Lettre théâtre n° 13 - Le site des Lettres

Lettre théâtre n° 13 - Le site des Lettres
Inspection pédagogique régionale de Lettres
Lettre théâtre n° 13 [juin 2012 ]1
Le prix Godot
« On dit d’un fleuve emportant tout qu’il est violent, mais on ne dit jamais rien de la violence des rives qui l’enserrent. »
Bertold Brecht
Page d’accueil du blog consacré au prix : http://blogs.etab.ac-caen.fr/prix-godot/
Cf. aussi http://www.discip.ac-caen.fr/aca/serviceseducatifs/theatre.swf
Sommaire :
1. Un prix littéraire lycéen né en 2007
2. Brèves de blog.
3. Délibérations : vers le prix 2012.
4. L’œuvre élue
5. Pédagogies du théâtre autour du Godot.
6. Feydeau : un texte à lire.
7. Le théâtre au baccalauréat : faut-il lire les didascalies ?
1
Avec le concours d’Ivan Perrot, professeur relais théâtre, qui coordonne l’ensemble des animations au plan pédagogique et de
Gilles Boulan, cheville ouvrière pour le Panta théâtre du prix depuis la sélection des textes jusqu’à l’animation du débat final.
Merci au Panta pour son accueil et pour tout le travail de son comité de lecture.
Pensez dès le conseil d’enseignement du mois de juin à discuter de l’opportunité ou de la possibilité d’être candidat au jury du
prix 2013. Surveillez à la rentrée la procédure d’inscription sur le site de la DAAC dès lors que nous aurons eu confirmation que
le prix existe toujours, ce qui est normalement le cas.
1
1.
Un prix littéraire lycéen né en 2007
http://www.discip.ac-caen.fr/aca/serviceseducatifs/theatre.swf
Les prix dans le passé :
2008 : Carine Lacroix, Burn, Baby, Burn.
2009 : Matéi Visniec, Le mot progrès dans la bouche de ma mère sonnait terriblement faux.
2010 : Frédric Sonntag, Toby ou Le saut du chien.
2011 : Philip Lohle, Dénommé Gospodin.
2012 : Solenn Denis, SStockholm.
Le prix 2009
Le prix 2010
2
http://www.pantatheatre.net/uploads/panta/pdf/godot/DOSSIER_Prix_Godot%20_11_avril_
2011.pdf : le dossier consacré au prix Godot.
1. Brève de blog.
Vous savez déjà que cette année un blog a été créé pour renforcer le lien entre les classes participantes, y
déposer témoignages, critiques, travaux argumentatifs, documents sonores de mises en voix, recherches
diverses. Je vous invite à en découvrir les grandes richesses à l’adresse suivante :
http://blogs.etab.ac-caen.fr/prix-godot/
vous y lirez douze pages de contributions, et par exemple :
30 mai 2012
Ecritures parallèles au collège Gambier (3)
08:47 - Par ivan - TRAVAUX EN COURS - aucun commentaire
Voici le dernier texte écrit au collège Gambier : en s'appropriant l'écriture de SStockholm, le texte
propose un aperçu des relations entre Solveig et une sœur inventée pour l'occasion, Sonie :
[...]
Et merci à Ivan Perrot pour la coordination pédagogique de ce prix et de tous ses à-côtés.
2. Délibérations : vers le prix 2012.
Le Prix Godot a été décerné par les classes cette année à Solenn Denis, jeune auteure de SStockholm, qui
utilise la jolie expression de « fabriqueuse de drame » pour se présenter sur son blog. L’œuvre est dure quant à
son sujet, mais les élèves ont apprécié le savant montage qui préside à sa construction et l'énergie des
personnages. A l'issue de ce choix, les professeurs présents ont été informés des différentes modalités de travail
pour la journée du 22 mai (création d'affiches, propositions scénographiques, lectures-variations, propositions de
jeu, éléments de mise en scène, écritures dramatiques, compte-rendu journalistique etc...) ; les trois fois six
heures d'interventions dégagées ont été tirées au sort et les bénéficiaires en ont été :
- le lycée Lebrun de Coutances
- le collège Vaudatin de Gavray
- le collège Félix Buhot de Valognes
Gilles Boulan, animateur des échanges précédant la délibération (qui s’est déroulée dans un strict huis
clos entre les seuls élèves) fait un bilan des débats, avec le choix de conserver en italiques les paroles des élèves
dans leur maladresse et leur pertinence.
On notera dans tous les échanges à quel point les élèves sont attentifs à ce qu’on pourrait appeler la
grammaire de ces différentes pièces, qu’il s’agisse de la langue et de la manière dont elle est parfois bousculée,
ou bien de la syntaxe ou de la fluidité, souvent compromise, du « récit » ou de l’effet personnage au théâtre.
Outre le problème de la fable, leurs étonnements continuent de poser, autrement, la question de la bienséance,
qui a d’ailleurs amené certaines classes à s’éloigner du prix. « La vie est choquante » répond alors une élève à
une autre choquée ! La question du réalisme et de l’identification, ou de la proximité avec les personnages reste
défendue par certains.
Le nombre de classes qui ont proposé du jeu théâtral, avec ou sans l’intervention d’une comédienne, a
nettement augmenté tant tout le monde a pris conscience de la nécessité de l’épreuve d’une mise en voix, pour le
moins, et d’un certain professionnalisme en cette affaire. Des élèves disent même qu’à cette occasion « la pièce a
changé d’image, elle est devenue plus intéressante » et un dialogue a porté sur le fait que tout se joue dans
l’interprétation et pas forcément dans l’écriture. Regrettons que le texte ne soit pas appris par cœur par tous :
c’est là un effort absolument essentiel pour l’adresse au spectateur.
Notons l’effort financier que tout cela représente : soutien et contributions de la DAAC, de la
DRAC et du Conseil régional nous ont été acquis.
CONCERNANT L’ENSEMBLE DU CORPUS2
La difficulté des pièces ne semble pas avoir été un obstacle majeur et l’ensemble des élèves ont apprécié la
diversité des sujets (« pas banals et qui pouvaient nous toucher en tant qu’adolescents ») et la diversité des
écritures (pour certaines singulières comme dans Le camp des malheureux et pour d’autres beaucoup plus
proches d’une manière de parler quotidienne). Certains propos, certaines images ont pu choquer mais de manière
assez positive pour dénoncer la violence de la réalité.
Road Movie Alzheimer de Jalie Barcilon
2
Merci à Gilles Boulan, animateur et rapporteur des débats.
3
Une famille égyptienne réfugiée à Paris. La grand-mère Maria Luz souffre de la maladie d’Alzheimer. Elle est
réfugiée chez sa fille Ludivine, femme libre en rupture avec son histoire égyptienne. La petite fille Clara fréquente
un groupe de lycéens tentés par la pratique religieuse.
« Par sa construction comme par son sujet, la pièce a divisé les opinions. Certains ont apprécié son caractère de
comédie : la pièce n’est pas trop compliquée, elle est comique mais en même temps aussi assez triste et son
sujet présente une originalité. Avec des personnages touchants issus de trois générations très différentes, des
côtés assez inattendus comme cette grand-mère qui va au casino. Pour d’autres, l’abus du langage religieux, la
construction relativement traditionnelle et l accumulation de clichés ont fait que la pièce ne leur parle pas
forcément. Le thème général de la pièce (la mémoire) n’a pas échappé aux lecteurs mais certains ont trouvé
drôle que la grand-mère meure dans une pyramide. L’aspect comédie de l’absurde les a plus sensibilisés que le
caractère métaphorique de ce décès. A propos de la pièce, la question de la vraisemblance et du réalisme a été
posée. »
A L’AIR LIBRE de Tino Caspanello
Il s’agit là évidemment d’une tentative théâtrale assez radicale et il est tout à fait compréhensible qu’elle ait
partagé les élèves. D’un côté, une réception difficile qu’on pourrait résumer de la manière suivante : En général,
on n’a pas trop apprécié la pièce. On attend qu’il se passe quelque chose et il ne se passe rien, on s’ennuie. Il est
difficile de distinguer les deux ouvriers à la lecture. On ne comprend pas ce que veut la femme ni pourquoi elle
fait ça. Ce n’est pas très réaliste. Le fait que la femme utilise son rouge à lèvres pour maquiller les deux ouvriers
a beaucoup troublé les jeunes garçons. Mais il y a des réactions beaucoup plus pertinentes autour de la
compréhension qu’il s’agit d’une réflexion sur le temps qui passe, la solitude, la monotonie de la vie et que la
femme est une sorte d’apparition qui apporte de la gaieté, de la vie... Certaines classes ont éprouvé le besoin
d’expérimenter une lecture à haute voix qui leur a permis de mieux distinguer les personnages (tout se joue dans
l’interprétation) et de comprendre que le lecteur fait partie de la pièce. La conclusion de l’échange pourrait se
résumer par cette réflexion d’un élève : ce n’est pas comme d’habitude.
ABSINTHE de Pierre-Yves Chapalain
Certains élèves ont placé la pièce parmi leurs préférées et ont été séduits par une histoire complète sur les
mensonges à l’intérieur d’une famille. Ils ont parfaitement compris qu’il s’agissait d’une histoire imagée qui ne
reposait pas sur la réalité. D’autres ont été plus déconcertés et ont éprouvé des difficultés de compréhension
face à une histoire embrouillée où la question de la moustache du père est revenue comme une intrigue de
même que la scène de la mère qui mange son mari. Partage également en ce qui concerne la construction de la
pièce entre ceux pour qui la fin est plus intéressante que le début et ceux qui pensent exactement le contraire.
LE CAMP DES MALHEUREUX de Thibault Fayner
L’enthousiasme des uns est à la mesure de l’incompréhension des autres mais l’impression qui ressort de la
discussion demeure paradoxalement celle d’une certaine séduction qui ne trouve pas toujours ses mots et moins
encore son explication. Comme de juste, ce qui apparaît comme une qualité chez les uns fait alors figure de
défaut chez les autres. Ainsi en est-il de l’histoire parfaitement intégrée chez les uns (ensemble, ils pourraient
être heureux) ou pas comprise par les autres en raison de son caractère narratif. De même en ce qui concerne
les narrateurs (les amis, amis des amis...) qui créent une sorte de distance avec les personnages ou même les
critiquent un peu trop facilement sans essayer de comprendre leur souffrance. Et bien évidemment en ce qui la
structure même de la pièce avec deux parties très distinctes (une première partie réaliste, une seconde plus
merveilleuse) ce qui se traduit par une certaine confusion et au contraire par une originalité de l’écriture.
LA MELANCOLIE DES BARBARES de Koffi Kwahulé
Le langage cru (réaliste ou trop vulgaire), les thèmes développés (tous les sujets tabous), certaines scènes (un
peu dérangeantes) et la violence n’ont pas manqué de faire débat mais la majorité des lecteurs semblent avoir
apprécié une histoire d’amour complète avec tous ses détails, (ils regardent Scarface...) ses personnages assez
recherchés, sa dénonciation sociale (la corruption de la police, la façon dont on traite les femmes, la question du
voile...). Une histoire qui se termine par la victoire de la femme, où tous les personnages partagent la douleur et
la soumission. Mais la réflexion la plus pertinente et la plus inattendue du débat concerne le titre de la pièce : un
oxymore parce que la mélancolie est un sentiment de tristesse qui n’évoque pas les barbares et du temps de
Rome, les barbares étaient ceux qui parlaient une autre langue ; les émigrés.
3. L’œuvre élue
SSTOCKHOLM de Solenn Denis
Il est clair que la pièce a été appréciée par la majorité des classes. En premier lieu parce qu’elle touche
un point sensible et un sujet d’actualité rarement traité au théâtre (la séquestration, le viol) même si le sujet est
tabou et si la pièce est assez trash. Certains ont évidemment bien perçu ce qu’elle doit à l’affaire Natasha
Kampush mais ont parfaitement conscience que la pièce ne se réduit pas à l’adaptation d’un fait divers. Les
sentiments passent, la folie arrive peu à peu, on rentre dans l’histoire, le lecteur en est presque l’otage. La
question des deux parties a évidemment été soulevée et relativement bien comprise tant en terme d’efficacité
dramatique qu’en terme de sens : les apparences et la réalité, la schizophrénie ou le dédoublement de Solveig.
4
De même, a été évoquée la question de la place de l’humour dans le drame (à propos de la première scène
notamment). Enfin une des élèves s’est livrée à une analyse pertinente du titre.
L’incipit et l’explicit :
Ouverture
Solveig et l’assistante sociale dans le jardin d’une maison.
Solveig : « Dehors. On fait de la buée. On dirait que le sang se fige non ? Ne se donne plus la peine même
d’aller aux extrémités du corps. Pas le courage. »
[…]
L’assistante sociale : « Solveig je suis gelée. »
Solveig : « Pourtant le soleil. »
L’assistante sociale : « Satané soleil froid qui ne réchauffe pas. Il vient quand ? »
Solveig : Dieu que c’est beau un hippocampe qui nage avec ses tout petits bras, des ailes oui, qui font comme
les pales d’un hélicoptère et le maintiennent droit toujours. Je suis cet hippocampe. La mer est immense. Et je
vais. Droit. »
Le texte de Solenn Denis a fait l'objet d'une édition aux Editions Lansman dans un ouvrage proposant une autre
pièce du même auteur (Humains) :
Dans une brochure du Centre national du Théâtre (www.cnt.asso.fr), on trouve une analyse de la pièce et un
portait de Solenn Denis, que voici :
http://wents-users.cccommunication.biz/99645/docs/Textes_a_jouerNov2011.pdf
SStockholm de Solenn Denis, chez Lansman Éditeur (mai 2012)
En s’inspirant d’un ou plusieurs faits divers connus (on pense à Natascha Kampusch),
SStockholm aborde le sujet de la séquestration des filles mineures mettant en scène ce qui fait la complexité de
cette relation marquée par le syndrome de Stockholm. Se contentant de constater avec la froideur clinique d'un
naturaliste observant les mouvements d'un hippocampe, la pièce expose deux fois les mêmes situations les
amputant d'abord d'une chute qui en porte tout le sens, toute la violence et toute l’atrocité. Banalité du monstre
à travers des séquences de vie somme toute assez quotidiennes au cours desquelles l’homme peut apparaître
comme un père attentif, comme un amant un peu trop vieux, seuls quelques minuscules détails perturbent cette
mise en scène de la normalité. Mais le mystère s’épaissit lorsque une scène entière se répète. Peu à peu les
indices s’accumulent et la tension s’installe avec la révélation de l’horreur... " (Gilles Boulan, Panta Théâtre)
Un homme, deux femmes et une fillette
Solenn Denis
Je suis née à Lyon vers quatorze ans, de ce professeur de théâtre communiste qui un jour m’a dit : « Toi tu seras
une grande ». Étant mort depuis, je me trouve dans l’impossibilité de savoir une grande quoi, alors j’entre aux
Cours Florent et parallèlement obtiens une licence de cinéma. Les mots des autres sur le plateau mettent en
lumière comme ça trépigne comme ça crie à l'intérieur, sous ma peau les mots, et je me mets à écrire. Du
théâtre car je veux fabriquer des mots qui se disent pas des mots de tête pour un lecteur silencieux, des mots
façonnés pour vivre dans la chair. Une puis deux puis trois pièces, je participe à un atelier d'écriture de plusieurs
mois orchestré par Koffi Kwahulé à l’issue duquel il me dit "Mets-toi ça dans le crâne, tu es une écrivain." Alors
5
voilà, c'était donc ça. Une résidence d'auteur en Belgique auprès d'Émile Lansman, SStockholm lauréat du Prix
Godot 2012, une collaboration prochaine avec l'éditrice Astrid Cathala de l'Oeil du souffleur, une huitaine de
pièces au compteur, je prends cette décision : comme on décide de rentrer dans les ordres, je ferai de ma vie des
drames.
Adresse mail : denisolenn@yahoo.fr. Site internet : http://solenn.denis.free.fr/
Projet de création :
SStockholm sera mis en lecture le 30 mars 2012 à Orléans au Théâtre de la Tête Noire par son directeur Patrice
Douchet et son équipe dans le cadre des Text'avril dédié à l'écriture contemporaine et à ses protagonistes.
Lauréat du Prix Godot 2012.
4. Pédagogies du théâtre autour du Godot, propositions.
Cf. par exemple ce portrait imaginaire de l’auteur, écrit au collège de Gavray, dans lequel Solenn Denis,
quoique n’ayant jamais été rencontrée par les auteurs, s’est totalement reconnue :
Collège Roland Vaudatin03mai 2012
Portrait imaginaire de Solenn Denis
09:48 - Par élève - TRAVAUX EN COURS - aucun commentaire
Adrien Rodier
03/05/2012
3ème Eluard
Arnaud Dufils
Gabriel Jourdan
Comment imaginons-nous Solenn Denis ?
Nous savons déjà que Solenn Denis est jeune. Nous l'imaginons brune avec le teint pâle, nous la
voyons plutôt petite et maigre. Elle doit être élégante et à la fois classique, dans sa façon de s'habiller.
Nous la supposons un peu extravertie. Elle nous semble être une femme occupée par sa passion :
l'écriture. Elle doit avoir un emploi du temps chargé. Elle est sans doute assez amicale et sociable, la
dramaturge paraît être sympathique. Elle n'est peut-être pas prétentieuse. Elle a l'air d'avoir de
l'humour, car sur sa messagerie, il est dit « Laissez un message, sauf si vous êtes un serial killeur ! ».
On pense qu'elle a peut être eu quelqu'un dans sa famille qui a eu des soucis avec un serial killeur ou
un kidnappeur...
L'écriture n'est sans doute pas son seul métier. Les élèves imaginent Solenn Denis professeur de
français ou bien bibliothécaire, peut-être même actrice. On ne voit pas Solenn Denis en couple, car
l'écriture doit prendre une grande place dans sa vie. Nous pensons qu'elle a beaucoup d'amis dont des
écrivains et des lecteurs de ses livres. A notre avis, beaucoup de personnes doivent la soutenir dans
son écriture. Elle a sûrement fait des études littéraires et en rapport avec le théâtre. Nous supposons
qu'elle a obtenu un bac littéraire, avec une mention. Nous ne savons pas quand nous la verrons si elle
ressemblera à ce portrait.
Des possibles pratiquement tous mis en œuvre par les classes cette année (cf. le blog pour les
exemples) :
Réalisation plastique : atelier d’affiche (collège ou lycée) cela pose la question d’un lien avec un professeur
d’arts plastiques. On peut proposer une affiche par classe ou que les élèves travaillent par groupes pour proposer
un ensemble d’affiches (imaginons entre 3 et 5 pour une classe) à projeter et à soumettre à l’auteur et aux
classes présentes. Il est également possible que deux collèges soient en lice pour un concours d’affiches. Dans
l’avenir, ce pourrait être dans l’appel d’offres de la saison prochaine.
Réalisation scénographique (lycée ?) : la classe élabore un projet de scénographie (englobant éventuellement
les costumes, voire la musique ou le son) sous forme numérisée (dessin, photographie, montage). Plusieurs
pistes sont possibles : élaborer une scénographie, faire un choix d’éléments (photographies, documents, objets,
matière) que l’on peut relier à l’œuvre. Un mode d’emploi plus détaillé sera adressé aux classes participantes. Le
problème technique assez facilement surmontable avec un contrat Images / légendes sous forme de diaporama
n’est pas tant la numérisation des travaux que leur dimension : « éléments » scénographiques, choix pour une
scène par exemple plutôt que « scénographie » au sens large. On a le choix aux enseignants avec une double
perspective de restitution : une mise en ligne du projet et une présentation lors de la remise du prix avec un
temps - contraint – de prestation, lui aussi très formateur pour les élèves.
6
Lectures : choisir un extrait du texte primé (ou d’un autre texte du corpus ?) et l’explorer par la lecture (texte en
main, peut-être des pupitres ?). Le travail en classe portera sur les variations de tons, de rythme, pouvant
éclairer sous des jours différents le texte. Une perspective « enregistrement » est possible.
Un exemple dans un autre domaine :
« La Victoire de Guernica », Paul Eluard, Cours naturel, 1938.
Mise en voix (Allan et Nikola du Collège Jean-Perrin, Paris XXe) et en son (intéressante) à l’adresse suivante.
Le projet est parfaitement améliorable et reproductible, et adaptable dans toute classe de collège ou de lycée :
http://www.franceculture.fr/emission-poeme-du-jour-avec-la-comedie-francaise-la-victoire-de-guernica-par-pauleluard-lu-par-alla
Ecritures dramatiques : une classe propose une écriture dramatique inspirée par l’œuvre : scène antérieure,
postérieure, scène faisant l’objet d’une ellipse, alternative à l’action. C’est un travail d’appropriation de la
dramaturgie de l’auteur et une part d’invention à l’intérieur de la structure dramatique. La scène est ainsi lue
(texte en main) à plusieurs. Cf. sur le blog les exemples de scènes additionnelles écrites, proposées et jouées par
le collège Michelet.
Travail journalistique : rendre compte (voir le blog) du Prix et de la journée de rencontre ; c’est un temps de
travail partiellement décalé (préparation d‘une partie de l’article en amont + reportage le jour-même).
Proposition scénique « en kit » : on peut aussi proposer à une classe d’enregistrer (sous forme de diaporama
+ fichier son) un passage de l’œuvre. Plutôt que le travail filmé (toujours possible mais qui suppose un
enseignant expérimenté et qui a moins lieu d’être sur un plateau), ce peut être l’occasion d’approcher la
représentation : une partie de la classe peut ainsi travailler sur l’enregistrement des voix, une autre sur la prise
d’images (un lieu, des acteurs fixes que l’on sculpte, que l’on dispose), voire sur les costumes.
Signalons enfin, à un moment où il était question de ne pouvoir accueillir tous les élèves, une entreprise de
« speed booking » très originale et qui devait permettre de désigner les lauréats :
Speed booking au lycée Jean Monnet pour le Godot (Nicole Andrieux, classe de 1ère L)
Cf. le blog, rubrique ECHANGES DE PRATIQUES :
Si le nombre d'élèves est limité, j'ai pensé à un oral sous forme de speed-dating ou speed-booking.
Cela permet de départager les élèves sous cette forme avec des temps de parole de 4 minutes. J'ai déjà pratiqué
cela il y a deux ans pour départager les élèves d'une classe de 1ère L qui devaient participer au jury du prix
Goncourt des Lycéens à Rennes. Cela permet de pratiquer l'oral de manière ludique et d'opérer un classement
(comme dans une épreuve sportive) sans devoir noter les élèves, parce qu'ils s'évaluent entre eux en étant
alternativement orateur et jury.
Le principe de l'épreuve :
7
Entendu à propos du speed-booking :
« J’ai trouvé cet exercice très intéressant. C’est un bon entraînement pour le bac, mais c’est comme un jeu. C’est
un bon moyen pour progresser. »
« C’était bizarre de travailler comme cela avec les profs ! Dans l’ensemble, on s’est bien marré ! Le plus
stressant : les photos en rafales ! Bravo aux gagnantes ! »
« C’était impressionnant ! Une expérience incroyable ! Et cela nous permet de nous entraîner pour les oraux du
bac ! »
« Le speed-booking est un jeu très amusant mais c’est aussi un bon exercice pour le bac. La différence, c’est que
l’on passe devant nos camarades. Il y a un peu moins de stress mais qui ne disparaît pas totalement. 4 minutes
pour convaincre ! »
« J’ai trouvé le speed-booking intéressant. C’est une façon originale de nous départager et de nous faire parler à
l’oral de nos impressions à propos des six pièces pour le Prix Godot. »
« J’ai trouvé que le speed-booking est profitable pour la préparation des oraux des TPE et les oraux du bac de
français. Mais je ne me suis pas vraiment « plongée » dans le jeu parce que je n’avais pas envie d’aller à Caen
pour les débats du 7 mars. »
« C’est amusant et plein de bonne humeur ! »
« Le speed-booking est une bonne expérience. Mais je n’étais pas très à l’aise en face du jury. Cela m’a plu
quand même. Participer en tant que jury, c’était très intéressant aussi parce que je trouve que certains élèves ont
très bien présenté leurs arguments. »
« Exercice sympa ! » « Marrant ! »
« Impressionnant quand on est le premier à passer, mais expérience sympathique et amusante ! »
« Cool ! »
8. Feydeau, Un fil à la patte et On purge bébé3.
J’ai dans la dernière lettre présenté les ressources pour travailler cet auteur et ces œuvres au programme de
spécialité en terminale à partir de l’an prochain (cf. BO n° 5 du 2 février 2012 ). Je vous rappelle qu’un ouvrage
de synthèse est à paraitre au SCEREN CNDP à la rentrée et qu’une journée de formation est inscrite au
PAF 2012-2013 pour les professeurs de spécialité. Le domaine peut intéresser aussi les professeurs de 5e,
Feydeau étant inscrit au programme de cette classe. J’ajouterai à mon dernier envoi une ressource très éclairante
pour notre travail, il s’agit d’une interview parue dans le journal Le Matin du 15 mars 1908 «Comment Feydeau
devint vaudevilliste ». On en trouve le texte intégral par exemple dans un document du théâtre des Célestins :
http://www.memoire.celestins-lyon.org/var/ezwebin_site/storage/original/application/737f1528262023a1af8e00e9cb0d34e8.pdf
(à propos de La Main passe de Georges Feydeau, mise en scène et adaptation de Gildas Bourdet, Célestins,
Théâtre de Lyon, 6 - 31 décembre 2000).
Comment je suis devenu Vaudevilliste
Il est plus facile d’être vaudevilliste que d’expliquer pourquoi on l’est. Néanmoins, je vais essayer. Il faut vous dire
que j’y suis contraint. Le Matin m’avait prié de lui fournir un article à ce sujet. Il fallait parler de moi. Toute modestie à part,
c’est toujours très gênant de parler de soi. On est, dans notre métier surtout, si accoutumé aux traîtrises qu’on en arrive à
se méfier de soi-même. Je venais pour m’excuser et me défiler, mais il arriva que, bientôt, je me trouvai enfermé dans un
cabinet, confortable il est vrai, et congrûment éclairé, et, à travers la porte close, j’entends une voix me crier “Je ne vous
rendrai votre liberté que contre le papier promis..." Je reconnus la voix de celui qui parlait ainsi, un tyran irréductible, et je
dus reconnaître en même temps qu’en effet je l’avais promis, ce papier sur ma vocation. C’est presque du vaudeville. C’est
parfait. Ainsi je m’exécute, d’autant plus que j’ai hâte d’être libre.
Ô liberté !... Enfin... Comment je suis devenu vaudevilliste ?
C’est bien simple. Par paresse. Cela vous étonne ? Vous ignorez donc que la paresse est la mère miraculeuse,
féconde du travail. Et je dis miraculeuse, parce que le père est totalement inconnu. J’étais tout enfant, six ans, sept ans. Je
ne sais plus. Un soir on m’emmena au théâtre. Que jouait-on ? Je l’ai oublié. Mais je revins enthousiasmé. J’étais touché. Le
mal venait d’entrer en moi. Le lendemain, après n'en avoir pas dormi de la nuit, dès l’aube je me mis au travail. Mon père
me surprit. Tirant la langue et, d’une main fiévreuse, décrêpant mes cheveux emmêlés par l’insomnie, j'écrivais une pièce,
tout simplement.
— Que fais-tu là ? me dit mon père.
— Une pièce de théâtre, répondis-je avec résolution.
Quelques heures plus tard, comme l’institutrice chargée d’inculquer les premiers éléments de toutes les sciences en usage
—une bien bonne demoiselle, mais combien ennuyeuse ! — venait me chercher.
— Allons, Monsieur Georges, il est temps.
Mon père intervint :
— Laissez Georges, dit-il doucement, il a travaillé ce matin. Il a fait une pièce. Laissez-le.
Je vis immédiatement le salut, le truc sauveur. Depuis ce jour béni, toutes les fois que j’avais oublié de faire mon
devoir, d’apprendre ma leçon, et cela, vous pouvez m’en croire, arrivait quelquefois, je me précipitai sur mon cahier de
3
Cf. par exemple Un lien vidéo (sur le site de l’INA) :
http://www.ina.fr/art-et-culture/arts-du-spectacle/video/CPF86628391/on-purge-bebe.fr.html
8
drames. Et mon institutrice médusée me laissait la paix. On ne connaît pas assez les ressources de la dramaturgie. C’est
ainsi que je commençai à devenir vaudevilliste. Puis je continuai.
Au collège, à Saint-Louis, j’écrivis des dialogues héroïques et crépitants, mais, comme le pion me les chipait à
mesure et que je n’ai pas gardé le moindre souvenir de ces chefs-d’œuvre scolaires, je n'en parlerai pas davantage.
Cependant, j’étais dès ce moment, animé d’une violente ardeur pour le théâtre. C’est plus tard, au régiment, au 47e de
ligne, s’il vous plaît, que j’écrivis ma première grande pièce Tailleur pour dames. Saint-Germain et Galipaux y tenaient les
rôles principaux. Ce fut un succès. Je me rappelle qu’à la sortie de Tailleur pour dames, ayant rencontré Jules Prével, celui-ci
me dit d’un ton que je n’oublierai pas "On vous a fait un succès, ce soir, mais on vous le fera payer." Jamais homme n’avait
parlé avec autant de sagesse et de vérité. Cependant je remarquai que les vaudevilles étaient invariablement brodés sur
des trames désuètes, avec des personnages conventionnels, ridicules et faux, des fantoches. Or, je pensai que chacun de
nous, dans la vie, passe par des situations vaudevillesques, sans toutefois qu’à ces jeux nous perdions notre personnalité
intéressante. En fallait-il davantage ? Je me mis aussitôt à chercher mes personnages dans la réalité, bien vivante, et, leur
conservant leur caractère propre, je m’efforçai, après une exposition de comédie, de les jeter dans des situations
burlesques.
Le plus difficile était fait, il ne restait qu’à écrire les pièces, ce qui, pour un bon vaudevilliste, vous le savez, n’est
plus qu’un jeu d’enfant. Ai-je réussi ? En doutant, je montrerais de l'ingratitude envers le public qui m’a prodigué ses
applaudissements, et qui a ri quelquefois de bon cœur, quand ma seule intention était de lui plaire et de le faire rire autant
qu’il est possible. Mais ce sont les lettres, venues de partout, qui vous affirment, à vous-même, la gloire que vous rêvez. Et
j’en ai reçu. Combien ! Une, tenez. Un jour, un monsieur qui signait J.B. m’écrit de Bordeaux, m’appelant "cher maître" et
vantant, avec mon goût très sûr, mon esprit délicat et mon talent immense. Ce sont ses propres termes. Il m’envoyait en
même temps un manuscrit. Une pièce prestigieuse d’esprit, affirmait-il, sur laquelle il demandait mon avis, par politesse, en
m'offrant d’être son collaborateur. La pièce dépassait les bornes du permis en fait d’idiotie. Je la renvoyai à son modeste
auteur avec mes regrets. Or, moins d’une semaine après, je reçus de mon correspondant bordelais une lettre furieuse. Il me
traitait des pieds à la tête, et il terminait par ces mots d’une exquise urbanité : "Et puis je vous em...!" A quoi je répondis
avec sérénité : "Plus maintenant, cher Monsieur, j’ai fini de lire votre pièce."
Ce fut tout, mais c’était la gloire.
9. Le théâtre au baccalauréat : faut-il lire les didascalies ?
J’ai reçu d’une collègue une question qui me permet une mise au point après consultation de mes deux
collègues.
A l'oral du bac, lors de la lecture d'un extrait théâtral, faut-il ou non que le candidat lise les didascalies ?
La réponse n'est pas « faut-il ? » ou pas... mais un choix du candidat, qui, s'il ne les lit pas, les commentera de
toute manière lors de son examen méthodique. Tout dépend donc de la manière dont il a été formé et entraîné
par son professeur. On ne saurait donc lui reprocher les choix de tel ou tel, ou l'absence de ces choix.
Un discours trop assuré sur la nécessité de lire absolument, ou pas, est donc sans objet et inopportun, comme ça
l'est pour toute attitude qui ne soit pas d'accueil courtois et de compréhension à l'égard des candidats à l'oral.
Je vous donne par exemple à lire un extrait de la charte élaborée pour l'épreuve facultative de théâtre et
qui est affichée sur la porte de chaque salle d'examen, on y lira des principes qu'il est bon de rappeler. Une
charte de même nature peut être appliquée pour l'EAF.
4° Attitude des examinateurs
Les examinateurs observent à l'égard des candidats et pendant tout le déroulement de l'épreuve une attitude de
respect, de bienveillance, et d'objectivité :
- ils s'interdisent tout propos désobligeant à l'égard du candidat ou de l'équipe [du professeur] qui l'a fait travailler
au cours de l'année ;
- en particulier, ils se tiennent à l'écart de tout jugement porté sur le travail présenté.
Ils s'efforcent, par leur questionnement, d'obtenir du candidat une justification des choix dramaturgiques et des
partis pris de mise en scène. Ils l'encouragent par tous les moyens à justifier ses choix ou à en imaginer d'autres.
Au cours de l'épreuve et au terme de celle-ci, ils observent strictement leur devoir de confidentialité.
Ajoutons qu'en connaissant un peu les textes de théâtre, on sait que les didascalies sont essentielles
chez Ionesco et Beckett, et ont diablement du sens dans les scènes finales de Dom Juan (cf. lettre théâtre n° 10
pour une analyse dramaturgique et une lecture accompagnée de ces scènes). Déplacez donc le questionnement
sur l'entraînement des élèves à la lecture réellement expressive des textes, sur le fait que cet entraînement
intégré dans les cours donne davantage de sens aux textes, sur les lectures possibles en contrepoint de telle ou
telle scène, sur des didascalies additionnelles à écrire à la manière de carnets d’un metteur en scène, etc..
Je vous souhaite une bonne fin d’année avant une quatorzième et dernière lettre théâtre, qui sera
consacrée au Carnet du spectateur, ouvrage disponible dès la rentrée.
N’oubliez pas de surveiller le site de la DAAC pour une inscription au jury du prix Godot 2013, qui
pourrait reconduire les propositions pédagogiques de cette année, mais il nous faudra d’abord en faire le bilan.
Attention au fait qu’il est possible que des conditions de candidature soient édictées.
Yves Maubant
IA-IPR Lettres / Théâtre
9
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising