Du 21 au 28 avril, Passion Cinéma met le cap sur le Sud avec un

Du 21 au 28 avril, Passion Cinéma met le cap sur le Sud avec un
Journal cinématographique
Programme n° 196, avril 2015
Le Festival du Sud
Association Passion Cinéma | CP 1676, CH-2001 NEUCHATEL | +41 32 723 77 00 | box@passioncinema.ch | www.passioncinema.ch
La Chaux-de-Fonds
Cinéma Scala
Mardi 21 avril
20h15, soirée d’ouverture
taxi téhéran
de Jafar Panahi, Iran
Cinéma ABC
Mercredi 22 avril
16h
souvenirs de marnie (VF)
de Hiromasa Yonebayashi, Japon
18h15
nabat
de Elchin Musaoglu, Azerbaïdjan
20h45
refugiado
de Diego Lerman, Argentine
Jeudi 23 avril
12h15
nabat
de Elchin Musaoglu, Azerbaïdjan
16h
love island
de Jasmila Žbanić, Croatie
18h15, en présence du réalisateur
spartiates
de Nicolas Wadimoff, France
20h45
theeb
de Naji Abu Nowar, Jordanie
Vendredi 24 avril
12h15
my name is salt
de Farida Pacha, Inde
16h
refugiado
de Diego Lerman, Argentine
18h15, en présence du réalisateur
eau argentée
de Ossama Mohammed
& Wiam Simav Bedirxan, Syrie
20h45
a girl at my door
de July Jung, Corée du Sud
Samedi 25 avril
13h15
theeb
de Naji Abu Nowar, Jordanie
16h
souvenirs de marnie (vf)
de Hiromasa Yonebayashi, Japon
18h15
the tribe
de Miroslav Slaboshpytskiy, Ukraine
20h45, en présence du réalisateur
iranien
de Mehran Tamadon, Iran
Dimanche 26 avril
10h30, Ciné-brunch
voyage en chine
de Zoltán Mayer, Chine
13h15
love island
de Jasmila Žbanić, Croatie
15h, en présence de la réalisatrice
my name is salt
de Farida Pacha, Inde
18h15
refugiado
de Diego Lerman, Argentine
20h45
ha-shoter
de Nadav Lapid, Israël
Lundi 27 avril
16h
theeb
de Naji Abu Nowar, Jordanie
Neuchâtel
Cinéma Rex
Mercredi 22 avril
15h
nabat
de Elchin Musaoglu, Azerbaïdjan
18h
love island
de Jasmila Žbanić, Croatie
20h30, soirée d’ouverture
taxi téhéran
de Jafar Panahi, Iran
Jeudi 23 avril
12h15
theeb
de Naji Abu Nowar, Jordanie
15h
my name is salt
de Farida Pacha, Inde
18h
refugiado
de Diego Lerman, Argentine
20h30, en présence du réalisateur
spartiates
de Nicolas Wadimoff, France
Vendredi 24 avril
12h15
voyage en chine
de Zoltán Mayer, Chine
15h
souvenirs de marnie (vf)
de Hiromasa Yonebayashi, Japon
18h
theeb
de Naji Abu Nowar, Jordanie
Dimanche 26 avril
10h30, Ciné-déj’,
en présence de la réalisatrice
my name is salt
de Farida Pacha, Inde
13h
nabat
de Elchin Musaoglu, Azerbaïdjan
souvenirs de marnie (vf)
de Hiromasa Yonebayashi, Japon
18h
ha-shoter
de Nadav Lapid, Israël
20h30
the tribe
de Miroslav Slaboshpytskiy, Ukraine
Lundi 27 avril
12h15
my name is salt
de Farida Pacha, Inde
15h
taxi téhéran
de Jafar Panahi, Iran
18h, en présence des réalisatrices
20h30, en présence du réalisateur
l’oasis des mendiants
de Janine Waeber & Carole Pirker, Suisse
eau argentée
de Ossama Mohammed
& Wiam Simav Bedirxan, Syrie
20h30
voyage en chine
de Zoltán Mayer, Chine
Samedi 25 avril
Mardi 28 avril
13h
12h15
Mardi 28 avril
love island
de Jasmila Žbanić, Croatie
souvenirs de marnie
de Hiromasa Yonebayashi, Japon
16h
15h
15h
nabat
de Elchin Musaoglu, Azerbaïdjan
refugiado
de Diego Lerman, Argentine
theeb
de Naji Abu Nowar, Jordanie
18h15
18h, en présence du réalisateur
18h
love island
de Jasmila Žbanić, Croatie
iranien
de Mehran Tamadon, Iran
nabat
de Elchin Musaoglu, Azerbaïdjan
20h45
20h30
20h30
taxi téhéran
de Jafar Panahi, Iran
a girl at my door
de July Jung, Corée du Sud
refugiado
de Diego Lerman, Argentine
18h15
my name is salt
de Farida Pacha, Inde
20h45, en présence des réalisatrices
l’oasis des mendiants
de Janine Waeber & Carole Pirker, Suisse
Sauf indication contraire (VF), tous les films sont en version originale sous-titrée français.
«Taxi Téhéran» de Jafar Panahi
15h
Du 21 au 28 avril, Passion Cinéma met
le cap sur le Sud avec un programme
de films d’une diversité exceptionnelle.
Entièrement composé de premières et
d’avant-premières, Le Festival du Sud
2015 dévoile la planète cinéma dans
toutes ses contradictions. Syrie, Corée
du Sud, Israël, Iran, Croatie, Inde,
Azerbaïdjan, Argentine, Japon, Iran,
Jordanie, Ukraine, Chine... Cette nouvelle
édition parcourt le monde à travers
15 films qui échappent au formatage
cinématographique, à commencer par
«Eau argentée», «Iranien», «My Name
Is Salt», «L’Oasis des mendiants» et
«Spartiates», proposés en présence de
leurs auteurs.
«Eau argentée» de Ossama Mohammed & Wiam Simav Bedirxan
En présence du réalisateur et de la compositrice Noma Omran
SYRIE
Cannes 2014, séance spéciale | Londres 2014, Prix Grierson
EAU ARGENTÉE
de Ossama Mohammed & Wiam Simav Bedirxan
Indispensable à qui veut garder les yeux ouverts
sur le réel, la découverte d’«Eau argentée»
ne laisse personne indemne. D’une portée
incommensurable, cet essai documentaire tente
de saisir au plus près les ravages du conflit syrien.
Dans une première partie complètement démente,
le cinéaste syrien en exil Ossama Mohammed
s’efforce de donner un sens au délire des images
qu’il tire de YouTube, témoignant de la folie des
hommes qui se font les chroniqueurs de leurs
propres guerres. La seconde partie se mue en
journal intime, celui d’une jeune femme kurde
qui habite la ville martyre de Homs. Wiam Simav
Bedirxan s’est saisie d’une caméra et filme à
en mourir, pour que subsiste une trace. Wiam
adresse ces missives désespérées à Ossama qui
découvre qu’elles constituent du cinéma pur et
décide de les intégrer à son film. Un «Guernica»
cinématographique, pas moins!
qui vaille est celle du plus fort. Surentraînés,
ivres de leur virilité, solidaires jusqu’à couvrir
les exactions des camarades, ses membres ne
laissent pas d’inquiéter, malgré l’humour discret
avec lequel le cinéaste décrit leur quotidien.
Sans faire de lien apparent, Lapid décrit dans la
seconde partie une prise d’otages perpétrée par de
jeunes révolutionnaires maladroits, à l’idéal plutôt
flou… De cet appariement résulte l’un des films
politiques les plus affûtés du moment, avec un
final surprenant qui redonne (un peu) d’espoir en
notre humanité!
LE POLICIER, Israël, 2011, couleur, 1h45
En présence du réalisateur
iran
Cinéma du Réel 2014, Grand Prix du Jury
IRANIEN
de Mehran Tamadon
Après «Bassidji», qui tentait de comprendre
de l’intérieur les motivations des milices de la
République islamique, le cinéaste documentaire
Mehran Tamadon continue d’aller à la rencontre
de ses ennemis, comme il le dit lui-même à propos
de son nouveau film. Adepte de la proximité
MA’A AL-FIDDA, France/Syrie, 2014, couleur, 1h43
avec l’adversaire, cet athée fils de communiste
vivant en France s’est cette fois enfermé avec
CORÉE DU SUD
quatre mollahs dans son salon, près de Téhéran,
FIFF 2015, en compétition | Cannes 2014, Un Certain Regard
pour parler du «vivre ensemble». Avec patience,
Blue Dragon Awards 2014, Meilleure actrice
Tamadon lutte avec les mots, seul contre quatre
a GIRL AT MY DOOR
religieux qui pensent triompher facilement de
de July Jung
l’impudent. Qui sort vainqueur de cette joute vive
Jeune commissaire à Séoul, Young-nam est mutée et spirituelle, à la fois empreinte d’humour et de
dans un village de la côte et se retrouve confrontée crainte, tant elle s’apparente à un jeu du chat et de
aux préjugés de certains habitants. Elle croise alors la souris? Il revient au spectateur de le déterminer,
mais une chose est sûre, «Iranien» ne sera jamais
la route de Dohee, une collégienne martyrisée par
montré en Iran, ou alors sous le manteau.
son entourage, qu’elle prend sous son aile… Porté
par un duo d’actrices magnifiques et produit sous
Suisse/France, 2014, couleur, 1h45
la houlette de Lee Chang-Dong, auteur de «Poetry»,
le premier film de July Jung oscille avec une rare
croatie
délicatesse entre le mélodrame et le thriller. Grâce Locarno 2014, Piazza Grande | Sarajevo 2014
à une photographie baignée de lumière, ainsi
LOVE ISLAND
qu’une mise en scène laissant affleurer peu à peu
la profondeur et la solitude de ses personnages,
de Jasmila Žbanić
la réalisatrice dépasse le drame intimiste pour
Cinéaste bosnienne, Jasmila Žbanić a déjà prouvé
atteindre une dimension naturaliste poignante,
toute son excellence avec des films graves et
dont les tensions dénoncent de façon incisive les
profonds comme «Sarajevo, mon amour» ou «Le
tabous d’une société sud-coréenne patriarcale. Un Choix de Luna». Avec «Love Island», son quatrième
film à la fois noir et lumineux, à voir absolument!
long-métrage, elle change complètement de
registre et aborde pour la première fois la comédie.
DOHEE-YA, Corée du Sud, 2014, couleur, 1h59
En vacances sur une petite île idyllique de Croatie,
Liliane (Ariane Labed, grande actrice française
israël
en devenir) revoit soudain Flora (la Roumaine et
Buenos Aires 2012, Meilleur film | Locarno 2011, Prix du Jury
sculpturale Ada Condeescu), un amour de jeunesse
HA-SHOTER
qu’elle voudrait oublier, car elle est aujourd’hui
de Nadav Lapid
enceinte. Las, son mari Grebo (Ermin Bravo)
semble très attiré par cette ténébreuse monitrice
Parmi les réalisateurs israéliens à suivre, Nadav
de plongée… Se jouant avec légèreté de tous les
Lapid est sans conteste l’un des plus provocants.
poncifs du triangle amoureux, la réalisatrice révèle
Après trois courts remarqués, ce natif de Telune maîtrise du burlesque insoupçonnée!
Aviv a tourné avec «Le Policier» (titre français), un
premier long-métrage de fiction sidérant. Dans une Croatie/Allemagne/Suisse/Bosnie-Herzégovine, 2014,
première partie, il livre le portrait d’une brigade
couleur, 1h26
d’élite de la police israélienne dont la seule loi
«Ha-shoter» de Nadav Lapid
«My Name Is Salt» de Farida Pacha
«Iranien» de Mehran Tamadon
«L’Oasis des mendiants» de Janine Waeber & Carole Pirker
En présence de la réalisatrice et du caméraman Lutz Konermann
inde
Madrid documentaire 2014, Meilleur film
Hong Kong 2014, Meilleur documentaire
MY NAME IS SALT
de Farida Pacha
Le Rann de Kutch est un marais salé du NordOuest de l’Inde. Aride la plus grande partie de
l’année, il se retrouve submergé au moment de la
mousson. Durant la saison sèche, des dizaines de
milliers de familles s’y rendent afin d’en extraire le
sel et le revendre contre un maigre pécule… Avec
la complicité de son caméraman Lutz Konermann,
Farida Pacha y a suivi la famille de Sanabhai.
Sans voix off, à la faveur d’images d’une beauté
extraordinaire, «My Name Is Salt» nous plonge
dans une nouvelle vie qui s’installe. Au-dessus
d’un océan de boue, chacun s’active à préparer
les salines en répétant jour et nuit des gestes
ancestraux, car il faut impérativement récolter
le sel avant la fin de la saison. Un documentaire
magique sur un désert mystérieux qui pousse les
Indiens à cultiver, génération après génération, «le
sel le plus blanc de la Terre».
Inde/Suisse, 2013, couleur, 1h32
AZERBAÏDJAN
Venise Orrizonti 2014
NABAT
de Elchin Musaoglu
Né à Bakou en 1966, auteur de plus d’une
cinquantaine de documentaires, le réalisateur
azerbaïdjanais Elchin Musaoglu livre avec «Nabat»
un deuxième long-métrage de fiction puissamment
féministe. Le film est inspiré du récit de l’un de ses
amis: en 1991, au cours de la guerre qu’engendra
la dissolution de l’URSS, un village entier fut
évacué. Pourtant, une femme âgée refusa de
quitter son domicile, pour ne pas abandonner ses
proches enterrés au cimetière. Partant de ce fait
divers, le cinéaste raconte l’histoire de Nabat et
de son mari Iskender. Parents d’un jeune homme
tué au combat, ils voient leur village déserté de
ses habitants et survivent grâce à la vente du lait
de leur unique vache, sous le regard bienveillant
d’une louve… Un film contemplatif, porté par une
photographie sublime et pourvu d’une dimension
mythologique, en hommage à toutes les mères
courage!
Azerbaïdjan, 2014, couleur, 1h45
En présence des réalisatrices
suisse
FIPA 2015
L’OASIS DES MENDIANTS
de Janine Waeber & Carole Pirker
Ville de Lausanne, à l’aube. Après avoir passé la
nuit sous un pont, une famille de Roms est forcée
de quitter les lieux sous le regard compréhensif de
Gilbert Glassey, l’agent de police et médiateur qui
parle le roumain. Déménageant leurs paquetages,
cuisines et matelas, ils trouvent provisoirement
refuge dans une serre abandonnée et délabrée,
qu’ils retapent comme ils peuvent. Tandis qu’une
initiative anti-mendicité est lancée et que la
récolte de signature bat son plein sur la place
publique, les interventions politiques se multiplient
et les voisins mécontents se plaignent auprès
de la police et de la municipalité… Suivant leurs
protagonistes de près durant plus de deux ans et
demi, les réalisatrices Janine Waeber et Carole
Pirker révèlent le quotidien des Roms et les points
de vue divergents portés sur leur gagne-pain de
mendiants. Entre compassion, rejet et émotion,
«L’Oasis des mendiants» constitue le versant
lausannois d’une problématique européenne
brûlante d’actualité!
Suisse, 2014, couleur, 1h26
«Theeb» de Naji Abu Nowar
«Nabat» de Elchin Musaoglu
les règles du jeu social. Avec une abnégation
remarquable, sans aucune aide des pouvoirs
publics, il transmet à ses ouailles égarées des
valeurs éducatives auxquelles il croit, et qui
leur permettront peut-être de survivre dans leur
quartier. Empli de paradoxes dérangeants, ce
film à la fois âpre et très attentionné suscite un
questionnement des plus féconds.
Suisse/France, 2014, couleur, 1h20
iran
Berlin 2015, Ours d’or
de Jafar Panahi
argentine
Cannes 2014, Quinzaine des réalisateurs
Chicago 2014, Prix du Jury | La Havane 2014, Meilleure photographie
REFUGIADO
de Diego Lerman
En 2002, Diego Lerman se faisait connaître avec
«Tan de repente», road-movie à la gravité légère
réalisé sous les auspices de Wenders et Jarmusch.
Douze ans plus tard, ce cinéaste argentin né un
24 mars 1976, jour du coup d’Etat du général
Videla, renoue avec ce genre, mais dans un
registre autrement dramatique, entre panique et
résilience… A l’école, le petit Matias attend sa
mère qui n’arrive pas. Ramené à la maison par une
enseignante, il la découvre gisant sur le sol, une
énième fois battue par son mari. Avec une grâce
étonnante, le cinéaste va accompagner cet enfant
délicat dans sa fuite avec sa mère, un gosse en
proie à l’effroi, qui peine pourtant à saisir le danger
mortel que représente son père. Toujours très
proche de ses personnages, Lerman atteint dans
ce thriller filial à une puissance émotionnelle rare!
Argentine/Colombie/France, 2014, couleur, 1h33
japon
SOUVENIRS DE MARNIE
de Hiromasa Yonebayashi
Réalisateur du déjà très réussi «Arrietty, le petit
monde des chapardeurs», Hiromasa Yonebayashi
nous offre une nouvelle rêverie fantastique,
produite par les mythiques Studios Ghibli fondés
par le maître Hayao Miyazaki («Le vent se lève»)
et son acolyte Isao Takahata («Le Conte de la
princesse Kaguya»)... Petite orpheline introvertie
aux allures de garçon manqué, Anna est envoyée
au bord de la mer pour soigner son asthme. En
traînant son mal-être et son carnet à dessins dans
les marais environnants, elle fait la connaissance
de Marnie, une fillette aux cheveux d’or qui lui
semble étrangement familière... Abordant avec
une incroyable justesse la solitude que peuvent
ressentir certains enfants, «Souvenirs de Marnie»
lève peu à peu le voile sur ses mystères pour jeter
un regard à la fois poétique et plein d’imagination
sur les thèmes du deuil et de la différence.
OMOIDE NO MÂNÎ, Japon, 2014, couleur, 1h43
en arabe) fait l’apprentissage du désert aux côtés
de son grand frère. Un jour, celui-ci est chargé
de convoyer un officier britannique. Quittant sa
tribu en cachette, Theeb s’invite à l’expédition
et s’embarque dans une aventure dangereuse à
travers un désert où s’affrontent mercenaires et
rebelles... Avec une simplicité souveraine, doublée
d’une belle efficacité, Abu Nowar conduit ce
«western» initiatique à la faveur d’un traitement
réaliste magnifié par des paysages à couper le
souffle, tout en abordant avec mélancolie les pans
antagoniques de la tradition et de la modernité.
Jordanie/Qatar/Emirats arabes unis, 2014, couleur, 1h40
TAXI TÉHÉRAN
«Refugiado» de Diego Lerman
«The Tribe» de Myroslav Slaboshpytskiy
Condamné en 2010 à six ans de prison et à vingt
ans d’interdiction de tourner, libéré sous caution
en attendant d’être jeté en geôle, Jafar Panahi
n’a pas désarmé. Après «Ceci n’est pas un film»,
tourné en catimini avec un téléphone portable, cet
immense réalisateur («Le Ballon blanc», «Le Cercle»,
«Sang et Or»...) livre dans «Taxi Téhéran» une mise
en abyme incisive de sa condition et de celle des
Iraniens. A l’aide de deux caméras installées à
l’avant d’un taxi, qu’il manipule lui-même au fur et
à mesure, le chauffeur-réalisateur met en scène
des personnages bigarrés pris en route. Donnant
l’impression d’un film tourné et monté en direct,
Panahi parvient à inscrire dans sa voiture un horschamp vertigineux, qui démonte avec humour et
de façon implacable le totalitarisme, la censure,
la corruption et les préjugés imbéciles. Un chefd’œuvre!
TAXI, Iran, 2015, couleur 1h22
JORDANIE
Le Caire 2014, Prix du Jury
Venise Orrizonti 2014, Prix de la mise en scène
THEEB
ukraine
Cannes 2014, Grand Prix de la Semaine de la Critique
Prix du cinéma européen, Prix FIPRESCI
THE TRIBE
de Myroslav Slaboshpytskiy
Pour son premier long-métrage, Myroslav
Slaboshpytskiy a développé l’argument de l’un
de ses courts-métrages précédents. Bien lui en a
pris, tant «The Tribe» («la tribu») a constitué l’un des
chocs du dernier Festival de Cannes… Adolescent
sourd et muet, Sergueï entre dans un internat
spécialisé de la banlieue de Kiev. Mis à l’épreuve
par ses camarades, l’adolescent s’impose comme
un leader, exerçant une violente emprise sur les
corps et les consciences… A dessein, le cinéaste
ukrainien a décidé de ne pas sous-titrer la langue
des signes dont usent ses acteurs, tous sourds
et muets, immergeant le spectateur dans un
microcosme sensoriel inédit, où les sons, parce
qu’ils ne sont pas perçus par les personnages,
créent une tension incroyable. En résulte un ballet
fascinant, métaphore extrême d’une Ukraine
déchirée, à mille lieues de la pseudo-bienveillance
de «La Famille Bélier»!
PLEMYA, Ukraine/Pays-Bas, 2014, couleur, 2h12
de Naji Abu Nowar
Primé à la Mostra de Venise, le cinéaste jordanien
Naji Abu Nowar a réussi un premier long-métrage
plein de suspense consacré aux Bédouins dans
les montagnes du Hedjaz. En 1916, alors que
l’Empire ottoman est en proie à la Première Guerre
mondiale, un jeune Bédouin nommé Theeb («loup»
«Souvenirs de Marnie» de Hiromasa Yonebayashi
chine
VOYAGE EN CHINE
de Zoltán Mayer
Photographe de renom, musicien, essayiste, coach
d’acteur et monteur du documentaire «Le Sens
de l’âge», l’artiste franco-hongrois Zoltán Mayer
a réussi un premier long-métrage de fiction plein
d’émotions. Apprenant la mort brutale de son fils
expatrié en Chine, Liliane (Yolande Moreau), une
infirmière française de province, se rend dans la
région du Sichuan, afin de rapatrier son corps.
Au contact de Danjie, la petite amie de son fils,
et d’un entourage d’une générosité sans faille,
Liliane fait son deuil en s’immergeant dans une
culture chinoise riche et salvatrice… Grâce à des
actrices dirigées avec une grande justesse et à
son œil de photographe, le jeune cinéaste restitue
les bouleversements intérieurs liés à la mort d’un
enfant, et à celle d’un amant, sans jamais tomber
dans le pathos. En résulte un film magnifique dont
on ressort le cœur léger.
France/Chine, 2015, couleur, 1h36
En présence du réalisateur
france
Prix de Soleure 2015 | Montréal 2014, Rencontres documentaires
SPARTIATES
de Nicolas Wadimoff
Primé à très juste titre à Soleure, le documentaire
du réalisateur genevois Nicolas Wadimoff
(«Opération Libertad») montre comment un jeune
moniteur de MMA (pour «Mixed Art Martial») initie
les enfants d’un quartier difficile de Marseille à ce
sport de survie à la violence parfois insoutenable,
qu’il transforme de façon étonnante en école du
respect et de la tolérance. Champion de France
de la spécialité, partisan d’une pédagogie souvent
musclée, Yves Sorel a déterminé lui-même
«Spartiates» de Nicolas Wadimoff
«Voyage en Chine» de Zoltán Mayer
«A Girl at My Door» de July Jung
LES INVITÉS DU FESTIVAL du sud
Lors de cette édition 2015, Le Festival du Sud
invite pas moins de huit cinéastes à présenter
leurs films à La Chaux-de-Fonds et à Neuchâtel.
Jeudi, le réalisateur genevois Nicolas Wadimoff,
l’auteur de «Mondialito» et «Opération Libertad»,
ouvre les débats avec «Spartiates», son nouveau
documentaire tourné dans la banlieue de Marseille,
pour lequel il a reçu le Prix de Soleure.
Vendredi, Le Festival du Sud a la chance d’accueillir
le cinéaste syrien exilé à Paris Ossama Mohammed
et sa compositrice Noma Omran, à l’occasion des
projections inédites de «Eau argentée», un film
miraculeux sorti du chaos en Syrie. Samedi, c’est
au tour du réalisateur iranien Mehran Tamadon de
proposer au public une tentative de dialogue avec
les mollahs de la République islamique dans son
nouveau film intitulé «Iranien».
Dimanche, la réalisatrice indienne Farida Pacha
native de Mumbai et son caméraman Lutz
Konermann présentent «My Name Is Salt», un
documentaire d’une grande beauté sur la récolte
du sel dans le Nord-Ouest de l’Inde. Et lundi, les
réalisatrices suisses Janine Waeber et Carole
Pirker nous emmènent à la rencontre des Roms à
Lausanne dans «L’Oasis des mendiants».
LE JURY DES JEUNES
Les Lycées Blaise-Cendrars à La Chaux-de-Fonds
et Jean Piaget à Neuchâtel (Ecole supérieure de
commerce et Ecole supérieure Numa-Droz) invitent
leurs étudiants à participer à une activité critique
en formant le Jury des Jeunes. Après avoir regardé
les films du Festival du Sud, les jurés en herbe
publient leurs critiques sur www.passioncinema.ch
et élisent le meilleur film de cette édition 2015.
LE FESTIVAL du sud, MODE D’EMPLOI
Du 21 au 28 avril, Le Festival du Sud prend ses
quartiers à l’ABC à la Chaux-de-Fonds (au Cinéma
Scala pour la soirée d’ouverture) et au Cinéma Rex
à Neuchâtel. Une carte d’abonnement à 70 francs
pour 5 films est en vente au Cinéma Rex, l’occasion
de vivre le festival avec une passion immodérée!
Projeté en version originale sous-titrée ou
parlé français, chaque film est précédé d’une
présentation. Des contributions régulières à propos
des films sont également à découvrir dans les
colonnes des quotidiens L’Express et L’Impartial,
partenaires médias du festival. Entre chaque
séance, les Magasins du Monde agrémentent
le plaisir de la découverte en proposant des
spécialités culinaires et des boissons en lien avec
les films programmés. Le Centre Ecologique Albert
Schweizer (CEAS) présente ses activités dans le
foyer du Cinéma Rex.
Lors des soirées d’ouverture, Le Festival du Sud
peut aussi compter sur la participation de RECIF, le
Centre de Rencontres et d’Echanges Interculturels
pour Femmes immigrées et suisses, dont les
activités visent à soutenir et faciliter l’intégration
des femmes migrantes et de leurs enfants, ainsi
qu’à favoriser les rencontres et les échanges entre
femmes d’horizons divers.
Le dimanche matin, Le Festival du Sud convie le
public à un délicieux «ciné-brunch» à l’ABC, tandis
qu’un non moins rapicolant «ciné-déj’» est servi au
Cinéma Rex. Autre bonne nouvelle, des séances
supplémentaires ont lieu le jeudi et le vendredi
à 12h15 aux Cinémas Rex et ABC, et le lundi et
mardi à 12h15 au Rex, l’occasion de prendre une
pause de midi cinématographique!
www.passioncinema.ch
Lycée Blaise-Cendrars
La Chaux-de-Fonds
VISIONS DU RÉEL 2015
9 jours de cinéma, de découvertes et d’émotions:
voici le programme offert du 17 au 25 avril 2015
par Visions du Réel, Festival international de
cinéma Nyon. Accueillant les plus grands noms
du cinéma documentaire et une majorité de
films en premières mondiales, ce rendez-vous
incontournable du cinéma du réel offre l’occasion
de nombreux débats, forums et rencontres avec
des réalisateurs invités.
Cette année, trois masterclass tenues par des
réalisateurs incontournables sont proposées au
public: l’opportunité de découvrir le travail de
Barbet Schroeder (Prix Maître du Réel 2015), du
français Vincent Dieutre et de l’arménien Harutyun
Khachatryan. La Géorgie est également à l’honneur
dans le cadre de la section Focus. A travers une
sélection à la fois exigeante et curieuse, Visions
du Réel promeut une forme de cinéma qui va à
la découverte du monde sans dissimulation ni
artifice.
Invitations à disposition
Des cartes journalières de libre entrée à Visions
du Réel sont à votre disposition! Pour espérer
les recevoir via l’infolettre de Passion Cinéma,
inscrivez-vous sur www.passioncinema.ch, sans
plus tarder!
www.visionsdureel.ch
Merci à: Adok Films,
CJ Entertainment,
Cinémathèque suisse,
First Hand Films, trigonfilm, JMH, Frenetic,
Filmcoopi, Kino Xenix et
Agora.
Rédaction: Vincent Adatte, Raphaël Chevalley et Raphaëlle Pralong | Edition: Pierre Dubois | Administration e t coordination: Michèle et Francine Pickel | Layout: headbanger.ch | Impression: IOP, Cormondrèche | © Passion Cinéma
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising