Édition scientifique avec LATEX - Gloria FACCANONI

Édition scientifique avec LATEX - Gloria FACCANONI
Édition scientifique avec LATEX
Gloria Faccanoni
Année 2013 – 2014
Licence Sciences et Techniques
ECUE “Compétences”
i http://faccanoni.univ-tln.fr/enseignements.html
+
Objectif de la formation
– Fournir un socle solide de connaissances de bases, si possible exempt de mauvaises habitudes,
– donner des pistes pour être en mesure par la suite de continuer seuls l’apprentissage.
+
Durée
Le module est organisé en 4 séances de cours-TP de 2h30.
+
Programme pédagogique
1. Prise de contact : installation, structure d’un fichier source, types de document, structure du
document, gestion automatique de la table des matières et des références.
2. Mise en page : support de la langue française, listes à pouce, énumérations, descriptions, tableaux et figures (flottantes), notes marginales, notes de bas de page. . .
3. Mathématiques : mise en forme de formules mathématiques, rédactions de théorèmes, exercices. . .
4. Compléments : gestion automatique de la bibliographie, présentations vidéo-projetées, présentation de codes, dessins avec LATEX . . .
+
Validation
L’évaluation des connaissances consistera en la préparation à la maison d’un document libre de 6 à
10 pages (sans compter les pages blanches et les pages de titre ou de table des matières lorsque la
classe scrbook ou scrreprt est utilisée). Exemples de documents possibles : reproduire quelques
pages (de préférence avec différents chapitres) du polycopié d’un module que vous suivez ; prendre la
démonstration d’un résultat fondamental et en faire un document de 6 à 10 pages avec bibliographie,
illustrations et mini-biographie (avec photo) des mathématiciens impliqués dans le résultat. Les
éléments obligatoires sont
– un titre (fait avec \maketitle ou l’environnement {titlepage}),
– une table des matières,
– des sections et sous-sections,
– des entêtes (qu’on personnalisera en utilisant soit le package fancyhdr soit le package scrpages
dont on lira la documentation),
– des théorèmes et/ou exercices,
– des formules mathématiques et/ou chimiques,
– des figures (faites avec TikZ ou tout autre package/logiciel de votre choix),
– des tableaux,
– des commandes personnelles judicieusement choisies,
– une bibliographie (de préférence réalisée avec BibTEX).
Le but de ce document est de guider le nouvel utilisateur de LATEX pour une prise en main efficace et, si
possible, exempte de mauvaise habitudes. Attention, il ne s’agit pas d’un manuel mais d’un support aux
cours/TP. Il est encore en cours de rédaction, ne vous étonnez pas si vous découvrez des erreurs. Merci de
me les communiquer.
Gloria FACCANONI
IMATH Bâtiment U-318
Université du Sud Toulon-Var
Avenue de l’université
83957 LA GARDE - FRANCE
T 0033 (0)4 94 14 23 81
B gloria.faccanoni@univ-tln.fr
i http://faccanoni.univ-tln.fr
Table des matières
1 Introduction
5
1.1 Pourquoi se mettre à LATEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2 Installation d’une distribution LATEX , d’un éditeur dédié et d’un pdf viewer . . . . . . . . . . .
1.3 Configuration de l’environnement de travail . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2 Premiers pas en LATEX
2.1
2.2
2.3
2.4
2.5
2.6
2.7
2.8
2.9
2.10
2.11
2.12
2.13
2.14
2.15
9
Structure de base d’un fichier LAT
EX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Espaces dans le code source . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Espaces entre alinéas dans le document final . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Commentaires et caractères spéciaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le système de packages de LATEX . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Titre, table des matières et sections . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Étiquettes, références croisées et liens externes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Notes de bas de page . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Avertissement sur la personnalisation d’un document . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Le formatage du texte ou comment écrire en italique en gros en petit en chasse fixe. . .
Listes à puce, énumérations et descriptions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Objets flottants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Insérer des images . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Insérer des tableaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Définition d’environnements et de commandes personnelles . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
3 Mathématiques
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
3.9
3.10
3.11
3.12
3.13
3.14
3.15
3.16
3.17
3.18
3.19
3.20
3.21
Compilation d’un document avec théorèmes, propositions, etc.
Les modes mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Indices et exposantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Symboles d’usage courant . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Points de suspension . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Racine carrée, racine n-ième . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fractions et coefficients binomiaux . . . . . . . . . . . . . . . . .
Lettres grecques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Texte dans une formule displaystyle . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fonctions mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Grands opérateurs : intégrales, sommes, produits, etc. . . . . . .
Accents mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Délimiteurs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Alphabets mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Tableaux mathématiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Distinction de cas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Matrices . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Alignement de formules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Flèches extensibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Modules de congruences . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Placer au-dessus ou en-dessous . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
5
6
7
9
10
11
11
12
13
16
17
17
18
20
21
23
24
27
29
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
29
31
33
33
33
34
34
35
36
36
37
37
38
40
40
40
41
41
43
43
44
3
Table des matières
3.22 Exercices de synthèse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
3.23 Pour aller plus loin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4 Gestion de la bibliographie
4.1 Faire des bibliographies simples avec LATEX
4.2 Bibliographies avec BibTEX . . . . . . . . .
4.2.1 Styles bibliographiques . . . . . . .
4.2.2 Structure d’un fichier .bib . . . . .
47
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Choix du thème et création de la première diapositive
Les blocs . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Les listes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Ajouter des colonnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
La barre de navigation . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mettre en avant des portions de texte . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
5 Présentations vidéo-projetées
5.1
5.2
5.3
5.4
5.5
5.6
5.7
47
47
48
48
51
6 Compléments
6.1 Figures avec TikZ . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
6.2 Dessiner des molécules avec ChemFig . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7 Pour aller plus loin
7.1 Sites web, manuels, cours, polycopiés et autres fichiers pdf . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
7.2 Livres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
4
44
44
51
51
54
56
58
58
59
61
61
61
65
65
66
1 Introduction
En 1977, l’informaticien Donald Ervin K NUTH est en train d’éditer son livre The Art of Computer Programming mais il est mécontent du rendu obtenu. Il décide alors de créer son propre système de composition
de texte, nommé TEX (prononcé tek, du grec ancien τέχνη). Son utilisation étant assez ardue, un autre informaticien, Lesli L AMPORT, finit par développer un jeu de paquets (ensemble de commandes) permettant
d’accélérer la saisie de documents en TEX. Le mot LATEX (prononcé latek) est un jeu de mot basé sur TEX
auquel sont rajouté les initiales du concepteur de LATEX .
Contrairement à d’autre logiciels, tels OpenOffice où l’on voit directement à l’écran ce que l’on tape, un
document en LATEX est un fichier source qui doit être compilé avant d’être lisible par tous. Nous compilerons
toujours avec pdflatex pour produire un fichier pdf (il y a d’autres formats de sortie et d’autres fichiers
qui sont produits lors d’une compilation, mais on ne s’y intéressera pas dans ce document).
Éditeur
toto.tex
pdflatex toto.tex
pdf viewer
toto.pdf
Contrairement aux logiciels de type WYSIWYG (What You See Is What You Get, ce que voyez est ce que
vous obtenez), tel les documents produits avec OpenOffice ou Microsoft Word, LATEX sépare la forme du
contenu et il demande au rédacteur de se concentrer uniquement sur la structure logique de son document
et sur son contenu, tandis que la mise en page du document (césure des mots, alinéas, styles des titres,
etc.) est laissée au logiciel. De ce fait, LATEX requiert un apprentissage initial plus important que celui qui
est nécessaire pour les logiciels de type WYSIWYG, du moins pour la mise en page de petits documents
simples. Mais une fois cette phase d’apprentissage accomplie, le fait de se concentrer sur le contenu et de
laisser à LATEX le soin de présenter le document devient très appréciable : la qualité du document produit
est élevée (respect des règles typographiques) et la gestion des références bibliographiques (avec une base
de donnée BibTEX), les numérotations et la table des matières sont cohérentes sans qu’on ait à s’en soucier.
1.1 Pourquoi se mettre à LATEX
Apprendre à produire des documents avec LATEX demande un peu d’investissement, même s’il est possible
d’apprendre au fur et à mesure de ses besoins. Cela vient du fait que c’est un système complètement
différent des traitements de texte qu’on a l’habitude d’utiliser. Par exemple, pour écrire différent en italique,
on n’a pas cliqué sur un bouton dans un menu comme on le ferait avec OpenOffice, mais en gros, on a saisi
dans le fichier source quelque chose comme \italique{différent}. Tout ce document est construit selon
ce principe, ensuite LATEX compile le fichier source et le transforme en un beau document pdf. À première
vue, cela semble plus contraignant et moins convivial qu’un traitement de texte, mais alors pourquoi se
mettre à LATEX ?
– Pour produire des documents scientifiques de qualité. C’est pour cela que LATEX a été conçu au
départ. On peut écrire facilement des formules mathématiques, dessiner des arbres, des molécules,
des diagrammes commutatifs, de la musique, etc. Dans chaque communauté de scientifiques, certains
ont créé des packages, disponibles sur Internet gratuitement et personnalisables, pour adapter LATEX à
leurs besoins. Ici vous trouverez quelques exemples :
http://www.tug.org/texshowcase/
– Pour la qualité typographique. Les traitements de texte classiques n’ont pas été conçus avec l’expertise de typographes, contrairement au système LATEX . On en est assez vite convaincu à la vue d’un
5
1 Introduction
–
–
–
–
document LATEX : espace entre les caractères, césures, arrangement des paragraphes, mais également
disposition des figures dans le texte, domaine pour lequel les traitements de texte sont très mal conçus.
Pour créer des gros documents. C’est pour cette qualité de LATEX que l’investissement est le plus
rentable. On peut lui laisser la gestion de toutes les choses compliquées liées à la production de gros
documents (livres, rapports de recherche, mémoires de stage, manuscrits de thèse. . .). En particulier,
– il numérote automatiquement les sections, sous-sections, appendices, figures, formules, exercices,
théorèmes, notes de bas de page, etc. ;
– il crée tout seul la table des matières, la liste des figures et des tableaux et l’index ;
– on peut numéroter très facilement les équations, les formules, les tableaux, les théorèmes, le livres
dans la bibliographie. . . puis faire référence à ces numéros et à la page où ils apparaissent. Même si
le document est retouché (par exemple, même si d’autres équations numérotées sont insérées à
divers endroits dans le document), le document final restera cohérent ;
– il gère très bien la disposition des figures et des tableaux dans un texte ;
– on peut fusionner très facilement plusieurs documents, cela permet à plusieurs personnes de
travailler sur des chapitres différents d’un même document. Par ailleurs, les documents LATEX ne
prennent que très peu de place sur le disque, contrairement aux documents produits par un traitement de texte.
Pour la pérennité. C’est un critère déterminant pour un livre ou une thèse. Rien ne permet de dire
qu’un document écrit avec Microsoft Word aujourd’hui puisse être parfaitement lisible (et modifiable) dans 10 ou 15 ans. Au gré des versions, des options disparaissent ou sont créées. Ce n’est pas le
cas avec LATEX . Les modifications qui y sont apportées ne se font jamais au détriment des utilisateurs.
Pour la souplesse. Le principe même de LATEX c’est un noyau commun, qui permet de créer tous les
documents simples, et la possibilité de créer des nouveaux modules adaptés à des besoins particuliers. Concevoir ces modules demande beaucoup de talent en programmation mais dans chaque
communauté ont été développées des bibliothèques spécifiques qui sont disponibles sur Internet :
mathématiques, informatique, chimie, mais aussi partitions de musique, parties d’échecs, russe, grec,
etc. On peut donc utiliser simplement LATEX en se servant des modules créés par d’autres utilisateurs
sans les concevoir soi-même. En revanche, il est très simple de créer des petites commandes adaptées
à ses besoins. Par exemple, si j’en ai assez de saisir au clavier «Université de Toulon», je peux créer une
commande \UTLN. À chaque fois que LATEX va lire cette commande, il va automatiquement la traduire
en «Université de Toulon».
Parce que c’est universel. Pour échanger des documents produits avec LATEX , on peut les transformer
en fichier pdf ou même HTML. Peu importe que la personne avec qui on travaille utilise un PC avec
Windows, Linux, Mac, Android. Et bien sûr, tout ça est entièrement gratuit.
1.2 Installation d’une distribution LATEX , d’un éditeur dédié et
d’un pdf viewer
Un des principaux avantages de LATEX est qu’il ne nécessite pas grand chose pour pouvoir écrire des
documents : une distribution LATEX et un éditeur de texte. Certains éditeurs sont plus adaptés que d’autres
et proposent des fonctionnalités plus ou moins intéressantes, telles que la coloration syntaxique, l’autocomplétion de certaines balises, etc. Durant cette formation, nous utiliserons l’éditeur de texte Texmaker
qui est disponible sur les 3 plate-formes principales (Windows, Linux, Mac).
Installation sous Ubuntu
– Installation de la distribution TeXlive : dans Synaptic on fait une recherche en rentrant comme mot
clé texlive.
– Installation de l’éditeur Texmaker : dans Synaptic on fait une recherche en rentrant comme mot clé
texmaker.
6
1.3 Configuration de l’environnement de travail
– Installation d’un viewer pdf : dans Synaptic on fait une recherche en rentrant comme mot clé Evince
ou Okular ou Acroread. . .
Installation sous Windows
–
–
–
–
Télécharger le fichier ProTeXt à l’adresse http://www.tug.org/protext/
Suivre les instructions pour l’installation de la distribution MiKTeX (choisir la version complète).
Suivre les instructions pour l’installation de l’éditeur Texmaker.
Installer un viewer pdf (par exemple Acrobat Reader).
1.3 Configuration de l’environnement de travail
• Pour commencer on va démarrer notre éditeur de texte (sous Ubuntu : menu «Applications» → menu
«Bureautique» → «Texmaker»). Une nouvelle fenêtre va s’ouvrir, c’est l’éditeur.
• Avant d’écrire le premier document, configurons un raccourci de l’éditeur pour qu’il fasse appelle à
pdflatex et qu’il lance la visualisation du pdf automatiquement : menu «Option» → «Configurer
Texmaker» ; une nouvelle fenêtre va s’ouvrir, dans cette fenêtre cliquer sur «Compilation rapide» et
cocher «PdfLaTeX + View pdf».
• Créons à présent un nouveau fichier (menu «Fichier» → «Nouveau») et copions le texte suivant :
\documentclass[12pt,a4paper]{scrartcl}
\begin{document}
Mon premier document \LaTeX.
\end{document}
• Enregistrons ce document dans un répertoire TP_LATEX sous le nom premier.tex :
– menu «Fichier» → «Enregistrer sous»,
– on clique sur «Bureau» et on va créer un dossier en cliquant sur le bouton «Créer un dossier », on
appelle ce dossier «TP_LATEX»
– on appelle le fichier premier.tex
• Maintenant on va compiler notre fichier avec pdflatex et on lance la visualisation du pdf en cliquant
sue la flèche à gauche du menu «Compilation rapide» et on admire le résultat.
7
2 Premiers pas en LATEX
Un fichier source LATEX est un fichier .tex qui contient des balises. Ces éléments servent à structurer le
document. Les balises sont introduites par la barre oblique inverse \ appelée backslash. La plupart des
balises possède un argument (parfois plusieurs). Le cas échéant, l’argument est placé entre accolades { }.
Les balises peuvent aussi posséder des options placées entre crochets [ ] et séparées les unes des autres
par des virgules.
Les instructions LATEX se divisent en deux catégories :
– les commandes
\nomcommande[option_1,option_2,...]{arg_1}{arg_2}
comme par exemple \documentclass[]{}, \tableofcontents, \maketitle, \section{}, \LaTeX etc.
– les environnements :
\begin{nom_envir}
\end{nom_envir}
comme par exemple \begin{document}...\end{document}.
Les environnements peuvent être imbriqués, à condition que l’ordre de fermeture soit respecté :
\begin{aaa}...\begin{bbb}...\end{bbb}...\end{aaa}
Il existe une quantité inimaginable de commandes et environnements prédéfinis dans LATEX (surtout
après l’importation d’un package). Nous allons en voir une toute petite sélection parmi les plus utiles.
2.1 Structure de base d’un fichier LATEX
Tout fichier LATEX commence par la commande
\documentclass[opt_1,opt_2,...]{xxx}
On remarque que
• la commande commence par \ (backslash) qui s’obtient avec les touches AltGr+8,
• son nom est documentclass, à savoir la classe de document,
• ses arguments optionnels opt_1,opt_2,... sont entre
– un crochet ouvrant [ qui s’obtient avec les touches «AltGr+5»
– et un crochet fermant ] qui s’obtient avec les touches «AltGr+)».
Les commandes placées entre crochets sont des options. Dans tout ce cours on choisira pour
documentclass les deux options 10pt,a4paper pour utiliser une police de 10 points et un rendu
sur une page de format A4.
• son argument xxx est entre
– une accolade ouvrante { qui s’obtient avec les touches «AltGr+8»
– et une accolade fermante } qui s’obtient avec les touches «AltGr+=».
Cette instruction dit à LATEX que l’on souhaite utiliser une class de document (une mise en forme)
particulière, nommée xxx. Dans tout ce cours on choisira scrartcl qui est la classe la plus courante
9
2 Premiers pas en LATEX
pour des documents de quelques pages, mais d’autres choix sont possibles (scrbook pour des livres,
scrreprt pour des rapports, beamer pour faire des présentations au vidéoprojecteur etc.). 1
L’autre composante absolument obligatoire d’un document LATEX est l’environnement
\begin{document}
\end{document}
Ce jeu de deux commandes sert à délimiter tout ce qui sera imprimé dans le document.
La partie entre le \documentclass et le \begin{document} est appelé le préambule ; c’est là qu’on met
toutes les définitions et packages qu’on charge. La partie entre \begin{document} et \end{document} est
appelé le corps du document (c’est ici qu’on tape le texte qu’on veut voir apparaitre dans le pdf)
\documentclass[10pt,a4paper]{scrartcl}
Préambule
\begin{document}
Corps du document
\end{document}
Voici un document LATEX absolument minimal et le résultat après compilation :
\documentclass[10pt,a4paper]{scrartcl}
\begin{document}
3 Texte.
4 \end{document}
1
2
Texte.
2.2 Espaces dans le code source
Dans le fichier source, les espaces et les tabulations sont traitées indifféremment comme une «espace»
par LATEX . Plusieurs espaces consécutives sont considérées comme une seule espace. L’espace en début
d’une ligne est ignorée. Une interruption de ligne est traitée comme une espace.
Une ligne vide entre deux lignes de texte marque la fin d’un paragraphe. Plusieurs lignes vides sont
considérées comme une seule ligne vide.
1
Il n'est pas
important si on
une ou plusieurs espaces.
2
3
Une ligne vide démarre un nouveau
paragraphe.
met
Il n’est pas important si on met une ou plusieurs
espaces.
Une ligne vide démarre un nouveau paragraphe.
1 LAT X a été écrit par un américain et est particulièrement adapté à cette langue. Pour pouvoir l’utiliser convenablement il nous
E
faut charger des packages qui permettent de l’adapter à notre langue. C’est le cas du package babel et de son option french
qui règle les problèmes linguistiques. Mais pour ce qui est de la mise en page, ce package ne règle pas le problème. En effet les
classes standards (article, book et report) ont été conçues pour être imprimées sur le format de papier américain letter
(279 × 216 mm) et legal (356 × 216 mm) et non notre format européen A4 (210 × 297 mm). C’est pour cette raison que les marges
des documents LATEX nous paraissent toujours trop grandes. Pour adapter la mise en page de LATEX à nos standards européens,
l’allemand Markus KOHM a développé KOMA-Script, qui est un ensemble de paquets mais surtout de classes qui remplacent
les classes standard. C’est pour cela que dans ce document on utilise les classes scrartcl, scrbook et scrreprt au lieu des
classes article, book et report.
10
2.3 Espaces entre alinéas dans le document final
2.3 Espaces entre alinéas dans le document final
Vous aurez remarqué que le début d’une alinéa (portion de texte comprise entre deux retours à la ligne,
appelée aussi paragraphe) est indiquée par une indentation de la première ligne. Si aucune indentation est
utilisée, seule la longueur de la dernière ligne de l’alinéa précédent donnerait au lecteur un point de repère
visuel. Mais dans certains cas il est très difficile de détecter si une ligne est plein ou non. Parfois on a alors
envie d’augmenter l’espace vertical entre les alinéas. Mais ce type de repère visuel présente l’inconvénient
de disparaître dans certains cas. Par exemple, après une formule centrée, il serait impossible de détecter si
l’alinéa précédente se poursuit ou si une nouvelle alinéa commence. De même, quand on commence à lire
en haut d’une nouvelle page, il peut être nécessaire de regarder la page précédente afin de déterminer si une
nouvelle alinéa a été commencée ou non. Tous ces problèmes disparaissent lorsqu’on utilise l’indentation.
Une combinaison de l’indentation et de l’espacement vertical entre les alinéas est redondante et doit donc
être évitée. L’indentation est parfaitement suffisante par elle-même. Le seul inconvénient de l’indentation
est la réduction de la longueur de ligne. L’utilisation de l’espacement entre les alinéas est donc justifiée lors
de l’utilisation de lignes courtes, par exemple dans un journal.
Indépendamment de l’explication ci-dessus, il y a souvent des demandes pour une mise en page
de documents avec un espacement vertical entre les alinéas au lieu de l’indentation. La classe KOMAScript fournit un grand nombre d’options pour gérer cet espace vertical : parskip=full, parskip=full-,
parskip=full*, parskip=full+ et parskip=half, parskip=half-, parskip=half*, parskip=half+.
Les quatre options full définissent chacune un espacement vertical entre les alinéas d’une ligne. Les
quatre options half définissent un espacement vertical d’une demi-ligne. Afin d’éviter qu’un changement
d’alinéa passe inaperçu, par exemple après un saut de page, trois options (-, * et +) veillent à ce que la
dernière ligne d’une alinéa ne soit pas complètement remplie. Si on met -, LATEX ne fera rien (la dernière
ligne de l’alinéa précédente pourra être remplie) ; si on ne met rien, il laissera un espace de longueur 1em
en fin de ligne ; si on met + il laissera un tiers de la ligne libre et enfin, si on met *, il laissera au moins un
quart de la ligne libre.
2.4 Commentaires et caractères spéciaux
Les caractères spéciaux sont :
• le backslash \ pour commencer une commande. Pour afficher le backslash on utilise la commande
\textbackslash.
• les accolades { et } pour définir des groupes. Pour afficher les accolades on utilise les commandes
\{ et \}.
• le pour-cent % pour commencer un commentaire (lors de la compilation du document, les caractères situés après ce symbole seront ignorés). Pour afficher le pour-cent on utilise la commande
\%.
• un ou plusieurs dollars $ pour passer en mode mathématique. Pour afficher un dollar on utilise la
commande \$.
• l’underscore _ pour écrire des indices en mode mathématique. Pour afficher l’underscore on utilise
la commande \_.
• le chapeau ^ pour écrire des exposants en mode mathématique. Pour afficher le chapeau on utilise
la commande \textasciicircum.
• l’ampersand & pour séparer les colonnes d’un tableau. Pour afficher l’ampersand on utilise la
commande \&.
• le hash # pour définir des nouveau commandes. Pour afficher le hash on utilise la commande \#.
• le tilde ~ pour produire une espace insécable. 2 Pour afficher le tilde on utilise la commande
\textasciitilde.
2 L’espace insécable est une espace qui ne peut être coupée par un saut de ligne. Elle s’écrit ~ en LAT X (, pour l’espace fine insécable).
E
11
2 Premiers pas en LATEX
2.5 Le système de packages de LATEX
LATEX dispose d’un mécanisme d’importation de packages qui permet d’étendre ses possibilités. La
syntaxe pour importer un package est
\usepackage[option_1,option_2,...]{nom_du_package}
qu’il faut mettre dans le préambule (les options des packages utilisent des caractères non accentués). Voici
le fichier source avec le préambule de base qu’on utilisera pour nos documents :
\documentclass[10pt,a4paper]{scrartcl}
\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usepackage{textcomp}
\usepackage{amsmath,amssymb}
\usepackage{lmodern}
\usepackage{graphicx}
\usepackage[dvipsnames,svgnames]{xcolor}
\usepackage{microtype}
\usepackage{hyperref} \hypersetup{pdfstartview=XYZ}
\begin{document}
\end{document}
Regardons plus en détail chacun de ces packages.
• \usepackage[utf8]{inputenc}
Ce package déclare l’encodage du fichier source. Il est chargé avec l’option utf8 pour dire à LATEX
que le document source sera encodé en UTF 8. On fait ce choix car c’est le codage par défaut des
caractères sous Ubuntu, mais si vous souhaitez créer un document sur un système Windows par
exemple, il faudra remplacer cette option par latin1.
• \usepackage[T1]{fontenc} Ce package, qui est chargé avec l’option T1, s’occupe de la gestion des
accents (pour les pdf). Pour simplifier, disons que ce package permet de s’assurer que les polices de
caractères qu’on utilise ont toutes les lettres accentuées dont on aura besoin (si on voulait écrire, par
exemple, du polonais, il faudrait utiliser une autre option que T1).
• \usepackage[french]{babel}
Chaque langue possède des règles typographiques qui lui sont propre. On ne coupe pas les mots de la
même manière en anglais et en français. Les items d’une listes commencent par • en anglais et — en
français. En anglais et en allemand on ne met pas d’espace avant les signes doubles (;: ? !) en français
on met une espace insécable avant et une espace normale après pour le : et pour les ; ? ! on met
avant une espace fine insécable et une espace normale après. La langue naturel de LATEX est l’anglais.
Le rôle du package babel est de permettre à LATEX de parler d’autres langues, à l’aide d’options.
Pour charger la prise en compte de la langue française, on utilise l’option french. Si on voulait
écrire de l’anglais, il faudrait utiliser l’option english ; pour du grec, l’option greek, etc. On peut
aussi charger plusieurs langues (ce qui permet de changer au cours du document) ; dans ce cas, il
faut mettre toutes les options voulues au package babel, la dernière langue écrite étant celle par
défaut. Par exemple, pour un document en français avec quelques passages en anglais, on utiliserait
\usepackage[english,french]{babel}. L’option french permet de respecter toutes les subtilités de
la typographie française, pour la traduction automatique des mots (par exemple le mot «chapter»
sera traduit automatiquement en «chapitre»), les caractères spécifiques à une langue (comme les
guillemets français), etc.
12
2.6 Titre, table des matières et sections
• \usepackage{textcomp}
Il permet l’accès à certains caractères supplémentaires, non disponibles dans l’encodage T1 utilisé
par fontenc.
• \usepackage{amsmath,amssymb}
Ils sont utiles pour rédiger des formules mathématiques (on reviendra dessus au chapitre dédié aux
mathématiques).
• \usepackage{lmodern}
Ici on fait le choix d’une police de caractères (le package fontenc ne fait que garantir la présence des
symboles, il ne choisit pas la police). À la place de lmodern, on peut utiliser par exemple fourier.
• \usepackage{graphicx}
Il permet d’inclure des images dans le pdf.
• \usepackage[dvipsnames,svgnames]{xcolor}
Il permet d’utiliser les couleurs.
• \usepackage{microtype}
Il introduit des améliorations typographiques (toujours charger microtype après un package changeant de fonte comme lmodern ou fourier).
• \usepackage{hyperref}
Le package hyperref (toujours à mettre en dernier même si on rajoute des packages supplémentaires),
permet de gérer les liens, construit les bookmarks du pdf et rend la table des matières interactive (les
entrées de la table des matières sont entourées en rouge et lorsqu’on clique dessus, on est amené à la
section en question ; le cadre rouge ne s’imprime pas, il est seulement visible à l’écran). On termine
par dire à hyperref d’utiliser le zoom standard (par default, hyperref change le zoom à quelque chose
de trop petit pour être lu) : \hypersetup{pdfstartview=XYZ}
+
Pour aller plus loin
La liste complètes des packages disponibles ainsi que leur manuel d’utilisation est disponible à l’adresse
http://texcatalogue.sarovar.org/
Avec TeXlive (la distribution classique sous Ubuntu), pour accéder rapidement à la documentation
LATEX on peut taper dans un terminal (qu’on peut ouvrir avec la combinaison de touches «ctrl+alt+T»)
texdoc nomDuPackage
Par exemple, pour obtenir la documentation de xcolor on tapera
texdoc xcolor
2.6 Titre, table des matières et sections
Nous allons maintenant fabriquer notre premier vrai document. Le but est d’arriver à produire le code
source correspondant au pdf donné à la figure 2.1. Analysons la structure de ce document. Il comprend
tout d’abord un titre, un auteur et une date. Ensuite, il y a une table des matières, puis le corps du document
proprement dit. Ce corps de document comprend une section non numéroté (et qui n’est pas dans la
table des matières) dont le titre est «Introduction», du texte, puis une section numérotée dont le titre
est «Rappels», du texte, une sous-section numérotée dont le titre est «Condition initiale», du texte, une
sous-section numérotée dont le titre est «Problème de Cauchy» puis du texte et pour finir une section
numérotée dont le titre est «Exercices».
Une chose importante à comprendre est que LATEX est un langage orienté vers la sémantique : au lieu de
dire qu’on va mettre la phrase «Équations différentielles» en gros caractères et centré, on va dire à LATEX que
cette phrase est le titre, puis lui dire de l’afficher. Si ensuite on décide que le titre doit être en gras, il suffira
de personnaliser l’apparence du titre.
Voici les commandes nécessaires pour générer ces éléments.
13
2 Premiers pas en LATEX
Équations différentielles
Gloria Faccanoni
15 janvier 2014
Suspendisse vitae elit. Aliquam arcu neque, ornare in, ullamcorper quis,
commodo eu, libero. Fusce sagittis erat at erat tristique mollis. Maecenas
sapien libero, molestie et, lobortis in, sodales eget, dui. Morbi ultrices rutrum
lorem. Nam elementum ullamcorper leo. Morbi dui. Aliquam sagittis. Nunc
placerat. Pellentesque tristique sodales est. Maecenas imperdiet lacinia velit.
Cras non urna. Morbi eros pede, suscipit ac, varius vel, egestas non, eros.
Praesent malesuada, diam id pretium elementum, eros sem dictum tortor,
vel consectetuer odio sem sed wisi.
1 Rappels
1.1 Condition initiale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
1.2 Problème de Cauchy . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
2
2
2
2
Table des matières
2 Exercices
1 Rappels
Nam dui ligula, fringilla a, euismod sodales, sollicitudin vel, wisi. Morbi auctor
lorem non justo. Nam lacus libero, pretium at, lobortis vitae, ultricies et, tellus. Donec
aliquet, tortor sed accumsan bibendum, erat ligula aliquet magna, vitae ornare odio
metus a mi. Morbi ac orci et nisl hendrerit mollis. Suspendisse ut massa. Cras nec ante.
Pellentesque a nulla. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes,
nascetur ridiculus mus. Aliquam tincidunt urna. Nulla ullamcorper vestibulum turpis.
Pellentesque cursus luctus mauris.
1.1 Condition initiale
Nulla malesuada porttitor diam. Donec felis erat, congue non, volutpat at, tincidunt
tristique, libero. Vivamus viverra fermentum felis. Donec nonummy pellentesque ante.
Phasellus adipiscing semper elit. Proin fermentum massa ac quam. Sed diam turpis,
molestie vitae, placerat a, molestie nec, leo. Maecenas lacinia. Nam ipsum ligula, eleifend
at, accumsan nec, suscipit a, ipsum. Morbi blandit ligula feugiat magna. Nunc eleifend
consequat lorem. Sed lacinia nulla vitae enim. Pellentesque tincidunt purus vel magna.
Integer non enim. Praesent euismod nunc eu purus. Donec bibendum quam in tellus.
Nullam cursus pulvinar lectus. Donec et mi. Nam vulputate metus eu enim. Vestibulum
pellentesque felis eu massa.
1.2 Problème de Cauchy
Quisque ullamcorper placerat ipsum. Cras nibh. Morbi vel justo vitae lacus tincidunt
ultrices. Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. In hac habitasse
platea dictumst. Integer tempus convallis augue. Etiam facilisis. Nunc elementum
fermentum wisi. Aenean placerat. Ut imperdiet, enim sed gravida sollicitudin, felis odio
placerat quam, ac pulvinar elit purus eget enim. Nunc vitae tortor. Proin tempus nibh
sit amet nisl. Vivamus quis tortor vitae risus porta vehicula.
2 Exercices
Fusce mauris. Vestibulum luctus nibh at lectus. Sed bibendum, nulla a faucibus
semper, leo velit ultricies tellus, ac venenatis arcu wisi vel nisl. Vestibulum diam.
Aliquam pellentesque, augue quis sagittis posuere, turpis lacus congue quam, in hendrerit
risus eros eget felis. Maecenas eget erat in sapien mattis porttitor. Vestibulum porttitor.
Nulla facilisi. Sed a turpis eu lacus commodo facilisis. Morbi fringilla, wisi in dignissim
interdum, justo lectus sagittis dui, et vehicula libero dui cursus dui. Mauris tempor
ligula sed lacus. Duis cursus enim ut augue. Cras ac magna. Cras nulla. Nulla egestas.
Curabitur a leo. Quisque egestas wisi eget nunc. Nam feugiat lacus vel est. Curabitur
consectetuer.
Introduction
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Ut purus elit, vestibulum ut,
placerat ac, adipiscing vitae, felis. Curabitur dictum gravida mauris. Nam arcu libero,
nonummy eget, consectetuer id, vulputate a, magna. Donec vehicula augue eu neque.
Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames ac turpis
egestas. Mauris ut leo. Cras viverra metus rhoncus sem. Nulla et lectus vestibulum
urna fringilla ultrices. Phasellus eu tellus sit amet tortor gravida placerat. Integer
sapien est, iaculis in, pretium quis, viverra ac, nunc. Praesent eget sem vel leo ultrices
bibendum. Aenean faucibus. Morbi dolor nulla, malesuada eu, pulvinar at, mollis ac,
nulla. Curabitur auctor semper nulla. Donec varius orci eget risus. Duis nibh mi, congue
eu, accumsan eleifend, sagittis quis, diam. Duis eget orci sit amet orci dignissim rutrum.
2
14
1
F IGURE 2.1: Exemple de document de deux pages avec titre, table des matières et sections
2.6 Titre, table des matières et sections
• Les trois premières commandes, \title, \author et \date sont des commandes à un argument qu’on
mettra dans le préambule. Voici un exemple d’utilisation :
\title{Équations différentielles}
\author{Gloria Faccanoni}
\date{15 janvier 2014}
Si on ne met pas la ligne avec \date, la date choisie sera la date du jour de compilation du fichier.
• Après le \begin{document} (c’est-à-dire dans le corps du document), on utilise \maketitle pour
imprimer le titre, l’auteur et la date (cette commande ne prend pas d’argument, contrairement
aux trois précédentes). Rappelons que ces informations ont été mentionnées dans le préambule.
Si la commande \maketitle est omise, le document obtenu après la compilation n’inclura pas ces
informations.
• Lors d’une publication scientifique (notamment des articles), il est usuel de démarrer celle-ci avec un
résumé (abstract en anglais), censé donner au lecteur une vue d’ensemble de ce qu’il doit attendre
du document. La classe scrartcl fournit un environnement abstract à cette fin :
\begin{abstract}
...
\end{abstract}
• Pour afficher la table des matières, on utilise la commande
\tableofcontents
Comme \maketitle, cette commande ne prend pas d’argument. LATEX permet de générer automatiquement la table des matières. Pour que la table soit générée, il faut compiler le document deux
fois.
• Pour faire une section numérotée, on utilise la commande \section dont l’argument est le titre de
section ; par exemple :
\section{Titre de la section}
Si on ne veut pas que la section soit numérotée, on utilise \section* ; par exemple :
\section*{Titre de la section}
Les sections non numérotées n’apparaissent pas dans la table des matières. Pour les ajouter, au lieu
de la commande \section* on utilisera la commande
\addsec{Titre de la section}
Pour faire une sous-section, on utilise \subsection (la syntaxe est la même que pour \section). Dans
la classe scrartcl, les commandes de sectionnement suivantes sont disponibles :
\part et \part* et \addpart
\section et \section* et \addsec
\subsection et \subsection*
\subsubsection et \subsubsection*
\minisec
\paragraph
\subparagraph
Dans les classes scrreprt et scrbook, une commande de sectionnement entre \part et \section est
disponible :
\chapter et \chapter* et \addchap
15
2 Premiers pas en LATEX
• Pour afficher le texte de l’exemple sans devoir le taper on peut charger dans le préambule le package
lipsum et puis utiliser la commande \lipsum. Cette commande peut prendre un argument optionnel
selon le texte que l’on veut qu’elle affiche. La syntaxe est \lipsum[1] où l’on peut remplacer 1 par un
autre nombre. 3
Exercice 1
Reproduire le document de la figure 2.1.
2.7 Étiquettes, références croisées et liens externes
Il est parfois utile dans un document de faire référence à des parties du texte (une section, une équation,
un théorème, une entrée dans la bibliographie etc.). Plutôt que d’indiquer à la main les pages concernées
(opérations hasardeuse par ailleurs, car le numéro des pages peut changer en cours de rédaction), il est
plus simple de laisser LATEX gérer ces opérations. Ainsi, on dispose des trois commandes suivantes :
• la commande \label{eti} insère une étiquette invisible, nommée eti ;
• \ref{eti} insère une référence à l’étiquette eti ;
• \pageref{eti} insère le numéro de la page où se situe l’étiquette eti.
Si on a chargé dans le préambule le package hyperref, la référence est cliquable et renvoi à la page où on a
mis l’étiquette invisible. Pour que la référence soit correcte il faut compiler deux fois.
Voici un exemple
1 Introduction
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla
1.1 Premier Essai
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla
1.2 Deuxième Essai
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla
On a vu à la section 1.1 à la page 1 que bla bla bla
obtenu avec le code suivant :
\documentclass[a4paper,10pt]{scrartcl}
\usepackage[latin1]{inputenc}
% \usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
3 Le Lorem Ipsum est simplement du faux texte employé dans la composition et la mise en page avant impression. C’est le faux texte
standard de l’imprimerie depuis les années 1500, quand un peintre anonyme assembla ensemble des morceaux de texte pour
réaliser un livre spécimen de polices de texte. Il n’a pas fait que survivre cinq siècles, mais s’est aussi adapté à la bureautique
informatique, sans que son contenu n’en soit modifié. On sait depuis longtemps que travailler avec du texte lisible et contenant du
sens est source de distractions, et empêche de se concentrer sur la mise en page elle-même. L’avantage du Lorem Ipsum sur un
texte générique comme «bla bla bla» est qu’il possède une distribution de lettres plus ou moins normale, et en tout cas comparable
avec celle du français standard. De nombreuses suites logicielles de mise en page ou éditeurs de sites Web ont fait du Lorem Ipsum
leur faux texte par défaut, et une recherche pour «Lorem Ipsum» vous conduira vers de nombreux sites qui n’en sont encore qu’à
leur phase de construction.
16
1
2.8 Notes de bas de page
\usepackage{hyperref}\hypersetup{pdfstartview=XYZ}
\begin{document}
\section{Introduction}
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla
\subsection{Premier Essai}\label{subsec.toto}
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla
\subsection{Deuxième Essai}
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla
On a vu à la section~\ref{subsec.toto} à la page~\pageref{subsec.toto} que bla bla bla
\end{document}
Pour afficher un lien internet (cliquable pour aller à la page web voulue), on utilise la commande \url
du package hyperref :
1
\url{http://www.google.com}
http://www.google.com
2.8 Notes de bas de page
La commande \footnote imprime une note de bas de page en bas de la page en cours. Les notes de bas
de page doivent être placées après le mot où la phrase auquel elles se réfèrent. 4 Les notes qui se réfèrent à
une (partie de) phrase devraient être placées après une virgule ou un point. 5
L’alinéa précédente a été obtenue par le code
... elles se réfèrent.\footnote{La typographie française demande ... du document.} Les
notes qui se réfèrent à une (partie de) phrase devraient être placées après une virgule ou
un point.\footnote{Remarquez que les notes de bas de page détournent l'attention du lecteur
du corps du document.} La note ...
2.9 Avertissement sur la personnalisation d’un document
Le but de la typographie est de rendre un document beau et agréable à lire. Pour cela, il ne faut pas que
des éléments typographique détournent le lecteur du fond, ni que la mise en page n’entraîne de fatigue
visuelle. Par exemple une règle couramment admise est que la longueur d’une ligne de texte (en typographie
on dit la justification) ne doit pas dépasser 60 à 70 caractères (espace compris). Au-delà l’œil fatigue et il
est plus difficile de localiser la prochaine ligne. Pour un texte écrit sur une seule colonne, une justification
de 65 caractères est considérée comme idéale. C’est pour éviter la fatigue visuelle que les journaux, qui
cherchent pour des raisons d’économie à mettre le plus de texte par page, sont écrit en colonnes pour
conserver une justification acceptable. Donc si on décide de modifier la taille du texte, il faut essayer de
respecter le plus possible cette règle.
Le gris typographique est l’apparence grise que prend le corps de texte, quand on le regarde de loin ou
si on plisse les yeux pour voir le texte flou. Plus ce gris est homogène, plus la lecture du texte sera facile
et agréable. Au contraire, quand l’homogénéité de ce gris est rompue par un mauvais interlignage, par
des «rivières» ou par des «lézardes» (les lignes blanches composées d’espaces, les unes sous les autres, qui
4 La typographie française demande une espace fine avant la marque de renvoi à la note. Celle-ci est insérée automatiquement par le
package babel si le français est la langue principale du document.
5 Remarquez que les notes de bas de page détournent l’attention du lecteur du corps du document.
17
2 Premiers pas en LATEX
traversent les textes mal mis en page), l’attention portée au texte diminue car ces défauts détournent du
texte et rendent la lecture difficile. Obtenir un bon gris n’est pas facile, il dépend de la police utilisée, de sa
taille, de la justification, de l’interligne. . .
Avant de se lancer dans des modifications du comportement standard de LATEX , il faut bien comprendre
que la typographie est une science difficile. Il aurait été plus facile d’écrire un logiciel laissant à l’utilisateur
le choix des réglages typographiques (comme la dimension des marges par exemple). Mais les résultats sont
souvent calamiteux, car les typographes improvisés que nous sommes ne savent pas ce qui est important ou
incorrect, d’autant plus que nous nous sommes habitués à une typographie pauvre. Avec l’avènement des
ordinateurs et des traitements de texte, on voit fleurir dans les textes tout un tas de fioritures (changement
de fontes, de corps, de casse,. . .) censées faire beau, mais c’est oublier que la typographie est avant tout au
service du texte, que le lecteur doit rester concentré, sans fatiguer.
Si j’ai tenu à évoquer ces questions d’ordre typographique, c’est pour comprendre que l’on ne s’improvise
pas typographe et que dans la plupart des cas vouloir modifier les réglages proposer par défaut par
LATEX est une mauvaise idée. LATEX utilise pour fabriquer le texte des algorithmes qui respectent les règles
typographiques. Même si, par la suite, on verra comment régler certaines des paramètres de la mise en
page, je conseille de le faire avec parcimonie et plutôt de faire confiance à LATEX .
2.10 Le formatage du texte ou comment écrire en italique en
gros en petit en chasse fixe. . .
Dans cette section on va apprendre à modifier les caractéristiques d’une police, c’est à dire à changer de
fonte. Avec ces commandes on va pouvoir personnaliser un peu plus les documents. Attention toutefois de
ne pas en faire de trop, on risquerait de rendre le document si ce n’est illisible tout du moins très moche.
La police utilisée dans ce polycopié est fourier, mais vous pouvez utiliser lmodern en chargeant le
package lmodern. Une police possède 4 caractéristiques que l’on peut faire varier individuellement : la
famille, la graisse, la forme, la taille (le corps). On peut donc avoir de nombreuses combinaisons possibles
comme par exemple gras et italique. Toutefois toutes les combinaisons ne sont pas possibles et dépendent
de la police utilisée. Par exemple en lmodern on ne peut obtenir des petites capitales en italique, ni en
fonte sans serif.
La police c’est l’ensemble des caractères de toutes tailles, graisses, forme, d’une même famille. Une fonte
est un ensemble de caractères d’une même police ayant la même graisse, la même taille, la même forme.
Par exemple la police de ce paragraphe est fourier, la fonte utilisée est serif corps 10pt (fourier, sans
serif, corps 8pt, italique est une autre fonte de la même police.)
Il existe deux types de commandes pour changer de fonte, les commandes à arguments et les commandes
déclaratives :
• Les commandes à arguments servent pour modifier un mot ou un petit groupe de mots qui ne dépasse
pas la taille d’un paragraphe. Un saut de paragraphe à l’intérieur d’une commande à argument
déclenche une erreur de compilation. Elles commencent toutes par \text et prennent l’argument
entre accolades. Par exemple la commande à argument pour mettre en gras est \textbf{} :
1
\textbf{gras}
gras
• Les commandes déclaratives agissent à partir de l’endroit ou elles sont positionnées dans le texte
sur toute la suite du texte jusqu’à ordre contraire. Un ordre contraire peut être donné par une autre
commande déclarative annulant la première. Par exemple la commande graisse normale annulant
la commande gras. La portée d’une commande déclarative peut être limitée par des accolades.
\bfseries est la commande déclarative pour mettre en gras :
18
2.10 Le formatage du texte ou comment écrire en italique en gros en petit en chasse fixe. . .
{\bfseries Tout ce qui se trouve ici
même après un paragraphe ou des
sections
2 \section*{Une section en gras}
3 sera en gras jusqu'à cette accolade} et
ici tout revient normal
1
Tout ce qui se trouve ici même après un paragraphe ou des sections
Une section en gras
sera en gras jusqu’à cette accolade et ici tout revient normal
Une autre façon de limiter la portée d’une commande déclarative est de l’utiliser dans un environnement. Un environnement commence par un \begin{environnement} et se termine par un
\end{environnement}
1 \begin{center}
2 \bfseries Tout ce qui se trouve dans
Tout ce qui se trouve dans cet environnement
cet environnement sera centré et en
sera centré et en gras.
gras.
Après la fermeture de l’environnement on re3 \end{center}
trouve une graisse normale.
4 Après la fermeture de l'environnement
on retrouve une graisse normale.
On peut mettre plusieurs commandes déclaratives dans le même environnement ou la même paire
d’accolades.
1 {\Large \rmfamily \itshape En gros,
En gros, gras, roman et italique
gras, roman et italique}
Il n’existe pas de commande à argument pour modifier la taille d’une police, il n’existe que des commandes
déclaratives.
N OM
Roman
Sans serif
Chasse fixe
L ES FAMILLES DE POLICE
C OMMANDE À ARGUMENT
C OMMANDE DÉCLARATIVE
\textrm{Roman}
{\rmfamily Roman}
\textsf{Empattement}
{\sffamily Empattement}
\texttt{typewriter}
{\ttfamily typewriter}
N OM
Graisse normale
Écrit en gras
C OMMANDE À ARGUMENT
\textmd{Normale}
\textbf{En gras}
N OM
Écriture droite
En italique
Forme penchée
En petites capitales
En emphase
L A FORME
C OMMANDE À ARGUMENT
C OMMANDE DÉCLARATIVE
\textup{Droite}
{\upshape Droite}
\textit{Italique}
{\itshape Italique}
\textsf{Penchée}
{\slshape Penchée}
\textsc{Petites capitales} {\scshape Petites capitales}
\emph{Emphatisé}
{\em Emphatisé}
L A GRAISSE
C OMMANDE DÉCLARATIVE
{\mdseries Normale}
{\bfseries En gras}
R ÉSULTAT
Roman
Empattement
typewriter
R ÉSULTAT
Normale
En gras
Droite
Normale
Italique
Penchée
P ETITES CAPITALES
Emphatisé
Dans un manuscrit réalisé sur une machine à écrire, les mots importants sont valorisés en les soulignant ;
on peut obtenir ce résultat en LATEX avec la commande \underline :
... valorisés en les soulignant ; on peut obtenir ...
1
... valorisés en les \underline{
soulignant}; on peut obtenir ...
Toutefois, dans un ouvrage imprimé on préfère les mettre en valeur 6 . Les commandes de mise en valeur
sont \emph et \em. La plupart du temps la mise en évidence du mot ou du groupe de mot se fera en le
6 Emphasize en anglais.
19
2 Premiers pas en LATEX
mettant en italique. Mais dans le cas d’un texte en italique \emph{} et \em mettront le texte en écriture
droite.
1
Voici un texte normal avec le mot normal en emphase.
Voici un texte en italique avec le mot italique en emphase.
Voici un texte \emph{normal} avec le mot
\emph{normal} en emphase.
2
3
{\itshape Voici un texte en \emph{
italique} avec le mot \emph{italique} en
emphase.}
La taille normale du texte est passée comme option à la commande \documentclass. LATEX accepte 3
tailles différentes : 10pt, 11pt, 12pt. Avec KOMA-Script on peut utiliser d’autres valeurs (14pt par exemple)
mais on peut rencontrer des problèmes de compatibilité avec les autres packages.
Avec LATEX on ne peut pas modifier localement la taille du texte en augmentant le nombre de points (pt)
comme on peut faire avec les traitements de texte WYSIWYG. On doit se contenter de taille relative, donnée
dans le tableau suivant (le changement de taille se fait uniquement avec une commande déclarative) :
{\tiny Texte}
{\scriptsize Texte}
3 {\footnotesize Texte}
4 {\small Texte}
5 {\normalsize Texte}
6 {\large Texte}
7 {\Large Texte}
8 {\huge Texte}
9 {\Huge Texte}
1
2
Texte
Texte Texte
Texte Texte Texte Texte
Texte Texte
2.11 Listes à puce, énumérations et descriptions
Une manière de structurer le texte à l’intérieur d’un paragraphe est d’utiliser les listes.
• L’environnement itemize est utilisé pour des listes à puces :
Liste des courses:
\begin{itemize}
3 \item pain
4 \item lait
5 \item farine
6 \end{itemize}
1
2
Liste des courses :
– pain
– lait
– farine
• L’environnement enumerate est utilisé pour des énumérations :
Risotto:
\begin{enumerate}
3 \item faire ruisseler l'oignon et le
beurre,
4 \item ajouter du vin blanc et le riz et
laisser évaporer,
5 \item ajouter le bouillons peu à peu,
6 \item \dots
7 \end{enumerate}
1
2
Risotto :
1. faire ruisseler l’oignon et le beurre,
2. ajouter du vin blanc et le riz et laisser évaporer,
3. ajouter le bouillons peu à peu,
4. . . .
• L’environnement description est utilisé pour des descriptions :
ECUE Compétences:
\begin{description}
3 \item[Titre:] Édition scientifique
4
avec \LaTeX
5 \item[Durée:] 10h
6 \end{description}
1
2
20
ECUE Compétences :
Titre : Édition scientifique avec LATEX
Durée : 10h
2.12 Objets flottants
On peut imbriquer différents types de listes :
\begin{itemize}
\item À faire:
3
\begin{enumerate}
4
\item Sortir le chien
5
\item Rentrer les poubelles
6
\item Préparer à manger
7
\end{enumerate}
8 \item Ce qui sera fait:
9
\begin{enumerate}
10
\item Prendre une bière
11
\item Allumer la TV
12
\item Dormir
13
\end{enumerate}
14 \end{itemize}
1
2
– À faire :
1. Sortir le chien
2. Rentrer les poubelles
3. Préparer à manger
– Ce qui sera fait :
1. Prendre une bière
2. Allumer la TV
3. Dormir
Exercice 2
Reproduire le document suivant :
1. aaa
a) bbb
i. ccc
ii. ddd
iii. eee
b) fff
2. ggg
– hhh
– iii
– jjj
– kkk
– lll
3. mmm
4. nnn
AAA : ooo
BBB : ppp
+
Pour aller plus loin
Pour personnaliser les listes on pourra utiliser (après avoir lu la documentation) :
– soit le package enumitem disponible à l’adresse http://texcatalogue.sarovar.org/entries/
enumitem.html
– soit le package paralist disponible à l’adresse http://texcatalogue.sarovar.org/entries/
paralist.html
2.12 Objets flottants
La plupart des publications contiennent un nombre important de figures et de tableaux. Ces éléments
nécessitent un traitement particulier car ils ne peuvent être coupés par un changement de page. On pourrait
imaginer de commencer une nouvelle page chaque fois qu’une figure ou un tableau ne rentrerait pas dans
21
2 Premiers pas en LATEX
Caractère
h
t
b
p
!
Emplacement pour l’objet flottant. . .
here, ici, à l’emplacement dans le texte où la commande se trouve. Utile pour les
petits objets.
top, en haut d’une page
bottom, en bas d’une page
page, sur une page à part ne contenant que des objets flottants.
ici, sans prendre en compte les paramètres internes (tels que le nombre maximum d’objets flottants sur une page) qui pourraient empêcher ce placement.
TABLE 2.1: Placements possibles
la page en cours. Cette façon de faire laisserait de nombreuses pages à moitié blanches, ce qui ne serait
réellement pas beau. La solution est de laisser «flotter» les figures et les tableaux qui ne rentrent pas sur la
page en cours, vers une page suivante et de compléter la page avec le texte qui suit l’objet «flottant». LATEX
fournit deux environnements pour les objets flottants adaptés respectivement aux figures (figure) et aux
tableaux (table). Pour faire le meilleur usage de ces deux environnements, il est important de comprendre
comment LATEX traite ces objets flottants de manière interne. Dans le cas contraire ces objets deviendront
une cause de frustration intense car LATEX ne les placera jamais à l’endroit où vous souhaitiez les voir.
Tout objet inclus dans un environnement figure ou table est traité comme un objet flottant. Les deux
environnements flottants ont un paramètre optionnel (voir le tableau 2.1) : \begin{figure}[placement]
ou \begin{table}[placement]. Ce paramètre permet de dire à LATEX où vous préférez positionner l’objet à
flotter si c’est possible. En général, si un objet ne peut pas être placé sur la page en cours, il est placé soit
dans la file des figures soit dans la file des tableaux 7 . Quand une nouvelle page est entamée, LATEX essaye
d’abord de voir si les objets en tête des deux files pourraient être placés sur une page spéciale, à part. Si
cela n’est pas possible, les objets en tête des deux files sont traités comme s’ils venaient d’être trouvés dans
le texte : il essaye de les placer selon leurs spécifications de placement (sauf h, qui n’est plus possible).
Tous les nouveaux objets flottants rencontrés dans la suite du texte sont ajoutés à la queue des files. LATEX
respecte scrupuleusement l’ordre d’apparition des objets flottants. C’est pourquoi un objet flottant qui ne
peut être placé dans le texte repousse tous les autres à la fin du document. D’où la règle :
«Si LATEX ne place pas les objets flottants comme vous le souhaitez, c’est souvent à cause d’un
seul objet trop grand qui bouche l’une des deux files d’objets flottants.»
Essayer d’imposer à LATEX un emplacement particulier pose souvent problème : si l’objet flottant ne tient
pas à l’emplacement demandé, alors il est coincé et bloque le reste des objets flottants. En particulier,
l’utilisation de la seule option [h] pour un flottant est une idée à proscrire, les versions modernes de LATEX
changent d’ailleurs automatiquement l’option [h] en [ht].
Voici quelques éléments supplémentaires qu’il est bon de connaître sur les environnements flottants.
• La commande \caption permet de définir une légende pour l’objet. Un numéro (incrémenté automatiquement) et le mot «Figure» ou «Table» (traduits automatiquement en français par le package
babel) sont ajoutés par LATEX .
• Avec \label et \ref vous pouvez faire référence à votre objet à l’intérieur de votre texte. La commande
label doit apparaître après la commande \caption d’une légende si vous voulez référencer le numéro
de cette légende.
• Les deux commandes listoffigures et listoftables fonctionnent de la même manière que la
commande \tableofcontents : elles impriment respectivement la liste des figures et des tableaux.
Dans ces listes, la légende est reprise en entier. Si vous désirez utiliser des légendes longues, vous
pouvez en donner une version courte entre crochets qui sera utilisée pour la table : \caption[courte
]{Longue sous la figure}
7 Il s’agit de files FIFO (First In, First Out) : premier arrivé, premier servi.
22
2.13 Insérer des images
Dans certains cas il peut s’avérer nécessaire d’utiliser la commande \FloatBarrier du package placeins :
elle ordonne à LATEX de placer tous les objets flottants avant cette commande (par exemple, avant de
commencer une nouvelle section).
2.13 Insérer des images
L’importation d’une image dans un document se fait en deux étapes : d’abord on indique à LATEX le nom
du fichier qui contient l’image, puis on la transforme en un objet flottant (appelé figure) pour que LATEX
puisse la placer dans la page avec le meilleur rendu possible. Cela signifie que, si l’image est trop grande
pour le peu de place qui reste dans la page, il la placera sur la page d’après. Il ne faut pas forcer le placement
des images car LATEX est plus performant que vous pour l’arrangement des pages, donc il faut le laisser faire
son travail.
Insérer une image : les formats d’images acceptés par une compilation avec pdflatex sont JPG, PNG
et pdf (le dernier est à préférer pour tout ce qui est vectoriel). Pour inclure une image appelée
courbe.png, présente dans le même répertoire que le fichier tex que vous compilez (très important),
il faut charger le package graphicx en mettant dans le préambule
\usepackage{graphicx}
puis mettre dans le corps du document là où on veut faire apparaitre l’image la commande
\includegraphics{courbe}
Noter qu’il n’y a pas besoin de spécifier l’extension. La commande \includegraphics peut prendre
un certain nombre d’options. L’option width permet de spécifier la largeur de l’image. Par exemple
\includegraphics[width=0.5\textwidth]{courbe}
mettra la largeur de l’image à la moitié de la largeur du texte, la hauteur étant changée en conséquence
pour garder les proportions de l’image. De même, on peut spécifier la hauteur
\includegraphics[height=2cm]{courbe}
On peut aussi changer la taille de l’image avec l’option scale. Par exemple
\includegraphics[scale=0.4]{courbe}
réduira la taille de l’image à 40% de celle de l’original. On peut changer l’orientation de l’image avec
l’option angle. Par exemple
\includegraphics[angle=90]{courbe}
tourne l’image de 90 degrés (sens trigonométrique). On peut couper les bords de l’image avec les
options trim et clip. Par exemple
\includegraphics[trim=1cm 2cm 3cm 4cm,clip]{courbe}
affichera l’image coupée de 1 cm à partir de la marge gauche, 2 cm de la marge en bas, 3 cm de la
marge droite et 4 cm de la marge haute.
Pour une description des autres options, voir la documentation du package graphicx disponible à
l’adresse http://tug.ctan.org/tex-archive/macros/latex/required/graphics/grfguide.
pdf
Placer l’image dans une figure flottante : il est conseillé de laisser LATEX s’occuper automatiquement
du placement d’une image grâce à l’environnement {figure}. À l’intérieur de cet environnement, il
faut mettre la commande \includegraphics et rajouter une légende afin de pouvoir faire référence
à la figure. Pour cela, on utilise la commande \caption ainsi que la commande \label pour y faire
référence plus tard avec la commande \ref (comme pour les numéros de sections, d’équations, etc.).
La syntaxe est donc
23
2 Premiers pas en LATEX
\begin{figure}
\centering
\includegraphics[scale=0.4]{courbe}
\caption{Titre de la figure}\label{fig.courbe}
\end{figure}
Toujours mettre le \label après le \caption. On peut encourager LATEX à positionner l’image à un
certain endroit en utilisant un argument optionnel de l’environnement {figure} (par exemple \begin
{figure}[t]). Le paramètre t favorisera l’apparition en haut de page, le paramètre b en bas de page,
le paramètre h à l’endroit où est {figure} dans le fichier source et p sur une page à part avec d’autres
images.
La figure 2.2 a été obtenue par le code suivant :
\lipsum[1]
On voit à la figure~\ref{fig.hippopotenuse} que bla bla
\begin{figure}
\centering
\includegraphics[width=0.5\textwidth]{hippopotenuse}
\caption{I put the hippo in hippopotenuse}\label{fig.hippopotenuse}
\end{figure}
\lipsum[2]
Remarquer que dans le code on insère l’image après le premier paragraphe mais LATEX a préféré la faire
apparaitre en haut de la page. Cela n’est pas gênant car il suffit de faire référence à l’image non pas
par une expression du type «comme on voit sur la F IGURE ci-dessous» mais plutôt par une expression
du type «comme on voit sur la F IGURE 1» où le numéro est géré automatiquement par un mécanisme
d’étiquette/référence.
2.14 Insérer des tableaux
Le rendu d’un tableau dans un document se fait aussi en deux étapes : d’abord on construit le tableau,
puis on le transforme en un objet flottant (appelé table) pour que LATEX puisse le placer dans la page avec
le meilleur rendu possible, selon le même mécanisme déjà vu pour les images/figures.
Construire un tableau : pour écrire un tableau, on utilise l’environnement {tabular}. Cet environnement prend un argument obligatoire qui est la spécification du type des colonnes. Les types de
colonnes de base sont c (centré), l (aligné à gauche), r (aligné à droite) et p{5cm} (paragraphe de
5cm de large). Par exemple, pour obtenir un tableau avec trois colonnes, la première étant centrée, la
deuxième un paragraphe de 7 cm et la dernière alignée à droite, on écrit
\begin{tabular}{cp{7cm}r}
...
\end{tabular}
Le texte des différentes colonnes est séparé par un & et on passe à la ligne suivante en utilisant \\. Par
exemple :
1
Voici un tableau:
2
\begin{tabular}{cp{1cm}r}
4 titi toto
& tutu tata & tete \\
5 titi toto
& tutu tata & tete
6 \end{tabular}
3
24
Voici un tableau :
titi toto tutu
tata
titi toto tutu
tata
tete
tete
2.14 Insérer des tableaux
Figure 1: I put the hippo in hippopotenuse
Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Ut purus elit, vestibulum
ut, placerat ac, adipiscing vitae, felis. Curabitur dictum gravida mauris. Nam arcu
libero, nonummy eget, consectetuer id, vulputate a, magna. Donec vehicula augue eu
neque. Pellentesque habitant morbi tristique senectus et netus et malesuada fames
ac turpis egestas. Mauris ut leo. Cras viverra metus rhoncus sem. Nulla et lectus
vestibulum urna fringilla ultrices. Phasellus eu tellus sit amet tortor gravida placerat.
Integer sapien est, iaculis in, pretium quis, viverra ac, nunc. Praesent eget sem vel
leo ultrices bibendum. Aenean faucibus. Morbi dolor nulla, malesuada eu, pulvinar
at, mollis ac, nulla. Curabitur auctor semper nulla. Donec varius orci eget risus. Duis
nibh mi, congue eu, accumsan eleifend, sagittis quis, diam. Duis eget orci sit amet orci
dignissim rutrum.
On voit à la figure 1 que bla bla
Nam dui ligula, fringilla a, euismod sodales, sollicitudin vel, wisi. Morbi auctor
lorem non justo. Nam lacus libero, pretium at, lobortis vitae, ultricies et, tellus. Donec
aliquet, tortor sed accumsan bibendum, erat ligula aliquet magna, vitae ornare odio
metus a mi. Morbi ac orci et nisl hendrerit mollis. Suspendisse ut massa. Cras nec ante.
Pellentesque a nulla. Cum sociis natoque penatibus et magnis dis parturient montes,
nascetur ridiculus mus. Aliquam tincidunt urna. Nulla ullamcorper vestibulum turpis.
Pellentesque cursus luctus mauris.
F IGURE 2.2: Exemple de figure avec référence.
1
25
2 Premiers pas en LATEX
La commande \\ doit uniquement être utilisée pour passer à la ligne dans les tableaux. Elle ne
doit pas être utilisée pour aller à la ligne lorsqu’on tape du texte (il faut laisser une ligne blanche
dans le fichier source). L’utilisation abusive de \\ dans un document que vous me rendrez sera
sévèrement sanctionné. (Noter que le tableau est la suite du texte ; pour éviter ceci, le mettre dans un
environnement {center} ou le rendre un flottant).
Pour rajouter un trait vertical entre deux colonnes, il suffit de mettre un | (qu’on obtient avec la
combinaison de touches «AltGr+6») dans la spécification des colonnes. Pour tracer un trait horizontal,
il y a la commande \hline. Cette commande doit être soit au tout début du tableau soit après un \\.
Voici un exemple :
\begin{center}
\begin{tabular}{|c|p{1cm}r|}
3 \hline
4 bla bla & bla bla bla & bla
\\
5 \hline
6 bla
& bla bla
& bla bla \\
7 \hline
8 \end{tabular}
9 \end{center}
1
2
bla bla
bla
bla bla
bla
bla bla
bla
bla bla
Lorsqu’on fait des tableaux, toujours charger le package array (dans le préambule et, comme
toujours, avant hyperref), qui corrige certains petits problèmes concernant les raccords entre traits
horizontaux et verticaux et étend les possibilités pour les tableaux.
LATEX traite le contenu d’un environnement tabular comme une boîte indivisible, en particulier il ne
peut y avoir de coupure de page. Pour réaliser de longs tableaux s’étendant sur plusieurs pages il faut
avoir recours aux extensions supertabular ou longtable.
Parfois les tableaux par défaut de LATEX donnent une impression d’étroitesse. Si vous voulez leur
donner plus d’extension, vous pouvez le faire en modifiant les valeurs de arraystretch et tabcolsep
comme dans l’exemple suivant.
{\renewcommand{\arraystretch}{1.5}
\renewcommand{\tabcolsep}{0.5cm}
3 \begin{center}
4 \begin{tabular}{|c|p{1cm}r|}
5 \hline
6 bla bla & bla bla bla & bla
\\
7 \hline
8 bla
& bla bla
& bla bla \\
9 \hline
10 \end{tabular}
11 \end{center}}
1
2
bla bla
bla bla
bla
bla
bla
bla bla
bla bla
Placer le tableau dans une table flottante : comme pour les images, il est conseillé de laisser LATEX
s’occuper automatiquement du placement d’un tableau grâce à l’environnement {table}. À l’intérieur de cet environnement, il faut mettre l’environnement {tabular} et rajouter une légende afin de
pouvoir faire référence au tableau. La syntaxe est donc
\begin{table}
\centering
\begin{tabular}{...}
...
\end{tabular}
\caption{Titre du tableau}\label{tab.montableau}
\end{figure}
Tout ce qu’on a dit pour l’environnement {figure} reste valable pour l’environnement {tabular}.
26
2.15 Définition d’environnements et de commandes personnelles
Exercice 3
Reproduire le tableau suivant.
AA
D
GGG
BBB
EE
H
C
FFF
II
2.15 Définition d’environnements et de commandes
personnelles
Il est possible de définir des commandes et des environnements personnels.
• Exemple de définition d’une commande personnelle : supposons de vouloir mettre les noms de
famille en petites capitales, pour cela on doit utiliser la commande \textsc qui prend un argument
et le met en petites capitales. Voici un exemple :
L'histoire de la théorie de l'intégration est jalonnée de noms célèbres comme
Augustin Louis \textsc{Cauchy}, Bernhard \textsc{Riemann}, Henri
3 \textsc{Lebesgue} ou encore Arnaud \textsc{Denjoy}.
1
2
L’histoire de la théorie de l’intégration est jalonnée de noms célèbres comme Augustin Louis
C AUCHY, Bernhard R IEMANN, Henri L EBESGUE ou encore Arnaud D ENJOY.
Le problème de précéder ainsi est qu’il ne sera pas aisé de changer d’avis sur la composition des noms
propres si on souhaite plus tard, disons par exemple ne plus afficher les prénoms, ou ne plus mettre
les noms en petites capitales ou même rajouter les noms dans l’index. Une habitude importante à
prendre avec LATEX est de définir des commandes permettant d’avoir accès au sens. Ici, ce que l’on
compose, c’est des noms propres ; il est donc parfaitement naturel de vouloir avoir une commande
\nompropre qui prend deux arguments, le prénom et le nom et les composent de la façon voulue.
Dans l’exemple précédent, on voudrait que \nompropre{Augustin Louis}{Cauchy} donne Augustin
Louis C AUCHY.
Voyons comment définir de nouvelles commandes en LATEX .
• Pour définir une commande qui ne prend pas d’argument, on utilise la syntaxe suivante :
\newcommand{\SNCF}{S.N.C.F}
Ceci définit une commande \SNCF qui imprimera S.N.C.F. Les espaces après une commande
sont ignorées par LATEX . Si on veut obtenir une espace, on doit terminer la commande par des
accolades et laisser une espace comme dans cet exemple :
1
bla \SNCF bla
2
3
bla \SNCF{} bla
bla S.N.C.Fbla
bla S.N.C.F bla
• Pour avoir des commandes avec argument, il faut spécifier entre crochet, juste après le nom, le
nombre d’arguments. On accède ensuite aux différents arguments avec #1 pour le premier, #2
pour le deuxième, etc. Par exemple
\newcommand{\guillemets}[1]{\og #1\fg{}}
crée une commande \guillemets à un argument telle que
\guillemets{science sans conscience n'est que ruine de l'âme}
produise «science sans conscience n’est que ruine de l’âme».
On veillera à n’utiliser \newcommand que dans le préambule. Pour des raisons de lisibilité, il vaut mieux
mettre toutes les \newcommand après le chargement de tous les packages.
27
2 Premiers pas en LATEX
Exercice 4
Créer une commande à 2 arguments \nompropre qui imprime le prénom suivi du nom en
petites capitales et l’utiliser pour reproduire l’exemple initiale de la section.
Exercice 5
Modifier la commande précédente pour qu’elle n’affiche plus que le nom de famille.
• Exemple de définition d’un environnement personnel : on veut écrire un environnement {citationFR
} pour mettre en page une citation comme suit : le texte cité se trouve dans un environnement
{quotation} entouré par des guillemets. Pour définir notre environnement on utilise la syntaxe
suivante :
\newenvironment{citationFR}{\begin{quotation}\og}{\fg\end{quotation}}
qui crée un environnement {citationFR} sans arguments tel que
\begin{citationFR}
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
\end{citationFR}
produit
« bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla »
+
Pour aller plus loin
Voici quelques packages que vous pouvez utiliser pour personnaliser vos documents (avec parcimonie) :
– gestion des marges :
– typearea (package automatiquement chargé par les classes koma-script comme scrartcl)
http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/entries/typearea.html
– geometry http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/entries/geometry.html
– gestion des entêtes et pieds de page :
– scrpages2 (package automatiquement chargé par les classes KOMA-Script comme scrartcl),
voir directement la documentation de KOMA-Script http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/
entries/koma-script.html
– fancyhdr http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/entries/fancyhdr.html
– utilisation de couleurs avec le package xcolor http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/
entries/xcolor.html
– tableaux complexes :
– array http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/entries/array.html
– booktabs http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/entries/booktabs.html
– longtable http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/entries/longtable.html
– tabularx http://www.tex.ac.uk/CTAN/help/Catalogue/entries/tabularx.html
28
3 Mathématiques
LATEX est aujourd’hui le standard utilisé dans l’édition mathématique (que ce soit pour des articles de
recherche, des livres, des polycopiés de cours, des feuilles de TD, etc.). Le but de ce chapitre est d’apprendre
à taper des formules simples avec LATEX . Au début, cela fait beaucoup de commandes à mémoriser, mais
avec la pratique, on finit par connaître la plupart des commandes et cela permet de taper les formules
relativement rapidement. Ne pas hésiter à utiliser les menus de symboles de Texmaker dans le panneau de
gauche.
3.1 Compilation d’un document avec théorèmes, propositions,
etc.
Les environnements pour écrire des théorèmes, des corollaires, des lemmes et autres propositions ainsi
que les démonstrations, les exercices etc. ne sont pas définis par défaut.
Pour apprendre à produire un document qui contient ces environnements, on va analyser l’exemple
donné à la figure 3.1. On remarque que ces environnements peuvent être regroupés en quatre catégories :
– les théorèmes, corollaires, lemmes, propositions ont leur nom composé en gras puis leur contenu
composé en italique ;
– les définitions ont leur nom composé en gras et leur contenu composé en droit ;
– les remarques ont leur nom composé en italique et leur contenu composé en droit ;
– les démonstration sont comme les remarques, sauf qu’elles impriment un carré à la fin de la démonstration.
On note d’ailleurs que la numérotation est automatique et choisie de telle façon que le numéro de section
est imprimé avant le numéro du théorème et remis à 1 après chaque changement de section. De plus, la
numérotation de tous ces environnements se suit (la première proposition après la définition 1.1 est la
proposition 1.2, pas la proposition 1.1).
• Pour composer des théorèmes, on a besoin de charger le package amsthm dans le préambule. Comme
tous les autres packages, il vaut mieux le charger avant hyperref ; il vaut mieux également le charger
avant lmodern car si jamais on change ce package pour un autre (par exemple txfonts), il peut y avoir
des incompatibilités :
\usepackage{amsthm}
• On doit maintenant définir un environnement qui permettra d’écrire le théorème proprement dit.
Dans le préambule on écrit
\newtheorem{theoreme}{Théorème}[section]
Le premier argument est le nom de l’environnement 1 ; il ne doit pas comporter d’accents. Si on
utilise theoreme, on tapera plus tard dans le corps du document \begin{theoreme} ; si on utilise theo,
il faudra taper \begin{theo}. Un nom court est plus rapide à taper, mais rend le fichier source moins
lisible. Le deuxième argument est ce que l’on veut qui soit imprimé, ici «Théorème» (avec majuscule
et accents). Le troisième argument, entre crochets car optionnel, permet de rajouter le numéro des
sections avant le numéro des théorèmes et réinitialise ce numéro lors de chaque changement de
1 Faire attention, tous les noms ne sont pas permis. Une erreur fréquente est de vouloir appeler une définition def ; cela provoque
une erreur car c’est un nom réservé. De même, th est déjà pris (c’est le caractère þ).
29
3 Mathématiques
1 Rappels
Définition 1.1. On appelle bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla bla.
Proposition 1.2. Si bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla alors bla bla bla bla
bla bla bla bla.
Démonstration. On commence par prouver que bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla.
Corollaire 1.3. Si bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla alors bla bla bla bla bla
bla bla bla.
Exercice 1. Montrer que bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla.
Exercice 2. Montrer que bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla.
2 Approfondissements
Définition 2.1. On appelle bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla bla.
Lemme 2.2. Si bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla alors bla bla bla bla bla bla
bla bla.
Démonstration. On montre que bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla.
Théorème 2.3. Si bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla alors bla bla bla bla bla
bla bla bla.
Démonstration. On commence par montrer que bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla.
Remarque. Remarquons que bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla bla.
Exercice 3. Montrer que bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
bla bla bla bla bla bla bla.
F IGURE 3.1: Exemple d’un document avec théorèmes, propositions, etc.
1
30
3.2 Les modes mathématiques
section. Si on utilisait la classe de document scrbook au lieu de scrartcl, on voudrait probablement
mettre chapter ici au lieu de section.
Ensuite, on veut définir par exemple un corollaire qui sera numéroté de la même façon que theoreme.
La syntaxe est
\newtheorem{corollaire}[theoreme]{Corollaire}
La seule chose qui change par rapport à ce qu’on a utilisé pour définir l’environnement theoreme est
l’argument optionnel qui est désormais entre les deux arguments entre accolades. Cela veut dire qu’il
faut adopter la même numérotation que theoreme.
Tous les autres environnements s’obtiennent de la même façon, sauf pour la remarque qui est non
numéroté ; pour elle, on utilise
\newtheorem*{remarque}{Remarque}
Finalement, si on voulait un environnement numéroté indépendamment de tout («Exercice 1» puis
«Exercice 2», etc.), on utiliserait
\newtheorem{exo}{Exercice}
• Il faut enfin sélectionner un style ; cela se fait avec la commande \theoremstyle. Le style plain
compose le nom de l’environnement en gras et son contenu en italique ; le style definition compose
le nom de l’environnement en gras et son contenu en droit ; le style remark compose le nom de
l’environnement en italique et son contenu en droit.
\theoremstyle{plain}
\newtheorem{theoreme}{Théorème}[section]
\newtheorem{proposition}[theoreme]{Proposition}
\newtheorem{corollaire}[theoreme]{Corollaire}
\newtheorem{lemme}[theoreme]{Lemme}
\newtheorem{exo}{Exercice}
\theoremstyle{definition}
\newtheorem{definition}[theoreme]{Définition}
\theoremstyle{remark}
\newtheorem*{remarque}{Remarque}
Il n’y a pas de styles pour les démonstrations, elles sont produites directement en utilisant dans le
corps du document l’environnement {proof} :
\begin{proof}
Bla bla bla bla bla.
\end{proof}
Exercice 6
En utilisant les outils qu’on vient de décrire, reproduire le document de la figure 3.1.
3.2 Les modes mathématiques
Pour taper des formules mathématiques avec LATEX , il y a besoin d’entrer en mode mathématiques. Il
existe deux modes mathématiques : les formules dans le texte (appelée inline) et les formules en évidence
(dites en displaystyle). Ces dernières peuvent être sans ou avec numérotation.
• Pour mettre une formule dans le texte, comme y = f (x), il suffit de mettre la formule entre deux
dollars :
1
Soit $y=f(x)$ alors
Soit y = f (x) alors
31
3 Mathématiques
Soit f une fonction vérifiant
(1)
f (x) = 2x + 1.
On a f (x) − 1 = 2x d’après la formule (1).
F IGURE 3.2: Exemple de document avec deux simples formules mathématiques.
Remarquer la différence entre le mode texte et le mode mathématique :
1
Mode texte: y=f(x)
Mode texte : y=f(x)
Mode mathématique : y = f (x)
2
3
Mode mathématique: $y=f(x)$
• Pour mettre une formule en évidence, comme
y = f (x)
il faut mettre la formule entre \[ et \] :
Soit
\[
3 y=f(x)
4 \]
5 alors
1
2
Soit
y = f (x)
alors
L’utilisation d’une autre commande que \[...\] (comme par exemple $$...$$ qu’on peut trouver
dans certains vieux manuels) pour mettre une formule en évidence sera considéré comme une faute
grave et sévèrement sanctionné.
Attention : laisser des lignes blanches en mode displaystyle produit une erreur de compilation.
• Pour une équation numérotée, comme
y = f (x)
(3.1)
il faut utiliser l’environnement {equation} :
\begin{equation}
y=f(x)
3 \end{equation}
1
2
y = f (x)
(3.2)
Pour faire référence à une équation numérotée, il faut placer un \label avec une étiquette, par
exemple :
\begin{equation}\label{eq.fonction.f}
y=f(x)
3 \end{equation}
1
2
y = f (x)
(3.3)
puis utiliser \eqref{eq.fonction.f} pour imprimer (3.3), \pageref{eq.fonction.f} pour imprimer
le numéro de page (ici 32) où se trouve l’équation (on peut aussi utiliser \ref{eq.fonction.f}
pour imprimer 3.3, c’est-à-dire le numéro de l’équation
sans les parenthèses). Comme la table des
1
matières, ces commandes requièrent deux compilations successives pour fonctionner correctement.
Se rappeler que les commandes \label, \ref et \pageref ne sont pas limitées aux équations, mais
fonctionnent aussi pour des sections ou des théorèmes (en fait, pour tout ce qui est numérotés
automatiquement).
Exercice 7
Reproduire le document de la figure 3.2.
32
3.3 Indices et exposantes
3.3 Indices et exposantes
Deux opérations fondamentales en mode mathématique sont la mise en exposant et la mise en indice.
• Pour obtenir un indice, il faut utiliser la touche _ qui s’obtient avec la touche «8». Par exemple, taper
$x_1$ donnera x 1 . Attention, taper $x_12$ ne donne pas x 12 mais x 1 2 : seul le premier caractère tapé
après _ est mis en indice ; pour obtenir x 12 , il faut taper $x_{12}$.
• Pour obtenir un exposant, il faut utiliser ^ (accent circonflexe qui s’obtient en tapant deux fois la
touche «^»). Par exemple, $x^2$ donne x 2 . De même que pour les indices, $x^23$ donne x 2 3 tandis
que $x^{23}$ donne x 23 .
On peut bien sûr combiner les deux, dans l’ordre que l’on veux : $x_1^2$ ou $x^2_1$ donnent x 12 .
Exercice 8
Taper les formules suivantes :
(x 2 )3 = x 2
3
n
F n = 22 + 1
Remarquer la différence dans les formules suivantes :
(x 2 )3 et (x 2 )
3
1
$(x^2)^3$ et ${(x^2)}^3$
3.4 Symboles d’usage courant
C OMMANDE
\infty
\forall
\exists
\nexists
\partial
\ell
\pm
\mp
R ÉSULTAT
∞
∀
∃
@
∂
`
±
∓
C OMMANDE
\times
\neq
\leq
\geq
\approx
\simeq
\equiv
R ÉSULTAT
×
6=
≤
≥
≈
'
≡
C OMMANDE
\to
\mapsto
\implies
\iff
\nearrow
\searrow
R ÉSULTAT
→
7→
=⇒
⇐⇒
%
&
C OMMANDE
\in
\subset
\cup
\cap
\setminus
\emptyset
R ÉSULTAT
∈
⊂
∪
∩
\
;
Pour la négation d’un symbole, on peut utiliser \not. Par exemple, $F \not\subset E$ fournit F 6⊂ E .
Exercice 9
Taper les formules suivantes :
y = x 2 ⇐⇒ x = y 1/2
x > 0 =⇒ x 2 6= 0
x ∈ X \ Y =⇒ x 6∈ Y
3.5 Points de suspension
C OMMANDE
\cdot
\dots
\cdots
R ÉSULTAT
·
...
···
C OMMANDE
\ddots
\vdots
R ÉSULTAT
..
.
..
.
33
3 Mathématiques
La différence entre . et \cdot ainsi qu’entre \dots et \cdots est qu’ils ne sont pas sur la même ligne
horizontale :
1
bla bla . bla bla ·
bla bla . . . bla bla · · ·
bla bla . bla bla $\cdot$
2
3
bla bla $\dots$ bla bla $\cdots$
3.6 Racine carrée, racine n-ième
La racine carrée s’obtient par \sqrt{...} et la racine n-ième par \sqrt[n]{...}.
\[
\sqrt{1+x} + \sqrt[3]{1+x}
3 \]
1
p
p
3
1+x + 1+x
2
Exercice 10
Taper les formules suivantes :
u n+1 =
p
n
1 + un
v
s
u
r
u
q
t
p
x5 = 1 + 2 + 3 + 4 + 5
3.7 Fractions et coefficients binomiaux
Pour les fractions, on utilise la commande \frac{}{} qui prend deux arguments, dans l’ordre le numérateur et le dénominateur. Le rendu change selon qu’il s’agit d’une formule inline ou d’une formule
displaystyle :
Bla bla
1
2
Bla bla $\frac{1}{2}+1$ bla bla
\[
3 \frac{1}{2}+1
4 \]
+ 1 bla bla
1
2
1
+1
2
Exercice 11
Taper les formules suivantes :
1
x 1/3 = x 3 =
p
2 = 1+
p
3
x
1
2+
1
2+
1
2+ 1
..
.
Il peut être utile, dans certaines situations, de forcer le style d’une fraction (afficher une fraction dans le
texte comme si elle était mise en évidence et vice-versa). Pour forcer le rendu displaystyle on peut utiliser la
commande \dfrac{}{} et pour forcer le rendu inline on peut utiliser la commande \tfrac{}{}. Voici des
exemples
34
3.8 Lettres grecques
xn =
1
2
xn =
n
1X
k
2 k=1
xn =
1
2
n
X
\[
x_n = \frac{1}{2}\sum_{k=1}^{n}{k}
3 \]
4 \[
5 x_n = \tfrac{1}{2}\sum_{k=1}^{n}{k}
6 \]
7 $x_n = \frac{1}{2}\sum_{k=1}^{n}{k}$
1
2
k
k=1
Pn
k
k=1
1 Pn
xn =
k
2 k=1
8
9
$x_n = \dfrac{1}{2}\sum_{k=1}^{n}{k}$
Pour les coefficients binomiaux on utilise la commande \binom{}{} (et les variantes \dbinom{}{} et
\tbinom{}{}).
\[
\binom{n}{k}
3 \]
4 \[
5 \tbinom{n}{k}
6 \]
7 $\binom{n}{k}$
à !
n
k
¡n ¢
1
2
k
¡n ¢
Ãk !
n
k
8
9
$\dbinom{n}{k}$
3.8 Lettres grecques
Pour taper les lettres grecques, il suffit de précéder le nom de la lettre par un backslash ; par exemple
$\alpha$ donne α. Voici une liste complète des lettres grecques disponibles sous LATEX :
C OMMANDE
\alpha
\beta
\gamma
\delta
\epsilon
\varepsilon
\zeta
\eta
\theta
\vartheta
\iota
\kappa
\lambda
\mu
R ÉSULTAT
α
β
γ
δ
²
ε
ζ
η
θ
ϑ
ι
κ
λ
µ
C OMMANDE
\nu
\xi
\pi
\varpi
\rho
\varrho
\sigma
\tau
\upsilon
\chi
\phi
\varphi
\psi
\omega
R ÉSULTAT
ν
ξ
π
$
ρ
%
σ
τ
υ
χ
φ
ϕ
ψ
ω
C OMMANDE
\Gamma
\Delta
\Theta
\Lambda
\Xi
\Pi
\Sigma
\Upsilon
\Phi
\Psi
\Omega
R ÉSULTAT
Γ
∆
Θ
Λ
Ξ
Π
Σ
Υ
Φ
Ψ
Ω
Exercice 12
Taper la formule :
p
π2
n
+ γ = Γ(n) + 1 + α
6
35
3 Mathématiques
3.9 Texte dans une formule displaystyle
La commande \text{} permet d’insérer du texte dans une formule displaystyle (les commandes \quad
et \qquad insèrent de l’espace autour du texte).
y =x
2
\[
y = x^2 \quad \text{et donc} \quad x = \pm\sqrt{y}
3 \]
1
p
et donc x = ± y
2
Exercice 13
Taper la formule :
p
( x)2 = x
mais
p
x 2 6= x
en général.
3.10 Fonctions mathématiques
C OMMANDE
\exp
\ln
\lg
\log
\lim
\limsup
\liminf
\max
\sup
\min
\inf
R ÉSULTAT
exp
ln
lg
log
lim
lim sup
lim inf
max
sup
min
inf
C OMMANDE
\cos
\sin
\tan
\cot
\arccos
\arcsin
\arctan
\sinh
\cosh
\tanh
\coth
R ÉSULTAT
cos
sin
tan
cot
arccos
arcsin
arctan
sinh
cosh
tanh
coth
C OMMANDE
\deg
\det
\dim
\ker
\arg
\gcd
\hom
R ÉSULTAT
deg
det
dim
ker
arg
gcd
hom
Pour mettre des bornes à ces objets, il suffit d’utiliser les commandes d’indice et/ou d’exposant. Le placement des indices et exposants change selon qu’il s’agit d’une formule inline ou d’une formule displaystyle.
$\lim_{x\to 0} f(x)$
\[
3 \lim_{x\to 0} f(x)
4 \]
1
limx→0 f (x)
2
lim f (x)
x→0
On peut bien sûr utiliser \substack en indice si besoin est.
On peut aussi définir de nouveaux opérateurs avec
\DeclareMathOperator{\cotan}{cotan}
qui permettra d’utiliser \cotan pour obtenir cotan. Il y a aussi une variante étoilée pour les objets du type
\lim ou \max qui prennent des bornes. Par exemple
\DeclareMathOperator*{\supess}{sup\,ess}
définira une commande \supess imprimant sup ess et se comportant comme \lim vis-à-vis des indices.
Exercice 14
Taper les formules suivantes :
cos2 + sin2 = 1
2ln(x) = x ln(2)
36
3.11 Grands opérateurs : intégrales, sommes, produits, etc.
max ϕ(x)
x,y∈E
x·y=0
3.11 Grands opérateurs : intégrales, sommes, produits, etc.
Le rendu des grands opérateurs change selon qu’il s’agit d’une formule inline ou d’une formule displaystyle. Certaines de ces commandes prennent, tout comme max ou lim, des bornes. Le principe est le même,
on utilise des indices ou des exposants pour les taper. Le placement des indices et exposants dépend à
nouveau de si la formule est mise en évidence ou pas.
Bla bla
Rb
a
f (x)d x bla bla
Pn
Bla bla $\int_a^b f(x) dx$ bla bla $\sum_{i=0}^n u_n$
\[
3 \int_a^b f(x) dx
4 \]
5 \[
6 \sum_{i=0}^n u_n
7 \]
i =0 u n
1
2
Z
b
f (x)d x
a
n
X
un
i =0
C OMMANDE
R ÉSULTAT
inline
R
\int
\iint
Î
\iiint
Ð
\sum
\prod
P
Q
C OMMANDE
R ÉSULTAT
displaystyle
Z
\bigcup
\bigcap
\bigsqcup
\bigoplus
\bigotimes
\coprod
Ï
Ñ
X
Y
R ÉSULTAT
inline
S
T
F
L
N
`
R ÉSULTAT
displaystyle
[
\
G
M
O
a
Pour mettre plusieurs lignes dans les indices, il faut utiliser \substack{} ; à l’intérieur de l’argument de
\substack, on passe à la ligne avec \\.
L i (x) =
n x −x
X
j
j =0
j 6=i
xi − x j
\[
L_i(x)=\sum_{\substack{j=0\\j\neq i}}^n\frac{x-x_j}{x_i-x_j}
3 \]
1
2
Exercice 15
Taper les formules suivantes :
1
π2
=
2
6
n=1 n
+∞
X
1
Z
0
−
ln(1 − t )
d t ≈ 1,64493
t
3.12 Accents mathématiques
Voici les accents pouvant se mettre sur une lettre seule :
37
3 Mathématiques
C OMMANDE
\tilde
\vec
\hat
\check
\mathring
R ÉSULTAT
ã
~
a
â
ǎ
å
C OMMANDE
\dot
\ddot
\dddot
\ddddot
R ÉSULTAT
ȧ
ä
...
a
....
a
C OMMANDE
\acute
\breve
\grave
\bar
R ÉSULTAT
á
ă
à
ā
Il existe aussi des accents extensibles :
C OMMANDE
\widetilde
\widehat
R ÉSULTAT
g
abc
d
abc
\overline
\underline
abc
abc
z}|{
abc
abc
|{z}
\overbrace
\underbrace
C OMMANDE
\overrightarrow
\underrightarrow
\overleftarrow
\underleftarrow
\overleftrightarrow
\underleftrightarrow
R ÉSULTAT
−−→
abc
abc
−
−−
→
←
−
abc
abc
←
−
−
←−
→
abc
abc
←−→
Pour \underbrace il est possible de placer du matériel en-dessous en utilisant _ et pour \overbrace du
matériel au-dessus en utilisant ^.
\[
\underbrace{x^3 + x^2 + x + 1}_{\to 0}
3 \qquad
4 \overbrace{x^3 + x^2 + x + 1}^{\to 0}
5 \]
1
→0
3
2
|x + x {z+ x + 1}
2
z
}|
{
x3 + x2 + x + 1
→0
Exercice 16
Écrire la formule suivante :
−−→
OM =
O
+~
u}
| {z
point+vecteur
3.13 Délimiteurs
C OMMANDE
(
)
[
]
\{
\}
R ÉSULTAT
(
)
[
]
{
}
C OMMANDE
\lvert
\rvert
\lVert
\rVert
\lfloor
\rfloot
R ÉSULTAT
|
|
k
k
b
c
C OMMANDE
\lceil
\rceil
\langle
\rangle
/
\backslash
.
R ÉSULTAT
d
e
〈
〉
/
\
Il est important de comprendre que, même si \lvert et \rvert se ressemblent, ils ne peuvent pas être
interchangés : \lvert doit toujours être utilisé pour ouvrir et \rvert pour refermer. Par exemple, |x| se
tape $\lvert x \rvert$. Les seuls délimiteurs à n’être ni ouvrant ni fermant mais médian sont le slash / et
l’anti-slash \.
38
3.13 Délimiteurs
Exercice 17
Taper les formules suivantes :
kxk = 1 ⇐⇒ 〈x, x〉 = 1
|{1, 2, . . . , n}| = n
p
bx 2 + ²c = d y + δe
Pour avoir des délimiteurs qui sont de la même taille que ce qu’ils entourent, il faut précéder le délimiteur
ouvrant par \left et le délimiteur fermant par \right.
\[
\left(1+\frac{1}{n}\right)^n
3 \]
¶
µ
1 n
1+
n
1
2
Voici un exemple d’utilisation d’un délimiteur vide
PV = nRT donc
¯
∂P ¯¯
nR
=
¯
∂T V
V
$PV=nRT$ donc
\[
3 \left.\frac{\partial P}{\partial T}\right|_{V}=\frac{nR}{V}
4 \]
1
2
Exercice 18
Taper les formules suivantes :
$
N
X
%2
= N2 + N +1
un
n=1
"
p
2
ÃZ
1+
!2 #
=γ
f
0
On peut aussi utiliser \middle pour mettre un délimiteur médian au milieu d’un couple \left et \right,
comme dans la définition d’un ensemble :
\[
\left\{ x \middle| x^2<\frac{1}{2} \right
\}
3 \]
1
½ ¯
¾
¯
1
x ¯¯x 2 <
2
2
On note qu’ici la barre verticale est trop proche de ce qu’il y a autour d’elle et il faut rajouter à la main deux
petits espaces avec la commande \, :
\[
\left\{ x \,\middle|\, x^2<\frac{1}{2}
\right\}
3 \]
1
½ ¯
¾
¯ 2 1
¯
x ¯x <
2
2
Pour écrire plus simplement les ensembles, on peut utiliser le package braket : dans le préambule on
ajoute
\usepackage{braket}
et dans le corps du document on utilise la commande \Set{}. L’exemple précédent s’écrit alors
½ ¯
¾
¯
1
x ¯¯ x 2 <
2
\[
\Set{ x | x^2<\frac{1}{2} }
3 \]
1
2
39
3 Mathématiques
3.14 Alphabets mathématiques
Voici un résumé des alphabets mathématiques disponibles après importation dans le préambule du
package amssymb :
C OMMANDE
\mathbb{C}
\mathcal{C}
\mathfrak{C}
\mathrm{x}
R ÉSULTAT
C
C
C OMMANDE
\mathbf{x}
\boldsymbol{\sigma}
\mathit{PGM}
C
R ÉSULTAT
x
σ
PGL
x
Noter la différence (subtile, mais visible) entre $PGL$ et $\mathit{PGL}$ : PGL et PGL. Ne pas confondre
\mathrm et \text : le premier est pour mettre des maths en romain tandis que le second est pour insérer du
texte dans une formule.
Exercice 19
Taper les formules suivantes :
{a +ib ∈ C | a < b }
Z b
Lf =
f dt
a
3.15 Tableaux mathématiques
Pour composer des tableaux mathématiques on utilise l’environnement {array} qui fonctionne de
manière similaire à l’environnement {tabular} :
\[
\begin{array}{|c|c|}
3 \hline
4 f(x)
& f'(x)\\
5 \hline
6 x^n
& nx^{n-1}\\
7 \ln(x) &
\frac{1}{x}\\
8 \hline
9 \end{array}
10 \]
1
2
f (x)
xn
ln(x)
f 0 (x)
nx n−1
1
x
Exercice 20
Reproduire la formule suivante :
a ∈C
a 6∈ R
¸
=⇒ a ∈ C \ R
3.16 Distinction de cas
Pour définir une fonction par morceaux on peut utiliser l’environnement {array} mais le package
amsmath met à disposition un environnement dédié, l’environnement {cases}, qui s’utilise de la façon
suivante
40
3.17 Matrices
\[
H(x) =
3 \begin{cases}
4 0 & \text{si $x < 0$,} \\
5 1 & \text{si $x \geq 0$.}
6 \end{cases}
7 \]
1
2
H (x) =
(
0 si x < 0,
1 si x ≥ 0.
3.17 Matrices
On tape les matrices comme des tableaux, sauf qu’on n’utilise plus l’environnement {array}, mais les
environnements {matrix}, {pmatrix}, etc.
\[
\begin{matrix} a & b \\ c & d \end{matrix}
3 \]
4 \[
5 \begin{pmatrix} a & b \\ c & d \end{pmatrix}
6 \]
7 \[
8 \begin{bmatrix} a & b \\ c & d \end{bmatrix}
9 \]
10 \[
11 \begin{Bmatrix} a & b \\ c & d \end{Bmatrix}
12 \]
13 \[
14 \begin{vmatrix} a & b \\ c & d \end{vmatrix}
15 \]
16 \[
17 \begin{Vmatrix} a & b \\ c & d \end{Vmatrix}
18 \]
1
a
c
b
d
µ
a
c
b
d
¶
·
a
c
b
d
¸
½
a
c
b
d
¾
¯
¯a
¯
¯c
°
°a
°
°c
2
¯
b ¯¯
d¯
°
b°
°
d°
Les matrices peuvent avoir jusqu’à 10 colonnes ; si jamais il y a besoin d’en avoir plus (par exemple, 15
colonnes), rajouter dans le préambule, après avoir chargé tous les packages, la ligne
\setcounter{MaxMatrixCols}{15}
Exercice 21
Reproduire la matrice suivante :
m 1,1
 ..
M= .
m n,1

...
..
.
...

m 1,n
.. 
. 
m n,n
3.18 Alignement de formules
Pour aligner plusieurs formules, on dispose des environnements {align}, {gather} et {multline} du
package amsmath.
• L’environnement {align} (ou sa variante non numérotée {align*}) permet d’aligner plusieurs signes
d’égalité à l’intérieur d’une même formule. Voici un exemple :
41
3 Mathématiques
\begin{align}
A & = B \\
3
& = C+D \\
4
& = E
5 \end{align}
1
A=B
(3.4)
=C +D
(3.5)
=E
(3.6)
2
On peut au besoin mettre plusieurs équations en colonne :
\begin{align*}
A & = B & E & = F & I & = J \\
3
& = C+C & & = G & & = K \\
4
& = D & &
& &
5 \end{align*}
1
A=B
= C +C
E =F
I=J
=G
=K
2
=D
Ne jamais mettre de \\ sur la dernière ligne d’un {align}.
• L’environnement {gather} (ou sa variante non numérotée {gather*}) est fait pour écrire plusieurs
équations les unes en-dessous des autres. Voici un exemple :
\begin{gather}
A = B+C \\
3 D+E = F \\
4 G+H = I+J
5 \end{gather}
1
A = B +C
(3.7)
D +E = F
(3.8)
G +H = I +J
(3.9)
2
Ne jamais mettre de \\ sur la dernière ligne d’un {gather}.
• L’environnement {multline} (ou sa variante non numérotée {multline*}) permet de découper une
formule trop grande en plusieurs morceaux sans contrôle précis de l’alignement. Voici un exemple :
\begin{multline}
A+B+C+D+E+F+G+H+I+J\\
3 +A+B+C+D+E+F+G+H+I+J\\
4 +A+B+C+D+E+F+G+H+I+J\\
5 +A+B+C+D+E+F+G+H+I+J
6 \end{multline}
1
A + B +C + D + E + F +G + H + I + J
2
+ A + B +C + D + E + F +G + H + I + J
+ A + B +C + D + E + F +G + H + I + J
+ A + B +C + D + E + F +G + H + I + J
(3.10)
Ne jamais mettre de \\ sur la dernière ligne d’un {gather}.
Finalement, on peut vouloir numéroter uniquement certaines lignes d’une équation. Il y a alors la
commande \notag qui permet de désactiver la numérotation sur une ligne. Voici un exemple :
\begin{align}
A & = B \\
3 & = C \notag \\
4 & = D \notag
5 \end{align}
1
A=B
=C
=D
(3.11)
2
Le package amsmath défini d’autres environnements, vous pouvez les utiliser (après avoir lu la documentation du package et compris dans quels cas il faut utiliser un environnement plutôt qu’un autre). En
revanche, l’utilisation de l’environnement {eqnarray} pour mettre en forme une formule sur plusieurs
lignes, qu’on peut trouver dans certains vieux manuels, sera considéré comme une faute grave et sévèrement sanctionné. Cet environnement a plusieurs défauts bien illustré dans ce document : Avoid eqnarray !
disponible à l’adresse http://tug.org/pracjourn/2006-4/madsen/.
42
3.19 Flèches extensibles
Exercice 22
Reproduire les formules suivantes :
f : R→R
x 7→ x
g: R→R
p
x 7→ x
2
et
¯Z
¯
¯
¯
b
a
¯ ¯Z
¯ ¯
( f + g )¯¯ = ¯¯
b
a
b
Z
f+
a
¯
¯
g ¯¯
¯Z b ¯ ¯Z b ¯
¯
¯ ¯
¯
≤ ¯¯
f ¯¯ + ¯¯
g ¯¯
a
a
Z b
Z b
¯ ¯
¯ ¯
¯f ¯+
¯g ¯
≤
a
a
3.19 Flèches extensibles
Le package amsmath dispose de deux flèches extensibles, \xleftarrow[]{} et \xrightarrow[]{}. Pour
mettre une formule dessus, on utilise l’argument obligatoire tandis que pour mettre une formule dessous,
on utilise l’argument optionnel :
\[
f(x) \xrightarrow{\text{d'après }(H)} a
3 \]
4 \[
5 f(x) \xrightarrow[x\to0]{} a
6 \]
7 \[
8 f(x) \xrightarrow[x\to0]{\text{d'après }(H)} a
9 \]
1
d’après (H )
f (x) −−−−−−−→ a
f (x) −−−→ a
x→0
d’après (H )
f (x) −−−−−−−→ a
x→0
2
3.20 Modules de congruences
Selon l’apparence voulue, il y a trois façon d’écrire les modules de congruence :
1
a ≡ b mod m
a ≡ b (mod m)
a ≡ b (m)
$a \equiv b \mod m$
2
3
$a \equiv b \pmod m$
4
5
$a \equiv b \pod m$
Il y a aussi la commande \bmod qu’on peut utiliser dans le contexte suivant
gcd(n, m mod n)
1
$\gcd(n,m\bmod n)$
Exercice 23
Reproduire la formule suivante :
1
< +∞.
n≡a mod p n
X
43
3 Mathématiques
3.21 Placer au-dessus ou en-dessous
Les commandes \underset{en-dessous}{symbole} et \overset{au-dessus}{symbole} permettent de
placer du matériel arbitraire en-dessous ou au-dessus de n’importe quel symbole.
\[
\overset{\text{déf}}{=}
3 \]
4 \[
5 \frac{1}{n} \underset{n \to +\infty}{\in} o\left(\frac{1}{n
^2}\right)
6 \]
1
2
déf
=
1
n
µ
1
∈ o 2
n→+∞
n
¶
3.22 Exercices de synthèse
Exercice 24
Reproduire les formules suivantes :
s
+∞
X
µZ
un =
n=0
¶2
b
f dt
a
+γ×
π2
6
¯
¯
2
¯1− p
3 ¯¯
¯
lim f (x) = sin ¯
¯ mais f (0) = ln2 (3)
¯ 2 ¯
x→0+
¥
¦
(sin(x))cos(x) − (cos x)sin(x)
lim
x→0
x3
x>0
f (x) = 0 ⇐⇒ x 1/3 + ln(tan(x)) = ω
∀x ∈ R,
Exercice 25
En utilisant des commandes personnelles judicieusement choisies, taper les formules suivantes :
¯½
¯
¾¯
¯©
¯
¯
¯
[ ¯
ª¯
¯ x ∈ Z ¯ x2 < 2 ¯ =
¯ x ∈ Z ¯ x2 < 2 − 1 ¯
¯
¯
n ¯
n∈N∗
¯
©
ª
S1 = x ∈ R2 ¯ kxk = 1
1
ζ(2) π2
=
=
2 n
3
18
n=1 n C 2n
+∞
X
x
Z
S(x) =
0
sin(x)
dx
x
avec
lim S(x) =
x→+∞
π
2
3.23 Pour aller plus loin
• Pour plus d’information sur la rédaction des mathématiques avec LATEX on pourra consulter le fichier
«Mathmode» écrit par H. V OSS disponible en pdf à l’adresse
http://dante.ctan.org/tex-archive/info/math/voss/mathmode/Mathmode.pdf
44
3.23 Pour aller plus loin
• Pour tous les symboles disponibles en LATEX , voir «The Comprehensive LATEX Symbol List» disponible
en pdf à l’adresse
http://www.ctan.org/tex-archive/info/symbols/comprehensive/symbols-a4.pdf
Faire attention au(x) package(s) nécessaire(s) à un symbole, tous les packages ne sont pas forcément
compatibles avec notre préambule ni forcément disponible.
+
Récapitulatif sur les caractères ambigus
Il y a un certain nombre de caractères ambigus dans un pdf qui sont générés par des commande LATEX
différentes. Par exemple, dans les deux formules «d | n» et «|x|», la barre verticale a trois significations
distinctes donc doit être tapée différemment à chaque fois pour obtenir un espacement correct.
• Le caractère |
S IGNIFICATION
Valeur absolue
Divise
Tel que
Tel que (dans un ensemble)
Restreint à
E XEMPLE
|−x|
d |n
x | sin(x) = 0
{ x | sin(x) = 0 }
f |N
C ODE LATEX
$\lvert -x \rvert$
$d \mid n$
$x \mid \sin(x)=0$
$\Set{x | \sin(x)=0}$
$f|_\N$
• Le caractère ∥
S IGNIFICATION
Norme
Divise exactement
Parallèle à
E XEMPLE
k−xk
p2 ∥ n
(AB ) ∥ (C D)
C ODE LATEX
$\lVert -x \rVert$
$p^2 \parallel n$
$(AB)\parallel(CD)$
• Le caractère :
S IGNIFICATION
Deux points
Indice. . . dans
Tel que
Point projectif
E XEMPLE
f : X →Y
C : x2 + y 2 = 1
[G : H ]
{ x : sin(x) = 0 }
[x 1 : . . . : x n ]
C ODE LATEX
$f\colon X\to Y$
$\mathcal{C} \colon x^2+y^2=1$
$[G:H]$
$\Set{x : \sin(x)=0}$
$[x_1 : \dots : x_n]$
45
4 Gestion de la bibliographie
Il y a deux méthodes pour produire une bibliographie avec LATEX : il est possible de confectionner une
bibliographie à la main mais il est beaucoup plus efficace de recourir au programme BibTEX.
4.1 Faire des bibliographies simples avec LATEX
Analysons le document à la figure 4.1 : dans les deux premières lignes, il y a des références aux éléments
de la bibliographie. Ces références se font grâce à la commande \cite. Chaque élément de la bibliographie
est identifié par une clef, disons Descarte.geometrie et c’est cette clef que l’on passe en argument à
\cite :
\cite{Descarte.geometrie}
Cela imprimera automatiquement l’étiquette utilisée dans la bibliographie pour cette référence (typiquement, ce sera un numéro, disons [1], mais ce pourrait aussi être les initiales et la date, disons [Des37], selon
le style bibliographique choisi) et le lien sera cliquable. Si jamais on veut spécifier un numéro de page ou
un théorème particulier, \cite peut prendre un argument optionnel :
\cite[page~3]{Descarte.geometrie}
donnera [1, page 3] si l’étiquette est [1] et [Des37, page 3] si c’est [Des37].
La bibliographie elle-même se compose avec l’environnement {thebibliography}. Contrairement aux
environnements qu’on a vu jusqu’ici, il prend un argument, à savoir l’étiquette la plus longue (par exemple,
si les étiquettes sont des numéros et que ça va jusqu’à 11, il faudra mettre 11). Voici un exemple pour des
étiquettes ne dépassant pas 1 chiffre :
\begin{thebibliography}{1}
\end{thebibliography}
À l’intérieur de l’environnement {thebibliography}, chaque entrée est introduite par un \bibitem qui
prend en argument le nom interne de l’entrée (dans l’exemple précédent, ce sera Descarte.geometrie).
Par exemple
\begin{thebibliography}{1}
\bibitem{Descarte.geometrie} René \textsc{Descartes}, \textit{La Géométrie}, 1637.
\end{thebibliography}
Exercice 26
Reproduire le document donné à la figure 4.1.
4.2 Bibliographies avec BibTEX
L’utilisation directe de {thebibliography} peut être utile dans certains cas (très petite bibliographie,
style très particulier de bibliographie, bibliographie pour un article où l’on ne veut qu’un seul fichier), mais
BibTEX est beaucoup plus pratique : trie automatique des entrées, présentation homogène de toutes les
entrées, changement instantané de style de bibliographie, gestion de la casse, réutilisation des entrées dans
d’autres documents, choix automatique de l’étiquette la plus longue, etc.
47
4 Gestion de la bibliographie
Voici un certain nombre d’ouvrages utiles. Le plus simple d’accès est [1]. Pour de
nombreuses autres références utiles, on pourra consulter [3, p. 147].
Références
[1] Anatole Durand, Analyses des données systémiques – Une introduction, Masson,
1987.
[2] Guillaume Dupont, « Une nouvelle démonstration du théorème fondamental des
analyses de données systémiques », Journal of Systemic Data 4 (1995), p. 456-561.
[3] Anatole Durand et Guillaume Dupont, Nouveau traité d’analyse des données
systémiques, Vuibert, 2002.
F IGURE 4.1: Exemple de document avec bibliographie.
Le principe d’utilisation de BibTEX est le suivant : à l’endroit où l’on aurai mis l’environnement {
thebibliography}, on utilisera à la place les commandes \bibliographystyle et \bibliography (la première spécifie le style de la bibliographie et la seconde le fichier de bibliographie). Par exemple, les lignes
\bibliographystyle{plain}
\bibliography{biblio}
feront que le style plain sera utilisé et que c’est le fichier biblio.bib qui sera utilisé pour générer la
bibliographie. On verra quoi mettre dans ce fichier et des exemples de styles de bibliographie plus tard.
Ensuite, il faut faire un certain nombre de compilations :
– une première compilation avec pdflatex (touche F6 avec Texmaker) ; cette compilation écrit les
informations utiles à la construction de la bibliographie dans le fichier .aux ;
– compiler avec bibtex (touche F11 sous Texmaker) ; cette compilation produit un fichier .bbl qui
contient un environnement {thebibliography} et qui sera inclue dans le document à la prochaine
compilation ;
– compiler deux fois de suite avec pdflatex (touche F6 deux fois avec Texmaker puis touche F7 pour
visualiser le fichier pdf produit).
4.2.1 Styles bibliographiques
Le style se sélectionne en mettant (soit dans le préambule, soit dans le corps du document juste avant la
commande \bibliography)
\bibliographystyle{xxx}
où xxx est le nom du style.
1
À la figure 4.2 on voit un exemple d’un même document avec le style plain et avec le style alpha. Si
on écrit un document en français, on veillera à utiliser un style adapté à la langue française (comme par
exemple le style plain-fr).
4.2.2 Structure d’un fichier .bib
Les fichiers .bib sont des listes de documents dont certains (éventuellement pas tous à chaque fois) sont
à citer. Le type de ces documents (article, livre, documentation technique, etc.) et leurs caractéristiques
(titre, auteur(s), année, etc.) sont saisis selon un format à respecter scrupuleusement. Chacun de ces
documents est identifié au moyen d’un identifiant, appelé clé. Voici un exemple de fichier .bib constituant
une base bibliographique :
48
4.2 Bibliographies avec BibTEX
Références
[1] Jean-Côme Bitouzé, Denis et Charpentier. LaTeX. Pearson Education, 2006.
Références
[Bit06] Jean-Côme Bitouzé, Denis et Charpentier. LaTeX. Pearson Education, 2006.
F IGURE 4.2: Exemple d’un même document avec le style plain (en haut) puis avec le style alpha (en bas)
@Article{El03,
author = {Loughran, Ellen},
title = {Tentative {B}eginnings: {M}ontaigne {R}ewrites {H}is {E}arly {E}ssays},
journaltitle = {Neophilologus},
date = {2003},
volume = {87},
number = {3},
pages = {371383}
}
@Book{lcfr,
author = {Mittelbach, Frank and Goossens, Michel},
title = {\LaTeX{} {C}ompanion},
publisher = {Pearson Education France},
date = {200602},
location = {Paris},
pagetotal = {1116},
edition = {2}
}
@Manual{Leh,
title = {The \texttt{biblatex} package},
subtitle = {Programmable bibliographies and citations},
author = {Lehman, Philipp},
version = {1.7},
date = {20111113},
url = {http://tug.ctan.org/pkg/biblatex}
1
}
1
49
5 Présentations vidéo-projetées
Beamer est une classe comme scrartcl, scrreprt. . . dont le but est de réaliser des présentations,
c’est à dire une série de diapositives destinées à être projetées. Beamer présente plusieurs avantages sur
d’autre logiciel comme Impress de la suite OpenOffice (LibreOffice) ou PowerPoint de Microsoft.
Tout d’abord c’est du LATEX donc une qualité typographique irréprochable. De plus, tous ce qu’on a appris
sur LATEX est utilisable dans les présentations. Le document de sortie est un pdf donc sera lisible sans
déformation sur n’importe quel type de machine et avec n’importe quel OS (Linux, Windows, Mac, Android).
5.1 Introduction
Comme toutes les classes, beamer se charge par
\documentclass[options]{beamer}
Il faut savoir que beamer charge automatiquement les packages hyperref, xcolor et enumerate. Si on
veut leurs adjoindre des options on doit procéder de la façon suivante :
\documentclass
[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true},
xcolor={dvipsnames,svgnames,table}]
{beamer}
L’option pdfpagemode=FullScreen d’hyperef permet de lancer automatiquement en mode plein écran la
présentation.
5.2 Choix du thème et création de la première diapositive
Le but de ces notes est de réaliser le plus simplement possible une présentation et pas de montrer toutes
les possibilités de beamer, on va donc charger un modèle. On trouvera une galerie des thèmes disponibles
sur ce site
http://mcclinews.free.fr/latex/beamergalerie.php
Les dimensions de la diapositive dans beamer sont de 128 mm sur 96 mm (ratio de 4 : 3). Il faut s’en
souvenir quand on décide d’utiliser des dimensions absolues pour placer des images ou calculer la taille
des colonnes. Cependant, il est conseillé d’utiliser des distances relatives comme des pourcentage de
\textwidth. On crée chaque diapositive avec l’environnement {frame}. Voici un exemple à la figure 5.1
(avec le thème Madrid) obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete} % une police qui va bien pour l'écran
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Madrid}
\title{Le titre de la présentation}
\author{G. \textsc{Faccanoni}}
51
5 Présentations vidéo-projetées
Le titre de la présentation
Le texte de ma diapo.
G. Faccanoni
IMATH-UTLN
30 janvier 2014
G. Faccanoni (IMATH-UTLN)
(a) Diapo initiale (couverture).
Le titre de la présentation
30 janvier 2014
2/1
(b) Diapo avec titre.
F IGURE 5.1: Exemple de diapositives beamer (thème Madrid).
\institute{IMATH-UTLN}
\begin{document}
\begin{frame}[plain]
\maketitle
\end{frame}
\begin{frame}
Le texte de ma diapo.
\end{frame}
\end{document}
On peut utiliser le même sectionnement que sous LATEX pour regrouper plusieurs diapositives par section
ou sous-section. Voici un exemple à la figure 5.2 obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete}
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Antibes}
\begin{document}
\begin{frame}
\frametitle{Outline}
\tableofcontents
\end{frame}
\section{Titre de la section}
\subsection{Titre de la sous-section 1}
\begin{frame}
52
5.2 Choix du thème et création de la première diapositive
Titre de la section
Titre de la sous-section 1
Outline
Titre à la diapo
1 Titre de la section
Titre de la sous-section 1
Titre de la sous-section 2
Titre de la section
Première diapo de le sous section 1
Titre de la section
Titre de la sous-section 1
Titre de la sous-section 2
Titre à la diapo
Titre à la diapo
Deuxième diapo de le sous section 1
Première diapo de le sous section 1
F IGURE 5.2: Exemple de diapositives regroupées par sections
\frametitle{Titre à la diapo}
Première diapo de le sous section 1
\end{frame}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
Deuxième diapo de le sous section 1
\end{frame}
\subsection{Titre de la sous-section 2}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
Première diapo de le sous section 1
\end{frame}
\end{document}
Il ne faut pas confondre section et titre de la diapositive. Le sectionnement permet de regrouper plusieurs
diapositives sous un même entête. Si le titre de la diapositive apparait sur la diapositive elle-même, le
sectionnement pour être visible doit être utilisé avec un thème affichant le sommaire (comme Hannover
ou Antibes) ou afficher une diapositive avec la table de matière avant chaque début de section.
Attention : un environnement frame ne doit contenir ni sections ni sous-sections.
53
5 Présentations vidéo-projetées
Titre à la diapo
Titre à la diapo
Bla bla
Bla bla
Titre du block
Le texte du block.
Titre du block
Le texte du block.
Bla bla
Bla bla
Le texte du block.
Titre du block
Le texte du block.
Bla bla
Bla bla
(a) Blocs avec ou sans titre.
(b) Blocs de type alert et example.
F IGURE 5.3: Exemple de diapositives avec blocs (thème Warsaw).
5.3 Les blocs
En plus de tous les objets LATEX (images, tableau, listes. . .) on peut insérer dans les diapositives des objets
propres à beamer comme par exemple les block. Leur aspect dépend du thème choisi. Voici un exemple à
la figure 5.3a avec le thème Warsaw obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete}
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Warsaw}
\begin{document}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
Bla bla
\begin{block}{Titre du block}
Le texte du block.
\end{block}
Bla bla
\begin{block}{}
Le texte du block.
\end{block}
Bla bla
\end{frame}
\end{document}
Il existe deux autres type de blocs, dont la seule différence réside dans la couleur : le bloc alert et le bloc
example. Voici un exemple à la figure 5.3b avec le thème Warsaw obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete}
54
5.3 Les blocs
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Warsaw}
\begin{document}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
Bla bla
\begin{alertblock}{Titre du block}
Le texte du block.
\end{alertblock}
Bla bla
\begin{exampleblock}{Titre du block}
Le texte du block.
\end{exampleblock}
Bla bla
\end{frame}
\end{document}
Il existe également plusieurs type de blocs prédéfinit : les définitions, les exemples, les démonstrations,
les théorèmes. La traduction des titres de ces blocs n’est pas prise en compte par babel mais par le package
translator qui est automatiquement chargé par beamer mais auquel il faut passer l’option French en
mettant dans le préambule le deux instructions \uselanguage{French}\languagepath{French}. Voici un
exemple à la figure 5.4 avec le thème Warsaw obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete}
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Warsaw}
\uselanguage{French}
\languagepath{French}
\begin{document}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
Bla bla
\begin{definition}
Le texte de la défintion.
\end{definition}
Bla bla
\begin{example}
Le texte de l'exemple.
\end{example}
Bla bla
\begin{proof}
Le texte de la démonstration.
\end{proof}
55
5 Présentations vidéo-projetées
Titre à la diapo
Bla bla
Définition
Le texte de la défintion.
Bla bla
Exemple
Le texte de l’exemple.
Bla bla
Démonstration.
Le texte de la démonstration.
Bla bla
Théorème
Le texte du théorème.
F IGURE 5.4: Exemple de diapositives avec blocs prédéfinis (thème Warsaw).
Bla bla
\begin{theorem}
Le texte du théorème.
\end{theorem}
\end{frame}
\end{document}
5.4 Les listes
L’aspect des listes est modifié par beamer et dépend du thème employé. beamer chargeant automatiquement le package enumerate, on peut employer directement les options de ce dernier pour modifier les
énumérations. Voici à la figure 5.5 plusieurs listes utilisant respectivement les environnements itemize,
enumerate et description avec les valeurs par défaut et le thème Warsaw obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete}
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Warsaw}
\begin{document}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
\begin{itemize}
\item item 1
\begin{itemize}
\item item 1.1
\item item 1.2
\begin{itemize}
\item item 1.2.1
\item item 1.2.2
56
5.4 Les listes
Titre à la diapo
Titre à la diapo
item 1
1
item 1.1
item 1.2
Aaa item 1
item 1
1
2
1
2
2
(a) Diapo avec itemize.
Ccc item 1.1
Ddd item 1.2
item 1.1
item 1.2
item 1.2.1
item 1.2.2
item 2
Titre à la diapo
item 1.2.1
item 1.2.2
item 2
(b) Diapo avec enumerate.
Eee item 1.2.1
Fff item 1.2.2
Bbb item 2
(c) Diapo avec description.
F IGURE 5.5: Exemple de diapositive avec listes (thème Warsaw).
\end{itemize}
\end{itemize}
\item item 2
\end{itemize}
\end{frame}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
\begin{enumerate}
\item item 1
\begin{enumerate}
\item item 1.1
\item item 1.2
\begin{enumerate}
\item item 1.2.1
\item item 1.2.2
\end{enumerate}
\end{enumerate}
\item item 2
\end{enumerate}
\end{frame}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
\begin{description}
\item[Aaa] item 1
\begin{description}
\item[Ccc] item 1.1
\item[Ddd] item 1.2
\begin{description}
\item[Eee] item 1.2.1
\item[Fff] item 1.2.2
\end{description}
\end{description}
\item[Bbb] item 2
\end{description}
\end{frame}
\end{document}
57
5 Présentations vidéo-projetées
5.5 Ajouter des colonnes
On peut créer des colonnes de cette manière (attention au «s» de l’environnement externe columns) :
\begin{columns}
\begin{column}{dimension de la première colonne}
Le texte de la colonne
\end{column}
\begin{column}{dimension de la deuxièeme colonne}
Le texte de la colonne
\end{column}
\end{columns}
On utilise autant de \begin{column}{dimension}...\end{column} que l’on souhaite de colonnes. Pour
les dimensions mieux vaut utiliser des valeurs relatives comme {0.5\textwidth}. Voici un exemple à la
figure 5.6 avec le thème Warsaw obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete}
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Warsaw}
\begin{document}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
\begin{columns}
\begin{column}{0.4\textwidth}
\includegraphics[width=\textwidth]{hippopotenuse}
\end{column}
\begin{column}{0.6\textwidth}
\begin{itemize}
\item bla
\item bla
\end{itemize}
\end{column}
\end{columns}
\end{frame}
\end{document}
5.6 La barre de navigation
beamer place dans le coin en bas à droite une barre de navigation qui permet de se déplacer dans la
présentation avec la souris mais d’habitude on préfère naviguer avec le clavier ; pour enlever cette barre il
suffit de mettre dans le préambule
\setbeamertemplate{navigation symbols}{}
Pour modifier la barre de navigation pour n’en garder que quelques boutons voir la documentation du
package beamer.
58
5.7 Mettre en avant des portions de texte
Titre à la diapo
bla
bla
F IGURE 5.6: Exemple de diapositives avec deux colonnes (thème Warsaw).
5.7 Mettre en avant des portions de texte
Pour souligner un ou des mots qui paraissent importants on peut toujours utiliser les commandes
LATEX \emph{} ou \textbf{} pour mettre en emphase ou en gras. Toutefois, beamer possède deux autres
instructions mieux adaptés (et qui dépendent du thème et de la couleur du thème choisie) : les commandes
\structure{} et \alert{} ainsi que les deux environnements du même type \begin{structureenv}...
\end{structureenv} et \begin{alertenv}...\end{alertenv}.Voici un exemple à la figure 5.7 avec le thème
Warsaw obtenu avec le code
\documentclass[hyperref={pdfpagemode=FullScreen,colorlinks=true}]{beamer}
\usepackage{concrete}
\usepackage[latin1]{inputenc}
%\usepackage[utf8]{inputenc}
\usepackage[T1]{fontenc}
\usepackage[french]{babel}
\usetheme{Warsaw}
\begin{document}
\begin{frame}
\frametitle{Titre à la diapo}
Bla bla bla \structure{bla bla bla bla} bla bla
Bla bla \alert{bla bla} bla bla bla bla bla
\begin{structureenv}
Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
\end{structureenv}
\begin{alertenv}
Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
Bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla bla
\end{alertenv}
59
5 Présentations vidéo-projetées
Titre à la diapo
Bla
Bla
Bla
Bla
Bla
Bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
bla
F IGURE 5.7: Exemple de diapositives avec des mots mis en évidence (thème Warsaw).
\end{frame}
\end{document}
60
6 Compléments
6.1 Figures avec TikZ
Dans beaucoup d’ouvrages, les figures et les diagrammes souffrent de défauts rédhibitoires : traits
trop épais, flèches dans un style complètement différent de celles du reste du document, polices de
caractères différentes de celles du document, pixellisation, etc. Il y a plusieurs façon de faire des figures
(mathématiques ou autre) avec LATEX , et un des package les plus puissants est TikZ. Voici un exemple :
Pour apprendre à utiliser ce très puissante package on pourra consulter :
– un manuel pour débuter http://math.et.info.free.fr/TikZ/
– le manuel complet (878 pages) décrivant toutes les fonctions disponibles en un seul et unique endroit
http://www.ctan.org/tex-archive/graphics/pgf/base/doc/generic/pgf/pgfmanual.pdf
– la galerie d’exemples en ligne http://www.texample.net/tikz/examples/all/
6.2 Dessiner des molécules avec ChemFig
Le package ChemFig permet de dessiner des molécules en s’appuyant sur le package TikZ. Pour apprendre à l’utiliser voir le manuel complet (en français) décrivant toutes les fonctions disponibles :
http://www.ctan.org/tex-archive/macros/generic/chemfig/chemfig_doc_fr.pdf
61
6 Compléments
\begin{tikzpicture}[scale=1.7]
\shade[top color=blue,bottom color=gray!50]
3
(0,0) parabola (1.5,2.25) |- (0,0);
4 \draw (1.05cm,2pt)
5
node[above] {$\int_0^{3/2}x^2\mathrm{d}x$};
6 \draw[help lines] (0,0) grid (2.5,3.5)
7
[step=0.25cm] (1,2) grid +(1,1);
8 \draw[->] (-0.2,0) -- (2.5,0) node[below] {$x$};
9 \draw[->] (0,-0.2) -- (0,3.5) node[left] {$f(x)$};
10 \foreach \x/\xtext in {1/1, 1.5/\frac{3}{2}, 2/2}
11
\draw[shift={(\x,0)}] (0pt,2pt)
12
-- (0pt,-2pt) node[below] {$\xtext$};
13 \foreach \y/\ytext in {1/1, 2/2, 2.25/\frac{5}{4},
3/3}
14
\draw[shift={(0,\y)}] (2pt,0pt)
15
-- (-2pt,0pt) node[left] {$\ytext$};
16 \draw (-.5,.25) parabola bend (0,0) (2,4)
17
node[below right] {$x^2$};
18 \end{tikzpicture}
x2
1
2
f (x)
3
5
4
2
1
R 3/2
0
F IGURE 6.1: Exemples de figures réalisées avec TikZ
62
x 2 dx
1
3
2
2
x
6.2 Dessiner des molécules avec ChemFig
O
CH3
H
N
N
O
O
N
S
N
N
N
H3 C
O
CH3
CH3
(a) Viagra
NCH3
H
O
OH
OH
(b) Codéine
CH3
R
NH2 +
⊕
C
OH
addition
R
H
CH3
NH
C
⊕
CH3
CH3
CH3
R
N
C
H
CH3
OH
H
⊕
CH3
élimination
O
R
N
H
C
⊕
+ H3 O
CH3
(c) Addition nucléophile. Amines primaires
F IGURE 6.2: Exemples de dessins réalisés avec ChemFig
63
7 Pour aller plus loin
7.1 Sites web, manuels, cours, polycopiés et autres fichiers pdf
• En français :
• Diaporamas de Denis B ITOUZÉ d’un cours LATEX
http:
//gte.univ-littoral.fr/members/dbitouze/pub/latex/diapositives-cours-d
• Documents de Manuel P ÉGOURIÉ -G ONNARD d’un module d’initiation à LATEX
https://elzevir.fr/imj/lm204/
• Les fiches de Bébert
http://bertrandmasson.free.fr/
en particulier les fiches :
– Babel & frenchb, ou comment écrire en français
– KOMA-Script
– Les listes ou comment maîtriser savamment ses puces
– LATEX et les flottants
– LATEX et les tableaux, première partie.
– LATEX et les tableaux, suite, le package array
– Beamer ou comment réaliser une présentation tout en LATEX
– LATEX & la couleur
– Comment faire de beaux graphiques avec Tikz et PGFPLOTS
• Exposés sur LATEX de Thierry M ASSON
http://science.thilucmic.fr/spip.php?article30
• Une courte ( ?) introduction à LATEX 2ε
http://www.ctan.org/tex-archive/info/lshort/french/lshort-fr.pdf
• Apprends LATEX ! de Marc B AUDOIN
http://www.babafou.eu.org/Apprends_LaTeX/
• Framabook LATEX
http://www.framabook.org/latex.html
• En anglais :
• CTAN — Catalogue de tous les packages officiels avec fichiers d’installations et documentation
http://texcatalogue.sarovar.org/
•
The Comprehensive LAT
EX Symbol List
http://www.ctan.org/tex-archive/info/symbols/comprehensive/symbols-a4.pdf
• Detexify — Recherche visuelle des symboles
http://detexify.kirelabs.org/classify.html
• Mathmode.pdf — Beaucoup de solutions à des problèmes courants rencontré dans la mise en
forme d’équations
http://ctan.org/get/info/math/voss/mathmode/Mathmode.pdf
• latex2e.pdf— Liste de la plupart des commandes disponibles sous LATEX 2ε
http://mirror.ctan.org/info/latex2e-help-texinfo/latex2e.pdf
• tex.stackexchange — Forum d’entraide
http://tex.stackexchange.com/
65
7 Pour aller plus loin
7.2 Livres
• En français
• Bitouzé & Charpentier, LATEX , Pearson éducation. — Un bon livre d’introduction avec exercices
corrigés.
• LATEX pour l’impatient, 3e édition, H&K. — Un livre concret avec exercices corrigés ; bien faire
attention de prendre la 3e édition qui corrige les erreurs des précédentes éditions.
• LATEX Companion, Pearson éducation. — L’ouvrage de référence décrivant le fonctionnement de
la plupart des packages courants.
• En anglais
• H. Kopka, M. Goossens and F. Mittelbach, The LATEX Companions : Guide to LATEX .
66
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising