manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars

manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars
la sécurité avant tout
manuel de
sécurité routière
pour les autobus
et les autocars
doubler la fréquentation
des autobus et autocars
www.busandcoach.travel
// table des matières
1 // introduction
3
2 // u
n véhicule sûr
4
2.1. 2.2. 2.3. 2.4. liste des principaux directives et règlements traitant de la sécurité routière active
actualisation et modification des exigences des directives
et règlements relatifs à la sécurité active
liste des directives et règlements principaux relatifs à la sécurité passive
actualisation et modification des exigences des directives
et règlements relatifs à la sécurité passive
3 // un conducteur sûr
3.1. 3.2.
3.3.
temps de conduite, temps de travail et repos
contrôles auxquels sont soumis les conducteurs
formation des conducteurs
4 // u
ne entreprise sûre
4.1.
4.2.
les douze règles d’or en matière de sécurité routière
charte de la sécurité routière volontaire
pour les entreprises d’autobus et d’autocars
5 // a
ide-mémoire du conducteur
2 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
5
5
6
7
10
11
12
13
15
16
17
19
1 // introduction
Chaque année, les autobus et les autocars amènent
des millions de passagers à leur destination en toute
sécurité, et avec la plus faible empreinte écologique
possible.
Bien que l’utilisation du transport collectif de
personnes soit en augmentation, beaucoup de
personnes ignorent encore aujourd’hui que l’autobus
et l’autocar constituent ensemble le mode de transport
par route le plus sûr et ce, malgré le fait qu’ils partagent
l’infrastructure avec d’autres usagers et d’autres modes.
Malgré des statistiques exemplaires, la sécurité
routière reste la priorité première de tout exploitant et
conducteur responsable.
C’est pourquoi l’Union internationale des transports
routiers (IRU) a décidé de rassembler ses récentes
initiatives dans le domaine de la sécurité routière dans
un manuel pratique et facile à consulter par un large
public : gérants d’entreprise d’autobus et d’autocars,
conducteurs, fonctionnaires, citoyens, bref toute
personne qui a intérêt à ce que le secteur de l’autobus
et de l’autocar conserve sa place en tête des efforts de
la société, et préserve, voire améliore, ses excellents
résultats sur le plan de la sécurité.
En plus d’être une précieuse source d’informations
sur ce qui se fait de mieux sur le plan technique ou
dans le domaine de la formation des conducteurs, le
manuel contient plusieurs propositions législatives très
concrètes visant à améliorer la sécurité tant au stade
de la conception des véhicules qu’à celui de l’entretien,
mais aussi au niveau de l’environnement opérationnel
du conducteur.
En outre, le manuel aborde en détail certains aspects
pratiques de la gestion d’entreprise et de la conduite
au quotidien, et offre :
➔➔ a
ux entreprises d’autobus et d’autocars et à leurs
gestionnaires des conseils simples et directs
pour garantir la sécurité de leurs clients et de
leurs conducteurs, notamment la signature, au
niveau de l’entreprise, d’une charte volontaire
pour la sécurité routière ;
➔➔ a
ux conducteurs professionnels d’autobus
et d’autocars une série d’aide-mémoire qui
résument en instructions simples et faciles à
appliquer toutes les connaissances disponibles
au sein du secteur sur plusieurs aspects
essentiels de la sécurité routière.
L’IRU et ses associations membres s’engagent à faire
de la sécurité routière une priorité permanente en
partageant le savoir-faire du secteur avec l’ensemble
de ses partenaires publics et privés, ainsi qu’avec
chaque entreprise et chaque conducteur d’autobus et
d’autocar.
L’IRU et ses associations membres ont l’ambition
d’actualiser régulièrement ce manuel et de prendre
d’autres initiatives permettant au secteur de l’autobus
et de l’autocar de conserver le statut de champion
de la sécurité routière connu et respecté dont il jouit
aujourd’hui.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 3
2 // un véhicule sûr
Des véhicules sûrs, bien entretenus
et fonctionnant en tout temps
au meilleur de leurs capacités
sont essentiels pour maintenir,
voire améliorer, les excellentes
performances
des
entreprises
d’autobus et d’autocars en matière
de sécurité routière.
D’importants progrès ont été réalisés
jusqu’ici grâce à la réglementation et
aux technologies innovantes mises
en œuvre par les constructeurs,
en collaboration avec le secteur de
l’autobus et de l’autocar. Pourtant,
le secteur entend aller plus loin
et améliorer encore plus les
performances des véhicules dans
le domaine de la sécurité, afin de
conserver sa position de champion
de la sécurité routière.
4 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
2.1. liste des principaux directives et règlements traitant
de la sécurité routière active
Directive 70/388/CEE
Règlement n° 28.00 de la CEE-ONU
Avertisseur acoustique
Directive 78/316/CEE
Règlement n° 121.00 de la CEE-ONU
Identification des commandes
Directive 75/443/CEE
Règlement n° 39.00 de la CEE-ONU
Appareil indicateur de vitesse et
marche arrière
Directive 70/311/CEE
Règlement n° 79.01 de la CEE-ONU
Dispositifs de direction
Directive 71/320/CEE
Règlement n° 13.10 de la CEE-ONU
Freins
Directive 2003/97/CE
Règlement n° 46.02 de la CEE-ONU
Dispositifs de vision indirecte
Directive 76/756/CEE
Règlement n° 48.03 de la CEE-ONU
Dispositifs d'éclairage et de
signalisation lumineuse
Directive 92/23/CE
Règlement n° 54.00 de la CEE-ONU
Pneus
2.2. actualisation et modification des exigences des directives
et règlements relatifs à la sécurité active
2.2.1. Améliorer la tenue de route
Recommandations de l’IRU :
Situation actuelle :
Les véhicules équipés de l’ESP devraient être équipés
d’un système TPMS.
Les systèmes ESP - Electronic Stability Programme
(ESP) : actuellement mentionné dans la directive
71/320/CEE et le règlement n° 13.10 de la CEE-ONU
sur les dispositifs de freinage. Ce système de contrôle
électronique améliore la stabilité dynamique du
véhicule.
Système de surveillance de la pression des
pneumatiques - Tyre Pressure Monitoring System
(TPMS) : actuellement utilisé sur base volontaire.
Pneus : actuellement réglementés par la directive
92/23/CE et les règlements 54.00 et 117 de la CEE-ONU.
Des pneus à faible résistance au roulement (LRRT, low
rolling resistance tyres) sont également utilisés.
Ce système devrait être obligatoire afin de garantir une
pression optimale des pneus, et automatiquement
associé à l’usage de pneus LRRT afin de garantir en
permanence la maximisation des performances
du véhicule en matière de sécurité et de respect de
l’environnement (économie de carburant).
➔➔ Les technologies ESP et TPMS devraient êtres
obligatoires pour les véhicules des catégories II
et III.
➔➔ Une période transitoire suffisante doit être
prévue avant l’instauration d’une utilisation
obligatoire pour tous les véhicules M3.
➔➔ Une campagne de promotion et d’information
sur l’efficacité des technologies doit être mise
sur pied.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 5
2.2.2. A
méliorer la vision indirecte du
conducteur
➔➔ Améliorations au niveau de la conception des
rétroviseurs afin d’éliminer les angles morts des
deux côtés du véhicule.
Situation actuelle :
➔➔ Étudier l’utilisation de systèmes de surveillance
caméra et de radars en complément ou en
remplacement des rétroviseurs standards.
Rétroviseurs : actuellement réglementés par la
directive 2003/97/CE sur les dispositifs de vision
indirecte (telle que modifiée par la directive 2005/27/
CE) et le règlement n° 46 de la CEE-ONU (le groupe de
travail GRSG a créé un groupe de travail informel sur
les systèmes à caméra).
2.2.3. Améliorer les systèmes d’aide en
cas de marche arrière
Situation actuelle :
Recommandations de l’IRU :
➔➔ Les rétroviseurs entre la porte et le volant, ainsi
qu’un rétroviseur horizontal à l’avant doivent
être obligatoires pour tous les autobus afin
d’améliorer la visibilité indirecte des personnes
qui montent dans le véhicule ou en descendent.
➔➔ Les exigences relatives à la condensation des
vitres dans les autobus et autocars doivent être
similaires à celles prévues pour les voitures.
Caméras, systèmes radar : pas d’exigence légale,
toujours laissé à l’initiative du transporteur.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ L’utilisation de la technologie existante
(systèmes de radar, caméras, etc.) doit être
encouragée et soutenue.
2.3. liste des directives et règlements principaux
relatifs à la sécurité passive
Directive 92/22/CEE
Règlement n° 43.00 de la CEE-ONU
Vitrages de sécurité
Directive 92/24/CEE
Règlement n° 89.00 de la CEE-ONU
Limiteurs de vitesse
Directive 74/408/CEE
Règlement n° 80.01 de la CEE-ONU
Résistance des sièges
Directive 77/541/CEE
Règlement n° 16.04 de la CEE-ONU
Ceintures de sécurité
Directive 76/115/CEE
Règlement n° 14.06 de la CEE-ONU
Ancrage des ceintures de sécurité
Directive 70/221/CEE
Règlement n° 34.02 de la CEE-ONU
Réservoir de carburant
Règlement (CE) n° 661/2009
6 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
Sécurité générale
2.4. actualisation et modification des exigences des directives
et règlements relatifs à la sécurité passive
2.4.1. Empêcher la propagation du feu
et protéger les zones à risques
du véhicule contre les incendies
Situation actuelle :
➔➔ Les matériaux utilisés pour la construction de
l’intérieur de la carrosserie des autobus et des
autocars (règlement (CE) n° 661/2009 relatif
à la sécurité générale des véhicules).
— Les matériaux utilisés empêchent autant que
possible, ou du moins retardent, la propagation
du feu afin de permettre aux occupants
d’évacuer le véhicule en cas d’incendie.
➔➔ Systèmes de détection (règlement
107 de la CEE-ONU).
n°
— Système de détection des incendies dans
le compartiment moteur obligatoire (en
sus de l’application de la norme Euro VI).
— Système de détection de fumée ou de
température excessive dans le compartiment
intérieur (prescription adoptée lors de
la 100e session du groupe de travail
GRSG de la CEE-ONU en avril 2011).
— Accord volontaire sur l’installation de
systèmes de détection incendie dans le
compartiment moteur des nouveaux autobus
et autocars (prise d’effet : janvier 2011).
➔➔ Test des câbles électriques (règlement n° 118 de
la CEE-ONU) obligatoire à partir du 9 décembre
2012 (nouveaux types).
➔➔ Test du comportement ignifuge des matériaux
isolants (règlement n° 118 de la CEE-ONU)
obligatoire à partir du 9 décembre 2012
(nouveaux types) et du 9 décembre 2015 (tous
types).
➔➔ Test du comportement au feu des matériaux
(règlement n° 118 de la CEE-ONU) obligatoire à
partir du 9 décembre 2012 (nouveaux types) et
du 9 décembre 2015 (tous types).
Recommandations de l’IRU :
L’IRU et ses membres sont favorables à une installation,
à la source, de systèmes de détection d’incendie et de
fumée et de systèmes d’extinction d’incendies dans
le compartiment moteur. Il conviendrait également
d’envisager l’installation de systèmes de détection
dans les compartiments passagers et bagages, en sus
d’une utilisation accrue de matériaux ignifuges dans la
construction des véhicules.
Une inspection périodique des véhicules permet
de réduire les risques d’incendie et les problèmes
mécaniques, et de rehausser le niveau de sécurité
ainsi que le respect des normes dans le secteur du
transport routier.
Un bon entretien de toutes les composantes
mécaniques des autocars et autobus permet de
réduire considérablement tout risque d’incendie.
La liste des points à inspecter avant et après un trajet
(établie dans l’aide-mémoire anti-incendie de l’IRU)
peut contribuer à la prévention des incendies dans
les autocars et autobus. Il convient de transmettre
soigneusement cet aide-mémoire à l’ensemble
des conducteurs et de le diffuser auprès de tous les
organismes concernés du secteur du transport de
personnes.
2.4.2. Améliorer l’évacuation du
véhicule
Situation actuelle :
➔➔ Le
règlement
(CE)
n°
661/2009
abroge
la
directive
2001/85/CE
pour
les véhicules neufs à partir de 2014.
— Les carrosseries des véhicules sont conçues
et construites de façon à permettre la conduite
du véhicule de manière sûre et stable, même
à pleine capacité. Des mesures sont prises
pour assurer l’accès et l’évacuation du véhicule
en sécurité, notamment en cas d’urgence.
— Les véhicules de la classe I sont accessibles
aux personnes à mobilité réduite, y compris les
utilisateurs de chaise roulante.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 7
➔➔ Le groupe de travail GRSG s’est penché sur
un certain nombre de portes de service et de
secours, en particulier la porte du conducteur
qui doit être admise comme porte de secours
(règlement n° 107 de la CEE-ONU). Des travaux
sont en cours sur les portes de service, les
fenêtres et les issues de secours.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ À l’extérieur : le bouton d’urgence doit se trouver
à une distance située entre 1000 et 1500 mm
du sol et à 500 mm maximum de la porte.
➔➔ À l’intérieur : les issues de secours doivent
être correctement indiquées et placées d’une
manière harmonisée (un bouton ou une
poignée recouverte de plexiglas).
➔➔ À l’intérieur et à l’extérieur : verrouillage/
déverrouillage central de toutes les portes et
fenêtres de secours avec un dispositif universel
électronique ou manuel.
➔➔ Le couloir des véhicules doit être conçu et
construit de manière à permettre le libre
passage des passagers.
2.4.3. Prévoir l’éclairage d’urgence des
sorties de secours
Situation actuelle :
Les issues de secours sont marquées.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ La signalisation des issues de secours doit être
lumineuse pour permettre aux passagers de
s’orienter en cas d’accident dans des conditions
de mauvaise visibilité.
➔➔ Les issues de secours doivent être indiquées par
un signal lumineux portant le pictogramme vert
normalisé d’une personne qui court, qui reste
allumé en cas d’accident.
2.4.4. Mettre en œuvre des systèmes
de véhicule avancés
Situation actuelle :
➔➔ Régulateur de vitesse (Cruise control) : autorisé
– sur base volontaire.
8 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
➔➔ Régulateur de vitesse actif (Distronic) ou
adaptatif : autorisé – sur base volontaire.
➔➔ Tyre Pressure Monitoring System (TPMS) :
autorisé (règlement (CE) n° 661/2009).
➔➔ Système d’avertissement de changement de
voie de circulation : obligatoire à partir de 2014
(règlement (CE) n° 661/2009).
➔➔ Système avancé de surveillance des freins :
obligatoire à partir de 2014 (règlement (CE) n°
661/2009).
➔➔ Système d’avertissement de collision frontale :
autorisé – sur base volontaire.
➔➔ Système Driver Alert Control (DAC) : autorisé –
sur base volontaire.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ Le régulateur de vitesse n’est pas optimal. Le
système Distronic est plus efficace parce qu’il
adapte automatiquement la vitesse du véhicule
en fonction de la circulation.
➔➔ Tous les systèmes avancés énumérés ci-dessus
relèvent de la responsabilité du conducteur.
2.4.5. Harmoniser les tableaux de bord
et les commandes ergonomiques
de toutes les marques de
véhicules.
Situation actuelle :
Les tableaux de bord et les commandes ergonomiques
diffèrent selon les véhicules.
La directive 78/316/CEE sera remplacée par le
règlement (CE) n° 661/2009.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ Les exigences définies dans la norme ISO
doivent être étendues aux autobus et autocars /
règlement n° 121 de la CEE-ONU.
➔➔ Commandes,
cadrans
et
dispositifs
d’avertissement faciles à identifier/visualiser.
2.4.6. Améliorer la conception des
sièges
2.4.8. Optimiser le placement et la
fixation des accessoires
Situation actuelle :
Situation actuelle :
Les exigences en matière de performances sont
définies dans le règlement n° 107 de la CEE-ONU
et dans le règlement n° 14 de la CEE-ONU pour les
ancrages des ceintures de sécurité.
Les accessoires ne sont pas fixés et ne sont pas situés
à un endroit approprié.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ Des améliorations à l’arrière du siège sont
toujours possibles pour accroître la sécurité.
➔➔ Les sièges à suspension peuvent améliorer
le confort et dès lors réduire la fatigue lors
des transports longue distance. Cependant,
les avantages pour la sécurité ne sont pas
transposables en milieu urbain lorsque des
mesures (infrastructure) de modération du
trafic peuvent créer un danger pour la sécurité.
➔➔ Position de la ceinture supérieure : l’ancrage
effectif doit être marqué en permanence dans
le véhicule ou le siège afin de définir la position
enfant ou la position adulte. Ce système situe
automatiquement la ceinture au niveau de
l’épaule de l’occupant.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ Les distributeurs de boissons doivent être
installés dans un endroit où ils peuvent être
utilisés en toute sécurité et ne peuvent présenter
un danger pour la sécurité des conducteurs et
des passagers.
➔➔ Les commandes des équipements DVD/vidéo
doivent être situées dans un endroit sûr et
inaccessible pendant que le conducteur est
occupé à conduire le véhicule.
➔➔ (le cas échéant) Prévoir la possibilité d’encastrer
des écrans LCD dans les appuie-tête des sièges
d’autocar.
2.4.9. Systèmes de transport
intelligents (ITS) / Systèmes de
navigation
2.4.7. F
aire fonctionner les feux stop en
cas d’utilisation d’un ralentisseur
Situation actuelle :
Situation actuelle :
Recommandations de l’IRU :
Les feux stop ne fonctionnent pas lorsqu’un ralentisseur
est utilisé.
Recommandations de l’IRU :
➔➔ Les feux stop doivent fonctionner lorsqu’un
véhicule freine pour éviter les situations
dangereuses pour d’autres usagers.
➔➔ Le secteur du transport routier demande des
règles de sécurité obligatoires dans ce domaine
et, entre-temps, s’engage, sur une base
volontaire, à fixer un câble relié aux feux stop.
Actuellement mis en œuvre sur base volontaire.
➔➔ eCall :
— Gain de temps lorsqu’un incident se
produit : les services d’urgence peuvent réagir
plus vite;
— Promouvoir l’utilisation de l’eCall, y compris
parmi les autres usagers.
➔➔ Les systèmes de navigation doivent faciliter
l’utilisation de toutes les infrastructures
routières et communiquer des informations
détaillées sur les obstacles à la libre circulation
des autobus et autocars, tels que des ponts ou
tunnels trop bas, ou des voies de circulation à
gabarit/poids limité.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 9
3 // un conducteur sûr
Les conducteurs ne prennent
pas de raccourcis lorsqu’il s’agit
de sécurité routière, et un cadre
réglementaire très développé est en
place pour éviter toute tentation.
Les conducteurs doivent être en
parfaite santé, reposés et en forme
afin de ne jamais faillir aux clients
placés sous leur vigilance. Ils
doivent être compétents et formés,
mais également contrôlés, afin de
s’assurer que la sécurité sans cesse
renforcée reste la caractéristique
première du transport en autobus
et autocar.
10 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
3.1. temps de conduite, temps de travail et repos
Situation actuelle :
Les conducteurs doivent respecter toute une série de
règles visant à s’assurer qu’ils prennent suffisamment
de repos et observent les limites journalières et
hebdomadaires en ce qui concerne les temps de
travail et de conduite.
Règlement (CE) n° 561/2006 sur les temps de
conduite et de repos dans l’UE (en vigueur depuis
mai 2007)
➔➔ Repos hebdomadaires réguliers obligatoires de
45 heures (au minimum un fois toutes les deux
semaines).
➔➔ Repos hebdomadaire réduit de 24 heures (au
maximum une fois toutes les deux semaines)
et obligation de compenser toute réduction
du repos régulier de 45 heures par un repos
prolongé dans les trois semaines.
➔➔ Repos quotidien régulier de 11 heures
obligatoires une fois par période de 24 heures.
Possibilité de réduire le repos journalier à 9
heures 3 fois par semaine.
➔➔ Pause de minimum 45 minutes toutes les 4,5
heures de conduite.
➔➔ Temps de conduite hebdomadaire plafonné à
56 heures.
➔➔ Les trajets domicile-véhicule ne peuvent pas
être assimilés à des périodes de repos.
➔➔ Règles strictes en matière de repos pour les
conducteurs affectés à des circuits en autocar
d’une durée comprise entre 6 et 12 jours. (Ces
règles seront inclues ici).
Directive 2002/15/CE relative à l'aménagement
du temps de travail dans le transport routier (en
vigueur depuis le 23 mars 2005)
➔➔ Complète et couvre l’ensemble des travailleurs
mobiles (y compris les indépendants) qui sont
soumis au règlement (CE) n° 561/2006 de l’UE
relatif aux temps de conduite et de repos.
➔➔ Semaine de travail de maximum 48 heures
calculée sur une période de référence de quatre
mois.
➔➔ Travail nocturne limité à 10 heures par période
de 24 heures.
➔➔ Pause obligatoire après 6 heures de travail.
Recommandations de l’IRU :
Le règlement (CE) n° 561/2006 a été principalement
conçu pour les poids lourds, mais il s’applique
actuellement au secteur de l’autobus et de l’autocar
également. Il ne reflète pas les différents modèles de
travail des conducteurs d’autobus et d’autocars.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 11
3.2. contrôles auxquels sont soumis les conducteurs
Situation actuelle :
Les conducteurs d’autobus et d’autocar sont de vrais
professionnels. Cela n’empêche pas qu’ils soient
régulièrement contrôlés de manière à ce que le client
puisse avoir confiance en leur aptitude au travail.
Règlement (CE) n° 3821/85 concernant
tachygraphe (en vigueur depuis 1985)
le
➔➔ Tous les véhicules affectés à des opérations
relevant du champ d’application des règles
européennes en matière de temps de
conduite et de repos doivent être équipés d’un
tachygraphe – un appareil de contrôle sécurisé
qui enregistre les temps de conduite, de repos
et de travail du conducteur.
➔➔ Depuis mai 2006, tous les véhicules neufs
doivent être équipés d’un tachygraphe
numérique, un appareil doté d’éléments de
sécurité encore plus pointus et constamment
mis à jour afin d’empêcher toute falsification
des enregistrements des temps de conduite et
de repos.
➔➔ Le tachygraphe pourra à l’avenir être relié à
un système de positionnement par satellite
afin de renforcer la sécurité et d’intégrer le
véhicule dans des systèmes de technologies de
l’information, dont « eCall », et probablement
d’autres mesures améliorant la sécurité routière.
12 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
Directive 2006/22/CE concernant les contrôles (en
vigueur depuis mai 2006)
➔➔ Détermine la fréquence minimale de contrôles
nécessaire pour garantir le respect des
règles européennes en matière de temps de
conduite et de repos et du règlement relatif au
tachygraphe numérique. Un minimum de 3%
des jours prestés par le conducteur doivent être
contrôlés.
➔➔ Les autorités de contrôle des États membres
doivent effectuer au minimum six contrôles
transfrontaliers par an en collaboration avec
les autorités du pays voisin. Elles doivent élargir
leur champ de coopération afin d’accroître
l’efficacité des contrôles du respect des temps
de conduite et de repos et des règles de
sécurité par le biais de programmes communs
de formation, la normalisation des niveaux
d’équipement et des systèmes électronique
d’échange d’informations et de renseignements.
Recommandations de l’IRU :
L’IRU et ses membres souhaitent que les conducteurs
soient soumis à des contrôles rigoureux et que les
coupables d’infractions sévères soient sévèrement
sanctionnés. L’IRU salue le recours aux nouvelles
technologies et aux contrôles fondés sur le
renseignement ciblant les entreprises qui présentent un
risque connu ou manifeste. L’IRU soutient également
les nouvelles mesures actuellement débattues au sein
de l’UE et qui visent à rendre le tachygraphe numérique
plus difficile à manipuler et à imposer une formation
plus rigoureuse pour les organes et agents de contrôle
chargés de faire respecter les lois.
3.3. formation des conducteurs
européens relatifs aux temps de conduite
et de repos et à l’utilisation du tachygraphe.
Situation actuelle :
Au vu de toutes les responsabilités et obligations légales
pesant sur les épaules des conducteurs d’autobus et
d’autocars, il est naturel qu’une importance primordiale
soit accordée à la formation.
Directive 2003/59/CE concernant la formation des
conducteurs (en vigueur depuis le 10 septembre
2008)
➔➔ Un permis de conduire de catégorie
professionnelle n’est plus suffisant pour accéder
à un emploi dans le secteur. Tous les nouveaux
conducteurs professionnels doivent obtenir
un certificat d’aptitude professionnelle (CAP)
européen.
➔➔ Le CAP est obtenu à la suite de 280 heures de
formation obligatoire suivies par un test ou en
réalisant les modules 1 à 4 suivis par un examen
pratique et théorique, toujours sous l’égide d’une
entité agréée par l’État membre.
➔➔ Tous les conducteurs doivent suivre 35 heures
de formation continue tous les cinq ans pour
conserver leur CAP.
➔➔ La formation et la preuve de l’aptitude
professionnelle sont fortement orientées vers
la sécurité routière. La directive définit, entre
autres, les compétences de base suivantes :
— Formation poussée aux techniques de
conduite défensive fondées sur la conduite sûre
et écologique, couvrant la connaissance des
caractéristiques techniques et du fonctionnement
des éléments de sécurité et des limites d'utilisation
des freins, une meilleure utilisation combinée
freins et ralentisseur, l’utilisation des moyens de
ralentissement et de freinage lors des descentes,
l’attitude à adopter en cas de défaillance.
— Pouvoir assurer la sécurité et le confort
des
passagers,
y
compris
utilisation
d'infrastructures spécifiques (espaces publics,
voies réservées), gestion des conflits entre une
conduite en sécurité et les autres fonctions
en tant que conducteur, interaction avec les
passagers, spécificités du transport de certains
groupes de passagers (handicapés, enfants).
— Connaissance des périodes de travail
maximales ainsi que des principes, de
l’application et des conséquences des règlements
— Connaissance de la réglementation relative au
transport de voyageurs, au transport de groupes
spécifiques, aux équipements de sécurité, aux
ceintures de sécurité et au chargement du véhicule.
— Sensibilisation aux risques de la route et à la
typologie des accidents du travail dans le secteur
du transport, statistiques et causes des accidents
de la circulation impliquant des autocars,
conséquences humaines, matérielles, financières.
— Capacité à réagir à toutes les situations
d’urgence afin de garantir la sécurité de
tous les passagers et des autres usagers
de la route, par le biais d’une formation
couvrant les premiers secours, les procédures
d’évacuation en cas d’incendie et la gestion
des conflits entre conducteurs et passagers.
— Conscience de l’importance de l'aptitude
physique et mentale pour la sécurité routière ;
connaissance des principes d'une alimentation
saine, des effets de l'alcool, des médicaments ou
de toute substance susceptible de modifier le
comportement, des symptômes, causes, effets
de la fatigue et du rôle fondamental du cycle
activité/repos.
Recommandations de l’IRU :
L’IRU fait tout pour assurer que la directive européenne
sur la formation des conducteurs améliore effectivement
les compétences et la sécurité dans la pratique et pas
seulement sur papier.
La qualité de la formation et les capacités en matière
de formation au niveau de l’UE (infrastructures,
instructeurs) doivent être rapidement renforcées.
Les États membres doivent ouvrir des registres nationaux
d’instituts de formation afin d’en surveiller le nombre
et les normes qu’ils appliquent. Les gouvernements
doivent apporter leur soutien concret aux organes
de formation agréés qui constituent de vrais centres
d’excellence en termes de formation, comme les
institutions de formation accrédités par l’Académie de
l’IRU.
Un meilleur contrôle et une meilleure coordination du
processus d’accréditation des instituts de formation, des
formateurs et des programmes seront essentiels pour
garantir l’application de normes cohérentes en matière
de formation à l’échelle de l’UE.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 13
Ça ne vous etonne pas que
LES GENS PREFERENT
rembourser un crédit auto chaque mois,
payer une assurance auto mensuelle,
faire le plein chaque semaine,
perdre des heures dans les bouchons
laver leur voiture deux fois par mois,
acheter une vignette chaque année,
laisser de grosses sommes chez le garagiste,
payer pour se garer,
et acheter des accessoires comme
du lave-glace,
des pneus hiver et des désodorisants
plutôt que d’acheter un abonnement de bus
mensuel pour s’asseoir tranquillement chaque
matin avec de la lecture en allant au travail ?
BOUGEZ MALIN
w w w. b u s a n d c o a c h . t r a v e l
14 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
4 // une entreprise sûre
La sécurité des clients, de l’équipage
et des autres usagers de la route
est une priorité pour toutes les
entreprises d’autobus et d’autocars.
Pour tout professionnel qui se
respecte, tout accident est un
accident de trop.
Même si le transport en autobus et
autocar est le mode de transport
routier le plus sûr, l’amélioration de
la sécurité est une tâche de tous les
jours et un engagement prioritaire
de chaque entreprise et de sa
direction.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 15
4.1. les douze règles d’or en matière de sécurité routière
1. Veiller à ce que les conducteurs et l’équipage
soient conscients des exigences en matière de
port de la ceinture de sécurité et aient reçu une
formation approfondie relative au type de véhicule
qu’ils vont conduire.
2. Rappeler aux passagers les consignes de sécurité
et le port obligatoire de la ceinture (par exemple,
en projetant une vidéo dans les véhicules des
catégories II et III).
3. Veiller à ce que les conducteurs soient toujours en
parfaite santé grâce à la promotion d’un style de
vie sain et une formation permanente à la conduite
défensive et à d’autres techniques et meilleures
pratiques en matière de sécurité routière.
4. Veiller à ce que les conducteurs connaissent et
respectent à tout moment les règles en matière
de temps de conduite et de repos grâce à une
formation et une supervision rigoureuses et à une
planification appropriée des opérations.
5. Veiller à ce que les acheteurs tels que les
voyagistes comprennent que toutes les opérations
de transport doivent être effectuées dans le
respect de la réglementation sociale (principe de
coresponsabilité).
6. Veiller à ce que les conducteurs connaissent
les besoins spécifiques de leurs passagers et les
implications en matière de sécurité routière liées
au transport d’enfants, de personnes âgées ou de
personnes handicapées.
16 // doubler la fréquentation des autobus et autocars
7. Veiller à ce que les conducteurs soient formés au
respect des limites de vitesse.
8. Veiller à ce que les conducteurs et l’équipage
sachent qu’il leur est interdit de consommer
des boissons alcoolisées ou des médicaments
susceptibles de modifier le comportement
pendant les heures de travail et les instruire, via
une formation spécifique, des effets néfastes
d’une telle consommation en dehors des heures
de travail sur leur capacité à exécuter leurs tâches
en toute sécurité.
9. Obliger les conducteurs à porter leur veste
fluorescente lorsqu’ils sont en dehors du véhicule
pendant leur service.
10. Mettre en place des procédures en matière de
stationnement sécurisé et veiller à ce que tous
les conducteurs aient été formés aux procédures
d’évacuation de tous les types de passagers.
11. Former les conducteurs aux techniques de
conduite défensive et veiller à ce qu’ils connaissent
mieux les causes principales des accidents
impliquant le véhicule ou les passagers, ainsi que
la manière de les éviter.
12. Élaborer et mettre en œuvre une politique
garantissant une amélioration constante des
performances de l’entreprise dans le domaine de
la sécurité routière.
4.2. charte de la sécurité routière volontaire
pour les entreprises d’autobus et d’autocars
L’IRU invite chaque entreprise d’autobus et d’autocars
qui le désire à adhérer à cette charte volontaire pour la
sécurité routière.
1. P
lanifier les transports de manière à remplir
ses obligations de sécurité
➔➔ Planifier les transports de manière à respecter les
règles concernant les heures de conduite et les
temps de repos.
➔➔ S’assurer que le poids du véhicule respecte les
prescriptions en matière de charge minimale et
maximale par essieu.
➔➔ Planifier les transports de manière à respecter
les exigences concernant la vitesse, l'itinéraire et
autres restrictions de circulation. En l'absence de
restrictions, s'assurer que l'itinéraire le plus sûr est
emprunté.
➔➔ S'assurer que les véhicules sont garés de façon à
ne pas nuire à la sécurité routière.
2. C
ontrôler le respect de la loi par les
conducteurs
➔➔ Contrôler régulièrement que les conducteurs
sont en possession des permis et certificats de
formation professionnels et autres documents
exigés par la loi, et qu'ils ont reçu une formation
appropriée.
➔➔ Contrôler les disques de tachygraphe afin de
s'assurer du respect des temps de conduite et de
repos.
➔➔ Donner une suite adéquate à toute plainte à
l'encontre du conducteur.
➔➔ Veiller à ce que les conducteurs aient pleinement
conscience de leurs obligations, notamment en ce
qui concerne leurs passagers, et s’en acquittent.
3. E
ncourager la formation professionnelle
allant au-delà des minima légaux
➔➔ Encourager les conducteurs à comprendre leurs
responsabilités envers leurs passagers, les autres
usagers de la route et les communautés qu'ils
côtoient.
➔➔ Faire en sorte que les conducteurs soient formés
selon des normes internationalement reconnues,
telles que celles des centres de formation
accrédités par l'Académie IRU.
➔➔ Conserver des preuves de cette formation.
En signant la charte, l’entreprise s’engage publiquement
à mettre en œuvre ses dispositions de manière
régulière et vérifiable.
➔➔ Remettre à chaque conducteur un exemplaire
personnel des aide-mémoire de l’IRU et/ou de tout
autre instrument de sécurité routière produit par
l’IRU ou les associations nationales, le cas échéant.
4. S’assurer que les véhicules sont sûrs et bien
entretenus
➔➔ S'assurer, par un entretien préventif et des contrôles
avant le départ, que les véhicules soient toujours
en état de rouler en sécurité.
➔➔ S'assurer que les véhicules soient bien préparés
en fonction de l'état des routes et des conditions
climatologiques possibles et prévoir l'équipement
indispensable à cet effet (par exemple, chaînes à
neige en hiver).
➔➔ Mettre en œuvre des conseils en matière
d'entretien des véhicules.
➔➔ Mettre en œuvre des procédures permettant aux
conducteurs de signaler des défectuosités.
5. Respecter les autres usagers de la route et
les piétons
➔➔ Instruire et former les conducteurs aux techniques
de conduite « défensive ». En particulier, ne pas
suivre de près les autres véhicules.
➔➔ Rappeler aux conducteurs la grande vulnérabilité
des piétons, des cyclistes et des motocyclistes.
➔➔ S'assurer que les conducteurs utilisent au
maximum les autoroutes et routes importantes, et
qu'ils évitent de traverser des zones résidentielles,
à l'exception des autobus et autocars desservant
celles-ci.
6. Promouvoir la santé de leurs employés
➔➔ Respecter la responsabilité des employeurs envers
leurs employés en matière de santé au travail.
➔➔ Prendre des mesures concrètes pour encourager
les conducteurs à adopter un style de vie sain
en évitant de conduire sous l'influence de
médicaments inappropriés.
➔➔ Informer les conducteurs de manière appropriée
sur les dangers sanitaires qu'ils peuvent rencontrer
sur des itinéraires spécifiques, notamment
concernant les épidémies.
➔➔ Réévaluer régulièrement les performances des
conducteurs qui ont fait l’objet de réclamations.
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 17
doubler la
fréquentation
des autobus et
autocars
Rejoignez-nous!
www.busandcoach.travel
facebook.com/SmartMoveCampaign
@Smart_Move
SmartMoveCampaign
smart_move
5 // aide-mémoire
du conducteur
manuel de sécurité routière pour les autobus et les autocars // 19
Aide-mémoire anti-incendie
pour les bus/autocars
Afin de prévenir les risques d’incendie sur les
véhicules, l’IRU a élaboré un aide-mémoire sur les
contrôles périodiques à intégrer dans les activités
d’entretien des compagnies de transport.
Un contrôle régulier des véhicules peut garantir
une détection précoce des anomalies et des
problèmes du véhicule susceptibles d’occasionner
un incendie.
Responsabilités du conducteur
Avant de prendre la route
Le conducteur doit
impérativement contrôler :
ü La pression des pneus (contrôle
visuel quotidien - test des pneus
hebdomadaire). Veiller notamment
à ce que les pneus jumelés ne se
touchent pas.
ü Qu’il n’y a pas de fuite de liquide au sol (contrôle
visuel). Veiller à ce qu’il n’y ait pas de fuite d’huile par
le pot d’échappement et pas trop de fumée bleue
(consommation d’huile du turbocompresseur).
ü Que les systèmes de préchauffage (moteur et habitacle)
fonctionnent correctement.
ü Qu’il n’y a pas de résidus dans le système
d’échappement.
En cours de route
Le conducteur doit
impérativement :
ü
ü
ü
ü
ü Vérifier la jauge de température du
liquide de refroidissement.
ü Vérifier le témoin du système de
détection d’incendie (les véhicules
doivent en être équipés).
Contrôler les systèmes de détection de fumée et de
chaleur dans les compartiments internes (les véhicules
doivent en être équipés).
Vérifier le système de contrôle de la pression des pneus
pour autant que le véhicule en soit équipé.
Eviter toute surchauffe. Arrêter le véhicule en cas de
surchauffe du moteur, des freins ou du ralentisseur / ou
en cas d’odeurs ou de fumées suspectes.
Se garer dans un endroit sûr.
ü Eviter la surcharge, qui fait augmenter toutes les
températures !
ü Consigner tout dysfonctionnement dans le rapport
d’activité quotidien, avec le kilométrage et l’heure.
ü Vérifier tous les témoins lumineux.
ü Vérifier le bon fonctionnement du ralentisseur
(hydraulique ou électrique).
Arrivé à destination
Le conducteur doit
impérativement :
ü Informer le personnel technique et/
ou le conducteur suivant de tout
dysfonctionnement.
ü Remettre un exemplaire du rapport
d’activité quotidien au personnel
technique ou au gestionnaire de
flotte.
ü Chaque jour, contrôler visuellement le compartiment
moteur du véhicule et les équipements environnants et
signaler tout problème au personnel technique.
ü Veiller à ce que les poubelles du véhicule soient vidées
quotidiennement.
ü S’assurer que toutes les sources de chaleur externes
(équipements de cuisine, de chauffage) sont éteintes.
Au retour de l’autocar
ü Garer le véhicule et éteindre la
batterie principale (lorsque cela
est possible). Ceci déconnecte les
batteries de l’alternateur, éliminant
ainsi un risque d’incendie dû à une
défaillance électrique interne.
Responsabilités du personnel d’entretien des véhicules
Le technicien responsable de
l’entretien du véhicule doit
impérativement contrôler
régulièrement que :
ü Les problèmes signalés dans le
rapport du conducteur ont été
résolus, et les mesures prises
enregistrées et classées.
ü Les systèmes de détection
d’incendie sont bien connectés
dans le compartiment moteur.
ü Les systèmes de détection de fumée sont bien connectés
dans les toilettes et le compartiment couchette du
conducteur.
ü Le câble B+ de l’alternateur (alimentation directe de la
batterie) et le câble B+ du démarreur sont correctement
branchés.
ü Les câbles ne sont pas détendus ou débranchés et qu’ils
évitent tout contact avec le sol.
Responsabilités du personnel d’entretien des véhicules
ü Aucun liquide (carburant, fluide
de direction assistée, huile pour
moteur, moyeux et boîte à vitesse)
n’entre en contact avec une
surface chaude.
ü Il n’y a pas de fuite d’huile au
pivot de la soupape de décharge
du turbocompresseur.
ü Il n’y a pas de fuite dans les
capteurs.
ü Les niveaux : liquide de
refroidissement, huile (contrôle
hebdomadaire) sont corrects.
ü Il n’y a ni carburant ni huile sur les
matériaux isolants à l’intérieur du
compartiment du moteur.
ü Les systèmes de préchauffage fonctionnent correctement
(moteur et habitacle).
ü Le ralentisseur (gaz d’échappement, hydraulique ou
électrique) fonctionne correctement et que tous les
équipements annexes sont sans défaut (valves ou
conduits cassés, fuites).
ü Le système d’échappement est hermétique/isolé.
ü Le niveau de lubrifiant dans les moyeux est suffisant.
ü L’état des freins est satisfaisant.
ü Les extincteurs sont bien à bord du véhicule et
fonctionnent correctement.
ü Les issues de secours sont opérationnelles.
ü Il n’y a pas de fuite dans les conduits d’essence.
© 2011 IRU I-0281-1 (fr)
Mesures à prendre en cas d’incendie ou d’urgence
ü (Essayer de) garer le véhicule dans
une zone sûre.
ü Informer les services d’urgence
appropriés en leur donnant autant
d’informations que possible sur
l’incident ou l’accident et le nombre
de personnes concernées.
ü Serrer le frein à main.
ü S’il est possible de le faire sans
danger, utiliser les extincteurs pour
maîtriser les incendies minimes. NE
PAS OUVRIR LE COMPARTIMENT
DU MOTEUR S’IL EST EN FEU.
ü Dire à l’équipage de se tenir à bonne
distance du véhicule.
ü Endosser le gilet réfléchissant
et disposer correctement au sol
les panneaux d’avertissement.
Sécuriser la zone de l’incident.
ü Ouvrir les portes afin de permettre
aux passagers de sortir rapidement.
ü S’assurer que l’équipage est en
sécurité, à bonne distance du
véhicule.
ü Couper le moteur. Isoler la batterie
en activant l’interrupteur général
quand c’est possible. Couper la
climatisation/le chauffage.
ü S’écarter de la zone de l’accident ou
de la situation d’urgence, conseiller
aux autres personnes de s’écarter
et suivre les conseils des services
d’urgence.
ü Identifier la source du feu.
ü Signaler l’incident aux responsables
de l’entreprise.
Ce aide-mémoire vous est offert par l‘Academie de l’IRU, l’organe de
formation de l’ Union Internationale des Transports Routiers (IRU).
Découvrez nos formations sur www.iru.org/academy
Aide-mémoire hiver
pour les conducteurs
et transporteurs
Avant la saison hivernale
Composants électriques Courroie de transmission
üü Contrôler les éventuelles craquelures ou déchirures
(pouvant survenir en cas de températures extrêmes).
üü Vérifier la bonne tension (une courroie lâche peut
réduire le rendement de l’alternateur et vider la
batterie).
Connexions électriques
üü Vérifier que le véhicule et sa remorque sont bien
connectés.
Fluides
Radiateur
üü Contrôler l’état général, les durites, la fermeture et
l’ouverture du thermostat.
Antigel
üü Compléter si nécessaire en respectant le rapport
d’eau distillée et d’antigel recommandé.
üü Déterminer le point de congélation du mélange avec
un testeur quand le moteur est froid.
Liquide lave-glace
Batterie
üü Utiliser un liquide résistant à basse température.
(elle est davantage sollicitée avec la baisse des
températures).
üü Utiliser une huile de haute qualité (protège le moteur
üü Vérifier que la batterie est suffisamment chargée
Alternateur
üü Vérifier le taux de charge lorsque le système est en
pleine charge et tous les équipements en service.
Pneus
Pneus hiver
üü Utiliser des pneus portant les marques M+S, M.S ou
M&S (ils offrent une meilleure traction et facilitent la
conduite dans certaines situations, notamment sur
boue et neige).
üü Monter les pneus hiver sur l’essieu moteur au
minimum (vérifier les exigences nationales).
Pression des pneus
üü Gonfler correctement les pneus pour permettre une
bonne adhérence, conserver une bonne distance de
freinage et maîtriser le véhicule (les températures
hivernales agissent sur la pression des pneus).
üü Suivre les pressions recommandées dans le manuel
du véhicule.
Niveaux du groupe motopropulseur
lors des démarrages à froid).
Huile et filtre
üü Utiliser l’huile recommandée par le constructeur et
vérifier les niveaux manuellement.
Déshydrateur d’air
üü Remplacer si nécessaire.
Séparateur d’eau
üü Purger dans le circuit de carburant.
Équipements divers
En cas d’incident/accident
üü Emporter avec soi une trousse de premiers secours,
une carte, un grattoir à glace, un balai à neige,
lampe de poche, des triangles de signalisation,
balises lumineuses, un câble de remorquage et
câbles de batterie, une pelle, un sac de sable,
couverture, des gants et un téléphone mobile.
Système de chauffage auxiliaire (cabine)
üü Vérifier le bon état de marche.
une
des
des
une
Durant la saison hivernale
Roulez avec une extrême prudence
sur les routes enneigées et verglacées !
Pneus üü Une profondeur minimale de sculpture est obligatoire
(consulter les exigences nationales).
üü Veiller à ce que le véhicule soit équipé de chaînes
adaptées.
Visibilité
üü Veiller à la propreté du pare-brise, des rétroviseurs,
et éliminer la neige et la glace.
üü Vérifier le bon état des balais d’essuie-glace. Le sel
et la neige fondue projetés sur le pare-brise nuisent
à la visibilité.
Nettoyage
üü Éliminer la neige et la glace présentes sur votre
véhicule, afin d’éviter que des plaques se décollent
et gênent les véhicules qui vous suivent.
Systèmes d’éclairage
üü Vérifier la bonne marche des feux de croisement/
feux de route, clignotants et feux arrière, et s’assurer
qu’ils ne sont pas recouverts de neige ou de glace.
Cet aide-mémoire vous est offert
par l’Académie de l’IRU,
l’organe de formation de l’Union
Internationale des Transports
Routiers (IRU).
Découvrez nos formations sur
www.iru.org/academy
Circulation d’air
© 2011 IRU I-0279 (fr)
üü Contrôler l’absence de feuilles, neige et glace au
niveau de la grille d’entrée d’air et à l’arrivée d’air du
système de chauffage.
Document établi par la Commission européenne
Direction générale de l’énergie et des transports
Sécurité routière dans
les tunnels pour les
professionnels
Sur la base d’un texte de l’Association Mondiale de la Route (AIPCR)
Conseils destinés
aux chauffeurs de
poids lourds et
d'autocars
Équipements de
sécurité usuels
dans les tunnels
routiers
Éclairage du tunnel
Les systèmes d'éclairage
permettent à l'oeil humain de
s'adapter à la visibilité réduite
dans les tunnels. Les issues
de secours et les postes de
sécurité sont équipés d'un
éclairage de sécurité permanent.
Radio trafic
Des panneaux peuvent
indiquer la fréquence de la
radio qui donne des
informations sur la circulation.
L'exploitant du tunnel peut
utiliser cette fréquence pour
diffuser des messages
d'urgence.
Systèmes de
ventilation
En cas d'incendie, le
système de
ventilation aspire les
fumées hors du
tunnel ou les pousse
dans une seule
direction.
SOS
S
Commission européenne, DG Énergie et transports
http://europa.eu.int/comm/dgs/energy_transport/index_fr.html
O
Voies d'arrêt d'urgence ou garages
Si le tunnel possède des voies d'arrêt d'urgence ou est équipé
de garages disposés à intervalles réguliers, utilisez-les en cas de
panne de votre véhicule.
Les garages comprennent généralement un poste de sécurité.
S
Issues de secours
Elles sont clairement
indiquées par des
panneaux et des
éclairages appropriés
et sont équipées de
portes l'épreuve du
feu et des fumées.
Surveillance de
la circulation
Si le tunnel est
équipé de caméras
de sur­veillance de la
circulation et qu'un
appel d'urgence est
émis depuis un
poste de sécurité à
l'intérieur du tunnel,
les images de la
caméra placée dans
la section concernée
peuvent apparaître
auto­matiquement sur
l'écran situé dans la
salle de commande
du tunnel.
Des postes de sécurité
sont situés à intervalles
réguliers dans le tunnel. Ils
sont normalement équipés:
• de téléphones de secours
reliés à la salle de
commande du tunnel
• d'extincteurs
• de boutons d'alarme
www.iru.org
1
5
Avant d'atteindre le tunnel
Panne ou accident
Vérifiez les jauges de carburant, d'huile, de liquide de
refroi­dissement, ainsi que la température du moteur. En cas
de surchauffe, arrêtez-vous et laissez refroidir le moteur.
Allumez vos feux de détresse.
Vérifiez les freins et l'éclairage du véhicule.
Si possible, conduisez votre véhicule hors du tunnel.
Si cela n'est pas possible, rangez-vous sur une bande
d'arrêt d'urgence, un garage, ou le côté de la route.
Vérifiez que les extincteurs sont utilisables et que vous savez
comment vous en servir.
Éteignez le moteur, laissez la clé sur le contact et
quittez votre véhicule.
CHAUFFEURS DE POIDS LOURD: vérifiez que votre véhicule
et son chargement sont conformes à la réglementation du
tunnel. Si ce n'est pas le cas, choisissez un autre itinéraire.
Demandez de l'aide UNIQUEMENT depuis un poste
de sécurité (l'appel au moyen d'un téléphone mobile ne
permet pas de vous localiser).
Indiquez si vous transportez des marchandises
dange­reuses (et de quel type) ou des passagers (et le
nombre éventuel de blessés).
SOS
CHAUFFEURS D'AUTOCAR: il est important de connaître
toutes les procédures de sécurité , y compris pour
l'évacuation des passagers.
2
+
Lorsque vous entrez dans le tunnel
Allumez vos phares.
6
Ôtez vos lunettes de soleil.
Allumez vos feux de détresse.
Un feu s'est dÉclarÉ À bord de votre vÉHicule:
Respectez les feux de circulation, les limitations de vitesse et
les panneaux de signalisation.
Cherchez dans la mesure du possible à sortir du tunnel.
Si cela n'est pas possible, rangez-vous sur le côté de la
route.
N'utilisez pas votre téléphone mobile. Ne fumez pas.
Dans le tunnel
Respectez une distance de sécurité appropriée par
rapport au véhicule précédent, même si la circulation est
lente ou à l'arrêt.
Éteignez le moteur, laissez la clé sur le contact et
quittez le véhicule immédiatement.
CHAUFFEURS D'AUTOCAR: Évacuez tous vos
passagers jusqu'à un endroit sûr (par ex. voie
d'évacuation, issue de secours ou abri).
Un autre vÉHicule est en feu:
Respectez une distance de sécurité appropriée par
rapport au véhicule précédent.
Arrêtez votre véhcule aussi prêt que possible du bord
de la route de manière à permettre l'accés des
services d'intervention.
Ne vous arrêtez pas, sauf en cas d'urgence.
Éteignez le moteur, laissez la clé sur le contact et
quittez le véhicule immédiatement.
Embouteillage
CHAUFFEURS D'AUTOCAR: Évacuez tous vos
passagers jusqu'à un endroit sûr.
N'entreprenez pas de dépassement s'il n'existe qu'une seule
voie de circulation dans chaque sens.
Ne faites pas de demi-tour ni de marche arrière, sauf si vous
en recevez l'ordre.
4
Si vous le pouvez, donnez les premiers soins aux blessés.
Incendie
Écoutez les messages diffusés par la radio.
3
Conformez-vous aux instructions données par le
personnel du tunnel.
Allumez vos feux de détresse.
SOS
Respectez une distance de sécurité appropriée par
rapport au véhicule précédent, même si la circulation est
lente ou à l'arrêt.
Demandez de l'aide UNIQUEMENT depuis un poste de
sécurité (l'appel au moyen d'un téléphone mobile ne
permet pas de vous localiser).
Indiquez si vous transportez des marchandises
dangereuses (et de quel type) ou des passagers (et le
nombre éventuel de blessés).
Aidez à orienter les autres usagers vers des endroits
sûrs.
Éteignez votre moteur si la circulation est à l'arrêt.
Écoutez les messages diffusés par la radio.
Suivez les instructions données par les employés du tunnel
ou au moyen des panneaux à messages variables.
+
N'oubliez pas
Si possible, éteignez le feu avec l'extincteur équipant
votre véhicule ou un extincteur disponible dans le tunnel,
et donnez les premiers secours aux blessés.
Si ce n'est pas possible, dirigez-vous immédiatement vers
une issue de secours et conformez-vous aux instructions
données par le personnel du tunnel.
En tant que professionnel, il vous appartient de guider et d'aider les autres conducteurs
et passagers dans une situation d'urgence.
La fumée et le feu peuvent tuer – ce n'est pas votre véhicule que vous devez sauver, mais
vous-même et vos passagers.
ECO-CONDUITE EN SECURITE
POUR AUTOBUS ET AUTOCARS
Pensez économique et écologique!
L’ECO-conduite est non seulement un moyen simple, efficace et rentable de réduire
la consommation de carburant, les gaz à effet de serre et le nombre d’accidents,
mais aussi une marque de respect à l’égard de l’ensemble de la société. Afin d’aider
les conducteurs à adapter leur conduite à chaque situation, l’IRU a élaboré cet
aide-mémoire de techniques d’ECO-conduite ingénieuses, simples et sûres.
AVANT DE PRENDRE LA ROUTE
Entretenez votre véhicule
Changez régulièrement l’huile moteur et
les filtres à air pour garantir un fonctionnement efficace du véhicule. Utilisez le
carburant recommandé par le fabricant
pour assurer la propreté et la bonne
performance du moteur. Consultez
systématiquement le manuel d’utilisation
pour un entretien optimal.
Regroupez les trajets et utilisez des
dispositifs embarqués
Planifiez les trajets à l’avance, afin
d’éviter les encombrements, ralentissements et immobilisations. Les dispositifs
informatiques embarqués peuvent vous
aider à gagner du temps et à choisir le
bon itinéraire.
Voyagez léger
Retirez toute charge inutile du véhicule.
Contrôlez vos pneus
Assurez-vous que les pneus sont
constamment gonflés en respectant la
pression recommandée par le fabricant.
Cette simple mesure peut réduire la
consommation moyenne de carburant
de 3-4 %. Les pneus sous-gonflés
augmentent la résistance au roulement,
augmentent la consommation de
carburant et s’usent plus rapidement.
Consultez le manuel d’utilisation du
véhicule ou l’étiquette de pression
des pneus pour connaître la pression
minimale de gonflage à froid. Le système
de contrôle de la pression des pneus,
qui doit être utilisé sur une base volontaire, permet au conducteur de vérifier la
pression des pneus de son véhicule
directement depuis le tableau de bord.
Vérifiez également l’alignement de tous
les essieux et le parallélisme des roues
sur les essieux directeurs selon les
instructions du constructeur.
EN COURS DE ROUTE
Conduisez à vitesse constante
Essayez de maintenir une vitesse
constante avec le rapport de vitesse
le plus élevé possible et évitez les
accélérations et freinages inutiles. Pour
maintenir une vitesse constante, le
moteur tourne à moindre puissance
si on évite de freiner et d’accélérer en
permanence. Anticipez le flux du trafic
en regardant le plus loin possible devant
vous. Sur autoroute, le régulateur de
vitesse automatique contribue à une conduite fluide. Réduisez la vitesse par fort
vent contraire ou en cas de forte pluie.
Accélérez et freinez en douceur
Evitez les démarrages en trombe et les
freinages brusques qui gaspillent du
carburant
et
accentuent
l’usure
de certaines pièces du véhicule
comme les freins et les pneus.
Observez la distance de sécurité
entre les véhicules et anticipez le flux de
circulation afin de vous donner plus
de temps pour freiner et accélérer en
douceur. Accélérer en souplesse après
un arrêt et freiner en douceur permettent
d’économiser du carburant.
Fermez les fenêtres lorque vous
roulez vite
Evitez de rouler à plus de 60 km/h avec
les fenêtres ouvertes. Rouler les fenêtres
ouvertes à grande vitesse augmente la
résistance aérodynamique du véhicule et
augmente la consommation de carburant.
Supprimez tout accessoire susceptible
de nuire à l’aérodynamisme du véhicule.
Décélérez en douceur
Chaque utilisation des freins est une
perte d’énergie. Essayez d’utiliser au
maximum l’inertie du véhicule. Utilisez le
ralentisseur et le frein moteur pour réduire
la vitesse à l’approche d’un feu rouge et
ne freinez que pour l’arrêt final au feu.
Vous limitez ainsi l’usure des freins,
produisez moins de gaz d’échappement,
économisez du carburant et rendra le
trajet plus agréable pour vos passagers.
Ralentissez et surveillez votre vitesse
Conduire à la vitesse maximale
autorisée permet d’économiser du
carburant et de fluidifier la circulation. Les
autorités environnementales estiment à
10-15 % les économies de carburant ainsi
réalisées. Essayez de maintenir une
vitesse constante.
Réagissez aux témoins lumineux
Les véhicules actuels disposent de
systèmes de diagnostic embarqué
(OBD) sophistiqués qui surveillent
constamment la performance du véhicule. Lorsque le témoin OBD s’allume,
il est possible que les émissions aient
augmenté et que l’économie de carburant
soit compromise. Remplacer un capteur
défectueux peut améliorer jusqu’à 40%
l’économie de carburant. Lorsqu’un
témoin OBD s’allume, adressez-vous
au personnel d’entretien du véhicule.
Utilisez le chauffage et la climatisation avec modération
N’utilisez que ponctuellement le chauffage et la climatisation afin de réduire
la charge du moteur. Moins utiliser la
climatisation peut permettre une
économie de carburant de 10-15%.
Garez votre véhicule à l’ombre.
Eteignez le moteur à l’arrêt
Les moteurs modernes ne nécessitent
pas de préchauffage. Démarrez en
douceur sitôt le moteur allumé. Faire
tourner le moteur à l’arrêt augmente
les émissions et gaspille du carburant.
Coupez le moteur sitôt que l’arrêt se
prolonge. Le temps nécessaire pour
un fonctionnement optimal du véhicule
après le démarrage/arrêt est indiqué
dans le manuel d’utilisateur du véhicule.
Evitez les zones encombrées et
empruntez un itinéraire vous permettant
de contourner les villes plutôt que de
les traverser. Cela prendra peut-être
quelques minutes de plus mais permet la
plupart du temps une économie considérable de carburant, des plaquettes
de frein, plaques d’embrayage et
boîte de vitesse, tout en limitant la
fatigue du conducteur et en diminuant
les risques d’accidents.
Repartir après une immobilisation –
mais éviter autant que possible de
s’arrêter
Lorsque le feu passe au vert, accélérez
rapidement mais en appuyant à moitié
seulement sur l’accélérateur. Une forte
accélération est très gourmande en
carburant. Passez à la vitesse supérieure
dès que possible. Les moteurs diesel
diffèrent d’une marque à l’autre, mais
la plupart requièrent un changement de
vitesse à moins de 1500 tr/min, et
parfois même à plus bas régime. Il est
particulièrement efficace de passer au
rapport de vitesse supérieur rapidement
car les moteurs modernes sont plus
performants avec une forte chargemoteur.
Sur les véhicules modernes, effectuez
un minimum de changements de vitesse:
4 à 6 changements suffisent généralement de l’arrêt à la vitesse de croisière.
N’hésitez pas à suivre un cours spécial sur l’ECO-conduite !
©2009 IRU I-0219-1 (f)
Délégation permanente de l’IRU
auprès de l’Union européenne
32-34, avenue de Tervueren
Bte 17
B-1040 Bruxelles
Belgique
Tél :
Fax :
Courriel :
Web :
+32-2-743 25 80
+32-2-743 25 99
brussels@iru.org
www.iru.org
©2013 I-0314-1(fr)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising