Quels systèmes d`informa tions pour la gestion de la forêt

Quels systèmes d`informa tions pour la gestion de la forêt
Systèmes d'information, informatique et forêt méditerranéenne
Conclusions
En rassemblant acteurs opérationnels et chercheurs, utili­
sateurs et producteurs de données, spécialistes et néophytes,
le groupe de travail " Systèmes d'i nformations, informa­
tique et forêt méditerranéenne " a constitué un vivier de
connaissances à partager et a permis des débats fructueux
sur des thèmes où les échanges d' expériences sont encore
plutôt rares.
Tous les horizons professionnels étaient représentés et
cette diversité a montré l' intérêt et l' attrait que représentent
aujourd 'h ui les outils informatiques de valorisation des
informations sur les territoires. La variété des applications
présentées nous renseigne aussi sur l ' importance de leur dif­
fusion pour la gestion du patrimoine forestier et des espaces
naturels méditerranéens.
En effet, les pratiques de gestion de la forêt méditerra­
néenne sont, de manière croissante, planifiées à l ' aide de
systèmes d' informations et d' applications informatiques qui
intègrent souvent les technologies de l ' information géogra­
phique*. En prenant en compte la localisation des informa­
tions, le Système d' Information Géographique* participe à
un mode de gestion efficace, permettant de travailler avec
des données homogènes sur l ' ensemble du territoire à gérer,
d' analyser les relations spatiales* entre les objets représen­
tés et de communiquer ces informations sous la forme de
cartes interactives.
De fait, les interventions et les débats ont, pour l ' essentiel,
abordé des questions liées à l ' utilisation des Sy stèmes
d' Informations Géographiques (SIG).
Quels systèmes d'informa­
tions pour la gestion de la
forêt méditerranéenne ?
Depuis toujours, les décisions de gestion de la forêt médi­
terranéenne s'appuient sur des informations, observations,
références et expertises. Comme pour toute organisation,
ces informations doivent tout d' abord être collectées, orga­
nisées et vérifiées afin d' être opérationnelles et de permettre
de réaliser des états des lieux et d'en assurer la mise à jour
nécessaire. Dans un second temps, il est possible d'analyser
ces données, afin par exemple de développer des indicateurs
de gestion pour l'aide à la décision.
Des informations de plus en
plus nombreuses . . .
L'acquisition* de données d' inventaire, référencées géo­
graphiquement, représente un premier niveau de production
forêt méllitertanéenne
t. XXI, n° l ,
mars
2000
••••••••••••••
d ' i nformations qui pourront, soit être intégrées dans des
modèles de décision élaborés, soit être restituées sous la
forme de cartes, d'atlas ou de CD-ROM pour la consulta­
tion.
Ces données concernent l ' acquisition de connaissances
sur les ressources naturelles et les milieux : données sur les
peuplements forestiers et les autres formations végétales,
informations sur les sols, la distribution des espèces f1oris­
tiques et faunistiques remarquables, données sur l'eau ou les
caractéristiques bioclimatiques, etc.
Il s'agit aussi des informations sur l 'organisation des acti­
vités humaines comme les équipements et les aménage­
ments destinés à la défense des forêts contre les incendies
(DFCI) ou à la production forestière, l' organisation et la
propriété foncière, les usages des sols, les zones à risques
et/ou réglementées.
D' autres systèmes d'informations mettent l'accent sur la
dimension hi storique : des bases de données c omme
Prométhée, qui concerne les incendies ou celles qui réperto­
rient les interventions et/ou les lieux d'expérimentation de
modes de gestion forestière en sont quelques exemples.
Une fois les données collectées et structurées en bases de
données, elles sont intégrées au S ystème d ' Information
Géographique ou au logiciel de cartographie numérique. Il
est alors possible de produire des cartes sur la distribution
des objets cartographiés pour l'aide à la gestion. Lorsque les
données sont mises à jour, les modifications des aires de
répartition peuvent être repérées, analysées et intégrées au
système.
. . . pour des applications qui
se diversifient
La diversité des informations créées, organisées et gérées
par les acteurs en charge des milieux forestiers méditerra­
néens représente autant de possibilités de croisements thé­
matiques à partir de modèles de décision. De nouvelles
informations composites sont alors produites et servent à
tester plusieurs scénarios pour choisir les modes de gestion
ou d'intervention souhaités.
De tels zonages sont réalisés pour hiérarchiser la probabi­
lité des risques d' incendies (éclosion, propagation) et opti­
miser en conséquence l' organisation et l'entretien des équi­
pements servant à la lutte ou à la prévention (pistes, points
d'eau, débroussaillements, coupures).
Des outi l s sont développés pour faciliter les choix en
matière de gestion forestière : définir des aires de produc­
tion et calculer des coûts de productivité et d'approvisionne­
ment sylvicoles, déterminer des zones propices à la mise en
place de nouvelles orientations (plantations, sylvopastora­
lisme, brûlage dirigé, réhabilitations après incendies . . . ).
131
On assiste également à la multiplication des outils d' aide
au diagnostic pour l' aménagement du territoire et le déve­
loppement économique (suivi des mesures réglementaires,
gestion des conflits liés au multi-usage de certains espaces).
Enfin, certaines applications, couplées à des logiciels de
dessin et/ou de représentation en trois dimensions permet­
tent de montrer à l ' écran les résultats de di vers scénarios
simulés sur le territoire lui -même. La v i s uali sation à
l'échelle du paysage de l' évolution des peuplements fores­
tiers à différents pas de temps, en facilitant l 'évaluation des
pratiques sylv icoles ou d ' aménagements, permet aussi
d' anticiper les impacts esthétiques des solutions envisagées.
Une diffusion encore inégale
L' organisation du groupe de travail, avec les réunions de
préparation, la mise en place de l' espace de démonstration
et les retours de l' enquête lancée dans la feuille et l 'aiguille,
a permis de répertorier un peu plus de 70 systèmes d' infor­
mations (bases de données et SIG), gérés par les acteurs en
charge de la forêt méditerranéenne. L'analyse de ses sys­
tèmes montre que le volume des applications développées
est inégal selon les thèmes traités et que l ' accès à ces tech­
nologies varie en fonction des acteurs et des organisations.
Prédominance de la
problématique DFCI
Parmi les thèmes abordés, les questions liées à la défense
des forêts contre les incendies représentent presque la majo­
rité (44 % ) . Suivent les applications dédiées à l ' étude
d'impact de travaux d' aménagement, au suivi des milieux et
à leur protection (30%) puis les outils utilisés pour la ges­
tion forestière (26%).
Dans le contexte DFCI, c'est dans le cadre des activités de
prévention et de lutte que les travaux sont les plus nom­
breux. Quelques expériences commencent toutefois à être
menées sur les conditions de reprise de végétation et de
réhabilitation des massifs après incendie.
Les budgets disponibles pour la sécurité civile, qui ont
permis entre autres un effort suivi de la recherche expli­
quent en partie cette avance. Il est cependant indéniable que
les partenariats engagés entre les différents acteurs pour
répartir l e s coûts ( M i s s i o n S I G zonale, S IG D F C I
Aquitaine), créer e t échanger des données stratégiques, nor­
maliser et partager les référentiels ont largement contribué à
affiner les besoins et à rendre les outils performants.
Un accès variable en
fonction des budgets
Les efforts financiers consentis pour l 'élaboration de sys­
tèmes d' informations géographiques par les différents orga­
nismes travaillant en forêt méditerranéenne ne bénéficient
1 32
pas toujours de telles dynamiques. Pourtant, le succès de la
représentation cartographique comme support de communi­
cation auprès des décideurs, élus et bailleurs de fonds
notamment, devrait inciter ceux qui, encore aujourd ' hui,
n'ont pas investi dans de tels outils.
Il faut toutefois reconnaître que la mise en place d'un
Système d'Information Géographique est coûteuse. Même si
les équipements en matériel et logiciels informatiques sont
de plus en plus accessibles, l ' investissement le plus impor­
tant reste celui concernant les données. L' acqui sition
d'informations (création ou achat) ne doit pas être envisagée
sans la mise en place de procédures régulières de mise à
jour, cela pour garantir la pérennité du système et son évolu­
tion. De même, la formati on des personnel s, s ouvent
oubliée, est pourtant un gage de l' appropriation et de l 'effi­
cacité de l' utilisation de ces technologies pour les objectifs
visés.
L' accès au fond de carte numérique de l' IGN, sur lequel
les "données métiers" ou "couches d ' informations théma­
tiques" sont positionnées, reste très onéreux mais, depuis
peu, quelques facilités se font jour. Le Comité Régional de
l ' Information Géographique (CRIGe) de la région PACA, et
le SIG Languedoc-Roussillon (SIG LR) ont mis en place
des conventions entre divers partenaires pour acquérir, à
coûts partagés, ces référentiels de base.
Les participants au groupe de travail ont souhaité que ces
efforts de mise à disposition continuent et que des aides
soient consenties. L' ensemble des gestionnaires devrait
avoir la possibilité d' accéder à ces technologies et l' affirma­
tion des fonctionnalités multiples de la forêt méditerra­
néenne ne pourrait qu'en bénéficier.
Une volonté générale
d 'ouverture et d 'échange
Les nouvelles technologies de l ' information et de la com­
munication (NTIC) offrent aujourd' hui des potentialités
j amais atteintes pour échanger et partager des données
numériques. Les réseaux informatiques facilitent l ' accès aux
informations et en accélèrent la circulation. La production
de données numériques est en pleine croissance et l' échange
de données, rapide, continu, représente un volume très
important du flux d ' informations échangées. De plus , le
nombre d' acteurs intervenant dans ce flux - producteurs de
données, collectivités locales, administrations de l'État, ges­
tionnaires de réseaux, sociétés de services, utilisateurs pri­
vés - est sans cesse en expansion, particulièrement avec la
diffusion des technologies Client-Serveur qui offrent la pos­
sibilité à plusieurs partenaires de partager leurs informations
dans une base de données commune, interrogeable à d i s­
tance.
Systèmes d'information, informatique et forêt méditerranéenne
,
Echanger des informations
sur les données
Avec ces opportunités d' échange croissantes, la prudence
dans l' acquisition, l ' exportation et/ou le rapatriement de
données reste de mise. En effet, l'information qui circule
doit être comprise et utilisable à chacune des étapes de sa
diffusion.
La nécessité de respecter des normes pour la production
de données de qualité, est donc primordiale dans la mise en
œuvre d'un SIG car il est possible d' utiliser et de représen­
ter n'i mporte quelle donnée erronée sous la forme d' une
carte qui elle, semblera exacte.
Pour pouvoir apprécier la qualité* des données échangées,
il faut en connaître la provenance, la méthode d'élaboration,
la précision, la périodicité de mise à jour . . . On appelle ces
" informations sur les données " des méta-données*. La des­
cription de la qualité des données doit aussi respecter une
norme, pour que la méta-donnée elle-même aÜ un sens.
Dès lors, la normalisation*, est un enjeu essentiel de la
valorisation de l'information parce qu' elle permet, avec le
moins d' altération possible, l' échange des informations, leur
réemploi et leur enricrussement. Dans le domaine DFCI, le
guide de normalisation de la Zone de Défense Sud pour la
représentation graphique des équipements de prévention
montre l'exemple . . . Mais à ce jour, de tels guides de nor­
malisation restent rares et le groupe de travail a été unanime
pour affirmer la nécessité de travailler dans ce sens.
Le Conseil National de l ' Information Géographique
(CNIG), apporte des éléments précis pour apprécier cer­
taines bases de données à vocation nationale ou mettre en
œuvre des procédures de normalisation des données (par
exemple, fiches d ' aide à la maîtri s e d ' ouvrag e ) . E n
Méditerranée, les comités régionaux poursuivent cette
démarche et le CRIGe réalise actuellement un catalogage
des données géographiques numériques en se servant d'un
guide de normalisation développé par le Centre d' études sur
les réseaux, l ' urbanisme et les constructions publiques
(CERTU).
Communiquer sur les
eXperlenCeS
,
.
L' organisation d'un espace de démonstration d' applica­
tions informatiques à la place de la traditionnelle tournée de
Foresterranée a rencontré un franc succès. Une trentaine
d' applications a été présentée ainsi que certaines bases de
données localisées. Il était possible de visualiser les données
sur la forêt méditerranéenne disponibles à l' acquisition, de
tester des scénarios d' évolution ou des modèles d' aide à la
décision, de comparer des zonages de risques ou d' apprécier
l ' impact d' interventions sylvicoles . . . Cette journée a consti­
tué une vitrine des utilisations actuelles et possibles des
outils informatiques intégrant des données localisées sur la
forêt méditerranéenne.
L' ensemble du public présent a retenu l'intérêt de pouvoir
se rencontrer en petits groupes et de discuter concrètement,
autour des outils eux-mêmes, des possibilités offertes par les
logiciels actuels et des fonctionnalités des applications pré­
sentées.
Certains acteurs ont évoqué leurs interrogations face à la
multitude des outils disponibles pour des fonctionnalités
similaires. Par exemple, comment choisir parmi plusieurs
modèles d' aide à la décision alimentés par des données sem­
blables mais présentant des divergences de résultats lors de
la mise en œ uvre opérationnelle, par exemple pour le
zonage de risques sur un territoire ? Sur quelles hypothèses
les modèles reposent-ils ? Quelle est la validité des données
de base ? Sur quel fondement repose le poids attribué à cha­
cun des facteurs intervenant dans le calcul ?
Cette question montre, qu'en l' absence d' une communica­
tion complète sur les méthodes d'élaboration des outils, le
choix reste délicat.
Ce constat appelle d' autres interrogations préalables à la
mise en œuvre d'un projet d'élaboration d'un outil de type
SIG :
- Quel est l ' objectif de l ' outil ? Quels sont les résultats
attendus ? Quelles sont les informations nécessaires ?
- La dimension spatiale des informations a-t-elle un sens ?
Le référentiel est-il disponible ?
- L' information existe-t-elle ? Est-elle disponible ? À quel
coût ? Sinon, comment la produire ?
- Les coûts de production ou d' achat et de mise à jour
couvrent-ils les objectifs recherchés ?
- Quels sont les indicateurs à construire ? Quelle est
l' échelle de représentation adaptée ?
- Quel guide de normalisation utiliser ? Quel support de
restitution veut-on privilégier ?
- Qui est l ' utilisateur ? Qui est l' administrateur ?
Fort de ce questionnement, le groupe de travail a constitué
une première mise en commun des réflexions sur l' utilisa­
tion des systèmes d ' informations géographiques en forêt
méditerranéenne. Les technologies évoluent rapidement et
les outils deviennent toujours plus performants. Les données
et les possibilités de traitement des images numériques nous
réservent de formidables révolutions. Des échanges d' expé­
riences sur ces thèmes sont rares et sont l' occasion d' enri­
crur ses connaissances, de tester des applications, de nouer
des contacts et parfois, d' entrevoir de futurs partenariats.
Gageons que ce thème de réflexion reviendra lors de pro­
chaines rencontres Foresterranée.
Les mots suivis d'un ' sont définis dans le glossaire
p.
1 35 .
1 33
Liste des pa rticipa nts
Bertrand ADER Association Ginkgo Var
Daniel ALEXANDRIAN Agence MTDA
L o u i s A M A N D I E R C e n tre Régional de l a Propriété
Forestière PACA
Christophe BADIER ESRI France Sud
Roger BALLEYDIER
Eric BELVAUX Société du Canal de Provence
François BESSE CIRAD
Jean-Marc B ILLAC Fédération girondine de DFCI
Jean-Claude BOYRIE Direction régionale de l'agriculture et
de la forêt Languedoc-Roussillon
Fabien B RO C H I E R O Compagnie du B as - R h ô n e ­
Languedoc, à l' époque à l ' lARE
Laurence CAMTALOUBE-KIM Conseil régional ProvenceAlpes-Côte d'Azur
Jean-Luc CASTELLE
Véronique CESARI Institut de Géographie
Alain CHARTIER Conseil régional Provence-Alpes-Côte
d'Azur
Olivier CHAUMONTET SIVOM du Pays des Maures et du
Golfe de St Tropez
Robert CHEVROU Direction départementale de l'agriculture
et de la forêt de l'Hérault
Jacques CLAUDIN Atelier Technique des Espaces Naturels
Denis COINON AFOCEL
Siegfried DA VICO Direction régionale de l'agriculture et de
la forêt Languedoc-Roussillon
Bl aise DELMAS Syndicat Intercommunal Massif Sainte
Victoire
Michel DESHA YES Ecole Nationale du Génie Rural des
Eaux et Forêts
Annick DOUGUEDROIT Institut de géographie
Philippe DREYFUS Institut national de la recherche
agronomique
Siegfried DUNAND Concession du Pont du Gard
Marc-Antoine DUPUIS ALSOFT SA (Geoconcept)
Richard EMEYRIAT SO.FO.EST
Michel ETIENNE Institut national de recherche agronomique
Alexandra FADIN ADDE (MAP INFO)
Pierre FALIPOU INRA
Mirabelle FIANDINO SAFEGE CETIIS
Sophie GACHET-BOUDEMAGHE Faculté de Saint Jérome
Christian GENDRAUT CGX Graphique
Ridha GHERIBI INP Formation continue
Chantal GILLET Conseil régional Provence-Alpes-Côte
d'Azur
Elisabeth GOMES CGX Graphique
Hélène GONDARD CEFE - CNRS
Maurice GOUlRAN Conseil général des Bouches du Rhône
Nabila HAMZA Inventaire forestier national
Georges ILLY
Cécile IVANES
Marielle JAPPIOT CEMAGREF
•
•
• •
• • • • • • • •
Michèle LAGACHERIE Centre régional de la propriété
forestière Languedoc-Roussillon
Danièle LARCENA LATES/EHESS
René LECOUSTRE ClRAD AMAP
Olivier LEDOUBLE Conseil général du Var
Guy LEROY Office national des forêts du Var
Stéphane LOUBIE BCEOM, à l'époque à l'lARE
Pierre MACE Fédération girondine de DFCI
Emmanuelle MARTIN Conseil général des Alpes Maritimes
André MEYSEN Office national des forêts
Coralie MOUTON GTDA Toulouse
Jean-Pierre NAUDET Inventaire forestier national
Chri stophe ORAZIO SIVOM du Pays des Maures et du
Golfe de St Tropez
Pascal ORRU Conseil Général du Var
Marie-Pierre PATRIGEON Université de Provence Aix­
Marseille 1
Olivier PORRE SIVOM du Pays des Maures et du Golfe de
St Tropez
Benoît REYMOND Office national des forêts
Jean-Marc ROBBEZ MASSON INRA
Catherine ROUSSET Société du Canal de Provence
Jack ROYER Direction régionale de l'agriculture et de la
forêt LR
Louis RUFFILI Conseil général des Bouches du Rhône
Raymond SCHIANO CEMAGREF
Zuheir SHATER CEFE - CNRS
Gérard VANNIER Conseil général des Bouches du Rhône
Marc VERRECCHIA Syndicat mixte du Mont Ventoux
Hervé WYSOCINSKI D3E Electronique"
M ichel Deshayes, l ' u n des deux ani mateurs du groupe
de travail, lors des conclusions de Foresterranée'99
Photo
D .A.
1 34
forêt mlllitermRéeRRe
t. XXI, n ° l ,
mars
2000
Systèmes d'information, informatique et forêt méditerranéenne
Glossaire
••••••••••••••••••••••
Généralités
Mode raster
Géomatique
(images issues de scanner, capteurs . . . ) .
Représentation fondée sur un quadrillage abstrait du terrain
Ensemble des méthodes et techniques de l ' i nformatique appli­
Lorsque le quadrillage est rectangulaire, l'unité est appelée pixel.
quées aux technologies de l'information, moyens d' acquisition *, de
Dans ce mode de représentation on peut faire porter l'information
traitement*, de représentation visuelle et d' archivage des données
soit par l'unité du quadrillage, cas des images satellites, soit par des
géoréférencées* .
points d'intersection des lignes composant ce quadrillage (ex :
MNT*).
Synonymes : mode matriciel, mode maillé
Information géographique
Information qui est reliée à une localisation, sur la terre, dans un
Résolution
système de référence.
Une information géographique est une information que l ' on peut
situer sur un plan, une carte, directement par des coordonnées ou
Définit le nombre d' objets élémentaires, c'est à dire de cellules
ou pixels, accessibles sur une unité de longueur.
indirectement par relation à une autre information géographique.
C'est en particulier l ' i nformation sur les objets ou phénomènes
naturels, les ressources culturelles, humaines ou économiques.
Synonymes : donnée localisée, information à référence spatiale,
information géoréférencée
Couche d'informations
Une couche est constituée par le regroupement d' objets présen­
tant une relation entre eux. C'est une structuration simple des don­
nées, au moment de leur acquisition*, qui est effectuée par analogie
à la superposition* manuelle antérieure de calques et destinée à
Système d'information géographique (SIG)
Système informatique permettant, à partir de diverses sources :
- de rassembler et organiser ,
faciliter la gestion ultérieure de ces objets.
Information géométrique
Information permettant de décrire l'aspect géométrique de l'infor­
- de gérer,
mation géographique* . Ce sont les lignes, les points, les polygones
- d' analyser et de combiner,
en mode vecteur* et les pixels rectangulaires ou pas pour le mode
- d'élaborer et de présenter
des informations localisées* géographiquement, contribuant
notamment à la gestion de l' espace.
raster*'
Information descriptive
ou
Ensemble de données repérées dans l'espace, structuré de façon à
fournir et extraire commodément des informations utiles à la déci­
sion.
Information textuelle, qualitative ou quantitative sur une entité à
l'exception des aspects géométriques et géographiques.
- Exemple: Nom du cours d'eau, largeur de la route, code Insee
de la commune. . .
Base de données (BD)
Ensemble de données organisé en vue de son utilisation par des
programmes d' ordinateurs, associés éventuellement à toute infor­
mation relative à leur utilisation.
Synonymes : information sémantique, information thématique
Système de coordonnées
Pour les informations planimétriques on utilise des projections
connues. Celles-ci pourront être conformes (c'est-à-dire conserver
Vocabulaire spécifique aux
SIG
Entité géographique
Représentation dans un modèle de données* d'un phéno­
les angles) ou équivalentes (c'est-à-dire conserver les surfaces).
- Constitution des bases de données
géographiques
mène géographique perceptible dans le monde réel. L'entité est
géographique dans la mesure où le phénomène est localisable, c' est
à dire que certains attributs* de l' entité sont des localisants (coor­
données, adresse postale, numéro de zone : parcelle, section, com­
mune, département, zonages divers . . . ) .
Acquisition
Processus désignant la transformation d ' informations en données
informatiques.
Mode vecteur
Se dit d ' un mode de représentation qui traduit toute figure géo­
métrique par des éléments linéaires orientés représentés par leurs
coordonnées (points, lignes, polygones).
- Exemple : Une borne sera représentée par un point, un axe de
Sources :
- C N l G . (Conseil National de l ' I nformation Géograph ique).
É léments d'un vocabulaire géomatique, juin 1 994,
www.cnig.fr
route par une ligne, une école par un point ou une surface selon
- CRlGe (Comité Régional de l ' I nformation géographique
l'échelle.
PACA) . G lossaire sur le www.cete.e-motive.fr
1 35
forêt mélliterlBnéenne
t. XXI, n ° l,
mars
2000
Numérisation
Production à partir d ' un document graphique, plan ou carte, d ' un
fichier informatique contenant des coordonnées, des informations
de dessin, et des attributs* définissant la représentation des entités
géographiques* que l ' on capture.
sition concerne les données de sources hétérogènes avec des
échelles différentes ou des structures différentes.
Requête spatiale
I nterrogation d ' une base de données géographiques portant sur
des critères de localisation
Dictionnaire de données ou nomenclature
Ensemble classé de termes spécifiques et de leur définition.
Précise le type d ' informations géométriques* utilisées, les enti­
tés, leurs propriétés, les domaines de définition, les relations.
Orthophoto
Photo aérienne ayant subi un certain nombre de traitements
informatiques lui permettant d'être insérée dans un SIG raster,
comme une photo scannée mais ayant en plus la propriété d'être
juxtaposable à la carte.
Analyse spatiale
Elle consiste principalement à déterminer les interactions spa­
tiales entre les objets géographiques et à partir de ces interactions,
dériver de nouvelles connaissances. Elle repose donc essentielle­
ment sur la détermination d'intersections, d'inclusions, de proximi­
tés.
Analyse des données
Elle a pour objet d'interpréter ces données pour élaborer de nou­
velles informations sur la zone traitée. Elle met en œuvre des
méthodes quantitatives, souvent statistiques, d'interprétation des
- Constitution des bases de données
sémantiques
Modèle conceptuel de données (MCD)
Ensemble de concepts et de règles permettant de définir com­
ment représenter des informations dans un système informatique.
Schéma conceptuel de données (SCD)
Description de l'organisation des informations d'une BD confor­
mément à des principes de modélisation conceptuelle de l'informa­
tion.
Attribut
É lément du schéma conceptuel d'information d'une base de don­
née décrivant l'association d'une valeur à une entité géographique*
ou à un lien.
Système de Gestion de Bases de Données
Permet de gérer le stockage et l'accès aux données d'une base de
données.
MNT ou Modèle Numérique de Terrain
Façon de représenter le relief, en donnant à chaque point d'un
quadrillage a priori régulier l'altitude du point correspondant sur le
terrain.
Généralisation
Adaptation des données qualitatives et quantitatives, par allége­
ment du nombre de détails et simplification caractérisée des formes
des tracés, en vue de l ' établissement d' une carte répondant à des
conditions déterminées, généralement une réduction d' échelle.
Restitution
Opération qui consi ste à présenter l ' information sous forme
compréhensible et manipulable pour l ' utilisateur final.
Information graphique
Concerne la représentation graphique d'une entité géométrique.
données alphanumériques, en assurant les fonctionnalités de saisie,
L'information géographique existe indépendamment de sa repré­
de correction, d'extraction de données tout en organisant leur
sentation cartographique, ses propriétés sont celles retenues de
accès. Il permet le partage de données entre plusieurs utilisateurs.
l'objet réel du terrain qu'elle représente. En revanche, l'information
Il préserve l'intégrité des données, cela quel que soit le type de
graphique a des propriétés propres, dites propriétés graphiques
panne : perte de mémoire vive ou crash disque. L'accès aux don­
(ex : couleurs, motifs, épaisseur d u trait . . . ) et doit suivre des
nées se fait au moyen d'un langage de requête, le Select Query
contraintes géométriques (ex : échelle, dimension).
Language ou SQL étant le plus connu.
Méta-données
" Données sur les données " . Elles permettent de connaître et de
qualifier les données gérées par le système. Il y a deux catégories
de méta-données : celle contenant la description de la qualité des
données*, celles contenant le dictionnaire* ou schéma conceptuel
de données*.
Qualité et échanges
Normalisation
L ' objet de la normalisation est de permettre les échanges de
données en altérant le moins possible leur signification et leurs
caractéristiques (coordonnées, nomenclature, structuration et infor­
Traitements et restitution
Traitements
Procédures qui permettent soit de gérer, soit de modifier les don­
mations sur la qualité).
Qualité des données
Ensemble des propriétés et caractéristiques des données qui leur
confèrent l ' aptitude à satisfaire des besoins exprimés ou implicites.
nées. Les traitements sont liés à tous les aspects dynamiques du
système.
Spécifications de qualité
Superposition
tables de la BD par rapport à son terrain nominal sous forme d ' exi­
Dans le domaine des traitements de la géomatique*, la superpo-
1 36
Les spécifications de qualité doivent définir les erreurs accep­
gences qui permettront de déterminer la conformité de cette BD.
Systèmes d'information , informatique et forêt méditerranéenne
Cohérence logique des données
Droit d'utilisation, droit d'usage
Définit le degré de cohérence interne des données, selon les
Le droit d' utilisation est une concession partielle, à durée limitée
règles de modélisation et de spécifications d ' u n jeu de données,
ou n o n , généralement à titre o nére u x , du droit patri m o n i a l
lors de l' échange ou au sein de l' application.
d' exploitation dont jouit l ' auteur.
Fiabilité des données
Format d'échange
Qualité exprimant le degré de confiance qui peut être accordé
aux données, en terme de probabilité de l'écart du terrain nominal.
Ensemble de structures logiques et physiques qui caractérisent le
codage des informations au sein d ' u n système informatique ou
entre systèmes de traitement de l' information lors d'une transmis­
Précision des données
sion.
Degré de finesse avec lequel une quantité est exprimée sous
forme numérique.
Ressources documentaires
Bibliographie
Articles et revues
Ouvrages
Brunet R. ( 1 987). - La carte, mode d' emploi. Fayard Reclus.
Cheylan J.P., Gayte O., Lardon S., Libourel T. ( 1 997). Conception des systèmes d'information sur l'environnement.
Ed. Hermes.
Denégre J., Salgé F. ( 1 998). - Les SIG. Collection " Que­
sais-je ? ". PUF.
Didier M., Bouveyron C ( 1 993). - Guide économique et
méthodologique des SIG. Ed. Hermes.
Didier M. ( 1 993). - Utilité et valeur de l'information géo­
graphique. Ed. Hermes.
Laurini R., Milleret-Raffort F., ( 1 993).
nées en géomatique. Ed. Hermes.
-
Les bases de don­
MATE ( 1 998). Principes de diffusion des données rela­
tives à l ' environnement. Diffu s i o n la documentation
Française.
-
Paganelli E., Jules S., Jolly A. ( 1 998). Les données géo­
graphiques françaises pour la gestion des milieux naturels.
Ed. Hermes.
-
Prélaz-Droux R ( 1 995). - Système d'information et gestion
du territoire. Presses Pol ytechniques et Universitaires
Romandes.
forêt métlitermnéenne
••••
Revue Internationale de Géomatique :
Pornon H. ( 1 993). - Utilsation et place des SIG dans les
systèmes d'informations des organisations. Vol. 3, nO I -2.
David B., Lamy S., Salgé C., Salgé F., ( 1 993). - Données
géographiques de référence en France et en Europe. Vol. 3,
nO I -2.
Cheylan J.P., Lardon S., Mathian H., Sanders L. ( 1 994). Les problématiques liées au temps dans les SIG. Vol. 4, n03.
Roche S., Bédard Y., ( 1 997). - L' appropriation sociale des
technologies de l'information géographique : quelles leçons
pour la mise en œuvre des SIG. Vol. 7, n03-4.
B arré R . , D u s sère G . , H é r i s s o n B . , Poppi J . C . ,
Sauvagnargues-Lesage S., ( 1 998). - Systèmes d'Information
Géographique Appliqué à la Sécurité Civile. Vol. 7 - n03-4.
Revue Analyse Spatiale quantitative et appli­
quée
Dagorne A., Ottavi J.Y. ( 1 99 1 ). - Des données à l ' informa­
tion, ou l' utilité d'un système d' information géographique.
n° 30. Université de Nice-Sophia Antipolis.
Revue Forêt Méditerranéenne :
B oyrie J.e. - L' adaptation des orientations régionales
1 37
t. XXI, n ° l,
mars
2000
forestières : quelle base de connaissance des milieux natu­
re I s ? quelle méthode ? l ' expérience du Languedoc­
Roussillon - T. XVIII, n° 3 , 1 997, pp. 245-247. Décrit les
problèmes qui se posent pour le traitement de données géo­
graphiques, dans le cadre de la mise à jour des Orientations
Régionales Forestières
Chevrou R.-B. - La défense des forêts contre les incendies
et l' informatique analyse stratégique de l'espace. Dossier :
Forêts et incendies 1 99 1 - 1 992 - T. XIV, n02, 1 993, pp. 1 631 72. L 'auteur suggère que les nombreuses données dispo­
nibles aujourd 'hui sur la D. F. C.I. (cartes, statistiques,
documentation technique. . . ) soient mises à la disposition des
services chargés de la prévention et de la lutte grâce à
l 'informatique : base des données, systèmes d 'information
géographique (S.I. G.) et systèmes experts.
Chevrou R.-B. - Systèmes d'information géographique et
modèles feu : aide à la décision pour la conception et
l ' i mplantation des infrastructures de prévention et de
défe n s e d e s fo rêts c o ntre les i n c e n d i e s ( D . F . C . ! . ) .
Foresterranée 93. Groupe Feux de forêt et habitat - T . XV,
n02, 1 994, pp. 223-224. Un modèle feu est un programme
informatique qui prétend décrire la progression d 'un feu en
tenant compte de la végétation locale, de la météorologie,
du relief et des obstacles. L 'utilisation de modèles feu doit
se faire dans un cadre aménagé à cet effet, pour compléter
et améliorer des systèmes déjà opérationnels.
Chevrou R.-B. - Systèmes d'information géographiques :
la carte forestière de l' Inventaire forestier national (I.F.N.).
Foresterranée 87, Avignon, le 30 septembre 1 987 - T. X,
nO l , 1 988, pp. 26-29.
Dagorne A . , Duché Y . , Castex J . - M . , Ottavi J . - Y. Protection des forêts contre l ' incendie et système d' informa­
tion géographique : application à la commune d' Auribeau­
sur-Siagne (Alpes Maritimes) - T. XV, n04, 1 994, pp. 409420. L 'évaluation du risque-feu constitue la première étape
du P.Z.S.I. F. ; pour cela, un Système d 'informations géo­
graphiques en mode-image a été mis en route afin d 'évaluer
de la manière la plus objective possible l 'intensité du risque
d 'incendies de forêts ; ce travail débouchera sur le zonage
prévu par la Loi. L 'usage du S.l. G. n 'exclut pas les autres
méthodes graphiques de traitement de données anciennes
permettant de comprendre l 'histoire des paysages de la
commune.
Dagorne A., Duché Y., Ottavi J.-Y . . , Foucault B . - De
l' affichage du «risque feu de forêts» à la mise en œuvre
d ' un Plan de zones sensibles aux i ncendies de forêt à
Auribeau sur Siagne (Alpes Maritimes). De la modélisation
à la simulation grâce au système d ' i nformation géogra­
phique - T. XVI, n° 2, 1 995, pp. 1 53- 1 58. L 'article décrit la
réalisation de simulations dans le cadre de l 'utilisation de
l 'outil S.l. G. Il montre que la méthode peut être utilisée à
tout moment pour anticiper l 'impact de telle ou telle mesure
et suivre dans le temps l 'évolution des indices et donc du
risque «jeu de forêt».
Durrieu S . , Boureau J.G. - Détection de changements
forestiers à l ' aide d' images satellitales - T. XVIII, n° 3 ,
1 997, pp. 242-244. La télédétection satellitale apparaît
comme un outil performant d 'analyse et de suivi des pra-
1 38
tiques sylvicoles à l 'échelle d 'une région forestière ou d 'un
département.
G iordano A . - L' érosion et la lutte contre l ' érosion en
forêt méditerranéenne. Foresterranée 93 - T. XV, nO l , 1 994,
pp. 1 2-2 1 . La C.E.E. a lancé un projet «risque d 'érosion du
sol et qualité des terres dans les pays méridionaux de la
C. E. E. », dan s le cadre du p rogramme CORINE
(Coordination information environnement). La méthode
mise au point est fondée principalement sur les deux aspects
suivants : - le danger lié à l 'érosion du sol doit être mis en
relation avec la qualité des terres. - dans l 'évaluation du
risque d 'érosion aussi bien que dans celle de la qualité des
terres il est nécessaire de se référer à une situation poten­
tielle déterminée par les facteurs stables de l 'environnement
et à une situation actuelle obtenue en introduisant les fac­
teurs modifiables par l 'homme.
Tatoni T., Roche P. - Ecologie du paysage et forêt médi­
terranéenne . Foresterranée 93. Groupe Forêt méditerra­
néenne et évolution du paysage - T. XV, n03, 1 994, pp. 3 1 03 1 4 . Fait une présentation de la notion d 'écologie du
paysage, et propose une application au paysage méditerra­
néen, avec un exemple dans le Vaucluse.
Revue Aménagement et Nature (aut. 1 995). L' information géographique pour l' environne­
ment.
Revue Forestière Française ( 1 998). - N° spécial
Gestion multi-fonctionnelle en montagne.
Bulletins et dossiers spéciaux
ExpressS I G: le " Bulletin de l' information géographique
de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur " est une note de
l i ai son à d i ffu s i o n gratuite réal i s ée par l a D i rection
Régionale de l' Equipement et le Conseil Régional PACA
qui a pour objectif de permettre les échanges d' information
autour du thème des SIG.
Contact : à la DRE PA CA C. A rchias (04 91 00 53 50), au
CETE Méditerranée J.P. Chrétien (04 42 24 79 75) et J.
Devers (04 42 24 79 62).
SIG la lettre: ce journal mensuel s' adresse à tous les
professionnels de la géomatique soucieux de se tenir au cou­
rant de l ' actualité des SIG : dossiers thématiques, évène­
ments spéciaux, échos de la recherche et des utilisateurs, . . .
Contact : F. De Blomac (01.41 . 1 3.48.31) et www. sig-la­
leUre. com
I nformations D F C I : l e " B u lletin d u Centre
Documentation Forêt Méditerranéenne et Incendie "
publié par le Cemagref, groupement d' Aix en Provence.
n028 ( 1 993) a été consacré entièrement aux " outi l s
l' information géographique " .
Contact : C. Nouals e t R . Schiano (04 42 66 9 9 01)
de
est
Le
de
Systèmes d'information, informatique et forêt méditerranéenne
Revue Arborescences : le " Bulletin de l' Office National
des Forêts ". Le n057 ( 1 995) a été entièrement consacré aux
S IG et à leurs applications forestières. Voir également le "
Guide pratique S IG " rédigé par la cellule SIG nationale.
Contact ,' C. Pujos (04 42 1 7 57 00 - DRONF PA CA ), H.
Forcade (04 67 04 66 99 - DRONF LR)
BI
:
le " Bulletin d'information de l' IGN " n067 ( 1 997)
définit les concepts et la terminologie utilisés pour décrire la
qualité d' une base de données géographiques vectorielles.
Contact ,' [GN - Direction Techn ique, Service de la
Recherche (01 43 98 80 00)
La gazette des communes : nO spécial sur les Systèmes
d' informations géographiques. Supplément au n0 1 6 1 450 ;
Avril 1 998.
Actes de séminaires
Actes du séminaire " Gestion de l'espace rural et SIG ",
Florac ( 1 99 1 ). Ed. INRA.
Actes des rencontres internationales " La cartographie
pour la gestion des espaces naturels ", Saint-Etienne ( 1 995).
Ministère de l ' environnement-ATEN, Ed. Cemagref .
Actes du séminaire " Les données de l'Inventaire forestier
national dans les SIG ", Nogent sur Vernisson ( 1 998). Ed.
IFN
Ressources SIG et télédétection :
http://www.lgl.com/-Igl/gislinks.com
GIS Online - DGI Links database :
http://www.geog.byu.edu/gisonline/links/main.htm
Listes de sites sur la géographie et les SIG :
http://www.metla.fi/info/hotlist-GIS.htm1
Instituts de géographie dans le monde :
http://ftp.geog.ucl.ac.be/GEOGlFi nstgg.html
Ressources de liens sur les SIG : http://www.gislinx .com/
Tutoriaux en SIG et télédétection
Questions
rép o n s e s
sur
les
SIG
http://www.census.gov/ftp/pub/geo/www/faq-index.htm
C o u rs
du
CNES
en
télédéte c t i o n
http://ceos.cnes.fr/ceos/cdrom-97/ceos l /science/science. htm
Tutori al s u r l a télédéte c t i o n en
http://www.belspo.be/telsat/index_fr.htm
fran ç a i s
Un des serveurs ressourc e du Cen ter fo r Earth
Observation : http://ewse.ceo.org/
Conseils sur la maîtrise d'ouvrage
Site du MATE - Principes de diffusion des données rela­
tives à l' environnement (à télécharger prochainement en
format PDF) :
http://www.environnement.gouv.fr/DONNEES/donnees.h
tm
CNIG Les " fiches techniques maîtrise d' ouvrage " :
http://www.cnig.fr/news/maitdou
c
Conseil National de l'Information
Géographique
CNIG - Utilisation de l'information géographique dans les
procédures de plannification territoriale :
http://www.cnig.fr/procedures.html
CNIG - Afigeo ( 1 997) - Fiches techniques pour la maî­
trise d' ouvrage SIG.
Site du pôle géomatique du CERTU - Les textes législa­
tifs et réglementaires:
CNIG. ( 1 996).- Vers une politique européenne de l ' infor­
mation géographique. Proposition de position française,
1 3 p.
http://www.certu.fr/sitcert/geomat/minisiO l Ithemes/juri­
diq/juridiq.htm
Site du Comité Régional de l'Information Géographique
en PACA : http://www.cerege.fr/crige/sitecrige/index
Ressources WWW sur
l 'information géographique
Sites recensant des ressources WWW
Le site du RECLUS : http://www.mgm.fr/
Resources GIS sur Internet :
http://www.tem.nctu.edu.tw/gis/gis.html
Catalogue des sources d' informations géographiques
(CRIGe PACA) : http://cete.e-motive.com/
S ite du Club Régional d' échanges de données géogra­
phiques (SIG LR) : www.siglr.org/credog.html
C atalogue de l ' i n formation géograp h i q u e en LR :
www.siglr.org/catalog.html
Débats nationaux et européens
CNIG - L ' information géographique française dans la
société de l ' information - Eléments pour un débat national :
http://www.cnig.fr/livre_bl.html
1 39
Commission Européenne : Livre vert sur l ' information
émanant du service public dans la société de l'information :
http://www2.echo.lu/info2000/en/publicsector/greenpaper.ht
ml
European Umbre l l a Organ i s ation for Geograp h i c al
Information : http://www.eurogi.org/
Liens vers des sites web sur l ' information geographique :
http://www2.echo.lu/gi/enlintro/rel_site.html
Données de ['environnement
Ministère de l ' Environnement et de l ' Aménagement du
Territoire (MATE) : http://www.environnement.gouv.fr/
Le s i te de l ' In stitut Français de l ' Env ironnement :
http://www.ifen.fr/
DIREN : http://www.environnement.gouv.fr/regions/
Le courrier de l ' environnement de l ' INRA : le Kiosque
forestier (inventaire de sites forestiers) :
http://www .inra.fr/dpenv/la-foret.htm
L i s t e s de ressources WWW
http://www.metla.fi/info/vlib/forestry
sur
la
forêt
CD-ROMS
" L'agroforesterie en France " . Etienne M . , Rapey H.
( 1 999). Coédition INRA-Cemagref.
CD-ROM trilingue (français, anglais, espagnol) pour PC
pour découvrir l'agroforesterie en France selon 5 grandes
zones géoclimatiques, 5 techniques agroforestières et 5
types d'arbre.
Modes de consultation : diaporama et navigateur. biblio­
graphie complète et zooms sur innovations techniques
accessibles à la demande.
" ATLASOL. Sols et paysages de l'Hérault ". INRA Sols,
CNEARC.
" ARBRES EXPERT : Système expert de reconnaissance
d'espèces forestières d'Europe occidentale " INRAlLegta.
" AREMM : Atlas en réseau des espaces méditerranéens
multimédia ". CIHEAM-IAMM.
" TREE-CD : Références des CAB depuis 1 939 en fores­
terie et agroforesterie ". CIRAD-Baillarguet - Engref.
" La Forêt européenne ". www.pacc.be/foretlindex.html.
Pour les enfants : " Syco : à la découverte de la forêt
méditerranéenne ".
D D A F 6 6 , service fore stier,
Daniel
04 . 6 8 . 5 1 . 9 5 . 27/95
B o urg o i n
Infomedia@ doli.lagare.fr
1 40
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising