La sécurité des personnes - GIE Elevages de Bretagne

La sécurité des personnes - GIE Elevages de Bretagne
La sécurité des personnes
dans la Charte version 2012
Des exigences accrues
Points 4.2 et 4.5 : Sécuriser l’éleveur lors de la traite des vaches.
Points 5.2, 5.3 et 5.4 : Sécuriser l’éleveur et les intervenants lors de la
manipulation des animaux.
Point 6.1 : Faciliter les manœuvres des camions pour réduire
les risques dans ou en sortie d’exploitation.
Point 6.5 : Utiliser du matériel de protection pour manipuler
les produits phytosanitaires.
La sécurité
des personnes
Une nouveauté
dans la Charte des bonnes pratiques d’élevage
version 2012
Point 5.7 : Pour assurer la sécurité des personnes, j’analyse
les risques sur mon exploitation. L’objectif dans
la Charte des bonnes pratiques d’élevage est de :
identifier les différentes sources de risques,
avec les personnes qui travaillent ou
interviennent dans l’exploitation,
chercher à limiter les risques,
remplir et posséder le document unique
de prévention des risques.
L
Qu’est-ce
qu’un risque ?
Risque =
danger X exposition.
Danger =
toute source d’accident ou de maladie
pouvant être générée par les animaux,
le matériel de travail, les équipements,
les méthodes ou pratiques de travail.
Information - contact
Des formations et/ou de la documentation sont proposées par ou avec les MSA en
Bretagne et Pays de la Loire pour l’évaluation des risques dans votre exploitation agricole.
Contactez votre conseiller en prévention pour plus de renseignements ou pour vous
aider à rédiger votre document unique de prévention des risques.
• Document réalisé par :
Exposition = fréquence à laquelle les personnes
peuvent être exposées à un danger.
Un risque est la probabilité forte ou
faible que quelqu’un soit exposé à
un danger. Pour supprimer ou réduire
le risque, il convient de supprimer ou
réduire le danger et/ou l’exposition des
personnes à ce danger.
• Avec la participation de :
Bretagne et Pays de la Loire
www.gielaitviandebretagne.fr
www.agrilianet.com
Réalisation : GIE Elevage des Pays de la Loire - Conception : CentralFab 02 41 34 84 00 - Crédits photos : - L. Gueneau, C. Helsly, F. Million / CNIEL - Humbert, Ponsard / CIV
Chambres d’agriculture des Pays de la Loire - Institut de l’élevage - EDITION : déc. 2011
a prévention des risques est un objectif
essentiel pour limiter les accidents et
améliorer les conditions de travail. Cela
se traduit par une sensibilisation et de
nouvelles exigences d’engagement dans
la Charte version 2012 :
écuriser l’éleveur dans ses interventions :
S
manipulation des animaux, traite des
vaches, etc.
ssurer la sécurité des intervenants : chauffeur laitier,
A
acheteur d’animaux, salarié, stagiaire, vétérinaire, etc.
valuer les risques sur son exploitation et remplir
E
le document unique d’évaluation des risques
(nouvelle exigence).
Dans ce document, vous trouverez les grands principes de la
démarche de prévention des risques ainsi que les évolutions
de la Charte sur la sécurité des personnes.
LE Document Unique
d’évaluation des Risques
La mise en place d’une démarche
de prévention des risques
Pourquoi ?
MODE d’emploi
Protéger la santé des personnes.
Contribuer à la performance de l’exploitation.
avoriser le dialogue social : compréhension et partage sur la
F
façon la plus sécuritaire d’exécuter le travail.
Répondre à une exigence réglementaire depuis le
7 novembre 2002 : Toute exploitation qui emploie de la main
d’œuvre (temps plein, temps partiel, service de remplacement,
salarié de Cuma, stagiaire rémunéré ou non) doit tenir à jour
un document unique d’évaluation des risques (code du travail).
La démarche de prévention
Pour chacune des situations de travail définies :
2 Identifier les situations à risques en observant le travail
effectué et en dialoguant avec les personnes qui le
réalisent (ex : sol glissant dans la salle de traite, absence
de système de contention).
Identifier
les risques
Mise
à jour
Evaluation
des risques
Quand ?
Lors d’un accident ou après un incident.
ors de la réalisation du document unique et de sa mise à jour
L
(c’est-à-dire une fois par an).
Comment ?
3 Evaluer le niveau de risque à l’aide d’une échelle à définir.
4 Formaliser les mesures de prévention déjà existantes.
L’objectif est de se poser la question à des moments stratégiques :
Lors
de la mise en place de nouveaux ateliers, la conception
des bâtiments, l’acquisition de nouveaux matériels, etc.
1 Lister les différents postes de travail (ex : traite, manipulation/
contention des animaux) de l’exploitation. Pour chaque poste,
inscrire dans un tableau les situations de travail qui y sont associées
et qui présentent des risques.
5 Indiquer les mesures de prévention à réaliser.
Re-évaluer
les risques
suite aux actions
réalisées
Mise en
œuvre des
actions
Elaboration
d’un programme
d’actions
L’évaluation des risques consiste, pour chaque danger, à évaluer :
les modalités d’exposition,
6 Prioriser les mesures de prévention à réaliser en établissant
un planning de réalisation .
DES EXEMPLES EN ELEVAGE DE BOVINS LAIT ET VIANDE
(liste non exhaustive)
1 TRAVAUX
2 Situation
Situation de travail à risques
Vêlages
le degré de gravité éventuel de l’accident ou de la maladie,
la fréquence d’exposition et le nombre de personnes concernées,
le classement des risques par ordre de priorité.
Les résultats de l’évaluation des risques sont consignés dans
le document unique d’évaluation des risques qui précise toutes
les situations de travail susceptibles de causer des accidents ou
d’engendrer des maladies professionnelles et les mesures de
prévention prises ou à prendre.
Il n’existe pas de document unique « type ». Les services de la
MSA et de l’Inspection du travail proposent un tableau qui peut
aider à la réalisation de ce document unique.
Evaluer les risques là où se
situent les expositions aux risques,
c’est‐à-dire dans les unités de travail.
Associer toutes les personnes qui
réalisent les tâches.
Inscrire cette démarche dans le temps :
actualiser le document lors de modification des conditions de travail ayant
un impact sur les risques, au minimum
tous les ans.
Penser à transmettre les consignes aux
intervenants concernés.
- Zoonose par le contact
avec les animaux.
- Vêlage au milieu des autres
animaux.
5 Mesures de
prévention
à réaliser
- Contrôle sanitaire
des animaux.
- Hygiène corporelle.
- Aménager une case
de vêlage.
Déplacements
de l’éleveur
dans les bâtiments
- Passer par-dessus
les barrières pour se déplacer
de case en case.
Interventions
au champ
- Pas d’installation
de contention adaptée.
- Utilisation d’un couloir
de contention mobile.
Vaccinations
- Aucun système de contention.
- Système de contention
ou des cornadis.
- Installer des
passages d’homme.
Traite
traite
- Hauteur du quai de traite
mal adaptée au trayeur.
- Rehausser le quai
de traite.
- Sol antidérapant.
- Monter et descendre
les escaliers de la salle
de traite pour aller chercher
les animaux.
Points de repère réglementaires
•L
’éleveur, employeur de main-d’œuvre est soumis
aux dispositions du code du travail : l’employeur
prend les mesures nécessaires pour assurer la
sécurité et protéger la santé physique et mentale
des travailleurs qu’il emploie, y compris les
temporaires (articles L. 4121-1, L. 4121-2, L. 4121-3,
L. 4121-4, L. 4121-5).
4 Mesures
de prévention
existantes
Soins
-S
ol de la salle de traite glissant.
•L
’éleveur, comme tout citoyen, a une responsabilité
à l’égard des tiers au titre du code pénal.
3
Niveau
de risque
- Installer une
barrière poussante.
Alimentation
Distribution
- Manutention importante
des compléments
de seaux.
liste non exhaustive
Etc.
Utiliser une brouette
à 2 roues.
- Suivre une formation
« gestes et postures ».
6 TRAVAUX
prévus le réalisés le
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising