’autres pays
d’Europe orientale comme la Bulgarie (voir encadré).
L’écriture cyrillique et les « nations fraternelles »
« L’écriture cyrillique n’est pas seulement un symbole de la nationalité bulgare mais constitue aussi une perception de “nations fraternelles” pour ceux
qui l’utilisent. Pour les Bulgares, la langue et les lettres cyrilliques sont un
moyen de représenter leur histoire et leur passé, un vrai symbole de leurs
racines slaves. Le pays n’existait pas pendant cinq cents ans parce qu’il faisait partie de l’Empire ottoman et c’est la langue et l’écriture qui ont préservé
la culture et l’identité bulgare. Pendant la Renaissance bulgare au xixe siècle,
les Bulgares ont investi dans le développement des écoles où les jeunes
apprenaient à écrire en bulgare. Sans cela, les Bulgares auraient disparu
dans le mélange des cultures différentes qui composaient l’Empire ottoman.
La langue et le type d’écriture ne sont pas seulement une fondation identitaire mais aussi un symbole de fraternité entre les nations slaves. »
Étudiante bulgare, Sciences Po, 2013.
Contextualiser
Question 111. De quoi une langue est-elle faite ?
Sémantique, morphologie, syntaxe…
Une langue n’est pas une simple juxtaposition de mots, venant les
uns après les autres et indépendants les uns des autres. La plupart des
langues sont en effet construites suivant un style, une architecture et
un système grammatical plus ou moins sophistiqués et souvent très
différents.
328
La langue, au-delà des mots
Une langue est une composition complexe comprenant mille et un ingrédients :
--un système verbal, recourant ou non aux conjugaisons, aux auxiliaires,
avec, ou non, des formes passées ou futures ;
--un système pronominal privilégiant ou non, selon les langues, le possessif, l’usage du « je », amenant dans certains cas différentes manières, différents mots, pour énoncer le « nous », etc. ;
--un système d’attribution de nombre (singulier, pluriel, duel…) et de genre
grammatical (masculin, féminin, neutre…) ;
--un système morphologique, qui concerne la composition même des mots,
plus ou moins complexe suivant les langues ;
--une sémantique : ce que les mots veulent dire ;
--une syntaxe, qui commande la manière dont les mots se structurent et
s’organisent les uns par rapport aux autres, avec notamment des différences dans l’ordre d’entrée en scène du sujet, du verbe, et de l’objet ;
--une écriture, et un système phonétique – ensemble de sons, variations de
la voix, etc. – qui peut être source d’équivoque entre locuteurs de langues
différentes.
Question 112. Quel est le « paysage linguistique »
dans les zones où nous travaillons (langues
maternelles, locales, officielles, langues pivot…) ?
Dans l’esprit de la plupart d’entre nous, le « paysage linguistique »
de chacun, ici comme ailleurs, se résume à un schéma simple : on parle
sa langue maternelle, et, éventuellement, une ou deux langues étrangères plus ou moins bien acquises à l’école, un point c’est tout.
Or la réalité est nettement plus complexe – et plus riche – en
dehors de nos aires culturelles habituelles.
Dans de nombreux pays, nos interlocuteurs parlent parfois couramment plusieurs langues locales et une ou plusieurs langues officielles nationales : un commerçant éthiopien assez éduqué et installé
à Addis-Abeba va parler sa langue maternelle (le guraghé, le wollaytigna…), peut-être une autre langue locale si l’un de ses parents ou son
conjoint est d’une autre ethnie, il parlera l’amharique, langue véhiculaire du pays, l’anglais dans lequel il a fait une partie de ses études
secondaires, et vraisemblablement une ou deux des autres langues
principales du pays comme l’oromigna ou le tigrigna. On retrouve
aussi cette incroyable diversité en Inde.
329
la langue l'intelligence interculturelle
L’Inde, un pays qui ne connaît pas
le monolinguisme…
Le sous-continent indien abrite depuis longtemps de nombreux peuples
parlant une grande variété de langues. Et pourtant, il n’existe pas en Inde de
tradition de la traduction. Jusqu’à une époque récente, entre l’ourdou, l’hindi, le kannada, le tamoul, le marathi…, rien n’était jamais traduit directement.
Or les communautés concernées vivent côte à côte depuis des siècles dans
un continent à la population très dense. Comment y sont-elles parvenues ?
En apprenant d’autres langues ! Aujourd’hui comme hier, peu d’habitants
du sous-continent s’en tiennent au monolinguisme ; traditionnellement, les
citoyens indiens parlent trois, quatre ou cinq langues.
David Bellos, Le Poisson et le bananier. Une histoire fabuleuse de la traduction, Paris, Flammarion, 2012.
Dans cette diversité de langue, quelle place accorder à la langue
« maternelle » ou « native » ? Cette langue intervient en nette antériorité dans la formation de nos réflexes, et détermine profondément nos
modes de pensée. Elle porte une dimension émotive forte et contient,
dans toute sa complexité, la plupart des nuances qui nous aident à penser et à convaincre. Toutefois, il convient de noter que, l’âge avançant,
cette langue n’est pas forcément celle dans laquelle nous nous sentons
le plus à l’aise. Chez les immigrés, notamment de deuxième génération, il n’est pas rare que la langue maternelle devienne progressivement la « langue pour la mère », selon l’expression de David Bellos,
langue réservée aux échanges avec la génération précédente.
Interroger les représentations et les pratiques
330
« Elle qui est si fière de parler l’anglais couramment, qui le parle
en effet couramment, elle ne parle pas la langue, en fait. […] Ce que
je ne comprends pas, ce n’est pas ce qu’ils disent, mais tout ce qu’ils
ne disent pas, quand ils parlent. […] Elle se dit que tous ses avantages
intellectuels ont été annulés par son dépaysement… Elle se dit qu’elle
a perdu sa vision périphérique : elle voit ce qui se passe devant elle,
mais rien du coin de l’œil, ce qu’elle a ici n’est pas la vision d’une
femme de son intelligence, c’est une vision aplatie, exclusivement
frontale, celle d’une immigrante12… »
Ce que nous évoque ici le romancier Philippe Roth, c’est à quel
point parler, écrire, et comprendre vraiment une langue suppose d’en
saisir le « génie ». Pour s’approcher de celui-ci, au-delà de l’apprentissage des mots et des règles formelles, il s’agit de s’interroger sur les
12. Philip Roth, La Tache, Paris, Gallimard, 2002.
usages et les représentations de cette langue. Et de se demander, en
premier lieu, comment l’architecture de nos langues influe sur nos
manières de raisonner. Dans quelle mesure par exemple, les règles
de grammaire, qui contribuent , selon Michel Malherbe à « fonder la
personnalité d’une langue13 », commandent-elles nos manières respectives de découper la réalité, nos méthodes de travail ?
En formulant cette question, en avançant l’hypothèse que la
réponse est évidemment positive, nous sommes conscients de raisonner avec les outils de notre culture gréco-judéo-chrétienne, qui a une
forte tendance à lier langage et pensée, parole et action : la Bible nous
rappelle qu’« au commencement était le Verbe (logos) », et en grec
« logos » veut dire à la fois langage et pensée. Nous sommes conscients
également des limites de cette hypothèse au regard des différences de
comportements de locuteurs d’une même langue : quoiqu’ils parlent
tous anglais, les Américains ne travaillent pas comme les Anglais,
encore moins comme les Indiens ou les Sud-Africains.
Examinons néanmoins l’influence possible de quelques traits des
architectures de nos langues.
Question 113. La langue et le temps : comment
exprime-t-on le passé, le présent et le futur ?
En fonction des langues, nous recourons ou non aux conjugaisons
des verbes, à l’emploi de formes passées ou de formes futures. Dans
certaines langues (le chinois, l’indonésien par exemple), les verbes
sont invariables, ne se conjuguant ni au passé ni au futur, les temps
étant marqués par l’adjonction, avant ou après le verbe, de particules
ou d’auxiliaires. La langue arabe a quant à elle un temps passé, mais
elle réunit dans une forme commune (avec des auxiliaires) l’inaccompli, le présent et le futur. Beaucoup de langues ouest-africaines n’ont
pas en tant que telles le concept du passé. D’autres langues africaines
en revanche, comme le zulu, disposent de conjugaisons différentes
selon qu’il s’agisse d’un passé très lointain, assez lointain ou récent.
Certaines langues comme le français, avec ses trois instances très
distinctes du passé, du présent et du futur, privilégient la chronologie. D’autres privilégient ce que Michel Malherbe appelle « l’aspect »,
catégorie verbale qui « exprime un point de vue sur l’accomplissement de l’action considérée. En russe par exemple, les notions de
verbe accompli (“perfectif”) ou inaccompli (“imperfectif”), sont fondamentales […] Dans le premier cas, on considère l’achèvement d’une
action ou son résultat. Dans le second cas, l’action se prolonge, c’està-dire qu’elle est considérée dans sa durée, ou son déroulement14 ».
13. Michel Malherbe, Les Langages de l’humanité, op. cit.
14. Ibid.
331
la langue l'intelligence interculturelle
Plus complexes encore sont les conjugaisons des verbes de la
langue des Indiens navajos comme nous le rappelle Alex Taylor :
« On reste perplexe devant la variétés de modes tels que les perfectif, imperfectif, progressif, fréquentatif, itératif, optatif, continuatif,
duratif, complétif, statif, inceptif, prologatif, onchoatif, sériatif, distributif, crusif et répétitif, pour finir sur le conclusif et même le mode
réservatif15. »
Ainsi la manière dont les formes passées ou futures sont traitées,
leur existence ou leur inexistence signent une certaine conception de
la progression de la vie et du travail.
Question 114. La langue et les modes de raisonnement :
comment composons-nous les mots et les organisonsnous ?
Un premier enjeu est celui de la sémantique : dans quelle mesure,
dans chaque langue, les mots sont-ils autonomes ou ne prennent-ils
leur sens qu’au contact des autres ?
Le degré d’interdépendance des mots est plus ou moins marqué selon les langues. Il est poussé à l’extrême par exemple, dans la
langue chinoise, qui, selon les termes de Joël Bellassen « repose sur
des unités de sens [entourées d’un] halo de flou, qui ne se met au net
qu’en présence d’une autre unité de sens, d’un autre caractère16 ». Le
chinois est une langue plus inductive que la plupart des autres, partant d’images concrètes pour arriver peu à peu à des éclairages plus
généraux.
Deuxième enjeu, celui de la morphologie : comment composons-nous les mots ? La composition des mots est plus ou moins
« agglutinante » suivant les langues : certaines – l’anglais – ayant un
système de mots plutôt courts, d’autres, comme le turc ou l’amharique (langue éthiopienne) agglutinant autour d’une même racine
un luxe de préfixes, de suffixes, d’interfixes permettant la déclinaison
des verbes, l’indication du masculin, du féminin, de l’attributif, etc.,
d’autres enfin, comme l’allemand, accolant des mots que le français
sépare.
332
« Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufga
benübertragungsgesetz »
Isoler ou agglutiner les mots ?
Les linguistes distinguent traditionnellement plusieurs « types morphologiques de langues » (en reprenant la classification ébauchée dès le début du
xixe siècle par Friedrich von Schlegel) :
-- les langues « isolantes » (ou « analytiques ») comme le chinois ou le vietnamien sont des langues dans lesquelles les mots sont courts et invariables.
C’est l’ordre des mots (par exemple pour l’interrogation) ou l’introduction
de mots supplémentaires (par exemple pour le pluriel) qui définit les catégories grammaticales.
-- les langues « flexionnelles » sont celles dans lesquelles on part de racines,
auxquelles sont accolés des éléments complémentaires (« affixes » comme
les suffixes, préfixes, interfixes…) qui permettent de préciser le temps (passé, futur…) le possessif, le pluriel, etc. :
--ces langues peuvent être « agglutinantes », lorsque les affixes sont clairement identifiables, séparables les uns des autres. C’est le cas du turc, du
finnois ou du swahili : ce qu’on dit ou écrit en 5 mots en français – « celui
qui te les lisaient (les livres) » – donne seul mot en swahili – aliyekuvisoma.
--ou bien elles peuvent être « fusionnelles », lorsque les éléments qui composent le mot ne sont pas facilement identifiables, parce, par exemple,
des affixes ont pu fusionner. C’est le cas de la plupart de nos langues
« indo-européennes » (germaniques, slaves, grec, latines, indiennes du
Nord, etc.)
-- les langues polysynthétiques qui ont des mots composés de très nombreux
éléments, souvent qualifiés de « mots-phases ». L’inuit en est un exemple :
la maison est iglu, « dans la maison » devient iglumi ; une maison de neige
est igluvigaq ; « nous sommes dans une jolie petite maison de neige » : igluvigaqtsirulungmiittgut (iglu-vigaq-tsi-rulung-mi-it-tu-gut).
Cette classification est loin de rendre parfaitement compte des caractéristiques de toutes les langues. Le français est à la fois une langue fusionnelle
et agglutinante. L’allemand est une langue flexionnelle, mais dans laquelle
la longueur des mots fait penser aux langues polysynthétiques. Un exemple
amusant de cela est ce projet de « loi sur le transfert des obligations de
surveillance de l’étiquetage de la viande bovine » dont le parlement du land
de Mecklembourg-Poméranie occidentale débattit en 1999, et dont l’intitulé
en allemand était :
Rindfleischetikettierungsüberwachungsaufgabenübertragungsgesetz !
Troisième enjeu, celui de la syntaxe dont Heinz Wismann17 soutient qu’elle distingue bien plus radicalement les langues que leur
lexique : Comment ordonnons-nous les différents types de mots dans
une phrase ?
15. Alex Taylor, Bouche bée tout ouïe… ou comment tomber amoureux des langues, Paris, JC
Lattès, 2010.
16. Joël Bellassen, in Encres de chine, op. cit.
17. Heinz Wismann, Penser entre les langues…, op. cit.
333
la langue l'intelligence interculturelle
La place de chaque type de mots dans la phrase (le sujet, le verbe
et le complément d’objet) signale bien des priorités différentes dans
différentes langues. Dans ce domaine, on distingue notamment :
−− les langues à prééminence du sujet, ce qui est le cas du français
et de nombreuses langues européennes ;
−− les langues à prééminence du thème, comme le chinois ;
−− les langues à prééminence du thème comme du sujet, comme
le japonais.
Un élément important est notamment la position du verbe : il est
en première ligne dans certaines langues arabes et en dernière ligne
dans d’autres (allemand, amharique). Dans ce dernier cas, ceci suppose, surtout quand les phrases sont longues, une certaine patience
demandée à l’interlocuteur ou au lecteur, puisqu’il faut atteindre
(donc attendre) la fin de la phrase pour en comprendre le sens. D’où
certaines difficultés de communication !
L’attente du verbe
« Si, au début du xixe siècle, Wilhelm von Humbolt finit par renoncer à expliquer Kant aux Français, le vocabulaire n’y est pour rien. C’est l’organisation
même de cette pensée, liée à la structure de l’allemand, qui passe mal dans
des têtes construites sur la langue de Molière. De même, comme le constate
Madame de Staël, l’art français de la conversation, où chacun peut terminer
à son gré la phrase entamée par l’autre, semble impraticable en allemand.
Ce n’est pas une affaire de mœurs, c’est parce qu’en allemand, pour savoir
ce qui est dit… on doit attendre le verbe, qui vient en fin de phrase. »
Roger-Pol Droit, « Naviguer d’une langue à une autre », Le Monde, 16 novembre 2012.
Notons que cet ordre des mots est lui-même plus ou moins déterminant dans la compréhension d’une phrase selon les langues : il est
essentiel dans la très grande majorité des langues (dans toutes les
langues flexionnelles), il l’est moins dans les langues isolantes (le
chinois) où la lecture est moins séquentielle et plus globale.
334
Question 115. La langue et l’identité : quelle place
la langue donne-t-elle à soi et aux autres ?
L’existence et la place du sujet dans la phrase sont un révélateur
important de la plus ou moins grande importance accordée à l’individu. Certaines langues (correspondant à des cultures plutôt portées
vers l’individualisme) usent et abusent du sujet tandis que d’autres
ne l’utilisent même pas : un Anglais dira ou écrira I brought my book
with me, mais pour un Japonais « livre apporté » suffira, ou pour un
Brésilien trouxe o livro (ai apporté le livre)… Autre exemple : lorsqu’un
Américain qui a traversé toute la journée un désert sans voir personne
va finir par s’asseoir et va dire ou penser I feel lonesome, un Japonais se
contentera de dire shabishii, identifiant l’expérience générale (universelle) de la solitude sans avoir besoin d’identifier le sujet18.
Les différences d’usage des pronoms personnels (je, tu, vous,
nous…) sont également très évocatrices des conceptions des rapports
interpersonnels et des rapports au collectif. Ainsi des différentes
formes d’usage du « nous » : en tagalog, tayo pour « nous » incluant
l’interlocuteur, kami pour « nous » excluant l’interlocuteur, kita pour
« nous » entendu comme « toi et moi » ; en arabe, il existe un pluriel
duel (nous deux), etc.
L’existence d’une distinction tutoiement/vouvoiement et les arbitrages qu’elle génère sont également des facteurs potentiels de tensions entre locuteurs de langues différentes. La comparaison entre
l’anglais et le français est à cet égard instructive :
La construction de la distance interpersonnelle :
tutoiement, vouvoiement
« Chaque langue possède ses marqueurs de la relation et de la distance
entre personnes. […] Il suffit de penser au choix que les Anglais doivent faire
lorsqu’ils s’adressent à un interlocuteur. Prénom ou nom de famille ? Voilà la
question. Les Anglais utilisent volontiers le prénom pour s’adresser à leurs
collègues de travail et réservent l’usage du nom de famille à des situations
de grande formalité, lors de présentations officielles ou en présence d’un
haut dirigeant qu’ils ne côtoient pas quotidiennement sur leur lieu de travail.
La mauvaise interprétation de ces usages peut se trouver à l’origine de frustrations et de malentendus dans un sens comme dans l’autre. Dans les relations de travail, un Français attachera inconsciemment à l’usage du prénom
un sentiment agréable de proximité et de complicité amicale, qui ne pourra
que se changer en déception quand il découvrira que ses attentes n’étaient
pas en correspondance avec la réalité de la situation. […] Pour un Anglais,
les prénoms ne renvoient pas à une relation personnelle privilégiée. […]
Il est difficile pour un Anglais de choisir entre “tu” et “vous” dans les langues
qui possèdent les deux formes d’adresse, puisqu’il n’a pas appris dans sa
culture ni dans sa langue à évaluer les degrés de distance, de familiarité
ou d’intimité selon les mêmes paramètres. […] Confrontés à un choix trop
difficile dans la langue française, la plupart des Anglais interrogés avouent
privilégier une stratégie d’attente en utilisant systématiquement la forme de
vouvoiement. »
Christine Geoffroy, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
18. Exemple issu de l’ouvrage de Fred Jandt, An Introduction to Intercultural Communication,
Oakland, Sage Publications, 2004.
335
la langue l'intelligence interculturelle
Notons au passage que l’anglais ne s’en est pas toujours tenu au
fameux « you » : on peut retrouver le « thou », plus solennel, dans les
dialogues de Shakespeare, ou dans les écrits de la Bible. Contrairement
à la France qui lui fait encore la part belle, beaucoup de langues se
sont éloignées progressivement du vouvoiement : l’italien, l’espagnol,
le suédois, etc.
La distance et l’expression d’une plus ou moins grande considération eu égard aux stratifications sociales ou par âge n’apparaissent pas
seulement dans l’emploi d’un pronom ou l’usage du nom de famille,
elles peuvent également apparaître dans la manière de conjuguer les
verbes. C’est le cas, par exemple, de la langue coréenne.
Quand le verbe coréen est conjugué en fonction
du statut de l’interlocuteur
« Dans la communication coréenne, on peut distinguer la relation entre le
locuteur et l’orateur par l’utilisation de la grammaire et le niveau de parole.
Quand on parle de quelqu’un d’un statut supérieur, on utilise généralement
des noms spéciaux ou les terminaisons des verbes pour indiquer la supériorité du sujet. […] Si vous parlez à quelqu’un qui est plus âgé, vous conjuguez
le verbe d’une façon différente. Par exemple, si vous voulez dire à votre mère
que vous allez à l’école, le verbe “aller” serait “gam-ni-da”. Si vous dites à
quelqu’un de votre âge, vous dites simplement “ga-yo”. Enfin, si vous souhaitez dire à votre petit frère que vous allez à l’école vous ne dites que “ga”. » Espagne ou en Allemagne ? C’est ce qu’évoque avec humour le journaliste britannique Alex Taylor.
Le secret de la féminité d’une table
« Je me souviens toujours de mon ébahissement lorsque mon père m’expliqua que de votre côté de la Manche, les choses les plus inanimées étaient
tout de même considérées comme disposant d’attributs masculins et féminins. Pour un petit garçon secoué par l’éveil de ses premiers frissons sexuels,
cela me paraissant terriblement… osé ! Je scrutais la banale table de notre
cuisine avec un intérêt renouvelé, impatient d’y déceler un soupçon d’élégance qui aurait prédisposé nos voisins à l’assimiler à la gent féminine. […]
Il n’est pas insensé de se demander si le fait de conférer aux objets des attributs, dont l’origine renvoie clairement à la différence entre les deux genres de
notre espèce, ne leur confère pas certains traits inconscients. On a demandé par exemple à des germanophones et à des hispanophones de décrire
des substantifs qui ne partagent pas le même genre dans les deux langues.
Une “clé” est masculine en allemand, féminine en espagnol. Spontanément,
les germanophones y associaient davantage des mots comme “dur, métal,
utile”, contrairement aux hispanophones qui, eux, voyaient quelque chose
de “doré, brillant, minuscule”. C’était tout le contraire lorsqu’il s’agissait d’un
pont, féminin en allemand, masculin en espagnol. Les premiers l’associaient
à des adjectifs comme “élégant, fragile, paisible”, les Espagnols préférant
”grand, dangereux, solide“. »
Alex Taylor, Bouche bée tout ouïe… ou comment tomber amoureux des langues, op. cit.
Témoignage d’une étudiante coréenne, Sciences Po, 2013.
Question 116. La langue et le genre : quelles
distinctions fait-on entre le masculin et le féminin ?
336
Les manières de distinguer les « genres » des mots sont très
diverses. La logique du genre nous échappe parfois lorsque nous comparons le traitement du masculin et du féminin dans les différentes
langues. Il arrive même que cette distinction de genres n’existe
presque pas : de nombreuses langues n’expriment pas systématiquement la distinction entre masculin et féminin ; ainsi du coréen, du
géorgien, du japonais, de l’arménien, du persan, de plusieurs langues
bantoues19. Ainsi également du chinois, où le « genre » n’existe pas en
tant que tel, et où un seul pronom personnel désigne « il » et « elle ».
Le fait de rendre masculin ou féminin des objets inanimés auraitil un impact sur la manière dont nous les percevons, en France, en
Par ailleurs, nous avons, en Europe, tendance à limiter la définition
du « genre » des choses au masculin ou au féminin. Pourtant, dans
d’autres langues, ces genres sont bien plus spécifiques à la nature des
objets désignés. Ainsi, le peul (Afrique occidentale) compose avec
près de 24 « genres » ; le cantonais connaît des genres différents en
fonction de la forme des objets (plats, cylindrique, etc.) ; les Indiens
Navajos classent quant à eux les choses en fonction de leurs « degrés
d’animation » (les humains restant dignement en première place).
Enfin, certaines langues aborigènes d’Australie, comme le gurr-goni, peuvent même se vanter de posséder une quantité incroyable de
genres, l’un d’eux étant réservé pour désigner les légumes comestibles
(et, par un surprenant enchaînement de sens, le mot « avion »…)
Question 117. Quelle est l’influence des systèmes
d’écriture sur nos modes de pensée ?
Le monde compte environ 25 systèmes d’écriture qui, loin de
n’être que de simples outils de transcription, ont une influence non
négligeable sur nos systèmes de pensée.
19. Michel Malherbe, Les Langages de l’humanité, op. cit.
337
la langue l'intelligence interculturelle
La carte mondiale montre la répartition géographique des systèmes d’écriture toujours en usage aujourd’hui.
Comme ces systèmes ne s’arrêtent pour la plupart pas aux frontières
politiques, la carte ci-dessus s’éloigne des représentations politiques habituelles.
La mention «Wikipedia» a été transcrite dans les différents groupes d’écriture afin de les visualiser.
Systèmes d’écriture dans le monde
l’écart culturel Chine-Occident peut s’expliquer en partie par la
profonde différence des deux écritures. « L’écriture logographique
chinoise peint le sens et non le son, les signes qui la composent
s’épellent à l’aide d’images et non de lettres. […] Lire un caractère
chinois revient à reconnaître un visage et à y associer un nom, alors
que lire le mot d’une langue à écriture alphabétique revient à prononcer un nom qui pourra éventuellement évoquer un visage20. » À
noter par ailleurs que ce type d’écriture n’est pas sans influence sur
la perception de l’espace. J. Bellassen montre par exemple que « tout
caractère d’un même texte devant s’inscrire dans un espace carré de
même dimension, l’exécution d’un premier trait d’un caractère comprend l’anticipation de l’ensemble, avec les phénomènes d’agrandissement et de réduction que cela peut supposer ».
Écrire de droite à gauche (en arabe), de gauche à droite (dans les
langues latines), du haut en bas (en chinois ou japonais traditionnels) a-t-il une influence sur les modes de pensée ? Certains auteurs
estiment que l’apparition de l’alphabet grec il y a vingt-huit siècles
a marqué durablement nos visions du monde et en particulier notre
relation à l’espace : dans nos représentations spatiales occidentales,
le passé serait situé à gauche et le futur à droite. De fait, lorsqu’on
cherche, en Europe, à désigner visuellement les notions d’« hier »
et de « demain », nous avons naturellement tendance à les placer
de gauche à droite, ou éventuellement derrière et devant nous. Les
Japonais auront quant à eux plutôt tendance à désigner cet écoulement du temps sur une ligne verticale, le passé étant vers le haut, et
le futur vers le bas.
339
338
Maximilian Dörrbecker, juillet 2005, Image sous licence Creative Commons.
Source : http://commons.wikimedia.org/wiki/File:WritingSystemsOfTheWorld.png
Source : J. Poirier (dir.), Histoire des mœurs, vol. 1, Paris, Gallimard, 1991.
La quasi-totalité de ces écritures sont alphabétiques, syllabiques
ou alphasyllabiques ; une seule aujourd’hui (le chinois) est dite logographique : chaque logo-graphe (mot-signe) y représente un mot spécifique. Dans Empreintes chinoises, Joël Bellassen montre comment
20. Jin Siyan et Joël Bellassen, Empreintes Chinoises. De Chine et de France, regards croisés,
Éditions Nicolas Philippe, 2005.
la langue l'intelligence interculturelle
Question 118. Quels malentendus peuvent naître
de la phonétique et de la façon dont l’autre prononce
sa langue ?
Une langue, c’est aussi un ensemble de sons, de variations de la
voix, de manière de parler qui peuvent être source d’équivoque dans
des rencontres où les personnes ne parlent et ne comprennent pas la
langue de l’autre, mais l’entendent, avant que le traducteur fasse son
travail.
Il n’est pas rare que des malentendus naissent d’une interprétation
erronée de ce que notre oreille entend de la langue de l’autre, lorsqu’on
découvre la manière dont ses locuteurs la prononcent, la « chantent »,
la susurrent ou la « crient ». Les Chinois, lorsqu’ils parlent très fort et
d’une manière que nous jugeons hachée, ou rauque, sont-ils en colère ?
La formidable vitesse de locution que nous percevons dans certaines
langues du Sahel ou d’Afrique de l’Est signale-t-elle un rythme de
pensée ou de comportement différent du nôtre ? On peut prendre
conscience, en lisant l’encadré suivant, des conséquences graves que
peuvent avoir ce genre d’interprétations hâtives.
L’insouciance des demandeurs d’asile ?
Le magistrat face au ton des dépositions
340
« Dans les audiences d’une juridiction française d’appel statuant sur les
cas de demande d’asile se produisent de graves incompréhensions à cause
d’une raison en apparence toute simple : certains demandeurs racontent les
horreurs qu’ils ont eu à subir sur un ton tellement réservé que cela passe, aux
oreilles des juges, pour une forme d’inexpressivité et d’insouciance. C’est
notamment le cas de beaucoup de Tamouls du Sri Lanka, de Népalais, de
Tibétains, ou encore de Coréens du Nord. Les interprètes, qui connaissent
évidemment les intonations et la manière de parler dans les langues de ces
ressortissants, n’en sont pas étonnés, mais ce n’est pas toujours le cas de
certains magistrats qui peuvent réagir avec humeur. La sentence dépend
dès lors en partie de la propension des magistrats à tenter d’en savoir plus
et à tenir compte d’usages, de modes d’expression, de narration, de sens
des convenances, très différents des leurs, pour ne pas laisser ces écarts
culturels faire écran entre eux-mêmes et les requérants. »
Témoignage d’un ancien rapporteur à la Cour nationale du droit d’asile.
Au-delà de ce que peut nous évoquer le rythme et la musique générale de la langue de notre interlocuteur, des différences importantes
résident dans l’usage d’une plus ou moins grande diversité de tonalités, pour un son en apparence semblable. En effet, la plupart des langues ont bien plus recours à une diversité de tonalités que la langue
française. En mandarin, tous les « mots » étant monosyllabiques, et
composés sur la base d’un nombre assez restreint de consonnes, ce
sont bien les différentes tonalités qui vont souvent permettre de définir le sens de chaque mot/syllabe.
Question 119. Que nous disent les différences
lexicales sur nos visions et sur la diversité
de nos cadres de vie ?
Combien de mots l’autre met-il derrière mon mot,
et inversement ?
Un des enjeux clés pour mettre en perspective sa propre langue est
celui de l’équivalence lexicale : le fait que la quantité de mots disponibles pour dire ce que nous pensons être une même réalité n’est pas
le même d’une langue à l’autre.
Un même mot peut avoir plusieurs sens très différents en français, un seul dans d’autres langues. Par exemple, notre mot « passion » peut désigner une souffrance (la passion du Christ), un dada
(la passion des timbres-poste), ou très fort attachement (la passion
amoureuse), tandis qu’en chinois, il ne renvoie qu’à l’un (le dernier)
de ces trois phénomènes. En tagalog (Philippines), le même adjectif
(malungkot) désigne à la fois « triste » et « seul », etc.
À l’inverse, il existe dans d’autres langues une variété lexicale
très étendue pour un même mot français. En russe, on trouve cinq
mots pour exprimer la violence. Dans la langue inuit il y a une grande
abondance de mots pour désigner la neige (celle qui tombe, celle qui
est à terre, celle qui est dans les traces, etc.). En arabe, on trouve des
dizaines de mots pour désigner l’eau (celle qui coule, celle qui s’évapore…), des centaines pour le chameau, le lion, l’épée. Les Zoulous,
quant à eux n’ont pas moins de 39 mots spécifiques, nous dit Richard
Ellis21, pour désigner les différentes nuances de vert, le vert d’une
feuille de chêne mouillée, le vert d’une herbe folle… Cette diversité de mots pour désigner ce qui nous semble être une
même réalité nous dit beaucoup sur la manière dont cette réalité est
appréciée, prise en compte. L’importance de tel ou tel élément naturel, les caractéristiques du cadre de vie transparaissent dans la plus ou
moins grande abondance lexicale des mots. Quant à l’absence, dans
une langue, d’un mot important dans l’autre, elle traduit tout simplement une absence dans le vécu : comment traduire un mot sur une
réalité ou un phénomène (la neige, les cerises, le blizzard…) dont on
n’a pas l’expérience ?
21. Cité dans Michel Moral, Le Manager global, op. cit.
341
la langue l'intelligence interculturelle
Ainsi le vocabulaire, dans sa plus ou moins grande « richesse »,
n’est-il qu’un reflet de la réalité et des mentalités, à un moment donné.
Remarquons enfin que dans certaines langues, une même chose peut
être nommée différemment en fonction d’une série de facteurs extérieurs : Alex Taylor nous signale ainsi qu’« il existe des langues, rares
certes, comme celle des Itsekiri au Nigeria dont le mot pour désigner
des objets dépend de l’heure de la journée. Le sang, le feu ont des noms
différents selon qu’on en parle le jour ou la nuit. Il y a d’autres langues,
comme le yup’ik où le nom d’une chose change en fonction de la place
qu’elle occupe dans le temps. Le mot pour “maison” a des formes différentes par exemple si l’on en parle au présent, au passé ou dans l’avenir.
La même maison que j’habitais hier et que j’habiterai demain n’est pas
considérée, et surtout pas nommée de la même façon22. »
Quels univers de sens, quelles équivoques derrière nos mots ?
Derrière un même mot apparemment simple, on trouve des sens
qui varient sensiblement d’une culture à l’autre, comme l’a illustré
la collection franco-chinoise « Proches lointains » (voir encadré),
et comme nous l’avons montré tout au long de ce livre autour des
concepts de temps, d’espace, de communauté, de hiérarchie, de travail, d’argent…
342
« Proches lointains » :
mots chinois, mots français
La collection d’ouvrages « Proches lointains »* a mis en
lumière les similitudes et les différences que l’on peut
observer entre la France et la Chine dans le sens de certains mots supposés traduits, une fois qu’ils sont traduits : l’architecture, la beauté, la mort, la
nature, la nuit, le rêve, le voyage, le dialogue, la science, le goût, la famille, la
sagesse, la passion… Il s’agissait de demander à un écrivain chinois et à un
écrivain français de se positionner par rapport à l’un de ces mots, de dire ce
que pour eux il évoque, et comment, dans leurs cultures respectives, des
philosophes, des politiques, des romanciers ou des poètes en ont parlé. Les
livres sont ensuite édités dans les deux langues par une maison d’édition
chinoise et une maison française.
Le « proche » de l’intitulé de la collection n’est pas usurpé. Autour des
mêmes mots se révèlent des lieux de rencontre aussi troublants que l’existence, dans les deux civilisations, de ces « immaculées conceptions » des
anciennes légendes chinoises, ou ces morts qui, en Chine comme en Europe,
sont réputés « monter au ciel », ou encore cette fascination pour le trinaire :
tout va par trois en Chine, y compris le yin et le yang qui ne sauraient se
compléter sans le « Taiji », principe suprême qui les unit. Tout par trois : le
Ciel, la Terre et les Hommes, tout par trois mais « trois-en-un », cette clé de
la recherche de l’harmonie qui rejoint ici clairement la tradition chrétienne
de la Trinité.
D’un autre côté, le « lointain » saute aux yeux du lecteur. Alors que pour la
plupart des auteurs français les mots ont une signification bien précise, les
Chinois se réfèrent plus souvent à une multitude de sens dans leur interprétation. Ils donnent l’exemple de la famille qui, en Chine, peut signifier
la société entière, voire la patrie, mais aussi la maison (comme foyer, toit,
nourriture, bâtiment, forteresse, abri de l’âme…) ; l’exemple de la nature, non
point, comme la voient la plupart des Français, série d’éléments expliqués et
ordonnés par la science, mais ensemble dont le corps et l’âme de l’Homme
font partie intégrante ; l’exemple de la nuit, qui pour un Chinois excède largement la période entre le coucher et le lever du soleil…
Martine Laffon nous le rappelle : « Si pour un esprit occidental, le mot a le
devoir d’être précis, de répondre à une définition qui l’enferme dans un sens
bien délimité, pour beaucoup d’Extrême-Orientaux plus un mot est riche
d’interprétations possibles plus il est ouvert et beau**. »
* Collection dirigée par Jin Syian, Yue Dai Yun et Catherine Guernier publiée en français aux éditions Desclée
de Brouwer (Paris) et en chinois aux Presses littéraires et artistiques de Shanghai.
** Martine Laffon, introduction à son travail sur « les Mots du monde » – document interne.
22. Alex Taylor, Bouche bée tout ouïe… ou comment tomber amoureux des langues, op. cit.
Notons que les différences ne surgissent pas qu’entre langues
« géographiquement » étrangères les unes aux autres. Selon les univers socioprofessionnels, le sens des mots diffère fréquemment ; se
343
la langue l'intelligence interculturelle
présente alors la difficulté de faire dialoguer des langages techniques
appartenant à des métiers différents. Chaque secteur – et chaque
organisation – est à lui seul, selon l’expression de Bernard Gardin,
« une usine à mot : les mots y naissent, s’y transforment23 ». Chaque
milieu professionnel invente ainsi des signes et des codes permettant
de gérer ses activités, et des malentendus peuvent se produire, d’un
milieu professionnel à l’autre sur des mots comme « intégration »,
« développement », « opérateurs », etc.
Prendre en compte les différences
Question 120. Quels sont les défis de la traduction,
quel rôle attribue-t-on au traducteur ?
344
Ce que nous avons dit des différences lexicales et de la variété des
significations que l’on peut mettre derrière un même mot s’applique
pleinement au mot même de… traduction, et nous donne une première idée des différentes représentations de l’acte de traduire. Dans
beaucoup de nos langues occidentales, l’idée de traduire désigne, à
l’origine, le fait de faire passer d’un lieu à un autre : traducere en latin
puis traduire en français, translate en anglais, übersetzen (trans-poser) en allemand… La traduction, pour nous, est donc, comme le dit
David Bellos, « le transfert du sens d’une langue dans une autre24 ».
C’est simple ! Mais éloignons-nous un peu : Bellos, après avoir décortiqué toutes les manières de nommer les traducteurs, dans la langue
chinoise, selon leurs fonctions et leur affectation géographique, souligne qu’« au sein d’une culture plus ancienne que la nôtre […] jamais
personne n’a songé à expliquer “traduction” en termes de “transport
du sens d’une langue dans une autre” ». L’une des principales significations du mot « traduction » en chinois est « échanger, c’est-à-dire
prendre ce qu’on a en échange de ce qu’on n’a pas »…
Quant à la langue japonaise, elle nous offre une extraordinaire
variété lexicale pour le mot « traduction », comprenant des mots différents selon qu’il s’agit d’une première traduction, d’une retraduction,
d’une traduction de traduction, d’une mauvaise traduction, d’une
traduction mot à mot, d’une « traduction pour le sens » ou encore de
ces chõyaku (« traductions meilleures que le texte original »)… Quant
au finnois ou au tok pisin (langue de Papouasie-Nouvelle-Guinée),
ils proposent avec « tourner » une conception de la traduction qui
23. J.-F. Dortier (dir.), Le Langage. nature, histoire et usage, op. cit.
24. David Bellos, Le Poisson et le bananier, op. cit.
rejoint l’antique manière dont les Sumériens qualifiaient le traducteur : le « tourneur de langage »…
Les conceptions du rôle de la traduction – et du traducteur –
varient donc assez largement, d’une culture à l’autre.
Le rôle attribué au traducteur
dans différentes cultures
Pour les Britanniques, les Allemands, les Américains du Nord, les Scandinaves, et les Néerlandais, le traducteur doit […] rendre compte de ce qui est
dit dans une langue, précisément et sans déformation, à ceux qui parlent
l’autre langue. Le traducteur est censé être neutre. Le traducteur est censé
agir comme une boîte noire le fait à bord des avions. Il ne sert pas les intérêts de l’autre parti, qui peut chercher à jouer sur l’ambiguïté des mots.
Dans d’autres cultures, cependant, le traducteur a un autre rôle. Un traducteur japonais, par exemple, mettra souvent une minute ou davantage pour
traduire une phrase d’anglais de 15 secondes. Il y aura souvent un long aparté entre le traducteur et l’équipe qui l’utilise, sur ce qu’ont dit précisément
les autres. Le traducteur, du côté japonais, est l’interprète non seulement de
la langue, mais aussi des attitudes, de ce que l’on veut dire et du contexte. Il
a pour rôle d’aider sa propre équipe et peut-être même de la protéger contre
les négociateurs de l’Ouest […]. Le traducteur se tient tout à fait du côté de
son équipe de négociateurs.
Fons Trompenaars et Charles Hampden-Turner, L’Entreprise multiculturelle, op. cit.
Question 121. Comment traduire l’intraduisible ?
Nous avons tous l’expérience de mots intraduisibles, ou difficilement traduisibles dans les langues que nous connaissons, s’agissant pourtant de mots relativement simples du langage courant :
comment traduire empowerment en français, comment traduire
« solidaire » en anglais ? Comment traduit-on « exotique » dans
des pays que nous jugeons nous-mêmes « exotiques »… ? Dans ce
domaine, notons par exemple que les états de tristesse, de mélancolie, ou d’ennui et toutes leurs nuances semblent parmi les mots
les plus spécifiques à chaque langue, et de ce fait, les plus intraduisibles. C’est le cas de la fameuse saudade des Brésiliens (mélancolie, spleen, etc.), du litosht des Tchèques (tourmente, remord, deuil,
etc.), de la toska des Russes (mélancolie, angoisse, lassitude, etc.),
ou encore, bien qu’un peu différente du sisu des Finlandais (dureté,
dépit et détermination).
Deux attitudes peuvent être adoptées quant à ce problème :
−− renoncer à la traduction du mot et le laisser dans sa langue originale dans le texte ou dans le langage (pratique très courante dans
345
la langue l'intelligence interculturelle
certaines langues africaines, le lingala par exemple), ou encore lui
donner une forme ou une sonorité proche de sa propre langue ;
−− admettre que les mots ne peuvent être traduits sans interprétation et sans une bonne connaissance du contexte qui les a peu à peu
façonnés. Il s’agit de réunir « toute une constellation de significations, historiques et contextuelles, que le traducteur expérimenté va
mobiliser et négocier […]25 ».
Le problème du traduisible/intraduisible se pose en particulier
lorsqu’on pense que des textes à portée supposée transnationale
peuvent être traduits sans équivoque par des professionnels. La
traduction de textes juridiques pose un problème particulièrement
épineux, mais on peut aussi noter à partir de l’exemple suivant que
même des textes militants, non juridiques, supposés à portée universelle sont beaucoup plus difficilement traduisibles qu’on ne le croit :
Traduire un texte à vocation internationale
Dans les années 1990, l’Alliance pour un monde responsable, pluriel et solidaire s’est appuyée notamment sur un document fédérateur traduit en une
vingtaine de langues, allant du mandarin à l’anglais en passant par le malais
ou le maori.
Les mois passant, des commentaires de plus en plus intrigués sont venus de
divers pays sur le degré de pertinence de ce texte par rapport aux réalités
locales. Les initiateurs se sont aperçus que les traducteurs butaient sur un
nombre considérable de mots, à l’image du terme déséquilibre. Les protagonistes de l’Alliance étaient très préoccupés par la question des déséquilibres
écologiques, économiques, sociaux de la planète. Mais un Européen et un
Chinois ne s’entendent pas si facilement sur ce terme, franchement péjoratif
chez nous, alors que chez les Chinois avec les concepts de yin et de yang, le
déséquilibre est plus une opportunité qu’un danger… Quant au traducteur
peul, il expliquait que « le déséquilibre constitue l’essentiel de la diversité de
l’Humanité ; le déséquilibre est perçu comme la base de l’interdépendance
qui est nécessaire au maintien des rapports sociaux. »
services nous expose, quelle que soit leur compétence, à de possibles
biais dans l’échange, pour des raisons très diverses : différence de statut, au moins dans les zones économiquement précaires, entre l’interprète et les « interprétés », le premier étant souvent mieux rémunéré
que les seconds ; défiance des seconds, également par rapport au premier, qui est l’un des leurs et à qui l’on n’a pas forcément envie de tout
raconter ; perplexité à l’égard d’un interprète qui contracte notre propos (traduction bâclée ? tabou ?) ou au contraire le développe à l’infini (qui parle, lui ou moi ?), dont nous avons l’impression qu’il ne nous
traduit qu’une partie de ce que disent nos interlocuteurs (censure ?
besoin de ne dire que ce qu’il pense que nous voulons entendre ?)…
En réalité, la traduction est une arme. François Ost nous rappelle
que « l’histoire en fournit des exemples : ainsi de Rome quand elle
s’appropriait les poètes et dramaturges grecs, ou de la France du xviie
siècle quand elle “polissait” en langue de cour la littérature étrangère
qu’elle traduisait26 ». Et ceci ne s’observe pas seulement au niveau
des politiques des États, mais aussi, comme l’illustre l’anecdote tanzanienne rapportée dans l’encadré suivant, au niveau local, dans des
rencontres ou des projets territoriaux où la traduction devient une
arme de mise au pas.
Tiré de Édith Sizoo, Ce que les mots ne disent pas…, op. cit.
346
Question 122. Comment prendre en compte la
347
question du statut et de la position du traducteur ?
Dans nos expériences professionnelles ou personnelles, nous
sommes nombreux à constater – parfois à déplorer – la dépendance
vis-à-vis des traducteurs et des interprètes. Avoir recours à leurs
25. Entretien de François Ost réalisé par Nicole Bary, « La traduction et le multilinguisme »,
Études, 2012/12, tome 417.
26. Entretien de François Ost réalisé par Nicole Bary, « La traduction et le multilinguisme »,
Études, 2012/12, tome 417.
la langue l'intelligence interculturelle
Quand la traduction détourne le message
pour le rendre « politiquement correct » :
une histoire tanzanienne
« Après quelques années de résidence en Tanzanie, j’ai commencé à saisir
comment l’élite anglophone pouvait manipuler les propos des dirigeants
paysans en passant d’une langue à l’autre. Étant devenu swahilophone, j’ai
d’ailleurs souvent servi d’interprète pour des dirigeants paysans. Dix ans
après avoir quitté le pays, j’ai retrouvé, dans une convention internationale
en Tanzanie sur la recherche agricole une dirigeante paysanne que j’avais
connue autrefois. Officiellement invitée à prendre la parole au nom de son
mouvement […] elle a souhaité que je sois son interprète afin que ses propos
ne soient pas arrangés pour faire plaisir au gouvernement ou aux bailleurs de
fonds. L’assemblée a ri de sa justification et pris cela pour une boutade et je
me lançai dans la traduction de son propos. Les organisateurs, un peu gênés,
approchèrent rapidement un universitaire tanzanien qui prit le relais lors de
sa deuxième intervention par ailleurs très provocatrice. Et comme elle l’avait
prédit, ce dernier, dans le souci de rendre le propos agréable à une assemblée
internationale, s’est mis à reformuler au lieu de simplement traduire, pour
finalement finir sur un propos mièvre qui ne reprenait même plus la question
provocante qui concluait l’intervention. Comme personne ne réagissait, la
dirigeante paysanne a très vite compris que ses propos n’avaient pas été
traduits en anglais comme elle avait eu la force de les prononcer en swahili.
Je me suis alors demandé comment dénoncer cette traduction prononcée
par une docte autorité. Personne ne semblait avoir relevé la forfaiture. La
paysanne me regardait, se sentant trahie et prise au piège. Je m’en suis alors
sorti en demandant la parole, en faisant un peu d’humour et en intégrant
dans mon intervention la provocante question que la paysanne adressait à
l’assemblée, mot pour mot et dans les deux langues pour que tout le monde
comprenne ce qu’elle avait voulu dire. À la fin de la conférence, le ministre de
l’Agriculture a souhaité la rencontrer, et les journalistes se pressaient autour
d’elle. Les organisateurs lui ont présenté leurs excuses. »
Témoignage d’un ancien coopérant français en Tanzanie.
348
Pour aller plus loin
sur le rapport à la langue
Ouvrages
››Aroneanu (Pierre), L’Amiral des mots, Paris, Alternatives, 1996
››Bellos (David), Le Poisson et le bananier, Paris, Flamarion, 2011
››Benabdelali (Abdessalam), De la traduction, édition bilingue en langues
arabe et française, Casablanca, Éditions Toukbal, 2006
››Blanche-Benveniste (Claire), Université de tous les savoirs. Le cerveau, le langage, le sens, vol. 5, Odile Jacob, 2002
››Cassin (Barbara) (dir.), Vocabulaire européen des philosophies. Dictionnaire
des intraduisibles, Paris, Seuil-Le Robert, 2004
››Collection « Les mots du monde », dirigée par Nadia Tazi aux éditions La
Découverte : L’expérience, L’identité, et Masculin-féminin
››Collection « Proches Lointains », dirigée par Jin Siyan et Catherine Guernier, éditions Desclée de Brouwer (version française), Presses Littéraires et
artistiques de Shanghai (version chinoise). 18 titres parus depuis 1999 : La
mort, Le rève, Le goût, La nature, La famille, L’enfance, La lecture, Le ciel, L’arbre, La
science, La passion, Le dialogue, Le voyage, La sagesse, La beauté, L’architecture,
Le voyage, La nuit
››Dortier (Jean-François) (dir.), Le Langage. Nature, histoire et usage, Auxerre,
Éditions Sciences humaines, 2001
››Glissant (Edouard), L’Imaginaire des langues. Entretiens avec Lise Gauvin
(1991-2009), Paris, Gallimard, 2010
›› Heine (Bernd) et Nurse (Derek) (dir.), Les Langues africaines, Paris, Karthala/
AUF, 2004
››Humboldt (Wilhelm von), Sur le caractère national des langues et autres écrits
sur le langage, Paris, Seuil, 2000
››Irrmann (Olivier), L’Analyse interculturelle en gestion, une approche interactionniste, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat, Gestion en contexte interculturel…, op. cit.
››Jandt (Fred), An Introduction to Intercultural Communication, Oakland, Sage
Publications, 2004
››Kersaudy (Georges), Langues sans frontières. À la découverte des langues de
l’Europe, Paris, Autrement, 2001
››Kristeva (Julia), Le Langage cet inconnu. Une initiation à la linguistique, Paris,
Seuil, 2001
››Ladmiral (J.-R.), Lipianski (E.-M.), La Communication interculturelle, Paris,
Armand Colin, 1990
››Malherbe (Michel), Les Langages de l’humanité, Paris, Robert Laffont, 1995
››Ost (François), La Traduction et le multilinguisme, entretien réalisé par Nicole
Bary, Études, 2012/12, tome 417
››Ricœur (Paul), Sur la traduction, Paris, Bayard, 2004
››Sizoo (Édith), Ce que les mots ne disent pas. Quelques pistes pour réduire les
malentendus interculturels, Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2000
››Taylor (Alex), Bouche bée tout ouïe… ou comment tomber amoureux des langues, Paris, JC Lattès, 2010
››Wismann (Heinz), Penser entre les langues, Paris, Albin Michel, 1992
349
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur le rapport à la langue (suite)
Liens
››http://wordswithoutborders.org, voir l’article « Beyond between: Translation, ghosts, metaphors », 2009
››L’aménagement linguistique dans le monde (Jacques Leclerc), www.axl.
cefan.ulaval.ca
Chapitre 15
La communication
Entre entendus et malentendus
Les incompréhensions culturelles ont souvent pour origine certains décalages dans les manières de s’exprimer. Ceux-ci vont au-delà
de la seule question de la langue et touchent aux réflexes discursifs
et aux stratégies de communication. Ils peuvent notamment trouver
leur origine :
−− dans des différences de structure de l’argumentation, dans les
codes de construction du dialogue, et dans les différences d’appréciation de ce qui peut et ne peut pas être communiqué ;
−− dans des différences de conception du rôle même du dialogue que
nous menons : pourquoi prendre la parole ? quelle est la fonction
d’une réunion ? ;
−− dans des conceptions et des pratiques différentes du verbal et du
non verbal, de l’écrit et de l’oral ;
−− dans l’importance plus ou moins grande de l’implicite dans les
modes de communication de l’autre ;
−− dans des différences de conceptions de l’humour et de la courtoisie.
Notons d’ores et déjà qu’au cours des dernières années, le paysage des outils de communication a connu de très rapides mutations.
L’apparition de ce qui est communément appelé « nouvelles techniques de l’information et de la communication » (NTIC), conséquence et élément constitutif de la mondialisation, a en effet uniformisé les moyens de communiquer, tout en faisant naître de nouveaux
rapports au temps et à l’espace, parfois assez éloignés des réflexes
culturels existants. Ces nouveaux outils rebattent en partie les cartes
des différences interculturelles, et créent de nouvelles lignes de décalage, en creusant l’écart, dans chaque pays, entre ceux qui disposent
et maîtrisent ces outils et ceux qui en restent éloignés.
Contextualiser
Question 123. Qui parle à qui ? Pourquoi et dans quel
contexte ?
La sociolinguistique, nous aide à comprendre que les équivoques
qui interviennent autour de la communication entre les personnes
sont loin de n’être que d’ordre culturel. Pour comprendre ces équivoques, quelques questions-clés :
−− où et quand parle-t-on ? (lieu et contexte socioculturel ; probablement ne parle-t-on pas de la même façon « sur le terrain » et dans
son bureau) ;
−− pourquoi parle-t-on ? Dans quel but le langage est-il utilisé ? ;
−− qui parle à qui ? (est-ce bien à moi que s’adresse un discours, ou
à mes semblables ? Est-ce bien à untel que je parle, ou, à travers lui, à
son patron, ses compatriotes, sa profession ?).
355
la communication
l'intelligence interculturelle
Cette question du « qui parle à qui » dans un dialogue entre deux
personnes n’est pas toujours aussi évidente qu’on pourrait le croire.
Dans sa réflexion sur ce qu’il appelle la « communication ventriloque1 », François Cooren fait observer que « lorsque nous parlons,
de nombreuses autres voix se font aussi entendre ». Il peut s’agir de
la voix de l’entreprise ou de l’ONG à laquelle appartient le locuteur,
de celle d’un supérieur hiérarchique, de la « voix » d’un corpus de
connaissances ou d’un dispositif législatif qui sous-tendent le propos,
etc. Quelle que soit notre culture, des « figures » multiples, des liens
sociaux, un contexte imprègnent souvent notre parole, et comme
l’observe Bruno Latour, « nous sommes agis par ces entités invisibles
qui nous “hantent” et qui peuplent (voire surpeuplent) les interactions2 ». Il s’ensuit, dans le dialogue, une sorte de « danse de l’agentivité », pour reprendre l’expression de Cooren, dans laquelle se bousculent toute une série d’agents extérieurs dont nous transmettons les
messages, chacun d’entre eux étant riche en tactiques conscientes ou
inconscientes et en signes non verbaux. Comprendre ces interactions
suppose donc de pouvoir identifier les différents « sous-textes », en
prenant en compte tout ce qui conditionne la parole et le dialogue
dans une situation donnée.
Interroger les représentations et les pratiques
Question 124. Quels objectifs assignons-nous
à la communication ? Transmettre un message
ou créer un lien ?
À quoi nous sert-il de communiquer ? Quel est l’objectif de la communication ? La plupart des analyses anglo-saxonnes, et notamment
américaines de la communication, ont fait longtemps apparaître la
communication comme un « moyen » (plus ou moins unidirectionnel
selon les auteurs) de transmission d’informations et d’idées, un outil
pour convaincre. Un des schémas les plus connus est celui de Wilbur
Schramm et David Berlo3, qui proposent la série circulaire ci-après.
356
1. François Cooren, Manières de faire parler. Interaction et ventriloquie, Lormont, Le Bord de
l’eau, coll. « Perspectives anthropologiques », 2013
2. Introduction à l’ouvrage cité de F. Cooren.
3. David Berlo, The Process of Communication, New York, Holt, Rinehart et Winston, 1960.
Dans ce schéma, le focus est placé sur le message transmis, pour
lequel il existe bien un « émetteur » et un « récepteur ». Ce dernier,
sans être toujours passif, apparaît avant tout comme une « cible ».
Cette conception top-down, qui a largement influencé les pratiques de la formation professionnelle, a certes été fortement critiquée à partir des années 1970-1980, notamment aux États-Unis ou
en Amérique latine, où des pédagogues comme Paulo Freire, Juan
Bordenave, Raphaël Roncagliolo ont proposé des modèles alternatifs (« participatifs », « transactionnels ») dans lesquels l’accent est
davantage mis sur le partage des savoirs de chacun, sur l’interaction
des savoirs dans les processus de communication. Pour autant, les
conceptions de bien des acteurs occidentaux restent durablement
marquées par l’approche centrée sur le message et son émetteur.
Mais il existe d’autres représentations de l’objectif même de la communication, ancrées dans des traditions culturellement très différentes.
Les définitions chinoises de la notion de communication en sont
un bon exemple : le terme peut se traduire soit par chuan bo (disséminer), soit par jiao liu (échanger), soit par gou tong (établir des
connexions entre les gens)4. Si la première traduction se centre bien
sur la transmission d’un message depuis un émetteur vers des récepteurs, les deux autres traductions s’en éloignent et mettent en avant
d’autres objectifs :
−− la création de liens et la recherche d’harmonie : dans la pensée
confucéenne, la communication est d’abord destinée à développer et
4. Fred Jandt, An Introduction to Intercultural Communication, op. cit.
357
la communication
l'intelligence interculturelle
à maintenir des relations sociales harmonieuses. Selon Fred Jandt,
« les valeurs collectives du confucianisme induisent un style de communication dans lequel le respect des relations à travers la communication est plus important que l’information échangée. L’harmonie du
groupe, le souci de ne pas perdre la face et une manière modeste de se
présenter sont des moyens de respecter la relation humaine5 ».
−− l’échange, et la logique de réciprocité qu’il implique. Fred Jandt
rapporte par exemple les mésaventures des Puritains, pénétrés de leur
mission de sauver des âmes, lorsqu’ils prêchaient aux Amérindiens
lors de la Conquête de l’Ouest. Après quelques sermons, « les Indiens
ne faisaient pas de difficulté à proclamer la foi chrétienne à la grande
joie des premiers colons. Puis ils détaillaient aux Puritains la version
indienne de l’histoire de la création et leur demandaient de proclamer à leur tour cette conviction. La communication à l’indienne ne
consistait pas à désapprouver, mais à écouter. Les Puritains étaient
évidemment profondément déçus de voir que la communication –
entendue dans un sens occidental – avait échoué. Mais dans la conception indienne, ce n’était pas le cas6 ».
Question 125. Quelles différences peuvent exister
dans nos manières d’organiser les idées/les arguments
et de les communiquer ? Inductifs versus déductifs
358
Au-delà des différences de conception de l’acte même de communiquer, on constate souvent des écarts culturels importants dans la
manière d’exposer une argumentation et de formaliser une réflexion. Ces
écarts affectent largement la capacité de se comprendre, et le type d’accord qui peut être recherché dans le dialogue avec nos interlocuteurs.
Beaucoup de typologies et de modèles ont été élaborés pour rendre
compte des différentes manières de dérouler, d’une culture à l’autre,
une réflexion et une argumentation. Nous proposons de revenir ici
sur la plus simple et la plus parlante de ces distinctions ; l’opposition
entre les modes de raisonnement « déductifs » et « inductifs » :
−− l’approche déductive part de postulats théoriques, de principes souvent abstraits, pour en déduire une série de règles et de
principes d’actions. Elle tend à préférer la construction de cadres de
réflexion généraux, applicables à différents types de problèmes. Cette
approche est généralement privilégiée par ceux que E. Glenn appelle
les « idéologistes7 » (pays latins et asiatiques notamment). Ceux-ci
auront naturellement tendance à rechercher avec leur interlocuteur
un premier accord sur ces grands principes, et donc à orienter la dis-
5. Ibid.
6. Ibid.
7. Edmund Glenn, Man and Mankind. Conflict and Communication Between Cultures, Ablex, 1981.
cussion en premier lieu sur la compréhension de ces principes, socle
indispensable à la construction de décisions plus spécifiques. Il s’agit
d’une vision plus « englobante », qu’on retrouve avec force dans la
pensée chinoise, et notamment dans ses racines taoïstes : un exemple
parlant de cette première approche (idéologiste ou encore « synthétique ») décrite par Glenn, Fernandez et Lihua fait en effet observer
que « la vision du monde selon le taoïsme est globale. Il n’y a pas un
ensemble d’entités organiques indépendantes, dont chacune constitue en elle-même une essence, mais bien un réseau continu de relations entre le tout et les parties8 ».
−− l’approche inductive quant à elle part de constats concrets et
précis et cherche ensuite à bâtir les hypothèses et les théories qui permettront de confirmer et de justifier ce constat. Elle tend à adapter
davantage sa réflexion et son argumentation aux constats spécifiques
qu’elle peut dresser. Cette approche est généralement privilégiée par
ce que E. Glenn appelle les « pragmatistes » (Amérique du Nord et
Europe du Nord notamment), qui prendront plus volontiers comme
point de départ de leur échange des enjeux spécifiques et des questions concrètes devant être résolues de manière précise. Les pragmatiques auront ainsi tendance à organiser la discussion autour de la
résolution de ces questions spécifiques, et à « avancer » sur chacun de
ces points, face à des interlocuteurs qui pourront quant à eux, chercher à globaliser davantage la discussion.
La France est, à l’évidence, la championne des raisonnements
« déductifs » auxquels les étrangers (notamment les Anglo-Saxons ou
les Allemands) reprochent souvent le manque de données concrètes,
le manque de pragmatisme, et la tendance à s’enfermer dans des exercices rhétoriques et théoriques. Aux côtés de notre pays, on place
généralement dans cette catégorie les pays « latins », tandis que les
Anglo-Saxons sont principalement considérés comme des modèles de
raisonnement inductif.
Question 126. Quels sont les codes et les registres
de langage qui accompagnent le dialogue ?
Selon les régions, les professions, les générations, les codes
du dialogue sont différents. Nous n’avons pas la même façon de
prendre la parole, de nous adresser aux autres, de poser des questions, de répondre, d’interrompre une conversation, de nous excuser, de prendre congé. Patrick Charaudeau n’hésite pas à parler ici
d’un « marché social des rituels langagiers », qui correspond, dit-il,
« aux habitudes culturelles d’une communauté sociolinguistique
8. Bernard Fernandez et Zheng Lihua, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en
contexte interculturel…, op. cit.
359
la communication
l'intelligence interculturelle
360
donnée9 ». Chaque conversation est une forme de lutte symbolique
(notamment pour imposer une image valorisante), qui passe par une
série de rituels tels que les salutations, la manière de se présenter,
d’élever la voix ou non, autour desquels s’accordent les interlocuteurs
pour permettre à chacun d’affirmer sa place. Il s’agit donc d’analyser
« les procédures employées par les acteurs pour se construire une
identité10 », en examinant « l’organisation des tours de paroles, les
phases successives de l’interaction verbale (entrée en matière, développement de la séquence, achèvement) […], l’interprétation que font
les acteurs des messages émis11 ». Trois exemples de « procédures »
suffisent à illustrer ce propos :
−− la plus ou moins grande abondance de la parole et la gestion
des tours de parole : quelle est, par exemple, la durée minimale de
pause en deçà de laquelle les locuteurs ont l’impression d’avoir été
interrompus ? Elle est plus longue aux États-Unis qu’en France, et les
Américains ont des difficultés à prendre la parole avec des Français,
puisqu’ils attendent plus longtemps et se laissent donc « doubler ». À
l’inverse, l’enchaînement trop lent de l’interlocuteur peut être perçu comme un manque de volonté à communiquer. Quelle est, par ailleurs, la durée maximale au-delà de laquelle elle est perçue comme
gênante (de quelques secondes en France à plusieurs minutes chez
les Lapons) ? « Le principe selon lequel toute rencontre doit obligatoirement être remplie par un flux continu de paroles est loin d’être
universel : dans bien des sociétés, l’échange de paroles n’est qu’une
composante secondaire et facultative de ce type particulier d’interaction sociale qu’est la visite12. »
−− qui saluer/comment saluer ? Les salutations africaines sont très
riches de questions, qui peuvent être perçues par un Français comme
indiscrètes mais qui n’invitent pas réellement à répondre. La gestuelle qui accompagne le salut est également importante. Au Japon,
« les courbettes sont le rituel de politesse le plus remarqué des étrangers. […] Elles sont codées : l’inclinaison est plus ou moins longue et
profonde selon le statut social des personnes qui se saluent13 ».
−− qui remercier/comment remercier ? Le remerciement adressé
à un proche peut, dans certains pays, marquer une distance sociale et
être à ce titre mal reçu.
Il existe donc, selon les cultures, des codes et des registres de langages très variés, pour atteindre des objectifs identiques. Les stratégies de conviction en sont un bon exemple. Comment s’y prend-on ici
9. Patrick Charaudeau, Ce que communiquer veut dire, op. cit.
10. J.-J. Gumperz, Sociolinguistique interactionnelle, Paris, L’Harmattan, 1979.
11. Ibid.
12. Ibid.
13. Philippe Pons, in Le Tour du monde de la politesse…, op. cit.
et ailleurs, pour convaincre ? Une enquête réalisée par J.-L. Graham14,
à partir de l’enregistrement, en laboratoire, d’une série de négociations réunissant des profils culturels très variés, est très révélatrice.
Quelques exemples : l’usage du « non » est dix fois plus fréquent chez
les Français que chez les Japonais ; l’adresse directe au partenaire
(usage du vous/tu) est deux fois plus fréquente chez les Canadiens
que chez les Japonais ; l’usage de questions/demandes d’information
est largement plus répandu au Canada anglophone qu’en France. Si
l’objectif de conviction est le même, chaque profil culturel utilise donc
des stratégies verbales qui lui sont propres : en personnalisant plus
ou moins la discussion, en marquant plus ou moins clairement son
désaccord et en acceptant plus ou moins la contradiction, etc. Notons
par exemple que les Japonais reprochent souvent aux Occidentaux de
manquer de ningensei, c’est-à-dire de capacité à cultiver la relation
interpersonnelle afin de renforcer l’harmonie et d’éviter les heurts et
les oppositions dans les discussions.
Question 127. Quelle place donne-t-on à l’humour
dans nos conversations et nos négociations ?
L’humour est un genre en soi, à la fois universel et particulier à
chaque culture15, qui impacte de façon non négligeable la tournure
des conversations ou des négociations. Beaucoup s’accordent à attribuer à l’humour une valeur de mode de communication susceptible
d’aider à convaincre, à désamorcer des situations difficiles, ou à s’ajuster à la psychologie de l’interlocuteur, même si ce n’est pas chose
simple. Comme le remarque Alain Cazade, « essayer de comprendre
de quoi et pourquoi l’autre rit de quelque chose qu’on saisit mal est
peut-être un des meilleurs moyens d’approcher [les] différences interculturelles. […] L’humour peut agir, semble-t-il, comme une loupe,
grossissant toutes les imperfections de conception, d’expression, de
maladresses diverses d’un locuteur qui s’essaye à pénétrer de telles
finesses et à “faire de l’humour” en langue étrangère. […] L’humour
est quelque chose de fragile […], il ne souffre guère d’être expliqué.
Il réside souvent dans ce télescopage étrange entre le subtil et l’osé,
entre le normé et le décalé, entre le convenu et l’inattendu16… ».
Mais si le registre de l’humour peut ainsi faciliter la compréhension interculturelle, il peut aussi être facteur de blocage de la communication. On ne rit pas des mêmes choses d’une culture à l’autre, il y
a des choses dont on ne rit pas parce qu’elles tiennent à une certaine
14. J.-L. Graham, « The influence of culture on the process of business negotiations: An
exploratory study », Journal of International Business Studies, Spring 1985.
15. www.theguardian.com/world/2010/dec/04/global-sense-of-humour?CMP=twt_gu
16. Alain Cazade, « L’interculturel est-il soluble dans l’humour ? », http://apliut.revues.
org/1067#tocfrom1n6
361
la communication
l'intelligence interculturelle
conception culturelle de l’intimité, des sphères personnelles, de la
pudeur. Ou renvoient à un passé collectif douloureux : l’humour va
chercher ses racines dans l’histoire de chaque peuple ; parfois il renvoie à des victoires, parfois à des blessures. Les thèmes sur lesquels
on peut rire ou ne pas rire peuvent donc être diamétralement opposés
d’un univers à l’autre. Et surtout notre humour recourt à des nuances
de langues et à des allusions à un contexte culturel précis qui peuvent
échapper à ceux dont la langue maternelle n’est pas la nôtre : telle
phrase humoristique ne veut simplement rien dire pour eux ou peut
être mal interprétée, et l’humour devient facteur excluant ; nous en
avons tous fait l’expérience.
Question 128. Quelle est la part de l’implicite
et de l’explicite dans nos modes de communication
(High context ou Low context culture) ?
362
D’une culture à l’autre, quelle est la part de l’implicite, du message
transmis entre les lignes, de ce qui « va sans dire » dans ce que me dit
mon interlocuteur ?
Edward T. Hall a proposé sur ce point une réflexion très intéressante17 en insistant sur le contexte de l’acte de communication : sans
connaître le contexte dans lequel s’inscrit la parole de l’autre, je ne
peux saisir qu’une part réduite de son message car les mots ne lui suffisent pas pour exprimer toutes les valeurs, l’expérience historique,
les références culturelles que ce message sous-tend. Pourtant, l’importance de ce contexte varie d’une culture à l’autre. Hall distingue
donc d’un côté les High context cultures (cultures à forte charge
contextuelle) et de l’autre, les Low context cultures (cultures à faible
charge contextuelle).
Dans les Low context cultures (dominantes en Allemagne, en
Scandinavie, en Suisse, en Amérique du Nord…), l’information réside
bien davantage dans l’explicite du message, et les relations professionnelles dépendent peu de la connaissance approfondie de la culture du
pays, du statut de l’interlocuteur, etc. Ce qui compte avant tout c’est
le message, le dit, l’écrit, la clarté, la transparence. Dans ces cultures,
les phrases transmettent la plus grande partie des informations. Les
documents légaux sont indispensables. Le savoir est codifié et transmissible aisément à ceux qui ont les moyens de l’acquérir ; il est donc
moins lié à des relations personnelles. Ce sont des cultures avec lesquelles il semble donc relativement facile, du moins en apparence,
d’entrer en relation lorsqu’on est étranger.
Les High context cultures sont des cultures (dominantes en Chine,
au Japon, en Corée, en Afrique, dans les pays arabes et les pays latins…)
17. Edward T. Hall, Au-delà de la culture (Beyond Culture), Paris, Seuil, 1979.
où l’information réside dans la personne – dans ce qu’elle représente,
dans ses références – davantage que dans ce qu’elle dit. Les phrases y
ont moins d’importance que le contexte de l’échange ; on utilise moins
l’écrit, et la parole donnée est déterminante. Ces cultures misent sur
des relations à long terme, stables dans lesquelles l’implicite pourra
de plus en plus facilement circuler. Il est donc nécessaire d’instaurer
une relation personnelle, qui établira une certaine confiance entre les
parties..
Hall a illustré ces différences High/Low en comparant le style
de négociation des Américains (Low context) et des Japonais (High
context). Les Américains ont tendance à avoir un style très direct
et attendent de l’autre un style identique. Les Japonais, pour qui la
valeur sociale dominante est celle du « Wa » (harmonie) ont un style
de communication beaucoup plus indirect, laissant une plus grande
part à l’implicite, et dans lequel le regard, le silence, le langage corporel ont une part essentielle. Ne pas comprendre cette différence
est alors, pour les Américains, une voie rapide vers l’échec des négociations. L’approche des Japonais de la transmission du savoir est un
autre exemple (voir encadré) d’une High context culture.
Le Japon, High context culture
« Le Japon […] n’a pas mis l’accent sur le verbe dans son histoire et il n’a pas
développé de forme de communication explicite. [Un exemple est celui de
la transmission des savoir-faire] : les États-Uniens consignent leur savoirfaire dans des manuels pour le transmettre aux autres et ils essayent de le
standardiser autant que possible. Par contre, les Japonais transmettent leur
savoir-faire par OJT (on-the-job training) ou formation en cours d’emploi,
c’est-à-dire par l’observation directe du travail du coach et par la pratique.
Ils pensent que le savoir-faire d’un expert ne peut pas être complètement
transcrit dans un manuel et qu’il y a toujours certaines choses inexprimables
qui restent. Une technique fine doit donc être transmise directement du
maître au disciple par l’expérience. »
Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
Qu’en est-il des différences de style de communication des pays
européens ; y a-t-il, d’un pays à l’autre, des différences notables liées à
des caractéristiques de High ou de Low context ? Ici, le maniement de
la langue nous en dit beaucoup.
Olivier Arifon, dans un article intitulé « Existe-t-il un style français en négociation diplomatique ? », insiste sur le fait que la norme
française est l’implicite : « Le décalage entre ce qui est dit et ce qui
est signifié paraît une véritable nécessité dans l’expression française ;
en d’autres termes langue et culture française sont relativement
363
la communication
l'intelligence interculturelle
imprécises. Dans l’interstice créé par cette imprécision viendront se
loger tour à tour l’allusion, la référence historique partagée, la compréhension de la situation ou du propos à demi-mot. Il semble que cela
convienne bien à l’esprit français qui apprécie plus que tout la dimension de relation dans son contact avec l’autre18. » Dans la même ligne,
Pascal Baudry, qui s’est attaché à la comparaison des modes d’expression des Français et des Anglo-Saxons remarque que « le français ne
fut pas pendant plusieurs siècles la langue des cours d’Europe parce
que ce serait la langue la plus précise comme on a voulu le faire croire,
mais parce que c’est la langue qui permet d’être le plus précisément
imprécis. C’est une langue qui permet de dire ce qui n’est pas encore,
de décrire ces variétés de gris dans la marche vers l’accord entre les
parties, ces étapes intermédiaires lorsque l’on laisse entendre que
l’on ne serait pas totalement opposé à ce que19… »
À l’inverse, la langue allemande est clairement liée au Low context
comme nous l’explique Pamela Stenzel : « On dispose de toutes les
informations pour pouvoir agir. Il n’y a pas de sous-entendus. Rien
n’est laissé dans le vague, on termine toujours ses phrases. C’est aussi
la langue, qui place le verbe à la fin, qui veut cela20. »
La langue anglaise va elle aussi chercher avant tout à réduire les
ambiguïtés et les imprécisions pour alléger le poids de la relation
dans la communication. Les Américains en particulier ont un culte
de l’explicite : le mot égale la chose, alors même que pour les Français,
estime Pascal Baudry, « trop d’explicite sera qualifié de naïf21 ».
La distinction High/Low proposée par Hall est-elle aujourd’hui
datée ? Les nouveaux outils de communication et l’émergence
des réseaux sociaux semblent obliger de plus en plus les uns et les
autres à s’aligner sur un dénominateur commun d’échange plutôt
Low context. Pour autant, les stratégies de contournements existent :
Elizabeth Wurtz22 a étudié les stratégies mises en place par les internautes originaires des High context cultures dans leur utilisation du
média largement Low context qu’est Internet. En comparant les sites
Internet des deux côtés, on s’aperçoit notamment que le recours aux
éléments visuels dans les sites des pays High context est beaucoup
plus développé que dans les sites des zones Low context.
364
18. Olivier Arifon, « Existe-t-il un style français en négociation diplomatique ? », in Pascal
Lardellier (dir.), Des cultures et des hommes. Clés anthropologiques pour la mondialisation, Paris,
L’Harmattan, 2005.
19. Pascal Baudry, Français et Américains, l’autre rive, op. cit.
20. Citée dans Le Tour du monde de la politesse…, op. cit.
21. Pascal Baudry, Français et Américains, l’autre rive, op. cit.
22. http://jcmc.indiana.edu/vol11/issue1/wuertz.html
La pragmatique, ou le maniement des phrases
en fonction des contextes
La discipline de la pragmatique, développée par Olivier Irrmann*, montre
comment l’usage des phrases est pensé en fonction des contextes, pour
obtenir un effet particulier et un sens particulier. La manière dont nous
codons le sens de nos intentions et nous décodons les intentions des autres
est centrale dans le succès du dialogue avec un partenaire étranger. La difficulté à déchiffrer ces codes peut rapidement nous amener à percevoir
l’autre comme incompétent, ambigu, peu digne de confiance : nous sommes
alors sur le registre de la dissonance culturelle communicationnelle.
Le comparatif entre les modes d’expression des Français et ceux des AngloSaxons permet de le comprendre.
Les Anglo-Saxons ont généralement tendance à être plus simples, plus directs
dans les job descriptions ¬ les termes de référence ¬, la manière même d’exposer les choses ne laissant que peu de place aux interprétations et à l’implicite.
* E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat, in Gestion en contexte interculturel..., op. cit.
Question 129. Quels sont les statuts respectifs
de l’écrit et de l’oral dans nos cultures ?
Un autre élément majeur de distinction des modes de communication, ici et ailleurs, concerne les places respectives de l’oral et de l’écrit
dans chaque culture. Il existe des cultures à dominante de l’écrit et des
cultures à dominante de l’oral, et la prise en compte de ces dominantes
est essentielle pour éviter l’équivoque sur le sens d’une parole donnée (acte sacré ou geste de temporisation, de courtoisie, d’esquive ?)
ou sur la valeur d’un protocole d’accord écrit et dûment contresigné
(une décision scellée par écrit est-elle partout exécutoire ?). Certes, la
globalisation apporte une uniformisation progressive des procédures
et des habitudes de transactions internationales qui réduit de plus en
plus ces différences, mais elles demeurent largement présentes.
En fait, la place différente de l’écrit n’est pas sans lien avec la distinction entre High et Low context. S’agissant des High context cultures
asiatiques ou africaines, la place de l’oralité et du crédit accordé à la
parole est incontestablement centrale.
Au Japon par exemple, nous l’avons évoqué plus haut, l’écrit ne
pèse pas lourd comparé à la confiance personnelle et à la parole donnée. Comme l’explique Jean-Luc Azra, « la négociation à la japonaise
est basée sur la constitution d’une allégeance, c’est-à-dire d’un engagement mutuel à long terme qui ne passe pas par l’écrit. [Les Français]
considèrent qu’une fois les décisions prises, celles-ci doivent être
scellées par l’écrit afin d’éviter les contestations ultérieures23 ».
23. http://handai.ifrance.com/interculturel/prise-decision-azra.htm
365
la communication
l'intelligence interculturelle
On sait aussi la force de la tradition orale en Afrique, qui explique
en partie les modes de fonctionnement des partenaires africains dans
la vie professionnelle, notamment dans le souci de prendre le temps
qu’il faut et d’accepter la répétition.
« On ne se lasse jamais d’entendre et
de réentendre la même histoire »
La mémoire des gens de ma génération, et plus généralement des peuples
de tradition orale qui ne pouvaient s’appuyer sur l’écrit, est d’une fidélité et
d’une précision presque prodigieuses. Dès l’enfance, nous étions entraînés à
observer, à regarder, à écouter, si bien que tout événement s’inscrivait dans
notre mémoire comme une cire vierge […]. Pour décrire une scène, je n’ai
qu’à la revivre ; et si un récit m’a été rapporté par quelqu’un, ce n’est pas
seulement le contenu du récit que ma mémoire a enregistré, mais toute la
scène : l’attitude du narrateur, son costume, ses gestes, ses mimiques, les
bruits ambiants […]. Lorsqu’on restitue un événement, le film enregistré se
déroule du début jusqu’à la fin en totalité. C’est pourquoi il est très difficile
à un Africain de ma génération de résumer. On raconte en totalité, ou on
ne raconte pas. On ne se lasse jamais d’entendre et de réentendre la même
histoire ! La répétition pour nous n’est pas un défaut.
Amadou Hampâté Bâ, L’Enfant Peul, Paris, J’ai Lu, 2000.
366
Dans Ce que les mots ne disent pas24, Édith Sizoo signale à propos
de l’expérience de la Plate-forme pour un monde responsable et solidaire (mentionnée dans le chapitre précédent) les difficultés que l’on
peut rencontrer dans le travail international, lorsqu’on demande à des
personnes ou à des groupes d’apposer leur signature au bas d’un texte
supposé mondialement fédérateur. Ce n’est pas partout dans le monde,
dit-elle « le moyen le plus évident pour les faire bouger ». Elle en veut
pour preuve les propos de plusieurs des traducteurs du document. Le
traducteur sénégalais estime que « dans la société peule, un texte peut
être signé sans qu’il ait une valeur reconnue, par exemple le code de
la famille, alors qu’une déclaration verbale d’un chef traditionnel ou
d’un leader d’opinion peut être appliquée par tous les membres de la
société ». Le traducteur malais indique pour sa part qu’« en Malaisie, la
loi reconnaît [les] mariages même s’ils ne sont pas ratifiés par un texte
signé. [Même sans écrit], l’épouse peut […] réclamer des biens ou une
pension alimentaire à son mari. Et si une jeune fille peut apporter suffisamment de preuves à un jury qu’un homme a promis de l’épouser,
puis s’est dédit, elle peut demander à être dédommagée ».
24. Édith Sizoo, Ce que les mots ne disent pas…, op. cit.
L’écrit prend en revanche le pas sur l’oral dans la plupart des
cultures occidentales, qu’elles soient plutôt Low context (États-Unis,
Europe du Nord) ou plutôt High context (France). Les Français comme
les Américains ont une culture marquée de l’écrit, qui ne tient pas
qu’à une tradition littéraire, mais aussi et peut-être surtout à une
attitude de méfiance a priori qui se manifeste lors des négociations.
L’écrit, le contrat, est un outil de protection contre les mauvaises surprises à venir. Il fait foi, quoi qu’il arrive on ne revient pas dessus.
Question 130. Quels sont, selon les cultures,
les codes de communication non verbale ?
Paralangage, gestes, silence…
Ne parle-t-on qu’en parlant ? L’usage de codes non verbaux de communication est un phénomène universellement répandu. Que l’on soit
dans des high ou dans des low context cultures, le langage non verbal
est souvent bien aussi important que le langage proprement dit. Sinon
plus : Albert Mehrabian25 estime par exemple que si 7 % de la communication est strictement verbale (le sens des mots), 38 % est vocale
(sons de la voix, intonations, inflexions) et 55 % est visuelle, composée de la gestuelle, du langage corporel, des expressions du visage, etc.
La question de savoir si ce langage non verbal représente (ou non)
une source de malentendus et de quiproquos est controversée. Les
psychologues américains Paul Ekman et W. V. Friesen26, ont cherché
à démontrer que, un peu partout dans le monde, on sait reconnaître
les expressions faciales qui disent la colère, le dégoût, la joie, la peur,
la tristesse, le mépris. Une autre étude nippo-américaine27 estime que
les expressions de la surprise et de la joie sont très bien comprises par
tout le monde, quel que soit le pays.
Mais quels seraient alors les codes non verbaux universellement
reconnaissables, et ceux qui demeurent culturellement construits ? La
question reste largement ouverte. L’exemple du sourire et du regard
peut nous aider à ouvrir la réflexion.
Dans une situation tragique, un Asiatique esquisse souvent ce que
nous appellerions une forme de sourire énigmatique qui peut contenir
de la souffrance, à moins qu’il ne soit une manière de voiler ou même
d’exprimer un désaccord, d’esquiver un affrontement. En Russie, en
revanche, le sourire peut sembler très mal vu dans certains contextes :
pour Marie Jégo, « sourire, en Russie, est souvent interprété comme
25. Albert Mehrabian, « Decoding of Inconsistent Communications », Journal of Personality and
Social Psychology, 6 (1), 1967.
26. Paul Ekman et W. V. Friesen, « Universal and cultural differences in the judgments of facial
expressions of emotion », Journal of Personality and Social Psychology, 53(4), 1987.
27. T. Shioiri et al., « Cultural difference in recognition of facial emotional expression »,
Psychiatry and Clinical Neurosciences, 53, 1999.
367
la communication
l'intelligence interculturelle
368
un aveu de faiblesse de la part de celui qui l’esquisse, ou, pire encore,
comme le signe de quelque requête à venir28 ». Et Valery Krylov d’insister : « Les Russes ne sourient que quand ils s’amusent vraiment et
plutôt avec des personnes qu’ils connaissent bien. […] L’absence de
sourire et, plus généralement, un air froid et distant témoignent de la
concentration et du sérieux des échanges29. »
L’autre exemple est celui du regard. Nous avons eu de nombreux
témoignages sur le sens donné par certains enfants africains au fait
de ne pas regarder le professeur dans les yeux. Ce qui, pour nous, peut
paraître comme un signe de dissimulation, de fausseté, n’est autre
qu’une marque de respect incontournable. À l’inverse, regarder son
interlocuteur droit dans les yeux, sans détourner le regard, peut être
perçu comme un signe de franchise en France, mais comme un signe
d’insolence, d’agressivité ou de non-respect d’une relation hiérarchique dans d’autres cultures.
Dans ce domaine, la durée des contacts oculaires et un révélateur
intéressant des différences : une étude comparant le fonctionnement
des relations commerciales dans différents pays a pu ainsi montrer
que « la durée des contacts oculaires représentaient respectivement
13 % seulement de la durée totale de l’interaction pour les Japonais,
mais 33 % […] aux États-Unis, et 52 % pour le Brésilien30 ».
Intentionnelle ou non, la communication non verbale revêt des
formes extrêmement variées. Elle relève de nombreuses disciplines,
notamment :
−− la proxémique : l’utilisation et la maîtrise de l’espace interpersonnel, mise en évidence par E. Hall et déjà évoquée dans le chapitre
sur l’espace. La proxémique révèle l’existence de différents niveaux
d’espace intime en fonction des cultures, possible source de malentendus dans la communication interpersonnelle ;
−− la kinésique : l’étude des gestes, des mouvements corporels, des
expressions du visage, du regard… L’exemple de malentendus le plus
connu est peut-être celui de la manière dont les Indiens remuent la
tête de gauche à droite et de droite à gauche, souvent dans un geste de
huit, pour exprimer leur accord, c’est-à-dire de la manière dont nous
Français exprimons une attitude dubitative ;
−− l’étude du paralangage, comprenant les caractéristiques
vocales (rires, sanglots), l’intensité de la voix, les tonalités, les séparations dans le langage (les « euh », « hum », etc.) ;
−− la chronémique, étude de l’utilisation du temps comme langage
(par exemple faire attendre quelqu’un pour affirmer un pouvoir).
28. Marie Jégo, « Surtout ne pas sourire », in Le Tour du monde de la politesse, op. cit.
29. Valery Krylov, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
30. Catherine Kerbrat-Orecchioni, « Les cultures de la conversation », in Le langage. nature,
histoire et usage, op. cit.
Parmi ces différentes composantes du langage non verbal, l’usage
du silence est particulièrement instructif. Il est souvent considéré, pour
nous Français, comme le signe d’un vide de communication, d’un malaise
(« un ange passe »), ou d’un manque d’initiative, là ou il est bien davantage assumé et valorisé dans de nombreuses cultures, notamment asiatiques. En Chine, en Inde, au Japon, un silence peut exprimer l’approbation, ou une respiration nécessaire. « Les mots qu’on n’a pas dits sont les
fleurs du silence » affirme un superbe proverbe japonais. L’enquête de
J.-L. Graham citée plus haut nous apprend que l’usage de silences (plus
de 10 secondes) est douze fois plus fréquent chez les Japonais que chez
les Canadiens francophones (talonnés bien sûr par les Français). En Inde
également, le silence est considéré comme une manière d’être, un gage
d’harmonie et de respect mutuel. Au plan collectif, il peut être signe de
protestation largement utilisé par Gandhi avant l’indépendance. « Le
secret de la sagesse asiatique ne nous surprend pas, estime Édith Sizoo,
le silence est la plus haute forme de communication, suivi par les gestes ;
les mots ne ravissent que la troisième place31. »
Le silence japonais et la communication implicite
« Le silence a une valeur importante dans la culture japonaise. [Pour les
Occidentaux], le silence est une absence, et ils pensent qu’il est absurde de
donner une valeur à ce qui n’est pas. […] La culture japonaise traditionnelle
cultive le sens du silence. Nous pouvons le constater dans la cérémonie du
thé, la poésie, la calligraphie, le théâtre Nô, le jardin zen et les arts martiaux
(aïkido, kendo, kyudo, judo et sumo).
[Pendant] la cérémonie du thé, par exemple, il y a très peu de paroles. Tous
les gestes sont codés. Ils se déroulent dans un calme profond. Le maître du
thé prépare le thé pour en servir à ses invités dans la sérénité. […]
Un autre exemple est celui la poésie de Haïku […], tel ce “Sans parole, l’hôte,
l’invité et le chrysanthème blanc” […] [exprimant] le silence des trois […]. Les
Japonais sont peu loquaces, et parfois l’hôte et l’invité peuvent rester sans
échanger de paroles. Le silence ne les gêne pas. Le chrysanthème blanc qui
orne la pièce reste aussi silencieux. Ces trois silences nous donnent une image
calme, sobre et pure. La cérémonie du thé, le Haïku, et les autres arts traditionnels ont été influencés par le zen […] [dans lequel] le silence a le pouvoir de
mettre en relief tout ce qui est vivant. [La culture traditionnelle japonaise] n’a
pas favorisé [comme en Occident] le développement d’une culture du verbe.
C’est pourquoi les Japonais ont créé la voie de la communication implicite. »
Etsuo Yoneyama, in E. Davel, J.-P. Dupuis et J.-F. Chanlat (dir.), Gestion en contexte interculturel…,
op. cit.
31. Édith Sizoo, Ce que les mots ne disent pas…, op. cit.
369
l'intelligence interculturelle
Pour aller plus loin
sur la communication interpersonnelle
Ouvrages
››Charaudeau (Patrick), Ce que communiquer veut dire, 9e Congrès de l’Association québécoise des enseignants de français langue seconde, in Bulletin,
vol. 10, n° 1, de l’AQEFLS, 1988
››Collectif, Tour du monde de la politesse, Paris, Denoël/Le Monde, 2012
››Cooren (François), Manières de faire parler. Interaction et ventriloquie, Lormont, Le Bord de l’eau, coll. « Perspectives anthropologiques », 2013
››Fuglesang (Andreas), About Understanding Ideas and Observations on
Cross-Cultural Communication, Dag Hammarskjöld Foundation, Uppsala,
1982
››Gallois (Cynthia) et Callan (Victor), Communication and Culture. A Guide for
Practice, John Wiley et sons, Chichester, New York, Brisbane, 1997
››Goffman (Erving), Les Rites d’interaction, Paris, Éditions de Minuit, 1974
››Gumperz (John J.), Sociolinguistique interactionnelle. Une approche interprétative, Paris, L’Harmattan, 1979
››Jandt (Fred E.), An Introduction to Intercultural Communication. Identities in a
Global Community, Londres, Sage publications, 2004
››Kriegler-Huber (Martina), Lazar (Ildiko), Strange (John), Miroirs et fenêtres.
Manuel de communication interculturelle, Strasbourg, Éditions Conseil de l’Europe, 2005
››Ladmiral (Jean-René) et Lipiansky (Edmond Marc), La Communication
interculturelle, Paris, Armand Colin, 1989
››Préteceille (Martine) et Porcher (Louis) (dir.), Diagonales de la communication interculturelle, Anthropos, 1999
››Sauquet (Michel) (dir.), L’Idiot du village mondial. Les citoyens de la planète
face à l’explosion des outils de communication, Paris, Éditions Charles Léopold
Mayer, 2004
››Sauquet (Michel), Le Voisin sait bien des choses. Communication et participation en milieu rural – leçons du cas brésilien, Syros-Alternatives, 1990
››Scollon (Ron Wong) et Scollon (Suzanne), Intercultural Communication, a
Discourse Approach, Oxford, Cambridge, Blackwell, 1995
Liens
››Dominique Garand : Figures et usages du malentendu, www.erudit.org/
revue/pr/2009/v37/n1/001560ar.html
Postface
Enjeux du management
interculturel, enjeux de
l’humain
Jean-François Chanlat1 et Philippe Pierre2 -
Codirecteurs du Master
Management interculturel (MMI) de l’Université Paris-Dauphine
Les choix d’organisation, la vie au travail et les préférences culturelles prennent sens dans les univers mentaux, symboliques et imaginaires de ceux qui les produisent sans que l’on puisse les réduire à des
invariants qu’il s’agirait d’expliquer. En matière culturelle, il s’agit
bien de comprendre et non de pouvoir prétendre prédire.
Michel Sauquet et Martin Vielajus partagent cette vigilance et
savent que vivre une expérience du point de vue de la différence
culturelle revient davantage à savoir de quoi l’on parle plutôt que
nécessairement se mettre d’accord sur ce qui est dit ou ce qui se fait.
Pour celui qui veut analyser la dynamique de la rencontre des
cultures au travail, une « grille » qui aide à façonner un diagnostic sera
toujours plus puissante qu’une collection d’outils isolés et le présent
livre en fait une démonstration éloquente et rare. « Diagnostiquer,
c’est littéralement “voir à travers” (dia-gnosis), établir une connaissance qui dépasse celle du sens commun, créer une lucidité nouvelle
sur la réalité quotidienne3 », écrivaient Françoise Piotet et Renaud
Sainsaulieu.
Si comme aiment à l’écrire les auteurs de ce livre, en s’appuyant
sur l’apport de l’anthropologie, nos évidences ne sont pas nécessairement celles de l’autre, les professionnels du tiers secteur, du
secteur public ou du secteur privé auront plaisir à partager la visée
1. Professeur à l’Université Paris-Dauphine. Directeur du GFR (Groupe de formation et de
recherche) Management et Organisation CREPA.
2. Sociologue, consultant et ancien DRH (Total et L’Oréal). Son site personnel : www.
philippepierre.com
3. Françoise Piotet et Renaud Sainsaulieu, Méthodes pour une sociologie de l’entreprise, PFNSP
& ANACT, 1994.
371
postface
l'intelligence interculturelle
authentiquement encyclopédique de cet ouvrage et l’organisation
systématique de données présentées en un vaste tableau général.
De tout temps, le projet encyclopédique a pu fournir, d’une part, un
« cercle de connaissances » qui veut embrasser un grand nombre de
savoirs et aussi, d’autre part, une critique du savoir, du langage et des
préjugés véhiculés par les habitudes, les dogmes et les autorités.
Les habitudes sont-elles une entrave à notre liberté ? Offrent-elles
aussi des possibilités de faire des choses et d’être différents ? Cet
ouvrage érudit propose précisément un questionnement sur ce qu’est
notre manière si habituelle d’agir. Il convient de saluer le souci des
auteurs de ne pas avoir privilégié la comparaison des cultures, termes
à termes et principalement de pays à pays. Ce livre ne recherche pas
des invariants théorico-pratiques, ne vise pas à offrir un catalogue des
cultures du monde, mais est invitation à ce que chacun d’entre nous
se place à distance de son propre « centre ». L’effort des auteurs est
permanent pour remettre en question repères culturels acquis et ressentis trop vite ou à tort comme partout éprouvés.
Un livre qui rend plus intelligible le travail au contact d’autres
sujets « porteurs, créateurs et créatures de cultures4 »
372
Le pari de cet ouvrage important pour la discipline du management interculturel nous apparaît double.
C’est d’abord celui d’une posture réflexive : est-ce que ce qui est
dit est vrai ? Est-ce que « je » dis est vrai ? Mon propre comportement
peut-il s’analyser et pourquoi ? Qu’est-ce qui a pu « clocher » dans la
rencontre avec l’autre ?
C’est ensuite celui d’une posture projective : comment faire autrement ? Les autres vont-ils me suivre ? Comment développer de nouvelles capacités cognitives et relationnelles pour déployer, auprès
d’acteurs relais dans l’organisation, la diffusion des innovations ?
L’intelligence interculturelle – 15 thèmes à explorer pour travailler
au contact d’autres cultures nous met, plus largement, à l’épreuve de
l’intelligibilité du monde social. Un monde dans lequel « on apprend
toujours seul mais jamais sans les autres5 ».
Cet ouvrage, véritable tour de force anthropologique, enrichit,
à notre sens, le domaine du management parce qu’il fournit à chacun d’entre nous les moyens d’une autonomie d’action plus forte
face à un monde davantage « pluriculturel » qu’autrefois. De plus en
plus de personnes travaillent, en effet, dans une langue, vivent en
famille dans une autre et cultivent des amitiés dans une troisième…
4. G. Devereux, « Les facteurs culturels en thérapeutique psychanalytique », Essais
d’ethnopsychiatrie générale, Paris, Gallimard, 1970.
5. P. Carré, L’Apprenance. Vers un nouveau rapport au savoir, Paris, Dunod, 2005.
Ces personnes s’habituent donc à regarder leurs cultures du point de
vue d’une autre. Ce phénomène ne cesse de s’intensifier dans le champ
des entreprises et des organisations et le livre de Michel Sauquet et
de Martin Vielajus sera utile pour les situations d’expatriation et d’accueil des étrangers, pour comprendre le fonctionnement des communautés de pratique, diasporas ou réseaux sociaux, pour explorer des
phénomènes émergents de communication à distance, les transferts
de modèles d’organisation ou de gestion, les apprentissages mutuels
réussis au sein des équipes de travail…
Mobilités professionnelles, mobilités géographiques, situations de rapprochements d’entreprises par acquisitions, fusions ou
alliances, créations et développements de filiales à l’étranger, coopération exigeante dans des équipes de travail diversifiées du point de
vue des âges, des genres, des trajectoires et accidents de la vie, des
métiers de base… tout semble concourir – répétons-le – à aiguiser la
question des différences culturelles et à poser à chacun la question
de sa propre singularité. Ces situations invitent, comme l’ont écrit
Michel Sauquet et Martin Vielajus, à une « intelligence de l’autre6 »
que nous comprenons avec eux comme à triple niveau : contextualiser, interroger les différences et les prendre en compte pour fonder
un horizon commun.
Ce livre apporte ainsi, à notre sens, des éléments décisifs à la critique d’un modèle universel de gestion qui serait partout partagé
et partout efficace. Cet ouvrage illustre que tout acte de gestion est
situé culturellement et que la mesure de son efficience en dépend. Les
doctrines et outils de gestion imaginés par les sièges des entreprises
ne peuvent éliminer des effets de contextes culturels différents des
leurs. En misant sur des universaux anhistoriques, elles en viennent
souvent à oublier de prendre en compte le poids de continuités culturelles observables sur des aires géographiques et traversant le temps.
Nous comprenons ce livre aussi comme une invitation à lire les
inégalités comme ce qui fait blocage, chez une personne, à une acquisition de compétences7 et cet ouvrage offre, en ce sens, des pistes
utiles aux pratiques de gestion des ressources humaines. Nous pensons à l’enrichissement de séminaires de formation avec l’utilisation
des 130 questions du présent ouvrage, mais aussi à la construction de
parcours d’intégration d’un nouveau collaborateur, à la rédaction possible d’un « rapport d’étonnement » les premiers mois de son arrivée
6. M. Sauquet et M. Vielajus, L’Intelligence de l’autre…, op. cit. Dans la présentation de l’ouvrage,
les auteurs insistent sur « deux vertus de la relation interculturelle : le doute, qui n’empêche pas
les convictions ; la patience, qui n’empêche pas le dynamisme ».
7. Voir le beau livre de Norbert Alter, La Force de la différence. Itinéraires de patrons atypiques,
PUF, 2012. Voir aussi Evalde Mutabazi et Philippe Pierre, Les Discriminations, Paris, Le Cavalier
bleu, 2010 et des mêmes auteurs, Pour un management interculturel. De la diversité à la
reconnaissance en entreprise, Paris, L’Harmattan, 2008.
373
postface
l'intelligence interculturelle
ou encore à la formalisation d’un entretien de « sortie » en cas de
départ d’une entreprise d’une femme ou d’un homme que l’on estime
compétent mais que l’on a du mal à comprendre ou à accepter...
Ce livre propose un questionnement ouvert et souligne, par là
même, la faiblesse du nombre de travaux de management interculturel
appliqué, qui, sur le plan méthodologique, prône l’utilisation seule des
enquêtes à questions fermées et à modalités ordinales. Ces enquêtes
semblent inadéquates dès lors que l’on souhaite explorer les constructions de l’identité professionnelle et que l’on s’attache à comprendre
certaines opérations mentales créant un nouveau niveau de réalité8.
Ainsi, selon nous, le statut et le développement du management interculturel renvoient à la capacité des chercheurs et aussi des praticiens
de découvrir des problèmes sociaux, des compétences acquises, qui
ne pourraient pas être aperçus autrement que depuis l’articulation
entre des méthodes positives (questionnaires), cliniques (entretiens),
compréhensives et ethnographiques. Le management interculturel
réclame une analyse « hors les murs », « opératoire » c’est-à-dire exercée conjointement à partir de la pratique et de la recherche. Ce livre
fournit les clés d’un possible diagnostic des organisations et des trajectoires de vies de ceux qui les peuplent. Il permet de mieux comprendre, face à une situation de travail, la construction historique du
lien entre acteurs, la réalité de certains jeux de pouvoir aussi et ce qui
peut faire blocage dans la coopération. Ce livre fournit des perspectives utiles pour la construction de grilles d’entretiens du chercheur.
L’ouvrage de Michel Sauquet et Martin Vielajus apporte également
sa pierre à une possibilité de mobiliser, à une échelle internationale,
des méthodologies de traitement conjoint des données et de faire travailler ensemble des acteurs d’un grand nombre de pays et de régions
géographiquement éloignés. On appréciera ici l’expérience acquise
des deux auteurs dans diverses organisations en France ou à l’étranger (Amérique du Nord, Éthiopie, Afrique de l’Ouest, Brésil, Chine…),
durant plusieurs décennies, pour remplir cette tâche peu aisée. Tandis
que ce travail de coopération entre chercheurs et praticiens se limite
encore trop souvent aux pays dits développés, les questions des
15 thèmes à explorer offrent la potentialité d’une base culturelle commune à adapter selon les zones et secteurs professionnels étudiés.
Un livre qui se situe dans la continuité d’un héritage intellectuel attentif au contexte culturel
374
de l’histoire, de la philosophie politique et de la sociologie comme le
font les actions de l’Institut de recherche et débat sur la gouvernance
ou de la Fondation Charles Léopold Mayer auxquelles ont participé
très activement les deux auteurs.
Dans L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme9, Max Weber
nous invite à penser que le capitalisme doit également se comprendre
par l’éthique ascétique de la besogne des premiers entrepreneurs
qui voyaient dans leur réussite matérielle un signe d’élection, une
mission à remplir au-delà des seuls biens de la richesse matérielle.
Ainsi donc croyances religieuses, pratiques cultuelles, obligations
morales et formes d’économie forment systèmes entrecroisés de
sens, touchent les aspects les plus fonctionnels de la vie des entreprises, au-delà de la seule figure de l’entrepreneur.
Plus tard, dans Le Phénomène bureaucratique10, Michel Crozier
fait figure de précurseur en explorant l’enracinement culturel des
formes organisationnelles particulières que sont les bureaucraties
françaises, américaines et russes. Il ouvre la voie à une sociologie
impliquée dans les affres de la vie des organisations, en revendiquant
l’enquête de terrain et l’écoute de la subjectivité des acteurs même
s’il ne poursuivra pas dans cette voie par la suite11. C’est à Renaud
Sainsaulieu, premier collaborateur de Michel Crozier, connu pour
ses travaux pionniers sur l’identité, que reviendra la tâche d’ouvrir,
dans les champs francophones, le chemin d’une étude de l’entreprise
comme « affaire de société » et devant tenir compte « de toutes les
contingences de structures sociales externes à elle-même pour bâtir
sa propre organisation et son projet économique12 ». Aucune structure organisationnelle ne s’impose de fait. Des règles sont construites
en permanence par les jeux et les acteurs, le sens qu’ils investissent
dans leurs actions.
Alors que l’interculturalité, dans les champs francophones, a souvent été comprise comme l’étude de malentendus liés aux rencontres
et aux « chocs » de cultures nationales, une des grandes richesses
de ce livre tient au fait, selon nous, de ne pas mésestimer que tout
phénomène culturel peut être expliqué comme effet émergent d’actions d’abord individuelles. Il aide à mieux comprendre comment des
individus mettent en avant ou parviennent à dissimuler leurs appartenances culturelles, sociales ou ethniques face à d’autres individus.
Max Weber a depuis longtemps montré que l’ethnicité constituait
le cadre culturel qui caractérise le comportement d’un individu et
participe de la construction de son identité. Ce livre participe d’une
La réalité est trop riche pour en appeler à une seule école de pensée
et le présent ouvrage articule apports de l’anthropologie culturelle,
8. J. Palmade, « Le management interculturel. L’effacement des bases identitaires », in S. Mappa,
Les deux sources de l’exclusion : économisme et replis identitaires, Paris, Karthala, 1993.
375
9. M. Weber, L’Éthique protestante…, op. cit.
10. M. Crozier, Le Phénomène bureaucratique, Paris, Seuil, 1964.
11. D. Martin, « L’analyse stratégique en perspective. Retour sur les sociologies des organisations
de M. Crozier », Revue européenne des sciences sociales, n° 50-2, 2012.
12. R. Sainsaulieu, Sociologie de l’organisation et de l’entreprise, PFNSP-Dalloz, 1987.
postface
l'intelligence interculturelle
376
démarche intellectuelle dont l’ambition est bien de lutter contre une
approche culturelle réifiée dans une sorte d’essence intemporelle et
qui ne s’intéresserait qu’à des valeurs en surplomb. Ce livre enrichit
le domaine de la communication interculturelle en montrant que la
question, quand on s’intéresse au domaine des recherches interculturelles, est autant de savoir expliquer ce que sont « objectivement » les
Arméniens, les Corses ou les Occitans (en en appelant aux cultures
nationales ou régionales) que de comprendre ce que veut dire pour
un sujet ou un collectif de recourir à l’identification « arménienne »,
« corse » ou « occitane » (l’ethnicité en contexte).
« La culture est un style, un habit qui, celui-là comme les autres,
ne fait pas le moine13 », souligne Alban Bensa et cet ouvrage privilégie l’étude de l’évolution des représentations et des identités sans
céder, répétons-le, à l’obsession d’un « modèle révélatoire14 ». Ce qui
advient en matière culturelle n’est pas totalement préfiguré dans ce
qui précède. La culture n’explique non plus pas tout et cet ouvrage
démontre qu’un univers subjectif intériorisé par les membres d’une
organisation est toujours en lien avec des groupes d’appartenance,
sortes d’espaces intermédiaires entre l’individu et le système organisé. L’univers subjectif de tout individu est constitué d’équivocité
(de la présence de schémas interprétatifs multiples pour une même
situation), de tiraillements, de dissonances et dans lequel les acteurs
octroient du sens aux situations selon des systèmes de références,
répétons-le, potentiellement antagonistes et contradictoires. La
question n’est pas tant de relativiser des catégories en les rattachant
à des cultures et à des systèmes de valeurs différents que de cerner les
bricolages, les hybridations, de clarifier la manière dont ces cultures
et ces systèmes de valeur mettent en relief et orientent inégalement
les possibilités de s’engager dans le monde selon des registres d’action différents (Comment les patients naviguent-ils entre différents
savoirs médicaux comme au chapitre 5 de l’ouvrage ? À quels « groupes
de référence » les individus s’identifient-ils et pourquoi, comme au
chapitre 6 de l’ouvrage ?). De ce point de vue, l’ouvrage de Michel
Sauquet et de Martin Vielajus permet d’étudier les représentations
que donnent les personnes aux critères culturels – toujours fluctuant
– permettant de juger les êtres et les choses, de distinguer le bien du
mal et de définir des modalités de règlement des désaccords. Ainsi,
pour un responsable de la gestion des ressources humaines, il n’est
pas seulement question d’appréhender une personne mobile géographiquement en entreprise du point de vue de sa « culture d’origine »,
ou de ses stratégies d’adaptation à sa « culture d’accueil », mais aussi
du point de vue de son mouvement, c’est-à-dire de son cheminement
13. A. Bensa, Après Lévi-Strauss. Pour une anthropologie à taille humaine, Paris, Textuel, 2010.
14. A. Giddens, Central Problems in Social Theory, McMillan, 1979.
d’un lieu à un autre et de la manière dont il s’inscrit dans son histoire,
langagière et affective15. Nous sommes convaincus que le présent
ouvrage pourra aider praticiens et aussi chercheurs sur ce point.
Un livre qui sera très utile pour penser les enjeux à venir
en matière de management interculturel
Nous partageons avec les auteurs de ce livre une tradition de
« recherche-intervention », une tradition partie prenante de la vie
des organisations, attentive à la subjectivité des acteurs et désireuse
d’aider à la prise de décision après un processus de clarification des
fins données à l’action (par la pratique de l’entretien de face-à-face,
de groupes d’expression, par celle aussi, temporaire, de tiers intervenants comme le consultant en organisation ou encore le coach). Dans
cette perspective, ce livre aidera à renforcer les compétences de praticiens soucieux de ne pas trop sympathiser avec les groupes qu’ils
animent et de ne pas partager, faute de distance, les croyances de ceux
qu’ils « étudient » (et en même temps souvent « gèrent »). C’est la
question de professionnels formés aux sciences humaines et sociales
mais exerçant, à temps plein, à partir d’un autre métier constitué
(dirigeant, RRH, manager, syndicaliste...) qui se pose ici16. Le présent
ouvrage permet d’ouvrir des horizons pour les recherches en management interculturel qui privilégient encore, pour des raisons d’accès
au terrain, de timidité sociale du chercheur et tout simplement de
commandes, l’étude du capitalisme industriel, risquant de laisser de
côté l’étude de la révision des modes habituels de production et aussi de nombreux autres champs professionnels (secteurs de la santé,
secteurs pénitentiaires et de la défense, secteurs de l’éducation…) à
l’ère du numérique. Quand les auteurs se demandent, en introduction de leur livre, si les aides-soignantes étrangères d’une maison de
retraite bretonne ont ou pas le même rapport au corps, à la maladie
et au grand âge que les patientes et patients dont elles s’occupent,
on peut y voir une question qui ne va cesser de se poser avec acuité
compte tenu des enjeux démographiques des pays dits développés.
L’horizon intellectuel du management interculturel est bien de
traiter d’objets peu étudiés par les disciplines établies et ce livre y
aidera : importance du corps physique et du corps virtualisé dans la
communication, vie psychique et effets de stigmatisation des populations minoritaires, expérience du trauma et du handicap en contexte
multiculturel, diversité religieuse et modalités de l’action à mesure
que se renforcent des équipes de travail diversifiées du point de vue
15. J. A. Bitsi et G. Masset, Difficultés méthodologiques de la rencontre des sujets exilés : enjeux et
perspectives, Université Lumière Lyon 2.
16. G. Dahan-Seltzer et P. Pierre, « De nouveaux professionnels de la sociologie en entreprise ?
Pour la défense d’une sociologie dans l’action », Revue économique et sociale, 2010.
377
postface
l'intelligence interculturelle
378
des croyances, modalités de la confiance, quand tout en entreprise
invite à un temps plus « immédiat » et un reporting toujours plus
impérieux…
Dans un contexte insécurisant de sentiment d’urgence et d’identités de plus en plus « multiréférentielles », B. K. Muller parle de la
meilleure compréhension d’une « compétence à l’étrangéité » ou
d’une « compétence à vivre l’étrangeté » comme « capacités de maîtrise de l’étrange, de pouvoir le “situer” dans l’ordre de son propre
système de coordonnées, d’accorder “l’inter” à sa propre longueur
d’onde lorsqu’il s’agit en réalité, de surmonter ce seuil d’angoisse, de
payer ce prix de supporter l’angoisse liée à laisser d’abord exister à
côté de soi ce qui est “non unitaire” et étranger pour pouvoir le découvrir ensuite comme une source potentielle d’enrichissement17 ».
Le livre de Michel Sauquet et de Martin Vielajus devrait ouvrir
aussi des perspectives intéressantes face aux enjeux de numérisation
des rapports humains dans la mondialisation (on pourra penser à la
capitalisation de pratiques de filiales à filiales, de région à région dans
une entreprise, à la construction d’une université de marque à échelle
internationale dans des organisations plus grandes encore). On pourra également prendre l’exemple – bien connu par les auteurs – du
personnel de certaines organisations humanitaires qui adoptent les
technologies de type newsgroup ou forum de discussion et transforment les rapports d’autorité et de coopération au sein de l’institution
comme avec leurs parties prenantes politiques en externe (modalités
nouvelles de lobbying par exemple). Autrefois, les communautés renvoyaient à des proximités de voisinage, de nature topologique. Avec
le courrier électronique, les portails applicatifs et les workflows, la
logique de production restait celle d’un processus hiérarchique défini. Internet a donné corps à des communautés beaucoup plus distribuées géographiquement et le présent ouvrage devrait fournir, à ce
titre, un cadre de questionnement intéressant à trois niveaux : une
dimension structurelle sur la nature des échanges des réseaux présentiels et distanciels, une dimension cognitive qui souligne le socle
commun de connaissances à posséder et une dimension relationnelle qui s’intéresse à la confiance qui doit naître et durer entre les
membres18. Au cœur des logiques de sociabilité, d’amitié, de conflit
dans les transferts de compétences et le choix des structures organisationnelles adaptées se déploie la question centrale traitée par Michel
Sauquet et Martin Vielajus d’une intelligence de l’autre et des autres
en « réseau ». La perspective s’ouvre ici d’une analyse culturelle, ne
donnant pas systématiquement priorité à une causalité inscrite dès
17. B. K. Muller, « Interkulturelle Kompetenz. Annäherung an einen Begriff », Jahrbuch Deutsch
als Fremdsprache, n° 19, 1999.
18. M. Huysman et V. Wulf, Social Capital and Information Technology, Cambridge University
Press, 2005.
le départ (l’inculcation de normes, leur intériorisation...) pour des
« agents-automates » mus par des forces intériorisées (la conscience
collective ou la culture nationale, par exemple, et où les normes sont
essentiellement des causes) mais où les comportements culturels
des individus se comprennent aussi au travers des structures relationnelles changeantes dans lesquelles ils s’insèrent. Il s’agit bien ici
de joindre à la fois ce qui se passe au niveau « micro » et au niveau
« macro » de l’observation.
Un livre pour cultiver l’humain
« Se mettre d’accord sur une norme unique », rappelle Sylvie
Chevrier, « n’est pas toujours possible lorsque celle-ci renvoie à des
pratiques illégitimes dans l’une ou l’autre des cultures en présence19 »
et ce livre montre finalement combien une société interculturelle
pacifique ne va pas de soi, qu’elle est construction vigilante au-delà
des angélismes et des hymnes bêlants à l’entente entre les peuples.
« La pratique interculturelle », précise Franck Gauthey, « consisterait
à poser des cadres et à développer des espaces transitionnels donc
à négocier sur un mode démocratique le sens des représentations,
d’inventer des usages en commun dans lesquels chaque partie ne
se trouve pas trop sacrifiée ou… que le sacrifice circule de manière
équitable au sein du groupe20 ». Si je suis seul avec autrui, je lui dois
tout, remarquait Emmanuel Levinas, mais il y a le tiers. La présence
du tiers à côté d’autrui permet de comparer l’incomparable. Il permet
le dialogue avec soi et autorise aussi de se laisser questionner. Le livre
de Michel Sauquet et de Martin Vielajus invite à mieux comprendre
ce rôle du tiers, à mieux accepter ce temps du dialogue avec soi par le
détour des autres21 et que nous comprenons dans une visée « d’équilibration des contraires22 ».
Michel Sauquet rappelle qu’à l’occasion d’un de ses cours au
sein du Master de Management interculturel de l’Université ParisDauphine, un de ses étudiants, un cadre brésilien évoluant au sein
d’un constructeur automobile mondialisé d’origine française lui
disait, qu’à ses yeux, il n’était pas de barrières culturelles que l’humilité ne permette de franchir23 !
19. S. Chevrier, Le Management des équipes interculturelles, Paris, PUF, 2000, p. 195.
20. F. Gauthey, « Management interculturel : représentations et pratiques en questions »,
Interculturel et communication dans les organisations, GRECO, Université M. de Montaigne
Bordeaux 3, n° 22, 2002.
21. M. Sauquet et S. Ye, La Passion, Paris, Desclée de Brouwer, 2003.
22. P. Corcuff, « Individus contre capital : pistes entre sociologie et philosophie politique », in
C. Calame (dir.), Identités de l’individu contemporain, Paris, Textuel, 2008.
23. www.etudiantsetdeveloppement.org/idees/il-n-est-pas-de-barrieres-culturelles-que-lhumilite-ne-permette-de-franchir
379
l'intelligence interculturelle
Nous ne pouvons guère connaître la culture de l’autre, mais nous
pouvons nous mettre en quête des personnes qui vont nous aider à
mieux nous connaître. « Un dialogue devient sérieux », constate
Régis Debray, « quand le respect mutuel va au-delà de la simple civilité, et quand, comme disait Paul Tillich, “le dialogue avec l’autre est
en même temps un dialogue avec soi”. Quand on est assez généreux
ou lucide pour comprendre que les éléments qui sont en l’autre sont
aussi, pourraient ou auraient pu être en nous-mêmes24. »
Quand on implique les individus, on les rend plus lumineux,
comme le disait Renaud Sainsaulieu à la suite de J.-J. Rousseau. La
voie tracée par ce livre est celle de la démocratie qui « n’existe qu’autant que les sujets sont capables de développer des modes de communication, où chacun éprouve le caractère irréductible de son être mais
a envie de construire quelque chose (une relation, une organisation,
une œuvre) avec autrui considéré comme son égal25 ». En cherchant à
mieux comprendre la signification des efforts que les sujets déploient
pour accéder à une reconnaissance mutuelle, en cernant ce qu’il y a de
commun entre les êtres et leurs potentialités d’être, le management
interculturel devrait ainsi permettre d’éviter les écueils de politiques
qui entraînent souvent un excès de fixation sur les différences perçues et ce qui n’est précisément pas supposé « partageable ».
Le management interculturel, par son projet, est expérience de la
vigilance face à des politiques d’entreprise et d’organisation qui ont
tendance à figer l’infinie pluralité des êtres dans un tableau réducteur car général, et réduisent, au final, le sens qui opacifie les processus qui font naître les souffre-douleur, les personnes ignorées ou
réduites au silence.
Autrui fait toujours partie de mon identité puisqu’il me permet
potentiellement de m’accomplir ! Telle est une des leçons que nous
tirons de ce très beau livre de Michel Sauquet et Martin Vielajus qui
s’inscrit pleinement dans un projet humain où l’on change en échangeant, sans se perdre ni se dénaturer26. Ce qu’il y aura toujours de fascinant pour qui s’intéresse au management interculturel est que « la
multiplicité renvoie à l’unité, de la même manière que les variations
décrivent un thème tout en le dévoilant. L’existence du différent est
la condition des similitudes27 ». Ce qui est, en définitive, le projet de
l’anthropologie depuis les premiers écrits de Marcel Mauss.
24. R. Debray, Un mythe contemporain : le dialogue des civilisations, CNRS Éditions, 2007.
25. Entretien avec E. Enriquez, « L’intervention pour imaginer autrement », Éducation
Permanente, n° 113, 1992.
26. E. Glissant, Philosophie de la relation, Paris, Gallimard, 2009.
27. C. Von Barloewen, Anthropologie de la mondialisation, Éditions des Syrtes, 2003.
BIBLIOGRAPHIE
TRANSVERSALE
Les ouvrages se concentrant sur l’un des 15 chapitres sont indiqués à la fin de chacun d’entre eux dans l’encadré « Pour en savoir
plus ».
›› Appadurai (Arjun), Après le colonialisme. Les conséquences culturelles de la globalisation, Paris, Payot, 2001.
›› Audinet (Jacques), Le Visage de la mondialisation. Du multiculturalisme au métissage, Paris, Éditions de l’Atelier, 2007.
›› Barnard (Alan) et Spencer (Jonathan) (dir.), Encyclopedia of Social
and Cultural Anthropology, Londres, New York, Routledge, 1996.
›› Baudry (Pascal), Français et Américains. L’autre rive, Éditions Village Mondial, 2004.
›› Béji (Hélé), L’Imposture culturelle, Paris, Stock, 1997.
›› Bouyssou (J.-M.), Quand les sumos apprennent à danser, Paris,
Fayard, 2003.
›› Camilleri (Carmel) et Cohen-Emerique (Margalit), Chocs des
cultures. Concepts et enjeux pratiques de l’interculturel, Paris,
L’Harmattan, 1989.
›› Certeaux (Michel de), La Culture au pluriel, Paris, Seuil, 1993.
›› Chairasmisak (Korsak), Enseignements d’un dirigeant asiatique.
Sagesse et efficacité, Éditions d’Organisation, 2005.
›› Chevrier (Sylvie), Gérer des équipes internationales. Tirer parti de
la rencontre des cultures dans les organisations, Montréal, Presses
de l’Université Laval (Québec), 2012.
›› Chevrier (Sylvie), Le Management des équipes interculturelles,
Paris, PUF, 2000.
›› Clanet (Claude), L’Interculturel, Toulouse, PUM, 1998.
›› Clodong (Olivier), Lamarque (José Manuel), Pourquoi les Français sont les moins fréquentables de la planète ! Les Européens et
nous, Paris, Eyrolles, 2005.
›› Cohen-Emerique (Margalit) Pour une approche interculturelle en
travail social, Théories et pratiques, Rennes, Presses de l’EHESP,
2011.
›› Coulon (Christian), La Traversée du désert ou l’éloge du nomadisme interculturel dans les sciences sociales pour qu’elles restent
humaines, Centre d’études d’Afrique noire, 2002.
›› Courade (Georges), L’Afrique des idées reçues, Paris, Belin, 2006.
›› Cuche (Denys), La Notion de culture dans les sciences sociales,
Paris, La Découverte, 2004.
›› Cushner (Kenneth), Brislin (Richard W.), Intercultural Interactions. A Practical Guide, Londres, Sage publications, 1996.
381
l'intelligence interculturelle
382
›› Davel (Eduardo), Dupuis (Jean-Pierre), Chanlat (Jean-François),
Gestion en contexte interculturel. Approches, problématiques, pratiques et plongées, Presses de l’Université Laval et Télé-université, 2008. Voir notamment, dans le DVD associé au livre, les 30
monographies par pays, notamment Québec, Mexique, Colombie,
Brésil, Angleterre, France, Allemagne, Roumanie, Russie, Afrique
noire, Cameroun, Maroc, Chine, Inde, Japon, Australie…
›› Demorgon (Jacques), Complexité des cultures et de l’interculturel,
Anthropos, 1996.
›› Demorgon (Jacques), L’Interculturation du monde, Anthropos,
2000.
›› Demorgon (Jacques), Lipianski (Edmond-Marc), Guide de l’interculturel en formation, Retz, 1999.
›› Deval (Philippe), Le Choc des cultures. Management interculturel
et gestion des ressources humaines, Éditions Eska, 1993.
›› Dibbie (P.), Wulf (C.), Ethnosociologie des échanges interculturels,
Anthropos, 1998.
›› D’Iribarne (Philippe), Segal (J.-P.), Chevrier (S.) et Globokar (T.),
Cultures et mondialisation. Gérer par-delà les frontières, Paris,
Seuil, 2002.
›› Dortier (J.-F.) (dir.), Le Dictionnaire des sciences humaines,
Auxerre, Éditions Sciences humaines, 2004.
›› Doytcheva (Milena), Le Multiculturalisme, Paris, La Découverte,
2011.
›› Dupriez (Pierre), Simons (Solange) (dir.), La Résistance culturelle. Fondements, applications et implications du management
interculturel, Louvain, De Boeck Université, 2000.
›› Gannon (Martin J.), Understanding Global Cultures. Metaphorical
Journeys Through 28 Nations, Clusters of Nations and Continents,
Londres, Sage Publication, 2004.
›› Gauthey (Franck) et Xardel (Dominique), Le Management interculturel, Paris, PUF, 1990.
›› Geoffroy (Christine), La Mésentente cordiale. Voyage au cœur de
l’espace interculturel franco-anglais, Paris, Grasset, 2001.
›› Guillebaud (Jean-Claude), Le Commencement d’un monde. Vers
une modernité métisse, Paris, Seuil, 2008.
›› Hall (E.) et Reed Hall (M.), Understanding Cultural différences,
Intercultural Press Inc, 2000.
›› Hall (Edward T.), Au-delà de la culture (Beyond Culture), Paris,
Seuil, 1979.
›› Hall (Edward T.), Le Langage silencieux, Paris, Seuil, 1984.
›› Hess (Rémi), Wulf (Christoph), Parcours, passages et paradoxes
de l’interculturel, Anthropos, 1999.
›› Hofstede (Geert), Culture’s Consequences: International Differences in Work-Related Values, Newbury Park, Californie, Sage
Publishers, 1980.
biographie transversale
›› Hofstede (Geert), Hofstede (Gert Jan), Minkov (Michael),
Cultures et organisations. Nos programmations mentales, Pearson
Éducation France, 2010.
›› Holden (Nigel J.), Cross-Cultural Management. A Knowledge
Management Perspective, Harlow, Financial Time/Prentice Hall,
Pearson Education, 2002.
›› Inda (Jonathan Xavier) et Rosaldo (Renato), The Anthropology of
Globalization, Malden (États-Unis), Oxford (Royaume-Uni), Victoria (Australie), Blackwell Publishing, 2002.
›› Journet (Nicolas) (dir.), La Culture, de l’universel au particulier,
Auxerre, Éditions Sciences humaines, 2002.
›› Kabou (Axelle), Et si l’Afrique refusait le développement ?, Paris,
L’Harmattan, 2000.
›› Kroeber (Alfred) et Kluckhohn (Clyde), Culture: A Critical Review
of Concepts and Definitions, Papers of the Peabody Museum, 47,
n° 1, Cambridge, MA, 1952.
›› Martin (Dominique), Metzger (Jean-Luc), Pierre (Philippe), Les
Métamorphoses du monde. Sociologie de la mondialisation, Paris,
Seuil, 2003.
›› Mattelart (Armand), Diversité culturelle et mondialisation, Paris,
La Découverte, 2005.
›› Meier (Olivier), Management interculturel. Stratégie, organisation, performance, Dunod, 2010.
›› Michalon (Clair), Différences culturelles, mode d’emploi, Paris,
Sépia, 1997.
›› Moral (Michel), Le Manager global. Comment piloter une équipe
multiculturelle, Paris, Dunod, 2004.
›› Mutabazi (Evalde), Pierre (Philippe), Pour un management interculturel. De la diversité à la reconnaissance en entreprise, Paris,
L’Harmattan, 2008.
›› Olivier de Sardan (Jean-Pierre) et Paquot (Elisabeth), D’un savoir
à l’autre. Les agents de développement comme médiateurs, GRET/
ministère de la Coopération, 1991.
›› Ouellet (Pierre), Le soi et l’autre. L’énonciation de l’identité dans les
contextes interculturels, Québec, Presses de l’Université Laval, 2004.
›› Pierre (Philippe), Mobilité internationale et identité des cadres. Des
usages de l’éthnicité dans l’entreprise mondialisée, Éd. Sides, 2003.
›› Ryfkin (Jeremy), Une nouvelle conscience pour un monde en crise.
Vers une civilisation de l’empathie, Babel, 2011.
›› Scheider (Susan) et Barsoux (Jean-Louis), Management interculturel, Pearson Éducation France, 2003.
›› Schneider (Susan C.) et Barsoux (Jean-Louis), Managing Across
Cultures, Londres, New York et autres pays, Prentice Hall, 1997.
›› Sizoo (Édith) et Verhelst (Thierry) (dir.), Cultures entre elles,
dynamique ou dynamite ? Vivre en paix dans un monde de diversité,
Paris, Éditions Charles Léopold Mayer, 2002.
383
l'intelligence interculturelle
›› Trompenaars (Fons) et Hampden-Turner (Charles), L’Entreprise
multiculturelle, Paris, Maxima, 2010.
›› Verbunt (Gilles), Manuel d’initiation à l’interculturel, Lyon, Chronique sociale, 2011.
›› Verbunt (Gilles), Penser et vivre l’interculturel, Lyon, Chronique
sociale, 2011.
›› Verbunt (Gilles), La Société interculturelle. Vivre la diversité
humaine, Paris, Seuil, 2001.
›› Villanova (Roselyne de), Hily (Marie-Antoinette), Varo
(Gabrielle) (dir.), Construire l’interculturel, de la notion aux pratiques, Paris, L’Harmattan, 2001.
›› Wieviorka (Michel), Neuf leçons de sociologie, Paris, Fayard/Pluriel, 2010.
›› Wolton (Dominique), McLuhan ne répond plus. Communiquer,
c’est cohabiter, Éditions de l’Aube, 2009.
›› Wolton (Dominique), Informer n’est pas communiquer, Paris,
CNRS Éditions, 2009.
›› Wolton (Dominique), Penser la communication, Paris, Flammarion, 1997.
›› Yue Dai Yun et Le Pichon, Alain (dir.), La Licorne et le dragon.
Les malentendus dans la recherche de l’universel, Paris, Éditions
Charles Léopold Mayer, 2003 et Presses universitaires de Pékin.
L’outil « Culturoscope » :
Grille d’analyse
des contextes,
des représentations
et des pratiques
socioculturelles
385
La grille présentée ici détaille les 15 thèmes-clés (correspondant
aux 15 chapitres) et leurs 130 questions. Chacune de ces questions
renvoie aux pages concernées du livre.
Cette grille n’est en aucun cas un questionnaire. Elle constitue
plutôt une tentative de structuration des thèmes sur lesquels, en
situation d’expatriation ou de travail en milieu multiculturel, nous
sommes amenés à nous pencher, ainsi qu’un cadre pour dialoguer
avec des médiateurs interculturels ou pour organiser l’échange d’expérience.
Enfin, la grille ne saurait faire l’économie de la prudence que nous
avons déjà suggérée en introduction pour éviter les réflexes culturalistes et les généralisations par pays : avant d’attaquer chacune de ces
questions ou de les utiliser comme critères d’analyse, des précautions
doivent être prises et des déclinaisons doivent être effectuées :
−− des précautions : sommes-nous, avec cette question, dans
l’ordre du purement culturel ? La question évoquée n’est-elle pas en
fait d’ordre socio-économique, ou ne relève-t-elle pas de l’organisation politique et réglementaire du pays concerné ?
−− des déclinaisons : de quelle région, de quel groupe humain
parle-t-on ? La question concerne-t-elle le secteur privé, le secteur
public, le tiers secteur ? Parle-t-on d’urbains, de ruraux, d’hommes, de
femmes, de jeunes, de seniors ? Et comment décline-t-on la question
par rapport à notre propre univers ?
387
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
SOURCES CULTURELLES
Chapitre 1 - Religion, tradition, Histoire
Sources des représentations culturelles
37
Chapitre 2 - L’Homme et la nature
Entre domination et connivence
p.
59
Quelles sont les sources transversales des représentations et
des pratiques dans les milieux où nous sommes immergés ?
Quels sont les rapports socioculturels à la nature et à l’environnement dans nos sociétés respectives ?
Le rapport au sacré
I nterroger les représentations
et les pratiques
p. 40
1. Sacré, religion, spiritualité, croyances… : de quoi
parlons-nous ?
p. 40
2. Nos cultures respectives sont-elles surtout des
cultures du sacré ou des cultures sécularisées ?
p. 42
3. Quelle est la prégnance du religieux dans notre
quotidien, ici et ailleurs ?
p. 43
4. Quelles interactions les religions ont-elles entre elles ?
Le rapport à la tradition
p. 47
p. 48
p. 61
10. Nos sociétés privilégient-elles une attitude de
domination de la nature ou une posture de symbiose ?
p. 61
11. Quelles sont les différences de représentation de la
terre et du sol ?
p. 66
12. Quelles sont les différences de représentation de la
valeur de l’eau ?
p. 68
13. Quelles conséquences les représentations des
relations Homme-nature ont-elles sur la prévention des
risques naturels ?
p. 70
5. Traditions, droit coutumier, codes rituels : de quoi
parle-t-on ?
p. 48
6. Peut-on encore opposer « sociétés traditionnelles » et
« sociétés modernes » ?
p. 49
14. Comment prendre en compte les représentations
culturelles de la nature dans la gestion de
l’environnement ?
p. 71
7. Quelle est la prégnance de la tradition sur la vie
sociale et professionnelle, ici et ailleurs ?
p. 51
15. Comment prendre en compte les représentations
culturelles de la terre dans les activités agricoles ? p. 72
Le rapport à l’Histoire
388
p.
VISIONS DU MONDE
Prendre en compte les différences
p. 71
p. 53
8. Héritage historique, mémoire collective, mythes
fondateurs : quelles définitions ?
p. 53
9. Quelle prégnance l’histoire a-t-elle sur les
représentations, ici et ailleurs ?
p. 55
389
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Chapitre 3 - Le temps
Le gagner, le perdre, le maîtriser
p.
75
Quelles sont les visions et les modes de gestion du temps
dans nos cultures respectives ?
Contextualiser
16. Le contexte économique et professionnel : avonsnous tous les mêmes contraintes et les mêmes repères
temporels ?
p. 77
17. Le contexte linguistique : le terme « temps » est-il
entendu de la même manière dans toutes les cultures ?
p. 78
18. Quel statut ont, dans nos langues, le passé, le présent,
le futur ?
p. 79
I nterroger les représentations
et les pratiques
390
p. 77
Prendre en compte les différences
p. 94
26. Comment résoudre le casse-tête de la concordance
des temps dans le travail de coopération au
développement ?
p. 94
27. L’urgence humanitaire impose-t-elle de mettre entre
parenthèses le facteur culturel ?
p. 95
28. Comment prendre en compte les différences de
visions culturelles du temps dans les entreprises et les
administrations ?
p. 96
p. 80
19. Privilégie-t-on la vision d’un temps linéaire ou d’un
temps cyclique dans nos sociétés respectives ?
p. 80
20. Voit-on le temps comme devant être maîtrisé,
planifié, séquencé ? Cultures monochrones ou
polychrones ?
p. 82
21. Nos sociétés sont-elles plus orientées vers le long
terme ou le court terme ?
p. 87
22. Nos sociétés sont-elles plus orientées vers l’avenir
ou le passé ?
p. 89
23. Quelles sont les différences de pratiques dans la
durée journalière du temps de travail ?
p. 90
24. Comment, dans nos cultures respectives, gérons-nous
les temps de réunions et de rencontres ?
p. 91
25. Quelles sont les différences de conceptions de la
pression, de l’urgence, de la ponctualité ?
p. 92
391
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Chapitre 4 - L’espace
Lieux, distances et bulles
p.
99
Quelles sont nos conceptions respectives de l’espace
et de son usage ?
I nterroger les représentations
et les pratiques
29. Quelles sont les représentations du territoire, des
frontières et de la mobilité ?
30. Quelles sont les conceptions culturelles de
l’aménagement spatial urbain et rural ?
31. Quels sont les repères d’orientation dans nos cultures
respectives ?
32. Existe-t-il des différences culturelles dans les
manières de dessiner l’espace ?
392
p.
119
Quels sont, d’une culture à l’autre, les rapports à la santé,
à la souffrance et à la mort ?
p. 104
p. 104
p. 106
p. 107
p. 108
33. Le petit et le vaste, le vide et le plein, le proche
et le lointain… Quelles sont les différences de
représentations de ces notions ?
p. 110
34. Quels espaces, quelles « bulles » créons-nous entre
nous et les autres ?
p. 111
35. Quelle est la place pour l’intimité dans notre habitat ?
p. 114
Prendre en compte les différences
Chapitre 5 - La maladie et la mort
Enjeux symboliques et sociaux
p. 115
Contextualiser
p. 122
38. Quelle est l’influence du contexte institutionnel et
politique sur les situations sanitaires ?
p. 122
39. En présence de quels systèmes de savoirs médicaux se
trouve-t-on ?
p.123
40. Comment les patients naviguent-ils entre différents
savoirs médicaux ?
p.125
41. La prise en charge de la santé est-elle affaire plutôt
individuelle ou collective ?
p. 126
I nterroger les représentations
et les pratiques
p.127
42. Quelles sont les différentes conceptions religieuses
et culturelles de la souffrance humaine ?
p. 127
43. Quelles sont les différentes représentations des
causes de la maladie et du handicap ?
p. 129
44. Quelles sont les différentes manières de repérer et de
nommer la maladie dans nos cultures respectives ?
p. 132
36. Comment prendre en compte la diversité des règles
d’orientation et des représentations de l’espace ?
p. 115
45. Quel lien établit-on, ici et ailleurs, entre la maladie et
le statut social du patient ?
p. 133
37. Comment trouver des compromis dans
l’aménagement des espaces de travail, dans les équipes
multiculturelles ?
p. 116
46. Quelles sont les attitudes culturelles à l’égard de la
mort et des défunts ?
p. 134
47. La mort est-elle perçue, dans nos cultures respectives,
comme une rupture, ou inscrite dans une continuité avec
la vie ?
p. 137
48. Quels sens ont les rites d’accompagnement de la
mort ?
p. 138
393
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Prendre en compte les différences
49. Comment articuler, lorsque c’est possible, savoirs
médicaux modernes et savoirs traditionnels ?
p. 139
p. 139
50. En France, quels accompagnements sont mis en
œuvre dans l’accueil de patients de cultures différentes ?
p. 140
51. À l’étranger : quelles sont les marges de manœuvre et
les pratiques de négociation socioculturelle autour de la
santé ?
p. 142
52. Comment prendre en compte la diversité des
accompagnements rituels de la mort ?
p. 145
IDENTITÉS et statuts
Chapitre 6 - L’individuel et le collectif
« Je », « nous », « ils »
155
Quel est le rapport à l’individuel et au collectif dans nos sociétés ?
I nterroger les représentations
et les pratiques
p. 157
53. Cultures du « je » et cultures du « nous » : nos
interlocuteurs sont-ils orientés vers l’individuel ou vers
le collectif ?
p. 157
54. Quelles sources religieuses et philosophiques
expliquent la plus ou moins grande orientation
individuelle des sociétés ?
p. 160
55. Quels sont les rapports à la famille, à la communauté ?
p. 162
56. à quels « groupes de référence » les individus
s’identifient-ils ?
p. 165
57. Quelle est l’influence du rapport individuel/collectif
sur les modes de représentation et de prise de décision ?
p. 166
58. Comment l’orientation vers l’individuel ou le
collectif influe-t-elle sur l’idée de performance ou
d’échec individuel ?
p. 168
Prendre en compte les différences
394
p.
p. 169
59. Comment prendre en compte les logiques collectives
dans la prise de décision en entreprise ?
p. 169
60. Comment faire des logiques collectives locales un
moteur des actions de développement ?
p. 170
395
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Chapitre 7 - L’étrange étranger
Le rapport à la différence
175
Chapitre 8 - Les barreaux de l’échelle
Statuts sociaux, prestige social
p.
Quels rapports à l’étranger et à la différence entretenons-nous
d’une société à l’autre ?
Quel est le rapport au statut social, à l’égalité, au prestige
dans les différentes cultures ?
Contextualiser
I nterroger les représentations
et les pratiques
p. 178
61. Quelles formes et quelle visibilité du sentiment
raciste peut-on rencontrer dans nos sociétés respectives ?
p. 178
62. Dans quelle mesure la diversité religieuse est-elle
reconnue dans nos sociétés respectives ?
p. 179
I nterroger les représentations
et les pratiques
p. 181
63. Quelle est l’influence du sentiment identitaire sur
l’ouverture à la différence ?
p. 182
64. Accueillir l’étranger : existe-t-il des sources
religieuses dans la plus ou moins grande ouverture
à l’autre ?
p. 183
65. Considérer l’étranger : quelle est l’influence de
l’héritage historique et du métissage sur l’ouverture à la
diversité ?
p. 184
Prendre en compte les différences
396
p.
197
p. 200
69. Comment perçoit-on l’égalité et l’inégalité ? Quel est
le niveau de structuration hiérarchique des sociétés ?
p. 200
70. Statut conquis ou statut hérité : qu’est-ce qui
détermine la construction d’un statut social, ici et
ailleurs ?
p. 205
71. Quel est le rôle de l’âge dans la construction du statut
social ?
p. 207
72. Quelle est la représentation du rôle des diplômes
dans les statuts professionnels ?
p. 209
p. 186
66. Quelles sont les stratégies publiques de gestion de
la diversité ethnique ? Lois antiracistes et politiques de
discrimination positive
p. 186
67. Comment prendre en compte la diversité des statuts
religieux dans la gestion des organisations ?
p. 188
68. Comment se positionner soi-même en tant
qu’étranger dans une culture différente ?
p. 192
397
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Chapitre 9 - Le masculin et le féminin
Genre et distinction des rôles
p.
215
Quel est le rapport au genre (masculin-féminin) dans nos sociétés ?
Contextualiser
73. Genre et différenciations sexuelles : quel sens et
quelle influence ont les mots dans ce domaine ?
p. 217
74. Quel est le degré d’égalité/inégalité entre hommes et
femmes dans les différents pays, et quelles législations
existe-t-il dans ce domaine ?
p. 218
75. Quelle acceptation ou discrimination des orientations
sexuelles minoritaires constate-t-on dans les différents
pays ?
I nterroger les représentations
et les pratiques
76. Comment les différentes sociétés distinguent-elles
les rôles sociaux de l’homme et de la femme ?
77. Par quels marqueurs (espace, vêtements, mutilations,
etc.) chaque culture construit-elle une opposition visible
entre les sexes ?
78. Quelles sont les représentations de la femme dans les
différentes religions ?
79. Les discriminations des minorités sexuelles ont-elles
des fondements culturels ?
398
p. 217
CULTURES
PROFESSIONNELLES et
organisationnelles
Chapitre 10 - Le travail
Entre vocation, métier et devoir
235
Quels sont nos rapports au travail, à l’efficacité, au risque ?
Contextualiser
p. 220
p.
p. 237
80. Situation de l’emploi : qui travaille dans nos
territoires respectifs ?
p. 237
p. 220
81. Quel est, ici et ailleurs, le degré de réglementation
du travail ?
p. 238
p. 220
82. Quelle est l’importance du syndicalisme dans
nos pays respectifs, sa nature, son rôle ?
p. 239
p. 222
p. 225
p. 226
I nterroger les représentations
et les pratiques
p. 240
83. Quelles sont les différentes conceptions du travail,
de sa raison d’être, de nos motivations ?
p. 240
84. Dans quelle mesure le « métier » est-il perçu comme
un choix, une vocation, une assignation ?
p. 247
85. Quelles sont les conceptions de l’efficacité dans nos
cultures respectives ?
p. 249
86. Quelles sont les représentations de la responsabilité
dans le travail ?
p. 251
87. Quel sont les différents rapports à l’incertitude et
au risque dans le travail ?
p. 252
88. Quelle séparation fait-on, ici et ailleurs, entre la
sphère professionnelle et la sphère privée ?
p. 254
Prendre en compte les différences
p. 255
399
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Chapitre 11 - Le désaccord et le conflit
Entre affrontement et évitement
259
Chapitre 12 - L’argent p.
279
Visions croisées de la richesse et de la pauvreté
Quelles sont, selon nos cultures, nos conceptions du désaccord
et du conflit, et comment les gérons-nous ?
Quelles sont les représentations de l’argent, de la richesse,
de la possession ?
Contextualiser
Contextualiser
p.
261
p. 281
89. Confrontation, désaccord, conflit, violence : quel est
le sens des mots ?
p. 261
98. Économies monétarisées, économies de subsistance :
quel est la place de l’argent dans nos sociétés ?
p. 281
90. Existe-t-il des dispositifs de régulation sociale des
conflits dans les secteurs où nous travaillons ?
p. 263
99. Quel degré et quelles formes de corruption peut-on
observer dans nos sociétés ?
p. 282
100. Quel est le statut de la propriété privée dans nos
sociétés respectives ?
p. 283
I nterroger les représentations
et les pratiques
400
p.
p. 263
I nterroger les représentations
et les pratiques
91. Quelle est l’influence des religions sur les attitudes
face aux conflits interpersonnels ?
p. 263
92. Quelle est l’influence de l’histoire et des cultures
politiques sur ces attitudes ?
p. 264
101. Comment la religion influe-t-elle sur les
représentations de l’argent et de la richesse ?
p. 284
93. Exprime-t-on ouvertement un désaccord dans nos
cultures respectives ?
p. 265
102. Qu’est-ce qu’être riche ou pauvre dans nos cultures
respectives ?
p. 285
103. Accumuler ou redistribuer ? Quelles sont les
conceptions du don et comment influent-elles sur la
perception de la corruption ?
p. 286
104. L’argent : le montrer ou pas, en parler ou pas ?
p. 289
94. Sommes-nous plutôt dans une culture de
la confrontation ou du non-affrontement ?
p. 267
95. « Ne pas perdre la face » : quelle est l’importance de
la « face » et de l’honneur dans la genèse et la gestion
des conflits ?
p. 269
96. Quelles sont les différentes stratégies face aux
conflits ?
p. 272
97. Quelles différences d’attitude peut-on observer d’une
culture institutionnelle à l’autre face au conflit (ONG,
entreprises, tiers secteur…) ?
p. 275
p. 284
401
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Chapitre 13 - Les modes d’organisation
Hiérarchie, règles, autorité
p.
293
Quel est le rapport à l’autorité et à la hiérarchie,
quelles cultures organisationnelles peut-on observer ?
I nterroger les représentations
et les pratiques
p. 297
p. 297
106. Quel rapport au contrat peut-on observer ici et
ailleurs ?
p. 298
107. Quelles sont les représentations de l’autorité : à qui
accepte-t-on d’obéir ?
p. 300
108. « Power distance » : quel degré de distance
hiérarchique dans les organisations ?
p. 304
110. Dans quelle mesure les nouvelles technologies
bousculent-elles les systèmes hiérarchiques des
organisations ?
402
Chapitre 14 - La langue
105. Quel est le rapport au respect de la règle dans nos
cultures respectives ?
109. Quels modèles organisationnels dominent ici et
ailleurs ? La priorité est-elle donnée au rôle de l’individu
ou à la tâche qu’il réalise ?
LANGUES ET MODES
DE COMMUNICATION
p. 307
Au-delà des mots, traduire l’intraduisible
p.
321
Quels rapports entretenons-nous à la langue et à la traduction ?
Contextualiser
p. 328
111. De quoi une langue est-elle faite ? Sémantique,
morphologie, syntaxe…
p. 328
112. Quel est le « paysage linguistique » dans les zones
où nous travaillons (langues maternelles, locales,
officielles, langues pivot…) ?
p. 329
I nterroger les représentations
et les pratiques
p. 330
113. La langue et le temps : comment exprime-t-on le
passé, le présent et le futur ?
p. 331
114. La langue et les modes de raisonnement : comment
composons-nous les mots et les organisons-nous ?
p. 332
115. La langue et l’identité : quelle place la langue donnet-elle à soi et aux autres ?
p. 334
116. La langue et le genre : quelles distinctions fait-on
entre le masculin et le féminin ?
p. 336
117. Quelle est l’influence des systèmes d’écriture sur
nos modes de pensée ?
p. 337
118. Quels malentendus peuvent naître de la phonétique
et de la façon dont l’autre prononce sa langue ?
p. 340
119. Que nous disent les différences lexicales sur nos
visions et sur la diversité de nos cadres de vie ?
p. 341
p. 312
403
l'outil culturoscope
l'intelligence interculturelle
Prendre en compte les différences
p. 344
120. Quels sont les défis de la traduction, quel rôle
attribue-t-on au traducteur ?
p. 344
121. Comment traduire l’intraduisible ?
p. 345
122. Comment prendre en compte la question
du statut et de la position du traducteur ?
Chapitre 15 - La communication
Entre entendus et malentendus
Quels sont les défis de la communication interpersonnelle
en milieu pluriculturel ?
Contextualiser
p. 355
p. 346
123. Qui parle à qui ? Pourquoi et dans quel contexte ?
I nerroger les représentations
et les pratiques
404
p.353
p. 355
p. 356
124. Quels objectifs assignons-nous à la communication ?
Transmettre un message ou créer un lien ?
p. 356
125. Quelles différences peuvent exister dans nos
manières d'organiser les idées/les arguments et les
communiquer ? Inductifs versus déductifs
p. 358
126. Quels sont les codes et les registres de langage qui
accompagnent le dialogue ?
p. 359
127. Quelle place donne-t-on à l'humour dans nos
conversations et nos négociations ?
p. 361
128. Quelle est la part de l'implicite et de l'explicite dans
nos modes de communication (High context ou Low
context culture) ?
p. 362
129. Quels sont les statuts respectifs de l'écrit et
de l'oral dans nos cultures ?
p. 365
130. Quels sont, selon les cultures, les codes de
communication non verbale ? Paralangage, gestes,
silence…
p. 367
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising