lire la suite

lire la suite
Tir Sportif ●●▶ PARDINI K10
La nouvelle Ferrari
des stands de tir
PARDINI K10
Avant toute chose, c’est avec un infini bonheur que je me lance dans la rédaction de cet article synonyme de la renaissance de notre magazine favori, après
moultes péripéties dont nous souhaitons préserver les âmes sensibles. Ce nouveau format en ligne ne devrait rien changer à la qualité du contenu rédactionnel et des visuels tout comme à la pertinence, le sérieux et l’intransigeance de
nos essais, mais nous vous en laissons seuls juges, la beauté du web permettant
de donner corps au vieil adage : vox populi vox dei.
B
Un peu d’histoire
qui conservait le même fonctionnement à pré compression d’air mais
se caractérisait par une longueur
supérieure, élément qui a aussi permis de développer le levier d'armement situé sous l’arme, rendant ainsi
son utilisation plus aisé.
Pardini est parvenu en peu de
temps, à produire une gamme complète d’armes à air comprimé :
quelques années après le premier
modèle à air pré comprimé (P10) en
1982, est arrivé le modèle « K58 »
A la fin des années 80, le système à
pré compression d’air commençait à
montrer ses propres limites quand à
son utilisation en compétition. Le «
K60 » Pardini a donc vu le jour.
Cette arme alimentée en CO² a été
on, terminé l’autocongratulation, laissons place au sujet
du jour : le K10, le nouveau
tueur de mouches de la célèbre
marque italienne Pardini.
un des plus grands best seller des
années 90 sur tous les pas de tir, et
avec la version raccourcie et allégée
du « K90 », elle a permis à tous, très
jeunes et seniors compris, de tirer
sans devoir affronter certains « traumatismes », tels que le poids excessif de l’arme ou la difficulté du chargement, typiques des vieilles armes
à air comprimé et pré comprimé.
Il manquait juste ce « petit quelque
chose en plus » au « K60 » ; c’est
alors qu’un choix courageux a été
1
Tir Sportif ●●▶ PARDINI K10
pris : celui de repenser l’arme sur la
base des riches expériences
recueillies pendant des années de
compétitions souvent victorieuses;
et ainsi fut créé le « K2 », un pistolet
vraiment nouveau par rapport à son
ancêtre.
Il a été conçu entre autre, au
moment même ou Roberto Di
Donna remportait la médaille d’or
aux Jeux Olympiques d’Atlanta en
1996.
Au départ, le « K2 » est proposé
avec un système d’alimentation en
anhydride carbonique, suivant la
route empruntée par le « K60 ».
Depuis 1998, conformément aux
tendances actuelles la version « K2S
» à air a été développée.
Avec cette arme, le tireur français
Frank Dumoulin a remporté la
●●▶ Mod. 329PD canon de 4’’
médaille d’or aux
Jeux Olympiques
de Sydney en 2000 et la Bulgare
Maria Grozdeva la médaille de
bronze aux Jeux d’Athènes en 2004.
Nous avions eu l’occasion il y a
quelques temps d’utiliser le K2S
durant plusieurs mois avec énormément de plaisir et de très bons résultats. Voyons comment son successeur le K10 parvient à faire encore
mieux.
A la découverte du K10
Commençons par le point faible,
peut être le seul, de ce très beau pistolet à savoir le manuel d’utilisation
fourni avec l’arme. Pardini n’a
jamais été très porté sur la qualité de
sa documentation, mais cette fois
elle on peut vraiment dire qu’ils se
sont
surpassés
:
une malheureuse
feuille A4 recto verso avec l’éclaté
du pistolet d’un côté et de l’autre le
récapitulatif en quatre langues des
nombreux réglages disponibles. A-ton besoin de plus, probablement
pas ; sommes-nous plus gâtés par les
autres constructeurs tels que Steyr
ou Matchguns, absolument !
Bref, passons le caractère minimaliste de la doc pour s’intéresser une
fraction de seconde à tous les accessoires livrés avec le K10 : la traditionnelle mallette de transport garnie d’une mousse dure découpée
aux dimensions de l’arme, une fois
n’est pas coutume pour Pardini; la
sempiternelle petite pochette en
plastique contenant les divers outils
(clés allen, tournevis) ; l’embout de
gonflage pour le raccordement à
une bouteille de plongée ou à une
pompe à main accompagné d’une
vis de purge (une nouveauté) ainsi
qu’une seconde bouteille.
2
Tir Sportif ●●▶ PARDINI K10
●●▶ Détail du
canon et du frein de bouche du K10
Le nouveau K10 (ainsi que son petit
frère le K10 junior) bénéficient de
nombreuses innovations techniques.
La première d’entre elles concerne
les bouteilles et plus précisément la
présence d’un manomètre à graduation présent sur l’un des flancs des
bouteilles qui vient en remplacement du système un peu archaïque
qui équipait les anciennes bouteilles. Désormais, une petite fenêtre
permet de visualiser un petit curseur
qui indique le niveau de pression
restant disponible dans la bouteille,
de 70 à 250 bars.
A l’usage, ce nouveau système
s’avère non seulement très fiable
dans l’indication fournie, mais également plus sécurisant à mon goût
dans la mesure où il évite d’avoir à
retourner l’arme canon vers soi pour
lire les indications des manomètres qui sont traditionnellement
installés à l’extrémité des bouteilles.
Avec la bouteille « gonflée à bloc »,
c'est-à-dire à 250 bars, il s’avère
possible de tirer environ 300 coups,
tout comme avec les précédentes.
Les performances restent néanmoins
constantes grâce au système de
double chambre d’expansion, système introduit pour la première fois
par la société Pardini.
D’un point de vue esthétique, je
regrette simplement que les bouteilles qui m’ont été livrées soient
noires, alors que des bleue et rouge
existent. Le noir rend l’arme un peu
tristounette, mais ça ne doit pas
représenter un prétexte à ne pas
faire des dix !
Au sujet des bouteilles des armes à
air comprimé, il faut rappeler
qu’une nouvelle réglementation
vient
de
voir le jour
en
ISSF,
mais non
applicable
en France !
Sur le plan international, les bouteilles
doivent êtres frappées de l’année de fabrication et cellesci deviennent
obsolètes
et
inutilisables
après 10 ans.
En France la
préconisation est
de vérifier l’état de
vos bouteilles et de les
faire contrôler pour voir si
elles présentent des traces d’oxydation ou des coups. Soyez donc vigilant car sur une simple plainte d’un
tireur qui estimerait que votre bouteille présente un danger sur le pas
de tir, vous pourriez vous voir refuser l’accès aux stands.
Concernant la crosse, j’ai demandé
à être livré avec la Rink qui représente pour moi ce qui se fait actuellement de mieux en semi mesure.
Rien de particulier à dire au sujet de
ces crosses si ce n’est qu’elle représente un niveau de confort qui vaut
très très largement l’investissement.
Quand on connait l’importance de
cet organe véritable et unique interface entre le pistolier et son arme on
comprend que tel un coureur vigilant au choix de ses chaussures, il
s’agisse d’un élément primordial.
●●▶ Bouteille/réservoir du K10
3
Tir Sportif ●●▶ PARDINI K10
progressive. La queue de détente est
réglable dans les trois dimensions :
celle-ci peut glisser sur un rail pour
avancer ou la reculer en fonction de
la morphologie de la main, ainsi que
pivoter sur son axe, ou encore monter ou descendre.
●●▶ Détail de la détente réglable
L’un des meilleurs tests pour savoir
(peut être à vos dépend) si vous disposez de la crosse idéale consiste à
participer aux 24h de Chabris, compétition où les deux coéquipiers de
chaque équipe tire chacun huit
match de 90 minutes espacé de 90
minutes de repos. Je puis vous assurer que si vous ne disposer de la
bonne crosse, vous risquez de ressentir une panoplie de douleurs
allant du simple inconfort à des
séquelles beaucoup plus sérieuses !
Je ne peux pas commenter la qualité des crosses livrées d’origine avec
le K10, ne les ayant jamais
eues en main.
Toutefois, le fabriquant
rappelle que son département compétition est à
la disposition des tireurs
pour réaliser des ajustements sur mesure. Quoiqu’il
en soit, Rink ou d’origine, le
K10 n’offre pas de possibilité de réglage de la crosse
; mais cette limite ne
représente en aucune
manière un quelconque
inconvénient tant l’arme
est bien conçue.
Possibilité de réglages
Alors qu’aucun réglage spécifique
n’est disponible pour la position de
la crosse, nous sommes plutôt gâtés
s’agissant de la détente. En effet, pas
moins de cinq réglages différents
sont disponibles pour s’adapter à la
morphologie de tous les tireurs. On
retrouve la queue de détente qui
avait fait une partie du succès du
K2S, à savoir une pièce d’aluminium très large (8,75mm) permettant d’assurer une pression uniforme et confortable de la pulpe
de l’index donnant le
sentiment d’une
pression beaucoup plus
L’accès à toutes les vis de réglage, et
en particuliers les quatre les plus
souvent sollicités (trigger stop réglable, mécanisme destiné à interrompre la course de la queue de
détente immédiatement après le
départ du coup pour éliminer tout
mouvement parasite alors que le
plomb voyage toujours dans le
canon ; distance de pré course ;
poids de pré course ; et poids de
détente), se fait sans avoir à démonter quoique ce soit, ni même à
contorsionner ses doigts ou ses
outils. Les réglages sont très précis
permettant d’ajuster la course et le
poids de la détente aux désirs de
chacun. Je me suis ainsi concocter
un réglage de détente (qualifié par
mes coéquipiers de détente de
voyou !) effaçant pratiquement le
poids de la bossette pour être quasiment surpris par chaque départ de
coup.
●●▶ Réglage des paramètres
de hausse
4
Tir Sportif ●●▶ PARDINI K10
correspond au tir à sec, et F à celle
déclenchant la charge propulsive,
c’est inversé sur mon K10 : la position F déclenche le tir à sec alors
que S fait partir le coup !.
Le chargement du plomb est un
modèle du genre : il ne s’agit pas là
d’un modèle compliqué à actionner
comme sur le Steyr LP10 avec
lequel je n’ai jamais vraiment réussi
à me familiariser. Avec le K10, on
soulève le capot avec deux doigts,
on dépose le plomb dans la gouttière et on referme le capot. Rien de «
chichiteux », juste de l’efficacité.
Les essais
●●▶ Détail de la sureté
La queue de détente est marquée en
son milieu d’une encoche permettant le juste positionnement du
peson, ce qui évitera toute contestation au moment où vous passerez au
contrôle des armes pour la vérification des 500 grammes réglementaires lors de compétitions officielles.
Les organes de visée sont de très
bonne facture et très bien usinés. Le
réglage de la hausse et de la dérive
se fait au moyen de vis proéminentes qu’il est très facile de manipuler. Les marquages indiquant les
sens de correction sont très lisibles
et parfaitement compréhensibles (à
la différence des armes de chez
Steyr, par exemple). Il est également
possible de modifier la largeur du de
la hausse en utilisant l’une des clés
allen fournies.
Le guidon fourni n’est
disponible qu’en une
seule largeur, à la différence de l’Hämmerli
AP40. En revanche il
est possible de le
positionner à trois endroits
sur le compensateur afin d’allonger
ou de raccourcir la ligne de mire
345 à 375mm. Rappelons qu’une
mire de ligne plus longue contribue
à plus de précision.
Le canon mesure 240mm (soit 5mm
de moins que sur le K2S), Malgré la
longueur du tube, le « temps de
canon » (durée pendant laquelle le
projectile voyage dans le canon
avant son expulsion) est extrêmement court et ce grâce à la haute
vitesse initiale du projectile.
Le K10 est naturellement muni d’un
système de tir à sec, dispositif essentiel pour tout bon entraînement.
Une petite bizarrerie s’est toutefois
soit glissée dans la documentation
soit lors du montage du pistolet qui
m’a été livré mais alors que le
manuel indique que la position S
Avant de passer aux essais, on peut
également constater deux nouveautés majeures et significatives : d’une
part, la présence d’un nouveau
compensateur ; d’autre part, le fait
que le canon soit percé de trois
évents. Ces deux nouveaux dispositifs, allié au nouveau réducteur de
pression et à un poids parfaitement
contenu (990 grammes) devraient
procurer un réel confort de tir.
Réaliser un test et donner son avis
sur la réaction d’un pistolet et les
sensations qu’il procure peuvent
souvent relever de la gageure, en
particulier lorsque nous ne disposons du pistolet que pour quelques
brèves séances.
Je tire maintenant avec le K10
depuis plus de deux mois, au rythme
d’environ 3h par semaine en
moyenne. Mon avis repose donc sur
une expérience représentative de
l’utilisation du Pardini. Le comportement de l’arme est toujours franc,
le recul bien dans l’axe du canon ne
créant pas réaction parasitaire perturbante. J’ai en revanche pu constater des comportements différents
selon le poids des plombs utilisés,
sans que cela n’influe d’ailleurs sur
la qualité des groupements.
La munition idéale à mon goût pour
obtenir les meilleurs résultats et les
5
Tir Sportif ●●▶ PARDINI K10
le poids du tireur en kilo : B
le poids de l'arme en kilo : C
la vitesse du projectile en m/s : D
La formule est la suivante : recul = (A x D) / (B + C)
Ainsi pour un plomb de 0,52 g, un
tireur de 94kg, un pistolet de 1,1kg
et une vitesse de 170m/s, on obtient
: (0,00052x170)/(94+1,1), soit un
recul de 0,09 cm/s
Si on choisit un plomb plus léger,
0,45g par exemple, le recul tombe
(!!!) à 0,08 cm/s
Naturellement ces calculs peuvent
être complexifiés si l’on considère
que le pistolet et le tireur ne font pas
qu’un, de même que lorsque des
dispositifs techniques tels que les
absorbeurs de mouvement de Steyr
équipent les pistolets. Toutefois,
cette formule donne une base de
réflexion intéressante pour démystifier la notion du recul, ou d’absence
de recul.
●●▶ Mon meilleur carton en séance d’essai sur une série de 12
meilleures sensations est un plomb
léger (0,45 gramme). RWS en propose dans sa gamme R10 Match qui
fonctionnent à merveille avec le
K10. Le réglage d’usine ayant tendance à « taper » fort, ces plombs
légers ne provoquent quasiment
aucun sursaut du canon, bien stabilisé par ailleurs par les actions
conjointes du compensateur nouvelle génération et des évents sur le
sommet du canon.
Etonnamment, c’est probablement
ces deux nouveaux dispositifs qui
créent la différence avec le comportement du K2S qui délivrait de
meilleurs résultats et sensations avec
des plombs plus lourds.
●●▶ Détail des évents sur le canon
A cet effet, je vous invite à tirer avec
votre pistolet du moment une dizaine de plombs, puis d’enchaîner
avec quelques tampons de nettoyage en conservant les mêmes conditions de concentration. Vous pourrez constater que le pistolet ne
bouge pratiquement plus alors
même que la charge propulsive est
rigoureusement identique.
Le recul peut être définit par la «
quantité de mouvement » et pour
calculer cette dernière, il nous faut 4
informations (je reprends ici la formule que j’avais publié sur un
forum) :
le poids du projectile en kilo : A
En conclusion
Je crois que je tiens en main le compagnon avec lequel je vais enfin
pouvoir enchaîner plusieurs saisons
sans avoir à me dire : tiens avec quel
pistolet mes résultats pourraient-ils
s’améliorer très vite. Equipé d’une
crosse Rink, le Pardini K10 représente à mon sens ce qui se fait de
mieux aujourd’hui en matière de
pistolet à air de compétition. Certes,
ce n’est pas par son esthétique que
vous brillerez sur les pas de tir, mais
je puis vous assurer qu’avec un
minimum de technique les autres
tireurs vous regarderont (ou du
moins vos scores !) avec envie.
Prix public conseillé : 1.350€
Importateur FONTAINE SA
3 bd Fabert 08200 SEDAN
Tél. : 03 24 27 24 83
David KUJAS
Crédits photos : Frédéric Coune
D. Kujas
6
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising