Téléchargez le rapport Devictor : service public territorial de santé

Téléchargez le rapport Devictor : service public territorial de santé
LE SERVICE PUBLIC TERRITORIAL
DE SANTE (SPTS)
LE SERVICE PUBLIC HOSPITALIER (SPH)
Développer l’approche territoriale et populationnelle
de l’offre en santé
RAPPORT
Rapporteure : Bernadette DEVICTOR
- mars 2014 Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
1
Lettre de mission
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
2
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
3
Remerciements
Mes remerciements vont d’abord à Madame la Ministre de la Santé et des Affaires sociales,
Madame Marisol TOURAINE qui a bien voulu faire confiance à la représentante des usagers que
je suis, par ailleurs présidente d’instances de démocratie sanitaire, pour mener cette mission
visant à l’amélioration du service rendu aux usagers et à une nouvelle approche en matière
d’organisation des professionnels sur les territoires de proximité. C’est une démonstration de la
place croissante accordée à la démocratie en santé et la reconnaissance de la capacité de cette
dernière à être une source potentielle d’évolution du système de santé.
L’aboutissement de cette mission n’aurait pas été possible sans la participation active de tous les
membres du groupe tant lors des plénières que des ateliers et dont les contributions viennent
enrichir ce rapport. Je les en remercie sincèrement ainsi que tous ceux qui, lors de rencontres
spécifiques, ont bien voulu consacrer de leur temps pour partager la réflexion sur le service
public territorial de santé et le service public hospitalier. Je voudrais citer tout particulièrement
Paul CASTEL, directeur général de l’ARS PACA et Claude EVIN, directeur général de l’ARS
Ile de France.
Tout au long du travail, l’équipe de la DGOS d’abord, autour de Natacha LEMAIRE sousdirectrice de la régulation de l’offre de soins, puis de Christine BRONNEC adjointe au sousdirecteur de la régulation de l’offre de soins, m’a accompagnée tant en termes d’organisation que
de réflexion. Je voudrais les remercier et citer Adeline TOWNSEND adjointe à la cheffe de
bureau R5 ainsi que Charlotte NEUVILLE chargée de mission au sein du bureau R5 dont la
qualité des comptes - rendus de séances a été vivement appréciée par tous.
Enfin je tiens à formuler ma gratitude à l’égard des relecteurs et contributeurs attentifs qu’ont été
tout particulièrement Pierre ALEGOET, administrateur général, personnalité qualifiée, et Gérard
MICK, président de l’Union Nationale des Réseaux de Santé.
Et puis je tiens à citer le concours si précieux de Rahmona MAHIDA pour le support
administratif et la finalisation de ce document.
J’ose souhaiter que tous pourront considérer, à la lecture de ce document qu’ils n’ont pas perdu
leur temps !
Bernadette DEVICTOR
Présidente de la Conférence Nationale de Santé et de la CRSA Rhône Alpes
Présidente du CISS Rhône Alpes
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
4
Table des matières
Remerciements.............................................................................................................................................. 4
Pourquoi le service public territorial de santé est- il une réforme nécessaire ? ............................................ 8
Synthèse ...................................................................................................................................................... 10
Le service public territorial de santé (SPTS) ................................................................................... 17
1.APPORTS ATTENDUS ET DEFINITION DU SPTS............................................................................ 17
1.1 Définition du SPTS............................................................................................................................ 17
1.1.1 Le SPTS a pour objectif d’améliorer la réponse aux besoins de la population .................... 17
1.1.2 Le SPTS a les attributs du service public ............................................................................. 17
1.1.3 Les exigences liées au SPTS : qualité et pertinence ............................................................. 19
1.1.4 Le SPTS se développe selon une approche populationnelle territoriale ............................... 19
1.1.5 Le SPTS s’élabore dans le cadre d’un processus concerté à partir d’un diagnostic territorial
partagé ......................................................................................................................... 22
1.1.6 Le SPTS s’inscrit dans une démarche contractuelle ............................................................. 24
1.1.7 Le SPTS s’appuie sur une gouvernance clairement définie dans laquelle l’ARS joue un rôle de
premier plan ................................................................................................................. 25
1.1.8 La dynamique qualité est inscrite dans le SPTS ................................................................... 29
1.1.9 Le SPTS contribue au développement de la démocratie en santé......................................... 30
1.2 Les leviers du développement du SPTS en lien avec les chantiers en cours ..................................... 31
1.2.1 L’intérêt à agir pour les professionnels................................................................................. 31
1.2.2 La modélisation des financements ........................................................................................ 31
1.2.3 Le rôle des ARS .................................................................................................................... 32
1.2.4 Les outils à développer ......................................................................................................... 33
1.3 Les apports attendus du SPTS........................................................................................................... 34
1.3.1 Réduction des inégalités de santé ......................................................................................... 34
1.3.2 Atteinte d’objectifs de santé publique .................................................................................. 34
1.3.3 Territorialisation en proximité de la politique de santé ........................................................ 34
1.3.4 Dynamique qualité au niveau du territoire, gains en efficience ............................................ 35
1.3.5 Lisibilité du système de santé, visibilité des parcours accessibles ....................................... 35
1.3.6 Promotion et sécurisation des organisations professionnelles .............................................. 36
2. QUELLE OPPORTUNITE POUR LE SPTS ? ..................................................................................... 36
2.1 Les opportunités de développement du projet SPTS sont fortes ....................................................... 36
2.1.1 Le SPTS vient répondre aux attentes prioritaires des usagers .............................................. 36
2.1.2 Le SPTS vient répondre aux fortes attentes des professionnels ; les acteurs sont prêts à ces
nouvelles formes de travail .......................................................................................... 37
2.1.3 Les outils nécessaires sont en cours de développement ........................................................ 37
2.1.4 La rareté doit conduire à l’optimisation des ressources ........................................................ 37
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
5
2.1.5 Les ARS sont prêtes.............................................................................................................. 37
2.2 Les risques liés au projet SPTS......................................................................................................... 38
2.2.1 Mauvaise compréhension de la dénomination SPTS ............................................................ 38
2.2.2 Enlisement dans le meccano organisationnel ....................................................................... 39
2.2.3 Non convergence des calendriers des réformes et des outils ................................................ 39
2.3 Les forces du système de santé au regard du projet SPTS................................................................ 39
2.3.1 La qualité .............................................................................................................................. 39
2.3.2 La démocratie en santé ......................................................................................................... 40
2.3.3 Les acquis organisationnels .................................................................................................. 40
2.4 Les faiblesses du système de santé au regard du projet SPTS .......................................................... 40
2.4.1 Démographie médicale ......................................................................................................... 40
2.4.2 Manque d’organisation du premier recours .......................................................................... 41
2.4.3 Dispersion des ressources financières et de la gouvernance ................................................. 41
2.4.4 Modes de financement favorisant la concurrence entre acteurs ........................................... 41
2.4.5 Déficit de compétences en management de projet au sein des ARS .................................... 41
3. RECOMMANDATIONS DE DEPLOIEMENT POUR LE SPTS ........................................................ 42
3.1 Le SPTS a sa place au cœur de la stratégie nationale de santé et dans la loi de santé de 2014 ..... 42
3.2 Il est recommandé de retenir un déploiement volontariste du SPTS sur des thématiques et des
territoires prioritaires ............................................................................................................................. 44
Le service public hospitalier ................................................................................................................ 45
1. LE SERVICE PUBLIC HOSPITALIER RENOVE ............................................................................... 45
1.1 La réponse aux besoins et attentes des usagers ................................................................................. 45
1.2 L’inscription dans le contexte européen ........................................................................................... 46
1.2.1 L’évolution de la législation française .................................................................................. 46
1.2.2 Les règles communautaires................................................................................................... 46
1.3 Des principes ou obligations de service public à respecter sur l’ensemble de l’activité .................. 48
1.3.1 Neutralité .............................................................................................................................. 48
1.3.2 Egalité d’accès aux soins ...................................................................................................... 48
1.3.3 Continuité ............................................................................................................................. 49
1.3.4 Adaptabilité........................................................................................................................... 50
1.4 Des règles complémentaires à observer ............................................................................................ 50
1.5 Le service public hospitalier à réintroduire en bloc .......................................................................... 51
1.6 Les acteurs du SPH ........................................................................................................................... 52
1.7 Les missions de formation, d’innovation et de recherche incluses dans les activités génériques ..... 52
2. LE SERVICE PUBLIC HOSPITALIER ACTEUR DU SPTS ............................................................. 53
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
6
Annexes ..................................................................................................................................................... 55
A1. MEMBRES DU GROUPE PLENIER ................................................................................................. 55
A2. DEROULEMENT DES TRAVAUX................................................................................................... 57
A2.1 Le calendrier des plénières et ateliers : .......................................................................................... 57
A2.2 Les comptes rendus des plénières et ateliers :................................................................................ 58
A2.2.1 Compte-rendu de la plénière du 18 septembre 2013 : Lancement ..................................... 58
A2.2.2 Compte-rendu de l’atelier : Offre de proximité du 3 octobre 2013 ................................... 66
A2.2.3 Compte-rendu de l’atelier : Personnes en perte d’autonomie du 10 octobre 2013 ............ 73
A2.2.4 Compte-rendu de l’atelier : Maladie chroniques dont Santé mentale du 16 octobre 2013 79
A2.2.5 Compte-rendu de l’atelier : Soins non programmés et Urgences 23 octobre 2013............ 86
A2.2.6 Compte-rendu de la plénière du 6 novembre 2013 : SPTS ................................................ 92
A2.2.7 Compte-rendu de l’atelier : SPH du 14 novembre 2013 .................................................... 99
A2.2.8 Compte-rendu de l’atelier : Prévention du 20 novembre 2013 ........................................ 108
A2.2.9 Compte-rendu de l’atelier : Précarité du 27 novembre 2013 ........................................... 114
A2.2.10 Compte-rendu de la plénière du 17 décembre 2013 ...................................................... 119
A3. RENCONTRES & ENTRETIENS .................................................................................................... 127
A4. CONTRIBUTIONS ECRITES .......................................................................................................... 127
A4.1 Contribution écrite de l’ADESM ................................................................................................. 128
A4.2 Contribution écrite de l’ANEMF ................................................................................................. 134
A4.3 Contribution écrite du Centre de Santé Hospitalo-Universitaire APHM : ................................... 136
A4.4 Contribution écrite du Dr MULLER ............................................................................................ 142
A4.5 Contribution écrite de la FFMPS ................................................................................................. 144
A4.6 Contribution écrite de la FEHAP ................................................................................................. 150
A4.7 Contribution écrite de la FHP ...................................................................................................... 158
A4.8 Contribution écrite de la FNCS .................................................................................................... 169
A4.9 Contribution écrite de la FNEHAD ............................................................................................. 177
A4.10 Contribution écrite du Professeur Pierre GIBELIN, Personnalité Qualifiée.............................. 180
A4.11 Contribution écrite du SNIIL ..................................................................................................... 182
A4.12 Contribution écrite du SNMPMI................................................................................................ 184
A4.13 Contribution écrite de la fédération SOS Médecins France : ..................................................... 190
A4.14 Contribution écrite de l’UNAFAM ............................................................................................ 192
A4.15 Contribution écrite d’UNICANCER: ......................................................................................... 196
A4.16 Contribution écrite de l’UNIOPSS et de la FNARS .................................................................. 203
A4.17 Contribution écrite de l’UNRS .................................................................................................. 204
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
7
Pourquoi le service public territorial de santé est- il
une réforme nécessaire ?
La réponse se trouve dans les difficultés rencontrées par les usagers et les professionnels,
difficultés qui contribuent, notamment, à l’accroissement des inégalités sociales et territoriales de
santé.
Les situations vécues par les usagers font souvent apparaître :
-
-
-
Un défaut de compréhension du système de santé : qui fait quoi ? où ? selon quelles
conditions tarifaires ? avec quelles garanties de qualité du service rendu ?
Un mésusage du système de santé car dans l’ignorance ou l’incompréhension du rôle des uns
et des autres, ou en l’absence de disponibilité d’une offre adaptée, il peut être rassurant
d’aller toujours vers celui « qui fait le plus, qui est censé être le plus compétent » ;
Des ruptures dans les processus d’accompagnement ou de prise en charge soit parce que
l’usager est livré à lui-même pour enclencher la phase suivante de son parcours (par
exemple, prendre un rendez-vous chez un spécialiste souvent peu disponible), soit parce que
le passage de relais entre les équipes ou les professionnels est non prévu ou déficient ; ainsi
en sortie d’hôpital, c’est trop souvent le patient lui-même ou son aidant qui devra activer les
intervenants nécessaires ;
Le ressenti par les usagers que le parcours qui leur a été proposé l’a été par défaut, du fait de
la difficulté qui est la leur à percevoir les alternatives et les critères de choix ;
Le fait qu’encore trop de personnes restent en dehors du système de santé soit parce qu’elles
ne sont pas en demande (personnes en situation de précarité ou âgées ou souffrant de
troubles ou maladies psychiques, ...), soit parce qu’elles n’accèdent pas à leurs droits, ou
qu’elles y renoncent du fait de la charge financière réelle ou anticipée.
Du côté des professionnels, il ressort une méconnaissance mutuelle de leurs compétences, de
leurs champs d’action, d’où une réelle difficulté à orienter les usagers au mieux de leurs besoins,
à faire confiance aux éléments d’information ou de diagnostic qui leur sont fournis par d’autres
professionnels. Ils ont également des difficultés à entrer en contact les uns avec les autres faute
de disponibilité. De plus, ils sont encore trop souvent attachés à la qualité de leurs seules
prestations avec une préoccupation insuffisante de l’aval de celles-ci ou des conditions de vie de
la personne auprès de laquelle ils interviennent.
Pourtant, de nombreuses réformes ont été engagées, mais elles butent sur le déficit d’information
des usagers et des professionnels, sur l’illisibilité d’un système de santé qui résulte de l’addition
de dispositifs, sur le déficit de coordination des professionnels sur le terrain et sur leur mode de
rémunération. Ainsi, peut-on citer l’exemple d’un directeur d’EHPAD qui affirme participer
effectivement aux réunions des filières gérontologiques, mais que cela ne change rien à sa
pratique en matière de choix des personnes qu’il accueille dans son établissement (ce qui veut
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
8
dire qu’il n’est pas intéressé à trouver la réponse adaptée à la demande pour certains usagers, en
particulier ceux en situation complexe).
Pour surmonter ces difficultés, il faut impulser un vrai changement culturel, une réelle
modification des pratiques, qui conduisent les professionnels à travailler non plus
individuellement mais en coopération, dans le partage de valeurs communes, dans une
approche soucieuse d’apporter les réponses aux besoins des personnes, réponses adaptées
et respectueuses de leurs choix, sur leur territoire de proximité, dans une dynamique de
qualité toujours croissante. C’est la raison d’être de la proposition de réfo rme « service
public territorial de santé » , au sein duquel le service public hospitalier aura son rôle à jouer.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
9
Synthèse
A. Service public territorial de santé
Le projet de service public territorial de santé (SPTS) rencontre l’assentiment de tous les acteurs
(même si la dénomination et les modalités de déploiement du SPTS sont sujettes à appréciations
diverses), car il vient répondre aux attentes fortement exprimées par les usagers et les
professionnels. Il permet de développer à la fois un choc de coopération au sein de notre
système de santé (ainsi qu’avec les autres secteurs dont, prioritairement, le social), et un choc de
responsabilisation des acteurs de santé. Ces derniers apparaissent tous prêts pour s’engager dans
de nouvelles formes d’organisation si les règles sont stabilisées et clairement définies
contractuellement avec et entre eux.
Il y a une forte opportunité à déployer le SPTS selon les recommandations suivantes :

Retenir la dénomination de service public territorial de santé (SPTS) qui correspond à la
démarche de promotion des attributs du service public attendue par tous les usagers, et
souhaitée très largement par les professionnels, ceci ne correspondant en rien à une étatisation
de la santé. A défaut, retenir la dénomination de service territorial de santé publique, cette
dernière proposition reflétant bien une approche collective de la santé et proposant une
extension de la notion de santé publique.

Définir le service public territorial de santé comme étant l’offre de service, portant les
principes du service public - et tout particulièrement la continuité et l’accessibilité - résultant
d’une organisation contractuelle entre les « offreurs en santé » (sanitaire, médico-social et
social) du territoire sous la régulation de l’ARS. Le territoire est ici un territoire de projet, il
doit être défini en concertation avec les acteurs et les usagers. Le contrat territorial de santé
vient prolonger la notion de contrat local de santé (sans pour autant rendre caduques les
contrats locaux existants), car il engage simultanément les financeurs, les régulateurs et les
offreurs en santé dans la réalisation des objectifs qu’ils se sont fixés.
Le SPTS ne recouvre pas nécessairement d’emblée l’ensemble des activités de santé sur un
territoire. Il se développe, en cohérence avec les PRS, sur des thématiques spécifiques en
fonction des besoins identifiés à partir d’un diagnostic territorial partagé.
Les acteurs de santé s’organisent selon une approche en responsabilité populationnelle c’està-dire dans la préoccupation que chaque personne sur le territoire de proximité trouve a
minima une orientation vers la réponse adaptée à ses besoins de santé, dans une perspective
de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.

Mettre en place une gouvernance appropriée dans le cadre des conseils territoriaux de
santé, à vocation stratégique, sous pilotage ARS, rassemblant tous les financeurs du territoire
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
10
et tous les représentants des acteurs en santé, dont les usagers. Ces conseils territoriaux de
santé, instances délibératives, se substituent aux actuelles conférences de territoire, instances
consultatives (et généralement situées à une échelle de territoire trop étendue). Un comité
territorial de relation avec les usagers, commission du conseil territorial de santé, aura en
charge la dynamique concernant la qualité de l’offre en santé sur le territoire. Le conseil local
de santé, situé à un niveau géographique plus fin, défini selon les besoins du territoire, à
vocation opérationnelle, rassemblera les acteurs, dont les usagers, et intégrera le conseil local
de santé mentale lorsqu’il existe.

Inscrire dans la loi de santé 2014 la définition - socle du SPTS et ses principes de base
(diagnostic partagé, démarche ascendante, contrat territorial précisant les modalités de mise
en œuvre du projet territorial, conseil territorial de santé, comité territorial de relation avec les
usagers).

Préciser dans la feuille de route de la stratégie nationale de santé les modalités de
déploiement du SPTS dans les territoires, à partir de la réalisation de diagnostics partagés en
cohérence avec les priorités de santé publique et les PRS (plans régionaux de santé).

Envisager une montée en charge particulièrement volontariste du SPTS dans le domaine
de la psychiatrie / santé mentale et de la prévention.

Mettre impérativement en place les conditions d’accès aux données territorialisées
nécessaires au diagnostic et au suivi de la mise en oeuvre du SPTS.

Modéliser les financements nécessaires au développement du SPTS en assurant a minima la
mise en synergie des divers financements pour les acteurs dans le territoire.
B. Service Public hospitalier
Le rétablissement du Service Public Hospitalier (SPH) dans la loi a été annoncé par Madame la
Ministre lors de la remise du rapport « pacte de confiance à l’hôpital » le 4 mars 2013. Dans la
ligne des conclusions de ce rapport, en tenant compte à la fois du contexte européen et des
attentes des acteurs, il est proposé de :

Rétablir le service public hospitalier en bloc pour l’ensemble des activités de
l’établissement

Affirmer que le service public hospitalier se doit de respecter les principes du service
public : continuité, adaptabilité, égalité et donc accessibilité territoriale et financière,
neutralité.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
11

Rappeler que les acteurs du SPH ont des règles à observer sur l‘ensemble de leurs activités
notamment, participation des usagers aux instances de gouvernance, maitrise des délais
d’attente, transparence des comptes.

Déclarer que les acteurs du service public hospitalier sont : de principe, les établissements
publics ; les établissements privés à but non lucratif (ESPIC-PSPH, centres de lutte contre le
cancer) qui respectent toutes les obligations du SPH sauf s’ils ne souhaitent pas en faire
partie ; les établissements privés commerciaux, respectant pour l’ensemble de leur activité les
obligations du service public et les règles énoncées, et dont la demande de participer aura été
validée.

Faire disparaître les 14 missions de service public introduites par la loi HPST, les missions
de formation, d’innovation et de recherche étant incluses dans les activités génériques des
établissements de santé.

Introduire une obligation de coopération à plusieurs dimensions pour les acteurs du
service public hospitalier : coopération (mutualisation des compétences, optimisation des
équipements sanitaires et des plateaux techniques) entre les établissements hospitaliers d’un
même territoire ou au-delà selon les besoins d’orientation du patient ; coopération avec les
acteurs de santé des secteurs sanitaire, médico-social et social au sein des SPTS.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
12
Préambule
 Le projet de service public territorial de santé est apparu dans le cadre des travaux
préparatoires au rapport d’Edouard COUTY intitulé « Pacte de confiance à l’hôpital ». Le
groupe consacré au « service public hospitalier dans le système de santé », présidé par B.
DEVICTOR, a fait émerger l’idée d’un service public hospitalier ouvert sur son
environnement, participant à un service public territorial de santé.
Lors de la remise du rapport « pacte de confiance à l’hôpital », Madame Marisol
TOURAINE, ministre des affaires sociales et de la santé, a pris comme premier
engagement celui de faire « aboutir la réflexion autour du service public territorial de
santé pour l’inscrire dans la loi ».
Dans le rapport du comité des sages présidé par M. Alain CORDIER, intitulé « projet
global pour la stratégie nationale de santé », figurent six recommandations reliées
directement au service public territorial de santé :
o Favoriser les équipes de soins de santé primaires
o Garantir une coordination des professionnels de santé auprès des malades
chroniques les plus lourds
o Multiplier les outils d’appui à l’intégration des acteurs territoriaux
o Créer un service public de l’information en santé
o Se donner les outils de la coordination et de la continuité ville-hôpital
o Optimiser la place de l’hôpital dans le territoire de santé
Enfin, la stratégie nationale de santé présentée par la ministre le 23 septembre 2013
inscrit parmi ses objectifs le développement du service public territorial de santé.
 La réflexion autour du service public territorial de santé (SPTS) s’inscrit dans un contexte
où des enjeux majeurs de santé publique sont à prendre en considération de manière
prioritaire.
Citons tout d’abord la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé : en
effet, l’amélioration de l’espérance de vie et de l’état de santé de la population en valeur
moyenne s’accompagne d’une augmentation des inégalités.
Citons également l’amélioration de la réponse aux besoins de santé des personnes :
notre système de santé cloisonné, dont les acteurs agissent de façon souvent individuelle,
n’est pas adapté aux nouvelles approches que nécessitent le développement de la
prévalence des maladies chroniques et l’allongement de la durée de vie. Il a été construit
pour répondre aux demandes de soins, beaucoup moins pour se préoccuper des besoins de
santé des populations.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
13
 De plus, la mise en œuvre de la loi HPST montre la nécessité d’aller vers une meilleure
adaptation de l’offre en santé aux réalités des territoires de proximité, vers une
approche réellement intersectorielle de la santé incluant un lien plus étroit entre les
secteurs social, médico-social et sanitaire.
 C’est conscient de ces constats et fort de la lettre de mission, que le groupe SPTS,
composé de représentants de tous les acteurs de santé, s’est mis au travail en retenant
une approche progressive, s’appuyant sur les premiers travaux du « Pacte de
confiance ». Après avoir énoncé les principes du SPTS, les implications pratiques de sa
mise en place ont été explorés dans le cadre d’ateliers thématiques (offre de proximité,
personnes en perte d’autonomie - personnes en situation de handicap, personnes âgées -,
maladies chroniques - dont santé mentale -, soins non programmés et urgences, service
public hospitalier (SPH), prévention, précarité). Enfin, la phase de synthèse a permis de
consolider les fondamentaux à partir desquels concevoir le SPTS.
 Le groupe plénier composé d’une centaine de personnes, s’est réuni à trois reprises. Les
ateliers ont réuni un total de 200 à 250 personnes (voir en annexes 1 et 2, la composition
du groupe et les ordres du jour des diverses réunions).
Les principes qui ont guidé la réflexion collective ont été essentiellement de :
-
-
-
Faire confiance aux acteurs, leur laisser la marge de manœuvre nécessaire pour le
développement d’initiatives en rapport avec la spécificité de chaque terrritoire, tout en
tenant compte du rôle majeur des ARS et des impulsions politiques nationales en termes
d’objectifs à atteindre,
Construire sur les acquis, le SPTS venant s’inscrire dans un environnement où de
nombreuses expérimentations ont déjà eu lieu, où de nombreux acteurs s’efforcent déjà
d’améliorer le service rendu aux usagers. Il ne s’agit pas de faire comme si rien de tout
cela n’existait, mais bien au contraire d’en tenir compte pour donner une nouvelle
dimension au déploiement de ces initiatives,
Ne pas ajouter à la complexité mais plutôt viser la mise en cohérence, la recherche de
principes fédérateurs,
Développer une approche pragmatique afin de s’assurer de la faisabilité opérationnelle
des recommandations formulées,
Ne pas vouloir résoudre tous les problèmes du système de santé au travers du SPTS.
C’est sans doute le principe le plus difficile à appliquer, tant les différents partenaires de
la réflexion, et la rapporteure elle-même, auraient été heureux de trouver la « solution
miracle ». Néanmoins, il faut souligner que le SPTS ne pourra réellement se développer
que si tout un ensemble de difficultés majeures (difficultés d’accès aux soins ou à
l’accompagnement médico-social sur certains territoires, niveau de reste à charge pour les
usagers, ....) sont effectivement prises parallèlement à bras - le - corps ; nous y
reviendrons.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
14
Position de la rapporteure :
Il convient de préciser que ce rapport a été écrit avec le souci constant de tenir compte des
différences d’approche et de restituer l’esprit dans lequel le groupe a travaillé. Il s’attache à
présenter les conclusions des travaux, en soulignant les éléments de consensus tout en présentant
les points faisant l’objet de divergences d’analyse. Les contributions des membres sont jointes en
annexe. Pour autant, sa rédaction n’a pu faire totalement abstraction du prisme à travers lequel
une représentante des usagers, chargée de conduire les débats, perçoit, et conçoit, le système de
santé : l’enjeu, pour un usager, est que le système de santé soit appréhendé comme un bien
commun, et qu’ il réponde, dans l’intérêt général, et donc l’intérêt-même de chacun, de
manière satisfaisante, aux besoins de santé de tous, quelles que soient leurs conditions
d’existence (géographiques, sociales, économiques, cognitives, culturelles, en matière
d’autonomie, ...)
Santé ? Dans ce rapport, le mot « santé » est à prendre au sens large en incluant donc les
problématiques de soins, de prévention, d’accompagnement médico-social, sans oublier le lien
avec le domaine social. Le terme « sanitaire » renvoie essentiellement aux soins ; c’est
pourquoi il est préféré dans ce document l’expression « démocratie en santé » à celle de
« démocratie sanitaire ».
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
15
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
16
Le service public territorial de santé (SPTS)
1. APPORTS ATTENDUS ET DEFINITION DU SPTS
1.1
Définition du SPTS
Le service public territorial de santé est l’offre de service, portant les principes du service public, et tout
particulièrement la continuité et l’accessibilité, résultant d’une organisation contractuelle entre les
« offreurs en santé » (sanitaire –terme qui inclut la médecine de ville-, médico-social et social) du
territoire, sous la régulation de l’ARS.
Le SPTS ne recouvre pas nécessairement, d’emblée, l’ensemble des activités de santé sur un territoire. Il
se développe autour de thématiques spécifiques, en fonction de besoins identifiés, dans le cadre d’un
diagnostic territorial partagé.
Les acteurs de santé s’organisent dans une approche fondée sur le principe de « responsabilité
populationnelle » c’est-à-dire dans la préoccupation que toute personne trouve a minima sur son
territoire de proximité une orientation vers la réponse adaptée à ses besoins de santé, dans une perspective
de réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.
1.1.1 Le SPTS a pour objectif d’améliorer la réponse aux besoins de la population
Le SPTS ne vise pas seulement la réponse à la demande des personnes du territoire, de nombreux
usagers n’étant pas en demande (notamment personnes en situation de précarité, personnes âgées,
personnes atteintes de maladies psychiatriques, ...).
Le SPTS vise à mieux répondre aux besoins de santé sur un territoire et à permettre à tous d’accéder à
l’offre en santé dans de bonnes conditions de qualité.
L’amélioration du service rendu à la population doit contribuer à l’amélioration de l’état de santé de la
population dans le cadre de la poursuite d’objectifs de santé publique définis soit au niveau du
territoire à partir des besoins spécifiques de celui-ci, soit au niveau de la région dans le cadre du Plan
régional de santé (PRS), soit au niveau national dans le cadre de la Stratégie nationale de santé.
Ainsi peut - on concevoir, par exemple, un service public territorial de santé engagé selon les
territoires et leurs spécificités en matière de prévention, ou d’accès aux soins des personnes en
situation de handicap, ou d’accès aux soins non programmés et aux urgences, ou d’amélioration des
parcours des personnes âgées, voire un service public territorial de santé regroupant conjointement
plusieurs de ces thématiques.
1.1.2 Le SPTS a les attributs du service public
Il y a lieu tout d’abord de rappeler que le fait de contribuer à l’offre d’un service ayant les
caractéristiques d’un service public n’implique pas de facto d’être un acteur public. Ainsi, dans
le domaine hospitalier, les ESPIC (avant la loi HPST, les établissements PSPH), et quelques
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
17
établissements privés à but lucratif, contribuent à l’offre du service public hospitalier sans être pour
autant des acteurs publics. De la même façon, des acteurs libéraux peuvent contribuer au service
public territorial de santé sans être ou devenir pour autant des agents de l’Etat ; dans de nombreux
autres domaines (distribution de l’eau, transports, ...), des acteurs privés sont les « effecteurs du
service public ».
 Le SPTS a les attributs du service public : égalité d’accès reposant sur une accessibilité
universelle - géographique, pour tous, quels que soient les incapacités ou handicaps (physique,
sensoriel, cognitif, ...), financière tout au long du parcours (traduite a minima en termes de reste
à charge accessible pour l'usager) – ainsi que les attributs de continuité ; neutralité/nondiscrimination ; adaptabilité.
 L’accessibilité financière est un élément sur lequel les attentes se focalisent tant de la part des usagers
que des professionnels respectant des tarifs accessibles. Dans la feuille de route de la Stratégie
nationale de santé présentée en septembre 2013 par Madame Marisol TOURAINE, ministre des
affaires sociales et de la santé, il est écrit : « Il faut lever tous les obstacles financiers à l’accès aux
soins. Nombre de nos concitoyens rencontrent des difficultés d’accès à certains services de santé et
peuvent être conduits à renoncer à des soins pour des raisons financières en raison du reste à charge
».
En l’espèce, l’annonce, dans le cadre de cette même stratégie nationale de santé du tiers - payant
généralisé pour 2017, va utilement contribuer à améliorer l’accessibilité tarifaire des parcours de santé.
Le rapport de la sénatrice Madame Dominique ARCHIMBAUD précise qu’un patient intégrant un
parcours en secteur 1 doit pouvoir le poursuivre en secteur 1.
Néanmoins, les pratiques de dépassements d’honoraires, majoritairement le fait des spécialistes,
puisque les généralistes sont en secteur 1 pour 95 % d’entre eux, restent une réalité tant en ville qu’à
l’hôpital (lorsque ce dernier est un établissement public avec des praticiens hospitaliers disposant
d’une activité libérale). Cette question a été très présente au cours des débats. Les effets de la mise en
œuvre de l’avenant 8 devront être suivis de près1. Dans cette perspective, le partage de données au
sujet de l’offre en tarifs opposables devra être assuré de manière précise, au travers de tableaux de
bord partagés notamment avec les CRSA. L’errance des usagers entre la consultation du généraliste et
la consultation du spécialiste trouve une de ses origines dans ce maquis tarifaire.
En ce qui concerne l’accompagnement médico-social, tant l’expérimentation PAERPA (Personnes
Agées en Risque de Perte d’Autonomie) qui prévoit une prise en charge par l’assurance maladie du
reste à charge pendant 7 jours pour l’accompagnement à domicile ou pendant 30 jours pour
l’hébergement temporaire (sauf forfait hospitalier), que l’annonce d’une future loi de réforme du
financement de la prise en charge de la dépendance, vont dans le sens de l’amélioration de
l’accessibilité tarifaire pour tous. Le projet de service public d’aide à domicile évoqué dans le cadre
de la concertation autour de la loi d’« adaptation de la société française au vieillissement » contribuera
également à cette accessibilité tarifaire.
Dans l’attente de ces nouvelles lois et dispositions règlementaires, les acteurs professionnels
participant au SPTS devront s’engager à la plus grande vigilance pour s’assurer que le reste à
1
voire approfondis: la FEHAP propose le principe, sinon la cible, d’un « zéro reste à charge après intervention des organismes
d’assurance-maladie obligatoire et complémentaire ». On retrouve ce principe dans une des lignes directrices du Plan Cancer III,
à savoir la garantie d’une offre en secteur opposable pour la chirurgie réparatrice dans chaque région
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
18
charge sera accessible pour les usagers. Ceci devra également faire l’objet de suivi dans la mise en
œuvre du SPTS par les instances de gouvernance qui seront mises en place (voir §1.1.7).
La continuité du SPTS s’entend comme le fonctionnement permanent et/ou régulier des services ; il
s’agit à la fois d’une continuité horaire, d’une continuité territoriale, et d’une continuité le long du
parcours de santé, correspondant à la coordination des différents intervenants sanitaires, sociaux et
médico-sociaux : à titre d’exemple, la continuité horaire peut correspondre à la mise en place de
dispositifs d’accès aux soins non - programmés en journée ; la continuité du parcours renvoie au
passage de relais entre la ville et l’hôpital ; ....
1.1.3 Les exigences liées au SPTS : qualité et pertinence
Le SPTS s’inscrit dans l’amélioration du service rendu à l’usager. Qualité et pertinence sont des
exigences inscrites dans sa carte génétique, et devront faire l’objet en continu de suivi et d’évaluation.
Comme le souligne Madame la Professeure HARDY-BAILEY 2, « la coopération se construit dans
l’amont de la rencontre avec le patient (le professionnel doit se déplacer de la relation singulière dans
laquelle soignant et soigné se retrouvent, à l’amont de cette rencontre et à son contexte d’analyse
spécifique) et elle impose aux professionnels de la penser à partir des savoirs acquis sur les soins (les
professionnels doivent s’entendre sur le meilleur soin et la meilleure organisation là où la discipline
elle-même n’offre pas de guides).
Ce déplacement des professionnels constitue un réel changement culturel. En effet, il s’agit de mettre
au travail des soignants rompus à l’exercice singulier, sur un amont de cet exercice qui est de niveau
organisationnel et de les amener à questionner leurs pratiques en se confrontant à d’autres modes
d’exercice que le leur et à d’autres façons de répondre que la leur. Bref à créer un espace dit de
qualité. »
1.1.4 Le SPTS se développe selon une approche populationnelle territoriale
Le SPTS n’intervient pas directement au niveau de la coordination autour d’une personne (patient ou
usager). Il vise à mettre en œuvre les coopérations nécessaires pour que cette coordination soit
effective.
1.1.4.1
La responsabilité populationnelle
La notion de responsabilité populationnelle inscrite dans la définition du SPTS signifie que les
professionnels assument conjointement la responsabilité de la réponse aux besoins de santé de la
population du territoire.
Dans son discours du 4 mars 2013, Madame la Ministre Marisol TOURAINE indiquait que « Le service
public territorial de santé, c’est en effet reconnaître une responsabilité collective de service public à
l’ensemble des acteurs de santé d’un territoire. L’objectif est simple : toutes les structures, tous les
professionnels, y compris libéraux, sont appelés à coopérer concrètement et efficacement pour garantir la
meilleure organisation des parcours de soins et assurer la qualité de la prise en charge des usagers,
patients, personnes âgées, personnes handicapées. »
 Dans cet objectif, les professionnels s’organisent entre eux, sous la régulation de l’ARS, de sorte
que nulle personne en besoin d’offre en santé (soins, accompagnement, prévention, accès aux
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
19
droits, ...) sur le territoire ne reste sans réponse adaptée ou a minima, sans une orientation vers la
réponse adaptée.
Pour y parvenir, il y a deux axes d’action :
- Accessibilité en tous points du territoire : cela peut conduire à mettre en œuvre une
certaine mutualisation des moyens et à organiser la subsidiarité des acteurs en cas de
carence.
 Exemple : organisation d’un service de prévention, accessible à tous en tous
points du territoire, tel qu’il est développé par l’ARS Languedoc Roussillon
 Exemple : offre de premier recours, organisée par l’hôpital, en subsidiarité des
professionnels libéraux en cas de carence de ces derniers (exemple, la maison
pluri-professionnelle de santé près de Roanne, ou les consultations avancées
organisées dans les quartiers nord de Marseille autour du CHU)
L’accessibilité peut également être améliorée au travers de la responsabilité territoriale de
certaines offres comme c’est le cas aujourd’hui pour l’HAD, les SSIAD ou la psychiatrie de
service public sectorisée et qui pourrait être envisagée pour d’autres offres (dialyse hors
centre, SESSAD, SAMSAH, ...).
- L’orientation adaptée : quel que soit le point de contact de la personne avec les
professionnels de santé (prévention, soins, médico-social) ou du secteur social, la personne
doit être correctement orientée en fonction de ses besoins et en fonction de l’acteur le mieux
à même de répondre de façon pertinente à ceux-ci ; derrière ce principe d’orientation
adaptée, se profile l’idée d’une « règle du jeu », d’une règle de répartition des interventions
des acteurs dans un souci d’amélioration de la réponse à l’usager et d’efficience.
 Ainsi le réseau Santé Solidarité de Lille Métropole ou le réseau santé précarité
(DIHAL) de Toulouse ont pour objectif de faire en sorte que tous les acteurs de
santé se sentent concernés par le repérage des situations de précarité et
l’orientation des personnes concernées vers les modalités d’accompagnement ou
de prise en charge les plus adaptées.
 Ainsi, le SPTS n’est pas la somme de réponses ponctuelles d’acteurs à qui seraient assignés des
objectifs individuels ; ce n’est pas non plus seulement une approche qui définirait par exemple un
délai minimum d’accès à tel ou tel professionnel ou examen spécifique sur un territoire ; c’est un
projet collectif qui doit permettre d’ajuster une réponse aux besoins des personnes en garantissant
que le premier professionnel contacté (le point d’entrée quel qu’il soit) saura orienter au mieux le
demandeur en fonction de ses besoins réels. Le SPTS sous-tend les idées d’enclenchement d’un
processus, de mise en mouvement d’une chaîne d’acteurs, d’entrée de la personne en besoin d’offre
de santé dans un circuit solidaire et maillé, garantissant dès le premier contact, et quel qu’il soit,
l’orientation pertinente de cette personne, dans une perspective de prise en charge et
d’accompagnement dans la globalité.
Madame la Professeure HARDY-BAYLE, formule l’approche du point de vue des acteurs en y
introduisant la dynamique de qualité : il s’agit de « rendre accessible à tous la meilleure réponse en
organisant des réponses territoriales où chacun, selon ses contraintes d’exercice, peut trouver sa
place et développer, sur tout le territoire, une logique de qualité permettant de répondre à
l’adaptation permanente de l’organisation en fonction des savoirs actualisés sur les « meilleurs »
soins en tenant compte des contraintes budgétaires pesant sur le système de santé ».
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
20
1.1.4.2 L’approche territoriale : quels territoires ?
Les territoires considérés pour le déploiement du SPTS répondent aux caractéristiques suivantes :
o ce sont des territoires de proximité, de projet,
o ils sont adaptés à l’activité des acteurs,
o ils tiennent compte des parcours des usagers,
o ils sont définis avec les acteurs,
o ils ne sont pas nécessairement organisés autour de l’offre hospitalière.
Ainsi, il ne s’agit pas, sauf exception, des territoires tels qu’ils ont été définis lors de la mise en
œuvre de la loi HPST. Plus de la moitié des ARS ont défini les départements comme territoires de
santé, et ceux-ci se révèlent majoritairement trop étendus pour correspondre aux critères ci-dessus
énoncés.
Les acteurs ont insisté pour que le découpage territorial ne soit pas défini a priori, mais bien en
concertation avec eux.
Il peut y avoir plusieurs niveaux de territoires dépendant des activités concernées. De plus, il
pourra être distingué le territoire opérationnel, ou territoire de proximité, et le territoire
stratégique, niveau d’élaboration des stratégies, « supervisant », et soutenant, plusieurs
territoires opérationnels.
Le territoire de proximité, selon la taille et la densité de population, peut correspondre à l’échelon
d’un quartier, d’une commune ou d’une agglomération de communes.
Le territoire stratégique, selon la taille et la densité de population, peut correspondre à l’échelon
du département ou du demi – département, mais d’autres contours sont envisageables. On retrouve
ici un découpage territorial qui, de fait, se met en place dans les expérimentations PAERPA comme
il en existe en région Pays de Loire. Il s’agit ici de territoires d’une dimension proche de ce
qu’étaient les bassins hospitaliers, mais même si l’hôpital a un rôle fondamental à jouer, il n’est pas
le seul facteur déterminant du découpage en territoires.
En tout état de cause, il y aura lieu d’éviter la multiplication des découpages territoriaux qui se
traduirait par une perte d’efficience et un nouveau cloisonnement des activités et des acteurs.
Ainsi, la nécessité de développer davantage les liens entre les acteurs du soin, du social et du
médico-social avec les acteurs de la psychiatrie s’est très fréquemment imposée dans les échanges.
Pour favoriser ces liens, le découpage géographique des secteurs de psychiatrie pourrait converger
avec d’autres découpages liés aux services SPTS, ce qui compte étant prioritairement ce qui est
développé en termes de service à la population, plutôt que les limites géographiques au sein
desquelles ces services sont développés.
De la même façon, il est indispensable pour la réussite du SPTS que les collectivités territoriales
soient parties prenantes de la démarche tant comme financeurs que comme acteurs de santé. De ce
fait, la convergence des territoires SPTS avec les territoires administratifs doit être inscrite dans la
réflexion tout en gardant la souplesse nécessaire.
Les ARS, une fois accompli leur travail de planification (PRS et ses schémas et programmes) se
sont déjà investies dans un découpage en territoires de proximité. C’est aussi ce qui a conduit
nombre d’acteurs à souligner l’importance de la concertation autour du découpage territorial.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
21
La loi de santé 2014 pourrait ainsi rappeler la nécessaire définition des territoires de proximité en
lien avec les acteurs de terrain et donner un cap en termes de « convergence » des découpages
territoriaux (notamment en ce qui concerne les territoires administratifs) afin de permettre la
rencontre de tous les acteurs (soins, psychiatrie et santé mentale, médico-social, social, ...).
Figure 1 : Niveau de positionnement du SPTS
S
P
T
S
S
½
département,
département,
...
Commune,
agglomération
de communes,
...
1.1.5 Le SPTS s’élabore dans le cadre d’un processus concerté à partir d’un diagnostic
territorial partagé
Figure 2 : Première étape : le diagnostic partagé
 La concertation entre les acteurs et avec les usagers (lien avec la démocratie en santé), en lien avec les
ARS, est la base du processus de construction du SPTS.
 La concertation doit s’installer à partir d’un diagnostic territorial partagé reposant en particulier sur
une analyse des besoins des usagers, du niveau de service offert, de l’organisation de l’offre, de la
charge des professionnels.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
22
o
L’analyse des besoins se fera prioritairement au regard des enjeux prioritaires de santé
publique définis tant au niveau national - stratégie nationale de santé -, qu’au niveau
régional – plan régional de santé – qu’à partir des spécificités du territoire. Les plans et
programmes étant bien trop souvent conçus à partir de la seule analyse de l’offre,
l’analyse des besoins est une démarche encore trop peu fréquente. Mais elle prend
d’ores et déjà sa place dans le cadre des Ateliers Santé - Ville (ASV) et elle a souvent été
développée pour la conception des PRAPS (Programme Régionaux d’Accès à la
Prévention et aux Soins).
De leur côté, les expérimentations PAERPA imposent ce diagnostic initial tant en ce qui
concerne la cartographie de l’offre que la consommation de soins.
Toutefois, l’élaboration des premiers PRS a souligné le manque de connaissance des
besoins dans le domaine sanitaire, mais plus encore, dans le domaine médico-social.
Des démarches de diagnostic des besoins de la population sont généralement développées
dans le cadre des ateliers santé – ville et ont été récemment établis pour l’élaboration de
contrats locaux de santé. Certains observatoires régionaux de la santé ont acquis un vrai
savoir-faire en la matière.
Plusieurs ARS ont procédé à ce diagnostic sur certains territoires en réalisant une enquête
tant auprès des professionnels que de la population. Les résultats obtenus ont été riches
d’enseignement et les mesures à prendre ont assez aisément rencontré le consensus.
 L’ANAP (Agence nationale pour l’amélioration de la performance) travaille
actuellement sur le diagnostic territorial à partir des besoins, dans le cadre
d’expérimentations dans 4 régions engagées dans les expérimentations PAERPA
(personnes âgées en risque de perte d’autonomie). La méthodologie SPTS pourra
utilement s’appuyer sur ces travaux.
o L’analyse du niveau de service se fera en particulier selon les caractéristiques de
continuité - horaire et tout au long du parcours – et d’accessibilité selon ses diverses
dimensions. La permanence des soins fera l’objet d’une attention particulière ; elle doit
être organisée de façon à mobiliser le bon niveau de compétences et préserver le recours
aux urgences hospitalières pour les urgences vitales.
o
L’analyse de l’offre et de son organisation permettra d’identifier les segments d’activité
sur lesquels il y a abondance (et parfois même redondance) et ceux sur lesquels des
besoins restent insatisfaits. Elle permettra également de recenser les divers modes de
coopération et d’organisation mis en place sur le territoire tant au sein de chacun des
secteurs (sanitaire, médico-social, prévention) qu’en inter -secteurs (liens avec la
dimension sociale, avec la santé au travail, la santé environnementale, ....). En effet, le
SPTS n’a pas vocation à faire table rase des coopérations existantes, mais à les organiser
au niveau du territoire dans la perspective d’une offre de services accessible et
continue, privilégiant l’approche globale de la prise en charge et de
l’accompagnement de la personne. Le recensement des compétences en coordination
existant sur le territoire (par exemple, les réseaux de santé, les structures d’HAD, de
SSIAD,...) trouvera sa place dans le diagnostic afin de favoriser le développement du
SPTS.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
23
D’une façon générale, le diagnostic doit pouvoir s’appuyer sur les données de santé du territoire ;
l’accès aux données de santé, détenues notamment par l’Assurance maladie, est une nécessité.
L’observatoire de la santé des Lyonnais réalisé en partenariat entre la ville de Lyon, la CPAM et
l’ARS est un exemple particulièrement intéressant de ce qui peut être réalisé et observé.
 L’accès partagé aux données, inscrit comme chantier SNS, doit effectivement aboutir pour
permettre non seulement le diagnostic initial mais aussi le suivi de la mise en œuvre du SPTS.
 La réalisation du diagnostic partagé permet de définir la (ou les) thématiques sur laquelle
(lesquelles) le SPTS doit se développer prioritairement sur le territoire. Il s’agira par exemple de
la prise en charge des soins urgents ou non programmés, de l’accès aux soins des personnes en
situation de handicap, de la prise en charge ou de l’accompagnement des personnes en situation de
troubles ou présentant une maladie mentale de l’accès à la prévention pour tous, de l’accompagnement
vers les soins des personnes en situation de précarité, .....
La réflexion de l’ARS Languedoc-Roussillon est partie d’un constat général: au sein de
la région, il existe une multiplicité d’acteurs, avec une couverture très inégale des
actions de prévention. Plusieurs enjeux ont ainsi été identifiés : mieux répondre aux
besoins, augmenter le niveau de qualité des actions, couvrir tout le territoire et réduire les
inégalités sociales et territoriales par le biais d’une offre structurée sur le territoire. L’ARS a
développé la notion de « panier de services, à garantir à toute la population. C’est un
ensemble de services incluant les soins médicaux de base et la prévention organisée (prise en
charge des addictions, dépistage du cancer, santé mentale des jeunes, Nutrition, Vaccination,
Contraception, Tuberculose, HIV/Hépatite).Le panier de services a permis l’identification
de thématiques « support » (éducation pour la santé, veille et sécurité sanitaire, soins de
premier recours) et de thématiques « transversales » (PRAPS, Périnatalité, santé
environnement). Ce projet est porté de manière « inter institutionnelle », le lien est établi
avec les collectivités locales.
1.1.6
Le SPTS s’inscrit dans une démarche contractuelle
Figure 3 : le SPTS se traduit par un contrat territorial de santé
 Le diagnostic partagé conduit à la formalisation d’un projet pour le territoire, construit à partir des
besoins identifiés dans le territoire et en cohérence avec le PRS ; ce projet territorial, qui doit être en
cohérence avec le PRS, est formalisé dans le cadre d’un contrat territorial de santé cosigné par les
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
24
acteurs concernés et les financeurs. Ce contrat devra trouver sa traduction dans les CPOM (recherche
de cohérence).
 Le contrat territorial de santé décrit :
o
o
o
o
o
o
Les objectifs de santé publique poursuivis,
Les engagements des acteurs en matière de service rendu et de ses attributs : continuité,
accessibilité (géographique, tarifaire, en droits, pour tous), qualité, pertinence,
La traduction opérationnelle de la responsabilité populationnelle, décrivant les rôles et
responsabilités assignés à chaque acteur, tout au long du parcours de l’usager, en matière
d’information, d’orientation, d’accompagnement ou de prise en charge,
La « dynamique qualité » mise en place et, en particulier, les modalités de suivi et
d’évaluation et le lien avec le comité territorial de relation avec les usagers,
Les modalités d’organisation pour l’atteinte de ces objectifs ainsi que les modalités de
gouvernance. Le projet pourra conduire les acteurs impliqués à se doter d’une structure
juridique ad hoc si le besoin en est ressenti. L’hypothèse est que la réussite de l’offre de
service SPTS repose sur la mise en œuvre d’une organisation coordonnée des
professionnels de santé, mais celle-ci peut prendre diverses formes ; elle doit trouver une
traduction opérationnelle au travers du contrat,
Les moyens matériels et financiers mobilisés par l’ARS et les autres financeurs.
 En fonction du découpage territorial retenu, le contrat territorial de santé correspond à un ou
plusieurs projets SPTS dans des territoires de proximité. On peut considérer qu’avec une montée en
charge progressive, le contrat territorial n’inclut au début qu’un projet SPTS d’un territoire de
proximité et que peu à peu, d’autres projets de territoire de proximité viennent enrichir le contrat
territorial comme autant de volets de celui-ci soit pour décliner des mises en œuvre opérationnelles
d’un seul et même thème (par exemple, accès aux soins non programmés) soit pour améliorer l’offre
de service sur des thématiques différentes.
 Le contrat territorial de santé s’appuie sur les acquis et vient les consolider qu’il s’agisse par
exemple, des ateliers santé - ville (ASV) ou des contrats locaux de santé. En effet, les contrats locaux
de santé deviennent alors des contrats territoriaux de santé en incluant l’engagement réciproque des
acteurs à la mise en œuvre des orientations du contrat. Cet engagement réciproque et équilibré des
acteurs et des financeurs est un gage de pérennisation des actions. Il est recommandé que les contrats
locaux évoluent vers des contrats territoriaux de santé, incluant de ce fait un engagement
contractuel des acteurs de terrain, d’une part, des ARS et des financeurs dont les collectivités
territoriales, d’autre part. Le travail réalisé par les ARS dans le cadre de ces contrats est une première
étape vers les futurs contrats territoriaux de santé.
1.1.7 Le SPTS s’appuie sur une gouvernance clairement définie dans laquelle l’ARS joue un rôle
de premier plan
 La gouvernance du SPTS doit être définie dès l’origine de la création du SPTS, car elle apparaît aux
acteurs comme une garantie de bonne réalisation et de pérennisation de l’offre de services.
Il y a lieu d’identifier ce qui relève d’un pilotage opérationnel et ce qui relève d’une gouvernance
stratégique. Ceci conduit à concevoir une gouvernance à deux niveaux, à laquelle les esprits sont déjà
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
25
préparés, s’inspirant de ce qui a été proposé pour les personnes âgées dans les dispositifs MAIA3 et
certaines expérimentations PAERPA ou d’autres dispositifs comme les inter-filières gérontogériatriques en Rhône-Alpes. En fonction de la dimension du territoire, le pilotage stratégique peut
soutenir plusieurs lieux de pilotage opérationnels ; le pilotage à deux niveaux n’est donc pas dupliqué
sur chaque territoire de proximité. Ce qui est apparu important, c’est d’identifier un espace de
concertation entre les financeurs et la représentation des acteurs, nommé le conseil territorial de
santé, et un second espace qui soit le lieu de concertation opérationnelle où se retrouvent tous les
acteurs impliqués dans le SPTS, donc y compris les usagers, en présence de l’ARS et des élus : le
conseil local de santé.
 Le conseil territorial de santé rassemble tous les financeurs du territoire et les représentants des
acteurs et desusagers dans une approche décloisonnée, sanitaire / médico-social/ social et
intersectorielle. En effet, le principe même du SPTS est la concertation ; il n’y a pas d’un côté, des
financeurs qui décident et de l’autre, des acteurs qui exécutent ; le principe retenu est celui de la coconstruction des politiques et des organisations territoriales.
Parmi les financeurs, il faut citer l’Etat dans ses diverses représentations (ARS mais aussi DRJSCS et
DDCS), et l’Assurance Maladie, mais aussi les collectivités territoriales, les CCAS, les caisses de
retraite, les mutuelles, ... tous ceux qui, d’une façon ou d’une autre, financent des actions de santé sur
le territoire concerné.
Figure 4 la gouvernance du SPTS
Conseil territorial de santé
Conseil local de
santé
Conseil local de
santé
Comité territorial de
relation avec les usagers
Conseil local de
santé
Le conseil territorial de santé rassemble les représentants de tous les acteurs concernés par le SPTS,
dont obligatoirement les usagers, dans une approche de décloisonnement et d’intersectorialité. Ainsi,
par exemple, dans le cadre d’une démarche de prévention, les acteurs associatifs de la prévention, la
PMI, la santé au travail, la santé scolaire seront sollicités au même titre que les représentants des
secteurs sanitaire et médico-social.
Il n’est pas envisageable de répertorier ici l’ensemble des acteurs concernés (acteurs de premier
recours, dont les centres de santé et les maisons de santé, établissements hospitaliers, sociaux et
Maisons pour l’autonomie et l’intégration des malades Alzheimer, mesure 4 du plan Alzheimer
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
26
médico-sociaux....), mais il y a lieu de souligner la nécessaire participation des acteurs de la solidarité,
notamment les associations de ce champ et les CCAS.
Le conseil territorial de santé, présidé par l’ARS, n’est pas un organe consultatif mais un organe
décisionnel ; il a en particulier pour missions la validation des projets SPTS portés par les
acteurs dans les territoires de proximité, leur traduction dans le contrat territorial de santé
incluant le financement par les partenaires financeurs, le suivi de leur développement et mise en
œuvre, leur évaluation et leur régulation.
Le conseil territorial de santé contribue à l’animation de la dynamique qualité au travers de sa
commission, appelée comité territorial de relation avec les usagers. Ce comité dont la proposition de
création a été formulée par la Conférence Nationale de Santé en février 2013, entend développer la
représentation des usagers au niveau des territoires, leur donner la possibilité de contribuer à
l’évolution de l’offre en santé notamment en traitant des plaintes, réclamations, dysfonctionnements
formulés par les usagers du territoire quelle que soit l’étape de leur parcours de santé au cours de
laquelle ils ont rencontré des difficultés4.
Les conseils territoriaux de santé se substituent aux conférences de territoire. Si certaines de ces
dernières fonctionnent de manière satisfaisante, pour leur très grande majorité, de l’avis de tous les
acteurs, elles n’ont pas réussi à trouver un positionnement depuis leur mise en place (voir à ce sujet,
l’avis de la CNS « bilan de la démocratie sanitaire », avril 2013), incertaines qu’elles sont de leur
rôle tant sur les versants consultatif qu’opérationnel.
Le conseil territorial de santé est clairement positionné au bénéfice de l’élaboration de la stratégie. Ce
n’est pas qu’une instance consultative. Le lien avec la CRSA se fera au travers de l’envoi annuel d’un
rapport d’activité.
La place de l’ARS au niveau du conseil territorial de santé est essentielle. Il est fortement attendu que
l’agence en soit le pilote.
 Le conseil local de santé rassemble, au niveau du territoire de proximité, tous les acteurs impliqués
dans le SPTS, sans oublier en particulier les collectivités territoriales en tant qu’acteurs de santé, les
acteurs du domicile, les usagers, ... Les acteurs libéraux (médecins, infirmiers, ...), les différentes
structures (centres de santé, maisons de santé pluri-professionnelles, établissements hospitaliers
publics ou ESPIC, privés commerciaux, établissements sociaux et médico-sociaux), les structures
fédératives ou coopératives (réseaux de santé), les représentants de la psychiatrie et pédo-psychiatrie
de secteur, les acteurs du secteur social font partie de l’instance dont la composition sera définie selon
les thématiques du SPTS et l’organisation que les acteurs eux-mêmes, y compris les usagers, voudront
retenir.
C’est au sein du conseil local de santé que s’élabore le contrat territorial de santé qui devra ensuite être
validé par le conseil territorial de santé ; c’est dans ce contrat que sont définies les modalités
d’orientation des usagers, de partage d’informations, d’organisation coopérative des prises en charge
et accompagnements, d’amélioration continue de la qualité pour garantir un service continu, accessible
à tous, et soucieux de répondre aux besoins de santé de toute la population du territoire. Le conseil
local de santé définit le cadre de travail coopératif entre acteurs, de façon transversale, qui
facilitera la coordination effective des acteurs tout au long du parcours de santé des personnes. Il
4
Le rapport de Mme Compagnon, parle de la création d’ Espace de Défense des Droits placé aux côtés des conseils
locaux. Pour des raisons de faisabilité et de montée en charge, il a été placé ici au niveau des conseils territoriaux, ce
qui n’interdit pas leur création au niveau des conseils locaux à chaque fois que cela peut paraitre pertinent. Il est
également essentiel que ce comité soit perçu par tous les acteurs comme contributif de la dynamique de qualité.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
27
renforce la cohérence intersectorielle et entre les dispositifs des actions en santé, par le partage
d’objectifs communs et la mutualisation des moyens.
Il relève du conseil local de santé de mettre en place les modalités simplifiées de repérage et
d’orientation pour les usagers, ce que l’on peut appeler un guichet unique. Il importe que les usagers
perçoivent clairement le bénéfice du SPTS dès l’étape de l’information et de l’orientation.
Le conseil local de santé vient ainsi élargir le champ des initiatives antérieures et souvent
remarquables comme le conseil local de santé mentale. Comme le souligne le Dr Muller, président de
la conférence nationale des présidents de CME des CHS, les conseils locaux de santé "pourraient être
initiés sur la base des conseils locaux de santé mentale qui peuvent en constituer par la suite une sous
commission, évitant ainsi des effets de stigmatisation inhérents à l'identification d'une population
spécifique. Les problématiques individuelles n'ont pas à y être abordées ainsi que la transmission
d'informations nominatives ».
M. Muller précise également : « En tant que plateforme de concertation, les conseils de santé
permettent la définition de priorités locales en santé publique et la co-construction des projets en
réponse aux problématiques locales et l’organisation d’une régulation entre les actions des partenaires
qui y contribuent. Il parait peu envisageable de mobiliser les acteurs concernés tantôt pour les
questions de santé mentale, tantôt pour celles de santé publique, santé au travail, enfance adolescence
et famille etc. La santé mentale est incluse dans un domaine plus vaste qu'est la santé publique.
L'expérience a montré le risque d'essoufflement des CLSM d'une part et de la difficulté de disposer du
temps d'élus à plusieurs reprises sur les thématiques de santé ».
Le conseil local de santé est un outil de partage de connaissance des problématiques de santé publique,
d’orientation et de coopérations opérationnelles ; les échanges devront s’y faire dans le respect des
règles juridiques relatives au partage d’informations.
L’installation est réalisée en concertation avec l'ARS. Là aussi, la demande de certains acteurs est que
la présidence soit assurée par l’ARS ou qu’une co-présidence ARS/élus soit mise en place, afin de
jouer un rôle régulateur des échanges et orientations. Mais régulation de la coordination des acteurs à
l’échelle de la gouvernance stratégique, et pilotage de la coordination des parcours, à l’échelle
opérationnelle, ne sont pas confondus : le pilote doit être librement choisi parmi les acteurs, il doit être
reconnu par tous, il agit pour le compte de tous, il doit rendre compte à tous.
 La gouvernance au travers du conseil territorial et du conseil local de santé nécessite la connaissance
de la réalité du territoire. Ceci passe par la mise en commun par les détenteurs d’information
(l’assurance maladie en particulier) des données de santé relatives au territoire, à son activité dans
le domaine de la santé (recours aux soins de ville et hospitaliers, hébergement médico-social, aide à
domicile, activités des centres de santé, ....) (cf. § 1.2.4 sur les outils nécessaires).
 Le rôle important des ARS est souligné par tous, tant dans la phase de montage (rôle d’incitation,
facilitation) que de suivi (accompagnement de la montée en charge, régulation) et évaluation.
 La question reste ouverte du rôle dévolu à l’ARS lorsqu’il y a carence de volonté des acteurs à
entrer dans une démarche SPTS ou s’il y a tout simplement carence d’acteurs.
En l’absence de volonté des acteurs, et devant les exigences de santé publique, plusieurs membres du
groupe ont formulé le souhait de voir les ARS dotées d’un réel pouvoir de réquisition allant au-delà
d’un simple pouvoir d’impulsion et de structuration. La Fédération de l’hospitalisation privée (FHP)
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
28
évoque la notion de servitude de service public qui devrait s’imposer à tous les acteurs d’un territoire.
La procédure d’appel à projets, évoquée par les ARS, peut permettre de surmonter cette carence de
volonté des acteurs (mais les appels à projets, auxquels seuls les institutions répondent le plus souvent,
ne doivent pas se généraliser et venir remplacer la démarche ascendante de contractualisation entre
les acteurs). Les appels à projets devront respecter les caractéristiques du SPTS (diversité des acteurs,
service ayant les attributs du service public en particulier continuité et accessibilité, gouvernance par
les financeurs et les acteurs, ....).
Dans le cas de carence d’acteurs, le SPTS n’apporte pas par lui-même la réponse, mais il peut y
contribuer dans la mesure où la phase de diagnostic, incluant un diagnostic de l’offre, peut permettre
de conduire à une nouvelle répartition des rôles, un travail en subsidiarité venant pallier les déficits.
C’est cette démarche qui est adoptée par l’ARS Languedoc Roussillon dans le cadre de son projet de
service public de prévention. Par ailleurs, la mise en place d’un cadre de travail en coopération, au
sein d’un territoire, fait partie des attentes exprimées par les jeunes médecins et peut donc contribuer à
l’attractivité d’un territoire.
Il faut néanmoins souligner que nombre d’acteurs déplorent que la liberté d’installation des médecins
libéraux conduise à une situation de carence sur certains territoires et s’interrogent de ce fait sur la
faisabilité du SPTS sur ces territoires.
Tableau 1- la gouvernance du SPTS
Conseil territorial de santé
Conseil local de santé
Positionnement
Stratégique
Opérationnel
Missions
Validation des projets locaux et Définition des modalités de
des contrats associés
- information et orientation
Financement
des usagers (guichet unique)
Régulation
- organisation coopérative des
Suivi
accompagnements et prises
Evaluation
en charge des usagers
Dynamique Qualité (CTRU)
(articulations entre acteurs)
- missions du pilote
- partage d’informations
- dynamique Qualité
Présidence
ARS
Pilotage de la coopération
Coprésidence ARS / élus
Pilote choisi par les acteurs
1.1.8 La dynamique qualité est inscrite dans le SPTS
La participation des usagers au suivi et à l'évaluation est indispensable.
Les indicateurs seront définis dans le cadre du contrat : indicateurs de résultat (= indicateurs de santé
publique), indicateurs de service rendu (notamment sur le plan de la continuité, de l’accessibilité
(reste à charge, délais), de l’égalité d’accès, de la satisfaction des usagers, ...), indicateurs de qualité
d’organisation (dont la satisfaction des professionnels), indicateurs d’efficience, concernant
notamment les parcours, et indicateurs de pertinence.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
29
Par ailleurs, la lisibilité de l’offre fait partie de cette démarche qualité. Les acteurs devront s’efforcer
de mettre en place les dispositifs en termes d’information et d’organisation, nécessaires à la bonne
orientation des usagers et à la simplification des parcours au travers de guichets uniques
d’information et d’orientation.
1.1.9 Le SPTS contribue au développement de la démocratie en santé
Le SPTS s’inscrit dans un processus continu de démocratie en santé :
-
-
Le diagnostic initial conduisant à l’élaboration du projet est établi avec l’ensemble des parties
prenantes, dont les usagers,
La gouvernance du projet est instituée en associant les parties prenantes, dont les usagers, au sein
des conseils locaux (opérationnels) et territoriaux (stratégiques), véritables instances de
démocratie en santé, lieux de co-construction et de mise en œuvre des politiques,
La dynamique - qualité inscrite au sein du SPTS est élaborée en lien avec le comité territorial de
relation avec les usagers qui s’inscrira dans la structuration de représentation des usagers au
niveau des territoires et dont la mission comportera a minima deux volets :
1 - l’examen des signalements, réclamations et plaintes formulées par les usagers du territoire
et l’amélioration continue de la qualité ;
2 – la veille concernant la lisibilité de l’offre en santé sur le territoire, et la contribution à la
mise à disposition de l’information nécessaire aux usagers, dans le cadre du service public
d’information en santé, chantier ouvert de la stratégie nationale de santé.
L’impact du SPTS sur la démocratie en santé est résumé dans le tableau ci-dessous.
Il y est prévu la disparition des conférences de territoire au profit des conseils territoriaux de santé. Le
conseil territorial de relation avec les usagers vient combler les manques en termes d’exercice des
droits des usagers le long de leur parcours.
Tableau 2 – instances de démocratie en santé et SPTS
Nature 
 Niveau
Régional
Instances
consultatives
Instances
décisionnelles de
pilotage des
politiques
Instances de
dynamique qualité,
de respect des droits
des usagers
Conseil territorial
de santé (2)
Conseil territorial
de relation avec les
usagers CTRU (4)
CRSA
Départemental
Territoire
Local, zone de
proximité
(1)
Conseil local de
santé (3)
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
30
(1) Disparition des conférences de territoire liées aux territoires de santé de HPST
(2) La CRSA est destinataire du rapport annuel d’activité des conseils territoriaux de santé et des
conseils locaux de santé,
(3) Le conseil local de santé inclut le conseil local de santé mentale lorsqu’il existe
(4) La CSDU de la CRSA est destinataire du rapport annuel d’activité du CTRU (au même titre que
les CRUQPEC envoient leur rapport à la CRSA)
Remarque : les CDCA, conseils départementaux de la citoyenneté et de l’autonomie dont la mise en place
est prévue dans le cadre du projet de loi sur l’adaptation de la société française au vieillissement, devront
trouver leur positionnement en cohérence avec ce nouveau paysage d’instances. En effet, ils semblent
avoir un positionnement ambigu entre instances consultatives et instances décisionnelles. Par ailleurs une
instance consultative ne devrait être présidée par l’institution auprès de laquelle elle formule ses avis.
1.2
Les leviers du développement du SPTS en lien avec les chantiers en cours
La question qui se pose d’emblée est celle de savoir quels sont les facteurs qui vont conduire les acteurs à
s’inscrire dans ce nouveau contexte d’offre de services. Plusieurs leviers sont évoqués ci-dessous ;
certains d’entre eux sont indispensables à la réussite de la réforme.
1.2.1 L’intérêt à agir pour les professionnels
L’attractivité du SPTS pour les professionnels a déjà été évoquée ; elle est loin d’être négligeable car
le SPTS propose un cadre de travail en coopération avec des objectifs communs de santé publique, des
échanges d’information, une volonté partagée d’améliorer le service rendu, dans un cadre éthique de
valeurs partagées très fortes et mobilisables dans la démarche envisagée. Le SPTS vient remettre au
premier plan les valeurs de service à la population et lutter contre les risques d’une individualisation
excessive de l’exercice des professions de santé, et du sentiment d’esseulement qui en résulte. Ces
valeurs et repères ont été fortement mis en avant par le groupe.
1.2.2 La modélisation des financements
En matière de financement, la réforme attendue se décline selon deux axes complémentaires :
La reconnaissance du temps passé à la coopération,
La sortie d’un mode de rémunération du tout à l’acte ou du tout T2A, levier essentiel au
changement culturel que représente le SPTS.
La contribution de la Fédération nationale des centres de santé (FNCS) résume précisément la
problématique. Il faut aller vers une « mise en place d’un financement différent du paiement à
l’acte » pour dépasser la « course à l’acte » qui favorise la concentration des professionnels sur les
mêmes territoires, et permettre également une prise en charge globale des usagers. Le mode de «
rémunération à l’acte » a été construit pour un fonctionnement « libéral » isolé et pour une activité
médicale curative dont l'objet principal est la « réparation ». Tout comme la «tarification à l’activité» à
l’hôpital, ce système a montré ses limites et provoqué des effets pervers. Il suscite de plus en plus
d’opposition car, en privilégiant uniquement l’acte de soins, il ne permet pas une démarche de prise en
charge d’un « parcours de santé » intégrant à la fois les dimensions préventive et éducative,
notamment dans le cas des pathologies chroniques. D'autant que celles-ci nécessitent souvent
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
31
l’intervention de plusieurs professionnels de santé, dont les modes de rémunération sont différents,
certains ne correspondant pas à des actes sous nomenclature (psychologues, diététiciens, podologues).
En outre, la rémunération à l’acte ne prend pas en compte les temps dévolus à la coordination entre
professionnels, essentielle à la pratique d’équipe et à la sécurisation du parcours de santé. »
Il est attendu que l’engagement des professionnels dans une démarche SPTS soit reconnu et soutenu
financièrement, en particulier en ce qui concerne leur investissement en temps de coordination.
Ainsi, la participation au SPTS pourrait être inscrite dans la convention avec l’assurance maladie
comme le soulignent les ARS qui prônent, au minimum, l’introduction des objectifs des SPTS inclus
dans la rémunération sur objectifs de santé publique (ROSP) et plus largement une marge
d’intervention pour elles dans des conventionnements régionaux.
Mais la seule reconnaissance du temps de coordination ne peut suffire ; les modalités de financement
doivent vraiment agir comme une incitation à un changement de comportement.
La dispersion des financements sur un territoire a été fortement dénoncée. Et si le SPTS doit être un
outil au service du choc de coordination attendu dans les pratiques des professionnels, il doit
l’être, également, du choc de coordination attendu de la part des financeurs. Les conseils
territoriaux et locaux seront là pour mettre en œuvre ces coordinations et permettre une orientation
privilégiée sur les démarches de SPTS.
Au-delà de cette préconisation, des voix se sont élevées pour considérer que cette orientation et cette
modélisation, des financements, ne seront pas suffisantes, et qu’il faudrait une réelle volonté de voir
se développer les SPTS par l’apport de nouveaux financements significatifs.
Il a également été évoqué à plusieurs reprises l’expérimentation d’une sortie totale des modes
traditionnels de financement sur un territoire. L’idée serait de définir un budget santé sur le territoire et
de permettre aux acteurs sous régulation de l’ARS de définir les meilleures modalités de répartition
des financements pour atteindre les objectifs fixés contractuellement.
Une autre proposition est d’intéresser les acteurs aux résultats atteints, comme cela est fait par
exemple, dans le cadre du bon usage des antibiotiques. Ainsi la FNEHAD souligne que l’efficience
financière devrait être appréciée par la capacité des offreurs de soins à concilier accessibilité financière
pour le patient (« reste à charge ») et respect d’une enveloppe de dépense prédéterminée. (FNEHAD).
Ces propositions d’expérimentation sont évoquées ici car elles traduisent la perception partagée que
le modèle actuel de rémunération a atteint ses limites et qu’il est nécessaire de prendre en
compte la capacité d’innovation des acteurs et leurs modalités d’action pour s’engager vers des
modes de financements radicalement différents.
1.2.3 Le rôle des ARS
Le rôle des ARS est essentiel, l’ensemble des acteurs le souligne ; il est essentiel pour l’incitation à la
création de SPTS, la mobilisation des acteurs, pour piloter la gouvernance stratégique et réguler la
gouvernance opérationnelle en tant que de besoin.
L’implication active de l’ARS est perçue comme la garantie de la pérennisation du SPTS.
A ce sujet, l’Union Nationale des Réseaux de Santé rappelle que l’absence d’implication des pouvoirs
publics en matière de gouvernance (rapport IGAS 2006) a été un facteur majeur de fragilisation des
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
32
initiatives coopératives transversales entre acteurs à l’échelle de territoires de projet représentés par les
réseaux de santé, considérés et financés entre 2002 et 2007 comme une réponse au cloisonnement
entre acteurs de santé et entre la ville et l’hôpital.
L’attente à l’égard de l’ARS suppose qu’elle soit plus proche du terrain, et notamment que ses
délégations territoriales soient dotées d’une réelle capacité d’initiative, de marges de manoeuvre et de
montage de projets avec les acteurs du territoire, ce qui leur permettrait de conserver ou de faire
revenir des compétences en rapport avec les missions déléguées.
1.2.4 Les outils à développer
Plusieurs outils sont nécessaires au bon fonctionnement de la coopération des professionnels ; ces
derniers insistent sur la convergence de ces différents chantiers, ils sont d’ailleurs pour la plupart
inscrits dans la stratégie nationale de santé et font déjà l’objet de réflexions dans le cadre des
expérimentations PAERPA :
un outil commun d'analyse des besoins de l'usager selon les thématiques du SPTS, en lien avec
les travaux de la HAS,
un dossier partagé ; il est urgent de disposer des outils de partage d’information nécessaire et de
les faire converger : DMP 2 (chantier SNS), DP dossier pharmaceutique, DLU dossier liaison
urgence, VMS volet médical de synthèse, ce qui supposera également d’avoir clarifié et harmonisé les
modalités de consentement des usagers à ces partages d’information comme le souligne la Conférence
nationale de santé dans sa contribution à la consultation préalable sur le projet de loi d’adaptation de la
société au vieillissement de la population,
un annuaire des ressources du territoire (offres de soins, services et accompagnement),
 Chantier SNS
le PPS : plan personnalisé de santé (voir définition HAS juillet 2013),
un référentiel d'intervention permettant aux usagers et aux professionnels du premier recours
libéral de savoir comment mobiliser les capacités de résolution de problèmes de santé des
structures d’HAD, de SSIAD, de SAMSAH, de SAAD et de SAP, ....5;  Travaux HAS
une plateforme de réservation des consultations spécialisées,
un système d’information sur le territoire : la disponibilité de ce SI, véritable tableau de bord du
territoire, est indispensable au SPTS dans sa phase diagnostic, de pilotage, de suivi et évaluation.
La FNCS (fédération nationale des centres de santé) en fait une analyse précise : « Actuellement
le plus souvent globalisés au niveau de la région, les tableaux de bords permettraient de disposer
d’outils décisionnels utilisables au niveau local. Un contenu minimal commun devrait être défini
pour tous les territoires puis alimentés annuellement par les institutions concernées ».
Il serait nécessaire de disposer des données de :
démographies sanitaires : CNAM (SNIIRAM) et ordres,
taux de CMU, AME ALD, invalidité,
indicateurs de mortalité : espérance de vie, mortalité prématurée,
données liées à la petite enfance, à la vaccination (Conseil général),
taux de dépistage du cancer du sein ou du colon (association dépistage des cancers),
suivi par le service de médecine scolaire (Education nationale),
situations environnementales (DTD),
données hospitalières du territoire (PMSI),
recours aux soins (CNAM),
5
A ce sujet, voir la publication de la FEHAP sur les services à domicile sanitaires, sociaux et médico-sociaux de Novembre
2013, disponible sur leur site internet
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
33
-
données relatives à l’accompagnement médico-social à domicile ou en établissement
…
A ces différents outils, il faut ajouter le développement des formations multi-professionnelles,
véritable creuset des futures coopérations entre professionnels. Le rapport d’Alain CORDIER
soulignait la nécessité de repenser la formation pour répondre aux nouveaux enjeux6.
1.3 Les apports attendus du SPTS
Le SPTS s’inscrit comme un atout pour relever les défis auxquels notre système de santé est
confronté et en particulier la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé. Il vient
également introduire une nouvelle dynamique d’amélioration de la réponse aux besoins de santé
des usagers, d’organisation de l’offre au niveau des territoires de proximité, de démocratie en santé,
de lisibilité, ...
1.3.1 Réduction des inégalités de santé
Le SPTS contribue à la réduction des inégalités sociales par le développement de l’approche en
responsabilité populationnelle qui conduira à mobiliser les professionnels autour de la réponse aux
besoins de santé de l’ensemble de la population du territoire, dans une démarche pro - active.
Le SPTS contribue à la réduction des inégalités territoriales de santé dans la mesure où il se
développera prioritairement, à partir du diagnostic partagé, là où des manques dans l’offre de service,
en particulier en matière de continuité et d’accessibilité, sont constatés.
1.3.2 Atteinte d’objectifs de santé publique
Le SPTS passe par la mobilisation des acteurs autour de l’atteinte d’objectifs communs au niveau du
territoire en matière de santé publique (incluant les questions d’organisation tels que l’organisation de
l’accès aux soins non programmés).
1.3.3 Territorialisation en proximité de la politique de santé
 La loi HPST de 2009 a organisé la régionalisation de la politique de santé dans une approche
descendante, selon la volonté des parlementaires qui ont choisi de mettre en place une déclinaison
en région de la politique nationale de santé.
Cette déclinaison n’a pas, pour autant, empêché les adaptations régionales. La diversité des
plans régionaux de santé (PRS) est là pour en témoigner.
Mais il faut associer une territorialisation ascendante à cette régionalisation descendante de la
politique de santé, c’est-à-dire construire les offres de services de façon opérationnelle dans les
territoires à partir des besoins des usagers et des organisations élaborées par les professionnels,
dans une recherche d’adhésion des différentes parties prenantes, toujours plus efficace et réactive
que les instructions nationales produites sur un mode ex cathedra. Tous les acteurs, y compris les
ARS, sont conscients de la nécessité de l’approche organisationnelle au niveau des territoires de
proximité, seule en mesure d’apporter une réponse adaptée aux besoins spécifiques de la population
du territoire.
 La loi HPST a promu le décloisonnement entre le sanitaire et le médicosocial.
6
Un projet global pour la stratégie nationale de santé, rapport du comité des sages présidé par Alain CORDIER
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
34
Ce décloisonnement ne s’opère pas aisément et de plus, les craintes liées à une mise à distance
du social se sont révélées fondées. Par ailleurs, les ARS sont chargées d’une approche
intersectorielle de la santé au niveau régional, mais celle-ci se heurte à un réel cloisonnement des
décisions entre les différentes directions régionales des services de l’Etat, (sans parler des clivages
nationaux entre administrations centrales (DGOS, DGCS, DSS, DGS) et avec l’Assurance
Maladie).
Au niveau d’un territoire de proximité, le rassemblement au sein du conseil local et territorial
de santé doit permettre de surmonter ces cloisonnements institutionnels (Education nationale
et médecine scolaire, DIRECTE, PMI,....). C’est la conviction partagée par les acteurs de terrain,
sous réserve que les directions nationales acceptent de laisser jouer le jeu du décloisonnement à une
échelle locale et envisagent de donner l’exemple dans le cadre de leur propre réorganisation, pour
des gestions de projet conçus et portés dans la transversalité.
Le SPTS peut ainsi être le ferment d’un réel décloisonnement intersectoriel et interministériel à
partir des projets des territoires.
1.3.4 Dynamique qualité au niveau du territoire, gains en efficience
La dynamique de qualité est inscrite dans la construction du SPTS, les indicateurs de suivi devront être
présents dans le contrat.
La répartition des rôles, l’optimisation des ressources du territoire, l’approche en coordination sont des
facteurs concourant à l’amélioration de l’efficience de l’offre en santé dans le territoire. Ainsi,
l’objectif est de contribuer à limiter les redondances d’actes et de consultations, les recours non fondés
aux urgences, les hospitalisations itératives ou indues par un soutien de proximité apporté aux
professionnels sociaux et médico-sociaux pour la gestion des parcours de santé, tous objectifs dont la
poursuite devra faire l’objet d’un suivi régulier.
1.3.5 Lisibilité du système de santé, visibilité des parcours accessibles
Le SPTS est pensé comme un principe fédérateur qui doit permettre, sous réserve qu’elles respectent
les attributs d’offre de service partagée entre acteurs, la migration des organisations existantes vers ce
principe commun.
Ainsi, les modes coopératifs actuels (réseaux de santé, filières gérontologiques) ou à venir
(expérimentations PAERPA), les services d’appui basés sur le décloisonnement (réseaux de santé,
dispositifs MAIA), et un certain nombre d’autres organisations, pourraient devenir des supports pour
l’offre SPTS sous réserve de prise en compte de l’ensemble des principes de celui-ci et
notamment :
1) les caractéristiques du service offert en matière de continuité et d’accessibilité sous tous
ses aspects ;
2) la gouvernance partagée ;
3) la mise en œuvre de nouveaux modes opératoires entre acteurs assurant tout autant
transversalité et subsidiarité selon les besoins. L’idée est ici de tenir compte des coopérations
existantes et de les faire évoluer vers des supports d’offres SPTS en promouvant les valeurs
qui y sont associées.
De la même façon, l’activité de psychiatrie /santé mentale, sa sectorisation sous réserve qu’elle
s’ouvre aux autres acteurs que les seuls hospitaliers, ses conseils locaux de santé mentale, ... peuvent
se couler dans le moule du SPTS qui d’ailleurs s’inspire pour partie de son organisation historique
(responsabilité populationnelle, conseil local, ...).
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
35
L’idée est à la fois de donner de la lisibilité aux services et expérimentations en cours de
développement et, en même temps, de se prémunir contre une floraison de développements
thématiques avec leurs dispositifs spécifiques à tous les niveaux géographiques.
Partant du constat que le consensus s’établit sur la nécessité d’une approche par le service rendu et
reposant sur des organisations de proximité, il est apparu pertinent de fixer, au travers du SPTS, le
cadre général au sein duquel ces organisations de proximité pourront se développer.
1.3.6 Promotion et sécurisation des organisations professionnelles
Les professionnels n’ont pas attendu l’émergence du concept de service public territorial de santé pour
développer des modes d’organisation en coopération (conventions de coopération, réseaux de santé,
filières thématiques, maisons de santé pluridisciplinaires, et autres modes notamment dans le cadre des
ENMR, ...).
Au cours des ateliers liés à cette mission, il a été montré que nombre des cas présentés ont reposé au
démarrage sur la volonté de quelques acteurs pour changer les choses, améliorer le service, la
communication entre eux, ... Ce volontarisme a supposé de leur part un fort investissement en temps et
en énergie. L’incertitude sur le devenir de leur organisation dans le cadre d’un régime expérimental,
les a conduits à formuler très clairement une demande de « sécurisation » de ces modes
organisationnels innovants. La reconnaissance au travers du contrat territorial et l’inscription
dans le PRS du projet territorial sont les réponses attendues pour permettre le développement
de nouvelles coopérations.
Le SPTS porte en lui les principes de mutualisation et de subsidiarité pour optimiser les ressources sur
un territoire. Au-delà de la sécurisation des organisations, il y aura lieu de poursuivre la sécurisation
des interventions des professionnels dans le cadre des modalités qui auront été validées par les ARS
et le conseil territorial de santé au travers des contrats territoriaux de santé.
2.
QUELLE OPPORTUNITE POUR LE SPTS ?
Il s’agit ici de l’examen du projet SPTS sous l’angle des risques potentiels à éviter et des opportunités à
saisir. Il s’agit également d’analyser les forces du système de santé sur lesquelles s’appuyer tout en étant
conscient des faiblesses sur lesquelles il faut agir pour éviter qu’elles ne deviennent bloquantes.
2.1 Les opportunités de développement du projet SPTS sont fortes
2.1.1 Le SPTS vient répondre aux attentes prioritaires des usagers
Cela a déjà été évoqué, les attentes des usagers sont formulées autour de priorités que sont
l’accessibilité géographique, financière et pour tous, la continuité de l’offre en santé afin qu’ils ne
soient pas livrés à eux-mêmes au cours de leurs parcours. La lisibilité, la simplification du système de
santé sont aussi des demandes très fortement exprimées. Le SPTS s’inscrit par définition en réponse à
ces attentes.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
36
2.1.2 Le SPTS vient répondre aux fortes attentes des professionnels ; les acteurs sont prêts à ces
nouvelles formes de travail
Les acteurs savent pertinemment que c’est vers cette coopération au niveau du territoire de
proximité qu’il faut aller, car elle offre simultanément une perspective d’amélioration du service
rendu, d’optimisation des ressources et d’appui sur les coopérations existantes; ils sont prêts, leur
prise de position au cours de cette mission en témoigne.
Les directeurs généraux d’ARS reçoivent régulièrement des messages en ce sens en provenance du
terrain et plusieurs d’entre eux ont souhaité qu’il soit fait explicitement état de cette situation dans le
présent rapport.
2.1.3 Les outils nécessaires sont en cours de développement
Les outils nécessaires au déploiement des SPTS dans les territoires sont en cours de
développement ; ils sont inscrits dans les orientations de la SNS (service public d’information, dossier
partagé, répertoire des ressources, ....). Il reste à assurer la convergence des calendriers.
Mais il y a sans doute lieu aussi de reconsidérer le droit des GCS et des GCSMS issu de la loi HPST et
de l’Ordonnance de coordination de Février 2010, droit qui agit souvent comme un repoussoir pour
les composantes libérales ou privées non lucratives et de statut commercial, tant sanitaires que médicosociales, dès lors qu’un partenaire public doit aussi être impliqué dans la coopération, ce qui fait
craindre aux uns la nationalisation, et aux autres la privatisation : sans doute les dynamiques de
coopération, d’une part, et de fusion-absorption d’autre part, doivent être plus clairement distinguées
pour éviter des ambiguïtés bloquantes.
2.1.4 La rareté doit conduire à l’optimisation des ressources
Il peut paraître curieux de faire figurer la rareté des ressources (humaines et financières) parmi les
opportunités. Néanmoins, chacun sait que c’est un facteur incitatif à l’évolution, car les positions
acquises inamovibles ne sont plus tenables dans un contexte de tension où les plus vulnérables paient
le prix le plus lourd.
Développer le SPTS, passe nécessairement par la recherche d’optimisation des ressources
existantes et de suppression des doublons sur un territoire. Cet effort devra bien sûr être valorisé ; il
y a un véritable enjeu à orienter les financements publics vers des organisations « vertueuses ».
2.1.5 Les ARS sont prêtes
Après avoir mis en place les territoires de santé, les plans, programmes et schémas prévus par la loi
HPST, les ARS se sont engagées dans le travail sur les zones de proximité car c’est à cet échelon
qu’il faut trouver la réponse aux besoins des usagers et s’attacher à réduire les inégalités territoriales et
sociales de santé.
Ainsi, par exemple,
·
·
·
L’ARS Rhône Alpes développe les contrats de modernisation de l’offre de soins,
L’ARS Bourgogne a procédé au découpage en zones de proximité, défini les priorités sur un
certain nombre de territoires et engagé la responsabilisation des acteurs sur ces priorités,
L’ARS Ile de France développe actuellement les CPOM territoriaux à partir d’un diagnostic du
territoire.
Le constat qui en résulte est l’émergence d’une dynamique des ARS dans les directions suivantes :
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
37
·
·
·
La création d’un environnement de coopération régulier entre professionnels,
Le développement d’une culture commune et de partage de constats, des atouts et des
difficultés des parcours notamment ceux des personnes âgées, vulnérables ou précaires sur un
territoire,
La mise en place de groupes de travail réguliers, chacun centré sur une problématique de la
prise en charge, sanitaire et médico-sociale, qui peuvent être : le parcours de la personne âgée,
l’éducation à la santé et l’éducation thérapeutique, les stratégies alternatives de recours par
défaut aux urgences, l’accès aux soins en filière, le suivi médical et l’accompagnement à
domicile, la prise en charge en structures d’hébergement,...
Les ARS sont prêtes ; quelques - unes d’entre elles exprimant néanmoins des craintes : celles de se
voir contraintes dans une approche prédéterminée, et de devoir laisser trop de marge de manœuvre aux
acteurs, en fin de compte, de perdre de leur marge d’initiative ou de contrôle.
La crainte inverse des acteurs est de ne plus disposer de véritables interlocuteurs de proximité au sein
des ARS, faute pour celles-ci d’avoir véritablement investi les délégations territoriales de marges de
manœuvre et de responsabilités suffisantes.
La posture de régulation d’une ARS prend tout son sens dans le cadre des SPTS.
2.2 Les risques liés au projet SPTS
Trois risques, au moins, inhérents à la démarche SPTS, sont envisageables : le rejet par les acteurs
libéraux, l’enlisement dans le meccano organisationnel, le décalage dans les calendriers.
2.2.1 Mauvaise compréhension de la dénomination SPTS
Certains acteurs libéraux (médecins, infirmiers, ...) ont fait part de leur inquiétude et manifesté parfois
un rejet de la dénomination « service public territorial de santé ».
Pour autant, l’abandon de la dénomination de « service public » est perçu par l’ensemble des
autres acteurs comme une perte réelle d’ambition au regard du projet. Le projet SPTS apparait à
leur yeux être fédérateur car il promeut les valeurs pour lesquelles les professionnels se mobilisent
pour améliorer le service rendu aux usagers et renvoie à un ensemble d’exigences consensuelles,
au point même, que la fédération de l’hospitalisation privée a clairement pris position en faveur d’un
projet de création de service public territorialisé.
L’abandon de la dénomination traduirait la primauté donnée à des questions de statut, alors que
la raison même de la démarche est de partir des besoins des usagers et non des positionnements
spécifiques des professionnels. Par ailleurs, chacun sait que la participation à un service public qu’il
soit de santé ou d’un autre domaine, n’implique nullement que les opérateurs soient de statut public.
De plus, cette dénomination n’implique pas qu’il y ait toujours la présence d’un hôpital public, ni que
l’hôpital public ou toute autre institution publique ait un rôle de pilotage ou de coordination qui lui soit
nécessairement réservé.
L’alternative à la dénomination de « service public territorial de santé » serait celle de « service
territorial de santé publique » qui fait référence à une approche collective de la santé, approche
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
38
promue par le SPTS. Cela aurait l’avantage de conduire à une extension de la notion de santé publique
(jusqu’ici réservée à la prévention, la promotion de la santé, la veille sanitaire, ..) pour couvrir plus
largement les problématiques de santé des populations.
2.2.2 Enlisement dans le meccano organisationnel
L’objet de la réforme SPTS est l’amélioration du service rendu à l’usager s’appuyant sur un
engagement des professionnels et non la promotion directe de telle ou telle forme d’organisation des
professionnels. C’est pourquoi il faut associer à la réforme SPTS la promotion des attributs de
continuité, d’accessibilité, d’égalité, et de non-discrimination en matière de service au bénéfice la
population, ainsi que de gouvernance partagée et de pilotage opérationnel défini de manière
consensuelle par l’ensemble des acteurs de santé.
Les recommandations formulées dans ce rapport en matière de processus d’élaboration du service
résultent de l’analyse faite à la fois par les membres du groupe et la rapporteure, à partir des
expériences antérieures ou des expérimentations en cours.
Les processus recommandés : diagnostic partagé, projet territorial, contrat territorial, peuvent paraitre
exigeants mais ils sont la garantie d’un réel échange assorti d’un partage et d’une coopération entre les
professionnels et un support pour la pérennisation du service.
C’est dans l’esprit de fournir des guides d’opérationnalité, aux acteurs, aux ARS, que ces composantes
du SPTS ont été analysées et sont ici proposées. Ces recommandations opérationnelles doivent rester
au service de l’objectif poursuivi, l’amélioration du service.
2.2.3 Non convergence des calendriers des réformes et des outils
Pour se développer, le SPTS a besoin de nombreux outils (tableau de bord du territoire, dossier patient
partagé, partage de données de santé, ....) et de réformes importantes (modalités de rémunération, en
particulier). La convergence des calendriers de l’ensemble de ces réformes inscrites dans la stratégie
nationale de santé est une nécessité. Le défaut de convergence serait un empêchement au
développement des SPTS.
2.3
Les forces du système de santé au regard du projet SPTS
Le système de santé français est en mesure d’engager cette réforme d’ampleur car il dispose
d’atouts non négligeables.
2.3.1 La qualité
Certes le niveau de qualité de l’offre en santé est à améliorer en permanence, tant le coût de l’absence
de qualité pour les personnes et pour la société est prohibitif.
La réforme SPTS s’inscrit dans un contexte où les principes de la démarche qualité ont déjà largement
diffusés, en particulier grâce à la HAS qui est présente dans tous les champs par ses recommandations
et références (tant en médecine de ville que dans le secteur hospitalier, mais aussi dans le secteur
social et médico-social par le truchement des professionnels de santé libéraux), et la grande majorité
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
39
des esprits est donc préparée à une démarche collective d’amélioration de la qualité de l’offre en santé.
Il n’en demeure pas moins qu’une démarche plus rapprochée des travaux de l’HAS et de l’ANESM
serait un appui précieux pour la dynamique du SPTS.
2.3.2 La démocratie en santé
La démocratie en santé est un autre acquis sur lequel le SPTS peut s’appuyer.
Si certains pays retiennent l’acception de la démocratie en santé comme étant la participation
individuelle ou collective des usagers aux décisions qui les concernent, en France, la démocratie en
santé recouvre aussi la notion de participation de tous les acteurs, dont les usagers, à l’élaboration des
politiques publiques. Les nombreuses instances existantes dont la Conférence nationale de santé, les
CRSA, les conférences de territoires, ... sont là pour montrer l’intérêt de disposer d’espaces permettant
la confrontation des points de vue et l’élaboration de consensus au-delà des intérêts particuliers, sous
réserve que ces instances aient une vision claire et les moyens de leur mission.
L’habitude du dialogue entre professionnels, et entre professionnels et usagers est acquise. Le SPTS
vient s’appuyer sur cet acquis pour aller au-delà et parvenir à des décisions partagées en matière de
pilotage de l’offre de services. C’est un nouvelle étape de la démocratie en santé qui peut s’engager.
2.3.3 Les acquis organisationnels
Le système de santé français est riche en démarches organisationnelles, trop riche même puisque l’on
parle de « maquis organisationnel ».
Néanmoins certains acquis existent et en particulier, les ARS, dont la légitimité n’est pas contestée,
même si les attentes à leur égard sont encore fortes, en particulier en terme de présence plus active sur
les territoires en proximité des acteurs, avec une plus forte délégation vers leurs structures territoriales.
Il faut également évoquer les compétences acquises en matière de coordination que l’on trouve
notamment au sein des réseaux ou de certains services d’HAD (hospitalisation à domicile), de dialyse
hors centre, de SSIAD et de SAMSAH, compétences sur lesquelles le SPTS pourra utilement
s’appuyer.
2.4 Les faiblesses du système de santé au regard du projet SPTS
Ces faiblesses ont été de nombreuses fois évoquées par les participants comme étant des facteurs de
fragilisation de la démarche SPTS.
2.4.1 Démographie médicale
Le premier obstacle soulevé par les ARS au développement du SPTS a été celui de l’absence de
professionnels du premier recours sur certains territoires. Il s’agit là d’une faiblesse réelle de notre
système de santé qui ne trouve pas directement sa solution dans le SPTS, mais que d’autres réformes
déjà engagées et en particulier celle du « Pacte territoire santé » s’efforcent de surmonter.
Le SPTS vient soutenir la démarche visant à favoriser l’exercice des professionnels de premier recours
dans les zones sous - dotées par la promotion qu’il opère des modes de travail en coopération,
permettant de sortir de l’isolement de l’exercice individualisé. Cet isolement fait partie des éléments
mis en avant par les jeunes médecins pour refuser une installation dans ces zones sous - dotées. Par
ailleurs, le SPTS, par une approche fondée sur le diagnostic des besoins, puis de l’offre, peut conduire
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
40
à mettre en place des offres en subsidiarité, ne serait-ce que de façon temporaire, et permettre ainsi de
fournir une réponse aux besoins des usagers.
2.4.2 Manque d’organisation du premier recours
Seuls 12% des médecins généralistes en France, travaillent au sein de structures de groupe en groupes
pluri-professionnels, pluridisciplinaires, ou mono-disciplinaires. La réalité du terrain est donc
aujourd’hui celle de l’isolement et de l’individualisation de l’offre en santé. Par ailleurs, ces
médecins ont souvent des durées hebdomadaires de travail qui ne leur laissent guère de temps pour
participer aux concertations et aux organisations coopératives. C’est ce que mettent en avant à la fois
le syndicat MG France et la Fédération Française des Maisons Pluridisciplinaires de Santé dont les
analyses convergent sur le fait que c’est le regroupement des professionnels de santé libéraux qui leur
permettra de dégager le temps nécessaire aux concertations et à la participation aux projets de santé
publique sur le territoire.
Il apparait clairement que le SPTS se développera d’autant mieux que le mouvement d’organisation
des soins primaires et d’une façon générale, la « révolution du premier recours », telle qu’inscrite dans
la stratégie nationale de santé, prendra de l’ampleur.
2.4.3 Dispersion des ressources financières et de la gouvernance
Le système de santé français souffre d’une grande dispersion des sources de financement, ce qui
conduit à ce qu’il y ait, sur un même territoire, financement de projets de santé par l’Etat, l’Assurance
Maladie, les caisses de retraite, les mutuelles, les collectivités territoriales, ... sans qu’il y ait toujours
concertation entre ces financeurs. Dans une période budgétaire contrainte, il importe que les financeurs
se concertent autour d’un projet commun sur les territoires. C’est ce qui est recommandé au sein du
conseil territorial de santé, et dans l’élaboration des contrats territoriaux de santé qui viennent
prolonger les démarches déjà entreprises par les ARS dans le cadre des contrats locaux de santé.
La mise en œuvre du SPTS doit s’accompagner d’une modélisation des financements a minima
par une mise en synergie des financements existants.
2.4.4 Modes de financement favorisant la concurrence entre acteurs
De nombreux rapports ont déjà établi le rôle que jouent la T2A et la rémunération à l’acte dans les
comportements concurrentiels des acteurs de santé.
Le SPTS et l’approche parcours vont à contre - courant de ces modes de financement en prônant
la coopération entre les acteurs. Les démarches engagées pour sortir du « tout - paiement à l’acte »
(par exemple, la Rémunération sur Objectifs de Santé Publique (ROSP) mise en place par l’assurance
maladie), la reconnaissance du temps investi par les professionnels dans la coordination (par exemple
la rémunération du Plan Personnalisé de Soins dans le cadre de PAERPA) et la révision du mode de
rémunération des hôpitaux engagée dans le cadre du CORETAH sont des orientations favorables, mais
il faudra aller plus loin.
En particulier, comme le dit un acteur expérimenté du système ayant exercé des responsabilités
régionales : « Sur la médecine de ville, le DG-ARS est placé sur un pont pour regarder un fleuve
duquel il ne peut influer ni sur la largeur, ni sur le débit ». Il serait souhaitable de réfléchir à
l’évolution d’accords conventionnels apportant des marges de manœuvre d’adaptation régionale.
2.4.5 Déficit de compétences en management de projet au sein des ARS
Une autre faiblesse à évoquer est celle de la rareté des ressources internes aux ARS en matière
d’accompagnement de projets qu’il s’agisse du siège ou des délégations territoriales. Or, c’est
vraiment ces compétences qu’il faut développer à très court terme pour permettre aux ARS de jouer le
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
41
rôle attendu d’elles en matière d’incitation et d’accompagnement des projets, de régulation à chaque
fois que nécessaire. Une politique de formation en la matière, accompagnée le cas échéant d’un appel
à compétences externes sera à mettre en place.
3. RECOMMANDATIONS DE DEPLOIEMENT POUR LE SPTS
3.1 Le SPTS a sa place au cœur de la stratégie nationale de santé et dans la loi de santé de 2014
Le SPTS vient traduire une évolution attendue en matière de politique de santé, à savoir une définition
au plus proche de la réalité de terrain en partenariat avec les professionnels et les usagers.
La loi HPST a précisé les cadres national et régional de définition de la politique de santé. Au travers du
SPTS, la loi de santé de 2014 viendra mettre l’accent sur la nécessaire élaboration de politiques
territoriales de proximité contribuant à la politique régionale en partant des besoins des usagers sur les
territoires. C’est un message politique fort, qui met l’accent sur l’amélioration du service rendu à
l’usager, sur la réponse à ses attentes en particulier en matière de continuité et d’accessibilité, au travers
de la promotion des valeurs du service public ainsi que sur le développement de la démocratie en santé.
Le SPTS, c’est aussi une façon d’affirmer que l’offre en santé est le fait des acteurs et non des
institutions ; à ces dernières, il revient un rôle d’orientation, de planification, d’incitation voire parfois
d’injonction, d’accompagnement et de régulation.
Le SPTS s’inscrit dans le choc de coordination qu’appelle de ses vœux la Conférence Nationale de
Santé. Il permet de fixer le cadre dans lequel vont pouvoir se déployer les coordinations auprès et avec le
patient, l’usager ou la personne en besoin d’accompagnement.
Le SPTS est porteur de changements majeurs des pratiques des professionnels car il s’appuie sur une
approche contractuelle entre les acteurs qui assument conjointement la responsabilité de la réponse aux
besoins de santé de la population. Il s’agit là d’inscrire très clairement une volonté partagée de lutter
contre les inégalités sociales et territoriales de santé par la préoccupation partagée de ne laisser
personne en dehors de l’accès aux services de santé (soins, accompagnement, prévention, promotion de
la santé, ...) dans une approche concertée avec les acteurs du secteur social. Il s’agit de surmonter
l’approche individualiste de la santé. L’inscription dans la loi de ces changements majeurs parait tout à
fait justifiée, car c’est un réel choc de responsabilisation qu’il s’agit de provoquer.
Le SPTS a aussi pour objectif de contribuer à la clarification de notre système de santé. Il doit permettre
de faire converger, sur un cahier des charges commun, les initiatives actuellement développées selon
divers modèles (concernant les personnes âgées, par exemple : réseaux de santé gérontologiques,
dispositifs MAIA, CLIC, filières gérontologiques, expérimentations PAERPA) en rappelant les objectifs
premiers de la réorganisation de l’offre en santé, à savoir l’amélioration du service à l’usager, et en
capitalisant à partir des acquis des dispositifs existants au regard des principes du SPTS.
Il doit également proposer un cadre pour les initiatives futures. Le SPTS joue ainsi un rôle de
prévention par rapport au foisonnement d’initiatives aux dénominations et constructions variées venant
complexifier le système de santé.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
42
Le double objectif de fixation de cadre tout en laissant la marge de manœuvre nécessaire aux ARS et
aux acteurs, conduit à recommander une définition socle du SPTS dans la loi et de fixer le cap de
déploiement à atteindre dans le cadre de la stratégie nationale de santé.
Plusieurs membres du groupe ont exprimé une préférence pour la mise en œuvre d’expérimentations.
Pour autant, l’attente très forte des acteurs en direction d’une sécurisation des coopérations conduit à
préférer une approche par une loi - socle, accompagnée d’objectifs de déploiement et d’une évaluation
après trois ou quatre années, cette évaluation pouvant conduire à améliorer certaines des modalités du
SPTS comme le financement ou la gouvernance.
Pour la montée en charge, la loi pourrait comporter :
-
la définition du SPTS : caractéristiques du service, approche ascendante contractuelle entre
opérateurs en responsabilité populationnelle,
le principe d’une gouvernance stratégique associant financeurs et acteurs dont les usagers,
le lien avec la dynamique qualité et les modalités de relations avec les usagers du territoire,
le droit d’accès aux données de santé du territoire, compte tenu de l’importance qu’il revêt pour la
réalisation du diagnostic partagé et le suivi de la mise en œuvre.
La loi serait accompagnée des textes et référentiels ad hoc, en particulier ceux définissant à l’intention
des acteurs locaux, le cadre d’implantation et d’organisation du SPTS, notamment:
-
-
les attentes du niveau national en retour de la mise en place du SPTS,
le rôle attendu de la part des ARS, en termes d’animation territoriale,
d’éventuelles clarifications relatives à la terminologie : ce que recouvrent, à titre d’exemple, les
termes « territorial » de Conseil Territorial de Santé (CTS) ou « local » de Conseil Local de
Santé,
ce qui est attendu d’un contrat territorial de santé,
la définition et la composition des CTS (et des indications pour les CLS), tenant compte de la
nécessaire composition intersectorielle du CTS,
les modalités de réalisation des diagnostics partagés,
la composition et les attributions du Comité Territorial de Relation avec les Usagers (CTRU)
En première approche, il est envisagé qu’au niveau régional la responsabilité des ARS, en lien avec les
acteurs, porte prioritairement sur :
-
le découpage territorial et local tenant compte des parcours des usagers et des modalités de travail
des professionnels,
la priorisation des territoires et des thématiques,
la réalisation des diagnostics partagés permettant l’élaboration des projets territoriaux de santé,
la composition effective des CTS et CLS tenant compte des thématiques abordées,
la mise en place des CTRU,
l’inscription dans les PRS des projets, issus des diagnostics partagés, ayant conduit aux contrats
territoriaux de santé.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
43
3.2 Il est recommandé de retenir un déploiement volontariste du SPTS sur des thématiques et
des territoires prioritaires
Une fois la définition du SPTS inscrite dans la loi, il revient aux pouvoirs publics d’en définir les
modalités de montée en charge et les mesures d’accompagnement. En effet, le SPTS est un processus de
changement qui doit permettre les évolutions culturelles et le renouveau des pratiques professionnelles
nécessaires à l’atteinte des objectifs fixés dans la stratégie nationale de santé.
Ces modalités ont fait l’objet de débats au sein du groupe, tant les attentes exprimées à l’égard du SPTS
sont fortes. Certains souhaiteraient une approche déterminée de couverture systématique du territoire.
D’autres évoquent la priorisation des territoires, en particulier ceux liés à la politique de la ville. Les
craintes de voir marginalisée la démarche SPTS (manque de portage politique, manque de financement,
...) ont été fortement exprimées.
Au regard de la démarche consubstantielle au SPTS, à savoir une démarche ascendante partant des
besoins des usagers, les priorités de déploiement de SPTS, thèmes et territoires, devraient être définies à
partir des diagnostics réalisés.
Pour autant, certaines thématiques, en lien avec la Stratégie Nationale de Santé devraient conduire à un
déploiement volontariste sur des thématiques prioritaires.
Ainsi, le SPTS présente une très forte opportunité de rapprochement des acteurs de la psychiatrie / santé
mentale avec les autres acteurs de la santé et du social : la prise en compte du SPTS dans l’organisation
de la psychiatrie / santé mentale sur tous les territoires pourrait donc être inscrite dès la loi – socle.
Egalement, la prévention, axe numéro 1 de la stratégie nationale de santé, pourrait faire l’objet d’une
démarche systématisée de diagnostic d’accès à la prévention sur tous les territoires et de déploiement de
SPTS partout où cela sera nécessaire.
Enfin, il faut insister encore sur le fait que le changement fondamental des pratiques que cherche à
impulser le SPTS ne pourra se faire que si les leviers de son déploiement sont effectivement actionnés et
en particulier, la mise en œuvre de nouvelles modalités de financements, de gouvernance et de
pilotage, incitant réellement au travail en coopération et lui permettant de prendre corps.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
44
Le service public hospitalier
1.
LE SERVICE PUBLIC HOSPITALIER RENOVE
Le 4 mars 2013, lors de la remise du rapport d’Edouard COUTY intitulé « Pacte de confiance à
l’hôpital », la Ministre des Affaires sociales et de la santé, Madame Marisol TOURAINE, déclarait :
« Je souhaite réintroduire le service public hospitalier dans la loi pour consacrer la spécificité des
missions de l’hôpital public. Nous l’avons fait dès la loi de financement de la sécurité sociale pour 2013,
dans les limites de ce qu’autorisait cette loi de finances. C’était un signal fort envoyé au monde
hospitalier et aux missions qu’il accomplit autour du soin, de l’enseignement et de la recherche.
La loi de santé publique de 2014 sera pour nous l’occasion de définir avec précision ce que sera le
service public hospitalier de demain. Ce que seront ses missions, ses acteurs, les droits et les obligations
qu’il fera naître.
Il ne s’agit nullement de céder à une quelconque nostalgie ou de revenir à un âge d’or dont nul ne sait s’il
a vraiment existé, mais de tenir compte des exigences nouvelles auxquelles est confronté l’hôpital,
comme tout notre système de santé : vieillissement de la population, développement des maladies
chroniques, progrès techniques et thérapeutiques accélérés.
C’est pourquoi je veux résolument inscrire le service public hospitalier dans le service public territorial de
santé. »
De même dans la feuille de route de la stratégie nationale de santé, il est indiqué :
« Comme annoncé dans le Pacte de confiance à l’hôpital, le monde hospitalier se situe de plain-pied dans
la SNS, dans sa diversité : du CHU porteur de l’excellence de la recherche médicale et de la formation, à
l’hôpital local qui, dans certains territoires, assure un rôle pivot dans la prise en charge de premier niveau,
y compris dans ses prolongements (HAD, SSIAD, …).
Cette ambition passe par une réaffirmation du service public hospitalier dans la loi. Initiée dès la LFSS
pour 2013, elle sera complétée à l’occasion de la loi de santé de 2014, qui confortera les missions de
soins, de formation et de recherche de l’hôpital en les adaptant aux exigences nouvelles auxquelles il est
confronté. Le service public hospitalier doit être pleinement intégré au service territorial de santé, qui
reconnaît, à l’égard des patients, une responsabilité collective à l’ensemble des acteurs de santé d’un
territoire. En étant acteur de la santé de la population d’un territoire, l’hôpital apportera sa contribution à
la réduction des inégalités de santé. »
Le rétablissement du service public hospitalier est d’ores et déjà inscrit dans la politique de santé ; il
reste à en définir plus précisément les modalités en précisant les besoins et attentes des usagers, le
contexte européen dans lequel la démarche s’inscrit puis les principes et règles qui en découlent. Nous
examinerons ensuite le rôle de l’hôpital au sein du SPTS.
1.1 La réponse aux besoins et attentes des usagers
L’exigence première de l’offre en santé est de répondre aux besoins des usagers, de tous les usagers
indépendamment de leurs situations personnelles (sociale, économique, cognitive, géographique, en
matière d’autonomie, ...).
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
45
Les usagers souhaitent pouvoir s’adresser au service public hospitalier en toute confiance : qualité et
pertinence sont donc des propriétés indispensables comme pour toute offre en santé.
Les principes de service public inscrits en droit français (continuité, égalité et donc accessibilité,
neutralité, adaptabilité) offrent les modalités de réponse au regard de cette exigence.
La question de la réintroduction du service public hospitalier implique donc en toute logique l’examen
des principes de service public que doivent respecter les acteurs du SPH.
Mais il y a lieu de resituer la réflexion dans le contexte communautaire, même si la marge de
manœuvre laissée aux Etats membres par le cadre communautaire est, comme nous le verrons,
diversement apprécié par les fédérations hospitalières.
1.2 L’inscription dans le contexte européen
1.2.1
L’évolution de la législation française
Le service public hospitalier résulte des ordonnances de 1958 et de la loi portant réforme
hospitalière de 1970. Elle prévoyait que les établissements publics de santé étaient de droit SPH.
Les établissements privés à but non lucratif pouvaient être admis à participer au SPH (PSPH) à leur
demande et sur décision de l’autorité compétente, et pour la totalité de leur activité. Les
établissements privés à but lucratif pouvaient entrer dans l’exécution du SPH par le biais d’un
contrat de concession de service public. Les obligations de service public définies pour les
établissements publics et privés non lucratifs PSPH s’appliquaient à l’ensemble de l’activité de
l’établissement exécutant le SPH, à l’exception des établissements privés à but lucratif
concessionnaires pour lesquels les obligations concernaient uniquement l’activité concédée.
En 2009, la loi HPST a supprimé toute définition du SPH. Elle a instauré une approche
fonctionnelle avec une liste de 14 missions de service public susceptibles d’être ouvertes à tous les
acteurs sous réserve qu’ils respectent les obligations définies par le CSP7 sur ces missions : égal
accès ; qualité des soins ; continuité ; prise en charge à tarifs réglementés ; certaines permanences
d’accueil…. Les professionnels hospitaliers ont très mal ressenti le fait d’exclure les activités de
soins du périmètre naturel du service public hospitalier, et celui de placer sur un même plan pour
l’attribution des missions de service public tous les établissements quel que soit leur statut. C’est
dans un deuxième temps que la Loi dite Fourcade d’août 2011 a introduit l’idée que les missions de
service public ne pouvaient être attribuées à des opérateurs privés commerciaux « qu’en cas de
carence » des acteurs historiques du SPH, publics et privés non lucratifs ESPIC (ou PSPH).
1.2.2
Les règles communautaires
La notion de « service d’intérêt économique général » (SIEG) est un concept communautaire
d’origine jurisprudentielle qui ne se superpose pas avec celui de SPH.
La Direction Générale de l’Offre de Soins (DGOS) du Ministère des Affaires Sociales et de la
Santé, a présenté la façon dont le droit communautaire intervient dans l’organisation et le
financement des systèmes de soins de chaque Etat membre8. Ainsi les principes de libre circulation
des personnes et des services (et donc d’une concurrence non faussée9) s’appliquent au secteur
sanitaire. Toute dotation ayant pour effet de favoriser un secteur d’activité ou d’entraver une libre
7
Art. L. 6112-3, L. 6112-3-1, L. 6112-6 CSP.
Et ce, nonobstant l’article 168 du traité de Lisbonne disposant que les services de santé sont de la responsabilité des Etats membres.
9
L’article 101 du traité sur le fonctionnement de l’Union Européenne dispose que sont incompatibles avec le marché commun toutes
décisions qui ont pour objet ou pour effet d'empêcher, de restreindre ou de fausser le jeu de la concurrence à l'intérieur du marché commun.
8
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
46
concurrence est donc illégale10. En effet, la cour de justice de l’Union Européenne a reconnu les
soins médicaux comme étant des services.
Ainsi, même si les soins ont été exclus de l’application de la « directive Service », le corpus
juridique communautaire « général » demeure applicable11. Le secteur sanitaire n’est cependant pas
un secteur commercial ordinaire. Dès lors, le droit communautaire prévoit que les services de santé,
dans l’exercice de leurs obligations particulières doivent être considérés comme des services
d’intérêt économique12 général (SIEG). Ces services peuvent être attributaires d’aides d’État, sans
pour autant que cela ne constitue en soi une violation du droit communautaire. Un certain nombre
de critères doivent à ce titre être satisfaits13 :
1. L’existence d’un mandat d’exécution d’obligations de service public ;
2. Des paramètres de calcul de la compensation du coût occasionné par l’exécution des
obligations de service public établis préalablement ;
3. La compensation ne doit pas dépasser ce qui est nécessaire pour couvrir, ces coûts, étant
admise la possibilité d’un bénéfice commercial raisonnable.
Il y a donc un réel enjeu dans la définition des obligations de service public et de ce qui les
distingue des obligations qui s’imposent à tous les acteurs de santé.
Pour certaines fédérations hospitalières et d’autres acteurs de la concertation, le droit
communautaire est ainsi exagérément mobilisé dans cette présentation. Elles soulignent a contrario
que la règle de l’unanimité s’impose en matière de santé au niveau européen, marquant
l’implication minimale des instances communautaires dans le secteur de la santé, par rapport aux
décisions prises par les Etats membres. Ils soutiennent qu’il est loisible aux Etats membres de
considérer que les activités de santé ne ressortissent pas d’un bien marchand, et d’élaborer une
« doctrine de service public », puisque certains pays prohibent l’intervention d’acteurs de statut
commercial dans les activités de santé (Pays-Bas) ou dans les activités de soins financées par la
solidarité nationale (Angleterre).
De plus, soulignent elles, le faible volume des échanges transfrontaliers en matière de santé – peu
de patients passent d’un pays à l’autre dans une approche concurrentielle entre services de santé,
proportionnellement – laisse peu de place à une interprétation d’un régime juridique national qui
contreviendrait gravement au principe de libre concurrence au sein du marché intérieur européen.
Enfin, elles indiquent que des principes de droit français, de rang élevé comme le principe d’égalité
devant les charges publiques, peuvent s’avérer tout aussi forts et exigeants pour établir la nécessité
d’objectiver le juste financement des missions des établissements de santé.
10
Plus communément appelées des « aides d’Etat », ces dotations doivent être publiques, présentées des avantages sélectifs, fausser ou
menacer de fausser la concurrence et affecter les échanges entre Etats membres (la commission n’applique cependant jamais cette
quatrième condition dans le secteur sanitaire).
11
Voir en ce sens le paquet ALMUNIA du 20 décembre 2011.
12
La notion de système concurrentiel peut motiver la qualification d’activité économique. Ainsi, les établissements exerçant dans un
système Bismarckien (c'est le cas en France) peuvent être considérés comme des entreprises (la concurrence entre opérateurs induit la
présence d'activités économiques).
13
Plusieurs plaintes ont d’ores et déjà été déposées devant la Commission européenne. Le tribunal de l’Union européenne vient de rendre
un premier verdict à l’encontre d’hôpitaux belges percevant des dotations compensant la prise en charge de la précarité : en l’absence de
critères de compensation établis préalablement, la décision de la commission européenne ayant jugé que ces dotations étaient légales a été
annulée.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
47
1.3 Des principes ou obligations de service public à respecter sur l’ensemble de l’activité
La loi HPST a abrogé les dispositions relatives au SPH, mais elle n’a pas pour autant entendu
supprimer les obligations générales qui peuvent incomber aux établissements de santé à l’égard des
patients, notamment l’obligation faite aux EPS et ESPIC de fonctionner en tarifs opposables pour
l’intégralité de leurs activités de soins. Aussi est-il proposé de réintroduire le lien entre SPH et les
obligations qui y sont inhérentes, et de préciser, à partir des principes généraux du service public, les
obligations applicables à l’ensemble des missions des acteurs du SPH, donc bien sûr les missions de
soins, et l’ensemble des exigences qui en découlent.
1.3.1 Neutralité
Ce principe renvoie à l’obligation de non - discrimination des patients, notamment pour des motifs
d’ordre moral, politique, religieux ou financier : « Le service public doit être guidé par l’intérêt
général sans être influencé par l’intérêt privé ».
La déclinaison de ce principe dans le champ du SPH conduit à imposer aux acteurs d’accueillir tous
les patients. Cette obligation s’impose déjà à l’ensemble des acteurs de soins, dans la mesure où ils
doivent, quel que soit leur statut, donner les soins immédiats que nécessite l’état du patient. La
déclinaison de ce principe n’introduit donc pas de spécificité pour les acteurs du SPH. Par ailleurs, le
principe de neutralité est présenté comme un corollaire du principe d’égalité développé ci-après.
1.3.2 Egalité d’accès aux soins
L’application de ce principe au SPH conduit à garantir, sur un territoire donné, l’accès de tous, sans
discrimination, à une offre de soins hospitalière, financièrement et géographiquement accessible. Le
SPH doit s’adapter aux contraintes démographiques, à la raréfaction de certaines catégories de
professionnels dans certaines zones géographiques et dans certaines spécialités.
Le principe d’égalité se décline donc en celui d’accessibilité financière, géographique et pour tous
quels que soient leur situation ou leurs handicaps (moteur, sensoriel, cognitif, psychique, ...).
o
Accessibilité financière : compte tenu du système actuel de prise en charge des dépenses de
santé, l’accessibilité financière s’évalue en fonction du reste à charge pour les usagers, reste à
charge qui ne doit pas être dissuasif, mais au contraire garantir l’accès aux soins hospitaliers pour
tous les patients.
Il convient de souligner que cette obligation est déjà applicable pour les établissements publics et
les ESPIC pour l’ensemble de leurs missions. Elle se traduit actuellement par l’application du
tarif de responsabilité et l’absence de dépassement d’honoraire pour les médecins libéraux.
La FEHAP propose de retenir une approche plus large portant davantage sur la notion de tarif
opposable « pour le patient » que sur celle du tarif opposable du seul point du vue du
professionnel ou de l’établissement. L’évolution proposée consisterait à se fixer une cible de
« zéro reste à charge pour le patient après intervention des organismes d’assurance-maladie
obligatoire et complémentaires, dès lors qu’un établissement de santé se situe dans le service
public hospitalier, quel que soit son statut. La FEHAP et UNICANCER proposent également et
conjointement qu’une compensation budgétaire puisse intervenir pour les établissements de santé,
quels que soient leurs statuts publics ou privés, qui fonctionnent sans aucun dépassement
d’honoraires en leur sein.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
48
Par ailleurs, dans le secteur ex-dotation globale, le reste à charge patient n’est pas basé sur le tarif
national (GHS et autres) mais sur le tarif journalier de prestation (TJP) fixé par les ARS. Or,
depuis quelques années, il est constaté une augmentation importante de ces tarifs créant à la fois
des inégalités entre les établissements, mais surtout des restes à charge parfois très élevés pour le
patient, en particulier pour les séjours de médecine. Le projet de réforme des modalités de calcul
du ticket modérateur au sein de ce secteur est donc à envisager comme corollaire de la
réintroduction du SPH.
Enfin, la question de l’activité libérale de certains médecins hospitaliers (4 600 environ, soit
moins de 10% des praticiens hospitaliers) a un impact en termes d’égalité d’accès aux soins
(en effet, si les usagers de « clientèle privée » bénéficient d’une file d’attente moins importante,
donc de délais de prise en charge plus courts, ils doivent acquitter généralement des dépassement
d’honoraires, parfois extrêmement importants). Dans son rapport de mars 2013 à Madame la
Ministre des Affaires sociales et de la santé, Madame Dominique LAURENT a retenu comme
priorités celle de « favoriser la bonne application des textes en vigueur, de développer
l’autodiscipline de la profession et renforcer le rôle des institutions chargées du contrôle
et de la sanction des abus. La pérennité de l’activité libérale exige en effet qu’elle soit
irréprochable ». Si l’activité libérale à l’hôpital s’explique par le fait de rendre plus
attractif l’exercice hospitalier pour certains praticiens, il n’en reste pas moins que le
principe de l’égalité d’accès aux soins est en échec devant la pratique libérale à
l’hôpital avec dépassements d’honoraires.
Pour surmonter ces difficultés, il conviendrait de prévoir a minima que l’établissement soit en
mesure de permettre aux patients un accès dans des délais adaptés sans dépassement d’honoraires,
y compris sur des activités où l’un des praticiens exerce une activité libérale.
o
Accessibilité géographique : maintenir un tissu d’offre suffisant sur l’ensemble du territoire
Cette obligation implique le maintien d’une offre indispensable sur un territoire. D’un point de
vue juridique, cette obligation existe déjà pour les établissements publics de santé (articles
R.6141-11 et R. 6141-12 CSP14).
Le respect de cette obligation peut justifier l’attribution d’un financement complémentaire si
l’activité de l’établissement n’est pas viable économiquement dans le modèle actuel afin d’assurer
le maintien de la structure. Si le sujet concerne essentiellement le secteur public, certaines
structures privées peuvent être également concernées.
La réforme du financement des activités isolées s’inscrit dans ce cadre puisqu’elle a pour
objectif de définir un modèle de financement spécifique pour conforter des activités nécessaires,
mais non équilibrées économiquement, afin d’assurer le maillage de l’offre de soins.
1.3.3 Continuité
Ce principe renvoie à une obligation de disponibilité visant à garantir un accès permanent ou
régulier à l’offre de soins. Le respect de cette obligation peut prendre des formes diverses puisque
celle-ci peut se traduire, en fonction des compétences des établissements, par une obligation
d’accueil, voire de réorientation du patient vers l’établissement le plus proche apte à dispenser les
soins requis. Assurer la coordination entre établissements est donc nécessaire pour garantir la
continuité du service public.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
49
Le respect du principe de continuité implique :
- Réponse à la demande de soins non programmés par la mise en place d’une organisation
adaptée (contraintes de travail pour les professionnels de santé, d’organisation et de
fonctionnement pour l’établissement) ;
- Participation à l’obligation de continuité territoriale du SPTS : au-delà des seules structures
hospitalières, les établissements acteurs du SPH doivent se coordonner avec les autres acteurs
de santé en amont et en aval pour fluidifier les prises en charge (retour à domicile favorisé,
lien ville - hôpital…) ;
- Restriction du droit de grève avec obligation d’un service minimum ou exercice du pouvoir de
réquisition du personnel gréviste par le directeur d’établissement.
1.3.4 Adaptabilité
Ce principe impose aux établissements acteurs du SPH d’une part, de s’adapter aux besoins des
usagers et d’autre part, d’être en capacité de proposer des services éprouvés et en lien avec les
avancées technologiques.
Plusieurs déclinaisons de cette obligation sont envisageables :
- Garantir un fonctionnement transparent avec une implication des usagers dans les instances de
gouvernance (lien avec les propositions issues du rapport COUTY et avec la mission de Mme
COMPAGNON sur la participation des usagers),
- Promouvoir les bonnes pratiques professionnelles, d’où le nécessaire développement de la
politique de qualité et de sécurité (certification, accréditation, juste prescription, DPC15),
- Assurer la complémentarité en participant à des actions coordonnées de santé publique et plus
largement d’amélioration des parcours, en particulier au sein des SPTS.
Les dynamiques de qualité et d’efficience s’imposent à tous les acteurs de santé, et donc à tous les
acteurs du SPH.
A ce sujet, M. Frédéric VALLETOUX, président de la Fédération hospitalière de France, dans sa lettre
à Madame la Ministre Marisol TOURAINE, souligne que la FHF est « pour le rétablissement d’un
service public hospitalier fort et dynamique, inscrit dans la double exigence de qualité et d’efficience
que nous appelons tous de nos vœux ».
Il est proposé que la réintroduction dans la loi du service public hospitalier s’accompagne d’une
définition des obligations de service public et de leurs déclinaisons pour ce service et qu’elles
s’imposent dans leur intégralité aux acteurs du SPH, sur l’ensemble de leur activité, sans présumer
du statut juridique des acteurs.
1.4 Des règles complémentaires à observer
En complément des obligations de service public, les acteurs hospitaliers se sont prononcés pour la
prise en compte d’autres règles que les établissements acteurs du SPH devraient respecter, afin de
mieux répondre aux attentes des usagers et aux exigences liées au développement de la démocratie en
santé.
15
Développement Personnel Continu
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
50
D’une part, il est souligné que les acteurs qui concourent au SPH doivent assurer la permanence des
soins.
De plus, il est fait remarquer que d’autres demandes sociales fortes doivent être prises en compte dans
la démarche de rétablissement du service public hospitalier et valorisées :
- la réduction des délais d’attente, qui doivent être maitrisés précisément pour certains actes et
séjours,
- l’objectif de zéro reste à charge en établissement de santé de service public hospitalier, après
intervention des organismes d’assurance-maladie obligatoire et complémentaires,
- l’absence de dépassements d’honoraires qui caractérise les établissements de santé privés non
lucratifs.
Il est certain que la réduction des délais d’attente pour l’obtention d’un rendez-vous devrait
effectivement faire l’objet d’un suivi plus attentif et être régulièrement communiqués à la CRUQPC de
l’établissement, d’autant qu’il est directement en lien avec la régulation et le contrôle de l’activité
libérale éventuelle de praticiens hospitaliers publics. Il y va en effet de l’accessibilité pour tous. Le
plan Cancer III a clairement identifié cet enjeu. Le suivi des délais d’attente (au sens de retard pour le
rendez-vous, ou heures d’attente en urgences, ou avant d’aller en salles d’opération) pourrait
également utilement faire partie d’un tableau de bord de la qualité dans l’établissement.
Ainsi il est proposé que les établissements participant au SPH suivent en continu certains délais
d’attente-clés, voire soient tenus de respecter un délai d’attente maximum dans certains cas
précisément déterminés .
Une participation des usagers à la gouvernance de l’établissement, plus importante qu’elle ne l’est
définie actuellement, devrait faire partie des règles liées au SPH. Le rapport COUTY soulignait que
« pour parvenir à infléchir davantage les prises de décision dans une logique de service plutôt que celle
de défense des acquis ou de concurrence, il est nécessaire d’accroître le pouvoir d’influence des
usagers sur les décisions ». La participation des usagers devrait se trouver renforcée, c’est un axe de la
stratégie nationale de santé.16
Par ailleurs, la transparence des comptes d’exploitation devrait s’imposer à tous les acteurs du SPH
afin d’assurer les conditions d’un contrôle démocratique de l’utilisation de fonds publics. Les acteurs
du SPH doivent être tenus de transmettre une fois par an leurs bilans et comptes d’exploitation
certifiés à l’ARS de la région où ils sont implantés, ainsi que la liste et la nature des conventions
réglementées. Il serait logique d’établir également une obligation de déclaration publique d’intérêt des
administrateurs, membres des instances de gouvernance des établissements de santé du SPH.
1.5 Le service public hospitalier à réintroduire en bloc
Il ressort des travaux de la mission et conformément aux recommandations du rapport
COUTY, le souhait de voir rétabli le service public hospitalier en bloc sur l’ensemble des
activités de l’établissement.
16
Ce point est largement développé dans le rapport de Mme Compagnon, « l’an II de la démocratie sanitaire »
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
51
1.6 Les acteurs du SPH
Pour certains, il faut établir un lien clair entre le SPH et le portage « naturel » par le secteur public et le
secteur privé non lucratif, au titre de la règle du désintéressement des dirigeants (administrateurs) et de
la non-lucrativité par principe du service public hospitalier.
Conformément à une approche privilégiant le service rendu à l’usager, il est proposé de considérer
que les acteurs du service public sont ceux qui respectent les obligations du service public ainsi que
les règles énoncées ci-dessus sur l’ensemble de leur activité.
Ce qui revient à dire, que les établissements publics sont de principe acteurs du service public
puisqu’ils sont tenus de respecter les obligations de service public. Les établissements privés non
lucratifs, ex PSPH, le sont également sauf s’ils se déclarent non intéressés.
Les établissements privés à but lucratif peuvent l’être s’ils respectent les règles et obligations sur la
totalité de leur activité et s’ils en font la demande auprès de l’ARS qui statuera sur la validité de la
demande.
Lors des travaux de la mission, un point d’attention particulier a été souligné par la DGOS sur « l’effet
cliquet » : un retour à la situation antérieure n’est pas impossible, mais rendu difficile par la mise en
œuvre de la loi HPST, en particulier concernant l’attribution de certaines missions de service public
aux établissements de santé privés (ex : PDSES).
Ce point est très fortement contesté par les fédérations comme le font apparaître les contributions
parvenues En effet, pour la FHF, la FEHAP et UNICANCER, la définition retenue devrait être à la
fois organique (par le statut des acteurs) et fonctionnelle (par les obligations), ce qui renvoie à la
marge de manœuvre que les Etats peuvent avoir ou non au regard des règles communautaires. La
mission n’a pas permis de trancher cette question, mais a restitué les termes du débat ; le choix à
effectuer relève d’une appréciation d’opportunité politique et d’analyses juridiques plus approfondies.
Par ailleurs, en cas de carence d’acteurs du SPH sur un territoire, il y aura lieu de définir les
conditions et modalités de contribution des établissements privés lucratifs au service public hospitalier,
comme les compensations apportées à cet engagement, en lien avec une modification du droit
d’autorisation des activités.
1.7 Les missions de formation, d’innovation et de recherche incluses dans les activités
génériques
A l’issue des travaux de la mission, il est proposé de faire disparaître les 14 missions de service public
introduites par la loi HPST et d’inclure les missions de formation, d’innovation et de recherche
dans les activités génériques des établissements de santé.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
52
2.
LE SERVICE PUBLIC HOSPITALIER ACTEUR DU SPTS
Dans la stratégie nationale de santé (version longue), il est indiqué sous le chapitre « Les établissements
hospitaliers et médicosociaux, au cœur d’un service public rénové » :
« Cette ambition passe par l’affirmation du service public hospitalier dans la loi. Initiée dès la LFSS17
pour 2013, elle sera complétée à l’occasion de la loi de santé 2014, qui confortera les missions de soins,
de formation et de recherche de l’hôpital en les adaptant aux exigences nouvelles auxquelles il est
confronté. Le service public hospitalier doit être pleinement intégré au service territorial de santé, qui
reconnaît, à l’égard des patients, une responsabilité collective à l’ensemble des acteurs de santé d’un
territoire. En étant acteur de la santé de la population d’un territoire, l’hôpital apportera sa contribution à
la réduction des inégalités de santé. »
Les établissements contribuant au service public hospitalier s’inscrivent dans l’offre en santé du territoire
ou des territoires sur lesquels leur intervention est pertinente. De fait, comme le souligne le rapport
COUTY, « le territoire de référence n’est pas identique selon que l’on organise l’accueil des urgences, la
gériatrie ou la neurochirurgie ou encore les activités de greffe d’organes ».
Ainsi, les établissements hospitaliers acteurs du service public hospitalier ont une obligation de
coopération à plusieurs dimensions :
- Les coopérations inter-établissements,
- Les coopérations le long du parcours de santé des personnes avec les acteurs du soin, du
médicosocial et du social, en particulier, au sein du service public territorial de santé.
Les coopérations inter-établissements ont un premier objectif, celui d’organiser la graduation de l’accès
aux soins. C’est à partir de ce principe de graduation que les SROS sont organisés. Ce n’est pas le lieu de
revenir en détail sur les rôles respectifs des centres hospitaliers universitaires (CHU), des centres
hospitaliers (CH) et des hôpitaux de proximité, le rapport COUTY est explicite à cet égard.
Mais il faut aller plus loin que la graduation de soins et considérer que l’obligation de coopération doit
conduire les établissements d’un territoire à concevoir leurs apports respectifs comme complémentaires
au regard de l’atteinte des objectifs fixés. Ainsi, la gestion des compétences et l’optimisation des plateaux
techniques devraient se concevoir au niveau des territoires et non au sein de chaque établissement
seulement. Les acteurs se déclarent prêts à mettre en œuvre cette approche, sur la base de conventions
qu’ils passeraient volontairement les uns avec les autres, la CHT ou le GCS n’étant pas les solutions
indispensables en toutes circonstances. Mais les modalités actuelles de financement des activités ne
permettent pas que la coopération devienne si aisément une réalité.
Par ailleurs, l’hôpital a sa place, toute sa place mais rien que sa place à tenir au sein du parcours de
santé des personnes. Aucun acteur de santé ne peut assurer à lui seul la réponse aux besoins de santé
d’une personne ou d’une population. C’est à partir de ce constat, qu’il est apparu indispensable
d’introduire l’obligation de coopération dans la définition du SPH.
Ainsi les acteurs du SPH ont tout leur rôle à jouer au sein du SPTS, dans l’appui qu’ils se doivent
d’apporter à sa dynamique de déploiement. En premier lieu, ils sont en mesure de contribuer activement
au diagnostic territorial initial par la connaissance fine qu’ils ont des besoins de soins des personnes et des
réponses à y apporter du fait de leur expertise médicale et paramédicale. Ils doivent nécessairement
participer au diagnostic territorial.
17
Loi de Financement de la Sécurité Sociale
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
53
Ils ont également toute leur place à jouer pour :
- Contribuer à l’information et l’orientation des usagers dans le cadre des guichets uniques qui seront
mis en place,
- Contribuer à l’élaboration d’un projet territorial de santé pour répondre aux besoins prioritaires du
territoire,
- Entrer dans la contractualisation avec les autres acteurs de santé, dans le cadre du contrat territorial
de santé, pour s’engager sur des modalités communes d’orientation, de prises en charge ou
d’accompagnement pour garantir la continuité de l’offre en santé sur le territoire, et de
mutualisation de compétences rares qu’ils sont souvent les seuls à pouvoir faire venir et maintenir
dans les territoires.
Les établissements hospitaliers de tous statuts, ont donc toute leur place dans le tour de table des
conseils locaux et territoriaux de santé, mais pas nécessairement la place de pilote. Si l’on veut, comme
souhaité au sein de la stratégie nationale de santé, faire la révolution du premier recours, il faut organiser
et faciliter l’accès au recours et à l’expertise par les acteurs du premier recours, mais non organiser les
coopérations autour ou à partir de l’hôpital.
Les conseils locaux et territoriaux vont permettre de fixer les cadres de coopération pour une meilleure
proximité de relation entre les différents acteurs.
En participant au SPTS, les établissements acteurs du SPH vont développer leurs liens avec la médecine
de ville, tous les intervenants du premier recours dont les acteurs du domicile et les acteurs du social et du
médico-social.
Leur rôle est bien entendu essentiel dans l’organisation de l’accès aux urgences et aux soins non
programmés ainsi que dans la mise en place d’organisations territoriales permettant la juste orientation
des usagers vers les structures de ville ou hospitalières les plus adaptées à leur état de santé.
Ils ont également un rôle majeur à jouer dans le cadre d’un secteur psychiatrique rénové où, au-delà des
moyens hospitaliers, les partenaires du monde libéral, les collectivités territoriales, les établissements
sociaux et médico-sociaux concourent ensemble à une amélioration de la réponse apportée aux personnes
en situation de souffrance ou maladie psychiques.
En conclusion, il est proposé que le service public hospitalier soit réintroduit dans la loi à partir des
obligations qu’il doit remplir et des règles qu’il doit respecter. C’est une définition dynamique dans la
mesure où elle engage les acteurs concernés, mais aussi les pouvoirs publics qui auront à s’assurer du
respect de ces règles et obligations. C’est une définition qui se préoccupe en premier lieu du service rendu
aux usagers.
Les acteurs du service public hospitalier ont parmi leurs obligations de contribuer aux services publics
territoriaux de santé et ainsi de rentrer en coopération avec les acteurs des différents secteurs (soins,
accompagnement à domicile ou en établissement, social, ...) des territoires afin d’améliorer les parcours
de santé des usagers et contribuer à la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
54
Annexes
A1. MEMBRES DU GROUPE PLENIER
ADESM : Gilles MOULLEC
ADESSADOMICILE : Aurore ROCHETTE
AMUF /CGT : Christophe PRUDHOMME (réunion du 18 septembre 2013 uniquement)
ANEMF : Mathieu LEVAILLANT, Nicolas ROMAIN-SCELLE
Association des départements de France : M. Claudy LEBRETON
Association des maires de France : Jacques PELISSARD
Association des régions de France : Alain ROUSSET, Madeleine NGOMBET
ATD Quart Monde : Pierre-Yves MADIGNIER
Avenir hospitalier : Bertrand MAS, Pascale LE PORS
CFDT : Nathalie CANIEUX
CFE-CGC : Carole COUVERT, Thierry AMOUROUX
CFTC : Michel ROLLO, Christian CAILLEU, Christian CUMAIN
CGT : Nathalie GAMIOCHIPI, Emmanuel MAISSONNIER, Philippe CREPEL
CIH : Agnès MARIE-EGYPTIENNE, Guillaume BLANCO
CI : AFFERGAN Marcel
CH-FO : Christian GATARD, Hélène THALMAN
CMH : Didier THEVENIN, Martine MARCHAND, Rémy COUDERC, Jean- Gérard GOBERT, Claudine AZOULAU
CNDEPAH : Marie-Hélène ANGELLOZ-NICOUD, Gaël CORNEC
CNAMTS / UNCAM : Frédéric VAN ROEKEGHEM, Michel MARTY
CONSEIL NATIONAL de l’Ordre des Médecins : Patrick BOUET
Collectif Interassociatif Sur la Santé : Claude RAMBAUD, Nicolas BRUN, Sylvain FERNANDEZ-CURIEL, Daniel
CARRÉ
Collectif des associations réunies : Yves ATTOU
Collège des DG d'ARS : François DUMUIS
Conférence des présidents de CME de CHU : Guy MOULIN
Conférence nationale des directeurs de CH : Didier HOELTGEN
CSMF - Confédération des Syndicats Médicaux Français : Michel COMBIER, Luc DUQUESNEL
Conférence nationale des directeurs généraux de CHRU : Guy MOULIN, Jean-Pierre CANARELLI
Conférence nationale des Présidents de CME des CHS : Christian MULLER, Sylvie PERON, Agnès METTON
Conférence nationale des Présidents de CME des hôpitaux généraux : Pierre FOUCAUD, Pascal FORTIER
Conférence nationale des Présidents de CME, FEHAP : Francis ZANASKA
Conférence nationale des Présidents de CME, FHP : Jean-Luc BARON
CPH (Praticiens hospitaliers) : Pierre FARAGGI, Jean-Claude PENOCHET
CSMF - Confédération des Syndicats Médicaux Français : Michel COMBIER, Luc DUQUESNEL
CNUH : Pierre CARLI
DGOS : Natacha LEMAIRE, Samuel PRATMARTY, Christine BRONNEC, Adeline TOWNSEND, Charlotte
NEUVILLE
DIHAL, Délégation Interministérielle à l'hébergement et à l'accès au logement : Alain REGNIER, Pascale
ESTECHACANDY
FFMPS, Fédération Française des Maisons et Pôle de Santé : Pierre DE HAAS, Michel SERIN
FAMCO, Fédération des médecins coordinateurs d'EHPAD : Jean-Alain MARGARIT
FEHAP : Antoine DUBOUT, David CAUSSE, Stéphanie ROUSVAL
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
55
FHF : Gérard VINCENT, René CAILLET, Florence MARTEL
FHP : Jean-Loup DUROUSSET, Elisabeth TOMÉ-GERTHEIRICHS, Michel COUHERT, David CASTILLO
FMF, Syndicat médecine libérale : Jean-Paul HAMON, Dr LEFEBURE
FNARS : Maryse LEPÉE
FNCS, Fédération nationale des centres de santé: Richard LOPEZ, Hélène COLOMBANI
FNEHAD : Eric GINESY, Anne DABADIE
FNI : Philippe TISSERAND
Fédération des SSIAD : Nicole FARGET
FO : Didier BERNUS, Hervé ROCHAIS, Luc DELRUE
FSPF : Philippe GEARTNER
France-Alzheimer : Marie-Odile DESANA
INPH : Rachel BOCHER, Jean-Michel BADET, Michel TRIANTAFYLLOU
ISNAR-IMG : Julien POIMBOEUF, Emmanuel BAGOURD, Elodie HERNANDEZ
ISNCCA : Julien ADAM
ISNIH : Emmanuel LOEB, Lionel BARRAND
MG France : Claude LEICHER, Bernard PELDRAN, Marie-Hélène CERTAIN
Ministère de l’Education nationale : DGESCO santé scolaire : Jean-Paul DELAHAYE, Jeanne-Marie URCUN
MUTUALITE de France : Etienne CANIARD
MUTUALITÉ Française : Dominique LEBRUN, Sylvie GUERIN
ONSIL : Béatrice GALVAN
Président de la conférence des doyens de médecine : Dominique PERROTIN
RNOGCS (regroupement national des organismes gestionnaires de centres de santé) : Laurent EVEILLARD
SECRETARIAT GENERAL : Pierre-Louis BRAS, Marie-Claude HITTINGER
Service de santé des Armées : Yves AUROY
SML : Sophie BAUER, MICHEL CHASSANG
SMPS : Christophe GAUTIER, Olivier FALAGA, R. SANQUIER
SNAM-HP : Sadek BELOUCIF, Jean-Pierre ESTERNI
SNIIL : TOUBA Annick, John PINTE
SNMPMI : Elisabeth JUDE-LAFITE
S O S MEDECINS : Dominique RINGARD, Serge SMADJA, Dr GUERIN
SPF - Collège national pour la qualité des soins en psychiatrie : Maurice BENSOUSSAN
SUD SANTE-SOCIAUX : Patricia GARCIA
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT
SYNERPA : Florence ARNAIZ-MAUME, Nelly BAUDRON
UFMICT-CGT : Thomas DEREGNAUCOURT
UNA : Union Nationale de l’aide, des soins et des services aux domiciles : André FLAGEUL, Line LARTIGUE,
Yves VEROLLET
UNAFAM : Philippe CHARRIER, Jean-Claude MATHA
UNAPEI : Chrystel PRADO
UNICANCER : Pascale FLAMANT, hélène HESPEROU, Sandrine BOUCHER
UNIOPSS : Dominique BALMARY,
URIOPSS Ile-de-France : Michèle ESTRAILLER
UNPS : Pierre LEPORTIER, Patrick PERIGNON
UNR Santé : François BOUE, Gérard MICK
UNSA : Françoise KALB, Willy KALB, Karine ROGER, Sylvie SAQUE
USPO : Gilles BONNEFOND, P. GELBHART
USMCS : Alain BEAUPIN
Personnalité Qualifiée : Pierre ALÉGOËT
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
56
Personnalité Qualifiée : Jean-Noël CABANIS
Personnalité Qualifiée : Paul CASTEL
Personnalité Qualifiée : Bertrand FENOLL
Personnalité Qualifiée : P. GIBELIN
Personnalité Qualifiée : André GRIMALDI
Personnalité Qualifiée : Guy LEGAL
Intervenant : Pierre BLAISE, ARS Pays-de-Loire
Intervenant : Bruno FAVLCONNIER, Directeur du CH de Niort
A2. DEROULEMENT DES TRAVAUX
A2.1 Le calendrier des plénières et ateliers :
DATE
HEURES
SÉANCES
18/09/2013
Après-midi
Plénière
Lancement
03/10/2013
Matin
atelier
Offre de proximité
10/10/2013
Après-midi
atelier
Personnes en perte d’autonomie (âgées, handicapées,...)
16/10/2013
Après-midi
atelier
Maladies chroniques dont Santé mentale
23/10/2013
Après-midi
atelier
Soins non programmés et urgences
06/11/2013
Après-midi
Plénière
14/11/2013
Matin
atelier
SPH
20/11/2013
Après-midi
atelier
Prévention
27/11/2013
Après-midi
atelier
Précarité
17/12/2013
Plénière
Premières propositions
finalisation
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
57
A2.2 Les comptes rendus des plénières et ateliers :
A2.2.1 Compte-rendu de la plénière du 18 septembre 2013 : Lancement
Mission SPTS - SPH
Lancement
Plénière du 18 septembre 2013
Compte-rendu
Ministère de la Santé, salle Laroque
14 avenue Duquesne, 75007 Paris
Introduction
En septembre 2012, le Groupe 1 de la mission COUTY réunissant une soixantaine de professionnels du
monde hospitalier public et privé débutait ses travaux. Le constat était le suivant : le système de santé ne
peut pas être hospitalo-centré : Il doit s’ouvrir à la coopération dans le but d’améliorer le parcours de
santé des usagers. Les travaux du Groupe 1 ont fait émerger la notion de service public territorial de
santé (SPTS). Les principes du SPTS font partie intégrante de la Stratégie nationale de santé (SNS)18.
Cette première réunion plénière (une centaine d’acteurs conviés représentant les champs sanitaire, social
et médico-social) a pour objectif de présenter les grands axes de travail à venir pour la construction du
SPTS et du SPH. Il s’agit de dégager un consensus et de formuler des propositions claires pour préparer
l’élaboration de la loi de santé publique 2014.
Synthèse des présentations
Présentation de Bernadette DEVICTOR
Les objectifs de la mission
Cette mission s’inscrit dans la SNS. Il s’agit de décliner de manière opérationnelle les principes du SPTS
et du SPH en proposant des outils juridiques.
18
Dans le rapport des Sages sur la SNS, le SPTS est évoqué dans 6 des 19 recommandations.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
58
L’objectif n’est pas d’établir un rapport mais de porter des propositions concrètes susceptibles d’être
reprises dans la future loi de santé publique.
Les orientations du groupe 1
Le SPTS est avant tout une organisation qui permet de répondre aux besoins de santé sur un territoire. Il
constitue un mode de réponse privilégié qui vient combler les attentes fortes des usagers en termes de
continuité des prises en charge et accompagnement. Le SPTS est aussi une nouvelle approche de l’offre
en santé sur le territoire réunissant l’ensemble des acteurs qui partagent la responsabilité de l’état de santé
de la population. C’est donc avant tout un espace de coopération. Il est nécessaire de stabiliser les cadres
de coopération en reconnaissant ces espaces (labellisation) dans le but de les pérenniser. Le SPTS
constitue un mode d’organisation où les acteurs se concertent, se mobilisent et affichent une volonté
commune de travailler ensemble. Les ARS ont vocation à jouer un rôle facilitateur et accompagnateur.
Les outils concrets de mise en œuvre du SPTS restent à clarifier. Le sens de la démarche envisagée est
ascendante et non-prescriptive, laissant ainsi de la marge de manœuvre aux acteurs pour s’organiser, sur
la base d’un cadre posé au niveau national. Les modalités juridiques (conventions, contrat territorial de
santé…) restent à définir.
La réintroduction et la rénovation du SPH
L’objectif est de rétablir un SPH rénové, ce qui pose la question du devenir des 14 MSP. Ce point fera
l’objet d’une réflexion ultérieure menée lors de l’atelier SPH.
La question du modèle de financement, qui accompagnera ces concepts de SPTS et SPH est posée et sera
traitée en ce qui concerne l’activité hospitalière, en lien avec le Comité de réforme de la tarification à
l’activité hospitalière (CORETAH).
Présentation de la DGOS
L’objectif de la réforme SPTS
Au regard de la SNS, le SPTS répond à un double objectif : la lutte contre les inégalités sociales et
territoriales de sante et l’amélioration de la santé du point de vue du service rendu au patient.
Les contours du SPTS
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
59
Il est important de préciser les caractéristiques du SPTS afin de ne pas faire rentrer tout le système de
santé dans le dispositif du SPTS. Celui-ci doit en effet apporter une valeur ajoutée. Ainsi, trois grands
critères sont proposés :
Le SPTS est une organisation territoriale entre acteurs : un acteur seul ne peut réaliser le SPTS, il faut
être au moins deux.
L’organisation SPTS s’inscrit dans un territoire : il n’est pas question ici d’établir des normes dans la
définition géographique du territoire. Il doit pouvoir être adapté en fonction de l’objectif poursuivi.
L’organisation répond aux principes du service public: il est proposé de décliner les 4 principes
classiques du SP au secteur de la santé.
Neutralité : Cette idée renvoie à celle de la non-discrimination des usagers et des patients (déjà inscrite
dans le CSP)
Egalité : Ce principe recouvre plusieurs dimensions. Il concerne tous les usagers, avec une attention
particulière pour les personnes vulnérables, personnes handicapées notamment au regard de leur accès
(physique et psychique) plus difficile aux soins. L’accessibilité financière (tarif opposable et reste à
charge), géographique et informationnelle constituent également des déclinaisons du principe général
d’égalité. L’approche en termes de reste à charge du patient pourrait être privilégiée, plutôt qu’en termes
de tarifs opposables dans une perspective patient et non professionnels ou établissements.
Continuité : Elle se décline à la fois dans le temps (horaires) et dans l’espace (territoriale).
Adaptabilité : Elle renvoie à l’orientation de l’usager dans le parcours de santé en termes d’articulation
entre les différents acteurs.
Les thèmes prioritaires d’action
Des thèmes prioritaires d’action (génériques et populationnels) sont proposés pour approfondir les
différentes dimensions du SPTS, en fonction des priorités actuelles du gouvernement en matière de santé.
Ils feront l’objet d’approfondissement en atelier.
Les modalités de mise en œuvre
La mise en œuvre du SPTS s’inscrit dans une démarche ascendante différente de celle en vigueur pour la
planification hospitalière. Le rôle des ARS dans ce dispositif reste encore à préciser.
La reconnaissance d’une organisation SPTS s’établirait sur des critères, dont certains seront définis au
niveau national dans un cadre souple pour laisser la déclinaison opérationnelle aux acteurs.
La formalisation juridique du SPTS pourrait se traduire par un contrat territorial de santé, mais il est
essentiel de mener au préalable un travail d’analyse des outils existants.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
60
Le SPH rénové et l’impact sur les 14 MSP
Le SPH s’inscrit comme acteur dans un environnement où il intervient en lien avec d’autres. La vision du
SPH se veut globale et non-parcellaire comme l’est la liste actuelle des 14 MSP.
Les principes classiques du service public devront être déclinés de manière opérationnelle dans le champ
hospitalier, avec une définition des obligations qui s’y rattachent.
L’égalité d’accès aux soins peut par exemple nécessiter le maintien d’une offre sur un territoire alors que
les modalités classiques de financement ne la rendent pas viable. La continuité peut se traduire par
l’obligation d’un service minimum et de lien formalisés avec les autres acteurs sur le territoire.
Au regard du SPH rénové, la question du devenir de la liste actuelle des 14 MSP est posée. Faut-il la
maintenir et sous quelle forme ? Rapprocher ces activités des missions d’intérêt général actuelles ? Dans
tous les cas, il sera sans doute incontournable de revoir la composition actuelle de cette liste de missions.
Synthèse des débats
La discussion a porté successivement sur le contexte dans lequel se construit cette réforme, sur les
modalités de mise en œuvre du SPTS (territoire, gouvernance) et sur la méthode de travail à suivre.
D’un point de vue général, les concepts présentés sont bien accueillis. Il y a manifestation d’intérêt pour
les principes présentés, mais une demande que ces concepts soient traduits de manière concrète et rapide.
Il est souligné le décalage entre les difficultés du fait des restrictions budgétaires vécues au quotidien par
les professionnels et ces principes. Il apparaît la nécessité d’avancer assez vite dans la définition juridique
du SPTS.
Plusieurs intervenants souhaitent que cette réforme permette de tourner définitivement la page de la Loi
HPST en revenant à une définition organique du service public et certains suggèrent de se séparer de
certains outils juridiques compliqués à mettre en œuvre, tels que les GCS érigés en établissements de
santé.
La question de la redondance avec les travaux déjà menés par le Groupe 1 lors de la mission COUTY est
soulevée.
Dans le même sens que la présentation de Bernadette DEVICTOR, de nombreux intervenants font part de
leur souhait de vouloir éviter un effet « mille-feuilles » et préférer une réforme systémique lisible.
L’incohérence des plans de santé publique successifs a été également soulevée. Dans l’esprit, le SPTS
devrait pouvoir donner corps à cette organisation territoriale au service de la continuité des soins
recherchée dans l’ensemble des plans.
Bernadette DEVICTOR indique que l’objectif du SPTS est effectivement de donner cette cohérence
globale.
Il est insisté sur le rôle de l’Etat. En effet les difficultés pour coordonner les acteurs et organiser la
mobilisation autour d’objectifs de santé publique sont réelles et des directions claires doivent être données
pour que les acteurs puissent réellement les décliner ensuite.
Le SPTS est également perçu comme une opportunité unique pour « embarquer les usagers ».
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
61
Certains intervenants souhaitent que le SPTS soit l’occasion d’élaborer un diagnostic partagé sur un
territoire.
Il est considéré que l’objectif affiché du SPTS, et plus largement celui de la SNS, de lutter contre les
inégalités de santé devrait être davantage un impératif de la politique de santé publique qu’un objectif en
soi. Le dispositif présenté est jugé trop peu contraignant pour traduire les engagements inhérents au
service public.
Au sujet du SPH et du devenir des 14 MSP, les souhaits d’organisations syndicales et des fédérations
sont la suppression de la liste des MSP instaurée par la loi HPST et le rétablissement d’un bloc au sens de
la loi de 1970.
La FHF indique qu’elle a engagé une réflexion sur l’élaboration d’un cahier des charges du SPTS qu’elle
partagera avec le groupe.
La présentation faite par la DGOS faisant état d’un principe d’égalité, se traduisant par l’accessibilité
financière, la question des limites de l’approche par le reste à charge (conçu uniquement dans le domaine
du soin ou également dans le domaine médico-social -EHPAD par exemple) est posée.
Les débats soulignent l’importance de la notion de territoire, qui mérite d’être davantage travaillée. Un
recours à l’expertise de géographes est suggéré.
La gouvernance du dispositif du SPTS sera également une question essentielle dans la mesure où il est
capital d’y associer l’ensemble des partenaires locaux. L’exemple des conseils locaux de santé mentale
est donné.
Le rôle des ARS sera dans ce cadre important avec une question à travailler pour trouver l’équilibre entre
une démarche ascendante et une incitation suffisamment forte des ARS. L’ingénierie de cette organisation
sera essentielle.
Il ressort de ces différents points la nécessité de travailler prioritairement sur les notions de territoire et de
gouvernance. Ces thèmes seront donc inscrits à l’ordre du jour du groupe plénier intermédiaire.
Les discussions ont enfin porté sur les modalités pratiques de travail. Le choix des thèmes pour les ateliers
a fait débat. Plusieurs intervenants considèrent que la segmentation choisie n’est pas assez transversale et
qu’il faudrait partir d’emblée des thèmes de territoire, gouvernance, parcours. Bernadette DEVICTOR
indique que ces trois dimensions seront traitées lors de la plénière intermédiaire qui se tiendra en
novembre. Les ateliers ont pour but d’essayer d’éclairer les concepts notamment sur ces trois questions
essentielles, à partir de situations concrètes afin de ne pas construire un modèle théorique mais une
proposition au plus près de besoins des usagers et de la réalité de terrain.
La question de la représentation ministérielle, avec l’association d’autres directions d’administrations
centrales au sein du groupe de travail a été également soulevée. A ce stade, la DGOS travaille déjà avec
les autres directions (DAC) de façon rapprochée. La mission est également en contact avec le cabinet. La
CNAMTS est quant à elle représentée dans le groupe plénier.
Bernadette DEVICTOR rappelle l’importance d’associer l’ensemble des acteurs (élus, acteurs du
domicile…) et propose de démarrer les travaux sur la base des ateliers proposés, sachant que si à
l’expérience cela ne répond pas aux attentes, il y aura lieu de changer.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
62
Les contributions des ateliers prendront la forme de propositions et recommandations. L’objectif est que
les premières pistes de réflexion soient initiées début novembre et la finalisation des recommandations ait
lieu mi-décembre lors de la dernière assemblée plénière.
En synthèse
Le SPTS est une expression et un projet qui semblent faire sens pour tous.
La présentation du SPH rénové impose notamment de repenser les modalités de participations des
établissements privés lucratifs (et le devenir des 14 MSP).
Les notions de territoire, de gouvernance et d’ingénierie constituent des points essentiels de la
réflexion En conséquence, l’ordre du jour de l’assemblée plénière intermédiaire intégrera ces
problématiques.
Une méthodologie commune pour les ateliers thématiques sera proposée
Toutes les contributions écrites des participants sont les bienvenues ; elles seront partagées entre les
membres du groupe.
Participants :
AMUF /CGT : Christophe PRUDHOMME
ANEMF : Mathieu LEVAILLANT, Nicolas ROMAIN-SCELLE
Association des régions de France : Madeleine NGOMBET
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
63
Avenir hospitalier : Bertrand MAS
CFE-CGC : Thierry AMOUROUX
CFTC : Christian CAILLIAU, Christian CUMIN
CGT : Emmanuel MAISSONNIER, Philippe CREPEL
CH-FO: Christian GATARD, Hélène THALMANN
CNAMTS : Michel MARTY
CNUH : Pierre CARLI
Collectif interassociatif sur la Santé CISS : Sylvain FERNANDEZ-CURIEL
Conférence nationale des directeurs de CH : Didier HOELTGEN
Conférence nationale des directeurs de CHS : Gilles MOULLEC
Conférence nationale des Présidents de CME des CHS : Christian MULLER
Conférence nationale des Présidents de CME des hôpitaux généraux : Pascal FORTIER
CSMF - Confédération des Syndicats Médicaux Français : Luc DUQUESNEL
DGESCO - Ministère de l'Education Santé scolaire : Jeanne-Marie URCAN
DIHAL - Délégué interministériel à l’hébergement et logement : P. ESTECAMANDT
FEHAP : David CAUSSE
FHF : René CAILLET
FHP : Michel COUHERT
FFMPS - Fédération Française des Maisons et Pôles Santé : Michel SERIN
FMF : Jean-Paul HAMON
FNARS - Fédération nationale des associations d’accueil et réinsertion sociale : Maryse LEPÉE
FNCS - Fédération Nationale des Centres de Santé : Hélène COLOMBANI
FNEHAD : Olivier PAUL, Anne DABADIE
FO : Hervé ROCHAIS, Luc DELRUE
INPH : Michel TRIANTAFYLLOU,
ISNAR - IMG Syndicat Autonome Internes Médecine Générale : Julien POIMBOEUF, Elodie
HERNANDEZ
ISNI : Emmanuel LOEB
Mutualité Française : Sylvie GUERIN
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
64
SG : Marie-Ange DESSAILLY-CHANSON, Marie-Claude HITTINGER
SSA : Yves AUROY
SML : Sophie BAUER
SOS Médecins : Dominique SMADJA
SMPS : Olivier FALANGA
SNIIL - Syndicat des professionnels libéraux : John PINTE
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT
SYNERPA : Florence ARNAIZ-MAUME, Nelly BAUDRON
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNICANCER : Hélène HESPEROU
UNA - Union Nationale de l’aide, des soins aux domiciles : Yves VEROLLET, Line LARTIGUE
UNR Santé - Union Nationale des Réseaux de Santé : François BOUÉ
UNPS : Pierre LEPORTIER
UNSA : Willy KALB
Personnalité Qualifiée : Pierre ALÉGOËT
Personnalité Qualifiée : Jean-Noël CABANIS
Personnalité Qualifiée : Paul CASTEL
Personnalité Qualifiée : Bertrand FENOLL
Personnalité Qualifiée : P. GIBELIN
Personnalité Qualifiée : André GRIMALDI
Rappel du calendrier :
DATES
HEURES
SÉANCES
18/09/2013
Plénière
Lancement
atelier
Offre de proximité
Après-midi
03/10/2013
Matin
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
65
10/10/2013
atelier
Personnes en perte d’autonomie (âgées, handicapées,...)
atelier
Maladies chroniques dont Santé mentale
atelier
Soins non programmés et urgences
Plénière
Premières propositions
atelier
SPH
atelier
Prévention
atelier
Précarité
Plénière
finalisation
Après-midi
16/10/2013
Après-midi
23/10/2013
Après-midi
06/11/2013
Après-midi
14/11/2013
Matin
20/11/2013
Après-midi
27/11/2013
Après-midi
17/12/2013
Après-midi
A2.2.2 Compte-rendu de l’atelier : Offre de proximité du 3 octobre 2013
Relevé de conclusions – Atelier Offre de proximité – 03/10/2013
Introduction
B. DEVICTOR rappelle le contexte des travaux (lettre de mission de la Ministre, intégration de la notion
de SPTS dans la SNS) et les modalités de leur organisation. L’objectif est de proposer des pistes
concrètes pour la loi de santé publique, dès la fin de l’année. Dans cette optique, les travaux sont
organisés en réunions plénières qui regroupent l’ensemble des partenaires et en ateliers thématiques dont
l’objet est de travailler plus précisément sur des thèmes ciblés comme prioritaires. Il s’agit de partir du
terrain, de l’expérience des professionnels pour faire émerger concrètement ce qu’apporterait la création
d’un service public territorial de santé. Sur la base des échanges dans les ateliers, les questions de
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
66
gouvernance, de territorialité, d’ingénierie et de financement seront plus spécifiquement travaillées.
Madame DEVICTOR indique que la première thématique choisie est celle de l’offre de proximité et
donne la parole aux différents intervenants.
1. Les interventions
 Synthèse de la présentation de Pierre de HAAS (Président de la FFMPS)
D’une manière générale, la réforme STPS doit permettre de répondre aux trois objectifs suivants :



Structurer les soins de premier recours pour mieux répondre à la demande de soins et améliorer la
fluidité des parcours
Mutualiser les structures de soins primaires dans une approche territoriale, ce que la FFMPS
appelle une plate forme territoriale, propice au développement de certaines actions telles que
l’ETP, la production de données de santé, le portage des cas complexes…Ainsi, le travail en
équipe permet par exemple des campagnes de vaccination dans les maisons de retraite
Consolider les relations entre la ville et l’hôpital
Le territoire pertinent pour un fonctionnement en équipe doit être dessiné par les acteurs eux-mêmes.
L’essentiel est que l’ensemble des acteurs concernés soient présents dans la plate forme territoriale.
Il faut distinguer les différents niveaux de territoire en fonction des objectifs poursuivis (voir en annexe la
note de la FFMPS sur le SPTS)
Seule une équipe est en mesure de répondre aux objectifs du SPTS. Les usagers trouvent leur place au
sein des plates formes départementales.
La question de la gouvernance est posée par les infirmiers libéraux ; il faut éviter toute forme
d’hégémonie.
 Synthèse de la présentation de la maison de santé pluridisciplinaire de Saint Amand en
Puisaye (Michel SERIN)
La maison de santé pluridisciplinaire (MSP) de Saint Amand en Puisaye a été créée à l’origine pour
résoudre le problème de la démographie médicale au sein du département de la Nièvre. Cette structure a
été reconnue à la fois par les élus (Conseil Général) et les financeurs (URCAM de Bourgogne) de la
région.
Au delà du suivi médical quotidien des patients, la MSP permet une prise en charge des patients pour des
soins non programmés (ce qui évite un recours aux structures d’urgences hospitalières). L’exercice en
MSP favorise la continuité des soins, notamment grâce à l’utilisation du dossier partagé entre les
professionnels et l’utilisation d’une messagerie sécurisée.
La MSP regroupe les principaux acteurs du premier recours avec des professionnels médicaux (médecins
généralistes, sage-femme) et paramédicaux (infirmières, masseurs-kinésithérapeutes, pharmaciens).
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
67
D’autres acteurs interviennent également au sein de cette structure : un podologue, deux psychologues,
deux infirmières psychiatriques, un ergonome et une diététicienne. La MSP est en partenariat avec une
association d’aide aux personnes âgées, ce qui permet une prise en charge coordonnée entre les secteurs
sanitaire et médico-social. Elle est expérimentatrice de l’outil PAERPA. La MSP est également en lien
avec le centre d’action sociale.
La MSP agit également sur le champ de la santé publique avec l’expérimentation (non aboutie) de
l’intervention d’une infirmière de santé publique ayant pour rôle la diffusion et l’explication des
techniques de prévention. L’intégration de la santé publique au niveau du premier recours est un élément
fondamental.
L’ensemble des liens établis entre les acteurs permet de proposer une réponse adaptée localement,
favorise l’accès aux soins et la prévention des troubles. Ainsi par exemple, la présence au sein de la MSP,
même ponctuelle d’infirmiers issus d’établissements autorisés en psychiatrie, permet de mieux identifier
les personnes qui nécessitent réellement un recours spécialisé et d’organiser celui-ci dans de bonnes
conditions.
Un des critères de la qualité du service rendu au patient est le fait que l’aire de recrutement de la MSP
s’élargit, les patients appréciant particulièrement le caractère coordonné de la réponse. Ceci a cependant
eu pour conséquence un rallongement des délais de rendez-vous, dont se sont plaintes les autorités
locales. Cet exemple montre la dynamique de qualité d’une démarche associant l’ensemble des
partenaires, qui permet un retour sur le service rendu et des actions correctrices. La coordination entre
tous les professionnels exerçant au sein de la MSP suppose un temps administratif important. La MSP a
recruté à ce titre une assistante de coordination administrative qui facilite la gestion de la structure au
quotidien, notamment en assurant le lien avec l’ARS et les élus locaux. Cependant le rôle de
coordonnateur du médecin reste essentiel dans la dynamique de projet.
Il est souligné que cette dynamique locale favorise le recrutement de professionnels grâce également au
soutien des autorités locales : accueil d’internes en médecine générale qui bénéficient d’une prime pour
les transports et de conditions de logements attractifs.
Il est évoqué la question de la SISA (société interprofessionnelle de santé ambulatoire) qui ne permet pas
d’intégrer tous les acteurs de la MSP, par exemple les psychologues, les pharmaciens, les transporteurs,
… Il est suggéré que la SISA puisse facturer des actes aux patients et qu’ensuite elle se charge de la
redistribution entre les professionnels concernés.
Les nécessaires évolutions pour faciliter l’accueil de médecins en formation sont cependant soulignées de
façon générale.
 Synthèse de l’intervention de Bernard PLEDRAN (MG France)
Le SPTS ne doit pas être conçu comme un « service hospitalier territorial de santé ». Les médecins
généralistes libéraux occupent une place importante dans les soins de premier recours. L’articulation
ville-hôpital est fondamentale, mais elle ne constitue pas le quotidien de l’activité. Le risque d’une
dénomination « SPTS » est de susciter des réticences des médecins libéraux.
Les équipes médicales de soins primaires qui s’organisent, en vue d’une reconnaissance SPTS, doivent
nécessairement regrouper tous les acteurs de la PEC du premier recours (pharmaciens, infirmiers,
orthophonistes, kiné, …) et y associer d’autres professionnels tels que des personnels assurant la
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
68
coordination administrative et les services d’aide à domicile. Les fonctions exercées au sein de cette
équipe sont différentes mais elles sont complémentaires, il ne doit pas y avoir de « hiérarchie ».
A ce sujet, le risque de voir des concentrations dans le domaine de la biologie limiter l’intervention
possible des biologistes dans la prise en charge de proximité a été souligné par plusieurs participants. Une
difficulté a été soulevée sur le rôle de la médecine de ville dans la prise en charge des patients atteints de
cancer et qui pourraient bénéficier de chimiothérapies à domicile. Les plans de santé publique successifs
sur ce thème soulignent le rôle central des médecins généralistes sans le décrire de façon suffisamment
concrète, faute d’une réflexion partagée avec les acteurs concernés. Ceci est particulièrement vrai
concernant l’organisation de la prévention.
2. Les thèmes abordés
L’objectif du SPTS de l’offre de proximité ne peut pas être simplement la réponse à la demande, mais une
réponse aux besoins de santé car différentes catégories d’usagers ne sont pas en demande (ex : les
personnes atteintes de maladies psychiques, les personnes âgées, les précaires, les aidants, ….). C’est
donc une approche en responsabilité populationnelle qu’il s’agit de privilégier ainsi que l’amélioration du
service rendu à l’usager.
Au regard de la définition du SPTS, il s’agit de se demander si les organisations existantes en matière
d’offre de proximité peuvent être labellisées SPTS. Les interventions précédemment décrites témoignent
d’un engagement certain pour un travail en coopération. Le SPTS n’est pas une organisation qui s’inscrit
à la marge de l’existant (réseaux, plateformes territoriales). Il doit permettre de reconnaître de manière
formelle les initiatives des acteurs.
Les équipes qui se sont déjà organisées ont en effet besoin d’une reconnaissance formelle. Le SPTS
permettra donc de pérenniser les organisations existantes si elles répondent aux objectifs posés par la loi
de santé publique. Ce nouveau modèle, fondé sur une coordination étroite entre tous les professionnels,
permet à l’ensemble des partenaires d’améliorer leurs pratiques. Le rôle des médecins généralistes
pourrait être essentiel pour diffuser le message sur l’intérêt des campagnes de prévention mais il
conviendrait que les campagnes soient davantage conçues en lien avec eux.
Au delà d’une organisation où les acteurs coopèrent entre eux, le SPTS est avant tout un organisation
multi-acteurs. Il est donc essentiel de savoir où placer le curseur sur la définition du critère « multiacteurs » (seuil, catégories ?).
Il est souligné que si les contributions dans l’atelier proviennent d’acteurs libéraux, il ne faut pas oublier
les centres de santé qui ont tout leur rôle à jouer au sein du SPTS. Il n’y a donc pas un modèle unique.
 Sur la définition et la délimitation du territoire
Il ressort d’un consensus général que le territoire ne peut pas être envisagé de manière uniforme et
homogène. Il se construit avec la participation active de tous les acteurs. Il doit être défini par rapport aux
préoccupations de santé de la population, mais également en fonction des territorialités autres que celles
organisées autour des soins. Certains estiment que des zones doivent être privilégiées dans la démarche
SPTS, notamment les zones urbaines difficiles ou les territoires ruraux défavorisés
Le territoire sera nécessairement le « territoire naturel d’une équipe répondant aux besoins d’une
population ». Le découpage territorial doit venir des acteurs de terrain qui s’organisent autour d’un projet
collectif (ex : sur un besoin de santé particulier) axé sur l’usager et sa délimitation ne peut pas être
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
69
strictement médico-administrative.. Il devra notamment envisager plusieurs zones géographiques
possibles comme le bassin d’attractivité, la zone administrative ou politique.
La définition du zonage ne doit donc pas être contraignante afin de ne pas bloquer les initiatives locales.
La discussion a également porté sur la notion de proximité qui doit être suffisamment large pour
permettre d’inclure les acteurs sociaux et médico-sociaux.
Cette question mise au débat reste cependant à approfondir au regard de l’apport des autres ateliers.
 Sur les questions d’ingénierie et de gouvernance
D’une manière générale, le rôle des ARS dans la structuration SPTS de l’offre de proximité doit être
incitatif et non prescriptif. En effet, l’ARS doit s’orienter vers une démarche de « management de
projet » en accompagnant les acteurs de terrain.
La question de la place des usagers au sein de la gouvernance de l’organisation a été posée. Un consensus
semble se dégager sur leur place indiscutable dans l’élaboration du diagnostic des besoins du territoire
dans la mesure où la finalité de ce système est centrée sur le service rendu à l’usager, ainsi que sur la
partie évaluation. Concernant la gouvernance opérationnelle, leur présence paraît moins indispensable.
L’importance du rôle des élus a été évoquée. Le dialogue avec les collectivités locales est un élément
essentiel que ce soit avec les conseils généraux ou au niveau des municipalités. Il y a lieu d’inclure les
CCAS dans les interlocuteurs.
La question du « promoteur » de l’organisation a été débattue. Qui est en charge de la construction du
projet ? Plusieurs acteurs peuvent être à l’initiative du projet, l’essentiel étant que l’ensemble des acteurs
concernés soient ensuite associés. L’exemple du projet du pôle santé hospitalier dans les quartiers nord
de Marseille a été présenté. Cette initiative a suscité un débat sur le rôle de l’hôpital et sa mission de
subsidiarité ou de soutien de professionnels libéraux pour mener certaines actions. Dans cet exemple,
l’hôpital montre qu’il peut être porteur d’un projet de premier recours qui se construit en partenariat étroit
avec les médecins libéraux. Cependant certains craignent que ce rôle de subsidiarité ne conduise à mettre
l’hôpital au cœur d’une question qui relève avant tout de l’organisation des professionnels libéraux.
Sur le système d’information partagé, les professionnels médicaux ont fait part de leurs difficultés à
échanger des données médicales avec le secteur médico-social compte tenu du secret médical. Aucun
dispositif législatif ne permet cet échange à l’heure actuelle. La loi de santé publique 2014 devra prévoir
des dispositions spécifiques pour favoriser le partage des données.
La question d’un « contrat territorial en amont du soin » en tant qu’outil juridique a été évoquée. Celui-ci
doit intégrer le champ de la prévention. Le contrat local de santé, dispositif en vigueur depuis la loi
HPST, a été qualifié de « bon outil » dans la mesure où il permet de réunir les élus, les financeurs et les
professionnels de santé.
 Sur les questions liées au financement
Les questions relatives au financement constituent, pour la majorité des intervenants, un point important
et un levier majeur pour impulser les démarches. Dans ce cadre, la difficulté de faire coïncider les
démarches territoriales et la démarche nationale du conventionnement entre l’assurance maladie et les
professionnels libéraux a été soulignée.
Deux axes principaux se sont dégagés des débats :
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
70


la création d’un nouveau mode de rémunération forfaitaire qui tienne compte à la fois de la taille
de la cible (nombre de patients ou d’autres bases : taille de la population, missions, interventions
populationnelles ….), du niveau de service rendu (matrice de maturité) et de sa qualité
les modalités de redistribution au sein de l’équipe sont un sujet à traiter
Dans la mesure où la structuration de l’offre de proximité s’articule autour de professionnels exerçant des
fonctions différentes, il est important de réfléchir au modèle économique adéquat. La difficulté liée à la
diversité des modes de financement pour certaines organisations existantes (ex : MSP) a été mise en
évidence. Une clarification de ces financements est à envisager afin d’en assurer leur cohérence.
Les médecins libéraux sont payés à l’acte et ils ne sont pas rémunérés pour certaines actions (prévention,
coordination) car celles-ci ne peuvent pas relever d’une rémunération à l’acte. Ainsi, il a été proposé une
rémunération forfaitaire versée à la structure collective pour cette partie de l’activité. Ce mode de
financement doit être souple et centré sur le besoin de l’usager.
Comment définir ce forfait et sur quelle(s) base(s) ? Plusieurs pistes ont été évoquées : par rapport à la
taille de la population sur le territoire, aux caractéristiques du territoire (rural, urbain), au nombre de
patients suivis, au niveau de service produit par les structures, en fonction de la matrice de maturité de
l’organisation ou encore en fonction de types de missions. Certaines actions relèvent dans leur logique des
missions générales hospitalières et pourraient faire l’objet d’un financement forfaitaire sur certains
territoires : dépistage bucco-dentaire dans les collèges, prévention…. La HAS mène actuellement une
réflexion sur l’élaboration d’une matrice de maturité en fonction du service rendu à l’usager.
La question de la répartition de ce forfait au sein de l’équipe a été soulevée. Certains ont mis en lumière
les difficultés d’une rémunération forfaitaire au regard de la diversité des professionnels (ex : répartition
entre le médecin généraliste et le personnel infirmier).
3. Conclusion
Au delà de la définition et des caractéristiques du SPTS qui font consensus dans leurs principes, il ressort
des débats la nécessité d’approfondir la réflexion du diagnostic territorial, dont il a été peu parlé mais qui
fonde la légitimité du projet SPTS, de la gouvernance et des outils notamment financiers mis au service
du SPTS. Il est notamment souligné que le rôle de la puissance publique est de rassembler les
financements dont les porteurs de projets pourront bénéficier.
Les pistes de réflexion dégagées lors de cet atelier seront mises en perspective avec les conclusions tirées
des autres ateliers.
Liste des participants
Présidente du groupe de travail (CISS) : Bernadette DEVICTOR
ANEMF (Vice-président): Nicolas ROMAIN-SCELLE
ARS PACA : Paul CASTEL
Avenir Hospitalier : Bertrand M
AS-FRAISSINET
CFDT Santé : Nathalie CANIEUX
CMH : Jean-Gérard GOBERT
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
71
CFTC Santé-Sociaux : Yannick LARTIGUE
CNDCH: Didier HOELTGEN
CNDEPAH: Marie-Odile VELUT
DGOS : Natacha LEMAIRE, Christine BRONNEC, Charlotte NEUVILLE, Perrine RAME-MATHIEU
FEHAP: Samah BEN ABDALLAH
FFMPS : Pierre de HAAS, Michel SERIN
FHP: David CASTILLO
FNEHAD: Eric GINESY, Anne DABADIE
MG France : Bernard PLEDRAN
UNRS : François BOUE
SMPS : Christophe GAUTIER
SNAM-HP : Jean-Marie SCOTTON
SNIIL : John PINTE
SOS Médecins : Serge SMADJA
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNICANCER : Hélène ESPEROU
UNPS : Patrick PERIGNON
URIOPSS : Michèle ESTRAILLIER
SG : Marie-Claude HITTINGER
SSA : Sonia MARESCA
Personnalité qualifiée : Pierre ALEGOET
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
72
A2.2.3 Compte-rendu de l’atelier : Personnes en perte d’autonomie du 10 octobre 2013
Relevé de conclusions – Atelier « Personnes en perte d’autonomie » - 10 octobre 2013
Introduction
B. DEVICTOR présente au groupe l’organisation du travail en atelier. Il s’agit principalement de partir
des initiatives du terrain (démarche « bottom-up »). Elle rappelle que l’un des objectifs de la réforme
SPTS est l’amélioration de la réponse aux besoins des usagers. Elle insiste également sur le fait que le
SPTS ne doit pas venir compliquer l’existant.
B. DEVICTOR présente à la salle un schéma montrant les principales questions autour du SPTS :





Faut-il prioriser les territoires ?
Quel rôle pour les ARS ?
Quelle formalisation de la coopération ?
Quelles modalités de suivi et d’évaluation ?
Quel(s) financement(s) de la coordination ?
La séance est principalement organisée autour de la présentation de quatre dispositifs et d’échanges avec
la salle.
Synthèse des différentes interventions
 Synthèse de la présentation de la MAIA d’Alsace (Béatrice LORRAIN)
La MAIA a été mise en place suite à plusieurs constats :



L’existence de grandes fragmentations entre les secteurs social et médico-social
L’incohérence de l’organisation des soins à domicile
Un recours aux urgences inapproprié
A travers la MAIA, l’objectif consiste à renforcer l’articulation des intervenants dans les champs
sanitaire, social et médico-social autour de la personne en perte d’autonomie fonctionnelle et de ses
aidants.
La population cible des MAIA est la personne âgée en perte d’autonomie et/ou celle atteinte de la maladie
d’Alzheimer. La MAIA d’Alsace couvre une population recouvrant 38 communes, avec une grande
précarité sur la ville de Mulhouse. La démarche, soutenue par l’ARS, a été initiée par le Conseil Général
(CG).
Deux niveaux de concertation sont institués :

La table stratégique : elle est dirigée conjointement par l’ARS et le CG. Les réunions sont
trimestrielles. Ce lieu de concertation permet, entre autres, d’analyser les dysfonctionnements sur
un territoire. Le travail porte sur la définition des territoires en fonction des parcours des usagers
et en tenant compte de l’organisation de l’offre.

La table tactique : elle réunit tous les représentants de l’offre (SSIAD, hôpitaux, URPS,…) sur le
territoire.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
73
La différenciation claire des représentants à ces deux niveaux et le suivi des échanges et des décisions
prises sont un gage de réussite et permettent une réelle « co-responsabilité » des acteurs. Le travail est
défini par un diagnostic réalisé avec l’ARS et le Conseil Général. Les acteurs s’appuient sur le SROSM et
le schéma départemental du Conseil Général. La mise en place d’un référentiel d’intervention permet à
tous les acteurs de connaître les missions respectives de chacun et d’éviter ainsi les problèmes dans
l’orientation de l’usager.
Les freins et les leviers de ce dispositif ont également été identifiés. Ainsi, la mise en place d’un niveau
de concertation supplémentaire (multiplicité des réunions) est perçue comme une difficulté à part entière.
L’un des leviers majeurs est la présence d’un pilote unique à disposition du territoire qui favorise la mise
en relation permanente de l’offre de service.
Les clés de réussite sont liées à la légitimité du porteur, à la mise en œuvre d’une dynamique qui fait
adhérer les partenaires, à la mise en évidence de projets communs avec indicateurs communs.
Le mécanisme du guichet intégré a été présenté. Il permet une réponse harmonisée, complète et adaptée.
Il a pour but de donner le même mode opératoire d’accueil aux services sur l’ensemble d’un territoire. Il
permet l’orientation directe de la personne âgée, au bon endroit. Cette organisation fonctionne grâce à un
système d’informations partagé (outil web) mais qui n’est pas entièrement satisfaisant. Un travail est donc
mené avec l’ARS pour définir un cadre juridique clair permettant l’échange d’informations.
La gestion de cas permet de fournir une réponse individualisée aux situations complexes (5% de la
population). Les gestionnaires de cas travaillent en lien étroit avec le médecin traitant et l’ensemble de la
filière gériatrique. Ils sont responsables de la prise en charge globale des personnes qu’ils suivent. Un
premier bilan a montré l’efficacité de leur travail : 46% des demandes concernent un placement en
EHPAD. Un maintien à domicile de 19 mois supplémentaires en moyenne a été permis par ce dispositif.
La question de l’employeur de la MAIA a été posée. L’ensemble des salariés est recruté par le Conseil
Général.
La place des médecins libéraux au sein de la MAIA a été également interrogée. Elle est parfois négligée
alors que ceux-ci sont des partenaires incontournables. La question du partage des rôles entre les
infirmières coordonnatrices et les gestionnaires de cas a également été posée. Le référentiel d’intervention
définit les missions respectives de ces deux acteurs au sein de la MAIA.
Concernant la santé mentale, et plus particulièrement le handicap psychique, il est précisé qu’un
psychiatre participe à la table tactique et qu’il existe un partenariat avec l’équipe mobile de psychogériatrie. La MDPH est également associée à la MAIA.
Le parallèle a été fait avec la MAIA de Haute-Savoie qui mène une expérience depuis deux ans sur les
hébergements temporaires de crise.
Le lien avec le SPTS a été fait sur plusieurs points. La coordination issue de la MAIA parait constituer
une potentielle illustration du SPTS. Le SPTS pourrait permettre d’uniformiser les modalités de
financement des MAIA qui proviennent, à l’heure actuelle, de sources différentes. Le SPTS devrait
permettre la mise en œuvre de processus de contractualisation permettant de coordonner les moyens
disponibles et nouveaux. Il est question également de savoir si le SPTS permettra d’impulser ce type de
démarche.
La question du reste à charge pour la personne dans le cadre de son parcours et de ses éventuelles
orientations a été évoquée et donc celle de la faisabilité économique de l’accessibilité financière sur
l’ensemble du parcours.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
74
 Synthèse de la présentation du dispositif PAERPA (Thomas WANECQ - DSS)
Deux rapports du HCAAM (2010 et 2011) ont montré que l’insuffisance de coordination entre les
différentes prises en charge sanitaires, sociales et médico-sociales, ainsi que le recours abusif à
l’hospitalisation, sont les principales causes de rupture dans le parcours de santé des personnes âgées.
Partant de ces différents constats, le législateur est intervenu en deux temps pour la mise en place du
dispositif PAERPA :
-
Article 70 de la LFSS 2012 : Lancement des premières expérimentations autour de la prévention
et de la sortie d’hôpital
-
Article 48 de la LFSS 2013 : Mise en place d’un dispositif plus ambitieux de projets pilotes sur
l’ensemble du parcours de santé des personnes âgées. Des dérogations sont prévues en matière de
financement (FIR sécurisé et fongible)
Cette expérimentation s’inscrit dans la Stratégie Nationale de Santé. L’approche est populationnelle : elle
vise les personnes âgées de plus de 75 ans dont l’état de santé est susceptible de s’altérer pour des raisons
médicales et/ou sociales. L’objectif est de permettre une meilleure prise en charge avec, par exemple, la
gestion anticipée du retour à domicile.
Le dispositif se caractérise par la mise en place de deux niveaux de coordination distincts (à l’instar de la
gouvernance des MAIA) :

La coordination clinique de proximité (CCP) : Elle réunit une équipe de professionnels autour de
la personne âgée (infirmière, médecin généraliste, pharmacien…)

La coordination territoriale d’appui (CTA) : Elle soutient les professionnels de proximité en
s’appuyant sur les ressources existantes du territoire pour assurer ses missions
Une convention est passée entre le Conseil Général, l’Assurance Maladie, l’ARS et les professionnels de
santé sous la forme d’une lettre d’engagement. Huit régions se sont portées volontaires, dont l’Ile-deFrance.
Concernant la transmission d’informations entre les professionnels, un projet de décret est en cours
d’examen au Conseil d’Etat. Il prévoit un encadrement strict des transmissions ainsi qu’une messagerie
sécurisée. Un dossier de liaison d’urgence entre l’EHPAD et l’hôpital permet de faciliter la prise en
charge de la personne âgée.
Les financements viennent s’appuyer sur les démarches locales et des financements supplémentaires ne
seront versés uniquement pour des actions supplémentaires.
L’articulation de ce dispositif avec le futur SPTS devra être précisée, les deux démarches n’étant pas
contradictoires et même plutôt convergentes. En matière d’accessibilité financière, le dispositif PAERPA
prévoit la neutralisation de la différence de reste à charge entre l’EHPAD et l’hôpital.
Le SPTS est perçu comme portant une réflexion plus large. Pour autant, il est précisé que PAERPA a
pour ambition « d’embarquer » tous les acteurs du territoire, concernés par l’accompagnement des
personnes âgées. Concernant le financement, l’intérêt du SPTS serait de centraliser les lignes budgétaires
afin qu’il n’y en ait qu’une pour la CTA.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
75
L’évaluation de l’expérimentation prévoit l’utilisation de critères médico-économiques (ex : indicateurs
de consommation de soins). Le pilote de l’évaluation de l’expérimentation PAERPA est la DREES et
l’évaluateur l’IRDES. Il faudra encore attendre quelques années (sur le moyen-terme) pour voir les
premiers résultats de ce dispositif.
 Synthèse de la présentation du dispositif Handi-Soins (Mr COQUEMA)
La mobilisation des acteurs du secteur médico-social a débuté en 2008 avec la création de l’association
Handisoins 86. Cette démarche a été négociée avec l’ARH. Cette association a reçu le soutien financier
du Conseil général de la Vienne. Le projet est actuellement inscrit au sein du PRS.
L’objectif de ce dispositif est de permettre aux personnes handicapées d’avoir une porte d’entrée dans le
parcours de soins. Un GCS de moyens a été créé afin de permettre aux acteurs sanitaires (conseil
départemental de l’ordre des médecins, CH de Châtellerault) et médico-sociaux de travailler ensemble et
de se concerter. Le GCS est co-piloté par un administrateur et un administrateur adjoint.
Handi-soins est un dispositif ouvert aux personnes handicapées en échec de soins en milieu ordinaire. Le
dispositif est structuré sous la forme d’un hôpital de jour dans lequel la priorité est donnée à la prise en
charge ambulatoire dès qu’elle est possible, à travers l’intervention de médecins libéraux à l’hôpital. Cette
organisation permet de leur donner les moyens de réaliser des consultations adaptées sur le territoire. Une
attention particulière est portée aux familles et aux représentants des usagers. En dehors des horaires
d’ouverture, le relais est pris par les urgences. La transmission des données entre les professionnels se fait
via une messagerie sécurisée. Le dispositif est conventionné avec des institutions médico-sociales (ex :
cahier de liaison avec la MAS) ainsi qu’avec le centre régional de l’autisme.
Le bilan réalisé démontre que le besoin est couvert à hauteur de 75%. En effet, sur 800 personnes en
situation de handicap, 500 sont prises en charge par le dispositif. Ce bilan est plutôt positif et démontre
l’adéquation de la réponse apportée mais il reste un problème structurel de financement, les recettes
n’équilibrant pas les charges.
Certains soulignent un paradoxe dans cette démarche entre la volonté d’inclure les personnes en situation
de handicap dans le circuit normal et la différenciation dans la prise en charge dans ces dispositifs
spécifiques. En l’espèce, l’hôpital de jour permet de créer un accès aux soins de droit commun dans un
cadre adapté pour les personnes les plus difficiles à prendre en charge en ville. Le handicap psychique est
générateur de perte d’autonomie et le SPTS doit permettre de prendre en charge ces personnes qui sont en
majorité « exclues » du système de soins.
Ce dispositif a un effet vertueux sur l’hôpital qui le porte ; il a aussi vocation à essaimer et à concerner
tous les hôpitaux.
Il y a une réflexion à porter sur la migration de ce dispositif vers un SPTS notamment en terme de
gouvernance.
 Synthèse de la présentation sur le dépistage et de la prise en charge des troubles du langage en
Lorraine (Dr Nelly LE DUIGOU)
A l’origine, un groupe de travail basé sur une coordination hospitalière à l’hôpital d’enfants a été créé par
des pédiatres et des pédopsychiatres. La mise en place d’un réseau informel s’est effectuée dès 2005, avec
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
76
un colloque régional tous les 2 ans. Puis, en 2008, une discussion sur l’opportunité de créer un réseau
s’est engagée. En 2009, le constat suivant est fait : les études mettent en évidence un délai d’attente d’un
an pour une prise en charge. Les usagers déposent des plaintes aux MDPH et aux CG.
Le projet repose sur la volonté des professionnels de travailler ensemble en harmonisant leurs pratiques.
Les professionnels ont rédigé en 2011 un guide permettant la mise en place du parcours de soins du
patient mais aussi celui de l’élève (population infanto-juvénile ciblée). Ceux-ci travaillent en coordination
avec tous les partenaires de la santé mais aussi ceux du milieu scolaire (ex : médecin scolaire). Les
professionnels s’appuient en particulier sur le réseau RAPHAEL déjà en place et utilisent comme outil le
projet personnel de scolarisation. Les staffs se font en visio-conférence et les messages mail sont cryptés
afin de sécuriser la transmission des données.
L’objectif de ce dispositif est d’améliorer le diagnostic et l’accompagnement des jeunes atteints d’un
TSLA (troubles du langage), en repérant les enfants en proximité et en se servant de l’existant. Les
professionnels orientent leurs actions directement sur l’école et la MDPH.
Les points forts de cette coopération sont la mise en place d’un site internet d’information, la formation
ouverte avec l’existence d’un diplôme universitaire spécifique et le travail sur la formation en partenariat
avec l’ARS.
Les modalités de financement sont également évoquées. Ce dispositif est financé pour partie grâce aux
fonds du FIR notamment pour la mise en place de la formation continue ainsi que pour le temps de
coordination.
Conclusion
Il est nécessaire de bien réfléchir sur ce qu’il faut identifier comme leviers pour développer un SPTS ainsi
que sur les conditions nécessaires à son maintien sur un territoire.
La position du SPTS par rapport à l’existant doit être précisée. En effet, il est important de lier et de
coordonner cette réflexion avec les dispositifs en vigueur, notamment avec l’expérimentation PAERPA et
les MAIA. Il faudra également être vigilant sur la « multiplicité des gouvernances ». L’une des réussites
du SPTS sera celle d’avoir la capacité de créer des structures qui conjuguent au plus près les compétences
avec un pilote unique.
Il faudra également se servir des outils existants (ex : plan personnalisé de santé) et développer des
systèmes d’informations performants car la question de l’échange et de l’accès aux données est
essentielle.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
77
Liste des participants
Présidente du groupe de travail : Bernadette DEVICTOR
CISS : Daniel CARRE
ADESM : Gilles MOULLEC
CMH : Claudine AZOULAY
CNSA : Sophie MOREAU-FAVIER
CNDEPAH : Marie-Hélène ANGELLOZ-NICOUD et Marie-Odile VELUT
SGCHI : Agnès-Marie EGYPTIENNE
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT
UNA : Line LARTIGUE
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNSA : Joseph CHRIST
CHU NANCY : Docteur LE DUIGOU
Conférence Nationale des présidents de CME de CHS : Marie-Noëlle PETIT
FEHAP : David CAUSSE
FFMPS: Pascal CHAUVET
FNEHAD: Eric GINESY - Anne DABADIE
HANDI SOINS : Monsieur COQUEMA
MAIA Haut-Rhin : Béatrice LORRAIN
MG France : Philippe MARISSAL
DGCS : Fabienne DUBUISSON et Dominique RENARD
DSS: Thomas WANECQ
DGOS : Natacha LEMAIRE, Christine BRONNEC, Adeline TOWNSEND, Charlotte NEUVILLE,
Cécile BALANDIER, Laetitia CHEVALIER
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
78
A2.2.4 Compte-rendu de l’atelier : Maladie chroniques dont Santé mentale du 16 octobre
2013
Relevé de conclusions – Atelier « Maladies chroniques dont Santé mentale » -16 octobre
2013
Introduction
Bernadette DEVICTOR fait une synthèse de l’avancée des travaux avec un focus sur le déroulé
des ateliers précédents.
Elle présente les deux approches possibles dans la mise en œuvre du SPTS :


Démarche de labellisation des coopérations si conformes aux attentes SPTS
Démarche de planification pour garantir « une réponse plancher » sur les territoires
Elle aborde également la question des attributs du SPTS comme l’accessibilité financière et
géographique, la continuité du service à l’usager, la neutralité, la démarche en responsabilité
populationnelle. Elle rappelle également les externalités attendues du SPTS à savoir une
simplification du paysage administratif et une sécurisation des coopérations par leur
reconnaissance (inscription dans le PRS) et le financement.
Les questions opérationnelles suivantes ont été également présentées :





Quel rôle de l’ARS ? Régulateur ou facilitateur ?
Quelle formalisation de la coopération ? Création d’un contrat territorial de santé ?
Quelles modalités de gouvernance de la coopération ? Deux niveaux (tactique et
stratégique) ?
Quelles modalités de financement ?
Quelle définition du territoire ?
Les ateliers thématiques doivent permettre d’avancer sur ces différents points. La réunion s’est
articulée autour de la présentation de deux organisations territoriales et d’échanges avec la
salle.
 Synthèse de la présentation du réseau de santé du Bessin (Thierry GANDON)
La création du réseau répond à plusieurs objectifs :





Promouvoir la santé
Améliorer la qualité des soins
Améliorer la qualité de vie au travail des professionnels
Faciliter la coordination des parcours de soins
Renforcer l’offre de santé par la mutualisation des compétences
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
79
Ce réseau s’inscrit sur un territoire de proximité, en zone rurale, avec un bassin de population
de 150 000 habitants où il n’y a pas vraiment un problème de présence médicale mais plutôt de
vieillissement des professionnels libéraux. C’est un réseau de santé « pluri-thématiques » qui
regroupe, au sein d’un GCS, les deux hôpitaux généraux, l’offre de premier recours, 19 EHPAD,
le SSIAD, les deux structures HAD et les institutions médico-sociales. Les professionnels sont
tous regroupés au sein d’un même bâtiment loué par la mairie. Ce site unique (« guichet
unique ») permet d’améliorer la lisibilité de l’offre de soins. Le réseau est en lien direct avec
l’ARS (SROS-PRS) car il répond à des besoins spécifiques sur ce territoire. Celle-ci a validé ce
projet en amont. Les élus sont très impliqués au sein de ce réseau. Ils ont eu un rôle facilitateur
quand le projet a émergé.
Cette démarche traduit la volonté de décloisonner les secteurs car il existe des attentes fortes
des usagers en termes de continuité de la prise en charge. Deux outils permettent d’avoir cette
prise en charge « multidimensionnelle » : le projet personnalisé de santé et le projet éducatif
notamment pour les patients atteints de maladies chroniques.
Le réseau intervient sur les champs suivants :

La périnatalité/parentalité avec « l’île aux parents » (participation importante du secteur de
pédopsychiatrie)

La prévention avec l’éducation pour la santé au sein des collèges et lycées
L’addictologie avec une équipe dédiée
La prise en charge des maladies chroniques (diabète, pathologies cardio-vasculaires,
obésité, cancers)
Les soins palliatifs
La filière gérontologie avec la présence d’une MAIA et le CLIC qui est intégré dans les
locaux du GCS
Le handicap avec une antenne de la MDPH
La précarité avec la présence d’une PASS






Du point de vue des usagers, le réseau permet l’introduction de la notion de « référent » dans
l’orientation, dans l’accès, et pour la sécurisation des parcours de soins. Pour les médecins
libéraux, il permet d’assurer la lisibilité de l’offre du territoire et permet une simplicité dans
l’échange via le système d’informations. Pour les établissements de santé, le réseau apporte de
la coordination et de la coopération entre les acteurs.
Des RCP sont organisées pour chacune des thématiques du réseau (définition du PPS pour les prises en
charge les plus complexes). Un comité de suivi et d’amélioration continue de la qualité, composé de
professionnels libéraux et des établissements, suit chacune des actions thématiques du réseau
(démarche qualité, évolution, besoin de formation, protocolisation)
En matière de gouvernance, le réseau est porté par un GCS de moyen à but non lucratif constitué de
quatre collèges :


N°1 : les deux hôpitaux généraux
N°2 : les acteurs libéraux de proximité avec 4 associations de professionnels de santé
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
80


N°3 : les structures de maintien à domicile (HAD) et ainsi que celles pour l’hébergement
des personnes âgées
N°4 : les structures médico-sociales
Chaque collège détient respectivement 25% des parts sociales et doit élire un représentant.
Concernant les systèmes d’informations, le réseau dispose d’une messagerie sécurisée et il
tend à évoluer vers une messagerie nationale. L’utilisation du DMP est à développer, le réseau a
mené une expérimentation télémédecine ciblée sur la cicatrisation des plaies, (action désormais
déployée au niveau régional).
La problématique de l’attribution des financements du réseau pour 2013 a été soulevée. En
effet, le financement pour l’année 2013 n’a été connu qu’au mois de d’octobre 2013 (FIR). Cela a
suscité des difficultés en termes de management et de dynamique projet. Le réseau a souligné
également sa volonté d’évoluer vers la conclusion d’un CPOM entre le GCS et l’ARS. L’idée de la
mise en place d’un contrat territorial de santé est approuvée.
Le réseau fait l’objet d’une évaluation externe tous les 3 ans les objectifs sont définis avec
l’ARS. La question de l’évolution vers une démarche de certification HAS du GCS est posée.
La problématique de l’accessibilité financière a été soulevée. Tous les professionnels sont
conventionnés en secteur 1 et ce principe est dans la charte du réseau.
La santé mentale adulte est « le parent pauvre » de toute la dynamique du réseau même si elle
est bien organisée avec le secteur psychiatrique situé sur l’hôpital de Bayeux. Il existe une forte
demande en géronto-psychiatrie.
La question de l’adhésion des professionnels du territoire au réseau a été posée. Tous les
professionnels du Bessin ont participé au minimum à une prise en charge dans le cadre de cette
dynamique de travail. La politique des réseaux de santé permet de relier les professionnels là
où ils ne s’étaient jamais « connectés » entre eux.
Le positionnement du réseau par rapport « aux situations en amont » a été envisagé. Une thèse
a été réalisée sur les besoins des médecins libéraux du territoire dans le domaine des soins
oncologiques de support et l’idée majeure qui est ressortie est celle de la transmission de
l’information. Le réseau n’a pas vocation à se substituer au médecin traitant.
La coordination est le cœur du travail en réseau, en particulier pour la gestion des situations
complexes. Celle-ci doit être intégrée dans le métier même des professionnels.
 Synthèse de la présentation du REHPSY (Julien GOBBO et Dr CLERY-MELIN)
Dans les années 1980, un groupe de travail (né en Isère) a lancé une première dynamique
autour de l’insertion des personnes en situation de handicap psychique avec un partenariat
entre les acteurs du sanitaire et médico-social. La démarche initiée est très « bottom up » et
c’est un facteur de réussite du projet.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
81
En 2002, le réseau s’est formellement constitué. UNAFAM 38 a été pionnière dans la création
de ce réseau. Les valeurs portées par le réseau (charte) tournent autour de la coordination des
parcours de santé des personnes en situation de handicap psychique. Le réseau a un rôle
militant pour une meilleure reconnaissance du handicap psychique. Cela se décline sous trois
types d’interventions (auprès des personnes, des familles et des proches).
Le réseau regroupe :






Deux médecins psychiatres
Une quarantaine de personnes morales (tous les établissements de soins spécialisés)
Des associations d’usagers
Un opérateur pour l’emploi
Quelques médecins généralistes
Du personnel paramédical : infirmiers, psychologues et diététiciennes
Les structures médico-sociales sont partenaires du réseau et ce dernier est conventionné avec
la MDPH.
L’intervention du réseau ne pose pas en préalable la reconnaissance du handicap psychique
(par la MDPH). Il intervient également auprès de personnes en situation complexe.
L’évolution du public est soulignée avec un rajeunissement des patients. Le problème
particulier de l’accès aux soins des personnes en partie « exclues » du système de soins a été
évoqué. Le réseau développe des programmes à destination des familles et intervient aussi au
domicile. Il prend en charge une file active d’environ 300 personnes en situation de handicap
psychique. Son activité est en forte augmentation.
Les interventions du réseau se réalisent sur différents niveaux:


Niveau 1 : tous publics et il n’y a pas besoin d’être adhérents au réseau
Niveau 2: réalisation d’une évaluation globale partagée avec les acteurs sanitaires et
médico-sociaux - élaboration d’un plan personnalisé de santé
Un focus est fait sur l’équipe spécialisée d’évaluation du handicap psychique (ESEHP). Elle a
comme objectif l’évaluation pluridisciplinaire, globale, partagée et personnalisée de la
personne dans un but d’insertion. Cette équipe s’appuie sur une fonction de gestionnaire de
cas, avec une participation forte des acteurs du sanitaire. Le gestionnaire de cas est le référent
du parcours, l’interlocuteur privilégié. L’infirmière et l’assistante sociale du réseau pourraient
venir en appui sur la gestion de cas. L’ESEPH dispose à la fois de moyens humains et
techniques (temps médical et administratif, une assistante sociale qui fait le lien avec la MDPH,
deux gestionnaires de cas, un coordonnateur, lien avec les correspondants de structures pour la
circulation de l’information...). Cette équipe est financée par des crédits DAF versés par l’ARS
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
82
ainsi que par une participation du Conseil général de l’Isère. L’ESEHP est un dispositif horizontal
et fédérateur.
Le réseau développe avec l’ARS un projet territorial. Il s’agit de planifier des interventions de
réhabilitation psycho-sociale avec un niveau territorial sur trois centres référents portés par les
trois villes universitaires de la région (Grenoble, Saint Etienne, Lyon).
La gouvernance du réseau est réalisée par l’Assemblée générale qui se réunit deux fois par an.
Celle-ci est conseillée par un COPIL qui n’a pas de pouvoir décisionnaire. La coordination se
décline au niveau de chaque département avec la présence de comités locaux.
Les points forts du réseau ont été évoqués. Il a un caractère précurseur et son implantation est
solide grâce aux partenariats ancrés. Les axes d’amélioration ont également été présentés. Les
difficultés liées à la construction d’un partenariat avec les médecins généralistes ont été
soulevées.
L’articulation du réseau avec les conseils locaux de santé mentale (CLSM) et les contrats locaux
de santé (CLS) a été soulevée. Il travaille étroitement avec le CLSM et les élus locaux sont
demandeurs de manifestations dans lesquelles le réseau est présenté.
Le réseau favorise également le maintien dans le logement avec un travail mené avec
l’assistante sociale. La méthode du stage en FAM est utilisée car elle permet de pouvoir évaluer
les capacités d’autonomie de la personne.
L’organisation de la géronto-psychiatrie et ses liens avec le réseau sont évoqués. Les dispositifs
actuels (PAERPA) permettent d’être plus vertueux dans le dépistage précoce des troubles
psychiatriques, somatiques et environnementaux. La réhabilitation psycho-sociale de la
personne âgée est un enjeu majeur du réseau.
Un parallèle est fait avec l’organisation du réseau de santé mentale Sud-Yvelines où les
médecins généralistes sont très impliqués.
En termes de communication, le réseau essaye de diffuser au maximum ses actions à de
nombreux autres partenaires (ex : acteurs en charge des problèmes de précarité, de l’insertion
professionnelle...).
Les axes d’amélioration du réseau ont été évoqués. Tout d’abord, la question de l’adhésion
difficile des médecins généralistes a été abordée. Ces derniers ont souligné un manque de
temps pour la prise en charge optimale des personnes en situation de handicap psychique
même s’ils témoignent d’un réel intérêt pour le travail en réseau. Les psychiatres libéraux ont
reconnu l’utilité du réseau qui n’a pas vocation à « doublonner » car il a une fonction
« d’entrainement » des professionnels sur un territoire.
Le concept de « handicap psychique » est encore assez mal connu. La nécessité de partir des
vrais besoins des patients et des professionnels a été soulignée. Le parallèle avec le secteur
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
83
psychiatrique a été fait. L’organisation via le secteur montre quelques limites dans ses missions
initiales. Aujourd’hui, elle ne suffit pas à satisfaire tous les besoins.
Le modèle du REHPSY n’est pas de facto « transposable » mais les régions peuvent largement
s’en inspirer.
Conclusion
Les facteurs de réussite de la coopération entre acteurs ont été dégagés. Ainsi, l’implication des
élus, la concertation préalable entre les acteurs du territoire, l’identification précise des acteurs
et de leurs missions ainsi que la présence d’outils communs d’évaluation des usagers
constituent des leviers essentiels.
Il est essentiel également d’adopter une « dynamique qualité » pluri-professionnelle en lien
avec les usagers, avec l’idée d’avoir des comités territoriaux de relation avec les usagers pour
un traitement décloisonné des plaintes et réclamations et une dynamique de qualité sur le
territoire. Ces comités territoriaux sont des émanations des instances de gouvernance.
Deux outils de coopération ont été présentés : le GCS et le GCSMS. Ils pourraient être repris au
titre du SPTS pour la formalisation des coopérations, si nécessaire.
Les médecins généralistes soulignent que le positionnement du partage des expertises entre les
acteurs dans le parcours de soins n’a pas été abordé au cours de la discussion. Dans
l’organisation du contrat territorial de santé, il parait essentiel de se mettre d’accord sur le
positionnement des expertises, surtout pour la prise en charge des maladies chroniques.
La question de la fonction de coordination est soulevée : Doit elle être exogène (produite par
un coordonnateur) ou endogène (produite par les acteurs eux-mêmes) ? La réponse formulée
établie par le groupe établit un lien avec la maturité de la coopération. Au démarrage, la
coordination très consommatrice en temps, a sans doute besoin d’être exogène. Au bout de
quelques temps, lorsque les processus sont rôdés, elle peut sans doute devenir endogène.
Enfin, la notion de territoire adapté est abordée. Les exemples présentés dans les différents
ateliers.
Quelques interrogations sont formulées sur l’intérêt du SPTS et sa faisabilité.
Un médecin libéral s’interroge sur la façon dont « les patients du quotidien » vont avoir accès
au Plan Personnalisé de Soins (PPS), à l’éducation thérapeutique, aux ateliers éducatifs, … ?
Cela deviendra t-il un droit et comment l’organisera t-on ? S’agit-il d’organiser un service
minimum ou d’organiser des réponses aux situations extrêmes ?
Bernadette DEVICTOR rappelle que le SPTS est un principe vertueux pour l’amélioration du
service rendu à l’usager incluant les éléments ci-dessus évoqués (PPS, éducation thérapeutique,
….). C’est une approche qui se veut pragmatique pour définir un cadre qui sécurise les
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
84
coopérations, qui les rend lisibles, qui leur associe un financement dans la mesure où le service
rendu correspond aux caractéristiques fixées.
Liste des participants
Présidente : Bernadette DEVICTOR
ADESM : Gilles MOULLEC
Avenir Hospitalier : Bertrand MAS-FRAISSINET
CFTC : Christian CAILLIAU
CH-FO : Hélène THALMANN
CMH : Catherine BOITEUX – Christiane SANTOS
CNEDPAH : Marie-Odile VELUT
Conférence des Présidents de CME de CHS : Agnès METTON
DGOS : Natacha LEMAIRE – Christine BRONNEC - Charlotte NEUVILLE
FEHAP : Catherine REA
FHP : François MEILLIER – Anne MALLET
FMF: Patricia LEFEBURE
FNEHAD: Eric GINESY
INPH : Michel TRIANTAFYLLOU
ISNAR-IMG : Isabelle ETTORI-AJASSE
MG France: Marie-Hélène CERTAIN - Bernard PLEDRAN
REHPSY: Julien GOBBO - Dr CLERY-MELIN
Réseau de santé du Bessin : Thierry GANDON
SML : Sophie BAUER
SNAM-HP : Jacques MOREAU
SNIIL: John PINTE
SYNCASS- CFDT: Michel ROSENBLATT – Noel VANDERSTOCK
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNICANCER : Hélène ESPEROU
UNR : François BOUE
UNSA : Frédérique CATAUD
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
85
A2.2.5 Compte-rendu de l’atelier : Soins non programmés et Urgences 23 octobre 2013
Relevé de conclusions Atelier Soins non programmés et Urgences du 23 octobre 2013
Introduction
Bernadette DEVICTOR a introduit la séance par une présentation du schéma global sur le SPTS qui est
complété au fur et à mesure des ateliers. Ce dernier est un service qui a des objectifs (atteinte d’objectifs
de santé publique, amélioration du service rendu à la population) et des attributs (respect des obligations
de service public) complétés d’une approche en responsabilité populationnelle. Selon la feuille de route
de la SNS, le SPTS doit porter une attention particulière aux soins non programmés et aux urgences.
Tous les acteurs du parcours sont concernés par le SPTS mais il n’est pas envisageable d’imposer la
coopération. Ce constat amène à débattre du rôle des ARS en cas de carence constatée au sein d’u
territoire. Une concertation préalable avec tous les acteurs dont les usagers dans le cadre d’un diagnostic
partagé pour aboutir à un projet territorial de santé est souhaitable Plusieurs niveaux de territoire en
fonction des services et des objectifs sont envisageables. A quel stade la multiplicité des territoires sera-telle contre productive ? Par ailleurs, faut-il prioriser les territoires dans le cadre du déploiement du SPTS
?
Au titre des outils du SPTS, la création d’un contrat territorial de santé et celle d’un comité territorial de
relations avec les usagers sont avancées. En termes de suivi et d’évaluation, il est nécessaire de définir des
indicateurs partagés sur le service rendu à l’usager. La réflexion sur les modalités de coordination invite à
distinguer la coordination exogène ou endogène en fonction de la maturité de l’organisation.
L’approche méthodologique retenue au titre des ateliers est une approche par étude de cas, de situations
de terrain.
La présente séance s’est articulée autour de quatre présentations et d’échanges avec la salle.
 Intervention de Pierre CARLI (Président du conseil national de l’urgence hospitalière –
CNUH, Directeur médical du SAMU de Paris, Chef du service d’anesthésie-réanimation de
l’hôpital Necker-Enfants malades (Assistance publique - Hôpitaux de Paris)
L’intervention de Pierre CARLI a porté sur la réflexion générale d’une meilleure organisation des
urgences et des soins non programmés sur le territoire. La première difficulté soulevée est celle d’assurer
à la fois la « proximité » et « toute la spécialité », avec un accès facile à une structure au niveau d’un
territoire. Le niveau 1 doit être une structure labellisée (décret) mais c’est le plus difficile à réaliser.
Un focus a été fait sur l’accès aux soins urgents en trente minutes. Pour y parvenir plusieurs axes de
travail ont été retenus :
-
La régulation a été remise au centre du dispositif pour utiliser au mieux les services hospitaliers.
-
Des initiatives locales ayant fait leurs preuves sont reprises pour généralisation au niveau
national. Il en est ainsi des médecins correspondants SAMU qui sont des médecins généralistes
équipés, formés, coordonnés, véritables « médecins avant coureurs » du SMUR.
-
Les structures de proximité doivent être redéfinies, disposer des moyens modernes
(télédiagnostic, télémédecine, ...), s’articuler entre elles mais elles rencontrent en pratique un vrai
« souci médico-administratif ».
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
86
-
Il est important de concevoir une « cartographie opérationnelle » afin d’assurer une certaine
visibilité pour les professionnels.
La constitution d’équipe de territoire a été évoquée. Elle permet une mutualisation des ressources
médicales autour d’un projet médical de territoire. Les petites équipes sont désenclavées. Cela se traduit
par des régulations territoriales du soin non programmé et par une optimisation des moyens.
L’information est partagée et transparente. De nouveaux partenariats sont crées (par exemple avec le
service de santé des armées.
La problématique de la frontière entre les urgences et les soins non programmés a été discutée. Selon M.
CARLI, cette zone « frontière » représente 10% des cas. S’il n’existe pas l’offre de proximité et la
structure pour répondre à cette demande, cela rentre directement dans le système des urgences donc dans
ce que l’on peut qualifier de « dernier recours du premier recours ».
La PDSA s’organise pour qu’il y ait des médecins 24h/24 (régulation départementale) et il existe aussi
des centres d’appel associatifs. Les maisons médicales de garde passent également à des horaires élargis
et peuvent être adossées à des plateaux techniques. L’hôpital doit venir en appui en fournissant les
ressources nécessaires. Des pistes de réflexion ont été avancées comme la mise en réseau des différents
cabinets de médecins généralistes afin « d’absorber » la demande de soins non-programmés ou le
développement à l’hôpital de consultation d’orientation ou spécialisée en accès direct pour la médecine
ambulatoire
L’information des usagers constitue l’un des problèmes majeurs qui a des conséquences en termes
d’orientation des patients. En effet, la visibilité de l’offre n’est pas claire. Il est donc nécessaire d’avoir
une politique d’information (ROR : répertoire opérationnel des ressources). La formation du public à la
notion d’urgence et au bon usage du système de santé a également été évoquée.
Le lien avec la santé mentale a été fait. La prise en charge des urgences psychiatriques à domicile a été
débattue. La loi du 5 juillet 2011 demande aux ARS d’organiser cette prise en charge. Souvent, le 15
n’apporte pas de réponse satisfaisante pour les patients. Dans certains départements, il y a une équipe
mobile de psychiatrie mais ailleurs, les pompiers, voire même les forces de police, sont souvent les
premiers acteurs à se rendre au domicile de la personne. A Paris, le centre 15 met un psychiatre à
disposition et il est en lien étroit avec le CH de Sainte Anne. De plus, un travail a été réalisé sur ce point
dans le rapport sur l’aval des urgences. Il est essentiel d’établir des connexions entre la psychiatrie et le
réseau général de la prise en charge des urgences. La réponse à l’urgence psychiatrique est disparate et
fragmentée sur les territoires. Le SPTS pourrait être un moyen d’y remédier. Le rôle du médecin
généraliste, en amont des urgences, est aussi important, pour la prise en charge des patients
psychiatriques.
D’une façon générale, les besoins des personnes avec altération des fonctions cognitives supérieures
mériteraient d’être mieux pris en compte.
Il est évoqué le fait que les liens entre la médecine ambulatoire et les services de psychiatrie peuvent
permettre d’anticiper sur les situations d’intervention à domicile.
La problématique de la prise en charge par les pompiers a été évoquée. Ils ne prennent pas en
considération le lieu habituel du patient pour l’orientation dans les services d’urgences. Dans le cadre de
la mise en place d’un système territorial, cette question est à envisager.
La distinction entre les « vraies » et les « fausses » urgences a été discutée. Pour certains, cette opposition
est un « faux débat » car tous les malades ont leur place aux urgences. De plus, les urgences dites
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
87
« évitables » ne représenteraient que 5% des urgences selon certains, alors que d’autres affirment que
80% des patients pourraient être pris en charge ailleurs. Il est nécessaire de regarder « l’amont » des
urgences. , car pour d’autres enfin, le débat véritable ne se situe pas entre vraies et fausses urgences, mais
plutôt entre urgences évitables et urgences adéquates : des urgences sont souvent parfaitement adéquates,
sans pour autant cesser d’avoir pu être, à un moment donné, des urgences évitables. C’est un enjeu
important de la stratégie nationale de santé. Les maisons médicales de garde jouent un rôle essentiel
avec la PDSA mais ont une influence très faible sur le taux de recours aux urgences.
La discussion a porté sur les modalités de financement. L’enveloppe forfaitaire semble être la mieux
appropriée pour favoriser les coopérations.
Certains ont souligné la nécessite de se « recentrer sur les attentes des patients » en évitant de rentrer
dans des « considérations corporatistes ».
En lien avec le SPTS, il ressort de ce débat, la nécessité de mettre autour de la table les urgentistes, les
médecins généralistes, les centres de santé, les acteurs de la psychiatrie, les établissements
médicosociaux, ... pour élaborer un mode d’organisation optimisée pour la prise en charge des soins non
programmés et des urgences.
 Présentation d’une équipe de territoire entre deux équipes d’urgences (Dr SOULAT, CH de
Châteauroux)
Les éléments de contexte ont été présentés au début de l’exposé. Cette équipe se situe sur un département
rural, très étendu et peu peuplé. La démographie médicale y est très défavorable, avec des médecins
généralistes qui sont proches de la retraite. La PDSA a été transférée sur les services hospitaliers
d’urgences.
En 2008, la fédération des médecines d’urgences s’est fixée pour objectif d’harmoniser les pratiques en
matière de prise en charge des urgences. En 2013, la convention constitutive du pôle territorial a été
signée. Ce dernier rassemble l’activité d’urgence du département (CH de Châteauroux et Hôpital du
Blanc). Il permet une meilleure prise en charge des patients et favorise les échanges entres les praticiens.
Il a pour objectif de mieux orienter les patients et de consolider les équipes médicales. Ce pôle est piloté
par un responsable nommé par les deux présidents de CME et il est aidé d’un médecin responsable des
urgences à l’hôpital du Blanc. L’organisation dispose d’un hélicoptère ce qui permet de rapprocher du
plateau technique de l’hôpital de Châteauroux. Le développement de la télémédecine permet d’avoir des
échanges sur plusieurs spécialités.
Les avantages de ce dispositif ont été présentés. Il permet d’harmoniser les pratiques, de faciliter le
parcours des patients et d’optimiser l’accès au plateau technique et la gestion des lits. Le rapprochement
entre les équipes a permis d’équilibrer la charge de travail et d’homogénéiser le niveau de compétences
des urgentistes sur le territoire. Les inconvénients ont également été soulevés. La difficulté a été de
convaincre les personnels de la nécessité de mutualiser les équipes. Il y a toujours la crainte du plus petit
face au plus grand et la réticence devant les trajets plus nombreux. Par ailleurs, le problème lié au
versement de la prime multi sites vient d’être résolu.
La place des établissements d’hospitalisation privés a été abordée. Un gros travail avec les cliniques a été
réalisé. Le service de soins continus de la clinique travaille avec l’hôpital de Châteauroux, notamment par
le biais d’une coopération pour la réanimation. Il n’y pas de concurrence car les acteurs sont
complémentaires.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
88
La constitution d’une CHT est en cours, sur la base d’un projet médical de territoire. L’hôpital d’Issoudun
va intégrer cette CHT et va mettre en place une antenne SMUR. La gestion des lits des établissements
membres de la CHT est réalisée par le biais de l’outil « trajectoire ».
A moyen terme, l’organisation tend vers la mise en place d’une équipe départementale avec une activité
multi sites où la télémédecine sera développée. Les filières d’orientation seront consolidées autour de la
régulation médicale du SAMU. Enfin, seront mis en place des modules de formation à la communication
pour toutes les personnes ayant à intervenir dans la prise en charge des urgences.
 Présentation d’un centre de soins non programmés (Dr FRICHET et Mme BAUDE)
o Présentation de Mme BAUDE (ARS Haute-Normandie)
L’ARS rappelle certains éléments de contexte. La Haute Normandie est une région composée de deux
départements avec 4 territoires de santé. 58 000 habitants se trouvent à plus de 30 minutes d’une structure
d’urgences. L’accès le plus long est estimé à 47 minutes.
L’ARS Haute Normandie accorde une place importante à la régulation ambulatoire des soins non
programmés et des urgences.
Le pôle de santé de territoire est l’interlocuteur privilégié au sein duquel les soins non programmés seront
pris en charge (centre de permanence de soins non programmés CPSP)
Plusieurs actions ont permis de mieux organiser la PDSA telles que le renforcement des trois centres de
permanence (dont un qui fonctionne 24h/24, salles de soins équipées), le renforcement d’un « dispositif
relai » avec un infirmier sapeur pompier et la mise en place d’un SMUR héliporté.
o
Présentation du Dr FRICHET (Fédération nationale des maisons et pôles de santé)
Le Dr FRICHET a fait une présentation de la structure qui est à la fois une maison pluridisciplinaire de
santé et un centre de permanence de soins non programmés à Neufchâtel en Bray. Ce centre assure la
prise en charge des soins non programmés en associant la médecine de ville et les professionnels
hospitaliers.
Un GCS de droit privé formalise cette coopération entre la MSP et le Centre hospitalier. Le CLIC est
également intégré. Les médecins de la MSP présents à tour de rôle au Centre de Permanence y travaillent
en binôme avec le personnel de l’hôpital : infirmiers, manipulateurs radio. Ils ont à leur disposition un
plateau technique adapté qui facilite et sécurise le travail. Ils sont payés au temps de présence et ne sont
pas directement liés à l’acte. Le centre fonctionne 7j sur 7 et 24h sur 24h. Il compte environ 12000
passages par an. C’est une « passerelle » entre le cabinet médical de ville et la structure d’urgences. Il
prend en charge ce qui relève de la traumatologie, des urgences médicales et des soins complexes.
Le centre réalise également une activité de télémédecine (conventions pour le transfert d’images). Des
procédures de télé expertises orthopédique et cardiologique et de télédiagnostic radiologique en lien avec
des structures privées de Rouen sont également développées. Un système de télédiagnostic en lien avec le
CHU de Rouen est également développé. Au delà de la prise en charge des soins non programmés, le
centre assure l’animation du réseau territorial de santé. Ce mode d’exercice attire les jeunes
professionnels (+10 médecins en quelques années).
Le centre a deux sources de financement : l’activité propre du centre (facturation par feuilles de soins) et
l’hôpital qui bénéfice de dotations spécifiques. Un point est soulevé sur la pérennité de ces financements.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
89
Les subventions ne sont qu’annuelles donc il existe une insécurité permanente. Il serait intéressant de
réfléchir dans le cadre du SPTS à des modes de financement pluriannuels.
Cette organisation émane de la volonté des acteurs locaux (médecins libéraux) qui ont développé leur
projet en s’appuyant sur des outils juridiques existants (SISA, GCS) en lien initial avec le SAMU. Cette
dynamique territoriale apporte également une aide au maintien des cabinets médicaux périphériques. Ce
centre répond à la demande qui se situe dans « la zone frontière ». Cela permet à la population d’avoir
une réponse clairement identifiée, sans carence.
Cette présentation souligne l’importance de la réflexion territoriale et du passage de la relation
professionnel / patient à celle d’équipe / population (la responsabilité populationnelle, attribut du SPTS).
 Présentation de Mme VIGNE du contrat de modernisation de l’offre et des parcours de
soins (Directrice de l’efficience de l’offre de soins à l’ARS Rhône-Alpes)
Cette expérimentation concerne plus particulièrement le secteur sanitaire. Les procédures de
contractualisation en vigueur ne répondent véritablement pas aux attentes. Il n’existe pas d’approche
globale permettant une réponse d’ensemble aux besoins de la population. Le contrat de modernisation
présenté par l’ARS Rhône-Alpes constitue l’une des réponses possibles. C’est un outil de
contractualisation pluri-partenarial qui permet de cibler les actions en fonction des dysfonctionnements
constatés sur un territoire.
D’un point de vue méthodologique, un pré-diagnostic est établi par l’ARS puis partagé avec la mise en
place de COPIL associant les acteurs, des élus, des représentants des usagers. L’ARS réalise une note de
cadrage (= attentes du régulateur) et dans un certain nombre de cas, l’ARS procède par des appels à projet
en suscitant les initiatives locales. Pour l’année 2013, 9 dossiers ont été retenus et qualifiés comme
« prioritaires ». Dans la mise en œuvre de ces actions, l’ARS s’engage à apporter un appui
méthodologique et un accompagnement social des acteurs (GPEC) et à prévoir un ajustement des
autorisations d’activités de soins.
A titre d’illustration, le projet réalisé au sein de la Vallée de la Tarentaise a été présenté. Le problème au
sein de cette zone du territoire est relatif à l’organisation des soins urgents et non programmés au sein des
cabinets de montagne qui assurent la prise en charge de 140 000 blessés par an. Pour diverses raisons
(pression immobilière, secteur 1, vieillissement, ..), il y a un risque réel de disparition de ces cabinets de
montagnes qui disposent de plateaux techniques. L’objectif du contrat de modernisation est de pérenniser
et de renforcer cette offre de soins de premier recours dans ces zones enclavées. Un cahier des charges a
été défini avec, pour Objectifs : le renforcement des structures de premier recours, l’amélioration de
l’accès aux soins non programmés, le renforcement de l’efficience.
Le contrat comporte :
-
La définition d’une gradation des structures (type 1, 2, 3) selon leur niveau d’équipement
-
L’accompagnement financier de l’ARS pour les investissements
-
L’organisation des astreintes de jour et de nuit pour les médecins correspondants SAMU
(l’exercice collectif permet à un des médecins de dégager du temps pour les soins non
programmés)
-
La facilitation de la bi appartenance (participation des urgentistes à l’astreinte des MCS)
-
La fluidification des circuits et la rencontre des deux mondes (hospitalier et libéral)
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
90
Cet exemple illustre le constat selon lequel les vraies zones d’innovation se situent souvent là où il existe
de véritables ruptures dans le parcours de soins. L’opportunité de développer un système similaire en
Ardèche mais aussi dans des zones plus urbaines a été évoquée.
Conclusion
Des liens peuvent être faits avec plusieurs axes de la SNS pour améliorer la pertinence du recours aux
urgences : le développement de l’éducation à la santé pour et de l’information du public et des
professionnels au travers des ROR.
Dans les dispositifs présentés, plusieurs liens avec le SPTS peuvent être soulignés tels que l’utilisation de
la méthode du diagnostic partagé, la constitution d’équipe opérationnelle de territoire, la procédure de
contractualisation.
Certains soulignent que les acteurs politiques doivent se reconnaitre dans les territoires. Par conséquent,
un « émiettement » du territoire n’est pas souhaitable.
Il importe que les coopérations soient finançables, et cela passe probablement par la consolidation de tous
les financements sur un territoire pour les flécher en priorité sur les organisations supports de SPTS.
Enfin, la visibilité pluri annuelle est une nécessité.
Un participant s’interroge sur les modalités d’achèvement des travaux et regrette que plus de temps ne
soit pas accordé aux débats sur les problématiques essentielles comme le financement ou la gouvernance.
La prochaine étape est la réunion plénière du 6 novembre 2013 qui permettra d’aborder les sujets
transversaux suivants : le territoire, les modalités de contractualisation, ainsi que l’évaluation.
Liste des participants
Présidente du groupe de travail : Bernadette DEVICTOR
ADESM : Gilles MOULEC
ANEMF : Nicolas ROMAIN-SCELLE
Avenir Hospitalier : Pascal CAMPOMINOSI
CFTC : Yannick LARTIGUE
CMH : François FRAISSE
Conférence des Présidents de CME de CHS : Agnès METTON
Conférence nationale des directeurs de CH : Didier HOELTGEN
DGCS : Fabienne DUBUISSON
DGOS : Natacha LEMAIRE, Christine BRONNEC, Charlotte NEUVILLE, Perrine RAME-MATTHIEU,
Elise RIVA et Anaïs VERMEILLE
FEHAP: David CAUSSE
FHF: Florence MARTEL
FHP-MCO: Thierry BECHU
FNEHAD: Anne DABADIE et Eric GINESY
MG France: Roland RABEYRIN
SML: Ozlem SAHIN et Sophie BAUER
SMPS: Olivier FALANGA
SNIIL: John PINTE
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
91
SOS Médecins : Dominique RINGARD
SSA : Sonia MARESCA
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNR : François BOUE
UNSA : Anne-Marie HOARAU
USMCS et FNCS S : Alain BEAUPIN
Intervenants :
CH Châtellerault : Dr Louis SOULAT
ARS Haute-Normandie : Dr FRICHET et Claire BAUDE
ARS Rhône-Alpes : Céline VIGNE
CNUH : Pierre CARLI et le Pr PATERON des Urgences de l’hôpital Saint Antoine (AP-HP)
A2.2.6 Compte-rendu de la plénière du 6 novembre 2013 : SPTS
Relevé de conclusions de la réunion plénière du 6 novembre 2013 – SPTS
Introduction
Bernadette DEVICTOR a introduit cette séance en précisant son objet et son ordre du jour.
Cette deuxième réunion plénière a pour objet de faire un premier bilan de l’avancée de la réflexion sur le
SPTS. Les enjeux de cette réunion ont également été précisés. Il s’agit d’une part de valider les points qui
font consensus et d’autre part, de lister les questions sur lesquelles une analyse plus fine doit être réalisée.
L’ordre du jour de cette réunion a porté sur plusieurs points :
-
Présentation de la DGOS de la synthèse des ateliers
Présentation de Bernadette DEVICTOR de la carte mentale
Interventions de M. FAUCONNIER (Directeur du CH de Niort) et de M. BLAISE (ARS Pays de
Loire)
Des échanges ont eu lieu avec la salle entre les différentes présentations.
1. Retour sur les ateliers (Présentation DGOS)
La DGOS a fait une présentation synthétique des ateliers qui ont déjà eu lieu dans le cadre de la réflexion
sur le SPTS.
Après un rappel du calendrier du déroulement des travaux, les quatre ateliers (offre de proximité,
personnes en perte d’autonomie, maladies chroniques dont santé mentale, soins non programmés et
urgences) ont été détaillés en reprenant à la fois les interventions et les principaux thèmes abordés.
Le support de présentation sera joint avec l’envoi du compte-rendu au groupe plénier.
2. Synthèse de la présentation de la carte mentale par Bernadette DEVICTOR et des débats
 Présentation de la carte mentale
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
92
Bernadette DEVICTOR a présenté au groupe l’état de la réflexion avec la carte mentale qui aborde tous
les points et toutes les questions en suspens que pose la mise en place d’un SPTS. Cette carte sera
transmise au groupe après quelques modifications actées en séance.
Elle a rappelé l’objectif du SPTS qui est l’amélioration de l’accès aux soins et à la santé et la réduction
des inégalités sociales et territoriales de santé. Le SPTS se positionne comme un service public rendu à
une population pour répondre à ses besoins, au regard des objectifs de santé publique définis par la SNS.
Le principe de responsabilité populationnelle a été défini. L’idée est la suivante : les acteurs, sur un
territoire, partagent la responsabilité de l’état de santé de la population.
Les quatre principes de service public qui font partie des attributs du SPTS ont été énumérés : neutralité,
égalité, continuité et adaptabilité. Un focus a été fait sur le principe d’accessibilité tarifaire avec la
question du reste à charge accessible pour les usagers. Aussi, le SPTS renvoie au partage de valeurs
communes entre les acteurs.
Les attributs de qualité et de pertinence ont également été abordés. En effet, le niveau de qualité du SPTS
devra être défini et la question de la certification du service ou de l’organisation SPTS est posée.
La définition des stratégies de développement pouvant être retenues pour le SPTS a été évoquée. Le
principe retenu de déploiement d’un SPTS sur un territoire est un principe ascendant, partant de la volonté
des acteurs. Néanmoins, cela renvoie à la question du rôle attendu des ARS notamment en cas de
carence d’acteurs ou de volonté des acteurs à agir ensemble au sein d’un SPTS. Cette question est
importante, car elle renvoie à un éventuel pouvoir de « contrainte » des ARS. Enfin, l’idée de lier le
déploiement des SPTS à la garantie d’un service minimum sur tous les territoires pour tous les usagers
n’est pas retenue car non réalisable en pratique.
Le lien a été fait avec le rôle attendu du service public hospitalier pour lequel la coopération avec les
autres acteurs est prévue comme étant l’une de ses obligations (cf. travaux du rapport COUTY).
Il a également été rappelé que le SPTS s’inscrit dans un projet territorial de santé, en lien avec le PRS. Il
est nécessaire de s’interroger sur la définition des territoires. Sur ce point, il semble que l’idée, partagée
par tous, est celle d’une définition souple du territoire en fonction des acteurs et des besoins des usagers.
Il n’est pas envisagé de réaliser un « pré-découpage conçu au niveau national ». Aussi, il est important de
réfléchir à la compatibilité entre les différents territoires SPTS et les territoires administratifs, en lien avec
la future loi de décentralisation. Il faut également se demander s’il est possible de mettre en place
plusieurs SPTS sur un même territoire. La question d’une priorisation des territoires est également posée
pour la stratégie de déploiement du SPTS.
La question de la formalisation de la coopération a été posée. L’idée de l’élaboration d’un contrat
territorial de santé entre les acteurs et l’ARS est partagée. La formalisation de l’organisation SPTS peut si
nécessaire passer par les outils juridiques existants (ex : GCS).
Le mode de gouvernance à deux niveaux semble à privilégier, avec un niveau de proximité et un autre
plus stratégique. La question de la convergence et de la mise en cohérence avec les dispositifs en place
(MAIA et expérimentation PAERPA, filières gérontologiques, ...) est essentielle dans la mesure où il faut
éviter un « empilement » des structures. Il y a une forte attente de « simplification administrative ». La
participation indispensable des usagers à la gouvernance a été rappelée.
Concernant les outils de mise en œuvre du SPTS, le développement d’un système d’informations partagé
(DMP 2, dossier pharmaceutique…) apparait comme incontournable pour assurer une bonne coordination
des acteurs. Le lien avec le service public d’information en santé (chantier SNS) a été fait en citant pour
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
93
exemple l’annuaire des ressources du territoire et le référentiel d’actions qui assurent une meilleure
lisibilité. Le plan personnalisé de santé (PPS) développé par l’HAS dans le cadre de l’expérimentation
PAERPA a été également évoqué.
Sur les modalités de financement du SPTS, le contexte financier contraint a été rappelé. Les sources de
financement ne sont pas extensibles. Les financements seront donc orientés en fonction de l’organisation
des professionnels sur le territoire. Un financement via le FIR serait à privilégier afin de laisser une marge
de manœuvre suffisante aux ARS. La question des critères de définition (taille de la cible, type de
population, nature et qualité des services rendus) a été posée. L’idée d’un forfait global réparti a
posteriori entre les acteurs est avancée.
Les modalités de suivi et d’évaluation ont été présentées. Il semble important que les acteurs se mettent
d’accord sur des indicateurs partagés. L’évaluation sera axée sur l’amélioration du service rendu aux
usagers.
Les facteurs clés de réussite ont été listés avec notamment la nécessaire implication des élus.
Parmi toutes ces thématiques, plusieurs questions restent en suspens à ce stade de la réflexion :




Que se passe t-il si une carence est constatée ?
Y a-t-il un découpage territorial optimal ?
Quelles sont les modalités de financement et de gouvernance?
Peut-on envisager plusieurs SPTS par territoire ?
Enfin, l’objectif final de cette concertation a été rappelé. Il s’agira de donner des
recommandations/orientations pour l’écriture de la loi de santé publique 2014. Des contributions écrites
des participants sont les bienvenues afin de consolider les approches autour de ses différentes thématiques
du SPTS.
Le débat a ensuite été lancé. La présentation de la carte mentale a suscité plusieurs réactions.
 Les débats
Tout d’abord, quelques remarques ont été faites sur les relevés de conclusions des ateliers. Pour l’atelier
« offre de proximité », il a été souligné le fait que les médecins spécialistes n’apparaissent « à aucun
moment » alors qu’ils jouent un rôle important. Il a été également précisé que la matrice de maturité est un
outil d’autoévaluation pour les professionnels travaillant dans des structures d’exercice coordonné. L’idée
de tenir compte de l’existant et de faire une étude d’impact de l’introduction du SPTS sur le territoire a
été soulevée.
Une interrogation par rapport au calendrier fixé pour la loi de santé publique 2014 et celui prévu pour la
mise en place des ROR (et des autres outils nécessaires au SPTS) a été posée. Il y a effectivement une
question de convergence de calendrier des travaux engagés.
Des remarques ont également été faites sur la méthodologie utilisée. L’impression de « partir dans tous
les sens » a été évoquée. De fait, la démarche de construction d’une carte mentale, démarche ascendante
d’exploration de toutes les branches de la réflexion peut donner à certain-e-s l’impression d’absence de
méthodologie.
Sur la dénomination « service public territorial de santé », des remarques ont été faites quant à
l’incertitude des termes employés et du maintien du « service public ». Sur le fond, cela renvoie à la
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
94
promotion des valeurs du service public donc il n’y a pas de glissement en termes de contenu mais la
formulation est ressentie par certains acteurs libéraux comme inopportune.
La formation et l’enseignement des acteurs est un facteur clé de réussite pour la mise en place d’un SPTS.
Ensuite, les réactions ont porté sur les modalités de mise en œuvre du SPTS.
-
Sur le territoire
Il a été évoqué le principe des « 3 P » (patient, patientèle et population) renvoyant à trois niveaux de
territoire différents :



le premier niveau : le colloque patient-médecin
le deuxième niveau : la patientèle déclarée du médecin
le troisième niveau : la population
L’élément de repérage peut être le secteur de garde en médecine ambulatoire. Les conférences
territoriales de secteur sont intéressantes, mais elles sont inconnues des acteurs de terrain.
-
Sur la gouvernance
L’idée d’une gouvernance collaborative a été avancée, avec la crainte de jeux de pouvoir entre les
professionnels libéraux et l’hôpital.
-
Sur l’ingénierie
L’élaboration d’un contrat territorial de santé, avec la mise en place d’une relation conventionnelle entre
l’ARS et les acteurs, semble partagée.
-
Lien avec la psychiatrie
Il a été souligné le fait que le secteur psychiatrique n’apparait à aucun moment dans les débats alors qu’il
s’agit d’une approche en responsabilité populationnelle sur un territoire. La santé mentale est l’une des
priorités de la SNS.
-
Lien avec la prévention
Il a été rappelé que la prévention et l’éducation à la santé sont des thèmes qui doivent prendre leur place
au sein de la réflexion. L’atelier prévention viendra utilement compléter la réflexion.
3. Les interventions
 Synthèse de la présentation de M. FAUCONNIER (Directeur du CH de Niort) et des
débats
M. FAUCONNIER a présenté un travail qu’il a réalisé avec plusieurs acteurs de santé de son territoire
(les médecins généralistes, le secteur médico-social, les usagers…). L’objectif a été de réfléchir sur l’état
de santé de la population sur un territoire. Partant de là, un travail en partenariat avec l’Ecole des Mines
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
95
de Paris et avec l’accord de la CNAM pour l’exploitation des données du SNIRAM a été réalisé. Un
tableau de bord avec des indicateurs a donc été créé. Les données ont été affinées au fil du temps avec le
concours de l’ARS.
Un premier tableau a été présenté au groupe. Ce document montre le bilan dans la région du Haut Anjou
et permet d’avoir une meilleure vision de la consommation de soins sur le territoire. Il est constaté que les
médecins généralistes exportent des soins et que ce territoire a une balance des paiements déficitaire. Ce
tableau est intéressant car « il fait parler le territoire » et il permet d’en faire la photographie.
Le second document qui a été présenté est un tableau de bord médico-économique (expérimental) pour la
région des Deux Sèvres.
Ces tableaux permettent d’objectiver et de donner une représentation commune pour les acteurs d’un
territoire. Ils permettent de mettre en lumière certains dysfonctionnements et les failles au sein d’un
territoire. A ce stade, ces tableaux ne peuvent pas être diffusés au groupe.
Echanges avec la salle
La présentation suscite l’intérêt des participants. Une remarque a été faite sur les limites du
SNIRAM surtout pour la partie ambulatoire. L’idée de la création d’un système d’informations
territorialisé complété dans le champ ambulatoire par des éléments médicalisés a donc été évoquée.
Les difficultés liées à la « sanctuarisation » de certaines données ont été soulignées. Les données de
l’ORS peuvent également être mobilisées pour ce type de travail et il serait également intéressant
d’utiliser des données populationnelles.
D’un point de vue général, il ressort des échanges que le principe du tableau de bord de territoire pourrait
être retenu et utilisé dans le cadre du SPTS.
 Synthèse de la présentation de M. BLAISE (ARS Pays de Loire) et des débats
La présentation a été structurée en trois parties envisagées successivement. Le support de présentation
pourra être transmis au groupe si validation de l’ARS.
-
Territoire
L’enjeu a été présenté. Il s’agit de passer d’une logique centrée sur les pathologies ou sur les opérateurs à
une logique de territoire. L’idée de cette démarche a été de définir des territoires d’action, les territoires
de santé de proximité puis d’identifier les zones fragiles conventionnelles, en lien notamment avec les
travaux du Pacte territoire santé.
Les territoires de santé créés par la loi HPST correspondent aux départements pour coïncider avec les
politiques médico-sociales du Conseil Général. Les territoires dits de «santé de proximité » correspondent
aux territoires d’intervention des équipes de soins pluriprofessionnelles (30 à 50 000 habitants). Ce sont
des territoires d’action mais aussi des territoires de projets (contrats locaux de santé). Puis, la délimitation
a évolué vers un niveau plus fin : celui de la patientèle et des équipes de soins. En effet, la dynamique des
professionnels a parfois précédé la définition des territoires. Ce découpage permet d’observer précisément
la démographie médicale pour savoir où les efforts doivent être portés en termes d’accessibilité aux soins.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
96
Une cartographie du territoire a été présentée au groupe. L’indicateur de l’INSEE relatif à l’accessibilité
potentielle localisée qui tient compte de la charge des professionnels est utilisé pour la réalisation de ces
cartes. La carte relative aux espaces d’équipes de soins fragiles (en zone rouge) a été présentée.
-
Parcours
L’idée du parcours est en lien notamment avec l’expérimentation PAERPA. Les travaux du HCAAM ont
été cités en appui des développements. Le dispositif mis en place dans le cadre de PAERPA favorise la
prise en charge à domicile avec une meilleure coordination des intervenants (SSIAD, hébergement
temporaire, structures d’accueil de jour, EHPAD) autour de la personne âgée en perte d’autonomie. Trois
piliers ont été identifiés pour la coordination : le partage d’informations, la mise en œuvre de fonctions
d’appui à la coordination (information des usagers et des professionnels, gestion des cas complexes, ...),
la mise en place d’une gouvernance qui soutient l’intégration des professionnels dans le dispositif.
-
Gouvernance
Il a été souligné l’importance de « faire profit » de l’existant. A ce titre, la gouvernance de PAERPA
s’appuie sur celle mise en place au sein des MAIA. Dans la gouvernance stratégique, le transfert de
charges entre financeurs constitue un enjeu majeur. Il faut également être vigilant à la taille des territoires
afin de ne pas avoir « trop d’acteurs autour de la table ».
L’idée d’éviter un empilement des organes de gouvernance, avec une seule gouvernance intégrée sur un
territoire débouchant sur la coordination des professionnels, est rappelée.
Pour conclure, le lien a été fait avec le SPTS. Celui-ci doit être garant des principes de service public. Il
doit également constituer « un levier des initiatives en cours », dans une logique ascendante.
Echanges avec la salle
-
Sur l’accompagnement de l’ARS
L’accompagnement des ARS est majeur dans le déploiement de ce genre de projet mais des difficultés de
terrain sont constatées. En effet, les organisations qui se sont créées avec des cultures différentes ont leur
propre mode de fonctionnement et de gouvernance. Il y a nécessairement une période de montée en
charge. Il est souligné une « tradition du consensus » sur le territoire nantais avec des acteurs volontaires
pour travailler ensemble.
-
Sur les modalités financières
La question du transfert de charges a été reprise dans les débats. Actuellement, il n’existe pas d’outils
pour réaliser des transferts directs. La fongibilité du FIR permet d’avoir des marges de manœuvre pour
négocier avec les acteurs. Cette marge de manœuvre devrait être développée.
-
Sur la gouvernance
La nécessite d’avoir un « catalyseur » est posée. Il semble essentiel qu’il y ait un référent qui coordonne
le parcours. La mise en place territoriale du parcours devra sans doute reposer sur un pilote désigné car
l’animation du parcours n’est pas « naturelle ».
-
Sur le territoire
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
97
L’échelle départementale est intéressante car cela permet d’impliquer les élus dans les décisions
stratégiques. La nécessité d’être « plus incitatif au niveau national » est avancée, notamment par la
définition de territoires prioritaires ou pilotes.
Par ailleurs « l’effet vertueux » du SPTS sera-t-il un levier suffisant ?
Conclusion
Bernadette DEVICTOR a annoncé les thèmes des trois ateliers à venir au mois de novembre. Elle a
rappelé que les contributions/ présentations dans les ateliers sont depuis le début ouvertes à ceux qui le
souhaitent. Elle a également appelé les participants à envoyer des contributions écrites à la réflexion
globale sur le SPTS sur les principales questions abordées au cours de la séance : les territoires, la
gouvernance, le financement, la traduction opérationnelle des obligations de service public, la stratégie de
déploiement et la conduite à tenir en cas de carence, etc.
Bernadette DEVICTOR rappelle qu’elle est à disposition pour rencontrer les différentes organisations
pour travailler sur les recommandations relatives au SPTS.
Liste des participants
ADESM: Gilles MOULLEC
ADESSADOMICILE, Aurore ROCHETTE
ANEMF, Nicolas ROMAIN-SCELLES
Avenir hospitalier, Bertrand MAS
ARS PAYS-DE-LOIRE, Pierre BLAISE
CFDT, Nathalie CANIEUX
CFE-CGC, Thierry AMOUROUX
CH-FO, Christian GATARD, Hélène THALMANN
CIH, Guillaume BLANCO
CMH, Rémy COUDERC, Jean-Gérard GOBERT, Claudine AZOULAY
CISS : Sylvain FERNANDEZ-CURIEL, Daniel CARRÉ, Nicolas BRUN
CNAMTS, Michel MARTIN
CNDEPAH, Marie-Hélène ANGELLOZ-NICOUD
Collège des DG d’ARS, François DUMUIS
Conférence nationale des Présidents de CME des CHS, Christian MULLER, Sylvie PERON
Conférence nationale des Présidents de CME des hôpitaux généraux, Dr Pascal FORTIER
Conférence nationale des Présidents de CME, FHP Dr Jean-Luc BARON
CSMF, Dr Luc DUQUESNEL
DIHAL, Dr Pascale ESTECAHANDY
FHF, Florence MARTEL
FHP, David CASTILLO
FNCS, Hélène COLOMBANI
FNEHAD, Eric GINESY, Anne DABADIE
INPH, Jean-Michel BADET, Dr Michel TRIANTAFYLLOU
ISNIH, Emmanuel LOEB, Lionel BARRAND
MG France, Dr Claude LEICHER, Bernard PLEDRAN
Secrétariat Général, Marie-Claude HITTINGER
SML, Dr Sophie BAUER
SMPS, Christophe GAUTIER
SNAM-HP, Jean-Pierre ESTERNI
SNIIL, TOUBA Annick et John PINTE, secrétaire général
SNMPMI, Dr Elisabeth JUDE-LAFITTE
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
98
SNPST, Dr Gérard LUCAS
SOS Médecins, Dr Dominique RINGARD
Syndicat National des Médecins de PMI, Elisabeth JUDE LARITTE
SYNCASS-CFDT, Michel ROSENBLATT
UNA, Line LARTIGUE
UNPS, Patrick PERIGNON
UNR Santé, Pr François BOUE ou Dr Gérard MICK
UNSA Santé et Sociaux, Jean-Claude STUTZ
UPSO, P. GELBHART
URIOPSS Ile-de-France, Michèle ESTRAILLIER
USMCS, Alain BEAUPIN
Personnalité Qualifiée, Pierre ALEGOET
Personnalité Qualifiée, Yves AUROY
Personnalité Qualifiée, Paul CASTEL
Personnalité Qualifiée, Jean-Noël CABANIS
Personnalité Qualifiée, Bertrand FENOLL
Intervenant : ARS PAYS-DE-LOIRE, Pierre BLAISE
Intervenant : Directeur du CH de Niort, Bruno FAULCONNIER
A2.2.7 Compte-rendu de l’atelier : SPH du 14 novembre 2013
Relevé de conclusions - Atelier Service public hospitalier - 14 novembre 2013
Introduction
Bernadette DEVICTOR introduit la séance en rappelant les grands axes du Rapport COUTY sur le
service public hospitalier (SPH). Sa réintroduction, sous une forme rénovée, est nécessaire, et doit
s’inscrire dans une approche territoriale en lien avec le SPTS. Ainsi, il convient d’envisager les modalités
de rétablissement du SPH et d’en définir ses contours.
La séance est organisée autour d’une présentation historique et juridique du SPH de la DGOS,
d’interventions des fédérations (FHF, FEHAP, FHF, UNICANCER et FNEHAD) sur leur vision globale
du SPH puis d’un débat.
1. Synthèse de la présentation de la DGOS (Natacha LEMAIRE) sur l’évolution du cadre
juridique du SPH
Seuls les principaux points sur le SPH sont repris dans ce relevé de conclusions dans la mesure où le
support de présentation est joint à l’envoi du compte-rendu.
Avant d’envisager une évolution du cadre juridique du SPH qui sera traduite dans de la loi de santé
publique 2014, il est nécessaire de rappeler l’historique du SPH et son articulation avec les règles
européennes.
 Historique
La Loi Boulin a créé le SPH. Elle prévoyait que les établissements publics de santé étaient de droit SPH.
Les établissements privés à but non lucratif (PSPH) pouvaient participer au SPH à leur demande. Les
établissements privés à but lucratif pouvaient être associés au SPH par le biais d’un contrat de concession
de service public. Les obligations de service public s’appliquaient à l’ensemble de l’activité de
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
99
l’établissement, à l’exception des établissements privés à but lucratif concessionnaires où les obligations
concernaient uniquement l’activité concédée.
En 2009, la loi HPST a supprimé toutes les références au SPH. Elle a instauré une liste de 14 missions de
service public ouvertes à tous les acteurs. La notion de « bloc de SPH » a donc été supprimée.
 Les règles communautaires
Il est nécessaire de prendre en compte le cadre communautaire dans le rétablissement du SPH en droit
français.
La notion de « service d’intérêt économique général » (SIEG) est un concept communautaire mais qui ne
se superpose pas avec celui de SPH. Le SIEG a une définition de nature jurisprudentielle qui implique
trois conditions cumulatives à remplir pour être qualifié de SIEG (cf. présentation jointe).
La question majeure qui se pose est celle de savoir si l’ensemble de l’activité de soins des établissements
de santé, tous statuts confondus, peut être qualifié de SIEG. Si la réponse n’est pas évidente, il reste
certain qu’une partie de l’activité des établissements de santé peut être qualifiée de SIEG. Le lien entre le
rétablissement du SPH et les règles communautaires concerne l’existence de règles particulières de
financement à respecter.
 Réintroduction et rénovation du SPH
Le cadre législatif pour le rétablissement du SPH est celui de la loi de santé publique 2014. Afin d’assurer
la compatibilité avec le droit communautaire, il convient de privilégier une approche par les obligations
et non par le statut des établissements, de manière à faire le lien entre les obligations et les modalités de
financement.
Un point d’attention est appelé sur « l’effet cliquet », Un retour à la situation antérieure n’est pas
impossible, mais rendu difficile de par la mise en œuvre de la loi HPST, en particulier concernant
l’attribution de certaines missions de service public aux établissements de santé privés (ex : PDSES).
2. Synthèse des interventions des Fédérations
Cinq fédérations se sont exprimées sur leur vision du SPH et sur son articulation avec la réforme du
SPTS. Les interventions sont reprises dans l’ordre chronologique.
 La FHF (René CAILLET)
René CAILLET indique que le service public territorial de santé est un sujet majeur sur lequel la FHF
mène une réflexion depuis plusieurs années, en lien avec la publication de sa plate forme politique.
En ce qui concerne le SPH, la vision de la FHF est proche de l’esprit de la loi 1991, avec une intégration
des 14 missions listées par la loi HPST au sein des missions inhérentes au service public. Cette
réintroduction doit également s’accompagner d’un pouvoir « d’injonction » de la puissance publique (Etat
ou ARS) avec mise en demeure, en cas de carence de l’offre sur un territoire. La réintroduction d’une
notion de service public permet de prévoir et d’organiser une injonction adressée aux professionnels, y
compris ceux qui ne sont pas directement acteur du service public (par exemple en ce qui concerne la
liberté d'installation des acteurs libéraux), pour effectuer un service.
Dans cette perspective, l’approche par les obligations, est effectivement un commandement fort à
l’application réelle du SPH.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
100
Si les établissements de santé publics sont naturellement les premiers acteurs du SPH, la FHF estime que
le SPH doit être ouvert aux autres établissements.
Le SPTS implique une approche populationnelle dont il conviendra de définir si elle est complémentaire
du SPH, si elle en est une déclinaison (sur le mode du secteur en psychiatrie). Il s’agit d’une notion
complexe qui suscite encore beaucoup d’interrogations. La FHF mène actuellement une réflexion sur le
« service territorial » de santé et bien que les débats ne soient pas clos sur le sujet, l’hypothèse d’une
phase d’expérimentation semble devoir être retenue. La réflexion sur le SPTS pose des questions
essentielles sur les modalités de financement et de gouvernance. Sur ce dernier point, René CAILLET
souligne que le SPH n’a pas vocation à être le pilote du SPTS. Un « co-pilotage » territorial serait
préférable, mais pose toujours des questions compliquées de résolution des conflits et le rôle de l’ARS
devra être évoqué dans ce cadre. La FHF évoque le fait qu’il n’existe pas de « territoire type » et que la
variabilité des territoires n’est cependant pas facile à gérer. On pourra cependant tirer les conclusions de
l’expérimentation PAERPA dans quelques temps pour alimenter la réflexion. Le service public hospitalier
et le service public territorial de santé ne sont pas superposables. En conclusion, la FHF indique qu’il y a
donc un socle « dur », le SPH, qui doit de toute façon trouver sa place dans la future loi de santé publique,
et un dispositif « souple », le SPTS, sur lequel il convient encore de travailler.
La FHF débattra des conclusions de ses travaux le 11/12/13 lors de sa convention nationale. Celles - ci
seront ensuite soumises au conseil d‘administration de la FHF en janvier 2014.
 La FEHAP (David CAUSSE)
Avant d’engager la présentation elle-même, David Causse fait part de ses plus grandes réserves sur la
présentation faite par la DGOS :
-
-
Sur l’évolution du concept de service public hospitalier : pour la FEHAP (et sans doute beaucoup
d’autres) il n’est pas conforme à la lettre des textes cités et commentés ni aux analyses de la
doctrine, de rattacher à la Loi Hospitalière de 1991 le détachement entre les activités de soins et
les garanties du service public hospitalier ;
Sur les implications du droit européen pour le sujet de la définition du service public hospitalier :
pour la FEHAP, la DGOS « fait parler » le droit européen bien au-delà de ce qu’il énonce
véritablement comme cadre potentiellement contraignant. En réalité, les questions de santé sont
très faiblement engagées dans des dimensions européennes, avec une application de la règle de
l’unanimité et un très faible impact sur les échanges intra-communautaires. Dans ce cadre
particulier, ce que l’Europe est susceptible de sanctionner se range plutôt dans le registre des
décisions pour lesquelles la France se met gravement en contradiction avec les principes qu’elle
aurait énoncés elle-même, dans une forme d’exigence de cohérence avec soi-même.
David Causse précise ainsi qu’un des enjeux de la redéfinition du service public hospitalier est également
– du fait d’incohérences ou d’ambivalences conceptuelles ou rédactionnelles qui pourraient être propres
au gouvernement et au parlement français - de ne pas « apporter de l’eau au moulin » de contentieux
européens en cours ou à venir. Une mauvaise redéfinition législative du service public hospitalier pourrait
ainsi venir contredire l’arrêt de la convergence tarifaire et préparer la censure de la double échelle des
tarifs, intrinsèquement liée dans sa légitimité à la définition des rôles respectifs en matière de service
public hospitalier.
Pour autant, il est des principes de justice ou d’équité budgétaire et tarifaire sur lesquels il n’est pas
besoin d’inventer du droit européen ou des « effets cliquet » putatifs : la neutralité tarifaire -à savoir la
cohérence entre l’échelle des coûts et l’échelle des tarifs- est un principe hexagonal qu’il est parfaitement
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
101
possible d’adosser à des normes juridiques françaises de haut rang19, d’ores et déjà existantes et
assurément pérennes.
Cette clarification apportée, David Causse rappelle les grandes lignes des analyses et propositions de la
FEHAP sur le service public hospitalier, en 7 points :
1) Rétablir le « bloc de service public hospitalier », dans un continuum « soins-enseignementrecherche », dans la ligne directrice posée par le rapport Couty et les déclarations de Marisol
Touraine à ce sujet.
2) Rétablir le lien entre « le bloc de service public » et son portage par les établissements
publics de santé et les établissements de santé privés d’intérêt collectif (ESPIC), dans leur
vocation naturelle de « participant au service public hospitalier » (PSPH). L’écriture d’un
texte de loi, qui comporte ses dimensions techniques voire technocratiques, doit prendre soin de
ne pas trop s’éloigner des perceptions et sensibilités de la société civile, pour laquelle la nonlucrativité publique ou privée non lucrative est une valeur de rang élevé concernant les activités
de santé.
3) Répondre, avec les obligations de service public, aux demandes profondes des français et
des parlementaires qui les portent : les délais d’attente, l’absence de reste à charge. Ce sujet
amène une difficulté avec le sujet emblématique de l’activité libérale des praticiens hospitaliers
dans les EPS et de son encadrement (suffisant ou non). Cette question existe d’une autre manière
pour 10 établissements de santé privés non lucratifs (sur 700), du fait d’une situation historique de
collaboration très ancienne avec des médecins libéraux. La logique serait d’organiser cette
collaboration dans le cadre d’une activité libérale uniquement en secteur opposable ou en secteur
1. Toutefois et dans certaines disciplines, le respect du secteur 1 est devenu illusoire, du fait du
fort décalage apparu entre les tarifs de la sécurité sociale et les coûts : ici aussi se présente un
énorme sujet de neutralité tarifaire, sous lequel il s’avère que le vrai sujet est tout autant celui de
l’équité de fixation par la sécurité sociale des montants d’honoraires entre disciplines médicales
(et donc entre patients), et non seulement le sujet de la partie émergée des dépassements
d’honoraires. Pour la FEHAP, le rétablissement du service public hospitalier doit traiter de ce
sujet, et au moins serait-il possible de se situer dans une démarche de « zéro reste à charge après
intervention des organismes d’assurance-maladie obligatoire et complémentaires).
4) Rétablir aussi des obligations de service public qui participent aussi des prérogatives
nécessaires du DG-ARS pour assurer la « légitime défense » de l’intérêt général, à savoir :
a. La définition et validation des orientations stratégiques associant l’EPS ou le PSPH et le
DG-ARS,
b. La transparence et la validation des comptes des EPS et PSPH par le DG-ARS (EPRD,
PGFP voire PRE),
c. L’administration provisoire en cas de défaillance répétée et continue de la gouvernance
de l’EPS et du PSPH
d. Le respect des principes d’égalité, de neutralité et de continuité20 du service public pour
l’ensemble des activités de soins menées par l’EPS ou le PSPH,
19
Ainsi le principe constitutionnel d’égalité devant les charges publiques.
20
Le principe de continuité du service public a une traduction importante et très opérationnelle avec la
notion de service minimum applicable.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
102
e. L’obligation de proposer une réponse à des besoins de santé ou à des territoires non
couverts, lorsque l’ARS en fait le constat et en formule la demande aux EPS et PSPH,
(obligation qui apporte un élément de lien entre SPH et SPTS),
f. Une non-lucrativité absolue et un désintéressement personnel des dirigeants non salariés
des EPS et PSPH, avec des dispositions explicites concernant d’éventuels conflits
d’intérêt à prévenir
5) Amplifier la participation des usagers et de leurs organisations représentatives dans la
gouvernance des établissements de santé publics et privés non lucratifs (dont les usagers sont
souvent à l’origine et en responsabilité de gestion), mais aussi dans la gouvernance territoriale,
avec la régulation territoriale du SPH (et du SPTS) avec les autorités de contrôle et de tarification,
6) Organiser sous la forme de concessions de service public, l’implication de structures privées
de droit commercial, pour satisfaire les besoins de la population avec les garanties et obligations
de service public, ainsi que les compensations adaptées desdites sujétions,
7) Ouvrir la possibilité à des structures privées de droit commercial qui opteraient pour le
statut d’entreprise de l’économie sociale et solidaire (vote du Sénat du 7 Novembre), avec
une lucrativité limitée ou encadrée des propriétaires de parts sociales (réinvestissement
majoritaire dans l’entreprise) et qui fonctionneraient dans le cadre d’une absence de reste à charge
pour les patients après intervention des organismes d’assurance-maladie obligatoire et
complémentaires, de bénéficier en contrepartie de la possibilité d’exercer une option d’adhésion à
l’échelle publique des tarifs.
 La FHP (Elisabeth TOME- GERTHEINRICHS)
La FHP débute son intervention en énonçant deux points de vigilance. D’une part, il faut éviter de se
« diluer » dans des débats autour des intérêts respectifs afin de garder la dynamique du groupe. Il est
important de se rester centrer sur les besoins des usagers. D’autre part, il faut être vigilant vis-à-vis de
l’Europe et du respect des dispositions communautaires. En effet, l’Etat français court le risque d’être
condamné s’il ne respecte pas le droit européen.
Sur le SPH, la FHP rappelle que les établissements publics constituent la « clé de voûte » du système de
santé, dans la mesure où contrairement aux autres établissements, ils sont « immortels ».
Concernant le SPTS, la FHP est favorable à la conclusion d’un contrat territorial entre les acteurs et
l’ARS. En effet, l’enjeu est de répondre aux besoins en santé (incluant donc le médico-social) de la
population. Il existe 10-12 besoins en santé fondamentaux, qu’il est possible de définir et sur lesquels tous
les acteurs doivent s’engager : l’hôpital public bien sûr mais pas seulement, et la FHP cite quelques
territoires (Sarcelles, Trappes) où ce sont des cliniques de statut commercial qui sont présentes.
L’essentiel est que l’ARS réunisse tous les acteurs et leur demande de s’engager. E. TOME souligne
l’intérêt de la notion de « servitude de service public », principe déjà détaillé dans ses contributions
écrites pour le rapport COUTY.
 UNICANCER (Hélène ESPEROU)
UNICANCER a rappelé que la notion d’appartenance au SPH est effectivement identitiare pour les
établissements ex PSPH, dont les centres de lutte contre le cancer (CLCC).
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
103
Il est nécessaire de bien distinguer les missions de service public et les obligations. Pour les missions, il
faut envisager le retour à un « bloc complet ». La mission de soins se doit d’être rétablie dans son entier.
Le périmètre de la notion de « soins » doit être revu en allant au-delà du soin purement curatif.
Concernant les obligations de service public (égalité et continuité), il semble important d’envisager
quelque chose de plus fonctionnel. A titre d’illustration, UNICANCER a évoqué l’application du tarif
opposable dans les CLCC. Les médecins sont salariés (secteur 1) donc il n’y a aucun dépassement
d’honoraires pour les patients.
Les principes d’égalité d’accès et de continuité nécessitent quant à eux des coopérations pour leur mise en
œuvre, coopérations qui doivent être portées financièrement.
Pour conclure, UNICANCER a souligné la nécessité de « rendre visible » les parcours à tarif opposable
ainsi que l’importante de la participation des usagers au sein des instances de gouvernance.
 La FNEHAD (Eric GINESY)
A titre liminaire, la FNEHAD souligne la difficulté de penser le SPH alors que la dénomination du SPTS
n’est pas encore stabilisée. Le SPH doit nécessairement être ouvert sur son environnement en se
coordonnant, en amont et en aval, avec l’ensemble des acteurs du SPTS.
L’HAD se positionne de façon un peu particulière puisque d’ores et déjà elle est en principe en position
de responsabilité populationnelle bien que composée d’établissements publics, ESPIC et d’établissements
privés de statut commercial. La difficulté est bien dans la généralisation des principes. En effet, la qualité
de la prise en charge implique que le patient soit adressé vers l’acteur qui a la plus forte valeur ajoutée
pour le patient. Cela pourrait conduire à l’élaboration d’un cahier des charges établissant les critères qui
définissent sur un territoire les établissements qui participent au service public.
La FNEHAD partage les grands axes déjà dégagés sur le SPTS : la responsabilité populationnelle,
l’approche par les besoins et le rôle clé de la coordination sur un territoire.
La FNEHAD souligne l’enjeu du SPTS qui est d’assurer la lisibilité de l’offre de soins, en incluant le
secteur médico-social et le premier recours. Cela nécessite une suppression des « redondances » de
l’offre. L’élaboration d’un engagement conventionnel entre les acteurs de type « CPOM territorial »
pourrait être une bonne piste.
La FNEHAD fait également le lien avec les MAIA qui permettent une identification claire des acteurs et
qui met en place un système de guichet unique.
L’UNIOPSS souhaite intervenir à ce stade et indique qu’il lui semble qu’il existe un certain consensus
autour de la nécessité d’une évolution du système de santé. On sent actuellement beaucoup d’inquiétude
des acteurs autour des questions de financement et le service public est un concept fédérateur qui doit
s’imposer. Ce sera aussi une façon de reconnaître la place particulière des établissements privés à but non
lucratifs qui étaient devenus invisibles avec la loi HPST. Ces débats autour du SPH et du SPTS sont une
chance et une façon de poser la question à partir des besoins des patients. Les territoires doivent
s’organiser par rapport aux besoins et non par rapport aux acteurs.
Michel ROSENBLATT (SYNCASS-CFDT) rappelle que la loi HPST constituait une véritable révolution
qui n’a sans doute pas été suffisamment prise en compte par certains acteurs à l’époque. Il s’agit
désormais de remettre de la cohérence au moins pour la lisibilité du système. Par exemple, quand on parle
des MSP et des MIG, il faut s’entendre sur la nature des missions et ne pas confondre une approche en
termes d’activité et une approche en termes de financement. Il lui semble évident que le SPH est un bloc.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
104
La question n’est pas de définir des activités hospitalières qui relèveraient du SPH et d’autres pas car le
sens est bien le cadre dans lequel un acte est effectué.
Dans ce cadre, l’articulation entre SPH et SPTS doit être pensée finement et il faut répondre à des
questions de principe telles que : Veut-on une autogestion encadrée ou au contraire une planification avec
un pilotage intégré ?
Le CISS souligne que plusieurs intervenants ont souhaité une meilleure intégration des usagers dans les
gouvernances territoriales ou d‘établissements. Cela implique cependant de prévoir des ressources
indispensables pour la montée en compétence des usagers. Il est surtout essentiel que les usagers soient
présents au moment des diagnostics de besoins et de l’évaluation des organisations mises en œuvre et du
service rendu.
Concernant l’accessibilité financière aux soins, il faut faire attention à la multiplication des compléments,
et à l’évolution des tarifs journaliers de prestations qui sont certes remboursés par les mutuelles mais qui
induisent une augmentation des tarifs des mutuelles, ce qui en exclut certains usagers.
Enfin, Nicolas BRUN souligne, en accord avec l’ADESM, la place importante des partenariats entre
acteurs. Dans ce cadre, il estime qu’il faut pouvoir imposer la complémentarité des acteurs. Pour cela, le
fait de disposer d’un système d’information partagé est indispensable.
L’ADESM souligne que le SPH constitue la colonne vertébrale de la santé publique sur un territoire. Elle
évoque également le rattachement de la psychiatrie au dispositif commun, tout en marquant certaines
spécificités. Selon l’ADESM, les établissements publics et les ESPIC ont la « vocation commune »
d’assurer le SPH en santé mentale. De plus, elle évoque l’originalité de la responsabilité populationnelle
en psychiatrie avec la nécessité de « l’aller vers ». Enfin, l’ADESM insiste sur la nécessaire réforme du
financement en s’appuyant nécessairement sur une réflexion autour du contenu des activités de
psychiatrie (urgences, hôpital de jour, HAD…etc.)
A l’issue de ces interventions, Bernadette DEVICTOR relève trois points :
- Il est difficile de penser le SPH en dehors du SPTS mais quelle stratégie de développement pour le
SPTS ? Jusqu’à présent on avait considéré qu’il était difficile de l’imposer sur tous les territoires et qu’il
pouvait y avoir des SPTS thématiques. N’y a-t-il pas un en-commun à la démarche sur tous les territoires
avec des déclinaisons thématiques ?
- Le SPTS doit-il inclure tous les professionnels ou être basé sur le volontariat ?
- la question de la carence et les modalités de financement sont deux sujets à approfondir.
3. Synthèse des débats
Les débats se sont principalement orientés sur la réintroduction du SPH, en lien avec la réforme du SPTS,
ainsi que sur les modalités de mise en œuvre du SPTS.
 Rétablissement du SPH et articulation avec le SPTS
-
Rétablissement du SPH
La proposition de rétablissement d’un SPH, sous forme de bloc, semble faire consensus. Ce SPH doit se
traduire par des obligations et être ouvert, sous certaines conditions, à des acteurs privés de statut
commercial.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
105
Sur les 14 missions de service public, le lien est fait entre les missions de service public et les missions
d’intérêt général (MIG) définies dans le Code de la sécurité sociale. Il convient de revoir l’ensemble des
activités de la liste des MSP pour identifier celles qui continuent à nécessiter un traitement particulier et
pourraient éventuellement être traitées comme des MIG, sous réserve de clarifier les concepts entre
activité et financement.
L’articulation du SPH avec les dispositions européennes (« soft law ») est également débattue. Celle-ci
avait déjà été évoquée lors des travaux du rapport COUTY. Il s’agit de réfléchir aux adaptations à prévoir
pour que la réintroduction du SPH n’entre pas en contradiction avec la jurisprudence communautaire.
- Articulation avec le SPTS
Il est avancé le fait que la définition du SPH doit finement s’articuler avec la définition juridique du
SPTS. Ce cadre permet d’imposer au SPH des partenariats avec les autres acteurs. Cependant plusieurs
participants soulignent que le SPH n’est pas un sous ensemble du SPTS et doit pouvoir être rétabli en soi.
 Définition du SPTS
-
Gouvernance
L’association des usagers à la gouvernance semble faire consensus. Il est nécessaire d’avoir une vraie
discussion autour de la valorisation de cette participation (« investissement citoyen »), en envisageant une
nouvelle responsabilité pour les associations des usagers. La même question a été posée pour l’évaluation
de l’organisation support du SPTS, afin de vérifier qu’il n’y a pas un « type » de patients qui « passe à
travers le système de soins ».
- Territoire
Le SPTS peut apporter une méthode d’approche des territoires, sachant qu’il n’y a pas de territoire type
mais que la compatibilité entre le SPTS et la définition administrative des territoires est importante afin
d’assurer la cohérence avec les politiques publiques.
La question de la méthode de développement est importante car ce qu’apporte le SPTS est une méthode
publique d’intervention sur un territoire favorisant l’organisation des professionnels à partir d’un
diagnostic partagé. Il a également été évoqué l’importance de rétablir un lien entre l’hôpital et le territoire
sur lequel il s’inscrit. Les difficultés liées aux contrastes entre les territoires ont été soulevées. La question
de la spécialisation du SPTS et de la définition d’un territoire en regard a été posée.
- Système d’informations
La nécessité d’avoir un SI « interopérable » afin de permettre la communication entre tous les acteurs du
parcours de santé est soulignée.
- Stratégie de déploiement du SPTS
L’idée de recourir à la contrainte dans le déploiement d’un SPTS sur un territoire, en cas de carence, est
évoquée. La contrainte renvoie à la sanction qui n’a pas d’effet pédagogique. En pratique, il semble
difficile de rendre obligatoire l’existence d’un SPTS sur un territoire.
D’une manière plus générale, deux approches sont discutées sur les modalités de mise en œuvre du
SPTS : soit opter pour une « autogestion encadrée » avec l’idée de l’attribution d’« un label SPTS » à un
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
106
service, soit aller vers une démarche de planification avec pilotage intégré. Il semble, à ce stade de la
réflexion, que l’approche souple du label soit à privilégier.
La question du développement d’un ou de plusieurs SPTS sur un territoire est posée. Cela renvoie à l’idée
de la création d’un SPTS unique avec des déclinaisons thématiques.
Conclusion
Bernadette DEVICTOR rappelle que le concept de SPTS est l’un des engagements de la SNS. L’objectif
de la mission qui lui a été confiée est d’explorer l’ensemble des sujets connectés au SPH et au SPTS pour
se recentrer sur un socle de base législatif minimum. Il s’agit ici de sortir du régime de l’expérimentation.
La réintroduction du SPH dans la loi fait l’unanimité. Sur les modalités du rétablissement du SPH, il est
partagé l’idée que les 14 MSP font partie intégrante du « bloc SPH ». Il est donc proposé de revisiter ces
14 missions au regard des MIG afin de mettre en cohérence les missions et les financements. Concernant
l’approche par les obligations de service public, Bernadette DEVICTOR souligne l’importance de
l’accessibilité tarifaire pour garantir le principe d’égalité.
Concernant l’articulation du SPH et du SPTS, il est mis en avant le fait que le SPH contribue
obligatoirement au SPTS. Le SPH sera un acteur incontournable du SPTS. Le SPTS apporte cependant
un cadre de coopération dans lequel la notion de responsabilité populationnelle prend sens. Bernadette
DEVICTOR souligne le fait que la question de la subsidiarité du SPH en cas de carence des acteurs de
l’offre de proximité mériterait d’être plus développée et est en lien avec les principes d’injonction et de
servitude de service public qui ont été proposées par plusieurs acteurs. D’autres possibilités à la main des
ARS, notamment des incitations financières peuvent également contribuer à permettre un service effectif
pour l’ensemble de la population.
La notion de contrat territorial qui pose un cadre, un « cahier des charges » pour l’intervention de chacun
est avancée par plusieurs et son contenu mérite d’être affiné.
Sur les modalités de gouvernance et en lien avec la démocratie sanitaire, il est souligné la volonté
d’introduire la dynamique qualité au niveau du territoire.
Liste des participants
Présidente : Bernadette DEVICTOR
ADESM : Gilles MOULLEC
CH-FO : Philippe GUINARD
CISS : Nicolas BRUN
CMH : François FRAISSE
Conférence nationale des Présidents de CME des CH : Didier HOELTGEN
Conférence nationale des Présidents de CME des CHS : Christian MULLER
Conférence nationale des Présidents de CME des Hôpitaux généraux : Pascal FORTIER
DGOS: Natacha LEMAIRE, Christine BRONNEC, Adeline TOWNSEND, Charlotte NEUVILLE
FEHAP: David CAUSSE
FHF: René CAILLET
FHP: Elisabeth TOME-GERTHEINRICHS
FNEHAD: Eric GINESY – Anne DABADIE
Personne qualifiée : Professeur GIBELIN
SMPS: Olivier FALANGA
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
107
SNAM: Sadek BELOUCIF – Christophe SEGOUIN
SSA: Yves AUROY
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNICANCER : Hélène ESPEROU
UNIOPSS : Michèle ESTRAILLIER
UNR : François BOUE
UNSA : Willy KALB
A2.2.8 Compte-rendu de l’atelier : Prévention du 20 novembre 2013
SPTS - Relevé de conclusions - Atelier Prévention - 20 novembre 2013
Introduction
Bernadette DEVICTOR introduit la séance en indiquant que nous entamons la deuxième partie de la
réflexion sur le SPTS. L’approche retenue au sein des ateliers est thématique, permettant de partir
d’exemples de terrain et de voir en quoi le SPTS apporte potentiellement une plus value à l’existant.
Elle évoque la nécessaire clarification de la dénomination : « service public territorial de santé » ou
« service territorial de santé au public » et l’engagement autour de la promotion des valeurs du service
public. Elle souligne également le fait qu’il sera privilégié une approche ascendante, partant d’un
diagnostic partagé entre les acteurs et de leur volonté de s’organiser pour améliorer la réponse aux besoins
de santé de la population du territoire.
Ensuite, elle avance l’idée de l’élaboration d’un « contrat collectif » entre les opérateurs, avec une
régulation de l’ARS et des engagements des financeurs.
Bernadette DEVICTOR pose la question d’un ou plusieurs SPTS sur un territoire, en soulignant la
complexité qui pouvait résulter de la multiplicité. Elle souligne que la définition du territoire et de sa
délimitation devra être réfléchie en lien avec la volonté d’associer les collectivités territoriales.
Enfin, les échéances contraintes de calendrier sont rappelées, avec une inscription des dispositions
relatives au SPTS dans la loi de santé publique pour juin 2014.
Synthèse des interventions
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
108
 Présentation par Emmanuel RUSCH (PUPH au CHU de Tours - Président de la Fédération
Régionale des acteurs en promotion de la santé en région Centre) de la réflexion autour d’un
service public de la prévention
A titre liminaire, il est précisé que la réflexion de la région Centre sur la mise en place d’un service public
de prévention émane directement des acteurs de santé. La discussion sur la formulation définitive de
l’objectif de cette réflexion (« service public territorial de prévention ») est encore en cours.
Une présentation rapide de la région Centre est effectuée. La densité des professionnels de santé
(médecins et infirmières) est très faible au sein de cette région. En effet, elle occupe la dernière place, en
alternance, avec la Picardie.
Le souhait d’un service public de prévention est né de la Fédération régionale des acteurs en promotion de
la santé (FRAPS) qui a initié les premières réflexions. Elle rassemble 53 associations différentes. La
FRAPS a développé un pôle de compétences plurielles. De plus, la CRSA et l’ARS ont été saisies dès
l’initiation du projet (partenariat fort entre la Fédération et ses deux organisations). Le projet a été inscrit
dans le schéma régional de prévention de la région centre et au sein du projet triennal soumis à l’INPES.
La FRAPS partage trois préoccupations communes avec ses interlocuteurs :



Les ressources financières sont contraintes. Les budgets alloués à la prévention sont en baisse.
La recherche de la qualité et de l’efficience des actions de prévention est essentielle.
Il est nécessaire de réduire les inégalités sociales et territoriales de santé. Le faible nombre de
professionnels de santé entraîne de facto des déserts médicaux (ex : en Indre, où il n’y a pas de
diabétologue).
La FRAPS partage également quatre certitudes communes :




La prévention est une activité où il y a nécessairement un retour sur investissement (reprise des
travaux anglo-saxons).
L’approche par déterminants de santé et non par pathologies est privilégiée.
Le travail en « inter sectorialité » (sanitaire, social, médico-social) est fondamental.
La construction d’un service public de prévention se réalise au niveau local.
La réflexion menée par la FRAPS sur la construction d’un service public de prévention s’articule autour
des points/actions suivants :

La question d’un service de prévention « de référence » pour les populations éloignées du
territoire local est posée.
 Le choix entre un objectif d’égalité ou d’équité est évoqué. Deux options sont donc à envisager :
soit il est envisagé que toute la population d’un territoire bénéficie a minima d’un panier de
service, soit il est privilégié un raisonnement par rapport à des populations ciblées (vulnérables)
qui ont des besoins plus urgents.
 Les bénéficiaires de ce service de prévention sont la population mais également les professionnels
de santé qui sont qualifiés de « bénéficiaires intermédiaires ».
 Une réflexion est en cours sur l’impact financier de ce projet en termes de retour sur
investissement.
 La réalisation d’une cartographie des actions de prévention sur les territoires permet de mettre en
perspective les inégalités sociales et territoriales de santé.
 Le service public territorial de prévention est nécessairement en lien avec les volets prévention
des MPS et des contrats locaux de santé.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
109

L’accompagnement sur le « travailler ensemble » est fondamental car les acteurs sont parfois en
concurrence.
Synthèse des échanges avec la salle
Après avoir souligné l’intérêt pour cette réflexion autour d’un service public de prévention, Bernadette
DEVICTOR ouvre les débats.
 Prévention primaire et secondaire, individuelle et collective
La prévention primaire est essentielle car elle est réalisée dans les écoles maternelles et primaires, dès le
plus jeune âge. La prévention collective et la prévention individuelle doivent s’articuler dans le SPTS.
 Rôle des médecins de l’Education Nationale en matière de prévention
Il est souligné que l’école est au cœur des politiques de prévention. Une difficulté liée aux modalités de
gouvernance est avancée. En effet, la gouvernance émane du Ministère de l’Education nationale et les
médecins souhaiteraient travailler en étroite collaboration avec le Ministère de la santé. Il faut faire en
sorte que l’Ecole ne soit pas un bastion en dehors du système de santé.
Il a également été ajouté que la redéfinition et la connaissance des compétences de chaque professionnel
de santé au sein de l’Education nationale et à l’extérieur de celle-ci est indispensable pour construire un
réseau d’offres de professionnels adapté aux besoins en matière de prévention.
 Association des populations étudiantes aux travaux sur la prévention
La question de l’association de la population étudiante aux mesures de prévention a été posée. Les
services de l’enseignement supérieur ont un rôle important à jouer en matière de prévention.
 Soins de santé primaires et prévention – lien avec le SPTS
Il est souligné que les soins de santé primaires n’ont pas été abordés. L e médecin traitant, notion créée
en 2004, est le pivot de l’organisation des soins primaires.
Il est constaté un « morcellement »dans le soin (exemple des réseaux par pathologie), ce qui conduit à un
échec général car les patients ne sont pas intégrés dans les réseaux. Le SPTS doit avoir la capacité de
« prendre la responsabilité de l’ensemble de la santé ».
 Création d’un « mandat de santé publique » et lien avec les tutelles
L’idée de la création d’ « un mandat de santé publique » (idée initialement développée par Didier
TABUTEAU) a été avancée. Les acteurs du territoire sont destinataires du mandat par le biais d’un
contrat territorial. Le mandat est partagé entre tous les acteurs. Pour faire le lien entre tous les acteurs, les
tutelles doivent élaborer des projets locaux.
Le SPTS est donc une porte d’entrée pour développer ces liens. Le mandat correspond à une
responsabilité collective. Il est proposé que les autorités de tutelle définissent le mandat général et que les
acteurs s’en saisissent ; il faut faire le recensement des expertises existantes sur le territoire. Si une
carence est constatée, les acteurs doivent s’organiser pour intervenir en subsidiarité. Il est largement fait
référence à la question de la mutualisation des compétences.
 Association des acteurs du social et des médecins libéraux
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
110
Il est souligné le fait qu’il est impossible de concevoir un service de prévention sans y associer
étroitement les acteurs du social et les médecins libéraux.
 Unicité du SPTS
Les participants se prononcent en faveur d’un SPTS unique dont les thèmes se déclinent.
 Présentation de l’Ars Languedoc- Roussillon (Dominique KELLER – Directeur du pôle santé
publique) sur le panier de soins minimum en lien avec les contrats locaux de santé
Dans la mesure où le support de présentation est joint au relevé de conclusions, le relevé de conclusions
reprend uniquement les principaux points de cette intervention.
La réflexion de l’ARS est partie d’un constat général: au sein de la région Languedoc-Roussillon, il existe
une multiplicité d’acteurs, avec une couverture très inégale des actions de prévention. L’enjeu dans le
cadre de ces travaux est de mieux répondre aux besoins, d’augmenter le niveau de la qualité des actions,
de couvrir tout le territoire et de réduire les inégalités sociales et territoriales par le biais d’une offre
structurée sur le territoire. L’ARS a donc introduit la notion de « panier de services ».
 Définition de la notion de panier de services
Il s’agit de définir un ensemble de services « socle » comprenant, pour exemples, les soins médicaux de
base et la prévention organisée. L’idée est de mettre en place un « socle minimum » pour les
professionnels de santé et la population. Ce projet est porté de manière « inter institutionnelle » pour
faire le lien avec les collectivités locales (médico-social).
 Composition du panier de services (cf. diaporama)
Ce panier de services comporte 14 items.
Les services qui composent ce panier sont les suivants :








Prise en charge des addictions
Traitement du cancer
Santé mentale des jeunes
Nutrition
Vaccination,
Contraception
Tuberculose
HIV/Hépatite
Le panier de services a permis l’identification de thématiques « support » (éducation pour la santé, veille
et sécurité sanitaire, soins de premier recours) et de thématiques « transversales » (PRAPS, Périnatalité,
santé environnement).
 Stratégie de déploiement du panier de services
Il s’agit de passer d’une logique de juxtaposition d’offreurs à celle d’une approche globale couvrant tout
le champ de la santé. Il est donc nécessaire dans un premier temps de s’interroger sur le panorama de
l’offre existante. Puis, il est important de définir la limite du territoire. En l’espèce, le territoire est défini
par le bassin de vie, en lien avec le découpage politique (intercommunalités). Le pilotage est « mixte »
(ARS et Conseil Général) afin de permettre une articulation des politiques. Ce pilotage politique est
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
111
assuré avec l’exécutif de l’intercommunalité. Dans deux départements (Gars et Pyrénées Orientales), le
pilotage passe à trois.
Les usagers sont associés au diagnostic des besoins et dans la mise en œuvre concrète. Il est fondamental
de partir des attentes de la population. La prévention mobilise les crédits du 204 mais aussi du médicosocial (CSAPA, CAARUD).
Synthèse des échanges avec la salle
 Rôle de l’ARS et définition du territoire
Le « pilotage fort » par l’ARS de la démarche menée en Languedoc-Roussillon est souligné. Dans les
travaux sur le SPTS, il est envisagé une contractualisation entre les acteurs et l’ARS. La maîtrise d’œuvre
suffisamment forte de l’ARS afin de mener à bien les projets semble nécessaire.
L’intérêt de se calquer sur les territoires politiques afin de coordonner les différentes politiques est
confirmé.
 Contrat territorial
Le contrat territorial doit être établi autour du cahier des charges de la prévention sur le territoire. Cette
démarche contractuelle n’est pas utopique : institutions et acteurs ont fait la preuve de leur capacité à se
mettre d’accord notamment pour la PDSA.
 Coordination entre les acteurs
Les deux niveaux de coordination ont été développés : le niveau de coordination « primaire » et la
coordination territoriale d’appui (CTA). L’exemple a été pris avec le dispositif mis en place au sein de la
région de Beaune. La CTA est « sous la responsabilité » des professionnels de santé, au service des
acteurs de proximité qui manquent de moyens opérationnels pour organiser le parcours.
 Rôle des centres hospitaliers
Le rôle des CH est évoqué en matière de prévention tertiaire. L’idée selon laquelle les médecins
hospitaliers ne seraient pas intégrés dans la prévention est une idée reçue. Le problème est qu’il n’existe
pas à ce jour les modalités adéquates de financement.
 Recensement de l’offre et cartographie des compétences
Il est souligné l’importance de réaliser une cartographie de compétences afin de permettre aux acteurs de
mieux se connaître. Elle permet de rendre lisible l’offre de soins sur un territoire et de mettre en évidence
les zones où la densité de l’offre est faible. Cette cartographie doit être réalisée par l’ARS avec l’appui du
Conseil général.
 Lien avec la santé mentale
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
112
L’importance d’une sensibilisation du grand public aux problématiques de santé mentale pour « dé
stigmatiser » les personnes atteintes d’un trouble mental est évoquée. L’UNAFAM a souligné le fait qu’à
l’heure actuelle, 40% des personnes psychiatriques n’ont pas de médecin traitant déclaré.
 Rôle des systèmes d’informations
L’information est un point central en mettant les soins primaires au centre, avec un investissement dans
les nouveaux modes de communication.
 Rôle d’ingénierie
Il ressort des débats que l’ingénierie relève à la fois de l’ARS et des acteurs ; cette approche très
consensuelle devra trouver une traduction opérationnelle sur le terrain pour favoriser le développement du
SPTS.
Conclusion
Bernadette DEVICTOR conclut la séance en précisant que la réunion plénière du 17 décembre abordera
les thématiques transversales du SPTS (gouvernance, contrat, diagnostic partagé…etc.) sur lesquelles les
différents ateliers ont permis d’avancer.
Liste des participants
Présidente du groupe de travail : Bernadette DEVICTOR
ADESSA Domicile : Aurore ROCHETTE
ANEMF : Nicolas ROMAIN-SCELLE
ARS Languedoc-Roussillon : Dominique KELLER
CHU de TOURS : Emmanuel RUSCH
CISS: Daniel CARRE
CMH / IDEPP: Gérard MILLERET
CMH: Didier THEVENIN
DGOS : Charlotte NEUVILLE
DGS : Philippe LEBORGNE
FHF: Florence MARTEL
FNCS: Sabrina TANQUERAY
FMF: Patricia LEFEBURE
FNEHAD: Anne DABADIE
ISNAR-IMG: May FIANI
MG France : Claude LEICHER
SGCIH : Guillaume BLANCO
SML : Sophie BAUER
SNAM-HP : Jean-Pierre ESTERNI et Christophe SEGOUIN
SNAMSPEN : Patricia COLSON
SSA : Sonia MARESCA
SYNCASS-CFDT: Michel ROSENBLATT
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNSA Santé – Sociaux : Alain VIGNE
UNR : François BOUE
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
113
A2.2.9 Compte-rendu de l’atelier : Précarité du 27 novembre 2013
SPTS - Relevé de conclusions - Atelier Précarité - 27 novembre 2013
Introduction
Bernadette DEVICTOR a introduit la séance en rappelant les attributs du SPTS. Les acteurs du SPTS
doivent avant tout assurer la continuité des soins en se coordonnant ensemble. L’objectif principal du
SPTS est de « ne laisser personne en dehors du système de santé ».
Elle a également réaffirmé le principe de responsabilité populationnelle, concept structurant l’action
collective des acteurs. L’approche ascendante, privilégiant ainsi les initiatives des professionnels de
terrain, a été rappelée.
La séance a été rythmée par deux interventions avec la présentation de deux organisations en réseau.
Synthèse des deux interventions
1. Synthèse de la présentation du Réseau Santé Précarité par Mme ESTECAHANDY (DIHAL)
 Présentation générale du réseau
Le réseau santé précarité est implanté sur Toulouse, ville où des liens forts entre les différentes
institutions du territoire existaient avant sa création. Ainsi, la mise en place de celui-ci s’est faite de
manière très « partenariale ».
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
114
Ce réseau est né en 2003 et il a ensuite été repris par la municipalité mais sans financement propre. Il
regroupe une quinzaine de structures et a pour objectif d’assurer la coordination et l’accès aux soins des
personnes précaires. L’organisation en réseau permet un décloisonnement entre les acteurs et une
meilleure prise en charge globale des usagers.
Le réseau est en charge de plusieurs activités, telles que la formation pluridisciplinaire inter structures.
Des réunions d’échanges entre les acteurs ont lieu tous les mois. Des réunions de synthèse se déroulent
une fois tous les trimestres.
Les usagers sont impliqués au sein de ce réseau. A ce titre, l’association « Amitié Fraternité » joue un rôle
très actif. Ils s’appuient notamment sur le Conseil Consultatif Régional des Personnes Accueillies
(CCRPA).
 Le Rapport sur la santé des personnes « sans chez soi »
Ce rapport a permis d’identifier les principaux freins à l’accès aux droits des personnes en situation de
précarité. Le frein financier constitue le premier obstacle qui a été mis en avant dans cette réflexion. La
généralisation du tiers payant (généralisation pour 2017), identifié comme un « incontournable du
SPTS », peut ainsi permettre d’améliorer l’accès aux soins.
Ce rapport a également mis en avant les difficultés liées au repérage des personnes sans droits. Il a été
estimé qu’environ 15 à 20% des personnes en grande précarité pourraient bénéficier de la CMU. Il a été
souligné que le repérage n’est pas possible aux urgences car il n’existe pas d’indicateurs suffisamment
fiables (CMU, CMU-C, AME…) pour estimer le « non-recours » aux soins. La problématique du refus de
soins a également été évoquée.
L’existence de dispositifs spécifiques pour les personnes en situation de précarité leur permet d’accéder
aux soins. Le passage au droit commun, par le biais des « dispositifs passerelle » suscite donc un
accompagnement particulier et cela pourrait être un rôle du SPTS. Un point de vigilance relatif à la
question de la discrimination des personnes bénéficiant de dispositifs spécifiques a été soulevé.
 Les liens avec le SPTS
Dans cette présentation, le parallèle a été fait avec le SPTS sur plusieurs thématiques : le territoire, la
gouvernance, les outils et les modalités de financement.
Concernant le territoire, il serait intéressant de mettre en place d’une part une instance régionale avec un
pilotage de l’ARS pour assurer la coordination au niveau régional. D’autre part, il semble indispensable
d’avoir un « maillage fin » à l’échelle d’un territoire local pour assurer la coordination dite « de
proximité ».
Sur la gouvernance, il a été soulevé l’idée de laisser aux acteurs le soin de pouvoir faire remonter
l’existant. L’idée d’un contrat territorial incluant à la fois les élus et l’ARS a été avancée. L’implication
indispensable des usagers a été rappelée.
Par rapport aux outils, il serait nécessaire d’arriver à faire un repérage en amont des situations précaires
avec des indicateurs plus efficaces que ceux qui sont actuellement utilisés.
Concernant les modalités de financement, il s’agit en priorité de financer de la coordination entre acteurs.
Enfin, il a été souligné la nécessité de travailler en proximité avec les équipes mobiles généralistes et
spécialisées. Il semble nécessaire d’une part de clarifier leur rôle et de les développer d’autre part. Le
SPTS pourrait ainsi promouvoir ces deux actions.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
115
 Le diagnostic à « 360 degrés »
La méthode du diagnostic à 360 degrés a été présentée. Dans le cadre du plan annuel de lutte contre…, le
gouvernement a proposé de mettre en place des diagnostics territoriaux qui permettent de faire un
repérage large et partagé des personnes « sans chez soi ». Ce travail permet de « mettre autour de la
table » tous les acteurs avec une même problématique: les personnes à la rue. A ce jour, il a été précisé
qu’un peu moins de 10 régions (territoires « non tendus ») appliquent ce diagnostic.
Cette méthode de diagnostic pourrait ainsi être reprise au titre du SPTS, avec une montée en charge
progressive en partant, au départ, d’expérimentations sur quelques territoires.
Echanges avec la salle
 Sur la définition de la précarité
Il a été souligné le fait que la précarité ne visait pas uniquement les personnes à la rue. La précarisation
des aidants a également été avancée. La notion de précarité renvoie à une dimension éthique qui doit être
intégrée dans le SPTS.
 Sur la problématique du repérage
La question du repérage des situations est très importante avec un repérage nécessaire, en amont, par les
acteurs de proximité dans une optique de prévention. Les médecins généralistes jouent un rôle clé dans ce
repérage. Ces derniers ont souligné le manque d’interlocuteurs lorsqu’ils se trouvent confrontés à une
situation de précarité. Ainsi, il serait intéressant de créer une plateforme de réponse pour les acteurs
sanitaires avec réponse sociale, et vice-versa. Ce dispositif renvoie à l’idée d’une coordination plus étroite
entre le soin et le social.
De plus, il a été avancé que le repérage aux urgences par les infirmières d’accueil et d’orientation (IAO)
pouvait être l’une des solutions les plus adaptées. D’autres ont souligné l’impossibilité de réaliser « un
diagnostic social » aux urgences. En effet, il a été évoqué le rôle majeur de l’hôpital dans le repérage,
avec une articulation nécessaire avec les autres acteurs pour établir un travail conjoint.
 Sur les liens entre la précarité et la santé mentale
Le lien entre la précarité et la santé mentale a été souligné. Au niveau des centres médico-psychologiques
(CMP), des personnes dites « référentes » sont présentes et facilitent l’accès aux soins. Ces derniers ont
également mis en place des dispositifs d’alerte, notamment pour les personnes âgées, permettant une prise
en charge rapide. Il est également indispensable de s’articuler avec les CLIC et les réseaux
gérontologiques.
2. Synthèse de la présentation du Réseau Santé Solidarité Lille Métropole Mme LAZZARI et Mr
CAPLIER
Ce relevé de conclusions reprend uniquement les points essentiels de la présentation dans la mesure où le
support de présentation est joint au compte-rendu.
A l’appui des développements des intervenants, un film de présentation du réseau d’une vingtaine de
minutes a été diffusé en séance.
A titre liminaire, une rapide présentation du cadre légal a été faite. Les dispositions de l’Ordonnance
Juppé de 1996 ainsi que celle de la loi KOUCHNER de 2002 ont été rappelées. Cette dernière a été un
« tournant » pour les réseaux dans la mesure où elle a favorisé le développement de l’articulation des
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
116
partenaires et elle a permis d’ asseoir le financement. L’article L 6321-1 du Code de la Santé publique
définit l’objet des réseaux de santé.
Sur la définition de la précarité, l’approche sociologique a été présentée. La santé est souvent envisagée
comme une absence de maladie alors qu’elle recouvre un champ plus global. La population « précaire »
peut être très hétérogène : hommes et femmes à la rue, personnes confrontées aux accidents de la vie,
jeunes en errance, migrants...etc.)
Le réseau est né en 2005. Il existait avant cette année mais de manière plus informelle. Une charte
constitutive a été signée et les neuf membres fondateurs partagent des valeurs communes.
Une difficulté a été soulevée lors de la présentation concernant les financements du réseau. L’ARS avait
décidé d’enlever 10% du budget annuel alloué mais les membres du réseau ont réussi à réduire cette
baisse à 4%. Les
financements ne sont pas pérennes. Le CHR de Lille est bénéficiaire de la MIG
Précarité. L’ensemble de ces crédits alloués est reversé à l’association Médecins solidarité.
Synthèse des débats
 Sur le rôle de l’école dans le repérage des situations de précarité
Il a été souligné le rôle important des infirmières scolaires dans le repérage des situations de précarité
chez les enfants. L’école est le lieu de repérage de la précarité. Il a été également avancé le fait que le
système est « un peu isolé ». Il a été précisé que les médecins de l’Education Nationale sont formés au
diagnostic mais n’ont pas le droit de prescription.
 Sur le rôle des médecins libéraux dans la prise en charge des personnes précaires
Il a été évoqué que les médecins libéraux soignent et prennent en charge des patients précaires. Ces
derniers se heurtent au problème de l’ouverture des droits mais aussi à celui du suivi. Il a été souligné le
fait que la plupart de ces patients ne parlent pas de leur « détresse ». Selon le SML, la précarité est à
traiter « comme une maladie chronique ».
Les médecins libéraux sont également confrontés au problème du repérage. Ils sont à ce titre demandeurs
d’une ligne téléphonique fonctionnant 24h/24 qui permet à la fois l’ouverture des droits et l’accès à une
structure d’hébergement.
 Sur le territoire et les modalités de financement
La question de l’identification du territoire a été posée dans la mesure où il y existe plusieurs zonages
possibles. Il faut également faire une différence entre les territoires opérationnels et de concertation. Un
point de vigilance a été précisé concernant la multiplication des dispositifs sur les territoires. Il semble
indispensable de privilégier une réponse globale sur un territoire.
Concernant les financements, il a été avancé la nécessité de mettre en place des financements pluriannuels
s’inscrivant dans un projet global.
 Sur les outils de repérage à disposition des acteurs
Il a été avancé l’existence d’outils d’évaluation et de repérage tels que le « score épices » qui est un
questionnaire sur la précarité développé par l’IRDES. Tous les acteurs devraient être en mesure de
connaître les différents outils qui sont à leur disposition. Ainsi, l’idée de la création d’un répertoire de
recensement des acteurs de santé a été soutenue, avec la difficulté liée au cloisonnement.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
117
 Sur l’implication des CPAM
Il a été souligné la nécessité de mieux impliquer les caisses primaires d’assurance maladie afin de
permettre des ouvertures de droit en 48h, à partir du moment où les personnes ont des droits potentiels.
 Sur les liens avec la santé mentale
Le travail des équipes mobiles de précarité psychiatriques (EMPP) a été évoqué. Celles-ci vont « au
devant » des populations et essayent de les ramener vers le soin. L’importance des PASS psychiatriques a
également été rappelée.
 Sur la place des élus
Il est essentiel de restaurer la place des élus car ces derniers s’intéressent à la santé sur leur territoire. Il
est donc indispensable de les associer à la démarche du SPTS. L’un des vecteurs à utiliser pour le SPTS
pourrait être le conseil local de santé.
Conclusion
Bernadette DEVICTOR a rappelé que le SPTS « fixe un cap ». Il s’agit en effet d’en définir ses contours,
avec la promotion des valeurs du service public dans une dimension de responsabilité populationnelle.
Elle a rappelé que la démarche SPTS part du diagnostic partagé des besoins. Il n’est pas envisagé de
demander un service public minimum sur les territoires mais plutôt de définir des thématiques prioritaires
à la fois aux niveaux national et territorial.
Elle a également insisté sur le fait qu’il n’est pas souhaitable de prôner la multiplication des acteurs et la
juxtaposition des dispositifs. Il semble ainsi nécessaire de permettre l’identification des ressources et la
répartition des rôles de chacun.
Bernadette DEVICTOR a évoqué également le choix politique entre l’instauration d’un panier de service
ou permettre aux ARS de monter en charge sur des zones prioritaires
La question de la présence des usagers présents dans les instances de gouvernance a fait consensus. Le
lien entre le SPTS et les instances de la démocratie sanitaire est donc indispensable.
Bernadette DEVICTOR a conclu la séance en rappelant de date (17/12/13) et l’objet de la dernière
réunion plénière. Celle-ci aura pour objectif de finaliser la position du groupe de travail et de conclure la
mission.
Liste des participants
Présidente du groupe de travail : Bernadette DEVICTOR
ADESSA Domicile : Aurore ROCHETTE
ARS PACA : Paul CASTEL
CISS : Mathé TOULLIER – Claire GUIGNARD-HAMON
CNDCH : Didier HOELTGEN
CMH : François FRAISSE – Alain MERCUEL
DIHAL : Pascale ESTECAHANDY
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
118
DGOS : Christine BRONNEC - Charlotte NEUVILLE - Denise BAUER - Carole RUELLE
DGS : Philippe LEBORGNE
ISNAR-IMG: Julien POIMBOEUF – May FIANI
FEHAP : Laurent PERRAZZO
FHF : Florence MARTEL
FNCS : Céline LEGENDRE
FNEHAD : Anne DABADIE
MG France : Marie-Hélène CERTAIN – Bernard PLEDRAN
Réseau santé solidarité Lille Métropole : Marina LAZZARI et François CAPLIER
SML : Sophie BAUER
SSA : Sonia MARESCA
SNAMSPEN : Patricia COLSON
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNSA : Eric WETTLING
A2.2.10 Compte-rendu de la plénière du 17 décembre 2013
Relevé de conclusions – Réunion plénière finale du 17 décembre 2013 – STS
Introduction
Bernadette DEVICTOR rappelle que l’objet de cette dernière réunion plénière est la restitution des
travaux engagés depuis mi-septembre, dans le but de finaliser des recommandations à la Ministre sur la
création du service public territorial de santé. Celles-ci ont vocation à alimenter l’écriture de la loi de
santé 2014. Le rapport final sera remis à la Ministre en janvier 2014 et tiendra compte de toutes les
contributions, notamment écrites, des participants de ce groupe de travail.
Elle évoque également les débats autour de la dénomination en rappelant qu’il ne faut pas s’attacher au
terme lui-même qui n’est pas encore stabilisé, mais plutôt porter l’attention sur le contenu de la réforme.
Elle fait également un retour sur la méthode de travail retenue. Le choix a été fait de travailler à partir de
situations concrètes, dans une démarche « bottom up ». Il a été étudié le fonctionnement d’offres de
services et d’organisations professionnelles déjà en place et analysé en quoi le STS pourrait conforter ces
démarches et permettre l’émergence de nouveaux projets.
Synthèse de la présentation de Bernadette DEVICTOR
Ce relevé de conclusions reprend de manière synthétique les principaux points de l’exposé dans la mesure
où le support de présentation a été remis aux participants et sera également joint à l’envoi du compterendu.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
119
A titre liminaire, Bernadette DEVICTOR rappelle que l’origine de la réflexion sur le STS émane des
conclusions du rapport COUTY. Celui-ci préconise une approche large de coopération sur le territoire
dans un but d’amélioration de la réponse aux besoins de santé de la population.
Elle rappelle qu’il est « impossible de tout régler avec le STS » et qu’il est donc nécessaire d’avoir une
approche pragmatique. Elle indique que le STS ne doit pas venir complexifier le système : le STS ne doit
pas être un outil « en plus » mais il doit soutenir et/ou s’articuler avec l’existant. Elle rappelle la
méthodologie utilisée avec une première phase d’exploration et de construction d’une carte mentale au fur
et à mesure de l’avancée des travaux, présentée lors de la plénière de novembre, puis une deuxième phase
de consolidation sur les points essentiels.
La présentation de la synthèse des travaux porte sur les points suivants :

La définition du STS et l’approche retenue
Bernadette DEVICTOR énonce la définition du STS comme étant une offre de service(s) qui s’appuie sur
une organisation d’offreurs en santé portant les valeurs du service public (en particulier, accessibilité et
continuité). Elle décrit les différentes caractéristiques du STS : la continuité horaire et la continuité le
long du parcours, l’accessibilité géographique, tarifaire, en droits et pour tous quelles que soient leurs
situations, et les nécessaires exigences en terme de qualité et de pertinence.
Elle souligne que le STS s’inscrit dans une « approche territoriale populationnelle ». Celle-ci renvoie à
l’idée selon laquelle les acteurs de santé sont responsables collectivement, sur un territoire, de l’état de
santé de la population. Le STS n’intervient pas directement sur la coordination autour d’une personne,
mais met en place la coopération nécessaire entre les professionnels au niveau d’un territoire.
L’approche territoriale suppose la définition d’un territoire de projet, qui se situe à un niveau infra
territoire de santé tel qu’il a été conçu dans la loi HPST. La définition du territoire de projet doit être
souple pour qu’elle puisse s’adapter aux parcours des usagers et à l’organisation des acteurs. Les
modalités de découpage territorial peuvent donc être différentes selon les zones géographiques.
Bernadette DEVICTOR indique néanmoins que pour le groupe, il est apparu nécessaire d’inscrire, dès le
début, certains principes afin d’avoir une convergence à terme, notamment avec les territoires
administratifs pour éviter la multiplicité des découpages qui deviendrait vite ingérable tant pour les
acteurs que pour les institutions.

Le diagnostic partagé
Bernadette DEVICTOR précise que le diagnostic partagé des besoins constitue la première étape de la
démarche. Il est nécessaire de partir des besoins des usagers. Ce diagnostic est axé sur les problématiques
d’accessibilité et de continuité, mais aussi sur des priorités de santé publique. Bernadette DEVICTOR cite
en appui plusieurs exemples de thématiques possibles. Elle indique également que l’ANAP est en train de
construire une méthodologie de diagnostic partagé sur laquelle il serait intéressant de s’appuyer pour
généraliser les diagnostics sur les territoires. Les ARS se verront confier un rôle de cadrage et
d’orientation dans la conduite du diagnostic qui doit être partagé avec tous les acteurs.

Le projet local de santé
Bernadette DEVICTOR indique que c’est à partir du diagnostic des besoins que s’élabore le projet local
de santé. Au regard des éléments mis en avant par le diagnostic, les acteurs proposent un mode
d’organisation avec une répartition des rôles. L’idée d’un partage de la « responsabilité populationnelle »
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
120
entre les acteurs porteurs du projet est avancée. Ce principe, très développé au Québec, est déjà connu et
appliqué en France dans le secteur de la psychiatrie.

Le contrat territorial de santé (CTS)
Bernadette DEVICTOR indique que la traduction opérationnelle du projet se fait par le biais de la
conclusion d’un contrat territorial de santé entre les acteurs, les financeurs et l’ARS. Il prévoit les
engagements réciproques des acteurs, la traduction de la responsabilité populationnelle ainsi que les
modalités financières et de gouvernance. La dynamique qualité mise en œuvre sur le territoire doit
également être présente dans le contrat.
Bernadette DEVICTOR précise que le CTS est un contrat d’engagements réciproques entre acteurs alors
que le contrat local de santé (CLS), tel qu’il est prévu dans la loi HPST, est un contrat entre
décideurs/financeurs, qui n’inclut pas de facto les acteurs même s’ils ont la possibilité d’y être associés. Il
est clair que le contrat territorial de santé inclut ce volet d’accord entre financeurs, il ne remet donc pas en
cause les contrats locaux de santé déjà signés mais ajoute l’engagement réciproque des acteurs impliqués
dans la réalisation.

La gouvernance du STS
Bernadette DEVICTOR présente les modalités de gouvernance du STS : il est proposé la mise en place
d’un comité local de santé (niveau opérationnel) qui définirait les modalités d’organisation des
professionnels pour la prise en charge et l’orientation des usagers dans les parcours et d’un comité
territorial de santé (niveau stratégique) qui serait en charge, notamment, de la validation des projets des
acteurs, de leur suivi et de leur évaluation. Le comité territorial de relations avec les usagers, chargé de la
dynamique qualité sur le territoire, serait une commission de ce comité territorial.
Elle soumet l’idée de faire migrer les actuelles conférences de territoire vers les conseils territoriaux de
santé.
A l’appui de cette proposition, Bernadette DEVICTOR met en avant le fait que des dispositifs existants
(MAIA, PAERPA) développent des modes de gouvernance à deux niveaux. La question centrale est celle
du pilotage du projet qui doit être fort et légitime.
La gouvernance à deux niveaux peut paraitre « trop lourde » pour les acteurs. Il est clair qu’il ne faut pas
multiplier les instances de gouvernance dans un souci de lisibilité et de cohérence. Les pistes proposées
pourront donc être adaptées aux territoires.

Les modalités de financement
Bernadette DEVICTOR évoque la question des leviers financiers pour favoriser le développement du
STS. L’actuelle juxtaposition des financements (Etat, assurance maladie, conseils généraux, mutuelles,
caisses de retraite, collectivités locales, ....) entraîne une perte d’efficience. Elle précise néanmoins que
dans le contexte budgétaire actuel, le financement du STS devra principalement reposer sur du
redéploiement de crédits. Ainsi, les crédits disponibles devront être priorisés pour la mise en œuvre du
STS. L’idée d’une modélisation des financements pour le STS est avancée comme c’est déjà le cas dans
les expérimentations en cours (PAERPA, rémunération d’équipe).

Le rôle des ARS
Bernadette DEVICTOR précise la place et le rôle de l’ARS dans le STS qui a fait l’objet de nombreuses
attentes dans le cadre des travaux. Les ARS doivent avoir un rôle d’animation territoriale au sens fort. Les
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
121
ARS doivent avoir un rôle d’impulsion et de motivation des acteurs. Elles sont aussi le garant de la
pérennité des organisations, notamment lorsqu’un acteur fait défaut, et jouent un rôle de régulation si
nécessaire pour que chacun joue bien le rôle auquel il s’est engagé.

Les apports attendus du STS
Bernadette DEVICTOR indique en premier lieu que le STS permet un décloisonnement des secteurs
allant au-delà de ce qui a été promu par HPST. Le lien avec le secteur social est un enjeu majeur. Le STS
doit également promouvoir les valeurs du service public et s’orienter en priorité là où il y a des problèmes
d’accès à l’offre en santé. Il doit aussi promouvoir et sécuriser les coopérations, tout en favorisant la
diffusion des nouveaux outils.

La réintroduction du service public hospitalier (SPH)
Le dernier point de la présentation concerne le SPH et les modalités concrètes de sa réintroduction en
droit. Le SPH serait donc rétabli en « bloc de service » avec la suppression des 14 missions de service
public. Un lien avec les missions d’intérêt général est également prévu. Le SPH est un des acteurs du
STS. Les établissements contribuant au SPH ont une double obligation de coopération : entre eux au sein
du SPH et avec tous les acteurs participant aux SPTS dans lesquels ils sont parties prenantes.
Synthèse des débats
D’une manière générale, les intervenants ont exprimé leurs remerciements et ont félicité Bernadette
DEVICTOR pour la qualité de sa présentation, tant sur la forme que sur le fond. Ils soulignent la
difficulté de cette mission.
La synthèse des débats reprend les principaux points abordés par les participants.

Sur le changement de dénomination et les principes de service public
De très nombreux participants regrettent le changement de dénomination et la disparition du terme
« service public », qui pose question sur la réelle ambition du STS, bien que les obligations de service
public semblent maintenues dans la présentation qui a été faite. Certains soulèvent l’intérêt d’une
approche « service public ». De plus, le risque juridique d’un retrait du terme « public », tout en
conservant dans la définition certaines valeurs du service public, est soulevé. Bernadette DEVICTOR
précise que la dénomination n’est pas encore stabilisée et que l’option prise dans la présentation est de
promouvoir les valeurs du service public en dépit d’un changement de terminologie. Néanmoins, elle se
fera l’écho de la demande exprimée de maintien de la dénomination SPTS.

Sur la volonté de supprimer la loi HSPT
Certains intervenants ont manifesté leur souhait de voir abroger toutes les dispositions de la loi HPST.

Sur l’association et le rôle des élus et des usagers
La place des élus dans le STS a été mentionnée à plusieurs reprises. Leur rôle a été qualifié
« d’incontournable », à la fois dans les instances de gouvernance, mais également dans les politiques
médico-sociales et sociales. Leur place ne doit pas être cantonnée à celle de « simples financeurs ». Ils
doivent être reconnus en tant « qu’acteurs ». Une difficulté particulière liée au fait que la santé ne soit
qu’une compétence optionnelle des communes et non pas une compétence obligatoire a été soulevée ainsi
que le manque de compétences professionnelles qui en découle.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
122
Le rôle des associations d’usagers est également réaffirmé. La question de l’élaboration « d’un mode
d’emploi » pour les usagers a été évoquée car il y a beaucoup de ressources disponibles (ressources
informationnelles…) et les usagers sont souvent mal informés et mal orientés, ce qui renvoie au service
public d’information tel qu’annoncé dans la SNS.

Sur l’accessibilité financière
De nombreux participants estiment que l’accessibilité financière est « indispensable » si la démarche reste
fondée sur les valeurs du service public. Le principe du reste à charge accessible et la généralisation du
tiers-payant ont été cités en exemple. Il est souligné que les dépassements d’honoraires tant en ville qu’à
l’hôpital sont en contradiction avec l’accessibilité financière.

Sur la lisibilité du dispositif
Afin de s’assurer de la lisibilité du STS, certains intervenants ont posé la question de la création d’une
structure juridique pour l’organisation (GCS, association). De plus, il n’est pas question d’aborder le STS
par pathologie car cela serait trop compliqué à mettre en œuvre. Bernadette DEVICTOR indique que le
groupe a pris conscience de l’impossibilité de multiplier les STS et de la nécessité de concevoir un seul
STS sur un territoire mais pouvant traiter de un ou plusieurs thèmes selon les besoins.
Aussi, plusieurs intervenants ont mis en évidence le risque de concevoir une « usine à gaz » et ont ainsi
demandé la plus grande vigilance afin de prévenir une complexification supplémentaire du système
global. Certains, peu nombreux, ont également exprimé des doutes sur la réelle plus value de ce nouveau
dispositif.

Sur la responsabilité populationnelle
L’introduction du principe de responsabilité populationnelle est saluée par certains intervenants qui
qualifient cette approche de « vraie innovation » et « d’avancée importante ». Toutefois, l’application de
ce concept nécessite un accompagnement et une mesure de ses conséquences réelles pour les acteurs.

Sur le lien avec les soins primaires
Le lien avec les soins primaires réalisés par les médecins généralistes de ville a été fait. L’articulation
entre les acteurs du monde libéral et les institutionnels (hôpital notamment) semble indispensable pour
garantir la réussite du STS.

Sur la prise en compte de l’existant
Certains soulignent la nécessaire prise en compte des travaux des ARS et de ce qu’il se fait sur le terrain,
en particulier pour la construction des communautés hospitalières de territoires (CHT). Bernadette
DEVICTOR indique que l’approche retenue pour la mise en place du STS s’appuie sur les modes de
coopération déjà existants. L’idée est de dégager un principe fédérateur pour toutes les initiatives en cours
et de limiter la dispersion potentielle (multiplication d’expérimentations thématiques par exemple).
En ce qui concerne les coopérations hospitalières au sein du SPH, il est souligné qu’elles ne passent pas
toutes nécessairement par des CHT et que les conventions inter établissements sont parfois les réponses
appropriées. Le SPTS et le SPH rénovés viennent insister sur le fait que les réorganisations se font dans
l’objectif d’améliorer le service rendu à l’usager.
 Sur le rôle des commissions régionales paritaires (CRP)
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
123
Il a été regretté que les CRP n’aient pas été évoquées dans la présentation de la synthèse des travaux. Les
CRP sont « un lieu de dialogue démocratique » où sont évoqués les éventuels dysfonctionnements. Elles
pourraient être utilement sollicitées dans le cadre de la pérennisation des coopérations entre les acteurs.

Sur les modalités de financement
Les nouveaux modes de financement (ENMR, rémunération au forfait) ont été évoqués et certains ont
souligné leur intérêt. Certains intervenants expriment leur crainte d’une superposition des financements et
évoquent les difficultés liées à leur répartition entre les acteurs. Les principaux coûts du STS sont ceux
relatifs au temps de coordination.
Plusieurs participants expriment fortement leur désaccord avec un simple redéploiement de crédits car
cela risque de minimiser l’impact réel de la réforme.

Sur le rôle des ARS
La question du rôle des ARS dans le pilotage du STS a été soulevée à plusieurs reprises. Certains
indiquent que l’animation territoriale n’est pas le cœur de métier des ARS et qu’il serait essentiel de
renforcer leurs moyens pour développer cette compétence (formations indispensables). De plus, la
question du rôle régulateur de l’ARS dans le STS a été posée, en lien avec la réflexion autour de
l’application d’un pouvoir de contrainte si un acteur ne respecte pas les engagements contractuels pris au
titre du STS.

Sur la contractualisation
L’idée de la création d’un nouveau contrat, le contrat territorial de santé, entre les acteurs et avec l’ARS
est acceptée. Certains intervenants font le parallèle avec le contrat local de santé (mis en place par la loi
HPST) qui peut servir de base de départ pour le STS. Bernadette DEVICTOR rappelle que le CLS est une
contractualisation entre financeurs, et représente un des volets du contrat territorial de santé qui inclut un
contrat entre les acteurs et avec l’ARS.

Sur la gouvernance
Certains soulignent leur crainte de voir s’ajouter une « nouvelle couche » dans l’organisation actuelle
avec la création des conseils local et territorial de santé. La question du pilotage de ces deux instances de
gouvernance est également posée.
Bernadette DEVICTOR précise que le conseil stratégique au niveau territorial peut soutenir les conseils
opérationnels de proximité, il n’y a pas nécessairement les deux niveaux sur chaque territoire ; en
revanche, il parait indispensable de créer une structure opérationnelle où tous les acteurs concernés se
rencontrent au niveau du territoire de proximité. Au niveau du conseil stratégique, ce sont les
représentants des acteurs qui siègent.
Le pilotage du conseil stratégique parait revenir à l’ARS. Au niveau des territoires de proximité, le
pilotage peut relever d’un acteur de proximité, sous réserve qu’il soit reconnu par les acteurs du territoire
et donc en mesure d’assurer un pilotage fort.

Sur l’organisation du premier recours
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
124
Quelques participants posent la question du lien avec la « révolution du premier recours ».
Bernadette DEVICTOR indique que le développement du STS nécessite une organisation structurée de
l’offre de premier recours. Le rôle des centres de santé a été réaffirmé.

Sur les liens avec la prévention et la santé publique
Quelques participants indiquent que la prévention mérite la mise en place d’une organisation spécifique
car c’est un enjeu de santé publique. D’autres demandent « l’ancrage institutionnel » des activités de
santé publique. Le rôle majeur des PMI est rappelé en termes de soins de santé préventifs de premier
recours ouverts à tous les enfants et toutes les familles.

Sur les liens avec les secteurs médico-social et social
Plusieurs intervenants indiquent que le STS est « l’occasion unique » de renouer des liens entre les
secteurs sanitaire, médico-social et social. Un participant évoque l’idée d’englober le champ du social
dans le SPTS. Bernadette DEVICTOR considère que le lien avec le secteur social est inscrit dans le STS,
mais que le STS n’englobe pas tout le social comme il n’englobe pas d’ailleurs d’emblée toute la santé,
cela risquerait de le rendre difficilement gérable. Il se construit progressivement en fonction des besoins
des territoires et avec tous les acteurs concernés.

Sur l’opportunité d’une expérimentation
Quelques intervenants évoquent l’idée d’expérimenter le dispositif STS et de faire un bilan au bout d’une
année. Bernadette DEVICTOR évoque d’une part, la maturité des acteurs à l’égard du STS et d’autre part,
le sentiment de « lassitude » des professionnels devant les expérimentations. L’inscription du STS dans la
loi pallie ce sentiment d’insécurité et de fragilité des expérimentations. Mais le suivi et l’évaluation de la
mise en œuvre des STS sur les territoires sont essentiels pour réorienter si nécessaire les déploiements.

Sur les « obstacles » existants
D’une manière générale, plusieurs « obstacles » ou « éléments de blocage » ont été soulevés comme le
bicéphalisme entre l’assurance maladie et l’Etat, le numerus clausus et la baisse de la démographie
médicale. Bernadette DEVICTOR précise qu’elle a conscience de ces blocages mais que le STS n’a pas
vocation à régler tous les problèmes du système de santé.

Sur le service public hospitalier
La FHF a indiqué qu’elle se satisfaisait de la réintroduction du SPH mais qu’elle porterait une attention
particulière à ses modalités d’application, notamment concernant le lien avec les missions d’intérêt
général.

Sur le risque d’accroissement des inégalités entre les régions
Plusieurs intervenants évoquent le risque d’application et de mobilisation différente d’une région à une
autre pour le STS. Ainsi, cela peut entraîner un accroissement des inégalités interrégionales.
Conclusion
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
125
Bernadette DEVICTOR indique qu’elle remettra son rapport dans le courant du mois de janvier. Elle
présentera les éléments consensuels qui se sont dégagés des travaux et de cette réunion plénière tout en
faisant état des positions différenciées exprimées.
Elle précise qu’elle a bien entendu les craintes formulées par les intervenants de voir cette réforme vidée
de son sens si elle n’est pas soutenue par une réelle volonté politique, notamment en ce qui concerne la
notion de service public, la volonté de déploiement ainsi que les modalités de financement.
Elle ajoute qu’elle souhaite que son rapport ne soit pas « mécano-organisationnel », mais plutôt orienté
vers la réponse aux besoins des usagers. Toutes les contributions transmises par les participants seront
annexées au rapport.
Elle remercie les participants du travail réalisé en commun au cours de ces trois derniers mois.
Liste des présents :
Présidente : Bernadette DEVICTOR
ADESM : Gilles MOULLEC
ADESSADOMICILE : Aurore ROCHETTE
ANEMF : Nicolas ROMAIN-SCELLES
CFDT : Nathalie CANIEUX
CISS : Nicolas BRUN, Sylvain FERNDEZ-CURIEL, Daniel CARRE
CME de CHU : Jean-Pierre CANARELLI
CME de CH : Dr Pascal FORTIER
Conférence Nationale des Présidents de CME de CHS : Dr Agnès METTON
CMH : Jean-Gérard GOBERT
DGOS : Samuel PRATMARTY, Bernard LAURENT, Adeline TOWNSEND, Cécile BEHAGHEL,
Charlotte NEUVILLE
DIHAL : Pascale ESTECAHANDY
FEHAP : David CAUSSE
FHF: René CAILLET
FHP: Elisabeth TOME-GERTHEINRICHS
FMF : Dr LEVEBURE
FNCS : Hélène COLOMBANI
FNEHAD : Eric GINESY, Anne DABADIE
INPH : Jean-Michel BADET
ISNAR-IMG : Elodie HERNANDEZ
MG France : Marie-Hélène CERTAIN
Mutualité Française : Sylvie GUERIN
SG : Marie-Claude HITTINGER
SMPS: Christophe GAUTIER
SNAM-HP: Sadek BELOUCIF
SNIIL : John PINTE
SOS Médecins : Dr GUERIN
SSA : Yves AUROY
SYNCASS-CFDT : Michel ROSENBLATT
UNA : Line LARTIGUE
UNAFAM : Jean-Claude MATHA
UNICANCER : Hélène ESPEROU
URIOPSS IDF : Michèle ESTRAILLIER
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
126
UNR : François BOUE
UNSA : Karine ROGER
SNMPMI : Dr Elisabeth JUDE-LAFITTE
Personnalités qualifiées :
- Pierre ALEGOET
- André GRIMALDI
- Professeur GIBELIN
A3. RENCONTRES & ENTRETIENS
M. Paul CASTEL, directeur général de l’ARS PACA,
M. Claude EVIN, directeur général de l’ARS Ile de France,
Mme Sabine FOURCADE, directrice de la DGCS,
Pr MC HARDY BAYLE,
Mme Elisabeth HUBERT, présidente de la FNEHAD,
Mme Marie Dominique LUSSIER, ANAP,
M. Gérard MICK, président de l’UNRS
M. ROSENBLATT,
Mme Claire SCOTTON, chef de projet PAERPA,
M. Frédéric VAN ROCKENGHEM, directeur de la CNAMTS,
M. Michel VERMOREL, directeur HGA de l’ARS Rhône Alpes.
A4. CONTRIBUTIONS ECRITES
-
ADESM
ANEMF
Centre de Santé Hospitalo-Universitaire APHM
Conférence nationale des Présidents de CME des CHS, Dr Muller
FEHAP
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
127
-
FFMPS
FHP fédération de l’hospitalisation privée
FNARS (contribution conjointe avec UNIOPSS)
FNCS Fédération Nationale des Centres de Santé
FNEHAD
Pr Gibelin sur urgences
SNIIL syndicat national des infirmières et infirmiers libéraux
SNMPMI Syndicat national des médecins de Protection Maternelle et Infantile
SOS Médecins
UNICANCER Fédération Nationale de Centre de lutte contre le Cancer
UNAFAM
UNICANCER
UNIOPSS (contribution conjointe avec la FNARS)
UNR
A4.1 Contribution écrite de l’ADESM
Groupe de Travail sur le Service Public Hospitalier & le Service Public Territorial
de Santé
Contribution de l’ADESM (Association des Etablissements assurant le Service
Public de Santé Mentale)
Au moment où se déroulent les travaux pour préparer la rénovation du Service public hospitalier
et la mise en place du Service public territorial de santé, les établissements publics et privés
assurant la prise en charge en santé mentale se trouvent dans une situation paradoxale : leurs
activités ont fortement subi l’impact de la loi HPST réduisant leurs missions de service public à
la seule prise en charge des soins sans consentement ; en outre, alors que leur organisation
repose très largement sur la sectorisation, les établissements constatent que « supprimés par
l’ordonnance de 2010 en tant qu’unité territoriale de planification sanitaire, les secteurs
perdurent a minima dans l’organisation interne de l’hôpital sans support juridique » (rapport de
la Cour des comptes relatif aux effets du Plan Psychiatrie et Santé Mentale). D’un autre côté,
l’appel de la société aux professionnels de la santé mentale n’a fait que se renforcer ces
dernières années, élargissant ainsi progressivement le champ d’intervention de ces
établissements pour les faire passer de la psychiatrie, en tant que spécialité médicale soignant
les maladies mentales, à une prise en compte beaucoup plus large de la santé mentale dans
l’ensemble de ses dimensions sanitaires, sociales et citoyennes.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
128
Les établissements publics et privés assurant le service public de santé mentale sont donc
concernés au premier chef par la rénovation du Service public hospitalier ; ils trouvent dans les
orientations du Service public territorial de santé en devenir, à la fois un outil de consolidation
de leur mode actuel d’intervention dans la cité et un écho du bien fondé de leur approche
élargie des besoins de la population. Là où il a trouvé à exprimer pleinement sa logique
soignante, le secteur psychiatrique a contribué à développer la notion de parcours de soins au
profit des patients pris en charge. Il a ainsi largement amorcé l’ « intégration des soins » que la
Stratégie nationale de santé appelle de ses vœux. En santé mentale, c’est bien « autour de
l’amélioration de la qualité des parcours de soins, en portant prioritairement l’attention aux
situations complexes pour lesquelles il y a le plus d’évidence de non qualité, que (…) se situe
aujourd’hui un des gisements décisifs de qualité soignante et d’efficacité économique de notre
système de santé. » (Rapport HCAAM du 22 mars 2012, cité dans le Projet Global pour la
Stratégie Nationale de Santé juin 2013).
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
129
L’impact de la maladie mentale dans la population, le niveau de dépenses publiques dont ces
pathologies sont la source et les incertitudes actuelles de la politique nationale en santé
mentale nécessitent une prise en compte, au sein de la future Loi de santé publique à paraître
en 2014, des aspects spécifiques de la psychiatrie ; ces aspects justifient qu’on en marque
certaines particularités, tout en envisageant leur rattachement à un dispositif commun. La prise
en charge en santé mentale, c’est en particulier :
-
-
La distinction à établir entre une demande de prise en charge pas toujours
formulée et le besoin réel de la population,
L’importance de « l’aller vers » et son corollaire de la vigilance accrue vis-à-vis
de certaines situations à risques,
Le lien des activités en santé mentale avec l’exercice des libertés publiques par
le patient en tant que citoyen, -L’importance des situations d’exclusion et de
précarité,
La nécessité mais aussi la difficulté d’impliquer les usagers, leur famille et leurs
représentants.
1. Le service public hospitalier rénové en matière de santé mentale
L’ADESM partage les orientations du rapport sur le pacte de confiance, présenté par Edouard
COUTY : c’est bien « l’ensemble de l’activité de soins qui est couverte par les obligations de
service public et qui doit être incluse dans le service public ». L’ADESM se reconnait dans les
termes de service public hospitalier comme « colonne vertébrale » de la santé publique sur un
territoire, ainsi que dans la notion de « mandat territorial » au profit des établissements du
service public.
En ce qui concerne la santé mentale, l’ADESM souligne :
- Le rôle historiquement partagé des hôpitaux publics et des ESPIC, et leur
commune vocation à assurer le service public de santé mentale,
- La nécessité de ne pas cantonner le Service public hospitalier aux soins sans
consentement même avec l’ajout de leur dimension ambulatoire ; une approche
restrictive, outre qu’elle méconnait le fait que les pratiques soignantes ne sont
pas liées aux modalités juridiques de la présence du patient dans
l’établissement, induit un effet de stigmatisation des établissements en réduisant
leurs missions de santé publique à un type minoritaire de prise en charge,
- A travers le dispositif de la sectorisation, les établissements de santé mentale
assurent une mission de soins de premier recours telle que la définit l’article
L1411-11 du Code de la santé publique :
1 La prévention, le dépistage, le diagnostic, le traitement et le suivi des
patients
2 La dispensation et l’administration des médicaments, produits et
dispositifs médicaux ainsi que le conseil pharmaceutique
3 L’orientation dans le système de soins et le secteur médico-social
4 L’éducation pour la santé
Cette activité fait partie du service public hospitalier à rénover ; il convient de lui redonner
une assise officielle dans la législation.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
130
Cette activité de premier recours a vocation à s’intégrer dans le service public territorial de
santé, le secteur étant maintenant conçu, non plus dans une approche totale (le secteur peut
tout faire) mais dans une approche rénovée d’articulation avec les autres acteurs sanitaires,
médico-sociaux et sociaux. Sur le volet santé mentale, la responsabilité des établissements du
Service public hospitalier pour la promotion du Service public territorial de santé est
particulièrement forte. La notion de parcours de soins leur est familière ; il leur appartient donc
de jouer un rôle moteur dans une approche plus large vers le parcours de santé du patient. Il
parait donc souhaitable que les établissements du Service public hospitalier se voient confier,
au titre de leurs obligations de service public transcrites notamment dans le contrat pluriannuel
d’objectifs et de moyens, un rôle moteur dans la promotion du SPTS, assorti éventuellement
d’un portage de crédits au profit de l’ensemble des partenaires de celui-ci.
-
Les missions et les obligations confiées aux établissements du Service public
hospitalier ne pourront trouver à s’exercer dans la clarté que si la réforme du
financement des activités de santé mentale, annoncée depuis de nombreuses
années, aboutit enfin.
Les travaux du pacte de confiance ont conclu à l’inadaptation de la tarification à l’activité
dans le domaine des maladies chroniques ; il est urgent de conclure les travaux relatifs à la
valorisation de l’activité en psychiatrie en prenant en compte les travaux en cours sur le
financement du parcours de santé. A cet égard, le parcours de la personne âgée
dépendante n’est pas sans analogie avec celui de l’usager en santé mentale.
Si, en l’état actuel du dispositif, l’accessibilité financière aux soins en santé mentale est
assurée, il y aura lieu de clarifier la question de la facturation des consultations en CMP.
- Compte tenu de l’hétérogénéité du contenu des activités et de la dispersion des
coûts qui en résulte, il est indispensable que cette réforme du financement
s’appuie sur une clarification des activités de psychiatrie : organisation des
urgences psychiatriques, centres de crise, hospitalisation à domicile, hôpitaux de
jour/CATTP, etc…
2. La santé mentale dans le Service public territorial de santé
Pour les établissements assurant le Service public de santé mentale, la mise en place du
Service public territorial de santé constitue une innovation majeure, permettant d’étendre à
l’ensemble du domaine de la santé et d’officialiser le travail réalisé de longue date dans le
domaine de la santé mentale en faveur d’un partenariat de réseau à partir du secteur
psychiatrique. L’ADESM partage l’idée, portée par la Stratégie Nationale de Santé, que l’effort
majeur doit porter sur la prise en charge de proximité. La guérison n’est pas le seul objectif : «
le plus grand défi de la médecine aujourd’hui est de trouver le bon chemin pour que le prendre
soin reste central, c'est-à-dire le traitement et la prise en charge de l’environnement de la
personne malade et non de la seule maladie » (projet global par la Stratégie Nationale de Santé
– juin 2013)
2.1 Principes généraux du SPTS :
- Un cadre souple et évolutif qui valorise les initiatives existantes tout en assurant un minimum
de services, -Un pilotage déconcentré au niveau des ARS, avec pouvoir de décision notamment
quant à la fongibilité des enveloppes,
- Un SPTS coordonnateur et déclencheur de financements (« instrument financier d’une
démarche professionnelle »),
- Un SPTS assurant une mission globale d’accompagnement, avec un volet santé mentale que
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
131
l’on retrouve aussi dans les outils (volet santé mentale du contrat territorial de santé). Dans ce
volet, une attention soutenue est portée à la coordination sanitaire, médico-sociale et sociale
(notamment quant à la problématique du logement), à « l’aller vers », à la gestion de la crise et
aux risques de rupture du parcours. Ce volet s’intègre bien sûr dans l’organisation générale du
parcours global de santé.
2.2 Populations cibles :
La notion de responsabilité populationnelle est particulièrement prégnante en santé mentale visà-vis des personnes souffrant de troubles psychiques, reconnues ou non comme personnes
handicapées. L’articulation du trouble psychique avec le handicap psychique permet de faire le
lien au niveau de l’individu entre le sanitaire et le médico-social. La forte implication des
usagers, des familles et de leurs associations doit permettre de s’appuyer sur les compétences
de la personne malade tout en renforçant la dimension citoyenne des prises en charge et en
assurant le soutien aux aidants. Cette dimension concerne tant le Service public hospitalier (par
exemple en associant les représentants des usagers au Directoire des établissements publics)
que pour le SPTS (notamment avec la participation des usagers à la gouvernance, la création
de structures telles que la maison des usagers en santé mentale dans la cité proposée par la
MGEN à Lille et le développement des groupes d’entraide mutuelle).
2.3 Territoires :
Il doit être adapté en fonction du contexte : par exemple, le milieu rural peu peuplé est à
distinguer de la grande ville paupérisée, qui appelle un SPTS spécifiquement organisé et une
gouvernance différenciée. Les débats lors des ateliers ont laissé apparaître une absence de
prédéfinition du territoire du SPTS qui deviendrait ad hoc, c'est-à-dire plutôt une zone de
desserte que les professionnels définiraient en fonction de leur projet de SPTS, par différence
par rapport au terme de territoire qui renvoie à la planification ; en santé mentale et compte tenu
de la territorialisation historique du secteur, l’idée de territoire prédéfini est à maintenir pour le
SPTS.
En conséquence, 2 niveaux sont à distinguer:
- le volet santé mentale du SPTS ne peut rester sans reconnaître de nouveau officiellement le
secteur en tant que 1er niveau, correspondant aux soins de 1er recours. Il est à noter que
lorsque le 1er recours est évoqué en lien avec l'article du CSP issu de la loi HPST, on fait
toujours référence à la médecine de ville, jamais à la sectorisation psychiatrique. Le secteur
"rénové" est le lieu de ce que les dispositifs de prise en charge des personnes en perte
d'autonomie appellent la "coordination clinique de proximité"; celle-ci doit associer le psychiatre
de secteur et le médecin de ville, afin de sortir de la concurrence de fait qu'ils se livrent pour la
prise en charge de la maladie mentale (d'où les reproches en miroir de recours trop tardif au
spécialiste et de confiscation du patient par ce même spécialiste). Mais le secteur, s'il est le lieu
du soin, n'est pas le lieu de l'organisation du soin du fait de sa taille insuffisante, notamment
dans les villes importantes.
- un niveau doit apparaitre pour organiser et coordonner les acteurs du sanitaire, du médicosocial et du social; ce niveau correspond à la notion de "coordination territoriale d'appui". C'est
le niveau de la grande ville ou du département, avec une gouvernance distinguant les
régulateurs et les effecteurs, le pilotage et l'opérationnel. C’est ainsi que sur un grand territoire
urbain, celui de la ville de Marseille, se met en place un pilotage à travers un conseil local de
santé mentale (COSM : élus, EPSM, ARS, DDCS, usagers) et deux niveaux opérationnels, l’un
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
132
sanitaire et médico-social, l’autre social avec un GCSMS axé sur le logement.
2.4 Le « label » SPTS :
La question a été posée de savoir s’il faut un « SPTS minimum ». Dans le domaine de la santé
mentale, si on veut favoriser l'accès aux soins et la continuité de la prise en charge, la réponse
doit être positive. L'idée pourrait alors être de considérer le SPTS comme un label, octroyé par
l'ARS et ouvrant droit à des financements; les établissements du Service public hospitalier
seraient pilotes pour sa mise en place. Plusieurs niveaux de label pourraient être prévus en
santé mentale: -niveau 1: respect des grands principes du service public (neutralité,
adaptabilité, continuité, égalité)
 Organisation de base avec le secteur psychiatrique assurant
 La coordination clinique
 Dispositif assurant :

l'articulation secteur / médecine de ville

les soins sans consentement

les soins somatiques

les urgences, la PDS en psychiatrie et le lien avec le centre 15

le lien sanitaire / médico-social

les outils souples de coordination (convention multilatérale, établissement
chargé de porter les crédits fléchés, une gouvernance sans personnalité
morale impliquant les élus et les usagers) Ce niveau 1 serait obligatoire; les
établissements du SPH seraient chargés, au titre de leurs obligations de
service public, de coordonner à son déploiement. Ce niveau peut trouver son
articulation avec le « panier de soins », socle minimum de services à la
population dans le domaine de la prévention, tel qu’évoqué dans l’atelier
consacré à la prévention.
-niveau 2: = niveau 1 + renforcement de la coordination des acteurs et de la gouvernance, avec
ajout d'objectifs de santé publique, soit:
 conseil local (ou départemental) de santé mentale
 impliquant fortement les élus et les usagers (ce conseil peut
 s’intégrer dans un conseil local de santé à vocation globale)
 rédaction d'une charte, reprenant notamment les 6 principes
 transversaux du plan de santé mentale de l’OMS
 équipe de suivi dédiée de l'ARS
 désignation de référents du parcours de santé pour les
 handicapés psychiques
 objectifs dans les domaines de la précarité, du logement, de
 la gestion de la crise et des situations à risque et/ou
 complexes, de l'éducation thérapeutique.
Ce niveau 2 correspond plus aux départements fortement urbanisés et aux grandes villes; la
labellisation permettrait au CLSM (ou CDSM) de coordonner, sans les gérer lui-même, des
financements issus du sanitaire, de la politique de la ville, du médico-social et du social. La
simplification annoncée des outils de la politique de la ville pourra faciliter cette synergie des
financements.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
133
A4.2 Contribution écrite de l’ANEMF
Coordination de l’offre de soins ambulatoire
Contribution de l’Association Nationale des Étudiants en Médecine de France
(ANEMF), dans le cadre de la mission sur le Service Public Territorial de Santé
Introduction
Il a été évoqué lors de l’atelier “Offre de soins de proximité” la pertinence d’une organisation
coordonnée avec tous les acteurs de l’offre de soins au niveau régional de la mise en place des
SPTS afin de faciliter le travail d’incitation et d’accompagnement des Agences Régionales de
Santé dans la mise en place des équipes de soins sur les territoires. Cette contribution vise à
proposer un modèle type d’organisation de cette commission au sein des ARS, en termes de
moyens, de cadrage, et de composition, pour répondre au mieux aux attentes des acteurs de
l’offre de soins sur le territoire ainsi qu’aux besoins de la population.
Cette commission, proposée dans cette contribution, à également la volonté de
permettre une continuité entre formation des professionnels et exercice des professions de
santé, les deux volets étant très intégrés en France via la formation clinique et pratique précoce
des étudiants en santé et l’implication grandissante du monde ambulatoire dans la formation
des jeunes professionnels.
Rôles de la commission
Les rôles et composition proposés de cette commission de coordination des professionnels de
santé ambulatoires se fondent sur quelques constats partagés par l’ensemble des acteurs de
santé ambulatoires.
Quel que soit le niveau de gouvernance, ou les sujets abordés, le simple fait d’asseoir
autour d’une table toutes les catégories de personnes concernées permet de faciliter la
coopération de chacun des acteurs. Cela permet de mettre en évidence les problématiques
particulières de chaque groupe représenté, et de donner un outil efficace et favorisant
l’émulation permettant d’arriver à des solutions conjointement établies aux points de blocage
soulevés, acceptés par tous. Ce travail collaboratif ne peut que faciliter l’articulation entre les
différents groupes de professionnels concernés, en leur accordant une certaine reconnaissance
via leur implication.
De plus, on relève trop souvent au sein du monde universitaire ou sanitaire le manque
d’intérêt des jeunes professionnels de santé, notamment médicaux, pour l’exercice ambulatoire
: 9,8%1 seulement des nouveaux médecins font le choix de l’installation à la fin de leurs études.
Les conséquences sont pourtant identifiées : un crucial manque de connaissance et de visibilité
sur l’exercice en milieu libéral à l’issue des études suite à un cursus hospitalo-universitaire
extrêmement fort.
La commission proposée dans ce document a donc plusieurs vocations :
● Assurer l’implication de tous les acteurs de l’offre de soins ambulatoire dans la gestion
régionale de l’accès aux soins des populations,
● Donner aux Agences Régionales de Santé et leurs services impliqués dans la gestion et la
coordination de l’offre de soins un outil opérationnel pour considérer les problématiques de
chaque acteur sur le terrain,
● Offrir aux interlocuteurs concernés un lieu de rencontre privilégié, et faciliter les échanges
directs entre représentants des professionnels de santé et des étudiants,
● Permettre une articulation plus fine de la formation des professionnels avec les besoins de
santé des populations, en assurant une meilleure ouverture du milieu de santé ambulatoire aux
étudiants.
1 Atlas de la démographie médicale en France, 2013, Conseil National de l’Ordre des Médecins
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
134
Quelle place pour cette commission au sein de la gouvernance
régionale en santé ?
Tout d’abord, il va de soi que cette instance aura une vocation consultative auprès des services
des Agences Régionales de Santé. Cependant, il semble important que les services
administratifs des ARS puissent bénéficier et utiliser ses conclusions, qu’il s’agisse des services
de l’offre de soins, mais aussi du secteur médicosocial et de prévention, dans l’optique de
réduire la sectorisation de la gouvernance en santé. De plus, cette commission doit pouvoir
bénéficier des travaux des autres instances consultatives existantes au sein des ARS relatives
aux autres secteurs de la santé, voire inclure des représentants de ces services pour faciliter
l’échanges entre secteurs, et la productivité des travaux.
Composition de cette commission
Pour effectuer au mieux les missions de la commission proposée, il nous apparaît essentiel de
ne pas rester limitatif dans sa composition. Voici donc une proposition concrète de membres de
cette commission :
● Des représentants des services de l’Agence Régionale de Santé (offre de soins,
médicosocial, et prévention),
● Des représentants des Unions Régionales des Professionnels de Santé,
● Des représentants des Ordres professionnels,
● Des représentants des caisses d’assurance maladie,
● Des représentants des usagers,
● Des représentants des étudiants en santé,
● Des représentants des lieux de formation aux professions médicales, pharmaceutiques, et
paramédicales,
● Des représentants des élus locaux,
Synthèse
Cette commission de coordination des professionnels de santé ambulatoires a vocation à
impliquer l’ensemble des acteurs de terrain, actuels et futurs, dans la mise en place et le
développement du Service Public Territorial de Santé. Il s’agit non seulement d’organiser et de
coordonner les efforts de chaque acteurs, mais aussi de permettre le plus précocement
possible l’implication des futurs professionnels dans la mise en place de ces nouvelles
modalités d’organisation des soins, et d’en préparer la relève dès maintenant.
Pour nous contacter
Nicolas ROMAINSCELLE,
Vice-Président chargé des Problématiques Professionnelles
nicolas.romainscelle@anemf.org
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
135
A4.3 Contribution écrite du Centre de Santé Hospitalo-Universitaire APHM :
Centre de Santé Hospitalo-Universitaire APHM
(CSHU APHM) ou Pôle de santé HU (PSHU)
Note méthodologique sur la conduite du projet médical et de santé publique
En fonction du premier cadrage médical, issu de la mission confiée à Bertrand Mas par le Pr. Guy
Moulin, et dans la perspective du rendez-vous avec le directeur de cabinet de la ministre, cette note
propose les axes méthodologiques à développer pour construire le projet médical et de santé publique du
CSHU APHM, ainsi que les questions restant aujourd’hui à clarifier.
La cible opérationnelle de démarrage du centre étant fixée à la fin 2014 ou au début 2015, il serait
souhaitable de disposer d’un avant projet d’ici décembre prochain et d’un projet finalisé pour avril 2014
(calendrier PREPS et PHRC, PLFSS), pour s’inscrire ensuite dans l’accompagnement de sa mise en
place.
La mise en place du CSHU répond à six objectifs :
1. Mettre à disposition des populations des quartiers Nord de Marseille une offre de soins de
premier recours et de spécialités médicales dans un cadre de santé publique, impliquant de
s’inscrire dans une coordination des parcours de soins et de permettre l’accès à des actions de
prévention, de dépistage et d’information sur la santé.
2. Développer sur le site une dimension universitaire d’enseignement (étudiants en médecine et
internes de médecine générale et de spécialités) et de recherche (médecine générale, santé
publique, lutte contre les inégalités de santé)
3. Garantir à la population un accès à des soins de qualité en secteur 1, en tiers payant ou avec un
reste à charge minima (cf. volet juridique)
4. Mettre en place une dimension citoyenne et de proximité en lien avec les ateliers santé ville, le
CCAS, les associations d’usagers et les professionnels libéraux du secteur d’implémentation du
CSHU.
5. Améliorer l’attractivité, le recrutement et l’activité des hôpitaux de l’APHM, en particulier de
l’Hôpital Nord, en intégrant le centre de santé dans l’organisation des filières de soins APHM. Le
volet cancérologique s’intègrerait dans le cadre de la coopération avec l’Institut Paoli Calmettes
(IPC).
6. Inscrire le CHU de Marseille dans sa mission de service public territorial de santé au profit des
populations les plus défavorisées et faire reconnaître une dimension d’expérimentation pilote
nationale à ce projet précurseur.
Si l’APHM, à l’initiative de la démarche, sera le pilote du projet, celui-ci sera porté et mis en œuvre avec
l’ensemble des partenaires qui souhaiteront s’y associer : médecins libéraux, IPC, hôpital des armées,
CCAS et associations de terrain.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
136
L’APHM aborde le projet de CSHU Quartiers Nord dans un principe à la fois de complémentarité avec
les acteurs existants mais aussi de subsidiarité, en y apportant les compétences professionnelles qui
manqueraient et qui contribueront à améliorer la qualité de cette offre de soins de proximité.
Le projet s’inscrit aujourd’hui dans les suites du rapport IGAS sur les centres de santé, qui porte des
propositions concrètes de reconnaissance et de valorisation financière de ces structures.
A. Projet médical et de santé publique : Mettre à disposition de la population des quartiers
Nord une offre de soins de proximité
La définition des besoins de santé publique s’appuie sur l’enquête 2011/2012 réalisée par l’ORS PACA
(cf. documents Mas / Sorrentino). Pour y répondre, il sera nécessaire d’offrir à la fois l’accès à de la
médecine générale de premier recours et à des spécialités médicales prioritaires, au regard de l’état de
santé et de la précarité sociale des populations des quartiers Nord.
1.
Accès à la médecine générale de premier recours
L’accès à un médecin généraliste et aux compétences de premier recours est important.
Plusieurs options sont possibles, en fonction du site retenu et du maillage existant :

L’offre de médecine générale existe et est suffisante. Il est essentiel de ne pas offrir une offre
APHM concurrente car les généralistes sont nos adresseurs. Par contre, il faut que le projet puisse
être un plus pour eux. Il faudra discuter de l’accès au plateau technique du CESU ou de leur
intérêt pour des vacations au sein du CSHU ; puis organiser les parcours des malades dans le
cadre des filières APHM (protocoles conjoints).
 L’offre de médecine générale n’est pas suffisante pour couvrir les besoins.
Plusieurs cas de figure peuvent exister :
-
La dynamique CSHU est un effet d’aubaine et stimule l’installation in situ de nouveaux
généralistes, qui choisissent un exercice groupé soit sous forme d’une Maison de Santé
Pluridisciplinaire (MSP) soit sous forme d’un cabinet médical.
-
La dynamique d’installation ne prend pas immédiatement et l’APHM répond aux besoins de
médecine générale.
Les médecins généralistes qui exerceront dans le CSHU pourront ainsi être :
- des médecins libéraux travaillant au sein du centre, soit sous forme de MSP soit sous forme
de cabinet de groupe
- ou des médecins libéraux exerçant dans les quartiers Nord, voire d’autres quartiers de
Marseille, et assurant en sus des vacations dans le centre de santé
- et/ou des médecins salariés de l’APHM.
A ce jour, en raison à la fois du choix d’implémentation du centre, qui n’est pas encore arrêté, et
du niveau de maturation du projet, la participation des médecins généralistes libéraux n’est pas
connue, alors qu’elle est une variable importante du projet.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
137
Il faut donc, en fonction du choix le plus probable de site géographique, pouvoir prendre les
contacts nécessaires pour estimer qui pourrait être intéressé, sous quels délais et selon quelles
modalités.
Enjeux : évaluer rapidement quels MG libéraux participeraient au CSHU et comment pour, en
fonction, mobiliser des ressources internes APHM par subsidiarité. Construire une relation de
qualité avec le maillage des généralistes de terrain, qui sont les recruteurs du centre.
Interlocuteurs : MG installés ; URPS ; relais MG France sur place ;
Modes opératoires : contacts individualisés avec support courrier conjoint DG et PCME à
destination des MG du secteur Nord (voir si association représentative ou collectif en place ?) ;
RDV URPS pour présenter le projet actualisé plus attentes (avec Guy Moulin). Contact président
Leicher et Caudran (MG France) plus De Haas et Ordre des médecins (CDOM)
Calendrier :
- affiner l’évaluation de cette participation d’ici fin octobre – mi novembre
- prendre RDV dès début septembre.
2. Accès aux spécialités médicales
Plusieurs spécialités médicales et l’odontologie devraient pouvoir être accessibles au sein du
CSHU :
- Pédiatrie
- Endocrinologie : Diabétologie et Nutrition
- Addictologie
- Gynécologie médicale
- Gynécologie obstétrique
- Psychiatrie
- Gériatrie
- Cancérologie
- Ophtalmologie
- Odontologie.
Des questions internes à l’APHM doivent être posées pour affiner l’organisation future du CSHU
ainsi que les ressources à déployer en miroir.
Se posent en particulier les questions suivantes :
Quel type d’offre chacune de ces spécialités pense développer et comment s’organise
t’elle pour le faire ? Quelle organisation de filière porte t’on pour assurer la meilleure
coordination possible des parcours patients ? Quelle place donne t’on au volet prévention/
dépistage ?
- Est-ce que toutes les spécialités doivent être présentes avec la même fréquence
hebdomadaire, sachant qu’une montée en charge est à prévoir sur au moins 6 mois et
qu’il faudrait conserver une souplesse d’adaptation ?
- Quels sont les besoins et attentes des spécialités par rapport au plateau technique sur
place ?
- Le CSHU va assurer le diagnostic et le suivi des nouveaux patients qu’il recrute et
progressivement le suivi des patients APHM qui souhaiteront être surveillés au plus près
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
138
-
-
-
de chez eux. Ce qui implique qu’une partie de l’activité de consultations, de l’hôpital
Nord en particulier, pourra être redéployée vers le centre et une part des urgences simples
traitée sur place, tant adultes que pédiatriques.
Logiquement, du fait de l’implantation du CSHU, l’hôpital Nord est en première ligne
pour l’organisation de toutes ces filières. Quelle est la place et le rôle des autres sites de
l’APHM et des équipes médicales qui y exercent ?
Projet spécifique à la cancérologie à rediscuter avec l’IPC
Lien et organisation avec les équipes d’HAD.
Mode opératoire : CME – interfaces médicales par spécialités
Calendrier : 1ers constats et propositions de contenu opérationnel d’ici fin novembre.
3. Accès au plateau technique du CSHU
Il devrait permettre :
- des prélèvements sur place et une biologie automatisée de 1ère intention
- une réponse à l’urgence simple (sutures, corps étrangers, orthopédie simple, etc. ;),
- des radiographies standard voire une échographie avec transmission d’images.
Sa configuration va s’appuyer sur les urgences de l’Hôpital Nord et sur les services de biologie et
d’imagerie.
Mode opératoire : Construction du projet PT en complémentarité des spécialités et du volet MG.
Calendrier : Novembre.
4. Prise en compte de la précarité sociale
La dimension spécifique des quartiers Nord impose que non seulement le projet CSHU comporte
un volet social mais tienne compte spécifiquement des caractéristiques de ces populations sur les
questions d’accès aux soins et de précarité, y compris pour celles qui ne bénéficient d’aucune
couverture sociale. En ce sens, l’équipe de la PASS APHM doit être associée en amont à la
réflexion et au suivi projet.
Mode opératoire : présentation du projet et échanges sur la place et l’interface avec les équipes
PASS
Calendrier : septembre/octobre
5. Mise en place d’un système d’information intégré
Le système d’information est une des clés de réussite du lien ville / hôpital et du lien Intra APHM
/ CSHU dans le cadre de la coordination des parcours, ainsi que de la fluidité et de la cohérence
des filières de soins qui vont se mettre en place.
Il devrait permettre l’accès et l’alimentation du dossier médical des patients. Et offrir une bonne
opérationnalité vis-à-vis des médecins libéraux pour être un des supports de la coordination du
parcours.
Les dimensions possibles de télémédecine doivent être intégrées dans cette analyse.
Mode opératoire : Direction des services informatiques en fonction échanges avec MG et
praticiens de l’APHM
Calendrier : avant projet novembre (architecture système et coûts)
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
139
6. Accès aux compétences soignantes
Elle est centrale et porte la coordination du parcours patient, en lien avec l’hôpital Nord et avec
les professionnels libéraux du territoire.
Mode opératoire : calibrage des besoins et de l’organisation par la direction des soins infirmiers
Calendrier : novembre
7. Relations avec les usagers
Deux éléments plaident pour une prise en compte forte de cette dimension dans le projet dés sa
conception et pour accompagner son démarrage et sa montée en charge :
-
-
le choix stratégique de la DG pour faire des relations avec les usagers un levier de
changement
une communication, un accueil et un relationnel avec les personnes en difficulté sociale,
qui peut s’avérer difficile et sollicite souvent beaucoup les professionnels, ce qui renforce
l’intérêt d’associer une réflexion conjoint usagers/professionnels dans un esprit
d’anticipation et de médiation partagées
un principe éthique que l’on doit à ces populations.
Mode opératoire : à construire en lien avec associations de quartiers, CCAS et représentant
d’usagers APHM. Expertise Chantal Deschamps à mobiliser.
Calendrier : octobre – mars
B. Projet Hospitalo-Universitaire
. La dimension APHM fait naturellement du CSHU un lieu d’enseignement et de formation mais
aussi de recherche. Il est donc important de mobiliser le Doyen et l’Université pour discuter des
modalités d’intégration des stages d’internes de médecine générale et de spécialités dans le
CSHU.
. Le projet doit intégrer une dimension d’évaluation et proposer une méthodologie avec des
indicateurs de résultats.
. La dimension novatrice du projet de CSHU, porté par un CHU, milite pour l’obtention d’une
reconnaissance nationale de projet pilote, renforcé par une dimension recherche, via le dépôt 2014
d’un dossier PREPS (projet de recherche et d’évaluation sur la performance des systèmes de
santé : cible prioritaire en raison du champ de l’AAP priorisé sur coordination des parcours et
approche pluridisciplinaire). Le PHRC représente également une alternative.
Mode opératoire :
-
interface Université et Doyen dés premier cadrage interne APHM
Service de santé publique pour construction des projets d’évaluation et de recherche
Calendrier : réflexion et discussions à ouvrir dés septembre
C. Projet Territorial de Santé
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
140
En inscrivant l’hôpital Nord dans la mise à disposition de services de santé de proximité, pour
répondre aux besoins sanitaires non couverts, vis-à-vis d’une population en difficulté d’accès aux
soins et en précarité sociale, le projet installe l’APHM dans une dimension de service public de
santé. A ce titre, les partenaires sanitaires et médico-sociaux du territoire (CCAS, ASV,
responsables santé des arrondissements, associations de prévention) doivent être entendus et en
fonction associés. Ils représentent le tissu local de proximité, sur lequel s’appuyer pour réussir
l’implémentation concrète du projet et prendre en compte, dans l’organisation et le
fonctionnement du CSHU, les us et coutumes locales ainsi que les besoins ressentis.
Ces structures locales peuvent également souhaiter intervenir dans le CSHU sur des créneaux
spécifiques ou pour des actions, structurelles ou ponctuelles, de prévention et/ou d’accès aux
services
Les représentants du tissu citoyen et associatif seront intégrés dans le volet dimension
usagers/citoyen du projet.
Mode opératoire :
-
interface Elus
interface représentants CCAS et santé/ville
interface avec associations de quartiers
Calendrier : à compter de septembre
En synthèse,
Une fois les grandes lignes de cadrage arbitrées (pilotage, démarche projet, montage juridique et
financier), il est important de communiquer d’ores et déjà et d’échanger dans un esprit de concertation :
o
En interne APHM
 auprès des services, professionnels et spécialités médicales listées ci dessus
 auprès des représentants syndicaux de l’Hôpital Nord en particulier (le projet
a une réelle logique de proximité et d’apport à la population des quartiers –
mission noble de l’hôpital et renforcement/ancrage de Nord – rééquilibrage
par rapport aux restructurations et aux redéploiements en cours)
 auprès du doyen
 auprès du service de santé publique
 auprès des représentants d’usagers
o
En externe
 à un niveau politique auprès des élus
 à un niveau politique avec le président de l’université
 à niveau technique et territorial auprès des équipes CCAS et Ateliers Santé
Ville
 à un niveau technique et d’articulation ville hôpital avec les médecins
libéraux
 avec l’IPC et le Service de Santé des Armées
 et à un niveau citoyen avec les associations de quartier.
Christine Bara, le 15/08/2013
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
141
A4.4 Contribution écrite du Dr MULLER
Les conseils locaux de santé constituent une instance novatrice d'information et de
concertation en matière de santé publique, dans le contexte de la stratégie nationale de santé.
Le développement des conseils locaux de santé, souvent initiés par les secteurs de psychiatrie en tant
que conseils locaux de santé mentale, est de nature à compléter utilement le dispositif de démocratie
sanitaire. Le conseil local de santé pourrait initier la mise en place d’ateliers santé-ville dont il
assurerait la pertinence. Il servirait de lieu de concertation pour la réalisation des contrats locaux de
santé. Il pourrait s'appuyer sur la base de diagnostics de territoire établis en partenariat avec les ORS
Ces conseils pourraient s'inscrire dans le prolongement des CLSM et rassembler autour des
élus, des représentants des usagers et des familles, des représentants du champ social, des
professionnels libéraux et hospitaliers, et des représentants de la psychiatrie publique. Leur territoire
de compétence est du ressort du maire ou du responsable de l'instance concernée en cas
d'intercommunalité. Ils sont des instances de concertation et d'échanges en matière de santé à
l'échelle communale, voire intercommunale. Ils sont aussi des outils à la disposition des élus
contribuant à leur information et à leur connaissance des problématiques de santé publique et de leurs
acteurs. Leur installation est réalisée en concertation avec l'ARS. Le financement du temps nécessaire
de coordination est du ressort de l'ARS et de la municipalité concernée.
Ils pourraient être initiés sur la base des conseils locaux de santé mentale qui peuvent en
constituer par la suite une sous commission, évitant ainsi des effets de stigmatisation inhérents à
l'identification d'une population spécifique. Les problématiques individuelles n'ont pas à y être
abordées ainsi que la transmission d'informations nominatives. Les élus peuvent être amenés à
s'appuyer sur un conseil local de santé pour l'approche des questions de santé en rapport avec la
petite enfance, les comportements alimentaires, les activités sportives, la médecine du travail et le
risque psycho-social etc.... En tant que plateforme de concertation, les conseils de santé permettent
la définition de priorités locales en santé publique et la co-construction des projets en réponse aux
problématiques locales et à organiser une régulation entre les actions des partenaires qui y
contribuent. Il parait peu envisageable de mobiliser les acteurs concernés tantôt pour les questions de
santé mentale, tantôt pour celles de santé publique, santé au travail, enfance adolescence et famille
etc....La santé mentale est incluse dans un domaine plus vaste qu'est la santé publique. L'expérience a
montré le risque d'essoufflement des CLSM d'une part et de la difficulté de disposer du temps d'élus
à plusieurs reprises sur les thématiques de santé.
Les conseils locaux de santé pourraient contribuer à la signature des contrats locaux de santé. La
validation en serait confiée à la conférence de territoires de santé, avant de passer devant le conseil
municipal. La co-signature est du ressort du maire, du préfet et du directeur de l’ARS. Les actuels
comités de pilotage des contrats locaux de santé constituent de fait une préfiguration des conseils
locaux de santé.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
142
L'établissement de diagnostics de territoire permet la détermination des enjeux, de choix stratégique
et de propositions d'actions. C'est une démarche de santé publique complexe nécessitant de disposer
de données dans des domaines variés (démographique, socio-anthropologique etc...) et leur analyse.
(Par exemple : recensement du nombre de généralistes et psychiatres sur le secteur, l’existence de lits
d’hospitalisation en psychiatrie, autres que ceux de l’établissement, de structures médico-sociales
etc... Ils pourraient s’appuyer notamment sur les travaux des ORS avec lesquelles un partenariat est
établi. Les particularités géographiques des territoires (zones urbaines sensibles, ruralité, afflux
saisonniers etc...) sont ainsi prises en compte. Dans le même ordre d'idée, la mise en place
systématique d'un volet de santé mentale dans les contrats locaux de santé en lien avec les ARS
devrait permettre de préciser les actions territoriales pertinentes dans le domaine de la santé mentale,
notamment en termes de partenariat, après évaluation des besoins et des mesures nécessaires à la
compensation du handicap.
Ces contrats participent à la réduction des inégalités territoriales et sociales de santé et
portent sur la promotion de la santé, la prévention, les politiques de soins, l’accompagnement
médico-social mais également sur les déterminants de la santé (logement, transports,
environnement physique, cohésion sociale etc.).
Le Projet régional de santé (PRS) pour sa mise en œuvre, peut faire l'objet de contrats locaux de santé
conclus entre l'Agence et les collectivités territoriales. Il renforce la cohérence intersectorielle interdispositif des actions en santé en mutualisant les moyens (principe de transversalité et de cohésion).
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
143
A4.5 Contribution écrite de la FFMPS
NOTE DE LA FFMPS
A propos du service public territorial de santé
Pour la FFMPS, Pierre DE HAAS – 06 07 75 39 50
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
144
Service public territorial de santé
Contexte : sur le portail du gouvernement :
Pour la ministre de la santé, "le service public territorial de santé, c'est reconnaître une
responsabilité collective de service public à l'ensemble des acteurs de santé d'un
territoire. (…) L'ensemble des acteurs de santé partagent sur un territoire donné la
responsabilité de l'état de santé de la population."
En pratique, "toutes les structures, tous les professionnels, y compris les libéraux, sont
appelés à coopérer concrètement et efficacement pour garantir la meilleure organisation
des parcours de soins et assurer la qualité de la prise en charge des usagers, patients,
personnes âgées, personnes handicapées", précise-t-elle, "autour d'objectifs de santé
publique et de réduction des inégalités de santé, prévention et promotion de la santé,
accès aux soins, prise en charge sanitaire, médico-social et social."
"Les moyens des ARS chargées d'organiser l'offre sanitaire au plan territorial, doivent être
renforcés", avait déclaré le Premier ministre à Grenoble. Ces mêmes ARS devront établir
au début du mois de juillet un recensement des besoins territoriaux sous la forme de
Schéma régional d'investissement en santé (engagement 4) nouvellement mis en place par
le Pacte de confiance. Pour Marisol Touraine, "Hôpitaux, maisons de santé
pluridisciplinaires, centres de santé, systèmes d'information... : peu importe le type
d'investissement retenu par les agences, c'est la réponse aux besoins de santé qui compte."
Elle a précisé que "45 milliards d'euros seront investis dans nos hôpitaux au cours des
dix prochaines années", et demandé désormais "d'orienter [les] investissements à
l'échelle des territoires."
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
145
1 - Les objectifs
Structurer les soins primaires, soins de premier recours
Justification : pour organiser une offre sanitaire sur chaque territoire, il nous faut bâtir un
socle. La plus grande part de la population accède à la demande de soins par les soins
primaires, soins de premier recours. Il devient nécessaire d’organiser cette offre de soins.
Cela passe par la constitution d’équipes de soins coordonnées et pluriprofessionnelles
permettant une meilleure prise en charge des polypathologies. Le travail en équipe permet
de passer du seul soin à la personne à la prise en compte de la santé de la population sur
un territoire. Les 400 équipes fonctionnant aujourd’hui ont démontré que c’était possible.
150 équipes ont participé à l’expérimentation des nouveaux modes de rémunération qui a
démontré un effet positif sur leur développement. Il est donc important de dépasser cette
expérimentation vers des forfaits stimulant une meilleure organisation et coordination des
équipes de soins primaires sur les territoires au service de la population.
Mutualiser ces unités de soins primaires par une organisation territoriale
Justification : plus loin que la simple réponse aux soins de proximité, il est nécessaire de
structurer l’organisation générale des soins primaires sur les territoires. Si les équipes de
soins primaires répondent à la plupart des demandes, il leur est nécessaire de mutualiser
des services avec d’autres équipes : relations ville-hôpital, ETP, campagne de santé
publique, production de données, etc. C’est le rôle des plateformes territoriales qui
commencent à se développer. Plateformes de service pour les équipes de soins de
proximité.
Structurer les relations ville-hôpital
Justification : lors de différents travaux de coordination ville-hôpital, les principales
récriminations des acteurs montrent une méconnaissance réciproque des modes de
fonctionnement des équipes « de l’autre côté ». Les médecins hospitaliers et cadres
infirmiers hospitaliers ne sortent pas de l’hôpital et ne connaissent pas les conditions de
travail des équipes de soins primaires sur le terrain. Les hospitaliers se plaignent d’entrée
aux urgences de patients sans coordination avec la ville. Les médecins de ville se plaignent
des difficultés de contacts avec les hospitaliers et de sortie de patients non programmées.
Cette méconnaissance réciproque des conditions de travail des uns et des autres est un
frein à une meilleure fluidité du parcours de soins des personnes âgées, entrainant une
augmentation des hospitalisations évitables, voire des ré hospitalisations précoces. Cette
méconnaissance aboutit à un manque de circulation des données nécessaires aux équipes
hospitalières pour assurer leur mission et permettre un retour à domicile rapide et dans de
bonnes conditions. Cette méconnaissance entraine aussi une difficulté pour les équipes de
ville à obtenir des informations rapides sur les raisons des traitements lors de la sortie de
l’hôpital pour assurer une bonne continuité des soins : pharmacien face au patient sortant
de l’hôpital le samedi après-midi, l’infirmière devant effectuer une injection d’héparine
sans connaissance des contrôles biologiques, médecin revoyant le patient avant l’arrivée
des informations, etc
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
146
2 - Le service rendu attendu
Meilleure réponse à la demande de soins sur le territoire
La présence d’équipe coordonnée sur un territoire améliore la réponse aux demandes de
soins. Il est possible d’inclure dans le cahier des charges des équipes en contre partie des
forfaits d’équipe, une garantie de réponse à la demande de soins. Chaque équipe
définissant le territoire sur lequel toute demande de soins obtient une réponse dans la
journée.
Améliorer le parcours de soins des patients
La conjonction d’équipe de soins de proximité sur les territoires et de mutualisation de
services par des plateformes territoriales doit permettre de protocoliser les entrées et
sorties d’hôpital, mais aussi protocoliser les relations entre soins primaires et soins
secondaires.
Implication des usagers
La création de structure de regroupement de professionnels de santé donne l’opportunité
de définir une gouvernance impliquant les usagers dans les soins primaires. Que ce soit au
niveau de la maison de santé d’une équipe ou au niveau des plateformes territoriales.
3 - La déclinaison des obligations de service public
Les obligations de service public pour les équipes de soins de premier recours peuvent être
définies dans le cahier des charges donnant accès aux rémunérations d’équipes. La
principale est que toute équipe de soins définie sur un territoire bénéficiant des forfaits
d’équipe assure la continuité des soins sur son territoire. Une fois le territoire défini pour
une équipe, les demandes de soins sur ce territoire ont une réponse.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
147
4 - Les modalités de mise en œuvre ainsi que les outils nécessaires.
Développement des forfaits d’équipe (et de la matrice de maturité)
L’outil central de l’approche territoriale pour les professionnels des soins primaires est le
forfait d’équipe. Ce forfait doit être calculé à partir de deux items :
- Nombre de patients pris en charge
- Niveau atteint de qualité des soins
Pour définir le dernier item, un groupe de travail va finaliser d’ici fin 2013 une matrice de
maturité, sorte de grille d’analyse permettant de donner un niveau de service offert à la
population sur le territoire.
Développement des plateformes territoriales
Les plateformes territoriales se développent actuellement sous l’impulsion des acteurs de
terrain ou des réseaux de soins. Appuyé par l’UNR-s et la FFMPS, plusieurs réseaux
pathologie se transforment en réseaux d’appui aux acteurs des soins primaires. Il suffit de
signer quelques CPOM entre ARS et ces plateformes pour montrer la direction.
Protocolisation des relations ville-hôpital (SI et protocoles)
Plusieurs expériences existent de protocolisation des relations entre ville et hôpital. Cela
permet d’une part de définir les modalités de communication (système d’information), et
d’autre part de créer des protocoles décrivant les modalités du suivi des patients
concernés. Mais rien, aujourd’hui, n’incite les professionnels à utiliser ces protocoles. Une
fois de plus, la rémunération d’équipe avec un item signalant cette utilisation dans la
matrice de maturité pourrait les inciter.
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
148
Schéma explicatif des niveaux d’organisation des soins
Niveau de soins et
Moyens financiers
d’organisation
Plateforme territoriale
Mutualisation des
tâches comme : ETP,
Financement
professionnels
FIR
et
gestion de cas, gestion
des système
d’information,
production de données,
etc.
Les
de
fonctions
l’équipe
supports
et
la
coordination
Gestion de l’accueil,
secrétariat, système
d’information,
Fonctions supports prises
en
charge
par
les
professionnels,
gérés
par
entretien, relations
eux-mêmes ou externalisés
ARS, coordination de
Coordination
l’équipe, gestion du
forfaits
projet de santé
ENMR)
par
structure
les
(ex-
Les soins aux patients
Rémunérations à l’acte et
en équipe de soins
forfaits existants (ROSP,
primaires
Service Public Territorial de Santé – Service Public Hospitalier
ALD, etc…)
149
A4.6 Contribution écrite de la FEHAP
Synthèse des analyses et positions de la FEHAP sur la rénovation du service
public hospitalier (SPH) et ses liens avec la dynamique de service public
territorial de santé (SPTS)
Préambule commun de la FEHAP et d’Unicancer
La FEHAP et UNICANCER partagent ensemble le souhait d’une dynamique
de rétablissement du service public hospitalier (SPH) qui prenne en compte
la place des établissements de santé non lucratifs participant de très longue
date au service public hospitalier, au même titre que les établissements
publics de santé.
Elles estiment que le désintéressement personnel des dirigeants et la nonlucrativité absolue des établissements de santé privés non lucratifs ont une
réelle valeur distinctive et appréciative dans la société civile : le projet
politique relatif au service public hospitalier doit prendre en compte cette
réalité.
La FEHAP et UNICANCER estiment également que d’autres demandes
sociales fortes doivent être prises en compte dans la démarche de
rétablissement du service public hospitalier et valorisées :
la réduction des délais d’attente, qui doivent être maitrisés
précisément pour certains actes et séjours,
l’objectif de zéro reste à charge en établissement de santé, après
intervention des organismes complémentaires,
l’absence de dépassements d’honoraires qui caractérise les
établissements de santé privés non lucratifs.
Pour la FEHAP et UNICANCER, la réflexion consacrée à l’ouverture à d’autres
composantes d’une démarche coopérative et loco-territoriale de service
public (professionnels de santé libéraux en ville, secteur social et médicosocial, etc.), dans le cadre des réflexions sur le service public territorial de
santé (SPTS), ne doit pas pour autant diluer les exigences de rétablissement
du noyau dur historique, et à forte charge symbolique, du service public
hospitalier.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
150
Les 7 axes directeurs des analyses et propositions de la FEHAP sur la
rénovation du service public hospitalier (SPH) et la dynamique du service
public territorial de santé (SPTS):
1) Rétablir le « bloc de service public hospitalier », dans un continuum
« soins-enseignement-recherche », dans la ligne directrice posée par
le rapport Couty et les déclarations de Marisol Touraine à ce sujet.
2) Rétablir le lien entre « le bloc de service public » et son portage par les
établissements publics de santé et les établissements de santé privés
d’intérêt collectif (ESPIC), dans leur vocation naturelle de « participant
au service public hospitalier » (PSPH). L’écriture d’un texte de loi, qui
comporte ses dimensions techniques voire nécessairement
technocratiques, doit prendre soin de ne pas trop s’éloigner des
perceptions et sensibilités de la société civile, pour laquelle la nonlucrativité publique ou privée non lucrative est une valeur de rang
élevé concernant les activités de santé.
3) Répondre, avec les obligations de service public, aux demandes
profondes des français et des parlementaires qui les portent : les
délais d’attente, l’absence de reste à charge. Ce sujet amène une
difficulté avec le sujet emblématique de l’activité libérale des
praticiens hospitaliers dans les EPS et de son encadrement (suffisant
ou non). Cette question existe d’une autre manière pour 10
établissements de santé privés non lucratifs (sur 700), du fait d’une
situation historique de collaboration très ancienne avec des médecins
libéraux. La logique serait d’organiser cette collaboration dans le
cadre d’une activité libérale uniquement en secteur opposable ou en
secteur 1. Toutefois et dans certaines disciplines, le respect du secteur
1 est devenu illusoire, du fait du fort décalage apparu entre les tarifs
de la sécurité sociale et les coûts : ici aussi se présente un énorme
sujet de neutralité tarifaire, sous lequel il s’avère que le vrai sujet est
tout autant celui de l’équité de fixation par la sécurité sociale des
montants d’honoraires entre disciplines médicales (et donc entre
patients), et non seulement le sujet de la partie émergée de ce sujet
sous la forme des dépassements d’honoraires. Pour la FEHAP, le
rétablissement du service public hospitalier doit traiter de ce sujet, et
au moins serait-il possible de se situer dans une démarche de « zéro
reste à charge après intervention des organismes d’assurancemaladie obligatoire et complémentaires ».
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
151
4) Rétablir des obligations de service public qui participent aussi des
prérogatives nécessaires du DG-ARS pour assurer la « légitime
défense » de l’intérêt général, à savoir :
a. La définition et validation des orientations stratégiques associant
l’EPS ou le PSPH et le DG-ARS,
b. La transparence et la validation des comptes des EPS et PSPH
par le DG-ARS (EPRD, PGFP voire PRE),
c. L’administration provisoire en cas de défaillance répétée et
continue de la gouvernance de l’EPS et du PSPH
d. Le respect des principes d’égalité, de neutralité et de continuité
du service public pour l’ensemble des activités de soins menées
par l’EPS ou le PSPH,
e. L’obligation de proposer une réponse à des besoins de santé ou
à des territoires non couverts, lorsque l’ARS en fait le constat et
en formule la demande aux EPS et PSPH, (obligation qui
apporte un élément de lien direct et cohérent entre la
rénovation du SPH et la promotion d’une dynamique de SPTS),
f. Une non-lucrativité absolue et un désintéressement personnel
des dirigeants non-salariés des EPS et PSPH, avec des
dispositions explicites concernant d’éventuels conflits d’intérêt à
prévenir des différentes parties prenantes aux décisions prises.
5) Amplifier la participation des usagers et de leurs organisations
représentatives dans la gouvernance des établissements de santé
publics et privés non lucratifs (dont les usagers sont souvent à l’origine
et en responsabilité de gestion), mais aussi dans la gouvernance
territoriale, avec la régulation territoriale du SPH (et du SPTS) avec les
autorités de contrôle et de tarification,
6) Organiser sous la forme de concessions de service public,
l’implication de structures privées de droit commercial, pour satisfaire
les besoins de la population avec des garanties et obligations de
service public, ainsi que les compensations adaptées desdites
sujétions,
7) Ouvrir la possibilité à des structures privées de droit commercial qui
opteraient pour le statut d’entreprise de l’économie sociale et
solidaire (vote du Sénat du 7 Novembre), avec une lucrativité limitée
ou encadrée des propriétaires de parts sociales (réinvestissement
majoritaire dans l’entreprise) et qui fonctionneraient dans le cadre
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
152
d’une absence de reste à charge pour les patients après intervention
des organismes d’assurance-maladie obligatoire et complémentaires,
de bénéficier en contrepartie de la possibilité d’exercer une option
d’adhésion à l’échelle publique des tarifs.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
153
Note de la FEHAP sur le service public hospitalier
1 – C’est la loi n° 70-1318 du 31 décembre 1970 portant réforme hospitalière qui a institué le
service public hospitalier qui jusqu’alors n’existait ni dans les textes, ni dans la jurisprudence
administrative.
L’article 2 de cette loi disposait ainsi que « le service public hospitalier assure les examens de
diagnostic, le traitement – notamment les soins d’urgence – des malades, des blessés et
femmes enceintes qui lui sont confiés ou qui s’adressent à lui et leur hébergement éventuel.
De plus, le service public hospitalier :
Concourt à l’enseignement universitaire et postuniversitaire médical et pharmaceutique et à la
formation du personnel paramédical ;
Concourt aux actions de médecine préventive dont la coordination peut lui être confiée ;
Participe à la recherche médicale et pharmaceutique et à l’éducation sanitaire.
Les praticiens non hospitaliers peuvent recourir à son aide technique ».
Le service public hospitalier était ainsi défini suivant une approche fonctionnelle (c’est-à-dire à
partir des missions qui sont assurées dans son cadre) renvoyant à deux types de missions, les
soins universels d’une part et, d’autre part, les missions auxquelles il concourt.
L’article 3 de cette même loi identifiait les établissements qui assuraient le service public
hospitalier à savoir :
- les établissements d’hospitalisation publics et les établissements d’hospitalisation privés
PSPH, suivant un critère purement organique, pour l’ensemble de leurs activités ;
- les établissements d’hospitalisation privés concessionnaires, ainsi que les établissements
associés au fonctionnement du service public hospitalier, suivant des critères organique et
fonctionnel, pour les seules missions identifiées dans la concession ou l’accord d’association.
Cet article 3 détaillait ensuite les principes que ces établissements devaient respecter, comme
suit « les établissements qui assurent le service public hospitalier sont ouverts à toutes les
personnes dont l’état requière leurs services.
Ils doivent être en mesure d’accueillir les malades, de jour et de nuit ou, en cas d’impossibilité,
d’assurer leur admission dans un autre établissement appartenant au service public hospitalier.
Ils ne peuvent établir aucune discrimination entre les malades en ce qui concerne les soins. Ils
ne peuvent organiser des régimes d’hébergement différents selon la volonté exprimée par les
malades que dans les limites et selon les modalités prévues par les textes législatifs et
réglementaires en vigueur (…) ».
Ainsi, cette loi du 31 décembre 1970 instituait-elle le service public hospitalier en retenant
une définition fonctionnelle et organique, en ne prévoyant aucun monopole des
établissements d’hospitalisation publics mais bien au contraire en y indiquant explicitement
la participation des établissements d’hospitalisation privés à but non lucratif (pour
l’ensemble de leurs missions dans le cadre de la participation à l’exécution du service public
hospitalier) et enfin en détaillant les principes du service public que sont la continuité et
l’égalité.
2 – La loi n° 91-748 du 31 juillet 1991, portant réforme hospitalière n’a, concernant le service
public hospitalier, rien fait de plus, ni de moins que la loi de 1970.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
154
Comme le soulignait la doctrine universitaire sur ce texte « Pas de révolution sur le fond : il y a
peu de grandes innovations, hormis la notion d’établissement de santé »1.
1 D. TRUCHET, La réforme hospitalière, AJDA 1992, p. 130.
La loi de 1991 maintient la définition fonctionnelle du service public hospitalier, qui pour
partie est commune à celle des missions des établissements de santé qu’ils soient publics ou
privés, puisque le service public hospitalier, comme les établissements de santé, assure « les
examens de diagnostic, la surveillance et le traitement des malades, des blessés et des femmes
enceintes en tenant compte des aspects psychologiques du patient.
Ils participent à des actions de santé publique et notamment à des actions médico-sociales
coordonnées et à des actions d’éducation pour la santé et de prévention » (C. santé publ.,
ancien art. L. 711-1).
L’article L. 711-3 de l’ancien Code de la santé publique précisant la liste des six missions
auxquelles le service public hospitalier concourt (enseignement universitaire, formation
continue, recherche, action de médecine préventive et d’éducation à la santé, aide médicale
urgente …) avec d’autres acteurs, cette liste ayant été étendue progressivement par les
réformes législatives qui se sont succédées entre 1991 et 2009.
Cette loi de 1991 ne modifie pas non plus la liste des établissements qui assurent le service
public hospitalier et maintient les critères organique et fonctionnel de la définition de ce
service public. En effet, elle se borne à reprendre mot pour mot les dispositions de l’article 3 de
la loi de 1970 dans le nouvel article L. 711-4 de l’ancien Code de la santé publique en indiquant
que « le service public hospitalier est assuré :
1° Par les établissements publics de santé ;
2° Par ceux des établissements de santé privés qui répondent aux conditions fixées aux articles
L. 715-6 et L. 715-10 (PSPH et concessionnaires) », sans reconnaître le moindre monopole aux
établissements publics de santé et donc sans remettre en cause la participation des
établissements de santé privés à but non lucratif au service public hospitalier.
Néanmoins, cette loi de 1991 a reformulé les missions de service public, sans que ces
changements sémantiques aient une quelconque portée sur le fond. En effet, l’article L. 711-4
précité précisait que « Ces établissements garantissent l'égal accès de tous aux soins qu'ils
dispensent. Ils sont ouverts à toutes les personnes dont l'état requiert leurs services. Ils doivent
être en mesure de les accueillir de jour et de nuit, éventuellement en urgence, ou d'assurer leur
admission dans un autre établissement mentionné au premier alinéa.
Ils dispensent aux patients les soins préventifs, curatifs ou palliatifs que requiert leur état et
veillent à la continuité de ces soins, à l'issue de leur admission ou de leur hébergement.
Ils ne peuvent établir aucune discrimination entre les malades en ce qui concerne les soins. Ils
ne peuvent organiser des régimes d'hébergement différents selon la volonté exprimée par les
malades que dans les limites et selon les modalités prévues par les textes législatifs et
réglementaires en vigueur ».
Concernant le service public hospitalier il est ainsi impossible de parler de réforme en 1991, il
faut parler de « modestes retouches »2 ou de « continuité avec la loi hospitalière de 1970 (…)
parfaite »3.
2 V. en ce sens D. TRUCHET, La réforme hospitalière, préc., p. 133.
3 J.-M. de FORGES, La réforme hospitalière de 1991, RDSS 1991, p. 530.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
155
Au surplus, il faut souligner que l’identité (partielle) de définition du service public hospitalier
(qui n’a jamais été assimilé par le législateur au secteur public hospitalier) avec les
établissements de santé n’a semble-t-il jamais posée de difficulté à la doctrine universitaire,
comme à l’administration sanitaire, à la suite de l’adoption de la loi du 31 juillet 1991.
3 – Le gouvernement et le législateur ont supprimé, en 2009, le service public hospitalier, et
par voie de conséquence le statut de la Participation à l’exécution du service public hospitalier
(PSPH) des établissements de santé privés à but non lucratif.
Cette suppression a pour origine la composante commune de définition du service public
hospitalier et des établissements de santé par référence à la mission de soins universels (c’està-dire « les examens de diagnostic, la surveillance et le traitement des malades, des blessés et
des femmes enceintes ») et la décision des pouvoirs publics de l’époque de ne plus distinguer
les soins relevant du service public hospitalier et ceux n’en relevant pas. Ce faisant, ils ont
exfiltré la mission de soins universels du texte et ont donc supprimé ce qui était le critère de
définition propre au service public hospitalier.
Sans ces soins universels, le service public n’avait plus rien d’hospitalier et les établissements
de santé, publics ou privés, qui l’assuraient devenaient des acteurs parmi d’autres susceptibles
de concourir à certaines missions de service public (innommé).
Aussi en supprimant le service public hospitalier le législateur a maintenu et distingué
quatorze missions de service public qui loin d’être nouvelles (à l’exception peut-être de la
PDSES) étaient déjà inscrites dans le Code de la santé publique parmi les missions de service
public reconnues au gré des réformes législatives qui se sont succédées depuis 1970. Soigner
n’était donc plus une mission de service public sauf s’il s’agit de soins palliatifs ou de soins aux
personnes privées de liberté. Cette évolution a été très mal perçue par les communautés
soignantes et dirigeantes des établissements de santé publics et privés PSPH.
En dépit de cette volonté d’une rupture idéologique - que la démarche de rétablissement et de
rénovation du service public hospitalier engagée par la Ministre des affaires sociales et de la
santé entend désormais réparer - la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009, dite loi HPST, n’a
néanmoins rien changé sur certaines valeurs fondamentales puisque si le service public
hospitalier a été supprimé par la loi HPST, le régime juridique qui y était attaché a été maintenu
sous une nouvelle dénomination de garanties de service public. Ainsi l’égalité et ses différentes
facettes (neutralité, accessibilité financière), ainsi que la continuité demeurent applicables :
1° aux patients pris en charge dans les établissements publics de santé (C. santé publ., art. L.
6112-3-1) ;
2° aux patients pris en charge dans les établissements de santé privés d’intérêt collectif (ESPIC),
notion qui intègre tous les ex. PSPH mais qui est plus large que le seul périmètre de l’ex
participation au SPH (C. santé publ., art. L. 6161-5) ;
3° aux patients admis au titre de l’urgence (C. santé publ., art. L. 6112-3) ;
4° aux patients pris en charge par un établissement de santé ou une personne chargée d’une
ou plusieurs missions de service public dans le cadre de ces missions (C. santé publ., art. L.
6112-3).
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
156
Le législateur a ainsi eu recours comme auparavant à la fois au critère organique
(établissement public ou ESPIC) et au critère fonctionnel (au titre de l’urgence ou dans le cadre
d’une mission de service public) pour justifier l’application à un patient des garanties de service
public (soit un critère matériel), ce qui correspond à un périmètre plus large que celui défini
dans la législation antérieure.
Du reste le seul vrai changement aurait pu concerner les conditions d’attribution d’une
mission de service public par appel à candidature (suivant en cela une inspiration libérale du «
new management public » et/ou communautaire). Cependant le fait de prévoir une «
reconnaissance prioritaire », gage de sécurité juridique et de continuité des prises en charge,
aux établissements de santé assurant une mission de service public avant la réforme de 2009 a
limité largement les évolutions.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
157
A4.7 Contribution écrite de la FHP
Fédération de l’hospitalisation privée
Contribution au
pacte de confiance
et la stratégie
nationale de santé
10 décembre 2013
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
158
La FHP pour les patients
Avec une capacité d’un quart de l’offre de soins hospitaliers, les cliniques et hôpitaux privés
assument un tiers de l’activité hospitalière et ne consomment que 17% du financement
consacré au secteur de l’hôpital
Quelques chiffres clés - 8,5 millions de patients accueillis par an
- 1 100 établissements de santé privés
- 154 000 personnels paramédicaux et administratifs dont 54000 infirmiers/ères
- 42 000 médecins dont 90% de médecins libéraux
- 62% des cliniques et hôpitaux privés certifiés sans suivi par la HAS (Haute Autorité de
Santé) et plus de 96% classés en catégorie A ou B pour le score agrégé des indicateurs
qualité des infections nosocomiales
Par spécialités
MCO (médecine, chirurgie, obstétrique)
- 54% de la chirurgie
- 66% de la chirurgie ambulatoire
- 46% de la chirurgie carcinologique
- 600 000 séances de chimiothérapie
- 1 séance de dialyse sur 3
- 2,3 millions de passages dans 130 services d’urgence
- une naissance sur quatre
SSR (soins de suite et de réadaptation)
- 31,5% des séjours en hospitalisation complète dans 448 cliniques privées SSR (30% des
capacités nationales)
- 50% de l’offre en rééducation cardiaque
- 25% de l’offre en médecine physique et réadaptation (MPR)
- 50% de l’offre de soins de suite polyvalents et rééducation nutritionnelle
- près d’un tiers des prises en charges des personnes âgées de plus de 80 ans
- 20 maisons pour enfants à caractère spécialisé (MECS).
Cliniques psychiatriques
- Plus de17% des hospitalisations soit près de 200 000 séjours dans 161 cliniques privées
- 110 000 séjours en hospitalisation complète et 90 000 en hospitalisation partielle.
Source : Rapport sectoriel des cliniques et hôpitaux privés, éditions 2013 et 2012
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
159
Les valeurs de la FHP
 Liberté
Liberté de choix pour les patients, liberté d’entreprendre pour les gestionnaires des
établissements de santé, liberté d’exercice libéral pour les médecins. Toutes ces libertés
sont tournées vers la réalisation de missions de service public du domaine de la santé.
 Responsabilité
Responsabilité économique individuelle nécessaire à la survie de chaque établissement à
caractère privé mais aussi responsabilité économique collective liée à l’efficience de
l’hospitalisation privée
Responsabilité sanitaire individuelle vis-à-vis du patient (qualité de l’information,
pertinence des soins, etc) et responsabilité collective au regard de l’implication dans les
problématiques de santé publique
Responsabilité sociale vis-à-vis du personnel (salaires, formation, évolution,
reconnaissance, intéressement, ..) et vis-à-vis de la société : égalité d’accès aux soins sans
distinction aucune, responsabilité écologique
 Recherche de l’excellence
Les résultats des démarches de certification montrent la qualité des prises en charges
réalisées par les cliniques et hôpitaux privés. Ils veulent être reconnus comme des lieux
d’excellence économique, organisationnelle et médicale.
 Adaptabilité, dynamisme et innovation
Les cliniques et hôpitaux privés savent s’adapter aux situations difficiles (restructuration
des années passées), aux évolutions du secteur (développement de l’ambulatoire), aux
progrès technologiques, aux besoins de prise en charge plus globale des patients dans tous
les domaines de la médecine.
 Rigueur et éthique
Le caractère public des financements et la nature particulière des prestations des
établissements au service de la santé des patients créent une exigence de rigueur et
d’éthique renforcées.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
160
Ce que les Français en pensent
Enquête IPSOS/FHP 4 décembre 2013
•
83% des Français ont une bonne image des cliniques et hôpitaux privés
•
96% des Français estiment important d’avoir le choix de leur médecin ou de leur
établissement de santé
•
92% estiment le secteur privé à même de proposer une bonne qualité des soins
Enquête IPSOS/Vedici Octobre 2012
•
71% des Français ont déjà été hospitalisés dans une clinique ou un hôpital privé
•
87% d’entre eux sont satisfaits
•
82% estiment le secteur privé performant dans la lutte contre les infections
nosocomiales
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
161
PACTE DE CONFIANCE
Contribution de la Fédération de l’Hospitalisation Privée
Dès l’annonce de la mise en place des groupes « pacte de confiance » la FHP a souhaité participer
activement et de manière constructive aux travaux que la ministre a ainsi engagés.
La FHP salue la qualité des échanges qui se sont instaurés entre tous les acteurs présents, tous parties
prenantes du monde de la santé et du soin, tous au service du malade. Qu’ils en soient ici remerciés.
Pourtant dès la première séance, la question de la légitimité des acteurs à parler de service public
hospitalier s’est posée. Et régulièrement, la question du rôle des « privés à but lucratif » a été
évoquée en filigrane des travaux.
L’hospitalisation privée est composée d’établissements à statut commercial (1100) dont les seules
ressources sont : les tarifs et les chambres particulières, et les redevances. Loin des clichés et des
raccourcis, ces établissements sont soumis à des règles strictes qui s’appliquent à eux comme à
l’hôpital public : ils n’ont ni la garantie de ressources, ni accès aux subventions d’équilibre, ni la
certitude que leurs autorisations seront reconduites demain. Les bénéfices de ces établissements, ils
le doivent à leur talent. Et ce bénéfice est massivement réinvesti au service des patients.
Les cliniques privées de notre pays ne s’appuient pas sur les élus qui dirigent leur conseil de
surveillance. Mais sur les malades qui les choisissent. C’est leur force. Et leur faiblesse. Car ces
malades n’ont pas la parole lorsqu’il s’agit d’arbitrer la priorité d’allocations de ressources ou de dire
qui est le mieux placé pour leur prodiguer des soins de qualité..
C’est aussi pour cette raison que les cliniques sont si souvent contraintes d’invoquer le droit et d’en
appeler au juge. Administratif ou Européen. Et le juge leur donne souvent raison : la puissance et le
droit ne se recoupent pas toujours. Mais le droit a souvent le dernier mot.
L’hospitalisation privée en France n’est pas une injure à un système de santé dont certains acteurs
seraient plus vertueux que d’autre. L’hospitalisation privée est l’héritière directe des ordonnances de
1945 et il y a seulement 20 ans que l’assurance maladie ne la gère plus directement. Mais elle
n’existe que par l’optimisation de la ressource.
Les cliniques ne préfigurent pas une médecine à 2 vitesses en ne s’adressant qu’aux plus riches : 25
% des malades couverts par la CMU y sont pris en charge. Et à Sarcelles (Hôpital Privé du Nord
Parisien) comme à Saint Priest (Hôpital Privé de l’Est Lyonnais), pas d’hôpital public mais une
clinique privée. Ailleurs, ce n’est pas une médecine de confort qui serait dispensée dans les
cliniques. Mais bien un indiscutable service médical rendu nécessairement plébiscité par les patients.
Car une clinique dont la patientèle diminue est une clinique en déficit. Et dans le monde de
l’hospitalisation privée, une clinique en déficit c’est une clinique qui disparait : très peu de
financement par des MIG et pas de financement par les AC pour sauver les cliniques.
C’est pour toutes ces raisons que la FHP –forte des 8 millions de patients qui lui font confiance entend participer aux réformes refondatrices comme un acteur à part entière dont le modèle
économique a le mérite de garantir une gestion optimale des ressources. Comme acteur du système
de soins, la FHP –loin des idées reçues sur la sélection des patients-accepte et entend l’existence de
contraintes qui s’imposent au secteur.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
162
Les lignes directrices de la contribution qui vous est transmise sont les suivantes :
1) Le libre choix est un principe fondamental du droit sanitaire Français : il suppose que les
politiques le protègent et que les acteurs de soins s’organisent pour que ce libre choix soit
effectif dans le système de santé.
Il interdit la captation des missions ou des ressources par certains plutôt que d’autres à raison
de leur statut. Il n’interdit pas mais exige une organisation coordonnée de l’offre.
2) Les besoins en santé de l’usager sont le socle de toute réflexion sur le service public en santé
3) Ces besoins sont : prévention, soins, éducation thérapeutique et se conçoivent comme un
tout.
4) Le territoire est la base de toute organisation, dans une logique de service au patient
5) Les financements sont acquis à raison du service rendu et non à raison du statut, dans un
cadre d’attribution parfaitement transparent.
6) La réflexion prospective doit intégrer les besoins nouveaux en matière de maladies
chroniques (SSR et psychiatrie sont particulièrement concernés) liés notamment au
vieillissement de la population.
Jean-Loup Durousset
Président de la FHP
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
Elisabeth Tomé-Gertheinrichs
Déléguée Générale de la FHP
163
Service public de santé territorialisé et Service public hospitalier dans le système de santé
Une urgence sanitaire : décloisonner l’offre et la prise en charge pour mieux servir le patient
I-Repenser le service public dans le système de santé:
1) Le service public de santé : une définition qui se conçoit à partir du service à rendre à
l’usager sur un territoire donné. Il s’entend comme :
 Un ensemble d’obligations.
 Qui s’imposent à tous les acteurs de santé (quel que soit leur statut).
 Sur un territoire donné
 Pour permettre à tout usager (situé sur ce territoire).
 De pouvoir trouver une réponse à ses besoins en santé
2) La mise en pratique de cette définition :
 Repérage par les ARS des « territoires » pertinents.
 Identification de 10 à 20 besoins en santé « fondamentaux » auxquels tout Français
ou résident doit pouvoir avoir accès où qu’il habite .Ces besoins couvrent tant la
prévention, que le curatif, ou l’éducation thérapeutique (tournant historique dans
l’approche du service à rendre à l’usager).
 Engagement contractuel de tous les acteurs implantés sur ce territoire : définition
de la place et du rôle de chacun pour couvrir ces besoins en santé.
3) La prise en charge des publics vulnérables : mieux mobiliser les établissements de soins
 Mise à disposition systématique des espaces et lits vacants aux opérateurs en charge
de l d’hébergement d’urgence et sur la base du volontariat.
 Sur le territoire de santé : organiser la prise en charge de ces publics et leur garantir
l’accès aux soins (quote-part de prise en charge pour tous les acteurs du système
figurant dans le contrat territorial).
4) Le service public hospitalier :
 Le service public hospitalier est juridiquement constitué des seuls établissements
publics de santé. N’appartiennent pas à ce service public hospitalier les
établissements privés (associatifs ou à statut commercial).
 Les établissements publics de santé constituent la clé de voute du système
hospitalier public en France.
 Le Service public de santé national et le Service public de santé territorial sont
assurés par le SPH et les établissements de santé de droit privé (associatifs et à statut
commercial)
 Le service public hospitalier n’a donc pas le monopole du service public de santé,
territorialisé ou national.
5) la « servitude de service public de santé» s’impose à l’ensemble des acteurs de santé sur le
territoire de santé.

les acteurs peuvent-quel que soit leur statut- se voir imposer leur participation au
service public de santé territorialisé à raison des besoins en santé à couvrir.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
164


Nul ne peut être évincé de cette participation au SPST.
Cela suppose une compensation financière transparente qui s’applique à l’ensemble
des parties prenantes.
II- Réformer la prise en charge dans le respect des principes fondamentaux du libre choix du
malade
5) Penser le parcours de soin à partir du malade :
 Le parcours de soins n’est pas une nouvelle organisation administrative qui s’impose
au malade.
 Le parcours de soins est une nouvelle organisation des pratiques médicales et
soignantes : le parcours est garanti par les obligations qui pèsent sur les acteurs de
soins qui vont intervenir dans la prise en charge du malade .Ils ont le devoir de
mettre en oeuvre un parcours dont la traçabilité est organisée et dont la
caractéristique est de s’appuyer sur les complémentarités des acteurs, également
mobilisés dans une logique de service optimal au malade.
 Le parcours de soins constitue une étape de plus dans la logique de réseau.
6) Adapter l’offre à la place croissante des maladies chroniques et invalidantes
(MCO/SSR/PSY)

Le développement de nouveaux types de prises en charge et notamment le
développement des alternatives à l’hospitalisation via l’hospitalisation de jour
pour certaines pathologies, contribuant à la fluidité du parcours.

Leur inscription dans des réseaux particuliers ou filières de prises en charge
spécialisées (AVC, gériatrie, IRC …) avec la mise en œuvre de
coopérations/complémentarités tant en amont avec les services de court séjour qu’en
aval avec les différents acteurs sanitaires et/ou sociaux qui prendront en charge le
patient au sortir du SSR.

Le désengorgement des services d’Urgences, rendu possible via, notamment, les
admissions directes existantes en SSR, et qui constitue un apport fondamental
surtout chez les patients âgés pour lesquels sont évités des transferts souvent
facteurs de perte d’autonomie pour les personnes fragiles
1. L’accès aux consultations externes rémunérées « post » et « pré »
hospitalisation, en dehors des hospitalisations proprement dites qui pourraient
participer à la bonne orientation du patient dans son parcours de soins en lui
apportant une réponse adaptée à la prise en charge que sa pathologie et
d’éventuels facteurs associés (dépendance, isolement social …) nécessitent ;
2. Le développement de la Télémédecine, qui permettrait de lutter ici contre les
déserts médicaux présents et à venir ou limiter le recours à l’hospitalisation ;
3. Le développement de la coopération avec les maisons et pôles de santé
pluridisciplinaires, dans le cadre d’une meilleure complémentarité des prises
en charge
4. Le développement de la pratique des séjours de répit, bénéfiques tant pour
les familles et aidants en ce qu’ils les soulagent, que pour le patient, en ce qu’il
permet la réévaluation et l’adaptation de sa prise en charge au cours de
l’hospitalisation.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
165
7) La prise en charge de la psychiatrie ne doit pas faire l’objet d’un traitement différencié


La FHP n’a pas compris le choix de traitement différencié de cette discipline qui a
été traitée sous l’angle « service public » dans le groupe 3 . Rien ne peut justifier
une telle approche.
Comme pour les autres disciplines, l’activité libérale et des cliniques se conjugue
avec les activités ambulatoires et hospitalières du secteur public pour couvrir les
besoins
III- Le financement du service public de santé et plus largement du système sanitaire
L’efficience et la transparence des financements comme pré-requis :
8) La politique tarifaire conduite ces dernières années a conduit à générer un effet ciseau
préoccupant entre l’évolution des coûts et des recettes au sein des établissements de santé
publics et privés.
9) Pour autant, ni l’unicité de l’ODMCO, ni la T2A ne doivent être remis en cause. Les
aménagements doivent tenir autour de trois axes :
 Le renforcement de la responsabilisation des professionnels par la signature
d’accords pluriannuels avec l’Etat répondant ainsi à un double objectif :
lisibilité des orientations de santé publique et des contraintes médicoéconomiques.
 Le développement d’outils de tarification plus discriminants, sans être
élitistes, s’appuyant sur la prise en compte du niveau de qualité de la prise
en charge.
 La transparence des politiques publiques tarifaires incitatives, dans leur
construction et sans leur mise en œuvre.

Une politique d’évaluation des politiques de santé publique et des financements
afin de veiller à une équité de traitement pour un même service rendu, une même
mission assurant ainsi l’efficience de notre système de santé.

Il est nécessaire de maintenir un système de régulation de l’ONDAM
s’appuyant sur de ressources non pérennes telles que les Aides à la
Contractualisation.

La FHP promeut une politique de contractualisation au niveau national sur
les choix qui relève des règles de répartition des ressources (ventilation et
utilisation des migac, politique tarifaire)
10) L’harmonisation des mécanismes tarifaires doit être re-posée : (socle tarifaire commun ou
mécanisme de financement identique pour les 3 secteurs d’activité : MCO/SSR/Psychiatrie)
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
166
Ressources humaines et dialogue social
1) Simplifier l’accès aux métiers hospitaliers et améliorer la formation:
11) Supprimer les quotas d’entrée dans les écoles : les formations des professions
réglementées doivent être accessibles au plus grand nombre.
12) Favoriser la création d’écoles privées ouvertes à tous (financement taxe
professionnelle) et augmenter la place des établissements privés dans le cadre de la
formation des paramédicaux (présence de la FHP dans les instances de décisions)
13) La FHP promeut la formation en alternance y compris pour les infirmières en
s’engageant auprès des CFA (Centres de formation en apprentissage).
14) Prendre en compte les déséquilibres causés par la signature du protocole LMD : Afin
de maintenir l’équilibre entre les deux secteurs (privés et publics), la FHP demande une
enveloppe spécifique destinée à financer cette remise à niveau.
15) A propos des infirmières de bloc opératoire : la FHP souhaite la mise en place rapide de
la VAE pour le diplôme d’IBODE sous réserve de financements associés et dédiés).
16) Améliorer la formation initiale médicale : gestion, organisation administrative, vie en
équipe, accréditation, langues étrangères : enseignements nécessaires et obligatoires.
2) Enjeux de qualité de vie au travail :


Répertorier, promouvoir et mettre à disposition les bonnes pratiques de gestion
mises en place par les établissements de santé (ministère)
Prévoir des dispositifs d’aides, notamment financières et techniques, accessibles à
l’ensemble des établissements pour promouvoir la qualité de vie au travail et
diminuer le turn over, en permettant par exemple aux établissements de santé privés
d’accéder véritablement aux appels d’offres lancés par la DGOS, notamment sur les
risques psychosociaux .
Organisation et fonctionnement

Mettre fin à l’a-symétrie réglementaire et fiscale entre les acteurs de santé : le régime
du droit de grève, les charges sociales et les contrats d’engagement


Instaurer une réglementation du droit de grève applicable à l’ensemble du secteur de
la santé quel que soit le mode d’exercice des établissements.
 Unifier les charges sociales et fiscales des établissements de santé à raison de leur
objet social et non de leur statut
 Légaliser les clauses de dédit-formation aujourd’hui impossible dans le
secteur privé (engagement de servir des personnels formés et diplômés dans
le cadre de la formation continue)
Le transfert de tâches : l’article 51 de la loi HPST
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
167
L’article 51 de la loi HPST du 21 juillet 2009 permet la mise en place, à titre dérogatoire et à
l’initiative des professionnels sur le terrain, de transferts d’actes ou d’activités de soins. Ces
initiatives locales prennent la forme d’un protocole de coopération qui est transmis à l’ARS. Celle-ci
vérifie la cohérence du projet avec le besoin de santé régional, avant de le soumettre à la HAS.

Développer les transferts de tâches et de compétences entre médecins et
infirmiers à travers la validation des acquis de l’expérience (VAE). L’une
des pistes les plus pragmatiques consiste à permettre aux infirmiers de voir
leurs acquis reconnus comme de nouvelles compétences via la VAE et dans
le cadre de la formation continue. Ainsi, ils pourraient effectuer certains
gestes, actes et/ou prescriptions aujourd’hui de la compétence des médecins.
Il est également possible de s’inspirer des avancées législatives accordées
aux aides soignantes dans le cadre de l’hospitalisation à domicile
En conclusion : la FHP propose de réorganiser le service public autour de la notion d’usager et de
territoire. Elle est favorable à la création d’un service de santé territorialisé qui engage tous les
acteurs pour répondre aux besoins en santé des usagers.
Parallèlement le parcours de soins-entendu comme une organisation collective autour du patient-est
un impératif désormais. L’offre de soins doit être refondée pour mieux prendre en compte les
maladies chroniques et invalidantes qui sont –avec le vieillissement de la population- un enjeu
majeur aujourd’hui.
Concernant les travaux sur la réforme de la tarification, la position de la FHP est claire.
Harmonisation des mécanismes, transparence et équité doivent prévaloir : à service égal rendu,
financement égal.
Le système n’évoluera pas sans une réforme énergique de la formation des infirmiers (extension du
nombre d’infirmiers formés et un assouplissement ciblé et contrôlé des règles d’exercice).
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
168
A4.8 Contribution écrite de la FNCS
CYCLE DE CONSULTATION POUR LA MISE EN PLACE D'UN SERVICE PUBLIC TERRITORIAL
DE SANTÉ
CONTRIBUTION DE LA FNCS
La mise en œuvre d’un service public territorial de santé nous semble une question décisive
dans un pays où les professionnels de santé, et tout particulièrement les médecins, s’ils sont
globalement en nombre suffisant, sont territorialement très inégalement répartis.
L’accès de tous les Français, sur l’ensemble du territoire, à des soins de qualité étant une priorité
absolue pour le gouvernement, la Ministre de la santé a présenté, en décembre 2012, un « pacte
territoire-santé ».
Depuis 5 ans, 2 millions de Français supplémentaires sont touchés par la désertification
médicale. Les inégalités entre les territoires ne cessent d’augmenter, alors que la France est un
des pays au monde où il y a le plus de médecins. Cette inégalité de répartition territoriale
dépasse l’opposition ancienne entre territoires urbains et ruraux et conduit à poser la question de
l’origine de ces inégalités qui deviennent infra-territoriales. C’est ainsi que dans un quartier
pauvre de 10 000 habitants, à Nanterre, au centre de l’Ile-de-France, on ne trouve plus qu’un
seul généraliste.
Les inégalités sociales et territoriales de santé sont mises en avant par un ensemble d’études qui
montrent que de nombreux territoires cumulent différentes inégalités.
S’attaquer à cette situation nécessite de définir un cadre à l’action publique dans le domaine de
la santé pour les années à venir.
Pour la FNCS, ce cadre ne peut être porté que par l’Etat, seul garant d’une répartition
équilibrée entre les territoires. Tout montre que l’équité en santé ne peut procéder de la seule
initiative locale. La répartition très déséquilibrée des médecins sur le territoire en est la
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
169
démonstration. Un panier minimal de service public de santé (déterminé par l’ensemble des
acteurs) doit être garanti à chaque Français par l’Etat. Une fois ce cadre de base assuré, il doit
être laissé aux acteurs locaux des capacités d’initiative au niveau local.
Nous aborderons ci-dessous les différents points sur lesquels notre contribution a été sollicitée.
Celle-ci n’a pas vocation à être exhaustive et se limitera à éclairer quelques points qui nous
semblent particulièrement importants.
LA GOUVERNANCE


 Au niveau national
Une « stratégie nationale de santé », avec des priorités de santé publique, doit être définie. Elle
doit aussi édicter des normes quantifiées d’accès aux soins, fixant des objectifs clairs aux
politiques d’aménagement de l’offre de soins que mèneront les ARS pour donner à l’ensemble
des Français des garanties égales en matière d’accès aux soins (cf Proposition 1 du rapport
d’information sur offre de soins).
Définir des zones de santé prioritaires : Sur le modèle des « health action zones »
britanniques qui a fait ses preuves, nous préconisons un plan de rattrapage en soutenant et
développant de façon prioritaire les services publics de santé, de promotion de la santé, de
prévention et dépistage dans les territoires où le niveau de pauvreté est le plus important. Nous
suggérons une jonction entre les priorités géographiques de la politique de la ville et les zones
prioritaires de santé.
Élargir la définition de l’offre de soins de premiers recours dans la prochaine loi de santé
publique : le code de la santé publique devrait reconnaître la spécificité de l’offre de soins de
premier recours en mettant en avant le caractère interdisciplinaire des soins de premiers recours
et les missions de santé publique qu’ils comprennent.
Elle permettrait dans le même temps de promouvoir une prise en charge globale de la santé
d’une population plutôt qu’une logique de distribution des soins. Elle consisterait à introduire
dans l’activité des généralistes une forte part d’actions de santé publique, notamment de
prévention (cf. encadré ci-dessous), pour lesquelles des délégations de tâches devraient
permettre de dégager le temps médical nécessaire.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
170
Les « pratiques cliniques préventives » évoquées par la société française de santé publique
Le médecin généraliste est bien placé pour effectuer différentes actions de prévention :
- des actions de prévention médicalisée : vaccination, repérage précoce et intervention brève
(alcool, cannabis etc.), dépistage opportuniste (i.e. en présence de facteurs de risques
cardiovasculaires) ou organisé (notamment pour le cancer du sein), consultation de synthèse annuelle
pour certaines maladies (à l’image de ce qui est prévu à l’hôpital pour le VIH), traitements visant à
réduire l’apparition de complications ou des rechutes, etc. ;
- des actions d’information et de conseil des patients sur des risques très divers : tabagisme,
nutrition, hygiène, risques sportifs ou au travail, etc. ; - des actions d’éducation pour la santé qui, audelà d’un simple conseil, visent à permettre au patient de faire des choix éclairés concernant leur
santé : contraception etc. ;
- des actions d’éducation thérapeutique du patient : visant à aider les malades, notamment
chroniques, à adopter de nouveaux comportements.
Source : Société française de santé publique, « Des missions de santé publique pour les médecins généralistes », note de 23 juin 2008.
Une mise en place d’un financement différent du « paiement à l’acte » pour dépasser la
course à « l’acte » qui favorise la concentration des professionnels sur les mêmes territoires et
permettre également une prise en charge globale des usagers. Le mode de « rémunération à
l’acte » a été construit pour un fonctionnement « libéral » isolé et pour une activité médicale
curative dont l'objet principal est la « réparation ». Tout comme la « tarification à l’activité » à
l’hôpital, ce système a montré ses limites et ses effets pervers. Il suscite de plus en plus
d’opposition car en privilégiant uniquement l’acte de soins il ne permet pas une démarche de
prise en charge d’un « parcours de santé » intégrant les dimensions préventive et éducative,
notamment dans le cas des pathologies chroniques. D'autant que celles-ci nécessitent souvent
l’intervention de plusieurs professionnels de santé dont les modes de rémunération sont
différents, certains ne correspondant pas à des actes nomenclaturés (psychologues, diététiciens,
podologues). En outre, la rémunération à l’acte ne prend pas en compte les temps dévolus à la
coordination entre professionnels, essentielle à la pratique d’équipe et à la sécurisation du
parcours de santé.
 Au niveau de la politique de la ville
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
171
Plusieurs années d’expérience des Ateliers Santé Ville dans le cadre de la « politique de la ville
» associant les usagers, les professionnels médicaux, sociaux, les élus locaux ont permis
d’établir des diagnostics. Ils ont éclairé la notion de territoire de santé, ils ont expérimenté la
recherche d’indicateurs de santé à la fois quantitatifs et qualitatifs pour un territoire et, grâce à
eux, de définir des priorités locales de santé.
De leurs cotés, depuis deux ans, les Contrats Locaux de Santé entre les collectivités
territoriales et l’ARS, sur la base d’objectifs de santé publique négociés à la fois sur la base des
priorités régionales et plus locales permettent un dimensionnement sur mesure de l’action
publique selon les territoires. Des tableaux de bord d’indicateurs sont mis en place comme
autant d’éléments de pilotage de ses objectifs négociés. Leur dimensionnement territorial est
adaptable et peut concerner le quartier, la ville, un regroupement de communes.
Ces contrats locaux de santé demandent à être développés et stabilisés. Ils nous semblent une
bonne base de départ pour croiser « politique de la ville » et « politique de santé », sans obliger
à inventer de nouveaux dispositifs.
D’ailleurs, dans le rapport du Comité de sages le chapitre « Un service public territorial de
santé : six recommandations », une d’entre elles intitulée « Renforcer les outils d’appui à
l’intégration des acteurs territoriaux » propose de consolider les « Ateliers santé villes » et les
« contrats locaux de santé », ces derniers intégrant la participation des acteurs de santé.
Le contenu d’un SPTS


Les fameuses lois de « Rolland » définissent les valeurs du service public : continuité,
mutabilité, égalité et neutralité, ce noyau de principes s’impose à tout service public au respect
desquels veille particulièrement le juge administratif ?
Définir les niveaux d’accessibilité :

 Lever l'obstacle financier d'accès aux soins.
Dans la feuille de route de la Stratégie nationale de santé (sept 2013), il est écrit : « Il faut lever
tous les obstacles financiers à l’accès aux soins. Nombre de nos concitoyens rencontrent des
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
172
difficultés d’accès à certains services de santé et peuvent être conduits à renoncer à des soins
pour des raisons financière en raison du reste à charge ». Il nous semble donc nécessaire que :
Les équipes SPTS doivent pratiquer des tarifs conventionnés, secteur 1
Les équipes SPTS doivent pratiquer le Tiers payant
Comme le propose le rapport « Archimbaud », un patient intégrant un parcours en secteur 1
doit pouvoir le poursuivre en secteur 1,
Nous attirons l’attention sur le fait que les seuls, aujourd’hui, à répondre à l’ensemble de ces
principes en ambulatoire (comme cela est inscrit dans la loi) sont « les centres de santé ».
Mme la Ministre a demandé une généralisation du Tiers payant en ambulatoire. Nous regrettons
le tôlé que cette proposition a suscité parmi de nombreux représentants de syndicats de
médecins.
 Une offre de soins de premier recours disponible sur l’ensemble du
territoire.
Il nous semble donc nécessaire de :
- Favoriser le développement de structures « d’exercice regroupé et coordonné des soins »
notamment dans les zones sous dotées. C’est le cas notamment des centres de santé qui
accueillent différents types de professionnels concourant tous à l’offre de soins de premier
recours,
Favoriser le développement de structures salariant les professionnels de santé et les
libérant du paiement à l’acte en favorisant une approche globale et des actions de prévention,
d’éducation thérapeutique,
Rémunérer forfaitairement du temps dédié à la prévention pour ces structures, en fonction
du nombre de patients pris en charge et de leur précarité (ex des maisons de santé belge,
équivalent de nos centres de santé),
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
173
- Rémunérer de manière forfaitaire du temps de coordination,
Créer un statut unique entre praticien hospitalier et praticien ambulatoire permettant plus
de fluidité dans les parcours professionnels (proposition de la mission d’information
parlementaire sur l’offre de soins).
Les outils d’un SPTS


 L'interopérabilité des systèmes d'information.
Une liaison entre les différents « systèmes d’information » de santé est nécessaire constituant
ainsi un atout essentiel de la coordination des soins.
 Mettre en place des tableaux de bords de données de santé par territoire.
Actuellement le plus souvent globalisés au niveau de la région, ces tableaux de bords
permettraient de disposer d’outils décisionnels utilisables au niveau local.
Un contenu minimal commun devrait être défini pour tous les territoires puis alimentés
annuellement par les institutions concernées.
On y retrouverait notamment des :
 Données de démographies sanitaires : CNAM (Sniiram) et ordres
 Données CMU, AME ALD, invalidité
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
174
 Données de mortalité : espérance de vie, mortalité prématurée
 Données du Conseil général : mortalité prématurée, suivi des grossesses, bilan des enfants,
taux de vaccination
 Données association dépistage des cancers : K du sein, K du colon
 Données de l’Education nationale : suivi par le service de médecin
 Données environnementales
 Données hospitalières du territoire (PMSI)
Les centres de santé dans le SPTS


Les centres de santé jouent un rôle majeur pour garantir à tous l'accès à des soins de qualité.
Depuis 50 ans ils se sont implantés dans le paysage sanitaire français en tant que structures
sanitaires pluridisciplinaires de premier recours. Leurs atouts :
- Impliqués dans les territoires, ils s’appuient sur un projet local de santé publique et
constituent des points d’appui forts pour la mise en œuvre des politiques territoriales de santé, en
lien étroit avec les ARS, notamment pour les centres impliqués dans les actions locales. Ils sont
souvent implantés dans les territoires prioritaires de la Politique de la Ville, où ils sont souvent
les seules structures sanitaires. Ils sont intégrés dans le volet santé de cette politique (Ateliers
Santé Ville) ou dans les Contrats Locaux de Santé.
Mettant en œuvre un « exercice regroupé et coordonné » (ERC), qui a montré son efficience et
sa pertinence dans l’organisation des soins primaires, ils s’appuient sur une organisation «
pluri-professionnelle » qui constitue une réponse adaptée au suivi des pathologies chroniques
exigeant une approche globale des patients et le développement des parcours de santé
(articulation entre prévention, soins, éducation thérapeutique).
- Leurs modalités organisationnelles rencontrent les aspirations des jeunes professionnels de
santé qui plébiscitent l’exercice en équipe et le statut de salarié. - Facilement articulés avec
l’hôpital, ils en partagent les orientations et les valeurs de service public.
- La pratique systématique du tiers payant, le respect des tarifs opposables, la mise en place
d’un accompagnement social des patients (voire de programmes spécifiques d'accès aux soins
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
175
pour les plus vulnérables) par leurs gestionnaires en font des acteurs majeurs de la lutte contre
les inégalités sociales de santé. Ils constituent souvent la seule possibilité de recours aux soins
pour les patients n'ayant pas d'assurance maladie complémentaire.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
176
A4.9 Contribution écrite de la FNEHAD
Contribution de la Fédération Nationale des Etablissements d’Hospitalisation A Domicile
à la réflexion sur le SPTS
La FNEHAD souscrit à l’ambition affichée de satisfaire certains objectifs fondamentaux relatifs à la
santé tels que réduction des inégalités de santé, fluidité des parcours des patients, prise en compte
des défis liés au vieillissement et à l’augmentation des polypathologies. Elle se félicite que soit pris
en compte le contexte budgétaire contraint et salue la volonté de renouveler la notion de service
public en ancrant cette disposition dans une approche territoriale.
Sa contribution au travail entrepris vise à décliner ces principes et à permettre une opérationnalité
rapide du SPTS.
1-Les notions de parcours de santé, de territorialité et de responsabilité populationnelle doivent
être les principes fondateurs de la nouvelle organisation des soins

Le patient ne doit plus faire les frais de la complexité du système de soins.

Mettre en place une fonction de coordination sur le territoire, aux principaux points de
rupture : ville/hôpital, sanitaire/médico-social.

La redondance de l’offre sur certains segments ne doit plus coexister avec des besoins
insatisfaits sur d’autres segments.

Favoriser la mise en place de filières qui combinent les différents modes de prises en charge
et privilégient une approche globale de la prise en charge du patient.

La permanence des soins doit être effective, là où c’est nécessaire, et au meilleur rapport
qualité/coût

Organiser une permanence des soins qui mobilise le bon niveau de compétences et limite
au strict besoin des urgences vitales le recours aux urgences hospitalières

L’organisation de la santé doit répondre à une logique de réponse aux besoins de la
population sur le territoire et ne plus être le fruit d’une approche planificatrice des structures
existantes ou à créer.

Les structures présentes sur un territoire qui souhaitent participer au SPTS devront
répondre à un cahier des charges dans lequel l’accessibilité de l’offre et la non sélection des
patients seront des éléments essentiels
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
177

L’efficience financière doit être appréciée par la capacité des offreurs de soins à concilier
accessibilité financière pour le patient (« reste à charge ») et respect d’une enveloppe de dépense
prédéterminée.

Instituer une approche de paiement par forfaits et privilégier les tarifications à l’activité
pour les prises en charge à caractère pluridisciplinaire

La prise en compte de la demande d’être pris en charge au domicile doit être mieux
appréciée et la dimension sociale des prises en charge davantage recherchée

Favoriser la prise en charge au domicile, chaque fois que cela est possible, tout au long du
parcours de santé (et pas seulement de soins) et s’appuyer sur les expertises existantes en matière
de coordination.

La démocratie sanitaire doit se décliner sur le terrain et ne pas être trop focalisée sur
l’institutionnel

Associer les usagers à la gouvernance territoriale du SPTS pour leur permettre d’exprimer
globalement leur attente au-delà du positionnement des structures d’offre.
2-L’hospitalisation à domicile a toute sa place dans le SPTS
•
Le recours à l’hospitalisation avec hébergement doit être limité aux justes besoins générés
par l’utilisation des plateaux techniques et la nécessité d’assurer une réanimation ou une
surveillance continue
•
Inscrire les prises en charge dans une logique de filière de prise en charge territorialisée qui
ne mobilise l’hospitalisation conventionnelle que lorsque celle-ci est indispensable
•
Notre pays souffre non seulement d’un usage inapproprié de l’hospitalisation
conventionnelle mais également d’une étanchéité forte entre hospitalisation et ambulatoire d’une
part et sanitaire et médico-social d’autre part
•
Inciter les établissements hospitaliers conventionnels à anticiper les sorties des malades et
à s’articuler avec la ville et le médico-social pour coordonner l’admission et la sortie des patients.
•
Les établissements d’hospitalisation à domicile, fréquemment en situation de « monopole
territorial » notamment dans les territoires ruraux, sont soit publics soit privés à but lucratif et non
lucratif mais sont tous appelés à assurer le même service aux patients.
•
Permettre à tous les établissements d’HAD indépendamment de leur statut de participer au
SPTS en dehors de tout lien avec un établissement d’hospitalisation conventionnel.
•
La circulaire DGOS/R4/2013/398 du 4 décembre 2013 relative au positionnement et au
développement de l’hospitalisation à domicile pose un principe de suivi de la prescription d’HAD
par les établissements de santé conventionnels par le biais de leurs CPOM mais ne prévoit pas de
suivi de la prescription par les médecins généralistes
•
Prévoir un intéressement des médecins généralistes à la prescription d’HAD, par le biais
d’un nouveau critère de la rémunération sur objectif de santé publique.
•
La prise en charge au domicile doit se faire en toute sécurité et à niveau de qualité
prédéfini et évalué. Certains soins, de par leur nature hospitalière, relèvent d’une hospitalisation
complète et, par substitution à celle-ci, de la seule HAD.
•
Définir, en lien avec les sociétés savantes et la HAS, filière par filière, les étapes de prise en
charge qui doivent être assurées en HAD et veiller à ce que le recours aux prestataires le soit dans
le strict respect de leurs compétences.
•
Le principe de responsabilité populationnelle est confirmé par la circulaire du 4 décembre
2013 qui rappelle la nécessité de déployer l’offre d’HAD en s’appuyant de façon privilégiée sur les
structures existantes et d’éviter de multiplier les autorisations afin de ne pas fragiliser une offre
encore jeune.
•
Veiller à l’application, par les ARS, de ce principe de responsabilité en évitant de créer de
nouvelles structures sur des territoires déjà couverts par une autorisation
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
178
•
L’HAD couvre, pendant toute sa durée, la totalité des coûts (honoraires médicaux,
médicaments hors liste en sus, matériel et dispositifs médicaux, …) sans reste à charge pour le
patient, après intervention du régime obligatoire et des régimes complémentaires d’assurance
maladie. Si son modèle économique lui permet d’intervenir dans la plupart des situations, elle est
difficilement en mesure, dans le cadre de son financement actuel (à 100% T2A) de prendre en
charge les patients isolés dans des territoires très éloignés.
•
Appliquer le dispositif prévu par le PLFSS 2014 (accès aux zones et patients isolés) aux
structures d’HAD
•
L’HAD est considérée (par l’IGAS-2010 et la Cour des comptes – 2013) comme un « expert
de la coordination ». Elle joue aujourd’hui ce rôle pour les patients identifiés comme relevant de
l’HAD par les prescripteurs, et pour eux seuls.
•
Faire jouer aux HAD un rôle d’orientation vers l’aval, pour tous les « cas complexes » de son
territoire d’autorisation. Ce rôle d’ « aiguilleur », distinct du cœur de métier de l’HAD donnerait lieu
au versement d’une MIG.
•
L’HAD voit son activité étroitement contrôlée par l’assurance maladie afin que ne soient
pas admis en HAD des patients qui relèveraient de modalités de prises en charge ambulatoires
moins structurées et donc moins couteuses. Cet encadrement assure le respect du principe « qui
peut le plus ne peut pas le moins ».
•
Etendre aux établissements de santé avec hébergement et aux autres offreurs la même
logique de hiérarchisation selon un principe de subsidiarité territorialisé.
FNEHAD 16 décembre 2013
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
179
A4.10 Contribution écrite du Professeur Pierre GIBELIN, Personnalité Qualifiée
Contribution à la mission « service territorial de santé et
service public de santé » présidée par madame B.Devictor,
Proposée par le professeur Pierre Gibelin CHU Nice
(Personne Qualifiée)
La loi HPST a supprimé le service public hospitalier et l’a remplacé par une liste de
14 missions de service public ouvertes à tous les établissements. La nouvelle loi doit
rétablir le SPH. Toutefois, comme nous l’a expliqué Mme Lemaire, du fait de l’effet
« cliquet », un retour en arrière complet semble difficile, notamment sur l’attribution
de certaines missions de service public aux établissements de santé privés comme la
permanence des soins continue (urgences) et l’enseignement aux internes.
De ce fait il est important de renforcer l’encadrement de la mission de la permanence
de soins continus (urgences) des établissements privés afin d’éviter certaines dérives
qui ont pu se produire.
En effet 50% environ des urgences vues à l’hôpital public comme en clinique privée
ne sont pas de véritables urgences.
Ainsi certaines cliniques privées pratiquent bien le tarif opposable pour ces malades
« pseudo urgents » vus dans leurs missions de service public, mais les font revenir le
lendemain ou surlendemain pour poursuivre les investigations et prise en charge avec
dépassement d’honoraires (que le patient soit revu en cabinet privé, en consultation
ou hospitalisation dans la même clinique).
De plus dans le cas des véritables urgences, après avoir fait le bilan complet (IRM,
Scanner, échographies….. Investigations « les plus rentables ») le patient est souvent
adressé aux urgences du service public. Il s’agit habituellement de patients âgés ou
réclamant des soins spécialisés non faits dans l’établissement (par exemple les
accidents vasculaires cérébraux).
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
180
Pour pallier, dans la mesure du possible, à ces deux dérives je propose d’inclure dans
la future loi quatre éléments essentiels, à savoir :
-
Tout patient qui a été vu dans le cadre de l’urgence dans un établissement
privé devra être pris en charge avec tarif opposable pendant les huit jours qui
suivent sa consultation pour toutes les pathologies en lien avec celle pour
laquelle il a consulté quel que soit le lieu et le médecin qui le prend en charge ;
-
Qu’il soit impossible de transférer un malade d’un centre d’urgence à un autre.
Si le patient nécessite des soins spécialisés qui ne se font pas dans
l’établissement le patient sera transféré directement dans un service spécialisé
d’un autre établissement public ou privé, après avis du responsable de ce
service.
-
Le patient doit pouvoir choisir le lieu où il est adressé en urgence. Ceci est
également vrai pour le patient hébergé en maisons de retraite et EHPAD. Si
celui-ci est dans l’incapacité de faire ce choix c’est la famille ou tuteur qui
aura décidé lors de l’entrée de la personne en maison de retraite
-
Le patient ou sa famille devra être informé dès son admission aux urgences de
ses droits sur les modalités de remboursement de la prise en charge
Il faut prévoir, parallèlement, des moyens de contrôle :
-
si la loi n’est pas suivie et que des dérives sont constatées le contrat sera
dénoncé et la mission de service public retirée.
NB : En ce qui concerne l’appellation « Hôpital » : on constate une utilisation de
plus en plus fréquente de ce terme par des établissements privés, qui prête à
confusion pour les malades.
Quelle en est la raison ?
Ne serait-il pas nécessaire de réserver l’appellation « hôpital » à l’hôpital public ?
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
181
A4.11 Contribution écrite du SNIIL
Contribution aux réflexions sur le STS
Représenté dans les différents ateliers, et assemblées qui ont permis l’élaboration du Service
Territorial de Santé, le Sniil, en tant que premier syndicat des infirmières et infirmiers libéraux vous
adresse sa contribution afin de formaliser les demandes et craintes déjà soulevées lors des travaux.
Bien que souscrivant à ce besoin de coopération pluri-professionnelle sur le terrain, nous
souhaitons attirer votre attention sur certains points.
L’infirmière libérale : facteur d’accessibilité et relais de la continuité des soins au domicile du
patient
Ancrée dans les territoires aussi bien ruraux qu’urbains, l’infirmière libérale demeure le seul
professionnel de santé intervenant au domicile 7/7j afin de répondre aux besoins de santé des
patients. Cette proximité, la connaissance des différents intervenants, la maitrise du tissu médicosocial local ainsi que sa formation légitiment ce rôle de pivot de la coopération.
L’infirmière libérale est de ce fait, un maillon incontournable aussi bien de la coordination villehôpital qu’intersectorielle. Elle pourrait ainsi contribuer, avec des Systèmes d’Informations
adéquats, à améliorer la réponse non seulement aux besoins de santé des usagers, mais également
aux enjeux de la santé publique.
La mobilité qui caractérise cette profession, l’application des tarifs opposables, mais aussi la
dynamique de sa démographie1, en fait un offreur de soins incontournable d’un service
territorial de santé qui souhaiterait répondre à des exigences d’accessibilité et de continuité des
soins.
__________________________________________________________________________
1 Au 1er janvier 2013, on compte 97 564 infirmiers libéraux ou mixtes repartis sur l’ensemble des territoires. Les effectifs
d’infirmiers libéraux augmenteraient de 2,9 % par an d’ici à 2030 selon les estimations de la Drees avec une répartition de
plus en plus égale sur le territoire. Sources : Les professions de santé au 1er janvier 2013, Daniel Sicard, Drees,
Série statistiques n°183, août 2013 et La démographie des infirmiers à l’horizon 2030, Drees, n°760, mai
2011.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
182
Le Sniil et le STS
Bien que soutenant les fondements et les objectifs du STS, le Sniil s’interroge sur son actuelle mise
en œuvre.
a. La multiplicité des gouvernances : Le sniil appelle à une certaine vigilance sur ce point lors de
l’élaboration du rapport. En effet les différentes strates de gouvernance prévues par le STS ainsi
que le manque de transparence sur l’articulation avec les structures préexistantes sur le terrain,
rendent complexe cette future organisation de l’offre de soins.
→ Afin d’assurer une plus grande lisibilité du dispositif, il est souhaitable, qu’un mode d’emploi soit
prévu aussi bien pour les usagers que pour les professionnels.
b. Le Sniil soutient le principe de « territorialisation ascendante » du dispositif mais demande à ce
que l’infirmière libérale soit acteur à part entière du Plan Local de Santé, dès son initiation.
→ Les projets devront émaner des professionnels de santé et des usagers, les élus agissant en tant
que soutien à la promotion de ces initiatives.
c. Le Sniil demande à ce qu’il y ait une formalisation des financements au niveau national pour ne
pas mettre en difficulté les premiers projets qui naîtront du dispositif.
→ Cette formalisation devra prendre en compte la répartition du financement entre les offreurs de
santé mais aussi les modalités de perception de ces financements (via des structures ou pas).
d. L’intitulé du dispositif : Le Sniil reste effectivement réticent à ce que dans le titre initial, le «
Service Public », s’applique aux professionnels de santé libéraux.
→ Aussi, le Sniil préconise l’utilisation de l’intitulé suivant : « Service Territorial de Santé Publique
(STSP) » dans laquelle s’inscrit naturellement l’activité de l’infirmière libérale.
Paris, le 27 décembre 2013
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
183
A4.12 Contribution écrite du SNMPMI
Union Confédérale des Médecins Salariés de France
Syndicat National des Médecins de Protection
Maternelle et Infantile (S.N.M.P.M.I.)
Siège social, secrétariat :
65-67 rue d’Amsterdam
75008 Paris
Tél : 01.40.23.04.10
Fax : 01.40.23.03.12
Mèl : contact@snmpmi.org Site internet : www.snmpmi.org
Ouvrir de nouveaux horizons pour la PMI
Note d’orientation sur les enjeux d’avenir pour la PMI
(Assemblée générale du SNMPMI avril 2013)
Eléments de contexte
La situation actuelle des collectivités locales et du système de santé place les services
de PMI-planification familiale face à un nœud de difficultés. Alors que leur vocation
première est d’apporter des réponses globales en terme de prévention et de promotion
de la santé auprès des enfants, des familles, des femmes et des jeunes, diverses
instances décisionnelles nourrissent des réflexions distinctes quant aux évolutions
envisagées, mais toutes susceptibles d’éloigner les services de PMI de leurs missions
fondamentales. Certains décideurs départementaux perçoivent essentiellement le rôle
de la PMI comme celui d’un bras sanitaire de la protection de l’enfance ou comme celui
d’un filet sanitaire résiduel répondant aux seules situations d’urgence sociale. D’autre
part, la situation de pénurie grandissante du système de soin de proximité, notamment
sur le plan pédiatrique et gynéco-obstétrical, peut conduire certaines ARS à envisager
le recours croissant aux professionnels de PMI dans le cadre des soins curatifs, alors
même qu’une situation de démographie défavorable des professions de santé touche
dès à présent directement les services de PMI eux-mêmes (cf. notamment notre étude
sur la situation des médecins de PMI de nov. 2011).
Il s’agit donc d’évolutions inspirées par des contraintes conjoncturelles,
organisationnelles et ne portant que sur une partie des missions de la PMI, les
réduisant le plus souvent à une fonction de variable d’ajustement.
Dans ce contexte la présente note vise à rappeler brièvement les acquis fondamentaux
du dispositif de PMI qu’il est essentiel de préserver, et à discuter des pistes d’évolution
prenant en compte les enjeux actuels en matière d’accès aux soins, à
l’accompagnement et au soutien individuel et familial.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
184
1. Originalité du dispositif de PMI dans le système de santé français
La description du dispositif de PMI et l’explicitation des missions à préserver, à
promouvoir et à développer ont fait l’objet d’un document publié en 2011 par 14
organisations professionnelles, syndicales, familiales et citoyennes, cf.
http://www.snmpmi.org/IMG/pdf/document_inter_organisations_avenirPMI__4nov2011_pour_les_sites.pdf
Quelles sont les principales caractéristiques du dispositif de PMI ?
- Implication de divers acteurs (Etat, collectivités locales, assurancemaladie), définition légale des missions (code santé publique).
Service public de santé globale agissant en population, associant une
approche universelle des publics concernés et des actions
contextualisées vers des publics exposés à des difficultés spécifiques.
- Missions essentiellement tournées vers la prévention et la promotion de
la santé, n’excluant pas la pratique de soins curatifs dans le
prolongement des soins préventifs.
- Exercice médico-psycho-social clinique de terrain combiné à la mise en
œuvre de programmes de santé publique, de prévention, d’éducation
pour la santé…
- Prise en compte et action d’ensemble sur les déterminants de la santé,
notamment dans le cadre de la réduction des inégalités de santé
touchant l’enfance et la famille. Pratiques de pluridisciplinarité et de
partenariat, activités en structures de santé (centres de PMI, centres
médic-osociaux…) et dans la cité (domicile, école…).
- Accessibilité : gratuité des prestations, proximité des structures et / ou
intervention au sein des milieux de vie.
Service public de santé d’approche individuelle et collective, engagement préventif
prépondérant, prise en compte globale des déterminants de santé : telles sont des
caractéristiques essentielles du dispositif de PMI à préserver et promouvoir.
2. Quelles réponses possibles pour faire face aux évolutions des besoins en
santé et aux nouveaux enjeux institutionnels ?
Les questions qui apparaissent en filigrane dans les orientations en réflexion
parmi les instances officielles :
- Dans le cadre de l’acte III de la décentralisation, la PMI, service de santé
généraliste, a t’elle encore sa place au sein de collectivités comme les
départements ? Si oui, ses missions ne risquent-elles pas d’être
officiellement reconfigurées (recentrées vers la protection de l’enfance,
l’urgence sociale, cf. ci-dessus) ? Sinon quelle autre tutelle pourrait
l’intégrer dans son giron : ARS, région, ministère de la santé ?
- Dans une situation de tension de l’offre de soins en pédiatrie et
gynécologie-obstétrique, faut-il remettre en cause la dimension
structurellement préventive des missions pour inscrire la PMI dans le
champ des soins curatifs ne comportant plus qu’un prolongement
préventif résiduel ?
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
185
-
Quel type de financement (dotation pérenne de service public,
financement par projet et à l’acte, combinatoire des deux…) ? Quelle
place des acteurs dans le financement (Etat, collectivités locales,
assurance maladie) ?
Afin de tenter de répondre à ces questions, quelles balises pour structurer notre
réflexion ?
- Travailler à la meilleure articulation possible entre l’inscription sans
ambiguïté de la PMI dans le système de santé, et sa proximité avec les
enjeux sociaux et éducatifs incontournables en santé familiale et infantile.
Réfléchir aux dialectiques « soins préventifs – soins curatifs » : c’est un
enjeu de complémentarité et de cohérence pour chaque acteur du
système de santé dans sa pratique propre ; c’est également un enjeu
partenarial pour tous les acteurs en termes de coordination et de
continuité des soins ; cela peut s’envisager sous l’angle de dosages
différents entre part préventive et part curative des pratiques de soins
selon les acteurs, cf. page 3.
- Illustrer et maintenir l’axe de promotion de la santé reposant sur la
combinaison entre activité clinique médico-psycho-sociale de terrain et
activité programmée collective de prévention et de santé publique portant
notamment sur les déterminants de santé.
- Intégrer la question des différents niveaux nécessaires d’élaboration de
la politique de santé familiale et infantile et de la planification familiale :
niveau gouvernemental (place d’une l’instance nationale, cf. p.3), niveau
régional (ARS), niveau local (départements et territoires de santé +
niveau infra départemental).
- Poser les enjeux de financement en fonction des logiques de prévention
et de promotion de la santé exposées au point 1 ; le financement à l’acte,
voire à la capitation ou au parcours de soins, répondant à une approche
bio-médicale classique d’une médecine par organe ou par appareil, n’est
pas à même de couvrir le champ préventif où les approches
multidimensionnelles et les réponses pluridisciplinaires et partenariales
sont essentielles ; le financement par projet se heurte également à une
logique de segmentation thématique et temporelle réductrice et
inadaptée au champ global et au temps long de la prévention ; si ces
modes de financement peuvent contribuer, ce n’est qu’en complément
d’une modalité principale de financement de la mission permanente de
service public de PMI par une dotation pérenne.
3. Notre hypothèse de travail
Nos propositions d’évolution doivent donc permettre :
-
-
de préserver les atouts de la PMI, service de santé fondamentalement
dédié à la prévention,
d’accroître son intégration fonctionnelle avec les autres acteurs de santé
dans la perspective d’une articulation plus étroite entre soins préventifs et
curatifs et entre les différents âges de l’enfance et de l’adolescence,
d’offrir à l’ensemble des acteurs le cadre d’une politique de santé de
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
186
-
l’enfance et de la famille, elle même partie prenante d’une politique
nationale de l’enfance, de maintenir des liens étroits avec les politiques
et missions sociales, éducatives et de protection de l’enfance locales,
de bénéficier de financements assurés prioritairement sous la forme de
dotation pérenne de service public
Concernant la santé de l’enfant, tous les acteurs s’accordent au moins en théorie sur
l’importance d’assurer la continuité sur plusieurs registres : continuité entre les
différents âges de l’enfance (périnatal, petite enfance, enfance, adolescence),
continuité entre les dimensions préventives et curatives des soins, continuité entre les
différentes métiers impliqués auprès des enfants, sur le plan santé (pédiatrie,
puériculture,
pédopsychiatrie,
psychologie,
ORL,
ophtalmo,
orthophonie,
psychomotricité, etc.) et sur les autres dimensions de la vie des enfants (éducation,
culture, social, etc.), et donc continuité entre les différentes institutions concernées.
Dans ce cadre la question de l’articulation entre soins préventifs et curatifs mérite
discussion. De la grossesse à l'accouchement, du bébé à l'enfant puis à l'adolescent,
les actions menées dans le cadre de la politique de PMI sont avant tout préventives. En
effet la grossesse n'est pas une pathologie, pas plus que l'accouchement, pas plus que
la croissance et le développement d'un enfant ni que l'accès à la sexualité et à la
planification familiale. S’ajoute naturellement à cette pratique préventive la prise en
compte de pathologies bénignes, ORL…, ainsi que de grandes variantes de
développement et de comportement qui peuvent poser question chez des enfants,…
sans oublier le dépistage de troubles plus sévères sensoriels, cognitifs, psychoaffectifs,
pédo-psychiatriques qui vont nécessiter un accompagnement jusqu'à une orientation
spécialisée. La difficulté à distinguer radicalement soins préventifs et soins curatifs tient
notamment à la période de la vie dans laquelle s'inscrit le champ d'action de la PMI. On
peut cependant noter que dans la pratique des services de PMI le curatif se situe
essentiellement dans le prolongement d’une activité principalement préventive, alors
qu’en médecine de ville ambulatoire ou hospitalière, le préventif s’inscrit plutôt dans le
prolongement d’une pratique tournée vers le curatif. Cette originalité du dispositif de
PMI dans le système de santé devra être préservée, dans l’hypothèse d’une évolution
de tout le système vers plus d’intégration entre ses différentes composantes.
Les multiples enjeux de continuité évoqués impliquent de construire les instances de
coordination et de mise en cohérence des politiques de santé des enfants (et plus
généralement des politiques de l’enfance).
Plusieurs éléments devraient y concourir :
- La création d’une instance nationale pour la promotion et la protection de
la santé familiale et infantile est indispensable pour favoriser l’impulsion
d’une politique nationale de santé de l’enfant et de l’adolescent, de la
famille. Instance dont le degré d’intégration avec la commission nationale
de la naissance et de la santé de l’enfant est à discuter.
- Cette instance nationale pourrait trouver son pendant auprès des ARS
sous la forme d’une instance régionale pour la promotion de la santé de
l’enfant et de la famille, réunissant tous les acteurs concernés, chargée
de mutualiser les expériences, de favoriser une pensée plurielle sur les
enjeux de la prévention et des soins et d’impulser des stratégies
partagées, en s’appuyant sur les pratiques de terrain et en favorisant les
élaborations locales.
- Au plan local, il faudrait charpenter sur un mode fonctionnel des espaces
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
187
communs de travail permanent. Une des pistes serait de rassembler en
équipes de travail souples mais pérennes tous les professionnels de
santé de l’enfance sur un territoire commun. Cette articulation
fonctionnelle entend favoriser des habitudes de travail partenarial dans le
champ des soins préventifs qui nous intéresse, les situant en continuum
avec celui des soins curatifs, et articulés avec les autres sphères de la
vie des enfants et des familles.
Des propositions ont ainsi été faites dans le sens de l’impulsion et de la coordination
des politiques et des acteurs de santé par des groupes de travail de la récente
1,2
conférence nationale contre la pauvreté et pour l’inclusion sociale .
A ce stade le SNMPMI propose de travailler sur le cadre d’évolution suivant :
3
1) Le service de PMI conserve son ancrage au département et ses missions actuelles,
à savoir la prévention et promotion santé de l’enfant et de la famille, la planification
familiale, les modes d’accueil, la protection de l’enfance, le dépistage et l’accompagnement
des enfants porteurs de handicap et de maladies chroniques, la production de données
épidémiologiques et de recherches dans son domaine de compétence, etc. Il doit bénéficier
de financements élargis pour faire face à ses missions qui ont considérablement été
développées depuis les années 1980 : de la part de l’Assurance maladie (en accroissant la
liste des actes remboursables et en prévoyant des financements forfaitaires sur fonds de
prévention cf. révision de la convention CPAMPMI), de la part des ARS (financement
pluriannuel de programmes coopératifs en prévention et santé publique) , de la part de
l’Etat (notamment au titre des missions de prévention incluses dans la loi de 2007 sur la
protection de l’enfance). A cet égard le statut des centres de PMI, à la fois partie prenante
d’un service non personnalisé du département (le service de PMI) et reconnus comme
structures de santé particulières (avec l’attribution de numéros FINESS), doit ouvrir droit à
tout mode de financement en tant qu’organisme délivrant des soins de santé.
_____________________________________________
1
cf. groupe de travail sur les familles vulnérables : Orientation n°4 : Lancer un plan national de santé de l’enfant et de
l’adolescent, axé sur les principes de prévention et d’intervention précoce et de coordination de tous les dispositifs de santé
de l’enfant
2
cf. groupe de travail santé accès aux soins : proposition de mettre en place un service public local de santé de première
ligne
3
Le projet de transférer les missions du département à une future métropole du grand Lyon, évoqué dans le cadre de
l’acte III de la décentralisation, nécessitera une réflexion spécifique sur la place du service de PMI dans ce contexte
La question d’un plan d’urgence pour recruter les professionnels médicaux, paramédicaux,
psychologiques, éducatifs et sociaux, afin de maintenir et de développer la PMI, constitue
également une priorité.
2) Le dispositif de PMI s’associe à une instance publique formalisant une
coopération locale, dans un cadre fonctionnel, avec tous les acteurs de santé intervenant
dans ce champ [PMI, services de santé scolaire, RASED, intersecteurs de pédopsychiatrie,
CMPP, services hospitaliers concernés, réseaux périnatalité, centres de santé + pédiatres
et généralistes libéraux participants aux missions de service public, + paramédicaux
(orthophonistes…)…]. En ce sens la constitution d’un service public local de santé de
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
188
l’enfant, de l’adolescent et de la famille est une formule à examiner dans ses tenants et
aboutissants.
En lien avec la définition d’une politique nationale et régionale de santé de l’enfant, ces
regroupements élaborent des priorités et des modalités de coopération respectant les
champs et prérogatives de chaque composante tout en favorisant une meilleure
coordination et intégration des missions et activités mises en œuvre. Ces regroupements
bénéficient d’une animation et d’une coordination publique assurée de façon collégiale,
associant ARS, conseil général, pôles hospitaliers concernés. Leur financement est assuré
par une dotation de service public venant conforter les financements existants
3) Ce service public local de santé de l’enfant, de l’adolescent et de la famille a
vocation à coopérer avec les autres acteurs du même territoire que sont les professionnels
de l’éducation nationale, des modes d’accueil, des maisons des parents, les lieux d’accueil
parentsenfants, l’ASE, les services sociaux, les clubs de prévention, la PJJ,… et tout le
secteur associatif (notamment familial).
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
189
A4.13 Contribution écrite de la fédération SOS Médecins France :
Contribution de la Fédération SOS Médecins France
A la mise en place d’un Service Public Territorial de Santé (SPTS) s’inscrivant dans la
Stratégie Nationale de Santé.
Le constat par lequel le système de santé ne peut être hospitalo-centré, implique que celui-ci
doit s’ouvrir à la coopération entre tous les acteurs de terrain dans le but d’améliorer le
parcours de santé des usagers. La reconnaissance de la place occupée par les associations de
médecins type SOS Médecins assurant la permanence des soins et la continuité des soins
doit être visible.
En effet, leur activité 24 heures sur 24, 365 jours par an, centrée sur la prise en charge des
urgences et des soins non programmés leur confère une place incontestable au sein du SPTS.
Ces associations de médecins assurent déjà une mission de service public dans le cadre de
leur participation à la Permanence de Soins Ambulatoire (PDS-A), de leur activité dans le
domaine médico-légal en réponse aux réquisitions de police et gendarmerie pour les constats
de décès, l’examen médical des personnes gardées à vue, de leur disponibilité vis-à-vis des
réquisitions municipales ou préfectorales lors de l’établissement de certificats prescrivant
des soins psychiatriques à la demande d’un représentant de l’Etat.
Ces associations ont déjà établi des partenariats avec les Hôpitaux collaborant ainsi à la
réalisation des missions leur incombant dans le cadre du Service Public Hospitalier (SPH) :
-Conventions SAMU-SOS Médecins signée avec le Directeur de l’Hôpital abritant le SAMU
dans le cadre des décrets PDS du 7 avril 2005 puis du 13 juillet 2010.
-Conventions avec l’UCSA pour la prise en charge des détenus en Centre pénitentiaire,
Maison d’arrêt, Etablissements pour Mineurs.
-Conventions avec l’Hôpital à domicile.
Leur organisation répond aux principes du service public :
-
-
Neutralité avec une absence totale de discrimination des patients
Egalité vis-à-vis de tous les patients qu’ils soient handicapés physiquement,
rencontrant des problèmes psychiques ou issus d’un milieu socialement défavorisé.
L’accessibilité financière est garantie par l’exercice en secteur 1 de tous les
médecins, l’acceptation de la CMU, de l’AME, la pratique du tiers payant.
Continuité dans le temps 24heures sur 24, 7 jours sur 7 et un territoire de couverture
défini, reconnu par l’ARS dans le Cahier des charges de la PDS.
Adaptabilité avec une articulation avec les autres acteurs de santé lisible par l’usager.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
190
Les associations SOS Médecins occupent une place importante dans l’accès aux soins des
patients du fait de leur Service Médical Continu en visites à domicile, en consultations et en
conseils dispensés à partir de leurs centres d’appels médicaux.
Leur collaboration avec les SAMU-Centre 15 et leur complémentarité avec les services
d’Urgence des hôpitaux publics et privés sont des facteurs limitant, en amont, l’engorgement
de ces services hospitaliers. Ainsi, par exemple, les services d’urgence pédiatrique peuvent
éviter, grâce à ce partenariat, des périodes de saturation engendrée par les épidémies de
bronchiolite.
Et, en aval de l’hôpital, ces associations de médecins spécialisés dans la visite à domicile
24h/24 autorisent des retours plus précoces des patients sur leurs lieux de vie raccourcissant
ainsi les durées d’hospitalisation.
Le vieillissement de la population, les problèmes de la dépendance rendent de plus en plus
nécessaires les prises en charge à domicile de patients atteints de maladies chroniques. Les
patients en EHPAD ont eux aussi besoin de pouvoir bénéficier d’une expertise médicale sur
place pour éviter un transport aux Urgences en pleine nuit ou durant les week-ends. Les
soins palliatifs et la fin de vie nécessitent également la présence de médecins susceptibles à
tout moment de se déplacer au domicile des patients.
Les systèmes d’information des associations SOS Médecins sont d’ores et déjà en phase
d’interconnexion informatique avec les SI SAMU.
Les données épidémiologiques recueillies par leurs centres d’appels médicaux sont adressés
de façon automatisée à l’Institut national de Veille Sanitaire qui les renvoie aux CIRE
présentes au sein des ARS. La convention signée avec l’InVS permet, par la mise en place
d’indicateurs d’alerte, d’améliorer la veille sanitaire. Cet envoi quotidien des données
épidémiologiques de SOS Médecins à l’InVs constitue avec le réseau OSCOUR des
urgences hospitalières et le dépouillement des certificats de décès, un des 3 volets du
dispositif SURSAUD assurant la veille sanitaire en France. Cette veille sanitaire est
parfaitement adaptée à la surveillance d’un phénomène intercurrent au sein d’un territoire
comme plusieurs événements récents ont pu le démontrer (répercussion sanitaire de nuage
toxique, …).
En conclusion, la construction du Service Public Territorial de Santé doit intégrer les
partenaires libéraux travaillant au sein d’associations type SOS Médecins exerçant en
dehors de l’hôpital mais en partenariat et en complémentarité avec lui dans l’intérêt du
patient et de l’efficience de sa prise en charge médicale à toute heure du jour et de la nuit.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
191
A4.14 Contribution écrite de l’UNAFAM
Contribution de l’Unafam
Stratégie Nationale de Santé
Mission SPTS – SPH
Santé mentale et psychiatrie
La mission confiée par la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé au sujet du Service
Public Territorial de Santé (SPTS) et du Service Public Hospitalier (SPH) est une mission
très importante pour la cause que défend l’UNAFAM.
En effet, les spécificités des troubles psychiatriques, nécessitent une collaboration tripartite
sanitaire/social/aidants de proximité, qui préfigure l’offre de service coordonnée et multiprofessionnelle du SPTS.
En ce qui concerne nos proches souffrant de troubles psychiatriques, le SPTS doit assumer
4 grandes demandes :
1. Un égal accès aux soins des malades, par la mise en place d’un service public de
proximité en psychiatrie ;
2. La consolidation de la place des aidants familiaux ;
3. Un travail plus transversal entre le secteur psychiatrique et les acteurs du
social et du médico-social pour ne pas laisser les malades et les familles sans
solutions ;
4. La diffusion d’éléments de pilotage chiffrés, y compris à destination du grand
public, pour présenter le parcours de vie des personnes (sanitaire / médicoB. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
192
social/social). Il sera d’ailleurs nécessaire d’améliorer ou de créer les systèmes
d’information.
Nous avons identifié des actions en cohérence avec les axes de la Stratégie Nationale
de Santé, qui nous semblent devoir être prises en charge par le SPTS et que nous
détaillons ci-après.
AXE 1 : L’EFFICIENCE par la PRÉVENTION
Faire le choix de la prévention et agir tôt et fortement sur tout ce qui a une influence sur la
santé mentale
1. La prévention primaire des troubles psychiques
Pour éviter l’émergence de la maladie psychiatrique :


Des actions d’information et de dé stigmatisation
o Sensibilisation du grand public sur les troubles psychiques ;
o Sensibilisation des lycéens et collégiens à la maladie mentale, via le
Programme Prévisionnel des Actions Educatives ;
o Sensibilisation des lycéens et collégiens à certains éléments
déclencheurs de la maladie, en particulier les conséquences des
toxiques (cannabis par exemple) ;
Des actions de formation auprès de publics dédiés :
o Educateurs (enseignants, personnels de santé scolaire, …) ;
o Juges et travailleurs sociaux.
2. - La prévention secondaire des troubles psychiques
Détecter plus précocement les troubles, pour un accès aux soins plus rapide, une meilleure
prise en charge et un meilleur pronostic :


Actions auprès des médecins généralistes :
o Renforcer leur rôle car ils sont souvent le premier recours face aux
troubles psychiatriques ;
o Mettre en œuvre, en impliquant les médecins généralistes, un processus
de prévention et de détection précoce ;
o Inscrire des actions dédiées aux troubles psychiatriques dans le cadre
du Développement Professionnel Continu.
Développement des Maisons des Adolescents, en lien avec les Points
Ecoute Jeunes et les pôles de consultation «banalisés» dans les universités et
autres espaces non stigmatisant.
3. La prévention tertiaire, en médecine somatique, des malades souffrant de
pathologies mentales
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
193
Prise en charge des pathologies somatiques (cardio-vasculaire, diabète, obésité,
affections dentaires,…) liées aux pathologies mentales sévères et à leurs traitements afin
de limiter la perte de qualité de vie et la mortalité précoce.


Pour le médecin traitant, il s’agira de prescrire des bilans réguliers et, si
nécessaire, d’orienter vers des spécialistes ;
Proposer lors de l’hospitalisation, l’affectation d’un médecin généraliste traitant
pour tout patient n’en n’ayant pas, sécurisera le parcours du malade.
4. La recherche


Promouvoir la recherche
o sur les troubles psychiques ;
o la prévention des maladies mentales ;
o les effets secondaires des médicaments ;
o les nouvelles thérapies.
Soutenir les programmes de «recherche- action» sur les maladies mentales et le
handicap psychique pour optimiser le «rétablissement» des malades mentaux et
aider à leur réinsertion.
AXE 2 : L’EFFICIENCE PAR LA PROXIMITÉ ET LE DÉCLOISONNEMENT
Organiser les soins autours des patients et en garantir l’égal accès : la révolution du
premier recours
L’EFFICIENCE PAR LA PROXIMITÉ
1. Renforcer le rôle du médecin généraliste, pivot du parcours
 Formaliser le rôle du médecin généraliste dans le cadre d’un protocole ;
 Améliorer leur connaissance de l’offre de soins et des ressources du secteur
psychiatrique ;
 Mettre en réseau les secteurs avec les médecins généralistes et réciproquement
(correspondant identifié et privilégié dans chaque secteur) en veillant à
respecter l’éventuelle demande de confidentialité du patient ;
 Savoir détecter et orienter, quand nécessaire, vers la psychiatrie de secteur en
améliorant le transfert des informations entre médecin généraliste et secteur
(en veillant à respecter l’éventuelle demande de confidentialité du patient) ;
 Prévoir dans la codification de la consultation, la prise en compte de la durée, en
lien avec l’ALD psychiatrique.
2. Développer le réseau de Maisons de Santé Pluridisciplinaires en y intégrant
des compétences psychiatriques
 Dépistage (caractère moins stigmatisant pour les personnes dans le déni) ;
 Observance, éducation thérapeutique ;
 Partage des informations (outils adaptés et réunions d’échanges) ;
 Reconnaissance du coordinateur de parcours au sein de la MSP (rémunération).
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
194
3. Améliorer l’accessibilité aux soins pour les malades souffrant de troubles
psychiatriques
Le service public hospitalier de secteur doit assurer « une mission de proximité pour
les personnes nécessitant de soins psychiatriques »


Unité de base : le secteur (qui nécessite des rénovations) doit assurer :
o La prise en charge sur un territoire de proximité cohérent ;
o L’obligation d’accueil de tous les malades pour ne pas abandonner les
malades ou leurs familles ;
o Aller « AU DEVANT » des malades dans le déni de leurs troubles ou qui ne
demandent rien ;
o La continuité et personnalisation des soins ;
o Le développement du travail de réseau avec les médecins généralistes et
les acteurs du médico-social.
Réponse aux demandes d’accueil non programmées, crises, urgences
psychiatriques : obligation d’écoute – de réponse – de solution en cas d’alerte
des aidants
o Mettre en place une cellule téléphonique dédiée (7j/7J - 24h/24h) permettant
de traiter les demandes urgentes des familles ou des proches du malade ;
o Favoriser les actions graduées qui peuvent éviter l’hospitalisation ou en
réduire la durée:
 accueils non programmés au CMP ;
 capacité à intervenir au domicile du malade, c’est à dire sur le lieu
même de la crise (visites à domicile, HAD,…) ;
 créer sur tout le territoire des équipes mobiles de santé à domicile et
prévoir la spécialisation de certaines (géronto-psychiatrie,
adolescents, précarité) ;
 développer des centres de crise en ville ou à l’hôpital ;
o Organiser dans toutes les ARS, les urgences psychiatriques prévues par la
loi du 5 juillet 2011 relative aux droits et à la protection des personnes
faisant l’objet de soins psychiatriques ;
o Veiller à la qualité et à la coordination des actions de soutien et
d'accompagnement des familles et des aidants des personnes faisant l'objet
de soins psychiatriques.
4. Intégrer la dimension pédopsychiatrique (inter-secteurs)
 Ouverture d’unités d’hospitalisation complètes pour les pré-adolescents et
adolescents souffrant de pathologies psychiatriques, et développement des lieux
de soins études pour éviter la déscolarisation et la désocialisation.
S’INSCRIRE DANS LE DÉCLOISONNEMENT
Améliorer, au sein du territoire, le lien avec le secteur médico-social et social pour ne pas
laisser les malades et leur famille sans solution et permettre la compensation du handicap
reconnue par la loi de 2005.

Structurer la sortie de l’hôpital : évaluation des capacités du malade et appui à la
sortie en mobilisant l’ensemble des acteurs du territoire (usagers, proches
familiaux et entourage, professionnels de santé, professionnels du médicosocial et du social) ;
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
195








Développer la fluidité du parcours de vie dans tous ses aspects aussi bien
médicaux que médico-sociaux et sociaux (en s’appuyant et adaptant les
expérimentations des «parcours sur un territoire») ;
Augmenter le nombre d’agréments pour déficients psychique des structures
sociales et médico-sociales afin de proposer des services adaptés et d’éviter les
situations de maltraitance ;
Veiller aux compétences des établissements à l’accueil des personnes souffrant
de troubles psychiques. A cet égard, la rédaction de la Recommandation de
Bonnes Pratiques Professionnelle afférente devra prendre en compte les
spécificités des troubles de ces personnes ;
Limiter les ruptures de parcours lors des crises en prévoyant des modalités de
« retour » vers la structure qui accueillait avant la crise ;
Développer des services de veille, de maintien à domicile et de logement
accompagné en collaboration avec le secteur ;
Mettre fin à l’inégalité de traitement entre handicap, qui conduit les handicapés
psychiques à être surreprésentés dans la population en attente suite à
orientation des MDPH ;
Prendre véritablement en compte le droit à compensation des personnes en
situation de handicap psychique :
o adapter aux spécificités du handicap psychique, le guide barème
permettant de fixer le taux d’incapacité et l’évaluation de l’éligibilité aux
compensations. En particulier, il s’agira de ne plus soumettre l’accès à
certains droits à la contrepartie d’une volonté d’insertion sociale et
professionnelle, contrepartie qui s’avère souvent inadaptée au handicap
psychique ;
o former les personnels des équipes pluridisciplinaires des MDPH aux
caractéristiques du handicap psychique ;
Développer et mettre en œuvre, en collaboration avec les représentants des
usagers et des aidants de proximité, de nouveaux services à la personne
nécessités par les spécificités du handicap psychique (dispositifs de veilles
sociale par exemple).
A4.15 Contribution écrite d’UNICANCER:
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
196
Propositions pour le Service Public Hospitalier
Service Public Territorial de Santé
Fédération nationale des centres de lutte contre le cancer UNICANCER
Préambule commun avec la FEHAP
La FEHAP et UNICANCER partagent ensemble le souhait d’une dynamique de rétablissement du
service public hospitalier (SPH) qui prenne en compte la place des établissements de santé non
lucratifs participant de très longue date au service public hospitalier, au même titre que les
établissements publics de santé. Elles estiment que le désintéressement personnel des dirigeants et
la non-lucrativité absolue des établissements de santé privés non lucratifs ont une réelle valeur
distinctive et appréciative dans la société civile : le projet politique relatif au service public hospitalier
doit prendre en compte cette réalité.
La FEHAP et UNICANCER estiment également que d’autres demandes sociales fortes doivent être
prises en compte dans la démarche de rétablissement du service public hospitalier et valorisées :
La réduction des délais d’attente, qui doivent être maitrisés précisément pour certains actes et
séjours,
L’objectif de zéro reste à charge en établissement de santé, après intervention des organismes
complémentaires,
L’absence de dépassements d’honoraires qui caractérise les établissements de santé privés non
lucratifs.
Pour la FEHAP et UNICANCER, la réflexion consacrée à l’ouverture à d’autres composantes d’une
démarche coopérative et loco-territoriale de service public, dans le cadre des réflexions sur le service
public territorial de santé (SPTS), ne doit pas pour autant diluer les exigences de rétablissement du
noyau dur historique, et à forte charge symbolique, du service public hospitalier.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
197
Contribution UNICANCER
1. Réintroduction d’un statut d’établissement participant au service public hospitalier
La volonté de l’Etat d’individualiser des établissements hospitaliers dédiés à la lutte contre le cancer
remonte à l’ordonnance de 1945 créant les Centres de lutte contre le cancer (CLCC). Cette volonté a
toujours été ré-affirmée à travers les différentes évolutions du cadre législatif et réglementaire du
système hospitalier français. Depuis la loi HPST du 21 juillet 200921, ils font partie des établissements
de santé privés d’intérêt collectif (ESPIC). La fédération nationale des centres de lutte contre le cancer
UNICANCER souligne la nécessité de réaffirmer de façon non équivoque, voire statutaire, que les
CLCC font partie intégrante du service public hospitalier.
2. Restauration du « bloc de soins » proposée par E. COUTY
Il faut réintroduire l’ensemble des soins réalisés par les établissements de santé publics et les
établissements y participant, dans les missions du service public hospitalier. A ce titre, il
convient de soumettre ces établissements, dans ce champ de leurs activités, aux obligations de
service public : égalité d’accès à des soins de qualité, permanence de l’accueil ou de l’orientation et
garantie d’une prise en charge des patients avec un strict encadrement des dépassements
d’honoraires. Les actions de recherche et d’enseignement, voire de santé publique doivent retrouver
également leur place dans les missions de service public hospitalier.
3. Reconnaissance du respect du tarif opposable
L’obligation de respect du tarif opposable est parfaitement remplie dans les CLCC, comme dans de
nombreux ESPIC où est garantie l’accessibilité financière à tous les malades grâce à un exercice
médical salarié exclusif sans activité libérale et donc sans dépassement d’honoraires. Pour
conforter cette position exemplaire au regard des valeurs du service public, il conviendrait de
reconnaître davantage cette singularité que représente l’absence de dépassements
d’honoraires. Instaurer une compensation financière globale aux établissements de santé qui
garantissent l’absence totale de dépassements d’honoraires pourrait permettre, entre autres de
conserver l’attractivité pour les médecins de l’exercice dans ces établissements. Une autre voie, non
exclusive de celle-ci est la possibilité utilisée par certains ESPIC de conserver l’exercice libéral de
certains de leurs praticiens rémunérés dans le cadre de groupements de professionnels en
maintenant un strict tiers payant pour les malades.
4. Positionnement sur le service rendu au malade
La mission de soins des CLCC repose sur la pluri-disciplinarité, la prise en charge globale de la
personne, l’accès à l’innovation pour tous et la volonté d’efficience au service des patients. A ce titre,
les CLCC inscrivent leur mission de soins, de façon univoque dans le cadre d’un service rendu au
patient. Ainsi le modèle de prise en charge pluri professionnelle des CLCC tient-il compte des deux
21
Article L6161-5 du code de la santé publique
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
198
attentes fondamentales des malades sur le plan individuel : être traité efficacement pour leur maladie
avec les options thérapeutiques les plus performantes et être pris en charge comme un individu dans
sa globalité personnelle, familiale, sociale. Sur le plan collectif, les représentants des usagers ont une
voix délibérative au conseil d’administration des CLCC, les patients participent aux comités patients
dont les missions initiales de relecture des protocoles d’essais cliniques sont de plus en plus étendues
vers certains domaines du fonctionnement de l’établissement (actions d’assurance Qualité,
participation à l’élaboration du projet d’établissement…). Cette participation des usagers à la
gouvernance des établissements de santé participant au service public hospitalier doit être
renforcée sur ce modèle. Elle ne pourra être effective que grâce à une reconnaissance par la société
de l’engagement citoyen qu’elle constitue.
5. Participation au service public territorial de santé
Les CLCC assurent une prise en charge locale des patients atteints de cancer comme en
témoignent les données sur l’origine géographique des patients qu’ils prennent en charge. Dans leur
rôle d’établissements de recours pour une pathologie grave, ils participent de façon active au
maillage territorial. Il conviendrait de reconnaître fonctionnellement et financièrement
l’accompagnement des professionnels de proximité par les professionnels spécialisés des
établissements de santé participant au service public hospitalier. Les collaborations entre les
établissements de recours et les établissements de proximité sont nombreuses et mises en œuvre
sous des formes différentes : exercice médical ou chirurgical spécialisé dans des centres hospitaliers
ou dans des ESPIC qui ne disposent pas d’autorisations ad hoc, mise en œuvre de séances de
radiothérapie, consultations, hôpital de jour, -primo prescription de chimiothérapie, participation aux
RCP, voire inclusion de malade dans des essais cliniques…). Malgré l’aval fréquent des ARS et des
conventions mises en place, ces coopérations restent fragilisées par l’absence de cadre défini, par
l’absence de remboursement de l’activité non réalisée par le praticien.
L’activité des professionnels des établissements de recours participant au service public hospitalier se
développe bien au-delà de la seule séquence hospitalière. L’émergence des métiers de la
coordination doit être reconnue au niveau des établissements de santé. En effet, en matière de prise
en charge complexe, et le cancer en est une, ils ont une légitimité et une responsabilité pour organiser
la coordination avec les acteurs de la ville. La chirurgie ambulatoire, les traitements oraux ne pourront
se développer que grâce à des plate-formes de coordination. Les professionnels qui réalisent les
appels téléphoniques, les consultations de surveillance ou d’éducation thérapeutique, les
transmissions d’informations dans les deux sens, par exemple, doivent bien sûr être formés et
reconnus (notion de nouveaux métiers) mais dans des activités spécialisées comme le traitement du
cancer, ils ne peuvent être indépendants des établissements de recours, ne serait-ce que pour assure
la continuité des soins de qualité. Le financement de ces activités doit être pensé de façon
approprié et équitable, même s’il passe par des modalités nouvelles permettant de reconnaître
des implications concomitantes de professionnels de statuts et de lieux d’exercice différents.
Synthèse des analyses et positions de la FEHAP sur la rénovation du service
public hospitalier (SPH) et ses liens avec la dynamique de service public
territorial de santé (SPTS)
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
199
Préambule commun de la FEHAP et d’UNICANCER
La FEHAP et UNICANCER partagent ensemble le souhait d’une dynamique de
rétablissement du service public hospitalier (SPH) qui prenne en compte la place des
établissements de santé non lucratifs participant de très longue date au service public
hospitalier, au même titre que les établissements publics de santé.
Elles estiment que le désintéressement personnel des dirigeants et la non-lucrativité
absolue des établissements de santé privés non lucratifs ont une réelle valeur distinctive et
appréciative dans la société civile : le projet politique relatif au service public hospitalier doit
prendre en compte cette réalité.
La FEHAP et UNICANCER estiment également que d’autres demandes sociales fortes
doivent être prises en compte dans la démarche de rétablissement du service public
hospitalier et valorisées :
la réduction des délais d’attente, qui doivent être maitrisés précisément pour
certains actes et séjours,
l’objectif de zéro reste à charge en établissement de santé, après intervention des
organismes complémentaires,
l’absence de dépassements d’honoraires qui caractérise les établissements de
santé privés non lucratifs.
Pour la FEHAP et UNICANCER, la réflexion consacrée à l’ouverture à d’autres
composantes d’une démarche coopérative et loco-territoriale de service public
(professionnels de santé libéraux en ville, secteur social et médico-social, etc.), dans le
cadre des réflexions sur le service public territorial de santé (SPTS), ne doit pas pour
autant diluer les exigences de rétablissement du noyau dur historique, et à forte charge
symbolique, du service public hospitalier.
Les 7 axes directeurs des analyses et propositions de la FEHAP sur la rénovation du
service public hospitalier (SPH) et la dynamique du service public territorial de santé
(SPTS):
1) Rétablir le « bloc de service public hospitalier », dans un continuum « soinsenseignement-recherche », dans la ligne directrice posée par le rapport Couty et les
déclarations de Marisol Touraine à ce sujet.
2) Rétablir le lien entre « le bloc de service public » et son portage par les
établissements publics de santé et les établissements de santé privés
d’intérêt collectif (ESPIC), dans leur vocation naturelle de « participant au
service public hospitalier » (PSPH). L’écriture d’un texte de loi, qui comporte ses
dimensions techniques voire nécessairement technocratiques, doit prendre soin de
ne pas trop s’éloigner des perceptions et sensibilités de la société civile, pour
laquelle la non-lucrativité publique ou privée non lucrative est une valeur de rang
élevé concernant les activités de santé.
3) Répondre, avec les obligations de service public, aux demandes profondes
des français et des parlementaires qui les portent : les délais d’attente,
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
200
l’absence de reste à charge. Ce sujet amène une difficulté avec le sujet
emblématique de l’activité libérale des praticiens hospitaliers dans les EPS et de
son encadrement (suffisant ou non). Cette question existe d’une autre manière pour
10 établissements de santé privés non lucratifs (sur 700), du fait d’une situation
historique de collaboration très ancienne avec des médecins libéraux. La logique
serait d’organiser cette collaboration dans le cadre d’une activité libérale
uniquement en secteur opposable ou en secteur 1. Toutefois et dans certaines
disciplines, le respect du secteur 1 est devenu illusoire, du fait du fort décalage
apparu entre les tarifs de la sécurité sociale et les coûts : ici aussi se présente un
énorme sujet de neutralité tarifaire, sous lequel il s’avère que le vrai sujet est tout
autant celui de l’équité de fixation par la sécurité sociale des montants d’honoraires
entre disciplines médicales (et donc entre patients), et non seulement le sujet de la
partie émergée de ce sujet sous la forme des dépassements d’honoraires. Pour la
FEHAP, le rétablissement du service public hospitalier doit traiter de ce sujet, et au
moins serait-il possible de se situer dans une démarche de « zéro reste à charge
après intervention des organismes d’assurance-maladie obligatoire et
complémentaires ».
4) Rétablir des obligations de service public qui participent aussi des
prérogatives nécessaires du DG-ARS pour assurer la « légitime défense » de
l’intérêt général, à savoir :
a. La définition et validation des orientations stratégiques associant l’EPS ou le
PSPH et le DG-ARS,
b. La transparence et la validation des comptes des EPS et PSPH par le DGARS (EPRD, PGFP voire PRE),
c. L’administration provisoire en cas de défaillance répétée et continue de la
gouvernance de l’EPS et du PSPH
d. Le respect des principes d’égalité, de neutralité et de continuité du service
public pour l’ensemble des activités de soins menées par l’EPS ou le PSPH,
e. L’obligation de proposer une réponse à des besoins de santé ou à des
territoires non couverts, lorsque l’ARS en fait le constat et en formule la
demande aux EPS et PSPH, (obligation qui apporte un élément de lien
direct et cohérent entre la rénovation du SPH et la promotion d’une
dynamique de SPTS),
f. Une non-lucrativité absolue et un désintéressement personnel des dirigeants
non-salariés des EPS et PSPH, avec des dispositions explicites concernant
d’éventuels conflits d’intérêt à prévenir des différentes parties prenantes aux
décisions prises.
5) Amplifier la participation des usagers et de leurs organisations
représentatives dans la gouvernance des établissements de santé publics et
privés non lucratifs (dont les usagers sont souvent à l’origine et en responsabilité de
gestion), mais aussi dans la gouvernance territoriale, avec la régulation
territoriale du SPH (et du SPTS) avec les autorités de contrôle et de tarification,
6) Organiser sous la forme de concessions de service public, l’implication de
structures privées de droit commercial, pour satisfaire les besoins de la population
avec des garanties et obligations de service public, ainsi que les compensations
adaptées desdites sujétions,
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
201
7) Ouvrir la possibilité à des structures privées de droit commercial qui
opteraient pour le statut d’entreprise de l’économie sociale et solidaire (vote
du Sénat du 7 Novembre), avec une lucrativité limitée ou encadrée des
propriétaires de parts sociales (réinvestissement majoritaire dans l’entreprise) et qui
fonctionneraient dans le cadre d’une absence de reste à charge pour les patients
après intervention des organismes d’assurance-maladie obligatoire et
complémentaires, de bénéficier en contrepartie de la possibilité d’exercer une option
d’adhésion à l’échelle publique des tarifs.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
202
A4.16 Contribution écrite de l’UNIOPSS et de la FNARS
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
203
A4.17 Contribution écrite de l’UNRS
Le 2/12/13
Contribution
de
L’Union Nationale des Réseaux de Santé
(UNR.Santé)
aux travaux sur le
Service Public Territorial de Santé
Remise à Madame Bernadette DEVICTOR
Préambule
Rappelons pour expliquer la motivation particulière des réseaux de santé à participer à ces
travaux, l’article de loi définissant leurs missions (loi du 4 mars 2002) :
Art. L. 6321--‐1. – «Les réseaux de santé ont pour objet de favoriser l'accès aux soins, la
coordination, la continuité ou l'interdisciplinarité des prises en charge sanitaires,
notamment de celles qui sont spécifiques à certaines populations, pathologies ou activités
sanitaires. Ils assurent une prise en charge adaptée aux besoins de la personne tant sur le
plan de l'éducation à la santé, de la prévention, diagnostic que des soins. Ils peuvent
participer à des actions de santé publique. Ils procèdent à des actions d'évaluation afin de
garantir la qualité de leurs services et prestations. «Ils sont constitués entre les
professionnels de santé libéraux, les médecins du travail, des établissements de santé, des
centres de santé, des institutions sociales ou médico-sociales et des organisations à vocation
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
204
sanitaire ou sociale, ainsi qu'avec des représentants des usagers. «Les réseaux de santé qui
satisfont à des critères de qualité ainsi qu'à des conditions d'organisation, de
fonctionnement et d'évaluation fixés par décret peuvent bénéficier de subventions de l'Etat,
dans la limite des crédits inscrits à cet effet chaque année dans la loi de finances, de
subventions des collectivités territoriales ou de l'assurance maladie ainsi que de
financements des
Régimes obligatoires de base d'assurance maladie pris en compte dans l'objectif national de
dépenses d'assurance maladie visé au 4° du I de l'article LO 111--‐3 du code de la sécurité
sociale»
On peut constater dans cette loi que les réseaux de santé non seulement s’inscrivent
totalement dans un dispositif de santé territorial, mais qu’ils seraient susceptibles d’ores et
déjà d’avoir vocation et même le devoir de l’animer, voire à en être la colonne vertébrale.
Ce n’est qu’un rappel.
En effet, cet «état de fait législatif» ne vient pas ou plus naturellement à l’esprit d’acteurs de
santé, d’ARS, ou de décideurs, alors que ces structures ont donc plus de 25 ans d’existence
(si on retient leur caractère expérimental pendant plus de 10 ans, avant que le législateur
valorise son intérêt en l’inscrivant dans une loi). Ils ont certes été critiqués (rapport IGAS, 4
ans à peine après la loi qui en encadre les missions), et de nouveaux dispositifs portant des
missions similaires se sont déployés de façon indépendante de la politique de santé gérée par
la DGOS, via la CNSA et sur la lancée du Plan Alzheimer. De plus, avec la loi HPST puis la
réflexion sur les parcours de santé, tous les acteurs institutionnels en santé s’arrogent
aujourd’hui des compétences, voir même des prérogatives, en matière de coordination de
ces parcours. Quelles leçons tirer de ce constat pour la rédaction du cahier des charges du
SPTS ?
1/ L’initiative et la promotion d’un réseau de santé a été laissée sur le seul moteur du
volontariat des professionnels, de toutes pratiques, dans un esprit collectif et territorial
innovant, qui n’a pas encore d’équivalent aujourd’hui. L’importance (soulignée) de ce type
d’initiative au cours des débats, ainsi que l’histoire, rappelle aussi ses limites, ce qui ne
permet pas de dessiner d’emblée qu’une politique volontariste uniquement ascendante en
santé publique est la bonne solution, comme pourtant la logique le souhaiterait et les
postures politiques le prônent. D’où l’importance d’une impulsion et surtout d’un
accompagnement par les ARS pour la mise en œuvre de dispositifs collectifs territoriaux
œuvrant dans le STPS. D’où corollairement l’importance d’un diagnostic territorial partagé
pour que cette nécessité émerge. Il s’agit d’une étape essentielle, qui permet de s’assurer
qu’une initiative s’accorde bien avec les priorités de santé.
Conclusion 1: Il faut réaliser un diagnostic territorial partagé par les acteurs en même
temps qu’inciter leurs initiatives territoriales, afin de rendre un projet de santé publique
efficient.
2/ Le pilotage et le suivi des réseaux de santé et plus largement des expériences collectives
en territoires a été quasi inexistant (constat principal en fait du rapport IGAS de 2006, mais
qui a été retourné contre les réseaux de santé et a incité à la désaffection de l’Etat et des
institutions
Nationales pour les réseaux, alors même que l’évaluation des réseaux était remise en cause
en terme de méthodes et d’analyse). Les modalités de suivi des dispositifs MAIA, purement
quantitatives, sans indicateurs de plus‐value pour les usagers et professionnels de premier
recours, ni médico‐économiques, font craindre la même dynamique délétère.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
205
Conclusion 2 : Il faut un affichage cohérent des dynamiques collaboratives au niveau
national (DGOS + CNSA) et régional (transversalité entre les différentes directions), un
pilotage et un accompagnement effectif des projets collectifs au niveau territorial, avec une
évaluation participative pendant plusieurs années. Ceci permet de conforter, suivre, et
accompagner les acteurs et équipes engagées dans les initiatives, avec des CPOM réalistes,
territoriaux, au moins triennaux.
Propositions
Le territoire
Il peut paraître difficile de ne pas se baser sur un territoire politique ou institutionnel (conseil
général, communauté de communes, CHU, …), l’implication des collectivités territoriales
ou des établissements étant une clé de la réussite. Mais il faut valoriser cependant la notion
de territoire de projet des acteurs, qui peut prendre en compte les territoires politiques ou
intentionnels. Pour être cohérent avec la notion de bassin de vie de proximité intégrant le
premier recours, cela peut être une fraction des territoires actuels que sont départements ou
zones de soins de proximité.
Traduction opérationnelle de la responsabilisation des acteurs
Un diagnostic territorial partagé est l’étape initiale indispensable, qui doit servir de socle à
toute dynamique collective et contrat territorial, dès lors que les acteurs ont défini un
territoire de coopération.
Ce diagnostic doit être établi sous le pilotage de l’ARS, avec consultation de tous les
partenaires :
- INSEE
- ORS
- Assurance Maladie
- CARSAT
- Conseil Général
- Professionnels de santé : URPS, HAD, SSIAD, EHPAD, CCAS, CLIC, MAIA,
réseaux de santé, ADMR, prestataires associatifs et privés
- Etablissements hospitaliers
- EHPAD
- Représentants des usagers
Ce diagnostic devra permettre :
de répertorier l’offre existante et celle manquante, les champs de compétences
des diverses ressources en santé, les télescopages entre les divers acteurs, les
modalités d’articulation entre ceux-ci et les contraintes réglementaires afférentes
d’identifier l’état de santé de la population et les objectifs non atteints, ainsi
que leurs déterminants, enfin les attentes des usagers en matière d’organisation et de
lisibilité de l’offre territoriale.
Ce diagnostic territorial devra aboutir à identifier des priorités et objectifs territoriaux de
santé publique, clairement exprimés et chiffrés, avec des échéances et des moyens
d’évaluation participative, quantitative et qualitative, incluant plus‐value pour les usagers.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
206
Modalités de gouvernance
L’instance de concertation stratégique doit être large : ARS/Collectivités territoriales /
Acteurs (URPS, établissements, structures sanitaires et sociales (EHPAD, SSIAD, CLIC,
réseaux, ...), usagers)
Concernant le pilotage :
1/ Ne pas confondre pilotage du projet et pilotage du parcours des usagers (cela a pourtant
été entendu au cours des débats)
Il faut un pilote pour le projet, sous l’autorité de l’instance de concertation, c'est-à-dire un
coordinateur territorial sans lequel rien ne se mettra effectivement en œuvre : c’est essentiel,
malgré les réticences du fait de la volonté farouche des institutions à conserver la main sur
les processus les concernant. C’est ce qui est appelé dans d’autres projets un guichet unique,
mais ce terme peut être très mal interprété. En pratique, la représentation en est un numéro
de téléphone et une adresse effective avec permanence de réponse aux usagers sur tout point
concernant la santé. En réalité, il s’agit de l’articulation cohérente et efficiente des acteurs
territoriaux pour la coordination des parcours selon les besoins individuels. C’est bien un
dispositif collectif où l‘acteur le mieux placé (localisation), le mieux armé (moyens), le plus
compétent (missions, expertises), le plus rapidement mobilisable, entre en action en réponse
à un besoin donné, se concerte avec les autres au cours de la mise en œuvre des divers
besoins en parallèle, avec une posture de subsidiarité entre acteurs.
Il faut noter que chaque dispositif collectif contient des acteurs avec diverses expertises,
qu’il est indispensable de conserver tout autant que d’articuler, avec une capacité à proposer
une accessibilité financière et égalitaire, tout autant qu’équitable à l’innovation
technologique).
Une structure ou «cellule» de coordination, dont l’implantation peut être dans une structure
existante, est un corollaire immédiat pour une telle organisation transversale, sous
gouvernance partagée entre acteurs, régie dans le cadre d’un CPOM.
Afin de justifier cette «régulation» ou «coordination» ou «pilotage de parcours» (qui n’est
pas une gestion de cas), il faut intégrer que l’évolution sociétale met de plus en plus l’usager
en première ligne et responsable de son parcours. Pour ceci, il lui faut une information
simple et directement accessible sur l’offre collective intégrée, mise en œuvre par la cellule
dédiée. L’interface usager / SPTS est un véritable enjeu, à la fois en terme sociétal, éthique,
et d’efficience.
Mises en garde
1) Créer une instance stratégique à l’échelle d’un département uniquement avec un
Conseil Général (CG) (force de terrain), l’ARS (décideur), ainsi que les financeurs
(caisses), serait une erreur elle serait déconnecté du niveau opérationnel, qui de plus
est d’un autre niveau, celui du territoire de projet. D’autre part, un CG porte la
vision d’une organisation politique.
2) La gestion de cas de type MAIA concerne des cas qui sont en réalité dans le niveau 4
du besoin en coordination selon la DGOS et le Comité de Pilotage PAERPA le
niveau 5 (celui assigné théoriquement aux MAIA) aboutit en fait au sanitaire, car
cette composante devient majeure lors d’un parcours à ce niveau.
De plus, les CG porteurs de MAIA sont en fait des financeurs des aides mais ne les
organisent pas. Si un CG coordonne un parcours via une MAIA, il peut alors
coordonner aussi la part sanitaire, sans aucune expertise et dans un déploiement de
missions déconnecté du premier recours. La gestion ce cas (GDC) porté par un CG
n’est donc pas un modèle de la coordination de parcours de santé, même pour les
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
207
PAERPA, mais un moyen parmi d’autres (Equipes Mobiles de Gériatrie ou de
Géronto- Psychiatrie, réseau gérontologique, CLIC). La GDC est en fait une
coordination d’appui, selon les termes même de la HAS.
3)
Les divers niveaux d’organisation du parcours PAERPA, en modes expérimental
actuellement mais rappelé dans les documents du Comité de Pilotage PAERPA, ne
sont pas cohérents par rapport au sens même du SPTS en cours discussion : il y a
télescopage entre notion de dispositif territorial ascendant et posture de
gouvernance descendante. Les PV de l’atelier 2 du Groupe de Travail SPTS ne
mentionnent que les PAERPA, qui sont en réalité porteurs de pathologies
chroniques. Les réseaux et les CLIC n’y apparaissent pas (on mentionne MAIA
uniquement), alors qu’ils sont censés fournir dorénavant une coordination
polythématique (en même temps, on replace et positionne les réseaux de santé
uniquement dans la partie «expertise pour les pathologies chroniques »). Les
réseaux de santé sont à placer à ces différents niveaux en fonction de leurs
compétences, polythématiques ou thématiques pures, leurs modes opératoires devant
évoluer pour une articulation avec les autres dispositifs territoriaux récemment
déployés.
4) A la lecture de la feuille de toute de la Stratégie Nationale de Santé, qui prône la
coopération entre dispositifs de coordination et pose les soins primaires comme clé de
voute des parcours de santé, c'est ni l'hôpital, ni le médico--‐social (CG) qui doit
gouverner les parcours, et donc pas les interfilières géronto‐gériatriques (IFGG),
dispositif territorial institutionnel innovant et dynamisant mais en décalage persistant
entre politique de la DGOS et politique de la CNSA, et entre politique affichée de l'Etat
et réalités : par exemple a) la HAS publie en juillet un PPS pour les parcours de santé
PAERPA en soins primaires, qui télescope le PSI utilisé par les gestionnaires de cas et
mis en place par la CNSA : ils sont inutilisables ensemble ; b) la CNSA (et même les
débats pour le STPS) parle de gestion de cas pour les pathologies chroniques en perte
d'autonomie, alors que le Haut Conseil à la Santé Publique et la DGOS statuent sur
l'évolution du concept de coordination en pathologie chronique sans parler des
dispositifs portés par la CNSA ; c) le déploiement des dispositifs MAIA se poursuit sans
aucun lien avec les soins primaires ; d) un gestionnaire de cas MAIA prend en charge
SEUL les patients les plus complexes, avec une file active de 40‐50 par an. Il y a un clair
décalage du pilotage en santé concernant le déploiement de nouveaux dispositifs (divers
types d’équipes mobiles, GDC MAIA) avec ce qui est dit (coopérer, coordonner,
partager) et avec ce qui est nécessaire (besoins : des centaines de patients par
territoire). La dynamique de diverses tables stratégiques des IFGG en France devrait
voir figurer dans son parterre des représentant des diverses valences d’acteurs en santé,
et non être sous le choix d’un CG : le déploiement des réseaux, des MAIA, de EMG, des
EMPSA, des EMASP, qui vont tous au domicile, c'est à organiser ENSEMBLE, surtout
et avant tout avec la Médecine Générale ; un travail les modes opératoires des divers
dispositifs, leurs champs de compétences, leurs modes coopératifs, l'affichage en soins
primaires, doit à l'ordre du jour sans tarder : ils existent et agissent déjà. De plus la
réalité des postures des acteurs de terrain est très différente de celle de représentants
élus ou de ceux désignés par l'Etat ou les ARS au sein d'un espace politique structurant
les coopérations, comme une IFGG : c'est l'ignorance mutuelle des deux qui plombe
depuis bien longtemps notre système de santé et que souhaite dépasser SPTS.
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
208
Modalités de financement d’un dispositif répondant au SPTS
Elles sont à définir dans un contrat territorial pour la structure engagée (GCS, au mieux), le
CPOM positionnant dans le dispositif le financement de chacun des acteurs par rapport aux
autres et aux missions communes.
Stratégie de déploiement
A priori sous l’initiative de l’ARS, avec sollicitation des collectivités territoriales
concernées, en partant toujours du diagnostic territorial partagé.
Dossier cadre construit par la tutelle, un appel d’offre ne paraît pas approprié car assorti
d’un risque de mise en concurrence entre acteurs, ce qui est le contraire de ce qui est
souhaité. De plus, les appels d’offre classiques ont une temporalité trop courte pour
permettre une mise en place correctement organisée (cela demande des mois de montage). Il
faut donc un processus qui informe l’ensemble des acteurs du lancement du projet territorial,
avec un temps assez long pour y répondre mais une date butoir, avec des étapes pour
diverses vagues de réponse.
Le principe des projets pilotes pour dégager des constantes et un modèle organisationnel
souple, est efficace : il met en lumière les initiatives, les innovations, les émergences de
modes coopératifs, les défis et freins, les problématiques de dimensionnement, les
contraintes et télescopages règlementaires rendant inopérantes certaines productions
collaboratives. Le déploiement de SPTS doit donc être graduel, souple, et accompagné des
réformes de l’administration de la santé qui s’imposent.
Traduction opérationnelle des obligations de service public
Convention/Charte signée par chacun des acteurs qui entrent dans le dispositif, avec au
minimum :
- Accessibilité aux soins : non-dépassement, ...
- Equité d’accès selon les divers facteurs contraignant les parcours (lieu de vie, offre
locale, …)
- Populations vulnérables
- Information des usagers
UNRsanté le 2 Décembre 2013
--‐--‐--‐--‐--‐--‐--‐--‐--‐--‐--‐
B. DEVICTOR / Rapport SPTS - SPH V2
209
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising