Pratiques de travail sécuritaires en arboriculture-élagage

Pratiques de travail sécuritaires en arboriculture-élagage
Guide de prévention
www.csst.qc.ca :
une adresse branchée sur vos besoins !
DC 300-434-1 (09-04)
Pratiques de travail
sécuritaires en
arboriculture-élagage
Guide de prévention
Pratiques de travail
sécuritaires en
arboriculture-élagage
Ce guide a été élaboré par la Direction de la prévention-inspection de la Commission de la santé et de
la sécurité du travail (CSST), en collaboration avec le Comité paritaire de prévention en arboriculture.
Nous remercions pour leurs commentaires et leur contribution les personnes qui, au
cours des dernières années, ont participé aux travaux du Comité paritaire de prévention
en arboriculture :
Daniel Allard, Centre de formation professionnelle du Fierbourg; Jean Arteau, IRSST; Jean Chassé,
Gilles Métivier et Bruno Paquet, Ville de Montréal; Gérard Cyr, Hydro-Québec; Chantal Allard, Yves
Baril, Denis Drouin et Marc Salvail, Fraternité provinciale des ouvriers en électricité – FTQ; Ian
Langlais, Société internationale d’arboriculture – Québec inc.; Claude Desjardins, Association québécoise des arboriculteurs commerciaux; François Desjardins, ASPLUNDH Canada inc.; Daniel Turcotte,
Centre de formation horticole de Laval; Claude Moisan et Karen Paradis, Les entreprises d’émondage
LDL inc.; Michèle Bérubé, Sylvie Poulin et Charles Plante, Association sectorielle paritaire – Affaires
municipales; Viviane Beauvais, Gilles Daigle, Donald Duchesne, Daniel Gendron, Olivier Lesquir,
Johanne Paquette, Gordon Perreault, Jean Schérer, Ghislain Théberge, Normand Paulin et Charles
Taschereau, de la CSST.
Recherche et rédaction
Daniel Allard, Centre de formation professionnelle du Fierbourg
Donald Duchesne, Direction de la prévention-inspection, CSST
Ian Langlais, Société internationale d’arboriculture – Québec inc.
Jean Schérer, Direction des relations avec les partenaires, CSST
Charles Taschereau, Direction de la prévention-inspection, CSST
Coordination
Charles Taschereau, Direction de la prévention-inspection, CSST
Coordination de la conception-production
Lucie Duhamel et Roc Généreux, Direction des communications, CSST
Révision et correction des épreuves
Diane Mérineau et Fanny Provençal
Illustrations
Ronald DuRepos
Conception graphique
Danielle Gauthier, Direction des communications, CSST
Suivi d’impression et de distribution
Lise Tremblay, Direction des communications, CSST
© Commission de la santé et de la sécurité du travail du Québec
Dépôt légal – Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2007
ISBN : 978-2-550-48783-8
Table des matières
Introduction
5
Chapitre 1 Principales responsabilités de l’employeur et du travailleur
Chapitre 2 Équipements de protection
7
8
2.1 Équipements de protection individuelle
8
2.1.1 Équipements à utiliser en tout temps
8
2.1.2 Équipements pour les travaux en hauteur
8
2.1.3 Équipements pour les travaux à proximité de réseaux électriques aériens 8
2.1.4 Équipements pour les travaux à l’aide d’une scie à chaîne
8
2.1.5 Équipements pour les travaux à l’aide d’un déchiqueteur de branches
8
2.1.6 Équipements pour les travaux à l’aide d’une dessoucheuse
10
2.2 Équipements de protection contre les chutes
2.2.1 Caractéristiques des équipements requis
2.2.2 Nœuds et épissures en œil
2.2.3 Méthodes d’attache de la corde sur le harnais
2.2.4 Travail en appui sur corde
2.2.5 Travail à l’aide de grimpettes pendant le démontage
2.2.6 Travail à l’aide d’une nacelle
10
10
11
12
13
14
15
2.3 Entreposage de l’équipement
15
Chapitre 3 Organisation du travail
16
3.1 Aire de travail
3.1.1 Signalisation routière
3.1.2. Tenue des lieux
16
16
17
3.2 Organisation des mesures d’urgence
3.2.1 Risques pour la santé
18
18
Chapitre 4 Outils et équipements de travail
19
4.1 Échelles et escabeaux
19
4.2 Outils à moteur
4.2.1 Scie à chaîne
4.2.2 Scie à perche et émondoir hydraulique, pneumatique ou à essence
4.2.3 Perceuse à essence
19
20
23
24
4.3 Déchiqueteur de branches
24
4.4 Engins élévateurs à nacelle
4.4.1 Règles générales
4.4.2 Règles relatives aux travaux près d’un réseau électrique
4.4.3 Règles d’utilisation
24
24
25
26
Chapitre 5 Techniques de travail
27
5.1 Travail en hauteur
5.1.1 Inspection et planification
5.1.2 Ascension
5.1.3 Travail
5.1.4 Démontage
5.1.5 Contrôle de la descente au sol des parties d’arbre coupées
5.1.6 Responsabilités du travailleur au sol
5.1.7 Haubanage et chirurgie
27
28
30
38
40
40
42
43
5.2 Travail au sol
5.2.1 Abattage au pied de l’arbre
5.2.2 Déchiquetage des branches
5.2.3 Essouchement
44
44
46
47
Chapitre 6 Réseaux électriques aériens
49
6.1 Travaux dans le voisinage ou à proximité d’un réseau électrique aérien
6.1.1 Danger d’un contact direct ou indirect
6.1.2 Zones du réseau électrique aérien
6.1.3 Appareillage du réseau électrique aérien
49
51
52
53
6.2 Règles de sécurité à respecter durant les travaux dans le voisinage
d’un réseau électrique aérien
54
6.3 Règles de sécurité à respecter durant les travaux à proximité d’un
réseau électrique aérien
6.3.1 Distance d’approche
6.3.2 Distances sécuritaires entre les branches et le réseau moyenne tension
6.3.3 Principe du dégagement progressif à proximité d’un réseau
électrique aérien
6.3.4 Utilisation d’un engin élévateur à proximité d’un réseau
électrique aérien
6.3.5 Déplacement d’un engin élévateur entre les conducteurs basse
tension et moyenne tension
6.3.6 Utilisation d’outils isolés à proximité d’un réseau électrique aérien
6.3.7 Aménagement du poste de travail à proximité d’un réseau
électrique aérien
54
54
56
56
57
57
58
58
Lexique
60
Documents de référence
62
Annexe
Fiche technique – Harnais pour élagueur
64
Liste des illustrations
66
Introduction
Le travail de l’arboriculteur-élagueur requiert plusieurs compétences, notamment la
maîtrise des techniques de déplacement sécuritaire dans les arbres, la connaissance de
la résistance mécanique des arbres et la manipulation sécuritaire de nombreux outils et
de l’équipement. En constante évolution depuis le début des années 1990, le métier
s’est enrichi de nombreuses techniques.
Cependant, force est de constater que les arboriculteurs-élagueurs ne disposent guère
de références sur les règles de sécurité relatives à ces techniques. Dans le but de corriger
cette situation, en conformité avec la réglementation existante, et afin de réduire la
fréquence et la gravité des accidents et des lésions professionnelles, le Comité paritaire de
prévention en arboriculture a décidé de produire un document à l’intention du milieu de
l’arboriculture. Le guide Pratiques de travail sécuritaires en arboriculture-élagage vient donc
combler un besoin exprimé par les employeurs et les travailleurs de ce secteur d’activité.
En plus de décrire l’équipement de protection individuelle nécessaire à la sécurité et au
maintien de l’intégrité physique de l’élagueur, le guide traite de l’organisation du travail,
notamment de la tenue des lieux et de la planification des mesures d’urgence. Il comporte
également un chapitre sur l’équipement de travail, des échelles aux engins élévateurs à
nacelle, et sur les techniques de travail sécuritaires. Enfin, il explique les mesures à prendre
lorsque l’élagueur doit travailler en présence d’un réseau électrique aérien.
Le guide ne vise pas à remplacer la formation de l’apprenti élagueur, désormais donnée
par des institutions d’enseignement. Il a pour principal objectif de soutenir les employeurs
et les arboriculteurs qui souhaitent mettre en œuvre une saine démarche de prévention
des accidents du travail.
5
Bonjour,
Je m’appelle Sylvain L’Élagueur. Je pratique le métier depuis déjà dix ans. Mes
compagnons adorent travailler avec moi parce qu’ils savent que je mets toujours
en pratique les mesures de sécurité qu’il faut. En effet, depuis le jour
où mon père, le fondateur de notre entreprise, a failli tomber
d’un arbre qu’il élaguait, j’applique à la lettre toutes les
méthodes de travail sécuritaires. À bien y penser, ce n’est
pas plus long. Au contraire : avant de me mettre à l’ouvrage,
je prévois toutes les situations possibles, je planifie mes
tâches et je me prépare en conséquence. Je peux ensuite
travailler l’esprit tranquille.
J’aimerais bien vous faire connaître mes trucs et
astuces. Ainsi, quand vous apercevrez ma binette
dans ce guide, c’est que j’aurai un truc à partager avec vous.
6
1 Principales responsabilités
de l’employeur et du travailleur
L’employeur doit prendre les mesures nécessaires pour protéger la santé et la sécurité des
travailleurs. À cette fin, il élabore et applique un programme de prévention et en informe
les travailleurs. Il s’assure également :
w que les travailleurs connaissent les risques liés aux tâches d’arboriculture et qu’ils ont
reçu la formation leur permettant d’exécuter celles-ci en toute sécurité ;
w que l’équipement et les outils fournis aux travailleurs sont sécuritaires ;
w que les travailleurs portent l’équipement de protection individuelle qu’il leur a fourni,
lequel est adapté à la tâche à accomplir.
Le travailleur doit :
w lire le programme de prévention et prendre les mesures voulues pour protéger sa santé,
sa sécurité et son intégrité physique, et ne pas mettre en danger celles des autres ;
w porter l’équipement de protection individuelle fourni par l’employeur ;
w signaler à l’employeur ou à son représentant tout danger ou risque lié à sa tâche, aux
outils, aux machines ou à l’équipement dont il doit se servir.
Autres obligations :
w Seul un entrepreneur autorisé en vertu d’un contrat ou d’une convention avec une
entreprise d’exploitation d’un réseau électrique peut effectuer des travaux à l’intérieur
des distances minimales d’approche. Tout autre travailleur doit respecter la distance
d’approche appropriée.
w Les travaux en hauteur doivent toujours être effectués par des travailleurs possédant
une formation adéquate.
w Tous les travaux en hauteur doivent être effectués en présence d’un travailleur au sol.
w Une communication constante doit être possible entre le travailleur au sol et celui qui
effectue les travaux en hauteur.
w Un protocole de sauvetage aérien efficace et éprouvé doit être établi et connu de chacun des employés lorsque des travaux en hauteur sont effectués.
7
2 Équipements de protection
2.1 Équipements de protection individuelle
Les vêtements de travail doivent :
w être munis de manches longues et ajustées ;
w de préférence être de couleur vive afin que les travailleurs puissent être facilement
repérés ;
w idéalement être munis de bandes réfléchissantes pour le travail de nuit.
Le port de bijoux est interdit.
2.1.1 Équipements à utiliser en tout temps
w Casque de sécurité conforme à la norme ANSI 89.1-2003 ou CAN/CSA-Z94.1-05 ou
NF EN397
w Lunettes de sécurité conformes à la norme CAN/CSA-Z94.3-00
w Gants appropriés
w Protecteurs auditifs conformes à la norme CAN/CSA-Z94.2-94
w Chaussures de sécurité conformes à la norme CAN/CSA-Z195-02
2.1.2. Équipements pour les travaux en hauteur
Non obligatoires, mais recommandés
w Casque muni d’une jugulaire ayant au moins trois points d’attache
w Manchons offrant une protection contre les coups de scie à chaîne
w Bottes de sécurité avec protège-chevilles et deux cambrions d’acier
2.1.3 Équipements pour les travaux à proximité de réseaux
électriques aériens
w Chaussures de sécurité offrant une protection diélectrique, portant l’étiquette oméga (Ω),
et conformes à la norme CAN/CSA-Z195-02
w Vêtements ignifugés pour le haut du corps
2.1.4 Équipements pour les travaux à l’aide d’une scie à chaîne
w Chaussures de sécurité avec semelles antidérapantes et protection contre les coups
de scie à chaîne sur le devant et sur les côtés
w Pour les travaux en hauteur, pantalon avec protection contre les coups de scie à
chaîne CAN/BNQ 1923-450-M91 catégorie A
w Pour les travaux au sol, jambière ou pantalon CAN/BNQ 1923-450-M91 catégorie A
w Pour les travaux dans une nacelle, aucune protection pour les jambes n’est obligatoire
étant donné que le travailleur est protégé
2.1.5 Équipements pour les travaux à l’aide d’un déchiqueteur
de branches
w Protecteur facial conforme à la norme CAN/CSA-Z94.3-00
8
Casque de sécurité muni
d’une jugulaire
Lunettes de sécurité
Protecteurs auditifs
Corde de
positionnement
Harnais de sécurité
de classe ADP
Mousquetons à
triple action
Gants
Longe de
positionnement
Pantalon avec protection
pour les travaux à la scie
à chaîne
Bottes de sécurité
avec protection pour
les travaux à la scie
à chaîne
Illustration no 1
Équipements de protection individuelle
9
2.1.6 Équipements pour les travaux à l’aide d’une dessoucheuse
w Protecteur facial en polycarbonate (dessoucheuse non munie d’un écran protecteur)
w Masque filtrant N95 de NIOSH pendant l’utilisation d’une dessoucheuse (non obligatoire mais recommandé)
2.2 Équipements de protection contre
les chutes
2.2.1 Caractéristiques des équipements requis
Harnais
Le harnais doit être de classe ADP, tel qu’il est décrit à l’annexe.
Corde de positionnement
La corde de positionnement doit avoir une capacité de 27 kN avec épissures et de 35 kN
avec nœuds. Elle doit posséder une résistance à l’allongement d’au plus 3,5 % sous une
traction de 3,5 kN. Elle doit être faite de fibres synthétiques. Son diamètre n’a pas
d’importance.
Absorbeur d’énergie
L’absorbeur d’énergie doit limiter la force d’arrêt maximale à 4 kN et ne pas présenter
un allongement permanent supérieur à 1,2 m. Il doit pouvoir supporter une charge de
22 kN une fois déployé.
Mousquetons
Les mousquetons doivent avoir une capacité de 22 kN et être munis d’un système
d’ouverture à triple action pour les travaux en appui sur corde et à double action pour
les longes ou pour les dispositifs antichute sur l’anneau dorsal.
Longe de positionnement
La longe de positionnement doit avoir une capacité de 22 kN. Elle doit posséder un
mousqueton avec système d’ouverture à double action. Elle doit être résistante aux
coupures de scie à chaîne.
Descendeurs
Les descendeurs de type 2W autobloquants, tels qu’ils sont décrits dans la norme canadienne
CAN/CSA Z259.2.3-99, Descent Control Devices, doivent être utilisés, de même que les
descendeurs autobloquants conformes à la norme NF EN 341, Descendeurs.
Tout autre accessoire utilisé dans un dispositif antichute ou de positionnement doit avoir
une capacité minimale de 22 kN.
On peut se procurer les notes techniques sur les équipements
auprès des fabricants ou des fournisseurs.
10
2.2.2 Nœuds et épissures en œil
Les nœuds et les épissures ne doivent pas diminuer la résistance du cordage à moins
de 22 kN. Les nœuds d’ancrage correspondant aux illustrations 2 à 7 sont ceux qui
affectent le moins la résistance du cordage. En conséquence, ce sont ceux-là qu’il faut
utiliser. Les épissures en bout de corde doivent être effectuées par une personne possédant une attestation du fabricant de corde.
Plusieurs nœuds sont utilisés en arboriculture. Voici les principaux.
w Nœuds d’ancrage
Illustration no 2
Nœud de chaise simple
Illustration no 3
Nœud de cabestan
Illustration no 4
Nœud en huit double
Illustration no 5
Nœud d’ancre
Illustration no 6
Nœud de cravate
Illustration no 7
Nœud de pêcheur
11
w Nœuds autobloquants
Illustration no 8
Nœud de Prussik
Illustration no 10
Nœud de
Valdôtain tressé
Illustration no 9
Nœud de Blake
Illustration no 11 Illustration no 12 Illustration no 13 Illustration no 14
Nœud de Souabe
Nœud de
Nœud de Distel Nœud de Machard
Tautline
2.2.3 Méthodes d’attache de la corde sur le harnais
Illustration no 15
Méthode traditionnelle
Illustration no 16
Méthode avec pont
12
2.2.4 Travail en appui sur corde
Illustration no 17
Recommandé : Protège-cambium ayant
une capacité minimale de 22kN
Nœud de Prussik ou
coulisseau ne diminuant
pas la résistance de la
corde à moins de 22 kN
Corde de positionnement
Harnais de
sécurité de
classe ADP
Longe avec étrangleur
Longe de positionnement
résistante aux coupures
Mousqueton
à triple action
Illustration no 18
Équipements requis pour les
travaux en appui sur corde
Illustration no 19
Mousqueton avec système
d’ouverture à triple action
13
2.2.5 Travail à l’aide de grimpettes pendant le démontage
Corde de positionnement
munie d’un dispositif
d’étranglement permettant
une protection contre
les chutes
Harnais de
sécurité de
classe ADP
Longe de positionnement
résistante aux coupures
Nœud de Prussik
Longe secondaire
de positionnement
résistante aux
coupures
Corde pour
descendre et
monter les outils
du travailleur
Grimpettes
Corde de
positionnement
Illustration no 20
Équipements requis pour le travail à l’aide de grimpettes
14
2.2.6 Travail à l’aide d’une nacelle
Mousqueton à
système d’ouverture
à double action
Harnais de sécurité
de classe A au
minimum
Absorbeur d’énergie
pour dispositif
antichute
Illustration no 21
Équipements requis pour le travail à l’aide d’une nacelle
2.3 Entreposage de l’équipement
L’équipement de protection individuelle doit être rangé et entreposé de façon à ne pas
être endommagé. Les règles suivantes doivent être respectées :
w L’équipement de protection individuelle doit être rangé de façon à ne pas être en
contact avec des produits contenant du pétrole ni avec des outils tranchants.
Il doit aussi être entreposé de manière à permettre le séchage.
w Les équipements sensibles aux rayons ultraviolets, tels le casque, les cordes et le
harnais, doivent être rangés à l’ombre.
15
3 Organisation du travail
Avant de commencer le travail, l’employeur ou le responsable de l’équipe doit tenir une
réunion d’information et s’assurer que les travailleurs possèdent les habiletés et la formation
requises pour effectuer les tâches qu’il leur confie. Il doit aussi donner aux membres de
son équipe les instructions pertinentes relativement :
w à la délimitation de l’aire de travail et des zones dangereuses ;
w aux risques potentiels et aux problèmes particuliers ;
w aux méthodes de travail ;
w aux étapes du travail ;
w au partage des responsabilités ;
w à l’établissement des mesures et des procédures d’urgence.
3.1 Aire de travail
3.1.1 Signalisation routière
Lorsque des travaux sont effectués sur des routes ouvertes à la circulation, après entente
avec l’autorité responsable, il faut appliquer les règles de signalisation pour les travaux de
courte durée prévues dans le document Normes : ouvrages routiers, Tome V, signalisation
routière, publié par le ministère des Transports du Québec.
Le travailleur doit notamment :
w porter un dossard avec bandes réfléchissantes ;
w repérer une voie de retraite.
Lorsque des travaux sont exécutés en hauteur, l’aire de travail
doit comprendre l’espace nécessaire au déplacement des
mâts au-dessus de la voie de circulation.
16
3.1.2 Tenue des lieux
Zone dangereuse
Aire de travail
Illustration no 22
Délimitation de l’aire de travail
L’aire de travail doit :
w être délimitée par des cônes, des rubans « danger » ou les clôtures déjà en place pour
que le public n’y ait pas accès ;
w être débarrassée des branches déjà coupées et encore suspendues dans les arbres.
Les débris doivent être entassés de manière à ne pas faire obstacle aux déplacements des
travailleurs et du public.
Les cordes doivent toujours être libres de tout débris et ne pas être entremêlées.
17
3.2 Organisation des mesures d’urgence
Il doit y avoir, parmi chaque équipe de travail, une personne ayant suivi une formation
de secouriste en milieu de travail. Les travailleurs doivent connaître le nom des secouristes
et savoir où se trouvent les trousses.
L’employeur doit :
w fournir une trousse et un manuel de premiers soins à chaque équipe de travail, conformément au Règlement sur les normes minimales de premiers secours et de premiers
soins. La trousse doit être complète et contenir en plus les éléments suivants :
l un masque de poche pour la respiration artificielle ;
l des gants chirurgicaux.
w fournir à chaque équipe de travail un système de communication d’urgence et s’assurer
que les travailleurs savent s’en servir efficacement.
Pour le travail en hauteur, les obligations suivantes s’ajoutent :
w Un protocole de sauvetage en hauteur efficace et éprouvé, dûment établi, doit être
connu de chacun des travailleurs.
w Deux personnes par équipe de travail doivent avoir suivi une formation de secouriste
en milieu de travail.
w La présence d’un travailleur au sol possédant une formation de secouriste et pouvant
appliquer le protocole de sauvetage en hauteur est obligatoire.
3.2.1 Risques pour la santé
Les arboriculteurs doivent être en mesure de reconnaître les situations pouvant présenter
des risques pour leur santé, notamment la présence de plantes vénéneuses ou d’insectes
piqueurs et le travail au froid et à la chaleur.
Pour plus d’information, consulter les documents suivants disponibles dans les bureaux
régionaux de la CSST :
Contrainte thermique : le froid
Guide de prévention des coups de chaleur
Vous travaillez en plein air ? Gare aux insectes piqueurs !
Santé en forêt
DC 200-16182-3
DC 200-16184
DC 200-16185
DC 200-1524
Le travailleur qui se sait allergique au venin des insectes
piqueurs devrait en informer ses coéquipiers et avoir sur lui
en tout temps de l’adrénaline auto-injectable.
18
4 Outils et équipements de travail
4.1 Échelles et escabeaux
Il faut inspecter les échelles et les escabeaux avant de les utiliser
et ne faire aucune réparation qui soit temporaire. Les échelles et
les escabeaux endommagés ou défectueux doivent être mis de
côté et confiés à des ateliers de réparation spécialisés. Il ne faut
jamais se servir d’échelles ni d’escabeaux comme passerelles,
plates-formes ou plans inclinés pour le chargement ou le
déchargement des billes de bois ou d’autres matériaux.
Caractéristiques :
w L’échelle doit être conforme à la norme Échelles portatives
CAN3-Z11-M81, classe 1.
w Elle doit être fabriquée en matériau non conducteur.
w Elle doit être munie de sabots antidérapants.
w Elle doit être munie d’un système d’appui à l’extrémité
supérieure (échelle seulement).
4.2 Outils à moteur
Principales règles à suivre
Illustration no 23
w Les outils fonctionnant à l’essence doivent être mis en
Échelle
marche à plus de trois mètres de l’endroit où le plein
d’essence a été fait.
w Seul le travailleur qui utilise l’outil à moteur peut se trouver à l’intérieur du rayon d’action
de l’outil ou de la zone de projection de débris. Consulter le manuel du fabricant pour
définir ce rayon ou cette zone.
w Il faut porter une attention particulière aux travaux exécutés près d’un réseau électrique
aérien. À cause de la nature inflammable de l’essence, une explosion provoquée par la
formation d’un arc électrique pourrait survenir.
w Il faut attacher la scie à chaîne ou la perceuse si l’on travaille en hauteur avec ces
outils. Si la scie à chaîne ou la perceuse pèsent plus de 4,3 kg, elles doivent être
attachées à une corde de service reliée à l’arbre ou à l’engin élévateur à nacelle. Si
l’on utilise un lien de retenue fixé au travailleur, le lien devrait avoir une longueur
minimale de un mètre et être conçu de telle sorte qu’il puisse se rompre sous une
force de 68 kg ou plus.
19
4.2.1 Scie à chaîne
La scie à chaîne est un outil puissant dont la manipulation exige plusieurs connaissances
et beaucoup de dextérité. Un maniement incorrect peut causer de nombreux accidents
dont les conséquences sont souvent graves.
La scie à chaîne doit être munie des dispositifs de sécurité suivants, conformément à la
norme en vigueur :
w un étrier de protection actionnant le frein de chaîne ;
w un verrou de sécurité de la commande des gaz pour prévenir les accélérations
accidentelles ;
w des dispositifs d’amortissement des vibrations ;
w un protège-main sur la poignée arrière ;
w un attrape-chaîne en cas de bris de la chaîne.
L’entretien et l’affûtage doivent être faits selon les recommandations du fabricant.
Les dispositifs de sécurité doivent toujours être en bon état de fonctionnement.
Verrou de sécurité
Étrier de protection
Attrape-chaîne
Scie à chaîne d’élagage
Étrier de protection
Verrou de sécurité
Protège-main
Attrape-chaîne
Scie à chaîne d’abattage
Illustration no 24
Scies à chaîne d’élagage et d’abattage
Démarrage de la scie à chaîne
Au moment de démarrer la scie à chaîne, le travailleur doit :
w être en position stable ;
w vérifier si les bouchons des réservoirs à essence et à huile sont bien fermés ;
w appliquer le frein de chaîne avant la mise en marche.
Pour le démarrage d’une scie à chaîne de moins de 4,3 kg :
w Maintenir la scie au sol avec le genou ou la tenir de la main droite par la poignée de
contrôle et la démarrer avec la main gauche.
w Démarrer et réchauffer la scie au sol avant de la passer à l’élagueur.
w Maintenir la poignée de contrôle de la scie de la main droite et la démarrer avec la
main gauche.
20
Illustration no 25
Démarrage au sol d’une scie à chaîne d’élagueur
Pour le démarrage d’une scie à chaîne de plus de 4,3 kg :
w Maintenir fermement la scie au sol ou la tenir d’une main par la poignée de retenue
vis-à-vis le frein de chaîne et maintenir la poignée arrière entre les genoux.
Illustration no 26
Démarrage d’une scie à chaîne
21
Illustration no 27
Démarrage dans l’arbre d’une scie à chaîne d’élagueur
Illustration no 28
Utilisation d’une scie à chaîne d’élagueur dans un arbre
22
Utilisation de la scie à chaîne
Principales règles de sécurité
w Avoir un point d’appui stable et tenir la scie avec les deux mains.
w Arrêter le moteur lors des déplacements.
w Appliquer le frein de chaîne lorsqu’on ne tient pas la scie fermement.
w Ne pas utiliser la scie plus haut que les épaules.
w Ne pas travailler avec la scie placée entre le corps et l’arbre.
w Toujours effectuer les coupes à plus de 30 cm d’un équipement de protection
contre les chutes.
4.2.2 Scie à perche et émondoir hydraulique, pneumatique
ou à essence
Principales règles de sécurité
w On doit toujours effectuer l’entretien selon le manuel du fabricant.
w L’élagueur doit se placer de manière à ne pas se trouver dans la trajectoire de chute
des branches ou des débris.
w Les outils doivent être rangés sur un support conçu spécialement à cet effet lorsqu’ils
sont utilisés à partir d’un engin élévateur à nacelle.
Illustration no 29
Scie à perche hydraulique
23
4.2.3 Perceuse à essence
Principales règles de sécurité
w On doit effectuer l’entretien selon le manuel du fabricant.
w On doit tenir la perceuse à deux mains.
w On doit prendre garde à l’effet dynamique créé par le mandrin.
4.3 Déchiqueteur de branches
Règles de conception
w Les déchiqueteurs sans système de rouleaux d’entraînement des branches doivent
être conçus de façon telle qu’il ne soit pas possible d’accéder aux couteaux avec les
mains lorsque les pieds sont au sol. Ils doivent aussi avoir une nappe de protection
en bon état, soit un écran flexible en caoutchouc, pour éviter le retour des débris.
Les déchiqueteurs doivent être conformes à la norme ANSI Z133.1.
w Les déchiqueteurs avec rouleaux d’entraînement doivent posséder un système de recul
et d’arrêt d’urgence facilement accessible aux travailleurs. Ils doivent aussi être conçus
de façon telle qu’il ne soit pas possible d’accéder aux couteaux avec les mains lorsque
les pieds sont au sol.
w Les couteaux des déchiqueteurs et toutes les parties mobiles ne doivent pas être
accessibles lorsque l’appareil est en marche.
Le manuel d’utilisation doit être mis à la disposition des travailleurs.
4.4 Engins élévateurs à nacelle
4.4.1 Règles générales
Les engins élévateurs à nacelle doivent être conformes à la norme CAN/CSA-C225 en
vigueur au moment de leur fabrication.
w Seules les personnes possédant les compétences requises peuvent utiliser un engin
élévateur à nacelle.
w Les engins élévateurs à nacelle utilisés pour les travaux d’arboriculture dans le
voisinage d’un réseau électrique aérien doivent être conformes à la norme
CAN/CSA-C225-00.
w Tout travailleur qui prend place dans la nacelle doit porter un harnais de sécurité
qui est conforme à la norme « Harnais de sécurité » CAN/CSA-Z259.10-M90 et qui
est muni d’un cordon d’assujettissement avec absorbeur d’énergie fixé à un point
d’ancrage indépendant de la nacelle.
w Une inspection des composants mobiles doit être effectuée annuellement selon
les spécifications du fabricant et en conformité avec la norme CAN/CSA-C225-00.
Ces inspections doivent être notées dans un registre.
w Une nacelle simple ne doit pas être occupée par plus d’un travailleur.
w Il est interdit de travailler à deux dans une nacelle double si l’on utilise une scie à
chaîne.
24
Fourreau
Mât isolé
Plaque signalétique
Illustration no 30
Engin élévateur à nacelle
w Il est interdit d’apporter des modifications à un engin élévateur à nacelle sans
l’autorisation écrite du fabricant.
w Une plaque indiquant la capacité nominale de charge doit être bien visible.
w Un fourreau pour la scie à chaîne doit se trouver sur la nacelle.
w Le manuel d’opération et d’entretien de la nacelle doit être mis à la disposition des
travailleurs.
4.4.2 Règles relatives aux travaux près d’un réseau électrique
Quand les engins élévateurs sont utilisés près d’un réseau électrique, un test diélectrique
doit être effectué tous les 12 mois ou chaque fois que des modifications autorisées sont
apportées à la nacelle, par une entreprise spécialisée.
w Les résultats du test doivent pouvoir être fournis sur demande.
w Une étiquette indiquant la date de l’essai doit être apposée sur la tourelle de l’engin
élévateur.
25
w On doit mettre à la terre tout engin élévateur à nacelle lorsqu’il y a un risque de
contact entre une partie métallique de l’appareil et une partie des réseaux sous basse
tension et moyenne tension, à l’exclusion des engins élévateurs à nacelle dont le bras
inférieur est isolé.
w Tous les tuyaux du système hydraulique qui peuvent altérer les propriétés diélectriques
des engins élévateurs à nacelle doivent être fabriqués à partir d’un matériau isolant.
L’huile hydraulique doit aussi avoir des propriétés isolantes.
4.4.3 Règles d’utilisation
Faire faire une vérification périodique par une entreprise spécialisée.
w Faire une inspection quotidienne.
w L’inspection quotidienne doit être faite selon les recommandations du fabricant et
selon la norme CAN/CSA-C225-00.
w Chaque jour, avant la première utilisation, déployer les mâts après avoir calé les roues
et après avoir mis en place les stabilisateurs, s’il y a lieu.
w Vérifier s’il y a des obstacles sur le parcours des mâts.
w Ne pas déplacer un véhicule équipé d’un engin élévateur lorsque les mâts sont
déployés.
26
5 Techniques de travail
5.1 Travail en hauteur
Le travail en hauteur comporte des risques importants de chute. Il faut donc établir une
méthode de travail en fonction de l’équipement disponible. L’utilisation d’un appareil de
levage telle une nacelle constitue le meilleur moyen de se protéger contre les risques de
chute.
Lorsque la situation ne permet pas l’utilisation d’une nacelle, il faut opter pour un
système de positionnement individuel muni d’une longe avec étrangleur et d’une corde
de positionnement. L’élagueur qui travaille ainsi doit donc porter l’équipement de
positionnement adéquat et ne jamais dépasser la hauteur du point d’ancrage de plus
de 250 mm.
Pour faire un bon usage de l’équipement, le travailleur doit suivre une formation lui
permettant de bien comprendre le fonctionnement et la particularité de chacune des
pièces. Il doit aussi respecter les règles édictées dans le présent guide.
Cette section explique comment établir un protocole de
travail sécuritaire. Pour faciliter la mémorisation des
étapes à suivre, l’acronyme IPAT sera utilisé.
Cet acronyme signifie :
Inspection – Planification – Ascension – Travail
Pour travailler en hauteur, l’élagueur doit posséder une formation sur :
w
w
w
w
w
les systèmes et les équipements d’arrêt de chute ;
les systèmes et les équipements de positionnement ;
le choix et l’installation du point d’ancrage ;
l’utilisation sécuritaire des outils ;
la résistance mécanique des arbres en fonction de l’essence et de leur état.
Si le grimpeur a besoin d’outils une fois rendu à son poste de travail, ces derniers pourront
lui être acheminés par une corde prévue à cet effet. La corde de positionnement peut être
utilisée pourvu que les outils soient attachés de façon à ne pas endommager la corde.
27
5.1.1 Inspection et planification
Il s’agit, à cette étape, de vérifier l’état de santé de l’arbre, d’inspecter les lieux, de
déterminer le mode d’accès à l’arbre, de vérifier et d’ajuster le matériel.
Santé de l’arbre
w Vérifier l’état de santé de l’arbre s’il y a présence de :
l
champignons
l
cavités
l
défauts racinaires
l
défauts structuraux
l
branches cassées
l
glace ou branches mouillées
Inspection des lieux
w Vérifier s’il y a un réseau électrique aérien.
w Vérifier s’il y a des conduites souterraines.
w Vérifier s’il y a des insectes piqueurs.
w Repérer les contraintes environnementales et l’endroit où les branches pourront
tomber.
Mode d’accès à l’arbre
w Planifier l’organisation du travail dans l’arbre.
w Planifier l’accès à l’arbre.
w Choisir les points d’ancrage.
w Déterminer les équipements nécessaires pour faire le travail.
Vérification et ajustement du matériel
w Vérifier et ajuster le matériel suivant :
l
harnais
l
cordes
l
mousquetons
l
longes
l
cordelettes
l
échelles
l
grimpettes
l
autres accessoires
28
Illustration no 31
Inspection des lieux
29
5.1.2 Ascension
Selon le mode d’accès à l’arbre déterminé à l’étape précédente, l’élagueur devra respecter
les règles suivantes :
Ascension à l’aide d’une échelle
w L’échelle doit être inclinée de telle sorte que la distance au sol entre le pied de l’échelle
et le plan vertical où elle est appuyée représente entre le quart et le tiers de la
longueur de l’échelle.
(trop droite)
(trop penchée)
(bon angle)
Illustration no 32
Truc pour respecter l’inclinaison de l’échelle
w Le sommet de l’échelle doit être muni d’une sangle de retenue pour assurer un appui
maximal sur le tronc de l’arbre.
w L’échelle doit dépasser d’au moins 900 mm la branche sur laquelle elle est appuyée.
w Les deux extrémités de l’échelle doivent être solidement appuyées pour ne pas qu’elle
glisse.
w Le travailleur doit effectuer l’ascension en empoignant fermement les barreaux et
non les montants.
w L’échelle doit être tenue par un coéquipier lorsqu’un élagueur l’utilise pour accéder
à l’arbre.
30
w Lorsqu’un élagueur travaille à partir d’une échelle, celle-ci doit être attachée à l’arbre.
De plus, l’élagueur doit s’attacher soit à l’échelle, soit à l’arbre.
w Lorsque le travailleur est descendu de l’échelle, celle-ci doit être enlevée et rangée
dans un endroit sécuritaire.
Avant de passer de l’échelle à l’arbre, l’élagueur doit toujours s’attacher à l’arbre.
Lorsque l’élagueur est en sécurité dans l’arbre, l’échelle doit être retirée.
Illustration no 33
Travail à l’aide d’une échelle
Placez-vous au pied de l’échelle et tendez vos bras devant vous,
à hauteur d’épaule. L’échelle est dans le bon angle quand elle
prend appui et que vous la tenez au bout de vos bras.
31
Ascension à l’aide des branches
w
w
w
w
L’élagueur doit éviter les fourches trop fermées.
Il ne doit grimper que sur les branches solides.
Il doit respecter en tout temps la règle des trois points d’appui.
Il doit s’attacher en tout temps afin d’éviter une chute de plus de 1,2 m. L’utilisation
d’une longe secondaire ou de la corde de positionnement est essentielle.
w Une vérification du système doit être faite à chaque utilisation.
Illustration no 34
Grimper à l’aide des branches
32
Pour avoir une deuxième longe, installez la corde et faites les
nœuds autobloquants pendant que vous êtes encore au sol.
Ainsi, votre deuxième longe sera installée à même votre
système de positionnement. Elle sera donc prête à utiliser
lorsque vous monterez. Ce système vous permettra de
franchir les obstacles lors de l’ascension en utilisant en
alternance votre longe et votre corde de positionnement.
Illustration no 35
Installation du système avec pont à partir du sol
33
Ascension à l’aide d’une corde
Pour utiliser cette méthode, il est primordial de bien choisir le point d’ancrage. Ce dernier
doit :
w avoir une résistance adéquate à la rupture ;
w avoir un angle ouvert ;
w être situé le plus haut possible dans l’arbre et le plus près possible du tronc ;
w minimiser les risques de pendule.
La corde peut être installée à l’aide du sac de lancée, d’une torsade ou d’un nœud permettant
le lancer.
Le sac de lancée ne doit pas être utilisé dans le voisinage ou à proximité d’un réseau électrique aérien.
Une fois la corde de positionnement installée au point d’ancrage, le travailleur doit, avant
de grimper dans l’arbre :
w s’attacher avec les nœuds d’usage ;
w vérifier la capacité du point d’ancrage ;
w vérifier la solidité et le bon fonctionnement de l’installation en s’appuyant sur la corde
de positionnement.
Le grimpeur ne doit jamais dépasser le point d’ancrage de plus de 250 mm.
Illustration no 36
Grimper en Footlock
34
Il est important de choisir un point d’ancrage le plus haut possible dans l’arbre.
Cela facilitera les déplacements de l’élagueur.
Illustration no 37
Choix du point d’ancrage
35
Voici un petit test pour vérifier
la solidité du point d’ancrage.
On installe la corde au point
d’ancrage, puis on demande aux
deux travailleurs d’agripper
chacun des deux bouts de la
corde, puis de se laisser tomber
ensemble, d’un coup sec, comme
le faisaient les bedeaux pour
sonner les cloches. Ce test
permet de s’assurer que la
branche sur laquelle
se trouve le point
d’ancrage est
assez solide
et résistante.
Illustration no 38
Test pour vérifier la capacité du point d’ancrage
Ascension à l’aide de grimpettes
On peut monter dans l’arbre à l’aide de grimpettes, aussi appelées « éperons » ou
« griffes ». Si on utilise les grimpettes, on doit obligatoirement :
w utiliser une longe à étranglement ou un autre système antichute ;
w avoir une seconde longe afin de rester attaché lorsqu’il y a des obstacles à franchir ;
w vérifier la solidité et l’efficacité de l’installation avant d’entreprendre l’ascension.
36
Ascension à l’aide d’un engin élévateur à nacelle
Lorsque l’engin élévateur à nacelle est utilisé pour transporter un travailleur dans un arbre,
les règles suivantes s’appliquent :
w Le travailleur doit utiliser un harnais de classe ADP.
w Il doit utiliser un système de protection contre les chutes avec un absorbeur d’énergie
attaché à l’anneau dorsal tant qu’il se trouve dans la nacelle.
w Avant de monter dans la cime de l’arbre, le travailleur doit installer son système de
positionnement et en vérifier le bon fonctionnement.
w Le système de protection contre les chutes ne doit être détaché que lorsque le
travailleur est relié au système de positionnement installé dans l’arbre.
Lorsqu’il est sorti de la nacelle, le travailleur doit s’installer à un endroit sécuritaire
pendant que le travailleur au sol redescend la nacelle sur l’engin élévateur.
Illustration no 39
Passage de la nacelle à l’arbre
37
5.1.3 Travail
Principales règles à suivre pour les travaux en hauteur
w La présence d’un travailleur au sol est obligatoire.
w Avant tout déplacement, le travailleur doit s’assurer de la qualité et de l’efficacité de
l’installation du système de positionnement.
w Lorsqu’il se déplace, le travailleur doit toujours être attaché soit par la longe, soit par la
corde de positionnement.
L’utilisation de la corde de positionnement en tout temps permet
au travailleur de se déplacer de façon sécuritaire et de se tirer
rapidement d’affaire en cas d’accident.
w Avant de manier la scie à chaîne, le travailleur doit s’assurer d’utiliser deux points
d’ancrage différents, à défaut de disposer d’une longe résistante aux coupures.
w La corde de positionnement doit toujours rester tendue. Le mou doit être inférieur
à 300 mm.
w Le travailleur doit se placer de façon à être stable et à éviter tout risque de mouvement pendulaire.
w Tous les outils utilisés en hauteur doivent être attachés ou soutenus de façon à ne pas
tomber au sol.
w Afin d’éviter les risques de blessures et de bris de matériel, on doit toujours couper les
branches et les billes en respectant les règles suivantes :
l Choisir les outils convenant au travail à faire : émondoir, scie à main, scie à chaîne,
corde, cylindre de friction, poulie.
l Choisir la bonne technique de coupe, soit : coupe en trois étapes, coupe avec entaille
ou coupe sans entaille.
l Faire attention au phénomène de la tension-compression (illustration 40). Toujours
effectuer le premier trait de scie dans la section présentant la compression.
COMPRESSION
Première entaille
Deuxième
entaille
TENSION
Deuxième entaille
COMPRESSION
Première entaille
Troisième entaille
Illustration no 40
Tension-compression
38
TENSION
l
l
l
l
Diriger les branches et se servir au besoin d’une corde.
Se positionner de façon à ne pas être frappé par la branche coupée ou par la corde
de rétention.
La ramure de l’arbre doit être dégagée des branches coupées et suspendues lorsque
le travail est terminé.
La vitesse d’exécution de la coupe et le choix de l’entaille déterminent la manière dont
la branche se détachera de l’arbre et le lieu où elle tombera (illustrations 41 et 42).
Coupe rapide :
chute sur talon
Coupe normale :
chute à plat
Coupe lente :
chute tête en bas
Illustration no 41
Conséquence de la vitesse d’exécution de la coupe
Coupe lente
Coupe lente
entaille dessous
entaille à gauche
entaille à droite
chute verticale
chute à gauche
chute à droite
Illustration no 42
Lieu de tombée de la branche en fonction de la coupe effectuée
39
5.1.4 Démontage
Les travaux de démontage exigent la connaissance de plusieurs techniques de rétention
des branches. Les règles de sécurité suivantes doivent être respectées :
w Pour la corde de rétention, choisir un point d’ancrage possédant la capacité nécessaire
et permettant de bien diriger les branches ou les billes.
w S’assurer que le point d’ancrage de la corde de rétention n’est pas installé à la même
fourche que le point d’ancrage de la corde de positionnement.
w Ne jamais se trouver dans la zone de balancement de la corde de rétention.
w Toujours couper à plus de 30 cm de la corde de rétention ou des équipements de
protection contre les chutes.
w Minimiser le frottement des cordes au point d’ancrage.
w Dégager la corde de positionnement du grimpeur du passage de la corde de rétention,
de la branche ou de la bille.
w Toujours utiliser les poulies avec un cylindre de friction lorsque l’on retient de lourdes charges.
w Bien choisir les équipements – cordes, mousquetons, poulie, sangle et élingue –
en fonction des charges à retenir.
w Toujours avoir une bonne communication avec le travailleur au sol.
w Choisir les types de coupe en fonction du résultat souhaité (coupe classique, coupe
avec entaille, coupe rapide, coupe lente).
w Toujours effectuer une entaille directionnelle au moment de l’abattage de la cime.
5.1.5 Contrôle de la descente au sol des parties d’arbre coupées
Le travailleur au sol a un rôle important à jouer lors de la descente au sol des parties
d’arbre coupées. En effet, c’est lui qui contrôle la vitesse de descente de la branche, qui
s’assure de bien la diriger au moment de son arrivée au sol, qui la détache et qui donne
les équipements nécessaires au grimpeur.
Lorsqu’il effectue ces tâches, le travailleur au sol doit :
w porter des gants en tout temps ;
w toujours garder la corde de rétention libre de tout objet et s’assurer qu’elle ne comporte
aucun nœud ;
w toujours rester hors d’atteinte de la corde de rétention, qu’il s’agisse de la partie libre
au sol ou de la partie engagée ;
w veiller à ne jamais se placer sous la branche ou la bille qu’il fait descendre ;
w éviter des chocs trop brusques à la corde. L’utilisation d’un tour mort sur un arbre ou
d’un cylindre de friction permet de mieux contrôler la descente des charges lourdes ;
w veiller à ne jamais enrouler la corde de rétention autour d’une partie du corps ;
w toujours s’assurer que les cordes ne sont pas entremêlées, particulièrement le dormant
de la corde de positionnement.
Le travailleur au sol doit aussi porter attention au travail du grimpeur afin de l’informer de
la distance qui le sépare des structures présentes. Il peut ainsi l’avertir lorsque les branches
sont trop longues pour l’espace dont il dispose.
40
Illustration no 43
Démontage
41
5.1.6 Responsabilités du travailleur au sol
Les quatre principales responsabilités du travailleur au sol sont :
w de voir à sa sécurité, à celle du grimpeur et à celle du public ;
w de bien tenir les lieux ;
w de s’occuper des cordes ;
w d’assister le grimpeur dans le choix des manœuvres.
Afin que le travailleur au sol soit toujours en sécurité, il faut respecter les quatre règles
suivantes :
w Le travailleur au sol doit toujours avertir le grimpeur s’il entre dans la zone
dangereuse.
w Le grimpeur doit toujours avertir le travailleur au sol lorsqu’il fait descendre ou tomber
une branche ou une bille.
w Les travailleurs doivent mettre les outils qu’ils n’utilisent pas hors de la zone
dangereuse.
w Le travailleur au sol et le grimpeur doivent pouvoir communiquer entre eux en tout
temps.
Illustration no 44
Travailleur au sol
42
5.1.7 Haubanage et chirurgie
Principales règles à suivre
w Lorsqu’on perce un arbre ou une branche, il faut faire particulièrement attention au
recul de la perceuse.
w Il faut s’assurer que les tireforts sont en bon état et toujours respecter leur capacité.
w Il faut respecter les capacités des équipements utilisés tels les câbles, les mousquetons
et les poulies.
w Il faut attacher la perceuse si on l’utilise en hauteur.
w Il faut ranger le matériel et les outils dans les sacs conçus à cet effet. Les sacs doivent
être attachés en tout temps pendant le travail en hauteur.
Si la fourche de l’arbre est faible ou fendue, il faut installer un ou plusieurs tireforts ou un
autre dispositif pour assurer la sécurité du travailleur.
Illustration no 45
Haubanage et chirurgie
43
5.2 Travail au sol
5.2.1 Abattage au pied de l’arbre
Les travaux d’abattage au pied de l’arbre doivent être faits dans le respect des règles de
sécurité expliquées dans le guide Abattage manuel de la CSST (DC 200-633).
En plus des règles de sécurité expliquées dans le guide Abattage manuel, les règles suivantes
s’appliquent lorsqu’une corde de guidage est utilisée pour diriger la chute de l’arbre :
w Le terrain doit être libre de tout obstacle.
w La corde utilisée doit mesurer au minimum deux fois la hauteur de l’arbre à abattre.
w Les coéquipiers de l’abatteur doivent s’éloigner à une distance de plus de 1,5 fois la
hauteur de l’arbre à abattre.
Voici comment mesurer la hauteur d’un arbre afin d’évaluer le point
de chute de la cime. Placez une baguette horizontalement devant vous,
l’une de ses extrémités touchant le bout de votre nez. Avec vos
doigts, sans que votre bras et votre main ne bougent, remontez
la baguette à la verticale, de sorte que l’extrémité qui touchait
votre nez pointe vers le haut. Ensuite, reculez jusqu’à ce que
la baguette vous paraisse de la même taille que l’arbre.
L’endroit où vous vous trouvez alors correspond à celui
où s’affaissera la cime quand l’arbre tombera.
Illustration no 46
Technique de mesurage de la hauteur à l’aide d’une baguette
44
Abattage directionnel
La technique d’abattage directionnel comporte des mesures très précises pour faire une
charnière qui oriente la chute de l’arbre là où on le désire. Ainsi, l’entaille de direction,
constituée de deux traits de scie, se pratique sur tous les arbres d’un diamètre supérieur
ou égal à 15 cm. Son angle doit être d’au moins 45o, et sa profondeur doit correspondre
à 1/3 du diamètre de l’arbre.
Un troisième trait de scie, celui de l’abattage, doit être exécuté à l’opposé de l’entaille de
direction, à au moins 2,5 cm au-dessus du point de rencontre des deux premiers.
L’épaisseur de la charnière elle-même (partie de l’arbre non sciée entre le trait d’abattage
et le fond de l’entaille) doit équivaloir à 1/10 du diamètre de l’arbre. Elle dépend de
l’essence de l’arbre et de la résistance du bois.
Il est important de rappeler que la charnière maîtrise la chute de l’arbre et empêche tout
mouvement latéral. Le choix judicieux de l’entaille de direction permet de conserver la
charnière tout au long de la chute de l’arbre.
Cette technique vaut aussi bien pour le bois franc que pour le bois résineux.
Il est important de prévoir deux voies de retraite vers l’arrière à 45o par rapport à la
direction de la chute de l’arbre. La voie de retraite, qui doit être dégagée et utilisée, est
située du côté de l’arbre où le dernier trait de scie est fait. Le travailleur doit s’éloigner
à au moins deux mètres dans cette voie.
Chute de l’arbre
Direction d’abattage
Z ON
SE
EU
ANGER
ED
ite
tra
e
er
d
ie
o
V
Illustration no 47
Confection de la charnière
Vo
i
Zone
dangereuse
Illustration no 48
Voie de retraite
45
ed
er
et
ra
ite
5.2.2 Déchiquetage des branches
w
w
w
w
Seuls les travailleurs possédant la formation requise peuvent utiliser le déchiqueteur.
Le déchiqueteur doit être inspecté selon les règles du fabricant.
Le manuel d’utilisation doit être mis à la disposition des travailleurs.
Les travailleurs doivent :
l examiner le bois à déchiqueter afin de s’assurer qu’il ne comporte aucune pièce
métallique ;
l porter des vêtements ajustés ;
l porter les équipements de protection individuelle requis (casque, gants, lunettes de
sécurité, visière, protecteurs auditifs, bottes de sécurité) ;
l enlever tous les équipements pouvant être accrochés par une branche (harnais,
longe, scie à main, etc.) ;
l alimenter le déchiqueteur en demeurant à l’intérieur de l’aire de travail délimitée ;
l insérer le gros bout des branches en premier ;
l toujours utiliser un bout de bois ou une branche pour pousser les petites branches
entre les rouleaux d’entraînement. Ils ne doivent jamais utiliser leurs mains ni leurs
pieds.
w Les petits résidus doivent être mis dans la boîte à copeaux et non dans le déchiqueteur.
w Lorsque le déchiqueteur est détaché du camion, on doit obligatoirement utiliser des
cales pour le stabiliser.
Illustration no 49
Déchiquetage des branches
46
5.2.3 Essouchement
Principales règles à suivre
w Les travailleurs doivent porter les équipements de protection appropriés : casque, gants,
protecteurs auditifs, bottes de sécurité et lunettes. De plus, ils doivent porter un écran
facial en polycarbonate si la dessoucheuse n’est pas munie d’un écran de protection.
w Seuls les travailleurs possédant la formation requise peuvent utiliser la dessoucheuse.
w Pour faire l’inspection et l’entretien de la dessoucheuse, suivre les recommandations
du fabricant.
w Avant d’effectuer des travaux près du disque ou de régler, de débloquer, d’entretenir ou
de réparer la dessoucheuse, les travailleurs doivent la désembrayer, arrêter le moteur,
attendre l’arrêt complet des pièces en mouvement et cadenasser toutes les sources
d’énergie.
w Une dessoucheuse en marche ne doit jamais être laissée sans surveillance.
Illustration no 50
Essouchement
47
L’utilisation de l’essoucheuse
Avant d’utiliser une dessoucheuse, il faut prendre les précautions suivantes :
w Inspecter le lieu de travail pour vérifier si des fils électriques, un système d’irrigation,
des roches, des tuteurs ou autres objets se trouvent autour de la souche.
w Communiquer avec « Info-excavation » en cas de doute.
w Repérer les zones dangereuses, établir un périmètre de sécurité et s’assurer que personne
n’y pénètre.
w Installer au besoin un ou plusieurs écrans contre les projections autour de la
dessoucheuse.
w Mettre en place les gardes et les écrans protecteurs de la machine.
w Vérifier l’entretien et l’état des dents de la dessoucheuse et les remplacer, au besoin.
Lors de l’utilisation de la dessoucheuse
w Le travailleur doit se placer derrière les écrans protecteurs. S’il utilise une télécommande, il doit se placer hors de la zone de projection de débris.
w Le travailleur doit s’assurer que la dessoucheuse est en position stable pendant le travail
et les déplacements.
w Il est important de combler immédiatement la cavité créée par la dessoucheuse ou
de délimiter un périmètre de sécurité autour de l’aire de travail.
Avant d’être transportée sur la route, la dessoucheuse doit être nettoyée.
48
6 Réseaux électriques aériens
6.1 Travaux dans le voisinage ou à proximité
d’un réseau électrique aérien
La présence d’un réseau électrique aérien dans l’aire de travail multiplie les risques et les
dangers pour les élagueurs. Avant de commencer les travaux, il est important de bien
distinguer entre « travaux dans le voisinage d’un réseau électrique aérien » et « travaux
à proximité » de ce réseau. En outre, que les travaux aient lieu dans le voisinage ou à
proximité d’un réseau électrique aérien, il est essentiel que les travailleurs connaissent les
dangers d’un contact direct ou indirect avec les éléments de ce réseau et qu’ils puissent
identifier tant les zones dangereuses du réseau que les différents composants de son
appareillage.
w Travaux dans le voisinage d’un réseau électrique de 125 000 volts ou moins
Travaux au cours desquels une branche, une bille, de la machinerie ou une personne
se trouvent à plus de 3 mètres et à moins de 15 mètres d’un élément sous tension.
Aucune branche coupée, bille ou pièce d’équipement ne doit pénétrer à l’intérieur
de la zone de 3 mètres.
w Travaux à proximité d’un réseau électrique de 125 000 volts ou moins
3 mètres
Illustration no 51
Travaux dans le voisinage d’un réseau électrique aérien
49
Travaux au cours desquels une branche, une bille, de la machinerie ou une personne
pourraient se trouver à moins de 3 mètres d’un élément sous tension. L’ensemble
du personnel travaillant à proximité d’un réseau sous tension doit avoir suivi une
formation relative au risque électrique et aux normes édictées par l’entreprise
d’exploitation électrique.
3 mètres
3 mètres
3 mètres
Illustration no 52
Travaux à proximité d’un réseau électrique aérien
50
6.1.1 Danger d’un contact direct ou indirect
En accomplissant ses tâches, le travailleur risque d’entrer en contact avec le réseau électrique aérien. Peu importe le type de contact, le résultat sera le même : l’électrisation ou
l’électrocution.
Contact direct : une partie du corps touche un conducteur sous tension.
Illustration no 53
Contact direct avec le réseau électrique aérien
Contact indirect : une partie du corps touche un objet en contact avec un conducteur
sous tension.
Illustration no 54
Contact indirect avec le réseau électrique aérien
51
6.1.2 Zones du réseau électrique aérien
Avant d’intervenir à proximité d’un réseau électrique, l’élagueur doit tenir compte des
différentes zones qui composent le réseau.
Zone moyenne tension :
Partie du réseau électrique dont la tension nominale entre les phases est comprise
entre 750 et 50 000 volts.
Zone basse tension :
Partie du réseau électrique dont la tension nominale est inférieure à 750 volts.
Zone de télécommunication :
L’ensemble des équipements nécessaires aux fonctions de télécommunication
(télédistribution et téléphone)
Moyenne
tension
Basse
tension
Télécommunication
Illustration no 55
Zones du réseau électrique aérien
52
6.1.3 Appareillage du réseau électrique aérien
L’élagueur doit connaître l’appareillage du réseau électrique aérien.
Ligne monophasée moyenne tension
Borne primaire
Transformateur
Bornes secondaires
Coupe-circuit
Parafoudre
Télécommunication
Illustration no 56
Appareillage du réseau électrique aérien
53
6.2 Règles de sécurité à respecter durant les
travaux dans le voisinage d’un réseau
électrique aérien
L’employeur doit veiller à ce que personne n’effectue un travail au cours duquel une
branche, une bille, un outil, un élément de machinerie ou une personne risque de
s’approcher d’une ligne électrique à moins de la distance minimale d’approche spécifiée
dans le tableau suivant :
Tension entre les phases
Distance minimale d’approche
Moins de 125 000 volts
3 mètres
De 125 000 à 250 000 volts
5 mètres
De 250 000 à 550 000 volts
8 mètres
Plus de 550 000 volts
12 mètres
L’entrepreneur qui constate que les travaux ne pourront être exécutés dans le respect
de la distance minimale d’approche doit les confier à un entrepreneur autorisé par
l’entreprise d’exploitation électrique.
6.3 Règles de sécurité à respecter durant les
travaux à proximité d’un réseau électrique
aérien
Seul un entrepreneur autorisé en vertu d’un contrat ou d’une convention avec une
entreprise d’exploitation électrique peut effectuer des travaux à moins de trois mètres
d’un réseau électrique de moyenne tension. Une copie du contrat ou de la convention
doit être accessible sur les lieux de travail.
L’entreprise d’exploitation électrique doit faire connaître ses exigences en matière
de santé et de sécurité à l’entrepreneur. Quant à ce dernier, il doit s’assurer que les
travailleurs en sont informés.
Un élagueur appelé à travailler à proximité d’éléments sous tension doit être bien informé
des dangers, des lois et des règlements relatifs à ce travail ainsi que des techniques particulières qui s’y rattachent.
De plus, l’ensemble du personnel travaillant à proximité d’un réseau sous tension doit
avoir suivi une formation relative au risque électrique et aux normes édictées par
l’entreprise d’exploitation électrique.
6.3.1 Distance d’approche
La distance d’approche est la distance qui doit être maintenue en tout temps entre un
élément sous tension et la partie la plus exposée du corps du travailleur ou entre un élément sous tension et tout équipement, conducteur ou non, qu’il porte ou qu’il utilise.
54
Le personnel travaillant à proximité du réseau sous la responsabilité d’un entrepreneur
autorisé par l’entreprise du réseau d’exploitation électrique doit respecter les distances
d’approche suivantes :
Tension entre les phases
Distance d’approche
De 300 à 750 volts
Conducteur gainé : 0
Conducteur dénudé : 300 mm
De 750 à 5 000 volts
300 mm
De 5 000 à 27 000 volts
600 mm
De 27 000 volts à 44 000 volts
900 mm
Illustration no 57
Distance d’approche
55
Si le travail est de telle nature que ces distances ne peuvent pas être respectées, on doit
obligatoirement demander à l’entreprise d’exploitation électrique d’installer un écran
isolant ou de mettre le réseau hors tension. Les travailleurs doivent en tout temps maintenir une distance minimale de 150 mm entre eux et les écrans isolants. Leurs outils
peuvent par contre s’approcher davantage s’ils possèdent des propriétés isolantes.
6.3.2 Distances sécuritaires entre les branches et le réseau
moyenne tension
Avant de monter dans un arbre au moyen d’une échelle, d’une corde ou de grimpettes, on
doit s’assurer que les branches sont situées à une distance sécuritaire du réseau électrique.
Si des branches sont situées parallèlement à un réseau moyenne tension ou au-dessus de
celui-ci, elles ne doivent pas être à moins de 600 mm de la ligne. Si elles se trouvent en
dessous de la ligne, elles ne doivent pas s’en approcher à moins de 300 mm.
600 mm
300 mm
300 mm
Illustration no 58
Distances sécuritaires entre les branches et le réseau électrique aérien
6.3.3 Principe du dégagement progressif à proximité d’un réseau
électrique aérien
Lorsque des branches sont situées à l’intérieur de la distance sécuritaire, le travailleur ne
peut pas grimper dans l’arbre. Il doit alors appliquer le principe du dégagement progressif.
Ce principe s’applique lorsqu’il s’agit d’un réseau inaccessible au moyen d’une nacelle.
Les détails concernant sa mise en application se trouvent dans la norme B461.1-06 de
Hydro-Québec.
56
6.3.4 Utilisation d’un engin élévateur à proximité d’un réseau
électrique aérien
Les engins élévateurs à nacelle doivent être munis d’un bras isolé conforme à la norme
CAN/CSA-C225-00. Un programme d’entretien incluant une vérification diélectrique
annuelle doit être mis en œuvre et respecté. Une étiquette doit être apposée sur le
véhicule pour indiquer la période de validité de la vérification diélectrique. Lorsqu’un bras
est endommagé ou lorsque le temps est venu d’effectuer la vérification annuelle, on ne
doit pas utiliser l’engin pour travailler à proximité d’un réseau électrique.
6.3.5 Déplacement d’un engin élévateur entre les conducteurs
basse tension et moyenne tension
L’utilisation d’un sécateur hydraulique ou d’une scie à chaîne hydraulique munis d’un manche
suffisamment long permet, dans plusieurs cas, d’effectuer l’élagage sans qu’il soit nécessaire
de déplacer l’engin élévateur entre les conducteurs basse tension et moyenne tension.
Si la distance entre l’engin élévateur et les conducteurs basse tension et moyenne tension
est sécuritaire, les déplacements sont permis. Par contre, si on ne peut pas respecter une
distance sécuritaire, on doit installer des couvre-conducteurs pour poursuivre le travail.
Illustration no 59
Déplacement d’un engin élévateur entre les conducteurs basse tension et moyenne tension
57
6.3.6 Utilisation d’outils isolés à proximité d’un réseau
électrique aérien
Lorsque l’on effectue des travaux à proximité d’un réseau sous tension (à l’intérieur
des distances sécuritaires), l’outillage doit respecter certains critères. Les manches des
sécateurs manuels, le manchon sur la corde, les manches des sécateurs hydrauliques
ainsi que les scies à chaîne hydrauliques doivent être isolés conformément à la norme
ASTM F 711. Un programme d’entretien incluant une vérification diélectrique annuelle
doit être mis en œuvre. Une étiquette doit être apposée sur les manches pour indiquer la
période de validité de la vérification diélectrique. Les manches ne doivent pas être utilisés
lorsqu’ils sont en mauvais état ou lorsque le temps est venu d’effectuer la vérification
annuelle.
6.3.7 Aménagement du poste de travail à proximité d’un réseau
électrique aérien
Tout élagueur effectuant des travaux à proximité d’un réseau électrique aérien doit
respecter les étapes décrites dans le document Poste de travail – maîtrise de la végétation,
publié par Hydro-Québec. En plus de respecter ces étapes, il doit aussi s’assurer que l’aire
de travail répond aux exigences de sécurité en ce qui a trait à la signalisation, à la tenue
des lieux ainsi qu’à l’organisation des mesures d’urgence.
Les travaux effectués d’urgence comportent des risques
particuliers. Seuls les élagueurs autorisés par le responsable
de l’entrepreneur sur le lieu de travail peuvent exécuter
ces travaux en appliquant les méthodes qui s’imposent
en pareille circonstance.
58
Illustration no 60
Vérification du lieu de travail lors des travaux d’urgence
59
Lexique
Aire de travail : lieu physique où les
travailleurs accomplissent une tâche. Ce
lieu inclut l’endroit où les travaux d’arboriculture sont effectués, l’endroit où les
branches sont déchiquetées et tout autre
endroit où circulent les travailleurs.
Conducteur : élément constitué d’un
matériau conducteur ayant généralement
la forme d’un fil massif ou toronné et servant au transport de l’énergie électrique et
aux communications.
Corde de guidage : corde semi-statique
ou statique ne supportant pas de charge et
permettant de mieux diriger la descente
d’une branche ou d’une bille en rétention.
Corde de positionnement : corde semistatique servant à la fois au positionnement et à l’assurance de l’élagueur.
Corde de rétention : corde semi-statique
permettant de retenir et de contrôler une
branche ou une bille au moment de sa
coupe.
Cylindre de friction : appareil permettant
de contrôler par friction la vitesse de
descente d’une bille ou d’une branche.
Débris : toute matière végétale résultant
des travaux d’arboriculture.
Distances minimales d’approche : les
distances minimales d’approche sont celles
définies à la section 6.3.
Dormant de la corde de
positionnement : extrémité de la corde
de positionnement qui n’est pas soumise
à une charge.
Démontage : opération d’abattage d’un
arbre consistant à supprimer les ramifications les unes après les autres et à couper
le fût en sections.
Entreprise de services publics :
ensemble des entreprises d’énergie et
de télécommunications.
Épissure : résultat de l’opération
d’épissage qui consiste à entrelacer des
fils ou des torons, soit pour réunir deux
cordages, soit pour former une boucle à
l’extrémité d’un cordage.
Travailleur au sol : travailleur assistant le
grimpeur à partir du sol.
Réunion d’information : réunion
préalable aux travaux, au cours de laquelle
le responsable de l’équipe explique aux
membres qui la constituent, sur le lieu
de travail, les dangers et les risques, les
méthodes de travail sécuritaires et les
mesures de sécurité, et donne d’autres
instructions relatives aux travaux à
effectuer.
Longe de positionnement : courroie
ajustable permettant à l’élagueur de se
positionner dans l’arbre.
Maîtrise de la végétation : ensemble
des activités permettant à une entreprise
d’énergie électrique et à ses entrepreneurs
autorisés d’intervenir sur la végétation afin
d’assurer le bon fonctionnement de son
réseau ainsi que la sécurité du public et des
travailleurs. (H.Q. B.46.1-06)
Matériau isolant : matériau dont les
propriétés physiques et électriques sont
conformes à la norme ASTM F 711 et qui
fait l’objet d’un programme d’entretien
préventif.
60
Matériau non conducteur : matériau
dont les propriétés physiques et électriques
sont similaires à celles d’un matériau
isolant, mais dont la conformité à la norme
ASTM F 711 ne peut être démontrée.
Un matériau isolant qui n’a pas fait l’objet
d’un programme d’entretien préventif,
lorsqu’un tel programme est prescrit,
est considéré comme un matériau non
conducteur.
Rétention : utilisation d’une corde pour
retenir les branches aux sections de fût
coupé.
Travaux d’arboriculture : tous les travaux
relatifs au traitement et à l’entretien des
arbres. Ces travaux comprennent, entre
autres tâches, l’élagage, l’abattage, le
haubanage et l’essouchement en plus des
travaux reliés à la maîtrise de la végétation.
Mousqueton avec système d’ouverture
à double action : mousqueton muni d’un
dispositif qui se referme et se verrouille
automatiquement et qui, seulement sous
l’action d’au moins deux manœuvres
consécutives intentionnelles, se déverrouille
et s’ouvre.
Mousqueton avec système d’ouverture
à triple action : mousqueton muni d’un
dispositif qui se referme et se verrouille
automatiquement et qui, seulement sous
l’action d’au moins trois manœuvres
consécutives intentionnelles, se déverrouille
et s’ouvre.
Les mousquetons doivent être conformes à
la norme CSA Z259.12-01 et posséder une
capacité minimale de 22 kilo newtons.
Nœuds d’ancrage : nœuds utilisés à
l’extrémité d’une corde et permettant de
l’attacher au harnais.
Point d’ancrage : endroit permettant de
fixer la corde de positionnement sur l’arbre.
Protège-cambium : sangle ou corde
possédant deux anneaux, l’un étant plus
petit que l’autre, qui permettent d’installer
la corde de positionnement sans que celleci soit soumise à une friction excessive.
61
Zone dangereuse : endroit où il y a risque
de chute de branches ou de billes au cours
des travaux.
Documents de référence
Les documents énumérés ci-dessous, auxquels le texte se reporte, constituent
un complément au présent document.
Équipement de protection individuelle
CAN/BNQ 1923-450-M91
Appareil de protection des jambes pour les
utilisateurs de scie à chaîne
CAN/CSA-Z94.1-05
Casques de sécurité pour l’industrie
NF EN 397
Casques de protection pour l’industrie
ANSI Z89.1-2003
Casque de sécurité industriel
CAN/CSA-Z195-02
Chaussures de sécurité
CSA-Z94.2-94
Protecteurs auditifs
CAN/CSA-Z94.3-00
Protecteurs oculaires et faciaux pour
l’industrie
CAN/CSA-Z195-02
Chaussures de protection
ASTM F1506-01
Standard Performance Specification for
Flame Resistant Textile Materials for Wearing
Apparel for Use by Electrical Workers
Exposed to Momentary Electric Arc and
Related Thermal Hazards
Équipement de protection contre les
chutes de hauteur
CAN/CSA-Z259.11-M92
Absorbeurs d’énergie pour dispositifs
antichute
CAN/CSA-Z259.1-95
Ceintures de sécurité et cordons d’assujettissement
CSA Z259.2.1-98
Dispositifs antichute, cordes d’assurance
verticales et guides
CSA Z259.2.3-99
Dispositifs descendeurs
ASTM F887-97
Standard Specifications for Personal
Climbing Equipment
CAN/CSA-Z259.10-M90
Harnais de sécurité
CSA-Z259.12-01
Accessoires de raccordement pour les
systèmes personnels de protection contre
les chutes (SPPCC)
CSA-Z259.14-01
Équipement de limitation de chute pour
grimper sur les poteaux de bois
Outils de travail
CSA-Z62.1-03
Scies à chaîne
CAN/CSA-Z62.3-04
Recul de scies à chaîne
CAN3-Z11-M81
Échelles portatives
CAN4-S503-M83
Extincteurs d’incendie à anhydride
carbonique à main ou sur roues
ASTM F1825-97
Standard Specification for Fixed Length
Clampstick Type Live Line Tools
CSA B376-M1980
Réservoirs portatifs pour l’essence et autres
combustibles de pétrole
Véhicules et équipement mobile
CAN/CSA-C225-00
Engins élévateurs à nacelle
CSA Z150-98
Code de sécurité sur les grues mobiles
Lois et règlements
Loi sur la santé et la sécurité du travail
Loi sur les accidents du travail et les maladies
professionnelles
Règlement sur la santé et la sécurité du
travail
Règlement sur les normes minimales de
premiers secours et de premiers soins
62
Annexe
Fiche technique
Harnais pour élagueur, CSST
Annexe
64
65
Liste des illustrations
No 1 : Équipements de protection
individuelle
o
N 2 : Nœud de chaise simple
No 3 : Nœud de cabestan
No 4 : Nœud en huit double
No 5 : Nœud d’ancre
No 6 : Nœud de cravate
No 7 : Nœud de pêcheur
No 8 : Nœud de Prussik
No 9 : Nœud de Blake
No 10 : Nœud de Valdôtain tressé
No 11 : Nœud de Souabe
No 12 : Nœud de Tautline
No 13 : Nœud de Distel
No 14 : Nœud de Machard
No 15 : Méthode traditionnelle
No 16 : Méthode avec pont
No 17 : Protège-cambium
No 18 : Équipements requis pour les travaux
en appui sur corde
o
N 19 : Mousqueton avec système d’ouverture
à triple action
o
N 20 : Équipements requis pour le travail
à l’aide de grimpettes
o
N 21 : Équipements requis pour le travail à
l’aide d’une nacelle
o
N 22 : Délimitation de l’aire de travail
No 23 : Échelle
No 24 : Scies à chaîne d’élagage et d’abattage
No 25 : Démarrage au sol d’une scie à chaîne
d’élagueur
No 26 : Démarrage d’une scie à chaîne
No 27 : Démarrage dans l’arbre d’une scie
à chaîne d’élagueur
No 28 : Utilisation d’une scie à chaîne
d’élagueur dans un arbre
No 29 : Scie à perche hydraulique
No 30 : Engin élévateur à nacelle
No 31 : Inspection des lieux
No 32 : Truc pour respecter l’inclinaison
de l’échelle
No 33 : Travail à l’aide d’une échelle
No 34 : Grimper à l’aide des branches
9
11
11
11
11
11
11
12
12
12
12
12
12
12
12
12
13
13
13
14
15
17
19
20
21
21
22
22
23
25
29
No 35 : Installation du système avec
pont à partir du sol
33
o
N 36 : Grimper en Footlock
34
No 37 : Choix du point d’ancrage
35
No 38 : Test pour vérifier la capacité
du point d’ancrage
36
No 39 : Passage de la nacelle à l’arbre
37
No 40 : Tension-compression
38
o
N 41 : Conséquence de la vitesse d’exécution
de la coupe
39
o
N 42 : Lieu de tombée de la branche en
fonction de la coupe effectuée
39
o
N 43 : Démontage
41
No 44 : Travailleur au sol
42
No 45 : Haubanage et chirurgie
43
No 46 : Technique de mesurage de la
hauteur à l’aide d’une baguette
44
No 47 : Confection de la charnière
45
No 48 : Voie de retraite
45
No 49 : Déchiquetage des branches
46
No 50 : Essouchement
47
No 51 : Travaux dans le voisinage d’un réseau
électrique aérien
49
No 52 : Travaux à proximité d’un réseau
électrique aérien
50
No 53 : Contact direct avec le réseau
électrique aérien
51
No 54 : Contact indirect avec le réseau
électrique aérien
51
No 55 : Zones du réseau électrique aérien
52
No 56 : Appareillage du réseau électrique
aérien
53
o
N 57 : Distance d’approche
55
No 58 : Distances sécuritaires entre les branches
et le réseau électrique aérien
56
No 59 : Déplacement d’un engin élévateur
entre les conducteurs basse tension
et moyenne tension
57
o
N 60 : Vérification du lieu de travail lors
des travaux d’urgence
59
30
31
32
66
Notes
Notes
Guide de prévention
www.csst.qc.ca :
une adresse branchée sur vos besoins !
DC 300-434-1 (09-04)
Pratiques de travail
sécuritaires en
arboriculture-élagage
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising