Lettre mars 2009 - DiH-Mouvement de Protestation Civique

Lettre mars 2009 - DiH-Mouvement de Protestation Civique
Sommaire
Mars 2009
« Il n’y a point de liberté
DiH
Mouvement de Protestation Civique
si la puissance de juger
Mairie, 43400 Chambon sur Lignon
n’est pas séparée
------
de la puissance législative
CCP n° 2583 03 W – CLERMONT
et de l’exécutrice. »
-----Tel : 04 71 65 85 64
Montesquieu
(extrait de « l’Esprit des lois » 1748)
Fax : 04 71 59 25 05
--Site : http://d.i.h.free.fr/
« La France a tendance
à s’endormir sur ses lauriers
Composition du Bureau
-
Geneviève Charlionet : présidente
-
Nicole Beydon – Dallenbach :
vice présidente
-
Christiane Brottes : trésorière
-
Huguette Bernard-Riffard :
La 2e campagne (à l’origine
prévue le 7 mars) sur les
blocages de la France concernant
la poursuite et l’arrestation des
criminels internationaux, sera le
thème d’une autre assemblée
générale :
Samedi 25 avril
à 14h00
Salle de la Gare
Courriel : dih-protestationcivique@hotmail.fr
*
Adoption de la campagne de
lettre ci-jointe concernant
l’indépendance de la justice en
France. (Mode d’emploi cidessous).
de patrie des droits de l’homme. »
Jean-Paul Costa,
Le rendez-vous de l’été est fixé :
Jeudi 16 juillet
salle de la gare à 10h30
« Crise ou effondrement ? Un
monde plus juste et viable peut
advenir. » (projection, exposé,
débat suivi du verre de l’amitié).
Président de la Cour Européenne des
Droits de l’Homme (CEDH) depuis
2007.
déléguée au Mazet.
Dans Le Monde du 10 mars Jean-Pierre Costa est
décrit par Alain Salles comme un juge « affable » et
« tout en rondeur » ayant « l’habitude du consensus »
sans pour autant renoncer à la haute idée qu’il se fait
de la justice et de l’Etat de droit.
Avant son élection à la Cour européenne il a participé
à la commission de Mireille Delmas-Marty
préconisant en 1990 la suppression du juge
d’instruction si toutefois les magistrats du parquet
accédaient enfin à l’indépendance.
On ne s’étonnera pas dans ces conditions d’apprendre,
aujourd’hui, que la CEDH considère qu’un magistrat
du parquet n’est pas une « autorité judiciaire », tant
qu’il reste sous l’influence du pouvoir exécutif.
Dès le mois de mai la Cour européenne examinera à
ce sujet un recours déposé par la France.
Affaire passionnante à suivre …
Au verso photo du Bureau,
messages de nos adhérents, le
PAS et les cercles de silence.
Page 3 : le courrier de W. Dumas
à Sœur Cora.
Page 4 : une rencontre délectable.
Mode d’emploi de la campagne
Destinataire : le député de votre circonscription.
1. Il faut soigneusement compléter la lettre : en haut à
droite, inscrire le nom de votre député. Téléphoner en
mairie si la mémoire vous joue un tour. Barrer l’une
des mentions (Madame/Monsieur).
2. Inscrire vos noms et adresse et ne pas oublier de
signer.
3. Enfin envoyez directement le courrier à
l’Assemblée Nationale (l’adresse est sur la lettre) et
n’oubliez pas de timbrer.
Si possible expédiez la lettre la semaine où vous la
recevez. Toutefois la campagne peut se poursuivre
tout le mois d’avril.
Chers amis, bonne campagne et à bientôt, DiH
1er AG de l’année 2009, samedi 7 mars au Foyer Cévenol du Chambon-sur-Lignon
De gauche à droite : Christiane Brottes, Geneviève Charlionet, Huguette Bernard, Nicole Beydon. 15 adhérents présents autour de la table et 5
amis excusés.
Courrier des adhérents
Sœur Cora fait partie de la Communauté des Diaconesses
de Reuilly dont le Siège est à Versailles. Nous lui devons
d’avoir convaincu le député du Gard W. Dumas de poser
une question écrite au gouvernement imposant au ministre
concerné de faire une réponse officielle publiée dans le JO
(voir page 3).
- Un grand merci Sœur Cora pour votre persévérance
fructueuse. La réponse langue de bois ministérielle sera
décortiquée à l’AG du 25 avril.
Dominique de Villeurbanne nous encourage à
maintenir le cap lorsque le 19 février il écrit « j’adhère
dans son esprit et son action » à votre mouvement. Le 6
mars trouvant que le rapport financier est « un modèle
de clarté et de simplicité » il en fait part aussitôt au
Bureau.
Jean de St Etienne qui s’investit dans le « Mouvement
pour le désarmement la paix et la liberté » offre des
enveloppes illustrées au logo de DiH. Mais les 2
préposés à la mise sous enveloppe refusent
catégoriquement de plier en 3 le contenu des courriers.
- Cher ami, si vous êtes aussi têtu que nos bénévoles ça
promet !
Thérèse de Paris a laissé un beau message sur le
répondeur. Avec une force de conviction très amicale
elle nous encourage à persévérer dans nos protestations.
- Merci Thérèse d’évoquer Lucie Aubrac en rappelant
que « résister se conjugue au présent ».
Merci à Francine de St-Jeures, à Jeanne de Villers-lesNancy et à tous les participants sans qui notre
mouvement n’existerait pas. G. Ch.
Plateau – Asile – Solidarité = Le PAS
Le PAS, dont nous sommes membres, est un carrefour
qui rassemble une centaine de personnes du Chambonsur-Lignon, Tence, Le Mazet-St-Voy, Saint Agrève …
de sensibilités variées.
Certains sont chrétiens, d’autres sont athées, mais tous
partagent la conviction que l’article premier de la
Déclaration universelle des Droits de l’Homme est le
socle de toute action solidaire :
« Tous les êtres humains naissent libres et égaux en
dignité et en droit. »
Il est bon aussi de rappeler qu’il existe sur le Plateau
Vivarais-Lignon un héritage historique sur l’accueil des
demandeurs d’asile.
Extrait des statuts de PAS – article 2 :
« L’association a pour but de témoigner sa solidarité et
d’apporter son aide aux étrangers qui ont dû fuir leur
pays (…) et qui se trouvent chez nous dans une situation
de grande précarité. »
Les cercles de silence
Tous les 2e samedis du mois, place de la Fontaine au
Chambon, à 10h00. Notre silence rejoint celui dans
lequel on enferme sans-papiers et demandeurs d’asile. Il
questionne le gouvernement et incite les citoyens à la
solidarité et à la vigilance. Ces cercles sont ouverts à
tous.
Une journée nationale des Cercles de Silence est fixée
mardi 26 mai. Nous en reparlerons.
REPUBLIQUE FRANÇAISE
LIBERTE – EGALITE - FRATERNITE
Sommières le 15 janvier 2009
William DUMAS
Député
Conseiller Général de Saint Mamert
1er vice-président du Conseil Général du Gard
Réf. : WD/CC/075407
Madame Sœur Cora
5, rue Plan de Brie
30140 ANDUZE
Madame,
Veuillez trouver ci-joint la réponse à ma question écrite posée à Mme la garde des sceaux, ministre de la
justice, sur la mise en conformité du droit interne français avec le statut de la Cour pénale internationale
(CPI), parue au Journal Officiel du 06/01/2009.
Vous en souhaitant bonne réception,
Je vous prie de croire, Madame, en l’assurance de mes sentiments les meilleurs.
William DUMAS
Texte de la
REPONSE
(publiée
au JO
le 06/01/2009)
La garde des sceaux, ministre de la justice, a l’honneur d’indiquer à l’honorable parlementaire
que le projet de loi portant adaptation de la législation pénale française au statut de la Cour
pénale internationale a été adopté par le Sénat le 10 juin 2008. Après l’adoption de la loi n°
2002-268 du 26 février 2002 relative à la coopération avec la Cour pénale internationale, ce
projet de loi a pour objet l’adaptation de notre législation interne à la convention portant statut
de la Cour pénale internationale, signée à Rome le 18 juillet 1998, en créant des incriminations
spécifiques en droit français pour les crimes et délits de guerre, qui ne seront plus traités comme
des crimes et délits de droit commun. Ces infractions feront l’objet de pénalités aggravées et
d’un régime de prescription plus long. Si les crimes de guerre ne sont pas définis en tant que tels
dans notre législation, la plupart d’entre eux peuvent d’ores et déjà être poursuivis sur le
fondement du code pénal ou du code de justice militaire et rien ne s’oppose, dès à présent, à ce
que les personnels français, civile ou militaires, qui commettraient de tels crimes soient traduits
devant les juridictions françaises.
En outre, la France a renoncé à la réserve qu’elle avait formée sur le fondement de l’article 124
du statut, conformément à l’engagement pris devant le Sénat le 3 juin 2008 et depuis le 15 juin
2008, la Cour pénale internationale peut, le cas échéant, juger les auteurs de crimes de guerre
relevant de notre compétence. Sensible à la préoccupation que la France ne puisse servir de
refuge aux auteurs de crimes contre l’humanité ou de crimes de guerre, le Gouvernement a
soutenu l’amendement déposé par le Rapporteur du Sénat élargissant la compétence de nos
juridictions pénales nationales au-delà de leur compétence habituelle, sans concurrencer la
compétence de la Cour pénale internationale dont c’est la vocation et qui a des moyens
juridiques plus importants pour l’exercer, en particulier sans contraintes liées aux immunités. Le
calendrier parlementaire chargé n’a malheureusement pas permis l’adoption de ce texte avant
l’été mais il sera inscrit à la première date utile à l’ordre du jour de l’Assemblée nationale.
La Religieuse et la C.G.T. (courriel transmis par Laurent du Mazet-St-Voy)
Voici deux lettres, toutes deux authentiques (novembre 2004)
L’une a été écrite par Sœur M. moniale visitandine à Nantes.
La réponse est signée Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT.
Lettre adressée par Sœur M. au siège national de la C.G.T.
« Madame, Monsieur, Religieuse cloîtrée au monastère de la Visitation de Nantes, je suis sortie, cependant, le
19 juin, pour un examen médical. Vous organisiez, une manifestation. Je tiens à vous féliciter pour l’esprit
bon enfant qui y régnait. D’autant qu’un jeune membre de votre syndicat m’y a fait participer ! En effet, à
mon insu, il a collé par derrière sur mon voile l’autocollant ci-joint après m’avoir fait signe par une légère
tape dans le dos pour m’indiquer le chemin. C’est donc en faisant de la publicité pour votre manifestation que
j’ai effectué mon trajet. La plaisanterie ne me fut révélée qu’à mon retour au monastère. En communauté, le
soir, nous avons ri de bon cœur pour cette anecdote inédite dans les annales de la Visitation de Nantes. Je me
suis permis de retraduire les initiales de votre syndicat (CGT = Christ, Gloire à Toi). Que voulez-vous, on ne
se refait pas. Merci encore pour la joie partagée. Je prie pour vous. Au revoir, peut-être, à l’occasion d’une
autre manifestation.
Sœur M. »
Réponse du secrétaire général de la C.G.T.
« Ma Sœur, je suis persuadé que notre jeune camarade, celui qui vous a indiqué le chemin, avait lu dans vos
yeux l’humanité pure et joyeuse que nous avons retrouvée dans chacune des lignes de votre lettre. Sans nul
doute il s’est agi d’un geste inspiré, avec la conviction que cette pointe d’humour « bon enfant » serait vécue
comme l’expression d’une complicité éphémère et pourtant profonde. Je vous pardonne volontiers votre
interprétation originale du sigle de notre confédération, car nous ne pouvons avoir que de la considération
pour un charpentier qui a révolutionné le monde. Avec tous mes sentiments fraternels et chaleureux.
Bernard Thibault, Secrétaire général de la CGT »
DiH
MOUVEMENT DE PROTESTATION CIVIQUE
Association loi 1901 – Reconnue d’intérêt général
Membre de la Coalition française pour une Cour Pénale Internationale
Membre de la Coordination française pour la Décennie de la Paix
Siège social : Mairie 43400 Chambon-sur-Lignon
Courriel : dih-protestationcivique@hotmail.fr
Site : http://d.i.h.free.fr/
Campagne de mars-avril 2009
Madame/Monsieur ……………………….
Député de …………………………………
Assemblée Nationale
126 rue de l’Université – 75355 Paris07 SP
Objet : la France est très en deçà des exigences de l’UE concernant l’indépendance des juges.
Madame / Monsieur / le député,
Au courant du projet de réforme de la justice déjà en chantier depuis plusieurs mois, nous savons que le
Président de la République désire supprimer le Juge d’instruction.
En tant que citoyens nous ne comprenons pas que l’on puisse envisager au pays de Montesquieu de supprimer
le seul magistrat indépendant, sans simultanément annoncer que les magistrats du Parquet seront totalement
détachés du pouvoir exécutif.
Comment admettre un tel projet qui renforcerait encore l’influence de l’exécutif sur les nominations et les
carrières des juges ?
Comment expliquer que la justice française soit en contradiction avec les standards européens ? En effet,
ceux-ci ne permettent pas au ministère de la justice d’avoir autorité sur les magistrats.
Nous vous demandons instamment, Madame, Monsieur le député, de poser une question écrite au Garde des
Sceaux concernant ce problème crucial pour une démocratie qui se veut Etat de Droit.
Recevez je vous prie l’expression de notre confiance et nos très sincères salutations.
NOM, prénom
adresse complète
signature
-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising