Édition 3 pdf

Édition 3 pdf
Guide d'évaluation des capacités parentales
a d a p t a t i o n
d u
0
g u i d e
à
5
d e
a n s
St e i n h a u e r
Préambule
Le Guide d’évaluation des capacités parentales est le résultat de nombreuses adaptations du Guide
de Steinhauer (1993)1. Il a été conçu pour aider les intervenants à estimer de manière rigoureuse les
capacités parentales. Il aide à structurer l’analyse clinique en examinant les principales dimensions à
considérer dans l’évaluation des capacités parentales. Il aide à identifier les forces et les faiblesses et
à cibler les zones d’intervention devant être priorisées. La rigueur du processus vise à améliorer la
qualité des décisions relatives à l’orientation, à réduire les délais de décisions et à prévenir l’instabilité
dans la trajectoire de vie des enfants.
Compléter l’outil n’exige pas une expertise dans toutes les dimensions examinées. Le Guide permet
d’identifier les zones de risque et de cerner les éventuels besoins d’évaluations complémentaires.
Toutefois, l’interprétation et l’utilisation des informations recueillies exigent une connaissance de base
sur la théorie d’attachement. Enfin, le Guide est construit selon une logique facile à maîtriser, mais qui
demande tout de même une appropriation à l’aide d’une courte formation et quelques sessions
d’expérimentation.
Il permet de structurer les données d’observation et favorise l’objectivité. À partir des informations
recueillies, l’intervenant doit porter un jugement clinique sur :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
Le contexte sociofamilial
La santé et le développement de l’enfant
L’attachement
Les compétences parentales
Le contrôle des impulsions
La reconnaissance de la responsabilité
Les facteurs personnels affectant les capacités parentales
Le réseau social
L’histoire des services cliniques
en déterminant pour chacune de ces dimensions s’il s’agit d’un problème ou d’une force dans la
famille.
Ont travaillé à l'adaptation du guide lors de la première édition
Mme Lise Bouchard, conseillère en développement des ressources humaines
Mme Lise De Rancourt, éducatrice
Mme Louise Desjardins, psychologue
Mme Louisianne Gauthier, psychologue
Mme Francine Paquette, conseillère en développement de programmes
Mme Suzanne Rainville, psychologue
Troisième édition revue et corrigée du guide
Mme Lise De Rancourt, éducatrice
Mme Francine Paquette, conseillère en développement de programmes
M. Daniel Paquette, chercheur à l’IRDS
Mme Suzanne Rainville, psychologue
3ième édition janvier 2006
1
Institute for the Prevention of Child Abuse (1993). Assessing Parenting Capacity Manual Guidelines.
1
Le contexte
L'enfant
La relation
parents-enfant
Les parents
1
2
3
5
Le contexte sociofamilial
La santé et le
développement de
l'enfant
L'attachement
Le contrôle des
impulsions
4
6
Les compétences
parentales
La reconnaissance de la
responsabilité
7
Les facteurs personnels
affectant les capacités
parentales
8
Le réseau social
9
L'histoire des services
cliniques
2
Identifiez le ou les intervenants ayant contribué à compléter le guide
Ne pas tenir compte des chiffres entre parenthèses, ils sont utiles à des fins de recherche.
Il s’agit du :
1er Guide complété pour cette famille
2ième Guide complété pour cette famille
Le guide a été complété dans le cadre de l’étape
(1)
(2)
L’étape 2 du programme (évaluation - orientation de la DPJ)
L’étape 5 du programme (2ième révision du PI)
Autre étape, précisez : _______
Nom de l’intervenant
(3)
(7)
Fonction
E/O
(4)
Éducateur (trice)
Prise en charge
E/O
(8)
Éducateur (trice)
Prise en charge
Sections complétées (encerclez)
➀ ➁ ➂ ➃ ➄ ➅ ➆ ➇ ➈
➀ ➁ ➂ ➃ ➄ ➅ ➆ ➇ ➈
Date de l’évaluation
(6)
(5)
/
/
(9)
/
/
(10)
Identifiez le ou les parents évalués
Options
Avant de commencer à compléter le Guide, il faut d’abord identifier la cible d’analyse. Trois options peuvent se présenter. Il
faut choisir l’option qui apparaît la plus pertinente. Cochez afin d’indiquer le choix retenu.
(11)
1 guide pour un des deux parents
(1)
Il se peut qu’il soit pertinent de faire le bilan des capacités parentales d’un seul parent
parce que l’autre parent est inconnu, absent de la vie de l’enfant ou toute autre raison
valable.
1 guide pour les deux parents
(2)
Il se peut qu’un éclairage simultané sur les capacités parentales des deux parents soit
nécessaire parce que leur vie commune et la prise en charge commune de l’enfant se
situent dans un contexte de complémentarité où se conjuguent en duo les forces et
difficultés des parents. Un seul guide dans lequel les éléments d’analyse du père et de
la mère seront mis en parallèle facilitera une vision intégrée des capacités parentales
du couple.
2 guides : un pour chaque parent
(3)
Dans certaines circonstances il sera préférable de faire deux analyses distinctes, donc
compléter un guide pour chaque parent. Ce peut être le cas lorsque la situation exige
de se prononcer sur le choix de la garde de l’enfant. Le fait de compléter deux guides
de manière distincte facilite la comparaison.
(12)
Nom du ou des
parents évalués :
(13)
Identifiez les enfants concernés
L’évaluation des capacités parentales s’effectue parfois dans un contexte où plusieurs enfants d’une même famille se trouvent en situation de
compromission. Dans ce cas, indiquez le nom de ces enfants et utilisez une ou plusieurs annexes pour consigner les informations concernant
la santé et le développement ainsi que l’attachement du 2e, 3e ou autre enfant d’une même famille ayant fait l’objet d’un signalement.
Nom du ou des enfants signalés
(14)
No d’usager
(15)
Sexe
M/F
(16)
Date de naissance (17)
J
/ M / A
/
/
/
/
/
/
/
/
/
/
1. Le contexte sociofamilial
La première des dimensions à considérer dans l'évaluation des capacités parentales est celle du contexte dans lequel vit la
famille. Il s’agit pour l’intervenant, d’identifier dans les diverses facettes de la vie quotidienne, les zones de difficultés. Même
si les problèmes identifiés par l’intervenant ne sont pas considérés comme des facteurs de stress par les membres de la
famille, les études suggèrent que le cumul des difficultés agit de manière exponentielle sur les capacités parentales. Plus le
nombre de facteurs de stress est élevé, plus le stress devient difficile à tolérer et à gérer. Chez l'être humain, la présence de
4 sources de stress (par exemple : finance, santé, problème juridique ou autres…) provoque habituellement un état de crise
parce que l'effet combiné de plusieurs sources de stress est beaucoup plus grand que la somme des stress individuels. Ainsi,
il devient important d'identifier les zones problématiques pouvant être éliminées, parce que la réduction d’une seule zone
problématique peut avoir, chez les parents, un effet considérable. Cette réduction peut susciter une impression de reprendre
du pouvoir sur leur vie, donnant ouverture à une plus grande disponibilité à assumer le rôle parental, une diminution de
l'irritabilité, de l'hostilité et de la dépression et un accroissement de la satisfaction liée au rôle parental.
Si les difficultés identifiées par l’intervenant ne sont pas reconnues par la famille, il serait important de le mentionner dans le
résumé à la fin de la section.
Attribuez une cote à tous les items.
Non = 0
Oui = 1 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
Problèmes de logement
Disponibilité du logement
Foyer surpeuplé (échelle 6)
2
Meubles inadéquats ou manque de meubles
Services publics (électricité, téléphone) ou
électroménagers hors d’usage (échelle 9)
Problèmes liés au quartier
(1)
(5)
Risque d’accidents (escaliers dangereux, fils
électriques apparents) (échelle 10)
(6)
Problèmes de salubrité / infestation (échelle 7)
Facteurs de stress reliés au déménagement (en
cours)
Instabilité domiciliaire (+ de 2 déménagements au
cours de la dernière année)
(15)
Manque d'installations récréatives adéquates (échelle
23)
Expulsion (échelle 8)
(14)
Pauvreté, privation
(4)
Absence de mode de transport adéquat (échelle 23)
(16)
(17)
Absence d'établissements d'éducation adéquats
(école, garderie) (échelle 23)
Autres, précisez
(7)
(13)
Forte densité de population
(3)
Logement peu propice à la surveillance des
enfants
Longue liste d’attente pour l’obtention d’un
logement à prix abordable
Criminalité élevée
(2)
(18)
(19)
(8)
Problèmes financiers
(9)
(10)
Mère
Autres, précisez :
Services médicaux, d’hygiène dentaire
reportés
Revenu irrégulier, faible revenu
Factures impayées (échelle 15)
(11)
Dettes (échelle 15)
(12)
Père
Achat de choses essentielles reporté
(échelle 15)
(20)
(22)
(24)
(21)
(23)
(25)
Précisez,
2
Les échelles réfèrent aux échelles du Manuel d’utilisation et
d’interprétation de l’inventaire concernant le bien-être de l’enfant en lien
avec l’exercice des responsabilités parentales (ICBE). Les échelles de
L’ICBE peuvent aider à objectiver l’évaluation des items sur lesquels il est
difficile de porter un jugement.
Autres, précisez :
4
(26)
(28)
(27)
(29)
(30)
Attribuez une cote à tous les items.
Non = 0
Oui = 1 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
Problèmes juridiques
Problèmes au plan professionnel
Mère
Perte d’emploi
Travail à heures irrégulières
Instabilité dans l’emploi
Conflit avec l'employeur
Conflit avec un employé
Déplacements sur une longue distance
(31)
(33)
(35)
(37)
(39)
(41)
Procédure juridique concernant l’enfant
Père
Conflit avec la DPJ
(32)
Accusations criminelles en instance
(34)
Libération récente de prison ou emprisonnement
(36)
(42)
Violence verbale ou psychologique envers la
conjointe ou le conjoint
Problèmes personnels touchant les parents
Problème de santé physique
Indices de problème de santé mentale
Indices de déficience intellectuelle
Analphabétisme
Abus d'intoxicants
Mode de vie inapproprié
(fréquentations criminelles, fraude, etc.)
(44)
(46)
(48)
(50)
(52)
(54)
(56)
Père
(45)
(47)
Nouvelle relation intime qui prend toute la place
(plus de place pour les enfants)
(55)
Conjoints multiples
(57)
Pattern répétitif de relations conjugales qui
entraîne une situation de négligence ou de
mauvais traitement
(58)
Conflit entre les parents ou avec la famille
d’accueil concernant l’exercice de la garde ou du
placement de l’enfant
(59)
(60)
(61)
(62)
Difficulté émotive liée à la séparation d’avec
l’enfant (divorce, séparation ou placement)
Nombre d'enfants et / ou laps de temps qui les
sépare
Nombre de personnes assumant un rôle parental
Problème de santé ou incapacité physique de
l'enfant
Problème développemental, comportemental ou
émotionnel de l’enfant
Autres, précisez :
(63)
(64)
(65)
(66)
(67)
(68)
5
(74)
(75)
Séparation récente
(53)
Conflits relationnels (famille, voisin ou autres)
Autres, précisez :
Grossesse en cours non désirée
(73)
Décès d'un proche
(51)
Problèmes reliés aux enfants
Absence de gardien(ne) qualifié(e)
(72)
Violence physique envers la conjointe ou le
conjoint
Isolement / absence de soutien mutuel
(49)
Autres, précisez :
Absence de garderies adéquates
(71)
Problèmes dans les relations entre adultes
(43)
(70)
(40)
Troubles conjugaux
Habitudes d'hygiène médiocres
(69)
Autres, précisez :
(38)
Autres, précisez :
Mère
(76)
(77)
(78)
(79)
(80)
(81)
(82)
(83)
(84)
La famille a-t-elle reçu de l'aide pour s'adapter :
Problèmes liés à la migration ou au
Des membres de sa famille ?
changement de région
D'amis ?
Y a-t-il eu une migration ou un changement de région ? (85)
Non : passez à la page « Résumé »
Des voisins ?
Des groupes communautaires ?
Oui :
complétez la suite de cette section
(106)
(107)
(108)
(109)
Autres, précisez :
(110)
Attribuez une cote à tous les items.
Non = 0
Oui = 1 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
Intégration de la famille
Les items suivants ont-ils provoqué la migration de la
famille ?
Guerre
Répression politique
Absence de travail
Pauvreté
Conflits interpersonnels
La famille est plutôt isolée
La famille est intégrée à sa communauté
culturelle
(86)
(87)
La famille est intégrée à la société d'accueil
(89)
Langue
(90)
Les parents parlent-ils la langue d'ici?
(91)
Les enfants parlent-ils la langue d'ici?
Y a-t-il un conflit linguistique dans la famille?
Avant le déménagement ou la migration, y avaitil des problèmes familiaux ?
La vie ici correspond-elle aux attentes de la
famille?
(114)
(115)
(116)
(95)
Si oui, ont-elles posé une ou plusieurs des difficultés
suivantes?
Modes de discipline
(96)
Coutumes relatives aux fréquentations
Coutumes sexuelles
Autres, précisez :
(98)
(99)
(100)
(101)
(102)
Perte de proches,
si oui, lesquels
Perte de biens matériels
Les coutumes du groupe ethnique ou culturel
de cette famille ou de son milieu d'origine sontelles extrêmement différentes de celles d'ici?
Depuis l'établissement les membres de la famille font-ils
face aux difficultés suivantes ?
Perte de statut, de titres ou de qualités
professionnelles
Coutumes
(97)
Préjugés ou discrimination
(113)
(94)
Si non, qu’avait-elle imaginée ?
Problèmes liés à la situation d'immigrant
(93)
Difficultés économiques
(112)
(92)
Lors de la migration ou du déménagement, tous
les membres de la famille sont-ils venus en
même temps?
Si non, précisez :
Problème de logement
(111)
(88)
Autres, précisez :
Cette décision de quitter a-t-elle été volontaire?
(103)
(104)
(105)
6
(117)
(118)
(119)
(120)
(121)
En résumé
Dans le contexte sociofamilial, y a-t-il des problèmes importants ?
Parmi les problèmes identifiés, y a-t-il des éléments reconnus par le ou les parents comme des facteurs de stress ?
Comment le parent gère-t-il son stress?
Y a-t-il lieu de croire que cette situation est ponctuelle et pourrait se modifier moyennant certaines actions (lesquelles?), ou
est-ce une situation problématique chronique?
En quoi les problèmes identifiés ont un impact sur l’enfant ?
En conclusion, le contexte sociofamilial constitue, à votre avis, une :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
7
2.
Santé et développement de l’enfant
La deuxième des dimensions à considérer dans l'évaluation des capacités parentales est celle de la santé et du
développement de l'enfant. Dès le début du processus de d’intervention il est essentiel d’identifier la présence de retards de
développement ou de problèmes de santé et de voir si les difficultés familiales sont en cause. L’évaluation de la santé et du
développement de l’enfant est souvent sous-estimée dans la pratique. Elle est pourtant fondamentale tant au plan clinique
que juridique. Elle doit être faite par des professionnels ayant des compétences reconnues dans ces domaines.
Au plan clinique, les très jeunes enfants traversent des périodes critiques de développement qui peuvent, à défaut d’une
réponse adéquate à leurs besoins, entraîner des séquelles permanentes. Les retards de développement, qui ne sont pas
explicables par des raisons médicales, sont d’ailleurs reconnus dans la littérature scientifique comme un indicateur de
mauvais traitement ou de négligence. Or, les retards de développement associés à un rôle parental déficitaire se rattrapent
généralement assez rapidement lorsque l’enfant est placé à temps dans un milieu stimulant ou lorsque des mesures
appropriées sont prises pour assurer la reprise du développement. D’où l’importance de réagir rapidement et de s’assurer
que l’information soit transmise aux intervenants de prise en charge.
Par ailleurs, au plan juridique, lorsque les données sur la santé et le développement de l’enfant sont prises au bon moment,
c’est-à-dire dès le signalement et avant le placement de l’enfant, elles permettent de mesurer d’éventuels progrès, stagnation
ou régression au cours de l’intervention. Les progrès réalisés dans un milieu adéquat permettent, selon la littérature
scientifique, d’établir un lien de causalité entre le déficit parental et le retard observé. La comparaison objective que cette
procédure permet renforce la crédibilité de la preuve au tribunal.
Au Centre jeunesse de Montréal, l’évaluation de la santé est obligatoire. Elle est effectuée par le personnel de l’Équipe Santé
Enfance Jeunesse du CHU Ste-Justine qui complète la dimension 2 de la Grille « Santé et développement ». L’évaluation
devrait se répéter après 6 mois et après deux ans d’intervention. Toutefois, l’intervalle peut être adapté selon les indications.
1. Antécédents périnataux
Grossesse
normale
anormale
inconnu
Accouchement
normal
anormal
inconnu
Premiers jours de vie
normaux
anormaux
Uniquement en fonction des antécédents périnataux :
inconnu
À risque de retard de développement, raison :
Non à risque de retard de développement
2. Problèmes de santé (actuels ou passés)
Aucun
Oui, le ou les problème(s) suivant(s) :
Allergie
Hygiène
Alimentaire
Sommeil
Dentaire
O.R.L.
Audition
Vision
Problème cutané
Gastro-intestinal :
Élimination
Génito-urinaire
Cardio-respiratoire
Neurologique
Autres
8
3. Vaccination
Vaccination
À jour
En retard
Inconnue
Refusée
4. Croissance
Percentile
Normal
Anormal
Inconnu
Poids
Taille
Périmètre crânien
Courbe de croissance :
Croissance
normale anormale inconnue
5. Développement
En retard
Dans la moyenne
Non disponible
Motricité fine
Motricité globale
Langage expressif
Langage réceptif
Socialisation
6. Comportements problématiques
Cochez s’il y a un problème :
Autostimulation compulsive (rocking, masturbation, etc.)
Incapacité d’explorer, de jouer
Fébrilité, agitation
Automutilation
Retrait - isolement
Opposition - agressivité
Incontinence urinaire ou fécale
Sommeil
Alimentation
Autres :
9
7. Accident, incident, hospitalisation
a)
Y a-t-il eu une hospitalisation, un accident ou un incident en lien avec une hypothèse de mauvais traitements ou de
négligence (ecchymoses, lésions, fractures, traumatisme crânien, syndrome de l’enfant secoué, retard pondéral,
traitement non administré, etc.) ?
Non
Oui, décrire brièvement:
Y a-t-il des séquelles (atteintes neurologiques, paralysie, etc.) ?
b)
L’enfant a-t-il eu une hospitalisation liée à un problème de santé ou un accident sans lien avec des mauvais traitements
ou de la négligence ?
Non
Oui, décrire brièvement:
Y a-t-il des séquelles (atteintes neurologiques, paralysie, etc.) ?
8. Médication et suivi de santé
Médication
Non
Oui, laquelle ?
motifs :
Observance : Oui Non
Suivi de santé actuel
Non
Oui, lequel ?
pour quel(s) problème(s) de santé ?
Assiduité : Oui Non
10
En résumé
L’enfant présente-t-il un ou des retards de développement ?
Non
Oui :
a) Quelle est la nature du ou des retards ?
b) Quelle est l’hypothèse quant à l’origine du ou des retards ?
c) Y a-t-il des mesures à prendre pour :
Évaluer davantage le développement de l’enfant (demande d’évaluation plus complète)
Non
Oui :
Assurer la reprise du développement chez l’enfant (suivi ou prise en charge spécifique)
Non, aucun suivi ou suivi déjà assuré : où
Oui :
L’enfant présente-t-il un autre ou d’autres problèmes de santé ?
Non
Oui, précisez :
Y a-t-il des mesures à prendre pour :
a) Évaluer davantage ce ou ces problèmes de santé de l’enfant (demande d’évaluation plus complète) ?
Non
Oui :
b) Assurer le suivi de l’enfant pour ce ou ces problèmes de santé (suivi ou prise en charge spécifique)
Non, aucun suivi ou suivi déjà assuré : où
Oui :
En conclusion, compte tenu du développement et de l’état de santé de l’enfant le soutien parental apparaît une :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
Pour avoir plus d’information sur l’outil d’évaluation utilisé par le CHU Ste-Justine, veuillez contacter un membre de l’Équipe Santé Enfance Jeunesse.
11
3. L’attachement
La troisième dimension à considérer est l’évaluation de la capacité du parent à établir un lien d’attachement avec son enfant.
La capacité d'établir un lien sélectif avec une figure d'attachement constitue un facteur décisif du développement normal chez
l'enfant. Il est essentiel au développement de la confiance en soi, de la capacité d'intimité et est capital dans le processus de
socialisation. Un enfant qui n'aurait pas développé avant deux ans sa capacité d'attachement, gardera de graves séquelles
3
tant au plan social que cognitif . La présente section vise à dépister d’éventuels troubles de l’attachement. Les items qui
suivent sont donc centrés sur les problèmes. Pour obtenir un portrait général, tant des aspects positifs que problématiques de
la situation d’attachement, il faut, selon l’âge de l’enfant, compléter le Q-Sort ou le Q-Set.
Quatre facettes sont examinées afin de dépister un trouble d’attachement chez l’enfant ou une interaction entre le parent et
l’enfant qui pourrait conduire à ces troubles. Ce sont : l’histoire d’attachement du parent, les indices des risque d’abandon, les
interactions entre le parent et l’enfant et les indices de troubles de l’attachement chez l’enfant. Rappelons que ces indices
doivent avoir été observés à plusieurs reprises et faire partie d’un mode de comportement généralisé pour être retenus dans
l’analyse. Enfin, des connaissances de base sur la théorie de l’attachement sont essentielles pour interpréter les données
recueillies dans cette section.
Indices sur le pattern d’attachement intériorisé du ou des parents
L'histoire d'attachement du parent s'effectue au moyen d'échanges avec le(s) parent(s) afin de recueillir de l'information sur les faits, les
perceptions et la résolution des problèmes relationnels avec leurs parents. L'histoire d'attachement contribue, selon plusieurs études, à
intérioriser un modèle d'attachement susceptible de se reproduire. Les informations recueillies aideront à identifier le pattern d’attachement
intériorisé4 par les parents, et qui pourrait être à l’origine d’un comportement problématique chez l’enfant. Quelques questions permettant de
déceler ce pattern proviennent d’un protocole d’entrevue plus élaboré intitulé le AAI5 .
Indices de risque d’abandon
Certains éléments sont reconnus dans la littérature scientifique comme étant des indices d’un risque d’abandon. La présence de tels indices
constitue des signaux d’alarme sur la qualité du lien.
Interactions actuelles entre le parent et l’enfant
Pour déceler d’éventuels problèmes d’attachement chez l’enfant il faut aussi observer les interactions entre l’enfant et sa figure d’attachement
principale. Les observations se distinguent selon l’âge de l’enfant. Quel que soit l’âge de l’enfant, aucune conclusion valable ne peut être tirée à
moins d’avoir fait l’objet d’observations à plusieurs reprises.
Enfants 0-12 mois
Dans le cas des enfants âgés entre 0 et 12 mois on observera l’interaction en vue de documenter la qualité
de la sensibilité maternelle. La sensibilité maternelle est selon plusieurs études, susceptible d'influencer
l’émergence et la qualité du lien dans la première année de vie de l'enfant. Certains indicateurs de déficits de
sensibilité maternelle peuvent nous permettent d’identifier des pistes d’intervention et de mettre en place des
mesures permettant d’éviter que l’enfant développe d’éventuels trouble de l’attachement.
Enfants de 1 an à 4 ans
Lorsque l’enfant est âgé entre 1 an et 4 ans, on observe les comportements de l’enfant dans le cadre de sa
relation avec le parent afin de déceler la présence d’indices d’insécurité dans l’attachement de l’enfant.
Les indices de troubles de l’attachement chez l’enfant
Enfin, il se peut que l’enfant ait développé des troubles de l’attachement. La manifestation de ces troubles est également repérée à l'aide de
certains indicateurs.
Lorsque le cumul des indices montre qu'il s'agit d'une préoccupation majeure, un second niveau d'évaluation devrait être entrepris au moyen
du Q-Sort des comportements maternels pour les 0-12 mois ou du Q-Set sur les comportements d’attachement pour les enfants de 1 à 4 ans.
Enfin, rappelons que, pour être considérés comme des indices, les situations doivent avoir fait l’objet de plusieurs séances d’observation, être
un comportement fréquent et habituel chez le parent ou chez l’enfant. Il ne s’agit pas d’impressions mais de faits observés.
3
Steinhauer, P. D. (1996). Le moindre mal. Montréal : Les Presses de l'Université de Montréal, 463 p.
Ce pattern est appelé «modèle opérationnel interne» tel que défini par Bowlby
5
George, C., N Kaplan et M. Main. 1985. Adult Attachment Interview, manuscrit non publié, University of California, Berkeley.
4
12
Attribuez une cote à tous les items.
Non = 0
Oui = 1 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
Indices sur le pattern d’attachement
Indices sur le risque d’abandon de l’enfant
intériorisé du ou des parents
Référez-vous à la Grille de dépistage des situations à risque de
dérive du projet de vie pour remplir cette section (reportez
simplement les résultats).
Au cours de leur enfance le ou les parents ont-ils subi les
situations suivantes ?
Mère
Père
Victime d’abus psychologiques
Victime d’abus physiques
Victime d’abus sexuels
Victime d'abandon
Séparé des parents
Placé en famille d'accueil ou en centre
de réadaptation
Placé en famille d'accueil spécifique
(1)
(3)
(5)
(7)
(9)
(11)
(13)
L’enfant a-t-il vécu une ou plusieurs des situations
suivantes ?
(2)
(4)
(6)
(8)
(10)
(12)
(14)
Le ou les parents conservent-ils des sentiments négatifs de
leur enfance tels ?
Mère
Ne pas avoir été désiré
Ne pas faire partie de la famille
Ne pas avoir été accepté
Ne pas avoir été protégé
(15)
(17)
(19)
(21)
Père
(16)
(20)
Envahissement par le conflit encore
présent?
Difficulté à en parler avec du recul?
Difficulté à donner des exemples
concrets de ce qu’ils ont connu comme
relation ?
(29)
La mère est peu ou pas présente dans la vie de
l’enfant
Le père est peu ou pas présent dans la vie de
l’enfant
La fratrie a déjà été placée
(31)
(32)
(33)
(34)
(35)
Père
Problème de santé mentale ou
d’antécédents psychiatriques
Problème d’autonomie fonctionnelle
(22)
(27)
L’enfant a eu un ou plusieurs placements dans
un centre jeunesse
Mère
(18)
Idéalisation sans nuance de leur
enfance?
(25)
Y a-t-il présence chez le ou les parents d’un ou de plusieurs
des facteurs de risques d’abandon suivants ?
Problème de toxicomanie
En entrevue, comment le ou les parents parlent-ils de leur
relation avec leurs parents au cours de leur enfance ?
Mère
Père
(23)
L’enfant a été confié une ou plusieurs fois pour
de longues périodes de garde (autre que pour
une fin de semaine ou pour des vacances) chez
quelqu’un de la parenté ou chez une
connaissance
Limite intellectuelle et sociale
Mode de vie inapproprié
(36)
(38)
(40)
(42)
(44)
(37)
(39)
(41)
(43)
(45)
(24)
Y a-t-il présence chez le ou les parents d’un ou de plusieurs
facteurs de risque d’abandon liés à une attitude problématique
face aux difficultés suivantes de l’enfant ?
(26)
Mère
(28)
(30)
Maladie physique chronique ou handicap
physique de l’enfant
Hospitalisation précoce par naissance
prématurée ou autre…
Retard de développement de l’enfant
Problèmes émotionnels de l’enfant
Problèmes de conduite de l’enfant
13
Père
(46)
(48)
(50)
(52)
(54)
(47)
(49)
(51)
(53)
(55)
S’il y a plus d’un enfant de la même famille concerné par l’évaluation, inscrire le nom du premier enfant évalué et utiliser l’annexe prévue à cette fin
pour les autres enfants
Nom : ________________________________________________________________________________________________
0- 1 an
1- 4 ans
Indices d’insécurité chez l’enfant7
Indices d’un déficit de la sensibilité
maternelle6
Cochez s'il y a présence d'un ou plusieurs de ces indices
Complétez les données en fonction du principal donneur de
soins.
Cochez s'il y a présence d'un ou plusieurs de ces indices.
Complétez les données en fonction du principal donneur de
soins.
La mère laisse peu de place aux initiatives du bébé
(contrôlante)
Quand l’enfant revient vers la mère après un
moment de jeu, il se montre parfois contrarié ou
difficile sans raison apparente
Les réponses de la mère sont imprévisibles.
Quand l’enfant est près de la mère et qu’il voit
quelque chose avec lequel il veut jouer, il fait des
difficultés ou tente de tirer la mère vers l’objet en
question
Le contenu et le rythme des interactions semblent
déterminés par la mère plutôt que par les réactions
du bébé
Lorsque l’enfant est bouleversé par le départ de la
mère, il continue de pleurer ou même devient en
colère après qu’elle soit partie
La mère semble avoir la « tête ailleurs » et ne prête
pas attention aux demandes du bébé
Il est facile pour la mère de perdre la trace de
l’enfant lorsque celui-ci joue hors de sa vue
Les interactions de la mère ne sont pas en
synchronisme avec le bébé, c'est-à-dire que le
comportement de la mère est déphasé par rapport à
celui du bébé
L’enfant indique quelques fois à la mère (ou donne
l’impression) qu’il veut être déposé, mais ensuite il
devient contrarié ou veut être aussitôt pris de
nouveau
La mère taquine le bébé au-delà de ce qu’il paraît
apprécier
Quand l’enfant est bouleversé parce que la mère
le quitte, il s’assoit et se met à pleurer. Ne cherche
pas à la suivre
La mère ne répond généralement pas aux signaux
du bébé
La mère répond seulement aux signaux de détresse
fréquents, prolongés et intenses du bébé
L’enfant est exigeant et impatient avec la mère.
Fait des difficultés et insiste, à moins qu’elle ne
fasse ce qu’il veut immédiatement.
Le délai entre la demande du bébé et la réponse de
la mère est tellement long que le bébé ne peut pas
faire les liens de cause à effet
L’enfant reste plus proche de la mère ou il revient
vers elle plus souvent que ne le requiert la simple
tâche de la «garder à vue»
L’enfant agit comme s’il s’attendait à ce que la
mère interfère dans ses activités, alors qu’elle
essaie simplement de l’aider à faire quelque chose
La mère est importunée par les demandes du bébé
L’enfant demande rarement l’aide de la mère
Lors des interactions, la mère ne semble pas capter
les signaux du bébé indiquant «doucement» ou
«arrête»
La mère s’oppose activement aux désirs du bébé
(56)
(57)
(58)
(59)
(60)
(61)
(62)
(63)
(64)
(65)
(66)
(67)
Lorsque la mère ne fait pas immédiatement ce qu’il
veut, l’enfant se comporte comme si elle n’allait
pas le faire du tout. (Devient contrarié ou difficile,
se met en colère, va faire autre chose, etc.)
6
Items du Q-Sort des comportements maternels version 3.1 de Pederson et
Moran et Bento (1999).
(69)
(70)
(71)
(72)
(73)
(74)
(75)
(76)
(77)
(78)
À la maison, l’enfant devient bouleversé ou pleure
lorsque la mère sort de la pièce (peut ou non la
suivre)
L’enfant se met facilement en colère contre sa
mère
L’enfant utilise les pleurs pour obtenir de la mère
ce qu’il veut
Lorsque quelque chose le bouleverse, l’enfant
reste là où il est et se met à pleurer
7
14
(68)
(79)
(80)
(81)
Items du Q-Set sur le comportement d’attachement d’Everett Waters
(82)
0- 2 ans
2- 6 ans
Indices d’un trouble d’attachement
Indices d'un trouble d'attachement
Cochez s'il y a présence d'un ou plusieurs de ces indices
(comportement habituel) en fonction du principal donneur de
soin.
Ne regarde pas dans les yeux
(83)
Ne babille, ni ne gazouille. Vocalise peu
Ne veut pas que sa mère lui donne le biberon, mais
l'accepte d'une autre personne
Se réfugie dans le sommeil (dort beaucoup) ou éprouve
des difficultés à dormir
Son tonus musculaire est faible (difficulté de préhension /
tête ballante)
Se raidit lorsque sa mère le prend
Sourit peu ou pas
Ne rit pas dans des situations amusantes
Ne s'intéresse pas spécialement à sa mère
Ne la cherche pas du regard ou refuse le contact visuel
Ne recherche pas à être consolé par elle
Réagit à la séparation soit en ne manifestant que très peu
de détresse, soit (au contraire) en se montrant
complètement inconsolable
Ne tend pas les bras vers la mère
Pas d'accrochage
Ne témoigne d'aucune réserve ou prudence face aux
personnes étrangères
Passivité, inhibition de l'exploration
Activités motrices intenses : passe d'un jouet à l'autre,
bouge beaucoup, fouille continuellement, brise les objets.
Peut alors se mettre en situation de danger
Instabilité, pleurs fréquents, crises de colère chez l'enfant
L'enfant ne se calme pas au contact de son parent
Rampe ou marche tardivement 8
Autostimulation, mouvements de balancement
« rocking », manies occupationnelles, tendance à se
frapper la tête contre un mur
Mange peu, pas du tout (anorexie du nourrisson) ou
exagérément
Vomissements fréquents
Divers retards de développement : langage, motricité,
socialisation, développement cognitif et affectif.
Cochez s'il y a présence d'un ou plusieurs de ces indices
(comportement habituel) en fonction du principal donneur de soin.
Langage, motricité, cognition
Retards du développement 9
(107)
Aspects physiques
Problèmes de sommeil
(108)
(84)
(85)
Problèmes de santé fréquents : asthme, infections…
Problèmes de santé non traité
(86)
(87)
Retard d'acquisition de la propreté
(88)
(89)
(90)
(91)
(92)
(93)
(94)
Troubles d'alimentation
Aspects social et affectif
Absence de contact visuel direct avec son entourage
Retard de croissance (taille, poids)
Fuit le regard lorsqu'on s'adresse à lui
Retiré, isolé, anxieux
Instabilité, crises fréquentes : coups de pied, mord, hurle sans
raison apparente
Agressif avec les pairs
Faible tolérance aux refus, aux délais d'attente, aux exigences
de la réalité quotidienne
Déambule constamment, obéit peu ou pas du tout, est
opposant
Difficulté d'attention, de concentration
(95)
(96)
(97)
(98)
(99)
Hyperactivité
(100)
(101)
(102)
(103)
Émotions réprimées ou encore sans concordance avec la
situation du moment
Tentatives de séduction suivies de brusques éclats agressifs
Réduit la communication au minimum ou au contraire, la
recherche auprès de n'importe quel adulte
Expression faible ou nulle des émotions
Facilement désemparé devant l'absence de sa mère et
nécessitant beaucoup de temps pour être rassuré
Ambivalent dans les contacts : les recherche et les fuit à la fois
Refuse le réconfort
(104)
Intrusif et accaparant
(105)
(106)
Trop facilement familier avec les étrangers
Détruit les bons moments passés avec l'adulte
Ne conserve pas ou détruit les objets personnels
Difficulté d'intégration à la garderie ou à la maternelle
Réalise difficilement des apprentissages, peu intéressé
N'arrive pas à se faire des amis
Comportement agressif envers lui-même ou envers son
entourage (parents et pairs)
Affect superficiel (sourires excessifs, rires factices…)
Attitudes « parentéifiées »
Imprudence (témérité) excessive
Vagabondage
8
9
Pour cet item, le recours à une grille normative deviendra nécessaire afin
d'évaluer plus précisément les retards de développement de l'enfant
15
(109)
(110)
(111)
(112)
(113)
(114)
(115)
(116)
(117)
(118)
(119)
(120)
(121)
(122)
(123)
(124)
(125)
(126)
(127)
(128)
(129)
(130)
(131)
(132)
(133)
(134)
(135)
(136)
(137)
(138)
(139)
(140)
(141)
Pour cet item, le recours à une grille normative deviendra nécessaire afin
d’évaluer plus précisément les retards de développement de l’enfant
En résumé
Y a –t-il chez le parent un pattern d’attachement intériorisé problématique qui est susceptible d'être reproduit dans sa relation
avec ses enfants?
L'histoire d'attachement de l'enfant est-elle marquée par des séparations et des pertes qui peuvent avoir affecté les capacités
d'attachement de l'enfant?
Retrouve-t-on dans la vie de l’enfant la présence d’indicateurs de risques d’abandon?
Les indicateurs de la sensibilité maternelle (enfant de 0-12 mois) ou d’insécurité (enfant de 1 à 4 ans) semblent-ils suggérer la
présence d'un problème chez le parent ?
Vous semble-t-il pertinent de faire une évaluation plus complète à l’aide d’un Q-Sort ou d’un Q-Set ?
Y a-t-il des indices suggérant la présence d'un problème sérieux d'attachement chez l'enfant ?
En conclusion, la capacité du parent à établir un lien d’attachement suffisamment adéquat est une :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
16
4. Les compétences ou habiletés
parentales
La quatrième dimension à considérer dans l'évaluation des capacités parentales est celle des compétences parentales. Les
compétences parentales sont la somme des attitudes et des conduites favorables au développement normal d'un enfant. Leur
évaluation se fonde sur l'examen des agissements actuels du parent envers l'enfant, ce qu'il fait, dans les faits, au moment de
l'évaluation. Il ne faut pas confondre compétences parentales avec capacités parentales, c'est-à-dire ce que le parent serait
capable de faire.
Les compétences parentales sont des attributs susceptibles de se modifier au cours du temps, alors que les capacités
parentales ont un caractère de permanence (par exemple une limite associée à une déficience intellectuelle) ou de chronicité
(par exemple un parent toxicomane qui aurait les capacités parentales mais ne les actualiserait pas en raison de sa
problématique). L'actualisation des compétences parentales exige deux éléments fondamentaux : la capacité et la volonté
d'exercer le rôle de parent.
La question examinée dans cette quatrième dimension consiste à savoir si l'exercice actuel du rôle parental (attitudes et
conduites) est favorable ou défavorable au développement normal de l'enfant. Pour ce, nous allons considérer deux types de
compétences. Les compétences générales qui demeurent essentielles à toutes les étapes du développement de l'enfant alors
que les compétences spécifiques sont associées aux défis particuliers que doivent relever les enfants à certaines étapes de
leur développement.
Compétences générales pour les enfants de 0 à 5 ans
Attribuez une cote à tous les items.
Jamais = 0
Rarement = 1 Souvent = 2 Très souvent = 3
Ne sait pas = ?
Ne s’applique pas = X
Répondre aux besoins de base
Mère
Nutrition adéquate (suffisante, accessible, adaptée à l'âge de l'enfant, repas réguliers) (échelle 2)
Sommeil adapté à l'âge de l'enfant
(1)
(3)
Vêtements adéquats (suffisants, adaptés à la saison, en bonne condition, adaptés à l'activité, de la bonne
taille) (échelle 3)
Logement adéquat (échelles 6, 7, 8 et 9)
(5)
(7)
Soins de santé adéquats (voir dimension 2)
(9)
Hygiène adéquate (adaptée à l'âge de l'enfant, effectuée régulièrement) (échelle 4)
Sécurité (lieux physiques, surveillance et protection, gardiennage) (échelles 10, 12, 14 et 36)
Réponse aux besoins physiques spéciaux le cas échéant (voir dimension 2)
Offrir une réponse et un engagement affectif
Père
(11)
(13)
(15)
Mère
(2)
(4)
(6)
(8)
(10)
(12)
(14)
(16)
Père
A des contacts physiques adéquats avec l’enfant (en fréquence suffisante, pas brusques, ni érotisés ou
fusionnels)
A des contacts spontanés (pas forcés, ni robotisés ou mécaniques)
Réagit positivement lorsque l’enfant tente d’établir un contact
(17)
(19)
(21)
Communique à l’enfant le plaisir qu’il éprouve en sa compagnie
Répond aux demandes ou aux questions de l’enfant
(23)
(25)
17
(18)
(20)
(22)
(24)
(26)
Porte attention à l’enfant (l’enfant est présent dans la tête du parent)
(27)
Permet le jeu spontané (ne gêne pas, ne contrôle pas, ne décide pas pour l’enfant)
Laisse l’enfant diriger une situation de jeu
(29)
(31)
(28)
(30)
(32)
Attribuez une cote à tous les items.
Jamais = 0
Rarement = 1 Souvent = 2 Très souvent = 3
Ne sait pas = ?
Ne s’applique pas = X
Avoir une attitude positive envers l'enfant
Mère
Chaleureux et affectueux avec l'enfant (échelle 24)
(33)
Valorisant (souligne les qualités de l'enfant)
(35)
Intéressé aux réalisations de l'enfant
(37)
Patient et compréhensif (rarement irritable avec l'enfant)
(39)
Tolérant (peu d'agressivité)
(41)
Accepte l'enfant (pas de rejet) (échelle 24)
(43)
Attentes raisonnables et adaptées à l'âge de l'enfant (pas de rigidité) (échelle 26)
Considérer et traiter l'enfant comme une entité distincte
(45)
Mère
Père
(34)
(36)
(38)
(40)
(42)
(44)
(46)
Père
Est capable de distinguer ce qui appartient à l'enfant et ce qui lui appartient (tant en terme de besoins que
de problèmes)
Favorise l'autonomie, la spontanéité, l'expression de l'enfant, lui donne de la place, de l'espace
Attribue à l'enfant des raisons d'agir appropriées à la situation (ne prête pas de fausses intentions)
Permet à l'enfant d'avoir des relations avec d'autres (pas possessif ou fusionnel)
Exercer son rôle avec pertinence
(47)
(49)
(51)
(53)
Mère
Assume correctement sa position d'autorité (accorde des permissions et pose des interdits)
Assume son statut parental (ne considère pas l'enfant comme un ami ou un confident)
Assume ses responsabilités (ne requiert pas de l'enfant une aide inappropriée pour son âge) (échelle 35)
Est conscient de la différence de développement avec son enfant (ne considère pas l'enfant comme un pair,
n'entre pas en compétition dans une situation de jeu)
Répond aux questions ou demandes de l'enfant d'une manière convenant à la maturité de l'enfant
Encourage l'enfant
Réagit en fonction de la situation (échelle 25)
(61)
(63)
(71)
(73)
Négocie fructueusement avec l'enfant (échelle 25)
(75)
18
Père
(59)
(69)
Impose des conséquences proportionnées aux écarts de conduite (échelle 25)
(54)
(57)
(67)
Assure le suivi relatif aux limites fixées (échelle 27)
(52)
(55)
Mère
Fixe des limites appropriées à l'enfant (échelle 27)
(50)
(65)
Établir un cadre de vie
(48)
(56)
(58)
(60)
(62)
(64)
(66)
Père
(68)
(70)
(72)
(74)
(76)
Impose des conséquences de manière cohérente (échelle 25)
(77)
Utilise des stratégies pour éviter la confrontation ou l'escalade (échelle 25)
(79)
Fournit des explications adaptées à l'âge de l'enfant lorsqu'il donne des conséquences
Croit qu'il existe d'autres méthodes que des punitions physiques pour se faire écouter (échelle 29 et 34)
(81)
(83)
(78)
(80)
(82)
(84)
Attribuez une cote à tous les items.
Jamais = 0
Rarement = 1 Souvent = 2 Très souvent = 3
Ne sait pas = ?
Ne s’applique pas = X
Favoriser la socialisation de l'enfant
Mère
Connaît les besoins sociaux associés à l'âge de l'enfant
(85)
Considère que les contacts avec d'autres enfants sont enrichissants pour l'enfant
Profite des opportunités d'activités de groupe
(87)
(89)
Encourage et supporte l'enfant dans ses contacts sociaux
(91)
Aide à gérer ses contacts avec les autres enfants
(93)
Répondre aux besoins intellectuels et éducatifs de l'enfant
Mère
Père
(86)
(88)
(90)
(92)
(94)
Père
Valorise la garderie ou l'école aux yeux de l'enfant (pas de discrédits ou de compétition avec les
éducateurs ou les professeurs)
Assiste aux rencontres de parents sur demande des éducateurs ou des enseignants
Connaît les besoins intellectuels et éducatifs associés à l'âge de l'enfant (stimulation et socialisation)
Procure une stimulation adéquate, crée et s'approprie des occasions d'apprentissage (échelle 28)
Fournit du matériel, encourage les activités et le développement d'habiletés (échelle 28)
Réagit positivement face aux découvertes de l'enfant
(95)
(97)
(99)
(101)
Reconnaît les difficultés dans le rendement intellectuel ou l'apprentissage
Est sensible au retard de développement et va chercher de l'aide le cas échéant
Intérêt vis-à-vis de ce qui se passe à la garderie ou à l'école
(103)
(105)
(107)
A de la considération pour la garderie ou l'école (pas de blâmes pour les difficultés de l'enfant, pas de
plaintes multiples, pas de demandes de changer l'enfant de groupe)
Tient compte de l'avis des éducateurs ou des enseignants
(109)
(111)
(113)
(115)
Favorise la continuité au groupe d'appartenance de l'enfant (garderie, école)
Soutient l'enfant dans ses activités ou ses devoirs en l'aidant au besoin
19
(117)
(119)
(96)
(98)
(100)
(102)
(104)
(106)
(108)
(110)
(112)
(114)
(116)
(118)
(120)
Compétences spécifiques pour les enfants de 0-3 mois
Enfant âgé entre 0 et 3 mois
Oui, nom de l’enfant_______________________________________________________________________________
Non
Lorsqu'un enfant a entre 0 et 3 mois, le parent devrait soutenir la régulation interne du bébé en décodant les besoins de
l'enfant, en les anticipant, en devinant ce qui ne va pas et en offrant une réponse sensible de telle sorte que l'action du parent
empêche l'enfant d'être submergé par des sensations corporelles intensément déplaisantes, comme la faim, la soif, l'absence
de soutien ou d'autres sensations physiques (fonction de pare-excitation).
Parmi les styles qui sont décrits dans le tableau suivant, cochez le ou les styles d'interactions parent-enfant les plus
caractéristiques du parent évalué.
Inscrire le chiffre correspondant au(x) parent(s) évalué(s)
Cote 1 à 9 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
Mère
Père
(121)
(122)
Soutenir la régulation interne du bébé
Rarement disponible
pour réconforter
l'enfant
1
Disponible par
intermittence
2
3
Problématique
Le parent est distant,
absorbé en lui-même,
très déprimé, renfermé.
N'approche pas l'enfant et
ne capte pas son intérêt.
Par exemple :
N'entend pas lorsque
l'enfant pleure;
n'habille pas
suffisamment l'enfant
lorsqu'il fait froid.
Parvient habituellement
à réconforter l'enfant
4
5
Essaie de réconforter
sans y parvenir
6
7
Adéquat
Peut offrir un réconfort
pendant de brèves
périodes de temps ou
quand l'enfant n'est pas
contrarié.
Dans les moments où il
est disponible, le parent
utilise divers moyens
(voix, regard, berce et
autres mouvements) et
une variété de réponses
affectives reconnaissant
l'individualité de l'enfant.
Trop intrusif.
Utilise divers moyens
(voix, regard, berce et
autres mouvements) et
une variété de réponses
affectives reconnaissant
l'individualité de l'enfant.
Capte l'intérêt de
l'enfant, mais accable ou
distrait parfois l'enfant
par des stimuli trop
nombreux ou intenses.
Capte l'attention d'une
manière détendue et
concentrée : aide l'enfant
à se servir de sa vue, du
toucher, du son, du
mouvement pour explorer
le parent et le monde
extérieur.
Cette capacité est
rarement entravée, même
dans des moments de
stress.
20
8
9
Problématique
Décode adéquatement
les besoins de l'enfant et y
répond bien.
S'approche de l'enfant
dans des moments
appropriés en faisant des
gestes ou en utilisant un
objet (jouet) pour capter
son intérêt.
Exagérément stimulant
et chaotique
Parfois hyperstimulant.
Accable l'enfant par des
stimuli constants et
inopportuns.
Mine la propre capacité
d'autorégulation de
l'enfant.
Par exemple :
ne permet pas que
l'enfant pleure;
réveille le bébé parce qu'il
a envie de jouer avec lui
alors que le bébé a
besoin de dormir;
persiste à nourrir l'enfant
même s'il donne des
signes qu'il n'a plus faim;
joue un jeu qui dépasse
les capacités de l'enfant;
utilise l'enfant comme un
objet inanimé à son
service.
Compétences spécifiques pour les enfants de 3 à 10 mois
Enfant âgé entre 3 et 10 mois :
Oui, nom de l’enfant___________________________________________________________________________
Non
Lorsqu'un enfant a entre 3 et 10 mois, le parent devrait aider le bébé à faire une différence entre les besoins corporels,
comme la faim et la soif et les besoins affectifs, comme le désir d'être proche, d'être réconforté ou rassuré en aidant l'enfant à
donner un sens à ce qui se passe.
Parmi les styles qui sont décrits dans le tableau suivant, cochez le ou les styles d'interactions parent-enfant les plus
caractéristiques du parent évalué.
Mère
Père
Inscrire le chiffre correspondant au(x) parent(s) évalué(s)
Cote 1 à 9 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
(123)
(124)
Supporter l'enfant à différencier les sensations corporelles des émotions
Indifférent aux signaux
de l'enfant
1
Réponse intermittente
ou limitée
2
3
Problématique
Ne reconnaît pas et ne
répond d'aucune manière
aux signaux de l'enfant
comme les sourires, les
regards, les vocalises, les
bras tendus…
Réaction optimale
4
5
Réaction
occasionnellement
excessive aux signaux
de l'enfant
6
7
Adéquat
Réagit adéquatement
seulement de façon
intermittente.
Ou
Réagit à un seul signal du
bébé (ex.: aux sourires
mais pas au regard, aux
vocalises ou aux bras
tendus).
Ou
Interprète mal des
domaines complets de
l'affect (ex.: affirmation de
soi, la tendresse).
Décode les signaux du
bébé y répond avec
empathie et réciprocité
(sourires, vocalises,
regards, physionomies,
mouvements) et aide
l'enfant à donner un sens
à ce qui se passe.
Ex.: au moment où
l'enfant reçoit un vaccin,
la mère console le bébé
par des caresses et des
mots doux.
Décode toute une variété
de signaux.
Réagit à toute une
gamme d'états affectifs.
Demeure compréhensif
face aux protestations et
à l'affirmation de soi.
Réponse sensible malgré
la présence de stress du
parent.
21
Réaction excessive à
tous les signaux
8
9
Problématique
Dans les moments
d'anxiété, le parent a
tendance à confondre
ses propres sentiments
avec ceux du bébé.
Cette tendance est
limitée à certains états
affectifs chez la mère.
Ou
À certains sentiments
exprimés par le bébé.
Ou
À un état de stress chez
le parent (ex.: peut réagir
adéquatement aux
sourires, mais réagit de
manière excessive aux
protestations en
nourrissant trop le bébé,
c'est-à-dire en prenant le
stress pour de la faim.
A régulièrement une
réaction excessive,
intrusive et chaotique.
Généralement incapable
d'interpréter les signaux
du bébé et d'y répondre
avec empathie.
Incohérence extrême des
réactions.
Compétences spécifiques pour les enfants de 10 à 24 mois
Enfant âgé entre 10 et 24 mois :
Oui, nom de l’enfant___________________________________________________________________________
Non
Lorsqu'un enfant a entre 10 et 24 mois, le parent compétent supporte l'organisation du comportement, l'initiative et
l'intériorisation chez l'enfant. Il aide l'enfant à fonctionner et à agir d'une manière organisée, à faire preuve d'initiative
(exploration) et à exercer du contrôle sur l'environnement (tenir un verre de lait) et à établir des stratégies pour réaliser ses
buts. Il montre à l'enfant comment s'y prendre tout en lui mettant des limites lorsqu'il le faut.
Parmi les styles qui sont décrits dans le tableau suivant, cochez le ou les styles d'interactions parent-enfant les plus
caractéristiques du parent évalué.
Mère
Père
Inscrire le chiffre correspondant au(x) parent(s) évalué(s)
Cote 1 à 9 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
(125)
(126)
Supporter l'organisation du comportement, l'initiative et l'intériorisation chez l'enfant
Pas disponible
1
Disponible par
intermittence
2
3
Problématique
N'encourage pas le
développement de
l'autonomie de l'enfant :
Ne stimule pas
Ne donne pas de
rétroaction positive face
aux initiatives de l'enfant
Réponse optimale
4
5
Réponse
désorganisée
6
7
Adéquat
Encourage de façon
intermittente le
développement de
l'autonomie de l'enfant.
Ex.: jouera des jeux
interactifs, lorsque l'enfant
est affectueux, mais
s'éloignera dès que
l'affirmation de soi ou
l'agressivité prendront le
dessus.
Se prête sporadiquement
aux initiatives de l'enfant,
selon le secteur. Peut
aider l'enfant à jouer avec
un casse-tête, mais se
retirera face à l'intérêt de
l'enfant pour le corps
humain.
Réponse facilement
désorganisée par le
stress.
Peur interagir d'une
manière complexe et
organisée et aider l'enfant
à franchir chacune des
étapes.
Peut agir ainsi face à
plusieurs éléments
(l'amour, la dépendance,
la séparation, la colère)
en s'ajustant aux
réactions de l'enfant.
Résiste au stress et s'en
remet bien.
Tolère le négativisme de
l'enfant et la frustration.
Capable de suivre l'enfant
et de demeurer disponible
sans être trop
dominateur.
Admire les initiatives de
l'enfant et peut laisser
l'enfant diriger, tout en
établissant des limites qui
aident l'enfant à prendre
des initiatives.
Permet la distance, mais
demeure disponible et
sait quand se rapprocher
de manière affectueuse.
22
Réponse chaotique et
excessivement
dominatrice
8
9
Problématique
Ses réactions
deviennent confuses et
ambivalentes face aux
nouveaux
comportements plus
actifs et plus autonomes
de l'enfant.
Comportement
totalement chaotique et
facilement désorganisé
par l'enfant ou
passablement
désorganisant pour
l'enfant.
Ex.: ne permet pas à
l'enfant de passer d'un
jeu à l'autre
ou change d'activité (ou
présente de nouvelles
idées) trop rapidement,
ce qui est déroutant ou
désorganisant pour
l'enfant.
Ne procure aucune
opportunité d'initiative à
l'enfant.
Tendance à exercer,
physiquement, un
contrôle excessif.
A tendance à exercer un
contrôle excessif de
l'enfant, en minant
occasionnellement ses
initiatives.
Comportement anxieux
et intrusif.
Tend à prendre l'initiative
dans tous les domaines.
En résumé
Actuellement, y a-t-il des secteurs où le rôle parental s'exerce avec compétence?
Actuellement, y a-t-il des secteurs où le rôle parental ne s'exerce pas avec compétence ?
Dans les secteurs problématiques, y a-t-il des actions envisageables en vue d'aider le parent à améliorer sa compétence
parentale ?
Y a-t-il certains secteurs problématiques qui semblent chroniques, que rien ne semble pouvoir modifier ? Si oui, expliquez
pourquoi ?
En conclusion, la dimension des compétences ou habiletés parentales est à votre avis une :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
23
5. Le contrôle des impulsions
La cinquième dimension à considérer dans l'évaluation des capacités parentales est le contrôle des impulsions du parent.
Bien que ce soit un des facteurs personnels pouvant affecter, entre autres, la compétence parentale, l’analyse plus détaillée
est effectuée en raison du fait que le parent qui manque de contrôle présente un grand risque de maltraitance ou
d'incohérence.
Jamais = 0
Rarement = 1 Souvent = 2 Très souvent = 3
Ne sait pas = ?
Ne s’applique pas = X
Problèmes de contrôle face aux comportements de l’enfant
Est envahi par l’émotion
Mère
(1)
10
A une intensité de réaction supérieure à celle de l’enfant
(3)
Perd la maîtrise de soi dans des explosions verbales de colère
Perd la maîtrise de soi en s’attaquant à des objets (briser des objets, lancer une chaise, etc.)
Perd la maîtrise de soi en s’attaquant physiquement à l’enfant (claque, fessée, coups, etc.)
Réagit par des propos humiliants, rabaissants ou dénigrants
(5)
(7)
(9)
(11)
Réagit par des menaces ou du chantage
(13)
Problèmes de contrôle face à l’entourage
Mère
Agressivité verbale : grossièretés, engueulades…
(15)
Agressivité physique sur les objets: brise des meubles, des murs…
Violence conjugale dont les enfants sont témoins
(17)
(19)
Violence physique sur les personnes : coups et blessures sur d’autres que le conjoint ou la conjointe
Intimidation : menaces, chantage…
(21)
(23)
Violence criminelle organisée : implication dans un gang de motards, délits avec violence…
Cruauté envers les animaux
(25)
(27)
Influence de l’environnement sur le contrôle des impulsions
Père
(2)
(4)
(6)
(8)
(10)
(12)
(14)
Père
(16)
(18)
(20)
(22)
(24)
(26)
(28)
Mère
Père
S'il est contrarié par l'enfant et qu’il sent qu’il va perdre le contrôle, le parent a tendance à gérer seul le
contrôle de ses pulsions (ne recherche généralement pas le soutien du conjoint, de ses parents, de
son thérapeute, d’un enfant plus âgé, d’un confident ou d’un intervenant psychosocial).
(29)
(30)
Le parent entretient une relation conjugale qui déclenche ou alimente ses propres pulsions agressives
(31)
(33)
(32)
(34)
Mère
Père
(35)
(36)
Dans l’éventualité d’une autre présence adulte dans le milieu familial (par exemple la grand-mère)
cette présence contribue-t-elle à alimenter les pulsions du parent ?
Évolution dans la maîtrise des impulsions
Non = 0
Oui = 1
Ne sait pas = ?
Ne s’applique pas = X
Au cours des 3 derniers mois y a-t-il eu un changement dans la maîtrise des impulsions?
Si ce changement est attribuable à une circonstance particulière, expliquez la situation dans le résumé de cette section.
10
Voir Malo, C. et Gagné, M-H. (2000). Quand c’est à la tête et au cœur que ça frappe. Bilan des connaissances actuelles sur les mauvais traitements
psychologiques à l’endroit des enfants et éléments de dépistage. Québec : Congrès conjoint Centres jeunesse-CLSC.
24
En résumé
Quels sont les éléments les plus importants à retenir dans les rapports du parent avec son enfant en situation de
contrariété ?
Si la capacité de maîtrise des impulsions est problématique, semble-t-elle chronique ou davantage associée à une
circonstance particulière? Laquelle ?
Le parent a-t-il des difficultés à contrôler ses pulsions dans d’autres contextes que celui de la relation avec ses enfants ?
En conclusion, la capacité du parent à maîtriser ses impulsions est :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
25
6. La reconnaissance de la responsabilité
La sixième dimension à considérer dans l'évaluation des capacités parentales est le niveau de reconnaissance par le parent
de sa responsabilité dans la situation problématique. Cette reconnaissance constitue, selon les études actuelles, un important
indicateur de succès dans l'établissement du pronostic.
Pour évaluer le niveau de reconnaissance, il n'est pas suffisant d'examiner ce que le parent dit, il faut aussi regarder ce qu'il
fait. Il peut effectivement y avoir des contradictions entre les intentions et les accomplissements. Or, pour l'enfant, les
intentions ne suffisent pas. S'il faut véritablement donner la chance au parent de corriger la situation, il faut aussi donner la
chance à l'enfant de se développer normalement.
Mais, comme la relation d'aide exige qu'il y ait un espoir de changement, il arrive que cet espoir devienne un piège. L'aidant
qui souhaite voir s'accomplir des progrès pourra trouver dans de petits progrès un réconfort auquel il s'accrochera. Mais,
pour l'enfant le temps presse. Le temps joue en sa défaveur. Une trop longue attente compromet son développement. Il est
important en tant que protecteur des intérêts de l'enfant d'être au clair sur l'obligation de résultat qu'a le parent et ce, dans une
courte échéance. Selon l’âge de l’enfant, celui-ci a besoin de pouvoir mesurer les améliorations réelles de son parent et de
voir des changements observables dans sa vie d’enfant.
Dans ce sens, il est utile de déterminer le niveau de reconnaissance de la responsabilité et de prendre en considération la
véritable mobilisation du parent en vue de changer la situation problématique.
La reconnaissance d'un problème s'exprime verbalement, mais aussi par la mobilisation dans les faits pour changer ce qui ne
va pas.
Reconnaissance verbale du problème
Une première série d'énoncés offre des indices servant à déterminer le niveau de reconnaissance par le parent de sa
responsabilité dans la situation problématique. À votre avis, où se situe le parent en terme de reconnaissance verbale ?
(1)
(Échelle 25)
Nulle
Le parent nie
l'existence des
problèmes.
Faible
(0)
Ambivalente
(1)
Le parent admet qu'il y a des
difficultés mais attribue la
responsabilité à des causes
extérieures ou minimise l'ampleur
des difficultés.
Le parent n'est pas conscient des
répercussions de ses difficultés sur
l'enfant.
Il ne propose aucune solution visant
à corriger la situation et démontre
peu d'enthousiasme à l'égard des
solutions qui lui sont proposées.
Élevée
(2)
Le parent a une position ambivalente
où il admet parfois qu'il a des
difficultés, mais change de position
selon les circonstances (changement
d'intervenant, changement de
conjoint, etc.).
Il éprouve un certain malaise face à la
situation, mais il n'est pas vraiment
préoccupé par les répercussions sur
l'enfant.
Les solutions proposées par le parent
sont toujours extérieures à lui.
(3)
Le parent reconnaît la majorité des difficultés
en présence.
Il comprend que ces difficultés peuvent avoir
des répercussions sur l'enfant et en est
préoccupé.
Il reconnaît avoir besoin d'aide pour régler la
situation.
Il éprouve un malaise et un inconfort face à
la situation.
Il présente une ouverture face aux moyens
qui lui sont proposés pour résoudre les
problèmes et il accepte l'aide qui lui est
offerte.
Reconnaissance par la mobilisation dans les faits
Une deuxième série d'énoncés permet de situer le parent par rapport à quatre types de réactions qui peuvent être adoptées
face à la nécessité de changer. À votre avis, quelle position adopte le parent dans les faits?
(2)
(Échelle 20)
Immobilisme
(0)
Le parent ne reconnaît pas les
problèmes et ne change rien
dans ses attitudes et ses
comportements.
Le parent admet qu'il a des
problèmes, mais ne se met pas
en action pour changer.
Défensive
(1)
Le parent dit ne pas admettre
la présence de problèmes,
mais il change dans les faits
ses attitudes et ses
comportements.
Conformisme
Les seuls changements qu'il
apporte sont associés au suivi
serré de l'intervenant.
26
(2)
Engagement
Le parent reconnaît qu'il a des
problèmes et se met en action pour
changer.
Il profite de l'aide qui lui est offerte.
(3)
En résumé
Le parent reconnaît-il la nature (le problème) et l'ampleur (la gravité) des difficultés ?
Est-il conscient des répercussions de ses attitudes et de ses comportements sur l'enfant ?
Se dit-il intéressé à changer, est-il en accord avec les objectifs et les moyens proposés ?
Se met-il en action ?
En conclusion, la capacité du parent à reconnaître ses responsabilités dans les difficultés identifiées est :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
27
7. Les facteurs personnels affectant les
capacités parentales
La septième dimension à considérer dans l'évaluation est
celle des facteurs personnels affectant les capacités
parentales. L’état psychologique du parent ou certaines
limites peuvent affecter ses capacités parentales. Il n'y a
toutefois pas de relation linéaire entre la capacité parentale
et la capacité mentale d'une personne. Certaines
personnes perturbées jouent effectivement leur rôle
parental d'une façon relativement efficace, alors que
d'autres ne montrant aucun indice apparent de troubles
psychologiques peuvent être des parents très destructeurs.
Par ailleurs, certains problèmes personnels affectant la
capacité parentale peuvent être compensés par un support
du milieu. Il s'agit donc ici d'estimer ce qui, au plan
personnel, constitue un atout ou un obstacle à l'exercice du
rôle parent.
Attribuez une cote à tous les items.
Attribuez une cote à tous les items : Non = 0 Oui = 1 Ne sait
pas = ? Ne s’applique pas = X
Problèmes personnels
Indices de dépression
Renfermé et apathique
Sentiment d'impuissance
(incompétence)
Idées suicidaires
Perte de ses anciens intérêts
Modification des habitudes (sommeil,
hygiène)
Appétit médiocre, perte de poids
Atouts personnels
Mère
Sentiment de culpabilité intense et
persistant
Père
Père
Constamment malheureux, découragé,
triste, seul
Sentiment de fatigue, perte d'énergie
récente
Très peu = 0 Peu = 1 Suffisamment = 2
Énormément = 3 Ne sait pas = ? Ne s’applique pas = X
Mère
(25)
(27)
(29)
(31)
(33)
(35)
(37)
(39)
(26)
(28)
(30)
(32)
(34)
(36)
(38)
(40)
Flexible (capacité de faire des nuances,
de négocier, etc.)
Efficace à résoudre les problèmes liés
à la vie familiale (débrouillard)
Tentative de suicide antérieure ou
récente
Humeur instable
(8)
Habile dans les communications
(capacité d'exprimer ses besoins, ses
attentes, ses sentiments et de formuler
les règles)
(10)
Changement d’humeur marqué
Compréhensif (ouverture à l'autre,
capacité d'écoute, empathique)
Agitation motrice anormale (fébrilité,
marche de long en large)
Énergique (qui a de la vitalité, du
ressort)
En maîtrise de soi (sentiment d'avoir un
certain pouvoir sur sa vie,
« empowerment »)
Exaltation (état maniaque, idées
grandioses)
Indices d'anxiété
Anxiété généralisée/préoccupation
constante
(55) (56)
D'humeur stable (caractère égal,
prévisible, adapté)
Obsessions, ruminations
Optimiste (qui entretient un espoir
raisonnable sur la vie)
Comportements compulsifs ou rituels
Pourvu d'un sens de l'humour (humour
plaisant, pas agressif ou cynique)
Phobies ou peurs déraisonnables
Doté d'un bon contrôle interne (sait
garder son calme, non violent)
(57)
(59)
(61)
(63)
(65)
Organisé
Capable d'introspection (capable de
faire des liens, de réfléchir)
(1)
(3)
(5)
(7)
(9)
(2)
(4)
Verbalisations suicidaires comportant
un scénario
(6)
Irritabilité accrue (à fleur de peau,
facilement frustré)
(11)
(13)
(15)
(17)
(19)
(21)
(23)
(12)
(14)
(16)
(18)
(20)
Crises de panique
(22)
Agoraphobie (ne peut quitter la maison
sans paniquer)
(24)
28
(41)
(43)
(45)
(47)
(49)
(51)
(53)
(42)
(44)
(46)
(48)
(50)
(52)
(54)
(58)
(60)
(62)
(64)
(66)
Perfectionniste / Critiques constantes
Mère
Hypersensible aux critiques tout en
étant excessivement critique à l’endroit
d’autrui
(67) (68)
Attentes excessives et rigides vis-à-vis
de soi et des autres
(69) (70)
Contrôle et domine les autres
(71) (72)
11
Symptômes physiques ou
neurologiques additionnels
Père
Abus d'alcool
Abus de drogues (y compris
médicaments d'ordonnance ou en
vente libre)
Antécédents familiaux d'alcoolisme ou
de toxicomanie
(101) (102)
Évanouissement, perte de conscience
(103) (104)
(105) (106)
Amnésie, troubles de la mémoire
État de confusion (lié à la prise d'alcool
prolongée, à un traumatisme crânien
ou autre)
Représentation de soi et rapports avec
les autres
(73) (74)
(75) (76)
(77) (78)
Père
Comportement alimentaire
problématique (anorexie, boulimie…)
État d'absence neurologique (moment
d'absence, épilepsie)
Abus d'alcool ou de drogues
Mère
Très faible estime de soi
(107) (108)
(109) (110)
(111) (112)
(113) (114)
(115) (116)
(79) (80)
Besoin insatiable d’affection
Conviction que les gens parlent à son
sujet
(81) (82)
Rapports interpersonnels intenses,
instables (je t’aime, je te hais)
(117) (118)
Conviction d'être persécuté (prête des
intentions malveillantes)
(83) (84)
Belliqueux (incapacité d’entretenir des
relations cordiales)
(119) (120)
Conviction d'être espionné
(85) (86)
(87) (88)
Excessivement égocentrique et
manipulateur
(121) (122)
Relations utilitaires (utilise les autres
sans aucune considération)
(123) (124)
Conviction de posséder des pouvoirs
grandioses
(89) (90)
(125) (126)
Voit des choses que les autres ne
peuvent voir
(91) (92)
Traits schizoïdes (retrait social marqué,
repli sur soi, difficulté d’adaptation aux
réalités extérieures)
Apparence de limite intellectuelle
Délire
(93) (94)
Compréhension limitée
(127) (128)
(129) (130)
(131) (132)
Conduite avec facultés affaiblies
Coupé de ses affects, de ses
sentiments
Fantasmes, hallucinations ou sentiment
de persécution
Conviction de recevoir des messages
spéciaux, d'entendre des voix que les
autres ne peuvent pas entendre
Jugement limité (limite cognitive)
Attribuez une cote à tous les items : Non = 0 Oui = 1 Ne sait
pas = ? Ne s’applique pas = X
Incapacité d'anticiper (prévoir les
événements ou le danger)
Capacité limitée d'apprendre
Jugement déficient
Indécision extrême (doute constant,
incapacité de prendre des décisions,
évite la prise de décision)
(95) (96)
Répétition de décisions grandement
inappropriées (ex : achat de chats alors
que les enfants sont asthmatiques,
changement de meubles alors que le
loyer n’est pas payé)
(97) (98)
Attribue aux enfants des intentions
déraisonnables
(99) (100)
11
(133) (134)
Comportement sexuel qui affecte les
enfants
Au besoin, se référer aux critères définis dans le programme JESSIE que
l’on retrouve dans la Grille de dépistage, section 4 portant sur les facteurs
de risque associés aux problématiques chez les parents.
29
Comportements qui soulèvent de
l’inconfort chez l’intervenant en raison
de leur caractère sexualisé (séduction,
comportements inhabituels tels
qu’embrasser l’enfant sur la bouche,
sortir la langue en l’embrassant, insister
d’une manière exagérée lors des soins
aux organes génitaux, etc.)
(135) (136)
Agirs sexuels devant l’enfant
(visionnement de vidéos pornos,
échanges de caresses, etc.)
(137) (138)
Abus sexuels (attouchements,
voyeurisme, etc.)
(139) (140)
Agression sexuelle (utilisation de la
menace, de la force ou de la violence)
(141) (142)
En résumé
Le parent a-t-il des atouts personnels qui viennent supporter l'exercice du rôle parental ?
A-t-il des problèmes personnels qui nuisent à l'exercice du rôle parental ? Si oui, lesquels et de quel ordre : chronique,
situationnel, intermittent ?
Ont-ils déjà nécessité une ou plusieurs hospitalisations ou autre forme de traitement (ex.: désintoxication)? Récente(s) ou
lointaine(s)? Si oui, de quelle durée et de quelle intensité ?
Ces problèmes ont-ils des répercussions sur les enfants ou sur les autres membres de la famille ?
Comment chaque enfant interprète-t-il les problèmes du parent et quelles en sont les conséquences ?
Y a-t-il un autre adulte au foyer capable et prêt à compenser pour les problèmes du parent affecté ?
En conclusion, les problèmes personnels des parents pouvant affecter les capacités parentales sont à votre avis une :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
30
8. Le réseau social
La huitième dimension à considérer dans l'évaluation des capacités parentales est le réseau social du parent. Il s'agit ici d'évaluer
la présence et la qualité des liens personnels et sociaux qui peuvent apporter un soutien au rôle parental.
Si la famille n'a pas de soutien ou si elle est incapable d'utiliser les ressources du milieu, elle perd une importante source de
soulagement de la tension exercée par les nombreux stress. Or, la réduction du stress favorise une plus grande disponibilité au
rôle de parent. En fait, certaines familles sont caractérisées par un isolement profond, coupées de leur entourage et des institutions
12
sociales. Cette situation d’isolement a pour effet de réduire l’accès à d’éventuelles ressources, à du soutien ou à de l’aide.
12
L’échelle 22 du CIBE peut être utilisé pour évaluer la qualité du soutien.
31
Mode relationnel
Ne s’applique pas
Soumission
excessive
(10)
(11)
(12)
Ne s’applique pas
Exigences
excessives
Ne sait pas
(7)
(12)
Ne sait pas
(6)
(11)
Contrôle
(5)
(10)
Contrôle
Soumission
excessive
(4)
(9)
Conformisme
Exigences
excessives
(3)
(8)
Fuite des obligations
Fréquents conflits
(7)
Fréquents conflits
(6)
Coopération
(5)
Coopération
(4)
Relations cordiales,
bonne entente
(3)
Relations cordiales,
bonne entente
(2)
Relation profonde,
positive, très ancrée
Identifiez le ou les modes relationnels les plus typiques
de la mère dans ses rapports avec les autres.
La cote « ne s’applique pas » est inscrite lorsqu’il n’y a pas
de rapport attendu entre les personnes.
Absence de liens
(1)
Mère
Conjoint ou relation amoureuse
(1)
Ex-conjoint
(2)
Famille
(3)
Belle-famille
(4)
Famille d’accueil
(5)
Amis (es)
(6)
Voisins (es), connaissances (travail ou autre)
(7)
Professionnels de la santé (médecin, dentiste, etc.)
(8)
Professionnels des services sociaux (intervenant
(9)
psychosocial, éducateur)
Thérapeute(s)
(10)
Ressource communautaire (AA, cuisine collective, etc.) (11)
Membres d’un groupe social (église, organisme de loisirs,
etc.)
(12)
Représentants d’un service public (garderie, école)
(13)
Représentants d’un service gouvernemental (sécurité du
revenu, assurance maladie, assurance automobile, etc.) (14)
Police
(15)
Conjointe ou relation amoureuse
(16)
Ex-conjointe
(17)
Famille
(18)
Belle-famille
(19)
Famille d’accueil
(20)
Amis (es)
(21)
Voisins (es), connaissances (travail ou autre)
(22)
Professionnels de la santé (médecin, dentiste, etc.)
(23)
Professionnels des services sociaux (intervenant
psychosocial, éducateur)
(24)
Thérapeute(s)
(25)
Ressource communautaire (AA, cuisine collective, etc.) (26)
Membres d’un groupe social (église, organisme de loisirs,
etc.)
(27)
Représentants d’un service public (garderie, école)
(28)
Représentants d’un service gouvernemental (sécurité du
revenu, assurance maladie, assurance automobile, etc.) (29)
Police
(30)
32
(9)
Conformisme
(8)
Fuite des obligations
(2)
Relation profonde,
positive, très ancrée
Identifiez le ou les modes relationnel les plus typiques
du père dans ses rapports avec les autres
La cote « ne s’applique pas » est inscrite lorsqu’il n’y a pas
de rapport attendu entre les personnes.
Absence de liens
(1)
Père
Soutien social
(7)
Ne s’applique pas
(5)
(6)
Ne sait pas
Participation sociale (activités de
loisirs et activités sociales)
(4)
Participation sociale (activités de
loisirs et activités sociales)
(5)
Soutien professionnel (aide dans
la définition et la compréhension
d’événements problématiques par
l’éducation, les conseils ou les
références)
(4)
Soutien professionnel (aide dans
la définition et la compréhension
d’événements problématiques par
l’éducation, les conseils ou les
références)
(3)
Soutien instrumental (prêt
d’argent, assistance technique,
partage de tâches, transport prêt
ou don d’objets)
Absence de soutien
Identifiez le ou les types de soutien les plus usuels auxquels
la mère a accès
La cote « ne s’applique pas » est inscrite lorsqu’il n’y a pas de
rapport attendu entre les personnes.
(2)
Soutien émotionnel
(manifestation d’affection ou de
confiance, empathie, bienveillance,
expression et partage des
sentiments ou des préoccupations,
appréciation et encouragement)
(1)
Mère
Conjoint ou relation amoureuse
(31)
Ex-conjoint
(32)
Famille
(33)
Belle-famille
(34)
Famille d’accueil
(35)
Amis (es)
(36)
Voisins (es), connaissances (travail ou autre)
(37)
Professionnels de la santé (médecin, dentiste, etc.)
(38)
Professionnels des services sociaux (intervenant psychosocial,
éducateur)
(39)
Thérapeute(s)
(40)
Ressource communautaire (AA, cuisine collective, etc.)
(41)
Membres d’un groupe social (église, organisme de loisirs, etc.) (42)
Représentants d’un service public (garderie, école, etc.)
(43)
Représentants d’un service gouvernemental (sécurité du revenu,
assurance maladie, assurance automobile, etc.)
(44)
Police
(45)
Conjointe ou relation amoureuse
(46)
Ex-conjointe
(47)
Famille
(48)
Belle-famille
(49)
Famille d’accueil
(50)
Amis (es)
(51)
Voisins (es), connaissances (travail ou autre)
(52)
Professionnels de la santé (médecin, dentiste, etc.)
(53)
Professionnels des services sociaux (intervenant psychosocial,
éducateur)
(54)
Thérapeute(s)
(55)
Ressource communautaire (AA, cuisine collective, etc.)
(56)
Membres d’un groupe social (église, organisme de loisirs, etc.) (57)
Représentants d’un service public (garderie, école, etc.)
(58)
Représentants d’un service gouvernemental (sécurité du revenu,
assurance maladie, assurance automobile, etc.)
(59)
Police
(60)
33
(7)
Ne s’applique pas
(6)
Ne sait pas
(3)
Soutien instrumental (prêt
d’argent, assistance technique,
partage de tâches, transport prêt
ou don d’objets)
Identifiez le ou les types de soutien les plus usuels auxquels
le père a accès
La cote « ne s’applique pas » est inscrite lorsqu’il n’y a pas de
rapport attendu entre les personnes.
Absence de soutien
Père
(2)
Soutien émotionnel
(manifestation d’affection ou de
confiance, empathie, bienveillance,
expression et partage des
sentiments ou des préoccupations,
appréciation et encouragement)
(1)
En résumé
En considérant l’ensemble des personnes ou organismes avec lesquels le parent a des échanges, quel est le mode
relationnel le plus répandu ?
Le parent a-t-il des particularités avec certaines personnes ou certains groupes d’individus (par exemple le parent est
généralement cordial sauf avec les professionnels des services sociaux) ?
Le parent a-t-il accès à du soutien social ? Si oui, est-il suffisant et adéquat pour soutenir l’exercice de ses capacités
parentales ?
En conclusion la présence et la qualité du réseau social est à votre avis une :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
34
9. L'histoire des services cliniques
La neuvième et dernière dimension à considérer dans l'évaluation des capacités parentales est l'histoire des services
cliniques. Il s'agit ici de connaître l'utilisation par les parents des services offerts par le passé. L'attitude passée à l'égard des
divers services cliniques (orthopédagogie, santé mentale, DPJ, CLSC, toxicomanie) est un facteur important de prévision de
la capacité des parents à profiter des services actuels en vue de susciter un véritable changement dans l'exercice du rôle
parental. Les facteurs examinés sont : la possibilité d'alliance thérapeutique, la perception des parents des interventions,
l'utilisation qu'ils en ont faite et les changements suscités par les interventions. En examinant ces diverses facettes,
l'intervenant sera en mesure de mieux cerner l'aptitude des parents à pouvoir profiter des services. Il sera important dans
cette évaluation de toujours faire la part des choses entre ce qui s’est passé dans la réalité et ce qui est teinté des projections
ou de toute autre forme de mécanismes de défense présents chez les parents.
35
Organisme 1
Nom de l'organisme /et service dispensé :
(1)
(2)
Service reçu par : la mère le père
Date (année): J/M/A
(4)
Durée du service:
(3)
Volontaire Plus ou moins obligatoire Obligatoire
(5)
Fréquence du suivi:
(6)
Perception par l'organisme du degré d'alliance thérapeutique (échelle 21)
Plutôt positif
Plutôt négatif
Parent généralement régulier et ponctuel aux rencontres
Généralement ouvert à la relation d'aide
Habituellement motivé et coopératif
Remplit habituellement ses engagements entre les
rencontres
Persiste jusqu'à la fin du suivi
Est assez actif lors des entrevues (apporte du matériel)
Présence plutôt irrégulière, fréquents retards ou annulations
Plutôt défensif
Plutôt résistant, hostile, manipulations fréquentes
Ne remplit pas ses engagements entre les rencontres
Fait des efforts pour comprendre le problème et pour
identifier sa part de responsabilité
Présence de résultats tangibles suite à l'intervention
Abandonne le suivi prématurément
Est plutôt passif lors des entrevues, tendance à dissimuler
l'information
Fait peu d'effort pour comprendre le problème et a tendance
à nier sa part de responsabilité
Peu ou pas de résultats tangibles suite à l'intervention
Autre information jugée pertinente
Ne
sait
pas
(7)
(8)
(9)
(10)
(11)
(12)
(13)
(14)
(15)
Perception du parent de la qualité du service reçu
Plutôt positif
Fréquence et durée des rencontres appropriées
Respect général des rendez-vous et proposition de
remplacement qui convient lors d'une annulation
Contenu des rencontres plutôt satisfaisant
Lieu des rencontres habituellement satisfaisant
Attitude respectueuse (au plan linguistique, culturel, etc.)
Plutôt négatif
Autre information jugée pertinente
Irrégularité des rencontres ou fréquence inappropriée
Annulation fréquente des rendez-vous, à la dernière minute,
sans proposition de remplacement qui convienne
Contenu des rencontres plutôt insatisfaisant
Lieu des rencontres souvent insatisfaisant
Manque de respect
Ne
sait
pas
(16)
(17)
(18)
(19)
(20)
(21)
36
Organisme 2
Nom de l'organisme /et service dispensé :
(22)
(23)
Service reçu par : la mère le père
Date (année): J/M/A
(25)
Durée du service:
(24)
Volontaire Plus ou moins obligatoire Obligatoire
(26)
Fréquence du suivi:
(27)
Perception par l'organisme du degré d'alliance thérapeutique (échelle 21)
Plutôt positif
Plutôt négatif
Parent généralement régulier et ponctuel aux rencontres
Généralement ouvert à la relation d'aide
Habituellement motivé et coopératif
Remplit habituellement ses engagements entre les
rencontres
Persiste jusqu'à la fin du suivi
Est assez actif lors des entrevues (apporte du matériel)
Présence plutôt irrégulière, fréquents retards ou annulations
Plutôt défensif
Plutôt résistant, hostile, manipulations fréquentes
Ne remplit pas ses engagements entre les rencontres
Fait des efforts pour comprendre le problème et pour
identifier sa part de responsabilité
Présence de résultats tangibles suite à l'intervention
Abandonne le suivi prématurément
Est plutôt passif lors des entrevues, tendance à dissimuler
l'information
Fait peu d'effort pour comprendre le problème et a tendance
à nier sa part de responsabilité
Peu ou pas de résultats tangibles suite à l'intervention
Autre information jugée pertinente
Ne
sait
pas
(28)
(29)
(30)
(31)
(32)
(33)
(34)
(35)
(36)
Perception du parent de la qualité du service reçu
Plutôt positif
Fréquence et durée des rencontres appropriées
Respect général des rendez-vous et proposition de
remplacement qui convient lors d'une annulation
Contenu des rencontres plutôt satisfaisant
Lieu des rencontres habituellement satisfaisant
Attitude respectueuse (au plan linguistique, culturel, etc.)
Plutôt négatif
Autre information jugée pertinente
Irrégularité des rencontres ou fréquence inappropriée
Annulation fréquente des rendez-vous, à la dernière minute,
sans proposition de remplacement qui convienne
Contenu des rencontres plutôt insatisfaisant
Lieu des rencontres souvent insatisfaisant
Manque de respect
Ne
sait
pas
(37)
(38)
(39)
(40)
(41)
(42)
37
Organisme 3
Nom de l'organisme /et service dispensé :
(43)
(44)
Service reçu par : la mère le père
Date (année): J/M/A
(46)
Durée du service:
(45)
Volontaire Plus ou moins obligatoire Obligatoire
(47)
Fréquence du suivi:
(48)
Perception par l'organisme du degré d'alliance thérapeutique (échelle 21)
Plutôt positif
Plutôt négatif
Parent généralement régulier et ponctuel aux rencontres
Généralement ouvert à la relation d'aide
Habituellement motivé et coopératif
Remplit habituellement ses engagements entre les
rencontres
Persiste jusqu'à la fin du suivi
Est assez actif lors des entrevues (apporte du matériel)
Présence plutôt irrégulière, fréquents retards ou annulations
Plutôt défensif
Plutôt résistant, hostile, manipulations fréquentes
Ne remplit pas ses engagements entre les rencontres
Fait des efforts pour comprendre le problème et pour
identifier sa part de responsabilité
Présence de résultats tangibles suite à l'intervention
Abandonne le suivi prématurément
Est plutôt passif lors des entrevues, tendance à dissimuler
l'information
Fait peu d'effort pour comprendre le problème et a tendance
à nier sa part de responsabilité
Peu ou pas de résultats tangibles suite à l'intervention
Autre information jugée pertinente
Ne
sait
pas
(49)
(50)
(51)
(52)
(53)
(54)
(55)
(56)
(57)
Perception du parent de la qualité du service reçu
Plutôt positif
Fréquence et durée des rencontres appropriées
Respect général des rendez-vous et proposition de
remplacement qui convient lors d'une annulation
Contenu des rencontres plutôt satisfaisant
Lieu des rencontres habituellement satisfaisant
Attitude respectueuse (au plan linguistique, culturel, etc.)
Plutôt négatif
Autre information jugée pertinente
Irrégularité des rencontres ou fréquence inappropriée
Annulation fréquente des rendez-vous, à la dernière minute,
sans proposition de remplacement qui convienne
Contenu des rencontres plutôt insatisfaisant
Lieu des rencontres souvent insatisfaisant
Manque de respect
Ne
sait
pas
(58)
(59)
(60)
(61)
(62)
(63)
38
En résumé
Quels changements les services cliniques ont-ils apportés chez le parent ?
Y a-t-il une approche ou un type de service qui semble avoir davantage de succès auprès du parent ?
Avec les éléments de connaissance que vous possédez sur l'histoire des services, quelle est la probabilité de pouvoir
profiter des services aujourd'hui ?
En conclusion, l’histoire de l’utilisation des services cliniques est une :
Préoccupation majeure
Préoccupation mineure
Force mineure
Force majeure
39
Autres remarques ou particularités
40
41
Prédiction du potentiel de changement
Les décisions concernant l’avenir d’un enfant peuvent être extrêmement difficiles à prendre. Elles sont lourdes de conséquences et les
intervenants hésitent à trancher par peur de se tromper. Or, il est essentiel pour l’intérêt de l’enfant de trancher. Il faut en arriver à déterminer
(1) si la famille sera en mesure de changer suffisamment pour permettre à l’enfant de se développer normalement et (2) si elle est en mesure
de le faire dans un délai assez rapide pour éviter l’apparition de séquelles chez l’enfant. Personne ne peut répondre à cette question avec
13
certitude parce que personne ne peut prédire l’avenir. La grille qui suit aide à estimer les probabilités de changement chez les parents.
Points de repères
Développement
de l’enfant
(1)
Apparition des
problèmes
(2)
Trouble
(3)
psychiatrique
affectant ses
capacités
parentales
Utilisation des (4)
services dans le
passé et succès de
l’intervention
Compétences (5)
parentales
actuelles
Ouverture
(6)
actuelle, volonté
des parents à
rechercher et à
utiliser couramment
de l’aide
Acceptation de (7)
la responsabilité
par les parents
Capacité à
(8)
contenir les
tensions
Soutien extérieur (9)
et capacité à
l’utiliser
Hypothèse (10)
pronostique
13
Hypothèse pronostique
Groupe A : Potentiel de changement encourageant
Groupe B : Haut risque de chronicité
L’état actuel de l’enfant montre qu’il a des problèmes sérieux
même si, jusqu’à récemment, les capacités parentales et son
propre développement semblaient adéquats. Si l’intervention est
rapide et appropriée, le pronostic est raisonnablement bon
quant à la capacité des parents à pouvoir répondre de nouveau
aux besoins de son enfant de manière à assurer son
développement.
peu ou pas altéré : l’enfant présente les traits
caractéristiques d’une bonne progression développementale et
il n’existe que peu ou pas de facteurs interférents.
récente : un problème récent a provoqué un déséquilibre
dans le fonctionnement familial et dans la capacité des parents
à répondre aux besoins développementaux de l’enfant.
absent ou contrôlé: un des parents, présent dans la
maison, ne présente pas de trouble psychiatrique grave ou on
note la présence d’un trouble psychiatrique, mais d’un bon
pronostic de contrôle de la situation.
Le développement et l’adaptation de l’enfant ont été compromis
de manière chronique et significative. Les parents sont depuis
longtemps incapables de répondre aux besoins de l’enfant, et il y
a peu d’indices que la situation puisse se modifier sensiblement,
même si des services sont fournis à la famille.
altéré : l’enfant présente des signes étendus de retard
développemental et d’inadaptation sur les plans physique,
cognitif, langagier, intellectuel, émotionnel et social.
état chronique : il s’agit d’une incapacité chronique des
parents.
présent : on note chez l’un des deux ou chez les deux
parents, la présence d’un trouble psychiatrique qui affecte
significativement l’exercice du rôle parental. Les chances que le
trouble s’atténue sont faibles.
utilisation des services : l’histoire révèle une capacité à
accepter de l’aide en regard des problèmes psychologiques ou
familiaux et d’avoir bénéficié de ces services.
refus des services : les traitements multiples et les
tentatives d’aide se sont révélés infructueux. Décision des
parents de mettre fin unilatéralement aux services.
inadéquates depuis peu
inadéquates depuis longtemps
présente : des signes de collaboration et d’ouverture sont
absente : manque de collaboration et d’ouverture,
participation irrégulière, forte résistance à s’engager dans un
processus de remise en question, décisions prises
unilatéralement et sans discussions.
présents chez les parents. Ils se manifestent par leur capacité à
échanger à propos d’événements, de pensées et de sentiments
dont certains peuvent être incriminants pour eux et se montrent
ouvert aux observations, impressions et suggestions apportées
par l’évaluateur.
présente : capacité à reconnaître une part de
responsabilité dans les problèmes ou dans les échecs lors des
tentatives du passé. Il n’est pas nécessaire qu’ils assument la
responsabilité entière de la situation. Il suffit qu’ils se montrent
ouverts et capables de déterminer dans quelle mesure ils ont pu
contribuer à l’apparition du problème et à son maintien.
présente : démontrent une certaine capacité à intérioriser
des tensions, un niveau de culpabilité raisonnable étant un
indicateur à cet égard.
présent : les membres de la famille ont maintenu de
bonnes relations avec la famille étendue, des amis, des voisins
ou des services communautaires et ils peuvent accepter leur
aide et suivre leurs conseils.
❏A
absente : ne reconnaissent aucune responsabilité dans
l’apparition ou le maintien du problème ou dans l’échec à
bénéficier de l’intervention dans le passé.
absente : ne supporte pas la tension. Ont des
comportements de fuite ou d’agressivité ou de passivité extrême.
absent : famille isolée et incapable d’accepter l’aide ou le
soutien affectif d’amis, de voisins, de membres de la famille
étendue ou encore de professionnels de la santé mentale le cas
échéant.
❏ AB
Steinhauer, P. D. (1988). The preventive utilization of forter care. Canadian Journal of Psychiatry, 33, p 462.
42
❏B
Force majeure
Force mineure
Dimensions
Préoccupation mineure
Préoccupation majeure
Profil des capacités parentales
❏ ❏ ❏ ❏
(1)
1. Contexte sociofamilial
❏ ❏ ❏ ❏
(2)
2. Santé et développement de l'enfant
❏ ❏ ❏ ❏
(3)
3. Attachement
❏ ❏ ❏ ❏
(4)
4. Compétences parentales
❏ ❏ ❏ ❏
(5)
5. Contrôle des impulsions
❏ ❏ ❏ ❏
(6)
6. Reconnaissance de la responsabilité
❏ ❏ ❏ ❏
(7)
7. Facteurs personnels affectant les capacités parentales
❏ ❏ ❏ ❏
(8)
8. Réseau social
❏ ❏ ❏ ❏
(9)
9. Histoire des services cliniques
Réinscrire l’hypothèse pronostique retenue à la page précédente
Hypothèse pronostique
❏
❏
A
43
AB
❏
B
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising