Manuel d`utilisation - Content of bach.arts.kuleuven.ac.be

Manuel d`utilisation - Content of bach.arts.kuleuven.ac.be
1
Le dictionnaire de valence DICOVALENCE :
manuel d’utilisation
Karel van den Eynde & Piet Mertens
Université de Leuven
version 2.0
1 Introduction ..................................................................................................................... 2
2 La structure générale des entrées..................................................................................... 4
3 Les types de verbes ......................................................................................................... 6
3.1 Liste des types et propriétés retenus......................................................................... 6
3.2 Prédicateurs, copules et auxiliaires .......................................................................... 8
3.3 Le résultatif .............................................................................................................. 8
3.4 Le verbe adjoint........................................................................................................ 9
3.5 Les pseudo-paradigmes .......................................................................................... 12
3.6 Le champ VAL....................................................................................................... 14
4 La caractérisation des paradigmes valenciels................................................................ 15
4.1 Valence et rection................................................................................................... 15
4.2 Considérations générales........................................................................................ 15
5 Les paradigmes valenciels............................................................................................. 19
5.1 Le paradigme P0..................................................................................................... 19
5.2 Le paradigme P1..................................................................................................... 19
5.3 Le paradigme P2..................................................................................................... 21
5.4 Le paradigme P3..................................................................................................... 22
5.5 Le paradigme de quantité PQ ................................................................................. 22
5.6 Les paradigmes de manière PM et PMi ................................................................. 23
5.7 L’adjoint évaluatif AE............................................................................................ 24
5.8 Les paradigmes prépositionnels PP........................................................................ 24
5.9 Le paradigme locatif PL......................................................................................... 26
5.10 Le paradigme délocatif PDL ................................................................................ 28
5.11 Le paradigme temporel PT................................................................................... 29
5.12 Les éléments discontinus du paradigme P0.......................................................... 29
6 Le cadre valenciel et le champ FRAME ....................................................................... 31
6.1 Les fonctions syntaxiques ...................................................................................... 31
6.2 Les réalisations syntagmatiques ............................................................................. 32
6.3 Les restrictions de sélection ................................................................................... 32
7 Relations à l’intérieur du groupe de formulation .......................................................... 34
7.1 Les éléments « pivot »............................................................................................ 34
7.2 Les reformulations passives ................................................................................... 34
8 Auxiliaires d’aspect....................................................................................................... 35
9 Particularités de construction liées à la lexicalisation ................................................... 36
9.1 non assertif ............................................................................................................. 36
9.2 cause interne ........................................................................................................... 36
10 Les constructions liées ................................................................................................ 37
10.1 Les constructions apparentées par le trait de « complexité »............................... 37
10.2 Les constructions liées de type « actif – résultatif »............................................. 39
10.3 Autres constructions liées..................................................................................... 40
11 Références ................................................................................................................... 41
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
2
1 Introduction
Le dictionnaire de valence DICOVALENCE est une ressource informatique qui répertorie les
cadres valenciels de plus de 3700 verbes simples du français. Par cadre de valence on entend
traditionnellement le nombre et la nature des compléments valenciels du verbe, y compris le
sujet, avec mention de leur fonction syntaxique. Comme de nombreux infinitifs présentent
plusieurs cadres de valence, le dictionnaire compte en tout plus de 8000 entrées. Le
dictionnaire explicite en outre certaines restrictions de sélection, certaines formes de
réalisation (pronominales, phrastiques) des termes, la possibilité d’employer le cadre valenciel
dans différents types de passif, l’auxiliaire employé, ainsi que le cas échéant des liens avec
d’autres cadres de valence du même infinitif.
La particularité essentielle du dictionnaire DICOVALENCE réside dans le fait que les
informations valencielles sont représentées selon les principes de « l’Approche Pronominale »
en syntaxe (Van den Eynde & Blanche-Benveniste 1978) : d’abord, pour chaque place de
valence (appelée « paradigme ») le dictionnaire précise le paradigme de pronoms qui y est
associé et qui subsume les lexicalisations possibles ; ensuite, la délimitation d’un cadre de
valence, appelé « formulation », repose non seulement sur la configuration (nombre, nature,
caractère facultatif, composition) de ces paradigmes pronominaux, mais aussi sur les autres
propriétés de construction associées à cette configuration, comme les « reformulations »
passives.
Ce document se veut un guide pour l’utilisation du dictionnaire de valence. En gros il
décrit la structuration des entrées et les autres conventions sur la représentation des
informations. Pour des informations sur les notions syntaxiques manipulées, nous renvoyons à
l’ouvrage de référence « Pronom et syntaxe » (Blanche-Benveniste et al. 1984) ou à la
synthèse dans van den Eynde & Mertens 2003, et aux études citées dans ces publications.
Le dictionnaire DICOVALENCE constitue le développement du dictionnaire PROTON (Van
den Eynde & Mertens 2003), réalisé au Département de Linguistique de l’Université de
Leuven (K.U.Leuven), pendant la période 1986-1992, au cours d’un projet de recherche sous
la direction de Karel van den Eynde d’abord, et de Ludo Melis ensuite, et avec la participation
de Carmen Eggermont (pour la constitution de la base de données) et de Eric Broeders (pour
le traitement informatique).
Le dictionnaire a été entièrement revu en 2006 par Karel van den Eynde et Piet Mertens,
ce qui a entraîné de nombreuses modifications dont voici les plus importantes :
•
•
•
•
•
•
•
•
L’identification des différentes classes de verbes : verbes simples, locutions
verbales, verbes copules, verbes auxiliaires, verbes de dispositif, etc.
L’introduction de la classe des « verbes adjoints » et de ses sous-classes.
L’ajout du paradigme (fonction syntaxique) « délocatif ».
L’ajout du paradigme de manière « interne » et de l’« adjoint évaluatif ».
L’extension du nombre d’éléments pronominaux retenus pour les paradigmes, et
leur ordonnancement logique à l’intérieur des paradigmes.
L’identification des pseudo-paradigmes avec pronom réfléchi (verbes dits
pronominaux), ou des pseudo-termes avec « il » (verbes dits impersonnels), « y »,
« en », « le », « la », « ça », « là » et « soi ».
L’ajout d’une caractérisation concise du schéma valenciel pour chaque entrée.
L’identification des emplois non assertifs.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
3
•
La caractérisation des différents types de constructions liées (dédoublement d’un
terme complexe, construction résultative, autres) et l’explicitation de ces liens par
l’ajout de renvois aux identificatifs des entrées concernées.
• La réalisation d’outils informatiques de validation et de sélection d’entrées.
À cela s’ajoutent évidemment les corrections innombrables.
La version 2 (juin 2010), réalisée par Piet Mertens, ajoute plusieurs éléments nouveaux.
•
•
•
Le champ FRAME fournit le cadre de sous-catégorisation dans un format à la fois
transparent et riche. Pour chaque place de rection il indique le caractère
obligatoire ou facultatif, la fonction syntaxique (selon une terminologie
consensuelle), les réalisations syntagmatiques possibles (pronom, groupe nominal,
complétive, infinitive, adverbe…), ainsi que les principales restrictions de
sélection, formulées à l’aide des traits sémantiques « humain, concret non humain,
abstrait ».
Le champ AUX indique le ou les auxiliaires d’aspect employées pour l’entrée.
L’inventaire des sujets discontinus a été ramené aux éléments « il_en_Q »,
« il_que », « il_qpind », « il_qpsubj » et « il_de_inf ». Les autres cas ont été
réanalysés en deux parties : un sujet impersonnel et un autre complément.
L’information est structurée selon des conventions strictes, ce qui permet l’accès
immédiat aux données à partir de l’étiquette associée au champ, tant par l’utilisateur humain
que par des logiciels appropriés. Le respect du format est assuré à l’aide de logiciels conçus à
cet effet.
Le dictionnaire de valence vise plusieurs objectifs. Le premier concerne la description
syntaxique : cet inventaire exhaustif des constructions attestées constitue un ensemble de
données sur lequel peut s’établir une typologie des schémas valenciels ; celle-ci permettrait de
ramener la longue liste de constructions à un inventaire relativement petit des schémas
possibles. Ce travail typologique jouerait une role important dans la théorie grammaticale et
dans l’enseignement des langues. Le deuxième objectif est le traitement automatique des
langues, où l’analyse syntaxique en profondeur ne saurait se passer de l’information
valencielle.
Couverture
Le dictionnaire de valence comporte les cadres de valence des 3700 verbes pleins les plus
fréquents du français courant non technique. Il s’agit de tous les verbes du Petit Robert, à
l’exception de ceux appartenant à la terminologie technique et des emplois archaïques
(“vieux”). Les verbes simples représentent 8000 entrées correspondant à des cadres valenciels
distincts, et 100 entrées de verbes adjoints.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
4
2 La structure générale des entrées
Chaque entrée du dictionnaire adopte une même structure. L’entrée comporte une suite de
lignes, où chaque ligne correspond à un champ, avec le nom du champ en tête de ligne, suivi
de sa valeur. Certains champs apparaissent pour chaque entrée, d’autres seulement selon les
propriétés de l’unité lexicale en question. Voici, par exemple, l’entrée pour le verbe
supprimer. VAL, VTYPE, NUM, etc. sont des noms de champs. Il n’y a qu’une seule entrée
pour supprimer, mais souvent il y en a plusieurs, en moyenne 2,4 par infinitif.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
P1$
RP$
AUX$
supprimer: P0 P1
predicator simple
SUPPRIMER/supprimer
80500
nous avons supprimé tous les obstacles à la publication de ce dico
afschaffen, opheffen, intrekken, weghalen, weglaten, schrappen, doen verdwijnen
suppress
subj:pron|n:[hum], obj:pron|n:[hum,nhum,?abs]
que, qui, je, nous, elle, il, ils, on, ça, celui-ci, ceux-ci
que, qui, te, vous, la, le, les, se réfl., se réc., en Q, ça, ceci, celui-ci,
ceux-ci, l'un l'autre
passif être, se passif, se faire passif
avoir
On distingue plusieurs parties dans l’entrée et dès lors plusieurs catégories de champs.
Un premier ensemble de champs permet d’identifier l’entrée et le type de verbe. Ces
champs sont présents dans chaque entrée. Ils sont énumérés dans la première partie du tableau
suivant.
Ensuite viennent les champs indiquant le schéma valenciel, soit chacun des termes de
valence (actants) du verbe (plus particulièrement, du « groupe de formulation » décrit dans
l’entrée), ainsi que leurs propriétés. Leur nombre et nature varient suivant l’unité lexicale (le
groupe de formulation). En effet, certaines entrées ne présentent que le sujet, d’autres ajoutent
d’autres compléments, de nature variée. Pour cette catégorie de champs, le nom du champ
indique la nature de l’élément valenciel et sa valeur donne une liste de pronoms ou de codes
qui énumèrent les formes que peut prendre l’élément valenciel dans des énoncés comportant
des pronoms ou des éléments lexicaux.
Enfin, une troisième catégorie de champs représente des propriétés (autres que le schéma
valenciel) qui ne sont mentionnées que quand elles se présentent pour l’entrée en question.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
5
1. Champs génériques (identification de l’entrée, type)
VAL
désignation conventionnelle de l’entrée : elle donne le prédicateur suivi d’une
notation concise des paradigmes (cf. infra § 3.5)
VERB
l’infinitif du verbe décrit, d’abord en majuscules sans accents (pour le classement
alphabétique) et ensuite dans l’orthographe normale
NUM
identificatif de l’entrée
VTYPE
type de verbe : prédicateur simple, verbe adjoint, verbe auxiliaire, verbe copule,
verbe de dispositif, construction résultative (cf. infra § 3)
EG
exemple(s)
TR_DU
traduction en néerlandais
TR_EN
traduction en anglais
2. Schéma valenciel et adjoints particuliers
FRAME
Cadre valenciel spécifiant pour chaque position sa fonction syntaxique, son
caractère obligatoire ou facultatif, ses réalisations syntagmatiques possibles et
certaines restrictions de sélection
P0
paradigme 0 : il correspond grosso modo au sujet de la grammaire scolaire
P1
paradigme 1 : il correspond grosso modo à l’objet direct de la grammaire scolaire
P2
paradigme 2 ; il correspond grosso modo à l’objet indirect de la grammaire
scolaire ; les formes non clitiques présentent la préposition à
P3
paradigme 3 ; les formes non clitiques présentent la préposition de ou à (cf. infra)
PL
paradigme locatif
PL_PR
préposition(s) fixe(s) ou prototypiques du paradigme PL
PL_DEV réalisation du locatif : paradigme de pronoms pour une préposition donnée
PDL
paradigme délocatif
PDL_PR préposition(s) fixe(s) du paradigme PDL (de, à partir de, depuis)
PM
paradigme de manière
PM_PR
préposition(s) fixe(s) du paradigme PM
PMi
paradigme de manière « interne » : mes efforts se sont avérés inutiles.
PMi_PR
préposition(s) fixe(s) du paradigme PMi
PT
paradigme de temps
PT_PR
préposition(s) fixe(s) du paradigme PT
PQ
paradigme de quantité
PQ_PR
préposition(s) fixe(s) du paradigme PQ
PP
paradigme prépositionnel
PP_PR
préposition(s) fixe(s) du paradigme PP
AE
adjoint évaluatif : un vêtement qui tombe bien, l’affaire a mal tourné.
PX
complément sans proportionalité : on l’a élu président, on l’a surnommé Jojo.
PX_PR
préposition(s) fixe(s) du paradigme PX
3. Champs additionnels
RP
reformulation(s) passive(s), cf. infra § 5.2.
LCCOMP renvoi(s) à d’autres entrées impliquant une relation entre un terme de valence
« complexe » (au pluriel ou désignant un ensemble d’éléments) dans une
première formulation et deux termes dans l’autre formulation, par exemple : ils
collaborent – il collabore avec lui.
LCRES
renvoi(s) à d’autres entrées impliquant une relation entre une construction active
et la construction résultative correspondante, par exemple : ils m’apprécient – je
suis apprécié (d’eux).
LC
renvoi(s) aux formulations liées autres que LCCOMP et LCRES
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
6
PIVOT
AUX
LABEL
représentation de la coïncidence entre un terme valenciel du verbe principal et un
dépendant de l’infinitif régi par le verbe principal : dans il accepte de partir, le
sujet du verbe accepter est en même temps le sujet du verbe à l’infinitif et ce
sujet n’est exprimé qu’une seule fois. (cf. infra, § 5.1)
verbe auxiliaire utilisé dans les temps composés
étiquettes désignant des propriétés variées
3 Les types de verbes
Le dictionnaire de valence distingue plusieurs types de verbes en fonction de leurs
propriétés de valence, types qui seront définis plus loin : le prédicateur, l’auxiliaire, la copule,
le verbe adjoint et le verbe de dispositif. Pour caractériser davantage les verbes, on se servira
en outre de propriétés (de construction) qui peuvent s’appliquer aux catégories majeures
citées. Ces éléments sont indiqués dans le champ VTYPE.
3.1 Liste des types et propriétés retenus
Le tableau suivant donne une première caractérisation sommaire et simplifiée, qui sera
précisée plus loin.
prédicateur
copule
auxiliaire
résultatif
verbe adjoint
verbe de dispositif
intro
une unité lexicale (par exemple un
verbe) qui régit zéro, un ou plusieurs
éléments valenciels (les éléments de
rection pure ne sont pas mentionnés)
un verbe permettant à un adjectif
(prédicateur adjectival) de
fonctionner comme un verbe
un verbe auxiliaire est employé avec
un autre verbe (prédicateur ou
auxiliaire) pour former les temps
composés, le passif et le résultatif
formulation d’un prédicateur verbal,
caractérisée par l’emploi du
participé passé et de l’auxiliaire
« être » ; le prédicat est
proportionnel à « le » ou « que »,
comme pour les prédicateurs
adjectivaux.
un verbe qui se combine avec un
autre verbe à l’infinitif, où ce dernier
ne correspond pas à un élément
valenciel du premier (cf. infra)
emplois de « être, avoir, faire » dans
des constructions (« dispositifs »)
d’extraction, de restriction, de
présentation.
construction verbale introduisant
une proposition, où cette dernière
n’est pas proportionnelle à un
pronom.
je t’avertis de son arrivée
Anne est originaire de cette
région
on est allé ailleurs
on a marché deux heures
il est soigné par qui
il en est apprécié
la vanité est ancrée dans le
cœur de l’homme (= elle l’est)
elle continue à danser
on l’entend chanter
il se met à pleuvoir
c’est à lui qu’il faut le dire
il y a mon mari qui est malade
il ne fait que travailler
il se trouve que je prends ce
bus tous les jours
mettons que je roule en
voiture, alors…
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
7
Les propriétés suivantes peuvent s’appliquer à certaines des catégories précédentes.
pseudo_il
en l’absence de paradigme
pronominal, la forme conjuguée se
construit exclusivement et
obligatoirement avec le clitique il
pseudo_ça
en l’absence de paradigme
pronominal, la forme conjuguée se
construit exclusivement et
obligatoirement avec ça
pseudo_se
l’entrée se construit nécessairement
avec un pronom clitique de la série
restreinte me, te, se, nous, vous (sans
suspensif ou autres éléments proportionnels), ou, à l’impératif, avec la
série restreinte toi, nous, vous. Le
sujet éventuel s’accorde avec le
verbe et son clitique.
pseudo_se_opt
l’entrée se construit facultativement
comme décrit ci-dessus pour le
pseudo_se
pseudo_soi(prép)
l’entrée se construit nécessairement
avec un non-clitique de la série moi,
toi, lui, elle(s), soi, nous, vous, eux
(sans suspensif au autres éléments
proportionnels) ; la préposition est
indiquée entre parenthèses
pseudo_soi_opt(…) comme pseudo_soi, mais facultatif
pseudo_en
pseudo_y
pseudo_le
pseudo_la
pseudo_là
simple
complexe
double_verb
l’entrée se construit obligatoirement
avec le clitique en, qui ne
correspond à aucun paradigme
idem pour y
idem pour le
idem pour la
idem pour là
un prédicateur « simple » est
constitué du verbe seul (et
éventuellement de pseudo-pronoms);
il s’oppose au prédicateur
« complexe » qui suppose un ou
plusieurs autres éléments lexicaux
une unité lexicale formée par
plusieurs éléments lexicaux non
pronominaux, dont un verbe
unité lexicale constituée d’un verbe
adjoint et d’un prédicateur
dehors il pleuvait
ça accroche entre eux
ça caille ici
pour m’élancer, il (me) faut de
la distance
pour s’élancer, il (lui/leur) faut
de la distance
élance-toi
élançons-nous
le faisan (se) branche dedans
branche-(toi) bien là-dedans
je le prends sur moi
emporter avec soi,
revenir à soi,
serrer contre soi,
réunir en soi
chasser devant soi
nous nous sommes réparti le
boulot entre nous
il en arrive à déménager
il en va ainsi des autres
il s’en contrebalance de ça
il y a trois invités
elle s’y connaît en physique
elle l’emporte sur lui en sport
ça vous la coupe ; il la crève
il planta là son travail
je rêve
tu n’oublieras pas de m’écrire
tu me forces la main
il faut faire face à la situation
sans perdre la face
envoyer ballader qqn
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
8
augmenting
indique que le verbe adjoint ajoute à
la construction du prédicateur avec
lequel il se combine, un référent
extérieur
indique que le prédicateur s’emploie
toujours avec une restriction, une
négation ou un suspensif (cf. infra)
non_assertive
je les écoute travailler
tu n’y couperas pas
comment y couper ?
on n’y coupera que s’il se
porte volontaire
3.2 Prédicateurs, copules et auxiliaires
Prédicateurs simples et complexes
Le « prédicateur » correspond à une unité lexicale qui régit un ou plusieurs éléments
valenciels. Lorsqu’il s’agit d’un seul élément verbal, comme dans je le mettrai là, on parle de
« prédicateur (verbal) simple ». Dans il le met en évidence, il y a plusieurs éléments (mettre en
évidence) qui forment un ensemble et c’est cet ensemble qui régit les éléments valenciels. Ce
genre d’unité lexicale sera appelé « prédicateur (verbal) complexe », cf. mettre en cause,
mettre à sec.
Prédicateurs adjectivaux
Les adjectifs aussi sont des prédicateurs, qui régissent des dépendants : (cette personne)
originaire d’ici, apte à travailler, digne de ton attention... Ce sont les « prédicateurs
adjectivaux ». Combinés avec un verbe copule, ils entrent dans des constructions complètes,
comparables aux constructions verbales : cette personne est originaire d’ici.
Verbes copules et auxiliares
À côté des verbes copules classiques être, sembler, demeurer, paraître, rester, d’autres
verbes ont un comportement similiaire : se faire, se confesser, s’avouer, croire, déclarer.
On se fait vieux.
Elle se confesse responsable.
Il s’avoue coupable.
Il se/te/me croit intelligent.
Il le/se/les/nous déclare incompétent(s).
L’auxiliaire se combine avec le prédicateur, mais ne constitue pas lui-même un
prédicateur.
3.3 Le résultatif
L’énoncé la fleur est cachée derrière le poteau est analysé comme une construction
résultative, constituée du verbe être suivi du participe passé.
Ce type de construction se caractérise par la proportionnalité avec « l’être » et « qu’est-ce
qu’il/elle est », comme pour les prédicateurs adjectivaux (la photo est multicolore – elle l’est
– qu’est-ce qu’elle est). Dans certains cas, comme dans je suis charmé de ta remarque – j’en
suis charmé, le résultatif se combine avec un paradigme P3 (en, de qui, de quoi,…) qui
correspond au paradigme sujet de la phrase « active » correspondante : ta remarque me
charme.
Le résultatif se différencie du passif par l’impossibilité d’un complément d’agent introduit
par « par ».
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
9
Comme pour les prédicateurs adjectivaux, l’emploi aux temps composés du passé
entraîne pour le résultatif un effet « has been » (cf. elle a été belle) : elle a été charmée de sa
remarque (elle l’a été, mais maintenant elle ne l’est plus) ; il a été estimé (il l’a été), elle a été
aimée (elle l’a été).
3.4 Le verbe adjoint
Le terme « verbe adjoint » désigne un verbe qui se construit avec un autre verbe à
l’infinitif (une proposition infinitive), où ce dernier n’est pas un terme de valence du premier.
Dans « il regarde travailler les ouvriers » l’infinitif « travailler » (ou la partie « travailler
les ouvriers ») ne correspond pas à un terme de valence du verbe fléchi « regarder ». En effet,
il n’y a pas de pronom correspondant à « travailler les ouvriers ». Il n’y a pas de clivée
correspondante « *c’est travailler les ouvriers qu’il regarde », ni de pseudo-clivée « *ce qu’il
regarde c’est travailler les ouvriers ».
Si le verbe adjoint se construit avec une proposition infinitive, il convient de distinguer
ces constructions de celles où l’infinitive est régie par un autre verbe (prédicateur) et où elle
est proportionnelle à un pronom appartenant à la valence de celui-ci, comme dans « j’admets
avoir fait ça ; je l’admets ; je l’admets, d’avoir fait ça ». Ces constructions sont répertoriées
dans le dictionnaire de valence de la façon suivante :
P1 : le(inf), ça(inf)
il admet l’avoir trompé
P1 : le(de_inf)
je lui ai crié de revenir à temps
P1 : le(à_inf)
il m'a demandé à voir ce que j'écrivais
P2 : y(à_inf), ça(à_inf)
je vous convie à revenir sur vos décisions
P3 : en(de_inf), ça(de_inf)
il s'est toujours abstenu de questionner — il s’en est toujours abstenu
ils conviennent de partir ensemble – ils conviennent de ça
Dans l’approche pronominale on considère que le verbe adjoint est régi par le verbe à
l’infinitif qui le suit et qui sera appelé le verbe (prédicateur) principal. Cette analyse se justifie
par le fait que la proposition principale peut apparaître seule, indépendamment du verbe
adjoint, alors que tout verbe adjoint suppose une proposition infinitive. À cela s’ajoute que, à
quelques exceptions près (cf. infra, les « adjoints augmentants »), tous les termes valenciels
sont sélectionnés par le prédicateur à l’infinitif.
Le plus souvent, l’infinitif du verbe adjoint existe par ailleurs en tant que prédicateur (indépendant), avec sa valence propre :
entendre : Il entend travailler les ouvriers. – Il entend les ouvriers.
cesser : Il cesse de venir ici. – Il cesse ses visites.
envoyer : Elle envoie son adjoint prendre les dossiers. – Elle envoie sa lettre.
Le verbe adjoint est appliqué au verbe principal et se combine avec ses paradigmes
valenciels :
Le médecin lui donne une piqûre. Le médecin vient lui donner une piqûre.
Certains types de verbes adjoints ajoutent aux référents de la proposition infinitive un
référent supplémentaire (souvent observateur ou commentateur) :
Le médecin lui donne une piqûre. Je regarde le médecin lui donner une piqûre.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
10
On parlera alors de « verbes adjoints augmentants », et dans ces constructions le P0
(sujet) du verbe principal apparaît sous la forme d’un P1 (objet direct) auprès du verbe
adjoint.
Elle leur donne une piqûre. Je la regarde leur donner une piqûre.
Un verbe adjoint peut se combiner avec une construction comportant déjà un verbe
adjoint :
Elle vient travailler le lundi.
Elle cesse de venir travailler tôt.
Elle finira par cesser de venir travailler chez nous.
Lorsque deux verbes adjoints augmentants sont combinés, deux référents supplémentaires
apparaissent :
Ils déplacent les collis.
Elle les/leur fait déplacer les collis.
Je la regarde les/leur faire déplacer les collis.
On distingue plusieurs classes de verbes adjoints en fonction de leur distribution,
notamment en fonction de leur ordre relatif en cas de combinaison (d’où il apparaît qu’il
s’agit de classes syntactico-sémantiques). Dans DICOVALENCE ces classes sont numérotées de
1 à 9 et indiquées après le mot-clef adjunct_verb dans le champ VTYPE.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
AUX$
commencer à: | AdjunctVerb
adjunct_verb:2 adjunct_prep:à
COMMENCER/commencer
16850
ils commencent à chanter
beginnen
start (doing sth)
avoir
On ajoute une classe supplémentaire notée « adjunct_verb:p » pour les constructions où le
verbe adjoint se combine non pas avec un prédicateur à l’infinitif, mais avec une forme au
participe présent :
les bénéfices vont diminuant
l’inquiétude allait croissant
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
11
IX
VIII
VII
VI
R
V
IV
III
II
I
ÉPISTÉMIQUE
PRÉSOMPTIF
PUTATIF
PROSPECTION
OBSERVATEUR
RÉTROSPECTIF
PROSPECTION
SUJET
PERCEPTION
CONTRÔLE
AUGMENT.
+P0
AUGMENT.
+P0
PHASE DE LA
PRÉDICATION
MOBILITÉ DU
SUJET
(aux=avoir)
(aux=avoir)
voir
sentir
entendre
regarder
écouter
(aux=avoir)
laisser
faire
envoyer
aider à
amener
pouvoir
devoir
avoir pu
avoir dû
(aux=avoir)
sembler (*)
paraître (*)
menacer de
risquer de
faire
semblant de
(aux=avoir)
croire
penser
supposer
être censé
être supposé
considérer
aller
(aux=Ø)
être près de
venir de
être loin de
en venir à
être à la veille de
être en passe de
être en voie de
avoir /
être
finir par
être sur le point de
être en mesure de
ne pas manquer de
être en droit de
savoir
avoir à
[avoir] manqué (de)
[avoir] failli
(aux=avoir)
cesser de
finir de
continuer à/de
commencer à
arrêter de
achever de
terminer de
?pouvoir
?devoir (déont)
brûler de
compter
s’ennuyer à
tenter de
trembler de
bien vouloir
inflected
(*) [P2]
P0 [+hum]
attendre de
chercher à
daigner
dédaigner de
se dépêcher de
se devoir de
hésiter à
tarder à
être en train de
être occupé à
Ø
P0 →
P1’/P2’
?
P0 →
P1’/P2’
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
aller (ê)
passer (ê)
rester (ê)
courir (a)
venir (ê)
revenir (ê)
retourner (ê)
s’en aller (ê)
partir (ê)
accourir
descendre
monter (ê)
sortir
P0 [+hum]
12
3.5 Les pseudo-paradigmes
Le schéma valenciel énumère les places valencielles sélectionnées par le prédicateur,
appelées ici paradigmes. Tout paradigme répond aux caractéristiques suivantes : 1° il
comporte plusieurs éléments pronominaux clitiques ou non clitiques : tu le/la/les cherches (ou
éventuellement des paranoms : autant, ainsi…) ; 2° il comporte au moins un élément
suspensif (les « interrogatifs » de la grammaire scolaire) : tu cherches qui/quoi ; 3° il peut être
lexicalisé (remplacé par un constituant comportant un élément lexical) : tu chercheras le
trésor caché.
Certains compléments régis par le prédicateur ne répondent pas aux critères énumérés cidessus. On parle alors de pseudo-paradigmes.
(pseudo_il)
il pleut – *elle pleut, *qui pleut, *le ciel pleut
(pseudo_se)
les enfants se chamaillent – *les grands chamaillent les petits, *ils chamaillent qui
(pseudo_en)
on n’en finira jamais avec ça – *on ne finira jamais de qui/quoi, *on ne finira jamais
de Jean avec ça
(pseudo_y)
elle s’y connaît en maths – *où elle se connaît en maths, *elle se connaît ici/là en
maths
(pseudo_là)
il a planté là son travail
(pseudo_le)
elle l’emporte sur lui en maths
(pseudo_la)
ça vous la coupe
(pseudo_ça)
ça caille ici
(pseudo_soi)
il prend sur lui la responsabilité d’organiser ça,
revenir à soi
Le cas le plus fréquent de pseudo-paradigme est le « pseudo_se », qui représente environ
18% des entrées du dictionnaire.
Le pseudo_il
Le trait « pseudo_il » indique que l’entrée se construit obligatoirement avec le clitique il
(il pleuvait), en accord avec le verbe (qui apparaît toujours à la troisième personne du
singulier), sans qu’il puisse être remplacé par un élément suspensif (*qui pleuvait, *qu’est-ce
qui pleut) ou par un pronom, et sans qu’il puisse être lexicalisé (*le nuage pleut). L’entrée
correspond alors au « verbe impersonnel » de la grammaire scolaire.
Le pseudo_se
Une entrée (un groupe de formulation) porte le trait « pseudo_se » lorsqu’elle se construit
obligatoirement avec un pronom réfléchi clitique (me, te, se, nous, vous) qui s’accorde en
personne et nombre avec le verbe. Ce réfléchi ne peut être remplacé par un élément suspensif,
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
13
ni être lexicalisé. Il n’y a ni forme tonique correspondante (sauf à l’impératif : casse-toi !,
méfie-toi…), ni possibilité d’extraction. L’entrée correspond alors au « verbe pronominal » de
la grammaire scolaire.
s’écrouler :
je m’écroule, tu t’écroules, il s’écroule,
*je t’écroule, *tu m’écroules, *tu écroules qui, *c’est moi que j’écroule, *je n’écroule
que moi-même
Ce pronom réfléchi est coréférentiel au sujet, mais contrairement au pronom réfléchi
pseudo_se, le sujet peut être absent de la proposition, par exemple dans une propostion
infinitive ou à l’impératif.
pour bien s’élancer, il faut parfois reculer un peu
les manifestants s’en prennent aux hommes politiques
Comme pour le sujet, la forme du pronom pseudo_se (sa personne, son nombre) est dictée
par le verbe.
Un infinitif donné peut présenter à la fois les emplois avec ou sans paradigme pseudo_se.
Ils constitueront alors des entrées séparées dans le dictionnaire de valence.
le vent agite les branches de l’arbre.
ne t’agite pas comme ça !
son état de santé a alarmé tous ses amis.
ils s’alarment de son état de santé.
pseudo_se vs. paradigme comportant le pronom « se réfl. »
Des prédicateurs tels que s’envoler, se prosterner, s’abstenir s’émploient exclusivement
avec le pronom réflechi ; les entrées correspondantes dans le dictionnaire portent l’étiquette
« pseudo_se ». D’autres prédicateurs, comme démaquiller, acceptent des pronoms réfléchis
dans le paradigme P1, à côté de pronoms non réfléchis comme que, qui, le, la, les, celui-ci…
Le se y fait partie du paradigme P1. Dans ce cas, l’entrée ne porte pas l’étiquette
« pseudo_se », mais le paradigme P1 inclut l’élément « se réfl. ».
démaquiller P0 P1 :
elle le/la/les/se démaquille,
elles se démaquillent (réciproque ou réfléchi)
elle ne démaquille qu’elle-même
Enfin, lorsqu’un même infinitif présente des pronoms à la fois réfléchis et non réfléchis,
on peut avoir plusieurs entrées, dont une avec l’étiquette « pseudo_se » et une autre sans, si le
pronom réfléchi présente tantôt les caractéristiques d’un élément de paradigme et tantôt celles
d’un pseudo_se.
démêler P0 P1 : elle le/la/les/*se démêle (démêler les fils)
se démêler P0 P3 : elle cherche à se/*le/la/les démêler de cette situation épineuse
pseudo_en
Son traitement est analogue aux autres pseudo-paradigmes.
où en sont les études sur la valence ?
pseudo_y
Son traitement est analogue aux autres pseudo-paradigmes.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
14
tu n’y couperas pas
il y va de nos convictions
elle s’y connaît en linguistique distributionnelle
pseudo_là
Comme pour les autres pseudo-paradigmes, le « pseudo_là » est noté comme une
propriété du prédicateur, et non pas par un paradigme locatif qui ne comporterait qu’un seul
élément, à savoir là.
il a planté là son travail et est allé au bistrot
pseudo_ça
ça accroche bien entre eux
ça caille ici
pseudo_le
tu peux te l’accrocher
le mal l’emporte toujours sur le bien
pseudo_la
il la crève
ça vous la coupe
se la couler douce (prédicateur complexe)
pseudo_soi
emporter avec soi, prendre avec soi,
prendre sur soi, se replier sur soi,
réunir en soi, porter en soi,
tirer à soi, revenir à soi,
serrer contre soi
3.6 Le champ VAL
Le champ VAL fournit une caractérisation concise de l’entrée qui précise :
• le prédicateur
• le cadre valenciel : liste des paradigmes (termes) ;
les parenthèses indiquent les termes facultatifs ;
pour les paradigmes prépositionnels, on indique la (les) préposition(s) entre
chevrons
• certaines propriétes : type de verbe (pour les cas autres que le prédicateur simple),
pseudo-paradigmes, etc.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
P1$
PP_PR$
PP$
AUX$
acheter: P0 P1 (PP<pour>)
predicator simple
ACHETER/acheter
1865
j'ai acheté une nouvelle voiture pour Paul
kopen, aanschaffen
buy sth (for)
subj:pron|n:[hum], obj:pron|n:[nhum,?abs], ?objp<pour>:pron|n:[hum]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
que, la, le, les, en Q, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci
pour
0, qui, lui_ton, eux, celui-ci, ceux-ci, l'un l'autre
avoir
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
15
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
AUX$
s'aviser de: | AdjunctVerb
adjunct_verb:5 pseudo_se adjunct_prep:de
AVISER/aviser
9640
si tu t'avises de lui raconter ça, tu le regretteras
z verstouten, het in zijn hoofd halen (om)
dare, think (about)
pseudo_se,
être
4 La caractérisation des paradigmes valenciels
4.1 Valence et rection
L’ensemble des éléments régis par un verbe constitue sa « rection » (P&S: 37). On
distingue plusieurs types de termes régis : les termes de valence, les éléments de rection pure
et les adjonctions. (Voir Eynde & Mertens, 2003, pour les critères qui permettent de les
distinguer).
Les termes de valence sont particuliers pour un prédicateur donné : certains prédicateurs
demandent un objet (Luc examine ça), d’autres ne l’admettent pas (*Luc dormait ça). Un
paradigme valenciel comporte nécessairement plusieurs éléments pronominaux, dont un
suspensif au moins, avec possibilité de lexicalisation (cf. § 3.5). Pour un prédicateur complexe
(locution verbale) comme porter plainte, le complément apparent ne constitue pas un terme
de valence parce qu’il n’y a pas de paradigme de pronoms correspondant : *il la porte, la
plainte.
Les éléments de rection pure peuvent apparaître avec l’ensemble des prédicateurs
verbaux : Luc dormira ici demain, parce qu’il est malade. Il s’agit de circonstants de temps,
de lieu, de manière, de raison, etc.
Cependant, tout complément indiquant un lieu, un instant temporel, une durée, une
manière… n’est pas nécessairement un élément de rection pure. En effet certains prédicateurs
régissent des termes de valence de lieu, de temps, de manière : la bibliothèque ferme plus tôt
pendant les vacances ; Luc est né le 17 avril ; elle se dirige vers la gare. Lorsqu’un terme est
obligatoire et qu’il répond aux critères requis pour les paradigmes valenciels, il s’agit
nécessairement d’un terme de valence (*il se dirige).
Tesnière (1959) opposait déjà les actants aux circonstants, mais la distinction reposait sur
des critères sémantiques et ne recoupe donc pas celle de l’approche pronominale. Certains
auteurs parlent de compléments essentiels et accessoires (ou périphériques).
Les entrées du DICOVALENCE ne donnent que les termes de valence, les autres pouvant
s’ajouter librement.
4.2 Considérations générales
Ce paragraphe traite de points valables pour l’ensemble des paradigmes.
Paradigme maximal
Pour chaque paradigme (position valencielle), l’entrée énumère les pronoms attestés
parmi la liste des pronoms envisagés pour cette position valencielle.
Le « paradigme maximal » d’une position valencielle donnée correspond à l’ensemble des
pronoms différents attestés dans cette position, lorsqu’on inventorie les pronoms sur
l’ensemble des prédicateurs. Par exemple, en position P0 peuvent figurer des pronoms comme
qui, que, je, tu, il, elle, on, nous, vous, ils, elles, ceci, celui-ci, ceux-ci, ça, etc.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
16
L’ensemble de pronoms répertoriés dans le dictionnaire a été limité pour des raisons
d’économie et de prévisibilité. Par exemple la présence du pronom tu implique celle du
pronom vous. (tu → vous, je → te, nous → vous.) Dorénavant, lorsqu’il sera question du
paradigme maximal pour une position valencielle donnée, il s’agira en fait de l’ensemble des
éléments différents répertoriés pour cette position dans le dictionnaire.
Paradigme facultatif
Lorsque le paradigme est facultatif, un zéro, noté 0, apparaît comme premier élément de
la liste. Dans le champ VAL, la place de rection correspondante est apparaît entre parenthèses.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
P1$
RP$
AUX$
brader: P0 (P1)
predicator simple
BRADER/brader
12130
ils bradent leurs vieilles affaires
op een braderie/markt verkopen, verkwanselen, wegdoen, van de hand doen,
versjacheren
sell (on a fair), bargain, sell off
subj:pron|n:[hum], ?obj:pron|n:[nhum,?abs]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
0, que, la, le, les, en Q, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci
passif être, se passif
avoir
Éléments incertains
Un élément d’un paradigme peut être précédé d’un point d’interrogation si son inclusion
au paradigme est incertaine.
Éléments secondaires
La mise entre parenthèses d’un élément de paradigme indique un emploi « secondaire ».
Par exemple, le prédicateur interdire prend le plus souvent un P0 humain (le médecin lui
interdit le sel). Une réalisation du P0 de nature non humaine est acceptable (le diagnostic lui
interdit le sel – qu’est-ce qui lui interdit le sel ?), mais le trait humain reste alors sous-jacent,
ce qui sera indiqué par les parenthèses dans le paradigme P0 du prédicateur : « je, nous, on,
qui, (que), elle, il, ils… ».
Réalisations phrastiques
Les paradigmes maximaux comportent également des éléments non pronominaux (dans
l’acception traditionnelle du mot « pronom »).
Un premier cas concerne les propositions proportionnelles à un pronom. Elles seront
indiquées par le pronom proportionnel suivi de la forme syntagmatique entre parenthèses.
il avoue avoir vu Paul ÷ il l’avoue → le(inf)
il avoue avoir vu Paul ÷ il avoue ça → ça(inf)
il avoue qu’il me connaît ÷ il l’avoue → le(qpind)
il avoue qu’il me connaît ÷ il avoue ça → ça(qpind)
de regarder la mer me calme ÷ ça me calme → ça(de_inf)
Le tableau suivant énumère les abréviations intervenant dans la notation de ces éléments.
Cependant leur forme complète peut varier d’une position valencielle à l’autre : y(qpind) en
P2, mais en(qpind) en P3, etc. La liste complète des éléments sera donnée plus loin, lors de la
présentation des paradigmes individuels.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
17
inf
de_inf
à_inf
qpind
proposition infinitive
proposition infinitive introduite par de
proposition infinitive introduite par à
que-phrase à l’indicatif
qpsubj
que-phrase au subjonctif
sipind
si-phrase à l’indicatif
indirq
question indirecte, proposition
introduite par un suspensif
que-phrase à l’indicatif, introduite par
à ce que
que-phrase au subjonctif, introduite
par à ce que
que-phrase à l’indicatif, introduite par
de ce que
à_ce_qpind
à_ce_qpsubj
de_ce_qpind
elle aime bavarder
je te plains de devoir subir ça
sa famille l’a poussé à changer
il nous cachait qu’il tenait un
journal intime
qu’elle ne vienne pas me chicane
un peu
comment contrôler si son anti-virus
est toujours actif
on revèle comment ça s’est passé
Éléments discontinus
L’élément « en Q » en P1 indique le pronom clitique en pouvant être complété par un
élément quantitatif après le verbe : Nous en prenons [trois/plusieurs/beaucoup/peu/combien/
autant…]. Ensemble, les deux parties de l’élément discontinu sont proportionnelles à un seul
élément : Nous les prenons.
Les éléments discontinus en P0 sont plus nombreux et seront détaillés dans la section
consacrée au P0 discontinu (§ 5.12). Ici, on mentionne déjà les cas les plus fréquents.
L’élément « il_en_Q » indique des constructions telles que : Il en arrive plusieurs
proportionnel à Ils arrivent.
Le paradigme P0 présente plusieurs éléments discontinus composés du clitique il,
complété après le verbe par une proposition infinitive ou par une complétive. La liste
complète figure dans la section § 5.12.
il lui plaît de voyager ainsi → il_de_inf
il lui revient de faire cette demande → il_de_inf
il s’en suit que le projet est rejeté → il_qpind
Éléments singuliers et pluriels
Les paradigmes comportent des couples singulier – pluriel : je/nous, il/ils, celui-ci/ceuxci, lui/leur... Il arrive en effet que telle ou telle position valencielle demande une réalisation
par un pronom pluriel ou par un constituant lexicalisé au pluriel. On dira que cette position est
dotée du « trait de complexité ». L’absence dans le paradigme du pronom singulier fait
ressortir le trait de complexité.
j’alterne les couleurs – ?j’alterne la couleur – j’alterne le jaune avec le bleu –
j’alterne les couleurs claires avec les couleurs sombres
les animaux s’accouplent – ?l’animal s’accouple – le mâle s’accouple avec la femelle
Les éléments « l’un l’autre » et « les uns les autres » en P1, P2, P3 ou PP
L’élément « l’un l’autre » en P1 (ou en P2, P2 ou PP) indique qu’à côté de la construction
avec « se réciproque » on rencontre également la construction liée (cf. infra) avec « l’un » en
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
18
P0 et « l’autre » en P1 (respectivement en P2, P3 et PP). L’élément « l’un l’autre » n’est donc
pas comparable aux autres éléments de paradigme. Il indique en réalité la possibilité d’une
construction liée qui ajoute un terme de valence supplémentaire. L’intérêt de cet élément est
d’éviter une entrée supplémentaire dans le lexique.
les pilotes s’arrosent l’un l’autre (P1) de champagne
l’un (P0) arrose l’autre (P1) de champagne
ils s’avouent leurs sentiments l’un à l’autre (P2)
l’un (P0) avoue à l’autre (P2) ses sentiments
ils se bagarrent l’un avec l’autre (PP)
l’un (P0) se bagarre avec l’autre (PP)
L’élément « les uns les autres » n’est utilisé que dans le cas d’un P0 à trait de complexité.
les uns conjurent contre les autres
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
19
5 Les paradigmes valenciels
5.1 Le paradigme P0
Par rapport à d’autres positions valencielles, le P0 présente certaines complications,
notamment à cause des éléments discontinus. Ces cas sont traités dans le paragraphe 5.12.
Le tableau suivant énumère les éléments envisagés pour le paradigme P0.
que
qui
je
nous
on
elle
il
ils
ce
ça
ceci
celui-ci
ceux-ci
ça(inf)
ça(de_inf)
ça(qpsubj)
ça(sipind)
pronom suspensif
pronom suspensif
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
proposition infinitive, proportionnelle
au pronom ça.
proposition infinitive introduite par de,
proportionnelle au pronom ça.
que-phrase au subjonctif,
proportionnelle au pronom ça.
proposition à l’indicatif, introduite par
si, proportionnelle au pronom ça.
qu’est-ce qui change ?
qui prend les bagages ?
c’est lui / ce sera moi
ça m’inquiète
5.2 Le paradigme P1
Le tableau suivant énumère les éléments envisagés pour le paradigme P1.
0
que
qui
te
vous
le
la
les
se réfl.
se réc.
en_Q
ça
ceci
indique le caractère facultatif
pronom suspensif
pronom suspensif
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique réfléchi
pronom clitique réciproque
pronom clitique pouvant être complété
après le verbe par un complément
indiquant la quantité
pronom non clitique
pronom non clitique
que cherche-t-il ?
qui cherche-t-il ?
on te cherchait partout
je vous cherchais depuis longtemps
je le cherche
il la cherche aussi
nous les cherchions
il se surveille trop
ils s’accusent des pires mensonges
j’en demande (trois/plusieurs/
combien…)
je te raconterai ça demain
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
20
celui-ci
ceux-ci
combien
autant
l’un l’autre
le(inf)
ça(inf)
le(de_inf)
ça(de_inf)
le(à_inf)
ça(à_inf)
le(qpind)
ça(qpind)
le(qpsubj)
ça(qpsubj)
le(sipind)
ça(sipind)
le(indirq)
ça(indirq)
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom suspensif non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
proposition infinitive, proportionnelle
au pronom le/ça.
proposition infinitive introduite par de,
proportionnelle au pronom le/ça.
proposition infinitive introduite par à,
proportionnelle au pronom le/ça.
que-phrase à l’indicatif,
proportionnelle au pronom le/ça.
que-phrase au subjonctif,
proportionnelle au pronom le/ça.
proposition à l’indicatif, introduite par
si, et proportionnelle à le/ça.
proposition à l’indicatif ou l’infinitif,
introduite par un suspensif
ils se défient l’un l’autre
il admet l’avoir trompée
je lui ai crié de revenir à temps
il m’a demandé à voir ce que
j’écrivais
Luc a remarqué qu’il manquait
plusieurs documents
elle exige qu’on lui rende son
argent
on me demande si elle est entrée
elle demande qui était là
je sais comment faire
il sait de quoi parler
Les éléments quantitatifs combien, autant
Le paradigme P1 inclut les éléments « quantitatifs » combien, autant, alors qu’il existe un
paradigme PQ avec ces mêmes éléments (cf. infra).
Certains prédicateurs regissent un terme P1 proportionnel à la fois avec les quantitatifs et
avec que (qu’est-ce que), le, la, les…
je consacre la journée à cette rédaction – je la consacre à ça – qu’est-ce que tu y as
consacré – combien y as-tu consacré ?
elle te coûte combien ? – elle me coûte deux jours/autant – ?elle me les coûte
D’autres prédicateurs prennent comme terme de valence un constituant proportionnel à
des quantitatifs uniquement, et alors le paradigme indiqué sera PQ.
combien elle pèse ? – elle pèse 67 kilos – ?elle les pèse, les 67 kilos
le Mont Blanc culmine à 4807 mètres (PQ<à>)
on a débité le compte de 5000 euros (PQ<de>)
En fait, dans les exemples ci-dessus, les quantitatifs constituent un sous-ensemble du
paradigme P1. Il en est de même pour d’autres paradigmes (P3, PP). On pourrait donc
considérer le paradigme PQ comme une réalisation particulière d’un terme P1, P3 ou PP.
Si on n’a pas adopté cette solution, c’est qu’il existe des énoncés qui comportent à la fois
des termes P1 et PQ, comme dans :
je les ai payés autant
Dans ce cas, si on considère le PQ comme un P1, il y aurait deux P1 auprès du même
verbe, ce que serait contraire aux principes des grammaires de valence.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
21
5.3 Le paradigme P2
La préposition à (ou une forme contractée de cette préposition) étant prévisible dans les
éléments P2 non clitiques, elle n’est pas reprise dans la notation des éléments : dans il ne le
demande qu’à eux, l’élément à eux sera noté « eux » dans le paradigme P2.
0
quoi
qui
me
lui
leur
y
se réfl.
se réc.
ceci
lui_ton
eux
ça
celui-ci
ceux-ci
l’un l’autre
indique le caractère facultatif
pronom suspensif
pronom suspensif
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique réfléchi
pronom clitique réciproque
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
y(qpind)
ça(qpind)
y(qpsubj)
ça(qpsubj)
y(à_inf)
ça(à_inf)
y(à_ce_qpind)
ça(à_ce_qpind)
y(à_ce_qpsubj)
ça(à_ce_qpsubj)
que-phrase à l’indicatif,
proportionnelle au pronom y/à_ça.
que-phrase au subjonctif,
proportionnelle au pronom y/à_ça.
proposition infinitive introduite par à, je vous convie à revenir sur vos
proportionnelle au pronom y/ça.
décisions
proposition à l’indicatif, introduite par
à ce que
proposition au subjonctif, introduite
on s’attend à ce qu’il vienne
par à ce que
à quoi tu penses ?
à qui tu l’as donné ?
il me conseille de partir
elle lui demande trop
elle leur demande trop
il y pense souvent
ils se reprochent cette perte
je pense à ceci
je pense à lui
je pense à eux
je penserai à ça demain
ils se recommandent des livres
l’un à l’autre
Remarques
L’élément « me » est repris parce qu’il intervient dans la détermination automatique des
traits syntactico-sémantiques.
L’élément « lui_ton » permet d’opposer le [+pers’] (lui/y) au [-pers’] (y/à lui) (P&S: 4347).
lui parler
lui/y ressembler
y/à lui penser
y remédier
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
22
5.4 Le paradigme P3
Dans certains cas le paradigme P3 est réalisé par le clitique en ou avec la préposition à :
l’en enlever, le lui enlever, l’enlever à celui-ci/à celui-là…
0
quoi
qui
en
lui
leur
se réfl.
se réc.
ça
ceci
lui_ton
eux
celui-ci
ceux-ci
combien
autant
l’un l’autre
en(qpind)
ça(qpind)
en(qpsubj)
ça(qpsubj)
en(de_inf)
ça(de_inf)
en(sipind)
ça(sipind)
en(de_ce_qpind)
ça(de_ce_qpind)
en(de_ce_qpsubj)
ça(de_ce_qpsubj)
en(indirq)
ça(indirq)
indique le caractère facultatif
pronom suspensif
pronom suspensif
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique
pronom clitique réfléchi
pronom clitique réciproque
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom suspensif non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
que-phrase à l’indicatif,
proportionnelle au pronom en/à_ça.
que-phrase au subjonctif,
proportionnelle au pronom en/à_ça.
proposition infinitive introduite par
à, proportionnelle au pronom en/ça.
proposition à l’indicatif, introduite
par si, et proportionnelle à en/ça.
proposition à l’indicatif, introduite
par de ce que
proposition au subjonctif, introduite
par de ce que
proposition à l’indicatif ou à
l’infinitif, introduite par un suspensif
de quoi tu rêves ?
de qui tu rêves ?
j’en rêve souvent
elle lui a arraché les vêtements
le fisc leur réclame une fortune
ils s’enlèvent ces marques
ils s’enlèvent tout espoir
je rêve de ceci
je me vengerai de lui
je me vengerai d’eux
ils se soucient l’un de l’autre
il s’est toujours abstenu de
questionner
5.5 Le paradigme de quantité PQ
Le paradigme de quantité PQ désigne une position valencielle proportionnelle avec
combien/autant (voir cependant les commentaires dans la section sur le P1), éventuellement
précédée de la préposition indiquée dans le champ PQ_PR.
Il a joué deux mille euros sur ce cheval.
Il mesure un mètre quatre-vingts.
Je vous laisse ce tapis pour mille euros.
Le prix a monté de dix pour cent.
à combien se chiffrent les pertes ?
Les deux champs PQ et PQ_PR doivent donc être interprétés ensemble.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
23
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
PQ_PR$
PQ$
AUX$
se chiffrer: P0 PQ
predicator simple pseudo_se
CHIFFRER/chiffrer
15320
à combien se chiffrent les pertes ?
bedragen
amount (to), number, run up (to)
pseudo_se, subj:pron|n:[abs], quant<à>:pron|n:[]
que, elle, il, ils, ça, celui-ci, ceux-ci
à
combien, autant
être
Voici les éléments repris en PQ.
0
combien
autant
que
indique le caractère facultatif
pronom suspensif non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
la voiture, je l’ai payée (autant)
il coûte combien ?
les dégâts se chiffrent à autant
que coûte tel produit ?
5.6 Les paradigmes de manière PM et PMi
Le paradigme de manière PM désigne une position valencielle caractérisée par la série
comment, comme ça, ainsi, de quelle façon, de telle façon. La lexicalisation peut se faire tout
aussi bien de façon adverbiale qu’avec des expressions avec ou sans préposition. Celle-ci est
indiquée dans le champ PM_PR.
il s’accoutre d’une manière ridicule
agréger des éléments hétérogènes en une masse compacte
il va de Bruxelles à Paris en TGV
le moulin s’alimente en eau par un canal
0
comment
comme ça
ainsi
de quelle
façon
de telle façon
indique le caractère facultatif
suspensif non clitique
non clitique
non clitique
suspensif non clitique
il voyage comment
il parle comme ça
elle fonctionne ainsi
de quelle façon comptez-vous y
aller
non clitique
Le paradigme de manière PMi désigne une position valencielle caractérisée par la série
comment, (comme) tel(le)(s), ainsi. La lexicalisation se fait souvent avec des adjectifs ou des
substantifs sans article ou avec la préposition introductrice comme.
Le paradigme PMi est nécessairement en rapport avec un autre terme de la construction ;
c’est pourquoi nous l’avons dénommé provisoirement PM « interne ».
on te l’a dépeint comment ?- on me l’a dépeint comme un homme du monde
elle finira ministre
je le considère trop intelligent pour devoir mentir
la journée s’annonce bien/radieuse
0
comment
indique le caractère facultatif
suspensif non clitique
on te l’a dépeint comment ?
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
24
comme tel
tel
ainsi
non clitique
non clitique
non clitique
5.7 L’adjoint évaluatif AE
Certains prédicateurs se construisent difficilement sans l’ajout d’un adverbe évaluatif du
type bien/mal. Cet ajout évaluatif répond au suspensif comment, sans qu’il y ait toutefois
paradigme pronominal : il n’y a aucun pronom assertif proportionnel, ni même aucun
paranom. Il ne s’agit donc pas d’un terme valenciel.
De tels ajouts peuvent se retrouver, comme ajouts facultatifs, avec la plus grande partie
des prédicateurs. Dans ce cas ils ne peuvent être retenus dans ce dictionnaire, qui ne reprend
que les éléments valenciels.
Comme toutefois certains prédicateurs en exigent un en tant qu’élément obligatoire, on
les considèrera et les notera ici comme adjoints non valenciels du prédicateur, au même titre
que par exemple l’élément pseudo_se. Comme ce dernier, on le marque par l’ajout du
symbole AE dans le champ VAL et par le mot-clef evaluative_adjunct dans le champ
VTYPE. Le pseudo-paradigme AE figure également à la fin des champs indiquant les
paradigmes valenciels, avec comme seul élément la forme comment.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
AE$
AUX$
tourner: P0 AE
predicator simple evaluative_adjunct
TOURNER/tourner
83190
l'affaire a mal tourné
een loop/wending nemen
change badly
subj:pron|n:[hum], eval:pron|n|adv:[]
que, qui, je, nous, elle, il, ils, on, ça, celui-ci, ceux-ci
comment
avoir
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
AE$
AUX$
tomber: P0 AE
predicator simple evaluative_adjunct
TOMBER/tomber
82730
un vêtement qui tombe bien
<zus of zo> vallen
fit <>
subj:pron|n:[nhum,?abs], eval:pron|n|adv:[]
que, elle, il, ils, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci
comment
être
5.8 Les paradigmes prépositionnels PP
Le champ PP indique la présence d’un paradigme valenciel introduit par une préposition
fixe. Sa particularité réside dans le caractère fixe de la préposition. Contrairement à d’autres
paradigmes dont la réalisation lexicale peut comporter une préposition (à en P2, de ou à en
P3, des prépositions comme à, dans, sur, sous, contre.. en PL et ainsi de suite) et qui
connaissent également des formes clitiques sans préposition, ça n’est pas le cas pour les PP.
Pour chaque paradigme prépositionnel dans l’entrée, celle-ci prévoit deux champs, à
savoir le champ PP, qui donne la liste des éléments dans le paradigme, et PP_PR, qui donne
une préposition ou éventuellement plusieurs prépositions si elles sont toutes acceptables pour
la même position valencielle.
Liste des prépositions en PP :
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
25
après,
au dépens de,
au sujet de,
au travers de,
au-dessus de,
au-devant de,
auprès de,
autour de,
avec,
chez,
comme,
comme de,
contre,
d’avec,
dans,
de,
derrière,
devant,
du côté de,
en,
en faveur de,
entre,
envers,
face à,
jusqu’à,
le long de,
par,
parmi,
pour,
sans,
selon,
sous,
suivant,
sur,
vers,
à,
à l’avis de,
à travers
Une entrée peut comporter plus d’un paradigme prépositionnel, mais ceci est
exceptionnel.
0
quoi
qui
prep []
indique le caractère facultatif
pronom suspensif
pronom suspensif
préposition employée seule (emploi
absolu)
soi-même
pronom non clitique
elle-même
pronom non clitique
lui_ton
pronom non clitique
eux
pronom non clitique
ça
pronom non clitique
cela
pronom non clitique ; il remplace le
pronom ça après la préposition en,
auquel cas ça ne sera pas indiqué.
ceci
pronom non clitique
celui-ci
pronom non clitique
ceux-ci
pronom non clitique
l’un l’autre
pronom non clitique
lesquels
pronom non clitique ; indiqué
uniquement après parmi et entre.
combien
pronom suspensif non clitique
autant
pronom non clitique
ça(qpind)
que-phrase à l’indicatif,
proportionnelle à <prep> ça.
ça(inf)
proposition infinitive introduite par
<prep>, proportionnelle à <prep> ça.
ça(p_ce_qpind) proposition à l’indicatif, introduite par
<prep> ce que
courir après, compter avec, lutter
contre
je le fournis en cela
entre lesquels balances-tu
Des éléments supplémentaires s’ajoutent pour certaines prépositions :
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
26
sur
sous
dans
autour de
contre
là-dessus, dessus, lui…dessus
là-dessous, dessous
là-dedans, dedans, lui…dedans
autour, lui…autour
là-contre
mets-le là-dessus
place-le là-dessous
elle lui est rentrée dedans
elle lui a tourné autour
Les éléments du type « dessus, lui…dessus » représentent pour le paradigme
prépositionnel ce que le pronom clitique y représente pour le paradigme P2.
Prépositions alternantes
Certains paradigmes prépositionnels comportent des prépositions qui alternent en fonction
de l’élément qui suit : intéresser quelqu’un dans quelque chose, l’intéresser en quoi. Une
barre oblique dans le champ PP_PR indique les prépositions alternantes.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
P1$
PP_PR$
PP$
RP$
LC$
AUX$
intéresser: P0 P1 PP<dans/en>
predicator simple
INTERESSER/intéresser
51680
ce patron a intéressé ses travailleurs dans l'entreprise
betrekken (bij), doen delen in de winst
involve (in), make participate (in)
subj:pron|n:[hum], obj:pron|n:[hum], objp<dans,en>:pron|n:[?nhum,abs]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
qui, te, vous, la, le, les, en Q, celui-ci, ceux-ci
dans/en
quoi, celui-ci, ceux-ci, dedans, là-dedans
passif être, se faire passif
51680-51700 je les intéresse là-dedans, ils s'intéressent là-dedans
avoir
5.9 Le paradigme locatif PL
Le champ PL indique la présence d’un paradigme locatif valenciel. Soulignons qu’il
existe aussi un paradigme « délocatif » (PDL) (il s’éloigne du parapet, il vient de cette région)
et des paradigmes « prépositionnels » (PP), caractérisés par la préposition fixe.
Le locatif peut prendre des formes variées : pronom clitique (y) ou non clitique (où, là,
ici, là-bas), paranom (quelque part, ailleurs, partout…), « préposition » (autour, dessus, làdessus) ou réalisation lexicalisée, introduite par une préposition (sur le bateau, à la cave…).
Dans les entrées où le paradigme locatif peut prendre des formes très variées (habiter à
l’étranger, sous un pont, dans un arbre, sur un bateau, près de la gare, chez un ami…),
l’entrée ne comporte que le champ PL.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
PL$
AUX$
bifurquer: P0 PL
predicator simple
BIFURQUER/bifurquer
11180
la route bifurque à deux kilomètres du village
splitsen, afslaan, van richting / spoor veranderen, een andere richting inslaan
split
subj:pron|n:[nhum,?abs], loc<>:pron|n:[]
que, elle, il, ils, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci, il_en_Q
où, là, ici, là-bas
avoir
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
27
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
PL$
LC$
AUX$
habiter: P0 PL
predicator simple
HABITER/habiter
48570
elle habite toujours chez ses parents
wonen, verblijf houden
live (with)
subj:pron|n:[hum], loc<>:pron|n:[]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
où, y, là, ici, là-bas
48570-48610 j'habite là, je l'habite
avoir
Lorsque la réalisation à préposition du paradigme locatif se limite à quelques prépositions
seulement, l’entrée comporte aussi le champ PL_PR, qui énumère les prépositions en
question.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
PDL_PR$
PDL$
PL_PR$
PL$
AUX$
partir: P0 (PDL) (PL)
predicator simple
PARTIR/partir
59380
je suis parti de Bruxelles pour Paris en TGV
vertrekken, weggaan/rijden, afvaren/reizen
leave (from) (to)
subj:pron|n:[hum,nhum,?abs], ?deloc<de>:pron|n:[], ?loc<>:pron|n:[]
que, qui, je, nous, elle, il, ils, on, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci
de
0, en, prep où, prep là, prep ici, prep là-bas
pour, à, vers, chez, en, sur, ...
0, où, y, là, ici, là-bas, prep où, prep là, prep ici, prep là-bas
être
Dans certains cas, l’entrée présente un ou plusieurs champs PL_DEV, qui chacun donnent
le paradigme de pronoms pour la préposition mentionnée.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
PL$
PL_PR$
PL_DEV$
PL_DEV$
PL_DEV$
LCRES$
AUX$
s'accouder: P0 (PL)
predicator simple pseudo_se
ACCOUDER/accouder
1270
il s'est accoudé sur son bureau et a commencé à nous parler / défense de
s'accouder contre le mur / il s'accoude au comptoir pour commander trois bières
met de ellebogen gaan leunen (op/tegen)
lean on one's elbows
pseudo_se, subj:pron|n:[hum], ?loc<>:pron|n:[]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
0, où, y, là
sur, contre, à
sur : quoi, ceci, celui-ci, ceux-ci, dessus, là-dessus
contre : quoi, ceci, celui-ci, ceux-ci, ça, là-contre
à : quoi, ceci, celui-ci, ceux-ci, ça
1270-? être accoudé
être
La liste suivante énumère les éléments du paradigme PL.
0
où
y
là
là-bas
ici
prep où
prep là
prep là-bas
prep ici
indique le caractère facultatif
pronom suspensif
pronom clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
suspensif précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
tu habites où ?
il y retourne souvent
reste là-bas
viens ici
il repassera par où
on accède au musée par cette porte
la balle a bondi jusque là-bas
on transite les marchandises par
ici
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
28
Liste des prépositions répertoriées en PL_PR :
à
auprès de
autour de
avec
chez
contre
dans
en
entre
jusqu’à
jusque
par
parmi
pour
sous
sur
vers
(jusqu’) à
(le long) de
Le champ PL_DEV donne d’abord une des prépositions attestées dans le constituant
correspondant à la position PL, puis le paradigme proportionnel du constituant introduit par
cette préposition. L’ensemble des éléments possibles est identique à celui du paradigme PP.
quoi
qui
ceci
ça
lui_ton
eux
celui-ci
ceux-ci
pronom suspensif
pronom suspensif
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
pronom non clitique
Comme c’était le cas des paradigmes PP, des éléments supplémentaires s’ajoutent pour
certaines prépositions.
sur
sous
dans
autour de
contre
là-dessus, dessus
là-dessous, dessous
là-dedans, dedans
autour
là-contre
5.10 Le paradigme délocatif PDL
Le champ PDL indique la présence d’un paradigme valenciel délocatif, proportionnel
avec en, d’où, de là, d’ici, de là-bas. Les réalisations non clitiques sont toujours introduites
par la préposition de.
les jouets déboulaient de l'escalier
il s’est barré de la prison
ces lectures m’éloignent de la réalité
les arabes ont été expulsés de leur maisons
Au champ PDL est associé un champ PDL_PR, par analogie aux cas PP et PL, mais ce
champ prend toujours comme valeur la préposition de.
Les éléments répertoriés pour le paradigme PDL apparaissent dans la liste suivante. Les
formes non clitiques sont notées « prep X » (au lieu de « de X ») par analogie aux paradigmes
PL, PT, PP.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
29
0
en
prep où
prep là
prep là-bas
prep ici
indique le caractère facultatif
pronom clitique
suspensif précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
Une entrée peut présenter à la fois les paradigmes PL et PDL.
Veux-tu déplacer le lit de la chambre au salon ?
Il importe du café (du Brésil) (en Europe)
5.11 Le paradigme temporel PT
Le champ PT indique la présence d’un paradigme valenciel temporel, proportionnel à
quand, à ce moment-là.
sa noblesse remonte au 15e siècle
je reporterais la décision à un moment plus favorable
Au champ PT est associé un champ PT_PR, qui indique la préposition qui introduit le
complément temporel, ou bien « … » lorsque plusieurs prépositions sont possibles.
réserver le meilleur pour la fin / pour quand / *à midi / *quand
les cours reprennent quand / après les vacances / à midi / demain / dans quinze jours
Les valeurs répertoriées pour le champ PT_PR sont : « ..., à, de, depuis, jusqu’à, jusque,
pour ». (D’autres, comme « vers, au-delà de, autour de, avant, après », ne sont pas
répertoriées.)
0
quand
à ce mom-là
prep quand
prep mainten
prep c m-l.
indique le caractère facultatif
suspensif
non clitique
suspensif précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
non clitique précédé d’une préposition
5.12 Les éléments discontinus du paradigme P0
Le tableau ci-dessous énumère les éléments discontinus du P0, avec leur fréquence dans
le dictionnaire.
il_en_Q
il_que
il_de_inf
il_qpind
fr
éléments discontinus
301 pronom clitique discontinu pouvant être
complété après le verbe par un
complément indiquant la quantité
13 pronom suspensif (= interrogatif)
discontinu
23 proposition infinitive discontinue en P0,
introduite par de
15 que-phrase discontinue en P0, introduite
par que, à l’indicatif
il en arrive plusieurs ici chaque
jour
que ressort-il du rapport ?
il lui plaît de voyager ainsi,
il suffit d’aller ailleurs
il s’en suit que le projet est
rejeté
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
30
il_qpsubj
15
que-phrase discontinue en P0, introduite
par que, au subjonctif
il semble qu’elle soit licenciée
Ces éléments discontinus ne présentent pas tous la même distribution.
Avec 300 occurrences, l’élément « il_en_Q » est le plus courant : il en arrive (plusieurs).
Ensemble les parties « il », « en » et « plusieurs » représentent le référent sujet, comme le
montre la proportionnalité avec ils arrivent ou avec plusieurs arrivent.
Il convient de ne pas confondre cet élément discontinu avec des éléments dans des
constructions à plusieurs termes (dont le P0), comme dans il en prend (plusieurs), où il
correspond au P0 et en (plusieurs) au P1. Comparez elle en prend plusieurs et *elle en arrive
plusieurs.
Les différentes parties de l’élément « il_en_Q » représentent un seul terme. En effet, si il
en roule trop ici (de camions) était analysé en deux termes, l’un P0 il et l’autre P1 en trop (de
camions), on s’attendrait au passif *trop de camions sont roulés ici.
Quant aux éléments « il_de_inf », « il_qpind », « il_qpsubj », ils sont proportionnels à
« ça » :
il appartient aux parents d’élever leurs enfants – ça leur appartient
il arrive souvent qu’elle soit en retard – ça arrive souvent
Le cadre valenciel du champ FRAME ignore ces éléments discontinus, qui entreraient en
conflit avec les autres éléments du paradigme P0 ou avec d’autres éléments du cadre
valenciel. Pour l’analyse syntaxique automatique, il sera nécessaire de générer à partir des
éléments discontinus des entrées supplémentaires avec un sujet impersonnel il et un
complément supplémentaire :
P0-il_de_inf
P0-il_qpind
P0-il_qpsubj
pseudo_il, objet:de_inf:[abs]
pseudo_il, objet:compl:[abs,mood:ind]
pseudo_il, objet:compl:[abs,mood:subj]
Pour l’élément « il_en_Q », la solution sera analogue à celle adoptée pour l’élément « en
Q » du P1.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
31
6 Le cadre valenciel et le champ FRAME
Le cadre valenciel (ou « cadre de sous-catégorisation ») indique l’ensemble des éléments
valenciels régis par le verbe. Depuis la version 2 de DICOVALENCE, le champ FRAME donne
une caractérisation concise du cadre valenciel. Pour chaque position valencielle, il fournit
quatre types d’information : 1. sa fonction syntaxique, 2. son caractère obligatoire ou facultatif, 3. ses réalisations syntagmatiques possibles et 4. certaines restrictions de sélection,
formulées à l’aide de traits sémantiques. Ces informations ont été calculées à partir des
paradigmes de pronoms, selon l’approche décrite dans Mertens (2010).
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
P1$
P2$
RP$
PIVOT$
AUX$
offrir: P0 P1 (P2)
predicator simple
OFFRIR/offrir
58100
je lui ai offert mes excuses publiques
aanbieden, geven, bieden
offer, present
subj:pron|n:[hum], obj:pron|n|de_inf:[nhum,abs], ?objà:pron|n:[hum]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
que, (qui), (te), (vous), la, le, les, en Q, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci, combien,
autant, le(de_inf), ça(de_inf)
0, qui, lui, leur, se réfl., se réc., celui-ci, ceux-ci, l'un l'autre
passif être, se passif
P0/P0 [below de_inf in P1]
avoir
Le caractère facultatif d’une position valencielle est indiqué par le point d’interrogation
précédant la fonction syntaxique.
6.1 Les fonctions syntaxiques
La terminologie utilisée pour désigner les fonctions syntaxiques dans le champ FRAME
se rapproche de la tradition grammaticale, à laquelle elle ajoute des étiquettes afin de
distinguer les paradigmes P2 et P3, et d’identifier le complément quantitatif, l’attribut et
l’adjoint évaluatif.
Notation
FRAME
subj
obj
objà
objde
objp
Paradigme
Dicovalence
P0
P1
P2
P3
PP
quant
attr_subj
attr_obj
man
loc
deloc
temp
eval
internal_cause
px
PQ
PMi
PMi
PM
PL
PDL
PT
AE
PX
PX
Grammaire traditionnelle
Remarques
sujet
objet direct
objet indirect
objet indirect
complément
prépositionnel
sauf il impersonnel et élément discontinu
aussi clitique sans préposition
aussi clitique sans préposition
préposition fixe, pas de forme clitique
quantitative
attribut du sujet
attribut de l’objet
(circonstant de manière)
(circonstant locatif)
(circonstant délocatif)
(circonstant de temps)
-
pour le type valenciel uniquement
id.
id.
id.
adjoint évaluatif
complément sans proportionalité
complément sans proportionalité
Outre les positions correspondant à des arguments sémantiques, le cadre valenciel dans
FRAME inclut également des éléments sans statut sémantique, qui apparaissent comme des
pseudo-paradigmes dans le champ VTYPE. Ainsi, le cadre du verbe s’accoler comporte
l’élément pseudo_se, à côté du sujet et de l’objet indirect (P2) ; celui de s’y connaître
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
32
comporte le pseudo_se, le pseudo_y, à côté du sujet et de l’objet prépositionnel introduit par
en, et ainsi de suite. Le cadre de verbes impersonnels comme il neige comporte l’élément
pseudo_il.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
PP_PR$
PP$
AUX$
s'y connaître: P0 (PP<en>)
predicator simple pseudo_se pseudo_y
CONNAITRE/connaître
18590
je m'y connais en politique
verstand hebben (van), iets goed kunnen
know (about), understand, be a good judge (of)
pseudo_se, subj:pron|n:[hum], pseudo_y, ?objp<en>:pron|n:[?nhum,abs]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
en
0, quoi, cela
être
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
PQ$
AUX$
neiger: (PQ)
predicator simple pseudo_il
NEIGER/neiger
57450
il neige sur Liège
sneeuwen
snow
pseudo_il, ?quant<>:pron|n:[]
0, combien, autant
avoir
6.2 Les réalisations syntagmatiques
Les réalisations syntagmatiques d’un terme verbal désignent les formes (ou types de
syntagmes) que peut prendre ce terme : pronom clitique (Eva le comprend), pronom non
clitique (elle comprend ça), groupe nominal (elle comprend cette question), groupe
prépositionnel (elle parlait à ces personnes), complétive (elle comprend qu’il ne viendra
plus), complétive introduite par « si » (elle voudrait contrôler si la livraison est bien arrivée),
proposition infinitive (elle voudrait se reposer un peu), et ainsi de suite.
On retient les réalisations syntagmatiques suivantes.
pron
n
pronom (clitique ou non clitique)
groupe nominal ou groupe prépositionnel, selon la nature du paradigme,
par exemple GN pour P0 et P1, GP pour P2, P2, PP, PL, PDL, PT…
inf
proposition infinitive
de_inf
proposition infinitive introduite par de
à_inf
proposition infinitive introduite par à
compl
complétive
si_compl
complétive introduite par si
à_ce_que_compl complétive introduite par à ce que
de_ce_que_compl complétive introduite par de ce que
indirq
question indirecte
adv
adverbe ou groupe adverbial
Pour les complétives, le ou les modes employés seront indiqués à l’aide du trait mood (cf.
ci-dessous).
6.3 Les restrictions de sélection
Les traits sémantiques sont utilisés pour spécifier les restrictions de sélection portant sur
un terme donné du verbe. Ces traits indiquent donc certaines propriétés sémantiques que doit
présenter le référent désigné par le terme verbal. Dans DICOVALENCE ces traits sont calculés à
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
33
partir des éléments dans les paradigmes de pronoms. Ces informations permettent seulement
de prédire quelques catégories majeures. Mertens (2010) motive le choix de l’organisation
non hiérarchique de ces traits.
Pour la définition des traits sémantiques, on n’adopte pas de taxinomie hiérarchique, mais
plutôt une classification à un niveau avec 3 classes majeures sans intersection : [humain],
[concret non humain] et [abstrait]. Lorsqu’un terme du verbe accepte les référents humains, il
sera doté du trait [humain] ; lorsque ce terme accepte à la fois des référents humains et des
référents concrets non humains, il présentera deux traits, et ainsi de suite.
hum
nhum
abs
+complex
mood:ind/subj
concret humain
concret non humain
abstrait
trait de complexité (cf. section consacré à cette propriété)
mode employé dans la complétive éventuelle
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
34
7 Relations à l’intérieur du groupe de formulation
7.1 Les éléments « pivot »
Le pivot désigne un terme qui réalise deux places de valence à la fois, d’abord comme
terme régi par un verbe et ensuite comme terme régi par un infinitif ; ce dernier constitue la
lexicalisation d’une autre place de valence du même verbe (cf. P&S: 65).
il s’obstine à travailler ainsi
P0/P0
je lui conseille de se raser
P2/P0
Dans il s’obstine à travailler ainsi, le sujet de s’obstiner est aussi le sujet non exprimé de
l’infinitif travailler, tête locale du P2 de s’obstiner. Dans je lui conseille de se raser, le P2 du
premier verbe est en même temps le P0 de l’infinitif.
Le champ PIVOT note les éléments qui identifient le statut du pivot : la fonction du terme
régi par le premier prédicateur, celle du terme non explicité de l’infinitif, puis, entre crochets
le type de proposition infinitive et la fonction qu’elle remplit auprès du premier prédicateur.
Pour s’obstiner on aura :
PIVOT$
P0/P0 [below à_inf in P2]
7.2 Les reformulations passives
les libraires vendent les dictionnaires
les dictionnaires sont vendus par les libraires
les dictionnaires ne se vendent que par des libraires
on a viré cet employé
cet employé s’est fait virer
L’actif et les différents types de passif sont envisagés comme des reformulations, c’est-àdire comme des arrangements différents des termes de valence d’un prédicateur (cf. P&S: 64).
Par exemple, les termes de valence du prédicateur « vendre P0 P1 (P2) », et les référents
correspondants, se présentent également au passif, bien qu’avec des fonctions syntaxiques
différentes. Ensemble, les formulations actives et passives, liées entre elles grâce aux relations
entre les termes, forment le groupe de formulation.
Le champ RP énumère les reformulations passives attestées pour un groupe de
formulation.
passif être
reformulation passive formée à l’aide
du verbe « être »
se passif
reformulation passive formée à l’aide
d’un paradigme réfléchi
se faire passif reformulation passive formée à l’aide
du verbe « se faire »
ils sont vendus (par eux)
ils se vendent (par eux)
il s’est fait virer (par eux)
La véridicité d’une proposition active implique celle des reformulations passives
correspondantes, et vice versa. Cette relation d’implication mutuelle ou équivalence (au sens
de la logique) constitue la caractéristique essentielle et nécessaire des reformulations.
Ainsi nous avons, pour le même prédicateur charger, deux groupes de formulation ayant
chacun ses propres formulations passives marquées par cette équivalence :
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
35
charger 1 (P0 P1 P3)
elles chargent ceux-là de ceci (elles chargent les wagons de colis postaux)
↔ ceux-là sont chargés de ceci par elles
↔ ceux-là ne se chargent de ceci que par elles
charger 2 (P0 P1 PP)
elles chargent ceci sur ceux-là (elles chargent ces colis sur les wagons)
↔ ceci est chargé sur ceux-là par elles
↔ ceci ne se charge sur ceux-là que par elles
Les rapports d’équivalence entre les formulations d’un même groupe de formulations ne
s’observent pas d’un groupe de formulation à l’autre, p.ex. entre la formulation active de
« charger 2 » et les formulations passives de « charger 1 ». Il n’existe en effet qu’une
implication unidirectionnelle entre le groupe « charger 1 » et l’autre, l’inverse n’étant pas le
cas.
8 Auxiliaires d’aspect
Le champ AUX spécifie l’auxiliaire utilisé dans les temps composés de la voix active.
Certains verbes prennent tantôt « avoir », tantôt « être », tantôt encore les deux, selon l’emploi
(groupe de formulation) en question.
Le contrôleur est déjà passé ici. [P0 (PL), 59490, être]
Ce pays a passé par tous les degrés de la dictature et de l’exploitation. [P0
PP<par>, 59500, avoir]
Après les présentations on est/a passé du hall au salon. [P0 (PDL) PL, 59510,
avoir/être]
Ca s’est passé ici-même il y a un demi-siècle. [pseudo_se, P0 (PL) (PT), 59520, être]
Ils sont passés me dire bonjour. [adjunct_verb, 59540, être]
Son héritage a passé à ses enfants. [P0 PP<à>, 59550, avoir]
Elle m’a passé ce virus. [P0 P1 P2, 59560, avoir]
Elle est passée commandant des sapeurs-pompiers. [P0 P1, 59580, être]
Le rouge est passé à l’orange au soleil. [P0 (PP<à>), 59590, être]
Ce film est/a passé dans toutes les grandes salles. [P0 PL, 59660, avoir/être]
Remarques.
Les verbes pronominaux (pseudo_se) prennent « être » : il s’est évanoui. Les emplois
résultatifs prennent également « être » : les balises étaient cachées derrière la végétation.
Lorsque le paradigme P1 comporte le pronom « se » parmi d’autres pronoms, l’auxiliaire
employé dans les constructions avec un pronom réfléchi ou réciproque sera bien sûr « être »,
alors que dans les autres cas, il correspond à l’auxiliaire indiqué dans le champ AUX.
Il l’a trompée plusieurs fois.
Ils se sont trompés déjà quelques mois après le mariage.
Nous ne nous sommes jamais trompés.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
36
9 Particularités de construction liées à la lexicalisation
9.1 non assertif
Certains prédicateurs s’emploient (presque) exclusivement dans des constructions
négatives ou interrogatives (plus exactement : comportant un élément suspensif), ou dans des
constructions affirmatives avec des éléments exprimant une restriction (ne … guère, peu, rien,
jamais, aucun…).
elle n’en revient pas (de cet affront) – ?elle en revient
il n’a pas bronché quand on l’a réprimandé
tu n’y couperas pas – comment y couper ? –
tu n’y couperas que s’il y a un volontaire
sa fidélité au régime ne s’est jamais démentie
c’est une maladie qui ne pardonne pas – qui pardonne difficilement
il ne pipait mot de l’accord avec les syndicats
elle n’y peut rien – *elle n’y peut pas – qu’est-ce que j’y peux ?
Les entrées concernées ont la valeur « non_assertive » dans le champ VTYPE.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
AUX$
broncher: P0 | NonAssert
predicator simple non_assertive
BRONCHER/broncher
12570
elle n'a pas bronché
z verzetten, protesteren, morren
offer resistance
subj:pron|n:[hum]
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci, il_en_Q
avoir
9.2 cause interne
Certains prédicateurs s’accompagnent d’un complément introduit par la préposition de,
qui exprime la cause interne du procès : elle bondit de joie. Ce complément n’est pas
proportionnel avec un pronom suspensif ou clitique (*elle bondit de quoi, *elle en bondit) et
par conséquent il ne correspond pas à une place de valence.
bondir d’impatience, de surprise, de joie
il brûle de fièvre/ brûler d'amour
crier de douleur
il frétillait de joie
ses succès l’ont gonflé d’orgueil
être gonflé d’orgueil
grelotter de peur
griller d’impatience
je languissais d’amour pour vous
il pétille d’esprit
Les entrées en question présentent le champ LABEL avec la valeur « internal_cause ».
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
37
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
PX_PR$
PX$
LABEL$
AUX$
exploser: P0 PX<de>
predicator simple
EXPLOSER/exploser
41805
il a explosé de colère
uitbarsten
explode
subj:pron|n:[hum], internal_cause<de>
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
de
n ;
internal_cause
avoir
10 Les constructions liées
En présence de deux constructions avec le même infinitif, mais avec un schéma valenciel
différent et le cas échéant des termes de fonction syntaxique différente, on peut parfois établir
des relations. Celles-ci reposent sur les correspondances entre les référents auxquels renvoient
les places de valence des deux prédicateurs.
10.1 Les constructions apparentées par le trait de « complexité »
Le couple de constructions suivant
nous bavardons
je bavarde avec toi
met en relation d’une part un prédicateur bavarder régissant un terme de valence
renvoyant à un référent C doté du trait de « complexité » et d’autre part un deuxième
prédicateur bavarder dont deux termes de valence renvoient à deux référents membres du
référent complexe C.
Dans l’exemple ci-dessus, le terme « complexe » occupe la place P0 et les termes
membres les places P0 et PP<avec>. Il existe de nombreux couples analogues à l’exception de
la fonction syntaxique. Il peut y avoir aussi des places de valence additionnelles qui ne
participent pas à la relation en question.
P0 ~ P0 PP<avec>
ils interfèrent ~ celui-ci interfère avec celui-là
ils flirtent ~ il flirte avec elle
nous fraternisons ~ je fraternise avec lui
nous complotons de faire ça ~ je complote avec lui de faire ça
P0 ~ P0 PP<contre>
ils frottent ~ ça frotte contre ceci
Les prédicateurs avec pseudo_se présentent les mêmes relations.
P0 se ~ P0 se P2
ils s’enchaînent, celui-ci s’enchaîne à celui-là
ça se joint à ça, ils se joignent
P0 se - P0 se PP<avec>
ils s’entendent ~ il s’entend avec elle
ils se sont expliqués ~ il s’est expliqué avec elle
nous nous sommes fâchés ~ je me suis fâché avec lui
ils se sont fiancés ~ il s’est fiancé avec elle
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
38
elles se fondent ~ elle se fond avec celle-là
nous nous sommes réconciliées ~ je me suis réconcilié avec elle
je m’en entretiens avec vous~ nous nous en entretenons
P0 se - P0 se PP<contre>
nous nous sommes fâchés ~ je me suis fâché contre lui
nous luttons ~ je lutte contre lui
P0 se - P0 se PP<dans>
ils s’enchevêtrent ~ l’un s’enchevêtre dans l’autre
ils s’imbriquent ~ ça s’imbrique là-dedans
Dans certains couples, le prédicateur à terme complexe est du type pseudo_se alors que
l’autre ne l’est pas.
P0 se - P0 P2
ils s’équivalent ~ il équivaut à celui-là
P0 se - P0 PP<avec>
ils se le sont partagé (entre eux) ~ il l’a partagé avec lui
Phénomène analogue en P1.
P1 - P1 PP<avec>
je les fonds ~ je le fonds avec celui-là
je les harmonise ~ j'harmonise celui-ci avec celui-là
je les identifie ~ je l'identifie avec celui-là
je les intervertis ~ j'intervertis celui-ci avec celui-là
je les marie ~ je la marie avec lui
accorder les choses ~ accorder ceci avec cela
P1 - P1 P3
il nous sépare ~ il me sépare de lui
je les rapproche ~ je rapproche celui-ci de celui-là
P1 - P1 P2
je les enchaîne ~ je l'enchaîne à celui-là
je les juxtapose ~ je juxtapose ceci à cela
je les fixe ~ je l'y fixe
je les joins ~ je le joins à celui-là
accoler deux choses ~ accoler un nom à qch
P1 - P1 PP<dans>
je les enchevêtre ~ j'enchevêtre l'un dans l'autre
je les imbrique ~ j'imbrique l'un dans l'autre
P1 - P1 PP<sur>
je les rive ~ je rive l’un sur l’autre
Un prédicateur peut présenter plusieurs constructions liées à la fois. C’est le cas de
fusionner dans les exemples suivants.
P1 : je les fusionne ~ je fusionne l'un avec l'autre
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
39
P0 : ils ont fusionné ~ il a fusionné avec elle
Dans le dictionnaire de valence, ces constructions liées sont indiquées dans les entrées des
deux prédicateurs impliqués, qui comportera un champ LCCOMP indiquant les numéros des
entrées du couple et des exemples concis.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
P2$
LCCOMP$
LCRES$
AUX$
s'apparenter: P0 P2
predicator simple pseudo_se
APPARENTER/apparenter
6130
c'est une espèce qui s'apparente à celle que nous venons de décrire
verwant z, lijken op
be related (to)
pseudo_se, subj:pron|n:[nhum,?abs], objà:pron|n:[nhum,?abs]
que, elle, il, ils, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci
quoi, y, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci
6130-6150 il s'apparente à celui-là, ils s'apparentent
6130-? être apparenté
être
10.2 Les constructions liées de type « actif – résultatif »
Le dictionnaire met en rapport les constructions d’un groupe de formulation et la
« résultative » correspondante et indique les correspondances éventuelles entre les termes des
deux entrées. Dans l’exemple suivant le référent P1 de « l’actif » correspond au référent P0 du
résultatif, et le P0 « actif » au P3 du résultatif, ce qui sera noté : P1/P0 P0/P3.
nous l’estimons tous ~ il est estimé de nous tous
Informations dans l’entrée résultative
Le champ LCRES d’une entrée résultative indique l’identificatif de l’entrée active
correspondante (il s’agit du premier numéro du champ, devant le tiret), la correspondance
entre les places de valence (à l’aide de couples « terme de l’actif / terme du résultatif » ), suivi
éventuellement d’un exemple (séparé de ce qui précède par les deux points).
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
P0$
P3$
LCRES$
AUX$
être estimé: P0 P3 | Resultative
être_PPE
ESTIMER/estimer
39785
le chef a toujours été estimé de ses ressortissants
geacht zijn
be esteemed/respected
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
qui, en, lui_ton, eux, celui-ci, ceux-ci
39780-39785 P1/P0 P0/P3 : je l'estime, il est estimé de moi
être
Dans les cas où le résultatif renvoie à plusieurs entrées actives, il y aura autant de champs
LCRES.
je me l’attache – il est attaché à moi : P1/P0 P2/P2
je m’attache à ce pays – je suis attaché à ce pays
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR$
P0$
P2$
LCRES$
LCRES$
être attaché: P0 P2 | Resultative
être_PPE
ATTACHER/attacher
8560
elle est attachée à son mari
gehecht z aan
qui, je, nous, elle, il, ils, on, celui-ci, ceux-ci
quoi, qui, y, lui_ton, eux, ça, ceci, celui-ci, ceux-ci
8520-8560 P0/P0 P2/P2
8470-8560 P1/P0 P2/P2 : je me l'attache, il est attaché à moi
Le tableau suivant énumère les correspondances attestées avec leur fréquence.
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
40
17
3
1
1
3
1
1
60
68
1
1
2
1
7
8
1
2
1
1
P0/P0
P0/P0 P2/P2
P0/P0 PP(avec)/P3
P0/P0 PP(pour)/PP(pour)
P0/P1
P0/P1 P0/P3
P0/zero
P1/P0
P1/P0 P0/P3
P1/P0 P0/P3 P2/P2
P1/P0 P0/PP(avec)
P1/P0 P0/PP(dans)
P1/P0 P0/PP(devant)
P1/P0 P2/P2
P1/P0 P3/P3
P1/P0 P3/PP(pour)
P1/P0 PP/PP
P2/P0 P0/P3
PP(dans)/P3
Informations dans les entrées « actives »
La relation entre un groupe de formulation et le résultatif correspondant n’est pas
explicitée de manière systématique dans les entrées non resultatives, mais peut facilement être
récupérée à partir des entrées résultatives. Dans certains cas l’entrée active ne donne qu’une
partie de l’information, comme dans l’exemple suivant, où le point d’interrogation apparaît à
la place prévue pour l’identificatif de l’entrée résultative être avancé, si elle existe.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
LCRES$
AUX$
s'avancer: P0
predicator simple pseudo_se
AVANCER/avancer
9460
le temps s'avance sans qu'on s'en aperçoive
vorderen, voortgaan
progress
pseudo_se, subj:pron|n:[abs]
que, elle, il, ils, ça, celui-ci, ceux-ci
9460-? être avancé
être
10.3 Autres constructions liées
Les constructions liées autres que LCCOMP et LCRES sont mentionnées dans le
dictionnaire sans détailler les types.
je l’éteins, il s’éteint
je les étale sur plusieurs mois, ils s’étalent sur plusieurs mois
ça l’éternise, il s’éternise
je l’en étaie, ça l’étaie
ça m’étonne, je m’étonne de ça
ça m’étouffe, j’étouffe
Le champ LC indique les indicatifs des entrées liées, suivies d’un exemple court.
VAL$
VTYPE$
VERB$
NUM$
EG$
TR_DU$
TR_EN$
FRAME$
P0$
P1$
LC$
évacuer: P0 P1
predicator simple
EVACUER/évacuer
40830
la séance est interrompue, vous êtes priés d'évacuer la salle
ontruimen
evacuate
subj:pron|n:[hum,+complex], obj:pron|n:[nhum]
qui, nous, ils, on, ceux-ci
que, la, le, les, en Q, celui-ci, ceux-ci
40810-40830 je les évacue de la ville, ils évacuent la ville
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
41
AUX$
avoir
Rappelons que les constructions liées du type
les pilotes s’arrosent l’un l’autre de champagne
l’un arrose l’autre de champagne
(avec « l’un » en P0 et « l’autre » en P1) ne sont pas mentionnées sous le champ LC, mais
sont indiquées par la présence de l’élément « l’un l’autre » dans le paradigme P1.
11 Références
Blanche-Benveniste, C.; Delofeu, J.; Stefanini, J. & Eynde, K. van den (1984) Pronom et
syntaxe. L’approche pronominale et son application au français. Paris: SELAF, pp. 245.
(ISBN 2-852-97-164-X)
Eynde, Karel Van den & Blanche-Benveniste, Claire (1978) Syntaxe et mécanismes
descriptifs : présentation de l’approche pronominale. Cahiers de Lexicologie, 32, 3-27.
Eynde, Karel van den; Mertens, Piet (2003) La valence : l’approche pronominale et son
application au lexique verbal. Journal of French Language Studies 13 (1), 63-104.
(Version préfinale disponible à l’adresse suivante :
http://bach.arts.kuleuven.be/pmertens/papers/proton2002.pdf )
Mertens, Piet (2010) Restrictions de sélection et réalisations syntagmatiques dans
DICOVALENCE. Conversion vers un format utilisable en TAL. Actes TALN 2010
(Montréal, juillet 2010)
Manuel d’utilisation du dictionnaire DICOVALENCE (version du 25-6-2010)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising