ﻟﻤﺸﺮوع اﻟﺒﺤﺚ ﺗﻘﺮﯾﺮﻋﺎم Rapport général du projet PNR

ﻟﻤﺸﺮوع اﻟﺒﺤﺚ ﺗﻘﺮﯾﺮﻋﺎم Rapport général du projet PNR
‫ﺗﻘﺮﯾﺮﻋﺎم ﻟﻤﺸﺮوع اﻟﺒﺤﺚ‬
Rapport général du projet PNR
‫وزارة اﻟﺘﻌﻠﯿــﻢ اﻟﻌﺎﻟــﻲ و اﻟﺒﺤــﺚ اﻟﻌﻠﻤــﻲ‬
Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique
‫اﻟﻤﺪﯾﺮﯾـﺔ اﻟﻌﺎﻣـﺔ ﻟﻠﺒﺤـﺚ اﻟﻌﻠﻤـﻲ و اﻟﺘﻄﻮﯾــﺮ اﻟﺘﻜﻨﻮﻟﻮﺟــﻲ‬
Direction Générale de la Recherche Scientifique et du Développement Technologique
‫اﻟﺘﻌﺮﯾﻒ ﺑﺎﻟﻤﺸﺮوع‬-1
I-IDentification du projet:
PNR
Organisme pilote
Ressources en eau
CRSTA Biskra
Domiciliation du projet :
ENSH Blida
‫ﻋﻨﻮان اﻟﻤﺸﺮوع‬
Intitulé du projet
Etude et Valorisation des Eaux Usées épurées en irrigation (cas des périmètres
agricoles de la Mitidja)
Chercheurs impliqués dans le projet
Nom et prénom
Grade
‫اﻻﺳﻢ و اﻟﻠﻘﺐ‬
‫اﻟﺮﺗﺒﺔ‬
MESSAHEL Mekki
CHABACA Mohamed Nacer
Mme BAHBOUH Leila Souad
BENHAFID Mohamed Saïd
MIHOUBI Mustapha Kamel
SALHI Chahrazed
Prof.
MCA
MAA
MAA
MCA
Ingénieur
d’état
Etablissement employeur
‫اﻟﻤﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﺴﺘﺨﺪﻣﺔ‬
E NSH Blida
ENSA el Harrach
E NSH Blida
E NSH Blida
E NSH Blida
ONID
1
‫أﻋﻀﺎء اﻟﻤﺸﺮوع و اﻟﻤﺆﺳﺴﺔ اﻟﻤﺴﺘﺨﺪﻣﺔ‬
Observation
Déroulement du projet :
Rappeler brièvement les objectifs du projet et les taches prévues
: ‫ﺗﺬﻛﯿﺮ ﻣﺨﺘﺼﺮ ﺑﺄھﺪاف اﻟﻤﺸﺮوع و اﻟﻤﮭﺎم اﻟﻤﺴﻄﺮة‬
Objectifs
- Mettre
en place d’une station d’irrigation dont les cultures sont adaptées aux
eaux épurées
- Amélioration de la qualité de l’eau et son adaptation à certaines cultures
-Adaptation et amélioration des techniques d’irrigation aux exigences de la
qualité de l’eau d’irrigation
- Elaboration d’un guide de mise en œuvre des procédures de la réutilisation des
eaux épurées
les taches prévues
- Recherche bibliographique et synthèse de protocole d’étude
- Preparation du terrain et implantation des cultures
-Restitution des résultats expérimentaux
-Analyse et interprétation des résultats de recherche
-Redaction de la synthèse finale du travail de recherche
-diffusion et publication des résultats et participation aux séminaires nationaux et internationaux
-Elaboration d’un guide au profit des utilisateurs des eaux épurées pour les cultures agricoles
RAPPORT FINAL PROJET PNR
ENSH BLIDA 2012 - 2013
I. THEMATIQUE GENERALE DU PROJET
II. « ETUDE ET VALORISATION DES EAUX USEES EPUREES EN IRRIGATION
(CAS DES PERIMETRES AGRICOLES DE LA MITIDJA) »
III.PREAMBULE
En Algérie, les contraintes du climat, la croissance démographique, les transformations
économiques et sociales sont à l’origine d’une demande en eau sans cesse croissante. Parallèlement,
le recours à l’irrigation est devenu une nécessité, étant donné l’importance du déficit hydrique
climatique et l’intensification de l’agriculture. Or, face à ces demandes, les ressources en eau sont
rares et insuffisantes. Ainsi, pour satisfaire l’ensemble des besoins en eau du pays et afin de réserver
les eaux de bonne qualité à l’alimentation en eau potable, une des solutions serait d’utiliser des eaux
de qualité marginale en agriculture. Les ressources en eau en Algérie sont limitées, vulnérables et
inégalement réparties. Pour une population de 38 millions d’habitants, les ressources renouvelables
2
en eau sont de 550 m³/an par habitant. Cette moyenne est très faible comparée à la moyenne des pays
du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord qui est de 1250 m³ ou à la moyenne mondiale qui est de
7500 m³. Le seuil de la rareté de l’eau est de 1000 m³/an/habitant, de ce fait, l’Algérie est un pays où
l’eau est rare. Dans ces conditions déficitaires en ressources en eau, le secteur de l’agriculture est le
plus gros demandeur en eau. Dans ce contexte, l’utilisation des eaux usées épurées est devenue une
nécessité et il faut qu’elle fasse partie intégrante de la stratégie de mobilisation de toutes les
ressources disponibles. En Algérie, la consommation en eau s’accroit de manière soutenue depuis
cette dernière décennie. Cela entraine aussi un développement de la pollution des eaux qui à son tour
si elle n’est pas maitrisée peut polluer l’environnement et altérer les eaux souterraines. Les eaux
polluées rejetées, avoisinent les 900 millions de mètre cube soit environ 20% des eaux superficielles
emmagasinées dans les barrages. L’Algérie souffre d’un manque d’eau chronique et toutes les
solutions sont envisagées pour en limiter les conséquences. C’est ainsi qu’une politique de
mobilisation et d’utilisation des eaux conventionnelles (souterraines et de surface) ainsi que des eaux
non conventionnelles (dessalement de l’eau de mer, eaux saumâtres, eaux usées) a été mise en place
récemment. Dans le cadre de la gestion des eaux usées épurées, un arsenal juridique pour protéger
utilisateurs et gestionnaires a été mis en place Pour une meilleure protection de l'environnement
aquatique, l'eau traitée doit satisfaire certaines normes de rejet; qui sont données dans le tableau 1 par
rapport aux respects des normes d’utilisation des eaux épurées et aux risques de contamination par
ces eaux épurées De même, les conditions d’utilisation ces eaux, ont été clairement établies (tableau
2).
Tableau 1. Normes de rejets pour l’irrigation (Normes Algériennes)
Paramètre
unité
Valeurs seuil
Température
°C
< 30
Ph
-
6.5 à 8.5
Oxygène dissout(*)
mg O2/l
>5
MES
mg/l
< 30
DBO5
mg/l
< 40
DCO
mg/l
< 90
Azote total
mg/l
< 50
Phosphore (PO4)
mg/l
< 02
Huile et graisse
mg/l
< 20
Coliformes fécaux(*)
nombre de CF/100mL
<1000 CF/100Ml
Source : ANRH (ALGER)
Tableau 2. Normes de réutilisation des eaux usées épurées (MRE, 2007 ; JORA, 2012).
Normes
Paramètres
Unité
FAO *(1985)
OMS **(1989)
6,5-8,4 *
pH
3
JORA(2012)
6,5-8,5
<0,7 * Aucune restriction
CE
ds/m
0,7 – 3,0 * restriction légère à modérée
3
> 3,0 * Forte restriction
MES
mg/l
<30**
30
DCO
mg O2/ l
< 40 **
90
DBO5
mg O2/ l
<10 **
30
NO3-
mg/l
50 **
30
NO2-
mg/l
< 1 **
Non disponible
NH4+
mg/l
< 2 **
Non disponible
PO43-
mg/l
< 0,94 **
Non disponible
<3* Aucune restriction
Non disponible
SAR
meq/l
3-9* restriction légère à modérée
>9* Forte restriction
Coliformes totaux
UFC/100ml
Non disponible
Non disponible
Streptocoque
UFC/100ml
1000 **
Non disponible
UFC/ 1L
Absence **
Non disponible
fécaux
Salmonelles
Les problèmes qu’entraîne l’utilisation d’une eau de médiocre qualité varient tant en nature qu’en
gravité, les plus communes sont les suivantes : Salinité ; perméabilité ; toxicité. Pour le problème de
la salinité il faut :
1) Choisir des cultures tolérantes à une salinité existante ou éventuelle.
2) Prévision et surveillance de la dynamique des sels et de l'évolution des sols sous l'effet de
l'irrigation avec une telle eau.
3) Irriguer plus fréquemment pour améliorer l'approvisionnement en eau de la culture.
4) Appliquer régulièrement un supplément d’eau pour satisfaire le besoin de lessivage.
5) Changer de méthode d'irrigation, en adopter une qui permette de mieux lutter contre la
salinité.
6) Modifier les pratiques culturales.
Pour le problème de la toxicité il faut :
1) Arroser plus fréquemment.
2) Prévoir un supplément d'eau pour le lessivage.
3) En cas de toxicité par le sodium, utiliser des amendements tels que le gypse et le soufre.
La plaine de la Mitidja que nous avons ciblé comme site de notre approche pour une utilisation
maitrisée en irrigation avec les eaux usées traitées, concentre environ 25% de la population totale de
l’Algérie ainsi que 5 à 7% des superficies irriguées, le tissu industriel y est très développé avec les
zones de Réghaia, Rouïba, Blida, Oued Smar (figure 1).
4
Figure 1. La plaine de la Mitidja
Dans notre approche, nous avons d’abord définis les process de traitement des eaux usées
actuellement utilisées en Algérie, le devenir des boues résiduaires qui résultent de ces traitements,
ainsi que les effets possibles des eaux usées traitées sur les équipements d’irrigation. Dans la partie
qui suit, nous présentons succinctement et brièvement les problématiques, les méthodologies utilisées
et les résultats obtenus dans cette approche sur les différents aspects abordés.
IV.DEVELOPPEMENT
LES THEMES ABORDES (niveau ingéniorat)
THEME 1 (ENSH BLIDA)
DIMENSIONNEMENT D’UN RESEAU D’IRRIGATION LOCALISEE SOUS VERGER
D’AGRUMES A PARTIR DES EAUX USEES EPUREES DE LA STEP DE HADJOUT
(TIPAZA)
Introduction
La réutilisation et le recyclage des eaux usées sont essentiels au développement d’une politique de
gestion durable de l'eau et de l'environnement, car ils assurent une ressource alternative durable en
eau, la réduction de la pollution de l'environnement et la protection de la santé publique. Il importe
par conséquent de savoir utiliser rationnellement toutes les ressources en eau disponibles quelques
soient leurs origines.
Matériel et méthodes
Zone d’étude
Notre zone d’étude est localisée dans la Wilaya de Tipaza, elle est située dans le secteur de la vallée
de Nador secteur (IV) du périmètre Sahel Algérois Ouest à environ 65 km à l’Ouest d’Alger (figure 2)
5
Figure 2. Localisation de la zone d’étude (Extrait de carte topographique de Tipaza à l’échelle
1/250000).
Climat
La zone de l’étude est caractérisée par un climat de type méditerranéen, humide et pluvieux en hiver,
chaud et sec en été. Les principales caractéristiques climatiques sont présentées dans les tableaux 3 ;
4 ; 5et 6.
Tableau 3. Pluviométrie moyenne mensuelle (1980 à 2011)
Mois
p (mm)
sept
20,6
Oct
nov
57,2
66,6
Dec
janv
72,7
fev
mars avril mai
73,7 66,4
juin juil
63,4 51,0 36,2
8,4
Tableau 4. Températures moyennes mensuelles et annuelles (1988à2011).
Mois
Tmin°C
Janv Fev
5,81
mars avril
6,35
mai
juin
juil
aout
sept
aout
1,3
année
1,0
518,7
Source : [ANRH] Blida
oct
nov
8,55 10,14 12,98 17,48 20,32 19,95 17,50 13,35
Moyenne
annuelle
dec
9,97
8,21
12,55
Tmax°C 17,31 17,94 20,11 21,61 25,88 30,02 33,16 33,60 29,21 26,88 21,33 17,67
24,56
Tmoy°C 11,21 11,84 13,94 15,64 18,98 22,92 26,38 26,76 22,95 19,63 15,41 12,75
Tableau 5. Humidités moyennes mensuelles (station de Tipaza)
fev
mars avril
mai
juin
juil
aout
sept
18,20
Source : [ANRH] Blida
Mois
janv
Humidité
%
64,45 62,15 68,19 65,12 71,26 79,12 80,12 70,36 71 ,30 75,67 79,13 78,25
6
oct
nov
dec
Source : [ANRH] Blida
Tableau 6. Moyenne mensuelle de l'évaporation
Mois
janv
fev
mars
Avril
mai
juin
juil
aout
sept
Oct
nov
dec
E (mm) 58,10 73,03 101,85 124,31 159,68 211,25 231,11 207,30 162,38 126,58 76,93 63,84
Source : [ANRH] Blida
La zone de Hadjout jouit d’un climat semi-aride et caractérisé par des hivers chauds.
Les sols sont généralement profonds et leurs contraintes sont d’ordre physico-chimique
(hydromorphie, teneurs en calcaire actif élevées). Les conductivités hydrauliques sont très lentes, en
particulier dans la tranche de sol 100 – 200 cm de profondeur avec des valeurs de K de quelques
dixièmes de cm seulement. Les valeurs de vitesse d’infiltration obtenues sont faibles à moyenne soit
1, 8 à 12,3 cm/h.
Ressources en eau usées épurées
La station d’épuration des eaux usées urbaines de Hadjout (Willaya de Tipaza) de type boue activée à
faible charge, est située au nord-est de l’agglomération de Hadjout à 2 kilomètre de la ville de
Hadjout dans la zone industrielle. Elle est destinée à épurer les eaux résiduaires avant rejet dans
l’oued Bourkika, cette station prend en charge les rejets des villes de Hadjout, Meurad, et Arahaba.
La construction et la mise en place des équipements de cette dernière permettent d’épurer les eaux
usées résultants d’une population de 70.000 équivalents-habitants. Les charges hydrauliques
sont représentées dans les tableaux 7 et 8.
Tableau 7. Données de la charge Hydraulique
A l'horizon 2010
A l'horizon 2020
Débit journalier
11 200 m3/j
16 800 m3/j
Débit horaire moyen
467 m3/h
700 m3/h
Débit de pointe
803 m3/h
1 176 m3/h
Source : STEP de Hadjout
Tableau 8. Rendement d’élimination.
paramètres chimiques
MES kg/j
DBO-5
Rendement (%)
94
97,7
kg/j
DCO
kg/j
92,9
Source : STEP de HADJOUT.2012
Le traitement effectué par la STEP de Hadjout est efficace (rendement de l’ordre de 90%), et les
normes de rejets sont respectées.
Pour l’établissement du calendrier cultural adaptable aux diverses conditions du périmètre d’étude,
nous avons tenu compte :
 De la vocation agro-alimentaire de la région.
7
 Du choix des services agricoles de la wilaya qui tendent vers la diversification et
l’intensification des cultures pratiquées dans la région.
 D’un aperçu sommaire sur les qualifications de la main d’œuvre actuelle dans la conduite des
cultures envisagées.
 Des disponibilités des moyens de production.
 De la demande commerciale traduisant les profils des agriculteurs.
Les cultures retenues doivent présenter une combinaison harmonieuse entre elles afin de bien
conditionner la réussite technique et financière de notre système de culture. La répartition culturale,
les besoins totaux en eau pour ces cultures, sont représentés dans les tableaux 9 et 10.
Tableau 9. Surface occupée par les différentes cultures
Type des Cultures
Surface occupée (ha)
tomate
20,12
pomme de terre
30,12
blé
21,11
orge
25,12
Maïs fourrager
14,34
Agrumes
90,12
Vignes
85,12
Pêcher
39,6
Olivier
11,35
surface totale
333
Tableau 10. Récapitulatif des besoins totaux en eau pour toute la surface de la culture
Cultures
Surface
occupée
besoins nets (m3)
Efficience Besoins bruts (m3)
Blé
21,11
30256.96
0.75
40342.6133
Orge
25,12
36172.8
0.75
48230.4
Tomate
20,12
128212.69
0.75
170950.253
pomme de terre
30,12
117248.12
0.75
156330.827
Maïs fourrager
14,34
38839.89
0.75
51786.52
8
Agrumes
90,12
526742.39
0.75
702323.187
Vignes
85,12
514150.33
0.75
685533.773
Pêcher
39,6
221482. 8
0.75
295310.4
Olivier
11,35
69561.88
0.75
92749.1733
Besoins en eaux totaux (m3)
1682667.86
2243557.15
Le mode d'arrosage qui nous intéresse dans notre étude est l'irrigation localisée (micro irrigation
ou goutte à goutte).
Résultats
Dimensionnement d'un îlot type : Pour le choix de l'îlot, on choisit celui qui présente le plus de
contraintes à savoir le plus éloigné par rapport à la source principale et le plus haut placé sur le plan
topographique.
Chaque îlot sera desservi par une prise d’irrigation depuis le réseau de distribution. La prise sera
toujours située sur la limite de l’îlot, sur le côté amont ; dans le cas de petites surfaces et au centre
dans le cas de grandes parcelles.
Les classes de taille de l’îlot ainsi que les débits d’équipements sont indiqués dans le tableau 11.
Tableau 11. Débits normalisés des prises
Taille de l’îlot S (ha)
Débit d’équipement de la prise (l/s)
S ≤ 15
15
15 < S ≤ 20
20
20 < S ≤ 25
25
25 < S ≤ 30
30
Données générales
Cultures: Orange (espacement 5 m * 5 m)
Caractéristique de la ressource en eau : Eau usée épurée de la station d’épuration de Hadjout
Caractéristique des goutteurs : Débit nominal 4 l/h ; Pression nominale 10 mce ; Espacement des
goutteurs 1m
Caractéristiques des conditions climatiques : Besoins en eau journaliers pour le mois de pointe
(7,21mm/j)
Conditions de travail : Une irrigation journalière ; temps maximum journalier de travail 16h/24h
Surface totale à irriguer : 7,56 ha
Débit maximum journalier =10, 13 l/s
Besoins d'irrigation bruts Bbrut : 6,02 mm
9
Fréquence d'arrosage : 11 jours
Durée d'arrosage: 3 h/jour
Nombre de postes : 6
Choix des goutteurs dans notre zone d'étude la densité des cultures : 2 goutteurs de débit de 4l/s/arbre
Nombre des goutteurs : 1008
Nombre de rampes : 24
Bibliographie
[1] KOLAI, D. (2012) Cours réutilisation des eaux usées 5eme année, ENSH, Blida.
[2] BULLETIN DE FAO N°36 (1983) l’irrigation localisée, calcul, mise en place, exploitation,
contrôle du fonctionnement, FAO. Rome ;
[3] MESSAHEL, MEKKI. (1988) Irrigation goutte à goutte (Régime d’irrigation) Edition O.P.U.
Alger ;
[4] Mme AZIEZ, O. (2011) Cours irrigation 4eme année, ENSH, Blida.
[5]JEAN ROBERT, TIERCELIN. (1978) Traité d’irrigation, technique et documentation .France,
[6] KHALFI, Ahmed. (2011) dimensionnement d’un réseau de distribution
Destine à l’irrigation du périmètre de la commune de TIPAZA a partir des eaux usées épurées des
STEP de HADJOUT et de TIPAZA. Mémoire fin d’étude.
THEME 2 (ENSH BLIDA)
DIAGNOSTIC DES INDICATEURS DE PERFORMANCES HYDRAULIQUES EN
IRRIGATION LOCALISEE A PARTIR DES EAUX USEES EPUREES DE LA STEP DE
HAJOUT (W.TIPAZA)
Introduction
Pour permettre de couvrir les différents aspects de la réutilisation, il convient de préciser la faisabilité
de la réutilisation. Certaines questions, d’ordre agronomique et sanitaire, demandent à être maîtrisées
afin de prévenir les risques de pollution et de contamination qui peuvent limiter cette utilisation à
grande échelle et à long terme. L’utilisation de ces eaux usées épurées à grande échelle et à long
terme sur des terres agricoles nécessite qu’on précise les conditions pour la rendre optimale. Il s’agit
entre autres d’élargir la gamme des cultures utilisées, d’adapter les systèmes d’irrigation à la qualité
des effluents et à la culture irriguée et d’ajuster la fertilisation aux besoins des cultures. Dans le
présent travail, nous nous intéressons à la question de la performance de l’irrigation en étudiant une
exploitation agricole dans la Mitidja ouest. Cette plaine, vu son histoire et son haut potentiel
productif, constitue depuis longtemps un important pourvoyeur de produits agricoles non seulement
pour la capitale, mais aussi pour les autres régions du pays.
En abordant ce travail, trois objectifs principaux étaient fixés :
 Evaluation des dispositifs de réutilisation des eaux usées épurées en agriculture dans la
Mitidja ouest ;
 de dégager les indicateurs de performances de l’exploitation et les systèmes
d’irrigation utilisées ;
 Faire une comparaison entre la pratique des irrigants et les normes recommandées.
10
L’exploitation étudiée
La région faisant l’objet de notre étude est localisée dans la Wilaya de Tipaza, est située dans la valle
de l’oued Nador « secteur IV » du périmètre Sahel Algérois Ouest à environ 60 km à l’Ouest d’Alger.
Notre étude a été réalisée dans une parcelle qui couvre une superficie de 3,6 ha d’haricot vert irrigué
en goutte-à-goutte par les eaux épurées. Les coordonnées de l'exploitation sont: Latitude: 36° 34' 19''
N. Longitude: 02° 24' 11'' E. Altitude: 10 m.
Les caractéristiques du sol de notre parcelle sont indiquées dans le tableau 12.
Tableau 12. Analyse granulométrique de la parcelle
Profondeur (cm)
0-30
30-60
60-90
Argile %
25.72
19 .2
18.5
Limon fin %
28.02
42.58
32.5
Limon grossier %
33.46
34.1
41.51
Sable fin %
9.97
3.24
6.88
Sable grossier %
3.01
0.88
0.61
D’après le triangle des textures ce sol est limono-argileux.
La ressource en eau utilisée pour l’irrigation dans notre parcelle provient d’oued Nador qui est
alimenté par les eaux usées épurées de la STEP de Hadjout. Débit de pointe 0,129 m3/s
La culture en place dans l’exploitation est une parcelle de haricot vert de 3,6 ha (Figure 3),
Espacement 0,4 m* 0,75 m ; équipée d’une installation d’irrigation par goutte à goutte.
Figure 3. La culture en place dans l’exploitation.
11
Les besoins en eau de la culture sont présentés dans le tableau 13, les valeurs de l’ETM sont
présentées dans la figure 4.Le mois de pointe est de celui de juin avec des besoins évalués à : 13086
m3/ha/mois.
Les besoins totaux sur l’ensemble de la campagne sont évalués dans le tableau 14.
Tableau 13. Besoins en eau de l’haricot vert
mois
décade phase
ET0
Kc
(mm/j) (coef)
mars
avril
mai
juin
ETM
ETM
Peff
RFU
Besoin net
(mm/mois)
(mm/j) (mm/mois)
1
Init
3,26
0,35
1,141
2
Init
3,26
0,35
1,141
3
In/De
3,26
0,36
1,174
1
Deve
3,5
0,47
1,65
2
Deve
3,5
0,68
2,38
3
Deve
3,5
0,88
3,08
1
De/Mi
3,66
1,07
3,916
2
Mid
3,66
1,16
4,25
3
Mid
3,66
1,16
4,25
1
Mi/Lt
4,15
1,15
4,77
2
Late
4,15
1,08
4,48
3
Late
4,15
0,96
3,98
Totale
35,21
30,75
42
0,00
92,4
27,46
37,54
27,40
127,37
17,02
0
110,35
134,46
3,6
0
130,86
78,83
12
268,61
Figure 4. Représente l’ETM et les besoins d’irrigations
Tableau 14.Tableau récapitulatif des besoins totaux en eau.
Cultures
Haricot
vert
Superficie
ha
3,6
B nets
mm
130,86
B nets
m3/ha
1308,6
B nets
Totaux
m3
Efficience
%
4710,96
0 ,75
B bruts
m3/ha
B bruts
Totaux
m3
1744,8
6281,28
Le réseau d’irrigation est alimenté par l’oued, il distribue l’eau vers la parcelle à irriguer par une
motopompe 2600 tr/min composée de deux turbines. Les équipements : absence d’un bassin de
stockage ; de la station de tête ; d’un régulateur de pression, d’un régulateur de débit ; d’un
manomètre. La canalisation principale est en polyéthylène de diamètre 80 mm et de longueur 250 m ;
elle alimente le porte-rampe dont le diamètre est de 70 mm et la longueur de 120 m. La répartition de
l’eau dans les rangs de la culture d’haricot se fait par des gaines en plastique souple avec goutteurs
incorporés de diamètre 16 mm ; écartement entre goutteurs 11 cm.et de longueur de 80 m (figure 5).
Figure 5. Schéma représentatif du réseau d’irrigation localisée de la parcelle
13
RESULTATS
Temps de remplissage du réseau : 52 min et 3 s.
Débit moyen mesuré d’un goutteur : 1,12 l/h (débit fabriquant : 1,6 l/h)
Coefficient d’uniformité : 59,07% (faible)
Débit de la rampe : 121 263,6 l/h
Débit linéaire : 7,38 l/h (constructeur 1,9 à 7,5 l/h)
Pression en bout de rampe sur 5 rampes : (entre 1,45 et 0,44 bars)
Taux de colmatage au niveau des goutteurs : 47,2% (taux pour les eaux conventionnelles : 20%)
Tableau 15. Comparaison entre les paramètres mesurés et les normes
Paramètres
Mesurés
Normes
Débit du goutteur (l/h)
1,112
2 selon Constructeur
Débit linéaire (l/h/m)
7,38
1 à 8 selon Constructeur
1,68 – 0,30
0,55 (Constructeur)
Pression
(bar)
manométrique
Uniformité de distribution
(%)
Taux d’obstruction (%)
59,07
70 % (Cemagref)
47,2
/
L’efficience d’application : 30%
L’efficience d’application est un indicateur de performance (30%) est loin de la norme 80-90%, ce
qui montre une mauvaise application de l’irrigation et l’irrationalité dans la gestion de cette eau
d’irrigation.
Les besoins d’irrigation de l’haricot vert tels qu’estimés par Cropwat.8, sont de 2686,1 m3 /ha ; et sur
le terrain, nous avons calculé ces besoins sur la base de la mesure effectuée à 2280,8 m3 /ha, ceci
s’explique par la non-maitrise de la dose nécessaire et de la pratique d’irrigation par l’agriculteur peu
performante malgré que l’eau est fournie gratuitement par la STEP.
Conclusion
L’évaluation des performances de l’irrigation par goutte à goutte a permis d’analyser l’impact de
l’utilisation des eaux usées épurées sur le système d’irrigation et d’après les résultats obtenus
précédemment on peut en conclure que la performance de l’irrigation est faible.
A cet effet, nous recommandons ce qui suit :
 Acquisition de station de tête complète à installer au niveau des parcelles;
 La nécessité d’installation de filtres efficaces pour réduire le taux de colmatage ;
 L’importance de mettre à disposition des agriculteurs du personnel qualifié et spécialisé dans
les différents domaines de l’agronomie pour qu’ils puissent améliorer leurs
rendements.
Bibliographie
[1] ADEME. (1994). Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie, École nationale
vétérinaire de Nantes, ministère de l’Agriculture et de la Pêche, ENSP. École nationale de la
santé publique, Les germes pathogènes dans les boues résiduaires des stations d’épuration
14
urbaines, Guide et cahiers techniques, Connaitre pour agir, p 89
[2] BECHAC, J.BOUTIN, P, MERCIER, B PN. (1984), traitement des eaux usées.
Eyrolles paris, p 101
eme
[3] BAHBOUH, L, S. (2011). Cours d’irrigation 5
3eme année, ENSH
année, cours agro-pédologie
[4] M.R.E. (2007). Etude de réutilisation des eaux usées épurées à des fins agricoles ou autres sur
tout le territoire national. Mission 4, Norme de réutilisation des eaux usées épurées
BRISSAUD. Université de Montpellier ;
[5] ONA. Office nationale d’assainissement, unité de Hadjout
[6] ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTE. (1989). Rapport d’un groupe scientifique
de l’OMS. Genève, série 778
[7] KOLIAI, D. (2012). Cours da la réutilisation des eaux usées 5eme année, ENSH
[8] CHABACA M.N. MERABET B. (2007). Analyse technique de la pratique de
l’irrigation sur quelques exploitations de la Mitidja ouest. p 6 – 7
[9]TAMRABET, L. (2011). Contribution a l’étude de la valorisation des eaux usées en
maraichage, Thèse de Doctorat en sciences. Université Hadj Lakhdar, Batna. p 16.
THEME 3 (ENSH BLIDA)
GESTION DES BOUES RESIDUAIRES : VALORISATION AGRICOLE ET IMPACT SUR
LES RESEAUX D’IRRIGATION (STEP DE TIPAZA)
INTRODUCTION
Si au début du siècle, les eaux usées étaient peu chargées en polluants chimiques, le développement
de l’industrie et de la consommation des ménages dans les années 60 a contribué à l’enrichissement
des eaux usées en polluants organiques et inorganiques. Bien que les boues d’épuration soient
aujourd’hui considérées comme des déchets par la nouvelle réglementation, elles présentent un
intérêt agronomique réel du fait de la présence de matière organique, d’azote et de phosphore et d’un
rapport carbone/azote favorable. Mais pour valoriser des boues, il faut à la fois respecter
l’environnement, rechercher le coût le plus faible possible et la solution technique la plus
satisfaisante. Les boues représentent un apport de matière fertilisante très bon marché en
comparaison avec les engrais chimiques. En France les boues sont généralement cédées
gratuitement. Ce faible coût constitue un atout majeur de cette pratique.
Par leur composition, les boues une fois épandues contribuent au rendement des cultures. Elles
contiennent des nutriments pour les cultures et servent d’amendement organique et calcique pour
améliorer les propriétés physiques et chimiques du sol, surtout si elles sont chaulées ou compostées.
Des micro-organismes présents dans le sol dégradent en partie les matières organiques apportées par
les boues et les transforment en éléments minéraux disponibles pour la plante. Une autre partie des
matières organiques est incorporée au sol et contribue à l’entretien d’une structure favorable au
développement des racines. Les quantités épandues doivent restées compatibles avec les besoins des
cultures en éléments minéraux. Dans ce cadre, on appliquera une gestion raisonnée de la fertilisation
en se référant en particulier à la méthode du bilan. La qualité des boues urbaines en éléments traces
métalliques s’est largement améliorée pendant les 20 dernières années et est généralement en dessous
15
des seuils réglementaires. Les niveaux de contamination sont généralement en dessous des seuils
réglementaires.
PROBLEMATIQUE
Le recyclage des boues d’épuration
Il existe trois voies de recyclage des boues d’épuration : La valorisation agricole ; l’oxydation
thermique ; la mise en décharge. Dans notre cas on s’intéresse à la valorisation agricole. La
valorisation agricole est confrontée à la concurrence des sous-produits de l’agriculture: les déjections
animales et les sous-produits des industries agroalimentaires provenant des filières de transformation
animale et végétale. Aucune donnée scientifique ou écologique ne permet de privilégier la biomasse
d’origine agricole par rapport aux matières organiques urbaines cependant, les boues urbaines,
posent de gros problèmes quant à leur utilisation en agriculture et leurs débouchés. Les boues
résiduaires, produits ultimes de l’assainissement de l’eau, sont sources de mauvaises odeurs. C’est
l’épandage de boues liquides qui est le plus malodorant, un enfouissement de quelques centimètres
lors de l’épandage permet de pallier ce désagrément. Le compostage est un moyen de maîtrise des
odeurs et de changer les gadoues en de conventionnels terreaux. Il est à noter que comparativement à
l’épandage des déjections animales, les effluves malodorants dus aux boues sont minimes. Les Etats
de l’Union Européenne interdisent l’utilisation de boues sur les herbages 30 jours avant le pâturage.
Pour les cultures maraîchères, il est interdit d’épandre pendant toute la période de culture. Sur les sols
destinés à la culture maraîchère ainsi que pour la production de fruits et légumes consommés à
l’état cru, il est interdit d’épandre 18 mois avant la mise en culture (normes françaises).
Modes d’exposition spécifiques à l’épandage :
• Ingestion de produits animaux et végétaux dans lesquels des polluants se sont bio-accumulés
• Inhalation, c’est une voie d’exposition professionnelle, dont les risques sanitaires sont placés
sous le contrôle de la médecine du travail
• Contact cutané avec les boues. Le taux de pénétration cutanée du produit toxique dépend
du niveau de pollution du sol, de la quantité déposée sur la peau, du temps de contact et surtout de la
liposolubilité du polluant. Ce dernier facteur, extrêmement important dans la diffusion
transcutanée fait que pour les métaux, cette voie semble négligeable comparativement à la
diffusion des polluants organiques dont certains sont très liposolubles
• Ingestion d’eau souterraine et de surface contaminées par percolation.
Risques environnementaux :
Jusqu’à tout récemment, la plupart des études sur la dynamique des éléments traces
métalliques apportés par épandage de boues dans les sols, avait pour objectif les transferts sol /
plante et pour finalité les risques de contamination de la chaîne alimentaire. C’est pourquoi on
dispose de peu de données publiées. Dans la mesure où les ETM apportés au sol s’accumulent ou
sont à nouveau recyclés dans le milieu, à long terme, seule leur élimination à la source permet de les
soustraire de ce cycle.
MATERIEL ET METHODES
En Algérie et selon une enquête faite par le bureau d’étude EEC edil portant sur l’état des stations
d’épuration urbaines et industrielles en exploitation et en projet, la capacité totale des stations
d’épuration s’élève à 14 332 110 Equivalents-Habitants et rapporte que ce chiffre peut atteindre le
nombre de 15 000 000 Equivalents-Habitants, vu que la capacité de plusieurs stations n’est pas
encore arrêtée (en phase d’étude préliminaire), ce qui vaut une production de 273 750 tonnes de
MS/an (EDIL Inf-EAU, 1996). Les boues urbaines représentent moins de 2%des déchets épandus
pour enrichir le sol à des fins agronomiques en remplacement de la fertilisation chimique et
16
organique des sols ; alors que les déjections animales en représentent 94%. Toutefois, le recours
à d’autres fertilisants induits aussi des polluants dans les sols sans que cela ne suscite, outre mesure,
de polémiques.
Remarque : la plus part des chiffres et réglementations sont français ou européens. Et en Algérie,
généralement on applique les réglementations françaises. En ce qui concerne l’épandage en Algérie il
est presque nul.
L’utilisation des boues d'épuration dans le domaine agricole est une nécessité; il n’existe pas en effet
aujourd’hui, et probablement pour la décennie prochaine, d’alternative crédible si on prend en
compte d’une part les nuisances pour l’homme et son environnement et d’autre part le coût pour la
société de la destruction des quelques milliers de tonnes de matière sèche produites en Algérie,
d’autant que la production de boues d’épuration pourrait augmenter. Et pour l’agriculteur elles
constituent une matière fertilisante particulièrement bon marché.
Nous avons choisit comme site pour aborder le problème des boues résiduaires en Algérie, la STEP
de Tipaza. La zone d’étude est localisée dans la Wilaya de Tipaza, elle est située dans le secteur de la
vallée de Nador secteur (IV) du périmètre Sahel Algérois Ouest à environ 65 km à l’Ouest d’Alger.
RESULTATS
Dans notre cas on choisit la norme française (NFU 44-041). Suite au bulletin d’analyse qui a été
remis du laboratoire Régional Centre (ONEDD) concernant les analyses des trois échantillons de
boue (STEP: Tipaza, Hadjout et Kolea) et leurs mesures en teneur en éléments traces (Plomb et
Mercure), les résultats obtenus sont conformes à la norme française (NFU 44-041), sachant que les
normes sont : Plomb (Pb)= 800 mg/kg ; Mercure (Hg)=10 mg/kg.
Le tableau 16 .Représente les teneurs en Hg et Pb des boues produites par les différentes STEP de
Tipaza :
Tableau 16. Teneur en Hg et Pb des boues des différentes STEP de Tipaza
Résultats
Paramètres
Unites
Hg
Pb
Step Hadjout
Normes
Step Kolea
Step Tipaza
Mg/kg 0.92
0.96
0.17
ISO:5666:1999
Mg/kg 140
177
58.5
ISO:8288:1986
Source: STEP de TIPAZA 2013
Pour les autres teneurs en éléments traces pour la STEP de Tipaza, les résultats sont dans le tableau
17
Tableau 17. Teneurs en ETM des boues de la STEP de Tipaza
Paramètres mesures au laboratoire
Résultats
Norme NFU 44-041
Cadmium mg/kg
0.47
20
Chrome mg/kg
6.73
1000
Cuivre mg/kg
30.53
1000
17
Nickel mg/kg
11.06
200
Zinc mg/kg
133.66
3000
Chrome+Cuivre+Nickel+Zinc mg/kg
181.98
4000
Plomb(Pb) mg/kg
58.5
800
Mercure (Hg) mg/kg
0.17
10
Source: STEP de Tipaza 2013
La Valorisation Agricole : Les effets bénéfiques de l'utilisation des boues dans l’agriculture ont été
prouvés par de nombreux chercheurs. En effet, leur application améliore les propriétés physique,
chimique et biologique du sol (Korboulewsky et al., 2001 ; White et al., 1997 in Bozkurt et
Yarilgaç ,2003), qui se traduit par une augmentation de la biomasse et du rendement des
plantes : pommiers (Bozkurt et Yarilgaç ,2003 ; ) ; blé hivernal (Chang et al., 1982a); sorgho et
du millet (Sabey et Hart 1975) ; maïs (N’Dayegamiye et al., 2004). Masoni et al. (2002) ont aussi
démontré l’aspect positif des boues issues de l’industrie vinicole dans l’amélioration du rendement du
blé d’hiver. Ait Hamou et Hermouche (1997) ont travaillé sur une boue urbaine digérée et ont
pu mettre en évidence son action fertilisante et ont montré que l’effet des boues se manifestait et se
caractérisait par des résultats avoisinants au fumier de ferme sur le rendement et la qualité des
tubercules de pomme de terre. Debba (2005) qui a utilisé des boues résiduaires lagunées et des
boues de produits laitiers a montré que les rendements des parcelles ayant subi les traitements de
boues peuvent atteindre le double des parcelles témoins. Les deux contraintes majeures qui
doivent être gérées, lorsqu’on opte pour une valorisation agricole des boues, sont les ETM et les
pathogènes. Des risques sanitaires liés à la présence de germes pathogènes sont également à prendre
en considération, même si ceux-ci demeurent faibles, surtout pour les produits qui ont été
préalablement compostés ou déshydratés. En outre, le pouvoir épurateur du sol a ses limites. Malgré
le danger immédiat qui peut être causé par les pathogènes, ils demeurent plus maîtrisables que les
problèmes liés aux ETM (Soudi, 2005).
Bibliographie
[1] BECHAC.J, BOUTIN.P, MERCIER.B, BUER.P(1984)- Traitement des eaux usées. P1-9.
[2] ECOSSE D. (2001), Techniques alternatives en vue de subvenir à la pénurie d'eau dans le monde.
Mém. D.E.S.S. « Qualité et Gestion de l'Eau », Fac. Sciences, Amiens. P15, 17, 21,26.
[3] KOLIAI.D 2012/20130, Cours de la réutilisation des eaux usées épurées 5éme Année.
[4] LAZAROVA.V(1998), (CIRSEE - Lyonnaise des Eaux) et « La réutilisation des eaux usées » ;
« L'eau, l'industrie, les nuisances ».P3-17.
[5] Mohand-said OUALI, Cours de procédés unitaire biologique et traitement des eaux, 200,
Edition OPU.
[6] Furet G,Synthese bibliographique sur líeffet hygiÈnisant du chaulage des boues
d’Èpuration.Journèes techniques des 5 et 6 juin 1997. Aspects sanitaires et environnementaux de
l’épandage des boues d’épuration urbaines.
[7] International Association on Water Qality/UK Water Research Center.
18
[8] Melle BENTERROUCHE Ilhem, mémoire pour l’obtention du diplôme magistère en Ecologie et
Environnement« Université Mentouri Constantine » intitulé « Réponses éco physiologiques
d’essences forestières urbaines soumises à une fertilisation avec les boues d’épuration » 2007.P3057,77-96.
[9] Mathieu Buffet. Mémoire de fin d’études présenté pour l’obtention du Mastère Spécialisé
« Gestion, Traitement et Valorisation des Déchets ».2010.France. P6,12-24.
[10] Melle KAROUNE Samira, Mémoire en vue de l’obtention du diplôme de magistère intitulé «
Effets des boues résiduaires sur le développement des semis du chêne liège (Quercus suber L.) »
2008. Constantine. P4-31,81-90.
THEME 4 (ENSA Ex- INA Alger)
VALORISATION DES EAUX USEES EPUREES A DES FINS AGRICOLES SOUS
SYSTEME D’IRRIGATION GOUTTE A GOUTTE (REGION DE TIPAZA).
INTRODUCTION
L’Algérie se situe parmi les pays les plus pauvres en matière de potentialités hydriques, soit en
dessous du seuil théorique de rareté fixé par la banque mondiale à 1000 m3 par habitant et par an . Si
en 1962 la disponibilité en eau théorique par habitant et par an était de 1500 m3, elle n’était plus que
de 720 m3 en 1990 ; 680 m3 en 1998 et estimée à environ 500 m3 actuellement. Elle ne sera que de
430 m3en 2020 et serait encore plus réduite ramenée aux ressources en eau mobilisables. Pour
répondre à cette situation d'épuisement des ressources naturelles et à la protection de
l'environnement, le recours à l'épuration des eaux usées urbaines, souvent chargées en éléments
nutritifs tels que l'azote et le phosphore, représenterait une source d'eau et d'engrais additionnelle
renouvelable et fiable pour l'agriculture d'une part et d'autre part, permettrait d'atténuer la pression sur
les ressources conventionnelles plus adaptées à l'alimentation en eau potable des populations. La
réutilisation des eaux usées à des fins agricoles est une pratique répandue partout dans le Monde
particulièrement dans les pays en voie de développement et qui se répand de plus en plus du fait de la
rareté croissante des ressources en eau, surtout dans les régions arides et semi- arides.
MATERIEL ET METHODE
Nous avons expérimenté une étude sur une parcelle irriguée par le système goutte à goutte dans une
exploitation agricole près de la ville de Nador, willaya de Tipaza, afin de valoriser la réutilisation des
eaux usées sous ce système. Nous avons réalisé également une enquête auprès des agriculteurs de
cette région pour avoir leur avis sur cette pratique. Le sol de la parcelle est de type limoneux fins
argileux (figure 6).
19
Figure 6. Dispositif expérimental
Dans notre parcelle de 420 m2 on a 8 rampes espacées de 0,75 m avec une longueur de 80 m, dont les
goutteurs sont espacés de 0,10 m. Le nombre total de goutteurs est de 6400, débitant chacun en
moyenne 0,409 l/h. Les mesures réalisées sur site concernent : Temps de remplissage du réseau ;
débits des goutteurs ; débit de la rampe ; débit linéaire ; dose ramenée durant l’irrigation ; Uniformité
de distribution ; taux de colmatage au niveau des goutteurs ;
Les eaux épurées utilisées dans notre étude sont celles rejetées par la STEP de Hadjout. La station
d’épuration de Hadjout est mise en marche en juin 2006, sa capacité nominale est de 70 000
équivalents habitants, elle a été conçue pour traiter un débit de 11200 m3/j par le processus de boues
activées à faible charge – aération prolongée pour protéger le milieu récepteur, les normes de rejets et
les résultats des analyses physico-chimiques de l’eau brute et épurée sont présentés respectivement
dans le tableau 18. D'après les résultats obtenus au niveau de laboratoire de la STEP de Chenoua, on
remarque que le traitement effectué par la STEP de Hadjout est efficace, et que les spécifications
algériennes des eaux usées épurées utilisées a des fins d’irrigation sont respectées.
Tableau 18. Résultats des analyses physico-chimiques de l’eau brute et épurée
Entrée (eau brute)
Paramètres
Sortie (eau épurée)
Concentration (mg/l)
Flux (kg/j)
Concentration (mg/l)
DCO
825,0
9200
90,0
1 008,0
DBO5
375,0
4200
30,0
336,0
MES
438,0
4900
30,0
336,0
20
Flux (kg/j)
Source : STEP de Hadjout 2013
Les caractéristiques physico chimiques du sol de la parcelle (densité, capacité au champ, point de
flétrissement….) ont été déterminée en laboratoire (physique des sols de l’ENSA). Cela a permit par
la suite de calculer la RU, la RFU et les stocks d’eau avant et après irrigation. L’irrigation par
submersion est le procédé le moins couteux, mais c’est probablement celui qui présente le plus de
risques pour les ouvriers agricoles. L’irrigation par aspersion ne doit être utilisée pour les cultures de
fruits et de légumes que si les effluents ont la qualité recommandée, l’irrigation par submersion est à
éviter pour les légumes. C’est l’irrigation souterraine ou localisée qui peut assurer le plus haut degré
de protection de la santé, en particulier quand la surface du sol est recouverte de bâches en plastique
ou de paillis. En outre, l’eau est utilisée plus efficacement et les rendements sont souvent plus élevés.
Toutefois, ce procédé est couteux et les eaux usées doivent subir un traitement poussé et fiable (pour
éliminer les solides en suspension) afin d’éviter l’obstruction des petits orifices (gicleurs), par
lesquels l’eau est diffusée dans le sol.
RESULTATS
Dans cette partie, nous allons présenter les résultats de mesures des travaux effectués en irrigation et
essayer de les interpréter.il s’agit essentiellement de :
 Les résultats des mesures effectuées dans la parcelle irriguée par les eaux usées épurées ;
 Suivi des teneurs en eau dans le sol et mesure de l’efficience d’application .
Le temps de remplissage du réseau : 5,23 minutes ; ce qui veut dire que la durée d’arrosage (Da) doit
être supérieure ou égale à 52,3 min.
Débit des goutteurs : 0,409 l/h. Comparativement au débit nominal qui est égal à 1,02 l/h, le débit
calculé étant égal à 0,409 l/h est inférieur. Ceci peut être expliqué par :
 la qualité d’eau utilisée ;
 Faible pression à l’entrée de la parcelle ;
 Des pertes d’eau au niveau de plusieurs points.
Coefficient d’uniformité : 35,45%. Nous remarquons que le coefficient d’uniformité est égal à
35,45%, dans ce cas le CU est inférieur à 70 % (CU< 70%) ce qui indique qu’il y a une médiocre
uniformité dans la distribution de l’eau.
Le réseau a connu un colmatage très important des goutteurs, dû essentiellement à:
 la qualité d’eau utilisée ;
 L’âge du réseau (2 ans de fonctionnement);
 Fuites dans les rampes des goutteurs;
 Pente légèrement importante.
Débit de la rampe
= 2617, 6l/h
Débit linéaire : 4,267 l/h/m
Dose ramenée pour une irrigation D =196.32 m3/ha
taux de colmatage au niveau des gouteurs : 59,9% ; le taux d’obstruction (colmatage) est estimé à
59,9 %, le réseau souffre de colmatage en le comparant avec l’irrigation par les eaux
conventionnelles 8,7 %, et cela est dû au dépôt d’éléments minéraux ou organiques, en suspension
dans l’eau, ou suite à des accumulations d’algues.
Les enquêtes
Durant le mois de mai 2013, nous avons effectué une enquête dans 22 exploitations de statut
juridique et de tailles différentes dans la commune de Nador (tableau 19). Elle avait pour objectif de
collecter des données sur:
21
o les systèmes d’irrigation pratiqués ;
o le type d’eau utilisé dans les exploitations.
Le questionnaire comporte trois grandes parties interdépendantes :
o L’identification de l'exploitant et les caractéristiques de l'exploitation agricole.
o Les conditions de production : superficies irriguées, source d’irrigation, mode d’irrigation,
différentes cultures irriguées, … etc.
o Les productions : rendements, destinations des récoltes ;
Tableau 19:La liste des agriculteurs enquêtés
Numéro Nom de l’agriculteur
Statut juridique
La superficie (h)
1
Ait alalbelaid
EAC 10
130
2
Cherbi Ali
EAC 34
217
3
Bousalem Abderrahmane
EAI
4,5
4
hadhad Ahmed
EAI
5
5
Tafir Mahmoud
EAI
2
6
Ali
Privé
3
7
Berkouksid-ali
Privé
1,25
8
bousalem Ahmed
Privé
5
9
hadim Ahmed
Privé
6
10
Khemri Ismail
Privé
5
11
Zdiahmedabdelkader
Privé
1
12
Bouzekrimehamed
Location
3
13
Abdelaziz
Location
3
14
Abdellah
Location
1,5
15
Abderrahmane
Location
3
16
Ahmed ziane
Location
8
17
Bouzekriismail
Location
8
18
Charchar Ahmed
Location
3
19
Hachlafmahfod
Location
3
20
Klaochi Mehmed
Location
3,25
21
mahmoud
Location
3
22
Rachid
Location
1,25
Chaque exploitation comprend de 1 à 3 agriculteurs sauf les deux EAC (EAC 10 et 34 qui
comprennent respectivement 35 et 46 agriculteurs).
Les figures 7 ; 8 et 9 présentent certains des résultats d’enquête.
22
Figure 7 : Le pourcentage des exploitants enquêtés par tranche d’âge
Sur la figure 7 nous remarquons que d’une part près de 18 % de nos enquêtés ont un âge compris
entre 40 et 60 ans et d’autre part, que plus de 3/4 de notre échantillon concerne des jeunes ruraux
dont l’âge ne dépasse pas les 40 ans, nous retrouvons seulement 4 % des agriculteurs qui dépassent
les 60 ans.
Figure 8 : statut juridique des exploitations enquêtées
Figure 9 : nature des eaux d’irrigation dans les exploitations enquétées
23
Nous remarquons que 41 % des exploitants dépendent des eaux usées traitées (rejetées dans l’oued
Nador par la STEP de Hadjout) et 59 % des exploitants utilisent les eaux conventionnelles dont 23 %
sont des eaux superficielles ; 32 % souterraine et 4% sont les deux. On peut dire que les exploitations
les plus utilisatrices des eaux usées sont celles dont la superficie totale est inférieure à 5 ha, alors que
pour les plus grandes dépassant 10 ha, elles utilisent beaucoup moins les eaux usées pour l’irrigation
des cultures. Cela est dû probablement à l’adoption de cultures en bour (cultures non irriguées)
comme la céréaliculture. Bien qu’interdite par les pouvoirs publics, la réutilisation des eaux usées en
agriculture autour de la ville de Nador s’est développée (41% des exploitants enquêtés) et intéresse
une diversité de types de cultures dont les cultures maraichères
Conclusion :
L’évolution récente des prélèvements, certainement accentuée par les dernières années de sècheresse
s’est traduite par des intrusions marines au niveau des forages de la ville de Tipaza et des difficultés
croissantes des exploitations des puits privés et des forages collectifs d’irrigation. Devant ce constat
et compte tenu du niveau des études existantes, il est préconisé, la satisfaction des besoins en eau des
villes côtières à partir des eaux de surface, le plafonnement des prélèvements des eaux souterraines à
95 l/s (2.75 Hm3). Bien que l'usage agricole soit prédominant, la réutilisation des eaux usées doit
s'inscrire dans un cadre plus large où les différents domaines de réutilisation seront pris en compte.
Plusieurs études ont été réalisées sur l'irrigation de cultures par des eaux usées épurées. Ce principe a
été testé sur différentes cultures comme les agrumes, les cultures à haute valeur ajoutée sous serre, les
cultures forestières, les fourrages et différents types de cultures légumières. De manière globale,
toutes ces études confirment le bien fondé de cette pratique qui permet des résultats intéressants tant
d'un point de vue agronomique qu'économique tout en garantissant, si l'irrigation est pratiquée de
manière adéquate, une qualité sanitaire satisfaisante.
Avec l'augmentation de la demande en eau, liée à l'augmentation de la population et à
l'amélioration du niveau de vie, la réutilisation de l'eau usée acquiert un rôle croissant dans la
planification et le développement des approvisionnements supplémentaires en eau.
La réutilisation des eaux usées est une technique en pleine expansion, principalement associée à
l'agriculture. De nombreuses solutions techniques permettent de répondre aux normes de réutilisation
existantes. Les avantages de la réutilisation et du recyclage des eaux usées sont reconnus par de
nombreux pays, ils sont inscrits dans leurs schémas directeurs de l'eau et dans leur politique
nationale.
Bibliographie
 AMMAR H., 2005. Diagnostic des pratiques de l'irrigation par les techniques de la micro-irrigation et
de l'aspersion (Cas du périmètre de la Mitidja ouest tranche II). Mémoire d’ingénieur, ENSH.,
Blida, 108 p.
 AMMAR BOUDJELLAL A., BAMMOUN R., 2006.Détermination des besoins en eau des cultures
irriguées de la wilaya de Tipaza à l’aide du logiciel Cropwat 4.3.(Cas du périmètre de la Mitidja
Ouest).Mémoire d’ingénieur, ENSA., El- Harrach. 96 p.
24
 BAGHDADI N., 2011.Approche méthodologique de la valorisation des eaux usées épurées dans
l’irrigation (cas de STEP de Tipaza). Mémoire d'ingénieur, ENSH., Blida, 104 p.
 BAKEL E., 2010.Conception de la station d’épuration de la ville de Tissemsilt (W.TISSEMSILT).
Mémoire d'ingénieur, ENSH., Blida, 117 p.
 BAUMONT S., LEFRANC A, 2004. Réutilisation des eaux usées épurées : risques sanitaires et
faisabilité en Île-de-France. Observatoire Régional de Santé d’Île-de-France, 176 p.
 COMPAORE M. L.2003.Cours de micro-irrigation, 135p.
 DJABELKHIR K., 2007. Contribution à la Réhabilitation de la Station d'Epuration de STAOUELI.
Mémoire d'ingénieur, ENP., El-Harrach, 76 p.
 DJEBALI O., 2008.Contribution à la Réhabilitation de la Station d' Epuration de Baraki. Mémoire
d'ingénieur, El-Harrach (Alger), ENP, 73 p.
 FAO, 1990. Gestion des eaux en irrigation : Méthodes d'irrigation. 65p.
 FAO, 2003. L'irrigation avec les eaux usées traitées. Manuel d'utilisation. Bureau Régional pour le
Proche Orient et l'Afrique du Nord. Caire Egypte, 67 p.
 FAO, 2008.Manuel des techniques d’irrigation sous pression .Seconde édition.277 p.
 FEYEN J., 1976. Annales de l’Institut Nationale Agronomique : irrigation goutte à goutte pour
vergers. Vol. 6, n. 3. pp 6-19.
 FRADJ M., 2008. Analyse et diagnostic des performances de l’irrigation goutte à goutte au niveau
d’une exploitation agricole privée de la Mitidja Ouest (tranche 1). Mémoire d’ingénieur, INA., El
Harrach. 79 p.
 Georges M., 2009.Le Monde arabe face au défi de l’eau : Enjeux et Conflits. Institut d’Etudes
Politiques de Lyon.164 p.
 HAMTOUCHE S., 2012.valorisation des eaux usées épurées de la STEP de ZEMMOURI et
dimensionnement d’un réseau pour l’irrigation a l’aval de la station. ). Mémoire d'ingénieur, ENSH.,
Blida, 100p.
 HARTANI T. 1998.L’irrigation par les eaux usées, potentialités et limites d’utilisation. Séminaire sur
l’épuration et la réutilisation des eaux usées. Alger. p.10.
 Journal Officiel de la République Algérienne .Décret exécutif n° 93-160 du 10 juillet 1993.
 Journal Officiel de la République Algérienne (JORA). N° 41, 15 juillet 2012
 KESSIRA M., 2005.Gestion de l'irrigation avec les eaux non conventionnelles. Séminaires
méditerranéens; n. 66, pp. 203-216.
 LOUCIF S N., 2003.les ressources en eau et leurs utilisations dans le secteur agricole en Algérie.
HTE.n.125. pp 94-101.
25
 MECIF I., 2010. Contribution à l’amélioration des pratiques d’irrigation gravitaire traditionnelle par
cuvettes (Cas d’une parcelle de poirier dans une exploitation agricole de la Mitidja ouest Tranche I).
Mémoire d’ingénieur, ENSA El Harrach, 86 p.
 MEKHALIF F., 2009. Réutilisation des eaux résiduaires industrielles épurées comme eau d’appoint
dans un circuit de refroidissement. Mémoire de magister, Université de SKIKDA, 133 p.
 MESLEM S., 2010. Diagnostic et comparaison entre irrigation localisée et par aspersion sur culture
de pomme de terre « spunta». station expérimentale de l’ENSA El Harrach. Mémoire d’ingénieur,
INA, El Harrach. 72 p
 MESSAHEL M., 1988.l’irrigation goutte à goutte : régime d’irrigation. Alger.338 p.
 MESSAITFA M., 2007. Les indicateurs de performances en irrigation gravitaire, localisée et par
aspersion à l’échelle de la parcelle et de l’exploitation (Cas de deux exploitations du périmètre de la
Mitidja Ouest). Mémoire d’ingénieur, INA, El Harrach. 115 p
 METAHRI M S., 2012.Elimination simultanée de la pollution azotée et phosphatée des eaux usées
traitées, par des procédés mixtes. cas de la STEP est de la ville de Tizi-ouzou. thèse de doctorat.
université de Tizi-ouzou.148 p.
 MILLA A., MARNICHE F., [et.al], 2012.Aperçu de l’avifaune du sahel algérois. Algerian journal of
arid environment, vol.2, n.1, p.p.3-15.
 NAOURI M., 2009. Analyse diagnostic de la gestion de l’eau d’irrigation dans le périmètre de la
Mitidja Ouest tranche II. Etude de quelques indicateurs de performance de l’irrigation. Mémoire
d’ingénieur, ENSA., El Harrach, 90 p.
 NEUBERT S., BENABDALLAH S, 2003.La réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie, Partie II.
Etudes et rapports d’expertise. Bonn. 45 p.
 OMS, 1989. L’utilisation des eaux usées en agriculture et en aquaculture : recommandations à
avisées sanitaires. Organisation Mondiale de la Santé. Série de rapports techniques n° 778.OMS.
Genève.
 OUAFAE M., 2012.Enquête sur la réutilisation des eaux usées en agriculture périurbaine autour de la
ville d’Oujda (Maroc).Science Lib Editions Mersenne, Vol 4, N ° 121101.20 p
 ROTBARDT A., 2011.réutilisation des eaux usées traitées : perspectives opérationnelles et
recommandations pour l’action, Rapport final, 85p.
 SEKKOUM M., 2004.Contribution à l'étude de l'irrigation au goutte à goutte par les eaux usées
traitées issues d'une laiterie (Cas du Sud lait d'Igli, W. Béchar).Mémoire de magister. université
d’Ouargla. 93 p.
 SELTZER P., 1948.Le climat de l’Algérie. Université d’Alger, 219 p
 TIERCELIN J.R. et Vidal A, 2006.Traité d’irrigation .Tec. Et Doc. 3éme éditions. Paris.1266p.
26
 XANTHOULIS D., et al, 2002. Optimisation de la réutilisation des eaux usées traitées en irrigation,
73 p.
ZELLA L., SMADHI D., 2007.Evolution de l’irrigation, Larhyss (Laboratoire de Recherche En
Hydraulique
THEME 5 (ENSA Ex-INA ALGER)
GESTION DES EAUX USEES EPUREES EN ZONE ARIDE : CAS DE LA STEP D’EL
ATTEUF (GHARDAIA)
INTRODUCTION ET PROBLEMATIQUE
La ville de Ghardaïa dispose d’une station d'épuration fonctionnelle, c’est la première du genre dans
la wilaya, actuellement elle est destinée a traiter les eaux usées domestiques produites par la
population de la vallée du M'Zab par un type de traitement de lagunage naturel. Cette station est
située à l'aval de la digue d'EL-Atteuf donc de l'ensemble des agglomérations de la vallée Cette
station d'épuration des eaux usées a été conçue pour atteindre les objectifs suivants :
 Supprimer les nuisances en zones urbanisées.
 Protéger le milieu récepteur et la nappe phréatique.
 Rendre possible la réutilisation des eaux usées épurées à des fins d'irrigation.
L'irrigation agricole a besoin de beaucoup d'eau surtout dans les régions sahariennes. Actuellement
l'irrigation se fait depuis des forages c'est-à-dire consommation importante des eaux souterraines dont
l’utilisation pourrait être réservée à d'autres besoins, spécialement ceux liés aux activités humaines.
L'importance de la station d'épuration est liée non seulement à la protection de l'environnement, mais
également permet de destiner les eaux usées épurées comme une nouvelle ressource d'eau qui puisse
couvrir les besoins agricoles et minimiser le gaspillage des eaux souterraines dans les zones arides.
C'est dans ce cadre que nous nous sommes intéressés à un cas précis et particulier, qui est le suivi de
la qualité physico-chimique et bactériologique des eaux usées avant et après leur traitement par
lagunage naturel, de la station d'épuration de Ghardaïa.
Pour cela plusieurs questions se posent :
 Est-ce que ce procédé d'épuration est efficace dans cette région notamment au niveau des
charges polluantes ou il nécessite un traitement complémentaire ?
 le procédé de lagunage naturel est-t-il convenable avec les conditions climatiques de la région
de Ghardaïa ?
 La qualité d'eaux épurées au niveau de la station, est-elle conforme aux normes de rejet et apte
pour une utilisation agricole ? Si oui :
- Quelle est la classification de ces eaux épurées dans le domaine de l'irrigation ?
- Quelles sont les cultures irriguées avec ces eaux, et quel est le système d'irrigation le plus
convenable avec ces eaux ?
MATERIEL ET METHODES
La vallée du M’Zab se situe à 600 km au sud d’Alger, dans la wilaya de Ghardaïa, sur le plateau
Hamada au Sahara septentrional. Les cinq villes qui composent la pentapole du M’Zab (El-Atteuf,
27
Bounoura, Melika, Beni Isguen et Ghardaïa) se situent sur les éminences rocheuses au-dessus de la
Chebka (filet = oued du M’Zab) qui irriguent les palmeraies où les villes modernes se développent.
181 263 habitants résident dans la vallée du M'Zab, dont 114 003 à Ghardaïa en 2012. La densité de
population est de 372 habitants/km2 pour la ville de Ghardaïa. L’évolution de la production d’eaux
usées est présentée dans le tableau 20.
Tableau 20 : l'évolution de la production des eaux usées dans la vallée du M'Zab (Bonnard et Gardel,
2000).
Eaux usées
unité 1996
2000
2010
2020
2030
85%
90%
95%
100%
Taux de branchement %
85%
EH raccordés
u
108 163 120 870 172 530 240 920 331 700
Débits moyens
m3/j
15 143
16 922
24 154
33 729
46 438
% capacité nominale
%
33%
36%
52%
73%
100%
La région de Ghardaïa est caractérisée par un climat typiquement saharien avec l'abondance de deux
saisons ; l'une chaude et sèche (d'avril à septembre) et l'autre tempérée (d'octobre a mars).
Les ressources en eaux sont surtout et largement dominées par les eaux souterraines, qui sont
contenues dans deux grands aquifères, ceux du continental intercalaire (CI) et du complexe terminal
(CT).L'agriculture représente la principale activité dans la vallée, dont l'occupation du sol est répartie
en trois étages ;
 la phoéniciculture (agriculture des palmeraies),
 les arbres fruitiers,
 cultures maraîchères et fourragères en intercalaires.
Le système d'irrigation se fait par submersion traditionnelle à partir des seguias (rigoles) ; rares sont
ceux pratiquants l'aspersion et le goutte à goutte.
La population est en pleine évolution, et se concentre beaucoup plus au niveau des sites fortement
urbanisés, de par sa situation géographique, la région sera par conséquent sensible à l'activité
humaine qui peut générer éventuellement des pollutions résiduelles qui vont affecter l'écosystème et
l'environnement.
La station d'épuration de Kef Doukhane est située dans la commune d’EL ATEUF qui constitue
l’aval de la vallée du M’Zab d’'une superficie d'environ 79 ha.
Dimensionnement de la STEP de Ghardaïa
Capacité : 331 700 éq/hab.
Surface totale : 79 ha
Nombre de lit de séchage : 10
Nombre de bassins : 16 devisés en 02 niveaux
Débit moyen journalier à capacité nominale : 46 400 m3/j.
Cette station est conçue pour produire une eau de qualité conforme aux normes de
rejet fixées par 1'OMS, le procédé adopté est le traitement par lagunage naturel
qui consiste à laisser l’eau se reposer dans des bassins ouverts peu profonds de 1 à 5 m de profondeur
pendant une durée variant de 30 à 60 jours. Il aboutit d’une part à l’abattement de la charge polluante
28
et d’autre part à la stabilisation des boues produites, sous l’action des organismes se développant
dans le milieu.
La station d’épuration reçoit à son entrée une charge importante de la
pollution organique issue des eaux usées d’origine domestique et le rapport DCO/DBO5 indique que
ces eaux sont biodégradables admissibles par le milieu naturel.
Ce procédé de traitement par lagunage naturel dans la station d'épuration de la ville de Ghardaïa est
écologique dans la mesure où il n'utilise aucun produit chimique pour traiter les eaux usées et les
évacuer sans risques dans le milieu naturel récepteur.
Dans le sud du pays et contrairement à la zone du nord, l'implantation des STEP du type lagunage
aéré ou naturel qui demande une grande surface ne pose pas un problème.
RESULTATS
Le tableau 21 ci-dessous représente les valeurs moyennes des paramètres mesurés et les normes
d'interprétation requises pour l'irrigation de l'OMS, du MFE (ministère français de l'environnement)
et du JORA (Journal Officiel de la république Algérienne) :
Tableau 21. Valeurs des paramètres mesurés à l’entrée et la sortie de la STEP
Paramètres
Effluent brut
Effluent
(moyenne)
T (°C)
22,71
22,79
* 30
pH
7,7
8,27
* 6,5 à 8,5
CE (ms/cm)
4,14
3,83
*< 3
Salinité (g/l)
2,34
2,19
Pas de norme
O2 dissous (mg/l)
3,2
6,22
*< 5
DBO5 (mg/l)
151
31
** < 30
DCO (mg/l)
373,3
204,7
** < 90
NT (mg/l)
40,9
33,47
** < 50
NH4+ (mg/l)
17,94
24,05
*<2
NO2-(mg/l)
0,29
0,3
*<1
NO3- (mg/l)
1,86
0,41
** < 30
PT (mg/l)
4,3
3,8
* < 0,94
CT (N/100ml)
431,67 .105
42766,7
*** < 50 000
CF (N/100ml)
15,67 .106
3966,67
*** < 20 000
29
traité Norme de
d'irrigation
qualité
d'eau
Les teneurs moyennes des paramètres analysés répondent aux normes requises, c'est le cas des
paramètres suivants : T (°C), pH, NO3-,NO2-, NT et les paramètres bactériologiques (coliformes
totaux et coliformes fécaux) ; l'eau épurée peut être classée comme une eau de qualité médiocre de la
classe 3 (d'après le MFE) qui est juste apte à l'irrigation.
Ainsi, on peut classer cette eau dans la catégorie B1 (CF <105) d'après les normes microbiologiques
révisées de l'OMS (2000 et 2006) avec une irrigation restreinte pour les cultures suivants : céréales,
cultures industrielles, fourragères, pâturage et foret.
En revanche, une étude de la teneur des métaux lourds de cette eau est souhaitable dans le laboratoire
de la STEP afin d'éliminer les risques qui pourraient en résultent.
CONCLUSION
Au terme de cette étude, nous constatons que les eaux usées représentent une ressource d’eau
renouvelable qu’il faudra exploiter dans l’agriculture, l’industrie et dans d’autres usages municipaux,
donc, constituer sans doute, demain, l’une des solutions incontournables pour notre pays qui souffre
énormément du déficit hydrique.
Cette réutilisation ne représente pas seulement une option économique compétitive, mais aussi de
nombreux avantages sociaux et environnementaux. Ainsi cette valorisation doit être placée dans le
cadre de la gestion intégrée des ressources en eau en élaborant une stratégie nationale de la
valorisation des eaux usées.
Les résultats expérimentaux obtenus lors de cette étude montrent que les eaux usées de la station
d’épuration de Ghardaïa dont le traitement se fait par lagunage naturel sont des eaux usées épurées
d’une qualité médiocre et nécessitent un traitement tertiaire pour les utiliser dans le domaine agricole
(l’irrigation) sans aucun risque, un stockage dans des bassins est nécessaire pour mieux affiner ces
eaux.
L’enquête effectuée nous a permis de constater qu’il existe réellement des possibilités d’utilisation de
l’eau épurée par la STEP de Ghardaïa, sans risques, dans le secteur agricole en améliorant par des
traitements complémentaires.
Il faut noter que cette utilisation doit être rendue optimale et pour qu’il en soit ainsi, les conditions
suivantes doivent être remplies :

il faut adapter les systèmes d’irrigation à la qualité de l’eau employée ;

il faut optimiser l’apport d’eau et ajuster la fertilisation aux besoins des cultures.
On a proposé les eaux épurées pour irriguer les palmeraies de la vallée du M'Zab parce que les
palmiers dattiers représentent la culture principale dans cette zone d'étude, la palmeraie est
caractérisée par une grande résistance aux eaux de mauvaise qualité. Ainsi on peut utiliser ces eaux
pour irriguer les cultures d'agrumes en intercalaire et oliviers comme des brises vents.
Bibliographie
Anonyme, 2001. -Rapport sur la gestion de la qualité de l’eau et des interventions possibles du
METAP. [En ligne]. Algérie, 11p (page consultée le 02Mai2013).
Anonyme (non daté).
L'eau-en-Algérie –http://www.umc.edu.dz/vf/index.php/actualites-etinformations/theme-de-la-semaine/980-leau-en-algerie.html(page consultée le 02Mai2013).
ANRH, 2005. Note relative aux ressources en eaux souterraines de la Wilaya de Ghardaïa, rapport de
l’Agence nationale des ressources hydrauliques, Ouargla, 19p.
ANRH, 2010.Note de synthèse sur les premières mesures piézométriques en utilisant les nouveaux
piézomètres captant la nappe du continental intercalaire dans la wilaya de Ghardaïa, rapport de
l’Agence nationale des ressources hydrauliques, Ouargla, 9p.
30
Aoulmi S., 2007. Conception de la station d'épuration dans la ville de Zeddine (W. Ain defla,
Algérie, 112p.
Aviron V. ; Gerard M., 2000. Réutilisation des eaux usées après traitement. Paris, France, 38p.
Baudot B. et Perera P., 1991. Guide procédés extensifs d'épuration des eaux usées adaptés aux
petites et moyennes collectivités. 21p.
Bechac J., Boutin B., Mercier P., Nuer B., 1984.Traitement des eaux usées.Edition
EYROLLES, Bd St Germaine-75005 Paris cedex 05.
BekkoucheM.,Zidane F., 2004. Conception d'une station d'épuration des eaux usées de la ville
d'Ouargla par lagunage. Mémoire d'ingénieur. Hydraulique saharienne, Université de Ouargla, 67p.
Benhacine Ch., Doumbliaouskas A., 1983. Irrigation agricole. Tipaza, 62p.
Benzayet B., 2010.Évaluation hydrochimique des eaux souterraines de la vallée du M’Zab : Cas de
Oued Labiod. Mémoire d'ingénieur, ENSA, EL HARRACH, 97p.
Bliefert C. et Perraud R., 2003. Chimie de l'environnement : Air, Eau, Sols, Déchets. Edition de
boeck.324p.
Bonnard et Gardel, 2000. Étude d'assainissement et de protection contre les crues de la vallée de
l'oued M'Zab. Avant-Projet Détaillé des ouvrages de rétention amont, volume 2/4 annexes, Ghardaïa,
165p.
Bondon D. ; Pitrasanta Y., 1994. Le lagunage écologique. Ed ECONOMICA. Paris.
112p.
Boulkroune B., 2008.Estimation de l'état des systèmes non linéaires a temps discret. Application a
une station d'épuration. (Thèse de doctorat –université Nancy). [En ligne]tel.archivesouvertes.fr/docs/00/34/74/65/PDF/These_boulaid.pdf(page consulter le 07/05/2013).
Brouillet J.L, Picot B.,Sambuco J.P ; Gaillard L.,Soteras G., Valarie I., 2008. Eco techniques
d'assainissement des eaux usées domestiques : Évolution et perspectives, XIIIe Congrès mondial de
l'Eau, Montpellier, France, 17p.
Dajoz R., 1982. Précis d’écologie. Paris, Bordas, 503 p.
Degremont, 1978. Mémento technique de l'eau : 8ème édition. Edition Technique et Documentation
Lavoisier, 1200p.
Degremont, 1989. Mémento technique de l'eau. Edition Technique et Documentation Lavoisier.
Degremont, 2005. Mémento technique de l'eau. Tome 2.Ed10éme. 788p.
DPAT, 2012. Annuaire statistique 2011 ; volume 1, rapport annuel, 91p.
DSA, 2012. Atlas agriculture, Rapport annuel, Ghardaïa, 14p.
Duguet J-P ; Bernazeau F. ; Cleret D. ; Gaid A. ; Laplanche A. ; Moles J., Montiel A. ; Riou G.
; Simon P., 2006. Réglementation et traitement des eaux destinées à la consommation humaine. 1ère
édition. ASTEE (Association Scientifique et Technique pour l’environnement).
Frank R., 2002. Analyse des eaux, Aspects réglementaires et techniques. Ed. Scérén CRDP
AQUITAINE. Bordeaux. 171p.
Gaid A., 1984. Épuration biologique des eaux usées urbaines. T. 1ère édition ; OPU, Alger, 261p.
Gaid A., 1993. Traitement des eaux usées urbaines. Doc, C 5 220, 30p.
Glanic R et Benneton J-P, 1989. Caractérisation d'effluents d'assainissement individuel et essais de
matériels d'assainissement – TSM – L'eau – 84 année – N11 – pp. 573-584.
Gommella C. et Guerree H., 1983. Les eaux usées dans les agglomérations urbaines ou rurales. Ed.
EYROLLES 61 boulevard Saint – Germain – 75005 Paris.
Idder T., 1998. La dégradation de l'environnement urbain liée aux excédents hydriques au
Sahara algérienne. Impacte des rejets d'origine agricole et urbaine et technique de remédiassions
proposées. L'exemple d'Ouargla. Thèse de doctorat. Univ.Angers.284p.
31
INFP, 2006. Domain de l'eau. Projet algéro-canadien. [En ligne]. Algérie, 91p (page consultée le 12
juin 2013).
Journal Officiel De LaRepubliqueAlgerienne, 1993. Normes de rejets dans le milieu récepteur. N°
46, 7-12.
Journal Officiel De LaRepubliqueAlgerienne, 2012. ANNEXE, spécifications des eaux usées
épurées utilisées à des fins d'irrigation. N° 41, 18-21.
Khadraoui A. ; TALEB S., 2008. Qualité des eaux dans le Sud algérien. Potabilité – Pollution et
impact sur le milieu. Edition Khyam : Constantine, 367p.
Khattabi H., 2002. Intérêts de l'étude des paramètres hydrogéologiques et hydro biologiques pour la
compréhension du fonctionnement de la station de traitement des lixiviats de la décharge d'ordures
ménagères d'Etueffont (Belfort, France). Thèse de doctorat, 173p.
Langevin J., Lefebvre R., Toutant C. 1997. Histoires d'eaux : tout ce qu'il faut savoir sur l'eau et
l'hygiène publique. Edition berger, Montréal. ISBN 2-92141161-3-1, pp : 157-159.
LeHyaric R., 2009. Caractérisation, traitabilité et valorisation des refus de dégrillage des stations
d'épuration. Thèse de doctorat, INSA Lyon, France, 190p.
Liu F., Mitchell C.C.,Odom J.W., Hill D.T, Rochester E.W., 1997. Swine lagoon effluent disposal
by overland flow: effects on forage production and uptake of nitrogen and phosphorus. Agronomy
Journal, 89 900-904.
Loucif N., 2003. Les ressources en eau et leurs utilisations dans le secteur agricole en Algérie.
Conférence internationale sur les politiques d'irrigation, INRA.
Messaoud S. – Nacer, 2003. Suivi de la qualité des eaux et des sols dans le cadre du développement
durable de la région de réghaia. Thése de magister, INA, EL HARRACH, 108p.
Metahri M. S., 2012. Elimination simultanée de la pollution azotée et phosphatée des eaux usées
traitées, par des procédés mixtes. Cas de la STEP de la ville de Tizi-Ouzou. Thése de doctorat,
Université Mouloud Mammri, Tizi Ouzou, 148p.
Miourigh M., 2011. Évaluation de la qualité hydro chimique des eaux souterraines de la vallée du
M’Zab : Cas de l’Oued N’Tissa. Mémoire d’ingénieur, E.N.S.A., El Harrach, 75p.
Monello D., 2009. Étude de performances épuratoires d'un lagunage a macrophytes.54p.
Mouhouche B., 2006.Étude en vue d’une utilisation durable et efficace des ressources hydriquesen
Algérie. Article sous presse. 9 p.
MRE, 2007. Étude réutilisation des eaux usées épurées à des fins agricoles ou autres sur tout le
territoire national. Mission 4 : Norme de réutilisation des eaux usées épurées, D.A.P.E.
Ndiaye Mamadou Lamine, 2010. Impact des eaux usées sur la chimie et la microbiologie des sols ;
étude de cas a Pikine (Dakar-Sénégal). Éditions universitaires européennes, Allemagne, 77p.
Rejsek F., 2002. Analyse des eaux : aspects réglementaires et techniques. Bordeaux ; CRDPA, 151p.
Rodier J., C, Broutin J. P., Chambon P., Champsaur, H. E T Rodi, L., 2005. L’analyse de l’eau :
eaux naturelles, eaux résiduaires, eaux de mer. 8ème Edition. Dunod, Paris. 1383p.
Rouissat B., non daté. La gestion des ressources en eau en Algérie : Situation, défis et apport de
l’approche systémique. Algérie, 15p.
Salghi R., 2004. Différents filières de traitement des eaux. Université IBN ZOHR, École nationale
des sciences appliquées d'Agadir (ENSA Agadir) Maroc, 22p.
Selhani S., 2009.Etude des possibilités d’utilisation des eaux et boues d’épuration dans l’agriculture :
Cas de la station d’épuration de BENI MESSOUS. Mémoire d’ingénieur, E.N.P., El Harrach, 74p.
Suschka J.; Ferreira E., 1986.Activated sludge respirometric measurements. WaterResearch, 20, 2,
pp : 137-144.
Tchimogo M., 2001. Épuration des eaux usées de l'E.N.S.H par lagunage naturel. Mémoire
d'ingénieur. Génie rurale, Blida, 132p.
32
Terra Messaoud, 2011. Séminaire sur l’eau et les énergies renouvelables. Alger.
Thomazeau Robert, 1981. Stations d'épuration : eaux potables, eaux usées. Ed. Technique et
documentation, paris, 435 p.
THEME 6 (ENSH)
ETUDE DES PERFORMANCES ET FIABILITES DES
DIFFERENTS TYPES DE GOUTTEURS EN IRRIGATION
LOCALISEE PAR LES EAUX USEES EPUREES
INTRODUCTION
En micro-irrigation (ml) l’eau est distribuée sous pression par un réseau ramifié
totalement en matière plastique. Le réseau est composé, de l’amont à l’aval, d’une conduite
principale alimentant une ou plusieurs conduites secondaires sur lesquelles sont branchées des
rampes placées parallèlement à l’alignement de la culture.
Les rampes portent l’élément terminal du réseau appelé distributeur, émetteur ou
goutteur. Placé le plus souvent au pied du végétal, cet organe débite l’eau grâce à un orifice de
très faible section à la pression atmosphérique.
Comme pour tout réseau de distribution d’eau, l’uniformité de répartition est le facteur
déterminant de la performance du réseau et de l’efficience de l’arrosage .Cette uniformité est
largement tributaire du dimensionnement du réseau.
D’un bout à l’autre de chaque rampe du réseau, les différences de pressions, en absence
de pente, peuvent être très importantes. Ces écarts, engendrés par les pertes de charge,
induisent des variations de débit des goutteurs qui causent une hétérogénéité de distribution et
donc d’alimentation en eau et en fertilisants de la culture. Ces déviations sont jugulées
principalement par le choix approprié des dimensions des conduites du réseau, de la structure
géométrique du réseau des facteurs d’exploitation (pression fournie en tête du réseau) et des
caractéristiques du goutteur.
En effet, le calcul des systèmes d’irrigation localisée nécessite la connaissance au moins
approximative, des paramètres de l’équation de flux et une indication sur la variabilité de
fabrication du goutteur. Ainsi, La présente étude a été réalisé dans le but d'évaluer les
performances hydrauliques de certains goutteurs commercialisés sur le marché national et
d’améliorer la compréhension du fonctionnement des goutteurs de micro-irrigation vis-à-vis
du risque de colmatage et les conséquences sur leur durabilité.
L’objectif de ce travail peut être résumé comme suit :
- Etudier les performances hydrauliques et mécaniques des goutteurs.
- Contrôler les caractéristiques techniques des équipements d’irrigation et leur
Fonctionnement.
- Suivre le colmatage des goutteurs ainsi que l’homogénéité des débits sortants
dans le temps suivant le protocole expérimental retenu.
33
Matériels Et Méthodes
1. Introduction :
Pour étudier les performances et fiabilités des goutteurs et contrôler les caractéristiques techniques
des équipements d’irrigation (les canalisation de polyéthylène) et leur fonctionnement , nous avons
fait des tests au sein du laboratoire de contrôle des caractéristiques techniques des équipements
d’irrigation qui fait partie de l’Institut National Des Sols, de l’Irrigation et du Drainage D’Alger.
En parallèle, et dans l’optique d’étudier les problèmes techniques posés par la réutilisation des eaux
usées épurées par l’irrigation localisée (la micro-irrigation), nous avons mené une étude sur le terrain
qui consiste à tester du matériel d’irrigation localisée en conditions réelles soumis à des apports
répétés d'EU traitées. On suivra le colmatage des distributeurs et l’homogénéité des débits sortants
des goutteurs d’une installation prototype représentant deux réseaux de micro irrigation placés
derrière le laboratoire de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Hydraulique.
Ces tests ont porté sur les équipements d’irrigation fournis par trois constructeurs (Goutteurs et
conduites locaux ; goutteur AIT Italy étranger).
2. Description des sites d’études et du protocole expérimental :
2.1 Description des sites expérimentaux :
2.1.1 Description du laboratoire de contrôle des caractéristiques techniques des équipements
d’irrigation :
Le laboratoire de contrôle des caractéristiques techniques des équipements d’irrigation est le fruit de
la coopération Algéro-Espagnole entre le MADR et l’Agence Espagnole de Coopération
Internationale pour le développement. Il est équipé actuellement de quatre bancs d’essais basiques
et sera complété au fur et à
Figure II.1 – Le Laboratoire du L’INSID
Les bancs d'essais sont:
- Banc d’essai goutte à goutte.
- Banc d’essai d’aspersion.
- Banc d’essai de résistance des matériaux.
- Banc d’essai de durabilité des asperseurs.
Pour le banc d’essai de la résistance des matériaux, nous avons quatre essais :
- Essai de détermination de la teneur en noir de carbone par calcination et pyrolyse.
- Essai de détermination de la dispersion du noir de carbone
- Essai de détermination du temps d’induction à l’oxydation
- Essai de détermination de la résistance à la pression interne
34
2.1.2 Description du site expérimental au niveau de l’Ecole Nationale Supérieure
d’Hydraulique :
Nous avons réalisé une installation prototype représentant deux réseaux de micro irrigation placés
derrière le laboratoire de l’Ecole Nationale Supérieure de l’Hydraulique.
Les différents matériels utilisés sont décrits en détail dans l’annexe II.B.
Figure II.2 – Le site expérimental d’E.N.S.H
L’objectif de ces dispositifs expérimentaux installés est le suivi in situ de la sensibilité des différents
goutteurs au colmatage. Nous avons travaillé sur une surface de 160 m² (20m x 8m), sur laquelle
nous avons disposé deux réseaux d'irrigation localisée, tel que le premier réseau est destiné à l’eau
normale ou conventionnelle du robinet par contre l’autre réseau est alimenté par l’eau épurée de la
station de traitement et d’épuration des eaux usées du CHENOUA de la wilaya de Tipaza ,cette eau
est stockée dans une bâche d’eau enterrée prés de notre réseau.
Chaque réseau est constitué de trois parties contenant trois rampes. Chaque partie comporte un type
du goutteur qu’on le doit tester.
Figure II.3 – Le site expérimental d’E.N.S.H (Schéma Explicatif)
35
2.2 Protocoles expérimentaux suivis sur les deux sites :
2.2.1. Protocol expérimental suivi sur laboratoire de contrôle des caractéristiques techniques
des équipements d’irrigation INSID:
Puisque nous somme dans le cas d’irrigation localisée, nous avons utilisé :
- le banc d’essai goutte à goutte : Le banc d’essai est conçu pour permettre la détermination
du coefficient de variation de fabrication des goutteurs, et de la courbe caractéristique selon
la méthode indiquée dans la norme ISO 9261 ou UNE 68075, pour toute sorte de goutteurs
ainsi que pour les tuyauteries émettrices.
- le banc d’essai de résistance des matériaux : nous avons fait l’essai de détermination de la
teneur de noir de carbone par calcination et pyrolyse.
2.2.1.1 Protocol expérimental suivi sur le banc d’essai goutte à goutte :
2.2.1.1.1 Identification du matériel à tester :
Nous avons testé deux types du goutteur autorégulant du même fabricant (fabrication algérienne),
ayant des débits nominaux de 4 et 8 L/h référence normative est : ISO 9261 :2004 : MATERIEL
AGRICOLE D'IRRIGATION, Distributeurs et tuyaux-distributeurs.
2.2.1.1.2 Condition de l’essai :
- La température de l’eau durant l’essai : 23 ± 3°C.
- Précision de la mesure : 1% Pression P, 0.5% Débit Q.
- L’eau filtrée à 75-100 m
- la pression ne doit pas varier de plus de 2 %.
- Echantillon contenant au moins 25 goutteurs pris au hasard.
- La pression maximale du goutteur : 4 bars
- La pression minimale du goutteur : 1 bas
Répétition : deux fois.
2.2.1.1.3 Procédures de l’essai :
A. Détermination du coefficient de variation (CV) selon la norme ISO9261. Pour calculer
le CV du goutteur, on collecte un volume d’eau bien défini durant un temps bien défini à
partir des 25 goutteurs à la pression moyenne du goutteur ensuite on calcule le CV selon la
formule suivante :
B. Détermination de la courbe caractéristique selon la norme ISO9261 : Pour la détermination de la
courbe caractéristique (débit-pression) on soumet les 25 goutteurs à leurs pression minimale ensuit on
l’augmente avec un intervalle de 50 KPa jusqu’à arriver à une pression 1.2P Max après elle descend
jusqu’à la pression minimale avec des intervalles de50KPa
C. Déterminations de la valeur de m et k selon les relations suivantes :
2.2.1.2 Protocole expérimental suivi sur le banc d’essai de la résistance des matériaux :
2.2.1.2.1 Identification du matériel à tester :
Nous avons testé deux types du tube PE (Polyéthylène) du même fabricant (fabrication algérienne):
La référence normative est : ISO 6964 (l’essai de détermination de la teneur en noir de
carbone).
2.2.1.2.2 Procédures de l’essai :
A. L’essai de détermination de la teneur en noir de carbone :
36
Nous avons utilisé dans cet essai le testeur de noir en carbone, cet appareil est utilisé afin de
déterminer la teneur en noir de carbone des poly-oléfiniques, la méthode d'essai se base sur la
pyrolyse de matière plastique dans un flux de gaz inerte (azote) à haute température.
Nous avons suivi les étapes suivantes :
- Pyrolyse à 550 ± 50°C dans un courant d'azote, pendant 45 min, d'une quantité spécifiée
de mélange, suivi d'une calcination à 900 ± 50°C
- Calcul la teneur en noir de carbone à partir de la différence des massesavant et après
calcination et pyrolyse.
2.2.2 Protocole expérimental suivi sur le site expérimental de l’E.N.S.H :
2.2.2.1. Eaux utilisées pour l’expérimentation:
L’eau utilisée dans nos réseaux provient des conduites d’alimentation e eau potable
pour ce qui est de l’eau normale et de la station d’épuration de Tipaza pour l’eau épurée.
2.2.2.1.1. Eau usée épurée :
A. Localisation de la STEP :
La STEP est située à la sortie de la ville de Tipaza sur la route allant vers Chanoua.
Elle est destinée à épurer les eaux résiduaires avant rejet dans l'oued Nador. Cette station prend en
charge les rejets de TIPAZA, NADOR, SIDI MOUSSA et SIDI AMAR. Elle est fonctionnelle depuis
janvier 2008.
La capacité nominale de la station d’épuration de Tipasa est de 70 000 équivalents habitants, elle a
été conçue pour traiter un débit de 10 500 m3/j par le processus de boues activées à faible charge. Elle
traite principalement les eaux usées urbaines domestiques.
B. Caractéristiques physico-chimique des eaux usées épurées:
Les paramètres physico-chimiques sont principalement:
- pH.
- La conductivité électrique.
- Les matières en suspension (MES).
Figure II.4 – Variation de la conductivité électrique à l’entrée et à la sortie de la STEP de
l’année 2010
37
Courbes pH:
Figure II.5 – Variation du pH à l’entrée et à la sortie de la STEP de l’année 2010
Résultats et Discussion
1. Résultats du laboratoire de contrôle des caractéristiques techniques des équipements
d’irrigation et discussions :
1.1 Banc d’essai goutte à goutte :
Le banc d’essai a pour rôle de déterminer les principales caractéristiques des différents
types des goutteurs :
1.1.1 Uniformité du débit (Détermination du coefficient de variation « CV » selon la norme
ISO9261) :
1.1.1.1 Résultats d’essai :
A. Goutteur de fabrication algérienne Autorégulant De 4 L/h :
Le tableau récapitule les débits émis par les 25 goutteurs pour une pression moyenne d’essai de 215
kps et le CV de goutteur (deux essais) :
1.1.1.2 Interprétation des résultats :
A. Goutteur de fabrication algérienne Autorégulant De 4 L/h :
Le coefficient de variation du goutteur CV = 13,37% est supérieur à 7% (Seuil admissible aux
normes internationales). Le débit moyen de l’essai s’écarte du débit nominal déclaré par le fabricant
( : 4 l/h) de plus de 7%.
Ne répond pas à la norme ISO9261.
B. Goutteur de fabrication algérienne Autorégulant De 8 L/h :
le coefficient de variation du goutteur CV = 28.14% est supérieur à 7%.
Le débit moyen de l’essai s’écarte du débit nominal déclaré par le fabricant ( : 8 l/h) de plus de 7%.
Ne répond pas à la norme ISO9261
38
Conclusion des essais : Les 2 goutteurs ne sont pas conformes à la norme ISO9261. Une autre
caractéristique très importante est aussi déterminée par le banc d’essai c’est la variation du débit en
fonction de la pression.
1.1.2 Courbe débit-pression
Pour tracer la courbe débit- pression en prend des pressions croissantes pour les goutteurs nonautorégulants et des pressions croissantes et décroissantes pour les goutteurs autorégulants.
Figure III.1 - Différents niveaux de pression pour déterminer la courbe débit-pression
des goutteurs autorégulants et non autorégulants(Source [1]).
1.1.2.1 Résultats d’essai :
A. Goutteur de fabrication algérienne Autorégulant De 4 L/h :
B. Goutteur de fabrication algérienne Autorégulant De 8 L/h :
1.1.2.2 Interprétation des résultats
A. Goutteur de fabrication algérienne autorégulant de 4 L/h:
Figure III.2 – Courbe Débit-Pression du goutteur 4 L/h
39
1.2 Banc d’essai de la résistance des matériaux :
Un autre banc d’essai a pour rôle de tester la qualité des matériaux entrant dans la fabrication des
conduites.il s’agit :
- Teneur en noir de carbone.
- Dispersion du noir de carbone.
- Temps d induction à l’oxygénation (vieillissement).
- Résistance à la pression interne.
Les essais faits au niveau du laboratoire de l’INSID par notre part en présence des responsables on
portés sur les 3 premiers tests. Malheureusement nous n’avons pu prendre que les résultats de l’essai
de la teneur en noir de carbone. les deux autres étant tenus confidentiels.
2. Résultats
de l’analyse et mesure des caractéristiques techniques des goutteurs sur le site
expérimental de l’E.N.S.H et discussions :
Afin d’assurer le bon déroulement des expériences, il fallait gérer les deux réseaux d’irrigation
installés sur notre site expérimental (Réseau témoin « l’eau Normale ou conventionnelle», Réseau
expérimental « l’eau épurée »), pour cela nous avons vérifié le débit en sortie des goutteurs alimentés
par les deux qualités d’eau.
Nous rappelons que l’objectif de ces dispositifs expérimentaux installés est le suivi in situ de la
sensibilité des différents goutteurs au colmatage, alors nous avons cherché à vérifier que les goutteurs
restaient exempts de colmatage au travers de la vérification du débit en sortie de chaque type du
goutteur de chaque réseau. Les suivis du débit en fonction de pression et du temps sont mentionnés
en détail dans l’annexe III.A.
2.1 Variation du débit des goutteurs :
L’objectif est de suivre l’évolution du débit de l’ensemble des goutteurs (fabrication locale et
étrangère) au cours de l’expérimentation.
2.1.1 Résultat des essais :
Les courbes ci-dessous montrent les variations des débits moyens des trois types des goutteurs de
chaque réseau :
2.1.1.1 Réseau témoin alimenté par l’eau normale (réseau N=°1) :
A. Goutteur AIT Italy Intégré de 2 L/h :
40
41
42
43
44
45
46
47
48
49
50
51
52
53
54
55
56
57
58
LES THEMES ABORDES (niveau master)
THEME 6 (ENSA Ex-INA ALGER)
QUALITES DES EAUX USEES EPUREES ET IMPACTS SUR LES EQUIPEMENTS EN
IRRIGATION GOUTE A GOUTTE AINSI QUE SUR LES SOLS.
INTRODUCTION
Ce travail a pour objectif d’étudier l’impact de la réutilisation des eaux usées traitées dans la
STEP de Hadjout sur le réseau d’irrigation localisée et l’évaluation des paramètres physico-chimique
caractérisant les eaux usées rejetées dans l’oued Nador au point de pompage au niveau de la parcelle
étudiée. Pour une meilleure utilisation de cette ressource spécifique, des actions pour les définitions
des opportunités de réutilisation ainsi que la réglementation de l’usage de cette ressource non
conventionnelle sont réalisées à travers l’étude de réutilisation des eaux usées épurées à l’échelle
nationale par le ministère des ressources en eau, achevées en décembre 2008. Les principales
conclusions de cette étude : pour un renforcement des allocations d’eau pour l’agriculture d’où
extension des superficies irriguées (800 millions de m3), augmentation graduelle de taux de
réutilisation de 37000 ha (280 millions de m3) à court terme, 80000 ha (600 millions de m3) à moyen
terme et 100 000 ha (800 millions de m3) à long terme..
MATERIEL ET METHODES
La station d’épuration de Hadjout est mise en marche en juin 2006, sa capacité nominale est de
70 000 équivalents habitants, elle a été conçue pour traiter un débit de 11200 m3/j par le processus de
59
boues activées faible charge – aération prolongée pour protéger le milieu récepteur. Les analyses
physico-chimiques de l’eau brute et épurée de la STEP de Hadjout sont représentées dans le tableau
22
Tableau 22: analyses physico-chimiques de l’eau brute et épurée :
Entrée (eau brute)
Sortie (eau épurée)
Paramètres
Concentration (mg/l)
Flux
(kg/j)
Concentration
(mg/l)
Flux (kg/j)
DCO
825,0
9200
90,0
1 008,0
DBO5
375,0
4200
30,0
336,0
MES
438,0
4900
30,0
336,0
Source: STEP de Hadjout 2013
La région faisant l’objet de notre étude fait partie du périmètre sahel algérois ouest. Elle est située à
l’Ouest de la wilaya de Tipaza dans la commune de Nador .La parcelle expérimentale a une
superficie de 3 ha. La technique d’irrigation utilisée est celle du goutte à goutte.
RESULTATS
Evaluation de la qualité de l’eau au niveau de la parcelle pour l'irrigation :
Le tableau 23 nous montre les analyses physico-chimiques de l’eau épurée par la STEP de Hadjout.
Tableau 23 : Les analyses physico-chimiques de la STEP de Hadjout :
Unité
Eau Brute
Eau Épurée
us/cm
2081,5
2029
T
°C
24,48
25,14
MES
mg/l
437,5
6,31
DBO5
mg O2 /l
146,17
2,26
DCO
mg O2 /l
554,28
39,14
NTK
mg/l
34
2,5
N-NO3
mg/l
0,5
6,86
N-Nh4
mg/l
37,25
2
P-PO4
mg/l
4,27
1,46
N-NO2
mg/l
0,073
0,10
Conductivité électrique
Source : STEP de Hadjout ,2013
Les résultats des mesures des paramètres physico-chimiques : température. PH, conductivité, DBO5,
DCO, etc. effectuées sur un échantillon d'eau usée épurée prélevé au point de pompage d’eau au
niveau de la parcelle sont présentés dans le tableau 24.
Tableau 24 : Les analyses physico-chimiques de l’eau de la parcelle.
Conductivité électrique
Unité
Résultats
us/cm
2330
60
T
°C
18,8
PH
/
7,63
MES
mg/l
9,3
DBO5
mg O2 /l
6,2
DCO
mg O2 /l
70
N-NO3
mg/l
2,59
P-PO4
mg/l
1,49
Nous avons remarqué que la température présente une variation entre la sortie de la STEP (25,14°C)
et la parcelle d’étude (18,8 °C) cette variation peut influer sur les réactions physiques, chimiques et
biologiques du milieu.
Les matières en suspension représentent l’ensemble des particules minérales et organiques contenues
dans les eaux usées, les eaux usées traitées au niveau de notre parcelle sont caractérisées par une
concentration de 9,3 mg/l, la teneur enregistrée en matières en suspension est supérieure à la
concentration des eaux épurées à la sortie de la STEP (6,3125 mg/l), mais elle est très inférieure à 30
mg/l considéré comme concentration limite des eaux destinées à l'irrigation selon les norme de rejets
algériennes.
La DBO5 traduit la quantité d’oxygène moléculaire utilisée par les micro-organismes pendant une
période d’incubation de 5 jours à 20°C pour décomposer la matière organique, dissoute ou en
suspension, contenue dans un litre d’eau. Les eaux étudiées ont montré des valeurs relativement
élevées en DBO5 (6,2 mg O2 /l).par rapport aux rejets de la STEP (2,266 mg O2 /l), elles peuvent être
attribuées à une contamination de ces eaux par une autre source de pollution. Mais elles sont
acceptées comme des eaux destinées à l'irrigation selon les normes de rejets algériennes (DBO5 < 30
mg O2 /l).
La DCO permet d’apprécier la concentration en matières organiques ou minérales, dissoutes ou en
suspension dans l’eau, au travers de la quantité d’oxygène nécessaire à leur oxydation chimique
totale. Selon les normes de rejets algériennes, les eaux épurées destinées à l'irrigation doivent
présenter des DCO inférieures à 90 mg/l, et comme les eaux au niveau de notre parcelle ont une
valeur de DCO de 70 mg/l. Ces eaux sont donc dans les normes. Malgré la différence remarquable
avec les eaux à la sortie de la STEP (39,14 mg/l).
Les autres paramètres du tableau :
La concentration des nitrates (N-NO3) des eaux étudiées est de 2,59 mg/l, elle est inférieure
à 6,86 mg/l (Les concentrations des nitrates à la sortie de la STEP), cette valeur est
admissible pour l’irrigation selon les normes de rejets algériennes (30 mg/l).
 Les eaux usées étudiées sont caractérisées par des teneurs en phosphates acceptables comme
une eau d’irrigation car elle est égale à 1,49 mg/l, tandis que les normes de rejet du phosphate
selon la FAO se situent entre 1 et 5 mg/l. On remarque aussi qu’il n’y a pas une différence
entre la valeur du phosphate de l’eau étudiée et à la sortie de la STEP.
L'impact sur le sol :

61
Ces impacts sont d'une importance particulière pour les agriculteurs puisqu'ils peuvent réduire la
productivité, la fertilité et le rendement de leurs terres. Le sol doit rester à un bon niveau de fertilité
chimique et physique, afin de permettre une utilisation durable à long terme et une agriculture
rentable. Les problèmes prévus au niveau du sol sont :
- la salinisation ;
- l'alcalinité et la réduction de la perméabilité du sol ;
- l'accumulation d'éléments potentiellement toxiques (FAO, 2003).
À long terme, l’utilisation d’eaux usées accroît toujours la salinité des sols et des eaux souterraines
car ces eaux contiennent plus de sels que l’eau douce. De ce fait, il est nécessaire d’associer
l’utilisation des eaux usées à des pratiques permettant de limiter la salinisation.
La salinité est un paramètre essentiel pour juger de la qualité de l’eau d’irrigation. Le problème de
salinité ne se pose pas si la conductivité électrique de l’eau d’irrigation est inférieure à 700 µS / cm,
entre 700 et 3000 µS / cm, il faut choisir des cultures tolérantes aux sels.
L’eau usée traitée de notre étude présente une conductivité électrique de 2330 µS/cm. Cette valeur
lui confère une forte salure qui peut provoquer à la longue des problèmes de salinisation au niveau du
sol.
La perméabilité d’un sol peut être affectée par la présence de matières en suspension et de graisse
dans l’eau d’irrigation qui peuvent colmater en surface les pores du sol. Si l’eau usée épurée contient
une teneur en MES > à 10 mg/l, il faut prévoir un curetage périodique de la surface de contact pour
éviter une diminution trop rapide de l’infiltration. Dans notre cas il n’y a pas un risque sur la
perméabilité du sol car l’eau épurée présente une teneur moyenne sous le seuil en matières en
suspension (9,3mg/l).
CONCLUSION
Du fait de la rareté des ressources en eau, l’utilisation des eaux usées en agriculture devient de plus
en plus courante. Le volume annuel des eaux usées domestiques rejetées est estimé à 900 millions
m3. Ce sont des quantités importantes et facilement localisables que le pays ne peut négliger. Le
recyclage de ces eaux, pour de nouveaux usages, après traitement, peut s’avérer une ressource en eau
dite « non conventionnelle », en complément de la mobilisation des eaux de surface et souterraine.
Ce travail avait plusieurs objectifs : Le premier était l'étude de l’impact des eaux usées traitées de la
STEP Hadjout rejetées dans l’oued Nador sur l’efficience du réseau d’irrigation localisé, les résultats
démontrent que les eaux usées influencent négativement sur le comportement du réseau (CU = 35
%).Le second objectif de l’étude était l'évaluation des différents paramètres de qualité physicochimique des eaux de l’oued Nador au niveau de la parcelle étudiée et la comparaison avec les
normes de rejets algériennes, Les résultats de comparaison des teneurs des principaux éléments
mesurés dans ces eaux, indique qu’il n’y a pas une différence dans les concentration entre ces eaux et
les normes, les normes de rejets sont respectées; donc il n'y a pas un risque sur le milieu récepteur.
Sauf la valeur de la CE élevée (2330 µS/cm) qui peut provoquer à la longue des problèmes de
salinisation au niveau du sol. Le troisième objectif étant de mettre en évidence la situation des
ressources d’eau dans la région de la ville de Nador par une enquête, cette enquête, par le contact
direct avec les agriculteurs, nous a rapprochées au plus près de la réalité. Les données recueillies sur
le terrain nous informent de l'activité des agriculteurs, du mode dans un futur projet de valorisation
des eaux usées dans cette ville.
Bibligraphie
 AMIMOUSSI M., et al.2011. Traitement des eaux résiduaires.22p.
 BAGHDADI N., 2011.approche méthodologique de la valorisation des eaux usées épurées dans
l’irrigation (cas de STEP de Tipaza). Mémoire d'ingénieur, Blida, ENSH, 104 p.
 BAKEL E., 2010. conception de la station d’épuration de la ville de tissemsilt (W.TISSEMSILT).
Mémoire d'ingénieur, Blida, ENSH, 117 p.
62
 BAUMONT S., Lefranc A, 2004. Réutilisation des eaux usées épurées : risques sanitaires et
faisabilité en Île-de-France. Observatoire Régional de Santé d’Île-de-France, 176 p.
 BOULAHBAL O., AIT HAMOU R., 2001. Effets des eaux usées traitées sur les propriétés
chimiques du sol et sur le comportement d’un végétal. INRAA, n 9, pp 5-16.
 Centre régional pour l’eau potable et l’assainissement à faible coût (CREPA), 2007. Contrôle et suivi
de la qualité des eaux usées protocole de détermination des paramètres physico-chimiques et
bactériologiques.48 p.
 COMPAORE M. L.2003.Cours de micro-irrigation.135p.
 DERWICH E., et al .2010.Caractérisation physico-chimique des eaux de la nappe alluviale du haut
Sebou en aval de sa confluence avec oued FES. Larhyss Journal, n° 08, pp. 101-112.
 DESHAYES M., 2008. Guide pour l’établissement des Plans d’Assurance de la Qualité dans le cadre
de la réalisation des stations d’épuration de type boues activées en lots séparés. Mémoire de Projet de
Fin d’Etudes. INSA de Strasbourg.79p.
 DJABELKHIR K., 2007. Contribution à la Réhabilitation de la Station d'Epuration de STAOUELI.
Mémoire d'ingénieur, El-Harrach (Alger), ENP, 76 p.
 FAO, 1990. Gestion des eaux en irrigation : Méthodes d'irrigation. 65p.
 FAO, 2003. L'irrigation avec les eaux usées traitées. Manuel d'utilisation. Bureau Régional pour le
Proche Orient et l'Afrique du Nord. Caire Egypte, 67 p.
 FAO, 2008.Manuel des techniques d’irrigation sous pression. Seconde édition.277 p.
 FAO., UNW-DPC., UNU-INWEH., 2011. Projet de Renforcement des Capacités sur l’utilisation
sans danger des Eaux Usées en Agriculture. Rapport National du Maroc.21 p.
 FEYEN J., 1976. Annales de l’Institut Nationale Agronomique : irrigation goutte à goutte pour
vergers. Vol. 6, n. 3. pp 6-19.
 FRADJ M., 2008. Analyse et diagnostic des performances de l’irrigation goutte à goutte au niveau
d’une exploitation agricole privée de la Mitidja Ouest (tranche 1). Mémoire d’ingénieur, INA, El
Harrach. 79 p.
 GEORGES M., 2000. De l'eau pour tous ?. Documentation photographique. n° 8014.18p.
 HADJRABAH M., 2006. Contribution à l’étude de traitabilité de la station d’épuration de Régha.
Mémoire d’ingénieure. Ecole Nationale Polytechnique. el Harrach.64p.
 HAMTOUCHE S., 2012.valorisation des eaux usées épurées de la step de zemmouri et
dimensionnement d’un réseau pour l’irrigation a l’aval de la station. ). Mémoire d'ingénieur, Blida,
ENSH, 100p.
 HARTANI T. 1998. l’irrigation par les eaux usées, potentialités et limites d’utilisation . Séminaire
sur l’épuration et la réutilisation des eaux usées. Alger. p.10.
63
 Journal Officiel de la République Algérienne.Décret exécutif n° 93-160 du 10 juillet 1993
réglementant les rejetsd'effluents liquides industriels.
 Journal Officiel de la République Algérienne (JORA). N° 60, 4 septembre 2005.
 Journal Officiel de la République Algérienne (JORA). N° 41, 15 juillet 2012.
 KESSIRA M., 2005.Gestion de l'irrigation avec les eaux non conventionnelles. CIHEAM / EU DG
Research, Options Méditerranéennes : Série A. Séminaires méditerranéens; n. 66, pp. 203-216.
 KHELIFATI O., 2008. La réutilisation des eaux usées épurées et des eaux de dessalement dans
l’agriculture. Synthèse agronomique. ENSA. El-Harrach.20 p.
 LOUMANI
A., 2012. Evaluation des dispositifs de réutilisation des eaux usées épurées en
Agriculture dans la Mitidja Est et sa périphérie. Mémoire d’ingénieur, E.N.S.A., El Harrach, 54p.
 MECHEBBEK M.A. 1993. La réutilisation des eaux usées traitées dans l'agriculture. Etat de
l'agriculture en Méditerranée
Ressources en eau
développement et gestion dans les pays
méditerranéens. Bari. pp. 75-84.
 MEKHALIF F.,2009.reutilisation des eaux résiduaires industrielles épurées comme eau d’appoint
dans un circuit de refroidissement. Mémoire de magister,Université de SKIKDA, 133 p.
 MESLEM S., 2010. Diagnostic et comparaison entre irrigation localisée et par aspersion sur culture
de pomme de terre « spunta». station expérimentale de l’ENSA El Harrach. Mémoire d’ingénieur,
INA, El Harrach. 72 p
 MESSAHEL M., 1988.l’irrigation goutte à goutte : régime d’irrigation.alger.338 p.
 MESSAITFA M., 2007. Les indicateurs de performances en irrigation gravitaire, localisée et par
aspersion à l’échelle de la parcelle et de l’exploitation (Cas de deus exploitations du périmètre de la
Mitidja Ouest). Mémoire d’ingénieur, INA, El Harrach. 115 p
 METAHRI M S., 2012.Elimination simultanée de la pollution azotée et phosphatée des eaux usées
traitées, par des procédés mixtes. cas de la STEP est de la ville de Tizi-ouzou.thèsededoctorat.
université de Tizi-ouzou.148 p.
 NEUBERT S., Benabdallah S, 2003.La réutilisation des eaux usées traitées en Tunisie, Partie
II.Etudes et rapports d’expertise.Bonn. 45 p.
 OMS, 1989. L’utilisation des eaux usées en agriculture et en aquaculture : recommandations à
avisées sanitaires. Organisation Mondiale de la Santé. Série de rapports techniques n° 778.OMS.
Genève.
 ROTBARDT A., 2011.réutilisation des eaux usées traitées : perspectives opérationnelles et
recommandations pour l’action,Rapport final, 85p.
 SALGHI R., 2006.Differents filières de traitement des eaux. Cours. Ecole nationaledes sciences
appliquées d'AGADIR. Université IBEN ZOHIR., ROAUME duMAROC, 22 p.
64
 SELHANI S., 2009. Etude des possibilités d’utilisation des eaux et boues d’épuration dans
l’agriculture : Cas de la station d’épuration de BENI MESSOUS. Mémoire d’ingénieure. Ecole
Nationale Polytechnique. el Harrach.74 p.
 TIERCELIN J.R. et Vidal A, 2006.Traité d’irrigation .Tec. Et Doc. 3éme éditions. Paris.1266p.
 ZELLA L., SMADHI D.2007.Evolution de l’irrigation,Larhyss Journal(Laboratoire de Recherche En
Hydraulique Souterraine et de Surface), université de BISKRA-ALGIRIE, n° 06, pp. 65-80.
THEME 7 (ENSA Ex-INA ALGER)
ETUDE COMPARATIVE DE LA GESTION DES EAUX USEES EPUREES ENTRE LA
STEP DE GHARDAIA ET LA STEP D’OUARGLA
INTRODUCTION
Le traitement des eaux usées est devenu un impératif et un enjeu social et environnemental
incontournable puisqu’un effluent non traité contamine le milieu naturel et celui de l’Homme compte
tenu des risques sanitaires qu’il présente. Néanmoins, les méthodes conventionnelles
d’assainissement sont marginales du fait de leur coût élevé d’investissement et de maintenance. Il
convient donc de trouver des méthodes à bas coût capables de traiter efficacement les eaux. En cela,
les systèmes de traitement des eaux par lagunage sont une alternative adéquate. Elles fonctionnent
comme assimilateurs biologiques en retirant des composés tant biodégradables que non
biodégradables ainsi que les microorganismes pathogènes.
Grace à leurs bonnes performances épuratoires, l'implantation d'une station d’épuration par lagunage
aéré à Ouargla est dans le cadre de contrôler la qualité des eaux, cette station d'épuration des eaux
usées a été conçue pour atteindre les objectifs suivants :
 Évacuer l’effluent sans altérer la qualité du milieu récepteur superficiel, ainsi que les
ressources en eau tant superficielles que souterraines.
 Suppression des apports hydriques à la nappe superficielle.
 Valorisation des effluents traités (valorisation agricole).
Après une comparaison avec les eaux usées épurées de la STEP de Ghardaïa qui traite également les
eaux usées par lagunage naturel nous avons voulu savoir :
 Quels sont les rendements épuratoires de chaque procédé d'épuration et quel est le taux
d'abattement des bactéries ?
 La qualité de ces eaux épurées, est-elle conforme aux normes de rejet et apte pour une
utilisation agricole ? Si oui ;
- Quelle est la classification de ces eaux épurées dans le domaine de l'irrigation ?
- Quelles sont les cultures irriguées avec ces eaux, et quel est le système d'irrigation le plus
convenable avec ces eaux ?
MATERIEL ET METHODES
Il est nécessaire de bien connaitre la zone d’étude afin de déterminer et cerner Les
principaux facteurs influençant le traitement des eaux usées, et de ce fait, la qualité des eaux
épurées. Ainsi, on s'intéressera à l'environnement du site : situation géographique, conditions
65
climatiques, ressources en eau et en sol, agricultures, structures sociales locales ainsi qu'aux
caractéristiques des eaux usées à traiter. D'autant plus que, c'est en fonction de ces derniers, que se
fait le choix même de l'implantation de station d'épuration. La wilaya d'Ouargla se trouve dans le
Nord-est de la partie septentrionale du Sahara. Elle se situe à 800 km au sud-est d'Alger. Pour une
superficie de 163 323 km2, la wilaya est constituée de 21 communes regroupées dans 10 daïras. La
population de la wilaya est estimée à 615 543 habitants, soit une densité de peuplement de 3,77
habitants au km2. L’évolution de la production d’eaux usées est présentée dans le tableau 25
Tableau 25 : les charges hydrauliques et polluantes aux différents horizons (ONA, 2013).
Eaux usées
unité
2005
2015
2030
Taux de branchement
%
70%
95%
100%
EH raccordés
u
142 937
260 102
393 592
Débit total
m3/j
40 906
56 997
74 027
% capacité nominale
%
55%
77%
100%
Dans la Wilaya de Ouargla, le secteur agricole est limité, il est à vocation phoénicicole. Sur les 16
323 300 hectares couverts par la superficie de la Wilaya 4 940 000 hectares sont affectés à
l’agriculture et la superficie agricole utile (SAU) est évaluée à 38 400 hectares, dont 35 300 hectares
en irriguée et 3 100 hectares en sec. La station d'épuration des eaux usées par le lagunage aéré
d'Ouargla, mise en service en 2009, a été réalisée par la société allemande Dwydag pour le compte de
l'ONA. Elle est située dans la région de Saïd Otba au nord de la RN49.L’ Objectifs de traitement de
la station (fixés initialement) était de :
 Supprimer les nuisances et les risques actuels de contamination au niveau des zones urbanisées,
 Protéger le milieu récepteur,
 Supprimer les risques de remontée des eaux en diminuant le niveau de la nappe phréatique,
 Se garder la possibilité de réutiliser les effluents épurés.
Dimensionnement de la STEP d'Ouargla
 Capacité : 400000 éq/hab. à l'horizon de 2030
 Surface totale : 80 ha
 Nombre de lits de séchage : 11
 Nombre de bassins : 08 devisés en 03 niveaux
 Débit moyen journalier : 57 000 m3/j jusqu'à 2015 et 74027m3/j à l'horizon 2030.
RESULTATS
Le tableau 26 représente les valeurs moyennes des paramètres mesurés dans les STEP de Ouargla et
Ghardaïa et les normes d'interprétation requises pour l'irrigation de l'OMS, du MFE (ministère
français de l'environnement) et du JORA (Journal Officiel de la république Algérienne) :
Tableau 26. Teneur des paramètres mesurés pour les STEP de Ouargla et Ghardaïa
Paramètres
Effluent traité Effluent
Ouargla
Ghardaïa
66
traité Norme de qualité d'eau
d'irrigation
(Moyenne)
(moyenne)
T (°C)
17,38
22,79
* 30
pH
8,05
8,27
* 6,5 à 8,5
CE (ms/cm)
12,85
3,83
*< 3
Salinité (g/l)
7,38
2,19
Pas de norme
O2 dissous (mg/l)
6,06
6,22
*< 5
DBO5 (mg/l)
33,76
31
** < 30
DCO (mg/l)
124,42
204,7
** < 90
MES (mg/l)
84,4
73,47
** < 30
NT (mg/l)
55,22
33,47
** < 50
NH4+ (mg/l)
29,86
24,05
*<2
NO2- (mg/l)
0,36
0,3
*<1
NO3- (mg/l)
2,88
0,41
** < 30
PT (mg/l)
3,91
3,8
* < 0,94
CT (N/100ml)
26 666,7
42766,7
*** < 50 000
CF (N/100ml)
3033,33
3966,67
*** < 20 000
OMS, ** JORA, *** MFE.
Les teneurs moyennes des quelques paramètres analysés au niveau des deux STEP répondent aux
normes requises, c'est le cas des paramètres suivants : T (°C), pH, NO3-,NO2- et les paramètres
bactériologiques (coliformes totaux et coliformes fécaux) avec enregistrement d'un taux de salinité
plus élevé pour l'eau épurée de la STEP de Ouargla par rapport à l'eau épurée de la STEP de
Ghardaïa; les eaux épurées peuvent être classées comme des eaux de qualité médiocre de la classe 3
(d'après le MFE) qui sont justes aptes à l'irrigation. Ainsi, on peut classer ces eaux dans la catégorie
B1 (CF <105) d'après les normes microbiologiques révisées de l'OMS (2000 et 2006) avec une
irrigation restreinte pour les cultures suivantes : céréales, cultures industrielles, fourragères, pâturages
et forets. En revanche, une étude de la teneur des métaux lourds de ces eaux est souhaitable dans le
laboratoire de chaque STEP afin d'éliminer les risques qui en résultent.
CONCLUSION
Au terme de cette étude, nous constatons que les eaux usées représentent une ressource d’eau
renouvelable qu’il faudra exploiter dans l’agriculture, l’industrie et dans d’autres usages municipaux,
donc, constituer sans doute, demain, l’une des solutions incontournables pour notre pays qui souffre
énormément du déficit hydrique. Cette réutilisation ne représente pas seulement une option
économique compétitive, mais aussi de nombreux avantages sociaux et environnementaux. Ainsi
cette valorisation doit être placée dans le cadre de la gestion intégrée des ressources en eau en
élaborant une stratégie nationale de la valorisation des eaux usées. Les résultats obtenus lors de cette
étude montrent que les eaux usées des stations d’épuration de Ouargla et Ghardaïa dont le traitement
se fait respectivement par lagunage aéré et naturel sont des eaux usées épurées d’une qualité
médiocre nécessitant un traitement tertiaire qui permet de les utiliser dans le domaine agricole
67
(l’irrigation) sans aucun risque, un stockage dans des bassins est nécessaire pour mieux affiner ces
eaux.
L’enquête effectuée nous a permis de constater qu’il existe réellement des possibilités d’utilisation de
l’eau épurée par les STEP d'Ouargla et de Ghardaïa, sans risques, dans le secteur agricole en
améliorant par des traitements complémentaires.
Il faut noter que cette utilisation doit être rendue optimale et pour qu'il en soit ainsi, les conditions
suivantes doivent être remplies :

il faut adapter les systèmes d’irrigation à la qualité de l’eau employée ;

il faut optimiser l’apport d’eau et ajuster la fertilisation aux besoins des cultures.
On a proposé les eaux épurées pour irriguer les palmeraies de la région d'Ouargla et de Ghardaïa
parce que les palmiers dattiers représentent la culture principale dans ces zones d'études, également,
la palmeraie est caractérisée par une grande résistance aux eaux de mauvaise qualité. Ainsi on peut
utiliser ces eaux pour irriguer les cultures d'agrumes en intercalaire et oliviers comme des brises
vents.
Bibliographie
Anonyme, 2001. -Rapport sur la gestion de la qualité de l’eau et des interventions possibles du
METAP. [En ligne]. Algérie, 11p (page consultée le 02Mai2013).
Anonyme (non daté).
L'eau-en-Algérie –http://www.umc.edu.dz/vf/index.php/actualites-etinformations/theme-de-la-semaine/980-leau-en-algerie.html (page consultée le 02Mai2013).
Aoulmi S., 2007. Conception de la station d'épuration dans la ville de Zeddine (W. Ain defla,
Algérie, 112p.
Aviron V. ; Gerard M., 2000. Réutilisation des eaux usées après traitement. Paris, France, 38p.
Baudot B. et Perera P., 1991. Guide procédés extensifs d'épuration des eaux usées adaptés aux
petites et moyennes collectivités. 21p.
Bechac J., Boutin B., Mercier P., Nuer B., 1984. Traitement des eaux usées.Edition
EYROLLES, Bd St Germaine-75005 Paris cedex 05.
Bekkouche M.,Zidane F., 2004. Conception d'une station d'épuration des eaux usées de la ville de
Ouargla par lagunage. Mémoire d'ingénieur. Hydraulique saharienne, Université de Ouargla, 67p.
Benhacine Ch., Doumbliaouskas A., 1983. Irrigation agricole. Tipaza, 62p.
Bliefert C. et Perraud R., 2003. Chimie de l'environnement : Air, Eau, Sols, Déchets. Edition de
boeck.324p.
Bondon D.,Pitrasanta Y., 1994. Le lagunage écologique. Ed ECONOMICA. Paris.
112p.
Boulkroune B., 2008. Estimation de l'état des systèmes non linéaires a temps discret. Application a
une station d'épuration. (Thèse de doctorat –université Nancy). [En ligne]tel.archivesouvertes.fr/docs/00/34/74/65/PDF/These_boulaid.pdf(page consulter le 07/05/2013).
Brouillet J.L, Picot B.,Sambuco J.P,Gaillard L.,Soteras G., Valarie I., 2008. Eco techniques
d'assainissement des eaux usées domestiques : Évolution et perspectives, XIIIe Congrès mondial de
l'Eau, Montpellier, France, 17p.
Degremont, 1978. Mémento technique de l'eau : 8ème édition. Edition Technique et Documentation
Lavoisier, 1200p.
Degremont, 1989. Mémento technique de l'eau. Edition Technique et Documentation Lavoisier.
Degremont, 2005. Mémento technique de l'eau. Tome 2.Ed10éme. 788p.
Dajoz R., 1982. Précis d’écologie. Paris, Bordas, 503 p.
DSA, 2013. Le sommaire agricole dans la wilaya d'Ouargla. 2p.
68
Duguet J-P, Bernazeau F., Cleret D., Gaid A., Laplanche A., Moles J., Montiel A.,Riou
G., Simon P., 2006. Réglementation et traitement des eaux destinées à la consommation humaine.
1ère édition. ASTEE (Association Scientifique et Technique pour l’environnement).
Frank R., 2002. Analyse des eaux, Aspects réglementaires et techniques. Ed. Scérén CRDP
AQUITAINE. Bordeaux. 171p.
Gaid A., 1984. Épuration biologique des eaux usées urbaines. T. 1ère édition ; OPU, Alger, 261p.
Gaid A., 1993. Traitement des eaux usées urbaines. Doc, C 5 220, 30p.
Glanic R.,Benneton J-P, 1989.Caractérisation d'effluents d'assainissement individuel et essais de
matériels d'assainissement – TSM – L'eau – 84 année – N11 – pp. 573-584.
Gommella C. et Guerree H., 1983. Les eaux usées dans les agglomérations urbaines ou rurales. Ed.
EYROLLES 61 boulevard Saint – Germain – 75005 Paris.
Goudjil M. ; Bencheikeh S., 2011.Etude de la pollution minérale et organique des eaux souterraines
de la cuvette de Ouargla, Sud-Est Algérien. Mémoire d'ingénieur, Université de KASDI MERBAH,
Ouargla, 59p.
Harrouz N. et Benhedid H., 2011. Contribution à l’étude de la performance d’unestation
d’épuration des eaux usées par lagunage (Ouargla). Mémoire de fin d’études d’Ingénieur en Écologie
et Environnement, Université Kasdi Merbah, Ouargla. 124p.
Idder T., 1998. La dégradation de l'environnement urbain liée aux excédents hydriques au
Sahara algérienne. Impacte des rejets d'origine agricole et urbaine et technique de remédiassions
proposées. L'exemple d'Ouargla. Thèse de doctorat. Univ.Angers.284p.
INFP, 2006. Domain de l'eau. Projet algéro-canadien. [En ligne]. Algérie, 91p (page consultée le 12
juin 2013).
Journal Officiel De LaRepubliqueAlgerienne, 1993. Normes de rejets dans le milieu récepteur. N°
46, 7-12.
Journal Officiel De LaRepubliqueAlgerienne, 2012. ANNEXE, spécifications des eaux usées
épurées utilisées à des fins d'irrigation. N° 41, 18-21.
Khadraoui A., 2006. Eaux et sols en Algérie, gestion et impact sur l'environnement. 236p.
Khattabi H., 2002. Intérêts de l'étude des paramètres hydrogéologiques et hydro biologiques pour la
compréhension du fonctionnement de la station de traitement des lixiviats de la décharge d'ordures
ménagères d'Etueffont (Belfort, France). Thèse de doctorat, 173p.
Langevin J., Lefebvre R., Toutant C. 1997. Histoires d'eaux : tout ce qu'il faut savoir sur l'eau et
l'hygiène publique. Edition berger, Montréal. ISBN 2-92141161-3-1, pp : 157-159.
Le Hyaric R., 2009. Caractérisation, traitabilité et valorisation des refus de dégrillage des stations
d'épuration. Thèse de doctorat, INSA Lyon, France, 190p.
Liu F., Mitchell C.C., Odom J.W., Hill D.T, Rochester E.W., 1997. Swine lagoon effluent
disposal by overland flow: effects on forage production and uptake of nitrogen and phosphorus.
Agronomy Journal, 89 900-904.
Loucif S., 2003. Les ressources en eau et leurs utilisations dans le secteur agricole en Algérie. HTE,
n : 125, pp 95-102.
Messaoud S. – Nacer, 2003. Suivi de la qualité des eaux et des sols dans le cadre du développement
durable de la région de réghaia. Thése de magister, INA, EL HARRACH, 108p.
MRE, 2007. Étude réutilisation des eaux usées épurées à des fins agricoles ou autres sur tout le
territoire national. Mission 4 : Norme de réutilisation des eaux usées épurées, D.A.P.E.
Nakhala O. ; Ramoune K., 2013. Etude préliminaire de la réutilisation des eaux épurées par la
station de lagunage aéré d'Ouargla pour l’arrosage d’espèces forestières. Mémoire de fin d’études
d’Ingénieur en Ecologie et Environnement, Université Kasdi Merbah, Ouargla. 73p.
69
Ndiaye Mamadou Lamine, 2010. Impact des eaux usées sur la chimie et la microbiologie des sols ;
étude de cas a Pikine (Dakar-Sénégal). Éditions universitaires européennes, Allemagne, 77p.
ONA, 2009. Projet de la remonté des eaux de la vallée de Ouargla.
Rejsek F., 2002. Analyse des eaux : aspects réglementaires et techniques. Bordeaux ; CRDPA, 151p.
Rodier J, C, Broutin J.-P., Chambon P., Champsaur, H. E T Rodi, L., 2005. L’analyse de l’eau :
eaux naturelles, eaux résiduaires, eaux de mer. 8ème Edition. Dunod, Paris. 1383p.
Rouissat B., non daté. La gestion des ressources en eau en Algérie : Situation, défis et apport de
l’approche systémique. Algérie, 15p.
SalghiR., 2004. Différents filières de traitement des eaux. Université IBN ZOHR, École nationale
des sciences appliquées d'Agadir (ENSA Agadir) Maroc, 22p.
Selhani S., 2009. Étude des possibilités d’utilisation des eaux et boues d’épuration dans l’agriculture
: Cas de la station d’épuration de BENI MESSOUS. Mémoire d’ingénieur, E.N.P., El Harrach, 74p.
Suschka J., Ferreira E., 1986.Activated sludge respirometric measurements. Water
Research, 20, 2, pp: 137-144.
Tchimogo M., 2001. Épuration des eaux usées de l'E.N.S.H par lagunage naturel. Mémoire
d'ingénieur. Génie rurale, Blida, l32p.
Terra Messaoud, 2011. Séminaire sur l’eau et les énergies renouvelables. Alger.
Thomazeau Robert, 1981. Stations d'épuration : eaux potables, eaux usées. Ed. Technique et
documentation, Paris, 435 p.
PUBLICATIONS ET COMMUNICATIONS
COMMUNICATIONS
Geophysical Research Abstracts
Vol. 15, EGU2013-13592-1, 2013
EGU General Assembly 2013
© Author(s) 2013. CC Attribution 3.0 License.
Study of the sensitivity of PTF specific to the contribution of the structural state on variation in soil
water retention
Sami Touil (1), Aurore Degre (2), and Mohamed Nacer Chabaca (1)
(1) ENSA Algiers.Algeria, (2) University of Liege, Agro-BioTech, Belgium
The objective of this study was to analyze the sensitivity of estimating water retention properties of
54 soil samplescollected from Lower Cheliff (northwestern of Algeria) by pedotransfer functions, our
70
results show that trainingmodels for input and method adopted, reacts differently in estimation of
water retention, and also influenced bythe size and mode of particle assembly and differences in clay
content. The water retention curve, which wasestablished for three classes, proves to be an essential
element for understanding the hydrodynamic behavior ofsoil. Additional, in soil texture clay and
clay-loam and silty clay, nonlinear methods based on variables includingclay fraction, behave much
better in estimating of mean water retention curve. In contrast, in well structured soils the multiple
linear regression showed a better quality of estimation, based on the bulk density and sand fraction as
inputs. The results suggest that the PTF parametric derived should be used to estimate retention
curves rather thanPTF point.
Keywords: Pedotransfer Function, Water Retention curve, sensitivity
PUBLICATIONS
Article soumis le 20/09/2013 à la revue BASE (Biotechnologie, Agronomie, Société et
Environnement)
http://www.presseagro.be/base
Chabaca mn. Hartani T ; Djebbara M ; Imache A 2013. Une approche multi-échelle pour évaluer
les performances des systèmes d’irrigation : cas de la plaine de la Mitidja (Algérie).
Bilan Financier
-Bilan financier par rubrique
- Equipements scientifiques : 400 000 DA
- Equipements informatiques : 500 000 DA
- Consommables informatique et scientifiques : 500 000 DA
- Consommables papeterie et de bureau : 100 000 DA
-Taux de consommation
100%
-Contraintes rencontrés
- Retard dans la dotation de la part de la dgrst
- Problèmes bureaucratiques pour l’achat de l’équipement (appel d’offres, choix du
fournisseur….), cela peut prendre 01 année à 02 années pour s’équiper cad à la fin du projet
- Nécessité d’alléger les procédures dans ce sens
71
RECOMMANDATIONS
Ces projets sont intéressants du point de vue temps imparti (2 ans). Le domaine de recherche
concerné (recherche développement) permet de s’attaquer à des problématiques qui peuvent être
analysées et trouver peut être des solutions ponctuelles ou définitives.
Cependant, les procédures de gestion et de fonctionnement doivent être adaptées à cette durée.
Dans l’université algérienne le système de gestion est lourd et inefficace. Les conditions imposées
pour l’achat de matériel sont un véritable parcours du combattant que doit gérer l’équipe de
recherche, supposée s’atteler uniquement à ses préoccupations de recherche. L’aspect logistique
(achat et approvisionnement) pouvant être délégué à des structures qui même si elles existent dans
certaines universités, sont dépassées ou inefficaces.
Les sommes allouées pour ces projets sont uniformes et ne tiennent pas compte des spécificités des
domaines explorés. Dans le domaine de l’hydraulique elles sont dérisoires au vu des équipements
nécessaires pour mener des recherches sur terrain.
Les préoccupations imposées pour la rédaction des rapports de recherche sont beaucoup plus
orientées vers un système de contrôle des activités que pour une capitalisation des résultats trouvés.
72
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising