En route avec bébé - Association Prévention Routière

En route avec bébé - Association Prévention Routière
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 1
Hors-série
w
md
k
l
En route avec bébé l
bébé
automobile
q
q
t
voiture
www.preventionroutiere.asso.fr
d
www.agf.fr
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 2
Parents, grands-parents,
aidez-nous
dans l’éducation
à la route
de votre enfant
Conseils, expertise, documents d’information, kits pédagogiques, séances d’éducation routière
dans les écoles… La Prévention Routière agit tous les jours auprès des enfants pour en faire
les usagers de la route de demain.
Vous aussi, vous pouvez participer activement à ce combat pour la vie !
Association reconnue d’utilité publique, La Prévention Routière n’a d’autres moyens pour agir que le soutien
de ses 220 000 adhérents et donateurs, particuliers ou entreprises. C’est grâce à vous qu’elle pourra
développer ses actions : en devenant adhérent ou donateur, vous lui permettrez de sensibiliser encore
plus d’enfants aux dangers de la rue.
Ainsi, en 2005,
• 1 600 000 enfants et adolescents
bénéficient chaque année d’exercices
de circulation et d’analyse du danger
routier sur plus de 600 pistes
d’éducation routière ;
• plus de 20 000 kits pédagogiques
ont été distribués aux enseignants
des collèges et lycées ;
• des millions de brochures
et de dépliants d’information
ont été diffusés au grand public
par les comités départementaux
de La Prévention Routière.
En savoir plus et aider La Prévention Routière :
www.preventionroutiere.asso.fr
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 3
3✖
Le magazine pour assurer sur la route
Bébé
est arrivé…
Attention, tout va changer !
Et a fortiori les sorties. Couffin,
poussette, siège auto: bébé a besoin
d’évoluer dans un matériel homologué,
adapté à son âge et à sa morphologie.
C’est pourquoi AGF et
04 ✖ Bébé un passager fragile
La Prévention Routière vous
06 ✖ Bien choisir son siège auto
offrent ce guide En route
10 ✖ Voyager avec bébé : les règles à suivre pour un trajet sans soucis
avec bébé, pour que vos
12 ✖ À pied, en poussette ou à vélo…
trajets en voiture et dans
14 ✖ Test : êtes-vous un parent modèle ?
la rue se passent en toute
quiétude. Savez-vous, en
effet, que 40% des accidents
mortels chez l’enfant
08
passager se produisent
sur des trajets inférieurs
à 3 km ? Le plus révoltant,
c’est que dans la majorité
des cas il n’était pas ou
mal attaché… En voiture,
un bébé doit toujours
être correctement
attaché. Du bon sens,
de la sagesse, de
04
l’attention et de
la sécurité: voilà ce
que votre enfant vous
demande pour
appréhender sa vie
11
qui commence.
k
tqq
ll
voiture
w
14
automobile
La rédaction
md
bébé
Directeur de la publication : Gérard Bonnet, AGF IART - 87, rue de Richelieu, 75113 Paris Cedex 02. Directeur de la rédaction :
Bernard-Alain Hulot. Rédacteur en chef : Martine Baruch. Comité éditorial : Jean-Yves Salaün et Guillaume Pennequin pour La Prévention
Routière. Réalisation : publishing, 20, rue des Jardins, 92601 Asnières-sur-Seine Cedex. Tél. : 01 41 11 65 45. Ont participé à ce numéro :
Delphine Boffy, Arlette Chabrol, Charles Courvoisier, Nathalie Pons, Stéphane Richarte, Anaïse Viard. Illustration : Sylvain Chevalier.
Crédits photos : Gettyimages, Corbis, Fotolia, Goodshoot.
www.agf.fr - www.preventionroutiere.asso.fr
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 4
Tout commence dès la maternité
un passager fragile
Bébé est enfin là. Bien sûr, vous n’avez
pas attendu sa naissance pour préparer sa chambre. De la même façon,
n’attendez pas qu’il soit sorti de la
maternité pour penser à sa sécurité en
voiture. Car ce nouveau-né qui vous
comble de bonheur et vous fait fondre
au moindre regard est un petit être très
vulnérable. Il a besoin d’être protégé. Et
vous êtes, vous, ses parents, les premiers à assurer cette protection et à
veiller à sa sécurité. Cela commence
précisément au moment où vous quittez la clinique pour rentrer chez vous…
Vous allez probablement prendre votre
voiture. Vous aurez alors besoin d’un
dispositif de retenue pour transporter
votre bébé. Pas question en effet de le
faire voyager, même pour un court trajet, dans un couffin posé sur la banquette arrière ou dans les bras de sa
maman. Ce serait, dans un cas comme
dans l’autre, l’exposer à un risque
majeur : parce qu’il est encore très fragile (voir interview du docteur Jacques
Cheymol ci-contre), un coup de frein
brusque, un très petit choc pourraient
avoir des conséquences dramatiques.
Seul un dispositif parfaitement adapté
à sa morphologie, bien fixé au véhicule
et dans lequel il sera correctement
installé et fermement maintenu par des
sangles peut assurer sa sécurité.
Très vite, d’ailleurs, le fait de l’attacher
deviendra pour vous un geste automatique. Il vous paraîtra même inconcevable de démarrer si votre enfant n’est
pas correctement « ceinturé ». Et dans
quelques années, c’est votre enfant luimême qui, habitué à cette protection,
le fera spontanément. La prévention ne
commence jamais trop tôt… ✖
Des chiffres qui font réfléchir
✖ 20
km/h : c’est le seuil à partir duquel un accident peut être mortel pour un enfant
s’il n’est pas retenu.
✖ 40 % des accidents mortels chez l’enfant passager se produisent sur des trajets inférieurs à 3 km.
✖ Dans un choc à 30 km/h, le poids des passagers est multiplié par 20.
Un bébé de 4 kg pèse alors l’équivalent de 80 kg… autant dire qu’il devient
impossible à retenir dans les bras de sa maman ! Pire, projeté contre
un siège ou le pare-brise, il risque alors d’être grièvement blessé, voire
de blesser un autre occupant de la voiture. Avec le même scénario, mais à
50 km/h, son poids est multiplié par 30 et cette fois, il risque sérieusement
d’être éjecté du véhicule, ce qui multiplie par 6 ou 7 le risque d’être tué.
✖ Près de 50 % des enfants voyagent non attachés sur les trajets courts.
✖ 25 % sont mal attachés ou installés dans des dispositifs mal adaptés.
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 5
bébé
l
m ll
w
dt
qq
voiture
5✖
k
Docteur Jacques Cheymol, pédiatre
« Le risque majeur, pour un bébé non attaché,
c’est d’être éjecté »
Pourquoi est-il essentiel d’attacher les bébés
dos à la route en voiture les premiers mois ?
L’installation « dos à la route » permet de limiter au
maximum les mouvements de l’axe tête-cou-tronc
en cas de choc et ainsi de prévenir tout traumatisme
grave. En effet, chez un bébé, la masse de la tête est
proportionnellement plus importante que celle du corps.
Elle a donc tendance à se mettre en mouvement
plus rapidement. Par ailleurs, un tout-petit n’a pas
un tonus spontané aussi puissant d’un point de vue
neuromusculaire que celui des enfants plus âgés
ou des adultes. Si bien qu’en cas de choc, il n’a pas du
tout les mêmes possibilités de résister à la décélération.
Les risques de lésions au niveau du cou sont alors
d’autant plus grands.
Est-ce pour cette raison que, même à faible vitesse,
un choc peut avoir des conséquences pour
un bébé alors qu’elles seraient moins importantes
pour un adulte ?
Oui. Même à faible allure, un choc peut éjecter
un enfant non attaché. Il peut alors heurter
violemment le siège avant, le tableau de bord
ou le pare-brise. Il devient un véritable projectile
dans l’habitacle ! Maintenant, essayez d’imaginer
ce qui se passerait pour lui en cas de tonneaux…
Les parents qui viennent vous consulter
vous semblent-ils sensibilisés à ce sujet ?
Bon nombre d’entre eux me demandent
des informations sur les dispositifs de retenue.
Ils veulent notamment savoir, en fonction de l’âge
de leur enfant, celui qui conviendra le mieux. De fait,
c’est un point important. Le siège doit impérativement
être adapté à la physiologie de l’enfant. Jusqu’à 6,
voire 9 mois, un bébé ne peut pas tenir assis tout seul.
À cet âge-là, il est donc hors de question de le maintenir
trop longtemps dans un siège, d’où l’intérêt de faire
des pauses très régulières. Cela dit, ce que je constate
bien souvent, c’est que les parents se préoccupent
surtout de la question lorsqu’ils s’apprêtent à faire
un long trajet. Mais sur les petits trajets quotidiens,
beaucoup n’y pensent pas. Pour quelques centaines
de mètres à faire, ils ont l’impression que ce n’est pas
la peine d’installer bébé dans son siège : ils le gardent
dans les bras. Comme si le problème ne pouvait pas
se poser sur un trajet court… J’insiste alors pour
leur expliquer l’importance de l’attacher correctement
en toutes circonstances, même pour faire cent mètres
sur un parking, par exemple.
Quels conseils donnez-vous à la veille
d’un long voyage en voiture avec bébé ?
C’est l’été que cela pose vraiment problème : lorsque
le voyage dure deux jours, avec des embouteillages
ou des attentes prolongées aux péages en plein soleil.
Là, le risque est important. La moindre petite virose
digestive chez un bébé peut prendre des dimensions
extrêmement préoccupantes. C’est pourquoi je suggère
aux parents de gérer avec le plus grand soin la moindre
petite maladie de l’enfant avant de partir. Et de ne pas
hésiter à s’arrêter pour consulter si un problème
se déclenche en cours de route. Mais d’une façon générale,
je recommande de ne pas rouler dans les périodes
les plus chaudes de la journée et de fractionner
les trajets : un arrêt au moins toutes les deux heures
pour changer l’enfant, le faire boire.
La climatisation est-elle néfaste ?
À votre avis, mieux vaut avoir 20 °C de façon à peu près
constante dans une voiture ou 35 °C et des courants
d’air terribles ?
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 6
Les dispositifs de retenue
Bien choisir
Quelques points
à contrôler
avant l’achat
✖ Le dispositif doit être
homologué: pour
prouver la conformité
à la norme européenne,
son étiquette porte
la mention ECE 44/03.
La mention «universelle»
indique que le produit
convient à tous les véhicules.
✖ Si votre voiture en
est équipée, optez pour
un dispositif Isofix
(voir encadré page 9).
✖ Pour un siège «dos
à la route», vérifiez
que la ceinture trois points
de votre véhicule qui
va permettre de le fixer
est assez longue. Si votre
véhicule est récent, consultez
son manuel d’utilisation:
il mentionne obligatoirement
les dispositifs qui lui
conviennent le mieux.
✖ Si vous avez d’autres
enfants, assurez-vous que
l’installation du siège sur
la banquette arrière
n’empêchera pas d’installer
leurs dispositifs de retenue.
✖ Choisissez un siège dont
le montage est simple
et rapide: à la fois pour ne
pas risquer une mauvaise
installation et pour le
passer facilement d’une
voiture à une autre
voiture si nécessaire
(celle des grandsparents, par
exemple).
Les systèmes
de retenue 1er âge
En dispositifs
«premier âge»,
c’est-à-dire utilisables
dès la sortie
de la maternité,
vous avez le choix
entre deux systèmes
qui, l’un et l’autre,
sont de courte
durée. Un troisième
système, qui a une
durée d’utilisation
plus longue, est
aussi disponible.
✖
Le lit-nacelle
jusqu’à 10 kg.
Le lit-nacelle
Il est autorisé pour le nourrisson jusqu’à 9 mois. Il se place
transversalement sur la banquette arrière de la voiture et
occupe donc deux places. Il
se fixe à l’aide des ceintures
trois points. Toutefois, certains modèles disposent de
sangles spéciales qu’il suffit
alors d’accrocher aux attaches des ceintures. Mais,
dans tous les cas, ce dispositif n’offre une véritable protection que si le bébé est correctement attaché dans le lit,
c’est-à-dire maintenu par le
bandeau de protection prévu
à cet usage.
Avantages : la nacelle permet
au tout-petit de rester allongé,
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 7
bébé
l
Les mesures de prévention
routière pour les enfants
en voiture ont tout juste
trente ans !
Avant 1975, c’était l’âge de pierre pour la sécurité
des enfants en voiture! Ce n’est en effet que cette
année-là que le transport des enfants de moins
de 10 ans aux places avant des voitures particulières
a été interdit. L’année suivante paraissait le premier
arrêté relatif à l’homologation des dispositifs
de retenue pour enfants. Et il faudra attendre
janvier 1992 pour que le transport des enfants
de moins de 10 ans dans des dispositifs homologués
soit enfin rendu obligatoire! Et, à vrai dire,
seuls les systèmes récents sont réellement efficaces.
Voilà pourquoi il est préférable de ne pas utiliser
un siège qui a plus de trois ou quatre ans,
même s’il est en bon état: il est probablement
moins performant en termes de protection
qu’un modèle actuel.
ce qui représente la meilleure
position pour son dos dans les
premiers mois. Hors de la voiture, la nacelle peut se transformer en couffin ou, fixée
sur un châssis, en landau.
✖
trois points. Sur la banquette
arrière, la place idéale est la
place centrale (à la seule
condition qu’elle soit équipée
d’une ceinture trois points) :
Les sièges-coques
Il s’agit des sièges du groupe 0
ou 0+ de type «Maxi Cosy»
dont la grande particularité
est de pouvoir être installés dos
à la route. Leur durée d’utilisation est malheureusement
très limitée : jusqu’à 10 kg
pour les modèles du groupe 0
(mais dès 9 mois, la plupart
des bébés y sont trop à l’étroit)
et jusqu’à 13 kg et officiellement jusqu’à 15-16 mois
pour les modèles du groupe
0 + (mais en général, à partir de
12 mois, seuls les plus menus
tiennent encore dedans).
Ces sièges se fixent au véhicule à l’aide d’une ceinture
Le siège-coque jusqu’à 13 kg.
m ll
w
dt
c’est alors le lieu le plus sécurisé puisque le plus éloigné
des portières et des sièges
avant. Le siège-coque peut
également être installé à la
place du passager avant, ce
qui permet au conducteur,
lorsqu’il est seul, de surveiller
bébé plus facilement. Cette
solution nécessite impérativement de désactiver au préalable l’airbag passager si la
voiture en est équipée. Ces
sièges disposent tous d’une
sangle d’entrejambe afin d’éviter que le bébé ne glisse
sous le harnais.
Avantages : en cas de collision frontale ou de coup de
frein brusque, la position dos
à la route est, de loin, celle qui
offre la meilleure protection.
Elle évite en effet de faire porter toutes les forces du choc
sur le cou et les vertèbres cervicales, qui sont particulièrement fragiles chez un bébé.
qq
voiture
7✖
k
De plus, ce type de siège peut
s’incliner suffisamment pour
que, durant les trois premiers
mois, votre bébé y soit dans
une position confortable.
Enfin, à la maison, il peut être
occasionnellement utilisé comme transat. Et il devient même
poussette pour la promenade,
une fois fixé sur un châssis.
Attention toutefois : ce type
de siège, s’il est recommandé
en voiture, ne doit pas se substituer à un couffin ou au lit
Neuf
ou
occasion?
La durée d’utilisation
d’un dispositif de
retenue premier âge
étant brève, son coût
peut paraître bien élevé
(entre 80 et 300 €).
La tentation de l’acheter
d’occasion est alors bien
grande… Ce serait
pourtant une erreur:
sachez qu’après
un choc, la structure
et les sangles d’un siège
bébé présentent des
dégradations invisibles
à l’œil nu, les rendant
inefficaces en cas
d’accident…
Par ailleurs, beaucoup
de sièges vendus
d’occasion sont de
conception ancienne,
beaucoup moins
sécurisante… Il ne reste
qu’une solution pour
ne pas lésiner sur
la sécurité : acheter du
neuf, certes un peu plus
cher… mais la sécurité
de votre enfant vautelle quelques économies?
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 8
Les dispositifs de retenue
pour la sieste une fois arrivé
à destination !
✖
Les « combinés »
Ces sièges figurent à la fois
dans les groupes 0 ou 0 + et
dans le groupe 1, c’est-à-dire
qu’ils sont utilisables de la
naissance à 4/5 ans (et jusqu’à 18 kg). En l’occurrence,
durant les premiers mois (jusqu’à 9 mois ou 13 kg), ils sont
installés dos à la route, puis,
plus tard, face à la route.
C’est évidemment là une
solution économique dans la
mesure où ce type de siège va
servir bien plus longtemps
que les précédents. Mais il faut
reconnaître qu’il ne suscite pas
l’enthousiasme des experts
en accidentologie qui lui
reprochent de ne pas suffisamment bien maintenir les
très petits bébés. Si vous optez
pour ce système, veillez en
tout cas à ce qu’il soit équipé
d’une bonne coque intérieure
Le siège combiné jusqu’à 18 kg.
pour réduire l’espace pendant
les premiers mois et d’un harnais cinq points ajustable
pour offrir un excellent maintien dès le départ. Par ailleurs,
ils prennent beaucoup de
place à l’avant et leur installation est peu aisée : un élément dont il faut tenir compte
s’ils doivent être mis en
place et enlevés très souvent, pour changer de véhicule par exemple. ✖
Le code de la route oblige les enfants
de moins de 10 ans à voyager dans
un dispositif de retenue adapté à leur
morphologie, installé impérativement
à l’arrière. Il existe toutefois
deux cas de figures où un enfant
est autorisé à l’avant : il s’agit du bébé placé dans
son dispositif « dos à la route » (qui peut être installé
à la place du passager à la condition expresse
que l’airbag soit désactivé) et du cas des véhicules
qui n’ont pas de siège arrière ou dont les sièges sont
inutilisables ou déjà occupés par d’autres enfants
(dans ce cas l’enfant de moins de 10 ans doit être dans
un dispositif de retenue homologué et correspondant
à sa morphologie). Dans tous les cas, sachez que
si vous circulez avec des enfants non attachés
(et cela quel que soit leur âge, dès lors qu’ils
sont mineurs), vous êtes passible d’une amende
de 135 € par enfant non ceinturé.
Les systèmes de retenue 2e âge
À partir de 9-10 mois (groupe 0) et de
15-16 mois (groupe 0 +), bébé passe dans
une autre catégorie. Il va abandonner
son siège dos à la route et s’asseoir face
à la route dans un siège-baquet qu’il
pourra cette fois conserver jusqu’à 3-4 ans…
Choisissez un siège homologué du groupe 1. Optez de
préférence pour un modèle à
coque rigide ou à coque renforcée qui lui assurera la
meilleure protection possible.
Bien assis, dans un siège
confortable, votre bébé sera
alors maintenu fermement
grâce à un harnais cinq points
(avec sangle d’entrejambe pour
lui éviter de glisser dessous).
Le siège-baquet s’installe
d’emblée face à la route…
mais plus ou moins facilement. En effet, la fixation
des modèles qui ne bénéficient pas de la technologie
Isofix (voir encadré) se fait
avec les ceintures trois points.
Et sur certains modèles, l’opération n’est pas toujours
aisée. Alors, un conseil : avant
l’achat, informez-vous sur
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
15:05
Page 9
bébé w
dt
qq
voiture
9✖
k
Les conseils
de La Prévention Routière
Le siège-baquet
de 9 à 18 kg.
son montage auprès d’un
professionnel et respectez
scrupuleusement la notice.
Par ailleurs, certains sièges
du groupe 1 peuvent être
attachés avec une simple
ceinture ventrale, ce qui peut
être une bonne solution pour
les voitures de conception un
peu ancienne dont la place
centrale arrière ne comporte
qu’une ceinture deux points.
Cette compatibilité est à
vérifier lors de l’achat. ✖
✖ Ne transigez pas avec la sécurité de votre enfant: il doit
être correctement attaché, même pour faire 100 mètres,
même si c’est parfois fastidieux… Sa sécurité ne vaut-elle
pas deux petites minutes?
✖ Lorsque vous installez le siège dans la voiture, ne laissez
aucun «jeu» dans la fixation par la ceinture de sécurité.
Vérifiez systématiquement que le siège est bien maintenu
chaque fois que vous y installez votre enfant.
De même, vous ne devez pas pouvoir passer la main entre
le corps de votre enfant et les sangles de son harnais. Veillez
aussi à ce que les sangles soient bien positionnées à plat.
✖ Si vous voyagez seul(e) avec votre bébé installé dans
un siège dos à la route, nul doute que vous vous sentirez plus
tranquille de l’avoir à portée des yeux sur le siège avant.
Il n’empêche que la meilleure solution est de l’installer
sur la banquette arrière, à la place centrale (à la condition
qu’elle soit équipée d’une ceinture trois points).
✖ Si ce n’est pas vous qui conduisez, l’idéal est de vous asseoir
à côté de votre bébé pour le surveiller ou l’occuper… mais
sans jamais le détacher pour le prendre dans vos bras!
✖ Ne montez jamais dos à la route un siège qui a été conçu
pour être installé face à la route et vice-versa.
✖ Lorsque vous voyagez avec bébé sur un trajet
relativement long, surveillez-le pour voir s’il ne s’est
pas détaché, ou encore s’il n’a pas passé les bras sous
les sangles… ce qui, en cas de choc, risque de provoquer
des blessures très graves.
✖ Ne cherchez surtout pas à devancer ou à retarder
le remplacement d’un siège par un autre: ce serait
au détriment de la sécurité de votre enfant. N’oubliez pas
que pour lui assurer la meilleure protection possible, il doit
être transporté dans un dispositif parfaitement adapté
à sa morphologie.
La sécurité Isofix
Apparu récemment, le système Isofix trois points constitue un progrès
considérable en termes de protection de l’enfant: la fixation du siège ne se
fait plus avec la ceinture de sécurité, mais directement sur le véhicule grâce à un système
de clips reliés à la caisse elle-même. Cela a pour effet de rigidifier et de renforcer
la solidarité du couple siège-voiture et permet de réduire au maximum le déplacement
de la tête de l’enfant en cas de choc. Particulièrement efficace et pratique, ce système
est encore loin d’être généralisé car il nécessite la présence de crochets spécifiques qui
n’existent pour l’heure que sur les voitures les plus récentes. À partir de février
2006, tous les modèles neufs devront être équipés en série du système Isofix.
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 10
Sur la route
les règles à suivre
pour un trajet sans soucis
Partir en voiture avec bébé, ça se prépare ! Il faut en effet
une bonne dose d’organisation et respecter quelques
précautions. Surtout s’il s’agit d’un tout jeune nourrisson…
Pendant ses deux ou trois premiers
mois de vie, il est raisonnable d’éviter
les longs trajets. Ce n’est pas toujours
possible, on le sait bien. Alors, si vous y
êtes vraiment contraint, armez-vous
de patience car vous devrez vous arrêter souvent. Bien plus en tout cas que
toutes les deux heures, comme on le
recommande généralement. Faites des
pauses de préférence lorsque bébé est
éveillé. Vous pourrez alors le détacher
de son siège, le prendre dans les bras
et faire quelques pas avec lui à l’extérieur. Faites-le boire. Et profitez-en pour
renouveler l’air de la voiture en ouvrant
toutes grandes portières ou vitres.
Ces conseils restent bien sûr valables
après cette période, il suffit de les
adapter. Par exemple, un bébé de 1 an
qui commence à marcher pourra faire
quelques pas lors des pauses. S’il est un
peu plus âgé et déjà à l’aise avec la
marche, profitez-en pour organiser un
jeu dans un endroit protégé (hors de la
circulation) afin de le faire courir et
l’aider ainsi à décharger son énergie. Il
sera plus calme ensuite dans la voiture.
S’il dort au moment où vous ressentez
le besoin de faire une pause, ne le
réveillez pas : sortez éventuellement de
Les conseils
de La Prévention Routière
✖ Ne posez aucun objet sur la plage arrière : en cas de coup de frein brusque, il
risquerait de tomber et de blesser votre bébé et les autres occupants de la voiture.
✖ La meilleure place pour installer un enfant est la place centrale arrière,
à la condition expresse qu’elle soit équipée d’une ceinture trois points :
c’est en effet la place la plus éloignée d’un éventuel point d’impact en cas
de collision latérale.
✖ Si ce n’est pas vous qui conduisez et que les sièges arrière ne sont pas tous occupés
par vos enfants, passez derrière. C’est la meilleure solution pour surveiller bébé
ou s’amuser avec lui et cela vous évitera d’attraper un torticolis. Mais attention :
pas question d’en profiter pour le détacher, ne serait-ce qu’un tout petit
moment, sous prétexte de le calmer parce qu’il pleure…
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 11
re
t q voitu 11✖ k
q
Les conseils
d’AGF
Au regard de l’assurance obligatoire,
les passagers sont assurés mais pas
le conducteur, qui peut souscrire
une garantie propre. Il n’y a donc pas
à prévoir de dispositions particulières
si votre bébé part en voiture pour
quelques jours avec ses grands-parents.
Et c’est la même chose s’il s’agit de
sa nounou qui l’emmène chaque jour
avec elle pour faire des achats ou se
promener dans un parc. Néanmoins,
vous pouvez peut-être vérifier que
ce véhicule soit bien assuré…
et que votre bébé y sera transporté
correctement, c’est-à-dire dans
un système de retenue adapté
et bien installé. Ce n’est certes pas
une obligation sur le plan de
l’assurance, mais ça l’est, ô combien,
sur le plan de la sécurité!
✖
la voiture si vous avez besoin de vous
dégourdir les jambes mais restez tout à
côté pour pouvoir garder un œil sur lui.
La règle, vous le savez, est de ne jamais
laisser un enfant seul dans une voiture :
même s’il est vrai qu’à quelques mois, il
ne va pas s’amuser avec les commandes, autant acquérir les bons réflexes
dès le début. Après chaque pause, et
avant de redémarrer, vérifiez systématiquement que le dispositif de retenue est
bien en place, parfaitement maintenu,
et que votre bébé est lui aussi bien
sanglé dans son harnais.
✖
✖
Une organisation sans faille
• Veillez à ce que la température de la
voiture, à la place où se trouve votre
bébé, soit satisfaisante, ni trop chaude
ni trop froide. Pour cela, mettez-vous
juste à côté de lui et réglez le chauffage
ou l’air conditionné en fonction de ce
test et non de ce que vous pouvez ressentir aux places avant.
• Prévoyez quelques petits jouets, uniquement des objets très souples, que
vous pourrez sortir petit à petit pour
l’occuper lorsqu’il ne dort pas.
• Avant le départ, songez à vous équiper
des affaires suivantes, si vous ne voulez
pas que le voyage avec votre bébé ne se
transforme en cauchemar : des couches
et des lingettes, une tenue complète de
rechange, un rouleau essuie-tout et un
sac en plastique (pour mettre les couches
souillées). Enfin, un ou deux biberons
d’eau et de quoi le nourrir, sans oublier
une tétine de secours et le doudou.
• Bien qu’avant 2 ans un enfant ne soit
pas vraiment en mesure d’ouvrir seul
une portière, prenez l’habitude dès
maintenant d’enclencher le système
sécurité lorsque vous circulez avec lui :
les portières restent ouvrables de l’extérieur (c’est indispensable) mais sont
bloquées de l’intérieur.
Attention à la chaleur
Vous comptez voyager cet été avec votre
bébé ? Dans ce cas, prenez garde au coup
de chaleur et à la déshydratation ; l’été, ils
peuvent vite arriver dans une voiture. La
première précaution à prendre est d’éviter de rouler au moment le plus chaud de
la journée, entre midi et 16 h. Faites en
sorte que les rayons du soleil ne tapent
pas directement sur lui (un pare-soleil,
des stores pour la vitre arrière, une serviette contre une vitre latérale peuvent
l’en protéger… Attention toutefois à
garder de la visibilité vers l’arrière).
Habillez-le léger, avec des vêtements en
coton fin. Évitez les fibres synthétiques.
Bien sûr, il faudra aussi lui faire boire de
l’eau très régulièrement, environ toutes
les demi-heures. Et prévoir un brumisateur pour lui apporter un peu de fraîcheur si nécessaire. ✖
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 12
Dans la rue…
Jusqu’à la naissance de bébé, vous avez été un piéton
plus ou moins discipliné, comme beaucoup de piétons.
Mais depuis qu’il est là, serré contre votre cœur, dans
son porte-bébé ou bien couché dans un landau, vous
n’avez plus envie de prendre des risques inutiles…
Par exemple, vous y regardez à deux fois
avant de traverser une rue en dehors des
passages pour piétons. Et, surtout, il ne
vous viendrait plus à l’idée de le faire sans
vous être assuré au préalable qu’il n’y ait
ni voiture ni deux-roues à proximité.
Car l’arrivée d’un bébé change le comportement et la façon de se déplacer. Elle
change aussi le regard. Ainsi, si vous circulez avec une poussette, il ne vous faudra pas longtemps pour constater à quel
point les automobilistes, en ville, sont peu
respectueux des interdictions de stationnement… Bien souvent, cette indiscipline
va vous obliger à slalomer entre les véhicules pour avancer sur les trottoirs. Plus
La poussette… en toute sécurité
✖ Dans sa poussette comme en voiture, n’oubliez pas d’attacher
votre bébé avec son harnais de sécurité.
✖ Ne le laissez jamais seul, même pour quelques instants, même si l’accès
aux magasins est parfois difficile avec une poussette.
✖ Si vous vous arrêtez en terrain pentu, placez la poussette
perpendiculairement à la pente avant de bloquer les roues
avec le frein : c’est plus sûr.
✖ Attention à ne pas suspendre au guidon des sacs trop lourds :
ils risqueraient de faire basculer la poussette.
✖ Vérifiez régulièrement la solidité de votre poussette, du frein, des roues, etc.
✖ Pensez à votre visibilité lorsque le jour faiblit: portez des vêtements clairs
et équipez la poussette d’éléments de tissu rétroréfléchissant sur tous ses côtés.
gênant encore, il vous faudra faire de
l’acrobatie pour traverser sur des passages pour piétons encombrés de véhicules
garés « juste pour deux minutes »… qui
entravent la visibilité et, de ce fait, portent
atteinte à la sécurité. Il vous faudra donc
redoubler de vigilance. Surtout n’avancez
pas la poussette sur la chaussée – même
si c’est sur un passage pour piétons et
que le feu est au rouge pour les voitures –
mais arrêtez-la au bord du trottoir et
placez-vous à côté pour vérifier que vous
pouvez traverser sans risque. Attention
aussi à la traversée des pistes cyclables !
✖ La solution « kangourou »
pour les parents nomades
Le porte-bébé constitue un mode de
transport idéal pour marcher dans la rue
car votre enfant est alors en hauteur,
donc à bonne distance des tuyaux
d’échappement. Mais, au-delà de 8 kg
(environ 9 mois), votre bébé deviendra
trop lourd et vous devrez y renoncer, du
moins s’il s’agit d’un modèle ventral, le
plus courant. Le modèle latéral peut servir jusqu’à environ 1 an, mais il est un peu
moins pratique.
Quoi qu’il en soit, choisissez un portebébé réglable en hauteur et en largeur,
muni d’un appuie-tête molletonné afin
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 13
bébé
de maintenir sa tête lorsqu’il dort et de
clips qui permettent de sortir votre bébé
du harnais sans le bousculer (ni le
réveiller). Enfin, préférez-le muni de bretelles larges et rembourrées : ce sera plus
confortable pour vous. À partir de 9 mois,
il existe également une gamme de portebébés dorsaux (jusqu’à 3 ans environ ou
15 kg), mais ceux-là conviennent plutôt
pour la promenade ou la randonnée.
✖ La formule classique :
landaus et poussettes
Le landau-poussette a remplacé le
monumental landau anglais sans la
moindre perte de confort. Utilisable
pendant les six premiers mois, cette
nacelle offre un confort extrême puisque
le bébé y est allongé comme dans un lit
l
m ll
w
dt
douillet. Celle-ci a l’avantage de pouvoir
se déplacer de la maison (où elle fait office
de couffin) à la rue (installée sur un
châssis à roues) puis à la voiture (fixée
transversalement sur les ceintures
trois points de la banquette arrière).
De dimension plus réduite, la poussette
« américaine » est un compromis entre
le landau et la poussette, mais elle est
moins confortable que le landau et plus
lourde que la poussette. À partir du
moment où votre bébé se tient bien assis,
vers l’âge de 9 mois, optez pour une
poussette-canne, à châssis pliant. Légère,
facile à transporter dans le coffre d’une
voiture, elle offre une assise correcte.
Toutefois, surtout avant 1 an, n’y laissez
pas votre bébé pendant des heures: son
dos n’y est pas assez bien maintenu.
Enfin, vous aurez intérêt à vous équiper
d’accessoires contre la pluie (habillage
imperméable) et le froid (chancelière molletonnée), voire contre le soleil (ombrelle).
Très en vogue également, la poussette
« trois roues » a l’avantage d’être très
maniable et de passer sur tous les terrains.
À la campagne, cela peut rendre de réels
services. Son inconvénient réside dans
ses dimensions une fois repliée : grand
coffre obligatoire ! ✖
qq
voiture
k
13✖
Bébé à vélo
✖ Pour vous déplacer avec
votre tout-petit à vélo,
il faudra au moins attendre qu’il
se tienne bien assis, pour pouvoir
le transporter avec un minimum
de sécurité et de confort dans
un siège enfant adapté à sa taille.
Les dispositifs actuellement vendus
doivent tous être équipés d’un
harnais et de deux repose-pieds.
S’il n’est pas obligatoire, le casque
est vivement recommandé:
une chute est toujours possible. Un
conseil: faites-en autant, l’exemple
étant toujours la meilleure façon
de faire passer un message!
✖ Depuis quelques années, on voit
apparaître des remorques dans
lesquelles un ou deux enfants
prennent place. Si celles-ci semblent
fort sympathiques pour une
promenade sur des petites routes
tranquilles de campagne, elles sont
bien audacieuses et vulnérables
en ville, sur la chaussée, au milieu
d’un trafic dense… et à ras des
pots d’échappement. Et le fanion
qu’elles arborent généralement
pour mieux se faire voir est
bien dérisoire. Sans rejeter
définitivement un tel matériel,
on peut au moins conseiller
de l’utiliser de préférence sur
des voies cyclables ou à l’écart
d’une circulation abondante.
✖ Que ce soit pour un siège
enfant ou une remorque, difficile
de garder un œil sur bébé! Il est
donc indispensable qu’un deuxième
adulte à vélo se place derrière,
légèrement décalé sur la gauche,
«en protection». Il pourra ainsi
surveiller bébé et assurer une plus
grande sécurité pour tout le monde.
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 14
Test
A- Votre enfant en a assez d’être bloqué depuis des heures
sur son siège. Que faites-vous ?
1✖ Vous le détachez et continuez votre voyage.
2✖Vous faites une pause, puis vous le rattachez sur son siège.
3✖ Vous acceptez de le prendre sur vos genoux à l’arrière
« pour quelques instants ».
B- Vous avez quatre enfants, mais seulement trois ceintures
à l’arrière… Quelles solutions adoptez-vous ?
1✖ Vous installez le plus grand à la place avant, bien qu’il n’ait pas encore
fêté ses 10 ans.
2✖ Vous achetez une voiture plus grande.
3✖ Vous laissez les quatre enfants à l’arrière, en installant deux enfants
sur le même siège avec le même système d’attache.
C- Conduire avec bébé à bord, est-ce que cela va changer
votre comportement ?
1✖ Non : même si vous conduisez vite, vous savez que vous êtes un excellent
conducteur et que vous pouvez vous le permettre sans risque.
2✖ Un peu : bébé est encore fragile et il faut éviter pendant les premiers mois
de le bousculer…
3✖ Oui : vous vous dites que, désormais, vous allez être observé
et que vous serez son modèle.
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 15
bébé
l
m ll
D- Des amis ont proposé de vous prêter – de vous
donner – le siège auto qui avait servi à leur fils,
aujourd’hui âgé de 15 ans. Que faites-vous ?
1✖ Vous remerciez poliment vos amis de cette proposition,
mais vous préférez acheter un siège récent.
2✖ Vous acceptez avec enthousiasme car, justement, l’arrivée
de bébé a mis les finances de la famille dans le rouge.
3✖ Vous n’êtes pas contre, mais vous voulez d’abord
voir dans quel état est le siège.
w
dt
qq
voiture
k
15✖
A_Réponse : 2
Il est impossible, en effet, d’obliger un enfant à rester sur son siège
auto pendant des heures sans bouger! Le plus simple, c’est de s’arrêter. Cela lui permettra de changer de position, de bouger plus librement, voire de marcher ou de courir dans un endroit en dehors de la
circulation. Mais quand vous roulez, pas question de transiger: il
doit rester attaché en voiture. Ce sujet ne doit supporter aucune
négociation. Il doit être clair pour lui qu’en voiture, tout le monde
s’attache. Constamment et en toutes circonstances. D’ailleurs, si
l’habitude est prise dès les premiers jours, il n’y aura aucun problème.
Et le geste sera acquis pour toujours.
B_Réponse : 2
Le code de la route interdit de faire voyager un enfant de moins de
10 ans à l’avant sauf s’il est installé dans un dispositif dos à la
route… ou bien s’il n’y a pas de sièges disponibles à l’arrière. Donc,
si trois de vos enfants sont bien attachés à l’arrière dans leur siège
auto et qu’il n’y a plus d’autre place disponible, le quatrième peut
voyager à l’avant… à condition qu’il soit lui-même correctement
installé dans un siège auto et non sur les genoux d’un adulte !
Mais l’achat d’une voiture plus grande s’imposera si vous voulez
vraiment faire voyager toute la famille en sécurité.
E- Votre bébé vient de naître et vous avez acheté
un système dos à la route car on vous a dit que
c’était le meilleur. Mais où allez-vous l’installer ?
1✖ À la place avant, comme on le voit le plus souvent
sur les photos, avec maman qui conduit à côté
et couve son bébé du regard.
2✖ Sur la banquette arrière, juste derrière le siège
du conducteur, pour pouvoir le surveiller dans
le rétroviseur sans se tordre le cou.
3✖ Sur la banquette arrière, à la place centrale,
qui est équipée d’une ceinture trois points.
F- Vous avez trois enfants de 10 mois, 3 ans
et 5 ans mais à l’arrière, vous ne disposez que
de deux ceintures trois points avec, à la place
centrale, une ceinture ventrale. Que faire ?
1✖ L’un des adultes s’installe à cette place centrale,
quitte, en attendant de changer de voiture,
à prolonger la durée de vie du dispositif dos à la route
qui est installé à la place avant…
2✖ Vous faites voyager l’aîné à la place centrale
et avec la ceinture deux points en vous disant
que c’est mieux que rien.
3✖ Vous choisissez un modèle de siège du groupe 1
compatible avec une ceinture deux points pour
y installer le petit dernier.
C_Réponse : 3
Il est vrai qu’un bébé est particulièrement vulnérable parce qu’encore
très fragile. Vous devez être prudent en permanence. N’oubliez pas
que, désormais, vous en êtes responsable. De plus, votre bébé va
grandir et vous observer. Il y a alors de fortes chances pour qu’il
reproduise plus tard les comportements que vous-même lui offrirez
en exemple. Et peut-être y a-t-il certains risques que vous n’aimeriez
pas qu’il prenne lui-même lorsqu’il sera conducteur…
D_Réponse : 1
En termes de sécurité, les sièges auto ont récemment fait d’énormes progrès. En utilisant un siège qui a plus de dix ans, même si
son aspect extérieur est impeccable, il y a de fortes chances, par
exemple, pour qu’il n’ait pas de sangle d’entrejambe… ce qui présente un inconvénient majeur : en cas de choc, l’enfant risque de
glisser sous la ceinture et de se blesser grièvement. Ce type de
siège est aujourd’hui interdit à la vente. Certains modèles d’avant
1985 ne doivent même plus être utilisés. S’il y a des économies à
faire, ce n’est donc pas sur ce poste-là !
E_Réponse : 3
Vous pouvez certes installer votre nouveau-né à la place du passager avant puisqu’il existe une dérogation pour les dispositifs dos à
la route. Dans ce cas, n’omettez pas de désactiver l’airbag. Reste
que la place centrale de la banquette arrière, si elle est munie d’une
ceinture trois points, est la plus sûre. En cas de choc latéral, elle est
la mieux protégée… et la moins exposée au déploiement des airbags latéraux. C’est donc bien celle-là qu’il faut privilégier.
F_Réponse : 3
Si la plupart des sièges auto de groupe 1 ne peuvent être fixés
qu’avec une ceinture trois points, certains modèles ont été conçus
pour pouvoir être attachés avec une ceinture deux points. Vous
pourrez alors y installer votre enfant de 10 mois, pendant trois ans
environ (jusqu’à ce qu’il pèse 18 kg maximum). Après cette période,
il devra passer dans un rehausseur de groupe 2, incompatible avec
une ceinture deux points. La seule solution pour garantir la sécurité
de vos enfants sera alors de remplacer votre voiture par un modèle
doté d’une ceinture trois points à chaque place.
PRUDMAG_HS_BD
2/01/06
14:55
Page 16
La sécurité routière*,
c’est l’affaire de tous !
AGF s’engage dans des actions visant à sensibiliser
les conducteurs sur :
• les risques de la route,
• le bon entretien de leur véhicule.
www.agf.fr
FAIRE FACE AVEC VOUS
*Voiture à l’arrêt
AGF, acteur de la
sécurité au volant
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising