Guide méthodologique et manuel d`utilisation du BC

Guide méthodologique et manuel d`utilisation du BC
Bilan Carbone projets AFD
Guide méthodologique et manuel d’utilisation
Version : 7 avril 2011
Résumé
Dans le cadre des engagements pris
par la France de participer à la lutte contre le
changement climatique, le Groupe Agence
Française de Développement cherche à
promouvoir un développement sobre en
carbone au travers des opérations qu’il
finance, conformément aux orientations
prises dans son
Plan d’Orientation
Stratégique. Cette politique se décline selon
plusieurs axes, l’un d’entre eux consistant en
une démarche de mesure de l’empreinte
carbone de ses financements
Dans cette optique, l’AFD s’est dotée
en 2007 d’un instrument de quantification des
émissions et réductions d’émissions de gaz à
effet de serre (GES) engendrées par les projets
qu’elle finance. Cet outil, inspiré du Bilan
Carbone® de l’ADEME repose sur les travaux
de Jean-Marc Jancovici et a été adapté par la
SFI pour ses propres besoins. L’AFD a
développé en 2011, en collaboration avec le
cabinet Carbone4, une nouvelle version de cet
outil, présentant une meilleure ergonomie,
des données mises à jour et des
fonctionnalités nouvelles. L’outil, mis à
disposition sur le site internet de l’AFD
permet
d’estimer
(http://climat.afd.fr),
l’impact sur le climat d’un projet à partir de
ses données opérationnelles disponibles dans
le cadre de l’instruction. L’estimation des
émissions ou réductions d’émissions que
l’activité future est susceptible d’induire est
directement fournie par l’outil.
Ainsi, il est possible de déterminer
l’empreinte carbone d’un projet tout d’abord
en estimant les émissions induites par son
existence (c'est-à-dire tant par sa construction
que par son fonctionnement) puis en mettant
en évidence le différentiel d’émissions entre
cette situation de financement du projet et
une situation de référence, construite comme
la situation la plus probable en l’absence de
projet. Le bilan net des réductions d’émissions
et des émissions induites permet de
déterminer si l’impact global du projet est
positif ou négatif pour le changement
climatique.
L’estimation de l’impact carbone
contribue par ailleurs à la redevabilité du
Groupe AFD sur les actions qu’elle finance.
Les émissions de GES apportant une
estimation de la consommation d’énergies
fossiles d’un projet, le bilan carbone constitue
en outre une alerte sur le risque de
dépendance du projet aux énergies fossiles,
ressources susceptibles de chocs futurs en
termes de prix et de disponibilité.
Le présent document est constitué de trois parties distinctes :
• Une description des principes régissant la mesure de l’empreinte carbone des projets à l’AFD.
La clarification de ces principes permet la standardisation et l’homogénéité des calculs
d’empreinte carbone afin d’assurer la comparabilité et la transparence des résultats ;
• un guide d’utilisation de l’outil bilan carbone ;
• une série de 27 fiches décrivant, pour chaque grande catégorie de projet finançable par le
Groupe AFD : les hypothèses méthodologiques pour le calcul des émissions ; les sources
d’émissions à prendre en compte dans le calcul ; les sources d’émissions négligeables ; les
limites de la méthode de calcul.
1
Sommaire
Sommaire
2
Introduction : pourquoi mesurer ?
3
I.- Principes de la mesure
4
I.1.- Principes généraux du bilan carbone
A. Principe de base du bilan carbone
B. Gaz pris en compte
C. Une unité de mesure commune de l’impact des GES : l’équivalent CO2
D. Postes d’émissions
I.2.- Principes adoptés par l’AFD pour la mesure de l’impact climatique de ses projets
A. Transparence
B. Périmètre de prise en compte des émissions
C. Niveau de précision et incertitude
D. Approche conservatrice
E. Durée de vie des projets
F. Agrégation des émissions au cours du temps
G. Types de projets à mesurer
H. Typologie et dénomination des projets
I. Attribution des émissions
J. Définition et choix de la situation de référence
II.- Visite guidée de l’outil
4
4
4
5
5
6
6
6
7
8
8
8
8
9
10
10
12
II.1. Réalisation du calcul par étapes
12
II.2. Pour en savoir plus
16
III.- Fiches pratiques pour chaque type de projet
2
21
Introduction : pourquoi mesurer ?
Au-delà des montants engagés par le Groupe AFD dans la lutte contre le changement climatique,
l’Agence s’attache à quantifier l’impact de ses financements sur le climat, à la fois en termes
d’émissions et de réductions d’émissions ainsi qu’à prendre en compte cette question dans
l’instruction des projets. Ceci répond à la politique générale de l’AFD d’évaluation ex-ante de l’impact
de ses financements, mais permet également de produire des éléments quantifiés afin de mieux
comprendre le lien entre développement et climat et d’intégrer cette dimension dans l’analyse du
projet.
L’objectif principal de l’AFD est de mettre en perspective développement et climat, en cherchant le
meilleur compromis entre les demandes des pays, la valeur ajoutée et le risque porté par ces
demandes, leur capacité à mettre en œuvre des solutions innovantes du point de vue du climat, et
la volonté de l’AFD, acteur public français, de se montrer ambitieux sur ce sujet.
Cette volonté de mettre en regard climat et développement suppose l’idée que ces deux notions
sont complémentaires et non opposées. En effet, les pays s’engagent progressivement au niveau
mondial à changer leur trajectoire de développement pour la rendre moins émissive, afin de lutter
de manière globale contre le réchauffement de la planète et se préparer aux effets du changement
climatique.
En outre, le développement durable des pays du Sud passera nécessairement par la prise en
compte de la limitation des émissions de GES dans leurs stratégies de développement, afin
d’assurer une moindre dépendance aux énergies fossiles. Il est ainsi dans leur intérêt d’agir dès
maintenant afin que leurs économies se retrouvent moins dépendantes d’infrastructures à forte
intensité carbone. Il sera difficile de se développer dans un monde contraint par l’épuisement des
ressources fossiles sans l’intégration de ce critère dans les modes de développement.
Dans ce cadre, l’outil bilan carbone permet d’apporter une meilleure compréhension d’un projet
de développement, à la fois :
- en apportant des éléments quantitatifs sur les impacts du projet en matière d’émission de
GES, permettant ainsi de clarifier la compréhension du lien entre les impacts de
développement du projet et le climat ;
- en explicitant les principales sources d’émissions de GES d’un projet, permettant ainsi
d’identifier des pistes potentielles de limitations des émissions à étudier lors de
l’instruction du projet ;
- en constituant une alerte et en apportant des éléments quantitatifs (les émissions de GES
représentent une estimation pour mesurer la consommation d’énergies fossiles) sur le
risque de dépendance énergétique du projet (dépendance à une ressource susceptible de
chocs en termes de prix et de disponibilité) et sur un risque de surcoût environnemental
(prix de la tonne de carbone émise en fonction des législations actuelles et futures dans le
cadre d’une gestion mondiale commune) ;
- en fournissant des éléments quantitatifs indispensables à l’évaluation de « l’efficacité
climat » d’un projet. Cette analyse quantitative peut être complétée si besoin par d’autres
éléments qualitatifs ;
- enfin l’outil bilan carbone est un outil de redevabilité de l’action de l’AFD indispensable à
sa crédibilité comme acteur majeur des financements internationaux en faveur du climat.
3
I.- Principes de la mesure
I.1.- Principes généraux du bilan carbone
A. Principe de base du bilan carbone
La méthode bilan carbone comptabilise les émissions de gaz à effet de serre à partir des données
opérationnelles d’un projet ou d’une activité. L’estimation des émissions induites est alors
directement fournie par l’outil bilan carbone sur la base de ces données opérationnelles.
La réalisation du bilan carbone d’un projet consiste donc à recenser les données physiques relatives à
l’activité du projet (selon sa nature, il peut s’agir de la quantité d’électricité consommée en kWh, de
tonnes de fioul, de quantités de matériaux tels que ciment, acier, plastique, de déchets produits ou
encore du nombre de voyageurs transportés,…) et de les inscrire dans le tableur qui indique alors
directement les émissions correspondantes en équivalent CO2.
Cette correspondance s’effectue via un « facteur d’émission », valeur scientifiquement déterminée
et préinscrite dans le tableur qui permet, par simple opération de multiplication, de convertir les
valeurs des données « observables » de l’activité en équivalent CO2.
Quelques exemples de facteurs d’émissions :
- la consommation d’1 kWh électrique en Chine correspond à l’émission de 0,74 kg
d’équivalent CO2 (source : Agence Internationale de l’Energie, 2009) ;
- la production d’une tonne de ciment émet 862 kgeqCO2 ;
- un voyage court courrier (sur une distance de 500 km) en classe affaire engendre l’émission
de 330 kgeqCO2.
Il est cependant important de garder à l’esprit qu’une incertitude plus ou moins importante est
attachée à ces facteurs. Par conséquent, le résultat du calcul reste une approximation. L’objectif du
bilan carbone n’est pas la précision, mais la souplesse et la simplicité d’utilisation, permettant de
fournir des renseignements en ordre de grandeur afin d’appuyer l’analyse des projets et la prise de
décision.
B. Gaz pris en compte
Les gaz à effet de serre pris en compte dans le recensement des émissions sont ceux identifiés dans
le protocole de Kyoto :
-
le Dioxyde de Carbone (CO2), résultant principalement de la combustion fossile, de la
production d’aluminium, d’acier, de ciment, et de verre.
le Méthane (CH4), résultant de la combustion ou décomposition de la biomasse, la
production ou traitement de pétrole et de gaz.
l'Oxyde Nitreux (N2O), résultant de l’incinération de déchets solides, d’engrais et des
transports.
Les Hydrofluorocarbures (HFC), induits dans les processus industriels d’isolation,
réfrigération et air conditionné.
les Perfluorocarbures (PFC), dans le cadre de la production d’aluminium.
l’Hexafluorure de Soufre (SF6), dans le cadre de projets impliquant des systèmes de
transmission d’électricité et systèmes électroniques.
De plus, dans le domaine du transport aérien, d'autres gaz à effet de serre sont émis, tels que de la
vapeur d'eau dans la stratosphère, de l’eau condensée sous diverses formes, du NOx et du méthane
qui, ensemble, produisent de l'ozone. Ils sont pris en compte dans les facteurs d’émissions du bilan
carbone.
4
C. Une unité de mesure commune de l’impact des GES : l’équivalent CO2
Les gaz à effet de serre précités n’ayant pas le même pouvoir de réchauffement sur l’atmosphère, un
kg de CO2 émis n'aura pas le même impact sur le réchauffement climatique sur une période donnée
qu'un kg de méthane émis sur cette même période. Une unité commune de l’impact réchauffant
respectif de ces gaz permettra d’en quantifier l’impact global.
L'unité retenue est l’équivalent CO2 (eqCO2). Elle permet de faire correspondre une tonne d’un GES
au nombre de tonnes de CO2 qui serait nécessaire pour engendrer un réchauffement équivalent sur
une durée de 100 ans (pour plus d’informations, cf. page 36 : GIEC, 2007 : Bilan 2007 des
changements climatiques. http://www.ipcc.ch/pdf/assessment-report/ar4/syr/ar4_syr_fr.pdf)
D. Postes d’émissions
Pour la méthode et l’outil bilan carbone AFD, les postes d’émissions du Bilan Carbone se répartissent
selon la nomenclature préconisée dans le cadre de la mise en place de la norme ISO 14069.
Les émissions sont réparties en deux catégories distinctes selon la phase du projet, puis en sous
catégories selon la répartition suivante :
Pour la phase de construction :
- déforestation (clearing) ;
- matériaux de construction (construction materials) : émissions engendrées par la
production de métaux, de ciment, etc
- consommation d’énergie (construction energy consumption)
Pour la phase opérationnelle :
- consommation de combustible fossile (fuel consumption) :
- consommation d’électricité et de chaleur (electricity/heat consumption)
- autres émissions dues aux procédés (other process emissions) : il s’agit d’émissions
engendrées par des usages non énergétiques. Cela concerne notamment : la
décarbonatation pour la production de clinker, les émissions de méthane dans les mines
et les réservoirs de barrages, les émissions de méthane lors de la décomposition de
déchets organiques ou d’eaux usées, les émissions d’oxyde nitreux lors de l’épandage
d’engrais, les émissions de gaz industriels (réfrigérants notamment)
- achat de biens et services (purchase of goods and services) : il s’agit des émissions
engendrées par la production de produits qui sont consommés dans le cadre de l’activité
du projet. Cela concerne notamment : les métaux, plastiques, verres, papiers et cartons,
produits chimiques et produits agricoles
- fret (freight) : émissions engendrées par le transport de produits (matières premières,
matériaux entrants ou produits finis). Il peut s’agit de fret par route, rail, air ou mer.
- transport de passagers (passenger transport)
- déchets et eaux usées (waste and wastewater)
- utilisation du sol (land use) : il s’agit des émissions engendrées par un changement
d’usage des sols. Cela inclut les émissions de carbone contenu dans la biomasse et des
sols.
- utilisation (utilisation) : cette catégorie regroupe les émissions engendrées par
l’utilisation du projet (s’il s’agit d’une infrastructure) ou par l’utilisation des produits
engendrés par le projet (s’il s’agit d’une usine par exemple). Les types d’émissions inclus
dans cette catégorie (transport, utilisation d’électricité, de carburants fossiles, etc) se
recoupent avec ceux d’autres catégories. A la différence des émissions des autres
catégories, celles de la catégorie ‘utilisation’ sont engendrées par les utilisateurs (ou
clients) du projet.
- fin de vie (end of life).
5
I.2.- Principes adoptés par l’AFD pour la mesure de l’impact
climatique de ses projets
A. Transparence
Le fil conducteur régissant la méthodologie bilan carbone est le principe de transparence. Le calcul
du bilan carbone d’un projet est indissociable de la formulation et de l’explicitation des hypothèses
employées pour le calcul. Il s’agit en effet d’assurer la traçabilité du résultat depuis les données
opérationnelles utilisées jusqu’au calcul effectué, en passant par les hypothèses prises.
Cette démarche transversale assure par ailleurs une meilleure comparabilité des résultats entre eux.
Dans cette optique, un certain nombre de principes sont fixés par avance dans le présent guide
comme étant les principes de la mesure carbone à l’AFD. De plus, l’outil bilan carbone comporte un
onglet récapitulant les hypothèses et résultats du calcul.
B. Périmètre de prise en compte des émissions
Le calcul de l’empreinte carbone d’un projet est réalisé de manière compatible avec les définitions
des scopes 1, 2 et 3 tels qu’explicités dans le GHG Protocol1.
Source : Greenhouse Gas Protocol, Corporate Accounting and Reporting Standard, Chapitre 4 “Setting Operational
Boundaries” (April 2004)
Scope 1.- Emissions directes : émissions résultant directement de l’activité (combustion, …)
Scope 2.- Emissions indirectes : émissions liées à l’achat d’électricité et de chaleur nécessaires à
l’activité.
Scope 3.- Emissions indirectes : émissions liées à la production du matériel acheté pour l’activité, à
l’élimination des déchets, à des activités sous-traitées, à l’utilisation du produit…
La méthode de mesure des émissions des financements de l’AFD consiste à prendre en compte les
Scope 1, 2 et 3, c'est-à-dire à la fois les émissions directes et indirectes, à la fois en amont et en
aval du projet financé.
1
La méthode retenue s’appuie sur le chapitre 4 (Setting Operational Boundaries) du Corporate Accounting and
Reporting Standard, issu du Greenhouse Gas Protocol. Ce dernier définit trois scopes, correspondant à des
périmètres de plus en plus étendus.
6
Le périmètre des émissions indirectes liées à un projet peut être particulièrement large, et leur
inclusion dans le calcul du bilan carbone peut se heurter à des difficultés d’obtention des données.
Afin de clarifier cette question, plusieurs dispositions sont prises :
- sont inclus dans le périmètre de calcul l’ensemble des postes d’émissions quantifiables avec
un effort raisonnable ;
- les effets induits difficilement quantifiables ne sont pas inclus dans le calcul, mais peuvent
faire l’objet d’une analyse qualitative complémentaire ;
- les fiches pratiques en dernière partie de ce guide indiquent pour chaque grand type de
projet les postes d’émission (directs et indirects) importants à inclure dans le calcul ainsi que
les postes négligeables.
Pourquoi mesurer les émissions directes et indirectes ?
Mesurer les émissions indirectes peut poser certains problèmes : risque de double comptage, pas
de ‘maîtrise’ des émissions indirectes, cadre réglementaire (EU ETS p. ex.) portant uniquement sur
les émissions directes.
Néanmoins, le choix de mesurer l’empreinte carbone selon le périmètre le plus large est en phase
avec l’objectif de l’AFD d’expliciter le lien entre développement et climat, et répond à une
tendance très largement répandue :
- de la même manière que l’impact de développement d’un projet passe par la mesure d’effets
indirects (nombre d’enfants scolarisés, trafic routier ou aérien…), la bonne appréhension des
émissions des financements passe par la mesure des émissions indirectes (émissions des véhicules
ou avions, utilisation finale de l’énergie…)
- la vulnérabilité d’un investissement au renchérissement des énergies fossiles ou de la tonne de
CO2 est à la fois liée aux émissions directes, mais aussi à la chaîne de production amont (un
fournisseur intensif en carbone), et en aval (évolution de la demande induite par ces
changements).
A titre d’exemple, dans le secteur des transports, il ne serait pas pertinent d’évaluer l’empreinte
carbone d’un projet sans prendre en considération les émissions qui en découleront une fois
l’infrastructure construite. Le bilan carbone d’un projet de financement d’un aéroport ou d’une
route comprend donc les données relatives à l’activité aéroportuaire/routière, c'est-à-dire la
circulation des avions/véhicules, qui représente la source principale d’émissions du projet.
C. Niveau de précision et incertitude
Le principe du bilan carbone consiste à fournir une évaluation ex-ante de l’ordre de grandeur des
émissions induites ou évitées par un projet. Une telle indication suffit compte tenu d’une part des
incertitudes inhérentes à certains facteurs d’émissions – indiquées dans l’outil bilan carbone – et
d’autre part aux incertitudes sur les données qu’il est parfois délicat d’obtenir avec exactitude, et ce
d’autant plus que le calcul se fait ex-ante. Par ailleurs, dans la majorité des cas, les postes d’émissions
dominants sont en général peu nombreux : l’incertitude quantitative qui peut les affecter ne modifie
pas leur hiérarchie et ne constitue donc nullement un frein à l’action.
En conséquence, seuls les postes d’émissions principaux d’un projet sont pris en compte dans le
calcul. Ceux-ci ont été identifiés pour chaque grand type de projet financé par l’AFD et sont indiqués
dans la suite de ce document.
En effet, la mesure de l’empreinte carbone représente un outil de décryptage des projets et de
pilotage interne des engagements. Or pour cette finalité, une information en ordre de grandeur est
suffisante à la prise de décision.
7
D. Approche conservatrice
Dans le cadre de la mesure de l’empreinte carbone des projets qu’elle finance, l’AFD privilégie – à
l’image des préconisations du GHG Protocol2 – une approche dite « conservatrice ». Les hypothèses
et valeurs utilisées pour la réalisation du bilan carbone – notamment en cas d’incertitude sur les
données – doivent dès lors tendre à surestimer les émissions et sous-estimer les réductions
d’émissions.
E. Durée de vie des projets
Le calcul des émissions de gaz à effet de serre induites par les projets (tant lors de la construction
que pour la phase de fonctionnement) se fait sur l’ensemble de leur durée de vie.
La durée de vie d’un projet peut être décomposée en deux phases distinctes :
- une phase de construction, dont la durée est déterminée par l’utilisateur. Dans le cas d’un
projet dont la phase de construction engendre des émissions négligeables, la durée des
travaux n’est pas prise en compte. Dans les cas où la phase de construction s’avère émissive,
une durée par défaut de 1 an est proposée dans l’outil ;
- une phase de fonctionnement, dont la durée est déterminée par l’utilisateur. A des fins de
comparaison, une normalisation de la durée de vie de divers types de projets est proposée,
ces valeurs pouvant être revues au cas par cas pour des projets spécifiques ayant une durée
de vie différente :
- 50 ans pour les barrages,
- 30 ans pour les infrastructures de transport,
- 20 ans pour les autres projets.
Par conséquent, le calcul des émissions annuelles est réalisé en rapportant les émissions totales sur
la durée de vie de l’infrastructure, soit la phase de travaux ajoutée à celle de fonctionnement.
F. Agrégation des émissions au cours du temps
Les résultats du calcul de l’empreinte carbone d’un projet sont présentés sous la forme suivante :
- les émissions engendrées durant la phase de construction, en tCO2 ;
- les émissions engendrées ou évitées annuellement durant la phase de fonctionnement du
projet, en tCO2 par an.
Dans une optique d’agrégation et de comparaison entre projets, les valeurs obtenues pour les deux
catégories d’émissions ci-dessus seront agrégées sous la forme d’émissions moyennes annuelles sur
la durée de vie des projets, incluant celles de la phase de construction des infrastructures (le cas
échéant). Les émissions annuelles ne sont pas actualisées.
G. Types de projets à mesurer
L’outil de mesure de l’empreinte carbone des projets développé par l’AFD n’est utilisable que sur un
certain type de projets. Par ailleurs, afin de limiter au maximum la charge de travail supplémentaire
induite par le bilan carbone, certains projets sont considérés comme non prioritaires en termes de
mesure de l’empreinte carbone.
Ainsi, on distingue trois catégories de projets :
- les projets non mesurables au moyen de l’outil bilan carbone.
Il s’agit des aides budgétaires, des intermédiations financières, du financement budgétaire des
collectivités locales et des projets de renforcement de capacités. Des évolutions de l’outil ou le
développement de nouvelles méthodes pourront à terme permettre la mesure de l’empreinte
carbone de ce type de financements.
2
The Greehouse Gas Protocol, The GHG Protocol for Projet Accounting, Décembre 2005, Chapitre 4, GHG
Accounting Principles, p 22.
8
Il est à noter que pour les intermédiations financières, la réflexion est en cours pour la mesure des
émissions. Elle est rendue actuellement difficile car il n’est pas toujours possible de connaitre avec
précision l’affectation de ces financements.
L’outil bilan carbone permet de mesurer l’impact carbone de l’ensemble des projets ne rentrant pas
dans ces catégories, soit les projets dits « directs ».
les projets dont l’impact est mesurable par le bilan carbone, mais dont l’empreinte carbone
est négligeable.
Pour cette catégorie de projets, l’outil bilan carbone est utilisable. Néanmoins, afin de ne pas alourdir
le cycle projet et sur la base de rétrospectives des résultats depuis la mise en place de l’outil, certains
types de projets sont faiblement émissifs, et il est considéré qu’il n’est pas prioritaire de les analyser
au moyen du bilan carbone
Parmi ces projets, on peut notamment indiquer les secteurs de :
- la santé ;
- l’éducation ;
-
De plus, en ce qui concerne les projets « climat » – c'est-à-dire tout projet dont les réductions
d’émissions qu’il engendre sont supérieures aux émissions qu’il génère sur sa durée de vie – la
réduction d’émissions est également prise en compte (cf. encadré).
H. Typologie et dénomination des projets
Afin d’améliorer la transparence des actions en faveur du climat l’AFD a adopté une définition de ce
qui relève des projets d’atténuation :
Un projet concourt à l’atténuation des émissions lorsque les réductions d’émissions qu’il
engendre sont supérieures aux émissions qu’il génère sur sa durée de vie.
Cette définition permet ainsi de clarifier la frontière entre les projets permettant une baisse en valeur
absolue des émissions de GES et ceux permettant d’améliorer l’intensité carbone d’une activité
(notamment par le biais de l’introduction d’une technologie plus efficace), mais entraînant une
augmentation des émissions.
Exemple : Passage d’une technologie peu sobre à une technologie plus sobre en carbone.
La figue ci-dessous permet d’expliciter cette distinction, dans le cas du passage d’une technologie peu
sobre en carbone (Courbe 1) à une technologie plus sobre (Courbe 2).
Tonnes de
CO2 émises
Courbe 1: Situation
avant projet
Courbe 2: Situation
après projet
Emissions
avant projet
Projet de
technologie propre
Niveau
d’émissions
avant
projet
Projet climat
Production
9
Si les émissions après la
mise en place du projet
sont inférieures à celles de
la situation avant projet, il
s’agit d’un projet qualifié
de ‘climat’.
Si les émissions après
projet sont supérieures à
celles avant projet (suite à
une augmentation des
capacités de production
simultanée par exemple), il
ne s’agit pas d’un projet
qualifié de ‘climat’. En
revanche,
l’intensité
carbone suite à la mise en
place du projet étant plus
faible, il s’agit d’un projet
de « technologie propre ».
I. Attribution des émissions
Dans un souci de continuité avec la méthodologie adoptée jusqu’alors dans la mesure de l’empreinte
carbone, toutes les émissions ou réductions d’émission liées aux projets financés sont retenues,
c'est-à-dire sans pro rata des financements engagés, sans limite au rôle et périmètre stricts de la
contrepartie de financement (i.e. incluant le scope 3). A travers la mesure de l’empreinte carbone
via l’outil bilan carbone, on cherche en effet avant tout à rendre compte de l’impact d’un projet, et
non pas de la part virtuellement imputable à l’activité de financement de l’AFD.
J. Définition et choix de la situation de référence
L’objectif de la mesure de l’empreinte carbone étant d’estimer les émissions induites ou évitées par
un projet, il s’agit de comparer les émissions entre une situation où le projet est financé d’une part,
et une situation de référence d’autre part.
La situation de référence est définie comme étant la situation la plus probable en l’absence de
projet.
Il est dès lors possible de construire une multitude de scénarios. Afin d’obtenir des résultats
comparables au niveau de l’AFD et qui permettent de prendre des décisions au regard de la stratégie
adoptée, une normalisation est proposée.
Le choix « standardisé » sera adopté comme situation de référence, sauf lorsqu’un cas particulier le
justifie, auquel cas la situation de référence retenue doit être indiquée.
NB. - Le périmètre de calcul dans la situation de référence est le même que celui du projet.
De manière générale, et avec une seule exception, la situation de référence correspond à la
situation sans projet. (cf. Figure 1)
Pour le cas particulier des énergies renouvelables, la situation de référence retenue est le mix
énergétique du pays.
Le choix d’une telle situation de référence fixe un contrefactuel ambitieux pour les projets et
permet ainsi à l’AFD de se présenter comme un acteur ambitieux pour faire face à la problématique
du changement climatique, ne cherchant pas à sous-estimer les émissions des projets financés
(greenwashing).
A titre d’exemple, pour un projet permettant à la fois une efficacité énergétique (effet attendu :
réduction des émissions de GES) et une augmentation des capacités de production (effet attendu :
augmentation des émissions de GES), on prendra en compte les effets de l’ensemble du projet, et
pas uniquement du volet de réduction des émissions. Cette situation est explicitée dans la figure cidessous : le différentiel d’émissions entre la situation de référence et la situation observable par le
système Terre après projet est matérialisé par la flèche verte. Il représente l’évolution réelle des
émissions physiques de GES dans l’atmosphère.
10
Tonnes
de CO2
émises
Emissions théoriquement évitées grâce au projet dans le cas où le
situation de référence est une augmentation des capacités de
production sans amélioration de l’efficacité non retenu par l’AFD
Niveau
d’émissions
après projet
Impact du projet dans sa globalité sur la quantité d’émissions avec
prise en compte des effets de l’augmentation des capacités de
production et de l’amélioration de l’efficacité (situation de référence =
situation avant projet) retenu par l’AFD
Niveau
d’émissions
avant projet
Impact du volet « efficacité énergétique » du projet sur la quantité
d’émissions sans prise en compte des effets de l’augmentation des
capacités de production, i.e. prise en compte partielle de l’impact du
projet
non retenu par l’AFD
Temps
Mise en place du projet
11
II.- Visite guidée de l’outil
II.1. Réalisation du calcul par étapes
Etape 1. Renseigner l’onglet « General info »
Cet onglet permet de renseigner les informations générales relatives au projet :
- le nom du projet
- le pays ou la région du projet (via un menu déroulant)
- le type de projet (via un menu déroulant)
Pour certains types de projet, des informations générales additionnelles sont à indiquer plus bas dans
l’onglet afin d’aider l’utilisateur dans le calcul. Il s’agit des projets de centrale thermique, d’énergie
renouvelable, de cimenterie, de transports ferrés urbains et interurbains, de traitement des déchets
solides, d’usine de traitement des eaux usées, et de projets forestiers.
- le CAPEX du projet (investissement total dans le projet)
- les OPEX du projet (charges) en première année de fonctionnement nominal
- les OPEX du projet en dernière année de la période d’analyse
- la date de début du projet (début des travaux)
- la durée de la phase de construction (1 an par défaut)
- la durée de la phase opérationnelle (sauf informations spécifiques contraires 50 ans pour les
barrages, 30 ans pour les projets de transport, 20 pour les autres projets. Pour plus de
renseignements, cf. fiche descriptive par type de projet)
- une description qualitative du projet
- une description qualitative de la situation de référence (afin d’expliciter et de détailler les
hypothèses prises dans un objectif de transparence du calcul).
- la personne réalisant le bilan carbone
- la date de réalisation du bilan carbone.
Par ailleurs, en fonction du type de projet renseigné, les hypothèses, parti-pris méthodologiques et
limitations importantes du calcul sont indiquées dans le cadre jaune. Ces informations seront
répétées tout au long du calcul.
Enfin, dans le cas où la situation de référence est constituée par un projet alternatif, il est possible
d’indiquer en bas de l’onglet :
- le CAPEX du projet alternatif
- les OPEX du projet alternatif en première année de fonctionnement nominal
- les OPEX du projet alternatif en dernière année de la période d’analyse.
Etape 2. Renseigner l’onglet « Project »
1. En haut à gauche de l’onglet, repérer les postes d’émissions signalés en couleur.
La couleur orange indique un poste
Construction Phase
Operational Phase
Clearing
Fuel consumption
d’émission
principal
et
qu’il
est
Construction materials
Electricity / heat consumption
indispensable de prendre en compte pour
Construction energy
Other process emissions
Purchase of goods and services
connaitre un ordre de grandeur de
Freight
l’empreinte carbone d’un projet.
Passenger transport
Waste and wastewater
La couleur jaune indique un poste
Land Use
Utilisation
d’émission dont l’ordre de grandeur est
End of life
Other calculations
secondaire, et qu’il n’est pas indispensable
de renseigner si les données ne sont que difficilement accessibles.
La signalisation en couleur d’un poste d’émission est déterminée par l’outil en fonction du
type de projet sélectionné par l’utilisateur lors de l’étape 1 (onglet « General info »). Si le
type de projet n’est pas renseigné, il revient à l’utilisateur de déterminer les postes
principaux.
2. Dérouler les sous-catégories de postes d’émissions en cliquant sur le symbole « + » de
la marge grise à l’extrême gauche de l’onglet.
12
3. Sélectionner la nature et l’unité de la donnée d’entrée disponible à partir des menus
déroulants de la colonne C « Sub-category ». Deux cas sont alors possibles :
- Dans les encadrés sur fond vert : traitement des données en mode « simple ».
Dans ce cas, il s’agit de remplir les renseignements demandés dans le bloc « Specific ratios
for dedicated projects (simple mode for a quick assessment) ». Ce mode permet d’obtenir un
résultat à partir de ratios existants lorsque les données d’activité disponibles sont peu
détaillées.
- Dans les encadrés sur fond bleu pâle : traitement des données en mode « avancé ».
Il remplace l’utilisation du mode simple lorsque des données plus précises sont disponibles.
Pour plus de renseignements sur ces modes, se reporter aux explications détaillées du
fonctionnement de l’outil.
4. Renseigner les valeurs correspondantes aux données d’activités dans les cellules blanches
dans la colonne D « Input data ».
Pour la phase de construction, il s’agit d’entrer les informations concernant l’ensemble de la
phase de travaux
Pour la phase de fonctionnement, il est nécessaire d’entrer des informations annuelles.
5. Le cas échéant, afin d’améliorer la lisibilité, la transparence et la vérification ultérieure du
calcul un intitulé peut être donné à chaque donnée entrée : la colonne O « Project-related
comments (non compulsory) »est prévue à cet effet.
6. Réitérer les opérations 2 à 5 pour chaque poste d’émissions signalé en orange et pour ceux
en jaune lorsque les données sont accessibles.
Les résultats correspondant à chaque donnée entrant sont à lire sur la même ligne, en colonne H.
Un récapitulatif des émissions du projet,
Clearing
0
Construction materials
0
discriminant celles-ci par poste d’émissions, est
Construction energy
0
Tot Construction (tCO2-eq)
0
disponible en haut de l’onglet.
Fuel consumption
0
Les émissions de construction y sont indiquées en
Electricity / heat consumption
0
tCO2, représentant les émissions globales lors des
Other process emissions
0
Purchase of goods and services
0
travaux. Les émissions de fonctionnement y sont
Freight
0
Passenger transport
0
indiquées en tCO2 par an.
Waste and wastewater
0
Le graphique à la gauche du récapitulatif indique les
Land Use
0
Utilisation
0
émissions annuelles du projet pendant la phase de
End of life
0
Other calculations
0
fonctionnement.
Tot Operation (tCO2-eq/yr)
0
Des tests de cohérence et de complétion du calcul sont fournis en haut de l’onglet, en colonne K.
Ces tests portent sur cinq aspects du calcul :
- l’utilisation du mode simple (moins précis que le mode avancé)
- la présence de doubles entrées
- la complétion du calcul (des données ont été entrées pour l’ensemble des postes d’émissions
importants pour un type de projet donné)
- la cohérence dans le pays du projet
- la disparition d’un facteur d’émission.
13
Etape 3. Renseigner l’onglet « Reference situation »
La trame de cet onglet est identique à celle proposée pour l’onglet « Project emissions ». Il s’agit de
renseigner cette fois les données relatives à la situation de référence telle que définie dans le guide.
procéder de la même manière que dans l’étape 2.
Etape 4. Analyse de la vulnérabilité énergétique dans l’onglet « Energy&OPEX »
L’onglet « Energy&OPEX » permet à l’utilisateur d’entrer des scénarios sur les prix futurs des énergies
fossiles et du CO2 et d’en observer l’impact sur les charges (OPEX) du projet. Pour une description
détaillée des hypothèses et du fonctionnement de cet onglet, il convient de se reporter à la partie
« B. Pour en savoir plus » ci-dessous.
L’ensemble des informations et hypothèses nécessaires au calcul sont à entrer aux lignes 41 à 85 de
cet onglet.
1. Hypothèses sur l’évolution de l’OPEX du projet et du projet alternatif (le cas échéant)
Pour le projet, et pour le projet alternatif (lorsqu’il existe), les charges d’exploitation ont déjà été
indiquées dans l’onglet « General info ». L’utilisateur pourra en revanche indiquer le type d’évolution
que suivront ces charges lors de l’utilisation du projet (constant, linéaire, exponentielle ou en forme
de ‘S’), la présence d’une variabilité annuelle des charges et leur ampleur (en %).
2. Hypothèses sur l’évolution du prix du CO2
L’utilisateur peut indiquer un scénario de prix du CO2 (sous forme de taxe carbone, de prix de
marché, ou une valorisation économique de l’externalité négative que représente le CO2), ainsi que
la date de début de cette valorisation du CO2. De la même manière que pour les OPEX, l’utilisateur
pourra indiquer le type d’évolution du prix (constant, linéaire, exponentielle ou en forme de ‘S’), la
présence d’une variabilité annuelle et son ampleur.
3. Hypothèses sur l’évolution du pétrole, du gaz et du charbon
Pour chacun des trois principaux combustibles fossile, l’utilisateur indiquera un scénario de prix, avec
le prix initial, le prix final, le type d’évolution (constant, linéaire, exponentielle ou en forme de ‘S’), la
présence d’une variabilité annuelle du prix et son ampleur.
4. Hypothèses sur la part des émissions de CO2 dues à chaque type de combustible fossile dans 3
secteurs, à savoir la production d’électricité, dans l’industrie et la construction.
Ces données sont remplies par défaut dans
l’outil (cf. tableau ci-contre) et peuvent
Oil
Natural Gas
Coal
Other
être modifiées dans le cas où l’utilisateur
Share of emissions by type of fuel (energy use only)
possède des données plus précises que
1%
9%
91%
0%
Mix - electricity
16%
18%
41%
25%
Mix - rest of industry
celles par défaut.
8%
10%
48%
34%
Mix - building materials
Etape 5. Lecture des résultats du bilan carbone dans l’onglet « Results »
Project name
Country
1. Synthèse des informations générales du projet.
Cet encadré synthétise les éléments relatifs au projet
traité qui sont pertinentes dans le cadre de la
réalisation du bilan carbone : nom du projet, pays,
durée, CAPEX et OPEX du projet, description
qualitative du projet et de la situation de référence…
Le cluster « Important assomption / restrictions » est
généré automatiquement par l’outil et permet de
mettre en évidence et rappeler les hypothèses et
restrictions importantes du calcul pour un type de
projet donné.
Test cement plant
Please specify the country on the 'General Information' worksheet
Date of completion
Please specify date of completion on the 'General Information' worksheet
Project CAPEX
5000000 €
Project OPEX (1rst yr) 1000000 €
Project duration
42 years
Project description
Reference situation description
14
2. Affichage des résultats.
Les résultats sont rappelés par
postes d’émissions et par scope
ainsi que sous forme totalisée pour
la partie projet et pour la situation
de référence.
Les émissions de la phase de
construction sont indiquées en
global pour l’ensemble des travaux.
Les émissions de la phase
opérationnelle sont indiquées en
tCO2 par an.
Les résultats sont présentés à la fois
pour la situation avec projet, et
pour la situation de référence.
Les émissions totales engendrées
par le projet sur sa durée de vie
sont indiquées, ainsi que les
émissions annuelles moyennes.
Project emissions
(tonne CO2-eq)
Construction Phase
Total
Clearing
0
Construction materials
0
Construction energy
0
TOTAL
0
(tonne CO2-eq / yr)
Operational Phase
Scope 1
Scope 2
Scope 3
Total
Fuel consumption
0
0
0
0
Electricity / heat consumption
0
0
0
0
Other process emissions
0
0
0
0
Purchase of goods and services
0
0
0
0
Freight
0
0
0
0
Passenger transport
0
0
0
0
Waste and wastewater
0
0
0
0
Land Use
0
0
0
0
Utilisation
0
0
0
0
End of life
0
0
0
0
Other Calculations
0
0
0
0
0
0
0
0
TOTAL
TOTAL emissions over project duration
0
tCO2e
Average annual emissions
0
tCO2e/yr
Dans le cas où le projet est un projet ‘climat’, des indicateurs supplémentaires sont fournis : il s’agit
des émissions évitées sur l’ensemble de la durée de vie du projet, et des émissions évitées
annuellement. Le coût de la tonne évitée est calculé comme l’ensemble des coûts du projet (CAPEX
et OEPX annuels) divisé par les émissions évitées par le projet sur sa durée de vie.
If climate mitigation project
Abated emissions during project lifetime:
Average annually abated emissions:
tCO2
tCO2/yr
Gross cost of abated tCO2 (excl. discount rate) :
€ / tCO2
Les principaux résultats de l’onglet « Energy&OPEX » sont résumés aux lignes 79 à 86 : la quantité
totale d’énergie fossile nécessaire au fonctionnement du projet sur l’ensemble de sa durée de
fonctionnement, et la quantité annuelle moyenne d’énergie fossile nécessaire au fonctionnement du
projet.
TOTAL emissions over project duration
Average annual emissions
35 000 000
tCO2e
1 100 000
tCO2e/yr
De plus, un encadré indique les augmentations de charges qui pèseront sur le projet en fonction
d’hypothèses sur le prix futur des énergies fossiles et du CO2.
Energy prices
Oil
Gas
Coal
CO2
Impact on the project and on the reference situation OPEX
90$ / bbl in 2012 and 153$ / bbl in 2050
7€ / MWh in 2012 and 9,8€ / MWh in 2050
100€ / metric ton in 2012 and 150€ / metric ton in 2050
20 € / tCO2e in 2015 and 40 € / tCO2e in 2050
The project OPEX may be expected to increase by 3% by 2050 because of energy prices
The reference situation OPEX may be expected to increase by 0% by 2050 because of
energy prices
15
II.2. Pour en savoir plus
Repérage des postes d’émissions à prendre en compte selon le type de projet
La première étape lors de l’utilisation de l’outil est le remplissage des informations demandées dans
l’onglet « General info ». En effet, ces informations sont nécessaires pour remplir par la suite l’onglet
de calcul « Project » du tableur. En particulier, sont signalés d’une couleur différente les postes
d’émissions les plus importants pour chaque type de projet : en orange figurent les postes
d’émissions les plus importants en termes d’émissions de GES et qui sont donc à renseigner, en jaune
les postes d’émissions secondaires, pour lesquels il n’est pas indispensable de communiquer les
données d’activités si elles ne sont que difficilement accessibles. Les autres postes d’émissions (et
sous-catégories) peuvent également être remplies si des informations supplémentaires sont
disponibles ou si la nature particulière du projet le nécessite (notamment dans le cas de programmes
transversaux ou de projets « hybrides »). Enfin, si le type de projet n’est pas sélectionné dans l’onglet
« General info », il revient à l’utilisateur de déterminer les postes d’émissions principaux du projet
pour utiliser l’outil.
Par exemple, pour un projet présentant une composante de distribution d’eau aussi bien qu’une
composante décharge, il est possible de commencer par sélectionner le projet « Water supply and
wastewater networks » dans l’onglet « General info », remplir les postes signalés en couleur dans
l’onglet « Project » et revenir dans l’onglet « General info » pour sélectionner le projet « Solide
waste » et remplir les nouveaux postes signalés en couleur dans l’onglet « Project » avec les données
correspondantes.
Renseignement des données d’activités dans l’outil
Sur l’onglet de calcul « Project » le bandeau en haut de page (lignes 11 à 24) présente les postes
d’émissions à prendre en compte (indiqués en orange). Ces postes se retrouvent également en
orange sur la page de calcul (colonne B). Pour accéder aux sous-catégories de postes et pouvoir ainsi
renseigner les données opérationnelles correspondantes, il suffit de cliquer sur le signe « + » figurant
à l’extrême gauche de la page. Le poste d’émissions sélectionné se déroule ainsi en sous-catégories
de postes et les cases blanches à renseigner apparaissent (colonne D). Avant de remplir ces cellules, il
est cependant nécessaire de sélectionner, dans les menus déroulants (colonne C), le type de données
dont on dispose et dont on s’apprête à entrer la valeur. Des précisions sur ces données (origine,…)
peuvent être apportées par l’utilisateur dans les cellules prévues à cet effet (colonne O, “ Projectrelated comments ”)
Par exemple, pour un projet impliquant de lourds travaux de génie civil, suffisamment émetteurs par
rapport aux émissions globales ou réductions d’émissions engendrées par le projet pour que le poste
d’émission « construction energy » soit indiqué en orange, il s’agit de sélectionner dans le menu
déroulant la nature du combustible utilisé ainsi que l’unité dans laquelle la donnée est disponible.
Ainsi on pourra par exemple connaitre la quantité de diesel utilisé par les engins de chantier dans le
cadre de la construction d’une centrale photovoltaïque en litre et sélectionner ce type de donnée
dans le menu déroulant. Dès lors, il suffira de rentrer la valeur correspondante (en litres) pour voir la
valeur convertie en teqCO2 s’afficher dans la colonne H.
Mode simple/mode avancé
Le calcul du bilan carbone est réalisable à partir d’un mode simple ou d’un mode avancé.
Pour réaliser le calcul à partir du mode simple, il suffit de remplir les données du bloc vert « Specific
ratios for dedicated projects (simple mode for a quick assessment) ». Alternativement, l’utilisation du
mode simple peut être remplacée par celle du mode avancé en renseignant directement les autres
blocs (non signalés comme « mode simple »).
Le choix du mode repose sur la qualité des données d’entrée disponibles. En effet, à un stade
précoce de l’instruction du projet, les données d’activités peuvent être totalement absentes ou
manquer de précision : dans ce cas, l’utilisation du mode « simple » permet d’obtenir des résultats
en ordre de grandeur sur la base de ratios. Ces ratios ont été établis à partir d’exemples concrets
tirés d’expériences passées dans le domaine en question. A l’image des données d’entrée, les
résultats obtenus par l’utilisation du mode simple sont moins précis que ceux qui peuvent être
obtenus par l’utilisation du mode « avancé ». Cependant, ils constituent un premier aperçu du poids
16
carbone de l’activité traitée et permettent d’établir une priorisation des postes d’émissions pour
lesquels il est pertinent d’affiner les calculs. En effet, pour les postes d’émissions les plus importants
(relativement aux autres postes), il peut s’avérer intéressant d’établir un calcul plus « poussé ». En
revanche, pour les postes demeurant faibles, il n’est pas indispensable de chercher à obtenir des
données plus précises.
Les ratios qui s’affichent sur l’onglet de calcul proviennent de la base de données figurant sur l’onglet
« C4 Ratios ». Les cas échéant (en vue d’une actualisation, d’un ajout, ou si des informations
spécifiques sont disponibles), ils doivent être modifiés directement sur cet onglet afin que la
manipulation soit répercutée à l’ensemble du tableur (voir ci-dessous pour des détails
supplémentaires).
Onglet « Project » - rubrique : ‘other calculations’
L’onglet « Project » comporte aux lignes 396 à 401 une rubrique libre où l’utilisateur peut indiquer
des émissions additionnelles. Etant donné que les catégories d’émissions disponibles dans l’outil
couvrent l’ensemble des émissions possibles pour un projet, cette catégorie doit préférentiellement
rester vide. Néanmoins, dans le cas où l’utilisateur souhaite utiliser cette rubrique, il veillera à
indiquer en colonne M le scope des émissions qu’il a entrées.
Onglet « Energy & OPEX »
Cet onglet permet d’estimer, en termes quantitatifs, l’effet de l’évolution du prix des énergies
fossiles (en particulier une hausse de leur prix) sur les charges d’exploitation du projet. Il permet de
plus d’évaluer l’effet sur les charges du projet d’une valorisation du prix du CO2, que ce soit un prix
de marché (via une taxe carbone ou un marché de quotas) ou une valorisation économique de
l’externalité négative que représente le CO2.
Il est important de noter que cette fonctionnalité permet d’apporter des éléments d’analyse
complémentaires pour la compréhension du projet, mais qu’en aucun cas il s’agit d’un outil prédictif.
En effet, il revient à l’utilisateur d’entrer lui-même ses hypothèses sur les prix futurs de l’énergie et
du CO2, l’outil n’est en aucun cas prescriptif à ce sujet.
L’onglet repose sur un modèle simplifié de détermination de la quantité de combustible fossile qu’il
est nécessaire de consommer pour émettre du CO2. Ce modèle peut se résumer comme suit :
Poste
d’émission 1
x1 tCO2
Pétrole p1
tep
Gaz g1 tep
Charbon c1
Projet
Poste
d’émission 2
x2 tCO2
Poste
d’émission 3
x3 tCO2
Pétrole p2
tep
Gaz g2 tep
Charbon c2
tep
Pétrole p3
tep
Gaz g3 tep
Charbon c3
tep
Utilisateur
Conso totale
Pétrole P tep
Conso totale
Gaz G tep
Conso totale
Charbon C
tep
Scénarios
d’évolution des
prix des énergies
fossiles et du CO2
(constant, linéaire,
exponentiel, en
‘S’) avec ou sans
variabilité
• Evolution des
OPEX du projet
• Surcoûts liés à
la hausse du
prix des
énergies
fossiles
• Comparaison
entres projets
Tep = tonne d’équivalent pétrole
Les hypothèses principales sur lesquelles repose le modèle sont les suivantes :
-
la hausse du prix des énergies fossiles et du CO2 est répercutée intégralement sur la chaîne
de valeur jusqu’à l’utilisateur final ;
17
-
en ce qui concerne l’électricité, le choix est laissé à l’utilisateur de répercuter totalement ou
en partie la hausse du prix des énergies fossiles et du CO2 sur le prix final de l’électricité ;
-
la discrimination de chacune des énergies fossiles (charbon, pétrole, gaz) se fait au travers
d’un modèle simplifié. Chaque facteur d’émission entre dans une des six catégories
suivantes : charbon, gaz, pétrole, électricité, industrie, construction. Cette catégorie est
précisée dans la colonne G de l’onglet « Emission factors ». La part de chaque énergie fossile
dans les émissions de chacune des six catégories est par défaut :
Pétrole
Pétrole
Gaz
Charbon
Electricité
Gaz
Charbon
100%
100%
100%
Dépend du mix énergétique du
pays
Industrie
16%
18%
41%
Construction
8%
10%
48%
-
Commentaire
Inclut notamment les transports (hors transports au
gaz naturel)
Source : AIE, 2009
Il s’agit d’une moyenne mondiale sur l’ensemble des
secteurs industriels hors électricité et construction.
Ces valeurs ont été calculées par Carbone4, sur la
base de données AIE. Elles peuvent être modifiées
par l’utilisateur.
Il s’agit d’une moyenne mondiale sur l’ensemble des
secteurs de production de matériaux de
construction. Ces valeurs ont été calculées par
Carbone4, sur la base de données AIE. Elles peuvent
être modifiées par l’utilisateur.
le modèle ne différentie pas les charges supportées par l’opérateur et celles supportées par
l’utilisateur du projet. Or, pour certains secteurs infrastructures de transport notamment),
les charges seront supportées en majorité par l’utilisateur (le voyageur) et non directement
par l’opérateur. Dans ce cas, les résultats du modèle sont soumis à caution.
Il est enfin important de noter que le modèle n’intègre pas la possible rétroaction d’une hausse forte
des charges de fonctionnement sur la production elle-même. On peut en effet imaginer qu’une
hausse de plusieurs dizaines (parfois centaines) de pourcent des charges du projet en réaction à une
hausse du prix des énergies fossiles va potentiellement faire baisser la production du projet. Ce type
d’analyse va au-delà de l’objectif initial de l’outil, et n’a pas été intégré dans le modèle. En revanche,
l’outil permet d’alerter l’utilisateur sur un tel risque sur la production future du projet dans un
environnement énergétique chahuté, et fournit des pistes quantitatives d’analyse.
***
Ajout d’une ligne (onglets « Project » et « Reference situation »
Pour chaque catégorie d’émissions, il est possible d’entrer trois postes d’émissions différents, sur
trois lignes différentes. Si les trois lignes du tableur ont déjà été remplies et qu’il est nécessaire de
rentrer d’avantage de données, il est possible d’ajouter une ligne. Pour cela, il suffit de sélectionner
la 2ème ligne de la catégorie d’émissions concernée du tableur, effectuer un clic droit sur cette ligne et
sélectionner « copier» dans le menu apparu. Puis, par un nouveau clic droit sur cette ligne,
sélectionner « insérer les cellules copiées ». Une nouvelle ligne doit apparaitre, avec les formules et
menus déroulants usuels. Cette manipulation peut être répétée pour l’insertion d’autant de lignes
que nécessaire.
***
18
Autres onglets
Bases de données
Deux onglets de l’outil constituent les bases de données de l’outil : l’onglet « Emission Factors » et
l’onglet « C4 ratios ». Tous les facteurs d’émissions qui apparaissent dans les onglets « Project » et
« Reference situation » proviennent de ces bases de données.
Afin de faciliter la navigation dans ces onglets, un menu permet d’atteindre par lien hypertexte les
différentes catégories de facteurs d’émissions.
Construction
Energy
Process emissions
Incoming goods and services
Freight
Passenger transport
Land use
Solid waste
Wastewater
Utilisation
End of life
La première base de données, contenue dans l’onglet « Emission factors » recense l’ensemble des
facteurs d’émissions provenant de sources reconnues (GIEC, AIE, ADEME, GHG Protocol, EcoInvent).
Pour chaque facteur d’émission, est indiqué l’unité, la source.
Dans le cas où l’utilisateur souhaiterait modifier ou compléter cette base de données, il est
recommandé d’ajouter une ligne à la base de données existante dans la catégorie d’émission en
question, et de ne pas modifier les facteurs d’émissions de la base.
La deuxième base de données de l’outil est contenue dans l’onglet « C4 ratios ». Ces ratios sont
calculés par Carbone 4, le cabinet de consultant en charge de la réalisation de l’outil bilan carbone de
l’AFD. Ils sont issus de l’expérience passée dans des projets similaires à ceux de l’AFD et qui
permettent de dériver des équivalences entre une donnée d’activité et un résultat exprimé en teqCO2.
Contrairement au facteur d’émission, pour lequel l’équivalence est « directe » le ratio permet de
passer d’une donnée plus globale (agrégée) pour obtenir ce résultat. Ainsi, au lieu de devoir fournir
une donnée d’activité de type « litres de carburant consommés pendant la phase de construction »
pour obtenir un résultat via un facteur d’émission, l’utilisateur pourra se contenter d’indiquer la
puissance installée du projet de barrage qu’il instruit pour obtenir, via un ratio, la quantité de GES
émis par les engins de chantier pendant la phase de construction.
Le calcul des ratios est réalisé sur la base de projets standards typiques du secteur. Néanmoins, ce
calcul est paramétrable, et il est possible pour l’utilisateur de modifier les calculs proposés par défaut
dans l’outil, en modifiant les cases laissées blanches.
Onglet « Type of data to collect »
Cet onglet reprend principalement le contenu des fiches pratiques (cf. partie III de ce guide). Il s’agit
donc d’un rappel des données nécessaires pour la réalisation du calcul.
Un tableur reprend les 27 types de projets traités par l’outil et le guide et précise pour chacun d’eux :
- la phase du projet (construction ou fonctionnement)
- l’origine des émissions
- le poste d’émissions
- l’importance du poste pour le type de projet concerné
- les données à collecter
- l’unité du facteur d’émission.
Onglet “Parameters”
Cet onglet rassemble l’intégralité des listes composant les menus déroulants de l’outil (liste des
postes d’émissions, liste des projets, listes des pays,…) ainsi que les données « administrateur »
codant la signalisation en couleur des postes d’émissions à prendre en compte pour chaque type de
projet. Il ne doit pas être modifié par l’utilisateur
19
Onglet “Misc”
Sont fournis dans cet onglet quelques outils et données complémentaires, potentiellement utiles à
l’utilisateur :
- une boîte à outils de conversion d’unités, notamment avec le système anglo-saxon ;
- des données par défaut sur la répartition des déchets ménagers par grande région du
monde ou par type de pays ;
- des informations sur le devenir des eaux usées par région du monde ou par type de pays ;
- la classification des forêts par pays.
***
20
III.- Fiches pratiques pour chaque type de projet
Cette partie propose un corpus de fiches pratiques pour la réalisation du bilan carbone de chaque
grand type de projets financés par l’AFD.
Il est ainsi possible se référer à la fiche correspondante afin de connaitre la méthode de
comptabilisation des émissions et de construction de la situation de référence.
Toutefois il est important de garder à l’esprit que les informations que comportent ces fiches sont
fournies à titre indicatif, les résultats pouvant varier en fonction d’aspects spécifiques du projet.
Mine
22
Centrale à énergie fossile
23
Production / transport gaz et pétrole
24
Centrale solaire photovoltaïque
26
Barrage hydroélectrique
27
Electrification rurale par raccordement au réseau
28
Electrification rurale décentralisée
29
Energies renouvelables connectées au réseau
30
Industrie agroalimentaire
31
Industrie manufacturière
32
Cimenterie
33
Industrie lourde
34
Efficacité énergétique
35
Télécommunication
36
Production d’eau potable
37
Distribution d’eau et collecte des eaux usées
38
Routes
39
Aéroport
41
Port
42
BRT/Tramway
43
Métro
45
Ligne de chemin de fer
47
Déchets solides
49
Epuration des eaux usées
50
Forêt
51
Plantations
52
Biocarburants
53
Agro-écologie
54
21
Mine
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici le développement
d’une mine. La situation de référence est constituée par la situation avant la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de ce type n’est
envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Origine des émissions
Fuel
consumption
and/or
Electricity/hea
t consumption
Consommation
d’énergie pour
l’activité extractive et
pour le traitement des
minerais
(scope 1 et 2)
Fonctionnement
Other process
emissions
Freight
Construction
Clearing
Fonctionnement - Emissions liées
à l’utilisation des minerais en aval
de la mine
Emissions fugitives
pour la production de
charbon (scope 1)
Energie nécessaire au
transport des minerais
(Scope 3)
Déforestation
Importance
Haute
Haute
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
De quelques dizaines à quelques
centaines de milliers de teqCO2 par an
Consommation électrique et consommation
d’énergie fossile pour l’extraction et le
traitement.
NB : Dans le cas où la mine utilise une centrale
thermique captive, une aide pour le calcul des
émissions de cette centrale est disponible dans
l’onglet « General info »
Uniquement dans le cas d’une mine
de charbon
Basse
Jusqu’à quelques dizaines
de milliers de teqCO2 par an.
Basse
Variable selon la région, le climat et la
végétation
¤ Production annuelle de charbon
¤ Type de charbon extrait
¤ Quantité de matériaux transportés
¤ Distance
¤ Mode de transport
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de foret
Ces émissions peuvent être d’un ordre de grandeur important si les minerais sont utilisés dans des industries ou filières très énergivores. Les
situations pouvant être très diverses, selon le type d’industrie utilisant le minerai ainsi que les produits dans lesquels le minerai est utilisé. Il
n’est ainsi pas possible de proposer des aides au calcul dans le Bilan Carbone. Néanmoins, dans la mesure du possible, ce poste d’émissions
devra être intégré dans le calcul. Le pôle climat peut être sollicité afin d’appuyer l’équipe projet pour la réalisation du calcul.
22
Centrale à énergie fossile
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place
d’une centrale thermique. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de
production d’énergie n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
La combustion représente le poste d’émissions très largement dominant pour ce type de projet, et les autres postes d’émissions peuvent être négligés.
Catégorie bilan
Phase du projet
Origine des émissions
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
carbone
1. nature du combustible (gaz, fioul lourd, lignite,
charbon)
2. consommation prévisionnelle par an de ce
Variable
de
quelques
dizaines
de
Fuel
Consommation de
Haute
combustible
milliers de teqCO2 à plusieurs
consumption
combustible fossile
Fonctionnement
millions
ou
(scope 1)
Production électrique annuelle + rendement
moyen de la centrale : une aide pour le calcul des
émissions de cette centrale est disponible dans
l’onglet « General info »
Le cas échéant,
¤ surface déforestée
Clearing
déforestation liée aux
Variable selon la région, le climat et
Construction
Basse
¤ climat
la végétation
lignes électriques
¤ type de foret
connectées au réseau
Transport amont du
Freight
Jusqu’à quelques milliers de teqCO2
Fonctionnement
combustible en amont
Basse
Moyen de transport et distance parcourue
par an.
(scope 3)
23
Production / transport gaz et pétrole
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici des infrastructures
de production et/ou transport de gaz et/ou pétrole. La situation de référence est constituée par la situation avant la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant
l’hypothèse qu’aucun autre projet de ce type n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Le poste principal d’émissions est lié à l’utilisation du combustible produit ou transporté (scope 3) et au fuel switch éventuel qui résulte de la distribution d’un
combustible moins carboné (en particulier vrai pour le gaz naturel).
Pour cette raison, toutes les autres sources d’émissions ont été classées en importance moyenne. Néanmoins, si l’on cherche à réduire les émissions de scope 1 et 2, il
est nécessaire d’examiner ces sources d’émissions secondaires, en particulier les émissions fugitives et la consommation d’énergie et d’électricité pendant la phase
opérationnelle.
Phase du projet
Fonctionnement
(situation de
référence)
Fonctionnement
(projet)
Catégorie bilan
carbone
Origine des émissions
Importance
Ordre de grandeur
Utilisation
Combustion d’un
carburant fossile plus
émissif dans le scénario
de référence (scope 3)
Haute
De quelques centaines de milliers à
plusieurs millions de teqCO2 par an
Utilisation
Combustion du gaz /
pétrole produit et/ou
transporté (scope 3)
Haute
De quelques centaines de milliers à
plusieurs millions de teqCO2 par an
Other process
emissions
Fuel
consumption /
Electricity/heat
consumption
Emissions fugitives
(fuites de gaz /
torchage /
ventilation…)
(scope 1)
Energie (électricité ou
carburant) nécessaire à
l’extraction, au
transport, au raffinage
du combustible.
(scope 1)
24
Données d’activités nécessaires
¤ type de combustible fossile utilisé dans
le scénario de référence
¤ quantité annuelle utilisée dans le
scénario de référence
¤ type de combustible fossile produit ou
transporté
¤ quantité annuelle produite ou
transportée
Moyenne
Quantité annuelle de combustible produit
ou transporté
Moyenne
Etude ad hoc
Phase du projet
Construction
Catégorie bilan
carbone
Construction
Energy
Consumption
Construction
Materials
Origine des émissions
Génie civil
(consommation
d’énergie par les engins
de chantier)
Matériaux de
construction
25
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Basse
Etude ad hoc
Basse
Etude ad hoc
Centrale solaire photovoltaïque
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation projet, ici la mise en place du projet
de centrale solaire photovoltaïque.
Comme pour l’ensemble des énergies renouvelables, on considère que la production de la centrale solaire vient en substitution à la production électrique du mix
énergétique national, ou, dans le cas d’un projet transfrontalier, à l’électricité du réseau des pays concernés par le projet.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut. Néanmoins, si des informations spécifiques sur la durée de vie sont disponibles, cette durée par défaut pourra être
revue.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Le carbone contenu dans les panneaux solaires (lié à la production de ces panneaux) est la source principale d’émissions à prendre en compte dans le calcul des
émissions du projet.
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Origine des émissions
Importance
Ordre de grandeur
Fonctionnement
(situation de
référence)
Electricity /
heat
consumption
Production d’électricité
par le mix énergétique
(scope 2)
Haute
Fonction de la puissance installée
jusqu’à plusieurs dizaines de milliers
de teqCO2 par an.
Construction
Materials
Production des
panneaux
photovoltaïques
(scope 3)
Construction
(projet)
Construction
Energy
Consumption
Fonctionnement - Emissions liées à
la fin de vie des panneaux
Haute
Fonction de la puissance installée
jusqu’à plusieurs milliers de teqCO2
par an.
Données d’activités nécessaires
Production énergétique annuelle du projet, en
kWh par an
énergie nécessaire à la production des panneaux
OU
Puissance installée, en kWc et type de
technologie (NB : cette deuxième solution
s’appuie sur des ratios dont le degré de précision
est moindre)
Génie civil
(consommation
Basse
Etude ad hoc
d’énergie par les engins
de chantier)
Les émissions liées à la fin de vie (recyclage) des panneaux n’a pas été prise en compte dans le calcul par manque d’informations
quantitatives.
26
Barrage hydroélectrique
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles qui sont à prévoir en cas de financement du
projet, c’est-à-dire la mise en place du projet de barrage. Comme pour l’ensemble des énergies renouvelables, on considère que la production de la centrale
hydroélectrique vient en substitution à la production électrique du mix énergétique national, ou, dans le cas d’un projet transfrontalier, à l’électricité du réseau des
pays concernés par le projet.
Le calcul est réalisé sur une durée de 50 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Clearing
Construction
Other process
emissions
Fonctionnement
(situation de
référence)
Electricity / heat
consumption
Origine des émissions
Déforestation
(uniquement sur les surfaces
non noyées)
Emissions de GES engendrées
par la décomposition de la
matière organique suite à
l’ennoiement du réservoir
Production d’électricité par le
mix énergétique du pays
(scope 2)
Construction
Energy
Consumption
Génie civil (consommation
d’énergie par les engins de
chantier)
Construction
Materials
Production des matériaux de
construction (acier, ciment,
pierres de carrière,…)
Importance
Haute
Haute
Haute
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Variable selon la région, le
climat et la végétation
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de foret
Fortement variable (voir cidessous)
¤ surface noyée suite à la construction du barrage
¤ climat
OU étude ad hoc
Variable selon mix énergétique
du pays
Quantité d’électricité produite annuellement par
le barrage
Moyenne
Quelques milliers de teqCO2
pendant le chantier
Moyenne
Quelques milliers de teqCO2
pendant le chantier
Construction
quantité de carburant consommée pendant la
construction
OU Puissance installée (NB : cette deuxième
solution s’appuie sur des ratios dont le degré de
précision est moindre)
quantité de matériaux utilisés pendant la
construction
OU puissance installée (NB : cette deuxième
solution s’appuie sur des ratios dont le degré de
précision est moindre)
NB : L’estimation des émissions de GES des réservoirs s’appuie sur une méthode proposée par le GIEC (voir http://www.ipccnggip.iges.or.jp/public/gpglulucf/gpglulucf_files/Chp3/App_3a3_Wetlands.pdf), représentant le niveau des connaissances scientifiques sur le sujet à ce jour.
Néanmoins, le niveau d’incertitude de la méthode est élevé.
27
Electrification rurale par raccordement au réseau
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet d’électrification rurale connectée au réseau. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse
qu’aucun autre projet d’électrification rurale n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
La réalisation du calcul implique de connaître (ou de poser une hypothèse sur) la consommation d’énergie avant et après la connexion au réseau, ainsi que le type de
combustible utilisé par les foyers avant la connexion au réseau électrique.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(scénario de
référence)
Fonctionnement
(projet)
Construction
Catégorie bilan
carbone
Fuel consumption
Electricity / heat
consumption
Clearing
Origine des émissions
Importance
Consommation d'énergie
avant projet (combustible
fossile, biomasse)
(scope 1)
Haute
1. Nature du combustible (gaz, fioul lourd, lignite,
charbon, biomasse)
2. Consommation par an de ce combustible
Consommation d'énergie
de réseau national
(scope 2)
Haute
Consommation d'électricité après projet
Déforestation due à
l’installation des lignes
électriques
28
Moyenne
Ordre de grandeur
Variable selon la région, le
climat et la végétation
Données d’activités nécessaires
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de foret
Electrification rurale décentralisée
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet d’électrification rurale décentralisée. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse
qu’aucun autre projet d’électrification rurale n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
La réalisation du calcul implique de connaître (ou de poser une hypothèse sur) la consommation d’énergie avant et après la connexion au réseau, ainsi que le type de
combustible utilisé par les foyers avant la connexion au réseau électrique.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(scénario de
référence)
Fonctionnement
(projet)
Catégorie bilan
carbone
Origine des émissions
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Fuel consumption
Consommation d'énergie
avant projet (combustible
fossile, biomasse)
(scope 1)
Haute
1. Nature du combustible (gaz, fioul lourd,
lignite, charbon, biomasse)
2. Consommation annuelle de ce combustible
Electricity /heat
consumption
Consommation d'énergie
(moyen de production
décentralisé)
(scope 1)
Haute
¤ Consommation d’énergie après projet
¤ Source d’énergie après projet
29
Energies renouvelables connectées au réseau
NB. Cette fiche correspond aux projets d’énergies renouvelables autres que les barrages hydroélectriques et les centrales solaires photovoltaïques
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation projet, ici la mise en place d’un
projet d’énergies renouvelables.
Comme pour l’ensemble des énergies renouvelables, on considère que la production d’électricité du projet vient en substitution à la production électrique du mix
énergétique national/régional, ou, dans le cas d’un projet transfrontalier, à l’électricité du réseau des pays concernés par le projet.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(situation de
référence)
Catégorie bilan
carbone
Electricity / heat
consumption
Clearing
Construction
Origine des émissions
Importance
Production d’électricité par le
mix énergétique (scope 2)
Haute
Déforestation
Moyenne
Construction
Materials
Production des matériaux de
construction
(acier, ciment)
Construction
Energy
Consumption
Génie civil (consommation
d’énergie par les engins de
chantier)
30
Basse
Basse
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Production énergétique du projet, en kWh
Variable selon la région,
le climat et la végétation
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de foret
Quantité de matériaux utilisés pour la construction du
projet
OU puissance installée et longueur de lignes électriques
construites (NB : cette deuxième solution s’appuie sur
des ratios dont le degré de précision est moindre)
Quantité de carburant utilisé pour la construction du
projet
OU puissance installée et longueur de lignes électriques
construites (NB : cette deuxième solution s’appuie sur
des ratios dont le degré de précision est moindre)
Industrie agroalimentaire
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici une industrie
agroalimentaire. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de ce type
n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé. Dans le cas d’une extension, seules les émissions liées à l’augmentation de production sont à prendre en compte dans le
périmètre de calcul. La méthode consiste ainsi à estimer les variations des émissions entre une situation où le projet est mis en place et une situation où il n’existe pas. Le
calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Fuel consumption
Electricity/heat
consumption
Purchase of
goods and
services
Fonctionnement
(projet)
Freight
Other process
emission
End of life
Waste and
wastewater
Origine des émissions
Importance
Ordre de
grandeur
Données d’activités nécessaires
Consommation d’énergie (scope 1)
Haute
¤ Type de combustible
¤ Quantité annuellement consommée
Consommation d’électricité (scope 2)
Haute
Quantité annuelle d’électricité consommée
Production des matières premières
agricoles + verre, plastique, métal
(scope 3)
Transport produits entrants + transport
produits finis (scope 3)
Emissions de procédés industriels
notamment pour la chaine du froid
(scope 1)
Méthanisation des déchets
organiques produits par l’usine
Traitement des eaux usées produites
par l’usine
Moyenne
Moyenne
Moyenne
Moyenne
Basse
Quantité des matières premières utilisées dans
l’usine
Mode de transport et distance parcourue (en
tonnes.km)
Pertes de liquide réfrigérant (en tonnes) + type de
réfrigérant OU nombre d’unités de réfrigération +
type de réfrigérant
Tonnes de déchets organiques produits par l’usine
annuellement
Cf. fiche « Epuration des eaux usées »
Fonctionnement - Emissions liées au
changement d’usage des sols des terres
agricoles en amont de l’usine
Ce type d’émissions peut être d’un ordre de grandeur important si ces changements d’usage des sols impliquent de la déforestation et/ou
des variations de la teneur en carbone des sols. Néanmoins, elles sont complexes à estimer, il n’est pas possible de proposer des aides au
calcul dans le Bilan Carbone. Dans la mesure du possible, ce poste d’émissions sera intégré dans le calcul, le pôle climat pouvant être sollicité
afin d’appuyer l’équipe projet.
Fonctionnement – Emissions liées à
l’utilisation des produits fabriqués
Ces émissions (principalement dues à la cuisson et à la réfrigération des aliments) peuvent être importantes. Néanmoins, le manque de
méthodologie adéquate et d’informations supplémentaires n’a pas rendu possible l’intégration de ce poste d’émission dans le bilan carbone.
Dans la mesure du possible, ce poste d’émissions sera intégré dans le calcul, le pôle climat pouvant être sollicité afin d’appuyer l’équipe
projet.
31
Industrie manufacturière
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici un projet de création
ou d’extension d’une usine de produits manufacturés. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant
l’hypothèse qu’aucun autre projet n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé. Dans le cas d’une extension, seules les émissions liées à l’augmentation de
production sont à prendre en compte dans le périmètre de calcul. La méthode consiste ainsi à estimer les variations des émissions entre une situation où le projet est mis
en place et une situation où il n’existe pas. Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnemen
t
(projet)
Catégorie bilan
carbone
Fuel
consumption
Electricity/hea
t consumption
Purchase of
goods and
services
Other process
emissions
Freight
Construction
Construction
Energy
Consumption
Construction
Materials
Fonctionnement - Emissions liées à
l’utilisation des produits fabriqués
Origine des émissions
Consommation d’énergie
(scope 1)
Consommation d’électricité
(scope 2)
Intrants (verre, plastique,
metal)
(scope 3)
Emissions de procédés
industriels (le cas échéant)
(scope 1)
Transport matériaux
entrants + transport produit
fini (scope 3)
Génie civil (consommation
d’énergie par les engins de
chantier)
Production des matériaux de
construction (acier, ciment,
…)
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Haute
¤ Type de combustible
¤ Quantité consommée annuellement
Haute
Quantité d’électricité consommée annuellement
Haute
Tonnes de matériaux achetés par an (verre,
plastique, métal)
OU M€ dépensés dans l’achat de matériaux par
an
Moyenne
Production annuelle de l’usine (en tonnes)
Moyenne
Mode de transport et distance parcourue
(en tonnes.km)
Basse
Basse
Etude ad hoc
Etude ad hoc
Ces émissions peuvent être d’un ordre de grandeur important si l’utilisation des produits implique une consommation importante d’énergie. Les
situations pouvant être très diverses, il n’est pas possible de proposer des aides au calcul dans le Bilan Carbone. Néanmoins, dans la mesure du
possible ce poste d’émissions devra être intégré dans le calcul. Le pôle climat peut être sollicité afin d’appuyer l’équipe projet pour la réalisation
du calcul.
32
Cimenterie
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place
d’une cimenterie. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de
cimenterie n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Catégorie bilan
Phase du projet
Origine des émissions
Importance
carbone
Fuel consumption
and/or
Electricity/heat
consumption
Fonctionnement
Other process
emissions
Fuel
consumption
and/or
Electricity/heat
consumption
Freight
Fonctionnement - Emissions liées à
l’utilisation du ciment produit
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
1. Puissance de la centrale captive (captive power
plant), en MW + rendement de la centrale captive,
en %
2. Combustible utilisé dans la centrale captive
(exemple : HFO, charbon)
NB : une aide pour le calcul de ces émissions est
disponible dans l’onglet « General info »
Production, en tonnes de ciment par an
+ % clinker dans le ciment produit/
OU production annuelle de clinker
NB : une aide pour le calcul de ces émissions est
disponible dans l’onglet « General info »
Consommation
d’énergie (hors four)
Haute
Quelques centaines de
milliers de teqCO2
Procédé de production
de clinker
Haute
Quelques centaines de
milliers de teqCO2
Haute
Quelques centaines de
milliers de teqCO2
- besoins énergétique des fours, en MJ/t clinker
- Combustible utilisé dans le four
NB : une aide pour le calcul de ces émissions est
disponible dans l’onglet « General info »
Jusqu’à quelques dizaines
de milliers de teqCO2 par
an.
Moyen de transport et distance parcourue
(en tonnes.km)
Consommation
d’énergie pour le
fonctionnement des
fours
Transport matériaux
entrants + transport
ciment produit (scope
3)
Moyenne
/ Basse
Ces émissions peuvent être d’un ordre de grandeur important. Les situations pouvant être très diverses (habitations, tertiaire, infrastructures,
etc), il n’est pas possible de proposer des aides au calcul dans le Bilan Carbone. Néanmoins, ce poste d’émissions devra être intégré dans le
calcul. Le pôle climat peut être sollicité afin d’appuyer l’équipe projet pour la réalisation du calcul.
33
Industrie lourde
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici un projet de création
ou d’extension d’une usine de production de matériaux de base (industrie lourde).
La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet n’est envisagé pour remplacer
le projet non réalisé. Dans le cas d’une extension, seules les émissions liées à l’augmentation de production sont à prendre en compte dans le périmètre de calcul. Le calcul
est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Fuel consumption
Electricity/heat
consumption
Fonctionnement
(projet)
Other process
emission
Freight
Construction
Waste and
wastewater
Construction
Energy
Consumption
Construction
Materials
Fonctionnement - Emissions liées à
l’utilisation des matériaux produits par
l’usine
Origine des émissions
Consommation d’énergie (scope
1)
Consommation d’électricité
(scope 2)
Emissions de procédés industriels
(le cas échéant)
(scope 1)
Transport matériaux entrants +
transport produits finis (scope 3)
Traitement des eaux usées
produites par l’usine
Génie civil (consommation
d’énergie par les engins de
chantier)
Production des matériaux de
construction (acier, ciment, etc.)
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Haute
¤ Type de combustible
¤ Quantité consommée annuellement
Haute
Quantité d’électricité consommée annuellement
Haute
Production annuelle de l’usine (en tonnes)
Moyenne
Mode de transport et distance parcourue
Basse
Basse
Basse
Cf. fiche « Epuration des eaux usées »
Etude ad hoc
Etude ad hoc
Ces émissions peuvent être d’un ordre de grandeur important si les produits sont utilisés dans des industries ou filières très énergivores. Les
situations pouvant être très diverses, il n’est pas possible de proposer des aides au calcul dans le Bilan Carbone. Néanmoins, ce poste
d’émissions devra être intégré dans le calcul. Le pôle climat peut être sollicité afin d’appuyer l’équipe projet pour la réalisation du calcul.
34
Efficacité énergétique
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place
du projet d’efficacité énergétique. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun
autre projet d’efficacité énergétique n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
La méthode consiste ainsi à estimer les variations des émissions entre une situation où le projet est mis en place, et une situation de référence où il n’existe pas, avec
prise en compte d’une éventuelle augmentation du niveau de production entrainant une augmentation des émissions. En effet, les gains de coût engendrés par
l’amélioration de l’efficacité sont généralement compensés pour tout ou partie par une augmentation de la production. Cette augmentation de production entre dans
le périmètre du calcul. Les émissions que le projet induit ou permet d’éviter correspondent au différentiel par rapport à la situation de référence.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(situation de
référence)
Fonctionnement
(situation projet)
Catégorie
bilan carbone
Fuel
consumption
and/or
Electricity/heat
consumption
Fuel
consumption
and/or
Electricity/heat
consumption
Origine des émissions
Consommation d’énergie
(fossile, électrique) dans la
situation de référence (scope
1)
Consommation d’énergie
(fossile, électrique) dans la
situation projet (scope 1)
Freight
Fret supplémentaire dû à
l’augmentation de production
Purchase of
goods and
services
Consommation de matériaux
entrants supplémentaires dus
à l’augmentation de
production
35
Importance
Ordre de grandeur
Haute
Dépend de l’échelle du projet : de
quelques dizaines de tCO2 à
plusieurs centaines de milliers de
tCO2 par an
Consommation d’énergie (fossile, électrique)
avant le projet
Haute
Dépend de l’échelle du projet : de
quelques dizaines de tCO2 à
plusieurs centaines de milliers de
tCO2 par an
Consommation d’énergie (fossile, électrique)
après le projet
Moyenne
Moyenne
Données d’activités nécessaires
¤ Quantité de fret supplémentaire transporté
¤ Distance parcourue
¤ Mode de transport
Quantité de matériaux supplémentaires
consommés
Télécommunication
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place
ou extension d’un réseau de télécommunication. La situation de référence est constituée par la situation avant la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant
l’hypothèse qu’aucun autre projet de télécommunication n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Electricity / heat
consumption
Fonctionnement
(projet)
Utilisation
Construction
Materials
Origine des émissions
Consommation d’énergie des
équipements du réseau (scope 2)
Haute
Consommation d’énergie des
appareils (téléphones mobiles,
fixes, ordinateurs,…) (scope 3)
Haute
Construction des appareils
(téléphones mobiles, fixes,
ordinateurs,…) (scope 3)
Haute
Production des matériaux de
construction, incluant les
équipements électroniques
Construction
(projet)
Construction
Energy
Consumption
Importance
Génie civil (consommation
d’énergie par les engins de
chantier)
36
¤ Haute dans le cas
de mise en place
d’un nouveau
réseau.
¤ Basse dans le cas
contraire.
¤ Moyenne dans le
cas de mise en
place d’un nouveau
réseau.
¤ Basse dans le cas
contraire.
Ordre de grandeur
Quelques milliers de
teqCO2 par an
Données d’activités nécessaires
Consommation annuelle d’électricité par le
réseau (kWh)
OU : Nombre de téléphones connectés / de
lignes raccordées
Consommation annuelle d’électricité des
appareils (kWh)
OU : Nombre de téléphones connectés / de
lignes raccordées
Nombre d’appareils achetés et utilisant le
réseau
Quantité de matériaux utilises, incluant les
équipements électroniques
OU
Nombre de nouveaux utilisateurs
Consommation d’énergie
OU
Nombre de machine.jour utilisés
Production d’eau potable
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation projet, ici la mise en place du projet
d’assainissement liquide. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de
production d’eau potable n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Par ailleurs, dans le cas où un réseau de distribution d’eau est mis en place en parallèle de l’usine de production d’eau potable, le bilan carbone de celui-ci doit être réalisé à
l’aide de la fiche « Distribution d’eau et/ou collecte des eaux usées ».
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Electricity /
heat
consumption
Origine des émissions
Importance
Consommation d'électricité
pour le traitement et
l’acheminement de l’eau
(scope 2)
Haute
Consommation de réactifs
chimiques (scope 1)
Haute
Fonctionnement
Purchase of
goods and
services
Construction
Construction
Energy
Consumption
Construction
Materials
Fonctionnement – Emissions liées de
l’eau produite
Génie civil
(consommation d’énergie par
les engins de chantier)
Production des matériaux de
construction
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Energie consommée annuellement pour
l’acheminement et le traitement de l’eau
OU : volume annuel d’eau traitée (NB : cette
deuxième solution s’appuie sur des ratios dont le
degré de précision est moindre – ces ratios n’ont
pas encore été déterminés à ce stade et seront
intégrés ultérieurement à l’outil)
Consommation annuelle de réactif pour chaque
type de réactif utilisé
OU : volume annuel d’eau traitée (NB : cette
deuxième solution s’appuie sur des ratios dont le
degré de précision est moindre – ces ratios n’ont
pas encore été déterminés à ce stade et seront
intégrés ultérieurement à l’outil)
Basse
Etude ad hoc
Basse
Etude ad hoc
Ces émissions (principalement liées au chauffage de l’eau produite) peuvent être importantes. Néanmoins, le manque de méthodologie
adéquate et d’informations supplémentaires n’a pas rendu possible l’intégration de ce poste d’émission dans le bilan carbone. Dans la mesure
du possible, ce poste d’émissions sera intégré dans le calcul, le pôle climat pouvant être sollicité afin d’appuyer l’équipe projet.
37
Distribution d’eau et collecte des eaux usées
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet de distribution d’eau et/ou de collecte des eaux usées. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant
l’hypothèse qu’aucun autre projet de distribution d’eau et/ou collecte des eaux usées n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
Construction
Catégorie bilan
carbone
Origine des émissions
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Quantité d’énergie consommée par les pompes
OU : quantité d'eau relevée et hauteur de
relevage (NB : cette deuxième solution s’appuie
sur des ratios dont le degré de précision est
moindre – ces ratios n’ont pas encore été
déterminés à ce stade et seront intégrés
ultérieurement à l’outil)
Electricity /
heat
consumption
Consommation d’énergie
(électricité) – scope 2
Construction
Energy
Consumption
Génie civil (consommation
d’énergie par les engins de
chantier)
Moyenne
quantité de carburant consommée pendant la
construction
Construction
Materials
Production des matériaux
de construction
Moyenne
¤ Type de canalisation
¤ Longueur du réseau
¤ Ratios ad hoc fournis dans l’outil
38
Haute
Routes
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet de route. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de route n’est
envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
La méthode consiste ainsi à estimer les variations des émissions des usagers empruntant la route entre une situation où celle-ci est construite, et une situation où elle
n’existe pas. On suppose en outre que les personnes non usagers de la nouvelle route effectueront leurs trajets de la même manière que le projet soit mis en place ou non
(i.e. même origine-destination et même mode de transport). Cette estimation du report modal permet d’obtenir les émissions évitées.
Le calcul est réalisé sur une durée de 30 ans par défaut, en prenant en compte les évolutions annuelles de trafic à la fois dans la situation de référence et dans la situation
projet.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(projet et
situation de
référence)
Catégorie bilan
carbone
Utilisation
Utilisation
Clearing
Construction
Construction
Energy
Consumption
Origine des
émissions
Importance
Ordre de grandeur
Déplacement de
personnes (scope 3)
Haute
De quelques milliers à
plusieurs dizaines de milliers
de teqCO2/an
Transport de
marchandise (scope
3)
Haute
De quelques milliers à
plusieurs dizaines de milliers
de teqCO2/an
Déforestation
Génie civil
(consommation
d’énergie par les
engins de chantier)
Moyenne
Moyenne
39
Variable selon la région, le
climat et la végétation
Quelques dizaines de milliers
de teqCO2 pendant le chantier
Données d’activités nécessaires
Consommation annuelle moyenne de carburant avec et sans la
mise en place du projet
OU
Trafic annuel moyen en v.km et allocation par type de véhicule
(2 roues, VP, bus) et essence / diesel avec et sans la mise en
place du projet
Consommation annuelle moyenne de carburant avec et sans la
mise en place du projet
OU
Volume moyen de marchandise transporté annuellement (t.km)
et allocation par type de camion avec et sans la mise en place
du projet
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de foret
quantités de carburant consommé pendant les travaux
OU : Longueur et type de route construite (NB : cette deuxième
solution s’appuie sur des ratios dont le degré de précision est
moindre)
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Origine des
émissions
Construction
materials
Matériaux de
construction (acier,
ciment, bitume)
Purchase of
goods and
services
Maintenance
(scope 3)
Construction
Fonctionnement
Electricity/heat
consumption
Emissions liées au développement
économique et à l’aménagement
du territoire associé au projet
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
Moyenne
Quelques dizaines de
milliers de teqCO2 pendant le
chantier
Quantités de matériaux consommés pendant les travaux
OU : Longueur et type de route construite (NB : cette deuxième
solution s’appuie sur des ratios dont le degré de précision est
moindre)
Basse
Etude ad-hoc nécessaire
Consommations
Quelques centaines de tCO2
annexes (éclairage,
Basse
Etude ad-hoc nécessaire
par an
etc)
Ces émissions sont d’un ordre de grandeur potentiellement plus important que celles décrites dans le tableau ci-dessus.
Néanmoins, elles sont exclues du calcul bilan carbone AFD car difficilement quantifiable. Une analyse qualitative complémentaire
est alors nécessaire.
NB : les facteurs d’émission des véhicules sont basés sur les données accessibles concernant les parcs actuels, et n’intègrent pas de futures améliorations technologiques.
Cette approximation n’invalide cependant pas l’ordre de grandeur de l’empreinte carbone des projets. A terme, un outil spécifique dédié au secteur des transports pourra
être développé afin d’intégrer cet aspect.
40
Aéroport
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici le développement
ou l’extension d’un aéroport. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet
n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé. La méthode consiste à estimer les variations des émissions entre une situation où le projet d’aéroport est mis en place
et une situation où il n’existe pas. Il s’agit alors de comparer une situation de référence (prévision de trafic sans la mise en place du projet) et les émissions engendrées par
le trafic suite à la mise en place du projet. Ainsi, dans le cas de l’agrandissement d’un aéroport existant, seules les émissions liées à l’augmentation de trafic sont
imputables. La prise en compte des émissions des avions se fait sur l’ensemble de leur parcours. Le calcul est réalisé sur une durée de 30 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Catégorie
Phase du projet
Origine des émissions
Importance
bilan carbone
Fonctionnement
Energie nécessaire au
(situation de
transport aérien des
Utilisation
Haute
référence et
marchandises/des passagers
situation projet)
Construction
Génie civil (consommation
Energy
d’énergie par les engins de
Moyenne
Consumption
chantier)
Construction
Production des matériaux de
Moyenne
Construction
Materials
construction
Fonctionnement
Fonctionnement
Moyenne
Ordre de
grandeur
Données d’activités nécessaires
Supérieur à 100
kteqCO2/an pour
un aéroport
international.
¤ Prévisions de trafic avec et sans la mise en place du projet :
poids de la marchandise et nombre de voyageurs, fréquences du
trafic, nombre de km parcourus (ou provenance et destination :
national/international ou court courrier/long courrier).
Etude ad hoc
Etude ad hoc
Variable selon
la région, le
climat et la
végétation
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de foret
Clearing
Déforestation
Electricity /
heat
consumption
Passenger
transport
Consommations annexes de
fonctionnement de
l’aéroport
Basse
Etude ad hoc
Trafic de rabattement
Basse
Etude ad hoc
Les émissions dues à l’activité économique engendrée par la hausse de trafic ne sont que très difficilement quantifiables. (ex : émissions d’un touriste lors de
son séjour dans le pays). Les situations pouvant être très diverses, il n’est pas possible de proposer des aides au calcul dans le Bilan Carbone. Néanmoins, ce
poste d’émissions devra être intégré dans le calcul. Le pôle climat peut être sollicité afin d’appuyer l’équipe projet pour la réalisation du calcul.
NB : les facteurs d’émission des avions sont basés sur les données accessibles concernant les parcs actuels, et n’intègrent pas de futures améliorations technologiques.
Cette approximation n’invalide cependant pas l’ordre de grandeur de l’empreinte carbone des projets. A terme, un outil spécifique dédié au secteur des transports pourra
être développé afin d’intégrer cet aspect.
41
Port
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici le développement
ou l’extension d’un port. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de
développement ou d’extension n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé. Il s’agit ainsi de comparer une situation de référence (prévision de trafic sans la mise
en place du projet) et les émissions engendrées par le trafic suite à la mise en place du projet. Ainsi, dans le cas de l’agrandissement d’un port existant, seules les émissions
liées à l’augmentation de trafic sont imputables. La prise en compte des émissions des navires se fait sur l’ensemble de leur parcours.
Le calcul est réalisé sur une durée de 30 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Catégorie
Phase du projet
Origine des émissions
Importance
bilan carbone
Fonctionnement
(situation de
référence +
situation projet)
Utilisation
Construction
energy
consumption
Construction
Construction
materials
Fonctionnement
Electricity /
heat
consumption
Fonctionnement - Fret
Energie nécessaire au
transport des
marchandises
Génie civil
(consommation d’énergie
par les engins de
chantier)
Production des
matériaux de
construction (acier,
ciment, pierres de
carrière,…)
Consommations de
fonctionnement du port
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
¤ Prévisions de trafic avec et sans la mise en place du
projet : poids de la marchandise, fréquences du trafic,
nombre de km parcourus.
¤ Type de navires
Haute
Supérieur à 100 kteqCO2/ an
pour un port international.
Moyenne
Quelques milliers de teqCO2
pendant le chantier
Etude ad hoc
Moyenne
Quelques milliers de teqCO2
pendant le chantier
Etude ad hoc
Basse
Etude ad hoc
Les émissions dues au fret amont et aval sont difficilement quantifiables, elles sont exclues du Bilan Carbone AFD.
Pour les émissions amont (production des produits transportés) et aval (utilisation des produits transportés), également
difficilement quantifiables, une analyse qualitative complémentaire est nécessaire.
NB : les facteurs d’émission des navires sont basés sur les données accessibles concernant les parcs actuels, et n’intègrent pas de futures améliorations technologiques.
Cette approximation n’invalide cependant pas l’ordre de grandeur de l’empreinte carbone des projets. A terme, un outil spécifique dédié au secteur des transports pourra
être développé afin d’intégrer cet aspect.
42
BRT/Tramway
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place
du projet de BRT/Tramway. La situation de référence est constituée par la situation avant la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre
projet de transport public n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
La méthode consiste ainsi à estimer les variations des émissions des usagers empruntant le BRT / Tramway entre une situation où celui-ci est construit, et une
situation où il n’existe pas. On suppose en outre que les personnes non usagers du BRT / Tram effectueront leurs trajets de la même manière que le projet soit mis en
place ou non (i.e. même origine-destination et même mode de transport). Cette estimation du report modal permet d’obtenir les émissions évitées.
Le calcul est réalisé sur une durée de 30 ans par défaut, en prenant en compte les évolutions annuelles de trafic à la fois dans la situation de référence et dans la
situation projet.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(projet)
Fonctionnement
(situation de
référence et
projet)
Construction
(projet)
Catégorie bilan
carbone
Origine des émissions
Passenger
transport
Déplacement de personnes
(scope 3)
Fuel consumption
OU Electricity /
heat consumption
Consommation d’énergie
BRT/Tramway (scope 1 ou 2)
Passenger
transport
Construction
Energy
Consumption
Déplacement de personnes
dans la situation de référence
et dans la situation projet
Génie civil
Importance
Données d’activités nécessaires
Trafic automobile entre un site et une station de
BRT/Tramway
Haute
Haute
De quelques centaines à
quelques milliers de teqCO2/an
émises
¤ Energie de traction du BRT/Tram.
¤ Consommation d’énergie annuelle du
BRT/Tram ou distance totale parcourue par le
BRT/Tram et consommation au km du BRT/Tram
Haute
¤ De quelques centaines à
quelques milliers de
teqCO2/an émises
¤ De l’ordre de plusieurs
dizaines de milliers de
teqCO2/an évitées par le
transfert modal
¤ Consommation d’énergie (carburant,
électricité) annuelle par mode de transport
d’origine (véhicules, bus,…) et nombre de
passagers.
¤ Part des personnes ou véhicules passant au
transport par BRT/Tramway.
Quelques milliers de teqCO2
pendant le chantier
Ratios standard proposés dans l’outil, en teqCO2 /
km de ligne
OU : Quantité de carburant consommé pendant
les travaux
Moyenne
43
Ordre de grandeur
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Construction
Materials
Fonctionnement
Electricity/heat
consumption
Emissions liées au développement
urbain associé au projet
Origine des émissions
Importance
Matériaux
Moyenne
Fabrication matériel roulant
Moyenne
Consommations annexes
(éclairage, etc)
Basse
Ordre de grandeur
Quelques milliers de teqCO2
pendant le chantier
Données d’activités nécessaires
Ratios standard proposés dans l’outil, en teqCO2 /
km de ligne
OU : Quantité de matériaux consommés pendant
les travaux
Ratios standards proposés dans l’outil en teqCO2 /
rame ou teqCO2 / M€ de matériel roulant
Quelques centaines de teqCO2
par an
Etude ad-hoc nécessaire
Ces émissions sont d’un ordre de grandeur potentiellement plus important que celui dû au transfert modal (à la fois en
émissions et émissions évitées). Néanmoins, elles sont exclues du calcul bilan carbone AFD car difficilement quantifiable. Une
analyse qualitative complémentaire est alors nécessaire.
NB : les facteurs d’émission des véhicules sont basés sur les données accessibles concernant les parcs actuels, et n’intègrent pas de futures améliorations technologiques.
Cette approximation n’invalide cependant pas l’ordre de grandeur de l’empreinte carbone des projets. A terme, un outil spécifique dédié au secteur des transports pourra
être développé afin d’intégrer cet aspect.
NB2 : une aide à la réalisation du calcul est proposée dans l’onglet « General info », où l’utilisateur peut entrer les pourcentages de report modal vers le BRT/Tramway par
type de véhicule et les taux d’occupation moyens des différents types de véhicule. Cela permet de déterminer directement les trafics évités pour chaque type de véhicule
dans l’onglet « Reference situation » en fonction des pass.km du BRT / Tram (catégorie « Passenger transport »)
44
Métro
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet de métro. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de
transport public n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
La méthode consiste ainsi à estimer les variations des émissions des usagers empruntant le métro entre une situation où celui-ci est construit, et une situation où il
n’existe pas. On suppose en outre que les personnes non usagers du métro effectueront leurs trajets de la même manière que le projet soit mis en place ou non (i.e.
même origine-destination et même mode de transport). Cette estimation du report modal permet d’obtenir les émissions évitées.
Le calcul est réalisé sur une durée de 30 ans par défaut, en prenant en compte les évolutions annuelles de trafic à la fois dans la situation de référence et dans la situation
projet.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(projet et situation de
référence)
Catégorie bilan
carbone
Passenger
transport
Electricity / heat
consumption
Construction
Construction
Energy
Consumption
Origine des émissions
Déplacement de
personnes (scope 3)
Consommation
d’électricité du métro
(scope 2)
Génie civil
(consommation
d’énergie par les engins
de chantier)
45
Importance
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
¤ Prévisions de trafic sur le report modal : nombre de
passagers utilisant annuellement le métro, %
d’utilisateurs du métro provenant d’autres modes de
transport (deux roues motorisés et non motorisés, quatre
roues, bus,…)
¤ Distance moyenne parcourue par jour ou par an et la
consommation au km des différents véhicules et du
métro, afin d’obtenir la consommation en carburant dans
la situation de référence et dans la situation avec projet.
Haute
De l’ordre de plusieurs
dizaines de milliers de
teqCO2/an évitées par le
transfert modal
Haute
De quelques centaines à
quelques milliers de
teqCO2/an émises
Consommation d’énergie annuelle du métro ou distance
totale parcourue par le métro et consommation au km du
métro.
Haute
Quelques milliers de
teqCO2 pendant le
chantier
Ratios standards proposés dans l’outil, en teqCO2 / km de
ligne ou teqCO2 / machines.jour utilisées
OU : quantités de carburant consommé pendant les
travaux
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Construction
Materials
Origine des émissions
Matériaux de
construction (acier,
ciment, pierres de
carrière,…)
Fabrication du matériel
roulant
Fonctionnement
(projet)
Electricity / heat
consumption
Emissions liées au développement
urbain associé au projet
Consommations annexes
(éclairage, etc)
Importance
Haute
Ordre de grandeur
Quelques milliers de
teqCO2 pendant le
chantier
Ratios standard proposés dans l’outil, en teqCO2/ km de
ligne ou teqCO2/nombre de stations souterraines
OU : quantités de matériaux consommés pendant les
travaux
Quantité de matériaux OU nombre d’unités de matériel
roulant OU nombre de trains OU cout d’investissement
pour le matériel roulant (en M€)
Basse
Basse
Données d’activités nécessaires
Quelques centaines de
teqCO2 par an
Etude ad-hoc nécessaire
Ces émissions sont d’un ordre de grandeur potentiellement plus important que celui dû au transfert modal (à la fois en
émissions et émissions évitées). Néanmoins, elles sont exclues du calcul bilan carbone AFD car difficilement quantifiable. Une
analyse qualitative complémentaire est alors nécessaire.
NB : les facteurs d’émission des véhicules sont basés sur les données accessibles concernant les parcs actuels, et n’intègrent pas de futures améliorations technologiques.
Cette approximation n’invalide cependant pas l’ordre de grandeur de l’empreinte carbone des projets. A terme, un outil spécifique dédié au secteur des transports pourra
être développé afin d’intégrer cet aspect.
NB2 : une aide à la réalisation du calcul est proposée dans l’onglet « General info », où l’utilisateur peut entrer les pourcentages de report modal vers le métro par type de
véhicule et les taux d’occupation moyens des différents types de véhicule. Cela permet de déterminer directement les trafics évités pour chaque type de véhicule dans
l’onglet « Reference situation » en fonction des pass.km du métro (catégorie « Passenger transport »)
46
Ligne de chemin de fer
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet de ligne de chemin de fer. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre
projet de ligne de chemin de fer n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé. La méthode consiste ainsi à estimer les variations des émissions des usagers
empruntant la ligne de chemin de fer entre une situation où celle-ci est construite, et une situation où elle n’existe pas. On suppose en outre que les personnes non
usagers du train effectueront leurs trajets de la même manière que le projet soit mis en place ou non (i.e. même origine-destination et même mode de transport). Cette
estimation du report modal permet d’obtenir les émissions évitées.
Le calcul est réalisé sur une durée de 30 ans par défaut, en prenant en compte les évolutions annuelles de trafic à la fois dans la situation de référence et dans la situation
projet.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Fonctionnement
(projet et
situation de
référence)
Catégorie
bilan
carbone
Passenger
transport
Freight
Origine des
émissions
Importance
Déplacement de
personnes (scope 3)
Haute
Fret (scope 3)
Haute
47
Ordre de grandeur
Jusqu’à plusieurs dizaines de
milliers de teqCO2/an
Jusqu’à plusieurs dizaines de
milliers de teqCO2/an
Données d’activités nécessaires
¤ Prévisions de trafic sur le report modal : nombre de
passagers utilisant annuellement le train, % d’utilisateurs du
train provenant du mode de transport analysé (deux roues
motorisés et non motorisés, quatre roues, bus,…)
¤ Distance moyenne parcourue par jour ou par an et la
consommation au km des différents véhicules et du train afin
d’obtenir la consommation en carburant dans la situation de
référence et dans la situation avec projet.
¤ Prévisions de trafic sur le report modal : volume de
marchandise transporté annuellement par le train, % de
marchandise provenant du mode de transport analysé
(camions,…)
¤ Distance moyenne parcourue par jour ou par an et la
consommation au km des différents véhicules et du train afin
d’obtenir la consommation en carburant dans la situation de
référence et dans la situation avec projet.
Phase du projet
Catégorie
bilan
carbone
Electricity /
heat
consumption
+ Fuel
consumption
Clearing
Construction
(projet)
Construction
Energy
Consumption
Construction
materials
Origine des
émissions
Importance
Consommation
d’énergie du train
(scope 2 ou 1)
Emissions liées à l’activité
économique associée au projet
Données d’activités nécessaires
De quelques centaines à
quelques milliers de
teqCO2/an émises
¤ Type d’énergie de traction du train : généralement
électricité ou diesel.
¤ Consommation d’énergie annuelle du train ou distance
totale parcourue par le train et consommation au km du train
Moyenne
Variable selon la région, le
climat et la végétation
¤ surface
¤ climat
¤ type de foret
Moyenne
Quelques dizaines de milliers
de teqCO2 pendant le chantier
Ratios standards proposés dans l’outil, en teqCO2 / km de ligne
ou teqCO2 / machines.jour utilisées
OU : quantités de carburant consommé pendant les travaux
Moyenne
Quelques dizaines de
milliers de teqCO2 pendant le
chantier
Basse
Quelques milliers de teqCO2
pendant le chantier
Haute
Déforestation
Génie Civil
(consommation
d’énergie par les
engins de chantier)
Matériaux de
construction (acier,
ciment, pierres de
carrière,…)
Fabrication du
matériel roulant
Fonctionnement
Ordre de grandeur
Ratios standard proposés dans l’outil, en teqCO2/ km de ligne ou
teqCO2/nombre de stations souterraines
OU : quantités de matériaux consommés pendant les travaux
Quantité de matériaux OU nombre d’unités de matériel roulant
OU nombre de trains OU cout d’investissement pour le matériel
roulant (en M€)
Consommations
Quelques centaines de tCO2
annexes (éclairage,
Basse
Etude ad-hoc nécessaire
par an
etc)
Ces émissions sont d’un ordre de grandeur potentiellement plus important que celui dû au transfert modal (à la fois en émissions et
émissions évitées). Néanmoins, elles sont exclues du calcul bilan carbone AFD car difficilement quantifiable. Une analyse qualitative
complémentaire est alors nécessaire.
NB : les facteurs d’émission des véhicules sont basés sur les données accessibles concernant les parcs actuels, et n’intègrent pas de futures améliorations technologiques.
Cette approximation n’invalide cependant pas l’ordre de grandeur de l’empreinte carbone des projets. A terme, un outil spécifique dédié au secteur des transports pourra
être développé afin d’intégrer cet aspect.
NB2 : une aide à la réalisation du calcul est proposée dans l’onglet « General info », où l’utilisateur peut entrer les pourcentages de report modal vers le trainy par type de
véhicule. Cela permet de déterminer directement les trafics évités pour chaque type de véhicule dans l’onglet « Reference situation » en fonction des pass.km du train
(catégorie « Passenger transport »)
48
Déchets solides
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet de décharge. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de
décharge n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé. Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
NB : Afin d’appuyer l’utilisateur, des données par défaut sur les volumes moyens de déchets produits par pays ou région sont fournis dans l’onglet ‘Misc’
Phase du projet
Fonctionnement
(projet)
Catégorie
bilan carbone
Origine des émissions
Importance
Other process
emissions
Méthane et N2O émis
lors de la méthanisation
ou le compostage ou
l’incinération ou la mise
en décharge des déchets
Haute
Freight
Electricity /
heat
consumption +
Fuel
consumption
En cas de
valorisation
énergétique des
déchets :
Fonctionnement
(Scénario de
référence)
Electricity /
heat
consumption
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
¤ Quantité de déchets produits annuellement
¤ Mode de traitement des déchets
¤ Quantité de déchets transportés annuellement
¤ Moyen de transport et distance parcourue
Transport des déchets
Moyenne
Consommation de
carburant de l’usine de
traitement des déchets
Basse
Etude ad-hoc
Haute
Quantité de CH4 capturé annuellement
OU :
décharge : quantité et types de déchets produits,
type de décharge et méthode de valorisation
incinération : quantité et type de déchets produits
Combustion du méthane
produit par les déchets et
production d’électricité
en substitution à de
l’énergie de réseau
49
Epuration des eaux usées
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici la mise en place du
projet d’épuration. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet
d’épuration des eaux usées n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Catégorie bilan
Phase du projet
Origine des émissions
Importance
Ordre de grandeur
carbone
Fuel
consumption
Consommation
ou
d’énergie par la
Haute
Electricity /
station d’épuration
heat
consumption
Fonctionnement
(projet)
Purchase of
goods and
services
Consommation de
réactifs chimiques
Haute
Other process
emissions
Dégagement de
méthane et de N2O
Haute
Freight
Transport des boues
Moyenne
Traitement et
valorisation des boues
Moyenne
End of life
Fonctionnement
(scénario de
référence)
Electricity /
heat
consumption
Valorisation du
méthane capturé
Haute
Données d’activités nécessaires
Consommation annuelle d’électricité/gaz naturel ¤
OU
Volume d’eaux usées traitées annuellement (NB : cette deuxième
solution s’appuie sur des ratios dont le degré de précision est
moindre – ces ratios n’ont pas encore été déterminés à ce stade
et seront intégrés ultérieurement à l’outil)
Quantité de réactif consommée par an
OU
Volume d’eaux usées traitées annuellement (NB : cette deuxième
solution s’appuie sur des ratios dont le degré de précision est
moindre – ces ratios n’ont pas encore été déterminés à ce stade
et seront intégrés ultérieurement à l’outil)
¤ type d’eau usée
¤ volume ou taille de la population concernée
¤ type de traitement
¤ Quantité de boues transportées annuellement
¤ Moyen de transport et distance parcourue
Quantité de boues produite par an et mode de valorisation
(épandage, compost, incinération)
Quantité de méthane capturé annuellement
Méthode de valorisation du méthane
NB : L’estimation des émissions de GES liées à l’épuration des eaux usées sont associés à un niveau d’incertitude élevé, reflétant néanmoins le niveau des
connaissances scientifiques sur le sujet à ce jour.
50
Forêt
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet. La situation de
référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet n’est envisagé pour remplacer le projet non
réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Construction
Catégorie
bilan carbone
Clearing
Origine des émissions
Importance
Données d’activités nécessaires
Haute
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de forêt
Stockage de carbone dans la
biomasse
Haute
¤ surface
¤ Type de plantation
¤ climat
¤ durée de la période de pousse avant exploitation
¤ Taux de retrait de la biomasse
NB : une aide pour le calcul de ces émissions est
disponible dans l’onglet « General info »
Stockage de carbone dans les
sols
Haute
¤ surface
¤ type de sol
¤ changement d’usage du sol
Déforestation (scope 3)
Land use
Fonctionnement
Fuel
consumption
Ordre de grandeur
Energie consommée par les
engins agricoles / forestiers
51
Moyenne
Consommation annuelle de diesel
OU nombre de machine.jours.
Plantations
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet.
La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse qu’aucun autre projet de ce type n’est envisagé
pour remplacer le projet non réalisé. Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Construction
Catégorie bilan
carbone
Clearing
Origine des émissions
Importance
Déforestation (scope 3)
Haute
Stockage de carbone dans la
biomasse
Haute
Stockage de carbone dans les
sols
Haute
Emissions dues à l’épandage
d’engrais (N2O)
Haute
Purchase of goods
and services
Production des engrais et
produits phytosanitaires
Haute
Fuel consumption
Energie consommée par les
engins agricoles / forestiers
Land use
Fonctionnement
Other process
emissions
52
Moyenne
Ordre de
grandeur
Données d’activités nécessaires
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de forêt
¤ Type et surface de la plantation
¤ climat
¤ durée de la période de pousse avant exploitation
¤ Taux de retrait de la biomasse
¤ Vitesse de croissance de la biomasse (facultatif)
¤ volume maximal de biomasse (facultatif)
NB : une aide pour le calcul de ces émissions est
disponible dans l’onglet « General info »
¤ surface
¤ type de sol
¤ changement d’usage du sol
Quantité d’engrais épandus par année + part d’azote
dans la composition de l’engrais.
OU
type de plantation + surface
Tonnes d’engrais et de produits phytosanitaires achetés
annuellement.
Consommation annuelle de diesel
OU nombre de machine.jours.
Biocarburants
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici le développement
de capacité de production de biocarburant.
La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet. Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Pour un projet de production de biocarburants, des émissions sont évitées en substituant un biocarburant à un carburant fossile. Le volume des émissions évitées dépend
alors de la quantité de GES qui ont été émis pour produire le biocarburant (principalement combustion d’énergie fossile et émissions de carbone lors du changement
d’usage des sols). L’approche proposée dans l’outil bilan carbone est détaillée, puisqu’elle implique de détailler l’ensemble des postes d’émissions lors de la produciton du
biocarburant (usage des sols, carburants, etc). Cette approche demande un nombre important de données et ne peut être mise en œuvre au début de l’instruction d’un
projet. Dans un deuxième temps, une évolution future de l’outil permettra de réaliser le calcul directement sur la base de ratios standard indiquant pour chaque
biocarburant le niveau de baisse des émissions qu’il engendre.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Catégorie bilan
Phase du projet
Origine des émissions
Importance
carbone
Clearing
Déforestation
Haute
Land use
Changement d’usage des sols
suite à la mise en place du projet
Haute
Construction
Fonctionnement
(situation de
référence)
Utilisation
Purchase of goods
and services
Other process
emissions
Fonctionnement
(projet)
Freight
Emissions du carburant fossile
substitué par le biocarburant
produit
Production d’engrais et produits
phytosanitaires
Epandage d’engrais et produits
phytosanitaires
Transport des produits
Ordre de grandeur
Variable selon la
région, le climat et la
végétation
Données d’activités nécessaires
¤ surface déforestée
¤ climat
¤ type de foret
¤ Surface subissant un changement d’usage des
sols
¤ Usage des terres avant et après
Haute
¤ type et quantité de carburant fossile substitué par
le biocarburant
Haute
Type et quantité d’engrais achetés annuellement
Haute
Type et quantité d’engrais utilisé annuellement
Haute
Mode de transport et distance parcourue
Fuel consumption
Consommation de carburant par
les engins agricoles
Moyenne
Quantité de carburant
Electricity / heat
consumption and/or
Fuel consumption
Transformation des produits de
la plantation
Moyenne
¤ Source énergie
¤ quantité d’énergie consommée annuellement
53
Agro-écologie
Principes du calcul
La mesure de l’empreinte carbone d’un projet consiste à comparer les émissions d’une situation de référence avec celles de la situation avec projet, ici le développement
agricole par des techniques d’agro-écologie. La situation de référence est constituée par la situation sans la mise en place du projet, c'est-à-dire suivant l’hypothèse
qu’aucun autre projet agricole de ce type n’est envisagé pour remplacer le projet non réalisé.
Le calcul est réalisé sur une durée de 20 ans par défaut.
Liste des postes d’émissions, importance pour le calcul et données nécessaires
Phase du projet
Catégorie bilan
carbone
Origine des émissions
Importance
Stockage de carbone dans la
biomasse
Haute
Stockage de carbone dans les
sols
Haute
Land use
Fonctionnement
(projet /
situation de
référence)
Purchase of
goods and
services
Other process
emissions
Fuel
consumption
Production des engrais et
produits phytosanitaires
(projet et scénario de
référence)
Volatilisation de N2O lors de
l’épandage d’engrais (projet
et scénario de référence)
Consommation de
carburant par les engins
agricoles (projet et scénario
de référence)
54
Ordre de grandeur
Données d’activités nécessaires
¤ surface
¤ Type de plantation
¤ climat
NB : une aide pour le calcul de ces émissions est
disponible dans l’onglet « General info »
¤ surface
¤ type de sol
¤ changement d’usage du sol
NB : une aide pour le calcul de ces émissions est
disponible dans l’onglet « General info »
Moyenne
Quantité d’engrais et phytosanitaires achetés
Type d’engrais et phytosanitaires
Moyenne
Quantité d’engrais épandus par année + part d’azote
dans la composition de l’engrais.
OU type de culture + surface
Moyenne
Quantité de carburant consommé annuellement dans le
cadre du projet
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising