Mise en page-No 1-définitif

Mise en page-No 1-définitif
4,50 €
AN
4,50 $C
1 3 0 e C a r n a v a l d e M o n t h e y · P r i x d e v e n t e F r. 4 . 5 0 · M e r c r e d i 3 0 j a n v i e r 2 0 0 2
La radio de la méduse
«Claude Défago
et Radio Chablais
abandonnés...»
Je les ai tous formés… les Tirani,
Viscardi,Zimmerli,Piota,
Bastardoz,Blattner,
Hugentobler et le Jatton
laveur aussi… Même ma
Nicole s’en est allée vers
des Cieux plus Clément.
Ils m’ont tous laissé tomber
en croyant que j’allais couler.
Aujourd’hui je crie «Hourra»…
Je rebondis grâce à la
mondialisation,ma radio
du chablais devient ma
radio du monde ou presque,
mon chalet en Valais devient
ma cabane au Canada…
J’ai trouvé un créneau
inoccupé… le Québec!
2
La radio de la méduse... ou Radio
Chablais à l’heure québécoise
«Bye bye le Chablais, bonjour le Québec,
ma radio prend l’accent canadien.»
Ainsi parle le big boss de Radio Chablais
alias Radio Québec, j’ai nommé Claude
des branchettes (Défago), surnommé le
«Grand Caribou» par ses têteux (lèchebottes) qui jasent (parlent) à l’antenne.
Leur job est désormais raqué (payé) en
huards (dollars canadiens), à peine plus
haut que le franc du land (pays), des coucous et du Toblerone. Devant sa légendaire générosité… dans le verbe, tous
s’écrasent (acceptent), bien que certains
et pas des moindres se soient décrissés
d’icitte (se sont tirés d’ici)… et le plus
crissant (le pire), c’est qu’ils ont tous
réussi dans les media… sauf Piota peutêtre!!!
Le grand Caribou a instauré une nouvelle
discipline implacable, avec, pour les
maudits, le risque de se faire sacrer
(foutre dehors). Il est interdit de cruiser
(draguer), de minoucher (caresser) les
foufounes (fesses) des pitchounettes (collaboratrices) de la radio. Il est en outre
exclu de prendre une brosse (prendre
une cuite) et de faire le baum (voyou)
pendant le travail. Il est impensable de
tourner les coins ronds (ne rien foutre),
de se pogner le cul (ne rien faire). Les collaborateurs et trices ne devront pas tirer la
pipe (agacer) à quiconque. Tous sauront
courber (faire bonne figure) devant la
haute gomme (les gens hauts placés) qui
viennent bigler (rendre visite), ceci dans
l’espoir d’engranger quelques subsides.
Personne ne peut être crosseur (malhonnête) avec les auditeurs. Il est désormais
proscrit de faire le gnochon (imbécile) à
l’antenne et quand y a du monde,
c’est pour cela que Bébert Jacquet et Pascal Morand ont été
déplacés à la pub et que Borgeaud a avantage de se les
Rivières . Matane . Québec
remuer s’il ne veut pas retourner
. 97.1 . Trois
2.6
9
.
poser son prélard (linoléum) ou 87.6
d’être «promu» préposé à l’aiguisoir
(taille-crayon). Les ratoureux (esprits tordus) sont bannis tout comme les craques 15 h 45 Publicité: chars (voitures) d’occase et bonnes affaires du dé(remarques désobligeantes).
panneur (épicier) du coin
Et question programmes, heureusement
qu’il est revenu, notre sacré Beau…ris 16 h 00 Une heure en compagnie
des ruine-babines (musiques
Dupont, surnommé affectueusement
à bouche)
«ouananiche» (le petit égaré), qui n’a pas
17 h 00 Table tournante rétro avec
supporté de sacrer son temps (partir).
Teddy Bear Tchie, l’ours régional
Mais assez placoté (discuté), Radio Chablais fait peau de caribou neuve et nous 18 h 00 Table tournante rock and roll
avec Teddy Bear Ly, l’autre ours
annonce son nouveau programme
régional
(heures de Québec).
07 h 00 Bavasse du matin: «Bêche par le 19 h 00 A la recherche du Piote perdu
(conte pour enfants)
Québec hein»
21 h 00 Jeu – pognant les récipendiaires
08 h 00 Journal placoté
smats (séduire les gentils lau08 h 30 Météo, état des frimas, de la pouréats)
drerie et de la débâcle
09 h 00 Je jase avec les ploucs (parle 22 h 00 Bonjour (au revoir!) avant de
s’évacher (s’endormir)
avec les habitants)
On y perdrait son latin, ou plutôt son fran09 h 45 Proposition job plat (ennuyeux)
10 h 00 Table tournante (tourne-disque) çais… mais grand Caribou reste ferme et
des tounes (chansons) du monde convaincu que son taux d’écoute est au
plus haut, pas ici, mais là-bas. Alors, si
12 h 00 Journal placoté
13 h 00 Piquouter c’est quetaine (zapper vous aimez le Québec et ses chalets valaisans, allez claviarder («chatter», discuter)
c’est ringard)
sur le site de Radio Chablais…
Ce succès qu’il croit assuré tranche avec
l’incrédulité et l’étonnement de ces auditeurs. Enervé par tant de scepticisme,
Grand Carré…bouhhh fait la baboune
(boude) et s’emporte. Il se fâche, rosit,
arrange sa peignure (coiffure), enfourche
ses barniques (lunettes), remonte ses
bobettes (caleçons), met sa tuque (bonnet de laine), paquette ses p’tits (prend
ses affaires) et sacre son temps (quitte les
lieux), lançant quelques sacres (jurons)
et en faisant des sparages (gestes) dans
tous les sens. Le v’là pogné (en pétard),
en calvaire (en colère)… En partant, il
nous saute dans la face (nous engueule)
en criant à qui voulait l’entendre (personne!)
«C’est ben maudit, tabarnac… Québec ou
quoi… tu comprends donc pas que
Jacques Cartier et Guglielmo Marconi,
l’inventeur de la radio, ne font désormais
plus qu’un… et c’est moé (moi)!»
3
Elle court
elle court
la rumeur
Galanterie et
courtoisie
Courses karting de VIP (vieilles
pies) à Monthey… Marie-Claude
Ecœur dernière de la course.
Quelle galanterie. Bruno Schaller
a quant à lui gagné l’édition aux
poings.
Recherche d’emploi
Fait pas bon d’être syndicaliste…
En peu de temps, plusieurs
patrons de syndicats montheysans se sont fait foutre dehors,
Bruchez puis Challandes et enfin
Mathieu… On se demande qui va
donc
bien
pouvoir
les
défendre!… S’ils recherchent du
travail, ils pourront s’appuyer
sur l’expérience de Christian
Turin en matière de recherche
d’emploi… Non pas comme «spécialiste» de l’ORP, mais comme
modèle. En engageant Christian
Turin, Duplirex devient son 15e
ou son 17e employeur. Christian
Turin continue donc son pèlerinage: Ciba, Marti Matériaux, tennis, ORP, Interiman, Duplirex…
un exemple de mobilité… pas
intellectuelle, entendons-nous!
On solde…
Charly VERNAZ
Pour le 650e anniversaire de la
franchise, la Bourgeoisie de Monthey offre la bourgeoisie à CHF
650.–. A ce prix-là, Sergio Romiti
von Saanen aurait choisi Monthey.
Il a travaillé
pour Nez Rouge
en rapatriant chez eux
les automobilistes
qui n’étaient plus en
état de conduire…
le monde à l’envers.
Fernand A…vanthey les
mérites du nouveau kit
téléphone main libre
fiabilité 100%
Charly VERNAZ
Il a pris goût à Nez
Rouge et Walt Disney
nous apprend qu’il sera
le héros de sa série
«Rudolph, le petit
renne au nez rouge».
fiabilité 0,08%
Bernard PAUNET
Vous vous êtes fait retirer le permis, vous avez piqué le vélomoteur de votre fille et vous voulez
utiliser votre téléphone? Faites
comme Fernand Avanthay, utilisez le nouveau kit téléphone
main libre… Vous échapperez
peut-être à la police!
Il aurait écrit le
fabuleux destin
d’Amélie Poulain.
fiabilité
faible...
Fernand MARIÉTAN
Il aurait annoncé
qu’il allait bientôt
reprendre le travail.
fiabilité 0,1%
Igor COULON
Il aurait annoncé
qu’il allait peut-être
essayer d’envisager
de travailler…
à temps très partiel.
Malgré les sollicitations de Jean-Jacques Pahud, Serge Claret a quand
même quitté l’imprimerie... et malgré tous les efforts de Sam Scesa (qui
a remplacé Serge), Denis Fattebert a été engagé en renfort!
fiabilité
utopie...
4
Les architectes nous gâtent
Une maison bleue, un cube, un wagon, quelques départs de téléphériques, des
réverbères penchés ... le panorama architectural de Monthey est des plus variés.
Le Bout’Rions a demandé à Mario Botta (le vrai!... pas le nôtre!) d’apprécier à sa
juste valeur ce paysage hétéroclite (fait d’éléments disparates, bizarres, définition
du Larousse) et ses géniteurs.
Hermann Bonvin: Découvert sur le tard,
par le Maître Mangeat et Bar, il se cache
sous son nom d’artiste Anerka sàrl.
Lancé par les mandats de la coopérative
à beau-papa Georges, on lui doit la réalisation de HLML (habitations à loyer
modéré de luxe). La forme des toitures
illustre son inspiration; et son style
dépouillé, telle sa boule, exprime un certain formalisme confirmant sa remarquable érudition en littérature architecturale contemporaine.
Jean-Paul Chabbey: Découvert sur le
tôt par le Maître Mangeat, il a su rapidement s’entourer de «nègres» pour faire
son boulot.
Les montheysannes lui doivent les pavés
de la place centrale, les automobilistes
les socles des candélabres. A nouvellement récidivé dans la rue de l’Eglise où le
camion à Ruppen lui doit les candélabres
penchés. Une indiscrétion confirme que
l’architecte touche une commission
annuelle de la part des cordonniers, des
commerces de chaussures et des carrossiers. Son œuvre majeure reste cependant la boîte en bois qui lui sert de domicile, plantée dans le talus au-dessus des
tennis.
Son style matérialise le souci constant de
la composition symétrique jusqu’à l’exubérance.
Raymond Michellod, Raymond Vionnet, Nico Sneiders: Exit le Collège des
architectes, vive l’AMAAREA.
Portée sur les fonts baptismaux devant un
café, une mini et un rosé chez Romain
Boissard, l’Association Montheysanne
des Anciens Architectes Retraités
Encore en Activité a pour but principal,
et non avoué, de montrer qu’ils sont
encore là et que les jeunes y peuvent toujours venir, sacré nom de vieux!
Bernard Delacoste: Jeune loup encore
au bout du lac, descendant de Djeandjette Cottet, tente une percée dans sa ville
natale.
On lui doit le baraquement des repas
communautaires à côté du temple protestant, mandat qui lui a été offert pour
son anniversaire par sa maman ainsi que
le bâtiment de son papa Raymond qui
pousse à la rue Monthéolo et qui va enlever le soleil à Robert Nicollerat.
Son style: prolonge et juxtapose les
volumes conférant à l’espace une nouvelle religion!
Jean-Marc Zimmermann: Soi-disant
orphelin de Nico Sneiders, rêve de s’associer, une fois n’est pas coutume, avec
Urs Wüthrich, Marcel Breu et Roland
Salli.
Souhaite que l’hôpital du Chablais se
fasse le plus tard possible, en tout cas pas
avant sa retraite. Jusque-là, il y aura bien
encore quelques petits boulots à faire sur
le site de Monthey.
Seul depuis peu de temps, on ne lui doit
encore pas grand-chose, si ce n’est le
remplacement de la vitrine du bazar à
feu Delphine Trottet pour le laboratoire à
Blancpain. Par contre, on doit au duo
Zimmermann-Sneiders, tous les bouts,
les rajouts par-dessus, par-dessous, pardevant et par-derrière, à droite et à
gauche de l’hôpital de Monthey. Ainsi,
partant d’une cohérence clairement définie, ils ont su désarticuler les volumes
pour créer une décomposition et une
déstructuration contrariant le transit chez
les patients. Le dialogue avec les environs, en particulier la conduite forcée,
connotation des artères et des tuyaux
symboles de la vie hospitalière, est remarquable.
Roland Gay: Nul n’est prophète en son
pays. Il faut en effet monter sur le coteau
pour découvrir ses œuvres, en particulier
sa cabane sous un toit de tôle à Champian (visites organisées sur demande).
Choéland natif de la poche 4, sur le palier
2, entre le Vieux Manoir et le Café Berra,
sa tendance est curieusement plutôt
outre röstigraben. Chantre du bois, probablement par hasard, ses réalisations
l’utilisent avec sensibilité.
Architecte militaire, (il en faut!), il est
l’auteur de plusieurs constructions
notamment à Savatan. Se laisse actuellement pousser la barbe, se cherche un
Vendredi et apprend les rudiments de
navigation avec le mésoscaphe pour son
prochain mandat: l’île Robinson au Bouveret.
Son style: dispositif clair, rigoureux, formel (selon page 42 du livre du soldat),
structuré, orienté, où les fonctions sont
bien exprimées. Capitaine, j’ai terminé!
François-Victor Lambert: Ami de Pierre
Guillot, ennemi du fisc, lui parler d’impôts, c’est mettre un carré blanc. Sa
femme s’occupe des dessous, lui des dessus.
Poète et artiste, souvent distrait, il lui
arrive d’oublier. D’oublier de mettre un
toit sur la villa Alonso, pardon le petit
Chandolon des Aunaires, de mettre un
troisième étage sur le bâtiment des Crochets à la rue des Anges et de poser une
croix sur la chapelle à Pépé Delacoste à
Choëx.
Son style sait reconnaître l’architecture
du lieu et s’y référer, genre petite maison
dans la prairie à Giovanola au Chili,
manifeste une grande sensibilité dans
l’expression des façades avec un réel
souci d’Harmonie dont il a fait partie
durant plusieurs années.
Bruchez et Brunner SA: Depuis que Frisouille est parti à la retraite, voir sous
commune de Troistorrents-Morgins.
Bonnard et Woeffray: La minceur des
dossiers locaux étant proportionnelle à
celle des architectes B+W, le commentaire est reporté à l’année prochaine.
Alberti Alberto: Le thème du carnaval
de cette année étant «Géant», le petit est
naturellement mis hors jeu. Le commentaire est également remis «à plus tard.»
5
Ils auraient pu sauver Swissair et lui donner, non seulement un nouveau
nom, mais aussi un nouvel élan…
funér... air
Antoine Rithner… plus près de toi, seigneur
mortu... air
Maurice Clerc… au 7e ciel
honor... air
Bernard Delaloye… plus cher… encore plus cher
vulg... air
Bernard Bugna, et va chier bonne nuit…
dent... air
Tik Ai Que… un pont plus loin
libr... air
André de Preux, l’aviation au temps de St-Exupéry
parasit... air
Olivier Thomas… vivre des idées des autres
déficit... air
Le théâtre du Crochetan… mais moins que Swissair
aliment... air Angelo Cescato… sa bagnole a passé au travers des plus grandes
turbulences… alors les avions…
totalit... air
Emile Puippe… une main de fer dans un gant Deferr
comment... air Madeleine Hiroz… et patati et patata
missionn... air Manu Michielan, tous les vols ramènent en Suisse
visionn... air
Madame Soleil… après la pluie, je prédis le soleil…
millionn... air Soupape, pour un développement tentacul AIR
schall... air
Benoît, avec 2 «L»
bloch... air
L’UDC de Laurent Gavillet, pour des vols internes exclusivement
minorit... air Les socialistes… vu le monde, plus besoin de gros porteurs
testicul... air Yvon Dupasquier, pour mieux soutenir les parties en présence
larv... air
Lenoir Cédric… et s’envoyer en l’AIR
imp... air
et passe… le Casino de Saxon
calv... air
Christian Turin, un chemin de croix pour les patrons ou l’art
de rebondir toujours plus haut
popul... air
Marcel Eperon, défendre la «voix du peuple»
Aux dernières nouvelles, le groupe Swissair / Crossair hésiterait
entre plusieurs nouveaux noms
gal... air
proposé par Mario Corti
pompel... air proposé par le peuple
Et celui qui a la faveur de la cote
gangst... air
et a été proposé par les anciens administrateurs de la société
Différence
Connaissez-vous la différence entre
Radio Chablais et Télé12?
Les parasites sur Radio Chablais, on
les entend; tandis que sur Télé12, on
les voit!!!
Radio Chablais…
quel connaisseur!
Ecoutez sur Radio Chablais les pronostics de Mario Buratti… «PMU
romand, tiercé à Vincennes, 15 partants, favoris: le 6, le 4, le 3, l’as, le 15,
le 12, le 10 et le 9. Mais le parcours
gras convient également au 7, au 9 et
au 11 qui figurent également au rang
des favoris. L’handicap pourrait toutefois sourire à des chevaux comme
le 2, le 5 et éventuellement le 13…»
On ne se mouille pas trop question
pronostics, quoique le spécialiste a
carrément mis de côté le 14… peutêtre un oubli!… Je croyais pourtant
que pour le tiercé il fallait jouer 3 ou
4 chevaux!
Radio Chablais encore...
Entendu le bulletin «Etat des routes»:
«Toutes les routes sont sèches, voire
mouillées». Question météo on ne se
mouille pas à Radio Chablais.
Retraite
André de Preux… va arrêter de travailler… Sacrée nouvelle… il travaillait!!!
Pigeon vole…
Fabienne Chappex, petite dernière du
comité de Carnaval, a été engagée
pour s’occuper des costumes, des
déguisements et de l’animation des
enfants… et surtout, ne soyons pas
hypocrites, pour son grand bus et sa
sobriété, gage de sûreté pour rentrer
toute l’équipe du comité de Carnaval…
Croyait-on!!!
Renseignements pris, un exemple au hasard,
une fête aux Marmettes, des promesses à son
Charles de mari. «Comme je bois pas, je pourrai te
ramener, mon chéri…» qu’elle disait!… 1 heure plus tard, ramassage à la petite
cuillière de Fabienne, couchée et enroulée autour d’un arbre. Ah!… les promesses.
Le comité de Carnaval va devoir revoir ses critères d’engagement… et aussi,
comme depuis de nombreuses années, continuer dans la sobriété pour assurer ses
rentrées…
Antoine Rithner a été chargé par la
commune d’exterminer les trop
nombreux pigeons de la ville. Avant,
Antoine se chargeait d’enterrer les
morts, maintenant il assassine…
c’est peut-être ça qu’on appelle de la
diversification.
A l’eau
Thierry Cornut a demandé à une
célèbre firme automobile américaine
de créer spécialement pour lui un
véhicule amphibie, histoire de traverser les canaux du centre plus facilement, plus rapidement et plus discrètement. C’est ce qu’on appelle
mettre de l’eau dans son vin?
6
Crochetan, théâtre d’un départ annoncé…
Mme Vincent part… notre Meine nous quitte. Connue de tous les
commerçants, aimée par son public… elle part. Nous ne la verrons plus partager son temps avec Monsieur ToutLeMonde dans
les bistrots de Monthey; nous ne la rencontrerons plus chez le
boucher du coin, partageant les mêmes soucis de commissions et
autres bavardages communs… Tout le monde la connaît et l’adore,
nous confiait une habitante de St-Sulpice!
Bref, elle s’en va… en grande dame et au grand dam de son second,
Michel Bussien.
Mathieu… non pas Delmonté… mais Menghini est donc nommé directeur du centre
culturel montheysan avec l’accord de dernière minute de Michel Bussien. Un Michel
Bussien fortement soulagé… Ils n’ont pas
choisi une autre femme pour le commander…
Le passage de témoin s’est déroulé dans un
excellent état d’esprit et Mme Vincent a fait
visiter «sa» ville qu’elle connait si bien à son
successeur.
Christiane Vincent: «Vous n’êtes pas de
parent avec un certain Mengelé, hein...
non… bon… vous, c’est Menghini, c’est pas
vraiment montheysan… n’est-ce pas…
Enfin, allons! Je vais vous faire visiter ma
ville. Attention en sortant de ne pas buter
contre la palette de feux d’artifice, ça pourrait servir un jour… Allez, allons tout droit,
direction Gare AOMC… Mon Dieu, elle n’est
plus là… ses WC et ses petits cochons non
plus!… Attendez, je réfléchis… Il y en a une
autre plus loin, je crois… mais oui, j’avais
oublié.
Mathieu Menghini: «Combien y a-t-il d’habitants à Monthey?»
C.V.: «Ouf… au moins 100 000, peut-être pas
tous déclarés, avec les abonnés au théâtre,
les demandeurs d’asile, les protégés d’AnneMarie Ulrich et les autres sans-papiers… et je
ne compte pas les faubourgs de St-Maurice
et de Martigny… A votre droite, vous avez le
Château du Crochetan qui a abrité des
familles d’illustres montheysans, les Bugna
et les Stoppini. Ces seigneurs peu recommandables se distinguaient par leur parlé
très châtié et leur éducation raffinée.
M.M.: «Et que sont ces fumées au loin… des
usines?»
C.V.: «Euh, non, non, ce n’est que quelques
paysans brûlant leurs déchets… Monthey
n’a pas d’usine, Monthey est une ville essentiellement de culture, avec son Unipop
(university polytech profecency) et sa High
School of Commerce dirigée par Frère
Claude. Nous avons aussi des grands noms
de la littérature ici, comme Russo, Poe, Jean
de la Fontaine… on a eu aussi Hugo, mais le
nôtre s’appelle Italiano. Nous avons également vécu des spectacles inoubliables à la
patinoire avec Johnny Holiday on ice…»
M.M.: «Et la Ciba… vous connaissez?»
C.V.: «Schiba Martina oui… mais Ciba tout
seul… ça ne me dit rien! Mais regardez, làhaut, cette grande bâtisse, à côté, vous
voyez… une grande pierre… c’est la pierre
des Barbettes, ramenée il y a quelques
siècles de çà par un footballeur de passage
pour qui l’on chantait «Vas-y Barbettes,
baisse tes cuissettes»… Continuons… traversons cet immeuble de verre, une maison de
repos je crois. Elle est presque toujours fermée.»
M.M.: «Mon Dieu, mais… comme les candélabres penchent dangereusement dans cette
rue!»
C.V.: «La rue est en effet en train de s’affaisser, comme la place centrale d’ailleurs…
Dommage, à côté du temple protestant…
Heureusement, l’église catholique est stable,
au fond de l’avenue de la Gare.»
M.M.: «Vous fréquentez les établissements
publics?»
C.V.: «Bien sûr... il y a le restaurant COOP…
pas cher, j’y vais souvent, et il y a aussi le restaurant des Crochets… Je ne connais pas les
prix… quand j’y vais, c’est la commune qui
paie. Je connais aussi le Cheese Pacific Burger d’époque, sympa, tranquille, on y a la
paix… et il y a également le McDo, à la rue
de Venise je crois, j’y vais pour son toboggan.»
M.M.: «Vous êtes sûre qu’il est à la rue de
Venise… je croyais l’avoir vu à Collombey?»
C.V.: «Non non… sûre qu’il est au quai de la
Dranse, à côté du p’tit théâtre du Dé.»
M.M.: «Et ce vieux pont, qu’il est beau!»
C.V.: «Il enjambe la Gryonne, c’est un vestige
de la guerre de Crimée, quand le tsar Abraham 5 fit séparer les eaux pour faire passer
les pèlerins qui partaient à la Mecque.»
M.M.: «Avez-vous d’autres monuments historiques?»
C.V.: «Tout à fait, il y a la villa celte construite
au temps des Romains du sieur Cherix, avec
fresques et atrium, et surtout ses occupants
originaux d’époque qui en font une curiosité… Il y a aussi le site Künzle, site germain
fortifié, laissé par la Wehrmacht après l’envahissement.
M.M.: «Vous en connaissez des choses sur
cette ville!»
C.V.: «Oui, je sais, c’est ma ville… j’y suis tel-
lement bien intégrée. J’ai même fait la Une
de la presse spécialisée qui paraît lors des
festivités de la Pentecôte, je crois… pour
fêter le début du carême.»
M.M.: «Et Monthey est aussi une ville
sportive?»
C.V.: «Naturellement, il y a un terrain de
football à côté du théâtre, une patinoire, qui
doit se trouver à la sortie de la ville en direction de St-Sulpice, juste à côté de la Satom et
une piscine un peu plus loin vers le panneau marqué Step.»
M.M.: «Et nous arrivons où maintenant?…»
C.V.: «… Sur la place de l’Hôtel-de-Ville
avec tous ces platanes, symboles de la ville
de Monthey. Et puis ces magnifiques bâtiments communaux qui seront bientôt terminés… sachez mon cher, que les employés
communaux sont appelés ici des branleurs.
C’est Michel Bussien qui me l’a appris…
Tous des branleurs à la commune… qui
dit… qu’il est mignon mon Mimi à moi!»
M.M.: «Et quelle est cette colline derrière la
place de l’Hôtel-de-Ville?»
C.V.: «Il s’agit de la colline du Chantre-auVieux, haut lieu des libertés de cette bourgade. Le duc de Bourgogne y échangea ses
plus mauvaises piquettes contre les grands
crus des seigneurs du guillon Passaquay,
Buttet et autres Bréganti.»
M.M.: «Et les ducs et comtes de Savoie dans
tout cela…?»
C.V.: «C’est une troupe que nous avions
reçue pour le passage à l’an 2000… Ils nous
avaient tiré des feux d’artifice qui ne sont
jamais partis. Alors Michel Bussien veut les
allumer pour mon départ… ce qu’il est
chou, ce Mimi… Mais il faut que je vous
laisse… j’ai plus beaucoup de temps, j’ai un
mandat à Genève, un autre dans une école
de théâtre à Lausanne et Nelly Wenger qui
m’a demandé conseil pour… pour… je ne
sais plus quoi au fait!… Tout ce travail… ça
va me faire des sacrées indemnités de
déplacement. Je vais devoir demander
encore une rallonge. Essayez aussi, les gens
à la commune sont si généreux avec la
culture!»
7
Monthey penche
ECLAIRAGES DE LA RUE DE L’ÉGLISE
Délicatesse
Serge Labat du Cheval Blanc n’en
manque pas une pour se mettre dans
l’ambiance, Carnaval, le 31 et autres
fêtes de la bière. Pour fêter à sa
manière le concours hippique traditionnel, Serge a eu la délicatesse d’inscrire le même jour à son enseigne du
steak de cheval… mauvais goût.
PLACE CENTRALE
La Lyre disparaît
Fin d’une autre société montheysanne
de musique, après la disparition des
trois pelés de l’Aurore… La Lyre en
tout cas, nous annonce son dernier
concert pour Carnaval 02. A la fin
février, comme le franc, le mark ou les
pesetas, la Lyre ne sera en effet plus
acceptée en Europe et même en
Suisse. L’euro fait les premiers malheureux dans notre pays. Snif!
C’est pas une lumière
Laurent Nicod, célèbre avocat-notaire
de la place montheysanne, va prendre
quelques cours de mécanique et lire le
manuel d’utilisation de son véhicule.
En effet, il est à court d’excuses vis-àvis de son garagiste pour justifier l’oubli d’éteindre ses phares. La faute à
Laurence?
Le p’tit toutou
à son pépère…
Après avoir insulté et crié après
toutes les mémères qui allaient faire
crotter leurs petits chienchiens un
peu partout, Bernard Bugna en a
acheté un!…
Et, en plus, un chien étranger… un
berger allemand…, et re-en plus… il
est noir… la totale!
Mais qu’est-ce qui fait donc changer
Bugne à ce point!
Tryste dissparicion
La population montheysanne regrette
la disparition du Journal du Chablais.
Où donc retrouver toutes les fautes
d’orthographe du journal, ses mises
en page inachevées, ses renvois à
jamais… Paraît que le journal interne
de Giovanola (pardon Gtec) est en
pourparlers avancés pour reprendre
à son compte les fautes d’orthographe et les erreurs de syntaxe.
Foire…
Yannick Delitroz nous a démontré,
lors de la foire du 31, que Delitroz
venait bien de la contraction «Deux
litres en trop».
Sur les écrans
Montheysans...
Marie-Claude Ecœur
nous avait dit «Il s’agit d’un long et périlleux
exercice catastrophe avec interventions à la belle étoile»…
... enfin... plutôt rétablissement aux 13 étoiles…
Ah! cette Marie-Claude… elle s’est vite mise aux us et coutumes des pompiers!
8
Fer nand MARIÉTAN
Qui veut gagner des
aatt
d
i
d
i
d
d
n
n
a
a
cc
En quête de recherche de sous pour
combler le déficit communal, le conseil
municipal participe in corpore au jeu
«Qui veut gagner des millions», animé
par le toujours amusant Daniel Piota.
Rappel des règles… le candidat qui
aura été le plus rapide à la première
question de sélection réunissant les 15
candidats municipaux devra répondre
correctement à 12 questions pour
gagner un millions d’euros. Il pourra
compter sur l’aide du public et d’un
appel téléphonique à un ami… pour
autant qu’il ait des amis!
Question de sélection
Silence dans la salle, rire du présentateur vedette Daniel Piota qui pose la
question. «De Monthey à Champéry,
l’AOMC s’arrête à plusieurs haltes, dont
Placette, Troistorrents, Hôpital, Fayot.»
Mettez dans l’ordre logique, les différents arrêts que fera l’AOMC.»
Re-silence, les secondes s’égrènent.
Francine Cutruzzolà est perdue. Elle
confond l’AOMC et l’OMC (Organisation mondiale du commerce) et part
dans un pamphlet à la défense du
consommateur. Son discours l’élimine.
Aude Joris était sûre que AOMC voulait
dire Aigle Opital et Maternité du Chablais. Cédric Lenoir n’a rien répondu
pour être arrivé en retard… juste arrêté
pour boire un verre et Olivier Thétaz n’a
toujours pas compris la règle du jeu. Pottier perd son temps à relire la règle du
jeu et Guy Rouiller, bon gringe, s’énerve
de devoir jouer à ce jeu de débiles où
même ses handicapés de pompiers et
de collaborateurs de la PC pourraient
participer. Olivier Thomas attend que
son président de Fernand réponde pour
pouvoir copier dessus.
Il fallait répondre «Placette, Hôpital,
Troistorrents, Val-d’Illiez». Stoïque,
calme, relaxé, endormi peut-être, Fernand Mariétan est pourtant le seul à
avoir répondu correctement, même s’il
ne s’arrête jamais entre Monthey et
Champéry, surtout pas à Troistorrents et
encore moins à Val-d’Illiez.
Un tonnerre d’applaudissements accompagne le gagnant au centre du jeu. L’animateur l’y attend. Début du jeu…
Daniel Piota se croit à Télé 12 et bredzeuffle sa première question: «Pour
commencer, comme amuse-bouche et
non comme abuse-mouche»… jeu de
mot hilarant, il éclate de rire et continue
de son bel élan… «une question géographique».
1re question pour 500 € et billet de train
aller pour Berne
Quel est le chef-lieu du district de Monthey?
A/ Monthey
B/ Champéry
C/ Berne
D/ Les JO 2005
Silence dans le public où l’on
entend pourtant une voix qui
souffle «C’est où Mariétan est
président...» Piota demande le
silence. Fernand réfléchit à
voix haute… Georges est bien
président de Champéry et bientôt des JO 2005 à force de se faire
photographier dans tous les journaux… mais les JO 2005 c’est pas une
ville… Quant à Berne, je n’y suis pas
encore président… Reste Monthey, où il
me semble que je suis président… à ce
qu’on dit. Je répondrai donc «réponse
A, Monthey». Dans le public, Olivier
Thomas acquiesce, il est d’accord avec
son président. Daniel Marmillod, aussi,
il opine du chef.
Eclat de rire de Piota. La réponse est
correcte malgré la difficulté de la
question.
Fernand Mariétan répond du tic au tic
2e question pour 1000 € et un billet
d’entrée à excro 02... question culture
Qui a prononcé le mot de Cambronne?
A/ Le mime Marceau B/ Ostrini Marcel
C/ Mère Térésa
D/ Cambronne
lui-même
«Réponse D, Cambronne». Surprise
dans la salle, due à la rapidité de la
réponse. Fernand ajoute… J’ai été
par élimination. «Merde» ne fait
pas partie des jurons d’Ostrin’… donc restait plus que ce
Monsieur Cambronne, au
drôle de prénom «luimême»… Dans le public, Olivier Thomas acquiesce, il
est d’accord avec son président. Daniel Marmillod, aussi,
il opine du chef.
Bonne réponse… s’exclame notre présentateur
9
millions
vedette, il prononce quelques phrases
incompréhensibles qui ne font rire que lui
et noie les mots suivants dans un pouffement de rire.
3e question pour 2500 € et une fondue à
moitié prix au Valais
Qui est le symbole de la révolte et de la
rébellion dans la région?
A/ Le gros Benêt B/ Le Gros Bellet
C/ Le gros
D/ Romain Boissard
bonnet
Mariétan réfléchit paisiblement. Après 4 minutes de
réflexion, il se lance…
«Réponse B, le Gros-Bellet». «Je
suis allé par élimination… le
gros bonnet, c’est chez Gracia... pas si rebelle que ça… les
gros benêts, y’en a tellement
qu’on aurait parlé de
révolution plutôt que de
rébellion… Quant à Romain Boissard, il
gueule beaucoup et ça s’arrête là.»
Maintenant, pourquoi avoir choisi le
Gros-Bellet, Fernand Mariétan avoue
que le nom ne lui dit rien de spécial si
ce n’est que c’est aussi le nom du
célèbre jockey régional dont la statue
orne la rue du Château.
Et Piota de demander: «C’est votre dernier mot?»
Et Fernand d’affirmer: «C’est mon dernier mot, Jean-Piot’!» Silence abasourdissant… Dans le public, Olivier Thomas acquiesce, il est d’accord avec son
président. Daniel Marmillod, aussi, il
opine du chef.
Daniel Piota hurle sa joie… C’est une
bonne réponse.
4e question pour 5000 € et une place
gratuite et numérotée au p’tit théâtre de
la Vièze
Comment la dette de la commune a pu être
réduite ces dernières années?
A/ On a demandé
B/ Philippe Grau a
à Mme Machin
enfin payé les
de se prostituer
décorations de
Noël et l’électricité
qui va avec
C/ Le départ d’Emile D/ Personne ne sait
Puippe et de son
salaire a
fait l’affaire
Oups! Fernand décide de faire
appel au public qui vote… à
la quasi-unanimité «Réponse
D, personne ne sait», seul
Philippe Grau a répondu B.
Fernand respire… c’était pourtant une question facile
«Réponse D, personne ne sait» et
c’est mon dernier mot à ce sujet…
Dans le public, Olivier Thomas
acquiesce, il est d’accord avec son président. Daniel Marmillod, aussi, il opine
du chef.
Le public avait raison… et en avant
pour la question suivante que pose
notre amusant présentateur.
L’ami Piota (à ne pas confondre avec
la mire Piota!) glousse la question suivante, plutôt personnelle et d’apparence
facile pour Fernand.
Question piège… Soubresaut et transpi-
5e question pour 10 000 € et un pavé de la
place centrale
Comment fait Fernand Mariétan pour
s’occuper de son boulot, de sa femme, de
la présidence, du vélo et de ses fonctions
à Berne?
A/ Il boit de
B/ Il s’est fait cloner
l’Ovomaltine
C/ Il est super fort ou D/ Personne ne le
alors il se dope
sait, surtout pas
Nantermod,
son associé
ration… Fernand plonge dans ses souvenirs… Le nom de Nantermod lui rappelle quelque chose. Il hésite… «Comment le saurais-je alors que personne ne
le sait!» Dans le public, Olivier Thomas
acquiesce, il est aussi dubitatif mais
aussi d’accord que son président.
Daniel Marmillod, aussi, il opine du
chef.
Daniel Piota exulte: «Réponse correcte.»
Fernand est surpris que sa réponse soit
juste avant même qu’il ne l’ait donnée…
Daniel Piota bredouille la question suivante.
6e question pour 25 000 € et 0,2% de
rabais sur une mini à la Taverne
Quel sera le prochain monument de Monthey qui
va être mis en valeur par le nouvel éclairage?
A/ La Satom
B/ Le Vieux-Pont
C/ Alain Dupont
D/ Le Veaudoux (pour
qu’on sache
il est)
Fernand Mariétan réfléchit…
«Ok,oùAlain
Dupont n’était pas une lumière mais je
pense plutôt au Vieux-Pont.»
Piota ne répond rien… il laisse monter
la pression… Fernand hésite… Thomas
se ronge les ongles.
… Puis Fernand affirme sa réponse: «…
allez, oui! c’est le Vieux-Pont!» Dans le
public, Olivier Thomas trépigne sur son
siège. Il est d’accord avec son président.
Daniel Marmillod, aussi, il opine du
chef.
Piota ricane et accorde la réponse à son
candidat! Sans transition il re-ricane et
va annoncer la question suivante, mais
une cloche retentit… Fin de la première
partie.
Dans le public, Marie-Claude, la femme
de Fernand est fière de son mari. Elle
s’imagine déjà la victoire finale qui
semble lui tendre les bras… Elle se
réjouit déjà de pouvoir remonter l’avenue de la Gare, triomphante, avec une
pl…
(Fin première partie… la suite
dans la prochaine édition!)
10
La vie cu-culturelle montheysanne
Pour accéder à notre bourgade, l’amateur
de culture et de beauté plastique peut être
étonné: En arrivant par St-Triphon… la
Satom! En entrant par Bex… la Ciba! En
passant par la vallée… les val-d’Illiens! Tout
cela n’indique pas à première vue nos
richesses artistiques! Cependant, une fois le
centre-ville atteint, l’évidence est évidemment évidente: Monthey est une ville culturelle grouillant de musiciens amateurs
(Pesse, Paf, Collé), de peintres sur bâtiment (Bérod, Piota), de poètes des rues
(trop nombreux pour être cités ici), d’écrivains talentueux (Berreau, Colombara), de
cinéastes incompris (Ray Bussien, Freddy
Zaza)… et on en passe et des moins bons!
Il ressort tout de même de la cité de Fernand trois bastions culturels qui occupent
les projecteurs municipaux: Le Veaudoux
est biberonné par Aude Joris, Télé 12 est
materné par Francine Cutruzzolà et enfin le
Théâtre du Crochetan est chaperonné par
Jean-Bernard Duchoud.
risés qu’un professeur de français serait mis
à disposition de la clientèle pour lui
apprendre à conjuguer les verbes du
2e groupe. A suivre…
Télé12
Le duo culturel de Télé 12, Isabelle Gay et
Daniel Piota (ndlr! personne n’a dit ou écrit
que l’un faisait le cul, l’autre le turel) continuera de sévir l’année prochaine dans
votre télévision. Là encore, la commune de
Monthey a joué les pompiers en injectant
quelques crédits bienvenus confirmant
également l’expression: «Un bon tiens vaut
mieux que deux qui la tiennent!»
On chuchote même dans les milieux auto-
risés qu’un professeur de français serait mis
à disposition de la Télé pour lui apprendre
l’orthographe. A suivre…
Le Crochetan
Le fer de lance de la cu-culture montheysanne a un nouveau patron. Dès sa nomination, il paraîtrait que Bussien a fait la
bombe pendant 8 jours… A part ça, le
théâtre se porte bien même si des petits
malins ont fait des graffitis lumineux sur la
façade!
On chuchote même dans les milieux autorisés qu’un professeur de math serait mis à
disposition des placeurs du théâtre pour
leur apprendre les chiffres. A suivre…
Le Veaudoux
Fini la drogue. Fini la bagarre. Fini la
bagarre entre drogués: le Veaudoux fait
peau neuve. A force d’avoir rongé la côtelette, il ne restait plus que l’os ou presque.
La commune de Monthey, pas végétarienne pour deux sous, lui a permis d’espérer une nouvelle vie en lui allouant un crédit supplémentaire de CHF 150 000.– qui
confirme le dicton: «Un bon tiens vaut
mieux que du sparadrap!»
On chuchote même dans les milieux auto-
La vie historique des Montheysans
la célébration du 650e anniversaire des franchises
11.05.1352… Monthey est une ville quasi libre. Amédée 6, Comte Vert,
duc de Savoie, lui a donné sa franchise, sa liberté.
Afin de fêter dignement et dans la joie cet événement, Monthey va
organiser une manifestation à la hauteur de son importance. La commune n’a pas hésité à délier sa bourse et ce n’est pas CHF 150 000.–,
ni CHF 75 000.– mais, entendez bien, CHF 30 000.– qui seront octroyés
à la gente organisatrice.
Pour faire face à cet élan de générosité, les bénévoles sont donc les
bienvenus et qu’ils soient assurés ne point être poursuivis par les inspecteurs du travail au noir, ni être soumis au droit de toise, de trezain,
de taille. La chevauchée reste pourtant en vigueur et la peine de mort
est maintenue pour ne pas nuire à la profession de sieur Antoine.
Gentes dames et gentilshommes, vilains et serfs, écoutez bien… La
commune, dans sa grande générosité, s’est donné les moyens de vous
inviter à festoyer autour d’un frugal repas. A l’occasion, Jean-Bernard
Duchoud, grand maître de la culture de notre cité, vous préparera un
brouet à la grimace médiévale à base de vinaigre et de champignons
hallucinogènes, dans l’espoir de vous faire croire que depuis ce
temps la commune va mieux…
11
CROCHE… TAN… pis
Les nombreux propriétaires de
chiens vont un peu tirer la gueule
mais paraîtrait qu’on aimerait aménager quelque chose devant le théâtre!
Les amis des animaux devront donc
peut-être trouver un autre endroit pour
partir en goguette avec Médor et y
apposer ses déjections canines.
Une statu
e d’André
Bien
qu’utile pour les mythiques fêtes
montheys
an et artis Raboud, cher
de
nouvel-an
ou encore pour les carrourait orner
te
les devan cher, pourCompte te
ts du thé
sels de carnaval, ou les non moins
â
n
terait ve u du budget, on s’o tre.
mythiques
fêtes du 1er août, ce terrain
rs une s
rieno
mique av
ec reprod lution éconovague serait néanmoins sujet à de vagues
uc
tue de la
rue pavé tion de la stamodifications.
e
une varia
nte plus é s, voire, selon
conomiqu
La municipalité, dépourvue d’idées (ah
quement
e
le socle d
e la statu , unibon!) pour aménager, cet espace a rasseme...
blé des Montheysans pour avoir leurs idées
à ce sujet.
Francine Cutruzzolà
Olivier Thomas
Une patinoire… comme à New York
Des lampadaires tout penchés… ou une route inclinée
pour que les lampadaires semblent droits
Francine Cutruzzolà
Une tour Eiffel… comme à Paris
Philippe Morisod
Un chenil
Francine Cutruzzolà
Une grande muraille… comme en Chine
Hubert Grenon
Un parking pour les mamans d’élèves
Les montheysans
Une vraie médiathèque... qui a le Dzé
Christian Multone
Un parking avec horodateurs pour les mamans d’élèves
Michel Bussien
Une statue en l’honneur de Christiane Vincent
Christiane Vincent
Une statue en son honneur
Francine Cutruzzolà
Une fondation Gianadda… comme à Martigny
Guy Rouiller
Rien! je dis plus rien! Tout va bien comme ça!
Claude Pottier
Un couvent pour recaser les sœurs du pensionnat
Madeleine Hiroz
…j’ai rien à proposer mais je voulais juste faire
un petit coucou
Olivier Thomas
…la même chose que Fernand… mon président
Francine Cutruzzolà
Les World Trade Center, comme à New Yo… euh non rien!
Roger Hiroz
J’ai rien à proposer, j’venais juste voir si ma femme était là
Anne-Marie Ulrich
Un centre islamique avec mosquée et des urnes avec droit
de vote pour les étrangers
Francine Cutruzzolà
Un tunnel comme le Gothard ou le Grand-St-Bernard …
comme à… enfin… pour aller en Italie
Michel Bussien
Une mini géante
Guy Rouiller
Un abri PC avec accès adapté pour les gens de la PC
Philippe Morisod
Un autre chalet pour ne pas se sentir trop seul
Les employés du théâtre Un épouvantail à Cri-Cri pour qu’elle ne revienne pas
(Michel Bussien offre le socle)
Francine Cutruzzolà
Un mur des lamentations… comme à Jérusalem
Fernand Mariétan
Un chapeau chinois... mais ne le dites pas à
Olivier Thomas, j’aimerais être seul à avoir eu l’idée
1Georges Mariétan
Une statue de Georges Mariétan
Les Bourson
Une école de sommelières «extras» de passage
Mme Machin
Un PV géant à l’encre sympathique
Madeleine Hiroz
…vous pouvez répéter ce qu’on fait là…
j’ai pas compris… je parlais en même temps
Modeste Beltrando
Ma statue, car sans moâ… le théâtre, à Monthey,
n’existerait point!
Pas nous…
Le Bout’Rions décline toute responsabilité sur l’article que Denis Fattebert a publié dans «Magazine Chablais» sur Grazia et ses dessous.
Il ne s’agit donc pas d’un article du
Bout’Rions mais d’un délire malicieux dopé d’un fantasme allégorique de son auteur.
Photogénique
Georges Mariétan vient d’empocher
un nouveau titre, un de plus à rajouter à sa longue collection de mandats, médailles en cartons et autres
figurations. Les journalistes du Chablais l’ont en effet unanimement
nommé comme «l’homme le plus
photographié» dans la région en l’an
01. Ce qui fait dire à Marie-Claude
Logean, secrétaire de l’OIDC, que
son patron vit et travaille donc toujours dans la région.
L’erreur est humaine
Claude Pottier a reçu dans son
bureau Bernard Gaillard, lui a passé
un savon et lui a interdit de fumer
des pétards dans la cours d’école…
Manque de bol, Bernard Gaillard a
28 ans, 2 licences universitaires et
n’est plus à l’école depuis quelque
temps. Il avait juste rendez-vous
pour une action d’échange
d’élèves!!! On se demande qui fume
des pétards!
Les mots justes…
Communiqué de Presse de la commune: «Le petit différend entre la PC
et Guy Rouiller s’est terminé par un
accord à l’amiable, dans l’intérêt
des 2 parties…» C’est quand même
plus joliment dit que «Guy Rouiller
s’est fait éjecter de son poste pour
se retrouver à la chambre pupillaire».
Avantages
Les habitants de la Dérochure sont
heureux de compter parmi eux
Tobie Schaller. Depuis que ce dernier est le municipal des Travaux
publics, la Dérochure est la première rue à être déblayée de la
neige.
12
Notre invité:
Elle court
elle court
la rumeur
Mme VINCENT
ex-directrice
du théâtre
Elle a promis
qu’elle reviendra…
fiabilité 0% elle est toujours là!
Bernard DÜRST
Il a fait agrandir
ses lunettes.
fiabilité 100%
Bernard DELALOYE
Après son slogan:
«Je veux Bernard
à Berne»… il repart
en campagne avec
un nouveau slogan:
«M’as-tu vu» à Berne
fiabilité 100%
Georges MARIÉTAN
Y’a aucune rumeur concernant Georges Mariétan,
surtout pas celle l’annonçant président des JO 2005…
on avait juste envie de
mettre sa photo pour faire
comme tous les journaux
de la région et de Monaco…
fiabilité 100%
Henri CHARDONNENS
Le spectacle au théâtre
de «Bergamote» annulé…
certains se seraient fait
rembourser les billets
offerts par la commune.
Y’a pas de petit profit!
fiabilité 99%
le Capitaine
Laurent Gavillet,
nouveau chef
de section UDC
du Bas-Valais:
L’UDC en toute
transparence...
INTERVIEW RÉALISÉ
PAR GILLES BLERREAU
«Section, demi-tour à l’extrême
droite, marche!» La voix du nouveau
commandant résonne dans la cour
des Grands. 100 jours après sa nomination, Laurent Gavillet donne ses
ordres à une dizaine de membres de
la section du Bas-Valais alignés en
rang par quatre. «Section, un nouveau tour encore plus à droite,
marche!» crie-t-il à nouveau à ses
recrues. Le jeune cadre dynamite de
l’Armée suisse, ingénieur en télécommunication radars dans le civil,
est venu rejoindre la division des
Blocher, Maurer, Freiysinger et
autres Neinsager avec l’enthousiasme du jeune premier. Ses subordonnés passent maintenant devant
nous, cheveux courts et peau
blanche. «Section, saluez avec le
bras droit, premier rang, deuxième
rang, troisième rang!» Le Capitaine
leur rend le salut. Il nous raconte
aujourd’hui son plan d’attaque pour
les prochaines élections fédérales
et, aussi, toute une série de ragots
que je vais pouvoir diffuser dans le
canard, comme à mon habitude.
Nouvelliste: Capitaine, comment
se passe votre recrutement pour
2003?... Allez-vous lancer Roger
Morisod dans la course?... Ou du
moins vous pouvez nous le confier,
ça restera entre nous et les lecteurs?... Est-ce que vous confirmez
que Roger a quitté la ville, qu’il a
vendu ses tondeuses?...
Cap. Gavillet: NEIN!
NF: Est-ce que vous allez rallier l’aile
blochérienne ou l’aile bernoise du
parti?... Ou allez-vous suivre les
idées de Roger Morisod, même s’il
n’en a pas?... et qu’il n’est pas
encore candidat, enfin officiellement?...
Cap. Gavillet: NEIN!
NF: Pour le Nouvelliste: qui, pensezvous, va voter pour votre parti dans
la région?... Les Dubosson, Guérin,
Perrin?... Ou, avouez-le, la patronne
de la Licorne qui joue aux cartes
avec Roger Morisod?... ou alors des
anciens de l’Entente?
Cap. Gavillet: NEIN!
NF: Pour moi maintenant, je vous
promets que je ne le publierai pas...
enfin, j’essaierai… allez-vous mener
une politique aussi dopée que celle
de votre frère, le cycliste?... Enfin,
parce qu’il paraît qu’il aurait profité
de certains produits… enfin... en
son temps... à l’insu de son plein gré
bien sûr, même qu’il l’aurait fait
avec Fignon et l’aurait raconté à
Jérémie Boissard, qui lui préfère ne
pas en prendre pour sa course du
mercredi soir?
Cap. Gavillet: NEIN!
NF: Bon, Capitaine, merci pour
votre franchise et votre vision de la
politique. Je vais quand même
devoir étoffer un peu mon article:
Morisod part donc tondre les
pelouses de Blocher, la section basvalaisanne lance Yolande Debons
dans la course aux fédérales et Laurent Gavillet devient le nouveau
porte-parole de la commission
contre le dopage de l’UCI à Aigle. Le
lecteur appréciera.
En conclusion et pour conclure... je
vous donne, avec certitude et en
toute confidentialité la position de
l’UDC sur les points suivants
• L’ONU?
NEIN
• Les sans-papiers?
NEIN
• L’euro?
NEIN
• Swissair-Crossair?
NEIN
• De nouvelles idées?
NEIN
• BBC Monthey,
champion suisse?
NEIN
• Nicolet président?
NEIN
13
Le retour de Jean de la Fontaine Elle court
Notre Jean de la Fontaine nous revient, plus fabuliste que jamais. Ce rude Gaillard,
au langage chatouillé et à l’image facile, publie en effet son nouveau recueil de
fables montheysannes, véritable pot-pourri rassemblant tous les animaux qui
s‘abreuvent à sa fontaine. Finalement, notre Jean écrit mieux qu’il ne parle… à
moins qu’un petit nègre de sa cuisine…
elle court
la rumeur
Petit extrait, en avant-première, pour le Bout Rions...
Georges, Fernand, la grenouille et le corbeau
Jean GAILLARD
de la Fontaine
Autrefois le rat de Monthey-ville
invita son frère le rat des champs-éry
d’une façon fort civile,
sur son relief montheysan.
Il promet de faire
moins de foin avec
l’euro qu’avec
la TVA.
La première leçon que donna le Grand Président
fut celle-ci: «Georges, pour régner sagement,
il faut que tout prince préfère
le zèle de l’Etat à certain mouvement
qu’on appelle communément
amour propre; car, il se perd
l’animal présompteux et faux
qui veut être de tous les zoos.»
fiabilité 1%
Marie-Claude
ECŒUR
Georges Mariétan
«Coa, coa???» dit celui-ci au bœuf, son frère.
«Qu’entends-je de votre gueule si fière.
C’en est assez, dites-moi?
Et, depuis le temps n’y suis-je point encore aussi gros?»
«Que nenni, espèce de crapaud,
à force d’enfler vous allez exploser,
le monde est plein de gens qui ne sont pas plus sages.
Tout bourgeois chrétien veut bâtir comme les vieux Seigneurs,
tout petit prince veut ses ambassadeurs.»
«Mais Sire, reprend Georges l’agneau, que votre Majesté
ne se mette pas en colère pour si peu, mais plutôt qu’elle considère
que je me vais désaltérant, dans le courant,
plus de vingt kilomètres en dessus d’Elle.
Et que finalement, en aucune façon, je ne puis troubler son blason.»
«Gageons, dit celui-ci, que de toute façon
vous n’atteindrez point sitôt que moi ce but de réélection.
En passant votre temps à brouter,
à dormir au Grand Conseil ou à l’OIDC,
vous allez perdre votre carrière.
Rien ne sert de courir, mon frère, il faut répartir le temps!»
«Que vous êtes joli! Que vous me semblez beau!
Mon bon Monsieur, vous vous croyez le Phénix des hôtes de cette colline.
Mais apprenez que tout flatteur aujourd’hui
Qu’il soit Thomas, Marmillod ou Colombara
Vit aux dépens de celui qui l’écoute.»
«Peu importe, la raison du plus fort est toujours
la meilleure.
fiabilité 100%
Marcel MARQUIS
Il nous promet
d’essayer de passer
la 2e vitesse sur
son scooter pour
aller au bistrot.
fiabilité 0,08%
Michel BRÉGANTI
Notre gypaète barbu
«à nous» prend bientôt
sa retraite pour aller
chasser la «roumaine»,
espèce de… en voie
de disparition.
fiabilité 100%
Le commissaire
BRUCHEZ
Aujourd’hui je suis le lion
et je me passe de mes moucherons.
Quant à vous, cigale bruyante,
je vous dois bien ce conseil:
nuit et jour à tout venant
vous chantiez l’organisation des Jeux de la Vallée,
vous paradiez dans les journaux et à la Télé.
J’en suis fort aise.
Eh bien! Assumez maintenant!»
Elle ne boirait plus
d’eau, de peur
de Rouiller.
Fernand Mariétan
Il va sortir déguisé
à Carnaval pour mieux
s’imprégner de la fête…
Mais qu’il remette
sa moustache…
on l’a reconnu!
fiabilité 50%
14
AAAAAAAAAAAAAAlberto…
nom
prénom
sa femme
un enfant
un autre
sa région
un métier
une passion
une valeur
une qualité
un défaut
Alberti
Alberto
Angela
Anne
Adrien
Aoste
Architecte
Artiste
Amitié
Attentionné
Archi…pressé
AAA… Association des Alcooliques Anonymes… non, c’est pas ça! AAA…
Alberto Alberti Architecte… c’est ça… Il est venu, il a vu et il a changé le
paysage architectural de Monthey et des environs… même si la maison
bleue des schtroumpfs à l’entrée de Choëx et le wagon à la rue du GrosBellet ne sont pas de son crû… Question construction, fini les «A». voici
les «B», béton, bois, brut, bunker…
Chi va piano va… pas chez Alberto… Vous terminez votre bonjour et
esquissez une tentative de vous asseoir que le PV de la séance est déjà
terminée. Vous aurez peut-être plus de chance de le croiser entre deux
courants d’air de porte (celle du bureau et celle du café du Commerce)
«Quand je serai grand, je serai architecte», clamait-il avec prétention…
Aujourd’hui, il a réalisé la moitié de son rêve… il est architecte.
Les 50 balais du P’tit
ger, il s’agit de Giulio Mazzanizzi qui n’est
pas encore rotarien pour le moment.
A l’occasion des 50 balais du P’tit, le
Bout’Rions s’est rendu, comme convenu,
à son bureau pour une interview. Comble
de malchance pour son anniversaire, il
était retenu au lit par une méchante sciatique.
Le Bout’Rions a donc dû emprunter l’ornière, creusée entre son bureau et son
domicile.
Bout’Rions: Comment allez-vous M.
Alberti?
AA: Mal… j’avais invité tout mon personnel pour fêter mes 50 balais et voilà que
cela ne peut pas se faire à cause de mon
mal au bas du dos.
BR: Combien de collaborateurs avezvous?
AA: 15 et plus. En principe j’ai 17 salaires
à sortir et c’est dur croyez-moi. A part 3 ou
4 qui travaillent pour moi, ça fait déjà 4, et
nous sommes 8 parce que moi je bosse
comme 4. A part ça, je suis à la tête de 4
départements. Le premier, ma femme
Angela, qui compte pour 2, quand elle
cause ça fait 10; le second celui de l’informatique dont je m’occupe seul avec
un copain pour les dépannages, ça fait 12.
Le troisième c’est celui de mes affaires
personnelles que je gère avec madame,
ça fait 14 et le petit dernier, mon préféré,
celui de mon épouse, le département du
design de la création et de ma publicité.
La facture de téléphone correspondant à
celle de 3 personnes, le total fait donc 17
collaborateurs sur le site de Monthey.
BR: Cela fait un staff important,
M. Alberti, comment faites-vous pour
assumer seul cette lourde responsabilité?
AA: C’est en effet très difficile, surtout que
je ne vous parle pas de mes bureaux satel-
BR: M. Alberti, faites-vous partie
d’une société montheysanne?
AA: Oui, le rotary. Je suis actuellement en
négociations très avancées avec mon
compatriote Angelo Matrascia pour qu’il
fasse son entrée chez nous. J’en ai marre
d’être toujours le p’tit du club et comme
nous recherchons un président… Ma!
Catalogue Schaffner
Jardin page 14
Brico
On sait enfin où Alberto Alberti
a puisé son inspiration pour la
maison de Cherix.
lites de Paris et d’Aoste. Je l’ai toujours
caché à Pottier alors, si ça venait à se
savoir, n’allez rien écrire… Il faut dire que
je suis aidé dans ma tâche par mes amis
du café du matin au Commerce. Vous
pensez, que des rotariens et des kiwaniens. Chaque jour nous parlons de nos
staffs respectifs. Je profite beaucoup des
conseils éclairés de mon ami rotarien Philippe Grau qui a un gros staff dans la tête
et de ceux de mon ami kiwanien Benoît
Colombara qui fait un gros staff à lui tout
seul. Au moindre rhume, c’est le staff
féminin de mon ami rotarien Jean-Marc
de Lavallaz qui me prodigue ses conseils.
Coté gestion de mes affaires, même si j’ai
foutu dehors sa femme, je compte sur
mon ami rotarien André Premand et son
staff ainsi que sur mon ami kiwanien
René Künzle qui a des ouvertures dans les
staffs sportifs. Quand j’ai des emmerdes
côté boulot, je peux toujours discuter au
café avec mon ami kiwanien Fernand
Avanthey ou mon ami rotarien Jean-Paul
Multone, non excusez-moi, veuillez corri-
BR: Ce n’est pas ce que nous entendons, une société sportive par
exemple.
AA: Oui, le rotary puisque les rotariens et
les kiwaniens se mesurent au tennis une
fois par an. Un jour où j’avais mis un pull
jaune, mon ami rotarien Ephrem Fracheboud m’a pris pour la balle. C’est pas
drôle de recevoir une raquette en pleine
poire et de finir dans le filet!
BR: A ce sujet, faites-vous du sport?
AA: Oui, de la marche de vitesse. C’est
une discipline peu connue. Chaque fois
que je me déplace, je fais un sprint pour
voir si celui qui m’accompagne arrive à
me suivre. J’ai un chrono dans la tête.
Mon record c’est un matin à 8 h 29, j’ai fait
le Commerce-mon bureau en 1’07’’. Il faut
dire que la surface était sèche, que j’était
dopé à 4 ristretti et que j’avais un besoin
terrible d’aller aux toilettes. Pour la musculation des doigts je pratique aussi, avec
assiduité, le surf sur Internet.
BR: Belle performance. Quelles sont
vos activités culturelles, allez-vous au
théâtre?
AA: Non. Chez nous avec Angela, c’est
inné, nous avons la Commedia del Arte
dans le sang. Alors le théâtre, on se le fait
tout seuls. D’ailleurs pour tout vous dire,
15
ceci sans prétention, le talent de notre
fille Anne a été remarqué lors de sa
brillante prestation sur la scène du collège de St-Maurice.
BR: Avez-vous encore du temps pour
vos loisirs? Nous savons que vous possédez un gros chalet avec grange et
écurie sur la route de Savoleyre. Vous
avez du bétail?
AA: Non, j’ai toujours dit à Pottier que
c’était un vieux machin que m’a retapé à
l’œil un ami rotarien, Gilbert Morisod, qui
voudrait bien qu’une fois je lui donne un
boulot. C’est en fait un endroit où je fais
des bouffes et où je bois des canons avec
mon ami… Tiens, je viens de m’aperce-
voir qu’il n’est pas rotarien, mon ami et
voisin d’alpage, Raymond Deferr. Là-haut
on fait de ces nautiques, je vous dis pas!
Maintenant que c’est plus Pottier, n’en
parlez pas.
BR: Après toutes ces années de création, quel regard jetez-vous sur votre
œuvre?
AA: Mon œuvre est tout simplement
géniale, c’est en tout cas ce que me dit
mon épouse tous les matins.
BR: Quels seront vos projets phares
pour ces prochaines années?
AA: Ah oui, maintenant que Botta
est en perte de vitesse, je vais développer
la mode des «Stöckeli». J’ai fait un projet
pilote, sur sa demande, chez Nanar Delaloye à Morgins et je suis satisfait du résultat. Il s’agit de construire une petite
annexe au bâtiment principal, comme
une maquette, si vous voulez, et dedans
on y installe une chambre avec les commodités. C’est très pratique pour les fois
où vous rentrez un peu sur Soleure ou
quand votre femme vous fait la gueule.
J’ai déjà plusieurs commandes mais mon
indiscrétion légendaire ne me permet pas
de dire qui c’est. Comme c’est un truc
suisse allemand, je crains que Roland
Gay me pique les clients. Dans
les réalisations en cours, je
me suis offert pour mes 50
balais, un boudoir à côté
de mon bureau. Ne dites
rien à ma femme mais
selon son humeur quand je
quitte le boulot, mais c’est rare,
je vais à droite ou à gauche.
BR: Parlez-nous de vos voitures, vous
en avez 2?
AA: Oui, mais ne le dites pas. J’ai une
petite italienne qui consomme pas mal, je
ne parle pas d’Angela, mais de ma voiture, et la sienne, une grosse caisse
anglaise que m’a refilé Yvon Dupasquier,
contre un éventuel boulot qu’il peut toujours attendre. C’est une bagnole de
stock-car pour parking de
grandes surfaces et les factures de carrosserie de
mon ami rotarien JeanCharles Marchetti pleuvent
comme
des
confettis.
BR: D’autres anecdotes, M. Alberti?
AA: Oui, en effet. Je
constate que j’ai fait
des baraques pour des
guignols de carnaval.
Des princes comme
Daniel Jaquenoud, des
présidents comme feu
Guy Franc, des comitards comme récemment celle de Jacques
Cherix. Je dois avoir un
petit côté rigolo, non?
Vous ne trouvez pas?
Un petit?
BR: Probablement,
M. Alberti, probablement.
16 a
a
L’empire Cescato racheté...
a
a
Madeleine Rey – Visavis – Montana-Village
a
Les Cescato vont bientôt rendre leurs tabliers. Aux dernières nouvelles, Primo, et ses charmantes hôtesses (photos
ci-contre...), rachèteraient l’Ultimo de Cescato. Un nouvel
empire naîtrait de cette fusion à laquelle s’associeraient les
carrossiers de la région (réparateurs officiels de la voiture à
Cescato) et la boucherie Claude Estoppey à Moudon, fournisseur privilégié de LA saucisse aux choux de chez Cescat’.
Le Bout’Rions, attristé par la nouvelle, vous fait part de la
prochaine et dernière affiche de l’épicerie.
Cescato – Ultimo – Monthey
Ultimo stand OGM: Oggi Grande Mercato
• Saucisson fumé «route de la Vallée»… du jour, peau réutilisable
• Saucisse au Due choux, 1 vert et 1 rouge, peau… litique à jeter
• Saucisse de Veau doux, peau en toile d’Emery
a
• Salami fumé… de la veille
Fr. 22.– la cartouche
• Spaghetti fumé précuit… de longtemps, prix au détail
• Fruits et légumes fumés du jour, aux gaz d’échappement
• Huile d’Olive..tti, garantie saturée et recyclée, réutilisable pour les voitures
• Corps nichons aphrodisiaques, marque 13 étoiles
• Riz de la plaine du Pô, pour régime, vendu grain par grain
• Mets Othon, à l’emporter, déjà réchauffés
la
106 CFA/
livre
Le Cescat’ data vous garantit des produits frais ou qui l’ont été une fois!
Les articles plus vieux que lui ne sont ni repris, ni repris!
Les articles passés de date ont été testés par le Tilleuls donc encore consommables
Tous les prix sont en anciens francs, ICHA compris
Angelo accepte en paiement la Lyre pour être en Harmonie avec l’EEE, jusqu’au 28 février
Pour les gens de la vallée, les pièces de Fr. 3.– et les billets de Fr. 8.– sont acceptés
Les timbres de 1968 sont valables uniquement sur les articles d’avant 1970, mais peuvent être échangés à la
caisse d’épargne de Palerme Nord, contre des timbres de 1973 qui eux ne sont plus valables du tout.
Profitez... la carte Cescatus Angelus
Accumulez des points et faites-vous livrer jusque «dans» votre domicile.
MONTFORT SA, MONTHEY
QUALITÉ GARANTIE…
– mise sous vide assurée par ma femme, spécialiste pour pomper l’air
– produits bénis à chaque enterrement par l’Eglise, vins abondamment testés par le clergé
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising