Formulaire de proposition d`inscription

Formulaire de proposition d`inscription
REGISTRE MÉMOIRE DU MONDE
FORMULAIRE DE PROPOSITION D'INSCRIPTION
REF N° 2004-11
PARTIE A - INFORMATIONS ESSENTIELLES
1.
RÉSUMÉ
L'Évangile de Miroslav, manuscrit datant de 1180 environ illustré de miniatures d'une beauté
exceptionnelle, est représentatif d'un groupe de manuscrits enluminés dont l'iconographie et le style
particuliers résultent de la fusion d'éléments occidentaux (Italie) et orientaux (Byzance). Ce texte
serbe, dont l'ornementation est celle d'autres textes slaves orthodoxes et le style celui de miniatures
provenant des scriptoria du centre de l'Italie, constitue l'un des plus importants témoignages des
échanges d'influences artistiques entre l'Orient et l'Occident. L'Évangile de Miroslav présente une
structure liturgique et marque une étape importante dans le développement de l'orthographe alors en
usage dans la région de Raška, dont l'importance dépasse le cadre de la Serbie médiévale. Ce
précieux document (parchemin et dorures) est dans un état de conservation presque parfait et atteste
du pouvoir qui était conféré aux princes chrétiens des Balkans à la fin du XIIe siècle. Son style, qui
mêle des influences occidentales et orientales, en fait un manuscrit unique en son genre dans la
région ainsi que dans le monde. La beauté et le caractère unique de l'Évangile de Miroslav
exerceront par la suite une influence sur d'autres manuscrits de la région ainsi que dans toute
l'Europe médiévale. Ce manuscrit constitue le document le plus précieux et le plus important du
patrimoine culturel de la Serbie.
2.
INFORMATIONS SUR L'AUTEUR DE LA PROPOSITION
2.1
Nom (personne physique ou morale)
Commission nationale de Serbie-et-Monténégro pour l'UNESCO
Président : M. Jovan Ćirilov
Musée national, Belgrade
M. Milorad Živković, Secrétaire
Mme Aleksandra Nitić, Conservateur
Mme Branka Ivanić, Conservateur principal
2.2
Relation avec l'élément considéré du patrimoine documentaire
Le Musée national de Belgrade est l'institution chargée par la loi de la République de Serbie
d'assurer la préservation de l'Évangile de Miroslav et sa présentation au public. Cette même loi
place la conservation de l'Évangile de Miroslav sous la responsabilité de la Bibliothèque nationale
de Serbie.
-22.3
Personne(s) à contacter
Comité national "Mémoire du monde"
Président : Mme Vesna Injac
2.4
Coordonnées complètes (adresse, téléphone, fax, adresse électronique)
Mme Vesna Injac
Directrice adjointe
Bibliothèque nationale
Belgrade 11000
Skerliceva 1
Serbie-et-Monténégro
Téléphone : (++ 381 11) 451 750
Fax : (++ 381 11) 451 289
e-mail : injac@nbs.bg.ac.yu
3.
IDENTITÉ ET DESCRIPTION DE L'ÉLÉMENT DU PATRIMOINE DOCUMENTAIRE
3.1
Nom et identification de l'élément
Évangile de Miroslav, manuscrit datant de 1180
Pays : Serbie-et-Monténégro
État : Serbie, ville de Belgrade
Adresse : Trg Republike 1a, Belgrade 11000, Serbie-et-Monténégro
Nom de l'institution : Musée national de Serbie, Belgrade
3.2
Description
L'Évangile de Miroslav est conservé au Musée national de Belgrade sous le numéro de
catalogue 1536. L'une de ses pages, le feuillet n° 166, est conservé à la Bibliothèque nationale de
Saint-Pétersbourg. L'Évangile de Miroslav, qui mesure 42,8 x 28,5 x 7,5 cm, est rédigé sur
parchemin. Il se compose de 181 feuillets dont chacun mesure environ 41,5 x 28,5 cm. La reliure du
manuscrit est constituée de cuir, de bois et de clous.
L'Évangile de Miroslav, le plus ancien manuscrit enluminé serbe conservé, est un évangéliaire
dont les textes sont présentés selon un plan de lecture annuel. Il a été réalisé à la demande de
Miroslav, Prince de Hum, comme l'indique l'inscription figurant sur le dernier feuillet (feuillet
n° 181r) qui permet de dater le livre aux alentours de 1180. L'inscription évoque également le nom
de Grigorije, probablement l'enlumineur, dont la signature apparaît une autre fois dans le livre, cette
fois sous la forme de Gligorije (feuillet n° 178v). L'évangile a probablement été réalisé pour l'Église
Saint Pierre de Bijelo Polje, autour de laquelle la population s'est ensuite établie, sur le territoire du
Prince Miroslav, frère du Grand Joupan (Iupannus) Étienne Nemanja qui régnait sur Hum, territoire
correspondant à peu près à l'actuelle Herzégovine. Cette église est devenue une résidence
épiscopale en 1219.
Une question se pose concernant la datation des 88 premières pages dont les lettres plus
accentuées pourraient laisser penser que cette opération a été effectuée à une date postérieure à celle
du texte original. Néanmoins, l'analyse de l'encre a prouvé que l'écriture du texte et l'accentuation
des lettres étaient concomitantes.
-3Le texte de l'Évangile de Miroslav est rédigé à la plume et à l'encre brune sur deux colonnes
tandis que la plupart des en-têtes sont exécutés à l'encre rouge. Le livre comporte 296 miniatures
dessinées à la plume puis colorées au pinceau en rouge, vert, jaune et blanc avec quelques touches
de doré. Tous les frontispices, à l'exception du premier représentant les évangélistes Jean, Marc et
Luc (feuillet n° 1v), présentent des contours simples et ont été dessinés à la plume. Les lettrines,
réalisées en marge ou entre les colonnes, sont ornées de formes géométriques entrelacées, intégrant
parfois des éléments végétaux composés de fleurs ainsi que des créatures animales réelles et
fantastiques. Certaines sont ornées de figures humaines ou de compositions. Les miniatures les plus
renommées, outre le frontispice de la première page, sont celles représentant avec Jean-Baptiste
(feuillet n° 36v), avec l'évangéliste Marc (feuillet n° 61v), avec Alexandre le Grand (feuillet n° 65v)
et avec Marie-Madeleine (feuillet n° 175v). La lettre "P" ornée de deux oiseaux (feuillet n° 115v)
mérite également d'être mentionnée car elle sert d'emblème au Musée national de Belgrade et est
l'une des plus belles par sa sobriété et son élégance. Certaines miniatures représentant des figures
humaines illustrent le texte qui les accompagne. La taille des lettrines, qui fait parfois jusqu'à une
dizaine de lignes de hauteur, est caractéristique de l'ornementation littéraire romane.
Sur le plan artistique et iconographique, l'exécution de l'Évangile de Miroslav mêle le style
roman à la tradition byzantine. Cette combinaison se retrouve souvent dans les scriptoria du centre
de l'Italie qui ont peut-être constitué une source d'inspiration. L'expression artistique repose
essentiellement sur les lignes et les effets de couleurs, notamment les tons verts et rouges éclairés
par des tons jaunes et dorés.
La reliure en cuir de l'Évangile n'est pas d'origine et date probablement du XIVe siècle. Elle
semble provenir d'un autre manuscrit comme le prouvent sa taille, légèrement inférieure à celle du
livre, et ses caractéristiques techniques et stylistiques. Elle est enluminée par des monogrammes,
des ornementations florales et des cercles concentriques à l'intersection des lignes. D'après les
monogrammes, elle semble avoir appartenu à l'un des monastères du Mont Athos.
4.
JUSTIFICATION DE LA PROPOSITION D'INSCRIPTION/ÉVALUATION
PAR RAPPORT AUX CRITERES DE SÉLECTION
4.1
L'authenticité est-elle établie ?
L'authenticité de l'Évangile de Miroslav, ainsi que son historiographie, ont été établies très tôt
par des experts des manuscrits slaves anciens. L'Évangile a été réalisé à la demande du Prince
Miroslav de Hum vers 1180-1190. Les autres dates connues sont celles de 1845-1846, période à
laquelle l'Évangile de Miroslav était conservé au monastère serbe de Hilandar sur le Mont Athos et
où l'évêque et savant russe Porfirije Uspenski en a arraché une page (feuillet n° 166) pour la
rapporter à Petrograd (Saint-Pétersbourg). Ce feuillet se trouve toujours à la Bibliothèque nationale
de Russie où il peut être consulté par les chercheurs du monde entier dans les salles de lecture,
comme le confirme par courrier le Directeur de la Bibliothèque nationale de Russie à
Saint-Pétersbourg, M. V.N. Zajcev (dont la lettre de soutien à notre candidature est jointe au présent
formulaire). La reproduction de l'ouvrage offerte à l'UNESCO comporte également une
reproduction de cette page.
L'Évangile de Miroslav a été offert au souverain serbe Aleksandar Obrenović lors de sa visite
à Hilandar, ainsi que l'Acte constitutif de Hilandar, en gage de gratitude pour le paiement des dettes
du monastère. Le manuscrit a alors été rapporté à Belgrade. En 1896-1897, il a été transféré à
Vienne pour y être photogravé, opération financée par le roi Aleksandar lui-même. Après
l'assassinat d'Aleksandar Obrenović en 1903, le Ministre serbe de l'éducation, l'érudit Ljubomir
Stojanovic, publia un décret pour que l'Évangile de Miroslav et l'Acte constitutif de Hilandar soient
-4conservés à la Bibliothèque nationale. Néanmoins, il fut impossible de trouver l'Évangile dans les
locaux de la Cour.
Au cours de la première guerre mondiale, lors de la retraite de l'armée serbe, l'Évangile de
Miroslav, retrouvé dans le trésor du roi Pierre Ier de Serbie, a été transporté en Albanie avant d'être
transféré à Corfou en 1916 où il fut conservé à la Trésorerie nationale jusqu'en 1918. Après la
guerre, il a été rapporté à Belgrade et gardé dans la salle des coffres de la Banque centrale nationale.
Le 14 juin 1935, par décret du Ministère des finances, il a été remis au Musée du Prince Paul
(l'actuel Musée national de Belgrade) pour y être conservé en lieu sûr.
Pendant la seconde guerre mondiale, l'Évangile de Miroslav a tout d'abord été transféré dans
le coffre-fort de la Banque nationale à Uzice en 1940 avant que des membres du Ministère des
finances ne le placent, sur ordre du prince régent Paul, au monastère de Rascia en 1941. Il y resta
jusqu'en 1943, date à laquelle il fut transféré à la Banque nationale de Belgrade. Le 19 juin 1945,
dans les locaux de la Banque nationale, il a été remis, sur décret du Ministère de l'éducation, au
Musée des Arts (l'actuel Musée national de Belgrade) pour y être conservé en lieu sûr.
4.2
L'intérêt universel et le caractère unique et irremplaçable sont-ils établis ?
L'Évangile de Miroslav a fait son apparition dans la littérature spécialisée au travers d'études
sur la culture slave. Au cours de la première moitié du XIXe siècle, des érudits étudiant l'écriture et
la langue slaves anciennes dans les bibliothèques des monastères du Mont Athos se sont intéressés à
ce manuscrit de la bibliothèque du monastère serbe d'Hilandar. Pour les premiers chercheurs,
l'Évangile de Miroslav a été une source d'informations sur les caractéristiques de l'orthographe en
usage dans la région de Raška qui était la forme d'écriture cyrillique prédominante. Il a également
apporté de nombreux enseignements sur le choix et la place des textes par rapport à d'autres écrits
liturgiques ainsi que sur l'ornementation dans la tradition des manuscrits slaves.
Ces trois domaines ont joué un rôle décisif dans le choix des sciences utilisées dans les
recherches par la suite. Les études philologiques ont défini l'Évangile de Miroslav comme l'un des
textes fondateurs de l'orthographe en usage dans la région de Raška dont l'influence s'est exercée
sur l'alphabétisation cyrillique du centre et de l'est des Balkans au cours du Moyen Âge. Les études
liturgiques ont conclu que le prototype de ce genre de manuscrits se rattachait au type particulier
d'évangéliaire utilisé dans la Grande Église, Hagia Sophia à Constantinople, ce qui révéla le travail
de cette église dans tout le monde orthodoxe.
Se fondant sur l'évaluation de l'ornementation en général et le style de l'Évangile de Miroslav
en particulier, les historiens de l'art ont considéré ce document comme un témoignage de l'activité
artistique résultant des échanges entre l'Orient et de l'Occident.
De nombreux érudits et chercheurs de renommée internationale ont écrit sur l'Évangile de
Miroslav. Étudiant les lettrines du manuscrit en 1884, F. I. Buslaev a conclu qu'elles étaient typiques
des écrits slaves cyrilliques. Par la couleur, la technique de dessin et l'interprétation de la nature,
elles se rapprochent en effet des réalisations occidentales des XIIe et XIIe siècles. Les analyses
menées par N. Kondakov ont permis de déceler deux couches distinctes dans l'ornementation, l'une
byzantine, l'autre romane (1899).
Les recherches qui ont suivi ont analysé plus en détail les éléments substantiels et stylistiques
du document et mis en évidence des traces de traditions orientales (syrienne, copte, bithynienne) et
occidentales. Depuis les années 30 et 50 du XXe siècle (L. Mirković, S. Radojčić), il est admis que
les modèles ayant influencé l'enlumineur ou les enlumineurs étaient d'origines diverses. Dans la
seconde moitié du XXe siècle, l'empreinte de manuscrits provenant d'Apulie a pu être prouvée
(S. Radojčić, D. Milošević, J. Maksimović). L'influence de ce document sur des enluminures
-5postérieures apparaît dans des manuscrits nettement plus récents de Bosnie et d'Hilandar. Il existe
un rapport entre le contenu du texte et les enluminures dans une trentaine de lettrines environ.
Tous les écrits spécialisés concernant l'Évangile de Miroslav confirment qu'il s'agit d'un
manuscrit unique au monde. Le mélange de styles et de traditions orientales et occidentales ainsi
que l'influence qu'il a exercé par la suite sur d'autres manuscrits et d'autres scriptoria du Moyen Âge
font de l'Évangile de Miroslav un document irremplaçable du patrimoine mondial.
4.3
Un ou plusieurs des critères (a) de l'époque, (b) du lieu, (c) des personnes,
(d) du sujet et du thème, (e) de la forme et du style sont-ils satisfaits ?
(a) L'Évangile de Miroslav date de 1180 comme l'attestent de nombreux experts des manuscrits
médiévaux de renommée internationale.
(b) Cet évangile a probablement été réalisé pour l'église Saint Pierre de Bijelo Polje, autour de
laquelle la population s'est installée, sur le territoire du prince Miroslav, frère du Grand Joupan
(Iupannus) Étienne Nemanja qui régnait sur Hum, territoire correspondant à peu près à l'actuelle
Herzégovine. Cette église est devenue une résidence épiscopale en 1219. En raison de la situation
géographique de la Serbie, les miniatures serbes reflètent les influences réciproques qui se sont
exercées entre l'Orient et l'Occident. Les miniatures de l'Évangile de Miroslav témoignent de ces
échanges.
(c) L'Évangile de Miroslav a été réalisé à la demande du prince Miroslav de Hum entre 1180 et
1190. Une inscription évoque le nom de Grigorije, probablement l'enlumineur des miniatures, dont
on retrouve la signature à un autre endroit dans le livre, cette fois sous la forme de Gligorije (feuillet
n° 178v).
(d) L'Évangile de Miroslav, le plus ancien manuscrit enluminé serbe conservé, est un évangéliaire
dont les textes sont présentés selon un plan de lecture annuel. Il a une structure liturgique et
représente une étape importante dans le développement de l'orthographe alors en usage dans la
région de Raška, dont l'importance dépasse le cadre de la Serbie médiévale.
L'Évangile de Miroslav est rédigé en ancien Slave serbe avec l'orthographe alors en usage
dans la région de Raška (ancienne capitale de la dynastie serbe des Nemanjic).
Les grands philologues donnent une place de choix à l'Évangile de Miroslav en tant que
document à l'origine de l'orthographe de la langue slave ancienne en usage dans la région de Raška
et de l'alphabet qui influencera par la suite l'écriture cyrillique du centre et de l'est des Balkans
pendant toute la période médiévale. Dans l'histoire de l'art, l'Évangile de Miroslav est considéré
comme un document et un témoignage de l'activité artistique d'une importance fondamentale en ce
qu'il fait apparaître les influences réciproques qui se sont exercées entre l'Orient et l'Occident.
L'analyse de ce manuscrit réalisée par N. Kondakov a mis en évidence deux influences (byzantine
et romane) dans l'ornementation. Les recherches menées par la suite ont également permis de
déceler des éléments des traditions d'Extrême-Orient (syrienne, copte, bithynienne) et des cultures
occidentales.
L'Évangile de Miroslav revêt une importance capitale dans la recherche sur les origines et le
type de l'ensemble des évangéliaires slaves (Aprakos). Il fait partie des premiers exemples de textes
rédigés ayant pour caractéristiques l'exactitude et la fidélité par rapport à l'original. Les évangiles de
Mariyin, Asemany et Ostromir appartiennent aussi à cette catégorie.
L'Évangile de Miroslav a longtemps été admiré et imité dans toutes les régions slaves, en
particulier dans les scriptoria de Russie, de Bulgarie, de Hum (actuelle Herzégovine) et de Bosnie.
-6On retrouve dans l'Évangile du Vatican serbe (XIIIe siècle), réalisé à la cour du Prince Ninoslav,
l'influence de l'Évangile de Miroslav dans l'exécution des lettrines et des enluminures.
Les éléments du style roman diocléen présents dans les enluminures de l'Évangile de Miroslav
se retrouvent jusque dans les ornementations de manuscrits bosniaques plus récents. De même,
certains manuscrits du monastère d'Hilandar, sur le Mont Athos en Grèce, datant du XIIIe siècle,
présentent des signes de l'évolution de ce style vers une nouvelle phase de la fin du style roman.
Des éléments du style de la tératologie de l'Évangile de Miroslav ont été découverts dans l'art
bulgare et dans l'art russe des XIIe et XIVe siècles, accréditant ainsi la thèse d'une "première
influence slave méridionale" de la tératologie slave sur l'art du nord-est de l'Europe.
L'Évangile du prince Miroslav de Hum, le plus ancien manuscrit serbe, présente dans son
iconographie et dans son style, outre des motifs byzantins traditionnels, de nombreuses traces d'une
influence occidentale, avec une structure proche de celle développée dans les scriptoria du sud de
l'Italie qui marque une rupture avec la tradition archaïque de l'ornementation des manuscrits
cyrilliques et glagolitiques slaves de l'époque.
En tant que pièce maîtresse de l'histoire de la miniature serbe, l'Évangile de Miroslav a, tout
au long des XIIIe et XIVe siècles, influencé de multiples façons l'ornementation dans la littérature
serbe. Il mérite à ce titre d'occuper une place de choix dans l'histoire de l'art serbe au même titre que
l'église de la Vierge (Bogorodicna crkva) du monastère de Studenica, inscrite au patrimoine mondial
de l'UNESCO.
Le style tératologique des enluminures de l'Évangile de Miroslav, avec ses éléments floraux, a
exercé une grande influence sur les scriptoria du monastère d'Hilandar et de nombreux autres
monastères du Mont Athos en Grèce.
Les enluminures et les lettrines représentant des créatures et des figures humaines fantastiques
entremêlées constituent une ornementation et des dessins rares témoignant du style des peintures
monumentales de la tradition byzantine de l'époque qui s'est développée aux XIIIe et XIVe siècles
dans les scriptoria des monastères de Hilandar, Peć, Dečani et Lesnova.
L'ornementation des livres prestigieux, y compris les enluminures et les lettrines, réalisés pour
la haute noblesse et de l'Église serbes, correspondent parfaitement au classicisme des plus grands
ateliers d'art de la métropole byzantine, dans la tradition des manuscrits de Constantinople des
XIe et XIIe siècles.
S'inspirant du modèle proposé par l'Évangile de Miroslav, les scriptoria de Russie, de Vlaška,
de Moldavie et de Bulgarie ont introduit dans la peinture et l'ornementation des manuscrits des tons
dorés et délicats, des teintes bleues et vertes comme de l'émail. Les manuscrits issus de ces
scriptoria offrent les plus beaux exemples de l'influence du style de l'Évangile de Miroslav.
Les scriptoria de Bosnie et de Hum ont pour leur part produit de nombreux manuscrits dont
les miniatures s'inspirent fortement de l'ornementation archaïque faite de figures tératologiques
entremêlées, qui est caractéristique de l'Évangile de Miroslav.
La rareté et la représentativité de la calligraphie de l'Évangile de Miroslav sont attestées par le
nom donné à une forme moderne de l'alphabet, le style dit "Miroslav". Cet alphabet moderne repose
sur la calligraphie cyrillique médiévale et se prête à l'édition de tous les textes cyrilliques anciens.
(e) L'Évangile de Miroslav est le document le plus représentatif du style né en Serbie à la fin du
XIIe siècle de la fusion des influences italienne et byzantine. Il a eu un impact considérable sur
l'enluminure serbe et bosniaque du XIIIe siècle, mais également des XIVe et XVe siècles. Les pays
slaves orthodoxes (la Serbie, la Bulgarie ainsi que la Russie depuis la fin du XIIe siècle et au
-7XIIIe siècle) ont partagé le même style et la même conception de l'ornementation littéraire dans
laquelle les lettrines étaient prédominantes, suivies de frontispices, tandis que les miniatures
recouvrant une page entière étaient plus rares. Parmi tous les manuscrits enluminés serbes et slaves,
l'Évangile de Miroslav se distingue par son exceptionnelle richesse, la qualité de son ornementation
et la beauté de son écriture. Le mélange des styles roman et byzantin le rapproche de la peinture des
miniatures du centre de l'Italie. La situation géographique de la Serbie a permis à la miniature serbe
d'être au carrefour des influences orientale et occidentale et lui a donné un rôle de médiateur dans
leur expansion comme l'atteste l'Évangile de Miroslav.
L'importance de l'Évangile de Miroslav réside avant tout dans son caractère unique, souligné
par les premiers chercheurs, I. I. Sreznjevski et I. F. Buslaev. Le manuscrit symbolise de la
meilleure des façons l'unification et la synthèse de plusieurs courants artistiques qui étaient alors
prédominants dans les environs de la cité médiévale de Raška. Les caractéristiques du style floral
roman, alors à son apogée, y sont déjà très présentes. Le deuxième courant artistique observable
dans l'ornementation de l'Évangile de Miroslav provient également d'Europe occidentale, en
particulier du Mont Cassin (Italie), dont le style a été repris par les monastères bénédictins de la
partie méridionale du littoral adriatique. Le troisième courant artistique présente des éléments
appartenant aux ateliers byzantins où s'est développée la structure des principales compositions de
l'iconographie orthodoxe présente dans ce manuscrit à travers des fragments de scènes intégrés à
l'ornementation des lettrines. Quant au quatrième courant, il appartient à la tératologie slave dont on
trouve une illustration dans un petit nombre de lettrines de l'Évangile de Miroslav et qui préfigure
l'évolution de l'enluminure dans les Balkans sous la domination turque. Le dernier groupe de
lettrines, mais non des moindres, appartient à un style dit d'origine insulaire. Ce type de lettrines est
apparu dans les scriptoria d'Irlande, puis s'est étendu progressivement à l'Europe au cours des
siècles avant que des moines des villes italiennes du nord de la côte adriatique n'en propagent
l'influence jusque sur le littoral méridional de la Dalmatie qui entretenait alors des relations
politiques et commerciales avec Raška. Ces multiples courants artistiques témoignent, outre de
l'ouverture du scriptorium aux nombreuses influences environnantes, du grand talent du maître qui a
su créer l'unité à partir de matériaux aussi hétérogènes. Toutes les influences qui viennent d'être
citées ont joué un rôle important dans les Balkans au cours des derniers siècles. Outre qu'il les
préfigure, l'Évangile de Miroslav en est la synthèse exemplaire.
Les techniques employées pour la fabrication du parchemin, la reliure en cuir, l'écriture et la
réalisation des miniatures ont été étudiées. Des analyses chimiques ont également été réalisées ainsi
que des comparaisons avec des matières (peintures et livres provenant du Proche et du
Moyen-Orient ainsi que d'Occident). On a découvert que de l'encre à base de tannate de fer a été
utilisée pour le noir (c'est-à-dire les lettres de couleur brune) et du vermillon pour le rouge. La
même encre a servi au contour des miniatures. Les pigments utilisés pour les miniatures étaient le
vermillon, un pigment vert à base de cuivre (probablement du vert-de-gris) et un pigment or pour le
jaune, tandis que le blanc était obtenu avec de la céruse. L'or était également parfois employé pour
les miniatures.
4.4
Des problèmes de rareté, d'intégrité, de menace et de gestion
sont-ils associés à l'élément considéré ?
L'intégrité (c'est-à-dire l'état de conservation) de l'Évangile de Miroslav est remarquable. Tous
les feuillets de l'original sont en excellent état malgré le passage du temps. Un seul feuillet (feuillet
n° 166), conservé à la Bibliothèque nationale de Saint-Pétersbourg, est séparé du reste du manuscrit.
L'absence de cette page dans le manuscrit original, qui est conservé au Musée national de Belgrade,
ne remet nullement en cause l'authenticité du manuscrit non plus que son intégrité. Ce feuillet est
accessible aux chercheurs du monde entier à la Bibliothèque nationale de Russie à
Saint-Pétersbourg. Une lettre de confirmation émanant de la Bibliothèque est jointe en annexe au
présent formulaire. Elle témoigne en outre du soutien de la Bibliothèque nationale de Russie à la
-8proposition d'inscription de l'Évangile de Miroslav au Registre du patrimoine mondial documentaire
"Mémoire du monde" de l'UNESCO.
Il est important de rappeler que les textes destinés aux services liturgiques ainsi que les
inscriptions rédigées par les enlumineurs (y compris l'inscription permettant de dater le document et
les miniatures) sont entièrement préservés.
Le document réglementant les conditions d'accès - Instructions concernant les conditions et
méthodes de protection, de préservation et d'utilisation de la propriété culturelle d'une extrême
importance : l'Évangile de Miroslav - comporte la recommandation suivante en matière de
protection : "L'original de l'Évangile de Miroslav ne doit pas être utilisé pour traitement ou
publication afin d'éviter toute manipulation des matériaux fragiles. Il convient d'utiliser à la place la
documentation photo proposée par le Musée national de Belgrade et la Bibliothèque nationale de
Serbie, ainsi que les éditions photogravées, conformément aux recommandations de l'UNESCO en
matière de protection des manuscrits".
Un projet commun, mené par le Musée national et la Bibliothèque nationale de Serbie, qui a
pour objectif la production d'un CD-ROM et d'une édition Internet est actuellement en cours et
devrait s'achever d'ici à juin 2005. Ces éditions devraient inclure des textes ainsi que des documents
audiovisuels concernant l'histoire, le style, l'importance et le caractère unique du manuscrit. Un
logiciel novateur spécial permettant de "tourner les pages" du manuscrit grâce à une animation
appropriée et offrant différentes options de lecture ainsi qu'un design particulier, a déjà été mis au
point par des informaticiens spécialisés de la Bibliothèque nationale de Serbie. Cette nouvelle
édition en ligne sera accessible au grand public sur les sites Internet du Musée national et de la
Bibliothèque nationale de Serbie.
5.
INFORMATION JURIDIQUE
5.1
Propriétaire de l'élément du patrimoine documentaire (nom et coordonnées complètes)
L'État serbe est le propriétaire légal. Le document est conservé au Musée national de
Belgrade.
Musée national
Trg republike 1a
11000 Belgrade
Téléphone : (++ 381 11) 624 322
Fax : (++ 381 11) 627 721
e-mail : na.muzej@Eunet.yu
5.2
Dépositaire de l'élément du patrimoine documentaire (nom et coordonnées complètes, si
le dépositaire n'est pas le propriétaire)
Mme Aleksandra Nitić, conservateur
Mme Branka Ivanić, conservateur principal
Musée national
Trg republike 1a
11000 Belgrade
Téléphone : (++ 381 11) 624 322
Fax : (++ 381 11) 627 721
e-mail : na.muzej@Eunet.yu
-95.3
Statut juridique
(a)
Régime de propriété : public - propriété culturelle de l'État.
Le cadre juridique et administratif de la protection de l'Évangile de Miroslav est fixé par la
Loi sur la propriété culturelle (Journal Officiel de la République de Serbie, 22 décembre 1994) ainsi
que par les "Instructions concernant les conditions et méthodes de protection, de préservation et
d'utilisation de la propriété culturelle d'une extrême importance - l'Évangile de Miroslav" - (Journal
Officiel de la République de Serbie, 28 septembre 2001). Les devoirs des conservateurs et des
membres du service de sécurité du Musée national de Belgrade sont énoncés dans un manuel
d'utilisation et de conservation en lieu sûr des clés du trésor et du coffre contenant l'Évangile de
Miroslav (Archives du Musée national de Belgrade, N° 26/94 daté du 28 août 2001). L'Évangile de
Miroslav a été déclaré propriété culturelle d'une extrême importance dans la catégorie des livres
rares et anciens considérés comme propriété culturelle par le Décret sur la Proclamation des Livres
Rares et Anciens d'une extrême importance (Journal Officiel de la République de Serbie, N° 54 daté
du 29 décembre 1979, article 484). L'institution centrale chargée de la protection des livres rares et
anciens est la Bibliothèque nationale de Serbie (Loi sur la propriété culturelle, Articles 74 et 83).
(b)
Accessibilité : Les conditions d'accès sont réglementées par les Instructions concernant
les conditions et méthodes de protection, de préservation et d'utilisation de la propriété
culturelle d'une extrême importance - l'Évangile de Miroslav.
(c)
Droit d'auteur : Les droits d'auteur sont soumis à la Loi sur la propriété culturelle
(article 73) qui exige l'autorisation du Ministère de la culture de la République de
Serbie.
(d)
Administration responsable : Le Musée national de Belgrade est chargé d'assurer la
conservation de l'Évangile de Miroslav, tandis que la Bibliothèque nationale de Serbie
en assure la préservation et la restauration.
6.
PLAN DE GESTION
6.1
Existe-t-il un plan de gestion de l'élément du patrimoine documentaire ? OUI
• Conditions d'accès : les procédures et conditions d'accès sont fixées par les Instructions
concernant les conditions et méthodes de protection, de préservation et d'utilisation de la
propriété culturelle d'une extrême importance - l'Évangile de Miroslav et Le manuel
d'utilisation et de conservation en lieu sûr des clés du trésor et du coffre contenant
l'Évangile de Miroslav.
• Budget de conservation : le budget de la conservation est inclus dans le budget global du
Musée national de Belgrade, qui est financé par l'État.
• Personnel en charge de la conservation : Aleksandra Nitić, conservatrice, historienne de
l'art, Musée national de Belgrade ; Branka Ivanić, conservatrice principale, historienne de
l'art, Musée national de Belgrade ; Zoran Pekić, conservateur, Bibliothèque nationale de
Serbie ; Zoran Pavlović, conservateur, archéologue, Musée national de Belgrade.
Le cadre juridique de la conservation de l'Évangile de Miroslav est le suivant :
Décret sur la Proclamation des Livres Rares et Anciens d'une extrême importance
(Journal Officiel de la République de Serbie, N° 54 daté du 29 décembre 1979,
article 484).
- 10 Loi sur la propriété culturelle (Journal Officiel de la République de Serbie, 22
décembre 1994).
Instructions concernant les conditions et méthodes de protection, de préservation et
d'utilisation de la propriété culturelle d'une extrême importance - "l'Évangile de Miroslav"
(Journal Officiel de la République de Serbie, 28 septembre 2001).
Manuel d'utilisation et de conservation en lieu sûr des clés du trésor et du coffre
contenant l'Évangile de Miroslav. (Archives du Musée national de Belgrade, N° 26/94 daté
du 28 août 2001).
7.
CONSULTATION
7.1
Rendre compte de la consultation (a) du propriétaire du patrimoine ;
(b) du dépositaire ; (c) de votre comité national ou régional de la Mémoire du monde
au sujet de la proposition d'inscription
(a)
République de Serbie, Propriété culturelle d'une extrême importance, Ministère des
affaires étrangères. Proposition d'inscription déposée par M. Jovan Ćirilov, Président de
la Commission nationale de Serbie-et-Monténégro pour l'UNESCO.
Note : la présente demande d'inscription est formulée par l'équipe d'experts de l'Évangile de
Miroslav du Musée national de Belgrade, les conservateurs Branka Ivanić et Aleksandra Nitić, les
spécialistes de la Bibliothèque nationale de Serbie, Radoman Stankovic et Zoran Pekić, et par
l'expert de l'Académie serbe des arts et des sciences, le professeur Gordana Jovanović, co-auteur de
l'édition commentée de l'Évangile de Miroslav publiée en 1986 par l'Académie serbe des sciences et
des arts.
Bibliographie
1.
L'Évangile de Miroslav : Édition photogravée ; 3 volumes : Photogravures, commentaires,
histoire/V. Topalović, D. Mrdjenović, B. Brkić. (dir. publ.) - Belgrade : Dosije, Službeni list
SRJ, 1998.
2.
N. Rodić et G. Jovanović : L'Évangile de Miroslav : Édition commentée ; Zbornik za istoriju,
jezik i književnost srpskog naroda (Histoire, langue et littérature du peuple serbe),
Département I - Volume XXXIII. Belgrade : Académie serbe des sciences et des arts, 1986.
3.
V. Radosavljević : L'Évangile de Miroslav : Études techniques. Belgrade, 1994.
(b)
Mme Aleksandra Nitić, conservateur
Mme Branka Ivanić, conservateur principal
Musée national
Trg republike 1a
11000 Belgrade
Téléphone : (++ 381 11) 624 322
Fax : (++ 381 11) 627 721
e-mail : na.muzej@Eunet.yu
(c)
Comité national "Mémoire du Monde"
Président : Mme Vesna Injac
Bibliothèque nationale de Serbie
Directeur adjoint
- 11 Belgrade 11000
Skerliceva 1
Serbie-et-Monténégro
Téléphone : (++ 381 11) 451 750
Fax : (++ 381 11) 451 289
e-mail : injac@nbs.bg.ac.yu
PARTIE B - INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES
8.
ÉVALUATION DES RISQUES
8.1
Préciser la nature et l'étendue des menaces auxquelles
l'élément du patrimoine documentaire est exposé
Cet élément du patrimoine documentaire n'est pas en danger. L'Évangile de Miroslav est
conservé au Musée national de Belgrade dans un espace spécialement aménagé à cet effet et
climatisé, situé dans la semi obscurité d'une pièce séparée de la salle d'exposition principale du
Musée national. Des microfilms de l'Évangile de Miroslav ainsi que des copies numériques sont
utilisées à des fins d'exploitation. Une documentation vidéo très riche, réalisée lors des opérations
de conservation et de restauration, est accessible à tous les chercheurs et sert également pour la
présentation au public et la publication.
9.
ÉVALUATION DE LA CONSERVATION
9.1
Donner des précisions sur les conditions de conservation de l'élément
du patrimoine documentaire
Conditions d'accès : les procédures et conditions d'accès sont fixées par les Instructions
concernant les conditions et méthodes de protection, de préservation et d'utilisation de la propriété
culturelle d'une extrême importance - "l'Évangile de Miroslav" et par Le manuel d'utilisation et de
conservation en lieu sûr des clés du trésor et du coffre contenant l'Évangile de Miroslav.
Budget pour la conservation : le budget de la conservation est inclus dans le budget global du
Musée national de Belgrade, qui est financé par l'État.
Personnel en charge de la conservation : Aleksandra Nitić, conservatrice, historienne de l'art,
Musée national de Belgrade ; Branka Ivanić, conservatrice principale, historienne de l'art, Musée
national de Belgrade ; Zoran Pekić, conservateur, Bibliothèque nationale de Serbie ; Zoran
Pavlović, conservateur, archéologue, Musée national de Belgrade.
PARTIE C - SOUMISSION DE LA PROPOSITION
Cette proposition d'inscription est soumise par :
M. Jovan Ćirilov, Président de la Commission nationale de Serbie-et-Monténégro pour l'UNESCO.
Signature
- 12 Juin 2004
- 13 ANNEXES
1.
Lettre de soutien de la Bibliothèque nationale de Russie de Saint-Pétersbourg
(Original en russe envoyé en Juin 2003, accompagné d'une traduction en anglais)
2.
Reproduction de l'Évangile de Miroslav datant de 1998
(3 volumes + table des matières)
(Une fois achevée, la procédure de proposition d'inscription, cette reproduction sera
offerte à la Bibliothèque de l'UNESCO à Paris par le Ministère serbe de la culture. La
reproduction de l'Évangile de Miroslav a été adressée à l'UNESCO à Paris en juin 2004.
L'ambassadeur de Serbie-et-Monténégro à l'UNESCO, M. D. Najman a remis cette
édition de luxe à M. K. Matsuura, Directeur général de l'UNESCO).
3.
Notes finales
________________________________________________________________________________
1.
Traduction de la lettre de soutien de la Bibliothèque nationale de Russie
à la proposition d'inscription de l'Évangile de Miroslav
Bibliothèque nationale de Russie, Saint-Pétersbourg
Destinataire : Mme Vesna Injac
Présidente du Comité national pour le Programme de l'UNESCO
"Mémoire du monde", Belgrade
Madame,
Nous confirmons qu'un feuillet du parchemin du célèbre manuscrit du XIIe siècle, connu sous le
nom d'"Évangile de Miroslav", est bien conservé par le Département des manuscrits de la
Bibliothèque nationale de Russie, à Saint-Pétersbourg, sous le numéro de référence F.p.I.83.
Ce feuillet, qui appartenait à la Collection de l'Évêque Porfirije (Uspenski), nous est parvenu en
1883. L'Évêque Porfirije a écrit de sa main dans la marge inférieure : "de l'Évangile du prince
Miroslav (Chilandar)".
Les dimensions du feuillet sont de 41 x 21,5 cm.
Au XIXe siècle, dans la Bibliothèque publique impériale, une reliure solide, avec dos et coins en
cuir, a été spécialement réalisée pour préserver ce fragment. Le texte comporte deux lettrines de
couleur rouge ornées d'or. D'après son contenu, le feuillet en notre possession doit succéder au
feuillet n° 165 dans le manuscrit original conservé au Musée national de Belgrade.
Le support (parchemin) sur lequel a été rédigé le texte du feuillet en notre possession ainsi que
l'encre et les couleurs des lettrines sont en excellent état.
Le fragment de l'Évangile de Miroslav conservé à la Bibliothèque nationale de Russie est accessible
à tous les chercheurs désireux d'étudier l'histoire de la culture et de la littérature serbes.
- 14 Nous donnons notre accord à la proposition d'inscription au Registre "Mémoire du monde" de
l'UNESCO du manuscrit serbe XIIe siècle, appelé Évangile de Miroslav (y compris le feuillet
conservé à la Bibliothèque nationale de Russie).
V. N. Zajcev
,
Directeur général de la Bibliothèque nationale de Russie
________________________________________________________________________________
2.
Reproduction remise à l'UNESCO à Paris en juin 2004.
________________________________________________________________________________
3.
Notes finales
Le Ministère de la culture de la République de Serbie a bien voulu donner un
exemplaire d'une édition de luxe de l'Évangile de Miroslav à la Commission nationale de
Serbie-et-Monténégro pour l'UNESCO aux fins de la proposition d'inscription :
Miroslavljevo jevanjđelje. Fototipsko izdanje/réalisée par Veljko Topalović, Dušan
Mrđenović et Branislav Brkić ; Belgrade : Dosije, Službeni list SRJ, 1998. (Johannesburg :
Se Litho).
L'ensemble se compose de trois livres :
- Reproduction du manuscrit de l'Évangile de Miroslav (360 pages).
- Histoire (145 pages)
- Commentaires (168 pages)
Nous espérons que cet exemplaire sera utile au Comité consultatif international de
l'UNESCO. Il contient également une reproduction du feuillet conservé à la Bibliothèque
nationale de Russie.
La Commission nationale de Serbie-et-Monténégro pour l'UNESCO a le plaisir
d'informer l'Organisation qu'à l'issue de la procédure d'inscription le Ministère de la culture de
la République de Serbie offrira cette édition de luxe à la Bibliothèque de l'UNESCO à Paris.
Nous sommes convaincus que la Bibliothèque de l'UNESCO, centre culturel international, est
le lieu idéal pour la conservation et la présentation de la reproduction de ce précieux
témoignage de la culture serbe.
Un titre de propriété de l'exemplaire (qui porte le numéro 49) remis à la Bibliothèque de
l'UNESCO à Paris est joint à la reproduction de l'Évangile de Miroslav.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising