3 - Galaad

3 - Galaad
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
M A N U E L D ' U T I L I S AT I O N
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
COPYRIGHT / RESPONSABILITE
Copyright  1992-2011 Bertrand Lenoir-Welter
/
Tous droits réservés
Toute reproduction intégrale ou partielle effectuée par quelque moyen que
ce soit, faite sans le consentement écrit de l'auteur, est illicite (loi du
11/3/1957, art. 40-1) et constitue une contrefaçon sanctionnée par les articles
425 et suivants du Code Pénal.
L'acquéreur de ce logiciel est autorisé à en effectuer des copies à condition
de respecter à la lettre sa licence d'utilisation, et notamment le principe de
simple évaluation non commerciale des copies. L'intégration de tout ou partie
du code informatique de ce logiciel dans un ensemble plus grand n'aliène en
rien la portée de son copyright. En outre, ce code ne peut être modifié,
désassemblé ou décompilé sans l'accord écrit de l'auteur.
Galaad est fourni tel quel, sans garantie implicite ou explicite quant aux
résultats obtenus par son utilisation ou quant au fait que tout acquéreur sera
capable de s'en servir de manière satisfaisante. Les processus codés dans ce
logiciel sont complexes et ont fait l'objet de nombreux tests qui ne peuvent
pourtant exclure totalement des défauts mineurs. Enfin, aucun engagement de
continuité n'est donné sur des versions ultérieures, concernant notamment leur
compatibilité avec les versions existantes.
L'acquéreur de ce logiciel reconnaît qu'il est seul responsable de son choix
pour atteindre les résultats escomptés, de la mise en œuvre du logiciel, de son
utilisation et des résultats effectivement obtenus. Aucune responsabilité ne
saurait être attribuée à Galaad, à son auteur ou son distributeur pour des
dommages directs ou indirects provoqués par son utilisation, notamment sur un
système informatique, sur un de ses éléments périphériques ou sur des données
stockées, sur une machine-outil, sur tout objet matériel ou immatériel manipulé
par cette machine ou ce système informatique.
Il est bien entendu qu'aucune des présentes conditions ne peut oblitérer les
droits fondamentaux reconnus aux acquéreurs par la législation en vigueur.
Nota : de façon générale, et sans les énumérer ici, sont reconnues toutes les marques
déposées et les droits y afférents, citées dans le présent manuel.
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
SOMMAIRE
AVANT-PREMIERE
Petit Curriculum Vitæ .
Topographie de ce manuel
Conventions utilisées .
Configuration système .
Licence d'utilisation
.
Soyez curieux ! . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
12
13
14
15
16
18
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
1-20
1-22
1-23
1-23
1-24
2 - APPRENONS A DESSINER
Contact . . . . . . .
Premiers pas
. . . . .
Cotation simple
. . . .
Accroches au vol
. . . .
Manipulation d'objets . . .
La grille magnétique
. . .
De profundis
. . . . .
Zoom
. . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
2-26
2-28
2-29
2-31
2-32
2-35
2-36
2-38
3 - APPRENONS A USINER
Contrôle technique . . .
Visite guidée du pas de tir .
Origine pièce
. . . .
Mise à feu . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
3-40
3-41
3-43
3-47
4 - APPRENONS A ENREGISTRER
Dessin courant . . . . . . .
Fichiers et dossiers . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
4-50
4-51
1 - INSTALLATION
Mise en place
. . .
Drivers additionnels
.
Aménagement du territoire
Déménagement . . .
Désinstallation . . .
.
.
.
.
.
.
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
5 - TECHNIQUES AVANCEES DE DESSIN
Cotations appliquées
. . . . . . .
Œuvres inachevées . . . . . . . .
Manipulations géométriques . . . . .
Verrouillage . . . . . . . . . .
Association . . . . . . . . . .
Protection
. . . . . . . . . .
Ancrages
. . . . . . . . . .
Sélection et manipulation de points
. . .
Sélection et manipulation de segments
. .
Déplacement d'un groupe de points
. . .
Duplication et clonage . . . . . . .
Palette de cotation rapide . . . . . .
Raccourcis au clavier . . . . . . .
Affichage des tracés
. . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
5-54
5-55
5-57
5-58
5-58
5-59
5-60
5-61
5-64
5-66
5-66
5-69
5-70
5-72
6 - TRAJECTOIRES D'OUTILS
Paramètres d'outils . . . .
Contournage . . . . . .
Hachurage et cycle de poche .
Connexion de parcours . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
6-74
6-80
6-86
6-89
7 - FONCTIONS AVANCEES DE L'USINAGE
Positions de fin de cycle
. . . . . . .
1ère passe, 2ème passe, découpe . . . . . .
Valeurs forcées . . . . . . . . . .
Paramètres divers . . . . . . . . .
Options avancées
. . . . . . . . .
Déplacement des axes . . . . . . . .
Définir une origine pièce . . . . . . .
Course de référence
. . . . . . . .
Commande de broche . . . . . . . .
Mesure automatique de l'outil . . . . . .
Changement d'outil . . . . . . . . .
Pointage de l'origine à la caméra vidéo
. . .
Pilotage manuel . . . . . . . . . .
Test des entrées/sorties . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
7-92
7-94
7-96
7-97
7-99
7-102
7-105
7-108
7-110
7-111
7-116
7-118
7-119
7-120
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
8 - ENVIRONNEMENT DE TRAVAIL
Généralités . . . . . . . . .
Fonctions avancées . . . . . . .
Restrictions pour l'enseignement . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
8-122
8-123
8-127
9 - UTILISATION EN RESEAU
Partage de disques . . . .
Poste de travail principal . .
Postes de travail secondaires .
Echanges de fichiers
. . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
9-132
9-133
9-134
9-135
10 - ICONES DE DESSIN
Points
. . . . . .
Lignes
. . . . . .
Polylignes et courbes splines
Rectangles et polyèdres . .
Arcs et figures cycliques
.
Texte . . . . . . .
Sélections
. . . . .
Effets spéciaux . . . .
Données d'usinage . . .
Zoom . . . . . . .
Cotes visuelles . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
10-139
10-140
10-142
10-144
10-145
10-148
10-149
10-152
10-154
10-155
10-156
MENUS
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
. . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
11-160
11-167
11-177
11-185
11-212
11-221
11-223
11-229
FRAISEUSE
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
12-232
12-234
12-235
12-236
11 - FONCTIONS DES
Menu "Fichier" . .
Menu "Usinage"
.
Menu "Edition"
.
Menu "Dessin" . .
Menu "Affichage" .
Menu "Texte" . .
Menu "Paramètres"
Menu "Aide"
. .
12 - PARAMETRAGE DE
Paramètres principaux .
Mécanique . . . .
Usinage rotatif sur axe A
Lame orientable sur axe C
LA
.
.
.
.
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
Axes supplémentaires . . . . . . . .
Commande numérique . . . . . . . .
Commandes numériques AxeMotion . . . .
Commandes numériques Isel "CNC-API"
. .
Commandes numériques Isel "IMC" . . . .
Commandes numériques MaxComputer "Kosy-2"
Commandes numériques SM-Motion . . . .
Commandes numériques Soprolec . . . . .
Commandes numériques Solectro . . . . .
Commande numérique générique . . . . .
Commande numérique personnalisée . . . .
Broche . . . . . . . . . . . .
Broches tachymétriques (à vitesse asservie) . .
Broches spéciales . . . . . . . . .
Scripts de commande de broche
. . . .
Programme externe de contrôle
. . . . .
Vitesses . . . . . . . . . . . .
Paramètres avancés . . . . . . . . .
Post-calcul cinématique
. . . . . . .
Changeur d'outil automatique . . . . . .
Entrées / sorties . . . . . . . . . .
Entrées / sorties étendues . . . . . . .
Pilotage manuel local . . . . . . . .
Pilote externe
. . . . . . . . . .
Format de post-processeur . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
12-237
12-238
12-242
12-244
12-245
12-245
12-246
12-247
12-248
12-248
12-249
12-250
12-251
12-253
12-253
12-255
12-256
12-258
12-266
12-274
12-276
12-281
12-283
12-284
12-286
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
13-290
13-291
13-292
14 - "LANCELOT", UTILISATION AUTONOME
Galaad et Lancelot . . . . . . . . . .
Lancelot et Kay . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
14-294
14-296
15 - "KAY", PILOTE D'USINAGE 3D
Généralités . . . . . . . . .
Coordonnées et origine fichier . . . .
Origine pièce
. . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
15-298
15-299
15-300
13 - APPLICATIONS SPECIALES
Découpe au laser ou au jet d'eau pressurisé
Découpe à la torche à plasma . . . .
Dépose de liquide . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
Paramètres
Usinage .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
15-303
15-305
TOURNAGE
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . . .
. . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
16-310
16-312
16-314
16-315
16-316
16-319
16-321
16-323
16-324
17 - "KYNON", PROGRAMMATION DE MOUVEMENTS
Automate de commande d'axes
. . . . . . . . .
Technique de programmation . . . . . . . . . .
Commandes de mouvement
. . . . . . . . . .
Commandes de commutation et temporisation
. . . . .
Commandes de branchement . . . . . . . . . .
Macro-commandes . . . . . . . . . . . . .
Commandes de gestion du programme
. . . . . . .
Apprentissage par pilotage manuel
. . . . . . . .
Boutons personnalisés . . . . . . . . . . . .
17-326
17-329
17-332
17-334
17-335
17-336
17-338
17-339
17-340
18 - "PERCIVAL", GRAVURE DE CIRCUITS IMPRIMES
Présentation générale . . . . . . . . . . . .
Fichiers Gerber . . . . . . . . . . . . . .
Fichiers Excellon
. . . . . . . . . . . . .
Outillage . . . . . . . . . . . . . . . .
Traitements automatiques . . . . . . . . . . .
Ajustage des couches . . . . . . . . . . . .
Calcul d'isolation
. . . . . . . . . . . . .
Limitations . . . . . . . . . . . . . . .
Hachurage des zones vierges . . . . . . . . . .
Détourage . . . . . . . . . . . . . . . .
Usinage . . . . . . . . . . . . . . . .
Dépose de pâte à souder
. . . . . . . . . . .
18-342
18-343
18-344
18-345
18-346
18-347
18-348
18-349
18-350
18-351
18-351
18-352
16 - "GAWAIN", CAO-FAO DE
Module de dessin . . . .
Outillage
. . . . . .
Filetage . . . . . . .
Paramétrage du tour
. . .
Petit tour du pas de tir . . .
Prise d'origine pièce
. . .
Commandes semi-automatiques
Lancement du processus
. .
Tournage sur une fraiseuse 4 axes
.
.
.
.
.
.
.
.
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
19 - "OWEIN", AFFICHAGE GRAPHIQUE DE PARCOURS
20 - PREMIERS SOINS
Dessin
. . . . .
Pilotage et usinage . .
Circuits imprimés . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
20-356
20-358
20-360
21 - CONSIDERATIONS TECHNIQUES
Arguments de la ligne de commande . .
Intégration dans une chaîne automatisée .
Commandes transmises par messagerie .
Interface avec Windows
. . . . .
Polices TrueType et Galaad
. . . .
Téléchargement de mises à jour
. . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
21-362
21-365
21-367
21-367
21-369
21-370
22 - QUELQUES CONSEILS AUX DEBUTANTS
23 - L'USINAGE TEL QU'ON LE CAUSE
——————————————————————————————————
——————————————————————————————————
0
———————
0 0 0 0 0
AVANT-PREMIERE
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Petit Curriculum Vitæ
Galaad 3 est une suite de logiciels intégrés destinés à la Conception &
Fabrication Assistées par Ordinateur (CFAO). Son but est donc de vous aider à
concevoir (c'est-à-dire dessiner) puis fabriquer (c'est-à-dire usiner) des objets
dotés de quelque relief. De par la nature géométrique des pièces et des
trajectoires d'usinage, l'utilisation de Galaad se rapproche de celle de classiques logiciels de dessin. Ceci offre l'avantage de le mettre à la portée d'utilisateurs débutants en informatique. Plutôt qu'une suite de programmes
artificiellement chaînés et suivant des logiques différentes, Galaad intègre en
un ensemble cohérent tout le processus de réalisation.
Comme son nom ne l'indique pas, Galaad 3 n'est pas un logiciel de
conception 3D. Ses domaines d'application sont principalement la découpe, la
gravure et le fraisage de matériaux plans. Galaad propose quelques fonctions
spécifiques pour créer des maillages 3D usinables, par exemple de profils de
coupes ou des surfaces courbes ; il accepte les manipulations et déformations
3D ; il peut importer et usiner des fichiers externes 3D, mais il ne permet pas
de créer, manipuler, importer ou usiner des formes en volume constituées de
facettes ou de surfaces gauches. Seules sont acceptées les trajectoires 3D
vectorielles représentant un parcours d'outil. Si vous possédez déjà un logiciel
de dessin 3D par manipulation de surfaces ou de volumes, il vous faudra
aussi un module intermédiaire FAO de conversion en vecteurs et calcul du
parcours d'outil pour pouvoir usiner ces formes 3D avec Galaad.
Galaad peut piloter un certain nombre de machines d'usinage à 2, 3, 4 ou 5
axes, directement ou par le biais d'un logiciel externe de pilotage. C'est donc un
logiciel plutôt ouvert.
Réponse à une question récurrente : Galaad ne produit pas de
signaux STEP / DIR sur port LPT pour attaquer un rack de puissance. Il faut
intercaler un module électronique capable de générer ces signaux.
Les modules annexes de la suite Galaad accompagnent son installation,
pour effectuer des opérations de tournage, de programmation de mouvements et automatismes, de gravure de circuits imprimés, ou encore d'usinage
3D jusqu'à 5 axes. Ces modules sont décrits dans les derniers chapitres, mais
l'essentiel de ce manuel est dédié à l'application principale Galaad, c'est à dire
la suite intégrée de CFAO, dessin et usinage de pièces 2D½.
12
— Avant-première ————————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Topographie de ce manuel
Le cœur du logiciel Galaad est représenté par son module principal,
dont l'icône est intitulée "GALAAD (fraisage)". C'est ce module qui
permet de dessiner des pièces 2D½ et les usiner dans la foulée.
L'essentiel du présent manuel d'utilisation est logiquement consacré à ce
module et à son partenaire à qui il sous-traite le pilotage de la machine.
Dans les premiers chapitres, vous apprendrez donc à dessiner de façon
simple avec ce module principal de dessin, puis à préparer rapidement l'usinage
de ce que vous avez dessiné, enfin à enregistrer vos œuvres. Le but est de vous
aider à faire vos premiers pas et vous familiariser avec la méthodologie de
travail du logiciel.
Viennent ensuite les descriptions de fonctions qui étofferont vos possibilités de dessin et d'usinage, vous permettant de travailler plus vite, ainsi que les
paramètres des outils de gravure, de fraisage ou de découpe, les corrections de
rayon d'outil et les moyens d'évider des poches. Cette partie se termine par les
réglages de l'environnement de travail, de l'utilisation en réseau.
Les icones de dessin et les fonctions accessibles dans les menus sont alors
passées en revue une par une, avec des précisions sur leur utilisation et les
particularités propres à chacune.
Un chapitre ventru est consacré au paramétrage de la fraiseuse, avec toutes
les possibilités offertes par certaines machines ou cartes CNC, ainsi que les
grosses ficelles et petites subtilités de réglage, particulièrement pour le calcul
cinématique. Ce chapitre est sans doute le plus important pour un utilisateur
averti qui cherche à optimiser le fonctionnement de sa machine.
Enfin, pour ceux qui ont fait l'acquisition d'une licence réduite, snobant
cette merveille qu'est le module principal de dessin Galaad, les derniers
chapitres sont consacrés aux modules Kay (usinage 3D), Gawain (tournage),
Kynon (programmation) et Percival (circuits imprimés). Le dessin avec Galaad
ne vous concerne pas et vous pouvez sauter les chapitres correspondants.
Toutefois, les parties consacrées à l'usinage ou au paramétrage de la fraiseuse
restent valables et vous apporteront beaucoup d'informations utiles, à défaut de
vous motiver pour passer à une licence supérieure.
———————————————————————— Avant-première — 13
GALAAD
3 —————————————————————————————
Conventions utilisées
Sur une machine d'usinage cartésienne, il y a plusieurs façons
d'identifier les axes. Une norme plus ou moins suivie dans
l'industrie consiste à définir l'axe X comme le plus long de la
machine, les axes Y et Z formant ensuite un repère
orthogonal direct à partir de X. Un modèle plus classique, qui
n'est pas toujours incompatible avec cette norme, consiste à se
placer du point de vue de l'opérateur qui pilote la machine : l'axe X va croissant
de gauche à droite, l'axe Y du devant vers le fond de la machine, et l'axe Z de
bas en haut. Les confusions restent toutefois fréquentes pour un débutant.
Galaad identifie les directions sous forme de points cardinaux : l'ouest se
situe à gauche (X-), l'est à droite (X+), le sud devant (Y-) et le nord au fond
(Y+). Ainsi, l'axe X va de l'ouest à l'est, et l'axe Y va du sud au nord. Ca ne
veut pas dire que vous devez vous doter d'une boussole pour dessiner ou piloter
votre machine, mais que la planche à dessin et le plateau de la machine se
présentent à vous comme une carte géographique. Pour l'axe Z, on parlera tout
simplement de "haut" et de "bas", ce qui semble assez intuitif. Si vous voulez
respecter la convention qui identifie l'axe X comme étant le plus long, le mieux
est alors de positionner le poste opérateur de façon cohérente.
Attention, il ne faut pas considérer le mouvement du plateau si celui-ci est
mobile, mais toujours le mouvement apparent de l'outil sur le plateau, ce
qui inverse le sens. Lorsqu'un plateau mobile se déplace vers le devant, en fait
c'est l'outil qui va virtuellement vers l'arrière du plateau, donc "au nord".
Les unités de distance et de vitesse sont paramétrables. Les distances
peuvent être exprimées en millimètre (mm), en centimètre (cm), en pouce ("),
ou dans une unité à définir. Les vitesses peuvent être exprimées en mètre par
minute (m/min), en millimètre par minute (mm/min), en millimètre par seconde
(mm/s), en centimètre par seconde (cm/s), en pouce par minute ("/min), en
pouce par seconde ("/s), ou dans une unité à définir. Le fait de définir une unité
de travail personnalisée suppose que les facteurs d'échelle de la machine ou des
échanges de fichiers sont cohérents avec cette unité.
Les angles sont exprimés en degrés, le point de référence étant le zéro
trigonométrique, direction X+ (3 heures dans le jargon aéronautique).
14
— Avant-première ————————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Configuration système
Pour ceux que les vulgaires considérations techniques peuvent captiver,
Galaad 3 fut une création continue entre 1998 et 2010, développée avec
Borland C++ 5.02 sur des PC dotés de divers processeurs et diverses versions
de Microsoft Windows. La compilation a été réglée pour générer du code
exécutable Windows 32 bits natif. Avec un décodeur, ceci veut dire que
Galaad 3 fonctionne indifféremment sur toutes les versions de Windows, y
compris les récentes 64 bits.
Le logiciel a été testé et validé sur Windows 95, 98 et ME pour les anciens
systèmes à base 16 bits, sur tous les systèmes à noyau 32 bits à partir de NT-4,
y compris les versions serveur, soient NT-4, 2000 (NT-5), XP (NT-5.1), 2003Server, Vista (NT-6) et 2008-Server, et enfin sur les systèmes 64 bits XP-64,
Vista-64 et Seven-64. Il n'existe pas de version native de Galaad pour les
systèmes Linux ou Mac, mais le logiciel a été testé avec succès sur les émulateurs Wine et Parallels Desktop, pilotage machine compris.
A noter que les versions Windows 95, 98 et NT-4 n'intègrent pas la gestion
de périphériques USB, ce qui empêche le pilotage de machines utilisant ce type
de port et nécessite de plus une clef de licence pour port parallèle. Cette clef
LPT est disponible sur demande.
Pour ce qui est du hardware, Galaad ne requiert pas une puissance de
calcul phénoménale pour fonctionner, sauf si vous devez manipuler des dessins
de plusieurs centaines de milliers de coordonnées. Il n'est pas nécessaire de
vous équiper d'un ordinateur surpuissant pour utiliser le logiciel de façon
confortable. Mieux vaut investir dans un écran offrant une taille et une
résolution confortables pour le plaisir des yeux.
Puisqu'on parle d'écran, la résolution graphique minimale pour afficher les
fenêtres cadres de Galaad est de 800×600 pixels (mode très condensé, peu
agréable car manquant beaucoup de finesse, mais suffisant pour arriver à
dessiner). Il est donc tout à fait possible d'utiliser un NetBook ou une tablette
tactile dotés d'un petit écran 1024×600 pour dessiner et surtout pour piloter une
machine. La supervision d'un usinage automatique ne nécessitant quasiment
aucune puissance de calcul, un PC ancien peut très bien faire l'affaire si vous
avez une station de dessin et une station d'usinage séparées.
———————————————————————— Avant-première — 15
GALAAD
3 —————————————————————————————
Licence d'utilisation
Comme la plupart des logiciels, Galaad est le fruit d'un long travail de
développement et n'est donc pas gratuit. Si vous lisez ce manuel sous sa forme
papier, c'est sans doute parce que vous en avez acquis un exemplaire avec sa
licence en bonne et due forme. Les termes de celle-ci vous concernent tout de
même dans la mesure où vous seriez amené à faire des copies du logiciel.
La licence d'utilisation de Galaad 3 est toujours matérialisée par
une petite clef électronique appelée "dongle", en général accrochée à
la reliure de ce manuel d'utilisation. Cette clef doit être branchée sur
un port USB de votre ordinateur ou, pour les licences plus anciennes, un port d'imprimante LPT. Le logiciel pourra alors reconnaître
vos droits d'utilisation et vous donner accès à toutes les fonctionnalités
sans aucune restriction.
Faute de clef et donc de licence d'utilisation, Galaad oblitère les possibilités
de communication avec le monde extérieur. Dans ce cas, il ne vous est pas
possible d'effectuer un usinage automatique complet, ni d'exporter les dessins
de pièces vers un autre logiciel. Vous conservez la possibilité de dessiner,
enregistrer et imprimer vos pièces, et aussi de piloter manuellement votre
machine, mais l'usinage automatique et les exports restent limités.
Pour les licences professionnelles, la clef n'a pas besoin d'être branchée
en permanence ; Galaad se contente de "recharger" la licence tous les mois. Il
affiche alors un message demandant de rebrancher la clef un instant sur le port,
le temps pour lui de valider à nouveau la licence.
Cette possibilité d'utilisation restreinte sans licence est volontaire pour
plusieurs raisons. Tout d'abord, elle permet d'autoriser la copie à volonté du
logiciel bridé, afin de le faire évaluer par des utilisateurs potentiels. Ensuite, un
acquéreur de Galaad peut très bien l'installer sur plusieurs ordinateurs consacrés à la conception et un seul connecté à la machine d'usinage. Une version
sans licence n'en demeure pas moins soumise à la législation en vigueur sur le
droit de propriété intellectuelle.
Vous avez le droit de copier le CD de Galaad 3 ou sa version téléchargeable sur l'Internet, pour vous-même ou pour diffusion, sous réserve de
ne pas en avoir modifié le contenu, que ce soit à titre gracieux, et qu'il n'y
16
— Avant-première ————————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
ait aucune possibilité même indirecte d'usinage des dessins réalisés avec le
logiciel, faute de licence.
Les licences d'utilisation de Galaad se déclinent en trois possibilités. La
licence normale est la licence professionnelle, destinée aux utilisateurs qui
font commerce direct ou indirect des pièces et objets réalisés avec le concours
du logiciel. Ce type de licence ne fixe aucune restriction d'utilisation. La
licence éducative est réservée aux établissements scolaires et universitaires et
ne peut être vendue à un professionnel ou un particulier. Enfin, la licence
hobby ne peut être vendue qu’à une association ou à un particulier n'exerçant
pas une activité professionnelle ayant un quelconque rapport avec l'utilisation
d'une machine d'usinage à commande numérique. L’utilisation d’une licence
éducative ou hobby ne doit avoir aucun but commercial, même indirect.
Les licences non professionnelles ne correspondent pas à une version
limitée du logiciel. Elles offrent les mêmes fonctionnalités, sans restriction.
Seule la finalité de l'utilisation et donc des réalisations effectuées doit se situer
dans un cadre strictement non commercial. Par conséquent, utiliser une
licence éducative ou hobby à des fins professionnelles ou commerciales,
même indirectes, est une violation flagrante de cette licence restreinte.
Certains sous-ensembles du logiciel Galaad peuvent être vendus séparément, à moindre tarif. Dans ce cas, la licence proposée ne correspond qu'à
l'utilisation de ces modules et eux seuls. A contrario, la licence d'utilisation
normale de Galaad couvre tous les modules. Il ne s'agit pas pour autant d'une
vente globale ou forcée comprenant des modules inutiles. Simplement, la
licence normale de Galaad offre l'accès à tous les modules.
De façon générale, gardez toujours à l'esprit que, si votre exemplaire de
Galaad vous a été légalement vendu, une clef électronique de protection doit
obligatoirement accompagner le logiciel pour matérialiser sa licence.
Pour plus de précisions ou en cas de difficulté, nous vous
invitons à consulter le site officiel de Galaad sur l'Internet :
www.galaad.net
———————————————————————— Avant-première — 17
GALAAD
3 —————————————————————————————
Soyez curieux !
Quoi que vous puissiez tirer de ce manuel, l'essentiel de
votre apprentissage viendra sans aucun doute de votre
pratique courante du logiciel. Il existe certes des fonctions
plus ou moins complexes pour lesquelles le manuel d'utilisation vous sera hélas indispensable, mais le meilleur guide de
vos premiers pas - et aussi des suivants - n'est autre que
vous-même.
Galaad est bien élevé et ne vous mordra jamais sous prétexte que vous
aurez fait une grosse bêtise. Au pire, il vous enverra un petit message d'avertissement ou de désapprobation, ce qui sera sans conséquence durable sur la
qualité des relations que vous pourrez avoir avec lui, du moins de son point de
vue. Croyez bien que, quoi que vous fassiez, y compris par pure provocation,
vous aurez vraiment du mal à le vexer.
Ne soyez donc pas hésitant dans votre
démarche d'apprentissage. Il n'y a aucune
honte à débuter, et pas davantage de raison
de se montrer timide. Si vous avez un doute
quant à une fonctionnalité, eh bien le mieux
est encore de l'essayer en y allant carrément,
même si le résultat que vous obtenez est
proprement inattendu. Vous pourrez
toujours annuler une opération malheureuse,
et c'est en général à tâtons que l'on progresse
dans la connaissance d'un logiciel. Galaad
ne fait pas exception. Sous les icones, la
plage !
18
— Avant-première ————————————————————————
——————————————————————————————————
1
———————
0 0 0 0 1
INSTALLATION
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Mise en place
Galaad 3 se présente sous la forme d'un CDROM contenant tous les fichiers tels qu'ils seront
transférés sur votre disque dur. Le programme
d'installation doit normalement démarrer quelques
secondes après que vous ayez refermé le lecteur.
Sous certaines configurations, il se peut que le programme AutoRun ne
démarre pas. Dans ce cas, il vous suffit d'exécuter le programme SETUP du
CD en commande manuelle. Avec un décodeur, cela veut dire que vous cliquez
sur le bouton "Démarrer" de la barre de tâches Windows puis, dans le menu
qui en surgit, sur la ligne de commande "Exécuter". Si votre lecteur de CD
correspond à l'unité de disque D, cas assez courant, tapez la ligne D:SETUP et
cliquez sur Ok.
Le lancement du programme
SETUP, qu'il soit automatique ou
manuel, se traduit par l'apparition
d'une nouvelle fenêtre proposant
une succession de boîtes de
dialogue pour configurer cette
installation. La première vous
demande de façon classique
l'emplacement dans lequel vous
souhaitez installer Galaad sur
votre disque dur. Le dossier de
destination par défaut est
C:\Galaad, mais le choix vous
reste acquis.
Si vous souhaitez installer Galaad dans un autre répertoire, indiquez celuici ou sélectionnez-le à l'aide du bouton "Parcourir" qui fera apparaître une
petite fenêtre de parcours de l'arborescence accessible. Rien ne vous oblige à
installer Galaad sur l'unité de disque et dans le répertoire proposés par défaut.
Précisons en outre que Galaad ne modifie aucun fichier hors de ce répertoire, sauf ceux liés aux raccourcis d'accès. En particulier, les innombrables
fichiers système gérés par la galaxie Windows ne sont en rien concernés par
l'arrivée de Galaad sur votre disque dur.
1 - 20
— Installation
————————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Détail d'importance, Galaad a besoin d'avoir l'accès en écriture dans son
répertoire d'installation, même si vos dessins sont stockés ailleurs. Si
l'utilisation du logiciel doit se faire dans une session ayant des droits restreints
(session autre qu'administrateur), il est important que le répertoire d'installation
reste accessible en écriture dans cette session, sinon le fonctionnement en sera
affecté (dessin courant et paramètres non enregistrés, pile annuler/refaire
défaillante, etc.). L'arborescence "C:\Program files " n'est donc pas appropriée
pour les modes autres qu'administrateur.
L'installation normale de Galaad 3 requiert environ
100 Mo d'espace disque disponible, plus celui dont
vous aurez ensuite besoin pour stocker vos dessins.
L'installation complète, téléchargeable depuis le site
web de Galaad, contient en un bloc compacté les mêmes
éléments que le CD pour une langue donnée.
Le programme SETUP exécute pour vous les petites tâches annexes d'une
installation Windows, c'est à dire l'adjonction de raccourcis pour démarrer
Galaad depuis le bureau ou le menu "Démarrer", ou l'association du module de
dessin aux fichiers GAL pour un lancement automatique depuis l'explorateur de
fichiers ou autre. Si vous ne souhaitez pas que ces tâches annexes soient
remplies, décochez les cases correspondantes en bas de la fenêtre.
Cliquez ensuite sur le bouton "Suivant >>".
Il s'agit maintenant d'indiquer
au logiciel les quelques caractéristiques principales de votre
machine d'usinage, du moins si
une machine est connectée à cet
ordinateur.
Notez que ces paramètres
sont modifiables a posteriori
depuis Galaad sans avoir à
repasser par la case départ, c'est à
dire l'installation. Vous avez donc
assez largement droit à l'erreur ou
la négligence.
————————————————————————
Installation
— 1 - 21
GALAAD
3 —————————————————————————————
Si une machine d'usinage est connectée au poste de travail que vous êtes en
train d'installer, et dans ce cas seulement, activez l'option correspondante, ce
qui vous permettra de préciser le type de cette machine et la façon dont elle est
connectée à votre PC.
Cliquez encore une fois sur le bouton "Suivant >>". Une dernière fenêtre de
dialogue apparaît alors pour vous indiquer le répertoire de destination de
Galaad sur votre disque, et vous rappeler les termes de la licence d'utilisation
du logiciel, termes que vous connaissez déjà pour les avoir lus au chapitre
précédent. Ne nous attardons donc pas en ces lieux, nous touchons au but.
Cliquez donc sur le bouton "Installer", ce qui va lancer le processus
d'installation proprement dite, c'est à dire le transfert des fichiers du CD vers
votre disque dur. Ceci peut prendre de quelques secondes à une minute selon
les performances de votre ordinateur. Une bande-annonce donne quelques
indications succinctes de la phase en cours, puis un dernier message vous
indique si tout s'est bien passé.
Vous pouvez dès à présent lancer Galaad 3 pour la première fois depuis ce
message, ou bien, les fois suivantes, à l'aide de l'icone qui a été ajoutée sur
votre bureau, ou encore par le raccourci Galaad créé dans le menu "Démarrer"
de Windows. Votre installation est maintenant opérationnelle.
Drivers additionnels
La communication entre Galaad et sa clef de licence branchée sur un port
USB nécessite un driver qui est installé de façon silencieuse par le programme
SETUP. Vous n'avez donc pas à vous en soucier a priori. Si toutefois ce driver
n'a pas été installé correctement ou si vous avez installé le logiciel vous
contentant de recopier une installation existante, et si Windows ne trouve pas
tout seul le pilote de périphérique ad hoc dans ses bases de données, alors vous
devrez procéder à son installation manuelle. Le CD et le site web de Galaad
proposent un petit programme DONGLEDRIVER qui a le défaut d'être en
Anglais et l'avantage d'être très simple à utiliser : vous le lancez et vous validez
les pages en cliquant sur les boutons "Next" puis "Install" sans plus chercher à
comprendre. La clef de licence doit être débranchée lors de cette installation.
1 - 22
— Installation
————————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Aménagement du territoire
Rappelons que l'installation de Galaad ne fait aucun
ajout de fichier hors de son répertoire, sauf les
raccourcis sur le bureau et le menu "Démarrer". Ceux-ci
sont de classiques fichiers LNK détruits par
Windows lorsque vous les supprimez
D'autre part, et si cela peut vous rassurer, les seules modifications apportées
à la base de registre de Windows concernent l'association directe des fichiers
GAL (fichiers de dessin) et GLI (librairies d'objets) à l'application Galaad, ainsi
que les fichiers GAW (fichiers de tournage) à l'application Gawain, ce qui
permet de lancer le logiciel en double-cliquant directement sur un nom de
fichier. Soient trois petites clefs dans la base de registre. En outre, cette
association fait apparaître les mini-icones Galaad associées aux noms de
fichiers correspondants dans toutes les fenêtres gérés par Windows et vous
procure ainsi une facilité d'identification accrue.
Déménagement
Si nécessaire, il est possible de transférer
l'installation vers un autre répertoire à l'aide
de l'Explorateur Windows en renommant le
répertoire cible ou en le coupant/collant vers
une autre unité de disque ou sous-répertoire.
Aucun problème, Galaad se laisse transporter.
N'oubliez pas de rediriger manuellement les
raccourcis Windows du bureau et du menu "Démarrer".
————————————————————————
Installation
— 1 - 23
GALAAD
3 —————————————————————————————
Désinstallation
Il n'a pas été jugé nécessaire de créer un programme complet de désinstallation automatique de Galaad, vues l'extrême simplicité de cette installation et
l'absence de fichiers hors de son répertoire cible.
Pour désinstaller Galaad, il suffit de supprimer son
répertoire à l'aide de l'Explorateur Windows ou autre de
même métal. C'est tout. Vous pouvez ensuite supprimer
manuellement les raccourcis restés sur le bureau ou
dans le menu "Démarrer". Windows effacera alors les
fichiers LNK correspondants et il ne restera plus la
moindre trace du passage de Galaad sur votre écran.
Requiescat in Pace, et tant pis pour vous.
Si l'idée de conserver trois clefs Galaad dans la base de registre Windows
vous empêche de dormir, vous pouvez les supprimer facilement : ces trois clefs
concernent les liens entre les fichiers *.GAL (dessins Galaad) et le programme
GALAAD.EXE ; *.GLI (librairies Galaad) et GALAAD.EXE ; et enfin entre
*.GAW (dessins de tournage Gawain) et GAWAIN.EXE. Ces clefs ne servent
plus après suppression de Galaad, n'occupent pas plus de quelques octets sur
votre disque dur, ne captent aucune ressource système, et ne gênent aucune
autre application, mais traquer jusqu'à la dernière petite poussière issue de
Galaad est votre droit le plus strict.
Sur les versions de Windows antérieures à Vista, ouvrez l'explorateur de
fichiers et appelez la commande "Outils / Options des dossiers", puis l'onglet
"Types de fichiers". Descendez la liste jusqu'aux extensions GAL, GAW et GLI
et effacez-les avec "Supprimer". Si le bouton est grisé, c'est que la clef a déjà
été désaffectée. Le démarrage suivant de Windows achèvera le nettoyage.
Sur les versions récentes de Windows, le nettoyage se fait tout seul à la
suppression de l'application cible. Vous vous êtes inquiété pour rien.
1 - 24
— Installation
————————————————————————
——————————————————————————————————
2
———————
0 0 0 1 0
APPRENONS A DESSINER
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Contact
Au lancement, Galaad affiche une petite image plus ou moins décorative
pour vous faire patienter, le temps de charger ses paramètres. Peut lui succéder
immédiatement un message de rappel des conditions d'utilisation, pour le cas
où vous ne disposeriez que d'une licence restreinte ou pas de licence du tout.
La fenêtre de fond est celle avec laquelle vous allez peu à peu vous familiariser ; il s'agit de la fenêtre centrale de dessin et de contrôle.
Il se peut que la présentation vous paraisse un peu chargée à première vue.
Mais vous allez très vite vous y faire : chaque icone et chaque zone d'affichage
ont leur utilité. En outre, on peut facilement écrémer les fonctionnalités offertes
dans les menus, les commandes et les icones de dessin. On verra comment, plus
loin dans ce manuel, avec la mise en place des restrictions de l'environnement
de travail. Mais n'anticipons pas et intéressons-nous pour le moment à ce qui
est venu s'afficher sur l'écran.
2 - 26
—
Apprenons à dessiner
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
La fenêtre de travail se divise en cinq zones distinctes :
-
Au centre, votre planche à dessin. Réceptacle de votre génie créatif mené à
sa quintessence graphique, elle se tient prête à être envoyée directement à la
machine pour un usinage sans histoire. Bref, c'est dans cette zone que vous
allez exacerber vos talents artistiques avec la modeste contribution technique de Galaad. On pourra visualiser cette pièce en simple vue de dessus ou
avec des vues latérales et 3D.
-
Tout en haut, la classique barre de menus. Elle vous donne accès aux
fonctions de manipulation globale et de supervision de votre travail, classées par type de fonctionnalité. Rien de bien original. Même dans l'hémisphère sud, la barre de menus est en haut, paraît-il.
-
Juste au dessous, la non moins classique barre de commandes rapides.
Chaque icone ici présente est un raccourci pour accéder à une fonction d'un
sous-menu, sans passer par la fastidieuse ouverture dudit. Pour donner dans
le genre non-conformiste propre à Galaad, quelques icones sous-jacentes
ont été ajoutées, qui se montrent lorsque la souris taquine leur maman.
-
Sur la gauche de l'appareil, les icones de dessin. Vous trouverez là de quoi
stimuler votre créativité, pour peu qu'elle manque d’additifs effervescents,
et par conséquent de quoi former les objets composant votre dessin. Lorsque la souris passe sur les icones de base, un sous-groupe associé jaillit
aussitôt pour affiner le choix.
-
Reléguée tout en bas, enfin, la zone d'affichage. Un vrai marché aux puces
où l'on trouve pêle-mêle toutes les informations possibles et plus ou moins
utiles sur ce qui se passe dans le dessin à un moment donné, c'est à dire
principalement des cotes, dimensions et angles.
Note à benêts : le but de ce manuel - même ces pages initiatiques - n'est
pas de vous enseigner la pratique courante de l'interface Windows, supposée à
peu près acquise ou tout au moins débroussaillée au moment où vous lisez ces
lignes. Quelques petits rappels seront tout de même donnés ici et là par pure
charité, mais ne vous attendez tout de même pas à un cours technique avancé
sur les labyrinthes souterrains de Windows, lesquels sont nombreux, tortueux
et parfois même logiques.
————————————————————
Apprenons à dessiner
— 2 - 27
GALAAD
3 —————————————————————————————
Premiers pas
Comme vous l'allez découvrir, dessiner avec Galaad n'est pas bien compliqué et ne requiert que peu d'aspirine. Il convient avant tout d'avoir à l'esprit que
vous dessinez des trajectoires d'outils d'usinage et non pas un joli dessin à
imprimer. Ne comparez surtout pas sa manipulation avec celle d'un éditeur
d'images bitmap, de type PaintBrush, PaintShop, PhotoShop, etc. qui vous
donne en fait accès à une mosaïque de pixels inertes.
Le module de CAO de Galaad est un éditeur graphique vectoriel, c'est à
dire qu'un trait est constitué de deux points extrêmes cotés et reliés, et non pas
un simple alignement de pixels noircis. La démarche demande plus de précision, et surtout une approche par la géométrie plutôt que par la peinture. Si
vous avez déjà utilisé un logiciel de dessin vectoriel, comme par exemple
CorelDraw ou Adobe-Illustrator, vous n'aurez aucun problème pour vous
familiariser avec Galaad. Sa méthodologie de travail est identique.
Commençons par ouvrir le menu "Fichier" et cliquer sur la
commande "Nouveau". Le dessin en cours fait aussitôt place
nette. Vertige de la page blanche.
Il vous est alors demandé d'indiquer les
dimensions brutes de votre nouveau matériau
à usiner. Mesurez votre pièce et indiquez ses
dimensions ici. Ces dimensions restent bien
entendu modifiables par la suite avec la
commande "Fichier / Dimensions brutes" dans
le même menu. Validez vos dimensions et
cliquez sur OK sans chercher à comprendre les
paramètres annexes.
Commençons par quelque chose de simple comme une bête ligne
droite. Allez chercher l'icone de "ligne" dans les icones de dessin à
gauche de la planche, et ignorez la famille nombreuse qu'elle déroule. L'icone
de base nous suffira bien assez. Cliquez dessus et revenez vers la planche.
Le pointeur de la souris a changé d'apparence. De curseur en forme de
flèche oblique, il est devenu croix et rouge. Déplacez la souris : la croix se
déplace et différents repères suivent le mouvement. Les marques glissent sur
les réglettes et les coordonnées numériques en bas de l'écran sont remises à
2 - 28
—
Apprenons à dessiner
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
jour en permanence. Cliquez un endroit quelconque sur la planche et relâchez
le bouton de la souris.
A partir de cet instant, un trait de dessin suit vos déplacements pour les
relier au point qui vient d'être fixé. En plus d'une position absolue, de nouvelles
indications vous donnent la position relative, cartésienne et polaire, par rapport
au point précédent. Positionnez le pointeur de manière à avoir un trait qui vous
convienne, et cliquez à nouveau puis relâchez la souris.
Galaad est immédiatement prêt à renouveler l'opération pour un autre trait.
Essayons encore, mais avec une autre méthode : cliquez le premier point et
gardez le bouton de la souris enfoncé, puis déplacez le pointeur en croix sur la
planche pour positionner le deuxième point. Le résultat est identique. Vous
pouvez donc cliquer-relâcher, déplacer et cliquer-relâcher, ou bien cliquer,
déplacer et relâcher. A votre convenance.
Continuons avec les simples lignes. Le pointeur en croix est sur la planche,
du clavier : le
la souris est relâchée. Appuyez sur les petites flèches
pointeur bouge d'une graduation sur les réglettes.
Cotation simple
Avançons plus loin. Au lieu de cliquer avec la souris ou la barre d'espace: il apparaît aussitôt une boîte de dialogue
ment, appuyez sur la touche
qui va vous permettre d'entrer directement une cote numérique.
Il vous suffit de taper la valeur de
la position X, puis appuyer sur la
touche de tabulation avant
pour
passer rapidement à la zone Y dans
laquelle vous pouvez alors entrer la
valeur de position. Pour terminer,
vous devez cliquer sur le bouton OK
ou appuyer sur la touche
.
Il est bon de rappeler ici que cette touche de tabulation avant
permet
de passer d'une zone à la suivante dans les boîtes de dialogue. Accompagnée de
la touche
, elle devient tabulation arrière et fait passer à la zone précédente.
————————————————————
Apprenons à dessiner
— 2 - 29
GALAAD
3 —————————————————————————————
Ceci est valable pour tous vos logiciels Windows et pas seulement Galaad. La
touche
valide la boîte de dialogue tout entière en l'état. Détail : Galaad
accepte aussi bien le point que la virgule comme séparateur décimal, même
quand Windows n'accepte que la virgule. C'est tout de même plus pratique
lorsqu'on entre une cote depuis le pavé numérique du clavier.
Rappel : la convention d'orientation utilisée dans Galaad définit comme
"ouest" / "est" les directions X négative (vers la gauche) / positive (vers la
droite) ; "sud" / "nord" les directions Y négative (vers le devant) / positive
(vers l'arrière) ; et "bas" / "haut" les directions Z négative (vers la profondeur) /
positive (vers le retrait), repère mathématique orthonormé.
Cette convention d'orientation reste
valable pour le pilotage de la machine
vue de l'opérateur. Attention, une
profondeur d'usinage plus importante
correspond donc à une descente de l'axe
Z vers le sens négatif, même si Galaad
indique les profondeurs en valeur absolue.
Z
Y
X
Vous avez sans doute remarqué que la boîte de dialogue de cotation offre
de petites listes déroulantes donnant l'origine de la cote entrée. On peut donc
s'en servir pour donner une cote cartésienne relative à un point autre que
l'origine (0,0) de la planche située au coin sud-ouest. Gardez à l'esprit que, si
vous entrez une cote par rapport à un point X lui-même situé plus à l'est ou Y
plus au nord, ce sera probablement une valeur négative.
Pour revenir à notre pointeur de dessin, on s'aperçoit qu'il s'est fixé à la
position saisie et que le clic de la souris a été appliqué. On sait donc maintenant entrer une cote numérique cartésienne pour une position absolue.
Pour entrer une cote numérique
en coordonnées polaires (donc pour
le deuxième point du trait), vous
devez appuyer sur la combinaison de
. Ceci ouvre une
touches
boîte de dialogue similaire, hormis le
fait que la coordonnée est de type
(R,θ) au lieu de (X,Y).
2 - 30
—
Apprenons à dessiner
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Comme pour la cotation cartésienne, les valeurs apparaissant par défaut
dans les zones de saisie numérique correspondent à la position du pointeur.
A ce stade de l'apprentissage, vous savez positionner et activer le pointeur
de dessin, et aussi donner une cote numérique de position. Amusez-vous à
dessiner des objets à l'aide d'icones de dessin autres que la simple ligne droite,
par exemple des rectangles ou des cercles. Ne vous aventurez tout de même
pas trop loin dans les icones de dessin qui se déroulent à partir des icones de
base, et tenez-vous en aux icones blanches. Les autres icones jaunes, vertes et
bleues ne concernent pas le dessin direct, comme on va le voir sous peu.
Accroches au vol
Si vous avez déjà quelque chose sur la planche, ne
serait-ce qu'un trait simple, vous pouvez alors remarquer
que le passage du pointeur en croix à proximité de l'objet
déjà dessiné fait surgir un petit point rouge avec une
indication succincte de position logique.
En appuyant sur la barre d'espacement
du clavier, vous
"accrochez" automatiquement le pointeur de dessin sur le petit point rouge,
c'est à dire que vous validez directement la position correspondante. Ceci vous
facilitera grandement la tâche de pointage, en particulier sur des sommets de
polygones, intersections, centres d'arcs, etc. S'il n'y a pas de petit point rouge,
le pointage validé correspondra à la position courante du pointeur en croix.
A noter que le bouton central d'une souris à trois boutons (ou le bouton de
roulette) fait la même chose sans aller tâtonner sur le clavier, quoique la barre
d'espacement ne soit pas trop ardue à repérer. Pour opérer une accroche au vol
correspondant à un clic qui serait fait avec le bouton droit de la souris, il suffit
(flèche inerte de majuscule). Ceci
d'appuyer en même temps sur la touche
vaut aussi pour le bouton central (ou roulette) de la souris.
Un peu plus compliqué, mais méritant mention, vous
pouvez faire une accroche en deux temps, c'est à dire
accrocher l'abscisse d'un petit point rouge puis accrocher
ailleurs l'ordonnée d'un autre point (ou l'inverse) ou
l'ordonnée de la position courante du pointeur.
————————————————————
Apprenons à dessiner
— 2 - 31
GALAAD
3 —————————————————————————————
Il suffit de placer le pointeur à proximité du premier point concerné pour
qu'il soit repéré et mis en valeur, puis d'appuyer sur la touche
ou
pour
mémoriser temporairement l'abscisse ou l'ordonnée. Il apparaît alors un axe
rouge vertical ou horizontal qui traverse la planche, mais rien n'est encore joué
et vous pouvez réitérer l'opération avec la même touche pour valider un autre
point en cas d'erreur, ou bien carrément l'oublier en effectuant un pointage
ordinaire. Déplacez ensuite le pointeur et venez chatouiller un autre petit point
ou
rouge quelque part ailleurs sur le dessin, puis appuyez sur l'autre touche
, celle que vous n'avez pas utilisée la première fois. Galaad validera alors
automatiquement la position du point correspondant à cette abscisse et cette
ordonnée, l'une des deux ayant été mémorisée de façon provisoire.
Manipulation d'objets
On va arrêter là le barbouillage de la planche et s'intéresser un peu à ce qu'il
est possible de faire avec un élément de dessin déjà créé.
Glissez la souris vers la gauche et cliquez sur l'icone jaune de
sélection sans vous occuper de ses consœurs.
La croix de dessin redevient aussitôt une flèche de
pointage et le dernier objet dessiné se retrouve encadré par une
matrice de huit cases rouges. Amusez-vous à cliquer sur les
objets dessinés : le cadre se déplace de l'un à l'autre, le tracé de
chaque objet prenant lui aussi la couleur rouge pour une
meilleure identification. On dit alors que l'élément de dessin
ainsi encadré est un objet sélectionné.
Cette notion est fondamentale. En effet, la méthodologie de travail de
Galaad consiste à sélectionner d'abord des objets et agir ensuite sur les
objets en question. D'autres logiciels de CAO font précisément l'inverse en
demandant d'abord quelle action doit être diligentée et ensuite quels sont les
objets qui en seront la cible. Chaque méthode a ses avantages et ses inconvénients ; on ne va pas en débattre ici. Si vous avez déjà l'habitude d'une des deux
méthodes, il ne reste qu'à espérer que ce soit la bonne.
Un objet n'est pas modifié par la sélection, bien que sa couleur change
provisoirement pour le mettre en valeur. Par contre, il va être possible de le
2 - 32
—
Apprenons à dessiner
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
torturer à l'aide des nombreux outils plus ou moins raffinés que Galaad met à
votre disposition. Que la fête commence.
La première chose qu'on puisse faire avec un objet sélectionné est bien
évidemment de le supprimer. Rien de plus simple : appuyez sur la touche
du clavier ou allez chercher la commande "Edition / Effacer". L'objet et la
matrice de sélection disparaissent. Vous pouvez annuler cette suppression
avec la touche
(BackSpace ou retour en arrière) située en général juste audessus de la touche
sur un clavier en bonne santé, ou bien avec la
commande "Edition / Annuler" ou encore l’icone correspondante.
La deuxième chose qui nous intéresse peut être de repositionner cet objet.
Il vous suffit de faire glisser la souris à l'intérieur du cadre de sélection, de
cliquer avec le bouton gauche de la souris qu'on va garder enfoncé, et de
déplacer la souris. Le cadre de sélection suit vos mouvements. Relâchez le
bouton pour fixer la nouvelle position. Pendant ce temps, les marqueurs sur les
réglettes et les coordonnées de la zone d'affichage sont remis à jour.
Plus amusant : cliquez sur une des cases médianes rouges de la matrice
avec le bouton gauche de la souris que vous maintenez enfoncé, déplacez la
souris et relâchez. Le cadre s'est agrandi ou rétréci pour suivre le mouvement,
et l'objet a donc changé de dimensions. En utilisant les cases diagonales, on
s'aperçoit que l'objet change de dimensions tout en conservant une proportion
constante sur les deux axes X et Y. Ceci vous permet de modifier globalement
la taille de votre objet sélectionné sans en changer l'apparence générale.
Accroches au vol, bis repetita : lorsque vous déplacez, agrandissez ou
réduisez un objet sélectionné, la présence d'un autre objet dans le voisinage fait
apparaître des axes d'alignement de couleur orangée, près des bords ou du
centre. Pour s'aligner automatiquement sur un axe apparent, il suffit d'appuyer
sur la barre d'espacement
du clavier sans relâcher le bouton de la
souris. Les touches
ou
font une accroche partielle pour n'aligner qu'un
axe lorsque deux sont apparents.
Vous vous rappelez sans doute que la touche
faisait surgir une boîte
de dialogue de cotation au clavier. Eh bien cette petite facilité reste active pour
la plupart des fonctions de dessin et de manipulation de Galaad. Appuyons
donc sur cette fameuse touche
.
————————————————————
Apprenons à dessiner
— 2 - 33
GALAAD
3 —————————————————————————————
Aussitôt, une nouvelle boîte de
dialogue surgit au milieu de
l'écran. Vous pouvez indiquer la
position de votre objet dans la
partie supérieure et ses dimensions dans la partie inférieure. La
position XY de votre objet
correspond par défaut au coin
sud-ouest de son cadre de
sélection, mais vous pouvez
utiliser d'autres références en
cliquant sur les cases rouges.
Vous remarquerez assez vite que Galaad n'aime pas beaucoup que vos
objets cherchent à s'évader de la planche à dessin, surtout quand vous entrez
une cote numérique au clavier. Etant donné que votre planche représente la
pièce brute à usiner, il semble assez logique que des trajectoires d'usinage en
dehors de cette pièce n'aient guère de sens.
A ce stade des opérations, vous savez dessiner des objets de base, accrocher des points déjà existants, coter des positions, sélectionner les objets
dessinés et les supprimer ou les manipuler.
Nous allons maintenant sélectionner plusieurs objets en même temps pour
les manipuler ensemble. Plusieurs possibilités s'offrent à vous. La première
consiste à cliquer sur notre icone de sélection (si le pointeur de souris est une
croix de dessin) puis délimiter une zone rectangulaire sur la planche au lieu
d'un simple pointage instantané. Pour ce faire, cliquez avec le bouton gauche
de la souris que vous maintenez enfoncé, éloignez la souris et relâchez le
bouton. Un rectangle pointillé rouge a délimité la zone cartésienne couverte, et
tous les objets contenus dans cette zone ont été sélectionnés. Si vous n'en avez
attrapé qu'un seul - ou a fortiori aucun - recommencez l'opération. Vous avez
plusieurs objets sélectionnés que vous pouvez manipuler comme s'ils n'étaient
qu'un seul : position, taille, suppression, etc.
2 - 34
—
Apprenons à dessiner
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Autre possibilité : sélectionnez un ou plusieurs objets, puis appuyez sur la
touche
du clavier (flèche inerte de majuscule) et cliquez sur d'autres objets
tout en gardant cette touche enfoncée. Contrairement à ce qui se passait jusqu'à
présent, les nouveaux objets sont sélectionnés sans que les précédents ne soient
désélectionnés au préalable. Vous pouvez continuer comme ça jusqu'à plus
soif, y compris en délimitant des zones de sélection. Réciproquement, si vous
cliquez sur un objet déjà sélectionné parmi d'autres avec cette touche
enfoncée, il sera désélectionné.
Ajoutons pour la forme qu'il existe beaucoup d'autres méthodes de sélection, notamment par filtrage automatique, et aussi une possibilité de verrouillage empêchant la sélection. Mais ce sont là des fonctions à découvrir un peu
plus tard.
Astuce : lorsqu'un ou plusieurs objets sont sélectionnés, le fait d'appuyer sur
les petites flèches
du clavier déplace directement le cadre de
sélection - et les objets avec - d'un pas correspondant à une graduation sur les
réglettes (même si celles-ci ne sont pas affichées), comme pour le déplacement
de la croix de dessin. Ceci peut éventuellement vous aider à ajuster les objets
avec plus de précision que la souris et nous amène tout droit à parler de pas de
déplacement et de grille magnétique.
La grille magnétique
Comme vous l'avez certainement remarqué, le pointeur de dessin en croix
et les objets sélectionnés ne peuvent être déplacés que par petits sauts d'une
longueur qui correspond aux graduations des réglettes latérales. C'est une
caractéristique habituelle des logiciels de dessin vectoriel qui doivent s'affranchir de la résolution graphique de l’écran en s'appuyant sur une matrice
complètement indépendante des pixels, lesquels n'ont aucune valeur exprimable par cotation. Cette matrice est invisible, mais son influence sur le dessin
n'en est pas moins importante.
Par défaut, le pas des graduations des réglettes est de 1 mm, sauf si vous
avez une planche à dessin très grande ou au contraire très petite. Il nous est
donc à première vue impossible de construire ou positionner un objet en se
plaçant à une cote non entière. Notons tout de même que les cotes numériques
entrées au clavier ne sont jamais arrondies. Du moins pas plus qu'au
————————————————————
Apprenons à dessiner
— 2 - 35
GALAAD
3 —————————————————————————————
1/1000ème, ce qui devrait suffire à couvrir l’essentiel des besoins. Galaad
considère en effet que si vous avez indiqué une position par cotation numérique, il n'a pas le droit de modifier cette position à sa guise pour l'ajuster sur la
grille. Elle reste donc inchangée.
Il peut néanmoins s'avérer utile d'adapter le pas de la grille à une situation
particulière. Pour ce faire, vous devez appeler la commande "Dessin / Grille
magnétique / Régler" dans la barre de menus (un raccourci rapide existe dans
la barre de commandes en haut de l'écran).
Une boîte de dialogue permet de régler les
pas de la grille, c'est à dire les arrondis de
position. Une case vide (ou "auto") indique que
l'arrondi se fera sur les graduations fines de la
réglette, variant donc avec le zoom. Sans doute
de loin le meilleur mode. La grille polaire
arrondit l'angle de pente de la ligne en cours de
.
dessin, lorsqu'on appuie sur la touche
Vous pouvez aussi désactiver la grille pour travailler avec le simple pixel
de l'écran pour seule unité de déplacement, mais ce n'est pas recommandé pour
un travail précis et confortable, surtout que cette unité va se mettre à varier
avec le zoom. Cette grille magnétique est à votre disposition et ne s’use même
pas si vous vous en servez. Ne la négligez pas.
De Profundis
Les merveilles de la création artistique ne doivent pas faire oublier que le
but ultime et pas si lointain de Galaad reste de piloter une machine-outil à
commande numérique destinée à l'usinage par fraisage. Ceci suppose que les
objets dessinés acquièrent au moins trois paramètres supplémentaires : la
profondeur du sillon de fraisage, de découpe ou de gravure, la vitesse de
mouvement et l'affectation d'outils à usiner.
Cliquez sur l'icone verte à gauche de la planche, toujours sans vous
soucier de ses congénères surgissantes.
2 - 36
—
Apprenons à dessiner
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Il jaillit aussitôt une nouvelle boîte de
dialogue qui vous offre la possibilité
d'indiquer une profondeur d'usinage
pour les objets à dessiner, ainsi qu'une
vitesse d'avance pour le mouvement
d'usinage, et enfin l'outil qui sera mis à
contribution pour tailler ces objets. On
trouve aussi d'autres paramètres avancés
qui serviront plus tard.
Vous pouvez donner ici une nouvelle
profondeur d'usinage à vos objets.
Si vous n'êtes pas encore familier avec les ordres de grandeurs des vitesses
d'avance, laissez Galaad les calculer automatiquement. L'approximation faite
par le logiciel est calculée assez largement par défaut, en prenant en compte la
dureté du matériau à usiner, les caractéristiques physiques de l'outil (profil,
diamètre, denture, rotation) et la profondeur des passes d'usinage. Vous aurez
le temps d'apprendre peu à peu à évaluer les ordres de grandeur sans risquer de
casser des outils coûteux en allant trop vite. Votre expérience des vitesses se
fera bien assez rapidement, si l'on ose dire.
Lorsque vous validez cette boîte de dialogue en cliquant sur OK (ou en
appuyant sur
), les objets sélectionnés reçoivent immédiatement les
nouvelles caractéristiques indiquées. Si aucun objet n'était sélectionné, vos
indications ne sont pas parties dans le vide pour autant : elles concerneront les
prochains objets que vous dessinerez par la suite avec les icones de dessin et
jusqu'au prochain rappel de cette boîte de dialogue.
Important corollaire : vous pouvez avoir autant de profondeurs et de
vitesses différentes que d'objets sur la planche. Ces deux paramètres sont
complètement indépendants et ne sont pas liés à un outil, une couleur ou à une
passe d'usinage comme sur certains logiciels de FAO. En outre, vous pouvez
avoir autant d'objets sur la planche qu'il vous plaira, dans la limite des places
disponibles, c'est à dire la capacité mémoire de votre ordinateur. Avec les PC
actuels, ça laisse du champ à votre créativité. Ajoutons encore que vous pouvez
même dessiner des objets 3D qui ont donc une profondeur variable, comme on
verra plus loin. Mais n'anticipons pas, parce que ça deviendra alors un peu plus
compliqué et le but du présent chapitre n'est que de vous aider à effectuer vos
premières armes.
————————————————————
Apprenons à dessiner
— 2 - 37
GALAAD
3 —————————————————————————————
Vous savez maintenant dessiner des objets, les supprimer, les repositionner sur la planche, les agrandir ou réduire, et enfin définir leurs valeurs
d'usinage. Vous êtes donc prêt à utiliser cette fraiseuse qui piaffe d'impatience
et tire déjà sur son câble. Allez, dernier petit détour par le zoom.
Zoom
Il est utile de pouvoir agrandir une partie de la planche pour vérifier le tracé
des objets dessinés ou les ajuster. Une série de fonctions va vous aider, mais
nous nous contenterons ici de voir les deux premières.
Vous l'aviez sans doute remarquée au premier coup d'œil, cette icone
bleue qui a un air sincère de déjà-vu. Allons, cliquez dessus.
Vous pouvez maintenant délimiter une zone de la planche à agrandir, ou
bien un simple point autour duquel Galaad agrandira la vue d'un facteur 2.
Dans ce dernier cas, il suffit de cliquer et relâcher à la même position.
Pour revenir à un affichage global de la planche, déroulez les icones
de zoom et attrapez sa première suivante.
Petite astuce : il est possible de faire un zoom "au vol" avec la touche
(ou ) du clavier. Galaad agrandira la zone située autour du pointeur de la
souris, sans pour autant interrompre la fonction de dessin ou manipulation en
cours comme le ferait l'icone de zoom. Cette opération est réitérable ad
nauseam, et l'on peut revenir en arrière avec la touche
(ou ).
Si vous disposez d'une souris à roulette, celle-ci fait les mêmes opérations
de zoom sans toucher au clavier (le sens du zoom peut être inversé). Ceci
facilite les accroches au vol dans des zones encombrées : on zoome pour
agrandir l'endroit où une accroche intéresse, après y avoir positionné la souris,
on accroche le point, puis on fait un zoom arrière pour la suite.
La fenêtre de zoom peut être déplacée avec le bouton central (ou
roulette) de la souris : il suffit de cliquer, garder le bouton enfoncé, et faire
glisser la vue dans la direction voulue. Cette possibilité reste valide même en
cours de dessin alors que le pointeur rouge en croix est actif.
2 - 38
—
Apprenons à dessiner
————————————————————
——————————————————————————————————
3
———————
0 0 0 1 1
APPRENONS A USINER
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Contrôle technique
Avant la mise à feu de votre fraiseuse, il peut être opportun de jeter un coup
d'œil sur ses caractéristiques particulières telles que Galaad les imagine. On
pourra ainsi éviter quelques malentendus, dans le cas où un paramètre ne serait
pas dans le rang. Montez tout droit dans la barre de menus sans passer par la
case départ, et passez la commande "Paramètres / Fraiseuse / Principaux". Ceci
sert d'ouvre-boîte de dialogue pour un modèle qui affiche une synthèse très
sommaire des caractéristiques techniques de votre fraiseuse.
Si tout va bien, vous
retrouvez ici les paramètres
indiqués lors de l'installation
de Galaad, pour peu que vous
ayez défini une machine
d'usinage à ce moment. Dans
le cas contraire, il n'est pas
trop tard pour vérifier les
paramètres en question, du
moins ceux affichés.
On supposera que vous connaissez le modèle de votre fraiseuse ou, à
défaut, le modèle de sa commande électronique. Si ce n'est pas le cas, il est
temps de renouer avec votre vendeur. Mais auparavant, cherchez bien si ce
modèle n'est pas indiqué sur la machine, de préférence dans l'endroit le plus
inaccessible. Le fait d'indiquer un modèle erroné n'est pas grave. Ni votre
fraiseuse ni votre ordinateur ne risquent d'en souffrir dans leur chair tendre. Au
pire, il ne se produira rien lorsque vous en attendrez une réaction. Dans le
doute, le mieux est donc d'essayer. De l'audace !
Détail d'importance, vous avez probablement branché un câble entre votre
ordinateur et votre machine. Si ce n'est pas le cas, il ne serait pas impossible
que Galaad ait du mal à contrôler la commande numérique. Les progrès en
réseaux sans fil sont certes étonnants, mais un moyen de communication
bêtement physique reste hélas nécessaire à l'heure actuelle pour la plupart des
machines connues de Galaad. Et puisqu'on est sur le sujet, certains modèles
anciens ont un câble asymétrique dont une extrémité doit être branchée
impérativement sur le PC et l'autre sur la fraiseuse.
3 - 40
— Apprenons à usiner
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Pour s'épancher à travers ce câble, Galaad a besoin de savoir quel port de
communication est mis à contribution. Même si la mode est à l'USB, encore
beaucoup de commandes numériques reçoivent leurs ordres par liaison série
RS-232. Il convient donc d'indiquer au logiciel à quel port de votre ordinateur
vous avez connecté ce fameux câble. Sur un ordinateur un peu ancien, le cas
général est le branchement de la machine sur le port série COM1 ou COM2. Sur
un ordinateur récent, il est plus probable que vous passerez par un convertisseur USB-Série, lequel sera vu par les logiciels comme un port série classique,
mais avec un numéro au-delà de COM2. Dans la liste déroulante, Galaad
affiche un petit astérisque après le numéro des ports COM existants, qu'ils
soient réels ou virtuels. A vous d'essayer, ça ne cause pas de dégâts collatéraux
à l'ordinateur ni aux autres logiciels même actifs.
Vous remarquerez que le voisinage de cette sélection permet de bricoler la
vitesse de transmission. Si vous avez choisi un modèle existant dans la liste
des machines, le mieux est de ne pas toucher. Mettre une vitesse de transmission plus élevée ne fera pas marcher votre fraiseuse plus vite.
Au fait, vous n'avez peut-être simplement aucune fraiseuse connectée à
l'ordinateur sur lequel vous êtes en train de travailler. Dans ce cas, indiquez
"Aucune machine" comme modèle et "Aucun" comme port. La fraiseuse sera
donc virtuelle, mais vous pourrez tout de même suivre le processus d'usinage.
Validez cette fenêtre en cliquant sur OK si vous y avez changé quelque
chose ou, sinon, cliquez tout de même sur OK. On ne sait jamais.
Visite guidée du pas de tir
Votre planche à dessin contient les merveilles tout droit issues de votre
créativité féconde ; les paramètres de votre fraiseuse vous semblent corrects ;
celle-ci s'impatiente et s'énerve déjà ; la fenêtre de tir est bonne ; votre ceinture
est attachée. Il n'y a donc plus aucune raison de différer plus longtemps
l'usinage. L'autorisation de lancement se trouve dans "Usinage / Fraisage
standard 3 axes". Allons-y, bon pour commande.
Une digression, déjà : vous avez peut-être oublié de mettre votre machine
sous tension. Le bon vieil adage informatique "ça marche mieux quand on
branche" fait parfois de vrais miracles. Mais la plupart des fraiseuses bien
—————————————————————
Apprenons à usiner
— 3 - 41
GALAAD
3 —————————————————————————————
élevées ont heureusement le bon goût d'allumer un quelconque voyant quand
elles sont sous tension. Si rien ne brille de ce côté, vous avez la permission de
détacher votre ceinture pour aller vérifier de plus près. Accessoirement,
certaines commandes numériques doivent non seulement être mises sous
tension, mais en plus leur étage de puissance doit être armé et le capot de
sécurité de la machine refermé. On vérifie donc tout ça.
Pendant ce temps, Galaad en a profité pour vous envoyer une boîte de
dialogue modèle familial dans laquelle on trouve de tout. Pas de panique, vous
ne risquez rien, même en cliquant tous azimuts si ça vous amuse.
On ne va pas examiner maintenant toutes les options offertes sans la
moindre pudeur par cette fenêtre. Vous avez tout de même déjà remarqué que
votre dessin s'y trouve en bonne place. Le seul paramètre d'usinage qui nous
intéresse à ce stade est la séquence d'outils, affichée au-dessus du dessin.
3 - 42
— Apprenons à usiner
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Si vous avez dessiné des objets avec plusieurs outils différents, ceux-ci sont
actifs dans les cases correspondantes de la matrice. En l'absence de séquence
définie, ces cases sont uniformément jaunes et attendent votre sélection. Il
suffit de cliquer sur les outils à usiner, en suivant l'ordre dans lequel vous
souhaitez les voir appeler. Un outil sélectionné pour l'usinage est cerclé de
vert ; un outil que vous avez rejeté est barré d'une croix rouge. Une fois le
parcours d'un outil achevé, sa case est barrée de jaune.
Cette notion est donc importante : il vous appartient de choisir la
séquence d'appel des outils pour l'usinage. En l'absence de séquence, c'est à
dire si vous laissez les cases uniformément jaunes, les outils seront appelés tout
simplement dans l'ordre de leurs numéros.
Quelques caractéristiques des outils sont rappelées sous la matrice de
sélection. Lorsque la souris passe sur un outil utilisé, elles sont affichées. Le
reste du temps, ces caractéristiques correspondent au premier outil de la
séquence, celui qui va être appelé pour le parcours à effectuer.
Il est possible que vous n'ayez dessiné qu'avec un seul outil. Dans ce cas, la
séquence devient assez évidente, et il est inutile de s'attarder. Quoi qu'il en soit,
on passe à la phase suivante. Montez l'outil pressenti sur le mandrin de broche
.
et cliquez en haut sur l'onglet "Origine pièce" ou appuyez sur
Origine pièce
La page de paramètres d'usinage disparaît pour laisser place à la page de
réglage de l'origine pièce, non moins fournie en zones de contrôle.
Un petit message est d'ailleurs venu se
superposer à cette page et vous rappelle quel
outil est appelé pour l'usinage. Cliquez sur
OK ; vous n'avez pas le choix.
Le dialogue entre votre logiciel préféré et votre commande numérique
idoine s'ouvre dès validation du message de présentation d'outil. Cette première
ouverture peut parfois durer quelques longues secondes selon le type de
machine et si celle-ci vient d'être arrachée au sommeil.
—————————————————————
Apprenons à usiner
— 3 - 43
GALAAD
3 —————————————————————————————
Si l'ouverture du dialogue ne débouche pas sur un résultat correct, un
message viendra vous signaler la nature du problème. Galaad essaie pendant
dix petites secondes d'établir une communication stable avec la machine. En
cas de défaillance, on propose de réessayer. Vérifiez d'abord pourquoi ça ne
passe pas. Dans l'ordre de la check-list : mise sous tension, branchement du
câble, paramètres de fraiseuse dans Galaad.
Mais on peut être optimiste et imaginer que tout s'est bien passé. Le
dialogue avec la commande numérique est établi et la machine a éventuellement effectué une course de référence pour recaler son point zéro. Revenons
donc à notre origine pièce.
Il s'agit maintenant d'indiquer à Galaad où se trouve la pièce à usiner sur le
plateau de votre machine. Vous la voyez, certes, mais lui ne la voit pas. Il n'en
connaît que les dimensions et les tracés à usiner. Il va donc falloir lui donner
un point de référence XYZ et préciser où se trouve la pièce par rapport à
ce point.
3 - 44
— Apprenons à usiner
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Au fait, n'oubliez pas de mettre une pièce à usiner. Mais si vous voulez
juste faire un essai sans rien casser, cela a effectivement moins d'importance.
Le processus consiste à piloter manuellement la pointe de l'outil vers le
point de référence, axe par axe. Utilisez les boutons de déplacement X, Y et Z.
Lorsque vous cliquez sur un bouton, le mouvement est continu et se prolonge
jusqu'à relâchement. Vous pouvez aussi utiliser les flèches du clavier.
Important : le bouton droit de la souris déplace les axes à faible vitesse
). Très utile pour finaliser une prise d'origine pièce sur un
(ou la touche
axe donné. Si vous voulez faire un mouvement de longueur plafonnée, utilisez
les boutons-radio de droite qui indiquent des longueurs. Le mouvement
s'arrête dès que vous relâchez la commande ou que la distance a été couverte.
Accessoire, mais pratique : la roulette de la souris déplace par incréments
de 1/100ème de millimètre (ou 1/1000ème de pouce selon l'unité utilisée) le
dernier axe qui a bougé, du moins si l'un des axes a bougé depuis moins d'une
minute. Très utile pour les réglages fins, surtout sur Z.
Dans la fenêtre de prévisualisation, un curseur
en croix se déplace en même temps que les axes.
Si vous n'avez pas de fraiseuse connectée, il est
d'ailleurs le seul à se déplacer. Vous pouvez
même double-cliquer directement une position
XY dans cette surface. Les coordonnées sont
données par les afficheurs LED en bas.
Vous pouvez aussi entrer une position numérique à rejoindre en cliquant
sur ces afficheurs LED, ou en appuyant sur les touches X, Y ou Z au clavier.
Mais le but n'est pas seulement de faire bouger la machine le long de ses
axes. Galaad connaît certes en permanence la position de la pointe d'outil, mais
il ne sait toujours pas où se trouve la pièce à usiner sur la machine.
Déplacez donc la broche sur les axes X et Y de façon à la positionner audessus de la pièce, de préférence au centre de celle-ci. Utilisez ensuite les
mouvements Z pour descendre l'outil à faible distance de la surface supérieure
de la pièce, quelque chose comme 1 ou 2 mm. Allez-y doucement, les outils
sont chers et un accident est vite arrivé. Utilisez ensuite le bouton droit de la
—————————————————————
Apprenons à usiner
— 3 - 45
GALAAD
3 —————————————————————————————
souris et descendez doucement jusqu'à ce que la pointe d'outil affleure la
surface de la pièce sans la pénétrer. Opérez éventuellement le réglage final
avec la roulette de la souris. L'outil doit juste toucher la surface.
Votre origine pièce est bonne pour l'axe Z. Cliquez sur le bouton vert de
validation de la position Z :
La position Z "monte" alors dans
la case Z de l'origine pièce.
Repassez maintenant en déplacement continu et remontez un peu la pointe
de l'outil (si Galaad ne s'en est pas déjà chargé), puis amenez-la vers le bord
gauche - ou ouest - de la pièce.
Une fois proche du bord, repassez en déplacement lent, ou par
segments de 1/10ème de millimètre, et ajustez la position de façon à
faire coïncider au mieux la pointe de l'outil avec le bord de la pièce.
N'hésitez pas à redescendre l'axe Z pour améliorer l'ajustage.
Si l'outil utilisé est de type cylindrique ou hémisphérique, il est en
général plus facile d'ajuster sa position de façon à faire affleurer le
bord de son cylindre avec le bord vertical de la pièce. Le diamètre de
l'outil étant connu, Galaad se chargera de corriger la position.
Dans ce dernier cas, n'oubliez pas de cliquer sur l'option "Bord d'outil" au
lieu de "Centre d'outil", juste au dessus du gros bouton jaune de lancement.
Galaad doit savoir quel type d'ajustage vous avez effectué pour apporter une
éventuelle correction. Le profil d'outil n'est pas une référence obligatoire.
Votre origine pièce est bonne pour l'axe X. Cliquez sur le bouton vert
correspondant :
.
Faites enfin pour l'axe Y la même opération que pour l'axe X, en approchant le bord sud de la pièce, et validez son bouton vert. Avec un outil
conique, il est possible de faire une approche simultanée des axes X et Y sur le
coin sud-ouest de la pièce pour gagner du temps, et valider en même temps les
deux positions. On peut même faire les trois axes d'un seul coup, mais il est
recommandé de faire l'approche de l'axe Z vers le milieu de la pièce plutôt
que sur un bord ou un coin, ceci afin d'accroître la précision.
3 - 46
— Apprenons à usiner
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Sans donner trop de détails, notez au passage que
vous pouvez décider d'approcher d'autres points de
référence que les bords sud et ouest de la pièce. Il suffit
de prévenir le logiciel par le biais de la petite liste combo
qui détermine la position sur pièce.
Lorsque vous faites votre approche d'origine pièce, Galaad connaît en effet
les positions que vous validez, et donc au final la coordonnée du point origine,
mais encore faut-il lui indiquer où se trouve la pièce par rapport à ce point. La
technique habituelle veut qu'on approche le coin sud-ouest ou nord-ouest, mais
ceci n'a rien d'obligatoire. L'important est que votre approche et l'orientation
indiquée au logiciel soient cohérentes.
Mise à feu
La position de l'origine pièce a été validée
pour les trois axes. Galaad sait maintenant tout ce
qu'il voulait savoir, c'est à dire où se trouve le
point origine, et où se trouve votre pièce par
rapport à ce point. Attachez vos ceintures,
décollage immédiat. Vous pouvez cliquer sur le
gros bouton jaune de "Lancement de l'usinage" ;
ça vous démangeait depuis un moment.
L'outil est rétracté s'il est en
position basse, et un dernier message
vous prévient de l'imminence du départ
de l'usinage. Vous pouvez encore
annuler à ce stade, mais c'est votre
dernière chance.
Le fait de valider ce message lance immédiatement le processus d'usinage automatique. Si votre broche ne démarre pas toute seule, c'est le moment
de la mettre en route et de régler sa vitesse de rotation. Dès validation du
message, l'outil est déplacé vers le point d'entrée du premier objet à usiner,
descend ensuite au contact avec la surface supérieure de la pièce, attaque le
perçage puis l'avance horizontale et enfin remonte pour rejoindre l'objet
suivant. La séquence suivie correspond à l'ordre dans lequel les objets ont été
—————————————————————
Apprenons à usiner
— 3 - 47
GALAAD
3 —————————————————————————————
dessinés, mais on verra qu'il existe des moyens de bricoler cette séquence. On
essaiera de penser à vous en toucher un mot.
Quelques mini-boutons en bas de la fenêtre vous permettent de corriger
globalement la vitesse d'avance ou la position Z ou par incréments.
Une fois le cycle d'usinage achevé, Galaad éteint
la broche et renvoie l'outil à sa position de parking.
La pièce peut alors être démontée de son support, à
moins qu'un autre outil ne soit appelé à son tour,
auquel cas le logiciel revient à l'écran de prise
d'origine pièce.
Votre pièce est usinée, et vous-même connaissez maintenant la marche à
suivre. On reviendra plus tard sur les autres paramètres et options avancées de
l'usinage. Pour le moment, vous avez vu l'essentiel de la procédure.
3 - 48
— Apprenons à usiner
—————————————————————
——————————————————————————————————
4
———————
0 0 1 0 0
APPRENONS A ENREGISTRER
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dessin courant
Avant même de vous attaquer à la création de dessins plus extraordinaires
les uns que les autres, commencez par quitter Galaad de façon provisoire voire
péremptoire. Cliquez d'un geste sûr sur le bouton de fermeture de la fenêtre ou
passez la commande "Fichier / Quitter Galaad". Voilà Galaad refermé vite fait.
Ce logiciel sait s'effacer devant son maître.
Relancez-le maintenant en double-cliquant sur son icone sur le bureau ou
en activant sa ligne de commande dans le menu "Démarrer > Programmes >
Galaad". Après les quelques civilités d'usage, vous remarquez que le logiciel
vous a ramené sans encombre dans le même environnement de travail, avec
exactement le même dessin sur la planche. Ceci est une petite particularité de
Galaad qui s'abstient de vous demander d'enregistrer votre dessin avant de
quitter. Vous pouvez donc très bien travailler sur un dessin en plusieurs fois
sans avoir à l'enregistrer en lui donnant un nom.
Inversement, si vous demandez
l'initialisation d'un nouveau fichier ou
l'ouverture d'un fichier existant, il vous
faudra enregistrer au préalable le dessin
courant, sous peine de le perdre.
Si le principe de sauvegarde automatique du dessin vous pose des problèmes de conscience, d'habitude, de méthode, ou même de réseau, sachez que
vous pouvez toujours le désactiver dans les paramètres avancés de l'environnement de travail. A vous de choisir, mais rappelons qu'il est actif par défaut à
l'installation du logiciel.
A noter que l'enregistrement automatique et périodique du dessin en cours
se fait vers ce fichier d'environnement, non vers le fichier final auquel vous
avez donné un nom et attribué un dossier.
D'autre part, le fait de double-cliquer sur un fichier GAL ouvre automatiquement Galaad sur ce fichier. Mais si le dessin courant n'a pas été enregistré,
il est bien évident qu'une invite en ce sens vous sera préalablement proposée.
Ceci revient en fait à lancer Galaad puis ouvrir le fichier en question. Vous
pouvez donc double-cliquer sans crainte sur tous les fichiers GAL qui passent à
portée de votre Explorateur. Ceci n'est sans doute pas une fonctionnalité très
utile, mais autant la mentionner.
4 - 50
—
Apprenons à enregistrer
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Fichiers et dossiers
L'installation complète de Galaad transfère sur le disque dur des exemples
de dessins rangés dans quelques dossiers. Une bonne organisation des arborescences de répertoires de votre disque est une solide garantie de retrouver
facilement vos fichiers. Il est donc souhaitable de ne pas jeter pêle-mêle vos
dessins sur le disque dur comme de vieux habits dans un coffre. Windows et
Galaad sont heureux de vous offrir la possibilité de vous organiser de façon
optimale. Outre les manipulations à l'aide de l'explorateur de fichiers, Windows
vous permet de supprimer ou renommer un fichier ou un dossier au passage
lorsque vous ouvrez une boîte de dialogue de sélection de fichier. C'est fort
probablement de cette façon que vous ferez du nettoyage par le vide. Ne vous
en privez surtout pas.
Galaad, pour sa part, vous suggère de ranger vos dessins dans le sousrépertoire FICHIERS de son répertoire d'installation, dans lequel il a déjà créé
quelques sous-répertoires de troisième niveau pour ranger ses fichiers d'exemples. Le mieux est sans doute de suivre le même chemin et créer vous aussi vos
dossiers dans ce sous-répertoire FICHIERS. Ils seront ainsi au même niveau
d'arborescence que les exemples installés. Ceci étant, Galaad n'impose en rien
un modèle d'organisation du disque. Le choix de l'emplacement de vos fichiers
vous reste donc acquis dans le détail. Le logiciel pousse la bienséance jusqu'à
toujours se repositionner au dernier endroit où vous avez ouvert ou enregistré
un fichier, ce qui vous évite de fastidieuses descentes et remontées dans
l'arborescence du disque, que celui-ci soit local ou distant. Ce renvoi au dernier
emplacement reste d'ailleurs valable pour la plupart des fonctions sur fichiers et
librairies.
De plus, au lieu de vous faire passer par l'explorateur de fichiers de
Windows pour créer ces dossiers de rangement, Galaad peut le faire directement grâce à sa fonction "Fichier / Nouveau dossier".
Un simple nom de dossier
vous est demandé, qui sera ajouté
à la liste de dossiers disponibles.
Vous pouvez tout de même
changer le chemin d'accès à ce
nouveau dossier si vous le
souhaitez.
———————————————————
Apprenons à enregistrer
— 4 - 51
GALAAD
3 —————————————————————————————
Il ne vous reste plus qu'à enregistrer vos nombreux futurs fichiers dans ce
dossier dont le nom apparaît dès à présent dans la liste des dossiers disponibles. Vous pouvez bien entendu créer autant de dossiers que bon vous
semble, mais il vous appartient ensuite d'y mettre un peu d'ordre. Ceci n'est
qu'un outil. Pour supprimer un dossier, voyez l'explorateur de fichiers de
Windows ou les fenêtres d'ouverture et d'enregistrement de fichier qui peuvent
. Direction la
faire ça au passage si vous sélectionnez et appuyez sur
corbeille, tout n'est pas perdu, du moins tant que vous ne la videz pas.
4 - 52
—
Apprenons à enregistrer
———————————————————
——————————————————————————————————
5
———————
0 0 1 0 1
TECHNIQUES AVANCEES
DE DESSIN
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Ce chapitre est destiné à vous faire découvrir les subtilités du dessin avec
Galaad, passée la première initiation. Il n'est pas superflu de jeter au préalable
un coup d'œil même diagonal sur ladite initiation, même pour les utilisateurs
aguerris. Faites donc un passage par le chapitre d'apprentissage du dessin, si
cela n'a pas déjà été fait. Il se trouve ici et là de petites astuces tellement
simples qu'on ne les remarque même pas en entrant dans le magasin.
Cotations appliquées
Une fonction importante de dessin de pièces destinées à l'usinage est la
cotation numérique des coordonnées et dimensions. Vous n'avez sans doute pas
vous envoyait aussi sec une petite fenêtre de
déjà oublié que la touche
cotation hors grille magnétique, pour positionner la croix de pointage.
Petite astuce, au passage : Vous pouvez entrer toutes vos valeurs numériques sous forme d'expression mathématique, par exemple une chaîne de cotes
12+31,2+4*6,35 écrite de cette façon dans sa zone de saisie. Ceci évite d'aller
chercher la calculatrice Windows ou celle qui devrait être encore à sa place
dans le tiroir si le monde était bien fait. Cette petite subtilité vaut aussi bien
pour les cotations que pour n'importe quelle valeur numérique réelle. Voyez le
chapitre "Fonctions spéciales" pour la syntaxe et les identificateurs de fonctions reconnus par l'analyseur mathématique.
Imaginons maintenant que nous construisions un rectangle de
65,4 × 32,1 mm de dimensions, dont les coordonnées du coin sud-ouest soient
(12,3 ; 45,6) mm. Le premier pointage est facile : il suffit d'appuyer sur
et
d'entrer directement les coordonnées. Au deuxième pointage, le temps se gâte :
il faudrait calculer les coordonnées du coin diagonalement opposé au premier,
c'est à dire soustraire les dimensions aux coordonnées déjà entrées. Certes,
Galaad vous permet, comme on vient de le voir, d'entrer une expression
arithmétique, en l'occurrence une soustraction, mais ça resterait un peu
dommage de devoir faire ça soi-même.
Il est vrai que l'exemple du rectangle est mal choisi. On peut toujours coter
le deuxième point par rapport au premier dans la fenêtre de cotation ; il
suffirait donc d'entrer les dimensions du rectangle et préciser que ces coordonnées sont relatives au point précédent. L'effort est moindre, mais on peut
encore améliorer. Essayons donc : dessinez un rectangle en positionnant le
5 - 54
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
premier point comme vous l'entendez (à la souris ou par cotation) et, pour
positionner le deuxième point, appuyez sur
.
Miracle : au lieu de vous envoyer la
fenêtre de cotation du deuxième point,
Galaad a deviné votre pensée et vous donne
directement de quoi dimensionner votre
rectangle. Vous entrez sa largeur et sa
hauteur, et le tour est joué.
En fait, Galaad vous suit pas à pas dans le dessin. Sans préjuger de l'avenir
dans cet univers déterministe, il se tient quand même vaguement au courant de
ce que vous êtes en train de faire à un moment donné. Par conséquent, si vous
dessinez un rectangle et demandez cotation après le premier point, il est fort
probable que vous cherchez à entrer les dimensions de votre rectangle plutôt
que les coordonnées du deuxième point. Pour d'autres constructions géométriques comme la ligne horizontale, le cercle ou toute quincaillerie à tiroirs, la
fenêtre de cotation va se spécialiser de la même façon, passé le premier point.
Ceci étant, si vous voulez coter le point et rien d'autre, il suffit d'utiliser la
combinaison
qui force la fenêtre de cotation du pointeur pour une
simple position XY classique.
Œuvres inachevées
La construction d'une figure géométrique un peu complexe passe généralement par plusieurs étapes successives. Ces étapes sont différentes dans le cas
d'une figure à construction progressive comme par exemple une ellipse. On
commence par jeter les bases de la figure, puis on affine sa forme pour arriver
à un aspect final satisfaisant.
Il peut cependant arriver qu'on décide d'interrompre le processus de
construction avant la dernière étape, tout simplement parce que la figure qu'on
cherche à tracer n'est qu'une ébauche de celle proposée par l'icone de dessin.
Gardons l'exemple de l'ellipse ouverte et centrée : la fonction qui supervise son
dessin passe par une séquence de quatre étapes. Primo, on positionne le point
central ; deuzio, on définit les rayons X et Y ; tertio, on positionne le point de
départ de l'arc ; quarto, on positionne le point d'arrivée. Au final, on a perdu
des calories et gagné une ellipse ouverte.
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 55
GALAAD
3 —————————————————————————————
Imaginons maintenant qu'on souhaite dessiner une ellipse
centrée mais complètement fermée. Aucune autre icone de
dessin ne permettant cette construction réduite, il faudrait
passer par les étapes 3 et 4 de cette fonction, bien qu'elles
soient alors devenues sans objet. Il convient donc d'interrompre la construction sans pour autant annuler les étapes
déjà franchies.
Par ailleurs, certaines fonctions de dessin de Galaad sont répétitives et n'ont
par définition pas d'étape ultime. L'exemple le plus simple est la polyligne pour
laquelle il est nécessaire de positionner le point de départ, puis les sommets
suivants. Il vous appartient de décider quel point sera le dernier de la figure.
Tant qu'on clique un nouveau sommet, le logiciel l'ajoute au polygone et
renvoie au pointage du suivant, jusqu'à ce qu'il soit décidé d'y mettre fin par le
pointage du dernier avec le bouton droit de la souris. D'autres figures répétitives suivent le même processus, comme par exemple les Beta-Splines (bien qu'il
y ait un nombre maximal de pôles attracteurs, quelque chose comme 256) ou
les courbes de Bézier.
On se rappelle donc que, pour mettre fin à la construction d'une figure
géométrique répétitive, il suffit de cliquer son dernier point avec le bouton
droit de la souris.
Les figures à construction progressive ne fonctionnent pas autrement. Si
vous voulez arrêter une construction en cours avant sa dernière étape, pointez
celle que vous considérez être la dernière étape de votre figure avec le bouton
droit de la souris.
Dans le cas de l'ellipse fermée, il suffit donc de positionner les rayons X et Y en cliquant avec le bouton droit de la
souris pour que son dessin s'arrête là sur une ellipse fermée.
A noter que, dans ce cas précis, le point de départ de l'arc est
le zéro trigonométrique, à l'est du centre de l'ellipse. On
aurait pu tout aussi interrompre la construction à l'étape
suivante pour obtenir une ellipse fermée mais avec positionnement de son point de départ.
D'autres figures sont également concernées, comme par exemple l'étoile
(achèvement avant pointage du cercle intérieur), les rayons (avant pointage du
5 - 56
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
cercle intérieur ou de l'éventail de développement) ou la spirale (avant pointage
du cercle intérieur).
Dans tous les cas, il convient de retenir que vous pouvez figer la construction d'une figure à tout moment sans annuler ce qui en a déjà été établi, en
cliquant votre dernier pointage avec le bouton droit de la souris.
Manipulations géométriques
Nul ou presque n'étant infaillible, vous aurez sans doute besoin à un
moment ou un autre de modifier une forme dessinée sans reprendre globalement sa construction. Un exemple typique est donné par les courbes de Bézier
dont la force des demi-tangentes à chaque nœud est calculée par défaut d'après
la distance qui le sépare du nœud suivant. Il arrivera certainement que ce calcul
ne vous donne pas satisfaction et que vous souhaitiez arranger un peu le
résultat obtenu.
Les figures dont la géométrie de construction reste éditable sont les arcs
(de cercles ou d'ellipses), les Beta-Splines, les Quadra-Splines et les courbes
de Bézier. Ces trois dernières sont mises en édition géométrique dès la fin de
leur construction pour les arranger, mais ceci ne préjuge en rien du fait que l'on
puisse revenir plus tard à cette édition. Les arcs ne sont pas en édition automatique pour permettre d'en construire aussitôt d'autres, mais on peut tout de
même revenir ultérieurement sur leur construction.
Dessinez donc un arc de cercle ou d'ellipse, simple et
ouvert, par tout moyen et icone à votre convenance.
ou sélectionnez l'objet pour quitter le
Appuyez sur
mode dessin si nécessaire. Cliquez maintenant sur l'arc
avec le bouton droit de la souris. Un cadre d'édition
spécifique vient aussitôt s'emparer de l'objet.
A noter que le double-clic fait de même si l'objet sous la souris est isolé.
Vous pouvez manipuler la forme en déplaçant les cases rouges du cadre, c'est à
dire dans ce cas le centre, les rayons, et les points extrêmes de l'arc. Vous
pouvez aussi appuyer sur
pour faire une cotation directe. Pour revenir à
un mode normal, il suffit de sélectionner autre chose, ou activer une icone de
dessin, ou encore appuyer sur la bonne vieille touche
.
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 57
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dans le cas des Beta-Splines, vous pouvez pondérer la case qui a le focus,
à l'aide des touches
et
du clavier. Fonction à ne pas négliger.
Pour les autres figures dépourvues de propriétés géométriques particulières,
le fait de cliquer avec le bouton droit de la souris reviendra à en sélectionner un
point ou un segment. Reportez-vous au paragraphe concernant ce type de
sélection pour en savoir plus.
Verrouillage
Petite fonctionnalité ancienne mais bien pratique de Galaad, vous pouvez
interdire la sélection d'un objet en particulier. Il suffit de sélectionner - une
dernière fois, allez - cet objet et de cliquer sur l'icone de verrouillage.
A partir de ce moment, l'objet ne pourra plus être sélectionné, ni
les segments et points qui le composent.
Ceci peut vous aider à manipuler un groupe d'objets présents dans une zone
sans toucher aux autres de cette même zone. Les objets verrouillés restent
visibles (ils deviennent roses) et seront usinés comme les autres. Simplement,
ils échappent à toute sélection. A noter qu'il existe un raccourci au clavier par
et
(il faut ensuite appuyer à nouveau sur
la combinaison des touches
ou
pour remettre le clavier en l'état).
Pour déverrouiller les objets, il faut passer par le menu "Edition" ou à
nouveau l'icone. On pourra déverrouiller la totalité des objets verrouillés ou
une partie d'entre eux, à pointer un par un ou dans une zone.
Association
Autre classique des sélections : la possibilité d'associer des objets ensemble, de manière à ce que tous soient sélectionnés automatiquement lorsqu'on
attrape l’un d’entre eux. Un pour tous, tous pour un.
Cette fonction d’association se cache assez logiquement dans la série
des icones de sélection.
5 - 58
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dessinez plusieurs objets et sélectionnez en plusieurs, puis cliquez sur cette
icone. A partir de ce moment, dès que vous sélectionnez un des objets associés,
seul ou avec d’autres, ses acolytes sont aussi sélectionnés. A noter que les
blocs de texte utilisent un système d'association différent pour maintenir les
caractères groupés en une seule entité.
Pour dissocier des objets associés, il est nécessaire de passer par le menu
"Edition" et de choisir une méthode de dissociation, qui peut porter sur les
objets pointés et eux seuls, ou sur les objets pointés et leurs acolytes. Dans ce
dernier cas, la dissociation du groupe est totale. Là encore, si aucun objet n'est
sélectionné, l'icone d'association fait aussi l'opération inverse par pointage,
sans passer par le menu. Et s'il y a des objets sélectionnés mais qui sont déjà
tous associés, l'icone propose alors la dissolution de la communauté.
Protection
Il peut s'avérer utile de pouvoir éviter à un objet bien sous tous rapports de
se voir, à un moment donné, installé de force sur la table de torture, sans pour
autant s'interdire de le sélectionner et le manipuler, mais en douceur.
La fonction de protection, avec son petit bouclier, permet de limiter
les opérations autorisées sur un objet.
Le champ de protection ne couvre toutefois pas la modification de la
position ni des dimensions de l'objet protégé. Galaad considère que ces
opérations n'altèrent pas la forme proprement dite et ne les interdit donc pas sur
un objet ainsi mis à l’abri. Par contre, il devient impossible de l'effacer ou le
déformer, (c'est à dire le soumettre à des effets spéciaux modifiant son
apparence), ou encore de souder ou inciser son parcours.
Pour déprotéger un objet, voir le menu "Edition" ou à nouveau l'icone
comme pour les associations. A noter qu'on peut afficher un minuscule bouclier
près du point d'entrée des objets protégés en activant la commande "Affichage /
Tracé / Protections".
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 59
GALAAD
3 —————————————————————————————
Ancrages
Si des objets associés ont toutes les chances de se voir manipuler simultanément, il n'est pas toujours bien pratique de devoir créer de lourdes associations pour de seules opérations de positionnement. Inversement, il arrive qu'on
ne souhaite pas voir modifier la position d'un objet sélectionné en même temps
que d'autres.
Galaad propose par conséquent deux solutions adaptées à ces cas. Il
est donc possible, pour un objet, soit de fixer définitivement sa
position sur la planche à dessin, soit encore de lier cette position à
celle d'autres objets sans constituer d'association.
L'ancrage absolu sur la planche bloque la position de l'objet sélectionné.
Toute tentative ultérieure pour déplacer cet objet se voit opposer une fin de
non-recevoir. L'objet ne bouge plus de sa place. Essayez en dessinant deux
objets dont l'un sera sélectionné puis ancré sur sa position. Sélectionnez ensuite
les deux objets ensemble et déplacez le tout : l'objet ancré s'entête à rester sur
sa position ; c'est très énervant.
L'ancrage relatif entre objets est plus permissif : la position de chacun peut
être changée, mais le déplacement de l'un entraîne le déplacement de tous ses
frères de chaîne. Dessinez trois objets quelconques, sélectionnez-les ensemble
et faites un ancrage relatif des objets entre eux. Sélectionnez maintenant un
seul de ces trois objets et déplacez-le : ses deux comparses suivent tranquillement le mouvement de celui sélectionné. Outre le côté pratique pour le
positionnement direct d'un ensemble non associé, cette fonction d'ancrage
relatif a des retombées annexes qui vont nous intéresser pour la suite des
événements, comme on le verra ci-après lors des sélections et manipulations de
points et segments.
Pour dégager des objets ancrés, on passe encore par le menu "Edition" ou
l'icone. Et comme pour les protections, on peut afficher une minuscule ancre
près du point d'entrée des objets ancrés sur position en activant la commande
"Affichage / Tracé / Ancrages absolus".
5 - 60
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Sélection et manipulation de points
Nous avons appris à sélectionner et manipuler des objets dessinés. Ce type
de sélection est primordial dans la méthodologie de travail de Galaad pour
définir la portée d'une action, mais il n'est pas le seul. Un certain nombre de
cotations, accroches et manipulations s'appuient sur la sélection d'un point,
voire de deux, dont on peut récupérer la position comme référence.
Plus généralement, Galaad vous permet de faire trois types de sélections :
les objets, les points et les segments. Pour chaque type, vous pouvez avoir une
sélection rouge et une sélection bleue qui ont des portées différentes. Il y a
donc un total de six sélections possibles. Etant donné que ces sélections
peuvent être présentes simultanément sur la planche, Galaad donne le focus
à une seule d'entre elles à un moment donné.
Ce focus se présente sous la forme
d'un trait d'encadrement. A noter que la
sélection d'objets en rouge est considérée
comme majeure et a donc toujours le
focus. Le passage du focus à une autre
sélection ou le retour au dessin actif
désélectionne les objets.
Inversement, la sélection d'objets en bleu n'a jamais le focus. Il est de fait
qu'aucune opération de manipulation ne peut être faite sur des objets sélectionnés en bleu, lesquels ne servent qu'à définir des trajectoires de référence. Les
points et segments bleus peuvent cependant avoir le focus. Mais revenons à la
sélection de points. Ces points sélectionnés vont servir à dessiner, coter, et
même modifier des trajectoires.
On trouve l'icone de sélection de points (rouge ou bleu) dans la série
des icones de sélection. Commençons par le rouge.
Le plus simple pour expérimenter est de dessiner un polygone simple ou un
rectangle. Réveillez ensuite l'icone susdécrite et allez cliquer un sommet du
polygone. Pour ce faire, la pointe de flèche de la souris doit être le plus près
possible du sommet visé. Si tout se passe bien, le sommet en question doit être
couvert par un petit disque rouge encadré d'un cercle fin : le point est maintenant sélectionné ; le cercle fin indique que cette sélection a le focus.
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 61
GALAAD
3 —————————————————————————————
Grosse astuce : au lieu d'attraper un point en passant par l'icone de sélection, vous pouvez cliquer directement sur le point avec le bouton droit de la
, le point sera
souris. Si vous gardez simultanément enfoncée la touche
sélectionné en bleu. Sinon, c'est du rouge. Sur certaines figures (arcs, courbes),
le bouton droit de la souris fait une édition géométrique spéciale. Il faut alors
accompagner le clic de la touche
pour forcer la sélection d’un point
(indépendamment de la touche
qui fait une sélection bleue).
Première opération qui vient à l'esprit : on re-clique sur ce point avec le
bouton gauche de la souris qu'on maintient enfoncé, et on le déplace doucement. La trajectoire tout entière de l'objet suit le mouvement. Quand on relâche
le bouton, la nouvelle position est adoptée. On essaie la même chose avec le
bouton droit de la souris : cette fois, seul le point est déplacé, le reste de la
trajectoire reste inchangé.
Si l'on sait manipuler la souris, on sait aussi jouer du clavier, même bien
tempéré. Rien ne change de ce côté : toujours cette bonne vieille touche
.
Dans le cas d'un point sélectionné, la boîte de dialogue est un peu spécialisée et
propose une cotation du point seul ou de tout l'objet sur la nouvelle position.
L'équivalent des boutons droit et gauche de la souris. A noter que les flèches de
déplacement
restent actives pour déplacer le point le long des
graduations des réglettes. Utilisées seules, l'objet bouge avec le point ;
accompagnées de la touche
, le point seul bouge.
Pour passer d'un point à un autre dans un objet ou un parcours d'objets
connectés, il suffit d'appuyer sur la touche de tabulation avant
. Accompagnée de la touche
(tabulation arrière), on retourne vers le point
précédent. Si l'on ajoute encore la touche
par-dessus tout ça, on saute
directement aux extrémités du parcours.
Plus fort : avec ce point sélectionné en rouge, vous appuyez d'un doigt sûr
sur la touche
. On a effectué une suppression du point, ce qui modifie la
forme de l'objet. Le point précédent sur le parcours est alors sélectionné à sa
place. Ceci peut vous aider à opérer des frappes chirurgicales sur l'objet.
Encore plus fort : dessinez deux lignes simples ayant toutes deux une
extrémité à la même position ou très proche. Vous constatez qu'il y a bien deux
objets distincts que vous pouvez sélectionner séparément. Sélectionnez
maintenant une de ces extrémités comme point rouge et appelez la commande
"Dessin / Objet / Souder". Galaad relie alors les deux lignes au point rouge,
5 - 62
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
pour en faire un unique polygone. Il n'y a plus qu'un seul objet. Faites maintenant l'opération inverse en utilisant la commande "Dessin / Objet / Scinder",
utilisable par ailleurs sur un polygone ou toute autre figure déjà constituée.
Vous avez à nouveau deux objets. Il va de soi que la soudure ne peut se faire
que sur des points extrêmes, et la scission sur des points non-extrêmes.
Ajoutons que la soudure n'est pas autorisée sur des objets ayant des propriétés
géométriques particulières et incompatibles. Par exemple, vous ne pouvez pas
souder un arc à une Beta-Spline. Mais vous pouvez alors utiliser la connexion
de parcours, bien plus pratique comme on le verra.
A noter que le point sélectionné en rouge phagocyte le point auquel il a été
soudé. En cas de différence de profondeurs, c'est le point rouge qui gagne. Si
en plus les objets ont des vitesses d'avance différentes, l'objet qui contenait le
point rouge gagne aussi. En cas de scission, les deux objets conservent bien
évidemment les mêmes références et les points la même profondeur.
Occupons-nous maintenant du point bleu. Dessinons
toujours un polygone ou un rectangle, et plaçons-lui un
point sélectionné en rouge quelque part. Sélectionnons
maintenant un autre point, cette fois en bleu, sur son
parcours, et déplaçons ce point bleu à l'aide de la souris.
Vous constatez immédiatement que le déplacement du
point bleu modifie la taille et l'orientation de la figure
par rapport à la position du point rouge qui est le seul
à ne pas bouger. S'il n'y a pas de point rouge comme
pivot, on ne peut pas déplacer le point bleu.
Très important : cette particularité du point bleu est plus étendue qu'il n'y
paraît à première vue. Sélectionnez un point bleu sur un autre objet et déplacez-le. Le point rouge, même réfugié à l'étranger, joue toujours son rôle de
pivot. Si, en plus, il se trouve d'autres objets ancrés avec l'objet contenant le
point bleu, ils seront tous pivotés en même temps. Cette petite fonctionnalité
peut vous aider à réaliser des ajustages de formes un peu délicats.
En dehors de ces cotations d'ajustage relatif au point rouge, aucune autre
opération n'est réalisable sur un point sélectionné en bleu, si ce n'est la
suppression directe.
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 63
GALAAD
3 —————————————————————————————
Sélection et manipulation de segments
Dans la veine de la sélection de points, la sélection de segments permet
quelques petites subtilités de bon aloi, notamment pour la construction de
nouvelles lignes définies à partir de ces segments. Les segments sélectionnés
sont toujours orientés, c'est à dire qu'ils ont un point-bille et un point-flèche
qu'on pourra très bien utiliser comme simples coordonnées lors d'une cotation.
Attention, le sens du segment ne suit pas forcément le sens de parcours de
la trajectoire qui le supporte.
Comme de bien entendu, la sélection de segments passe aussi par la
série des icones de sélection.
Toujours comme pour les points, vous pouvez sélectionner directement un
segment en cliquant avec le bouton droit de la souris, cette fois en visant un
segment au lieu d'un point. Si le segment est tout petit, il faudra se montrer
agile ou faire un zoom. Les grands classiques restent tout aussi valides :
, l'opération concerne une sélection en bleu, et
accompagnée de la touche
la touche
force la sélection de segments sur des objets par ailleurs
sensibles au clic du bouton droit. En fait, la seule différence entre la sélection
de points et de segments avec le bouton droit concerne la cible. Si vous visez
un point, ce sera un point, sinon un ce sera segment. Tous les accessoires et
artifices restent identiques.
Sans surprise, pour passer d'un segment à un autre dans un objet ou un
parcours d'objets connectés, il suffit encore d'appuyer sur la touche de tabulation avant
. Accompagnée de la touche
(tabulation arrière), on
retourne vers le segment précédent. Si l'on ajoute encore la touche
, on
saute directement aux segments extrêmes du parcours.
Ca vous démange depuis quelques instants : re-cliquez sur une
des extrémités du segment avec le bouton droit de la souris que
vous maintenez enfoncé, et déplacez doucement cette extrémité.
Le segment se rétrécit ou s'allonge en gardant son axe ; le reste de
l'objet n'est pas modifié. Les deux extrémités du segment peuvent
être déplacées de cette façon.
5 - 64
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Avec le bouton droit de la souris, le déplacement se fait
autour de l'autre extrémité utilisée comme pivot, sans changer
la longueur du segment. La combinaison alternée du bouton
gauche et du bouton droit vous permet donc de positionner
votre segment en coordonnées polaires.
Les segments sélectionnés en rouge permettent de débloquer un grand
nombre d'icones de dessin, et notamment de dessin de lignes. Parallèles,
perpendiculaires, intersections, etc. Mais pour la manipulation et surtout les
ajustages globaux, les segments sélectionnés en bleu deviennent beaucoup plus
puissants. Sélectionnez donc un segment en bleu sur un polygone de votre
dessin.
Comme vous le constatez sur l'écran, le déplacement du point-bille ou du
point-flèche avec le bouton gauche ou le bouton droit de la souris change la
taille ou l'orientation de tout l'objet qui porte ce segment bleu. Vous pouvez
donc agrandir ou pivoter un objet complet autour d'un point en utilisant
cette manipulation.
Encore mieux, s'il se trouve des objets ancrés avec celui
qui est ainsi manipulé, ils sont agrandis ou pivotés en même
temps. Ceci peut par exemple vous faciliter une opération de
rotation autour d'un point déterminé : vous ancrez vos objets à
pivoter avec un simple segment dessiné juste pour conduire
cette opération. Vous sélectionnez celui-ci en bleu et le faites
pivoter sur une de ses extrémités. La cotation avec la touche
devient alors presque incontournable.
De cette façon, il est possible d'opérer un ajustage difficile en coordonnées
polaires par rapport à un point qui n'existait même pas sur l'objet pressenti, et
par exemple en "accrochant" l'autre point du segment sur la figure à ajuster, ou
ailleurs selon votre besoin immédiat. Une fois l'ajustage réalisé, il n'y a plus
qu'à éliminer le segment d'ajustage créé à titre provisoire.
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 65
GALAAD
3 —————————————————————————————
Déplacement d'un groupe de points
Une petite icone fort discrète de la série des sélections n’en mérite
pas moins une mention particulière, au passage.
Cette icone vous facilitera un travail
de repositionnement d'une partie d'un ou
plusieurs objets pour en modifier
l'apparence sans reprendre la position de
ses points un par un. On peut ainsi
allonger un objet sans le dilater globalement. Il suffit de délimiter une zone de
sélection. Tous les points de cette zone,
quels que soient leurs objets d'appartenance, seront sélectionnés pour des
manipulations de position.
Hormis le déplacement et le recadrage, il n'y a pas de manipulations
disponibles sur un groupe de points. En particulier, il n'est pas possible de
supprimer globalement des points ainsi sélectionnés.
Duplication et clonage
La duplication est une fonction vitale dans un logiciel de dessin. Certes, le
copier-coller permet d'éviter de redessiner des figures déjà construites, mais
une itération de ces figures à intervalles réguliers demande bien évidemment
une fonction spécifique qui fait toutes les copies en une seule opération. Galaad
vous offre par conséquent une possibilité qui va vous faire économiser du
temps, de l'espace mémoire et de la charge de calcul, bref la panacée du PC : la
duplication virtuelle.
Commencez comme d'habitude par dessiner un objet. Si vous copiez puis
collez cet objet, la planche contient deux fois le même objet, mais l'original et
la copie sont complètement indépendants. Modifier l'original n'aura aucune
espèce d'incidence sur la copie.
Sélectionnez à nouveau votre objet (ou la copie si vous préférez), et
appelez la fonction "Edition / Duplication / Faire une copie virtuelle". Galaad
5 - 66
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
vous envoie aussitôt un pointeur-cadre de positionnement de la copie que vous
placez quelque part. Essayez ensuite de sélectionner cette copie : pas moyen.
En fait, elle n'existe pas vraiment, seule son image virtuelle apparaît sur la
planche. Elle sera tout de même usinée, ne vous inquiétez pas. Virtuel ne veut
pas dire visuel. En outre, ses paramètres d'usinage ou de contournage seront
absolument identiques à ceux de l'original qui reste de son côté manipulable et
paramétrable à merci.
Sélectionnez ensuite l'objet original et déplacez-le :
la copie se déplace en même temps. Torturez cet
original par tout moyen à votre disposition (et ils sont
nombreux) : la copie est torturée simultanément. Si
vous sélectionnez un point de l'original et le déplacez
ou le supprimez, la copie fera de même. Vous avez fait
une duplication virtuelle.
En fait, la plupart des duplications sont virtuelles par défaut. Ainsi, lorsque
vous demandez une série de copies à intervalles réguliers, les copies sont toutes
virtuelles et seront par conséquent toutes modifiées en même temps que l'objet
original, quelle que soit l'opération de modification appliquée. C'est plutôt
pratique quand on a une correction à apporter et qu'on n'a qu'une motivation
assez modérée pour refaire ensuite tout le travail de duplication, pas spécialement pénible certes, mais autant s'en passer.
Ceci étant, vous n'êtes pas obligé de faire une duplication virtuelle lorsque
vous souhaitez obtenir des objets vraiment indépendants. Les boîtes de
dialogue de duplication vous offrent le choix des armes, virtuelle ou réelle. De
plus, vous pouvez faire passer des copies virtuelles à l'état de copies réelles,
c'est à dire manipulables de façon indépendante. Le menu "Edition" contient
tout ce qu'il faut pour opérer le passage du monde virtuel vers le monde réel.
Par contre, il n'est pas possible de passer dans l'autre sens du réel au virtuel. Il
faut décider avant.
Il est inutile de s'étendre sur les principales duplications (en ligne, en
matrice, en cercle ou spéciale) lesquelles n'ont besoin que de quelques brefs
tâtonnements distraits et blasés pour tout apprentissage. Intéressons-nous donc
directement aux duplications un peu plus techniques.
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 67
GALAAD
3 —————————————————————————————
La duplication en miroir fait une copie de l'objet
sélectionné, retournée de l'autre côté du segment sélectionné
en rouge, lequel fait office d'axe de symétrie. Il est possible
de faire cette duplication en prenant comme pivot un simple
point sélectionné en rouge. La duplication en miroir donne
une copie inversée et ne peut donc pas être virtuelle.
La duplication le long du tracé bleu fait des copies de
l'objet sélectionné en rouge le long du tracé de l'objet
sélectionné en bleu. On peut ajouter une rotation des copies
selon l'angle tangent au tracé, mais dans ce cas, les copies ne
seront plus identiques à l'original puisqu'elles sont pivotées.
Elles sont donc d'office des copies réelles.
La duplication du tracé entre les points se charge de faire
une copie de la portion d'objet située entre les points rouge et
bleu. Il est bien évident que ces points doivent alors se trouver
sur le même objet ou le même parcours intégré.
Le clonage, quant à lui, est une fonction de moindre
portée que la duplication, puisqu'il se contente de poser
une unique copie miroir sur l'un des quatre bords
cardinaux de l'objet ou du parcours sélectionné. Ceci
peut vous aider à construire des formes parfaitement
symétriques sans avoir à dessiner et arranger les deux
faces l'une après l'autre. Il va de soi que le clone est
usiné au même titre que l'original dont il reprend
intégralement les paramètres.
Le clone d'un objet est forcément accolé à l'un de ses bords cartésiens, sans
possibilité de les éloigner l'un de l'autre, ce qui limite un brin l'intérêt de cette
fonction. Comparez ses avantages et ses inconvénients avec ceux de la
duplication en miroir qui, pour sa part, ne souffre pas de ce voisinage imposé,
mais a contrario fait une copie réelle et donc indépendante. A vous de voir.
5 - 68
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Palette de cotation rapide
Lors de la construction d'un dessin chargé, il devient vite fastidieux de
gérer objet par objet les paramètres d'usinage en passant à chaque fois par la
boîte de dialogue. Galaad offre donc un petit raccourci pour coter rapidement
les données d'usinage des objets. Cette fonction est assez importante.
Dessinez plusieurs objets sur votre planche et donnez-leur des profondeurs,
des vitesses d'avance et des outils d'usinage différents. Activez maintenant la
commande "Affichage / Palette de cotation / Profondeurs".
Le haut de la fenêtre se voit ajouter une petite ligne supplémentaire de
cases contenant toutes les profondeurs utilisées sur le dessin, celle par défaut
étant encadrée de vert. Sélectionnez un objet : sa profondeur est encadrée de
rouge. Cliquez directement sur une autre case : l'objet se met à la profondeur
correspondante sans être passé par la boîte de dialogue. En deux coups de
souris, vous cotez vos profondeurs en fonction de celles déjà utilisées. Ca
marche aussi avec les couches, les outils, les vitesses d'avance, les couleurs et
épaisseurs de trait.
Plus fort, cliquez sur une des cases occupées avec le bouton droit de la
souris que vous maintenez enfoncé. Les objets de la profondeur cliquée sont
seuls apparents pour un repérage rapide. Le double-clic avec le bouton droit,
certes peu couru sous nos latitudes, sélectionne les objets correspondants.
Pour passer rapidement d'une palette à l'autre, vous pouvez cliquer sur la
case de gauche qui affiche le type de palette (outils, profondeurs, etc.) avec le
bouton gauche pour le type de palette suivant ou le bouton droit pour le type
précédent.
A noter que, pour des questions d'espace vital, Galaad ne peut afficher que
des palettes à dix cases maximum, voire six si votre fenêtre est réduite. De
même, une seule palette à la fois peut être affichée.
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 69
GALAAD
3 —————————————————————————————
Raccourcis au clavier
Il est recommandé de copier cette liste et de l'afficher à proximité de votre
poste de travail. Toutes les touches ou combinaisons ne vous seront pas
indispensables, mais les principales vous aideront sûrement.
Invariances (ou par défaut) :
/
(ou
/ ) fait un zoom au vol sur le pointeur.
ouvre une boîte de cotation.
ouvre la boîte de dialogue profondeur / vitesse / outil.
(ou ) interrompt l'opération en cours ou désélectionne.
désélectionne tout, objets, points et segments, rouges ou bleus.
(retour) annule la dernière opération, y compris en pointage.
refait la dernière opération annulée.
déplace le pointeur ou la sélection d'un pas sur la grille.
déplace la fenêtre de zoom.
/
règle la grille magnétique sur un pas 10 fois plus fin / moins fin.
règle la grille magnétique sur un pas automatique.
(tabulation) passe d'une sélection à la suivante.
passe d'une sélection à la précédente.
rafraîchit l'affichage du dessin.
+ icone de vue 3D ou de vue quadruple, fait tourner la vue 3D.
Dessin actif (pointeur en croix apparent) :
ouvre une boîte de cotation polaire.
accroche le pointeur sur la position du petit point rouge.
(retour) annule le dernier pointage.
lors du pointage d'une ligne, applique la grille magnétique polaire.
Objet sélectionné :
+ pointage sélectionne/désélectionne des objets en plus.
sélectionne tout.
supprime l'objet.
/
augmente / diminue la profondeur (0,01 mm par défaut).
/
place l'objet en premier / en dernier dans la séquence.
verrouille l'objet sélectionné (refaire
ensuite).
inversent l'objet sélectionné.
inverse l'objet sélectionné sur la bissectrice X/Y.
/
sélectionne en rouge le point / segment de départ de l'objet.
5 - 70
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Point sélectionné :
déplace le point tout seul.
/
augmente / diminue la profondeur (0,1 mm par défaut).
sélectionne le dernier point.
sélectionne le premier point.
supprime le point.
sélectionne l'objet tout entier.
sélectionne le segment partant de ce point.
Segment sélectionné :
sélectionne le dernier segment.
sélectionne le premier segment.
supprime le segment.
sélectionne le point-bille du segment.
sélectionne l'objet tout entier.
Edition d'un arc :
/
définit un sens de parcours trigonométrique / horaire.
Edition d'une Beta-Spline :
/
augmente / diminue la force d'attraction du sommet.
supprime le sommet.
insère un sommet.
Edition d'une courbe de Bézier :
+ déplacement d'une demi-tangente casse la courbe au point nodal.
+ étirement d'une demi-tangente conserve l'orientation angulaire.
supprime le point nodal.
insère un point nodal.
scinde la courbe en deux de part et d'autre du point nodal.
Rotation ou inclinaison d'un objet :
/
augmente / diminue d'un degré.
Astuce : Il est possible de personnaliser les touches de fonctions F1 à F12
seules ou accompagnées de
, en leur associant directement des commandes
choisies dans les menus, avec "Paramètres / Touches de fonctions".
—————————————————
Techniques avancées de dessin
— 5 - 71
GALAAD
3 —————————————————————————————
Affichage des tracés
Remplir une planche à dessin à ras bord avec des formes plus ou moins
tordues peut s'avérer désagréable à la longue, quand ces formes ont toutes des
caractéristiques d'usinage aussi différentes qu’invisibles. Il devient assez vite
fatiguant de devoir sans cesse sélectionner un objet pour voir apparaître en bas
de l'écran ses profondeur, vitesse d'avance, outil d'usinage, etc. Des solutions
plus immédiates existent, autant en profiter.
Comme vous l'avez peut-être déjà constaté, le menu "Affichage" n'est pas le
moins fourni du logiciel. Il s'y trouve de nombreuses commandes qui vont
parfois se loger dans des cascades de sous-menus. Sans en dresser ici la liste
exhaustive, on peut jeter un petit coup d'œil sur les plus populaires.
Les fonctions de tracé modifient l'apparence des objets dessinés. Vous
pouvez choisir de visualiser tous les points des trajectoires ou les points
d'interconnexion des objets intégrés en parcours, mais aussi et surtout afficher
de petits identificateurs numériques près du point d'entrée de chaque objet. Il
sera ainsi plus facile de repérer les paramètres d'usinage de chacun.
Par exemple, on peut décider d'afficher la profondeur de
l'objet à son point d'entrée, ou carrément toutes ses variations le
long de la trajectoire. Idem pour les vitesses d'avance, les outils,
le numéro dans la séquence d'usinage.
L'affichage de la couleur des tracés obéit à des alternatives simples : soit
on affiche tous les objets sans distinction de couleur, soit on les affiche selon la
couleur définie pour chaque outil, soit enfin on les affiche dans une couleur
d'avant-plan ou d'arrière-plan selon qu'ils correspondent à la donnée d'usinage
par défaut (qui peut être l'outil, la profondeur ou la vitesse). Dans ce dernier
cas, on retrouve deux couleurs distinctes sur l'écran. Par exemple, l'affichage
des couleurs étant réglé sur l’outil par défaut, tous les objets de la couche
active ayant le même outil que celui utilisé par défaut seront affichés en noir,
tous les autres en grisé. Il est aussi possible d'affecter une couleur de tracé à
chaque objet dessiné (série des icones vertes). Vous admettrez que c'est tout de
même d'une utilité assez modérée pour l'usinage proprement dit.
5 - 72
— Techniques avancées de dessin
—————————————————
——————————————————————————————————
6
———————
0 0 1 1 0
TRAJECTOIRES D'OUTILS
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Paramètres d'outils
Galaad gère un magasin pouvant contenir jusqu'à 50 outils différents, ce qui
devrait couvrir la plupart des besoins dans son domaine d'application. La mise
en place du magasin d'outils constitue l'une des premières opérations à
effectuer après l'installation du logiciel. Selon l'utilisation que vous faites de
votre machine, vous pouvez très bien n'utiliser que quelques outils et laisser
l'essentiel du magasin inoccupé. Mais ce qui importe, c'est que les outils que
vous montez sur votre machine pour usiner correspondent bien à ce que vous
avez paramétré dans le magasin.
Une bonne vieille solution consiste à ranger physiquement vos outils dans
une boîte à râteliers numérotés, et faire correspondre les numéros à ceux
utilisés dans Galaad. De cette façon, vous retrouvez rapidement les références
de chaque outil à utiliser, et inversement vous mettez facilement la main sur
l'outil que le logiciel vous demande de monter. Ceci étant, vous pouvez
indiquer un nom à votre convenance pour chaque outil, que vous retrouverez
toujours affiché à côté du numéro. A noter que, dans le magasin, un numéro
d'outil peut être inutilisé, même entre deux numéros affectés. Les numéros ne
sont que de simples identificateurs dépourvus de valeur numérique, sauf
pour les lister en bon ordre.
La gestion du magasin d'outils repose sur deux commandes distinctes :
La première, accessible
depuis "Usinage / Magasin
d'outils", ouvre une fenêtre
passive qui montre quels
outils ont été définis, et
lesquels sont utilisés dans
le dessin en cours. Les
données sont seulement
visibles ; elles ne sont pas
modifiables.
Cette fenêtre permet un simple aperçu rapide du magasin et de ce qui va
être appelé au moment d'usiner la pièce courante. On ne peut pas changer ici
les paramètres des outils ni les choix dans le dessin. Il est seulement possible
de cliquer sur une case pour afficher les paramètres principaux de l'outil
correspondant. A noter que Galaad accepte qu'on utilise un outil indéfini.
6 - 74
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dans ce cas, il ne sera pas possible de calculer une trajectoire de contournage,
et ce sera à l'utilisateur de faire son choix au moment de l'usinage.
La seconde commande de gestion des outils donne accès aux données
intrinsèques des outils. Pour qu'un outil soit défini, il suffit de lui affecter deux
paramètres principaux : un diamètre et un profil. A partir de là, Galaad sera en
mesure de calculer des trajectoires ou une approche latérale corrigée de
l'origine pièce. Mais ceci n'empêche pas de préciser les autres caractéristiques
physiques propres à chaque outil. Abondance de biens ne nuit pas.
On accède aux paramètres de
chaque outil du magasin avec
"Paramètres / Outils". Il s'ouvre
alors une boîte de dialogue qui
permet de définir un par un les
outils du magasin (donc 50
maximum),
simplement
en
changeant le numéro d'ordre
affiché dans le cadre supérieur (le
cadre du haut, si vous préférez).
Le bouton OK valide toutes
les modifications, même celles
masquées par le changement de
numéro. A contrario, l'annulation
oublie tout et vous fait revenir au
magasin tel qu'il fut autrefois.
Nota : le fait de choisir un outil à paramétrer ne changera ni l'outil de dessin
par défaut, ni l'outil correspondant aux objets sélectionnés. Le magasin d’outils
n’est pas en prise directe avec le dessin, même si les changements de paramètres sont immédiatement pris en compte. Le choix d'un outil pour un tracé se
fait avec les autres paramètres d'usinage (profondeur et vitesse).
Le magasin installé avec Galaad ne comporte qu'un unique outil de base
pour commencer à travailler. Il est probable que votre magasin personnel en
comporte bien plus. Vous pouvez donc modifier les paramètres de celui
existant et créer les autres pour que le magasin du logiciel corresponde
parfaitement à vos râteliers. Pour gérer globalement la liste, plusieurs boutons
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 75
GALAAD
3 —————————————————————————————
sont accessibles en haut de page. Si vous cliquez sur le bouton "Effacer",
l'outil affiché sera complètement réinitialisé, devenant indéfini. Si vous voulez
décaler les numéros des outils suivants vers le bas, cliquez sur le bouton
"Supprimer" ; ou bien sur le bouton "Insérer" pour placer un nouvel outil au
numéro de celui en cours. Enfin, le bouton "Effacer suivants" remet à blanc
tous les outils dont les numéros suivent celui en cours d'affichage.
Un nom et une couleur d'affichage de l'outil (uniquement en mode
"Affichage / Couleurs / Selon outil") peuvent être indiqués dans les cases du
haut prévues à cet effet. Le nom de l'outil apparaît dans la liste et sera indiqué
dans le message qui demande son montage avant la prise d'origine pièce. Il n'a
pas d'autre fonction que de vous aider à vous rappeler duquel il s'agit.
Le paramètre incontournable - si l'on ose dire - est le diamètre de l'outil. Le
fait de laisser cette case vide implique que l'outil n'est pas défini. Il est alors
inutile de remplir les autres cases, puisque l'outil ne sera pas retenu dans le
magasin. Essayez d'être le plus précis possible pour ce diamètre. Si votre outil
a un profil non cylindrique, le diamètre à indiquer est le diamètre maximal de
sa partie active. Par exemple, pour un outil conique de gravure, ou un outil
hémisphérique de modelage 3D, ce sera probablement le diamètre de queue.
Pour un outil à profil spécial, il s'agira du diamètre actif maximal.
Intrinsèquement lié au diamètre, le profil définit la manière de calculer le
diamètre efficace selon la profondeur d'usinage. Les familles de profils sont :
cylindrique (perçage, découpe, rainurage ou fraisage à plat), conique (gravure
ou coupe biseautée), hémisphérique (fraises-boules d'usinage 3D), pyramidale
(fraise conique inversée) et arcade (fraise conique à bords arrondis). Un outil
cylindrique ne donnera pas de variation de tracé selon la profondeur, alors
qu'un outil conique ou hémisphérique aura un diamètre apparent plus grand à
mesure qu'on s'enfonce plus profond dans le matériau.
En cas d'utilisation d'un profil conique ou assimilé, il est
nécessaire de préciser l'angle du cône de pointe. Cet angle doit
être mesuré d'un bord à l'autre, et non pas entre un bord de lame
et l'axe central. Si les deux bords n'ont pas la même incidence, la
valeur correcte sera le double de l'angle d'incidence maximale,
puisque l'outil tourne sur lui-même.
6 - 76
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Pour les outils coniques avec méplat ou bout arasé, vous pouvez
indiquer le diamètre minimal en bas du cône, dont le logiciel
tiendra compte dans ses calculs, notamment pour ce qui est de la
trajectoire de contournage (déport de l'outil). Si le bout est arrondi,
le mieux est de choisir l'option la plus proche selon l'angle de profil,
avec (angle vif) ou sans (angle large) diamètre minimal.
Le calcul automatique des vitesses d'avance se base accessoirement sur le
nombre de dents et la vitesse de rotation de l'outil, comme paramètres
secondaires. Il est vrai que la vitesse d'avance est censée se baser principalement sur ces deux facteurs pour le fraisage de pièces métalliques. Mais les
outils fins utilisés en gravure ou en coupe de matériaux tendres comme bois et
plastiques sont plus fragiles et demandent la prise en compte de leurs diamètre,
profil et profondeur de passe comme paramètres principaux. Galaad s'en tient
donc à cette forme exotique de calcul. Ceci étant, la vitesse de rotation est
rappelée au moment de l'usinage, et est appliquée directement à la broche si
celle-ci a un système d'asservissement pilotable.
Donnée primordiale pour éviter d'avoir à regretter des outils coûteux et
néanmoins cassés, la profondeur maximale par passe indique au logiciel quel
plafond - ou plutôt quel sous-sol - peut être atteint avec l'outil. Dans le cas d'un
outil cylindrique, la profondeur théorique est la hauteur de la partie dentelée,
mais... ceci suppose que votre outil est solide. Il est préférable de s'en tenir à
une valeur à peu près double du diamètre de l'outil pour s'éviter des surprises
désagréables et les jurons assortis. Si l'outil est conique (pointe à graver) ou
hémisphérique (fraise-boule 3D), sa profondeur maximale devient tout
simplement la hauteur du cône ou le rayon de l'hémisphère, à supposer que
les dents ou les faces d'attaque couvrent bien cette hauteur.
Attention, cette profondeur maximale dépend d'autres facteurs, et surtout de
la résistance de votre outil. Il va de soi qu'un outil carbure neuf et un outil
standard usé, de diamètre et profil identiques, n'ont pas la même facilité pour
tailler la route dans un matériau. On ne négligera pas non plus la longueur du
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 77
GALAAD
3 —————————————————————————————
porte-à-faux vertical de l'outil dans le mandrin. Un outil qui avance se tord
légèrement vers l'arrière, et d'autant plus que sa queue est longue, si l'on peut se
permettre cette glissante métaphore. Il s'ensuit une vibration directement liée à
la vitesse de rotation, qui peut être dommageable à la qualité de coupe, voire
fatale à l'outil. Il est bien évident que moins l'outil attaque de profondeur de
matériau par passe, moins il a de difficultés pour avancer. Galaad tient bien
évidemment compte de cette profondeur de passe pour calculer ses vitesses
automatiques d'avance.
A noter que Galaad gère à peu près intelligemment les paliers de profondeurs, en évitant de repasser sur des fonds de parcours déjà usinés lors du
palier précédent. Dans le cas de trajectoires 3D, l'outil ne fait que la partie
active du tracé, en plongeant directement au point de départ du parcours actif
pour le palier, et en faisant de même pour le point de remontée. Il n'y a donc
pas de temps perdu à usiner plusieurs fois la même portion de tracé. On peut
aussi demander une pause de nettoyage avant chaque nouvelle passe, le
temps de donner un petit coup d'aspirateur. Cette pause sera un message à
l'attention de l'opérateur qui devra l'acquitter pour que le cycle reprenne.
Le cadre médian-inférieur contient les quelques paramètres de plongée,
c'est à dire la façon dont l'outil perce ou pénètre verticalement dans le matériau
pour rejoindre la profondeur du point de départ de chaque objet.
Premier paramètre, le pointage préalable oblige l'outil à descendre dans le
matériau d'une petite profondeur indiquée ici, à la vitesse correspondante. Il est
bien évident que ce pointage n'est effectué que si la profondeur demandée lui
est inférieure. Cette opération n'est utile qu'avec certains outils et sur des
matériaux particulièrement durs.
Ensuite, Galaad propose de dissocier la vitesse d'avance (horizontale ou
3D), donnée pour chaque objet, de la vitesse de descente dans le matériau,
c'est à dire la vitesse du déplacement strictement vertical entre le contact avec
la surface supérieure de la pièce et le point profond. Cette vitesse est souvent
liée aux caractéristiques de l'outil et doit dans ce cas être précisée une fois pour
toutes avec ces paramètres. Quel que soit le dessin, une pointe à graver ou une
fraise-boule ne perce pas aussi facilement qu'un bête foret.
En schématisant, on peut dire que l'outil rétracté se déplace d'abord
horizontalement à vitesse V1 pour rejoindre la verticale du point de départ de
la trajectoire de l'objet à usiner. Ensuite, l'outil est abaissé verticalement à
6 - 78
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
vitesse V2 au contact avec la surface supérieure de la pièce, effectue un
éventuel pointage à vitesse V3, puis pénètre en profondeur dans le matériau à
vitesse V4. La trajectoire 2D ou 3D est usinée à vitesse V5, et enfin, l'outil
remonte directement au point de rétraction au-dessus de la pièce, à vitesse V6.
Les vitesses V1, V2 et V6 ne sont a priori pas liées à un usinage en particulier
et sont donc réglées dans les paramètres de la fraiseuse. La vitesse d'avance
V5 est donnée pour chaque objet lors de son dessin. Restent les vitesses de
pointage V3 et de perçage (ou pénétration) V4, ci-indiquées.
Cependant, il reste possible de donner une vitesse de descente proportionnelle à la vitesse d'avance des objets dessinés. Dans ce cas, il suffit d'indiquer
la proportion dans la case immédiatement à droite, exprimée en pourcentage de
la vitesse d'avance. Ces deux cases sont mutuellement exclusives : une
indication portée dans l'une élimine celle déjà existante dans l'autre. Selon
l'usage que vous faites de vos outils, il vous appartient de choisir la plus
appropriée. A noter qu'il ne peut y avoir de vitesse de descente automatique,
sauf proportionnelle à une vitesse d'avance elle-même automatique.
Le cycle de débourrage, grand classique du répertoire varié des opérations
de perçage, offre la possibilité de faire remonter automatiquement l'outil en
phase de plongée lorsqu'il atteint un certain palier de profondeur. Ceci facilite
l'éjection des copeaux agglutinés dans le puits de perçage, lesquels risquent
d'augmenter le diamètre ou la profondeur en faisant surcouche autour du
diamètre et sous la pointe. L'outil remonte alors jusqu'à son point de rétraction
au-dessus de la surface du matériau, puis redescend jusqu'au palier suivant ou à
la profondeur d'usinage lorsque celle-ci est à portée.
Dans la même veine, le cycle brise-copeaux fait un travail similaire au
débourrage, sauf que l'outil ne remonte pas en marche-arrière jusqu'à son point
de dégagement, mais seulement d'une valeur Z donnée. Cette valeur est en
général assez faible, le but de l'opération n'étant que de casser les rubans de
copeaux torsadés autour de l'outil en rompant la régularité de la progression
par ce bref retrait.
Dans le cas de travaux de perçage avec des forets à
bout conique, vous pouvez ajouter la surprofondeur
pour les perçages simples correspondant à la hauteur du
cône. Le plateau-martyr appréciera plus ou moins.
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 79
GALAAD
3 —————————————————————————————
Enfin, la partie inférieure de la boîte de dialogue fournit des statistiques
sur l'utilisation qui a été faite de chaque outil. Ces statistiques sont passives.
Galaad ne sonnera pas l'alarme quand une limite d'usure est atteinte. Les
valeurs peuvent aider à surveiller vos outils, mais la gestion vous revient.
Contournage
Lorsque vous dessinez un objet avec Galaad, le tracé est censé représenter
fidèlement une trajectoire d'outil dans l'espace. Trajectoire sous-entend le
parcours géométrique suivi par la pointe de l'outil (ou l'axe central à son
extrémité inférieure), mais pas forcément l'allure finale de la pièce usinée.
Prenons un exemple suffisamment éloquent :
Dessinez sur votre planche une étoile à cinq
branches toute simple. Comme Galaad est un logiciel
bien fait, une icone de dessin est expressément prévue
à cet effet. Imaginons que vous vouliez découper très
précisément cette étoile dans une plaque fine : vous
réglez sa profondeur sur l'épaisseur de la plaque, et le
tour est presque joué. Oui, mais...
Mais si le tracé correspond bien au parcours
effectué par l'outil, celui-ci n'a pas un diamètre
infiniment petit. L'étoile découpée va donc être un peu
plus petite que celle effectivement dessinée sur la
planche. La différence sera d'ailleurs quelque chose
comme le rayon de l'outil utilisé pour la découper.
Bref, on voulait une étoile précise et c'est raté.
Dans un monde parfait, la trajectoire de l'outil
devrait logiquement passer à côté de l'étoile dessinée,
légèrement à l'extérieur si l'on veut récupérer l'étoile,
ou légèrement à l'intérieur si l'on veut récupérer la
plaque autour. Il y a donc un choix de trajectoire à
faire, et une correction de la trajectoire de l'outil par
rapport au dessin. Le monde est parfait, puisque
Galaad peut faire ça pour vous.
6 - 80
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Sélectionnez votre étoile et allez chercher la commande "Usinage /
Contournage / Définir la trajectoire". Il apparaît aussitôt une nouvelle boîte de
dialogue assez riche en éléments de contrôle.
Au passage, cette commande a un raccourci plus pratique dans la
barre de commandes en haut de la fenêtre.
Il ne vous reste plus qu'à définir la trajectoire que l'outil doit suivre sur l'un
des bords de l'objet dessiné. Commencez par préciser si le passage de l'outil
doit passer à l'extérieur (on récupère l'intérieur) ou à l'intérieur (on récupère
l'extérieur) du tracé.
Indiquez ensuite le sens de parcours de l'outil, horaire
ou trigonométrique. Peu importe alors le sens du tracé.
L'usinage suivra exclusivement cette indication, et une petite
flèche schématisera au point de départ de la trajectoire la
direction suivie par l'outil.
Bord de coupe et sens de parcours sont
deux paramètres assez intimement liés. La
combinaison de l'avance et de la rotation
de l'outil va lui faire racler proprement le
bord attaqué "en opposition" et rouler sur
le bord attaqué "en avalant".
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 81
GALAAD
3 —————————————————————————————
Le bord attaqué en avalant aura en général une moindre qualité de coupe, et
les copeaux viendront s'y recoller. Notez qu'il peut y avoir de notables
exceptions à ce principe, selon le matériau à usiner et l'outil de coupe utilisé.
Pour un outil tournant en sens horaire (vu de dessus), ce qui est le cas général
des broches, il est donc préférable de faire un parcours horaire si l'outil passe à
l'intérieur du tracé, et trigonométrique s'il passe à l'extérieur. Galaad se permet
d'ailleurs de choisir tout seul un sens de parcours pour vous, mais n'ira pas
jusqu'à vous l'imposer. Si vous modifiez ce sens de parcours, c'est vous qui
aurez le dernier mot.
Vous devez ensuite préciser le type
de manœuvre à exécuter autour des
angles saillants. Galaad peut soit faire
une avance linéaire jusqu'au point
d'intersection des segments corrigés, soit
suivre un arc d'enroulement autour de
l'arête. Il est souvent préférable de suivre
une trajectoire roulée, mais cela peut
parfois alourdir les calculs.
A partir des points d'entrée et de sortie (qui peuvent être confondus si
l'objet est fermé), vous pouvez choisir une distance d'éloignement, afin de ne
pas percer le matériau trop près de la trajectoire à suivre. Cette option peut
éviter de voir la pièce marquée par le cycle de perçage si celui-ci est effectué
en contact direct avec la partie récupérée. Mais Galaad offre en plus la
possibilité de fixer vous-même ces points d'entrée et de sortie si nécessaire.
Voyez les autres commandes du menu "Usinage / Contournage".
Il se peut qu'une opération de coupe nécessite le passage préalable d'un
outil d'ébauche, sachant que l'outil de finition est invariablement celui
défini pour l'objet (ainsi que sa vitesse d'avance), rappelé pour information en
bas à droite de la boîte de dialogue mais non modifiable. Pour l'ébauche, vous
pouvez demander à utiliser un outil différent avançant à une vitesse différente,
et laisser une petite marge de matière qui sera enlevée lors du passage de l'outil
de finition. Attention, la séquence des outils a priorité sur les travaux d'ébauche/finition des contournages. Si vous demandez une ébauche avec un outil
différent, pensez à le faire passer avant celui de finition dans la séquence
d'usinage pour ne pas mettre la charrue avant l'ébauche.
6 - 82
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dans les faits, si votre dessin comprend un contournage double avec
trajectoires d'ébauche puis de finition, avant même d'établir la séquence des
cycles outils, Galaad viendra vous rappeler qu'un ordre prioritaire doit
préempter cette séquence.
Dans ce cas, Galaad prépare
d'autorité la séquence d'outils dans
l'ordre des trajectoires. Mais vous
avez toujours le dernier mot, et par
conséquent le droit de modifier cette
séquence à votre guise.
Si d'aventure vous choisissez
de rompre la séquence ébauchefinition d'un ou plusieurs contournages, un dernier message
d'avertissement vous demandera
tout de même confirmation.
Pour en finir avec la boîte de dialogue du calcul de contournage, quelques
petites options vous permettent d'activer les fonctions suivantes :
- Gérer les collisions de voisinage sert à éviter que les
contours calculés pour des objets voisins ne se chevauchent et
aboutissent à un résultat inattendu sur la pièce usinée,
principalement pour les contours d'ébauche qui peuvent se
faire avec des outils de grand diamètre. Cette option déclenche
la recherche de collisions de contours et définit le cas échéant
un contour global des formes trop proches. Ceci ne peut
fonctionner que si les outils entrant en collision ont le même
diamètre à la profondeur.
- Gérer les collisions internes n'a d'utilité que pour un parcours 3D dont le
tracé opère des recoupements ou des rapprochements. Le cas typique est une
spirale 3D pour laquelle le contour à chaque spire recouvre celui de la spire
voisine. En 2D½, le calcul éliminerait toute portion de contour trop proche du
tracé global (spire courante, précédente ou suivante). En 3D, le recouvrement
est acceptable puisque les tracés de contour n'ont pas la même profondeur.
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 83
GALAAD
3 —————————————————————————————
- Tirets d'angles 3D, réservée aux outils coniques, ajoute un
effet "carving" dans les angles aigus. Le cône de l'outil remonte
de façon oblique pour atteindre le fond d'un angle rentrant. La
trajectoire de coupe est identique, mais le biseau ainsi obtenu
donne un aspect plus soigné.
- Point d'entrée automatique laisse à Galaad le soin de choisir
le point de départ de la trajectoire de contournage. Cette fonction
va de pair avec les deux distances d'éloignement (point d'entrée
et éventuellement point de sortie) et sert surtout aux calculs sur
des séries de formes à découper, sans avoir à définir chaque
point d'entrée. Le point choisi sera l'angle le plus rentrant
(contournage intérieur) ou le plus saillant (contournage extérieur) de façon à éloigner le plus possible le point de plongée du
contour à usiner.
Il n'est guère possible de modifier la géométrie d'un parcours de contournage calculé par Galaad, sinon en modifiant la forme à laquelle il est rattaché.
Ce nonobstant, quelques petites fonctions annexes permettent tout de même
d'adapter ce parcours à des besoins particuliers. Pour cela, une fois la ou les
trajectoires affichées, il suffit d'aller chercher la fonction intéressante dans le
sous-menu "Usinage / Contournage".
Ainsi, vous pouvez créer un nouvel objet à partir du calcul d'une trajectoire de contournage, objet qui sera indépendant de celui de départ. Si l'objet
sélectionné a déjà une trajectoire de contournage, cette trajectoire sera aussitôt
transformée en nouvel objet, sans autre forme de procès. Sinon, il vous sera
demandé de préciser une distance de contournage et les autres paramètres
classiques du calcul.
Les fonctions de points d'attache
permettent d'ajouter ou manipuler des
ponts de matière dans une découpe, donc
sur le tracé de contournage, pour éviter
que la partie découpée ne prenne la
tangente aussitôt le parcours bouclé.
Il est possible de remonter complètement l'outil (tracé interrompu par le
pont) ou laisser une petite épaisseur de matière. Le positionnement des points
d'attache se fait par pointage direct sur les tracés de contournage. Il est possible
6 - 84
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
de les déplacer ou les supprimer a posteriori. Une fonction permet d'ailleurs de
supprimer tous les points d'attache d'un objet sélectionné.
Important : lorsqu'un contournage est recalculé, que ce soit de façon
automatique ou sur demande expresse, les points d'attache disparaissent. Par
conséquent, il vaut mieux les placer en dernier.
Autre possibilité, vous pouvez manuellement ajouter un segment ou un
arc d'entrée ou de sortie qui viendra compléter la trajectoire calculée. Le
segment d'entrée peut d'ailleurs suivre une pente oblique 3D, partant de la
surface de la pièce pour arriver en biais à la bonne profondeur, pour le cas où
la fraise utilisée est incapable d'effectuer une plongée verticale. Attention,
Galaad ne vérifie pas la validité de vos ajouts, notamment en ce qui concerne
les collisions internes ou avec des objets voisins. A noter aussi qu'aucune loi ne
vient limiter le cumul de ces ajouts ; vous pouvez donc en cascader plusieurs
pour créer à votre convenance une véritable polyligne d'entrée ou de sortie.
Les paramètres avancés de contournage servent à régler le calcul et l'affichage des tracés. Sur les angles vifs sont
ajoutés des cercles rappelant le diamètre
de l'outil à la profondeur, le point d'entrée
étant doté d'une flèche indiquant le sens
de parcours.
Le seuil d'enroulement des arêtes définit à partir de quelle valeur angulaire le calcul doit opérer un arc d'enroulement plutôt que de suivre les
tangentes jusqu'à intersection. Une valeur inférieure à 90° n'a aucun intérêt et
produira des vecteurs inutiles. Le paramètre d'espacement des points donne
une valeur sans unité de simplification du tracé. Cette fonction sert surtout à
nettoyer le tracé de l'objet en éliminant les toutes petites épines qui peuvent
fausser le calcul ou produire un mouvement haché, notamment avec les images
vectorisées.
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 85
GALAAD
3 —————————————————————————————
Hachurage et cycle de poche
Les opérations de gravure et de fraisage nécessitent parfois l'évidage d'une
surface délimitée. Si l'on utilise un outil à faible diamètre, le trait de gravure
sera fin. On pourra avoir besoin de mettre une zone en valeur, par exemple une
surface entre deux bords gravés comme dans le cas de caractères pleins.
Galaad propose deux possibilités de remplissage. La plus classique est le
simple hachurage de la zone avec des traits parallèles qu'il sera possible
d'arranger un peu. L'autre approche, plus mécanique, consiste à effectuer des
contournages successifs jusqu'à ce qu'il n'y ait plus de surface restée découverte. Commençons par le hachurage.
Attrapez l'icone de dessin de polygones fermés (série des polylignes) et
construisez un polygone fermé assez large à six ou sept sommets, puis un
deuxième plus petit, entièrement à l'intérieur du premier. Sélectionnez ensuite
votre polygone extérieur, et rendez-vous sur-le-champ à la commande "Dessin / Hachurage" (une icone de raccourci existe, vers la droite).
Une boîte de dialogue va
vous permettre de définir les
paramètres du hachurage avec
lequel vous souhaitez remplir la
surface délimitée par le
polygone
extérieur.
Ces
paramètres sont peu nombreux
et pas bien compliqués une fois
qu'on les a pratiqués.
Le premier d'entre eux donne un intervalle entre deux hachures consécutives. Cet intervalle varie en général selon le diamètre de l'outil utilisé pour
usiner les hachures. Si vous laissez sa valeur indéfinie ou sur "Auto", Galaad
prendra, comme distance par défaut, le rayon de l'outil à la profondeur des
hachures, soit un taux de recouvrement de 50%. Mais vous pouvez donner une
valeur bien à vous.
Les hachures peuvent avoir une inclinaison par rapport à la verticale. On se
rappellera qu'un angle positif en sens trigonométrique penche à gauche. L'angle
d'inclinaison d'un texte italique penchant à droite est négatif.
6 - 86
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dans certains cas de gravure, le remplissage d'une surface peut ne pas
suivre tout à fait la profondeur du contour. Vous devez donc préciser la
profondeur relative des hachures par rapport au contour. Cette relation est
donnée en pourcentage de la profondeur du contour, et non en profondeur
absolue, ce qui vous facilite le travail lors de hachurage en série sur plusieurs
objets aux profondeurs hétérogènes.
Le type de remplissage est défini par les options exclusives de crénelage ou
hachurage. Un crénelage est un hachurage dont les lignes sont jointes par de
petits segments de liaison. L'usinage d'un tel remplissage est bien plus rapide
que pour des traits de hachurage indépendants, puisque l'outil n'a pas à être
remonté, légèrement déplacé puis redescendu entre deux hachures. Mais il se
peut que vous souhaitiez tout de même avoir des hachures à simples traits.
Dans ce cas, vous devez en plus préciser le sens suivi par les hachures.
Pour la séquence de remplissage, il est utile de décider si les hachures
doivent être usinées avant ou après le contour. On place souvent le remplissage avant, pour avoir une meilleure finition sur les bords du contour. Mais
ceci n'a rien d'obligatoire.
Enfin, vous pouvez choisir de
recouvrir ou éviter les îlots
intérieurs, comme ce deuxième
polygone englobé dans le premier et
qu'on va épargner. Important : pour
être considéré comme un îlot, le
polygone intérieur doit être
fermé. La boîte de dialogue vous
permet de filtrer les îlots selon leur
profondeur relative.
A noter que vous pouvez sélectionner en une seule fois toutes les
hachures de votre dessin en faisant une sélection par filtrage.
Gardez encore un moment les polygones dessinés mais annulez l'opération
de hachurage, ou profitez du fait que les hachures sont sélectionnées pour les
supprimer. On va maintenant s'intéresser au cycle de poche. Ne cherchez pas
trop longtemps, la commande est juste sous celle du hachurage, que ce soit
dans le menu ou l'icone qui fait raccourci.
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 87
GALAAD
3 —————————————————————————————
De même que pour un intervalle de
hachurage, le cycle de poche vous
demande une distance entre deux passes
successives. La valeur par défaut (ou
automatique) sera de façon classique le
rayon de l'outil utilisé pour chaque
polygone extérieur, soit un recouvrement
de 50%. A vous de préciser une valeur
différente si nécessaire.
L'enfoncement progressif, un peu comme la duplication d'objets, commande une augmentation de la profondeur au fur et à mesure qu'on se rapproche du centre. Vous pouvez vous en servir pour donner de l'effet 3D aux
surfaces à remplir.
Comme pour les trajectoires de contournage, auxquelles le cycle de poche
se réfère d'ailleurs, il est nécessaire d'indiquer un sens de parcours. Celui-ci
sera en général horaire puisque le remplissage se fait par définition à l'intérieur
d'un contour. Et de la même façon, vous pouvez choisir le type de manœuvre à
effectuer sur les angles saillants, c'est à dire rouler autour de l'arête ou suivre
une simple ligne droite.
Enfin, le cycle de poche doit
être séquencé par rapport au
contour, c'est à dire usiné en allant
du contour vers le centre ou du
centre vers le contour. Vous pouvez
aussi choisir d'éviter les îlots
intérieurs, comme pour la fonction
de hachurage.
Dernier paramètre pour la route, le fait de relier les passes voisines fait un
raccord entre les contours successifs, afin d'accélérer le processus d'usinage, un
peu comme le crénelage vu plus haut. Avec des îlots intérieurs, l'exercice
risque de devenir plus compliqué, mais Galaad essaiera de faire de son mieux.
Le hachurage donne parfois de meilleurs résultats que le cycle de poche dans
les cas critiques, c'est à dire les polygones extérieurs constitués de très petits
vecteurs plus ou moins irréguliers ou saillants.
6 - 88
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Connexion de parcours
On a vu comment le logiciel pouvait calculer un contournage ou une zone
de remplissage délimitée à partir d'un polygone unique. Mais l'opération se
complique lorsqu'il s'agit de prendre en compte une trajectoire formée non par
un seul mais plusieurs objets juxtaposés qui définissent le contour. Certes, le
parcours d'usinage se fera d'une traite si les objets se suivent dans la séquence.
Il vous reste aussi la possibilité de souder l'un à l'autre deux objets jointifs pour
n'en faire plus qu'un seul. Le problème, c'est que les objets perdent les propriétés géométriques qui ont servi à les construire lorsqu'ils sont soudés. Il sera
alors plus difficile de modifier leur forme a posteriori.
Par exemple, vous avez dessiné un arc de cercle
ouvert, suivi d'une polyligne simple, elle-même suivie
d'une courbe de Bézier qui referme le parcours. Trois
objets distincts et indépendants, dont deux ont des
propriétés géométriques intrinsèques (l'arc et la
courbe de Bézier), mais qui définissent tous ensemble
un parcours cohérent.
Galaad propose une alternative intéressante à la soudure simple, qui ne fera
aucun mal aux objets. Il s'agit d'intégrer en un parcours unique les différents objets qui composent la trajectoire globale, tout simplement en connectant les bouts jointifs.
Sélectionnez un point extrême d'un des objets et appelez la commande
"Usinage / Parcours / Connecter les objets". Si tout se passe bien, vos deux
objets ont été connectés. Si vous sélectionnez l'un d'eux, l'autre est sélectionné
en même temps, et ils seront déplacés ensemble. Vous pouvez globaliser la
connexion en sélectionnant ensemble tous les objets et en appliquant la même
commande. Ce sera sans doute plus rapide.
Rien n'a changé en apparence dans le tracé de vos
objets, hormis l'apparition de petits points sombres de
connexion aux extrémités de chacun (commande
"Affichage / Tracé / Parcours / Points de connexion").
Vous avez maintenant un parcours ininterrompu de
la trajectoire globale, que vous pouvez manipuler
comme un objet unique.
—————————————————————
Trajectoires d'outils
— 6 - 89
GALAAD
3 —————————————————————————————
Notez au passage que cette commande a un raccourci plus rapide
dans la barre de commandes en haut de la fenêtre.
Vous pouvez dès à présent demander un
contournage ou un hachurage du parcours ainsi
connecté. Ce parcours n'est pas nécessairement
fermé comme sur notre exemple. Vous pouvez
connecter - et contourner, au fait - un parcours resté
ouvert. Le but n'est que de définir un macro-objet
que Galaad verra comme entité globale, sans passer
par une soudure plus violente.
En déconnectant les objets, vous vous rendez compte que chacun reprend
son indépendance et par la même occasion les propriétés géométriques qu'il
avait occultées tant qu'il était intégré au parcours global. Vos objets n'ont subi
aucun dommage.
D'autres fonctions annexes viennent faciliter le travail sur les parcours
connectés. Vous pouvez par exemple sélectionner un point de connexion en
rouge et le définir comme point d'entrée du parcours, ou bien changer le sens
global de parcours pour l'usinage, sans préjuger d'un éventuel contournage. Si
cela s'avère nécessaire, vous pouvez même souder définitivement les
connexions. Mais dans ce cas, adieu les propriétés géométriques : les objets
deviennent de simples polylignes de façon définitive.
6 - 90
— Trajectoires d'outils
—————————————————————
——————————————————————————————————
7
———————
0 0 1 1 1
FONCTIONS AVANCEES
DE L'USINAGE
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Positions de fin de cycle
Nous avons vu assez brièvement les fonctionnalités de base du module
d'usinage intégré à Galaad. Vous avez probablement déjà usiné avec succès et
souhaitez en savoir plus sur les paramètres accessibles. Il est donc temps de
creuser un peu le filon et faire de nouvelles découvertes. Prenez un dessin
quelconque et lancez son fraisage, ou une simulation si la machine est monopolisée depuis de longues heures par un collègue égoïste et ravi.
Cette fenêtre est sans doute devenue presque familière et vous savez déjà
régler une séquence d'outils. Si ce n'est pas le cas, vous avez sauté le chapitre
consacré à l'apprentissage de l'usinage. Retournez-y pour une petite revue de
détail pendant qu'on vous attend ici. Dépêchez-vous.
On ne revient donc plus sur cette séquence d'outils bien acquise, ce qui
nous dispense d'une petite moitié de la fenêtre. Mais avant de s'intéresser aux
7 - 92
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
nombreux paramètres des cadres de droite, faisons un petit passage rapide par
les boutons de réglage des positions d'outil en fin de cycle.
Cliquez sur le bouton "Changement" : il
apparaît aussitôt une petite boîte de dialogue
demandant une position de changement
d'outil. Si votre machine utilise une course
de référence pour recaler son zéro, alors
cette position est donnée en coordonnées
absolues, donc par rapport à ce zéro fixe.
Elle correspond au point que l'outil doit
rejoindre en fin de cycle lorsqu'un autre outil
doit être appelé.
Si vous ne souhaitez pas que l'outil bouge de sa position en fin de cycle,
c'est à dire le point de dégagement au-dessus de la sortie du dernier objet usiné,
indiquez qu'il doit rester à la position courante. Sinon, vous devez entrer des
coordonnées pour chaque axe. Notez que si une valeur dépasse la course utile
de l'axe, il est bien évident que Galaad n'essaiera pas pour autant de mener
l'outil au-delà. Il y a des limites au royaume des bornes.
En général, la position de changement d'outil est donnée de manière à
faciliter le travail de démontage et remontage sur le mandrin de la broche. On
préférera donc amener l'outil en position bien relevée et vers l'avant de la
machine, ou du moins près de l'opérateur, pour un meilleur accès.
La vitesse par défaut est celle précisée dans les paramètres de la fraiseuse
pour les mouvements inactifs XY et pour les mouvements de remontée Z. Mais
vous pouvez éventuellement la surcharger en indiquant une vitesse spécifique
pour ces mouvements de fin de cycle.
Le bouton voisin "Parking" définit la position que le tout dernier outil de
la séquence doit rejoindre en fin de cycle. Etant donné que l'usinage est alors
présumé achevé - ou abandonné - on cherche cette fois à parquer l'outil loin de
l'opérateur pour ne pas gêner le dégagement manuel de la pièce hors du
plateau. Les paramètres de cette nouvelle boîte de dialogue sont identiques à
celle précédemment décrite, avec les mêmes fonctions.
Si vous rangez votre outil près du zéro d'un ou plusieurs axes, il est
préférable de mettre tout de même une petite valeur (par exemple 1 mm), afin
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 93
GALAAD
3 —————————————————————————————
de ne pas laisser un chariot mobile pile sur le capteur de fin de course. Ceci
peut éviter un vieillissement prématuré des contacts. Merci pour eux.
Si votre machine n'est pas équipée de capteurs de fin de course, ou si
vous ne souhaitez pas travailler en coordonnées absolues avec un recalage sur
le point zéro machine, il va de soi que les paragraphes précédents ne vous
concernent pas.
Dans ce cas, vous pouvez tout de même
régler des positions de fin de cycle. Ces
positions deviennent relatives au seul point
zéro existant : le point zéro pièce. Les
coordonnées peuvent alors être positives ou
négatives. Attention, une valeur négative pour
l'axe Z signifie qu'on se positionne en-dessous
de l'origine pièce.
1ère passe, 2ème passe, découpe
Le premier cadre de paramètres, en haut à droite, nous parle de passes
d'usinage. Ce terme assez générique peut servir à définir bien des choses
différentes, et de façon générale chaque passage qu'un outil fait sur une pièce.
Dans la terminologie utilisée par Galaad, on distingue les opérations cycliques
d'usinage comme suit, en partant du plus haut niveau :
- la séquence d'outils, définie par l'utilisateur,
- les passes, liées à l'organisation de l'usinage (1ère et 2ème passe, découpe),
- les paliers, liés à la profondeur maximale de l'outil (sauf 2ème passe),
- les objets ou tracés, liés au dessin proprement dit.
Un usinage complet est donc une répétition de prises d'origine pièce et
pilotages automatiques couvrant une séquence d'outils. Pour chaque outil, on
conduit des passes : 1ère passe, qui peut être une ébauche, puis éventuellement
2ème passe, qui peut être la finition s'il y a eu une ébauche, puis passe de
découpe. Lors de la 1ère passe et de la passe de découpe, on respecte les paliers
de profondeur maximale définis pour chaque outil, mais pas lors de la 2ème
passe. Enfin, pour chaque palier, on usine les trajectoires dessinées qui entrent
dans le cadre de ce palier (il est possible d'enchaîner tous les paliers pour
chaque objet, une option en ce sens existe dans les paramètres avancés de la
7 - 94
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
machine). Il va de soi qu'un usinage simplifié peut très bien n'appeler qu'un
seul outil, une seule passe et un seul palier.
Nous avons déjà vu la séquence d'outils, revenons donc à nos passes.
Lorsque vous dessinez un objet avec Galaad, vous lui attribuez une profondeur
d'usinage. Si cette profondeur correspond à l'épaisseur du matériau sur toute la
longueur du tracé, l'objet est marqué comme étant "découpé". Dans ce cas, le
fait de changer l'épaisseur du matériau met globalement à jour les profondeurs
de tous les objets à découper. Nous avons donc des objets à découper, d'une
part, et des objets à graver ou fraiser à profondeur moindre, d'autre part. A
noter que les parcours 3D comme les maillages ne sont pas concernés puisque
leurs profondeurs varient le long du tracé.
Pour des raisons pratiques, Galaad choisit d'usiner les objets à découper en
tout dernier pour chaque outil. La raison est assez simple : si vous découpez la
pièce, il y a toutes les chances pour que les morceaux ne tiennent plus en place
pendant des fraisages suivants. Lorsqu'on fait un travail de gravure et de
découpe, il est évident que mieux vaut faire la découpe en dernier, sinon le
risque est grand de voir une partie de la pièce découpée prendre la clef des
champs et l'outil graver dans le vide ou, pire, sur un morceau déplacé. Galaad
rompt donc ici la séquence définie dans le dessin et classe les objets en deux
groupes : gravure et fraisage d'une part, découpe d'autre part. Au sein de
chaque groupe, la séquence de dessin est respectée.
D'autre part, il est parfois utile de ne pas attaquer du premier coup la
profondeur de gravure demandée pour une trajectoire, mais commencer par en
faire une approche de dégrossissage. Prenons par exemple un objet à graver à
une profondeur de 10 mm. Nous pouvons soit faire le passage direct de l'outil à
10 mm, soit demander deux passes successives à 9,9 mm puis 10 mm. La 1ère
passe de l'outil enlève le gros du matériau dans le sillon usiné, et la passe
suivante se contente d'enlever la petite couche de 2ème passe restante de
0,1 mm ainsi que les copeaux agglutinés. Lors de cette 2ème passe, le travail de
l'outil est négligeable et il peut avancer beaucoup plus vite.
Vous pouvez donc choisir de faire une ou deux passes avec les
objets non découpés.
Pour les objets découpés, il n'est pas utile d'exécuter une 2ème passe,
puisque la profondeur de coupe atteint déjà l'épaisseur du matériau. Il n'y a
donc pas de surcouche à enlever pour obtenir un bon état de coupe. Par contre,
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 95
GALAAD
3 —————————————————————————————
vous pouvez demander l'adjonction d'une petite surprofondeur pour cette passe
de coupe, afin de bien traverser la pièce de part en part. Cette surépaisseur de
coupe par rapport au matériau peut d'ailleurs correspondre à l'épaisseur d'un
adhésif de fixation sur le plateau-martyr. Il n'est pas nécessaire d'exagérer cette
surépaisseur au-delà du raisonnable. Votre plateau-martyr vous en saura gré.
Les vitesses d'avance des passes sont globalement manipulables. Vous
pouvez préciser un facteur multiplicateur pour chaque passe sans avoir à
reprendre toutes les vitesses paramétrées pour chaque objet. Ces multiplicateurs agissent sans distinction sur les vitesses dûment établies et les vitesses
calculées automatiquement. Si l'on choisit de faire une 2ème passe de nettoyage,
on utilise en général une vitesse surmultipliée d'un facteur 200 % ou 300 %,
voire plus. Ceci dépend de l'épaisseur de la couche de 2ème passe que vous
aurez choisi de laisser, ainsi que du matériau. La passe de découpe obéit de
façon logique au paramètre multiplicateur de 1ère passe.
Récapitulons : vous avez une pièce à usiner comprenant un périmètre de
découpe et des traits de gravure. Si vous choisissez d'exécuter deux passes, le
cycle d'outil comprendra un usinage des tracés gravés, à la profondeur de
chacun d'eux moins la couche de 2ème passe, puis cette 2ème passe plus rapide à
la profondeur normale, et enfin la découpe du périmètre à la profondeur
correspondant à l'épaisseur de la pièce plus la surépaisseur de coupe. Si vous
n'avez pas demandé de 2ème passe, la 1ère passe d'usinage se fera directement
aux profondeurs finales de gravure, la découpe restant inchangée.
Valeurs forcées
Il peut arriver qu'on ait à usiner d'un dessin en utilisant d'autres profondeurs
ou vitesses pour l'ensemble des objets. Dans ce cas, au lieu de reprendre le
dessin et sélectionner tous les objets pour en modifier les caractéristiques
d'usinage, Galaad vous propose d'ignorer ces caractéristiques et de conduire
l'usinage avec des valeurs forcées. Ces valeurs concernent la profondeur, la
vitesse d'avance, les paliers d'outils et les cycles de perçage.
Par exemple, vous avez un dessin comprenant toute une gamme de
profondeurs et de vitesses, et l'outil qui doit démarrer son cycle fait des paliers
de 2 mm avec cycle de débourrage. Or, vous souhaitez réaliser un usinage des
objets dessinés avec cet outil à 1 mm de profondeur et une vitesse d'avance de
7 - 96
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
5 mm/s, sans palier ni débourrage. Dans ce cas, il vous suffit de préciser une
profondeur forcée à 1 mm, une vitesse à 5 mm/s, des paliers à 5 mm et de
cocher la case "Perçage sans cycle". Le cycle d'outil préparé ignorera les
caractéristiques des objets et de l'outil utilisé pour suivre ces valeurs.
Nota : les valeurs forcées ne
modifient pas les paramètres du
dessin ni ceux des outils.
Cette fonction peut aussi aider à préciser des profondeurs et vitesses
seulement au moment d'usiner et selon l'outil qui va être appelé.
Paramètres divers
Le dernier cadre de paramètres d'usinage donne des indications assez
diverses que vous pouvez manipuler selon vos souhaits. Les premiers paramètres concernent l'échelle qui sera appliquée au dessin lors de l'usinage. Si votre
dessin ne correspond pas aux dimensions finales de la pièce à usiner, inutile de
reprendre tout le travail de conception. Il suffit d'indiquer une échelle différente, et le tour est joué. Notez que le facteur d'échelle Z est séparé pour plus
de commodité. Les dimensions résultantes de votre pièce sont immédiatement
affichées dessous, et vous pouvez même donner directement une de ces
dimensions pour éviter de faire le calcul d'échelle. On rappelle que vous
pouvez là encore taper une formule mathématique.
Pour une gravure par le fond d'un matériau transparent, il convient de
choisir l'usinage en miroir X afin de ne pas avoir à tout redessiner à l'envers.
Avec Galaad, on se préoccupe seulement du résultat final ; les petits arrangements interviennent au moment d'usiner. De même, si vous souhaitez faire une
rotation cartésienne globale de votre pièce, faites-le seulement dans la
préparation de ces paramètres d'usinage. La fenêtre de prévisualisation du
dessin final vous aidera éventuellement à orienter la pièce sur la machine.
Elément d'importance, la hauteur de retrait Z définit le plan de dégagement de l'outil au-dessus de la pièce, lorsque celui-ci doit être relevé et
acheminé vers l'objet suivant. Cette hauteur est donnée en valeur absolue et
par rapport à la surface supérieure de la pièce. Si le dessus de votre pièce n'est
pas uniformément plan ou s'il se trouve des obstacles, vous devez indiquer une
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 97
GALAAD
3 —————————————————————————————
valeur qui permette de manœuvrer l'outil sans jamais rencontrer de matériau ou
d'obstacle quelconque, sinon gare à la casse ! Inversement, faire remonter
l'outil trop haut allonge inutilement la durée de l'usinage, à moins que votre
machine ne soit capable de tenir des vitesses inactives très rapides. A chaque
modification de cette hauteur, celle-ci reste mémorisée pour tous les usinages
suivants.
Dans la même veine, la marge de contact Z permet de définir jusqu'à
quelle distance de la surface de la pièce l'outil descend en vitesse rapide
(vitesse réglable parmi les paramètres de la fraiseuse). Une petite marge évitera
un contact trop percutant. La plongée à vitesse lente dans le matériau commencera à partir de ce point.
Pour faciliter le travail de reprise d'un usinage interrompu ou exécuter un
usinage partiel, Galaad propose de n'usiner que les objets sélectionnés seuls,
selon ce que vous avez sur votre dessin. Ceci fait office de filtre d'usinage
simplifié. Vous sélectionnez dans le dessin ce que vous voulez usiner et cochez
ensuite la case correspondant à cette option. Les objets non sélectionnés ne
seront pas concernés. Vous pouvez aussi commencer un usinage à un point
situé à l'intérieur d'un objet, à condition que ce point soit sélectionné en rouge
dans le dessin, et aussi arrêter l'usinage au point sélectionné en bleu, ces deux
options étant indépendantes.
Dans la même veine, vous pouvez filtrer les couches de dessin à usiner, par
défaut ceux de la couche active et seulement ceux-là. Les objets qui seront
effectivement usinés dans le cycle outil à lancer apparaissent nettement dans la
petite fenêtre de prévisualisation en bas à gauche. Les autres objets, correspondant à d'autres outils, des couches rejetées, ou encore filtrés sur sélection,
apparaissent en traits grisés.
Enfin, il est possible de modifier à ce stade la séquence des tracés au sein
d'une passe et d'un cycle outil pour obtenir un parcours optimisé, dans lequel
les déplacements inactifs sont réduits, chaque objet à usiner étant choisi de
proche en proche depuis le précédent. Le fait d'activer cette option ne modifie
pas le dessin lui-même, mais seulement sa séquence au sein d'une passe.
7 - 98
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Options avancées
L'onglet intermédiaire de la fenêtre d'usinage donne accès aux options
avancées qui seront généralement peu ou pas utilisées. A noter qu'on peut
avant ou arrière,
passer d'un onglet à l'autre avec la touche de tabulation
ou passer directement des paramètres d'usinage à la prise d'origine pièce avec
la touche
, sauf si des options avancées ont été sélectionnées, auquel cas
l'étape est proposée de façon automatique.
Le cadre en haut à gauche détermine si un parcours d'essai doit être
effectué avant le gros du travail d'usinage. Ce parcours d'essai peut se limiter
soit au tout premier objet à usiner, soit à l'ensemble des objets sélectionnés.
Pour ce parcours d'essai, vous pouvez choisir de faire tous les paliers de l'outil
ou seulement le premier. Le but est de fournir une évaluation rapide du résultat
et surtout des profondeurs selon l'origine pièce sur l'axe Z.
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 99
GALAAD
3 —————————————————————————————
Sur certaines machines, vous pouvez télécharger la totalité du parcours
d'usinage dans la mémoire de la machine, voire enregistrer ce parcours sur
une carte-mémoire amovible ou sur un flash-disk quelconque. Dans ces cas,
l'usinage ne sera pas effectué directement, mais seulement transmis à la
mémoire de la machine qui pourra ensuite usiner de façon totalement autonome, sans supervision de Galaad, sur simple pression de son bouton "Start"
ou équivalent. Vous pourrez même éteindre l'ordinateur. Attention, peu de
machines possèdent une mémoire statique.
Si votre machine est de type à portique mobile ou donne une certaine marge
de manœuvre des pièces à usiner hors de la zone accessible à l'outil, vous
pouvez éventuellement morceler une pièce trop grande pour la machine en
conduisant l'usinage secteur par secteur et en déplaçant la pièce entre chaque
cycle. Il vous faut alors indiquer des marges latérales qui ne seront pas prises
en compte lors du cycle à conduire. La pièce est considérée comme réduite
d'autant, c'est à dire que les bandes latérales sont ignorées et l'origine pièce
décalée d'autant. Un peu comme si l'on donnait une fenêtre visuelle sur la pièce
trop grande.
Par exemple, une pièce de 300 × 1200 mm peut être usinée sur une machine
ayant une surface de travail de 500 × 500 mm : il suffit de relancer trois fois
l'usinage morcelé en donnant successivement des marges de 0 mm au nord et
800 mm au sud, puis 400 mm au nord et 400 mm au sud, puis enfin 800 mm au
nord et 0 mm au sud. On aura ainsi donné trois "fenêtres" successives de
400 × 400 mm sur la pièce. Il va de soi qu'il est préférable de décaler sa pièce
de façon très méticuleuse sur la machine, lors des changements de fenêtre. De
même, il vaut mieux choisir des morcellements qui ne couperont pas des
objets, du moins dans la mesure du possible. Même si Galaad opère cette
césure automatiquement, les trajectoires scindées risquent de se voir sur la
pièce. Il peut d'ailleurs être intéressant de demander l'usinage des seuls objets
sélectionnés pour éviter ce problème.
Il est possible de faire un usinage répétitif pour un cycle d'outil, sans
changer la position de la pièce. Ceci concerne les séries avec changement de
pièces entre deux cycles. Vous indiquez juste le temps de pause entre chaque
cycle, et précisez si la machine doit faire une course de référence et laisser la
broche en marche entre chaque cycle. Donnez-vous tout de même le temps de
caler la nouvelle pièce sans vous faire manucurer par l'outil qui redémarre.
7 - 100
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Remarque : lorsque le cycle d'usinage s'est achevé normalement, Galaad le
signale par un message à l'écran offrant l'option de refaire le processus. Ceci
revient au même que l'usinage répétitif mais avec une pause indéterminée (tant
que l'opérateur n'a pas acquitté le message avec ce choix). Il est en outre
possible de coupler l'option "refaire" à un contact électrique de la machine
genre bouton "Start". Voyez plus loin le chapitre consacré aux paramètres de la
fraiseuse.
Si vous gravez des pièces comprenant des textes auto-incrémentaux, par
exemple des numéros de série, ces textes seront automatiquement incrémentés
à chaque répétition de l'usinage, sous réserve que l'option correspondante soit
active. Le texte de départ vous sera demandé avant le lancement du premier
cycle, ensuite Galaad se débrouillera.
Différent du précédent, l'usinage en série reproduit le cycle en cours sur un
jeu de pièces mises en position sur la machine. Cette fonction évite de dessiner
des pièces identiques à intervalle régulier sur une seule planche. Vous ne
dessinez que la pièce de base et demandez son usinage en série, lequel suit tout
simplement le principe de la duplication matricielle. Attention, la marge
indique la distance entre deux bords de pièces en vis-à-vis. Sur la prévisualisation globale de la prise d'origine pièce, vous verrez apparaître toute la série
pour faciliter la mise en place.
Enfin, en bas à droite de la fenêtre, quelques paramètres permettent de
reprendre un usinage en cours de route sans recommencer le processus à son
point de départ. Ceci peut aider à terminer un usinage interrompu sans avoir à
refaire tout le processus. A noter que le module d'usinage enregistre toutes les
minutes son état d'avancement afin de vous permettre d'avoir ces paramètres
déjà prêts en cas d'interruption. Mais la reprise d'un usinage interrompu
n'est pas automatique : vous devez la demander en activant cette option,
même si vous n'avez alors pas à en préciser les paramètres. La reprise se fera à
la dernière plongée de l'outil qui a été enregistrée, car Galaad ne reprend pas
un usinage au beau milieu d'un objet. Cela reste possible, mais il faut pour cela
utiliser la fonction de filtrage "Commencer au point rouge" décrite précédemment dans les paramètres d'usinage, sachant que le positionnement du point
rouge se fait à la main dans le dessin.
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 101
GALAAD
3 —————————————————————————————
Déplacement des axes
Nous avons fait le tour des différents paramètres d'usinage. Il ne vous reste
plus qu'à les expérimenter de façon plus ou moins hasardeuse en psalmodiant
une courte prière avant de lancer vos fragiles outils à l'assaut de pièces aussi
solides que récalcitrantes. Mais c'est aussi en cassant des outils qu'on devient
forgeron. Avant de devenir expert ès réglages, il faut bien goûter à quelques
petites sueurs froides. N'oubliez pas que vous pouvez simuler vos usinages ou
même les exécuter sans mettre de pièce, juste pour voir le parcours suivi par
l'outil et comprendre la logique de fonctionnement en proférant un "eurêka" de
bon augure plutôt que d'abominables jurons. Passons donc à l'origine pièce en
.
cliquant sur l'onglet ad hoc ou en appuyant sur
Vous l'avez sans doute remarqué, la partie nord-ouest de la fenêtre est
consacrée au déplacement des chariots mobiles sur les axes de la machine. Les
boutons de mouvement Z et A (axe rotatif) sont affichés ou non selon le
nombre d'axes de votre fraiseuse.
7 - 102
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Après initialisation de la commande numérique et éventuellement course de
référence pour recaler la position des axes, vous pouvez appuyer sur les gros
boutons de déplacement. Il existe plusieurs sources de déplacement : clic direct
sur les boutons de la fenêtre, pression au clavier sur les flèches de déplacement
du curseur, inclinaison du manche du joystick, manette de contrôle spécifique
ou entrées spéciales de pilotage manuel. Il suffit de relâcher le bouton, la
touche, le manche, etc. pour interrompre le mouvement, quel que soit le mode
de déplacement, continu ou limité.
Au clavier, on pourra se baser sur le pavé numérique pour donner une
direction de mouvement XY cardinale ou diagonale. Les déplacements sur
et , impérativement sur ce
l'axe Z se font en appuyant sur les touches
même pavé numérique. Accompagnées de la touche
(flèche de majuscule),
ces mêmes touches
et
provoquent un mouvement de l'axe A. Avec la
touche
, c'est l'axe B qui s'y colle.
Les joysticks ou autres gamepads sont des interfaces intéressantes pour le
pilotage manuel. Avantage majeur, elles vous permettent de vous éloigner de
votre ordinateur pour vous rapprocher de la machine. Votre précision d'approche d'une origine pièce ne peut que s'en trouver améliorée. La manipulation est
très simple : vous inclinez le manche du joystick dans une des huit directions
cardinales ou diagonales, et les axes se déplacent jusqu'au retour du manche en
position centrale. Pour un gamepad, vous appuyez sur la manette de direction.
Avec la configuration par défaut (elle est modifiable à volonté), si vous
appuyez sur le bouton n° 1 et le maintenez enfoncé, le fait de pousser le
manche en avant ou le tirer en arrière fait remonter ou descendre l'axe Z.
L'inverse d'un avion (sauf s'il vole sur le dos), mais cohérent avec l'écran. Si
vous appuyez sur le bouton n° 2, tout mouvement X, Y ou Z se fait à vitesse
réduite. Les deux boutons peuvent être maintenus enfoncés simultanément, en
plus de l'action sur le manche.
Les paramètres du joystick sont décrits dans le chapitre "Paramétrage de la
fraiseuse", un peu plus loin dans ce manuel.
Mais revenons au pilotage manuel et intéressons-nous aux boutons-radio de
réglage des pas de déplacement incrémentaux. Le mode par défaut est le
mouvement continu dans lequel l'axe est déplacé tant que vous maintenez le
bouton enfoncé. Evidemment, on s'arrête à l'extrémité de l'axe de toute façon.
Mais, pour une approche plus facile d'un point origine, s'y ajoutent des
possibilités de déplacement de longueur prédéfinie. Ces boutons limitent le
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 103
GALAAD
3 —————————————————————————————
déplacement à la valeur correspondante. Par exemple, si vous demandez un
déplacement limité à 1 mm, ce déplacement n'ira pas au-delà. Mais si vous
relâchez le bouton de déplacement avant que la distance n'ait été atteinte,
le mouvement s'interrompt aussitôt. Ce ne sont pas des pas mais des
maximas. Vous pouvez donc descendre de 10 mm sur l'axe Z sans craindre de
casser un outil en ayant surévalué la distance. De même, l'axe est stoppé avant
de brutaliser une butée de fin de course.
Notez que, pour les déplacements diagonaux, la longueur donnée s'applique
à chacun des axes, non à la distance parcourue. Par exemple, un réglage de
1 mm donne un déplacement diagonal de 1 mm sur X et autant sur Y, donc une
distance parcourue de 1,414 mm si Pythagore a vu juste.
Le fait de garder le bouton enfoncé réitère le déplacement incrémental
après une courte pause. Cette répétition est réglable dans les paramètres de la
fraiseuse, voir plus loin, bis repetita.
Les vitesses de déplacement manuel sont réglables par le biais des petits
curseurs à gauche de la fenêtre. La plage de vitesse va du minimum au
maximum arrondis et acceptables par la commande numérique. A l'ouverture
de la fenêtre, les curseurs sont préréglés sur les valeurs par défaut définies dans
les paramètres de la fraiseuse, rubrique "Vitesses". Pour les déplacements
incrémentaux par pas, la vitesse est fixée à 1 mm/s, sauf si la vitesse réglée au
curseur est inférieure, auquel cas elle s'applique.
On rappelle si besoin est qu'il est possible de cliquer directement sur les
afficheurs de position des axes en bas de la fenêtre pour obtenir une boîte de
dialogue de mouvement vers une position numérique. Toujours dans les
rappels sur les mouvements cachés, un double-clic dans la fenêtre de
prévisualisation envoie les axes X et Y à la position correspondante, et la
touche
(retour) qui renvoie à la position précédente. Les vitesses
utilisées sont celles en cours pour les déplacements manuels.
Vous savez maintenant absolument tout sur la manière de piloter un
mouvement manuel.
7 - 104
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Définir une origine pièce
Les tenants et aboutissants du point origine pièce vu par Galaad sont
présumés connus dans leurs grandes largeurs. Sans revenir en détail sur ces
acquis soucieux, rappelons que le logiciel a besoin de savoir précisément où se
trouve la pièce brute à usiner, et pour cela demande de rejoindre un point de
référence bien établi, avec indication de la position de la pièce par rapport à ce
point origine. Les coordonnées de ce point sont données sur 2, 3 ou 4 axes
selon votre machine et le type d'usinage que vous demandez. Elles sont
affichées en haut du cadre origine pièce.
Si vous connaissez d'avance la position exacte de votre origine, vous
pouvez cliquer directement sur une de ces cases pour entrer des coordonnées
numériques par l'intermédiaire d'une petite boîte de dialogue.
Très important : il n'est pas nécessaire de positionner l'outil sur ce point
origine pour le valider. La position physique des axes et la position de l'origine
pièce sont totalement indépendantes, bien que les boutons verts servent de
passerelles entre les deux positions. Certes, vous aurez besoin de déplacer les
axes pour approcher le point origine pièce et faire "monter" les positions dans
ces cases. Mais une fois l'origine pièce établie, vous pouvez déplacer la
machine sans que cela ait la moindre incidence sur cette origine. A contrario,
vous pouvez fort bien indiquer un point origine pièce sans y positionner l'outil,
si vous êtes sûr de ses coordonnées ou bien l'aviez mémorisé.
Rappelons que la méthode la plus classique pour définir un point origine
pièce consiste à faire une approche manuelle de l'axe Z de façon à placer la
pointe extrême de l'outil à l'affleurement de la surface supérieure de la
pièce ou bien du support sur lequel la pièce est posée. Le mieux est de viser
vers le centre de la pièce. Une fois cette approche effectuée avec la meilleure
précision possible, vous pouvez cliquer sur le bouton vert "Z - ok". La
position "monte" aussitôt dans la case Z de l'origine pièce. N'oubliez pas
d'indiquer le plan sur lequel vous avez fait cette approche (surface ou support)
à l'aide de la petite boîte combo située sous le bouton vert. Si vous avez
affleuré et validé la surface supérieure de la pièce en laissant l'indication de
position sur "plateau martyr", l'usinage se déroulera en l'air, la pièce n'étant
grattouillée que pendant les tracés de découpe s'il y en a. Bref, c'est faux mais
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 105
GALAAD
3 —————————————————————————————
pas bien grave. Inversement, si vous avez affleuré le plateau martyr et validé
"plan supérieur", là ça risque de faire quelques dégâts puisque Galaad croira
que la surface de la pièce se situe beaucoup plus bas qu'elle ne l'est en fait.
L'outil plongera jusqu'au plateau et plus bas encore, le bruit de la broche
tentant vainement de couvrir vos jurons.
Une fois la position Z acquise, vous pouvez remonter l'axe Z afin de ne pas
gêner les autres manœuvres d'approche (c'est automatique par défaut : une
option "Remonter l'outil sur Z-ok" est disponible dans les paramètres de la
fraiseuse). Positionnez ensuite les axes X et Y ensemble ou successivement, et
validez de la même façon avec les boutons verts. Les coordonnées XY de
l'origine pièce sont mises à jour.
La boîte combo de position sur pièce prend ici tout son intérêt. Il n'y a
aucun lien entre l'origine du dessin, le zéro machine et l'origine pièce. Ces
trois références sont absolument indépendantes. L'origine XY du dessin est de
façon classique située au coin sud-ouest de la planche, mais votre point zéro
machine peut être situé à n'importe quel coin de la table. Le point origine pièce,
peut quant à lui se trouver à n'importe quel endroit de la pièce, et pas forcément
un de ses coins, du moment que Galaad est tenu informé. Tout ce qu'il demande, c'est de pouvoir situer la pièce par rapport au point origine qu'on a
indiqué. La boîte combo vous autorise donc à placer cette origine sur un des
quatre coins, sur une des quatre médianes, au centre géographique de la pièce,
ou encore sur un point de référence du dessin, par exemple le point sélectionné
en rouge ou en bleu, ou la croix fixe rouge ou bleue. Lorsque vous changez de
référence, la fenêtre de prévisualisation vous aide à vérifier votre origine sur la
pièce. Le point origine apparaît sous la forme d'un petit collimateur bleu et la
pièce se dessine en fonction de ce point.
Faire l'approche des axes X et Y en se référant à l'axe central de l'outil n'est
pas obligatoire. Vous pouvez tout à fait ajuster le bord de l'outil sur le bord de
la pièce, Galaad corrigera la position du rayon de l'outil. Il va de soi qu'avec un
outil conique ou hémisphérique, l'ajustement se fera sur le diamètre maximal et
non sur la pointe. Cette possibilité est toutefois rejetée si vous faites une
approche sur un point de référence dans le dessin ou le centre de la pièce, au
lieu d'un bord ou un coin. Tout simplement parce que Galaad ne saura pas dans
quelle direction il doit corriger. A noter que le changement d'approche (bord
ou centre d'outil) n'est pris en compte que lorsque vous cliquez sur un des
boutons verts. Si vous validez une position puis changez le mode d'approche, il
faudra valider à nouveau la position.
7 - 106
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Il est possible sinon probable que vous ayez équipé votre fraiseuse d'un
coin origine constitué par exemple de deux butées ouest (ou est) et sud (ou
nord), ce coin ne variant pas quelle que soit la pièce que vous placez contre les
butées. Dans ce cas, il est évidemment superflu de faire une approche XY à
chaque usinage. Vous avez réglé cette origine une fois pour toutes et l'opération n'a plus d'intérêt, sauf pour effectuer une correction. Il ne vous reste plus
qu'à faire les approches sur l'axe Z qui, elles, varient en fonction des changements d'outils et des changements d'épaisseur du matériau. Attention, ces
butées doivent être parfaitement parallèles aux axes X et Y, le mieux étant de
donner un coup de fraise sur toute leur longueur pour les rectifier.
Le bouton bleu
sert à faire une double prise d'origine, pour
le cas où votre pièce ne serait pas parfaitement cartésienne lorsqu'elle est fixée
sur le plateau de la machine, par exemple lors d'une reprise d'usinage. Un cas
typique est le circuit imprimé dont on a gravé et percé une face, puis que l'on
retourne pour graver l'autre face, avec une légitime inquiétude quant à la
perfection de positionnement des pastilles de cette face autour des trous déjà
forés, surtout si l'on a détouré la carte de façon expéditive. Il suffit alors de
pointer une seconde référence, par exemple un perçage éloigné de l'origine,
puis cliquer sur ce bouton. Le parcours
à usiner va pivoter afin de s'ajuster
parfaitement à la fois sur le point
origine, qui sert de pivot, et la référence secondaire. Vous devez d'abord
pointer et valider l'origine principale
pour que ce bouton bleu soit actif.
Pour vérifier une origine pièce, il peut être utile de renvoyer l'outil vers le
point origine. Pour cela, cliquez sur le bouton "Rejoindre" et validez la boîte
de dialogue de position numérique. Mais attention à la validité de la coordonnée Z ! Et souvenez-vous que vous pouvez stopper le mouvement en cours
du clavier avant qu'il ne tourne au cauchemar.
avec la barre
Si vous avez plusieurs posages possibles, vous pouvez les conserver en
mémoire une fois qu'ils ont été approchés. Il suffit de faire le réglage et valider
l'origine, puis de cliquer sur le bouton "Mémoriser" et donner un nom de
référence à cette origine ou ce posage. Pour récupérer une origine précédemment mémorisée, cliquez sur le bouton "Rappeler" et retrouvez le nom de
référence que vous aviez indiqué.
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 107
GALAAD
3 —————————————————————————————
En haut à gauche de la fenêtre de pilotage, au-dessus des curseurs de
réglage des vitesses de mouvement, des boutons de commande permettent
d'accéder à quelques fonctions spécifiques. Ces boutons sont accessibles au
clavier à l'aide des touches F5 et suivantes, sauf si vous avez réaffecté ces
touches (voir plus loin, dans les paramètres de la fraiseuse, la programmation
d'un keypad externe). Nous allons passer en revue ces commandes et les
importantes fonctionnalités sous-jacentes.
Course de référence
Galaad accepte deux modes de fonctionnement pour piloter une machine :
en coordonnées flottantes, ou en coordonnées absolues. Le système de
coordonnées flottantes est le plus simple. Il suffit de positionner par pilotage
manuel l'origine pièce qui servira de point de référence. Galaad met d'ailleurs à
0 les compteurs d'axes à la position de l'origine pièce, dès que celle-ci est
validée. Mais un des inconvénients majeurs de ce mode est que Galaad ne sait
jamais où l'on se trouve dans l'espace de travail de la machine, et ne peut donc
pas vérifier si les tracés à usiner sont bien tous contenus dans cet espace. C'est
par conséquent à l'opérateur de s'assurer que l'usinage complet est possible à
partir de ce point sans se heurter à la limite de course d'un axe. Pour des
usinages où la précision de l'origine pièce n'a aucune importance, par exemple
la découpe de grandes plaques de tôle à la torche à plasma, c'est un mode qui
peut tout à fait convenir.
Le travail en coordonnées absolues offre plusieurs avantages pour une
utilisation classique en fraisage. Tout d'abord, le fait qu'on ait un point zéro
machine invariant, qui sert de référence absolue, permet d'utiliser et réutiliser
des positions fixes. La première d'entre elles est l'origine pièce du dernier
usinage lancé, qui reste mémorisée. Pour peu que des butées de calage aient été
montées sur le plateau de la machine, il n'est pas nécessaire de régler l'origine
pièce à chaque nouvel usinage. On passe donc beaucoup moins de temps au
pilotage manuel. Idem pour l'axe Z si l'outil n'a pas été changé.
D'autres positions peuvent être mémorisées lorsqu'on fonctionne en
coordonnées absolues : capteur de mesure de l'outil, matrice de correction de
planéité, axe rotatif A, étaux et posages fixes, etc.
7 - 108
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Pour avoir des coordonnées absolues, il est nécessaire d'avoir un système
de recalage de la machine sur son point zéro, appelé "course de référence".
Lorsque la commande numérique est éteinte, ses compteurs d'axes cessent de
fonctionner et la position courante est oubliée. De même, si la machine s'est
décalée pour une raison avouable ou non, un recalage devient nécessaire. De la
fiabilité de ce recalage et de sa répétabilité dépend la précision de tout le
système de coordonnées.
A la mise sous tension, la commande numérique se réinitialise et ses
compteurs d'axes sont chacun à la position 0. Si tous les compteurs sont à 0
lorsque Galaad ouvre le dialogue avec la machine, le logiciel en déduit que
celle-ci vient d'être allumée et ne connaît en fait pas la position réelle des axes,
lesquels peuvent être n'importe où. Il conduit alors une course de référence,
laquelle suit la séquence suivante :
1 - Si le capteur est libre, l'axe va dans sa direction à vitesse rapide.
2 - Dès que le capteur est enclenché, l'axe opère une rampe de freinage.
3 - L'axe repart en sens inverse à faible vitesse.
4 - Dès que le capteur est libéré, l'axe stoppe immédiatement.
5 - Eventuellement, on ajoute une petite marge de dégagement.
6 - Le compteur de position est remis à 0.
Au début du dialogue, si les compteurs indiquent une position 0, machine
déjà recalée, la course de référence est inutile. Mais, pour le coup, elle est
brève et ne fait donc guère perdre de temps. Pour éviter les recalages intempestifs, il est conseillé de parquer la machine à un point autre que (0,0,0) en fin de
cycle. A l'ouverture du processus suivant, Galaad lira des positions non nulles
dans les compteurs d'axes et ne fera pas de recalage inutile.
En haut à gauche de l'écran de pilotage manuel, le premier des
boutons de commande déclenche un recalage volontaire. Une boîte
de dialogue permet de sélectionner les axes à recaler. Il va de soi
que cette fonction n'a de sens que si votre machine travaille effectivement en
coordonnées absolues.
A noter que, si le dialogue avec la machine a été interrompu à cause d'une
erreur irrécupérable genre câble débranché ou arrêt d'urgence, le fait de cliquer
sur ce bouton réinitialise la communication. Ceci évite de devoir perdre du
temps à fermer et rouvrir le logiciel. Par ailleurs, accompagnée de la touche
, cette commande donne accès aux paramètres de la fraiseuse, ce qui
réinitialisera aussi la communication.
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 109
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commande de broche
La plupart des machines à commande numérique permettent l'asservissement de la broche (moteur de fraisage). Cet asservissement peut se limiter à
une simple commande de mise en route et arrêt automatiques, mais il peut aussi
permettre de contrôler le régime de rotation depuis l'ordinateur.
Si la broche n'est pas automatisée ou si sa vitesse de rotation n'est pas
asservie, Galaad affiche un message avant de lancer l'usinage, pour indiquer à
l'opérateur que la broche doit être allumée et réglée au régime voulu.
Si la broche de votre fraiseuse a une
vitesse de rotation asservie, ce message est
remplacé par une boîte de dialogue permettant un contrôle tachymétrique. Une broche a
en général une sortie on/off pour la mise en
route via un relais, et une sortie DAC ou
PWM pour le contrôle de vitesse. Les sorties
binaires figurent en bas de la fenêtre.
Pour ceux qui ont un keypad ou assimilé, le clavier reste disponible pour
moduler la vitesse avec les touches
et . On peut aussi entrer directement
une vitesse sur deux chiffres, la frappe d'un seul valant au bout de 2 secondes
un zéro suivi du chiffre tapé, comme sur une télécommande de TV.
Le bouton n° 2 envoie à la broche un ordre de démarrage ou d'arrêt,
avec contrôle de régime s'il est asservi.
L'asservissement de la vitesse de rotation de la broche fonctionne en
boucle ouverte, c'est à dire que le logiciel demande à la machine un régime à
l'aide d'une commande de sortie analogique ou équivalente, mais il ne peut
garantir l'exactitude de la vitesse affichée. Il vous appartient de calibrer
précisément la correspondance entre la valeur exprimée en pourcentage et le
régime de rotation effectif. En outre, tous les variateurs ne compensent pas la
baisse de régime due à l'effort de pénétration dans la matière usinée.
Mais avant de chercher à mettre la vitesse de rotation de la broche sous le
contrôle de l'ordinateur, interrogez-vous sérieusement sur l'utilité réelle
d'un tel contrôle. Que le logiciel mette la broche en marche et surtout l'arrête
en fin de cycle, c'est normal et même vivement recommandé : on peut ainsi
7 - 110
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
lancer des usinages longs en sachant que la broche sera éteinte une fois le cycle
achevé (on peut aussi demander à Galaad d'éteindre carrément l'ordinateur). Le
régime est en général réglé au moment de lancer l'usinage et, même s'il est
asservi, Galaad affiche la boîte de dialogue de réglage. Par conséquent, le
réglage est de fait manuel ou semi-manuel. Une fois le cycle automatique
lancé, il est plus facile de tourner un potentiomètre que cliquer sur les digits en
bas de l'écran. Surtout que beaucoup de machines ont des électroniques de
contrôle dépourvues de commandes prioritaires et le clic aura alors un effet
différé en mode buffer. Evidemment, si le potentiomètre du variateur est
inaccessible lorsque le capot de sécurité de la machine est fermé, c'est une
bonne raison pour avoir le contrôle à portée de souris.
En fait, le seul cas où le contrôle du logiciel sur la vitesse de rotation est
indispensable, c'est lorsque la machine est équipée d'un changeur d'outils
automatique (voir un peu plus loin). Un processus d'usinage faisant intervenir
plusieurs outils a toutes les chances de nécessiter des vitesses de rotation
différentes. L'asservissement du régime de broche est alors une vraie nécessité.
Si vous n'avez pas un changeur d'outil automatique, attention à ne pas perdre
trop de temps à vous doter d'un variateur asservi qui risquerait de devenir un
gadget finalement peu pratique.
Mesure automatique de l'outil
Il se peut que votre fraiseuse soit équipée d'un dispositif d'acquisition de la
longueur de l'outil. Ce dispositif se présente en général sous la forme d'un petit
boîtier surmonté d'une surface de contact déclenchant un quelconque capteur
interne, souvent un simple interrupteur. Une descente contrôlée de l'outil sur ce
capteur donne alors indication de la position de la pointe d'outil sur l'axe Z.
Dans ce cas, il n'est même plus nécessaire de faire une approche Z lors de la
prise d'origine, y compris si vous changez d'épaisseur de matériau ou de
longueur d'outil.
Galaad peut gérer un capteur fixe et un capteur mobile. Un capteur fixe
est en général placé sur le bord ou dans un coin de la machine, emplacement
qu'on va référencer et qui ne bougera sans doute plus. Il peut en outre recevoir
deux calibrages différents, par exemple l'un pour l'usinage 3 axes sur le
plateau-martyr ou un posage, et l'autre pour l'usinage 4 axes sur mandrin
rotatif. Il va de soi que Galaad ne peut gérer un capteur fixe que si l'on travaille
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 111
GALAAD
3 —————————————————————————————
en coordonnées absolues, c'est à dire avec un point zéro machine permettant de
mémoriser l'emplacement du capteur. Le fait de n'avoir que des coordonnées
flottantes, sans zéro machine (c'est-à-dire pas de contacts de fins de courses),
n'autorise l'utilisation que du capteur mobile. Celui-ci est posé manuellement
sur la pièce, à la verticale de l'outil, à chaque fois qu'on veut mesurer celui-ci.
1 - Capteur fixe :
Le calibrage d'un capteur fixe commence naturellement par l'indication de
la position XY du capteur dans la surface de travail de la machine. Il faut
donc amener l'outil au-dessus du capteur, le plus précisément possible, en
abaissant l'axe Z pour que l'outil s'approche du capteur et aide ainsi à effectuer
un positionnement optimal.
Une fois l'outil bien amené à la verticale du capteur, cliquez sur le
troisième bouton parmi les commandes.
La boîte de dialogue de réglage
du capteur d'outil vous permet de
choisir l'un des deux calibrages
fixes possibles, que vous pouvez
nommer (ce nom sera rappelé lors
des mesures automatiques).
Cliquez ensuite sur "Valider
cette position XY comme centre
du capteur", phase 1 du réglage,
puis validez le tout en cliquant sur
le bouton "Ok".
En bas à gauche de l'écran, la fenêtre de visualisation de la machine affiche
une petite icône bleue représentant la position du capteur d'outil.
Galaad doit ensuite calibrer le décalage Z entre le point de déclic du
capteur et le plateau supportant les pièces à usiner. Ramenez l'outil vers le
plateau et faites une approche Z très précise du plateau de support avec la
pointe de votre outil. Apportez le plus grand soin à cette approche : une erreur
à ce moment sera reportée dans toutes les mesures d'outil à venir.
7 - 112
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Une fois l'outil au contact du plateau, cliquez à nouveau sur le bouton
d'accès aux paramètres du capteur pour passer à la phase 2 du calibrage, en
cliquant cette fois sur l'option "Valider cette position Z comme affleurant le
plateau-martyr", phase 2 du calibrage, et cliquez sur le bouton "Ok".
Attention, ne changez pas de type de capteur ou de calibrage à ce moment,
sinon Galaad va mélanger les réglages.
Dès que vous avez validé la phase 2,
Galaad va mesurer la différence de
hauteur Z entre la position courante, outil
affleurant le plateau, et le point de déclic
du capteur.
L'outil va remonter jusqu'au point haut de l'axe Z, être amené à la position
XY du capteur, en espérant que vous l'avez convenablement approchée, et
descendre lentement jusqu'à ce que le capteur se déclenche. Si vous voyez qu'il
ne descend pas au bon endroit, jetez-vous sur la barre
du clavier
ou l'arrêt d'urgence de la machine pour éviter d'avoir à regretter un outil cher.
Le mieux est d'ailleurs de faire un essai à vide, en appuyant sur le capteur avant
que l'outil ne l'atteigne, afin de s'assurer sans dégât que le capteur est bien
connecté et son numéro d'entrée dûment indiqué dans les paramètres de la
fraiseuse. L'encore mieux est de ne pas monter un outil mais un vieux foret ou
une pointe quelconque qui ne risque plus rien et même pas des regrets en cas
de malentendu.
On va supposer que tout se passe bien et que l'outil s'arrête avant de
s'acharner sur le capteur. Au fait, ne vous amusez pas à allumer la broche au
moment de mesurer l'outil, juste pour voir ce que ça fait (ça fait un cratère).
Une fois le capteur enfoncé, l'outil freine pour arrêter en douceur sa descente,
puis remonte lentement et s'arrête pile au point de déclic. Galaad interroge
alors le compteur de position de la machine, ce qui lui permet de calculer
l'écart entre le point d'affleurement du plateau, que vous aviez réglé juste avant,
et le point de déclic précis du capteur. Ce décalage Z restera mémorisé sur le
disque dur, jusqu'à ce que vous refassiez un calibrage.
Si vous avez prévu de fabriquer vous-même votre capteur d'outil à base
d'un quelconque interrupteur genre poussoir, prévoyez deux ou trois millimètres de course au-delà du déclic, le temps que l'outil puisse freiner. Sinon vous
devrez régler une faible vitesse de descente (voir les paramètres de la fraiseuse)
pour éviter que l'outil ne se bloque dans une butée, avec pour conséquence une
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 113
GALAAD
3 —————————————————————————————
mesure imprécise. Pensez aussi à utiliser un contact offrant une excellente
répétabilité, sinon votre capteur ne sera qu'une source de problèmes que vous
attribuerez de façon très injuste à un magnifique logiciel. Des poussoirs antivandales avec une précision de 0.01 mm sont courants.
Important : si vous surfacez votre plateau-martyr, sa position Z descend de
l'épaisseur enlevée par le surfaçage. Il est alors impératif de refaire le calibrage
Z du capteur qui n'est plus valable. Galaad n'annule pas le calibrage lorsque
vous opérez un surfaçage automatique. Par contre, ça ne change rien pour un
capteur mobile, puisqu'il ne s'intéresse pas au plateau.
Tout aussi important : si vous avez des outils avec décalages (bouton
"Extensions" des paramètres d'outils), le calibrage de la position XY du
capteur doit être effectué avec l'outil n° 1. Il est recommandé d'utiliser cet outil
n° 1 comme référence et donc ne pas lui appliquer de décalage.
2 - Capteur mobile :
Calibrer un capteur mobile est plus simple. Etant donné que l'opérateur
place le capteur sur la surface supérieure de la pièce juste sous l'outil, il
suffit à Galaad de connaître le décalage Z entre le déclic du capteur et la
surface sur laquelle il est posé. Faites donc descendre l'outil de façon à lui faire
affleurer une surface quelconque. L'endroit n'a aucune importance.
Une fois l'outil au contact, ouvrez la boîte de dialogue de réglage
du capteur d'outil.
Sélectionnez "capteur mobile"
tout en haut. Puis, dans le cadre de
la phase 2, cliquez sur "Valider
cette position Z comme affleurant
le plateau-martyr" (peu importe si
la surface affleurée n'est en fait pas
le plateau). Vous devez aussi
renseigner la hauteur du capteur,
en comptant large. Ceci permet à
Galaad de remonter l'outil pour
vous laisser placer le capteur juste
au-dessous.
7 - 114
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Comme pour un capteur fixe, l'outil va
ensuite descendre jusqu'au point de déclic. La
différence entre le point d'affleurement et le
point de déclic donne le décalage Z qui servira
pour les mesures automatiques.
3 - Mesure automatique :
Une fois le capteur positionné et calibré, vous utiliserez directement le quatrième bouton pour mesurer l'outil.
Galaad n'aura plus qu'à descendre sur le capteur jusqu'au point de déclic et
lui ajouter le décalage calibré pour obtenir une position Z de référence. Dans le
cas d'un capteur fixe, cette position correspondra à l'affleurement du plateau
(ou du support, ou du 4ème axe) avec ce même outil, permettant de trouver la
surface supérieure, l'épaisseur de la pièce étant connue. Avec un capteur
mobile, cette position correspond directement à la surface là où vous avez posé
le capteur. On peut supposer que c'est le dessus de la pièce.
La mesure de l'outil sur le capteur modifie automatiquement la valeur
Z dans la position de l'origine pièce. Vous n'avez rien à valider ou confirmer
ensuite : ne cliquez surtout pas sur le bouton vert "Z - ok" qui annulerait
l'opération de mesure en validant à sa place la position courante de l'axe Z.
Si, en plus du capteur, vous avez des butées ou réglettes de posage pour
positionner votre pièce en XY toujours sur le même coin, vous n'aurez plus
besoin de faire du pilotage manuel. En arrivant dans la fenêtre de réglage de
l'origine pièce, il suffira de déclencher une mesure de l'outil et lancer l'usinage
dans la foulée. Ceci ne vaut évidemment que vous un capteur fixe. Cette
mesure peut d'ailleurs se faire de façon automatique, en réglant l'option
"Toujours mesurer l'outil avant la prise d'origine" dans les fonctions avancées
d'environnement de travail.
A noter enfin que l'utilisation du capteur d'outil nécessite des arrangements
particuliers pour l'usinage avec le module Kay, lequel ne connaît pas forcément
l'épaisseur du matériau à usiner. N'anticipons pas, on reviendra là-dessus dans
le chapitre dédié à l'usinage 3D avec Kay.
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 115
GALAAD
3 —————————————————————————————
Changement d'outil
Un processus pouvant comporter plusieurs outils, dont la séquence est à
définir dans le tableau des paramètres d'usinage, Galaad se doit de vous aider à
gérer au mieux l'enchaînement des cycles.
Faute de changeur automatique, le cinquième bouton se contente
d'envoyer les axes à la position de changement d'outil.
Rappelons à toutes fins utiles que cette position est définie dans la page de
paramètres d'usinage, le petit bouton "Changement" sous le tableau de la
séquence d'outils.
Si votre machine est équipée d'un
changeur d'outil automatique dont la
séquence est programmable (voir dans les
paramètres des outils ou dans les paramètres de la fraiseuse), le fait de cliquer sur ce
bouton fait apparaître la fenêtre de gestion
du changeur.
Lorsqu'un usinage a été brutalement
interrompu avec l'outil resté sur le mandrin, cette fonctionnalité vous permet par
exemple de ranger l'outil dans le magasin
de façon semi-manuelle.
Attention à ne jamais ranger un outil dans un compartiment déjà occupé,
car il n'y a aucun test de la disponibilité du compartiment. Inversement, aller
chercher un outil dans un compartiment vide n'aura aucune conséquence, sauf à
laisser une broche déçue.
A l'ouverture de la prise
d'origine, le fait d'avoir un
changeur d'outils ouvre une
fenêtre pour vérifier la présence
d'un outil dans le mandrin, afin
d'éviter un conflit.
7 - 116
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Si le mandrin est vide, Galaad ira chercher le premier outil de la séquence
avant de passer au réglage de l'origine pièce (avec éventuellement une mesure
de l'outil sur le capteur). Si un outil est monté dans le mandrin et que c'est le
bon, Galaad ne fait rien et passe directement à la suite, en l'occurrence la
validation de l'origine pièce. Si ce n'est pas le bon, il va le ranger et récupérer
le bon dans la foulée. Enfin, si un outil extérieur au râtelier est présent dans le
mandrin, le logiciel vous priera de l'en faire déguerpir avant d'aller chercher
celui qui l'intéresse, pour peu que ce dernier soit lui aussi membre de l'éminente confrérie des outils automatisés.
Dans un processus d'usinage organisé de façon intelligente, et par conséquent piloté par Galaad, le changement automatique de l'outil ne doit
nécessiter aucune intervention de l'opérateur. Soit les outils sont tous
calibrés et les décalages Z entre eux seront pris en compte, en espérant que leur
position dans la broche est invariante, soit ils ne sont pas calibrés et dans ce cas
la mesure sur un capteur d'outil est impérative. Il va de soi que seul un capteur
fixe peut faire l'affaire, le fonctionnement d'un capteur mobile restant semimanuel. Un changeur automatique requiert donc comme éléments connexes un
capteur d'outil pour mesurer la longueur de celui-ci, et un variateur de vitesse
asservi pour la broche. S'il vous manque un de ces deux éléments, votre
changeur d'outil vous évitera le démontage-remontage dans le mandrin, mais la
reprise d'origine pièce et le réglage de la broche avant chaque cycle resteront
nécessaires.
A la fin du dernier cycle d'un processus ayant mis en œuvre plusieurs outils,
Galaad range le dernier dans son compartiment du changeur automatique, sous
réserve que vous ne l'ayez pas paramétré autrement, puis envoie les axes à la
position de parking. Par contre, et quel que soit le paramétrage, si le processus
n'a sollicité qu'un seul outil, Galaad ne le rangera pas en fin de cycle. Ceci
est destiné à faciliter les usinages multiples en évitant les allers-retours inutiles
depuis et vers le râtelier. Et ça renforce l'intérêt d'une boîte de dialogue de
contrôle de ce qu'il y a dans le mandrin avant chaque usinage.
Le paramétrage complet et les scripts de pilotage du changeur d'outil sont
exposés dans le chapitre consacré aux paramètres de la fraiseuse.
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 117
GALAAD
3 —————————————————————————————
Pointage de l'origine à la caméra vidéo
Toujours dans la série des commandes, le bouton situé le plus à
droite sert à activer ou désactiver la caméra vidéo dont l'affichage
vient s'incruster sur l'écran de pilotage. L'option de pointage à la
webcam et les quelques fonctions associées sont réglables dans les paramètres
avancés de la fraiseuse, que nous verrons quelques chapitres plus loin. Si vous
n'avez pas de webcam paramétrée, ce bouton n'apparaît pas.
Le but de l'assistance vidéo est de
faciliter le pointage sur des pièces dont
l'origine XY n'est pas dans un coin,
rendant les butées et autres posages
inopérants, par exemple un circuit
imprimé qu'on retourne pour graver
l'autre face en se repérant sur un trou de
perçage. Cela peut servir aussi pour des
pièces sur lesquelles le pointage de
l'origine XY est malaisé.
Il est fourni avec Galaad un petit module d'affichage vidéo en superposition, incluant un réticule de visée. Mais vous pouvez tout autant utiliser un
programme externe qu'il suffit d'indiquer dans les paramètres. Il est impératif
que la caméra soit parfaitement dans l'axe Z si elle se déplace avec celui-ci.
Si l'alignement n'est pas parfait, le fait de monter et descendre la caméra avec
l'axe Z déplacera le centre de l'image sur les côtés et faussera le pointage. Si
vous choisissez de monter une webcam sur votre axe Z, arrangez-vous pour
que son support soit stable malgré les vibrations de la machine, et pour que le
réglage fin de son apex soit facile.
Il va de soi que le décalage XY entre la position de l'outil et la position de
la caméra doit être soigneusement calibré. Une fonction spécifique est d'ailleurs disponible dans les paramètres.
Si une caméra vidéo a été paramétrée, qu'elle
soit active ou non, lorsque vous validez le pointage
de l'origine pièce, Galaad vous demandera avec
quoi vous avez pointé, outil ou caméra.
7 - 118
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Pilotage manuel
Outre l'origine pièce lors de l'usinage, Galaad offre la possibilité de piloter
la commande numérique à la main, juste pour le plaisir, par exemple pour en
vérifier le bon fonctionnement. Il suffit d'appeler la commande "Usinage /
Pilotage manuel" pour retrouver les principaux éléments de contrôle de la
machine rassemblés dans une nouvelle fenêtre.
Ne nous attardons pas sur les objets de contrôle déjà connus et précisons
seulement que vous pouvez vérifier l'état des entrées de la machine en cliquant
sur le bouton "Rafraîchir", ou sur le bouton "Boucle" qui fait une lecture
cyclique des entrées, ce qui vous permet de surveiller les changements d'état.
Vous pouvez commuter les sorties en cliquant sur les cases vertes. Vous
pouvez aussi envoyer une ligne de commande manuelle en tapant son code et
en cliquant sur le bouton "Envoyer", ou envoyer un fichier de codes préparés.
Ne tapez pas n'importe quoi juste pour voir comment la machine réagit. Au
mieux, elle ne réagira pas, et au pire... ne tentez pas le diable.
————————————————
Fonctions avancées de l'usinage
— 7 - 119
GALAAD
3 —————————————————————————————
Test des entrées/sorties
Si vous avez besoin de vérifier la connexion des contacts, relais et autres
appareils électriques connectés à votre machine, la commande "Paramètres /
Fraiseuse / Test E-S" permet de dialoguer avec la machine dans un mode
restreint, sans aucune commande de mouvement ni lecture de position. Les
possibilités sont identiques au cadre de contrôle du pilotage manuel, avec une
lecture cyclique des entrées qui se lance dès l'ouverture du dialogue.
Pour tester la connexion et la polarité d'un contact qui s'ouvre et se ferme,
par exemple un contact de fin de course, un capteur d'outil ou un dispositif de
sécurité, il suffit de le manœuvrer et de lire à l'écran quelle case rouge change
de luminosité. Le numéro correspond à l'entrée vue de Galaad. La polarité est
dite "active" si la case passe au rouge clair lorsque le contact est enclenché et
revient au rouge sombre lorsque le contact est relâché ; elle est "inactive" si la
case est au rouge clair par défaut et passe au rouge sombre lorsque le contact
est enclenché. La case "ADC" donne l'état de l'éventuelle entrée analogique.
Comme pour le pilotage manuel, vous pouvez cliquer sur les cases vertes
correspondant aux sorties, afin de vérifier l'asservissement de vos éléments
périphériques.
7 - 120
— Fonctions avancées de l'usinage
————————————————
——————————————————————————————————
8
———————
0 1 0 0 0
ENVIRONNEMENT
DE TRAVAIL
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Généralités
Ce chapitre est consacré aux fonctions de paramétrage de votre environnement de travail avec Galaad, c'est à dire la manière de gérer les données sur
votre écran, en dehors des fonctions d'affichage proprement dites. Pour accéder
aux paramètres d'environnement, vous devez utiliser les quelques commandes
disponibles dans le menu "Paramètres / Environnement de travail". La
première de ces commandes "Généralités" fournit de quoi gérer les paramètres
de base de l'application.
La boîte de dialogue sous-jacente
donne accès aux unités de distance et
de vitesse utilisées par Galaad. L'unité
de distance est passive et n'affecte en
rien les cotes de dessin qui restent
inchangées : elle sert seulement à
indiquer ce qu'il faut mettre comme
symbole derrière une coordonnée ou
une mesure. L'unité de vitesse, par
contre, modifie toutes les valeurs qui
ont été utilisées jusque-là.
Le logiciel stocke les vitesses en nombres entiers représentant des mm/min.
En cas d'utilisation d'une autre unité de mesure, il convertit avant d'afficher ou
après l'entrée d'une vitesse. Si vous changez d'unité de vitesse, le codage
interne en mm/min ne varie pas. Seul l'affichage change.
La position de la vue principale dans la vue quadruple permet de choisir
son emplacement logique dans la fenêtre d'application. Dans le même registre,
vous pouvez choisir l'orientation des vues latérales XZ et YZ, c'est à dire la
position géométrique de la surface supérieure.
Le cadre du bas de la boîte de dialogue précise les deux commandes
sonores Windows qui sont appelées pour pousser un "zap" invalide lorsque
vous faites une bêtise ou bien un "ok" de satisfaction lorsqu'une opération
réputée longue s'est terminée avec succès. Les choix accessibles correspondent
aux événements sonores Windows que vous pouvez aiguiller vers des sons
prédéfinis dans le panneau de configuration.
8 - 122
—
Environnement de travail
——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Fonctions avancées
La commande suivante "Paramètres / Environnement de travail /
Fonctions avancées" donne accès à
des réglages un peu plus techniques.
Faute d'en apprécier toute la saveur, il
vaut peut-être mieux ne pas trop faire
d'expérience avec ces paramètres, du
moins dans un premier temps. Non
que Galaad risque de s'en porter plus
mal, mais votre environnement de
dessin gagnera peu à s'éloigner des
sentiers battus. Ceci étant, le choix
vous reste acquis et, quoi qu'il
advienne, vous pourrez toujours
battre prudemment en retraite après
un réglage malheureux.
Le dessin de textes avec les polices TrueType, liées à votre
environnement Windows, tient compte de paramètres graphiques.
D'une part la densité de hachurage automatique pour le
remplissage des surfaces, et d'autre part la finesse de résolution
des courbes Quadra-Splines utilisées par la norme TrueType. Si
un texte est sélectionné au moment de modifier ces paramètres, il
est reconstruit pour en tenir compte. Ces données n'ont pas
d'incidence sur les quelques polices Galaad annexes qui sont préhachurées.
Destinées principalement à l'écran ou l'imprimante, les polices TrueType ou
OpenType utilisées par Windows ne peuvent par nature coder de simples traits
sans épaisseur. Par exemple, un "I" majuscule simple sans sérif sera dessiné
avec un rectangle, ou deux traits d'aller-retour en cas de largeur nulle, mais
jamais avec un vecteur unique. Les points de départ et d'arrivée d'un tracé
TrueType sont toujours confondus, formant un contour fermé. Si la police est
construite sans épaisseur, c'est à dire avec une graisse nulle, Galaad recherche
et élimine les traits superposés dans chaque caractère, pour aboutir à un
parcours optimal à vecteurs uniques, sans aller-retour inutiles.
——————————————————
Environnement de travail
— 8 - 123
GALAAD
3 —————————————————————————————
Les échelles du presse-papier sont applicables aux éléments de dessins qui
transitent depuis et vers le presse-papier Windows pour échange avec les autres
logiciels. Les éléments copiés et collés de Galaad vers Galaad
sans sortie du logiciel ne sont pas concernés.
Les paramètres du cadre inférieur donnent accès à la taille de la pile
annuler / refaire, c'est à dire le nombre d'opérations de dessin successivement
annulables. Le maximum autorisé est de 10 niveaux, mais vous pouvez
l'abaisser pour accélérer certains traitements et gagner de l'espace
mémoire. Il est en effet assez rare d'avoir besoin de revenir si loin en
arrière, mais il vous appartient de trouver le point d'équilibre entre
vitesse de traitement et confort d'annulation. Si votre ordinateur est récent et
rapide, le mieux est sans doute de mettre une valeur élevée, du moins si vous
risquez d'en avoir besoin.
Le temps de pause du compteur de dessin donne le cycle actif de ce
compteur affiché en bas à gauche de l'écran. Faute d'avoir modifié le dessin, il
s'arrête tout seul au bout d'un certain temps
pour éviter de tourner à vide pendant que
vous êtes parti déjeuner. C'est ce délai
d'inactivité qu'il vous appartient de régler
ici. Le compteur de dessin est accessible
avec "Fichier / Temps passé".
Dans la barre de titre et en bas du menu "Fichier", les noms de fichiers sont
normalement affichés en abrégé, c'est-à-dire les noms seuls sans leurs chemins
d'accès. Vous pouvez opter pour les noms de fichiers complets avec leurs
étapes respectives de dossiers et sous-dossiers. Par exemple, le fichier normalement affiché en abrégé :
correspond en fait à :
Les noms complets prennent plus de place à l'écran, surtout dans le menu, mais
ils évitent les confusions en cas d'homonymie, ou encore si vous avez des
fichiers disséminés dans plusieurs dossiers ou plusieurs disques.
8 - 124
—
Environnement de travail
——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Les accroches au voisinage sont ces petits points rouges qui apparaissent
près du pointeur lorsque vous dessinez et qui permettent de s'y positionner en
du clavier ou en
appuyant sur la barre d'espacement
cliquant sur le bouton central de la souris. Vous pouvez les
inactiver ou encore limiter les accroches à la couche active
si vos dessins sont particulièrement chargés et que les
arrière-couches ne vous intéressent pas.
La case de limitation des palettes de cotation à la couche active décide si
les objets dessinés dans les couches d'arrière-plan doivent être référencés ou
non dans les palettes de cotation rapide en haut de l'espace de travail. Dans
l'affirmative, il se peut que votre palette soit saturée par toutes les cotations.
Inversement, ceci vous permet de donner rapidement à un objet la même cote
qu'un autre se trouvant dans une couche d'arrière-plan.
La possibilité de sélectionner en mode "prévisualisation verte", active
par défaut à l'installation du logiciel, affiche en vert l'objet qui sera sélectionné
si vous cliquez à ce moment avec le bouton droit de la souris. Cette fonction
est assez pratique dans le cas d'objets superposés ou voisins. A noter que le
pointeur doit être près de la trajectoire et non dans la surface couverte par
l'objet.
Annexe de cette fonction, il est possible d'afficher les info-bulles sur
l'objet prévisualisé en vert pour connaître ses géométrie, profondeur, vitesse
et outil sans avoir à le sélectionner. Cette fonction peut être désactivée pour les
dessins trop gros ou si votre ordinateur n'est pas assez rapide pour une
utilisation confortable dans ce mode. A noter que, lorsque
l'option est semi-active (apparence grisée), les info-bulles
sont affichées sans cadre, de façon plus discrète.
On rappelle que la roulette de la souris change le zoom tout en gardant
active la fonction de dessin en cours. Chaque utilisateur ayant ses propres
habitudes sur des logiciels de dessin certes moins remarquables mais
parfois utiles cependant, il est possible d'inverser le sens du
zoom à la roulette pour rester homogène avec ceux-ci.
Lorsque vous avez agrandi une partie de la planche à dessin, il peut être
malaisé de déplacer avec précision un objet ou un point sélectionné vers une
position hors du cadre visuel. Le fait d'autoriser les décalages de zoom
automatiques fera alors glisser le cadre visuel lorsque le pointeur de la souris
——————————————————
Environnement de travail
— 8 - 125
GALAAD
3 —————————————————————————————
s'approche d'un bord. Cette fonction est inactive par défaut car elle peut rendre
la manipulation moins aisée dans certains cas.
Comme vous le savez déjà, Galaad peut conserver son environnement de
travail en quittant, afin que vous retrouviez à la prochaine utilisation votre
dessin tel que vous l'aviez laissé, même s'il n'a pas été enregistré. C'est le mode
par défaut à l'installation du logiciel. Ceci étant, un partage de l'application
entre plusieurs utilisateurs peut être gêné par cette facilité. Dans ce cas,
décochez cette option et Galaad se comportera comme un logiciel classique
dans lequel il est demandé d'enregistrer son travail avant de quitter.
Il est possible d'ouvrir l'usinage sur la prise d'origine pièce directement
sans passer par la fenêtre préalable de paramètres d'usinage, sauf s'il y a
plusieurs cycles d'outils à séquencer, ou bien des valeurs hors standard.
Lorsque cette case est active, la page de "Paramètres d'usinage" est sautée (on
peut tout de même y revenir) et l'on passe directement à l'origine pièce. Dans la
même veine, on peut demander à toujours mesurer l'outil en arrivant dans la
page de prise d'origine pièce, ce qui évite d'avoir à cliquer sur le bouton.
Inversement, cette mesure automatique peut se faire a posteriori au lancement
de l'usinage, c'est-à-dire quand on clique sur le gros bouton jaune.
S'il y a une croix rouge dans le
dessin, le module d'usinage peut
suggérer de mettre l'origine XY sur
cette croix à l'ouverture de la prise
d'origine pièce, afin d'éviter un oubli.
Suggestion n'est pas obligation.
Le zoom automatique sur l'objet en cours d'usinage permet de magnifier
à l'écran chaque élément de parcours au moment où il est usiné. C'est un
gadget, avouons-le, puisque lorsqu'on s'aperçoit que le tracé affiché est erroné,
il est déjà trop tard pour tout arrêter. Il n'y a malheureusement pas de fonction
"Annuler" pour une pièce usinée. Ça reste à inventer. Par contre, la fonction
"Refaire" est bien connue des débutants.
8 - 126
—
Environnement de travail
——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Restrictions pour l'enseignement
Galaad donne la possibilité de modifier son apparence aux yeux d'un
utilisateur. Le logiciel est fort bien pourvu en icones et fonctions, mais cette
richesse peut s'avérer un facteur de complexité et il est donc intéressant de
disposer d'un moyen de l'appauvrir. Galaad offre par défaut toute sa palette de
saveurs sans restriction, mais vous propose de l'élaguer un peu selon les
besoins de votre projet éducatif. Qui peut le plus peut le moins. Il ne s'agit rien
moins que de supprimer des fonctions jugées peu utiles dans les menus,
enlever des icones de dessin, et imposer des limites à l'utilisateur. Le but
recherché est de faire maigrir votre logiciel, au moins en apparence.
L'élagage se fait avec la commande "Paramètres / Environnement de travail
/ Restrictions". Comme son nom l'indique, le jeu va surtout consister à
restreindre par élimination les fonctions des menus et les icones de dessin.
Trois niveaux de restrictions sont prédéfinis, que vous pouvez reprendre
directement sans avoir à les mettre au point. Ces niveaux correspondent aux
fichiers "Niveau-N.cus" que vous pouvez modifier à votre convenance (voir
plus loin). Vous pouvez aussi ouvrir un jeu complet de restrictions que vous
avez défini au préalable.
La définition d'un environnement restreint se fait par la commande "Paramètres / Environnement de travail / Restrictions / Définir", qui vous donne
accès à une fenêtre de paramétrage de cet environnement :
——————————————————
Environnement de travail
— 8 - 127
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dès l'appel à cette commande, Galaad disparaît pour laisser place à une
fenêtre de sélection de ses fonctionnalités. Cette fenêtre reprend les mêmes
menus et les mêmes icones de dessin que l'application centrale, plus quelques
boutons donnant accès à des réglages annexes. Vous pouvez enregistrer un jeu
de restrictions depuis la fenêtre de définition avec le bouton "Enregistrer", et
"Ouvrir" pour le récupérer.
Pour supprimer l'accès à une commande dans un
menu, il suffit d'ouvrir le menu et décocher la ligne
en cliquant dessus. Par exemple, si vous voulez
enlever la ligne "Nouveau dossier" du menu "Fichier", vous cliquez dessus pour enlever sa coche.
Lorsque vous reviendrez au dessin, la ligne aura
disparu du menu.
Si toutes les commandes d'un sous-menu cascadé
sont supprimées, Galaad supprimera la ligne mère
dans le menu parent pour ne pas avoir une ligne qui
ouvre un sous-menu vide. Ne resteront visibles que
les lignes de menus précédées d'une coche ou qui
ouvrent un sous-menu cascadé non vide.
Ce n'est pas plus compliqué pour les icones de dessin. La fenêtre affiche
deux matrices superposées. Lorsque vous cliquez sur une icone mère, à gauche,
toutes les icones disponibles de la série sont affichées dans la matrice du haut,
avec leur emplacement par défaut. Il suffit de glisser-déplacer les icones qui
vous intéressent dans la matrice du bas, en choisissant l'emplacement qui
vous convient pour chacune. Inversement, faites remonter une icone de la
matrice du bas vers celle du haut pour l'enlever de votre liste.
Galaad a horreur du vide. Il exigera par conséquent que vous ne laissiez
aucune case inactive dans votre matrice personnelle. Le nombre de lignes et
de colonnes doit être homogène, sans case vide. D'ailleurs, le logiciel les
repère très vite et les marque d'un rouge infâmant. Passer à une autre icônemère à gauche suffit à valider une matrice. Mais, tant que vous aurez une case
rouge, vous ne pourrez pas la valider. Vous devez arranger vos icones pour
obtenir un ensemble compact. Il est possible de déplacer les icones dans la
matrice du bas pour en changer la disposition.
8 - 128
—
Environnement de travail
——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Le bouton jaune d'accès aux disques
ouvre une boîte de dialogue gérant les
autorisations d'accès aux disques vus du
poste de l'utilisateur. En plus du disque
local, un poste connecté en réseau pourra
éventuellement lire et écrire sur le disque
du poste principal. En décochant les cases,
vous pouvez interdire l'accès aux autres
répertoires, et restreindre les accès en
lecture, en écriture et en écrasement.
Le bouton vert d'accès aux
paramètres appelle la boîte de
dialogue qui définit si l'utilisateur a
le droit de modifier certaines
données techniques. Les quelques
boîtes de dialogues restreintes qui
ont été définies substituent, aux plus
utilisées, des modèles allégés. Elles
limitent de fait l'accès aux données et aident à une compréhension progressive.
Seules quelques boîtes de dialogue complexes ont leurs équivalents restreints.
Le contrôle de l'accès aux restrictions par mot de passe permet d'interdire
toute modification des restrictions imposées, sauf pour l'utilisateur qui détient
le mot de passe. Ce dernier est "galaad" à l'installation (majuscules ou
minuscules sans importance). Ne le criez pas sur tous les toits : si vous perdez
votre mot de passe, vous le retrouverez dans le fichier PASSWORD.TXT du
répertoire d'installation de Galaad.
Le bouton bleu des valeurs maximales ouvre la boîte de dialogue qui
pose quelques limites à ce que l'utilisateur peut entrer comme données
numériques. Ces valeurs concernent la
taille de la planche et les caractéristiques d'usinage des objets, plus une
butée maximale pour l'origine pièce Z.
N'oubliez pas que vous pouvez empêcher l'utilisation d'un autre outil que
celui en cours avec la boîte de dialogue liée au bouton vert.
——————————————————
Environnement de travail
— 8 - 129
GALAAD
3 —————————————————————————————
Récapitulons maintenant les restrictions qu'il est possible d'imposer à
Galaad à partir de cette fenêtre de paramétrage :
-
Suppression des lignes jugées inutiles dans les menus. Les lignes qui
restent en place sont précédées d'une coche ; les lignes ouvrant des sousmenus cascadés disparaissent si le sous-menu a été vidé de ses lignes.
-
Mise en place des icones de dessin. Pour chaque série d'icones, la matrice
du bas indique celles qui sont choisies et leur disposition.
-
Autorisations d'accès aux disques. Les opérations sur les fichiers sont
réglementées pour le disque local et un éventuel disque réseau.
-
Possibilité de modifier des paramètres. L'accès aux données technique
d'usinage est soumis à un jeu d'autorisations.
-
Encadrement des dimensions numériques. Des limites sont imposées aux
données que l'utilisateur peut entrer.
Avec ces restrictions, vous verrez qu'il est possible de bâtir sur mesure un
Galaad très édulcoré, et vous en affranchir d'un coup sans les perdre grâce à la
commande "Paramètres / Environnement de travail / Ignorer les restrictions"
(commande protégée par le mot de passe éventuel). Le fait d'ignorer les
restrictions reconstruit un Galaad à pleine puissance.
Vous pouvez aussi enregistrer vos
restrictions à l'aide des commandes
"Paramètres / Mémoriser" et "Reprendre", ou encore les transmettre d'un
poste de travail à l'autre avec "Paramètres / Transfert rapide / Envoyer et
Recevoir". Une petite boîte de dialogue
aide alors à filtrer plus précisément les
jeux de paramètres reçus.
8 - 130
—
Environnement de travail
——————————————————
——————————————————————————————————
9
———————
0 1 0 0 1
UTILISATION EN RESEAU
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Partage de disques
Une fonctionnalité importante de Galaad concerne l'interconnexion de
plusieurs postes de travail et les moyens d'échanger dessins et paramètres. Un
utilisateur professionnel pourra trouver avantage à réserver un ordinateur pour
le dessin et un autre pour l'usinage. Dans le milieu éducatif, il est intéressant de
pouvoir préparer en une seule fois l'environnement de travail de tous les élèves
et organiser la gestion globale de leurs fichiers.
Sur le plan technique, il est nécessaire que
vos ordinateurs soient connectés à un réseau
local avec accès à travers Windows. Ce réseau
n'a pas besoin d'avoir une architecture clientserveur ou une quelconque hiérarchie. Galaad
définit sa propre hiérarchie entre le poste
principal et le ou les postes secondaires.
Imaginons le réseau suivant, avec un poste principal P et des postes
secondaires S1, S2, S3, etc. Galaad est installé sur P dans le répertoire
C:\GALAAD, et sur chaque poste S dans un même répertoire C:\GALAAD. En
plus de son disque local C:, chaque poste S peut accéder au disque C: du poste
P, qu'il identifie par exemple sous le label E:. De cette façon, le Galaad
tournant dans le répertoire C:\GALAAD du poste S1 "voit" le Galaad principal
installé pour lui sur E:\GALAAD. A partir de là, il peut fort bien charger
paramètres et dessin courant depuis P au lieu de les prendre sur son disque
local, ce qui donne toute latitude à l'utilisateur du poste P pour décider de la
configuration des autres. Inversement, les postes S peuvent centraliser leurs
travaux sur P au lieu de les garder sur leurs disques.
Pour permettre ces échanges de données d'un poste à l'autre,
chaque poste secondaire doit pouvoir accéder au disque du poste
principal, ou du moins le répertoire dans lequel Galaad a été
installé sur ce poste principal. On suppose que votre réseau est
déjà établi dans le panneau de configuration Windows, et les partages de
disques définis. Si ce n'est pas le cas, voyez le partage de fichiers et d'imprimantes dans la rubrique "Réseau" du panneau de configuration (ne pas
confondre avec l'accès réseau à distance).
Mais le but n'est pas ici de mettre votre réseau à plat. On va partir du
principe que le disque du poste principal est déjà accessible depuis chaque
9 - 132
—
Utilisation en réseau
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
poste secondaire. Si vous vous situez avant ce stade, consultez la personne
chargée de l'installation de votre réseau local. Notez qu'il n'est pas nécessaire
que le poste principal puisse accéder en retour aux disques des postes secondaires. Galaad n'aura nul besoin d'une fonction de ce genre.
Poste de travail principal
L'utilisation de Galaad en réseau suppose donc qu'un poste de travail est
considéré comme principal et tous les autres comme secondaires. Les postes
secondaires imitent l'environnement de travail du poste principal en y puisant
leurs paramètres, et éventuellement rangent leurs dessins sur celui-ci. On
suppose que la fraiseuse est en général connectée sur le poste principal, mais
cela n'a rien d'obligatoire. Par contre, vous ne disposez probablement que d'une
seule licence pour tout le groupe de travail. La clef de licence doit être
branchée sur le poste principal. En chargeant leurs paramètres à travers le
réseau, les postes secondaires "verront" la licence du poste principal et la
valideront localement.
Si votre réseau n'est constitué que de deux postes, l'un dédié au dessin et
l'autre à l'usinage, branchez la clef sur le poste d'usinage et considérez-le
comme principal, le poste de dessin n'ayant d'ailleurs guère besoin de licence
pour fonctionner, hormis les fonctions d'export de fichiers. Il vaut mieux que le
poste principal soit sous tension lors de l'ouverture de Galaad sur le poste
secondaire. Ainsi, celui-ci peut accéder à la licence et autoriser les exports.
Le poste principal constitue le modèle que les postes secondaires viendront
imiter au lancement de leur Galaad local. Il équivaut à un poste tout à fait
indépendant. A ce titre, que le réseau soit ou non opérationnel n'a aucune
incidence sur sa manière de fonctionner. Ce sont les postes secondaires qui
viennent récupérer ses paramètres chez lui, et non pas le poste principal qui les
leur envoie un par un. Il n'y a pas de messages échangés entre les postes à
travers le réseau, mais seulement un accès au poste principal de la part du
ou des postes secondaires.
Le paramétrage du poste principal se fait donc de la façon la plus simple
qui soit. Dans les paramètres de réseau, il suffit d'indiquer que le poste en
question est un "poste indépendant ou principal". C'est tout.
————————————————————
Utilisation en réseau
— 9 - 133
GALAAD
3 —————————————————————————————
L'utilisateur du poste principal - on suppose qu'il s'agit de l'enseignant ouvre Galaad et façonne l'environnement de travail à sa guise, ou bien en
récupère un modèle sauvegardé quelque part. Il peut même ouvrir un modèle
de dessin par défaut, que les autres postes verront chez eux au lancement du
logiciel. Il appelle ensuite la fonction "Paramètres / Réseau / Mettre l'environnement à jour" pour que ses changements soient mémorisés sur son disque. Les
utilisateurs des postes secondaires - c'est à dire probablement les élèves lancent Galaad à leur tour, viennent copier les paramètres du poste principal, et
éventuellement chargent son dessin par défaut.
Postes de travail secondaires
Les élèves ont donc besoin de charger leurs paramètres d'environnement
depuis le Galaad du poste de l'enseignant. Ceci suppose qu'ils aient accès à son
disque dur à travers le voisinage réseau. Pour une utilisation simplifiée avec
juste une récupération des paramètres, on pourra se contenter d'un partage
réseau autorisant l'accès en lecture seule au répertoire de Galaad du poste
principal. Les autres fonctions nécessitent un accès en écriture.
La définition du poste de
travail dans le réseau se fait à
l'aide de la commande "Paramètres / Réseau / Poste de travail".
La boîte de dialogue qui s'ouvre
alors permet de choisir le type
de poste, principal ou secondaire, ainsi que le cadre de
fonctionnement pour un poste
secondaire.
Hors sujet : si vous n'avez pas de réseau mais faites cohabiter plusieurs
installations de Galaad sur un seul ordinateur avec des paramétrages
différents, par exemple pour plusieurs machines, l'identité du poste de travail
s'affichera dans la barre de titre de la fenêtre, pour vous rappeler de quel
Galaad il s'agit. Rien ne vous empêche d'ailleurs de stocker les fichiers de ces
différentes installations dans un dossier commun. Mais revenons à l'utilisation
en réseau.
9 - 134
—
Utilisation en réseau
————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Si votre groupe de travail comprend plusieurs postes secondaires, il peut
être intéressant de spécifier là encore l'identité de l'utilisateur du poste. On
verra un peu plus loin son intérêt. Le paramètre le plus important est bien
évidemment l'emplacement virtuel du répertoire de Galaad sur le poste
principal vu de chaque poste secondaire. Par exemple, si Galaad a été installé
dans le répertoire C:\GALAAD du poste principal, ce répertoire peut devenir
X:\GALAAD ou bien \\ORDI-1\GALAAD ou autre, vu d'un poste secondaire.
Vous pouvez rechercher cet emplacement distant en cliquant sur "Parcourir".
L'accès au réseau doit bien évidemment avoir été ouvert.
Reste ensuite à définir ce que le poste secondaire doit recopier chez lui.
Outre les paramètres d'environnement et d'usinage, il est possible de récupérer
le dessin courant du poste principal. Dans ce cas, chaque Galaad secondaire
s'ouvrira directement sur le modèle de dessin préparé par l'enseignant.
En cas de défaillance du réseau ou de difficulté d'accès au Galaad du poste
principal, le poste secondaire repasse temporairement en mode indépendant et
ne s'occupe plus du poste principal jusqu'au prochain lancement. Ceci évite
qu'un problème de réseau ne bloque le groupe de travail. Il est inutile de revoir
quoi que ce soit lors du redémarrage du réseau. Les postes secondaires
reprendront alors leur mode de fonctionnement habituel.
Lorsque des paramètres ont été modifiés sur le poste principal, il n'est pas
nécessaire de relancer les logiciels tournant sur les postes secondaires pour les
mettre à jour. Un simple appel à la commande "Paramètres / Réseau / Mettre
l'environnement à jour" sur le poste principal puis sur chaque poste secondaire
assurera d'une part la sauvegarde de l'environnement courant, et d'autre part le
rechargement de ces nouveaux paramètres.
Echanges de fichiers
L'utilisation de Galaad en réseau ne se limite pas à un téléchargement des
paramètres. Pour faciliter le travail en groupe, le logiciel offre une gestion
centralisée des fichiers de dessin sur le poste principal. La méthode est assez
simple, mais expliquons-la avec un exemple : sur le poste principal, Galaad est
installé dans le répertoire C:\GALAAD qui devient alors X:\GALAAD vu du
poste secondaire "TOTO". En outre, l'enseignant a défini le groupe de travail
comme étant "4B".
————————————————————
Utilisation en réseau
— 9 - 135
GALAAD
3 —————————————————————————————
Le nom du groupe de travail se définit
par le biais de la commande "Paramètres /
Réseau / Groupe de travail". Il est alors
demandé de choisir un nom, nouveau ou
parmi ceux déjà utilisés sur ce poste.
Le ou les élèves travaillant sur "TOTO" lancent Galaad. Leurs paramètres
de travail sont chargés depuis le poste X:\GALAAD. Ils ouvrent ou modifient le
dessin qu'ils enregistrent ensuite sous le nom "DESSIN.GAL". Etant donné que
les restrictions ne leur donnent accès qu'au disque (ou de moins à une partie du
disque) du poste ayant été défini comme principal, l'enregistrement devient
alors X:\GALAAD\PUBLIC\4B\TOTO\DESSIN.GAL. Ainsi, l'enseignant reçoit
directement tous les dessins du groupe de travail dans son propre répertoire
C:\GALAAD\PUBLIC\4B, chaque sous-répertoire désignant un poste de travail
du groupe. En cas de changement de groupe de travail, par exemple si de 4B
l'on passe à 3A, les dessins du même poste "TOTO" seront alors tous enregistrés dans le répertoire X:\GALAAD\PUBLIC\3A\TOTO. Il n'y aura donc pas de
confusion entre les groupes utilisant les mêmes postes.
Pour vérifier les travaux effectués par les élèves travaillant sur le poste
"TOTO", l'enseignant ouvre leurs dessins dans le sous-répertoire correspondant. Il peut bien entendu les corriger ou les annoter pour la prochaine session
de travail. Surtout, il peut les ouvrir pour lancer l'usinage. En fin d'année,
l'enseignant fait le ménage en supprimant les répertoires 4B et 3A à partir de
l'explorateur de fichiers ou de Galaad, et peut ensuite partir en vacances avec la
conscience tout aussi nette que le disque dur.
L'enseignant a la possibilité d'enregistrer des
fichiers publics dans son propre répertoire
C:\GALAAD\PUBLIC\4B, qui pourront être
ouverts par les élèves via la commande "Fichier
/ Réseau / Ouvrir un fichier public". Ils pourront
aussi enregistrer eux-mêmes un fichier mis à
disposition du groupe.
9 - 136
—
Utilisation en réseau
————————————————————
——————————————————————————————————
10
———————
0 1 0 1 0
ICONES DE DESSIN
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Le but de ce chapitre n'est pas de détailler en profondeur les techniques
particulières de dessin pour chaque icone, mais de faire un rapide survol de
leur utilisation en ajoutant quelques précisions dans certains cas. Ces icones
sont bien assez nombreuses ; on ne va pas abattre des arbres pour noircir des
pages de considérations absconses sur la façon de s'en servir. Pour en savoir
plus, le mieux est encore d'essayer, avec audace et curiosité.
Rappelons tout de même quelques constantes déjà presque oubliées depuis
les lointains chapitres 2 et 5 :
- Lorsque vous dessinez une figure non finie (points isolés, polyligne,
courbes, etc.), vous devez cliquer avec le bouton droit de la souris pour arrêter
la construction.
- Lorsque vous dessinez une figure à plusieurs étapes (ellipse, étoile, rayons,
etc.), vous pouvez figer en l'état en cliquant là encore avec le bouton droit de la
si le dernier point a déjà été cliqué).
souris (ou appuyez sur la touche
- La touche clavier
(retour) annule le dernier pointage sans annuler la
construction en cours.
- Une fois la figure complète, les fonctions de dessin réitèrent la construction
d'une nouvelle figure de même type. Pour vous arrêter là, appuyez sur la touche
ou sur l'icône jaune de sélection (icône mère).
- Les flèches du clavier
déplacent le curseur de pointage d'une unité
de la grille magnétique. Les touches
/
règlent la grille magnétique sur un
pas 10 fois plus fin / moins fin ; la touche
remet la grille en mode automatique (lequel correspond toujours aux graduations les plus fines des réglettes
quel que soit le niveau de zoom).
- Le bouton central de la souris et la barre d'espacement
du
clavier permettent d'accrocher au vol le point suggéré qui apparaît en orange à
proximité du curseur de pointage.
- Les figures nécessitant de tirer une ligne droite depuis le point précédent
(ligne de points, lignes, polyligne, rayon de cercle, etc.) sont soumises à la
grille magnétique polaire lorsque vous maintenez la touche
enfoncée tout
en déplaçant la souris.
- Dans la même veine, la combinaison de touches
ouvre une boîte
de dialogue de cotation polaire (distance et angle).
- Enfin, vous pouvez zoomer en avant ou en arrière sans abandonner la
fonction de dessin en cours, à l'aide de la roulette de la souris ou avec les
touches clavier
/
(PageDown/PageUp, ou
/ ). Ceci aide beaucoup
pour accrocher au vol un point suggéré, parmi une jungle de tracés.
10 - 138
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Points
Cette série concerne les créations de points isolés, c'est à dire des perçages
simples sans usinage horizontal. Les vitesses d'avance sont alors inutiles, sauf
si l'outil mis à contribution a une vitesse de plongée exprimée relativement à la
vitesse d'avance. Voyez la commande "Paramètres / Outils".
Points isolés permet de placer ici et là des points de perçage sur la
planche. Chaque point est un objet complètement indépendant des
autres, mais si vous utilisez l'icone jaune "Associer" sur un ensemble de points
isolés, ils formeront alors un objet unique.
Ligne de points trace une ligne de points à intervalles réguliers. Le
groupe ainsi créé représente un objet unique.
Matrice de points remplit une matrice rectangulaire de points rangés à
intervalles réguliers, créant un objet unique.
Disque de points crée des cercles concentriques de points, chaque
point restant à distance minimale de ses voisins, ce qui détermine le
nombre de points par couche (objet unique).
Lamage perce un trou d'un diamètre donné en intégrant aussitôt la
correction d'outil. Perçage et remontée peuvent se faire au centre. Une
ébauche est possible en spirale d'approche.
Alésage hélicoïdal fait une descente en hélice pour un alésage ou un
filetage à la fraise à fileter, intégrant la correction d'outil. Des
ébauches sont possibles, ainsi qu'un alésage/filetage extérieur.
Points sur tracé perce des points à intervalles réguliers le long de la
trajectoire d'un objet sélectionné en rouge. Il est possible d'ajouter une
variation aléatoire de distance, pour des intervalles irréguliers.
Points sur sommets perce les points uniquement sur les sommets de la
trajectoire de l'objet sélectionné en rouge.
Polyligne sur points fait l'opération inverse de la précédente et
construit une polyligne reliant le groupe de points sélectionnés.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 139
GALAAD
3 —————————————————————————————
Lignes
La série des icones de lignes est plutôt touffue, et pour cause. Le choix de
deux coordonnées pour tracer une ligne en environnement hostile peut se faire
de bien des manières différentes, avec de nombreuses références possibles. On
n'abordera tout de même pas ici les facilités de cotation et d'accrochage qui ne
servent en général qu'à positionner chaque extrémité.
Ligne simple trace un trait de base entre deux points à cliquer ou à
accrocher sur le dessin.
Ligne horizontale trace un trait qui reste horizontal quelle que soit la
position au moment de pointer le deuxième point.
Ligne verticale fait presque la même chose que la précédente, sauf
que c'est ici dans le sens vertical.
Ligne pointillée construit une série de segments colinéaires, de
longueur et intervalle à définir. Pointage des deux extrémités.
Ligne mixte crée une série alternée de segments et de points colinéaires, de longueur et intervalle à définir.
Pointillés sur tracé place sur la trajectoire de l'objet sélectionné en
rouge une série de segments, de longueur et intervalle à définir.
Copie de segment crée une copie du segment sélectionné en rouge. La
copie est aussitôt décalée d'une graduation pour repérage.
Parallèle dessine la parallèle au segment sélectionné en rouge passant
par le premier point à positionner.
Tangente trace une ligne sur un axe tangent au point d'angle sélectionné en rouge et passant par un point à positionner.
Bissectrice fait la même chose que la précédente à 90° près, en traçant
la bissectrice au point d'angle sélectionné en rouge.
Bissectrice des segments construit une ligne dont l'axe est la bissectrice des segments sélectionnés en rouge et en bleu.
10 - 140
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Angulaire trace une ligne dont l'axe fait un angle précis avec le
segment sélectionné en rouge.
Perpendiculaire dessine une ligne dont l'axe est perpendiculaire au
segment sélectionné en rouge.
Intersection crée une ligne qui s'arrête lorsqu'elle franchit l'axe du
segment sélectionné en rouge.
Cône de faisceaux construit un faisceau de lignes à définir entre
l'objet sélectionné et un point à positionner.
Faisceaux construit un faisceau de lignes à définir entre les objets
sélectionnés en rouge et en bleu (voir aussi les maillages 3D, ou
encore la fonction "Dessin / Transmutation").
Tangente d'arc trace une ligne dont le premier point glisse le long de
l'arc de cercle à pointer en vert. Les deux tangentes au cercle portant l'arc sont affichées, l'une d'entre elles
restant à choisir après le pointage final (on peut alors
annuler pour conserver les deux). A noter que, si un segment est sélectionné en
rouge, une boîte de dialogue préalable propose de s'y référer pour créer la
tangente à l'arc qui serait en plus parallèle à ce segment rouge.
Tangente d'arc limité fait la même chose que
l'icone précédente selon la même séquence, mais en
coupant ensuite l'arc au point de tangente. La partie de l'arc à
éliminer reste au choix de l'utilisateur.
Double tangente d'arcs trace une ligne tangente à
deux arcs qui seront pointés en vert. Il y a quatre
tangentes possibles entre deux cercles, dont deux qui se
croisent. Vous devrez choisir parmi ces quatre.
Double tangente d'arcs avec une limitation fait la même chose que la
précédente, mais coupe l'arc qui a été pointé en premier, avec choix de
la partie à conserver.
Double tangente d'arcs limités fait la même chose que les deux
précédentes, mais coupe les deux arcs pointés.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 141
GALAAD
3 —————————————————————————————
Polylignes et courbes splines
La petite famille des polylignes inclut les polygones simples et plusieurs
courbes mathématiques non circulaires, plus les possibles raccords.
Polygone dessine un polygone simple par pointage successif de ses
sommets. Toutes les accroches sont possibles. Là encore, appuyer la
lors du pointage applique la grille magnétique polaire.
touche
Polygone fermé fait la même chose que l'icone précédente, en
refermant à la fin le polygone dessiné, s'il est resté ouvert.
Beta-Spline trace une courbe de type Non-Uniform Rational BetaSpline par pointage des sommets. Une courbe NURBS comprend deux
points extrêmes par lesquels la courbe passe, et un certain nombre de points
attracteurs. Lorsque la courbe est éditée (double-clic ou clic droit ou "Dessin /
Objet / Manipuler la géométrie"), tous les points peuvent être pondérés pour
les rendre plus attractifs, en appuyant sur les touches
et . On peut sauter
d'un point à l'autre en avant ou en arrière avec les touches
ou
.
Les courbes NURBS sont faciles à manipuler. Autant que possible, limitez le
nombre de points attracteurs et jouez plutôt avec leur pondération, c'est plus
facile et souvent plus efficace.
Quadra-Spline dessine une courbe à tangentes confondues, par
pointage des nœuds. Attention, manipulation délicate !
Courbe de Bézier construit une courbe par pointage de ses nœuds, les
demi-tangentes étant calculées automatiquement. Comme pour la
Beta-Spline, on peut sauter d'un point à l'autre en avant ou en arrière avec les
touches
ou
, par exemple pour scinder la courbe ou au contraire
insérer un secteur. A noter que l'appui sur la touche
lorsqu'on manipule
une demi-tangente permet de figer sa direction angulaire, et la touche
permet de casser la courbe en désalignant les demi-tangentes.
Trace manuelle crée une polyligne simple suivant le tracé parcouru
par la souris tant que le bouton de celle-ci reste enfoncé.
Sinusoïde dessine, entre deux points d'un axe, une courbe de sinus
dont l'amplitude et le nombre de périodes sont à définir.
10 - 142
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Hyperbole calcule une courbe hyperbolique par pointage direct de
son amplitude de référence et de sa direction.
Raccord/Limitation prolonge ou coupe un segment
à pointer en vert, pour ajuster son extrémité sur un
autre segment à pointer en second. En cas de césure, le bout
à conserver est ensuite demandé.
Insertion d'un sommet ajoute un sommet dans un segment à pointer
en vert. Ce sommet est immédiatement positionnable.
Insertion d'un arc remplace un segment à pointer en vert par un arc
dont le point de passage est immédiatement positionnable.
Insertion d'une B-Spline remplace un segment à pointer en vert par
une courbe NUBRS dont le point attracteur est pré-positionné à
l'intersection des axes des segments voisins de celui remplacé.
Insertion d'une courbe de Bézier remplace un segment à pointer en
vert par une courbe NUBRS dont les demi-tangentes sont positionnées
dans les axes des segments voisins de celui remplacé.
Raccord par intersection crée un polygone à trois points raccordant
les segments sélectionnés en rouge et en bleu.
Raccord par Beta-Spline crée une courbe NURBS à trois points
raccordant les segments sélectionnés en rouge et en bleu.
Raccord par Quadra-Spline crée une courbe à deux nœuds raccordant les segments sélectionnés en rouge et en bleu.
Raccord par courbe de Bézier crée une courbe de Bézier à deux
nœuds raccordant les segments sélectionnés en rouge et en bleu.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 143
GALAAD
3 —————————————————————————————
Rectangles et polyèdres
La série assez fournie des icones de rectangles inclut quelques montages
non cartésiens ou pas tout à fait rectangulaires, plus d'autres types de polyèdres
réguliers et fermés.
Rectangle dessine un rectangle cartésien de façon classique par
pointage de deux points diagonaux.
Rectangle centré dessine un rectangle cartésien par pointage de son
centre et d'un coin.
Rectangle à coins chanfreinés crée un rectangle cartésien avec
pointage supplémentaire d'un chanfrein appliqué aux coins.
Rectangle à coins arrondis fait la même chose que l'icone précédente, sauf que les coins suivent un arrondi.
Rectangle à coins inversés construit un rectangle dont les coins sont
retournés vers l'intérieur selon le pointage.
Rectangle à coins poinçonnés dessine un rectangle dont les coins
subissent un double pointage de retournement et d'entaille.
Rectangle à coins écornés trace un rectangle dont les coins arrondis
sont retournés vers l'intérieur.
Rectangle oblique sert à la construction d'un rectangle non cartésien
par pointage de deux côtés adjacents. La touche
lors du pointage
de l'oblique applique la grille magnétique polaire.
Carré oblique dessine un carré non cartésien par pointage d'un seul
côté et d'une position générale par rapport à ce côté.
Cartouche à deux côtés pointus crée un polyèdre non cartésien sur la
base d'un rectangle dont deux côtés opposés seront brisés.
Cartouche à deux côtés arrondis fait la même chose que l'icone
précédente en arrondissant les côtés plutôt que de les briser.
10 - 144
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Parallélogramme construit un parallélogramme par pointage de deux
côtés adjacents.
Losange trace un losange inscrit dans un rectangle cartésien à pointer
par deux coins diagonaux.
Triangle équilatéral centré crée un triangle équilatéral par pointage
du cercle dans lequel il s'inscrit.
Triangle équilatéral dessine un triangle équilatéral par pointage d'un
seul côté et d'une position générale par rapport à ce côté.
Triangle isocèle dessine un triangle isocèle par pointage de sa base
puis de sa hauteur.
Etoile trace une étoile à N branches, à dessiner par pointage du cercle
extérieur dans lequel elle s'inscrit puis du cercle intérieur qui s'inscrit
en elle. Important : cliquez le premier cercle avec le bouton droit de la souris
pour figer la construction en l'état.
Etoile à lignes croisées fait la même chose que l'icone précédente,
avec croisement des lignes à travers les branches.
Polyèdre centré construit un polyèdre régulier à définir par pointage
du cercle dans lequel il s'inscrit.
Arcs et figures cycliques
La grande et puissante tribu des arcs permet de tracer toutes sortes de
courbes circulaires par différents moyens et en s'appuyant éventuellement sur
les références présentes dans le dessin. En outre, quelques courbes trigonométriques annexes sont incluses dans cette série.
Cercle dessine un cercle fermé par pointage de son centre et d'un point
de sa circonférence qui sera le point de départ. Comme toujours,
appuyer la touche
lors du pointage applique la grille magnétique polaire
pour le point de rayon.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 145
GALAAD
3 —————————————————————————————
Cercle inscrit trace un cercle fermé à partir du carré dans lequel il
s'inscrit, par pointage diagonal. Le point de départ est à 0° selon la
référence trigonométrique (3 heures sur le cadran d'une montre).
Cercle par trois points construit un cercle fermé à partir de trois
points de sa circonférence. Le point de départ est à 0°, sens trigo.
Ellipse centrée crée une ellipse cartésienne ouverte à partir de son
centre, ses rayons X et Y, ses points de début et fin. Pour dessiner une
) au moment opportun.
ellipse fermée, clic droit de la souris (ou
Ellipse inscrite crée une ellipse cartésienne ouverte à partir du
rectangle dans lequel elle s'inscrit.
Secteur d'ellipse dessine une ellipse cartésienne refermée par
adjonction de deux segments rejoignant son centre. Le parcours global
est composé de deux lignes et un arc d'ellipse connectés.
Arc par trois points, point d'arrivée en dernier trace un arc de cercle
par trois points. Le point d'arrivée est donné en dernier.
Arc par trois points, point de passage en dernier trace un arc de
cercle par trois points. Le point d'arrivée est donné en deuxième.
Arc par centre et angle d'ouverture construit un arc de cercle par son
centre, son point de départ (donnant le rayon par la même occasion)
puis sa direction d'arrivée.
Arc par angle d'ouverture et deux points crée un arc par deux points
extrêmes avec ouverture prédéfinie (le centre est flottant). Attention à
l'ordre de pointage : l'arc tourne dans le sens trigonométrique.
Arc par tangente et point dessine un arc tangent au segment sélectionné en rouge et passant par un point à positionner.
Arc glissant sur deux tangentes construit l'arc tangent à deux
segments à pointer en vert, puis pointage du centre.
Arc à rayon fixe sur deux tangentes construit l'arc de raccord tangent
à deux segments, ceux-ci à pointer en vert.
10 - 146
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Arc à rayon fixe sur deux tangentes, avec limitations fait la même
chose que l'icone précédente, mais avec en plus une césure des
segments tangents.
Arc par trois tangentes dessine un arc défini par le pointage en vert
de trois segments tangents.
Arc par deux tangentes sur courbes dessine un arc de raccord défini
par le pointage en vert de deux courbes tangentes. Lorsque plusieurs
solutions existent, la plus proche du pointage est validée. Pour chaque courbe
tangentée, le logiciel demande quelle partie doit être
conservée, l'autre partie étant effacée. Pour conserver les
.
deux parties, il suffit de fermer la petite fenêtre avec
Rayons trace un faisceau de lignes radiales défini par deux cercles
intérieur et extérieur à pointer, plus un angle d'ouverture. Clic droit de
la souris pour figer la construction en cours de route.
Engrenage/Crémaillère construit une roue ou un axe denté, avec pas
et denture paramétrables. Dans le cas d'un engrenage, un cercle
coaxial vient compléter la construction. Attention, les profils proposés sont de
simples polylignes et non des développements de courbes cycloïdes.
Epicycloïde calcule et trace une épicycloïde à définir, à partir d'un
cercle de développement moyen à pointer. La figure en l'état pourra
être agrandie ou rétrécie ensuite par simple sélection.
Rosace construit une courbe de rosace à définir, inscrite et orientée
dans le cercle à pointer.
Spirale dessine une spirale dont le nombre de tours est à définir, par
pointage de ses cercles intérieur et extérieur. Clic droit de la souris
pour figer la spirale au premier cercle.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 147
GALAAD
3 —————————————————————————————
Texte
Les icones liées aux fonctions de texte sont peu nombreuses et incluent,
outre la création de texte, la manipulation des lettres et l'édition. On se
reportera au menu "Texte" pour le style et les fonctions avancées, ainsi qu'à
l'argument "AutoText" de la ligne de commande, pour des remises à jour
automatiques sur le dessin (voir le chapitre consacré aux considérations
techniques, en fin de manuel).
Important : un texte droit ou écrit le long d'un tracé conserve ses propriétés
intrinsèques tant qu'il ne lui est pas appliqué une torture géométrique. Vous
pouvez donc modifier son style ou son contenu a posteriori.
Bloc de texte crée un paragraphe délimité par un rectangle et intégrant
un texte à saisir, selon les paramètres de style courants. Il est possible
d'écrire verticalement ou de façon inversée en réglant le paramètre ad hoc de la
boîte de saisie du texte.
Texte sur tracé crée un texte sans paragraphe qui suit le parcours de
l'objet sélectionné. Le texte est écrit du point de départ vers le point
d'arrivée du tracé de support qui représente la "ligne de flottaison". Le tracé de
support reste mémorisé même s'il est ensuite modifié ou effacé.
Manipulation de lettres permet de sélectionner une par une les lettres
du texte lui-même déjà sélectionné, par exemple pour les repositionner les unes par rapport aux autres avec les flèches
du clavier. On passe
d'une lettre à l'autre avec
(suivante) et
(précédente). Attention,
les modifications manuelles ainsi réalisées sont perdues en cas de changement
de style ou du contenu. Nota : le bouton droit de la souris sur un texte permet
directement de manipuler cette lettre.
Edition envoie une fenêtre d'édition et mise en forme pour modifier le
texte sélectionné et sa disposition en bloc. Le fait de double-cliquer
sur le texte fait de même.
Texte auto-incrémental permet d'écrire un texte qui pourra être
incrémenté automatiquement lors de l'usinage, unique ou en série. Au
lancement de l'usinage, tous les textes auto-incrémentaux sont passés en revue
pour mise à jour par l'utilisateur. Un texte normal déjà écrit et sélectionné peut
être rendu auto-incrémental a posteriori, à l'aide de cette icone.
10 - 148
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Sélections
La série d'icones de sélection couvre un domaine bien plus étendu que la
simple mise en exergue d'objets, points et segments, en proposant des fonctions
d'édition liées au objets sélectionnés.
Sélection d'objets fait repasser du mode dessin au mode sélection qui
est le mode par défaut (le curseur de pointage redevient une flèche).
fait de même pour revenir du dessin actif à la sélection. Si un
La touche
objet vient tout juste d'être dessiné, le clic sur cette icone le sélectionne de
façon automatique. De même, si un seul objet est sélectionnable lorsqu'on
clique sur cette icone, il est sélectionné.
Tout sélectionner sélectionne ensemble tous les objets de la couche
active qui sont accessibles (non verrouillés). Astuce : accompagnée de
la touche
, cette icone sélectionne tous les objets du dessin, y compris
ceux présents sur les couches d'arrière-plan.
Sélection des profondeurs identiques sélectionne les objets ayant la
profondeur par défaut ou identiques à la sélection actuelle. Voir aussi
les palettes de cotation rapides avec double-clic droit de la souris.
Sélection par filtrage sélectionne les objets selon leurs données
d'usinage ou certaines caractéristiques graphiques.
Echange des objets rouge et bleu fait passer les objets sélectionnés en
rouge à la sélection en bleu, et réciproquement. A noter qu'appuyer
sur la touche
tout en pointant sélectionne directement en bleu. Les
sélections en bleu servent de référence annexe à la sélection principale, par
exemple pour dupliquer un objet sélectionné en rouge le long d'un tracé
sélectionné en bleu.
Verrouillage empêche la sélection ultérieure des objets actuellement
sélectionnés en rouge. La combinaison
fait de même.
Sélection d'un groupe de points permet de manipuler ensemble une
partie des points appartenant à différents objets. Voir le chapitre
"Techniques avancées de dessin" pour les déplacements et étirements d'un
groupe de points.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 149
GALAAD
3 —————————————————————————————
Association groupe les objets actuellement sélectionnés en rouge pour
une sélection simultanée de tous dans le futur. Si les objets sélectionnés sont déjà tous associés, Galaad propose alors de les dissocier sans passer
par le menu "Edition". Voir le chapitre "Techniques avancées de dessin" pour
une description plus détaillée de cette icone et des suivantes.
Protection empêche l'effacement et toute modification de forme des
objets actuellement sélectionnés en rouge. Si les objets sélectionnés
sont déjà tous protégés, Galaad propose alors de les déprotéger sans passer par
le menu "Edition".
Ancrage absolu fixe la position des objets actuellement sélectionnés
en rouge, interdisant tout déplacement futur, sauf étirement. Si les
objets sélectionnés sont déjà tous ancrés de façon absolue, Galaad propose
alors de les désancrer sans passer par le menu "Edition".
Ancrage relatif lie entre elles les positions des objets actuellement
sélectionnés en rouge, pour un déplacement simultanés de tous. Si les
objets sélectionnés sont déjà tous ancrés de façon relative, Galaad propose
alors de les désancrer sans passer par le menu "Edition".
Copier position & dimensions "aspire" les cotes de l'objet sélectionné, c'est-à-dire ses position et dimensions, pour les restituer ensuite à
un autre (icone ci-dessous).
Coller position & dimensions restitue sur l'objet sélectionné les cotes
préalablement "aspirées" avec l'icone ci-dessus.
Croix fixe rouge pointe un repère fixe pouvant servir de référence
pour le dessin et l'origine pièce. Cette croix est placée directement sur
la planche et n'est liée à aucun objet dessiné.
Sélection d'un segment rouge force la sélection d'un segment rouge,
y compris sur les objets à édition géométrique. Le clic droit de la
souris sur un segment sélectionne directement ce segment sans passer par cette
icone (sauf si l'objet tout entier est réactif au clic droit).
Sélection d'un segment bleu fait la même chose que l'icone précédente pour un segment bleu. Le clic droit de la souris sur un segment,
10 - 150
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
tout en maintenant la touche
enfoncée, sélectionne directement ce
segment sans passer par cette icone (sauf si l'objet est réactif au clic droit).
Echange des couleurs de segments fait passer les segments sélectionnés en rouge à la sélection bleue, et réciproquement.
Inversion du segment rouge change le sens du segment sélectionné
en rouge sans modifier le parcours de l'objet qui le supporte.
Inversion du segment bleu change le sens du segment sélectionné en
bleu sans modifier le parcours de l'objet qui le supporte.
Croix fixe bleue fait la même chose que l'icone de croix rouge, avec
cette fois une deuxième croix indépendante de couleur bleue, pouvant
servir pour le dessin ou l'origine pièce, par exemple une double origine
d'ajustage.
Sélection d'un point rouge force la sélection d'un point rouge, y
compris sur les objets à édition géométrique (arcs et courbes). Le clic
droit de la souris sur un sommet de polygone ou un point isolé sélectionne
directement ce sommet ou point sans passer par cette icone (sauf si l'objet tout
entier est réactif au clic droit).
Sélection d'un point bleu fait la même chose que l'icone précédente
pour un point bleu. Le clic droit de la souris sur un sommet de
enfoncée,
polygone ou un point isolé, tout en maintenant la touche
sélectionne directement ce sommet ou point sans passer par cette icone (sauf si
l'objet tout entier est réactif au clic droit).
Echange des couleurs de points fait passer les points sélectionnés en
rouge à la sélection bleue, et réciproquement.
Echange point / segment rouge fait passer une sélection de point
rouge à une sélection de segment rouge, et réciproquement.
Echange point / segment bleu fait la même chose que l'icone
précédente pour les point et segment sélectionnés en bleu.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 151
GALAAD
3 —————————————————————————————
Effets spéciaux
Les icones d'effets spéciaux donnent libre cours à la torture des objets
sélectionnés en rouge (et ceux-ci seulement). Les modifications vont du simple
positionnement 2D à la torsion 3D en passant par des rotations et projections
diverses. Attention, si la torture appliquée est déformante, certains objets
perdent alors leurs propriétés géométriques (arcs, courbes, textes).
Déplacement cartésien déplace les objets sélectionnés en rouge d'une
valeur à définir pour chaque axe.
Déplacement polaire déplace les objets sélectionnés selon une
distance et un angle à définir.
Centrage X positionne les objets sélectionnés de part et d'autre d'un
axe de centrage vertical. Voir aussi la fonction "Dessin / Alignement
& centrage" qui permet d'utiliser des références sur le dessin. A noter que le
fait un centrage
clic sur cette icone tout en appuyant sur la touche
automatique de la sélection sur le centre X de la planche.
Centrage Y positionne les objets sélectionnés de part et d'autre d'un
axe de centrage horizontal. Le clic sur cette icone tout en appuyant sur
la touche
fait un centrage automatique de la sélection sur le centre Y de la
planche.
Centrage XY fait la même chose que les deux icones précédentes
simultanément, pour un centrage complet. Le clic sur cette icone tout
en appuyant sur la touche
fait un centrage automatique de la sélection sur
le centre XY de la planche.
Inversion horizontale retourne horizontalement les objets sélectionnés, sans changer la position ni les dimensions du cadre.
Inversion verticale fait la même chose que l'icone précédente pour un
retournement vertical.
Inversion X/Y échange les coordonnées X et Y des objets sélectionnés, sans changer la position d'origine du cadre (coin sud-ouest).
10 - 152
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Rotation de 90° fait pivoter les objets sélectionnés d'un quart de tour,
sans changer la position d'origine du cadre (coin sud-ouest).
Rotation fait pivoter les objets sélectionnés autour du centre de
permet de coter un
symétrie du cadre. Très important : la touche
angle ou de changer de point pivot sans mettre fin à l'opération.
Petit gadget : accompagnée de la touche
, l'icone de rotation anime le
dessin en faisant tourner en continu les objets sélectionnés en rouge (sens trigo)
et en bleu (sens horaire). La vitesse de rotation de chaque objet est proportionnelle à sa profondeur, 1 mm correspondant à 45 °/s. Chaque objet tourne autour
de son propre centre de symétrie, sauf s'il est associé à d'autres objets, auquel
cas il tourne autour du centre de symétrie du groupe. La touche
met fin à
l'animation. Cette fonction peut simuler la rotation d'un jeu de poulies ou
d'engrenages, mais elle ne vérifie pas la validité des vitesses.
Inclinaison fait pencher en italique les objets sélectionnés, de part et
d'autre de l'axe de symétrie verticale du cadre. La touche
permet
de coter un angle précis.
Enroulement tord les objets sélectionnés le long d'un double cercle.
L'opération se fait en plusieurs étapes : pointage du centre d'enroulement, pointage des rayons interne et externe, pointage de l'angle d'ouverture
(bouton droit de la souris pour terminer), et enfin pointage de l'orientation.
Point de fuite rétrécit partiellement les objets sélectionnés de façon à
suivre deux axes de lignes fuyantes.
Perspective projette visuellement les objets sélectionnés sur un plan
de fuite avec rétrécissement selon l'éloignement visuel.
Panorama projette les objets sélectionnés sur un plan visuel circulaire, par étirement progressif des bords latéraux.
Torsion force les objets sélectionnés en rouge à suivre les variations
de tracé Y de l'objet sélectionné en bleu. Le tracé en bleu doit occuper
sur la planche à dessin un espace horizontal X au moins aussi large que le tracé
rouge à modifier. Sa position Y n'a pas d'importance. Ceci vaut aussi pour les
trois icones suivantes.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 153
GALAAD
3 —————————————————————————————
Etirement force les objets sélectionnés en rouge à se dilater selon les
variations de tracé Y de l'objet sélectionné en bleu.
Rétrécissement force les objets sélectionnés en rouge à se contracter
selon les variations de tracé Y de l'objet sélectionné en bleu.
Torsion 3D force les objets sélectionnés à changer de profondeur
selon les variations Y de l'objet sélectionné en bleu. Le tracé XY de
celui-ci devient alors la référence XZ pour la déformation. L'apparence ne
change pas sur la vue à plat XY.
Projection cylindrique fait une projection visuelle 2D sur un cylindre
des objets sélectionnés. Attention, cette icone et les deux suivantes
n'opèrent pas des déformations 3D mais de simples projections pour un effet
artistique.
Projection conique fait une projection visuelle 2D sur un cône des
objets sélectionnés.
Projection sphérique fait une projection visuelle 2D sur une sphère
des objets sélectionnés.
Données d'usinage
La petite série des icones d'usinage est focalisée sur la première d'entre
elles qui sera très utilisée. Les icones sous-jacentes relèvent plus du domaine
du gadget annexe, même si elles peuvent parfois s'avérer pratiques. Voyez
aussi les palettes de cotation rapide pour transposer rapidement des profondeurs, vitesses ou numéros d'outils.
Données d'usinage donne accès à la profondeur, la vitesse d'avance
et l'outil d'usinage. Si des objets sont sélectionnés, les valeurs
s'appliquent à ces objets, ou sinon à la suite du dessin.
Tracé permet de définir une couleur et une épaisseur de trait par
défaut ou pour les objets sélectionnés. Ceci n'est évidemment utile que
pour l'affichage à l'écran et la sortie imprimante.
10 - 154
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Copier données d'usinage "aspire" les valeurs d'usinage de l'objet
sélectionné, pour ensuite les restituer à un autre.
Coller données d'usinage restitue sur l'objet sélectionné les valeurs
d'usinage préalablement aspirées avec l'icone précédente.
Zoom
Les icones de zoom permettent de changer la vue d'ensemble sans toucher
aux objets dessinés. Les vues successives sont mémorisées et donc tous les
changements de vue annulables, ceci indépendamment de la fonction annuler/refaire qui ne concerne que les changements intervenus dans le dessin luimême. On n'oubliera pas qu'un zoom "au vol" peut être effectué autour du
(ou
) et inversement
pointeur de la souris en appuyant sur la touche
revenir en arrière avec
(ou ) sans quitter la fonction de dessin ou de
manipulation en cours. Si votre souris est équipée d'une roulette centrale, ce
qui est vraiment recommandé, celle-ci a la même fonction de zoom au vol.
Zoom avant fait un agrandissement de la zone à délimiter. Le
pointage de la zone doit se faire en gardant le bouton de la souris
enfoncé (clic-déplacement-relâchement). Si vous cliquez et relâchez le bouton
au même endroit, alors le zoom se fait autour de ce point, d'un facteur 2.
Vue globale annule le zoom courant et revient à la vue d'ensemble de
la planche à dessin.
Zoom temporaire fait un agrandissement provisoire qui sera annulé
dès le prochain clic de souris (sauf bouton droit). Ceci sert à faire des
inspections visuelles successives ici et là.
Zoom sur sélection fait un agrandissement cadré automatiquement sur
les objets sélectionnés.
Zoom sur extrémités fait un agrandissement des extrémités de l'objet
sélectionné, pour vérifier qu'il est bien ouvert ou fermé.
Vue précédente annule la dernière opération de zoom quel qu'en ait
été le sens. Il y a quatre niveaux d'annulation de zoom, ces annulations
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 155
GALAAD
3 —————————————————————————————
étant indépendantes de la fonction "Edition / Annuler".
Vue suivante refait la dernière opération de zoom annulée par l'icone
précédente.
Demi-zoom arrière élargit le champ de vision d'un facteur 2 (les
objets visibles sont réduits).
Déplacement de la fenêtre visuelle fait glisser la vue lorsque la souris
est déplacée avec son bouton gauche maintenu enfoncé. Cette fonction
n'a aucun intérêt si vous disposez d'une souris à trois boutons, ou deux boutons
et roulette : le clic avec le bouton central (ou la roulette) déplace la fenêtre
visuelle sans quitter la fonction de dessin en cours.
Cotes visuelles
Accessibles avec cette dernière série d'icônes, les cotes visuelles n'ont
aucun rapport avec l'usinage, mais constituent un petit apport dans le domaine
du dessin technique. En effet, vous pouvez grâce à elles ajouter des indications
numériques sur votre dessin. Les cotes visuelles sont dynamiques, c'est à dire
qu'elles sont remises à jour automatiquement lors des changements opérés sur
le dessin. Par contre, elles ne sont pas interactives : on ne peut pas éditer la
valeur d'une cote pour changer la position ou les dimensions des objets
dessinés. Le style graphique des cotes et de leurs lignes de rappel sont réglables à l'aide de la fonction "Paramètres / Cotes visuelles". Les commandes
"Affichage / Cotes visuelles" pourront aussi vous aider.
Indication manuelle sert à placer une flèche avec un commentaire
libre quelque part sur la planche, sans lien avec un objet existant.
Même si tous les objets dessinés sont effacés, cette cote reste en place. Le texte
ne peut pas excéder 80 caractères. La direction et la longueur de la flèche sont
réglables, et modifiables a posteriori (voir plus loin l'icone de modification des
cotes visuelles).
Position XY permet d'afficher une double cote fléchée de position sur
un point à indiquer. Les points éligibles sont illuminés en vert à
l'approche de la souris.
10 - 156
— Icones de dessin ——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Intersection ajoute une cote de position sur le point d'intersection de
deux segments. L'opération se fait en un seul pointage direct sur
l'intersection, ce qui illumine en vert les deux segments concernés. Si, au cours
de manipulations ultérieures, les deux segments en viennent à ne plus se
croiser, la cote est supprimée.
Abscisse place, sur un point à indiquer, une ligne verticale de cote
avec indication de la coordonnée correspondante.
Ordonnée place, sur un point à indiquer, une ligne horizontale de cote
avec indication de la coordonnée correspondante.
Distance horizontale sert à placer une cote entre deux points à
indiquer, avec indication de la distance entre leurs abscisses.
Distance verticale sert à placer une cote entre deux points à indiquer,
avec indication de la distance entre leurs ordonnées.
Distance entre points sert à placer une cote entre deux points à
indiquer, avec indication de la distance entre eux.
Distance point-segment affiche une double flèche de cotation de
distance entre un point et un segment à indiquer.
Cote intérieure entre segments affiche une double flèche de cotation
de distance entre deux segments parallèles.
Cote extérieure entre segments fait la même chose que précédemment, mais avec la cote placée à l'extérieur des segments.
Angle d'inclinaison sert à placer sur un segment une cote fléchée
donnant son inclinaison par rapport à l'horizontale. La cote conserve
l'orientation indiquée même si l'angle change.
Angle intérieur entre segments place une cote angulaire entre deux
segments à indiquer.
Angle extérieur entre segments fait la même chose que précédemment, avec la cote placée à l'extérieur des segments.
—————————————————————— Icones de dessin — 10 - 157
GALAAD
3 —————————————————————————————
Centre d'arc affiche la position du centre d'un arc de cercle ou
d'ellipse à sélectionner.
Rayon sert à placer une flèche de cotation entre le centre d'un arc et sa
circonférence. L'orientation de la flèche est indépendante de l'arc.
Diamètre intérieur 1 place une cote de diamètre sur un cercle, une
ellipse ou un arc, avec flèches à l'intérieur. L'angle d'ouverture de l'arc
n'a pas d'incidence sur la cote dont la ligne de rappel peut très bien se trouver
dans le vide.
Diamètre intérieur 2 fait la même chose que précédemment, mais
avec les flèches à l'extérieur.
Diamètre extérieur affiche une flèche de cote de diamètre pointant la
circonférence d'un arc.
Repositionnement sert à réarranger une cote visuelle précédemment
placée sur le dessin, sans changer ce à quoi elle se réfère. Si la cote est
affichée sous forme d'une flèche brisée, la boîte de dialogue de fléchage est
rappelée. Sinon, la fonction de positionnement est relancée.
Effacement supprime une cote visuelle à pointer. Voir aussi la
fonction "Affichage / Cotes visuelles / Effacer toutes".
10 - 158
— Icones de dessin ——————————————————————
——————————————————————————————————
11
———————
0 1 0 1 1
FONCTIONS DES MENUS
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Les commandes décrites ci-après forment la liste exhaustive de tout ce qui
apparaît dans les menus de Galaad. Mais, ces commandes étant bien trop
nombreuses pour s'appesantir sur chacune, les quelques lignes d'explications
données restent quelque peu succinctes et ne servent qu'à donner une direction
générale. Pour bien comprendre le fonctionnement d'une commande, le mieux
est comme d'habitude de l'essayer après une courte prière.
Dans les descriptions qui suivent, lorsqu'une fonction est accessible par une
icone de raccourci dans la barre de commande située en haut juste sous les
menus, cette icone est indiquée en tête.
Menu "Fichier"
Fichier / Nouveau initialise une nouvelle planche vierge de tout dessin
et en demande immédiatement les dimensions brutes puis les données
d'usinage par défaut (profondeur, vitesse, outil). Vous pouvez régler les valeurs
affichées par défaut avec "Paramètres / Nouveau fichier". Le fait d'appuyer
et
lorsqu'on appelle la commande ou
simultanément sur les touches
son icone correspondante ouvre un nouveau dessin avec les mêmes dimensions
et données d'usinage que celui en cours. Les boîtes de dialogue n'apparaissent
alors pas.
Fichier / Ouvrir charge un dessin au format Galaad précédemment
enregistré sur le disque. Le dossier par défaut est le dernier auquel on a
accédé, en ouverture ou en enregistrement.
Fichier / Galerie affiche l'ensemble des fichiers présents dans un dossier
donné et permet de l'ouvrir à l'aide d'un double-clic.
Fichier / Enregistrer enregistre le dessin courant sur le disque. S'il n'a
pas encore reçu de nom, celui-ci est alors demandé.
Fichier / Enregistrer sous enregistre le dessin courant sur le disque
après avoir remplacé son nom par un autre.
Fichier / Nouveau dossier crée un nouveau dossier pour ranger des
dessins, dans le sous-répertoire "Fichiers" du répertoire d'installation.
11 - 160
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Fichier / Fusionner avec ouvre un fichier existant et ajoute son contenu au
dessin courant. Les coordonnées du fichier ajouté peuvent être décalées.
Fichier / Réseau / Ouvrir un fichier public charge un dessin depuis le
sous-répertoire "Public" du poste principal, dans le dossier correspondant au
groupe de travail (s'il a été défini). Voir le chapitre consacré à l'utilisation en
réseau pour plus de détails.
Fichier / Réseau / Enregistrer comme fichier public enregistre le dessin
courant dans le sous-répertoire "Public" du poste principal, dans le dossier
correspondant au groupe de travail (s'il a été défini).
Fichier / Transfert rapide / Envoyer le dessin enregistre le dessin sur
un disque amovible, sans lui demander de nom, afin de le récupérer
rapidement sur un autre poste de travail. Un seul fichier à la fois peut être
transmis ; l'envoi suivant écrase le fichier précédent. Cette fonction facilite le
travail si vous avez un poste de dessin et un poste d'usinage non connectés.
Fichier / Transfert rapide / Envoyer le magasin d'outils enregistre le
magasin d'outils sur le disque amovible, afin de le récupérer sur un autre poste
de travail.
Fichier / Transfert rapide / Recevoir le dessin charge directement le
dessin qui a été envoyé sur le disque amovible. Le nom du fichier n'est
pas transmis, puisque son emplacement risque de ne pas correspondre à
l'arborescence locale.
Fichier / Transfert rapide / Recevoir le magasin d'outils remplace le
magasin d'outils courant par celui qui a été envoyé sur le disque amovible.
Fichier / Dimensions brutes envoie la boîte de dialogue de réglage des
dimensions globales de la pièce dessinée. Si le dessin a commencé, vous ne
pouvez pas spécifier des dimensions plus petites que ce qui est déjà dessiné.
Fichier / Echelle globale change simultanément les dimensions de la pièce
brute et de son dessin. L'apparence à l'écran ne varie donc pas, hormis les
graduations des réglettes.
Fichier / Annotation permet d'ajouter un commentaire neutre associé à la
planche à dessin. Ce commentaire peut être affiché en haut du dessin (voir la
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 161
GALAAD
3 —————————————————————————————
fonction "Affichage / Annotation globale").
Fichier / Temps passé indique le temps passé à dessiner (on retrouve le
compteur en bas à gauche de la fenêtre de dessin) et permet de figer le
compteur jusqu'à nouvel ordre. Chaque nouvelle opération sur le dessin relance
le compteur pour trois minutes (durée réglable dans "Paramètres / Environnement de travail / Fonctions avancées).
Fichier / Imprimer définit les paramètres d'impression et lance le
processus de sélection de l'imprimante. Si l'échelle d'impression n'est
pas spécifiée (case "Echelle" non cochée), Galaad cherchera à occuper tout
l'espace disponible sur le papier. Les autres paramètres d'impression restent
mémorisés, y compris les informations générales d'identification.
Le paramétrage précis
de l'impression se fait dans
l'onglet "Tracé". Vous
pouvez y ajuster les
échelles X et Y, propre à
votre imprimante, afin
d'obtenir des cotes précises
sur le papier. D'autres
paramètres assez nombreux vous permettent en
outre de définir le style de
tracé propre à chaque objet
du dessin,
ou bien
d'imprimer la vue 3D.
Un cartouche d'impression peut être prédéfini dans l'onglet "Cartouche" de
la boîte de dialogue d'impression, cartouche qui sera accolé au coin sud-est de
la page et reprendra les textes d'identification de l'onglet "Général" pour les
positionner aux endroits ad hoc (titre, date, référence, etc.) avec le style choisi
pour chacun. Le cartouche doit être dessiné séparément sous format vectoriel
Windows Enhanced Meta-File (EMF) ou image bitmap (BMP). Vous pouvez
donc ajouter votre logo ou toute information invariante. Galaad ajustera ce
dessin par étirement ou contraction pour le faire entrer dans les dimensions de
cartouche spécifiées. Les positions XY des textes d'identification sont relatives
au coin nord-ouest du cartouche. Même en vérifiant avec l'onglet "Aperçu",
vous allez sans doute gâcher un peu de papier avant que ce soit parfait.
11 - 162
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Fichier / Importer charge un dessin vectoriel 2D, 2D½ ou 3D
enregistré par un autre logiciel sous un format d'échange standard. Ce
dessin peut comprendre des points, lignes, arcs, courbes, etc. mais ni images ni
surfaces 3D qui ne sont pas importables.
Après la sélection du fichier, une boîte
de dialogue permet de régler une échelle
d'import qui restera mémorisée pour le
format utilisé. Vous pouvez importer la
totalité du fichier ou filtrer un outil en
particulier, la notion d'outil se substituant
aux couleurs du dessin pour les formats de
dessin classique. Le système de coordonnées d'un fichier importé ne correspondant
pas toujours à celui de Galaad qui ne
permet pas les négatives, vous pouvez
demander un recadrage automatique positionnant le dessin au mieux dans la
planche, mais faisant perdre les positions absolues si vous avez besoin d'ajuster
des imports successifs. Vous pouvez aussi ajouter des décalages aux coordonnées entrantes, afin de repositionner le fichier de façon précise. Les segments
ou trajectoires isolés peuvent être reconnectés afin d'obtenir des parcours
continus. Enfin, vous pouvez éliminer les superpositions qui ne se voient pas à
l'écran mais causent d'inutiles redondances lors de l'usinage. A noter que
certains formats spécialisés utilisent un autre jeu de paramètres.
L'import d'un fichier vient s'ajouter au dessin existant sans remplacer ce qui
existe déjà sur la planche, et le dessin importé est automatiquement sélectionné. Galaad propose un assez grand nombre de formats d'import/export, qui
devrait faciliter les opérations de transfert dans un sens comme dans l'autre. Si
vous n'arrivez pas à récupérer un fichier sous un format donné, le mieux est
d'essayer avec un autre. Les formats disponibles en import sont les suivants :
- HPGL / PLT est un format autrefois dédié aux tables traçantes HP et qui
s'est imposé comme un standard 2D vectoriel de base. Galaad est compatible
avec les extensions 2D½ pour profondeurs Z et vitesses de perçage, utilisées
notamment par les tables GravoGraph ou Roland DG.
- PS HPGL est un dérivé de HPGL intègrant les coordonnées Z pour des
parcours 3D. Il est utilisé principalement par les machines à graver Roland.
- DXF texte est le format d'échange AutoCad, très utilisé en dessin vectoriel et
un quasi-standard dans les logiciels de CAO. Le DXF peut contenir des
informations surfaciques qui n'ont pas d'objet dans un dessin Galaad. Celui-ci
ne récupérera en effet que les tracés vectoriels (lignes, arcs, courbes, etc.). A
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 163
GALAAD
3 —————————————————————————————
noter aussi que les versions successives du format DXF ont des différences
assez notables. Dans certains cas, Galaad peut donc lire plus facilement une
version DXF qu'une autre. Le mieux est encore d'essayer.
- DXF converti est une variante du précédent, à utiliser lorsque celui-ci fait
défaut. Son analyseur est plus lent pour les gros fichiers.
- DWG est le format natif du logiciel AutoCad, récupérable directement par
Galaad.
- NCP est un format 3D propriétaire Isel-Automation pour les pilotes d'usinage
Remote. Ce format est spécifique pour les machines Isel.
- WMF est l'ancien format 2D Windows Meta-File 16 bits et ne devrait plus
guère être employé. Ses possibilités de codage sont assez limitées.
- EMF est le format 2D Windows Enhanced Meta-File qui permet les dessins
vectoriels 2D simples avec couleurs et épaisseurs de traits, le tout avec une
précision assez relative, plutôt graphique que technique. Galaad n'importe pas
les images encapsulées dans les fichiers EMF.
- EPS est le format 2D Adobe PostScript encapsulé basé sur les lignes droites
et les courbes de Bézier, dédié aux imprimantes, logiciels et autres systèmes
graphiques. Un fichier EPS peut aussi contenir des images bitmap et des
définitions de polices que Galaad ne pourra pas reprendre.
- Code G / ISO est le format standard des fichiers destinés aux machines à
commande numérique. Dans le module de dessin, Galaad ne reprendra que les
fichiers 2D½ ou 3D avec coordonnées XYZ ou XAZ.
- Code G / NUM est une variante du codage ISO qui encode les arcs avec des
coordonnées de centre IJ absolues. Si votre import ISO fait apparaître des arcs
fantaisistes, utilisez l'autre format parmi ces deux-là.
- Code G / Tournage est une autre variante de tournage 2 axes qui utilise les
coordonnées XZ au lieu de YZ, mais pour un import dans un dessin XY.
- NCI est le format d'échange 2D½ et 3D du logiciel MasterCam destiné aux
pilotes de commandes numériques.
- ACL est un format 3D vectoriel produit par le logiciel MecSoft VisualMill,
destiné aux post-processeurs.
- EXL est le format des machines Excellon-Automation dédiées aux perçages
de circuits imprimés. Ce format ne contient donc que des coordonnées XY de
points de perçage avec des références d'outils. Deux variantes de ce format
existent, selon le cadrage des données avec ou sans zéros à droite. Si votre
import donne un résultat fantaisiste avec l'un, essayez l'autre.
- GRB est le format des machines Gerber Scientific Instruments dédié à
l'insolation de circuits imprimés par flashage. Dans le module de dessin,
Galaad ne récupère que les coordonnées XY sans tenir compte des formes et
épaisseurs de diaphragmes. Voyez le module annexe Percival pour les travaux
11 - 164
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
sur circuits imprimés. Celui-là récupère les fichiers Gerber en entier et tient
compte de ses spécificités.
- UIUC est le format de la base de données de profils aérodynamiques Airfoil
Coordinate Database (fichiers DAT) définie par l'Université d'Illinois à
Urbana-Champaign.
- OMA est le format 2D polaire des machines Essilor de découpe de verres par
meulage. Deux variantes existent de ce format, en mode 400 ou 800 points, ou
en coordonnées polaires complètes OMA-3.
- DIS est un format de maillage 3D cartésien utilisé par l'Institut Géographique National pour les relevés cartographiques de terrains entre deux altitudes
de référence.
- DEM est le format 3D des maillages topographiques cartésiens de reliefs
reconstitués à partir de photos satellite par le système stéréographique ISTAR.
- MNT est un format 3D de relevés topographiques IGN par nuages de points
avec coordonnées XYZ en projection Lambert. Galaad peut reconstituer un
maillage non cartésien à partir de ces points.
- TXT est un filtre pour importer des fichiers de coordonnées en format texte
décimal chaque ligne correspondant à un point isolé ou un sommet de polyligne. Les séparateurs de coordonnées et de lignes sont paramétrables.
Fichier / Exporter enregistre le dessin courant sous un format vectoriel
standard, pour récupération ultérieure par un autre logiciel de dessin. A
noter que seuls les objets dessinés sont exportés. Les cotes visuelles et l'image
de fond ne sont pas exportables.
Après le choix du fichier et de son
dossier, l'export donne la possibilité
de régler quelques paramètres.
L'échelle sera mémorisée pour le
format choisi, indépendamment de
celle d'import. Les arcs pourront être
générés comme tels ou comme
simples polylignes. Les autres options
sont assez explicites et ne nécessitent
pas un long discours. Pour les formats
orientés fraisage, il est possible de
régler la hauteur de dégagement et la
vitesse de l'outil relevé.
La plupart des formats d'import sont aussi disponibles pour l'export, à
l'exception de quelques formats géographiques spécialisés. Il est inutile de
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 165
GALAAD
3 —————————————————————————————
lister à nouveau ces formats ; référez-vous à ce qui a été exposé précédemment
pour la fonction d'import. Outre ceux-ci, Galaad propose les formats d'export
suivants :
- KYN est le format texte des fichiers de programmation du module Kynon, ce
qui vous permet de créer un parcours programmé depuis le module de dessin
Galaad. Seules les commandes de mouvement seront exportées.
- CM3 est le format des machines de gravure Roland DG CAMM-3 ou MDX,
qui accepte les interpolations 3D.
- EGX est le format des machines de gravure Roland DG Modela EGX, qui
accepte les interpolations 3D.
- SML est le format de données des machines Suregrave.
- CBR est le format de données des machines Colinbus.
- XYA (code G de révolution cylindrique) permet de produire un maillage de
révolution avec transmutation d'un profil sélectionné en rouge vers un profil
sélectionné en bleu. L'axe de révolution est le bas de la planche (coordonnée
Y=0). Il est possible de faire plusieurs révolutions, avec un décalage progressif
X, par exemple pour produire une vis.
- STL permet d'exporter les facettes surfaciques d'un maillage 3D cartésien
dessiné avec les fonctions de maillage de Galaad.
- C est un format texte qui reprend les instructions MoveTo/LineTo d'un
langage de programmation basé sur la syntaxe du langage C, qu'il est assez
facile de transcoder pour un autre langage.
- Post-processeur est le format personnalisé défini par l'utilisateur dans la
grosse boîte de dialogue "Paramètres / Post-processeur". A peu près toutes les
syntaxes et tous les systèmes de coordonnées sont permis.
- BMP est le format image bitmap standard de Windows, pour une sortie non
vectorielle du dessin.
Fichier / Quitter Galaad enregistre l'environnement de travail, dessin
compris, et referme l'application.
11 - 166
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Menu "Usinage"
Usinage / Fraisage standard 3 axes lance le processus de fraisage du
dessin courant (en fait sur 2 axes XY ou 3 axes XYZ selon le type de
machine), avec le module d'usinage ou le pilote externe. Il est inutile de revenir
encore sur cette fonction déjà amplement commentée dans les chapitres
précédents.
Usinage / Fraisage cylindrique 4 axes lance le processus de
fraisage sur 4 axes du dessin courant, enroulé autour d'un
cylindre droit ou déformé. Les coordonnées Y du dessin
deviennent des coordonnées A, la planche étant
transformée en cylindre. Si vous enroulez le
cylindre sur 360°, la planche est complètement
enroulée
et les coordonnées en haut rejoignent les
coordonnées
en bas. La suggestion automatique de diamètre fait d'ailleurs coïncider la
hauteur Y de la planche avec la circonférence résultante. Très important : il est
possible d'utiliser un tracé sélectionné en bleu pour définir un profil global non
cylindrique (les profondeurs Z varient alors selon ce tracé). Ce profil va de
gauche à droite
et ne doit pas opérer de rebroussement. Sa position
n'a aucune
importance, seule sa variation est prise en compte,
sachant que le diamètre indiqué correspond au point le
plus haut du tracé bleu. La commande "Affichage / Vue 3-D
/ Cylindrique" vous aide à visualiser la projection du dessin
sur le cylindre.
Usinage / Fraisage multi-faces 4
axes lance le processus de fraisage
sur 4 axes du dessin courant, celui-ci étant
décomposé en plusieurs usinages normaux
sur 3 axes XYZ avec chaque usinage
piloté sur différentes positions de l'axe A.
L'axe rotatif pivote d'une valeur angulaire
à définir avant que le processus ne
reprenne. Les usinages peuvent être
identiques (usinage répétitif sur toutes les
faces), ou bien correspondre aux différentes couches du dessin, chaque couche
correspondant à une face unique.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 167
GALAAD
3 —————————————————————————————
Usinage / Simulation / … simule les trois processus de fraisage décrits
précédemment. Les étapes sont identiques à l'usinage réel sauf que,
dans le cas de la simulation, il n'y a ni dialogue avec la machine, ni chaînage à
un éventuel pilote externe.
Usinage / Téléchargement lance le processus d'usinage normal pour un
stockage dans la mémoire locale de la machine. Ceci revient à lancer l'usinage
après avoir activé la case "Télécharger le parcours vers la mémoire de la
machine" dans la page des "Options avancées" du module d'usinage, mais le
lancement est automatique, sans intervention de l'utilisateur, la hauteur de
retrait d'outil et l'origine pièce courante étant fixées ici. Il est bien évident que
votre machine doit disposer des fonctions permettant la mise en mémoire du
parcours d'usinage complet, et que la capacité de cette mémoire doit être
suffisante.
Usinage / Pilotage manuel appelle la fenêtre de contrôle direct de la
fraiseuse, sans processus automatique et donc sans relation avec le
dessin. Outre le pilotage manuel des axes, cette fonction peut servir de test
pour vérifier la bonne communication avec la machine ou pour jouer avec les
entrées/sorties (voir aussi "Paramètres / Fraiseuse / Test E-S").
Usinage / Surfaçage / Plateau martyr effectue une remise à plat de la
table de travail de la fraiseuse en précisant les paramètres de la zone à couvrir
(par défaut les dimensions actives de la machine) ainsi que le mode de
surfaçage. La croix d'angle permet d'éviter l'arrondi de l'outil dans le coin qui
servira d'origine XY pour le posage, les bords latéraux faisant butée de calage.
Lors de la prise d'origine, il est impératif d'effectuer manuellement l'approche du plateau et valider la position d'affleurement avec "Z - ok".
Important : Après un surfaçage du plateau martyr, le calibrage Z des
capteurs d'outil fixes est invalidé, puisque la référence a changé de position. Si
vous avez un capteur d'outil fixe, vous devrez le calibrer à nouveau.
Usinage / Surfaçage / Pièce à usiner fait un surfaçage de la pièce dessinée. La prise d'origine Z se fait impérativement sur la surface brute.
Usinage / Surfaçage / Mise à l'épaisseur fait une rectification de l'épaisseur de la pièce dessinée. La prise d'origine Z se fait sur le plateau martyr qui
sert de référence Z. La couche de matière à enlever doit être indiquée par
excès. Elle permet de gérer les paliers et la hauteur de retrait de l'outil.
11 - 168
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Usinage / Palpage / Surfacique appelle le processus de palpage 3D sur les
3 axes XYZ d'un volume cartésien. Ce palpage permet le reverse engineering
ou acquisition d'une pièce existante afin de la reproduire. La fonction dans
Galaad va créer un maillage à partir de relevés automatiques de points sur cette
pièce. Le module de pilotage de la machine étant indépendant du module de
dessin, il va créer un fichier contenant ce maillage, sous un format, une densité
et des paramètres à définir.
Les caractéristiques techniques du palpeur définies ici resteront mémorisées. Deux types de palpeur peuvent être utilisés :
- Un capteur binaire, en général un contact tout-ou-rien relié à une entrée de
la machine. Pour chaque point à acquérir, Galaad fait descendre l'axe Z
rapidement jusqu'au contact avec la pièce, remonte ensuite lentement jusqu'au
point de déclic, note la position Z puis remonte rapidement et déplace l'axe X
ou Y vers le relevé suivant.
- Un capteur analogique, en
général un laser de mesure, relié à
l'entrée ADC de la machine. Il est
nécessaire d'indiquer le facteur de
conversion entre valeur analogique
et unité de distance. Galaad se
contentera de positionner le
capteur au-dessus chaque point à
mesurer, en ne faisant varier l'axe
Z que pour maintenir le capteur
dans sa plage de linéaire. Il est
possible de sur-échantillonner la
mesure afin d'éliminer le bruit. Il
n'est pas possible d'effectuer des
mesures au vol le long d'un
mouvement X ou Y continu.
Une fois les paramètres validés, le processus est absolument identique à
celui d'une prise d'origine pièce pour un usinage standard, à ceci près que la
pièce est déjà usinée et que le capteur d'outil n'est pas utilisable. Vous devez
régler le point origine du volume à palper, avec les boutons verts de validation
des positions, la tige du palpeur devant affleurer la pièce ou le plateau à la
place de l'outil (avec un capteur analogique, il suffit de descendre dans la plage
linéaire). Lorsque l'origine est acquise, le processus se lance comme pour un
usinage normal.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 169
GALAAD
3 —————————————————————————————
Usinage / Palpage / Cylindrique appelle le processus le palpage 3D XAZ
automatique sur 4 axes d'un volume cylindrique. Ce processus est identique à
celui utilisé pour un palpage surfacique, à ceci près que l'axe A remplace l'axe
Y, donc avec une origine pièce qui se conforme à celle d'un processus d'usinage 4 axes. Mais le maillage ainsi créé sera déroulé à plat sur XYZ.
Usinage / Palpage / Manuel appelle le processus de palpage dans lequel
chaque position est pilotée et validée manuellement. L'intérêt de cette fonction
est d'acquérir point par point les données géométriques d'une forme à copier,
placée sur la machine. Les trois entités palpables sont le point isolé, la
polyligne par pointages successifs, et l'arc par 3 points. A noter que les
coordonnées sont absolues, l'origine correspondant au zéro machine. Il suffit de
recadrer globalement le résultat une fois le palpage terminé. Les nouveaux
objets palpés venant s'ajouter au dessin, la digitalisation manuelle peut être
effectuée en plusieurs fois.
Usinage / Compteurs affiche l'état des compteurs d'usinage et définit
l'identité et l'activité de chacun. Ces compteurs servent à suivre les temps
d'usinage cumulés pour tel ou tel chantier. Plusieurs compteurs peuvent tourner
simultanément.
Usinage / Matériau définit le matériau composant la pièce brute. Ceci sert
uniquement au calcul des vitesses d'avance automatiques. On peut pondérer
ces vitesses selon chaque matériau avec la boîte de dialogue disponible via
"Paramètres / Vitesses automatiques".
Usinage / Magasin d'outils appelle une fenêtre passive d'affichage des
caractéristiques principales des outils définis dans le magasin et indique
lesquels sont utilisés dans le dessin. Le bouton "Liste" fait une sortie texte de
cette liste vers le fichier "GALAAD.TXT", imprimable à partir du bloc-notes
Windows qui est appelé automatiquement.
Usinage / Outils récents rappelle quels ont été les outils utilisés dans les
cinq derniers dessins.
Usinage / Séquence / Placer en premier indique que les objets
sélectionnés doivent être usinés en premier dans le cycle d'outil et la
passe globale d'usinage qui les concerne. Dans le cas d'un ensemble de
plusieurs objets, la séquence interne du groupe reste inchangée. Ceci reste
valable pour toutes les commandes de changement de séquence décrites ci11 - 170
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
après. Rappelons que la séquence de dessin réglable ici n'est pas absolue :
l'usinage suivra d'abord la séquence des cycles d'outils puis, pour chaque outil,
fera en dernier les tracés de découpe (profondeur supérieure ou égale à
l'épaisseur de la pièce). Ce n'est que dans le cadre de ces passes globales que la
séquence d'usinage est accessible. Vous pouvez afficher sur le dessin les
numéros d'ordre avec "Affichage / Tracé / Identificateurs / Séquence".
Usinage / Séquence / Placer en dernier indique que les objets
sélectionnés doivent être usinés en dernier.
Usinage / Séquence / Définir le numéro d'ordre indique l'ordre d'usinage
dans leur passe des objets sélectionnés.
Usinage / Séquence / Pointer successivement permet de définir l'ordre
d'usinage par simple pointage du premier au dernier objet. Le numéro
d'ordre apparaît sur le dessin pendant le pointage, près du point de départ de
chaque objet.
Usinage / Séquence / Inverser retourne complètement l'ordre d'usinage des
objets sélectionnés, à l'intérieur de leur ensemble.
Usinage / Séquence / Optimiser change l'ordre d'usinage des objets
sélectionnés de façon à réduire les mouvements inactifs. Le tout premier objet
de la sélection ne change pas de place. Le parcours interne de chaque objet
ouvert est éventuellement inversé pour aborder l'extrémité la plus proche.
Usinage / Séquence / Trier par profondeurs fait une séquence automatique par ordre de profondeurs croissantes.
Usinage / Séquence / Contournages int.-ext. place automatiquement en
avant-derniers tous les objets ayant un contournage intérieur, et en derniers
tous les objets ayant un contournage extérieur. De cette façon, tous les objets
ayant un contournage se font en dernier (c'est le cas de toute façon s'ils
correspondent à des découpes), les découpes d'îlots se faisant avant les
découpes externes finales.
Usinage / Séquence / Contournages ext.-int. place automatiquement en
avant-derniers tous les objets ayant un contournage extérieur, et en derniers
tous les objets ayant un contournage intérieur.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 171
GALAAD
3 —————————————————————————————
Usinage / Parcours / Connecter les objets sert à créer une entité
unique à partir d'objets jointifs mais indépendants. Cette trajectoire
unique peut ensuite être contournée ou hachurée de façon globale, mais
contrairement à la soudure, les objets connectés peuvent ensuite retrouver leur
indépendance sans avoir perdu leurs propriétés géométriques (arcs et courbes).
Voir le chapitre précédent "Trajectoires d'outils" pour plus de détails sur les
parcours connectés et leurs possibilités sous-jacentes.
Usinage / Parcours / Déconnecter les objets rend leur indépendance à
des objets qui ont été connectés en une trajectoire unique.
Usinage / Parcours / Souder les connexions soude définitivement les
objets connectés en une trajectoire unique. Les objets ayant des propriétés
géométriques (arcs et courbes) perdent ces propriétés et deviennent de simples
polylignes. Seuls des arcs jointifs de même centre et même rayon, ou encore
des courbes de Bézier jointives, peuvent être soudés ensemble sans perdre
leurs propriétés. Les courbes de type Beta-Spline ou Quadra-Spline ne peuvent
pas être soudées, sauf à les transformer en polylignes. Voir la fonction "Dessin
/ Objet / Scinder" pour supprimer les soudures une par une à partir d'un point
sélectionné en rouge.
Usinage / Parcours / Définir comme point de départ / le point rouge
pose le point sélectionné en rouge comme point de départ d'un objet ou d'un
parcours connecté. Dans le cas d'un objet simple, il va de soi que ce point ne
peut être que l'une de ses deux extrémités. Si c'est un parcours connecté, ce
point ne peut être qu'une extrémité d'un des objets qui le composent.
Usinage / Parcours / Définir comme point de départ / le point le plus au
centre, au nord, etc. pose comme point de départ de l'objet ou du parcours
sélectionné le point le plus proche de la référence demandée.
Usinage / Parcours / Définir comme point de départ / le sommet le plus
saillant pose comme point de départ de l'objet ou du parcours sélectionné le
point correspondant à l'angle le plus saillant vers l'extérieur. Ceci peut aider à
préparer pour le contournage un ensemble d'objets en une seule opération.
Usinage / Parcours / Définir comme point de départ / le sommet le plus
rentrant pose comme point de départ de l'objet ou du parcours sélectionné le
point correspondant à l'angle le plus rentrant vers l'intérieur.
11 - 172
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Usinage / Parcours / Fermer le parcours referme la trajectoire par
adjonction d'un segment ou ajustement des extrémités.
Usinage / Parcours / Forcer en sens horaire impose un parcours horaire
de la trajectoire de l'objet ou des objets connectés.
Usinage / Parcours / Forcer en sens trigo impose un parcours anti-horaire
de la trajectoire de l'objet ou des objets connectés.
Usinage / Parcours / Inverser le sens change le sens de parcours (horaire
ou trigonométrique) de la trajectoire de l'objet ou des objets connectés.
Usinage / Contournage / Définir la trajectoire pose une trajectoire de
contournage intérieure ou extérieure de l'objet ou du parcours sélectionné, selon le diamètre et le profil de l'outil. Voir le chapitre "Trajectoires
d'outils" qui en décrit tous les détails.
Usinage / Contournage / Créer un
nouvel objet construit un objet indépendant à partir d'un contournage intérieur
ou extérieur appliquée à l'objet sélectionné. Si celui-ci a déjà un contournage, sa
trajectoire devient un objet indépendant
sans autre forme de procès. Si l'objet n'a
pas de contournage, alors il vous est
demandé de définir le décalage avec des paramètres de calcul simplifiés.
Usinage / Contournage / Indiquer le point de départ permet de pointer
directement au vol les positions de départ des trajectoires des objets ayant un
contournage. Si le contournage a une ébauche et une finition, les deux seront
pointées séparément. Le tracé de l'objet n'est pas modifié, seul son contournage
change. Si le contournage est recalculé par la suite, son point de départ revient
en face de celui de l'objet. Cette opération doit donc être faite en dernier, une
fois l'objet et son contournage définitivement validés.
Usinage / Contournage / Points d'attache / Ajouter permet de poser,
sur les trajectoires de contournage, des ponts de matière résiduelle qui
éviteront que le morceau découpé ne bouge lorsque l'outil aura commencé à le
séparer du reste de la pièce brute, ou ne s'envole lorsque la trajectoire sera
achevée. Le logiciel demande au préalable la largeur voulue pour le pont de
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 173
GALAAD
3 —————————————————————————————
matière résiduelle, et s'il faudra relever complètement l'outil ou seulement
laisser une petite épaisseur de matière, c'est-à-dire que la profondeur de coupe
est moindre sur la largeur du pont, d'une valeur à définir. Une fois l'usinage
terminé, les ponts de matière seront enlevés à la main, pour libérer définiti
vement les formes découpées. A noter que
les points d'attache ne peuvent pas toujours
être conservés en cas de modification de
l'objet nécessitant de recalculer sa
trajectoire de contournage. Il vaut donc
mieux les poser en dernier, une fois l'objet
et son contournage définitivement validés.
Usinage / Contournage / Points d'attache / Déplacer permet de modifier
la position et les paramètres de points d'attache existants, à pointer sur le
dessin. L'opération revient à supprimer le point d'attache et en recréer un
nouveau immédiatement.
Usinage / Contournage / Points d'attache / Supprimer permet d'enlever
des points d'attache existants, à pointer sur le dessin.
Usinage / Contournage / Points d'attache / Supprimer tous enlève les
points d'attache des objets sélectionnés.
Usinage / Contournage / Séquence interne / Pointer le contour à usiner
en premier permet de changer la séquence d'usinage des multiples trajectoires
de contournage d'un objet. En effet, le calcul de contournage crée parfois
plusieurs poches ou trajectoires si l'objet a des resserrements qui empêchent
l'outil de passer. Cette fonction permet de définir la séquence interne de ces
trajectoires multiples, sans changer la séquence de l'objet dans le dessin. Le
pointage se fait directement au vol sur le dessin, en approchant la souris de la
trajectoire qui s'illumine alors, et en cliquant pour valider. Si le contournage est
recalculé, ce changement de séquence interne disparaît.
Usinage / Contournage / Séquence interne / Pointer le contour à usiner
en dernier fait la même chose que précédemment, en mettant à chaque fois en
dernier la trajectoire de contournage pointée.
Usinage / Contournage / Ajouter un segment d'entrée / Horizontal
Z ajoute par pointage direct un segment d'entrée à la trajectoire de
contournage, à la même profondeur que le point de départ, donc avec un cycle
11 - 174
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
de perçage standard. L'éloignement du point d'entrée évite la descente dans le
matériau trop près de la trajectoire à découper tout en permettant de positionner soi-même le point de perçage. Toutefois, la validité de ce segment n'est pas
vérifiée par le logiciel, notamment le fait qu'il entre en collision avec la
trajectoire de contournage ou avec d'autres objets. Il est possible d'ajouter
successivement autant de segments ou arcs d'entrée (ou de sortie) que nécessaire. Attention, en cas de nouveau calcul du contournage (modification de
l'objet, de l'outil ou de la profondeur pour un outil non cylindrique), les ajouts
aux extrémités ne peuvent être recalculés et sont donc perdus. Il convient donc
de n'ajouter ces segments ou arcs qu'une fois le dessin de l'objet définitivement
validé.
Usinage / Contournage / Ajouter un segment d'entrée / Oblique Zo
ajoute par pointage un segment d'entrée qui va de la surface du matériau
(profondeur zéro) à la profondeur du point de départ. La fraise ne percera pas
la matière au nouveau point de départ, mais se contentera de venir l'affleurer,
puis elle descendra progressivement jusqu'à la trajectoire de contournage.
Usinage / Contournage / Ajouter un arc d'entrée définit un arc
d'approche à l'entrée de la trajectoire de contournage.
Usinage / Contournage / Supprimer les segments & arcs d'entrée enlève
les segments et arcs d'entrée ajoutés à l'objet sélectionné.
Usinage / Contournage / Ajouter un segment de sortie ajoute par
pointage direct un segment de sortie à la trajectoire de contournage, à la même
profondeur que le point d'arrivée.
Usinage / Contournage / Ajouter un arc de sortie définit un arc d'éloignement à la sortie de la trajectoire de contournage.
Usinage / Contournage / Supprimer les segments & arcs de sortie
enlève les segments et arcs de sortie ajoutés à l'objet sélectionné.
Usinage / Contournage / Supprimer la trajectoire enlève la trajectoire de contournage de l'objet sélectionné.
Usinage / Contournage / Recalculer la trajectoire reconstruit la ou les
trajectoires de contournage de l'objet sélectionné. Les points d'entrée et de
sortie qui ont été ajoutés à la main sont alors éliminés.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 175
GALAAD
3 —————————————————————————————
Usinage / Contournage / Changer de bord intérieur-extérieur transforme les contournages extérieurs des objets sélectionnés en contournages
intérieurs, et vice-versa.
Usinage / Contournage / Changer de sens de parcours inverse le sens
d'usinage des contournages des objets sélectionnés.
Usinage / Contournage / Sélectionner tous les contours intérieurs
) tous les objets ayant
sélectionne ou ajoute à la sélection courante (touche
un contournage intérieur.
Usinage / Contournage / Sélectionner tous les contours extérieurs fait la
même chose pour tous les objets ayant un contournage extérieur.
Usinage / Contournage / Sélectionner par filtrage sélectionne les objets
selon les caractéristiques de leurs trajectoires de contournage.
Usinage / Contournage / Paramètres avancés définit les quelques
données accessibles pour le calcul des trajectoires de contournage. Le seuil
d'affichage des angles indique à partir de quel angle saillant il est affiché un
cercle représentant l'outil. Le seuil d'enroulement définit l'angle à partir duquel
la trajectoire décrit un arc roulant autour de l'arête, ainsi que la segmentation
de ces arcs. Le pourcentage d'espacement des points définit un lissage de la
trajectoire avant le calcul, éliminant les points jugés superflus.
Usinage / Profondeurs / Compter indique le nombre d'objets de la couche
active, en les classant par profondeurs. Voir aussi la fonction "Affichage /
Palette de cotation / Profondeurs"
Usinage / Profondeurs / Changer globalement permet d'augmenter ou
multiplier en une seule fois les profondeurs des objets sélectionnés.
Usinage / Vitesses d'avance / Compter indique le nombre d'objets de la
couche active, en les classant par vitesses d'avance. Voir aussi la fonction
"Affichage / Palette de cotation / Vitesses d'avance"
Usinage / Vitesses d'avance / Changer globalement permet d'augmenter
ou multiplier en une seule fois les vitesses d'avance des objets sélectionnés.
Usinage / Durée calcule pour le dessin le temps théorique d'usinage actif,
11 - 176
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
c'est à dire sans compter les mouvements inactifs liés aux paramètres d'usinage
(perçage, paliers de profondeur, hauteur de dégagement et passe de finition
éventuelle) et sans tenir compte des paramètres cinématiques (ralentissements,
accélérations) nécessaire à l'exécution du mouvement.
Menu "Edition"
Edition / Annuler revient successivement sur les dernières opérations
effectuées sur le dessin avec les icones ou via les menus "Usinage",
"Edition" et "Dessin". Les fonctions de fichiers, d'affichage et de paramétrage
ne sont pas concernées. La taille de la pile annuler/refaire est réglable dans les
fonctions avancées des paramètres d'environnement de travail.
Edition / Refaire revient successivement sur les dernières opérations
de dessin qui ont été annulées.
Edition / Répéter refait pour un autre objet la dernière opération
effectuée sur le dessin via une commande dans les menus "Usinage",
"Edition" et "Dessin", avec les mêmes paramètres.
Edition / Recommencer annule la dernière opération effectuée sur le
dessin et relance la fonction qui a été annulée pour reparamétrage.
Edition / Effacer supprime l'objet, le point ou le segment sélectionné en
rouge et ayant le focus. Même fonction que la touche
.
Edition / Couper fait une copie dans le presse-papier de l'objet
sélectionné puis l'efface. Voir "Edition / Copier", ci-dessous.
Edition / Copier fait une copie dans le presse-papier de l'objet
sélectionné. Cet objet peut ensuite être collé ailleurs sur le dessin ou
dans un autre logiciel acceptant les objets graphiques vectoriels au format
EMF. Voir "Edition / Coller", ci-dessous.
Edition / Coller fait une copie sur le dessin de l'objet copié dans le
presse-papier depuis Galaad ou un autre logiciel (dans ce cas, l'objet
doit obligatoirement être de type graphique vectoriel). Voir aussi la commande
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 177
GALAAD
3 —————————————————————————————
"Edition / Copier". Pour un collage d'une image de fond à partir du pressepapier, voir la commande "Affichage / Image de fond / Coller".
A noter qu'une icone déroulante "Coller l'avant-dernière copie" permet
de coller l'avant-dernier objet qui a été copié dans le presse-papier.
Cette icone n'a pas de fonction équivalente dans le menu.
Edition / Recadrer et coller fait un collage sur le dessin de l'objet copié
dans le presse-papier, en permettant un recadrage préalable avec ajustage
automatique dans la zone, plutôt qu'un simple pointage de position.
Edition / Duplication / Faire une copie réelle duplique l'objet sélectionné
sur une position XY à pointer. Les données d'usinage (profondeur, vitesse,
outil) restant inchangées. L'original et sa copie n'en sont alors pas moins deux
entités complètement indépendantes, contrairement à la copie virtuelle (voir cidessous).
Une icone "Copie rapide" dans la barre de commandes, sans fonction
équivalente dans le menu, permet de dupliquer l'objet sélectionné en un
clic. Pour ne pas confondre original et copie, cette dernière est décalée vers le
nord et l'est d'une unité de la grille magnétique. On pourra donc la replacer à sa
et
du clavier.
position originale avec les touches
Edition / Duplication / Faire une copie virtuelle duplique l'objet sélectionné sur une position à pointer. La copie virtuelle reste liée à l'original. Elle
n'existe pas en mémoire ni dans le fichier, ce qui peut permettre d'économiser
de la place, mais elle est affichée et sera usinée normalement. La copie
virtuelle suit toute modification de l'objet original.
Nota : si vous faites un ou plusieurs copies virtuelles d'un ensemble
d'objets, chaque série de copies sera usinée immédiatement après l'original.
Mais si vos objets originaux sont associés (voir l'icone jaune d'association),
alors chaque groupe sera usiné en entier avant de passer à la copie virtuelle
suivante. Cette association peut permettre de gagner du temps à l'usinage. Vous
pouvez associer après coup des objets dupliqués.
Edition / Duplication / En ligne duplique l'objet sélectionné en
plusieurs exemplaires alignés à intervalles réguliers selon une position à
pointer. Les paramètres de duplication en ligne sont le nombre de copies, un
possible enfoncement Z progressif (les profondeurs augmentent à chaque
copie), et la possibilité de faire une duplication virtuelle (copies fantômes) ou
11 - 178
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
réelle (copies indépendantes de l'original). Vous devez pointer la position de la
copie la plus proche ou bien la plus éloignée.
Edition / Duplication / En matrice duplique l'objet sélectionné en
plusieurs exemplaires rangés dans une matrice cartésienne à définir
(nombre de colonnes et de lignes avec direction de duplication, intervalles
entre colonnes et lignes).
Edition / Duplication / En cercle duplique l'objet sélectionné en plusieurs
exemplaires placés à intervalles réguliers sur un arc à pointer. Outre le nombre
de copies, vous devez indiquer l'intervalle angulaire entre deux copies voisines
et sa direction de rotation, ainsi qu'un éventuel enfoncement Z progressif. La
rotation autour du centre permet de
faire pivoter les copies sur ellesmêmes autour du centre de
duplication. Les copies ayant alors
des morphologies différentes de
l'original, elles ne peuvent pas être
virtuelles.
Edition / Duplication / En kaléidoscope duplique l'objet sélectionné
comme pour une duplication circulaire avec rotation autour du centre, mais en
ressoudant les intersections d'une copie à l'autre et en
éliminant les parties qui se recouvrent. On peut choisir
de conserver les unions (élimination des polygones
d'intersection) ou les intersections (élimination des
polygones hors intersections). Cette fonction à
vocation purement artistique peut aider à faire des
figures répétitives comme des arabesques circulaires
en éliminant automatiquement les surfaces de
recouvrement mutuel et en ressoudant les polygones
entre eux.
Edition / Duplication / En miroir / A l'ouest, etc. duplique l'objet
sélectionné de façon à rendre la copie symétrique par rapport à son point situé
le plus à gauche (ou à droite, etc.). La copie est inversée et ne peut donc pas
être virtuelle. Voir aussi les commandes "Edition / Clonage".
Edition / Duplication / En miroir / Par rapport au
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 179
GALAAD
3 —————————————————————————————
segment rouge duplique l'objet sélectionné de façon à rendre la copie symétrique par rapport au segment sélectionné en rouge. Cette copie miroir est
forcément inversée par rapport à l'original et ne peut donc pas être virtuelle.
Edition / Duplication / En miroir / Par rapport au
point rouge duplique l'objet sélectionné de façon à rendre la
copie symétrique par rapport au point sélectionné en rouge
(donc avec double inversion).
Edition / Duplication / En miroir / Par rapport à la croix rouge fait la
même chose que la précédente fonction, mais en prenant la croix rouge comme
centre de symétrie.
Edition / Duplication / Le long du tracé bleu duplique l'objet sélectionné
en rouge à intervalles réguliers le long du parcours de l'objet sélectionné en
bleu, éventuellement en positionnant l'original au point de départ du tracé bleu.
Les variations de profondeur Z de celui-ci
peuvent moduler celles des copies. Il est
possible de pivoter chaque copie pour
selon la tangente du tracé bleu au point de
duplication.
Edition / Duplication / Sur tous les points bleus place une copie virtuelle
de l'objet sélectionné sur chaque point d'un groupe de points sélectionné en
bleu. Pour recentrer les copies sur les points, il suffit de décaler l'original. La
méthode à suivre pour sélectionner un groupe de points en bleu consiste tout
simplement à les sélectionner un par un ou sur zone, puis cliquer sur l'icone
d'inversion rouge/bleu (icones de sélection).
Edition / Duplication / Spéciale duplique l'objet
sélectionné en changeant à chaque itération la taille,
l'orientation, le décalage XY et un éventuel enfoncement Z
progressif. Les copies étant différentes de l'original, elles
sont réelles et non virtuelles.
Edition / Duplication / Tracé entre les points duplique directement la
portion de tracé située entre les points rouge et bleu. Les deux points peuvent
appartenir à deux objets différents à conditions d'être intégrés dans un même
parcours (voir la fonction "Usinage / Parcours / Connecter les objets"). La
copie reste en position et est immédiatement sélectionnée.
11 - 180
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Edition / Duplication / Aux 4 coins de la planche / Virtuelle prend l'objet
sélectionné au sud-ouest de la planche et le duplique aux autres coins sans en
changer l'orientation (copies virtuelles).
Edition / Duplication / Aux 4 coins de la planche / Symétrique prend
l'objet sélectionné au sud-ouest de la planche et le duplique aux autres coins en
le retournant horizontalement et verticalement.
Edition / Duplication / Eliminer les copies supprime toutes les copies
virtuelles de l'objet sélectionné.
Edition / Duplication / Eliminer une copie supprime une copie virtuelle
de l'objet sélectionné, à préciser d'après son numéro.
Edition / Duplication / Rendre les copies réelles transforme en objets
réels et indépendants toutes les copies virtuelles de l'objet sélectionné.
Edition / Duplication / Homogénéiser les copies rend cohérents les jeux
de copies virtuelles des objets sélectionnés, en se basant sur celui qui a le plus
grand nombre de copies. Les autres auront alors le même nombre de copies
virtuelles, positionnées de la même façon.
Edition / Clonage / Poser un miroir à l'ouest, etc. ajoute un clone virtuel
symétrique à gauche (ou à droite, etc.) de l'objet sélectionné. Le clone n'existe
pas plus qu'une duplication virtuelle, et il est modifié dans son miroir dès que
l'objet auquel il est attaché est lui-même modifié. Mais il n'en sera pas moins
usiné comme un objet à part entière.
Edition / Clonage / Eliminer les clones supprime le clone virtuel de
chaque objet sélectionné.
Edition / Clonage / Rendre les clones réels transforme en un objet
indépendant le clone virtuel de chaque objet sélectionné.
Edition / Librairie / Ouvrir charge et positionne sur le dessin un objet ou
ensemble d'objets précédemment enregistrés sur le disque, c'est à dire non pas
des dessins entiers, mais des composants de dessin. Un objet en librairie
conserve toutes ses données d'usinage (profondeur, vitesse, outil). Le répertoire
par défaut est le dernier auquel on a accédé.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 181
GALAAD
3 —————————————————————————————
Edition / Librairie / Galerie affiche l'ensemble des objets présents dans
une librairie donnée et permet de l'ouvrir à l'aide d'un double-clic.
Edition / Librairie / Ouvrir & pivoter enchaîne l'ouverture d'un objet en
librairie avec son positionnement sur le dessin (par le centre de symétrie), puis
appelle automatiquement la fonction de rotation pour le faire pivoter.
Edition / Librairie / Enregistrer enregistre l'objet sélectionné sur le
disque, classé dans une librairie.
Edition / Librairie / Nouvelle crée un nouveau dossier dans le sousrépertoire "Librairies".
Edition / Librairie / Symboles TrueType charge un
symbole ou un caractère unique depuis une police Windows
TrueType. Une grande boîte de dialogue permet de choisir la police
et visualiser tous les symboles qu'elle contient. La taille (hauteur
Y) est réglable, ainsi que le hachurage automatique de remplissage.
Un double-clic sur le symbole le sélectionne.
Edition / Inverser la sélection désélectionne les objets sélectionnés, et
réciproquement sélectionne tous les objets qui ne l'étaient pas.
Edition / Sélectionner le plus petit objet est une fonction dont le libellé
exprime assez bien ce qu'elle fait. Son principal intérêt est de servir à éliminer
des micro-objets résiduels qu'on ne distingue pas sur la planche à dessin parce
que trop petits ou superposés à d'autres. La touche
permet comme
d'habitude d'ajouter à la sélection courante.
Edition / Verrouillage / Tout déverrouiller enlève les verrous appliqués à
tous les objets de la couche active. On rappelle que le verrouillage des objets
empêche leur sélection.
Edition / Verrouillage / Déverrouiller les objets pointés enlève les
verrous appliqués aux objets qu'on va pointer à la souris.
Edition / Associations / Tout dissocier rompt tous les liens d'association
existants dans la couche active. On rappelle que l'association d'objets fait une
sélection automatique de tout le groupe lorsqu'un de ses membres est pris
individuellement dans une sélection, que celle-ci soit unique ou multiple.
11 - 182
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Edition / Associations / Dissocier les objets sélectionnés rompt les liens
d'association existant entre les objets actuellement sélectionnés. A noter que le
fait de cliquer sur l'icone jaune d'association, lorsque les objets sélectionnés
sont déjà associés, propose alors de les dissocier sans passer par le menu
Edition / Associations / Dissocier les objets pointés seuls fait sortir les
objets qu'on va pointer et eux seuls d'un groupe d'objets associés.
Edition / Associations / Dissocier les objets pointés et acolytes rompt
tous les liens d'association existant dans les groupes auxquels appartiennent les
objets qu'on va pointer.
Edition / Associations / Sélectionner tous les objets associés filtre et
sélectionne sans les dissocier tous les objets de la couche active qui sont
membres d'un groupe d'objets associés.
Edition / Protections / Tout déprotéger lève la protection donnée à tous
les objets protégés de la couche active. On rappelle qu'un objet protégé peut
être déplacé et agrandi, mais sa forme ne peut pas être modifiée ou altérée et il
ne peut pas non plus être effacé.
Edition / Protections / Déprotéger les objets sélectionnés lève les
protections données aux objets sélectionnés. A noter que le fait de cliquer sur
l'icone jaune de protection, lorsque les objets sélectionnés sont déjà tous
protégés, propose alors de les déprotéger sans passer par le menu.
Edition / Protections / Déprotéger les objets pointés lève les protections
données aux objets qu'on va pointer.
Edition / Protections / Sélectionner tous les objets protégés sélectionne
sans les déprotéger tous les objets protégés de la couche active.
Edition / Ancrages / Tout désancrer brise tous les ancrages absolus ou
relatifs imposés aux objets présents dans la couche active. On rappelle que les
ancrages absolus fixent la position des objets sur la planche, et que les ancrages
relatifs déplacent simultanément tous les objets ancrés entre eux lorsqu'un seul
est déplacé.
Edition / Ancrages / Désancrer les objets sélectionnés seuls brise les
ancrages imposés aux objets sélectionnés. Si ces ancrages sont relatifs, seuls
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 183
GALAAD
3 —————————————————————————————
les objets sélectionnés sont libérés du groupe d'ancrage. A noter que le fait de
cliquer sur l'icone jaune d'ancrage (relatif ou absolu), lorsque les objets
sélectionnés sont déjà ancrés de la façon correspondante, propose alors de les
désancrer sans passer par le menu.
Edition / Ancrages / Désancrer les objets sélectionnés et acolytes brise
les ancrages imposés aux objets sélectionnés, ainsi que ceux existant entre les
autres objets du groupe d'ancrage dont ils sont membres.
Edition / Ancrages / Désancrer les objets pointés seuls brise les ancrages
imposés aux seuls objets qu'on va pointer. Si ces ancrages sont relatifs, seuls
les objets pointés sont libérés du groupe d'ancrage.
Edition / Ancrages / Désancrer les objets pointés et acolytes brise les
ancrages imposés aux objets qu'on va pointer, ainsi que ceux existant entre les
autres objets du groupe d'ancrage dont ils sont membres.
Edition / Ancrages / Sélectionner les objets ancrés sur position filtre et
sélectionne sans les désancrer tous les objets auxquels on a imposé un ancrage
absolu sur la planche.
Edition / Ancrages / Sélectionner les objets ancrés entre eux filtre et
sélectionne sans les désancrer tous les objets entre lesquels on a imposé un
ancrage relatif.
Edition / Ancrages / Sélectionner les acolytes des objets sélectionnés
filtre et sélectionne sans les désancrer tous les objets liés par un ancrage relatif
à ceux déjà sélectionnés.
11 - 184
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Menu "Dessin"
Dessin / Parcours continu permet de faire un dessin continu connectant
automatiquement les points d'entrée des objets ouverts nouvellement dessinés
aux points de sortie des derniers objets dessinés, donc sans avoir à indiquer le
premier point. Voir aussi la fonction "Usinage / Parcours / Déconnecter les
objets" pour prononcer le divorce.
Dessin / Grille magnétique / Régler définit le pas de la grille magnétique. Le fait de laisser la case X ou Y vide (sans valeur indiquée) définit
un pas variable réglé en permanence sur la plus petite graduation des réglettes,
quel que soit le niveau de zoom. Le pas angulaire, quant à lui, applique une
est enfoncée au
grille polaire relative au point précédent lorsque la touche
cours d'un dessin de ligne ou autres pointages assimilés. Pour plus de détails
sur la grille magnétique, reportez-vous sans vous vexer au chapitre "Apprenons
à dessiner".
Dessin / Grille magnétique / Appliquer à la position place le point sudouest de l'objet sélectionné (ou le point sélectionné) sur la coordonnée la plus
proche de la grille magnétique.
Dessin / Grille magnétique / Appliquer à la position et aux dimensions cadre complètement l'objet sélectionné sur la grille magnétique.
Dessin / Alignement & centrage ouvre une fenêtre de sélection des
possibilités d'alignement et centrage horizontal et vertical. La palette est
assez vaste et devrait couvrir à peu près tous les cas. Rappelons en outre que,
lorsque vous déplacez un objet sélectionné avec la souris, des lignes oranges
apparaissent pour vous permettre d'accrocher au vol des objets voisins (bord
gauche, centre, bord droit). Etant donné que le bouton gauche de la souris est
déjà enfoncé à ce moment puisque vous faites glisser le cadre de sélection,
l'accroche des lignes oranges se fait avec la barre
ou en deux
temps avec les touches
et .
Dessin / Objet / Changer de couche / Couche N fait passer l'objet
sélectionné de la couche active à la couche d'arrière-plan N. La palette de
cotation rapide "Couches" peut faire de même sans passer par le menu, et
permet en outre de passer rapidement d'une couche à l'autre. Voir plus loin les
fonctions en haut du menu "Affichage" pour la visualisation des couches et la
sélection de la couche active.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 185
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dessin / Objet / Ouvrir supprime le tout dernier point (et donc le dernier
segment) composant l'objet sélectionné. Si l'objet est un arc, il est alors
transformé en demi-cercle (ou demi-ellipse), soient 180° à partir du point de
départ. S'il s'agit d'une courbe, c'est son dernier secteur qui est supprimé, et les
propriétés géométriques sont conservées.
Dessin / Objet / Fermer / Par adjonction d'un point ajoute un point (et
donc un segment) pour refermer le parcours de l'objet sélectionné. Si l'objet a
des propriétés géométriques (arc ou courbe), la fermeture de son tracé est
effectuée par adjonction d'un morceau de même nature (arc ou secteur de
courbe) et les propriétés sont conservées.
Dessin / Objet / Fermer / Par ajustement de l'extrémité déplace le
dernier point de l'objet sélectionné de manière à refermer la trajectoire sur le
premier point, lequel ne change pas. Si l'objet a des propriétés géométriques
(courbes), l'ajustement se fait par décalage du dernier secteur et les propriétés
sont conservées.
Dessin / Objet / Fermer / En passant par la croix rouge ferme l'objet en
ajoutant un point à la position de la croix de référence fixe rouge. Si l'objet a
des propriétés géométriques (arc ou courbe), cette fonction est inopérante. Il
vous faut d'abord convertir l'objet en simple polygone.
Dessin / Objet / Altérer dégrade l'objet sélectionné
selon des valeurs aléatoires mais encadrées de déplacement
XYZ de ses coordonnées. Pour ne pas altérer les profondeurs, il suffit de régler la variation Z à 0%. Les propriétés
géométriques de l'objet (arc ou courbe) sont bien évidemment perdues lors de
l'altération.
Dessin / Objet / Relier construit un nouvel objet reliant les points extrêmes
sélectionnés en rouge et en bleu de deux objets existants, selon la nature des
objets qui portent ces points (polygone ou courbe).
Dessin / Objet / Souder est une fonction importante du dessin, qui
permet d'assembler en un seul objet des tracés indépendants. Si un point
est sélectionné en rouge, la fonction accroche l'objet dont l'extrémité est la plus
proche de ce point, et le fusionne avec l'objet qui porte ce point rouge. L'objet
accroché perd ses caractéristiques d'usinage au profit de l'objet accrocheur, et
les deux objets perdent tous deux leurs propriétés géométriques si elles sont
11 - 186
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
incompatibles. Cette fonction peut aussi être appelée avec un ensemble d'objets
sélectionnés, pour souder leurs extrémités proches entre elles. Dans ce dernier
cas, il est demandé de préciser une distance maximale de soudure afin d'éviter
d'accrocher des objets trop lointains. Si le nouvel objet ainsi créé est presque
fermé, il pourra l'être automatiquement par ajustage de son extrémité de sortie.
A noter que les objets dessinés avec différents outils ne sont pas soudables
entre eux, que les objets protégés ou définis comme hachurage ne sont pas
soudables, et enfin que cette soudure élimine définitivement les propriétés
géométriques de chaque objet, sauf si elles sont de natures identiques et
prolongeables à l'infini comme les courbes de Bézier. Voir aussi la commande
inverse "Dessin / Objet / Scinder", ci-dessous.
Dessin / Objet / Scinder fait l'opération inverse de la soudure en
séparant l'objet - non protégé - en deux objets indépendants de part et
d'autre du point sélectionné en rouge. Les deux parties de l'objet scindé perdent
leurs propriétés géométriques dans le cas d'une courbe. Rappelons que, pour
scinder une Quadra-Spline ou courbe de Bézier à l'un de ses nœuds tout en
conservant ses propriétés, il faut d'abord éditer sa géométrie (bouton droit de la
souris), cliquer sur le nœud en question pour lui donner le focus, puis appuyer
sur la touche .
Dessin / Objet / Manipuler la géométrie édite les propriétés géométriques
de l'objet s'il s'agit d'un arc ou d'une courbe (Beta-Spline,
Quadra-Spline ou Bézier). Le bouton droit de la souris fait de
même, directement ou via un menu contextuel.
Dessin / Objet / Convertir en polygone élimine définitivement les
propriétés géométriques de l'objet sélectionné (arc, courbe ou texte). Dans le
cas d'un texte, la fonction "Texte / Convertir en polygones" fait de même tout
en gardant le texte sous forme d'objets associés.
Dessin / Objet / Définir comme hachurage ajoute ou enlève l'indicateur
de hachurage à l'objets sélectionné. Cet indicateur est automatiquement donné
aux hachurages et cycles de poche. Les objets définis comme hachurage ne
sont pas soudables. On peut aussi les sélectionner par filtrage.
Dessin / Objet / Surface calcule la surface couverte par l'objet (ou le
parcours connecté) fermé. Si plusieurs objets fermés sont sélectionnés, le
résultat est le cumul des surfaces, même si elles se recoupent. La surface d'un
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 187
GALAAD
3 —————————————————————————————
parcours ouvert est considérée comme nulle. Une trajectoire en "8" ou de type
ruban de Mœbius aura une surface en partie positive et en partie négative, donc
un résultat tronqué. Il ne faut tout de même pas trop demander…
Dessin / Objet / Longueur de tracé mesure les longueurs de parcours
cumulées des objets sélectionnés, tout en indiquant le nombre de points
qu'ils contiennent. Les points de perçage isolés ou les groupes de points
n'entrent évidemment pas dans ce calcul.
Dessin / Objet / Distance entre points affiche
la distance entre deux positions XY quelconques à pointer sur le dessin, pas forcément sur des
objets. Dès le premier clic, le résultat est affiché sous
forme de ruban mobile. Après le second clic, un
mouvement de la souris le fera disparaître.
Dessin / Objet / Lire le codage ISO édite de façon passive le codage ISO
G-code équivalent à l'objet sélectionné, pour vérification globale de sa suite de
coordonnées. Lecture seule : inutile de modifier le code affiché.
Dessin / Objet / Copier outil-prof.-vit. fait la même chose que l'icone
verte de copie des données relatives à l'outil, la profondeur et la vitesse
d'avance. Cette fonction est aussi en menu pour permettre de créer un raccourci
rapide au clavier (voir "Paramètres / Touches de fonctions").
Dessin / Objet / Coller outil-prof.-vit., liée à la fonction précédente, fait la
même chose que l'icone verte de collage des données relatives à l'outil, la
profondeur et la vitesse d'avance.
Dessin / Polygone / Sélectionner les objets intérieurs sélectionne
automatiquement tous les objets qui sont entièrement contenus dans les objets
permettant comme d'habitude de ne pas désélecsélectionnés, la touche
tionner ceux-ci. Si un objet sélectionné est ouvert, la fonction se comporte
comme si un segment joignait ses extrémités pour le refermer.
Dessin / Polygone / Sélectionner les objets à cheval fait la même chose
que la fonction précédente, mais ne retient que les objets qui coupent ceux
sélectionnés, c'est-à-dire ayant une partie à l'intérieur et l'autre à l'extérieur.
Dessin / Polygone / Sélectionner les objets extérieurs fait la même chose
11 - 188
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
que les deux fonctions précédentes, mais ne retient que les objets entièrement
externes aux objets sélectionnés.
Dessin / Polygone / Lier les sommets transforme le groupe de points de
perçage cohérent en un polygone passant par tous ces points. Voir aussi la
commande inverse, ci-dessous.
Dessin / Polygone / Délier les sommets transforme le polygone sélectionné
en un groupe de points de perçage correspondant à ses sommets. Voir aussi la
commande inverse, ci-dessus. La différence avec l'icone
de dessin "Points sur sommets" est que l'objet
sélectionné est transformé en points isolés et associés,
alors que l'icone est une création qui ajoute des points isolés sans
rien modifier de l'objet original.
Dessin / Polygone / Eclater en segments transforme l'objet sélectionné en
autant de segments indépendants les uns des autres.
Dessin / Polygone / Relier les objets est la réciproque de la fonction cidessus, en ce sens qu'elle recombine en une polyligne des segments ou parcours
isolés mais jointifs.
Dessin / Polygone / Régler la segmentation ajoute par interpolation
linéaire de nouveaux points intermédiaires sur la trajectoire du polygone
sélectionné, de manière à avoir une distance maximale entre deux points
consécutifs.
Dessin / Polygone / Augmenter la segmentation ajoute par interpolation
linéaire de nouveaux points intermédiaires sur chaque segment de la trajectoire
du polygone sélectionné, quelle que soit la longueur de ce segment. La
différence avec la fonction précédente est que le nombre de points est multiplié
par un facteur à indiquer.
Dessin / Polygone / Réduire la segmentation supprime des sommets dans
la trajectoire du polygone sélectionné, afin d'accélérer les calculs et l'usinage.
Le nombre de points existants est tout simplement divisé, sans tenir compte des
intervalles. Cette suppression peut filtrer les sommets correspondant à des
angles vifs.
Dessin / Polygone / Espacer la segmentation supprime des sommets dans
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 189
GALAAD
3 —————————————————————————————
la trajectoire du polygone sélectionné, afin d'accélérer les calculs et l'usinage.
La différence avec la fonction précédente est que la suppression se fait en
précisant une distance minimale entre deux sommets et filtre ceux correspondant à des angles vifs.
Dessin / Polygone / Supprimer les interpolations inutiles élimine les
points inutiles dans la trajectoire du polygone sélectionné. Ces points correspondent à des intermédiaires parfaitement interpolés sur la trajectoire et ne sont
donc pas visibles bien qu'ils chargent inutilement le dessin.
Dessin / Polygone / Substituer au tracé le plus proche remplace un tracé
voisin par celui sélectionné. Cette fonction a pour but de permettre de redessiner un morceau de polygone grossier sans avoir à scinder ses
bords, remplacer puis ressouder. Par exemple, on peut
remplacer une partie hachée d'un tracé par une courbe de
Bézier ajoutée le plus près possible. Le tracé de
substitution est un objet sélectionné qui n'a pas besoin de parfaitement
coïncider à ses extrémités.
Dessin / Polygone / Simplifier le tracé élimine les aspérités d'un tracé
haché, par exemple issu d'une vectorisation d'image bitmap, en
cherchant à trouver le chemin le plus lisse possible qui respecte
les arêtes saillantes significatives. Le tracé peut être un objet
sélectionné ou bien un morceau d'objet situé entre les points
sélectionnés en rouge et en bleu. A noter que le calcul est
fastidieux et peut donc être très long.
Dessin / Polygone / Lisser les angles crée un nouveau tracé adouci
épousant la trajectoire du polygone sélectionné de manière à arrondir ses
angles vifs. Le polygone est alors transformé en une courbe de Bézier plus ou
moins serrée, selon le facteur de lissage choisi.
Dessin / Polygone / Créer la Beta-Spline équivalente construit la BetaSpline à partir des sommets du polygone sélectionné, comme si vous pointiez
un par un ces sommets pour la construire. On rappelle que le
nombre maximal de points d'une Beta-Spline est de 256,
ce qui laisse tout de même quelque latitude aux
créativités débridées.
11 - 190
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dessin / Polygone / Créer la Quadra-Spline
équivalente construit la Quadra-Spline à partir des
sommets du polygone sélectionné.
Dessin / Polygone / Créer la courbe de Bézier
équivalente construit la courbe de Bézier à partir des
sommets du polygone sélectionné.
Dessin / Segment rouge / Supprimer efface le segment
sélectionné en rouge et scinde ainsi la trajectoire de
a le même effet lorsque le
l'objet. La touche
segment rouge a le focus.
Dessin / Segment / Interpoler un point ajoute un point
intermédiaire dans le segment sélectionné en rouge,
selon une distance à préciser, absolue ou proportionnelle
à la longueur du segment (par défaut la moitié).
Dessin / Arc / Editer envoie
directement la boîte de dialogue de
cotation circulaire pour l'arc sélectionné, ce qui équivaudrait en fait à éditer
ses propriétés géométriques puis
appuyer sur la touche
pour entrer
les cotes circulaires et la méthode de
segmentation.
Dessin / Arc / Sélectionner tous
les arcs (ouverts/fermés/elliptiques)
sélectionne tous les arcs correspondants de la couche active du dessin.
Dessin / Arc / Sélectionner en filtrant les diamètres sélectionne tous les
arcs de la couche active selon leur diamètre, entre un minimum et un maximum
à indiquer.
Dessin / Arc / Changer le diamètre des arcs sélectionnés applique à tous
les arcs sélectionnés un diamètre unique à indiquer.
Dessin / Arc / Définir un alésage remplace tous les cercles sélectionnés
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 191
GALAAD
3 —————————————————————————————
par des alésages incluant la correction d'outil et le mode de fraisage, hélicoïdal
ou perçage. Supprimer le contournage ramène aux cercles originels.
Dessin / Arc / Remplacer les cercles par des points supprime tous les
cercles sélectionnés et les remplace par de simples points à leurs centres.
Dessin / Arc / Remplacer les points par des cercles supprime tous les
points isolés sélectionnés comme objets pour les remplacer par des cercles
selon le diamètre indiqué.
Dessin / Arc / Horaire impose un sens de parcours horaire à l'arc sélectionné ou édité. L'arc ne change pas d'aspect mais de sens, les points de départ
et d'arrivés s'inversant.
Dessin / Arc / Trigo impose un sens de parcours anti-horaire à l'arc
sélectionné ou édité.
Dessin / Arc / Fermé referme l'arc sélectionné ou édité. Le point de départ
ne change pas.
Dessin / Arc / Complémentaire transforme l'arc sélectionné ou édité en
son arc complémentaire s'il s'agit d'un arc ouvert.
Dessin / Arc / Régler la segmentation définit le pas de
vectorisation des arcs et ellipses, c'est à dire l'angle séparant deux
segments consécutifs le long de l'arc. Cette segmentation est reprise au
moment de l'usinage pour les arcs d'ellipses, ou encore les arcs de cercles si
votre fraiseuse ne fait pas d'interpolation circulaire (voir les paramètres de
la fraiseuse). Deux modes de segmentation automatique sont accessibles,
qui réduisent le pas angulaire en proportion inverse du diamètre,
ce qui fait que vous n'avez pas à vous soucier de la vectorisation quelle que soit
la taille de l'arc : plus le diamètre est grand, plus la segmentation augmente, et
réciproquement. Le résultat est arrondi à la valeur plancher sur l'échelle
suivante : 0,1° (minimum) / 0,2° / 0,5° / 1° / 1,5° / 3° / 5° / 10° / 15° (maximum). Le mode automatique avec distance maximale corde-arc est sans doute
le plus usuel dans les logiciels de CAO.
Dessin / Arc / Fixer une croix sur l'arc place une croix de repérage fixe
rouge ou bleue sur la circonférence de l'arc sélectionné ou édité, selon un angle
à préciser.
11 - 192
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dessin / Arc / Rétablir l'arc depuis le polygone retrouve les propriétés
géométriques perdues d'un arc qui a été transformé en polygone.
Dessin / Encoche / Ajouter sert à placer des rainures de montage sur
des formes découpées. La fonction opère par pointage direct sur les
tracés : on positionne le point d'encoche quelque part sur un objet, puis
on donne la direction de rainurage avec un second clic. Le logiciel
demande alors de valider la largeur, la profondeur et l'angle de direction.
Dessin / Encoche / Supprimer efface une encoche ajoutée à un tracé. Cette
encoche doit être pointée directement ; elle s'illuminera en vert.
Dessin / Encoche / Redimensionner change les caractéristiques d'une
encoche à pointer (largeur, profondeur, angle). On peut pointer successivement
plusieurs encoches à modifier.
Dessin / Encoche / Supprimer toutes effaces toutes les encoches des
objets sélectionnés.
Dessin / Encoche / Redimensionner toutes change en une seule opération
les caractéristiques des encoches posées sur les objets sélectionnés.
Dessin / Raccord fil-chaud / Point→point pose un raccord direct entre
deux tracés indépendants, par pointage au vol d'un sommet sur chacun. L'objet
qui en résulte est unique. Les fonctions "Raccord
fil-chaud" servent principalement pour la
découpe de polystyrène au fil chaud, où il
n'est pas possible de faire des parcours de
liaison outil relevé : le parcours d'usinage n'a qu'un seul point d'entrée dans la
matière et un seul point de sortie. Si les points indiqués ne correspondent pas à
une extrémité, le raccord fait un aller-retour.
Dessin / Raccord fil-chaud / Point→segment pose un raccord aller-retour
entre un point d'un tracé et un segment d'un autre tracé.
Dessin / Raccord fil-chaud / Point→segment, horizontal fait la même
chose que la fonction précédente, le raccord étant toujours horizontal.
Dessin / Raccord fil-chaud / Point→segment, horizontal fait la même
chose que la fonction précédente, le raccord étant toujours vertical.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 193
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dessin / Raccord fil-chaud / Segment→point fait la même chose que la
fonction précédente, le pointage devant commencer par le segment.
Dessin / Raccord fil-chaud / Segment→point, horizontal fait la même
chose que la fonction précédente, le raccord étant toujours horizontal.
Dessin / Raccord fil-chaud / Segment→point, vertical fait la même chose
que la fonction précédente, le raccord étant toujours vertical.
Dessin / Raccord fil-chaud / Segment→segment pose un raccord allerretour entre un segment d'un tracé et un segment d'un autre tracé.
Dessin / Raccord fil-chaud / Segment→segment, horizontal fait la même
chose que la fonction précédente, le raccord étant toujours horizontal.
Dessin / Raccord fil-chaud / Segment→segment, vertical fait la même
chose que la fonction précédente, le raccord étant toujours vertical.
Dessin / Raccord fil-chaud / Supprimer efface un raccord simple ou allerretour entre deux objets, par pointage direct au vol.
Dessin / Hachurage remplit l'intérieur de l'objet ou du parcours
sélectionné avec des hachures. Reportez-vous au chapitre "Trajectoires
d'outils" pour plus d'informations sur le hachurage et le cycle de poche.
Dessin / Cycle de poche remplit l'intérieur de l'objet ou du parcours
sélectionné avec des contours successifs en cycle de poche.
Dessin / Contour d'ensemble / Union construit un
polygone de contour extérieur des objets sélectionnés. Le
tracé de contour peut être ouvert.
Dessin / Contour d'ensemble / Intersection construit un
polygone de contour intérieur des objets sélectionnés.
Dessin / Contour de tracé fait un contour fermé et distant de la trajectoire
de l'objet sélectionné, comme les limites d'un trait épais
arrondi aux extrémités. Si l'objet est fermé, le contour
résultant comprendra deux objets distincts.
11 - 194
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dessin / Transmutation crée les tracés
intermédiaires entre deux formes sélectionnées,
lesquelles ne doivent pas être des parcours connectés.
Par exemple, à partir de deux tracés représentant des
courbes de niveau, cette fonction créera par
interpolation des courbes intermédiaires, ou bien encore un
objet et son îlot intérieur se verront adjoindre des poches
successives de passage de l'un à l'autre.
Dessin / Masquage / Intérieur scinde et
élimine les parties d'objets non protégés se
trouvant à l'intérieur de l'objet ou du parcours
sélectionné. Cette fonction correspond à une
incision (les tracés sont coupés avec création de
nouveaux points à la césure) suivie d'une suppression des morceaux d'objets se
trouvant à l'intérieur de l'objet sélectionné en rouge. Celui-ci peut néanmoins
avoir un tracé ouvert. Les objets partiellement éliminés par masquage perdent
leurs propriétés géométriques (arcs, courbes ou texte).
Dessin / Masquage / Extérieur fait la même
chose en mode inverse, c'est à dire scinde et
élimine les parties d'objets non protégés se
trouvant à l'extérieur de l'objet ou du parcours
sélectionné.
Dessin / Incision scinde les objets non protégés sur la trajectoire de
l'objet sélectionné ou, à défaut, le long d'un fil de coupe à pointer. Le
tracé de l'objet sélectionné fait office de lame coupant tout ce qu'elle croise. La
différence avec la fonction "Dessin / Objet / Scinder" réside dans
le fait que l'objet victime peut être découpé n'importe où, et
pas juste à l'un de ses sommets existants. L'incision peut
en outre être multiple, avec le fil pointé ou avec le tracé
d'incision sélectionné en rouge. Les objets incisés perdent leurs
propriétés géométriques (arcs, courbes ou texte).
Dessin / Limitation / Objets sélectionnés sur autres objets scinde et
élimine l'extrémité la plus courte des objets non protégés coupant la trajectoire
des objets sélectionnés. L'icone de raccord/limitation dans la série des polylignes peut s'avérer plus pratique dans la plupart des cas, mais l'avantage de cette
commande est qu'elle peut opérer plusieurs limitations en une seule opération.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 195
GALAAD
3 —————————————————————————————
Son inconvénient est de ne pas demander quel bout supprimer des objets
incisés : ce sera toujours le bout le plus court. Les objets élagués par limitation,
quelle qu'en soit le mode, perdent leurs propriétés géométriques (arcs, courbes
ou texte).
Dessin / Limitation / Objets sélectionnés entre eux scinde et élimine
l'extrémité la plus courte des objets sélectionnés non protégés dont les trajectoires se coupent. Attention à la séquence de coupe.
Dessin / Limitation / Segment rouge sur segment bleu scinde et élimine
l'extrémité la plus courte du segment sélectionné en bleu après l'intersection
avec le segment sélectionné en rouge.
Dessin / Limitation / Segment bleu sur segment rouge scinde et élimine
l'extrémité la plus courte du segment sélectionné en rouge après l'intersection
avec le segment sélectionné en bleu.
Dessin / Limitation / Segment bleu et rouge entre eux scinde et élimine
les extrémités les plus courtes des segments sélectionnés en bleu et en rouge
après leur point d'intersection.
Dessin / Chanfrein fait un chanfrein au sommet défini par le
point sélectionné en rouge ou sur tous les sommets de l'objet
sélectionné. Plusieurs méthodes de définition du chanfrein sont
accessibles, plus une règle de filtrage en cas d'application à tous les sommets
d'un objet sélectionné.
Dessin / Arrondi fait de la même façon un arrondi au
sommet défini par le point sélectionné en rouge ou sur tous les
sommets de l'objet sélectionné.
Dessin / Fractale est une
fonction à vocation artistique. Elle
remplace chaque segment de l'objet
sélectionné par un ajustement du tracé
de l'objet sélectionné en bleu, celui-ci étant
ouvert (extrémités non-jointives). On retrouve alors le tracé complet de l'objet
bleu en lieu et place de chaque segment du tracé rouge. Cette opération n'est
intéressante que réitérée plusieurs fois.
11 - 196
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dessin / Equation / Simple y=f(x) construit une courbe plane d'après une
équation mathématique à préciser. Les irréductibles matheux seront aussitôt
projetés avec délectation dans l'univers glacé et sophistiqué de la géométrie
appliquée, tandis que les autres fuiront dare-dare vers les pages suivantes. A
l'aide d'un peu d'équations et beaucoup de phosphore, vous pouvez créer une
trajectoire 2D ou 3D réglée comme un polynôme. Attention, sans vouloir
énoncer une académique platitude, nul n'entre ici s'il n'est géomètre. Deux
petits exemples avec y=f(x) :
Sur une planche à dessin de dimensions 100 × 60 mm, appelez la fonction
"Dessin / Equation / Simple y = f(x)" et entrez l'équation
Y = 20*SIN(3,6*X) dans la case qui lui est réservée. Mettez comme
origine Yo = 30 mm et comme intervalle de définition pour X de 0 à 100 par
pas de 1. Validez le tout : il en ressort comme un
diable de sa boîte une magnifique courbe
sinusoïde sur une période, que vous auriez pu
dessiner beaucoup plus facilement en passant par
l'icone ad hoc.
A noter que la fonction SIN( ) de l'analyseur syntaxique utilise des degrés et
non des radians. Le résultat a donc été une variation de X de 0 à 100 par pas de
1, et par voie de conséquence un argument de sinus variant de 0 à 360.
L'amplitude est représentée par le facteur multiplicateur à gauche du sinus,
soient 20 mm, et la profondeur indiquée par la case Zo.
Une petite autre pour le plaisir :
Y = 10*LOG(X) avec X variant de 1
à 100 par pas de 1, et Yo = 30 mm.
Si vous abusez du zéro pour la fonction LOG( ), un message d'horreur et de
réprobation viendra très probablement vous rappeler à l'ordre. Il en ira de
même si vous avez la prétention de diviser par zéro, d'extraire une racine carrée
négative et autres insanités qui feront hocher la tête des vrais initiés, sur eux
notre salut.
Rappelons que les fonctions de l'analyseur syntaxique sont aussi
disponibles pour la saisie directe de coordonnées ou valeurs en nombres
réels. Par exemple, vous pouvez entrer "Abs(12.34+5.67*CosR(PI/8.9))" en lieu
et place d'une cote X dans une boîte de dialogue, en espérant que ce travail sur
vous-même vous aidera à accéder à la vie contemplative. Evidemment, le
calcul est direct et la formule perdue sitôt le résultat validé.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 197
GALAAD
3 —————————————————————————————
Les fonctions reconnues par l'analyseur syntaxique sont les suivantes :
ABS (...)
valeur absolue de l'argument
ATG (...)
arc tangente de l'argument, résultat en degrés
ATGR (...)
arc tangente de l'argument, résultat en radians
COS (...)
cosinus de l'argument, celui-ci en degrés
COSR (...)
cosinus de l'argument, celui-ci en radians
CUBE (...)
cube de l'argument
EXP (...)
exponentielle népérienne de l'argument
FRAC (...)
partie fractionnaire de l'argument
HCOS (...)
cosinus hyperbolique de l'argument
HSIN (...)
sinus hyperbolique de l'argument
INT (...)
partie entière de l'argument
LN
(...)
logarithme népérien de l'argument
LOG (...)
logarithme décimal de l'argument
RAND (...)
entier aléatoire [0 ... argument[ (max : 999)
RND (...)
valeur entière arrondie de l'argument
SIN (...)
sinus de l'argument, celui-ci en degrés
SINR (...)
sinus de l'argument, celui-ci en radians
SQR (...)
carré de l'argument
SQRT (...)
racine carrée de l'argument
TG
(...)
tangente de l'argument, celui-ci en degrés
TGR (...)
tangente de l'argument, celui-ci en radians
Constante reconnue : PI, sans parenthèses, et qu'il est inutile de présenter.
Dessin / Equation / Triple (x,y,z)=f,g,h(t) construit une courbe dans
l'espace d'après trois équations. Les fonctions mathématiques disponibles sont
les mêmes que celles décrites plus haut. Exemple, sur une planche à dessin de
dimensions 100 × 60 × 30 mm, entrez les équations suivantes :
X = 20*COS(3,6*T)
Y = 20*SIN(3,6*T)
Z=1
Cette fois, la variable s'appelle T et parcourt un domaine de
définition de 0 à 100 par pas de 1. Un cosinus sur X, un sinus
sur Y, le tout développé sur 3,6 × 100 soient 360 degrés avec
une amplitude globale de 20, tout ceci ressemble assez fort à un
tracé de cercle de 20 mm de rayon, et dont acte.
N'oubliez pas de fixer le centre de votre planche pour Xo et Yo. A titre de
récréation, vous pouvez vous amuser à entrer les équations décrites ci-après,
pour une variable T variant de 0 à 1 par pas de 0,01, avec Xo et Yo toujours au
centre de votre planche à dessin.
11 - 198
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Spirale :
X = 20*T*SIN(4*360*T)
Y = 20*T*COS(4*360*T)
Cardioïde :
X = 10*(2*SIN(360*T)-SIN(2*360*T))
Y = 10*(2*COS(360*T)-COS(2*360*T))
Epicycloïde : X = 20*COS(360*T)-2*COS(10*360*T)
Y = 20*SIN(360*T)-2*SIN(10*360*T)
Trochoïde :
X = 20*COS(360*T)-4*COS(10*360*T)
Y = 20*SIN(360*T)-4*SIN(10*360*T)
Lissajous :
X = 30*SIN(2*360*T)
Y = 30*SIN(3*360*(T+0.05))
Pour le même prix, vous trouverez ci-après leurs équations générales, pour
T variable angulaire variant de 0 à 360 (degrés) :
Spirale :
X = SIN(N*T)*R*T/360
Y = COS(N*T)*R*T/360
où N est le nombre de spires et R le rayon maxi.
Cardioïde : X = R*(2*SIN(T)-SIN(2*T))
Y = R*(2*COS(T)-COS(2*T))
où R est la taille de la cardioïde.
Epicycloïde : X = (R1+R2)*COS(T)-R2*COS(((R1+R2)/R2)*T)
Y = (R1+R2)*SIN(T)-R2*SIN(((R1+R2)/R2)*T)
où R1 et R2 sont les rayons des cercles intérieur et extérieur de
l'épicycloïde.
Trochoïde : X = (R1+R2)*COS(T)-H*COS(((R1+R2)/R2)*T)
Y = (R1+R2)*SIN(T)-H*SIN(((R1+R2)/R2)*T)
où R1 et R2 sont les rayons des cercles intérieur et extérieur de la
trochoïde, et H le décalage du point mobile.
Lissajous : X = AX*SIN(FX*T)
Y = AY*SIN(FY*(T+Delta))
où AX et AY sont les amplitudes de l'ellipse de Lissajous, FX et
FY les fréquences horizontale et verticale et Delta le tout petit
déphasage entre les amplitudes.
Cette abominable litanie n'est certes pas exhaustive, tant s'en faut. La seule
limite à la création de courbes patato-déliroïdales est l'imagination et accessoirement l'esprit de géométrie de l'utilisateur. Mais il n'y a pas que les maths dans
la vie.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 199
GALAAD
3 —————————————————————————————
Et pour terminer en beauté, une petite équation triple qui va nous projeter
violemment dans la troisième dimension, T variant de 0 à 600 par pas de 1 :
X = 20*COS(3,6*T)
Y = 20*SIN(3,6*T)
Z = T/20
Notez bien l'intervalle de définition de 0 à 600 qui va donner une variation
angulaire derrière les sinus et cosinus de 0 à 2 160 degrés, soient 6 tours de
roue. N'oubliez pas de poser le centre de la planche pour Xo et Yo. A première
vue, le résultat est un bête cercle centré au milieu de la planche. Mais demandez une vue 3D de la chose et vous verrez qu'il s'agit en fait d'une hélicoïde qui
s'enfonce dans la planche, ce qui semble évident vue la variation linéaire de Z.
A vous de jouer : ici, tout est nombre.
Dessin / Maillage 3D / Rectangulaire construit un maillage 3D rectangulaire suivant le tracé XY de l'objet ou des deux objets sélectionnés. Deux
exemples vont vous aider à comprendre :
Dessinez d'abord donc une courbe quelconque, par exemple une courbe de
Bézier, en évitant que le tracé de gauche à droite ne fasse des rebroussements,
c'est à dire qu'on trouve des points ayant la même coordonnée X. La courbe
doit avancer continuellement d'un bord à l'autre sans faire marchearrière, et c'est Y qui monte et descend.
Vous y êtes ? Sélectionnez la courbe et appelez la commande "Dessin /
Maillages 3D / Rectangulaire". Il en sort une boîte de dialogue qui propose un
intervalle de maillage et quelques paramètres annexes. Validez le tout sans
vous poser trop de questions. Le pointeur de dessin réapparaît et vous demande
de définir une surface de maillage rectangulaire. Pointez un rectangle de
grandes dimensions occupant la majeure partie de la planche en longueur
comme en largeur. Ne vous inquiétez pas pour la pauvre courbe qui est restée
bloquée au milieu.
Galaad se charge alors de calculer le
maillage délimité par votre zone
rectangulaire en appliquant aux
coordonnées Z la déformation qui suit
la courbe de référence. La vue 3D est
appelée automatiquement.
Selon le dessin de votre courbe et la taille de votre rectangle, il se peut que
vous ayez accessoirement un message signalant une profondeur maximale
dépassée. Accordez-lui un juste mépris. En deux temps, trois mouvements,
11 - 200
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
vous avez fabriqué un maillage décrivant une surface tridimensionnelle. Le
reste du jeu n'est que variations sur ce thème.
Revenons à la vue dans le plan XY. La courbe de référence est toujours sur
la planche bien qu'ayant changé de couleur : Galaad l'a logiquement considérée
comme un objet visuel qui ne doit pas être usiné. Pour autant, elle n'a pas perdu
ses caractéristiques et reste modifiable.
Autre exemple, effacez votre maillage et dessinez une deuxième courbe,
par exemple un arc de cercle large, et sélectionnez le tout, courbe et arc. Vous
avez donc deux références sélectionnées. Demandez à nouveau
un maillage rectangulaire avec les mêmes
paramètres et pointez sa surface. Galaad
va alors construire un maillage faisant la
transition linéaire d'une forme à l'autre.
La position Y de chaque courbe détermine
laquelle sera la plus proche de chaque bord
du rectangle.
Dessin / Maillage 3D / Croisé construit un maillage 3D rectangulaire
suivant le tracé XY de deux objets sélectionnés ayant des orientations générales perpendiculaires.
Tracez deux objets simples, par exemple une
courbe de Bézier et un arc de cercle large. Disposezles sur la planche de manière à ce que l'un et l'autre
couvrent respectivement un parcours X et un parcours
Y sans rebroussement.
Sélectionnez-les ensemble, appelez la fonction et passez allègrement sur les
paramètres de maillage. Galaad ne vous demande aucun pointage et construit
alors un maillage avec les deux références, en utilisant la zone d'intersection X
et Y des objets comme surface maillée. C'est un peu comme
si vous aviez dessiné les coupes latérales XZ et YZ
de votre maillage. Les variations de
trajectoire Y du tracé "horizontal" sont
appliquées aux profondeurs comme première
référence, puis les variations X du tracé
"vertical" sont appliquées par-dessus, pour augmenter l'effet 3D.
Dessin / Maillage 3D / Circulaire construit un maillage 3D circulaire
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 201
GALAAD
3 —————————————————————————————
suivant le tracé XY de l'objet sélectionné en rouge, le parcours de gauche à
droite de l'objet sélectionné allant du centre vers la périphérie du maillage.
Nettoyez votre planche de tout ce qui s'y
trouve et tracez une courbe sur le modèle
ci-contre à l'aide de l'icone de dessin de
courbes de Bézier. Faites encore une fois
une courbe sans rebroussement en
surplomb.
Sélectionnez la courbe et appelez la fonction, puis validez tels quels les
paramètres de maillage. Dernière étape, vous devez dessiner deux arcs
concentriques de rayons différents, un petit et un grand. Oubliez l'angle
d'ouverture et l'angle d'orientation qui n'ont pas d'importance à ce stade.
Galaad calcule un peu, puis vous envoie le
résultat sous forme d'un maillage
circulaire ou annulaire de cercles
concentriques
et
de
segments
rayonnants (mais pas forcément
brillants). La vue quadruple est alors
envoyée automatiquement si elle n'était pas
déjà active, et vous pouvez admirer le
résultat.
Une petite coupe le long d'un des pseudo-rayons
du disque permet de retrouver la courbe de référence.
La variation de profondeur de chaque rayon a suivi
du centre à la périphérie le parcours exact de la
courbe, de gauche à droite.
Là encore, peu importent les dimensions absolues de la courbe de référence
puisqu'elle sera ajustée à la longueur des rayons, eux-mêmes définis par la
distance entre le cercle central et le cercle périphérique. Vous pouvez d'ailleurs
définir un cercle central à rayon nul - un simple point - pour éviter d'avoir un
bête trou au centre. Si vous avez sélectionné deux tracés de référence, le
maillage suivra une transformation progressive de l'un à l'autre (de l'angle
de départ à l'angle d'arrivée). Ceci permet de créer des maillages partiels avec
des angles d'ouverture limités, passant doucement d'un maillage à l'autre au gré
des formes dessinées.
11 - 202
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dessin / Maillage 3D / Semi-révolution construit un maillage 3D semicylindrique à plat, suivant du parcours de l'objet sélectionné en rouge. Ce type
de maillage est au cylindre ce que le maillage circulaire est au disque. Commençons par un exemple simple : à l'aide de l'icone de dessin d'arcs par trois
points, tracez un arc de cercle assez large. Vous pouvez utiliser toute autre
icone de dessin pour aboutir à un résultat à peu près analogue. Ne vous souciez
pas de précision, mais par contre, sélectionnez-le et placez-le plutôt vers le
haut de la planche. Appelez alors la fonction et passez allègrement sur la boîte
de dialogue qui suit.
Positionnez l'axe horizontal à peu près à mihauteur de la planche et cliquez la
position. Celle-ci sera promue au titre
envié d'axe central de la révolution.
Une fois encore, Galaad va se
débrouiller tout seul et vous peaufiner
un petit tour à sa façon pour fabriquer du
relief.
Si un message vient inopportunément vous signaler que la profondeur
maximale autorisée dans la planche est dépassée, ne vous en souciez pas et
cliquez sur "Ignorer". Le but est de comprendre comment ça fonctionne dans
les grandes lignes, si l'on ose dire. Vous vous poserez toutes les questions
relatives à l'épaisseur lorsqu'il s'agira d'usiner la chose pour de bon.
Il va de soi que vous pouvez faire la même
chose avec d'autres objets de référence, et
d'autant plus qu'ils décrivent un
parcours bien tordu. Comme pour tous
les autres types de maillage, évitez
tout de même les rebroussements de
trajectoire qui seraient difficiles à
usiner.
Dessin / Maillage 3D / Faisceaux construit un maillage 3D suivant les
parcours des deux objets sélectionnés en rouge et en bleu. Ce maillage reprend
la technique de dessin de faisceaux entre un objet sélectionné en rouge et un
autre sélectionné en bleu. Dans ce cas, il est nécessaire d'établir d'abord le
parcours 3D de chacun de ces objets, à l'aide des fonctions d'inversion de plan
XY vers XZ ou YZ. Galaad se contentera en effet de créer des faisceaux entre
les deux, mais ajoutera tout de même le quadrillage perpendiculaire.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 203
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dessin / Maillage 3D / Multi-sections construit un maillage 3D suivant les
tracés successifs XZ des objets sélectionnés, par exemple des coupes transversales de profils de coque de bateau ou d'aile d'avion. La méthode ressemble au
maillage rectangulaire. Le but est de dessiner des plans de coupes XZ successifs qui seront pris pour références dans le calcul et joints entre eux par le
maillage. Chaque objet représente une section XZ déjà à sa place. Mais voyons
ce que nous allons obtenir. Sélectionnez votre jeu de références, appelez la
fonction et validez la boîte de dialogue.
Vu de dessus, le résultat donne une impression d'ensemble qui
rappelle les possibilités du maillage rectangulaire, en supposant
que l'on en ferait une petite série dans laquelle deux surfaces
consécutives auraient un plan de section en commun. La
différence principale réside dans le fait que la trame
s'ajuste cette fois précisément aux dimensions de chaque
objet de référence et ne forme donc plus une succession de
surfaces strictement rectangulaires. Le résultat suit donc la
disposition et l'apparence de ces objets tels qu'ils ont été
dessinés et projetés dans le plan XZ.
La vue 3D montre mieux le travail de
construction du maillage. Les plans de coupe
successifs (dessinés sur le plan XY puis
projetés vers XZ) sont pris tels quels, sans
aucun réajustement de position ou de
dimension. Vous pouvez donc être sûr que
le maillage leur correspondra exactement.
Avec un peu d'habitude, on finit par bien
s'amuser et construire assez rapidement
des maillages plus ou moins
artistiques et à fort coefficient
d'étrangeté, à défaut d'avoir une
quelconque utilité. Notez que vous
ne pouvez prendre pour sections de
référence qu'un maximum de 32 objets
sélectionnés.
Si deux objets se croisent ou affleurent la même position inférieure Y, il y
aura à cet endroit deux sections différentes, ce qui n'est pas possible, sauf à
faire des virages infiniment serrés, ce que Galaad ne sait pas faire.
11 - 204
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Dessin / Maillage 3D / Extrusion construit un maillage 3D extrudant sur
l'axe Z les contours ou les trajectoires XY des objets sélectionnés. La méthode
est assez simple : il suffit de dessiner et
sélectionner des objets fermés dont
soit la surface soit leur contour
sera extrudé. Ces objets sont en
place, et le maillage doit les
recouvrir.
Dessin / Maillage 3D / Courbes de niveau construit un maillage 3D
rectangulaire dont les mailles ont une profondeur qui
dépend des objets sélectionnés, chaque courbe définissant
un plan horizontal XY qui restera inchangé jusqu'à
rencontrer une courbe de profondeur différente. Il est
impératif que le maillage soit contenu dans le périmètre
des courbes de niveau sélectionnées, faute de quoi le
plan horizontal aux bordures ne peut
être calculé. Les lignes de maillage
peuvent être en 3D (variations Z
obliques avec étirement des intervalles
entre lignes) ou bien suivre des paliers
correspondant aux niveaux moyens, par défaut ou par excès.
Dessin / Maillage 3D / Points relevés construit un maillage 3D modulé en
Z par les profondeurs de points dispersés,
sélectionnés ensemble. Ces points
peuvent être par exemple issus d'un
fichier de coordonnées topographiques
libres XYZ. Chacun d'eux va attirer vers sa
profondeur les mailles qui passent dans son
voisinage, attraction modulable selon une fonction de lissage.
Dessin / Maillage 3D / Sillon construit un maillage 3D
reproduisant un sillon d'usinage à coupe
conique le long de la trajectoire de l'objet
sélectionné.
Les
extrémités
sont
arrondies comme si ce sillon avait été
dessiné par un outil à profil conique. La
largeur du sillon est constante. Les variations
de profondeur modulent l'angle des faces latérales du profil conique.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 205
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dessin / Maillage 3D / Aileron construit un maillage
3D modélisant un aileron. Le contour de l'aileron et son
demi-profil doivent être sélectionnés (objets nos 1 et 2 sur
le schéma ci-contre). Demi-profil signifie que l'aileron est
symétrique. Ce demi-profil
sera ajusté entre les
points extrêmes de chaque section
horizontale du contour de l'aileron. Il est
en outre possible de définir une courbe
annexe sur un axe vertical, définissant
l'évolution de l'épaisseur du profil de haut en bas.
Cette courbe doit alors être sélectionnée en bleu (objet no 3 sur le schéma).
Dessin / Maillage 3D / Développement 4 axes construit un
maillage cartésien dont le développement en usinage cylindrique
reproduit la forme sélectionnée, avec rotation axiale autour de la
croix rouge. Ce genre de maillage permet entre autres de modéliser
rapidement une came parfaitement usinable avec une fraise plate en
usinage 4 axes. Attention, il est très important que le rayon du
cylindre à usiner corresponde à la distance entre la croix
rouge (axe de rotation) et le sommet qui en est le plus
éloigné, moins la profondeur minimale indiquée dans
la boîte de dialogue. Si ce rayon n'est pas respecté,
l'usinage déformera complètement le profil.
Dessin / Maillage 3D / Image de fond construit
une matrice de points ou un maillage de lignes dont
la profondeur varie selon l'image de fond. Pour que
cette fonction opère sur une gravure, l'usinage
doit être effectué par un outil à profil conique.
Plus l'outil entre profondément dans la matière,
plus son trou ou son sillon sera large. Le résultat
est assez spectaculaire sur des photos.
Tout d'abord, il est nécessaire d'avoir une
image de fond (voir plus loin les fonctions
"Affichage / Image de fond"). Cette image de
fond doit être petite, puisque chaque pixel
correspondra à une ligne ou un point usiné.
Si vous choisissez un intervalle par exemple de 1 mm entre les points, une
11 - 206
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
image de 100 pixels de haut donnera déjà 100 mm une fois usinée. Donc inutile
de sortir les mégapixels, une photo à très basse résolution suffit amplement.
Pour régler sa taille, appelez la fonction "Affichage / Image de fond / Dimensionner" jusqu'à ce qu'elle soit assez petite. Un contraste élevé est préférable.
Deux options sont donc possibles : la
matrice de points de profondeurs variables
ou le maillage de lignes par balayage
horizontal 3D. Il va de soi que le maillage
de lignes est beaucoup plus rapide à usiner.
Une fois le maillage créé et sélectionné,
vous pouvez l'agrandir et le positionner sur
la pièce. Grâce à la fenêtre de cotation
), il est possible d'assombrir
(touche
globalement l'image du maillage usiné en
augmentant la profondeur Zo, ou bien
augmenter le contraste en étirant le champ
de profondeurs Dz. Le résultat final usiné
pourra être visualisé avec "Affichage /
Aspect final / Tracé" ou l'icone correspondante. Attention, un écran même à ultra-haute résolution aura toujours une
précision finie, donc il est bien évident que le rendu final reste grossier par
rapport à la réalité usinée. Le mieux est de zoomer fortement sur les détails lors
du rendu final (simple clic, clic droit pour revenir en arrière). L'ajustage des
cotes Zo et Dz avec
est très importante à ce stade.
Astuce : vous pouvez usiner une plaque de plastique semi-opaque avec une
fraise plate en inversant l'usinage et en utilisant une grande plage de profondeurs. La plaque vu du côté non-usiné laissera apparaître la photo par semitransparence lorsque vous la mettrez devant une source de lumière.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Ajouter les mailles perpendiculaires
construit le maillage perpendiculaire par rapport à celui sélectionné, passant
par les mêmes points. Cette fonction ne peut fonctionner que sur un maillage
cartésien.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Alterner le sens des mailles impose un
sens de parcours alterné des lignes du maillage sélectionné.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Unifier le sens des mailles impose un
sens de parcours unique des lignes du maillage sélectionné. Il est possible
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 207
GALAAD
3 —————————————————————————————
d'utiliser aussi la fonction "Usinage / Parcours / Définir comme point de départ
/ Le point le plus…" sur un maillage cartésien.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Souder les mailles relie entre elles les
lignes parallèles du maillage sélectionné.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Séparer les mailles supprime les liens
entre les lignes du maillage sélectionné.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Interpoler ajoute des lignes intermédiaires au maillage sélectionné. L'ajout est une simple interpolation sans
recalcul global ni lissage des mailles.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Supprimer espace les lignes du
maillage sélectionné en éliminant des intermédiaires.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Eliminer le plan horizontal supprime
les mailles du fond ou de la surface supérieure du maillage pour ne conserver
que la forme utile. Une boîte de dialogue permet de définir le plan.
Dessin / Maillage 3D / Modifier / Ajouter le contour d'ensemble trace le
polygone de contour du maillage sélectionné, quel que soit son type, par
exemple pour en faire la découpe.
Dessin / Effets 3D / Sélectionner les objets 3D sélectionne tous les objets
à profondeur variable qui sont accessibles sur le dessin.
Dessin / Effets 3D / Sélectionner des points par filtrage sélection en
mode "groupe de points" les points ou sommets situés dans une plage de
profondeur à indiquer. Le mode "groupe de points" correspond à l'icone jaune
de même nom.
Dessin / Effets 3D / Inverser le parcours Z retourne les profondeurs
11 - 208
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
relatives des objets sélectionnés. Sur un parcours 3D, les creux de la trajectoire
deviennent alors des bosses et vice-versa. Sur un groupe d'objets 2D½ avec
différentes profondeurs, le plus haut devient le plus bas et tous les intermédiaires s'inversent.
Dessin / Effets 3D / Inverser les plans X et Z intervertit les coordonnées
X et Z des points de parcours de l'objet sélectionné.
Dessin / Effets 3D / Inverser les plans Y et Z intervertit les coordonnées
Y et Z des points de parcours de l'objet sélectionné. Cette fonction est utile
pour créer des maillages par multi-sections.
Dessin / Effets 3D / Encadrer par deux paliers Z impose un plancher et
un plafond aux profondeurs de l'objet
sélectionné. Toute coordonnée qui sort de cette
plage est minimalisée ou maximalisée.
Attention, les longues lignes ne sont pas
vectorisées ; seules les coordonnées Z changent.
Dessin / Effets 3D / Projeter sur un plan incliné augmente les profondeurs des points de parcours de l'objet
sélectionné selon la valeur de leur coordonnée
X ou Y. Le plan incliné est XZ ou YZ ; les
profondeurs relatives des objets entre eux sont
conservées.
Dessin / Effets 3D / Appliquer sur l'arrière-plan change les coordonnées
Z de l'objet sélectionné selon celles des objets qui se trouvent dans le voisinage, par exemple pour appliquer un texte sur un maillage. Les profondeurs de
l'objet sélectionné sont additionnées à celles du voisinage, pondérées selon
l'éloignement.
Dessin / Effets 3D / Moduler les profondeurs selon le profil bleu
applique une redistribution des profondeurs des objets sélectionnés selon la
courbe sélectionnée en bleu. Cette fonction sert par exemple à tasser ou étirer
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 209
GALAAD
3 —————————————————————————————
un maillage de terrain pour mettre en valeur le relief. Si l'objet en bleu est une
simple ligne droite à 45°, les coordonnées Z resteront inchangées. Si cet objet
est un arc de cercle de 180° à 90°, alors les profondeurs les plus basses seront
étirées et les profondeurs les plus hautes seront comprimées. La courbe en bleu
représente le graphique de redistribution. Sa position et ses dimensions n'ont
pas d'importance, seul compte son parcours hors échelle.
Dessin / Effets 3D / Suivre une pente continue augmente de façon
régulière les profondeurs des points de parcours de l'objet sélectionné entre son
point de départ et son point d'arrivée. L'augmentation de profondeur de chaque
point est proportionnelle à la distance de celui-ci au point de départ (en suivant
le parcours).
Dessin / Effets 3D / Suivre la pente du tracé bleu / Sur son parcours Y
augmente ou diminue les profondeurs des points de parcours de l'objet
sélectionné, en suivant les coordonnées relatives Y du tracé de l'objet sélectionné en bleu. Une fois encore, le tracé XY de l'objet bleu devient une
référence pour faire des variations de profondeur avec Y devenant Z. La
différence avec l'icone jaune "Torsion Z" est que la pente se fait le long du
parcours de l'objet sélectionné et non pas le long de ses coordonnées X.
Dessin / Effets 3D / Suivre la pente du tracé bleu / Sur son parcours Z
augmente ou diminue les profondeurs des points de parcours de l'objet
sélectionné suivant les coordonnées relatives Z du tracé de l'objet sélectionné
en bleu. Celui-ci est donc présumé avoir un parcours 3D.
Dessin / Effets 3D / Créer un sillon 3D construit un polygone 3D dont la
profondeur variable permet à un outil conique d'affleurer les parcours des deux
objets sélectionnés, ceux-ci étant considérés comme les lèvres encadrant le
nouvel objet créé. Le résultat est un effet "carving" modulant la profondeur
selon la largeur du sillon à restituer. A noter que les deux objets de bordure
doivent être ouverts.
Dessin / Effets 3D / Appliquer un effet de sillon 3D permet de faire varier
la largeur d'un tracé usiné avec un outil conique, en modulant sa profondeur
pour un effet "carving". Le sillon devient plus profond le long de la trajectoire
entre ses extrémités ou entre des angles vifs.
Dessin / Effets 3D / Transformer par équations soumet les coordonnées
X, Y et Z de l'objet sélectionné à trois équations mathématiques de transforma11 - 210
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
tion. Les coordonnées soumises aux équations sont toujours prises comme
variables, mais relativement au coin sud-ouest de l'objet. Ce qui veut dire
que la position globale de celui-ci sur la planche ne change pas le résultat. Ces
équations acceptent comme variables d'entrée les labels "X" et "Y" correspondant aux points constituant l'objet, étant bien entendu qu'en cas d'analyse
d'équations multiples, ce sont les valeurs entrantes de ces coordonnées qui sont
passées à la moulinette. La deuxième puis la troisième équation n'ont que faire
du résultat des équations précédentes dans l'ordre d'analyse. Bon. Ne cherchez
pas, c'est la cuisine interne de Galaad. N'oubliez pas non plus d'ajouter la
valeur entrante des coordonnées à chaque équation si vous ne voulez pas
aplatir complètement votre objet.
Par exemple, vous devez écrire
Y = Y+20*SIN(4*X) et non pas
Y = 20*SIN(4*X), faute de quoi votre
objet torturé aura perdu toute son épaisseur
Y à la sortie de l'équation.
Trois fois plus de phosphore pour une équation
triple (on s'amuse bien...) :
X = 50+(2+Y+X/10)*COS(4*X)
Y = (2+Y+X/10)*SIN(4*X)
Z = X/10
Ce petit jeu fonctionne très bien dans l'espace, il vous suffit d'ouvrir le
fichier "3D \ BOSSES" pour le constater. On vous donne la petite recette : sur
une planche de 100 × 60 × 20 mm, créez un réseau de lignes un peu serrées
occupant la surface de votre planche, ceci grâce à une simple duplication.
Sélectionnez le tout et agitez bien fort en transformant par équations, la
formule magique étant X = X ; Y = Y (vous pouvez d'ailleurs ne rien mettre du
tout dans ces cases-là, Galaad comprendra vite qu'on ne change rien), et surtout
Z = 10+5*SIN(10*X)*SIN(10*Y).
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 211
GALAAD
3 —————————————————————————————
Menu "Affichage"
Affichage / Couche active / Couche N définit la couche numéro N comme
couche active, c'est à dire couche de travail. Les autres couches passent à
l'arrière-plan. Sauf filtrage, les objets des couches inactives peuvent être usinés
et sont grisés ou invisibles (voir ci-dessous les couches visuelles), mais
inaccessibles pour les opérations de dessin. Aucune sélection ne subsiste dans
une couche inactive. Il est en outre possible de limiter les accroches au vol du
pointeur aux seuls objets de la couche active, option disponible dans les
fonctions avancées de l'environnement de travail. A noter que l'icone jaune de
permet de
sélection 100% (tout sélectionner) accompagnée de la touche
sélectionner tous les objets sélectionnables (non verrouillés) de toutes les
couches simultanément.
Affichage / Couche active / Transférer dans la couche active / les objets
de la couche N reporte dans la couche active tous les objets contenus dans la
couche N, laquelle est ainsi complètement vidée. Les objets ainsi transférés
sont aussitôt sélectionnés (même ceux qui sont verrouillés, petite exception) à
la place de la sélection courante, pour faciliter leur manipulation globale ou
leur renvoi sous d'autres cieux.
Affichage / Couches visuelles / Couche N autorise ou interdit l'affichage
des objets situés dans la couche numéro N. A noter que la couche active est
forcément visuelle durant son activité, sinon il serait difficile de travailler.
Affichage / Couches visuelles / Toutes les couches autorise l'affichage de
tous les objets quelle que soit la couche dans laquelle ils sont situés.
Affichage / Couches visuelles / Uniquement la couche active limite
l'affichage des objets aux seuls présents dans la couche active. En cas de
changement de couche active, l'affichage exclusif passe à la nouvelle.
Affichage / Couches visuelles / Identifier les couches permet de donner
un nom et une couleur à chaque couche du dessin. Ces noms de couches ne
sont pas liés à un fichier en particulier et resteront valides quel que soit le
dessin. Même après avoir chargé ou initialisé un nouveau fichier, vous pouvez
récupérer les derniers noms et couleurs de couches qui ont été utilisés, à l'aide
des boutons "Précédents" de la boîte de dialogue.
Affichage / Couches visuelles / Limiter les accroches à la couche active
11 - 212
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
permet de n'accepter les propositions d'accroche au vol du pointeur que pour
des objets de la couche active (ou à défaut de toutes les couches). On retrouve
cette option dans les paramètres avancés d'environnement de travail, mais le
fait qu'elle soit accessible dans un menu la rend programmable par une touche
de fonction afin de changer de mode rapidement.
Affichage / Tracé / Fin affiche en traits fins les objets de la couche active.
Les objets des autres couches seront toujours en traits fins et grisés.
Affichage / Tracé / Gras affiche en traits épais les objets situés dans la
couche active.
Affichage / Tracé / Selon chaque objet affiche les objets de la couche
active selon leurs définitions de tracé (voir l'icone verte ad hoc pour la
définition des couleurs et épaisseurs de traits). Rappelons que l'épaisseur d'un
tracé à l'écran n'a rien à voir avec le résultat usiné, que l'on peut voir à l'aide de
la fonction "Affichage / Aspect final / Tracé", décrite ci-après.
Affichage / Tracé / Parcours / Points d'entrée affiche une petite croix
aux points d'entrée des parcours de tous les objets de la couche active. Ceci
peut faciliter le repérage des points de plongée de l'outil.
Affichage / Tracé / Parcours / Points de connexion met en valeur (avec
un petit cadre) les points de connexion des objets de la couche active intégrés
dans un parcours connecté.
Affichage / Tracé / Parcours / Tous les points met en valeur tous les
points de parcours des objets de la couche active. Le dessin est assez vite
surchargé, surtout avec des courbes, et l'affichage ralenti d'autant.
Affichage / Tracé / Contournage / Points d'entrée trace
aux points d'entrée des trajectoires de contournage un cercle
représentant le diamètre de l'outil assurant le parcours. Une
petite flèche donne en plus la direction suivie, ce qui facilite le
contrôle visuel pour les objets fermés.
Affichage / Tracé / Contournage / Points de sortie trace aux points de
sortie des trajectoires de contournage un cercle représentant le diamètre de
l'outil assurant le parcours.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 213
GALAAD
3 —————————————————————————————
Affichage / Tracé / Contournage / Sommets (ébauche) trace aux
points
saillants des trajectoires d'ébauche de contournage un
cercle représentant le diamètre de l'outil assurant le parcours.
L'angle de seuil pour définir ces points saillants est réglable dans
la boîte de dialogue de la commande "Usinage / Contournage /
Paramètres avancés".
Affichage / Tracé / Contournage / Sommets (finition) trace aux points
saillants des trajectoires de finition de contournage un cercle représentant le
diamètre de l'outil assurant le parcours.
Affichage / Tracé / Protections affiche un petit bouclier près des points
d'entrée des objets protégés.
Affichage / Tracé / Ancrages absolus affiche une petite ancre près des
points d'entrée des objets ancrés sur leur position.
Affichage / Tracé / Pauses d'usinage affiche une petite croix près des
points d'entrée des objets pour lesquels une pause est demandée. Rappelons
qu'une pause est un message de confirmation envoyé à l'écran avant d'usiner
l'objet, le processus restant alors en attente. La pause est définissable dans la
boîte de dialogue des données d'usinage (profondeur, vitesse et outil).
Affichage / Tracé / Sens de parcours affiche une petite flèche près
des points d'entrée des objets, indiquant le sens de parcours qui n'est pas
toujours visible pour les objets fermés non contournés.
Affichage / Tracé / Identificateurs / Aucun efface les petits
identificateurs numériques affichés près des points d'entrée des
objets de la couche active (voir ci-dessous les identificateurs possibles).
Affichage / Tracé / Identificateurs / Séquence ajoute un petit identificateur donnant le numéro de séquence d'usinage près des points d'entrée des
objets de la couche active.
Affichage / Tracé / Identificateurs / Outils ajoute un petit identificateur
donnant le numéro d'outil d'usinage près des points d'entrée des objets de la
couche active.
Affichage / Tracé / Identificateurs / Profondeurs ajoute un petit identifi11 - 214
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
cateur donnant la profondeur (ou la gamme de profondeur pour les objets 3D)
près des points d'entrée des objets de la couche active.
Affichage / Tracé / Identificateurs / Changements Z ajoute un petit
identificateur donnant la profondeur près des points de parcours des objets de
la couche active qui marquent un changement de profondeur.
Affichage / Tracé / Identificateurs / Vitesses d'avance ajoute un petit
identificateur donnant la vitesse d'avance près des points d'entrée des objets de
la couche active.
Affichage / Coloration des tracés / Indistincte affiche en noir les tracés
de tous les objets de la couche active, sans distinction. En fait de noir, qui est la
couleur de dessin par défaut sur fond blanc, la couleur est définissable dans
"Paramètres / Couleurs", à la case "Tracés principaux".
Affichage / Coloration des tracés / Selon chaque couche affiche les
tracés des objets selon la couleur de leur couche. La couleur de couche est
définissable dans "Affichage / Couches visuelles / Identifier les couches".
Affichage / Coloration des tracés / Selon chaque outil affiche les tracés
des objets de la couche active selon la couleur de leur outil d'usinage. La
couleur propre à chaque outil est définissable dans "Paramètres / Outils".
Affichage / Coloration des tracés / Selon chaque objet affiche les tracés
des objets de la couche active selon la couleur qui leur a été affectée grâce à
l'icone verte de définition de couleur et épaisseur de trait.
Affichage / Coloration des tracés / Outil par défaut & autres affiche en
noir (en fait la couleur des tracés principaux) les tracés des objets de la couche
active usinés avec l'outil par défaut, et en grisé (en fait la couleur des tracés
secondaires) les objets usinés avec un autre outil. Ce mode de coloration est
probablement l'un des plus utiles.
Affichage / Coloration des tracés / Profondeur par défaut & autres
affiche en noir les tracés des objets de la couche active usinés à la profondeur
courante de dessin, et en grisé les objets usinés à une autre profondeur.
Affichage / Coloration des tracés / Vitesse par défaut & autres affiche
en noir les tracés des objets de la couche active usinés avec la vitesse d'avance
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 215
GALAAD
3 —————————————————————————————
courante de dessin, et en grisé les objets usinés avec une autre vitesse.
Affichage / Coloration des tracés / Fond noir affiche le fond de planche
en noir, la couleur de tracé normal devenant alors le vert clair. A noter que
toutes les couleurs d'affichage sont réglables via "Paramètres / Couleurs".
Affichage / Aspect final / Tracé affiche de façon temporaire les tracés
réels obtenus par le passage des outils en tenant compte de leurs
diamètres et profils. Seule la couche active est concernée. En outre,
si des objets sont sélectionnés, ils seront seuls affichés. Lors de
l'affichage de l'aspect final, le bouton gauche de la souris permet
alors de zoomer en avant et le bouton droit de revenir à la vue
globale. On peut changer rapidement les couleurs d'avant-plan et
d'arrière-plan, à gauche de l'écran sous les icones de
dessin dans la case de mini-zoom. Ceci reste valable pour
les autres affichages en aspect final.
Affichage / Aspect final / Filaire affiche de façon passive les tracés
effectivement obtenus par le passage des outils en tenant compte des diamètres,
dans une vue 3D maillée.
Affichage / Aspect final / Surface affiche les
tracés effectivement obtenus par le passage
des outils en tenant compte de leurs
diamètres et des profondeurs de fraisage,
dans une vue 3D avec rendu des surfaces
usinées. L'orientation de cette vue reprend
celle de la vue 3D plane (ou vue quadruple).
Affichage / Aspect final / Paramètres règle les quelques paramètres de
maillage et d'affichage pour la vue finale 3D filaire.
Affichage / Tracé final permanent affiche en permanence la trace usinée
de l'objet, calculée selon le diamètre de l'outil. La couleur est réglable dans
"Paramètres / Couleurs" sous la rubrique "Auréole de points", laquelle
correspond aussi à la mise en valeur des points isolés.
Affichage / Vue quadruple coupe la zone d'affichage de la planche en
quatre vues (principale XY, latérale XZ, latérale YZ et 3D). La
disposition des vues est réglable dans les généralités de l'environnement de
11 - 216
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
travail. La partie 3D de cette vue quadruple affiche en plus les tracés projetés à
plat sur la face supérieure de la pièce. Le fait de double-cliquer sur cette partie
3D fait passer en mode pleine page, et retour. Les tracés projetés à la surface
supérieure restent visibles dans ce cas, alors qu'ils ne sont normalement pas
affichés en vue 3D pleine page. Appeler cette fonction en appuyant simultanéaffiche la partie 3D en vue tournante temporaire.
ment sur la touche
Affichage / Vue 3D / Plane affiche de façon passive les trajectoires
dessinées dans une vue 3D pleine page, avec possibilité d'orienter
l'angle de vue (bouton gauche de la souris), de
déplacer la vue à plat (bouton droit de la
souris) ou zoomer (roulette de la
souris ou touches
/ ). Appeler
cette fonction en appuyant simultanément sur la touche
affiche la partie
3D en vue tournante temporaire.
Affichage / Vue 3D / Cylindrique affiche de façon passive les
trajectoires dessinées dans une vue 3D avec projection
cylindrique paramétrable (diamètre, angle de
développement de la projection). En fait de
cylindre, on rappelle qu'un objet sélectionné en bleu
peut donner le profil extérieur de révolution, valable
aussi pour l'usinage.
Affichage / Vue 3D / Détaillée affiche de façon passive les trajectoires
dessinées dans une vue 3D, avec projections sur la surface supérieure. Les
détails sont affichés seulement dans la petite vue 3D, pas dans la grande. Mais
si vous double-cliquez sur la petite vue, elle sera agrandie avec les détails.
Affichage / Palette de cotation / Aucune enlève les palettes de cotation
rapide au-dessus de la planche à dessin. Voir la section "Palettes de cotation
rapides" en fin de chapitre "Techniques avancées de dessin" pour l'utilisation
des palettes de cotation. N'oubliez pas que le clic (gauche ou droit) sur la case
de titre à gauche fait passer à la palette suivante ou précédente.
Affichage / Palette de cotation / Couches affiche une palette de cotation
permettant une gestion rapide des objets dans les couches de dessin.
Affichage / Palette de cotation / Outils affiche une palette de cotation
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 217
GALAAD
3 —————————————————————————————
permettant une gestion rapide des outils affectés aux objets dessinés.
Affichage / Palette de cotation / Profondeurs affiche une palette de
cotation permettant une gestion rapide des profondeurs.
Affichage / Palette de cotation / Vitesses d'avance affiche une palette de
cotation permettant une gestion rapide des vitesses d'avance.
Affichage / Palette de cotation / Couleurs de traits affiche une palette de
cotation permettant une gestion rapide des couleurs de tracé.
Affichage / Palette de cotation / Epaisseurs de traits affiche une palette
de cotation permettant une gestion rapide des épaisseurs de tracé.
Affichage / Marges fait apparaître des marges latérales autour de la
planche à dessin, afin de vérifier si des trajectoires ont repoussé les limites. Les
marges latérales sont passives et il n'est pas possible de dessiner dedans.
Affichage / Réglettes fait apparaître les réglettes de mesure à gauche et
sous la planche à dessin, ainsi que sur les vues latérales. Les réglettes sont
purement visuelles ; cliquer ou pointer dessus n'appelle aucune fonction.
Affichage / Trame de fond / Aucune enlève la trame visuelle de fond
sur la planche.
Affichage / Trame de fond / Points fait apparaître une trame visuelle de
points sur la planche.
Affichage / Trame de fond / Croix fait apparaître une trame visuelle de
croix sur la planche.
Affichage / Trame de fond / Graduations fait apparaître une trame
visuelle de graduations sur la planche, qui correspondent aux réglettes.
Affichage / Trame de fond / Lignes fait apparaître une trame visuelle de
lignes sur la planche.
Affichage / Trame de fond / Matrices fait apparaître une trame visuelle
millimétrée sur la planche, qui correspond aux réglettes.
11 - 218
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Affichage / Trame de fond / Régler le pas permet de définir la distance
entre deux lignes de la trame de fond (mode autre que "Matrices").
Affichage / Image de fond / Active fait apparaître ou disparaître l'image
de fond à calquer sous la planche à dessin.
Affichage / Image de fond / Ouvrir ouvre une image de fond BMP, GIF
ou JPEG (avec conversion automatique en noir et blanc) à calquer sous la
planche à dessin. Le zoom reste valide jusqu'à un certain agrandissement.
L'image de fond est bien évidemment passive et ne sera pas usinée. Elle ne sert
qu'au calque. Voir aussi la fonction "Dessin / Maillages 3D / Image de fond"
pour créer un parcours d'usinage à partir de l'image de fond. A noter que, pour
calquer un dessin sur une image de fond, il est en général préférable que celleci soit éclaircie (ou assombrie en cas de fond noir).
Affichage / Image de fond / Coller colle sur la planche l'image de fond
copiée dans le presse-papiers Windows.
Affichage / Image de fond / Dimensionner agrandit ou rétrécit l'image de
fond, en pourcentage de l'original. Galaad doit préparer l'image de fond avant
son affichage, notamment pour la faire passer en niveaux de gris, opération qui
peut s'avérer longue. Il est donc recommandé de ne pas utiliser des images
originales trop grandes pour les rétrécir ensuite ici.
Affichage / Image de fond / Positionner règle sur la planche à dessin la
position de l'image de fond, par pointage direct de son centre.
Affichage / Image de fond / Cadrer permet de définir le cadre de
positionnement de l'image de fond, comme un rectangle à pointer.
Affichage / Image de fond / Eclaircir augmente la luminosité globale de
l'image de fond.
Affichage / Image de fond / Assombrir réduit la luminosité globale de
l'image de fond.
Affichage / Image de fond / Contraster augmente le contraste global de
l'image de fond.
Affichage / Image de fond / Adoucir réduit le contraste global de l'image
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 219
GALAAD
3 —————————————————————————————
de fond.
Affichage / Image de fond / Originale rétablit l'image de fond dans sa
luminosité et son contraste originaux.
Affichage / Image de fond / Négative inverse la luminosité des pixels de
l'image de fond, pour la faire apparaître en négatif.
Affichage / Annotation globale affiche ou cache l'annotation neutre
donnée à la planche à dessin avec "Fichier / Annotation".
Affichage / Cotes visuelles / Actives affiche ou cache les cotes
visuelles qui ont été placées sur le dessin. Voir aussi la fonction
"Paramètres / Cotes visuelles".
Affichage / Cotes visuelles / Recalculer toutes recalcule toutes les cotes
visuelles dynamiques qui ont été placées sur le dessin.
Affichage / Cotes visuelles / Effacer toutes supprime toutes les cotes
visuelles qui ont été placées sur le dessin.
Affichage / Tout désélectionner désélectionne tout ce qui est sélectionné,
.
même les sélection qui n'ont pas le focus. Le raccourci au clavier est
Changer de couche fait la même chose, sauf si l'on passe par la palette de
cotation rapide.
Affichage / Pointeur de dessin règle les caractéristiques et la taille du
pointeur de dessin en croix.
Affichage / Calculatrice appelle la calculatrice Windows, en espérant
qu'elle est dans son dossier habituel. On rappelle que, dans une boîte de
dialogue de Galaad, il est possible d'entrer une formule mathématique à la
place d'une valeur numérique.
Affichage / Rafraîchir reconstruit l'affichage en cours. Le raccourci au
clavier est
.
11 - 220
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Menu "Texte"
Texte / Style appelle la boîte de dialogue de réglage des paramètres de
style de dessin de textes (police, taille, remplissage, espacements, etc.).
Nota : le crénage automatique (ou "Kerning") désigne le rapprochement de
deux lettres consécutives qui peuvent se chevaucher pour éviter un espacement
constant disgracieux (par exemple un "A" suivi d'un "V", ou encore un "L"
suivi d'un "T", etc.).
Galaad fournit une cinquantaine de polices de caractère adaptées à la
gravure, dont des polices simple trait, par exemple un "I" majuscule est un trait
unique et non un rectangle. Ces polices sont précédées de "G - ". Les autres
polices, commençant par "TT - ", sont celles installées par Windows, et on ne
va pas en détailler le fonctionnement ici. Par définition, un glyphe TrueType
est constitué d'un ou plusieurs parcours fermés, puisqu'un remplissage se fait à
l'écran ou à l'imprimante ; on n'est pas censé avoir un trait infiniment fin. Il
existe des polices TrueType de type "bâton" ou les lettres n'ont pas d'épaisseur,
mais elle sont quand même constituées de parcours fermés, c'est-à-dire par
exemple qu'un "I" majuscule sera fait de deux segments superposés faisant un
aller-retour. Pour éviter des parcours d'usinage inutiles, vous pouvez dans ce
cas activer l'option "Eliminer les traits superposés (polices fines). Galaad ne
conservera alors que les traits utiles.
Dans de la gravure par le fond sur un matériau transparent, le remplissage
des lettres peut se faire à une profondeur moindre que celle des contours, par
exemple 50 %, pour un bel effet visuel.
Texte / Arranger les lettres sélectionne une par une les lettres graphiques
du texte sélectionné pour un positionnement de chacune indépendamment du
restant du texte. Le passage d'une lettre à l'autre se fait ensuite à l'aide de la
touche
(tabulation, accompagnée ou non de la touche
). Cette
commande se retrouve parmi les icones de dessin de la série "Texte".
Texte / Sélectionner les îlots intérieurs sélectionne
automatiquement les tracés intérieurs du texte sélectionné. Cette
fonction peut servir à appliquer un contournage inversé sur les
îlots intérieurs, bien que, normalement, la fonction de contournage s'inverse toute seule sur les îlots des textes, ou bien à
faire un hachurage intérieur pour un texte en relief.
Texte / Editer appelle la boîte de dialogue de modification du texte
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 221
GALAAD
3 —————————————————————————————
sélectionné et de sa mise en paragraphe. Cette commande se retrouve parmi les
icones de dessin de la série "Texte", ou avec le double-clic sur un texte.
Texte / Reconstruire recrée complètement le dessin du texte sélectionné en
utilisant tous ses paramètres. Si des lettres ont été déplacées ou modifiées, les
changements seront alors perdus.
Texte / Convertir en polygones transforme le texte sélectionné en un jeu
de simples polygones et courbes ayant perdu toutes les propriétés spécifiques
aux textes (style, paragraphe et texte). Les objets restent associés.
Texte / Séparer scinde le texte en deux blocs distincts de part et d'autre de
la lettre qui a été sélectionnée avec la fonction "Texte / Arranger les lettres".
Texte / Fusionner rassemble en un bloc unique les différents blocs de texte
sélectionnés dans l'ordre de leur séquence. Les paramètres de style et de
paragraphe sont ceux du premier texte de la séquence. Un retour à la ligne
intervient entre chaque bloc fusionné.
Texte / Sens d'écriture règle les sens d'écriture primaire et secondaire,
pour un dessin de textes dans une écriture exotique utilisant une autre logique
de parcours. A ne pas confondre avec la direction de rotation du paragraphe
lui-même, qui peut être pivotée par quarts de tour.
Texte / Incrémenter augmente automatiquement d'une unité le bloc de
texte sélectionné, qu'il soit normal ou auto-incrémental.
Texte / Décrémenter diminue automatiquement d'une unité le bloc de texte
sélectionné.
Texte / Compter écrit automatiquement des lignes de texte comprenant des
nombres successifs croissants ou décroissants.
Texte / Changer tous, allant de pair avec la fonction précédente, remplace
tous les textes sélectionnés par un nouveau texte à écrire, en une seule opération.
Texte / Fichier texte écrit automatiquement des lignes de texte récupérées
dans un fichier. Le texte peut ensuite être édité normalement.
11 - 222
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Menu "Paramètres"
Paramètres / Environnement de travail / Généralités donne accès aux
paramètres généraux de l'application. Reportez-vous au chapitre consacré à
l'environnement de travail.
Paramètres / Environnement de travail / Fonctions avancées donne
accès aux paramètres avancés de l'application. Reportez-vous au chapitre
consacré à l'environnement de travail.
Paramètres / Environnement de travail / Restrictions / Niveau 1-3
charge directement un des trois niveaux de restriction prédéfinis dans les
fichiers NIVEAU-N.CUS, fournis à l'installation (mais modifiables).
Paramètres / Environnement de travail / Restrictions / Ouvrir charge
directement un jeu de restrictions prédéfini et enregistré. Les fichiers de
restrictions sont dans le sous-répertoire "CONFIG".
Paramètres / Environnement de travail / Restrictions / Définir permet
de supprimer sur mesure des fonctionnalités dans les menus, les icones de
dessin et dans l'espace de travail. Reportez-vous au chapitre consacré à
l'environnement de travail.
Paramètres / Environnement de travail / Ignorer les restrictions permet
de ne pas tenir compte des restrictions qui ont été imposées à l'environnement
de travail, et donc revenir en mode complet.
Paramètres / Environnement de travail / Changer le mot de passe
demande le mot de passe courant et un nouveau. A noter en cas d'oubli que le
mot de passe est stocké dans le fichier PASSWORD.TXT présent dans le
répertoire d'installation de Galaad.
Paramètres / Couleurs donne accès à toutes les couleurs d'affichage des
composants visuels de Galaad et du module d'usinage.
Paramètres / Touches de fonctions permet d'associer à chaque touche de
fonction F1 à F12 une commande choisie dans un menu, seule ou accompagnée
de la touche
. Il suffit de cliquer sur la ligne correspondante puis aller
chercher une commande en haut dans les menus. A noter que la touche F10 est
généralement réservée par Windows, et donc non assignable.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 223
GALAAD
3 —————————————————————————————
Paramètres / Cotes visuelles règle le style graphique des cotes visuelles
placées sur le dessin, pour l'écran et pour l'imprimante.
Paramètres / Réseau / Poste de travail définit les caractéristiques du
poste de travail sur le réseau local. Voir le chapitre consacré à l'utilisation de
Galaad en réseau.
Paramètres / Réseau / Groupe de travail indique à partir du poste
principal le nom du groupe de travail à suivre pour les postes secondaires sur le
réseau. Voir le chapitre consacré à l'utilisation de Galaad en réseau.
Paramètres / Réseau / Mettre l'environnement à jour enregistre les
paramètres courants s'il s'agit du poste principal, ou recharge les paramètres sur
le réseau s'il s'agit d'un poste secondaire. Voir le chapitre consacré à l'utilisation de Galaad en réseau.
Paramètres / Outils permet d'indiquer en détail les caractéristiques de
chaque outil en magasin. Voir le chapitre "Trajectoires d'outils".
Paramètres / Fraiseuse / Principaux donne accès rapide aux principales
caractéristiques de la fraiseuse. Voir ce chapitre.
Paramètres / Fraiseuse / Complets donne un accès détaillé à tous les
paramètres de la fraiseuse. Voir ce chapitre.
Paramètres / Fraiseuse / Test E-S ouvre une fenêtre de contrôle des
entrées/sorties de la machine, sans piloter de mouvement ni de course de
recalage préalable. Cette fonction sert à vérifier les connexions électriques.
Voir aussi la fonction "Usinage / Pilotage manuel".
11 - 224
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Paramètres / Fraiseuse / Calibrage ouvre une fenêtre d'aide au calibrage
semi-automatique de votre machine (entrées, démultiplications, orientation,
cinématique). Cette fonction est plus particulièrement destinée aux personnes
qui ont construit leur machine ou ont monté une électronique de commande
différente de l'originale. Galaad enregistrera les paramètres calibrés.
La première chose à faire est de trouver les entrées correspondant au capot
de sécurité, aux contacts zéro machine et au capteur d'outil. Si vous n'avez
aucun de ces éléments, cette première phase est inutile. La méthode pour
trouver à quelle entrée un contact est connecté, et selon quelle polarité, est
assez simple : vous cliquez sur le bouton "Tester" correspondant, et vous
manœuvrez le contact à la main (pour le capot de sécurité et le capteur d'outil,
c'est facile, pour les contacts de fin de course, ça peut nécessiter un peu de
gymnastique). Une sous-fenêtre affiche et retient l'entrée qui bascule. Le capot
de sécurité doit être ouvert au moment où vous cliquez sur "Tester". Le capteur
d'outil doit être relâché, et les axes doivent être en-dehors du point zéro (les
contacts ne doivent pas être enclenchés).
Trouver les rapports de démultiplication des axes nécessite d'avoir accès à
chaque moteur pour le voir tourner. Les moteurs pas-à-pas ont généralement
des incréments de 1,8°, soient 200 pas entiers par tour. Attention, ce n'est pas
toujours le cas. Quoi qu'il en soit, vous devez trouver la bonne valeur qui
correspond à un tour de moteur, compte tenu des micropas ou des incréments
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 225
GALAAD
3 —————————————————————————————
de l'encodeur pour un servodrive. Essayez des valeurs typiques : 400, 800,
1600, etc. en cliquant à chaque fois sur le bouton "Tester", jusqu'à ce que le
moteur fasse exactement un tour. Une fois que vos moteurs ont le bon nombre
d'impulsions par tour, vous devez mesurer très précisément l'avance linéaire
correspondant à un tour, si possible à l'aide d'un comparateur ou d'un pied à
coulisse. A chaque clic sur le bouton "Tester", le moteur fait un tour.
L'orientation des axes détermine la géométrie de votre machine. Vous
devez indiquer la position du zéro machine, c'est-à-dire l'endroit où vous avez
les contacts de fin de course zéro pour les axes X et Y (le contact zéro pour Z
est toujours en haut). La direction des axes se teste avec un mouvement pour
lequel vous devez indiquer si l'axe s'est déplacé dans une direction ou l'autre.
Galaad en déduira une éventuelle inversion à imposer au moteur.
Enfin, les réglages de la cinématique, probablement les plus compliqués à
mettre au point, supposent que les autres calibrages soient acquis. La première
chose à rechercher est la vitesse maximale que les axes peuvent supporter. Les
axes XY travaillent ensemble et c'est donc la plus faible des deux qui l'emportera. Lorsque vous cliquez sur le bouton "Tester", la machine fait un mouvement, accéléré lentement, jusqu'à atteindre la vitesse indiquée. Galaad vous
demande s'il y a eu un décrochage de moteur. Si vous cliquez sur "Oui", il
conservera la dernière vitesse qui a été validée. Si vous cliquez sur "Non", il
réessayera avec une vitesse supérieure, jusqu'à ce que le moteur décroche. C'est
à vous de répondre par oui ou par non ; Galaad ne peut pas savoir si un moteur
a décroché à cause d'une vitesse de pointe trop élevée.
Une fois la vitesse maximale réglée, vous devez calibrer la fréquence
Start/Stop. Cette fréquence correspond à la vitesse instantanée d'arrachement à
l'immobilité d'un moteur, ou réciproquement la vitesse finale juste avant de
l'arrêter. Une fréquence Start/Stop trop basse rend les accélérations inutilement
longues. Inversement, une fréquence trop haute peut bloquer un moteur qui
n'arrive pas à "accrocher" sa rampe d'accélération, ou tout simplement le faire
cogner au démarrage et à l'arrêt. Le test consiste à faire tourner le moteur
instantanément à la fréquence demandée, pour chaque axe. Galaad vous
demande si le moteur de l'un des axes a cogné (démarré de façon trop brutale)
ou s'est bloqué. Si vous cliquez sur "Oui", il revient à la valeur précédente.
Sinon, il va essayer avec une valeur double.
Corollaire de la fréquence Start/Stop, les rampes d'accélération. Si un
moteur accélère trop fort, il risque de décrocher et se bloquer ou perdre des pas
(ou se mettre en erreur de poursuite pour un servodrive). S'il accélère trop
lentement, les mouvements seront inutilement longs. L'accélération d'un axe
11 - 226
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
doit être vigoureuse sans risquer le blocage ou le décrochage. Le test fait la
même chose que pour le calibrage de la fréquence Start/Stop, avec une pente
d'accélération de plus en plus raide. A noter que la fréquence Start/Stop et
l'accélération doivent être ceux de l'axe le plus critique, c'est-à-dire celui qui
décroche ou se bloque à la plus faible valeur. Ces réglages correspondent aux
mouvements inactifs, en pilotage manuel ou en usinage automatique lorsque
l'outil est hors matière.
Bien qu'étant les plus difficiles à régler, les deux derniers paramètres
cinématiques sont importants, puisqu'ils définissent le comportement de la
machine en usinage automatique lorsque l'outil est dans la matière. La méthode
de test est identique à celle utilisée pour la fréquence Start/Stop et l'accélération. Reportez-vous au chapitre dédié aux paramètres de la fraiseuse pour
comprendre la portée des paramètres cinématiques.
Paramètres / Fraiseuse / Pilote externe permet d'utiliser un programme
d'usinage ou de téléchargement extérieur à Galaad. Voir la fin du chapitre
consacré aux paramètres de la fraiseuse.
Paramètres / Post-processeur permet de définir un format d'export, de
commande numérique générique ou de pilote externe utilisant un langage
particulier non intégré à Galaad. Toutes les syntaxes usuelles sont possibles, à
partir du moment où elles sont basées sur un format texte avec valeurs numériques en décimal ou en hexadécimal. Des canevas sont prédéfinis pour les
syntaxes les plus courantes, canevas sur lesquels vous pouvez broder votre
propre format. Pour une description du paramétrage de la syntaxe, reportezvous à la fin du chapitre consacré aux paramètres de la fraiseuse.
Paramètres / Auto-enregistrement règle la période d'auto-enregistrement
cyclique du fichier en cours. L'auto-enregistrement correspond à une commande automatique "Fichier / Enregistrer". Cela suppose que le fichier a déjà
reçu un nom.
Paramètres / Nouveau fichier indique les paramètres à utiliser par défaut
lors de l'initialisation d'un nouveau fichier (dimensions de la pièce brute,
matériau employé, profondeur, vitesse et outil de dessin).
Paramètres / Profondeurs rapides règle le pas d'augmentation ou
diminution directe de la profondeur de l'objet sélectionné quand on appuie sur
les touches
ou
.
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 227
GALAAD
3 —————————————————————————————
Paramètres / Vitesses automatiques appelle la boîte de dialogue de
modification du calcul des vitesses d'avance automatiques. Les vitesses
automatiques concernent les débutants qui ne sont pas encore familiers avec les
vitesses d'usinage, pour leur éviter de commencer leur carrière sur un monceau
de cadavres de fraises cassées. Elles sont calculées d'après la famille de dureté
du matériau (cette classification du matériau ne servant qu'à ce calcul), le
diamètre et le profil de l'outil, la profondeur d'usinage et d'autres paramètres
secondaires. Dans le domaine du fraisage de métaux, une vitesse d'avance se
calcule normalement d'après la vitesse de rotation de la fraise, son nombre de
dents et ses possibilités d'avance par dent. Pour le fraisage de bois ou de
matières plastiques, il en va autrement. On ne raisonne pas en termes d'avance
par dent pour une pointe à graver ou une fraise-boule. Le calcul de vitesse
d'avance automatique par Galaad conduit à une sous-estimation notoire : le but
n'est pas d'optimiser l'usinage mais d'éviter de casser des fraises coûteuses en
allant trop vite. Une fois que vous aurez acquis l'expérience des vitesses, vous
abandonnerez peu à peu les vitesses automatiques, justement pour gagner du
temps.
Le calcul des vitesses automatiques est modulable pour chaque famille de
matériau. Vous pouvez multiplier le résultat pour aller plus ou moins vite, ou
rompre la linéarité du calcul en prenant son carré ou sa racine carrée.
Paramètres / Mémoriser enregistre le jeu complet de paramètres (environnement, restrictions, fraiseuse, outils) sous un nom donné. Les jeux de
paramètres mémorisés se trouvent dans le sous-répertoire "CONFIG" du
répertoire d'installation de Galaad.
Paramètres / Reprendre récupère tout ou partie d'un jeu de paramètres
enregistrés sous un nom donné avec "Paramètres / Mémoriser".
Paramètres / Transfert rapide / Envoyer les paramètres enregistre le jeu
complet de paramètres (environnement, restrictions, fraiseuse, outils) sur un
disque mobile ou un disque réseau, pour un transfert vers un autre poste de
travail.
Paramètres / Disque de transfert / Recevoir les paramètres récupère
tout ou partie d'un jeu de paramètres enregistrés sur le disque mobile avec
"Paramètres / Transfert rapide / Envoyer les paramètres".
11 - 228
—
Fonctions des menus
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Menu "Aide"
Aide / Manuel d'utilisation affiche le présent manuel en format PDF, ce
qui suppose qu'un visualisateur de document comme Adobe Reader a été
installé sur votre ordinateur.
Aide / Général appelle l'éditeur hypertexte d'aide en ligne sur l'utilisation
générale du logiciel.
Aide / Astuces appelle l'éditeur d'aide en ligne sur les quelques petites
astuces d'utilisation du logiciel.
Aide / Usinage appelle l'éditeur d'aide en ligne sur l'utilisation du module
d'usinage.
Aide / Restrictions appelle l'éditeur d'aide en ligne sur l'utilisation du
module de gestion des restrictions imposées à l'environnement de travail.
Aide / Télé-intervention appelle la fonction intégrée de connexion à
distance sur votre écran. Ceci suppose que votre ordinateur est connecté au
réseau Internet. A l'appel de cette fonction, il apparaît une fenêtre indiquant un
numéro d'identification ID à 9 chiffres, et un mot de passe à 4 chiffres. Vous
devez communiquer ces deux informations à votre interlocuteur, par téléphone
ou par e-mail, afin qu'il puisse se connecter sur votre PC et voir votre écran
pour vous aider.
Aide / Débogage crée un fichier texte contenant tout ou partie du jeu de
paramètres du logiciel et l'archive de communication du dernier usinage ou
pilotage effectué, pour vérification avec l'aide
d'un support technique en cas de dysfonctionnement du logiciel ou de la machine. Les deux
options par défaut sont les paramètres de la
fraiseuse et le dernier échange archivé. Elles
suffisent pour une aide au débogage concernant
un problème avec la machine. Le fichier
résultant GALAAD.BUG, présent dans le répertoire d'installation du logiciel,
doit être envoyé par e-mail au support technique. Très important : tant que
vous n'avez pas généré ce fichier de débogage, ne relancez surtout pas un
pilotage manuel qui effacerait le dernier échange archivé entre Galaad et
la machine. A noter que toutes les données échangées entre Galaad et la
———————————————————
Fonctions des menus
— 11 - 229
GALAAD
3 —————————————————————————————
machine sont archivées dans le fichier texte GALAAD.XON, sous forme de
commandes envoyées, de réponses reçues, ainsi que de nombreux commentaires automatiques facilitant la traque au bug. Ce fichier est concaténé avec des
fichiers de paramètres selon les options choisies, pour générer le fichier final
GALAAD.BUG avec cette fonction.
Aide / Licence temporaire permet d'entrer un code de licence valable
pendant un mois sans que la clef soit connectée. Cette licence est renouvelable
au maximum trois fois consécutives, et il est nécessaire que l'installation
courante de Galaad ait fonctionné avec sa clef de licence au moins une fois au
cours des trois derniers mois. L'unique but de cette commande est de permettre
le remplacement éventuel d'une clef perdue ou endommagée, tout en continuant
de travailler en son absence temporaire. Cette fonction ne peut en aucune
manière débloquer la licence d'utilisation d'un logiciel normalement
dépourvu de clef. A noter que le numéro d'identification n'est pas figé, et
change à chaque fois qu'un numéro de licence temporaire est validé. Sauf
demande expresse, ne rebranchez pas la clef de licence une fois cette licence
temporaire activée : si la clef est détectée même de façon partielle, la licence
temporaire sera aussitôt désactivée.
Aide / A propos envoie la boîte de dialogue de copyright. Cette boîte de
dialogue vous fournit aussi et surtout une information sur la version de votre
installation, pour d'éventuelles mises à jour, ainsi qu'un état de la licence
d'utilisation du logiciel. Un bouton "Télécharger la mise à jour" permet de
mettre votre version de Galaad à jour sans manipulation de fichiers. Ceci
nécessite bien évidemment que votre ordinateur soit connecté au réseau
Internet.
11 - 230
—
Fonctions des menus
———————————————————
——————————————————————————————————
12
———————
0 1 1 0 0
PARAMETRAGE
DE LA FRAISEUSE
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Paramètres principaux
Le paramétrage de votre fraiseuse à commande numérique est une fonction
importante de Galaad et doit à ce titre être effectuée avec le plus grand soin. En
général, cette opération se fait une fois pour toutes. Sauf configuration
mécanique très exceptionnelle, l'utilisation de paramètres erronés n'est pas
dangereuse pour votre machine. Au pire, la fraiseuse se contentera de bouder
dans son coin sans daigner réagir à vos sollicitations. Au mieux, elle réagira en
faisant au passage quelques petites bêtises vénielles.
Afin de faciliter l'apprentissage de Galaad et sa manière de gérer la
machine, une boîte de dialogue donne accès aux paramètres simplifiés de la
fraiseuse sans entrer dans les détails. Il va de soi que ceci ne concerne que les
possesseurs d'une machine standard dûment répertoriée dans la liste des
fraiseuses connues du logiciel. Pour accéder à cette boîte de dialogue, appelez
la commande "Paramètres / Fraiseuse / Principaux".
Le paramètre le plus
important est bien entendu la
définition du modèle de
fraiseuse. Recherchez dans
la double-liste (marque ou
fabricant et type) celle qui
correspond à votre matériel
et sélectionnez-la. Pour la
plupart, les autres paramètres
seront mis à jour automatiquement.
Le type d'électronique de commande est généralement induit par le choix
du modèle de machine. Sautons donc directement au cadre du bas de la fenêtre
pour vérifier les autres paramètres techniques de la machine elle-même. Ces
paramètres dépendent du choix du modèle de machine, mais ceux-ci peuvent
avoir évolué au fil du temps. Voyez les caractéristiques fournies avec votre
fraiseuse pour en contrôler la validité, et notamment le pas des vis à billes. Si
la valeur de ce pas est erronée, la machine fonctionnera, mais ses mouvements
ne seront pas à la bonne échelle. Un pas trop petit par rapport à la réalité induit
une surmultiplication des coordonnées envoyées à la machine et donc un
agrandissement du résultat. Inversement, un pas trop grand diminuera l'échelle
d'usinage. Si votre machine n'est pas équipée de vis à billes, la valeur à entrer
12 - 232
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
doit correspondre à l'avance linéaire effectuée sur chaque axe par un tour de
moteur. Si vos axes ont des pas différents, reportez-vous à la fenêtre des
paramètres complets puisqu'il faut y passer.
Entre une machine proprement paramétrée et un Galaad de même métal, on
trouve généralement un câble de communication. Ce câble assure la transmission des ordres du logiciel vers la commande numérique et le retour d'informations de la part de celle-ci. La plupart des machines échangent ces données par
le biais d'un port USB ou d'un port COM (port série RS-232). Dans ce cas,
vous devez brancher le câble d'un côté sur la fraiseuse ou son boîtier de
commande numérique, et de l'autre sur le port ad hoc de votre ordinateur.
Rares sont les PC encore équipés d'un port COM de nos jours, mais ça existe
encore parfois sur les systèmes de bureau. Si votre machine réclame un port
série et votre ordinateur en est dépourvu, vous devrez ajouter un module
convertisseur USB/Série qui ajoutera un port COM virtuel à votre PC (en
général numéroté au-delà de COM2). A noter que, réels ou virtuels, les ports
COM disponibles listés par Galaad sont suivis d'un astérisque. Si vous ne
savez pas quel est le numéro de port COM attribué par Windows à votre
convertisseur USB/Série, ces astérisques peuvent vous aider à le trouver. Le
bouton "Détecter port COM" peut aussi vous aider à trouver la machine en
essayant sur tous les ports disponibles jusqu'à obtenir une réponse valide.
Dans le cas d'un pilotage par port COM, le protocole de communication
tient tout d'abord compte de la vitesse de transmission. On considère généralement que cette vitesse est préréglée sur la commande numérique et que c'est
au logiciel de s'adapter à la machine plutôt que l'inverse. Ne changez pas
inutilement cette vitesse de transmission. Ce n'est pas avec une communication
plus rapide que vous gagnerez du temps.
Important : Si vous n'avez pas de fraiseuse connectée à ce poste de
travail, réglez le port sur "Aucun".
Rappelons que Galaad ne génère pas de signaux Impulsion/Direction
(Clock/Dir) sur le port parallèle LPT pour attaquer un rack de puissance. Il
faut intercaler un module électronique capable de générer ces signaux.
Les pages suivantes concernent les paramètres complets de la fraiseuse,
auxquels vous pouvez accéder fort logiquement par la commande "Paramètres /
Fraiseuse / Complets".
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 233
GALAAD
3 —————————————————————————————
Mécanique
Ne venez pas directement à cette section sans avoir lu les indications
données dans les lignes précédentes et sur lesquelles on ne reviendra pas,
notamment les connexions sur les ports pour brancher correctement votre
machine et votre clef de licence Galaad. Les paramètres généraux de la
fraiseuse s'appliquent a fortiori aux paramètres complets décrits ci-après.
On rappelle que ces paramètres détaillés de la fraiseuse sont accessibles par
le biais de la commande "Paramètres / Fraiseuse / Complets".
Cette commande ouvre une boîte de dialogue multi-pages qui contient
toutes les informations relatives à la fraiseuse et sa commande numérique. On
retrouve dans ces paramètres les principaux déjà vus plus haut, noyés dans un
marigot de données plus ou
moins exotiques. Passons sur
le modèle de fraiseuse que
nous avons déjà vu dans les
paramètres généraux. Si
votre machine n'est pas dans
la liste proposée, le plus
simple est de sélectionner
"Modèle non listé". Si son
électronique de commande
est compatible avec Galaad,
elle n'en sera pas moins
pilotée avec tous les égards
qui lui sont dus. Mais ce sera
alors à vous d'indiquer tous
les paramètres de cette belle
inconnue.
On vous demande cette fois d'indiquer le nombre d'axes. Pour la plupart, les
machines de la liste sont des modèles classiques à 3 axes cartésiens, mais
certaines configurations spécifiques peuvent n'avoir que 2 axes, ou d'autres un
4ème axe (tournage A ou lame orientable C), un axe double maître-esclave ou
encore un 5ème axe B. Voyez les informations techniques de votre machine et,
dans le doute, tenez-vous en à 3 axes pour commencer.
12 - 234
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Les courses utiles représentent la longueur de mouvement maximale que
peut parcourir un axe, la combinaison donnant le volume accessible à l'outil.
On a vu dans les paramètres généraux le pas des vis à billes et les conséquences induites par une mauvaise valeur. Si votre machine a des axes avec des pas
différents, c'est ici que vous pouvez agir. La résolution des moteurs donne le
nombre d'impulsions à demander à la commande numérique pour que le moteur
pas-à-pas fasse un tour, ou le nombre d'impulsions renvoyées par l'encodeur
dans le cas de servo-moteurs.
Le cadre du bas définit les quatrième et cinquième axes, si la machine en
est équipée. Un quatrième axe peut avoir trois applications possibles pour
Galaad : soit il s'agit d'un axe de tournage parallèle à l'axe de mouvement X
(identifié axe A) ou Y (axe B), soit c'est un axe parallèle à l'axe Z (axe C) et
servant à orienter une lame de coupe, soit enfin ce n'est qu'un simple axe
esclave qui double un des trois axes principaux. Un cinquième axe peut être un
axe d'orientation complémentaire pour une tête de fraisage inclinée par le
quatrième axe (fraisage 5 axes) ou bien un axe esclave d'un axe linéaire
existant. Pour chacun de ces axes supplémentaires, vous devez dans tous les
cas préciser le nombre d'impulsions du moteur, ou de l'encodeur, par tour de ce
quatrième axe.
A noter que le module de dessin Galaad et son module d'usinage complémentaire ne peuvent utiliser que 3 axes parmi 4, c'est-à-dire un usinage
cartésien XYZ ou bien un usinage cylindrique XAZ. Le pilotage manuel
permet toutefois de commander tous les axes existants, y compris pour une
origine pièce avant usinage 3 axes. Seuls les modules Kay et Kynon (voir plus
loin) peuvent piloter jusqu'à 5 axes en usinage automatique.
Usinage rotatif sur axe A
La norme en vigueur veut que les axes rotatifs notés A, B et C tournent
autour de parallèles respectivement aux axes X, Y et Z. Ainsi, un axe A est
parallèle à l'axe X et permet des usinages en volume par rotation du plan
d'usinage permettant d'attaquer des faces inaccessibles en usinage 3 axes, ou
bien de faire un simple enroulement cylindrique du dessin à plat. Reportezvous aux fonctions "Usinage / Fraisage cylindrique 4 axes" ou "Usinage /
Fraisage multifaces 4 axes" pour plus d'information sur la façon d'enrouler un
dessin Galaad sur un cylindre à usiner ou bien fraiser différentes faces latérales
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 235
GALAAD
3 —————————————————————————————
d'une pièce en volume. En outre, le module de tournage Gawain peut utiliser
une fraiseuse 4 axes ayant un axe rotatif A pour usiner le profil dessiné, y
compris les filetages (faces et filetages extérieurs seulement, puisque la fraise
ne peut pas attaquer de l'intérieur).
Le paramétrage d'un axe rotatif A, ou "axe A de tournage" est très simple :
il suffit d'indiquer le nombre d'incréments moteurs par tour de mandrin. La
vitesse maximale de rotation doit être réglée dans l'onglet "Vitesses".
Lame orientable sur axe C
Galaad accepte de piloter un
moteur servant à faire pivoter
une lame orientable de façon à
la maintenir toujours dans la
direction de coupe horizontale.
Ce moteur peut être soit le
troisième axe (machine sans axe
Z) soit le quatrième axe. Le fait
de sélectionner "Axe C d'orientation" comme axe supplémentaire (ou de le re-sélectionner s'il est déjà actif) ouvre une boîte de dialogue
donnant accès aux paramètres spécifiques de cette lame orientable. Si la
machine est dépourvue d'axe Z, on suppose que la lame est pilotée par un
électro-aimant ou un vérin avec des butées mécaniques pour régler les
positions haute et basse. Le premier paramètre indique quelle sortie électrique
pilote cet électro-aimant ou cette électrovanne, avec en corollaire les temps
correspondant à la descente et à la remontée, afin d'éviter que Galaad ne
déclenche un mouvement horizontal prématuré.
Une lame orientable ne pouvant en général pas changer de direction
lorsqu'elle est en position basse, l'angle maximum autorisé sans remontée doit
être indiqué. Si la rotation nécessaire est supérieure à cet angle, le mouvement
de coupe s'arrête, la lame remonte, elle est pivotée vers la nouvelle direction de
coupe puis redescend et le mouvement reprend. Si la rotation nécessaire est
inférieure ou égale à cet angle, la lame est pivotée en position basse. Le
passage d'angle se fait alors avec un mouvement de coupe, puis une rotation,
puis un nouveau mouvement de coupe. Pour conserver une certaine continuité
12 - 236
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
dans le mouvement horizontal, la lame peut commencer à pivoter avant d'avoir
atteint le point de virage, trichant alors sur l'orientation aux abords du virage.
Ceci permet d'enchaîner les mouvements de coupe sans points d'arrêt, Galaad
interpolant des mouvements incluant la rotation de la lame. Dans ce cas, il est
demandé de préciser la distance du virage à laquelle la lame peut commencer à
pivoter. Si le mouvement est plus court, la lame sera en rotation permanente. A
noter que la lame doit pivoter autour de son point de coupe. Il n'y a pas de
compensation XY si la lame est excentrée.
La vitesse de rotation à vide (position haute) de la lame est réglable ici,
ainsi que l'angle de référence (position de repos). Le 0° trigonométrique
correspond à la direction X+, ou 3 heures sur le cadran d'une montre, la
direction Y+ ou midi correspondant à 90°. Au moment de lancer le processus, la lame doit impérativement être calée sur cet angle de référence, et
elle y reviendra une fois le cycle achevé. Si la lame n'est que partiellement libre
de tourner, par exemple à cause de câbles ou tuyaux tournant avec elle, alors il
faut cocher l'option de rembobinage. A chaque fois qu'elle remonte, elle sera
positionnée le plus près possible de sa position de repos. Enfin, cette lame peut
n'être activée que pour un outil du dessin, les autres outils correspondant à un
pilotage classique sans axe C.
Axes supplémentaires
Seuls les modules Kay et Kynon peuvent gérer jusqu'à 5 axes simultanés.
Le module d'usinage de Galaad est limité à 3 axes parmi 4, c'est-à-dire qu'un
processus se fera sur XYZ (usinage plan) ou sur XAZ (usinage cylindrique
enroulé). Les usinages 3D à 4 ou 5 axes simultanés doivent se faire avec le
module Kay dont c'est la spécialité. Si vous utilisez une tête pivotante d'usinage
5 axes, vous devez indiquer ici le nombre d'incréments moteur correspondant à
360° de rotation de la tête. Le 4ème et le 5ème axe doivent être indiqués comme
étant des axes A et C (ou B et C) indépendants.
Sur les grandes machines dotées d'axes parallèles X-X' ou Y-Y' pilotés par
deux canaux séparés de la commande numérique, Galaad peut gérer le recalage
des deux axes pour les remettre d'équerre. La course de référence se fera alors
avec les deux axes associés, puis un par un pour le recalage, avant de réassocier les canaux pour le pilotage normal.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 237
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commande numérique
La page suivante des paramètres donne accès aux données relatives à
l'électronique de commande et son protocole de communication série s'il est
utilisé. Vous pourrez y trouver aussi quelques précisions sur la course de
référence et donc la position
générale du "zéro machine",
ainsi que la façon de conduire
cette course de référence
avant ou pendant un usinage.
Le type de commande
numérique dépend directement du modèle de machine
que vous avez préalablement
paramétré à la page "Mécanique", sauf si vous avez choisi
une machine non listée,
auquel cas il vous appartient
d'indiquer vous-même quel
contrôleur pilote vos axes.
Beaucoup de machines sont dotées d'un buffer de mémoire locale capable
de stocker des ordres de mouvement tout en différant leur exécution. Cette
fonction est très importante : elle évite les temps morts entre chaque mouvement et permet d'obtenir une trajectoire continue, beaucoup plus fluide et
rapide. Le fait d'envoyer les mouvements à la machine avant qu'elle ne les
exécute rompt la synchronicité entre Galaad et la machine. Les coordonnées
affichées à l'écran ne correspondent plus aux mouvements mais à la transmission. Le logiciel est alors en avance sur la réalité, ce qui lui sied d'ailleurs fort
bien. Ce passage à un mode asynchrone peut être déroutant, mais il correspond
néanmoins au meilleur mode opératoire possible, surtout lorsque l'usinage est
fait de courbes. A noter que certaines machines comme les Isel ont des
mémoires linéaires, avec d'une part un temps de transmission, outil en attente,
et d'autre part un temps d'exécution, logiciel en attente. Par contre, sur une
machine à mémoire circulaire, la transmission se fait pendant que les mouvements précédents sont exécutés.
Vous pouvez choisir de désactiver cette option de buffer de mémoire locale
et laisser la machine en prise directe avec le logiciel pour chaque mouvement.
12 - 238
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Ceci induit des mouvements continuellement interrompus par la transmission
des données et donc relativement hachés. Si votre commande numérique est
équipée d'une mémoire locale, mieux vaut
l'utiliser. Si elle n'en est pas pourvue, il est
inutile sinon déconseillé de lui faire croire
le contraire. Elle ne fonctionnera pas
mieux. De même, le fait d'augmenter
artificiellement la taille du buffer de mémoire vous expose à des erreurs lors de
l'usinage automatique. Ne modifiez sa valeur que si vous êtes sûr de ce que
vous faites.
A noter que, par défaut, Galaad limite l'utilisation de la mémoire locale en
se resynchronisant avec la machine à chaque remontée de l'outil. Ceci lui fait
suivre par blocs le déroulement du processus et permet de reprendre un usinage
interrompu à la dernière plongée de l'outil. Il est cependant possible de faire un
bloc unique de tout l'usinage, si la taille du buffer est suffisante pour que cela
apporte une réelle amélioration.
Il se peut que l'électronique de commande ne puisse piloter des mouvements sur trois axes simultanément. Dans ce cas, Galaad vous proposera une
alternative de pilotage en escalier au moment d'usiner. Mais vous devez alors
invalider l'interpolation XYZ. De même pour l'interpolation circulaire si
votre machine ne peut parcourir en un seul mouvement des arcs programmés.
Ces paramètres dépendent directement de votre commande numérique, et par
voie de conséquence de votre modèle de machine. Sauf configuration spécifique, tenez-vous en aux options que Galaad vous propose par défaut.
La communication avec la machine passe par un port qu'il convient de
définir : USB, Ethernet, série, parallèle ou interne, le choix est vaste mais
chaque machine n'offre en général qu'une possibilité. Si votre ordinateur n'est
pas connecté à une machine, sélectionnez "Aucun" à la place d'un port. Galaad
fera une simulation de pilotage avec les paramètres de la machine indiquée.
Dans le cas d'une liaison série RS232, les ports COM disponibles, réels ou
virtuels (via un convertisseur USB/Série), sont suivis d'un astérisque dans la
liste. Si vous ne savez pas quel est le numéro de port COM attribué par
Windows à votre convertisseur USB/Série, ces astérisques peuvent vous aider.
Le bouton "Détecter port COM" peut aussi vous aider à trouver la machine en
essayant sur tous les ports disponibles jusqu'à obtenir une réponse valide. De
même, le bouton "Gestionnaire de périphériques" vous ouvrira une fenêtre
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 239
GALAAD
3 —————————————————————————————
Windows donnant accès à la liste des périphériques USB, ainsi que des ports
COM ou LPT pour contrôler leur validité. Sur un port série, il reste nécessaire
de régler le protocole de communication. Accordez de préférence les
paramètres de Galaad sur les paramètres préréglés sur votre machine plutôt que
l'inverse. Voyez la fiche technique de votre fraiseuse pour trouver les bons
paramètres. Un protocole assez standard est 9600 ou 19200 baud avec aucune
parité, 8 bits de données et 1 bit de stop. N'utilisez les options de contrôle de
flux que si vous connaissez parfaitement le système de communication de votre
électronique de commande. Là encore, bricolages et tâtonnements apportent
plus de peines que de joies.
Le cadre de course de référence indique avant tout la position du point
zéro machine. Cette information est très importante et détermine l'orientation générale de vos axes. Pour l'axe Z, c'est simple, on présume que son point
zéro sera toujours vers le haut, outil dégagé. Oui, même en Australie. Par
contre, pour les axes X et Y, la position du zéro devient assez relative. Une
convention ancienne et sûre veut que l'axe X aille de gauche à droite et l'axe Y
d'avant en arrière vus du poste opérateur, ce qui semble assez implicite.
Malheureusement, une autre convention plus récente veut que l'axe X soit le
plus long des deux. C'est sans doute très masculin mais pas toujours très malin
pour un opérateur qui pourrait alors avoir les axes X et Y inversés par rapport à
ce qu'il voit à l'écran ou ce qu'il a dessiné. Il est par conséquent recommandé de
définir l'axe X comme étant celui qui bouge de gauche à droite et l'axe Y
comme étant celui qui bouge d'avant en arrière. Si, vu de l'opérateur, il y a une
inversion, le mieux est de corriger cette inversion (voir la page des paramètres
avancés, un peu plus loin).
Sur la plupart des machines, vu de l'opérateur, l'axe X a son point
zéro à l'ouest, c'est à dire vers la gauche lorsqu'on est devant le
plateau de la machine. Par contre, l'axe Y peut avoir son point zéro
au nord (au fond) ou au sud (devant), selon votre modèle de
fraiseuse. Il suffit de mettre la machine en route et laisser faire une
course de référence pour voir de quel côté les axes se dirigent.
Attention, la position correspond à l'outil sur le plateau, pas au
mouvement du plateau lui-même. Si votre machine a un plateau Y
mobile, lorsque le plateau vient vers le devant, c'est l'outil qui va vers l'arrière
du plateau, et réciproquement. Vous devez prendre en considération le
mouvement virtuel de l'outil sur le plateau, pas le mouvement réel de ce
dernier. Si votre machine a un plateau fixe et un portique mobile, oubliez ce
détail. Le paramètre de position du point zéro machine est mis à jour automati12 - 240
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
quement lorsque vous sélectionnez une machine dans la liste, ce qui ne doit
tout de même pas arriver tous les jours. La petite case à cocher du dessous
indique si Galaad doit sonner l'alarme avant de piloter une course de référence
lors de l'initialisation de la commande numérique. Pour des raisons de sécurité,
il peut être préférable d'avertir, surtout si la course de recalage est rapide.
Important : vous pouvez très bien ne pas vouloir utiliser un point zéro
machine et ne travailler qu'avec des origines pièces flottantes. Dans ce cas,
décochez l'option "Course de référence / Zéro machine". On ne va pas débattre
ici des avantages et inconvénients du travail en coordonnées absolues avec un
point zéro machine. Sachez seulement que, sans point zéro machine, vous ne
pourrez pas gérer des positions fixes, donc pas de capteur d'outil fixe, pas de
changeur d'outil, pas de posages mémorisés. En outre, vous devrez régler
l'origine pièce à chaque usinage, même si sa position n'a pas varié.
Dans le cas d'une machine équipée de moteurs pas-à-pas, il est possible
pour la paix de l'esprit de demander un recalage périodique de la position des
axes en déclenchant une course de référence à intervalles réguliers. Par défaut,
Galaad n'ordonne ce recalage que si la fraiseuse a été mise hors tension et ne
connaît donc pas la position de ses propres axes. Mais vous pouvez la réclamer
plus souvent. Dans les faits, si votre machine perd vraiment des pas, il y a peutêtre des paramètres plus importants à vérifier, et pas seulement dans Galaad.
On allait l'oublier : en haut de page, à droite du type de commande numérique se trouve un tout petit bouton presque trop discret
qui permet
d'accéder à quelques paramètres étendus de l'électronique. Le fait de sélectionner une électronique particulière fait surgir la même boîte de dialogue de
réglage propre à chaque type de machine. Les paramétrages spécifiques sont
décrits ci-après, ils sont eux aussi importants.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 241
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commandes numériques AxeMotion
Les cartes AxeMotion
sont destinées a priori aux
personnes qui conçoivent
elles-mêmes leur fraiseuse,
mais ont été intégrées à de
nombreuses machines de
constructeurs. Peu coûteux
et très faciles à intégrer, ces
contrôleurs USB offrent des
performances assez exceptionnelles. Leurs paramètres
sont communs à toutes les
cartes AxeMotion, dont les
modèles "PulseBox" qui ont
droit à une page étendue
pour assigner les signaux
électriques sur les pins du
connecteur DB-25.
Il est possible de prérégler l'état des sorties au boot de la carte, avant
même que Galaad ne soit actif. Dès mise sous tension, la carte activera les
sorties de base demandées. On verra plus loin dans ce chapitre les réglages de
fréquence Start/Stop et accélération, avec les paramètres cinématiques. Une
entrée binaire peut-être affectée à la surveillance d'un signal d'erreur quelconque, par exemple un bit d'erreur de poursuite en provenance d'un servodrive
ou de contacts de fin de course positifs. Si cette entrée est activée (ou inactivée
selon le paramétrage), la carte CNC stoppe immédiatement les mouvements et
Galaad abandonne l'usinage. Cette entrée de signal d'erreur constitue un
paramètre facultatif.
Les cartes "PulseMaker" 4 axes avec option de potentiomètres numériques
de réglage du courant peuvent être paramétrées ici. Attention à ne pas
dépasser la valeur nominale de courant correspondant à vos moteurs, en
général ils n'aiment pas trop les indigestions. Galaad contenant les mises à
jour du firmware des cartes AxeMotion, vous pouvez activer la remise à jour
automatique ou forcer une mise à jour immédiate en cas de nécessité, même si
la version stockée dans Galaad n'est pas plus récente que celle de la carte. La
communication sur le port USB est normalement réglée sur "Très rapide" pour
12 - 242
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
les cartes "PulseBox", "PulseMaker" et "PowerStep", mais vous pouvez
choisir une communication moins rapide si vous travaillez en environnement
bruité avec des sources de parasites électriques importantes qui semblent
perturber la communication. Les cartes "Pulsar" peuvent utiliser des taux de
transfert de données beaucoup plus élevés, au-delà du "Ultra-rapide". Enfin, si
votre contrôleur AxeMotion est doté d'un jogpad sur port local I2C, vous
pouvez demander à Galaad de le gérer.
La course de référence (recalage du point zéro machine) sur les cartes
AxeMotion est gérée directement à bas niveau par Galaad, et il est donc
nécessaire d'indiquer les entrées correspondant aux contacts d'approche rapide
(quasi-fin de course XY pour les grandes machines) et de fin de course ainsi
que leur état logique (contact normalement ouvert → entrée "active" / contact
normalement fermé → entrée "inactive"). Il est possible d'ajouter une petite
valeur de décalage par rapport aux points de contact pour fixer un zéro
machine qui ne chatouille pas les interrupteurs. En outre, les courses X et Y
peuvent être conduites simultanément en diagonale pour gagner du temps, avec
finale axe par axe. Une option permet de rendre ces entrées critiques pour la
carte qui s'arrêtera immédiatement en cas de signal de fin de course. Sur une
machine bien réglée, ceci ne peut pas arriver, et les entrées peuvent recevoir un
faux positif à cause d'un parasite électrique. Il vaut donc mieux ne pas activer
cette option.
Pour les modules "PulseBox" qui remplacent avantageusement un pilotage par
port parallèle LPT, la fenêtre est étendue sur la droite et vous pouvez y régler
les signaux générés sur le
connecteur DB-25 du rack de
puissance et sur le connecteur
auxiliaire qui permet de gérer
des
signaux
annexes.
Plusieurs modèles d'assignations pour des racks existants
sont prédéfinis. Le fait
d'inverser
des
signaux
"Impulsion" et "Direction"
est sans conséquence pour
votre machine. Simplement,
les axes ne tourneront pas.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 243
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commandes numériques Isel-Automation "CNC-API"
Les machines Isel
équipées de servomoteurs
utilisent des librairies à
liaison dynamique (DLL)
et des fichiers de paramétrage (INI) installés sur
la console de pilotage en
usine. Elles sont pilotées à
travers ces DLL qui
doivent donc être en place
et dûment paramétrées,
faute de quoi le fonctionnement de la machine
avec Galaad sera erroné.
La seule DLL obligatoire est celle chargée du contrôle des mouvements
"Motion control", mais il est probable que la DLL chargée du contrôle des
entrées/sorties "Inputs/Outputs" soit tout aussi nécessaire, au moins pour
piloter la broche ou l'outil d'usinage. La DLL de contrôle broche "Spindle
Control" n'est utile que pour une broche spéciale à pilotage intégré et non une
broche standard à pilotage par sortie binaire ou analogique. De même, la DLL
de gestion du circuit de sécurité "Security Circuit" n'est nécessaire que si la
machine est dotée d'un système de sécurité particulier. On pourra donc
éventuellement laisser ces deux DLL non spécifiées.
Le bouton "Trouver DLLs" permet de lancer une recherche de
l'installation Isel en usine, d'en récupérer les paramètres et les appliquer ici,
sans avoir à faire une recherche manuelle des bons fichiers. Une fois les DLL
et paramètres INI validés, il est possible de les vérifier avec le bouton "Charger
DLLs" qui donnera accès aux différentes fonctions internes de version,
initialisation, diagnostic et contrôle. Mais il vaut mieux ne pas trop bricoler
avec les DLL et leurs fichiers de paramètres INI, qui sont normalement
préréglés en usine et ne nécessitent a priori aucune intervention de l'utilisateur.
Cette fenêtre de Galaad n'est censée servir qu'à rechercher sur le disque dur les
fichiers installés par les techniciens Isel et les valider.
A noter que, pour une machine Isel pilotée via les DLL de contrôle, le port
de communication doit être réglé sur "Interne".
12 - 244
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Commandes numériques Isel-Automation "IMC"
Les machines Isel à moteurs pas-à-pas
les plus récentes sont en général pilotées
par des contrôleurs de type IMC4-M,
IML4 ou IMC-M. Ceux-ci donnent accès
à quelques paramètres spécifiques, dont la
possibilité d'inverser le sens d'un axe ou
d'inverser la direction de sa course de
référence (les deux étant indépendants).
Si vous sélectionnez une machine Isel
standard intégrant l'un de ces contrôleurs,
les inversions seront automatiquement
réglées. Mais pour une machine avec rack indépendant, il vous sera peut-être
nécessaire de définir vous-même les inversions. Les paramètres des contacts
de fin de course sont accessibles pour utiliser l'un ou l'autre des deux contacts
disponibles comme point zéro, ou pour changer la polarité de fonctionnement
d'un contact à circuit normalement ouvert ou normalement fermé.
La plage de fréquence indique quelles valeurs minimale et maximale de
fréquence de mouvement (les incréments) peuvent être envoyées aux moteurs
pour l'axe majeur, c'est-à-dire celui qui pilote le mouvement interpolé. Il est
possible de régler des valeurs de fréquence Start/Stop et d'accélération
différentes de celles utilisées par défaut. Enfin, si votre machine est équipée
d'un frein électromagnétique sur l'axe Z, il convient de le préciser ici.
Commandes numériques MaxComputer "Kosy-2"
Les contrôleurs Kosy-2 équipant les
machines MaxComputer et leurs avatars
commercialisés sous label BLS ne requièrent pas beaucoup de paramètres spécifiques, en-dehors du réglage des rampes
d'accélération et de la fréquence Start/Stop.
Reportez-vous, dans le présent chapitre, à la
section consacrée aux réglages cinématiques pour en savoir plus sur la
signification de ces réglages.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 245
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commandes numériques SM-Motion
Les racks ou cartes de commande SM-Motion proposent un
grand nombre de paramètres qui ne
seront utilisés par Galaad que s'ils
sont activés. Si votre machine a été
configurée en usine ou à l'installation, le mieux est sans doute de ne
pas les modifier, du moins ceux
qui concernent des contrôles les
plus avancés. L'ensemble de ces
paramètres n'est envoyé à la
machine que si l'option "Reparamétrer la CN lors de l'initialisation"
est active dans la page "Avancés"
des paramètres fraiseuse (voir plus
loin).
Si votre machine est équipée
d'un potentiomètre de survitesse, il
est nécessaire de l'indiquer ici, en
même temps que le nombre
d'entrées/sorties dont elle dispose. 32 entrées et 32 sorties maximum sont
gérables par Galaad, ce qui devrait suffire pour la plupart des applications. Le
mode passant G62/G60 de la SM-300/400 permet d'enchaîner les vecteurs de
façon fluide, avec calcul cinématique des trajectoires. Sauf problème manifeste
à l'utilisation, mieux vaut le laisser actif. Cette fonction est sans objet si le
buffer de mémoire locale n'est pas actif.
Les paramètres d'initialisation sont pour la plupart préréglés en usine et ne
nécessitent pas de modification, excepté les paramètres A (nombre de digits
après virgule, qui doit impérativement rester à 2 pour tous les axes), B & C
(démultiplication et conversion des unités de distance en impulsions), ainsi de
le paramètre K (vitesse de la course de référence). Il est sans doute préférable
de ne rien changer aux autres, sauf demande expresse du fournisseur ou d'un
technicien qualifié.
12 - 246
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Commandes numériques Soprolec
Les cartes "InterpCNC",
développées par Soprolec, sont
des contrôleurs très répandus
auprès des hobbyistes qui
construisent eux-mêmes leur
machine. La carte InterpCNC-1
communique par un classique
port série RS232 ; la carte
InterpCNC-2, capable de gérer 5
axes, communique par port USB
via une DLL de pilotage fournie
par Soprolec, que Galaad se
contente d'appeler.
Pour la fréquence Start/Stop
et l'accélération, reportez-vous,
plus loin dans ce chapitre, à la section consacrée aux réglages cinématiques.
La sortie d'activation moteurs sert pour le cas où l'étage de puissance
propose une entrée "Enable" qui permet de couper le courant lorsque la
machine n'est pas en mouvement. Ceci évite aux moteurs de chauffer inutilement. Cette sortie est à utiliser en coopération avec le paramètre d'état des
sorties au boot qui détermine quelle sortie doit être active lors de la mise sous
tension de la carte, avant même de communiquer avec le PC.
Des entrées peuvent-être affectées à la surveillance de l'arrêt d'urgence,
d'un signal d'erreur quelconque, en provenance de l'étage amplificateur ou
des contacts de fin de course positifs, ou d'un système de sécurité comme un
capot de protection. Si cette entrée est activée (ou inactivée selon le paramétrage), la carte CNC stoppe immédiatement les mouvements et Galaad
abandonne l'usinage. Ces paramètres sont facultatifs.
La carte "InterpCNC" gère de façon autonome la course de référence, à
condition d'indiquer quelles entrées correspondent au contacts de fin de course
ainsi que leur état logique (contact normalement ouvert → entrée "active" /
contact normalement fermé → entrée "inactive"). Les courses X et Y peuvent
être conduites simultanément en diagonale pour gagner du temps.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 247
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commandes numériques Solectro
Les anciens mais non moins excellents
racks Solectro SML-3 et leurs successeurs
SML-4 n'ont guère besoin de paramètres
spéciaux. Vous devez juste indiquer si
votre matériel est équipé d'un potentiomètre externe de survitesse (override), la
polarité des contacts de fin de course, et
le nombre de cartes d'entrées/sorties. A
noter que ces contrôleurs n'effectuent leur
course de référence qu'avec les axes X et
Y simultanés en diagonale, par construction. Il n'est pas possible de modifier ce
point dans Galaad.
Commande numérique générique
Certaines machines sont équipées de commandes numériques qui peuvent
seulement recevoir des ordres de mouvement mais ne renvoient pas des
données utilisables par Galaad (par exemple GravoGraph, Roland ou Suregrave). Il reste néanmoins possible de les piloter directement en mode unidirectionnel pour des usinages automatiques. Dans ce cas, Galaad ne peut pas
proposer ses fonctions de pilotage manuel puisque ceci nécessiterait des
retours de positions et des commandes spécialisées. La communication ne se
fait plus que dans un seul sens, de Galaad vers la machine.
Cependant, si la machine offre un
tableau de bord avec pilotage manuel
local pour la prise d'origine pièce, rien
n'est perdu. Au moment de régler
l'origine pièce, Galaad vous demandera d'opérer cette prise d'origine sur la
machine puis enverra les codes du
parcours d'usinage automatique. Le
format utilisé peut être choisi parmi les quelques langages de commande
disponibles, y compris le post-processeur à définir.
12 - 248
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Commande numérique personnalisée
Si votre machine a une commande numérique non listée dans Galaad mais
qui utilise un langage de commande en mode texte décimal sur port COM ou
LPT, il est possible d'indiquer vous-même la syntaxe de ces commandes en
choisissant comme modèle "Générique / Personnalisée".
Les télégrammes envoyés à la machine peuvent être encadrées par des
octets de début et de fin, indiqués en code ANSI décimal. Les commandes
proprement dites sont à indiquer en texte, avec des variables entre < > qui
seront remplacées par les valeurs correspondantes à l'exécution. Les acquittements renvoyés par la machine à chaque ligne de commande sont définis sous
forme d'un unique octet indiqué en code ANSI décimal. Les commandes non
définies ne seront pas utilisées. Si vous disposez d'un contrôleur CNC sur port
série ou parallèle qui fonctionne avec un langage texte décimal, vous devriez
pouvoir vous en sortir, sous réserve de connaître les commandes disponibles de
ce contrôleur et leur syntaxe.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 249
GALAAD
3 —————————————————————————————
Broche
L'onglet suivant dans les
paramètres de la machine
permet de définir le type de
broche utilisée pour usiner,
ainsi que son système de
commande. Sur une machine
fournie par son constructeur,
la broche sera en général le
modèle standard. Mais il se
peut que la votre soit d'un
type particulier, que vous
devrez paramétrer ici. Dans
le
doute,
sélectionnez
toujours la broche standard
de la fraiseuse. A noter que
le changement de modèle de
machine ou de modèle de
commande numérique dans les pages de paramètres précédentes redéfinit
automatiquement la broche comme étant le modèle standard. Il est tout de
même assez rare de changer de modèle de machine sans changer de broche par
la même occasion.
Si votre broche est en fait un découpeur à laser ou à plasma ou à jet d'eau
ou quelque chose de même acabit comme une buse de dépose de peinture ou de
colle, vous pouvez l'activer seulement lorsque l'outil avance et l'éteindre dès
que l'outil est censé être rétracté (ou du moins a terminé le travail d'avance).
Ceci entre dans le cadre de configurations spéciales qu'il convient de vérifier
avec le fournisseur de votre machine.
Les modèles de broches prédéfinis sont contrôlés soit par une ou plusieurs
sorties binaires de la commande numérique, soit par une sortie analogique ou
PWM, soit encore par un port de communication séparé. Vous pouvez en
définir les paramètres, c'est à dire choisir une sortie et un état binaire pour la
mise en route et pour l'arrêt. Il est possible d'indiquer plusieurs sorties
différentes pour une unique commande, par exemple la sortie n° 12-2 pour
les sorties 12 puis 2 commutées l'une après l'autre. Vous pouvez indiquer
jusqu'à quatre numéros successifs pour une commutation logique. Ceci reste
valable pour toutes les sorties logiques.
12 - 250
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Le délai d'inertie de démarrage est réglable. Ce délai couvre l'intervalle de
temps entre la mise en route de la broche et le moment où elle atteint son
régime de croisière. Galaad aime travailler en temps masqué, et il met donc ce
délai à profit pour déplacer les axes vers le point d'entrée du premier objet à
usiner, évitant ainsi de rester les bras croisés. Mais il saura attendre sagement
que la broche ait terminé sa phase de montée en régime pour descendre l'outil
dans le matériau. Si votre broche (laser, plasma, jet ou buse) est activée
seulement pendant la phase d'avance, ce délai devient une temporisation entre
la commutation et le déclenchement de l'avance. Dans ce dernier cas, les deux
valeurs tempos laser permettent le réglage d'une temporisation supplémentaire
après mise en route (c'est à dire avant le début du mouvement) et avant
extinction (après la fin du mouvement). A la différence du paramètre d'inertie,
ces deux temporisations annexes deviennent sans objet avec une broche
classique activée en continu pour tout le processus, et sont donc grisées dans ce
cas. Si le système d'asservissement de la broche renvoie un signal indiquant
que la broche est prête, vous pouvez câbler ce signal sur une entrée de la
machine et l'indiquer ici. Galaad attendra alors le basculement de cette entrée
pour considérer que la broche a atteint le régime demandé.
Broches tachymétriques (à vitesse asservie)
Galaad peut piloter le régime de rotation d'une broche tachymétrique, si
celle-ci est asservie à un système de contrôle via un canal analogique ou
assimilé. Des paramètres spéciaux sont
réglables dans ce cas.
La vitesse de rotation de la broche est
normalement prédéfinie pour chaque outil,
mais au démarrage de la broche, tant en
mode manuel qu'en mode automatique, une
fenêtre de supervision apparaîtra pour vous
permettre d'ajuster le régime. A noter que le système de contrôle de la vitesse
(analogique, PWM ou multi-sorties) et du sens de rotation vient en plus des
sorties de base utilisées pour la mise en route et l'extinction, qui restent donc
valables ici avec ce type de broche. Si vous ne voulez pas utiliser ces sorties de
mise en route et extinction parce qu'elles feraient redondance avec le système
d'asservissement de la vitesse, il suffit donc d'en effacer les valeurs.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 251
GALAAD
3 —————————————————————————————
Pour une broche avec vitesse asservie, vous devez indiquer en pourcentage
les valeurs plancher et plafond utilisables pour le signal qui va déterminer la
vitesse de rotation. La valeur plancher correspond au moteur commençant à
tourner avec un minimum de couple. Galaad considérera que la plage de
vitesse commence à cette valeur qui n'est pas forcément 0%. La valeur plafond
correspond au moteur à plein régime, lequel peut être atteint avant 100% sur un
variateur sans boucle de retour. Vous devez bien évidemment indiquer les deux
vitesses correspondant à ces valeurs, la plage entre les deux pouvant être non
linéaire. Galaad peut en plus piloter une montée en régime progressive pour
éviter la charge réactive du moteur. Cette montée en régime est linéaire et
paramétrable en tours/min par seconde. Le temps d'inertie de démarrage
indiqué plus haut en secondes est décompté de cette progression.
Un signal PWM utilise un bit unique de sortie qui fonctionne donc en mode
tout-ou-rien, mais ce signal carré est haché dans le temps selon une fréquence
donnée. Le pourcentage donne la largeur relative d'impulsion, entre 0% (signal
figé à 0) et 100% (signal figé à 1). Un petit dispositif intégrateur en aval
permet de convertir le train d'impulsions en signal analogique.
Si votre commande numérique est
dépourvue de sortie analogique ou PWM
mais propose tout de même un jeu assez
étendu de sorties binaires, il est possible
d'asservir la vitesse de rotation de la
broche en commutant des sorties reliées
en aval à un convertisseur D/A externe.
Vous devez alors sélectionner la "broche
tachymétrique sur sorties binaires" et,
dans la fenêtre de paramétrage spécifique, vous devez définir le nombre de bits
qui attaqueront le convertisseur (12
maximum, ce qui devrait assurer une
résolution suffisante dans la plupart des
cas). Les sorties correspondantes n'ont pas besoin de se suivre en séquence. Il
vous appartient d'assigner un numéro de sortie à chaque bit définissant la
valeur du signal analogique. Galaad fera le reste en adressant les sorties selon
une valeur binaire définissant le régime de rotation demandé. Au lieu d'un
convertisseur D/A, vous pouvez aussi utiliser un simple dispositif intégrateur à
étages.
12 - 252
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Broches spéciales
Certaines broches nécessitant des paramètres particuliers peuvent être
utilisées avec Galaad. Par exemple, une broche à impulsions se met en route
par l'envoi d'un simple signal d'activation
sur une sortie et requiert un réarmement
périodique par le renvoi de ce signal, l'arrêt
se faisant par la commutation d'une autre
sortie. Ce réarmement ne se fera que lorsque
l'outil est en position haute afin de ne pas
perturber le déroulement du processus. Il vous appartient de régler le délai de
renouvellement en conséquence. Avec une tête de gravure laser analogique,
Galaad modulera la puissance
selon la profondeur Z du tracé,
par le biais de la sortie DAC ou
PWM, y compris en parcours
3D, la puissance maximale du
laser (ou tout autre moyen
d'usinage) devant être affectée à une profondeur donnée qui ne pourra pas être
dépassée. Enfin, il est possible de piloter une tête de poinçonnage utilisant les
sorties de la broche, donc sans
paramètres particuliers, sauf que
cette tête sera activée à intervalles
réguliers des tracés, ces intervalles
étant demandés avant chaque
usinage.
Scripts de commande de broche
Il se peut que votre broche ou votre application soit du genre
exigeant et ne puisse se satisfaire d'une simple commande on/off de
base, même assortie de diverses temporisations et contrôles de
vitesse de rotation par canal analogique ou PWM. Dans ce cas,
tout n'est pas perdu, il vous reste encore la possibilité de
programmer vous-même la séquence de commandes pour la mise en
route et l'arrêt de votre engin. Comme modèle de broche, choisissez
dans la liste "Séquence programmée de commandes".
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 253
GALAAD
3 —————————————————————————————
La boîte de dialogue de paramétrage spécifique vous propose d'écrire les
deux scripts de contrôle dans un langage de programmation très simple. Le
logiciel interprètera
vos instructions une
par une au moment de
lancer ou arrêter la
broche. La liste des
commandes disponibles est affichée en
bas de la fenêtre.
Elles correspondent
pour la plupart aux
entrées/sorties de la
machine. Mais vous
pouvez aussi faire appel à des programmes externes en leur passant des
arguments fonctionnels, par exemple la vitesse de rotation qui est disponible
sous la forme d'une variable labellisée <RPM> laquelle sera remplacée par la
valeur de rotation en tours/minute, indiquée en texte décimal (une formule
mathématique est utilisable autour de cette variable). Vous pouvez encore
indiquer une commande directe à envoyer sur le port de communication au sein
de ce script, avec la commande SEND (voir aussi ci-dessous).
Et puisqu'on parle de commandes à envoyer à la machine, il est possible de
sélectionner comme modèle de broche "Commandes directes sur port". Dans ce
cas, vous ne rédigez même plus
une séquence de commandes
définies et interprétées par
Galaad dans son langage de
script qui vont appeler les
fonctions correspondantes de la
machine. C'est carrément à vous
de rédiger dans le langage de
la machine chaque télégramme à lui envoyer, sachant que Galaad ne
cherchera pas à comprendre de quoi il s'agit et se contentera d'attendre un
acquittement standard à chaque envoi qu'il opère. Les commandes doivent être
en texte, il n'y a pas de variable possible et il va sans dire que la machine est
censée apprécier le sens et les subtilités de ce qu'elle reçoit. C'est vous qui êtes
aux commandes, au sens premier du terme.
12 - 254
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Programme externe de contrôle
Enfin, pour le cas où votre broche serait d'un type totalement inconnu de
Galaad, utilisant un canal différent de la commande numérique, mais heureusement livrée avec un programme de contrôle exécutable sous Windows (même
en mode console de commandes), il reste encore une dernière possibilité
d'établir le lien entre Galaad et la broche via ce programme.
Les
trois
fonctions
disponibles sont la mise
en route, le changement
de vitesse de rotation, et
l'arrêt de la broche. Pour
chacune de ces fonctions,
vous devez indiquer un
programme à appeler,
avec ses arguments si
nécessaire. Au moment de
l'appel,
Galaad
se
chargera de remplacer les arguments variables <RPM> et <T> par la vitesse de
rotation et le numéro d'outil, écrits en texte décimal dans la ligne de commande. A noter que le programme appelé ne peut accéder au port de
communication avec la machine, déjà ouvert et réservé par Galaad. L'utilisation d'un programme externe suppose que la broche est pilotée par un canal
particulier que le programme en question est seul capable de gérer. A noter que
Galaad fait ces appels et passe immédiatement à la suite. Il vous appartient de
gérer leur exécution.
Important : il est possible de définir pour chaque outil, via le bouton
"Extensions" de ses paramètres, des sorties spéciales pour la broche lorsque
c'est cet outil qui doit usiner. Ces
sorties spécifiques selon l'outil
remplacent les sorties par défaut
du cadre "Contrôle" des paramètres de broche. Si vous constatez
un problème de commutation lié à
un outil en particulier, vérifiez
ces extensions spécifiques.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 255
GALAAD
3 —————————————————————————————
Vitesses
La page suivante des paramètres nous emmène dans le réglage des vitesses
de travail de la machine. Ces vitesses sont en général réglées une fois pour
toutes et ne sont pas liées à un
usinage en particulier. Elles
n'ont aucune influence sur ce
qui a été défini dans le dessin
pour les vitesses d'avance ni
dans le magasin d'outil pour
les vitesses de perçage.
Votre commande numérique est capable de piloter des
mouvements dans une plage
de vitesses qui n'est sans
doute pas infinie. Quand bien
même elle le serait, vos outils
ont quelques petites contraintes qu'il convient de ne pas
négliger. Précisez donc une
vitesse minimale et une vitesse maximale de mouvement, plus un maximum
angulaire pour le cas où vous auriez une machine à 4 ou 5 axes. Galaad
utilisera strictement ces valeurs comme plancher et plafond pour tous les ordres
qu'il aura à transmettre à la machine. Si vous ne connaissez pas les limites de
votre machine, disons qu'il est rare d'usiner à moins de 0,1 mm/s (6 mm/min)
ou de déplacer un axe à plus de 100 mm/s (6000 mm/min), mais certaines
grandes machines peuvent aller plus vite, et même parfois beaucoup plus vite.
Mais dans certains cas, le fait d'aller trop vite peut faire perdre la position de la
machine (du moins avec des moteurs pas-à-pas sans encodeur) et parfois causer
quelques dégâts sur la pièce usinée. N'accusez pas tout de suite Galaad de faire
de grosses bêtises si vous avez essayé de faire valser les limites. Si les vitesses
envoyées à votre machine ne sont pas correctes, vous pouvez en changer
l'échelle par le biais du post-multiplicateur normalement réglé à 1.
Le cadre central de cette page définit les différentes vitesses des mouvements automatiques qui sont conduits lors de l'usinage quand l'outil n'est pas
actif dans le matériau. Les vitesses de course de référence sont tout simplement les vitesses auxquelles la machine va recaler sa position vers le point zéro
machine. Par pitié pour vos capteurs de fin de course ou leurs butées mécani12 - 256
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
ques, n'utilisez pas de vitesses trop élevées. Les mouvements inactifs XY sont
les déplacements horizontaux d'un tracé à l'autre lorsque l'outil est en position
rétractée hors du matériau. Les descentes inactives Z représentent la première
descente de l'outil rétracté vers la surface supérieure de la pièce, avant perçage.
La vitesse de perçage, quant à elle, est définie avec les paramètres de chaque
outil et la vitesse d'avance selon chaque objet dessiné. La vitesse de remontée
Z correspond au dégagement vertical de l'outil lorsqu'il est rétracté hors du
matériau. Enfin, les vitesses de descente sur capteur et descente du palpeur
indiquent respectivement le mouvement de descente automatique sur le capteur
pour mesurer la longueur d'outil lors de la prise d'origine pièce sur l'axe Z, et le
mouvement de descente de l'aiguille du palpeur sur la pièce, si votre machine
en est équipée.
Les deux valeurs de pilotage manuel donnent les réglages par défaut des
curseurs de vitesse lorsqu'on ouvre la fenêtre de pilotage manuel ou prise
d'origine pièce. Le préréglage dans ces paramètres vous évite de manipuler
systématiquement les curseurs à chaque ouverture du pilotage manuel. Le
curseur de vitesse angulaire pour les axes A et B est fixé arbitrairement à 15°/s
par défaut, non réglable ici.
Si votre commande numérique est pourvue d'une
fonction override (contrôle temps-réel de la vitesse),
Galaad peut faire une accélération progressive des
mouvements lors du pilotage manuel. Ceci s'avère
pratique pour gérer à la fois des déplacements longs et
des réglages fins sans changer de vitesse à tout bout de
champ. Le fait de cocher la case correspondante permet d'accéder au réglage
du délai avant accélération et du temps de montée pendant lequel le mouvement accélère lentement jusqu'à doubler de vitesse. Autre possibilité, la
répétition en mode incrémental (lorsque le mouvement manuel n'est pas continu et illimité) permet de
reproduire le mouvement après un bref délai si la
touche de mouvement est restée enfoncée. Un petit
"bip" est émis pour ponctuer le mouvement. N'oubliez pas que vous pouvez
toujours déplacer les axes à vitesse lente avec le bouton droit de la souris, ou
du clavier, ou encore avec le bouton n° 2 du
en appuyant sur la touche
joystick (configuration par défaut).
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 257
GALAAD
3 —————————————————————————————
Paramètres avancés
Nous voilà maintenant arrivés à la page fourre-tout des paramètres de la
fraiseuse, dans laquelle ont été déversées pêle-mêle toutes les données
inclassables dans les autres
pages, ce qui n'en facilite pas
la lecture. Suivez le guide et
tenez bon la rampe.
Bien que situés en haut de
la fenêtre, les facteurs
d'échelle n'ont rien à voir
avec une quelconque montée
du courrier à l'étage. Ces
valeurs
augmentent
ou
réduisent les ordres de
grandeurs des coordonnées
envoyées à la commande
numérique ou renvoyés par
celle-ci pour chaque axe. On
a vu précédemment qu'un tel
facteur existe aussi pour les vitesses, mais uniquement dans le sens Galaad vers
machine, celle-ci n'ayant pas à renvoyer des vitesses dont le logiciel ne saurait
que faire. Ces facteurs d'échelle sont liés aux paramètres de pas des vis à billes
et de résolution des moteurs définis dans la page "Mécanique". Sauf microerreur à corriger, ils sont censés être tous neutres, c'est à dire à 1.
A la cave sont remisés les nombreux éléments qui n'avaient pas leur place
ailleurs. A gauche sur l'étagère, vous pouvez réassigner les axes, par exemple
pour intervertir les axes X et Y si l'orientation machine vue du poste opérateur
ne convient pas (mettez alors X sur le canal 2 et Y sur le canal 1). Vous pouvez
par la même occasion inverser le sens d'un axe, ce qui fait que Galaad enverra
à la commande numérique des coordonnées négatives à la place de positives et
réciproquement (ou lui enverra une commande d'inversion lors de l'initialisation). Attention, cette inversion de sens ne change pas la position du point zéro
machine mais se contente de faire en sorte que l'axe aille dans la bonne
direction. Pour que ce qui est affiché à l'écran corresponde bien à l'orientation
de la machine, vous devez avant tout régler la position du point zéro machine
dans la page "Commande numérique" (voir précédemment dans ce même
chapitre).
12 - 258
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Beaucoup d'options disponibles dans cette page affichent un texte suivi de
points de suspension. Ceci signifie que, si vous activez l'option, une boîte de
dialogue s'affichera pour régler les paramètres sous-jacents. Si l'option est déjà
active, il suffit de double-cliquer dessus. Attention, si vous validez une sousfenêtre, il faudra valider aussi la fenêtre-mère.
Dans le cas où votre commande numérique reçoit des paramètres lors de
l'initialisation, vous pouvez décider si ce paramétrage doit être effectué. Si
votre machine est dotée d'un tableau de bord avec accès aux réglages internes,
désactivez cette option. Sinon, laissez-la active.
Le pointage de l'origine XY à la webcam permet de faire à l'écran
l'origine pièce. Référez-vous au chapitre "Fonctions avancées de l'usinage",
section "Pointage de l'origine pièce à la caméra vidéo" pour plus d'informations
sur le pointage. Avec Galaad
est fourni un petit programme
de visualisation qui utilise le
format "Video-For-Windows"
pour afficher sur l'écran de
pilotage manuel les images
provenant d'une webcam, en
y incrustant un réticule de
visée. Les réglages du driver
et de l'image sont accessibles par les boutons "Source" et "Format". Il est tout à
fait possible de faire appel à un programme externe d'affichage vidéo qu'il
suffira d'indiquer avec sa ligne de commande. Un soin tout particulier doit être
apporté au calibrage du décalage XY entre la caméra et le centre de l'outil,
sous peine d'avoir des prises d'origine erronées. Un bouton permet ici d'accéder
au calibrage semi-automatique, lequel consiste à pointer une marque sur une
pièce ou sur le plateau machine avec l'outil, valider la position outil, puis
déplacer les axes de façon à avoir la marque dans le collimateur, puis valider la
position caméra.
Si vous voulez faire un pilotage manuel sur une
manette externe (un joystick ou gamepad, un pavé
numérique, une roue codeuse), ce qui est une excellente
idée, il faut signaler à Galaad qu'il doit tenir compte de ce
qui se passe sur cette manette ou ce clavier. Vous pouvez
bien entendu activer plusieurs de ces éléments.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 259
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dans le cas d'un joystick ou d'un gamepad, il s'agit pour le logiciel de
réagir aux poussées sur le manche. Avec certains modèles anciens, il faut
prévenir Windows qu'une manette de jeu a été branchée, mais les modèles USB
"plug & play" n'ont
pas cet inconvénient.
La manette doit avoir
au moins deux axes et
au plus quatre pour
piloter les mouvements. Les boutons
peuvent
se
voir
assigner des fonctions
choisies dans les
listes
déroulantes
pour chaque mode de
pilotage :
origine
pièce,
pilotage
manuel simple, et
palpage manuel. Pour
les manettes de jeu
analogiques, de petits
curseurs permettent de calibrer au mieux le déclenchement du mouvement.
Vous pouvez utiliser un pavé numérique externe (ou tout simplement le
clavier principal) et assigner
une fonction à
chaque touche.
Le paramétrage
est très simple :
cliquez sur un
bouton libre ou
déjà
occupé,
appuyez ensuite
sur une touche
du clavier ou du
pavé numérique,
enfin choisissez
dans la liste
déroulante
la
12 - 260
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
fonction à associer. Le pilotage manuel appellera cette fonction lorsque vous
appuierez sur la touche programmée, du moins si elle est utilisable à ce
moment.
Pour les réglages fins d'une origine pièce, la roulette codeuse est un
élément intéressant. On rappelle que la roulette de la souris fait bouger le
dernier axe déplacé d'un incrément de
0.01 mm (si la résolution est suffisante),
ce qui est une forme simple mais non
moins efficace de roue codeuse. Galaad
gère en plus quelques manettes de
contrôle conçues pour les logiciels de
montage vidéo mais qui s'adaptent avec
bonheur au pilotage manuel d'une machine numérique. La première fonction
d'une manette à roue codeuse consiste à déplacer les axes par petits incréments,
afin de finaliser une approche d'origine pièce. Le sens de déplacement est lié au
sens de rotation de la roue, qu'il est possible d'inverser pour chaque axe. Le
nombre de boutons varie considérablement d'une manette à l'autre (un seul
pour la PowerMate, quinze pour la ShuttlePro2). Les fonctions des boutons ne
sont pas configurables. En général, ces manettes proposent une émulation
clavier, chaque action correspondant virtuellement à l'appui sur une touche.
Galaad peut soit traiter ces événements clavier soit dialoguer directement avec
le driver via la DLL fournie par le constructeur, l'important étant que le
dialogue se fasse. Les différents modèles utilisables sont les suivants :
- Contour Design / ShuttleXpress, sans doute la plus efficace et la moins
coûteuse. Cette manette est dotée d'une roue codeuse en son centre pour opérer
les déplacements incrémentaux de l'axe actif, entourée d'un anneau de mouvement rapide vers la gauche ou la droite avec retour au centre. Cet anneau sert
aux mouvements continus. Si votre commande numérique est dotée d'une
fonction de contrôle temps-réel de la vitesse (AxeMotion, SM-Motion,
TechLF), le mouvement sera modulé en fonction de la position de l'anneau. Les
deux boutons latéraux de part et d'autre de la roue centrale permettent de régler
l'incrément à 0.1 mm pour le bouton de gauche et 0.01 mm pour le bouton de
droite. Les trois boutons supérieurs servent à choisir l'axe actif parmi XYZ. La
position de l'axe actif en bas de l'écran est encadrée d'un rectangle blanc pour
éviter les malentendus. Un double-clic, ou plutôt une double-pression sur l'un
de ces boutons valide l'origine pièce comme si l'on cliquait sur les boutons
verts "X - ok", "Y - ok" ou "Z - ok". Avec une broche à régime asservi, la roue
codeuse et les boutons latéraux ajustent la vitesse de rotation, les trois boutons
validant la fenêtre de réglage. En usinage, ces trois boutons correspondent au
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 261
GALAAD
3 —————————————————————————————
mode pas-à-pas, la pause, et l'arrêt. L'anneau correspond alors à la survitesse et
la roue à la vitesse de rotation de la broche.
- Contour Design / ShuttlePro est la grande sœur de la précédente, plus
richement dotée en boutons. Les fonctions de la roue, de l'anneau et des
boutons latéraux sont identiques à la ShuttleXpress, mais les cinq boutons du
dessus permettent le contrôle de cinq axes XYZAB. Les quatre boutons du haut
appellent les boutons de commande du pilotage manuel, et les quatre boutons
,
,
et
, utilisables aussi
du bas émulent les touches
dans les boîtes de dialogue. Pour ces deux manettes, si vous choisissez le
dialogue par émulation clavier, vous devez ouvrir leur fenêtre de réglage dans
la zone de notification à droite de la barre des tâches ou dans le panneau de
configuration Windows. La fonction "Options / Import settings" vous permet
de choisir une émulation prédéfinie. Allez dans le répertoire d'installation de
Galaad et sélectionnez le fichier pour Kay, Kynon ou Lancelot (ce dernier
assure le fraisage depuis Galaad et le tournage depuis Gawain). Il ne vous reste
plus qu'à associer cette configuration au module exécutable correspondant. La
configuration "montera" toute seule lorsque le module sera actif.
- DV Keyboard est un clavier destiné au montage vidéo, qui intègre une
roulette codeuse et un anneau surmontés de deux boutons. Ces deux boutons
permettent de choisir l'incrément entre 0.1 mm et 0.01 mm. Les fonctions de la
roue et de l'anneau sont identiques à ce qui a été décrit précédemment.
- Griffin Technology / PowerMate est une simple roue codeuse avec un unique
bouton. L'incrément est donc fixé à 0.01 mm, et le changement d'axe actif se
fait en appuyant rapidement une fois, deux fois, trois fois, etc. sur le bouton.
- Hanwha / GR100 est un autre clavier destiné au montage vidéo, mais doté de
huit boutons. Les deux boutons du haut changent d'incrément ; les suivants
changent l'axe actif.
L'option de contrôle d'usinage au clavier propose des associations
identiques à celles du pilotage manuel sur pavé numérique externe, entre les
touches du clavier
et les commandes
disponibles lors de
l'usinage. Le paramétrage se fait de
la même façon, les
fonctions listées
sont juste moins
nombreuses.
12 - 262
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Lors de la prise d'origine pièce, le logiciel peut remonter l'outil sur Z-ok
de façon automatique. Lorsque vous affleurez la position de l'origine pièce
avec le bout de l'outil, sur la surface supérieure ou sur le plateau-martyr, et
cliquez sur le bouton vert
pour valider cette nouvelle origine
pièce Z, l'outil sera remonté à la nouvelle position de retrait. Cette position
étant la surface supérieure de la pièce moins la hauteur de retrait. Ceci facilite
la suite des opérations en vous évitant de remonter l'axe Z manuellement pour
pouvoir déplacer ensuite X et Y.
L'option d'enchaîner tous les paliers pour chaque objet veut dire que
tous les paliers (profondeur maximale par passe de l'outil) seront faits pour
chaque objet avant de passer à l'objet suivant, plutôt que faire tous les objets
pour chaque palier avant de passer au palier suivant ce qui est le cas par défaut.
On rappelle que la profondeur maximale par passe est un paramètre d'outil, et
qu'il est possible pour un objet sélectionné d'ignorer les paliers au moment de
l'usiner (icone verte de profondeur, vitesse & outil). Dans le même domaine, il
est possible d'envoyer un message d'avertissement à l'opérateur lorsqu'on usine
le dernier palier de découpe pour un tracé donné, afin que celui-ci maintienne
la pièce en place (voir aussi les fonctions de points d'attache pour les contournages).
Pour surveiller de loin ce qui se passe sur l'ordinateur, il est possible de ne
pas autoriser l'écran de veille pendant l'usinage, à titre temporaire. Les
paramètres de votre écran de veille Windows ne sont pas affectés par cette
option, mais simplement ils sont inactifs tant que l'usinage dure, et l'écran de
veille n'est donc pas appelé. Une fois le message de fin de cycle validé, l'écran
de veille est restauré dans ses prérogatives.
Pour rattraper un défaut mécanique induisant une dérive entre les axes X et
Y, vous pouvez utiliser la valeur de correction de la perpendicularité XY
après avoir mesuré cette dérive. Explication par l'exemple : découpez avec la
machine un grand rectangle cartésien dans un matériau quelconque (si possible
bon marché). Utilisez de préférence un outil de coupe à profil cylindrique, et
découpez un rectangle de grandes dimensions. Attrapez une équerre de qualité,
placez-la dans un angle et cherchez un écart - même
léger - avec l'autre bord (voir schéma ci-contre). Si vous
constatez un décalage, c'est que les axes X et Y de votre
fraiseuse ne sont pas tout à fait perpendiculaires, ce qui
peut arriver même sur les machines de la meilleure
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 263
GALAAD
3 —————————————————————————————
facture. Autrement dit, cette malicieuse s'amuse à usiner un parallélogramme
alors que vous lui aviez demandé un rectangle. Avant de la redresser à grands
coups d'un marteau vengeur et décidé, songez que Galaad peut soigner le
problème de manière homéopathique mais néanmoins efficace.
Mesurez tout d'abord avec précision l'écart E entre l'équerre et le bord
disjoint, ainsi que la hauteur H du rectangle. Peu importe si vous mesurez la
stricte verticale ou bien le long du bord presque vertical du pseudo-rectangle, à
moins que l'écart ne soit vraiment énorme, auquel cas il faudrait songer à
envoyer du papier timbré au constructeur. Ramenez E à la proportion de 100
par la petite règle de trois E' = E × 100 / H. Il ne vous reste plus qu'à reporter la
valeur E' dans la case "Correction de la perpendicularité XY" et recommencer
l'opération en usinant à nouveau le même rectangle. Si le problème s'aggrave,
c'est que la dérive à corriger était dans l'autre sens. Reportez alors la même
correction en négatif, c'est à dire -E' au lieu de E' dans la case de correction.
Cette fois, ça devrait aller mieux. Une autre méthode consiste à usiner deux
rectangles identiques, en retourner un horizontalement, ajuster ensemble les
bords inférieurs et vérifier s'il y a un écart entre les bords supérieurs, auquel
cas cet écart représente le double de la valeur à corriger, ramenée en pourcentage de la hauteur. Une dernière méthode pour constater une dérive consiste à
mesurer la différence de longueur entre les deux diagonales du rectangle. On
vous épargne la méthode de calcul, un peu moins sereine et réservée aux
amateurs de trigonométrie appliquée, sur eux un salut fraternel.
Autre classique des machines-outils, un rattrapage de jeu des axes X et Y
est possible, bien que ce type de correction perde beaucoup de son sens en
commande numérique ou l'axe immobile n'est pas bloqué par un frein et sera
donc libre de bouger dans le domaine de jeu. Ajoutons que cette fonction ne
fait pas bon ménage avec les usinages rapides de courbes où le calcul cinématique permet une bonne dynamique d'enchaînement des mouvements. Cette
dynamique sera irrémédiablement rompue par les décalages instantanés rendus
nécessaires par le rattrapage de jeu lorsqu'un axe change de sens, ce qui est tout
de même assez fréquent. Si votre machine a du jeu dans les axes, c'est à vous
de choisir entre vitesse et précision, sachant qu'il vaut mieux équiper la
machine de transmissions de qualité. Les jeux à corriger sont exprimés en
valeurs absolues, et il n'y a pas de rattrapage pour l'axe Z. Outre les limites
susmentionnées, le poids de la broche et la pression de plongée le rendent
encore moins utile.
12 - 264
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
La correction de planéité est une fonction permettant de tenir compte des
défauts du plateau de la machine, à condition que ceux-ci soient dûment
mesurés. Sur une machine de petite taille, il suffit d'opérer un surfaçage du
plateau-martyr à l'aide d'une fraise plate de grand diamètre, afin d'obtenir la
planéité correspondant au plan des axes X et Y. Les usinages sur un plateau
surfacé par la machine elle-même ne devraient pas poser de problème de
variation Z. Mais sur une machine de grande surface, ou si le plateau supportant les pièces ne peut pas être surfacé pour une raison ou une autre, le logiciel
peut corriger par le calcul ces variations du plan de la pièce. Ceci suppose que
la pièce à usiner épouse les variations du plateau.
La fonction se base sur une matrice
de points disposés à intervalles
réguliers sur le plateau, chaque
point ayant une position Z mesurable. Vous pouvez indiquer le
nombre de points X et Y relevés sur
le plateau, ainsi que l'emplacement
général de la matrice, c'est-à-dire les
marges latérales autour de celle-ci.
Le logiciel va vous aider à relever
l'altitude de chaque point de la
matrice, en positionnant lui-même le
palpeur ou le comparateur, tenant
compte du décalage entre le palpeur
et la broche. Si votre machine est
équipée d'un palpeur, Galaad pourra
faire tout seul les relevés point par
point. Sinon, vous devrez monter un
comparateur et piloter vous-même
l'axe Z jusqu'à ce que l'aiguille
revienne à la position de référence. Une fois un relevé validé, le logiciel
remonte l'axe Z, le déplace jusqu'au point XY suivant et redescend à la position
précédente. Il ne vous reste alors qu'à manœuvrer finement l'axe Z pour que
l'aiguille revienne à la référence, et Galaad notera l'altitude.
La matrice des relevés de planéité sert à réajuster les coordonnées Z des
tracés usinés, avec une fonction de lissage progressif pour que le résultat
s'adapte parfaitement aux variations du plateau.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 265
GALAAD
3 —————————————————————————————
Post-calcul cinématique
Le calcul cinématique est une fonction importante qui permet d'effectuer
des usinages rapides. Son but est d'assurer une fluidité optimale de mouvement
à vitesse élevée tout en évitant la perte de pas ou l'erreur de poursuite d'un
servodrive. Lorsque cette fonction est active, la vitesse d'usinage n'est plus une
contrainte imposée pour chaque déplacement mais un objectif à atteindre dans
la mesure du possible, l'impératif majeur étant d'éviter qu'un moteur ne sorte de
ses limites électromécaniques. Le calcul cinématique ne peut être activé que
sur les machines dont les contrôleurs de commande numérique sont dotés de
trois fonctionnalités :
- Un buffer de mémoire locale (voir ce paramètre) permettant de stocker des
mouvements avant leur exécution. Le logiciel fonctionne alors en mode
asynchrone et cherche à maintenir un haut niveau de remplissage du buffer.
- Corollaire du précédent, une bande passante élevée pour que la transmission
des mouvements aille globalement plus vite que leur exécution. Si le parcours
est plus rapide que la transmission, le buffer se vide et il y aura alors un
moment où la machine sera lancée dans une trajectoire brutalement interrompue, occasionnant des cognements ou des pertes de pas.
- La possibilité d'exécuter des mouvements avec rampes d'accélération et des
mouvements à vitesse constante (voir ci-après). Il existe d'autres types de
mouvement que Galaad exploite lorsqu'ils sont disponibles, en général sur des
systèmes CNC très avancés.
Si l'une de ces trois fonctionnalités est manquante, le calcul cinématique est
inopérant. La bande passante, liée au port de communication, au protocole et
au langage de commande utilisés, représente souvent le point critique d'un
usinage rapide. Si le nombre de vecteurs à transmettre est élevé sur une courte
distance du parcours, par exemple dans une courbe à fine résolution, la vitesse
de mouvement risque de rendre le temps de transmission plus long que le
temps d'exécution par la machine. Inversement, une longue ligne droite ne
nécessite qu'une seule coordonnée à transmettre, ce qui est très bref, et du
temps pour en exécuter le mouvement, ce qui permet à la transmission de
prendre de l'avance. Le buffer de mémoire locale est donc chargé d'amortir les
variations de l'écart entre transmission et exécution le long du parcours
d'usinage. Même avec un buffer de grande taille, il est nécessaire que la
transmission soit globalement plus rapide que l'exécution.
Les paramètres cinématiques sont divisés en deux parties correspondant aux
deux types de mouvements possibles en usinage. Nous allons en profiter pour
faire un peu de théorie sur la dynamique de ceux-ci.
12 - 266
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Le premier type de mouvement est le vecteur avec rampe d'accélération. Un
vecteur est un mouvement de base d'un point vers un autre à une vitesse
donnée. Par exemple, dans un usinage 3 axes, un vecteur aura des composantes
de distance X, Y, Z et une composante de vitesse V. La puissance d'un moteur
n'est évidemment pas infinie. Accouplé à un axe, il a une certaine inertie qui
vient contrecarrer ses changements de vitesse. Il ne peut pas passer de l'immobilité à une vitesse de rotation élevée, ni réciproquement passer d'une vitesse
de rotation élevée à l'immobilité. Par conséquent le contrôleur de commande
numérique lui impose trois phases pour faire son mouvement entre deux
points :
1 - Une phase d'accélération, permettant d'atteindre la vitesse demandée. Le
moteur ne part pas d'une vitesse nulle mais d'une vitesse plancher appelée
"Vitesse de démarrage et d'arrêt" ou "Vitesse Start/Stop". Le contrôleur de
commande numérique le fait passer instantanément de l'immobilité à cette
vitesse puis le fait monter en régime selon la rampe d'accélération que sa
puissance et son inertie peuvent tolérer.
2 - Une fois la vitesse atteinte, le régime reste stable. Le moteur effectue
l'essentiel du mouvement vers le point cible à cette vitesse.
3 - Un peu avant d'atteindre ce point, le contrôleur enclenche une rampe de
freinage qui permet au moteur de ralentir puis s'immobiliser en douceur sur le
point cible. La décélération est en général symétrique de l'accélération.
Le mouvement est d'autant plus bref que les points sont rapprochés. Alors
si, en plus, la vitesse demandée est élevée, il se peut que le moteur passe
directement de la phase 1 à la phase 3, c'est-à-dire qu'il commence à freiner
avant même d'avoir fini son accélération et sans avoir atteint la vitesse. C'est le
contrôleur qui gère tout ceci. Globalement, la courbe de vitesse décrit un
trapèze : une première pente montante (rampe d'accélération), puis un plateau
stable, et enfin une pente descendante (rampe de freinage).
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 267
GALAAD
3 —————————————————————————————
Les deux paramètres d'un mouvement avec rampes sont donc la vitesse
Start/Stop, et la pente d'accélération qui sert aussi pour le freinage. Les
contrôleurs de commande numérique ne travaillant généralement pas au
système métrique, ni même anglo-saxon, mais en incréments de moteur, la
vitesse est en fait une fréquence exprimée en Hertz. On parle donc de "Fréquence Start/Stop" qui se traduit en une vitesse pour chaque axe. Si ceux-ci
ont des démultiplications différentes, la fréquence Start/Stop sera celle de l'axe
le plus critique, c'est-à-dire le moteur le moins puissant de l'axe le plus lourd
ayant le rapport de transmission le plus élevé. Mettez tout ça dans un shaker,
agitez fortement, il en ressortira en général une fréquence de l'ordre de ½ à 1
tour/seconde du moteur le plus critique, du moins sur une machine à peu près
classique. Par exemple, si vos moteurs ont une résolution de 800 impulsions/tour, la fréquence Start/Stop sera typiquement entre 400 et 800 Hertz.
La fréquence Start/Stop donne la vitesse instantanée d'arrachement à
l'immobilité, et en même temps la dernière vitesse juste avant l'arrêt du moteur.
Un mauvais réglage a des conséquences importantes sur le comportement de la
machine. Si la valeur est trop basse, les rampes d'accélération et de freinage
seront longues et on aura l'impression que les mouvements sont mous, ce qui
n'est pas encore trop grave. Mais si elle est trop élevée, le moteur devra faire
un saut trop important pour attaquer sa rampe d'accélération, et réciproquement
il tournera trop vite au moment de s'arrêter. Au mieux la machine émettra un
cognement et, au pire, les moteurs vont perdre des pas (la position va se
décaler) ou, pour un servodrive, générer une erreur de poursuite. Une bonne
oreille à l'affût des bruits et chocs mécaniques est un atout sérieux pour le
réglage fin d'une fréquence Start/Stop.
Le second paramètre d'un vecteur à rampes est la pente d'accélération,
c'est-à-dire la rapidité de montée en régime. La pente de décélération étant
symétrique pour la descente en régime, le réglage de l'accélération est aussi
celui du freinage. Comme pour la fréquence Start/Stop, la distance est codée en
incréments. Une accélération en incréments par seconde carrée se quantifie
donc en Hz/s, et sera commune à tous les axes, comme la fréquence Start/Stop.
Si sa valeur est trop basse, les rampes de montée et de descente en régime
seront trop longues, donnant un caractère mou aux déplacements. Mais si elle
est trop élevée, le moteur risque de ne pas arriver à suivre la pente et va
décrocher en cours de route, occasionnant un décalage ou une erreur de
servodrive. La pente d'accélération est censée se calculer selon les conditions
de travail de l'axe le plus critique, donc le moteur le plus faible ayant la charge
la plus importante, en tenant compte de la courbe de couple de ce moteur
relativement à sa vitesse. Autant dire que ce n'est pas simple et que, là encore,
12 - 268
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
l'expérience et une oreille fine sont plus précieuses qu'une calculatrice pour
trouver la bonne valeur d'accélération. La fonction de calibrage de Galaad peut
d'ailleurs vous aider à affiner les réglages.
Les vecteurs à rampes sont utilisés pour tous les mouvements isolés entre
deux points. Isolés signifie que la vitesse à chacun de ces points est faible ou
nulle. Tous les mouvements de pilotage manuel ou semi-automatique, sans
exception, utilisent des vecteurs à rampes, y compris le palpage, la descente sur
le capteur d'outil ou le changeur d'outil. Tous ces mouvements sont considérés
comme isolés même s'ils appartiennent à une séquence enchaînée. En usinage
automatique, les mouvements de positionnement outil relevé, de descente de
l'outil au contact de la surface, de plongée verticale dans la matière, de
remontée à la hauteur de retrait, et de parking sont aussi des mouvements
isolés, faisant par conséquent appel à des vecteurs à rampes. Enfin, lorsque
l'outil avance dans la matière, si un mouvement se fait entre deux sommets vifs
sur lesquels l'outil passe à vitesse faible ou nulle, comme par exemple les côtés
d'un rectangle, alors là aussi le logiciel utilisera un vecteur à rampes, même s'il
n'est pas isolé.
Beaucoup de machines de type ancien ou ayant des vitesses limitées ne sont
capables d'effectuer que des mouvements avec rampes. Sur une trajectoire
courbe, il y aura par conséquence une accélération, une vitesse de croisière et
un freinage pour chacun des petits vecteurs qui composent la courbe, ce qui
signifie que la machine passe son temps à accélérer et freiner, et probablement
n'atteint jamais la vitesse cible, sauf sur les déplacements longs. Le résultat est
en général lent et haché, surtout lorsque la vitesse requise est élevée. Evidemment, si la machine est dotée d'une commande d'interpolation circulaire, au
moins les arcs de cercle pourront être effectués en un seul mouvement, avec
une accélération et un freinage en début et fin d'arc plutôt que sur chaque
vecteur décrivant cette courbe. Mais ceci suppose d'une part que l'arc est luimême isolé, sans enchaînement direct en amont ni en aval avec le reste de la
trajectoire, et d'autre part que les résolutions et démultiplications des axes X et
Y sont strictement identiques, sinon l'interpolation circulaire est inopérante. De
toute façon, ce type d'interpolation n'est pas applicable à une courbe non
circulaire telle qu'une ellipse, une spline ou une courbe de Bézier. En fait,
l'idéal pour obtenir un parcours fluide quel que soit le type de courbe et les
caractéristiques des axes serait d'enchaîner les vecteurs sans ralentir entre
chaque, ce qui nous mène à rechercher autre chose que des vecteurs à rampes
pour suivre une trajectoire continue.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 269
GALAAD
3 —————————————————————————————
Le second type de mouvement que Galaad peut commander, sous réserve
que la commande numérique l'accepte, est le vecteur à vitesse constante. Il n'y
a pas de rampes d'accélération et freinage, la vitesse est inchangée du début à
la fin du vecteur. L'avantage est que plusieurs vecteurs peuvent se succéder
sans qu'il y ait de ralentissement entre eux. Mais, pour le coup, ceci pose
d'autres problèmes, en premier lieu le fait qu'il faille globalement accélérer
pour atteindre la vitesse demandée le long de la courbe sans oublier de ralentir
en fin de parcours, et aussi appliquer une formule de calcul qui garde une
cohérence dans les changements de vitesse.
Les vecteurs à vitesse constante n'ont pas de paramètres globaux tels que la
fréquence Start/Stop et l'accélération, puisque leur vitesse ne varie pas. Par
contre, pour les gérer de façon correcte, le logiciel a besoin d'autres paramètres
bien plus difficiles à régler puisqu'on ne peut pas les essayer de façon isolée
dans un simple pilotage manuel.
Beaucoup de systèmes de gestion globale des trajectoires sont basés sur
l'angle que forment deux vecteurs successifs dans un parcours, cet angle
déterminant la réduction de vitesse à leur point de passage. Mais cette solution
d'apparence simple ne fonctionne que dans les cas optimaux. Les angles
ponctuels d'une succession de vecteurs ne donnent pas la dynamique de
l'enchaînement, qui varie grandement selon que le virage global est large ou
serré. Un demi-tour effectué sur un demi-cercle de 180 vecteurs faisant un
angle de 1° chacun ne se négocie sûrement pas à la même vitesse selon que
l'arc fait 1 mm ou 100 mm de rayon.
La fonction de calcul cinématique de Galaad est arithmétique et non
géométrique. Elle considère chaque moteur de façon isolée. En effet, même si
l'on a une vue globale sur un parcours dans un mouvement sur plusieurs axes,
un moteur ne se préoccupe pas de savoir ce que font ses collègues au même
moment. La seule chose importante est de savoir si, pour chaque moteur, le
changement de vitesse qu'on lui impose est supportable selon la puissance qu'il
peut fournir et la charge inertielle qu'il entraîne. Le calcul est donc avant tout
une recherche de discontinuité des vitesses de rotation. Les paramètres qui en
résultent sont par conséquent de deux sortes, qu'on peut plus ou moins
rapprocher d'une fréquence Start/Stop et d'une accélération : d'une part, quel
changement maximum de vitesse un moteur peut-il supporter sans décrocher, et
d'autre part, combien de temps faut-il à un moteur pour amortir un changement
de vitesse avant qu'on puisse lui en imposer un autre. Le but du calcul est de
substituer à une marche infranchissable un petit escalier que le moteur peut
monter ou descendre sans buter dessus. Un changement de vitesse trop
12 - 270
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
important devient alors une succession de petits changements supportables,
étalés dans le temps. Reste à définir la hauteur des marches (la discontinuité
maximale que le moteur peut supporter) et leur largeur qui, combinées,
donnent la pente globale de l'escalier. Plus le moteur peut accepter un changement important de vitesse, moins il y aura de marches intermédiaires. Et moins
le délai pour amortir un changement de vitesse est important, plus l'accélération
globale sera forte.
Evidemment, le fait d'ajouter des mini-vecteurs intermédiaires augmente de
façon notable le nombre de coordonnées à transmettre, ce qui est gourmand en
bande passante. C'est pourquoi on peut être tenté de régler une valeur élevée de
discontinuité maximale. Mais le but est avant tout de faire en sorte que les
moteurs ne sortent pas de leur plage efficace de fonctionnement. La bande
passante devra tenir le choc, ou alors vous devrez réduire la vitesse maximale
d'usinage, considérant que la machine ne peut pas suivre. A noter que le couple
d'un moteur n'est pas constant. Sur les moteurs pas-à-pas, on observe même
une chute brutale avec la vitesse, en général vers 10 à 15 t/s. Ce qui veut dire
que les paramètres de discontinuité et de pente d'accélération ne sont pas
constants, contrairement à la fréquence Start/Stop et l'accélération des vecteurs
à rampes qui, par définition, travaillent aux abords des vitesses nulles, donc à
couple maximum. Il vous appartient de trouver le meilleur compromis pour les
vitesses habituelles de vos usinages.
Le réglage des paramètres
cinématiques est accessible en
activant (ou en double-cliquant
sur) l'option "Activer le postcalcul cinématique". La fenêtre
de réglage offre une possibilité de
réglage simplifié à deux curseurs,
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 271
GALAAD
3 —————————————————————————————
l'un pour les vecteurs à rampes, correspondants aux mouvements inactifs outil
relevé ou aux mouvements de pilotage manuel, et l'autre pour les parcours
courbes avec enchaînements rapides. Plus un curseur est situé vers la gauche,
plus le mouvement qu'il contrôle est mou. Inversement, plus le curseur est situé
vers la droite, plus le mouvement est brutal, jusqu'au risque de perte de
contrôle et au-delà.
Pour accéder aux réglages fins du
calcul, cliquez sur le bouton
"Paramètres avancés" qui vous
déroule la boîte de dialogue dans
son intégralité. Vous pourrez
alors indiquer dans un premier
cadre les valeurs de fréquence
Start/Stop et d'accélération (donc
pour mouvements à rampes si
vous avez bien suivi la démonstration), et dans le cadre inférieur
les valeurs de discontinuité
maximale que le moteur le plus
critique peut supporter, ainsi que
la
capacité
d'accélération
continue le long d'un parcours.
Ces deux valeurs sont à porter
respectivement en mm/s et en
mm/s² puisque le calcul travaille sur des coordonnées et des vitesses réelles, là
où le contrôleur de la machine utilise des incréments et des fréquences. La
fréquence Start/Stop est envoyée comme paramètre de fonctionnement à la
machine lors de l'initialisation du dialogue et, ensuite, Galaad n'en entend plus
parler. Par contre, la discontinuité de vitesse et la capacité d'accélération
continue lui servent pour ses calculs.
Ces deux valeurs de calcul pour les mouvements en usinage peuvent être
rendus variables avec l'option de réduction dynamique des paramètres avec
la vitesse. Cette réduction est cohérente avec des moteurs qui perdent du
couple lorsqu'ils prennent de la vitesse, même si cette perte de couple n'est pas
linéaire. Si l'option est active, il faut considérer que les valeurs réglées
s'appliquent à une vitesse d'avance de 20 mm/s (1200 mm/min) et qu'elles vont
peu à peu décroître lorsque la vitesse augmente.
12 - 272
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Etant donné que le calcul cinématique augmente le nombre de vecteurs en
en interpolant de nouveaux qui servent de paliers pour franchir des discontinuités importantes de vitesse, il peut s'avérer nécessaire de réduire globalement le
nombre de vecteurs à transmettre. Ceci pourra éviter un engorgement de la
bande passante qui conduirait à un assèchement du buffer de mémoire locale.
L'optimisation anti-bourrage de la bande passante se chargera de filtrer les
mini-vecteurs jugés non-significatifs, qui ne seront donc pas transmis. Un
vecteur éliminé forme un angle très faible par rapport à celui qui le précède, et
parcourt une distance très faible, de l'ordre de quelques dixièmes de millimètre,
cette distance étant modulée selon la vitesse d'usinage. Le but est d'alléger les
courbes à trop haute résolution qui risquent d'amener à un point de rupture de
la bande passante. Une bande passante saturée se caractérise par un usinage qui
devient haché alors qu'il était auparavant fluide.
Les valeurs de longueur et de durée minimale de vecteurs en palier
d'accélération servent à éviter de réduire les paliers d'accélération à des
distances qui ne voudraient plus rien dire sur des moteurs incrémentaux. Sauf
prescription en ce sens, il vaut sans doute mieux les laisser aux valeurs par
défaut, soient respectivement 0,1 mm et 0,01 s.
Enfin, le dernier paramètre permet de limiter l'affichage des coordonnées
à l'écran au-dessus d'une certaine vitesse, afin de gagner encore en bande
passante. En effet, selon la puissance de calcul de votre ordinateur, le temps
d'affichage de chaque coordonnée (curseur graphique et position de chaque axe
en bas de la fenêtre) peut prendre un certain temps au détriment de la transmission. Les quelques millisecondes prises par l'affichage d'une coordonnée à
l'écran est plus utile à l'envoi de cette coordonnée à la machine, du moins
lorsqu'on usine à une vitesse élevée. Vous pouvez par conséquent fixer un seuil
de débrayage pour cet affichage.
Pour conclure sur le calcul cinématique, disons que c'est une fonction très
complexe qui nécessite des réglages autrement plus pointus que de simples
curseurs variant entre "doux" et "sec". Gardez à l'esprit que l'énergie nécessaire
pour accélérer ou ralentir un mouvement est proportionnelle au carré de la
vitesse de celui-ci : usiner deux fois plus vite requiert quatre fois plus de
puissance ; usiner trois fois plus vite requiert neuf fois plus de puissance. Le
calcul cinématique ne peut pas faire de miracle, et les moteurs pas-à-pas se
heurtent à des chutes de couples importantes lorsqu'ils tournent vite. Ne
demandez pas l'impossible à votre machine, et pas davantage à Galaad.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 273
GALAAD
3 —————————————————————————————
Changeur d'outils automatique
Pour en finir avec cette page de paramètres avancés, un dernier bouton en
bas à droite correspond au système de contrôle d'un changeur d'outils automatique.
Un changeur d'outils, quel qu'en soit la forme, râtelier, barillet ou autre,
utilise toujours une séquence de commandes automatiques pour des mouvements de mise en position, des commutations de sorties, des temporisations ou
encore des attentes de commutations d'entrées. Galaad vous offre la possibilité
de programmer,
pour
chaque outil
une séquence
de sélection,
c'est à dire le
processus qui
va
chercher
l'outil là où il a
été rangé et le
monte sur le
mandrin de la
broche, et une
séquence de
rangement
pour remettre
l'outil à sa
place. Si les
positions sont
généralement identiques, quoiqu'avec une approche pouvant s'inverser, il est
probable que le jeu des commandes d'entrées/sorties diffère d'un processus à
l'autre. Mais il vous appartient de gérer ces processus selon les informations
techniques dont vous disposez.
Le pilotage manuel vous aidera sans doute grandement pour trouver les
bonnes positions, sorties et entrées mises à contribution. N'oubliez pas que les
boutons "Rafraîchir" et "Boucle" du pilotage manuel servent à surveiller le
basculement des entrées, et que vous pouvez cliquer sur les cases vertes des
sorties. Sur un changeur classique à râtelier linéaire, la méthode généralement
suivie consiste à positionner les axes XY à la verticale précise du cône de
l'outil et noter la position. Puis abaisser l'axe Z jusqu'à ce que le cône soit
12 - 274
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
engagé dans le mandrin, en prenant soin d'activer
l'ouverture des mors de celui-ci, et noter cette fois la
position Z. Après avoir refermé le mandrin par
déclenchement de la sortie qui le pilote, on déplace
ensuite horizontalement l'axe X ou Y de façon à extraire l'outil
de son posoir avec une marge suffisante, et on note la position
de dégagement. Il ne reste plus qu'à mesurer la distance entre
les posoirs, ce qui peut d'ailleurs se faire à l'aide du pilotage
manuel. Au final vous devez avoir la position XY absolue du
premier posoir, la position de dégagement (X ou Y selon
l'orientation du râtelier), le décalage (Y ou X) entre les posoirs,
et bien entendu le numéro et la polarité de la sortie qui
déclenche l'ouverture des mors de serrage du cône. Une fois ces
informations bien notées, vous pouvez facilement écrire les scripts de sélection
et de rangement.
Pour chaque outil numéroté, vous devez indiquer s'il fait partie du
changeur en cochant la case "Changement automatique". Si cette case est
cochée, alors seulement vous pouvez accéder à ses deux scripts. Le mieux est
sans doute de faire des essais avec une descente limitée de l'axe Z pour éviter
les conséquences fâcheuses en cas d'erreur de coordonnée. Le bouton "Lancer
le test" vous aidera à faire ces essais. Une fois que le script semble au point,
vous pourrez passer aux coordonnées Z réelles. Attention, les temporisations
sont parfois importantes lorsqu'il y a une action mécanique, surtout avec des
éléments pneumatiques qui ont de l'inertie. N'oubliez pas non plus d'insérer
dans vos scripts une remontée préalable de l'outil avant de l'envoyer à une
position XY, au cas où il se trouverait des obstacles sur son chemin. Galaad
n'aime pas imposer des mouvements et ne le fait donc pas tout seul.
Les râteliers linéaires sont généralement couverts par un capot de protection destiné à éviter les projections de copeaux sur les cônes porte-outils. Vous
pouvez intégrer la commande d'ouverture de ce capot dans chaque script, mais
dans ce cas le capot s'ouvrira et se fermera à chaque séquence, ou bien indiquer
quelle sortie pilote ce capot (avec confirmation éventuelle de l'ouverture par le
basculement d'une entrée). Il ne sera alors refermé qu'au moment de lancer
l'usinage, restant ouvert pendant les manœuvres qui précèdent. Ce capot peut
d'ailleurs couvrir aussi le capteur d'outil, auquel cas il faudra le préciser dans
les paramètres du capteur (voir ci-après l'onglet "Entrées/Sorties").
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 275
GALAAD
3 —————————————————————————————
Entrées / Sorties
La dernière page de paramètres de la fraiseuse donne accès à un contrôle
spécial des entrées/sorties pour certaines applications utilisant des appareils
périphériques. Galaad accepte de commuter à la demande des sorties binaires
au passage des événements logiques de l'usinage (une sortie est dite binaire si
elle n'a que deux états
possibles, active ou inactive,
sans intermédiaire comme
une sortie analogique ou
PWM). Le logiciel peut aussi
réagir au déclenchement
d'une entrée binaire.
A noter que vous pouvez
indiquer plusieurs sorties
(4 maximum) et dans certains
cas plusieurs entrées pour
une fonction unique. Vous
devez alors séparer leurs
numéros par des espaces ou
des tirets. Si vous indiquez
plusieurs sorties, elles seront
toutes commutées lorsque la fonction correspondante est appelée. Si vous
indiquez plusieurs entrées, Galaad considère que la fonction est déclenchée si
au moins l'une de ces entrées est dans l'état demandé (on applique un "ou"
logique). Pour une même fonction, il n'est pas possible de paramétrer plusieurs
sorties ou plusieurs entrées dans des états différents.
Le cadre du haut permet de gérer les périphériques standards comme les
éléments de protection des personnes ou le capteur d'outil. Si vous souhaitez
modifier leurs paramètres, cliquez deux fois dessus.
Selon les normes en vigueur, le mode d'action du circuit de sécurité doit
être indépendant du logiciel et même de la commande numérique. Le fait
d'ouvrir la porte d'une enceinte de sécurité ou d'appuyer sur un bouton d'arrêt
d'urgence ne peut pas se contenter d'informer un processus programmé. Son
effet doit être immédiat et direct en stoppant l'outil et les mouvements de la
machine, le plus simple étant bien évidemment la coupure franche de leur
alimentation de puissance. L'opérateur ne doit pas être mis en présence d'une
12 - 276
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
broche en rotation sans capot ou écran intermédiaire, et un axe en mouvement
automatique est potentiellement dangereux. On n'insistera jamais assez sur
l'importance des équipements de protection, y compris sur les tables de petites
dimensions ou sur les constructions d'amateurs. Même une machine de faible
puissance peut blesser gravement un opérateur. La réglementation n'est pas
souple, mais elle ne demande pas l'impossible. La sécurité est importante.
Protégez vos yeux ; protégez vos mains ; protégez vos collègues.
Ne shuntez pas les systèmes de protection, quand bien même ils
peuvent parfois vous paraître peu pratiques. Si votre machine
ne requiert pas une enceinte close, pensez à porter des lunettes
de protection.
A noter qu'on trouve de plus en plus facilement des sources laser de classe
4 qui peuvent faire office de pyrograveur numérique ou assimilé. Travailler
sans protection oculaire avec ce genre d'appareil est dangereux. Une simple
réflexion diffuse sur un matériau vaguement réfléchissant peut
suffire à occasionner une brûlure cutanée et surtout endommager la
rétine de façon irrémédiable. Ne travaillez jamais avec une
source laser sans un équipement de protection adéquat.
Le fait que le système de sécurité réagisse de façon autonome ne doit pas
l'empêcher de dialoguer avec le logiciel qui pilote le processus. Par conséquent, celui-ci doit savoir dans quel état se trouvent les équipements de
protection et peut même gérer des éléments de sécurité active. Si le capot de
protection est ouvert, Galaad refusera d'activer la broche et de lancer le
processus automatique. Il vérifie donc son état avant d'envoyer une commande
sensible à la machine, et avertit l'opérateur si le capot est resté ouvert. A noter
que les normes de sécurité autorisent un moindre niveau de sécurité lorsque la
clef du superviseur est en mode "Test", si votre machine en est dotée, étant
bien entendu que la machine ne fait alors que des mouvements de calibrage et
de vérification sans
danger. Ces deux
états, capot et clef,
correspondent à des
entrées dont vous
devez indiquer le
numéro et la polarité.
S'il n'y a pas de clef,
ne mettez rien.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 277
GALAAD
3 —————————————————————————————
Certaines enceintes de protections sont en plus équipées d'un verrou
électromagnétique ou pneumatique que Galaad peut activer avant de lancer la
broche ou le processus automatique. Indiquez dans ce cas le numéro et la
polarité de la sortie à commuter pour que le verrouillage se déclenche. Le
déverrouillage sera fait après la mise hors tension de la broche, avec un temps
de pause permettant de tenir compte de l'inertie du moteur. Ce temps de pause
peut comprendre une partie fixe et une partie variable selon le régime au
moment de la mise hors tension. Enfin, vous pouvez indiquer une sortie qui
sera commutée lorsque Galaad affiche sur l'écran un message à l'attention de
l'opérateur. Cette sortie peut déclencher un gyrophare, un klaxon, une suite
pour violoncelle, à vous d'en décider.
Si votre machine est équipée d'un capteur de mesure de l'outil, ce qui est
hautement recommandé, vous devez indiquer à Galaad sur quelle entrée ce
capteur est connecté, ainsi que sa polarité. On rappelle ici qu'une entrée
"active" est déclenchée lorsque le contact est normalement ouvert (N.O.) et
qu'une entrée inactive est déclenchée lorsque le contact est normalement clos
(N.C.). Si une entrée n'est pas reliée à un contact mais à un appareil périphérique lui envoyant un signal, ne concluez rien de l'état haut ou bas et utilisez la
fonction "Paramètres / Fraiseuse / Test E-S" pour en savoir plus.
La descente de l'outil sur le capteur peut se faire en mode continu, auquel
cas Galaad envoie une unique commande de descente jusqu'à l'extrémité basse
de l'axe Z, descente qui sera interrompue par le déclic du capteur. Mais toutes
les commandes numériques ne disposent pas de cette commande. Galaad
pilotera alors une descente par pas, chaque pas étant suivi d'une lecture de
l'entrée, jusqu'à ce que le capteur se déclenche. Une recherche dichotomique du
point de déclenchement sera ensuite lancée pour trouver rapidement la position
précise correspondant au déclic.
Vous devez indiquer la longueur
de ce pas. Si vous mettez une
valeur trop petite, la descente
sera plus lente. Mais si vous
mettez une valeur plus grande
que la course mécanique de
l'interrupteur, vous risquez de devenir un excellent client de votre fournisseur
de fraises. Ou de votre fournisseur de capteurs d'outils si vos fraises sont du
genre costaud. N'oubliez pas que, avant chaque descente sur le capteur, vous
pouvez indiquer une course Z rapide de pré-positionnement.
12 - 278
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Pour les machines dotées d'un changeur d'outil automatique sous forme d'un
râtelier linéaire. Il arrive que le capteur de mesure soit placé sous le capot de
protection du changeur, ce qu'il vaut mieux signaler à Galaad pour éviter les
manœuvres malheureuses. Evidemment, ça signifie que vous avez indiqué dans
les paramètres du changeur d'outils la sortie qui déclenche l'ouverture du capot,
car si cette commande d'ouverture est intégrée aux scripts, Galaad n'a aucune
chance de la trouver tout seul. Ceci étant, vous pouvez paramétrer ici une sortie
à commuter lors de la mesure de l'outil, cette sortie pouvant correspondre au
capot du changeur ou aux nécessités électriques du fonctionnement du capteur.
Le cadre "Evénements" de la page vous permet de gérer des commutations
de sorties correspondant à des événements simples comme l'activation des
moteurs d'axes après initialisation du dialogue avec la machine, activation
suivie d'un éventuel temps de pause. La sortie sera remise au repos avant de
fermer le module d'usinage. La mise en puissance des moteurs peut aussi
débloquer le frein de l'axe Z, mais le paramètre est indépendant puisqu'il
arrive que les sorties à commuter aient des polarités inverses. Galaad étant
souvent pressé pour faire bouger les axes, le déblocage du frein peut aussi
nécessiter une pause tempérant son ardeur à se mettre au travail.
Votre machine est peut-être équipée d'un système d'arrosage ou de
refroidissement de l'outil, connecté à une sortie binaire qui sera activée soit
de façon continue du début à la fin du cycle d'usinage, soit seulement lorsque
l'outil est dans la matière avec interruption lorsque l'outil est relevé, soit
lorsque vous le souhaitez, auquel cas un message vous demandera ce qu'il en
est à chaque lancement de l'usinage automatique. C'est sans doute le plus
pratique, même si ça fait un message de plus à valider avant de pouvoir enfin
admirer la machine qui bouge toute seule. D'ailleurs, rien ne vous empêche de
monter un interrupteur en aval de la sortie pour décider de façon péremptoire si
vous voulez ou non utiliser l'arrosage, sachant que si c'est oui, il sera quand
même éteint tout seul à la fin du cycle.
Si vous avez un système de blocage de la pièce, par exemple un étau
pneumatique ou une table à dépression, ce système sera enclenché sans
interruption du début de la prise d'origine à la fin du dernier cycle de l'usinage,
la pièce étant terminée (ou le processus interrompu). Dans la même veine,
Galaad peut allumer un éclairage de la table pour le pilotage manuel, qui sera
éteint sitôt l'usinage lancé. Ne forcez tout de même pas sur ce genre de gadget,
un interrupteur sur la machine n'est pas mal non plus. Enfin, vous pouvez
paramétrer un aspirateur de copeaux qui s'éteint après la 1ère passe d'usinage,
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 279
GALAAD
3 —————————————————————————————
si le fait d'avoir un aspirateur qui fonctionne en continu avec la broche vous
défrise. Il va de soi que les éléments sus-décrits sont purement indicatifs et que
vous pouvez en utiliser d'autres plus ésotériques sur ces mêmes événements.
La partie basse du cadre permet aussi de déclencher automatiquement un
arrêt de l'usinage si une entrée change d'état. Dans ce cas, Galaad fait un arrêt
simple avec extinction de la broche et rangement de l'outil à sa position de
parking. Mais cet arrêt n'est pas forcément immédiat. Pour qu'il le soit, il est
nécessaire que la commande numérique considère l'entrée comme critique,
c'est-à-dire déclenchant un freinage rapide. Cela dépend des capacités et des
paramètres spécifiques du contrôleur. Certains peuvent le gérer, d'autres non.
Etant donné qu'il n'est pas possible d'assaillir la machine de messages répétitifs
demandant en permanence l'état des entrées, Galaad ne lit ces entrées qu'avant
de faire replonger l'outil pour un nouveau tracé. Si, à ce moment, une entrée
d'arrêt ou de pause est déclenchée, alors seulement la fonction prend effet. Il ne
peut pas y avoir de lecture des entrées quand l'outil est dans la matière, et la
réaction immédiate est par conséquent impossible. Si votre commande
numérique dispose d'une entrée critique paramétrable, par exemple pour un
signal d'erreur, vous pouvez réutiliser cette entrée ici pour signifier au logiciel
que l'usinage est d'ores et déjà arrêté et qu'il est inutile de continuer à envoyer
des commandes de mouvement à la machine. Si vous souhaitez avoir un arrêt
moins programmé mais encore plus efficace sinon plus brutal, faites-vous un
petit montage mettant carrément la machine hors tension. En général, elle
consent à s'arrêter. Vous pouvez aussi demander une simple pause de l'usinage, sur basculement d'une entrée. Dans ce cas, l'usinage repartira dès que
l'entrée sera revenue dans son état initial, sans même déranger l'opérateur part
un message à l'écran.
Lorsque le cycle automatique est terminé, une
dernière entrée peut être surveillée pour refaire
l'usinage, par exemple sur pression d'un bouton
"Start" à portée de l'opérateur, sans avoir à repasser
par la souris ou le clavier. Quand le message de fin de
cycle apparaît à l'écran, cette entrée est lue en boucle
(en fait deux fois par seconde, d'où la nécessité d'un
appui un peu insistant sur le bouton). Si elle est déclenchée à ce moment,
Galaad l'interprète comme l'équivalent d'un clic sur l'option "Refaire" puis
validation du message.
12 - 280
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Entrées / Sorties étendues
Galaad peut gérer plus d'entrées/sorties liées à des événements qu'il n'en
apparaît sur la page de paramètres standard. Cliquez en bas de page sur le
bouton "Entrées/Sorties étendues" :
En haut de la fenêtre, vous pouvez paramétrer un capteur chargé de trouver
la position Z de la surface supérieure du matériau à usiner avant chaque
plongée de l'outil dans la matière. Cette fonction sert pour des usinages sur une
pièce dont la surface n'est pas parfaitement horizontale, typiquement une torche
à plasma équipée d'un capteur de surface avec des tôles un peu gondolées.
Outre les paramètres classiques du capteur de surface (numéro d'entrée et
polarité), vous pouvez indiquer une valeur de décalage Z par rapport au point
de déclic qui vous permet de remonter le palpeur plus haut que la torche, étant
bien entendu que celle-ci se rétracte pendant le palpage de la surface. La
descente sera continue ou saccadée par pas si vous en précisez un ou si votre
machine n'a pas de fonction de descente jusqu'à un contact. La marge supérieure détermine la position Z (relative à l'origine pièce Zo) à partir de laquelle
la recherche de la surface commence. Il est inutile de mettre une valeur trop
grande qui ralentirait le processus. La marge inférieure indique la position Z
maximale à laquelle la recherche de la surface doit s'arrêter (toujours relative à
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 281
GALAAD
3 —————————————————————————————
l'origine pièce Zo). Si la surface n'a pas été détectée à la position d'origine
pièce plus cette valeur, le processus s'arrête et l'opérateur est prévenu. Il peut
choisir de continuer au point Z inférieur, sans rechercher plus bas, ou bien tout
arrêter. Pour résumer, par rapport au point d'origine pièce Z, la recherche de la
surface se fait entre la marge supérieure et la marge inférieure.
Le grand cadre principal s'adresse aux automaticiens. Ses lignes indiquent
des événements répétitifs de l'usinage, sur lesquels vous pouvez greffer des
commutations de sorties, des attentes de basculement d'entrées ou des pauses.
Par exemple, si vous voulez activer un arroseur seulement lorsque l'outil est en
phase de perçage de la matière et l'éteindre lorsqu'il commence le fraisage
horizontal ou 3D, et que cet arroseur est mis en marche par la sortie n° 2 active
mais que le logiciel doit attendre une validation du système d'arrosage sur
l'entrée n° 4 inactive après un temps d'instabilité de 50 millisecondes, alors
vous devez valider les deux lignes d'événements suivantes :
Au contact de la surface, activer sorties n° 2 ;
tempo 50 ms, attendre entrées n° 4 inactives (timeout 1000 ms) ;
activer sorties.
Le dernier argument "activer sorties" signifie en fait que la sortie n° 2 doit
rester à l'état actif à la fin de l'événement. On pourrait décider de l'arrêter pour
n'avoir qu'une impulsion. La commande pour arrêter l'arroseur de perçage
serait :
A la fin de la plongée, désactiver sorties n° 2 ;
tempo 0 ms, attendre entrées n° 0 inactives (timeout 0 ms) ;
désactiver sorties.
Une entrée ou une sortie non utilisée porte le numéro 0 ou reste vide. Les mots
"entrées" et "sorties" sont au pluriel quand vous pouvez en indiquer plusieurs,
séparées par des tirets ou des espaces.
Les deux lignes "Au début de l'avance" et "A la fin de l'avance" ajoutent
des points intermédiaires de commutation sur la trajectoire, dont la position
sera calculée automatiquement d'après la vitesse de mouvement. Très utilisées
pour la dépose de colle ou de peinture pour lesquelles il faut arrêter le débit un
peu avant d'arriver au point terminal d'un tracé.
12 - 282
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Pilotage manuel local
Si votre machine offre un tableau de bord relié aux entrées ou que celles-ci
sont nombreuses et que vous avez des compétences en câblage, vous pouvez
affecter des fonctions à ces entrées qui seront alors surveillées en permanence
pendant les phases de pilotage manuel. Les commandes usuelles sont le
déplacement des axes et les divers éléments de contrôle.
Une fois encore, le
mieux est de commencer
par un petit tour préalable
du côté de la fonction
"Paramètres / Fraiseuse /
Test E-S" pour noter quels
boutons correspondent à
quelles entrées et quels
états. A noter que ce
pilotage manuel local n'est
possible que sur certaines
machines qui permettent
un mouvement interrompu
par le basculement d'une entrée définie comme critique, c'est-à-dire interrompant tout mouvement en cours. Si le contrôleur de commande numérique n'a
pas cette possibilité, aucun mouvement ne pourra être assigné à une entrée. Par
contre, les autres fonctions resteront utilisables.
Ce pilotage manuel local est relativement éclipsé par les possibilités
étendues qu'offrent un joystick ou un pavé numérique externe dont les boutons
ou touches sont tout aussi paramétrables, voir dans les pages précédentes. Mais
vous pouvez néanmoins connecter à ces fonctions les quelques boutons parfois
disponibles sur la face avant d'une machine ou d'un contrôleur.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 283
GALAAD
3 —————————————————————————————
Pilote externe
Comme vous l'aviez compris, Galaad comprend une chaîne de traitement
complète qui va du dessin de pièces au pilotage de l'usinage automatique en
passant par la prise d'origine pièce. Mais bien des machines hors liste ne sont
pas pilotables directement depuis le logiciel dont elles sont inconnues. Celui-ci
peut alors encore servir à dessiner et préparer un usinage, mais cet usinage
devra être assuré par un autre programme qui assurera soit le téléchargement,
soit le pilotage de la commande numérique, soit les deux.
Pour faciliter le lien avec un pilote externe, Galaad propose de lancer
directement ce programme sur simple appel de la commande "Usinage /
Fraisage standard 3 axes" ou de l'icone correspondante, comme pour une
machine connue. Dans ce cas, le dessin courant est automatiquement exporté
dans le format récupérable par le programme pilote et celui-ci aussitôt lancé. A
noter que ce pilote externe peut très bien être un programme fonctionnant sous
une session de commandes Windows en mode console.
En fait, les deux modules "Galaad"
et "Lancelot" couvrent respectivement
la partie dessin et la partie pilotage.
Vous pouvez choisir d'utiliser Galaad
en dessin avec un module de pilotage
autre que Lancelot, et qui sera alors
appelé automatiquement par la
commande "Usinage / Fraiser".
GALAAD
usinage
LANCELOT
PILOTE X
Inversement, il est possible d'appeler directement les module d'usinage
Lancelot (plutôt spécialisé 2D½) ou Kay (3D) à partir d'une autre application
de dessin, modelage ou autre CAO, si celle-ci le permet. Il suffit de lancer le
programme en lui passant en argument le nom du fichier à récupérer et
éventuellement le nom standard du format si l'extension du fichier n'est pas
significative. Exemple :
"C:\Galaad\Lancelot.exe" C:\…\Dessin.plt
"C:\Galaad\Lancelot.exe" C:\…\Dessin.xyz (plt)
L'utilisation d'un autre pilote d'usinage que Lancelot fait tout de même
intervenir celui-ci comme module intermédiaire pour définir les paramètres de
l'usinage et gérer les séquences et cycles outils. C'est en fait Lancelot et non
Galaad qui se chargera d'appeler le pilote externe.
12 - 284
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Pour paramétrer un pilote externe, appelez la commande "Paramètres /
Fraiseuse / Pilote externe". La boîte de dialogue donne le choix entre le module
Lancelot, pilote interne de Galaad, et un module extérieur qui peut d'ailleurs
être un driver d'imprimante virtuelle.
Lorsque vous lancez
un usinage via pilote
externe, le fichier de
transfert est créé au
format indiqué, puis
le programme externe
est appelé avec ses
arguments, selon la
ligne de commande
prédéfinie.
Galaad
continue son chemin
après ce lancement,
pendant que le pilote
monte en première
ligne. Si vous ne précisez pas de ligne de commande, le fichier sera généré
mais aucun programme externe ne sera appelé pour prendre le relais, et ce sera
à vous de décider quoi faire de ce fichier. Si vous ne précisez pas de nom de
fichier de transfert, un nom avec son emplacement vous sera demandé à chaque
nouvel usinage. Ce fichier étant généré par Galaad, il n'est sans doute pas utile
de le sauvegarder sous un nom propre. Ce qui compte, c'est le fichier de dessin,
pas le fichier transféré au pilote. Vous pouvez aussi n'indiquer ni programme ni
fichier, auquel cas rien ne sera appelé et le nom de fichier vous sera demandé à
chaque fois, ce qui limite l'intérêt d'un chaînage automatique. A noter que le
nom de fichier est ajouté d'office comme dernier argument sur la ligne de
commande. Inutile donc de le préciser deux fois.
Les formats pour le fichier envoyé au pilote externe sont ceux des fonctions
d'exports qui sont parmi les plus courants. Il va de soi qu'on peut utiliser le
post-processeur dont la syntaxe est entièrement définissable dans Galaad (voir
cette fonction ci-après).
Les autres paramètres vous aident à jouer sur le système de coordonnées et
l'orientation des axes. On peut accélérer la création du fichier de transfert en
demandant à ne pas afficher à l'écran le suivi des parcours, ce qui ralentit un
peu le processus selon les performances de votre ordinateur.
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 285
GALAAD
3 —————————————————————————————
Format de post-processeur
Lorsqu'aucun des formats d'export ou de pilote externe disponibles ne vous
conviennent, il vous reste la possibilité de définir vous-même votre propre
format avec la fonction "Paramètres / Post-processeur", qui ouvre une boîte de
dialogue généreusement pourvue.
Vous trouverez ici tout ce qui est nécessaire pour décrire n'importe quel
format, pourvu que celui-ci soit en mode texte et que les données numériques
soient en décimal ou hexadécimal. Les formats binaires, qui poseraient de
nombreux problèmes de taille de données, sont donc exclus. Fort heureusement, ils ne sont jamais employés pour les transferts de fichiers, en tout cas
dans le domaine de la commande numérique.
Même si le format standard reste le G-code ISO, sur lequel viennent se
greffer les diverses variantes dont votre machine a besoin, vous pouvez créer
un codage tout à fait exotique. Galaad propose d'ailleurs plusieurs canevas sur
base ISO, Isel-NCP ou HPGL, que vous pouvez récupérer et modifier avec le
bouton "Ouvrir". Vous pouvez a contrario enregistrer votre format modifié
sous un nom bien à vous avec le bouton "Enregistrer".
12 - 286
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Le format étant de type texte, vous devez indiquer le code des caractères
constants qui seront placés en début de ligne et en fin de ligne. Ce code est
donné en valeur décimale représentant un code ASCII, par exemple 2 pour
<STX> (Start Text) et 3 pour <ETX> (End Text). Le plus courant reste une ligne
sans caractères de contrôle au début (mettez 0 pour aucun code) et 13 pour
<CR> (Carriage Return) puis éventuellement 10 pour <LF> (Line Feed) en fin
de ligne. Chaque ligne produite par Galaad commencera et finira par ces octets
de contrôle.
Il est possible de numéroter les lignes. Dans ce cas, vous devez indiquer
dans la case format de numérotation le format des numéros, le zéro indiquant
le nombre. Par exemple, si vous mettez "N0", les lignes auront le caractère 'N'
en-tête suivi du numéro de ligne avec juste le nombre de digits nécessaires. Si
vous mettez "N0000", les numéros auront 4 digits comblés par des zéros à
gauche, par exemple "N0012" pour la ligne n° 12. Si vous ne mettez rien dans
ce champ, il n'y aura pas de numérotation. Le bloc début de fichier n'est pas
numéroté : c'est à vous de mettre ici directement les numéros de lignes (vous
pouvez indiquer autant de lignes que nécessaire, avec au maximum 1000
caractères au total). Le début de fichier sera envoyé tel que vous l'avez défini.
Inversement, le bloc de fin de fichier peut recevoir un numéro de ligne qui est
forcément variable quant à lui.
Très important : les données variables doivent apparaître sous la forme de
labels prédéfinis par Galaad, mises entre les symboles < (inférieur) et >
(supérieur). Par exemple, pour le bloc de fin de fichier, la seule donnée
variable que Galaad propose est le numéro de ligne <N>. Si le compteur de
ligne est à 123 à ce moment, pour produire une ligne "N123 M02", vous devez
donc paramétrer <N> M02 dans laquelle la <N> sera remplacée par le numéro
de ligne pré-formaté, en l'occurrence "N123". Ceci est valable pour tous les
champs ou blocs acceptant des données variables. Les données disponibles
sont indiquées à droite de chaque zone à compléter. Autre exemple, pour
une commande de mouvement linéaire vers une position cible, si vous indiquez
"G0 F<V> X<X> Y<Y> Z<Z>", Galaad remplacera <V> par la valeur de vitesse,
<X> par la coordonnée X, etc. Les espaces que vous aurez mentionnés seront
respectés, même si vous en mettez en trop. Aucune vérification de validité de
syntaxe n'est effectuée. C'est votre format.
Presque aussi important : vous pouvez mettre entre crochets une expression contenant une ou plusieurs données variables. Dans ce cas, l'expression
complète ne sera produite que si toutes les données contenues dans les crochets
—————————————————
Paramétrage de la fraiseuse
— 12 - 287
GALAAD
3 —————————————————————————————
ont changé de valeur. Par exemple, si vous ne voulez répéter la vitesse de
mouvement qu'en cas de changement, la ligne donnée dans l'exemple précédente devient "G0 [F<V> ]X<X> Y<Y> Z<Z>". Si la donnée de vitesse a changé
depuis l'appel précédent à une commande la faisant intervenir, l'expression "
F<V> " sera prise en considération. Si la vitesse n'a pas varié, alors Galaad fera
comme si la ligne était "G0 X<X> Y<Y> Z<Z>".
Les variables disponibles sont les suivantes :
- Changement d'outil : <T> pour numéro de l'outil, <D> pour diamètre de
l'outil, <R> pour rayon de l'outil.
- Démarrage/Arrêt broche : <T> pour numéro de l'outil, <RPM> pour vitesse
de rotation en tour/min, <RPS> pour vitesse de rotation en tour/s.
- Temporisation : <S> pour secondes, <dS> pour déciseconde, <cS> pour
centiseconde, <mS> pour milliseconde.
- Activation/Désactivation sortie : <N> pour numéro de sortie.
- Changement de vitesse : <V> pour vitesse (voir le facteur d'échelle).
- Tous déplacements, actifs ou inactifs : <X>, <Y>, <Z> pour coordonnées
cartésiennes (absolues ou relatives selon le mode choisi par l'option "Coordonnées relatives" en bas à droite), <V> pour vitesse de mouvement, <R> et <A>
pour coordonnées polaires (absolues ou relatives).
- Interpolation circulaire : <Cx> <Cy> pour coordonnées cartésiennes
(absolues ou relatives) du centre de l'arc ; <X1Cx> <Y1Cy> pour coordonnées
relatives du centre par rapport au point de départ de l'arc ; <R> pour rayon de
l'arc ; <A1> <A2> pour angle de départ et d'arrivée de l'arc (en degrés d'angle) ;
<A12> pour angle d'ouverture de l'arc (en degrés) ; <X1> <Y1> pour coordonnées cartésiennes (absolues ou relatives) du point de départ de l'arc ; <V> pour
vitesse de mouvement ; <X2> <Y2> pour coordonnées cartésiennes (absolues
ou relatives) du point d'arrivée de l'arc ; <X1X2> <Y1Y2> pour coordonnées
relatives du point d'arrivée par rapport au point de départ de l'arc ; <Z> pour
coordonnée Z (absolue ou relative) du point d'arrivée de l'arc.
Important : Les zones formats indiquent le nombre de digits des données
variables ainsi que leur séparateur décimal pour les nombres réels. La plupart
des données variables sont soumises à un facteur d'échelle individuel.
12 - 288
—
Paramétrage de la fraiseuse
—————————————————
——————————————————————————————————
13
———————
0 1 1 0 1
APPLICATIONS SPECIALES
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Découpe au laser ou au jet d'eau pressurisé
On l'a vu dans les paramètres de la fraiseuse, onglet "Broche", il est
possible de paramétrer un système de découpe activé seulement lorsque la
machine avance sur le tracé. En général, ce type de machine ne dispose que de
deux axes XY, le réglage de hauteur étant une simple butée mécanique. Mais
qui peut le plus peut le moins, et Galaad saura fort bien gérer une machine 2
axes. D'ailleurs, les prises d'origine pièce en sont d'autant plus facilitées
puisque c'est souvent le réglage Z qui est le plus fastidieux.
Le système de mise en route et d'arrêt de l'outil de coupe reste un asservissement classique, en général soumis à la commutation d'une sortie binaire (tout
ou rien) qui pilote en aval un système de puissance. La simple case à cocher
"Activer seulement lorsque l'outil avance" détermine le mode opératoire,
passant d'une mise en route lors du lancement de l'usinage avec arrêt à la fin du
cycle, à une mise en route en début de chaque tracé avec arrêt en fin de tracé,
lorsqu'une broche de fraisage classique descendrait et remonterait. Si votre
machine est dotée d'un axe Z, il est d'ailleurs tout à fait possible de faire
cohabiter les deux fonctionnalités, descente au contact puis à la profondeur,
activation de l'outil de coupe, extinction de celui-ci avant remontée.
Les paramètres tempos laser ne sont accessibles que pour un système de
découpe intermittent. Il peut s'avérer nécessaire de demander à Galaad de ne
commencer le mouvement sur le tracé qu'une fois le laser ou le jet d'eau
complètement actif. Si celui-ci a une petite inertie, il faut indiquer un délai (en
millisecondes) dans la case "on". Galaad enclenchera la sortie puis marquera
cette pause avant d'attaquer le mouvement de découpe. Inversement, la
temporisation "off" indique une pause à respecter à la fin du tracé après
extinction du laser, avant de déplacer la tête vers un nouveau tracé ou vers son
point de parking.
Si la tête laser ou le surpresseur du jet d'eau intègre une fonction de
contrôle de marche avec un signal "Prêt" à renvoyer au système superviseur,
le mieux est de connecter ce signal sur une entrée de la machine que Galaad
peut lire. Il suffit alors de paramétrer cette entrée comme "Signal de broche
prête" dans les paramètres de broche. Dans ce cas, Galaad mettra en route le
laser, marquera la pause "on", puis attendra que l'entrée "broche prête" bascule
dans l'état requis avant de démarrer le mouvement de découpe. Attention, il n'y
a pas de timeout. Si le signal ne revient pas, le processus reste en suspens. Voir
les entrées/sorties étendues pour des contrôles avancés.
13 - 290
—
Applications spéciales
———————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Découpe à la torche à plasma
Dans la même veine, Galaad peut contrôler la mise en route et l'arrêt d'une
torche à plasma pour la découpe de métal. Le principe reste le même qu'avec
un laser ou un jet d'eau pressurisé. Les torches à plasma ont toutefois la
particularité de nécessiter une procédure d'amorçage et le maintien d'une
longueur constante de l'arc électrique pour une qualité et une régularité
optimales du sillon de découpe.
L'amorçage peut varier selon les types de torche et de matériau utilisés. La
séquence la plus simple activera l'arc, marquera une pause puis attaquera le
mouvement de coupe. En général, la torche démarrera plus haut que sa position
normale le temps d'amorcer de façon optimale, puis sera abaissée après un
temps de latence ou validation sur une entrée, enfin passera à la phase
d'avance. Le fait de sélectionner une
broche de type "Tête de découpe laser
ou plasma" ouvrira une fenêtre de
réglage des paramètres de découpe au
moment de lancer l'usinage. Mais vous
pouvez aussi écrire votre propre
séquence plus élaborée. Attention, les
coordonnées absolues MOVE TO (i.e. par
rapport au zéro machine) ne sont pas
accessibles dans un script de broche. Les
seules commandes de déplacement
utilisables sont les mouvements relatifs MOVE REL ou utilisant des coordonnées
relatives au point d'origine pièce MOVE ORG.
Il est aussi possible de faire un palpage pour rechercher la position Z de la
surface de la pièce au point de départ du tracé, à l'aide du capteur de surface
définissable dans les entrées/sorties étendues des paramètres de la machine. La
hauteur de la torche sera alors définie selon la position de la surface. L'arc
commencera alors exactement à la bonne distance. Mais les choses peuvent
ensuite se gâter : étant donné que les mouvements de la machine sont générés
de façon purement locale avec une transmission souvent très en avance sur leur
exécution, il ne peut en théorie y avoir de correction en temps réel de la
position de l'axe Z pour conserver une longueur d'arc constante. Si vos
matériaux sont plus ou moins gondolés, il ne vous reste plus qu'à utiliser un
palpeur de planéité qui fera une topographie Z de la surface le long des
parcours à effectuer, préalablement au processus de coupe, ou bien utiliser une
———————————————————
Applications spéciales
— 13 - 291
GALAAD
3 —————————————————————————————
commande numérique capable de réagir de façon locale aux variations de
hauteur d'arc mesurées par la torche et retournées à la boucle de contrôle sous
forme de signal analogique ou autre. Pour les commandes numériques disposant de cette fonction spéciale de correction Z en temps réel, Galaad propose
les quelques réglages utiles.
Dépose de liquide
Si la plupart des applications usuelles de Galaad consistent à usiner une
pièce en enlevant de la matière dans les tracés dessinés, le logiciel est tout aussi
capable d'asservir un système chargé d'en apporter aux mêmes endroits. Il est
même possible de faire les deux l'un après l'autre, par exemple en gravant des
sillons puis en y injectant de l'encre ou de la peinture. Evidemment, dans ce cas
précis, il sera nécessaire d'avoir une buse d'injection à côté de la broche de
fraisage, avec un décalage XYZ calibré entre les deux. Les extensions des
paramètres d'outils permettent de gérer facilement ce genre de situation, en
assignant des sorties différentes aux commutations de la broche et de la buse.
Un script de changement automatique pourra en outre gérer les hauteurs Z
respectives des deux éléments. On peut aussi affecter différents outils à
différentes teintes injectables, toujours avec les extensions des paramètres
d'outils. Il suffit que chaque électrovanne ou pompe soit connectée à une sortie
distincte.
Mais rien n'oblige à fraiser avant d'injecter le liquide. Une autre application
de Galaad, assez proche, consiste à déposer de la colle ou équivalent dans les
tracés d'une pièce dessinée, sans usinage préalable. Les entrées/sorties étendues
permettent de gérer de près le cycle de dépose, en observant une petite
temporisation après le déclenchement de l'ouverture de la vanne ou de la
pompe d'injection, et en refermant cette vanne un peu avant d'atteindre le point
final du tracé, pour laisser au liquide résiduel le temps de s'écouler. Ceci n'est
pas forcément utile pour tous les liquides ; certains se contenteront très bien
d'une commutation classique en début et en fin de tracé.
13 - 292
—
Applications spéciales
———————————————————
——————————————————————————————————
14
———————
0 1 1 1 0
"LANCELOT"
UTILISATION AUTONOME
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Galaad et Lancelot
Vous avez sans doute remarqué que l'installation de Galaad se permettait
d'affubler votre bureau Windows d'un dossier contenant plusieurs icones
cousines mais avec des noms différents, dont une icone "Lancelot". Il se peut
aussi que vous n'ayez acquis qu'une simple licence de pilotage avec une carte
CNC spécifique contenant cette licence, auquel cas seule l'icone "Lancelot" a
été installée sur votre bureau. Quoi qu'il en soit, double-cliquez dessus.
Apparaît aussitôt la fenêtre de Galaad demandant les paramètres d'usinage,
mais couverte par une boîte de sélection de fichiers qui ressemble assez fort à
celle utilisée pour l'import dans le module de dessin. Si vous n'avez que la
licence pour ce module Lancelot (ou encore la licence "Kay") et que vous
ouvrez tout juste ce manuel ici, vous aurez tout de même besoin de faire un
petit tour par les chapitres "Apprenons à usiner", "Fonctions avancées de
l'usinage" et même "Paramétrage de la fraiseuse". Allez-y, on vous attend.
14 - 294
—
"Lancelot", utilisation autonome
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Vous l'aurez compris, Lancelot est le module d'usinage standard de Galaad
et tous deux travaillent en collaboration étroite. Mais c'est de l'union libre et, de
même que Galaad peut faire des infidélités en confiant l'usinage du dessin à un
logiciel tiers, Lancelot peut à son tour servir de réceptacle aux œuvres issues
d'un autre créateur. Les deux programmes sont techniquement indépendants, ce
qui permet d'ailleurs de lancer un usinage et continuer à dessiner, du moins si
vous supportez de travailler dans le bruit.
Lancelot peut donc être lancé seul. Le fichier est alors importé directement
pour l'usinage et vous le retrouvez dans les fenêtres de prévisualisation. Il ne
reste plus qu'à paramétrer, et c'est d'ailleurs là que les valeurs forcées (entre
autres profondeur et vitesse) peuvent se rendre utiles. Pour le reste, c'est à dire
l'origine pièce et le lancement de l'usinage, vous connaissez la musique puisque
vous avez lu les chapitres précédents.
Le problème principal d'un import de fichier, qu'on retrouvera avec le
module Kay, c'est qu'aucun format ne contient d'information sur les dimensions
brutes de la pièce à usiner, et notamment son épaisseur. Pourtant, les dimensions brutes sont indispensables au réglage de l'origine pièce, et c'est
pourquoi il vous est demandé de les préciser.
La boîte de dialogue qui jaillit dès
l'ouverture du fichier abonde dans ce sens.
Vous pouvez laisser Lancelot recadrer le
dessin avec des marges à préciser, ou bien
indiquer vous-même les dimensions
brutes, épaisseur comprise. A noter que le
dessin peut aussi être enroulé autour de
l'axe A pour un usinage cylindrique, du
moins si vous disposez d'un 4ème axe
rotatif.
La vitesse de plongée dans la matière
n'étant pas dans les valeurs forcées, elle
peut être réglée ici.
Enfin, l'outillage peut correspondre au magasin standard de Galaad, qui
reste gérable depuis Lancelot, mais vous pouvez aussi indiquer dans cette
fenêtre un diamètre et une vitesse de rotation. Le diamètre sert à compenser
l'approche latérale de l'origine X ou Y, et la vitesse de rotation par défaut.
———————————————
"Lancelot", utilisation autonome
— 14 - 295
GALAAD
3 —————————————————————————————
Ces données restent accessibles en cliquant
sur le bouton "Environnement" en bas à droite
de l'écran, via l'option "Paramètres d'import".
Les autres options vous donnent un accès
direct aux paramètres ou aux fonctions propres
au module Lancelot, normalement appelables
depuis le module Galaad que vous n'utilisez
peut-être pas, selon la licence dont vous
disposez.
A noter que Lancelot peut être lancé directement par une autre
application que Galaad avec reprise automatique d'un fichier passé en
argument. Si elle est de type standard, l'extension du nom de fichier donne
alors le format de celui-ci. Sinon, il est nécessaire de passer en argument
suivant l'extension standard mise entre parenthèses. Exemples :
C:\Galaad\Lancelot.exe "C:\Mes travaux\MonFichier.plt"
C:\Galaad\Lancelot.exe "C:\Mes travaux\MonFichier.xyz" (plt)
Les guillemets servent à intégrer en un bloc unique un nom de fichier avec
espaces, sans qu'il soit scindé en deux arguments. Rendez-vous au chapitre
"Considérations techniques" pour plus d'informations sur les nombreux
arguments possibles des lignes de commande pour les différents modules.
Lancelot et Kay
Le module Kay fait la même chose que Lancelot, c'est-à-dire le pilotage
manuel de l'origine pièce et la supervision de l'usinage automatique, mais avec
des formats plus spécialisés. Disons seulement ici que la différence principale
entre Lancelot et Kay réside dans le fait que Lancelot ne récupère que la
partie active des fichiers d'usinage (outil dans le matériau) et utilise donc les
vitesses inactives et les cycles de perçages définis dans Galaad, avec le
magasin d'outils de celui-ci. Kay, lui, pilote la machine avec le fichier tel qu'il
est sans rien y changer, y compris les mouvements inactifs. Kay est un pilote
d'usinage 3D pour 3 à 5 axes ; Lancelot est un pilote 2D½ et 3D pour 2 ou 3
axes (XYZ ou XAZ).
14 - 296
—
"Lancelot", utilisation autonome
———————————————
——————————————————————————————————
15
———————
0 1 1 1 1
"KAY"
PILOTE D'USINAGE 3D
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Généralités
Le module Kay est un des composants du logiciel Galaad qui peut être
utilisé de façon indépendante, soit avec la licence normale du logiciel, soit avec
sa propre licence restreinte (sans clef). Kay est un pilote d'usinage, c'est à
dire qu'il se contente de récupérer des fichiers FAO - CAM en Anglais - sous
format ISO G-code, Isel-NCP ou MasterCam NCI, avec lesquels il supervise
l'usinage automatique après avoir dirigé le réglage de l'origine pièce selon les
mêmes modalités que l'usinage standard de Galaad.
Kay est spécialisé dans l'usinage de parcours d'outils 3D, de 3 à 5 axes.
Les 4ème et 5ème axes sont présumés être de type standard, c'est à dire des axes
de rotation A et B selon la norme en vigueur. Le pilotage manuel est effectif
pour tous les axes disponibles sur la machine.
Au lancement, Kay affiche une fenêtre classique de pilotage manuel pour
prise d'origine pièce, et demande aussitôt d'ouvrir un fichier à usiner. En
l'absence de fichier sélectionné, il se contentera de faire du pilotage manuel.
15 - 298
—
"Kay", pilote d'usinage 3D
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
A noter que le nom du fichier peut être passé en argument avec son chemin
d'accès, auquel cas l'ouverture du fichier sera automatique. De cette façon, Kay
peut être directement intégré au bout d'une chaîne de traitement complète
CAO-FAO-CNC. Si vous disposez d'un logiciel capable de créer le parcours du
ou des outils sous un format intelligible pour Kay, et que ce logiciel peut,
comme le fait Galaad, appeler un pilote externe pour l'usinage en lui donnant le
nom du fichier ainsi créé, Kay ouvrira automatiquement ce fichier. L'extension
du fichier donne alors le format de celui-ci. Si cette extension n'est pas de
celles habituellement reconnues par Kay, il suffit de l'ajouter en argument
suivant entre parenthèses. Exemples :
→ "C:\Program Files\Galaad\Kay.exe"
appelle Kay sans lui donner de fichier à ouvrir ;
→ "C:\Program Files\Galaad\Kay.exe" "C:\ CadCam\Fichier.iso"
appelle Kay et lui demande d'ouvrir directement le fichier au format ISO ;
→ "C:\Program Files\Galaad\Kay.exe" "C:\CadCam\Fichier.xyz" (iso)
appelle Kay et lui demande d'ouvrir le fichier, tout en précisant le format.
Coordonnées et origine fichier
Dès le chargement du fichier, Kay rappelle sommairement le volume
couvert par le parcours des axes XYZ avec les
valeurs extrêmes, ainsi que les vitesses des
mouvements actifs et inactifs. Ceci n'est donné
qu'à titre d'information passive.
Il est important de rappeler que les formats
des fichiers lus par Kay ne précisent pas les
dimensions de la pièce brute, élément pourtant
essentiel d'un travail d'usinage avec Galaad. Ces fichiers ne contiennent que les
vecteurs et arcs du parcours à effectuer, actifs et inactifs, avec les vitesses et les
références d'outils correspondantes. Il n'est pas possible de déterminer la
forme ni les dimensions de la pièce brute à partir des données du fichier
ouvert. Le travail de pilotage se fera donc à partir d'un point origine pièce à
définir sur la table de travail. Le point origine pièce réglé avec Kay correspond au point de coordonnées (0,0,0,…) du fichier. Ce point peut très bien
être situé tout à fait à l'extérieur du parcours, selon le système de coordonnées
et les décalages suivis par le logiciel qui a produit le fichier.
—————————————————
"Kay", pilote d'usinage 3D
— 15 - 299
GALAAD
3 —————————————————————————————
A noter qu'il est assez commun de trouver le point de coordonnées (0,0)
XY du fichier dans l'angle sud-ouest d'une pièce rectangulaire, le point 0 Z
étant généralement situé soit à la surface supérieure de la pièce, soit sa surface
inférieure. Il vous appartient de gérer la position du point zéro fichier dans
le module FAO chargé de produire celui-ci.
Dans le cas d'un usinage 4 axes, la norme veut que le point origine Y
corresponde à l'axe de rotation A. Cette norme est respectée par la fenêtre
d'affichage graphique de Kay. Si votre fichier n'a pas respecté cette norme,
l'affichage ne sera pas représentatif du parcours, mais l'usinage n'en sera pas
moins correct pour peu que vous ayez réglé une origine Y correspondant bien à
votre fichier. Il est d'ailleurs possible d'indiquer le décalage Yo-Axe A. Pour
les usinages 5 axes, le point origine X est réputé correspondre à l'axe de
rotation B de la même façon. Pour le reste, le système de coordonnées de Kay
suit le standard géométrique avec des valeurs croissantes pour X de l'ouest à
l'est (gauche vers droite), pour Y du sud au nord (devant vers derrière).
Vous pouvez néanmoins modifier le point origine du fichier une fois
celui-ci ouvert dans Kay. La commande "Fichier / Dimensions & origine" vous
donne accès à une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez indiquer de
façon manuelle les
dimensions cartésiennes de votre pièce
brute,
mais
aussi
positionner le point
origine
dans
ces
dimensions, y compris
en forçant sa position
dans un coin XY du
rectangle et le point Z sur une de ses faces. La boîte de dialogue peut être
affichée à chaque ouverture de fichier si vous le souhaitez. Une case à cocher
rend cette option accessible.
D'autres commandes sont disponibles dans le menu "Fichier" pour décaler
manuellement les coordonnées, les inverser ou changer les facteurs d'échelle.
De même, vous pouvez extraire un morceau du fichier en déterminant les
points de départ et d'arrivée du parcours. Tous les vecteurs et arcs situés avant
ou après seront ignorés, mais les commandes de vitesse, changement d'outil,
etc. resteront actives.
15 - 300
—
"Kay", pilote d'usinage 3D
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Origine pièce
Dès que le fichier est chargé et le message de parcours actif validé, Kay
ouvre le dialogue avec la machine puis vous laisse piloter celle-ci. Le réglage
de l'origine pièce est effectué de façon classique à l'aide du tableau de commandes de pilotage manuel et des boutons verts de validation (voir aussi les
chapitres "Apprenons à usiner" et "Fonctions avancées de l'usinage"). Le but
de ce pilotage manuel est d'indiquer à Kay où se trouve physiquement le
point zéro fichier sur la pièce brute. Pour ce faire, il suffit de déplacer
manuellement la pointe de l'outil vers les coordonnées du point de référence,
axe par axe. Pour les fonctions de pilotage manuel et de validation de l'origine,
reportez-vous au chapitre "Apprenons à usiner", section "Origine pièce" qui
vous donnera tous les détails et quelques astuces.
Vous pouvez entrer une position numérique à rejoindre en cliquant sur les
afficheurs en bas de l'écran, ou en appuyant sur les touches X, Y ou Z.
Mais le but n'est pas seulement de faire bouger la machine le long de ses
axes. Si Kay est censé connaître en permanence la position de la pointe d'outil,
il ne sait pas pour autant où se trouve le parcours à usiner sur le plateau de la
machine, et c'est donc ce que vous allez lui indiquer. Vous allez donc effectuer
des approches X Y et Z une par une ou ensemble, en validant pour chaque axe
la position approchée. Par exemple, vous positionnez l'axe Z au point de la
pièce qui correspond au point zéro Z du fichier puis vous cliquez sur le bouton
vert de validation de la position Z :
Avec l'usinage standard de Galaad, le point de coordonnées Zo dans le
dessin sera toujours la surface supérieure de la pièce, l'épaisseur de celle-ci
étant de surcroît connue. Avec Kay, il est tout à fait possible que vous ne
puissiez pas positionner l'outil au point de coordonnées Z=0 du fichier, tout
simplement parce que celui-ci se trouve dans la matière. S'il est au fond de la
pièce, le plus simple est d'affleurer le plateau-martyr ou le fond du posoir. Mais
ce n'est pas toujours possible et le
point Zo peut aussi se trouver noyé
quelque part dans l'épaisseur de la
pièce, à une position connue mais
inapprochable. Par conséquent, sur
validation "Z-ok", Kay vous
—————————————————
"Kay", pilote d'usinage 3D
— 15 - 301
GALAAD
3 —————————————————————————————
demande donc de préciser si l'origine fichier Zo se trouve plus bas que le point
que vous avez affleuré.
La position Z "monte" alors dans
la case Z de l'origine pièce.
Faites de même pour les axes X et Y, et aussi les axes rotatifs si nécessaire,
en approchant physiquement l'endroit de la pièce brute qui correspond au point
zéro du fichier, et en cliquant sur les autres boutons verts. A noter qu'il n'est
pas nécessaire de régler l'origine pièce axe par axe avant chaque usinage. Si
vous avez un étau ou posoir fixe avec des parcours d'usinage utilisant un
système de coordonnées partant de ce posoir, il suffira de régler l'origine XY
une fois pour toutes. Il est d'ailleurs possible de mémoriser des origines pour
les rappeler ultérieurement. Les positions d'origine pour l'axe Z et pour les
axes rotatifs éventuels sont elles aussi mémorisables, la dernière position
utilisée restant valide jusqu'à ce qu'elle soit déplacée.
Important : si votre machine est équipée d'un capteur d'outil, reportezvous au chapitre "Fonctions avancées de l'usinage", section "Mesure automatique de l'outil" pour plus d'informations. La méthode de calibrage reste la
même, mais l'utilisation d'un capteur d'outil suppose que vos fichiers
d'usinage auront tous leur origine Zo située au fond de la pièce, puisque
Kay ignore l'épaisseur de celle-ci. Idem pour un changeur automatique.
En usinage 4 axes, c'est-à-dire si votre machine est équipée d'un axe rotatif
A et si le fichier ouvert contient des coordonnées rotatives A, les validations
"Y-ok" et "Z-ok" peuvent définir soit la position de l'axe de rotation sur les
axes Y et Z, information nécessaire pour un calcul de vitesse tangentielle et un
affichage corrects, soit la
position des points de
coordonnées Y=0 et Z=0
dans le fichier, si ces points
ne sont pas situés sur l'axe de
rotation (cela peut parfois
arriver). Lorsque vous cliquez sur les boutons verts, Kay demande alors à quoi
correspond la position validée.
A noter que la barre
du clavier interrompt le rafraîchissement
de l'affichage lors des validations. Pratique pour les très gros fichiers.
15 - 302
—
"Kay", pilote d'usinage 3D
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Paramètres
On ne va pas revenir ici sur la façon de définir votre machine. Reportezvous au chapitre "Paramétrage de la fraiseuse" si vous avez besoin d'informations en ce sens. Le paramétrage de la machine est rigoureusement
identique à celui effectué depuis le module principal Galaad, et les
modifications opérées depuis un module sont applicables dans l'autre.
Dans Kay, le fait de modifier un paramètre de la fraiseuse provoque la
réinitialisation du dialogue avec celle-ci. Dans la même veine, la commande
"Paramètres / Rouvrir la communication" vous évite de devoir fermer puis
relancer Kay en cas de problème de dialogue avec la machine, par exemple une
mise hors tension momentanée. Le processus d'initialisation de la machine est
alors recommencé.
Les options de téléchargement et télésauvegarde ne concernent que les
machines équipées d'une mémoire locale capable de stocker le parcours
d'usinage et de l'exécuter localement, soit depuis la mémoire tampon, soit
depuis une carte mémoire ou une unité de disque.
Il est possible d'engager le processus d'extinction du système une fois le
parcours d'usinage achevé. Dans ce cas, Kay est fermé automatiquement après
avoir passé à Windows une commande d'extinction de l'ordinateur.
Selon son format et son programme générateur, le fichier de parcours
d'usinage peut ou non contenir des ordres de mise en route et d'extinction du
système d'arrosage. Il est bien évident que Kay éteint l'arrosage en fin de
processus même si le fichier ne l'a pas demandé. Mais il est possible de forcer
l'activation ou la désactivation de l'arrosage. Dans tous les cas, il est nécessaire
que la sortie correspondant au système d'arrosage ait été définie dans les
paramètres de la machine.
Un usinage répétitif peut être demandé, avec relance du cycle après un
temps de pause réglable, et une fois le cycle précédent achevé sans erreur.
L'origine pièce reste alors inchangée. Un usinage en série peut aussi être
paramétré, pour obtenir une matrice de pièces sur la machine. Il est nécessaire
de préciser le nombre de pièces par rangée et colonne, ainsi que le décalage
d'origine d'une pièce à ses voisines X et Y.
De même que l'arrosage, la commande de broche peut être inactivée ou
forcée indépendamment de ce que le fichier indique.
—————————————————
"Kay", pilote d'usinage 3D
— 15 - 303
GALAAD
3 —————————————————————————————
Le compteur d'usinages permet de
suivre les cycles appliqués à une ou
plusieurs pièces pour obtenir le temps
globalement passé à usiner. Contrairement à
Galaad, il n'y a avec Kay qu'un seul
compteur disponible.
La position de départ cycle est un élément important si votre machine est
encombrée d'obstacles divers comme des posoirs, un 4ème axe rotatif, etc. Un
fichier issu d'une FAO bien élevée commence en général par un mouvement
XY rapide vers le point d'entrée du premier tracé. Sauf que les coordonnées de
ce fichier sont relatives au point d'origine pièce et non au point d'origine
machine. Le tout premier mouvement est chargé d'assurer la convergence. Mais
on ne sait pas si, entre sa position courante et le premier point d'entrée, l'outil
ne va pas se heurter à
quelque barricade. Soit vous
vous arrangez à chaque fois
pour que l'outil soit proche
de ce point d'entrée au
moment de lancer le cycle,
afin d'éviter un risque de
collision, soit vous indiquez un point de départ en coordonnées absolues
(coordonnées relatives au zéro machine) qui sera toujours rejoint avant de
commencer un cycle. Ce point peut être défini pour chaque type d'usinage, 3, 4
ou 5 axes. Si votre machine travaille en origine pièce flottante (i.e. pas de zéro
machine), alors vous avez lu ce paragraphe pour rien.
A contrario, en fin de cycle, la machine
se déplace de façon automatique vers la
position de changement d'outil si un autre
outil doit être monté à la main pour compléter le processus, ou bien vers la position de
rangement d'outil lorsque la pièce est
achevée. On retrouve ici les mêmes réglages
que pour l'usinage avec Galaad. Une position
d'interruption peut aussi être indiquée,
correspondant à ce que la machine doit faire
lorsque l'usinage a été stoppé pour une
raison ou une autre.
15 - 304
—
"Kay", pilote d'usinage 3D
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Lors de l'ouverture du fichier, et
si celui-ci contient plusieurs cycles
d'outils successifs, par exemple pour
des passes d'ébauche et de finition, il
vous est demandé de définir la façon
dont les changements d'outils
doivent être gérés. La liste des outils
détectés dans le fichier est affichée
en haut de la boîte de dialogue, et plusieurs options sont alors disponibles :
1 - Les changements d'outils sont purement et simplement ignorés. Dans ce
cas, Kay considérera qu'un seul outil usine tout le parcours, celui qui est monté
sur la broche au lancement du processus. Tout le fichier est alors usiné sans
interruption.
2 - Un seul des cycles outils du fichier est effectué. Les codes correspondants à
l'outil en question sont les seuls qui génèrent des mouvements d'usinage, et les
autres sont ignorés. Il est ainsi possible de refaire un cycle exclusif.
3 - Les changements d'outils sont gérés par Kay. Plusieurs sous-options sont
alors proposées :
3.1 - Les outils sont bagués ou bien ont tous la même longueur apparente,
c'est à dire que le montage d'un nouvel outil ne nécessite pas la réglage
d'une nouvelle origine Z. Dans ce cas, Kay interrompt l'usinage lorsqu'il
arrive à une commande de changement d'outil dans la séquence définie par
le fichier, et affiche un message demandant à l'utilisateur de monter l'outil
qui doit ensuite démarrer. Dès le message validé, le cycle reprend.
3.2 - Le changement d'outil nécessite un nouveau réglage manuel de l'origine sur l'axe Z. Dans ce cas, le message de montage du nouvel outil est
affiché, puis Kay revient à l'écran de pilotage. Le fait de cliquer sur le bouton jaune de lancement du processus redémarre sur le nouveau cycle.
3.3 - Le changement d'outil nécessite un nouveau réglage de l'origine Z,
mais celui-ci peut être effectué de façon automatique à l'aide du capteur
d'outils. Dans ce cas, sitôt le message de changement validé, Kay effectue
une mesure automatique de la nouvelle origine Z sur le capteur d'outils et
relance immédiatement le cycle.
3.4 - La machine dispose d'un changeur d'outils automatique dont la séquence programmée a été définie dans les paramètres. L'interruption est
alors limitée au rangement automatique de l'outil courant dans son râtelier,
à la sélection du suivant et éventuellement la mesure de celui-ci sur le capteur.
—————————————————
"Kay", pilote d'usinage 3D
— 15 - 305
GALAAD
3 —————————————————————————————
Usinage
Comme pour les autres modules de pilotage de Galaad, le gros bouton
jaune de lancement de l'usinage active le processus défini dans le fichier, à
partir du point origine préalablement réglé. Au moment de valider le départ du
cycle, vous pouvez encore choisir de ne pas
allumer la broche et l'arrosage. Il est possible
d'activer le mode "pas-à-pas" dans lequel chaque
mouvement d'usinage doit être validé au clavier,
sauf si la case correspondante est décochée, en bas
à gauche de l'écran.
Rappelons que la barre
stoppe l'usinage de la même façon que
le clic sur le bouton d'arrêt d'urgence en bas à droite de l'écran. Plus civilisé, le
bouton
en bas à gauche de l'écran permet d'interrompre l'usinage dès
que l'outil est rétracté au-dessus de la pièce. L'arrêt n'est donc pas immédiat
dans ce cas, et il reste possible de reprendre le processus là où il a été interrompu. Ceci peut s'avérer utile pour un nettoyage de l'outil ou de la pièce en
15 - 306
—
"Kay", pilote d'usinage 3D
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
cours d'usinage sans risque de marquage. Mais si celle-ci est usinée tout d'un
bloc sans remontée d'outil intermédiaire, comme c'est souvent le cas pour les
usinages 3D, l'arrêt sera alors sans objet puisqu'il correspondra à la fin du cycle
global.
Comme pour le module d'usinage standard Lancelot, on trouve en bas de
l'écran des boutons qui permettent d'ajuster la vitesse de mouvement et la
vitesse de rotation de la broche si celle-ci est asservie. Il est aussi possible de
décaler légèrement l'origine Z, c'est à dire modifier en cours de route la
profondeur de passage de l'outil. Ce décalage n'est valide que pour le cycle
outil en cours ; le cycle suivant reviendra à la valeur normalement réglée pour
l'origine pièce.
Une fois le processus complètement achevé, tous
les outils ayant été appelés, la broche est arrêtée, le
dernier outil est rangé à sa position de parking, et un
message final indique à l'utilisateur que l'usinage de
la pièce est terminé, s'il n'est pas parti déjeûner.
Si vous avez acquis la seule licence Kay, le présent chapitre peut vous
paraître succinct voire incomplet. Rappelons que cette licence vous donne aussi
accès au module Lancelot, le pilote d'usinage standard de Galaad déjà décrit
aux chapitres "Apprenons à usiner", "Fonctions avancées de l'usinage" et
"Lancelot, utilisation autonome" du présent manuel. Il est donc recommandé
de lire ces chapitres pour plus d'informations sur le processus d'usinage en
général, la plupart des fonctions décrites dans ces chapitres restant applicables
au module Kay.
De même, le chapitre "Paramétrage de la fraiseuse" reste valable pour
l'utilisation du seul module Kay, même si certaines particularités du paramétrage ne concernent que l'usinage avec Lancelot, par exemple les vitesses
inactives ou les entrées sorties étendues.
Pour mémoire, Lancelot est appelé directement par le module principal de
dessin 2D½ Galaad. Il ne peut gérer que 2 ou 3 axes mais permet néanmoins
l'usinage 3D, y compris avec des fichiers externes, les parcours de liaison outil
relevé étant alors extraits du reste et redéfinis par Lancelot qui tient compte des
paliers imposés par la librairie d'outils de Galaad. Lancelot permet en plus le
—————————————————
"Kay", pilote d'usinage 3D
— 15 - 307
GALAAD
3 —————————————————————————————
contrôle d'entrées/sorties étendues pour des processus soumis à des automatismes spéciaux. Le module Kay, quant à lui, gère de 3 à 5 axes mais pilote
l'usinage avec le fichier tel quel, sans ajouter des paliers, lesquels sont définis
par le module FAO (CAM) qui a généré le fichier. Le calcul cinématique est la
seule modification que Kay se réserve d'apporter au parcours, en modulant les
vitesses d'avance afin d'éviter les sorties de route.
15 - 308
—
"Kay", pilote d'usinage 3D
—————————————————
——————————————————————————————————
16
———————
1 0 0 0 0
"GAWAIN"
CAO-FAO DE TOURNAGE
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Module de dessin
Le tournage avec Gawain ressemble beaucoup au fraisage, en plus simple
pour ce qui est du dessin, et en plus compliqué pour ce qui est de l'usinage. Ce
module n'est pas aussi riche de fonctionnalités que Galaad, mais les pièces à
dessiner sont nettement moins complexes, constituées d'un simple profil de
révolution, typiquement des pions de jeu d'échec ou des barreaux de chaise.
L'utilisation du module de tournage Gawain suppose que vous êtes déjà plus ou
moins familier avec l'utilisation du module de fraisage Galaad, tant pour le
dessin que pour la prise d'origine pièce et l'usinage automatique. Si ce n'est pas
le cas, reportez-vous aux chapitres "Apprenons à dessiner" et "Techniques
avancées de dessin" qui vous diront tout ce qu'il faut savoir plus sur la manière
de procéder. Le dessin avec Gawain est tout aussi intuitif et ne devrait pas
poser de difficulté.
Les références géométriques de tournage nomment "Z" l'axe d'avance et
"X" l'axe de diamètre, ce qui peut induire quelques confusions sur les cotes
pour un habitué du dessin sur un plan cartésien XY. Galaad en général et son
16 - 310
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
module de tournage Gawain en particulier respectent à la lettre (si l'on peut
dire) les définitions normalisées. Si vous êtes familier avec le fraisage mais pas
avec le tournage, il vous faudra garder à l'esprit que les axes X et Y du dessin
et du pilotage deviennent respectivement Z et X. L'habitude vient vite et
l'utilisation reste inchangée.
L'affichage de la pièce sur l'écran de dessin permet de visualiser la trajectoire de tournage dans la partie haute, où l'on dessine, et son symétrique
visuel dans la partie basse, celle-ci restant passive, le tout représentant la
globalité de la pièce usinée. Vous dessinez donc le demi-profil de la pièce,
l'autre moitié étant affichée de façon passive. Pour une meilleure perception du
résultat usiné, les angles vifs du profil sont mis en valeur par des lignes
pointillées qui rejoignent le pendant symétrique. Les cotes Z de ces angles vifs
sont affichées près de l'axe de rotation, l'origine étant par défaut située au bord
droit de la pièce.
Vous remarquez très vite que les icones de dessin sont moins nombreuses
dans Gawain que dans Galaad. Il est bien évident que les fonctions de création
de points et de figures fermées sont sans objet pour le tournage, puisqu'il s'agit
ici de dessiner des segments de profil à l'aide de simples lignes droites, arcs
et courbes, le tout ne constituant qu'une unique trajectoire supposée continue.
En fait, il est possible de dessiner plusieurs sous-ensembles distincts de profils
le long de l'avance, non reliés entre eux. Les espaces restés vides entre les
trajectoires ne seront tout simplement pas usinés, la pièce restant brute à ces
endroits.
Le profil est unique, ce qui oblige à relier les différents objets dessinés en
une trajectoire cohérente. Gawain comprend que des éléments jointifs mais
constitués distincts font un seul parcours. Là où Galaad proposait de relier,
souder ou scinder les objets, Gawain ne fait de différence que sur la jonction
des extrémités. S'il y a un espace entre deux objets (ils sont réputés jointifs si
moins de 1/10ème de millimètre les sépare), alors le processus de tournage
rétractera l'outil pour passer d'une extrémité à l'autre. La séquence de dessin
n'a par conséquent aucune importance. Lors de l'usinage, Gawain vous
demandera dans quel sens vous souhaitez parcourir le profil, c'est à dire de
gauche à droite ou de droite à gauche. La notion de vitesse disparaît aussi. Une
vitesse d'avance unique vous sera demandée au moment d'usiner pour chaque
phase (ébauche, finition, filetage).
———————————————
"Gawain", CAO-FAO de tournage
— 16 - 311
GALAAD
3 —————————————————————————————
Outillage
La notion d'outil reste présente dans Gawain, même si les couteaux de
tournage n'ont pas grand rapport avec les outils de Galaad. Les outils de
tournage ne sont plus des fraises, forets et autres pointes, mais des lames
inertes chargées d'éroder la pièce qui tourne.
Le profil peut être usiné en plusieurs fois à l'aide d'outils différents, il est
donc nécessaire d'affecter pour chaque objet un outil dont les caractéristiques
techniques auront été paramétrées. Comme pour Galaad, il est possible de
définir une librairie de 50 outils
maximum. Et comme pour
Galaad, il est nécessaire avant
toute chose de commencer par
définir les caractéristiques des
outils que vous allez utiliser. Pour
ce faire, appelez la fonction
"Paramètres / Outils" qui vous
donne accès aux paramètres
techniques de chaque outil. Les
modifications que vous apportez à un outil sont mémorisées
lorsque vous changez de
numéro, le tout étant enregistré
de façon définitive lorsque vous cliquez sur "Ok" pour refermer la fenêtre, le
bouton "Annuler" effaçant toutes les modifications apportées.
Le nom de l'outil est purement indicatif. Il sera rappelé dans les messages et
sélections au moment d'usiner, mais n'a pas d'incidence sur le fonctionnement.
Par contre, la fonction est importante pour le Gawain puisse filtrer qui fait quoi
à un moment donné du processus.
Le profil de coupe et son déport d'origine permettent d'utiliser un porteoutils calibré et des outils proprement mesurés. Le profil d'un outil peut être
défini de façon sommaire par deux triplets de coordonnées de part et d'autre du
point origine. Ce point origine correspond à l'extrémité de l'outil en contact
avec la pièce, par exemple la pointe d'un outil de base à lame oblique. Lors de
la prise d'origine pièce, c'est ce point qui servira de référence. Chaque couple
de coordonnées ZX définit un nouveau segment sur le profil de l'outil. Il n'est
donc pas possible de dessiner un vrai profil complexe, mais l'outillage de base
16 - 312
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
reste facilement intégrable. Dans le cas d'un outil à tronçonner, seule la largeur
Z de l'outil peut être définie. On considère qu'un tel outil est constitué d'un
simple barreau à bout plat, et donc avec un profil droit. Ce type d'outil est
employé principalement pour faire une ébauche du profil ou, comme son nom
l'indique, à trancher la pièce terminée. Lorsque vous demandez la visualisation
du tracé réellement usiné, Gawain calcule et affiche les conflits possibles entre
la trajectoire dessinée et le profil d'outil. Comme d'habitude
avec Galaad, ceci n'est donné qu'à titre d'avertissement ; vous
pouvez très bien choisir d'ignorer le problème et lancer un
cycle de tournage sans vous préoccuper de ces recouvrements, même si le profil de pièce risque de s'en trouver altéré.
Par contre, les visualisations 3D
maillée et surfacique ne
représentent que la pièce
telle qu'elle a été dessinée,
sans tenir compte de
l'outillage
mis
à
contribution et donc sans
araser les zones sujettes à
conflits. Ces deux vues sont
imprimables au même titre
que l'affichage normal.
———————————————
"Gawain", CAO-FAO de tournage
— 16 - 313
GALAAD
3 —————————————————————————————
Filetage
Gawain permet d'intégrer au dessin des filetages
horizontaux ou coniques, sans tenir compte du fait que
votre tour numérique sera ou non capable de les
réaliser. Si le moteur de rotation de votre tour n'est
pas indexé ou sa vitesse non asservie, le tournage ne
pourra produire que des pièces parfaitement
symétriques sur l'axe de rotation, excluant de fait les filetages. L'indexation
du moteur suppose bien évidemment que la commande numérique qui gère le
tour soit capable effectuer un mouvement soumis à synchronisation externe,
fonction assez peu répandue. Une indexation typique consiste à monter sur le
moteur du tour un encodeur ou un disque optique retournant le compte précis
des impulsions à la carte de commande, via un diviseur ou un multiplicateur de
fréquence. Il reste possible de fileter sans indexation, sous réserve d'avoir un
variateur de broche très précis ou disposant de sa propre boucle fermée de
contrôle de la vitesse de rotation.
La dernière icone de la série des lignes
permet d'insérer un filetage sur le dessin. Le
double-clic ou le clic droit sur un filetage
déjà existant rappelle la fenêtre d'édition des
caractéristiques techniques de celui-ci. Vous
pouvez indiquer n'importe quel pas de vis et
n'importe quelle profondeur de filet, même
hors standard. Un petit bouton "Auto" fera la
conversion directe du pas vers la profondeur
selon les formules de calcul en usage. La
vitesse de rotation peut être précisée pour
chaque filetage, de même que le sens de
rotation de la broche, sous réserve là encore
que votre variateur accepte de tourner en sens inverse. Vous pouvez aussi
choisir le sens de chariotage qui, combiné au sens de rotation, déterminera un
pas de vis à droite ou à gauche.
L'outil de profilage est celui qui sera utilisé lors de la passe de finition
pour mettre la pièce à la cote avant filetage. Enfin, la profondeur de gorge
pourra être atteinte en plusieurs passes successives, à condition toutefois que
votre tour dispose en plus d'une synchronisation 0° sur le moteur.
16 - 314
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Paramétrage du tour
Si cela peut vous rassurer, les données techniques de votre tour sont
quasiment les mêmes que pour votre fraiseuse : courses utiles, démultiplications, communication, on est dans le déjà-vu. D'ailleurs, Gawain peut gérer les
paramètres d'un tour et d'une fraiseuse 4 axes pour usiner un profil par fraisage
rotatif, filetage compris. On verra plus loin comment procéder.
La fonction "Paramètres / Tour 2 axes" affiche les caractéristiques de votre
machine. Les tours listés sont bien moins nombreux que les fraiseuses, mais
Gawain accepte de piloter
toutes
les
commandes
numériques déjà disponibles pour le fraisage. Ceci
permet de réutiliser les axes
de votre fraiseuse numérique
pour faire du tournage à peu
de frais, en plaçant sur la
table une simple platine
constituée d'un mandrin
motorisé et de sa contrepointe, les outils de tournage
étant portés par le chariot
mobile Z de la machine. Le
paramétrage vous demande
d'ailleurs si votre machine
dispose d'un 3ème axe Y
vertical (axe Z d'une fraiseuse). Dans l'affirmative, le pilotage manuel vous
permettra d'ajuster la hauteur de l'outil sur l'axe de rotation.
Les caractéristiques mécaniques sont classiques. Vous devez néanmoins
préciser si le mandrin est à gauche et si l'outil est devant (ce qui est le
standard), afin que le pilotage soit cohérent entre l'écran et la machine. Les
paramètres présents dans les autres pages sont identiques à ceux de la fraiseuse
et ont les mêmes effets. Seuls quelques-uns n'apparaissent pas, étant sans objet
en tournage. Par conséquent, reportez-vous au chapitre "Paramétrage de la
fraiseuse" pour plus de détails. A noter que, dans l'onglet "Commande
numérique", une petite option discrète en haut à droite de la page indique si le
contrôleur du tour permet d'effectuer des filetages.
———————————————
"Gawain", CAO-FAO de tournage
— 16 - 315
GALAAD
3 —————————————————————————————
Petit tour du pas de tir
Une fois la pièce dessinée, il n'y a plus qu'à faire une tentative de
tournage avec la commande "Usinage / Tournage extérieur 2 axes".
La page des paramètres de tournage est plus fournie que celle du fraisage,
mais son contenu n'est pas si compliqué. A gauche de la fenêtre, les paramètres
divers sont globaux et n'ont pas de lien avec le travail courant, excepté les
dimensions du cylindre brut que vous pouvez changer ici sans que cela change
le dessin. La partie dans le mandrin définit la longueur Z de la pièce fichée
dans le mandrin, accessible en tournage intérieur mais pas en tournage
extérieur (affiché en rose). La distance de retrait indique de combien l'outil
doit être rétracté pour ses manœuvres de positionnement. Cette distance
s'entend par rapport au diamètre extérieur du cylindre brut. Si votre tour est
équipé d'un variateur de vitesse, les vitesses de rotation peuvent être soit
constantes, soit variables selon la position X dans la matière, afin d'obtenir une
vitesse tangentielle régulière. Dans ce dernier cas, les vitesses de rotation
16 - 316
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
réglées correspondent au bord extérieur du cylindre brut, et le logiciel accélère
la rotation lorsque l'outil se rapproche de l'axe. Il va de soi que le variateur doit
être asservi et ses paramètres dûment calibrés.
A droite de la fenêtre, le processus de tournage se divise en trois étapes
successives : ébauche, finition, filetage, avec pour chacune ses paramètres.
Vous devez indiquer quelle étape vous voulez effectuer. Ces étapes s'enchaîneront sans interruption s'il n'y a pas de changement d'outil à opérer.
1 - Ebauche :
Les outils que vous avez indiqués dans le dessin correspondent à la passe
de finition et aux cycles de filetage. Le dessin ne précise pas quel outil va
servir pour ébaucher la pièce. Vous devez choisir cet outil ici, en même temps
que les paramètres d'ébauche. Avec un outil droit classique (outil de base à
tronçonner), le logiciel calcule automatiquement le déport latéral de l'outil
pour éviter qu'il n'attaque les faces verticales ou obliques.
Quatre modes d'ébauche sont possibles pour
couvrir les paliers : le classique balayage Z qui
exécute des passes horizontales sur l'axe
d'avance, avec une variante qui limite le retrait
de l'outil lorsque c'est possible pour gagner du
temps ; le balayage X qui opère des tronçonnages partiels verticaux sur l'axe de diamètre ; les
enveloppes X qui suivent la trajectoire dessinée
en se rapprochant peu à peu du profil de
finition ; enfin les enveloppes ZX qui calculent
pour chaque palier une trajectoire déportée par
rapport au profil de finition. Les deux derniers
modes font tourner les axes Z et X en même
temps dans des mouvements obliques.
La vitesse de plongée et la vitesse d'avance correspondent respectivement
au mouvement de pénétration dans la matière le long de l'axe X, et au mouvement latéral ou oblique le long du palier dessiné. L'option de plongée hors
matière, valable pour les balayages Z, indique au logiciel que, pour attaquer la
face latérale de la pièce côté contrepointe, il peut faire descendre l'outil au-delà
———————————————
"Gawain", CAO-FAO de tournage
— 16 - 317
GALAAD
3 —————————————————————————————
du brut puis revenir latéralement dans la pièce, ce qui évite la descente dans la
matière. Attention aux collisions avec la poupée mobile.
Une fois que les paliers ont tous été exécutés, l'option d'enveloppe finale
d'ébauche propose d'effectuer un parcours final suivant le profil de finition,
donc en conservant juste la couche finale autour du profil dessiné, afin
d'éliminer les escaliers créés par des passes latérales ou verticales.
2 - Finition :
L'épaisseur de matière restant à enlever par la passe de finition est indiquée
par la valeur de couche finale, à régler dans les paramètres d'ébauche. Si vous
ébauchez par balayages, l'effet d'escalier augmentera par endroits cette
épaisseur, sauf si vous avez effectué une enveloppe finale.
Les paramètres pour la passe de finition sont succincts : vous devez soit
choisir un outil utilisé dans le dessin, qui exécutera alors son cycle sur les
tracés correspondants, soit ignorer les outils du dessin et choisir un outil unique
qui fera tous les tracés. Cette dernière option ne convient évidemment pas si
vous avez des chariotages à gauche et à droite, à moins de filtrer sur les objets
sélectionnés. Par contre, si vous utilisez le même outil unique pour l'ébauche et
la finition, les deux passes seront enchaînées de façon automatique, sans
reprise d'origine.
3 - Filetages :
Les filetages ne sont faisables que lorsque le profil dessiné est achevé, la
passe de finition se chargeant de mettre à la cote la face extérieure du filetage
(ou intérieure pour les filetages intérieurs). L'outil de profilage indiqué dans le
dessin correspond à l'outil qui assurera cette mise à la cote.
Comme pour la passe de finition, vous pouvez soit choisir un outil assigné à
un filetage dans le dessin, qui exécutera alors son cycle sur les filetages
correspondants, soit ignorer les outils de filetage indiqués dans le dessin et
choisir un outil unique qui fera tous les filetages. La vitesse de rotation pour
chaque filetage peut être surchargée ici. La direction d'avance pour chaque
filetage est donnée dans le dessin.
16 - 318
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Prise d'origine pièce
Une fois la phase d'opération et ses paramètres réglés, l'onglet suivant de la
fenêtre de tournage permet de régler l'origine pièce pour l'outil qui va démarrer
son cycle. Dès la mise en place de cette fenêtre, Gawain ouvre le dialogue avec
la commande numérique, avec éventuellement une course de référence pour
recaler les axes.
Le bouton circulaire multi-faces et les curseurs vous permettent de déplacer les axes Z et X de tournage à une vitesse donnée. Les flèches du clavier
correspondent évidemment aux boutons, ainsi que le joystick si vous l'avez
activé. Comme pour tous les modules de pilotage manuel de Galaad, il est
possible d'appliquer un mode de déplacement continu ou par pas définissables.
Si votre machine est dotée d'un 3ème axe Y vertical, deux petits boutons
triangulaires vous permettront de régler la hauteur du chariot porte-outil, de
façon à l'aligner sur l'axe de rotation. Reportez-vous aux chapitres "Apprenons
à usiner" et "Fonctions avancées de l'usinage" pour plus d'informations sur les
finesses du pilotage manuel.
———————————————
"Gawain", CAO-FAO de tournage
— 16 - 319
GALAAD
3 —————————————————————————————
Petite fonction supplémentaire, Gawain ajoute en bas de l'écran un bouton
de remise à zéro avec passage en coordonnées relatives, et un bouton de retour
aux coordonnées absolues. Ceci vous permet de
marquer une position lors du pilotage manuel,
afin de vous décaler d'une valeur précise par rapport à cette position. Les
coordonnées relatives sont affichées en jaune (au lieu du vert).
Le réglage d'une origine pièce en tournage est une opération plus compliquée qu'en fraisage. Là où le fraisage se contente d'un positionnement de
référence XY, en général invariant lorsque la pièce est calée dans un posoir ou
deux butées, plus une approche Z qui peut être assurée par un capteur d'outil, le
tournage nécessite de revenir affleurer une position Z ou X à chaque changement d'outil, ces positions étant elles-mêmes sujettes à variation. L'art de
tourner est un art de la reprise d'origine. De façon classique, l'opération
consiste à faire affleurer le bord de l'outil de coupe sur une position de
référence de la pièce, et valider la position en indiquant au logiciel à quoi
elle correspond.
Pour l'axe Z (avance le long de la pièce), on pourra choisir de positionner la
pointe sur le bord droit du cylindre brut côté contrepointe, sur la face
latérale du mandrin (c'est-à-dire le fond de la pièce si celle-ci est bien calée),
sur un point marqué en rouge dans le dessin, ou sur un point à définir par
rapport à l'une des trois références précédentes. Une fois le bord latéral de
,
l'outil positionné à l'origine choisie, cliquez sur le bouton
qui fait "monter" les coordonnées de l'axe vers la position d'origine pièce.
N'oubliez pas d'indiquer dans la liste combo sous le bouton vert quel point de
référence vous venez de valider. Détail important : pour un outil à tronçonner
ou à ébaucher à bout plat, vous devez impérativement affleurer son bord gauche, côté mandrin.
C'est ce bord gauche qui sert de référence outil
pour l'origine et le processus automatique.
Pour l'axe X (diamètre de pénétration dans la pièce),
on pourra choisir d'affleurer l'axe de rotation, étant alors
entendu que la pièce brute n'est pas encore montée, ou
bien la surface du cylindre brut, à supposer que celle-ci
soit parfaitement cylindrique et centrée sur l'axe de
rotation, ce qui n'est pas toujours évident, ou bien la circonférence du
mandrin, le diamètre de celui-ci donnant la position de l'axe de rotation, ou
16 - 320
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
bien un point marqué en rouge dans le dessin, ou encore un point à définir
par rapport à l'une des références précédentes. Comme pour l'axe Z, une fois le
bord actif de l'outil positionné à l'origine choisie, cliquez sur le bouton
pour valider la coordonnée, sans oublier de choisir dans la
liste combo sous le bouton vert quel point de référence vous avez ainsi validé.
Il va de soi que vous pouvez régler Z et X dans n'importe quel ordre. A
noter que la dernière position utilisée reste mémorisée par rapport au bord
gauche de la pièce côté mandrin et par rapport à l'axe de rotation, en tenant
compte des dimensions de la pièce brute. Vous n'aurez donc à refaire la prise
d'origine que si vous changez d'outil.
Commandes semi-automatiques
Avant de lancer le processus automatique, faisons un petit détour par les
boutons de commandes en haut à gauche de la fenêtre.
Le premier bouton correspond à la classique commande de recalage
du point zéro machine, déjà vu en fraisage. Ceci suppose que votre
tour fonctionne en coordonnées absolues à partir d'une position
invariante définie par des contacts de fin de course.
Le deuxième bouton lance ou arrête le moteur du tour. Si celui-ci
est équipé d'un variateur asservi que vous aurez dûment paramétré,
une fenêtre de contrôle vous permet de régler la vitesse de rotation
(voir la section "Commande de broche" dans le chapitre "Fonctions avancées
de l'usinage").
Le troisième bouton sert à effectuer une mise au diamètre de la
pièce brute. Cette
opération consiste à
effectuer des passes latérales le
long de l'axe Z, en enfonçant peu
à peu l'outil dans la pièce par
rapport à la position courante. Les
paramètres indiqués ne font l'objet
d'aucun contrôle de validité par
———————————————
"Gawain", CAO-FAO de tournage
— 16 - 321
GALAAD
3 —————————————————————————————
rapport à la pièce dessinée ou l'origine pièce précédemment validée. Il vous
appartient de vérifier vos réglages avant de valider. Notez tout de même que,
du
une fois lancé, vous pouvez arrêter ce processus avec la barre
clavier.
Le quatrième bouton permet de
tronçonner la pièce à la position Z
courante. Vous devez indiquer la
profondeur X de pénétration, laquelle peut
dépasser l'axe de rotation à vos risques et périls,
ainsi que la vitesse d'enfoncement dans la
matière. Il est possible d'effectuer un cycle brisecopeaux pour cette opération.
Le cinquième bouton offre la possibilité de faire un alésage
préparatoire au bout de la pièce côté contrepointe, à partir de la
position courante des axes. Vous devez monter un alésoir sur le
chariot porte-outil, orienté vers le
mandrin avec son bord d'attaque
situé du bon côté par rapport au
sens de rotation. Le logiciel
pilotera un mouvement d'avance
Z- vers le mandrin à la vitesse de
plongée, et répétera le cycle
jusqu'à ce que l'avance X soit
atteinte, avec ou sans paliers. Il est possible de lisser d'éventuels escaliers
apparus au fond du puits avec une passe de finition X.
Le sixième et dernier bouton commande un dressage latéral depuis
la position courante, opération
somme toute assez voisine du
tronçonnage mais permettant en plus un cycle
répétitif. La valeur de plongée peut ou non
atteindre l'axe de rotation, voire le dépasser,
Gawain se contente d'aller à la position X
indiquée. La plongée peut être répétée depuis
une position de départ Z jusqu'à la position
courante.
16 - 322
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Lancement du processus
Une fois les paramètres de tournage réglés et l'origine pièce validée, il ne
vous reste plus qu'à cliquer sur le bouton de lancement du tournage. La touche
du clavier est équivalente. Un dernier message vient demander confirmation du lancement du processus. C'est le moment de mettre en marche votre
moteur de tour s'il n'est pas asservi. La validation de ce message démarre
aussitôt le processus.
La trajectoire de l'outil correspond à sa pointe active. Pour le cas d'un
outil de tronçonnage ou d'ébauche à bout plat, rappelons que la coordonnée est
celle de son bord gauche, a priori côté mandrin, avec correction automatique
du déport côté opposé. Le logiciel affiche dans ce cas un curseur large
schématisant l'outil dans sa largeur.
Au final, et si tout s'est bien passé, un nouveau fou pour votre jeu d'échecs
est à présent usiné. Ce sera sans doute plus compliqué pour les chevaux.
———————————————
"Gawain", CAO-FAO de tournage
— 16 - 323
GALAAD
3 —————————————————————————————
Tournage sur une fraiseuse 4 axes
Bien qu'étant dédié au seul tournage, Gawain donne accès aux paramètres de la fraiseuse. Si celle-ci est de type 4 axes avec un axe rotatif A,
alors Gawain peut demander au module d'usinage de Galaad de lui rendre un
petit service, à savoir exécuter l'usinage du profil dessiné par fraisage, grâce à
la commande "Usinage / Fraisage cylindrique 4 axes". Ceci est la seule
passerelle (à sens unique) entre tournage et fraisage.
Les paramètres spécifiques de ce fraisage cylindrique sont demandés dans
une boîte de dialogue à l'ouverture du module d'usinage. En cas de nécessité,
elle peut être rappelée avec
un petit double-clic sur la
prévisualisation en bas à
gauche. Les paramètres
ressemblent à ceux du
tournage classique, en plus
succincts puisque l'usinage
va réutiliser les paramètres
d'outillage et de passes qui
valent pour les fraisages
cylindriques lancés depuis le
module de dessin Galaad.
Les outils de tournage
n'ayant rien à voir avec les outils de fraisage, le logiciel demande quel outil va
être utilisé pour effectuer l'usinage. Cet outil sera généralement une fraise
cylindrique à bout plat. Gawain calculera automatiquement un déport
latéral de correction pour respecter le profil dessiné. L'usinage effectuera
une succession de passes XZ (au sens fraisage de ces axes) avec rotation
incrémentale de l'axe A, la marge latérale de plongée permettant de descendre
hors matière côté contrepointe. Une passe de finition perpendiculaire pourra
être ajoutée, usinant par tranches de rotation avec XZ immobiles.
Le filetage reste tout à fait possible en usinage 4 axes puisque l'angle
d'indexation de l'axe rotatif est connu en permanence. Comme pour le tournage, le parcours de fraisage terminera son travail aux cotes du profil dessiné.
Vous devrez alors monter un outil à pointe conique correspondant aux gorges
du filet.
16 - 324
— "Gawain", CAO-FAO de tournage
———————————————
——————————————————————————————————
17
———————
1 0 0 0 1
"KYNON"
PROGRAMMATION
DE MOUVEMENTS
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Automate de commande d'axe
Si le but principal du logiciel Galaad est de réaliser des opérations de
fraisage - et accessoirement de tournage - la machine mise à contribution peut
se résumer en une mécanique constituée d'axes motorisés et une électronique
de commande. Nous avons donc à notre disposition des axes linéaires ou
rotatifs, ainsi que des signaux d'entrée et de sortie, le tout sous le contrôle étroit
mais néanmoins bienveillant de votre ordinateur. Celui-ci peut dès lors piloter
des mouvements, respecter des temporisations, réagir à des signaux et
commuter des dispositifs connectés, qu'ils soient électriques ou électromécaniques.
Par ailleurs, ceux qui se sont intéressés aux entrées/sorties étendues de
Galaad, pour des applications spéciales comme la dépose de colle ou la gravure
sur surface Z variable, ont pu constater que le logiciel acceptait de gérer des
signaux externes et temporisations lors des processus d'usinage automatique.
Dans ces cas particuliers, Galaad n'en reste pas moins à titre principal un
logiciel de création et pilotage d'un parcours 2D ou 3D, la gestion de signaux
électriques restant une fonction secondaire encadrée de façon assez stricte par
la notion même de parcours à suivre. Il n'est pas possible de gérer tous les cas
de figures avec le module principal de Galaad, notamment les sauts conditionnels, les séquences en boucle ou les messages interactifs pour l'opérateur.
Même parsemé de contrôles externes, le mouvement de Galaad reste un
parcours graphique avec un début, une fin et une séquence unique sans
possibilité d'aiguillage dynamique.
Les machines cartésiennes destinées au fraisage restent souvent compatibles
avec bien d'autres types d'applications peut-être plus exotiques comme la
manipulation automatique ou, de façon plus générale, le mouvement en
interaction avec la pièce. De plus, la séquence de travail d'une opération de
manipulation ou assimilée n'est pas nécessairement représentable par un dessin
de parcours, mais plutôt par une suite d'opérations à effectuer dans un ordre
préétabli qui peut toutefois varier en cours de route. C'est à ces titres que le
module Kynon a été ajouté à l'ensemble des fonctionnalités principales du
logiciel Galaad, en rompant avec la prééminence du graphisme.
A noter que la licence standard Galaad donne accès à l'utilisation de Kynon
ainsi qu'aux autres programmes annexes, et bien qu'il soit possible d'acquérir
une licence restreinte pour l'utilisation de ce seul module.
17 - 326
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Au lancement, le module Kynon affiche à l'écran la fenêtre ci-dessus. Pour
les utilisateurs expérimentés de Galaad, la partie droite n'est pas une surprise.
On y retrouve en effet les classiques boutons de déplacement manuel, avec les
curseurs de vitesses et les sélections du mode de mouvement. Ceux qui se
seront aventurés dans les méandres du pilotage manuel reconnaîtront en outre
le tableau des états d'entrées et sorties binaires. Enfin, le bas de page offre les
objets de contrôle classiques pour le réglage d'une origine pièce.
On ne va pas décrire ici toutes les fonctionnalités liées à cette partie droite
de l'écran, déjà présentées avec force détails au cours des pages précédentes.
Evitons de transformer trop d'arbres en papier. Les lecteurs de ce seul chapitre
n'ayant pas encore l'expérience du pilotage manuel avec Galaad, probablement
parce qu'ils ont acquis la seule licence Kynon, trouveront matière à fort utile
réflexion après un petit saut en arrière en visitant dans l'ordre les sections
précédentes suivantes (s'il est permis de le formuler ainsi) :
- Chapitre "Fonctions avancées de l'usinage", section "Déplacement des
axes", qui vous renseignera sur la façon de faire bouger manuellement les
———————————— "Kynon", programmation de mouvements — 17 - 327
GALAAD
3 —————————————————————————————
axes à vitesse donnée en mode continu ou pas-à-pas, à l'aide de la souris, du
clavier ou d'un joystick, en insistant lourdement sur ce dernier.
- Chapitre "Fonctions avancées de l'usinage" toujours, cette fois dans la
section "Pilotage manuel", pour apprendre à lire les entrées et commuter
les sorties à l'aide de la souris.
- Chapitre "Apprenons à usiner", section "Origine pièce", qui décrit fort
logiquement la façon dont on peut définir une origine pièce pour un parcours automatique. On verra plus loin que Kynon peut se passer de cette
origine s'il n'y a pas de pièce au sens classique.
- Chapitre "Paramétrage de la fraiseuse" enfin, même si l'appellation de
"fraiseuse" peut perdre tout son sens avec le module Kynon dont la destination est généralement autre que le fraisage. Le menu de paramètres de Kynon
parle d'ailleurs de "machine" en lieu et place.
La partie droite de l'écran est maintenant réputée connue et la machine
correctement paramétrée, ce qui n'empêche nullement l'expérimentation. Au
lancement, Kynon commence par ouvrir le dialogue avec la machine, avec
éventuellement un recalage des axes par une course de référence. Ensuite, vous
pouvez jouer avec les boutons. On rappelle tout de même, parce que ça devient
prépondérant ici, que vous pouvez activer/désactiver une sortie en cliquant
directement sur sa case verte avec la souris. Ceci vous permet d'observer les
réactions plus ou moins attendues des périphériques que vous aurez connectés
à votre machine. Pour les entrées, il n'y a pas de possibilité de lecture en temps
réel, mais vous pouvez afficher un état des entrées en cliquant sur le bouton
"Rafraîchir" à droite de l'écran, ou faire une lecture cyclique en activant le
bouton "Boucle" (re-cliquez dessus pour le désactiver). Si vous avez connecté
un périphérique qui produit un signal à surveiller, et souhaitez vérifier le
numéro de l'entrée correspondante ou le bon fonctionnement du câblage, cette
lecture cyclique vous sera sans doute très utile.
A noter que Kynon peut gérer de 1 à 5 axes selon les capacités de votre
machine. De façon classique, les axes XYZ sont considérés comme linéaires
cartésiens et les axes AB comme rotatifs parallèles à XY. Il se peut que vous
disposiez d'une machine spéciale qui ne suit pas ce schéma, mais ceci ne
devrait toutefois pas vous empêcher de travailler. Un paramétrage spécifique
des facteurs de démultiplication de la machine vous permettra sans doute de
contourner cette difficulté pour obtenir des coordonnées cohérentes avec la
réalité, même si les unités doivent alors perdre leur sens.
17 - 328
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Technique de programmation
La partie gauche de l'écran présente une zone supposée contenir la séquence d'instructions à exécuter, en un mot le programme, et au-dessous une
visualisation du parcours, pour peu qu'il y en ait un et que la disposition des
axes soit classique. Si ce n'est pas le cas, vous pouvez supprimer cette visualisation et en récupérer la place pour le programme, en désactivant la commande
"Paramètres / Vue 3D".
Le corps d'un programme Kynon peut être affiché en Français ou en
Anglais, en majuscules ou en minuscules, en couleurs ou monochrome. La
commande "Paramètres / Langage" permet de faire le bon choix. On se
permettra de présumer au cours des pages suivantes que le lecteur a choisi
d'afficher les instructions en Français, tout en ajoutant l'équivalent en Anglais
en italique et entre parenthèses pour éviter toute ambiguïté. Les opérateurs
ayant déjà une pratique même très légère d'un langage de programmation de
base n'auront aucune difficulté à saisir le fonctionnement de Kynon. Mais que
les débutants soient tout aussi rassurés : l'apprentissage de cette programmation est on ne peut plus facile, proche du langage BASIC, le plus simple
ayant été inventé et qui s'adresse surtout aux débutants, comme son nom
l'indique ("Beginner's All-purpose Symbolic Instruction Code"). Vous ne
devriez donc pas rencontrer de grosses difficultés pour composer un programme Kynon, et ensuite… eh bien disons que c'est en forgeant qu'on devient
forgeron.
En programmation séquentielle classique, et Kynon suit ce modèle pour
l'essentiel, la séquence démarre tout en haut et les instructions sont
exécutées l'une après l'autre à mesure qu'on descend vers le bas, jusqu'à ce
que la dernière ligne du programme soit atteinte. Ce nonobstant, il existe des
instructions qui permettent de rompre cette séquence en demandant à sauter des
lignes ou à revenir en arrière. Kynon offre de plus la possibilité de définir des
blocs de macro-instructions, par-dessus lesquels la séquence saute sans s'y
intéresser, mais qui peuvent être appelés et rappelés à divers moments du
processus. On reviendra là-dessus.
Un programme Kynon de base comprend donc un début, à la ligne n° 1,
suivi d'une série plus ou moins longue d'opérations qui seront exécutées une
par une jusqu'à la dernière ligne. Une fois cette dernière ligne exécutée à son
tour, le processus est achevé. Il n'y a pas de limite au nombre de lignes.
———————————— "Kynon", programmation de mouvements — 17 - 329
GALAAD
3 —————————————————————————————
Il existe quatre grandes familles d'instructions dans un programme Kynon,
qui seront détaillées plus loin avec des exemples courants d'utilisation :
- Les commandes de mouvement, pour piloter un envoi à une position
absolue ou un déplacement relatif d'un ou plusieurs axes simultanés, à une
vitesse donnée. Des commandes d'arcs sont également disponibles, l'interpolation circulaire ne pouvant se faire que dans le plan XY. En marge de cette
famille, on trouve les courses de référence, qui recalent la machine à son point
zéro, ou les mouvements conditionnels, qui stoppent lorsqu'une entrée a changé
d'état. Toutes les instructions de cette famille s'appliquent à des coordonnées et
donc des positions sur les axes. Ces commandes sont VITESSE (SPEED),
POSITIONNER (MOVE TO), DEPLACER (MOVE REL), ARC (ARC), ARC REL (ARC
REL), COURSE REF. (HOME), MVT. COND. (MOVE UNTIL), ORIGINE (ORIGIN),
ECHELLE (SCALE) et PASSANT (PASSING).
- Les commandes de commutation et temporisation, qui font basculer une
sortie d'un état logique à l'autre ou qui font une pause dans l'exécution du
programme. Contrairement à Galaad qui offre une gestion de sorties multiples
simultanées, il n'est pas possible de commuter un bloc de sorties en une seule
commande. Vous devez préciser une séquence, même si le délai entre chaque
instruction est limité au temps de communication avec la machine, en général
très bref. Ces commandes sont SORTIE (OUTPUT), DAC (DAC), PWM (PWM),
BROCHE (SPINDLE), PAUSE (PAUSE) et ATTENDRE (WAIT UNTIL).
- Les commandes de branchement fixe ou conditionnel, qui rompent le
déroulement linéaire du processus en forçant des sauts de lignes impératifs ou
soumis à condition, vers l'avant ou vers l'arrière. Ces commandes sont SAUTER
A (GOTO), DETOUR PAR (GOSUB), LABEL (LABEL), RETOUR (RETURN),
SI / SAUTER (IF / GOTO), SI / PASSER (IF / SKIP), COMPTEUR (COUNTER), BLOC
(BLOCK), FIN DE BLOC (END BLOCK), EXEC. BLOCK (EXEC BLOCK), INCLURE
(INCLUDE) et REITERER (REITERATE).
- Les commandes de gestion du programme, qui permettent d'ajouter une
ligne neutre de commentaires, modifient son mode d'exécution dans la
machine, s'interfacent avec l'utilisateur ou font appel à d'autres logiciels. Ces
commandes sont NOTE (REM), BUFFER (BUFFER), MESSAGE (MESSAGE),
ENVOYER (SEND) et EXEC. PRGM (RUN).
17 - 330
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
L'éditeur de programme Kynon est passif : contrairement à un classique
éditeur de texte, vous ne tapez pas vous-même les instructions du langage.
La liste des commandes disponibles est affichée dans la colonne centrale du
logiciel, et il vous suffit de cliquer sur l'une d'elles pour faire jaillir une boîte de
dialogue donnant accès aux paramètres
y afférents. Ceci devrait éviter au
moins les erreurs de syntaxe, un peu
trop courantes en programmation sur
un classique éditeur de texte.
Lorsque la ligne active (affichée en couleurs négatives) est vide, le fait de
cliquer et valider une instruction l'ajoutera à cet endroit du programme, en
décalant les suivantes vers le bas. Si la ligne contient déjà une instruction, de
deux choses l'une : soit l'instruction sur laquelle vous avez cliqué est identique
à celle déjà existante, et dans ce cas ce sera une simple modification de ses
paramètres (il est d'ailleurs plus simple de double-cliquer directement sur la
ligne en question) ; soit l'instruction n'est pas identique et dans ce cas celle que
vous avez sollicitée viendra s'insérer juste avant, en repoussant l'existante vers
le bas. Conséquence immédiate, si vous voulez insérer une instruction identique à celle déjà active, vous devez au préalable insérer une ligne vide à l'aide
(insertion) du clavier. A contrario, vous pouvez supprimer
de la touche
la ligne active, qu'elle soit occupée ou vide, avec la touche
(suppression,
ou Delete en Anglais). Toutes les lignes suivantes remontent aussitôt d'un
échelon.
Attention, lorsque vous programmez avec Kynon, vous êtes toujours en
mode pilotage manuel. Les flèches de déplacement au clavier, ainsi que les
touches
/
(PgUp / PgDn) ou
/
(Home / End) ne déplacent pas la
ligne active mais font bouger les axes. Pour déplacer la ligne active dans le
programme, la manipulation se fait exclusivement à la souris. Le corps du
programme offre donc assez peu d'interactivité, mais il ne s'agit pas d'un
développement classique avec retouches nombreuses. Un programme Kynon
est en général assez bref, sauf si vous avez l'imagination fertile. Sa création
ressemble plus à un apprentissage ligne par ligne en relation avec le pilotage
manuel, comme on le verra plus loin.
———————————— "Kynon", programmation de mouvements — 17 - 331
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commandes de mouvement
La commande principale de cette famille est l'instruction POSITIONNER
qui déplace les axes jusqu'à la position indiquée. Cette instruction
sera généralement précédée d'une instruction VITESSE (SPEED), qui définit la
vélocité du mouvement. L'instruction POSITIONNER (MOVE TO) ne réclame pas
les coordonnées de tous les axes ; un seul suffit pour définir un mouvement.
Evidemment, si la position à rejoindre est identique à la position courante, il ne
se passe rien, ce qui reste préférable à un accident de parcours.
(MOVE TO),
Très important : les coordonnées de position sont toujours relatives au
point origine du parcours. Si votre application n'a pas besoin d'origine et se
satisfait d'une simple origine machine absolue, il suffit de mettre la valeur 0
dans toutes les cases de position de l'origine. Dans ce cas, le point zéro
machine (course de référence) fera office d'origine pour le parcours. Vous avez
à titre exceptionnel le droit d'indiquer une origine négative. Kynon est un peu
plus permissif que Galaad de ce
côté, en espérant que votre
machine l'est aussi.
Si vous avez entré une suite de
commandes de mouvement qui définissent un schéma correct mais dont la
position globale est fausse, pas de panique : inutile de songer à tout recommencer, vous pouvez décaler un ensemble de lignes à l'aide de la commande
"Fichier / Décaler". Les macro-fonctions de blocs peuvent aussi s'avérer utile
dans ce cas (voir plus loin).
Le problème de coordonnées ne se pose certes pas avec l'instruction
qui n'utilise que des valeurs relatives. La séquence est
identique, mais l'origine n'a alors plus aucune importance puisqu'il s'agit de
déplacements par rapport au point précédent. N'oubliez tout de même pas que
Kynon surveille la position à atteindre et s'arrêtera si vous tentez de sortir audelà de l'extrémité d'un axe linéaire, du moins si votre machine travaille en
coordonnées absolues avec point zéro.
DEPLACER (MOVE REL),
Les instructions ARC et ARC REL font décrire sur le plan XY un arc de
cercle partant de la position courante vers un point d'arrivée X Y autour d'un
centre I J. Tout ce petit monde en coordonnées absolues (par rapport au point
origine du parcours, s'entend) ou relatives selon la commande utilisée.
17 - 332
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
L'instruction VITESSE (SPEED) définit comme vous l'avez deviné la vitesse
de déplacement des axes linéaires sur le parcours (et non la vitesse de l'axe
majeur, celui qui porte le plus long mouvement). Si vous mettez un axe rotatif
A ou B à contribution, la vitesse reste applicable au mouvement des axes XYZ
qui accompagnent ce mouvement, l'axe A ou B se synchronisant dessus. Si
l'axe rotatif est seul à tourner, la vitesse devient alors une vitesse tangentielle
autour de l'axe de rotation, sauf si vous avez spécifié une vitesse angulaire
fixe en °/s au préalable. Elle s'accélérera donc en se rapprochant du centre.
Pour un axe A, le rayon de l'arc est la distance YZ du point courant au point
origine ; pour un axe B la distance XZ. Si vous demandez une rotation de l'axe
A ou B alors que la position courante YZ ou XZ est (0,0), Kynon ne se
permettra pas de diviser par zéro et la vitesse sera donc la vitesse maximale
autorisée par la commande numérique. Ce cas de figure ne devrait pas se poser
dans un monde civilisé.
La commande MVT. COND. (MOVE UNTIL) déclenche un mouvement jusqu'à
une position donnée, mouvement interrompu si une entrée change d'état.
Kynon remet immédiatement à jour ses registres de position, mais il vous
appartient ensuite de traiter la séquence qui suit avec des mouvements absolus
ou relatifs selon votre application.
L'instruction COURSE REF. (HOME) permet de demander le recalage d'un
axe sur le zéro machine. Chaque axe est pilotable de façon individuelle. En
général, on commence par remonter l'axe Z pour éviter les ennuis.
La position de l'origine du parcours peut être modifiée en cours de
route à l'aide de l'instruction ORIGINE (ORIGIN) qui permet de repositionner
toutes les coordonnées suivantes. "Suivantes" signifie "exécutées ensuite" et
non pas forcément plus bas dans le programme, pour peu que celui-ci
contienne des instructions de saut. De même, il est possible de modifier
pendant l'exécution le facteur d'échelle avec la commande ECHELLE (SCALE).
Enfin, l'instruction PASSANT (PASSING) permet, avec certains modèles de
commandes numériques, d'enchaîner les vecteurs sans rampes d'accélération et
de décélération. Ce mode suppose bien évidemment l'emploi de la commande
BUFFER (voir plus loin) pour qu'il n'y ait pas de délai de transmission entre les
vecteurs, ce qui couperait le bénéfice de l'enchaînement. Si votre machine ne
peut pas exécuter cette instruction de mode passant, elle sera tout simplement
ignorée.
———————————— "Kynon", programmation de mouvements — 17 - 333
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commandes de commutation et temporisation
Outre les mouvements, Kynon peut piloter des sorties et surveiller des
entrées. La commande principale de ce groupe est l'instruction SORTIE
(OUTPUT) qui permet de mettre une sortie donnée dans son état haut (activer)
ou bas (désactiver), l'état par défaut étant généralement inactif. Il vous
appartient de connecter en conséquence les périphériques que vous comptez
mettre à contribution dans votre application.
A noter qu'à la différence de Galaad, il n'est pas possible dans Kynon de
spécifier un numéro de sortie multiple à commuter en rafale. Vous devez
donner la séquence de commutation ligne par ligne.
L'instruction DAC règle la valeur de la sortie analogique n° 1 de la
commande numérique, si celle-ci en est pourvue. La résolution est de 8 bits, ce
qui autorise des valeurs entre 0 et 255 quel que soit le convertisseur utilisé.
Dans la même veine, l'instruction PWM règle la fréquence du signal PWM de la
machine, toujours si celle-ci en est pourvue, ainsi que la largeur de pulse. Ces
commandes peuvent servir à piloter un dispositif analogique comme un régime
de rotation ou de débit.
Bien que le but de Kynon ne soit pas l'usinage à proprement parler, la
commande de BROCHE (SPINDLE) reste accessible, avec les mêmes possibilités
d'appels externes ou de réglages de régime que dans Galaad. L'instruction
comprend donc des valeurs de vitesse de rotation et de direction qui peuvent
n'être pas applicable à votre machine selon son type.
La commande de PAUSE sert à interrompre le processus pendant un laps de
temps donné. L'unité est la seconde de temps et il est possible d'utiliser une
valeur à virgule. En exécution directe, la granulosité est de 1/64ème de seconde
(timer de base de Windows) sans compter les temps de communication. En
mode buffer, cela dépend de votre commande numérique.
Enfin, l'instruction ATTENDRE (WAIT UNTIL) permet d'interrompre le
processus soit jusqu'à ce qu'une entrée change d'état (avec un délai d'attente
maximal), soit jusqu'à ce que l'opérateur réagisse au clavier. Dans ce dernier
cas, aucun message n'apparaît à l'écran, mais l'instruction en cours se met à
clignoter pour inviter l'utilisateur à appuyer sur une touche du clavier.
17 - 334
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Commandes de branchement
Dans toute séquence programmable qui se respecte, il doit être possible de
rompre la linéarité du processus et sauter des étapes de façon impérative ou
sous certaines conditions. Kynon offre bien sûr cette possibilité avec ses
instructions de branchement.
Pour commencer, il est préférable d'utiliser l'instruction LABEL pour définir
un point de saut du programme. Kynon n'en accepte pas moins de sauter
directement à une ligne dont le numéro est connu, et pousse même la courtoisie
jusqu'à décaler le numéro gagnant lorsque de nouvelles instructions sont
insérées au-dessus de cette ligne, mais le fait d'utiliser un label quelconque,
outre la facilité de relecture du programme, permet de s'affranchir de toutes ces
contingences de numérotation. Vous définissez un label, c'est à dire un nom de
ligne, et vous pourrez ensuite demander à saut jusqu'à cette ligne sans plus
vous préoccuper des variations de son numéro. Il est bien évident que la ligne
qui porte le label est neutre, c'est à dire qu'à l'exécution, Kynon passe dessus
sans rien faire ; elle ne lui sert que de simple point de chute.
Les instructions de saut sont soit impératives, c'est à dire que Kynon
exécute le saut sans réfléchir, soit conditionnelles, ce qui peut devenir plus
intéressant. Les deux instructions de saut impératif sont SAUTER A (GOTO) et
DETOUR PAR (GOSUB), sans doute bien connues des adeptes du langage BASIC.
La première effectue un saut définitif, aller simple, alors que la seconde
effectue un saut temporaire jusqu'à rencontrer une instruction RETOUR
(RETURN), ce qui permet de définir des allers-retours vers des sections spécifiques du programme, surtout en mode conditionnel.
Les instructions de saut conditionnel sont de la même façon SI / SAUTER
et SI / DETOUR PAR (IF / GOSUB). Les conditions sont soit le
basculement d'une entrée d'un état à un autre, haut ou bas, soit un compteur
de boucle (voir plus loin) qui passe une valeur donnée, soit une instruction à
exécuter par la commande numérique qui dépasse un laps de temps imparti,
soit enfin un message à l'opérateur qui est acquitté par "oui" ou "non".
(IF / GOTO)
Petite variante, l'instruction SI / PASSER (IF / SKIP) permet de gérer des
sauts conditionnels selon l'état d'une entrée, mais contrairement aux autres
cette instruction peut être stockée dans la mémoire locale de certaines commandes numériques, notamment les anciennes Isel C-10, C-142 et i-MC. Le
———————————— "Kynon", programmation de mouvements — 17 - 335
GALAAD
3 —————————————————————————————
nombre de lignes à sauter peut être négatif (saut en arrière), positif (saut en
avant), ou nul (boucle d'attente conditionnelle).
Kynon peut gérer des compteurs numérotés, par exemple pour les boucles
répétitives créées avec l'instruction SAUTER A (GOTO). Il suffit d'insérer dans le
programme, de préférence avant l'entrée dans la boucle, un COMPTEUR
(COUNTER) qui sera initialisé à une valeur donnée, pas forcément zéro. Ensuite,
dans la boucle, il suffit d'ajouter une commande d'incrémentation ou de
décrémentation de ce compteur, par exemple "Compteur n° 3 + 1" qui veut dire
que la valeur stockée dans le compteur n° 3 sera augmentée de 1 à chaque
passage. Cette instruction précédera vraisemblablement une commande de saut
conditionnel si la valeur stockée dans le compteur a dépassé un certain seuil.
Dans ce cas, le programme aura exécuté N fois la boucle avant de passer, ou
plutôt de sauter, à la suite.
Dans cette même veine, la commande REITERER (REITERATE) sert à
répéter plusieurs fois les N dernières lignes du programme. Cela ressemble
assez à une boucle avec compteur, mais cette instruction offre l'avantage de
pouvoir être stockée dans la mémoire locale de certaines commandes numériques (toujours Isel C-10, C-142 et i-MC). Elle perd de son utilité si vous n'avez
pas une telle machine.
Macro-commandes
Pour faciliter les répétitions et contribuer à la modularité des programmes,
il est possible avec Kynon de définir des blocs de programme, qui seront
appelés par une autre partie du programme. Par exemple, vous définissez une
procédure quelconque contenant des mouvements, des commandes de sorties,
etc., procédure que vous voulez réutiliser sans la modifier et sans avoir
recours à un jeu compliqué d'instructions de saut.
Kynon vous propose de définir une séquence de commandes qui commence par une instruction d'en-tête BLOC (BLOCK) assortie d'un nom pour ce
bloc, et se termine par FIN DE BLOC (END BLOCK). Lorsque l'exécution arrive
sur la ligne d'en-tête de bloc, elle saute directement à la fin du bloc sans en
suivre le contenu. Le bloc est vu comme un ensemble neutre lors de l'exécution, ce qui fait que vous pouvez le placer n'importe où dans le programme,
avant ou après un appel à ce bloc. Pour exécuter le contenu du bloc, il est
17 - 336
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
nécessaire de l'appeler à l'aide d'une commande EXEC. BLOCK à laquelle, et
c'est là que ça devient intéressant, vous pouvez associer un décalage de
coordonnées.
Par exemple, vous définissez une série de mouvements XY qui dessinent un
rectangle avec coins arrondis, à l'aide des instructions de déplacement et d'arc,
rectangle dont le point de départ est à la position (0,0). Tous ces mouvements
sont groupés à l'intérieur d'un bloc qu'on va appeler par exemple RECTROND.
A partir de là, RECTROND devient une instruction comme les autres, que vous
pouvez insérer dans votre code, en lui donnant des coordonnées XYZAB à
votre convenance. Si vous mettez quelque part dans le programme l'instruction
RECTROND X10 Y20 Z30, Kynon va exécuter le contenu du bloc RECTROND en
décalant ses coordonnées de (10,20,30), c'est à dire en ajoutant ces valeurs à
ses coordonnées internes. Il va de soi que l'intérêt de la chose est de pouvoir
appeler plusieurs fois RECTROND en lui donnant des coordonnées différentes.
Mais cela peut aussi tout simplement servir à faciliter la lecture du programme.
A noter que les arguments de position XYZ etc. sont facultatifs, tous ou partie.
Si vous n'en précisez pas, les coordonnées à l'exécution du bloc seront les
coordonnées des instructions présentes dans le bloc, sans aucun décalage.
Pour clore la question des blocs, il est utile de préciser qu'un bloc peut
contenir un appel interne à un autre bloc et ainsi de suite pour définir des
macro-blocs de plus en plus élaborés. De même, un bloc peut s'appeler luimême, mais il est préférable de l'éviter, à moins de mettre dedans une instruction de saut conditionnel déroutant vers la dernière ligne du bloc, pour ne pas
faire une boucle récursive infinie (en fait, Kynon n'autorise que 256 niveaux
d'appels successifs, et de même pour l'instruction SI / DETOUR PAR
(IF / GOSUB), ce qui laisse tout de même une petite marge de manœuvre).
Enfin, l'instruction INCLURE (INCLUDE) vous permet de faire appel à un
fichier externe qui peut être un autre programme Kynon - façon de définir un
super-bloc - ou bien un fichier de parcours vectoriel 2D ou 3D. De la même
façon, un décalage de coordonnées est applicable à ce fichier pour le positionner à sa guise. Ceci peut être intéressant pour intégrer un parcours sans
avoir à en coder la séquence de mouvements.
———————————— "Kynon", programmation de mouvements — 17 - 337
GALAAD
3 —————————————————————————————
Commandes de gestion du programme
Quelques instructions annexes moins facilement classables permettent de
superviser diverses manœuvres du processus, ci-après et pêle-mêle :
L'instruction NOTE (REM), connue des programmeurs bien élevés, donne à
ceux-ci de quoi ajouter dans la séquence un commentaire à l'intention des
lecteurs de cette indigeste prose. Bien entendu, cette instruction est neutre et
n'a donc aucun effet à l'exécution.
Par contre, un message peut être envoyé à l'opérateur pendant le processus,
à l'aide de l'instruction MESSAGE qui affiche le texte associé dans une fenêtre
de message, avec possibilité de l'acquitter avec la touche clavier
(ou clic
sur "Ok") ou bien d'arrêter le processus avec
(ou clic sur "Annuler"). Tant
que l'opérateur n'a pas acquitté le message correspondant, le processus est
suspendu.
Sur certaines commandes numériques, il est possible d'envoyer les
instructions dans la mémoire locale avec exécution différée, soit que la
machine commence à exécuter les instructions alors même qu'elle reçoit les
suivantes (buffer circulaire ou ring-buffer), soit que la machine reçoit d'abord
les instructions sans rien faire puis les exécute (buffer linéaire). Ceci dépend de
la machine que vous utilisez. Kynon propose dans ses menus un mode "Téléchargement" qui met à contribution le buffer linéaire s'il existe. Mais ceci
n'empêche pas de piloter ce mode buffer à l'intérieur du programme. L'avantage
est de pouvoir gérer localement certaines séquences, comme par exemple les
mouvements enchaînés en mode passant (voir plus haut).
Etant donné que certaines commandes numériques peuvent avoir des
instructions ignorées de Kynon, il vous reste la possibilité de le gérer vousmême grâce à la commande ENVOYER (SEND) qui se contentera d'adresser le
télégramme correspondant sur le port de communication, sans chercher à
comprendre son contenu. Kynon ajoutera tout de même les codes encadrant le
télégramme selon le protocole de dialogue avec la machine.
Enfin, vous pouvez lancer un logiciel externe Windows ou DOS avec la
commande EXEC. PRGM (RUN) qui démarrera ce logiciel et soit passera
immédiatement à la suite, soit attendra poliment qu'il soit terminé pour
continuer le processus.
17 - 338
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Apprentissage par pilotage manuel
L'intérêt d'un module comme Kynon réside surtout dans le fait que vous
pouvez piloter de façon directe les fonctions principales de la machine
(mouvements linéaires ou rotatifs, commutations de sorties, surveillance des
entrées) pour construire pas à pas un parcours programmé. La manœuvre
ressemble donc au système de digitalisation manuelle de Galaad, sauf que vous
avez ici accès aux commandes annexes de la machine, et que cinq axes sont
accessibles ici. D'autre part, le point origine est important ici.
Deux cas de figure peuvent se présenter selon votre application : soit votre
machine travaille sur une pièce ou un volume restreint positionné quelque part
dans l'espace disponible (opérations sur pièces), soit elle travaille dans un
espace global sans se servir d'un point de référence local (manipulations de
type pick & place).
Dans le premier cas, il est impératif de commencer par définir ce point
origine du parcours programmé. De façon classique, il suffit de déplacer les
axes vers sa position et de valider à l'aide des boutons verts "XYZ… - Ok". A
partir de là, les coordonnées indiquées dans le programme pour les mouvements absolus POSITIONNER (MOVE TO), ARC, MVT. COND. (MOVE UNTIL), ainsi
que les appels à des macro-blocs programmés ou des fichiers externes à
INCLURE (INCLUDE), sont considérées comme relatives à ce point origine du
parcours. C'est à dire qu'une position (0,0,0,…) correspondra au point
origine, lequel peut être ensuite réajusté sans avoir à décaler les coordonnées
programmées. Si vous avez sauté cette étape et commencé à encoder les
mouvements, il suffit de positionner ou repositionner cette origine (il n'est pas
trop tard) et appeler la fonction "Fichier / Décaler" pour modifier en bloc les
coordonnées, la valeur de décalage pour chaque axe étant bien évidemment la
position de la nouvelle origine moins la position de l'ancienne.
Dans le second cas (absence de point de référence du parcours), il est
nécessaire de valider comme origine du parcours le point (0,0,0,…). La
programmation des mouvements se fera alors en coordonnées absolues depuis
le point zéro machine, lequel est calé par la course de référence. Si vous
observez une dérive dans le temps, ce qui ne devrait jamais arriver, ou bien
avez besoin d'ajuster globalement les coordonnées, vous pouvez alors indiquer
un point origine du parcours autre que (0,0,0,…) ou bien décaler tout le
programme à l'aide de la fonction "Fichier / Décaler".
———————————— "Kynon", programmation de mouvements — 17 - 339
GALAAD
3 —————————————————————————————
Les instructions de déplacement relatif DEPLACER (MOVE REL) et ARC REL
ne sont évidemment pas concernées par ces considérations sur le point origine
du parcours.
L'apprentissage d'un parcours peut se faire de façon très
simple, une fois le point origine validé. Il vous suffit de
déplacer les axes directement vers la position souhaitée, à l'aide
des boutons de pilotage manuel, puis de cliquer sur les
boutons bleus en haut au centre de la fenêtre Kynon.
Par exemple, vous déplacez les trois axes XYZ à une position donnée, à
rejoindre en deux étapes, puis cliquez successivement sur "Pos XY" puis
"Pos Z" : le programme enregistrera un déplacement vers la position XY, puis
un déplacement Z. Ces boutons insèrent les instructions correspondantes à la
ligne active du programme.
Important : n'oubliez pas que le module Galaad permet d'exporter des
parcours dessinés vers le format programme de Kynon. Ceci peut vous
aider à réaliser des trajectoires sur une base graphique.
Enfin, vous pouvez activer/désactiver les sorties sous contrôle en cliquant
sur leurs cases numérotées, et utiliser les boutons "Rafraîchir" ou "Boucle"
(rafraîchissement cyclique) pour vérifier les changements d'état des entrées.
Boutons personnalisés
En plus des sorties numérotées, il est possible de définir des boutons
correspondant à vos appareils périphériques. Ces boutons seront affichés en
bas à gauche de la fenêtre Kynon. La fonction "Paramètres / Boutons utilisateur" ouvre une boîte de dialogue dans laquelle vous pouvez donner un titre à
un bouton, ainsi que des couleurs de texte et de fond pour chaque état actif/inactif. Le fait de cliquer sur un bouton activera ou désactivera une ou
plusieurs sorties à définir de façon classique, ou bien fera un appel système
pour lancer un programme externe.
17 - 340
— "Kynon", programmation de mouvements ————————————
——————————————————————————————————
18
———————
1 0 0 1 0
"PERCIVAL"
GRAVURE DE
CIRCUITS IMPRIMES
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Présentation générale
Le module Percival permet aux utilisateurs d'une fraiseuse à commande
numérique de transformer des fichiers Gerber ou Excellon, issus d'un logiciel
de CAO électronique, en un parcours d'outil de perçage et de gravure pour
isoler les pistes. Ce module de prototypage de circuits imprimés est complètement intégré dans Galaad avec lequel il partage les paramètres d'outillage et les
paramètres de la machine. En outre, et toujours dans la philosophie Galaad, il
peut appeler directement le module d'usinage sans nécessiter la manipulation
de fichiers FAO intermédiaires.
Percival n'est pas un logiciel de routage électronique, ni même un
logiciel de conception de circuits. Ses fonctionnalités sont peu nombreuses
comparé à Galaad ; il ne propose aucune fonction de dessin, et ne s'occupe par
conséquent que d'un travail de préparation des trajectoires de gravure (par
"gravure anglaise") et perçage à partir d'un circuit existant.
18 - 342
—
"Percival", gravure de circuits imprimés
————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Fichiers Gerber
Le standard d'échange de données en matière de CAO électronique est le
format GBR (ou GRB, ou beaucoup d'autres extensions possibles), destiné aux
photoplotters Gerber Scientific Intruments. La photogravure des circuits par
insolation induit des spécificités qui se retrouvent dans le format. L'insolation
est réalisée par une tête optique qui focalise le faisceau sur le circuit après
passage par un diaphragme, aux endroits où le cuivre doit être préservé. Les
diaphragmes ont généralement une taille et une forme prédéfinies, la forme la
plus simple étant le disque circulaire de base. Si les pastilles peuvent avoir des
formes plus exotiques, les pistes seront insolées en déplaçant un diaphragme
circulaire de diamètre donné le long du parcours de liaison.
Un fichier Gerber RS274-D (format classique) contient donc des numéros
de diaphragmes qui sont soit prédéfinis dans le magasin optique du photoplotter, soit référencés dans le fichier même ou dans un fichier-librairie annexe.
Les instructions d'insolation sont très simples : la tête de flashage peut être
déplacée, diaphragme fermé, vers une position XY donnée (liaison sans
insolation), ou bien avec le diaphragme ouvert (piste insolée), ou encore être
positionnée et le diaphragme ouvert puis fermé pour insoler un point fixe
(pastille). Ce qui nous fait trois instructions de positionnement, accompagnées
du numéro du diaphragme mis à contribution.
Un format plus élaboré mais conservant la compatibilité avec l'existant a
ensuite été défini, sous l'appellation Gerber RS274-X ou Gerber-étendu. Ce
format plus récent conserve les mêmes instructions d'insolation, mais il propose
en plus des indications géométriques sur les diaphragmes utilisés, et même
parfois sur les perçages. De fait, un fichier Gerber RS274-X se suffit à luimême. Il va de soi que Percival récupère ces informations quand elles sont
disponibles. Si votre logiciel de CAO électronique propose un export au format
Gerber RS274-X, c'est celui-là qu'il faut utiliser.
Dans le cas d'un fichier Gerber classique RS274-D, aucune information
relative aux diaphragmes n'étant accessible, il vous appartiendra de redéfinir la
géométrie de ces diaphragmes après ouverture des fichiers, c'est à dire indiquer
pour les pastilles l'aspect et la taille du diaphragme, ainsi que le diamètre de
perçage si nécessaire, et pour les pistes le diamètre du diaphragme, c'est à dire
la largeur des pistes. Ceci pour chaque diaphragme référencé dans le fichier
ouvert.
————————————
"Percival", gravure de circuits imprimés
— 18 - 343
GALAAD
3 —————————————————————————————
Percival conserve vos indications pour le fichier suivant, ce qui fait qu'il
n'est pas nécessaire de redéfinir les diaphragmes de pastilles et pistes si votre
logiciel de CAO électronique utilise toujours les mêmes références. Bien
entendu, ce travail est sans objet dans le cas d'un fichier Gerber RS274-X dont
les indications sont reprises et immédiatement appliquées. Ceci étant, si un
diaphragme utilisé dans le fichier n'a pas été référencé, Percival affichera une
boîte de dialogue sitôt le fichier importé, pour vous permettre de compléter la
ou les références manquantes. A partir d'un fichier Gerber étendu, il est donc
possible de retrouver la forme et la taille des pistes et pastilles, mais aussi les
diamètres de perçage bien que cette information optionnelle soit rarement
présente dans les fichiers, puisque ceux-ci sont destinés à une machine à insoler
et non à percer.
Fichiers Excellon
L'autre type de fichier utilisable concerne le perçage des pastilles d'un
circuit, format élaboré pour les perceuses Excellon Automation. Comme pour
les fichiers Gerber, les fichiers Excellon contiennent des coordonnées XY de
perçage et des numéros d'outils dont le diamètre correspond au trou. Ces
fichiers EXL (ou DRL) ne contiennent hélas pas toujours les diamètres de
perçage, qu'il faut alors aller chercher dans d'autres fichiers annexes non
normalisés, ou bien définir manuellement après ouverture. Un fichier Excellon
ne vous permet pas de restituer un circuit imprimé, mais seulement de le
percer.
Il existe des variantes du format Excellon, en coordonnées réelles (les
valeurs numériques XY sont formatées et indiquées en clair), ou en coordonnées sans zéros de remplissage à droite, ce qui peut induire des erreurs de
position si le fichier n'est pas doté d'un en-tête précisant le type de cadrage
numérique. Pour pallier ce problème, Percival propose deux formats sous des
formes distinctes, ce qui permet de s'affranchir du modèle de représentation
numérique. Si votre fichier ouvert dans un format semble erroné, reprenez-le
avec l'autre et cela devrait bien se passer.
18 - 344
—
"Percival", gravure de circuits imprimés
————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Outillage
La première chose à faire après l'installation du logiciel est de définir les
outils qui seront mis à contribution pour graver, détourer et percer les circuits.
La bibliothèque d'outils est partagée avec le module de dessin Galaad. Elle est
accessible depuis Percival par la commande "Paramètres / Bibliothèque
d'outils" (voyez le chapitre "Trajectoires d'outils", section "Paramètres
d'outils"). Ceci permet de définir tous les outils disponibles mais, pour indiquer
lesquels parmi ces outils seront utilisés pour l'usinage des circuits, vous devez
ensuite appeler la commande "Paramètres / Outils sélectionnés".
Les outils sont affectés à cinq types de tâches, la première d'entre elles étant
la gravure d'isolation des pistes et pastilles. Il va de soi que la profondeur de
gravure doit être au moins égale à l'épaisseur de la couche de cuivre. Le
logiciel calculera la trajectoire de l'outil en le déportant du bord du circuit,
d'une distance correspondant à son rayon apparent à la profondeur. La marge
permet d'ajouter au décalage calculé. Elle peut être négative pour se rapprocher
du circuit. Le même outil, ou un outil différent, peut être affecté au hachurage
de zones devant être complètement débarrassées du cuivre inutile. Les
hachures seront espacées du rayon de l'outil, pour un recouvrement de 50%,
plus l'éventuelle marge.
————————————
"Percival", gravure de circuits imprimés
— 18 - 345
GALAAD
3 —————————————————————————————
Le détourage de la carte se fera sans doute à l'aide d'une fraise de découpe
d'époxy. Il est nécessaire d'indiquer la profondeur de coupe, censée correspondre à l'épaisseur de la carte. A noter que le réglage de l'épaisseur avec la
fonction "Fichier / Dimensions" peut remettre à jour la valeur paramétrée ici,
sous réserve de la confirmer. Le centrage perce et alèse les trous permettant de
fixer des pions de fixation lorsque la carte est retournée pour graver la face
opposée. La profondeur de ces trous sera l'épaisseur de la carte, plus une
éventuelle surprofondeur pour enfoncer les pions.
Les choses se compliquent avec le perçage qui vous offre trois possibilités : soit vous utilisez un outil unique pour tous les perçages, ce qui limitera
vos allers-retours à la machine pour changer d'outil, soit vous dressez une liste
de forets disponible et Percival choisira pour chaque série de trous l'outil dont
le diamètre est le plus proche, par défaut avec alésage ou par excès sans
servent à éjecter un outil de la liste. Les forets
alésage. Les petits boutons
n'étant en général pas faits pour avancer horizontalement dans l'époxy, vous
pouvez n'autoriser l'alésage circulaire mettant le trou à la cote qu'à partir d'un
certain diamètre. Comme pour le détourage, la profondeur de perçage est
réputée correspondre à l'épaisseur de la carte.
Traitements automatiques
A l'ouverture d'un fichier Gerber, Percival recherche, dans le nouveau
circuit ou la nouvelle couche, les réseaux de pistes qui ne sont connectés à
aucune pastille. Ces réseaux peuvent représenter un contour de détourage, un
plan-masse, un texte, un point de référence, etc. Si le réseau trouvé est
complètement fermé et englobe tout le reste du circuit, pastilles et pistes, le
logiciel considère qu'il doit s'agir d'un tracé de détourage pour découper la
carte, puisque les découpes n'ont pas de définition spécifique en format Gerber.
Percival vous demande alors de confirmer que le tracé affiché en rouge définit
bien un détourage. Dans l'affirmative, le tracé sera transféré dans la couche
n° 6, celle des détourages. Les détourages intérieurs ne sont pas détectables de
façon automatique, mais vous pouvez les filtrer manuellement, comme on le
verra plus loin.
Si vous avez laissé active la fonction "Usinage / Plans-masses / Détecter à
l'ouverture du fichier", le logiciel va rechercher et neutraliser tous les réseaux
de pistes qui ne sont connectés à aucune pastille. Neutraliser signifie que les
18 - 346
—
"Percival", gravure de circuits imprimés
————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
pistes apparaissent en brun et ne sont pas prise en compte dans le calcul des
contours d'isolation. Percival ne fera pas la différence entre un véritable planmasse constitué d'un fin hachurage de pistes et un réseau qui dessine un texte
ou un réticule de positionnement. Il se contente de filtrer tout ensemble de
pistes connectées entre elles qui ne comprend aucune pastille. Les plans-masses
sont neutralisés tout simplement parce que le cuivre ne sera enlevé qu'autour du
circuit actif, laissant vierge le reste de la surface. Si vous laissez un plan-masse,
le calcul d'isolation pourra être considérablement allongé, chaque piste du plan
faisant l'objet d'un contournage suivi d'une recherche de toutes les collisions
possibles. Un plan-masse défini par un hachurage fin peut nécessiter des heures
de calcul, même sur un ordinateur performant. Pour les textes et réticules, une
fonction permet de les graver au centre plutôt que d'en faire des contours
d'isolation. La fonction "Edition / Réactiver" revient sur la neutralisation, ainsi
que le clic droit de la souris sur une piste neutralisée, suivi de "Réactiver ce
réseau de pistes". Vous pouvez neutraliser vous-même des éléments du circuit,
plusieurs fonctions sont disponibles.
Ajustage des couches
Il peut arriver que les couches successives de circuit ne coïncident pas,
selon la façon dont le fichier Gerber a été produit. C'est même très courant
avec un fichier de perçage puisque Gerber et Excellon sont indépendants. Il est
possible d'inverser ou pivoter la couche courante avec les fonctions "Fichier /
Inversion" ou "Fichier / Rotation 90°" ainsi que leurs icones de raccourcis. Si
la couche active est la couche n° 1, alors toutes les couches sont inversées
ou pivotées en même temps. Pour les autres couches, y compris les perçages
ou détourages, seule celle active sera concernée. Ceci permet des manœuvres
globales ou limitées.
Lorsque deux couches sont décalées, pointez une
pastille avec "Fichier / Pastille de référence" (ou clic
droit de la souris sur la pastille puis commande ad
hoc). Ensuite, changez de couche et appelez "Fichier /
Ajuster sur référence" puis pointez la pastille ou le
trou correspondant à la pastille de référence (ou clic
droit et commande d'ajustage). La couche active sera
automatiquement repositionnée de façon que les deux
éléments coïncident.
————————————
"Percival", gravure de circuits imprimés
— 18 - 347
GALAAD
3 —————————————————————————————
Calcul d'isolation
Le travail d'isolation des pistes et pastilles non neutralisées nécessite un
calcul préalable de contournage des tracés, selon le diamètre de pointe de
l'outil utilisé pour la gravure, avec gestion des collisions en cas de proximité
des trajectoires. C'est là ("Usinage / Calculer les contours" ou l'icone de
raccourci correspondante) la fonction centrale de Percival qui, à partir de
l'information géométrique contenue dans le fichier, va pouvoir élaborer les
tracés d'isolation. La distance de la trajectoire de l'outil au bord de la piste ou
de la pastille dépend de l'outil sélectionné, son diamètre, son profil et éventuellement la profondeur de gravure dans le cas d'un outil conique. Vous pouvez
ajouter des contours successifs pour
à renforcer l'isolation, autour de tous
les réseaux ou seulement autour des
pastilles.
Lorsque le calcul des contournages est bouclé, Percival affiche le
tracé du circuit avec ses trajectoires
d'outil en traits fins jaunes. Vous pouvez agrandir une
zone de l'écran à l'aide de la roulette de la souris ou
avec les icones de zoom, le bouton central de la souris
faisant glisser la vue agrandie. Il est aussi possible de
visualiser le circuit usiné tel qu'il sera laissé après
usinage, avec la commande "Affichage / Rendu final" ou
l'icone correspondante, zoom compris. Cet aspect final
vous permet de vérifier de visu la validité des contours d'isolation, notamment
certains réseaux ayant pu rester en contact à cause de l'utilisation d'un outil trop
large qui n'a pas pu tracer son chemin entre des éléments rapprochés.
Dans certains cas particuliers, il peut arriver que le
calcul de contour d'un réseau de pistes et pastilles reste
ouvert. La plupart du temps, le contour sera en fait
constitué de deux trajectoires qui se complètent ou se
chevauchent mais n'ont pas pu être ressoudées ensemble.
Etant donné qu'une isolation est censée par nature être un
contour fermé, le logiciel affiche en rouge épais les
trajectoires restées ouvertes, c'est-à-dire dont les extrémités ne se rejoignent
pas, afin d'attirer votre attention sur celles-ci. Vous pouvez néanmoins
désactiver cette fonction avec "Affichage / Contours ouverts".
18 - 348
—
"Percival", gravure de circuits imprimés
————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Des opérations manuelles sur les contours d'isolation sont disponibles. La
fonction "Usinage / Supprimer des contours" vous permet de cliquer directement sur une trajectoire calculée à effacer tout entière. La fonction "Usinage /
Ajouter des segments de contour" vous laisse pointer manuellement des
segments d'isolation qui auront échappé au calcul, par exemple entre deux
pastilles trop rapprochées que vous souhaitez rogner. Le pointage avec le
bouton gauche de la souris accroche automatiquement les extrémités des
contours ouverts ; le pointage avec le bouton droit
reste libre. Opération inverse, vous pouvez supprimer
des segments d'isolation avec "Usinage / Supprimer des
segments de contour".
De nombreuses fonctions sont disponibles à partir du clic-droit, lorsqu'une
pastille, une piste, un perçage ou un détourage est pointé par la souris.
Limitations
Percival est grevé de quelques limitations dont vous devez avoir pleinement
conscience lorsque vous travaillez avec ce module :
- L'isolation des réseaux de pistes et pastilles nécessite un calcul de contour
autour de chaque élément actif, puis un calcul de collision avec les contours
voisins, et enfin un réassemblage des éléments collisionnés avec élimination
des segments résiduels. Lorsque le contour global d'un plan-masse constitué
d'un fin hachurage de pistes doit être calculé, ce processus peut être très long.
Par conséquent, il vaut mieux éviter de laisser les plans-masses actifs sur le
circuit en les neutralisant, quitte pour ouvrir un contour d'isolation pour que la
surface de cuivre soit connectée.
- Les définitions de pastilles par macros est d'une grande complexité dans le
format Gerber. Il se peut que la forme de certaines pastilles affichées ne
corresponde pas à ce qui a été défini dans la CAO électronique. Dans la mesure
du possible, évitez les macros. Elles n'apportent en général pas grand-chose
pour un prototypage.
- Corollaire des deux précédents, les pastilles thermiques ne sont pas prises en
compte et restent des pastilles simples. La fonction "Edition / Transformer en
pastilles thermiques" permet toutefois d'ouvrir les contours de pastilles
existantes afin de laisser la connexion électrique avec la surface.
————————————
"Percival", gravure de circuits imprimés
— 18 - 349
GALAAD
3 —————————————————————————————
Hachurage des zones vierges
Si la gravure des contours suffit à isoler les pistes et pastilles, il peut
s'avérer utile d'éliminer le restant du cuivre de la surface de la carte. Ceci
permet de s'assurer qu'il ne reste pas une bavure métallique qui ferait courtcircuit, et présente en plus un circuit propre sur lequel le cuivre n'est présent
que là où l'on en a besoin. Etant donné que la machine ne rechigne pas à la
tâche pendant que vous surfez sur le web, autant en profiter pour lui donner un
surcroît de travail. Le résultat est d'autant plus satisfaisant, même pour un
simple prototype de circuit.
Le hachurage ne peut être activé que si les contours de pistes et pastilles
sont déjà calculés. Venir hachurer à l'affleurement du cuivre n'aurait aucun sens
compte tenu de la distance de contournage.
L'outil utilisé pour le hachurage est identique
à celui de contournage.
La densité de hachurage est réglable dans
les paramètres de l'outil sélectionné pour
cette fonction. La valeur par défaut est le
rayon de l'outil à la profondeur de gravure
(pour le cas d'une pointe conique), ce qui
donne un taux de recouvrement de 50%.
Mais vous pouvez y ajouter une marge à
votre convenance, positive ou négative. Percival propose en outre de relier les
hachures entre elles pour former un crénelage en zig-zag lorsque c'est possible
sans passer à travers une trajectoire de contour. L'affleurement des hachures à
leurs extrémités avec les contours d'isolation est de 10% de l'intervalle de
hachurage. Ceci laisse assez de marge pour éviter d'éroder le cuivre utile, et le
travail de hachurage est logiquement opéré avant la gravure des contours, pour
obtenir une meilleure finition aux bords des pistes.
Une fois encore, la vue finale restitue le circuit usiné. Si un hachurage a été
demandé, il ne reste alors que le cuivre des pistes et pastilles, sauf si votre
diamètre d'outil a été paramétré trop petit par rapport aux distances qui ont été
calculées. On rappelle que le magasin d'outils est commun à Galaad et
Percival, et doit correspondre à ce que vous avez effectivement dans le râtelier
afférent à votre machine.
18 - 350
—
"Percival", gravure de circuits imprimés
————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Détourage
La couche n° 6 contient les trajectoires de détourage de la carte. Ces
détourages auront pu être détectés à l'ouverture d'une couche de circuit ou
pointés manuellement, et une trajectoire de contournage est calculée de façon
automatique. Les manipulations possibles dans cette couche sont très peu
nombreuses : vous pouvez changer le bord de contournage (extérieur ou
intérieur), supprimer le détourage, ou ajouter des pontages. Ces fonctions sont
disponibles en pointant la trajectoire concernée et en cliquant dessus avec le
bouton droit de la souris.
Les pontages permettent de ne pas découper complètement la carte mais de lui laisser des points d'attache avec
la pièce brute. Vous devez positionner vous-même ces pontages, directement
sur la trajectoire de contournage calculée. Les pontages seront effacés en cas
de recalcul du contournage.
Usinage
L'affichage à l'écran ne représentant pas une fin en soi, du moins pas avec
Galaad, il ne reste plus qu'à usiner, c'est à dire réveiller la machine pour fraiser
le cuivre et percer l'époxy.
La commande "Usinage / Fraiser" appelle une boîte de dialogue finale qui
vous permet de régler la séquence des tâches à effectuer, ajouter des données
de profondeur et de vitesse pour
la gravure et le perçage, puis
envoyer le travail résultant aux
modules d'usinage ou de dessin de
Galaad en cas d'ajouts.
Les informations relatives aux
séquences, outils, profondeurs et vitesses seront toutes récupérées par Galaad
ou son module d'usinage Lancelot, lequel n'en acceptera pas moins de chaîner à
son tour à un pilote externe si tel est votre cas de figure. Il n'y a dès lors plus
qu'à usiner et refermer Percival.
————————————
"Percival", gravure de circuits imprimés
— 18 - 351
GALAAD
3 —————————————————————————————
Dépose de pâte à souder
Deux fonctions annexes peuvent vous aider à souder des composants
montés en surface, lesquels nécessitent de déposer la pâte à souder sur les
pastilles concernées. La première de ces possibilités consiste à usiner un stencil
qui servira de pochoir pour une dépose manuelle à la raclette. La fonction
"Usinage / Découper un masque pour pastilles CMS" vous permet de choisir
quelles séries de pastilles du circuit seront concernées, avec quelques paramètres de découpe (outil, profondeur, vitesse d'avance). Le
chaînage au module d'usinage Lancelot est direct, et celui-ci
se fera un plaisir d'usiner votre stencil. Attention au choix
de l'outil, du matériau et de sa fixation sur le plateau de la
machine. Usiner une feuille de plastique ou de métal fin
nécessite un peu d'expérience pour éviter les déchirures.
L'autre possibilité nécessite une pompe électrique ou électropneumatique
pour éjecter la pâte directement sur le
circuit imprimé. Au lieu d'usiner,
Lancelot pilotera la buse de dépose
montée sur l'axe Z, ainsi que sa pompe
par le biais d'une sortie actionnant un
moteur ou une électrovanne pendant une
durée réglable. Vous pouvez paramétrer une dose de pâte typique, proportionnelle à la surface des pastilles. Mais la dose ainsi calculée pour chaque série de
pastilles
n'en
restera pas moins
sous votre entier
contrôle. Le cycle
de dépose se contentera d'amener la buse au centre de la pastille, de la descendre au contact (selon votre réglage de l'origine pièce pour l'axe Z), puis de
déclencher la sortie pilotant la pompe pendant le temps indiqué, et enfin de
remonter la buse pour rejoindre la pastille suivante. Pensez à éviter de déposer
de la pâte au centre d'une pastille percée.
18 - 352
—
"Percival", gravure de circuits imprimés
————————————
——————————————————————————————————
19
———————
1 0 0 1 1
"OWEIN"
AFFICHAGE GRAPHIQUE
DE PARCOURS 2-5 AXES
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Petit utilitaire annexe à Galaad, le module Owein propose l'affichage de
parcours 3D décrits dans des fichiers ISO G-code, Isel-NCP ou MasterCamNCI. Il accepte de 2 à 5 axes, étant acquis que les 4ème axe (A) et 5ème axe (B)
sont de classiques axes rotatifs respectivement parallèles à l'axe X et à l'axe Y
selon la norme en vigueur, tournant autour de l'axe linéaire de support et
définissant ainsi le point zéro. Il va de soi que les axes XYZ sont réputés
linéaires et cartésiens dans un repère orthonormé direct.
Owein permet la modification de coordonnées dans le fichier affiché dans
la partie gauche de l'écran. Il suffit de double-cliquer sur une ligne pour éditer
celle-ci. Les modifications sont immédiatement prises en compte dans la
restitution du dessin, et vous pouvez enregistrer le fichier ainsi modifié.
Quelques manipulations annexes sont accessibles, comme le décalage global,
l'inversion ou encore le facteur d'échelle, ainsi que l'élimination des lignes de
codes situées avant ou après la ligne active. Ceci reste tout de même un
exercice réservé aux personnes rompues à l'utilisation de la programmation
directe de machines à commande numérique.
19 - 354
— "Owein", afficheur graphique de parcours ————————————
——————————————————————————————————
20
———————
1 0 1 0 0
PREMIERS SOINS
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Ce chapitre expose les quelques questions et problèmes habituellement
soulevés au sujet des différents modules de Galaad, avec les réponses ou
observations correspondantes.
Dessin
Galaad ne détecte pas ma clef de licence
- Vérifiez tout d'abord que vous avez branché la clef sur un port USB de votre
ordinateur (ou sur un port LPT s'il s'agit d'une ancienne clef). Comme pour tout
appareil périphérique, cette clef nécessite l'installation d'un driver spécifique
qui permettra au logiciel de communiquer avec elle. L'installation de Galaad à
partir du CD fait par la même occasion une installation silencieuse de ce
driver ; vous n'avez donc pas à vous en occuper. Par contre, si vous installez
Galaad depuis le site web, alors ce driver n'est pas installé, le logiciel étant
souvent téléchargé à des fins de simple évaluation. De même, si vous copiez
une installation Galaad d'un ordinateur à l'autre, le driver ne suit pas le
mouvement, puisqu'il est lié à Windows et non à Galaad. Vous devez dans ces
deux cas installer vous-même le driver à partir du logiciel fourni par le
fabricant de la clef. Celui-ci est uniquement en Anglais, mais il suffit de valider
les quelques pages successives telles qu'elles se présentent.
Impossible d'enregistrer mes paramètres ou mes fichiers
- Vous devez vous assurer que, dans votre session d'utilisateur Windows,
Galaad a le droit d'enregistrer des fichiers dans son répertoire d'installation
(fichiers de paramètres). Idem pour les fichiers de dessin dans le répertoire où
vous avez choisi de les stocker.
J'ai oublié le mot de passe protégeant les restrictions
- Avec l'explorateur de fichiers Windows, cherchez le fichier
PASSWORD.TXT présent dans le répertoire où vous avez installé Galaad, et
double-cliquez dessus pour l'éditer dans le bloc-notes. Ce fichier contient en
clair le mot de passe courant.
Un fichier DXF ne passe pas à l'import
- Galaad propose deux filtres d'import DXF, le premier en interprétation
directe et le second via un convertisseur externe. Le format DXF est complexe
et très changeant d'une version à l'autre d'AutoCad. Il est difficile dans ces
conditions de garantir l'exactitude de la lecture pour les versions passées,
20 - 356
—
Premiers soins
——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
présente et à venir. Le mieux est d'essayer de générer le fichier depuis le
logiciel qui a produit le dessin en utilisant une autre version de compatibilité
DXF lorsque c'est possible. A noter que le format DXF binaire, très peu utilisé,
n'est pas lu par Galaad. Les fichiers DXF 3D, contenant des facettes ou des
fonctions surfaciques, ne sont pas lus non plus.
Un fichier PostScript (EPS ou AI) ne passe pas à l'import
- Le format EPS peut contenir trois types de graphismes : des dessins vectoriels en 2D, des images bitmap, et des glyphes de caractères. Galaad n'a que
faire des deux derniers. Il ne pourra lire que des dessins vectoriels, c'est-à-dire
constitués de coordonnées associées à des segments et des courbes. Une image
n'est constituée que de pixels sans valeur géométrique. Dans la plupart des cas,
un fichier EPS qui ne passe pas à l'import dans Galaad est en fait un fichier qui
ne contient qu'une image. Le simple fait de l'importer dans un logiciel de dessin
acceptant les images et de zoomer sur les traits le confirme en faisant apparaître les pixels sous forme de gros carrés.
Un fichier G-code ISO affiche de grands cercles parasites
- A cause d'une normalisation défaillante, il existe deux conventions pour les
interpolations circulaires G2/G3 en G-code ISO, ce qui ternit la notion même
de standard. L'une de ces conventions, la plus fréquente, emmenée par GEFanuc et Siemens, considère que les coordonnées I et J du centre sont relatives
au point d'entrée de l'arc. L'autre convention, suivie par NUM, considère que
les coordonnées I et J sont absolues par défaut, ou relatives si l'on est passé
globalement en coordonnées incrémentales. Ces deux conventions sont
incompatibles et il est très difficile de détecter laquelle a été suivie par le
logiciel qui a généré le fichier. Il vous appartient donc de choisir l'un des deux
formats proposés et essayer l'autre si ça ne va pas.
Impossible d'appliquer une fonction de dessin sur un objet
- Vérifiez que votre objet est bien dans la couche active et qu'il n'a pas été
protégé (les protections sont visibles avec "Affichage / Tracé / Protections").
Impossible d'obtenir le contournage d'une trajectoire
- Il se peut que vous ayez dans votre contour de petits rebroussements de
trajectoire, lesquels peuvent dans certains cas considérablement gêner le calcul.
Faites un zoom sur le parcours pour vérifier qu'il ne se trouve pas de petites
épines aussi saillantes qu'inutiles et, le cas échéant, éliminez-les.
——————————————————————
Premiers soins
— 20 - 357
GALAAD
3 —————————————————————————————
Pilotage et usinage
Galaad ne détecte pas ma machine
- Le petit bouton "Détecter" des paramètres de la fraiseuse, page "Commande
numérique", ne sert qu'à identifier le port série RS232 sur lequel la machine a
été connectée. Cette détection ne concerne pas les autres types de ports,
notamment les ports USB qui n'ont pas besoin d'être identifiés. En outre,
certaines machines communiquant par port série ne passent pas toujours le test
de détection. Gardez à l'esprit que les ports COM authentifiés par Windows
sont dotés d'un astérisque après leur numéro dans la liste des ports disponibles.
En général, il n'y a qu'un ou deux ports authentifiés qu'il suffit d'essayer pour
de bon. Sauf exception, les ports COM1 et COM2 sont les vrais ports série de la
carte-mère et les ports COM3 à COM32 correspondent aux convertisseurs
USB/Série. Il est donc assez facile de trouver.
Galaad n'arrive pas à piloter ma machine
- Si votre machine ne réagit pas du tout lorsque le logiciel tente d'ouvrir le
dialogue avec elle, on peut supposer que soit le port indiqué n'est pas le bon,
soit la communication est défaillante, soit la machine paramétrée n'est pas la
bonne. Commencez par vérifier le modèle de fraiseuse ou de commande
numérique que vous avez paramétré dans Galaad. Si cela vous semble correct,
vérifiez que votre câble est bien branché et la machine sous tension. Certains
câbles RS232 ont un sens côté PC et côté machine, et certaines machines ne
communiquent plus lorsque leur capot de protection est ouvert. S'il s'agit d'une
transmission par port série, vérifiez la vitesse de transmission.
La course de référence va dans le mauvais sens
- Si votre machine est une Isel avec commande numérique de type IMC ou
IML, vous pouvez inverser la direction de la course de référence (voir le
chapitre "Paramètres de la fraiseuse", section "Commandes numériques IselAutomation IMC & IML"). Si votre machine utilise une carte CNC avec des
contacts de fin de course paramétrables, soit votre axe est inversé (voyez
l'onglet "Avancés" des paramètres de la fraiseuse), soit vous avez indiqué un
mauvais numéro d'entrée pour le contact de fin de course de l'axe qui va dans le
mauvais sens, soit vous avez indiqué une mauvaise polarité du contact ("actif"
au lieu de "inactif" ou l'inverse), ce qui fait que le logiciel cherche à dégager
lentement le contact croyant à tort qu'il est enfoncé. Utilisez la fonction
"Paramètres / Fraiseuse / Test E-S" pour vérifier les numéros et polarités de
vos contacts de fins de courses.
20 - 358
—
Premiers soins
——————————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
La course de référence ne s'arrête pas
- Si vous utilisez une carte CNC, vérifiez que vous avez paramétré le bon
numéro d'entrée pour le contact de fin de course de l'axe. Utilisez la fonction
"Paramètres / Fraiseuse / Test E-S" pour vérifier. Sinon, ou si la vérification ne
donne rien, vérifiez le contact et son raccordement électrique.
Le pilotage manuel est inversé
- La position XY du point zéro machine, indiquée dans l'onglet "Commande
numérique" des paramètres de la fraiseuse, ne correspond pas à la position
réelle sur la machine. Si vous avez une table mobile, n'oubliez pas que le
mouvement à considérer est le mouvement apparent de l'outil sur la table, et
non pas le mouvement de la table elle-même. Si l'inversion concerne les axes X
et Y, changez l'affectation des canaux dans l'onglet "Avancés" des paramètres
de la fraiseuse, ou bien intervertissez les connexions des moteurs. Attention,
intervertir les moteurs peut nécessiter d'intervertir aussi le numéro des entrées
correspondant aux contacts de fin de course.
L'usinage se fait au-dessus de la pièce
- Vérifiez que, lorsque vous avez mis l'outil au contact de la surface supérieure
de la pièce et validé le bouton vert "Z-ok", vous avez bien sélectionné "Position Z : plan supérieur" et non "plateau-martyr" dans la liste combo sous le
bouton "Z-ok". C'est une erreur très fréquente mais sans danger. La situation
inverse (affleurer le plateau-martyr en indiquant qu'il s'agit de la surface
supérieure de la pièce) est moins anodine. Jetez un coup d'œil rapide au
chapitre "Fonctions avancées de l'usinage", section "Définir une origine
pièce". Ça ne peut pas vous faire de mal.
Le résultat usiné n'est pas à l'échelle
- Plusieurs paramètres de votre fraiseuse sont à vérifier, et notamment les pas
des vis à billes et la résolution des moteurs. Certaines machines de série
peuvent avoir des pas de vis changeants selon le millésime, et Galaad ne peut
malheureusement pas lister toutes les combinaisons possibles. Jetez aussi un
coup d'œil aux facteurs d'échelle en entrée comme en sortie.
Ma machine se décale en usinage
- Commencez par refaire l'usinage à petite vitesse. Si le décalage persiste, vous
avez peut-être un problème mécanique, par exemple la pièce mal fixée ou un
axe qui a du jeu. Si le décalage n'apparaît qu'avec une vitesse d'usinage élevée,
alors vous devez réduire les paramètres cinématiques. Reportez-vous au
chapitre "Paramétrage de la fraiseuse", section "Post-calcul cinématique",
——————————————————————
Premiers soins
— 20 - 359
GALAAD
3 —————————————————————————————
ainsi qu'au chapitre "Fonctions des menus", fonction "Paramètres / Fraiseuse /
Calibrage". Gardez à l'esprit que l'énergie requise croît avec le carré de la
vitesse : usiner deux fois plus vite nécessite quatre fois plus de puissance.
L'écran et la machine ne sont pas synchrones
- Lorsque la commande numérique dispose d'un buffer de mémoire, Galaad
envoie les vecteurs en avance et la machine les stocke dans cette mémoire
avant de les exécuter. Ce mode de fonctionnement permet d'obtenir une
dynamique de mouvement très fluide dans les courbes, mais il désynchronise le
logiciel de la machine. L'écran correspond aux envois de vecteurs en rafales
rapides. Le logiciel ignore la position réelle de la machine à ce moment.
Circuits imprimés
Les perçages ne s'alignent pas sur les pastilles
- Les fichiers de perçage et de circuit utilisant des formats différents qyu
s'adressent à des machines différentes, Percival cherche une corrélation
minimale entre les trous et les pastilles. Mais si votre circuit comprend une
majorité de pastilles non percées, il ne trouvera pas et vous devrez opérer de
façon manuelle (voir ci-dessous).
Les couches ne s'alignent pas
- Si vos fichiers utilisent des références ou des orientations différentes, vous
devez pivoter ou inverser la couche additionnelle puis utiliser les fonctions de
pastille de référence et d'ajustement sur la référence.
Le calcul des contours d'isolation est sans fin
- Vous avez sur votre circuit un plan-masse constitué de hachures fines qui
nécessitent un temps de calcul important pour chacune, et il faudra des heures
pour obtenir un résultat. Percival n'est pas fait pour gérer les plans-masses ;
mieux vaut les supprimer du fichier et connecter les surfaces de cuivre.
Les pastilles n'ont pas la forme attendue
- Si vous utilisez l'ancien format Gerber RS274-D, passez au format étendu
RS274-X. Si c'est bien celui-là, votre fichier contient des macros que Percival
est incapable de lire correctement. Dans la mesure du possible, demandez au
logiciel générateur d'éviter de produire des macros.
20 - 360
—
Premiers soins
——————————————————————
——————————————————————————————————
21
———————
1 0 1 0 1
CONSIDERATIONS
TECHNIQUES
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Arguments de la ligne de commande
Souvenir du bon vieux temps des consoles en mode texte, il reste possible
avec les logiciels sous Windows de passer des arguments spécifiques à un
programme qui démarre. Bien entendu, aucun argument n'est proposé par
défaut dans les icones qui sont associées aux différents modules de Galaad. Ce
nonobstant, rien ne vous empêche d'en ajouter si vous avez une configuration
de travail un peu particulière, par exemple une station de travail pour la CAOFAO et une autre pour l'usinage sous contrôle d'un opérateur avec des droits
limités. Ces arguments peuvent être passés manuellement avec la commande
"Exécuter" du menu "Démarrer" de Windows, ou bien intégrés définitivement
aux propriétés d'une icone de raccourci Galaad, qu'elle soit originale ou une
simple copie. Un argument est
indiqué sur la ligne de commande après l'appel du logiciel,
un espace les séparant. Plusieurs
arguments peuvent être donnés à
la queue-leu-leu, leur ordre n'a
aucune importance. Lorsqu'un
argument contient lui-même un
espace, il est impératif de le
mettre entre quotes "… …" ; la
casse (majuscules ou minuscules)
n'a aucune importance.
Tous les modules de Galaad
acceptent des arguments, le
plus classique étant bien
évidemment un nom de fichier à ouvrir dès le lancement du programme. Le
lien automatique entre les fichiers GAL et le module Galaad, ou entre les
fichiers KYN et le module Kynon repose d'ailleurs sur ce système. Par
exemple, le fait de double-cliquer sur un fichier GAL induit pour Windows le
lancement de Galaad avec en argument le nom et le chemin d'accès du fichier
qui a été double-cliqué. En mode manuel, il suffit de lancer Galaad avec la
ligne de commande suivante (par exemple) :
"C:\Galaad\Galaad.exe" "F:\Fichiers Galaad\Dessin.gal"
Ceci va lancer Galaad et lui demander de charger automatiquement le fichier
"Dessin.gal" situé dans le dossier "Fichiers Galaad" de l'unité de disque "F".
Si un dessin est en cours et non enregistré, il va de soi que Galaad l'affichera et
vous demandera de l'enregistrer au préalable.
21 - 362
— Considérations techniques ——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Outre le fichier à charger à l'ouverture, les autres arguments acceptés par le
module de dessin Galaad sont les suivants :
- MINIMIZE lance le logiciel dans la barre des tâches (rien à l'écran).
- MAXIMIZE lance le logiciel en mode plein écran.
- NOSPLASH lance le logiciel sans son image de présentation "Galaad 3".
- CUSTOM lance le logiciel dans le mode restreint que vous avez défini.
- CONFIG:xxx lance le logiciel avec le jeu de paramètres "xxx" enregistré par
la commande "Paramètres / Mémoriser".
- RESET élimine le dessin courant et ouvre sur une planche vide. Ceci ne sert
que si le fichier a été endommagé et empêche l'ouverture normale de Galaad.
- AUTOMILL ouvre Galaad et lance immédiatement le module d'usinage.
Celui-ci prend alors le relais en brûlant les étapes et en ne demandant rien à
l'utilisateur. Les paramètres d'usinage sont ceux par défaut ; l'origine pièce est
la dernière utilisée ; les messages à l'intention de l'opérateur ne sont pas
affichés, à l'exception du tout dernier avant lancement de l'usinage, que
l'opérateur peut juste acquitter ou annuler, et qui lui permet de visualiser le
parcours qui va démarrer (voir ci-après l'argument AUTOSTART de Lancelot &
Kay qui est la continuation logique de cet argument AUTOMILL).
- AUTOTEXT modifie au vol les textes présents sur le dessin courant (ou tout
autre passé en argument), qu'ils soient droits ou écrits sur un tracé. Cet
argument doit être suivi de deux autres indiquant quel texte doit être remplacé
et par quoi. Par exemple, si le dessin contient un texte "Ancien texte" qui doit
être remplacé automatiquement par "Nouveau texte", la ligne de commande
sera …\Galaad.exe AutoText "Ancien texte" "Nouveau texte". Il est
impératif de tenir compte de la casse (majuscules/minuscules) dans le texte à
remplacer. Si celui trouvé ne correspond pas très exactement, il sera ignoré.
Vous pouvez mettre plusieurs arguments "AutoText" successifs pour des
remplacements multiples. Enfin, si un texte existe en plusieurs exemplaires
identiques sur le dessin, seul le premier trouvé sera remplacé, ce qui en fait
d'ailleurs un de moins pour les remplacements suivants.
- AUTOQUIT referme Galaad sitôt appliqués les changements induits par les
autres arguments. Celui-ci sert de complément à "AutoMill" ou "AutoText".
- AUTOIMPORT> DIM:100x75 TOOL:3 DEPTH:0.5 FEED:20 MIRROR:X
FILE:C:\GALAAD\IMPORTS\TEST.DXF importe immédiatement un fichier
externe en réglant les valeurs de dimension de planche, d'outil, de profondeur,
—————————————————— Considérations techniques — 21 - 363
GALAAD
3 —————————————————————————————
de vitesse d'avance, et d'inversion X, Y ou Z. Les valeurs d'outil, de profondeur
et vitesse remplaceront celles de tous les objets du fichier. Vous n'êtes pas
obligé d'utiliser tous les arguments, et les espaces les séparant sont facultatifs.
Si vous les utilisez, vous devez mettre la chaîne complète entre quotes "…"
pour que l'argument "AutoImport>…" soit vu comme un bloc unique. N'oubliez pas les deux points entre labels et leurs valeurs.
- AUTOEXPORT> FORMAT:ISO FILE:C:\GALAAD\IMPORTS\TEST.ISO
exporte immédiatement le fichier courant (lequel peut très bien avoir été ouvert
à l'instant avec l'argument de fichier GAL ou bien l'argument "AutoImport>…") sous le format désigné. Voyez les extensions par défaut pour
indiquer le format.
Les modules d'usinage Lancelot et Kay acceptent eux aussi un nom de
fichier passé en direct, parmi les formats d'import prévus. L'extension du
fichier détermine le filtre d'import à appliquer. Si cette extension n'est pas
standard (voir les extensions par défaut), il est alors nécessaire d'ajouter en
argument suivant le nom du fichier son extension standard entre parenthèses.
Exemple : …\Kay.exe …\Dessin.nc (iso) pour ouvrir le fichier "Dessin.nc"
sous format d'import ISO. Les autres arguments intelligibles pour les modules
Lancelot et Kay sont les suivants, valables aussi pour le module de programmation Kynon :
- AUTOSTART permet de brûler les étapes et ne rien demander à l'utilisateur,
de la même façon que l'argument "AutoMill" de Galaad (voir plus haut). Les
paramètres d'usinage sont ceux par défaut ; l'origine pièce est la dernière
utilisée ; les messages à l'intention de l'utilisateur ne sont pas affichés, à
l'exception du tout dernier avant lancement de l'usinage, que l'utilisateur peut
acquitter ou annuler. Le module se referme sitôt le message de fin d'usinage
acquitté par l'utilisateur, ou en cas d'abandon.
- AUTOSKIP saute les messages intermédiaires à l'attention de l'opérateur pour
lancer le processus. Voir aussi ci-dessus l'argument "AutoStart".
- AUTOUPLOAD lance le processus d'usinage de la même façon que l'argument "AutoStart" susmentionné, sauf que le parcours d'usinage est envoyé
dans la mémoire locale de la machine sans ordre d'usinage proprement dit
(mode "Téléchargement vers la mémoire" des options avancées d'usinage).
- AUTOSTORE fait la même chose que l'argument "AutoStart", sauf que le
téléchargement se fait vers le disque local de la machine.
21 - 364
— Considérations techniques ——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
- AUTOOPTIMISE active automatiquement l'option "Parcours optimisé" des
paramètres d'usinage.
- AUTOTOOL déclenche une mesure automatique de l'outil sur son capteur dès
l'ouverture du dialogue avec la machine. Il va de soi que l'outil doit être de
préférence déjà monté sur la broche.
- AUTOPARK1 envoie l'outil à sa position de parking dès l'ouverture du
dialogue avec la machine. La variante "AutoPark2" envoie à la position de
changement d'outil.
- OPERATOR interdit l'accès aux paramètres d'usinage et aux options avancées. L'utilisateur ne peut que régler l'origine pièce et lancer l'usinage automatique.
- ORIGINX=123.45 règle directement l'origine pièce à la valeur indiquée pour
l'axe X. L'argument est disponible pour chaque axe.
- MANUALM ouvre le module Lancelot sur sa fenêtre de pilotage manuel de
base pour la fraiseuse.
- MANUALT ouvre le module Lancelot sur sa fenêtre de pilotage manuel de
base pour le tour.
Intégration dans une chaîne automatisée
Galaad est un logiciel censé se suffire à lui-même depuis le processus de
conception jusqu'à la réalisation par usinage. Sauf pour le cas spécifique de
machines ou de broches non pilotables directement par le logiciel et qui
nécessitent donc un appel à un pilote externe ou à des librairies plus ou moins
exotiques, il n'est donc pas nécessaire a priori d'inclure tout ou partie de
Galaad dans une chaîne de traitement hétérogène.
Ceci étant proclamé haut et fort, on peut tout de même envisager de trouver
une petite place pour Galaad dans un ensemble plus grand et, s'il s'y trouve
bien au chaud, il se fera un devoir de coopérer avec son environnement de
travail. Il va de soi que la plupart des ordres passés à Galaad ne peuvent être
véhiculés que par le biais de la ligne de commande, dont les quelques arguments possibles ont été énumérés plus haut. Si l'on considère que c'est un
programme qui lance Galaad à un moment donné dans une chaîne de traitement
—————————————————— Considérations techniques — 21 - 365
GALAAD
3 —————————————————————————————
automatique, les quatre choses principales qu'il peut demander à Galaad sont
les suivantes :
1 - charger un fichier de dessin GAL donné ;
2 - modifier des textes présents sur ce dessin ;
3 - demander l'usinage en sautant les étapes de dialogue opérateur ;
4 - se refermer tout seul une fois que le processus est achevé.
Comme on l'a déjà vu, il existe des arguments compréhensibles par Galaad
qui peuvent concourir à cette séquence, les points 3 et 4 étant d'ailleurs
confondus en un seul. On ne va pas se répéter ; le mieux est de jeter un coup
d'œil sur ce qui vient d'être décrit en détails. Il est bien évident qu'on ne peut
pas demander à Galaad de créer ou modifier des éléments de dessin purement
graphiques par le biais de sa ligne de commande, ce qui s'avérerait bien trop
fastidieux. S'il s'agit de créer automatiquement un dessin pour ensuite lancer
son usinage sans intervention de l'opérateur, le mieux est alors de créer un
fichier dans un format standard connu des modules d'usinage Lancelot ou Kay,
appeler ceux-ci en leur passant le nom du fichier en argument, suivi de
l'argument complémentaire "AutoStart" qui lancera le processus d'usinage
automatique et en plus refermera poliment le module en fin de cycle.
A noter que si l'usinage de Galaad est pris en charge par un pilote externe,
celui-ci sera évidemment lancé de façon automatique si des arguments en ce
sens ont été passés au logiciel.
Pour un processus plus compliqué nécessitant des contrôles avancés
d'entrées/sorties, temporisations ou autres, le module Kynon se fera un plaisir
de charger et exécuter immédiatement, via ce même argument "AutoStart", un
programme automatique généré par un logiciel externe. Le format des fichiersprogrammes Kynon est de type texte, et la syntaxe n'est pas bien compliquée,
ressemblant de très près à ce qui est affiché sur sa séquence d'instructions à
l'écran (mais en Anglais). Il est important de respecter cette syntaxe et notamment ses espaces, sauf à risquer de perdre des lignes d'instructions.
Pour résumer, tout ce que font les modules de Galaad sous le contrôle d'un
opérateur peut être fait de façon automatique via les arguments de la ligne de
commande, ceux-là mêmes qui sont un peu malaisés à manipuler par un
utilisateur sur le bureau Windows, mais bien plus faciles à intégrer dans un
programme appelant qui encapsule Galaad dans un sur-ensemble, y compris
par traitement batch.
21 - 366
— Considérations techniques ——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Commandes transmises par messagerie
Pour les programmeurs, il existe une autre possibilité d'appel direct des
fonctions de pilotage de la machine, basée sur la messagerie inter-applications
de Windows et limitée aux modules Lancelot et Kynon. Lorsque ceux-ci sont
en pilotage manuel, ils se tiennent à l'écoute des messages WM_COPYDATA
que vous pouvez poster avec la fonction SendMessage() de l'API Windows. La
structure COPYDATASTRUCT se charge des données à transmettre au module,
son adresse étant donnée par l'argument LPARAM de SendMessage(). Dans
cette structure, le champ dwData doit prendre la valeur 26912021, le champ
lpData pointe sur la chaîne de caractères ANSI de la commande à exécuter, et
le champ cbData indique la taille de cette chaîne, zéro terminal compris.
Pour récupérer le handle sur la fenêtre de Lancelot ou Kynon, vous pouvez
utiliser l'API FindWindow(), sachant le ClassName du module est le nom du
programme avec son chemin d'accès, par exemple "C:\GALAAD\KYNON.EXE"
(tout en majuscules). Vous pouvez aussi utiliser le titre de fenêtre, mais celui-ci
est variable. Les commandes à transmettre sont celles qu'on trouve dans les
scripts de changement d'outil. Si l'application appelante a indiqué le handle de
sa fenêtre dans l'argument WPARAM de SendMessage(), alors Kynon retournera le résultat sous forme d'un autre message WM_COPYDATA acquittant la
commande une fois celle-ci exécutée. La structure de données retournée est
identique, le champ lpData contenant cette fois le texte "OK" ou "ERROR".
Le programme COPYDATA.EXE installé avec Galaad permet d'envoyer les
commandes au module. Le premier argument est le nom du module cible, et le
second argument (entre double-quotes) est la commande à exécuter. Exemple :
COPYDATA KYNON "MOVE TO X12.34 Y56.78 V600"
Interface avec Windows
Cette section s'adresse aux utilisateurs ayant une bonne connaissance des
mécanismes régissant l'environnement Windows. Les quelques précisions
techniques décrites ci-après peuvent aider à résoudre d'éventuelles difficultés
de mise en place ou d'utilisation de Galaad.
Rappelons que Galaad 3 est un ensemble cohérent de modules exécutables
compilés avec l'antédiluvien Borland C++ 5.02 et ciblés exclusivement pour la
—————————————————— Considérations techniques — 21 - 367
GALAAD
3 —————————————————————————————
plate-forme Windows 32 bits natif avec interface graphique, c'est à dire
Windows 95, 98, ME, NT-4, 2000, 2003-Server, XP, 2008-Server, Vista,
Seven et les nombreux successeurs dont Microsoft voudra bien nous gratifier.
Ces modules 32 bits fonctionnent parfaitement dans les encapsulations
standard des systèmes 64
bits (XP-64, Vista-64 ou
Seven). Vous n'avez a priori
rien à changer ou paramétrer.
Les seules restrictions sont
d'une part l'accès en écriture
dans le répertoire où le
logiciel est installé, dans la
session courante de l'utilisateur, et d'autre part le driver
qui permet d'accéder à la clef
de licence en tant que composant périphérique.
Comme on l'a déjà mentionné dans le chapitre consacré à l'installation,
Galaad ne fait pas d'ajout de fichiers hors de son répertoire d'installation, sauf
pour créer les raccourcis de lancement sur le bureau et dans le menu "Démarrer". Ces raccourcis sont de classiques fichiers GALAAD.LNK,
LANCELOT.LNK, etc. placés dans les sous-répertoires habituels de
C:\WINDOWS ou C:\WINNT, et associés aux modules exécutables. La base de
registre inclut deux nouveaux mini-jeux de deux clefs situés dans
HKEY_CLASSES_ROOT\GALAAD et HKEY_LOCAL_MACHINE\GALAAD
pour associer Galaad aux fichiers *.GAL. Rien de bien cataclysmique pour la
base de registre. Si vous enlevez Galaad en supprimant son répertoire, vous
pouvez éventuellement rechercher et retirer ces clefs. Mais Windows ne vous
en voudra pas en cas d'oubli.
Les modules exécutables de Galaad sont homogènes, créés à partir du seul
code source agrémenté de la base Object Windows Library de Borland sans
aucune adjonction d'objets de contrôle exotiques VBX, OCX ou autre ferblanterie. Quelques DLL développées chez Isel-Automation ont toutefois été
ajoutées pour piloter leurs commandes numériques de servomoteurs qui sont en
général intégrées au PC ou sur un bus CAN-CNC. Le module central de Galaad
est le programme GALAAD.EXE qui gère le dessin et l'environnement de
travail. Pour des raisons de commodité, le module d'usinage et pilotage manuel
a été placé dans le programme séparé LANCELOT.EXE qui est automatiquement appelé par Galaad, lequel lui passe les arguments et fichiers dont il a
21 - 368
— Considérations techniques ——————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
besoin. Ceci permet entre autres de faire tourner l'usinage comme une tâche de
fond indépendante pendant qu'on revient au dessin, du moins si le bruit
ambiant (qui, lui, n'est pas toujours de fond) le permet. Les autres modules sont
indépendants et travaillent de façon autonome, excepté le programme de dessin
de tournage GAWAIN.EXE qui utilise lui aussi le module LANCELOT.EXE pour
piloter le tour.
Toute la gestion des fichiers de Galaad, y compris en partage réseau, passe
par l'interface Windows. Vous pouvez donc utiliser les noms de fichiers longs
ou tout ce que Windows vous permet de faire dans ce domaine. Les extensions
de fichiers Galaad 3 sont *.GAL ; les objets en librairies *.GLI. Le fait de
double-cliquer sur un fichier GAL déclenche le lancement de Galaad avec
ouverture du fichier en question.
Par souci de portabilité, la communication avec la machine utilise de façon
exclusive les fonctions de gestion de flux standard de l'API Windows (CreateFile(), ReadFile(), WriteFile(), etc.) plutôt que les fonctions spécifiques de
contrôle des ports. Ceci permet d'assurer une excellente compatibilité avec les
évolutions de Windows même si, en matière d'informatique, mieux vaut
s'abstenir de faire des prédictions à caractère définitif.
Petit rappel : si votre fraiseuse est équipée d'une broche spéciale qui
démarre ou s'arrête avec d'autres systèmes de contrôle que ceux intégrés par
défaut, Galaad veut bien substituer ces codes aux siens propres. De même, il
est possible d'utiliser un programme externe en mode console CMD ou
Windows rien que pour le pilotage de la broche. Reportez-vous au chapitre
"Paramétrage de la fraiseuse", section "Broche".
Polices TrueType et Galaad
Galaad 3 exploite les polices de caractères répondant à la norme TrueType
ou compatibles ayant le flag Windows TRUETYPE_FONTTYPE. Ces polices
vectorielles sont constituées de deux types d'objets géométriques : les polygones et les Quadra-Splines. Le remplissage par hachurage ou cycle de poche est
assuré automatiquement par Galaad qui sépare avec plus ou moins de succès
les contours extérieurs des îlots intérieurs. La mise en italique utilise le
paramètre correspondant de l'appel au descripteur de police TrueType, les
variantes italiques de nombreux glyphes étant bien plus qu'une simple inclinai—————————————————— Considérations techniques — 21 - 369
GALAAD
3 —————————————————————————————
son. S'il n'y a pas de variante italique définie dans la police, vous pouvez
incliner vous-même les caractères en précisant un angle d'inclinaison. Si la
variante italique existe, cet angle sera ajouté à l'inclinaison courante.
Il existe pour Windows des polices de caractères sans épaisseur de trait,
bien que Windows ne puisse gérer de polices à traits simples (par exemple un
"I" majuscule dessiné par un seul trait, en fait un rectangle sans largeur mais
avec toutefois un aller-retour). Dans ce cas, Galaad peut éliminer les traits que
l'absence d'épaisseur laisse superposés, ce qui permet de gagner du temps à
l'usinage en évitant les allers-retours inutiles.
Les anciennes polices Galaad 2 restent présentes dans le logiciel pour
fournir ces caractères à simples traits optimisés pour la gravure, ou bien des
polices dont le hachurage est prédéfini. Ces quelques cinquante polices sont
installées dans le sous-répertoire FONTS. Trois extensions sont utilisées : GLF
pour Galaad Light Font (polices à simple trait, fort utiles), GOF pour Galaad
Outline Font (polices épaisses à contour et hachures possibles) et GSF pour
Galaad Special Font (polices spéciales, Braille ou autre).
Téléchargement de mises à jour
Galaad évolue régulièrement. Si les corrections sont devenues tout de
même assez rares avec le temps, de nouvelles fonctions continuent d'être
ajoutées ici et là au hasard des suggestions. Ces évolutions peuvent vous
intéresser, d'autant que la remise à jour au
sein d'une version est gratuite et de
surcroît facile lorsque vous avez un accès
direct à l'Internet : appelez la fonction
"Aide / A propos" puis cliquez sur le
bouton "Télécharger la mise à jour". Si
votre poste de travail sur Galaad n'est pas
connecté mais que vous pouvez cependant accéder à l'Internet depuis un autre
ordinateur, il suffit de télécharger sur le site web de Galaad le fichier de mise à
jour GAL-FRA.ZIP (version en Français) puis le recopier dans le répertoire
d'installation du logiciel et relancer celui-ci. Il détectera tout seul la présence
du fichier et se chargera de la mise à jour. A noter que la mise à jour du
logiciel ne modifie pas vos paramètres ni votre dessin courant.
21 - 370
— Considérations techniques ——————————————————
——————————————————————————————————
22
———————
1 0 1 1 0
QUELQUES CONSEILS
AUX DEBUTANTS
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
A la lecture des nombreux forums Internet consacrés à l'usinage CNC, il
apparaît que bien des personnes de bonne volonté hésitent à juste titre avant de
se lancer dans l'acquisition, la modification, voire la construction d'une
machine à commande numérique, craignant que les conséquences d'une erreur
s'avèrent difficiles à rattraper. Ce chapitre est un peu hors sujet dans le manuel
d'utilisation d'un logiciel qui vous propose un grand nombre de paramètres
pour calibrer votre machine et fera de son mieux pour pallier aux possibles
défauts de celle-ci. Le but de ces lignes n'est pas de trancher les quelques
éléments exposés sous forme d'arrogantes réponses définitives, mais plutôt de
faire en sorte que vous vous posiez les bonnes questions ou, tout au moins, que
vous vous posiez des questions utiles.
- Structure mécanique
Avant de vous enthousiasmer pour un type de machine, demandez-vous ce que
vous comptez en faire. Les besoins en rigidité ne sont pas les mêmes selon que
vous allez fraiser du polystyrène ou de l'acier. Qui dit rigidité dit structure
lourde, et qui dit structure lourde dit grosse inertie de mouvement. Si vous
voulez usiner vite, préférez une machine légère à châssis en profilés aluminium. Si vous voulez usiner du métal avec des passes gourmandes, vous
n'usinerez pas vite et l'inertie importe moins, du moment que l'ensemble est
résistant. Evidemment, si vous voulez usiner du métal à grande vitesse, il
faudra mettre le prix pour avoir à la fois une bonne rigidité et une grosse
puissance d'entraînement. On peut envisager d'usiner un matériau plus dur que
le châssis de la machine à condition de faire des passes enlevant chacune peu
de matière. En général, il vaut tout de même mieux avoir une structure plus
rigide que la pièce à usiner.
- Porte-à-faux
Le point critique dans un effort d'usinage, c'est l'outil qui avance dans la
matière. La résistance de celle-ci contraint en chaîne les éléments de la
structure mécanique qui va éventuellement se déformer, entraînant une perte de
précision. Le premier concerné est bien évidemment l'axe Z. En théorie, plus
celui-ci a de course utile, plus on peut usiner des pièces épaisses, du moins si
l'on a l'outil adapté. Mais plus votre broche descend, plus elle s'éloigne de ses
guidages restés en haut sur le portique, et plus votre axe va s'incliner lorsque la
pièce résiste aux avances de l'outil. Choisir un axe Z long est un mauvais calcul
si vous n'en avez pas l'utilité. Vous pouvez cependant compenser en mettant un
plateau-martyr très épais pour remonter la pièce afin de rapprocher le point
d'usinage des guidages du portique.
22 - 372
— Quelques conseils aux débutants ————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
- Guidages
A partir du moment où le châssis d'une machine ne se déforme pas sous l'effet
des contraintes d'usinage, du moins à des vitesses d'avance raisonnables, on
peut considérer que la qualité d'un axe repose essentiellement sur ses guidages.
La nature étant foncièrement hostile à toute forme d'intelligence, un chariot
mobile guidé profitera toujours au maximum du peu de jeu qui lui est permis
pour essayer de se mettre en travers. Si le guidage supporte un seul patin, plus
ce patin est long, moins il a cette liberté. S'il y a deux patins, plus ils seront
éloignés l'un de l'autre, plus le jeu en torsion sera limité. Ajoutons qu'un
mauvais parallélisme entre deux guidages d'un même axe peut occasionner une
usure rapide des patins. Une oreille fine, un dynamomètre et des feuilles de
clinquant sont les meilleurs amis de vos guidages.
- Transmissions
La seule chose qu'on demande à une transmission, c'est de ne pas avoir de jeu.
On trouve encore des réalisations mécaniques dont la qualité de guidage repose
en partie sur la transmission, par exemple une double vis sur un axe large. Cela
équivaut à admettre que les guidages ne sont pas optimaux ou que le châssis se
déforme. Sur une structure parfaitement rigide et dont les axes ne peuvent pas
se mettre en travers, la position des points de transmission n'a aucune importance. Faites plutôt porter votre effort sur la rigidité de la structure et la qualité
des guidages que sur les points de transmission. Par ailleurs, si vous utilisez
des vis trapézoïdales ou des courroies crantées, ne comptez pas trop sur le
logiciel pour gérer un rattrapage de jeu à l'inversion. Une fraiseuse manuelle
peut très bien accepter un rattrapage de jeu sur un axe à partir du moment où
l'autre axe est bloqué par un frein mécanique. Un tel blocage n'existe pas en
commande numérique. Lorsqu'une transmission a du jeu, son axe oscillera de la
valeur de ce jeu lorsqu'il est censé être immobile et que l'autre axe avance, au
gré des contraintes de l'usinage. Ce jeu-là ne peut pas se rattraper. Si un axe a
du jeu, corrigez-le de préférence par une action mécanique.
- Accouplements
Arriver à aligner parfaitement un moteur sur une vis est impossible. Vous
devez intercaler un système flexible qui absorbera l'erreur : soit une fixation du
moteur au châssis sur silentblocks, soit un cardan ou joint homocinétique, soit
encore deux poulies et une courroie crantée. Dans ce dernier cas, gardez à
l'esprit que plus les poulies ont un grand diamètre, moins l'erreur angulaire
occasionnée par l'élasticité de la courroie ou son jeu sur les poulies se traduit
par une erreur linéaire sur la vis. Mais plus l'inertie augmente.
———————————————— Quelques conseils aux débutants — 21 - 373
GALAAD
3 —————————————————————————————
- Précision
On entend parfois promettre 0,01 mm de précision avec une machine à
structure aluminium. Ne rêvons pas. Au mieux, on vous parle en fait de la
résolution linéaire des moteurs, laquelle n'a rien à voir avec la précision
mécanique. A moins d'usiner du polystyrène (et encore, vue son élasticité),
vous ne pouvez espérer atteindre une précision d'usinage de 0,01 mm qu'avec
une machine en fonte lourde, renforcée sur toutes les diagonales, dont les pieds
sont scellés dans la dalle de béton de l'atelier, dotée de guidages et de transmissions haut de gamme. Soyez réalistes sur les performances mécaniques.
- Résolution des moteurs
La précision d'une machine est uniquement liée à sa conception mécanique. La
finesse de mouvement de ses moteurs n'est pas un facteur de précision. Si votre
transmission a un rapport trop élevé, c'est-à-dire qu'un tour de moteur génère
un trop long mouvement, par exemple avec des courroies crantées ou des
câbles, augmenter la résolution des moteurs n'est pas la solution, puisque le
couple reste inchangé. Sur un moteur pas-à-pas, le couple a même tendance à
diminuer avec les micropas. Inversement, la courbe de couple d'un moteur pasà-pas chute fortement au-delà d'une certaine vitesse ; il convient par conséquent de rester en-deçà de cette vitesse critique. Un rapport de transmission
trop faible nécessite une vitesse de rotation élevée, risquant de dépasser le
point de chute du couple. Si vous voulez une machine rapide, privilégiez les
pas de vis longs avec des moteurs puissants ne tournant pas trop vite. Augmenter la résolution sert surtout à réduire les vibrations, la rotation en mode
micropas étant plus veloutée. Pour autant, pousser loin la résolution est
généralement inutile.
- Electronique de puissance
Le seuil de chute de couple d'un moteur pas-à-pas est lié au temps de charge de
ses bobines. Plus la vitesse de rotation augmente, moins les bobines disposent
de temps pour se charger. Si cette charge est lente, elle sera alors incomplète et
l'énergie accumulée moindre, ce qui fait chuter le couple. Pour qu'une bobine
se charge vite, il lui faut une tension élevée. La vitesse d'un moteur pas-à-pas
est donc liée à la tension d'alimentation de son drive de puissance. Mais
attention, manipuler des tensions élevées n'est pas anodin. Pensez avant tout à
votre sécurité. Dans la même veine, une alimentation sous-dimensionnée
occasionnera immanquablement des pertes de pas ou des erreurs de poursuite à
partir d'une certaine vitesse lorsque plusieurs moteurs ont besoin de courant
simultanément. Dans la mesure du possible, il est préférable d'avoir une
alimentation pour chaque axe, et largement surdimensionnée.
22 - 374
— Quelques conseils aux débutants ————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
- Electronique de commande
Les performances d'un système CNC se mesurent pas en KHz sur ses signaux
de sortie, mais en sa capacité de traiter le plus grand nombre possible de
vecteurs en un minimum de temps. Outre un langage de commande optimisé, il
est important de disposer d'une bande passante élevée pour que la transmission
aille toujours plus vite que le mouvement de la machine. Lorsque ce n'est plus
le cas, il arrive un moment où l'usinage devient heurté, faute pour le contrôleur
CNC d'avoir des mouvements d'avance dans son buffer de mémoire locale. Un
port USB n'est pas forcément le garant d'une bande passante élevée : tout
dépend de la façon dont ce port est géré, du protocole d'échange et du mode de
transmission. En outre, un buffer de bonne taille permet d'amortir les fluctuations de l'écart entre la transmission et l'exécution des mouvements. Sur la
plupart des machines, un petit mouvement et un long mouvement nécessitent
autant de temps pour être transmis. Mais le long mouvement mettra du temps à
s'exécuter et la transmission pourra en profiter pour prendre de l'avance si la
taille du buffer le permet. Cela évitera de se trouver ensuite dans une situation
critique lorsque, a contrario, un grand nombre de petits mouvements devront
être transmis, leur transmission allant à ce moment moins vite que leur
exécution sur la machine.
- Dynamique de mouvement
Usiner vite nécessite de gros moyens techniques - et donc financiers. Gardez à
l'esprit que, si l'énergie requise pour déplacer une masse donnée augmente en
proportion directe de cette masse, elle augmente aussi avec le carré de la
vitesse. Par conséquent, entraîner à la même vitesse avec la même accélération
un axe deux fois plus lourd nécessite certes deux fois plus de puissance, ce
dont il faut tenir compte avec des vis à bille longues ou de gros diamètre. Mais,
sur la même machine, usiner deux fois plus vite requiert quatre fois plus de
puissance ; usiner trois fois plus vite requiert neuf fois plus de puissance, etc. Il
est facile de déplacer un axe isolé à une vitesse très élevée, du moment qu'on
suit des rampes d'accélération et de freinage suffisamment longues. Dans un
usinage automatique, la vitesse d'avance se veut à peu près constante. Il n'est
donc pas question de passer l'essentiel du temps dans des phases d'accélération
et de freinage interminables qui feront chuter la moyenne et rendront inaccessible la vitesse demandée. Festina lente.
- Contacts de fin de course
Si votre machine travaille en coordonnées absolues, avec donc un point zéro
invariant (parfois appelé "origine machine" par opposition à l'origine pièce), il
est nécessaire qu'elle puisse effectuer son recalage avec une précision optimale.
———————————————— Quelques conseils aux débutants — 21 - 375
GALAAD
3 —————————————————————————————
Un défaut de répétabilité aura des conséquences sur toutes les positions fixes
réutilisées par la machine. Les micro-interrupteurs à languette comme les
Cherry DB1 ou Saia-Burgess XC vont très bien, à condition de les mettre face
au chariot mobile et non pas latéralement sur son passage. On obtient alors
sans problème une répétabilité du point de déclic de l'ordre de 0,01 mm avec
un micro-interrupteur de qualité. Il va de soi que l'interrupteur doit être protégé
par une butée mécanique qui évitera sa destruction par écrasement si le chariot
ne freine pas assez vite ou si une erreur de paramétrage l'empêche de s'arrêter
lorsque le contact bascule. Si vos interrupteurs ont une course trop faible, il
suffit de tordre la languette pour l'augmenter et ainsi éviter un cognement sur la
butée mécanique lorsque la course de recalage est rapide. D'une longévité quasi
infinie, les capteurs inductifs offrent eux aussi une excellente répétabilité, mais
leur utilisation ne permet pas toujours une distance de freinage après déclic.
Pour le capteur d'outils, un simple interrupteur anti-vandales comme le ITW
76-95 suffit pour obtenir une excellente répétabilité.
- Broche
Il serait dommage d'avoir une machine rigide, bien guidée et dotée de solides
transmissions pour mouvoir une broche de basse qualité. Et malheureusement,
il est très facile de trouver des broches pitoyables dont les roulements prennent
vite du jeu, quand ils n'en ont pas déjà en sortie d'usine. Une mauvaise broche
donnera de mauvais résultats et usera vos outils plus vite. Ne la négligez pas
dans votre budget. Privilégiez les broches équipées de roulements de haute
qualité, par exemple céramiques, et si possible à quatre roulements.
- Refroidissement
Plus la broche tourne vite, plus l'outil s'échauffe par frottement. Et plus l'outil
s'échauffe, plus il va s'user rapidement. Les outils coûtent cher : si vous usinez
à des vitesses de rotation élevées, ou si vous usinez des matériaux durs par
passes profondes, ayez pitié d'eux et n'hésitez pas à équiper votre machine d'un
dispositif de refroidissement : arrosage ou pulvérisation, venturi de réfrigération, même un simple flux d'air comprimé peut suffire à abaisser la température
de façon significative.
- Logiciel
Si vous êtes en train de lire ce manuel, c'est que vous avez probablement déjà
acquis une licence Galaad. Excellent choix, rien à ajouter.
22 - 376
— Quelques conseils aux débutants ————————————————
——————————————————————————————————
23
———————
1 0 1 1 1
L'USINAGE
TEL QU'ON LE CAUSE
——————————————————————————————————
GALAAD
3 —————————————————————————————
Le but du glossaire qui suit n'est pas d'imposer à force de harcèlement
textuel quelque prose francophoniquement correcte. Simplement, il se peut que
certains termes utilisés dans le logiciel ou dans ce manuel vous semblent plus
ou moins néo-barbares. Dans ce cas, un petit lexique non homologué par les
agitateurs armés de l'Académie française pourra peut-être s'avérer utile.
2D½ : se dit d'un usinage dont les profondeurs peuvent être multiples mais ne
varient pas le long des tracés (découpe, gravure ou fraisage plan).
3D : se dit d'une trajectoire dont la profondeur varie le long de son parcours.
Accroche : cotation immédiate sur un point de référence donné.
Arc : courbe circulaire ou à la rigueur elliptique, ouverte ou fermée.
Avance : déplacement d'usinage actif horizontal ou 3D, après que l'outil est
descendu dans le matériau.
Axe : ensemble moteur-transmission permettant le mouvement de la broche
d'usinage ou de la pièce dans une direction linéaire ou dans une rotation.
Axe A : axe de pivotement ou de tournage, parallèle au sens de mouvement sur
l'axe X.
Axe B : axe de pivotement, parallèle au sens de mouvement sur l'axe Y.
Axe C : axe de pivotement, parallèle au sens de mouvement sur l'axe Z.
Axe X : axe cartésien de mouvement horizontal, par convention ouest → est.
Axe Y : axe cartésien de mouvement horizontal, par convention sud → nord.
Axe Z : axe cartésien de mouvement vertical, par convention bas → haut.
Baud : unité de vitesse de transmission série (ou bit/s).
Bord d'outil : position corrigée de l'outil d'après son rayon.
Brise-copeaux : cycle de perçage pilotant une descente jusqu'à un palier donné
puis une légère remontée pour casser les rubans de copeaux torsadés, avant une
nouvelle descente jusqu'au palier suivant.
Broche : moteur électrique ou pneumatique portant les fraises d'usinage sur
son mandrin.
CAD/CAM : Computer-Aided Design / Computer-Aided Manufacturing. Voir
"CFAO".
23 - 378
— L'usinage tel qu'on le cause
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Capteur d'outil : boîtier de mesure automatique de la longueur de l'outil
évitant la prise d'origine manuelle Z. Souvent un simple interrupteur.
CAO : Conception Assistée par Ordinateur, c'est à dire le travail de dessin.
CCW : Counter-ClockWise. Voir "Sens trigonométrique".
Centre d'outil : axe vertical de rotation de l'outil.
CFAO : Conception et Fabrication Assistées par Ordinateur, c'est à dire le
travail de dessin et de réalisation par usinage ou autre.
CN : voir "Commande numérique".
CNC : Computerized Numerical Control. Voir "Commande Numérique".
Commande numérique : système électronique comprenant une interface avec
un ordinateur, un étage de calcul de trajectoires, un module d'entrées / sorties et
un étage de puissance qui pilote les axes mécaniques de la machine.
Contournage : trajectoire d'outil à l'intérieur ou à l'extérieur d'un parcours
dessiné, la distance entre eux correspondant au rayon de l'outil.
Coordonnée cartésienne : position d'un point exprimée de façon linéaire sur
chaque axe par rapport à un point origine.
Coordonnée polaire : position d'un point exprimée sous forme d'une distance
et d'un angle par rapport à un point origine.
Couche de dessin : plan virtuel de dessin dans lequel les objets sont dessinés.
Les couches sont apparentées à des calques superposés.
Couche de finition : différence de profondeur entre la passe d'ébauche et la
passe de finition.
Course : longueur de mouvement disponible sur un axe.
Course de référence : recalage mécanique de la position absolue de la machine
par mouvement vers les contacts de fin de course zéro pour chaque axe.
CW : ClockWise. Voir "Sens horaire".
Cycle de poche : série de parcours de contournages permettant l'évidage par
remplissage d'un contour dessiné.
Cycle outil : processus d'usinage complet (ébauche, finition, découpe) pour un
outil de la séquence.
—————————————————
L'usinage tel qu'on le cause
— 23 - 379
GALAAD
3 —————————————————————————————
Débourrage : action de percer jusqu'à un palier donné puis de remonter
complètement l'outil afin de dégager les copeaux et recommencer jusqu'au
palier suivant.
Découpe : usinage à une profondeur correspondant à l'épaisseur de la pièce.
Descente : abaissement rapide de l'outil rétracté, jusqu'à la surface supérieure
de la pièce, avant perçage.
Ebauche : première passe d'usinage approchant sans l'atteindre la trajectoire
dessinée (voir "Finition").
Encodeur : capteur de position angulaire monté sur un axe permettant de
connaître la position linéaire sur celui-ci.
Découpe : usinage d'une trajectoire dont la profondeur correspond à l'épaisseur
brute du matériau.
Fichier : bloc de données informatiques. Ces données sont à prendre au sens
large et peuvent être un dessin, une image, un programme, etc.
Finition : deuxième passe d'usinage après l'ébauche, suivant précisément la
trajectoire dessinée (voir "Ebauche").
Hauteur de retrait : distance verticale séparant la surface supérieure de la
pièce du plan dans lequel l'outil rétracté peut être déplacé rapidement.
Ilot : poche de matériau à éviter à l'intérieur d'un remplissage ou d'une
trajectoire de contournage.
Initialisation : phase d'ouverture du dialogue avec la commande numérique.
Interpolation circulaire : mouvement circulaire exécuté d'une seule traite et
non par une succession de petits vecteurs linéaires.
Interpolation linéaire : mouvement sur plusieurs axes simultanés.
Interpolation XYZ : mouvement 3D sur trois axes X Y et Z simultanés.
Mandrin : pince à mors qui serre l'outil sur la broche.
MOCN : Machine-Outil à Commande Numérique.
Mode direct : pilotage de la commande numérique avec accusé de réception et
validation pour chaque ordre ou mouvement exécuté.
Mouvement inactif : déplacement de l'outil hors usinage, rétracté au-dessus de
la pièce.
23 - 380
— L'usinage tel qu'on le cause
—————————————————
————————————————————————————— GALAAD 3
Origine machine : voir "Point zéro machine".
Origine pièce : point de référence permettant de localiser la pièce sur le
plateau de la machine.
Outil : fraise, foret, pointe ou autre, assurant le travail actif d'usinage.
Override : sur- ou sous-multiplicateur de vitesse finale (perçage et avance).
Palier : passage de l'outil limité par sa profondeur maximale d'usinage. Le
terme académique est "passe" mais celui-ci peut induire en confusion.
Palpage : acquisition automatique d'une surface ou d'un volume par pilotage
d'un capteur de mesure sur un modèle ou une pièce déjà existante.
Passe : phase d'ébauche, finition ou découpe des trajectoires dessinées.
Perçage : phase de pénétration verticale de l'outil dans le matériau, avant la
phase d'avance horizontale ou 3D.
Pilote de machine : programme de supervision et pilotage de l'usinage.
Plongée : voir "Perçage".
Point zéro machine : point de coordonnées absolues (0;0;0) sur la machine,
correspondant au point de référence de chaque axe.
Post-processeur : syntaxe et langage de génération d'un fichier de dessin ou
d'usinage, destiné à être repris par un pilote de machine.
Port : ligne de communication entre l'ordinateur et un appareil périphérique.
Profil : coupe longitudinale de l'outil (cylindrique, conique, hémisphérique ou
assimilée).
Queue d’outil : extrémité inactive de l’outil qu’on fixe dans le mandrin.
Résolution : plus petit déplacement que la commande numérique peut piloter.
Rétraction : action de remonter l'outil au-dessus de la pièce pour pouvoir le
déplacer sans usiner.
Sens horaire : sens des aiguilles d'une montre.
Sens trigonométrique : sens inverse des aiguilles d'une montre.
Surépaisseur de coupe : petite profondeur fixe ajoutée à l'épaisseur du
matériau brut pour usiner les trajectoires de la passe de découpe.
—————————————————
L'usinage tel qu'on le cause
— 23 - 381
GALAAD
3 —————————————————————————————
Surfaçage : remise à plat du plateau de support des pièces à usiner, afin
d'obtenir un plan conforme aux axes X et Y de la machine.
Vecteur : mouvement linéaire de base comprenant un point de départ, un point
d'arrivée et une vitesse de mouvement.
Visuel : se dit d'un objet dessiné qui ne doit pas être usiné.
Vitesse d'avance : vitesse de déplacement horizontal ou 3D de l'outil en
usinage pour une trajectoire dessinée.
23 - 382
— L'usinage tel qu'on le cause
—————————————————
Imprimé à Nice par
Fac Copies Office Document
www.FacCopies.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising