premier cours

premier cours
La mémoire
Introduction à l’informatique et à la programmation
Un ordinateur
La mémoire peut être vue comme une simple suite de cases contiguës.
Le numéro d’une case dans cette suite est appelé son adresse.
Chaque case (mot) peut contenir une valeur entière écrite sur un nombre fixe de
chiffres (mettons 8).
Un ordinateur est une machine à calculer composée de :
–  un processeur (ou unité centrale) qui effectue les calculs
–  une mémoire qui conserve les données et les résultats des calculs
–  des périphériques qui permettent à l’utilisateur de communiquer avec la
machine.
…
0
1
2
3
Il existe différents types de périphériques :
Contrairement aux humains qui écrivent les nombres avec 10 chiffres différents
(de 0 à 9), les ordinateurs les écrivent avec seulement deux chiffres (le 0 et le 1).
Ces chiffres sont appelés bits (binary digits, chiffres binaires).
–  Les périphériques d’entrée qui permettent de transmettre une information
de l’utilisateur vers la machine : clavier, souris, crayon optique, …
–  Les périphériques de sortie qui permettent à la machine de transmettre une
information vers l’utilisateur : écran, imprimante, enceintes, ...
–  Les périphériques d’entrée-sortie qui peuvent transmettre une information
dans les deux sens : lecteurs de disquettes, disque dur, lecteurs/graveurs
cdrom …
1
010110010011110100001010…
0
1
2
3
2
L'octet
Le bit
En numérotation binaire le bit est la plus petite unité d'information manipulable
par une machine numérique.
L'octet est une unité d'information composée de 8 bits. Il permet de
stocker plusieurs types de données :
Avec un bit il est ainsi possible d'obtenir deux états (2):
0-1
– 
– 
– 
– 
Avec 2 bits il est possible d'obtenir quatre états (2*2):
0 0 - 0 1- 1 0 - 1 1
un caractère
une lettre
un nombre
…
Ce regroupement de bits par série de 8 permet une lisibilité plus grande,
au même titre que l'on apprécie, en base décimale, de regrouper les
nombres par trois pour pouvoir distinguer les milliers. Par exemple le
nombre 1 256 245 est plus lisible que 1256245.
Avec 3 bits il est possible d'obtenir huit états (2*2*2):
000-001-010-011
100-101-110-111
Pour un groupe de n bits, il est possible de représenter 2n états (valeurs).
3
4
Codage
Codage
Afin de pouvoir stocker en mémoire des nombres entiers, des caractères, ou tout
autre type, il faut établir une correspondance (un codage) entre chaque nombre
binaire et chaque donnée.
Par exemple, pour un codage des nombres entiers sur 2 bits, nous pouvons
utiliser la correspondance suivante :
Dans le codage que nous venons d’utiliser chaque bit à un poids. Ce poids
dépend de la position du bit en partant de la droite.
Comme pour les dizaines, les centaines et les milliers pour un nombre décimal, le
poids d'un bit croît d'une puissance de deux en allant de la droite vers la gauche.
00 code le 0
01 code le 1
10 code le 2
11 code le 3
01 = 0 * 21 + 1 * 20 = 0 * 2 + 1 * 1 = 1
10 = 1 * 21 + 0 * 20 = 1 * 2 + 0 * 1 = 2
0101 = 0 * 23 + 1 * 22 + 0 * 21 + 1 * 20 = 0 * 8 + 1 * 4 + 0 * 2 + 1 * 1 = 5
1101 = 1 * 23 + 1 * 22 + 0 * 21 + 1 * 20 = 1 * 8 + 1 * 4 + 0 * 2 + 1 * 1 = 13
Ce codage en base 2 (ou codage binaire) des entiers est utilisé par l’ordinateur
pour effectuer tous les calculs.
5
6
Codage
Codage / mémoire / adresse
De la même manière que l’on code des nombres, il est possible de coder des
caractères. Sur un octet, on utilise le code ASCII (American Standard Code for
Information Interchange). Voici une partie du codage :
Caractère
Y
Z
[
\
]
^
_
`
a
b
c
Nombre entier
89
90
91
92
93
94
95
96
97
98
99
Pour résumer, la mémoire est une suite de cases ou mots (d’un octet par
exemple) et chacun de ces mots possède une adresse. Chacun de ces mots peut
coder un nombre, un caractère, …
010110010110000100001010…
Nombre binaire
1011001
1011010
1011011
1011100
1011101
1011110
1011111
1100000
1100001
1100010
1100011
0
1
2
3
Dans cet exemple, si le programme qui utilise la mémoire stocke un entier à
l’adresse 2 et un caractère à l’adresse 1, alors on peut voir que le nombre 10 est
stocké à l’adresse 2 et que le caractère ‘a‘ est stocké à l’adresse 1.
C’est dire que le programme interprète le contenu de la mémoire.
7
La capacité d’un programme à accéder à un mot d’une case mémoire
directement par son adresse donne son nom à la RAM : Random Access
Memory.
8
Notion de programme ‘binaire’
KiloOctets, MégaOctets
Un programme peut être vu comme une suite de mots stockés consécutivement
en mémoire. Cette suite est appelée « un binaire ». Ces mots codent des
instructions élémentaires reconnues et exécutables par le processeur.
–  Un Kilo-octet (ko) = 210 octets = 1024 octets
Un mot binaire de la mémoire peut donc représenter un entier, un caractère,
d’autres types de données, mais également une instruction. Par exemple :
–  Un Méga-octet (Mo) = 220 octets = 1024 Ko = 1 048 576 octets
–  Un Giga-octet (Go) = 230 octets = 1024 Mo = 1 073 741 824 octets
–  recopier une valeur entière stockée dans un endroit (adresse) de la
mémoire vers un autre endroit (une autre adresse) de la mémoire
–  opérations arithmétiques :
•  additionner 2 entiers
•  soustraire 2 entiers
•  multiplier 2 entiers
–  comparer 2 entiers (égalité, inférieur, inférieur ou égal)
–  afficher un entier à l’écran
–  passer à l’instruction suivante si une condition est vérifiée
–  …
–  Un Téra-octet (To) = 240 octets = 1024 Go = 1 099 511 627 776 octets
Capacité de quelques mémoires informatiques usuelles
- disquette : 1,44 Mo
- mémoire vive (RAM) : quelques Go
- disques durs : quelques centaines de Go
- CD-audio standards : 650 Mo
- DVD (simple face, simple couche) : 4,7 Go
9
Un petit programme
10
Assembleur et langages évolués
Pour écrire ce programme, on peut :
Pour effectuer des opérations, le processeur est muni d’un petit nombre de
registres qui, comme la mémoire, contiennent des mots. Ces registres de l’ALU
(unité logique et arithmétique) ont pour rôle de stocker les opérandes et le
résultat des opérations arithmétiques.
Par exemple, si on veut additionner un nombre situé à l’adresse A et un nombre
situé à l’adresse B puis mettre le résultat à l’adresse C, on ne peut pas
directement additionner, il faut procéder en plusieurs étapes :
–  Transférer le nombre situé à l’adresse A dans le registre 1 de l’ALU
–  Transférer le nombre situé à l’adresse B dans le registre 2 de l’ALU
–  Additionner les registres 1 et 2 de l’ALU puis mettre le résultat dans le
registre 3
–  Transférer le nombre du registre 3 de l’ALU vers l’adresse C
– Utiliser un langage de programmation de bas niveau comme le langage
d’assemblage qui permet de manipuler directement les registres de l’ALU, mais
les instructions sont élémentaires (et dépendent de l’architecture de la machine,
nombres et noms des registres, variantes du jeu d’instruction).
L’assembleur se contente alors d’effectuer le codage de chaque instruction texte
en séquences d’entiers.
Trans A R1, Trans B R2, ADD R1 R2 R3, Trans R3 C
– Utiliser un langage de programmation évolué comme le langage C. Les
langages évolués permettent au programmeur d’écrire directement des
expressions complexes. On ne manipule plus les registres, et le texte est alors
relativement indépendant de l’architecture.
c = a + b;
Le texte des instructions est compilé par un compilateur, c’est à dire traduit en
une série de codes binaires.
11
12
Système d’Exploitation
Arborescence des fichiers
Au niveau le plus bas, les périphériques (disque dur, clavier, écran, imprimante
etc.) ne comprennent que des ordres de type assembleur. Par exemple :
–  positionner la tête du bras du disque dur sur telle piste de tel secteur
–  écrire telle séquence
–  …
Le système d’exploitation est le programme chargé de fournir à l’utilisateur (et au
programmeur) une appréhension abstraite des mécanismes matériels de la
machine et de ses périphériques.
Par exemple, les données sur disque ne sont plus vues comme des données
tronçonnées en secteurs et en pistes, mais en systèmes de fichiers avec des
noms, que l’on peut grouper dans des répertoires, avec des droits d’accès pour
certains utilisateurs.
Les programmes sont vus comme des processus qui se partagent les ressources
du processeur et ne peuvent pas pénétrer dans les zones mémoires réservées
par d’autres processus (sauf par malveillance ou accident).
En salles de TP, nous utiliserons le système Unix.
Unix organise les données stockées sur les disques en fichiers (files) et
répertoires (directories). Les fichiers contiennent les données (images, textes,
programmes, code partagé . . .) et les répertoires permettent de les classer. Le
classement prend pour analogie un arbre généalogique de paternité.
Un répertoire peut contenir plusieurs fichiers et plusieurs répertoires. On dit que
les fichiers et répertoires contenus dans un répertoire P sont les fils de P. Si un
répertoire P contient un fichier ou un répertoire F on dit également que P est le
père de F. Dans un répertoire, tous les fils doivent avoir des noms différents.
Il existe un répertoire qui contient tous les autres fichiers et répertoires : il est
appelé répertoire racine (root) de l’arborescence des fichiers. Par convention la
racine est son propre père. Chaque fichier ou répertoire possède un nom (une
suite de caractères aussi longue que l’on veut). Par convention la racine se
nomme « / ».
13
Arborescence des fichiers
14
Arborescence des fichiers
On voit que deux fichiers/répertoires de père différents peuvent avoir le même
nom, comme ici les répertoires bin.
Pour désigner un fichier/répertoire de façon unique, on utilise son chemin (path),
c’est-à-dire son nom précédé de toute la série de ses ancêtres depuis la racine.
Chaque nom est séparé par autant de slash (/ ) que l’on veut. Ainsi, on distingue
par exemple les différents répertoires bin :
–  /bin
–  /usr/bin
–  /usr/local/bin
–  …
15
16
Identification
Interpréteur de commandes
Pour pouvoir utiliser un ordinateur sous Unix, il faut se loguer, c’est à dire
s’identifier comme une personne autorisée par les administrateurs du système à
utiliser la machine.
Lorsqu’un utilisateur logué ouvre une fenêtre de terminal de commandes, ‘xterm’
par exemple, celle-ci apparaît avec une invite de commande : le prompt. C’est un
signe qui indique que le terminal est prêt à saisir une commande.
Ce prompt est souvent le signe dollar ‘$’. Le curseur texte clignote juste à droite,
prêt pour la saisie d’une commande au clavier.
Se loguer consiste à saisir son login (identifiant utilisateur) au clavier ainsi que
son mot de passe secret (à frapper à l’aveugle).
Pour vous en TP, le login est l’initiale de votre nom de famille (en minuscule)
suivie du numéro de votre carte d’étudiant. Le mot de passe initial est le numéro
INE, qui vous a été donné lors de votre inscription (la première chose à faire sera
d’ailleurs de changer ce mot de passe en TP).
Ces informations se trouvent sur vos certificats de scolarité.
karim@12806543287 ~ $
La fenêtre de terminal de commandes est aussi appelée ‘console’
17
18
La commande ls
La commande pwd
La commande ls (list) permet d’afficher le contenu d’un répertoire.
Les arguments de ls sont les répertoires/fichiers à lister.
S’il n’a pas d’argument, ls affiche le contenu du répertoire courant.
L’utilisateur se situe toujours à un endroit dans l’arborescence des fichiers : le
répertoire courant (working directory). On peut demander quel est ce répertoire
avec la commande pwd (print working directory).
Pour cela :
–  saisir la commande au clavier.
–  puis valider avec la touche Entrée (Return, Enter).
karim@12806543287 ~ $ ls
salut.c tp
karim@12806543287 ~ $
Au lancement, cet endroit est généralement la racine du compte de l’utilisateur :
un répertoire où il peut stocker ce qu’il veut (ci-dessous : /home/karim).
Après la validation de la commande le résultat de la commande est affiché, puis
la console est de nouveau en attente d’une autre commande.
Ici, le résultat de la commande indique que le répertoire courant est composé de
deux fils : ‘salut.c’ et ‘tp’.
Pour savoir s’il s’agit de répertoires ou de fichiers il faut utiliser l’option –F :
karim@12806543287 ~ $ ls
salut.c tp/
karim@12806543287 ~ $
karim@12806543287 ~ $ pwd
/home/karim
karim@12806543287 ~ $
19
-F
On voit que ‘salut.c’ est un fichier et que ‘tp’ est un répertoire (termine par un ‘/’)20
Interpréteur de commandes :
chemin absolu & chemin relatif
La commande cd
Comme il n’est pas pratique de désigner les fichiers en indiquant toujours leur
chemin depuis la racine (chemin absolu), on utilise la notion de chemin relatif au
répertoire courant.
Les fils immédiats sont accessibles immédiatement par leur nom, et le père est
accessible par deux points ‘..’
karim@12806543287 ~ $ pwd
-> affichage du répertoire courant
/home/karim
karim@12806543287 ~ $ ls tp
-> ls du répertoire tp (chemin relatif)
tp1.c
tp2.c
karim@12806543287 ~ $ ls /home/karim/tp
-> ls du répertoire tp (ch. absolu)
tp1.c
tp2.c
karim@12806543287 ~ $ ls ../
karim tmp
karim@12806543287 ~ $ ls /home/
karim tmp
karim@12806543287 ~ $
-> ls du répertoire home (ch. relatif)
On peut se déplacer d’un répertoire vers un autre avec la commande cd (change
directory). L’argument est le chemin du répertoire de destination.
karim@12806543287 ~ $ pwd
/home/karim
karim@12806543287 ~ $ cd tp
karim@12806543287 ~ /tp $ pwd
/home/karim/tp
karim@12806543287 ~ /tp $ cd ..
karim@12806543287 ~ $ pwd
/home/karim
-> affichage du répertoire courant
-> aller dans le répertoire /home/karim/tp
(chemin relatif)
-> affichage du répertoire courant
-> remonter dans le rép. /home/karim
(chemin relatif)
-> affichage du répertoire courant
karim@12806543287 ~ $ cd /home/karim/tp -> aller dans le rép. /home/karim/tp
(chemin absolu)
-> ls du répertoire home (ch. absolu)
21
Les commandes mkdir & rm & man
karim@12806543287 ~ /tp
/home/karim/tp
$ pwd
-> affichage du répertoire courant
22
Quotas en mémoire
On peut créer un répertoire à l’aide de la commande mkdir (make directory).
Les arguments de mkdir sont les répertoires à créer.
$ ls -F
tp1.c test.c
$ mkdir INTRO_INFO
$ ls -F
tp1.c test.c INTRO_INFO/
La commande rm permet de supprimer un fichier ou un répertoire. Il faut utiliser
l’option –r pour un répertoire.
$ rm
$ rm
$ ls
tp1.c
test.c
-r
INTRO_INFO
Il existe de nombreuses autres commandes. Pour chacune, il existe souvent
plusieurs manières de l’utiliser (plusieurs options, plusieurs arguments,…). Pour
obtenir le manuel d’utilisation de la commande (s’il existe), il suffit d’utiliser la
commande man avec en argument le nom de la commande.
23
Par exemple : man ls.
Le système d’exploitation utilise un système de quotas fixant les limites de
stockage qu’un utilisateur ne doit pas dépasser.
Deux limites : soft et hard.
Lorsque la limite soft est dépassée, l’utilisateur est prévenu qu’il doit effacer une
certaine quantité de données avant un certain temps, sinon des sanctions seront
prises (accès au compte supprimé).
24
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising