PDF - 6 Mo - Ministère de l`écologie, du développement durable et

PDF - 6 Mo - Ministère de l`écologie, du développement durable et
MERCREDI 14 NOVEMBRE 2012
DSAC
N
E
S
C
I
L
É
H
IR "
P
A
I
'
H
S
L
N
A
E
M
R
I
D
A
"
S
E
R
È
T
OP
HE 2
direction générale
de l'Aviation civile
direction
de la sécurité
de l'Aviation civile
Groupement
Français de
l’Hélicoptère
Ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie
www.developpement-durable.gouv.fr
Sommaire
Introduction ........................................................................................................... 3
Connaissances ...................................................................................................... 5
Préparations avant vol ........................................................................................ 6
Pratiques de vol .................................................................................................... 9
Considérations particulières ........................................................................... 17
Résumé ................................................................................................................. 18
Signaux de manœuvres des hélicoptères au sol ........................................ 19
AVERTISSEMENT
Adaptation française du document d'origine EHEST HE2 Airmanship.
La version d'origine en langue anglaise est consultable sur
https://easa.europa.eu/essi/ehest/wp-content/uploads/2011/12/HE2_
leaflet_helicopter_airmanship_v1.pdf
2
sens de l'air
hélicoptère
Introduction
Le sens de l’air (Airmanship) est défini par la Partie FCL EASA comme suit :
la capacité d’agir avec discernement et d’utiliser des compétences et comportements
pertinents, ainsi que des connaissances approfondies afin d’atteindre des objectifs de vol.
Le compte-rendu EHEST sur les accidents d’hélicoptères entre 2000 et 2005 1 a révélé 140 accidents d’hélicoptères en aviation générale en Europe dont les facteurs (causaux et contributifs)
identifiés étaient les suivants :
• p rise de décision par le pilote et évaluation du risque,
• p lanification des missions,
•m
auvaise évaluation par le pilote de ses propres limites/capacités, excès de confiance,
• pilote non expérimenté,
• p rise en compte insuffisante de la météorologie/du vent,
• n on-respect des procédures,
• insuffisances dans le pilotage et la gestion des commandes,
• non-perception de repères permettant de terminer le projet d’action ou la manœuvre en cours,
• e ntrée en IMC par inadvertance, visibilité limitée dûe aux conditions météorologiques,
• n on-respect intentionnel des règles et des procédure Normalisées d’Exploitation (SOP).
La majorité de ces facteurs est liée au sens de l’air (Airmanship).
Des connaissances approfondies, des préparations de vol soigneuses, la pratique fréquente
de vols et la prévention de l’excès de confiance en soi représentent la meilleure assurance contre
le risque de se trouver dans les statistiques d’accidents.
1
Document de référence : Final Report - EHEST Analysis of 2000 – 2005 European helicopter accidents (ISBN 92-9210-095-7)
3
4
sens de l'air
hélicoptère
1. Connaissances
1.1 Tirer des leçons
des erreurs des autres
Apprenez des erreurs des autres et vous pourriez vivre
suffisamment longtemps sans avoir fait toutes ces erreurs
vous-même. Améliorez vos connaissances en lisant des
publications aéronautiques de sécurité comme par exemple
celles émises par l’EHEST, l'IHST, la HAI, Skybrary et la
FAAST, des rapports d’accidents aériens des Bureaux
d’Enquête et d’Analyse, des autorités nationales et de
l’EASA et des publications de sécurité des constructeurs.
1.2 Entraînement périodique
Révisez vos connaissances de base et vos compétences
au vol en suivant une formation de sécurité donnée par
le constructeur ou en effectuant régulièrement des vols
d’entraînement accompagné par un instructeur, ce qui
peut englober, mais sans y être nécessairement limité :
• sur des hélicoptères monomoteurs, entraînez-vous à la
panne moteur afin d’acquérir le réflexe d’abaisser le
collectif IMMÉDIATEMENT et d’entrer en autorotation,
• sur des hélicoptères multi-moteurs, pratiquez les procédures un moteur inopérant (OEI),
• les décollages et atterrissages en dévers,
• révisez les procédures d’urgence applicables au type
d’hélicoptère,
• la SENSIBILISATION (mais non nécessairement dé-
montrée) au diagramme hauteur/vitesse, au renversement dynamique, au vortex (anneau tourbillonnaire),
à la résonance au sol, à la perte d’efficacité du sytème
anti-couple (LTE), et aux situations de givrage moteur
(voir notice d’instruction HE1 2 d’EHEST),
Étudiez le Manuel de Vol hélicoptère (RFM)/le Manuel
d’Utilisation Pilote (POM) afin de connaître entièrement :
• les limitations, comprenant les affichages de régime
rotor/puissance et le diagramme hauteur/vitesse,
• les procédures normales, anormales et d’urgence.
Réfléchissez à vos actions au cas où vous rencontreriez des anomalies ou des urgences en vol,
• les calculs de masse et centrage.
Chaque fois que cela est possible, en particulier si vous
n’avez pas volé récemment, asseyez-vous dans l’hélicoptère et familiarisez-vous de nouveau avec la disposition
du poste de pilotage et les exercices normaux/anormaux/
d’urgence de la liste de vérifications (check-list).
1.3 Limites personnelles
Vous devez connaître votre propre niveau de compétence/expérience et vos limites opérationnelles.
Une approche plus prudente est nécessaire dans le cas
de pilotes ayant acquis leur expérience sur des avions
mais qui ont peu d’expérience sur des hélicoptères.
Même si vous vous sentez sûr de vous et décontracté
dans les airs, vous n’aurez pas encore développé des
réactions de réflexe, le ressenti des commandes, la coordination et la sensibilité requise dans un hélicoptère.
Vous pourriez bien réagir incorrectement en cas d’une
alerte de bas régime rotor. Aussi, faites très attention
lorsque vous passez sur un nouveau type ou une nouvelle
activité car votre expérience antérieure pourrait ne pas
être pertinente et conduire à une confiance excessive.
• la
sensibilisation à l’importance de maintenir le
régime rotor/l’énergie, et aux conditions de sortie de
régimes rotor bas ou haut,
• d es opérations à partir de zones confinées et de sites
d’atterrissage hors aérodrome (voir notice d’instruction
HE3 3 d’EHEST).
2
3
Document de référence : EHEST training leaflet HE1, Safety Considerations, Methods to Improve Helicopter Pilot's Capabilities
Document de référence : EHEST training leaflet HE3, Off Airfield Landing Site Operations
5
2. Préparations avant vol
2.1 Documents
Les règlements EASA exigent que le pilote porte sur
lui une licence et un certificat médical valides pendant
l’exercice des privilèges de la licence. De plus, le pilote
est obligé de porter sur lui une pièce d’identité contenant une photo. L’exercice des privilèges accordés par la
licence dépend de la validité des qualifications. Le pilote
doit donc s’assurer que les qualifications appropriées et
toute exigence d’expérience récente sont à jour.
La documentation hélicoptère, y compris le Certificat
de Navigabilité, l’ARC, les certificats de Maintenance, le
Certificat d’Immatriculation, la Licence de Station d’Aéronef et l’Assurance doivent être à jour et transportés
pendant le vol.
2.2 Météorologie
Assurez-vous que les prévisions météorologiques aéronautiques proviennent d’une source autorisée et tenez
compte de ce qu’elles disent (des décodages sont disponibles sur internet), et prenez une décision GO/NO GO
bien réfléchie. Ne laissez pas influencer votre jugement
par une pression émanant de vous-même ou provenant
des passagers.
La nécessité de retourner à la maison (syndrome du retour au bercail) a été une cause fréquente d’accidents.
Établissez clairement dans votre esprit les conditions
en route, les prévisions météorologiques ainsi que les
déroutements possibles en cas de détérioration des
conditions météorologiques. Prévoyez une route de
contournement au cas où vous devriez survoler un relief
élevé pouvant être couvert par des nuages.
Dans le cas d’hélicoptères à moteurs à pistons, tenez
compte des conditions conduisant au givrage moteur.
Appliquez les instructions du Manuel de Vol Hélicoptère
(RFM)/Manuel d’Utilisation Pilote (POM) quant à l’utilisation du réchauffage carburateur ou du dégivrage Moteur
et pensez à inclure la température d’air carburateur et
la température extérieure (OAT) dans votre circuit visuel
(scan) régulier des instruments.
Par temps humide, méfiez-vous de la formation de buée
sur le pare-brise et les fenêtres, surtout en cas de trans-
6
port de passagers portant des vêtements humides, et
prévoyez un chiffon pour désembuer le pare-brise avant
le décollage.
2.3 Navigation en VFR
Utilisez des cartes aéronautiques appropriés et à jour,
pliées de telle sorte que la route planifiée est visible
(car il peut s’avérer difficile de les replier quand vous
êtes en vol). D’autres cartes non aéronautiques ou des
cartes plus détaillées peuvent être utiles, notamment
quand l’atterrissage a lieu hors d’un aérodrome.
À partir d’une source autorisée, vérifiez les NOTAM,
les AIC, les avertissements de navigation temporaires,
tels que les manifestations aériennes, les changements
de fréquence ou les Espaces Aériens réglementés pour
une urgence.
Préparer un plan de vol détaillé spécifiant en particulier
les altitudes de transit, les altitudes de sécurité et les
déroutements accessibles. Familiarisez-vous avec les
caractéristiques géographiques, les points de report,
l’espace aérien et l’ensemble des procédures spécifiques à l’hélicoptère. Le GPS peut être utilisé en tant
qu’assistance pour la planification de navigation, mais
il NE PEUT PAS la remplacer.
Évitez de survoler avec des hélicoptères monomoteurs
des zones habitées ou des terrains hostiles où l’atterrissage forcé en sécurité n’est pas assuré. Dans la plupart
des pays, le survol de centres de détention à sécurité
renforcée et d’installations nucléaires est interdit.
Notez les reliefs élevés, les mâts et autres obstacles en
planifiant vos altitudes de sécurité.
Prévoyez d’atteindre votre destination au moins une
heure avant le coucher de soleil sauf si vous êtes qualifié, équipé et préparé pour le vol de nuit.
Nota : les vols de nuit en Transport Aérien Commercial
sont interdits pour les hélicoptères monomoteurs dans
la plupart des pays.
Ayez connaissance de la réglementation locale régissant
les vols à basse hauteur et conformez-vous à celle-ci.
En règle générale, il convient de ne pas voler plus bas
7
que nécessaire, afin d’éviter de causer des nuisances
aux personnes se trouvant au sol et d’atteindre un site
d’atterrissage en sécurité en cas d’urgence.
Utilisez les profils recommandés de décollage et d’atterrissage. Éviter/Réduire au maximum les vols à l’intérieur
des zones de danger du diagramme hauteur/vitesse.
2.7 Prévisions carburant
2.4 Radio
Ayez à votre disposition toutes les fréquences radio, y
compris celles des aérodromes en route, de destination
et de déroutement, ATIS, VOLMET, aides à la navigation
(comprenant le décodage Morse) etc.
Rappelez-vous que 121.5 est disponible en cas d’urgence.
Révisez périodiquement les procédures radio, la phraséologie, etc. (voir le Guide de la Radiotéléphonie EGAST 4).
Portez sur vous un téléphone mobile pour le cas où vous
effectueriez un atterrissage de précaution ou si votre
destination se trouve hors couverture radio.
2.5 Masse et centrage
Utilisez la masse à vide et le centre de gravité (CG) indiqués par la documentation de l’hélicoptère donné sur
lequel vous effectuez le vol.
Assurez-vous que les masses maximums et minimums
de l’hélicoptère sont respectées.
Vérifiez que le centre de gravité se trouve à l’intérieur
des limites pendant le décollage, en vol, à l’atterrissage
et dans le cas du pire des scénarios : zéro carburant.
Prenez connaissance du centre de gravité et recalculez
ses changements à l’embarquement ou débarquement
de passagers ou de bagages et si vous devez transporter du lest, assurez-vous que celui-ci est approprié et
correctement fixé.
Ne jamais essayer de voler avec un hélicoptère dont la
plage autorisée de masse/CG et les limitations de performance sont dépassées. Cela est non seulement illégal
mais aussi dangereux car vous pouvez avoir une autorité
insuffisante au cyclique ou une puissance insuffisante
pour contrôler l’hélicoptère.
L’idéal serait de prévoir d’atterrir avec au moins 1/4 de
carburant dans le réservoir ou les minima du planning
VFR/IFR pour l’opération. Ne vous fiez pas uniquement
au(x) jauge(s) ou au voyant d’alarme « bas niveau carburant ». Chaque fois que cela est possible, vérifiez visuellement la quantité de carburant dans les réservoirs
avant décollage. Prenez connaissance de la consommation horaire de votre hélicoptère. En vol, vérifiez que les
jauges sont en accord avec vos calculs.
L’utilisation fréquente de la réchauffe carburateur conduira
à l’augmentation de la consommation de carburant.
Comprenez le fonctionnement et les limitations du système carburant, des jauges, des pompes, du réglage de la
richesse du mélange (pas d’appauvrissement du mélange,
sauf si cela est autorisé) et du carburant inutilisable.
2.8 Destination
Vérifier l’existence de procédures spéciales dues aux activités à votre destination, telles que le largage de parachutistes, l’activité de planeurs ou d’ULMs, etc. et l’emplacement de la zone d’opération pour les hélicoptères. Si votre
destination est un site d’atterrissage privé, les alentours et
les informations disponibles peuvent être très différents
de ceux de l’aérodrome certifié où vous aviez appris à
voler (voir notice d’instruction HE3 5 d’EHEST).
Essayez de choisir un site d’atterrissage où vous pouvez
utiliser les profils recommandés, mais si cela est impossible, envisagez :
• u ne vérification avec un instructeur ou quelqu’un qui
connaît bien le site, ou
• u ne vérification depuis le sol d’éventuels problèmes
associés aux différentes directions du vent ou à une
disponibilité de puissance réduite pendant une journée chaude.
2.6 Performances
Vous devez toujours minimiser le temps pendant lequel une
panne moteur expose l’hélicoptère au risque le plus élevé.
Consultez la section performances du RFM/POM pour
obtenir l’information pertinente concernant le type d’hélicoptère avec lequel vous effectuez le vol, par exemple
les limitations pour le vol stationnaire dans l'effet de
sol (DES), le vol stationnaire hors effet de sol (HES), etc.
Vous ne pouvez pas atterrir n’importe où avec un hélicoptère. L’autorisation préalable (PPR) par le propriétaire du
terrain et aussi par la plupart des aérodromes peut être
nécessaire. Certains pays ont des règlementations supplémentaires concernant les atterrissages hors aérodromes.
4
5
Document de référence : EGAST A Guide to Phraseology for General Aviation Pilots in Europe
Document de référence : EHEST training leaflet HE3, Off Airfield Landing Site Operations
8
sens de l'air
hélicoptère
3. Pratiques de vol
3.1 Avant vol
Déposez et rangez les dispositifs d’arrimage des pales,
les cache-Pitot et les protections moteur avant d’effectuer une inspection prévol détaillée, inspection externe
et interne suivant la liste de vérification (check-list) du
constructeur ou de l’exploitant.
Vérifiez les niveaux d’huile moteur et transmission et
ne soyez pas trompé par une « tache » ou une traînée
d’un niveau antérieur sur l’indicateur visuel de niveau.
Si vous constatez quelque chose qui vous inquiète,
demandez conseil. Vérifiez dans la zone environnante,
l’absence d’objets non fixés pouvant être emportés par
le souffle rotor et vérifiez que le disque rotor est libre
de tout obstacle.
Familiarisez-vous avec les signaux pour les manœuvres
au sol. Ils sont décrits à la fin de la présente notice.
3.2 Avitaillement en carburant
Déterminez visuellement à l’aide d’une canne de jaugeage, si applicable au type, que vous avez assez de
carburant du bon type. Ne permettez à personne de
confondre AVGAS et JET Fuel. Supervisez personnellement le remplissage et soyez conscient du danger
d’électricité statique. Vérifiez que les bouchons de remplissage sont correctement fermés et que le câble de
masse est déconnecté. Prenez des échantillons de carburant pour vous assurer de l’absence d’eau et d’autres
impuretés selon le RFM/POM. Effectuez le remplissage
rotor tournant uniquement si absolument nécessaire et
si vous y êtes autorisé.
3.3 Passagers et bagages
Les doubles commandes devraient être déposées afin
d’empêcher l’interférence des passagers.
Un briefing des passagers devra inclure l’emplacement
et l’utilisation des portes, des sorties de secours et des
harnais de sécurité ainsi que les procédures d’urgence.
Les pilotes ont la responsabilité de vérifier que les portes
et trappes sont bien fermées.
Ne pas permettre aux passagers de monter dans l’hélicoptère et ensuite faire signe à leurs amis car leurs
mains pourraient être trop proches du disque rotor. Les
passagers peuvent se comporter curieusement et faire
des choses inattendues. Les enfants doivent être bien
tenus par la main.
S’il est nécessaire d’embarquer ou de débarquer des
passagers, rotor tournant, expliquez à une personne
comment accompagner les passagers à la montée et à
la descente de l’hélicoptère.
Ordonnez aux passagers de toujours approcher l’hélicoptère en vue du pilote, depuis l’avant ou les côtés, et
d’attendre à l’extérieur du disque rotor jusqu’à ce que
vous leur donniez le signal « le pouce levé », et ensuite
de se baisser légèrement afin d’assurer une marge par
rapport au disque rotor. Ne JAMAIS s’éloigner d’un
hélicoptère rotors tournants en montant la pente ou s’en
approcher en descendant la pente.
Attention – Assurez-vous que les passagers ne sont pas
sujets à un état de santé qui pourrait les incommoder en
vol, p. ex. l’épilepsie, le mal de l’air, etc.
Attachez tous les bagages afin d’empêcher toute interférence avec les commandes. Méfiez-vous d’objets non
fixés, p. ex. des appareils photo portés par des passagers.
Assurez-vous que toutes les portes soute bagages sont
correctement fermées et verrouillées.
3.4 Décollage
En particulier si vous avez embarqué des passagers ou
des bagages, vérifiez :
• le CG et la marge de puissance - Effectuez un contrôle
de puissance en stationnaire afin de déterminer les
profils de décollage disponibles,
• les limites de vent de travers et vent arrière.
3.5 En route
Surveillez toujours attentivement les autres aéronefs
(et soyez à l’écoute sur la fréquence), en particulier à
9
10
sens de l'air
hélicoptère
proximité de balises de radionavigation, des points de
référence visuelle et à proximité des aérodromes.
Les conflits les plus dangereux sont dus aux aéronefs
avec le plus petit déplacement relatif par rapport au
vôtre car il est difficile de les voir. Effectuez un balayage
efficace en bougeant votre tête ou l’hélicoptère afin de
couvrir toutes ces zones.
Souvenez-vous des Règles de l’Air qui incluent le vol à
droite d’une ligne caractéristique et le respect de la priorité à droite. Malgré cela, vous devez toujours supposer
que l’autre aéronef ne vous a pas vu.
Dans l’environnement d’un circuit à trafic intense ou en
cas de visibilité réduite, utilisez tous les feux disponibles.
Gardez votre tête le moins de temps possible « dans le
tableau de bord ». Rappelez-vous qu’un bon principe est
de regarder à l’extérieur et vérifier à l’intérieur.
3.6 Espace aérien
Ne pas entrer dans un espace aérien contrôlé à moins
que vous soyez autorisé de façon adéquate. Anticipez
par un appel radio. Cependant, soyez préparé à faire des
tours d’attente pour attendre l’autorisation de pénétrer.
Tenez-vous à l’écart des zones à statut particulier comme
les zones de danger et zones interdites. Si vous devez
transiter, contactez les services du contrôle de la circulation aérienne responsables des Zones Dangereuses/
Zones Interdites.
3.7 Transpondeur/Radio
Utilisez les services du contrôle de la circulation aérienne chaque fois que cela est possible. Ils peuvent être
disponibles depuis de nombreux aérodromes militaires
et civils. Vous devez savoir quoi faire en cas de panne
radio.
Vous devriez toujours vous servir des transpondeurs car
ils informent les aéronefs équipés du TCAS de votre position. Lorsque vous volez à proximité d’espaces aériens
contrôlés/militaires/réglementés/interdits, assurez-vous
que votre transpondeur est allumé et communiquez avec
le service du contrôle de la circulation aérienne. Il peut
vous avertir si votre trajectoire semble empiéter sur leur
espace aérien. L’attribution d’un code transpondeur NE
signifie PAS nécessairement que vous bénéficiez d’un
service de contrôle.
6
7
Les codes transpondeur communs incluent : code OACI
standard 7000 pour un vol VFR, 7500 en cas d’intervention illicite, 7600 en cas de panne radio et 7700 en
cas de détresse.
3.8 Déroutement en vol
Un déroutement peut être nécessaire si la quantité de
carburant est insuffisante pour atteindre votre destination
avec une réserve adéquate, ou en cas de dégradation
des conditions météorologiques, ou en cas de malaise
d’un passager, etc. Dans de tels cas, les considérations
du planning en vol peuvent nécessiter :
• d e cercler autour de votre propre position,
• d e tracer une ligne sur votre carte ou de suivre une
ligne caractéristique vers votre déroutement,
• d’estimer la distance et le temps pour atteindre le
déroutement et donc le carburant nécessaire plus la
réserve,
• d’examiner le relief, les dangers et l’espace aérien
rencontrés le long de la route envisagée,
• l’utilisation d’un GPS en tant que complément à la
navigation.
3.9 Environnement
visuel dégradé (DVE)
Si vous rencontrez une détérioration de l’environnement visuel (DVE) prenez à temps la décision de faire
demi-tour, de vous dérouter ou d’atterrir avant que
vous ne soyez désorienté. Un virage de 180° dans
les nuages peut facilement devenir une spirale de la
mort pour les pilotes qui ne sont pas formés au vol aux
instruments (voir notice d’instruction HE1 6 d’EHEST et
vidéo EHEST DVE 7).
3.10 Perdu
Dès que vous avez l’impression d’être perdu, montez à
votre altitude de sécurité si la base des nuages le permet. Notez l’heure, et si vous êtes en contact avec un
service du contrôle de la circulation aérienne, demandez
de l’assistance. Si vous avez perdu le contact sur cette
fréquence ou s’ils ne peuvent pas vous aider, passez
sur 121.5 MHz.
Si vous êtes perdu et que l’un les points ci-dessous
s’applique à vous, appelez à l’aide – « HELP ME » :
Document de référence : EHEST training leaflet HE1, Safety Considerations, Methods to Improve Helicopter Pilot's Capabilities
Référence video : EHEST Degraded Visual Environment video (http://easa.europa.eu/essi/ehest/2011/07/video/)
11
• H Hauteur – sol à relief élevé/obstacles – êtes-vous à
proximité ?
•
• L Expérience limitée, pilote avec peu d‘heures de
E Entrée dans un espace contrôlé – êtes-vous proche ?
vol ou élève-pilote – informez-les.
•
P A
ppel PAN de bonne heure – ne pas attendre qu’il
soit trop tard.
• MConditions météorologiques – est-ce que le temps
se dégrade ?
• E Essence/Kérosène (autonomie) – quantité de carburant restant. Est-ce que la quantité baisse ?
Décidez d’atterrir tant que vous avez du carburant et que
la lumière du jour le permet (voir notice d’instruction
HE3 8 d’EHEST).
Appliquez les procédures de réduction du bruit et NE
survolez PAS des zones sensibles au bruit ou d’autres
zones sensibles. Ces procédures sont décrites dans les publications aéronautiques de l’Etat ou dans d’autres guides
pour le vol, ou elles peuvent être établies localement.
Ne soyez JAMAIS tenté de « battre » la campagne.
Respectez la réglementation de l’État pour les vols à
basse altitude.
3.13 Turbulences de sillage
et souffle rotor
Soyez toujours conscient de l’effet que le souffle de votre
propre rotor peut avoir sur des aéronefs en stationnement et d’autres objets au sol, p. ex. des tables, chaises
et tentes, etc.
3.11 Considérations
concernant le pilotage
Volez à une vitesse sûre par rapport à la visibilité.
Restez à l’extérieur de la zone de danger du « diagramme
hauteur/vitesse ».
Avec la plupart des hélicoptères, et en particulier avec
les hélicoptères équipés d’un rotor basculant bipales,
vous DEVEZ éviter des manœuvres de ressource négative conduisant à des « g » négatifs ce qui peut conduire
à des cognements du mât (« mast bumping ») ou à faire
entrer en collision une pale avec la poutre de queue.
Méfiez-vous du décrochage de pale reculante, en particulier en cas d’opération avec les 5 paramètres élevés : vitesse, masse, altitude-densité, turbulence et
manœuvre. Cela peut provoquer un cabrage spontané
et du roulis. Récupérez en réduisant la vitesse et le pas.
Évitez le vol dans des conditions turbulentes et de vent
fort, en particulier si votre expérience est limitée, et assurez-vous que vous connaissez la vitesse recommandée
pour des vols dans des conditions turbulentes.
3.12 Environnement
Le public n’apprécie pas le bruit des hélicoptères, donc
volez aussi raisonnablement que possible.
Plusieurs aérodromes et sites d’atterrissage sont
sensibles au bruit, il est donc indispensable
de se comporter en bon voisin. Évitez le « claquement
8
des pales » (« flapping ») lorsque vous mettez l’aéronef
en virage ou pendant la descente en ralentissant suffisamment tôt et sans faire des manœuvres brusques.
Éloignez-vous bien du « souffle » créé par des aéronefs
puissants.
Méfiez-vous des turbulences de sillage derrière des
aéronefs plus lourds au décollage, à l’approche ou à
l’atterrissage. L’ATC peut imposer une séparation obligatoire derrière les aéronefs pour des raisons de turbulences de sillage.
Nota : les turbulences de sillage et les tourbillons persistent dans des conditions de vent très léger.
Les hélicoptères en translation au sol, surtout ceux de
grande taille, génèrent de très puissants tourbillons. Les
turbulences de sillage et les tourbillons sont invisibles.
Soyez attentif aux avertissements du contrôle aérien.
3.14 Procédures
de circuit d’aérodrome
Appliquez la procédure d’arrivée appropriée à votre
aérodrome de destination. Faites votre contact radio à
temps et faites des transmissions radio précises – « coupez court aux bavardages ». En cas d’absence de radio
(ou si votre radio est tombée en panne), ayez connaissance des procédures. Vérifiez la hauteur du circuit et
les réglages de l’altimètre et si le circuit est effectué
au QFE ou au QNH. Si l’atterrissage est prévu au QNH,
n’oubliez pas d’ajouter à la hauteur planifiée de votre
Document de référence : EHEST training leaflet HE3, Off Airfield Landing Site Operations
12
sens de l'air
hélicoptère
circuit l’altitude du site. Soyez attentif aux autres activités aéronautiques, p. ex. planeurs, parachutage.
Restez toujours vigilant à l'écoute et faites les appels
radio aux positions appropriées dans le circuit.
Ecoutez et surveillez en permanence le trafic autour
de vous.
Si vous devez utiliser un circuit avion, conservez votre
vitesse. Ne pas ralentir ou voler en stationnaire, provoquant ainsi un risque de collision du trafic qui vous suit.
Soyez vigilant sur les aérodromes où il existe un risque
de confusion des pistes, p. ex. 02 et 20. Vérifiez si le
circuit est à gauche ou à droite car cela déterminera
l’angle mort. En cas de doute – DEMANDEZ.
Pour les sites ou aérodromes sans aucun contrôle radio,
observez la manche à air ou la fumée à proximité afin de
vous assurer que vous atterrissez avec le vent en face.
Vous devez être entièrement sûr de la direction et de la
force du vent avant de vous engager dans la direction
d’approche. L’approche non préparée en cas de vent
arrière est risquée et peut entraîner une entrée en vortex
(anneau tourbillonnaire).
3.15 Atterrissage
Un bon atterrissage est le résultat d’une bonne approche.
Surveillez votre taux de descente (ROD), la marge de
puissance et la vitesse de rapprochement, et si l’un d’eux
devenait trop grand, prévoyez une remise des gaz.
Évitez des conditions qui pourraient entraîner un vortex
(anneau tourbillonnaire) : Puissance établie/Vitesse indiquée basse (inférieure à 30 nœuds)/Taux de descente
élevé (supérieure à 300 pieds par minute) (voir notice
d’instruction HE1 9 d’EHEST).
Ne pas atterrir dans de l’herbe haute et sèche car
l’échappement chaud pourrait provoquer un feu. En
plus, l’herbe pourrait cacher des souches d’arbres ou
un sol en pente.
Rappelez-vous que le vol n’est pas terminé tant que le(s)
moteur(s) n'est (ne sont) pas arrêté(s), tant que toutes les
vérifications ne sont pas effectuées et tant que les rotors
ne sont pas à l’arrêt.
Signalez-vous et clôturez tout Plan de Vol en téléphonant aux services du contrôle de la circulation aérienne
locale, si nécessaire.
Pensez aux vérifications avant atterrissage – qui sont
facilement oubliées si vous faites une approche directe.
Sur des hélicoptères avec des moteurs à pistons, appliquez la réchauffe carburateur selon le cas conformément
aux procédures du RFM/POM.
9
Document de référence : EHEST training leaflet HE1, Safety Considerations, Methods to Improve Helicopter Pilot's Capabilities
13
14
sens de l'air
hélicoptère
15
16
sens de l'air
hélicoptère
4. Considérations particulières
4.1 Conseils pour les vols en hiver
Il convient de noter que les hélicoptères légers d’aviation générale ne sont PAS autorisés aux vols dans des
conditions givrantes. En règle générale, le vol sous les
chutes de neige nécessite l’installation de protections
contre la neige ; consultez votre RFM/POM. Vous devriez
vous servir des prévisions météorologiques pour éviter
des conditions de neige et de givrage.
La neige, la glace et le givre doivent être entièrement
enlevés de l’hélicoptère avant le vol. La glace peut
tomber et mettre en péril des personnes ou du matériel. La neige peut se détacher et être aspirée dans
les entrées d’air moteur et provoquer un arrêt moteur.
L’accumulation de glace a non seulement un effet préjudiciable sur l’efficacité des pales rotor, mais conduit
aussi à une augmentation de la masse de l’hélicoptère
et affecte le cg de façon importante.
Habillez-vous en fonction du temps. Portez des vêtements chauds en cas de panne du chauffage ou en prévision d’un atterrissage forcé/de précaution car vous ne
pouvez pas enfiler les vêtements en vol.
La neige masque les points de repère habituels et rend
donc la navigation difficile. Les routes, les rivières et les
voies ferrées peuvent disparaître sous la neige.
Une désorientation peut survenir si le terrain couvert
de neige et sans traits distinctifs se confond avec un
ciel couvert (en particulier un ciel avec une couverture
haute). L’horizon disparaît et une désorientation peut
rapidement survenir.
4.2 Conseils pour des vols
au-dessus de l’eau
La législation de l’État peut exiger le port de gilets de
sauvetage, l’emport d’un radeau de sauvetage à bord et
l’installation d’un équipement de flottabilité pour les hélicoptères monomoteurs utilisés au-dessus de la mer au-delà
d’une distance d’autorotation en sécurité vers la côte. Il est
vivement recommandé de porter sur vous une Balise Personnelle de Détresse (PLB) et des fusées de signalisation.
Le temps au-dessus de la mer peut souvent être très
différent du temps sur la terre ferme, avec une visibilité
réduite. L’horizon peut ne pas être distinct et la mer se
confond avec le ciel, ce qui peut conduire à une désorientation spatiale.
Si possible, planifiez votre route de façon à être très
proche des voies de navigation etc. afin de réduire le
temps de sauvetage au cas où vous seriez obligé d’amerrir.
La mer autour des côtes de l’Europe du Nord est froide
même en été et le temps de survie peut être moins de
15 minutes (à peu près le temps nécessaire pour le décollage immédiat d’un hélicoptère de sauvetage (SAR)).
Avec une combinaison d’immersion isotherme de bonne
qualité, des sous-vêtements chauds et la cagoule mise
et bien ajustée, le temps de survie devrait être plus de
3 heures. Dans l’eau, la température du corps descend
100 fois plus vite que dans l’air froid.
Restez sur une station radio aéronautique appropriée,
et envisagez de déposer un plan de vol lorsque cela
est possible.
Faire preuve d’une très grande prudence lorsque l’atterrissage de l’hélicoptère a lieu sur la neige, en particulier
sur des sites inconnus. Une technique d’atterrissage à
vitesse nulle devrait être appliquée pour l’atterrissage en
évitant d’entrer en stationnaire, et maintenir ainsi l’effet
de sol et toute neige recirculante au minimum.
17
4.3 Conseils pour des vols
à l’étranger
Tous les aéronefs effectuant des vols internationaux
doivent être en conformité avec les exigences OACI tant
qu’ils se trouvent au-dessus des eaux internationales.
Avant de franchir une frontière de FIR internationale,
vous devez déposer un Plan de Vol OACI. Vérifiez qu’il a
été accepté. Des plans de vol OACI sont disponibles sur
internet et plusieurs pays acceptent le dépôt des plans
de vol en ligne.
Vous devez vous assurer que vous connaissez les règles
aéronautiques, les cartes (comprenant l’échelle et les unités (à savoir pieds ou mètres), l’espace aérien etc. pour
chaque pays vers lequel vous volez ou que vous survolez.
5. Résumé
Un bon sens de l’air (airmanship) commence bien
avant le début du vol. Planifiez votre vol en détail,
anticipez les imprévus. Effectuez une visite prévol
complète, une vérification à l’extérieur et à l’intérieur
de l’hélicoptère. Restez bien dans vos propres limites
et celles de votre hélicoptère et respectez tous les
règlements de l’État.
Rappelez-vous que l’hélicoptère a la capacité unique
de pouvoir atterrir presque partout.
18
Si vous vous trouvez en difficultés, qu’elles soient associées aux conditions météorologiques, au carburant,
à la navigation ou à d’autres difficultés - effectuez
simplement un atterrissage et résolvez le problème.
En cas d’urgence, n’oubliez pas que votre tâche principale est de continuer à piloter votre hélicoptère.
Souvenez-vous : voler, naviguer et communiquer.
Ne faites rien de stupide - devenez un vieux pilote et
NON PAS un pilote audacieux.
sens de l'air
hélicoptère
6. Signaux de manœuvres
des hélicoptères au sol
Se mettre en stationnaire
Bras tendus horizontalement
sur le côté, les paumes tournées vers le bas.
Monter
Bras tendus horizontalement
sur le côté avec les paumes
tournées vers le haut, en faisant signe vers le haut.
Descendre
Bras tendus horizontalement
sur le côté avec les paumes
tournées vers le bas, en faisant signe vers le bas.
Reculer
Les bras le long du corps, les
paumes tournées vers l’avant,
en déplaçant les bras d’un
geste large répété vers l’avant
et vers le haut jusqu’à la hauteur des épaules.
Mouvement latéral
Un des deux bras tendu horizontalement sur le côté, puis
l’autre bras tendu devant le
corps, dans la direction du
mouvement demandé en répétant ces gestes plusieurs fois.
Atterrir
Les bras sont tendus vers le
bas et croisés devant le corps.
Avancer
Mouvement répété des bras
vers le haut et en arrière en
faisant signe d’avancer.
Couper les moteurs
L’une ou l’autre main est placée à hauteur de la poitrine
et ensuite bougée horizontalement vers le côté, la paume
vers le bas.
Arrêt
Les bras sont croisés plusieurs
fois au-dessus de la tête.
19
Pour plus de renseignements contacter :
EUROPEAN HELICOPTER SAFETY TEAM (EHEST)
Component of ESSI
European Aviation Safety Agency (EASA)
Safety Analysis and Research Department
Ottoplatz 1, 50679 Köln, Germany
Mail Web ehest@easa.europa.eu
www.easa.europa.eu/essi
Téléchargements :
Rapport final – Analyse par l’EHEST des accidents d’hélicoptères européens de 2000 à 2005
http://easa.europa.eu/essi/ehest/wp-content/uploads/2010/10/EHEST-Brochure.pdf
Notice d’instruction HE 1 d’EHEST – Considérations concernant la sécurité
http://easa.europa.eu/essi/ehest/wp-content/uploads/2010/10/Leaflet_EHSIT_Training_final.pdf
Vidéo – Environnement visuel dégradé et perte de contrôle
http://easa.europa.eu/essi/ehest/2011/07/video/
EHEST – Liste de vérifications du planning Avant vol
http://easa.europa.eu/essi/ehest/wp-content/uploads/2010/10/EHEST-Pre-flight-planning-Checklist.pdf
EHEST – Signaux de manœuvres des hélicoptères au sol
http://easa.europa.eu/essi/ehest/2011/12/he2_helicopter_ground_operations_ground_signals/
Remerciements :
La direction de la sécurité de l'Aviation civile (DSAC) remercie le groupe EHEST et tous ses contributeurs, et particulièrement
Clément AUDARD et Jean-Marc PENOT, pour avoir autorisé l'utilisation de ses documents dans le cadre du symposium
sur la sécurité hélicoptères.
20
21
22
sens de l'air
hélicoptère
Notes
23
DSAC
direction générale
de l’Aviation civile
direction
de la sécurité
de l'Aviation civile
50 rue Henry Farman
75720 Paris cedex 15
téléphone : 01 58 09 43 21
télécopie : 01 58 09 43 38
www.developpement-durable.gouv.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising