Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012

Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012
Dares
Analyses
novembre 2013 • N° 073
publication de la direction de l'animation de la recherche, des études et des statistiques
Emploi et chômage des 15-29 ans en 2012
53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont
sur le marché du travail en 2012 :
44,0 % occupent un emploi et 9,7 %
sont au chômage. 15 % des 15-29 ans
ne sont ni en emploi, ni en formation initiale
ou continue (« NEET » (1)).
Au cours de l’année 2012, le taux d’emploi des
jeunes a baissé de 0,8 point, la part de ceux
au chômage a augmenté de 0,9 point
et celle des jeunes ni en emploi
ni en formation de 0,5 point.
Le taux de chômage des 15-29 ans,
18,0 % en moyenne en 2012, s’est élevé
de 1,5 point sur l’année. L’écart entre
le taux de chômage des jeunes actifs
de 15-24 ans, peu diplômés en moyenne,
et celui de l’ensemble des actifs varie
beaucoup selon la conjoncture économique.
Il a fortement augmenté depuis 2000 pour
atteindre un maximum historique en 2012, alors
que le même écart mesuré sur les jeunes de
25-29 ans s’est accru plus modérément. L’âge
auquel le taux de chômage devient inférieur à
son niveau moyen pour les 15-64 ans est resté
compris entre 31 et 33 ans depuis 1992.
Depuis 2008, un quart des emplois occupés par
les jeunes de moins de 26 ans bénéficient d’une
aide de l’État. Depuis 2006, une proportion
croissante des jeunes de 15-29 ans en emploi
sont non salariés, et inversement de moins en
moins travaillent dans la fonction publique. En
2012, le taux de chômage, comme les parts de
chômage et de « NEET », sont pour les jeunes
de 15-29 ans un peu inférieurs en France à la
moyenne de l’Union européenne.
Ils sont nettement plus élevés dans les
départements d’outre-mer qu’en
France métropolitaine.
Selon les normes du Bureau international du travail
(BIT), 53,7 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont
actifs, en moyenne, en France, en 2012 : 44,0 %
occupent un emploi et 9,7 % sont au chômage
(tableau 1). Le taux de chômage, qui mesure la
proportion de chômeurs parmi les jeunes actifs, est
de 18,0 % (encadré 1). En 2012, 15,1 % des jeunes
âgés de 15 à 29 ans sont sans emploi et ne suivent
pas une formation, qu’elle soit initiale ou continue
(part de « NEET », encadré 1).
Le taux d’activité des jeunes s’est replié de
2 points entre la mi-2009 et la fin 2012
De 1975 à 1997, dans un contexte d’allongement des
études, le taux d’activité des 15-29 ans avait baissé de
12 points (-0,6 point par an en moyenne). La baisse
s’était accélérée à partir de 1987 : -0,8 point par an
entre 1986 et 1997, contre -0,3 point entre 1975 et
1986. La chute des taux d’activité des jeunes entre
1975 et 1997 avait atteint près de 25 points pour les
15-19 ans, garçons comme filles. Pour les 20-24 ans
elle avait été moins forte car plus tardive, particulièrement pour les jeunes femmes (-17 points contre
-22 points pour les jeunes hommes) avec l’accroissement tendanciel de l’activité féminine. Entre 25 et
29 ans, le taux d’activité des hommes avait légèrement baissé (-3 points), alors que celui des femmes
avait beaucoup augmenté (+13 points) (graphique 1).
Depuis le milieu des années 1990, la durée des
études a peu varié et la progression de l’activité post
scolaire des jeunes femmes s’est interrompue (82 %
des jeunes femmes de 15-29 ans ayant terminé leurs
études initiales sont actives tout au long des années
(1) « Neither in Employment nor in Education and Training » selon la dénomination en
anglais de la Commission européenne (encadré 1).
Tableau 1 • Situations d’activité des jeunes par sexe et âge à la date de l’enquête
Population totale en milliers ; taux et part en %
1975
1990
2000
2007
2012
Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Hommes Femmes Ensemble
Population totale (15-29 ans)...................... Dont : 15-19 ans............................................. 20-24 ans............................................ 25-29 ans............................................ Taux d’activité (15-29 ans)...........................
Dont : 15-19 ans.............................................
20-24 ans.............................................
25-29 ans.............................................
6 238
2 107
2 067
2 064
6 113
2 045
2 032
2 036
6 363
2 170
2 090
2 103
6 286
2 092
2 079
2 115
5 794
1 967
1 802
2 025
5 765
1 890
1 811
2 064
5 628
1 939
1 829
1 860
5 682
1 878
1 879
1 925
5 542
1 871
1 839
1 832
5 582
1 808
1 862
1 912
74,6
40,1
87,7
96,7
56,1
32,7
71,6
64,2
63,2
20,4
75,4
95,2
53,0
13,2
67,5
77,9
59,1
17,2
65,7
93,9
50,3
9,9
57,6
80,9
58,8
20,3
64,6
93,2
50,7
12,3
57,6
81,5
57,5
17,2
64,4
91,8
49,9
11,6
55,8
80,4
11 124
3 679
3 701
3 744
53,7
14,4
60,1
86,0
Taux d’activité des 15-64 ans........................... 84,0 53,1 75,8 58,5 75,3 62,9 74,7 65,2 75,3 66,6 70,9
Taux d’emploi (15-29 ans)............................
Dont : 15-19 ans.............................................
20-24 ans............................................
25-29 ans............................................
71,7
37,1
83,8
94,9
52,3
28,4
67,0
61,5
56,9
17,6
65,7
88,6
45,1
10,2
55,9
69,0
52,3
13,9
56,5
85,9
43,2
7,4
48,1
71,8
50,6
15,7
53,7
83,9
43,0
8,5
47,4
72,5
47,1
11,8
50,2
80,0
41,0
7,5
43,8
70,0
44,0
9,7
47,0
74,9
Taux d’emploi des 15-64 ans........................... Part de chômage (15-29 ans) (*)..................
Dont : 15-19 ans.............................................
20-24 ans............................................
25-29 ans............................................
81,8 50,5 71,1 2,9
3,0
3,9
1,8
3,8
4,3
4,6
2,7
6,3
2,8
9,7
6,6
Part de chômage des 15-64 ans...................... 2,2 Taux de chômage (15-29 ans) (*).................
Dont : 15-19 ans.............................................
20-24 ans............................................
25-29 ans............................................
4,0
7,5
4,4
1,9
2,6 7,4
13,2
6,4
4,1
4,7 10,0
13,8
12,8
6,9
Taux de chômage des 15-64 ans..................... 2,6 4,8 6,2 Part des jeunes ni en emploi,
ni en formation (NEET) (15-29 ans)............. Dont : 15-19 ans............................................. 20-24 ans............................................ 25-29 ans............................................ -
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
Part des 15-29 ans
Dans : la population totale des 15-64 ans....... la population active............................. l’emploi............................................... le chômage......................................... 38,8
33,6
33,2
50,4
37,8
39,0
38,2
56,5
34,8
28,8
27,6
46,5
52,5 7,9
3,1
11,6
8,9
6,0 14,8
23,1
17,2
11,4
10,3 -
-
-
-
33,9
30,5
29,0
44,4
69,8 56,6 6,8
3,3
9,2
8,0
7,0
2,5
9,5
9,1
5,5 11,4
18,9
14,0
8,5
7,3 30,9
24,2
23,1
38,3
6,3 14,0
25,1
16,5
11,2
10,1 -
-
-
-
-
-
-
-
30,1
24,0
22,9
33,4
69,1 59,6 67,9 60,0 63,9
8,2
4,6
10,8
9,3
7,7
3,8
10,2
8,9
10,4
5,4
14,2
11,9
8,9
4,1
12,0
10,4
9,7
4,7
13,1
11,1
5,6 13,9
22,8
16,8
9,9
7,5 10,7
6,1
13,9
12,7
28,9
22,6
20,7
42,2
5,6 15,1
31,0
17,7
11,0
8,6 15,0
4,8
17,6
22,7
28,3
21,9
20,3
38,5
7,4 18,1
31,2
22,0
12,9
9,8 13,8
7,3
18,1
16,0
28,2
21,4
19,4
39,9
6,7 17,8
35,1
21,5
12,9
7,0
18,0
32,7
21,8
12,9
10,0 9,9
16,5
5,5
18,3
25,1
27,5
20,4
18,6
36,4
15,1
6,4
18,2
20,6
27,8
20,9
19,0
38,2
Source : Insee,
enquêtes Emploi
1975-2012 ;
calculs Dares.
(*) La part et le taux de chômage des jeunes connaissent d’importantes fluctuations conjoncturelles. Les années 1990, 2000 et 2007 retenues dans ce tableau correspondent
à des points bas pour ces deux indicateurs (voir graphique 3).
Lecture : en 2012, 53,7 % des personnes âgées de 15 à 29 ans sont actives et, parmi ces actifs, 18,0 % sont au chômage (taux de chômage) ; 15,1 % ne sont ni en emploi,
ni en formation (part de NEET, voir encadré 1).
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne annuelle ; âge atteint à la date de l’enquête.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Source : Insee, enquêtes Emploi 1975-2012 ; calculs Dares.
2
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
Graphique 1 • Taux d’activité des jeunes par tranches d’âges quinquennales
selon le sexe
En %
100
90
80
70
(2) Les apprentis font
en effet partie de la
population active, étant
classés en emploi.
60
50
40
30
20
10
0
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2003-2012). Ces deux éléments
ont eu tendance à stabiliser les
taux d’activité juvéniles. Ceux-ci
ont cependant légèrement
progressé entre 1997 et 2009,
sauf pour les hommes entre 25
et 29 ans (-1 point) ; la hausse a
été la plus importante pour les
15-19 ans (environ +5 points
pour les hommes et pour les
femmes) avec le développement
de l’apprentissage (2). Au total,
pour l’ensemble des 15-29 ans,
le taux d’activité a été quasistable autour de 54 % entre
2000 et 2005, puis a sensiblement augmenté de début
2006 à début 2009 (+2 points
en trois ans) dans un contexte
de progression de l’alternance
(+82 000 jeunes de moins de
26 ans entre fin 2005 et fin
2008) et de légère baisse de la
durée des études (graphique 2).
Hommes
15 à 19 ans
20 à 24 ans
25 à 29 ans
Femmes
15 à 19 ans
20 à 24 ans
25 à 29 ans
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne annuelle ; âge atteint à la date de l’enquête.
Lecture : 55,8 % des femmes âgées de 20 à 24 ans sont actives en 2012, contre 71,6 % en 1975.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Source : Insee,
enquêtes Emploi
1975-2012 ;
calculs Dares.
Au total, après avoir baissé de
plus de 10 points entre 1975 et
la seconde moitié des années
1990, le taux d’activité de
l’ensemble des 15-29 ans est
resté compris entre 53,4 % et
56,0 % de 1998 à 2012.
Le taux de chômage et
la part de chômage des
15-29 ans atteignent des
niveaux historiques fin 2012
avec 18,0 % et 9,7 %
Graphique 2 • Taux d’activité des jeunes de 15 à 29 ans
En %
66
64
62
60
58
56
Source : Insee,
enquêtes Emploi
1975-2012 ;
calculs Dares.
54
52
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003T1
2004T1
2005T1
2006T1
2007T1
2008T1
2009T1
2010T1
2011T1
2012T1
Stable en 2009, le taux d’activité
des 15-29 ans a ensuite fléchi
du début 2010 au 3e trimestre
2012, perdant 2,4 points sur la
période, avant de progresser de
0,6 point au 4e trimestre 2012.
Dans un contexte économique
fortement dégradé, davantage
de jeunes ont poursuivi leurs
études aux rentrées scolaires
2009 et 2010. Le pourcentage
de jeunes inactifs parmi ceux
qui ont fini leurs études initiales
a augmenté (+1,7 point entre
le début 2009 et la fin 2012).
Le nombre de jeunes en alternance a, pour sa part, légèrement baissé entre fin 2008 et
fin 2012 (-15 000 de moins de
26 ans).
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne annuelle de 1975 à 2002 et en moyenne trimestrielle
corrigée des variations saisonnières (CVS) à partir de 2003 ; âge atteint à la date de l’enquête.
Lecture : en moyenne au 4e trimestre 2012, 54,0 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont actifs.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Graphique 3 • Taux de chômage et part de chômage des 15-29 ans
et de l’ensemble de la population active
En % de la population active (taux) ou de la population totale (part)
20
15
10
5
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
0
Les jeunes étant nombreux à
poursuivre leurs études sans
travailler ou rechercher un
Taux 15-29 ans
Taux hommes 15-29 ans
emploi, la proportion de jeunes
Taux femmes 15-29 ans
Taux ensemble de la population active
au chômage est très inférieure
Part 15-29 ans
Part 15-64 ans
à leur taux de chômage. L’écart
activité au sens du BIT mesurée en moyenne annuelle ; âge atteint à la date de l’enquête.
entre ces deux indicateurs est Concepts :
Lecture : en 2012, 18,0 % des jeunes actifs de 15 à 29 ans sont au chômage (taux de chômage) ; 9,7 % de la
d’autant plus élevé que la popu- population totale des 15-29 ans sont au chômage (part de chômage). lation considérée est jeune. En Champ : population des ménages de France métropolitaine.
moyenne, en 2012, moins de
5 % des 15-19 ans sont au chômage, tandis que a fortement augmenté de la mi-2008 à la fin
leur taux de chômage dépasse les 30 %. Pour les 2009 (+4,6 points), sous l’effet de la dégrada25-29 ans, les deux indicateurs sont par contre tion importante de la situation économique. Au
proches en 2012 (part de chômage de 11 % et 4e trimestre 2009, il atteignait 17,6 %, ce qui
taux de chômage de 13 %).
constituait le niveau le plus élevé depuis 1975.
Depuis le milieu des années 1990, les évolutions Orienté à la baisse entre la fin 2009 et la mi-2011
de la part de jeunes au chômage et du taux de (-1 point), il est de nouveau reparti à la hausse au
nd
chômage sont similaires alors que par le passé, de 2 semestre 2011 et a dépassé son niveau de fin
e
1975 à 1995, la proportion de jeunes au chômage 2009 à partir du 2 trimestre 2012 pour atteindre
s’était accrue moins rapidement que le taux de 18,6 % en fin d’année. Après avoir été de
chômage, en raison de la baisse du taux d’ac- 0,5 point au 2nd semestre 2011, l’augmentation du
tivité consécutive à l’allongement des études taux de chômage des 15-29 ans a été de 1,5 point
sur l’année 2012, répartie uniformément sur les
(graphique 3).
deux semestres (tableau 2, graphique 4).
Après avoir baissé entre mi-2006 et mi-2008
(-3,1 points), le taux de chômage des 15-29 ans Comme pour l’ensemble de la population active,
Source : Insee,
enquêtes Emploi
1975-2012 ;
calculs Dares.
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
3
2003T1
2003T2
2003T3
2003T4
2004T1
2004T2
2004T3
2004T4
2005T1
2005T2
2005T3
2005T4
2006T1
2006T2
2006T3
2006T4
2007T1
2007T2
2007T3
2007T4
2008T1
2008T2
2008T3
2008T4
2009T1
2009T2
2009T3
2009T4
2010T1
2010T2
2010T3
2010T4
2011T1
2011T2
2011T3
2011T4
2012T1
2012T2
2012T3
2012T4
les taux de chômage des jeunes Graphique 4 • Taux de chômage, part de chômage et part de NEET
des jeunes de 15 à 29 ans
femmes et des jeunes hommes se sont beaucoup rapprochés
En % de la population totale (part) ou active (taux)
20
sur longue période, au-delà des
fluctuations conjoncturelles. Sur
18
la période récente, l’écart entre
les taux de chômage des jeunes
16
femmes et des jeunes hommes
a fluctué depuis 2008 en fonc14
tion de l’évolution de l’activité
économique. De début 2008
12
à fin 2009, avec la forte baisse
de l’emploi intérimaire et des
10
secteurs industriels au début
8
de la crise, la hausse du taux de
chômage des jeunes a été plus
6
rapide pour les hommes (+5,4
points) que pour les femmes
(+3,2 points). Le taux de
Taux de chômage
Part de chômage
Part de "NEET"
chômage des jeunes hommes
a ainsi dépassé celui des jeunes
femmes à partir du 2e trimestre
Concepts : chômage au sens du BIT mesuré en moyenne trimestrielle CVS ; NEET = jeunes ni emploi, ni en
2009, pour la première fois formation initiale ou continue ; âge atteint à la date de l’enquête.
au 4 trimestre 2012, 10,1 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont au chômage (part de chômage), soit
depuis 1975. En 2010, celui des Lecture :
18,6 % des actifs de cette tranche d’âge (taux de chômage) et 15,3 % ne sont ni en emploi, ni en formation
jeunes femmes a augmenté à (part de NEET).
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
un rythme ralenti (+0,8 point)
tandis que celui des jeunes
hommes baissait (-2,5 points). Le taux de chômage Le taux de chômage des jeunes décroît
des jeunes femmes est ainsi repassé au-dessus de avec l’âge après 18 ans
celui des jeunes hommes au 3e trimestre 2010. En
2011 et en 2012, avec le retournement à la baisse Sur la période 2010-2012, le taux de chômage
de l’emploi intérimaire, le rythme d’évolution décroît avec l’âge à partir de 19 ans. Entre 18
s’est inversé : le taux de chômage des hommes de et 23 ans, cette baisse est rapide (-3,4 point par
15-29 ans a augmenté de 3,0 points en deux ans année d’âge). Elle ralentit ensuite : -1,6 point par
(1,9 point en 2012), contre seulement 0,9 point année d’âge de 23 à 26 ans et -0,7 point entre
pour les jeunes femmes (1,1 point en 2012). Sur 26 et 32 ans (graphique 5, A). C’est à 31 ans que
la période entre le 2e trimestre 2012 et la fin 2012, le taux de chômage devient inférieur au taux de
le taux de chômage des femmes de 15-29 ans est chômage global des 15-64 ans.
de nouveau inférieur à celui des jeunes hommes
Entre 16 et 21 ans, les jeunes étant de plus en plus
(18,5 % contre 18,8 % en fin d’année).
nombreux à être sur le marché du travail, la part
Comme le taux de chômage, la part des jeunes de chômage s’accroît avec l’âge (+2,4 points par
de 15-29 ans au chômage a baissé de fin 2009 année d’âge). Ensuite, si ce premier effet contià mi-2011 (-0,7 point), puis augmenté de la nue de jouer, il est compensé par l’arrivée sur le
mi-2011 à la fin 2012 (+1,0 point).
marché du travail de jeunes plus diplômés (ce qui
Source : Insee,
enquêtes Emploi
de 2003-2012 ;
calculs Dares.
e
Tableau 2 • Taux trimestriels d’activité, d’emploi et de chômage des jeunes
et de la population en âge de travailler
Taux d’activité
2006
T1
2008
T1
2009
T4
15-29 ans
Ensemble......................54,054,6
Hommes........................58,258,9
Femmes.........................49,850,4
Dont : 15-24 ans
ensemble........... 37,938,4
hommes.............41,442,1
femmes..............34,534,8
2011
T2
En %
Taux d’emploi
2011
T4
2012
T4
2006
T1
2008
T1
2009
T4
2011
T2
Taux de chômage
2011
T4
2012
T4
2006
T1
2008
T1
2009
T4
2011
T4
2012
T4
55,854,753,954,045,347,5 45,8 45,644,6 43,816,113,217,616,617,1 18,6
59,758,657,457,749,251,3 48,7 49,347,7 46,815,613,018,315,917,0 18,8
51,851,050,450,341,543,7 43,0 42,041,6 40,816,713,616,817,417,4 18,5
39,238,337,337,829,531,8 30,0 29,929,1 28,122,117,223,422,022,1 25,5
43,041,940,341,032,635,0 32,4 33,031,5 30,521,016,824,521,221,9 25,4
35,434,934,234,526,428,7 27,4 26,826,5 25,623,617,822,223,122,4 25,6
15-64 ans
Ensemble..................... 69,869,9 70,470,370,471,363,464,9 63,7 63,963,8 64,0 9,2 7,2 9,6.
Hommes....................... 75,074,6 75,174,774,775,868,769,5 67,9 68,267,9 68,1 8,3 6,8 9,6.
Femmes........................ 64,865,3 65,966,066,367,058,260,3 59,6 59,759,9 60,110,1 7,6 9,6.
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne trimestrielle CVS ; âge atteint à la date de l’enquête.
Lecture : au 4e trimestre 2012, le taux de chômage des jeunes âgés de 15 à 29 ans est de 18,6 %.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
4
2011
T2
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
9,1
8,7.
9,5.
9,4
10,2
9,210,2
9,610,3
Source : Insee,
enquêtes Emploi
de 2003-2012 ;
calculs Dares.
accroît l’accès à l’emploi) et par
la baisse avec l’ancienneté du
risque de chômage pour ceux
qui y étaient déjà. Au total, la
part de chômage se stabilise
jusqu’à 25 ans et baisse ensuite
assez régulièrement jusqu’à
32 ans (-0,7 point par année
d’âge). Cependant, contrairement au taux de chômage, la
part de chômage reste supérieure pour les personnes de
30 à 34 ans au niveau moyen
constaté pour l’ensemble de la
population en âge de travailler, en raison d’un taux d’activité supérieur.
Au milieu des années 1970, les
jeunes entraient plus précocement sur le marché du travail
et le taux de chômage décroissait avec l’âge dès 16 ans. Sur
la période 1975-1977, le taux
de chômage des jeunes (respectivement la part de chômage)
passait sous le taux de chômage
des 15-64 ans (respectivement la part de chômage des
15-64 ans) à 26 ans (respectivement 29 ans).
Graphique 5 • Taux et part de chômage par âge détaillé sur les périodes
1975-1977 et 2010-2012
A : 1975-1977
En %
30
Part de chômage
Taux de chômage
20
10
Taux de chômage 15-64 ans
Part de chômage 15-64 ans
0
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
B : 2010-2012
En %
30
Part de chômage
Taux de chômage
20
Taux de chômage 15-64 ans
ans
10
Source : Insee,
enquêtes Emploi
1975-2012 ;
calculs Dares.
Part de chômage 15-64 ans
En phase d’insertion sur le
marché du travail ou ayant
une courte expérience professionnelle, les jeunes actifs de
15-24 ans sont beaucoup
plus sensibles aux fluctuations
conjoncturelles que les actifs
plus expérimentés (graphique 6).
Ces jeunes sont en moyenne
peu diplômés car ceux qui sont
plus diplômés entrent naturellement à un âge plus avancé
sur le marché du travail. 16 %
des jeunes actifs en 2012 ayant
terminé leur formation initiale
en 2011 ont au plus le brevet
des collèges ; c’est cependant le cas de 25 % des actifs
de 15 à 24 ans. Ces derniers
comptent ainsi une proportion
ans
0
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32
33
34
Concepts : activité au sens du BIT (1975-2002 : interprétation des critères du BIT en cours avant 2007, militaires
du contingent non inclus dans les actifs) ; âge atteint à la date de l’enquête ; moyenne annuelle à partir de 2003,
un mois de l’année avant en général mars.
Lecture : en moyenne sur 2010-2012, 12,7 % des jeunes de 20 ans sont au chômage (part de chômage), soit
29,8 % des actifs de 20 ans (taux de chômage).
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Graphique 6 • Écart des taux de chômage des 15-24 ans et des 25-29 ans
avec le taux de chômage de l’ensemble des actifs
(mesuré par le rapport des chances (3))
Rapport des chances
3,0
2,5
(3) Dans le graphique 6,
l’écart est mesuré par
le rapport des chances
(et non la différence
des taux) en raison des
différences importantes
dans le niveau du taux
de chômage entre 1975
et 2012.
2,0
1,5
1,0
15-24 ans
25-29 ans
0,5
Source : Insee,
enquêtes Emploi
1975-2012 ;
calculs Dares.
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
Le taux de chômage
des actifs de 15-24 ans,
peu diplômés, est très
sensible à la conjoncture
et a augmenté
beaucoup plus vite
que celui de l’ensemble
des actifs depuis 2000
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne annuelle ; âge atteint à la date de l’enquête.
Lecture : en moyenne en 2012, la probabilité pour un actif de 15-24 ans d’être au chômage plutôt qu’en emploi
(donnée par le ratio entre le nombre de chômeurs et le nombre de personnes en emploi de cette classe d’âge) est
de 2,9 fois celle de l’ensemble de la population active.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
5
Graphique 7 •Niveau de diplôme des actifs par tranche d’âge en 2012
En %
100
80
60
40
20
Source : Insee,
enquête Emploi 2012 ;
calculs Dares.
0
Actifs sortis de 15-29 ans actifs 15-24 ans actifs 25-29 ans actifs 30-39 ans actifs 40-49 ans actifs
formation intiale
en 2011
Supérieur long
CAP, BEP
Sans diplôme, CEP,
brevet des collèges
Graphique 8 • Âge auquel le taux de chômage devient inférieur au taux
de chômage moyen des 15-64 ans et durée des études (*)
En années
34
10
Âge (échelle de gauche)
32
Durée etudes (échelle de droite)
8
30
6
28
4
26
2
24
0
(*) Cet indicateur n’est disponible que depuis 1985.
Concepts : durée des études = espérance de scolarisation de 15 à 29 ans (études scolaires ou universitaires y
compris apprentissage) ; activité au sens du BIT (1975-2002 : interprétation des critères du BIT en cours avant
2007, militaires du contingent non inclus dans les actifs) en moyenne mobile sur trois années ; âge atteint à la
date de l’enquête ; moyenne annuelle à partir de 2003, un mois de l’année avant (en général mars).
Lecture : sur la période 2010-2012 le taux de chômage par âge détaillé devient inférieur au taux de chômage
moyen des 15-64 ans à l’âge de 31 ans et en 2011 (rentrée scolaire 2010-2011), la durée moyenne des études
entre 15 et 29 ans s’établit à 6,2 années
Champ : France métropolitaine.
Depuis 1992 et sans changement
notable, c’est vers 32 ans que le taux de
chômage passe sous le taux de chômage
moyen des 15-64 ans
L’âge auquel le taux de chômage passe sous le
taux de chômage moyen de l’ensemble des actifs
a sensiblement augmenté entre les périodes
1978-1980 et 1990-1992. Il est passé de 25 ans à
32 ans (graphique 8). Cependant, les études se
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
Baccalauréat
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne annuelle ; âge atteint à la date de l’enquête.
Lecture : en moyenne en 2012, on compte parmi les jeunes actifs de 15-24 ans, 8,2 % de diplômés du supérieur
long.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Pour les 25-29 ans, l’écart de
taux de chômage avec l’ensemble des actifs est beaucoup
plus faible et son évolution à la
hausse depuis 2000 s’est avérée plus régulière et
plus modérée. En 2012, un actif de 25-29 ans a
une probabilité d’être au chômage plutôt qu’en
emploi de 1,4 fois celle de l’ensemble des actifs,
contre 1,2 fois en 2000.
6
Supérieur court
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
de personnes ayant au plus le
brevet des collèges légèrement
supérieure à celle des actifs de
40-49 ans (graphique 7). À l’opposé, seuls 20 % des actifs de
15-24 ans sont diplômés du
supérieur, contre plus de 40 %
des jeunes actifs ayant terminé
leur formation initiale en 2011.
De plus, ces jeunes de 15 à
24 ans ont peu d’ancienneté
sur le marché du travail et,
pour ceux en emploi, sont plus
souvent en contrat temporaire,
soit en CDD ou en intérim, deux
types de contrats plus sensibles
aux fluctuations conjoncturelles. Le taux de chômage des
jeunes de 15-24 ans progresse
ainsi généralement plus rapidement que le taux de chômage
de l’ensemble des actifs quand
ce dernier augmente et baisse
plus rapidement quand le taux
de chômage général recule.
Dans les phases de dégradation
de la conjoncture, l’écart entre le
taux de chômage des jeunes et
celui de l’ensemble de la population tend donc à se creuser
alors qu’il a plutôt tendance à
s’amenuiser lorsque la conjoncture s’améliore (graphiques 3 et
6) (3). En douze ans, cet écart
s’est fortement accru : en 2012,
un actif de 15-24 ans a une
probabilité d’être au chômage
plutôt qu’en emploi de 2,9 fois
celle de l’ensemble des actifs,
contre 2,1 fois en 2000.
sont allongées sur cette période ce qui induit un
décalage dans l’âge d’entrée sur le marché du
travail. De 1986 à 1996, la durée des études a
augmenté de près de deux ans, moins fortement
que l’âge auquel le taux de chômage passe sous le
taux moyen (+5 ans). Depuis le début des années
1990, cet âge est resté de l’ordre de 32 ans (compris
entre 31 et 33 ans sans évolution notable).
15,1 % des jeunes de 15-29 ans ne sont
ni en emploi, ni en formation en 2012
L’indicateur européen de part de « NEET » mesure
la part des jeunes qui ne sont ni en emploi, ni
en formation initiale ou continue (encadré 1).
En 2012, 15,1 % de l’ensemble des 15-29 ans
Sources : Insee,
enquêtes Emploi
1975-2012 ;
calculs Dares et
Depp, Ministère de
l’éducation nationale
pour la durée
des études.
sont dans cette situation. Parmi les jeunes de
15 à 29 ans faisant partie du groupe des NEET,
59 % sont au chômage au sens du BIT, tandis que
41 % sont inactifs. Hors jeunes en cours d’études
initiales, 4 % des chômeurs BIT et 14 % des inactifs âgés de 15 à 29 ans ne font pas partie des
NEET en 2012, car ils suivent une formation post
scolaire.
La part de NEET est nettement plus faible pour les
15-19 ans (6 %), que pour les 20-24 ans (18 %)
et les 25-29 ans (21 %). Pour cette dernière
tranche d’âge, l’écart entre les hommes (16 %) et
les femmes (25 %) est important car les femmes
sont plus souvent inactives que les hommes après
la fin de leurs études, à des âges où la présence de
jeunes enfants est fréquente (4).
Environ 80 % des jeunes inactifs en NEET ne
souhaitent pas travailler (soit de l’ordre de 30 %
des NEET), sans grande variation selon la tranche
d’âge ou le sexe.
Depuis le début 2004, l’évolution de la part de
NEET est parallèle à celle du taux et de la part
de chômage des jeunes : baisse de la mi-2006
à la mi-2008 (-1,1 point), hausse rapide de la
mi-2008 à la fin 2009 (+2,7 points), puis baisse
jusqu’à la mi-2011 (-0,6 point) avant un retournement à la hausse au cours du 2nd semestre 2011
(+0,8 point jusqu’à la fin 2012 dont +0,5 point en
2012) (graphique 4).
Un taux de retour à l’emploi plus élevé
pour les jeunes chômeurs et des
situations de « halo » du chômage
plus fréquentes
Les jeunes qui sont au chômage le sont en
moyenne depuis moins longtemps que les adultes.
Parmi les jeunes de 15 à 29 ans au chômage en
2012, 30 % le sont depuis plus d’un an (chômeurs
de longue durée), contre 43 % pour les 30-49
ans, soit un écart de 13 points. Cet écart est
resté compris entre 11 et 13 points depuis 2009,
alors qu’il avait sensiblement diminué auparavant
(19 points en 2003). À l’opposé, 31 % des jeunes
chômeurs sont au chômage depuis moins de
3 mois, contre seulement 21 % des chômeurs
âgés de 30 à 49 ans (tableau 3).
Les jeunes chômeurs de 2011 ont plus facilement retrouvé un emploi à l’horizon d’un an que
les adultes : 36 % des 15-29 ans au chômage en
2011 déclarent occuper un emploi un an après
(41 % pour les 25-29 ans), soit 5 points de plus
que pour les 30-49 ans. Cet écart était du même
ordre pour les chômeurs de 2007, 2008 et 2009.
Certaines catégories de personnes qui ne travaillent
pas mais souhaiteraient travailler ne sont pas classées comme chômeurs selon les critères du BIT,
soit parce qu’elles ne sont pas disponibles pour
travailler, soit parce qu’elles n’ont pas fait de
Tableau 3 • Ancienneté au chômage en 2012 et situation à un an des chômeurs de 2011,
selon le sexe et l’âge
15 à 29 ans
Hommes
Femmes
(4) Si on se limite aux
ménages sans enfant,
la part des NEET est
très proche pour les
hommes de 25 à
29 ans (16 %) et les
femmes de la même
tranche d’âge (15 %).
En %
Dont 25 à 29 ans
Ensemble
Hommes
Femmes
30 à 49 ans
Ensemble
Hommes
Femmes
Ensemble
Ancienneté dans le chômage (BIT) en 2012
Moins de 3 mois................................................
293331263128212121
De 3 mois à moins d’un an.................................
394039394039363636
De un an à moins de 3 ans.................................
262325272426313232
3 ans ou plus.....................................................
645857
12
11
11
Ensemble..........................................................
100100100100100100100100100
Situation en 2012 des personnes
se déclarant au chômage un an avant
Chômage...........................................................
605960555756656464
Emploi...............................................................
383436433741323031
Inactivité............................................................
274263365
Ensemble..........................................................
100100100100100100100100100
Source : Insee,
enquête Emploi 2012 ;
calculs Dares.
Concepts : chômeurs au sens du BIT pour l’ancienneté dans le chômage (1er indicateur) ; situation déclarée en 2012 pour les personnes se déclarant au chômage un an
auparavant (2e indicateur).
Lecture : en moyenne en 2012, 31 % des chômeurs au sens du BIT âgés de 15 à 29 ans sont au chômage depuis moins de 3 mois et 36 % de ceux qui se déclarent au
chômage un an avant leur interrogation déclarent être en emploi à la date de l’enquête. Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Tableau 4 • Halo du chômage des jeunes de 15 à 29 ans et des 15-64 ans
selon le sexe en 2012
En % en 2012 ; évolution 2011-2012 en points
Hommes
2012
Évolution
2011-2012
Femmes
2012
Évolution
2011-2012
Ensemble
2012
Évolution
2011-2012
Jeunes de 15 à 29 ans
Halo du chômage (en % de la population totale des 15-29 ans)......................................
2,50,13,2-0,12,80,0
Personnes de 15 à 64 ans
Halo du chômage (en % de la population totale des 15-64 ans)......................................
1,80,02,4-0,12,10,0
Source : Insee,
enquêtes Emploi 2011
et 2012 ; calculs Dares. Concepts : halo du chômage = personnes inactives au sens du BIT mais souhaitant travailler ; âge atteint à la date de l’enquête, données en moyenne annuelle.
Lecture : en 2012, 2,5 % des jeunes hommes âgés de 15 à 29 ans sont inactifs mais souhaitent travailler (+0,1 point par rapport à 2011).
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
7
Graphique 9 • Taux d’emploi trimestriel des jeunes de 15 à 29 ans par sexe
En %
52
50
48
46
44
42
Source : Insee,
enquêtes Emploi
de 2003- 2012 ;
calculs Dares.
40
2003T1
2003T2
2003T3
2003T4
2004T1
2004T2
2004T3
2004T4
2005T1
2005T2
2005T3
2005T4
2006T1
2006T2
2006T3
2006T4
2007T1
2007T2
2007T3
2007T4
2008T1
2008T2
2008T3
2008T4
2009T1
2009T2
2009T3
2009T4
2010T1
2010T2
2010T3
2010T4
2011T1
2011T2
2011T3
2011T4
2012T1
2012T2
2012T3
2012T4
démarches de recherche d’emploi. Ces situations forment
le « halo » du chômage. Elles
touchent, en moyenne en
2012, 2,8 % des jeunes de 15 à
29 ans et sont plus fréquentes
pour les jeunes femmes (3,2 %)
que pour les jeunes hommes
(2,5 
%). Les jeunes appartiennent plus souvent au
« halo » du chômage que l’ensemble de la population en âge
de travailler (tableau 4). Comme
le taux et la part de chômage,
la proportion de jeunes faisant
partie du « halo » du chômage
a sensiblement augmenté au
cours des années 2008 et 2009
(+0,6 point en deux ans). Depuis
début 2010, la part du « halo »
est quasi stable pour les jeunes
comme pour l’ensemble des
15-64 ans.
15-29 ans
Jeunes hommes
Jeunes femmes
Concepts : actifs occupés au sens du BIT mesurés en moyenne trimestrielle CVS ; âge atteint à la date de
l’enquête.
Lecture : au 4e trimestre 2012, le taux d’emploi des jeunes âgés de 15 à 29 ans est de 43,8 %.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
En 2012, le repli du taux d’emploi
des 15-29 ans s’est poursuivi
pour la quatrième année consécutive
Le taux d’emploi des 15-29 ans avait augmenté
de 2,1 points du 1er trimestre 2006 au 1er trimestre
2008, progressant parallèlement pour les jeunes
hommes et les jeunes femmes. Il atteignait
47,5 % début 2008, soit son niveau le plus élevé
depuis début 2003. Quasi stable au cours de l’année 2008, il s’est ensuite replié continûment pour
s’établir à 43,8 % fin 2012, soit 3,6 points de
moins que fin 2008. La chute a été importante
de fin 2008 à fin 2009 (-1,6 point en un an) et de
mi-2011 à fin 2012 (-1,8 point en un an et demi),
périodes de dégradation générale de la situation du marché du travail. Pendant la phase intermédiaire de légère reprise économique, de fin
2009 à mi-2011, la baisse du taux d’activité des
15-29 ans dans un contexte de reprise de l’allongement des études aux rentrées scolaires 2009 et
2010 a été plus forte que le recul du chômage et
le taux d’emploi des jeunes a continué à se replier,
bien que de façon limitée (-0,2 point en un an et
demi) (graphique 9).
En lien avec la chute de l’emploi intérimaire, la
baisse du taux d’emploi des 15-29 ans entre
début 2008 et fin 2009 avait été nettement plus
forte pour les jeunes hommes que pour les jeunes
femmes (respectivement -2,6 points et -0,6 point).
De la mi-2011 à la fin 2012, le repli de l’emploi
intérimaire a été moins rapide qu’en 2008-2009
et l’écart selon le sexe de l’évolution du taux d’emploi a été important mais moindre qu’au cours
de la première phase de la crise (respectivement
Tableau 5 • Sous-emploi des jeunes de 15 à 29 ans et des 15-64 ans,
selon le sexe, en 2012
En % en 2012 ; évolution 2011-2012 en points
Hommes
2012
Évolution
2011-2012
Femmes
2012
Évolution
2011-2012
Ensemble
2012
Évolution
2011-2012
Jeunes de 15 à 29 ans
Part du sous-emploi (en % de la population totale des 15-29 ans)...................................
2,1 0,0 4,7-0,13,4-0,1
Taux de sous-emploi (en % de la population des 15-29 ans en emploi)............................
4,5 0,011,3-0,17,7 0,0
Dont : temps partiel subi.................................................................................................
4,0-0,111,2 0,0 7,4-0,1
chômage technique ou partiel..............................................................................
0,50,2 0,1 0,00,30,1
Personnes de 15 à 64 ans
Part du sous-emploi (en % de la population totale des 15-64 ans)...................................
1,90,2 4,7 0,03,40,1
Taux de sous-emploi (en % de la population des 15-64 ans en emploi)............................
2,80,3 7,9 0,05,30,2
Dont : temps partiel subi.................................................................................................
2,30,1 7,7 0,04,90,0
chômage technique ou partiel..............................................................................
0,50,2 0,2 0,10,40,1
Concepts : sous-emploi au sens du BIT = personnes à temps partiel souhaitant travailler davantage et disponibles pour le faire et personnes au chômage technique ou
partiel ; âge atteint à la date de l’enquête ; données en moyenne annuelle.
Lecture : en 2012, 3,4 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont en situation de sous-emploi, soit 7,7 % de l’ensemble des actifs occupés de cette tranche d’âge (taux de
sous-emploi). Champ : population des ménages de France métropolitaine.
8
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
Source : Insee,
enquêtes Emploi 2011
et 2012 ;
calculs Dares. -2,4 points et -1,2 point). A
contrario de fin 2009 à mi-2011,
avec le net rebond de l’emploi
intérimaire, le taux d’emploi des
jeunes hommes s’est un peu
redressé (+0,6 point) tandis que
celui des jeunes femmes a continué à se replier (-1,0 point). Au
total, de début 2008 à fin 2012,
le taux d’emploi des 15-29 ans
a baissé de 4,5 points pour les
hommes et de 2,8 points pour
les femmes.
Graphique 10 • Taux de sous-emploi des 15-29 ans et des 15-64 ans
En %
14
12
10
8
6
4
2
Hommes de 15-29 ans
Femmes de 15-29 ans
15-29 ans
2012Q4
2012Q3
2012Q2
2012Q1
2011Q4
2011Q3
2011Q2
2011Q1
2010Q4
2010Q3
2010Q2
2010Q1
2009Q4
2009Q3
2009Q2
2009Q1
2008Q4
2008Q3
2008Q2
Le taux de sous-emploi
des jeunes
est stable en 2012
2008Q1
0
Source : Insee,
enquêtes Emploi
de 2008- 2012 ;
calculs Dares.
15-64 ans
Concepts : emploi au sens du BIT mesuré en moyenne trimestrielle CVS ; âge atteint à la date de l’enquête.
Lecture : au 4e trimestre 2012, le taux de sous-emploi des jeunes âgés de 15 à 29 ans est de 7,7 %.
Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Parmi les personnes occupant
un emploi, certaines sont en situation de sousemploi. Il s’agit de personnes qui travaillent à
temps partiel mais qui souhaiteraient travailler
davantage (temps partiel « subi ») ou encore de
personnes qui sont en situation de chômage technique ou partiel (encadré 1). Lorsqu’ils travaillent,
les jeunes sont plus souvent en situation de sousemploi que les plus âgés. En moyenne annuelle,
parmi les jeunes de 15 à 29 ans occupant un
emploi, 4,5  % des hommes et 11,3  % des femmes
sont en situation de sous-emploi en 2012, contre
respectivement 2,8 % et 7,9 % pour l’ensemble
des 15-64 ans (tableau 5).
Alors que les jeunes femmes de 15 à 29 ans en
emploi travaillent moins souvent à temps partiel
que l’ensemble des femmes de 15-64 ans (26,5 %
contre 30,0 % en 2012), elles sont nettement
plus souvent à temps partiel subi (11,2 % contre
7,7 % en 2012). Pour les hommes, les actifs occupés de 15-29 ans travaillent plus souvent à temps
partiel (9,6 % contre 6,4 % des hommes de
15-64 ans en 2012) et à temps partiel subi (4,0 %
contre 2,3 % en 2012).
En 2008 et 2009, le taux de sous-emploi avait
augmenté à un rythme équivalent pour les jeunes
et les 15-64 ans, d’environ 1,5 point en deux ans
(graphique 10). Cette hausse était due notamment au recours au chômage partiel pendant le
cœur de la crise : 1 % des hommes en emploi,
jeunes comme plus âgés, étaient au chômage
partiel ou technique en moyenne en 2009 (+0,7
point par rapport à 2008) (5).
Depuis la fin 2009, le taux de sous-emploi des
15-29 ans est proche de 8 %, alors que pour les
15-64 ans il a légèrement baissé (-0,3 point entre
fin 2009 et fin 2012). La proportion d’actifs occupés au chômage technique ou partiel est revenue
à un niveau proche de celui d’avant la crise (-0,4
point entre 2009 et 2012 en moyenne annuelle
pour les 15-29 ans et les 15-64 ans), mais alors
que le temps partiel subi a augmenté pour les
Tableau 6 • Statut d’emploi et type de contrat de travail, selon le sexe, en 2012
Population des 15-29 ans en emploi
Emploi total........................................................................... Hommes
Femmes
2 609
2 289
Ensemble
4 898
(5) Cette mesure du
chômage partiel ou
technique à partir
des réponses des
ménages à l’enquête
Emploi ne correspond
pas exactement au
dispositif administratif
de chômage partiel
[voir O. Calavrezo,
F. Lodin : « Le recours
au chômage partiel
entre 2007 et 2010 :
forte augmentation
de la fin 2008 à
l’automne 2009,
diminution ensuite »,
Dares Analyses n° 004,
2012].
Emploi en milliers ; répartition en %
Ensemble de la population en emploi
Hommes
Femmes
13 476
12 278
Ensemble
25 754
Non-salariés........................................................................... 5,6 3,3 4,514,97,711,5
Salariés du secteur privé ou des entreprises publiques..... 84,475,280,170,966,768,9
Dont : interim.......................................................................... 745423
CDD (y compris emplois aidés en CDD).......................... 253027 9 1210
CDI............................................................................... 686667878787
ensemble...................................................................... 100100100100100100
Salariés de la fonction publique.......................................... 10,121,615,414,125,619,6
Fonction publique d’Etat............................................... 576798
Fonction publique territoriale......................................... 375597
Fonction publique hospitalière....................................... 285274
Dont :contractuels en CDD (y compris emplois aidés en cdd)... 444344131615
titulaires et contractuels en CDI.................................... 565756878485
ensemble...................................................................... 100100100100100100
Ensemble................................................................................ 100100100100100100
Source : Insee,
enquête Emploi 2012 ;
calculs Dares.
Concepts : emploi = actifs occupés au sens du BIT, âge atteint à la date de l’enquête, données en moyenne annuelle ; fonction publique = État + collectivités territoriales
+ hôpitaux publics.
Lecture : en 2012, 80,1 % des 4,9 millions de jeunes en emploi entre 15 et 29 ans sont salariés du secteur privé ou des entreprises publiques ; parmi ceux-ci, 67 % sont
en CDI. Champ : population des ménages de France métropolitaine.
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
9
jeunes (+0,7 point entre 2009
et 2012), il est resté stable pour
l’ensemble de la population en
âge de travailler.
Graphique 11 • Part des non salariés dans l’emploi total des 15-29 ans
et des 30 ans ou plus selon le sexe
En %
20
15
Depuis plusieurs années,
les jeunes actifs occupés
sont plus souvent non
salariés et moins souvent
dans la fonction publique
que par le passé
Les jeunes occupant un emploi
sont plus souvent salariés
du privé ou des entreprises
publiques que l’ensemble des
actifs occupés (80 % entre 15
et 29 ans en 2012, contre 69 %
pour l’ensemble des actifs occupés) ; ils sont nettement moins
souvent
non-salariés
(4 
%
contre 12 %) ou salariés de la
fonction publique (15 % contre
20 %) (tableau 6). Comme c’est
le cas pour les plus âgées, les
jeunes femmes sont relativement plus présentes que les
jeunes hommes dans la fonction
publique, mais moins présentes
chez les non-salariés et dans le
secteur privé ou les entreprises
publiques.
10
5
Source : Insee,
enquêtes Emploi
2003-2012 ;
calculs Dares. 0
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Ensemble 25-29 ans
Ensemble 30 ans et plus
Ensemble 15-29 ans
Hommes 15-29 ans
Femmes 15-29 ans
2010
2011
2012
Hommes 30 ans et plus
Femmes 30 ans et plus
Concepts : actifs occupés au sens du BIT ; données en moyenne annuelle.
Lecture : en 2012, 6,1 % des jeunes âgés de 25 à 29 ans en emploi sont non salariés. Champ : population des ménages de France métropolitaine.
Graphique 12 • Part de la fonction publique dans l’emploi total des 15-29 ans
et des 30 ans ou plus selon le sexe
En %
30
25
20
15
Source : Insee,
enquêtes Emploi
2003-2012 ;
calculs Dares. 10
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
Alors que pour les actifs occupés âgés d’au moins 30 ans, la
part des non salariés a légèreactifs occupés au sens du BIT, données en moyenne annuelle ; fonction publique = personnes
ment baissé entre 2003 et 2012 Concepts :
employées par l’État, les collectivités territoriales ou les hôpitaux publics.
(-0,5 point, quasi stable pour Lecture : en 2012, 10,1 % des jeunes hommes âgés de 15 à 29 ans en emploi travaillent dans la fonction
publique. les hommes et en recul de près Champ : population des ménages de France métropolitaine.
d’1 point pour les femmes), elle
a progressé pour les 15-29 ans (+1,3 point) au par l’apprentissage et une moindre ancienneté sur
même rythme pour les jeunes hommes que pour le marché du travail. Hors apprentissage, la part
les jeunes femmes (graphique 11). Pour les 25-29 des CDD dans l’emploi salarié privé des 15-29 ans
ans, la part des non salariés dans l’emploi atteint n’est plus que de 19 % en 2012, au lieu de 27 %.
6 % en 2012, un niveau qui reste toutefois très Hors intérim, les personnes âgées de moins de
inférieur à celui observé pour les 30 ans ou plus 30 ans travaillant depuis moins d’un an dans leur
(13 %).
entreprise sont 1,3 fois plus souvent en CDD que
En moyenne sur l’année 2012, parmi les sala- celles de 30 ans ou plus (46 % contre 35 %),
riés du secteur privé ou des entreprises publiques tandis que ce rapport est de 3,5 toutes ancienneâgés de 15 à 29 ans, 33 % ont un contrat tempo- tés confondues.
Ensemble 15-29 ans
Hommes 30 ans ou plus
Ensemble 25-29 ans
raire (intérim, contrat à durée déterminée), contre
13 % pour l’ensemble des salariés. Parmi les
jeunes salariés de la fonction publique, 44 % sont
contractuels en CDD (y compris emplois aidés en
CDD), contre 15 % pour l’ensemble des salariés
de la fonction publique.
Les contrats temporaires sont donc beaucoup plus
fréquents pour les jeunes salariés que pour les plus
anciens. Pour les CDD du secteur privé (y compris
entreprises publiques), ceci s’explique notamment
10
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
Ensemble 30 ans ou plus
Femmes 15-29 ans
Hommes 15-29 ans
Femmes 30 ans ou plus
La proportion d’actifs occupés travaillant dans la
fonction publique, que ce soit pour l’État, une
collectivité territoriale ou un hôpital public, a
baissé d’un peu plus d’1 point entre 2003 et 2012
pour les jeunes de 15-29 ans et pour les 30 ans
ou plus (graphique 12). Cette baisse a concerné
à la fois les hommes et les femmes. 17,6 % des
jeunes âgés de 25 à 29 ans en emploi travaillent
dans la fonction publique en 2012 (-2,6 points par
rapport à 2003), contre 15,4 % pour l’ensemble
Tableau 7 • Les jeunes de moins de 26 ans dans les mesures d’aide à l’emploi
Nombre de jeunes en milliers au 31 décembre ; part en %
1990
1995
2000
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012 (*)
Alternance.............................................................. 442463579 517549 590599 572569592584
Apprentissage........................................................... 225287359 378401 418421 418419428433
Contrats de qualification, d’orientation
et d’adaptation......................................................... 216
176
220644 00 0000
Contrat de professionnalisation................................. 0 0 0 76145 173179 154150164152
Emploi marchand hors alternance........................ 74
17177141
13613766 422915 8
Contrat initiative emploi (CIE et CUI-CIE)................... 02936 2517 2 8 382815 8
Soutien à l’emploi des jeunes
en entreprise (Seje).................................................... 000
116
119
135
58 4100
Autres mesures......................................................... 74
143
41 00 00 0000
Emploi non marchand............................................ 120
123
163 6665 5130 56685149
Contrats emploi-solidarité......................................... 120
116
36 30 00 0000
Emplois jeunes.......................................................... 00
118166 10 0000
Contrats emploi-consolidé......................................... 07
10 31 00 0000
Emplois d’avenir (non marchands)............................. 000 00 00 0001
Contrat d’accompagnement dans l’emploi
et CUI-CAE............................................................... 0 0 0 4254 4627 53685148
Contrat d’avenir........................................................ 000 14 43 3000
Ensemble................................................................. 636758820 724750 778696 670666658642
Part des emplois aidés parmi
les emplois occupés par des jeunes...................... 20,3%31,0%30,0% 26,0%27,6% 27,1%24,6% 25,2%24,7%25,3%25,2%
Part des emplois aidés (tous publics)
dans l’ensemble l’emploi total.............................. 3,8%6,6%6,5% 4,7%4,7% 4,3%3,7% 3,7%3,6%3,4%3,3%
Sources : Dares,
mesures pour l’emploi
et Insee, enquêtes
Emploi 1990-2012 ;
calculs Dares.
(*) Chiffres provisoires.
Note : l’emploi des jeunes est mesuré comme le nombre de moins de 26 ans (âge exact) occupant un emploi, dans l’enquête Emploi (annuelle de l’année n+1 jusqu’en 2002,
puis dans l’enquête Emploi en continu du 4e trimestre de l’année n depuis 2003).
Lecture : fin 2012, 642 000 jeunes de moins de 26 ans occupent un emploi aidé ; cela représente 25,2 % de l’emploi des jeunes de moins de 26 ans.
Champ : population des ménages de France métropolitaine ; hors mesures d’abattement temps partiel, Accre et insertion par l’activité économique.
des 15-29 ans. Cela reste sensiblement inférieur
au poids de la fonction publique dans l’emploi des
personnes âgés d’au moins 30 ans (20,6 %).
De fin 2008 à fin 2012, les emplois
aidés ont représenté le quart des
emplois des jeunes de moins de 26 ans
La part des contrats en alternance (contrats d’apprentissage
ou de professionnalisation) dans
les emplois aidés a augmenté
tendanciellement et représente
(6) Sont prises en
compte ici les aides
visant spécifiquement
à réduire le coût du
travail des personnes
embauchées, hors
allègements généraux
de cotisations sur les
bas salaires ou dans
certains territoires.
(7) Résultats en France
métropolitaine.
Graphique 13 • Part des emplois aidés parmi les emplois occupés
par des jeunes de moins de 26 ans, selon la catégorie
de dispositif
En %
35
30
Emplois aidés du secteur
non marchand
25
Emplois aidés du secteur marchand
20
15
Formation en alternance
(hors apprentissage)
10
5
Sources : Dares,
mesures pour l’emploi
et Insee, enquêtes
Emploi 1975-2012 ;
calculs Dares.
Apprentissage
0
1974
1975
1976
1977
1978
1979
1980
1981
1982
1983
1984
1985
1986
1987
1988
1989
1990
1991
1992
1993
1994
1995
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012(*)
25,2 
% des emplois occupés par un jeune de moins
de 26 ans bénéficient d’une
aide de l’État (6) fin 2012,
contre 3,3 % pour l’ensemble
des actifs occupés (tableau 7,
graphique 13). Cette part, qui
dépassait 30 % de 1995 à 2000,
est stable depuis la fin 2008.
642 000 jeunes de moins de
26 ans occupent un emploi
aidé fin 2012, soit 16 000 de
moins que fin 2011 et un recul
de 54 000 depuis la fin 2008.
Compte tenu du repli simultané de l’emploi, la proportion
d’emplois aidés occupés par
des moins de 26 ans est restée
stable.
plus de 90 % en 2012, soit le taux le plus élevé
depuis le milieu des années 1980. 414 000
nouveaux contrats en alternance concernant
des jeunes ont été enregistrés en 2012 (293 000
apprentis et 121 000 contrats de professionnalisation) (7), soit une baisse de 14 000 par rapport
à 2011. Au total, 584 000 jeunes de moins de
26 ans, dont 433 000 apprentis, bénéficient d’une
(*) 2012, chiffres provisoires.
Note : l’emploi des jeunes est mesuré comme le nombre de moins de 26 ans (âge exact) occupant un emploi,
dans l’enquête Emploi (jusqu’en 2002 au mois de mars de l’année n+1 (enquête annuelle) ; depuis 2003, au
4e trimestre de l’année en cours (enquête en continu)).
Lecture : fin 2012, 17 % des jeunes de moins de 26 ans en emploi sont en apprentissage, 6,0 % sont en contrat
de professionnalisation, 0,3 % occupent un emploi marchand aidé et 1,9 % un emploi non marchand aidé.
Champ : population des ménages de France métropolitaine ; hors mesures d’abattement temps partiel, Accre et
insertion par l’activité économique.
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
11
formation en alternance fin 2012, soit 15 000 de
moins que le maximum atteint en 2008.
Hors alternance, le nombre de jeunes de moins
de 26 ans bénéficiaires d’un contrat aidé dans le
secteur marchand, environ 8 000 fin 2012 contre
15 000 fin 2011, a considérablement baissé
depuis 2006-2007, période pendant laquelle on
en comptait environ 140 000. Le dispositif de
soutien à l’emploi des jeunes en entreprise (Seje),
qui concernait 135 000 jeunes fin 2007, s’est
éteint en 2010. Le nombre de jeunes en contrat
initiative emploi (CUI-CIE) (8), qui avait fortement augmenté en 2009 (38 000 bénéficiaires fin
2009), a régressé régulièrement depuis.
Dans le secteur non marchand, le nombre de
jeunes de moins de 26 ans en emploi aidé avait
dépassé les 150 000 à la fin des années 1990,
dont plus de 100 000 emplois-jeunes (9), ce qui
représentait alors environ 6 % de l’emploi des
jeunes de moins de 26 ans. Fin 2008, il n’y en
avait plus que 30 000. Entre la fin 2008 et la fin
2010, le nombre de jeunes de moins de 26 ans
en contrat aidé du secteur non marchand s’est
accru de 38 000, la totalité des jeunes nouvellement embauchés étant recrutés en CUI-CAE,
contrat aidé qui a succédé aux CAE et contrats
d’avenir. Les effectifs de jeunes en contrat aidé
non marchand se sont ensuite repliés en 2011 et
stabilisés en 2012 pour atteindre 49 000 en fin
d’année. Les nouveaux emplois d’avenir, n’ayant
donné lieu à de premières embauches que fin
2012, comptaient de l’ordre d’un millier de bénéficiaires en fin d’année.
En 2012, le taux de chômage des
15-29 ans, comme les parts de chômage
et de « NEET », sont en France un peu
inférieurs aux moyennes européennes
En 2012, le taux d’activité des 15-29 ans est en
France métropolitaine inférieur de 3,2 points à
la moyenne de l’UE à 27 pays (53,7 % contre
57,1 %). Alors que le taux d’emploi de cette
tranche d’âge est sensiblement inférieur à la
moyenne de l’UE (-2,7 points), la situation apparaît plus favorable pour les autres indicateurs de
leur situation sur le marché du travail : la part
de chômage, le taux de chômage et la part des
jeunes ni en formation ni en emploi (NEET) sont
en France inférieurs à la moyenne européenne,
respectivement de 0,6, 0,1 et 0,8 point (tableau 8).
Pour l’ensemble des 15-64 ans, le taux et la part
de chômage sont aussi inférieurs à la moyenne
de l’UE à 27, tandis que le taux d’emploi est très
légèrement inférieur.
Si les parts de chômage et de NEET sont inférieures ou égales aux moyennes européennes
pour les plus jeunes (15-24 ans), comme pour les
25-29 ans, pour les taux d’activité, d’emploi et de
12
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
chômage, la position de la France par rapport à la
moyenne de l’UE à 27 diffère entre les plus jeunes
et les 25-29 ans. Avec une formation initiale
assez longue et une faible proportion de jeunes
qui travaillent pendant leurs études (formation
en alternance, « petits boulots »), la présence
des 15-24 ans sur le marché du travail est nettement moindre en France qu’en moyenne dans
l’UE : le taux d’emploi est inférieur de 4,5 points
et la part de chômage de 0,8 point. Au total,
seuls 37,3 % des 15-24 ans sont actifs en France
en 2012, contre 42,7 % pour l’UE27. Comme la
part de chômage, la part des NEET de 15 à 24 ans
est aussi inférieure à la moyenne européenne
(-0,9 point), tandis qu’au contraire le taux de
chômage, qui rapporte le nombre de jeunes
chômeurs à une population moindre, celle des
jeunes actifs, est supérieur de 1,1 point à la
moyenne européenne. Entre 25 et 29 ans, âges où
peu de jeunes sont encore en formation initiale, le
taux d’emploi français est en revanche supérieur
de près de 4 points aux moyennes européennes,
pour les hommes comme pour les femmes. Part et
taux de chômage sont inférieurs à la moyenne de
l’UE à 27 pays pour les 25-29 ans (respectivement
de 0,3 et 0,9 point) tandis que la part de NEET est
la même qu’en moyenne en Europe.
Les indicateurs d’emploi et de chômage des jeunes
dans les principaux pays européens varient beaucoup d’un pays à un autre. Parmi les pays de l’UE
à 15, alors que de l’ordre de 30 % seulement des
jeunes de 15 à 29 ans sont en emploi en Espagne,
en Grèce et en Italie en 2012, c’est le cas de
70 % aux Pays-Bas. Les écarts de taux d’emploi
sont surtout très importants pour les 15-24 ans,
notamment en raison de situations très contrastées en termes d’apprentissage et autres situations de travail en cours d’études. Ainsi, le taux
d’emploi des 15-24 ans dans les pays de l’UE à
15 varie de 13 % en Grèce à 63 % aux PaysBas en 2012, soit un écart de 50 points, tandis
que pour les 25-29 ans, l’écart entre les extrêmes
est considérablement réduit avec un taux d’emploi minimum de 54 % en Grèce et maximum de
83 % en Autriche et aux Pays-Bas.
On compte de 4 % à 6 % de chômeurs parmi les
15-29 ans en Allemagne, en Autriche, aux PaysBas et au Luxembourg en 2012, avec un taux
de chômage compris entre 7 % et 8 % pour
les trois premiers pays. À l’opposé, en Espagne
et en Grèce, plus de 20 % des jeunes sont au
chômage et le taux de chômage dépasse 40 %.
En Irlande, en Italie et au Portugal, entre 11 % et
16 % des 15-29 ans sont au chômage et le taux
de chômage est proche de 25 %. Le taux et la
part de chômage des 15-29 ans sont ainsi environ
5 fois plus élevés en Espagne et en Grèce qu’en
Allemagne.
Comme pour les autres indicateurs de la situation des jeunes sur le marché du travail, la part
des NEET est très différente selon les pays européens. En 2012, dans six des pays de l’UE à 15,
(8) Depuis le 1er janvier
2010, le contrat
unique d’insertioncontrat initiative emploi
(CUI-CIE) a succédé
au CIE en France
métropolitaine. Pour
l’emploi non marchand,
le contrat unique
d’insertion-contrat
d’accompagnement
dans l’emploi (CUI-CAE)
a succédé aux CAE et
contrats d’avenir.
(9) Cet effectif ne
dénombre que les
personnes âgées de
moins de 26 ans à
la date considérée,
sachant que, compte
tenu de la durée
de présence en
emploi-jeune
(jusqu’à 5 ans), une
proportion significative
des emplois jeunes
étaient occupés par
des personnes de plus
de 26 ans.
Tableau 8 • Indicateurs d’emploi et de chômage des jeunes
dans les principaux pays industrialisés en 2012
Taux de
chômage
Taux
d’emploi
Part de
chômage
15-64 ans
Part
des NEET
Taux de
chômage
Part de
chômage
Taux
d’emploi
Dont 25 à 29 ans
Part
des NEET
Taux de
chômage
Part de
chômage
Taux
d’emploi
Part
des NEET
Dont 15 à 24 ans
Taux de
chômage
Part de
chômage
Taux
d’emploi
Population
totale
15 à 29 ans
Population en milliers ; taux et part en %
Union européenne
à 27 ..................... 89 25346,710,318,115,932,9 9,722,8 13,271,1 11,413,820,6 64,2 7,610,6
Union européenne
à 15 ..................... 69 29648,310,718,115,535,5 10,122,2 13,171,3 11,714,119,9 65,2 7,810,7
Dont : France* ......... 11 21444,0 9,718,015,128,4 8,923,9 12,374,9 11,112,920,6 63,9 7,0 9,9
Allemagne...... 13 934
57,74,67,49,6
46,6 4,18,1 7,7
77,6 5,46,5
13,272,84,35,6
Autriche......... 1 541
64,65,27,47,8
54,6 5,28,7 6,5
82,5 5,15,8
10,172,53,34,4
Belgique......... 2 02142,7 7,314,614,425,3 6,219,7 12,375,9 9,411,118,3 61,8 5,1 7,6
Danemark....... 1 01960,2 9,013,0 8,255,0 9,114,1 6,671,8 8,911,011,6 72,6 6,0 7,7
Espagne.......... 7 51834,123,540,822,618,2 20,653,2 18,858,9 28,032,228,7 55,418,625,2
Finlande.......... 98453,3 8,914,310,441,8 9,819,0 8,674,9 7,3 8,913,7 69,4 5,9 7,8
Grèce............. 1 76628,922,443,627,113,1 16,155,3 20,353,6 32,137,537,6 51,316,624,5
Irlande............ 89243,213,023,221,328,2 12,330,4 18,767,7 14,217,325,5 58,810,415,0
Italie............... 9 43932,511,025,223,918,6 10,135,3 21,157,3 12,517,928,9 56,8 6,910,8
Luxembourg... 9742,8 5,311,0 7,621,7 5,119,0 5,978,8 5,6 6,610,4 65,8 3,6 5,2
Pays-Bas......... 3 030
70,06,07,96,2
63,3 6,69,5 4,3
83,4 4,85,59,975,14,25,3
Portugal.......... 1 79841,315,627,415,923,6 14,337,7 14,171,0 17,920,118,8 61,812,216,4
Royaume-Uni.. 12 20357,810,615,415,446,9 12,421,0 14,076,9 7,3 8,717,7 70,1 6,1 8,0
Suède............. 1 84052,311,017,4 8,440,2 12,423,6 7,877,2 8,1 9,4 9,4 73,8 6,5 8,1
Japon ..................... 19 440
53,74,17,0 - 38,5 3,37,9 - 80,3 5,46,3 - 70,63,44,6
États-Unis................... 59 436
55,78,3
13,0 - 46,0 8,9
16,2 - 74,0 7,38,9 - 67,16,08,2
Sources : Insee,
enquête Emploi 2012,
estimation Dares pour
la France ; Eurostat,
enquêtes Forces de
travail (LFS) pour
l’UE27, l’UE15 et les
pays de l’UE15 sauf la
France ; OCDE pour le
Japon et les États-Unis.
Concepts : activité et emploi au sens du BIT ; âge atteint à la date de l’enquête, moyenne des quatre trimestres 2012.
Lecture : au Danemark, 55,0 % des jeunes âgés de 15 à 24 ans occupent un emploi en 2012 ; 9,1 % sont au chômage (part de chômage), soit 14,1 % de ceux qui sont
présents sur le marché du travail (taux de chômage).
* Champ France métropolitaine pour la France.
la part des NEET entre 15 et 29 ans est supérieure
à celle de la France (15,1 %) : elle dépasse les
20 % en Espagne, en Grèce, en Irlande, en Italie
et est légèrement supérieure à celle de la France
au Portugal et au Royaume-Uni (tableau 9). Les
estimations de l’OCDE à la fin 2012 pour les seuls
15-24 ans (10), montrent que la part des NEET
est aussi supérieure à celle de la France dans de
nombreux pays de l’OCDE non européens : ÉtatsUnis, Nouvelle-Zélande, Argentine, Brésil, Turquie,
Mexique, Afrique du Sud et Inde. à l’inverse, en
Autriche, aux Pays-Bas et au Luxembourg, comme
pour les indicateurs de chômage, la part de NEET
parmi les 15-29 ans est peu élevée, inférieure à
8 % en 2012. Elle est légèrement supérieure
à 8 % au Danemark et en Suède et proche de
10 % en Finlande et en Allemagne. Alors que les
indicateurs de chômage sont nettement meilleurs
en Allemagne qu’au Danemark et en Suède (part
de chômage inférieure de respectivement 4 et
6 points), la part des NEET est sensiblement plus
élevée en Allemagne. Si pour les jeunes hommes,
la part des NEET est proche dans les trois pays,
elle est plus forte en Allemagne d’environ 3 points
pour les jeunes femmes.
Tableau 9 • Part des jeunes ni en formation, ni en emploi en Europe
En % de la population totale
15 à 29 ans
Ensemble
2004
2008
Hommes
2012
2004
2008
Dont 15 à 24 ans
Dont 25 à 29 ans
Ensemble
Ensemble
Femmes
2012
2004
2008
2012
2004
2008
2012
2004
2008
2012
Union européenne à 27
15,2 13,1 15,9 12,3 10,2 14,0 18,2 16,0 17,8 12,8 10,9
13,2
19,7 17,0 20,6
Union européenne à 15
13,8 13,0 15,5 10,9 10,5 13,9 16,6 15,6 17,2 11,6 11,0 13,1 17,6 16,5 19,9
13,2
12,9
9,8
16,3
6,4
14,6
10,7
19,9
12,8
19,5
8,1
6,6
11,9
-
7,9
13,8
7,6
6,4
13,3
8,0
23,1
9,4
24,3
22,1
21,8
6,2
5,3
15,7
12,3
7,9
16,5
11,7
9,1
15,4
8,4
22,2
11,4
29,9
20,5
26,1
9,0
7,1
16,0
18,5
8,9
12,3
7,7
6,5
12,3
6,6
18,8
8,6
20,3
18,7
21,1
5,9
4,3
14,1
14,0
7,8
17,0
15,8
11,3
15,6
6,5
17,4
10,9
20,0
17,8
23,8
14,2
7,1
14,6
15,0
8,5
Dont :France ....................
Allemagne...............
Autriche..................
Belgique..................
Danemark...............
Espagne..................
Finlande..................
Grèce......................
Irlande.....................
Italie........................
Luxembourg............
Pays-Bas..................
Portugal..................
Royaume-Uni..........
Suède......................
12,6
11,0
8,6
12,0
5,0
15,7
8,9
15,0
16,0
19,3
9,2
4,6
11,9
13,1
8,0
15,1
9,6
7,8
14,4
8,2
22,6
10,4
27,1
21,3
23,9
7,6
6,2
15,9
15,4
8,4
10,8
11,1
7,9
14,5
5,4
10,9
9,0
12,9
10,4
15,0
5,4
5,3
10,1
-
7,8
10,6
8,2
6,3
10,1
4,6
14,1
7,4
10,0
15,4
15,6
7,0
3,3
9,2
9,8
7,2
15,5
14,8
11,7
18,1
7,4
18,4
12,4
27,2
15,2
23,9
10,8
8,0
13,8
-
8,0
14,7
13,8
10,8
14,0
5,5
17,3
10,4
20,3
16,7
23,0
11,3
6,0
14,7
16,4
8,9
10,8
10,1
8,6
15,4
5,1
12,5
9,1
16,8
11,9
16,6
6,3
5,3
11,1
8,4
7,6
10,4
8,4
7,1
10,1
4,3
14,4
7,8
11,7
14,8
16,6
6,2
3,4
10,3
12,1
7,8
18,2
18,9
12,1
18,0
8,6
17,6
13,7
24,9
14,5
23,7
11,2
9,1
13,2
-
8,6
20,6
13,2
10,1
18,3
11,6
28,7
13,7
37,6
25,5
28,9
10,4
9,9
18,8
17,7
9,4
(10) Les estimations
de l’OCDE concernant
la part des NEET
sont sensiblement
supérieures à celles
d’Eurostat (par exemple
en France pour les
15-29 ans en 2008,
14,0 % contre 12,4 %),
mais cela ne change
pas le classement entre
pays.
Sources : Insee,
enquêtes Emploi,
estimation Dares pour
la France ; Eurostat,
enquêtes Forces de
travail (LFS) pour
l’UE27, l’UE15 et les
pays de l’UE15 sauf la
France.
Concepts : NEET = personnes ni en emploi au sens du BIT, ni en formation initiale ou continue ; âge atteint à la date de l’enquête.
Lecture : en 2012, au Royaume-Uni, 15,4 % des jeunes de 15-29 ans ne sont ni en emploi, ni en formation.
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
13
Comme en France, dans la quasi-totalité des
pays de l’UE à 15, la part des NEET entre 15 et
29 ans est plus élevée pour les femmes que pour
les hommes. Font exception l’Espagne et l’Irlande,
pays où la part de chômage est beaucoup plus
élevée pour les jeunes hommes (respectivement
7 et 4 points de plus que les jeunes femmes).
2,5 points en France, très proche des moyennes
européennes, à 27 comme à 15 pays. L’augmen-​
tation a été la plus forte en Grèce (+12 points),
en Espagne (+7 points) et en Irlande (+5 points).
De 2008 à 2012, la part des jeunes de 15-29 ans qui
ne sont ni en emploi ni en formation a augmenté
dans tous les pays de l’UE à 15, à l’exception de
l’Allemagne, l’Autriche et le Luxembourg, où elle
a légèrement reculé. L’augmentation a été de
Claude Minni, Patrick Pommier (Dares).
Pour en savoir plus
Aeberhardt R., Crusson L., Pommier P. (2011), « Les politiques d’accès à l’emploi des jeunes : qualifier et accompagner », France
portait social, collection Insee Références.
Bureau international du travail (2013), « Global employment trends for youth 2013 ».
COE (2011), « Diagnostic sur l’emploi des jeunes », Rapport du Conseil d’orientation pour l’emploi, février.
Commission européenne, “Youth neither in employment nor education and training (NEET), presentation of data for the
27 member states” DG Employment, Social Affairs and Inclusion, INDIC/04/210111/EN.
Fondeur Y., Minni C. (2006), « L’emploi des jeunes au cœur des dynamiques du marché du travail », Données Sociales, Insee.
Jugnot S. (2012), « Le diplôme, un sésame pour l’emploi. Quels leviers pour une politique d’emploi des jeunes ? », in Inégalités
entre jeunes sur fond de crise, Rapport de l’observatoire de la jeunesse 2012, INJEP, La Documentation française, novembre.
Lefresne F. (2003), Les jeunes et l’emploi, Repères n° 365, La Découverte.
Marchand O. (2006), « Taux de chômage des jeunes, mode d’emploi », Droit Social n° 6, juin.
Minni C., Pommier P. (2012), « Emploi et chômage des 15-29 ans en 2011 », Dares Analyses n° 090, décembre.
Minni C. (2012), « Les disparités sur le marché du travail entre les femmes et les hommes : une analyse sur longue période »,
Dares Analyses n° 015, mars.
OCDE (2013), « Regards sur l’éducation 2013 : les indicateurs de l’OCDE ».
Ministère de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche (2012-2013) :
- « L’état de l’école : 30 indicateurs sur le système éducatif français », n° 22, octobre ;
- « L’état de l’enseignement supérieur et de la recherche en France : 35 indicateurs », n° 6, février 2013.
Insee, Dares, Depp, Céreq (2013), Formations et emploi, collection Insee Références, Insee, à paraître.
Dares, Tableau de bord trimestriel « Activité des jeunes et politique d’emploi », www.travail-emploi.gouv.fr, rubrique Études, recherches, statistiques de la Dares > Statistiques > Emploi > L’emploi des jeunes et des seniors > Les jeunes et le marché du travail.
DARES ANALYSES et DARES INDICATEURS sont édités par le ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle
et du dialogue social.
Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares), 39-43, quai André Citroën, 75902 Paris cedex 15.
www.travail-emploi.gouv.fr
(Rubrique Études, Recherches, Statistiques de la Dares)
Directeur de la publication : Antoine Magnier.
Réponse à la demande : dares.communication@travail.gouv.fr
Abonnement aux avis de parution de la Dares
(http://travail-emploi.gouv.fr/etudes-recherches-statistiques-de,76/avis-de-parution,2063/bulletin,2064/abonnement,13777.html)
Rédactrice en chef : Marie Ruault. Secrétariat de rédaction : Evelyn Ferreira et Francine Tabaton - Maquettistes : Guy Barbut, Corinne Sauvage, Bruno Pezzali.
Conception graphique et impression : Ministère du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social.
Dépôt légal : à parution. Numéro de commission paritaire : 3124 AD. ISSN 2109 - 4128 et ISSN 2267 - 4756.
14
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
Encadré 1
L’enquête Emploi de l’Insee et les indicateurs du marché du travail
Les données de cette publication sont issues presque exclusivement de l’enquête Emploi. Cette enquête est réalisée tous les ans par l’Insee
auprès des ménages. Les personnes vivant en communauté (foyers, cités universitaires, hôpitaux, maisons de retraite, prisons) ne sont pas interrogées. Jusqu’en 2002, l’enquête avait lieu au cours d’un mois précis de l’année, généralement en mars, auprès d’environ 75 000 personnes
de 15 ans ou plus. Depuis 2003, elle est réalisée en continu tout au long de l’année en France métropolitaine. Jusqu’en 2008, quelques
70 000 personnes âgées de 15 ans ou plus répondaient chaque trimestre et étaient interrogées six trimestres consécutifs. À partir de début
2009, la taille de l’échantillon a été augmentée progressivement pour aboutir à 105 000 répondants par trimestre à partir de la mi-2010. Dans
les départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Réunion, Guyane) l’enquête a été réalisée en juin jusqu’en 2012 ; depuis le début
2013 elle est réalisée en continu.
L’enquête Emploi est la seule source statistique qui permet de déterminer la situation des individus sur le marché du travail conformément aux
normes du Bureau international du travail (BIT), notamment selon leur âge. Elle constitue le volet français de l’enquête Forces de travail (Labour
Forces Survey, LFS), coordonnée au niveau européen par Eurostat.
En 2007, plusieurs modifications méthodologiques ont été introduites et appliquées rétrospectivement à partir de 2003. D’une part, l’appréhension du chômage au sens du BIT est devenue plus restrictive, conformément à la pratique d’Eurostat et, d’autre part, la méthode de pondération des résultats bruts de l’enquête a été revue. Du fait de ces modifications, les résultats des années 2003 à 2012 ne sont pas comparables
à ceux directement issus de l’enquête pour les années antérieures. L’Insee a toutefois procédé à des rétropolations. Des séries annuelles longues
portant sur la période de 1975 à 2012 sont ainsi disponibles par sexe et tranches d’âge quinquennales pour l’activité, l’emploi et le chômage.
L’ensemble des graphiques et tableaux dans cette publication présentent des données comparables sur la période.
L’activité est définie au sens du BIT : les actifs occupés regroupent toutes les personnes ayant exercé une activité rémunérée (y compris ceux
qui sont en congé ou en arrêt maladie et les militaires du contingent) au cours d’une semaine de référence, semaine précédant juste l’interrogation du ménage. Parmi les personnes qui ne sont pas comptabilisées en actifs occupés, celles qui recherchent activement un emploi et qui
sont disponibles pour travailler sont comptabilisées comme chômeurs. Enfin, les personnes qui ne sont ni actives occupées ni chômeuses sont
classées en inactifs.
Le taux d’activité (respectivement taux d’emploi, part de chômage) d’une classe d’âge est le rapport du nombre d’actifs (respectivement
actifs occupés, chômeurs) de la classe d’âge à la population totale de la même classe d’âge. Le taux d’activité est donc la somme du taux d’emploi et de la part de chômage. Le taux de chômage rapporte le nombre de chômeurs au nombre d’actifs de la tranche d’âge considérée. Il
diffère donc de la part de chômage.
Taux d’activité d’une classe d’âge
=
Taux d’emploi d’une classe d’âge
=
Taux de chômage d’une classe d’âge =
Part de chômage d’une classe d’âge
=
nombre d’actifs (occupés + chômeurs)
population totale de la classe d’âge
nombre d’actifs occupés
population totale de la classe d’âge
nombre de chômeurs
population d’actifs de la classe d’âge
nombre de chômeurs
population totale de la classe d’âge
x
100
x
100
x
100
x
100
La Commission européenne a adopté en 2010 un nouvel indicateur concernant l’insertion des jeunes sur le marché du travail. Cet indicateur,
part des NEET (Neither in Employment nor in Education and Training) (1) dans cette publication, mesure la part des jeunes qui ne sont ni en
emploi, ni en formation, que cette dernière soit initiale ou non, parmi l’ensemble des jeunes. Pour la France, cet indicateur a pu être estimé
de manière homogène de 2004 à 2011 directement à partir des enquêtes Emploi. Ont été retenus comme faisant partie des NEET, les jeunes
au chômage ou inactifs au sens du BIT qui ne poursuivent pas leurs études initiales et qui n’ont pas déclaré suivre à la date de l’enquête une
autre formation. Les résultats de cette exploitation de l’enquête Emploi aboutissent à une part de NEET un peu supérieure au taux calculé par
Eurostat pour la France en raison d’un algorithme de calcul légèrement différent : pour l’ensemble des 15-29 ans, la différence est de +0,1 à
+0,3 point selon les années.
Le « halo » du chômage regroupe les personnes qui n’ont pas d’emploi, qui souhaitent travailler, mais qui ne sont pas considérées comme
au chômage selon les normes du BIT, car elles ne sont pas disponibles pour travailler dans les deux semaines ou (et) n’ont pas effectué de
démarches actives de recherche d’emploi dans le mois précédent.
Le sous-emploi au sens du BIT recouvre les personnes qui ont un emploi à temps partiel, qui souhaitent travailler plus d’heures sur une semaine
donnée et qui sont disponibles pour le faire, ainsi que les personnes ayant involontairement travaillé moins que d’habitude (chômage technique
ou partiel). En raison des modifications introduites dans l’enquête Emploi en 2008 pour se rapprocher de la définition BIT du sous-emploi, les
chiffres de 2008 à 2012 ne sont pas comparables à ceux des années antérieures.
Les jeunes sont définis dans cette étude comme les personnes âgées de 15 à 29 ans. L’âge mesuré est l’âge atteint à la date de l’enquête
exprimé en années révolues. Ce concept d’âge, conforme à la pratique internationale, notamment à celle d’Eurostat, est également adopté par
l’Insee depuis 2011 et appliqué rétrospectivement sur les années antérieures.
L’identification des emplois exercés dans la fonction publique se fonde sur la méthodologie élaborée par l’Insee en collaboration avec la
Direction générale de l’administration et de la fonction publique (DGAFP). Ces chiffres peuvent cependant différer de ceux de la DGAFP publiés
dans le rapport annuel sur l’état de la fonction publique (2) pour deux raisons : le champ est différent (hors emplois aidés pour la DGAFP), ainsi
que la date d’observation (moyenne annuelle 2012 dans cette publication, données de fin 2010 dans le rapport annuel sur l’état de la fonction publique).
(1) Eurostat a appelé cet indicateur « taux de NEET », mais le terme « part de NEET » apparaît plus cohérent avec la dénomination des indicateurs de chômage puisque le nombre de jeunes
en NEET est rapporté, comme pour la part de chômage, à la population totale de la classe d’âge considérée.
(2) Faits et chiffres 2011-2012.
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
15
Encadré 2
Dans les Dom, les indicateurs du marché du travail
sont nettement plus défavorables qu’en France métropolitaine,
pour les jeunes comme pour l’ensemble
de la population en âge de travailler
On compte 357 000 jeunes âgés de 15 à 29 ans dans les départements d’outre-mer (Dom) (1), soit 29,6 % de la population en âge de travailler (15-64 ans). Cette
part des jeunes est un peu plus élevée qu’en France métropolitaine, mais l’écart a tendance à se réduire ces dernières années (2 points en 2012 contre 5 points
en 2005) (tableau A). La part des jeunes dans la population en âge de travailler est plus importante qu’en métropole, en Guyane (36 % en 2012) et à la Réunion
(31 %), mais plus faible aux Antilles (26 % en Guadeloupe et en Martinique) (tableau B).
Les jeunes et l’ensemble des 15-64 ans, hommes comme femmes, sont moins souvent présents sur le marché du travail dans les Dom. Les écarts de taux d’activité entre la France métropolitaine et l’ensemble des Dom sont compris entre 8 et 12 points en 2012 et ont peu varié depuis 2005. Les taux d’activité des jeunes
hommes et des jeunes femmes sont compris entre 29 % et 37 % dans chacun des Dom, à l’exception des hommes à la Réunion (49 % en 2012), contre respectivement 53 % et 46 % en France métropolitaine.
17,4 % des 15-29 ans sont au chômage dans les Dom en 2012, soit 2 fois plus qu’en métropole. À la Réunion, département qui compte autant de jeunes que les
Antilles et la Guyane réunies, la proportion de chômeurs approche même les 20 %.
Moindre présence sur le marché du travail et proportion plus forte de chômeurs se traduisent par des écarts très importants entre les Dom et la France métropolitaine en termes de taux d’emploi et de taux de chômage des jeunes. En 2012 le taux d’emploi des 15-29 ans est 2 fois plus faible dans les Dom (20,9 %) qu’en
métropole ; il est inférieur à 20 % aux Antilles et en Guyane et atteint 23 % à la Réunion.
Tableau A • Situations d’activité des jeunes dans l’ensemble des Dom
et en France métropolitaine
Population totale en milliers ; taux et part en %
Ensemble des départements d’outre-mer
2005
2008
2012
Population totale
- Nombre de 15-29 ans................................. - Part dans la population des 15-64 ans.........
388 34,0
374 31,8
357 29,6
Taux d’activité
- Hommes 15-29 ans.....................................
- Femmes 15-29 ans......................................
- Hommes 15-64 ans.....................................
- Femmes 15-64 ans......................................
42,9
34,0
65,1
52,2
41,6
36,1
64,9
55,5
42,0
34,6
66,6
57,6
France métropolitaine
2005
2008
11 294 28,8
11 821 28,3
11 143
27,9
53,8
46,2
74,6
64,4
54,2
46,4
74,2
65,2
53,0
46,4
74,8
66,4
Taux d’emploi
- 15-29 ans...................................................
22,5
23,6
20,9
42,7
- 15-64 ans...................................................
43,7
46,0
46,2
63,5
43,9
64,8
41,1
63,9
Part de chômage
- 15-29 ans...................................................
16,0
15,2
17,4
7,3
- 15-64 ans...................................................
14,7
14,0
15,6
5,9
6,4
4,9
8,6
6,7
12,7
7,0
17,3
9,5
Taux de chômage
- 15-29 ans...................................................
- 15-64 ans...................................................
41,5
25,2
39,2
23,3
45,4
25,2
14,5
8,5
2012
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne sur le 2e trimestre ; âge atteint au 31 décembre de l’année de l’enquête.
Lecture : au 2e trimestre 2012, 20,9 % des 357 000 jeunes âgés de 15 à 29 ans sont en emploi dans les Dom.
Champ : population des ménages.
Source : Insee, enquêtes Emploi 2005, 2008 et 2012 ; calculs Dares.
Tableau B • Situations d’activité des jeunes dans chacun des Dom
Population totale en milliers ; taux et part en %
Guadeloupe
2005
2008
Guyane
2012
2005
2008
Martinique
2012
2005
2008
Réunion
2012
2005
2008
2012
Population totale
- Nombre de 15-29 ans.......................................... 81
74
67
38
45
47
79
73
67
190
182
176
- Part dans la population des 15-64 ans.................. 31,128,426,237,538,136,430,328,026,436,6 33,931,1
Taux d’activité
- Hommes 15-29 ans.............................................. 38353637323233363650 4949
- Femmes 15-29 ans............................................... 34342927273428333538 4137
- Hommes 15-64 ans.............................................. 65616664616362636767 6667
- Femmes 15-64 ans............................................... 57596148485355606349 5455
Taux d’emploi
- 15-29 ans............................................................ 20,420,417,519,119,719,320,420,518,925,0 27,123,3
- 15-64 ans............................................................ 45,647,848,542,742,444,647,948,051,040,8 44,943,3
Part de chômage
- 15-29 ans............................................................ 15,313,914,812,710,013,410,513,916,819,1 17,619,7
- 15-64 ans............................................................ 14,713,914,613,411,612,910,513,313,817,1 14,917,5
Taux de chômage
- 15-29 ans............................................................ 42,840,445,939,933,640,934,040,547,143,4 39,445,7
- 15-64 ans............................................................ 24,422,523,123,821,522,518,021,721,329,6 24,928,8
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne sur le 2e trimestre ; âge atteint au 31 décembre de l’année de l’enquête.
Lecture : au 2e trimestre 2012, à la Réunion, 23,3 % des jeunes âgés de 15 à 29 ans sont en emploi.
Champ : population des ménages.
Source : Insee, enquêtes Emploi 2005, 2008 et 2012 ; calculs Dares.
16
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
Suite page suivante
Encadré 2 (suite)
En 2012, le taux de chômage des 15-29 ans dépasse 40 % dans chacun des quatre Dom (hors Mayotte). Il s’élève à 45,4 % pour l’ensemble des Dom, soit 28 points
de plus qu’en métropole. Pour l’ensemble de la population en âge de travailler, l’écart est aussi très important : en 2012, 1 actif sur 4 est au chômage dans les Dom
contre un peu moins de 10 % en métropole. Entre 2008 et 2012, le taux de chômage des jeunes a sensiblement augmenté dans les Dom avec une hausse allant
de 5 à 7 points selon les départements, soit un rythme assez comparable à la France métropolitaine (+4,6 points) (graphique A).
Graphique A • Taux de chômage des 15-29 ans dans les Dom
et en France métropolitaine
En %
50
40
30
20
10
2005
2006
Guadeloupe
2007
Guyane
2008
Martinique
2009
Réunion
2010
2011
2012
France métropolitaine
Concepts : activité au sens du BIT mesurée en moyenne sur le 2e trimestre ; âge atteint au
31 décembre de l’année de l’enquête.
Lecture : au 2e trimestre 2012, en Martinique, 47,1 % des jeunes actifs âgés de 15 à 29 ans sont au
chômage.
Champ : population des ménages.
Source : Insee, enquêtes Emploi 2005-2012; calculs Dares.
(1) Les résultats présentés dans cet encadré ne tiennent pas compte de Mayotte, département d’outre-mer où l’enquête Emploi n’a pas été réalisée annuellement sur la période 2005-2012
(la dernière enquête disponible date de 2009).
DARES ANALYSES • Novembre 2013 - N° 073
17
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising