2013_02_C08 Panomara Risques Aeronautique Domaine

2013_02_C08 Panomara Risques Aeronautique Domaine
Atelier C08
Panorama des risques liés à
l'aéronautique et au domaine
spatial
Intervenants
Bernard DURQUETY
Risk Manager
Groupe Dassault Aviation
Patrick PIGNEUL
Directeur de la Gestion des
Risques et des Assurances
Bruno RITCHIE
Directeur Division Aerospace
Argo International
Thierry COLLIOT
Directeur souscription Aviation AGCS (France) - Directeur Général
Spaceco
Thierry JUSTICE
Directeur Aviation & Espace
Modérateur
Brigitte BOUQUOT
Directeur de la Gestion des
Risques et des Assurances
Industrie Aéronautique et Spatiale
• Une industrie en croissance dans un monde global
• Avec des enjeux régaliens, dans la défense et le monde économique
• Une industrie innovante qui met la technique au service de la sécurité
• La maitrise des risques est clé que ce soient les risques entreprise (réussite de
grands programmes) ou catastrophiques (crash, échec de lancement)
• Les assurances contribuent de façon majeure à la pérennité de cette industrie
Industrie Aéronautique, Spatiale,
Défense et Sécurité
Chiffres clés France 2011
Chiffre d'affaires
38,5 Mds €
Commandes
53,9 Mds €
Excédent commercial (douanes)
17,7 Mds €
Personnes (Gifas seul)
162 000
Emploi total (yc sous-traitants hors Gifas)
300 000
Déroulé de l’atelier
•
•
•
•
•
Analyse comparée entre les industries de l’aviation et du spatial :
– de la maîtrise des risques techniques
– des régimes juridiques de responsabilité
– de Processus de transfert des risques vers l’assurance
Panorama global du marché de l’assurance aérospace
Analyse comparée de l’offre assurance aviation et spatiale
Synthèse et Point sur l’innovation
Questions & Débat
On ne parle pas :
. Des opérateurs (Compagnies aériennes, opérateurs satellites)
• Des sinistres
Assurances Aviation et Sécurité des Vols
RC Produits après Livraison
Assurances Aviation et Sécurité
des Vols:
RC Produits après Livraison.
DASSAULT-AVIATION
Chiffres d'affaires DA consolidés (Milliards
d’Euros)
4,19
4,08
3,75
% export
8
3,31
3,42
77%
66%
74%
80%
74%
2007
2008
2009
2010
2011
Du premier vol habité ...
(21 novembre 1783)
… au premier accident mortel
(15 juin 1785)
Problème du Survol du Territoire d'un État
par un Aéronef d'un autre État
Le vol d’aéronef comporte un risque de chute d'aéronef au sol sur des personnes et des biens et de mort de
passager



Chaque État doit assurer la sécurité de ses ressortissants et de leurs propriétés
Chaque État est souverain vis à vis de son espace
aérien
Convention de CHICAGO
7 Décembre 1944)

Chaque État s’engage à mettre en place une surveillance de la conception, la fabrication, l'entretien et l'exploitation
des aéronefs sous son autorité, et en particulier à délivrer des CdN (Certificats de Navigabilité)

l'OACI est créée pour établir la réglementation minimale que les signataires s'efforcent de respecter et vis à vis de
laquelle ils notifient toute différence
En échange
La circulation aérienne est autorisée dans l'espace aérien des 191 États signataires.
La Convention OACI et ses 18 annexes
•
•
•
1
2
3
•
•
•
•
4
5
6
7
•
•
•
•
•
•
8
9
10 11 12 13 -
•
•
•
•
14 16 17 18 -
- Personnel licensing
- Rules of the Air
- Meteorological Service for
International Air Navigation
- Aeronautical Charts
- Units of Measurement
- Operation of Aircraft
- Aircraft Nationality and Registration
Marks
- Airworthiness of Aircraft
- Facilitation
Aeronautical communications
Air traffic services
Search and rescue
Aircraft Accident and Incident
Investigation
Aerodromes
Environmental Protection
Security
Safe Transport of Dangerous Goods
Les Différents Volets de la Certification
d'un Avion
1.
Aptitude à la navigabilité : Conception
2.
- Conformité aux règlements internationaux (CS25 / FAR 25…)
Aptitude à être opéré : Utilisation
- Manuel de vol
- Manuel d'utilisation : CODDE
- Données d’aptitude Opérationnelle ( OSD)…
3.
Maintien de navigabilité de l'avion
- Manuel de maintenance dont chapitre 5-40 : Airworthiness limitations
4.
Capacité à produire conformément à la définition
- Agrément de production
5.
Suivi de navigabilité
- Prendre les dispositions pour restaurer, dans les délais requis, les
exigences de sécurité, lorsqu'elles ont été mises en défaut en utilisation.
De la Demande de Certification …
Type Certification
Foreign Validations
(US, Canada, Russia, Brazil, …)
T
C
Post TC changes certification
(incl. repairs, waivers, manuals,
service bulletins)
Individual aircraft deliveries
Continued airworthiness
(service experience analysis,
airworthiness directives)
… à l’annulation du Certificat de Type
TC
5 years
50+ years
Les risques 'Aviation' transférés à l'assurance
•
Les dommages à l'avion: l'assurance 'corps'
•
Les dommages aux tiers: l'assurances RC aéronef
•
Le produit défectueux: l'assurance RC produits.
•
La + grosse part du budget 'primes' est consacrée à ce dernier risque.
RC Produits Dassault Aviation
Typologie des sinistres (civils + militaires).
•
8 000 avions livrés depuis les années 50.
•
Dont 2 000 Falcon.
•
Relativement peu d’accidents et de mises en cause RC produit.
•
Proportionnellement plus de mises en cause dans le monde civil bien
entendu.
•
Pour l’instant aucun sinistre dans le domaine spatial.
Trois types de sinistres.
• Réclamation du client vers l’avionneur puis de l’avionneur vers un
fournisseur.
• Réclamation du client vers l’avionneur.
• Réclamation de l’avionneur vers un fournisseur.
1-Réclamation du client vers
l’avionneur puis de l’avionneur vers un
fournisseur.
•
Accident à l’atterrissage de 2 Falcon 900 à 3 semaines d’intervalle en 1997
train avant rétracté.
–
–
–
•
Indemnisation des clients par l'assureur RC Produits.
Exercice du recours contre l'équipementier 'fautif'
Procès au Tribunal de Commerce puis transaction.
Aucun cas similaire depuis.
2- Réclamation du client vers
l’avionneur
•
Problème sur un train non verrouillé Falcon 10, mise en cause de la doc de maintenance, jugée ‘ambigüe’.
Dommages matériels. 1997. Procédure US, transaction pour clôturer.
•
Sortie de piste à l’atterrissage, Pinedale Wyoming 02/2001.. Dommages matériels. Réclamation de
l’assureur corps. Procès US, gagné à la fin sur base ‘économic loss doctrine’.
• Atterrissage train avant rétracté, LAX 03/2004 . Dommages matériels. Réclamation de l’assureur corps.
Procès US, gagné à la fin, là aussi sur base ‘économic loss doctrine’.
2-Réclamation du client vers
l’avionneur
•
Décollage interrompu après Vr, Santa Barbara, 06/2007. Dommages matériels.
–
Affaire en cours, procès en Californie, jury populaire, toutes les parties ont fait appel du verdict.
–
Mise en cause de la documentation technique de l’appareil et de la formation des équipages.
3- Réclamation de l’avionneur vers un
fournisseur
•
Sortie de train non commandée, en vol, ATL2 sn25. 1997
•
Sortie de piste au freinage, M 2000, en 1997.
•
Perte totale d’un M 2000 en 2005.
•
Dans ces trois cas le conflit s’est réglé devant les Tribunaux.
•
Pas de cas similaire depuis.
En conclusion
•
Parmi tous ces dossiers, 2 sont encore ouverts. L’un datant de 1 999.
‘long tail’
•
Les mises en cause sont systématiques chez certains assureurs
corps, même lorsque la faute de pilotage est évidente.
•
Dans pratiquement un cas sur deux la doc technique est mise en
cause.
•
Une part significative des coûts de défense reste à la charge de
l’industrie du fait des coûts de préparation des dossiers (discovery et
autres).
•
Dérive au pénal préoccupante pour l’avenir (violation d’obligation de
prudence).
Retrait du certificat de navigabilité: Le Grounding de
flotte.
•
La certification des avions n’élimine pas tous les ‘risques’.
•
Arrêt total et ininterrompu de tous vols dans l’intérêt de la sécurité, sur décision des autorités
officielles (EASA,FAA,…).
•
Causé par un même défaut dans au moins deux aéronefs d’un même type.
•
Intervenant simultanément ou à des dates voisines, et consécutif à un sinistre.
•
La solution technique qui restaure la sécurité des vols est validée par les autorités.
•
Le Marché de l’assurance aviation propose une garantie ‘grounding’ en complément de la garantie
‘Responsabilité Civile Produit après livraison’.
Grounding des DC10
•
•
24
Accidents survenus:
•
American Airlines 12/06/1972, Detroit. Porte Cargo ouverte en vol, commandes de vol empennage
endommagées, atterrissage d’urgence, pas de victime, pas d’AD.
•
Turkish Airlines 03/03/1974, Ermenonville. Porte Cargo ouverte en vol, commandes de vol détruites, crash,
346 victimes. AD émise, modifications obligatoires sur la porte.
•
American Airlines 25/05/1979, Chicago. Moteur 1 se décroche après le décollage, suite à erreur de
maintenance. Il arrache au passage des commandes de vol, mais surtout les becs ne sont pas maintenus
sortis. Une fois rentrés, l’aile gauche décroche, l’avion s’écrase. 273 victimes.
Grounding:
•
Ce n’est qu’après ce 3eme accident que la FAA grounde la flotte le 06/06/1979.
•
La navigabilité n’est restaurée qu’après application de modifications sur le système des becs et pylônes .
•
Pas d’info sur indemnisation ‘grounding’ de MDD.
Historique: Grounding des Concorde.
•
Accident de Gonesse le 25/07/2000.
•
•
•
•
•
La garantie ‘Grounding’ a-t-elle joué ?
•
•
•
25
Aucune perte de vie humaine jusque là.
113 victimes, dont 4 au sol.
Les quelques appareils opérés par Air France et British Airways sont interdits de vol.
Reprise des vols le 07 novembre 2001. Retrait définitif le 31/05/2003.
L’exploitation de Concorde était déficitaire de 40m€/an (cf JC Spinetta).
De ce fait l’arrêt des vols a plutôt été un facteur d’économie.
Il y a peu de chance que les assureurs aient indemnisé ce poste.
Grounding des Bombardier ‘Q400’
•
Accidents survenus, trains d’atterrissage.
•
•
•
•
Grounding.
•
•
•
•
•
•
26
SAS 09/09/2007,Aalborg,DK. Train principal droit non verrouillé, atterrissage sur aile droite, incendie, pas de
victime.
SAS 12/09/2007, Vilnius. Train principal droit s’efface à l’atterrissage. Pas de victime.
SAS 27/10/2007, Copenhaguen, DK. Train principal droit non sorti. Pas de victime.
Une première décision de grounding a été prise par SAS après le deuxième accident.
Le constructeur Bombardier a confirmé cet ordre. D’autres compagnies ont alors arrêté leurs avions.
Le 13/09/2007 une AD de Transport Canada est émise. Examens à faire (corrosion) avant reprise des vols.
L’indisponibilité de pièces de rechange (vérins) maintient dans les faits ce grounding pour 25 avions sur 27
pour SAS. SAS retire unilatéralement tous ses Q400 du service le 28/10/2007.
Un accord à 160m$ est trouvé en mars 2008, en cash et en discount sur commandes d’avions.
Les assureurs de Goodrich et Bombardier ont contribué à hauteur de 70m$ semble t’il.
Grounding sans occurrence
•
Event of May 25 2011 (Nose-Up Trim Runaway)
–
–
–
•
27
Un-commanded pitch–up maneuver during descent, after a long-range flight
• CAS message "FCS: TRIM LIMIT”
• Aircraft sustained more than 2.5 g for 5 seconds
• G-load always within acceptable limits
• Aircraft climbed from 12,000 ft to 24,000 ft
Full recovery after 2 min 30 sec
Crew declared an emergency and landed uneventfully at destination airport
• 2 flight crews and 1 flight attendant on-board, no injury reported
No damage to the aircraft
Grounding sans occurrence
Dassault decisionmaking process:
•There is an event report in flight, and
•There is a potential catastrophic situation, and
•Preliminary investigation concludes a type of AC is at risk,
and
•No data available for a quick root cause indentification, and
•No immediate mitigation procedure (such as limit speed,…)
Immediate Decisions and Follow-ups
Communication with all operators for suspending flight activity
Recommendation to EASA and FAA to ground the 7X fleet (80 ac)
EASA AD2011-0102-E released 2 days after the event.
Ferry flights possible with some limitations on Weight & Balance and IAS/Mach.
Aggressive plan of investigations on the aircraft.
Flight operations resumed (with limitations) within one month
Unanimous appreciation from worldwide operators.
28
Et après …?
• L'aversion sociétale pour le risque va sans doute dans
le futur générer des arrêts des vols.
• Les constructeurs vont chercher à transférer ces
nouveaux risques au Marché de l’assurance.
• Une opportunité de croissance à saisir pour le monde
de l'assurance aviation ?
Spécificités des Risques Spatiaux
THALES ALENIA SPACE
Identity card
Thales: 67%
Finmeccanica: 33%
Finmeccanica: 67%
Thales: 33%
7500 employees
10 sites
5 countries
2 Bn€ Sales
Equipments
31
Payloads
Satellites
Systems
Services
THALES ALENIA SPACE (TAS)
identity card
TAS design, build
and deliver end-toend space systems
for
telecommunication
s, observation,
navigation and
exploration.
32
A Global Offer
from Equipment to End-to-End Space Systems
SUMMARY OF CONTENTS
• Specificities of the Space business
– The Space Business world and environment
– «Space venture » and risk allocation scheme
• Risk Management
– before launch
• Certification/qualification
– Norms and industry standards
– The enterprise qualification process
• The Satellite specifications and performances
– In orbit
• The alert and treatment process of in orbit anomalies
• Illustration of a successful salvage => PALAPA D partial loss
• Innovation and insurance
– The scientific and institutional programmes
– The commercial programmes
The Space Business world
Telecom
Operator
Consumer
Launch
Services
Equipments/
Payload
Manufacturer
Satellite
Manufacturer
End Users
Satellite /
Mission
Operator
Network
Access
Provider
Internet
Service
Provider
TV Broadcast
Professional
Intranet
Equipment
Provider
Insurers
Space Agencies
Banks
and
Investors
-Terminals
- Ground Seg.
- Applications
Analysts
Distributor
Business
Users
Regulatory bodies and administrations
The Space environment
Car lifetime is around 3500
hours with a maintenance
program and possibility of
repairing .
Telecom satellite lifetime is
130000 hours with only the
possibility of SW patches in
case of problem
The «Space venture » and baseline
manufacturers and operators risks allocation
Satellite
Launcher
AIT
Storage
Property« All risks »
Transit
Launch
campaign
Launch
Transport / Pre launch
Post
separation
Launch
In-orbit life +
retirement
In-orbit
SATELLITE LAUNCH REMAINS A VENTURE REFLECTED IN STANDARD CONTRACT
PRACTICES BETWEEN MANUFACTURERS AND OPERATORS
- Ground risks upon the manufacturer / Space risks upon the Operator => risks transfer at launch in most
of the cases (OGD / IOD contracts)
- Inter-party waiver at launch site
- as from launch, waiver of subrogation and hold harmless clauses granted to the industry
- space third party liability (launcher + satellite) limitation ( cf to 2008 Space operations liability law)
- in orbit performance incentives scheme rather than space product liability
=> Space risks are basically a“Property” insurance class of risk
Risk Management before launch
Certification / Qualification
• Securing risks before the irreversible phase of launch
• No certification as such but a set of stringent qualification rules and
quality assurance processes made of:
– conformance with ECSS* standards
* European Coordination for Space Standardization (Program management, Engineering
and Quality)
– An enterprise (internal) qualification process at every key technical
milestones of the programme life cycle
– Quality Assurance procedures
– Internal reviews process until Launch Readiness Review => go/no go
formalized by CTO and Quality Directorate
• Some exceptions:
– Certification process with CNES under the new french law related to space
operations
– EGNOS
Set of rules and standards
applying in TAS
Development V cycle
(key milestones & formal reviews)
Satellite specifications
•
•
•
•
Assembly, Integration & Tests (AIT)
Recurrence and flight heritage
Redundancies
Technical margins:
– Power: at least 7,5% any time over the nominal lifetime
– Fuel: at least 1 year of manoeuvre above the nominal lifetime
• …
Risk Management in orbit
• The alert and treatment process of in orbit
anomalies
– In orbit anomalies alert treatment
– Inquiry board process
– “Material change” duty:
• Obligation to notify any anomaly occurring before launch
on similar satellite or similar onboard equipment, either on
ground or in orbit, and corrective actions implemented.
PALAPA-D rescue
• Story in short of a successful recovery
– Launch on 31.08.2009 with Long March (LM3B) launcher at
Xi-Chiang
– Incorrect orbit injection
– Recovery plan:
• Save the satellite and recover a nominal orbit to avoid a total loss
of about 200M$
• Maximize the remaining operational lifetime
– The lessons learnt (ingredients of the success)
– > 10,5 ys operational lifetime secured
– > indemnity reduced to 56M$
Innovation
and Space insurance
• The scientific and institutional programs
– R&D oriented
– Funded by the States/ Governments and/or by the Space
Agencies
– Not or partly insured (LVFO insurance )
• The commercial programs
– Mainly Telecoms and Earth Observation satellites
– The key importance of the space insurance in those programs:
• The strategic dimension and weight of the launch insurance
• The close and transparent communication between the
industry and the insurance market
– Insurance and innovation
• Insurance market support but subject to conditions…
Présentation des Agrégats Marché
Airline Market Overview
Premium & Claims (MUSD)
3 000
Premium
Hull
Liability
Attritional
2 500
2 000
1 500
1 000
500
0
2003
2004
2005
2006
2007
2008
11 February 2013
2009
2010
2011
2012
45
Aerospace Market 2011
Manufacturers – Premium & Claims
Aerospace Market Overview
Manufacturers – Premium & Claims (MUSD)
Premium
Incurred
1 000,00
900,00
800,00
700,00
600,00
500,00
400,00
300,00
200,00
100,00
0,00
1996
1997
1998
Update at 4th January 2012
1999
2000
2001
2002
2003
11 February 2013
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
46
Space Market Overview
Premium & Claims (MUSD)
$2 ,0 0 0
$1,50 0
$1,0 0 0
$50 0
$0
- $50 0
- $1,0 0 0
19 9 8
19 9 9 2 0 0 0
2001 2002
2003
2004 2005
2006 2007
2008
2009
2 0 10
2 0 11
2 0 12
P r e m i um
999
978
12 12
585
877
721
10 5 7
870
864
691
943
860
750
781
900
Cl a i ms
17 17
597
17 7 4
743
372
468
463
60
331
726
343
445
376
604
450
A nnua l P r of i t s
- 7 18
382
- 562
- 15 9
505
253
594
809
533
- 34
600
4 16
374
17 7
450
C um m P r of i t s
- 7 18
- 336
- 898
- 10 5 7 - 5 5 2
- 299
295
110 4
16 3 8
16 0 3
2203
2 6 19
2747
2924 3274
L’Assurance Aviation
AGCS Overview
Product lines
•
Financial strength: €4.9 billion GWP
(2011)
•
Global reach: integrated in the Allianz
network of more than 150 countries
worldwide (142 000 employees)
•
Extensive international experience:
manages some 1,600 International
Insurance Programs
•
More than 3,200 dedicated employees
•
S&P RATING : AA
•
AM BEST
: A+
Aviation
Marine
Engineering
Energy
Property
Liability
Financial Lines
Risk Consulting
Allianz Risk Transfer
AGCS Aviation:
Scope of Business
Airlines: Hull and liability protection for passenger and cargo airlines,
including regional operators and international flag carriers.
Aerospace: Physical damage and liability cover for manufacturers,
products and suppliers as well as for airports, refuellers and associated
providers
General Aviation: Hull and liability cover for small and medium-sized
aircrafts and helicopters including private pilots, commercial fleets,
corporate jets and ground service providers
Space: Coverage through SpaceCo, an Allianz Global Corporate &
Specialty subsidiary, including production plant / launch pad property
damage, pre-launch and launch, and in-orbit
Offering global expertise and specialist cover to our partners worldwide, from individual aviation
clients to the largest players in the aviation industry.
L’industrie Aéronautique
& Assurance Aviation
Cies aériennes
Police combinée RO :
 Corps (dommages)
 RC:
- Tiers passagers
- Tiers non transportés
- RC générale du
transporteur aérien
Garanties RG et
terrorisme
Individuelle Accident
Avionneurs
Equipementiers
RC professionnelle Aéro :
 Biens confiés
 Pdt exploitation
 Après livraison
(RC produit)
 Risques de guerre
RC professionnelle Aéro :
 Biens confiés
 Pdt exploitation
 Après livraison
(RC produit)
 Risques de guerre
RC Générale terrestre
RC Générale terrestre
Aéroports & services
RC exploitant d’aéroport :
 RC professionnelle pour
l’exploitation d’aéroport
 Risques de guerre
RC pro terrestre
AGCS Airline
Underwriting
•
International regulations:
- The country of the Airline's domicile needs to meet ICAO safety standards as per FAA or EASA
- No subject to a ban or operational restriction within the EU
•
Aircraft equipments:
-
•
Safety Management System:
-
•
Enhanced GPWS: Ground Proximity Warning System (TAWS)
TCAS: Traffic Collision Avoidance System
ACARS (Aircraft Communication Addressing Reporting System)
RAAS (Runway Awareness Advisory System): positionnement de l’appareil par rapport à la piste
CRM (Crew Resource Management) incl. Training
FOQA (Flight Ops Quality Assurance)
Does Airline perform LOFT (Line Oriented Flight Trainings)?
Does the Airline have an Emergency Management System in place?
Does the Airline have a Flight Incident Reporting System in place?
Audits:
- Has Airline completed IOSA (IATA Operational Safety Audit)
- Does Airline perform LOSA (Line Ops Safety Audits)
•
•
•
•
Aircraft Maintenance (Line Maintenance & A,B,C,D Checks)
Description and commonality of aircraft fleet (by manufacturer)
Pilots experience
Main area of operation (mountainous terrain, high altitude airports)
AGCS Product
Underwriting
•
Corporation / Management - reputation and experience
•
Risk description, product criticality
•
Does the Insured have a Products Integrity program in place
•
Has any of the Insured aerospace product been subject to an Emergency Airworthiness
Directive in the last 5 years
•
Has there been a Product Recall of any manufactured aerospace product or component
part in the last 5 years
•
Has any of the Insured aerospace product ever been withdrawn from the market either
voluntarily by the Insured or by order of any Government Authority
•
Was the manufactured product the reason for a Grounding Directive issued by an
Aviation Authority in the last 5 years
•
Has the insured been involved in a Sharing Agreement or held liable by court following
an airline loss in the last 5 years
•
Has the Insured been subject to a Punitive Damage Ruling or criminal liability related to
aerospace products in the last 5 years
L’assurance, support d’innovation
de l’industrie Spatiale
21ème Rencontres AMRAE
Lyon - 7 février 2013
L’assurance,
support d’innovation de l’industrie Spatiale
Spécificités de l’assurance spatiale
Les phases d’assurances des projets spatiaux
Le portefeuille assuré et typologie des Sinistres
La police d’assurance Lancement et Vie en Orbite
La police d’assurance RC tiers
Innovation et assurabilité des innovations spatiales
Exemples d’innovatios
Analyse du risque et Souscription des innovations technologiques
Le Lloyd’s et Argo,
des acteurs clé pour l’innovation
Qu’est-ce que le Lloyd’s?
Un marché d’assurance et de réassurance
Un fonctionnement spécifique via les syndicats
350 années d’innovation
Un partenaire financièrement solide
Innovation et spécialités, maîtres mots
En 1887 fut souscrite la première police
Non-maritime du Lloyd’s
En 1904, la première police Auto
En 1911, la première police Aviation
En 1960, la première police Satellite
Argo Group souscrit au Lloyd’s via son syndicat :
Argo International syndicate # 1200
Argo Group - Argo Aerospace
Le Groupe Argo, groupe d’assurance spécialisé dans les risques d’entreprises, intervient
dans les marchés de niche en apportant expertise de souscription, solidité financière et
engagement à long terme.
Argo intervient dans le secteur des risques Aéronautiques (compagnies aériennes,
constructeurs et équipementiers, Aviation générale) et dans le secteur Spatial pour des
assurés dans le monde entier.
La sélection des risques souscrits repose sur :
• Une équipe experte et dotée d’une longue expérience.
• Une analyse détaillée du risque technique et des besoins des assurés.
Notations financières
Argo Group:
A.M. Best noté 'A' (Excellent)
Standard and Poor‘s noté A- (Strong)
Lloyd’s Syndicate 1200:
A.M. Best noté 'A' (Excellent)
S and P & Fitch noté ‘A+' (Strong)
Les phases de couvertures des projets spatiaux
La flotte de satellites en opération en 2012
994 satellites en orbite dont 38% sont des satellites
de communications commerciaux et 20% sont assurés.
Typologie des sinistres spatiaux
Principales Causes de sinistres
Lancement :
- Explosion ou orbite finale atteinte trop basse
Recette :
- Déploiement des panneaux solaires ou des
Antennes
- Performance de la charge utile
- Panne de batteries
- Panne de moteurs de contrôle d’attitude et de
maintien à poste
Vie en orbite :
- Perte de redondance dans la charge utile
- Perte de puissance des Panneaux solaires
- Panne des ordinateurs de bord ou de gyro
La police d’assurance spatiale
Lancement et Vie en orbite
Principales caractéristiques :
•
•
•
•
•
•
Garantie de Dommage, toutes causes sauf exclusions
Assuré = propriétaire du satellite (constructeur ou opérateur)
Couverture de la destruction et de la perte de capacité opérationnelle
(formule de perte = Durée de vie x critères de performance)
Garantie de performance conforme aux tests effectués au sol
Absence de recours envers les fournisseurs conforme aux contrats d’achat sauf en cas de faute
lourde
Un sinistre n’est valable que si la performance est insuffisante après utilisation des marges et
redondances et si le satellite ne peut être utilisé comme prévu.
Durée standard :
•
•
Lancement + 1 an
Suivi de couverture de la vie en orbite renouvelable annuellement
Montants garantis
•
$150m à $400m
i.e. valeur du satellite + coût du lancement + coût de l’assurance
La police d’assurance RC Spatiale
Principales Caractéristiques
•
•
•
•
Garantie RC tiers
Régime général de renonciation à recours croisé entre les intervenants de la mission
Couverture au bénéfice de tous les contractants intervenant dans la mission (Constructeur et
sous contractants, Opérateur, Etat de lancement)
Obligation légale de couverture, responsabilité de l’Etat de lancement
1. RC tiers des engins spatiaux (TPLL)
– couvre les opérations de lancements en cas d’éventuelles retombées sur le sol ou de
dommages aux satellites en orbite
– durée standard 1 an à partir du lancement – garantie $100m à $500m
2. RC tiers des opérateurs satellites en orbite
– couvre les éventuelles collisions suite à explosion ou perte de contrôle
Exemples d’innovation dans les satellites de
télécommunications (période 2007 - 2012)
Charges utiles flexibles:
• Traitement de signal à bord, utilisation de Routeur IP à bord, Antenne active
• Optimisation du signal émis vers les zones utiles
• Bénéfice : Système tolérant aux pannes à bord
Antenne déployable de grande surface :
• Utilisation de technologies militaires
• Bénéfice: Réduction de la taille des antennes des téléphones portables
Evolution des systèmes de propulsion:
• Développement de la propulsion tout électrique pour le transfert et le maintien à poste
• Bénéfice : Gain en masse emportée résultant en une réduction du coût de lancement
Assurabilité et Souscription
des innovations technologiques
Processus de développement industriel sanctionné par la Qualification (aptitude au vol) :
• Normes techniques
• Héritage
• Démonstration de marges et mise en place de redondances
• Programme d’essais et tests de robustesse et de vieillissement représentatifs
• Démonstration des performances au sol.
Processus de souscription
• Dialogue technique (Revues techniques, Echanges de Questions/Réponses)
• Expérience des industriels et relations contractuelles entre les intervenants
• Analyse des modes de pannes et Tolérance du système aux pannes
• Analyse des déviations et écarts par rapport aux spécifications.
Synthèse
Assurance Aviation Espace
des similitudes
AVIATION / ESPACE
Prime annuelle collectée
•
CONSTRUCTEURS AERO: 700 MUSD – ESPACE: 800 MUSD
Mêmes compagnies d’assurance à quelques exceptions
Les assurances RC Engin spatial sont souscrites sur le marché aéro
Marché de type catastrophique
Marché volatile
• en terme de capacité, de résultat, de prime
Secteur d’assurances dites spécialisées
• La loi des grands nombres s’applique peu
Les assurances ont beaucoup de valeur ajoutées. La plupart du temps:
• on ne peut pas faire voler un avion sans assurance
• on ne lance pas un satellite sans assurance
Assurance Aviation Espace:
des différences
AVIATION/ Constructeur
•Sinistralité: prime en pour mille de
la limite
•Assurance à dominante RC
•Certification
•Législation impose l’assurance RC
•Obligation d’assurance déclinée aux
Sous-traitants
•Recours en place dans la chaîne
contractuelle
•Souscripteurs plutôt juristes
•Marché plus vaste de par sa
profondeur
ESPACE
Sinistralité: prime en pour cent de la
limite
•Assurance à dominante dommage
•Norme
•Pas d’obligation d’’assurance
dommage
•Assurance portée par le Maître
d’Œuvre / Maître d’Ouvrage
•Abandon de recours, pacte de
garantie (y compris imposé par la loi
quand il y en a une)
•Souscripteurs plutôt ingénieurs
•Les assureurs connaissent tous les
clients et les clients connaissent tous
les assureurs
Assurance Aviation Espace
et l’innovation
AVIATION ET ESPACE
Les nouveaux produits peuvent être assurés:
•A380, SSJ100
•Ariane 5, Soyuz, Vega, SpaceBus 4000, Eurostar 3000
ESPACE
Sur certains sujets, l’assurance a soutenu l’innovation et joué un rôle de financement au
sens premier du terme:
•LRG ariane, In-orbit delivery, Satellite d’observation export, PPP, propulsion électrique
•Sur la base d’un alignement d’intérêt entre industriels et assureurs: développement d’un
nouveau marché, d’un nouveau produit, réduction des risques
Table Ronde
Questions
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising