Lien PDF - Conseils de la jeunesse

Lien PDF - Conseils de la jeunesse
19
de
2011 e
r
b
cem
rie
- fev
r
e
i
janv
2
r 201
jh ch. Job de qualité
dossier p.5 > 8
3
9
Elections 2011
Débat
Suite aux élections de novembre
dernier, 50 jeunes ont été élus
pour deux ans afin de vous
représenter officiellement auprès
du pouvoir politique.
Les réseaux sociaux sont partout !
Et les jeunes en sont souvent
friands… D’un coté on parle de
dangers et d’éducation, de l’autre
on évoque un nouveau moyen de
communication fabuleux.
> Rencontre
> A vous de juger
Trimestriel decembre 2011-janvier-fevrier 2012 - P911030 / Bureau de dépôt : Bd Léopold II, 44 / 1080 Bxl
Actu
ACTU
JEF 1 9 d ecembre - janvier - fevrier
édito
L'humeur de Titom
Twitter, il informe vos contacts sur ce que vous écoutez
grâce au #nowplaying, posté automatiquement en fin
de message. Plus besoin de retourner sur Twitter pour
envoyer un tweet, l’internaute peut le faire directement
depuis Twusic.
Les débuts ne sont pas évidents. En effet, sans investisseurs
et donc investissements, ils développent une première
version de Twusic « faite maison »… À prendre au sens
littéraire ! Le salon d’Amaury devient très vite le lieu de
rendez-vous quotidien pour développer la plateforme
Twusic. Un an plus tard, en juillet dernier, Twusic devient
réalité ! Très vite, les utilisateurs de Twitter testent puis
adoptent ce nouveau site.
Tel « Google Maps Street View », le Jef affute ses armes
en vous suivant pas à pas. La jeunesse est-elle apte au
travail ? S’insère-t-elle dans le bon moule ? Possède-t-elle
suffisamment d’acquis ? « Big Brother » is following you !
Voici donc une nouvelle façon de décortiquer votre
quotidien trop souvent dénué d’un emploi stable et, par
conséquent, de rentrées financières suffisantes. Comment
dès lors imaginer s’acheter un bien, une voiture, avoir des
enfants, financer leurs études,…
Et qu’on se le dise, Joëlle Milquet ne nous expliquera pas
pourquoi elle a créé le buzz en se retrouvant, par le plus
grand des hasards, garée devant le 16 rue de la Loi. Par
contre, elle reviendra sur toutes ces méthodes qui vous
permettront enfin de réaliser vos rêves en trouvant le
sésame qui mène à l’emploi. Une interview qui à l’image
du célèbre moteur de recherche américain, ne vous
laissera pas sans réponse.
Ce Jef sera aussi l’occasion de lancer le débat quant à
la nécessaire préservation de notre vie privée. Facebook
soulève en effet à cet égard bien des questions. Porte
ouverte sur votre vie privée, sur vos photos de soirée,
sur vos amis un rien trop punk ou trop pink ? Votre futur
employeur potentiel ne serait-il pas tenté d’aller découvrir
votre profil ? Ne le faites-vous pas avec vos anciennes
connaissances ? Dérive quand tu nous tiens : « Big Book
enslaves you » semble faire sens aujourd’hui.
Au fond, pourquoi ne pas tout simplement nous éloigner
de toutes ces contraintes et tout envoyer en l’air : Internet,
téléphone, télévision, voiture et costard deux pièces !
Oubliez toutes ces belles pensées, et imaginez-vous …
comment trouver dès lors un emploi ?
Certains choix font encore partie de nos prérogatives, aussi
saisissons-les autant que possible. On ne nous demande
pas si notre maison ou notre voiture peuvent apparaître
sur la place publique ou si nos silhouettes peuvent se
dandiner floutées. Alors jouissons de ces quelques espaces
de libertés qui nous sont encore accordés… Demain, ce
sera peut-être fini ! « Big Apple tries to control you ».
Géraldine Motte
Twusic est aussi une plateforme sociale sur laquelle il
est possible de suivre la musique provenant d’amis ou
d’autres amateurs musicaux découverts en cours de
route. Pour les suivre, la démarche est la même que sur
Twitter, un simple clic et c’est réglé.
Twusic :
Tweetez votre musique !
Twusic c’est avant tout une idée comme les autres, jetée
lors d’une soirée mais une idée qui revenait régulièrement
sur la table : comment serait-il possible d’écouter en direct
ce que nos amis partagent comme musique sur leurs
comptes Twitter, sans payer ? Cette question, Amaury et Alexis, deux jeunes Bruxellois,
y ont apporté une réponse avec Twusic. Ils ont décidé
de se lancer ensemble dans ce nouveau projet. Amaury
n’a pas de diplôme de l’enseignement supérieur en
poche mais, en revanche, il a une vraie maîtrise quant au
développement web.
Le principe est simple : Twusic permet en quelques clics de
devenir le programmateur de sa propre radio ! Ce nouveau
service musical est gratuit et illimité. En lien direct avec
Vanessa Gohy
5 millions. C’est le nombre de tweets consacrés,
chaque jour, au partage de la musique écoutée.
50 nouvelles têtes pour VOUS DEFENDRE !
Après un mois de campagne intense, près de 5000 jeunes se sont exprimés pour élire leurs nouveaux représentants au Conseil de la Jeunesse. Cinquante jeunes âgés de
18 à 30 ans composent désormais l’Assemblée Générale pour une durée de deux ans. Plusieurs projets sont déjà sur la table. Découverte.
international, sport/santé, culture/médias, citoyenneté et
environnement. Enfin, des principes transversaux ont été
adoptés : égalité des chances, développement durable,
visibilité des actions et solidarité intergénérationnelle.
Nouveau président !
Depuis plusieurs mois, on vous bassine avec ces élections :
« N’oubliez pas de voter pour vos représentants ! ». Et bien,
maintenant c’est fait – en espérant que vous avez donné
votre voix ! Ils étaient 114 candidats dans les startingblocks le 1er novembre. Ils sont maintenant cinquante
élus, tous plus motivés que jamais. Avec 25 filles et 25
garçons, cette nouvelle Assemblée Générale contient
des profils variés : étudiants, professeurs, éducateurs en
Maison de jeunes, travailleurs de l’Aide à la Jeunesse, ou
simplement des jeunes engagés, ils ont tous la volonté de
défendre l’intérêt des jeunes auprès du monde politique.
L’assemblée compte également dans ses rangs une jeune
sourde, Alice, qui désire notamment relayer les problèmes
récurrents auxquels doit faire face sa « communauté ».
À peine les résultats finaux des élections connus que
les 50 jeunes nouveaux élus se sont rassemblés durant
tout un week-end pour une première mise au vert à
brèves
Rencontre avec les dirigeants de la RTBF
Suite à une lettre ouverte du Conseil de la Jeunesse, en
partenariat avec 44 autres associations de jeunesse,
réclamant davantage de place pour la participation
des jeunes sur la chaine publique, une délégation de
8 personnes a rencontré ce 7 décembre les principaux
dirigeants de la RTBF. Cette rencontre a permis
d’envisager une collaboration future pour offrir à la
jeunesse davantage de place pour s’exprimer sur les
enjeux de société et ainsi donner une image plus positive
des jeunes.
Wavre. Si certains connaissent déjà bien « la maison »
puisqu’ils ont été réélus, la majorité découvre l’équipe
et le fonctionnement du Conseil. Tous viennent avec des
idées plein la tête pour représenter au mieux la jeunesse
francophone.
Si la journée du samedi est principalement consacrée à la
découverte des uns et des autres, la soirée et la journée
du dimanche ont permis d’entrer directement dans le
vif du sujet : quelles priorités mettre en place durant
ces deux ans pour défendre au mieux les jeunes ? Si les
débats ont parfois été animés, plusieurs projets concrets
semblent déjà faire l’unanimité : créer un festival du
Conseil de la Jeunesse pour promouvoir les jeunes talents
; aller à la rencontre des jeunes des quartiers défavorisés ;
réformer le Décret instituant le Conseil de la Jeunesse,
etc. Plusieurs commissions thématiques devraient
également voir le jour : emploi, éducation/enseignement,
À la fin du week-end, l’AG a du élire en son sein un
Conseil d’Administration (pour la gestion quotidienne
de l’asbl) et un ou une président(e). Après les différentes
présentations des candidats administrateurs, ce sont
finalement 15 d’entre eux qui sont élus au CA et Alban
Barthélemy, jeune bruxellois, qui a été choisi pour les
présider. Un rôle extrêmement important qu’il devra
assumer pendant deux ans : « Je remercie les membres
pour cette confiance accordée. Je m’engage à m’investir
pleinement dans cette tâche et surtout à être à l’écoute
de chacun. »
L’assemblée est conquise, tous se félicitent… Un groupe
soudé est né, prêt à tout donner pour relayer efficacement
la parole des jeunes. Il y a du pain sur la planche, surtout
quand on sait que notre pays, les jeunes en particulier,
risque de vivre des années difficiles sur le plan social.
Mais au vu de ce premier week-end, ils ont de l’énergie à
revendre… et c’est tant mieux !
Joachim Wacquez
Pour découvrir l’ensemble des résultats des
élections > www.conseildelajeunesse.be
Avoir des droits c’est bien…
les exercer, c’est mieux !
Plusieurs études montrent que si les enfants et les ados ont déjà entendu parler des droits de l’enfant, peu
d’entre eux sont à même de les expliciter concrètement ou de les rattacher à leur quotidien. En s’associant
avec le Délégué général aux droits de l’enfant, le Conseil de la Jeunesse a décidé de relever le défi en proposant
un stage de sensibilisation, durant les prochaines vacances d’hiver, afin de lever un coin du voile.
Pourquoi un stage ?
Ce projet est né d’un simple constat : Comment un jeune
peut-il faire valoir ou exercer pleinement ses droits s’il ne
dispose pas d’une information claire sur ceux-ci ? L’objectif
principal de ce stage interactif sera donc avant tout de
faire découvrir, au travers de moments d’expression, de
rencontres ou d’ateliers ludiques, les différentes facettes
de la convention en mettant principalement l’accent sur
l’information et sur la participation. Un second objectif
sera de mobiliser les participants en vue créer avec eux
des animations, sur base de la Convention, destinées
à d’autres jeunes et de former, à terme, un groupe
de « jeunes ambassadeurs des droits de l’enfant » en
Communauté française.
> www.conseildelajeunesse.be/Avis
Une jeune déléguée à Durban
Le Conseil de la Jeunesse est l’organe officiel d’avis
et de représentation des jeunes en Communauté
française. Sa mission principale est d’être porteur
de la parole des jeunes au niveau national et
international. Le Conseil a pour objectif de valoriser
l’image et l’engagement des jeunes, de favoriser
leur épanouissement et leur émancipation ainsi
que de promouvoir leur expression. Par ailleurs, le
Conseil de la jeunesse se veut le relais des jeunes
belges francophones auprès du monde politique en
général et de la Ministre de la Jeunesse en particulier.
Le Conseil a pour vocation d’être consulté sur tout
ce qui touche de près ou de loin à la jeunesse. Pour
se positionner sur des sujets liés aux compétences
fédérales, le Conseil travaille généralement en
partenariat avec ses homologues germanophones
et néerlandophones. Le Conseil de la jeunesse était
constitué de 85 Organisations de Jeunesse, mais
désormais tout jeune âgé entre 18 et 30 ans peut
faire partie de l’assemblée générale. 50 membres
sont élus tous les deux ans suite à des élections,
ouvertes à tous les jeunes de 16 à 30 ans.
www.conseildelajeunesse.be
2
ACTU
Pour découvrir la lettre ouverte
Fort de leurs premiers résultats, Amaury entreprend de
réaliser le Founder Institute Brussels qu’il réussi avec
succès pendant qu’Alexis termine la version beta du site
web. Celle-ci fut présentée lors de la dernière session
devant près de cinquante entrepreneurs français et
belges. Lemon Lab, la société productrice de Twusic,
remporte grâce à son petit oiseau chanteur la première
place de ce prestigieux concours du Founder Institute.
Six mois plus tard, l’aventure ne s’est pas arrêtée puisque
Twusic est aujourd’hui une plateforme sociale complète
permettant à chaque utilisateur de construire sa propre
radio, selon ses propres goûts musicaux et de la partager à
travers ses réseaux sociaux préférés d’un simple clic.
Amaury et Alexis sont fiers d’expliquer que Twusic est la
première radio Twitter, grâce à l’analyse en temps réel des
morceaux partagé.
JEF 19 de ce mbre - j anvie r - fe vrie r
Pauline Remouchamps, 25 ans et originaire de Tubize, a
représenté le Conseil de la Jeunesse au sommet mondial
de Durban pour trouver un accord sur l’après-Kyoto. Début
décembre, elle y a défendu une position forte appelant les
décideurs mondiaux à prendre leurs responsabilités. Avec
d’autres jeunes, elle a exercé durant 15 jours un véritable
travail de lobby.
N’hésitez-donc pas à en parler autour de vous ou, encore
mieux, à vous inscrire afin de découvrir la Convention, de
partager vos expériences et vos idées et de faire entendre
votre voix sur ce thème important que sont les droits de
l’enfant et du jeune en général !
Pour découvrir ses impressions et son travail sur place,
surfez sur
> www.sustainableyouth.be
ou sur notre page Facebook « Youth Belgium »
KulturOpoing
Action Ciné Médias Jeunes, une Organisation de Jeunesse
qui travaille dans l’éducation aux médias, a lancé un
webmagazine culturel vidéo entièrement conceptualisé
et réalisé par des groupes de jeunes issus de diverses
structures. Caméra au poing, les participants partent à la
découverte de la vie culturelle et artistique de leur région.
ACMJ les accompagne à chaque étape du projet : recherche
des sujets, analyse médiatique, formation aux techniques
audiovisuelles et journalistiques, mise en ligne, ...
Un peu d’histoire…
La Convention internationale des droits de l’enfant (0-18
ans) a été adoptée à New-York par les Nations-Unies le 20
novembre 1989. Bien que la plupart des pays du monde,
dont la Belgique, l’aient ratifiée, sa mise en pratique
est encore très loin d’être généralisée. Chez nous, le 20
novembre a été décrété « Journée nationale des droits de
l’enfant ». À cette occasion et conformément au décret de
2004, Rudy Demotte a présenté le nouveau plan d’actions
concrètes de la Communauté française visant à mettre en
œuvre la Convention durant les trois prochaines années.
Grégory Jac
Côté pratique Du 03 au 06 janvier 2012
Liège - Auberge de Jeunesse G. Simenon
Pour les jeunes de 15 à 20 ans
Nombre de places limité Inscriptions avant le 23 décembre
P.A.F. 30 euros
Pour plus d’infos
> Gregory.jac@cfwb.be - 02-413.29.44
> www.conseildelajeunesse.be
Pour découvrir l’émission ou participer
> www.kulturopoing.be
Actu
3
Société
Etudier coûte
9000 euros par an
études supérieures ! En effet, lorsqu’il est demandé aux
étudiants de donner une note pour le coût global d’une
année d’études supérieures sur une échelle de 0 à 10
(0=scandaleux, 10=abordable), ils donnent 3.6/10.
JEF 1 9 d ecembre - j anvie r - fe vrie r
La langue des signes en
manque d’interprétation !
intro
Dans notre société, où le travail est une valeur, les individus sont souvent étiquetés en fonction de leur métier. Quand on
rencontre quelqu’un, une des premières questions pour « faire connaissance » n’est-elle pas « Et que faites-vous dans la
vie ? ». Un bon travail vous pose un homme ! Ne pas en avoir vous place de fait dans une espèce de no man’s land social…
Pourtant depuis quelques années, l’insertion sur le marché de l’emploi est un problème récurrent pour les jeunes. Jef vous emmène à la découverte de diverses
facettes de cet élément central de notre vie : ne passe-t-on pas plus de temps sur une journée de travail avec nos collègues qu’avec nos proches ?
Fidèle à sa vocation pédagogique, Jef vous rappellera les divers organismes liés à l’emploi et leurs compétences respectives, de même qu’il vous présentera
les métiers en pénurie. Mais, pour vous permettre de réfléchir, il vous proposera également quelques articles de fond : sur les discriminations, les stages, et
l’entrepreneuriat. Enfin, Jef ne négligera pas non plus son rôle politique, en vous présentant l’action du Conseil en matière d’emploi ces deux dernières années
ainsi qu’une interview de Mme Milquet, ministre fédérale de l’emploi, sur l’emploi des jeunes. Bonne lecture !
Dossier
Depuis 2010 et la campagne « Sauvez Wendy » menée
par la FEF, le gel du minerval jusqu’en 2014 et la gratuité
du minerval et des syllabus pour les boursiers ont
contribué à alléger quelque peu la facture de l’étudiant.
Mais, pour la FEF, des efforts importants restent à fournir :
le remboursement des frais de stage, l’instauration d’un
bail étudiant (de 10 mois au lieu de 12), la gratuité des
transports pour tous les étudiants et la mise en place une
réelle politique alimentaire avec des repas complets à
2,50€.
Tableau 1 Répartition des coûts généraux (budget annuel)
9046 €, c’est ce qu’il en coûte, en moyenne, à un étudiant
kotteur pour une seule année d’études supérieures. Il
paiera 4200 €, en moyenne, s’il n’a pas de kot. Cette
étude a été réalisée auprès de 4000 étudiants en
Fédération Wallonie-Bruxelles par la Fédération des
Etudiants Francophones dans le cadre de sa campagne
annuelle (2011-2012) « Pour un enseignement public ».
Le logement représente le coût le plus important avec
47%, si l’on y ajoute la garantie locative, cela atteint
53% du budget annuel d’un étudiant et de sa famille.
L’alimentation arrive en seconde position avec 17%
(1503€) et est suivie de la catégorie « autres » (9%) qui
contient les dépenses personnelles (par ex. vêtements).
Les coûts directs des études (minerval, livres/matériel
et stage) représentent ensemble 9% du budget ou
857€. Cela les place en 3ème position, ex-aequo avec la
catégorie « autres ».
Vanessa Gohy
Les étudiants ont conscience du coût trop élevé des
Solidarité intergénérationnelle…
vaste chantier ou douce utopie ?
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit le
vieillissement actif comme « un processus qui consiste à
optimiser les possibilités de participation, de sécurité et
de vie en bonne santé pendant la vieillesse ». En d’autres
mots, atteindre un potentiel de bien-être tout au long de
la vie, participer à la société selon ses besoins, ses désirs et
ses capacités tout en recevant la sécurité, la protection et
le soutien nécessaires.
Café des psaumes
À l’heure où la tempête financière dévaste notre
vieux continent, signe prémonitoire diront certains
d’une fin du monde inéluctable et annoncée de
longue date, la solidarité va refaire parler d’elle de
la plus belle des manières, en 2012, à travers l’Année
européenne du vieillissement actif et de la solidarité
intergénérationnelle. Suivez le guide…
Éliminer les obstacles entre les générations, maintenir la
vitalité des personnes âgées et renforcer leur participation
à la société, tels sont les principaux objectifs de cette
année européenne à venir.
En Europe, un constat s’impose d’entrée de jeu : nous
vivons plus longtemps et en meilleure santé que nos aïeux.
Il est donc essentiel de s’interroger sur les perspectives
que cela ouvre ainsi que sur les enjeux qui en découlent.
Si l’on veut mettre en place une société moderne où
chaque citoyen, quel que soit son âge, apporte sa pierre à
l’édifice communautaire, cela passe bien évidemment par
un soutien mutuel et une coopération entre les différents
groupes d’âge. La solidarité intergénérationnelle prend
alors tout son sens et sa raison d’être.
D’après les instances européennes, cela suppose de
réviser collectivement nos politiques et nos pratiques
relatives à l’urbanisme, à l’emploi, aux transports publics,
à l’éducation, à la participation civique, à la protection
sociale, aux loisirs… Vous l’aurez compris, le Conseil de la
Jeunesse a un rôle à jouer lors de cette année européenne
qui pointe lentement le bout de son nez. Il n’a d’ailleurs
pas attendu les douze coups de minuit de la SaintSylvestre pour retrousser ses manches puisqu’il collabore
actuellement à l’élaboration d’un sondage portant sur les
stéréotypes et les préjugés liés à l’âge dans le monde de
l’emploi. Les résultats de cette enquête commandée par
le Centre pour l’Égalité des Chances sont attendus pour la
fin du premier semestre 2012.
Grégory Jac
Pour en savoir plus, vous pouvez consulter la page web
de l’Année européenne 2012 > www.active-ageing-2012.eu
4
Société
J H c h. J o b d e q u a l i t é
Mode d'emploi
42% des étudiants ont cours dans des
locaux délabrés
La deuxième partie de l’enquête concernait la qualité
de l’enseignement : infrastructures, encadrement
professoral, services à l’étudiant. Si les étudiants délivrent
la note de 6.8/10 en moyenne aux deux premiers
points, ils ne remettent que 6.5/10 pour les services.
Bien que cette note soit correcte, on s’aperçoit à travers
des questions plus précises de l’existence de problèmes
structurels. Ainsi, un étudiant sur deux déclare avoir
cours dans un local surpeuplé. Pourtant, 93% d’entre
eux jugent que les profs sont disponibles. Enfin, lorsque
les étudiants sont interrogés sur les heures d’ouverture
des services administratifs, ils sont 62% à exprimer
leur mécontentement. Pour la FEF, il n’y aura pas
d’amélioration possible sans un refinancement public de
l’enseignement, à hauteur de 7% du PIB. L’enseignement
en Fédération Wallonie-Bruxelles souffre cruellement d’un
manque de financement qui dure depuis plusieurs années
déjà.
e m ploi
Quand on débarque dans le monde de l’emploi, pas
facile de s’y retrouver dans la jungle des acronymes !
Petit tour d’horizon des organismes à connaitre afin
de comprendre qui fait quoi.
La FFSB-Jeunes, section jeunesse de la Fédération
Francophone des Sourds de Belgique, a pour objectifs,
entre autres, de promouvoir l’accès à l’information des
jeunes sourds belges francophones afin qu’ils soient
placés sur un pied d’égalité avec leurs pairs entendants.
Pour accéder à l’information, il faut bien sûr qu’elle soit
accessible dans leur langue qui est la langue des signes
belge francophone (LSFB). Cette langue a été reconnue
par le Parlement de la Communauté Française comme
étant une langue à part entière en 2003.
Ce décret stipule que « cette langue est la langue
visuo-gestuelle propre à la communauté des sourds de
la Communauté française ». Ce qui signifie que toute
personne sourde doit avoir accès à cette langue dans
toute situation de vie, aussi bien dans le milieu du travail
que dans l’enseignement, sans oublier dans les médias
et l’accès aux soins de santé. Il existe plusieurs services
d’interprétation en langue des signes qui fournissent
des interprètes pouvant assurer la communication
entre personnes sourdes et personnes entendantes.
Les interprètes jouent donc un rôle primordial dans la
participation des jeunes sourds à la société qui, elle, n’est
pas accessible. C’est justement la responsabilité des
autorités publiques d’assurer l’accès des jeunes sourds
à la société dans tout domaine et donc de promouvoir
la profession d’interprète en langue des signes, ce qui
sous-entend par là une reconnaissance de la profession
d’interprète à la hauteur de leur valeur.
Or actuellement, devenir interprète, relève du parcours
du combattant. En effet, il faut tout d’abord suivre
une formation adéquate et c’est là que le bât blesse :
il n’existe aucune formation d’interprète en langue
des signes belge francophone, aussi bien dans
l’enseignement supérieur que dans l’enseignement de
promotion sociale. La conséquence de cette absence de
formation se ressent fortement parmi les jeunes sourds
qui n’ont plus d’accès aux biens et services, à l’emploi
et à l’enseignement avec autant de facilités que leurs
pairs entendants. Les demandes en interprétation sont
très nombreuses et témoignent de l’intérêt des jeunes
sourds d’accéder à l’information. Mais elles sont rarement
satisfaites et portent parfois préjudice aux jeunes sourds
dans leur participation dans la société. À titre d’exemple,
les jeunes sourds souhaitent, via la FFSB-Jeunes, accéder
aux réunions des commissions politiques du Conseil de la
Jeunesse mais il arrive qu’ils doivent parfois y renoncer
faute d’interprète disponible.
Il s’agit d’un problème structurel, certes, mais on parle ici
de droits fondamentaux des jeunes sourds dans leur accès
à l’information au sens de l’article 21 de la Convention
des Nations-Unies relative aux droits des personnes
handicapées. Au nom de ce droit, la FFSB-Jeunes cherche
un soutien politique et souhaite renforcer sa position dans
cette situation de pénurie inacceptable. Car les jeunes
sourds peuvent tout faire sauf entendre, mais si on ne leur
donne pas l’accès à leur propre langue des signes, que
peuvent-ils faire ?
Delphine Le Maire
Niveau fédéral
SPF emploi, travail et concertation
sociale
Le Service Public Fédéral emploi, travail et concertation
sociale existe sous sa forme actuelle depuis 2003. Il
est le garant de relations de travail équilibrées entre
travailleurs et employeurs, dans une économie de marché
socialement contrôlée. Il assure la protection et la
promotion du bien-être au travail. Il participe activement
au développement de la législation sociale tant sur le plan
national qu’international. Monica De Coninck en est la
nouvelle ministre de tutelle.
ONEM
L’Office National de l’EMploi est un organisme fédéral
dépendant de l’ONSS (Office National de la Sécurité
Sociale). Il a pour mission de décider du droit et d’octroyer
les allocations de chômage/d’attente sur base des
dossiers remplis par les organismes de paiements (voir
plus bas) ainsi que de contrôler les demandeurs d’emploi
(situation familiale, recherche d’emploi, situation
professionnelle…). Il est également chargé du paiement
de certaines indemnités (congé parental…).
CNT
Le Conseil National du Travail est un organe paritaire
où siègent les organisations interprofessionnelles de
travailleurs et les organisations interprofessionnelles
d’employeurs. Sa mission est consultative et consiste à
adresser au Gouvernement et au Parlement, soit de sa
propre initiative, soit à la demande de ces autorités, des
avis sur les problèmes généraux d’ordre social intéressant
les employeurs et les travailleurs. Le Conseil peut aussi
conclure des conventions collectives de travail à portée
interprofessionnelle, généralement rendues obligatoires
par arrêté royal.
En Région wallonne
Le Département de l’Emploi et de la Formation
professionnelle (sous la tutelle du ministre André Antoine)
est chargé principalement de participer à la mise en
œuvre d’une politique active de l’emploi et de gérer
les dispositifs destinés à favoriser la création d’emplois
(APE, PTP…) et à lutter contre l’exclusion sociale et
professionnelle.
Le Forem est le service public wallon de l’emploi et de
la formation professionnelle. Il a pour mission de répondre
au mieux aux besoins des particuliers (accompagnement
à la formation et à la recherche d’emploi, validations
des compétences,…) et des entreprises (conseils divers,
soutien au recrutement, …). Il a également un rôle
de coordination du marché de l’emploi.
En Région Bruxelles-Capitale
La Direction de la Politique de l’Emploi et de l’Economie
plurielle (sous la tutelle du ministre Benoît Cerexhe) traite
les demandes de permis de travail, veille à la gestion
mixte du marché du travail, soutient l’économie sociale et
favorise le développement de l’emploi.
ACTIRIS est l’office régional bruxellois de
l’emploi. Sa mission principale est de mettre en œuvre
avec ses partenaires, des solutions adaptées pour
permettre aux employeurs de recruter le collaborateur
adéquat et aux chercheurs d’emploi de trouver un travail
à la hauteur de leurs compétences.
Les organismes de paiement
Les syndicats, organismes privés, et la CAPAC (Caisse
Auxiliaire de Paiement de Allocations de Chômage),
organisme public fédéral, constituent les dossiers de
demandes d’allocations à introduire à l’ONEM et paient
ces allocations sur base de la décision de l’ONEM. Les
services de la CAPAC sont gratuits contrairement à ceux
des syndicats. Cependant, ces derniers offrent des services
supplémentaires (informations et conseils, défense en cas
de problème…)
Grégory Jac
LE DIPLÔME une garantie de réussite ?
« Se garantir un avenir meilleur » : voici la considération qui pousse des milliers de jeunes à se lancer dans des études supérieures. Mais alors que règne un climat où
la concurrence et l’insuffisance de postes cohabitent, quelle garantie a-t-on d’être embauché et d’effectivement trouver un emploi ? Même s’il paraît évident que ce
risque de précarité touche davantage les non-diplômés, qui s’insèrent difficilement sur le marché du travail, se pose tout de même la question du bien-fondé des études.
Pourtant, rien ne garantit que l’on trouve effectivement
un emploi une fois le diplôme en poche. C’est là que le
domaine d’études peut faire toute la différence. Jacques
Laffineur, conseiller aux études à la Faculté de droit de
l’UCL, affirme cependant qu’ «il n’y a rien de plus difficile
pour un jeune que de choisir d’emblée la bonne voie ». Il
faut aussi savoir combiner attrait personnel et offres du
terrain.
Meritocratie ou « pistoncratie »
À chacun selon ses dons et ses mérites est le
principe théorique sur lequel reposent nos sociétés
méritocratiques. Pourtant, les jeunes ne sont pas dupes.
Une étude sociologique a révélé en 2007 que même si
les étudiants ne rejettent pas le modèle méritocratique,
« ils rejettent l’idée qu’il ne repose que sur les études ».
Pour ceux qui n’ont pas de filiation chanceuse, les études
restent pourtant le seul moyen de se garantir un avenir
meilleur. Des statistiques démontrent en effet que le
taux de chômage est moins élevé dans la tranche de la
population détentrice d’un diplôme.
Certaines spécialités débouchent sur des filières saturées,
ce qui réduit les chances de trouver un emploi. Il faut
alors penser à une alternative, voire, dans certains cas,
retourner sur les bancs de l’école pour avoir une double
qualification. Il paraît alors préférable d’opter pour des
études qui offrent une palette de professions plus large,
les opportunités étant ainsi plus nombreuses et plus
diverses.
Reconversion professionnelle
Ces précautions restent malheureusement insuffisantes.
En effet, le marché du travail est peu favorable à
l’embauche de jeunes. C’est un fait. Un diplôme seul ne
suffit pas. Il faut se distinguer, notamment en présentant
un CV consistant. À ce propos, J. Laffineur préconise une
formation incluant des capacités extra-académiques,
c’est-à-dire des aptitudes personnelles non sanctionnées
par un diplôme mais qui intéressent les entreprises.
« L’université n’a pas pour vocation première de forger des
qualités humaines », assure-t-il. Ainsi la détermination, la
motivation, la rigueur, la capacité de travailler en équipe
et la créativité sont des « compétences » tout aussi
importantes que le(s) diplôme(s) mais qui ne figurent pas
spécialement sur un CV.
Malgré cela, il n’est pas rare de devoir travailler dans un
domaine autre que celui pour lequel on a fait ses études.
Que ce soit à cause d’une concurrence accrue ou d’une
suppression de postes à cause de la crise, il faut savoir
rebondir car, actuellement, les reconversions « subies »
sont de plus en plus nombreuses. Elles peuvent être
d’autant plus problématiques lorsqu’il y a de grosses
différences de salaires (comme dans l’ingénierie, secteur
sinistré par la crise).
Aucune garantie n’est fournie aux jeunes quant à leur
devenir professionnel. Il n’est pas sûr, une fois les études
terminées, que l’on exercera un emploi correspondant à
ses prévisions car il n’existe pas d’adéquation parfaite
entre diplôme et travail. Il appartient alors à tout un
chacun de faire ses propres choix en tenant compte
des divers facteurs contextuels afin d’avoir la chance de
travailler un jour dans le domaine désiré.
Marina Sargsyan
5
Dossier
JEF 1 9 d ecembre - j anvie r - fe vrie r
emploi JH ch. Job de qualité
JEF 19 de ce mbre - j anvie r - fe vrie r
« Les jeunes ne méritent pas d’être une génération sacrifiée »
Commission Emploi
C’est la raison pour laquelle
on a pris des mesures
anticrises fortes, comme
les mesures de soutien à
l’embauche des jeunes. Le
plan « win-win » est né et
s’est révélé très attractif.
L’Etat finance globalement
presque 80% du salaire.
Avec ce plan, on a eu une
diminution du chômage
des jeunes depuis plus d’un
an alors que nous sommes
toujours en période de crise.
Globalement, c’est quasi de
60 à 70.000 jeunes qui ont
été engagés grâce à cette
mesure.
Alexandre, 26 ans
un bilan haut en couleurs !
Sensibiliser les jeunes et les décideurs à la pénurie croissante d’emploi et à la précarité des jeunes. Insister
sur le manque « structurel » d’emplois disponibles. Produire des avis. Voilà quelques lignes directrices de la
Commission Emploi du Conseil de la Jeunesse lors du dernier mandat.
Les membres du Conseil de la Jeunesse ont décidé
à l’unanimité de mettre en place une commission
thématique autour de l’emploi, vu l’ampleur des défis
à relever dans cette matière. Ce lieu de réflexion et de
débats pour les jeunes fut animé durant les deux ans
de mandat. Dés le départ et tout au long du mandat,
le « Dialogue structuré européen » sur l’emploi fut la
priorité de la Commission, notamment via la préparation
d’une résolution européenne sur l’emploi des jeunes. Les
membres de la Commission ont constitué le panel de
jeunes qui ont encadré le processus de consultation des
jeunes sur l’ensemble du territoire de la Communauté
française. Une résolution a finalement vu le jour 18 mois
après sa déclaration d’intention.
Dès sa mise en place, la nouvelle Commission Emploi
a aussi souhaité réaliser un avis transversal sur la
problématique de l’emploi des jeunes en Communauté
française. Après plusieurs mois de travail, l’avis final est
sorti en octobre 2010. Limitation du recours à l’intérim,
insertion d’un stage obligatoire en fin de cycle dans
toutes les filières d’études, amélioration des conditions
de travail et rémunérations pour les métiers dits en
pénurie, ou encore le renforcement des contrôles sur
l’utilisation des plans d’embauche jeunes, telles sont les
recommandations envoyées aux Ministres compétents.
Durant la présidence belge de l’UE (deuxième semestre
2010), le thème dominant au niveau emploi fut « La
transition de l’enseignement au marché de l’emploi pour
les jeunes ». Un colloque important a eu lieu au Parlement
bruxellois sur ce thème. L’un des co-coordinateurs
de la Commission Emploi, Alexandre Govaerts, fut le
représentant officiel des jeunes des conseils de la jeunesse
belge.
Pendant ce mandat, le Conseil de la Jeunesse est
également devenu officiellement membre du groupe
emploi du Youth Forum (Conseil de la Jeunesse européen).
Une place qui va permettre au Conseil de la Jeunesse de
peser plus lourdement sur les décisions européennes
en matière d’emploi. L’une des premières actions fut
d’ailleurs d’envoyer la Présidente du Conseil, Annecaroline Burnet, accompagnée d’un autre jeune, Antoine
Kalonji, à la rencontre intetrnationale du groupe Emploi
du Youthforum à Dublin en mars 2011.
Je suis sorti de l’ULg avec un diplôme de chimie
en poche. Lors de mes différents entretiens
d’embauche, on me répondait que je n’avais
pas le profil requis. Les recruteurs cherchaient
des gens détenteurs d’un graduat, et qui donc
avaient des compétences plus pratiques. J’avais
fait cinq ans d’études et on préférait engager
ceux qui n’en avaient fait « que » trois. Je voyais
mes amis gradués décrocher du boulot alors que
moi je galérais. L’offre pour les universitaires
est plus limitée vu qu’on est censés occuper
des postes à responsabilités. Donc, on cherche
malheureusement plus longtemps que nos
collègues du graduat.
Enfin, un Forum-débat a été organisé en partenariat
avec les jeunesses syndicales (jeunes FGTB, jeunes-CSC)
et Ecolo-J à l’UCL, le 31 mars 2011, sur le thème de la
« Réduction du temps de travail ? ». Avec près de 25%
de chômage chez les jeunes entre 18 et 24 ans, les jeunes
de la Commission ont souhaité proposer des solutions
novatrices. Mais cette dernière ne fait pas encore
l’unanimité. Le débat reste donc ouvert…
La Commission emploi n’a donc pas perdu son temps !
Mais le travail se poursuivra très certainement avec la
nouvelle AG car l’emploi reste une priorité pour le Conseil
de la Jeunesse !
Gilles Corbiau
Délit de sale gueule
Discriminations à l’embauche en Belgique
Le problème de la discrimination à l’embauche n’est pas nouveau dans nos sociétés démocratiques. Preuve en est le grand nombre de lois et de règles edictées en
Belgique et au niveau européen. Si les témoignages sont nombreux et les campagnes de sensibilisation tout autant, peu d’études concrètes sont réalisées pour permettre
d’enrayer ce phénomène souvent banalisé.
paperblog.fr
On parle de discrimination lorsque, dans des situations
comparables, une personne est traitée de manière moins
favorable qu’une autre personne, sans raison objective
et raisonnable. En Belgique, la loi protège dix-neuf
critères (nationalité, sexe, origine,…) et reconnaît des
discriminations directes (dirigées explicitement contre
une catégorie de personnes) et indirectes (qui touchent
une personne par le détour d’une décision apparemment
neutre).
6
Aujourd’hui, de plus en plus d’employeurs prennent
des mesures concrètes pour favoriser la diversité au
sein de leur entreprise, notamment en signant une des
nombreuses chartes de non-discrimination qui existe en
la matière. Malgré ces bonnes intentions, il arrive encore
très souvent que des jeunes d’origine étrangère subissent
des discriminations au moment de chercher un emploi,
voire un job d’étudiant.
Myriam, belge d’origine africaine, raconte qu’après
avoir déposé son CV dans une agence d’Intérim « la
jeune femme m’a assuré que la période de recrutement
d’étudiants était dépassée ». Dubitative, pour en avoir
le cœur net, elle demande à une amie (belge de type
occidentale) de se présenter à la même agence le
lendemain et « une semaine plus tard, mon amie avait un
job d’étudiant pour un mois alors que moi, je continuais
de chercher et de courir après les agences… Ce jourlà, je n’ai pas trouvé de mots pour exprimer ce que je
ressentais. »
À titre indicatif…
Il existe à ce jour peu de ressources chiffrées permettant
de donner un aperçu objectif de la situation en Belgique.
De son côté, le Centre pour l’Égalité des Chances recense
chaque année le nombre de plaintes ou de signalements
qui lui sont déposés et en étudie les différents critères
pour juger de l’évolution de la situation. À titre d’exemple,
sur les 2207 dossiers ouverts en 2008, 57% portaient sur
des critères raciaux et 21% concernaient l’emploi.
Côté flamand, le VDAB (homologue flamand du Forem)
a suivi des jeunes demandeurs d’emploi pendant un
an, sur trois années (2003-2005-2007) et en a conclu
que « l’origine des demandeurs d’emploi a un impact
significatif sur leurs chances de trouver un emploi ».
Après un an, 55% des jeunes d’origine étrangère n’ont
pas trouvé de travail, contre « seulement » 38% des
autochtones.
Au niveau international, l’OCDE1 note dans son rapport
« Jobs for immigrants » à propos de la Belgique que « le
fait que les immigrés d’origine extracommunautaire et
leurs enfants, même ceux ayant été scolarisés en Belgique,
continuent d’afficher des résultats médiocres sur le
marché du travail amène à penser que ces discriminations
sont toujours présentes. (…) Parmi les pays étudiés
jusqu’à présent, la Belgique est celui qui s’est doté des
politiques les plus vigoureuses [sur l’égalité des chances].
Toutefois, aucune évaluation de ces mesures n’a été
effectuée jusqu’à présent. » Et l’OCDE de conclure qu’ « il
est recommandé d’y procéder de manière urgente ».
Priscilla de Radiguès
1
Organisation de Coopération et de Développement Economique
Madame la ministre, selon divers chiffres, l’emploi
des jeunes se porterait mal. Pouvez-vous dressez un
état des lieux de la situation de l’emploi des jeunes
en Belgique ?
Au niveau d’un marché de l’emploi classique, nous avons
déjà un problème de taux d’emploi des jeunes. Mais
quand arrive une crise et que les entreprises se trouvent
confrontées à des diminutions de commandes, elles
n’engagent plus. Les jeunes qui arrivent sur le marché du
travail, aussi diplômés soient-ils, viennent donc gonfler le
nombre de demandeurs d’emploi.
Le taux d’emploi des
jeunes non qualifiés et
celui des jeunes issus de
l’immigration
restent
problématiques. Ils sont
supérieurs à la moyenne
européenne.
Comment
expliquer
une
telle
situation ?
On est le pays qui a le plus
grand problème de mise à
l’emploi des personnes de
nationalité étrangère. Là,
on n’est pas performants.
D’un côté, on a une jeunesse
d’origine étrangère formée,
qualifiée et avec de bons
diplômes qui ne trouve pas assez d’emplois parce qu’elle
est discriminée. C’est une honte et on doit travailler ça de
manière forte. Parallèlement, on a dans cette génération
là des jeunes qui manquent de qualification. Et qui alors
parfois ont le double handicap d’avoir la discrimination
et le manque de qualification. Il y a un vrai problème.
A Bruxelles, on est sur une bombe sociale. Avec une
jeunesse majoritairement d’origine étrangère, qui est
majoritairement au chômage et qui majoritairement
subit les discriminations à l’embauche. A un moment,
socialement, ça devient insoutenable.
Concernant le plan « win-win », les jeunes sont-ils
autant gagnants que les patrons quand on sait
que ces emplois sont limités dans le temps, donc
précaires ?
De un, je veux prolonger ces plans. Je ne dis pas que c’est
la panacée, il faut évidemment une reprise économique.
Mais ça veut dire aussi que, n’étant pas sortis de l’auberge,
on a vraiment besoin de ces mesures demain. De deux, je
propose également que les jeunes puissent bénéficier de
tous les plans Activa à l’issue du plan win-win, comme s’ils
arrivaient sur le marché du travail. Et de trois, les jeunes
sont gagnants parce que c’est ça ou bien le chômage.
Parce que, fondamentalement, c’est une expérience
professionnelle qui se conclut, pour une très grande
partie, par des contrats à durée indéterminée. Parce qu’ils
sont formés, qu’ils apprennent un métier et qu’ils ont
donc un salaire plus élevé que l’allocation de chômage.
Parce que ça leur donne des nombres de jours qui sont
très importants pour pouvoir accéder aux allocations de
chômage.
Quel message avez-vous envie de passer aux jeunes ?
Je voudrais dire qu’ils ont plein de talents et qu’ils
méritent qu’ils soient la priorité de notre société. Ca
peut paraître un slogan mais c’est très volontaire et très
pensé. Comme les jeunes sont très peu représentés dans
les lobbies et que ce n’est pas la priorité des syndicats, ça
risque finalement de n’être la priorité de personne. Mais
je crois aussi qu’ils devraient s’organiser eux-mêmes pour
devenir une force de représentation au niveau national.
C’est parfois nécessaire pour que les gens les prennent en
considération. C’est une force citoyenne aussi importante
que les autres, et même plus parce que c’est l’avenir
du pays. En tout cas, ils ne méritent pas d’être une
génération sacrifiée. Ils doivent s’impliquer car c’est au
niveau politique que l’on fait des choix pour eux.
Propos recueillis par Stéphane Culot
suite de l’article sur
> www.conseildelajeunesse.be/jef
lien utile
> studentatwork.be
Kinés : métiers en pénurie !
En Belgique, nous manquons de kinés, de médecins
généralistes et de spécialistes pour répondre aux
demandes de plus en plus nombreuses en soins de
santé. Mais au pays du surréalisme, les étudiants
dans ces filières se voient imposer un numerus
clausus, à la fin de leurs études.
« C’est à n’y rien comprendre », s’exclament en ce samedi
29 octobre plusieurs diplômés en kiné venus passer le
concours, « nous sommes kinés dans un pays qui en
manque cruellement, mais on doit tout de même passer
une épreuve de sélection ! ». En effet, malgré une pénurie
objectivée de médecins généralistes (en Wallonie) et de
kinésithérapeutes (en Belgique), le numerus clausus est
toujours en place à la fin de ces filières déficitaires.
Le numerus clausus, c’est ce concours sélectif que les
diplômés en médecine et kiné sont obligés de passer pour
obtenir le numéro INAMI (obligatoire pour pratiquer une
profession libérale). A l’origine de ce test, un problème
d’ordre administratif : un nombre précis de numéros
INAMI est délivré chaque année, avec parfois un nombre
supérieur de diplômés, à la fin de ces études. Lorsque les
candidats sont trop nombreux pour que chacun puisse
recevoir son sésame, le concours est alors organisé afin
de les départager. L’an passé, 20 kinés sont restés sur la
touche. Cette année, ils étaient plus de 100 !
Pourtant, l’ONEM reconnaît le métier de kinésithérapeute
comme un métier en pénurie. Mais l’illogisme continue
depuis plus de 500 jours… Faute d’un gouvernement
fédéral, ce problème de santé publique n’a toujours pas
été résolu. L’an passé, en réponse aux manifestations de
kinés, la ministre Onkelinx avait pourtant promis de se
pencher sur le problème. Mais au cabinet de la ministre de
la Santé démissionnaire, le dossier prend les poussières.
Même combat
médecins
pour
les
futurs
En médecine, le combat est le même et depuis de longues
années. Selon l’INAMI, qui réactualise sa liste chaque
année, quelques 232 communes ont du mal à trouver
des généralistes en nombre suffisant. Pour combattre
la pénurie, une prime d’installation de 20.000€ a été
mise en place, depuis juillet 2006, pour les médecins
généralistes qui s’établissent dans une “zone à faible
densité médicale”. Mais rien n’y fait, la pénurie continue
de s’aggraver, chaque année.
Pour de nombreux étudiants, il est clair qu’il faut supprimer
toute forme de sélection dans l’enseignement supérieur.
Mais pour l’Abssym, syndicat de médecin, il n’est pas
question de se passer de ce système. Pourquoi cette volonté
de conserver le système malgré ses effets néfastes ? Dans
quel intérêt ? Pour y répondre, un simple calcul suffit :
moins il y a de personnes (médecins avec numéro INAMI)
autour du gâteau (patientèle), plus ça en fait pour les
personnes présentes. Cette logique corporatiste a de
quoi choquer une patientèle qui éprouve de plus en plus
de difficultés à obtenir un rendez-vous rapide chez son
médecin généraliste ou chez un spécialiste.
Virginie,
26 ans
Diplômée depuis peu, j’apprends qu’un concours
sera organisé, en octobre, pour délivrer les
numéros INAMI, notre sésame pour exercer en
tant qu’indépendant. Nous étions 20 diplômés
de trop par rapport au nombre total de numéros
INAMI disponibles cette année-là. Sans numéro,
je ne peux être que salariée. Mais c’est très rare
de nos jours de trouver un contrat de kiné ! J’étais
furieuse car je ne comprenais pas pourquoi on
devait passer cette épreuve de sélection alors qu’il
est prouvé qu’il manque de kinés en Communauté
française.
Vanessa Gohy
7
Dossier
JEF 1 9 d ecembre - j anvie r - fe vrie r
emploi JH ch. Job de qualité
Bernard Swysen. Bamboo éditions
Une nouvelle forme de précarité se développe chez
les jeunes. Qu’ils soient diplômés ou pas, il leur est
de plus en plus difficile de décrocher un contrat de
longue durée leur permettant une insertion durable
dans le monde du travail. Le passage par la case
« stage » est presque devenu une obligation.
Un stage est par définition une « Période durant laquelle
une personne exerce une activité temporaire dans une
entreprise ou suit des cours en vue de sa formation. »
Deux éléments importants font partie de cette définition :
la notion de durée limitée et le lien à la formation. La
réalité que vivent de nombreux stagiaires est cependant
éloignée de cette définition.
Dorothée, 27 ans
En tant qu’infirmière, je ne me fais aucun souci
pour mon travail. La demande est énorme.
Personnellement, j’ai opté pour « l’intérim
permanent » via une agence spécialisée. Ce
système me permet de choisir les jours où je
veux travailler et ceux que je préfère garder libre.
L’agence intérim pleure pour que j’accepte plus
d’horaires ! J’ai choisi de travailler le plus souvent
possible à Bordet parce que l’équipe de mon
service y est géniale. La seule difficulté reste liée
aux horaires puisque les équipes doivent soit
commencer très tôt le matin soit finir tard en
soirée, soit y passer la nuit… Mais les débouchées
sont assurées.
8
Cela fait plusieurs numéros que l’équipe de rédaction tergiversait sur le bien fondé ou pas d’un débat « Pour ou contre les réseaux
sociaux ? » ou « Pour ou contre Internet ? ». Pas assez controversé pour certains, bateau pour d’autres, au cœur de la vie des jeunes
pour d’autres encore. Bref, au sein de la rédaction, le débat était plutôt « Pour ou contre un débat sur Internet ? ».
Finalement, le pour l’a emporté et bien nous en a pris puisque nous pouvons aujourd’hui vous présenter deux articles nuancés sur la question. Un article de
Michel Berhin, de Média-Animations asbl, qui met en garde contre les risques qu’Internet fait prendre à la protection de la vie privée. L’autre, de Damien Van
Achter, vous présente sa vision de cet outil qui peut l’émerveiller mais qu’il s’agit d’utiliser de façon responsable.
Sois stage et tais-toi !
Plusieurs constats négatifs doivent être dressés quant
à la situation actuelle. Tout d’abord, l’offre globale de
stages diminue, alors que la demande est en hausse.
Ensuite, on remarque que les employeurs ont de plus en
plus souvent tendance à privilégier les jeunes disposant
déjà d’une bonne formation, ce qui a pour effet de barrer
l’accès à un stage à ceux qui sont en début de formation.
Dans ce contexte de concurrence poussée, le contrôle
de la qualité du stage, notamment en ce qui concerne
l’encadrement du stagiaire, peut se révéler insuffisant.
On constate, par ailleurs, que de nombreux jeunes se
retrouvent entraînés dans une spirale de stages. Alors que
le stage est par définition temporaire, certains jeunes se
retrouvent à signer des contrats de “stage” à répétition,
peu ou pas rémunérés. Cette pratique s’est par exemple
institutionnalisée dans les ONG internationales, qui
proposent des “stages” de 6 mois ou 1 an non payés ou
payés une misère (300 ou 400 euros par mois). Il convient
donc de distinguer les stages en tant que tels (formation
et acquisition d’expérience d’un étudiant ou d’un jeune
travailleur dans une entreprise) des contrats très précaires
pour jeunes travailleurs qui n’ont de stages que le nom !
intro
Selon la formule consacrée : à vous de vous faire une opinion !
durée ou intérims ? Notre société trouve-t-elle normal
que des jeunes, même diplômés et expérimentés, soient
contraints de travailler gratuitement ou presque pendant
plusieurs mois avant de pouvoir prétendre à trouver un
emploi normalement rémunéré ? C’est d’autant plus
interpellant qu’un stage débouche rarement sur un
emploi chez le même employeur, ou simplement sur une
certification supplémentaire.
POUR ou CONTRE
car elle modifie l’univers dans lequel je vis, un petit peu
tous les jours. J’aime le mouvement, parce que là où il
y a du mouvement, il y a de la vie. Imaginez donc mon
émerveillement devant l’explosion des conversations,
des contestations, des coups de cœur, des colères, des
réconciliations, des innovations, des prises de position et
des indignations auxquels j’ai le bonheur d’assister au
quotidien sur les réseaux sociaux en faisant mon métier
de journaliste. Stéphanie Nowakowski et Isabelle Letawe
Pour aller plus loin :
Avis du Conseil :
> www.conseildelajeunesse.be.
Résultats de l’enquête « Interns revealed »
et « European Quality Charter on interns and
apprenticeships » : > www.youthforum.org.
« Une aptitude à développer toute sa vie »
« La principale force d’un jeune qui crée son entreprise,
c’est la débrouillardise. Il faut se faire un nom, inspirer
confiance et progresser petit à petit ». Loïc Mahaux n’a
pas encore 30 ans mais il s’exprime déjà comme un
entrepreneur averti. Et pour cause. à 28 ans, il est chef
d’entreprise, à la tête d’une société d’installation de
panneaux photovoltaïques créée en 2009 avec son ami et
associé Nicolas Jonet. « On a fait une formation aux EtatsUnis et on s’est rendu compte que le secteur des énergies
renouvelables était très important. Mais il nous manquait
de l’expérience. On l’a acquise auprès d’une société
liégeoise avant de créer la nôtre, Solar4you. On voulait
monter notre propre affaire depuis longtemps. » Le vieux
rêve se transforme alors en « success story ». Aujourd’hui,
l’entreprise emploie sept salariés et compte trois équipes
d’installation. Récemment, le chiffre d’affaires a dépassé
le seuil des deux millions d’euros. Jackpot.
Pour parvenir à une telle réussite, Loïc et Nicolas ont
bénéficié de coups de pouces décisifs : une bourse de
30.000 euros, décrochée via le Fond de participation,
institution publique fédérale finançant entre autres les
indépendants et les PME à leur naissance, ainsi que l’aide
de la Fondation pour la jeune entreprise (FJE), pour les
démarches administratives.
Networking et esprit d’entreprendre
Mais pas de chiffre d’affaires aux multiples zéros sans
carnet d’adresses amplement garni. Le Cercle des
jeunes entrepreneurs de Belgique, basé à Louvainla-Neuve, met d’ailleurs le sien à disposition des plus
jeunes, comme Loïc. « On s’occupe essentiellement du
networking avec les chefs d’entreprise, précise d’emblée
Sophie Verhaegen, chargée des relations publiques. Notre
organisation s’adresse aussi bien aux étudiants qu’aux
entreprises. Nous existons depuis un an et nous comptons
déjà 700 membres affiliés, dont onze chefs d’entreprise
de moins de 28 ans. » Moyennant cotisation, les jeunes
entrepreneurs peuvent donc bénéficier de nombreux
contacts, assister aux conférences et suivre plusieurs
formations, quel que soit le secteur d’activité.
Un soutien ciblé. Car si de nombreuses aides à la
création d’entreprise existent, elles ne concernent pas
spécifiquement les plus jeunes : l’âge ne constitue pas
un critère pertinent. « Ce serait discriminatoire, justifie
la direction des aides aux entreprises de la région de
Bruxelles-Capitale. L’âge du chef d’entreprise n’est pas
encodé dans notre base de données. » Ces soutiens à
l’entreprenariat ciblent plutôt les jeunes entreprises,
comme la structure d’accompagnement à l’autocréation
d’emploi (SAACE), agréée par la région wallonne et
prévoyant un accompagnement administratif sur mesure
pendant deux ans, ou l’aide de préactivité, créée par la
région de Bruxelles-Capitale et destinée à couvrir la moitié
du coût d’une étude de faisabilité.
De l’avis des professionnels de l’entreprenariat, l’esprit
d’initiative et la persévérance incarnent néanmoins les
ingrédients indispensables à la recette de la réussite. « Il
faut savoir convaincre ses clients, développer un esprit
d’entreprendre et pas d’entreprise, répète à l’envi Didier
Clarinval, responsable de l’animation transversale de
l’Agence de stimulation économique (ASE). Et ne pas
confondre : l’esprit d’entreprendre n’est pas une notion
économique mais une aptitude à développer toute sa
vie, indispensable à tous. Le jeune entrepreneur doit oser
malgré le climat de crise économique, tout en se montrant
raisonnable, en demandant l’aide de professionnels et
des accompagnateurs publics. » Mesurer les risques et
rester réaliste. Loïc Mahaux et ses deux millions de chiffre
d’affaires ne le formuleraient pas autrement.
David De Matteis
Débat
> Les propos tenus dans cette rubrique n’engagent que leurs auteurs
Il importe donc d’être vigilants sur les lois et programmes
liés à l’emploi qui sont votés au niveau belge ou européen.
Le Conseil a donc émis en octobre 2010 un avis sur l’emploi
des jeunes où diverses recommandations relatives aux
stages et contrats précaires sont présentées. Au niveau
européen, il se joint aux demandes du Forum Européen
de la Jeunesse afin de protéger le statut des stagiaires au
niveau européen, au moyen entre autres de l’adoption
à grande échelle la Charte européenne de qualité sur les
stages et l’apprentissage.
La stratégie UE2020 et son action Youth on the move, qui
semble avoir pour vocation de relever le défi du chômage
des jeunes au sein de l’Union Européenne, ne dit pas
grand-chose au sujet des stages. Mais comment l’Europe
peut-elle développer une économie dite durable si la
nouvelle génération de jeunes se doit d’enchaîner contrats
précaires, stages non rémunérés et contrats de courte
les réseaux sociaux
www.colloque-numerique.com
Puisqu’on est jeunes et fous,
Puisqu’ils sont vieux et cons*
Quand j’ai découvert Internet, il fallait un cd-rom
pour se connecter, la vitesse était de 56 kbit/s et la
facturation se faisait à la minute. La première chose
que j’ai faite fut de me créer un pseudonyme et
d’aller voir si les photos de filles dénudées dont me
parlaient mes copains existaient bel et bien. Et elles
existaient. Internet avait commencé à révolutionner
mon monde. Nous étions en 1995, j’allais avoir 18
ans. Je fais partie de la génération Matrix, celle qui a succédé
à la génération Star Wars. Je ne suis ni ingénieur
informaticien, ni codeur. Mais j’aime la technologie
Vous pouvez aussi imaginer le paquet d’insultes, de
propos haineux, de fautes d’orthographe, d’égoïsme et de
rancœur que je peux voir passer. J’ai d’ailleurs longtemps
cru qu’il y avait plus de cons en ligne que dans la réalité.
Sauf que le virtuel fait désormais partie intégrante du réel.
Et qu’un con reste un con, devant un écran ou accoudé
au bar (voire les deux en même temps). Chaque jour des
mecs tuent leur femme avec un marteau. Faut-il pour
autant en interdire la fabrication et l’usage ? Non. Mais
il faut sans doute avoir déjà essayé de construire quelque
chose avec un marteau et s’être tapé une ou deux fois
sur les doigts pour comprendre tout l’intérêt d’un usage
réfléchi de l’outil.
Et bien Internet, c’est pareil.
La technologie et les réseaux s’insinuent en nous, par tous
nos pores (ports ?), de plus en plus profondément. Ils sont
en train de faire muter notre ADN et, oui, nous sommes
sans doute en train de vivre la plus importante accélération
technologique de l’Histoire. Un peu comme si l’on
découvrait le feu et la péniciline toutes les 10 minutes.
Est-ce un bien? Est-ce un mal ? Là n’est pas la question
et il y aura toujours quelqu’un pour vous dire que «c’était
mieux avant».
la nécessité s’en fait sentir ? On est même fiers quand,
jeunes parents, on assiste aux débuts de nos pupilles,
combiné collé à l’oreille : « Allo Papy, tu fais quoi… ? ».
Pourquoi alors envisager plus volontiers un article sur les
« Dangers de l’Internet », qui n’est finalement qu’un
autre outil ? Le début de réponse est évident : ce que
l’on connaît mal fait peur ! La nouveauté, c’est toujours
déstabilisant. Surtout si l’on prend en compte tout ce
qui se dit, et notamment dans les mass médias1, sur la
tendance du moment : les réseaux sociaux… Facebook
en particulier ! Du diable, le mot est lâché !
www.48fm.com
Du diable, Internet !
Ecrire en contrepoint de l’article de Damien Van
Achter n’est pas simple si, comme lui, on est
convaincu du bien fondé des nouvelles technologies.
Mais il ne faut pas se leurrer : utiliser Internet fait
courir des risques… Sans doute faut-il apprendre à
vivre avec, en développant des usages responsables
et citoyens. Néanmoins, fallait-il, hier, se passer du
téléphone ? Et aujourd’hui des réseaux sociaux ?
Sans doute que non.
Un article sur les dangers du courrier postal ou les
risques d’un coup de téléphone ferait sourire... car ces
technologies sont passées dans les usages de telle manière
que l’on en a tous une maîtrise suffisante. Et les risques
encourus (mais en avons-nous encore conscience ?) sont
acceptés, compte-tenu des avantages que ces deux outils
de communication nous apportent au quotidien. Qui
refuserait les services de la Poste ou du téléphone quand
Songez donc… Les services secrets n’auraient même
plus besoin de pister les gens, c’est chacun qui, dans
un exhibitionnisme naïf, livrerait à la planète entière les
côtés les plus intimes de son quotidien. Si un employeur
potentiel, ou pire, un pervers mal intentionné, devait nous
confronter à la somme des indiscrétions révélées sur la
toile2… la plupart d’entre nous se retrouveraient dans la
peau de Marc L. exhibé dans un article du Magazine « Le
Tigre » : tout son profil Google publié… pour lui faire la
leçon sur son manque de réserve ! « Bon annniversaire,
Marc. Le 5 décembre 2008, tu fêteras tes vingt-neuf ans.
Tu permets qu’on se tutoie, Marc ? Tu ne me connais pas,
c’est vrai. Mais moi, je te connais très bien. 3».
Pourtant, Marc L. confronté à son portrait numérique
ainsi reconstitué n’est pas atterré. Il justifie son usage
franc et ouvert de l’Internet en revendiquant le droit de
s’exposer et de gérer sa vie publique. Tant qu’à avoir
une identité en ligne, puisqu’on est tous des personnes
publiques aujourd’hui, qu’on le veuille ou non, autant
construire soi-même sa réputation numérique. Il est donc
bien nécessaire d’acquérir la maîtrise technologique
d’Internet et des réseaux sociaux, comme hier on a appris
à se servir correctement de la poste ou du téléphone
Ce qui mérite par contre de retenir notre attention, c’est
de veiller à ne jamais céder à la tentation du binaire,
du 0 et du 1, dans nos relations avec nos semblables.
Si, pour être efficaces les ordinateurs doivent se parler
dans ce langage, les hommes ont quant à eux besoin,
pour s’épanouir, de pouvoir nuancer le blanc et le noir en
différents niveaux de gris. Chacun devra donc développer
différents usages de ces nouvelles technologies, selon
ses facultés et ses envies, selon son besoin plus ou moins
grand de partager avec les autres de vrais morceaux de
sa vie. Être soi, c’est réussir à maintenir un subtil équilibre
entre toutes les perceptions que nous avons, et que les
autres ont, de nous-mêmes. Être responsable, c’est agir
en ligne comme on le ferait à table ou dans la rue.
Il n’y a pas de baguette magique et la seule façon
d’avancer, c’est de ne pas hésiter à poser des questions.
Il n’y en a définitivement aucune qui ne mérite pas d’être
posée. Et Michel Berhin, au sein de Media Animation, et
d’autres pédagogues vous le diront, les seules bonnes
réponses que vous trouverez le seront par vos propres
moyens, grâce à vos potes, vos profs ou votre mère, via
Google, Facebook ou sur Twitter.
Je n’ai que 34 ans et j’espère que cet article ne fait pas
déjà de moi un vieux fou. Ceux qui le pensent n’auraient,
de toute façon, qu’à moitié raison !
Damien Van Achter
Journaliste et développeur éditorial chez 22Mars/Owni.fr
* Titre librement inspiré d’une chanson de Damien Saez
(c’était des technologies plus simples, il est vrai !). C’est
ce que l’on nomme l’Éducation aux Médias… si, à la
maîtrise du fonctionnement, on ajoute surtout une
réflexion responsable et critique sur les usages. L’Internet
et les réseaux sociaux permettent-ils de tromper les gens ?
Oui, bien sûr, comme il peut y avoir de la mystification par
téléphone interposé. Y a-t-il intrusion des réseaux sociaux
dans la vie privée ? C’est possible, si on ne prend pas garde
à ce que l’on publie, si on ne paramètre pas correctement
son profil d’utilisateur… Pourtant, ces prudences
élémentaires ne suffisent pas, car une fois publiée, toute
info (texte, image, son, vidéo…) est aisément dupliquée,
republiée dans d’autres contextes à destination de publics
qui n’étaient peut-être pas ceux à qui l’on destinait
initialement cette « confidence ». Il faut être lucide : si on
publie quelque chose par la voie de son ordinateur, il faut
être prêt à en assumer la publicité, même involontaire,
sur la place numérique publique. Même si chacun dispose
d’un droit à la vie privée et s’attendrait légitimement au
respect de la confidence faite, il ne faut pas perdre de
vue que devoir déposer plainte pour manquement à ces
principes ne pourrait se faire qu’une fois le tort commis.
Autant prévenir en pratiquant de façon réfléchie !
Michel Berhin
Chargé de mission en éducation aux médias à Média
Animation ASBL
S’adressant de façon généraliste au grand public, ils travaillent souvent
par simplification et dramatisation… Cela fait vendre et cela relaie, en
les amplifiant, des peurs collectives… Or, les gens aiment retrouver dans
l’opinion publique des échos de ce qu’ils pensent eux-mêmes.
2
« A l’insu de notre plein gré » selon la formule consacrée et fort à propos ici
3
Article disponible en ligne : http://www.le-tigre.net/Marc-L.html à propos
du n° 28 paru en nov-déc 2008.
1
9
opinions
À vous la
Les voix de l’audimat sont
impénétrables
Culture
Service public, service compris ?
Coup de tonnerre dans le paysage audiovisuel
belge. Une nouvelle émission de téléréalité fera son
apparition dans quelques semaines. Et contrairement
à ce que l’on pourrait penser, ce n’est pas sur RTLTVI que sera diffusée The Voice, mais bien sur la ...
RTBF ! Une nouvelle qui a suscité l’émoi chez certains
téléspectateurs.
« Big Brother, on n’aura jamais ça chez nous ! », clamaient
en chœur les grands patrons de télévision français en 1999.
Le premier show de téléréalité défrayait la chronique aux
Pays-Bas, suscitant l’indignation un peu partout ailleurs
en Europe. Quelques Loft Story et autres Star Academy
plus tard, on constate que ces promesses n’ont pas été
tenues. Pire, la téléréalité, déjà omniprésente dans le privé,
s’invite maintenant sur les chaînes publiques ! Nos voisins
français ont déjà pu découvrir la téléréalité made in France
2 avec Une semaine sans les femmes, une show dans
lequel les femmes « désertaient » leur village, laissant leur
mari se débrouiller avec les tâches ménagères. Si France
Télévisions se défendait en évoquant un docu-fiction, la
ressemblance avec les programmes des rivaux de TF1 et
M6 était flagrante. La Belgique ne reste pas sur la touche :
d’ici la fin de l’année, les téléspectateurs belges goûteront
aux joies de la Real-Tv grâce à The Voice. Ce télé-crochet
musical comparable à La Nouvelle Star (tiens, ils ont
même repris Lio dans le jury...) inaugure une nouvelle
page dans la programmation èrtébéenne.
En rachetant le format de The Voice à Endemol, déjà
« coupable » de crimes télévisuels tels que Secret Story et
La Ferme célébrités, la RTBF n’a pas réjoui tout le monde.
Beaucoup s’interrogent sur la place de telles émissions
sur une chaîne censée remplir une « mission de service
public ». Un petit coup d’oeil à la Charte de l’identité et
des valeurs de la RTBF vaut le détour. On découvre que le
groupe « vise l’enrichissement durable, culturel et citoyen
de notre communauté et de ses membres. » Plus loin, il
s’engage à ce que « ses programmes apportent, dans
chacun des domaines de l’activité, de la pensée et de la
création, des connaissances qui aident tout être humain
à comprendre le monde qui l’entoure. » Si tous les goûts
sont dans la nature, on a quand même du mal à gober
qu’un programme comme The Voice puisse véritablement
remplir ce contrat.
On comprend en tout cas directement un des grands
intérêts de l’émission pour la chaîne en surfant sur son
site officiel. Sur la page d’accueil, ce sont deux grandes
bouteilles d’une célèbre boisson gazeuse d’Atlanta qui
vous accueillent. Et avant chaque vidéo, vous avez droit à
un petit spot publicitaire en prime. Nul doute également
que le show sera entrecoupé de multiples pubs qui
rapporteront certes gros à la RTBF mais l’éloigneront
de cette fameuse mission de service public. Si l’on peut
comprendre et saluer les efforts qu’entreprend la chaine
publique pour rattraper son retard sur son concurrent RTL,
doit-on véritablement accepter de voir la chaîne « vendre
son âme au diable » ? Il reste à espérer que le public ne
tombera pas dans le panneau... ou préférera la version
française. Il y a qui dans le jury belge ? Lio et Quentin
Mosimann (Star Ac’ 7). Et en France ? Florent Pagny et
Sharleen Spiteri (Texas). Ah...
Aurélie Herman
parole !
Le Conseil de la Jeunesse a été chargé par la Ministre
Huytebroeck de consulter les jeunes sur le Plan
Jeunesse, ce plan transversal qui a pour objectif de
coordonner les politiques à destination des 12-25
ans. 700 jeunes ont déjà pu donner leurs priorités
et proposer des pistes d’action. Voici quelques
extraits de leurs recommandations à la Ministre de
la Jeunesse...
Vera – 19 ans
Améliorer l’offre des transports
en commun pour une meilleure
mobilité des jeunes
Que ce soit dans les universités, dans les hautes écoles
ou dans les écoles secondaires, le rôle du délégué de
classe est primordial mais pourtant pas toujours bien
défini. Nous avons donc demandé à quelques jeunes
de l’enseignement secondaire de s’exprimer sur la
question.
Pour Ivan, élève de 17 ans à Liège, « il est indispensable
d’avoir des délégués investis pour le bon fonctionnement
du dialogue dans l’école. Un bon délégué de classe doit
représenter les élèves, et ne pas prendre son rôle à la légère. L’avis qu’il doit transmettre au Conseil des délégués
est celui de la classe et il doit le défendre. »
10
Dans l’enseignement secondaire, l’école est tenue
d’organiser des élections de délégués dans toutes les
classes. Avec le décret Missions, les Conseils de délégués
constituent une avancée significative au niveau de la
démocratie dans les écoles. Cependant, l’école doit encore relever un grand défi : laisser les jeunes être de véritables acteurs au sein de leur école. Dans ce cadre, le
CEF (Comité des Élèves francophones) a comme projet
d’informer les élèves sur l’importance, le rôle et les objectifs du conseil des délégués.
Il reste du pain sur la planche…
Que ce soit au niveau des élections, où pendant leur mandat, être délégué de classe prend souvent une allure de
parcours du combattant.
Le processus d’élection des délégués laisse encore souvent à désirer dans pas mal d’écoles. En effet, la figure
du délégué de classe n’a pas toujours la cote. Il arrive
même que celui-ci soit simplement désigné par la classe
par faute de candidats et d’intérêt pour l’enjeu. « Étant
Opinions
Agenda Jeunesse Match d'impro par la FBIA (Championnat)
Le Samedi 17 décembre 2011
LAEKEN - Cité culture
Infos : www.fbia.be ou 02/672 93 25
art
La B.A.F.
Espace collectif de créations multiples
Stage de sensibilisation aux droits de
l'enfant pour les 15-20 ans
Du 03 au 06 janvier 2012
LIEGE - Auberge de Jeunesse Georges Simenon
Infos : gregory.jac@cfwb.be ou 02/413.29.44
Formation à l'animation de créations
théâtrales collectives (CFA)
Manon – 18 ans
Créer sur les campus de toutes
les écoles un espace sportif et un
centre d’info-sport
Tiffany – 19 ans
Diminuer les coûts d’accès aux
lieux culturels et artistiques pour les
jeunes.
Giuseppe – 19 ans
Donner des cours d’auto-école
dans les écoles et surtout en
diminuer le prix
Dès janvier 2012
BRUXELLES
Infos : info@cfaasbl.be ou 02/511.25.86
Consultation Plan Jeunesse
Du 15 au 31 janvier 2012
Sur le site www.conseildelajeunesse.be
Infos : catherine.demonty@cfwb.be
ou 02/413.29.30
Conférence : "le phénomène des bandes :
comprendre et agir " (Université de Paix)
Le mardi 7 février 2012
NAMUR - Bd du Nord, 4
Infos : info@universitedepaix.be ou 081/55.41.40
Khephren – 17 ans
Diminuer le coût des loyers pour
les étudiants
L’école n’aide pas les délégués de classe
Être à l’écoute de tous les avis, informer les élèves sur les
décisions et projets de l’école, porter la voix des jeunes
auprès des professeurs et de la direction, voilà les qualités d’un bon délégué de classe selon Julien, un élève de
16 ans à Bruxelles : « Les élèves ont leur mot à dire sur
le fonctionnement de l’école. C’est vraiment important
qu’ils puissent aussi s’approprier leur lieu de vie et créer
un climat dynamique au sein de leur école. »
Culture
JEF 1 9 d ecembre - j anvie r - fe vrie r
donné que quelqu’un doit bien le faire… le délégué est
celui qui s’y colle ». Le CEF veut évidemment dénoncer
ce genre de méthodes peu démocratiques et citoyennes.
Au-delà de ce constat, beaucoup de jeunes deviennent
aussi délégués parce qu’ils veulent s’activer dans la vie et
l’organisation de leur école. Mais très vite, la réalité les rattrape. Combien de jeunes se retrouvent parachutés dans
des conseils de participation à devoir s’exprimer sur des
sujets délicats voir incompréhensibles, comme des dossiers administratifs aux termes techniques et abstraits !
D’ailleurs, ces conseils passent souvent à côté des réelles
préoccupations des jeunes. Trop souvent, les délégués
de classe se retrouvent seuls face à leurs difficultés car ils
manquent cruellement d’un espace pour développer une
réflexion approfondie sur leur rôle et leur utilité.
Le fait est que, dans le système scolaire actuel, l’école envoie des messages contradictoires aux élèves. D’un côté,
elle veut donner plus de libertés aux élèves, et qu’ils aient
droit à la parole au sein de l’école ; et d’un autre côté,
elle donne un cadre extrêmement étriqué dans lequel
ils peuvent le faire. Comment ose-t-on parler de liberté
d’expression quand un jeune se fait renvoyer de son école
pour avoir fait signer une pétition à ses camarades de
classe ?
Pour le CEF, l’école n’a pas à craindre que des jeunes
aient des choses à dire et puissent avoir une opinion. Ils
vivent et évoluent dans l’environnement scolaire pendant
plus de 40h par semaine, ils doivent donc avoir le droit de
s’exprimer librement dans leur cadre de vie.
Alice Verlinden (membre du CEF)
Projets internationaux Quinoa :
soirées d'infos
Du 15 au 23 février 2012
BRUXELLES – LLN – LIEGE – NAMUR
Infos : margot@quinoa.be ou 02/893.08.70
Opération Arc-en-Ciel :
récolte de vivres non-périssables pour les
associations d'enfants
© http://brusselsartfactory.be
La Brussels Art Factory (BAF) est un projet nouveauné dans le paysage artistique et culturel de la capitale
belge. La BAF a pour objectif d’offrir des ateliers et
espaces d’exposition permettant aux jeunes artistes
de se rassembler et de promouvoir ensemble leurs
créations. Pilotée par trois jeunes et soutenue par
Smartbe, l’organisation a officiellement ouvert
ses portes il y a quelques mois avec une première
exposition réunissant déjà une trentaine d’artistes.
Regroupés autour d’une Charte communautaire, les
résidents de la BAF s’engagent à y installer leur atelier sous
le signe de « la création, la rencontre, la mutualisation,
l’intersection, le respect, l’écoute, la tolérance, la solidarité,
la diversité, l’égalité, l’échange, le durable, l’éthique et la
dynamique de groupe ».
Concrètement, la Brussels Art Factory est une organisation
qui met à disposition des ateliers pour artistes de diverses
disciplines et qui s’occupe également d’organiser des
expositions en vue de promouvoir ses locataires. Le projet
est né de trois artistes souhaitant trouver une réelle
structure de travail et de création. Après trois ans de travail
et avec le soutien de la SMartbe, la BAF a désormais ouvert
ses portes au 82 rue Coenraets (Bruxelles) comptant déjà
une trentaine d’artistes déjà résidents.
Les artistes de la BAF | design : Doll Mops et Magali
Cadelli | mode et stylisme : Sophie Corouge, Gaia
Schwarzenberg et Valeriane Tramasure | Musique : Prince
Off | peintres et plasticiens : Alexandra Dieu, Angelo Vullo,
Art-JJB, Benjamin Gurickx, Clyde Knowland, Coralie van
Caloen, Emmy Rudy, Flora Hubot, Jerôme Déser, MarieMathilde, Merab Surviladze, Eddy Murangwa Vivier, Nico
Dec, Nina Junker | photographie : Alexis Gaillard, Bagrad
Badalian, Frame Up, Georges Moleghem, Ilan Weiss,
Miguel Moran, Noémie Nicolas, Stephan de Broyer,
Wanaga | SFX : Ladiesmonsters | video : Alexia de Ville,
Amandine Servranckx, Frédérique de Montblanc, Full
Tunes Production, Olivier Jourdain, Squarefish | web
edition : Onlit.
Alliant l´Art, la rencontre, la mise en réseau, l´Humain
et l´émergence de dynamiques artistiques, la BAF offre
une plateforme originale de création, une sorte de hub
artistique et culturel permettant aussi la possibilité d’un
travail interactif et collectif. L’organisation se définit ellemême comme « un centre de production et de distribution
artistique pluridisciplinaire indépendant et apolitique » et
se donne essentiellement un rôle de centralisateur et de
facilitateur pour ses artistes.
Priscilla de Radigues
Contact : pierre.pevee@gmail.com
BrusselsArt Factory
Rue Coenraets 82 1060 Saint-Gilles, Belgique
Samedi 10 et dimanche 11 mars 2012
Infos : info@arc-en-ciel.be ou 02/675.73.11
concours
Quand aura lieu le stage de sensibilisation aux droits
de l’enfant pour les jeunes ?
À gagner : Un tee-shirt du Conseil de la Jeunesse.
La réponse se trouve dans ce numéro !
J’ai eu l’occasion de rencontrer Hergé de mon vivant.
La Princesse Astrid interviewée lors de la sortie officielle
du film « Tintin et le secret de la Licorne »
Radio Contact - 21 octobre 2011
Les gagnants seront tirés au sort parmi les réponses correctes reçues à
conseil.jeunesse@cfwb.be avant le 28 février 2012.
Résultats du concours Jef n°18:
L’une des mesures sécuritaires dénoncée par le Conseil de la Jeunesse était
la proposition d’un stage à l’armée pour les jeunes délinquants
Félicitations à Christelle qui a remporté une entrée pour l’exposition
be.WELCOME 2
C’est une nouvelle pop star, c’est bon pour la
Belgique. Je trouve qu’il est une icône, comme Mireille
Mathieu est l’icône de la France. Il est gay, moi je suis
lesbienne, c’est formidable, non ?
Description d’Elio Di Rupo par le chanteur
Arno
La Libre Belgique, 7 décembre 2011
11
CULTURE
JEF 1 9 d ecembre - janvier - fevrier
Projet Artistique
Culture
Eclairagiste de théâtre depuis l’école secondaire, c’est
à l’âge où l’on choisit ses études que la photographie
s’est imposée à moi, tel un « accident de parcours ». Par
la suite, j’ai développé une passion à toute épreuve pour
le reportage documentaire. Ce qui m’intéresse, ce sont
les gens et raconter leurs histoires. Je prends le temps
d’observer et de me faire oublier. Je me considère comme
un passeur d’images.
Mes derniers travaux personnels m’ont mené à plusieurs
reprises en Inde autour de thèmes aussi divers que
l’exil, la tuberculose ou « La Route Gelée ». Je prépare
actuellement un sujet sur la renaissance de la ville de
Detroit (USA) pour laquelle j’ai récemment eu un coup
de cœur. Dès que le financement sera bouclé, je repars
en reportage. J’y ai déjà capturé une première série
d’images en mai dernier. Elles sont visibles sur mon site
Internet ‘nouvelle mouture’! Je vous invite à venir vous y
perdre…
> www.jonathanberger.be
théâtre
Papa qui rit. Papa qui pleure.
Depuis la rentrée, j’ai pris un abonnement au Théâtre
de Poche. Un bon moyen d’aller au théâtre de manière
régulière, sans avoir à trop réfléchir : les dates sont
fixées, le programme choisi... « Y’a plus qu’à ! » Ce moisci, l’affiche était consacrée à une pièce de Julie Annen
intitulée « Les Pères ».
Trois hommes en scène nous livrent ainsi des confidences,
pensées, émotions, questions, incompréhensions, choix
et opinions de pères. Pas de censure, il s’agit de dire le
« vrai » de la paternité. Les témoignages se suivent, se
croisent, s’entremêlent et ne se ressemblent pas.
Mon avis sur la pièce ? Je ne suis pas père, certes. Je ne
le serai jamais, c’est certain. Mais écouter ces histoires
de pères, qu’ils soient papa-gâteau, papa-incompris ou
papa-à-distance, ne m’a pas laissée de marbre. Bien au
contraire. J’ai ri, j’ai acquiescé, j’ai écrasé quelques larmes
mais surtout, surtout, j’ai quitté le théâtre le sourire aux
lèvres. Et depuis, je me dis... « Qu’est-ce que j’ai du lui en
faire voir, au mien, de père !! ».
« Avant de sauter vers… le reste d’une vie à te relever »
Alors si vous l’avez manquée au Poche,
découvrez la pièce à l’Espace Delvaux du 30
janvier au 11 février 2012.
Infos et réservations > www.lavenerie.be
Allez faire un tour sur le blog (lesperes.over-blog.com) qui
accompagne la pièce pour lire ces dizaines d’histoires
de papas ou, vous aussi, y partager la vôtre. Chaque soir,
en fin de spectacle, un témoignage est lu par l’un des
comédiens.
Quant à la prochaine pièce promise par mon abonnement,
elle s’intitule « Invasion »... Un texte impertinent, politique,
drôle, existentiel, haletant et émouvant (source : www.
poche.be).
Et ça, ça promet encore de belles surprises !
Céline Vander Sande
Jef est une publication trimestrielle gratuite du Conseil de la Jeunesse
> www.conseildelajeunesse.be
Éditeur responsable Géraldine Motte
Boulevard Léopold II, 44 – 1080 Bruxelles
conseil.jeunesse@cfwb.be
Rédacteur en chef
Géraldine Motte
02/413.29.41 ou geraldine.motte@cfwb.be
Secrétaire de rédaction
Joachim Wacquez
02/413.28.98 ou joachim.wacquez@cfwb.be
Ont collaboré à ce numéro
Michel Berhin, Mélisa Blot, Amandine Colin, Gilles Corbiau, Stéphane
Culot, David de Matteis, Priscilla de Radiguès, Vanessa Gohy, Aurélie
Herman, Delphine Le Maire, Isabelle Letawe, Géraldine Motte, Marina
Sargsyan, Damien Van Achter, Céline Vander Sande, Alice Verlinden,
Joachim Wacquez.
Illustrations
Patrick Derenne, Tom Grimonpre.
Conception graphique
Abrakam
www.abrakam.com
Mise en page
Jen Berger.
Distribution et abonnements
Lee Baudelet
02/413.29.30 ou conseil.jeunesse@cfwb.be
Pour soutenir le projet : 001-1044996-91
Imprimé à 18.500 exemplaires à l’imprimerie Sodimco à Bruxelles.
Avec le soutien du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.
12
Culture
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising