Lesekartei Fichier de lecture (niveau débutant)

Lesekartei Fichier de lecture (niveau débutant)
Lesekartei
Fichier de lecture
(niveau débutant)
Guide de l'enseignant
illustration cf. fiche de garde du fichier
(cartes)
[Guide de l’enseignant. [Joint à : G. Schlemminger et al. (2001) : Lesekartei - Fichier de lecture
(niveau débutant)], Mouans - Sartoux, P.E.M.F., 2001]
PEMF
Avertissement
Dans ce fichier, nous suivons en général la nouvelle réforme de l'orthographe
des pays de langue allemande, telle qu'elle a été publiée par le Journal Officiel
Fédéral ("Bundesanzeiger") au 31 octobre1996 (sous le titre de "Wiener
Absichtserklärung") et repris par les dictionnaires ("Duden", etc.).
Œuvre collective réalisée et écrite sous la coordination de l'ICEM-pédagogie Freinet
Secteur Langues.
Les auteurs : Gerald Schlemminger, Béatrice Naegeli, Astrid Mailhes
avec la collaboration de Françoise Croissant-Libbrecht, Marie-Luise Kübel, Monique Teyssonières,
Veronika Hübl et d'autres collègues du Groupe Freinet de l'Institut Goethe de Paris.
2
Gerald Schlemminger
Les objectifs pédagogiques
et linguistiques
Nous sommes attachés au primat de l'oral
pour les apprentissages des débutants en
langues.
Cependant, la vraie lecture peut y trouver sa
place si on ne la considère pas seulement
comme une aide visuelle à la fixation des faits
linguistiques présentés oralement.
Nous pensons qu'il est nécessaire de donner
dès le début à l'élève la possibilité de
développer des stratégies de compréhension
écrite, car il s'agit d'un code sociolinguistique
et sémiotique important pour l'appréhension
de la culture étrangère, en l'occurrence celle
des pays de langue allemande.
Par ailleurs, il nous semble essentiel pour un
apprentissage de la langue que l'élève s'initie
très tôt à la lecture autonome. Nous
n'entendons pas par lecture autonome un pur
déchiffrage de signes linguistiques, mais aussi
une appréhension de signes interculturels et
communicationnels.
L'utilisation
du
présent
fichier
est
indépendante d'une quelconque méthode de
langue. Le travail avec ce fichier permet de
réaliser les objectifs pédagogiques et
linguistiques suivants.
Les objectifs pédagogiques
Apprentissage du travail autonome à
partir d'un outil précis, couvrant de nombreux
points de civilisations.
Développement de stratégies de
découvertes à partir du tâtonnement
expérimental langagier.
Développement d'une "éducation
langagière" interculturelle dans le sens de
"Sprachbewußtsein" ou "language awarness"
(*).
Développement de la compréhension
écrite dans un contexte interculturel.
Possibilité pour chaque élève de
travailler à son rythme et selon ses propres
compétences.
Prise de conscience que de nombreux
facteurs non linguistiques (tels que les codes
sociaux, interculturels) contribuent également
à l'acquisition d'une langue vivante.
Approche plus personnelle (et pas
seulement d'ordre linguistique) d'une langue
et d'une civilisation étrangères.
Décharge importante du professeur
grâce
au
travail
individuel
et
à
l'autocorrection (permettant à celui-ci de se
consacrer réellement aux élèves en difficulté).
Les objectifs à dominance
linguistique
Initiation à la compréhension de
documents authentiques de civilisation.
Reconnaissance et décodage des codes
écrits et graphiques d'ordre linguistique et
culturel.
Développement des stratégies de
lecture autonome.
-----------(*) Language awarness (prise de conscience de la langue de
l’autre) : développé d’abord en Angleterre, ce concept met
l’accent sur la comparaison interculturelle de la structure de
la langue et des phénomènes de la culture des deux pays
concernés. L’important est de découvrir les particularités de
la langue étrangère ainsi que celles de sa propre langue.
Le contenu du fichier
Mode d’emploi du fichier
Notre fichier de lecture a été conçu à partir de
documents de civilisation. Ce sont pour la
grande majorité des documents authentiques
qu'un Allemand, un Autrichien, un Suisse,
etc. peuvent rencontrer quotidiennement. Ces
fiches couvrent tous les domaines de la vie
courante : achats, nourriture, vêtements, envoi
de courrier, publicité, la maison, le restaurant,
l'hôtel, la météorologie, les plans de ville, les
horaires des trains, l'école, etc.
Certaines fiches présentent la monnaie en
Allemagne et en Autriche. Il s'agit alors de
retrouver l'équivalent en Euro. D'autres fiches
familiarisent les élèves avec l'écriture des
Allemands. Dans une lettre, l'élève doit
retrouver les éléments qui correspondent aux
affirmations. Dans la seconde il va anticiper
pour donner du sens et trouver ainsi les
syllabes manquantes. Certaines fiches
amènent les élèves à se repérer sur une carte
géographique (ville ou pays). Les différents
tickets de transport (deux fiches) les
amèneront à découvrir les moyens de
transport possibles en les sensibilisant aux
noms de pays européens. D'autres fiches
permettent une approche simple de l'histoire
récente de l'Allemagne.
Diverses utilisations possibles
Le fichier regroupe donc toutes sortes de
textes (au sens large) : récits, descriptions,
dialogues,
écrits
explicatifs
(notices,
dépliants, fiches techniques, cartes, etc.),
écrits documentaires, écrits avec arguments,
preuves, écrits poétiques, etc.
Les fiches ne sont pas classées par thèmes
pour éviter que l'élève traite un même sujet
d'une manière systématique. Il nous semble
préférable qu'il découvre la civilisation de
façon spontanée. C’est pourquoi nous avons
opté pour un classement selon le degré de
difficulté linguistique. Nous avons placé, en
premier, des fiches qui ne nécessitent aucune
connaissance linguistique, c'est-à-dire qui
sont compréhensibles par la reconnaissance
d'éléments extra-linguistiques. Néanmoins,
nous proposons un index thématique en plus
de l’index pédagogique.
2
L'enseignant est libre d'utiliser le fichier selon
ses objectifs et besoins pédagogiques. Il a la
possibilité de l'intégrer dans son travail
habituel avec le manuel de langue. A ce
moment-là, le fichier peut constituer un
supplément et permet d'approfondir des
notions linguistiques et de civilisation vues en
classes.
Ainsi, on peut faire travailler tous les élèves
sur une même fiche en la photocopiant, pour
introduire un point de civilisation ou illustrer
une leçon par exemple. On peut l’utiliser
comme tout autre document en complément
d'un manuel ou d'une méthode utilisée. La
correction s'effectue alors avec l'ensemble de
la classe.
On peut également envisager de placer le
fichier dans la bibliothèque de classe à
disposition des élèves pour les situations
autres que le cours en classe entière, par
exemple pendant le travail individuel ou en
petits groupes. Cette phase peut être
consacrée exclusivement au travail avec le
fichier ; mais le fichier peut également servir
comme "complément" pour des élèves qui ont
déjà terminé leur tâche initiale (la préparation
d'un exposé, etc.).
Dans une approche de pédagogie différenciée,
le fichier peut constituer un élément de
soutien : ceux qui ont des difficultés dans la
compréhension écrite s'entraînent avec les
fiches de lecture tandis que les autres
accomplissent d'autres travaux. Dans cette
phase, et quel que soit le type de travail, les
élèves peuvent utiliser tous les mêmes fiches.
Mais on peut aussi penser qu'ils prennent les
fiches de leur choix.
Ces utilisations possibles se situent dans la
perspective d'un enseignement différencié,
plus ouvert et qui donne à l'élève plus
d'autonomie dans l'acquisition de la langue
vivante.
Dans le cadre d'un plan
de travail
Pendant ces plages de travail individuel, les
élèves disposent dans la classe de plusieurs
fichiers, dont un de grammaire, un de lecture,
un d'écriture, etc. Ils choisissent librement une
activité. Ceux qui souhaitent faire des fiches
de lecture viennent en choisir dans le fichier,
les font seuls ou en groupe, les replacent dans
le fichier, puis s'autocorrigent avec la fiche
des solutions placée au début du fichier. Ce
procédé décharge l'enseignant de la
correction, l'élève note la solution dans son
cahier ; il le montre éventuellement à
l'enseignant s'il a des questions.
Pour cadrer ce travail, chaque élève reçoit, par
exemple, un plan de travail mensuel qui lui
permet de choisir différentes activités. Il peut
s'y consacrer pendant les plages de travail
individuel, mais aussi à la maison. Le plan de
travail
comporte
diverses
activités
obligatoires comme des fiches de grammaire,
des textes personnels, et d'autres à choisir
selon ses besoins ou ses propres intérêts,
comme les fiches de lecture, des enquêtesexposés, etc.
Chaque mois, les élèves obtiennent une note
pour leur plan. L'évaluation porte sur la
quantité de travail effectué ; on obtient par
exemple une note de 14/20 pour un plan de
travail "obligatoire" complet, et une
majoration de cette note pour tout travail
supplémentaire.
L'intérêt de l'utilisation des fiches de lecture
dans le cadre d'un tel plan de travail est la
liberté de l'élève dans le choix de l'activité, et
la forte motivation qui en découle ; l'élève
ayant, à raison, l'impression de "construire"
son propre parcours d'apprentissage.
Bien que notre fichier de lecture ait été conçu
pour des débutants, il est tout à fait utilisable
à d'autres niveaux. Nous nous appuyons, par
exemple, sur des expériences faites dans des
classes de seconde LV2 (1).
Des stratégies de lecture
à mettre en place
pour l'apprentissage
guidé d'une langue
vivante
En lecture, nous connaissons quatre stratégies
de base :
la lecture analytique - synthétique,
la lecture de construction d'hypothèses
de sens,
la lecture par anticipation,
la lecture-action.
Ces stratégies ont été développées et
théorisées en premier lieu pour l'apprentissage
de la lecture en langue maternelle (2). Il ne
s'agit pas de négliger l'aspect particulier de ce
processus : apprentissage du code culturel et
linguistique de l'écrit, premier déchiffrage,
découverte du sens des signes langagiers, etc.
Néanmoins, nous pouvons transposer jusqu'à
un certain degré ces phénomènes de première
lecture, à l'apprentissage de la lecture dans
une langue étrangère, tout en tenant compte
de ses particularités :
l'élève dispose déjà d'une première
expérience dans la maîtrise des stratégies de
lecture qu'il peut mettre à profit en langue
vivante ;
l'élève maîtrise, en partie, la
signification de ce qu'est un code écrit ;
il ne s'agit pas seulement d'acquérir un
nouveau code linguistique mais d'appréhender
en
même
temps
les
implications
interculturelles de ce nouveau code.
La lecture
analytique - synthétique :
analyser un texte,
synthétiser une idée
Dans l'entraînement à la lecture analytique synthétique, il s'agit de rendre l'élève plus
performant dans le repérage d'indices qui
l'aideront à construire du sens à partir du
3
document choisi. Ils portent sur les registres
suivants :
l'indice pré linguistique : repérer,
reconnaître un élément iconographique ;
l'indice graphémique : repérer,
reconnaître un même élément lexique ;
l'indice lexico-grammatical : repérer,
reconnaître des formes langagières ;
l'indice
syntaxique
:
repérer,
reconnaître la fonction des mots dans un
énoncé linéaire ; repérer, reconnaître les
éléments d'articulation et de liaison ;
l'indice textuel : détecter le type de
texte, de discours (récit, publicité, lettre,
dialogue, etc.) à partir des éléments
d'articulation et de liaison et leur organisation
dans l'ensemble du document.
Les stratégies de lecture sont les suivantes :
l'élève regarde les photos et lit les phrases en
constatant qu'il faut chercher le prix d'un
objet. Dans une lecture sélective des cinq
illustrations, l'élève effectue une première
discrimination pour repérer les indices
globaux, à savoir : distinguer l'indice des
vêtements des autres indices lexicaux. Il s'agit
en l'occurrence de détecter où le lexème
recherché se trouve dans chacune des cinq
illustrations. Il se situe, en effet, à une
exception près, au-dessus du prix. Dans un
deuxième temps, l'élève doit retrouver à
chaque fois un indice vestimentaire
particulier. Même si l'élève débutant ne
connaît pas le sens du mot indiqué, l'élément
iconographique le lui indique nettement.
La lecture commence avec la phase de
discrimination. L'élève effectue la première
exploration du document par une lecture
sélective. Il ne s'agit pas d'une lecture
intégrale, mais de la recherche d'une
information dans une masse d'écrits
accompagnée
ou
non
d'éléments
iconographiques. La technique à utiliser par
l'élève est le balayage de la page pour repérer
et prélever seulement les éléments dont il a
besoin pour donner un sens global à ce qu'il
aperçoit ; il relève des indices globaux.
Une deuxième lecture, "l'écrémage",
consiste en une lecture partielle dont l'objectif
est de recourir au plus vite au sens. Par
comparaison et par sélection, l'élève repère
les redondances ou les faits langagiers ou
iconographiques utiles ou inutiles pour sa
recherche de sens, il trie puis élimine ces
derniers pour affiner ainsi la prise d'indices.
Dans cette fiche, il y a une seule astuce
[Question 3] : les collants sont vendus par lot
de trois paires, la question demande le prix
d'une paire. L'élève est donc amené à affiner
sa prise d'indice en repérant un indice
supplémentaire sur l'image afin de pouvoir
donner une réponse correcte.
Cette phase plutôt analytique est suivie d'une
phase de systématisation. L'élève revoit, puis
compare les différents indices retenus et les
ordonne pour se construire un sens.
Prenons l'exemple de la fiche de lecture n° 3
Frauenkleidung (voir l'illustration n°1) qui est
d'un niveau très simple : il s'agit d'une page de
catalogue comportant plusieurs vêtements
différents et leur prix respectif. L'élève doit
retrouver les prix de certains d’entre eux.
Illustration n° 1
4
(Lesekarte Nr. 3)
Un exemple légèrement plus complexe : la
fiche n° 22 Einkaufen im Supermarkt (voir
illustration n°2), car les questions demandent
à la fois des prises d'indices lexicaux et de
chiffres. Les stratégies de lecture sont les
mêmes que celles mises en œuvre pour la
fiche précédente :
discrimination par la recherche
d'indices globaux : distinguer l'information
principale - imprimée en gras et donnant en
règle générale le nom à l'aliment - des autres
informations (sur la quantité, la qualité, etc.) ;
écrémage par comparaison et sélection
: (1) chercher le lexème "Konfitüre"
[confiture], (2) repérer le mot "Käse"
[fromage], (3) chercher le prix ;
systématisation pour construire un
sens définitif, (1) relever le prix de la
confiture, (2) compter le nombre de fois
qu'apparaît le lexème "Käse", (3) apparier le
prix cherché avec l'aliment.
En entraînant l'élève à une vitesse croissante
de lecture sélective et d'écrémage, aux prises
d'indices, nous soutenons ses stratégies
analytiques et synthétiques de lecture et nous
lui facilitons l'élaboration du sens.
"En effet, l'un des aspects les plus
importants des progrès en lecture consiste à
réduire la quantité d'informations visuelles
nécessaires à la perception du message, […]
à affiner la perception visuelle, à mettre en
oeuvre des comportements non linéaires, à
développer la faculté de percevoir des
significations s'appuyant sur des structures
syntaxiques et / ou sémantiques." (Fichier
de lecture CE 1, Editions PEMF).
La construction
d'hypothèses de sens
La lecture analytique - synthétique est un
ensemble de stratégies de base que nous
retrouvons dans toute découverte de sens.
Mais souvent, elle ne suffit pas pour
comprendre un fait langagier. D'autres
stratégies doivent être mises en oeuvre qui
s'articulent de la manière suivante :
Il s'agit d'abord d'activer le "savoir-déjà-là"
culturel
et
sémiotique
du
lecteur
(E. CHARMEUX 1991 : 15), d'activer ses
expériences antérieures, en stratégies de
lecture maîtrisées, par exemple, en langue
maternelle. Souvent, l'élève dispose de
quelques expériences personnelles, il s'est
déjà construit des repères, des représentations,
des savoirs, même s'ils sont parcellaires,
inorganisés, parfois confus et en partie
erronés. Mais ces expériences permettent
d'approcher un nouveau document non pas
d'une manière naïve mais avec un certain
questionnement. Il s'agit de "rendre conscient,
d'activer, de clarifier, de transformer [ce
savoir]
en
savoirs
structurés".
(E.
CHARMEUX 1991 : 17). Ils pourront alors
devenir le point d'appui, et de départ d'autres
savoirs.
Illustration n° 2 Lesekarte Nr. 22
La phase suivante consiste en la mise en
relation des différents types d'indices entre
5
eux et de les apprécier au regard des "savoirsdéjà-là" de l'élève. L'élève mettra également
en relation des notions semblables aux indices
trouvés. Ce travail amène alors le lecteur à
formuler des premières hypothèses de sens.
E. CHARMEUX (1991 : 15) caractérise la
suite de la manière suivante :
"Le lecteur recherche alors des informations
plus précises, en utilisant des détails de plus
en plus fins. La mise en relation de ce qu'on
voit avec ce qu'on sait provoque des réactions
et des attentes, qui alimentent à leur tour
d'autres repérages et d'autres hypothèses, si
bien que la construction des significations
apparaît comme une mise en relation de trois
termes : ce qu'on voit ; ce qu'on sait ; ce
qu'on cherche."
Cette démarche permettra alors au lecteur de
vérifier ses premières hypothèses de sens,
de les affiner et enfin de les adapter aux
diverses formes d'écrits et de contextes
rencontrés. Prenons l'exemple du plan de ville
de Vienne (fiche n° 50 Stadtplan von Wien,
voir illustration n° 3).
Illustration n° 3 Lesekarte Nr. 50
6
Il s'agit de retrouver plusieurs monuments sur
le plan en indiquant les coordonnées
cartographiques exactes. L'élève dispose
d'une certaine connaissance dans la lecture
des plans dans sa propre culture. Il devra
réactiver ce savoir pour se retrouver sur la
carte. Sa première démarche consiste en un
repérage rapide sur ce plan : le terrain bâti est
en couleur rouge, les parcs en vert, les rues en
blanc, les monuments importants sont
représentés par un dessin, etc.
Tout indice se trouve trois fois sur la feuille :
a)
comme
élément
iconographique
(photo),
b)
comme commentaire de photo
indiquant le lieu d'emplacement,
c)
comme symbole sur le plan même.
Pour la statue du compositeur Johann Strauß,
par exemple, l'élève effectuera une première
lecture discriminative des photos et de leurs
commentaires pour reconnaître l'image
correspondante et pour découvrir la
signification de l'objet à situer. Dans le
commentaire de la première photo, il mettra
ensuite en relation l'indice de la statue avec
son emplacement.
A partir de son pré-savoir linguistique, il
saura alors émettre une première hypothèse
sur le sens de "Stadtpark" et décomposant le
mot : "Stadt" se retrouvera dans l'intitulé de la
carte. Il s'agit d'un plan de la ville, comme il
le sait par la présentation de la fiche ; "Park"
est un lexique qui se trouve dans la plupart
des langues européennes. L'hypothèse qu'il
s'agit du parc de la ville, voire du jardin
public n'est donc pas difficile à élaborer. De
tels emplacements sont toujours colorés en
vert, comme il le sait de son cours d'histoiregéographie. Il n'aura qu'à chercher sur le plan
les endroits de cette couleur. Dans le carré 6-7
/ J, il trouvera alors "Stadtpark" avec la statue
appelée sur le plan "Johann Strauß D.".
Maintenant, il doit mettre en relation l'indice
"Statue von Johann Strauß" de la photo avec
celui de la carte. En effet, une fois, il s'agit de
"Statue", une autre fois de "D.", abréviation
de "Denkmal" [monument]. Comme il s'agit
de la même personne les deux fois,
l'hypothèse qu'il y a une relation entre les
deux éléments s'avère juste. Si l'élève avait
émis une autre hypothèse, il serait alors obligé
de parcourir la carte carré par carré pour
trouver d'abord le nom "Stadtpark", puis la
statue de Strauß.
Un exemple plus complexe : la fiche n° 53
Das Telefonbuch von Coburg (1990/91) (voir
illustration n° 4), l'annuaire téléphonique de la
ville de Coburg.
d'un annuaire (pages jaunes consacrées aux
différentes spécialités médicales).
Ensuite, il doit élaborer une hypothèse
sur la personne à contacter pour les lunettes.
Dans un dernier temps seulement
l'élève pourra vérifier le numéro.
Les mêmes procédés sont à mettre en oeuvre
pour connaître le numéro de téléphone du
dentiste et de l'O.R.L.
Ce type de fiche permet de développer une
lecture fine et l'appréhension précise d'un écrit
ou d'un dessin. Pour construire des
hypothèses, l'élève met en place les stratégies
suivantes :
rapprocher des unités textuelles et les
mettre éventuellement en bon ordre ;
mettre en relation des notions
semblables ;
choisir des mots-clés ;
adapter plusieurs indices au contexte.
La lecture par anticipation
Illustration n° 4
Lesekarte Nr. 53
En effet, la relation entre "Brille" [lunettes] et
"Auge" [oeil] / "Augenarzt" [médecin des
yeux : ophtalmologiste] pour se faire prescrire
des verres et prendre un rendez-vous
téléphonique chez un ophtalmologiste n'est
pas évidente. Il faut construire plusieurs
hypothèses pour trouver le bon numéro
d'appel :
l'élève doit d'abord émettre une
hypothèse à propos de la signification des
différentes rubriques en les mettant en
relation avec les indices iconographiques. Il
faut donc reconnaître qu'il s'agit de l'extrait
Dans la lecture par anticipation, il s'agit de la
capacité de prévoir l'élément textuel qui va
suivre. D. FENEUILLE et M. LAPORTE
(1991 : 118 - 119) distinguent deux stratégies
d'anticipation :
la prédiction <physique> : "c'est
anticiper directement sur le texte (donc sur les
caractères) à l'aide d'une vision périphérique
optimale qui permet de localiser l'impact de la
prochaine saccade. Il s'agit donc d'une
prédiction d'indices typographiques" ;
la prédiction <sémantique> : "c'est
savoir anticiper sur le texte réécrit en
mémoire (donc sur le texte compris). La
culture (connaissance du contenu) et la
compétence linguistique (connaissance de la
langue) aident le lecteur à deviner et faire des
hypothèses sur l'enchaînement des sèmes
(unités de signification) à venir."
7
La fiche n° 86 Ein Brief [une lettre] (voir
illustration n° 5) est un exemple très simple
d'une lecture par anticipation sur le texte
même (la prédiction <physique>). Les mots
ne sont pas détachés. L'élève devra découper
la "phrase" en unités de sens. Sachant qu'en
allemand, les noms propres commencent
toujours avec une lettre majuscule, sachant
qu'il a à faire à une lettre, il arrivera
facilement à lire ce texte. La ponctuation a été
maintenue et l'aide également au déchiffrage.
L'enseignant peut rendre cet exercice plus
difficile en supprimant les majuscules et la
ponctuation.
rapide et globale, il devra, en effet, construire
des hypothèses sur la suite logique des
éléments qui - dans un contexte donné donnent un sens à la narration.
La stratégie de lecture par anticipation peut se
situer à différents niveaux :
anticipation au niveau du mot et de la
phrase : il s'agit par exemple de reconnaître
un mot à moitié escamoté, de remplir une
lacune dans une phrase, etc. ;
anticipation au niveau du texte : il
s'agit de reconstruire, de coder ou décoder un
texte qui de différentes manières a été mis en
désordre (certains mots ne pouvant être
entièrement perçus, certains paragraphes étant
déplacés, tout le texte étant en désordre) ; de
choisir la fin plausible d'une histoire parmi
plusieurs propositions, etc. ;
anticipation au niveau de l'image : il
s'agit de déchiffrer une image ou une suite
d'images (par exemple en reconstruisant une
bande dessinée présentée en désordre) et d'y
ajouter par la suite un texte de dialogue, de
mettre en relation texte et symbole.
Illustration n° 5 Lesekarte Nr. 86
Un exemple du type prédiction <sémantique>
compose la fiche n° 97 : 2 Texte (voir
illustration n° 6) où il s'agit de reconstituer
deux histoires différentes imbriquées l'une
dans l'autre. La lecture de cette fiche demande
moins de compétence linguistique et lexicale,
car les mots relèvent du niveau élémentaire.
L'élève doit avoir surtout une certaine
compétence interculturelle pour situer les
deux histoires. Après une première lecture
8
Illustration n° 6 Lesekarte Nr. 97
La lecture-action
L'élève n'est plus seulement lecteur ; il ne met
pas seulement en place des stratégies de
lecture pour donner un sens à un document.
C'est lui-même qui devient acteur et créateur
de sens. Il transforme un texte, il écrit un
nouveau texte, il exécute ce qu'un texte lui
suggère de faire, etc. La fiche n° 75 Wir
basteln einen Weihnachtsstern en est un bel
exemple : comprendre la construction d'une
étoile de Noël, puis réaliser soi-même cette
étoile. Ici, lecture, écriture et action se
complètent mutuellement.
------------------------------------------------------(1) Pour plus d’informations, voir également : Gerald
SCHLEMMINGER (1996).
(2) Cf. entre autres : I. COHEN / A. MAUFFREY
(1983), DE KEYZER, Danielle (1994), J.
FOUCAMBERT (1994), G. REMOND (1978), G.
RODARI (1979), Migrants - formation n° 87,
décembre 1991.
Bibliographie
CHARMEUX, Eveline (1975) : La lecture à l'école,
Paris, C.E.D.I.C.
CHARMEUX, Eveline (1991) : "Pour faire échec à
l'échec… commencer par apprendre vraiment à lire !",
in : Migrants - formation n° 87, décembre 1991, pp. 10
- 21.
COHEN, Isdey / MAUFFREY, Annick (1983) : Vers
une nouvelle pédagogie de la lecture, Paris, Armand
Colin.
DE KEYZER, Danielle (1994) : Lire - Ecrire (IV),
Nantes, Editions I.C.E.M.
FENEUILLE, Daniel / LAPORTE, Marc (1991) :
"L'ordinateur et l'apprentissage de la lecture", in :
Migrants - formation n° 87, décembre 1991, pp. 109 127.
Fichiers de lecture CE1, (2000), Mouans-Sartoux,
P.E.M.F.
FOUCAMBERT, Jean (1994) : La manière d'être
lecteur, Paris, Albin Michel, Bibliothèque Richaudeau.
Illustration n° 7 Lesekarte Nr. 75
MAZEL, Isabelle / BAJARD, Marie-Claude /
ROBERT, Nadine (s. l. dir. d.) (1996) : Regard sur la
lecture et ses apprentissages, Paris, Observatoire
National de la Lecture, Ministère de l'Education
Nationale.
Migrants - formation n° 87, décembre 1991 : Entrées
en lecture : échec à l'illettrisme.
REMOND, Georges (1978) : Je deviens un vrai
lecteur, Niveau 2, Paris, Retz.
RODARI, Gianni (1997) : Grammaire de
l'imagination, Voisins-Le-Bretonneux, Rue du monde.
SCHLEMMINGER, Gerald (1996) : La pédagogie
Freinet et l'enseignement des langues vivantes :
approche historique, systématique et théorique, Bern,
Peter Lang.
SMITH, F. (1980) : Comment les enfants apprennent à
lire, Paris, Retz.
SMITH, F. (1984) : Devenir lecteur, Paris, ColinBourrelier.
VAN GRUDERBEEK, N. (1986) : "Evaluation des
stratégies d'identification de mots du lecteur débutant
ou en difficulté", in : Revue française de pédagogie,
1986, n° 74.
9
Index thématique
(plusieurs entrées possibles par fiche)
Thème
N° et contenu de la fiche
27, 51
: Emploi du temps
Habiter / Vie quotidienne
39
: Grille des prix (train)
43
: Vacances scolaires
49
: Bulletin scolaire
1, 1, 14
:
Voiture
101, 76 : Horaires des trains
8
:
Chambre d’enfant
11
:
Electroménager
Monnaies
13
:
Caméra, téléphone, vidéo...
20
:
HI-FI - Vidéo
6
: Monnaie allemande
24
:
Se nommer, habiter
17
: Monnaie autrichienne
25
:
Salle de bains
: Monnaies suisse,
8
:
Objets divers (publicité) 48, 8 48, 84
autrichienne, allemande
28
:
Activités quotidiennes
36
:
La vaisselle
38
:
Magasins
41
:
Cartes bancaires
Géographie
45
:
Objets de papeterie
52
:
Activités de la vie
4
: Timbres des pays de langue
quotidienne
allemande
53
:
Annuaire tél. / médecins
10
: Carte des villes allemandes
55
:
Livres
18
: Carte des fleuves allemands
74, 77, 82 :
La maison
26, 64
: Timbres des villes allemandes
83
:
Tri des déchets
30
: Plan de ville
99
:
Architecture allemande
34
: Carte de villes autrichiennes
102
:
Panneaux
43
: Vacances scolaires
47
: Météo (Autriche)
50
: Plan de ville (Vienne)
Boire et manger
54
: Cartes de villes et fleuves
suisses
9, 22, 31, 38 : Faire les courses
59
: Cartes des régions allemandes
21
: A boire, à manger
60
: Météo en Europe
15, 31, 73,
72
: Timbres des villes
92, 98
: Faire un gâteau
autrichiennes et suisses
36
: La vaisselle
85
: Timbres mondiaux
46, 78, 81, 90 : Carte de menu
88
: Liechtenstein
100
: Pâtisserie
99
: Architecture allemande
S'habiller
3, 16
7
66
Tableau
10
:
:
:
Vêtements féminins
Vêtements masculins
Acheter un vêtement
Cartes et plans
10, 18, 59
54, 72
34, 72
88
47, 60
30, 50
:
:
:
:
:
:
Fêtes
Carte géographique : D
Carte géographique : CH
Carte géographique : A
Carte géographique : FL
Carte de météo
Plan de ville
15
35
44
75, 94
79
95
: Pâques
: Carnaval
: Lettre pour Noël
: Noël
: 1er mai
: 31 décembre
Courrier
École
29
37
42
44
52
57
62, 69, 86
4, 26, 64,
72, 80, 85
:
:
:
:
:
:
:
Lettre à grand-mère
Lettre à Séverine
Réception de colis
Lettre pour Noël
Envoyer une lettre
Dirk écrit une lettre
Lettres
: Timbres
91
: Bulletin scolaire
: Vacances scolaires
: Emploi du temps
: A l’école
Produire
15
:
73, 92, 98 :
75
:
Voyager
33, 71
39
50
56, 65, 87,
104
61, 76, 101
67
70
88
49
43
27, 51
97
Pâte à sel pour Pâques
Faire un gâteau
Faire une étoile de Noël
: Tickets de transport urbain
: Prix de billets de train
: Monuments à Vienne
:
:
:
:
:
A l’hôtel
Horaires de train
Vacances en Suisse
La voile
Sites touristiques au
Liechtenstein
: Tourisme en Allemagne
Écriture “secrète”
2
: Musée de la poste : signes...
23, 68, 86,
91, 96, 103 : Ecriture secrète
Divers
5, 19
12, 19
40
93
58
63
70, 67
89
79
97
:
:
:
:
:
:
:
:
:
:
Animaux
Bruits, onomatopées
Prénoms allemands
Prénoms suisses
Contes allemands
Histoire de Berlin
Sport
Horoscope
Métiers
Famille
Index pédagogique
Des fiches
pour
Documents
iconographiques :
Ecrits
photos, images,
Récits,
documentaires,
dessins (avec ou descriptions, Lettres
écrits avec
sans texte)
dialogues
arguments,
preuves
Vérifier si une
idée est exacte
[faux- juste /
QCM]
77
Repérer un
intrus ou une
idée inutile
73
29, 44
24
37, 62,
69
Reconstituer
un texte
66, 94, 97
86
1, 3, 4, 7, 9, 14, 89, 93
Repérer, trier
et utiliser des 16, 22, 25, 28, 31,
85
informations
[trouver la
réponse précise,
texte
lacunaire...]
2
91
5, 8, 11,12, 13, 40
19,20, 21, 36, 38,
58, 63, 74, 79, 83,
99
Agir : dessiner, 6, 17, 48, 84
produire,
calculer…
53, 70, 104
Documents codés :
cartes
géographiques,
tickets,
grilles (horaires,
tarifs, etc.)
divers codes
47, 60, 76
95
Deviner le sens 32, 45
d'un mot
inconnu,
déduire une
information
Mettre
ensemble
des documents
semblables,
associer
[appariement]
35, 57
Documents
explicatifs :
factures,
notices,
dépliants,
fiches
techniques
42
23, 68, 96
78, 81, 92, 98
80, 88
41, 59, 71, 102,
103
46, 49, 52, 55, 2, 10, 18, 26, 27,
56, 65, 67, 82, 30, 33, 34, 39, 43,
50, 51, 54, 61, 64,
87, 90, 100
72, 101
15, 75
Sommaire
Les objectifs pédagogiques et linguistiques
p. 3
Le contenu du fichier
p. 4
Le mode d'emploi du fichier
p. 4
- diverses utilisations possibles
p. 4
- dans le cadre d'un plan de travail
p. 5
Des stratégies de lecture à mettre en place
pour l'apprentissage guidé d'une langue vivante
p. 5
- la lecture analytique-synthétique :
analyser un texte, synthétiser une idée
p. 5
- la construction d'hypothèse de sens
p. 7
- la lecture par anticipation
p. 9
- la lecture-action
p. 11
Bibliographie
p. 11
Index thématique
p. 12
Index pédagogique
p. 14
3
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising