Décision n° 13-D-06 du 28 février 2013 relative à des pratiques

Décision n° 13-D-06 du 28 février 2013 relative à des pratiques
RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
Décision n° 13-D-06 du 28 février 2013
relative à des pratiques mises en œuvre
dans le marché de la télétransmission de données
fiscales et comptables sous format EDI à l’administration fiscale
L’Autorité de la concurrence (section III) ;
Vu la lettre, enregistrée le 1er décembre 2010 sous le numéro 10/0104 F, par laquelle la
Fédération nationale des associations de gestion agréées a saisi l’Autorité de la
concurrence de pratiques mises en œuvre par le Conseil supérieur de l’Ordre des
experts-comptables, par le portail télédéclaratif « jedeclare.com » et par dix organisations
représentatives des organismes de gestion agréés dans le secteur de la télétransmission des
données comptables et fiscales des entreprises et professions libérales aux autorités
fiscales ;
Vu l’article 102 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne ;
Vu le livre IV du code de commerce ;
Vu les décisions de secret des affaires n° 11-DSA-100 du 4 avril 2011 ; n° 11-DSA-257 à
n° 11-DSA-266 du 23 septembre 2011 ; n° 11-DSA-326 à n° 11-DSA-328 du
28 octobre 2011 ; n° 11-DSA-367 à n° 11-DSA-369 du 7 décembre 2011 ; n° 12-DSA-156
du 12 avril 2012 et n° 12-DSA-344 du 12 octobre 2012 ;
Vu les décisions de déclassement n° 12-DECR-07 et n° 12-DEC-17 du 3 avril 2012 ;
n° 12-DEC-18 et n° 12-DEC-19 du 12 avril 2012 et n° 12-DEC-23 du 23 avril 2012 ;
Vu le procès-verbal du 26 juillet 2012 par lequel le Conseil supérieur de l’ordre des
Experts-comptables et l’Expert comptable média association ont déclaré ne pas contester
les griefs qui leur avaient été notifiés et ont demandé le bénéfice des dispositions du III de
l’article L. 464-2 du code de commerce ;
Vu les observations présentées par le Conseil supérieur de l’ordre des Experts-comptables,
l’Expert comptable média association, la Fédération nationale des associations de gestion
agréées et le commissaire du gouvernement ;
Vu les autres pièces du dossier ;
Le rapporteur, la rapporteure générale adjointe, le commissaire du gouvernement et les
représentants du Conseil supérieur de l’ordre des Experts-comptables, de l’Expert
comptable média association, de la Fédération nationale des associations de gestion
agréées entendus lors de la séance de l’Autorité de la concurrence du 6 décembre 2012 ;
Adopte la décision suivante :
SOMMAIRE
I.
CONSTATATIONS
5
A.
La procédure
5
B.
Le secteur concerné
5
1. La télétransmission de données fiscales et comptables sous format EDI à
l’administration fiscale
5
a) Le mode EDI-TDFC
5
b) Le partenaire EDI
6
c) L’association EDIFICAS
6
2. L’obligation de télédéclaration sous format EDI à l’administration fiscale 6
3. Les acteurs de la télétransmission de données fiscales et comptables
8
a) Les éditeurs de logiciels de production comptable
8
b) Les OGA
8
Missions des OGA
8
L’obligation de télétransmission des OGA
8
c) Les professionnels de l’expertise comptable
9
Missions des professionnels de l’expertise comptable
9
L’obligation de télétransmission des professionnels de l’expertise comptable
9
d) Les représentants des acteurs et leur offre respective
9
La FNAGA et le portail « Tdnim.com »
9
Le CSOEC, l’ECMA et le portail « jedeclare.com »
9
4. Le fonctionnement du secteur de la télétransmission de données fiscales et
comptables sous format EDI à l’administration fiscale
10
C.
a) La demande
10
b) L’offre
11
Les comportements mis en œuvre par le CSOEC et l’ECMA
14
1. Les partenariats conclus avec les éditeurs de logiciels de production
comptable
14
a) La charte « jedeclare exclusive »
14
b) Les contrats passés par les éditeurs de logiciels de production comptable
partenaires de la charte « jedeclare exclusive »
15
Le contrat cadre de prestation de service passé avec Cegid
15
Le contrat de prestation de service passé avec Sage
16
Le contrat d’apport d’affaires passé avec Agiris
17
Les critiques formulées par les entreprises concurrentes de l’ECMA
18
2. Les partenariats conclus avec les OGA
20
2
a) Les engagements d’utilisation et de promotion prioritaires du portail
20
« jedeclare.com »
Les contrats de partenariat de 2002
20
L’accord cadre du 9 décembre 2009
21
b) Les conditions tarifaires applicables aux OGA
22
Les différentes catégories de tarifs applicables
22
Le système de remise appliqué aux OGA partenaires en 2008 et 2009
24
La tarification forfaitaire des flux reçus et des flux émis
24
D.
Les griefs notifiés
26
E.
La mise en œuvre du III de l’article L. 464-2 du code de commerce
26
II.
DISCUSSION
A.
27
Sur les griefs
27
1. Sur les conséquences de la mise en œuvre de la procédure de
non-contestation des griefs
27
2. Sur l’application du droit de l’Union
28
a) Les principes applicables
28
b) Appréciation en l’espèce
29
3. Sur le marché pertinent et la position de l’ECMA sur celui-ci
30
a) Les principes applicables
30
b) Appréciation en l’espèce
30
Sur le marché de services en cause
30
Sur le marché géographique en cause
31
Sur la position de l’ECMA sur ce marché
31
4. Sur les pratiques
34
a) Principes applicables
34
b) Sur les partenariats conclus avec les éditeurs de logiciels de production
comptable (grief n° 1)
35
B.
c) Sur les partenariats conclus avec les OGA (grief n° 2)
37
Sur les sanctions
38
1. Sur la sanction imposée à l’ECMA
40
a) Sur la valeur des ventes
40
b) Sur la détermination du montant de base
41
Sur la proportion de la valeur des ventes
42
Conclusion sur la détermination du montant de base
47
c) Sur la prise en compte des circonstances propres à l’ECMA
3
47
Sur les circonstances atténuantes ou aggravantes
47
Sur la vérification du maximum applicable
48
2. Sur la sanction imposée au CSOEC
48
a) Sur la méthode de détermination de la sanction
48
b) Sur la gravité des faits et l’importance du dommage causé à l’économie 48
c) Sur la prise en compte des circonstances propres au CSOEC
48
Sur les circonstances atténuantes ou aggravantes
48
Sur la situation du CSOEC
49
Sur la vérification du maximum légal applicable
50
3. Sur l’application du III de l’article L. 464-2 du code de commerce
50
a) Sur les engagements proposés par l’ECMA et le CSOEC
51
b) Sur la réduction de sanction accordée à l’ECMA et au CSOEC
53
4. Sur le montant final des sanctions
53
5. Sur l’obligation de publication
53
DÉCISION ................................................................................................................................................ 55
4
I.
A.
CONSTATATIONS
LA PROCÉDURE
1.
Par lettre enregistrée le 1er décembre 2010, l’Autorité de la concurrence a été saisie par la
Fédération nationale des associations de gestion agréées (ci-après la « FNAGA ») d’une
plainte relative à des pratiques mises en œuvre par le Conseil supérieur de l’ordre des
Experts-comptables (ci-après le « CSOEC »), par le portail télédéclaratif « jedeclare.com »
et par dix organisations représentatives des organismes de gestion agréés, dans le secteur
de la télétransmission des données comptables et fiscales des entreprises et professions
libérales aux autorités fiscales.
2.
Le 25 juin 2012, la rapporteure générale de l’Autorité de la concurrence a adressé une
notification de griefs au CSOEC et à l’Expert comptable média association (ci-après
l’« ECMA »), qui y ont répondu le 26 juillet 2012 en déclarant chacune renoncer à
contester les griefs (voir les paragraphes 129 à 131 ci-dessous).
3.
Une note complémentaire à la notification de griefs a été adressée le 1er août 2012 au
CSOEC et à l’ECMA. Les mis en cause ont répondu à cette note complémentaire le
2 octobre 2012.
B.
LE SECTEUR CONCERNÉ
1. LA TÉLÉTRANSMISSION DE DONNÉES FISCALES ET COMPTABLES SOUS FORMAT EDI À
L’ADMINISTRATION FISCALE
a) Le mode EDI-TDFC
4.
Une téléprocédure est une procédure administrative effectuée à distance, qui permet aux
entreprises, en matière fiscale, de déclarer et de payer leurs principaux impôts en ligne.
L’administration fiscale a mis en place deux modes de télétransmission :
5.
- l’échange de formulaires informatisés (« mode EFI ») repose sur la mise à disposition
gratuite d’un site internet par le destinataire de l’information à partir duquel les usagers
(entreprises ou particuliers) saisissent manuellement, à l’aide d’un formulaire en ligne, les
données comptables nécessaires pour remplir leurs déclarations fiscales. Ce mode
d’acquisition de données apparaît inadapté à la transmission de données complexes et
nombreuses, telles que celles qui sont contenues dans la liasse fiscale ;
6.
- l’échange de données informatisées (« mode EDI ») peut être défini comme « le transfert
électronique, d’un ordinateur à un autre, de données commerciales et administratives sous
la forme d’un message EDI structuré conformément à une norme agréée » (annexe 1 de la
recommandation n° 94/820/CE de la Commission européenne du 19 octobre 1994,
concernant les aspects juridiques de l’échange de données informatisées, JO n° L 338 du
28 décembre 1994, p. 98). Un message EDI s’entend alors comme « un ensemble de
segments, structurés selon une norme agréée, se présentant sous forme permettant une
5
lecture par ordinateur et pouvant être traités automatiquement et de manière univoque »
(annexe 1 de la recommandation n° 94/820/CE précitée).
7.
Les procédures et les mesures de sécurité attachées au mode EDI comprennent la
vérification de l’origine, la vérification de l’intégrité, la non-répudiation de l’origine et de
la réception, ainsi que la confidentialité des messages EDI.
8.
Dans leurs relations avec les services fiscaux, les entreprises recourent notamment à
l’échange de données informatisées – télétransmission de données fiscales et comptables,
appelé « mode EDI-TDFC ». Ce mode de télétransmission permet aux services fiscaux
d’automatiser la chaîne de traitement des données comptables nécessaires notamment à
l’élaboration des déclarations de résultats, et de récupérer au niveau de l’entreprise ses
données au sein d’un fichier produit par son système d’information en amont du processus
de traitement des données comptables par les logiciels de production comptable, jusqu’au
routage et au traitement dudit fichier.
b) Le partenaire EDI
9.
La procédure EDI requiert des compétences techniques spécifiques, telle que la maîtrise du
processus EDI et des réseaux de communication, une solution logicielle (station, serveurs
ou plateformes d’échanges) et une solution de gestion qui permet le routage de messages
structurés. L’intervention d’un intermédiaire, appelé partenaire EDI, est en pratique
nécessaire.
10.
Selon le cas, le partenaire EDI peut être :
- l’entreprise, qui effectue elle-même toute la procédure d’envoi des déclarations et
des paiements ;
- un intermédiaire (cabinet d’expertise-comptable, groupement professionnel, etc.)
réalisant les transmissions pour le compte de sa seule clientèle ;
- un prestataire de services d’intermédiation qui propose ceux-ci à toute entreprise
par la mise en œuvre notamment d’un portail télédéclaratif.
c) L’association EDIFICAS
11.
L’élaboration et le suivi des normes techniques EDI sont assurés par l’association
EDIFICAS. Régie par la loi du 1er juillet 1901 relative au contrat d’association (JORF du
2 juillet 1901, page 4025), cette association a pour objet de « [d]évelopper l’Echange de
données informatisée comptable en tant que fonction intersectorielle et centraliser
l’information comptable et financière au niveau national » (article 2 des statuts). Elle
définit, à ce titre, les normes applicables pour la transmission de données informatisées et
délivre une attestation de conformité aux modules émetteurs de données EDI-TDFC vers
l’administration fiscale, ainsi qu’aux logiciels de cette dernière.
12.
Ainsi, les entreprises proposant notamment un portail télédéclaratif ou des logiciels
intervenant dans le processus de la télétransmission de données fiscales et comptables sont
tenues d’obtenir préalablement l’attestation de conformité de cette association.
2. L’OBLIGATION DE TÉLÉDÉCLARATION SOUS FORMAT EDI À L’ADMINISTRATION
FISCALE
13.
L’article 41 de la loi n° 99-1173 du 30 décembre 1999 de finances rectificative pour 1999
(JORF du 31 décembre 1999, page 19968) a institué l’obligation pour les entreprises dont
le chiffre d’affaires est supérieur à 100 millions de francs de souscrire par voie
6
électronique leurs déclarations de taxe sur la valeur ajoutée ainsi que d’impôt sur les
sociétés.
14.
Initialement limité, le périmètre de cette obligation de télétransmission a été
progressivement élargi à d’autres impôts, d’une part, et à de nouvelles entreprises par
l’effet de l’abaissement du seuil de chiffre d’affaires, d’autre part. Ainsi, au
1er octobre 2014, l’ensemble des entreprises devront recourir à l’EFI ou l’EDI-TVA pour
leurs déclarations de taxe sur la valeur ajoutée et, au 1er avril 2015, à l’EDI-TDFC pour
leurs déclarations de résultats.
15.
Le tableau ci-dessous synthétise les télé-procédures ouvertes aux entreprises (source
DGFIP au 12 novembre 2012) :
Impôts
Déclarer et payer la
TVA
Déposer une demande
de remboursement de
crédit de TVA
Déposer les déclarations
de résultats
Mode
EFI ou EDI
(mode EDI-TVA)
EDI
(mode EDI-TDFC)
Impôt sur les sociétés
Taxe sur les salaires
EFI ou EDI
EFI ou EDI
Déclaration de CVAE
n° 1330
EDI
(mode EDI-TDFC)
Paiement CVAE
Paiement CFE
EFI ou EDI
Paiement en ligne
Paiement des taxes
foncières
Paiement en ligne
Demande de
remboursement de TVA
dans l’UE
Seuil de l’obligation
- pour les entreprises non soumises à l’IS
ayant un CA HT > 230 000 €
et
- pour toutes les entreprises soumises à l’IS
A compter du 01/10/13 : CA HT > 80 000 €
pour toutes les entreprises non soumises à
l’IS.
A compter du 01/10/2014 : toutes les
entreprises.
CA HT > 15 000 000 € pour les entreprises
soumises à l’impôt sur les sociétés.
A compter du 01/04/13 : pour toutes les
entreprises soumises à l’IS.
A compter du 01/04/14 : CA HT > 80 000 €
pour toutes les entreprises non soumises à
l’IS.
A compter du 01/04/15 : toutes les
entreprises.
(obligation spécifique pour les sociétés
immobilières non soumises à l’IS ayant un
nombre d'associés supérieur ou égal à 100).
Pour toutes les entreprises soumises à l’IS.
Pour toutes les entreprises soumises à
l’obligation de télérégler l’IS.
CA HT > 500 000 € puis alignement sur les
obligations de télétransmission de la
déclaration de résultats en 2013, 2014 et
2015.
CA HT > 500 000 €.
CA HT > 230 000 € : obligation de paiement
en ligne ou de paiement à l'échéance ou
mensuel.
Montant à payer > 30 000 € : obligation de
paiement en ligne ou de paiement à
l’échéance ou mensuel.
Aucun.
Saisie en ligne
7
3. LES ACTEURS DE LA TÉLÉTRANSMISSION DE DONNÉES FISCALES ET COMPTABLES
a) Les éditeurs de logiciels de production comptable
16.
Les logiciels de production comptable, utilisés en amont de la télétransmission des données
comptables et fiscales sous format EDI à l’administration fiscale, émanent principalement
d’éditeurs de logiciels tels que les sociétés Cegid, Isagri-Agiris et Sage.
b) Les OGA
Missions des OGA
17.
Les organismes de gestion agréés (ci-après les « OGA ») ont été créés par l’article 1er de la
loi n° 74-1114 du 27 décembre 1974 de finances rectificative pour 1974 (JORF du
28 décembre 1974, page 13116). Le régime juridique des OGA est fixé par les articles
1649 quater C à quater H du code général des impôts ainsi que par les articles 371 A à
371 Z de l’annexe 2 de ce code (ci-après le « CGI »). Ils ont une mission d’assistance et de
prévention fiscale.
18.
Les OGA regroupent, d’une part, les centres de gestion agréés (ci-après les « CGA »),
auxquels seules les entreprises qui réalisent des bénéfices industriels et commerciaux ou
des bénéfices agricoles peuvent adhérer, et, d’autre part, les associations de gestion agréées
(ci-après les « AGA »), auxquelles seules les entreprises qui réalisent des bénéfices non
commerciaux peuvent adhérer.
19.
Tant les CGA que les AGA contrôlent la concordance, la cohérence et la vraisemblance
des déclarations de résultats et, depuis le 1er janvier 2010, de taxes sur le chiffre d’affaires
de leurs adhérents. A la fin des opérations de contrôle, ils adressent à leurs adhérents et au
service des impôts un compte-rendu de mission.
20.
Les CGA et les AGA ont également l’obligation de transmettre aux services fiscaux les
déclarations de résultats, leurs annexes et les autres documents les accompagnant, ainsi
qu’une attestation indiquant la date d’adhésion et, le cas échéant, la date à laquelle est
intervenue la perte de la qualité d’adhérent.
21.
Ces mêmes organismes peuvent procéder à l’élaboration des déclarations de leurs
adhérents destinées à l’administration fiscale.
22.
Les CGA peuvent, par ailleurs, depuis le 1er janvier 2010, tenir la comptabilité de leurs
adhérents s’ils optent pour le statut d’association de gestion et de comptabilité (ci-après les
« AGC »). A la différence des CGA, les AGA sont habilitées à tenir la comptabilité de
leurs membres.
23.
En contrepartie de l’adhésion à un OGA, qui est facultative, l’administration dispense
l’entreprise soumise à un régime réel d’imposition de la majoration de 25 % sur le résultat
fiscal (communément appelé « visa fiscal ») et réduit le délai de reprise fiscale à deux ans
en matière d’impôt sur le revenu et de taxe sur la valeur ajoutée (1° du 7 de l’article 158 du
CGI et articles L. 169 et L. 176 du livre des procédures fiscales, ci-après le « LPF »).
L’obligation de télétransmission des OGA
24.
Les OGA doivent télétransmettre à la Direction générale des finances publiques (ci-après
la « DGFIP ») les déclarations de résultats, leurs annexes et les autres documents les
accompagnant, d’une part, et les comptes-rendus de mission et les attestations qu’ils
délivrent à leurs adhérents, d’autre part. Ils ne sont en revanche plus tenus de
télétransmettre les déclarations de résultats, leurs annexes et les autres documents les
8
accompagnant si l’adhérent en cause a déjà donné mandat de le faire à un tiers, notamment
à son expert-comptable (instruction de la DGFIP n° 46 du 22 avril 2009, 5 J-1-09,
point 12).
c) Les professionnels de l’expertise comptable
25.
Les « professionnels de l’expertise comptable » comprennent aussi bien des cabinets
libéraux que des AGC.
Missions des professionnels de l’expertise comptable
26.
Depuis le 1er janvier 2010, les professionnels de l’expertise comptable peuvent, comme les
OGA, délivrer le « visa fiscal » à leurs clients (article 1649 quater L du CGI). Les
entreprises soumises à un régime réel d’imposition recourant à leurs services échappent
alors à la majoration de 25 % sur le résultat fiscal (1° du 7 de l’article 158 du CGI).
27.
Les professionnels de l’expertise comptable sont tenus de transmettre au service des impôts
les déclarations de résultats de leurs clients, leurs annexes et les autres documents les
accompagnant (article 1649 quater L du CGI). Cette transmission doit être accompagnée
d’une attestation du professionnel de l’expertise-comptable indiquant la date de signature
de la lettre de mission spécifique et le montant de leur résultat imposable (article 371 bis L
de l’annexe 2 du CGI).
28.
Ils peuvent, comme les OGA, élaborer les déclarations fiscales de leurs clients ou
adhérents.
L’obligation de télétransmission des professionnels de l’expertise comptable
29.
Les professionnels de l’expertise comptable, dûment mandatés par leurs clients, sont tenus
de télétransmettre les déclarations de résultats, les annexes et les autres documents les
accompagnant, d’une part, et les attestations fournies, d’autre part, à la DGFIP (articles
1649 quater L du CGI et 371 bis L de l’annexe 2 du CGI).
d) Les représentants des acteurs et leur offre respective
La FNAGA et le portail « Tdnim.com »
30.
La FNAGA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 précitée, et regroupant 35
AGA, qui a pour objet le conseil et l’assistance de ses adhérentes dans leurs démarches
auprès de l’administration. Elle a aussi vocation à défendre les intérêts collectifs de
celles-ci.
31.
Cette fédération a participé en 2005 à la création du portail de télédéclaration fiscale et
comptable « Tdnim.com » avec l’une des associations de gestion agréées adhérentes,
l’Association méditerranéenne agréée des professions libérales. La société Tdnim est
chargée de l’exploitation du portail.
32.
Le portail télédéclaratif « Tdnim.com » est considéré par l’ECMA comme un concurrent à
son propre portail télédéclaratif « jedeclare.com » sur le marché de la télétransmission des
données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration fiscale.
Le CSOEC, l’ECMA et le portail « jedeclare.com »
33.
L’Ordre des experts comptables a été institué par l’ordonnance n° 45-2138 du
19 septembre 1945 portant institution de l’ordre des experts-comptables et réglementant le
titre et la profession d’expert-comptable (JORF du 21 septembre 1945, page 5938). Aux
9
termes de l’article 1er de cette ordonnance, cet ordre a pour objet « d’assurer la défense de
l’honneur et de l’indépendance de la profession qu’il représente ».
34.
Le CSOEC est l’organe représentatif de cet ordre. L’article 7 du décret n° 97-586 du
30 mai 1997 relatif au fonctionnement des instances ordinales des experts-comptables
(JORF du 31 mai 1997, page 8510) fixe les missions du CSOEC. Ces missions sont de
natures strictement ordinales.
35.
Créée en 2000, l’ECMA est une association régie par la loi du 1er juillet 1901 précitée, et a
pour objet, en vertu du deuxième article de ses statuts, « l’organisation et la gestion des
actions de formation, d’information, de communication, d’édition et de mise en œuvre des
nouvelles technologies de l’information du Conseil Supérieur de l’Ordre des ExpertsComptables ».
36.
La gouvernance de cette association est assurée depuis sa création par le CSOEC. L’article
5 des statuts de l’ECMA désigne comme seuls membres de l’association le « Conseil
Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables [et] Le Secrétaire Général es qualité du
Conseil Supérieur de l’Ordre des Experts Comptables ».
37.
Il ressort par ailleurs de l’article 7 des statuts que « l’association est administrée par un
Bureau composé :
- d’un Président qui est de droit le Président du Conseil Supérieur de l’Ordre des
Experts Comptables ;
- de deux Vice-présidents et d’un Trésorier choisis parmi les membres du Conseil
Supérieur ;
- et d’un secrétaire qui est de droit le Secrétaire général du Conseil Supérieur de
l’Ordre des Experts Comptables ».
38.
Conçu en 2000 par l’Ordre des experts-comptables, le portail « jedeclare.com » est un
portail télédéclaratif assurant la télétransmission de données sous modes EDI-TDFC et
EDI-TVA sans pour autant s’y limiter. Ce portail permet en effet la télétransmission de
données à tout autre destinataire sous format EDI.
39.
Le déroulement des instances délibérantes du CSOEC met en lumière le rôle exercé par ce
dernier dans la définition de la stratégie commerciale de l’ECMA. Si la gestion du portail
« jedeclare.com » est assurée par l’ECMA, la stratégie commerciale relative à ce portail est
pour sa part définie et discutée durant les instances délibérantes (les « sessions ») du
CSOEC (cotes 1366 à 1446).
40.
Outre la gestion du portail, l’ECMA commercialise également ses services auprès des
professionnels de l’expertise comptable et des OGA.
41.
Le développement, la maintenance et l’exploitation technique du portail « jedeclare.com »
ont été confiés à compter de 2004 à la société Extelia. Le contrat conclu en 2004, puis
renouvelé en 2010, entre le CSOEC, l’ECMA et Extelia prévoit que le CSOEC acquiert
l’intégralité des droits patrimoniaux de propriété intellectuelle relatifs au portail
« jedeclare.com ».
4. LE FONCTIONNEMENT DU SECTEUR DE LA TÉLÉTRANSMISSION DE DONNÉES FISCALES ET
COMPTABLES SOUS FORMAT EDI À L’ADMINISTRATION FISCALE
a) La demande
42.
En 2010, la France comptait 3 406 379 entreprises individuelles relevant de la catégorie
des BIC, des BNC et des BA (cote 1165). Cette même année, 2 311 640 entreprises ont
10
déposé leur déclaration de résultat suivant le mode EDI-TDFC et 558 944 entreprises ont
déposé leurs déclarations de TVA suivant le mode EDI-TVA (cote 1166).
43.
Selon le CSOEC, les experts-comptables interviennent pour environ 2 200 000 entreprises
(cote 1360). Il estime également, d’une part, que sur les 1 463 000 entreprises qui adhérent
à un OGA, 1 250 000 sont assistées d’un expert-comptable et, d’autre part, que le taux
d’accompagnement par un expert-comptable des 260 000 contribuables ne passant pas par
un OGA, bien qu’inconnu, est sans doute faible (cote 1360).
44.
L’étude commanditée par le CSOEC en octobre 2010 fait ressortir les chiffres suivants en
termes d’accompagnement des entreprises :
Taille de
l’entreprise
0
1>5
6>19 20>49 50>99 100>249
Moyenne
(effectif)
Taux de
56 % 86 % 90 %
80 %
70 %
53 %
67 %
présence
45.
Une première demande est portée par les entreprises soumises à l’obligation de
télétransmettre leurs données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration
fiscale dans le cadre de leurs déclarations de résultat et de taxe sur la valeur ajoutée (voir
paragraphes 13 et suivants).
46.
Seules les entreprises d’une taille importante recourent directement à l’EDI-TDFC et à
l’EDI-TVA. Au regard de la liste des partenaires EDI dressée par la DGFIP, le nombre de
ces entreprises est estimé à un millier. Les entreprises qui ne sont pas partenaires EDI
peuvent également recourir directement aux services proposés par un partenaire EDI.
47.
Les OGA peuvent par ailleurs procéder, pour le compte de leurs adhérents, à la
télétransmission de leurs données fiscales et comptables sous format EDI à
l’administration fiscale. Le nombre d’entreprises adhérentes à un OGA ne faisant pas appel
à un professionnel de l’expertise comptable est estimé à environ 210 000 (voir paragraphe
43).
48.
En pratique, les professionnels de l’expertise comptable sont à l’origine de la majorité des
télédéclarations en raison du fort taux d’accompagnement des entreprises, en particulier
des TPE et PME (voir le tableau ci-dessus).
49.
A cette demande s’agrège une seconde demande indirecte des entreprises qui, afin de
bénéficier du 1° du 7 de l’article 158 du CGI et des articles L. 169 et L. 176 du LPF,
adhèrent à un OGA ou sont clientes d’un professionnel de l’expertise comptable. En effet,
afin de faire bénéficier ces dispositions à son adhérente ou cliente, l’OGA ou le
professionnel de l’expertise comptable est tenu de télétransmettre à l’administration fiscale
des documents tels que des comptes-rendus, attestations et déclarations de résultats, leurs
annexes et les autres documents les accompagnant (voir paragraphes 17 et suivants).
50.
Par ailleurs, les OGA, dans l’exercice de leur mission, ont besoin de la liasse fiscale et des
déclarations de TVA de leurs adhérents. Le fort taux d’accompagnement par un
professionnel de l’expertise comptable des entreprises adhérentes à un OGA tend à placer
ces derniers dans une situation de demande captive vis-à-vis de ces professionnels.
b) L’offre
51.
Tout en permettant aux entreprises elles-mêmes de transmettre leurs déclarations sous
format EDI, ce sont essentiellement quelques sociétés de services en ingénierie
informatique (SSII) spécialisées dans le transport de données et les éditeurs de logiciels de
production comptable qui se sont positionnées initialement comme offreurs et ont
11
développé leur plate-forme d’échanges (portail déclaratif) pour recevoir les fichiers EDI
des entreprises, des professionnels de l’expertise comptable et des OGA, et les transmettre
à l’administration fiscale.
52.
L’offre de services de télétransmission des données fiscales et comptables sous format EDI
se divise en deux catégories. La première regroupe des entreprises, telles que Cegid, Sage,
et Isagri-Agiris, qui se positionnement principalement en tant qu’éditeurs de logiciels de
production comptable (offre amont) et qui, à titre complémentaire, offrent à leur clientèle
des services de télétransmission de données (offre aval). La seconde regroupe des
entreprises, telle que l’ECMA, qui ne sont présentes que sur l’offre aval, au moyen de la
mise à disposition d’une plateforme de télétransmission et/ou de solutions logiciels
complémentaires aux logiciels de production comptable, dont les fonctionnalités se
limitent à l’élaboration et à la télétransmission des déclarations fiscales sous la forme EDI.
53.
Alors que l’ECMA s’est concentrée sur la demande des professionnels de l’expertise
comptable et des OGA, ses concurrentes sont généralement positionnées sur la demande
des entreprises sans pour autant exclure celle des professionnels de l’expertise comptable
et des OGA.
12
EDI-TDFC
Entreprises
1er niveau
2ème niveau
- Comptabilité
AGA
(BNC)
- Fiscalité
Expertscomptables
AGC
Editeurs de
logiciels de
production
comptable
CGA
(BIC et BA)
3ème niveau
Editeurs de
logiciels de
télétransmission
Partenaire EDI
(« jedeclare.com »)
4ème niveau
Services fiscaux
(DGFIP)
Hypothèse de fonctionnement lorsqu’une entreprise fait appel
à un professionnel de l’expertise comptable et à un OGA
1
Professionnels
de l’expertise
comptable
2’
Partenaire EDI
(« jedeclare.com »)
4
1 : Déclaration fiscale,
Services fiscaux
(DGFIP)
3
2’’
3
tableaux OGA et balance
2’ : Déclaration fiscale
2’’ : Déclaration fiscale,
OGA
tableaux OGA et balance
3 : Accusé de réception signé
4 : Suivi des accusés de réception signés
13
C.
LES COMPORTEMENTS MIS EN ŒUVRE PAR LE CSOEC ET L’ECMA
1. LES PARTENARIATS CONCLUS AVEC LES ÉDITEURS DE LOGICIELS DE PRODUCTION
COMPTABLE
a) La charte « jedeclare exclusive »
54.
Dans son avis n° 05-A-24 précité, le Conseil de la concurrence avait identifié un marché de
la vente, au niveau national, des licences de progiciels de gestion et des services de
maintenance et d’assistance qui y sont associés, à destination de la profession comptable, à
l’exclusion, d’une part, de la vente de matériels et, d’autre part, de l’offre de services de
formation, qui peuvent être assurés par des entreprises extérieures (avis n° 05-A-24 du
14 décembre 2005 relatif à l’acquisition de la société CCMX Holding par la société S.A.
Cegid dans le secteur des progiciels de gestion à destination de la profession comptable,
paragraphe 66).
55.
Le Conseil avait relevé qu’il s’agissait d’un marché fortement concentré et caractérisé par
l’existence de barrières à l’entrée liées aux coûts de changement d’opérateur et à la
notoriété des fournisseurs (avis n° 05-A-24, précité, paragraphes 103 à 111).
56.
A l’époque, les parts de marché réunies des trois principales entreprises avaient été
estimées, pour l’année 2004, comme comprises entre 75 % et 85 % (paragraphe 68) :
Entreprises
Part de marché en 2004
Cegid (y.c. Quadratus)
23,0 %
CCMX
22,0 %
Cegid+CCMX (après opération)
45,0 %
Sage
[25 % - 30 %]
Isagri-Agiris
[5 % - 10 %]
57.
Au regard des chiffres communiqués par ces trois entreprises dans le cadre de la présente
affaire, ces parts de marché, en nombre de cabinets d’experts-comptables équipés, se
situeraient en 2010 entre 40 % et 45 % pour Cegid, entre 25 % et 30 % pour Sage, et entre
10 % et 15 % pour Agiris (Cegid : cote 4243 ; Sage : cote 4812 ; Agiris : cote 1965).
58.
Le 1er octobre 2004, le CSOEC a conclu avec les principaux éditeurs de logiciels de
production comptable, dont les sociétés Cegid, Sage et Agiris, la charte « jedeclare
exclusive » (cotes 126 à 134). Cette charte s’articule principalement autour de deux
engagements.
59.
Le partenaire s’engage, en premier lieu, à promouvoir et à recommander exclusivement le
portail « jedeclare.com » comme moyen de télétransmission pour les experts-comptables et
à ne pas proposer de portail ou de solution analogue à ces derniers (cotes 128 et 129). Cette
clause de promotion et de non-concurrence ne s’applique pas aux portails utilisant
« jedeclare.com » en marque blanche (voir paragraphes 66 et suivants, cote 129).
60.
Le partenaire doit, en second lieu, intégrer dans ses logiciels les interfaces et solutions du
portail « jedeclare.com », avec le plus d’automatismes possibles (cote 130).
61.
Le point 2.2 de cette charte précise que « [l]e partenaire s’engage à déployer ses meilleurs
efforts pour faire transiter via jedeclare.com tous les flux déclaratifs (…) émanant de ses
clients cabinets d’expertise comptable, de façon à ce que le portail jedeclare.com soit
toujours le dernier maillon de transmission aux destinataires » (cote 129).
14
62.
Le point 3 de la charte stipule que « le partenaire s’engage à tout mettre en œuvre pour
que les interfaces et services de jedeclare.com soient accessibles de la façon la plus
transparente possible aux utilisateurs au sein des solutions qu’il propose aux cabinets
d’expertise comptable. Ces fonctions sont notamment :
- des fonctions de générations des fichiers et de transfert automatique de ceux-ci vers
jedeclare.com,
- des fonctions d’intégration de tous les flux retours de jedeclare.com dans l’applicatif
cabinet » (cote 130).
63.
Les dispositions finales de la charte prévoient que « [l]’adhésion de chaque partenaire à la
[charte] prendra effet dès la signature par celui-ci d’un contrat tri-partie “partenaire CSOEC - opérateur technique du portail” » (cote 133).
b) Les contrats passés par les éditeurs de logiciels de production comptable
partenaires de la charte « jedeclare exclusive »
Le contrat cadre de prestation de service passé avec Cegid
64.
Le contrat conclu le 5 juillet 2007 pour une durée de 8 ans, avec effet rétroactif au
1er janvier 2004, entre, d’une part, les sociétés Cegid et Quadratus (filiale de Cegid) et,
d’autre part, l’ECMA et le CSOEC, prévoit quatre offres :
- offre « marque blanche » qui permet au groupe Cegid de disposer d’une « Marque
blanche » du portail « jedeclare.com » prenant pour appellation Cegid-jedeclare.com ;
- offre « concentrateur » ;
- offre « Apporteur d’Affaires » ;
- offre « Partenaires Editeurs » (cotes 1458 à 1575).
65.
Pour l’ensemble de ces offres, Cegid s’engage « à faciliter le mode opératoire permettant
à l’Abonné de transmettre ses télétransmissions et autres flux via le Portail, et ce dans le
cadre du principe d’intégration de la Charte jedeclare.com [et], à chaque évolution du
Portail pour quelle que raison que ce soit, entrainant une adaptation des logiciels dont
elles ont la propriété et utilisant le Portail, à faire leurs meilleurs efforts pour réaliser
préalablement au déploiement de leur nouvelle version de logiciel (…) des tests » (cote
1466).
L’offre « marque blanche »
66.
Selon l’article 2 du contrat, l’offre « marque blanche » « consiste en l’octroi du droit pour
les Sociétés [du groupe Cegid] ayant opté pour cette offre d’intervenir comme
intermédiaire sous leur propre responsabilité et sous leur propre marque (CEGIDjedeclare.com) dans le cadre d’un contrat spécifique, en vue de délivrer à leurs Abonnés
un accès au Portail jedeclare.com. (…) Ce service ne concerne que la population des
Abonnés qui télétransmettent via jedeclare.com exclusivement avec des logiciels des
sociétés [du groupe CEGID] et exclusivement par web services [service permettant de
s’affranchir de la messagerie type Outlook Express], et dès lors que l’Abonné ait activé et
utilise Web services pour la solution CEGID (c’est à dire les logiciels CEGID,
QUADRATUS et CCMX le permettant) » (cote 1464).
67.
L’annexe 3 au contrat stipule que « la Marque Blanche s’engage à ne pas disposer de
solutions concurrentes au Portail. L’ensemble des télétransmissions générées par les
Abonnés de la “Marque Blanche” ayant contractualisé avec cette dernière doivent être
transmises au Portail » (cote 1532).
68.
Avec cette offre, les experts-comptables utilisateurs des logiciels précités sont contractants
de Cegid pour la télétransmission de fichiers. C’est cette dernière « qui assure l’ensemble
15
de la relation client et en particulier les prises d’abonnements, les modifications et
résiliations, la facturation et le recouvrement ainsi que le support aux utilisateurs » (cote
1528). En contrepartie, l’utilisation du portail « jedeclare.com » par les entreprises
abonnées est facturée par l’ECMA à Cegid sur la base des prix publics (cotes 1532 et
1533).
L’offre « concentrateur »
69.
Antérieurement au rapprochement avec la société Cegid, la société CCMX proposait à ses
clients son portail télédéclaratif « Cité Expert » (cotes 4249 et 4250). Les télédéclarations
effectuées sur ce portail étaient transmises, après avoir migré par le portail
« jedeclare.com », à l’administration fiscale. A la suite de la prise de contrôle de la société
CCMX par Cegid, il a été décidé de permettre à leur clientèle de se connecter directement
au portail « jedeclare.com ». L’offre « concentrateur » est une offre transitoire permettant
la migration des clients de la société CCMX vers les offres « marque blanche » ou
« Apporteurs d’Affaires ». Elle a été définitivement arrêtée le 31 décembre 2009.
70.
L’économie générale de l’offre est identique à celle de l’offre marque blanche. Aux termes
de l’annexe 1 au contrat, Cegid « s’engage à ce que 100 % de l’ensemble des
télétransmissions émises par ses clients et [qui lui sont] transmises soient effectuées par
l’intermédiaire du Portail » (cote 1478).
Les offres « Apporteurs d’Affaires » et « Partenaires Editeurs »
71.
Les offres « Apporteurs d’Affaires » et « Partenaires Editeurs » imposent à Cegid de se
conformer aux obligations de la charte « jedeclare exclusive », d’une part, en assurant la
promotion du portail « jedeclare.com » et l’adhésion de ses utilisateurs, et, d’autre part, en
intégrant dans ses logiciels des fonctionnalités d’intégration avancées au portail
« jedeclare.com ». Pour ces deux offres, les experts-comptables utilisateurs demeurent
contractants de l’ECMA (cotes 1513 et 1549).
72.
Les annexes 2 et 4 du contrat, relatives respectivement à la définition des offres
« Apporteur d’Affaires » et « Partenaires Editeurs », contiennent une clause intitulée
« Exclusivité - non concurrence » aux termes de laquelle l’apporteur d’affaires ou le
partenaire éditeur « s’engage à promouvoir [et à commercialiser – pour l’apporteur
d’affaires uniquement] en exclusivité pour les Experts Comptables et les OGA, l’Offre du
Portail. A ce titre, [il] s’engage à ne pas proposer ni construire de solutions concurrentes
au Portail pour ses clients experts comptables. Les Parties reconnaissent toutefois
l’existence du portail ETAFI.fr destiné aux entreprises » (cotes 1514 et 1550).
73.
Dans une note interne du 12 octobre 2009, la société Cegid relevait que « nos clients
Experts Comptables utilisent majoritairement les services du portail Jedeclare.com du
[CSOEC] ou de sa version déclinée par Cegid sous le nom de CegidJedeclare.com.
Certains de nos clients liés par un contrat avec un autre opérateur (par exemple AspOne)
continuent de l’utiliser sans contrainte, et d’autres ayant choisi d’être eux-mêmes
Partenaires DGFIP utilisent des moyens propres d’acheminement et de suivi de leurs
déclarations » (cote 3667).
Le contrat de prestation de service passé avec Sage
74.
La société Sage édite deux logiciels de production comptable qu’elle commercialise
directement auprès de la profession comptable, à savoir « Production Coala » et « Sage
100 » (cote 3439). Cette société a indiqué que « [l]e logiciel de Production Coala dispose
d’un module intégré qui permet l’élaboration et la télétransmission des déclarations (…).
Le logiciel Sage 100 ne dispose en revanche pas d’un modèle intégré de télétransmission
16
sous format EDI » (cote 3442). Elle indique que « Sage 100 » représente une plus faible
proportion des ventes à la profession comptable que « Production Coala » (cote 3439). Les
chiffres communiqués par Sage montrent que, pour l’année 2010, le logiciel « Sage 100 »
représente environ 5 % du chiffre d’affaires généré par la vente de ses logiciels (cote
4812). Cette société a par ailleurs acquis le portail télédéclaratif « COOL » en 2001 (cote
1867).
75.
Le 2 août 2005, le CSOEC et l’ECMA ont conclu avec Sage un contrat de prestation de
service, renouvelé et modifié en 2010 (cotes 1774 à 1791 et 1812 à 1828). Le contrat initial
prévoyait une durée de trois ans renouvelable par tacite reconduction pour des périodes
successives d’un an (cote 1822).
76.
Les relations contractuelles établies entre les cocontractants permettent à Sage d’« utilise[r]
jedeclare.com en marque blanche » (cote 1868). De ce fait, les utilisateurs du portail
« jedeclare.com » restent les clients de Sage. C’est cette dernière société qui paye le coût
résultant de l’utilisation du portail « jedeclare.com ».
77.
Aux termes de l’article 6.2. de ce contrat, Sage s’engage « à faciliter le mode opératoire
permettant [aux experts-comptables] de transmettre ses télédéclarations via le Portail
déclaratif, et (…) à intégrer (…) des macro-instructions permettant d’éliminer toutes
manipulations de fichiers, d’enchaîner de manière automatique les opérations de
transmissions au Portail » (cote 1820). Sage s’est également engagé à ce que 90 %, puis
95 % en 2010, des télédéclarations générées par les experts-comptables utilisateurs de ses
logiciels de production comptable soient transmises par l’intermédiaire du portail
« jedeclare.com » (cote 1871).
78.
En ce qui concerne le logiciel « Production Coala », Sage a déclaré qu’« il y a toujours eu
la possibilité pour les utilisateurs experts comptables qui le demanderaient de recourir à
d’autres portails à l’aide d’un module complémentaire (EDI-TDFC) vendu par SAGE »
(cote1868). Pour le logiciel « Sage 100 », Sage propose, sans modèle intégré de
télétransmission, le portail « SAGE direct déclaration » (cotes 1868 et 3442).
79.
S’agissant des raisons ayant conduit à l’établissement de ces relations contractuelles, Sage
a déclaré qu’« il était important d’avoir la même visibilité que nos concurrents éditeurs de
logiciels au travers de ce partenariat, l’Ordre bénéficiant de cette visibilité » (cote 1871).
Le contrat d’apport d’affaires passé avec Agiris
80.
Le 22 décembre 2004, le CSOEC et Agiris ont conclu un contrat d’apport d’affaires d’une
durée de trois ans, avec effet rétroactif au 1er avril 2004, qui se renouvelle par tacite
reconduction pour une période de trois ans (cotes 1083 à 1100).
81.
Aux termes de l’article 4 de ce contrat, intitulé « Exclusivité – non concurrence », Agiris
s’engage « à promouvoir et à commercialiser en exclusivité l’Offre du Portail. A ce titre,
Agiris s’engage à ne pas proposer ni construire de solutions concurrentes au portail pour
ses clients experts-comptables ». L’alinéa suivant envisage une dérogation à cette
exclusivité pour les clients d’Agiris « qui manifestent formellement un refus de faire
transiter les informations concernant leurs dossiers par un portail externe et manifestent le
souhait d’utiliser une solution partenaire EDI (ex solution centre de relais d’AGIRIS, dont
le développement et mise en œuvre sont antérieures à ceux du portail Jedéclare.com) »
(cote 1087).
82.
L’article 2.4 du contrat stipule qu’« Agiris s’engage à intégrer (…) des macro-instructions
permettant d’éliminer toutes manipulations de fichiers, d’enchaîner de manière
automatique les opérations de transmission au portail et de s’assurer de leur bon
accomplissement en utilisant notamment les moyens de signalétique fournis par le Portail
17
[et que] l’intégration des fonctionnalités automatisant la relation avec le portail
Jedéclare.com est réalisée par Agiris dans le cadre de son cycle normal de production de
versions » (cote 1086).
83.
A l’article 2.7 du contrat, il est précisé qu’« Agiris s’engage à promouvoir les
télétransmissions de ses clients membres de l’Ordre au moyen du Portail pendant toute la
durée du contrat, notamment en faisant en sorte que la partie de ses logiciels à destination
des experts-comptables traitant des déclarations, notamment les macro-instructions
prévues au 2.1, proposent par défaut le Portail » (cote 1086).
84.
A la demande des services de l’Autorité de décrire la solution d’intégration automatisée à
laquelle elle est tenue, Agiris a déclaré : « La fonction d’envoi des fichiers EDI est
paramétrée dans nos logiciels. La manipulation consiste à cliquer sur un bouton “envoi
EDI” qui déclenche l’envoi des fichiers sur le portail » (cote 1036). Agiris a par ailleurs
décrit la solution de proposition « par défaut du Portail » en ces termes : « Jedéclare.com
nous transmets les informations techniques et fonctionnelles de nature à permettre
l’automatisation de la procédure de transmission en cliquant sur un bouton. Ce process
automatisé de transmission des fichiers EDI peut être également obtenu à partir d’Isaflux
[portail d’Isagri-Agiris], à partir d’un paramétrage du logiciel Isacompta qui est soit
effectué par l’administrateur de l’utilisateur ou qui peut être effectué par nos soins, dès
lors que le client ne se sent pas autonome pour la réaliser » (cote 1036).
85.
La société Isagri a expliqué les objectifs poursuivis par ce partenariat en ces termes : « il y
avait un intérêt à afficher une compatibilité avec jedeclare.com, même si nos logiciels sont
de fait compatibles dans le cadre de la production de fichiers EDI. De même, l’utilisation
de l’outil jedeclare.com permettait de bénéficier d’une reconnaissance plus grande auprès
de la clientèle des experts comptables et partant de permettre à Isagri d’augmenter la
pénétration de cette clientèle » (cote 1034).
Les critiques formulées par les entreprises concurrentes de l’ECMA
Sur les exclusivités accordées par les éditeurs de logiciels de production comptable à
l’ECMA
86.
Des entreprises concurrentes de l’ECMA estiment que les exclusivités de promotion et
d’utilisation ont pour conséquence de les priver de la possibilité de nouer des partenariats
de même nature et, par conséquent, de les empêcher de proposer leurs services aux expertscomptables.
87.
En effet, selon Tdnim, « pour un portail déclaratif, développer une clientèle d’expertscomptables est un enjeu majeur : les experts-comptables sont des acteurs incontournables
pour un portail puisqu’ils sont à l’initiative du choix du portail utilisé pour les flux dits
“entrants” (e.g. la transmission des liasses fiscales aux OGA). Le portail choisi à cet égard
bénéficie donc d’un avantage pour être retenu par les OGA pour le traitement des flux dits
“sortants” (e.g. transmission des attestations à l’administration) » (cote 435).
88.
Invoke fait quant à elle l’analyse suivante : « Nous analysons notre offre de service de
traitement et de télédéclaration des données fiscales et comptables comme un bien
complémentaire par rapport aux progiciels de comptabilité et de gestion utilisés par les
experts comptables. Dans ce contexte, il est difficile pour nous d’exister sur ce segment de
clientèle dès lors que l’Ordre des experts comptables chercherait à imposer une seule
solution - qui plus est la sienne - en partenariat avec les éditeurs de logiciels les plus
importants » (cote 815).
18
Sur l’intégration technique du portail « jedeclare.com »
89.
Certains concurrents du portail « jedeclare.com » considèrent que l’engagement
d’intégration technique pris par les éditeurs de logiciels de production comptable
signataires de la charte « jedeclare exclusive » les place également dans une situation
désavantageuse pour attirer la clientèle experts-comptables.
90.
Alors que les éditeurs de logiciels de production comptable partenaires de
« jedeclare.com » invoquent la possibilité pour un utilisateur de sélectionner un des
portails concurrents, ces derniers mettent en avant les obstacles techniques restreignant une
telle possibilité.
91.
Par lettre en date du 14 septembre 2009, Tdnim a fait part de ses préoccupations à Cegid
dans les termes suivants : « Lorsque nous démarchons notre clientèle potentielle d’expertscomptables, nous nous heurtons régulièrement à des refus motivés par le seul paramétrage
automatique des logiciels vers le portail www.jedeclare.com, et par les difficultés
inhérentes au paramétrage manuel des logiciels vers d’autres portails, dont notre portail
www.tdnim.com. Ayant donc fait constater que les logiciels de comptabilité [CEGID
Expert, CCMX Expert et QUADRA Expert] fonctionnaient par défaut avec le portail
www.jedeclare.com, et que l’accès à d’autres portails de télétransmission était rendu
complexe par les manipulations informatiques supplémentaires qu’il engendrait » (cote
487).
92.
Dans sa lettre de réponse en date du 8 octobre 2009, Cegid indique que ses logiciels « sont
paramétrables sans difficulté et peuvent être utilisés via d’autres portails que
www.jedeclare.com » et conteste l’existence d’un paramétrage « par défaut » en
reconnaissant l’existence d’un lien non exclusif vers le portail « jedeclare.com ». Cegid
conclut qu’« un paramétrage vers un autre portail et notamment vers le portail [de Tdnim]
peut parfaitement être envisagé » (cote 169).
93.
Tdnim a transmis plusieurs manuels d’utilisation de logiciels de production comptable de
Cegid. Ainsi, le manuel de logiciel de production comptable CCMX indique, dans la partie
« votre outil de production et CCMX EDI-TDFC », que « [l]es informations concernant le
partenaire EDI ECM ASSOCIATION sont affichées par défaut. Néanmoins elles sont
modifiables, indiquez-y éventuellement celles qui concernent le vôtre. Elles sont reprises
dans la télé-déclaration » et, dans la partie « votre outil de production et EDI-TVA »,
« [p]ar défaut, les coordonnées du partenaire CCMX sont intégrées. Elles sont modifiables
mais avec la plus grande attention. A compléter en indiquant votre n° d’inscription à votre
partenaire (facultatif) » (cotes 1261 et 1273).
94.
Lors de son audition, Cegid a indiqué que « tous les clients qui utilisent un logiciel CEGID
à destination de la profession comptable ont la possibilité comme c’est le cas d’un certain
nombre d’entre eux, d’utiliser les modes de télétransmission suivants : “Jedeclare.com”,
partenaires EDI, EFI, Net-entreprises, ASP One et Tdnim. (…) Il ne s’agit pas d’une
intégration automatisée, mais d’un paramétrage de type “web service” » (cote 1113). La
société Cegid a confirmé que ce type de paramétrage existait pour les produits CCMX et
pour la gamme CEGID Expert (cote 3584). Par ailleurs, la documentation transmise par
Cegid mentionne que ces « Web services » « ne sont disponibles que pour les échanges
avec le portail “Jedeclare.com”, et ne nécessitent aucun préalable administratif. Il suffit de
renseigner cette option dans la fiche destinataire » (cote 3679).
95.
S’agissant de Sage, la société MTAE a indiqué qu’« il y a quatre ou cinq ans, nous avons
perdu de façon significative des clients experts-comptables nous signalant un problème de
compatibilité entre l’utilisation de leur logiciel de comptabilité et l’accès à notre portail.
Nous avons également perdu, il y a à peu près 3 ans, tous nos clients utilisateurs de notre
portail des logiciels de SAGE dans la mesure où ces clients nous envoyaient le fichier
19
correspondant à leur liasse sous le mauvais format (fichier XML) sur notre portail, et était
de ce fait inexploitable. L’analyse des fichiers émis par ces clients nous a permis
d’identifier les clients concernés qui étaient tous des clients de SAGE » (cote 828).
96.
Cette particularité technique a été confirmée par la société ASP One qui a déclaré que
« SAGE (notamment les produits de la marque COALA) impose l’utilisation d’un module
complémentaire EDI pour pouvoir choisir un autre portail télédéclaratif. En effet, les
logiciels Sage génèrent un fichier XML, qui nécessite la mise en œuvre du module sage
direct, (…) pour permettre d’être converti en format EDI. Cette solution, qui est un choix
de la part de SAGE, permet aux clients de SAGE d’utiliser le portail de cet éditeur sans
module supplémentaire, à la différence des portails concurrents » (cote 1042).
97.
Tdnim considère que « [p]our sa part, dans le cadre de ses prestations d’éditeur de
logiciels comptables, Sage Coala travaille exclusivement avec “jedeclare.com” qui assure
la sous-traitance des transmissions, sans laisser le choix du portail déclaratif à son client.
Sage Coala propose ainsi une solution “tout compris” incluant la prestation de
“jedeclare.com”, qu’elle rémunère à ce titre. A côté de leur partenariat exclusif avec
“jedeclare.com”, la quasi-totalité des éditeurs de logiciels paramètre par défaut le portail
“jedeclare.com” avec une procédure “chaînée” rapide et simple pour l’utilisateur. En
conséquence, quand un client décide néanmoins de passer par le portail Tdnim.com, la
procédure implique des manipulations supplémentaires, ce qui rend la solution de Tdnim
complexe d’utilisation et donc moins attractive » (cote 438).
98.
Sage a confirmé la nécessaire acquisition d’un module complémentaire pour un utilisateur
expert-comptable de logiciels COALA en déclarant que « [l]e fichier XML est
effectivement une norme de médiation qui est un format “propriétaire” et qui nous est
propre et qui est utilisée entre nos logiciels et notre serveur de médiation (notre portail).
Pour surmonter cette conversion de fichier en format EDIFACT, les utilisateurs doivent
simplement acquérir le module “EDI TDFC” » (cote 1870).
99.
Le « Manuel d’utilisation EDI TDFC - EDI TVA » de mai 2007, le « Manuel d’utilisation
Production Comptable et Fiscale » de décembre 2008 et les documents de présentation de
l’outil de Production COALA confirment que les informations relatives au partenaire EDI
sont renseignées par défaut (solution « Cool-jedeclare.com ») et ne donnent lieu à aucune
indication sur les modalités permettant à l’utilisateur d’y substituer un autre portail (cotes
3261 à 3347).
2. LES PARTENARIATS CONCLUS AVEC LES OGA
a) Les engagements d’utilisation et de promotion prioritaires du portail
« jedeclare.com »
Les contrats de partenariat de 2002
100. Le CSOEC a conclu en 2002 des contrats de partenariat avec les trois fédérations d’OGA
les plus importantes en nombre d’entreprises adhérentes (cotes 3968 à 3982). Etaient ainsi
parties à l’accord la Fédération des centres de gestion agréés, l’Union nationale des
associations agréées et la Conférence des associations régionales agréées de l’union des
professions libérales dont le nombre d’entreprises adhérentes sont respectivement de
400 000, 170 000 et 120 000 (cote 1167).
101. Ce contrat avait pour objet la promotion et l’utilisation du portail « jedeclare.com » par la
fédération signataire. Les membres de cette dernière bénéficiaient en contrepartie d’une
réduction tarifaire (articles 1 et 4 du contrat).
20
102. Aux fins de l’engagement de promotion et d’utilisation, la fédération signataire
« s’engage[ait] à promouvoir auprès de ses adhérents l’utilisation du portail jedeclare.com
par priorité à tout autre [et] à inciter ses membres à faire les mises à niveau nécessaires
de leurs équipements et logiciels informatiques pour recevoir et télétransmettre par
l’intermédiaire du portail » (article 3.1. du contrat, cote 3971).
103. Sur les motifs de ces partenariats, l’ECMA a expliqué que « l’idée était de développer
l’outil JDC, dans un contexte de marché où le principal concurrent identifié était MTAE.
(…) Il n’y pas eu de mesure en tant que telle de l’application de cet engagement.
Cependant l’ECMA a constaté tout au long de l’exécution du contrat l’effectivité de
promotion (…) ainsi que le cas échéant de l’absence de promotion d’autres outils
concurrents » (cotes 2071).
104. Le même type de contrat a été proposé à la FNAGA en 2002 et 2005 (cotes 160 et 166).
Aux termes de son article 4, intitulé « Exclusivité – non concurrence », la FNAGA devait
« s’engage[r] à promouvoir en exclusivité l’offre du Portail. A ce titre, la FNAGA s’engage
à ne pas proposer ni construire de solutions concurrentes au Portail pour ses adhérents »
(cote 163). En contrepartie, « un tarif préférentiel à la plateforme télédéclarative
jedeclare.com » était concédé (article 2.1). L’ECMA a indiqué que cette proposition avait
été formulée « au moment où la FNAGA recherchait un opérateur pour traiter de son
propre portail » (cote 2072).
105. Par ailleurs, Invoke a indiqué avoir été « approchée en 2004 par un représentant de
l’Ordre des experts-comptables qui nous a demandé d’abandonner le développement de
notre portail au profit de la promotion du portail “jedeclare.com” » (cote 816).
106. MTAE a, pour sa part, déclaré qu’en 2000 « [l]a logique de l’Ordre était alors clairement
de nous demander de renoncer à notre activité de transport de données en nous
repositionnant sur notre métier amont d’éditeur de logiciels, alors que déjà, à l’époque,
nous avions développé nos logiciels comptables couplés avec un module de transport des
données comptables et fiscales » (cote 827).
L’accord cadre du 9 décembre 2009
107. Le 9 décembre 2009, le CSOEC a signé avec dix organisations représentatives d’OGA un
accord cadre afin de « s’accorde[r] sur les modalités d’utilisation et de développement du
portail télé-déclaratif “jedeclare.com” » (cotes 85 à 89).
108. Dans le titre 6 intitulé « Flux dématérialisés propres aux OGA », il est spécifié que « [l]es
OGA signataires s’engagent à orienter prioritairement et à développer sur le portail
“jedeclare.com” les flux dématérialisés qui leurs sont propres » (cote 88).
109. En contrepartie de cet engagement, les OGA membres des fédérations signataires
bénéficient d’avantages tarifaires qui ont été présentés, dans un premier temps, au sein
d’une lettre circulaire de l’ECMA le 29 décembre 2009 (cotes 91 à 94). Cette lettre a été
annulée et remplacée, dans un second temps, par un courriel adressé le 22 juin 2010 à
chaque OGA auquel est jointe une grille de tarification qui leur est applicable, selon qu’ils
sont ou non membres d’une des fédérations partie à l’accord du 9 décembre 2009 (cotes 97
à 101). Ces conditions tarifaires sont examinées aux paragraphes 111 et suivants.
110. Les experts-comptables ont, pour leur part, été guidés dans le choix de leur outil de
télétransmission par le CSOEC. Dans la revue interne des experts-comptables (SIC) de
novembre 2009, le CSOEC indique que le portail « jedeclare.com » a été créé « pour
rendre les experts-comptables tout simplement incontournables, garder la totale maîtrise
des informations à valeur ajoutée produites au sein de leurs cabinets et compléter un
monopole de droit par un monopole de fait » (cote 77).
21
b) Les conditions tarifaires applicables aux OGA
Les différentes catégories de tarifs applicables
111. Comme la plupart de ses concurrents, l’ECMA a introduit une différenciation tarifaire
entre les entreprises, les experts-comptables et les OGA. Le coût du service est, pour la
généralité des offres, déterminé par flux reçus ou émis et pouvant donner lieu, en
complément, au paiement d’un forfait annuel.
112. De 2005 à 2008, la liasse fiscale et l’attestation étaient facturées 2,03 euros ou 3,10 euros
selon que l’OGA était membre d’une fédération partenaire ou non (cote 1622). A compter
de 2008, ces tarifs sont passés respectivement à 1,74 euros et 2,74 euros (cote 1622).
113. Suite à la grille tarifaire du 22 juin 2010, trois tarifs sont proposés aux OGA (cotes 1980 à
1982) :
114. Les OGA sont ainsi soumis à une tarification différenciée en fonction de la portée des
engagements pris :
- tarification n° 1 (tarifs privilégiés OGA partenaires) : 3,5 euros par dossier complet
pour, d’une part, les OGA membres d’une fédération signataire de l’accord du
9 décembre 2009 et, d’autre part, les OGA qui s’engagent, pour une durée de trois ans,
à recevoir les déclarations fiscales sur « jedeclare.com », à faire la promotion du portail
auprès des cabinets d’experts-comptables et à apporter un soutien logistique et
financier à la formation des collaborateurs des cabinets d’experts-comptables à
l’utilisation du portail ;
- tarification n° 2 (tarifs avec engagements limités) : 3,5 euros par dossier complet pour
les OGA qui s’engagent pour une durée de trois ans à recevoir les déclarations fiscales
sur « jedeclare.com » ;
- tarification n° 3 (tarif public) : 5 euros par dossier complet.
22
115. Pour 2011, la grille tarifaire se présente de la façon suivante (cote 1751) :
23
Le système de remise appliqué aux OGA partenaires en 2008 et 2009
116. La plaignante a fait état de l’existence d’un système de « remise globale annuelle
rétroactive » au bénéfice des OGA partenaires se présentant comme suit (cote 1748) :
117. Au cours de l’instruction, l’ECMA a indiqué que cette remise n’avait été appliquée qu’en
2008 et 2009, années après lesquelles une tarification forfaitaire y avait été substituée
(cote 2083).
La tarification forfaitaire des flux reçus et des flux émis
118. Préalablement à la conclusion de l’accord du 9 décembre 2009, l’ECMA facturait aux
OGA, d’une part, les flux entrants, flux transmis par les experts-comptables aux OGA tels
que la liasse fiscale, la balance et les tableaux complémentaires OG, et, d’autre part, les
flux sortants, flux transmis par les OGA à l’administration fiscale tels que l’attestation et le
compte rendu de mission. Tout OGA pouvait opter pour une tarification regroupant les
deux types de flux.
119. La grille tarifaire pour 2010 prévoit pour les OGA un tarif unique, à savoir 3,5 euros pour
les OGA membres d’une fédération signataire et 5 euros pour les OGA non membres, pour
un dossier complet comprenant, d’une part, les flux amont (liasse fiscale) et, d’autre part,
les flux aval (attestation et compte rendu de mission).
24
Les flux aval concernés
Attestation émise par l’OGA
3
Experts-comptables
Administration
fiscale
« jedeclare.com »
2
1
1
4
1 : Attestation
OGA
2 : Copie de l’attestation
3 : Avis de réception signé
4 : Suivi administration fiscale
Compte-rendu de mission émis par l’OGA
Experts-comptables
2
1
1
1
1 : Compte-rendu de mission
2 : Avis de réception signé
3 : Suivi administration fiscale
Administration
fiscale
« jedeclare.com »
3
OGA
120. Selon l’ECMA, « [l]e forfait s’est imposé définitivement en 2010 avec l’obligation d’envoi
simultané de tous les flux liasse, balance et tableaux OG. Ce tarif couvre également les
flux sortants car le respect du scénario EDI-TDFC de la DGFIP (…) impose d’envoyer au
cabinet en retour une copie de l’attestation et du compte-rendu de mission. Il en va de
même pour l’envoi à la DGFIP. Il n’y a aucune obligation d’utiliser Jedeclare pour
envoyer les attestations et les CRM de dossiers qui ne proviennent pas d’un cabinet
abonné Jedeclare » (cote 1623).
121. Pour autant, dans le cas où l’attestation est transmise par l’OGA à l’administration fiscale,
la transmission de cette attestation à l’expert-comptable n’est que préconisée (instruction
de la DGFIP n° 46 du 22 avril 2009, précitée, point 41). Pour l’ECMA, en l’absence de
transmission à l’expert-comptable, « il n’y a pas de conséquence juridique au regard de la
législation fiscale ni de problèmes techniques. Mais la règlementation professionnelle
interne [comptable] impose ces transmissions à l’expert comptable » (cote 3947).
122. Cette tarification forfaitaire fait l’objet de critiques convergentes de la part de certains
concurrents du portail « jedeclare.com » en ce qu’elle priverait les OGA de toute
possibilité d’utiliser un autre portail pour l’envoi des flux aval.
123. La société TDNIM a indiqué à cet égard que : « [l]e portail “jedeclare.com” impose aux
OGA des tarifs forfaitaires comprenant les flux entrants et le flux sortants. (…) La
tarification forfaitaire de “jedeclare.com” empêche de fait les OGA à recourir à des
produits différents pour les flux entrants et les flux sortants » (cote 429).
25
124. La société ASP One a déclaré, pour sa part, que « l’application d’un forfait pour les deux
types de flux (entrants et sortants) implique de recourir automatiquement au portail choisi
par l’expert comptable » (cote 1042).
125. En effet, si les grilles tarifaires de 2010 et de 2011 de l’ECMA prévoient la possibilité
d’utiliser le portail « jedeclare.com » pour l’envoi des attestations et des comptes-rendus
de mission à l’administration fiscale sur la base de flux qui auraient été reçus d’un autre
partenaire EDI, à compter de 2010, aucune offre tarifaire portant sur les seuls flux émis à
partir du portail « jedeclare.com » n’est proposée.
126. Par ailleurs, l’incitation financière pour changer de partenaire EDI au profit du portail
« jedeclare.com » et d’opter pour une tarification n° 1, comportant l’engagement de trois
ans et de promotion du portail « jedeclare.com », est forte puisque la grille 2011 propose
une gratuité de l’envoi des attestations et des comptes-rendus de mission à l’administration
fiscale.
D.
LES GRIEFS NOTIFIÉS
127. Par courrier en date du 25 juin 2012, la rapporteure générale de l’Autorité a notifié au
CSOEC et à l’ECMA deux griefs consistant à avoir :
128. « abusé de la position dominante détenue par l’ECMA sur le marché de la télétransmission
des données fiscales et comptables, en concluant et en appliquant, ce au moins depuis la
signature le 1er octobre 2004 de la charte “jedeclare.exclusive”, des exclusivités de
promotion et d’utilisation avec les principaux éditeurs de logiciels de production
comptable, pratiques qui, toujours en cours, ont pour objet et qui peuvent avoir eu pour
effet de réduire l’accès des concurrents de “jedeclare.com” à une part significative de la
demande, en violation de l’article 102 du TFUE et de l’article L. 420-2 du code de
commerce précités ;
(…) depuis au moins l’année 2005, abusé de la position dominante détenue par l’ECMA
sur le marché de la télétransmission des données fiscales et comptables, en concluant et en
appliquant une exclusivité de promotion et une utilisation prioritaire à l’égard des
fédérations d’OGA “partenaires” couplées avec des avantages tarifaires, pratiques qui,
prises dans leur ensemble, et qui sont toujours en cours, ont pour objet et peuvent avoir
pour effet de concourir à limiter l’accès des portails concurrents à “jedeclare.com” à la
clientèle des OGA, en violation de l’article 102 du TFUE et de l’article L. 420-2 du code
de commerce précités ».
E.
LA MISE EN ŒUVRE DU III DE L’ARTICLE L. 464-2 DU CODE DE COMMERCE
129. Le CSOEC et l’ECMA, qui étaient destinataires de la notification de griefs, ont sollicité le
bénéfice des dispositions du III de l’article L. 464-2 du code de commerce, selon
lesquelles : « Lorsqu’un organisme ou une entreprise ne conteste pas la réalité des griefs
qui lui sont notifiés, le rapporteur général peut proposer à l’Autorité de la concurrence,
qui entend les parties et le commissaire du Gouvernement sans établissement préalable
d’un rapport, de prononcer la sanction pécuniaire prévue au I en tenant compte de
l’absence de contestation. Dans ce cas, le montant maximum de la sanction encourue est
réduit de moitié. Lorsque l’entreprise ou l’organisme s’engage en outre à modifier son
26
comportement pour l’avenir, le rapporteur général peut proposer à l’Autorité de la
concurrence d’en tenir compte également dans la fixation du montant de la sanction ».
130. La mise en œuvre de ces dispositions a donné lieu à l’établissement d’un procès-verbal
signé le 26 juillet 2012 par lequel le CSOEC et l’ECMA ont déclaré ne pas contester les
griefs notifiés, d’une part, et ont proposé des engagements, d’autre part. Plusieurs
améliorations ont ultérieurement été apportées aux propositions d’engagements initiales du
CSOEC et de l’ECMA, dont la version définitive figure en annexe 1 de la présente
décision.
131. Pour tenir compte de la non-contestation des griefs et des engagements proposés, la
rapporteure générale adjointe a proposé que la sanction pécuniaire encourue, le cas
échéant, par le CSOEC et l’ECMA soit réduite dans une proportion allant de 18 à 22 % du
montant qui leur aurait été normalement infligé.
II.
A.
Discussion
SUR LES GRIEFS
1. SUR LES CONSÉQUENCES DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE DE NON
CONTESTATION DES GRIEFS
132. L’organisme ou l’entreprise qui choisit de solliciter le bénéfice de la mise en œuvre du III
de l’article L. 464-2 du code de commerce doit respecter les conditions imposées à cet
égard, en ne contestant pas la réalité des griefs qui lui ont été notifiés.
133. L’intéressé doit ainsi renoncer à contester, non seulement la réalité de l’ensemble des
pratiques visées par la notification des griefs, mais également la qualification qui en a été
donnée au regard des dispositions du droit de l’Union et du code de commerce, ainsi que sa
responsabilité dans la mise en œuvre de ces pratiques (voir, en ce sens, arrêt de la cour
d’appel de Paris du 29 mars 2012, Lacroix Signalisation e.a., n° 2011/01228, p. 23). Cette
renonciation doit, sur l’ensemble de ces points, être expresse, complète et dépourvue
d’ambiguïté (décisions n° 04-D-42 du 4 août 2004 relative à des pratiques mises en œuvre
dans le cadre du marché de la restauration de la flèche de la cathédrale de Tréguier,
paragraphe 15, n° 06-D-09 du 11 avril 2006 relative à des pratiques mises en œuvre dans le
secteur de la fabrication des portes, paragraphe 303, et n° 12-D-06 du 26 janvier 2012
relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des agrégats et des marchés aval à
Saint-Pierre-et-Miquelon, paragraphe 149 ; voir également, en ce sens, décisions
n° 10-D-39 du 22 décembre 2010 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur
de la signalisation routière verticale, paragraphes 226, 228 et 425, et n° 11-D-07 du
24 février 2011 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des travaux de
peinture d’infrastructures métalliques, paragraphe 113).
134. Une telle renonciation à contester les griefs suffit pour permettre à l’Autorité de considérer
que l’ensemble des infractions en cause sont établies à l’égard des parties qui ont fait ce
choix procédural (voir, en ce sens, arrêt de la cour d’appel de Paris du 26 janvier 2010,
Adecco France e.a., n° 2009/03532, p. 10, et, sur pourvoi, arrêt de la Cour de cassation du
29 mars 2011, Manpower France e.a., n° 10-12.913 ; voir également décisions n° 04-D-42,
27
précitée, paragraphe 12, n° 11-D-07, précitée, paragraphe 113, et n° 12-D-06, précitée,
paragraphe 151).
135. En l’espèce, les griefs rappelés aux paragraphes 127 et 128 ci-dessus et relatifs aux
pratiques décrites aux paragraphes 54 à 126 ci-dessus sont donc établis à l’égard du
CSOEC et de l’ECMA. Ce n’est dès lors que par un souci de clarté que l’Autorité les
rappelle ci-après.
2. SUR L’APPLICATION DU DROIT DE L’UNION
a) Les principes applicables
136. L’article 102 du TFUE dispose qu’« est incompatible avec le marché commun et interdit,
dans la mesure où le commerce entre États membres est susceptible d’en être affecté, le
fait pour une ou plusieurs entreprises d’exploiter de façon abusive une position dominante
sur le marché commun ou dans une partie substantielle de celui-ci ».
137. Se fondant sur la jurisprudence constante de l’Union, et à la lumière de la communication
de la Commission européenne portant lignes directrices relatives à la notion d’affectation
du commerce figurant aux articles 81 et 82 du traité [devenus les articles 101 et 102 du
TFUE] (JOUE C 101, du 27 avril 2004, p. 81), l’Autorité considère avec constance que
trois éléments doivent être réunis pour que des pratiques soient susceptibles d’affecter
sensiblement le commerce entre États membres : l’existence d’échanges entre États
membres portant sur les produits ou les services en cause, l’existence de pratiques
susceptibles d’affecter ces échanges et le caractère sensible de cette possible affectation.
138. S’agissant du deuxième élément, la Cour de cassation a rappelé, dans un arrêt du
31 janvier 2012, France Télécom (arrêt n° 10-25.772, 10-25.775 et 10-25.882, p. 6), que
les termes « susceptibles d’affecter » énoncés par les articles 101 et 102 du TFUE
« supposent que l’accord ou la pratique abusive en cause permette, sur la base d’un
ensemble d’éléments objectifs de droit ou de fait, d’envisager avec un degré de probabilité
suffisant qu’il puisse exercer une influence directe ou indirecte, actuelle ou potentielle, sur
les courants d’échanges entre États membres, sans que soit exigée la constatation d’un
effet réalisé sur le commerce intracommunautaire ».
139. Il ressort en particulier de la jurisprudence que les abus de position dominante commis sur
le territoire d’un seul État membre sont susceptibles, dans certains cas, d’affecter le
commerce entre États membres.
140. La Cour de justice a ainsi jugé que, lorsque le détenteur d’une position dominante limite ou
empêche l’accès de concurrents au marché, il est indifférent que ce comportement n’ait
lieu que sur le territoire d’un seul État membre, dans la mesure où il est susceptible d’avoir
des répercussions sur les courants commerciaux au sein du marché intérieur (arrêt du
9 novembre 1981, Nederlandsche Banden-Industrie-Michelin/Commission, 322/81,
Rec. p. 3461, point 103).
141. La Commission européenne a, quant à elle, indiqué dans les lignes directrices précitées
que, « lorsqu’une entreprise qui occupe une position dominante couvrant l’ensemble d’un
État membre constitue une entrave abusive à l’entrée, le commerce entre États membres
peut normalement être affecté » (point 93).
142. S’agissant du troisième élément, à savoir le caractère sensible de cette possible affectation
des échanges entre États membres, l’arrêt de la Cour de cassation du 31 janvier 2012
précité a rappelé que « le caractère sensible de l’affectation directe ou indirecte,
potentielle ou actuelle, du commerce intracommunautaire résulte d’un ensemble de
28
critères, parmi lesquels la nature des pratiques, la nature des produits concernés et la
position de marché des entreprises en cause » (p. 6).
143. Les lignes directrices de la Commission européenne précitées indiquent notamment que,
lors de cette appréciation, « il faut également tenir compte du fait que la présence de
l’entreprise dominante couvrant l’ensemble d’un État membre est susceptible de rendre la
pénétration du marché plus difficile. Toute pratique abusive qui rend plus difficile l’entrée
sur le marché national doit donc être considérée comme affectant sensiblement le
commerce » (point 96). Cette approche est confirmée par la jurisprudence des juridictions
de l’Union (voir arrêts du Tribunal de l’Union européenne du 8 octobre 1996, Compagnie
maritime belge transports e.a./Commission, T-24/93, T-25/93, T-26/93 et T-28/93,
Rec. p. II-1201, points 203 et Irish Sugar/Commission, T-228/97, Rec. p. II-2969,
point 170).
b) Appréciation en l’espèce
144. Les griefs notifiés l’ont été au regard de l’article 102 du TFUE aussi bien que de l’article
L. 420-1 du code de commerce. Les pratiques en cause sont en effet susceptibles d’affecter
sensiblement le commerce entre Etats membres de l’Union européenne, point que les
parties n’ont pas contesté.
145. L’affectation sensible du commerce entre Etats membres est établie en l’espèce au regard
de divers éléments.
146. Il convient de relever, tout d’abord, que la proposition de définition de la norme EDI faite
par les institutions européennes (voir paragraphe 6, recommandation n° 94/820/CE de la
Commission européenne précitée) tend à uniformiser techniquement ce mode de
télétransmission de données au sein de l’Union européenne.
147. Cette proposition de définition a permis une coordination, au niveau de l’Union
européenne, des méthodes suivant lesquelles les entreprises sont amenées à remplir leurs
obligations fiscales. A cet égard, l’article 233, paragraphe 2, de la directive
n° 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006 relative au système commun de taxe sur
la valeur ajoutée, dispose que « les méthodes suivantes constituent des exemples de
technologies permettant d’assurer l’authenticité de l’origine et l’intégrité du contenu
d’une facture électronique : (…) b) un échange de données informatisées (EDI) tel que
défini à l’article 2 de l’annexe 1 de la recommandation 94/820/CE de la Commission du
19 octobre 1994 concernant les aspects juridiques de l’échange de données informatisées
lorsque l’accord relatif à cet échange prévoit l’utilisation de procédures garantissant
l’authenticité de l’origine et l’intégrité des données » (JO L 347 du 11.12.2006, p. 1).
148. L’existence, dans d’autres Etats membres, d’un système de télédéclaration sous format
EDI faisant intervenir des tiers prestataires chargés de la télétransmission de données,
partenaire EDI dans le système français, est donc probable.
149. Ensuite, les pratiques en cause ont été mises en œuvre sur l’ensemble du territoire national.
Pour l’année 2010, plus de deux millions d’entreprises ont déposé leur déclaration de
résultat suivant le mode EDI-TDFC et plus d’un demi-million ont déposé leurs déclarations
de TVA suivant le mode EDI-TVA (voir paragraphe 42 ci-dessus).
150. Enfin, ces pratiques ont été mises en œuvre par le CSOEC et l’ECMA, cette dernière
détenant une position dominante sur le marché français de la télétransmission des données
fiscales et comptables sous format EDI à l’administration fiscale (voir paragraphes 152 et
suivants ci-dessous).
29
151. Eu égard à l’ensemble de ces éléments, les pratiques en cause seront analysées au regard
des règles de concurrence tant internes que de l’Union.
3. SUR LE MARCHÉ PERTINENT ET LA POSITION DE L’ECMA SUR CELUI-CI
a) Les principes applicables
152. L’analyse des pratiques en cause au regard des articles 102 du TFUE et L. 420-2 du code
de commerce nécessite en principe, au préalable, de définir le marché pertinent et de
déterminer la position de l’ECMA sur ce marché.
153. Il ressort de la jurisprudence que, afin de définir le marché en cause, il convient de
rechercher si les produits ou les services en cause sont considérés par les acheteurs
« comme interchangeables ou substituables en raison de leurs caractéristiques, de leur
prix et de leur usage » (arrêt de la Cour de cassation du 13 juillet 2010, Vedettes inter-îles
vendéennes, n° 09-67439, p. 5).
154. Dans le même sens, la Commission européenne a rappelé, dans sa communication n° 97/C
372/03 du 9 décembre 1997 sur la définition du marché en cause, que le marché de
produits « comprend tous les produits et/ou services que le consommateur considère
comme interchangeables ou substituables en raison de leurs caractéristiques, de leur prix
et de l’usage auquel ils sont destinés » (JOCE C 372 du 9 décembre 1997, p. 5, point 7).
155. Le marché géographique, quant à lui, comprend « le territoire sur lequel les entreprises
concernées sont engagées dans l’offre des biens et des services en cause, sur lequel les
conditions de concurrence sont suffisamment homogènes et qui peut être distingué de
zones géographiques voisines parce que, en particulier, les conditions de concurrence y
diffèrent de manière appréciable » (communication n° 97/C 372/03 précitée, point 8).
b) Appréciation en l’espèce
Sur le marché de services en cause
156. Afin d’établir leur impôt sur le revenu et leur taxe sur la valeur ajoutée, les entreprises dont
le chiffre d’affaires excède un certain seuil sont tenues par la loi de télétransmettre leurs
déclarations à l’administration fiscale (voir paragraphes 13 à 15).
157. Pour l’année 2010, 2 311 640 entreprises ont déposé leur déclaration de résultat suivant le
mode EDI-TDFC et 558 944 entreprises ont déposé leurs déclarations de TVA suivant le
mode EDI-TVA (voir paragraphe 42).
158. Une première demande émane des entreprises soumises à cette obligation. Au regard de la
liste des partenaires EDI établie par la DGFIP, le nombre d’entreprises habilitées à
télétransmettre directement leurs déclarations fiscales sans faire appel à un tiers se
limiterait à un millier.
159. Pour le reste, les entreprises peuvent, soit recourir directement à un tiers partenaire EDI,
soit donner mandat à leur OGA ou à leur professionnel de l’expertise comptable pour
procéder à ses obligations télédéclaratives.
160. A cette première demande s’agrège la demande indirecte des entreprises qui, afin de
bénéficier du 1° du 7 de l’article 158 du CGI et des articles L. 169 et L. 176 du LPF,
adhèrent à un OGA ou sont clientes d’un professionnel de l’expertise comptable. En effet,
afin de garantir le bénéfice de ces dispositions à son entreprise adhérente ou cliente, l’OGA
ou le professionnel de l’expertise comptable est tenu de télétransmettre à l’administration
30
fiscale des documents tels que des comptes-rendus, des attestations et déclarations de
résultats, leurs annexes et les autres documents les accompagnant.
161. Selon le CSOEC, les entreprises font appel, pour 2 200 000 d’entre elles, à un expertcomptable et, pour 1 463 000 d’entre elles, à un OGA. Il estime également que 1 250 000
entreprises sont à la fois adhérentes à un OGA et clientes d’un expert-comptable. Enfin, le
CSOEC estime que le nombre d’entreprises ne faisant appel ni à un expert-comptable ni à
un OGA est proche de 260 000 (voir paragraphe 43).
162. Le domaine de la télétransmission de données fiscales et comptables à l’administration
fiscale se singularise d’abord par l’intervention de tiers comme les éditeurs de logiciels de
production comptable, les professionnels de l’expertise comptable et les OGA (voir
paragraphes 42 et suivants). L’intervention simultanée de ces tiers ne se retrouve pas dans
d’autres domaines de télétransmission comme le domaine social ou bancaire.
163. Le domaine en cause est également particulier en raison de la prépondérance du mode EDI.
Ainsi, dans le domaine social, le mode EFI est privilégié. Ce dernier mode de
télétransmission se distingue du mode EDI par notamment sa gratuité et l’absence
d’intervention d’un tiers prestataire de service dénommé partenaire EDI (voir paragraphes
4 et suivants).
164. Sur un plan strictement technique, il doit enfin être relevé que l’association EDIFICAS a
constitué un groupe de travail spécifique (GT2 - Les téléprocédures fiscales), qui est
« responsable de la rédaction des cahiers des charges de transmission des informations
financières et fiscales vers les partenaires des entreprises ».
165. Eu égard à l’ensemble de ces éléments, le marché de services en cause doit être défini en
l’espèce comme étant le marché de la télétransmission de données fiscales et comptables
sous format EDI à l’administration fiscale, comme les parties ne l’ont pas contesté.
Sur le marché géographique en cause
166. Etant donné que l’obligation de télétransmission de données fiscales et comptables sous
format EDI à l’administration fiscale résulte exclusivement de la réglementation nationale,
le marché géographique en cause peut être considéré aux fins de la présente décision
comme le marché français, comme les parties ne l’ont pas contesté.
Sur la position de l’ECMA sur ce marché
167. La position de l’ECMA sur le marché de la télétransmission de données fiscales et
comptables sous format EDI à l’administration fiscale en France sera déterminée en
volume puis en valeur.
31
168. En premier lieu, l’appréciation en volume du niveau et de l’évolution des parts de marchés
du portail « jedeclare.com » entre 2005 et 2010 est estimée par l’ECMA comme suit
(cote 4774) :
Évolution en volume du nombre d’entreprises recourant au portail « jedeclare.com »
pour déposer leurs déclarations d’impôt sur le revenu et de taxe sur la valeur ajoutée (cote 4774)
169. En ce qui concerne l’EDI-TDFC, la part de marché de l’ECMA se situe entre 50 et 55 %
pour l’année 2005 et entre 62 et 67 % pour l’année 2010. En ce qui concerne l’EDI-TVA,
la part de marché avancée par l’ECMA, estimée pour l’année 2010 entre 26 et 31 %, ne
peut être retenue. En effet, le nombre de dossiers inscrits en TéléTVA auprès de la DGFIP
comprend les utilisateurs de l’EDI et de l’EFI alors que le marché en cause ne comprend
que la télétransmission sous format EDI (voir paragraphe 165). Selon la DGFIP, le nombre
d’entreprises ayant recouru à l’EDI-TVA est de 111 086 pour l’année 2005 et de 558 944
pour l’année 2010 (cote 1166). Ces données conduisent à évaluer la part de marché de
l’ECMA au titre de l’EDI-TVA à environ 13,5 % pour l’année 2005 et à environ 48,2 %
pour l’année 2010.
170. A titre de comparaison, la part de marché de la société Sage pour la télétransmission de
données sous format EDI-TDFC à la DGFIP est estimée pour l’année 2010 entre 12,5 et
13,5 % (cote 4813). La part de marché de la société Invoke est pour sa part estimée à
moins de 1 %.
171. Ces estimations sont confirmées par un communiqué de presse du CSOEC en date du
6 avril 2010 aux termes duquel le portail « jedeclare.com » a fait transiter « 65 % des
liasses fiscales dématérialisées reçues par la DGFIP » (cote 199). Ce communiqué
indique également que 400 OGA ont recouru au portail sur les 450 OGA recensés par la
DGFIP (cotes 200 et 1167).
172. L’appréciation en volume du niveau et de l’évolution des parts de marché du portail
« jedeclare.com » peut faire l’objet d’une évaluation au regard du nombre de cabinets
d’experts-comptables clients directs de ce portail (cote 1361) :
173. En y ajoutant les cabinets d’experts-comptables utilisateurs de « jedeclare.com » sous
marque blanche Sage et Cegid, le CSOEC estime leur nombre à 9 000 sur les 12 300 que
compte la profession (cotes 1361 et 4494). Ainsi, pour l’année 2010, environ 73 % des
cabinets d’experts-comptables ont recouru au portail « jedeclare.com ».
174. Le CSOEC revendique avec constance être à la source de plus de la moitié des flux reçus
par la DGFIP (cotes 75, 4 492 et 4 493).
32
175. En second lieu, l’analyse de la part de marché de l’ECMA sur le marché de la
télétransmission de données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration
fiscale exprimée en valeur confirme le constat d’une position forte de celle-ci sur le
marché. Entre 2005 et 2010, cette part de marché s’élève entre 55 et 57 %. Durant cette
même période, la valeur du marché global est passée d’un montant estimé entre 2 et
3 millions d’euros à un montant se situant entre 12,3 et 13,2 millions d’euros.
Chiffres d’affaires en millions d’euros
communiqués par les opérateurs prestataires EDI
Cegid
Entreprise
2005
2006
2007
2008
2009
2010
ECMA
1,784
1,973
2,625
3,326
4,551
6,301
-
-
1 - 1,2
1,1 - 1,3
1 - 1,2
0,9 - 1,1
1 - 1,1
1 - 1,1
1 - 1,1
1,1 - 1,5
1,1 - 1,5
Marque blanche
Portail propre
1
- 1,1
Marque blanche
-
0,34 - 0,70
0,48 - 0,52
0,6 - 0,66
1 - 1,1
1,4 - 1,5
Portail propre
-
0,4 - 0,44
0,7 - 0,77
0,65 - 0,71
0,72 - 0,79
1,5 - 1,6
AspOne
-
0,57
0,52
0,52
0,48
0,51
MTAE
-
0,22
0,23
0,23
0,23
0,24
Tdnim
-
-
0,07
0,035
0,079
0,096
Invoke
-
0,23
0,26
0,29
0,30
0,35
Net déclaration
-
-
0,024
0,061
0,087
0,140
Sage
176. Afin de déterminer si une entreprise détient sur un marché une position dominante,
l’Autorité de la concurrence peut prendre également en compte d’autres critères. Le statut
de l’entité qui conforte les clients dans l’idée du caractère officiel des produits qu’elle
commercialise peut à cet égard constituer un critère pertinent (décision n° 96-D-40 du
14 mai 1996 relative à la situation de la concurrence dans le secteur de l’assurance ski,
p. 11). La notoriété dont jouit l’entreprise dominante auprès des acteurs du secteur l’est
également (décision n° 10-D-17 du 25 mai 2010 relative à des pratiques mises en œuvre
sur le marché de la boule de pétanque de compétition, paragraphe 116).
177. Au cas d’espèce, le portail bénéficie de la notoriété du CSOEC, qui a pour mission la
représentation des professionnels de l’expertise comptable. Le COSEC a la qualité de
cocontractant dans les contrats conclus avec les éditeurs de logiciels de production
comptable et les fédérations d’OGA.
178. Il a par ailleurs participé à la promotion du portail « jedeclare.com » en permettant la
reprise de son logo sur la page d’accueil du site et en incitant les experts-comptables à y
recourir dans la revue interne de la profession (cote 77 et paragraphe 110).
179. Ces éléments ont été de nature à renforcer le pouvoir de l’ECMA sur le marché en cause.
180. Au regard de l’ensemble de ces éléments, il doit être considéré que l’ECMA détient une
position dominante sur le marché français de la télétransmission de données fiscales et
comptables sous format EDI à l’administration fiscale depuis le 1er janvier 2005, comme
cela n’a pas été contesté par les parties.
33
4. SUR LES PRATIQUES
a) Principes applicables
181. Si l’existence d’une position dominante n’est pas en soi condamnable, cette situation
impose, selon la jurisprudence constante, à la personne qui la détient une responsabilité
particulière de ne pas porter atteinte, par son comportement, à une concurrence effective et
non faussée sur le marché intérieur de l’Union (arrêts de la Cour de justice du
9 novembre 1983, Michelin/Commission, 322/81, Rec. p. 3461, point 57, du 2 avril 2009,
France Télécom/Commission, C-202/07 P, Rec. p. I-2369, point 105, et du Tribunal du
7 octobre 1999, Irish Sugar/Commission, T-228/97, Rec. p. II-2969, point 112).
182. Si l’existence d’une position dominante ne prive donc pas l’intéressée du droit de préserver
ses propres intérêts commerciaux, lorsque ceux-ci sont menacés, et de la faculté, dans une
mesure raisonnable, d’accomplir les actes qu’elle juge appropriés en vue de protéger ses
intérêts, on ne peut, cependant, admettre de tels comportements lorsqu’ils reviennent à
exploiter de manière abusive cette position dominante (arrêt de la Cour de justice du
14 février 1978, United Brands/Commission, 27/76, Rec. p. 207, point 189 ; arrêts du
Tribunal de première instance du 1er avril 1993, BPB Industries et British
Gypsum/Commission, T-65/89, Rec. p. II-389, point 69 ; du 8 octobre 1996, Compagnie
maritime belge transports e.a./Commission, T-24/93 à T-26/93 et T-28/93, Rec. p. II-1201,
point 107, et Irish Sugar/Commission, précité, point 112).
183. L’exploitation abusive d’une position dominante est une notion objective visant les
comportements d’une entreprise en position dominante sur un marché où, du fait
précisément de sa présence, le degré de concurrence est déjà affaibli, lorsque ces
comportements ont pour effet, actuel ou potentiel, de faire obstacle, par le recours à des
moyens différents de ceux qui gouvernent une concurrence normale entre opérateurs
économiques, fondée sur les mérites de chacun, au maintien du degré de concurrence
existant encore ou au développement de cette concurrence (arrêt de la Cour de justice
17 février 2011, TeliaSonera Sverige, C-52/09, Rec. 2011 p. I-527, point 27 et la
jurisprudence citée).
184. Afin d’établir le caractère abusif d’une pratique d’éviction, l’effet anticoncurrentiel de
celle-ci sur le marché doit exister, mais il ne doit pas être nécessairement concret, étant
suffisante la démonstration d’un effet anticoncurrentiel potentiel de nature à évincer les
concurrents au moins aussi efficaces que l’entreprise en position dominante (voir, en ce
sens, arrêt TeliaSonera Sverige, précité, paragraphe 64).
185. Par ailleurs, la jurisprudence rappelle que, « si la démonstration du caractère délibéré d’un
comportement (…) de nature à tromper les autorités publiques n’est pas nécessaire aux
fins de l’identification d’un abus de position dominante, celui-ci n’en constitue pas moins
également un élément pertinent pouvant, le cas échéant, être pris en considération par
[l’autorité de concurrence]. La circonstance (…) que la notion d’abus de position
dominante a un contenu objectif et n’implique pas l’intention de nuire, ne conduit pas à
considérer que l’intention de recourir à des pratiques étrangères à la concurrence par les
mérites est en toute hypothèse dénuée de pertinence, celle-ci pouvant toujours être prise en
compte au soutien d’une conclusion selon laquelle l’entreprise concernée a commis un
abus de position dominante, quand bien même une telle conclusion devrait en premier lieu
reposer sur la constatation objective d’une mise en œuvre matérielle du comportement
abusif » (arrêt du Tribunal du 1er juillet 2010, AstraZeneca/Commission, T-321/05,
Rec. 2010 p. II-2805, point 359).
34
186. S’agissant des comportements susceptibles d’être appréhendés au regard de l’interdiction
des abus de position dominante, il convient de rappeler que la conquête de la clientèle est
un élément essentiel du jeu normal de la concurrence, chaque concurrent devant s’efforcer
de l’acquérir par ses mérites et sans recourir à une pratique anticoncurrentielle, que ce soit
en s’entendant avec ses concurrents ou, lorsqu’il détient une position dominante, en
abusant de celle-ci. Ainsi que l’a déjà rappelé l’Autorité, « cette lutte pour la conquête de
la clientèle n’autorise pas tous les comportements, surtout de la part d’une entreprise qui,
détenant une position dominante sur un marché, encourt une responsabilité particulière »
(décisions n° 07-D-33 du 15 octobre 2007 relative à des pratiques mises en œuvre par la
société France Télécom dans le secteur de l’accès à Internet à haut débit, paragraphe 77, et
n° 09-D-24 du 28 juillet 2009 relative à des pratiques mises en œuvre par France Télécom
sur différents marchés de services de communications électroniques fixes dans les DOM,
paragraphe 207).
187. Lorsqu’une stratégie abusive globale est mise en œuvre par le biais de plusieurs
comportements, ces derniers peuvent être appréhendés comme un tout, sans qu’il soit
besoin de les scinder artificiellement en autant d’abus que de pratiques (voir, en ce sens,
décision n° 04-D-13 du 8 avril 2004 relative à des pratiques mises en œuvre par la société
des Caves et des Producteurs réunis de Roquefort dans le secteur des fromages à pâte
persillée, paragraphe 68 ; voir également, s’agissant de la capacité d’une telle stratégie
globale à affecter sensiblement le commerce entre États membres, les lignes directrices
précitées, point 17).
188. En l’occurrence, les partenariats conclus avec les éditeurs de logiciels de production
comptable ainsi que les partenariats conclus avec les OGA seront successivement
examinés ci-après.
b) Sur les partenariats conclus avec les éditeurs de logiciels de production
comptable (grief n° 1)
189. Il résulte de la jurisprudence de l’Union que, « pour une entreprise se trouvant en position
dominante sur un marché, le fait de lier – fut-ce à leur demande – des acheteurs par une
obligation ou promesse de s’approvisionner pour la totalité ou pour une part considérable
de leurs besoins exclusivement auprès de ladite entreprise constitue une exploitation
abusive d’une position dominante au sens de l’article [102 du TFUE], soit que l’obligation
en question soit stipulée sans plus, soit qu’elle trouve sa contrepartie dans l’octroi de
rabais » (arrêt de la Cour de justice du 13 février 1979, Hoffmann-La Roche/Commission,
85/76, Rec. 1979 p. 461, point 89 ; voir également arrêts du Tribunal du 25 juin 2010,
Imperial Chemical Industries/Commission, T-66/01, Rec. 2010 p. II-2631, point 315, et du
9 septembre 2010, Tomra Systems e.a./Commission, T-155/06, Rec. 2010 p. II-4361,
point 208).
190. La jurisprudence interne s’inscrit dans le même sens (arrêt de la cour d’appel de Paris du
9 novembre 2004, Société anonyme des caves et producteurs réunis de Roquefort,
n° 2004/08960, p. 5, et, sur pourvoi, arrêt de la Cour de cassation du 6 décembre 2005,
Société des Caves et producteurs réunis de Roquefort, n° 04-19541).
191. Il en ressort également que, « pour vérifier si des accords d’exclusivité (…) sont
compatibles avec l’article [102 du TFUE], il y a lieu d’analyser si, à la suite d’une
appréciation de l’ensemble des circonstances et, donc, aussi du contexte dans lequel ces
accords s’inscrivent, ces pratiques tendent ou sont susceptibles de restreindre ou d’écarter
la concurrence sur le marché en cause » (arrêt Tomra Systems e.a./Commission précité,
point 215).
35
192. Afin d’apprécier l’effet de verrouillage du marché que des clauses d’exclusivité mises en
œuvre par une entreprise en position dominante peuvent tendre à produire, il convient de
prendre en compte notamment leur durée effective, qui peut être plus longue que la durée
inscrite au contrat du fait de l’existence de clauses de tacite reconduction (décision
n° 08-D-16 du 3 juillet 2008 relative à une demande de mesures conservatoires présentée
par la société Cybervitrine à l’encontre de pratiques mises en œuvre par la société
Photomaton, paragraphe 63).
193. En l’occurrence, la charte « jedeclare exclusive » du 1er octobre 2004 instaure une clause
de promotion et de non-concurrence à l’égard de la clientèle des experts-comptables, d’une
part, et oblige les éditeurs de logiciels de production comptable à intégrer techniquement le
portail « jedeclare.com » à leurs logiciels de production comptable, d’autre part (voir
paragraphes 58 et suivants).
194. Ainsi, l’éditeur de logiciel de production comptable, en s’engageant à faire transiter la
totalité ou la quasi-totalité de sa clientèle expert-comptable vers le portail
« jedeclare.com », commercialise ce portail pour le compte de l’ECMA. Sage s’était par
exemple engagée à ce que 90 %, puis 95 % en 2010, des télédéclarations générées par les
experts-comptables utilisateurs de ses logiciels de production comptable soient transmises
par l’intermédiaire du portail « jedeclare.com » (voir paragraphes 77 et suivants).
195. Les contrats en cause ont instauré, ce faisant, des clauses d’exclusivité particulièrement
larges, qui tendent par leur économie à capter la demande émanant de la clientèle
d’experts-comptables des éditeurs de logiciels de production comptable.
196. Ces clauses d’exclusivité ont été complétées par une intégration technique qui, même si
elle n’a pas rendu impossible l’utilisation de portails concurrents, a conduit la clientèle
experts-comptables à choisir en priorité le portail « jedeclare.com » (voir paragraphes 89 et
suivants), ce dernier étant référencé par défaut.
197. Il en a été ainsi alors même que les éditeurs de logiciels de production comptable
signataires de la charte stipulant ces clauses détiennent entre 75 et 90 % du marché de la
vente, au niveau national, des licences de progiciels de gestion et des services de
maintenance et d’assistance qui y sont associés, à destination de la profession comptable
(voir paragraphes 57 et suivants).
198. Il convient d’ajouter que la durée de ces contrats varie de trois à huit ans avec, pour ceux
de trois ans, un renouvellement par tacite reconduction pour des périodes successives d’un
an ou pour une période de trois ans.
199. Enfin, il ressort du dossier que ces clauses ont été mises en place dans un but précis, qui
met en lumière l’existence d’une stratégie d’éviction. En particulier, le préambule des
contrats passés avec les éditeurs de logiciel de production comptable indique que le contrat
en cause a pour but, notamment, « d’éviter l’émergence d’une multiplicité d’autres offres,
qui entraînerait une confusion dans l’esprit des professionnels comptables » (Cegid, cote
1462 ; Sage, cote 1815 ; Isagri-Agiris, cote 1084).
200. L’ensemble des éléments qui précèdent montre que les clauses d’exclusivité mises en place
dans le cadre de la charte « jedeclare exclusive » ont eu pour objet et pour effet
d’empêcher les entreprises concurrentes de l’ECMA de signer avec les éditeurs de logiciels
des accords leur permettant d’accéder à la clientèle d’experts-comptables, alors même que
cette dernière était particulièrement importante pour le développement de l’activité de
télétransmission de données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration
fiscale. Elles sont intervenues en violation des articles 102 du TFUE et L. 420-2 du code de
commerce, comme cela n’a pas été contesté par les parties.
36
201. Elles ont, ainsi que cela a été relevé plus haut, été mises en œuvre de façon conjuguée par
le CSOEC, qui contrôle l’ECMA, d’une part, et par cette association, d’autre part. Elles
sont donc imputables à chacune de ces entités, comme celles-ci ne l’ont pas contesté.
c) Sur les partenariats conclus avec les OGA (grief n° 2)
202. Il est de jurisprudence constante que « [l]a pratique, par une entreprise en position
dominante, de prix discriminatoires est interdite par l’article [102, second alinéa, sous c),
du TFUE], qui vise les pratiques abusives consistant à “appliquer à l’égard des partenaires
commerciaux des conditions inégales à des prestations équivalentes, en leur infligeant de
ce fait un désavantage dans la concurrence”. Ainsi, selon la jurisprudence, une entreprise
ne saurait pratiquer des différences artificielles de prix de nature à entraîner un
désavantage pour ses clients et à fausser la concurrence » (arrêt du Tribunal du
9 septembre 2009, Clearstream/Commission, T-301/04, Rec. 2009 p. II-3155, points 169 et
170, et la jurisprudence citée).
203. Par ailleurs, l’article 102, second alinéa, sous d), du TFUE, en disposant que « les
pratiques abusives peuvent notamment consister à : (…) d) subordonner la conclusion de
contrats à l’acceptation, par les partenaires, de prestations supplémentaires qui, par leur
nature ou selon les usages commerciaux, n’ont pas de lien avec l’objet de ces contrats »,
prohibe les ventes liées abusives. Une vente liée abusive est démontrée si « premièrement,
le produit liant et le produit lié sont deux produits distincts ; deuxièmement, l’entreprise
concernée détient une position dominante sur le marché du produit liant ; troisièmement,
ladite entreprise ne donne pas aux consommateurs le choix d’obtenir le produit liant sans
le produit lié ; quatrièmement, la pratique en cause restreint la concurrence » (arrêt du
Tribunal du 17 septembre 2007, Microsoft/Commission, T-201/04, Rec. 2007 p. II-3601,
point 842).
204. Parallèlement, l’article L. 420-2 du code de commerce prohibe « l’exploitation abusive par
une entreprise ou un groupe d’entreprises d’une position dominante sur le marché
intérieur ou une partie substantielle de celui-ci. Ces abus peuvent notamment consister en
refus de vente, en ventes liées ou en conditions de vente discriminatoires ainsi que dans la
rupture de relations commerciales établies, au seul motif que le partenaire refuse de se
soumettre à des conditions commerciales injustifiées ».
205. En l’espèce, tant les contrats de partenariat de 2002 que l’accord cadre du 9 décembre 2009
prévoient une exclusivité de télétransmission de données fiscales et comptables sous
format EDI à l’administration fiscale via le portail « jedeclare.com » (paragraphes 100 et
suivants).
206. Les premiers rappellent que la fédération signataire « s’engage à promouvoir auprès de ses
adhérents l’utilisation du portail jedeclare.com par priorité à tout autre [et] à inciter ses
membres à faire les mises à niveau nécessaires de leurs équipements et logiciels
informatiques pour recevoir et télétransmettre par l’intermédiaire du portail » (article 3.1.
du contrat, cote 3971). L’ECMA a ainsi « constaté tout au long de l’exécution du contrat
l’effectivité de promotion (…) ainsi que le cas échéant de l’absence de promotion d’autres
outils concurrents » (cote 2071).
207. S’agissant du second, son titre 6, intitulé « Flux dématérialisés propres aux OGA », prévoit
que « [l]es OGA signataires s’engagent à orienter prioritairement et à développer sur le
portail “jedeclare.com” les flux dématérialisés qui leurs sont propres » (cote 88).
208. En contrepartie de cet engagement, les OGA membres d’une fédération signataire ont
bénéficié depuis au moins l’année 2005 de conditions tarifaires plus favorables que celles
octroyées aux OGA membres d’une fédération non signataire. A compter de 2010, les
37
OGA membres d’une fédération non signataire bénéficiaient de ces avantages tarifaires
s’ils s’engageaient, notamment, à promouvoir le portail « jedeclare.com » pendant une
durée de trois ans (paragraphes 114 et suivants). Une telle différenciation tarifaire n’a pas
été justifiée par les mis en cause qui n’ont fait état que d’un besoin général de
rentabilisation des investissements effectués pour le fonctionnement du portail
« jedeclare.com ».
209. En outre, la tarification mise en œuvre à compter de 2010, en ce qu’elle prévoit une
tarification forfaitaire comprenant les flux entrants et les flux sortants, sans comporter une
tarification particulière pour les seuls flux sortants, doit être qualifiée de vente liée. En
réduisant la liberté de choix du portail télédéclaratif auquel les OGA devraient pouvoir
bénéficier, une telle pratique restreint la concurrence. En effet, avec cette tarification
forfaitaire, un OGA, une fois qu’il s’est acquitté du paiement de la réception des flux en
provenance d’un professionnel de l’expertise comptable, n’a plus aucun intérêt
économique à recourir à un autre portail que « jedeclare.com » pour l’envoi de ses propres
flux à l’administration fiscale (paragraphes 118 et suivants).
210. Par ailleurs, l’ECMA a instauré, pour les années 2008 et 2009, un système de remise
globale annuelle rétroactive au bénéfice des OGA membres d’une fédération signataire
équivalant aux remises de fidélité appréhendées par la jurisprudence (paragraphes 116 et
117). L’absence d’effet constaté pour l’année 2008 n’empêche pas la qualification de ce
système de remise, au regard des articles 102 du TFUE et L. 420-2 du code de commerce,
en raison de la stratégie d’éviction dans lequel il s’inscrit.
211. En effet, il ressort du dossier que ces clauses et conditions tarifaires ont été également
mises en place dans un but précis qui constitue à tout le moins un indice de l’existence
d’une stratégie d’éviction. En particulier, le préambule du contrat proposé à la FNAGA
indique qu’il a pour but, notamment, « d’éviter l’émergence d’une multiplicité d’autres
offres, qui entraînerait une confusion dans l’esprit des professionnels comptables »
(cote 161).
212. L’ensemble des éléments qui précèdent montre que les clauses d’exclusivité et les
conditions tarifaires mises en place dans le cadre des contrats de partenariat de 2002 puis
de l’accord cadre du 9 décembre 2009 ont eu pour objet et pour effet d’empêcher les
entreprises concurrentes de l’ECMA d’accéder aux OGA membres d’une fédération
signataire, alors même que la demande émanant des OGA représente une part importante
des données fiscales et comptables télétransmises sous format EDI à l’administration
fiscale. Elles sont intervenues en violation des articles 102 du TFUE et L. 420-2 du code de
commerce, comme cela n’a pas été contesté par les parties.
213. Elles ont, ainsi que cela a été relevé plus haut, été mises en œuvre de façon conjuguée par
le CSOEC, qui contrôle l’ECMA, d’une part, et par cette association, d’autre part. Elles
sont donc imputables à chacune de ces entités, comme celles-ci ne l’ont pas contesté.
B.
SUR LES SANCTIONS
214. Le I de l’article L. 464-2 du code de commerce et l’article 5 du règlement n° 1/2003
habilitent l’Autorité à imposer des sanctions pécuniaires aux entreprises et aux organismes
qui se livrent à des pratiques anticoncurrentielles interdites par les articles L. 420-1 et
L. 420-2 du code de commerce ainsi que 101 et 102 du TFUE.
215. Aux termes du quatrième alinéa du I de l’article L. 464-2 du code de commerce « (s)i le
contrevenant n’est pas une entreprise, le montant maximum de la sanction est de 3 millions
38
d’euros. Le montant maximum de la sanction est, pour une entreprise, de 10 % du montant
du chiffre d’affaires mondial hors taxes le plus élevé au cours d’un des exercices clos
depuis l’exercice précédant celui au cours duquel les pratiques ont été mises en œuvre. Si
les comptes de l’entreprise concernée ont été consolidés ou combinés en vertu des textes
applicables à sa forme sociale, le chiffre d’affaires pris en compte est celui figurant dans
les comptes consolidés ou combinés de l’entreprise consolidante ou combinante ».
216. Par ailleurs, le III de l’article L. 464-2 du code de commerce dispose que « (l)orsqu’un
organisme ou une entreprise ne conteste pas la réalité des griefs qui lui sont notifiés, le
rapporteur général peut proposer à l’Autorité de la concurrence, qui entend les parties et
le commissaire du Gouvernement sans établissement préalable d’un rapport, de prononcer
la sanction pécuniaire prévue au I en tenant compte de l’absence de contestation. Dans ce
cas, le montant maximum de la sanction encourue est réduit de moitié. Lorsque
l’entreprise ou l’organisme s’engage en outre à modifier son comportement pour l’avenir,
le rapporteur général peut proposer à l’Autorité de la concurrence d’en tenir compte
également dans la fixation du montant de la sanction ».
217. Enfin, le troisième alinéa du I de l’article L. 464-2 du code de commerce prévoit que « les
sanctions pécuniaires sont proportionnées à la gravité des faits reprochés, à l’importance
du dommage causé à l’économie, à la situation individuelle de l’organisme ou de
l’entreprise sanctionné ou du groupe auquel l’entreprise appartient et à l’éventuelle
réitération de pratiques prohibées par le (titre VI du livre IV du code de commerce). Elles
sont déterminées individuellement pour chaque entreprise ou organisme sanctionné et de
façon motivée pour chaque sanction ».
218. En l’occurrence, le CSOEC et l’ECMA font valoir qu’ils constituent une entité
économique unique et donc une entreprise au regard du droit de la concurrence, ce dont il
conviendrait de tirer toutes les conséquences dans le cadre de la détermination des
sanctions en leur appliquant, d’une part, une sanction unique et, d’autre part, le maximum
légal applicable aux entreprises.
219. Il convient toutefois de rappeler, en premier lieu, que le CSOEC et l’ECMA constituent
deux personnes morales distinctes qui se sont chacune vu notifier des griefs en raison de
leur participation directe aux pratiques anticoncurrentielles en cause en l’espèce, griefs
dont elles n’ont pas contesté la réalité. La participation personnelle de chacun d’entre elles
à ces infractions est ainsi établie. En second lieu, il faut relever que, si un ou plusieurs
organismes ou autres entités juridiques ne revêtant pas la forme d’une société, comme des
ordres professionnels ou des associations, peuvent être considérés comme exerçant une
activité économique et se trouver, pour cette raison, soumis au respect des règles de
concurrence (voir notamment arrêts de la Cour de cassation du 16 mai 2000, Conseil
central section A de l’Ordre national des pharmaciens, n° 98-12612, et de la cour d’appel
de Paris du 29 janvier 2008, Union française des orthoprothésistes, n° 2007/04524, p. 4, et
décision n° 12-D-02 du 12 janvier 2012 relative à des pratiques mises en œuvre dans le
secteur de l’ingénierie des loisirs, de la culture et du tourisme, paragraphes 71 à 77), ils
n’en constituent pas pour autant des entreprises et, à plus forte raison, une seule et même
entreprise aux fins de la détermination des sanctions selon les règles prévues par le code de
commerce. Il ressort au contraire de la pratique décisionnelle et de la jurisprudence que,
conformément au code de commerce, de tels organismes sont assujettis à un maximum
légal distinct de celui applicable aux entreprises, rappelé au paragraphe 215 ci-dessus
(décision n° 00-D-28 du 19 septembre 2000 relative à la situation de la concurrence dans le
secteur du crédit immobilier, p. 46, confirmée par l’arrêt de la cour d’appel de Paris du
27 novembre 2001, SA Caisse nationale du crédit agricole e.a.).
39
220. C’est donc au regard de ce maximum légal et de celui applicable en cas de
non-contestation des griefs que l’Autorité vérifiera les sanctions imposées à l’ECMA,
d’une part, et au CSOEC, d’autre part, après les avoir déterminées selon les critères
énoncés par le code de commerce.
221. Chacun de ces deux organismes a été mis en mesure de formuler des observations sur les
principaux éléments de droit et de fait du dossier susceptibles, selon les services
d’instruction de l’Autorité, d’influer sur la détermination de la sanction pouvant lui être
imposée. La présentation de ces différents éléments par les services d’instruction ne
préjuge pas de l’appréciation du collège sur les déterminants de la sanction, qui relève de
sa seule délibération.
222. Enfin, il convient de rappeler que l’Autorité peut imposer à chaque entreprise ou
organisme en cause plusieurs sanctions dans l’hypothèse où l’intéressé a commis plusieurs
infractions (arrêt de la Cour de cassation du 29 juin 2007, Bouygues Télécom e.a.,
n° 07-10303, 07-10354 et 07-10397), comme c’est le cas en l’occurrence, en déterminant
chacune d’elles en fonction des critères prévus par le code de commerce (voir, en ce sens,
arrêt de la Cour de cassation du 12 juillet 2011, Lafarge e.a., n° 10-17482 et 10-17791) et
en vérifiant qu’aucune d’entre elles n’excède le maximum légal applicable. Néanmoins, il
lui est aussi loisible, si elle l’estime opportun eu égard à l’identité ou à la connexité des
secteurs ou des marchés en cause, d’une part, et à l’objet général des pratiques, d’autre
part, d’infliger une seule sanction au titre de plusieurs infractions (arrêts de la Cour de
cassation du 22 novembre 2005, Dexxon Data Media e.a., n° 04-19102, et de la cour
d’appel de Paris du 28 janvier 2009, EPSE Joué Club e.a., n° 2008/00255, p. 20).
223. En l’espèce, les pratiques visées par les griefs n° 1 et n° 2 concourent à un même objectif
général consistant à l’éviction des concurrents de l’ECMA sur le marché de la
télétransmission de données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration
fiscale. De plus, elles ont été mises en place, de façon certes conjuguée, par les deux
organismes en cause, qui ont chacun joué un rôle personnel et complémentaire dans leur
mise en place et dans leur mise en œuvre. En particulier, le CSOEC et l’ECMA se sont
chargés respectivement de la promotion et de la commercialisation des services du portail
« jedeclare.com ».
224. Eu égard à ces éléments, l’Autorité imposera à chacun des deux organismes en cause une
sanction pécuniaire unique au titre de ces deux infractions.
1. SUR LA SANCTION IMPOSÉE À L’ECMA
a) Sur la valeur des ventes
225. La valeur des ventes de l’ensemble des catégories de services en relation avec les
infractions commises par l’ECMA, durant son dernier exercice comptable complet de
participation à ces infractions, pourra être utilement retenue comme assiette de sa sanction.
Certes, le code de commerce, en ne se référant pas au chiffre d’affaires lié au secteur ou au
marché en cause, mais uniquement au chiffre d’affaires mondial consolidé ou combiné,
n’impose pas à l’Autorité de procéder de la sorte (arrêt de la Cour de cassation du
13 mai 1997, Société française de transports Gondrand frères, n° 95-16378). Pour autant,
ce paramètre constitue généralement une référence appropriée et objective permettant de
proportionner au cas par cas l’assiette de la sanction à la réalité économique des infractions
en cause, et plus précisément à son ampleur ainsi qu’au poids relatif sur le secteur concerné
de chacune des entreprises qui y a participé (voir, en ce sens, arrêt de la cour d’appel de
Paris du 11 octobre 2012, Entreprise H. Chevalier Nord e.a., n° 2011/03298, p. 72 ; voir
40
également arrêt de la cour d’appel de Paris du 29 mars 2012, Lacroix Signalisation e.a.,
n° 2011/01228, pp. 37 et 38), comme cela ressort aussi de la jurisprudence constante des
juridictions de l’Union (arrêts de la Cour de justice du 7 juin 1983, Musique diffusion
française/Commission, 100/80, Rec. p. 1825, points 119 à 121, du 3 septembre 2009,
Papierfabrik August Koehler e.a./Commission, C-322/07 P, C-327/07 P et C-338/07 P,
Rec. p. I-7191, point 114).
226. Une sanction unique au titre des deux infractions commises par l’ECMA étant imposée en
l’espèce, l’Autorité ne prendra en considération, comme assiette, qu’une seule et même
valeur des ventes en relation avec l’ensemble des pratiques en cause (voir les décisions
n° 12-D-06 précitée, paragraphe 221 ; n° 12-D-10 du 20 mars 2012, relative à des pratiques
mises en œuvre dans le secteur de l’alimentation pour chiens et chats, paragraphe 241, et
n° 12-D-09 du 13 mars 2012 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur des
farines alimentaires, paragraphe 889).
227. Les catégories de services à prendre en considération à cette fin sont celles en relation avec
les infractions commises par l’ECMA, telles que décrites dans la partie de la décision
consacrée à la qualification des pratiques (paragraphes 181 et suivants ci-dessus). Les deux
infractions ont tendu à maintenir ou à renforcer la position dominante de l’ECMA sur le
marché français de la télétransmission de données fiscales et comptables sous format EDI à
l’administration fiscale en évinçant les concurrents actuels ou potentiels sur ce marché. Il
convient donc de retenir comme assiette de la sanction la valeur des ventes de prestations
de télétransmission de données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration
fiscale effectuées par l’ECMA à travers le portail « jedeclare.com ».
228. Au vu des éléments de preuve figurant au dossier, il a été établi que les deux infractions se
poursuivaient au jour de la notification de griefs. Eu égard à ce constat, l’Autorité retiendra
le dernier exercice complet de participation de l’ECMA à ces pratiques, à savoir l’exercice
2011, pour déterminer la valeur des ventes à utiliser comme assiette de sa sanction, cet
exercice n’apparaissant pas manifestement non représentatif du poids économique de
l’ECMA sur le marché en cause pendant la période de commission des pratiques, compte
tenu des éléments à la disposition de l’Autorité.
229. Compte tenu de ces éléments, la valeur des ventes à utiliser comme assiette se chiffre à
5 500 082 euros.
b) Sur la détermination du montant de base
230. En application du I de l’article L. 464-2 du code de commerce, le montant de base de la
sanction imposée à l’ECMA sera déterminé en fonction de la gravité des faits et de
l’importance du dommage causé à l’économie, critères qui se rapportent tous deux aux
pratiques constatées. Les appréciations de l’Autorité à cet égard trouveront une traduction
chiffrée dans le choix d’une proportion de la valeur des ventes retenue, démarche qui,
comme indiqué plus haut, permettra de proportionner l’assiette de la sanction à la réalité
économique des infractions, d’une part, et au poids relatif sur le marché concerné de
l’ECMA, d’autre part. L’Autorité procèdera à une appréciation globale tant de
l’importance du dommage causé à l’économie que de la gravité des faits, avant de prendre
en compte, de manière individualisée, la situation de l’ECMA et sa contribution
personnelle aux pratiques (arrêt de la cour d’appel de Paris du 11 octobre 2012, précité,
p. 68).
231. La durée des pratiques, qui constitue un facteur pertinent pour apprécier tant la gravité des
faits (arrêt de la Cour de cassation du 30 mai 2012, Orange France, n° 11-22144) que
l’importance du dommage causé à l’économie (arrêt de la Cour de cassation du
41
12 juillet 2011, Lafarge ciments e.a., n° 10-17482 et 10-17791), fera ensuite l’objet d’une
prise en compte sous ce double angle selon les modalités pratiques décrites dans le
communiqué du 16 mai 2011 relatif à la méthode de détermination des sanctions
pécuniaires.
Sur la proportion de la valeur des ventes
Sur la gravité des faits
232. Afin d’apprécier la gravité des faits au cas d’espèce, il convient d’évoquer successivement
la nature des pratiques mises en œuvre, la nature du marché sur lequel elles sont
intervenues et leurs caractéristiques concrètes.
233. S’agissant en premier lieu de la nature des pratiques mises en œuvre par l’ECMA, celles-ci
sont des abus tendant à évincer ses concurrents. Elles revêtent, comme cela a déjà été
rappelé à plusieurs reprises dans la pratique décisionnelle, un degré certain de gravité en ce
qu’elles tendent à élever les barrières à l’entrée et à empêcher les concurrents de se
développer sur le marché en dépit de leurs mérites propres (décisions de l’Autorité
n° 09-D-36 du 9 décembre 2009 relative à des pratiques mises en œuvre par Orange
Caraïbe et France Télécom sur différents marchés de services de communications
électroniques dans les départements de la Martinique, de la Guadeloupe et de la Guyane,
paragraphe 446, et n° 12-D-25 du 18 décembre 2012 relative à des pratiques mises en
œuvre dans le secteur du transport ferroviaire de marchandises, paragraphe 677).
234. La jurisprudence constante de l’Union, qui peut constituer un point de comparaison utile,
s’inscrit dans le même sens, en rappelant que des pratiques d’éviction commises par des
entreprises dominantes constituent des infractions graves, voire particulièrement graves
pour certaines d’entre elles (arrêt de la Cour de justice du 14 octobre 2010, Deutsche
Telekom/Commission, C-280/08 P, Rec. 2010 p. I-9555, point 275, et la jurisprudence
citée).
235. En outre, le fait que deux pratiques se soient conjuguées en l’espèce pour amener les
différents acteurs du marché à recourir au portail « jedeclare.com » en accroît la gravité
intrinsèque (voir, en ce sens, décisions n° 09-D-36 précitée, paragraphe 449, et n° 12-D-06
précitée, paragraphe 231).
236. Enfin, le fait que l’ECMA et le CSOEC aient mis en œuvre ces pratiques par une action
complémentaire, chacune avec les moyens d’action dont elle disposait, a été de nature à les
rendre d’autant plus efficaces. Dans ce cadre, comme rappelé au paragraphe 223, le
CSOEC a assuré la promotion du portail « jedeclare.com », tandis que l’ECMA contribuait
à sa commercialisation.
237. S’agissant en deuxième lieu de la situation du marché sur lequel sont intervenues les
pratiques, il faut relever qu’il s’agit d’un marché naissant, élément pertinent pour
contribuer à caractériser la gravité certaine des pratiques (décision n° 09-D-06 du
5 février 2009 relative à des pratiques mises en œuvre par la SNCF et Expedia Inc. dans le
secteur de la vente de voyages en ligne, paragraphe 290, confirmé par arrêt de la cour
d’appel de Paris du 23 février 2010, Expédia Inc e.a., n° 2009/05554, p. 17).
238. En effet, l’obligation de télétransmission des déclarations d’impôt sur les sociétés ainsi que
de taxe sur la valeur ajoutée, bien que résultant de la loi n° 99-1173 du 30 décembre 1999
précitée, était initialement limitée aux sociétés réalisant un chiffre d’affaires supérieur à
100 millions de francs (soit environ 15 millions d’euros). Ce n’est qu’ultérieurement que
ce seuil a fait l’objet d’un abaissement progressif. Ainsi, entre 2005 et 2010, le nombre
d’entreprises ayant recouru à l’EDI-TDFC est passé de 1 054 365 à 2 311 640. Sur la
42
même période, le nombre d’entreprises ayant recouru au mode EDI-TVA est passé de
111 086 à 558 944 (cote 1166).
239. S’agissant en troisième et dernier lieu des caractéristiques concrètes des pratiques, il
convient de constater tout d’abord que les éléments au dossier attestent que celles-ci sont le
fruit, au moins en partie, d’une stratégie délibérée. Le fait que cette stratégie délibérée ait
été publique et non secrète n’altère en rien sa gravité objective.
240. En ce qui concerne le grief n° 1, le préambule des contrats passés avec les éditeurs de
logiciels de production comptable indiquent tous que le contrat en cause a pour but,
notamment, « d’éviter l’émergence d’une multiplicité d’autres offres, qui entraînerait une
confusion dans l’esprit des professionnels comptables » (Cegid, cote 1462 ; Sage, cote
1580 ; Isagri-Agiris, cote 1084). Pour ce qui est du grief n° 2, le préambule du contrat
proposé à la FNAGA indique que le contrat a pour but également « d’éviter l’émergence
d’une multiplicité d’autres offres, qui entraînerait une confusion dans l’esprit des
professionnels comptables » (cote 161).
241. Dans le même sens, le CSOEC a indiqué, dans la revue interne des experts-comptables de
novembre 2009, que le portail « jedeclare.com » avait été créé « pour rendre les expertscomptables tout simplement incontournables, garder la totale maîtrise des informations à
valeur ajoutée produites au sein de leurs cabinets et compléter un monopole de droit par
un monopole de fait ».
242. En ce qui concerne le grief n° 1, le CSOEC et l’ECMA estiment que les pratiques n’ont
pas empêché les portails concurrents d’être accessibles via les logiciels des éditeurs
partenaires et que les solutions d’intégration d’un portail de télétransmission à un logiciel
de comptabilité sont une pratique relativement courante et répandue dans le secteur. Quant
au grief n° 2, les mis en cause font valoir que les pratiques de vente liée et de remise
fidélisante n’ont pas eu d’effet.
243. Il convient à cet égard de rappeler, d’abord, que, les éditeurs de logiciels de production
comptable s’étant engagés « à déployer [leurs] meilleurs efforts pour faire transiter via
jedeclare.com tous les flux déclaratifs », il leur aurait été difficile de conclure un
partenariat de même nature sans manquer aux stipulations de la charte (cote 129). Ensuite,
le fait que la pratique n’ait pas produit tous les effets escomptés, ou que ceux-ci ne puissent
être quantifiés, peut être pertinent aux fins de l’appréciation de l’importance du dommage à
l’économie qu’elle est de nature à engendrer, mais n’en réduit pas la gravité intrinsèque,
telle qu’elle peut être appréciée au vu de sa nature, du contexte économique dans lequel
elle est intervenue et de ses caractéristiques concrètes (décision n° 12-D-24 du
13 décembre 2012 relative à des pratiques mises en œuvre dans le secteur de la téléphonie
mobile à destination de la clientèle résidentielle en France métropolitaine, paragraphe 624).
Il ressort ainsi de la jurisprudence de l’Union que « ledit abus [de vente liée] constitue, de
par sa nature, une infraction très grave à l’article 82 CE [devenu l’article 102 TFUE] »
(arrêt Microsoft/Commission précité, point 1353).
Sur l’importance du dommage causé à l’économie
244. Il est de jurisprudence constante que l’importance du dommage causé à l’économie
s’apprécie de façon globale pour les pratiques en cause, c’est-à-dire au regard de l’action
cumulée de tous les participants, sans qu’il soit besoin d’identifier la part imputable à
chacun d’entre eux pris séparément (arrêts de la Cour de cassation du 18 février 2004,
CERP e.a., n° 02-11754, et de la cour d’appel de Paris du 17 septembre 2008, Coopérative
agricole L’ardéchoise, n° 2007/10371, p. 6).
245. Ce critère légal ne se confond pas avec le préjudice qu’ont pu subir les victimes des
pratiques en cause, mais s’apprécie en fonction de la perturbation générale qu’elles sont de
43
nature à engendrer pour l’économie (voir, par exemple, arrêt de la cour d’appel de Paris du
8 octobre 2008, SNEF, n° 2007/18040, p. 4).
246. L’Autorité, qui n’est pas tenue de chiffrer précisément le dommage causé à l’économie,
doit procéder à une appréciation de son existence et de son importance, en se fondant sur
une analyse aussi complète que possible des éléments du dossier et en recherchant les
différents aspects de la perturbation générale du fonctionnement normal de l’économie
engendrée par les pratiques en cause (arrêts de la cour d’appel de Paris du 30 juin 2011,
Orange France, n° 2010/12049, p. 5, confirmé sur pourvoi par arrêt de la Cour de cassation
du 30 mai 2012, précité, et du 26 janvier 2012, Beauté Prestige International e.a.,
n° 2012/23945, p. 89). L’existence du dommage à l’économie ne saurait donc être
présumée (arrêt de la Cour de cassation du 7 avril 2010, Orange France e.a., n° 09-12984,
09-13163 et 09-65940).
247. En se fondant sur une jurisprudence établie, l’Autorité tient notamment compte, pour
apprécier l’incidence économique de la pratique en cause, de l’ampleur de l’infraction,
telle que caractérisée, entre autres, par sa couverture géographique ou par la part de marché
cumulée des participants sur le secteur ou le marché concerné, de sa durée, de ses
conséquences conjoncturelles ou structurelles, ainsi que des caractéristiques économiques
pertinentes du secteur ou du marché concerné (voir, par exemple, arrêts de la cour d’appel
de Paris du 30 juin 2011, précité, p. 5 et du 26 janvier 2012, précité, p. 89 ; voir également,
en ce sens, arrêt de la Cour de cassation du 30 mai 2012, précité). Les effets tant avérés
que potentiels de la pratique peuvent être pris en considération à ce titre (voir, en ce sens,
arrêt de la Cour de cassation du 28 juin 2005, Novartis Pharma, n° 04-13910).
248. Pour apprécier l’importance du dommage causé à l’économie, l’Autorité peut s’appuyer
sur des estimations relatives aux conséquences directes des pratiques, lorsqu’elles sont
observables, notamment en ce qui concerne le surprix qu’elles ont pu engendrer (voir, en
ce sens, arrêt de la cour d’appel de Paris du 26 janvier 2010, Adecco France e.a.,
n° 2009/03532, p. 17). Ces estimations sont, comme toute estimation, affectées par un
coefficient d’incertitude ; elles peuvent néanmoins être prises en considération si elles sont
fondées sur une méthode scientifiquement reconnue, qui tient compte de l’influence
éventuelle d’autres facteurs explicatifs de l’estimation fournie (voir, en ce sens, arrêt de la
Cour de cassation du 12 juillet 2011, Lafarge e.a., n° 10-17482 et 10-17791).
249. En l’espèce, il convient, en premier lieu, d’examiner l’ampleur des pratiques.
250. Comme cela a été mentionné au paragraphe 149, les pratiques ont eu une ampleur
nationale puisqu’elles visaient l’ensemble des ventes de services de télétransmission de
données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration fiscale. Toutefois, la
part de marché en valeur et en volume de l’ECMA via l’exploitation du portail
« jedeclare.com », bien que quasiment toujours supérieure à 50 %, n’a jamais dépassé 60 à
65 % au cours de la période couverte par les pratiques. Cet élément doit être pris en
considération.
251. Si, comme le soutiennent les parties dans leurs observations, ce marché est effectivement
de relativement petite taille puisque son montant global était au maximum de l’ordre
de 12 à 13 millions d’euros en 2010, cet élément est déjà reflété par la valeur des ventes
prise comme assiette de la sanction. En outre, il n’en reste pas moins que les pratiques ont
causé un dommage sur ce marché.
252. En deuxième lieu, afin d’apprécier l’importance du dommage causé à l’économie,
l’Autorité s’attache à prendre en compte les caractéristiques économiques objectives du
secteur en cause, dans la mesure où ces dernières sont de nature à influer sur les
conséquences conjoncturelles ou structurelles des pratiques.
44
253. En l’occurrence, les procédures de télédéclaration ont été rendues progressivement
obligatoires, en fonction de seuils de chiffre d’affaires de plus en plus faibles (voir
paragraphes 13 à 15), ce qui rend la demande de services de télédéclaration peu élastique
au prix pour les entreprises qui doivent s’y soumettre.
254. Comme cela a été mentionné au paragraphe 48, les professionnels de l’expertise comptable
sont à l’origine de la majorité des télédéclarations. Le fort taux d’accompagnement par un
professionnel de l’expertise comptable des entreprises adhérentes à un OGA tend ainsi à
placer ces dernières dans une situation de demande captive, ce qui n’a pu que contribuer à
l’importance du dommage causé à l’économie.
255. En troisième lieu, les conséquences conjoncturelles et structurelles des pratiques peuvent
également être prises en compte par l’Autorité dans son appréciation de l’importance du
dommage causé à l’économie.
256. Afin de contester l’existence d’un dommage à l’économie en l’espèce, les parties indiquent
que tous les portails concurrents – à l’exception d’ASP ONE – ont vu leur chiffre
d’affaires progresser entre 2005 et 2010, élément qui prouverait que les pratiques n’ont pas
eu pour effet réel d’exclure les concurrents de l’ECMA. Si l’existence d’un effet potentiel
suffit à caractériser celle d’un dommage à l’économie comme cela a été rappelé plus haut,
il convient de constater que les pratiques ont bien eu, en l’espèce, des effets réels et non
seulement potentiels.
257. Il convient d’abord de rappeler que les pratiques ont visé à capter, d’une part, la clientèle
d’experts-comptables des éditeurs de logiciels de production comptable par le biais
d’exclusivités de promotion et du principe d’intégration du portail « jedeclare.com » et,
d’autre part, la clientèle des OGA par la signature des contrats de partenariat de 2002 et de
l’accord du 9 décembre 2009.
258. Dès 2004, le CSOEC et l’ECMA ont obtenu la signature de la charte « jedeclare exlusive »
par les principaux éditeurs de logiciels de production comptable. En obtenant, notamment
auprès des trois principaux éditeurs, une exclusivité de promotion ainsi qu’un engagement
d’intégration la plus complète possible du portail « jedeclare.com », le CSOEC et l’ECMA
ont rendu l’accès à 75 à 85 % du marché des utilisateurs de logiciels de production
comptable plus difficile pour les concurrents de leur portail.
259. Par ailleurs, l’accès à la demande des OGA par les concurrents a été rendu plus complexe
(et coûteux) du fait des tarifs discriminatoires, des ventes liées et du système de remise
globale rétroactive mis en place par l’ECMA. Ainsi, les pratiques ont tendu à verrouiller la
demande de la très grande majorité des utilisateurs des portails de télétransmissions de
données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration fiscale.
260. Le cumul de ces deux pratiques, l’une consistant à verrouiller la clientèle expertscomptables des éditeurs de logiciels de production comptable, l’autre consistant à assurer
que les OGA aient exclusivement ou quasi-exclusivement recours au portail
« jedeclare.com » pour la télétransmission de données fiscales et comptables sous format
EDI à l’administration fiscale, a donc conduit à rendre plus difficile l’accès des portails
concurrents à l’essentiel du marché.
261. Cet effet de marginalisation des portails concurrents n’a pas été uniquement potentiel. Il
ressort clairement de l’analyse des parts de marché des différents acteurs du marché que les
pratiques ont effectivement permis de renforcer la position dominante de l’ECMA au
détriment de ses concurrents, au-delà de la seule concurrence par les mérites.
262. S’il est vrai que presque tous les portails concurrents ont vu leur chiffre d’affaires
progresser entre 2005 et 2010, il faut comparer cette progression avec la progression
globale du marché. En effet, le marché de la télétransmission de données fiscales et
45
comptables à la DGFIP a connu un essor particulièrement important durant cette période,
passant d’environ 2 à 3 millions d’euros en 2005 à un chiffre d’affaires de 12,3 à 13,2
millions d’euros en 2010. Cet essor du marché a essentiellement profité au portail
« jedeclare.com ». Le chiffre d’affaires d’ECMA (pour les prestations de télétransmission)
est ainsi passé de 1,78 à 6,30 millions d’euros entre 2005 et 2009. Il convient d’ajouter à ce
chiffre, les chiffres d’affaires réalisés par les marques blanches de CEGID et SAGE qui
utilisent elles aussi le portail « jedeclare.com », soit un montant qui est passé de 0 en 2005
à un chiffre d’affaires de 2,3 à 2,6 millions d’euros en 2010. Si on ne prend en compte que
leurs portails propres, Cegid et Sage n’ont que peu bénéficié de la croissance du marché,
puisque Cegid a vu son chiffre d’affaires évoluer faiblement (passant d’une taille de 1 à 1,1
millions d’euros en 2005 à une taille de 1,1 à 1,5 million d’euros en 2010) pendant que
Sage voyait le sien atteindre environ 1,5 million d’euros en 2010 (il était d’environ 0,4
millions d’euros en 2006). Les autres concurrents de l’ECMA n’ont quasiment pas profité
de la croissance exponentielle du marché. Ainsi, le chiffre d’affaires de MTAE, acteur
pionnier sur le marché de la télétransmission de données fiscales et comptables, n’a
quasiment pas progressé (de 0,22 million d’euros en 2006 à 0,24 million d’euros en 2010),
Tdnim atteint à peine 96 000 euros en 2010 et Invoke a connu une croissance d’environ
50 % entre 2006 et 2010 (de 0,23 à 0,35 million d’euros) mais à partir d’une base de départ
très modeste. Enfin ASP ONE bien que n’augmentant pas ses tarifs pendant 5 ans a vu son
chiffre d’affaires décroître pendant cette même période.
263. Enfin, certains portails ont confirmé avoir perdu de nombreux clients du fait de
l’intégration du portail « jedeclare.com » aux logiciels de production comptable des
principaux éditeurs. Dès lors qu’il devenait techniquement plus complexe, même si pas
pour autant impossible, pour un utilisateur de passer par un portail concurrent, certains de
ces utilisateurs ont préféré se détourner de leur portail habituel et utiliser le portail
« jedeclare.com ».
264. Ainsi, les pratiques mises en œuvre par le CSOEC et l’ECMA ont eu des effets réels et non
seulement potentiels sur le marché, en permettant au portail « jedeclare.com » de
bénéficier très largement de la croissance du marché et en marginalisant les portails
concurrents.
265. Il ressort donc de ce qui précède que les pratiques mises en œuvre par le CSOEC et ECMA
ont généré un dommage à l’économie d’une importance certaine.
266. Compte tenu de l’appréciation qu’elle a faite ci-dessus de la gravité des faits et de
l’importance du dommage causé à l’économie, l’Autorité retiendra, pour déterminer le
montant de base de la sanction infligée à l’ECMA, une proportion de 7 % de la valeur de
leurs ventes de prestations de télétransmissions de données fiscales et comptables sous
format EDI à l’administration fiscale.
Sur la durée de participation
267. Comme indiqué précédemment, la durée de l’infraction est un facteur qu’il convient de
prendre en compte dans le cadre de l’appréciation tant de la gravité des faits que de
l’importance du dommage causé à l’économie. En effet, plus une infraction est longue,
plus l’atteinte qu’elle porte au jeu de la concurrence et la perturbation qu’elle entraîne pour
le fonctionnement du secteur ou du marché en cause, et plus généralement pour
l’économie, peuvent être substantielles et persistantes (voir, en ce sens, arrêt de la Cour de
justice du 8 décembre 2011, KME Germany e.a./Commission, C-389/10 P, non encore
publié au recueil, point 75).
268. Dans le cas d’infractions qui se sont prolongées plus d’une année, l’Autorité s’est engagée
à prendre en compte leur durée selon les modalités pratiques suivantes : la proportion
46
retenue pour donner une traduction chiffrée à la gravité des faits et à l’importance du
dommage causé à l’économie est appliquée une fois, au titre de la première année complète
de participation individuelle aux pratiques de chaque partie en cause, à la valeur de ses
ventes pendant l’exercice comptable de référence, puis à la moitié de cette valeur, au titre
de chacune des années complètes de participation suivantes. Au-delà de cette dernière
année complète, la période restante est prise en compte au mois près, dans la mesure où les
éléments du dossier le permettent.
269. Dans chaque cas d’espèce, cette méthode se traduit par un coefficient multiplicateur, défini
proportionnellement à la durée individuelle de participation de chacune des parties aux
pratiques et appliqué à la proportion de la valeur des ventes effectuées par chacune d’entre
elles pendant l’exercice comptable retenu comme référence.
270. En l’espèce, compte tenu des éléments présents au dossier, les deux infractions établies
l’ont été sur des périodes similaires, à savoir :
- grief n° 1 : à partir du 1er janvier 2005, la pratique étant encore en cours au moment de
la notification de griefs, le 25 juin 2012 (voir paragraphe 180 ci-dessus) ;
- grief n° 2 : à partir du 1er janvier 2005, la pratique étant encore en cours au moment de
la notification de griefs, le 25 juin 2012 (voir paragraphe 180 ci-dessus).
271. Compte tenu de ces éléments, l’Autorité retiendra une durée de 7 ans et 5 mois et
appliquera donc un coefficient de 4,20.
Conclusion sur la détermination du montant de base
272. Eu égard à la gravité des faits et à l’importance du dommage causé à l’économie, le
montant de base de la sanction pécuniaire, déterminé en proportion des ventes de
télétransmissions de données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration
fiscale réalisées en France par le biais du portail télédéclaratif « jedeclare.com » en relation
avec les infractions, d’une part, et en tenant compte de leur durée, d’autre part, sera fixé à
l’égard de l’ECMA à 1 617 024 euros.
c) Sur la prise en compte des circonstances propres à l’ECMA
Sur les circonstances atténuantes ou aggravantes
273. L’Autorité s’est engagée à adapter les montants de base reflétant la gravité des faits et
l’importance du dommage causé à l’économie au regard du critère légal tenant à la
situation individuelle de chacune des parties en cause, qu’il s’agisse d’organismes ou
d’entreprises, appartenant le cas échéant à des groupes plus larges.
274. A cette fin, et en fonction des éléments propres à chaque cas d’espèce, elle peut prendre en
considération différentes circonstances atténuantes ou aggravantes caractérisant le
comportement de l’intéressé dans le cadre de sa participation à l’infraction, ainsi que
d’autres éléments objectifs pertinents relatifs à sa situation individuelle. Cette prise en
considération peut conduire à ajuster les sanctions tant à la hausse qu’à la baisse.
275. Au cas présent, les éléments du dossier ne font pas ressortir d’éléments propres à la
situation ou au comportement individuels de l’ECMA qui seraient de nature à augmenter
ou à diminuer sa sanction, sous réserve de la mise en œuvre du III de l’article L. 464-2 du
code de commerce. Contrairement à ce qui est soutenu, l’ECMA est loin de mener
l’essentiel de son activité sur le marché de la télétransmission de données fiscales et
comptables sous format EDI à l’administration fiscale. Au regard des données fournies par
les mis en cause dans le cas d’espèce, ce marché représente environ 63 % du chiffre
d’affaires total de l’ECMA.
47
Sur la vérification du maximum applicable
276. Les griefs ont été notifiés à l’ECMA, association régie par la loi du 1er juillet 1901
précitée, en raison de sa participation directe aux pratiques visées.
277. En application des dispositions du I de l’article L. 464-2 du code de commerce, le
maximum de la sanction applicable est en principe de 3 000 000 d’euros.
278. Du fait de la mise en œuvre de la procédure de non-contestation des griefs, il est cependant
réduit à 1 500 000 euros.
279. Ce montant étant inférieur au montant mentionné au paragraphe 272 ci-dessus, le montant
de la sanction imposée à l’ECMA doit être ramené à 1 500 000 euros.
2. SUR LA SANCTION IMPOSÉE AU CSOEC
a) Sur la méthode de détermination de la sanction
280. Compte tenu du fait que le CSOEC, organe représentatif d’un ordre professionnel, ne
dispose pas lui-même d’un chiffre d’affaires ou de ventes liées à la télétransmission de
données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration fiscale, d’une part, et de
la sanction pécuniaire infligée à l’ECMA, qu’il contrôle comme cela a été rappelé aux
paragraphes 214 et suivants, d’autre part, l’Autorité considère que sa sanction pécuniaire
doit être déterminée selon des modalités propres au cas d’espèce, comme l’envisage le
communiqué du 16 mai 2011 précité (paragraphe 7).
281. Le premier élément conduira l’Autorité, pour donner une traduction chiffrée à
l’appréciation qu’elle portera sur les différents critères de sanction prévus par le code de
commerce, à retenir comme assiette le montant des cotisations professionnelles perçues par
cet ordre au titre de la défense des intérêts de ses membres. Le second justifiera une
sanction forfaitaire tenant compte de celle appliquée par ailleurs à l’ECMA.
b) Sur la gravité des faits et l’importance du dommage causé à l’économie
282. Les pratiques visées par les griefs n° 1 et 2 ayant été mises en œuvre en commun par
l’ECMA et le CSOEC, les appréciations relatives à la gravité des faits et à l’importance du
dommage causé à l’économie, figurant aux paragraphes 232 à 265 ci-dessus valent
également pour le CSOEC.
283. Il convient par ailleurs de rappeler que ces pratiques sont le fruit de l’action conjuguée des
deux organismes en cause. Tandis que l’ECMA s’est vue confier la commercialisation du
portail « jedeclare.com », le CSOEC en a concrètement assuré la promotion (voir
paragraphe 286).
284. Au vu de ces appréciations, le montant de base de la sanction imposée à ce dernier sera
fixé à 90 000 euros.
c) Sur la prise en compte des circonstances propres au CSOEC
Sur les circonstances atténuantes ou aggravantes
285. L’Ordre des experts-comptables dispose incontestablement d’une autorité morale qui rend
d’autant plus répréhensible les pratiques qu’il a commises.
48
286. Il résulte au demeurant des pièces au dossier que cette autorité morale a été concrètement
mise à profit par le CSOEC. Le Président du CSOEC, dans une lettre adressée aux OGA,
les a encouragés à « réaliser l’objectif, certes ambitieux mais accessible et réaliste,
d’effectuer d'ici trois ans la totalité des déclarations par voie dématérialisée. (…) A cette
fin, vous pouvez obtenir directement auprès des équipes dédiées du Conseil Supérieur
(contacts utiles disponibles sur le site www.jedeclare.com), ainsi qu’auprès de votre
Conseil Régional, toute l’aide nécessaire pour mettre en œuvre la procédure
“jedeclare.com” dans votre cabinet » (cotes 3480 et 3481). Il ressort clairement de cette
lettre que le CSOEC a incité les OGA à télétransmettre les données fiscales et comptables
sous format EDI en leur possession par le seul recours au portail « jedeclare.com ».
287. Il convient en outre de rappeler que le CSOEC a, dans la revue SIC qu’il édite à destination
des professionnels de l’expertise comptable, incité ces dernier à recourir au portail
« jedeclare.com » créé notamment pour « compléter un monopole de droit par un
monopole de fait » (cote 77).
288. Cette incitation est également confirmée par les explications de Sage et d’Isagri sur les
raisons ayant motivé la conclusion du contrat de prestation de service et de celui d’apport
d’affaires. Sage a en effet déclaré qu’« il était important d’avoir la même visibilité que nos
concurrents éditeurs de logiciels au travers de ce partenariat, l’Ordre bénéficiant de cette
visibilité » (cote 1871). Isagri a pour sa part déclaré qu’« il y avait un intérêt à afficher une
compatibilité avec jedeclare.com, même si nos logiciels sont de fait compatibles dans le
cadre de la production de fichiers EDI. De même, l’utilisation de l’outil jedeclare.com
permettait de bénéficier d’une reconnaissance plus grande auprès de la clientèle des
experts-comptables et partant de permettre à Isagri d’augmenter la pénétration de cette
clientèle » (cote 1034).
289. Il doit par ailleurs être relevé que le CSOEC a mis sa capacité d’influence et son autorité
morale au service d’une stratégie commerciale qui outrepasse clairement la mission qui lui
est confiée par le législateur (ordonnance n° 45-2138 du 19 septembre 1945, précitée et
voir paragraphes 33 et suivants).
290. Pour tenir compte de ces éléments, le montant de la sanction du CSOEC sera porté à
99 000 euros.
Sur la situation du CSOEC
291. La sanction évoquée au paragraphe ci-dessus n’apparaît pas disproportionnée au regard de
la situation du CSOEC et de sa capacité contributive.
292. Il y a lieu à cet égard de constater que l’Ordre des experts comptables présente, dans les
comptes agrégés fournis par le CSOEC, des bénéfices nets récurrents. Ils étaient de
180 000 euros au 31 décembre 2011 et de 261 000 euros au 31 décembre 2010. Au
31 décembre 2011, à l’actif, l’Ordre des experts comptables présente des actifs
immobilisés pour une valeur totale de 69,7 millions d’euros et des actifs circulants à
hauteurs de 26,978 millions d’euros dont 14,3 millions de trésorerie qui se décompose en
11,6 millions d’euros de valeurs mobilières de placement et de 2,7 millions d’euros de
disponibilités. Au passif, le cumul des bénéfices réalisés augmente le niveau des capitaux
propres. Ces derniers s’élèvent à 19,9 millions d’euros au 31 décembre 2011. Hors
l’emprunt de long terme de 54,7 millions d’euros relatif à un emprunt immobilier sur une
durée de 27 ans, les dettes de court terme s’élèvent à 18,1 millions d’euros. Ces dernières
sont largement couvertes par les créances de court terme hors stocks qui s’élèvent à 26,2
millions d’euros, écartant ainsi tout risque de situation de cessation des paiements.
293. Cette situation financière permet à l’Ordre des experts comptables de réaliser des
investissements conséquents. En 2011, ces derniers étaient de l’ordre de 2,38 millions
49
d’euros ; soit de 0,983 million d’euros d’immobilisations incorporelles et de 1,398 million
d’euros d’immobilisations corporelles pour des travaux d’agencement.
294. Dans ses comptes, l’Ordre des experts comptables présente la situation financière
suivante : les résultats nets pour les années 2010 et 2011 sont de l’ordre de 2,3 millions
d’euros (2,372 millions d’euros au 31 décembre 2011 et 2,468 millions d’euros au
31 décembre 2010). L’analyse de sa structure bilancielle, au 31 décembre 2011, montre
l’Ordre des experts comptables présente des actifs immobilisés pour une valeur totale de
94,7 millions d’euros et des actifs circulants à hauteurs de 60,7 millions d’euros
dont 36 millions de trésorerie qui se décompose en 22,8 millions d’euros de valeurs
mobilières de placement et de 13,2 millions d’euros de disponibilités. Au passif, le cumul
des bénéfices réalisés augmente le niveau des capitaux propres. Ces derniers s’élèvent à
49,3 millions d’euros au 31 décembre 2011. Hors emprunts de long terme de 66,3 millions
d’euros relatif en partie à un emprunt immobilier sur une durée de 27 ans, les dettes de
court terme s’élèvent à 34,8 millions d’euros. Ces dernières sont largement couvertes par
les créances de court terme hors stocks qui s’élèvent à 59.9 millions d’euros, écartant ainsi
tout risque de situation de cessation des paiements.
295. Par ailleurs, il résulte d’une jurisprudence établie qu’un organisme tel que le CSOEC
pourrait, en tant que de besoin, faire face au paiement de la sanction en demandant à ses
adhérents de procéder à un appel de cotisation exceptionnelle, en fonction de leurs
capacités financières (arrêt de la cour d’appel de Paris 29 janvier 2008, UFOP,
n° 2007/04524, pp. 7 et 8).
Sur la vérification du maximum légal applicable
296. Les griefs ont été notifiés au CSOEC, organe représentatif de l’Ordre des expertscomptables, ordre professionnel doté de la personnalité morale (article 1er de l’ordonnance
n° 45-2138 du 19 septembre 1945, précitée), en raison de sa participation directe aux
pratiques visées.
297. En application des dispositions du I de l’article L. 464-2 du code de commerce, le
maximum de sanction applicable est en principe de 3 000 000 d’euros.
298. Du fait de la mise en œuvre de la procédure de non-contestation des griefs, il est réduit en
l’espèce à 1 500 000 euros.
299. Ce montant étant supérieur au montant mentionné au paragraphe 290, le montant de la
sanction à l’égard du CSOEC n’a pas lieu d’être réduit à ce titre.
3. SUR L’APPLICATION DU III DE L’ARTICLE L. 464-2 DU CODE DE COMMERCE
300. Le III de l’article L. 464-2 du code de commerce permet au rapporteur général de proposer
à l’Autorité de tenir compte, dans le cadre de la détermination de la sanction, du fait
qu’une entreprise ou un organisme décide de ne pas contester les griefs qui lui ont été
notifiés. Le rapporteur général peut, par ailleurs, lui proposer de tenir compte du fait que
l’intéressé s’engage en outre à modifier son comportement pour l’avenir.
301. Au cas présent, le CSOEC et l’ECMA ont choisi de renoncer à contester les griefs qui leur
avaient été notifiés le 25 juin 2012 en application du III de l’article L. 464-2 du code de
commerce. Le rapporteur général a donné suite à cette demande par un procès-verbal du
26 juillet 2012 (paragraphes 129 et suivants, ci-dessus), en s’engageant à proposer une
réduction de 18 à 22 % à ce titre.
50
302. La renonciation à contester les griefs, qui a principalement pour effet d’alléger et
d’accélérer le travail d’instruction, en particulier en dispensant les services d’instruction de
la rédaction d’un rapport lorsqu’elle est le fait de l’ensemble des entreprises mises en
cause, ne peut conduire à accorder aux intéressés qu’une réduction de sanction
relativement limitée. Ce sont, le cas échéant, la nature et la qualité des engagements
présentés qui peuvent permettre d’accorder une réduction de sanction plus importante
(décisions n° 07-D-21 du Conseil du 26 juin 2007 relative à des pratiques mises en œuvre
dans le secteur de la location-entretien de linge, paragraphe 129, n° 08-D-13 du
11 juin 2008 relative à des pratiques relevées dans le secteur de l’entretien courant des
locaux, paragraphe 99, et n° 09-D-05 du 2 février 2009 relative à des pratiques mises en
œuvre dans le secteur du travail temporaire, paragraphe 155).
303. L’office de l’Autorité, en ce cas, consiste en premier lieu à s’assurer du caractère crédible,
substantiel et vérifiable des modifications de comportement proposées par l’entreprise pour
éviter à l’avenir des atteintes à la concurrence (arrêt de la cour d’appel de Paris du
11 octobre 2012, précité, pp. 71 et 72), et plus généralement des engagements envisagés à
cette fin.
304. C’est en particulier le cas pour les engagements consistant à mettre en place ou à améliorer
un programme de conformité aux règles de concurrence (voir, sur ce point, décisions
n° 07-D-21 du 26 juin 2007, précitée, paragraphe 132, n° 08-D-13 du 11 juin 2008,
précitée, paragraphes 101 à 106, et n° 09-D-05 du 2 février 2009, précitée,
paragraphes 156, 157, 159 et 160).
305. Sa pratique a été synthétisée et précisée dans le document-cadre sur les programmes de
conformité aux règles de concurrence qu’elle a publié le 10 février 2012. Celui-ci rappelle
qu’il est du devoir des acteurs économiques, et du reste dans leur intérêt, de prendre toutes
les mesures possibles pour conduire leur activité en conformité avec les règles de
concurrence et pour prévenir de possibles manquements à ces règles. L’autorité considère
aussi que la mise en place d’un programme de conformité efficace peut jouer un rôle clef
en ce sens, si ce programme fait ensuite l’objet d’une mise en œuvre effective.
306. Le document-cadre souligne également que, s’il n’existe pas de programmes de conformité
types, ceux-ci gagnent au contraire à être conçus en fonction d’une analyse concrète des
caractéristiques propres à l’entreprise ou à l’organisme qui les met en place. Certains
éléments n’en conditionnent pas moins l’efficacité, en aidant l’organisme ou l’entreprise
concerné à prévenir les risques d’infraction aux règles de concurrence, d’une part, et à tirer
les conséquences des cas d’infractions qui n’auront pu être évités, d’autre part. C’est donc
au regard de ces éléments, qui sont susceptibles de revêtir des formes et des modalités
variables au cas par cas, que l’Autorité s’est engagée à apprécier le caractère substantiel,
crédible et vérifiable des propositions d’engagements de mise en place ou d’amélioration
d’un programme de conformité qui lui sont présentées dans le cadre de la procédure de
non-contestation des griefs.
307. Lorsque l’Autorité accepte des engagements, elle les rend obligatoires dans la décision
qu’elle adopte au terme de la procédure. Elle peut naturellement être conduite à s’assurer
ultérieurement de leur mise en œuvre effective.
a) Sur les engagements proposés par l’ECMA et le CSOEC
308. En l’espèce, le CSOEC et l’ECMA ont proposé des engagements comportementaux ayant
trait spécifiquement aux deux griefs et plus généralement aux problèmes de concurrence
liés à l’activité de l’ECMA via le portail « jedeclare.com ».
51
309. En ce qui concerne le premier grief, le CSOEC et l’ECMA ont proposé de s’engager à
mettre fin aux exclusivités de promotion et d’utilisation qui les lient aux éditeurs de
logiciels de production comptable dans le cadre de l’application de la charte « jedeclare
exclusive », d’une part, et dans le cadre des contrats bilatéraux, d’autre part, pendant une
durée de cinq ans.
310. Les éditeurs de logiciels de production comptable pourront de ce fait conclure des
engagements de même nature avec les concurrents de l’ECMA. Dans le même temps, le
principe d’intégration ne fera pas obstacle à ce que les éditeurs de logiciels de production
comptable proposent ce même principe aux concurrents de l’ECMA. Le CSOEC et
l’ECMA demanderont en outre à ce que le portail « jedeclare.com » ne soit plus référencé
par défaut.
311. Par ailleurs, ils informeront par courrier leurs cocontractants de la levée des exclusivités de
promotion et d’utilisation. Le CSOEC et l’ECMA enverront également une lettre
d’information à l’ensemble de la profession des experts-comptables.
312. Les engagements relatifs au premier grief seront mis en œuvre au plus tard dans un délai
d’un mois à compter de la notification de la décision.
313. En ce qui concerne le second grief, l’accord cadre du 9 décembre 2009 sera résilié. De
surcroît, le tarif partenaire ne sera plus lié à la promotion du portail « jedeclare.com » mais
à l’établissement d’un plan de formation sur trois ans destiné aux cabinets d’expertscomptables et au personnel des OGA portant sur le développement de la dématérialisation.
Enfin, pour remédier aux pratiques de vente liée, les tarifs partenaires applicables aux
prestations d’émission des attestations et des comptes-rendus de mission feront l’objet
d’une facturation indépendante.
314. Les engagements relatifs au second grief seront mis en œuvre à compter du 1er avril 2013.
315. En ce qui concerne les problèmes de concurrence liés à l’activité de l’ECMA via le portail
« jedeclare.com », l’ECMA et le CSOEC ont proposé de s’engager, dans le cas où une
base statistique serait mise en œuvre, à prévoir des conditions d’accès ouvertes à tout
contributeur, objectives, transparentes et non-discriminatoires. L’Ordre des expertscomptables n’accordera également aucune subvention, de quelque nature que ce soit, à
l’ECMA pour son activité liée au portail « jedeclare.com ». Ces engagements seront mis en
œuvre dans un délai d’un mois à compter de la notification de la décision.
316. L’ECMA et le CSOEC se sont engagés en outre à mettre en place un programme de
conformité dans un délai de trois mois à compter de la notification de la décision
comprenant :
- une prise de position de l’Ordre, via une délibération, en faveur du programme de
conformité ;
- la désignation par le CSOEC et l’ECMA d’un « délégué concurrence » chargé de
mettre en œuvre le programme de conformité ;
- des mesures effectives et régulières d’information, de formation et de sensibilisation
comportant notamment l’organisation de sessions obligatoires de formations ;
- des mécanismes internes réguliers de prévention, de contrôle, d’audit et d’alerte contre
d’éventuelles pratiques anticoncurrentielles ;
- un dispositif effectif de suivi comprenant une procédure de traitement des demandes de
conseil, d’examen des alertes et d’analyse des suites à donner, d’une part, et la
rédaction pendant cinq ans d’un rapport annuel sur la mise en œuvre des engagements
qui sera envoyé à l’Autorité, d’autre part.
52
b) Sur la réduction de sanction accordée à l’ECMA et au CSOEC
317. Les engagement évoqués ci-dessus étant pertinents, crédibles et vérifiables, il convient de
les accepter et de les rendre obligatoires.
318. Afin de prendre en compte tant la renonciation à contester les griefs en tant que telle que
ces engagements, les sanctions imposées au CSOEC et à l’ECMA seront réduites de 22 %.
Les engagements, qui sont annexés à la présente décision, devront faire l’objet d’une mise
en œuvre effective.
4. SUR LE MONTANT FINAL DES SANCTIONS
319. Eu égard à l’ensemble des éléments décrits plus haut, il y a lieu d’imposer les sanctions
suivantes à chacune des parties :
Partie
Sanction avant prise en
compte de la
non-contestation des griefs
Sanction finale
CSOEC
99 000 euros
77 220 euros
ECMA
1 500 000 euros
1 170 000 euros
5. SUR L’OBLIGATION DE PUBLICATION
320. Afin d’attirer la vigilance des acteurs économiques présents sur le marché français de la
télétransmission de données fiscales et comptables sous format EDI à l’administration
fiscale, il y a lieu d’ordonner, sur le fondement du I de l’article L. 464-2 du code de
commerce, la publication aux frais partagés du CSOEC et de l’ECMA, dans les éditions de
la revue « Science, Indépendance, Conscience » et du journal « Le Figaro », du résumé de
la présente décision figurant ci-après :
321. « L’Autorité de la concurrence sanctionne le Conseil supérieur de l’Ordre des
experts-comptables et l’association Expert comptable média association pour avoir
mis en place une stratégie visant à évincer du marché les portails de télédéclaration
comptable et fiscal concurrents du leur, le portail « jedeclare.com ».
Saisie par la Fédération nationale des associations de gestion agréées, l’Autorité de la
concurrence a rendu une décision par laquelle elle a sanctionné le Conseil supérieur de
l’Ordre des experts-comptables à hauteur de 77 220 € et l’association EMCA, créée et
contrôlée par le Conseil supérieur, à hauteur de 1 170 000 €, pour avoir mis en œuvre des
pratiques d’abus de position dominante tendant à évincer les portails concurrents de leur
portail de télédéclaration « jedeclare.com », destiné aux professionnels de l’expertise
comptable et aux organismes de gestion agréés.
« Jedeclare.com » : portail de télétransmission de données fiscales et comptables du
Conseil supérieur et de l’ECMA
Au-delà d’un certain seuil de chiffre d’affaires, les entreprises ont l’obligation de souscrire
par voie électronique leurs déclarations de taxe sur la valeur ajoutée ainsi que d’impôt sur
les sociétés.
Elles missionnent, le plus souvent, leur expert-comptable pour transmettre leurs
déclarations. Concrètement, les experts-comptables utilisent un portail en ligne accessible
depuis un logiciel de saisie comptable. Plusieurs portails existent, dont le portail
53
« jedeclare.com » conçu par le Conseil supérieur et commercialisé par l’association
ECMA.
Le Conseil supérieur et l’ECMA ont inséré dans leurs contrats avec les professionnels du
marché des clauses d’exclusivité et de non-concurrence et mise en place une tarification
incompatible avec la législation en vigueur, pratiques qui ont eu pour but et à tout le moins
pour effet d’accroître artificiellement l’utilisation de leur portail aux dépens de portails
concurrents.
Via la signature de la charte « jedeclare exclusive », les éditeurs de logiciels comptables se
sont engagés à promouvoir et à recommander exclusivement à leurs clients expertscomptables le portail « jedeclare.com » et à ne pas proposer de portail concurrent. Ils se
sont également engagés à intégrer techniquement dans leurs logiciels les interfaces et les
solutions du portail « jedeclare.com », avec le plus d’automatismes possibles pour y faire
transiter tous les flux déclaratifs des experts-comptables.
Des fédérations d’organismes de gestion agréés (OGA) ont, pour leur part, signé des
contrats de partenariat puis une charte stipulant que la fédération signataire s’engageait à
promouvoir auprès de ses adhérents l’utilisation du portail « jedeclare.com » par priorité à
tout autre. En contrepartie, les OGA membres d’une fédération signataire bénéficiaient de
conditions tarifaires plus favorables que celles octroyées aux OGA membres d’une
fédération non signataire, sans qu’une justification objective n’ait été relevée. Une
tarification forfaitaire, qualifiée de vente liée, était aussi prévue afin que les OGA, dès
qu’ils recevaient des flux en provenance du portail « jedeclare.com » (flux entrants),
utilisent ce dernier pour l’envoi de leurs propres flux (flux sortants).
Une stratégie tendant à verrouiller la demande des utilisateurs de portail
L’instruction a montré que ces clauses s’inséraient dans une stratégie tendant à évincer les
portails concurrents. Le préambule des contrats passés avec les éditeurs de logiciel
précisait ainsi que le contrat avait pour but, notamment, « d’éviter l’émergence d’une
multiplicité d’autres offres ». Le Conseil supérieur a par ailleurs indiqué avoir créé le
portail « jedeclare.com » pour, notamment, « compléter un monopole de droit par un
monopole de fait ».
En contractant avec les trois principaux éditeurs de logiciels comptables, l’action
conjuguée du Conseil supérieur de l’Ordre des experts-comptables et de l’EMCA a été
particulièrement efficace : dès 2004, l’accès à 75 à 85 % du marché des utilisateurs de
logiciels de production comptable a été rendu plus difficile pour les concurrents. Par
ailleurs, l’accès pour les concurrents à la demande des OGA a été rendu plus complexe et
coûteuse du fait en autre de la politique tarifaire arrêtée.
Le Conseil supérieur et l’ECMA, qui n’ont pas contesté les griefs, ont obtenu une
réduction de sanction
Le Conseil supérieur et l’ECMA n’ont pas contesté les griefs. Ils ont vu leurs sanctions
réduites à ce titre. Ils ont, en outre, proposé à l’Autorité des engagements de modification
de leur comportement pour l’avenir, notamment en mettant en place un programme de
conformité destiné à développer en leur sein la culture de concurrence et à prévenir de
nouvelles pratiques anticoncurrentielles (formation et sensibilisation du personnel aux
règles de concurrence, désignation d’un « délégué concurrence » chargé de la mise en
place du programme, mécanismes internes de prévention et d’alerte contre les pratiques
anticoncurrentielles).
En ne contestant pas les griefs et en s’engageant à mettre en place un programme de
conformité, le Conseil supérieur et l’ECMA ont vu leur sanction réduite de 22 %.
54
Eu égard à cette réduction, les sanctions imposées aux Conseil supérieur et à l’ECMA se
montent respectivement à 77 220 et à 1 170 000 euros ».
DÉCISION
Article 1er : Il est établi que le Conseil supérieur de l’ordre des Experts-comptables et
l’association dite « Expert comptable média association » ont enfreint les dispositions des
articles 102 du traité sur le fonctionnement de l’Union européenne (TFUE) et L. 420-2 du
code de commerce.
Article 2 : Sont infligées, au titre des pratiques visées à l’article 1er, les sanctions
pécuniaires suivantes :
• de 77 220 euros au Conseil supérieur de l’ordre des Experts-comptables ;
• de 1 170 000 euros à l’association dite « Expert comptable média association ».
Article 3 : Il est enjoint au Conseil supérieur de l’ordre des Experts-comptables et à
l’Expert comptable média association de se conformer, en tous points, aux engagements
décrits aux paragraphes 308 à 316 et dont la version définitive figure en annexe de la
présente décision, qui sont rendus obligatoires.
Article 4 : Le Conseil supérieur de l’ordre des Experts-comptables et l’association dite
« Expert comptable média association » feront publier, à leurs frais partagés, le texte
figurant au paragraphe 321 de la présente décision, en respectant la mise en forme, dans les
éditions de la revue « Science, Indépendance, Conscience » et du journal « Le Figaro ».
Ces publications interviendront dans un encadré en caractères noirs sur fond blanc de
hauteur au moins égale à trois millimètres sous le titre suivant, en caractère gras de même
taille : « Décision de l’Autorité de la concurrence n° 13-D-06 du 28 février 2013 relative à
des pratiques mises en œuvre dans le marché de la télétransmission de données fiscales et
comptables sous format EDI à l’administration fiscale ». Elles pourront être suivies de la
mention selon laquelle la décision a fait l’objet de recours devant la cour d’appel de Paris
si de tels recours sont exercés. Le Conseil supérieur de l’ordre des Experts-comptables et
l’association dite « Expert comptable média association » adresseront au bureau de la
procédure, sous pli recommandé, copie de ces publications, dès leur parution et au plus
tard le 30 avril 2013.
Délibéré sur le rapport oral de M. Ludovic Halbwax, rapporteur, et l’intervention de Mme
Carole Champalaune, rapporteure générale adjointe, par M. Emmanuel Combe,
vice-président, président de séance, Mmes Laurence Idot, Reine-Claude Mader-Saussaye et
Carol Xueref, et M. Yves Brissy, membres.
La secrétaire de séance,
Le vice-président,
Caroline Orsel-Sébès
Emmanuel Combe
 Autorité de la concurrence
55
wuisVOGEL
Professeur agré
de! Faculct!:s de d
LL,M ,Y,le-LE.P. Par&
Attorne:' ar Law (New York)
Joseph VOGEL
E.E.C.-1E.P. Paris
Attorney l t Law (New York)
AUTORITE DE LA CONCURRENCE
Monsieur Emmanuel Combe
Vice-Président
Il rue de l'échelle
75001 Paris
Jean-Bemud BLAISE
Professeur agrégé
des Facultés de droit
Charles-Siegfried FAHRNER
Xavier HENRY
Ar.J<t BRICOGNE
A:nélie d'ARAlLH
Sylvain CORVOL
Stéphanie BOUDIN
Cécile ASSEMAT
Lau"''''' aOUDAILLIEZ
Fernanda DE ABREU
Vi'ky ADALBERT
Alda HOW,IAN-LUDIYE
Isabelle MANEVY
N,ch,Iie PLOFFOIN
Juliette BLOUET-GAILLARD
SopE, BE.AUCHET
Hubert DELVAL
Maure,n DEJOBERT
Cunill, FENOY
Jo.nn. SOBCZVNSKl
Emil',BARONNAT
Chuline LE CLAINCHE
Christoph, NUSBAU1IER
Al'da BENGSCH
AVOCATS
AU BARREAU DE PARIS
Paris, le 20 décembre 2012
Par porteur et email
Affaire : Ordre national des experts comptables -ECMAlADLC
N° Saisine: lO/Ol04F - Séance du 6 décembre
Nos Réf. : JVIMD - 902920
Monsieur le Vice-Président,
Afin de remédier aux pratiques relevées dans la Notification des Griefs,
l'ECMA et le CSOEC ont pris certains engagements exposés par courrier du
26 juillet 2012, précisés et complétés par courrier du 4 décembre 2012_
L'ECMA et le CSOEC ont accepté lors de la séance du 6 décembre
quelques aménagements complémentaires de leurs engagements, notamment
quant au délai de leur mise en œuvre_
Par la présente, l'ECMA et le CSOEC communiquent donc la version
défmitive de leurs engagements_
I.
MESURES PROPOSEES POUR REPONDRE Al! PREMIER GRIEF
Le premier grief notifié à l' ECMA et au CSOEC est {( d'avoir abusé de la
position dominante détenue par l'ECMA sur le marché de la
télétransmission des données fiscales et comptables, en concluant et en
appliquant, ce au moins depuis la signature le ]er octobre 2004 de la charte
«jedeclare exclusive» des exclusivité de promotion et d'utilisation avec les
principaux éditeurs de logiciels de production comptable ».
Dans ce cadre, le CSOEC et l'ECMA ont pris les engagements suivants et
confirment ces engagements_
30, avenue d'Iéna 75116 Paris TéL: 01 53 67 76 20 Fax: 01 53 677625
Toque PIS1 e-mail: info@vogel-voge1.com site: www.vogel-voge1.com
SELAS d'Avocats au capital d. L220,000 € ReS Paris 379 087 489
2
Engagement nOl. Lever les exclusivités de promotion et d'utilisation qui les lient aux
éditeurs de logiciels comptables dans le cadre de l'application de la charte « jedeclare
exclusive» et modifier le nom de cette dernière, qui deviendra « charte jedeclare
partenaire ».
Le CSOEC et l'ECMA s'engagent à adresser aux éditeurs signataires une lettre les
libérant de toutes leurs obligations d'exclusivités de promotion et d'utilisation à l'égard du
portail et modifiant le titre de la charte pour ne plus utiliser le terme exclusive.
Les éditeurs de logiciels sont libérés de l'obligation d'autoriser le CSOEC à utiliser leur nom
« comme partenaire recommandant exclusivement jedeclare. corn comme moyen de
télétransmission des télé déclarations fiscales, sociales, comptables et financières pour les
Experts Comptables ».
Les éditeurs de logiciels sont également entièrement libérés des obligations mentionnées au
point 2.2 :
« Le partenaire de jedeclare.com s'engage à avoir une attitude loyale envers jedeclare.com.
Il répondra à toutes les demandes de ses clients mais ne fera ni la promotion, ni ne proposera
aux cabinets d 'expertise comptable, de portail ou de solutions analogues ou alternatives à
celles offertes par jedeclare.corn et ceci de façon directe ou indirecte. Cette obligation ne
s 'applique pas au portail utilisant jedeclare. corn en marque blanche.
Si le partenaire propose un portail utilisant jedeclare.com en marque blanche, il s'engage à
proposer dans son catalogue un module logiciel permettant la connexion directe au portail
jedéclare.com à des conditions économiques non discriminatoires.
Le partenaire s 'engage à déployer ses meilleurs efforts pour faire transiter viajedeclare.com
tous les flux déclaratift fiscaux, sociaux, comptables et financiers émanant de ses cabinets
d 'expertise comptable, de façon à ce que le portail jedeclare.com soit toujours le dernier
maillon de transmission aux destinataires (administrations, OP8, OGA, banques, etc). »
Cette lettre mentionnera expressément:
la possibilité pour les éditeurs de nouer des partenariats de même nature avec les
portails concurrents ;
le fait que le principe d'intégration des interfaces et solutions jedeclare.com aux
logiciels ne s' oppose pas à la distribution de portails concurrents, avec le même degré
d' accessibilité et de visibilité pour l'utilisateur. En d'autres termes, le principe
d'intégration ne fait pas obstacle à ce que ces mêmes éditeurs puissent proposer des
aménagements de même nature en faveur des portails concurrents de « jedeclare.com »
qui en feraient la demande.
le fait que le portail jedeclare.com demande à ne pas être référencé par défaut.
II est ailleurs proposé à tout éditeur de logiciels de production comptable qui en ferait la
demande l'adhésion à la nouvelle charte de partenariat dépourvue d'exclusivité, selon
l'annexe 1.
Le présent engagement sera mis en œuvre au plus tard dans un délai de 1 mois à compter de la
notification par l'Autorité de sa décision.
3
Engagement n02. Lever toutes les exclusivités de promotion et d'utilisation qui lient les
éditeurs de logiciels dans le cadre des contrats bilatéraux conclus avec les éditeurs de
logiciels et ne pas conclure d'exclusivité avec les éditeurs de logiciels de production
comptables pendant une durée de 5 ans.
2.1 Le CSOEC et l'ECMA s'engagent à écrire à leurs cocontractants « apporteur
d'affaires» afin de les informer de la levée des engagements suivants:
levée de l'engagement figurant à l'article l'article 2.7 qui dispose que l'éditeur de
logiciel «s'engage à promouvoir les télétransmissions de ses clients membres de l 'Ordre au
moyen du portail pendant toute la durée du contrat, notamment en faisant en sorte que la
partie de ses logiciels à destination des experts-comptables traitant des déclarations,
notamment les macro instructions prévues au 2.1, proposent par défaut le portail» ;
levée des obligations d'exclusivités et de non-concurrence contenues à l'article 4.1 à la
charge de l'éditeur.
Les conditions financières du contrat ne seront pas modifiées.
2.2 Le CSOEC et l'ECMA s'engagent à écrire à leurs cocontractants «partenaire
éditeur» afin de les informer de la levée des engagements d'exclusivités et de nonconcurrence contenues à l'article 4 à la charge de l'éditeur.
Les conditions financières du contrat ne seront pas modifiées.
Le présent engagement sera mis en œuvre au plus tard dans un délai de 1 mois à compter de la
notification par l'Autorité de sa décision.
Pour qu'il n'y ait aucune ambiguïté, le CSOEC et l'ECMA ne s'engagent pas uniquement à
lever les exclusivités en cours avec les éditeurs signataires de la charte et des contrats
bilatéraux, mais s'engagent plus largement à ne pas conclure d'exclusivité, avec aucun éditeur
de logiciels de production comptable, pendant une durée de 5 ans.
En outre, pour renforcer l'efficacité de ces mesures le CSOEC et l'ECMA s' engagent à :
Engagement n03 : Communiquer, auprès des experts comptables, sur l'évolution de ces
différents partenariats, en faisant référence à la Décision à intervenir.
Concrètement, l'Ordre et l'ECMA s'engagent à envoyer une lettre d'information à l'ensemble
de la profession des experts comptables, de la teneur suivante :
«, Le 1er octobre 2004, l'Ordre a conclu avec 10 éditeurs de logiciels une charte de partenariat
comportant des obligations un principe d'intégration garantissant un maximum de simplicité
dans l'utilisation du Portail par l'utilisateur du logiciel, un principe de collaboration par lequel
4
le partenaire s'engage notamment à participer aux travaux de normalisation des échanges de
données informatisées et un engagement d'exclusivité promotionnelle du portail
jedeclare.com.
Pour assurer la plus grande fluidité du marché possible, conformément aux engagements que
nous avons pris auprès de l'Autorité de la concurrence, validés par décision n° ... en date du
.. ., nous vous informons qu'il a été mis fin à l'engagement d'exclusivité promotionnelle et
d'utilisation contenu dans cette charte. En revanche, demeurent bien entendu en vigueur les
autres principes, qui visent à assurer la qualité du service au bénéfice des utilisateurs de
logiciels.
Par ailleurs, l'Ordre et l'ECMA s'engagent à ne pas conclure d'exclusivité avec les éditeurs
de logiciels de production comptable, de quelque nature que ce soit, pendant une durée de 5
ans. »
Le présent engagement sera mis en œuvre au plus tard dans un délai de 1 mois à compter de la
notification par l'Autorité de sa décision.
II.
MESURES PROPOSEES POUR REPONDRE AU SECOND GRIEF
Le second grief fait au CSOEC et à l'ECMA est «d'avoir depuis au moins l'année 2005,
abusé de la position dominante détenue par l 'ECMA sur le marché de la télétransmission des
données fiscales et comptables en concluant et en appliquant une exclusivité de promotion et
d 'utilisation prioritaire à l'égard des fédérations d 'OGA « partenaires li couples avec des
avantages tarifaires ».
L' engagement qui portait sur une simple libération des OGA de l'engagement contenu à
l'article 6 de l' accord cadre du 9 décembre 2009 est remplacé par un engagement plus large
de résiliation pure et simple de l'ensemble de l'accord de 2009 (cf. III).
Engagement n04 Le CSOEC et l'ECMA s'engagent à faire apparaitre que le tarif
partenaire n'est pas lié à la promotion du portail «jedeclare.eom ». Les supports et outils
de formation seront orientés vers la promotion de la télétransmission, quel qu'en soit le
portail.
Le tarif partenaire sera accessible en contrepartie de l'obligation de présenter un plan de
formation sur trois ans destinée aux cabinets d' expertises comptables et au personnel membre
des OGA, réalisée sur l' ensemble des procédures télé déclaratives ED! (du fiscal au social)
pour développer l'ensemble de la dématérialisation.
Il devra être justifié annuellement auprès de l'ECMA de la réalisation du plan de formation.
A défaut, le tarif partenaire deviendra caduc.
Le présent engagement sera mis en œuvre au plus tard dans le cadre des tarifs qui seront
applicables à compter du 1cr avril 2013.
5
Engagement nOS Rendre payant à compter du 1,r avril 2013 les tarifs partenaires
d'émission de l'attestation et du compte rendu de mission. Le tarif applicable pour 2013
sera de 0,25 € pour l'émission de l'attestation et 0,25 € pour l'émission du compte rendu
de mission.
*
*
Outre ces deux ensembles d'engagements, l'ECMA et le CSOEC ont réfléchi aux moyens à
mettre en œuvre pour prévenir la survenance de nouvelles pratiques anticoncurrentielles.
III.
MESURES PROPOSEES POUR REPONDRE DE FACON CONJOINTE AUX DEUX GRIEfS ET PLUS
GENERALEMENT AUX PROBLEMES DE CONCURRENCE LIEES AL' ACTIVITE DU PORTAIL
1 Engagement n06 : Résiliation de l'accord cadre du 9 décembre 2009.
A cet égard, les dispositions qui figuraient dans cet accord concernant les statistiques n'ont
pas été mises en œuvre. Si l'ECMA et le CSOEC mettent en place une base statistique, ils
s'engagent à prévoir des conditions d'accès ouvertes à tout contributeur, objectives,
transparentes et non-discriminatoires.
Le présent engagement sera mis en œuvre au plus tard dans un délai de 1 mois à compter de la
notification par l'Autorité de sa décision.
1
Engagement n07 : Absence de favorisation du portail jedeclare.com par l'Ordre.
L'Ordre s'engage à ce qu'aucune subvention, de toute nature, ne soit accordée concernant le
portail jedeclare.com, et en particulier:
le site Internet de l'Ordre ne contiendra plus seulement un lien hypertexte vers le site
jedeclare.com, mais contiendra un onglet générique « portails de télédéclaration»
ouvert à tout portail de télédéclaration qui en fera la demande;
l'Ordre s'engage à ne pas référencer ou faire référencer informatiquement
jedeclare.com par défaut;
l'ECMA s'engage à payer les publireportages réalisée dans la revue publiée par
l'Ordre (SIC) au même titre que les concurrents et aux mêmes conditions tarifaires;
en cas d'article relatif à la dématérialisation publié par l'ordre, les portails concurrents
ouverts seront cités au même titre que jedeclare.com ;
le rapport annuel visé à l'engagement nOS rendra compte en particulier de la bonne
exécution de cet engagement.
Le présent engagement sera mis en œuvre au plus tard dans un délai d'un mois à compter de
la notification par l'Autorité de sa décision.
6
1
Engagement nOS: Mise en place d'un programme de conformité
Confonnément au document-cadre du 10 février 2012 sur les programmes de confonnité aux
règles de concurrence :
1. L'Ordre prendra une délibération pour confirmer son engagement de respecter le droit
de la concurrence et de soutenir le programme de conformité mis en place.
2. L'Ordre et l'ECMA s'engagent chacun d'entre eux à désigner un délégué concurrence
chargé de mettre en œuvre le programme de conformité.
3. L' Ordre et l'ECMA s'engagent à mettre en place des mesures effectives et régulières
d' information, de fonnation et de sensibilisation comportant:
La conception et la diffusion régulière de documents à destination des
cadres et dirigeants de l'ECMA et du CSOEC leur expliquant le sens et
la portée pratique des règles de concurrence, les sensibilisant à
l' importance et à l'intérêt pour l'Ordre et chacun d'entre eux de se
conformer à ces règles et les informant des mécanismes internes leur
permettant d'obtenir des conseils ou d'alerter sur l'existence
d'infractions avérées ou possibles à ces règles;
Des mesures de communication interne générale sur l'existence et la
raison d'être du programme de conformité ;
L'organisation de sessions de formations annuelles d'une demi-journée
réalisées par un cabinet d'avocat à destination des cadres et dirigeants
de l' ECMA et du CSOEC. Cette formation sera obligatoire. Tout
document se rapportant à la formation sera conservé pendant 5 années
et sera communiqué à l'Autorité à sa demande.
4. L'Ordre et l'ECMA s'engagent à mettre en place des mécanismes internes réguliers de
prévention, de contrôle, d'audit et d'alerte contre d'éventuelles pratiques
anticoncurrentielles.
Plus précisément, ils s'engagent à ce que les membres de l'ECMA et du Conseil de
l'Ordre puissent :
poser toute question qu'ils jugeraient utiles au délégué concurrence. Un
compte rendu de la réponse sera transmis pour traitement aux dirigeants
de l' ECMA et du Conseil de l' Ordre.
alerter le délégué concurrence sur le fait qu'il a connaissance d'une
infraction avérée ou possible aux règles de concurrence.
7
Le délégué concurrence réalisera régulièrement un audit juridique afm d'évaluer
l'effectivité et l'efficacité du programme de conformité et préconisera, le cas échéant,
des évolutions.
5. L'Ordre et l'ECMA s'engagent à mettre en place un dispositif effectif de suivi
comprenant :
une procédure de traitement des demandes de conseil, d'examen des
alertes et d'analyse des suites à donner.
La rédaction pendant 5 ans d'un rapport annuel sur la mise en œuvre
des engagements qui sera envoyé à l' Autorité.
Le présent engagement sera mis en œuvre au plus tard dans un délai de 3 mois à compter de la
notification par l'Autorité de sa décision. La désignation du délégué concurrence interviendra
au plus tard dans un délai d'un mois à compter de la notification par l'Autorité de sa décision.
*
*
*
Nous vous prions d'agréer, Monsieur le Vice-Président, notr~e:.re~]2l:IIOtl.Iw;.se considération.
-
éd iteurs de logiciels
logiciels
Annexe 1. Evolution de la charte proposée aux éditeurs
Charte Jedeclare
Jedeclare exclusive
exclusive
Charte Jedeclare partenaire
Objet
Objet
es le
bjet de définir les
La présente charte a pour o
objet
les conditions
conditions dans lesquell
lesquelles
ient partenaire Jedeclare
ser
Partenaire dev
devient
Jedeclare exclusive
exclusive et pourra de fait utili
utiliser
les logos et marques
Conse il Supérieur
Su péri eur de l'O
rdre
marques mi
miss à sa
sa disposition par le Conseil
l'Ordre
mi s en oeuvre par l'ORDRE.
des Experts Comptables.
Comptables. Ce
Ce portail est conçu et mis
TORDRE.
La présent
définir les co
ndition s dans lesq
uell es le
présentee charte a pour objet
objet de définir
conditions
lesquelles
Partenaire devient
devient partenaire Jedeclare et pourra de fait utiliser
utiliser les
les logos et
marques mis
mi s à sa
sa disposition par le Conseil
Co nseil Supéri
eur de l'Ordre
Experts
Supérieur
l'Ordre des Experts
Comptables, sans préjudice pour
pour les
éditeurs de nouer
les éditeurs
nouer des partenariats de
même nature avec
avec les portails concurrents.
même
L'ensemble des principes ci-après
ci -après exposés
fondement de la
la
exposés représente le fondement
prése
nte
charte.
Chaque
partenaire
de
jedeclare.com
adhérant
à
la
prése
nte
présente
Chaque partenaire dejedeclare.com adhérante la présente
charte s'engage donc à la re
specter dan
so n intégralité. Ce
co nçu
respecter
danss son
Ce portail est conçu
et mis en oeuvre par TORDRE
l' ORDRE pour centraliser la
Experts
la collecte auprès des Experts
comptab
les et effectuer
messageri e sécurisée
comptables
effectuer la télédistribution, par messagerie
sécurisée et
horodatée,
fi sca les et sociales et des informations
horodatée, des déclarations fiscales
informations
comptab
les et financières.
financière s.
comptables
La plate-forme
se en œuvre
oeuvre par l'ORDRE.
plate-forme est conçue
conçue et mi
mise
TORDRE.
L'ensemble des principes ci-après exposés représe
nte le fondement
fondement de la
représente
prése
nte charte. Chaque partenaire de
jedeclare .com adhérant à la
nte
présente
dejedeclare.com
la prése
présente
charte s'engage donc à la respecter dans
dans son intégralité. Cette plate-forme
plate-forme
est conçue
conçue et mise en oeuvre
lise r la
auprès
œuvre par l'ORDRE
TORDRE pour
pour centra
centraliser
la collecte auprès
des
Experts
comptables
et
effectuer
la
télédistribution,
par
messagerie
la télédi stribution,
messagerie
des
sécurisée et horodatée, des déclarations fiscales
fi sca les et sociales et des
information
les et financières.
financière s. Elle offre aussi des services
services de
informationss comptab
comptables
coll
ecte, d'échanges et d'archivage
d'archivage de données et documents de gestion,
collecte,
gestion,
administratifs,
financiers entre ses
ses utilisateurs.
administratifs, comptables et financiers
L'engagement vaut pour l'ensemble de la
ses filiales
filiales pour les
les
la société et de ses
produits
produits et services
se rvices aux Experts Comptables.
L'engagement
Tensemble
société
ses filiales
L'
engagement vaut pour l'ense
mble de la sociét
é et de ses
filiales pour les
produits et services
produits
se rvi ces aux Experts Comptables.
1°)) PRINCIPE DE
DE PROMOTION
1·
1·
1°)) PRINCIPE DE
DE PROMOTION
1.1 Définition
Promotion:
ication à caractère
Promotion : toute action de commun
communication
caractère promotionnel ou
publicitaire.
publicitaire .
Le partenaire a la faculté d'utiliser
d'utiliser dans tous ses
ses supports commerciaux et
techniques concernant des fonctions ayant recours aux services de
Jedeclare.com, ainsi que sur son site WEB,
partenariat avec le portail
WEB, son partenariat
jedeclare.com en faisant figurer la
la mention
mention "partenaire
"partenaire de jedeclare
jedeclare.com"
.com"
ainSI que le logo associé. Ceci est également
également valable
ainsi
valable pour
pour toutes les
Engagements
1.2 Engagements
1
Sont surlignées
supprimées dans le cadre de la nouvelle
charte
surlignées en jaune les clauses supprimées
nouvelle charte
Page 1 sur 5
Son t marquées
marquées en rouge les clauses
clauses nouvellement
nouvellement insérées dans la charte
Sont
charte
Cote 7405 - Saisine 10/0104F
teurs de logiciels
Annexe 1.
1. Evolution
Evolution de la charte proposée aux édi
éditeurs
logiciels
•
•
Le
Le partenaire s'engage
s'engage à participer aux actions
actions de promotion
promotion
nationales et régiona
les du portail jedeclare.com
jedec lare.com organi
sées à
régionales
organisées
destination des
cab in ets d'expertise comptab
le, en autorisan
des cabinets
comptable,
autorisantt le
CSOEC à utiliser son nom comme partenaire recommandant
recommandant
exclu
sivement le portail jedeclare.com
jedeclare.com comme moyen de
exclusivement
télétransmission des télé déclarations
fisca les, sociales, comptables
comptab les
déclarations fiscales,
et financières
fin anc ières pour les
Experts
Comptab
les.
les
Comptables.
Le partenaire s'engage à indiquer
indiquer dans tous
tous ses
ses supports
comme
rciaux et techniques conce
rn ant les
commerciaux
concernant
les moyens
moyens de
télétransmissions des déclarations
fi
sca
les,
social
es,
comptab
les et
déclarations fiscales, sociales, comptables
financières destinées à la profession
n
profession comptable,
comptable, ainsi que sur so
son
site WEB,
WEB, son
so n partenariat
partenariat avec le portail jedeclare.com en faisant
ffigurer
igu rer la mention ""partenaire
partenaire du portail jedeclare.com" ainsi que le
logo associé. Ceci est éga
leme nt va
lable pour
toutes les publicités
également
valable
pour toutes
figurant dans
unica tion et les publication
dans les
les supports de comm
communication
publicationss
gérées par l'Ordre des expe
rts-com
ptabl
es
ou
ses
"sate
ll
ites".
experts-comptables
ses "satellites".
les supports de communication
communication et les
publications.
publicités figurant dans les
les publications.
Réciproquement,
Jedéclare est autorisé à citer les éditeurs
éditeurs partenaires
Réciproquement, Jedéclare
partenaires..
2· ) PRINCIPE
2°)
PRINCIPE DE
DE COMPORTEMENT
2")
2°) PRINCIPE DE
DE COMPORTEMENT
2.1 Définition
2.1
Définition
Comportement:
se ra fidè
le à jedeclare.com dans
dans
Comportement : signifie
signifie que le partenaire
partenaire sera
fidèle
so
sonn discours et ses
ses actes.
2.2 Engagements
Le partenaire de jedeclare.com s'e
ngage à avo
ir une attitude loyale envers
s'engage
avoir
jedec
lare.com. IlIl répondra à toutes les
ses clients mais ne fera
jedeclare.com.
les demandes de ses
ni la promotion, ni ne proposera aux cabinets d'expertise comptable,
com ptable, de
portail ou de soluti
ons ana
logues ou alternatives à celles offertes
offertes par
solutions
analogues
jedec
lare.com et ceci de façon directe
interd iction ne
jedeclare.com
directe ou indirecte. Cette interdiction
s'app
lique pas
jedeclare.com en marque blanche.
blan che.
s'applique
pas au porta
portailil utilisant
utilisantjedeclare.com
• Si
lare.com en
Si le partenaire propose un
un portail utilisant jedec
jedeclare.com
marq
ue
blanche
il
s'engage
à
propose
r
dans
son
ca
talogue un
marque
s'engage
proposer
catalogue
modu
le logicie
module
logiciell permettant
permettant la connexion directe au
au portail
portail
jedéclare.com à des condit
ion s éco
nom iques non discriminatoires.
jedeclare.com
conditions
économiques
• Le
ire s'engage
ire
Le partena
partenaire
s'engage àà déploye
déployerr ses
ses meilleurs
meilleurs efforts pour fa
faire
Le partenaire
logue un modu
le logiciel
logiciel permettant la
la
partenaire propose à son cata
catalogue
module
connexion
té lé déclaratif
déclaratif en mode
mode EDI
EDI respectant les
les
connexion directe à tout porta
portailil télé
cahiers
charges des téléprocédures
réalisées
logiciels..
cah iers des charges
téléprocédures réa
lisées par ses
ses logiciels
efforts pour
pour faire
fa ire tran
siter
Le partenaire s'e
ngage à déployer
s'engage
déployer ses
ses meilleurs
meilleurs efforts
transiter
EDI les
les flux déclaratifs ffiscaux,
en EDI
isca ux, sociaux, comptables,
co mptables, bancaires et
financiers éma
nant de ses
ses ca
binets d'expe
rti se comptable
com ptable (admini
stration s,
émanant
cabinets
d'expertise
(administrations,
OPS, OGA, banques, etc.)
etc.).. »»
2
surlignées en jaune les
supprimées dans/e
dans le cadre de la nouvelfe
nouvelle charte
Sont surlignées
les clauses supprimées
Page 2 sur 5
Sont marquées en
en rouge les clauses nouvelfement
nouvellement insérées
insérées dans la charte
Cote 7406 - Saisine 10/0104F
Annexe 1.
1. Evolution de la
la charte proposée aux éditeurs
éditeurs de logiciels
transite r via jedeclare.com tous les
ratifs fiscaux,
fiscaux, sociaux,
sociaux,
transiter
les flux décla
déclaratifs
comptables et financiers
cabinet s
financiers émanant de ses
ses clients cabinets
d'experti
se com
ptab le, de façon
d'expertise
comptable,
façon à ce que le portail jedeclare.com
soit toujours le dernier maillon de transmission
transmission aux destinataires
(administrations, OPS,
OPS,OGA,
OGA, banques,
banques, etc).,
etc)..
3")
3°) PRINCIPE D'INTEGRATION
3.1
3.1 Définition
Définition
Intégratio
ls ou serv
ices proposés par le partenaire
Intégrationn : signifie que les
les logicie
logiciels
services
partenaire
intèg
rent les
so lutio ns de jedeclare.com, avec le plus
intègrent
les interfaces et solutions
d'automatismes possibles et une ergonom
ergonomie
d'automatismes
ie la plus transparente possible
teur.
pour l'utilisa
l'utilisateur.
3.2 Engagements
•
Le
Le partenaire s'engage àà tout mettre en
en œuvre pour que les
services
soient
façon
interfaces et se
rvices de jedeclare.com
jedeclare.com so
ient accessibles de la fa
çon
la plus transparente possible aux utilisateurs au sein
se in des solutions
ptable. Ces
qu'il propose aux
rti se com
aux cabinets d'expe
d'expertise
comptable.
Cesfonctions
fonctions sont
sont
notamment:
notamment :
- des
nctions de géné
rations des fichiers et de transfert
des fo
fonctions
générations
transfert
automatique
vers jedeclare.com,
automatique de ceux-c
ceux-cii versjedeclare.com,
flu x retours de
- des
des fonctions
fonctions d'intégration
d'intégration de tous les
les flux
l'applicatif
jedeclare.com dans l'appli
catif cabinet (cette fonction doit
permettre
utilisateur la visualisation
perm
ettre à un utilisateur
visualisation des mails de type
ACS, ADS
ADS et ARS,
ARS, ainsi
ainsi que leur mise à disposition auprès
auprès de
l'o
pérateur du portail en cas
t est ation par l'un des
l'opérateur
cas de con
contestation
destinataires et ceci conformément
itions générales
généra les
conformément aux cond
conditions
d'adhésion.).
Le partenaire s'engage
s'engage àà intégrer dans
dans un
un dé
délai
raisonnable les
• Le
lai raisonnable
nouveaux services
jedecla re.com dans les
services du portail jedeclare.com
les mises
mises à jour des
versions de ses
ur et à mesure de leu
ses logiciels et services au ffur
leurr
disponibilité.
dispon
ibilité.
3")
3°) PRINCIPE D'INTEGRATION
3.1
3.1 Définition
Définition
Intégration:
proposés par le partenaire
Intégration : signifie que les
les logiciels ou services proposés
pluss
intègrent les interfaces
interfa ces et
et solutions
so lutions de jedeclare.com, avec le plu
d'automatismes
d'automatismes possibles et une ergonomie
ergo nom ie la plus transparente
t ransparente possible
pour l'utili
l'utilisateur.
pour
sate ur. Ce
Ce principe ne fait pas obstacle à ce que les éditeurs
puissent proposer
proposer des aménagements de même
nature en faveur des
puissent
même nature
plates-formes
jedeclare.com»» qui en feraient la
plates-formes concurrentes de « jedeclare.com
demande.
demande.
En d'autres
d' intégration des interfaces et solutions
d'autres termes, le principe
principe d'intégration
jedéclare.com
jedeclare.com aux logiciels ne s'oppose pas à la distribution
distribution par les éditeurs
visibilité
de portails concurrents, avec le même
même degré d'accessibilité et de visibilité
pour l'utilisateur.
3.2 Engagements
Engagements
ire s'engage à tout mettre en œuvre pour qu
e les
• Le
Le partena
partenaire
que
interfaces
interfa
ces et
et services
se rvi ces de jedeclare.com soient
so ient accessibles
accessi bles de la façon
la plus transparente
transparente possible
poss ible aux utilisateurs
utilisateu rs au sein des solutions
so lutions
cabinets
Ces fonctions so
sont
qu'il propose aux cabi
nets d'expertise
d'expertise comptable. Ces
nt
notamment :
notamment:
- des fonct
ions de générations des fichiers
fich iers et de tran
sfe rt
fonctions
transfert
automatique de ceux-ci vers
ve rs jedeclare.com,
automatique
lux retours
- des fonctions d'intégration de tou
touss les
les fflux
retours de
jedecla re.com da
ns l'applicatif cabinet (cette
fonction doit
jedeclare.com
dans
(cette fonction
permettre
pe rmettre à un utilisateur
util isateur la visualisation
visualisation des messages de type
ADS et ARS,
ARS, ainsi que
que leur
auprès de
ACS, ADS
leur mise à disposition auprès
l'opérateur du portail
l'un des
l'opérateur
portai l en cas
cas de contestation
contestation par l'un
des
3
les clauses supprimées
supprimées dans le cadre de la nouvelle
charte
Sont surlignées en jaune les
nouvelle charte
Page 3 sur 5
Sont marquées
marquées en rouge
rouge les clauses nouvellement
nouvellement insérées dans la
Ja charte
charte
Cote 7407 - Saisine 10/0104F
- - - --- - - - - - -
éd iteurs de logicie
ls
Annexe 1.
1. Evolution de la charte proposée aux éditeurs
logiciels
rm ément aux conditions générales
générales
destinataires et ceci confo
conformément
d'adhésion.).
Le partenaire s'engage à intégrer
nouveaux
intégrer dans un délai
délai raisonnable
raisonnable les nouveaux
jou r des versions de ses
ses
jedeclare.com dans les mises à jour
services du portail jedeclare.com
logiciels et serv
ices
au
fur
et
à
mesure
de
leur
disponibilité.
services
fur
disponibilité.
4· ) PRINCIPES DE
DE COLLABORATION
4°)
COLLABORATION
4 .1
.1 Définition
4·) PRINCIPES
4°)
PRINCIPES DE
DE COLLABORATION
Collaboration:
ses remarqu
es, à
Collaboration : signifie que le partenaire participe, par ses
remarques,
l'amé
l'amélioration
lioratio n du portailjedeclare.com
portail jedeclare.com
4.2 Engagements
Engagements
Le partena
partenaire
s'engage àà participer, aux réunions
réunions techniques,
techniques, aux
Le
ire s'engage
•
se coordonner avec la hot-line
hot-line de
tests, aux évolutions, et à se
façon à faire constamment évo
lu er les se
rvi ces rendus
jedeclare de façon
évoluer
services
le .
aux cabinets d'expertise comptab
comptable.
Le partenaire s'engage
s'engage à participer au
au sein d'Edificas
d'Edificas au
•
Le
développement des travaux de normalisation des échanges
développement
échanges de
données informatisées.
Des com
comptes-rendus
des notes
notes sur les évolutions
évolutions à
•
Des
ptes-rendus de réunions, des
se ront comm
uniqués au partenaire
venir (techniques ou tarifaires) seront
communiqués
dans les meilleurs délais.
4 .1 Définition
4.1
Co
llaboration : signifie
sign ifie que le partenaire participe, par ses
Collaboration
ses remarques, àà
l'améliorati
on de la
plate-forme jedeclare .com
l'amélioration
la plate-formejedeclare.com
4.2 Engagements
Engagements
• Le
ciper, aux
echniques, aux
Le partenaire s'engage
s'engage à parti
participer,
aux réunions
réunions ttechniques,
évolutions,
se coordonner
coordonner avec la hot-line de
ttests,
ests, aux évo
lutions, et à se
jedeclare
faire
constammentt évo
évoluer
ire constammen
luer les services rendus
jedecla re de façon
façon à fa
inets d'expertise comptable.
aux cab
cabinets
comptable.
Le
ire s'e
ngage àà participer au
•
Le partena
partenaire
s'engage
au sein d'Edificas au
développement
travaux de normalisation des échanges
développement des travaux
échanges de
informat isées.
données informatisées.
Des co
comptes-rendus
réunions, des notes sur les
les évo
évolutions
• Des
mptes-rendu s de réunions,
lutions à
venir (techniques ou tarifaires) seront communiqués
communiqués au
au partenaire
dans les meilleurs délais.
5·)
DES PARTIES
PARTIES
5°) OBLIGATION
OBLIGATION DES
5·) OBLIGATION
5°)
OBLIGATION DES
DES PARTIES
PARTIES
IlII est expressément convenu entre les signataires
signata ires que la qualité
servi ce
qualité du service
de télé déclaration est un élément
élément substantiel
substantiel de la présente charte pour
pour le
Partenaire. Si
Si la qualité de service
service attendue
attendue par les cabinets
cabinets d'expertise
comptab le se
se dégradait de façon répétitive, les parties se
se rapprocheraient, à
comptable
l'initiative de la
la partie la plus diligente, dans les meilleurs délais pour
examiner
remédier à la situation.
exam iner les moyens de remédier
IlII est expressément convenu entre
signata ires que la qualité du service
servi ce
entre les signataires
élément
la présente charte pour
pour le
de télé déclaration est un élém
ent substantiel de la
Partenaire. Si
service attendue par les
t s d'expertise
Si la qualité de service
les cabine
cabinets
comptable
façon répétitive, les parties se
se rapprocheraient, à
comptable se
se dégradait de façon
la partie la plus diligente, dans les
les meilleurs délais pour
l'initiative de la
examiner
la situation.
situation.
exam
iner les moyens de remédier à la
En cas
jedéclare.com qui ne serait pas remédiée
cas de défaillance du Portail jedeclare.com
lais permettant
déclarations, le partenaire
dans des dé
délais
permettant de satisfaire
satisfaire aux télé déclarations,
substituer tous moyens et procédés
procédés qu'i
qu'ill jugera utiles afin d'éviter
d'éviter ou
pourra substituer
En cas
jedéclare.com qui ne serait
sera it pas
cas de défaillance
défaillance de la plate-forme
plate-forme jedeclare.com
remédiée dans des délais permettant
isfaire aux télé déclarations,
permettant de sat
satisfaire
déclarations, le
partenaire pourra substituer
substituer tous
tou s moyens et procédés
procédés qu'il jugera utiles afin
4
sur/ignées en jaune les
les clauses
Sont surlignées
clauses supprimées
supprimées dans le cadre de la nouvelle charte
charte
Page 4 sur 5
Sont
nouvellement insérées dans Ja
la charte
charte
Son t marquées
marquées en rouge les clauses
clauses nouvellement
Cote 7408 - Saisine 10/0104F
iteurs de logiciels
log icie ls
Annexe 1.
1. Evolution de la charte proposée aux éd
éditeurs
de réd
uire les
les de cette situation.
réduire
les conséquences préjudiciab
préjudiciables
situation.
d'éviter ou de réduire les
nséquences préjudiciables
les co
conséquences
préjudiciablesde
decette
cettesituation.
situation.
ins, le partenaire devra collabo
rer avec les
équ ipes de l'opé
rateu r
A ces
ces ffins,
collaborer
les équipes
l'opérateur
ctions pour les télé
techn iqu e du portail, notamment
technique
notamment suivre ses
ses instru
instructions
déclarations non encore
in, prendre toutes
encore effectuées et, au
au beso
besoin,
toutes
dispositions utiles pour fournir les
administrations
les déclarations
déclarations aux administrations
tout moyen à sa
nance.
concernées par
partout
sa conve
convenance.
A ces
llaborer avec les
ipes de l'opérateur
ces fins,
fins, le partenaire devra
devra co
collaborer
les équ
équipes
ment suivre ses
ction s pour les
technique du portai
portail,l, notam
notamment
ses instru
instructions
les télé
déclarations non encore
effectu ées et, au
encore effectuées
au besoin,
besoin, prendre toutes
dispositions utiles pour fournir
administrations
fournir les
les déclarations aux administrations
concernées par
tout moyen
partout
moyen à sa
sa convenance.
convenance.
s'ilil s'avère
s'avère que le Partenaire
Partenaire se
se voit privé d'un nombre significa
significatif
En outre, s'
tif
de clients ex
experts
perts comptables,
comptables, se
se détournant
détournant de lui au profit d'une so
solution
lution
de gestion en mode ASP
ASP commercialisée
commercialisée ou hébergée par l'opérateur
nte charte dans les
technique du Portail, il pourra mettre fin à la prése
présente
co
nditions prévues dan
article 5.
conditions
danss l'l'article
En outre, s'
se voit privé d'un nombre significatif
significa tif
s'ilil s'avère
s'avère que le Partenaire
Partenaire se
experts
comptables, se
au profit d'une solution
de clients ex
perts comptables,
se détournant de lui au
commercialisée
hébergée par l'opérateur
l'opérateur
de gestion en mode Saas commercia
lisée ou hébergée
technique du Portail, il pourra mettre
n adhésion
nte charte
technique
mettre fin à so
son
adhésion à la prése
présente
prévues dans l'a
l'article
dans les conditions prévues
rticle 5.
6°)
D'EFFET ET DUREE
DUREE DE LA PRESENTE
PRESENTE CHARTE
CHARTE
6°) PRISE D'EFFET
L'ad
hésion de chaque partena
ire à la présente Charte
effet dès la
L'adhésion
partenaire
Charte prendra effet
signature
celui-ci
tri-partie « partenaire - CSOEC - opérateur
signatu
re par ce
lui-ci d'un contrat tri-partie"
technique du portail ».
Tout sig
nataire de la charte se
ra consulté par le CSOEC en cas
signataire
sera
cas de projet de
changement d'opérateur.
d'opérateur.
cas de désaccord
désaccord sur ce cho
choix
d'absence de consultation le signataire
En cas
ix ou d'absence
signataire
co
nsidére
r
comme
libéré
de
ses
ob
ligations.
pourra se
se considérer
ses obligations.
5
Sont surlignées en jaune les
les clauses
clauses supprimées dans le cadre de la nouvelle charte
charte
Page 5 sur 5
Sont marquées en rouge les
les clauses nouvellement
nouvellement insérées
insérées dans la chorte
charte
Cote 7409 - Saisine 10/0104F
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising