Manuel d`utilisation Obi 2014

Manuel d`utilisation Obi 2014
mini implant
Ø 2,7
Manuel
d’utilisation
2
Édito
euroteknika groupe représente le bilan de 20 années d’applications cliniques, et de 24 années de recherche
et développement confirmées par l’aide précieuse de laboratoires de recherche reconnus au plan international.
La conception de nos implants s’appuie sur la triple compétence d’une équipe réactive et expérimentée en
implantologie :
Compétence technique et bio-mécanique de nos ingénieurs permettant de garantir la résistance des composants
et leur adaptation aux sollicitations buccales grâce aux moyens modernes de simulation.
Compétence biologique et physiologique des laboratoires associés permettant de valider la capacité d’ostéointégration de nos systèmes.
Compétence clinique et pratique de nos dentistes et prothésistes conseils assurant l’ergonomie de nos produits,
la rationalisation de nos protocoles et la définition des gammes adaptées aux différents cas cliniques rencontrés.
L’implant OBI que vous découvrez s’appuie sur un recul de plus de 30 ans, puisque les premiers
implants de petite taille (< 3 mm) ont été posés aux USA en 1976. Inspiré également de nombreux
concepts ayant fait leur preuve sur les implants de plus gros diamètre (filet asymétrique, col
évasé…) il constitue un complément de gamme indispensable à votre système actuel.
Afin de vous permettre de tirer le meilleur parti des implants OBI, nous avons réalisé ce manuel avec un souci de
professionnalisme et vous invitons à y accorder un oeil attentif. Le moindre détail a son importance et souligne
d’autant plus la différence entre l’amateur et le spécialiste.
3
4
Sommaire
Avertissement
p. 6
Informations générales
p. 07 à 10
étude pré-implantaire
p. 11 à 14
Chirurgie
p. 15 à 22
Présentation de la trousse
p. 16
Préparation du site implantaire
p. 17
Présentation des implants
p. 18
Protocole chirurgical
p. 19
La prothèse
p. 23 à 25
Scellée
p. 24
Amovible
p. 25
5
Avertissement
La pose des implants euro teknika groupe doit être effectuée par un praticien préalablement formé aux
techniques de l’implantologie dentaire, et dans des conditions d’asepsie adaptées à ce type d’intervention.
<b>
</b><m>
</m>
Les instructions qui suivent vous guideront dans le déroulement des différentes phases à mettre en œuvre
pour réaliser vos traitements implantaires. Elles sont assorties de conseils les plus précis possible, mais ne
peuvent servir de “recettes”, chaque cas clinique étant un cas particulier. Un très grand nombre de facteurs
agissent en interdépendance pour aboutir à la réussite d’un traitement implantaire. Il appartient au praticien
d’en connaître les principales clés, et de tirer parti de son expérience clinique. D’autre part, la coordination entre
le laboratoire de prothèse et le praticien doit être parfaite afin que le plan de traitement global soit cohérent.
Le praticien reste seul responsable de ses différents choix et décisions quant à la faisabilité du traitement, aux
implants, pièces prothétiques et matériaux utilisés, réglages… Les spécifications techniques et conseils cliniques
contenus dans le présent manuel sont donnés à titre purement indicatif dans le but d’assistance, et ne peuvent
donner lieu à aucune réclamation. L’ensemble des informations primordiales sont indiquées sur la notice fournie
avec les produits.
Nous avons apporté un soin particulier à la conception et à la réalisation de nos produits ; nous nous réservons
néanmoins le droit d’apporter des modifications ou améliorations découlant de nouveaux développements
techniques de notre système implantaire. Toute modification ayant une incidence sur le mode opératoire vous sera
signalée. Selon l’importance de ces modifications, un nouveau manuel pourra vous être remis. En effet, un indice au
dos indique la date d’édition de votre manuel de chirurgie, et nous permet de vérifier que vous possédez toujours
les dernières mises à jour. Vous pourrez vous même trouver sur notre site web quelle est la version en vigueur de
ce manuel.
La reproduction et la diffusion de tout ou partie de cet ouvrage nécessitent l’accord préalable de la société
euro teknika groupe .
</b><m>
6
</m>
<b>
I n f o r mati o n s
général e s
7
Informations générales
Indications générales DE L’IMPLANT
Indications générales des implants :
Manque de rétention d’une prothèse adjointe
Instabilité d’une prothèse adjointe
Inconfort fonctionnel avec les prothèses adjointes
Refus psychologique de port d’une prothèse adjointe
Habitudes parafonctionnelles qui compromettent la
stabilité d’une prothèse adjointe
L’implant “OBI” est un implant
trans-muqueux
Conçu pour être posé en un temps chirurgical ; ses
caractéristiques lui confèrent une grande stabilité
primaire de manière à pouvoir réaliser des mises en
charge immédiates, lorsque le praticien estime que
l‘ensemble des conditions nécessaires pour ce plan de
traitement accéléré, sont réunies.
Localisation et nombre inadéquats de piliers
résiduels
Absence de piliers dentaires pour réaliser une prothèse
fixée
Edentement unitaire avec des dents adjacentes
saines
Agénésie dentaire
Demande d’une thérapeutique conservatrice (refus de
mutilation des dents saines
Stabilisation de prothèse amovible
Dans une crête mince, et pour répondre aux patients
les plus démunis, face aux solutions implantaires
conventionnelles onéreuses, ou les moins motivés par
un traitement implantaire lourd nécessitant plusieurs
chirurgies, 2 à 4 implants OBI permettent de stabiliser
une prothèse amovible.
Optimisation de l’implantation
Implant provisoire
Son faible diamètre et son coût réduit permettent de
l’envisager là où un implant traditionnel serait trop
volumineux (c’est le cas de certaines incisives), ou de
l’utiliser en complément des implants classiques en vue
de sécuriser le traitement. Grâce à son pilier calcinable,
il permet aussi de remplacer les 2 racines d’une même
dent sur une molaire.
Leur faible diamètre permet de placer les miniimplants entre les implants définitifs, dans le même
temps chirurgical. Tandis que ces derniers seront
mis en nourrice, les mini-implants pourront être
surmontés d’une prothèse provisoire, apportant ainsi
une solution esthétique au patient tout en respectant
la durée nécessaire à l’ostéo-intégration des implants
principaux.
Espace mésio-distaux réduits
Remplacement d’une incisive centrale du bas ou d’une incisive latérale(*).
Contre-indications Des IMPLANTs (RAPPEL)
Contre-indications absolues
Contre-indications relatives
Les troubles psychologiques majeurs
Les cardiopathies à risque
Les pathologies systémiques non contrôlées
La dépendance alcoolique ou médicamenteuse
l’âge du patient (patient jeune en période de croissance)
Une mauvaise hygiène du patient
Un patient bruxomane ou présentant un macroglotie
Elle sont représentées par :
un volume et/ou une qualité osseuse insuffisants
une distance interocclusale insuffisante
un patient à risque (patient irradié, bruxomane,
parodontite non contrôlée, tabagisme)
un site de type D4 si l’implant est utilisé seul.
(*) L’implant OBI ne pourra être utilisé pour la stabilisation unitaire d’une canine. Pour le remplacement d’une
molaire, il devra être accompagné d’un deuxième implant OBI (ou autre).
8
Garanties
En cas de non ostéointégration, vous devrez en informer votre conseiller commercial, afin que nous
puissions analyser les causes de cet échec, et apporter les actions correctives nécessaires. Un échange
pourra avoir lieu dans le cas où un défaut du produit est en cause ; si l’échec résulte d’une mauvaise
analyse du cas clinique, d’un protocole opératoire non adapté à ce cas, de l’utilisation de forets usés… ou toute
autre raison indépendante de la qualité de nos produits, la garantie ne pourra être prise en compte.
Conditionnement DES PIèCES
Stérilité & régles d’asepsie
La plupart de nos pièces sont livrées stériles, et par
conséquent utilisables dès réception. Une pastille
témoin indique la stérilité effective des composants sur
leur emballage.
La stérilité est garantie 5 ans (à partir de la date de
stérilisation après emballage complet de nos produits).
Une date de péremption normalisée est mentionnée
sur l’étiquetage.
Seul un emballage intact permet de garantir
l’étanchéïté et la stérilité des produits. Ne pas utiliser
des implants dont l’emballage aurait été endommagé
ou ouvert prématurément.
Nos produits ont été conçus afin que leur manipulation
permette de les maintenir à l’état stérile. Il est donc
important de respecter une gestuelle précise pour ne
pas compromettre les conditions d’hygiène
conventionnelles de la pratique implantaire.
Les pièces et instruments livrés non-stériles utilisés
pour le traitement implantaire doivent être décontaminés
et, selon un processus validé, stérilisés au cabinet.
Stérile
Implants
Non stérile
x
Eléments prothétiques
x
Forets
x
Etiquettes
Nos implants sont livrés avec 2 étiquettes mentionnant
clairement la marque, la référence et le n° de lot :
1 étiquette pour le dossier patient du praticien ayant
posé les implants.
1 étiquette pour le correspondant le cas échéant.
Avec ce manuel, vous trouverez des “cartes patient” à
remplir avec les références des implants posés, et à leur
remettre. Ceci permet d’assurer toute ré-intervention sur
le site, quel que soit le lieu de résidence du patient.
Stockage DES PIèCES
Les implants doivent être conservés, dans un endroit propre, sec et frais.
9
Informations générales
Précautions d’utilisation
Il est fortement recommandé d’avoir un stock
d’implants permettant de couvrir les différentes
longueurs. Il est indispensable de pouvoir corriger
son choix d’implant en cours d’intervention, remplacer
un implant souillé pour quelle que raison que soit,
mettre un implant supplémentaire dans certains
cas pour assurer le traitement à long terme…
Nous recommandons d’utiliser un “parachute” sur les
instruments afin d’éviter la chute accidentelle d’outils
dans la gorge du patient.
Il est fortement recommandé de mettre en forme
le site receveur avec les instruments euroteknika
groupe présentés dans ce manuel.
L’utilisation de l’implant requiert une bonne maitrise
du réglage de l’occlusion, de la gestion des axes
implantaires lors de la préparation du site, ainsi qu’un
positionnement précis des implants par rapport aux
cuspides et à la face occlusale. De manière générale
tout élément du traitement ayant une incidence sur la
distribution et l’orientation des contraintes masticatoires
devra être pris en compte afin de ne pas “surcharger”
l’implant.
10
Pour utiliser l’implant OBI pilier en prothèse fixe, il
convient de bien étudier avant la pose de l’implant
l’espace coronaire disponible, et la faisabilité de
l’insertion de l’implant dans l’axe prothétique.
En effet, cet implant tolère très peu de retouches (voir
chapitre sur l’étude pré-implantaire).
Lorsque l’implant OBI est utilisé en prothèse
amovible, le rabasage de la prothèse est indispensable
pour obtenir un appui muqueuse et ne pas concentrer
la charge sur les implants. Un rebasage régulier est
nécessaire pour assurer la pérénnité du traitement.
é tu d es
p ré-i m p l antai r e
11
Etude pré-implantaire
Elle est nécessaire pour évaluer la faisabilité du traitement implantaire, et
déterminer le plan de traitement.
Faisabilité du traitement implantaire
Cette étude s’appuie sur différents éléments
Un questionnaire patient pour mettre en évidence
d’éventuels problèmes de santé/médications, qui
pourraient avoir une incidence sur le succès du
traitement, la consommation d’alcool, de tabac, ou de
drogues, l’hygiène buccale générale…
Des examens biologiques (glycémie, …)
Un dossier radiologique complet permettant
d’apprécier les volumes osseux disponibles.
Un examen buccal qui renseigne sur l’ouverture
buccale, la ligne de sourire du patient (s’agit-il d’un
sourire gingival ?), les hauteurs coronaires et le volume
osseux disponibles, le type d’occlusion…
Un traitement implantaire ne pourra être amorcé avant
l’assainissement complet de tous les foyers infectieux
du patient.
Des modèles d‘étude complets avec les deux arcades
en occlusion.
L’implant pilier boule utilisé pour la prothèse fixe a une hauteur extra-osseuse de 8,5 mm.
Cette hauteur peut être limitée en enfouissant une partie du col évasé d’implant (0,6 mm) voir p.25.
Si nécessaire, en cas de hauteur coronaire réduite
en prothèse fixe, la boule pourra être supprimée mais
seulement une fois l’ostéo-intégration de l’implant
terminée, c’est à dire sous un délai de 3 à 6 mois selon
l’arcade.
ou
Enfouissement
maximum du col :
0,6 mm.
Malgré la conception monobloc de l’implant, la mise en charge n’est pas obligatoire : possibilité de réaliser une
prothèse en sous occlusion ou, en prothèse amovible, de ne pas relier les piliers boule à l’overdenture le temps de
l’ostéo-intégration.
Cependant, du fait du non enfouissement de l’implant et de son faible diamètre, une analyse précise des forces en
présence et de leur répartition devra être menée afin d’apprécier au mieux la faisabilité d’un tel implant.
Classification des structures osseuses*
1 : très forte densité d’os compact
2 : couche épaisse d’os cortical autour d’un noyau dense
du tissu spongieux
3 : fine couche d’os cortical autour d’un noyau important
de trabécules (spongiosa dense)
4 : fine couche d’os cortical autour d’un noyau important
de trabécules très lâches (faible densité)
12
A : os alvéolaire résiduel suffisamment important
B : résorption modérée de la crête alvéolaire
C : résorption importante de la crête
D : début de résorption de l’os basal
E : résorption importante de l’os basal
* Misch, (1998) Lekholm et Zarb (1985), Classification of partially
edentulous arches for implant dentistry.
Guide pour le choix DES IMPLANTS
Volume osseux disponible
Dans le plan mésio-distal
Prévoir 2 mm entre les spires d’un implant et les dents
naturelles adjacentes.
Prévoir 3 mm entre les spires de deux implants
adjacents.
Dans le sens vestibulo palatin-lingual
Laisser, si possible, 1.5 à 2 mm d’épaisseur d’os autour
des faces vestibulaires, palatines et linguales.
Dimensions de la couronne et charges occlusales
L’analyse des forces en présence est indispensable
pour évaluer la fiabilité du traitement implantaire avec un
implant de petit diamètre.
Dans le cas d’une prothèse amovible, les implants
devront être rigoureusement parallèles entre eux et
situés dans un plan perpendiculaire du plan occlusal.
Les cuspides d’appui devront être situées dans l’axe
implantaire (meilleure répartition des forces sur l’os).
Un rebasage régulier de la prothèse permettra
d’assurer l’appui muqueux de la prothése et réduira ainsi
la sollicitation des implants.
L’implant devra être placé au centre de la force
occlusale et dans l’axe prothétique.
Choix de l’implant
Seuls les implants réf. OIC.27.85.090,
OIC.27.85.110,
OIC.27.85.130,
OIC.27.85.150
permettent de réaliser des prothèses fixes scellées.
Pour stabiliser une prothèse amovible, utiliser si
possible 4 implants ou au minimum 2. Sélectionner des
implants de 11 mm minimum.
Ces implants peuvent aussi être utilisés pour stabiliser
une prothèse amovible en cas de hauteur gingivale
importante.
13
étude pré-implantaire
Utilisation des transparents de chirurgie
Afin de vous guider dans le choix de l’implant, en terme de longueur et de diamètre, euro teknika groupe a mis
au point des transparents de chirurgie reprenant les dimensions de ses différents implants. Ainsi, les implants sont
représentés à des facteurs d’échelle de 1:1, 1.3:1 et 1.7:1. Ces grandissements correspondent aux grandissements
conventionnels des différents types de dispositifs d’imagerie médicale : rétro-alvéolaire, radiographie panoramique
SCANORA, CBCT (Cone Beam).
<b>
</b><m>
</m>
Quand le praticien connaît avec précision le grandissement de son cliché pré-opératoire, et si ce grandissement
est de 1:1, 1.3:1 ou 1.7:1, il peut par simple superposition du transparent sur le cliché déterminer quel type
d’implant peut s’intégrer dans le volume qui lui est disponible (transparent portant la mention d’échelle 1:1 pour un
grandissement du cliché de 1:1, transparent portant la mention d’échelle 1.3:1 pour un grandissement du cliché de
1.3:1 et transparent portant la mention d’échelle 1.7:1 pour un grandissement du cliché de 1.7:1 ).
Lorsque le facteur d’échelle n’est pas connu avec précision par le praticien ou pour éviter toute erreur de
grandissement, il est possible d’utiliser un objet de référence en bouche de dimensions connues, lors de la prise
du cliché et par calcul ainsi déterminer ensuite le grandissement associé.
grandissement =
dimensions de l’objet de référence mesurées sur cliché
dimensions réelles de l’objet de référence
Les dimensions réelles de l’objet de référence devront être connues avec une précision minimale de ± 15µm.
L’objet de référence devra être placé en bouche dans le même plan que le plan osseux dont on voudra déterminer
le volume. Une attention particulière sera apportée pour que le patient n’avale pas cet objet de référence (on pourra
par exemple englober cet objet dans du matériau d’empreinte et faire mordre le patient ou utiliser un fil parachute
si la géométrie de l’objet de référence en permet l’attache).
Ainsi, si ce facteur d’échelle est de 1:1, 1.3:1 ou 1.7:1, les transparents peuvent être utilisés.
Dans tous les cas, si le grandissement est différent de 1:1, 1.3:1 ou 1.7:1, il ne sera pas possible d’utiliser les
transparents de chirurgie fournis par euro teknika groupe mais le volume d’os disponible pourra être déterminé
grâce à des calculs de proportionnalité à partir de la radio et du grandissement calculé.
<b>
</b><m>
</m>
C’est à ce stade de planification pré-implantaire que le praticien doit également opérer une planification préprothétique, car l’implantologie est un projet prothético-guidé. En effet, planification pré-prothétique et planification
chirurgicale sont étroitement liées et toute modification de l’une de ces planifications a un impact sur l’autre. Ainsi,
le nombre, le diamètre, la longueur, l’emplacement et l’orientation des implants doivent être déterminés à ce stade
en fonction de la reconstruction prothétique visée.
14
C H I RUR G I E
15
Présentation de la trousse et généralités
La trousse de chirurgie
L’enjeu de la réalisation du puits implantaire se situe à
trois niveaux :
Un calibrage du puits permettant d’obtenir une bonne
stabilité primaire de l’implant, condition essentielle pour
l’ostéo-intégration.
Un échauffement minimum afin d’éviter toute
nécrose osseuse irréversible. La préparation du
site sera donc réalisée sous irrigation externe
constante de chlorure de sodium à 0,9 %.
Le seuil de température critique se situe à 47°C
pendant 1 mn. A 50°C, la nécrose est irréversible.
Un axe de travail parfaitement contrôlé afin d’éviter
tout effet de “bras de levier”. Le guidage du foret par le
découpeur gingival permet de mieux respecter un axe
de travail constant.
Avertissement
Il convient d’avoir choisi les pièces prothétiques destinées
aux implants que vous allez poser avant la préparation
du puits implantaire, et ce, afin de positionner le plus
précisément possible les implants.
ATTENTION
Au-delà de la qualité de l’irrigation, il convient
également d’utiliser des forets dont le pouvoir de
coupe n’a pas été altéré par un nombre d’utilisations
excessif.
Les instruments sont présentés dans leur ordre
d'utilisation matérialisé par un parcours flèché sur la
trousse. Des numéros indiquent les principales étapes
de chaque séquence.
Réf. OICK 27 XX 00
1. Découpeur gingival
2. Foret pointeur Ø 1.5- Ø 2.2
3. Foret Ø 2
4. Jauge de profondeur
5. Axes de parallélisme
- Clé à cliquet
- Mandrin hexagonal interne Ø 2.5
pour l’entrainement de l’implant
- Rallonge mandrin
- Clé hexagonale interne Ø 2.5 pour
l’entrainement de l’implant (longue et
courte)
Photo non contractuelle
16
Gamme mini implant boule et mini implant pilier boule Obi
Implants Ø 2.7
pour prothèse amovible
Implants Ø 2,7
ht. 6,8 mm
ht. 8.5 mm
lg.
lg.
Livrés sur demande avec un attachement O’Ring.
Livrés sur demande avec une pièce prothétique ou un
attachement au choix.
Pour prothèse scellée ou amovible en cas d’épaisseur
gingivale importante.
Une solution fiable aux édentés totaux
Dans une crête mince, et pour répondre aux patients les plus démunis face aux solutions implantaires conventionnelles
onéreuses, ou les moins motivés par un traitement implantaire lourd nécessitant plusieurs chirurgies.
Clic
17
L’implant OBI
Cas extrêmes
Lorsque l’implant Naturex Ø 3-2.2 est encore trop volumineux pour l’espace osseux disponible.
Schéma des implants
ø 5.2
ht. 6.5 mm
ht. 6.5 mm
ht. 2 mm
ø 2.9
ht. 1 mm
ht. 1 mm
ø 4.3
ø 4.3
ø 3.5
ht. 4 mm
ht. 4 mm
ht. 3 mm
ht. 1.5 mm
ø 2.7
Sablage
Longueur commerciale
Profil
apparent
0.8 mm
° /7 °
40°
ht.
2.8 mm
ø 2.35
18
Mordançage
e
40
Un do
ub
u
e
0.3 mm
7°
Pas réel
1.60
mm
ht. 0.5 mm
d
l
e
fil
a sy m é t ri q
et
Protocole CHIRURGICAL
IMPlants Ø 2.7
lg 9 - 11 - 13 - 15 mm
D4 - D3 - D2 - D1
Ø2
Foret
Découpeur
gingival
ou
Foret
Découpeur
gingival en
guide de forage
Ø 2.7
Exemple
d’enfouissement pour
implant longueur 11 mm
transposable aux autres
longueurs d’implants.
19
Le protocole pas à pas
1
Incision
En fonction du volume osseux disponible et de
l’expérience du praticien, l’incision sera pratiquée.
Soit avec une lame de bistouri :
Pratiquer une incision crestale à travers la gencive
attachée, puis soulever un lambeau mucopériosté
rattaché du côté lingual
Soit à l’aide du découpeur gingival
fourni dans la trousse :
Centrer le découpeur sur le site à implanter et
appuyer; enlever la pastille gingival au centre
du découpeur, remettre le découpeur en
place en vérifiant son orientation angulaire car elle
déterminera l’axe de forage.
2
Foret diamètre 2 mm
Si l’incision a été réalisée à l’aide du
découpeur gingival, le foret Ø 2 mm sera inséré
dans le trou central du découpeur qui lui servira de
guide et permettra de stabiliser l’axe de travail du
foret lors de la mise en forme du site. Elle sera ainsi
parfaitement calibrée. Vérifier que l’axe donné par la
queue du foret est satisfaisant avant la mise en route
du moteur.
Retirer le découpeur aprés avoir réalisé un avant trou
sur 3 ou 4 mm.
Les longueurs d’implants 9, 11, 13 et 15 mm
correspondent aux longueurs filetées et sablées,
mais n’incluent pas le col qui sera placé
supracrestalement. (p.21)
20
Attention
Ménager un espace minimum autour des implants selon
les règles communément admises en implantologie.
Dans le sens vestibulo-palatin ou lingual : laisser 1,5 à 2
mm d’épaisseur d’os.
Dans le plan mésio-distal : prévoir 2 mm entre les spires
d’un implant et une dent naturelle adjacente, voire 3 mm
entre les spires de deux implants.
Finaliser le forage jusqu’au repère déterminé,
sous irrigation externe constante de chlorure de
sodium, et à une vitesse comprise entre 1000 et
1200 tr/mn en fonction de la qualité de l’os. La
progression du foret doit se faire sans forcer. Si
tel est le cas, cela indique que des débris osseux
n’arrivent pas à s’évacuer en remontant le long de
l’hélice. Un simple mouvement de va-et-vient bien
contrôlé afin de ne pas ovaliser le site, permettra
d’obtenir une progression plus fluide du foret.
Ce mouvement ne requiert pas d’inversion du sens
moteur s’il est fait au bon moment.
Si le foret est bloqué, il pourra être dégagé en mode
“reverse”.
La profondeur d’utilisation du foret va déterminer la
compression de l’implant dans l’os. Le foret diamètre
2 mm est muni de 4 repères à 9, 11,13 et 15 mm. Ces
longueurs s’entendent “pointe de foret comprise”.
ou
Enfouissement
maximum du col :
0,6 mm.
Vous pouvez enfouir le tiers inférieur du col (0,6 mm) sans
instrumentation préalable pour limiter le dépassement supracrestal de l’implant.
L’os péri-implantaire dans la zone apicale de l’implant
étant généralement plus trabéculé, la stabilité primaire
de l’implant pourra être améliorée dans cette zone
en réduisant la profondeur de forage par rapport à la
longueur totale de l’implant. L’implant étant légèrement
conique et muni d’un évent autotaraudant, pourra
progresser efficacement.
3
Contrôle de l’axe implantaire
Insérer le côté le plus fin de la jauge de parallélisme
dans le puits implantaire pour apprécier l’axe
d’émergence de l’implant et guider le second forage
s’il y a lieu.
La partie supérieure de la jauge est évasée
afin de préfigurer la colerette d’appui prothétique, et
d’évaluer précisément l’espace nécessaire entre deux
implants.
21
Le protocole pas à pas
4
Insertion de l’implant
L’implant peut être placé manuellement ou au contreangle. Cette opération doit être réalisée avec le plus
grand soin pour que l’implant ne rentre pas en contact
avec un quelconque élèment non stérile avant insertion
dans le site osseux. Pour ce faire, utiliser le bouchon
préhenseur du tube d’implant. Transporter l’implant
jusqu’au site receveur et le présenter à l’entrée
du puits. Visser quelques tours de filets. Retirer le
bouchon et finir le vissage à la clé à cliquet munie de la
clé hexagonale interne.
Pour une mise en place au contre-angle, utiliser le
mandrin hexagonal interne à une vitesse de 15 à
25 tr/ mn afin de bien contrôler la descente de l’implant.
La mise en place au contre-angle permet de mesurer
le couple d’insertion de l’implant, et d’apprécier sa
stabilité primaire. Nous conseillons de mettre en place
l’implant à 30 N.cm minimum pour faire une mise en
charge différée et supérieure à 40 N.cm pour une mise
en charge immédiate ou précoce.
Il est recommandé de tester la stabilité primaire de
l’implant en fin de vissage en essayant de le mobiliser.
Si l’implant est mobile, sa stabilité primaire est
insuffisante et compromettra l’ostéointégration ; mieux
vaut le déposer, et envisager l’utilisation d’un implant
de diamètre supérieur si le volume osseux le permet.
5
Ostéo-intégration
La période habituelle pour obtenir une bonne ostéointegration est de 3 mois à la mandibule.
Le praticien doit définir cette période en prenant en
compte la qualité osseuse, la stabilité primaire de
l’implant et le plan prothétique.
Dans certains cas, le praticien peut décider de
connecter les parties prothétiques sans attendre pour
l’ostéo-integration.
Cependant, le praticien doit être capable d’analyser si
!
Les études et les données scientifiques prouvent que
la mise en charge immédiate sur mandibule quand la
prothèse est construite sur 4 implants reliés ensemble
est possible.
La mise en charge immédiate n’est pas recommandée
sur un implant unitaire.
en cas d’échec
Pour déposer un implant, utiliser un trépan de Ø
supérieur à l’implant posé & prélever la carotte osseuse
ainsi obtenue. La dépose de l’implant est facilitée par
l’utilisation d’un porte-implant vissé sur l’implant.
Le site pourra éventuellement être ré-implanté* :
- Si le patient est apte à recevoir un nouvel implant.
- Avec un implant de Ø supérieur si la pose de cet
implant a eu lieu dans le même temps.
22
les conditions du cas clinique permettent une mise en
charge immédiate.
Pour ré-implanter le site avec un implant de plus petit
diamètre, il convient d’attendre la cicatrisation complète
du puits réalisé**.
* Il est important d’analyser les causes de l’échec avant
d’envisager une ré-implantation éventuelle.
** Le praticien détermine s’il est opportun d’utiliser un
matériau de comblement.
L a p r othèse
23
Prothèse fixe SCeLLéE
1. Mise en place du pilier titane sur la partie coronaire
de l’implant; le pilier titane est muni de gorges afin de
pouvoir être utilisé comme transfert d’empreinte.
nota
Seuls les implants réf. OIC 27 85 090, OIC 27 85 110,
OIC 27 85 130, et OIC 27 85 150 permettent de réaliser
des prothèses fixes scellées.
2. Prise d’empreinte :
> Soit sur la boule de l’implant avec un materiau
d’empreinte suffisamment élastique. Dans ce cas,
insérer l’analogue de pilier boule directement dans
l’intrados de l’empreinte après retrait de cette
dernière.
> Soit sur le pilier titane d’empreinte. Retirer l’empreinte
et positionner l’analogue d’implant boule dans le pilier
puis dans l’intrados de l’empreinte. Pour couler le
plâtre, assurez-vous de la stabilité de l’ensemble pilier /
analogue en insérant un point de colle entre les deux.
3. Retrait de l’empreinte.
à ce stade, une dent provisoire pourra être réalisée à
l’aide du pilier titane afin de protéger l’implant, et de
proposer une solution esthétique temporaire (la dent
provisoire est mise en sous-occlusion afin de ne pas
nuire à l’ostéo-intégration).
4. Coulée du modèle.
A
B
Utilisation d’un
PILIER TITANE
5.A Mise en place du pilier titane sur la tête de
l’homologue pris dans le modèle ; de manière
conventionnelle, le méplat sera présenté de préférence
du côté palatin. Eviter de retoucher le pilier afin de ne
pas fragiliser la pièce dont les contours ont déjà été
minimisés. Si des retouches sont nécessaires, nous
vous recommandons d’utiliser le pilier calcinable (voir
b/).
6.A Passer une ou deux couches de séparateur.
7.A Modelage de la maquette en cire.
8.A Coulée.
9.A Montage de la céramique, cuisson, essayage sur
le modèle.
10.A Scellement en bouche du pilier titane sur
l’implant, puis scellement de la prothèse sur le pilier
titane.
5.B Mise en place du pilier calcinable sur la tête
de l’homologue pris dans le modèle ; son contour
peut être modifiable à souhait par le procédé de cire
ajoutée. La ligne de finition gingivale peut ainsi être
très individualisée, et répondre à toutes sortes de
situations cliniques, notamment lorsque le feston est
courbe et irrégulier.
6.B Modelage de la maquette en cire.
7.B Coulée.
8.B Montage de la céramique, cuisson, essayage sur
le modèle.
9.B Scellement de la prothèse en bouche sur l’implant.
! Les piliers titane ne sont pas retouchables.
Si une réduction verticale s’avère nécessaire, supprimer la
boule sur l’implant après avoir attendu le temps nécessaire
pour l’ostéo-intégration et utiliser un pilier calcinable
24
Utilisation d’un
PILIER CALCINABLE
Prothèse AMOVIBLE
Stabilisation de prothèse AMOVIBLE
attention
Seulement à la mandibule et en prenant garde d’avoir un
appui muqueux de la prothèse afin de ne pas concentrer
l’ensemble des contraintes sur les implants
ht. 2
Ø 5,2
Attachement O’ring
réf. UPA FOR 52
Les attachements O’ring sont livrés avec 3 joints de duretés
différentes (50, 60 et 70 shores)
A
Si la prothèse amovible
du patient est réutilisée
Elle est évidée au niveau de l’intrados afin de
loger les parties femelles des implants boules.
1.A Après avoir protégé les têtes d’implants avec
un papier fin et un isolant, les parties femelles sont
clippées sur les têtes d’implant ; de la résine autopolymérisable est introduite dans l’intrados de la
prothèse, qui est ensuite mise en place en bouche en
ajustant l’occlusion et le positionnement.
2.A Après durcissement de la résine autour des
attachements femelles, la prothèse est prête.
3.A Prévoir un rebasage afin d’ajuster l’appui
muqueux.
B
Si la prothèse doit être
réalisée au laboratoire
1.B Prise d’empreinte directe sur les têtes d’implants.
2.B Retrait de l’empreinte.
3.B Insertion des homologues d’implants dans l’intrados de l’empreinte.
4.B Coulée du modèle.
5.B Clippage des parties femelles.
6.B Réalisation de la prothèse à l’aide de dents
en résine positionnées dans la cire selon le même
procédé qu’une prothèse complète à appui exclusivement muqueux.
7.B Montage sur articulateur et vérification de l’occlusion et du positionnement des dents, retouches.
8.B Mise en moufle.
9.B Essayage de la prothèse sur le modèle.
10.B Clippage de la prothèse sur les implants en
bouche.
25
études & publications
Les prothèses ostéo-intégrées - Bränemark / Zarb /
Albrektsson - Quintessence
Osseointegrated implants in the treatment of th
edentulous jaw - Experience from a 10 years period.
Bränemark / Hansson / Adell / Breine / Lindstrom /
Hallen / Ohman
Almqvist and wiksell international - Stockholm
The
Bränemark
osseointegrated
implant
Albrektsson / Zarb - Quintessence
Osseointegration in oral rehabilitation - Naert / Jan
Steenberghe / Wortington - Quintessence
L’implantation en 1985 - Désespoir ou des espoirs ?
Analyse exhaustive de la méthode de Bränemark
- Expérience clinique de 5 années - GUY HURé
- Enclyclopédie médico-chirurgicale Odontologie
9-1989 23345 A10
Thérapeuthique implantologique Endo-osseuse
originale - Le site Tubero-pterygoïdien - GUY HURé -
Les cahiers de prothèse n°67 - Septembre 1989
A propos de l’état de surface des implants en titane
pur - Docteur GUY HURé - Implantodontie - 1994 -
N°14/15
Comment choisir un anesthésique en odontostomatomogie - Société d’Anatomie et de Pathologie
Oro-faciale - Docteur J. François GAUDY - Maître de
conférence service d’Anatomie - Faculté de chirurgie
dentaire de Paris V
Les bases buccale
- Anesthésie Infiltrations locales d’articaïne associées
à une analgésie - Intraveineuse en chirurgie buccale
chez les malades à risque - Par B. Lefevre, J. Lepine,
D. Perrin, G. Malka - Le chirurgien-dentiste de France
- N°566 - 23 Mai 1991
Implantologie
orale
2003
Commission des dispositifs médicaux de l’ADF
Facteurs
de
risques
en
implantologie
Franck Renouard
une solution globale pour l’implantologie
726 rue du Général De Gaulle - 74700 SALLANCHES - France
Tel : +33 (0)4 50 91 49 20 - Fax : +33 (0)4 50 91 98 66
www.euroteknika.com
Notre gamme d’implants bénéficie de la marque CE, conformément à Directive Européenne n° 93/42/CEE - N° CE 0499
VERSion : MU_OBI.FR 1201
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising