Author`s personal copy
This article appeared in a journal published by Elsevier. The attached
copy is furnished to the author for internal non-commercial research
and education use, including for instruction at the authors institution
and sharing with colleagues.
Other uses, including reproduction and distribution, or selling or
licensing copies, or posting to personal, institutional or third party
websites are prohibited.
In most cases authors are permitted to post their version of the
article (e.g. in Word or Tex form) to their personal website or
institutional repository. Authors requiring further information
regarding Elsevier’s archiving and manuscript policies are
encouraged to visit:
http://www.elsevier.com/copyright
Author's personal copy
L’Encéphale (2012) 38, 418—425
Disponible en ligne sur www.sciencedirect.com
journal homepage: www.em-consulte.com/produit/ENCEP
PSYCHIATRIE DE L’ENFANT
Étude du tempérament et de la personnalité chez
l’enfant souffrant d’un trouble déficit
d’attention/hyperactivité (TDAH)
A study of temperament and personality in children diagnosed with
attention-deficit hyperactivity disorder (ADHD)
M. Bouvard a,∗, L. Sigel b, A. Laurent b
a
b
Laboratoire LIP, université de Savoie, BP 1104, 73011 Chambéry cedex, France
Service de pédopsychiatrie, CHU de Grenoble, 38000 Grenoble, France
Reçu le 20 août 2010 ; accepté le 2 novembre 2011
Disponible sur Internet le 26 mai 2012
MOTS CLÉS
Trouble déficitaire de
l’attention/
hyperactivité ;
Tempérament ;
Personnalité ;
Système d’inhibition
et d’activation
comportementale
∗
Résumé Cette recherche a pour objectif, d’une part, de comparer l’opinion des parents
et des enfants concernant la personnalité de l’enfant et d’autre part, de comparer la personnalité d’enfants diagnostiqués d’un trouble déficit d’attention/hyperactivité (TDAH) à des
sujets témoins. Dans une première étude, nous avons comparé à un an d’intervalle l’opinion
de 33 enfants TDAH sur leur personnalité ainsi que l’opinion de leurs parents. Les réponses des
enfants comme celles des parents ont été comparées au temps 1 et au temps 2 (questionnaire
émotionnalité, activité, sociabilité (EAS) et échelles du système d’inhibition comportementale
[BIS] et du système d’activation comportementale [BAS]). Les parents présentent une bonne
stabilité dans leur opinion concernant le tempérament de leur enfant. En revanche, les enfants
présentent une opinion moins stable les concernant. Les corrélations entre les deux passations
varient de 0,22 (échelle BAS de recherche d’amusement) à 0,51 (échelle BIS) pour les échelles
BIS et BAS et de 0,32 (EAS émotionnalité) à 0,58 (EAS activité et timidité). Puis, nous avons
comparé les réponses des enfants et de leurs parents sur le questionnaire EAS. Elles apparaissent
beaucoup plus élevées que celles trouvées dans une population issue de la population générale.
Dans la seconde étude, nous avons comparé la personnalité de l’enfant TDAH (n = 35) à celle de
sujets issus de la population générale (n = 35) sur les échelles BIS et BAS, le questionnaire EAS
et un questionnaire évaluant les cinq facteurs de personnalité (BFQ-C). En ce qui concerne le
BIS, les sujets TDAH sont comparables aux sujets témoins. En revanche, ils obtiennent comme
attendu, des notes plus élevées dans le BAS. Dans les traits de tempérament, les sujets TDAH se
reconnaissent plus actifs et avoir une plus grande émotionnalité que les sujets témoins. Il n’y
a pas de différence sur les deux autres traits de tempérament, sociabilité et timidité. Enfin,
les sujets TDAH obtiennent des notes supérieures aux sujets témoins dans les dimensions du
questionnaire des cinq facteurs pour enfant (BFQ-C). Il est intéressant de noter que les enfants
Auteur correspondant.
Adresse e-mail : martine.bouvard@univ-savoie.fr (M. Bouvard).
0013-7006/$ — see front matter © L’Encéphale, Paris, 2012.
doi:10.1016/j.encep.2012.01.004
Author's personal copy
Étude du tempérament et de la personnalité chez l’enfant souffrant de TDAH
419
TDAH obtiennent des notes plus élevées à l’extraversion et à l’échelle activité de l’EAS. Nous
retrouvons les données de la littérature concernant le névrosisme et le système d’activation
comportementale.
© L’Encéphale, Paris, 2012.
KEYWORDS
Attention-deficit
hyperactivity
disorder;
Temperament;
Personality;
Behavioural inhibition
and activation system
Summary
Background. — The study of children’s personality and its development has generated several
theoretical models in psychology. In a developmental approach, Buss and Plomin elaborated a
genetic model of temperament that involves four dimensions: emotionality (refers to the negative quality of the emotion and the intensity of the emotional reactions), activity (intensity and
frequency of a person’s energy output in motor movements and speech), sociability (search for
social relationships and preference for activities with others) and shyness (behavioural inhibition and feelings of distress when in interaction with strangers). The psychobiological approach
postulates a biological model of personality. Thus, in Gray’s first model, there are two brain systems that explain behaviours: the Bbehavioural Activation System (BAS) related to impulsivity
and the Behavioural Inhibition System (BIS) linked to anxiety. Finally, dispositional theories seek
to identify functional units of the normal personality from the factorial approach. Accordingly,
Barbaranelli et al. build a questionnaire, the big five questionnaire for children (BFQ-C), which
is intended to estimate the emergence of five fundamental dimensions (energy/extraversion,
agreeableness, conscientiousness, emotional instability and intellect/openness) in children
from 8 to 18 years. The clinical study we will present concerns the personality of children
suffering from attention-deficit hyperactivity disorder (ADHD).
Study 1: methods and results. — In a first study, we compared the ratings of 33 children with
ADHD regarding their personality, as well as the ratings of their parents, over a one-year interval.
The EAS questionnaire tapping into the genetic model put forth by Buss and Plomin evaluates
four dimensions: emotionality, activity, sociability and shyness. The BIS/BAS scales for children
correspond to Gray’s first psychobiological model of personality. The BIS scale is unidimensional
and the BAS scale is divided into three subscales (drive, fun-seeking and reward responsiveness). The answers collected from parents at the two moments of completion of the EAS were
comparable and the correlations were all higher than 0.70. Concerning the children, there
were no significant differences between the two time periods but the correlations were rather
low. On the BIS/BAS scales, they varied from 0.22 (fun-seeking BAS scale) to 0.51 (BIS scale),
whereas the obtained correlations on the EAS ranged from 0.32 (emotionality) to 0.58 (activity
and shyness). Finally, to compare the answers of the children with their parents on the EAS
questionnaire, we used a correlation coefficient test. For time 1, the correlations varied from
0.54 (emotionality) to 0.69 (sociability), and for time 2, they varied from 0.18 (sociability) to
0.50 (shyness). The concordance between the parents’ and children’ answers was thus higher
than in a group from the general population.
Study 2: methods and results. — In the second study, we compared the personality of children
with ADHD (n = 35) with a sample from the general population (n = 35). The two groups of subjects were matched on age (mean: 12.7 years) and made comparable for gender. Participants
with ADHD were comparable with control participants on the BIS, as well as on the reward
responsiveness subscale of the BAS. Furthermore, participants with ADHD and controls were
comparable concerning the tendency to avoid and the anxiety. However, as expected, those
with ADHD obtained higher scores on two subscales of the BAS. Concerning the traits of temperament, participants with ADHD reported being more active and having greater emotionality
than did control subjects. On the other hand, there were no group differences for the two other
aspects of temperament (sociability and shyness). Finally, participants with ADHD obtained
higher scores on the BFQ-C than did control participants. It is interesting to note that children
with ADHD obtained higher scores on the extraversion scale of the BFQ-C and the activity scale
of the EAS. Our findings parallel the existing literature concerning the neuroticism scale of the
BFQ-C and the BAS, but not the agreeableness and conscientiousness scales of the BFQ-C.
Discussion. — It is interesting to note that children have a less stable representation of their
own temperament as compared to the evaluation of their parents. This study replicates the
findings of previous research on adults with ADHD regarding neuroticism (emotional instability), but contrary to findings in adults with ADHD, children obtained elevated scores on the
conscientiousness and agreeableness subscales. In accordance with our hypotheses, children
with ADHD could be distinguished from control participants on the BAS, particularly for the
drive and reward responsiveness subscales. Furthermore, they also obtained higher scores on
the extraversion subscale of the BFQ-C and the on the EAS activity subscale.
© L’Encéphale, Paris, 2012.
Author's personal copy
420
Introduction
L’étude de la personnalité de l’enfant et son développement est un sujet qui suscite l’intérêt des cliniciens et
qui a généré plusieurs modèles théoriques. Tout d’abord,
l’approche développementale s’intéresse au devenir des
traits de tempérament au cours de l’existence. D’après ce
modèle, les traits de tempérament sont présents dès la naissance, ils apparaissent stables quelle que soit la situation
et se façonnent au cours du développement de l’enfant
avec les interactions du milieu pour donner la personnalité de l’adulte [18,21]. Ainsi, le tempérament implique
en général des facteurs constitutionnels et génétiques et
cependant, c’est un style de comportement qui évolue
au cours du développement de l’enfant [16]. Dans cette
approche développementale, Buss et Plomin [3] ont élaboré un modèle génétique des traits de tempérament à
partir d’éléments constitutifs ou dimensions. Ils retiennent
quatre dimensions de tempérament : émotionnalité, activité, sociabilité et timidité (modèle EAS). La première
dimension, l’émotionnalité représente la qualité négative
de l’émotion voire la détresse émotionnelle, la deuxième
dimension ou activité se définit par l’intensité et la fréquence des réponses motrices. La troisième dimension,
la sociabilité se caractérise par la recherche de relations
sociales et la préférence de l’enfant à ne pas rester seul.
Enfin, la quatrième dimension, la timidité se caractérise
par la tension et l’inhibition face à des personnes non familières. La définition de la timidité dans ce modèle est de
se caractériser par l’inhibition à la non-familiarité alors que
la sociabilité est plus la tendance à s’affilier aux autres.
D’après Gasman et al. [10], les enfants timides sont peureux
alors que les enfants peu sociables ne le sont pas nécessairement. L’émotionnalité serait proche du névrosisme décrit
par Eysenck alors que la timidité est associée à la vulnérabilité aux troubles anxieux [13].
Dans l’approche psychobiologique est postulé un modèle
biologique de la personnalité. Ainsi, le premier modèle
de Gray [12] implique deux systèmes cérébraux pour
expliquer les conduites : le système d’activation comportementale (BAS) en lien avec l’impulsivité et le système
d’inhibition comportementale (BIS) en lien avec l’anxiété.
Ces deux systèmes seraient responsables de la conduite de
l’individu (approche ou évitement) en réponse aux stimuli de
l’environnement. Plus précisément, le BIS alerte le sujet de
la possibilité d’un danger ou d’une punition, ce qui conduit
le sujet à une conduite d’évitement alors que le BAS sensibilise le sujet aux signaux de récompense, ce qui produit une
conduite impulsive [19]. Ultérieurement, Gray a ajouté un
troisième système pour expliquer les conduites de l’individu
et les définitions du BIS et du BAS ont été nuancées [6]. Le
BIS serait sensible aux stimuli aversifs conditionnés, aux stimuli de forte intensité ou aux stimuli de peurs innées (sang,
serpent). Il représente la base de l’anxiété alors que le BAS
(système d’approche comportementale) serait sensible aux
stimuli conditionnés qu’il perçoit comme attirant. Il régule
l’impulsivité. Ce modèle prédit que des sujets ayant une
« BAS haute » seront plus sensibles aux signaux de récompense que ceux qui ont une « BAS faible » et que des sujets
ayant une « BIS haute » seront plus sensibles aux signaux de
punition par rapport à ceux qui ont une « BIS faible » [6].
D’après les données de la littérature, de hauts niveaux de
M. Bouvard et al.
BIS seraient liés à des symptômes anxieux et il existerait un
lien entre le trouble des conduites, le trouble oppositionnel
et le BAS.
Enfin, les théories dispositionnelles cherchent à identifier des unités fonctionnelles de la personnalité normale à
partir de l’approche factorielle. Le modèle à cinq facteurs
trouve son origine dans une approche lexicale qui utilise
les descripteurs de la personnalité pour définir des traits à
partir d’analyses factorielles [11]. Ainsi, Barbaranelli et al.
[2] ont travaillé à partir du modèle de l’Alter Ego [8] et
donc d’une approche lexicale pour construire un questionnaire destiné aux enfants à partir de huit ans. L’objectif
de ce questionnaire est d’évaluer l’émergence des dimensions fondamentales chez des enfants de huit à 18 ans. La
dimension extraversion/énergie se focalise sur les qualités
d’enthousiasme et d’activité du sujet, la dimension agréabilité évalue la sensibilité aux besoins des autres, la dimension
conscience évalue l’obéissance aux règles, l’instabilité émotionnelle mesure les affects négatifs et enfin, la dimension
de l’ouverture/intellectualité se focalise sur l’ouverture
aux idées et à la créativité. Au final, l’instabilité émotionnelle (névrosisme) de la théorie dispositionnelle présente la
même définition que l’émotionnalité décrite dans la théorie développementale. L’extraversion/énergie du modèle
de l’Alter Ego (théorie dispositionnelle) a des caractéristiques communes avec le trait de tempérament activité
décrit dans le modèle EAS. Le trait de tempérament timidité
du modèle EAS et l’échelle d’inhibition comportementale
(BIS) de l’approche psychobiologique ont des liens avec
les troubles anxieux [13,16]. Après la présentation de ces
trois approches théoriques de la personnalité de l’enfant
(pour une revue voir 16), nous allons nous intéresser au
trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité de l’enfant
(TDAH).
La description clinique du TDAH met en évidence une
triade symptomatique comprenant l’hyperactivité motrice,
le déficit attentionnel et l’impulsivité alors que les critères
diagnostiques du DSM IV TR [1], subdivisent le TDAH en trois
catégories :
• prédominance du déficit attentionnel (type inattentif) ;
• prédominance de l’hyperactivité/impulsivité (type hyperactif) ;
• et le type combiné.
Les signes cliniques dominants du type inattentif sont
des problèmes attentionnels, un trouble de l’apprentissage
et un déficit dans le contrôle exécutif. Le type hyperactivité/impulsivité se caractérise par l’hyperactivité,
l’impulsivité et un faible sentiment d’autocontrôle. Enfin,
le type combiné (le plus fréquent) se caractérise par de
l’hyperactivité, et/ou de l’impulsivité associées à des difficultés attentionnelles et comportementales [27]. D’après
des données épidémiologiques, 3 à 5 % des enfants d’âge
scolaire présentent un diagnostic TDAH [26], plus précisément entre 3,5 et 5,6 % des enfants reçoivent un diagnostic
TDAH dans une récente étude épidémiologique française
[14]. En général, le TDAH péjore la scolarité de l’enfant
mais aussi les relations familiales et sociales. L’âge semble
introduire des variations dans la sémiologie, ainsi le développement de mécanismes de contrôle pourrait expliquer
Author's personal copy
Étude du tempérament et de la personnalité chez l’enfant souffrant de TDAH
la diminution de l’agitation motrice à l’adolescence chez
certains sujets [24]. Les enfants TDAH seraient aussi plus
susceptibles de développer des troubles des conduites, des
troubles oppositionnels et des dépressions majeures [14,25].
Dans l’approche développementale, une étude s’est intéressée à la comparaison du tempérament des catégories
d’enfants hyperactifs (âgés de sept à 15 ans). Les enfants
ayant le diagnostic combiné ou de type impulsif ont des
scores plus élevés que les enfants ayant le diagnostic de
type inattentif à la dimension activité et à la dimension
émotionnalité [9]. Les données de la littérature concernant le TDAH et les cinq dimensions fondamentales [21]
montrent qu’il existe peu de lien entre l’extraversion et
le TDAH, du fait que l’extraversion implique aussi la sociabilité. Le névrosisme est corrélé avec le TDAH ainsi que
l’agréabilité et la conscience. Dans une étude comparant
des adultes souffrant d’un TDAH et des sujets témoins [22]
sur les cinq dimensions fondamentales, il a été mis en évidence que les sujets TDAH ont un score moins élevé sur
les dimensions conscience et agréabilité et un score plus
élevé sur la dimension névrosisme par rapport à des sujets
témoins.
Il n’existe pas de différence significative entre les deux
groupes sur les dimensions extraversion et ouverture.
L’étude clinique que nous allons présenter s’est intéressée à la personnalité d’enfants TDAH. Dans un premier
temps, nous avons recherché la stabilité des traits de la
personnalité dans un groupe d’enfants hyperactifs (intervalle d’un an). Puis, nous avons comparé l’opinion des
enfants à celle de leurs parents. Dans un second temps,
nous avons envisagé l’étude de la personnalité de l’enfant
hyperactif versus une population contrôle à partir des
trois outils d’évaluation de la personnalité : le questionnaire EAS (approche développementale), le questionnaire
des cinq facteurs pour enfants (théorie dispositionnelle),
les échelles BIS et BAS (modèle psychobiologique). Nous
nous attendons à ce que les enfants souffrant de TDAH
aient une note plus élevée que les sujets témoins dans
les échelles activité et émotionnalité du questionnaire
EAS, dans la dimension névrosisme et dans les échelles
BAS. Enfin, nous nous attendons à ce que les sujets
TDAH aient des notes moins élevées dans les dimensions conscience et agréabilité par rapport au groupe de
contrôle.
Méthodologie
421
est composé de 28 garçons et cinq filles. Les diagnostics
ont été établis au cours d’entretiens par les psychiatres
et discutés en réunion d’équipe. Douze enfants présentent
le type combiné, 16 présentent le type déficit attentionnel et seulement cinq sujets le type hyperactif. Dix-neuf
sujets sur 33 prennent un traitement (ritaline et concerta) :
sept enfants de type déficit attentionnel, trois enfants de
type hyperactif et neuf enfants de type combiné. Les passations de questionnaires ont été réalisées pour les besoins de
l’étude, indépendamment des traitements médicamenteux
ou psychologiques.
Matériel
Le questionnaire EAS [3] évalue quatre dimensions
(cinq items chacune) : émotionnalité (qualité négative de
l’émotion et intensité des réactions émotionnelles), activité
(intensité et fréquence des réponses motrices), sociabilité
(recherche de relations sociales et préférence à ne pas
rester seul), timidité (tension et inhibition face à des personnes non familières). La stabilité des dimensions a été
vérifiée, notamment dans la version française [10] ainsi que
la consistance interne des différentes dimensions. Les trois
dimensions, émotionnalité, activité et timidité sont relativement indépendantes, la sociabilité est reliée à la timidité
et à l’activité. La fidélité entre la version enfant et la version parent est dans l’ensemble plutôt faible (de 0,09 à 0,15)
pour trois dimensions, seule l’émotionnalité est égale à 0,30
[10].
L’échelle BIS/BAS pour enfants [19] : il s’agit d’un questionnaire destiné aux enfants (huit à 12 ans). L’échelle
BIS (système motivationnel aversif) est composée de sept
items, l’échelle BAS (système motivationnel appétitif) se
décompose en trois échelles (récompense, motivation et
recherche d’amusement) et comprend 13 items. Muris et al.
[19] ont étudié 284 enfants scolarisés et dans une fourchette
d’âge de huit à 12 ans. L’analyse en composantes principales retrouve seulement deux facteurs alors que dans une
étude sur la version adulte de Carver et White [5] sur des
étudiants français, Caci et al. [4] retrouvent les quatre
dimensions.
Résultats
Comparaison des réponses au temps 1 et au temps
2
Étude 1
Dans cette première étude, nous avons comparé à un an
d’intervalle l’opinion d’enfants TDAH sur leur personnalité
ainsi que l’opinion de leurs parents sur leur enfant en utilisant le questionnaire EAS et les échelles BIS et BAS. Puis
nous avons comparé les réponses des enfants aux réponses
des parents sur le questionnaire EAS.
Sujets
Tous les sujets TDAH (n = 33) ont été suivis dans le CHU de
Grenoble par les médecins et psychologues du service de
pédopsychiatrie. Ils ont en moyenne 11,93 ans (écart-type :
2,56 ; intervalle d’âge entre huit et 16 ans) et le groupe
Pour comparer les réponses au temps 1 et au temps 2 (intervalle d’un an), nous avons utilisé d’abord un test t (série
appariée) puis un coefficient de corrélation. En ce qui
concerne les parents (Tableau 1), les réponses entre les deux
passations de l’EAS sont comparables, de plus les corrélations varient de 0,70 (EAS timidité) à 0,83 (EAS activité).
En ce qui concerne les enfants (Tableau 2), il n’y a pas
de différence significative entre les deux passations mais
les corrélations sont un peu moins élevées que celles des
parents. Elles varient de 0,22 (échelle BAS de recherche
d’amusement) à 0,51 (échelle BIS) pour les échelles BIS et
BAS et de 0,32 (EAS émotionnalité) à 0,58 (EAS activité et
timidité).
Author's personal copy
422
M. Bouvard et al.
Tableau 1
EAS
EAS
EAS
EAS
Comparaison des réponses des parents à un an d’intervalle.
émotionnalité
activité
sociabilité
timidité
Temps 1
Temps 2
t
p
Corrélation
11,63
15,00
12,33
7,24
11,90
14,48
13,00
7,03
−0,54
1,29
−1,43
0,33
0,59
0,20
0,16
0,73
0,78
0,83
0,78
0,70
(4,47)
(3,94)
(4,22)
(4,90)
(4,39)
(3,92)
(3,83)
(4,24)
Moyenne (écart-type).
Tableau 2
Comparaison des réponses des enfants à un an d’intervalle.
Echelle BIS
BAS récompense
BAS motivation
BAS recherche d’amusement
EAS émotionnalité
EAS activité
EAS sociabilité
EAS timidité
Temps 1
Temps 2
t
p
Corrélation
9,63
10,12
7,00
6,33
9,42
13,69
13,69
7,33
10,33
10,66
7,51
6,30
9,03
13,93
13,15
7,97
−0,86
−0,83
−0,90
−0,06
0,48
−0,35
0,91
−1,16
0,39
0,40
0,37
0,95
0,63
0,72
0,36
0,25
0,50
0,22
0,55
0,52
0,32
0,58
0,44
0,58
(5,02)
(3,31)
(3,33)
(2,61)
(3,70)
(3,50)
(3,34)
(3,62)
(4,25)
(2,59)
(3,55)
(3,04)
(4,28)
(4,20)
(3,16)
(3,21)
Moyenne (écart-type).
Comparaison de la version parent et de la version
enfant
Pour comparer les réponses des enfants et de leurs parents
sur le questionnaire EAS, nous avons utilisé un coefficient de
corrélation. Pour le temps 1, les corrélations varient de 0,54
(EAS émotionnalité) à 0,69 (EAS sociabilité), (Tableau 3) et
pour le temps 2, elles varient de 0,18 (EAS sociabilité) à 0,50
(EAS timidité).
Étude 2
Dans cette étude, nous avons comparé des enfants TDAH à
des enfants scolarisés dans des écoles primaires ou secondaires sur différents outils d’évaluation de la personnalité.
L’étude ne se base que sur les évaluations des enfants
concernant leur personnalité. Une notice d’information et
une demande de participation signée par les parents ont été
fournies aux enfants issus de la population générale.
TDAH n’ont pas participé à l’étude 1. Le groupe témoin
(n = 35) a été apparié avec le groupe TDAH pour la variable
âge (âge moyen de 12,7 ans ; écart-type = 2,59) et provient
des écoles primaires, collèges et lycées de la région RhôneAlpes. Il a été rendu comparable en ce qui concerne la
variable genre (29 garçons et six filles).
Matériel
Le questionnaire d’émotionnalité, activité, sociabilité et les
échelles BIS/BAS ont été décrits dans l’étude 1.
Le questionnaire des cinq facteurs pour enfants [2] : il
s’agit d’un questionnaire de 65 items (13 items par dimension). La stabilité des dimensions a été établie [2,20].
La consistance interne des cinq dimensions a été établie.
L’échelle d’instabilité émotionnelle corrèle avec les problèmes internes de l’échelle d’Achenbach (LCE) alors que
les deux dimensions ouverture et conscience du BFQ-C corrèlent négativement avec les problèmes externes de cette
même échelle.
Résultats
Sujets
Trente-cinq enfants TDAH, dont 30 garçons et cinq filles
âgés de huit à seize ans (âge moyen de 12,7 ans ; écarttype = 2,59) ont participé à l’étude 2. Seuls deux garçons
Tableau 3
EAS
EAS
EAS
EAS
Pour comparer le groupe de sujets TDAH aux sujets
de contrôle, nous avons utilisé une Anova et contrôler la taille de l’effet pour les résultats significatifs par
Comparaison des réponses des enfants et des parents.
émotionnalité
activité
sociabilité
timidité
Corrélation temps 1
p
Corrélation temps 2
p
0,54
0,60
0,69
0,63
0,0008
0,0001
< 0,0001
< 0,0001
0,35
0,34
0,18
0,50
0,04
0,05
0,33
0,002
Author's personal copy
Étude du tempérament et de la personnalité chez l’enfant souffrant de TDAH
Tableau 4
423
Comparaison du groupe TDAH avec le groupe de contrôle.
Echelle BIS
BAS récompense
BAS motivation
BAS recherche de l’amusement
EAS émotionnalité
EAS activité
EAS sociabilité
EAS timidité
BF Extraversion
BF Agréabilité
BF Conscience
BF Instabilité émotionnelle
BF Ouverture
Groupe TDAH
Groupe de contrôle
F (1,68)
p
10,48 (4,28)
10,74 (2,53)
7,60 (3,67)
6,45 (3,03)
9,28 (4,30)
13,74 (4,20)
13,08 (3,23)
8,20 (3,67)
45,22 (6,61)
43,65 (6,61)
37,02 (7,31)
38,28 (9,34)
40,31 (8,90)
9,20 (4,48)
10,42 (3,55)
5,57 (3,33)
4,62 (2,73)
6,85 (4,26)
10,80 (4,33)
12,37 (3,47)
8,54 (3,45)
36,14 (8,92)
32,42 (8,55)
31,20 (8,17)
18,00 (9,53)
34,74 (8,44)
1,50
0,18
5,85
7,01
5,62
8,32
0,79
0,16
23,42
37,76
9,88
80,82
7,21
0,22
0,67
0,01
0,01
0,02
0,005
0,37
0,68
< 0,0001
< 0,0001
0,002
< 0,0001
0,009
Eta-carré partiel
0,079
0,094
0,076
0,109
0,256
0,357
0,127
0,543
0,096
Moyenne (écart-type).
l’éta-carré partiel. Les échelles BIS et BAS montrent que les
sujets TDAH obtiennent des notes supérieures aux sujets de
contrôle dans les échelles BAS motivation et BAS recherche
d’amusement (Tableau 4). Ils restent comparables aux sujets
de contrôle sur l’échelle BIS et sur l’échelle BAS récompense. Les sujets TDAH obtiennent des notes supérieures
aux sujets de contrôle sur les échelles EAS d’émotionnalité
et EAS activité et restent comparables aux sujets de contrôle
dans les échelles EAS sociabilité et timidité. Enfin les sujets
TDAH obtiennent des notes supérieures aux sujets témoins
dans les cinq dimensions du questionnaire BFQ-C.
Discussion
Pour l’étude de la personnalité de l’enfant, il est possible de demander aux parents de décrire les traits de
tempérament de leur enfant (questionnaire EAS) et/ou de
demander à l’enfant son opinion. En général, les questionnaires ne sont donnés à remplir qu’à partir de l’âge de
huit ans. Dans une première étude, nous nous sommes intéressées à la stabilité des traits de tempérament et des
systèmes d’activation et d’inhibition comportementale chez
des sujets souffrant d’un TDAH. Les enfants TDAH ainsi que
leurs parents ont été interrogés à un an d’intervalle sur
la personnalité de l’enfant. En ce qui concerne les traits
de tempérament (questionnaire EAS), les parents ont une
opinion stable concernant leur enfant et les corrélations
entre le temps 1 et le temps 2 sont supérieures ou égales
à 0,70. Les enfants conservent en moyenne leur description
des traits de tempérament et des systèmes d’activation et
d’inhibition comportementale à un an d’intervalle, cependant tous les coefficients de stabilité sont en dessous de ceux
de leurs parents (de 0,22 à 0,58). En particulier, dans les
traits de tempérament, l’émotionnalité apparaît la moins
stable alors que pour les échelles BIS et BAS, l’échelle
d’activation comportementale de récompense apparaît la
moins stable. N’ayant pas contrôlé la stabilité des traitements médicamenteux dans l’intervalle des deux passations,
il est difficile d’imputer ce résultat à la prise de médicaments. Il reste donc intéressant de souligner que les parents
conservent une représentation plus stable du tempérament
de leur enfant que les enfants eux mêmes. La comparaison
entre la version enfant et la version parent est finalement
beaucoup plus élevée que dans un groupe issu de la population générale quel que soit le temps de l’évaluation [10].
Il est probable que la présence d’un TDAH (voire la présence de n’importe quel trouble) augmente la concordance
des réponses entre l’enfant et ses parents par rapport à des
sujets tout venant tels que ceux de l’étude de Gasman et al.
[10].
Dans la seconde étude, nous avons comparé la personnalité de l’enfant TDAH à celle de sujets issus de
la population générale. En ce qui concerne le système d’inhibition comportementale, les sujets TDAH sont
comparables aux sujets de contrôle ainsi que sur la souséchelle d’activation comportementale de récompense. En
revanche, ils obtiennent comme attendu des notes plus
élevées dans les deux autres sous échelles du système
d’activation comportementale (BAS de motivation et de
recherche de l’amusement). Dans les traits de tempérament, les sujets TDAH se reconnaissent plus actifs et avoir
une plus grande émotionnalité que les sujets témoins, ce qui
va également dans le sens de nos hypothèses. Il n’y a pas de
différence sur les deux autres traits de tempérament, sociabilité et timidité du questionnaire EAS. Ainsi, les sujets TDAH
de l’étude sont comparables à des sujets de contrôle concernant la tendance à l’évitement et l’anxiété (échelle BIS et
trait de tempérament timidité) ainsi que sur l’échelle BAS
de récompense. Dans la mesure où nous n’avons pas contrôlé
la comorbidité, notamment avec les troubles anxieux et les
troubles des conduites, il sera nécessaire de répliquer ces
derniers résultats avec un autre échantillon. La dimension
activité de l’EAS évalue des comportements d’énergie et
de tonicité plutôt qu’une hyperactivité telle que décrite
dans le TDAH [16]. Le résultat concernant la dimension
d’extraversion confirme celui obtenu avec le trait de tempérament activité. Nous rappelons que dans le modèle
de l’Alter Ego, cette dimension de personnalité se définit par l’énergie et ne met pas l’accent sur la sociabilité
comme dans le modèle du NEO PI R de Costa et Mc Crae
[7]. Les sujets TDAH obtiennent également une note plus
élevée que les sujets de contrôle dans la dimension Instabilité Émotionnelle confirmant le résultat obtenu au trait de
Author's personal copy
424
tempérament émotionnalité. Ce résultat a été retrouvé
chez des adultes et des enfants TDAH [15,17] et souligne
l’instabilité émotionnelle des sujets souffrant d’un TDAH dès
le plus jeune âge. Les enfants TDAH se différencient comme
les adultes TDAH sur les dimensions conscience et agréabilité d’un groupe contrôle. Cependant, contrairement aux
sujets adultes [22,23] et adolescents [17], les enfants TDAH
ont des notes plus élevées aux dimensions agréabilité et
conscience que les sujets témoins. Ce résultat est en contradiction avec la littérature, notamment chez l’enfant [15]. Il
est possible que l’âge des sujets explique ce résultat dans la
présente recherche, en effet, dans l’étude de Martel et al.
[15], ce sont les parents qui évaluaient la personnalité de
l’enfant alors que dans l’étude de Miller et al. [17] les sujets
avaient en moyenne 18 ans. Cependant, dans la mesure où
nous n’avons pas contrôlé la sévérité de la pathologie TDAH,
il est aussi possible qu’une partie des enfants soit en rémission lors de l’étude 2. Au final, il faut préciser que la taille
de l’effet des analyses comparant les enfants TDAH et les
sujets témoins, est élevée seulement pour trois dimensions
du questionnaire BFQ-C, à savoir l’Instabilité émotionnelle
(névrosisme), l’agréabilité et l’extraversion, mettant particulièrement l’accent sur ces trois résultats concernant la
personnalité de l’enfant TDAH versus l’enfant contrôle.
Cette étude est avant tout une étude clinique portant
sur un petit nombre de sujets. Les diagnostics ont été établis à partir d’entretiens cliniques, il aurait fallu les vérifier
avec un entretien semi-structuré et surtout tenir compte
de la comorbidité avec d’autres troubles (tels les troubles
anxieux par exemple). Il aurait aussi fallu contrôler la stabilité des traitements médicamenteux durant l’intervalle de
temps pour l’étude 1. L’absence d’une mesure de la sévérité
de la pathologie TDAH dans l’étude 1 comme dans l’étude
2 est une troisième limite de cette recherche. Compte tenu
de la taille de l’échantillon, nous n’avons pas étudié les trois
types de TDAH. Il est probable que dans le domaine de la personnalité, cela constitue une autre limite de l’étude [23].
Enfin les échelles BIS et BAS utilisées correspondent à un
modèle obsolète de Gray [6].
En conclusion, cette étude s’appuie sur la représentation
qu’à l’enfant de sa personnalité. Il est intéressant de constater que les enfants ont une représentation moins stable de
leur tempérament que leurs parents. Cette étude retrouve
les résultats obtenus chez l’adulte TDAH concernant le
névrosisme (instabilité émotionnelle) mais contrairement
aux adultes TDAH, ils obtiennent des notes plus élevées
aux dimensions conscience et agréabilité. Conformément à
notre hypothèse, les enfants TDAH se différencient de sujets
témoins sur les échelles d’activation comportementale, en
particulier, les échelles de motivation et de recherche
d’amusement. Ils obtiennent enfin des notes plus élevées
à la dimension extraversion du BFQ-C et à l’échelle activité du questionnaire EAS. Il sera cependant nécessaire de
rechercher les caractéristiques de chacun des trois types de
TDAH et de répliquer ces premiers résultats sur un autre
échantillon.
Déclaration d’intérêts
Les auteurs déclarent ne pas avoir de conflits d’intérêts en
relation avec cet article.
M. Bouvard et al.
Remerciements
Cette recherche a été établie à partir de mémoires du
master professionnel « évaluation et prise en charge de
l’enfant et de l’adolescent » de l’université de Savoie. Les
auteurs remercient Florent Noyère, Stéphanie LausenazPire, Alexandra Rigollet-Boulongeot et Céline Arioli de leur
aide dans le recueil de données.
Références
[1] American psychiatric association DSM IV.T.R. Critères diagnostiques (Washington DC, 2000). Traduction française par Guelfi
JD et coll. Paris: Masson; 2003.
[2] Barbaranelli C, Caprara GV, Rabasca A, et al. A questionnaire
for measuring the Big Five in late childhood. Pers Indiv Diff
2003;34:645—64.
[3] Buss AH, Plomin R. Temperament: early developing temperament traits. Hillsdate NJ: Lawrence Erlbaum Ass; 1984.
[4] Caci H, Deschaux O, Baylé FJ. Psychometric properties of the
French versions of the BIS/BAS scales and the SPSRQ. Pers Indiv
Diff 2007;42:987—98.
[5] Carver CS, White TL. Behavioral inhibition, behavioral
activation and affective responses to impending reward
and punishment: the BIS/BAS scales. J Pers Soc Psychol
1994;67:319—33.
[6] Corr PJ. Testing problems in J.A. Gray’s personality theory: a
commentary on Matthews and Gilliland (1999). Pers Indiv Differ
2001;30:333—52.
[7] Costa PT, McCrae RR. The NEO personality inventory manual
revised. Odessa F. L.: psychological assessment resources;
1990.
[8] Éditions et applications psychologiques. Manuel d’utilisation et
d’interprétation de l’Alter Ego. Paris : éditions et applications
psychologiques ; 1997.
[9] Finzi-Dottan R, Manor I, Tyano S. ADHD, temperament and
parental style as predictors of the child’s attachment patterns.
Child Psychiatr Hum Dev 2006;37:103—14.
[10] Gasman I, Purper-Ouakil D, Bouvard M, et al. Cross-cultural
assessment of childhood temperament: a confirmatory factor
analysis of the French emotionality, activity and sociability (EAS) questionnaire. Eur Child Adol Psychiatr 2002;11:
101—7.
[11] Goldberg LR. An alternative description of personality:
the big-five factor structure. J Pers Soc Psychol 1990;59:
1216—29.
[12] Gray J. The psychology of fear and stress. New York: Cambridge
University Press; 1987.
[13] Kagan J. Temperament and the reactions to unfamiliarity. Child
Dev 1997;68:139—43.
[14] Lecendreux M, Konofal E, Faraone ST. Prevalence of attention
deficit hyperactivity disorder and associated features among
children in France. J Attention Dis 2010 [online version].
[15] Martel MM, Nikolas M, Jernigan K, et al. Personality mediation
of genetic effects on attention-deficit/hyperactivity disorder.
J Abnorm Child Psychol 2010;38:633—43.
[16] Michel G, Purper Ouakil D. Personnalité et développement.
Paris: Dunod, Psycho Sup; 2006.
[17] Miller CJ, Miller SR, Newcorn JH, et al. Personality characteristics associated with persistent ADHD in late adolescence. J
Abnorm Psychol 2008;36:165—73.
[18] Morizot J, Miranda D. Développement des traits de personnalité
au cours de la vie : continuité ou changement ? Can Psychol
2007;48:156—73.
[19] Muris P, Meesters C, de Kanter E, et al. Behavioural inhibition
and behavioural activation system scales for children: relations
Author's personal copy
Étude du tempérament et de la personnalité chez l’enfant souffrant de TDAH
with Eysenck’s personality traits and psychopathological symptoms. Pers Individ Differ 2005;38:831—41.
[20] Muris P, Meesters C, Diederen R. Psychometric properties of the
Big Five questionnaire for Children (BFQ-C) in a Dutch sample
of young adolescents. Pers Indiv Differ 2005;38:1757—69.
[21] Nigg JT, Goldsmith HH, Sachek J. Temperament and attention
deficit hyperactivity disorder: the development of a multiple pathway model. J Clin Child Adolesc Psychol 2004;33:
42—53.
[22] Nigg JT, John OP, Blaskey LG, et al. Big five dimensions and
ADHD symptoms: links between personality traits and clinical
symptoms. J Pers Soc Psychol 2002;83:451—69.
425
[23] Parker JDA, Majeski SA, Collin VT. ADHD symptoms and personality: relationships with the five-factor model. Pers Ind Diff
2004;36:977—87.
[24] Purper-Ouakil D, Wohl M, Cortese S, et al. Le trouble déficitaire de l’attention/hyperactivité (TDAH) de l’enfant et de
l’adolescent. Ann Med Psychol 2006;64:63—72.
[25] Weiss G, Hechtman L. Hyperactive children grown up. New
York: Guilford Press; 1993.
[26] White JD. Personality, temperament and ADHD: a review of the
literature. Pers Ind Diff 1999;27:589—98.
[27] Wodon I. Déficit de l’attention et hyperactivité chez l’enfant
et l’adolescent. Wavre: Mardaga; 2009.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising