Charte d`engagements volontaires de réduction des émissions de

Charte d`engagements volontaires de réduction des émissions de
Guide général de la démarche Objectif CO2
Mars 2011
Charte d’engagements volontaires
de réduction des émissions de CO2
du transport routier de voyageurs
SOMMAIRE
Guide général de la démarche Objectif CO2 ............................................................................................................. 1
Le contexte énergétique et environnemental du transport routier de voyageurs.......................................... 3
1.1
Le transport routier de voyageurs : un maillon indispensable de la mobilité ............................................ 3
1.2
Des impacts énergétiques et environnementaux importants ...................................................................... 4
1.2.1 Des émissions unitaires de polluants en régression grâce à la réglementation des normes Euro ... 4
1.2.2 Une consommation d’énergie globale en hausse.................................................................................... 4
1.2.3 Une nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre .......................................................... 4
2- La maîtrise de la consommation de carburant : une nécessité économique et environnementale pour
les entreprises du TRV ..................................................................................................................................................... 6
2.1
De nombreux paramètres influencent la consommation de carburant des véhicules ......................... 6
2.2
Le suivi des consommations : un impératif pour mieux gérer son poste carburant et les émissions de
CO2 de son activité transport .......................................................................................................................................... 6
3- La Charte d’engagements volontaires ................................................................................................................. 7
3.1
Une démarche globale et structurante pour les entreprises du TRV .......................................................... 7
3.2
Les attentes des transporteurs............................................................................................................................. 8
3.3
Le schéma général de la démarche ................................................................................................................ 8
4- Étape 1 : Préparer le projet..................................................................................................................................... 9
4.1
Les conditions de réussite..................................................................................................................................... 9
4.2
L’ « autoévaluation » ou la validation des préalables.................................................................................. 10
4.3
Les soutiens externes à l’entreprise .................................................................................................................. 11
4.3.1 Les directions régionales de l’ADEME......................................................................................................... 11
4.3.2 Les Directions régionales de l'Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL)...... 11
4.3.3 Les Conseils régionaux .................................................................................................................................. 11
4.3.4 Les bureaux d’études spécialisés................................................................................................................ 11
5- Étape 2 : Réaliser le diagnostic CO2 .................................................................................................................... 12
5.1
Les pré-requis de la Charte................................................................................................................................ 12
5.2
Les indicateurs de performance environnementale.................................................................................... 12
5.3
Les objectifs du « diagnostic CO2 » .................................................................................................................. 14
5.4
Les outils ................................................................................................................................................................. 14
5.4.1 Le cahier des charges « Diagnostic CO2 » ................................................................................................ 14
5.4.2 L’outil « Engagements volontaires » ............................................................................................................ 15
5.4.3 Les Fiches Actions........................................................................................................................................... 16
5.5
Qui peut réaliser le diagnostic CO2 ? .............................................................................................................. 20
5.6
Comment se faire aider ? .................................................................................................................................. 21
6- Étape 3 : La validation du diagnostic CO2 et la signature de la Charte......................................................... 22
6.1
La validation de l’intégration de l’entreprise dans la démarche.............................................................. 22
6.2
La signature de la Charte .................................................................................................................................. 23
7- Étape 4 : La mise en œuvre et le suivi des engagements................................................................................ 24
7.1
L’accompagnement par les actions de communication / sensibilisation internes ............................... 24
7.2
La pérennisation de la démarche ................................................................................................................... 24
7.3
Le maintien de l'élan........................................................................................................................................... 24
7.4
Le suivi du plan d’actions................................................................................................................................... 25
7.5
L’évaluation annuelle de la situation de l'entreprise et le bilan à 3 ans .................................................. 25
8- ANNEXE 1 : Les partenaires institutionnels .......................................................................................................... 26
9.1
Le MEDDTL ............................................................................................................................................................. 26
9.2
L’ADEME................................................................................................................................................................. 26
9- ANNEXE 2 : Les sites Internet de référence......................................................................................................... 27
10- ANNEXE 3 : Les Directions Régionales de l'Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) .................. 28
11- ANNEXE 4 : Les implantations de l’ADEME.......................................................................................................... 30
1-
1- Le contexte énergétique et environnemental du transport routier de
voyageurs
NB : Dans la suite du document, on entendra par « entreprise » toute activité de transport routier de
voyageurs correspondant aux critères détaillés ci-dessous, qu’elle soit une entreprise privée ou une régie
de transport.
1.1 Le transport routier de voyageurs : un maillon indispensable de la mobilité
Le transport routier de personnes représente un parc de véhicules de transport en commun de 63 000
autocars et d’environ 24 000 autobus, en service en 2010 sur le territoire national (source FCA).
Le terme « transport en commun de personnes » est défini par le Code de la route comme le transport de
plus de 8 personnes, non compris le conducteur. Il y a donc transport en commun de personnes lorsqu’un
véhicule a une capacité supérieure à 9 places passagers.
C’est ce périmètre qui est pris en compte dans la Charte Objectif CO2.
Les véhicules répondant à ce critère sont les autocars et les autobus.
Les autocars sont conçus et aménagés pour le transport de personnes assises. Leur capacité varie de 10 à
60 places, les véhicules de 40 à 59 places représentant 60 % du parc d’autocars en service.
Les autocars sont affectés aux transports routiers interurbains : ils circulent donc majoritairement en
province.
Le trafic totalise plus d’1 million de voyageurs par an. Ce sont les transports réguliers, comme les transports
scolaires ou de ligne régulière, ceux qui correspondent aux besoins du service public de transport, qui
représentent la part la plus importante du trafic de voyageurs par route.
Les transports réguliers interurbains desservent, en effet, la moitié de la population nationale et près de 80 %
du territoire.
Ils constituent la part la plus importante de l’activité réalisée en France métropolitaine, qui totalise plus de
60% du kilométrage parcouru en charge et du parc d’autocars ainsi que 80 % des voyageurs.
La prépondérance de l’activité de service public explique que le transport interurbain de personnes soit
limité géographiquement à la région.
Echappant à la logique de la limitation géographique, les services commerciaux qui représentent 30 % du
parc des autocars, sillonnent pour la moitié d’entre eux, plusieurs régions.
Les activités prises en compte dans al Charte, en dehors du scolaire ou de la ligne régulière, sont le tourisme
et le grand tourisme.
Les autobus sont conçus et aménagés pour être exploités exclusivement à l’intérieur d’un périmètre de
transports urbains.
Un parc de plus de 7 000 autobus, dont plus de 4 400 pour la RATP, assure ainsi les transports routiers urbains
en Ile de France, un parc de 13 000 véhicules assurant les transports urbains dans les villes de province.1
Source de ces paragraphes 1.1 : statistiques du MEDDTL, http://www.statistiques.developpementdurable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=90
1
Mars 2011– Guide
général – 3/31
1.2 Des impacts énergétiques et environnementaux importants
1.2.1
Des émissions unitaires de polluants en régression grâce à la réglementation des
normes Euro
En matière de polluants atmosphériques, la responsabilité du secteur des transports dans les émissions
atmosphériques nationales est loin d’être négligeable avec, par exemple pour l’année 2006, 59% des
émissions de NOx (oxydes d’azote) et 27% des émissions de CO (monoxyde de carbone).
Cependant, depuis 1990, une réglementation européenne (les normes EURO) s'est imposée aux
constructeurs de véhicules de transports routiers de voyageurs. Elle fixe, selon un calendrier précis, des
plafonds d'émissions de plus en plus bas sur quatre polluants locaux (NOx, CO, HC et particules). Depuis
octobre 2009, les véhicules lourds mis sur le marché doivent répondre à la norme Euro V. Cette dernière
impose qu'un véhicule neuf ne doit pas dépasser par exemple 2 g.NOx/kWh soit un plafond d'émission sept
fois moindre que celui de la norme euro 0 en 1990.
C'est en grande partie grâce à ce durcissement des normes que les quantités globales de polluants
réglementés émises par le parc ont pu être diminuées. Mais, compte tenu de l'augmentation des trafics et
du renouvellement des flottes de véhicules, les émissions globales des véhicules lourds entre 1990 et 2007
ont diminué de 13% pour les NOx, 40% pour le CO, 60% pour le HC et 8% pour les particules.2
Cette réglementation permet progressivement de maîtriser la pollution atmosphérique (problématique de
santé publique plutôt locale) malgré l’augmentation des trafics, mais n’agit pas sur les émissions de CO2
(principal gaz à effet de serre).
1.2.2
Une consommation d’énergie globale en hausse
Le secteur des transports dans son ensemble (voyageurs et marchandises) contribue fortement à
l'accroissement de la consommation d'énergie en France. La part du secteur dans la consommation finale
totale d'énergie est aujourd'hui de 30%, contre seulement 13% en 1960 et l'on observe un quasi doublement
de sa consommation depuis 1973. Le transport routier (voitures particulières, véhicules utilitaires et poids
lourds) domine le bilan énergétique puisqu'il représente 81% de la consommation d'énergie, tous modes de
transport confondus.
La particularité du transport routier est qu’il est dépendant quasi-intégralement d’une énergie fossile (le
pétrole) et d’un carburant (le gazole).
Les transports de voyageurs ont été particulièrement touchés par les hausses successives du prix du pétrole :
la part de l'énergie dans le coût de revient du transport routier est aujourd'hui supérieur à 25%, elle était de
l'ordre de 16%, il y a dix ans. Il s’agit donc pour les entreprises de transport routier d’être très attentives au
suivi de leur consommation de carburant et aux solutions technologiques et organisationnelles qu’elles
pourraient mettre en œuvre pour la limiter.
1.2.3
Une nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre
En matière de lutte contre le changement climatique, en l'espace de 40 ans, les transports sont devenus le
premier secteur émetteur de gaz à effet de serre en France.
Sources : Chiffres-clés du transport 2011, MEDDTL et « Des véhicules aux normes pour réduire la pollution de
l’air », DGITM
2
Mars 2011– Guide
général – 4/31
Les principaux gaz à effet de serre habituellement pris en compte sont :
- le dioxyde de carbone (CO2) ;
- le méthane (CH4) ;
- le protoxyde d'azote (N2O) ;
- les chlorofluorocarbures (CFC) ;
- le perfluorométhane (CF4) ;
- l'hexafluorure de soufre (SF6).
Les émissions de gaz à effet de serre des transports sont très majoritairement dues à la consommation de
produits pétroliers (et pour une part bien moindre aux fluides frigorigènes contenus dans les climatisations).
Le principal gaz à effet de serre en cause est donc le CO2.
Un lien direct existe entre la consommation de gazole et les émissions de CO2 :
En brûlant un litre de gazole, un véhicule routier émet 2,662kg de CO2.
Le secteur des transports représentait, en 2006, 26% des émissions totales de gaz à effet de serre du pays,
dont 7% pour les poids lourds et 4% pour les véhicules utilitaires légers. Pour ce qui est du CO2 seul, les
transports comptaient en 2008 pour 31% des émissions nationales dont 8,7% pour les poids lourds. Les
émissions globales de gaz à effet de serre des poids lourds ont ainsi augmenté de 29% entre 1990 et 2006
Figure 1 - Répartition (%) des émissions de CO2 en France (Métropole + DOM, selon le secteur économique
(Source : Inventaire des émissions de polluants atmosphériques en France. Rapport national d’inventaire
SECTEN. CITEPA. 2010)
Malgré les gains unitaires en consommation de carburant des véhicules et donc la diminution de leurs
émissions unitaires, les émissions globales du secteur ont augmenté du fait, principalement, de
l’augmentation des trafics.
La France, signataire du protocole de Kyoto, s’est engagée à ne pas émettre, en 2012, plus de gaz à effet
de serre qu’elle n’en émettait en 1990. Les conclusions du Grenelle de l’Environnement de fin 2007 ont
retenu, s’agissant des transports, l’objectif de réduire de 20% d’ici 2020 les émissions actuelles de l’ensemble
des transports en France (pour les ramener au niveau de 1990).
Dans le secteur du transport routier de voyageurs, relever le défi de réduire les émissions de CO2, c’est aussi
relever le défi de réduire la dépendance du secteur au pétrole.
Mars 2011– Guide
général – 5/31
2- La maîtrise de la consommation de carburant : une
économique et environnementale pour les entreprises du TRV
nécessité
2.1 De nombreux paramètres influencent la consommation de carburant des véhicules
Dans un contexte de hausse régulière du prix du pétrole, les entreprises du secteur du transport routier de
voyageurs doivent avoir recours aux solutions disponibles aujourd’hui pour réduire la consommation de leurs
véhicules.
Ces solutions sont aussi bien technologiques (type de véhicules, vitesse, etc.) qu’organisationnelles
(optimisation des trajets, etc.).
Cependant, aucune n’est susceptible d’offrir seule un potentiel suffisant. Elles doivent être envisagées de
manière complémentaire.
Au delà des caractéristiques du moteur proprement dit, la consommation d’un véhicule est la résultante
d’une multitude de facteurs et paramètres qui peuvent influer d’une manière ou d’une autre, dans un sens
positif ou négatif. On peut schématiquement distinguer :
les paramètres relatifs au véhicule proprement dit :
- les normes de pollution ;
- la motorisation (puissance et âge du moteur) ;
- la masse du véhicule et de sa remorque ;
- la charge transportée ;
- la vitesse moyenne du véhicule ;
- l’équipement du véhicule (silhouette…) ;
- l’entretien du véhicule ;
- les pneumatiques (type, pression et état des pneus) ;
- les accessoires (climatisation, écrans…) ;
les paramètres extérieurs aux véhicules et relatifs aux conditions opérationnelles d’exploitation :
- le mode de conduite du conducteur ;
- les conditions climatiques (pluie, vent, froid, chaleur…) ;
- le profil du parcours ;
- les conditions de trafic.
2.2 Le suivi des consommations : un impératif pour mieux gérer son poste carburant et les
émissions de CO2 de son activité transport
Il sera possible de mettre en œuvre un programme de réduction des consommations de carburant adapté
à l’entreprise uniquement si celle-ci a mis en place des mesures de gestion et de suivi de la consommation
efficaces et structurées qui lui permettent de connaître sa situation de départ et d’évaluer l’évolution de
ses performances. Savoir mesurer et suivre sa consommation de carburant permet de définir un état des
lieux initial et de se fixer un objectif de réduction chiffré et réaliste, ainsi que des actions ciblées.
Tout ce qui se mesure s’améliore !
L’économie de consommation et donc la réduction des émissions de CO2 passe bien évidemment par la
connaissance la meilleure possible des consommations par véhicule et par conducteur.
Les différentes étapes pour la mise en place de cette gestion sont les suivantes :
- la collecte des données afin de définir des indicateurs de suivi pertinents ;
- l’analyse et l’évaluation des données collectées ;
- le reporting.
Cette action, particulièrement importante pour le succès d’une stratégie de réduction des émissions de
CO2, fait l’objet de la fiche action Carburant 2.
Mars 2011– Guide
général – 6/31
3- La Charte d’engagements volontaires
3.1 Une démarche globale et structurante pour les entreprises du TRV
Le Ministère de l’Écologie, du Développement Durable, du Transport et du Logement (MEDDTL) et l’Agence
de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME), en concertation avec les organisations
professionnelles, ont élaboré une Charte intitulée « Charte d’engagements volontaires de réduction des
émissions de CO2 ». Lancée officiellement le 20 septembre 2011, la Charte s’inscrit dans une démarche
globale de lutte contre le changement climatique et plus précisément de réduction des émissions de CO2
(principal gaz à effet de serre), en phase avec les conclusions du Grenelle de l’Environnement. Dans le
même sens, elle entend aussi contribuer à aider les entreprises du TRV à réduire leur consommation de
carburant et alléger ainsi la part du poste carburant dans les comptes des entreprises.
Elle permet à toutes les entreprises de transport de s'engager sur 3 ans dans un plan d'actions concrètes et
personnalisées en vue de diminuer leur consommation de carburant et par voie de conséquence leurs
émissions de CO2.
Les entreprises signataires s’engagent donc à réduire leurs émissions de CO2 par la mise en œuvre d’au
moins une action sur chacun des quatre axes définis par la Charte, à savoir :
- le véhicule ;
- le carburant ;
- le conducteur ;
- l’organisation et le management.
Par cette initiative, le transport routier de voyageurs s'oriente résolument vers une logique de
développement durable afin de contribuer à la réalisation des objectifs de Kyoto. Cette démarche,
proposée à l'ensemble des entreprises du transport routier de voyageurs, s'inscrit dans la durée.
La Charte d’engagements volontaires s’adresse aux entreprises et régies de transport routier de voyageurs,
quelle que soit leur taille ou leur activité. L’objectif est de permettre d’initier ou de renforcer des actions
concrètes en vue de diminuer la consommation de carburant des véhicules et par voie de conséquence
les émissions de CO2.
Pour les signataires, la Charte d’engagements volontaires représente :
- une réduction de leur consommation de carburant afin de renforcer leur rentabilité et leur
compétitivité ;
- une meilleure gestion par la mise en place d’un tableau de bord de suivi ;
- un engagement dans une démarche structurante, source de mobilisation et de motivation de
l’ensemble du personnel ;
- une démarche commercialement valorisable ;
- une image d’entreprise moderne respectueuse de l’environnement et s’inscrivant dans une
perspective de développement durable ;
- une meilleure image du transport routier en France.
Mars 2011– Guide
général – 7/31
3.2 Les attentes des transporteurs
Suite au succès de la Charte d’engagements volontaires dans le secteur du transport routier de
marchandises, le choix d’élargir cette démarche au transport routier de voyageurs a été fait. Fin 2009, la
signature avec la Fédération Nationale du Transport de Voyageurs (FNTV) d’une Charte nationale visant la
création de la démarche Charte CO2 voyageurs l’a acté.
Les entreprises ont exprimé le souhait que la Charte d’engagements volontaires soit un moyen de
reconnaissance dans le secteur du transport et auprès des clients et usagers, et ce, afin de la crédibiliser et
de lui donner du poids. Cette reconnaissance permet à l’entreprise de communiquer en interne et en
externe autour de son engagement.
Autre souhait exprimé, la volonté de disposer d’informations sur :
- les mesures et actions à mettre en œuvre ;
- les gains potentiels liés à chaque action envisageable.
La démarche devrait permettre aux entreprises :
En interne :
- de communiquer sur les mesures prises et sur les efforts réalisés ;
- de mesurer et de suivre les actions mises en œuvre.
En externe :
- de communiquer vers les clients (réponse aux demandes clients sur les émissions de CO2 liées à
une prestation, intégration dans les offres commerciales…) ;
- de communiquer vers le grand public.
La démarche ainsi que les outils et méthodes présentés dans les chapitres suivants ont été élaborés dans
cette perspective.
3.3 Le schéma général de la démarche
Le schéma général de la démarche des engagements volontaires s’articule autour de 4 étapes
successives :
Etape n°1 : Préparer le projet
- Qui ? L’entreprise candidate à l’engagement
- Quand ? Avant l’entrée dans la démarche
- Outils / Supports : Outil « Engagements Volontaires » et son manuel d’utilisation
Etape n°2 : Réaliser le diagnostic CO2
- Qui ? L’entreprise (en interne ou via un prestataire extérieur)
- Quand ? Avant la signature de la Charte
- Outils / Supports : Cahier des charges, Outil « Engagements volontaires » et son manuel
d’utilisation et les Fiches actions
Etape n°3 : Valider le diagnostic et signer la Charte
- Qui ? ADEME / DRE / Conseil régional
Quand ? Après réalisation du diagnostic CO2
- Outils / Supports : Outil « Engagements volontaires » et son manuel d’utilisation
Etape n°4 : Suivre la démarche sur 3 ans
- Qui ? L’entreprise
- Quand ? Après signature de la Charte
- Outils / Supports : Outil « Engagements volontaires » et son manuel d’utilisation
Ces différentes étapes et leur mise en œuvre sont présentées dans les chapitres suivants et détaillées dans
des outils et des guides spécifiques.
Mars 2011– Guide
général – 8/31
4- Étape 1 : Préparer le projet
4.1 Les conditions de réussite
Selon la situation de l’entreprise, les raisons d’entrer dans la démarche de la Charte d’engagements
volontaires sont économiques, environnementales et/ou sociales. Il s’agit :
- d’affirmer une image environnementale ;
- de réduire ses coûts (maîtrise du poste carburant) ;
- de rassembler les salariés autour d’un projet d’entreprise ;
- de répondre à une demande des clients (mais aussi acquérir des connaissances pour proposer des
solutions nouvelles aux clients)…
La motivation doit orienter la Charte d’engagements volontaires vers une réflexion spécifique
correspondant aux attentes de l’entreprise. La motivation doit être partagée par les salariés et surtout être
portée par la direction qui sera amenée à prendre des décisions pour définir et atteindre les objectifs.
Pour réussir la mise en place de la démarche, deux dimensions doivent être prises en compte :
- Une dimension managériale : Cette démarche doit être pensée comme un véritable projet
d’entreprise porté par la direction. C’est aussi un véritable outil de « management », source de
motivation de la part des salariés de l’entreprise. Cette analyse est pleinement partagée par les
entreprises déjà engagées dans la démarche.
- Une dimension technique : Pour crédibiliser la démarche, choisir et suivre les actions les plus
pertinentes et arriver à des résultats significatifs, il est nécessaire de mettre en œuvre un système de
remontée d’informations organisé, fiable et robuste. La démarche est, en effet, basée sur la mesure
et le suivi d’un certain nombre de données, comme la consommation de carburant ou les données
d’activité.
Une implication forte de la direction, qui se traduit par une volonté affichée et la mise à disposition de
moyens humains et financiers (temps, ressources internes et externes…), est indispensable à la réussite du
projet.
Un chef de projet en interne devra être nommé. Il assurera la coordination avec les autres services de
l’entreprise, avec le comité de pilotage et avec les partenaires extérieurs.
Pour mener à bien la démarche, il est par ailleurs recommandé de créer deux instances au sein de
l’entreprise, un comité de pilotage et un groupe de projet :
-
le comité de pilotage discute des éléments recueillis et prend les décisions, notamment celles
concernant les mesures mises en place à l’issue de la démarche de diagnostic.
-
le groupe de projet conduit la démarche et prend en charge les modalités pratiques de chacune
des étapes. L’appui d’un prestataire extérieur est envisageable si l’entreprise a peu de temps, ne se
sent pas compétente ou souhaite un intervenant indépendant extérieur à la structure.
Pour les PME, un seul comité remplira les deux fonctions.
L’entreprise doit mettre en œuvre les moyens humains nécessaires pour piloter et mettre en œuvre en
interne le plan d'actions qui sera défini.
Mars 2011– Guide
général – 9/31
4.2 L’ « autoévaluation » ou la validation des préalables
Pour bien préparer le projet, il est important de se poser les bonnes questions pour juger de la pertinence de
sa candidature.
L’objectif de l’autoévaluation proposée ici est de fournir à l’entreprise les éléments lui permettant :
- d’analyser la pertinence de se lancer dans la démarche de la Charte d’engagements volontaires ;
- de se prononcer sur sa capacité et sa maturité à intégrer la démarche (préalables).
L’autoévaluation est réalisée par l’entreprise au moyen de l’outil tableur « Engagements Volontaires »
qu’elle peut obtenir en prenant contact avec la direction régionale de l’ADEME et les chargés de mission
« Engagements Volontaires » de leur territoire.
Cette autoévaluation vise à ce que le candidat désireux d’entrer dans la démarche de la Charte
d’engagements volontaires valide qu’il répond a minima à certains préalables. En effet, l’intégration d’une
entreprise au sein de la démarche nécessite qu’elle maîtrise et suive un certain nombre de données. Ces
préalables permettent de valider la maturité de l’entreprise vis-à-vis de la problématique de la maîtrise des
consommations de carburant et des émissions de gaz à effet de serre. Ils permettent en parallèle de
confirmer que l’entreprise a à sa disposition tous les outils de maîtrise de ses impacts (suivi de la
consommation, connaissance de son parc…).
Les préalables de la Charte d’engagements volontaires sont au nombre de 9 :
Préalable n°1
Préalable n°2
Préalable n°3
Préalable n°4
Préalable n°5
Préalable n°6
Préalable n°7
Le projet est porté par la direction générale de l'entreprise
Un chef de projet interne a été nommé
L'entreprise a identifié ses motivations pour s'engager dans la démarche
(environnementale, économique, sociale et clientèle)
L’entreprise connaît et maîtrise la structure de son parc de véhicules
L’entreprise connaît et suit la consommation de carburant par véhicule et/ou par
conducteur
L'entreprise maîtrise les actions de formation et de sensibilisation de ses
conducteurs
L'entreprise connaît et suit ses flux de passagers, ou travaille à constituer cette
donnée
Si l’entreprise ne remplit pas les préalables, des recommandations sont proposées afin que l’entreprise
puisse engager les mesures adéquates. L’entreprise pourra malgré tout commencer à réaliser son
diagnostic tout en sachant qu’elle devra faire évoluer cette situation avant de pouvoir intégrer la
démarche. En effet, si l’entreprise ne maîtrise pas l’ensemble des pré-requis (voir le chapitre 5.1), son
intégration dans la démarche de la Charte d’engagements volontaires ne pourra pas être validée.
Mars 2011– Guide
général – 10/31
4.3 Les soutiens externes à l’entreprise
4.3.1
Les directions régionales de l’ADEME
L’ADEME en région peut accompagner les entreprises dans leur démarche, par :
- des conseils méthodologiques ou techniques ;
- la diffusion d’informations sur les expériences menées dans d’autres entreprises régionales, françaises ou
étrangères ;
- des aides financières portant sur le diagnostic ou la mise en place de certaines mesures.
Selon les régions, l’ADEME et ses partenaires peuvent aussi s’appuyer sur un chargé de mission spécialisé
pour assister les entreprises dans leur démarche (rôle d’information, conseil…).
Annexe 3 : Les implantations de l’ADEME
4.3.2
Les Directions régionales de l'Environnement, de l’Aménagement et du Logement
(DREAL)
Les DREAL implantées dans les régions sont les antennes opérationnelles du MEDDTL pour l'ensemble de ses
missions. Elles mènent les grands projets d'aménagement urbain, routier, ferroviaire, maritime ou fluvial en
partenariat avec les collectivités territoriales et veillent à l'application des réglementations, notamment
celles relatives à la sécurité et au développement durable en matière d'équipement et de construction.
Dans la démarche des engagements volontaires, les DREAL sont co-partenaires avec l’ADEME et ont, au
même titre, un rôle d’accompagnement des entreprises en matière d’information sur la démarche, les outils
et les méthodologies proposés.
Annexe 4 : Les implantations des DREAL
4.3.3
Les Conseils régionaux
La région joue un rôle important en matière de développement économique, social et culturel.
Dans le cadre de la démarche des engagements volontaires, les Conseils régionaux seront éventuellement
associés notamment comme partenaires financeurs des délégations régionales de l’ADEME.
4.3.4
Les bureaux d’études spécialisés
Pour réaliser son diagnostic CO2, l’entreprise peut faire appel aux compétences d’un prestataire extérieur
qui l’assistera dans sa démarche. Ce prestataire pourra être sollicité pour :
- produire et traiter l’ensemble des informations nécessaires à la prise de décision (traitement des
données internes, recueil, saisie et traitement statistique des données, analyse et synthèse des
résultats, animation de réunions au sein de l’entreprise…) ;
- réaliser le diagnostic (Etape 2) et accompagner l’entreprise dans la mise en œuvre de ses actions
(Etape 4) ;
- assister le service communication interne pour informer les salariés des avancées du projet et leur
rendre compte des résultats des études ;
- accompagner les débats et discussions du groupe de projet et du comité de pilotage en apportant
une expertise et un regard extérieur ;
- budgéter les différentes mesures et formuler des recommandations précises.
Mars 2011– Guide
général – 11/31
5-
Étape 2 : Réaliser le diagnostic CO2
5.1 Les pré-requis de la Charte
Pour signer la Charte d’engagements volontaires et ainsi intégrer la démarche, le candidat devra fournir
l'outil "Engagements volontaires" complété et respecter les pré-requis suivants :
Pré-requis
n°1
Pré-requis
n°2
Pré-requis
n°3
Pré-requis
n°4
Réaliser un diagnostic CO2 qui vise notamment à faire un état des lieux de sa
situation. Ceci nécessite, de la part de l'entreprise, une bonne connaissance et
un suivi de la structure de son parc, de ses consommations de carburant par
véhicule et/ou par conducteur, de ses actions de formation et de sensibilisation
des conducteurs ainsi que de ses flux de transport.
Choisir / Définir au moins un indicateur de performance environnementale
propre à l’entreprise (de type g CO2/passager.km) avec un objectif de réduction
à 3 ans.
Définir un plan d’actions sur une période de 3 ans élaboré autour des quatre
axes
suivants :
le
véhicule,
le
carburant,
le
conducteur
et
l’organisation/management.
Choisir au moins une action par axe étant précisé qu’à toute action retenue,
devra correspondre un objectif chiffré et mesurable à atteindre dans un délai
déterminé afin de pouvoir suivre et évaluer les résultats obtenus
Pour valider la signature de la Charte d'autres éléments plus qualitatifs pourront être pris en compte comme
par exemple:
- les moyens humains que l'entreprise envisage de déployer pour piloter et mettre en œuvre en
interne le plan d'actions ;
- la méthode de mesure et de suivi de la consommation de carburant retenue…
L’outil « Engagements volontaires » (voir le chapitre 5.4.2 pour plus de détail), outil central de la démarche,
permet à l’entreprise de faire l’état des lieux de sa situation et de définir si elle dispose des informations
nécessaires relatives à sa flotte, à ses consommations, à ses formations…
Par ailleurs, l’outil permet d’évaluer les gains de CO2 et le retour sur investissement que le signataire peut
attendre en fonction des actions qu’il aura choisies et des objectifs qu’il se sera fixés pour chacune de ces
actions. L’outil permet ainsi à l’entreprise de tester différentes situations et d’évaluer sur quel objectif elle
pourra s’engager de manière réaliste.
5.2 Les indicateurs de performance environnementale
Reste la problématique de la définition de l’indicateur de performance environnementale. L’« indicateur de
performance environnementale » sert à quantifier et suivre, sur la période des trois ans d’engagements, les
performances de l’entreprise en matière d’émissions de CO2. Il permet de comparer les évolutions
d’activité aux évolutions des émissions.
Il est constitué par le rapport entre les émissions de CO2 de l’entreprise et une donnée représentative de son
activité. Cet indicateur de performance environnementale permet de s'affranchir de l'évolution de l'activité
et ainsi d’évaluer l'évolution de la performance de l'entreprise sur le périmètre sélectionné.
Il doit traduire aussi bien l’efficacité de la production unitaire (c’est-à-dire la performance du couple
conducteur-véhicule) que celle de l’organisation de l’entreprise (gestion des trajets…).
Mars 2011– Guide
général – 12/31
Laissée à l’appréciation de l’entreprise, cette donnée d’activité doit être :
- représentative ;
- compréhensible ;
- facile d’utilisation ;
- maîtrisée et suivie en interne
- facilement convertie en un indicateur de type gCO2/km.
La donnée d’activité peut être définie, en fonction des activités et de l’entreprise, par les distances
parcourues, les passagers transportés, le nombre de passagers.kilomètres réalisées…
Le suivi le plus simple est celui par le kilométrage. Le but de la Charte CO2 est cependant également
d’inciter à une connaissance précise des flux de passagers de l’entreprise afin de mieux en mesurer les
impacts CO2. Il est donc vivement conseillé de se donner comme objectif une meilleure connaissance de
l’indicateur gCO2/passager.km. Cet effort fera partie de la démarche qualité qu’est la Charte CO2.
Si aucune donnée physique n’est représentative ou maîtrisée, le chiffre d’affaire peut constituer une mesure
de l’activité, il sera simplement nécessaire de faire attention notamment au moment des évolutions de tarif
et de ne pas confondre un changement de prix avec une croissance du volume d’activité.
Enfin, l’entreprise pourra choisir toute autre donnée d’activité qu’elle a l’habitude d’utiliser et dont elle
maîtrise la pertinence et la production.
Améliorer la remontée d’information des données est donc essentiel dans la fiabilisation de l’indicateur de
performance environnementale retenu par l’entreprise.
Les indicateurs de suivi fourniront des informations indispensables pour mesurer l’efficacité globale de
l’entreprise et établir des comparaisons :
- entre véhicules ;
- entre conducteurs ;
- entre activités ;
- entre agences ;
- entre types de véhicules…
Mars 2011– Guide
général – 13/31
5.3 Les objectifs du « diagnostic CO2 »
La préparation du projet a permis de s’organiser en interne et de vérifier que l’entreprise est prête à
s’investir dans la démarche. Celle-ci peut désormais se lancer dans la réalisation du « diagnostic CO2 » sur le
périmètre retenu.
Les objectifs du diagnostic CO2 sont les suivants :
réaliser un état des lieux de référence de l’entreprise (gestion de la consommation de carburant,
parc de véhicules, formations des conducteurs, organisation des trajets…) ;
collecter les données nécessaires aux calculs ;
évaluer les émissions de CO2 de l’entreprise sur le périmètre choisi ;
évaluer les gains potentiels en carburants et CO2 attendus grâce aux différentes actions proposées
par la Charte ;
fixer des objectifs pour chaque action choisie ;
définir de manière personnalisée et sur le périmètre choisi :
- un projet de plan d’actions sur 3 ans
- un indicateur de performance environnementale de type gCO2/passager.km
chiffrer l'objectif de réduction sur lequel l'entreprise s'engage ;
valider les pré-requis de la Charte.
5.4 Les outils
La réalisation du diagnostic CO2 se base sur les outils et méthodes, spécifiquement développés pour la
démarche des engagements volontaires, à savoir :
le présent guide général de la démarche ;
un cahier des charges relatif au diagnostic CO2 et au suivi de la démarche ;
un outil « Engagements volontaires » et son guide d'utilisation permettant, après la saisie des
données relatives à l'activité de l'entreprise :
- de valider pour l’entreprise la pertinence d’entrer dans la démarche,
- d'évaluer et suivre ses émissions de CO2 sur le périmètre choisi,
- d'évaluer les gains de CO2 potentiels selon les actions choisies,
- de suivre l’état d’avancement des objectifs,
- de suivre de manière temporelle le(s) indicateur(s) de performance environnementale.
une série de "fiches actions" détaillées et classées en fonction des 4 axes de la démarche (véhicule,
carburant, conducteur, organisation et management).
Ces outils et guides seront disponibles soit sur les sites Internet du ministère chargé des transports
(www. developpement-durable.gouv.fr [rubrique : Transport routier /Personnes] et de l’ADEME
(www.ademe.fr/transports [rubrique : Transport de personnes / Transport routier]), soit auprès des
délégations régionales des DREAL et de l'ADEME.
5.4.1
Le cahier des charges « Diagnostic CO2 »
L’objectif du cahier des charges « diagnostic CO2 » est de permettre à l’entreprise ou au prestataire retenu
(si l’entreprise décide de faire appel à une aide extérieure) de réaliser un diagnostic et un
accompagnement complet et conforme.
Mars 2011– Guide
général – 14/31
Le cahier des charges précise les différentes étapes à suivre pour réaliser ce diagnostic dans le but :
- de réaliser un état des lieux de la gestion par l'entreprise des données de consommation de
carburants ;
- d'évaluer les potentiels de réduction de consommation de carburants et d'émissions de CO2
attendus grâce aux différentes actions proposées par la Charte ;
- de valider la maîtrise en interne des données nécessaires à l’entrée de l’entreprise dans la
démarche ;
- d'élaborer le plan d’actions sur 3 ans de l’entreprise ;
- de chiffrer l'objectif de réduction sur lequel l'entreprise s'engage ;
- d'aider à la mise en œuvre du plan d’actions et suivre l’avancement de la démarche.
Le cahier des charges est un véritable guide pour l’entreprise :
- dans la réalisation du diagnostic si elle décide de le réaliser en interne ;
- dans le choix du prestataire extérieur si elle décide de se faire accompagner dans la démarche
(car le prestataire devra suivre les exigences présentées dans le cahier des charges).
Le cahier des charges est composé des chapitres suivants :
- exigences envers le prestataire (si l’entreprise y fait appel) ;
- modalités de réalisation du diagnostic ;
- modalités de l’accompagnement ;
- cadrage de la mission ;
- transmission des informations ;
- fiche de synthèse.
5.4.2
L’outil « Engagements volontaires »
L’outil « Engagements volontaires » est l’outil central de la démarche. Il devra être utilisé lors de la phase de
diagnostic CO2 (Etape 2) mais aussi lors de l’autoévaluation de l’entreprise (Etape 1) et accompagnera
l’entreprise tout au long de sa période d’engagement.
Les objectifs de cet outil sont :
- d’évaluer la pertinence de l’engagement dans la Charte
- d’évaluer et de suivre les émissions de CO2 de l’entreprise sur le périmètre choisi ;
- d’évaluer les gains de CO2 potentiels selon les actions choisies ;
- de suivre l’atteinte des objectifs ;
- de suivre dans le temps le(s) indicateur(s) de performance environnementale défini(s).
L’outil « Engagements volontaires » est structuré autour de 9 onglets, pour une progression logique :
- Identification et auto-évaluation de l’entreprise ;
- Périmètre et indicateurs ;
- Tableau de saisie des données ;
- Choix des actions de la Charte et estimation des gains CO2 potentiels ;
- Suivi du plan d’actions ;
- Suivi des indicateurs de performance environnementale ;
- Hypothèses ;
- Fiches de synthèse.
L’outil nécessite la maîtrise et le suivi des données nécessaires aux différents calculs. Les données de base à
entrer sont, entre autres :
- la consommation totale en carburant du parc ;
- la structure du parc ;
- le nombre de conducteurs ;
- les distances parcourues par les véhicules…
Mars 2011– Guide
général – 15/31
En fonction de la situation de l’entreprise et des actions sélectionnées dans la Charte d’engagements
volontaires, d’autres informations pourront être demandées par la suite :
- le nombre de véhicules climatisés ;
- le nombre de conducteurs formés à l’écoconduite…
L’outil « Engagements volontaires » permet à l’entreprise de définir son plan d’actions et son objectif global
de réduction des émissions de CO2. Il permet ainsi à l’entreprise de calculer les gains potentiels en
carburant et en émissions de CO2 selon l’action choisie et son niveau d’engagements. Cet outil a été
développé pour les entreprises en vue :
- de tester différentes actions de réduction des émissions proposées (voir le catalogue des actions au
chapitre 5.4.3 ;
- d’évaluer les gains de CO2 et de carburant réalisables par le choix et la mise en place de ces
actions.
Cet outil devra être utilisé tout au long de la période d’engagements de l’entreprise dans la démarche. Il
permettra ainsi de faire un suivi de la démarche, de l’indicateur de performance environnementale défini
par l’entreprise et des différentes actions sélectionnées par l’entreprise.
Pour plus d’informations et une meilleure compréhension de l’outil, il est fortement conseillé de s’appuyer
sur son manuel d’utilisation.
5.4.3
Les Fiches Actions
Différentes actions permettant de réduire la consommation de carburants et les émissions de CO2 ont été
identifiées selon les quatre axes de la Charte d'engagements volontaires à savoir : le véhicule, le carburant,
le conducteur et l’organisation/le management.
L’objectif de ces Fiches Actions est de fournir aux entreprises de transport une information indépendante sur
les différentes actions susceptibles d’être mises en œuvre pour réduire les consommations et de les aider
dans le choix des actions pertinentes à mettre en œuvre.
En appui de l’outil « Engagements volontaires », elles décrivent ainsi les différentes technologies,
organisations ou techniques qui ont un impact positif sur la consommation de carburant, les conditions de
leur mise en œuvre, un ordre de grandeur de retour sur investissement, une estimation des coûts. Elles
évaluent en parallèle les gains en termes de consommation de carburant et/ou d’émissions de CO2
auxquels l’entreprise peut s’attendre par leur mise en place.
Les fiches actions consistent en un descriptif et une présentation des actions réalisables pour réduire les
émissions de CO2. Elles sont organisées suivant le déroulé suivant :
- fiche de synthèse ;
- contexte et réglementation ;
Puis sont déclinés par solution :
- « comment ça marche ? » ;
- impact sur la consommation et les émissions de CO2 ;
- domaine de pertinence
- mise en œuvre ;
- suivi de la solution.
Mars 2011– Guide
général – 16/31
Axe 1
Véhicule
Axe 2
Carburant
Axe 3
Conducteur
Axe 4
Organisation
et
management
FA
FA
FA
FA
FA
FA
FA
FA
Véh.1
Véh.2
Véh.3
Véh.4
Véh.5
Véh.6
Véh.7
Véh.8
–
–
–
–
–
–
–
–
FA Carb.1 FA Carb.2 –
Adaptation de la flotte de véhicules au contexte d’utilisation
Bridage des véhicules
Utilisation de lubrifiants moteurs à économie d’énergie
Optimisation des consommations liées aux services aux passagers
Amélioration de la maintenance des véhicules (hors pneumatiques)
Gestion du parc de pneumatiques
Optimisation du système de gestion de la température de l’habitacle
Allègement du véhicule
Utilisation de carburants alternatifs
Amélioration du suivi des conssommations
FA Cond.1 – Mise en place d’un programme éco-conduite
FA Cond.2 – Optimisation de la gestion de la température
FA Orga.1 –
FA Orga.2 –
FA Orga.3 -
Amélioration de la gestion des trajets
Actions d’information et de sensibilisation des voyageurs
Amélioration de la gestion de l’environnement des entreprises
Figure 2 – Liste des fiches actions
Figure 3a– Tableau de synthèse des caractéristiques des fiches actions (Légende)
Mars 2011– Guide
général – 17/31
Figure 3b– Tableau de synthèse des caractéristiques des fiches actions
Mars 2011– Guide
général – 18/31
Figure 3c– Tableau de synthèse des caractéristiques des fiches actions
Mars 2011– Guide
général – 19/31
Figure 3 - Exemple de la fiche de synthèse de la fiche action « Cond.1 : Mise en place d’un programme
éco-conduite »
A noter : Les données utilisées pour les calculs des gains de carburant et d’émission sont
des résultats d’études menées sur des cas concrets ou de calculs spécifiés dans les Fiches
Actions. Elles nécessitent donc d’être considérées comme indicatives et constituent des
estimations et des ordres de grandeur. Les gains réels pourront être différents de ces
prévisions, en fonction des caractéristiques de l'entreprise, de ses activités, de son
implantation géographique ou encore de son matériel. Par ailleurs, les gains potentiels
seront bien évidemment différents en fonction de la situation initiale de l’entreprise.
5.5 Qui peut réaliser le diagnostic CO2 ?
Le diagnostic CO2 est réalisé sur la base du cahier des charges précis:
- par l’entreprise elle-même en interne, avec les seules équipes et connaissances de l’entreprise, si
celle-ci dispose des ressources et des compétences nécessaires, ou
Mars 2011– Guide
général – 20/31
-
en ayant recours à un prestataire externe dont les prestations devront alors répondre aux
prescriptions du cahier des charges présenté au chapitre 5.4.1.
5.6 Comment se faire aider ?
Si l’entreprise décide de passer par un prestataire extérieur pour l’assister dans la réalisation de son
diagnostic, une aide financière peut être accordée par l’ADEME, dans le cadre de son dispositif en vigueur,
de son budget disponible et de ses partenaires financeurs régionaux éventuellement associés.
L’entreprise devra alors exiger du prestataire qu’il respecte le cahier des charges dans le cadre de la
Charte d’engagements volontaires.
Si l’entreprise décide de réaliser le diagnostic CO2 par ses propres moyens, elle dispose des guides, outils et
méthodologies décrits ci-dessus. Sur des points techniques d’informations, elle pourra faire également
appel aux conseils des partenaires régionaux et/ou nationaux de la démarche des engagements
volontaires.
Mars 2011– Guide
général – 21/31
6- Étape 3 : La validation du diagnostic CO2 et la signature de la Charte
L’objectif de cette troisième phase est de valider le diagnostic réalisé par l’entreprise et de formaliser la
signature de la Charte par l’entreprise.
6.1 La validation de l’intégration de l’entreprise dans la démarche
A l’issue de la phase de diagnostic CO2, l'entreprise envoie à la DR de l'ADEME (avec copie à la DREAL) un
rapport constitué principalement :
- de l’outil "Engagements volontaires" dûment complété ;
- de la fiche de synthèse intégrée dans l'outil qui reprendra, outre les principaux résultats du
diagnostic CO2, les éléments plus qualitatifs, tels que les moyens humains et techniques envisagés
dans la mise en œuvre du plan d'actions, la méthode de mesure et de suivi des consommations de
carburants, les types d'investissements nécessaires, l'organisation interne à mettre en place, les
estimations de coûts induits…) ;
- et, si nécessaire, d'un rapport plus complet.
Le contenu détaillé du rendu est précisé dans le cahier des charges relatif à la démarche.
Après réception, le comité de validation validera ou non l’intégration de l’entreprise dans la démarche des
engagements volontaires.
Les critères de sélection des entreprises sont les suivants :
le respect des quatre pré-requis :
- la réalisation d’un diagnostic CO2 qui vise notamment à faire un état des lieux de sa situation ;
- la définition d’au moins un indicateur de performance environnementale propre à l’entreprise
(de type g CO2/passager.km) avec un objectif de réduction à 3 ans ;
- la définition d’un plan d’actions sur une période de 3 ans élaboré autour des quatre axes de la
Charte : le véhicule, le carburant, le conducteur et l’organisation/ le management ;
- le choix d’au moins une action par axe étant précisé qu’à toute action retenue, devra
correspondre un objectif chiffré et mesurable à atteindre dans un délai déterminé afin de
pouvoir suivre et évaluer les résultats obtenus.
la prise en compte d'autres éléments plus qualitatifs comme par exemple :
- les moyens humains que l'entreprise envisage de déployer pour piloter et mettre en œuvre en
interne le plan d'actions ;
- la méthode de mesure et de suivi de la consommation de carburant retenue…
Mars 2011– Guide
général – 22/31
6.2 La signature de la Charte
Après validation par le comité de validation, l’entreprise pourra officiellement signer la Charte
d’engagements volontaires.
Cette signature est tripartite ou quadripartite : elle aura lieu entre l’entreprise, le MEDDTL (représenté en
région par le préfet), l’ADEME avec, dans certains cas, le conseil régional.
Dans chaque région, la DREAL et l’ADEME organisent au minimum tous les ans avec leurs partenaires
(conseil régional, organisations professionnelles, entreprises signataires) une rencontre afin d'effectuer un
bilan de la démarche.
Deux niveaux ont été définis pour distinguer les entreprises signataires de la Charte :
Niveau 1 : Utilisation du logo et du nom associés à la démarche
Dès signature de la Charte, l’entreprise pourra utiliser le logo et le nom associés à la démarche afin de
communiquer tant en interne qu'en externe sur ses engagements. La liste des entreprises signataires de la
Charte sera mise en ligne sur le site Internet de l’ADEME.
Cependant, les partenaires de la démarche se gardent la possibilité, après avis du comité de validation,
d’exclure les entreprises qui ne respecteraient pas leurs engagements.
Niveau 2 : Labellisation environnementale des entreprises de transport
Dans une phase ultérieure, un système de label sera mis en place afin de récompenser les entreprises qui
auront un niveau de performance environnementale supérieur à la moyenne. Ce label, attribué suivant des
critères référencés dans un cahier des charges précis, sera gradué selon le niveau de performance.
Mars 2011– Guide
général – 23/31
7- Étape 4 : La mise en œuvre et le suivi des engagements
Les détails concernant les modalités de mise en œuvre sont propres à chaque mesure choisie par
l’entreprise. Cependant, certaines étapes sont communes :
- identifier et désigner un responsable chargé de la mise en place et du suivi des actions : cette
personne peut être un salarié de l’entreprise à qui un minimum de temps sera alloué pour cette
fonction ou une personne recrutée pour l’occasion ;
- définir les objectifs et les moyens de la communication interne et externe. Il est recommandé de
formaliser la mise en place des premières mesures par l’organisation d’une journée de lancement.
7.1 L’accompagnement par les actions de communication / sensibilisation internes
Tout au long du projet, il est essentiel de communiquer régulièrement en interne auprès des salariés sur
l’avancement et les enjeux de la Charte d’engagements volontaires. Il s’agit principalement de modifier les
comportements. C’est pourquoi, la communication doit sensibiliser et donc favoriser l’implication de tous,
en convainquant les salariés qu’ils ont un rôle actif à jouer.
Il est recommandé de privilégier des actions de communication directe permettant un contact avec les
salariés, pour qu’un dialogue puisse être engagé et que chacun comprenne de quelle manière il peut
concrètement participer au succès. Les challenges inter-agences peuvent être envisagés sur les thèmes tels
que la consommation de carburant ou toutes autres actions de la Charte.
Le succès engendre le succès, si les salariés trouvent que quelque chose marche bien, ils y prendront part. Il
est donc important d’informer sur le résultat des réalisations et de les promouvoir.
7.2 La pérennisation de la démarche
Lorsque les actions sont mises en place, il est indispensable d’en assurer le suivi : ce travail permettra de
vérifier la réalisation des objectifs fixés au départ, d’engager d’éventuelles mesures correctives et
d’identifier des idées nouvelles pour maintenir la démarche.
7.3 Le maintien de l'élan
Quelques mois après l’engagement de l’entreprise au sein de la Charte d’engagements volontaires,
l’enthousiasme initial est peut-être retombé. Il est important que les employés gardent à l’esprit que le
concept est vivant. Il convient donc de :
- passer en revue régulièrement les initiatives ;
- répondre rapidement et de manière appropriée à tout problème posé ;
- garder une information disponible et actualisée ;
- encourager les commentaires aussi bien positifs que négatifs (boîte à idées). Les problèmes les plus
vite évoqués sont les mieux résolus et les employés n’hésiteront pas à entretenir le dialogue, à
exposer leur point de vue et à faire preuve d’imagination s’ils se sentent écoutés.
Mars 2011– Guide
général – 24/31
7.4 Le suivi du plan d’actions
L’avancement du plan d’actions devra faire l’objet d’un suivi régulier. Ce suivi, réalisé à l’aide de l’outil
« Engagements volontaires » permettra :
- à l’entreprise d’atteindre les objectifs fixés ;
- à l’ADEME de s’assurer du respect des engagements pris par l’entreprise.
La mise en œuvre et l’atteinte des objectifs pour chaque action sélectionnée devront être évaluées
régulièrement. Des indicateurs de suivi, intégrés à l’outil de suivi, permettent d’évaluer l’avancement des
actions.
Comme pour la phase de diagnostic, l’entreprise a la possibilité de se faire accompagner dans cette
phase de suivi par un prestataire extérieur. Celui-ci devra suivre scrupuleusement le cahier des charges
définis au chapitre 5.4.1.
Il est suggéré que les indicateurs et le plan d’actions soient suivis en interne tous les 6 mois au minimum.
7.5 L’évaluation annuelle de la situation de l'entreprise et le bilan à 3 ans
Tous les ans à l’issue de chaque période d’engagement de la Charte, l’entreprise signataire doit
transmettre à la DR de l’ADEME (avec copie à la DREAL) un point d’avancement de la démarche formalisé
par l’outil « engagements volontaires » actualisé.
Cette phase de suivi peut être l'occasion, si besoin est, de réajuster le plan d'actions mais également
d'exclure de la démarche toute entreprise qui ne respecterait pas les engagements pris, après avis du
comité de validation.
Au terme des 3 ans d’engagements, l’entreprise signataire envoie l’outil actualisé sur les 3 ans à la DR de
l’ADEME (avec copie à la DREAL). Objectif : évaluer si l'entreprise a bien réalisé ses engagements (analyse
des gains obtenus, des difficultés rencontrées, des axes de progrès…)
Un nouveau plan d'actions peut être établi si l'entreprise le souhaite, avec mise en place de nouveaux
objectifs prenant en compte les résultats du premier plan d'actions.
Mars 2011– Guide
général – 25/31
8- ANNEXE 1 : Les partenaires institutionnels
9.1 Le MEDDTL
Créé en 2007, ce ministère rassemble des pôles autrefois distincts - Équipement et Transports, Écologie,
Énergie, puis le Logement en juin 2009. L’administration centrale s'articule autour d’un secrétariat général,
un commissariat général, cinq directions générales et une délégation. Les relais sur le territoire : les
directions régionales de l'environnement, de l’aménagement et du logement (DREAL) et les directions
départementales des territoires (DDT).
Aujourd'hui, tous les sujets étant liés, il est nécessaire d'avoir une approche transversale et totalement
décloisonnée pour traiter l'ensemble de ces questions.
9.2 L’ADEME
L'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (ADEME) est un établissement public à caractère
industriel et commercial, placé sous la tutelle conjointe du ministère de l'Écologie, de l’Énergie, du
Développement durable et de l’Aménagement du territoire, et du ministère de l'Enseignement supérieur et
de la Recherche. Elle participe à la mise en œuvre des politiques publiques dans les domaines de
l'environnement, de l'énergie et du développement durable. L'agence met ses capacités d'expertise et de
conseil à disposition des entreprises, des collectivités locales, des pouvoirs publics et du grand public et les
aide à financer des projets dans cinq domaines (la gestion des déchets, la préservation des sols, l'efficacité
énergétique et les énergies renouvelables, la qualité de l'air et la lutte contre le bruit) et à progresser dans
leurs démarches de développement durable.
Mars 2011– Guide
général – 26/31
9- ANNEXE 2 : Les sites Internet de référence
MEDDTL (Ministère de l’Écologie, du Développement durable, du Transport et du Logement) :
www.developpement-durable.gouv.fr (rubrique : Transport/Routier/Voyageurs)
ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) : www.ademe.fr (Domaine
d’intervention : Transports / Transport de personnes/ Transport routier).
Les sites francophones :
- Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques :
www.certu.fr
- Union européenne: www.europa.eu.int
- Service public de la diffusion du droit : www.legifrance.gouv.fr
- Institut bruxellois pour la gestion de l’environnement : www.ibgebim.be
- Programme national de recherche et d'innovation dans les transports terrestres : www.predit.prd.fr
- Délégation interministérielle de la Sécurité routière : www.securiteroutiere.equipement.gouv.fr
- Semaine européenne de la mobilité et du transport public : www.semaine-mobilite.org
Les sites anglophones :
- United Nations Environment Programme: www.unep.org
Mars 2011– Guide
général – 27/31
10- ANNEXE 3 : Les Directions Régionales
l’Aménagement et du Logement (DREAL)
MEDDTL,
Direction
Générale des
Infrastructures,
des Transports et
de la Mer
DREAL
Alsace
Aquitaine
Auvergne
BasseNormandie
Bourgogne
Bretagne
Centre
ChampagneArdenne
Corse
Franche Comté
Guadeloupe
Guyane
HauteNormandie
Ile-de-France
Grande Arche, paroi sud
92055 La Défense Cedex
Adresse
2, route d’Oberhausbergen
BP81005F
67070 Strasbourg Cedex
Cité administrative
2, rue Jules Ferry
BP55
33090 Bordeaux Cedex
7 rue Léo Lagrange
63033 Clermont-Ferrand
Cedex 1
10 bd du général Vanier
BP 60040
14006 Caen Cedex
15 av Jean Bertin
21000 DIJON
L’Armorique
10, Rue Maurice Fabre
CS 96515
35065 Rennes Cedex
5 av Buffon
BP 6407
45064 ORLEANS Cedex
40, Bld Anatole France
51022 Châlons en
Champagne Cedex
Terre-Plein de la Gare BP 408
20302 Ajaccio Cedex 1
17 r Alain Savary
25000 BESANCON
Cité Guillard
Chemin des Bougainvilliers
97100 Basse Terre
3, rue Félix Eboué
97300 Cayenne
Cité Administrative
2, rue Saint Sever
76032 Rouen Cedex
21-23, rue Miollis
75732 Paris Cedex 15
de
l'Environnement,
01 40 81 21 22
01 40 81 37 95
Téléphone
Télécopie
03.88.13.05.00
03.88.13.05.10
05.56.24.80.80
05.56.24.47.24
04.73.43.16.00
04.73.34.37.47
02.31.43.15.00
02.31.43.19.00
03 80 29 40 00
03 80 29 40 93
02.99.33.45.55
02.99.33.44.33
02 36 17 41 41
02 36 17 41 01
03.26.70.80.00
03.26.70.80.01
04.95.29.09.09
04.95.29.09.94
03 81 21 67 00
03 81 21 69 99
05.90.99.35.60
05.90.99.35.65
05.94.26.66.50
05.94.37.89.81
02.35.58.54.84
02.35.58.53.03
01.40.61.80.80
01.40.61.85.85
Mars 2011– Guide
de
général – 28/31
LanguedocRoussillon
Limousin
Lorraine
Martinique
Midi-Pyrénées
Nord-Pas-deCalais
Pays de Loire
Picardie
Poitou Charentes
Provence Alpes
Côté d’Azur
Rhône-Alpes
Réunion
520, Allée Henri II de
Montmorency
34064 Montpellier Cedex 2
Immeuble P.A.S.T.E.L.
22, rue des Pénitents-Blancs
Boîte Postale 3217
87032 Limoges CEDEX
11, Place Saint Martin
57036 Metz Cedex 1
Immeuble Massal
4, Boulevard de Verdun
97200 Fort-de-France
Cité administrative Bât. A
Boulevard Armand Duportal
31074 Toulouse Cedex 9
44 rue de Tournai
BP259
59019 Lille Cedex
34 pl Viarme 44000 NANTES
Cité administrative
56, rue Jules Barni
80040 Amiens Cedex 1
15 rue Arthur Ranc
BP 539
86020 Poitiers Cedex
37 boulevard Périer
13008 Marseille
Cité administrative d’Etat
165 rue Garibaldi
BP 3203
69401 Lyon Cedex 3
12, Allée de la Forêt
Parc de la Providence
97400 Saint Denis de la
Réunion
04.67.20.50.00
04.67.15.68.00
05.55.12.90.00
05.55.34.66.45
03.87.34.34.34
03.87.31.66.61
05.96.71.30.05
05.96.71.25.00
05.61.58.52.04
05.61.58.59.23
03.20.40.54.54
03.20.13.48.78
02 40 99 58 00
03.22.82.25.00
03.22.91.73.77
05.49.55.65.65
05.49.55.65.89
04.91.00.52.00
04.91.00.52.20
04.78.62.50.50
04.78.62.11.70
02.62.94.72.50
02.62.94.72.55
Mars 2011– Guide
général – 29/31
11- ANNEXE 4 : Les implantations de l’ADEME
Siège social
Centre d’Angers
(siège social)
Adresses
Téléphone
Fax
2, square La Fayette - BP
90406 49004 ANGERS cedex
02 41 20 41 20
02 41 87 23 50
Centre de
Valbonne
Centre de ParisVanves
Bureau à
Bruxelles
Délégations
régionales
500, route des Lucioles
06560 VALBONNE
27, rue Louis Vicat
75737 PARIS cedex 15
53, avenue des Arts
1040 BRUXELLES
04 93 95 79 00
04 93 65 31 96
01 47 65 20 00
01 46 45 52 36
00 322 545 11 41
00 322 545 11 44
Téléphone
Fax
03 88 15 46 46
03 88 15 46 47
05 56 33 80 00
05 56 33 80 01
04 73 31 52 80
04 73 31 52 85
02 31 46 81 00
02 31 46 81 01
03 80 76 89 76
03 80 76 89 70
02 99 85 87 00
02 99 31 44 06
02 38 24 00 00
02 38 53 74 76
03 26 69 20 96
03 26 65 07 63
04 95 10 58 58
04 95 22 03 91
03 81 25 50 00
03 81 81 87 90
02 35 62 24 42
02 32 81 93 13
01 49 01 45 47
01 49 00 06 84
04 67 99 89 79
04 67 64 30 89
05 55 79 39 34
05 55 77 13 62
ALSACE
AQUITAINE
AUVERGNE
BASSENORMANDIE
BOURGOGNE
BRETAGNE
CENTRE
CHAMPAGNE
ARDENNE
CORSE
FRANCHECOMTÉ
HAUTENORMANDIE
ILE-DE-FRANCE
LANGUEDOC
ROUSSILLON
LIMOUSIN
Adresses
8, rue Adolphe Seyboth
67000 STRASBOURG
6, quai de Paludate
33080 BORDEAUX cedex
63, boulevard Berthelot
63000 CLERMONT-FERRAND
“LE PENTACLE” avenue
Tsukuba
14209 HÉROUVILLE ST-CLAIR
cedex
“LE MAZARIN” 10, av. Foch BP
1042 –
21025 DIJON cedex
33, bd Solférino CS 41217
35012 RENNES cedex
22, rue d'Alsace-Lorraine
45058 ORLÉANS cedex 1
116, avenue de Paris
51038 CHÂLONS- ENCHAMPAGNE cedex
Parc Sainte-Lucie –
Immeuble Le Laetitia - BP 159
20178 AJACCIO cedex 1
25, rue Gambetta - BP 26367
25018 BESANÇON cedex 6
“LES GALÉES DU ROI” 30, rue
Gadeau de Kerville
76000 ROUEN
6-8, rue Jean Jaurès
92807 PUTEAUX Cedex
Résidence “ANTALYA” 119,
rue Jacques Cartier
34965 MONTPELLIER cedex 2
38 ter, avenue de la
Libération
87007 LIMOGES cedex
Mars 2011– Guide
général – 30/31
LORRAINE
MIDI-PYRÉNÉES
NORD PAS-DECALAIS
PAYS DE LA LOIRE
PICARDIE
POITOUCHARENTES
34, avenue André Malraux
57000 METZ
Technoparc Bât. 9 Rue Jean
Bart - BP 672
31319 LABÈGE cedex
Centre Tertiaire de l'Arsenal
20, rue du Prieuré –
59500 DOUAI
5, boulevard Vincent Gâche
BP 16202
44262 NANTES cedex 02
Immeuble Apotika 67 av
Italie 80094 AMIENS Cedex 3
6, rue de l'Ancienne
Comédie BP 452 86011 POITIERS cedex
03 87 20 02 90
03 87 50 26 48
05 62 24 35 36
05 62 24 34 61
03 27 95 89 70
03 27 95 89 71
02 40 35 68 00
02 40 35 27 21
03 22 45 18 90
03 22 45 19 47
05 49 50 12 12
05 49 41 61 11
PROVENCE
ALPES CÔTE
D’AZUR
2, boulevard de Gabès
13008 MARSEILLE
04 91 32 84 44
04 91 32 84 66
RHÔNE-ALPES
10, rue des Émeraudes
69006 LYON
04 72 83 46 00
04 72 83 46 26
Départements
d’Outre-Mer
Adresses
Téléphone
Fax
05 90 26 78 05
05 90 26 87 15
05 94 29 73 60
05 94 30 76 69
05 96 63 51 42
05 96 70 60 76
02 62 71 11 30
02 62 71 11 31
Téléphone
Fax
00 687 27 39 44
00 687 24 35 15
00 689 46 84 55
00 689 46 84 49
05 08 41 19 80
05 08 41 19 85
GUADELOUPE
GUYANE
MARTINIQUE
RÉUNION
Représentations
dans les
Territoires
d’Outre-Mer
NOUVELLE
CALÉDONIE
POLYNÉSIE
FRANÇAISE
SAINT-PIERRE ET
MIQUELON
Immeuble Café Center Rue
Ferdinand Forest
97122 BAIE MAHAULT
28, avenue Léopold Heder
97300 CAYENNE
Zone de Manhity Four à
Chaux Sud imm Exodom
97232 LE LAMENTIN
Parc 2000 - 3 av. Théodore
Drouhet BP 380 –
97829 LE PORT cedex
Adresses
56, rue Bataille - BP C5
98800 NOUMÉA
BP 115 –
98713 PAPEETE
Direction de l'Agriculture et
de la Forêt - BP 4244 –
97500 SAINT-PIERRE ET
MIQUELON
Mars 2011– Guide
général – 31/31
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement