CARNETS DE VOYAGES INTÉRIEURS Ayahuasca

CARNETS DE VOYAGES INTÉRIEURS Ayahuasca
CARNETS DE VOYAGES INTÉRIEURS
Ayahuasca medicina, un manuel
© Mama Editions (2011)
Tous droits réservés pour tous pays
ISBN 978-2-84594-048-2
Mama Editions, 1 rue Pétion, 75011 Paris (France)
Du même auteur :
Jan KOUNEN
BIBLIOGRAPHIE
Plantes & chamanisme, Conversations autour de l’ayahuasca & de l’iboga,
J. Kounen, J. Narby, V. Ravalec, Mama Editions, 2010, 2008
99 Francs, le manuel d’utilisation de la société d’hyperconsommation,
F. Beigbeder, J. Kounen, S. Allix, J.-L. Planche,
Éditions Télémaque, 2007
Darshan, voyage dans les bras d’Amma,
B. Benant, J. Kounen, Éditions Télémaque, 2006
Doctor Ayahuasca, Éditions du Lombard (bande dessinée à paraître)
CARNETS DE VOYAGES
INTÉRIEURS
FILMOGRAPHIE
Ayahuasca medicina, un manuel
Visions : regards sur le chamanisme, Éditions Télémaque, 2005
Coco Chanel & Igor Stravinsky, long-métrage de fiction
(Sélection officielle et film de clôture du festival de Cannes), 2009
Panshin Beka winoni (segment du long-métrage collectif 8), 2008
99 Francs, long-métrage de fiction, 2007
Préface
d’Alejandro Jodorowsky
Darshan, long-métrage documentaire
(Sélection officielle au festival de Cannes), 2005
Other Worlds, long-métrage documentaire
(Grand prix du Mondial du film d’aventures de Manaus), 2004
Blueberry, l’expérience secrète, long-métrage de fiction, 2004
Dobermann, long-métrage de fiction, 1997
Le Dernier Chaperon rouge, court-métrage de fiction, 1995
Capitaine X, court-métrage de fiction, 1994
Vibroboy, court-métrage de fiction
(Prix de la Recherche au festival de Clermont-Ferrand), 1993
L’Âge de plastic, court-métrage de fiction noir et blanc, 1991
Gisèle kérozène, court-métrage de fiction
(Grand prix du court-métrage au festival d’Avoriaz), 1989
MAMA EDITIONS
AVERTISSEMENT DE L’ÉDITEUR
Ce livre est publié à titre informatif et ne saurait
se substituer aux conseils d’un professionnel
de la santé. Les points de vue exprimés ici
n’engagent que leurs auteurs.
Il incombe à chacun de respecter la législation
en vigueur là où il se trouve.
La totalité des droits d’auteur de cet ouvrage
sont versés au projet Radio-Shipibo.
Le projet Radio-Shipibo vise à équiper en radios légères
une centaine de communautés shipibo-conibo,
situées le long du fleuve Ucayali et de ses affluents.
Le but est de relier ces villages éloignés
pour resserrer leurs liens
et leur permettre de faire face à des situations d’urgence.
Ce projet est initié par Guillermo Arévalo Valera,
porté par Didier de Plaige
et parrainé par Jan Kounen.
Plus d’informations sur www.radio-shipibo.com
Ce livre est dédié à mon frère Kestenbetsa,
au peuple shipibo
et à la madre ayahuasca.
J’aime penser
que ce livre jauni par le temps
soit un jour lu par un ou une inconnu(e),
qu’il soit trouvé chez un bouquiniste,
dans une bibliothèque
ou sous une pile au fond d’une caisse…
Si tu écris ton nom, tu pourras plus facilement prêter ce livre.
Si tu prêtes ce livre à dix personnes, il ne t’arrivera rien
d’extraordinaire, cela ne changera pas ta vie, mais tu feras circuler
ce texte, et cela me fera bien plaisir.

PRÉFACE
Marpa, le cruel instructeur du saint tibétain Milarepa, enseignait le détachement en affirmant que tout n’était qu’illusion.
Un jour son fils mourut. Marpa commença à pousser des
sanglots déchirants. Ses disciples étonnés lui dirent : « Mais
enfin Maître, pourquoi pleurez-vous ? Puisque tout n’est
qu’illusion ? » Le gourou répondit : « C’était la plus belle des
illusions. »
Dans un univers où rien n’est réel, l’individu imaginatif se
heurte à des rêves qui vont d’enfers atroces jusqu’à des sommets
paradisiaques. Il y a ceux qui se laissent vaincre par les cauchemars, acceptant l’horreur, et se transforment en démons qui se
targuent d’être « normaux, comme tout le monde ». Les autres,
déambulant sur le chemin de la sainteté, cherchent l’illusion la
plus belle. Les alchimistes l’ont incarnée dans la pierre philosophale, Platon l’a vue dans le monde « des idées pures », les
bouddhistes zen l’ont nommée « illumination », les surréalistes
ont vénéré l’amour démesuré et la plupart des êtres humains
aspirent à trouver le bonheur. Toute religion, toute doctrine
politique, toute science est à la poursuite de l’illusion la plus belle.
De tous les arts, le cinéma est celui qui, de manière infructueuse,
parce qu’il est devenu un commerce vulgaire, a essayé de nous
la montrer.
Qu’est-ce que l’initiation ? C’est l’activité spirituelle qui nous
apprend, entre deux options, à toujours choisir la plus belle.
De temps en temps, au milieu du tumulte de créateurs pros11
CARNETS DE VOYAGES INTÉRIEURS

Préface
titués, surgit un idéaliste qui aspire à filmer la plus magnifique
des illusions. Dès ses premiers essais, les démons de l’obscurité
lui tombent dessus, avec leur angoissant cauchemar économique.
On lui demande d’être modéré, d’être publicitaire pour des produits nocifs, de maquiller ce qui est faux, d’exalter des limites
de toutes sortes, de brandir un drapeau national, de caresser le
périnée du public ou de plonger son cerveau dans un monde
infantile. Le chercheur de l’illusion la plus belle a la sensation
d’être un poisson qui nage à contre-courant.
S’il choisit le métier de cinéaste, l’artiste se voit obligé, pour
survivre, de faire des concessions. Avec des produits hypocritement commerciaux – et dès que l’on parle de commerce, il faut
oublier l’illusion la plus belle –, il doit glisser subrepticement
quelques séquences, scènes ou images qui, tel un lointain parfum, rappellent aux spectateurs la finalité suprême de cette vie
onirique : parvenir à connaître l’illusion la plus belle.
Il me semble, en lisant son témoignage aussi passionnant que
les romans d’aventures que je lisais dans mon enfance, que, après
être arrivé au secret ultime de l’ayahuasca, Kounen retournera au
cinéma, au véritable septième art, et nous livrera à tous, grâce à
ses images qui sont des condensés de lumière, la plus belle des
illusions.
Je crois, pour avoir passé une vie entière à sa recherche, que
la plus belle des illusions est notre conscience.
Alejandro Jodorowsky
Tout au long de sa carrière cinématographique, c’est ce qu’a
essayé de faire mon ami Jan Kounen. Parce qu’il n’est pas futile
et qu’il a ressenti, au plus profond de son cœur, que l’approche
d’une chose n’est pas la chose elle-même, il a fait le saut qui
lui a permis de dépasser les limites industrielles et de mener sa
recherche avec une totale honnêteté.
Conscient qu’il ne pouvait pas concrétiser son désir ardent
sur un écran, il s’est lancé dans une odyssée, avec l’intention
d’atteindre le plus profond de lui-même. C’est cela qu’il décrit
de façon passionnante dans son livre. Dix ans à livrer son âme
et son esprit à un torrent d’images, au début incisives, déstabilisantes, démolissantes – l’illusion la plus belle se trouvant au fond
du puits, ensevelie sous des couches et des couches d’illusions
infernales, provoquées par un monde en décadence.
Dans l’épopée du héros mythique, ce dernier part à la recherche
de l’élixir de la vie éternelle, en traversant mille et une épreuves.
Quand il le trouve, il retourne à son point de départ et le donne
à boire à son peuple. De toute sa conquête, rien ne doit rester
étranger aux autres, tout doit être partagé.
12
13
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising